dimanche 15 juillet 2007

j'ai pris quelques jours de vacances, en attendant de mettre un nouveau blog.
là ça dégorgera un peu.
désolé pour le contre-temps.
LM

23 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonnes vacances. Si tu rencontre x, dis lui bonjour de notre part

Anonyme a dit…

A l'intention de l'ami qui demande plus d' informations sur le livre du docteur Farid al ansary intitulé ''les six erreurs'' des islamistes, je signale que ce livre publié en arabe fait l'objet d'un debat qui a eté relayé par le site arabe adarb
tu peux consulter ce site ainsi que le blog de Hanafi pour avoir une idée de ce debat sur''l'islamisme'' qui divise l'elite arabisante...

http://www.eddarb.com/modules/news/

الدكتور فريد الأنصاري

يا سيدي أحمد! لقد قاتلتَ قتالا مريراً في ردك علي! لكنك لن تجدني - إن شاء الله - على جبهة حربك، كما يحب الذين أرادوا أن يتترسوا بك! وإني لأعوذ بالله أن أتخذ مثلك من أهل الفضل خصما! وإن كنتُ لست ملزما بأن أرى الأشياء بعينك، ولا أن أسمعها بأذنك!

maatala a dit…

Salam

Cher LM

Bonne vacances et Merci encore pour cet éspace de liberté .

Reviens nous avec X, abou Zayd ,prof Ely et les autres.....

T'embrasse nos frères de Guerrou dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

Merci Ano pour le site. Bonnes vacances. LM enta men hel Guerou? Selem nna alihoum.

Couli: on fait la collecte pour toi pour Aioun? Bonne vacances a toi aussi

Anonyme a dit…

Ya el khelta,

Vous allez en vacances et toutes les affaires louches seront enterees a votre retour. Est-ce que x peut travailler pendant ces vacances?

Anonyme a dit…

Choumad,

On dit quoi? Mint ewnene c'est quand?

maatala a dit…

Salam

Dear Couly

J'ai mis fis au débat pour les raisons suivantes:

-Constatant que le débat est tout sauf évolutif avec toi, car tu extrapoles toujours et reprends toujours les mêmes contre vérités, ce qui a tendance à rendre notre débat stérile.

-je constate aussi que tu n'es pas un adepte de la dialectique, tu verses plus dans l'insulte et la provocation pour la provocation.

Compte tenu de tous ces éléments: débattre dans ce contexte ne mène à rien de constructif.

Défendre Taya aveuglement et sans discernement est, soit de la provocation puérile ou ou l'immaturité intellectuelle.

Fraternellement

maatala

Anonyme a dit…

Un nouveau blog est né, dédié au sujet des "prédateurs" et de la "voyoucratie" en Mauritanie.

A voir et à vos commentaires libres.

Adresse:
www.roumouzelvessad.blogspot.com

Pour l'intérêt uniquement de la Mauritanie, c'est le mot d'ordre.

Anonyme a dit…

Vu le blog roumoumouz

Anonyme a dit…

quelqu'un peut nous donner une definition exacte des roumouz al vassad, des critéres précis pour faire partie de ce club de ''privilégiés'', un seuil de detournement des deniers publics qui permet de dire quelqu'un est''roumouz''..
Peut il nous confirmer si cette liste confectionnée dans un contexte de lutte politique contre le regime de Maouiya n'a pas eté etablie selon des considerations subjectives ?
Y'a t'il pas des ''roumouz'' omis de la liste , avec une certaine complaisance ?et des non roumouz , injustement ,inscrits?
Quelles sont, surtout, les preuves des accusations qui ont permis à x de dire que tel ou tel est ''Roumouz'?

Anonyme a dit…

Maatalla tu dis;

Défendre Taya aveuglement et sans discernement est, soit de la provocation puérile ou ou l'immaturité intellectuelle.

Defendre Taya, c'est, avant tout, defendre une opinion et comme dans la defense de toute opinion, il faut bien eviter la ''provocation puérile et l'immaturité intellectuelle.
tu ferais,donc, mieux, ne serait ce que pour la qualité du debat, de cesser d'ataquer Taya aveuglement et sans discernement..

maatala a dit…

Salam

Il a dit :

"tu ferais,donc, mieux, ne serait ce que pour la qualité du debat, de cesser d'ataquer Taya aveuglement et sans discernement.."

Merci de reprendre ce que j'écris, en y mettant de l'esprit (lol), signe évident d'un manque de créativité et d'originalité.

-Ou est l'aveuglement?
-Ou est le manque de discernement?

Dans ce que j'ai avancé concernant l'assassin de Ten youssouf Gueye (Taya)

Les faits, rien que les faits dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

maatalla a dit:
-Ou est l'aveuglement?
-Ou est le manque de discernement?


quand tu dis que taya est un assassin, tu oublie, peut etre, qu'il y'a eu des assassins qui n'ont jamais tué, il est présumé innocent tant qu'un jugement ne l'a pas condamné, entre etre responsable politiquement d'un supposé assassinat que tu n'es pas habilité à qualifié et l'assassinat, il y'a bien un ecart qui implique une faculté de discernement qui , apparament, n'existe pas chez toi..
Il faut ,peut etre, apprendre le sens de la nuance...

Mohamed Cheikh a dit…

La lapidation.

Ne lisez pas ces lignes de biais. Certains d’entre vous, et peut-être tous, je le souhaite ardemment, vont un jour découvrir la vérité et se repentir. Les paragraphes suivants pourraient leur servir.

Incapables d’avancer le moindre argument qui vaille pour mettre en doute la véracité du Message de l’Islam, les ennemis de cette grande Religion pataugent dans des marécages dont ils ne se dégagent que pour s’embourber dans d’autres plus hostiles. Depuis quelques décennies, ils implorent la crédulité et la naïveté du lumpenprolétariat intellectuel, appelé au secours pour accepter de barrer un trait sur tout un Univers moral et spirituel, une Civilisation jamais égalée, un Système politique, économique, culturel, social… comme l’humanité n’en a jamais connu et n’en retenir qu’une infinitésimale composante, qu’ils diabolisent à outrance. Celle des peines, comme si les systèmes jahilyens de tous les temps, y compris ceux de l’époque contemporaine qu’ils chérissent tant, n’en comportaient pas d’autres atroces et inefficaces.

Les peines en Islam sont destinées à protéger la vie et les biens, la paix et la sécurité, l’intégrité physique et morale des individus. Elles sont plus dissuasives que punitives. Elles sont prévues pour un environnement où toutes les issues du mal, susceptibles de conduire à des dérapages, sont hermétiquement bloquées. Une système qui garantit à chaque individu l’ensemble de ses droits, et dans lequel nul n’a besoin de se faire soi-même justice. Une redistribution équitable des biens, une liberté totale d’initiative, stimulant la production et la libre jouissance de la propriété, une prise en charge totale de ceux qui ne peuvent produire, représentent autant de raisons pour ne pas tendre la main à ce qui ne vous appartient pas. Les facilités offertes pour fonder un foyer sain et heureux, une éducation morale permanente et généralisée, une connaissance parfaite des méfaits et dangers inhérents à des comportements donnés dans les rapports sexuels, doivent prévenir les déviations possibles dans ce domaine. Un rappel quotidien des lois, de leur finalité et des conséquences du mal, à l’occasion des cinq prières du jour, des cours gratuits, des discours éloquents et instructifs forgent une morale solide et profonde, créent une société où le bien est l’objectif visé par tous et où le préjudice est, à la fois, chose rare et honnie.

Dans une telle société voler, avoir des rapports sexuels illégitimes, tuer, pratiquer l’usure, s'adonner aux commérages, se soustraire à ses obligations … constituent des actes insolites qu’il faut impérativement réprimer, pour en prévenir la récidive et la prolifération. Une main qui vole doit être amputée, tout comme l’est en milieu hospitalier tout organe gangrené, pour éviter la contamination du reste du corps. Un pirate, un coupeur de route méritent la peine qui garantit la sécurité de la libre circulation des personnes et des biens. Des rapports sexuels extraconjugaux, l’odieux acte de sodomie … doivent être sanctionnés par tout ce qui est de nature à protéger la société contre des dangers aussi graves pour le présent et le futur de l’espèce humaine. Toute action dissuasive ne peut, alors, qu’être la bienvenue : la flagellation, l’amputation, la lapidation, selon les cas de figure, sont – parmi toutes les peines - celles qui réveillent de leur sommeil toux ceux qui développent une propension à commettre des actes abominable, tel que le vol, le viol, le zina, la sodomie…

Un de ceux qui sèment le doute demanda un jour :

يد بخمسمئين عسجد وُديت
ما بالها قطعت في ربع دينار

L’Imam Abd AL WAHHAB Al Maliki, ou un autre, lui répondit:

عز الأمانة أغلاها وأرخصها
ذُل الخيانة فافهم حكمة الباري

L’application convenable des lois, en la matière, a longtemps mis les peuples musulmans à l’abri du mal. L’application d’autres lois constitue l’humus qui fertilise le champ de ces vices et crimes de tous ordres qui sévissent sur tous les continents aujourd’hui. Qui ignore les conséquences néfastes de la prescription, des prisons qui ont tendance à se transformer en hôtels de luxe, de la possibilité pour les avocats d’innocenter des criminels notoires, des lieux de détention d’où l’on sort pour « bonne conduite », du droit que s’arroge le premier magistrat d’amnistier l’auteur de préjudices et de crimes contre les individus ou la société ?

En Islam, l’effet dissuasif de la CONNAISSANCE des peines est mis en avant, plus que celui de leur nature punitive. C’est pourquoi, dans une société réellement islamique, ces peines sont rarement appliquées. En effet, le code pénal musulman prévoit des conditions quasi irréalisables pour que la peine soit exécutée. Pour qu’une main soit amputée, il faux que SIX conditions soient réunies. Pour qu’une personne puisse être flagellée ou lapidée, une DOUZAINE de conditions sont exigées. Dans le cas des rapports sexuels illicites, l’auteur pouvant être passible d’une peine, doit avoir atteint l’âge de la majorité, jouir de ses facultés mentales, ne pas avoir été contrait à commettre l’acte, être au courant de l’interdiction (coup de hache dans le corps de loi jahilienne « Nul n’est censé ignorer le loi »), n’avoir jamais eu de rapports sexuels lors d’un mariage légal, s’être dénoncé de son propre chef, sans se rétracter même durant l’exécution de la peine, avoir été observé lors de l’acte par QUATRE témoins dignes de foi, qui décrivent tous dans les mêmes termes ce qu’ils ont vu et disent sans détour qu’ils ont vu « le sexe de l’homme pénétrer dans celui de la femme comme le seau dans un puits » et maintiennent le témoignage. Si un seul témoins, hésite dans ses propos ou revient sur son témoignage, l’accusé est innocenté et les témoins subissent la peine du Ghadv, soit quatre-vingts coups.

Une dernière barrière quasi infranchissable, dictée par le Prophète aux juges de tous temps, vient couronner et cuirasser toutes les précautions antérieures: « Idraoulحoudouda bichchoubouhati ».
C’est-à-dire, empêchez autant que possible l’exécution des peines prescrites par le recours au Choubouhat. Celles-ci étant les motifs, aussi faibles soient-ils, pouvant justifier, de près ou de loin, l’acte incriminé et trouver une issue pour l’auteur.

Quelle autre législation prévoit autant de garde-fous pour prévenir les dérapages et les erreurs judiciaires ?
Quelle autre législation prévoit autant de remparts infranchissables pour préserver la dignité humaines ?

Mais, en définitive, ce n’est guerre la nature des peines qui est mise en cause par les laïcs et leurs commanditaire. C’est tout l’Islam qui est visé.

فَإِنَّهُمْ لاَ يُكَذِّبُونَكَ وَلَكِنَّ الظَّالِمِينَ بِآيَاتِ اللّهِ يَجْحَدُونَ
الأنعام33

Mohamed Cheikh a dit…

Lamartine, au sujet du Prophète Mouhammad :

«Jamais homme ne se proposa volontairement ou involontairement un but plus sublime, puisque ce but était surhumain: saper les superstitions interposées entre la créature et le Créateur, rendre Dieu à l'homme et l'homme à Dieu, restaurer l'idée rationnelle et sainte de la divinité dans ce chaos de dieux matériels et défigurés de l'idolâtrie.
Jamais homme n'entreprit, avec si faibles moyens, une oeuvre si démesurée aux forces humaines, puisqu'il n'a eu, dans la conception et dans l'exécution d'un si grand dessein, d'autre instrument que lui-même, et d'autres auxiliaires qu'une poignée de barbares dans un coin du désert.
Enfin jamais homme n'accomplit en moins de temps une si immense et si durable révolution dans le monde, puisque, moins de deux siècles, après sa prédication l'islamisme prêché et armé régnait sur les trois Arabies, conquérait à l'unité de Dieu la Perse , le Khorasan, la Transoxiane , l'Inde occidentale, la Syrie , l'Egypte, l'Ethiopie, tout le continent connu de l'Afrique septentrionale, plusieurs des îles de la Méditerranée , l'Espagne et une partie de la Gaule.
Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, et l'immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l'homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l'histoire moderne à Mahomet? Les plus fameux n'ont remué que des armes, des lois, des empires; ils n'ont fondé (quand ils ont fondé quelque chose) que des puissances matérielles écroulées souvent avant eux. Celui-là a remué des armées, des législations, des empires, des peuples, des dynasties, des millions d'hommes sur un tiers du globe habité; mais il a remué de plus des autels, des dieux, des religions, des idées, des croyances, des âmes; il a fondé sur un Livre dont chaque lettre est devenue loi une nationalité spirituelle qui englobe des peuples de toute langue et de toute race, et il a imprimé, pour caractère indélébile de cette nationalité musulmane, la haine des faux dieux, et la passion du Dieu Un et immatériel. Ce patriotisme, vengeur des profanations du ciel, fut la vertu des enfants de Mahomet; la conquête du tiers de la terre à son dogme fut son miracle, ou plutôt ce ne fut pas le miracle d'un homme, ce fut celui de la raison... L'idée de l'unité de Dieu, proclamée dans la lassitude des théogonies fabuleuses, avait en elle-même une telle vertu, qu'en faisant explosion sur ses lèvres elle incendia tous les vieux temples des idoles et alluma de ses lueurs un tiers du monde;
Cet homme était-il un imposteur? Nous ne le pensons pas après avoir bien étudié son histoire. L'imposture est l'hypocrisie de la conviction. L'hypocrisie n'a pas la puissance de la conviction comme le mensonge n'a jamais la puissance de la vérité.
Si la force de projection est en mécanique la mesure exacte de la force d'impulsion, l'action est de même en histoire la mesure de la force d'inspiration. Une pensée qui porte si haut, si loin, et si longtemps, est une pensée bien forte; pour être si forte, il faut qu'elle ait été bien sincère et bien convaincue.
Mais sa vie, son recueillement, ses blasphèmes héroïques contre les superstitions de son pays, son audace à affronter les fureurs des idolâtres, sa constance à les supporter quinze ans à la Mecque , son acceptation du rôle de scandale public et presque de victime parmi ses compatriotes, sa fuite enfin, sa prédication incessante, ses guerres inégales, sa confiance dans les succès, sa sécurité surhumaine dans les revers, sa longanimité dans la victoire, son ambition toute d'idée, nullement d'empire, sa prière sans fin, sa conversation mystique avec Dieu, sa mort et son triomphe après le tombeau attestent, plus qu'une imposture, une conviction. Ce fut cette conviction qui lui donna la puissance de restaurer un dogme... Ce dogme était double: l'unité de Dieu et l'immatérialité de Dieu; l'un disait ce que Dieu est, l'autre disait ce qu'Il n'est pas, l'un renversant avec le sabre des dieux mensongers, l'autre inaugurant avec la parole une idée!
Philosophe, orateur, apôtre, législateur, guerrier, conquérant d'idées, restaurateur des dogmes rationnels, d'un culte sans images, fondateur de vingt empires terrestres et d'un empire spirituel, voilà Mahomet!A toutes les échelles où l'on mesure la grandeur humaine, quel homme fut plus grand? »

Anonyme a dit…

Mohamed Cheikh mon ami,

Tout ce que tu as dit est vrai et la réligion le dit bien. Avant l'application des peines il y a mille et une conditions qui doivent être réunies pour être appliquées.

Toutefois si tu parts d'un postulat qui est vrai: Dieu a crée ces peines pour dissuader et assainir la société, il reste que le corollaire est faux!

je m'explique:

Ton postulat est vrai:

- si c'était Dieu ou son prophète qui applique les peines (se serait alors bien mérité)

- si même l'un des pieux et saints compagnon du prophète ou encore l'un des imams qui sont les points cardinaux de l'islam (ibnou malek, el chafii, el hanefi , el hanbeli..etc)


Mais ce n'est pas le cas.


Le juge aujourd'hui qui applique ces lois n'est PAS celui du temps du prophète:

- c'est un fonctionaire payé par l'Etat qui tient bien à son poste qu'à la tête du prévenu (rappelle-toi les jugements après les coups d'Etat en Mauritanie, où la condamnation est poliqtiue et non juridique ou charaique)

- le juge aujourd'hui, ne raisonne pas comme du temps du prophète Mohamed (que la paix soit sur lui) en terme d'UMMA, au nom du commandemeur des croyants, il applique les peines islamiques avec un amlagame de droit moderne et une formation biaisée qui lui enlève toute nature de juge islamique. Il va apliquer la peine et toute la peine.

- le juge d'aujourd'hui est au service d'un Etat laïc et qui est dirigé par des gouvernants corrompus et qui ne cherche pas le bien d'une UMMA, mais à protéger leurs intérêts et dans cet objectif, le juge est une arme qu'ils utilisent pour assouvir leur vengeance et conserver le pouvoir. Donc le juge est un instrument aux mains de vassighines au nom des quels il va appliquer...la charriaa! Contradictoire n'est-ce pas?

Donc tu vois plus personne ne conteste que ce que tu dis est vrai est que tout est dans le saint coran, les hadiths et le figh mais les sortants de l'ISERI sont des fonctionnaires au service d'une politqiue d'Etat et non pas des "juges" au sens mohamedien du terme.

L'islam a donc donné un arsenal de sanctions très graves aux musulmans d'une société musulmne, dirigée par un homme pieux, croyant et reconnu comme tel.Et dans ce cas ces sanctions s'appliqueront comme tu dis avec toutes les conditions que tu mentionnes.

Or ton raisonnement reste un postulat (bienfaits sociaux de la sanction islamique) qui est démenti par son corrollaire ( le juge et l'Etat appliquent la sanction)ce qui enlève à la la sanction son contenu réligieux et humain et la met aux mains d'un Etat (corrompu) et d'un juge à son srvice.

Pour te résumer cela je te donne un syllogisme:

- Toute règle islamique est bonne
- Or l'Etat applique la règle islamique
- Donc l'Etat est bon

Où vois-tu l'erreur?

En résumé, il y a chez toi une confusion entre la nécessité de l'application des lois islamiques et le cadre étatique et juridictionelle de leur application.

Le cadre étatique laïc actuel et le statut du juge-fonctionnaire dénaturent l'application de la loi islamique.

Aisi un juge aujourd'hui ne juge pas au nom d'un idéla islamqiue (comme tu semble le véhiculer) qui lui imposerait de respecter tooutes les conditions et procédures requise (et dont tu parles bien) mais c'est un simple fonctionnaire qui agit bien plus en fonction de sa carrière et des instruction de son intérêt personne et de son ministère que de la philosophie islamique qui doit guider son jugement.

Ce qui dénature ton raisonnement c'est qu'il faut que tu sache que l'Islam est une chose et ceux qui l'exécutent sont autre chose. Et que si ceux qui l'exécutent ne sont pas soumis dans leur morale, leur philosophie et leurs actes par les préceptes islamique, les règles islamique peuvent servir à justifier leurs crimes.

Un bon postulat(l'Islam), un faux corrolaire (le juge). Ton raisonnement nez s'inscrit pas dans l'air du temps.

Avec mes amitiés.

Azzawane.

Mohamed Cheikh a dit…

Cher Azzawane Elmezzeywen,

Si tu as bien lu le message, tu aurais pu comprendre que je ne demande pas que la justice soit confiée aux "juges" actuels. Il faut d'abord créer une société normale, la notre ne l'est pas; mettre en place des institutions réellement islamques et permettre aux populations de ne pas avoir besoin de déraper.

Anonyme a dit…

Mohamed Cheikh,

Ton raisonnementn'est pas convaincant.

Anonyme a dit…

mohamed cheikh tu écris:

"Si tu as bien lu le message, tu aurais pu comprendre que je ne demande pas que la justice soit confiée aux "juges" actuels. Il faut d'abord créer une société normale, la notre ne l'est pas;"


Qu'est-ce qu'une société normale?
Comment penses-tu la créer?
Et si on en confie pas la justice aux juges actuels à qui va-t-elle être confiée?
Et qui va rendre la justice en attendant?

Mais tu connais les réponses à ces questions n'est-ce pas.

Tu diras:

- il faut créer une société islamique, prendre des juges pieux et appliquer aa Chariia?

J'ai vu juste n'est-ce pas?

Alors si c'est le cas, tu asurais pu épargner à tout ce beau monde un discours qui dure depuis des semaines sur ce blog en disant le fond de ta pensée qui est le voici:

- Il faut aller au jihad et détruire cette société pour en implanter une autre plus "normale" avec des juges plus normaux.


Donc tu vois c'est plus simple.Car tu auras résolu le problème car il y'aura ceux qui t'aurauent dit "Tu as raison" et d'autres qui tu auras dit "tu divagues".
Et le débat aurait été clos. Tout le reste (apliquer des sanctions etc) n'était qu'accessoires.

Car vois-tu la "normalité" d'une société est une question d'époque, elle n'est pas une question de croyance.


Fraternellement.


Azzawane.

Anonyme a dit…

Azzawane a dit:

Car vois-tu la "normalité" d'une société est une question d'époque, elle n'est pas une question de croyance.

Reponse: tu as raison et c'est là où les islamistes fautent car on ne peux pas faire retourner une société 1.300 en arrière. Et d'ailleurs on ne sais pas bien ce qu'était la societe il y a 1.300 ans ...Certainement pas mieux que celle qu'on aujourd'hui. L'homme evolue et les societes evoluent

Mohamed Cheikh a dit…

َAzawane,

Tu m'as fait dire ce que je n'ai pas dit.

Je n'ai pas appelé au jihad. Le jihad ne se pratique pas contre les musulmans.

Anonyme a dit…

Alors Mohamed cheikh, mon ami

de deux choses l'une:

- ou la société mauritaninne est musulmane alors la chariia est appliquée et donc fermons le débat or ce n'est pas ce que tu affirmes en disant: "il faut un juge dans une société normale"

- ou la société mauritanienne n'est pas musulmane (donc pas normale comme tu dis ) alors il faut le jihad. Vois-tu une autre solution? La laïcité peut-être ;-)


Décides-toi avant que l'on change de régime. ;-)

Fraternellement.

Azzawane.

Mohamed Cheikh a dit…

Je me suis depuis longtemps décidé et sans hésitation.
La société est composée de musulmans.
La société est gérée par les codes de Napoléon, de Taya, de Eynemma et non par l’Islam..
Il faut qu’elle soit gérée par l’Islam.
La méconnaissance de ces vérités, pourtant élémentaires, étonne de la part d’un musulman, de Mauritanie en particulier, pays où la connaissance et la pratique des sciences islamiques et arabes sont légendaires et n’ont nulle part d’équivalent dans le monde.