dimanche 14 octobre 2007

la montagne accouchera d'une souris, si elle n'est pas stérile

la création d'un parti politique est une liberté garantie par la constitution mauritanienne, tant que celui-ci respecte la loi.
pourquoi alors la création du futur parti de la majorité présidentielle soulève-t-elle donc l'indignation de nos partis d'opposition et même de certains partis de cette même majorité (Messaoud ente vem)?
selon ses détracteurs, ce parti risque de reproduire les errements du PRDS dans toute sa splendeur passée (zemen ba6chou), à y voir de plus près nul besoin d'un parti pour instrumentaliser une administration monnayable à souhait; M. Daddah en sait quelque chose lui qui a profité ses largesses durant la transition ( ministre des finances )

Pourquoi Messaoud qui dit craindre cette même instrumentalisation, passe sous silence le cas de ses ministres par ailleurs intouchables ( ministres de l'hydraulique et de la jeunesse et des sports)

peut être alors devrait on chercher ailleurs l'origine de cette obsession?
l'enjeu est nettement moins altruiste et beaucoup plus terre-à-terre voire pécunier.
car voyez-vous l'enveloppe financière allouée au financement des partis politiques est partagée selon les résultats obtenus lors du premier tour des municipales, seulement les indépendants ne sont pas comptabilisés, s'ils s'organisent en parti, la part des autres se réduirait alors en peau de chagrin.
la loi n'est pas rétroactive me direz-vous, oui mais avec une majorité absolue au parlement, l'amendement d'une loi ne devrait pas poser de problèmes

l'opposition insiste pour que Sidi ne soit pas affilié au futur parti, qu'il ne le dirige pas soit, mais qu'il n'en soit pas proche est ridicule.
Si M. Daddah devait demain être élu président, dissoudra-t-il le RFD pour autant? prétendre alors ne pas en être proche serait ridicule, mais que le RFD n'ait existé que pour faire élire Daddah est tout aussi ridicule. ( ceci est évidemment valable pour tout autre politicien briguant un mandat présidentiel)

Donc il faut s'indigner de l'état actuel de notre administration qui de l'aveu même du Premier Ministre ( chahida chahidoun min ahliha) ne s'améliore pas : une administration qui reste corruptible à souhait!!
D'ailleurs la création d'un ministère de la modernisation de l'administration est une aberration en soi c'est une réforme profonde de cette administration qu'il faudrait entendez recyclage; remise à niveau et tout le tutti quanti
car en Mauritanie on fait comme d'habitude on saute les étapes, la modernisation c'est la charrue avant les bœufs.

Ceci est un appel à la création d'un véritable contre-pouvoir, d'une opposition qui prend ses responsabilités et qui sera notre véritable bouclier contre l'hégémonie d'un éventuel PRDS bis.

nous avons besoin d'une véritable opposition dans ce pays, qui ne fait pas que s'indigner de la perte éventuelle de ses petits privilèges.
dont les activités ne se limitent pas au fait d'être reçus par le président et de l'organisation de conférences de presse.

LM

158 commentaires:

Anonyme a dit…

SOUTENONS ET ENCOURAGEONS LE VIEUX!

LM® a dit…

salut
couli

soutenons la mauritanie elle est au dessus du vieux et du jeune aussi

Yanis le R. a dit…

Le refus exprimé du parti du Président : un constat inavoué d’échec de la démocratie ?

Depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, le microcosme politique mauritanien ne parle que du futur parti du Président qui verra sans doute le jour avant la fin de l’année 2007.
L’opposition et un parti de la majorité présidentielle (de l’ancienne coalition de l’opposition) déclarent leur opposition à la création d’un tel parti qu’ils présentent comme un futur parti-Etat.
Pourtant si les candidats non indépendants notamment Ahmed Ould Daddah ou Messoud Ould Belkheir avaient gagné l’élection présidentielle, est-ce qu’on aurait appelé à la dissolution du RFD ou de l’APP parce qu’ils seraient devenus des partis-Etat ?
Vu des pays des vieilles démocraties occidentales, on pourrait penser là à un totalitarisme politique indécent pour des partis politiques surtout d’opposition et ayant souffert par le passé de l’interdiction, entre autres. Les dirigeants du RFD et de l’APP, notamment, en savent quelque chose….
En fait, tout ce déchaînement de passion et de commentaires est tout simplement l’aveu de l’échec du processus de démocratie.
Le pouvoir en fait appartient toujours à une nébuleuse de l’ancien régime qui était organisée autour du parti-Etat, le PRDS, et dans les postes névralgiques de l’armée, qui est chez nous depuis 1978, tout sauf la grande muette.
L’APP qui est actuellement au coté de la majorité présidentielle n’a aucun poids politique en réalité: 5 députés sur 95 (6%) et un accord du Président qu’il peut à tout moment renier comme tout accord politique. En effet, les accords avec Messoud Ould belkheir ou Zein Ould Zeidane, n’ont de sens que s’ils étaient appuyés par une force au Parlement. Ce ne sont pas les scores du premier tour d’une élection présidentielle qui pèsent dans la pérennité d’un accord politique mais la force de blocage que les partenaires politiques de la coalition au pouvoir peuvent en être capable. L’angélisme en politique est une histoire souvent courte, pour ne pas dire existante…
Le candidat victorieux de la Présidentielle, dit indépendant, n’est pas un candidat indépendant. L’indépendance ce n’est pas ne pas appartenir à un parti politique mais plutôt ne pas être soutenu et lancé par un courant politique ou des forces politiques.
En définitive, le prochain parti du Président sera ni plus ni moins que l’ancienne formation au pouvoir, le PRDS, ses anciens partis satellites (RDU et UDP) et tous les opportunistes de la dernière heure!
Un président sans parti politique ne gouverne que par consensus, une sorte de cohabitation qui ne dit pas son nom et qui ne va pas souvent loin.
On comprend facilement la formation du premier gouvernement hétéroclite d’une nouvelle transition politique, sans aucune base parlementaire, en attendant une nouvelle restructuration après les élections.
La formation du prochain parti va faire une victime dans la majorité présidentielle actuelle : la marginalisation de l’APP puis son départ inéluctable du gouvernement.
Juste après l’investiture du Président des voix de l’opposition ont appelé à la constitution d’un gouvernement d’union nationale. Peine perdue.
Dans l’histoire politique de la Mauritanie, l’idée d’un gouvernement d’unité nationale remontait déjà au premier gouvernement de la Mauritanie formé en 1957 qui comptait 2 ministres sur 8 ( avant qu’ils soient 10) du parti de l’opposition, l’Entente de Ould Horma, qui n’avait obtenu qu’un siège sur 24 à l’assemblée territoriale, équivalent de l’actuelle assemblée nationale. Cette fois, ce ne fut pas un gouvernement d’unité nationale mais une coalition d’entre les deux tours de la Présidentielle. Le destin des 2 gouvernements provisoires est sans doute le même, un échec inéluctable.
Nous sommes en réalité dans une seconde Transition voulue par l’armée et les ténors du pouvoir politique et économique.
Une réconciliation nationale dont les règles et le calendrier sont dictés par l’ancien pouvoir est lancée permettant de rassurer tout le monde et surtout de ne pas faire de vagues.
En jargon plus brut : rien n’a changé, on arrondit les angles ! C’est sans doute une vision politique mais ce n’est pas ce que des centaines de milliers de mauritaniens, qui ont voté naïvement pour Sidioca, attendaient de la nouvelle ère démocratique.
On ne refera pas l’élection présidentielle de 2007, mais chacun peut avoir son opinion et je persiste à dire, comme avant l’élection, que le pouvoir actuel n’est pas l’espoir d’un changement attendu pour la Mauritanie.
Toutes les affaires actuelles et les approximations politiques en peu de temps, après c’est vrai une période de Transition calamiteuse sur le plan économique (l’audit de la Transition attend toujours), ne sont pas pour nous rassurer, pardon rassurer le peuple que nous sommes et pas les anciens pontes ou les responsables qui traînent des casseroles pour ne pas dire parfois des cadavres…
Quelles propositions alors ? Car c’est cela le plus important. Il ne suffit pas seulement de critiquer.
A mon humble avis, il faut laisser le parti dit parti-Etat se former, c’est la démocratie qui le veut. Au vu des commissions déjà formées, il n’y a pas de surprise sauf pour les naïfs qui ont vu un changement venu d’un homme qui était hier à la retraite et qui depuis 20 ans était hors du circuit politique national.
J’avais dit sur ce forum avant l ‘élection présidentielle que l’espoir de changement ne viendrait que si Sidioca suive l’exemple de l’empereur romain Claude, en créant la surprise : se démarquer de l’emprise de ceux qui l’ont amené à briguer le suffrage universel avant que le peuple, seul détenteur de la légitimité national, lui donne le pouvoir pour 5 ans.
C’est une leçon pour tous les mauritaniens dans l’avenir et c’est à l’opposition d’être plus responsable et de ne pas se mélanger les pinceaux. On est avec le pouvoir ou on est contre le pouvoir, c’est tout. C’est la seule attitude de responsabilité politique.
En démocratie par ailleurs, les syndicats doivent prendre leurs responsabilités et se déterminer par rapport à la politique du gouvernement quel qu’il soit. Les rassemblements et les manifestations sont garantis par la Constitution et doivent être une forme d’expression.
En démocratie, les syndicats doivent s’exprimer et être écouter selon leur mobilisation. Dans les 5 années prochaines, le syndicalisme mauritanien doit renaître et se manifester pour compléter l’ossature d’une véritable démocratie, respectueuse de l’opinion de la majorité et de l’intérêt de tous.
L’important est de rester fidèle à ses convictions et de croire en la Mauritanie, c’est là l’avenir.
Rien n’est perdu, rien n’est gagné, tout reste encore à faire dans le respect des règles démocratiques

Anonyme a dit…

Vous vous dites democrates et vous censurez les opinions que vous n'aimez pas. Il n'y a aucune difference entre les administrateurs de ce blog CANALH et les personnes que vous qualifiez de tous les maux du monde. D'ailleurs je crois fermement que si on vous donne le pouvoir (LAKHADARA ALLAH) VOUS SEREZ PIRE!

Je repete les questions suivantes que vous avez censure'es:

1- Pourquoi vous passez tout votre temps a' accuser son excellence Moawiya Ould Sid'Ahmed Taya d'etre responsable des tueries en Mauritanie et VOUS N'AVEZ JAMAIS ACCUSE' le PRESIDENT ABDOU DIOUF D'ETRE RESPONSABLE DES NOMBREUSES TUERIES DES MAURES QUI ONT EU LIEU AU SENEGAL?

2- Ou' se trouve cette grande villa qui appartient a' son excellence Ould Taya?

3- Ou' se trouve ce compte bancaire bien garni qui appartient a' son excellence Ould Taya?

4- Ou' sont les 30 milliards d'Ouguiya qui se sont volatise's durant les 19 mois de la transition?

5- Ou' sont les 200 millions de dollars que Woodside a paye's a' la Mauritanie?

6- D'ou' vient cette somme colossale qui a servi a' la creation de Chinguitel?

7- Pouvez-vous me citer un membre du CMJD qui n'a pas une villa ou un compte bancaire bien garni?


Le president Moawiya Ould Sid'Ahmed Taya est la vraie victime de son entourage et des faux democrates que vous etes. Malgre' la situation dans laquelle il evoluait, il a pu faire de grandes realisations pour la Mauritanie. Les Mauritaniennes et les Mauritaniens lui seront eternellement reconnaissants.

PS.
JE SAIS QUE VOUS ME CENSUREZ PARCE QUE JE VOUS DEMANDE LA RAISON POUR LAQUELLE VOUS REFUSEZ DE RENDRE VOTRE DIEU ABDOU DIOUF RESPONSABLES DES TUERIES DES MAURES QUI ONT EU LIEU AU SENEGAL.
Je sais que dans vos esprits tordus, c'est son Excellence Ould Taya qui etait dans les rues de Dakar entrain de massacrer les Mauritaniennes et les Mauritaniens.

LM® a dit…

cher yanis

sais tu qu'aucun parti politique mauritanien n'a recoure au vote pour renouveler ses intenses. ils sont toujours désigné par le président du parti.ça donne une idée sur leurs convictions démocratiques.

LM® a dit…

salut

ano 15 octobre 2007 01:53

vous n'êtes pas censuré votre commentaire est publie dans le blog précédent et vous l'avez reproduit ici en 6 parties alors que vous pouviez le faire en un seul.

alors respectez svp cet espace collectif et vos commentaires passerons comme une lettre à la mauripost

Yanis le R. a dit…

Cher LM,

Tu as bien vu que la démocratie au niveau des partis suit encore les règles de désignation du PPM, l'ancien parti unique.
Il y a du travail à faire si on veut parler d'une réelle démocratie...


Coulibaly,

Ne sois pas de mauvaise foi! Les censures ne concernent que les messages repétés et qui disent la même chose venus probablement de la même adresse...
L'expression démocratique veut que tout le monde s'exprime mais chacun ne s'exprimant qu'une fois, c'est le bulletin unique que le régime de Taya ne connaissait pas ou ne voulait pas connaître et à juste titre (Kobeni, à son détriment, en sait quelque chose)...
Qui était dans les rues de Dakar fin avril 1989? Ce n'est pas Taya, ni Coulibaly, ni DSF mais ceux qui te parlent et ils n'ont jamais rien caché...
Les messages sur ce blog et d'autres ont toujours abordé ces questions et ce n'est pas Abdou Diouf, les larmes aux yeux devant la télévision sénégalaise le soir du jeudi 27 avril 1989, qui a été épargné.
Relie les anciens commentaires et tu sauras que Taya comme Abdou Diouf n'ont pas été épargnés.
J'ai même dit ici et ailleurs qu'Abdou Diouf doit répondre à la justice de son pays, au moins, lui le haut fonctionnaire international respecté actuellement, sur les évenements de 1989 et son rôle dans les tueries et pogroms au Sénégal.

Anonyme a dit…

Couli enta vem? Dès changement du pouvoir aux US, je suis certain que la nouvelle administration fera pression sur les autorités qataries. Le probleme avec les US est qu'ils ont la memoire courte et changent d'alliance au gre de leurs interets strategiques. Le PRDS entouma vem?
==========

14 octobre 2007 : Plainte contre Taya aux USA : les autorités du Qatar interpellés


Les avocats de l'organisation non gouvernementale basée à New York City, Refugee Défense Alliance viennent de saisir officiellement les autorités royales du Qatar sur la présence sur leur sol du criminel Mauritanien, Maouya Ould Sidi Ahmed Taya.

Dans une correspondance adressée aux autorités du Qatar, Me Wesley O'Brien, au nom des avocats de Refugee Defense Alliance, attire l'attention des autorités de ce pays sur les menaces et les entraves aux Droits humains, à la justice et à la paix que constitue la présence du génocidaire Taya dans leur royaume.

Tout en rappelant la plainte contre Taya et ses acolytes introduite au niveau de la juridiction américaine, l'ONG américaine a invité les autorités du Qatar à ne pas promouvoir la culture de l'impunité et à jouer aux facilitateurs pour que Taya puisse répondre de ses actes et paraître devant la juridiction américaine où une plainte a été déposée contre le dictateur Mauritanien et ses acolytes pour crime contre l'Humanité le mercredi 23 mai 2007.



Une copie de ladite correspondance a été envoyée aux autorités des Nations Unies et de l'Union Africaine.

Abda Wone
831 869 8003


Note: Info source : OCVIDH

Anonyme a dit…

Il parait que le parti du Président, actuellement en création, cherche désespérément un nom.
Pour éviter le dépaysement à ses membres je propose :
PRDS Ere Nouvelle

Anonyme a dit…

YANIS,Matalla

Un temoignage paru,le Mercredi 10 Oct sur CRIDEM,d'un monsieur sur la pratique de circoncision au Dispensaire EL HAJJ au KSAR,est très fort et pourtant n'a provoqué aucun commentaire de votre part,surtout du medecin du blog(YANIS).Si les choses se passent,comme l'a decrit ce monsieur,c'est 100 fois pire de ce qui s'est passé en Libye(transmission du virus du SIDA aux enfants).Alors,SVP,si quelqu'un pourrait me retrouver ce message,qu'il me le balance,pour que je le remette de main en main au ministre de la santé,en espérant que des mesures adéquates soient prises...
Merci

hamid a dit…

Le nouveau parti se cherche un nom et si vous avez remarque l'article sur la conference de presse du coordinateur de ce parti paru dans Horizon, on evoque nullement la fonction gouvernementale de yahya ould Waghf.
Il est bien le ministre secretaire general et on se demande pourqoui le gouvernement s'investit tant et a visage decouvert dans cette entreprise.
hamid

hamid a dit…

On a passe sous silence le bras de fer qui a oppose le ministre des transports avec Air France. Le service de securite voulait absolument passer le ministre au detecteur des armes et autres produits illicites, ce auquel le ministre refusa categoriquement. On lui signifia qu'il ne prendrait pas l'avion si c'est les cas. Il leur signifia a son tour que l'avion ne decollera pas du sol mauritanien (car il avait donne instruction a la direction de l'aviation civile et a la tour de controle ).

L'ambassadeur de france a du faire le deplacement pour trouver un compromis et l;affaire fut reglee.

Ce fut un des rares bras de fer que les mauritaniens ont gagne contre les francais.

Anonyme a dit…

Concernant le voyage du Ministre des Transports, il n a pas gagne la manche. Si jamais il passait par londres et refusait le control, il serait passible d'une peine de prison. Pourquoi ne pas se faire visiter quand on eest passager? Surtout un ministre des transports qui doit donner le bon exemple

Anonyme a dit…

Ould Waghef cherche le poste de ZZ ! C'est la raison de toute cette energie sarkozienne

Anonyme a dit…

Est ce que "hamid" de canalh est le meme de mauresqueland?

un curieux!

Anonyme a dit…

lm voila un commentaire d' certain vlan sur votre blog paru sur cridem

Monsieur LM, votre article est sympathique comme votre blog où je passe de temps en temps pour le niveau de ses commentaires et l'humour de vos contributions, c'est toujours une précieuse occasion d'apprendre quelque chose mais c'est toujours pareil avec nos intello: vous ricanez toujours. Au moins Ould Omère quand il donne des leçons il n'est pas suffisant! Pourquoi diable vous vous attaquez encore à Ould Daddah surtout pour faire des comparaisons malheureuses: jugez-vous même:

comment comparer le RFDavec Daddah et SIdi et "son" parti quand l'un est le fruit d'un combat quand l'autre le cadeau du succès!

Monsieur Daddah n'est pas parfait, qu'a-t-il fait pour qu'on l'accuse toujours vulgairement de surcroît : vous n'avez rien trouvé de plus précis à nous livrer après tant d'années de combat que cette insidieuse déclaration encagoulée: " M. Daddah en sait quelque chose lui qui a profité de ses largesses durant la transition" , voilà le seul crime sans autre preuve que la cauion de votre foi , c'est le seul crime que vous ayez trouvé pour un tel opposant

Non monsieur, ce genre d'attaque ressemble à ces petites piques tribales qui vous regardent pas nous , non merci pas ça pas ça venant de quelqu'un qui nous invite à s'opposer sinon dignement du moins efficacement

Vous pouvez voir dans mes propos aussi une défense à la périphérie du tribalisme, c'est vrai, mais défendre n'est pas salir ! Et je ne pense pas qu'à cette heure terrible pour la nation nous ayons besoin de donneur de leçon pour s'opposer quand ce donneur attaque le seul camp que nous ayons, le camp pluriel vous m'avez compris mais dans un tel camp on ne pas attaquer l'un sans faire atteindre l'autre.

Aujourd'hui au-delà de l'oppostion traditionnelle nous avons besoin que tous les lucides comme vous rejoignent le camp pluriel plutôt que l'attaquer maintenant et surtout faites-nous des propositions pour agir, nous avons assez écrit, n'est-ce pas?

Anonyme a dit…

Je partage entierement les propos du dernier commentaire. Ca serait vraiment injsute et maladroit de mettre SIDI et AHMED sur le meme pied d'égalité. Jusqu'a preuve du contraire SIDI gouverne donc est responable, le premier d'ailleurs, de ce qui se passe en Mauritanie.

Par ailleurs, a force d'attaquer l'opposition ont finit par oubiler, en tout cas oublier, le bilan ou plutot le non-bilan de l'actuel équipe gouvernementale.

AOD est loin d'etre parfait, mais il y a tellement des choses a dire sur notre MAJORITE pour s'attaquer a lui ou aux autres memebres de l'opposition.

LM® a dit…

Monsieur Vlane

heureux de savoir que vous trouvez notre blog sympathique.
le cas A. Daddah n'était qu'un exemple de l'instrumentalisation de notre administration; il ne fût certes pas le seul à avoir profité de ses largesses mais cela ne l'excuse en rien.

toutes ces années de combat le rendent à mes yeux plus coupable qu'un autre car son crime est de nous avoir fait croire à une oppposition responsable qui défend le citoyen et de nous lâcher près du but; lui qui aujourd'hui semble s'excuser presque de ne pas être d'accord avec Sidi.

puis je vous signale que l'argumentaire que vous utilisez pour le défendre est le même que celui qu'utilise couly pour défendre le président dument élu !!

enfin mes "attaques" ne sont motivées ni par le tribalisme, ni le régionalisme, chez moi tout le monde en a pour son grade ; ce qui importe c'est la Mauritanie.

à l'anonyme de 16h27
il est vrai que Sidi gouverne ou plutôt ne le fait pas.
mais Ahmed est le leader de l'opposition et en cela il est garant d'un certain contre-pouvoir; mes impôts servent d'ailleurs à financer ce contre-pouvoir.

Anonyme a dit…

Abda Won est un desoriente' qui est entrain de perdre son argent et celui des pauvres FLAMISTES.
Leur avocat n'est pas bete. Il va soutirer d'eux tout ce qu'il peut avoir.
Non seulement le president Ould Taya est un ami des USA, IL NE SE TROUVE PAS SUR LE SOL AMERICAIN. Ce cas n'ira nulle part. L'avocat les utilisera comme des vaches a' lait. Il continuera a' prendre de ces pauvres diables de l'argent pour dire qu'il va faire telle ou telle autre chose.

J'AI PITIE' D'EUX!!!!!!!

ETFOU ALA Z'GUEYLA!

Je crois fermement que vous oubliez qu'en dehors de nos appartenances aux differents partis politiques, nous n'oublions jamais de defendre les interets de notre pays. Nous choisissons la personne que nous pensons etre la meilleure pour diriger notre pays.
Je suis un republicain et j'ai fait campagne pour G.W. Bush mais je n'ai aucun probleme pour dire que Hilary Clinton est la meilleure parmi les candidats declare's. Si mon parti ne trouve pas un candidat credible d'ici l'election presidentielle, je n'aurai aucun probleme de voter pour elle tout en restant...un REPUBLICAIN.

Seuls ceux qui n'ont rien compris de la politique exterieure des pays developpe's, pensent qu'ils peuvent nous jouer les uns contre les autres. J'espere que vous n'avez pas oublie' le defunt president Thomas Sankara lorsqu'il a dit que la Gauche en France (le gouvernement de Mitterand) a fait une politique plus a' droite que celle de la droite en France.

General De Gaule disait:
"Les etats n'ont pas d'ami. Ils n'ont que des interets." J'aimerais de tout mon coeur que les Mauritaniennes et les Mauritaniens apprennent a' defendre les interets superieurs de notre Mauritanie bien aime'e. Personne n'a pitie' de vous. IL FAUT AVOIR PITIE' DE VOUS MEMES!!!!!

ABDA WON N'A TOUJOURS RIEN COMPRIS DE LA VIE! CEUX QUI SONT ENTRAIN DE LE MANIPULER ONT D'AUTRES OBJECTIFS QUI NE SONT PAS NECESSAIREMENT LES SIENS!

hamid a dit…

Pour "le curieux", oui c'est le meme , j'espere que cela avancera les debats..
Le ministre des transports est un passager PAS comme les autres, il est en mission et represente son pays et on ne soupçonne pas un ministres de port d'armes ou de substance interdite. Je n'ose pas croire qu'un ministre francais ou autre se prete a ce jeu.

hamid a dit…

Un note confidentielle a ete adressee a parir de la primature a la presidence pour "attirer l'attention de la presidence sur le cpmportement du consulat de France a l'egard du PM".

Le consulat avait exige que le PM soit present pour mettre son empreinte sur le document de Visa de Transit (en plus) et cela, bien entendu, a provoque l'ire de notre jeune et discret PM . Les services de la Primature ont contacte l'ambassade d'Espagne qui a tout de suite delivre le visa.

Il ya qqchose en ce moment entre francais et mauritaniens, qqchose d'un peu flou, un petit jeu pas sain du tout....et pour tout le monde.

Anonyme a dit…

LM,

Effectivement vos impots, si vous les payez, servent a financer ce cnotre-pouvoir, mais vous pouvez vous renseigner sur cette enveloppe reservée a ce "chef de fil de l'opposition", aucun sous n'a encore été decaissé... Sana vouloir defendre AOD je ne pensen pas qu'il ait attendu ce decret pour s'opposer a un moment ou dire NON face a Ould Taya vous envoyait a Boumdeid. On lui doit, et aux autres vrais opposants, le respect pour son parcours et sa resistance.

La Mauritanie marche vraiment sur la tete, a supposée qu'elle en ait d'ailleurs.

Hamid,

Non seulement je suis d'accord avec toi, mais je rajoute que le Ministre de Transport est le premier responsable de la securité aérienne en Mauritanie. En gros, Air France lui fait confiance pour survoler la Mauritanie et decoler/atterir en toute sécurité mais exige de lui de lever les mains des fois qu'il ait une arme bine caché dans sa chemise. C'est un peu ridicule.

Si les normes internationales exige que TOUTE personne devrait etre fouillée - et je ne pense pas que c'est le cas - la meilleure solution airait été de le faire discretement, dans le salon d'honneur.

"Il y a quelque chose de pourri au Royaume de Sarkozy"

rimo a dit…

salut tous ,


pour ceux souhaiteraient se rappeler un peu sur ce qui est nouakchott d'aujourd'hui j'ai mis des vidéos

j'ai une question à poser :

sommes nous concernés par la journée de dette pur les pays ..truc


je tiens à filicier notre charmante fille (adama) qui a remporté l'élite model look .
voici un domaine de maureskitude non uniforme(houda aranek ebgueyti ellora)


@+

blog rimo

LM® a dit…

Cher ano
je vous confirme que je paye mes impôts et mon activité est taxée à 5% prélevés à l'avance svp.

avoir fait de la prison sous Taya était un privilège partagé par beaucoup de monde y compris Sidioca.

le fait par ailleurs qu'il n'ait toujours pas reçu ses sous n'est pas une excuse en soi.
l'état lui doit ces sous-là et moi mes impôts ont déjà été prélevés!!

Par ailleurs je te signale qu'il se déplace aux frais de la princesse en SG, confirmé de visu.

toutes ces années d'opposition, de combat et de sacrifices ne donnent pas droit à un siège à la présidence, désolé ce n'est pas à l'ancienneté.

les mauritaniens dans leur majorité ont préféré ce vieux qui ne fout rien à l'opposant de toujours qui a tout sacrifié et c'est leur droit!!

Pourquoi?? auriez vous une réponse??

hamid a dit…

Depuis que notre beoing national ait ete cloue sur le sol francais, les choses se gatent peu a peu.

Mine na7iyetin oukhra, on dit que ca ne "gaze" plus beaucoup a la SOMAGAZ qui eprouve des difficultes financieres considerables a tel point que l'on parle de liquidation, vente et..

A ce rythme, l'etat se desengagera de tous et esperons que l'armee nationale ne sera pas un jour privatisee,lol!

Yanis le R. a dit…

Anonyme de 13H 12

J'avoue que j'ai vu l'article mais je me suis arrêté de le lire quand j'ai vu le mot "précipice" alors que l'auteur voulait dire bien sûr prépuce...
Je vais relire l'article maintenant et merci de nous l'avoir rappeller.
Je précise que je suis parmi les milliers de "victimes" du dispensaire El Haj du Ksar (heureusement pour moi d'avant la pandémie du sida) et par El Haj lui-même qui doit être sans doute à la retraite.
La dernière fois que j'ai évoqué le sujet de la circoncision en disant qu'il s'agit aussi d'une mutilation sexuelle qui n'est nullement prescrite par le Coran, j'ai essuyé des volées de bois vert et tous les noms d'oiseaux de certains dont un ami blogger connu qui se fait rare actuellement...

Voilà le texte sur CRIDEM de Baba Touré:

-------------------------------

Contribution par babatoure le 09 October 2007 à 16:28:55 CEST

09 octobre 2007 : Circoncision au ksar, nos enfants en danger

C’est vraiment horrible à ce que j’ai assisté ce jour la à Nouakchott, dans le département du ksar juste à proximité du dispensaire du ksar. Je ne savais que de telles pratique existées encore dans notre. J’avoue que ce n’est pas étonnant vu l’anarchie qui y règne. J’ai un neveu âgé de 3 ans et comme tous les enfants de cet age (dans les pays musulmans) il va subir la circoncision.

Un matin, très tôt, je suis allé avec lui dans une maison située, comme je l’avais souligné un peu plus, sis du dispensaire du ksar. Je savais que le monsieur qui se chargé de couper le précipice des enfant était un tradi-praticien. Nous étions les premiers ce jour à se présenter à lui.

La première des choses que l’on remarque est que c’est une maison ordinaire, dans laquelle vit la famille du monsieur le « Hage » comme on l’appelle dans le coin. Pas de salle d’attente, ni de coin isolé pour se cacher des regards des femmes, des enfants de la famille du Hage et d’éventuels visiteurs de la famille. Je ne vous apprends rien, vous connaissez tous la manière dont les gens débarquent chez à nous : à l’improviste. Bref.

Après quelques minutes d’attente sur un banc étalé au milieu de la cour, Le Hage se présenta en fin un plateau contenant des outils à la main. Rien ne le distinguait d’un médecin en service. Il porté une blouse blanche et une paire de gants de couleur verte. Mais ces gants avaient une particularité, ils étaient très épais. Et cela m’étonna, c’est par la suite que j’ai compris qu’il ne se séparait jamais des ces paires de gants. Il les porte pour s’occuper de tout patient.

Il a étalé mon neveu sur la table, j’ai remarqué que la seule chose qui est dans sa boite d’origine et le paquet de pansement qu’il m’avait demande de payer à la pharmacie voisine (pharmacie Ely Cheikh). Je me suis dit dans ma tête que peut être qu’il a stérilisé son matériel avant d’en faire un usage.

Sous mon regard attentif et aussi de tous ceux qui étaient présent dans la cour, l’opération se termina avec succès. A la fin de l’opération, évidemment, il avait les mains et le matériel entaché de sang de mon neveu. Le petit porta son boubou de « njoulibé ». Nous nous sommes retiré de la table et nous sommes revenus s’asseoir sur le banc étalé dans la cour afin que le petit reprenne ses esprits, en plus Hage doit nous prescrire une ordonnance.

Pendant ce temps, sous mon regard, Hage pris un éponge mouille avec de l’eau de robinet essuya la table. Ils pris tous ses outils qu’il porta à un robinet fixé sur un mur juste à l’entrée de la maison. Il se lava les gants, il fait passer de l’eau (l’eau de robinet, tiède) sur ses outils, en passant de la seringue et ciseaux jusqu’au plateau qui les recevra. De retour à la table il appelle le suivant.

Une vielle femme accompagnée d’un jeune garçon de deux ans au plus. L’opération se déroula comme la précédente, avec les mêmes gants, le matériel qui avait servi à l’opération suivante. La journée venait juste de commencer pour lui et pour tous ses enfants venus subir un acte religieux. J’avais compté au moins 15 jeunes garçons, ils vont tous subir une circoncision, sûrement, avec les mêmes outils.

Une fois à la maison, je n’arrivais pas à cesser de penser à cette scène et ce jusqu’à l’instant où j’écris cet article. Je trouve de telles pratiques affreuses. La vie de beaucoup d’enfant est en danger dans ce coin. Ce que j’ai compris, beaucoup d’enfants du département du ksar se la font subir dans cette maison merdique. Un tel Hage doit d’être rappelé à l’ordre.

Les responsables de la santé publique doivent réagir, d’ailleurs je fais appel eux et leurs bonnes volontés pour faire de sorte que de telles pratiques cessent dans notre pays. Vous avez tous que beaucoup de maladies transmissibles par le sang font ravage dans notre sous région. Par ce que ce Hage s’en prend à tous les gosses qui se présentent en lui. J’en ai croisé, chez lui, des enfants d’origine malienne, sénégalaise...

Ce monsieur se souci peut de la santé de nos enfants, il se contente d’encaisser la somme de 3000 ouguiya par enfant, ce qui est considérable vu le nombre de patient par jour. Ce n’est pas par ce qu’il manque de moyen pour équiper son ‘’cabinet’’, mais ce que il est là pour s’enrichir. Je regrette de n’avoir pas réagi à l’instant où j’étais au pays. A vrai dire je n’avais pas le temps, je devais regagner l’étranger où je poursuis des études.

Mes chers amis lecteurs, je vous demander tout simplement de faire passer l’information, c’est vital pour nos petits frères, nos enfant et en particulier pour le survie de la jeunesse de notre pays. Vous êtes tous au courrant du scandale du sang contaminé en Libye, faisons de notre mieux pour stopper de telles pratiques.

Je jure avec ce mois béni de ramadan, tout ce j’ai pu rapporté sur cet article est la strique vérité.

Incha alla bon fin de ramadan et bonne fête d’El Idsaghir.


Note: Info source : babatoure

Anonyme a dit…

Effectivement, C la montagne qui accouche d'une souris ou qui n'accouche pas, c'est LM qui a observé son jeune pour une année et a coupé sur jeune par un criquet.
C'est impensable qu'un leader du CH vient nous presenter des sottises pareilles.
Je ne peux pas concevoir qu'un membre
du CH plaide pour le retour du "PRDS"
qui utilisera systématiquement les moyens de l'état, les cadres de l'état, ses voitures etc.
L'adhesion aux moustkilins pendant la transition n'etait pas systématique, car il n'y avait pas de part état, désormais, le choix sera immédiat par crainte et par avidité (khawf we Tamaa).
Avec ce parti, on remet en place la dernière brique du mur que a été detruit par le coup d'état du 03/08/2005.
LM, Yanis, vous me decevez.

Lecteur assidu du www.blogger.com/canalh

Anonyme a dit…

Décidément,là où yahya ould Ahmed Elwaghev est passé,c'est la catastrophe.Aussi dévastateur qu'un criquet pélérin.Il fut à Air Mauritanie et on connait la suite.Aujourd'hui,on parle de la Somagaz qui compte débaucher du personnel.Et on oublie peut-être qu'avant d'être à Air Mauritanie,il fut directeur d'une certaine société dénommée la Somagaz.Avec Sidioca,les roumouz elvessad ne craignent pas ,eux,le débauchage.Pauvre mauritanie.

J'en profite pour saluer tous les visiteurs de ce blog après cette assez longue éclipse.

Bouguelba

Anonyme a dit…

Faire la prison n'est pas toujours un honeur. Au contraire, c'est un scandale quand on est emprisonné pour detournement et abus de sa signature de ministre de la peche.

Anonyme a dit…

On comprend bien pourquoi Air Mnie sera liquidé. Le verdict est tombé et Air-Boamatou verra le jour très tot sur les ruines de Air Mnie.
Il faut être dupe et aveugle pour ne pas faire la liaison entre ces dexu evenements séparés de moins d'un mois.
Il y'a des gens qui ont au moins le merite d'avoir les objectifs clairs.
On compte un an avec cette configuration et l'état mauritanien sera completement depourvu de tout ce qu'il possede : Snim (c'est consommée), Ports (port Nouadhibou est l'étape prochaine, je ne sais pas à quel pays il sera vendu), la Somelec (Heyine est en train de travailler pour redresser la somelec afin qu'elle soit vendable) et j'en passe.
Je n'ai jamais cru qu'il y'aurait un temps pire que celui de Mouawiya, comme disent certains : rahime llahou lhajajé, makané aadelehou!

maatala a dit…

salam

lu pour vous dans le blog du prof Ely

"Le dialogue et la concertation.

Qu’est-ce que l’opposition dans la nouvelle démocratie ? Rien. Que veut-elle devenir ? quelque chose. Comment s’y prend-t-elle ? Très mal.

Sa dernière sortie médiatique, témoigne d’une timidité à toute épreuve. Une opposition qui a un président et qui agit sur un mot d’ordre n’est pas une opposition c’est soit une coalition de petits porteurs dans une assemblée générale de société anonyme, soit un regroupement d’intérêt testamentaire dans une succession patrimoniale. En tout cas ce n’est pas une opposition au sens de force de frappe et de dissuasion dans un Etat de droit.

Que s’est-il passé pour que l’opposition devienne ce qu’elle est aujourd’hui ? Simplement qu’elle n a pas tiré les leçons du passé politique récent du pays.

I- L’opposition ou la sape psychologique: les leçons du passé.


Jamais une stratégie n’a été aussi brillante et aussi sournoise que celle qui réduisit l’opposition et lui enleva sa victoire aux présidentielles et aux législatives. Ceux qui dirigèrent la transition , avaient décidé de miner l’opposition et de la réduire autant que possible à travers une stratégie de « concertation » qui a permis de « piéger » ceux qui justement pouvaient tout faire basculer. Les « renards » de la transitions aguerris aux faux compromis et aux jeux de la souricière avaient décidé de neutraliser une opposition qui à la veille du 3 Août 2005 avait une force et une légitimité qu’ils craignaient par-dessus tout. Cette opposition qui sortait d’une haute lutte contre l’ancien régime et dont certaines composantes avaient même pris les armes contre lui risquait de remettre en cause le coup d’Etat lui-même et la transition elle-même.
Il aurait suffit que l’opposition ne reconnaisse pas le coup d’état, qu’elle s’agrippe à ses acquis historiques qu’elle « tape sur la table » pour que ceux qui ont élaboré la transition dans des buts inavoués reculent et cèdent devant ses doléances. Cela ne fut pas fait parce que les renards de la transition avaient très vite identifié le talon d’Achille de l’opposition en la personne de ses leaders et notamment Ahmed Ould Daddah.


Cette identification se confirma pour eux très vite lorsque Ahmed ould Daddah fut le premier reconnaître le coup d’Etat et son apport pour la démocratie. Il devenait alors un « interlocuteur » qui allait servir de porte d’entrée, un cheval de Troie pour déstabiliser l’opposition. La bonne foi d’Ahmed Daddah n’avait d’équivalent que la mauvaise foi de ceux qui allient « l’utiliser » malgré lui. Et c’est là où l’œuvre de sape psychologique commença à la manière d’une forteresse assiégée.
Durant les premiers mois on le consultait on le travaillait dans le sens du poil et le travail psychologique finit par prendre : la conviction du leader du RFD en la volonté des militaires de céder le pouvoir à l’opposition et de façon démocratique. Par cette politique d’amadouement ils ont obtenu deux choses :

- L’immunisation : Faire passer calmement la transition jusqu’à son terme et appliquer leur plan stratégique


- La neutralisation : Assagir l’opposition à travers l’un de ses principaux leaders jusqu’à la mettre à genou
Cette situation se manifesta à travers les idées lancées par Ahmed Ould Daddah dans sa fameuse déclaration sur « l’absence de chasse aux sorcières » qui reprenait l’argumentaire du CMJD et ses déclaration dans l’interview à Jeune Afrique. ELY Ould Mohamed Vall déclarait en effet en Septembre 2005 : « Il n'y aura ni règlement de comptes, ni chasse aux sorcières, ni esprit de revanche. « (JA L’Intelligent » September 2005)
Le 07 septembre 2005 Ahmed Daddah déclarait à l’AMI : » ''j'ai confiance, en toute objectivité, dans le projet du CMJD''.
Il était devenu ce que le CMJD voulait qu’il devienne « la courroie de transmission » avec l’opposition en la « piégeant » dans le processus d’un dialogue et d’une concertation qui allait être fatal pour toute l’opposition.


« le RFD, déclarait Ahmed Daddah, en tant que parti, est favorable au principe du dialogue sur les questions nationales qui nous concernent tous. Nous nous réjouissons donc de cette initiative et pensons qu'elle marque le début d'une concertation que nous espérons approfondie, franche et exhaustive. Concernant le comité chargé du processus de transition, je tiens à préciser que cette période transitoire est essentielle parce qu'elle déterminera tout ce qui la suivra. C'est pourquoi nous estimons que tous les acteurs doivent y participer, y compris les partis politiques, la société civile, les leaders d'opinion, avec tout le sérieux et toute la franchise requise... »



Et la boucle est bouclée. Ahmed Daddah était devenu l'appât auquel on miroitait mille et une bonne intentions dont il nourrissait ses espoirs de changement.



Les militaires , en s’appuyant sur une structure gouvernementale triée dans le tas des anciens du régime précédent, avec lesquels ils partageaient les mêmes préoccupations de défense de ses intérêts et de ses basses-œuvres avait mis en place une stratégie psychologique militaire qui, comme on le sait, utilise de multiples techniques de déstabilisation de l'adversaire utilisant la psychologie préventivement, ou simultanément, à l'usage de la force.


Une stratégie qui ressemble étrangement à celle utilisée par les experts militaires dans le Chiapas mexicain : diviser et semer la confusion dans les esprits pour atteindre des buts de déstabilisation des structures villageoises. A travers une pseudo- politique d’ouverture au dialogue, le gouvernement opposait les chefs de village en accordant plus d’importance officielle à l’un deux et en le favorisant financièrement et matériellement par rapport aux autres. Ce qui, à moyen terme, entrainait la division et les blocages dans les rapports villageois. De la division et des rancunes naissaient alors les dénonciations.


Lorsque Ahmed Daddah a compris qu’il n’était pas l’interlocuteur unique du CMJD, que celui-ci jouait son propre jeu, il fît machine arrière à travers les dénonciations que l’on sait sur la « dérive » du CMJD notamment après que Sidioca fut pressenti au mois de juillet 2006 comme candidat « favori » du CMJD. Mais déjà en décembre 2006 le vent avait tourné et la stratégie du CMJD était à son apogée.


La dissidence de Messaoud Ould Boulkheir qui permit à Sidioca de remporter la victoire , tient de cette stratégie car on se rappelle très bien que pour justifier son ralliement à Sidioca, le dirigeant de l’APP avait reproché à Ahmed Daddah d’avoir eu un plan secret avec le CMJD de constitution d’un gouvernement. La stratégie de déstabilisation avait joué.

Concertation et dialogue furent les deux armes absolues de la stratégie des autorités de transition pour « endormir » l’opposition et gagner du temps pour échafauder ses plans et les mettre à exécution.
Cette stratégie de « la concertation anesthésiante » est encore aujourd’hui mise en œuvre par l’actuel régime politique car, par certains de ses aspects , il est une continuité de la transition. La présence encore aujourd’hui de l’un des personnages clef du putsch de 2005 au palais et la plupart de ceux qui ont servi la transition et le régime précédent aux postes-clefs en est la preuve éclatante.


Mieux encore, la transition avait pensé à un mécanisme pour pérenniser cette « concertation » et neutraliser l’opposition même après l’avènement de l’ère démocratique : le statut de leader de l’opposition.



Le piège institutionnel se referma alors et l’opposition est actuellement toute réduite à cette fonction de « concertation » qui lui enlève tout rôle et toute volonté sinon ceux d’entériner ce que le « leader » glane comme assurances et expressions de bonnes intentions de Sidioca sur tout et sur rien. Encore une foi la bonne foi du leader mise à contribution à travers une concertation dont on sait ce qu’elle a donné par le passé.

II- L’opposition doit réagir à la sape psychologique : tout remettre en question

Il est incontestable que l’actuel régime utilise la concertation pour neutraliser l’opposition et gagner du temps. Gagner du temps pour s’affermir politiquement et consolider son assise financière.



- S’affermir politiquement: l’expression la plus immédiate est le projet de création du grand parti présidentiel qui vise à damer le pion à l’opposition et au-delà. Quelle fut la réaction de l’opposition à ce « danger » institutionnel d’un parti-état ? La concertation !

- Consolider ses assises financières : On le sait outre que le favoritisme n’a pas quitté l’Etat, voici que commence la liquidation des entreprises publiques pour « renflouer », les caisses de l’Etat. Une cession d’actions de l’Etat dont on ne sait en fin de parcours si elle servira vraiment l’Etat à travers son budget. Et qu’elle est la réaction de l’opposition face à la menace qui touche les entreprises publiques ? La concertation !

Et qu’a donné cette concertation ? Une conférence dénonçant ces aspects relayée par la presse.

Quel impact cela aura sur la politique du gouvernement ? Rien ! On se concerte avec l’opposition mais on ne l’écoute pas. On continue à structurer le parti-état (Sidioca vient de nommer les commissions de constitution du parti) et on continue à négocier la cession des entreprises publiques.
Alors est-ce là une opposition qui a un poids sur la scène politique ? Une opposition qui s’accroche à des concertations comme si elle était l’antichambre du pouvoir . Eh bien non. Cette opposition là, le peuple n’en veut pas ! Elle est inefficace, anesthésiée par un pseudo-dialogue et réduite à sa plus simple expression : un contre-pouvoir qui ne contre rien.

Quelles sont les solutions ? Il faut que l’opposition se ressaisisse. Qu’elle quitte immédiatement ce processus de « concertation » et de « dialogue »,quelle renonce à l’institution de leader et qu’elle entre… en opposition !



Qu’elle adopte sa propre vision des problèmes à résoudre, qu’elle élabore sa propre stratégie d’intervention pour contraindre le gouvernement à discuter et à obtempérer s’il le faut.

Si les problèmes sont connus et attendent solution (refus du parti-état, refus du bradage des entreprises publiques, rehaussement du niveau de vie, dénonciation de la corruption et du trafic d’influence etc.), quelle est la stratégie à adopter ?



La voici :
- Se déconnecter du giron des pouvoirs publics et donner à l’opposition son autonomie (« pas de leader, pas de concertation »)

- Utiliser les moyens légaux pour protester : grèves limitées ou généralisée, alerte de l’opinion publique nationale et internationale

- mise à contribution des cadres et des forces intellectuelles de l’opposition pour critiquer (socialement, économiquement, financièrement) et publier leurs critiques des mesures gouvernementales partout où cela peut influencer le système (ouvrages, travaux de conférences et de colloques etc.)

- Entreprendre des meetings et des sittings de protestations

- Investir les aires d’information (presse écrite, audiovisuelle nationale et internationale) etc.



En résumé : Etre une force politique réelle qui agit sans complaisance et avec les moyens d’une véritable opposition.

Il faut inverser la vapeur, il ne faut plus que ce soit les leaders de l’opposition qui demandent audience au président de la République, il faut que ce soit le président de la république qui les requiert pour audience.
Car ce sera là, la reconnaissance de leur poids et leur capacité à influencer sur le terrain les choses et leurs cours. Dans cette optique la « concertation » ne sera plus à sens unique comme elle l’est aujourd’hui, mais une concertation dans laquelle chaque partie à un poids et peut négocier son point de vue.

Puisse l’opposition comprendre cela , sinon s’en est fini d’elle. Elle restera un faire-valoir d’une politique qui s’affermit de jour en jour, institutionnellement et financièrement.



Et alors il ne sera plus loin le temps ou elle devra se soumettre ou disparaître. Car en politique, une opposition qui ne joue pas son rôle est non seulement une traitrise à l’égard de ceux qu’elle représente mais aussi la pire des menaces pour un Etat de droit.


Pr ELY Mustapha


maatala

maatala a dit…

Salam

Chera amis

Notre cher professeur vient par ce brillant article ( comme d'hab)renforcer mon opinion au sujet de A O Daddah dit l'impasse (lol).

Ahmed est l'homme politique le plus nul de Mauritanie ,il est un handicap pour l'opposition.

Cet obsédé du pouvoir pour le pouvoir est l'incarnation du cynisme et de l'arrogance.
dit le FOU


maatala

LM® a dit…

salut
ano 15 octobre 2007 19:54

désolé mais qui suis je pour décider qui a le droit d'avoir un parti et qui ne l'a pas?

bienvenue tout de même dans le club des déçus par yan et lm tu peux être sur que tu vas avoir de la compagnie; eh oui la sottise n'est le monopole de personne, comme quoi sur canalh on dit ce que l'on pense même si ce n'est pas dans l'air du temps; nous ne savons pas surfer sur la vague.

ano 15 octobre 2007 19:58

dis moi pourquoi la parole de Taya devient parole d'évangile en parlant Sidi et affabulations en parlant de Ahmed Dadah.

avez vous des réponses à cela aussi?

Anonyme a dit…

CANALH est en train de devenir un petit coin de debats sterile. Parlons de choses serieuses et echangeons des infos: Ou en est le bras de fer entre Khattou-Mittal et IDAWALI Rio Tinto pour l'achat de la SNIM? ZZ est revenu apparammant au camp de Khattou-Mittal mais Bouamatou semble rentrer dans le jeu avec CVRD le Brésilien qu'en est il ? Alors que le ministre et le DIRCAB de SIDIOCA bossent pour Rio-Tinto en bons Idawalis.

Anonyme a dit…

par vlane pris sur cridem

Monsieur Lm,

Soyez gentil arrêtez de tourner autour du pot, dîtes-nous quelles sont ces largesses: s'agit-il de corruption auquel cas je ne vous remercierai jamais assez de me l'apprendre, ou s'agit d'autre chose criminel qu'à vos yeux ? Si vous ne pouvez pas m'éclairer ici, écrivez moi je vous prie sur mon compte et je vous répondrai ici avec la discrétion requise.

Pour le reste, je reconnais volontiers , comme vous le prouvez, que "tout le monde en a pour son grade", sauf que votre nervosité fait trop d'honneur au mien

bien à vous

Anonyme a dit…

par vlane pris sur cridem

Monsieur LM

Merci de m'avoir éclairé en écrivant sur le compte privé, comme promis donc je vous réponds ici, eh bien voici ma réponse: vous êtes un homme de bonne foi, vous m'avez convaincu au moins de ça, quant au reste, pardonnez-moi, je n'ai pas vos sources, aussi permettez-moi vu les miennes de vous inviter, sans forcer, à méditer cet adage " calomniez! calomniez! Il en restera toujours quelque chose"

bien à vous

LM® a dit…

salut
cher vlan
bienvenue sur canalh chez vous

je vous avoue qu'après la lecture de votre commentaire je suis un tantinet
largué.
je médite encore et encore votre adage mais rien n'y fait, le nirvana n'est toujours pas à l'horizon et mes questions toujours sans réponse.

les mauritaniens dans leur majorité ont préféré ce vieux qui ne fout rien à l'opposant de toujours qui a tout sacrifié why???


et

dis moi pourquoi la parole de Taya devient parole d'évangile en parlant Sidi et affabulations en parlant de Ahmed Dadah?

aidez moi à mourir moins idiot mr Vlan

cela pourrait recentrer le débat et faire avancer les choses

Yanis le R. a dit…

A notre ami anonyme de 19H54

Je ne sais pas où vous avez vu un appel au retour du PRDS?
Ce que nous avons dit c'est que le jeu politique actuel est un grand mensonge et il faut que les choses soient précisées et les conséquences assumées par tous les acteurs politiques.
Actuellement on ne sait pas qui est responsable et qui doit rendre des comptes au peuple (maintenant et dans 4 ans et demi): Sidioca, les indépendants-dépendants,le PRDR, l'APP ou l'armée? C'est là la question.
Tu peux être sûr que nous ne les lacherons pas car on peut enfin mettre un nom sur leur regroupement c'est à dire le nouveau PRDS ou , comme quelqu'un l'a dit ici, le PRDS-ère nouvelle.
Par contre, refuser la formation de ce parti-Etat, c'est se voiler la face et continuer la forme de cohabitation qui ressemble bcp plus à de la collaboration au détriment du peuple et c'est ce que LM a expliqué dans son texte.
Le PRDS n'est jamais parti, il est toujours là et au pouvoir!
La politique de tâtonnement actuelle sans vision et sans reformes (ventes des sociétés publiques avec d'interessantes commissions, le réglement de nos problèmes nationaux par les autres notamment à travers l'aide internationale etc.) n'est que la conséquence de cet état de fait.


Un salut amical au passage à notre ami Bouguelba qui ne nous a pas oublié.
J'espère que son exemple soit suivi par les autres amis qui ne donnent plus de leurs nouvelles...

Anonyme a dit…

C'EST TOUJOURS BEAU DE VOIR LES SUPPORTERS DE COUP D'ETAT COMPLETEMENT DESORIENTE'S!!!


Maata:

KHALI ANAKE Ahmed Ould Dadah.
Je vous prie de relire les ecrits du President de DSF, Mr. Ahmed Ould Saleck, ceux de Ould Limam et les...miens (rire) pour mieux comprendre la raison pour laquelle le coup d'etat du 3 Aout etait une catastrophe pour la Mauritanie.
MOAWIYA EST TRES BIEN!!!!!

Le vieux est dans une situation qu'il ne controle pas a' 100%. Nous ne pouvons pas l'abandonner. Il faut l'aider a' s'en sortir!
Son bien etre doit etre notre priorite' numero un. Ne perdons jamais de vue que les generaux Algeriens qui ont ecarte' Chadhli KLIBI du pouvoir, l'ont fait remplace' par Mohamed Boudiaf qu'ils ont lachement assassine' apres quelques mois d'exercice dudit pouvoir. FAISONS COMPRENDRE AUX UNS ET AUX AUTRES QU'UNE TELLE ACTION BARBARE NE SERA JAMAIS ACCEPTE'E EN MAURITANIE!!!!!

Anonyme a dit…

cher lm

tu ricanes toujours, je te l'ai déjà dit mayetoisseu

fais des propositions pour agir en voilà une par exemple:

pour le nouveau parti de sissi je propose comme nom " noé-prds" et pour slogan "qui a bu, boira!"

vlane

Anonyme a dit…

Couli,

KLIBI n'etait pas le general qui avait remplace Boumedienne. Le coup Boudiaf ne se passera pas mahou ovalak. Nous ne sommes pas arrivés à ce stage yakhouya. Nous ne sommes pas ddes barbares. A-

============

Son bien etre doit etre notre priorite' numero un. Ne perdons jamais de vue que les generaux Algeriens qui ont ecarte' Chadhli KLIBI du pouvoir, l'ont fait remplace' par Mohamed Boudiaf qu'ils ont lachement assassine' apres quelques mois d'exercice dudit pouvoir

Yahya a dit…

Cher LM,

Je t'ecris avec un pseudo pour ne pas confondre avec d'autres ano. Je t'avais repondu hier a propos du budget alloué au chef de fil de l'opposition.

Petite précision, la seule chose qu'AOD a deja eu c'est un poste de garde devant sa maison. S'il y a une voiture c'est alors assez récent. En tout cas pas encore le gros budget que tout le monde attend.

Mais l'essentiel n'est pas la. L'important ce de ne pas faire payer par l'opposition la facture du par la majorité. Les responsabiilités de ce qui se passe son claires. Bien sur que l'opposition a un role a jouer, et je te trouve qu'il font de leur mieux (j'ai suivi assidument les séances de l'Assemblée, et c'etait pas trop mal). Maintenant, des qu'ils levent la voix on les traite de radicaux qui veulent mettre la Mauritanie a feu et a sang, des qu'ils se calment on les accuse d'inertie... Que faire ??

Pourquoi les Mauritaniens ont voté pour Sidi et pas pour Ahmed, c'est BIEN SUR son super programme... Voyons ! vous savez bien comment ca s'est passé. Le melange de l'ignorance, la cupidite, la venalité, la trahison a eu raison de tout espoir de changement pour quelques années, meme decennies.

Maatala,

Il est tellement facile de traiter AOD de tout les noms du haut de votre clavier. Ceci ne change rien au fait qu'il essaie - avec ses defauts- de changer les choses et il a payé le prix fort (JE N'AI JAMAIS DIT QU'IL ETAIT LE SEUL) alors que vous vous trompé completement de cible. Rien qu'a voire O Hamma VEzzaz et O Raiss hier dans leur conference de presse poru savoir que les jours/mois a venir seraient difficiles.

Amicalement,
Yahya.

Matalla,

Yahya a dit…

Désolé,

le nome Maatala a la fin du commentaire precedent est une erreur de ma part.

Le commentaire n'est pas signé par lui.

Encore desolé Maatalla.

Yahya

LM® a dit…

cher yahya

merci d'avoir pris un pseudo pour faciliter le débat et d'avoir aussi répondu à mes interrogations.

voila pourquoi j'ai toujours dit qu'ahmed est un mauvais politicien tout comme vous(yahya) il dit à qui veut l'entendre que tous ceux qui n'ont pas voté pour lui sont ignorants,cupides,traitres.

c'était même là sa conclusion lors du débat télévisé, ces mots à eux seuls ont dû lui couter quelques voix; autre exemple la fameuse arabité évidente de la mauritanie a du lui en couter d'autres.

mais quand on méprise ouvertement les mauritaniens en les traitant d'ignorants et de vendus, pas étonnant que la sanction vienne!!

comme quoi ce n'était pas seulement grâce au programme génial de Sidi(lol), au fait il en a un de programme sidi?

vous dites

"des qu'ils lèvent la voix on les traite de radicaux qui veulent mettre la Mauritanie a feu et a sang, des qu'ils se calment on les accuse d'inertie... Que faire ??"

qui les a traité de radicaux et à quelles occasions?
car parti état mis à part, personnellement je ne les ai pas beaucoup entendu mais vous qui avez assidument suivi les débats parlementaires vous pourriez peut être m'éclairer.

vlan,
tu as suivi l'argumentaire de Yahya?
eh bien prends de la graine
c'est comme cela qu'un débat est mené. evites khroujou genre méditation bouddhiste

Anonyme a dit…

Professeur Ely,

Je vous interpelle parce que je vous respecte et apprécie vos contributions toujours de qualité.

Si j'ai bien compris votre dernier article (posté par Maatalla), les dirigeants de l'opposition, notamment O. Daddah, ont été manipulés par les militaires, auteurs du coup d'état du 03 août 2005. Si oui ! vous avez raison ! Mais ne voyez vous pas que les militaires ont manipulé tout le monde y compris vous même (momentanément, il est vrai !) parce que vous avez songé, un moment, à vous présenter à la magistrature suprême (vous avez donc cru à leur jeu, en tout cas j'allais voter pour vous).
Bref, ce sur quoi je voulais vous interpeller est relatif au caractère permanent du coup d'état du 03 août. Ne voyez vous pas que les militaires continuent à manipuler et controler tout le monde : Sidi, le gouvernement, le parlement, les indépendants, l'opposition et ... probablement les sites (y compris le très respecté Canalh ?).
Dans ces conditions appeler à la radicalisation de l'opposition en ce moment n'arrangeraient-ils pas les plans des militaires consistant à "revenir" au pouvoir avant termes planifiés, sous pretexte de rétablir l'ordre.... Prendront-il juste le temps d'accélerer la liquidation des sociétés d'état en faveur de leurs proches sous la responsabilité de Sidi, Zeine et Messoud ?
Il me semble que tous, notamment Sidi, sont otages des plans diaboliques des militaires et la priorité serait, pour le pays, de convaincre (s'y laisserait-il ?) Sidi et l'aider à se débarrasser au plus vite de "ses tuteurs".
Votre avis, cher Professeur, m'importe.

Anonyme a dit…

Maatalla,

T'as sauté de joie en lisant et publiant le texte (ou le livre) du prof Ely Mustapha qui dedans traite AOD de tous les maux.
On respecte Ely Mustapha et on apprécie bcp ce qu'il écrit et visiblement, il a des domaines où il brille bien (il boutine bien leurs sujets), mais aussi, ce qu'il écrit n'est pas sacré et lui n'est pas maasoum. Et ses lecteurs sont très capables d'évaluer et d'apprecier sa production, qui recement penche vers le coté quantitatif au detrimant du qualitatif.
Pour toi, quand tu parles de AOD, et quand tu la fais au début du postin, moi je ne finirai pas le texte (et je pense que les lecteurs canaliens font autant, à part bien entendu les copains, tes omplices LM et yanis le r.)
Continue comme ça et sois sur que tu seras classé comme couli qui ne cesse de faire l'éloge de son ex-maitre.

MYLR

Anonyme a dit…

Posting du 13:10 Errata

il boutine bien leurs sujets

Lire

il bouquine bien etc.

Anonyme a dit…

A-

Je m'excuse de l'erreur!!!

Anonyme a dit…

Personnellement, je crois que le professeur ELY a été très juste et très modéré dans ce qu'il a écrit sur l'opposition. Il a simplement appélé cette opposition qui dort a jouer son rôle et à devenir une opposition démocratique.

Ce qu'il a dit sur AOD, est vrai. Il a dit que AOD a été de bonne foi quand il a cru les militaires sur parole, malheureusement , il ne l'ont pas tenue et on voulu trvailler pour eux-même.

Maintenatq ue l'on connait leur stratégie, il faut que l'opposition joue son rôle pour récupérer sa placedan sla démocratie nouvelle.

L'article du professeur ELY est un très beau article et il fallait beaucoup de courage et de sincérité pour l'écrire. C'est à l'opposition et au régime sur place pour en tirer les conséquences.

Anonyme a dit…

A propos du « poison de l’opposition »

J’ai fait paraître aujourd’hui sur cridem son intervention via mon pseudo c’est donc que je lui reconnais bien des qualités, impossible de rester aveugle, mais nul homme n'est parfait, et monsieur Moustapha n'est pas en reste. Ces attaques envers Monsieur Daddah sont parfois justes quand il s'agit du machiavelisme du CMJD, oui monsieur Daddah a été instrumentalisé mais qui ne le fut pas dans ce pays, toute la mauritanie le fut, et monsieur Moustapha est resté lucide que parce qu'il vit ailleurs qu'en mauritanie.

De plus monsieur Moustapha règle un petit compte de candidat à candidat, car monsieur Moustapha devait être candidat aux dernières élections présidentielle et il s'est retiré quand il y a compris l'autre piège du CMJD, ne pas faire voter la DIASPORA, très nombreuse dit-on donc à craindre à éliminer.

Monsieur Moustapha a raison sur tout sauf sur la non nécessité d'un leader, ne sera-t-il pas lui-même un jour, très bientôt peut-être, encore candidat, c'est là où l'homme quitte sa caquette de professeur pour celle de candidat en sourdine qui ne veut laisser à monsieur Daddah aucun des lauriers qu'il mérite et que nul ne peut lui retirer.

Monsieur Moustapha attaque trop le Leader pour ces raisons inavouables, or toute opposition dividée et perdue à tout jamais. C'est vieux comme le temps: diviser pour règner, c'est d'ailleurs là tout le squelette de la logique admirable du professeur, mais cette logique se perd quand elle laisse la place à la logique du candidat Moustapha. Nul n'est parfait ni Daddah ni Moustapha qui en accusant en fait trop et ce trop là est de trop justement, gardons donc l'essentiel du raisonnement sans la pique d'un candidat déçu dans son élan à un candidat historiqe représentant près de 48% du pays

L'opposition doit méditer cet article, mais ne pas se diviser , bien au contraire, se rassembler derrière son leader légitime qui représente, vote à l'appui, près de la moitié du pays

Les conseilleurs ne sont pas les payeurs

tout est dit

vlane

Anonyme a dit…

A-

Je m'excuse pour la seconde fois de mon erreur. Chadli Klibi etait le Secretaire General de la Ligue Arabe. L'homme qui a remplace' Boumedienne, a pour nom Chadli Ben Jedid. Si je ne me trompe pas il etait le patron de la region militaire d'Oran. Il a eu le boulot parce qu'il etait l'officier le plus ancien au grade le plus eleve'. Apres plusieurs anne'es de pouvoir, il a ete' ecarte' par ses amis parce qu'il etait sur le point de donner le pouvoir aux islamistes.

Again, I am sorry for my mistake!!!

Yahya a dit…

LM,

Je vous concède bien volontiers ma totale ignorance politique. Je laisse à l’histoire de juger celle d’AOD. Par contre, tu as refusé de comprendre qu’en utilisant un pannel de mauvais adjectifs : ignorance, cupidité, traîtrise, je ne visait pas le peuple, mais plutôt les meneurs de ce peuple, les politicards de tout bord. Alors, je m’exprime peut être mal, mais je pense que l’élection d’un gars qui a débarqué il y a quelques mois (un peu comme AOD en 1992, le contexte était différent), dont personne connaît le not exact, encore moins la photo, qui n’a jamais souffert pour ses idées, qui ne les a jamais exprimé d’ailleurs, l’élection d’une personne comme ça était tout simplement le retour du PRDS avec un nouveau visage et derrière une façade qui s’appelle Sidi Mohamed O Cheikh Abdallahi.

Maintenant, pourquoi je voulais qu’AOD soit élu. C’est simple, c’est pour que le peuple comprenne que l’alternance est possible et que nous ne sommes pas condamné a dire « il n’y a qu’el makhzen qui désigne le président », qu’on peut s’opposer pendant longtemps et gagner des élections en Mauritanie. Maintenant, a mon avis l’espoir de l’alternance, du changement est évanouit pour très longtemps et on se dirige tout droit vers un coup d’état militaire justifié par la phraséologie consacrée « nos forces militaires ultime dépositaires de la légitimité…. ». Ça prendra le temps que ça prendra, mais c’est inévitable si le système continue et a voire les préparatifs du nous parti-état, j’ai du mal a envisager l’avenir en rose.


Concernant l’argument de l’arabité évidente, c’est un argument qui a bien servi a dégommer AOD par certains membres de CR et c’a a fait mouche. Mais, je te prie d’etre objectif et de me répondre à la question, entre l’arabe et les autres langues nationales, laquelle a besoin d’être renforcée ? c’est certainement pas l’arabe. C’est dans ce sens que AOD a fait sa fameuse sortie, l’autre camp l’a utilisé contre lui et c’est de bonne guerre. Maintenant, tous ceux qui ont oeuvré à faire élire SIDI devraient se sentir responsables – a des degrés divers- de la situation actuelle.


Amicalement,
yahya

Anonyme a dit…

Saleh ould Hanena est en train de se positionner en veritable Chef de l'Opposition. Son message plait a l'opinion Mauritanienne,il est simple: Rien n'a changé. C'est le meilleur programme politique. Allez y Saleh,Allez on te soutient corps et âmes et n'hesite surtout pas comme on connait en toi les ingredients des grands honmmes de REJETER la Vente aux INDIENS des biens Miniers de notre PEUPLE. Sidioca et sa femme cherchent du FRIC pour financer leurs chemins divergents,qu'ils le cherchent ailleurs sur les fonds de Khatou fondation et collent la PAIX aux Biens du PEUPLE MAURITANIEN; la SNIM est intouchable!!!!!!!!!!!!!!

LM® a dit…

salut

cher yahya

je pense qu'on devrait se tutoyer.

je suis d'accord avec toi sur beaucoup de points notamment sur le fait qu'avec l'élection de Sidi le changement n'est pas pour demain.

mais la difference entre nous c'est que moi quand j'ai vu l'appel du pied que faisait AOD au CMJD pendant la transition, je me suis dit qu'avec lui non plus le changement ne serait pas pour demain.

car vois-tu les hommes de principes ne surfent pas sur la vague pour se garantir le siège tant convoité.

pour ce qui est de la question de l'arabité, AOD est un homme politique chevronné qui a une expérience de plus de 15 ans ( sans compter l'expérience de la période pré-militaire dont il n'a pas à rougir d'ailleurs ) il devrait donc savoir s'exprimer clairement, le citoyen lambda n'a pas à chercher le sens caché des propos de AOD.
ses adversaires ont utilisé à bon escient cette erreur de débutant.

PS je te signale que j'ai rarement vu un pro-daddah s'exprimer aussi bien, et d'une façon aussi convaincante: si ça continue je vote Daddah aux prochaines élections, non je rigole.

à MYLR

merci de me citer avec Maata et Yanis, je te signale que cette complicité est de très longue date, depuis la période d'avant le 3 Août
si l'ancienneté donnait droit à quelque chose.

Anonyme a dit…

Couli,
You are right and thanks for remind us of the military taking power from Chadli because he wanted to paly ait safe, that is, giving it to the islamists. I see here a parallel: le vieux trying to hand over the power to PRDS while lots of people resent that. This add to our problems and hungry power grabbers are just around. I am apolitical and do not have much against PRDS. However your historical recounting of Algeria experience rang a bell. Take care man, A-

The debate these days looks like very hot. Not had time to read, but this reminds me of the xouldy blog during the presidential elections. When people move, things change.

maatala a dit…

Salam

Bienvenu Yahya,Vlane,Mylr chez les tonton-flingueurs.

Je persiste et signe:

Daddah est un arrogant cynique :

Arrogant:

Ould Daddah a-t-il déjà seulement postulé à un poste électif local ? Une mairie ? La députation ? une sénatoriale ? Jamais. Il ne se sent digne que du fauteuil présidentiel avec de vilains relents régionalistes...et familiaux. A ses yeux, tout autre poste électif est pour les manants-sous-fifres.

Un Cynique:

Combattre Taya, le faire juger pour ses crimes, rompre les relations diplomatiques avec Israel, juger les criminels à l'origine des évènements des années 89/90/91, l'égalité des races, faire rentrer dignement les déportés au Sénégal et au Mali, etc.

Ca, c'était ce que Daddah prônait il y a 2 ans.

Aujourd'hui, j'estime qu'il a trahi, tout comme il a trahi ses sympathisants et partenaires. Pourquoi ? C'est simple. Aujourd'hui il prône le contraire de ce qu'il disait.

Pour Taya, "je ne souhaite pas qu'il soit jugé pour ses CRIMES, il peut revenir quand il le souhaite, il sera accueilli avec les honneurs dus à un ancien d'état, tapis rouge..., etc"

MAIS C'EST EXACTEMENT LE CONTRAIRE DE SA POSITION D'AVANT AOUT 2005

Pour Israël, avant aout 2005 : "C'est une honte pour la Mauritanie d'entretenir des relations diplomatiques avec l'était sioniste". Aujourd'hui, ce ne l'est plus, on verra, on va y réfléchir.

MAIS C'EST EXACTEMENT LE CONTRAIRE DE CE QU'IL DISAIT AVANT AOUT 2005

Pour les criminels à l'origine des évènements avant aout 2005, il faut les juger. Aujourd'hui, il faut pardonner.

MAIS C'EST EXACTEMENT LE CONTRAIRE DE CE QU'IL DISAIT AVANT AOUT 2005


Un boulet pour l'opposition, qui s'est fait vaseliner par le capo des Mafieux ELYCOM dit le FOU

maatala

pygmalion a dit…

سواء كنتم أساتذة أو أولياء أمور طلبة مهتمين بواقع التعليم في موريتانيا فستجدون في مدونة الأستاذ الموريتاني أمورا تتعلق بمستقبلكم المهني ومستقبل أولادكم التعليمي

بادروا بزيارة المدونة على الرابط التالي

http://ta3lim.blogspot.com/

ثم تفضلوا بوضع اقتراحاتكم للرفع من مستوى مدونتكم

أنتم على الرحب والسعة

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous sur Cridem

" L'Edito de Mohamed Fall O Oumère"

Dans quelques jours, ce sera la réunion du Groupe Consultatif pour la Mauritanie. A Paris. Les institutions internationales considèrent que le pays a opéré le maximum de réformes. Dans le cadre du nouveau programme, ces institutions vont "cautionner" la Mauritanie et l’aider à avoir le financement de son plan de développement pour les dix années à venir. Le Sénégal vient de passer cet examen et d’avoir quatre milliards de dollars.

Pour le passer, la Mauritanie a besoin de prouver qu’elle peut couvrir 30% de ses besoins en financements et surtout éviter toute décision qui peut remettre en cause les acquis en matière d’équilibres macro-économiques, de transparence et de rigueur. La hantise du FMI étant l’existence du déficit, les nouvelles autorités ne peuvent aller au-delà de leurs moyens réels.

Supposons que l’Etat veuille sauver Air Mauritanie – ce que nous souhaitons tous – il lui faudra injecter une somme colossale : quatre milliards selon les travailleurs, sept milliards selon le ministre. L’aberration ici, c’est qu’il aura investi dans un outil qui ne lui appartient pas. Autre aberration : même si la compagnie est privée, son directeur général a toujours été nommé par l’Etat et son dernier président du Conseil était issu de l’administration.


Toujours dans le registre de l’aberration : en 2004, la direction de la compagnie avait demandé deux milliards seulement pour l’investissement dans son développement ; en 2006, elle avait trouvé une voie de sortie avec la vente de 51% de son capital à la Royale Air Maroc mais les autorités avaient opposé un refus catégorique ; en 2007 elle était en phase de redressement quand le ministère des finances a refusé de suivre…

La Mauritanie peut-elle se payer le luxe d’enfreindre les accords en finançant le déficit ? Peut-elle "ponctionner" sur l’argent destiné aux écoles, aux postes de santé, aux routes, bref sur ce qui sert la collectivité pour faire marcher une société privée ? Est-ce que nous posons le problème comme il faut ?

C’est aux économistes de répondre. Nos élites ont toujours choisi le silence. Rares nos cadres qui parlent quand il le faut. C’est-à-dire quand nous avons besoin d’entendre leurs expertises. Plus que par le passé, plus que dans des cas semblables, nous avons besoin d’explications. Quelques paroles que personne ne semble vouloir prononcer : Air Mauritanie est comme tout le reste. Pillée. Vendue. Pillée.

Faut-il la racheter de nouveau ? Auquel cas il faut envisager de racheter tout ce qui a été frauduleusement vendu dans ce pays. J’ai encore souvenir de ces propos d’un ancien Ambassadeur étranger : "il est vrai que vendre son pays est un acte condamnable, mais il est autrement plus dangereux et plus grave de l’acheter".

Je suis sûr que ceux qui nous dirigent, tout comme ceux qui aspirent à être à leur place, tous estiment mal la situation dans laquelle le pays se trouve. Les uns parce qu’ils sous-estiment le mal qui a été fait. Les autres parce qu’ils surestiment les possibilités du pays. Alors que pour se battre, il faut estimer à sa juste valeur le rapport à l’adversaire.

L’adversaire ici, c’est bien le sous-développement, l’exclusion, l’injustice, les disparités, le chômage, la mauvaise utilisation des ressources, leur mauvaise redistribution… L’adversaire ici, c’est l’ordre imposé par la médiocratie qui a fait main basse sur le pays. C’est l’immobilisme. C’est le refus du changement. Et ce n’est malheureusement pas l’apanage du pouvoir.

La Tribune n°370

maatala

Anonyme a dit…

merci maatala de votre accueil, mais nous sommes juste de passage, on a un chez, mais permettez nous pour mieux nous présenter de vous dire qu'il n'y a de compagnie réservée qu'entre gensse sereins, or en ce qui concerne le cachet de votre bienvenue, il est long à signer Daddah, trajectoire qui persiste à nous pousser vers la sortie plus qu'il signe un sauf-conduit pour votre diwan

alors svp pour l'hospitalité que vous nous élalez, signez seulement cela suffira à prouver que vous persistez, vu que la signature vaut le trait sauf qu'elle est toujours le concentré du jus, c'est-àdire le portrait de l'esprit sans la lourdeur de la lettre

bien à vous

vlane

Anonyme a dit…

Abdallahi ould Mohamed Vall ould Sidiya Ancien Ministre homme pieux et résérvé est décedé à Tunis des suites d'une longue maladie. Je l'ai connu en bien sans être ni son cousin ni proche ami mais simple employer a Radio Mauritanie ou il fût le premier DG qu'Allah ai son âme parmi les fidéles et l'honore de son Paradis immense Amin.We Ina Li LAHI We Inna eleyhi Rajiou'n

Anonyme a dit…

Maata:

BISMILLAHI RAHMANI RAHIME
ENTE' MALAKE?
LAHGAGUE TISSEMI!

Il n' y a aucune difference entre Dadah, toi et tous les autres SUPPORTERS DE COUP D'ETAT. VOUS AVEZ TOUS SUPPORTE' UN COUP D'ETAT MILITAIRE EN MAURITANIE. Votre haine pour son excellence Ould Taya vous a empeche's de voir les interets superieurs du peuple Mauritanien. Personne n'ignorait les liens qui existaient entre President Moawiya et les acteurs du 3 Aout. Malgre' cela, vous avez fait le tour du monde pour justifier le coup. Vous avez tous pense' que vous etiez plus intelligents que les colonels. Vous vous etes trompe's! Votre gourmandise et votre desire fou de prendre le pouvoir ne vous ont pas permis de voir cette simple realite'.

Dadah est un homme politique qui a son agenda. La meme chose peut etre dite a' propos de chacun des hommes et femmes politiques en Mauritanie. Leur lutte n'est jamais pour le peuple Mauritanien. Elle est pour eux memes. Les Mauritaniennes et les Mauritaniens ne sont que des pions dans cette competition sans pitie' qui oppose leurs "dirigeants" politiques.

IL FAUT LAISSER le Mr. EN PAIX! S'il a fait une erreur politique, vous l'avez supporte'. N'OUBLIE SURTOUT PAS QUE VOUS AVEZ DEMANDE' AU PEUPLE MAURITANIEN DE VOTER POUR LUI PAR DEFAUT!

LM® a dit…

salut
vlan pourquoi j'ai l'impression des fois que tu fumes la moquette avant d'écrire
rassures moi ce n'est qu'une impression n'est ce pas?

regardes un peu ta réponse à Maatala

je savais maatala intelligent mais là j'ai peur qu'il soit un chwiya depassé

Anonyme a dit…

cher LM, ça au moins tu peux le comprendre, rassure-moi:

dixit Ould Ahmed Waghef

Rien que cette phrase suffit " Il ne sera pas un parti-Etat, il sera un parti au pouvoir", sauf que l'état étant au pouvoir on obtient: " il ne sera pas un parti-Etat, il sera un parti à l'état du pouvoir" et comme l'état du pouvoir sera alors au mien de ce parti qui sera au pouvoir comme le dit si intelligemment monsieur , obtient que ce parti ne sera pas un parti-état mais un état au pouvoir.

donc le parti sera bien un état dans l'état qui de surcroît sera au pouvoir dans l'état des choses

Allons expliquer cela au peuple !

Vlane

Anonyme a dit…

désolé je relis rarement j'ai écrit "au mien" pour "aux mains" ça ne change rien au raisonnement, quant à la moquette va sur cridem et tu seras rassuré, j'espère

Anonyme a dit…

lm

stp efface mes derniers messages , celui-ci compris, iln'ont rien à voir avec les débats ici

si j'ai un mot à te dire je l'envoie sur lmprive

efface ses sottises, restons sérieux ici , ce que t'ai envoyé c'est pour the happy few or il n'y a pas que ça par ici

sérieux efface, merci

Anonyme a dit…

Pouvez-vous me dire un parti politique qui ne veut pas etre au pouvoir pour faire executer son mandat? Si Mr. Yahya Ould Wakhive dit que le parti en voie de creation sera au pouvoir, il ne fait qu'affirmer un fait que nous savons tous. Les perdants doivent laisser les gagnants gouverner. La Mauritanie a besoin d'une opposition responsable qui sait jouer son role. Elle n'a pas besoin d'une petite minorite' perdante qui tient a' determiner les regles du jeu pour la majorite' gagnante.

Yahya a dit…

LM,

Tu as tout a fait raison sur le fait que AOD devrait s’exprimer clairement afin d’éviter que ses propos soient utilises contre lui par ses adversaires politique. Mais tu le sais probablement qu’AOD n’a jamais été un bon communicateur, ce qui est- je l’admets- une explication mais pas une justification. Maintenant, si on fait un « bilan comptable froid » de son action politique en Mauritanie, celui-ci est plutôt positif a mon avis. Malgré quelques boulettes par-ci par la, il personnalise d’une certaine manière l’opposition a TAYA a un moment ou l’opposition était très difficile.

Le coup d’état du 03 août a changé la donne complètement, il fallait se positionner rapidement et adopter une stratégie –en moins de 2 ans- pour conquérir le pouvoir, AOD a opté pour le soutien du CMJD (a mon avis pour que les militaires lâchent le pouvoir, n’oublions pas que ça faite 30 ans que nous sommes gouvernés par des Colonels), l’ouverture (admettons aussi qu’il est difficile de gagner uniquement avec les voix de l’opposition après 15 ans d’acharnement contre elle)… Apres il y a eu deux thèses :
- celle qui consiste a dire qu’AOD adopte cette stratégie pour arriver au pouvoir et appliquer ensuite le programme qu’il a toujours défendu (donc renier certains de ces engagements pour le CMJD) – je suis adepte de cette thèse
- celle qui pense que AOD est prêt pour arriver au pouvoir même en reniant totalement ses engagements, tous ces engagements (apparemment, tu te situes plutôt dans cette mouvance).

Je pense, et je me trompe peut être, que si AOD était prêt a renier tous ses engagements pré-03-aout, les militaires l’auraient laissé gagner, c’est l’idéal pour eux, donner le pouvoir au symbole de l’opposition, réaliser l’alternance et avoir une marionnette a leur mains. Mais ils étaient beaucoup plus prudents et savaient que même avec les propos « rassurants » de AOD rien ne leur garantit qu’il ne va se retourner contre eux (crainte qu’il n’ont pas eu vis-à-vis de Sidioca).

Finalement, merci pour tes compliments.

Maatala,

La politique, disent les politicards, est la science du possible, donc ce n’est pas par ce que t’as eu une position pendant 15ans que ça l’a rend inchangeable. Maintenant, tous les hommes politiques changent – a tort ou a raison- leur positions en fonction du contexte actuel, de la nouvelle stratégie, des nouvelles alliances. La contradiction n’est pas le grand défaut du politique. Il faut savoir être réaliste et ne pas considéré que nos hommes politiques –AOD inclus- devraient être irréprochables. Des Mandella ou Ghandi il y en a un ou deux par siècle.

Je ne suis peut être pas très ambitieux, mais je cherche quelqu’un qui peut nous faire avancer un tout petit peu, je pense que AOD est le mieux placé parmi nos homme politiques. Et puis, pendant l’élection passée il représentait le changement plus que Sidioca.

Yahya

Anonyme a dit…

Message du 17 Octobre 2007 3:19

Il faut lire: "...pour faire executer son AGENDA."

Anonyme a dit…

Quelqu'un a ecrit sur CRIUDEM un article sur l'insalubrite de nos ambassdes a l'etranger, ainsi que nos administrations. Il est vrai qu'il est temps que le peuple sorte de son nomadisme et devienne plus propre. A commencer par leur maison, je me suis souvent retenu d'aller aux toilettes chez mes amis et attendre d'arriver chez moi car je ne peux pas utliser des toilettes sales. Pourtant d'autres ne sont pas du tout derange en fait meme si les toilettes sont propres il faut qu'il reparte en les laissant tres sales. la seule solution preconisee dans nos structures c'est le systeme de cles. On utilise les toilettes et on les ferme a cle pour s'assurer que d'autres ne vont pas les salir. Tout ceci pour encore uen fois sensibiliser nos con-citoyens a etre plus propre pas seulement sur leur physique (aller a la mosquee et vous comprendrez vous ne pouvez pas approcher certains tellement ils sentent mauvais) mais aussi sur leur environnement surtout les toilettes.

Anonyme a dit…

LM,Matalla et les autres ANTI-AOD.

Loin de moi de défendre ce monsieur que je ne connais pas personnellement,je suis étonné que l'on s'en prenne à lui,en ce moment,alors qu'il n'est pas responsable(même s'il l'est un tout petit peu) de la degradation actuelle de la situation du pays,pour la simple raison qu'il n'est ni le président de la république,ni le PM,ni un membre du gouvernement.Alors,ne vous trompez pas de cible,si vous voulez être convaincant...
SANS RANCUNE
A+

Anonyme a dit…

un mot aux gueulards inutile sinon à se défouler et qui ne proposent rien que tirer sur l'oppostion pour raffermir inconsciemment le pouvoir: vous rendez-vous compte de ce que vous faites, ou êtes-vous si blasé et désabusé de tout que vous préféfez les joutes pour l'esprit à l'action, au lieu de déblatérer ne pouvez-vous pas mettre en place une minorité agissante pour qu'on puisse vous suivre ou vous rejoindre au lieu d'analyser jusqu'à fatiguer pour en arriver à des conclusions inutiles sauf pour l'amour-propre, que dis-je l'amour-propre, l'orgueil c'est tout, seigneur quelle pour ce pays

La constitution est claire: le président n'a pas le droit de diriger un parti. C'est au conseil constitutionnel d'interpréter les initiatives qui jouent avec les mots autant qu'avec les lois. Ce conseil de quel niveau est-il? Quelle est sa nature? Quelles sont ses intérêts? Si le conseil constitutionnel ne peut estimer que la loi est suffisamment claire pour rendre inconstitutionnel cette manoeuvre illégale où le coordinateur du l'initiative est secrétaire général à la présidence, il n'y a plus rien à espérer ni des lois , ni desdes hommes de lois, ni des hommes politiques qui en laissent d'autres jouer avec les mots et partager ensemble la langue de bois

Ce noé-prds sera un parti de blanchissement de voix, où la légitimité du Président sera pillée et détournée, nul ne peut cautioner une pareille initiative à peine au sortir des années noires

Sidioca a été élu à la majorité des voix du peuple! Seul le peuple est son soutient direct et sans équivoque, quiconque se réclame de légitimité et de soutient à Sidioca doit s'adresser directement au peuple pour lui demander l'autorisation ou pas d'encercler son Président et non l'encercler d'abord et dire au peuple ensuite: voilà c'est fait

Le Président est inconnu de toute les luttes contre le système depuis 20 ans, il vivait en paix, le voilà président par "miracle", comment voulez-vous qu'il s'oppose à un système qui tient son fauteuil et qui peut le déstabiliser à tout moment, c'est à l'opposition et aux partis de la majorité honnêtes de protéger le Président car le Président représente l'incarnation de la volonté du Peuple, en réveillant la moitié du pays et une partie de l'autre pour arrêter le piège qui va se refermer sur le Président donc sur tous.

Au moins quand vous ne pouvez rien proposez sinon braire en riant à longueur d’intelligence, mettez vous esprit brillant au services des gueux qui se débattent dans les ténèbres tandis que vos lumières se dissipent en éclairant des analyses stériles qui ne descendent jamais jusqu’à ceux qui ont les bras pour vous sortir vous-même de votre décadent salon

Vous êtes intelligent, cultivé, pourquoi ne jamais descendre dans l’arène servir des arguments aux forces vives qui en manquent tant ?

Quelle perte !

vlane

P.S: juste une question: qu'est-ce qui peut vous scandaliser au point de risquer votre peau plutôt que subir?

je sais... les interventions comme celle-ci qui vous ennuient, car tout ce que vous ne pouvez pas supporter c'est l'ennui
quelle vie!

Anonyme a dit…

Avis aux amateurs de l'un ou de l'autre:

plutôt périr sur les barricades sous l'oeil d'un enfant qui retient la leçon, plutôt qu'à la maison sous l'oeil d'un autre qui apprend l'esclavage!

vlane

LM® a dit…

salut

cher Yahya

concernant le bilan d'opposant de AOD
je l'aurais trouve positif s'il avait réussi à être à l'origine d'un quelconque changement dans le pays.

l'impression qu'il donnait et donne encore est de vouloir à tout prix être calife à la place du calife.

J'ai peut être tort mais dis-moi qu'a fait AOD durant 15 ans de lutte sinon réclamer son "dû"?
trouves-moi un seul changement dont il est à l'origine.
surtout qu'on a vu ces dernières années ce que peut faire une opposition, comme en Ukraine.

il est important de signaler que nous sommes tous d'accord que nous avons un gouvernement d'incapables et un président qui ne fait que recevoir tout ce qui bouge.

pour moi Sidi n'est pas une déception car je n'ai pas cru au changement qu'il nous proposait contrairement à AOD.
tu peux relire les archives du blog,
toute la campagne les pro-sidioca nous ont insulté parce que Maatala a demandé de voter pour AOD.

là c'est aussi un grand défaut du camp Daddah soit tu es avec nous soit tu es le diable personnifié.

regardes ce que nous dit vlan si vous critiquez Daddah donc vous renforcez le camp de Sidi ou encore ne critiquez pas daddah il s'est opposé à Taya durant vingt ans trouves-tu cela un argument démocratique?

je te signale que seul la critique est génératrice de changement.

AOD doit justement être a l'écoute des critiques il doit ce remettre en question.

Anonyme a dit…

A lire sur le blog du professeur ELY:

"Croissance quelle croissance?"


http://haut-et-fort.blogspot.com

maatala a dit…

Salam

Cher A+

Daddah a été battu par un illustre inconnu planqué au Niger pendant que lui se faisait martyrisé par la soldatesque.

Il ne peut s'en prendre qu'à lui même, car il fut complice de la machination qui le mena vers la défaite: Ne fut-il pas le porte parole de ses ex-geôliers qui lui firent croire, qu'ils lui donneront le pouvoir.

L'honneur aurait voulu qu'il fasse son autocritique, mais par arrogance et fierté, il s'y refuse.

Pire il accepte la nomination comme opposant officiel, se faisant il cautionne cette démocratie confisquée par la bidasserie.

Un boulet dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Maata:

Tes attaques contre Ahmed Ould Dadah ne se justifient pas.

maatala a dit…

Salam

Couly

Quelles attaques ?

Depuis quand est-il interdit de parler d'un homme public, dont nous savons tous que la seule ambition est le pouvoir pour le pouvoir.

Tous ces reniements et ses compromissions n'ont visées que cet objectif.

C'est un homme du passé, auquel il ne reste plus, qu'une capacité de nuisance; celle d' empêcher ses alliés d'incarner une alternance courageuse et porteuse d'espoir pour un peuple martyrisé et floué par tant de mensonges et d'hypocrisies.

On ne devient pas président par "USURE" dit le FOU

maatala

Yanis le R. a dit…

Vous avez sans doute suivi la conférence de presse des 2 ministres qui expliquent que tout va bien alors que tout le monde sait que ça va mal.
On est passé par les explications approximatives de « la mondialisation », « les pays voisins », les comparaisons à la con des prix et bien sûr et toujours la langue de bois.
Pourtant on devait être vacciné contre la fameuse replique du régime de Taya: « dewel el moujawiriin » (les pays voisins) qui sont toujours le Mali, le Sénégal et bien sûr les pays les plus pauvres du monde, même s'ils sont à des milliers de km, ils restent des pays dits "voisins": le Niger là où « le vieux » a fait ses preuves apparemment vu ses choix de collaborateurs, la Guinée du phénomène Lansané Conté ou La Sierra Leone etc.
Aucun argument qui tient, que des inepties!
En attendant, on suit la même ligne que l'ancien dictateur: réunions et audiences, conseils des ministres à la con pour approuver des distribution de permis d'exploration (bientôt ce sera les permis de terrains à Tell Zaatar-le blanc, vous ne connaissez peut être pas?), conférences de presse pour dire que tout va bien etc.
Pendant ce temps, on vide les caisses de l'Etat en sourdine et on se passe les commissions pour la privatisation de tel ou tel établissement public parce que les institutions monétaires internationales l'ont dit!
Nos pseudo vaillants ministres s'ils sont conséquents et s'ils arrêtent la langue de bois doivent ne pas seulement comparer les prix mais aussi les populations des pays environnants (3 millions en RIM pour 12 au Sénégal, 14 au Mali, 30 au Maroc et en Algérie), les richesses naturelles, le taux de corruption du pouvoir et de l'administration, le pouvoir d'achat ou juste les salaires. Mais non! On compare ce qui arrange sans un mot du contexte général et sans prise en compte des autres paramètres...
C'est du n'importe quoi et de l'improvisation pour berner le premier auditeur, téléspectateur et prochain électeur (de 2012 car ceux de 2007, c'est déjà fait).
En fait, on leur a dit, en haut lieu, qui est toujours, vous le savez bien, sous la coupe de certains militaires: il faut contre-attaquer et trouver des explications, il faut faire taire les voix de la plèbe qui commencent à s'élever!
Pendant ce temps on attend de voir si la pilule passe ou pas...
Si elle passe, c'est bon, sinon c'est bien sûr le recul et les têtes qui ont été avancées vont être sacrifiées avec le retour aux prix initiaux des denrées essentielles. On connaît la chanson, c'est partout dans le monde des pays sous développés, qui sont toujours sous l'emprise de lobbies politico-économiques, la même chose...
Il faut sortir dans la rue, manifester, mais surtout ne pas se faire « entuber » par ce gouvernement de dilettantes qui reproduit et imite à la perfection ces prédécesseurs incompétents et corrompus.

Anonyme a dit…

Il faut le faire.

Le coup de gueule du prof ELY contre les déclarations des ministres des finances et du commerce!

Il nous dit q'u'ils nous mentent et il le démontre très bien sur son blog. Voir son blog: croissance quelle croissance!

C'est clair et c'est bien expliqué.
Des articles du prof à diffuser le plus possible.

Anonyme a dit…

A+

Enta chhalak. A-

Anonyme a dit…

Choumad enta mneine?

Anonyme a dit…

Police religieuse en action? Lire le dernier paragraphe de l'article.
=======

18 octobre 2007 : Nouadhibou : La police traque les prostituées

"Nous avons feint d'être des clients potentiels et nous avons eu confirmation de nos soupçons", a confié un policier. Entendons clients potentiels pour les prostituées qui à Nouadhibou sont, depuis le 12 octobre la cible de la police. La semaine dernière déjà, cette même police était en proie à des émeutes suite à une révolte des bouchers qui lui en voulaient de n’avoir pas pris au sérieux leur plainte à la suite de la bastonnade de leur camarade par des éléments de l’armée sur ordre d’une femme…

A présent, cette police s’emploie à lutter contre la prostitution et le crime organisé. Ainsi, plusieurs femmes ouest -africaines ont été arrêtées et sont en instance d'être déférées sur ordre du procureur de la république.

Ces femmes sont venues légalement dans la capitale économique et exercent des métiers de restauratrices, coiffeuses, femmes de ménage le jour et se transforment, à en croire la police, en prostituées dés le soir. La police a ainsi mis aux arrêts une douzaine de femmes et quelques hommes, parmi lesquels des mauritaniens ; qui leur servaient de couverture…


Cette campagne de lutte contre la prostitution fait suite à de nombreuses plaintes de citoyens qui, devant l'ampleur du phénomène ont saisi la justice. En effet, le quartier de Khirane, situé au centre ville, est devenu une zone de prostitution à ciel ouvert. Dés 17 heures, des femmes dans leur simple appareil se positionnent aux fenêtres de leurs chambres pour racoler le passant, qui qu'il soit.

Parallèlement au plus vieux métier du monde, le quartier est devenu une zone de non droit ou trafics en tous genres ont lieu : Drogue, alcool, trafic d'êtres humains...
Plusieurs personnes y ont été agressés ces derniers temps .Vols de portables, agressions à armes blanches, passages à tabac sont le lot quotidien du malheureux qui passe aux abords de ces lieux. La zone est infestée de bandits de toutes sortes et porte le non d'Accra (la capitale du Ghana).

Des commerçants et boulangers des environs ont aussi porté plainte. "Nous avons décidé de démanteler Accra et son réseau, confie un policier, avant de passer au reste de la ville." En effet la prostitution et la petite délinquance touchent toute la ville avec des pics à Khairane et la cité SNIM.

Pour ne pas être taxée de xénophobe, la police a tenu à prendre les prostituées en flagrant délit."Nous avons feint d'être des clients potentiels et nous avons eu confirmation de nos soupçons" argumente un agent dans le coup.

Reste que le réseau de prostitution et de trafics de drogue jouit d'une couverture à chercher au sein même de la police. Certains agents sont accusés par les prostituées d'être des client s assidus ou des protecteurs moyennant argent. Les femmes arrêtées risquent l'expulsion.

ATHIE YOUSSOUF
CP /NOUADHIBOU


Note: Info source : La Tribune (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Anonyme du 17 Octobre 23:18

Je ne sais pas de quel taux de
croissance on parle. La marmite familiale est toujours vide! Ces chiffres qu'on ne cesse de vous lancer a' la figure ne sont que de la foutaise. NE LAISSEZ PERSONNE VOUS DIRE COMMENT SONT VOS SITUATIONS FINANCIERES. Il suffit de regarder ce qui sort de vos marmites et des moyens financiers dont vous disposez pour faire les achats familiaux pour dire si oui ou non le pays se porte bien.


Maata:

Ahmed Ould Dadah n'est pas aussi mauvais. La famille Dadah a fait plusieurs bonnes choses pour la Mauritanie. Ce n'est pas parce que le Mr. a perdu une election presidentielle qu'il faut le diaboliser.

Il a certes fait plusieurs declarations au lendemain du coup d'etat afin de rassurer les uns et les autres. Il savait que plusieurs militaires n'etaient pas confortables avec le nom Dadah parce qu'ils ont renverse' un autre Dadah du pouvoir en 1978. Si je ne me trompe pas le 10 juillet est devenue la fete de l'arme'e en Mauritanie. Le Mr. a perdu mais il n'a pas demerite'. 48% est un score tres honorable. Ahmed a perdu parce que le vieux etait le meilleur candidat et il y avait plusieurs forces contre lui. Ces forces n'allaient jamais lui permettre de gagner l'election. JE TE SURPRENDRAI EN TE DISANT QU'AVEC OU SANS MESSAOUD, AHMED OULD DADAH N'ALLAIT PAS PASSER.

KHALI ANAKE LE Mr.

Yahya a dit…

Cher LM,

C’est toujours moi, je ne serai pas long !

Je partage tout à fait ta conclusion, AOD doit faire son autocritique et analyser les raisons de sa défaite

La ou nous ne sommes pas d’accord, c’est par rapport au bilan. Tu ne peux pas dire qu’il n’a jamais rien fait pour le changement. C’est pas par ce qu’un opposant n’a pas réussi à gagner une élection que son bilan est forcement négatif. J’ai l’impression parfois, cher LM, qu’on oublie la situation dans laquelle se trouvait la Mauritanie avant le 03 août. AOD, comme les autres leaders de l’opposition ont joué un grand rôle pour qu’on arrive au coup d’état, on ne peut pas négliger ce rôle, qui n’est certes pas aussi spectaculaire que celui de Saleh et ses foursans, pas efficace que celui du CMJD, mais la préparation du terrain pour qu’un changement au sommet de l’état soit « acceptable », je dirais même « souhaitable », c’est le lot de l’opposition civile, AOD y a jouait son rôle.

« Calif a la place du Calif » ! J’aime bien l’expression ayant été un des fans de Iznogoud. AOD n’a jamais caché qu’il voulait la présidence et ça ne me pose aucun problème. Pourquoi en faire, telle est la question pertinente pour un homme politique. Je pense qu’il dispose d’un certain nombre de qualités pour y prétendre comparativement à nos leaders politiques toute tendance confondue.

Maatala

Tu dis « Depuis quand est-il interdit de parler d'un homme public, dont nous savons tous que la seule ambition est le pouvoir pour le pouvoir »

- Son ambition est le pouvoir : OUI
- Pour le pouvoir : c’est un jugement d’intention

N’oublions pas que cet homme a été dans le collimateur du pouvoir pendant une quinzaine d’années. Il fallait en faire un « gougouh » pour les Mauritaniens, on l’a accusé de tout : tribaliste, régionaliste, caractériel, démesurément ambitieux, traître, … Et pour cela on a utilisé les renseignements, les lobbies, les salons, les la7la7a, la presse, ses amis d’hier. Tous les moyens ont été disponibilisés pour « tuer » politiquement ce rival de Ould Taya.

Quelqu’un d’aussi ouvert et d’aussi intelligent (a en juger par vos écrits) que vous ne devrait pas être un répétiteur des ces calomnies.

Amicalement,
Yahya.

maatala a dit…

Salam


Lu sur le blog "haut et fort" du prof Ely

Croissance du sous-développement

Suivant les déclarations officielles, le taux de croissance économique a atteint, cette année, 5,7% contre 4,1% en 2006.

Y a-t-il eu véritablement croissance ? Eh bien non.

Nous allons le montrer dans les lignes qui suivent. Posons d’abord les jalons du problème de la croissance en Mauritanie pour bien montrer que c’est là une croissance absolument fictive.

Pourquoi un pays qui compte un peu plus de 3 millions d'habitants qui dispose d'énormes ressources naturelles (le pétrole, le gaz, la pêche, le fer, le cuivre) et de bien d'autres richesses encore (découvertes ou à découvrir), dont la dette extérieure a été épongée, ne peut-il se développer ?

Mieux encore,en 2005, selon le Fonds Monétaire International, la Mauritanie devait connaître un taux de croissance économique de 26,9% en 2006 en termes réels, et surtout une réduction significative de l’inflation, contre une croissance de 5,4% en 2005 ! Et voilà qu’officiellement on la ramène à 4,1% en 2006 et 5, 7% pour 2007.

Que signifie une chute si vertigineuse d'une croissance attendue? C'est qu'il ne s'agit pas de croissance réelle mais d'une rente qui en suit les variations.

Mais au-delà la valse des chiffres, pourquoi on sort au peuple ces chiffres ?

Ces chiffres signifient-ils quelque chose ? Eh bien non. Car les questions essentielles sont : Comment peut-on croître sans grandir ? Comment une croissance affichée ne se traduit pas en richesses nationales distribuées ou en infrastructures partagées ? Et pourtant officiellement l'économie mauritanienne afficherait un taux de croissance annuel attendu pour 2007 de 5,7% et il fut de 4,1% en 2006 !

De quelle croissance s'agit-il?

La majorité de la population souffre de misère et l'infrastructure publique est un champ délabré au milieu des détritus et des immondices qui couvrent les rues et les avenues ?

Pourquoi nos rues sont peuplées d'enfants et de vieillards mendiants; pourquoi nos hôpitaux sont des cimetières à ciel ouvert, pourquoi notre parc automobile national est un ramassis de carcasses rouillées qui sentent la mort à plein nez ?

Pourquoi, vue de l'extérieur , la Mauritanie n'a aucune industrie qui exporte un produit national compétitif et générateur d'emploi et de revenus, Pourquoi, ne produisons-nous rien commercialement ou technologiquement qui vaille la peine d'être exporté ? Et pourtant le taux de croissance est estimé à 5,7% !

Voilà la désinformation qui s'inscrit dans d'autres désinformations dont les "chiffreurs" de notre économie ont fait une gymnastique politique.

Depuis les fameux chiffres "falsifiés" livrés au FMI (qui nous ont coûté des centaines de millions de dollars du fait du report de six mois de l'effacement de la dette) le plus grand mensonge à venir fut celui de la croissance à deux chiffres !

Si la croissance économique résulte de la production totale de tous les biens et services d’un pays au cours d’une période donnée, alors on comprendra qu'en Mauritanie la croissance est bien négative; car où sont les biens et services qui en Mauritanie engendrerait une telle croissance à 5,7 % et celle des années précédentes?

En fait ce chiffre est trompeur et porte sur la croissance au sens de "l’expansion du revenu national", c’est-à-dire ce "fourre-tout" dans lequel on fait figurer le revenu de la Nation quelle que soit sa provenance!

La croissance est ainsi celle du "revenu national" pas celle de la somme des valeurs ajoutées des unités économiques du pays et qui s'exprimeraient par des variations du Produit Intérieur Brut (PIB) réel (corrigé de l'inflation) ou nominal (exprimant la valeur marchande des biens et des services produits par un pays.).

Donc la croissance dont il s'agit est bien celle du Revenu National et non pas de l'économie nationale!

En effet, la croissance économique, telle qu’elle est calculée, ne mesure que la variation quantitative d’un agrégat économique, elle n’est donc pas synonyme de développement. Le développement est généralement associé à la croissance, mais il peut y avoir croissance sans développement. C'est le cas de la Mauritanie où les taux de croissance affichés ne sont que ceux du revenu national (rente nationale).

La vraie croissance et la fausse croissance

Ainsi si la vraie croissance économique traduit la variation quantitative, durable, auto-entretenue et non réversible de la production de biens et services, la fausse croissance en Mauritanie traduit la variation quantitative non durable, auto-entretenue et réversible d'un revenu national (d'une rente pétrolière et autre) au profit d'une minorité qui a depuis longtemps (et depuis toujours) planifié son détournement au détriment du développement.La vraie croissance repose sur la fonction de production et non pas d'accumulation de revenu national (issu de la rente).

Cette fonction de production repose sur l'utilisation des facteurs de production, travail et capital. La croissance dépend donc des quantités de facteurs de production disponibles et de la manière dont ils sont utilisés.

Le facteur travail : la croissance est possible grâce à une augmentation de la quantité de travail disponible ou par une augmentation de la qualité du facteur travail utilisé.
Le facteur capital : la croissance se traduit par des Investissements qui viennent accroître ou améliorer le stock de capital technique disponible ce qui permet une augmentation des quantités de biens et services produites.

Et enfin, le progrès technique : qui accroît la productivité des facteurs de production utilisés. Près de la moitié de la croissance économique serait le fait de ce progrès technique.

Alors au vu de ce qui précède (le travail, le capital, la technique), vous la voyez où la croissance en Mauritanie ?

Erreurs d'hier reconduites pour demain.

De toute évidence de cette pseudo-croissance, le peuple ne reçoit que des miettes. Une économie pour le peuple : une économiettes.


Pr ELY Mustapha


maatala

maatala a dit…

Salam

Cher Yahya

Lu pour toi

"Les raisons de l’échec du candidat AD

Le candidat à la présidence AD a perdu l’élection à l’issue du second tour organisé le 25 mars 2007. La victoire du candidat SIDI est claire et ne souffre pas d’irrégularités pouvant affecter les résultats déclarés par les autorités administratives et judiciaires et confirmés par les nombreux observateurs nationaux et internationaux. 4 raisons essentielles expliquent une telle défaite

1. Le manque de stratégie politique

A l’issue des élections municipales et parlementaires passées, les urnes ont placé le parti de AD en première position au parlement faisant de lui le leader naturel du camp de changement. Le bon réflexe de leader aurait été de faire appel immédiatement à ses alliés regroupés dans la coalition des forces de changement démocratique pour trouver une plate forme minimale d’alliance politique en vue de l’élection présidentielle de mars.

A défaut d’une telle alliance, prendre un engagement déterminé de rester dans le même camp quelque soit les résultats du premier tour de l’élection présidentielle. Une telle démarche n’a pas été faite, c’est la première erreur stratégique.

Par ailleurs, après l’annonce des résultats du premier tour qui plaçait AD parmi les candidat qualifiés pour participer au second tour, il devait immédiatement réunir l’ensemble de ses alliés dans le cadre de la CFCD voire l’élargir aux autres candidats indépendants tel Ibrahima Sarr et leur assurer sa disponibilité entière d’œuvrer pour une gestion concertée du pouvoir après la victoire qui ne peut avoir lieu que grâce à une union sans faille de tous les partenaires. Il reviendra à chaque partenaire de faire ses propositions et le tout serait consigné dans un accord global garanti par tous et en premier lieu par le candidat AD qualifié pour le second tour. Cet accord aurait du être bouclé dans les quarante huit heures suivant la proclamation des résultats du premier tour.

Au lieu de cela, AD a traîné dans les négociations provoquant au sein des états major de ses alliés des débats houleux et passionnels qui n’auraient pas dû avoir lieu tel le choix de soutien entre les deux candidats en lice pour le second tour. Autrement dit entre le camp du changement et celui du statu quo. Le départ du candidat de APP Messoud O. Boulkheir qui n’aurait jamais dû avoir lieu chez le candidat Sidi annonçait les prémisses de la défaite de AD malgré la position de principe du candidat de l’UFP Mohamed O. Maouloud de rester avec lui. C’est la deuxième erreur stratégique du candidat AD.

2. La réputation de l’homme

En politique, tout comme en affaires par ailleurs, la réputation de l’homme compte énormément. En arrière fond des débats passionnés ayant eu lieu au sein des structures et partis pour ou contre le soutien à AD, une accusation commune revenait en permanence : le candidat AD ne tient jamais ses engagements.

Une assertion que beaucoup de responsables de premier niveau hostiles à son soutien ont motivée par des faits précis ayant eu lieu au cours de ces quinze dernières années.

Le raisonnement du camp hostile au soutien de AD les a poussé à préférer le candidat Sidi malgré son entourage composé de personnes responsables de l’état actuel de délabrement du pays parce que ce dernier leur semble plus à même de respecter les engagements qu’il a aura convenu avec eux.

Ainsi, nous nous retrouvons d’un coté avec un camp de changement qui aurait préféré à sa tête pour le second tour un candidat comme Sidi à priori conciliant et respectueux de ses engagements et d’un autre coté un candidat qui aurait aimé avoir un camp de changement comme celui de AD dont il a repris tous les thèmes majeurs mais que ses alliés empêcheront sûrement la réalisation car contraires à leurs intérêts.

Si la réputation du candidat AD de tenir ses engagements contractés était reconnue, le camp du changement aurait fait l’économie de débats houleux et de doutes et aurait naturellement convenus avec AD des accords de gouvernement. Le soutien aurait été conséquent et AD aurait eu toutes les chances arithmétiques de remporter l’élection présidentielle de mars 2007.

3. Le manque de clarté du discours politique

Le candidat AD a durant ces dernières années manqué de clarté au sujet du traitement de certaines questions majeures qui posent des problèmes sérieux pour la réconciliation et l’unité nationale tels le passif humanitaire, l’esclavage, les relations inter ethniques, la représentativité des communautés au niveau de l’Etat, la répartition des richesses nationales, la gestion des deniers publics.

Le candidat Sidi a durant sa campagne était plus clair dans les dossiers des déportés, des veuves, de la réconciliation nationale…entre autres. Ce n’est qu’après l’acceptation de la plate forme convenue avec le candidat de l’UFP Mohamed O. Maouloud que le candidat AD s’est montré très précis sur la gestion de ces dossiers. Cependant, le scepticisme sur sa position nouvelle l’a privé de bon nombre de suffrages de la communauté négro africaine et haratine."

-----------------------------------

En tant que cocu du Daddahisme, car j'ai appelé à voter pour lui certes "par défaut", je me permets dans le respect de l'homme et de sa famille(couly ente vem) de lui rappeler que sa stratégie à conduit le camp de l'alternance à la mère des défaites.

Il faut savoir laisser la place aux autres dit le FOU

maatala

maatala a dit…

Salam

cher yahya

Pour mémoire

"Pourquoi il faut voter CFCD

Le 3 août 2005, la chute d’Ould Taya n’a pas été que celle d’une dictature sanguinaire de prédateurs avides, de larbins, de pilleurs en tous genres. C’était, le premier tour de la présidentielle l’a montré, une occasion historique donnée aux citoyens mauritaniens, en particulier l’élite – ou ceux qui s’en réclament et auxquels nous ferons ici la concession de leur accorder ce privilège comme une hypothèse d’école – de prendre en main leur avenir et de prendre ce tournant avec dignité et responsabilité. Force est de constater que la course au pouvoir, ou au simple portefeuille pour la majorité d’entre elle, nous a révélé une classe politique pitoyable, peu courageuse et avec une vision très étriquée de ce que pouvait être l’avenir.
Il suffit aujourd’hui de l’imaginer ayant adopté une plateforme de gouvernement basée sur ses revendications passées et rassemblée autour d’un homme non pas providentiel mais leader d’opinion investi de la mission d’assurer sa cohésion pendant cinq ans le temps de mettre le pays sur les bons rails pour mesurer l’ampleur du désastre.
Au contraire qu’avons-nous eu ? Des femmes et hommes bercés de l’illusion d’un pouvoir qui leur serait offert par des soldats du système ayant éjecté leur chef pour sauver leur peau et qui probablement à ce moment étaient prêts à tout pourvu que leur acte héroïque soit désormais l’unique prisme au travers duquel ils seraient jugés. A quelques exceptions près, cette concession ne nous semblait pas surhumaine malgré le passif très lourd de nombre de ces nouveaux samaritains qui promis juré, n’agissaient que contraints par leur haute conscience de l’intérêt national. Soit. Mais eu égard à l’attitude molle pour ne pas dire la larbinerie des opposants d’hier, la junte reprit du poil de la bête et commença les basses manœuvres pour continuer de contrôler le processus de façon à éviter « toute dérive », c’est-à-dire la stricte application des principes de morale et de justice. Ainsi furent évitées toutes les questions de fond au cours d’une mascarade de concertation qui fut une caisse d’enregistrement des quatre volontés de la soldatesque pseudo rebelle et qui reporta aux calendes grecques des solutions évidentes à des problèmes somme toute réglables en un coup de cuillère comme le retour des déportés ou l’audit des comptes de la nation sans parler de la mise en place d’une structure permanente de concertation qui superviserait les grandes étapes de la transition. Cette situation de quasi-monopole du CMJD pourtant mis en selle par les efforts au niveau international des ex-opposants a conduit au cirque des indépendants et à des pratiques et mensonges dignes d’une cour de récréation de maternelle. La manipulation a donc été une composante essentielle de toutes les étapes de ce processus y compris lors des inscriptions sur les listes électorales, en particulier pour les populations de la vallée auxquelles une administration encore engoncée dans pratiques de zélateurs.
Le seul point positif, loin d’être négligeable, a été la transparence de l’opération technique du vote. Nous voici parvenu à un temps critique de l’histoire, celui du courage de la décision et de la responsabilité avec pour seule alternative la lâcheté dans la démission. Le choix va au-delà d’un simple vote pour Ahmed ou pour Sidi, il est systémique. Avec la question sous-jacente, quelle Mauritanie sortira de cette véritable transition qui commence avec les cinq premières années de la première magistrature démocratique ?
Sidi est en général présenté comme un homme de qualité, loué pour son humanisme, la sympathie dont il jouit dans toutes les communautés nationales. C’est important mais pas décisif pour les besoins actuels du pays. Parce qu’il est aussi perçu par un certain nombre comme un opportuniste qui a été ministre sous différents gouvernements et qui était bien planqué quand ses compatriotes souffraient le martyr. Même si peu de gens l’évoquent dans cette période pourtant propice aux dénonciations vraies ou fausses une affaire de corruption entache sa carrière politique. Il traîne également une image d’indécis, de personnalité faible, sous influence et manipulable, il est vrai bien véhiculé par ses adversaires, surtout depuis qu’il bénéficie du soutien notoire des ténors du CMJD.
A l’inverse, Ahmed jouit sans conteste d’une aura d’opposant courageux et irréductible au système déchu, et n’en déplaise à certains de ses adversaires pas toujours de bonne foi, cela reste que retiennent bon nombre de nos compatriotes, en particulier parmi les plus modestes qui lui sont reconnaissants d’avoir partagé leur misère lui qui a goûté aux geôles de Taya – et Ely. C’est important mais pas décisif pour les besoins actuels du pays. Parce qu’il est également souvent présenté comme le représentant exclusif d’une région, pétri de féodalisme à la limite psychorigide. Son image est également brouillée par les relations difficiles qu’il entretient avec ses alliés qui lui reprochent une certaine hégémonie.
Mais nous le répétons, au-delà des hommes ce sont les systèmes de gouvernement sur lesquels ils s’appuient qui seront décisifs. Sans passion mais ne craignant pas le parti pris, on peut en faire une petite analyse.
Système contre système, Sidi se présente devant les électeurs avec un handicap certain. Convenons tous que ce postulant à la magistrature suprême a bénéficié de l’opération « indépendants dépendants » du CMJD (acceptons qu’ici la partie se confond avec le tout, si tant est que ce qui se dit soit vrai, c’est dire que si certains membres du CMJD n’étaient pas d’accord avec cette approche, ils n’ont rien fait pour s’y opposer). Les faits sont têtus comme dirait l’autre. Examinons-en quelques-uns :
1. des députés et sénateurs ont été mis en selle à travers cette initiative et ont apporté leur soutien EN BLOC à Sidi, rejoints en cela par le PRDR, l’UDP et le RDU, soit très exactement la majorité présidentielle de Taya ; s’entendre dire que Sidi ne leur a rien promis et que cela ne présage en rien les orientations de son éventuel gouvernement relève d’une mauvaise foi ou au mieux d’une inculture politique criante. Il a en face de lui, organisés en système et animés de l’énergie du désespoir, des femmes et des hommes qui ont prouvé qu’ils sont prêts à sacrifier les intérêts du pays si jamais ils entraient en contradiction avec les leurs propres, ce qui malheureusement en terme de gestion des fonds publics est pratiquement toujours le cas. Il n’y a aucune chance dans la configuration qui se dessine qu’il puisse les contenir. Ce qui s’est passé lors de la formation de l’ersatz du PRDS, entendez le PRDR, est à ce titre éloquent. Un groupe de jeunes, pas « casseroliers », compétents, animés d’une réelle conscience nationale, avaient alors décidé, au nom de la realpolitik de constituer un bloc pour nettoyer le parti de ses vieux dinosaures malpropres tout en évitant « d’inutiles règlements de comptes ». Ils ont réussi à en virer les plus représentatifs des instances dirigeantes lors d’élection internes démocratiques avec la bénédiction du CMJD auquel il a cependant été demandé un non objection pour la désignation du SG. A la première vraie escarmouche, la désignation des candidats aux élections municipales et législatives, toute illusion d’émancipation fut vite reléguée aux oubliettes, ceux qui n’avaient pas déserté suite à l’appel du pied de « l’indépendance dépendante » sot restés en service commandé pour éviter que quelques fougueux rêveurs ne songent à boycotter. Le même procédé a été reproduit pour la désignation du candidat à la présidentielle, tout le monde a suivi, qui volontairement, qui à marche forcée et à reculons, la consigne du soutien à Sidi. Cette ligne pragmatique, soi-disant pour la sauvegarde du pays au bord de la guerre civile, s’explique plus par la sauvegarde de la quiétude d’une racaille mafieuse qui a méthodiquement détruit ce pays en gestation. Peut-on dès lors raisonnablement penser que cette brigade du pire puisse s’amender alors qu’elle se retrouverait en position de force en cas de victoire de Sidi, avec le contrôle intégral du parlement et du sénat ? Il est permis d’en douter.
2. la réprobation de Sidi des pratiques du régime déchu, y compris aux pires moments quand des innocents ont été sommairement exécutés ou que des prisonniers d’opinion, toutes tendances et ethnies confondues, ont été torturés, cette réprobation, si elle a existé (allahou yaalem) n’a jamais été traduite en opposition, c’est-à-dire, n’a jamais été à aucun moment et où que ce soit manifestée même de la plus timide des manières ; c’est d’autant plus étrange si son arrestation précédente est à placer dans le même cadre, on aurait pu attendre une empathie solidaire, rien, rien de rien alors qu’à ce moment il ne devait rien à ce régime et pouvait parfaitement sans passer. Il est permis de douter que le même homme puisse résister contre le système qui l’aura porté au pouvoir et surtout sans lequel il ne peut l’exercer.
3. le droit à l’inventaire, nécessaire à tout nouveau départ sur de nouvelles bases, est passé à la trappe (approche il est vrai, grandement partagée avec son adversaire), sous prétexte de préserver une unité nationale dont on ne se met à parler réellement qu’entre les deux tours, forcés par les évènements et le bon score du candidat négro-africain qui n’avait que ce seul thème à son programme. Et cela sans esquisser le moindre contour de la méthodologie, c’est-à-dire en faisant l’impasse sur les voies et moyens d’y parvenir. Faites-moi confiance, je suis sage, honnête et j’ai les connexions suffisantes pour résoudre cette question. Pour quelque qui s’est acoquiné sans réserve avec une bande de malfrats, c’est demander le bon dieu sans confession.
Ahmed Ould Daddah a, dans sa vie politique, deux constantes qui en troublent la lisibilité. Opposant irréductible, il a pourtant réussi le tour de force à faire place nette autour de lui, faisant fuir tout ceux qui ont fait de lui un leader incontestable. Force est de reconnaître qu’il ne reste guère d’anciens combattants à ses côtés et les griefs qui lui sont faits sont suffisamment graves pour mettre en doute son choix contre un système vil reconstitué. Que lui reproche-t-on au juste ?
1. incontestablement, il traîne un défaut rédhibitoire pour qui veut diriger les destinées d’un pays, il est massivement rejeté par des régions entières du pays (score faible dans la vallée et dans les deux hodhs, très moyen dans le nord à quelques exceptions près) considéré à tort ou à raison comme représentant exclusif du Trarza – étendu à Nouakchott qui n’en est pas si loin ; il devra surmonter cette tare s’il veut rassurer. En effet, force est de constater que pour un pays comme le nôtre, encore à l’âge de pierre politique, dans lequel prédomine le vote ethnicisé, tribaliste, régionaliste, pour être entendu dans son combat pour l’unité nationale, le président doit rassembler au-delà de son propre groupe, qu’il sera toujours soupçonné de vouloir favoriser. Ahmed ne semble définitivement pas être celui-ci : majoritairement entouré de natifs du Trarza, il traîne en plus une réputation de raciste (injuste pour qui connaît l’homme mais dans ces cas l’impression vaut souvent plus que la réalité) qui lui vaut ses petits scores dans la vallée, trop petits pour espérer gagner s’il ne redresse pas la barre ;
2. le manque de souplesse manifeste chez cet homme volontaire pour ne pas dire autoritaire excède souvent ses alliés qui finissent par le fuir (les salons politiques ironisent sur le « syndrome d’Ahmed »), ce qui est très inquiétant dans cette période obligatoirement consensuelle. Sans tomber dans la soupe indigeste d’une union nationale fourre-tout, il est en effet évident qu’une large coalition sera nécessaire pour gouverner ce pays avec deux candidats ayant obtenu moins de 25 et 21% des électeurs au premier tour et un morcellement qui ne respecte pas les lignes de fracture politique habituelles. Si le schéma qui se dessine d’une alliance entre quatre recalés totalisant 37% au premier tour se confirme, la capacité de synthèse des politiques du RFD rompus à ce genre d’exercice sera un atout en face de ceux des partisans de Sidi dont le plus capé politiquement est le PRDS plus habitué à l’hégémonie qu’à la négociation. Par contre le fait de se retrouver face à d’ex-alliés qui n’ont pas jugé utile d’honorer le pacte du CFCD n’est pas forcément rassurant pour Ahmed (encore le fameux syndrome) : cela veut dire qu’il faudra concrètement qu’il fasse beaucoup plus de concession, notamment par une prise en compte des facteurs nouveaux Sarr et Zein.
En conclusion, sûrement provisoire, on peut dire que :
- la bataille système contre système est favorable à Ahmed beaucoup mieux perçu par les pauvres, c’est-à-dire l’écrasante majorité des électeurs mauritaniens, l’aura de l’opposant irréductible n’est pas à négliger et n’est que peu écorné par le ralliement d’individus peu recommandables qui est surtout retenu par les plus instruits ; s’il arrive à convaincre ce nouveau bloc, si tant est qu’il existe vraiment, son régionalisme en sera considérablement atténué.
- la bataille du rassemblement de la nation est favorable à Sidi, eu égard à son implantation nationale, qui ici veut dire son implantation dans plus de tribus, régions, ethnies, la majorité de l’électorat là aussi ; s’il arrive à convaincre le bloc des quatre, les tares de son entourage de brigands en seront considérablement atténuées.
En toute rigueur, on ne peut qu’espérer passer le plus vite possible ce stade juvénile où les politiques, même les plus progressistes, n’ont pas eu honte d’exhiber les ralliements tribaux et claniques au nom du pragmatisme. L’histoire enseigne pourtant que le courage politique, à terme n’est jamais suicidaire et que les grands hommes ont tous à des moments historiques critiques navigué à contre-courant avant de rallier les masses. De toute évidence, aujourd’hui, est-ce illusoire pour nous d’espérer cet homme ou cette femme visionnaire. L’essentiel dans le temps national qui n’est pas le temps humain, la génération en est l’unité et non l’année, est de préparer l’avenir et pour cela on fera avec ce qu’on a. Sidi ou Ahmed, au fond, ce qui compte c’est de s’assurer que la graine est plantée et de l’arroser consciencieusement.

Je vais être honnête, pour moi c’est « virer la racaille » et malgré ma proximité avec Sidi, je voterai pour l’alternance, donc pour Ahmed.


Voter Ahmed Daddah par défaut dit le FOU.

maatala

Source canalh

Anonyme a dit…

Matalla
D'abord une observation:Ton avant dernier message annonce "4 raisons...",mais tu ne nous donnes que 3!!!.
Par ailleurs,tout ce que tu dis et disent les autres à propos de AOD n'est peut être pas dénué de fondement,mais est-il vraiment judicieux de trop s'apesantir sur le passé de ce monsieur,qui n'a jamais dirigé le pays et de laisser de côté (K'3ABHOUM ESHAH)ceux qui sont responsables du sabotage de notre démocratie,de la faillite de nos entreprises public et de l'Etat,de la chereté de la vie,de la degradation de nos villes,de nos campagnes et de nos infrastrucures,etc,etc.Ce sont ces gens là(et pas AOD) qui doivent souffrir de vos critiques et dénonciations quotidiennes...
VIVEMENT X
A+

Anonyme a dit…

APPEL URGENT A X OULD Y, LE VIEUX EST EN TRAIN DE NOUS ROULER

Anonyme a dit…

SIDIOACA,OULD ABDEL AZIZ, KHATOU, ZEIN ZEIDANE, OULD WAGHEF SE FOUTWNT ROYALEMENT DE NOUS. L'OPPOSITION DOIT FAIRE UNE MARCHE POUR PEOTESTER CONTRE CE CIRQUE .

Yahya a dit…

Cher Maatala,

Merci pour ces lectures intéressantes.

Cependant, d’autres variantes existent pour les raisons de la défaite d’AOD et du camp de l’alternance :

1) L’ingérence ostensible de certains officiers extrêmement influents et utilisant les leviers de l’état pour promouvoir une candidature. On nous réplique que d’autres colonels soutenaient Daddah, Ok ! en dehors du fait que ceci reste a prouver, ils ne sont pas du même gabarit que les leaders incontestés du coup d’état du 03 août notamment l’aile jeune.
2) Le revirement spectaculaire de Messoud. Alors sans rancune vis-à-vis de lui, car après tout chacun est libre de soutenir qui il veut, je trouve que Messoud a œuvrer pour la continuité du système qu’il a toujours combattu. On ne peut pas qualifier quelqu’un « d’homme de paille » a la botte des militaires et soutenir sa candidature contre un allié de longue date (quelque soit les défauts de cet allié). Il valait mieux, a mon avis, pour Messoud perdre avec Ahmed que de gagner avec Sidi. Maouloud a bien compris cela, il savait –au moment de rallier AOD- que celui-la n’avait pas beaucoup de chance de gagner
3) L’éclatement de la CFCD, Ahmed est fautif car il devait travailler a sa cohésion et il a essayé (avouons-le, AOD était le candidat le mieux placé de cette coalition pour figurer au second tour), mais Messoud n’a jamais voulu accepter de signer un accord de désistement mutuel au second tour en faveur du mieux placé
4) Je vous prie de me croire Maatala, j’ai suivi de très près, trop près, les pseudo négociations entre les deux tours. En fait, l’APP n’a jamais été disposé a négocié avec AOD, ni Zeine d’ailleurs pour d’autres raisons. Le clan anti-AOD avait déjà balisé le terrain depuis longtemps pour que Messoud soutien le candidat –j’oserai dire quel qu’il soit- en face de AOD.
5) J’avoue que les choix d’AOD pour mener les négociations n’ont pas toujours été très heureux. D’ailleurs faudra qu’il comprenne un jour que Ould Lematt et un bonhomme assez correcte, probablement de bonne compagnie, mais son niveau politique flirte avec le zero. Il n’etait en l’occurrence pas le mieux reccomendé pour aller voire l’APP dans les conditions que j’ai cité plus haut. AOD avait autours de lui de personnes capables de renverser la vapeur mais il n’a pas fait appel a eux.
6) Une campagne chaotique, une équipe de campagne hors de toute description, une organisation indescriptible. Le gars a fait campagne tout seul, il n’était vraiment pas aidé. J’étais proche de sa campagne et entre les « naïfs » qui pensaient que c’était dans la poche et les « opportunistes » qui voulaient « obtenir quelque chose », il n’y avait pas grand monde hélas


Les raisons véritbales sont probablement une combinaison de tous ses aspects. AOD et le RFD devraient se pencher sur cette quesiton pour le futur. Je salue l’UFP qui ont fait leur propre critique.


Yahya.

rimo a dit…

salut tous ,

A+ ,

je suis tout à fait du même avis que toi : dès que la situation s'enfonce
c'est daddah qui ramasse , alors que les autres "K3ABHOUM SHAH" sont intectats.

Mais tu peux supposer que cet acharnement comme une sorte de frustration intellectuelle .
Tellement le monsieur incarnait le changement à une époque donnée ,que nous ne pouvons plus nous passer de lui blamer à chaque fois que le pays s'enfonce .
Mais daddah avec ces qualités et ses défauts nous ne sera plus utile .car figurez vous que le monsieur est à quelques mois de la retraite.
En plus il vient d'être reconnu comme leader de l'opposition avec un salaire de 2Millions d'um : voici un produit danois périmé !!!

cependant que dire de sidi , lui qui se prenait pour un intellectuel branché qui a des idées de génie.
qui a demandé honnêtement à tous les jeunes de lui soutenir.....


de ma part je ne me suis jamais douté sur l'honnêteté de ce monsieur , seulment voilà le pauvre n'y peut rien devant les mutations de la mafia (lambda l'a si bien expliqué ) .

en conclusion :
celui qui veut aider son pays , n'a qu'a ouvrir une ong ou association (comme khatou), au moins on sera sur de produire un changement ,minime soit-il .




ps : zz n'est pas intègre

maatala a dit…

Salam

Cher A+

l'avant dernier message n'est pas de moi, j'ai trouvé que cette analyse de la défaite est pertinente et je là partage avec vous.

Daddah ne peut être tenu pour responsable de l'etat de notre pays, cela n'empêche pas qu'à mes yeux il en fut la principale sa caution( il a accepter le hold'up électorale de Taya et le 3 aout, il fut l'avocat du diable )cela fait de lui le complice de la farce à MOMIE (sidi ente vem) que le CMDJ( les potes de Taya) a mis en place.

AOD a dit : "il n'y aura pas de chasse aux sorcières" et il n'a jamais parler audit.

Je trouve que ce fut une attitude irresponsable, car ce régime de prédateurs, là humilié puis trompé, néanmoins il accepte d'être l'opposant officiel( une invention local) de surcroît rémunère alors qu'il n'est même pas élu, ou est la crédibilité.

Il a eu ses chances (trois fois candidat), il représente avec SIDI les derniers fossiles du PPM.

C'est l'autochrate en chef de l'UFD ,celui qui sait tout, qui a vu et qui connaît tout et dont le leadership et les défaites ne souffre d'aucune critique ni méa-culpa.

Ce n'est pas la conception que j'ai de la démocratie, de plus je suis pour l'avènement de nouveau leaders politiques(Hannan,Jemil , Prof Ely.....) capablent de croiser le fer avec avec les prédateurs qui ont pillé ce pays auxquels Daddah a promis l'impunité, voir des médailles.

Il sera battu en 2012 par le soi disant père de la démocratie Ali baba dit ELYCOM.

Daddah c'est :

"Une pensée molle, une absence de fulgurance, un déficit d'idées neuves ou fortes, la sainte horreur de formule effervescente à retenir. En somme rien de choquant, un style plat (Danois) une pensée rassurante (pas à la hauteur de l'enjeu) des positions modérées, voir indolores, parfois sympas, toujours convenables et convenus: le parfait marabout.

Être le frère de, ne fait pas de vous, un homme politique dit le FOU


maatala

Ps: Chez les tontons -flingueurs nous sommes des adeptes de la critique constructive, cela ne nous empêche pas d'appeler un looseur un looseur et CON :NENI.

maatala a dit…

Salam

A+ et Rimo

Rimo

je partage ton opinion quand tu dis:

"Mais tu peux supposer que cet acharnement comme une sorte de frustration intellectuelle .
Tellement le monsieur incarnait le changement à une époque donnée ,que nous ne pouvons plus nous passer de lui blamer à chaque fois que le pays s'enfonce"

Du genre une femme multi-cocufiée et qui ne s'en remet pas(lol).


Cependant, je vous rappelle que notre débat fait suite à l'excellent article du Prof ELY, sur les raisons de la défaite de AOD.

Il faut savoir revenir sur les causes de la branlé, ceci à toute fin utile.

Les mauritaniens lui ont préféré SIDIOCA (la MOMIE), ils doivent assumer leurs choix: la naïveté de Sidi, les facéties de la Présidente, le népotisme et l'avidité de ZZ et les roublardises du geôlier AZZIZ.

Cela n'empéche que Daddah c'est le passé dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Matalla

Ente ella THbell(tam-tam),ma tenghmez!!!(lol):au traducteur!.
A+

Anonyme a dit…

A lire sur le blog du professeur une remise en cause de l'excédent de la balance commerciale de mauritanie comme ils l'ont dit.

C'est un message appréciable et enrichissant.
voici le lien:

http://haut-et-fort.blogspot.com

Anonyme a dit…

Maatala,

svp, arrete sinon tu vas piquer une crise cardiaque. Visiblement, il y'a un inversement de roles entre toi et ton FOU, c'est maintenant toi le FOU.
Cette rage qui te prend contre AOD et
qui te rend aveugle commence à planer sur ce forum une odeur de haine gratuite nauséabonde.
En te lisant depuis les derniers 3 jours, on pense que c'est AOD qui est au gouvernail de ce navire - la Mauritanie - qui chavire exponentiellement et surement.
Conclusion, que tu ne manques pas d'integrisme dans tes jugements et que tu n'as plus grand chose dans ton ventre, t'as tout craché, tu boucles sur les memes idées. Ca ne nous avance en rien, donne des propositions conrectes à l'état, à l'opposition aux citoyens, amenes de nouvelles idées.Que tu haisses Daddah, c'est maintenant consommé et connu par tout le monde, depasse ce stade.

MYGR

Anonyme a dit…

Maata,

Je vois que tu est depassé par les evnements que vivent notre pays et que tu t'es rappelé ces derniers jours de ton sport favoris (oui, t'as obtenu la medaille d'or dans la discipline Non-au-Dadahisme 100m, lors des JO de Mars 2007), mais maintenant, on va demander une expertise, car on pense que tu te doper!
Je commence à penser un peu aux anciens pollueurs de M-net (Maire du ksar, mint Taki et autres inconnus) qui etaient recrutés pour
decredibiliser l'opposition sur un forum visité par la diaspora et inellectuels du pays. Si c'est vrai, tu travailles pour le compte de qui (SIDI ou ZZ ou les deux?)
Je te rappelle que nous vivons actuellement des moments les plus difficiles que nous avons vecu dans ce pays : developpement nul, chomage, deportés toujours déportés dans des camps d'infortune, education en degringolade, santé nulle et s'y ajoute l processus de liquidation et de vente de nos entreprises publiques à grande valeur ajoutée.
نصيحة لك
من كان بومن بالله واليوم الاخر فليقل خيرا أو ليصمت
J'espere bien que tu sois moumin!

Anonyme a dit…

Maatala,

Visiblement tu n'as plus grand chose à nous dire, on ne peut plus lire ce que tu écris.
Arrete de copier/coller les articles du Prof, on a déjà donné plusieurs fois son url sur ce site.
Le duo Maata/couli rend ce blog insupportable. On le boycaute 3 jours
et on y revient en esperant que quelque chose change et c'est tj les memes mercenaires qui nous bombardent avec leurs conneries, l'un pour demolir un opposant et l'autre pour pleurnicher l'ancien tyran.
C'est quoi ce bordel de site!

Anonyme a dit…

maata

je suis un lecteur regulier de cet espace que je considerai comme beaucoup de jeunesses et intellectuels de ce pays, un espace ou le debat est constructif et d'un niveau elevé.
mais je vois que ton acharnement contre AOD cache une haine maladive.
je te dis clairement que tu commence a polluer ce espace (couly ente vem).

lecteur

Anonyme a dit…

MYGR, Autres

Pourquoi vous reprochez à Maata d'attaquer le leader de l'opposition
Maata travaille pour le compte de Messoud O Boulkheir et il est logique qu'il soit pris par une hysterie contre l'opposition car son idole a tourné la veste au bon moment, confiramant tous les soupçons qu'on disait de lui.
Donc, ne soyez pas surpris qu'il attaque l'opposition et qu'il commence par le rival de son idole Messoud.
Svp, lui collez la paix et le laisser yaglaa chi an akhlagou, rahou vacil vihé

Anonyme a dit…

maata

on ne touche pas aux symboles d'une nation

AOD est un symble de la mauritanie que tu le veuille ou non

Anonyme a dit…

Amis canaliens,

Voici, en autres, les reproches de Maata contre DADDAH :

1.Cherche à etre president

C'est une ambition legitime et objectivement, il se classe bien dans la liste des pretendants. Si ce critère est pertiant chez toi, utilise le contre Messoud, candidat systèmatique à tout.

2. Regionaliste - Tribaliste :

Là je trouve que ce monsieur n'a aucun fondement pour faire un tel jugement, car DADDAH comme son frere Mokhtar est l'un des rares leaders mauritaniens qui a la notion de l'Etat, c'est sa culture et son éducation. Effectivement, il a réalisé un score honorable à trarza sa region natale, mais ce n'est pas du totalement au regionalisme, seulement, le Trarza, trop proche de Nouackchott s'est vue liberée de l'etreinte du parti Etat et a voté le meilleur candidat, oui AOD etait le meilleur candidat, ca te derange, mais je le dis. Et puis tu nous diras que nkt et ndb sont constitués à 70% de ressortissants Trarza?

3. Cautionner CMJD
Avant de lancer les accusations facile, mets toi un peu à la place d'un leader politique qui doit réagir quelques jours après un coup d'état qui a mis fin à un regime qu'on peut qualifier de tout les maux. A cet instant, personne ne savait exactement l'intention des militaires, c'etaient des moments de joie en attendant que les choses s'eclairssissent. La suite est maintenant connue...
Je t'avoue que j'etais très content du coup d'etat le 3 aout et que je n'ai jamais pu considerer la democratie Tayenne comme etant réelle.
4.Impunité des tortionnaires et des criminels MOST :
Oui, il y'a des leaders politiques qui cherchent à se tailler un electorat en brandissant des slogans extremistes qui enflament les sentiments. Je t'avoie que ca marche et avec ca il peuvent avoir de petits pourcentage (Le Pen a souvent 15% avec des betises de ce genre), mais un leader qui est déjà positionné sur l'échiquier doit avoir un objectif plus ambitieux que ca. Donc, chercher un discours qui assemble le plus et qui évite au pays les guerres civiles et la ruptures entre ses differentes composantes.
Donc, tes arguments cher Maata, sont tous tirés par les cheveux.

Anonyme a dit…

Sidi ould Zein de la BCM vient d'etre engagé par ZZ comme Conseiller economique. Zein est rusé,il tisse sa toile d'Idawali calmement au detriment du Vieux dont il maitrise désormais les mecanismes de fonctionnement. Avec une Brochette de Ministres,de Conseillers,de Chargés de Missions et de Directeurs d'Entreprises publiques Idawali font un veritable OPA sur le Pouvoir depuis le sommet jusqu'a l'Adminstration,Zein Bravo,je ne suis pas contre Idawali,du tout,mais j'observe la Manoeuvre trés habile de ZZ qui prend de solides alliés. Alors Bon Vent ZZ

Anonyme a dit…

Sidioca a aussi embauche sa fille comme conseilletr du president, et alors?

Anonyme a dit…

Mais il faut laisser le Sage/FOU du blogue tranquille.
Après tout, vous n'allez pas obliger un chreigman à aimer un gbeilman.
Tout s'expliqué par les sensibilités trubalo-regionalites, dont certaines regions de la Maurianie n'arrivent pas à s'en debarrasser.

Anonyme a dit…

Maatala si mes informations sont bonnes est issu de Walata ou de Nema
donc, ca justifie toute cette hysterie qui la prend contre AOD.

maatala a dit…

Salam

Chers amis

Je constate qu'aucun d'entre vous n'apporte une argumentation à opposer à la mienne.

Celle-ci semble vous avoir mis hors de vous.

Dites -moi dans quelle démocratie le leader de l'opposition est nommé par le pouvoir ?

Dans qu'elle démocratie celui-ci reçoit -il deux millions d' UM par mois ?

Opposant ou fonctionnaire?

Les amis comme vous y aller fort:

il a dit:

"on ne peut plus lire ce que tu écris"

Nous c'est qui ,tu sembles avoir une haute idée de ta personne, Comme moi quand tu écris tu ne représente que toi (lol).

MYGR

tu dis :

"Cette rage qui te prend contre AOD et
qui te rend aveugle commence à planer sur ce forum une odeur de haine gratuite nauséabonde"

tu semble-t- être fais plaisir à peu de frais , je ne vois aucun contre argument dans tes propos mais un jugement et une esquive au débat.

Au fait pourquoi selon toi il a perdu ?

"Celui qui semble incarné un symbole de la Nation".

Il semblerait que la majorité des Mauritaniens aient vus plutôt en lui "Tout sauf lui" tu parles d'un symbole plutot d'un message réitérer à trois reprises; un peu de modestie ne serait pas de trop.

Pourquoi un illustre inconnu , impliqué dans le scandale de la BCM lui a-t-il raflé la mise?.

Qui parmi vous a un début de commencement de réponse à nous proposer?


il a dit à la fin de son posting:

"J'espère bien que tu sois moumin!"

Parler de Daddah fait-il de vous un mécréant?

Tu devrais arrêter le Thé, voir le ZRIG, comme quoi à chacun son dopant (lol).

il a dit:

"tes arguments sont tirés par les cheveux"

Au lieu de me citer, énonces moi les tiens qui prouveraient le contraire de ce que j'avance.

il a dit :

"Arrete de copier/coller les articles du Prof, on a déjà donné plusieurs fois son url sur ce site"

je ne vois au nom de quoi tu me fais une telle injonction?

Je reproduis les articles du PROF ELY car tel est mon bon plaisir.

Cela semble te couper l'appétit, il va falloir te faire une raison et soigner l'ulcère que cela te provoques (lol).

il a dit

"mais je vois que ton acharnement contre AOD cache une haine maladive"

Acharnement ; je concède (nul n'est parfait).

De la haine :certes non, car je pense que ses désillusions et votre aveuglement lui suffisent.

Il a dit :

"Svp, lui collez la paix "

je critique Daddah et vous le défendez.

De grâce, faisons le argument contre argument.

Je suis dopé, haineux, à la solde de.., je pollue relève d'une paresse d'esprit qui n'apporte rien au débat.

Au lieu de critiquer pour critiquer qui d'entre vous à fait une proposition de sujet de blog à notre hôte LM en guise d'hymne à "l'opposant officiel" (lol).

Toujours adeptes de la critique facile ,stérile et agressive.

Je vous rappelle qu'entre sidioca et Daddah j'ai appelé à voter Daddah, mais je constate que votre conception de la démocratie ne tolère pas que l'on critique l'autochrate opposant officiel (dixit Messaoud).

Par contre et je vous concède , il ne faut pas se tromper de cible et le plus dur est à venir.

Pour ce faire je pense qu'on ne peut pas toucher un salaire et un titre ronflant "opposant officiel" et se mettre à critiquer.

However ,nous ne sommes plus à une anomalie prés dit le FOU.


au plaisir de vous lire.

maatala

Je suis un Mauritanien qui pense que le tribalisme et le régionalisme sont une forme de racisme.Selon vous la Somalie est malade de quoi?

Anonyme a dit…

maatala,

ta réponse est excellente et respectueuse de tous.

Continue à défendre tes idées c'est la philosophieque l'on veut.

Ainina

Anonyme a dit…

Maata

Tu sembles très fier de tes arguments, là en l’occurrence il n’y a pas de vérité négociable , il n’y a que des arguments discutables, tu veux que les gens discutent, oui mais comprends que c’est soûlant pour dire quoi : monsieur reçoit 2 million, c’est une misère pour corrompre le représentant de la moitié du pays qui n’attendait que ça, tu penses franchement qu’il ne vit plus que pour la rente, franchement soyons sérieux, et ces 2m misérables à quoi servent-ils ? réponds ? à faire des économie ? là où tu as enfin raison c’est qu’il n’aurait peut-être dû faire un référendum avant de les accepter, discuter encore pour des misères, passons

Tu nous fatigues à la fin, c’est pas le pouvoir qui l’a nommé leader c’est le chiffre, tu es aveugle où quoi près de 48% est-ce clair

Pour le reste parce que je n’ai pas tout lu mais vu l’élan et les tartines du départ , on s’attend au point de côté, si tu en es encore a te demander pourquoi un inconnu lui a raflé la mise, on ne discute plus avec toi, on va lire ailleurs

vlane

Anonyme a dit…

Maata:

Le cas de Dadah comme opposant avec un salaire n'est pas unique en Afrique!

Je t'aime bien malgre' nos differences d'opinions. C'est la raison pour laquelle je te conseille de cesser tes attaques contre Dadah. Elles ne tiennent pas. Tu ne fais que te ridiculiser.



Anonyme du 18 Octobre 2007 17:51

J'ai beau rire.
I love you and you take a good care of yourself durant tes trois jours de vacances loin de mes...betises. (rire)

maatala a dit…

Salam

Les amis

j'arrete la fete à A O D.

Merci d'avoir pris le temps de me lire , mais surtout de n'avoir pas compris que nous n'avons plus besoin d'un messie, d'un sauveur ,d'un frère de, d'un Gemal à nous, d'une momie naïve, d'un colonel ambitieux et d'un arriviste adepte du népotisme etc....

Le colon a fabriqué la Mauritanie ,à nous de mettre en place un système qui garantisse la liberté, la justice, l'égalité, la solidarité, la redistribution des richesses et la protection du faible.

Demander à nos aînés de laisser la place à ceux qui pourraient incarner cet idéal n'est pas un crime dit le FOU.

maatala

Ps: Vlane

le sens de l'honneur aurait voulu qu'il refusa la nomination et l'argent qui va avec pour garder son indépendance et sa liberté.

Tes 48% c'est du Flan et cela ne confère aucune légitimité de rien, ceci nul part sauf en mauritanie, je trouve que c'est une énième couillonna-de des bidasses, pas toi c'est ton droit absolu.

L'autocritique ,l'audit , le comment, pourquoi? semble être pour toi du chinois?

Il a été battu pourquoi par un inconnu planqué au Niger durant les années de braises.

repose toi et dis moi pourquoi

Surveille ta tension, à te lire je sens qu'elle monte (lol)

au plaisir de te lire

maatala a dit…

Salam

Tiens voila l'autre pollueur

COULY tu dis:

"Le cas de Dadah comme opposant avec un salaire n'est pas unique en Afrique"

Qui? ou ? des noms, Vite

tu sais bien, que je suis un ignorant qui ne demande qu'à mourir moins idiot.

Quant' à AOD à chacun ces affaires de famille ,tu me reproches d'avoir appelé à voter pour lui et toi pour le vieux .

Tu te prend pour Verges ou quoi?

Ridiculiser venant de toi ,me fait plaisir, car en la matière tu es un symbole (lol).


Fraternellement

maatala (l'autre pollueur)

Anonyme a dit…

Maatala,

Tu es unique, ils t'en veulent pour ta franchise et ta liberté d'esprit.

Vlan est un daddahistes qui ne sait même pas pourquoi et c'est sûr qu'il le lui randra bien.

A le voir s'accrocher comme ça à un type qui s'est refugié dans un bureau de leader, on ne doit pas discuter avec lui.

Maatala, tu vaux beaucoup plus qu'eux et ils cherchent la polémique car leur seul argument c'est un soutien aveugle à un type qui les ignore.

Anonyme a dit…

maata sois gentil, arrête avec cette histoire de "pognon" comme disent les militaires , jointe à cette histoire d'honneur

que fais-tu du droit, est-ce Sidioca qui glisse ou le contribuable pour lequel AOD se bat?

3 jours pour tous ok

vlane

LM® a dit…

salut

mise au point aux daddahistes qui viennent s'attaquer à Maatala, je vous signale que la personne de Maata n'est pas le sujet; le sujet c'est AOD.

alors prenez exemple sur Yahya: présentez des arguments.
vous faites plus de mal à AOD que Maata!

Anonyme a dit…

Sidioca n'a pas vesoin de nommer sa fille comme Conseillére à ses côtés il de plus "professionnelle":
Khattou-Mittal qui vient d'engûeuler le pauvre Med El Mokhtar des Mines de n'avoir pas acceuilli Lundi dernier "comme il faut" la deuxième mission de Mittal venus entamer une mission d'inspection des finances de la SNIM "Emerssouha" masser c'est a dire evaluer suite à la visite il ya 3 semaine de MR Mittal lui même.
ould Deyahi en a profité pour leur mettre un Tapis rouge depuis Choum jusqu'a Cansado et depuis F'derick jusqu'a Zouérate ou ils etaient acueillis comme des Rois. Mais le DG de la SNIM et lui aussi un homme de Khattou alors que Med el mokhtar malgré toute sa bonne volonté de plaire à Madame n'y arrive pas du fait d ela pression qu'ont ses parents sur lui pour promouvoir Rio-Tinto le concurrent direct de Khattou-Mittal.
Ould Amajjar le DIRCAB de Sidioca a insulté a mots a peine voilés Med el Mokhtar qui est son neveu et beau Frére leurs épouses sont soeures - pour etre revenu sur le choix de la SFI comme Consultant pour la vente de la SNIM. "il fallait me laisser gérér ce dossier avec le vieux et le PM" c'est vrai que Med el Mokhtar manque cruellement de personnalités. Son côté le plus fort c'est les transactions fonciéres a E-Nord et l'Ilot C ou la Construction d'Appartements meublés. Même ZZ est déçu par sa prestation et ne cache plus s'etre trompé a son sujet. Il etait mieux comme animateur de seminaires chez Woodside.

Anonyme a dit…

Cette mission de MITTAL confirme les intentions de l'état quant à l'option
retenue à savoir la vente des actions au groupe MITTAL.
Cela est contraire aux déclarations hier du ministre secrétaire général à la TVM.
Il est clair que les autres groupes , RIO TINTO, CVRD , BHP et autres n'ont qu'a declare forfait.

Anonyme a dit…

lm ,

tu exagères, on plaisante c'est tout, on est pas daddahiste, pour ma part j'ai déjà écrit à propos AOD de quoi échapper à cette case très honorable du reste, on est libre et on défend tous ceux qui peuvent être défendu, bien qu'ils n'en aient pas besoin, tu défends maatala alors que tu laisse inonder ton blog de tartines qu'àpropos d'AOD et tu viens nous faire la leçon

de quoi veux-tu que les gens parlent s'il faut éternellement faire glisser le curseur pour échapper au sujet aOD étalé par ton ami

parle-lui et passons en effet

vas-tu effacer ce message mon ami, tu m'as déjà prêter la preuve de ta bonne foi, retire tu la caution

vlane

P.S tu fais bien de défendre notre ami, il en a hélas bien besoin, je vous conseille d'ailleurs tous les deux qui êtes sur les nerfs avec avoir tendu les nôtres, d'écouter ce morceau des frères-jacques: "la confiture ça dégouline, pourquoi y a-t-il des tous dans l'pain?", seul maata peut répondre

on lui laisse la place

Anonyme a dit…

Maata:

Je tends a' croire que l'opposant Congolais (Brazaville) Bernard Kolelas beneficie dans son pays du meme genre de statut que Mr. Ahmed Ould Dadah a en Mauritanie. Je suis convaincu qu'il y a au moins un ou deux cas similaires a' celui d'Ould Dadah. Je te prie de verifier le cas Gabonais aussi. Je suis a' 100% sure que le cas d'Ahmed Ould Dadah n'est pas unique en Afrique.

Anonyme a dit…

Maata,

T'as pas répondu à l'anonyme du 18 octobre 2007 18:21 qui presente des arguments, t'as cherché à ridiculiser
les plus facile (son ton domaine favoris).
Maata, dis moi, t'es RMIste ou t'es payé pour poster sur le Net? Car personne ne pourra atteindre meme pas ta cheville sur le plan quantitif des postings?
Camper sur les meme arguments veut dire qu'il ne te reste plus grand chose à dire.
Avant que AOD n'ait accepté le poste Leader Opposition, tu etait aussi virulent envers lui que mainenant, donc, JAYOU ELE MEDH RSOUL comme disent les mauritaniens.
LM, si t'aligne sur les idées de Maata, logique, c'est la meme bande, je suis meme tenté par dire que c'est un seul profil duppliqué.
Supporter Daddah n'est pas un crime
loin s'en faut, alors pourquoi Maata se permet de critiquer AOD avec des contre-verités et on taxe les autres de Daddahistes aveugles?
A compter de ce moment, mes amis, compter moi parmi les Daddahistes aveugles jusqu'à que cesse ce vandalisme et lynchage injuste contre ce leader national.



إن عادت العقرب عدنا لها وكانت النعل لها حاضرة

MYGR

Anonyme a dit…

Oui AOD est un opposant de taille.
Mais il ne préside aucunement aux destins de la Mauritanie.
Je le soutenait car il était à constitué une alternace réelle.
Alternance qui allait être dure risquée, à issue imprévisible car elle chatouiller par mal de forces du mal et de roumouz elvessad. Cette alternance a été évitée justement et AOD ne constitue plus une pièce maîtresse du puzl mauritanien.
Discutons de l'action de Sidioca, de ZZ, de khatou, de Bouaamatou, de M'baré, de Messoud ... personnalités qui ont du poids et qui sont opérationnelles.
Ont il réglés les problèmes urgents : des déportés, des Esclaves, des prix, de passif humanitaire? sinon notre débat sur AOD ou tout autre homme hors système n'est pertinent. Bon ou mauvais AOD ne peut rien faire et il ne faut se tromper de cible. J'aurai compris s'il a été élu que vous niiez l'effet de son action.
Mais c Sidioca, le candidat qui rassure, le sage, l'indépendant, le clean, le plus loin du CMJd ! qui forcé l'admiration des mauritaniens et leur suffrage sans cmjd, sans argent, sans parti : Le miracle !

Anonyme a dit…

Aujourdh'hui le 19/10/07 c'est la fin de l'Ultimatum donné par X ould Y à Mr SIDIOCA.
Je pense qu'il doit revenir s'il n'est pas fatigué !

3Z a dit…

Bonjour,
Je partage avec vous cette belle contribution de l'ex-ADG de la Snim.

Bonne lecture

Contribution au débat sur le thème de l’ouverture accrue du capital de la SNIM : Une perspective de plus…..

Par Youssouf Ould Abdel-Jelil, Ex-Administrateur Directeur Général de la SNIM (Septembre 2005-Décembre 2006), actuellement, fonctionnaire des Nations Unies.

Introduction

J’ai été interpellé par quelques compatriotes pour apporter une contribution au débat national actuel sur le thème de l’ouverture accrue du capital de la SNIM dont un peu moins des quatre cinquièmes est détenu par l’Etat Mauritanien. Le fait d’avoir eu l’honneur et privilège d’avoir servi pendant quinze mois (Septembre 2005-Décembre 2006) comme Administrateur Directeur Général de la SNIM durant la récente période de transition n’est pas étranger à cette interpellation. Nonobstant ma condition de réserve inhérente à mon statut actuel de fonctionnaire des Nations Unies, j’aimerai dans ce qui suit apporter une perspective sur cette problématique en la situant dans le contexte des chantiers stratégiques menés par la SNIM durant la période 2005-2006 et ce pour contribuer à identifier une stratégie gagnante pour notre pays, lequel est, certes, confronté à des défis financiers et économiques de taille.

Je dois noter que la quintessence de l’argumentaire découlant de l’exposé de cette perspective a été partagée avec le Chef de l’Etat Mauritanien, SEM Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi en Juillet de cette année à l’occasion d’une audience qu’il a bien voulu m’accorder avant ma reprise professionnelle avec les Nations Unies. Durant cette entrevue, j’ai été impressionné par la capacité d’écoute du Chef de l’Etat actuel, le degré de compréhension de cette problématique et l’intérêt qu’il porte aux enjeux liés à cette question.
La Perspective

Quand j’ai ‘débarqué’ à la SNIM en automne 2005, sa privatisation était déjà fortement présente dans l’air du temps (…la conjoncture des matières premières aidant…) avec des tractations à haut niveau visant à ouvrir le capital de cette société à des milieux d’affaires internationaux par le truchement d’intermédiaires publics et privés en Mauritanie. Il m’a été rapporté par certains de mes collaborateurs que mon prédécesseur avait, en particulier, reçu (en réalité subi) la visite d’hommes d’affaires étrangers impatients et quelque peu insolents un peu avant le 3 Août 2005, et ce avec l’idée de prospecter activement la cession substantielle d’actions . Leur impatience n’avait pas rapporté et ils firent un repli tactique et stratégique, distrait par d’autres enjeux de taille, ailleurs à travers le monde.

Quand le changement du 3 Août intervint, les velléités de changement de structure du capital de la SNIM (…et de ‘déprotection’, en général) se sont accentuées avec des plaidoyers de certains milieux d’affaires, périphériques à l’Etat envers l’Etat et la SNIM pour enclencher ce processus. J’ai, par ailleurs, hérité parmi les dossiers en instance les termes de référence d’une étude stratégique dont le contenu aurait été exposé au Conseil d’Administration de la société et qui incluait explicitement l’évaluation des options d’ouverture de capital et de mise en bourse de la SNIM (dont le maître d’ouvrage serait la SNIM…ce qui aurait résulté dans ce que l’on dénomme situation de ‘conflit d’intérêt’).

Devant cette situation et conscient du fait que le pays traverse une situation d’exception non propice à la prise de décisions majeures de ce genre au sujet de l’un des plus importants symboles de l’Etat et du pays, en général, j’entrepris une approche de plaidoyer discret mais conséquent auprès de mes partenaires et actionnaires auprès de l’Etat pour que l’accent soit mis durant la transition sur la transformation de la stratégie de la société en vue de la débarrasser de ses rigidités historiques de production et de performances, en général. Parmi les partenaires auprès desquels j’ai rencontré une compréhension profonde de cette problématique et du contexte figurait SEM. Sidi Mohamed Ould Boubacar, Premier Ministre du Gouvernement de Transition, lequel a assumé avec tact et intelligence cette position vis-à-vis de la SNIM durant la transition.

Fort de cet appui, j’ai procédé, en consultation avec le Conseil d’Administration de la SNIM à une reformulation des termes de référence de l’étude dite de stratégie pour la focaliser sur les questions d’efficacité opérationnelle de l’entreprise, benchmarking industriel, audit organisationnel et mise en place d’un business plan de cinq ans avec, pour objectif, de transformer la performance de la société dans une option de stand alone. Cette position de ‘stand alone’ pour la SNIM actuelle (c’est à dire son périmètre central ou ‘core’), n’excluait guère l’ouverture d’options de partenariat international dans l’actionnariat de nouveaux projets structurants tels que le projet de pelletisation d’EL Aouj et/ou d’autres projets du genre greenfield, à défricher en dehors du périmètre brownfield actuel de la Kédia pour l’hématite et du Guelb El Ghein pour la magnétite.

Sans vouloir défendre un bilan pour une période relativement courte mais très intense et prolifique au niveau de la SNIM, j’aimerai tout de même apporter des éléments d’éclairage sur la problématique d’ouverture de son capital tels qu’ils transparaissent de mon expérience personnelle et professionnelle au niveau de cette société.

De prime abord, il importe de souligner que la théorie et pratique économiques semblent mettre en exergue deux précautions fondamentales d’une privatisation limitée ou substantielle, à savoir, i) primo :l’inscription de cette décision dans le cadre d’un programme cohérent et intégré de développement économique et social du pays(et non pas seulement de résorption de gaps de cash flow pour le trésor public) et ii) secundo : la mise en ouvre des études et plans y afférents en toute transparence vis-à-vis de toutes les parties prenantes (stakeholders), y inclus les employés, les syndicats et, bien entendu, les représentants souverainement élus par le peuple. Outre ces deux conditions, il est recommandé de se munir d’un cadre de prise de décision qui permet une analyse de coûts-avantages assignant des pondérations adéquates à des actifs publics intangibles tels que l’expertise et maîtrise industrielle accumulées par la Mauritanie sur quatre décennies dans les différents métiers de la SNIM (mine, usine, maintenance, port, chemin de fer, ventes internationales, logistiques, achats, et métiers des filiales). S’ajoute à ceci un facteur non moins intangible ni moins significatif qui découle de la fierté des Mauritaniens de présider sur l’une des plus grandes activités minières en Afrique, et ceci d’une manière soutenue…en dépit de conflits ouverts ou latents, d’une multitude de coups et de révolutions de palais dans le pays, des conjonctures difficiles pour les matières premières et l’environnement physique hostile. Cette considération a un effet d’entraînement important pour le développement du pays, dans le contexte d’un afro-pessimisme qui persiste, et ce malgré la conjoncture actuelle des matières premières.
Il est aussi impératif de prendre en compte avec toute l’appréciation qui sied l’apport du capital humain constitué par les milliers d’ouvriers et de maîtrises évoluant dans l’environnement professionnel de la SNIM ainsi que les deux cents cadres supérieurs qui animent sa performance et pérennité…avec un dévouement et une éthique de travail qui tranche souvent avec celle pratiquée sous d’autres cieux dans le pays et dans bien d’autres lieux sur le continent et à travers le monde.

De surcroît, il faudra s’inspirer d’expériences réussies et moins réussies d’autres pays sous le parapluie du volontarisme et patriotisme industriels entrepris par certains Etats comme la Corée du Sud et l’Afrique du Sud. L’évidence empirique met clairement en exergue le rôle primordial joué par l’Etat dans l’essor économique et industriel de la Corée du Sud et nous renseigne aussi sur les défis auxquels firent face d’autres pays qui ont versé à une étape de leur développement dans les privatisations des activités industrielles et minières comme c’est le cas de l’Afrique du Sud. En effet, le Département chargé de l’Industrie au sein de l’Etat d’Afrique du Sud est en train de mener une étude de faisabilité d’une nouvelle aciérie pour préserver un rôle significatif de l’Etat dans un secteur dont la privatisation n’a pas, de l’avis des autorités Sud Africaines, livré les promesses économiques et sociales miroitées par les partenaires industriels étrangers. Il est à noter que l’entreprise publique Sud-africaine Iscor fut par exemple privatisée en 1989 et la majorité de son capital est détenu par un sidérurgiste privé international qui a, de nos jours, le vent en poupe. La reprise du rôle de l’Etat dans ce qui est dénommé les investissements stratégiques publics (étatiques) dans les entreprises minières et industrielles vise à endiguer les effets économiques indésirables de monopoles multinationaux avec des impacts sous optimaux sur le développement et économique du pays. Ceci illustre sommairement le fait que le ‘fétichisme’ de la privatisation, en général, et celle au profit des multinationales, a ses risques non calculés.

Tenant compte de ce qui précède, il est important d’ajouter que la SNIM s’est dotée en 2005/2006 d’une stratégie vision ( formulée entièrement en interne) qui a servi de base non seulement à l’étude de stratégie réalisée par le Bureau d’Etudes International de renommée CVA mais aussi au tableau de bord prospectif ( balanced scorecard, une approche innovatrice de carte stratégique pratiquée par bon nombre d’entreprises gagnantes à travers le monde) ainsi que les mesures de modernisation sociale et de valorisation des ressources humaines dont l’impact a été tangible.

L’Etude de Stratégie a permis de faire un diagnostic externe sans complaisance (et sans précédent) de la SNIM et de retenir un ensemble de domaines d’intervention et de chantiers dont la mise en œuvre constitue le socle du Programme de Transformation de Performance (PTP), lequel fut entériné par le Conseil d’Administration de la SNIM en 2006 comme programme vital pour la réussite des ambitions de la société en termes de compétitivité dans le long terme et de production. Ce programme couvrait outre des développements transformateurs pour le futur de la SNIM (pelletisation, joint ventures, diversification), un programme vaste de transformation de la productivité avec un potentiel important de création de valeur pour la SNIM de l’ordre de 60 Milliard d’Ouguiyas sur les 5 années à venir. En outre, un cadre organisationnel et de pilotage pour l’entreprise a été mis en place, résultant, entre autres, dans la création de deux pôles essentiels ; à savoir celui de la Production et celui de la Technique, avec la dotation de la SNIM d’une veille technique, comblant ainsi un gap criant au niveau de la société comme élucidé par le diagnostic interne de la SNIM qui a servi de base à l’étude CVA.

Ce programme de transformation des performances re-articulé en janvier 2007 sous la nouvelle direction générale de la SNIM en programme de développement stratégique devrait contribuer dès cette année à une rupture positive en matière de performances et résultats. L’objectif était de briser en 2007 la barrière psychologique de 12 millions de tonnes de ventes effectives et de remonter à 14 millions en 2010 (sur la base d’un plan d’accélération de la performance), pour poursuivre une montée en puissance, avec les apports de nouveaux projets y inclus El Aouj pour arriver à doubler la production actuelle dans un délai de 5 années (environ 2015).
Cette optique repose naturellement sur le postulat de base selon lequel les compétences Mauritaniennes restructurées, remises à niveau et davantage ouvertes et sensibles à l’environnement de compétitivité internationale sont capables de relever ce défi. A ce sujet, il convient de souligner que je n’ai jamais entretenu de doute sur la capacité de transformation de la SNIM et son personnel à relever ce pari, dans les conditions d’autonomie de gestion, d’investissements ciblés (y inclus dans les ressources humaines et la gestion) et d’obligation de rendre compte sur la base des résultats, et ce principalement à l’Etat Mauritanien. Il découlait de ce postulat l’ambition fort légitime pour notre pays de raffermir et pérenniser l’expérience nationale en matière de prise en charge d’opérations minières et industrielles complexes dans des environnements qui demeurent, tout de même, exceptionnellement difficiles et vulnérables (désert, environnement hostile de maintenance, limitations de mise en réseau avec le know-how international, conjonctures des matières premières, environnement d’investissement direct ; etc…).

Les réflexions stratégiques sous-jacentes aux nouvelles orientations de la SNIM ont aussi contribué à ‘dé-tabouiser’ la problématique de partenariat dans le cadre de l’investissement direct étranger pour tous les nouveaux projets miniers, y inclus en matière de recherche et de développement pour les métaux de base, les métaux précieux, les minerais de fer et les carrières. En effet, nonobstant l’option stratégique de préserver le ‘core de la SNIM’ (Kédia et M’Haoudat, Guelb El Ghein, actifs en infrastructures et logistique) avec sa structure actuelle d’actionnariat, la SNIM devait continuer à poursuivre de concert avec son actionnaire principal (l’Etat Mauritanien) une politique proactive de recherche de partenariat, avec la possibilité de dilution substantielle des parts de l’Etat dans ces joint ventures comme c’est le cas dans la future compagnie d’El Aouj. Aussi, outre les projets de diversification en termes de minerais et métaux, la SNIM pourrait aussi considérer des projets tels que l’exploitation souterraine du minerai (comme Tazadit 1 ou T1) comme étant des modèles de business différenciés de l’activité core de la SNIM et opter pour des joint ventures accommodant des dilutions importantes de la part de la SNIM et de l’Etat dans ces entreprises.

Approche Réfléchie pour une Stratégie Gagnante pour la Mauritanie

Avec cette toile de fond, outre la réalisation des deux précautions fondamentales citées au début de la narration de cette perspective, il est important de mesurer avec soin et appréciation toute la réflexion ainsi que les plans stratégiques entrepris par la SNIM durant les deux dernières années en vue s’assurer de ce qui suit :

i) Les initiatives et plans en cours ne ‘réinventent pas la roue’, en s’inspirant dûment des chantiers mis en œuvre récemment ;
ii) Une chance et présomption favorable légitime est accordée à une SNIM modernisée et rendue comptable de résultats pour ‘livrer’ au cœur de son périmètre dans les délais impartis,
iii) La réalisation que l’augmentation de production et de ventes du minerai Mauritanien requiert une période de gestation d’investissements divers (les moyens techniques, humain et équipements, la recherche, amélioration de l’offre produit pour laquelle la silice est une contrainte structurelle, et évolution commensurable des infrastructures et de la logistique), du genre élucidé dans les recommandations de l’étude CVA et entériné par la SNIM.
iv) Les acquis multiformes en termes de capital humain, de maîtrise industrielle et responsabilité sociale obtenus grâce à la ‘patience’ et le soutien de l’Etat Mauritanien pour la SNIM sont préservés, et
v) Les expériences de privatisation en Mauritanie et ailleurs sont dûment mises à contribution, notamment pour ce qui concerne l’impact sur le bien être général des citoyens du pays ;


Dans cette perspective, il serait à mon avis raisonnable et judicieux d’envisager ce qui suit :
• Surseoir dans le court et moyen termes à une ouverture accrue du capital de la ‘SNIM core’ sur la base (et en contrepartie) d’une obligation de résultats probants (en tonnages, chiffre d’affaires et compétitivité) à livrer d’ici 2012 par le Conseil d’Administration, la Direction Générale de la SNIM et les organisations syndicales au niveau de l’entreprise. Cette décision donnera aussi un cadre stabilisé au démarrage de l’une des plus grandes joint-ventures de l’histoire du pays (la nouvelle compagnie d’El Aouj) dans laquelle la SNIM joua et devrait continuer à jouer un rôle primordial.
• Renforcer les structures de l’Etat responsables de la planification, gestion et mise en valeur de son portefeuille, avec un regard et un intérêt accru pour la SNIM, ses filiales et d’autres entreprises stratégiques de l’Etat. L’objectif est d’inscrire cette planification et gestion au cœur des plans et stratégies de développement du pays.
• Poursuivre d’une manière proactive des formules de partenariat industriel et financier dans tous les nouveaux projets de la SNIM (se trouvant en dehors de son périmètre dit brownfield, à savoir, outre la joint venture d’El Aouj, tout autre domaine greenfield y inclus dans le domaine de la recherche et de développement pour les métaux de base, les métaux précieux, les minerais de fer et les carrières). Dans ce cadre, il importe aussi d’explorer les options de mise en bourse de ces nouvelles joint ventures sur les bourses du genre AIM de Londres, par exemple. Les entreprises issues de ces joint ventures contribueront aussi à enrichir l’environnement compétitif de la SNIM à travers des articulations professionnelles ‘transfertilisantes’.
• Ce faisant, continuer à résister toute velléité de ‘déprotection’ hâtive de la SNIM et ce par le soutien continu, ferme mais non complaisant de l’Etat pour endiguer tout risque qui porterait atteinte aux atouts actuels de la SNIM, à savoir, son indépendance relative, la qualité des ses minerais, son savoir faire industriel national, la maîtrise de son infrastructure (actif logistique), ses relations privilégiées avec ses clients de longue date, et, la qualité de ses plans stratégiques et équipes de gestion.

Il s’agit ici d’éléments que je considère, en toute honnêteté, comme importants à prendre en compte dans l’appréciation des enjeux de l’ouverture accrue du capital de la SNIM, par un Etat souverain et soucieux de mener dans les règles de l’art un processus de prise de décision transparent et judicieux au sujet d’un thème vital pour le pays.

Enfin, je tiens à préciser que l’opinion exprimée ici dans cette contribution n’engage naturellement que moi-même en tant que citoyen Mauritanien ayant été exposé personnellement et professionnellement à quelques volets de cette problématique, et ne restitue guère l’avis ou la position de mon employeur actuel, à savoir les Nations Unies.


Youssouf Ould Abdel-Jelil
Libreville, le 15 Octobre 2007.

Anonyme a dit…

Une perte pour le public. Elle se coince pourquoi?
==========

18 octobre 2007 : Hindou Mint Ainina : Nommée Conseiller auprès du Premier ministre

De sources généralement bien informées font état de la nomination de l’émérite Rédactrice en chef du Calame, Mme Hindou Mint Ainina au poste très convoité de Conseiller du Premier ministre.

Si la nouvelle arrive à se confirmer, elle serait très bien dans les milieux de l’information qui sont unanimes sur les compétences incontestables de cette combattante très discrète du monde de la presse.

La décision prise par le Premier ministre correspond parfaitement à la consigne‘nommer « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut ». Autant cette nomination vient à point nommé, autant elle serait d’un très grand apport pour la Primature qui vient de joindre l’utile à l’agréable ; notamment en recommandant plus d’égards à l’endroit du quatrième pouvoir et en nommant une pionnière de la presse que ni les professionnels, ni les peshmergas ne pourront tromper sur leur véritable identité.



Cette nomination serait aussi un second sacre pour le Calame, étant donné que son ex Directeur de publication est actuellement Directeur de l’Agence Mauritanienne d’Information.

La nomination augure aussi la rupture avec les désignations arbitraires et les nominations contestées dont le vrai gagnant est le chef du Gouvernement Zeine Ould Zeidane dont la clairvoyance vient de le pousser à appeler à une réconciliation entre pouvoir et opposition pour sortir de la crise.

Mohamed Ould Mohamed Lemine

Anonyme a dit…

Youssouf Ould Abdel Jelil a ecrit. Qu'attends l'actuel ADG de la SNIM?

Anonyme a dit…

Merci pour cet article valeux à 3Z (tu trouves pas qu'il y a trop de Z ces jours!)

3Z a dit…

Je vouslais en avoir un de plus que le PM.
Attention: ce n'est pas Z comme Zéro

LM® a dit…

salut

vlan et MYGR
moi je vous demande pas d'arrêter de défendre dadah mais de le faire avec des arguments valables c'est pourtant simple notre cher ami yahya lui le fait bien

vous dites:

"alors pourquoi Maata se permet de critiquer AOD avec des contre-verités et on taxe les autres de Daddahistes aveugles?"

quelle contre vérité? cites m'en une pour voir
je sais que tu ne le feras pas tu préfères polémiquer pour ne rien dire .

arrêtez de vous ridiculiser en commençant vos commentaires par "je ne suis pas là pour défendre dadah"

il n'y a pas de mal à défendre ses convictions

Anonyme a dit…

LM,

arrêtez de vous ridiculiser en commençant vos commentaires par "je ne suis pas là pour défendre dadah"


Je n'ai jamais commencé mes postings par cette mention.
Je n'ai pas peur de defendre qui que je veux defendre.
Et là on voit que toi et Maata vous passez carrément à coté. Au lieu de
traiter les sujets d'actualité et de provoquer des débats qui peuvent nous aider à sortir de ces crises, vous retournez cinq mois en arrière
pour nous decortique Daddah.
Oui AOD a perdu cette election et celle de 92, mais on savait tous les conditions des deux elections.

MYGR

LM® a dit…

salut

ok discutons de l'actualité

prenons par exemple la dernière dépêche de saharamedia qui est à ce lien http://www.saharamedia.net/?ArtID=1772&alles=1&ArtCat=1

je vous laisse le temps de la consulter et on en parle après

Yanis le R. a dit…

Au sujet de l’intervention de l’ancien ADG de la SNIM, je pense également qu'il ne faut céder aucune action de la SNIM pendant cette seconde transition (2007-2012).
Il n'y a pas besoin de se creuser les méninges ou d’être un économiste pour savoir que tant que "les prédateurs de la République" sont là, aux manettes et en plus qui se réorganisent ces derniers temps pour être encore plus forts, il ne faut vendre quoi que ce soit.
C’est aussi simple que tout !
Ne bradons pas le peu qui nous reste encore de richesses et aussi de... dignité.

Anonyme a dit…

Sur la Vente de la SNIM je vous recommande un article de son EX DG Youssouf ould Abdel Jelil sur CRIDEM;

Anonyme a dit…

Tout le bon sens milite pour preserver la SNIM c'est notre seul bijoux de famille. Donc cedons en 15 ou 20 % pour améliorer notre production ou compétitivité mais ne donnons pas nos biens aux etrangers. C'est vraiment honteux surtout que nous avons d'excéllents cadres a la SNIM

Anonyme a dit…

Ano 16:27

L'article de Youssouf O. Abdeljelil est déjà sur canalh avant cridem.
C'est juste au dessus.

Anonyme a dit…

Ne vous en faite pas ould Whagef ne connait rien de ce qui se trame dans la tête de Khattou qui ne voit que Mittal. Ould Ezizi ould elmamy est découragé depuis que Khattou est en rapport directe avec Mme Viviane Wade qui est a l'origine du contact avec Lakhshimi Mittal. Trois montres en Diamant de 65 Caras sont remises a Khattou par Mr Sudhur homme de confiance de Mittal. Mint Ebnou la femme de Ahmed Babe ould elmamy mécontente de n'avoir pas eu "sa montre" a parait t-il traité son Mari de petit "coursier de Khattou" .Donc le Ministre SG de la Présidence peut s'occupper de son Parti ,Khattou s'occuppe de Mittal et de la SNIM; Quant au pauvre Med el Mokhtar le ministre personne n'en parle.

Anonyme a dit…

Lm

prends le temps au moins de lire les commentaires et tu y trouveras les arguments façon douche froide pour ceux de ton ami le bien nommé mat'le eulheu, tu nous prouves que t n'y arrives pas toi-même , rassures-toi tu n'es pas le seul a subir l'ingestion de l'exercice

allons voir sahara machin, passons et a pliss

vlane

maatala a dit…

Salam

Dear Couly

tu dis:

"Je tends a' croire que l'opposant Congolais (Brazaville) Bernard Kolelas beneficie dans son pays du meme genre de statut que Mr. Ahmed Ould Dadah a en Mauritanie. Je suis convaincu qu'il y a au moins un ou deux cas similaires a' celui d'Ould Dadah. Je te prie de verifier le cas Gabonais aussi. Je suis a' 100% sure que le cas d'Ahmed Ould Dadah n'est pas unique en Afrique"
-----------------------------------

Tu affirmes ,puis tu tends à croire et tu me demandes de vérifier tes affirmations

Puis tu es sur que le cas de n'est pas unique , il faut savoir; t es sur ou tu penses que, en croyant que (lol).

Laisse la famille AOD laver son linge sale en famille dit le FOU.


maatala (DADDAHOLOGUE RMISTE chez MAC-DO)

Ps: VLANE surveille ta tension (lol)

maatala a dit…

Salam

Sidioca devra y réfléchir à deux fois avant de vendre la SNIM à Mittal, car il risque soit de voir:

-L'opposition lui jouer dans la rue la troisième mi-temps de l'élection présidentiel (lol).

Soit:

-Que Khattou le quitte et enfin il devient président

Faire ou ne pas faire plaisir à son épouse that is the question dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

lm

vlane m'envoie de dire qu'il est allé s'échouer sur les côtes de saharamedia, et qu'il n'en revient pas, le temps semble s'être arrêté là-bas ajoute-til avant d'inviter maatala à passer y glisser une tartine, car là-bas l'actu est encore à la faim

Anonyme a dit…

merci, je m'en suis sorti, les pages en français sont encore à l'époque du cmjd, quant aux autres je n'y saisi goutte, passons

l'état a interdit au camp pluriel de descendre dans la rue, il n'a droit qu'aux meeting à la criéé, c'est ça la dictature. l'oppsition n'a donc pas médité le meilleur des conseils du prof E.M, de quoi ont-ils peur? des débordements? ça regarde le pouvoir qu'il fasse le nécessaire pour que cela se passe bien

on met des barrières pour les visites de taille, comment ne pas faire de même pour des marches de droit. Que craigne-t-ils donc? Que le pouvoir leur tire dessus? Franchement si dans notre situation, ils ne peuvent pas descendre dans la rue comme un banal droit de grève, alors il n' y aura plus qu'à discuter tranquille en attendant l'étincelle qui fera sortir chacun de sa torpeur

inch'allah

Vlane

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous sur Cridem

Oeil pour oeil, dent pour dent!

Je suis scandalisé par les commentaires sur l’article concernant la nomination de Hindou mint Ainina où le webmaster et Cridem sont pris à partie. Je pense que toute chose il y’a des règles à respecter, des obligations à observer. Il est inacceptable que dans un forum où des milliers de gens avec des sensibilités différentes se croisent, discutent voir se disputent que certains puissent sans vergogne s’en prendre au Webmaster qui fait un travail remarquable pour tout un pays dans la consolidation des valeurs universelles de la démocratie. Notre webmaster qui est tancé à longueur de journée par certains doit être épargner des critiques insultes et autres dérapages.

Quel travail remarquable que celui du Webmaster ? Une seule tête, un seul homme qui lis des centaines d’articles, des centaines de commentaires, qui valide ca et là des soumissions bref un seul homme qui est au four et au moulin. Cet homme mérite le respect ou au moins une certaine considération de la part des gens que son effort réuni sous un seul toit.

Notre chère Mauritanie qui peine à nous réunir, Cridem par la grâce de Claude est entrain de marquer comme jamais notre histoire. Le travail qu’il effectue je doute qu’un mauritanien puisse objectivement le faire. Le webmaster fut traité de pro-flamiste, de valet du nationalisme arabe de tous les maux par les uns et les autres. Je pense qu’il n’ya pas plus objectif qu’un homme pris à parti par toutes les communautés.



Personnellement je suis souvent censuré. J’ai eu à dire par moment que Claude est un Halpulaar et que Cridem n’est là que pour les thèses des racistes Halpulaar. Des propos que je regrette amèrement. Mes seuls regrets sur ce forum.

Il faut que les règles soient appliquées et rigoureusement appliquer. Le Webmaster doit être épargné de nos querelles. Il fait son boulot et il doit le faire comme il l’entend sans donner d’explications à personne. Censurer s’il considère qu’il doit censurer. Publier s’il considère qu’il doit publier sans demande d’explications.

Notre insolence et notre impolitesse ne doivent pas prendre Cridem et son webmaster en otage. Celui qui n’est pas content personne ne l’oblige à venir sur Cridem, il peut vivre sans. Personnellement je souhaite que désormais tout celui qui s’en prend au webmaster soit exclut, radié sans préavis.

« Il ne faut jamais prendre les mauritaniens par sentiments sinon il vous marchent dessus, vous écrase et vous crache dessus », d’après Montesquieu

Montesquieu

-----------------------------------

Je souscrit entièrement et par la même occasion je tiens à rendre hommage à tous ces combattants de la liberté(Claude,X, LM ,prof Ely ....) qui consacre leur temps et leurs énergies pour nous aider à mourir moins idiot.

Banzaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

VLANE

tu dis "Que craigne-t-ils donc? Que le pouvoir leur tire dessus?"

j'y étais lorsque Taya nous a volé notre victoire et AOD nous appelé au fameux "HOUDOUE".

Dans la célèbre chanson "regard sur le passé "(bembéya Jazz), il y a un refrain ou il est dit: en cas le doute les femmes vous montrerons le chemin de l'honneur.

Celui du refus des millions et la nomination en tant qu'opposant officiel.
Refuser à 47% de s'exprimer dans la rue, c'est ni plus ni moins que du mépris.

Sidi n'a pas compris qu'une opposition forte est un rempart contre les prédateurs.

Tant que Azziz sera aux commandes, nous seront toujours les otages de l'armée d'occupation.

Sidi cours aussi le risque de voir Hannana et les boys dégoûtés par la farce démocratique faire une nouvelle sortie .

Pendant ce temps Kattou oeuvre en pensant à sa commission "Mitalienne" (lol) dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Banzaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!

Maatala!

Et hara-kiri pour les mécontents.

Anonyme a dit…

salut maître fou

dis moi toi qui es mach'allah une mine d'expression: pourquoi ne pas avoir ton propre blog, où lm est-il dr et toi mister

je crains que nos manifestations successives ne rendent déplacées l'intervention d'un visiteurs poli

franchement crée ton blog, c'est simple et gratuit, je vais d'ailleurs faire de même, sauf que contrairement à toi, je ne saurais comment l'actualiser sans peut-être passer chez toi

allons khroujouter nos cris de guerre ailleurs sinon bientôt lm n'aura plus que deux tekoussou, qu'il ne saura comment virer en restant poli

cependant si l'oppostion ne descend pas dans la rue défendre ce droit là, alors je dirais non pas que c'est du mépris mais de la sagesse qui n'a plus sa place à cette place-là pour transporter un peuple ou 70% de la pop ont moins de 30 soleils.

nous verrons

merci de me répondre toujours avec tant de considération: on se retrouve en ce qui concerne AOD sur ton blog ou le mien

ciao ciao

Anonyme a dit…

un dernier mot en partant, maata, toi qui lit souvent cridem et cite à l'éloge un montesquieu, je t'invite à faire comme lui de temps en temps et aller dans l'arène batailler car là-bas, on s'insulte souvent et franchement quand il le faut mais au moins il se passe qu'on ne laisse pas la place aux extrémismes qui passent leurs temps à crier des contre-vérités sur les noirs, les blancs, descend de temps en temps là-bas pour éclairer ou jeter aux gueux des arguments pour faire taire certains, car on n'est pas nombreux et on a besoin que sous pseudo les véridiques viennent risquer quelque chose, laisse tomber aod et passe dire un mot quand tu vois que ça chauffe, actuellement ils y a débat sur l'intelligence des noirs et des blancs, eh oui, c'est à ce niveau, mais tant pis, passe leur jeter quelque chose qui les apaisera, moi j'ai pas pu, je sors à peine d'une guéguerre à base d'insultes sordides, mais au moins on entend ce que chacun a dans le coeur

tu vois là je signe Vlane, pas tout à l'heure , il y a une raison à tout crois-moi

Anonyme a dit…

Ano 19 octobre 2007 23:10

dis moi toi qui es mach'allah une mine d'expression: pourquoi ne pas avoir ton propre blog, où lm est-il dr et toi mister


C'est une excelente idée. Maata a le temps et la matière pour alimenter un blog.
Je ne viendrai pas visiter ce blog ni celui de couli.

MYGR.
NB : Je suis en train d'enqueter un peu sur maata. Et je pense que je peux livrer qque chose dans un bon délai.

maatala a dit…

Salam

Merci les amis pour vos sollicitudes à mon égard.

Il s avère que je me sens très bien chez Mac Do LM, de plus j'ai un grand défaut :le sens de l'amitié.

Je vous invite à faire preuve de tolérance et d'ouverture d'esprit, car des Maata, il en faut pour torde le cou à la pensée unique, à l'hypocrisie et au cynisme ambiant.

Daddah vient de dire au pouvoir: je préfère "ceux qui me font pleurer à ceux qui me font rire".

Début de sagesse, auquel il manque comme d'HAB de la détermination.

Ne sont-il pas en ce moment au RFD en conclave pour disserter sur le sexe des insectes au lieu de faire l'autopsie de la branlé, pour éviter la prochaine.

Une démocratie qui commence par l'interdiction faite à l'opposition de faire une "RAVE-PARTY" ( manifester) est un un signe de faiblesse et surtout un signal clair pour nous faire comprendre que Sidi peut faire preuve de fermeté.

Il interdit à son opposition de faire la TEUF-PARADE, alors qu'il est incapable d'envoyer KHATTOU s'occuper de sa marmite.


je propose à l'opposition de demander une audience à SIDIOCA et se bâillonner devant lui.

A la japonaise dit le FOU.


maatala

Yahya a dit…

Cher Lm,

J’ai lu la dépêche de Saharmedia, mais j’avoue que je n’ai pas bien saisit l’importance de la déclaration. C’est un bout de phrase qui ramène en général vers l’essentiel, mais soit AOD n’avait pas grand-chose a dire, soit les gens de saharamedia ne veulent pas relayer les vraies déclaration d’AOD.
Sinon, je ne pense pas qu’il faut s’attendre a un bouleversement politique suite a ces journées de réflexions. Ce n’est pas l’objectif, celui-ci était de discuter entre intellectuels de la situation actuelle du pays.

Je sais qu’il est prévu aujourd’hui une discussion autours de la SNIM animée par Ismail O Amar le premier ADG de la SNIM. Quelque soit le jugement porté sur Ould Amar, il y a quelque chose qu’on ne peut pas lui ôter, c’est sa totale maîtrise de ce dossier.

Ceci me fait penser a un de défauts majeurs du RFD. C’est tout de même un parti qui dispose d’un réservoir humain très important : hauts cadres (EX pour être exact), administrateurs, intellectuels, etc. Mais il n’arrive pas a les exploiter dans une démarche constructive (par exemple, il peut confier a des commissions spécialisées le suivi du travail d’un secteur particulier – Ould Amar suit la SNIM et les Mines, Ould Mohamed Saleh suit le département de la justice, etc.)

Cher Maatal,

Refuser le statut de l’opposition et sortir dans la rue. Ce sont deux idées séduisantes. Mais confrontons-les à la réalité politique mauritanienne. L’opposition, toute l’opposition, a toujours demandé a avoir un statu pour elle afin d’officialiser son rôle et de faire comprendre au peuple que celle-ci est un partenaire politique qui a un grand a jouer (n’oublions pas que l’opposition était considérée comme une maladie en Mauritanie). Je ne me souviens d’ailleurs pas de beaucoup de contestation a l’élaboration du décret créant la structure de « chef de fil de l’opposition » (en fait a l’époque tout le monde se voyait dans la majorité – je parle du MND et autres contestateurs de cette « cheffrerie »). Maintenant le pouvoir joue a merveille sur ce statu pour mieux diviser l’opposition, d’ailleurs on peut contester tellement de choses à AOD sauf la vénalité (je pense que son bilan est largement déficitaire en terme d’argent).

Sortir dans la rue. Pourquoi pas ? Maintenant la contestation politique passe par plusieurs étapes : la déclaration, le communiqué, la conférence de presse, le seeting, le meeting, la manif… Comme vous le savez il y a deux tendances actuelles au sein de l’opposition : celle du RFD/HATEM/MNR qui opte pour le durcissement et celle de l’UFP/TAWASOUL (enfin les islamistes) qui seraient plutôt pour la continuité du dialogue. AOD, pour l’unité fragile, tres fragile, de ce bloc essaye de trouver des ententes entre ses partenaires et ce n’est vraiment pas évide. Ceci explique ces discours tantôt allant dans le sens du durcissement, tantôt pour le calme.

Yahya

maatala a dit…

Salam

Cher Yahya

C'est un plaisir de re lire

Être opposant est un métier difficile , de surcroît chez nous.

Daddah c'est fait blousé par le CMDJ hier et aujourd'hui par leur créature Sidioca avec cette tarte à la con de "chef de l'opposition".

Le chef de l'opposition doit être choisi par elle, c'est cela la démocratie et la transparence.

Mets-toi à leur place ;Il ne vont tout de même pas le payer pour organiser des Manifs contre eux ,mais plutôt pour faire de la figuration ainsi donner une bonne image de notre Démocrature.

Daddah n' a haussé le ton que lorsqu'il a compris que la prochaine élection ,il aura à affronter l'hydre (PRDS-R) et que l'etat ne sera pas impartial; les mêmes causes produisant les mêmes effets.

Souvenons nous des indépendants cette bande de mercenaires avides fut la seul idée géniale de ELY, elle avait comme seul objectif de blouser Daddah.

On connait la suite........

On interdit à l'opposition de manifester , de créer des commissions d'enquête pour faire la lumière sur l'affaire de la drogue, on l'a noit dans la confiture de la SNIM (Vlane ente vem).

Une opposition qui ne peut jouer son rôle, se doit de croiser le fer dans le respect de la légalité et faire un recours devant la justice pour ce refus d'autorisation de manifester.

Car Sidi sait mieux que quiconque que, l'espoir né de son élection est mort par contre les faits sont têtus (la banqueroute), d'où l'envoie à travers le monde d'émissaires pour mandier afin d'avoir quelques subsides pour calmer le ras le bol et les pénuries en tout genre.

Si daddah se dégonfle et accepte les conditions dans lesquelles il doit protester ce ne sera ni plus ni moins que le début de sa quatrième défaite.


Il va falloir monter sa force et sa détermination à jouer le role qu'il s'est attribué.

Un chef, un vrai celui qui va au charbon sans peur ni crainte des matraques dit le FOU.

Fraternellement

maatala

Anonyme a dit…

La snim n'est pas à jetter aux étrangers!

Avec des travailleus de Zouérate nous sommes fiers d'avoir des gens qui ont défendus notre situations et notre pays à travers leurs idées notament par leurs articles et leurs protestation sur l'internet et leurs contacts

Voici leurs noms:
- Professeur Moustapha ould ELY
- Youssef ould abdel-jelil
-Ismaïl ould Amar

Qu'il trouvent ici notre amable gratitude et l'espoir de les voir encore nous défendre et on a confiance.

Med ould Ahmeida

rimo a dit…

salut tous ,


ould hmeida ,

tout est à jetter aux étrangers ,je dis bien tout !!!

vendons ces corps malades :
snim ,air maur ,la poste ,somelec , snde ,mauritel , somagaz ...

il nous faut bien quelqu'un de l'exterieur pour mettre de l'ordre dans tous ça .il y a enormement de richesses au pays , mais les bougnouls et banboulas ne savent pas comment gérer .
en gros il faut trouver une formule qui garanti que nos richesses nous apportent le meilleur bonheur possible sans celà puisse avoir des conséquences néfastes à long terme.

sinon c'est la prostitution continue jusqu'à la fin de nos jours , on comprend maintenant pourquoi certains ont dû changer de pays !!



blog rimo

Anonyme a dit…

Rimo

ne dis pas ça!

ce qui sont malades c'est les hommes et les femmes de notre pays

si on jete on va le regreter.et déjà des familes pleurent.

ne dit pas ça tu ne ne vie pas ça après des annes de travail dure et voilà tu es jeté à des étranger , et où ton pays dans tout ça!

Anonyme a dit…

yahya raisonne, maata polémique pour avoir le dernier mot même si ce mot n'est plus raisonnable. Il cherche toujours la petite bête, et même quand elle lui échappe, il continue à brandir son souvenir

arrête de réchauffer tes mêmes arguments quand ils t'ont déjà servi une douche froide, vois: tu nous t'assénes encore celui-ci: tu veux que l'oppostion choississe son leader, qui veux-tu quelle choississe sinon celui qui réprésente plus de voix, en fait tu les invites juste à se déchirer et ne jamais trancher, à qui cela profite, chacun jugera de tes intentions réelles hors esbroufe

tu t'es fait les dents en mordant les sandales d'A.O.D, au lieu de le remercier d'avoir fait de toi un chauffeur de salle, tu persistes à ne pas respecter ceux qui continue à t'écrire en argumentant sans comprendre que tout ça n'est pas sérieux, maata ergote , caressez-lui la crête, et laissez-le faire ses bonds comme on joue à la marelle sur des cases à l'image de ceux qu'ils n epeut atteindre autrement comme un rémora

vlane

rimo a dit…

salut tous ,


ano ,

prenons un simple exemple à savoir la snim .
pour mémoire quand j'avais eu mon bac la snim m'a proposé un contra de dans lequel

l'embauché doit se laisser exploiter pendant ving ans avec un salaire dégueulasse


s'il se défonce ,il aura peut être une promo du genre une maisonnette à la citée snim avec une voiture qui pu l'essence et ses factures d'eau ,de courant lui seront remboursées .

je dis que tous le monde sera d'accord pour la vente de snim à condition que les gens restent à leurs postes .
ce ci dit mittal peut amener des chinois pour equilibrer .

Je préfère que la snim soit entièrement pour les étrangers.
une vente sous conditions biensure que les salariés gardent leurs postes .
Au moins ils seront payé 3X plus avec des avantages sans précedant .

plutôt que de faire souffrir tout ce monde pour donner après les bénéf à des gens comme aziz dont la seule préoccupation ce sont les seringues de tekeiber qui nous coûtent cher , ou sidi-lasoif qui lui aussi doit financer les soirées vip et les shopping de madame et sa clique .

trouvons quelqu'un pour une gestion equitable , ras le bol !!!!


manifestement ,

Anonyme a dit…

Les 2 anciens ADG de la SNIM ont parlé. Il va parler quand l'actuel DG de la SNIM?

maatala a dit…

Salam

Vlane

Je te rappelle le conseil de LM à toute fin utile

"quelle contre vérité? cites m'en une pour voir
je sais que tu ne le feras pas tu préfères polémiquer pour ne rien dire".

Par ailleurs :Il semblerait que Daddah préfère "ceux qui le font pleurer à ceux qui le font rire".

Que Yahya et moi échangions quelques idées qui n'engagent que nous semble te poser probléme.

Surveille ta tension dit le FOU

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

Ismael o AMAR Ould Amar qui s’exprimait à l’occasion des journées de réflexion sur la situation du pays organisées par le Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD), a dit:

"La société nationale mauritanienne "maîtrise parfaitement les techniques de recherche géologique et minière, les méthodes et procédés d’exploitation des mines à ciel ouvert, la gestion et l’entretien de son chemin de fer et de son port. Mittal ne peut rien apporter à la SNIM dans son domaine d’expertise minière. Il aurait peut-être intérêt à entretenir de bonnes relations commerciales avec la SNIM comme fournisseur de minerai de fer pour ses usines, et sur cette base, utiliser son expertise pour développer les mines de la Falémé (au Sénégal)".

Il est à parier que Heyine montera au créneau pour nous expliquer le contraire.

Pauvre de nous dit le Fou

maatala