lundi 18 juin 2007

CHRONIQUE DE SOCIÉTÉ : des sociétés qui arnaquent et les problèmes sociaux en de mains peu rassurantes

Ces sociétés qui nous arnaquent - suite

On avait précédemment parlé dans un blog du comportement mafieux de la banque de l’habitat (BADH) au sujet des logements sociaux. C’était un message de LM du 24 mai 2007 (« ces sociétés qui nous arnaquent»).

Je me rappelle bien qu’il y a plus d’un an, je vous avais parlé du sujet, après un visite avec un promoteur immobilier de ces logements dits sociaux et j’avais tenu à alerter tous les amis sur l’arnaque surtout au sujet de la construction et de l’état des logements qui était on ne peut plus scandaleux : murs déformés, portes et fenêtres ravagés par la rouille, zones salées de constructions avec des matériaux non adaptés etc.

En effet, en visitant ces lieux ou nids de poules en grand, j’avais une vision d’horreur en pensant que dans quelques années tout va s’effondrer comme la cité fantôme de Las Palmas de Sebkha (5ème arrondissement), appelée longtemps du nom de la tribu d’un ancien ministre des Finances qui aurait distribué à sa parentèle des lots importants dans cette cité.

L’arnaque vient d’atteindre son paroxysme du coté des logements construits sous l’égide de la SOCOGIM en convention avec la BMCI.

Plusieurs cadres moyens qui ont souscris en 2002-2003 des contrats stipulant qu’au bout de 2 ans ils pouvaient enfin être propriétaires se sont retrouvés floués. En effet, il était convenu qu’ils payaient un acompte de 2 millions d’UM et que la maison leur coûterait en définitive 6 millions d’UM au terme du contrat.

Mais ils ne vont pas être à leur première surprise en trouvant au bout de 2 ans que rien n’a avancé et pire la somme totale due est montée à plus de 9 millions d’UM soit 50% d’augmentation et ce sans tenir compte des chiffres de l’inflation et des règles élémentaires du contrat.

Plus encore, l’ancien directeur des crédits à la BMCI, responsable du projet au départ s’est retrouvé à la tête d’une société fictive responsable du suivi du projet…

Ces jours-ci, on apprend, une fois de plus, que les maisons seront livrées aux clients mais en payant en tout plus de 14 millions d’UM soit plus de 130% de plus que le prix fixé par le contrat initial!

Avec la BADH, c’était 7,2 millions pour 3,9 millions initialement (85% d’augmentation).

Des arnaques que l’Etat laisse faire et même approuve.

Il faut savoir que ces marchés ont bénéficié surtout aux hommes d’affaires et aux hauts fonctionnaires qui ont eu chacun un lot de plusieurs maisons avant que les vrais bénéficiaires aient pu se retourner. C’est ainsi qu’il a fallu augmenter le nombre de logements, vu que tout a été donné à ceux qui ne devaient pas en bénéficier… C’est ainsi que des personnes non concernés par les logements sociaux, Roumouz El Vessad pour la plupart et richissimes déjà, se sont retrouvées sur la liste des futurs propriétaires. Qui nous dit qu’ils ne sont pas inscrits aussi dans les kebbas ? Tout est possible.

Un nouveau responsable pour les affaires sociales


La semaine dernière, le Commissaire des affaires sociales et de la sécurité alimentaire a été relevé de ses fonctions juste après un voyage à Rome, au siège du PAM (Programme alimentaire mondial), pour expliquer, avec tout son staff, l’urgence de venir en aide à la Mauritanie qui est en passe de connaître une famine comme le Niger, l’an dernier et l’Ethiopie, il y a encore plusieurs années. Tout le staff était fier de ses interventions et d’avoir gruger la communauté internationale (encore une fois) et près à réceptionner les milliers de tonnes de vivres qu’ils n’allaient pas tarder à revendre à des hommes d’affaires bien connus de la place qui contrôlent les prix des denrées de première nécessité (riz, blé etc.).

L’ancien Commissaire avait sans doute l’autorisation du PM ou de Sidioca avant de monter au créneau et faire appel à la communauté internationale. Pourtant, c’est lui le bouc émissaire qu’il faut jeter en pâture. Le PM s’était pourtant fait contredire par le Trésor Public sans égratignure et Sidioca n’a pas le temps de parler au peuple : il reçoit en continu depuis 2 mois tous les visiteurs étrangers de la Capitale et même les touristes (le chef d’un bureau d’Areva était paraît-il juste de passage à Tergit…).

Vous vous rappelez qu’à la constitution du gouvernement de ZZ, nous avons eu les CV de tout le monde et du dit Commissaire ainsi que du Délégué à la promotion du secteur privé qui ne sont pas sur la liste des ministres. Pourquoi n’avons nous pas eu aussi à la constitution du gouvernement, les noms des directeurs de la SNIM, de la douane, de la police etc qui sont aussi importants que nos 2 compères pseudo ministres ?

Qui a lu le CV du nouveau Commissaire nommé à la hâte et probablement dans l’urgence ?

Personne.

Alors, comme je ne voyait pas de CV venir comme d’habitude, j’ai demandé à un ami très au fait de l’actualité dans notre pays et des coulisses du pouvoir. Je vais l’appeler « Gorge profonde». Je ne donne les informations qu’il me donne que parce qu’elles sont exactes et vérifiées et qu’elles ne concernent pas la vie privée des personnes, même publiques.

Le nouveau Commissaire est monsieur Jiddou O. Abderrahmane O. Sadi. Ancien instituteur, il a intégré l’ENAP (Ecole Nationale d’Administration Publique) de Rabat au Maroc dans le cadre de la coopération marocaine très généreuse après le retrait de la Mauritanie de Tiris El Gharbia. Il faut savoir que la majorité de l’administration territoriale mauritanienne est issue de cette formation. Il n’y a pas pour les mauritaniens de concours d’entrée comme pour les marocains alors que les étudiants de l’ENA de Nouakchott passent un concours. Par ailleurs, on n’a pas besoin d’être bilingue. C’est ainsi que les défaillances de l’administration mauritanienne surtout pendant les années de braises (89-91) sont liées pour la plupart à ces administrateurs formés sans passer par le cursus habituel et arrivés dans une optique politique sectaire, le plus souvent (baassistes et nasséristes). Ce fût le cas de la justice avec les magistrats de l’ISERI mais là, c’est un autre sujet…

Revenons à notre Commissaire, il intègre donc à la fin de sa formation le cycle très convoité des administrateurs civils, sans concours, encore une fois, comme par magie.

Il est nommé directeur adjoint de l’administration territoriale au Ministère de l’Intérieur puis en 1993, à la création du Secrétariat de l’Etat civil, directeur des études et de la règlementation sous Khattar O. Cheikh Ahmed. Il gère ainsi le projet financé par la Coopération française pour l’état civil qui sera une catastrophe sans nom.

En 1996, après le départ de Khattar, il est démis de ses fonctions sous le nouveau Secrétaire d’Etat, Abdelwedoud.

En 1998, il reprend la même direction, à l’arrivée à la Primature de O. Guig. Les centres d’Etat civil à l’intérieur du pays et dans les Moughataa de Nouakchott, deviennent de vraies boutiques où des « kits » de l’Etat civil sont en vente comprenant actes de naissances, livrets familiaux etc. Le tout informatisé et en bonne et due forme…

Par la suite, sous le règne de Taya, l’Etat civil redevient une simple direction comme elle devait toujours l’être en sachant que Taya a gagné toutes les élections 1991-92, 1997 et 2003 avec sa complicité bienveillante malgré les remarques des bailleurs de fonds étrangers.

Le 3 août 2005, Jiddou O. Abderrahmane est nommé Secrétaire général du ministère de l’Hydraulique. Au bout de 2 mois et malgré l’appui de O. Ghazouani qui l’avait proposé, il est viré par Ely O. Mhaïmid, le ministre, médecin vétérinaire de bonne et classique formation et ancien directeur au ministère du développement rural. Les raisons de son limogeage échappent à notre ami « Gorge profonde» mais le problème de compétence ne serait pas étranger à la décision…

Depuis il y a eu les élections et toutes les adhésions et retournements de vestes (et boubous, aussi), ce qui a bouleversé la carte politique. Le nouveau Commissaire aurait été du bon coté (et comment d’ailleurs !), ce qui explique qu’il ressurgit pour occuper un poste de rang ministériel au premier gouvernement, encore, de l’ère démocratique, celui de la IIIème République…

Mes meilleurs vœux, ainsi que celles de « Gorge profonde », pour les affaires sociales et la sécurité alimentaire en Mauritanie
YAN

72 commentaires:

Yanis le R. a dit…

Salut


Lire ancien directeur de crédits de la BMCI et non de la BCM.

Anonyme a dit…

salut tout le monde
avant de commencer la discussion je vous exorte chers cmpatriotes a etre objectives pour qu'on puisse avancer
merci

un chingui6i averti a dit…

salut
j'espere que vous allez m'accepter parmi vous
merci d'avance

Anonyme a dit…

Marhaba bik ya un Chinguitti. C'est Tidinit si c'est toi que je connais

Anonyme a dit…

C'est grave. Ce pays a besoin de redressement. Mais il faut paier les fonctionnaires de maniere decente

Anonyme a dit…

Trés étonnant!!

Pour destabiliser le pouvoir actuel, il est nécessaire d'apporter des vraies attaques.

Je crois que la lettre ouverte adressée au Président de la République émane d'une personne non consciente des problèmes de notre pays contrairement à ce qu'il pense.

En plus, je suis convaincu qu'en particulier vise la création d'un climat mal sein au niveau supérieur.

Permettez-moi tout d'abord de vous signaler ce qui suit :
- Une prémière où le SG du MEN vous a informé du comment ce marché a été attribué. Voudrez vous dire que la MEN et la commission a fait gagnée à l'état une somme closale d'env. 80 millions en attribuant le marché à SORECI. La chance pour les autres agences pour participer à l'appel d'offre lancé par le MEN.
Quel contradition pour chers bloggue....ur.....s!!!!!!!.
Nous ne pouvons dire que tout ça que de la MANIPULATION..........
(Veuillez autre preuve contraire et les jours qui viennent vous prouverons que nos chers ont trahis la population!!!!!).
Notre cher PM ne cherche aucun pardon s'il y a abus (comme la demandé auprès de nos parlementaire).

Pourquoi a dit-il ça, parcequ'il est convaincu qu'il surmontera les pb de ce pays. L'autre camps ne veut en aucun cas, par la confiance du Président, soit à la hauteur.

Par ailleurs, regardiez vous hier :
- comment nous gérons notre pays
- sur quelles bases
- de quelles manières
- par qui........

Certainement, avec la libre communication, le nouveau pouvoir est entrain de faire un état des lieux, sortir les défaillances de l'ancien système et non de l'actuel (parcequ'il n'a pas encore pris des mesures).

A cet effet, il y a lieu de dégager des mésures concrêtes, étudiées et économiques ce qui demandera du temps et non de façon brusque comme se faisait.

Faut-il croire à ça ou pas, je suis certain que d'autres veulent coude que coude pour empêcher ces réformes qui encours.

Je fait appel a tout le monde de se méfier des autres et de faire de façon objectif pour l'interêt du pays et seulement du pays.

En proposant d'autres idées et façons de faire vous contribuerez de prés ou de loin dans le changement. (comment peut on changer notre façon de faire, de traiter, de concevoir, de réaliser, ...ce n'est que pour commencer......).

Sur ce bolg, je crois à toutes les personnes qui écrivent dans la page principale parcequ'ils sont entrain de nous instruire sur les différents et le comment. Je leurs souhaite bonne chanse.

Pour changer le comprtement et la façon... ne croyez pas que c'est facile.......!!!
De ce fait, de notre devoir d'aider notre Président élu afin de s'ensortir des pb qui lui sont posés.

A+-

18 juin 2007 15:16

Message reconduit pour mémo.

Anonyme a dit…

Voilà vous êtes encore entrain de soupçonner seulement pour les raisons de remplacement du commissaire.

Une habitude et surtout pour écrire des articles............!!!

Qu'est ce qui se passe dans notre environnement...

Bali

Anonyme a dit…

Ouistiti a dit:

Yanis, Bravo.

Un coup de maître...dans la termitière de l'incompétence.
C'est terrible ce que tu nous revèles. Avec ce commissaire, la Sécurité alimentaire reprend le chemin de la bérézina!

lambda a dit…

Yanis,

le projet de ces habitations etait un bon projet pour la classe moyenne et pour les fonctionnaires qui ne peuvent pas cumuler d'un coup le prix d'une maison.
mais avec le retard cumulé, augmentation exagerée, plus l'absence de garantie sur la qualité des constructions, avec tout ca, le projet en soi devient rapidement moins attrayant que ce qu'il etait au debut.

c'est ce qui explique le nombre de désistements récemment.
vous n'avez qu'a faire une breve visite au sein de la BMCI et voir au passage la gentille responsable clientele.

malgré les desistements, les dossiers ne sont tjs pas à portée de ce lui qui veut en avoir.
pourquoi ?

en realité, il y a plusieurs facteurs, mais le plus apparent reste le laisser-aller observé par les autorités sensée superviser l'opération.
plus la non-transparance dans la gestion des affaires qui est une seconde nature chez les mauritaniens (moi le premier, je vous le dis par avance!).

Lambda.

Anonyme a dit…

Yes, Yes Mister Jiddou,

I know him, he was in Etat Civil for 2003.

He was a genious one, he couldn't write or speak, never french nor arabic.

he was a big specialist in dealing with public money.

That is horrible.

Sanhaji

maatala a dit…

Salam

Cher Yan

Mint tolba a eu elle aussi un lot de terrain à redistribuer à des femmes dites dans le besoin.

Sacré liste et Sacrées bénéficiaires: la fine crème reptilienne.

Houdou Ba a donné 20 terrains à sa moitié que celle-ci à redistribuée à ses copines.

Quand je propose la construction par l'état de 100 000 logement sociaux, c'est pour casser la spéculation et redonner au peuple ce qui lui appartient.

Entre NKTT et NDB ce n'est pas le terrain qui manque.

Il nous manque surtout de l'imagination et du volontarisme dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

Cher ami

Merci pour le billet de Solé

Ségoléne Royale c'est la version Mitterrand en jupe, un squal avec le sourire.

Chez nous les femmes n'ont besoin de se présenter à l'élection présidentiel.

Mariéme Daddah,mint Tolba et Khatou n'ont jamais été élues.

Pourtant dit le FOU

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

Dans la seri la campagne de presse pour nous vendre le reptile HEYINE, car ils nous prennent toujours pour des cons.

-----------------------------------

"SNIM-SOMELEC : La transposition est-elle possible


La nomination de Ould Heyine à la tête de la SOMELEC suscite à la fois espoirs et inquiétudes. Inquiétudes par rapport à l'appréciation des Mauritaniens d'aujourd'hui atteints d'un syndrome de phobie à l'égard du règne de Taya et de tous ceux qui étaient de son entourage immédiat qui sont considérés comme des indésirables.

Leur retour cahin caha nourrit le doute chez certains de nos citoyens du bien fondé de la volonté réelle de changement que prône la nouvelle direction nationale. A tort ou à raison, il est prématuré actuellement d'apporter un jugement sur l'action de la nouvelle équipe ; et en plus, on ne juge pas les hommes sur ce qu'ils sont mais plutôt sur ce qu'ils font.

Nous ne nous étalerons pas ici sur la personne de Heyine que nous ignorons, homme effacé, discret et peu bavard mais nous consacrant essentiellement sur l'action de la société qu'il a dirigé depuis plus de 20 ans et que nous avons côtoyé pendant 4 ans dans son lieu le plus névralgique ; Zouérate. Après chaque retour de vacance, dans cette cité ouvrière, ma fascination s'accroît davantage envers cette société qui fait une exception dans notre pays.


C'est ici où j'ai eu l'entière conviction de cette maxime qui dit que le travail donne une valeur à l'homme. La SNIM est à l'abri de la gabegie et des gestions douteuses qui ont toujours caractérisé. Cette société a su asseoir son propre modèle de gestion qui a fait ses preuves. La SNIM est aujourd'hui une société compétitive et performante dont La rigueur est le credo. Des hommes fiers de leur travail et conscients de la tâche qui leur incombe. J'avais à observer d'humbles travailleurs aux côtés de grands cadres manches retroussées à pieds d'oeuvre sans complaisance.

Redémarrer une usine complexe, dépanner un engin géant, tracer les contours d'un schéma technique compliqué, tout dans le souci de produire pour un meilleur rendement. La SNIM est une grande école, en plus de son rendement économique, elle a su perfectionner des hommes et assurer une pépinière d'élites. Des patriotes convaincus bravant les aléas climatiques les plus extrêmes à demeurer toujours utiles à servir le pays.

Heyine a présidé aux destinées de ce cénacle pendant plus de deux décennies en apportant sa contribution à cet édifice qui est une fierté nationale. C'est sou son égide que la SNIM a connu un grand essor en se ramifiant en plusieurs filiales qui jouent un rôle important dans le développement socio économique. Il a quitté la SNIM par le grand portail et a laissé une société au top niveau, crédible, performante, rentable avec des caisses bien garnies.

Son départ était pathétique, il reconnaît lui-même là où il n'a pas été brillant ; le volet social. Un fait que ne lui pardonneront jamais ses ex-employés qui ont galéré tant d'années pour ramener la société au niveau actuel. Heyine était plus sensible au sort d'une machine qu'à celui de son machiniste.

L'arrêt d'une usine, le déraillement d'un train ou la panne d'une pelle aiguisent plus ses états d'âme que n'importe quel autre incident. Son départ a été un g rand ouf de soulagement pour les travailleurs mais si les installations de la SNIM avaient à s'exprimer, elles diront qu'elles ont perdu un grand protecteur. Aujourd'hui, le démiurge de la SNIM est à la tête de la SOMELEC. Heyine aura-t-il la latitude de transposer le modèle de la SNIM à la SOMELEC ? Tel est le défi grandiose qui attend le nouveau DG.

La SNIM et la SOMELEC deux mondes et deux approches différentes. La SNIM est une société industrielle qui a vécu un peu à l'écart du système qui lui a donné carte blanche à s'autogérer moyennant les subventions qu'elle lui verse. Cette autonomie l'avait mise à l'abri de la gangrène qui a touché l'ensemble des institutions. Et son contact permanent avec l'extérieur est un facteur important dans l'amélioration de ses performances et de sa gestion (échanges d'idées, compétences, etc.). Par contre la SOMELEC a souvent été utilisée comme une carte politique à la merci des barons qui la pillent à tour de passage.

Son personnel est son premier fossoyeur. Cette société de prestation de services, vu sa clientèle et l'argent qu'elle génère ne peut en aucun cas s'imaginer en faillite. Pour conclure, nous pouvons dire que la de SOMELEC a eu l'homme le mieux indiqué pour la mener à bon port et en faire une société digne de ce nom qui répond loyalement au service qu'on attend d'elle. L'optimisme est bien là.

HAROUNA CISSÉ
-----------------------------------

Sidioca en guise de remerciement de ton pote Ould heyine ,tu aurais pu le nommer ambassadeur en jordanie par exemple.

Au moins les caisses de nos entreprises dites nationales seraient à l'abri d'un prédateur hors classe.

C'est comme cela que les présidents américains remercient leurs potes dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

Silence les Gars
C'est calme chez vous ce soir. Vous n'avez rien à dire et donc vous choisissez le silence. c'est la sagesse.
Et pourtant, les sujets ne manquent pas.
Silence , on a soif,l'eau manque.
Silence le Trés maladroit IGE divague.
Il a attaqué vertement Ba Mbaré (cf site Al akhbar) au sujet d'un marché portant sur des voitures pour le Senat , il l'a fait dans l'emission bissaraha ( en toute transparence) mais l'IGE ne sait pas apparemment que son metier exige le silence. il n'est pas du tout sage ce mec. il ferait mieux de jouer ''Pot troué'' ce qu'il dit publiquement est contraire à l'ethique de l'administration qui doit etre ecrite et pas folklorique..
Silence on se dechire , au sein du pouvoir ,cordialemment entre partisans amatteurs d'un PM bébé eprouvette qui ne sait pas par où commencer et une classe de politiciens habitués à exercer sa force occulte en cherchant à faire plaisir aux vrais detenteurs du pouvoir et qui n'entend pas baisser les bras..
silence , l'opposition s'en dort,elle ne sait pas que faire avec un statut taillé à la mesure de son president qui croit etre né pour devenir president de la republique...
Silence on se noie, on se noie...

Anonyme a dit…

On se reveille un peu quand meme, meme si la deception est toujours la.

A propos des logements sociaux, je pense que c'est le seul remede a nos habitants des quartiers peripheriques de trouver un toit decent et a nos fonctionnaires d'arreter le phenomene de la gazra.
Mais bon sang, nous sommes moins de 3 millions et avec l'argent du poisson, du fer, de l'or, du petrole, de l'aide internationale et j'en passe, nous sommes encore a l'ere du fut d'eau a 1000 UM et des coupures frequents d'electricite.
Que se passe-t-il ? sommes nous voues a une tragedie sans fin? Il doit bien y avoir un remede quelque part a notre mal, la mal de vivre.

alioune

Anonyme a dit…

C'est dingue!
je viens d'apprendre ( cf site al akhbar) que le zigoto IGE a présenté ses excuses au President du Senat et a reconnu publiquement que les accusations qu'il avait lancées au sujet d'un marché de vhécules passé par le Senat, sont fausses..
au plus fort du ridicule, l'IGE dit qu'il etait à Nouadhibou et qu'il n'a pas pu verifier ses informations! tiens,il a dù, peut etre, fumer ''l'insaissable drogue '' enfouie dans la capitale economique!

Anonyme a dit…

IGE,a toujous été un homme intègre. La langue de bois, il l'a coupée en faisant de la transparence de son propos la seule arme qui peut contraindre ces voraces à mettre un terme à leur sale besogne. Lors de l'émission Bissaraha, il a usé de son arme redoutable qu'est la transprence. Il a épinglé tour à tour le sénat, les dministrations, les administrateurs et tous ceux qui peuvent nuire de près ou de loin notre pays. Pour raison d'état, il l'on obligé hier soir à renier son propos. Ils veulent le remodeler, le rouler dans la farine, le mouler dans le moule de la mauvaise foi. Ils ne savent pas ce qu'ils ont perdu, ton honêteté légendaire.
Mohamed Horma, tu aurais du tenir bon, pour quelques raisons que ce soit rester ferme sur ta prestation que nous avons jugée pertinente.
Tu as été pertinent. Comme toujours.
Ton démenti d'Hier soir fut un véritable flop. Ce n'était pas ta nature.
Comme a dit l'autre, "L'homme est né bon mais c'est la société qui le corrompe".
Tiens bon. Ne démissionne pas. Reste en travers de leur gorges chaudes.
On te soutient. D.Ousamne

lambda a dit…

l'Ex PRDS et résidus de l'ancien régime est entrain de tordre le bras à Ould Horma representant de l'inspection generale.

l'IGE va-t-il payer sa franchise (bissaraha) ?

moi, je vous dis une chose : si l'IGE tombe, le "systeme" tombera avec.

trop c'est trop.
Elmi3ad elgueddam!

Lambda.

Anonyme a dit…

L'IGE, a toujours été precurseur sur son temps. Qui ne se rappelle pas de son refus de remmettre la lettre d'attribution d'un terrain à un enfant. Qui ne se rappelle pas de son exigence de prélever l'impot au préalable de tout règlement de facture? Pour ta franchise et ton honneté, tu as payé. Tu avais perdu tes postes, tes amis, tout! sauf ton âme.
Une fois de plus, tu vas tomber Mohamed Horma. D'ailleurs, ta chute était programmée dès lors qu'on t'a envoyé dans cette affaire du "Meddeline"et de la "Camora" ou l'exigence du silence fait loi:
"le silence ou la mort".
Or toi, tu as choisi de parler et partant choisi de ....
Que Dieu te preserve longtemps pour la Mauritanie, aussi "dans la meilleure des Mauritanies possibles" voeu pieu pour lequel tu as tout sacrifié et, immanquablement verra jour inchaallah.

D.ousmane

Anonyme a dit…

Moi je soutiens l'IGE pour sa franchise et je voudrais que toutes les bonnes volontés s'insurgent contre la campagne d'intimidation que les sénateurs Mithaquistes ne manqueraient pas de mener contre lui. Ils sont dangéreux et malheureusement majoritaire au niveau du Sénat. Ils sont surtout spécialistes dans l'art de la fabrication

Tiens bon, monsieur l'IGE, si tu es convaincu de la justesse de ta cause, sinon tu nous as trahi, tu nous as pris pour des cons et tu ne mérites que ça.

Anonyme a dit…

Salam

Lu sur Cridem

Déficit budgétaire, comptes Trésor,..............

Voilà quelqu'un qui connait ce domaine..............

Certainement, plus des détailles seront annoncées par le MEF lors de la séance parlementaire consacrée à ce sujet.

Mefiez vous, soyez constructifs pour ce blogg.

Anonyme a dit…

Quand on dévoile les petites affaires des petites gens,on devient un ennemei à abattre.C'est la première fois que quelqu'un de cette position dénonce au vu et au su de tous les pratiques malveillantes. L'erreur que l'Ige a dit avoir été l'objet est fatale pour lui. Elles dénonce tout ce qui'l a fait et partant détruit l'édifice qu'il a jusque là construit. Tous les voleurs peuvent maintenant prétendre qu'ils ont été épinglé par "Erreur"!!!! Ommalou Galha ealle chachett tlveze. Fin des haricots.

Anonyme a dit…

Comment arrêter la gabégie quan on continue à parachuter des responsables qui n'ont aucune spécialité dans les "domaines qui leur sont confiés".
Autant pour les postes dits "politiques" tout est possible en terme de nomination autant il est inacceptable de perpetuer la même erreur pour les postes techniques.
VOILA CE QU'IL NOUS FAUT:
-Un ingénieur en électricité à la SOMELEC
-Un ingénieur Hydraulique à la SNDE
-Un ingénieur Mine à la SNIM
....
....
-UN SPECIALISTE DANS CHAQUE DOMAINE DE COMPETENCE

STOP AUX PARACHUTAGES ET AUTRES "ADMINISTRATEURS DE L'ENAP"

rimo a dit…

salut tous ,


moi aussi je suis déja allé +ieurs fois visiter le site.
à vrais dire il me semble que le chantier traverse pas mal de problèmes dûs à l'incompétence et au népotisme de ses entrepreneurs,chaque jour un problème.
les maçons sont mal payés ils abandonnent tout le temps.

écoutez ce que dit mon ami:un entrepreneur

je connais tous ce qui bouge laba et j'ai négocié pas mal d'affaires avec les entrepreneurs en manque de liquidité.
je suis dans le domaine du batiment
tous ce qui est briques et composantes.
pour ce chantier je leur fais des dettes sur 2mois avec 10% d'interrêt.
c'est lucratif mais il faut savoir supporter.
je suis complice avec le chef des maçons ce qui me facilite la tache quand il y a par exemple des concurrents qui veulent m'écarter le chef menace d'abandonner lui et son équipe sous pretexte que leurs briques sont de mauvaises qualité.
moi aussi mes brique sont de mauvaises qualité c'est à dire semi-dosées en ciment mais si vous aimez les biscuits , ça ressemble .


j'ai préféré ne pas citer de noms(hommes et femmes) car après tout on veut pas que notre businesse foire.


blog rimo

Anonyme a dit…

La replique des voleurs du Senat a la declaration de l'IGE. Ils sont au dessus de la loi ces voyous: appreciez:

Le Sénat réagit

Contacté par Nouakchott Info, le secrétaire général par intérim du Sénat, le magistrat Fadhily Ould Raïss ne mâchera pas ses mots : «Encore une fois, l’IGE se comporte comme un rodomont. Les propos qu’il a tenus, au cours de l’émission «Bissaraha» sont considérés par les sénateurs et leur administration comme mensongers et délictuels. Ils touchent de plein fouet l’honneur et la délicatesse de cette prestigieuse institution. Le Sénat se réserve le droit d’étudier la question par ses organes spécialisés en vue de la conduite à tenir qui sera conforme à la loi.

J’attire l’attention de l’Inspecteur général de l’Etat que le Parlement échappe à son champ de travail car deux principes généraux de droit organisent le fonctionnement des deux Chambres et sont une conséquence du principe de la séparation des pouvoirs, à savoir l’autonomie financière et l’autonomie administrative.»

Anonyme a dit…

L'IGE n'est pas stupide et il sait ce qu'il dit. Maintenant, le probleme pour tout le monde c'est comment s'assurer que la marmite familiale fonctionne a plein (Couli enta vem?). D'où probablement la facilite avec laquelle ils vont le faire taire. C'est une epreuve pour le Senat et on va voir comment ils vont agier. Acheter des voitures d'occasion ! Quand l'argent de l'Etat va atteinfdre les babbas ?

Anonyme a dit…

Lire "Quand l'argent de l'Etat va atteinfdre les kebbas ? "
===
Quand l'argent de l'Etat va atteinfdre les babbas ?

Anonyme a dit…

En attendant que le feuilleton IGE/Senat prenne fin,pouvez-vous me dire à quoi sert un sénat dans un pétit pays pauvre,comme la Mauritanie,sinon à dépenser l'argent du contribuable?.Sidioca,s'il veut vraiment du bien doit dissoudre l'Assemblèe Nationale(afin de la purifier des Roumouz qui l'infestent) et supprimer le sénat qui n'a aucun rôle...

Anonyme a dit…

Communiqué de la RÉSIDENCE DE L’UNION DES FORCES DE PROGRÈS
mardi 19 juin 2007
par admin
popularité : 0%
En prenant connaissance du journal américain en ligne « The New Yorker », nous venons d’apprendre ce qui suit, dans un article signé par Mr Seymour M. Hersh, le 15 juin 2007, se référant à la déposition du Général Taguba auprès du Congrès, au sujet des prisonniers de Guantanamo :

"Un ancien responsable de haut niveau des services de renseignements et un consultant du gouvernement m’ont dit qu’après la révélation de l’existence de prisons secrètes de la CIA en Europe par le Washington Post, en fin 2005, l’administration a réagi par un nouveau centre de détention en Mauritanie. Ils disent qu’il était beaucoup plus facile pour la communauté du renseignement d’y cacher les vols secrets, après la prise du pouvoir par un gouvernement ami des USA, suite à un coup d’État sans effusion de sang en août 2005"

C’est une information d’une extrême gravité, relative au comportement des autorités de la transition, accusées de complicité avec la CIA, mise en cause par l’opinion publique américaine et l’opinion internationale, quant au respect des conventions internationales pour le traitement des prisonniers de guerre.

Nous souhaitons vivement que le gouvernement mauritanien procède aux enquêtes indispensables en la matière et informe le peuple mauritanien et l’opinion publique internationale sur cette question d’une importance primordiale.

maatala a dit…

Salam

De l'anonymat

je suis inconnu, et cela correspond à ma vision des choses,car les seules années qui comptent sont celles de l'anonymat.
Etre inconnu est une volupté, avec des cotes amers parfois, mais c'est un état éxtraordinaire.

Tant mieux dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Il est clair que le putsch degueulasse du 3 Août est l'oeuvre malsaine des USA et de leurs esclaves les Européeens.

C'est pour cela que SON EXCELLENCE LE PRESIDENT DUMENT ELU DE LA REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE, MONSIEUR MAAOUIYA OULD SID'AHMED TAYA a si bien dit qu'il s'agisse là d'un coup de force contre la Nation.

un Maaouiste qui n'est pas COULY le grand

Anonyme a dit…

Ils ont voulu faire avaler à Maaouiya ces histoires de prisons secrètes, de bases militaires, il n'a pas voulu, ils l'ont fait tomber.

Ces occidentaux vont payer cher à l'humanité du mal qu'ils ont fait partout.

Leur jour viendra eux aussi

Anonyme a dit…

Horma croit qu'il est en dessus de la loi, il faut que les législateurs lui fassent comprendre qui ils sont.

Vive le Sénat, à bas Horma

Anonyme a dit…

Voici l'extrait de l'Article du The New Yorker

The Pentagon consultant said in an interview late last year that “the C.I.A. never got the exact language it wanted.” The findings, when promulgated by the White House, were “very calibrated” to minimize political risk, and limited to a few countries; later, they were expanded, turning several nations in North Africa, the Middle East, and Asia into free-fire zones with regard to high-value targets. I was told by the former senior intelligence official and a government consultant that after the existence of secret C.I.A. prisons in Europe was revealed, in the Washington Post, in late 2005, the Administration responded with a new detainee center in Mauritania. After a new government friendly to the U.S. took power, in a bloodless coup d’état in August, 2005, they said, it was much easier for the intelligence community to mask secret flights there.

Anonyme a dit…

C'est vraiment honteux pour notre pays de servir de lieu de détention de gens innocents.

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"19 juin 2007 : Etat d'urgence, démocratie et dépendances...

--------------------------------------------------------
Une pensée pour nos frères déportés
--------------------------------------------------------
Faut-il attendre une providentielle ingérence pour admettre que le pays se vide de sa substance. L’état s’épuise en petites circonstances. Les transhumances putschistes n’y ont pas laissé de prise à la bonne gouvernance. La sécheresse vient y durcir les modes de subsistance. La famine et la soif s’y annoncent sans surprise ni coïncidence. Même le réseau électrique entre en transes n’éclaire plus le peuple sans pitance. Seule une élite sans conscience profite encore des circonstances. Par non assistance à peuple en souffrance. Trafics d’influences. Enrichissement illicite à outrance. Tout en confiance. Sans cure ni clémence.



Petites et moyennes bienfaisances

C’est dire que la concession d’un quart de trop perçu salarial n’est pas gage d’autosuffisance pour des masses en convalescence. Il faut plutôt rétablir une équivalence entre la solde officielle et les conditions réelles d’existence. Pourquoi pas une paye en citernes d’eau ou barils d’essence ? Afin que sans risque d’accoutumance, le gouvernement prenne la juste mesure de l’indigence.




De toute évidence, l’on pense à ce seigneur de la bonne gouvernance qui se répand en petites et moyennes bienfaisances. Sans préjudice pour une mosquée historique en déliquescence, le braquage épisodique de l’état et ses instances ne doit pas justifier les extravagances. Autant d’aisance que de complaisances. A coup de millions dans tous les sens. A l’abri d’un «empire des sens» qui s’accroche à la présidence comme une pétroleuse dépendance (Kejj erria-ceu).Quelle impudence, tout de même, vis-à-vis du peuple aplati qui continue d’en subir les carences et contre-performances !

Ce n’est pas que bienveillance de disputer un ex-président autoproclamé sur l’état de «ses» finances. Il y va presque de l’hommage à la munificence et l’insouciance en ces temps de chétive pitance. «Mine eyneu lekeu hadha (d’où tiens-tu cela ?)» aurait tranché l’islamique sentence. Tant il est vrai qu’en période de faible croissance, il faut craindre que telle impunité ne fasse jurisprudence. Avec une retraite militaire d’une telle importance, quelle sera la semence sous le képi des officiers en jouvence ? Un modèle pour le putschisme free-lance ? Une concurrence au pas de cadence pour le style de vacances ?



La caravane du Prince

Qu’il agisse sous tutelle ou en toute indépendance, le régime civil ne suscite pas autant d’appétence. Destitutions et promotions y vont à contresens. Réceptions et décrets se suivent sans pertinence. Sans réelle virulence, cette démocratie de forme- pour ne pas dire d’apparence- ne suffit pas pour nourrir et fédérer les consciences. Le citoyen n’y retrouve pas les moyens d’une maigre dépense. Sa quotidienne redevance. Sans luxe ni exubérance.



Sous l’ancien régime, le pouvoir illégitime fondait son omnipotence sur la persistance de primitives survivances. Face à l’état, le peuple était sans défense. Sans instructions ni exigences. Tout imbu d’indue reconnaissance pour services non rendus ou détournés sans science. D’où cette absence d’écoute officielle pour les critiques et ordonnances. La caravane du Prince passe et récompense sa «chienlit» qui outrepasse, se surpasse et se dispense. Sans prêter à conséquences. En parfaite connivence. Une assurance mutuelle qui commence et recommence !!!


Mais en démocratie, même de forme, le pays attend une renaissance. Le vent des libertés permet d’orienter les résistances. L’opposition légitime est là pour partager les compétences. La justice s’enrichit de hautes instances pour prévenir toutes turbulences de gouvernance. Au quotidien et avec insistance, les médias dénoncent les abus et insuffisances. Même l’analphabétisme- enfin combattu- n’est plus un frein pour les dissidences. Finie donc, la coalition des indifférences. Balayé aussi, le sempiternel état d’urgence qui se joue des vrais enjeux et doléances. Sans merci ni indulgence, le pouvoir élu doit répondre de ses manquements ou errances.

Cheikh Touré


maatala

maatala a dit…

Salam

A l'ami qui me dédit les billets de sollé

A toi cette citation de CIORAN

"On doit se ranger du coté des opprimés en toute circonstance,méme quand ils ont tord,sans pourtant perdre de vue qu'ils sont pétris de la méme boue que leur oppresseurs"

cioran

Fraternellement

Maatala

pr_ely_mustapha a dit…

Sept fois...

Lorsqu’un haut responsable de l’Inspection Générale d’Etat, institution qui a la préséance sur toutes les autres institutions de contrôle de l’Etat, se prononce sur une question relevant de ses compétences il faudrait qu’il tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler :

- Une fois pour bien soupeser arithmétiquement les chiffres qu’il va avancer sur les faits vérifiés

- Une deuxième fois pour bien rattacher ces chiffres aux faits délicteux rapportés

- Une troisième fois pour évaluer leur impact (social, professionnel) sur ceux qui sont les auteurs de ces faits délictuels

- Une quatrième fois pour s’assurer des incidences médiatiques de ces faits sur l’image de leurs auteurs

- Une cinquième fois pour s’assurer de l’existence et de la tangibilité des preuves des faits avancés

- Une sixième fois pour confectionner les moyens de défense face au démenti

- Une septième fois pour réduire à leur plus simple expression les marges d’erreur sur l’appréciation des chiffres, l’existence des faits et l’identité des auteurs.


Lorsqu’un président de Sénat, institution législative deuxième pouvoir de l’Etat, se prononce sur des propos avancés par une autre institution de l’Etat, à savoir l’Inspection générale d’Etat, il doit tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler :


- Une fois pour bien soupeser ses allégations face à une institution d’inspection qui a des moyens d’investigation qu’il n'a pas

- Une deuxième fois pour rejeter toute attitude personnelle dans une situation qui exige plus la démonstration que la confrontation

- Une troisième fois pour ne pas céder à l’indexation d’une personne plutot qu’à la remise en cause du travail d’une institution d’inspection

- Une quatrième fois pour ne pas tomber dans le cliché d’un président de Sénat « outragé » par un inspecteur général « manipulé » mettant à mal la crédibilité des institutions de l’Etat.

- Une cinquième fois pour refuser de tenir des propos qui viseraient à vouloir sanctionner plutôt qu’à rechercher la vérité en requérant les preuves

- Une sixième fois pour ne pas engager le Sénat dans une voie de confrontation qui altère l’image de cette institution qui représente en principe la sagesse et la tranquillité du pouvoir législatif.

- Une septième fois pour préserver ce qui reste à préserver dans un cas similaire : le respect que les institutions de l’Etat, au-delà des crises, se doivent les unes aux autres.


Mais si l’Inspecteur Général de l’IGE n’a pas eu les reflèxes précités l’emmenant à des excuses , il n’est pas moins loti que le Président du Sénat qui au-delà des excuses s’est employé à en faire une affaire aux conséquences infinies.

Que l’Inspecteur se soit trompé (ce qui peut arriver, bien qu’il n y a pas droit) ou qu’il ait subi des pressions pour se retracter, que le Président du Sénat se soit senti outragé et a requis tous les moyens de la sanction, il ne nous reste à nous autres , sujets d’un peuple inerte, qu’un arrière goût de l’inconsistance et de la désinvolture de nos institutions.

Institutions qui se devraient de travailler dans la rigueur de leur mission, la respectabilité des conclusions qu’elles apportent et la consistance de ceux qui les représentent.

Car en définitive comment voudrions-nous que le citoyen puisse croire en un Etat dont les institutions ne semblent accordrer ni rigueur dans leurs actes ni respect dans les rapports qu’elles entretiennent entre-elles.

Au-delà d’un Inspecteur général (consciencieux, qui s’est trompé, ou qu’on a influencé), au-delà d’un Président de Sénat vindicatif (oubliant la sagesse de son rang), c’est l’Etat, représentation de la Collectivité nationale, qui a subi dans son image la plus grande des conséquences.

Pr ELY Mustapha

Anonyme a dit…

J'ai lu "The General's Report" by Seymour M. Hersh.

It's much to do about nothing! Il dit: "...After the existence of secret CIA prisons in Europe was revealed...the administration responded with a new detainee center in Mauritania..."
AND SO WHAT?

Seymour M. Hersh et son journal the New Yorker sont connus pour leur animosite' contre l'Administration Americaine. Ne perdez pas de vue que l'Amerique et la Mauritanie ont ete' toutes deux victimes du terrorisme international. Le peuple Mauritanien n'oubliera jamais ses 15 braves soldats qui ont ete' froidement abattus par des terroristes. Tout comme le peuple Americain n'oubliera jamais l'attaque du 11 Septembre 2001. Nos deux gouvernements ont l'obligation morale de travailler ensemble pour contrer ces criminels arme's qui salissent le nom de l'Islam, sement la terreur sur leur chemin et tuent d'innocentes personnes!

Ce n'est point du tout une question de se ranger du cote' du plus fort contre le plus faible. C'est plutot une question de RECLAMER LE NOM DE RELIGION, L'ISLAM DE CES CRIMINELS TERROSRISTES QUI SONT DETERMINE'S A' L'IDENTIFIER AVEC LA MORT ET LA HAINE. Ces terroristes n'ont pas hesite' a' tuer des musulmans en Arabie Saoudite, au Liban, en palestine, en MAURITANIE, au Maroc, en Algerie, en tunisie, en Ahghanistan, au Pakistan, et en Malaisie...etc. Les musulmanes et les musulamns sont ceux qui souffrent le plus des actions terroristes!

Je ne vois aucune utilite' de persister dans cette discussion a' propos d'un centre de detention en Mauritanie. Le rapport ne dit pas ce qui s' y passait et il ne sert a' rien de SPECULER!

En tant qu'intellectuel, je suis oppose' a' toutes les formes de tortures. Cependant, permettez-moi de dire que les centres de detentions et la tortures ont toujours existe' en Mauritanie. Le President de DSF Mr. Ahmed Ould Saleck etait dans un centre de detention MAURITANIEN et il a ete' torture' par des MAURITANIENS!!!!
Les Europeens aussi ont ouvert un grand centre de detention chez nous pour refouler les pauvres Africains qui sont tente's par l'aventure Europeenne!

Les etats font ce qui est bon pour leurs inerets. Je suis convaincu que les USA et la Mauritanie ont interet a' travailler ensemble pour conter le terrorisme international. Les Mauritaniennes et les Mauritaniens n'ont aucun interet a' voir notre zone frontaliere avec l'Algerie, le Maroc et le Mali se transformer en un nid pour les terroristes du monde.





PS.

Je prie les Mauritaniennes et les Mauritaniens qui ont deja decrete' l'echec du vieux de mediter sur les mots suivants:

"...WHAT IS SUCCESS?


Setting goals
But not in concrete

Staying focussed
But turning aside to help someone

Following a plan
But remaining focussed

Moving ahead
But not too fast to smell the flowers

Climbing the ladder
But not stepping on toes

Fighting to the finish
But choosing your battles

Taking a bow
But applauding those who had a part in your success"

Aidez et encouragez le vieux!

VIVE LA MAURITANIE!
VIVE LE PEUPLE MAURITANIEN!

Anonyme a dit…

Il faut lire: "...de reclamer le nom de NOTRE religion l'Islam..."

Anonyme a dit…

Il faut lire: "...pour CONTRER..."

Sorry for the mistakes. Je suis fatigue'!!!

Anonyme a dit…

Professeur ELY,
Je ne sais pas si vous prenez position pour l'IGE ou le président du Sénat, mais vos propos ne peuvent coller avec la situation de nos respondsables. Réfléchir avant de parler ce n'est pas un but pour eux. C'est explicable par leur situation morale et matérielle. Ils cherchent toujours à cacher la moitié de la vérité ou de leur pensée pour qu'ils ne soient pas critiqués ou même punis.

Depuis ces année passées le langage de la réalité n'existe plus et l'IGE a essayé justement de dire ce langage et c'est le problème. C'est contraire à la pratique et c'est contraire à la mentalité de tout le monde presque.

Moi, je pense que l'IGE est en train de déranger beaucoup de gens et on cherche à la faire taire à travers ould Horma. C'est regrettable il n'aurait pas du s'excuser cela diminue de sa crédibilité et le jette aux loups.

Quant au Président du Sénat, il a saisi cette occasion pour crier son innocence en tout et se faire une popularité. Ould Horma est un bouc emissaire.

D'accord avec vous professeur qu'à bien voir ce qui lui arrive, il aurait du tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Pourquoi se précipiter quand on est pas sur de ce que l'on dit. peut-être aussi il a été menacé?

On le saura plus tard , en Mauritanie on finit pas savoir.

Anonyme a dit…

L'IGE et le sénat sont des alliés objectifs .sinon il y a quelque chose qui ne va pas.
Soit l'IGE n'est pas sérieux et cherche la propotion personnelle,
Soit le sénat a fait fi de l'objectif commun aux deux institutions en question qui est la recherche éfrnée de la bonne gouvrnence et la préservation des deniers publiques.
Une telle querelle de clochers n' est digne ni de l'un ni de l'aure.
IGE et Sénat doivent arrêter les dégats et attaquer les Roumuz-lvessad leur ennemi commun.
Sauf si réellement il se trouve que Horma ou M'baré (ou les 2)ont un pied dans Lvessad et là il faut le démontrer et en tirer les conclusions.

Anonyme a dit…

ano précédent,

tu écris:
"Sauf si réellement il se trouve que Horma ou M'baré (ou les 2)ont un pied dans Lvessad et là il faut le démontrer et en tirer les conclusions. "

C'est exact.

Anonyme a dit…

Je mets ma main au feu, si l'IGE n'a pas été ménacé. Horma de tout temps a été marginal. De tout temps il a usé de rigueur en vers lui même aussi bien envers son entourage proche. Il a toujours été discret, consciencieux. En évoquant les faits du sénat, c'est que réellement les faits sont là. Si le sénat pousse le bouchon trop haut par l'intermédiaire de ould Abdel ghahar, Mouhamed, de grâce,agis. Nous savons que tu ne nous decevra jamais. La bataille est rude et ne fais que commencer.

Ils savent qu'en commençant par le Sénat, tu épingleras immanquablement les autres institutions.
Donc t'abattre est leur ultime salut et pour le favoriser, tu as tendu le cou à leur couperet.

Parceque Tu nous as fait rêver un moment que l'administration de la Mauritanie pourrait avoir la chance d'être saine, transparente et équitable, tu ne sera jamais seul dans tes déboires.
Le mouvement est lancé. Ce sera comme tu veux!!!

D.ousmane

Anonyme a dit…

A mon ami Maatalla

Je te dedie ce billet de Solé dans ton anpnymat militant que je partage avec toi tel un frere jumeau, j'estime que ce combat, c'est notre maniere de ''mourir'' (je préfere vivre) pour la Mauritanie

Ps: il y'a une difference de nature (et non seulement d'orthographe) entre Cioran et Coran


Chronique
Racine carrée, par Robert Solé
LE MONDE | 19.06.07 | 13h42 •

En 1939, on se demandait s'il fallait "mourir pour Dantzig". Aujourd'hui, c'est la Pologne elle-même qui se déclare "prête à mourir" pour défendre un nouveau système de votes à l'Union européenne, reposant sur la racine carrée du nombre d'habitants de chaque pays.

Les frères Kaczynski, qui se partagent le pouvoir à Varsovie, sont têtus comme pas deux. Ils entretiennent le suspense, refusant de dire lequel représentera son pays au sommet européen du 21 juin. Or, Jaroslaw, le premier ministre, est plus intransigeant que Lech, son jumeau, le président de la République. Ce n'est pas bonnet blanc et blanc bonnet.
A la place de Nicolas Sarkozy, je me méfierais. Déjà, l'autre jour à Varsovie, quand il a été reçu par Lech puis par Jaroslaw, rien ne prouvait qu'il les avait rencontrés dans cet ordre. N'était-ce pas d'ailleurs, comme au théâtre, la même personne, qui serait sortie par une porte pour entrer par une autre, avec un costume différent ?
Docteur Freud, l'Europe a besoin de vous. Il faudrait d'urgence éclaircir le lien entre racine carrée et gémellité.

Robert Solé

Anonyme a dit…

Mattalla, mon ami

il faut lire anonymat et non anpnymat

salut

maatala a dit…

Salam

Cher ami

Merci pour ce billet

Il y a deux Livres qui ne me quitte jamais c'est le CORAN et les oeuvres complètes de CIORAN.

"L'espoir et le désespoir"

Cioran a dit:

"Mon idée , quand j'écris un livre est d'éveiller quelqu'un, de le fustiger. Etant donné que les livres que j ai écris ont surgi de mes malaises, pour ne pas dire de mes souffrances, c'est cela même qu'il doivent transmettre, en quelque sorte au lecteur. Un livre doit tout bouleverser ,tout remettre en question"

Ce fut une révélation pour moi et elle est à l'origine de ma présence sur notre espace de liberté.

Fraternellement

maatala

maatala a dit…

Salam

Cher ami

Les gnomes polonais jouent de leur gémellité.

Par contre chez nous nous avons des triplés: Azziz ,Ghazouani et Khattou.

Notre conseil de sécurité à nous.

Le plus drôle : c'est quand la présidente reçoit les conseillers et leurs dit "nous vous gardons ,à cause de la confiance ( la servilité) dont vous avez fait preuve à l'égard de Taya et ELY ".

On sait qui porte la "SRWAL" dit le FOU.

fraternellement

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Finances publiques: scandale ou mensonge d'Etat ?

La situation économique et financière de la Mauritanie avant le 03 août était catastrophique au point de figurer parmi les raisons avancées par le CMJD pour justifier le coup de palais. Dès la première semaine de prise de pouvoir le gouvernement mis en place dénonce la conspiration opérée sur les chiffres et bilan présentés jusqu'ici par la Mauritanie. C'est à cette date que nos dirigeants ont inauguré une nouvelle politique de jeu avec les chiffres.

Aujourd'hui nous somme en face de trois déclarations toutes différentes et il serait très important pour le souci de transparence que la lumière soit faite sur les chiffres. Il s'agit en toute évidence d'un scandale ou un mensonge d'État.

Le 03 août 2005 a été un grand ouf de soulagement pour de nombreux mauritaniens. O/ Boubacar qui était alors ambassadeur de la Mauritanie en France se retrouva à la tête du gouvernement de la junte militaire. En parlant de la situation économique du pays il n'y était pas allé en demi mesure. L'État était lourdement endetté et les caisses totalement vides. Beaucoup d'éléments ont intervenu pour une bonne amélioration de la situation.



L'annulation de la dette extérieure, une meilleure gestion de certains patrimoines de l'état, la manne pétrolière aussi modeste quelle soit, entre autres. Certains financements et le train de vie de l'Etat ont permis une bonne visibilité de la situation économique du pays.

En plus de cela, les allocutions du premier ministre y allaient sans équivoque. Les caisses de l'état sont pleines. Et pour le commun des mauritaniens, la situation financière du pays se porte très bien. C'est ce que laissent croire les dires de l'ex-premiers ministre, mais aussi le stabilité de l'ouguiyas face à un marché très fluctuant et la satisfaction des partenaires au développement qui, dans leurs rapports, ont placés la Mauritanie parmi les pays ayant une croissance économique très importante.

La première déclaration qui a fait l'objet d'un exposé dense est celle rendue publique par le Premier Ministre du gouvernement de la transition Monsieur Sidi Mohamed Ould Boubacar. Au moment de remettre le témoin, ce dernier avait évoqué un indice de croissance élevé et déclaré que la situation économique et financière du pays après dix huit mois de transition était au beau fixe.

Aucun mot sur le déficit de la production pétrolière, rien sur les engagements onéreux de l'État et ses charges. La deuxième déclaration fut celle rendue publique par l'actuel Premier Ministre devant le parlement, lequel a quasiment remis en cause tous les chiffres avancés, parlé d'un déficit important au point d'alarmer les milieux financiers sur l'avenir de la situation économique du pays. Enfin une troisième sortie du Trésor Public qui prend le revers de ce discours en publiant des chiffres encourageants sur la situation économique.

A partir de cet instant, on doit donc se demander si ce n'est pas le début du commencement des chiffres truqués ou si au contraire une guerre ouverte entre le gouvernement de la transition et celui de qui lui a succédé n'a pas pris naissance.

Segheir O/Mbareck dernier premier ministre sous l'ère de Taya n'avait rien laissé à son successeur. L'équipe du PM de la période transitoire, ne l'a pas caché d'ailleurs à son arrivée aux affaires. Avec le staff gouvernemental de l'ère Ely, l'état dans lequel la Mauritanie se trouvait a été clairement expliqué aux citoyens, aux partenaires au développement et à l'opinion internationale en terme institutionnel, économique, entre autres.

Maintenant que la transition est terminée, et que les militaires ont remis la destinée du pays aux civils, ne serait-il pas raisonnable de voir ce que ces derniers ont laissé dans nos caisses? En d'autres termes, qu'est ce que Sidi Mohamed ould Boubacar a laissé à Zéine Ould Zéidane? Quoi qu'il en soit, les deux rapports de bilan de la transition, l'un en novembre 2006 et l'autre en mars 2007 ont forgé chez le mental des citoyens, des acteurs de la vie politique et des partenaires aux développement, l'idée selon laquelle, l'économie de notre pays se porte très bien.

À l'approche de sa sortie, l'ex-premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar a organisé devant un parterre d'organes nationaux et internationaux d'information, un point de presse qui fait suite à celui qui était organisé le 28 novembre 2006 et dans lequel il affirme, chiffres et preuves à l'appui, le bilan de la transition.

Lors de la présentation de son bilan de transition à partir du 3 août 2005 jusqu'au 28 novembre 2006, il a rappelé que l'acte du 3 août est intervenu dans un contexte de crise politique profonde marquée au niveau institutionnel par un pluralisme de façades et au niveau économique par une politique économique et budgétaire expansionniste qui a conduit aux dérapages que l'on sait (inflation, déficit budgétaire etc.).

Ainsi, en 2006 la croissance du PIB réel serait de 13,7% et l'inflation ralentie et maintenue autour de 9%. En Octobre 2006, les réserves étaient à l'équivalent de 1,2 mois d'importation contre 0,2 mois en juin 2005. Parallèlement, la bonne performance des recettes portera les ressources de l'État à près de 40% du PIB contre 26% en 2005. …

A la Fin du mois de mars dernier, l'ex Premier Ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar a été très élogieux à son propre égard en parlant du bilan de la période de transition, qu'il présentait à la presse où il soulignait la nette amélioration des indicateurs économiques. Parlant de l'inflation, qui selon lui est passée de 12% l'année en 2006 à 06% en 2007 (ce qui est inconstatable avec cette hausse perpétuelle des prix). La situation de la balance globale, qui " s'est nettement amélioré, passant d'un déficit de 74 millions de dollars en 2005 à un excédent de 322,8 millions de dollars en 2006 ".

Pour ce qui est de l'éligibilité de la Mauritanie à l'initiative de réduction de la dette multilatérale, il a indiqué que le pays avait bénéficié d'un allègement de la dette de l'ordre de 786 millions de dollars. S'ajoute à cela, le resserrement budgétaire initié par les autorités à partir du quatrième trimestre de l'année 2005 qui a permis de limiter le déficit public à 7% du PIB (35 Milliards d'UM )et de dégager un excédent de 36% environs 2060 milliards d'UM en 2006.

Notre pays a bénéficié en matière de finances publics d'un bonus de 100 millions de $ US obtenu dans le cadre du règlement du différent avec la compagnie pétrolière Woodside. La vente en juillet dernier de licence de téléphonie mobiles pour un montant de 103 millions de $US, l'annulation de la dette multilatérale et la conclusion d'un nouvel accord de pêche avec l'Union Européenne prévoyant le payement d'une compensation financière de 86 millions d'euro sont des éléments permettant une bonne interprétation de la situation économique du pays. En termes claires et concis, les caisses de l'état sont pleines.

Devant une telle série de contradictions, le parlement mauritanien a lui aussi pris les habitudes qui sont les siennes, à savoir saluer le gouvernement dans tout ce qu'il fait par souci de ne pas rentrer en contradiction avec lui et donc de bénéficier directement de ses faveurs, pour tous les besoins continus de nos parlementaire.

Le grand perdant naturellement sera le peuple qui ne saura pas si dans cinq ans il restera quelque chose pour permettre la survie de l'Etat.

IL faut dire que , les constats et les attitudes du nouveau premier ministre Mr Zein O/ Zeidan nous poussent à réfléchir . Selon lui, la contenance des caisses de l'état est en de ça de ses attentes. Les finances publiques du pays sont dans un état chaotique. C'est l'un des points cruciaux qui sont ressortis de la série d'audiences qu'il avait accordé aux leaders des partis politique de l'opposition avant sa sortie parlementaire. Le premier ministre les a mis au bain de la situation très préoccupante des finances publiques.

A la fin du premier trimestre de cette année, plus de 50 % des budgets alloués aux secteurs et départements publics ont été déjà dépensés. S'ajoutent à cela de très lourds engagements financiers pris à la fin de la période transitoire et qui ne laisseront aucune ouguiyas dans les caisses du trésor publiques.

Désarroi, déception et inquiétude!!!

Sidi Mohamed O/ Boubacar aurait-il oublié le règlement de la facture engagée par son gouvernement? Quel engagement a-il pris pouvant engloutir totalement les caisses du trésor publiques? Nous a-t-il plongé dans des égards de financement flou et injustifiables ou sommes- nous devant un nouveau règlement de compte des tendances politiques ? Zeine aurait fait une erreur monitorage ?

Pour tenter de trouver le chemin de la vérité il est important de poser toutes les hypothèses imaginables.

D'abord souligner que Zeine Ould Zeidane connaît bien le domaine au sujet duquel il expose. Il s'agit d'un économiste mathématicien pour qui les chiffres n'ont pas de secret. Il ne peut donc avoir menti à ce sujet. La situation n'est pas rose et il faut s'attendre à une période de soudure certaine. Cette approche rentre en ligne logique avec la dernière décision des membres du gouvernement qui ont accepté de sacrifier 25% de leur salaire. Une mesure qui pourrait signifier que nous sommes maintenant au temps des sacrifices et que les fonctionnaires devraient penser non pas à une augmentation mais une stabilité sinon une diminution de leurs émoluments. Car il faut bien reconnaître que 25% du salaire de tous les ministres ne résout pas le problème d'une famille mauritanienne à plus forte raison tout un peuple.

Un peuple assoiffé d'un changement économique et social de profondeur et dont la mentalité, est forgé une situation économique du pays se porte bien et une équipe qui a conduit la Mauritanie dans la situation où est actuellement. Zéine O/ Zéidane doit trouver un juste milieu parce que, quelle que soit sa décision, elle appartiendra très rapidement au passé et continuera d'influencer de façon non négligeable non seulement sur l'avenir du pays mais aussi sur sa carrière politique.

Lors de ces fameuse audiences accordées aux leaders de partis politiques de l'opposition, le premier ministre avait évoqué deux hypothèses de sortie de crise. La première devrait consister à étaler devant le commun des mauritaniens la situation économique dont il a hérité comme l'avait fait Sidi Mohamed O/Boubacar lorsque la junte militaire l'a porté à la primature. Cette option immaculée du seau de la transparence semble comporter beaucoup de risques. Mais qui courent ces risques? Les membres de l'ex-CMJD? Quelques acteurs de la période transitoire, le premier ministre? Certainement pas le passif peuple qui a attendu gentiment que la démocratie lui soit offerte par l'éminente "HUMANITE" de la classe dirigeante.

Dans une seconde approche, il faut supposer que le ministre ne dit pas la vérité, ce qui est grave, dans ce cas nous sommes revenu à l'habitude des chiffres erronés et nul ne saura jamais ce que la transparence et la bonne gouvernance auront servi à la Mauritanie. En conséquence cela revient à dire que le Trésor Public s'est aligné sur l'avis du Premier ministre pour aider au manque de transparence en faisant une déclaration fausse et même contraire à ce qui a été verbalement soutenu devant les parlementaire. Si tel n'est pas le cas, cela voudra dire que quelques parts, le Trésor fait un démenti au Premier Ministre, ce qui encore est très grave. En conséquence le Trésor serait manipulé par l'ancienne équipe qui à travers les publications du Trésor répond que le Premier Ministre a menti sur les chiffres.

Dans son discours de présentation de la politique générale de son gouvernement devant les députés, le Premier ministre Zéine Ould Zéidane a confirmé les rumeurs qui ont circulé la veille rapportant l'existence d'un énorme déficit budgétaire de l'État, hérité des autorités de transition Selon les termes du Chef du gouvernement, le déficit est de 30 milliards d'ouguiya dans les caisses de l'État dont 17 s'expliquent par la baisse considérable de la rente pétrolière par rapport aux prévisions de la production pétrolière.
En effet, le champ pétrolier de Chinguitti qui devait permettre l'exportation de 75.000 barils/jour, fonctionne actuellement au rythme de 25.000 barils/jour, soit 3 fois moins que ce qui était prévu. Mais, si tel est le cas, comment expliquer l'autre partie du déficit qui s'élève à 13 milliards d'Um ?

Les affirmations de l'ex et de l'actuel PM sont contradictoires et diamétralement opposées. C'est sur ce point que doit certainement naître la discorde entre le nouveau régime démocratiquement élue et les acteurs de la transition à moins que le peuple Mauritanien soit encore le dindon de la farce. Si on prend la décision de démocratiser, prenons le soin de mettre chacun devant ses responsabilités au lieu de se léguer continuellement des situations qui nous ramènent toujours à des endroits pires que la case de départ.

Pourquoi l'état qui affichait une bonne situation financière au moment même où le gouvernement sortant rendait le tablier se retrouve devant un déficit budgétaire macabre avec un trou de 30 milliards d'ouguiya juste à l'arrivée des nouvelles autorités? Ces derniers d'ailleurs qui ont pu on ne sait par quelle acrobatie justifier comment se sont volatilisés les 17 milliards eh ! bien qu'il nous disent où sont engloutis les 13 milliards restants. Tout silence par rapport à ce sujet est un acte de complicité. Ainsi pour travailler, les nouvelles autorités n'ont que deux possibilités :

L'une, celle qui est légale, consiste à rappeler Sidi Mohamed Ould Boubacar, et qu'il nous dise, de manière claire et précise avec des preuves tangibles à l'appui, où sont les deniers de l'état ? L'autre alternative est de se taire et de demander à l'Assemblée Nationale le vote d'un nouveau budget. Et cela confirmerait une flagrante complicité d'avec l'équipe dirigeante sortante pour un pillage des ressources du pays.

Le nouveau premier ministre Zein O/ Zeidan, ex-gouverneur de la banque centrale de Mauritanie, n'étant pas un bleu devant des situations pareilles se devra donc de trouver une solution pour ne serait-ce que de disposer d'une situation financière lui permettant de faire face aux activités de son gouvernement.

Les attitudes de nos partenaires au développement inquiètent plus d'un. A l'ère de O/ Taya aucune réaction de leur part pour fustiger certaines pratiques négatives. Eux qui ont pu témoigner de la bonne situation économique du pays ne sont-ils pas ébahis devant les allocutions du nouveau premier en affirmant ce déficit hallucinant de 30 milliards d'ouguiyas

Vu l'état actuel des choses Sidi Mohamed Ould Boubacar a laissé à Zeine ould Zeidane un énorme trou financier. Qui le colmatera? On ne sait surtout pas.

En tout état de cause, les analystes et experts soutiennent que la déclaration du trésor, ne pourra être considérée à son juste titre que après six mois. Seule une évolution dans les chiffres qu'il a avancé pourra nous dire si oui, notre économie est en bonne santé.
Pour revenir maintenant à la réalité du terrain, il ne fait pas de doute que le pays traverse une crise à travers ce mensonge ou scandale d'État ; qui se résume en une situation chaotique qui ne dit pas son nom

Moulay Najim et El Bachir

-----------------------------------

Les cimes du désepoir aurait dit CIORAN

maatala

Anonyme a dit…

Merci cher ami Maatalla

Pour cette autre belle citation de Cioran

Cioran incarne l'esprit luminieux au sujet duquel un sage oriental avait ecrit ceci:
''Entre l'Erudit et le poete s'etend une prairie verdoyante.
Si l'erudit la franchit, il devient un sage.
si le poete la franchit, il devient un prophéte''

En fait cette lumiere reflete celle qui a eté evoquée dans le coran:
''Ils voudraient pouvoir de leur bouche eteindre la lumiere de Dieu.Or dieu va parachever sa lumiere, malgré qu'en aient les denegateurs''
Coran sourate ''En ligne'' LXI- 7

De ce point de vue, il y'a bien relation entre Cioran et coran

à la prochaine livraison de solé ou d'une quelconque lumiére ..
Salut

Anonyme a dit…

Alakhbar.info est desormais frappé d'un embargo par Google.
quand j'essaye d'aller sur le site, voici ce qui s'affiche comme vous l'avez remaprqué :
Avertissement- Attention, l'accès à ce site risque d'endommager votre ordinateur.

qlq a deja essayé et a vu la fumée partir de sa becane ?

Anonyme a dit…

Bien fait pour la gueule de Akhbar info, ils mentent ce qui est un comble de l'imposture quand on revendique l'islam,
cette fumée indique qu'ils ont dejà un pas dans l'enfer...

Anonyme a dit…

Maatalla,merci de nous avoir fait revenir à la mémoire Cioran,ce grand iconoclaste complètement détaché des plaisirs terrestres.Cioran a passé sa vie dans les campus ,il n'a jamais pris l'avion .Une seule fois ,disait-il ,il a pris une voiture qui lui était prêtée par une amie.A Paris ,il est toujours à vélo.Je ne partage pas son athéïsme.Mais son pessimisme me parait raisonnable.A voir la condition humaine ,on se dirait qu'il n'y a pas lieu de pavoiser.Je suis pressé ,sinon je vous en aurai parlé très longuement, surtout que je prétends bien connaitre cet hurluberlu pour lequel j'ai lu énormément de choses.Je vous aurais parlé de l'histoire de l'expression " cimes du désepoir " que les roumains utilisaient pour justifier le suicide d'une personne.
Echaudé ou cocufié -dirait le fou (Maatala ente vem ? )par la transition de Elycom ,j'ai très vite ouvert les yeux sur l'incapacité -ou l'absence de volonté -de Sidioca à changer les choses.Après vingt années de Tayisme ,le Cmjd ,tel un plasticien ,a tenté de gommer les "rides" de notre pays épuisé par la gabégie et l'irresposabilité de son élite.Mais la mauritanie exsangue,avait besoin de plus qu'un ravalement de sa Constitution.La Mauritanie est précocement vieille!Et son visage est à l'image de celui de ses citoyens ridé par le désespoir et l'angoisse quotidienne.
Pour revenir à Cioran ,je vous soumets cette réflexion ,tirée de son oeuvre "la tentation d'exister":Les rides d'une nation sont aussi visibles que celle d'un individu". A propos ,la Mauritanie tente -t-elle d'exister ? Permettez-moi d'en douter.Même si je vous concède que ,toujours selon Emile Michel (Cioran ),"on n'abuse pas sans risque de sa faculté de douter"
Voilà ,c'est vite dit ,on m'attends dehors.Je promets de revenir Sur Cioran.Incha Allah
Bouguelba

Anonyme a dit…

A mon ami Maatalla

Solé s'empare de la nomination au poste de minsitre par Sarkho de la fondatrice du mouvement ''ni putes ni soumises''
ça te dis quelque chose?
qu'importe? je te dedie ce billet et te remercie , encore, une fois pour les belles pensées de Cioran
salut

Chronique
XXIe siècle, par Robert Solé
LE MONDE | 20.06.07 | 13h59 •

Comme chaque jour, à l'heure du thé, tirés à quatre épingles, ils devisaient sous une tonnelle, dans le grand jardin du Paradis. Les affaires de la France, bien sûr... Le général de Gaulle ne comprenait pas que le ministre le plus en vue du gouvernement soit chargé d'écologie. "Est-ce parce que Borloo rime avec Malraux ?" Georges Pompidou ne comprenait qu'une dame se déclarant "ni pute ni soumise" devienne secrétaire d'Etat. "Jusqu'où Mai 68 nous mènera-t-il ?" François Mitterrand ne comprenait pas que la gauche ait pu laisser échapper une personne aussi emblématique que Fadela Amara. "Moi, pour la ville, j'avais su débaucher Bernard Tapie."
La conversation s'anima quand un ange vint annoncer la nomination d'un ministre virtuel : Bernard Laporte, sélectionneur du XV de France, ne prendrait la jeunesse et les sports qu'en octobre, après la Coupe du monde de rugby. "La France change", grommela de Gaulle en allumant une cigarette. Le silence qui accueillit ce propos valait approbation. Pompidou reposa la théière : "Un nuage de lait, mon général ?"

Robert Solé

maatala a dit…

Salam

Cher ami

Je me souviens de la nomination de Timera comme ministre, une forte délégation du Guidimakha dont est originaire le ministre est venu se plaindre auprès de TAYA ,car selon eux c'était ni plus ni moins qu'une forme de mépris :Timéra était selon eux un esclave.

Il fut limogé quelques semaine plus tard.

La Mauritanie, malheureusement c'est encore la banlieue de la terre dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

Cher ami

Zarkozy semble mettre en avant l'audace et le pragmatisme, pour engiguer le declin de cette vieille nation.

Par contre ce qui menace notre pays,ce sont les inépuisables réserves de médiocrité et une absence totale d'imagination.

Heyine ente vem dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Le senat est plus fort : horma , le grand horma l' AS des AS est limogé. Sans pour autant lui désigner un remplaçant.

Anonyme a dit…

lui, au moins , on conait pourquoi est il parti. Il doit rester membre de la comission de la drogue de Nouadhibou

Anonyme a dit…

Le sénat a chassé le seul homme intègre.

Anonyme a dit…

Le seul ! c'est trop et encore

Anonyme a dit…

Couli: we know it is you because nobody in his right mind can talk about Ould Taya these days. Tes majiscules ne trompent personne.
==========

Il est clair que le putsch degueulasse du 3 Août est l'oeuvre malsaine des USA et de leurs esclaves les Européeens.

C'est pour cela que SON EXCELLENCE LE PRESIDENT DUMENT ELU DE LA REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE, MONSIEUR MAAOUIYA OULD SID'AHMED TAYA a si bien dit qu'il s'agisse là d'un coup de force contre la Nation.

un Maaouiste qui n'est pas COULY le grand

19 juin 2007 18:39

Anonyme a dit…

Bien sur que c'est Couli comme il veut se cacher d'avoir dit "l'oeuvre malsaine des USA". Tu trompes qui Professor Seydou Coulibaly !

Anonyme a dit…

Couli: ne touche pas a l'un de mes cousins qu tu veux degager. Ta specialité c'est qoi au juste? Pourquoi ne pas tenter la SONADER?

======
couli a dit:

Comment arrêter la gabégie quan on continue à parachuter des responsables qui n'ont aucune spécialité dans les "domaines qui leur sont confiés".
Autant pour les postes dits "politiques" tout est possible en terme de nomination autant il est inacceptable de perpetuer la même erreur pour les postes techniques.
VOILA CE QU'IL NOUS FAUT:
-Un ingénieur en électricité à la SOMELEC
-Un ingénieur Hydraulique à la SNDE
-Un ingénieur Mine à la SNIM
....
....
-UN SPECIALISTE DANS CHAQUE DOMAINE DE COMPETENCE

STOP AUX PARACHUTAGES ET AUTRES "ADMINISTRATEURS DE L'ENAP"

19 juin 2007 15:07

Anonyme a dit…

Il a dit:
Le sénat a chassé le seul homme intègre.

Oui. Ils l'auraient laissé s'occuper des commandes de papiers hygieniques en attendant

Yanis le R. a dit…

Chers amis

Je vais peut être vous surprendre mais je pense que la décision de mettre fin aux fonctions d'Inspecteur Général d'Etat de O. Horma, est tout à fait logique et une bonne chose.

Je crois que le Pr Ely Mustapha l'a expliqué à travers les 7 points évoqués puis le même inspecteur est revenu pour dire "je me suis trompé" alors qu'il avait tout à fait raison !
C'est inacceptable de l'IGE qui d'ailleurs n'a pas raison d'exister quand nous avons une Cour de comptes qui est léguée au second rôle.

Notre "zorro" traque le plus souvent des vendeurs de rames de papiers quand les grands voleurs partent avec des sociétés par exemple de téléphonie d'une valeur de plusieurs dizaines de millions de dollards au vu et au su de tout le monde et avec l'ouverture d'une nouvelle ambassade au frais du contribuable juste pour suivre le dossier de la dite société avec les associés...

Une inspection d'Etat n'a aucun pouvoir en démocratie normalement, c'est à une institution où les personnes soupçonnées peuvent se défendre de s'occuper des comptes publics. Et tant qu'aucune décision n'est prise, comme en justice, le prévenu reste encore innocent pour les représentants de l'Etat.
Notre monsieur fait plus du tapage (ou du bruit comme notre "chertat" ou "gaboune"...) peu efficace et ne connaît pas son métier d'après certains spécialistes auquels on ne demandent jamais leurs avis ni leurs expertises.

Je ne fais pas confiance à une inspection que le pouvoir utilise pour s'attaquer à ses adversaires du moment et qui ne peut jamais s'approcher de ses domaines de prédilection et de choix, ceux là même qui brassent plus de 99% des deniers publics : Présidence, Budget, Trésor, BCM, Armée, Douane, SNIM etc.

Anonyme a dit…

Bien dit Yanis

cette inspection c'etait du folklore , elle persecutait les petits voleurs de poules ( petites factures trafiquées) et epargnait, legalement, les grands braconniers des elephants ( grandes fortunes amassées sur le dos de l'Etat)
Et puis un inspecteur doit ecrire , demander des comptes selon les procedures et doit eviter de parler inutilement..
ould horma integre ?peut etre mais il lui manque certainnement, l'esprit public du haut fonctionnaire digne de ce nom, c'est un sauvage qui ignore les formes ...

maatala a dit…

Salam

Cher Yan

Ould horma aurait du démissionner au lieu de s'aplatir.

Baizaiiiiiiiiiiiiiiiiiiii dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur l'AMI

"Enfin le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes :
MINISTERE DE LA JUSTICE
Administration Centrale
Direction des Affaires Pénales et de l'Administration Pénitentiaire
Directeur : Monsieur Boutar Ould Baba, Magistrat

MINISTERE DES TRANSPORTS
Etablissement Publics
Direction Générale du Port Autonome de Nouakchott, dit Port de l'Amitié :
Directeur Général : Monsieur Ahmedou Ould Hamed, Ingénieur

MINISTERE DE L'HYDRAULIQUE, DE L'ENERGIE, DES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION
Cabinet du Ministre :
Conseiller chargé des Affaires Juridiques : Monsieur Brahim Ould Fall Boubacar, titulaire d'un doctorat troisième cycle en droit
Etablissement Publics
Mauripost:
Directeur Général : Monsieur Mohamed Ould Didi, économiste

AMI

-----------------------------------

OULD DIDI un autre reptile hors classe dit le FOU

maatala

Yanis le R. a dit…

Maatala

Tout à fait d'accord avec toi, c'est le retour d'un des reptiles voraces des dernières années de Taya.

On nous passe tout doucement la pommade et aussi la pillule, conseil de ministres après conseil de ministres et on nous dit qu'il faut attendre 3 ou 6 mois ! Ce sera trop tard et tout le monde aura été "entubé" avec toutes les assurances et r(é)assurances...

Par ailleurs, quelle utilité de faire une route Atar-Tidjika d'une valeur de 4 milliards d'UM pour une voiture par semaine quand dans le même temps des milliers de citoyens de Nouakchott, à 2 pas de la Présidence, sont assoiffés et des milliers de nids de poule rendent les voies urbaines de la Capitale impraticables. Rien que de voir la route principale qui traverse le Ksar, on est scandalisé.
Où habitent nos dirigeants ? Sur Mars, sans doute...

Et puis encore une fois 3 décrets au Conseil des ministres sur les pierres précieuses (Lambda ente vem) dont un est une trouvaille (digne des guignols de l'info): les pierres ornementales!

Voilà au moins qui est dit, le décor, au propre et au figuré, se met en place tranquillement...

Anonyme a dit…

Anonyme du 20 Juin 20:08 & 20:10
20:13

TU ES LA MEME PERSONNE!!!

Arrete ton enfantillage!!!!
Ton petit jeu de "je l'accuse d'avoir fait un tel ecrit pour obtenir sa reaction", est une preuve concrete de tes petites manieres de penser.
Je me demande comment la Mauritanie peut avancer avec des personnes comme toi!
It's time for you to GROW UP and put yourself above certain things. LAHGAKE TIKBIRE WA TI OUDE AKHILE!!!

L'Amerique n'a absolument rien a' voir avec le coup d'etat du 3 Aout 2005! Tout le monde sait que l'administration Bush avait exige' un retour a' l'ordre constitutionnel en Mauritanie.
J'ai d'autres details que je n'evoquerai pas dans ce forum.
Je vous prie d'arreter votre T'CHEYCHIRE et de cesser de me faire dire ce que je n'ai pas dit.

Si vous n'avez aucune capacite' intellectuelle de continuer l'echanges des ide'es, il vous serait preferable de vous taire!!!!



PS.

Aux USA, nous avons la liberte' d'expression. Les citoyennes et les citoyens Americains sont libres de dire ce qu'ils veulent!!

J'aimerais bien savoir a' quoi voulez-vous en venir en m'attribuant des declarations que je n'ai pas faites!

Le vieux a le plein droit de choisir les hommes et les femmes qui vont l'aider a' redresser la situation du pays. Je suis content de tous les choix qu'il a faits. Je lui souhaite une tres bonne chance!


JE SUIS TRES FIER DE SON EXCELLENCE MOAWIYA OULD SID'AHMED TAYA ET DE SON BILAN!
Si cela te fait facher, il faut eclater! M'BGHAGE!!!!

Tant que son Excellence Ould Taya ne retourne pas chez nous en Mauritanie avec honneur et dignite', je ne serais jamais satisfait a' 100%!

LA MAURITANIE NE PEUT JAMAIS ETRE COMPLETE SANS SON EXCELLENCE MOAWIYA OULD SID'AHMED TAYA!
NOTRE DIRIGEANT BIEN AIME'ET NOTRE DIGNE FILS A SA PLACE CHEZ NOUS ET NON AILLEURS!!!!!

J'aime bien le vieux mais ma satisfaction ne sera a' 100% que le jour ou' son excellence Moawiya Ould Sid'Ahmed Taya est accueilli a' Nouakchott avec honneur et dignite'!!!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

Voici pour les canalhacheurs de canalh un extrait de circonstance du Chapitre 9 intitulé "TransmuXXI , à la gloire des chiens." du dernier roman du prof ELY ("Oualata, le secret sidéral").


En Mauritanie Heureuse, même les chiens ont reçu leur statut de respectabilité. La politique de valorisation de l’être dans toute ses formes, a permis de promouvoir au rang de citoyen, même les animaux de compagnie. La citoyenneté n’est plus réservée à l’être humain. Elle fut étendue aux animaux, notamment les compagnons historique de l’Homme : le chien, le chat, le cheval et le dromadaire. Ces animaux ont exactement les mêmes droits que les citoyens dans le cadre de leur statut animal. Un chien n’ira pas voter, mais il peut accompagner son maître pour le faire. Un Chien a cependant le droit d’expression, il peut aboyer tant qu’il veut et réclamer nourriture et protection de son maître. Un chien maltraité peut être mis sous protection judiciaire, recevoir aide et défense.

Des associations sont chargées avec des pouvoirs étendus de suivre et de faire valoir ces droits aux animaux de compagnie.

Pourquoi un tel statut pour les animaux de compagnie ? Parce que d’abord, en Mauritanie Heureuse, tout être vivant se doit d’être heureux. L’Etat, à travers ses plans d’intervention, y veille. Ensuite, des études menées par nos académies des sciences fraternelles ont montré que durant le « Podocène », les hommes ont causé plus de dégâts à la Nation que les animaux de compagnie. Ceux-ci méritaient donc beaucoup plus qu’eux le statut de citoyens.

Le Podocène est cette période qui s’étant de 1978 à 2007. Podocène signifiant « Préhistoire qui se termine en coup de pied ». C’est un mot dérivé du grec : « podos » (pied) et « cenos » (nouveau).

En effet, cette période s’est particulièrement caractérisée par des coups de pieds. Chaque période se terminait par un coup de pied nouveau dans un régime ancien. C’est ainsi que s’exerçait la politique: à coups de pieds. Elle se termina, comme elle avait commencé, par un coup de pied.
Durant cette période donc, les chiens étaient plus fidèles à la nation que beaucoup de ses fils et pourtant aucun chien n’a été décoré du mérite national. Au contraire les municipalités s’acharnaient à les exterminer sous prétexte qu’ils étaient malades et sauvages. Mais en fait notre SVA, notre service de contre-espionnage avait, suite à une enquête sur certaines personnalités véreuses de l’ancien régime, mis le doigt dans l’œil du problème.

Notre SVA a montré que ce sont ces personnes mafieuses qui commanditaient l’extermination des chiens. Ces personnes étaient devenues tellement inhumaines que les chiens les prenaient pour des rats et les poursuivaient pour les mordre ! C’est ainsi qu’à la fin du podocène, il ne restait plus que quelques chiens qui ont été sauvés de justesse par le régime démocratique mis en place. Et en souvenir de ces affreux jours où les chiens étaient tués en pleine nuit par les services municipaux, il a été érigé sur les hauteurs de notre parc zoologique, un monument aux chiens que visitent chaque jour des centaines d’heureux propriétaires de chiens heureux et sur lequel on pouvait lire : « A la mémoire des chiens du podocène. Vaillants résistants à l’invasion des rats du régime podocénien ».
Lors de la cérémonie d’inauguration du mémorial aux chiens, notre 1er président, vachement démocratiquement bien élu, avait reçu des mains du représentant national de la race canine, un os sur un coussin de velours et à côté duquel on pouvait lire , sur une plaquette incrustée : « le dernier os qui a échappé au régime du podocène ». Placé dans le muséum principal de la cité, il peut être admiré par des générations entières de chiens-citoyens.
A l’occasion de cette inauguration, notre 1er président, vachement bien élu, avait prononcé un discours très émouvant dont voici un extrait : « Chers citoyennes et citoyens bien aimés, en ce jour mémorable où l’on a reconnu à nos chiens le statut de citoyen, statut qu’ils ont acquis de haute lutte contre l’extermination dont il ont été l’objet durant ces dernières années, il devient évident que l’homme pouvait développer des instincts si bas que le chien en devient plus glorieux.
Ces mafieux, ces voleurs, ces suceurs de sang du pauvre, ces dilapidateurs des biens de la Nation, ces criminels pilleurs des ressources du pays, ces corrompus à la solde de leur mauvaise conscience, ces coupe-gorge sans dignité et sans principes, ces complices des affres de la pauvreté du peuple, ces étouffeurs d’enfants qui monnayent le lait des nouveaux-nés au marché noir, ces spéculateurs sans vergogne qui vendent le blé des pauvres gens sur les marchés parallèles, à ces sous-hommes qui n’ont rendu à leur mère patrie que misère et désolation, à ces sous-hommes là, nous préférons nos chiens !... »
Sous un tonnerre d’applaudissements et d’aboiements, notre premier président, vachement bien élu, termina son discours par un aboiement qui resta gravé dans les mémoires canines. Un aboiement auquel ont fait écho tous les chiens-citoyens de Mauritanie Heureuse.