dimanche 30 septembre 2007

Sidoca ou l'homéopathe sympatoche

Un type innocent ne peut faire de politique , car il ne peut pas être un salaud. Un homme politique naïf est une catastrophe pour son pays. Les hommes politique médiocres sont des naïfs, qui se font des illusions et cela a des conséquences fâcheuses. Si l'homme politique est naïf, il est dangereux .Ce sont des choses apparemment simples, mais au fond très importantes. Ce qui est curieux, c'est que l'expérience montre combien se trompent les gens qui se croient très intelligents . Les vrais hommes politiques sont ceux qui ne se font pas d'illusions . Autrement, ils nuisent, ils sont dangereux pour leur pays .
Car le pouvoir est une calamité, pourquoi un homme normal ou apparemment normal comme SIDIOCA accepte-t-il le pouvoir, pourquoi accepte-t-il de vivre préoccupé du matin au soir alors qu'il a déjà mérité une retraite confortable? Sans doute parce que dominer ou plaire (Le cas de SIDI) est une seconde nature chez lui.
Dieu fasse qu'il garde toujours à l'esprit, que le pouvoir est la grande malédiction de l'humanité dit le FOU
maatala

52 commentaires:

Anonyme a dit…

très bon résumé de la situation de sidioca le naif

Anonyme a dit…

attendons voir: cette naiveté "maraboutique" ne dois pas nous tromper; je pense que sidioca fait le "naif" pour laisser à "aziz" le "sale boulot" comme Taya a laissé Cimper s'imposer dans les années 80 avant de le liquider et tout reprendre en main

Dr kleib ahmed salem a dit…

la situation du pays est critique. Des personnes impliquées dans le cercle du pouvoir m'ont affirmées à demi mot que la situation du pays leur échappe voir qu'ils n'ont rien compris à cette précarité qui est entrain de gangrené tout le pays. Ce qui me pousse à soulever certaines questions :
Le cmjd aurait-ils délibérément fait la politique de la terre brulée avant de partir afin d’asphyxier le nouveau régime ?
la géopolitique de la sous région est elle entrain de muer?
Ely ould mohamed est ses orphelins du régime de taya sont entrain de mijoter un retour en douceur à la « le Général Robert Guéi et sa fameuse réplique "les jeunes m’ont appelés"?

Lambda a dit…

cher Maatala,
merci pour ce résumé, c'est profond et concis.

mais mefions-nous des apparences. Sidi est ambitieux et son ambition se résume dans comment centraliser les pouvoirs dans ses mains tout en fermant l'oeil sur les pratiques negatives des personnes l'ayant soutenu dans sa campagne et qui se trouvent actuellement dans des hautes fonctions de l'Etat.

Dr. Kleib,
merci d'avoir partagé avec nous ses inquietudes;
je crois qu'on vous l'a deja fait, mais ça n'est pas grave si je le repete : bienvenue à vous parmi nous.

je ne suis pas sûr d'avoir saisi toute la profondeur de votre propos et surtout votre question : "la géopolitique de la sous région est elle entrain de muer?"

Lambda.

Anonyme a dit…

L'ancien senateur Australien Vicki Bourne a fait un excellent ecrit a' propos des dix regles suivantes qui selon lui, definissent un bon politicien.

1- IL EST HUMBLE

Il comprend qu'une seule personne ne peut jamais detenir toutes les clefs du pouvoir. Le pouvoir est toujours le resultat d'une action collective.

2- IL EST AIMABLE

Il comprend que c'est important d'avoir les personnes dans son camp. Il peut toujours avoir besoin de leur soutien.

3- IL PENSE DE MANIERE STRATEGIQUE

Il tente toujours de developper les strategies qui permettront aux uns et aux autres d'etre d'accord avec ses positions.

4- IL SE SPECIALISE DANS UN DOMAINE QU'IL A CHOISI.

Il comprend parfaitement qu'il y a des sujets qui lui echappe. Il sait egalement qu'il ne peut pas tout savoir. Il choisit quelques sujets qui lui sont chers et devient un expert sur lesdits sujets. Ceci lui permettra d'etre respecte' au niveau local, national et international parce que son opinion sera toujours sollicite'e sur les sujets en question.

5- IL A DES OBJECTIFS CLAIRS QUI PEUVENT ETRE ATTEINTS

Il a des objectifs bien definis et il sait qu'il peut les atteindre. Il ne tente pas de faire l'impossible et il sait qu'il n'est pas ici pour changer le monde entier. Il a egalement des criteres qui lui permettent de mesurer ses progres.

6- IL COMPREND LES PROBLEMES

Il sait analyser tous les aspects d'un probleme donne'. Il est toujours au courant des dernieres informations relatives au probleme en question.

7- IL ECOUTE LES AUTRES

Il ne se prend jamais pour quelqu'un qui connait tout. Il sait que c'est important d'ecouter les autres qui ont une experience et une opinion differentes des siennes. Ecouter les autres peut toujours aider a' revoir et/ou corriger ses propres positions. C'est egalement important de comprendre qu'en democratie, les opinions des autres comptent.

8- IL SAIT DIRE "NON" AVEC POLITESSE ET RESPECT

Il sait dire "Non" sans se facher, de maniere polie et sans humilier les autres.

9- IL A UNE TRES BONNE COMPREHENSION DES INSTITUTIONS

Il connait les regles qui regissent les institutions du pays et il a une bonne ide'e des personnes qui les dirigent.

10- IL EST RESPECTE' PARCE QU'IL RESPECTE LES AUTRES, LEURS EXPERIENCES ET LEURS OPINIONS. IL DEMONTRE A' TRAVERS CES ACTIONS QU'ON PEUT LUI FAIRE CONFIANCE.


Tous ceux qui s'acharnent contre le vieux doivent relire attentivement les regles de Vicki Bourne cite'es plus haut. Ils doivent egalement comprendre que le Mr. est encore nouveau au pouvoir. Il est sur le bon chemin. Il merite d'etre encourage' et soutenu.

De la part du VILLAGEOIS

Anonyme a dit…

Anonyme du 30 Septembre 13:29

Tu est bien fache'! Cela se comprend parce que c'est le mois de Ramadan.
Mes propos n'engagent que moi. Je ne les retire pas et je ne suis pas de cette categorie de personnes qui presente des excuses.

Je suis un partisan du President Ould Taya. Je crois fermement qu'il est un homme qui a beaucoup fait pour la Mauritanie. Messaoud Ould Boulkher n'est pas necessairement d'accord avec moi mais cela ne m'empeche pas d'avoir un respect et une admiration pour sa personne. Mr. Ould Boulkher a certes quelques defauts mais ses points positifs l'emportent sur le reste.

Je me suis moque' de lui a' plusieurs reprises, je l'ai appele' notre HARNOS NATIONAL, LE HRITE, LE HARNOS, KAVOUR...etc. J'ai meme ecrit que durant les sessions de l'assemble'e nationale, certains vieux depute's etaient entrain de lire les lignes suivantes d'un des poemes d'Al Moutanebi: "SARA AL KHASSIYOU IMAMOU ABIKHINE VIHA WAL HOUROU MOUSTA ABADOU WAL ABDOU MA ABOUDOU."

J'ecris pour communiquer ce que je crois etre important. J'ecris egalement pour provoquer,farcer, tuer le temps ou me moquer de ceux qui se prennent pour ALLAH.

Messaoud Ould Boulkher doit comprendre qu'il y a une strategie en place pour le mettre a' la porte. Le vieux n'est pas parmi ceux qui veulent l'eloigner de son poste de President de l'Assemble'e Nationale. Il ne doit pas accepter de tomber dans leur piege.
Je repete ce que j'ai deja ecrit: IL NE DOIT JAMAIS ABANDONNER LES CHAISES QUI LUI PERMETTRONT DE FAIRE AVANCER LA CAUSE HARATINE.

Au temps de tous ceux qui ont precede' son Excellence Ould Taya, les haratines n'etaient pas considere's. Il y avait les Maures Blancs suivis par les Halpular puis les Soninke' et enfin les Wolof. Il n'y avait aucune consideration pour les haratine et les esclaves Maures et ceux des ethnies Negro Africaines.
President Ould Taya a permis aux Haratine d'etre a' un niveau beaucoup plus avance'. Aujourd'hui, on peut dire qu'ils sont en deuxieme position apres les Maures Blancs.

C'est toujours facile de dire un intellectuel ne doit pas dire ceci ou cela MAIS TANT QUE LA REALITE' EST CE QU'ELLE EST, IL NE FAUT PAS AVOIR PEUR DE LA DIRE.

Messaoud Ould Boulkher, El Keyhal Ould Mohamed El Abd, Achour Demba, SGAHIR OULD M'BARECK, Oumar Ould Yalli et Mohamed Ould Haymar...etc ne doivent jamais perdre de vue qu'ils ont ete' definis par la noble cause des Haratine. Ils doivent egalement comprendre que la victoire n'est pas encore gagne'e. Ils doivent tout faire pour obtenir une discrimination positive en faveur des Haratine.

MR. MESSAOUD OULD BOULKHER, VOUS NE POUVEZ PAS CHANGER TOUTE LA MAURITANIE MAIS VOTRE POSITION PEUT VOUS AIDER A' FAIRE AVANCER LA CAUSE HARATINE. USE IT FOR THAT PURPOSE!!!!!! SI VOUS POUVEZ CHANGER LES CONDITIONS DE VIE DES HARATINE, CE SERAIT DEJA UNE TRES GRANDE CONTRIBUTION A' LA CONSTRUCTION NATIONALE DE LA MAISON MAURITANIE.
Je ne vous dis pas d'oublier les autres mais votre accent doit rester sur les Haratines pour des raisons evidentes!

Anonyme a dit…

A lire sur le blog du professeur ELY

"Pourquoi veulent dire vendre la SNIM?

Diagnostic d'un mauvais élan.

http://haut-et-fort.blogspot.com/

Anonyme a dit…

Tout Nouakchott ne raconte que cette Vente de la SNIM au Groupe Mittal représenté par Ahmed baba Ould El Mamy apparammant tres proche de Khattou mint el boukhary épouse du Président Sidi ould Cheikh Abdallahi.
La cession des parts de l'Etat (78%) dans le Capital de la SNIM sera effective dés le 15 Octobre 2007 et ceci à l'issue d'un Accord de Céssion
négocié à Paris entre Arcélor Mittal et Ahmed Babe ould El Mamy qui représente les intêteêts de Khattou dans ce qui sera la plus grande Affaire dans l'Histoire Economique de la Mauritanie depuis la Nationalisation de la MIFERMA en 1974. Cet Accord dont la partie secréte est la plus importante stipule que:
1) l'Etat Mauritanien céde ses parts dans la SNIM-Sem en contrpartie de 700 Millions de Dollars Américains comme BONUS au Trésor public
2)Arcélor etablira un Plan d'action visant l'augmentation de la Production à doubler la production actuelle et embaucher 15000 Employers supplémentaires
3)l'ETAT Mauritanien accordera une exonération fiscale d'une durée de DIX ANS à Mittal jusqu'a la fin de son plan d'investissement.
4) Le Port Minéralier de Nouadhibou et la voie Férréé deviennent désormais propriété du Groupe Mittal à l'excéption des Zones habitables (Choum et Tmeimichatt exclues du titre de Propriété)
5)Un poste Honorifique de Président de Diréctoire sera attribué à un Mauritanien sans Pouvoirs de Gestion.
6)La Raffinerie de Nouadhibou et les Aires de Stockage des Combustibles font partie de l'opération de Vente.
7) Mittal versera tous les Ans 320 Millions d'UM à la Mairie de Nouadhibou et 215 Millions à la Mairie de Zouérate ainsi que 50 Millions d'UM aux Communes travérséés par la Voie Férrée
_8)Mittal s'engage aussi à continuer l'Approvisionnement en Eau des localités traverséés.
8) Mittal et le Gouvernement donnerons aux Syndicats du personnel la possibilité d'acquérir jusqu'a 4%du Capital de Mittal
9) la nouvelle dénomination de la SNIM est: MINOR (Mauritania Iron Ore Company)
La partie secréte de l'Accord a été
déja finalisée par Ahmed baba Ould Elmamy et Khattou avec Mittal avant l'entretien que Sidioca a accordé au Président de Mittal le Samedi dernier au Palais Présidentiel et que la TVM a retransmis. Bonne chance à la Mauritanie

Anonyme a dit…

La SNIM produit plus de 10 millions de tonnes de fer par an. Elle represente 12% du PNB. Certains indices parlent de reserves estime'es entre 1.1 milliard et 2.4 milliards de tonnes a' exploiter.
La tonne d'acier coute plus de 540 dollars Americains sur le marche' international.

Le peuple Mauritanien a le droit d'etre consulte' sur une eventuelle privatisation d'une telle entreprise. Des debats doivent etre organise's au niveau du parlement et du senat pour discuter de ce sujet.

Professeur Ely Moustapha a evoque' des points qui sont extremement interessants sur son blog haut-et-fort. Je suis entierement d'accord avec lui. Je vais un peu plus loin en disant que je suis tout simplement oppose' a' la vente des grandes infrastructures nationales. LA SNIM EST LA MERE DE TOUTES NOS ENTREPRISES ET ELLE NE DOIT JAMAIS ETRE VENDUE AUX CAPITAUX ETRANGERS. S'IL FAUT LA PRIVATISER, LA MAJORITE' DES ACTION DOIT ETRE DETENUE PAR LES MAURITANIENNES ET LES MAURITANIENS QUI OPERENT AU NIVEAU DU SECTEUR PRIVE'.

PS.
Le FMI et la BANQUE MONDIALE peuvent forcer les pays pauvres comme la Mauritanie a' vendre nos palmiers, nos chameaux, nos moutons, nos chevres, nos poules et memes nos anes aux capitaux etrangers pour payer leurs dettes MAIS TOT OU TARD LES NOMBREUX MOCTAR OULD DADAH QUI EXISTENT AU SEIN DU VAILLANT PEUPLE MAURITANIEN, VONT LES RENATIONALISER!!!!!!!!!!!!!!

Vive la Mauritanie!
Vive le peuple Mauritanien!

Anonyme a dit…

Effectivement d'accord avec toi ano précédent, l'article du professeur ELY Moustapha est d'une grande qualité, comme d'habitude, il pose le bonnes questions.Notre avenir n'est pas clair et on ne sait plus quoi faire avec tout ce qui se passe.

Anonyme a dit…

Etonnante cette vente en catimini. Un des anos parle de Khattou et de Ould Ezizi, sans parler du DG de la SNIM et son ministre de tutelle. Cela veut dire que tout ce qu'il dit est faux. La vente est-elle reelle? Le deal me semble avoir ete fait durant Ely a en croire un mot place dans ce blog. A-

maatala a dit…

Salam


"Diagnostic d’un mauvais élan


S’il est dans l’air du temps que les pouvoirs publics veulent privatiser la SNIM, c’est que cela répond à des considérations économiques et financières qu’il nous reste à découvrir. D’abord, analysons l’objet de l’enjeu, la SNIM, et voyons ensuite quels sont les tenants et les aboutissants d’une telle volonté de privatisation.

I- Pourquoi l’Etat privatise-t-il ?


Un entreprise qui est rentable, des revenus cruciaux pour les finances publiques et pourtant la privatisation est dans l’air. Qu’est-ce qui expliquerait cela ?
La cession d’une entreprise publique répond à des considérations qui sont à la fois d’ordre politique économique et financier.
Du point de vue de la théorie, celle des "biens publics" justifie le monopole public pour les biens indivisibles ou non excluables. En effet certains marchés se caractérisent par un coût marginal nul ou tout au moins décroissant ce qui explique que l’Etat en garde le monopole à travers les entreprises publiques. En langage plus direct, les secteurs qui ne sont pas rentables pour l’investissement privé et qui sont importants pour l’activité économique et sociale sont pris en charge par l’Etat au nom de la collectivité. Qu’est-ce qui justifie alors la privatisation ?
Si l’on s’en tient à certaines considérations, tout aussi théoriques, on considère que les dirigeants des entreprises publiques cherchant à réaliser des chiffres d’affaires élevés par le surinvestissement vont à l’encontre de l’allocation optimale des ressources. C’est dans ce sens que s’inscrit l’Ecole des choix publics (Buchanan). D’autres part, les modes de contrôle et de gestion privés sont considérés plus efficaces que la tutelle gouvernementale. Enfin, les investisseurs et actionnaires veulent des rendements plus élevés et un droit de regard plus renforcé sur la stratégie de l’entreprise.
Du point de vue politique la philosophie libérale et les courants partisans qui en sont issus favorisent la privatisation .Celle-ci serait considérée comme le meilleur moyen d’éviter le monopole sur des activités qui seraient mieux gérées par les privés . Le monopole étant lui-même antinomique avec le jeu normal du marché et fausse l’offre et la demande en biens et de services et donc la loi du marché.
Mais la privatisation, au-delà de la coloration politique du régime en place, peut aussi être imposée par des engagements internationaux de l’Etat à l’égard de certaines institutions financières et plus spécifiquement le Fond monétaire international (FMI). En effet, le plan d’ajustement structurel (PAS) prévoit dans les modalités de son application par les Etats qui y ont souscrit-dont la Mauritanie- de prendre certaines mesures allant dans le sens de la libéralisation de leur économie. Il s’agit notamment, de l’encouragement de l’initiative privée, de la réduction du déficit budgétaire, de la restructuration des entreprises publiques etc. C’est en fonction de l’avancement de la réalisation de ces objectifs que les Etats accèdent aux droits de tirages spéciaux, qui sont les modes de financement du FMI.
D’un point de vue financier et, dans une optique de gestion budgétaire, la privatisation est quasiment toujours considérée comme un moyen de trouver des ressources financières pour alimenter le budget de l’Etat. Et l’on considère que le renflouement des caisses de l’Etat s’accompagne aussi d’un allègement futur des finances publiques de la part alloué par l’Etat aux entreprises publiques en termes de subventions (d’équilibre, d’exploitation etc.). Enfin les entreprises publiques privatisées , mieux gérées rapportent plus d’impôt.


Ces considérations s’appliquent-elles à la SNIM et sont elles suffisantes pour la privatiser? Cette entreprise entre-t-elle dans la catégorie des entreprises publiques susvisées et quelles conséquences sa privatisation aura-t-elle sur l’économie nationale. ?

II- Que représente la SNIM pour l’économie mauritanienne ?

Prenons des ordres de grandeur. La part de la SNIM dans le Produit intérieur brut du pays (hors pétrole) en 2006 a été de 15% ! Elle a permis de rapatrier 185 millions de dollars US .En 1986, son chiffre d’affaire s’élevait à 491 millions de dollars US, soit environ 131 milliards d’ouguiya.


Historique de Production 2001-2006

La Snim dispose d’importantes filiales, 7 exactement dans des secteurs clefs de l’économie ( la Consignation et et le Transit, l’Hôtellerie et le Tourisme, les Fonderies, les BTP, les Construction Métalliques, le Gypse et le Plâtre, les pierres Ornementales etc.)



Filiales de la snim


La Snim est une entreprise fleuron du pays . Outre qu’elle a obtenu les certifications iso 9001-Afaq et AFNOR en 2005 elle dispose de système d’information moderne (SAP, HR) pour tous ses cycles d’activité (de l’approvisionnement aux ressources humaines en passant par les finances et le contrôle de gestion ), et développe un programme de qualité totale depuis 17 ans.
La SNIM est aussi une entreprise attractive des compétences du pays dans les domaines miniers et industriels. Elle compte 3928 travailleurs entre cadres, maitrises et ouvriers.



Elle dispose d’un marché mondial acquéreur de son fer à teneur exceptionnelle et des partenaires de grands renoms soutenus par d'importants pays.





Le capital de la SNIM est mixte et l’Etat y détient plus de 78% lui donnant ainsi, tout en associant des partenaires étrangers et nationaux, la maîtrise totale de sa politique industrielle et de la gestion des intérêts de l’entreprise.


La SNIM s’était définie comme « une entreprise citoyenne » et s’est engagée à donner un nouvel essor au développement économique et social du couloir Nouadhibou - Zouerate en collaborant avec l’Etat, les collectivités locales, les élus, la société civile et les partenaires de développement de la Mauritanie.

Face à une entreprise qui contribue ainsi efficacement à l’économie nationale, la question qui se pose est de savoir pourquoi l’Etat veut la privatiser.










.
III-Que représente la SNIM pour le financement de l’Etat ?

Nous avions, dans un article récent, montré comment le budget de l’Etat était dépendant des revenus de ses ressources naturelles : « les recettes non fiscales de l’Etat sont constituées essentiellement par les revenus du pétrole, les redevances de pêche et les revenus de l’exploitation du fer (SNIM). Soit des revenus de ressources naturelles non renouvelables. (…) la part des recettes de l’Etat provenant de revenus de ressources naturelles (mines, pêche, pétrole) par rapport à l’ensemble de ses recettes propres (fiscales et non fiscales) on se rend compte qu’elles constituent 47 % ! Quasiment la moitié des recettes de l’Etat mauritanien proviennent de ce qu’il ne produit pas ! une manne de la nature par laquelle il se finance et qui en plus n’est pas renouvelable.». Ainsi la SNIM a contribué, en 2006 au budget de l’Etat pour plus de 23 milliards d’ouguiyas.


La SNIM constitue une source de recettes importantes pour le budget de l’Etat. Des ressources permanentes sur lesquelles il a, en tant qu’actionnaire majoritaire de l’entreprise, une emprise certaine.

IV-Quelles sont les conséquences de la privatisation de la SNIM sur l’économie Mauritanienne

Nous l’avons vu , la SNIM n’est pas une entreprise déficitaire, elle contribue de façon très importante au PIB , elle est un pôle générateur de richesses. Elle emploie un peu moins de 4000 travailleurs , sans compter l’effet d’entrainement qu’elle a sur l’économie régionale et nationale. Ses nombreuses filiales traversent tous les secteurs d’activité économique du pays. Elle a développé une stratégie d’entreprise citoyenne de développement régional importante. Elle est un pôle technologique de grande importance et bénéficie d’une qualité de production et répond aux plus hauts standards internationaux de normalisation industrielle. En somme une entreprise un fleuron de l’économie nationale.


Certes, bien des critiques ont été portées sur la gestion, le développement stratégique à moyen et long terme de cette entreprises et si des correctifs , jugés insuffisants ont été apportés ,il n’en demeure pas moins que la SNIM constitue une entreprise nationale de premier ordre dont la privatisation serait une perte par l’Etat d'une part de sa souveraineté économique vue l'importance qu’occupe la SNIM dans son économie.


Ce n’est pas en soi que la privatisation est une mauvaise chose quand elle intervient pour céder des entreprises peu rentables ou faisant supporter à l’Etat des charges énormes et un poids budgétaire considérable à des particuliers plus à même de les gérer ou des les rentabiliser ; ce qui est à craindre c’est le « bradage » des entreprises publiques non pas pour des questions budgétaires ou de rentabilité mais pour satisfaire un besoin de financement immédiat. Sacrifiant à la conjoncture, le patrimoine national.


Or ce qui est à craindre actuellement en Mauritanie, c’est de ne voir dans une possible privatisation de la SNIM qu’un renflouement budgétaire et d’oublier qu’avec la privatisation , l’Etat perd le contrôle sur l’entreprise. Sa stratégie et sa gestion vont lui échapper, il devient tout simplement un collecteur d’un impôt que cette entreprise va lui verser en fonction de son bénéfice net c’est-à-dire en fonction de critères de performance qui lui échappent.
Cette situation peut s’aggraver sous l’impact de l’esprit de profit qui guide l’investissement privé, à savoir la surexploitation accélérée des ressources naturelles , et l’Etat verra s’accroitre l’impôt qui lui est versé mais la durée d’exploitation des mines en sera d’autant réduite. Avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur l’économie de la sous–région.


La privatisation d’une entreprise d’une telle envergure n’est pas sans conséquence sur le social. En effet, les plans de restructuration qui ne manqueront pas de surgir entre les mains des acquéreurs toucheront évidemment les travailleurs et la notion de « surplus » d’effectifs pour justifier les compréhensions faramineuses de personnels risquent de remettre en cause un équilibre social déjà fragile dans la région. L’Etat ne pouvant plus réguler la politique sociale de l’entreprise aura à affronter de sérieuses difficultés. Car m^me si les investisseurs privé s'engagent à maintenir le personnel ou même à l'accroitre ce ne sera qu'au moment des négociations et probablement durant les premières années d'exploitation, ce n'est que par la suite qu'interviendront les fameux alibis justifiant toutes les atteintes au social: "conjoncture économique défavorable", "pertes attendus de l'entreprise", "restructuration vitale du processus d'exploitation et de production", "nécessité de compétitivité et de performance", " chute des prix mondiaux du fer"etc. Soit ce que le capitalisme a engendré comme "faire-valoir" parfois étriqué pour assurer sa pérennité.


Mais si cela est le lot de toute privatisation, ce qui inquiète davantage c’est le devenir des milliards qui seront versés à l’Etat par la vente de ses actions dans la SNIM. Allons-nous encore revivre un syndrome Woodside version 2 ?

On ne saurait le dire mais l’histoire récente est pleine d’enseignements qui ne rassurent pas. Il faudrait une véritable politique de suivi et de transparence de cette privatisation, si privatisation il y a. Les détournements de fonds publics, les commissions sur les commissions et les mille et une méandres de nos intermédiaires aguerris à la « négociation » profitable, ne manqueront, si on n y prend garde, de resurgir.


Et si, en bout de course, les biens versés à l’Etat retrouvent le chemin de la mauvaise gestion et de la dilapidation, la Mauritanie aura perdu deux choses : la seule entreprise industrielle qui supportait son économie et une importante part de sa souveraineté économique. Et les lendemains ne seront pas enchanteurs.


Pr ELY Mustapha

-----------------------------------

maatala

Anonyme a dit…

Excellent article du prof. Merci Maatala.

Anonyme a dit…

De quel droit on veut vendre la snim?

Anonyme a dit…

vous avez surement raté une blaque: anonyme qui signe le villageois a dit "Professeur Ely Moustapha a evoque' des points qui sont extremement interessants sur son blog haut-et-fort. Je suis entierement d'accord avec lui. Je vais un peu plus loin en disant que je suis tout simplement oppose' a' la vente des grandes infrastructures nationales."

mefie toi tu glisse vers une position où tu sera comme le commun des mortels.

tout n'est pas rose comme tu semble marteler jour et nuit.

en plus ta maniere de denoncer est tres timide.
"Je vais un peu plus loin en disant que je suis tout simplement oppose' a' la vente des grandes infrastructures nationales."

tu crois que tu sera écouté par qui ?

Anonyme a dit…

Ano d'en haut,

Excuse l'anglicisme de Couli (lol). Il connait tout, cepandant (rires hag hag). Il n'a pas pris tout son temps pour bien lire et faire la difference entre "infrastructures" et "entreprises nationales". Il a pris la SNIM pour la route Nouakchott-Aioun (rires). Couli enta vem? Ano hatha est vraiment méchant avec toi (rires au carré).

Anonyme a dit…

Ano 1 octobre 2007 03:30

tu t'oppose à la vente de la snim mais de quel droit ?
je te rappelle qu'il faut laisser le president faire ce qu'il compte faire. il sait mieux que toi anonyme.

vive la mauritanie
vive sidioca.

Anonyme a dit…

Ano,

Ce n'est pas vrai que le President sait mieux qu'un citoyen lambda. De quel droit tu penses qu'il a le droit de vendre la SNIM incognito? C'est fini les décisions unilatérales des périodes d'avant. Tu peux être pro-vente et quelqu'un d'autre anti-vente.

Anonyme a dit…

Ano 1 octobre 2007 13:56

ce que j'ai écrit est destiné à la consommation d'un certain villageois dont le clavier n'a pas d'accent.

il serai supconné en ce moment d'appartenir à l'opposition car il ose denoncer 'timidement' la vente de la snim par le vieux.

il serait en train de basculer vers une confrontation directe avec le vieux. il ose desormais lui tenir tete.
c'est pas bon signe pour lui ça.

vive la mauritanie
vive sidiioca

maatala a dit…

Salam

Dear Couly tu dis:

"Le peuple Mauritanien a le droit d'etre consulte' sur une eventuelle privatisation d'une telle entreprise. Des debats doivent etre organise's au niveau du parlement et du senat pour discuter de ce sujet"

Tu dis aussi

" je suis tout simplement oppose' a' la vente des grandes infrastructures nationales"


Cela fait 5 mois que tu te prends pour l'avocat de SIDI et tu nous "bassines avec le Vieux sait ce qu'il fait".

A te lire, tu sembles etre knock down, Il y a comme un doute dans la "BASE" (lol).

Khattou au moins, sait ce qu'elle veut; Faire le plein en cinq ans dit le FOU

maatala

maatala a dit…

Salam

La vente des bijoux de familles

Avec la vente de la SNIM, on toucherai le fond, plus vite que prévu.

La SNIM est un symbole: car la nationalisation de la Miferma est dans notre inconscient collectif comparable à celle du canal de Suez.

Avec L'Ouguiya elle caractérise la fierté, cette seconde nature du Mauritanien.

La vente de la SNIM est la trahison de celle-ci.

le Mauritanien est fier , mais il aime surtout les postes et plus que tout, les caisses qui vont avec.

Les conditions de vente de la SNIM sont la manifestation du mercantilisme ambiant et l'opacité congénitale que nous cultivons.

Toutes nos entreprises publics sont en faillites, leur rachat est la preuve de l' incompétence de ceux qui nous gouverne et de la faillite dans laquelle ,ils ont mis le pays.

La république des commerçants , après la vente de la SNIM n'aura plus rien à vendre.

A ce rythme ,bientôt nous passerons de l'Ouguiya au CFA pour tenter de survivre.

Si les gens veulent encore bien de nous dit le FOU.

maatala

Yanis le R. a dit…

Je trouve excellente l'analyse du Pr ELY Mustapha sur la SNIM et la question de la privatisation de façon générale.

Est-ce que la question de la vente des parts de l'Etat dans la SNIM est vraiment à l'ordre du jour?

Mittal a acheté Arcelor comme Renault a acheté Nissan et il paraît que dans les 2 cas, ce fût une réussite surtout pour Arcelor et Nissan.

Sans être un économiste, le cas de la SNIM est différent, c'est un nain économique d'un pays nain aux mains encore de prédateurs géants…
Vous comprenez sans doute mon inquiétude et celle de bien des mauritaniens si la nouvelle se confirmait...

Pourtant je trouve que la SNIM n'a pas été à la dimension des espoirs qui sont nés un certain 28 novembre 1974, le jour de sa nationalisation.

En visite dernièrement à Cansado, je fus scandalisé d'entendre par tous que les mêmes maisons, les mêmes infrastructures, en plus vieux, datent de l'ère de la MIFERMA, c’est à dire de 1963 !
Les mêmes murs, la même clinique, le même hôtel, les mêmes lampadaires, les mêmes rues... En plus délabrés, en moins tenus, sans plus!
J'étais abattu, je ne pouvais plus parler, je disais que j'avais une extinction de voix du fait du climat...
C'était début septembre 2007, plus de 30 ans après avoir pris notre destin en main des griffes des premiers prédateurs étrangers qui étaient au moins des bâtisseurs!
Puis ce fut le temps de nos prédateurs, à nous, qui n'ont jamais rien bâti...

Je vous ferai prochainement un compte rendu détaillé de mon périple au nord qui pourrait s'intituler: Au nord, rien de nouveau.
Comme partout, d’ailleurs, pas seulement à l’ouest, juste une petite remarque…

maatala a dit…

Salam

le départ de ZZ est sur toutes les langues, cette disgrâce aura lieu dés que le parti verra jour ,car les Sidi-boys veulent reprendre le pouvoir en main.

Ils ne venlent que le pouvoir leur échappe en 2012 d'où le projet de l'hydre.

Ils ont aussi compris que seule l'armée soutient SIDIOCA et ils ont tous intérêt à ce dégager de l' étreinte du diable.

Ils pourront enfin gérer les ruines dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Le professeur ELY Mustapha, à côté de sa remarquable analyse de la situation a vu juste. Il dit que la SNIM au-delà de ses difficultés est un symbole de souveraineté sur nos ressource et que la vendre risque de nous coûter une partie de notre indépendance consciement ou inconsciement.

Je crois que toute personne qui tient aux biens de son pays doit lire cet article pour comprendre ce qui se passe.

Anonyme a dit…

Maata:

Je continue a' donner au vieux le benefice du doute mais il faut reconnaitre que La SNIM n'est pas n'importe quelle entreprise. Elle constitue la colonne vertebrale de l'economie nationale Mauritanienne et elle represente 12% du PNB. Elle controle egalement quelques grandes infrastructures nationales comme le chemin de fer et le port de Nouadhibou. (Anonyme du 1 Octobre 12:47 ente' vem!)Elle est la mere de toutes nos entreprises nationales, de ce fait elle ne doit jamais etre vendue aux capitaux etrangers. (Anonyme du 1 octobre 12:47 ente' M'DEMKI?)

J'ai vecu presque la moitie' de ma vie aux USA. Je suis capitaliste jusqu'a' l'os mais je n'oublie jamais que certaines transactions financieres et commerciales sont amorales.

Mon cher Maata, je ne regrette pas mon soutien au vieux. Il detient des informations qui ne sont pas a' ma disposition. Je ne peux que prier pourque le tout puissant Allah continue a' guider ses pas dans la bonne direction.
Entre temps n'ayons pas peur de dire que cette eventuelle vente de la SNIM sent MAUVAISE!

Dr kleib ahmed salem a dit…

Je tiens à partager avec vous cette information. Je viens d’apprendre qu’il existe 902 ONG en Mauritanie parait il !
Voici la liste de 312 et leurs présidents préparez vous à toute les surprises
voici le lien http://docteurkleib.blogspot.com/2007/06/voici-la-liste-non-exhaustive-des-ong.html

Anonyme a dit…

Ano 1 octobre 2007 23:37 (le villageois)

aux spheres decideurs, on ne vois pas de bon oeil tes assertions "
certaines transactions financieres et commerciales sont amorales." continue-tu à enfoncer le clou ?.

mais le plus douteux de ta part c'est quand tu dis "Entre temps n'ayons pas peur de dire que cette eventuelle vente de la SNIM sent MAUVAISE!

sent-elle mauvaise tu dis ?

oh oh la la la! venant de toi c'est quand meme osé!

alors un conseil : méfies-toi car apres cette insunuation tout ce que tu dira de bien sur le vieux sera interpreté mal.

Anonyme a dit…

Couli a dit:

Elle (la SNIM) est la mere de toutes nos entreprises nationales.

Couli,

Elle n'est pas. Elle agit dans un secteur différent et s'est accaparée d'autres secteurs qu'elle ne devait pas, malgré que c'est une tentative d'intégration mal reflechie. Dans quelques années, la SMH sera plus importante que la SNIM. Dira t-on qu'elle est la mère de toutes les entreprises? Ton idéologie capitaliste comme tu le dis n'est pas bonne pour justifier ou non la vente de la SNIM.

Un anonyme de la Banque Mondiale

Anonyme a dit…

Je constate-si je ne me trompe- que l'information de la vente de la SNIM n'existe que sur le blog canalh et dans les salons.Est-ce une simple rumeur,ou s'agit-il d'une information digne de foi?.Pour ma part,je pense(j'espère!) que nos décideurs ne sont pas si idiots au point de brader la seule société qui marche dans notre pays.Ils pourraient ceder une part de la participation de l'Etat(44%,par exemple) et garder une minorité de blocage(34%).De la sorte,ils renfloueraient les caisses vides de l'Etat,tout en gardant le contrôle de la SNIM...
Il est vrai,comme l'a si bien dit notre ami Yanis,que l'impact social de la SNIM est de moins en moins important et que sa contribution au budget de l'Etat reste modeste au regard de sa taille;
Il est vrai,aussi que dépuis la transition,l'Etat intervient de plus en plus dans la gestion de la société(nominations politiques,financement des campagnes,etc);
Il est vrai,enfin que l'expérience a montré dans notre pays,que toutes les entreprises où l'Etat intervient sont vouées à la faillite(SOMELEC,AIR MAURITANIE,SONIMEX,PORT,SNDE,etc).
Mais de là à vendre une boîte,comme la SNIM,avec une telle legerté,il n'y a qu'un pas que je n'aurai franchi que si l'idiotie de nos décideurs est certaine...
Une autre information circule et non commentée sur le blog:il s'agit de la vente de la part de l'Etat dans Mauritel.A suivre
A+

Yanis le R. a dit…

Cheikhna O. Nenni annonce son départ du journalisme pour se consacrer à la politique...
La politique n'avait peut être pas besoin de ça surtout en ce moment...
En fait, il rejoint probablement le staff du PM.
Vous savez qu'après la nomination du directeur de cabinet, c'est le tour des conseillers de changer comme ceux de la Présidence.
Il sera probablement le conseiller à la communication ou le conseiller porte-parole s'il n'est pas un "conseiller principal".
Au passage, cette dénommination de "conseiller principal" est paraît-il, d'après les linguistes, incorrecte quand il y a plusieurs...

Anonyme a dit…

Yanis
Nous attendons avec impatience le recit de ta dernière visite au Nord!
Tu aurais dû passer nous dire bonjour(lol).

Anonyme a dit…

A+,

Je crois qu'ils vont vendre le maximum qu'ils peuvent pour mettre en oeuvre leurs promesses electorales. La plus simple de ces promesses etait de re-integrer les Roumouz et Co et c'est en voie avec le parti-etat. Le moins difficile est de trouver les sous pour paier tous ces conseillers et offrir des possibilités pour jouir amplement des biens de l'Etat comme au temps de Ould Taya. J'espere quíls ne sont pas si fauchés que cela pour au moins paier le salaires des soldats. L'armée est toujours le noeud le plus faible dans les "failed states", c'est la paie des bidasses qui amene les troubles(c'est pas moi qui dit "failed state"pour la Mauritanie, mais Transparency International qui nous met avec le Soudan et la Somalie dans son dernier rapport). A-

Anonyme a dit…

Le parti de SIDIOCA a nommé comm coordinateur à NOUADHIBOU Mr MOHAMED ould RZEIZIM ex-wali et actuel DG de la SMCP .
Son adjoint est MRMOHAMED ABDALLAHI ould DIDI ex-tresorier de la ville.
Awad naga le maire de NOUADHIBOUFADEL ABOUBEKRINE est nomme coordinateur du parti.
Avez-vous d'autres noms?

Anonyme a dit…

Et c'est la mafia qui revient encore. pauvre pays!

Yanis le R. a dit…

Au sujet du dernier incendie du marché de Rosso, on peut lire sur le site de l'AMI:

"Le correspondant de l'AMI, qui rapporte la nouvelle, a indiqué, de source administrative, qu'en dépit de l'intervention immédiate des forces de l'ordre, notamment des unités de l'armée et de la gendarmerie nationales, l'incendie a été à l'origine de dégâts considérables."

Des unités de l'armée et de la gendarmerie pour éteindre un incendie!

Est-ce que vous avez déjà vu un seul extincteur, un simple extincteur comme on en trouve partout ailleurs, dans le grand marché de la Capitale?
Je ne parle pas de nos administrations, des écoles etc.
Pourtant même dans une petite voiture (même dans le taxi "ti-droit" qui roule quand il peut) c'est une obligation légale!

Tous les nouakchottois se rappellent de l'énorme incendie de la fin des années 70 qui a tout décimé ce qui a entraîné la construction de l'actuel marché qui est maintenant dans un tel état qu'il faut sans doute le démolir sans tarder comme les fameux (5) Blocs et l'ilot A qui ne ressemblent plus à rien.

Au sujet de ces derniers, vous savez que les locataires souvent à vie (plusieurs sont retraités ou décédés) ont modifié les plans en construisant des lieux de commerce dans des locaux publics! Vous pouvez aller chez le coiffeur, le boutiquier ou la papeterie dans une des chambres de l'un des appartements appartenant à l'Etat!
J'ai même vu certains construire des extensions...
C'est visible sur la plus grande avenue de la Capitale et chacun trouve que c'est (presque) normal!
Ce n'est pas parce que ce sont des fonctionnaires modestes qui sont là qu'il ne faut rien dire.
Les prédateurs sont aussi chez les plantons, les secrétaires, les enseignants...
La loi doit être la même pour tous si on veut que notre pays soit enfin un état de droit.


PS : A l'anonyme de 15 H 05:

Je ne manquerai pas dès que j'ai un moment de faire un petit compte rendu de mon voyage comme l'année dernière pendant le vote pour la Constitution à Nouakchott.
Mes amitiés aux gens du Nord que j'adore.

Lambda a dit…

Yanis,
vivement le récit de voyage!

depuis ton dernier compte rendu de vacances à Nouakchott, et selon des sources ni plus ni moins dignes de foi que celles de LM l'année derniere, Palmeraie a triplé son chiffre d'affaire grace à la petite publicité.
au moins ça a profité à l'economie nationale.

Lambda.

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

Dans la serie :"KEL HE OUL HAMOU"

Politique : Délitescence rampante de l'opposition républicaine.


Pendant que la majorité présidentielle hétéroclite tente de s'organiser et d'accorder ses violons, l'opposition républicaine représentée au Parlement, n'en finit pas de se désagréger.


Acte 1



Le Parti Hatem, une des principales formations de l'opposition républicaine qui compte trois Députés à l'Assemblée Nationale, n'émerge toujours pas du coma dépassé dans lequel il a plongé dès le début de la législature. La fin de la chevauchée lui a été fatale : Les chevaux sont épuisés, les mangeoires sont vides, les membres fondateurs se battent froid, et les militants divaguent.

Acte 2


Dès la désignation par le Conseil Constitutionnel, de Monsieur Ahmed Ould Daddah, Président du RFD, principal parti politique au Parlement par le nombre de ses députés, comme Chef de file de l'opposition démocratique, des responsables du noyau dur de l'opposition avaient, à demi – mot, contesté la forme et le fonds l'ordonnance du 23 Mars 2007, base juridique de la mesure. Le conflit était, dès lors, ouvert entre le bénéficiaire des dispositions de l'ordonnance en question, et ses partenaires au sein de l'opposition républicaine.




Acte 3


Un fort courant de la majorité présidentielle dénonça les conditions dans lesquelles l'ordonnance du 23 mars fut adoptée par le CMJD. Dans une interview accordée à la Tribune, le Sénateur de Rosso et Vice – Président du Sénat, en a très clairement réclamé l'abrogation pure et simple.


Acte 4


Dans son interview accordée au Calame, Monsieur BA Bocar Moussa, Vice-Président de l'UFP, a , sans ambiguïté, exprimé sa réprobation concernant le rôle et les prérogatives du Chef de file de l'opposition démocratique, tels que définis par l'ordonnance du 23 Mars 2007 relative au statut de l'opposition. En voici quelques morceaux choisis :


" …. en faire le représentant des formations de l'opposition dans leurs rapports avec le Gouvernement et, de surcroît, leur porte-parole attitré me semble illégal, voire anti-constitutionnel "


" … chaque Parti a la liberté, garantie par la Constitution, de choisir les formes et les canaux par lesquels il entre en rapport avec le Gouvernement, sans avoir besoin de personne d'autre pour le représenter. Il est possible sur cette base, s'il y a des intérêts communs à défendre, après concertation et de commun accord, que les partis choisissent l'un d'entre eux pour les représenter dans leurs démarches. Ce sont eux qui en décident expressément, quand ils l'estiment eux-mêmes utile et nécessaire. "


" …. leur porte-parole ne peut être que celui qu'ils se sont choisis, à la condition d'ailleurs qu'ils en éprouvent le besoin. "


" Conformément à la Constitution et aux lois en vigueur dans les pays démocratiques, chaque Parti jouit de son indépendance et de son autonomie, de son droit inaliénable de se concerter avec les autres ou de ne pas le faire, de prendre ses positions et de les rendre publiques toutes les fois qu'il l'estime nécessaire. "


" …… il me semble scandaleux politiquement parlant, de fixer par la loi et en dehors de toute concertation, le mode par lequel les Partis qui en éprouvent le besoin, expriment leurs positions communes. C'est également contraire aux règles démocratiques. "


Acte 5



Le 20/09/2007, le Président de la République a, reçu successivement les leaders de trois des quatre partis de l'opposition républicaine représentée au parlement. Il s'agissait de Messieurs, Ahmed Ould Daddah Président du RFD et chef de file de l'opposition républicaine, Mohamed Ould Maouloud Président de l'UFP, et Mohamed Jemil Ould Mansour Président du PNRD (Réformateurs centristes ). A première vue, il n y a rien de plus normal.



A y regarder de près, on note que les trois leaders politiques ont été reçus en audience par le Président de la République séparément, mais rigoureusement dans les mêmes conditions à savoir : le même jour dans le bureau présidentiel, en présence de Monsieur Ahmed Killy Ould Cheikh Sidiya, Conseiller principal du Président de la République chargé de la cellule politique, et de Monsieur Abdoullah Mamadou BA, Conseiller du Président de la République et porte-parole de la Présidence de la République.


A la sortie d'audience, chacun d'eux a fait une déclaration face à la caméra de la Télévision Nationale, et au micro de Radio Mauritanie, au nom de sa formation politique, pour préciser les thèmes de discussion avec le Chef de l'Etat, la teneur des échanges, leurs appréciations et commentaires y afférents. La mise des trois leaders politiques de l'opposition sur le pied d'égalité, banalise, en fait, celui qui est censé être le Chef de file du groupe.



Conclusion


L'acte 1 consacre la perte du Parti Hatem pour l'opposition républicaine désormais amputée d'un membre.


Au vu des actes 2, 3 et 4, on peut parfaitement imaginer que la convergence de vue qui se dégage entre majorité et opposition, peut générer une proposition de loi fatale à l'ordonnance qualifiée scélérate.



S'agissant de l'acte 5, il indique clairement l'embarras du Président de la République, respectueux des lois et règlements d'une part, et soucieux de maintenir la concertation avec l'ensemble de l'opposition d'autre part.



Il est aujourd'hui indéniable que, chacun des Partis politiques de l'opposition démocratique fait cavalier seul, à l'exception du Parti Hatem qui, pour changer, a perdu sa monture.

Note: Info source : Telegramme Hebdo

-----------------------------------

Quel idée de vouloir faire du neuf avec du vieux dit le FOU

maatala

Yanis le R. a dit…

Notre ami le Dr Kleib nous a parlé de centaines d'ONG en Mauritanie.
Je voudrai dire qu'il s'agit d'argent public et que les responsables de ces ONG doivent le savoir même après la dissolution de l'organisme.
Ainsi la dite "incorruptible" Inspection Générale d'Etat (IGE) de notre Robespierre et la Cour des Comptes doivent faire un tour dans cette cour des miracles, sans exclusive...
C'est partout ailleurs dans le monde et on se rappelle des déboires en France par exemple du docteur Crozemarie, de l'ARC.
Je suis sûr qu'il y a des Crozemarie en profusion en Mauritanie comme il y a des Abbé Pierre...
Espérons qu'il y a plus de ces derniers que des premiers!


PS: A Lambda:

Pour les comptes-rendus des vacances, certains doivent aussi s'y mettre comme tu as si bien commencé, l'année dernière en nous donnant l'exemple.
A ce sujet, on attend toujours le compte-rendu de notre Cheikh national qui est toujours dans son "monastère"...
Pourtant même les moines de Birmanie sont dans la rue...

Anonyme a dit…

A lire sur le blog :

"Cartables et valises:

Qu’est ce qui tourmente la société civile en Mauritanie ?"

http://haut-et-fort.blogspot.com/

Dr kleib ahmed salem a dit…

C’est vraiment ça notre société SI vile Pr ELY. Bravo et bon courage tu es toujours à jour pour commenter l'actualité mauritanienne. Oui il y a 912 ONG d'après les informations dont je dispose en ce moment. Le parlement de "TOUCHE BRAIN" messe aoud ould belkhir doit légiférer sur les ONGs et les réglementées.

Anonyme a dit…

Sur RFI de ce matin,on nous apprend que le PAM lance un appel à l'aide alimentaire pour la Mauritanie,où la famine fait des ravages (l'ex commissaire limogé,ente vem!).Au même,WOODSIDE plie bagages,avec un benef estimé par les experts à 700 millions de $ US...
Honte à notre gouvernement qui n'arrive pas à donner de quoi manger à moins de 3 millions de personnes(les habitants d'une ville moyenne!),dont le pays est trèèèèèèèèèèèèèèèèès riche(pétrole,poisson,or,fer,agriculture,etc)...
A+

Anonyme a dit…

Lire:Au même moment,Woodside...

Anonyme a dit…

Dr Kleib tu parle de Khattou maintenant, mais fait gaffe.
Excellent article ke hj'vous invite a lire sur http://docteurkleib.blogspot.com/

Anonyme a dit…

C'est moi Khattou: collez-moi la paix

Anonyme a dit…

IMMPORTANT!!!!!!!!!!!!

Le dernier roman du prof ELY Moustapha publie aux edition de la culture croisee en France, qui s'appele oualata donne des revelations sur qui est xouldy

le lian:

Anonyme a dit…

le lian????

C'est quoi ça?

Anonyme a dit…

C'est quoi cette histoire de bouquin qui dénonce x?
Plus de précision SVP.

Anonyme a dit…

Commandé déjà. C ést un roman fiction non? Les gens sont omnubilés par x ould Y. Je vous conseille de visiter son site et lire les vieilles histoires hilarantes.

Anonyme a dit…

Au bon souvenir de X. Qui avait raison? Lui ou la SMH? Pris aléatoirement
==========

mercredi, janvier 10, 2007
Droit de réponse de la SMH
X ould Y,

Nous avons lu avec intérêt le blog paru le 09/01/2007 dans votre site intitulé « Transactions immobilières ». Nous nous empressons de saisir l’occasion que vous nous offrez pour apporter la lumière sur des réalités que vous avez délibérément dénaturées.

Nous ne connaissons pas vos motivations. Votre origine nous importe peu. Mais la coloration de vos idées se passe de tout commentaire. Vos propos ridicules frisent l’indécence lorsqu’ils s’en prennent, gratuitement, au directeur général de la SMH, Monsieur Aboubakr Seddigh Ould Maroini, ce grand cadre intègre, qui est en train de servir avec honnêteté et abnégation son pays.

Décidément la morale n’est plus de ce monde.

Monsieur X- Ould Y,

Vous avez par ignorance des réalités ou par mauvaise foi, tenté de jeter, avec calcul, sur la personne de M. Maroini depuis sa nomination, le discrédit qui, je vous assure a terni davantage l’image de son auteur plus qu’il n’a fait de dégâts.Si vous aspirez, réellement, à développer un outil d’informations crédible, il vous échoit d’aller extraire la vérité là où elle est sensée se trouver, c'est-à-dire auprès des collaborateurs et du personnel, de bonne foi, de la SMH. Peut être auriez-vous découvert que la stratégie de la direction générale a été axée sur l’investissement, avant tout, dans le « capital humain », notamment en matière de transfert de compétences, de formations, voire aussi un meilleur cadre de travail.

A cet effet, la SMH dont les cadres, parfois, se trouvent entasser par cinq dans une petite salle qui n’abrite que trois bureaux, a été autorisée, à louer un siège qui répond à ses besoins, assure un cadre confortable de travail et digne d’une société nationale qui se veut un outil stratégique de développement du secteur pétrolier en Mauritanie.

Vous auriez sans doute aussi appris que ce loyer, peu importe sa valeur, a été exécuté dans le respect scrupuleux des procédures administratives et du budget alloué et approuvé par les instances concernées, à savoir le conseil d’administration et le ministère de tutelle.

D’autres part, en matière de gestion, la bonne gouvernance instituée dans le pays est l’un des piliers de la stratégie de la SMH. Ainsi, elle a réalisé et fait réaliser à l’Etat des bénéfices louables en 2006 que nous ne jugeons pas opportun de chiffrer.

Quant aux informations liées au frère de M. Maroini, croyez-moi, il n’a ni un frère qui a eu un bac l’année dernière ni un frère qui a une bourse annuelle de 64.000 $ en Angleterre. Ceci, bien sur, est vérifiable auprès de son entourage proche.

Monsieur X- Ould Y,

Si nous avons tenu à vous répondre en vous révélant quelques vérités, c’est davantage pour rassurer une opinion mal informée que pour vous convaincre. Car, pour des raisons qui demeurent obscures vous continuez à vous arroger le droit de diffamer nos responsables honnêtes.

Dans le métier que vous essayez, vainement, d’accomplir, il faut nécessairement du talent et de l’objectivité. A défaut de ces qualités la prudence est de rigueur.

Nouakchott, le 10/01/2007.

Adel Ibn Mounsef - SMH

Anonyme a dit…

une grande militante a été nommé par le conseil des ministres:

Maymouna mint taki promue directrice de le promotion de la femme au minstere de la promotion feminine.

Anonyme a dit…

a propos de X, apres la promotion de Maymouna mint taki directrice de la republique il n'aura qu'a se taire à jamais ...

Anonyme a dit…

Le livre en question du prof ELY existe bien il est sur son blog et il est sorti aux éditions cultures croiseés à Paris.
Il s'apelle "Oualata. Le secret de la Mauritanie heureuse".

Mais comme on l'a dit ici le prof ELY c'est XouldY,il ne va pas se démasquer.