jeudi 4 octobre 2007

Piqûre mortelle salvatrice & police religieuse

Six mois après les élections présidentielles de mars, voici quelques nouvelles du front :

* Jusqu’à présent, aucune promesse électorale n’a été tenue (mais au fait, Sidi et ZZ se rappellent-ils de leurs promesses en période de campagne ou bien cela les fait rire maintenant ?).

* Hausse de prix extraordinaire pendant ce mois de Ramadan.

* Pb de l'eau tjs non résolu (3beydallahi well 7webib alias hépatite A tu m’entend ?)

* Air Mauritanie gît sur le tarmac d’Orly toujours sans issue.

* Grève des employés de Mauritel la semaine passée (d’autres secteurs et sociétés devraient suivre le cas des employés de Mauritel en cas où ils réussissent à obtenir des contrats satisfaisants et à augmenter leurs salaires)

* Nouveau "Tintane" s’est produit à Maal : pluies et ouragans et l'absence absolu de toute présence de service de l'Etat.

* Woodside fuit le pays et crée une ambiance de morosité malsaine sans précèdent.

* ZZ reconnaît les faits répétés sans langue de bois ici sur ce forum. En effet, en l'absence de changement concret, la pression ne fait que monter à l'intérieur de la cocotte.

Mais vouer son échec, cela doit avoir une conséquence : soit jeter l’éponge soit prendre de mesures de durcissement envers les responsables de cet échec.

Alors : qu'est ce qui se profile à l'horizon selon ZZ ?

* Le pire reste le fait suivant : l'importation des denrées et produits alimentaire reste le domaine réservé pour une poignée d'hommes d'affaires qui préside aux destinée du pays.
Ces hommes commerçants, dans un jeu à caractère avide et cupide pendant ce mois béni de Ramadan, font augmenter les prix en jouissant de la complicité de service de l’Etat.

Ils dégradent ainsi les conditions de vie de milliers des familles mauritaniennes deja fragilisée à mort par la condition économique moyen du pays (échec du redressement, restructuration économique, chômage qui frappe plus de 50% de la population active).
le rendement de l’actuel gouvernement -qui n’a pas pu soulevé le moindre défi parmi les défis identifié- présente un risque intrinsèque: la fuite des capitaux vers l’étranger.


Lors d’un échange banal après la rupture du jeune avec mon voisin, il me fait la remarque avec amertume que dans ce pays, à cause de la cherté de la vie, on ne peut plus pratiquer le culte de jeune correctement.

Lorsque l’on n'est pas harcelé par le niveau tres bas du salaire, le peu d'argent que l'on touche part dans les poches des gros commerçants qui sont jusqu'à maitntent au dessu de la loi.
L’Etat se contente de faire semblant de les rappeler à l’ordre (voire laudience accordé par Sidi le3tach à ces commercants-importateurs juste avant le Ramadan).


Du coup, il se demande comment pourrons-nous avoir le gout et le plaisir d'exercer ce culte lorsqu'on n'a pas la sérénité ... lorsque notre integrité (morale comme physique) est attaquée dans le point le plus profond.
P…, je vais m'arrêter de parler, car cela me prend à la gorge!
Existe-t-il dans ce pays un organe de répression de fraude ? quel action avait-il mené jusqu'à présent ?
Ou bien on n’a jamais enregistré un cas de fraude ni d'intoxication lié à la nouriture ?
Sommes nous dans un pays de vertueux où rien de ce genre de malheur ne se passe ?

Avez-vous entendu parlé de l’emprisonnement d’un cupide importateur car il commercialise un produit périmé ou car il vends 5 fois plus cher le prix d’achat ? jamais.

Sans répression, emprisonnement et application de la loi qui prévoit cela, je ne vois pas comment ZZ et son président sidi le3tach veulent faire respecter la loi et protéger les deniers publics!


Air Mauritanie (ou plutôt l'appareil cloué au sol à l'aéroport parisien d'Orly) servait –dans le passé- de vache à lait pour ehel enouwegeud, ehel abdallahi, ainsi qu'aux directeurs qui ont succedé à sa tete.
Ces familles (au sens propre du terme) et ces personnes, après avoir mis à sac les caisse de la société, ils attendent maintenant -en se frottant la main- que l'etat mauritanien -dans un hypothétique sursaut de fierté- viendra sauver ce qui semble desormais etre "LE symbole national".
Et bien, pour nous rendre service et nous débarrasser de ce "symbole", je propose qu'on lui donne une piqure fortement mortelle douloureusement agonisante et qu'on n'en parle plus.
Une fois la vache à lait ‘contaminée’ sera brûlée et enterré à jamais.

Air Maurtanie en l’etat actuel est irrécupérable : dettes, actionnaires mafiosi, comptes falsifiés et comptabilité non vérifiables.

L’Etat à l’obligation morale de proceder à la réintégration de tout le personnel dans une nouvelle compagnie que l’Etat devrait créer sur des bases saines à l’abri des mains des roumouz elvessad.

« mauritanian airlines », ou le nom que vous voulez.

Police religieuse :

----------------------------------
preuve que nous vivons actuellement une grande époque de lumière et de liberté totale: l'etat mauritanien sous l’influence de la mouvance islamo-tidjanico-centriste va honorer le projet élaboré et presenté vendredi passé par l'imam de la grande mosqué Ahmedou Ould Lemrabott : une police religieuse verra le jour. elle prendra en charge "l'assainissement" de nouakchott.

Aux amateurs des balades nocturnes stade olympique et dans les à cotés du palais de congres : munissez-vous des documents attestant le lien de parenté avec la personne qui vous accompagne.

Sinon sachez que le "Département de la Promotion de la Vertu et de la Prévention du Vice" prendra la tache de vous rappeler à l'ordre.
A ne pas confondre police nationale (200 UM) avec la future police religieuse.
Le jour où on mettra en place cette dernière, Je parie avec qui il veut que la différence entre police nationale et religieuse sera de l'ordre de ... 1000 à 1500 UM seulement.

Le passage à tabac des journalistes par les gardes du premier ministre et le piétinement dans les tribunaux par les avocats –aux moyens sans limites- de la ‘maîtresse’ servaient à réguler cette ‘liberté’ qui ‘déborde’ et qui ‘sort du contrôle’ ?

Flash back en arrière sur le débat d’entre les deux tours :

Deux hommes face à face se disputant lequel emportera le dialogue et par conséquence lequel gagnera le plus des voix le jour du vote.

Les deux journalistes arrive sur le volet économique et posent la question aux deux prétendants : comment compter vous redresser l’économie Mauritanien et par quels moyens?

Sidi va tout de suite briller par sa réponse (c’est de la réponse de Sidi que je vais parler car Ould Daddah n’est pas passé).

A travers la réponse, on comprend que l’approche globale de Sidi pour redresser l’économie Mauritanien repose sur la bonne gestion des ressources (le raisonnement ne souffre d’aucun vice !).

Mais ma surprise viendra juste après, quand Sidi –en parlant des ressources – va évoquer en premier lieu les aides internationales.

Gros au modo, En gérant bien cette ‘ressource’ on peut arriver à assurer des conditions meilleures aux Mauritaniens selon la suite du développement de la réponse.

Au lieu de me concentrer sur le débat dans sa globalité, mon attention portait plutôt sur le sérieux de l’ambition de cet homme ‘économiste’ qui va oublier le fer, l’or, le cuivre, le poisson, l’agriculture, l’élevage bref toutes les richesses et les vrais ressources matérielles de l’Etat mauritanien pour se focaliser tout de suite sur l’aide internationale.

La3alyna, aujourd’hui, ‘tintane’ est là, l’aide internationale continue à affluer.

La question maintenant est : va-t-on bien géré cette ‘ressource’ ? n’est elle pas entrain d’etre dilapidé en ce moment de mois de Ramadan où les vrais sinistrés de Tintane manquent de nourriture et de médicaments ?

Ou bien pour se précipiter à demander cette aide internationale maudite, Tintane était pour le gouvernement mauritanien ce qu’a été le 11 sept pour Bush pour envahir l’irak ?

Rumeur folle sur la SNIM :

-------------------------------------

A propos de la vente de la SNIM, deux informations sont exactes et irréfutables :

La première : les caisses de l'Etat sont vides.

La deuxième : il y a qlq semaines MITTAL (ou Arcelor-Mittal, le géant de l'acier mondial) tentait SNIM en passant par les plus hautes autorités de l'Etat.

Ces deux informations peuvent constituer un premier élément de réponse, simples soient-elles.

Mais au jour d’aujourd'hui, la proie n'a pas encore totalement basculé dans le ventre du loup.
Le gouvernement actuel agit à la fois sous le besoin brûlant et sous la pression.
Il gère les affaires au jour le jour, pire que ce que faisait le gouvernement de Ould Boubacar pendant les tout derniers mois de la transition. Chaque ministre et chaque personne influente essaye de placer les siens dans des postes clés … histoire de fortifier sa position et s’assurer du renfort le jour j.
Il croule sous un interminable nombre de dossier tjs ouverts.

Dans une situation semblable, il n'est pas impossible qu’il céde à tout moment devant la tentation.

Malgré tout, On peut encore sauver la SNIM, rien n'est déjà perdu. Mais hélas il faut la volonté des hommes.

Ca n'est pas une mince affaire.
Comme canalh (dernier rempart contre les forces de ténèbres) n'est pas tombé, SNIM dernier rempart de l'économie ne doit pas tomber.

Si Sidi (originaire de Lebrakneu) et ZZ (originaire de Tamechekke6t, nulle part à l’extrême est Mauritanien) - tous les deux ne comprennent pas grand chose aux réalités locales des villes du nord- … si ils ne sentent pas le besoin de protéger la SNIM contre vents et marrées, qu’ils sachent que des hommes sont tombé morts pour des nobles causes à Zouweratt en 67 et 68 ainsi pour permettre l’avènement de la nationalisation par Mokhtar.

Par la même voie de déduction, qu’ils sachent que d’autres valeureux hommes sont aujourd’hui prêts à défendre corps et âmes la SNIM.

Civiles comme militaires ( !), Ils prendront les armes s’il faut. Déjà que les militaires …. Leklam mayengal kamel.

En terme clair, toucher à la SNIM ça n’est pas une mince affaire.

Si vous ne voulez pas voir précipiter votre fin, attention le secteur est miné (au sens propre comme au sens figuré du terme).

Quelqu’un a mis le lien sur l’affaire ‘Liberia / Mittal : un accord inéquitable’, voici la page

http://www.afrik.com/article10494.html

A voir le combat que mene l’actuelle presdiente Allen Johnson pour ré négocier les contrats avec ce géant multinational.

« Economiste diplômée d’Harvard, ex fonctionnaire de la Banque Mondiale et ex ministre des Finances, Ellen Johnson avait également été émue par le fait que Mittal allait gérer selon son bon vouloir les infrastructures portuaires et ferroviaires liées à son activité. » raporte Global Witness.

Pour ceux qui connaissent pas global witness : Global Witness est une ong spécialisée dans la lutte contre le pillage des ressources naturelles (pétrole, diamants) des pays en développement et la corruption politique qui l’accompagne.

Lambda.

144 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suis le premier. Merci pour le lien avec cette histoire de Mittal. On aurait du esperer voir Irabiha nous informer plutôt comme elle paraitrait representer Global Witness/Transparency International en RIM. Mais elle prefere aller applaudir a Tintane ...L'avez-vous vu a Kaedi?

Anonyme a dit…

Je crois qu'il est trés honnête de dire que rien n'a changé dans les comportements et ésprits que de dire que les choses vont biens.!

Nous croyons trés à notre PM, car :

Lorsqu'il est arrivée à la BCM, tout le monde que c'est impossible de faire des réformes et de concrétiser quelques choses.

Lorsqu'il est arrivée au CMAP, tous les trx d'assistance des gouvernements ont été bien faites sauf, qu'elles sont restées dans les tiroirs.

Changer la mentalité des gens, croyez-moi ce n'est pas queque choses de facile, mais demande la détermination et l'engagement de nos supérieurs et ceux-ci existent chez notre Président et son PM.

Pour changer, il ne faut pas prendre des batons pour éviter de ce casser. Brûtalement, peut provoquer d'autres surprises et surtout que les Roumouzs sont les plus forts actuellement.!

Pour un bon soins de notre critique, on doit accer plus sur la méthodologie utilisée par nos gouvernants.

Par ailleurs, j'entends parler de l'influence des militaires, mais croyez-moi si Le chef de létat va écouter quelqu'un, il l'écoutera même si c'est son berger, même si ses amis militaires sont à la retraites.
Donc, l'essentiel comment apportons nous le changement souhaité par les croyants à la Mauritanie.

A votre écoute.
Toumbi Ali

Anonyme a dit…

Ya Ikhlikoum un "Département de la Promotion de la Vertu et de la Prévention du Vice"? Si cette histoire est vraie, le vieux de Couli est tombé sur la tête

Anonyme a dit…

A lire sur le blog du Prof ELY.

Un peuple sur le divan:

Analyse psychique d’un peuple qui se démène"

http://haut-et-fort.blogspot.com

Anonyme a dit…

Anonyme du 4 Octobre 15:48

DSF a bel et bien conseille' de ne pas supporter un coup d'etat militaire. La Mauritanie est entrain de vivre les consequences du coup du 3 Aout 2005.

Que n'avez vous pas dit a' propos de son Excellence Ould Taya?

LA CHOSE SUIVANTE EST SURE: PERSONNE NE PEUT ME MONTRER UNE GRANDE VILLA ET UN GRAND COMPTE BANCAIRE QUI APPARTIENNENT AU PRESIDENT OULD TAYA. LE MR. N'A ABSOLUMENT RIEN VOLE'!!!!!!IL EST JUSTE, HONNETE ET PATRIOTE.

Les militaires de la transition ont tout pris!!!!!!!!! SI L'ECONOMIE DE LA MAURITANIE ETAIT MALADE, IL FAUT TOUT SIMPLEMENT DIRE QUE LES MILITAIRES DU 3 AOUT L'ONT ASSASSINE'E!!!!!!!
CEUX QUI PENSENT QUE JE SUIS ENTRAIN DE PARLER DANS LE VIDE, DOIVENT ME DIRE OU' SE TROUVENT LES CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS DE WOODSIDE.

Je suis contre les reglements de compte MAIS JE PENSE FERMEMENT QUE LES MILITAIRES DE LA TRANSITION DOIVENT REMETTRE AU PEUPLE MAURITANIEN UNE PARTIE DE L'ARGENT QU'IL ONT HONTEUSEMENT VOLE'.

Si colonel Mohamed Abdel Aziz ecarte ses anciens amis du CMJD, c'est parce qu'ils se connaissent tres bien entre eux memes. ILS SAVENT ENTRE EUX QUI ONT PILLE' QUOI ET QUI ONT TOUJOURS L'INTENTION DE CONTINUER a' PILLER!

Son Excellence Moawiya a ete' leur victime et le vieux aussi est leur victime en ce moment meme. ILS ONT TOUS PLUS QUE JAMAIS BESOIN DE NOTRE SOUTIEN.

Anonyme a dit…

Parfois avec le vieux, parfois contre comme il le dit dans cet ecrit. Parfois pour la transition (Ely), parfois contre a travers cet ecrit. Il croit que lex-president au qatar vit dans la pauvrete. Allah yisselem Couli. What we can do without you?

Anonyme a dit…

Anonyme du 4 Octobre 17:29

You can try to make Mauritania a better place for all Mauritanians!!!!

Anonyme a dit…

On confie une enquete de cce genre a un groupe independant. Pourquoi ne pas demander a Interpol de le faire? A voir la composition de la commission d'enquete, c'est comme confier son troupeau au chacal. Ould Horma est faible car il a peur de toucher aux puissants et a besoin de son salaire. Il ne monte jamais plus haut que les petits fonctionnaires et jamais au dessus du grade de brigadier. Comment ose-t-on confier une telle enquete a Deddahi? Il y a conflit d'interet car les trafic de cigerettes et drogue sont statistiquement associés a l'armee et a la police. Vous croyez que l'attaque de Lemgheitty est tombée du ciel? Regardez l'affaire Ould Soudani et le Commissaire Ould Taya. Soyons serieux !
==============

05 octobre 2007 : Affaire dite de la drogue : Il y aurait de fortes dissensions au sein de la commission d’enquête.



Des sources généralement bien informées, proches des milieux d’enquête, font état de l’existence éventuelle de fortes dissensions au sein de la commission chargée de l’enquête sur l’affaire dite de la drogue. Les membres de ladite commission auraient échoué à produire un rapport final commun. La commission se serait scindée en deux courants aux vues et conclusions totalement divergentes.


Le premier courant regrouperait le Colonel Abdallahi Ould Ahmed Aicha, Chef des Renseignements de la Gendarmerie Nationale, le Colonel Sidi Ould Keffoud, Adjoint du Commandant de l’Aviation Militaire et le Colonel Moulaye Ely Ould Daff, de la Douane Nationale.


Le second courant, quant à lui, regrouperait l’Inspecteur Général de l’Etat, Mohamed Ould Horma, le Commissaire de Police Deddahi Ould Abdallahi (ex-Directeur tout-puissant de l’appareil de Sûreté de l’Etat sous le régime de Taya) et le Magistrat Seyid Ould Ghailany.




Contrairement aux informations relayées par la presse locale, la commission ne serait pas parvenue à produire un rapport final commun. Et pour cause : deux visions différentes, deux lectures divergentes. Et pourtant il s’agit de la même affaire, du même dossier.


A l’avis de Mohamed Ould Horma, Inspecteur Général de l’Etat et de son groupe, la Police Nationale, et jusqu’au plus haut niveau, serait impliquée dans cet énorme scandale aux ramifications internationales. Un conflit serait apparu entre les différentes structures de l’appareil de sécurité du pays. Deddahi Ould Abdallahi et les « siens » auraient conduit le fougueux Inspecteur de l’Etat à abonder dans un sens plutôt que dans l’autre, leur sens.


Et notre intrépide Inspecteur Général, dans sa propension à vouloir voir des scandales partout se serait précipité. Non sans se laisser influencer par des personnes susceptibles de conflit d’intérêt. Deddahi Ould Abdallahi serait convaincu de l’implication de M. Abdallahi, actuel Directeur de l’appareil de Sécurité de l’Etat.


A contrario, d’autres membres de la commission, à l’instar du Colonel Abdallahi Ould Ahmed Aicha, le processus de déroulement de l’enquête exigerait de ne pas se laisser influencer par les insinuations motivées d’organes acteurs dans le dossier, et qui se livrent une guerre sans merci, chacun voulant mouiller l’autre pour se disculper.


Ce qui conduit le Colonel Ould Ahmed Aicha et d’autres éminents membres de la commission d’enquête à voir dans le rapport de l’Inspecteur Général la conséquence d’une vaste opération dilatoire visant faire fourvoyer une enquête dont « on » - l’opinion nationale, les pouvoirs publics, les partis politiques, la société civile, la presse – espérait qu’elle aboutirait à des résultats probants. Et à faire mouiller l’appareil de renseignement du Président déchu – Maouiya Ould Sid’Ahmed Taya – dans une ultime tentative de règlement de vieux comptes avec les responsables actuels de la Direction de la Sécurité.


Le Président de la République aura sur son bureau deux rapports, au lieu d’un, après que la commission d’enquête eut échoué à produire un rapport final unique. Il aura l’embarras du choix.






Note: Info source : Houmoum Ennass (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Choumad,

Ente mneine?

Anonyme a dit…

la SNIM ne peut être vendue, c'est pas possible
J'y travaille, je suis au departement financier et ce genre de rumeurs a eu lieu il y'a 5 ans puis y'a 2 ans quand le geant indien voulait racheter la société française

Anonyme a dit…

Ouistiti a dit:

Toi qui est au département financier de la SNIM, tu risque d'être vendu avec!
Sans même te rendre compte.

La mafia bien décidé de s'occuper de la snim, lors reste où tu es.

Anonyme a dit…

Financier de la SNIM,

Ils ont tente il ya 5 ans, tente il y a 2 ans et tentent maintenant. Des coups ont ete tentes chez nous 2-3 fois et ils ont reussi a la fin

Anonyme a dit…

x enta mneine. On nous bouffe !

Lire sur CRIDEM du 05 octobre 2007 : La Presidente Khattou : Une Marie-Antoinette Mauritanienne ?

Anonyme a dit…

A lire sur le blog du Prof ELY.


"Au-delà de la primature

A quoi sert et ne sert pas un premier ministre"

http://haut-et-fort.blogspot.com

Anonyme a dit…

La SNIM sera vendu dans deux semaines maximum c'est le cadeau de El Id el Vitr de Khattou la presidente. Mittal est venu a Nouakchott avec oul ezizi ould el mami est propose de payer cash a Ould el mamy alias Ahmed Babe-khattou 140 Millions de dollars.et verser au tresor 110 Millions de dollars total de l'operation 250.
Si Khattou vend la SNIM elle s'en fout de SIDIOCA. Elle encouragera sa demission et elle ira habiter et bouffer paisiblement le fric du peuple a l'Etranger.
ZZ est dans le coup aussi, pour vous dire combien il est corrompu,au lieu de rejeter la Vente de la SNIM il est parti proposer a Khattou d'organiser un appel d'offres pour "Blanchir le choix de Mittal".
Khattou prend ce qui reste de Woodside et laisse nous la SNIM c'est notre fierete nationale SVP Patriotes de ce Pays reveillez vous!!!!

Anonyme a dit…

Laissez ZZ tranquille, il est parti ce matin faire un oumra a la Mecque en compagnie de son nouveau DIRCAB. de sa femme mint Deff et de Kalouha la soeur de khattou.

Anonyme a dit…

de Kalouha la soeur de khattou?

C'est quoi ça?

Yanis le R. a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Yanis le R. a dit…

C'est quoi ce nigaud de Premier ministre qui s'occupe plus de lui-même en faisant la Oumra, qu'il n'a pas faite avant, alors que son gouvernement s'enlise dans des problèmes qui attendent des solutions pour tous:

- les inondations dont celles de Tintane et leurs scandales,
- les problèmes d'eau et d'électricité,
- la compagnie Air Mauritanie paralysée,
- les enquêtes sur la drogue qui traînent,
- l'opacité qui se poursuit dans les marchés publics,
- les nominations de prédateurs et de laudateurs connus et parfois sanctionnés,
- etc et etc (la liste est longue).

La solution que vous trouvez, monsieur le Premier ministre (je ne vous tutoie pas pour qu'on ne pense pas que je vous connaisse), c'est de faire la Oumra pour soi-même avec votre ami intime et le plus proche collaborateur, c'est tout!

Si vous ne pourrez rien faire, je pense que vous devez démissionner!
Je suis plus exigeant avec ceux que je connais et les plus proches...

Ne ratez pas de marquer votre passage à la tête du gouvernement, ce n'est pas donné à un jeune cadre, surtout à son premier baptème en politique, à l'ère de la nouvelle démocratie!
Sinon on comprendra bien qu'il ne s'agit là que d'une deuxième Transition, sans plus...

Yanis le R. a dit…

Lambda,

Tu comprendras que je ne veux pas commenter la déclaration de l'Imam de la mosquée dite saoudienne au sujet de la fameuse police religieuse...
C'est un monsieur arrivé par hasard après le scandale de la Tombola des bonbons de Ould Bouamattou bénie par son prédecesseur, depuis et toujours aux Emirats Arabes Unis...
Il est là comme tous les autres par les circonstances et le règne de la médiocrité ambiante du temps de Ould Taya, notre lumière (blafarde) des Carpates.
Comme la démocratie, en place avec Sidioca et les indépendants-dépendants, a comme credo et mot d'alliance "rassurer", les choses ne sont pas près de changer de sitôt au rythme actuel...

Yanis le R. a dit…

A notre ami du département financier de la SNIM,

Je suis du même avis que notre ami Ouistiti et les autres.
Une société quand elle est vendue ou plutôt ses actions cédées, ses employés vont avec. Ainsi vous êtes tous aussi "vendus", cadres, maîtrises et ouvriers...
Tout se joue à un niveau supérieur, votre département est interne à la société donc non informé. Le département financier qui pourrait être informé c'est le Trésor public qui reçoit les fonds ainsi que les intermédiaires obscures proches du pouvoir...
Tu sais bien que le département financier de l'ancienne MIFERMA n'a pas su la nationalisation un certain jour de novembre 1974...
C'est la même histoire dans le sens inverse.

Yanis le R. a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Yanis le roi:

On ne cesse pas de pratiquer sa religion parce que le pays connais des problemes. Je ne suis pas un extremiste religieux mais je tends a' croire que beaucoup de nos difficulte's sont en partie dues au fait que plusieurs de nos dirigeants se sont eloigne's du tout puissant Allah. Ils n'ont plus peur du createur, c'est la raison pour laquelle ils mentent et ils volent l'argent des pauvres citoyens.

Tout ce qui peut pousser ces hommes et femmes politiques a' etre un peu plus proches d'Allah est bien. Je n'encourage nullement qui que ce soit a' devenir un extremiste religieux, j'aimerais tout simplement a' ce que nos dirigeants politiques reservent une place pour Allah dans leurs coeurs afin d'etre plus sages, plus humains et plus dignes.

As far as I am concerned Zein Ould Zeidane, les membres de son gouvernement, Sidi Mohamed Ould Boubacar, les membres du gouvernement de la transition et tous les militaires du 3 Aout doivent aller faire leur Oumra en Arabie Saoudite. D'ailleurs s'ils decident tous de rester de l'autre cote' de la mer Rouge pour quelques mois ou memes anne'es, cela arrangerait beaucoup de choses en Mauritanie. LE MOINS LES MAURITANIENNES ET LES MAURITANIENS LES VOIENT, LE MIEUX CA VAUT!
UNE FOIS QU'ILS CHANGENT DE COEURS POUR DEVENIR PLUS PROCHES D'ALLAH, NOUS SERIONS HEUREUX DE LES REVOIR EN MAURITANIE!

Le vieux seul peut faire le boulot sans eux.

PS.

Il va sans dire que ma soeur Noubghouha Mint Tlamid et la cousine de mon ami Sidi Ould Dah doivent rester en Mauritanie. La ville SAINTE D'EGJERT est largement suffisante pour elles. (rire)

Anonyme a dit…

Ouistiti a dit:

Ano précédent,

La réligion n'est pas dans la Oumra ,elle est dans le coeur. On peut être pieux sans jamais faire une Omra!

Je rejoins complétement Yanis le R. Pour dire que ZZ se fout de la république et que comme tous les autres qui l'accompagnent , il n'en fait qu'à sa tête quand tout un peuple est à genou dont une bonne moitié vit en dessous du seuil de subsistance alors que le reste vit a peine, C'EST UN CRIME de faire la Omra quand on laisse les musumlmans dans le desarroi!

Sauver une personne en danger est obligatoire (et que dire de tout un peuple?) rla Omra et le péLérinage NE SONT PAS OBLIGATOIRES!

A croire que nous les mauritaniens nous sommes devenu tous des criminels!

Si avec ce qu'il va dépenser avec ses acolytes à la Oumra, ZZ pouvait sauver deux ou trois femmes qui accouchent dans la douleur et la mort à l'hôpital de Nouakchott, il serait plus proche de Dieu!

C'est triste, c'est dégoûtant et ce n'est pas digne d'un premier ministre , mais ce petit politique a-t-il jamais été premier ministre?

A voir ses actes on ne le pense pas!
Et puis que va-t-il demander à Dieu lors de sa Oumra?

Qu'il na pas été à la hauteur et qu'il l'aide dans sa tache?
Qu'il a laissé derrière lui des millions de gueux et des enfants en guenilles qui mendient dans les rues, des famlles desespérées, un pays drogué et pillé?

Hein que va-t-il demander à Dieu QUE DIEU NE SAIT PAS?

Une simple prière dans son bureau et une descente dans les quatiers pauvres pour alléger leurs souffrances, auraient été l'équivalent de mille omra!

Pauvre Mauritaniens, pauvre peuple , pauvre gouvernement.

Allez monsieur le premier ministraillon, faîtes votre Omra, mais n'oubliez pas que Dieu n'accepte pas le pélérinage des infidèles. Et vous avez commis la pire des infidélité celle à l'égard de votre peuple!

Ouistiti

Anonyme a dit…

Ouistiti:

Le pelerinage est bien l'un des 5 pilliers de l'Islam.
Je te VOUS rappelle rapidement:
1- CHEHADETANI
2- SALATE
3- ZEKATE
4- SOWMOU RAMADANE
5- HAJ ( Il va sans dire que HAJ est pour ceux qui ont les moyens.) Vous n'allez pas me dire que ZZ n'a pas les moyens.

PS.
Avec les moyens de communication qui existent aujourd'hui, il peut bien etre en Arabie Saoudite tout en continuant a' guider l'action de son gouvernement. S'il y a une situation urgente qui exige sa presence immediate sur le sol national, il peut toujours prendre un avion pour rejoindre Nouakchott.

KHALI ANAKE RAJILE YITOUBE LIMOULANA!!!!!

maatala a dit…

Salam

Les amis

C'est quoi ce pays de..... ou ce sont les bacs moins 25(khattou) qui négocient la vente des bijoux de famille(la SNIM).

Si cela devait arriver, j'éspere que Mittal fera un Audit (heyine ente vem).

La OUMRA de ZZ: sa belle famille a du lui offrir des billets en guise de remerciement pour le cadeau royal : les billets des étudiants.

Il peut y passer le temps qu'il veut ainsi il aura moins l'occasion de placer ses amis au postes clés et juteux.

Il rencontrera à la OUMRA son ennemi intime SIDI EL MOCTAR ould NAGI qui après avoir pillé la BCM et le Commissariat à l'aide alimentaire ne rate jamais une OUMRA grâce à nos sous.

Après cela ,ils pourront toujours aller présenter leur hommages à mint TOLBA :leur égérie.

Volez puis souiller dit le FOU

Maatala

Ps: Couly signe tes postings

maatala a dit…

salam

Lu pour vous sur le blog de notre cher prof Ely Mustapaha

"Analyse psychique d’un peuple qui se démène"

Lorsqu’une personne est atteinte de troubles psychiques, elle s’adresse à un « psy », un psychologue ou un psychiatre. Mais dans tous les cas, en consultant, elle attend une solution à son mal.
Le peuple lui ne consulte pas, il est consulté. Mais le malade n’est pas celui que l’on croit. Or le peuple mauritanien vu ses comportements mérite de consulter. Mais peut-on faire passer tout un peuple sur le divan d’un « psy » ? Certes que non, mais cela n’est pas nécessaire puisque le peuple s’exprime par lui-même et son comportement est (évidemment ) public, il n’est pas besoin donc de l’interroger, il se lâche tout seul. La nation c’est le divan du peuple.

Pris dans sa globalité avec ses interactions, ses échanges internes et externes, ses comportements, le peuple peut être considéré comme un tout. Un organisme vivant qui vit, évolue, se renouvelle, et comme tout individu, il vit ses crises, ses contradictions, ses problèmes socio-économiques et cherche à les résoudre. Cependant contrairement à l’individu, personne physique, le peuple cherche à résoudre ses problèmes socio-économiques en recourant à une entité spécifique l’Etat. Si alors le divan du peuple c’est la Nation, son mal est dans le giron de l’Etat.
Mais quelle approche psychique sied le plus au peuple ? Sans être exhaustif les psy utilisent des modèles théoriques dont nous allons ici nous inspirer. Il s’agit notamment de l’approche de psychiatrie cognitive et comportementaliste, de l’approche psychanalytique et de l’approche systémique. Chacune de ces approches est utile pour comprendre, analyser et fixer une thérapie pour le patient.

I- Le peuple mauritanien dans une approche de psychanalyse cognitive : La pensée négative

Qu’est ce que l’approche de psychiatrie cognitive et comportementaliste ?
Les thérapies cognitives s’appuient sur le fait que ce n’est pas la situation elle-même qui provoque les émotions et les comportements mais plutôt les pensées spontanées qui à ce moment là traversent l’esprit et qui deviennent automatiques par la suite. C’est la nature de cette pensée à cet instant qui détermine l’état d’esprit de la personne et va permettre de comprendre son comportement.

Pour être plus illustratif, lorsqu’une épouse constate le retard de son mari la pensée qui traverse son esprit est révélatrice de son état d’âme. Cela peut être la peur (« il a peut-être eu un accident »), la jalousie (« il ne pense plus à moi »), les remontrances (« il se fait exploiter par son patron et ne réagit pas »), l’indifférence (« après tout il fait ce qu’il veut »), la contre-offensive (« S’il me fait ça, je ferai de même »), ou des pensées plus paisibles : la confiance (« il doit certainement terminer consciencieusement son travail ») , la satisfaction (« il doit certainement travailler dur pour qu’on ne manque de rien »)ou la fierté (« ll devient important et indispensable au travail) etc. Ces pensées spontanées deviennent avec le temps des pensées automatiques et vont dicter les comportements à l’égard de la personne considérée (agressivité, suspicion, indifférence ou au contraire tolérance, respect etc.). Toujours est-il que le devenir de la relation humaine va s’en ressentir.

L’approche cognitive comportementaliste appliquée au peuple mauritanien pourrait nous fournir de précieuses explications sur sa situation actuelle. Si l’on examine en effet l’état actuel du peuple on remarque que son comportement prend sa source dans ses pensées automatiques qui traversent l’esprit du citoyen. Pensées automatiques qui ont été pérennisées au fil des années par l’Etat. Le passé de gouvernance de l’Etat mauritanien.
En effet, l’Etat a fourni dans le passé une très médiocre image de sa gestion des ressources publiques (détournements de fonds publics) , de la protection des droits du citoyen ( torture, procès..) et du respect de ses engagement à l’égard de la société (tribalisme exacerbé, déportation, confiscation des biens et des libertés ….). Le peuple a perdu toute bonne foi dans les actes de ses dirigeants ainsi que sa confiance quant à leur gestion des affaires publiques.
Et malgré l’avènement de la démocratie, le comportement du peuple n’a pas changé. Le peuple a acquis une « vision » négative des pouvoirs publics. Ceci rejaillit incontestablement sur les actes du chef de l’Etat et de son gouvernement actuel, le peuple ne comprend plus qu’à travers le filtre de la pensée acquise.
Le président de la république n’arrive pas à se décider (« c’est que les autres le prennent en otage ») Le gouvernement tarde à prendre une décision (« c’est qu’il est incompétent »), L’Etat va privatiser la SNIM (« ça y’est il vont encore vendre le pays »), Le déficit budgétaire est important (« ils ont tout détourné »), les coupures d’eau et d’électricité persistent (« ils ne peuvent rien gérer»), les nominations sont effectuées (« tous des roumouz el vessad »), madame la présidente en voyage officiel (« ils jettent l’argent du peuple par la fenêtre ») etc.
Et cette pensée automatique qui participe depuis des années à alimenter les salons populaires fait de l’acte de dénigrement une culture, un comportement dont les fondements sont à chercher dans le passé récent.

Quelle est alors la thérapie ? Cela ne pouvait être que la rupture avec le passé, la réhabilitation de l’Etat, l’établissement de l’Etat de droit, l’éducation politique populaire, la prise en charge à bras-le-corps par l’Etat des problèmes socio-économiques du peuple, élever le niveau de vie, restaurer l’éducation et le civisme à travers un comportement exemplaire, lancer efficacement la lutte contre la corruption, descendre sur le terrain auprès des populations (premier ministre et gouvernement en bras de chemises) se confondre à la foule, écouter, agir et enfin donner au peuple l’image d’un Etat en mouvement d’une démocratie en marche par et pour le peuple. En somme l’avènement d’une démocratie tant attendue après tant d’années de mauvais exemples publics de déchirements et de despotisme qui exorcisera tant d’évènement sombres dans le subconscient de tout un peuple. C’était cela la thérapie à apporter au peuple. Une démocratie nouvelle dans un Etat nouveau.

Malheureusement, la démocratie actuelle a raté le coche et n’a pas (ou pas encore) tenu les promesses attendues. L’Etat est à mille lieues du peuple.
Le gouvernement est assis sur un piédestal, isolé dans une primature et des départements ministériels en train de nommer ou d’arrêter une politique déconnecté du peuple. décide unilatéralement et la décision est à sens unique.
Un président qui tarde à retrouver ses repères pris dans un environnement politique nouveau mis à rude épreuves par ses engagements électoraux. Un parlement qui discute et légifère mais dont le peuple ne ressent pas l’impact direct sur sa condition ni sur l’amélioration qu’il a apportée à son niveau de vie .
En face de cette politique « à guichets fermés » le peuple se sent exclu. C’est alors que le comportement négatif et ses préjugés à l’égard de ceux qui gouvernent prennent de l’ampleur. Et son ressentiment psychologique tient désormais en une phrase : « rien n’a changé ». Et la thérapeutique démocratique biaisée comme un médicament mal pris ne peut guérir

A moins que vu le mouvement lent et la langueur de cette politique on puisse arriver à démontrer que la démocratie puisse se prendre à doses homéopathiques.

II- Le peuple mauritanien dans une approche psychanalytique freudienne : que craint le peuple ?

On sait depuis Freud que la formation des symptômes névrotiques résultent du refoulement de traumatismes psychiques, rarement isolés, qui provoquent ainsi une rétention des affects, dont la décharge (catharsis) entraîne la guérison.
En plus clair , qu’est-ce qui, dans l’inconscient collectif, fait de ce peuple ce qu’il est actuellement : immobilisme, acceptation du fait accompli, passivité, absence de réactivité etc.

Ce sont là, en effet, des « symptômes névrotiques » qui, tout autant que pour la personne physique, peuvent résulter chez le peuple de traumatismes psychiques refoulés. Peut on provoquer chez le peuple une décharge de ses affects entrainant la guérison ?

Les symptômes étant connus quels sont alors les traumatismes psychiques ?

Le peuple mauritanien n’ a jamais été asservi par un autre peuple, il n a pas subi les affres des deux guerres mondiales, il n’ a jamais été sous embargo, ni assiégé par une puissance, il n'a jamais connu de catastrophes naturelles majeures. C’est un peuple paisible tenant son calme et son insouciance de la modestie de son mode de vie et de la paix du désert. Mais voilà qu’en 1960 surgit l’Etat, un Leviathan, et le peuple se trouva projeté dans le tourbillon des institutions.
Le parti unique pendant 18 ans, un calme relatif avec quelques remous estudiantins très vite entrés dans les rangs, une guerre du Sahara qui ne dura pas longtemps et qui n’occupa rien. Le peuple d’une immensité géographique rassemblé dans une capitale issue de rien, guidé par un « père de la nation », vivait l’indépendance.
Mais un traumatisme est repérable pourtant à cette époque là : les événements raciaux de Nouakchott en 1969. Ces évènements marquèrent certainement le subconscient de ce peuple qui commença depuis à craindre les troubles raciaux et tribaux.
Un fragile équilibre prévalu longtemps après ces évènements. Et en 1989, le traumatisme causé par les événements du Sénégal ainsi que les déportations des populations négro-africaines vinrent s’ajouter à la série des troubles de la population. La suspicion régna, l’instinct de conservation se développa davantage à travers le renforcement des identités tribales et la recherche de la « sécurité » auprès de ceux de sa race accrus par un régime politique qui exacerbait les différences.
Aujourd’hui, quoi qu’on en dise, le traumatisme est persistant et rien qu’à examiner les réactions face au retour des refugiés on s'en convînt.
Le peuple n’est pas uni et tous les régimes précédents ont exacerbé ses différences jusque dans les systèmes éducatif et culturel. Ce traumatisme le peuple le vit depuis les premières années de l’indépendance et les évènements de 69 et il n’en a pas été guéri. Toutes les politiques qui ont suivi ont plutôt aggravé cette situation. Il suffit de voir comment se répartissent les races dans les quartiers de Nouakchott. Une séparation géographique illustrative de ce qui se passe dans l’inconscient du peuple. Voilà donc ce que craint le peuple : lui-même.

Le peuple inconsciemment craint de sombrer dans les divisions raciales et ce volet quoi qu’on en dise n’a pas été résorbé ni à travers un Etat-nation ayant fondu toutes les races dans un même moule de citoyenneté, ni à travers un développement socio-économique fort permettant une intégration et des échanges importants entre les populations et gommant sur une base d’intérêts nationaux, de prospérité et de patrimoines partagés et à protéger, les différences.

Sur le divan-nation, le peuple sait que sa cohésion est toujours une faille dans son développement et que l’Etat aggrave la situation. C’est de cela qu’il demande qu’on le guérisse. Son immobilisme, sa passivité, son manque de réactivité tiennent certainement de cette volonté du peuple de ne pas changer un statu quo, une situation qui risquerait d’entrainer l’instabilité.
Le traumatisme est toujours présent. Alors cela explique que le peuple reste indifférent au politique puisqu'il a déjà adopté son parti pris et qu’il descend dans la rue chaque fois que le régime change. Non pas parce qu’il est contre le régime précédent (comme on pourrait le croire) mais parce qu’il pense que "le nouveau régime" sera meilleur que celui qui la précédé. Utopie de pauvres gens, traumatisme d’un peuple.

Connaissant maintenant les traumatismes et le symptômes, quels remèdes ? Il est évident que ce qui a manqué jusqu’à présent dans tous les régimes qui ont précédé c’est l’intérêt porté au peuple. Et pour cause : traumatisé, il ne réagissait pas. Il est donc plus facile à gouverner. Le maintenir dans cet état était l’un des plus grands crimes de ses gouvernants.

Dans ce nouveau régime démocratique, il est du devoir des gouvernants d’apporter la thérapeutique nécessaire afin que le peuple puisse les accompagner dans leur mission, qu’il puisse s’épanouir avec ses races et ses différences, qu’il puisse se libérer des traumatismes du passé.
Pour cela il convient de mettre en place les structures nécessaires au dialogue et à la réconciliation. D’un côté, la réconciliation du peuple avec lui-même en ouvrant les forums publics pour le dialogue intercommunautaire sur le présent et le futur de la nation et la réconciliation du peuple avec l’Etat et ses gouvernants à travers les commissions vérité et réconciliation pour évacuer tous les discordes , les dissensions sur la gestion des biens publics, ses biens dont il est exclu sans autre forme de procès.

III- Le peuple mauritanien dans une approche de psychanalyse systémique : Qui suis-je ?

Dans l’approche psychanalytique systémique, l'accent n’est pas mis sur l’individu (sphère intrapsychique ) mais sur son environnement . C’est-à dire vers un système plus vaste composé de ses partenaires, de sa relation avec eux et des interactions entre eux. Cette approche se base sur l’idée fondamentale qu’il y a interdépendance de l'individu et de son milieu. Dans cette vision, c'est le contexte social actuel, beaucoup plus que les dommages subis par le passé, qui sont la source du comportement problématique.

Appliquée au peuple mauritanien, cette approche est fort intéressante car elle nous donne une explication du tiraillement du peuple entre le nord et le sud, entre l’arabité et l’africanité entre le Maghreb et l’Ouest Africain. En somme ses relations avec son environnement géoculturel.
Trait d’union entre l’Afrique subsaharienne et le Maghreb, la Mauritanie n’en finit pas de se chercher dans cette aire géoculturelle, à telle enseigne qu’il en est résulté des courants politiques, à l’intérieur et à l’extérieur du pays, qui se basent sur ces tiraillements pour entretenir la division. Dans cette situation, le peuple vit une scission qui se répercute jusque dans ses comportements.

L’Etat n’a développé aucune stratégie d’intégration pouvant gommer les différences exacerbées prenant pour fondement les appartenances géographiques. Cette situation le peuple la vit dans un inconscient collectif et elle ne manque pas de ressortir au premier appel à la « différence ». Or pour gommer ces différences, il faudrait que l’Etat recentre le pays sur son peuple et le peuple sur son pays. Ni nord ni sud, la Mauritanie tout court.

Pour que la Mauritanie puisse se retrouver et pour que le peuple prenne son destin en main, il faut que tout en assumant son arabité et son africanité, il soit d’abord mauritanien. Sans cette dose de Mauritanité, qui fait sa spécificité parmi les peuples et qui fonde sa citoyenneté, il vivra perpétuellement le trauma d’un « écartèlement » géoculturel empêchant tout développement social et culturel du pays.
Le traumatisme du peuple ? Il l’exprime par un « qui suis-je », le pendant logique d'un "où suis-je", qui est son incapacité à développer dans ses franges sociales culturelles et raciales, la cohésion nécessaire à son devenir. A comprendre son identité. Un peuple ne peut fonder une nation que dans la cohésion et l’unité malgré ses différences. La démission de l’Etat, n’est pas pour aider à changer les choses

Sorti du divan du psychanalyste, chaque patient a hâte de savoir s’il est guéri, En sortant de ce même divan, le peuple mauritanien aura hâte de savoir…si l’Etat est guéri.

Pr ELY Mustapha


maatala

Anonyme a dit…

Cher lamda,

C'est genial!
A defau d'un xouldy qui s'est derobé, il a fallu en inventer un autre.
Courage.

Anonyme a dit…

Aujourd'hui vendre la Snim, ce n'est pas seulement couper la branche sur laquelle tu es assis ou t'arracher ta dernière dent. Mais c'est plutot rayer de la carte de la Mauritanie une grande ville propère au nord - Zouerate - et une dizaine de villages
sur la voie et ses alentours, mais aussi condamner à la soif les milliers de betaille qui transhument dans la zone pastorale autour de la voie.
Il serait etonnant que M. Mittal s'occupera de ce volet social qui incobait à l'état et qui le faisait à travers une societé dont elle est majoritaire.
Certe, pour tranquiliser les esprits, une batterie de ministres soritra sur tvm pour nous dire que le nouvel acquereur preserva l'emploi et maintient les prestations sociales, mais ce genre de discours n'a jamais trompé le plus dupe.
Oui il est de notre devoir d'informer l'opinion publique de la gravité d'un tel acte et d'oeuvrer pour que cette transaction n'aboutisse pas. J'ai appris que c'est Ould Azizi oul Mamy et Zeidane o Hmedié qui pilotent cette affaire, pour zeidane, je n'ai la moindre doute sur sa capacité à operer ce genre de manoeuvres perilleuses.
Quand au financier de la Snim, il se trompe s'il pense qu'il aura sur son bureau les drafts de ces negociations, voire meme sur le bureau de son directeur (DF).

Anonyme a dit…

A propos de la SNIM, je ne suis pas contre la vente d'une partie des actions de l'état, mais pour quelque chose de consistant et peut être utile pour ce pays afin de faire des subventions des matières premières sur une bonne période (environ 30ans par exp)ainsi pour faire des infrastrucres dans ce pauvre pays.

A propos de l'Omra de ZZ et simplement pour 4jrs pourra être fatiguante pour quelqu'un qui fait toute sa journée au boulôt. donc eele unitile.

Pour éviter prochainement Les inondations, il faut mettre des solutions radicales et pour tjrs.

Pour les flambées des prix notre PM et MEF doivent se pencher à subventionner les MP pour l'avenir, car celle solution devant la montée intérnationale des prix (riz, blé, lait, ...).

Chers bloggueurs, il est important de proposer des solutions par courrier et participer avec des suggestions pour rendre le débat riche.

A tt à l'h

Anonyme a dit…

A lire sur le blog du Prof ELY:


"Honneur Fraternité Justice

Faut-il changer la devise de la république?"


Http://haut-et-fort.blogspot.com

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous sur Cridem

" La Presidente Khattou : Une Marie-Antoinette Mauritanienne ?



Les alertes rouges se succèdent dans le milieu politico-administratif en Mauritanie au sujet du danger que représentent les interventions multiples et répétitives de la présidente Khattou dans le déroulement de l’état.



Le PM Zein a exprimé son désarroi et sa stupéfaction face a cette déstabilisation gouvernementale qui fait tache dans le processus de redressement du pays et qui vient directement de la présidence de la république. Quant au président, très amoureux de sa femme, il semble laisser à celle-ci la liberté d’agir comme lui semble bon de faire.


La présidente, que tout le monde qualifie d’ambitieuse et d’intelligente, semble dans l’impossibilité de concevoir la notion de l’état. A l’instar des autres femmes maures, elle croit que les hauts fonctionnaires de l’état travaillent comme domestique chez elle et surtout chez son mari.





Malgré une fondation très couteuse en argent pour un pauvre état comme la Mauritanie, montée de toutes pièces en quelques heures comme une tente d’hivernage, elle continue à s’immiscer dans la gestion de l’état en imposant aux ministres et hauts cadres des nominations de dernières minutes et par simple lettre présidentielle émanant de la présidente elle-même.


Le premier ministre semble lui aussi incapable de freiner la présidente car il sait très bien et avant tout le monde la solidité des rapports qui la lient au colonel presque-président Aziz.


Quant a la présidente, elle n’a que mépris pour cet enfant gâté qu’elle estime qu’il n’a pas mérité le poste qui lui a été confié, disant a qui veut bien l’entendre que son remplacement n’est que question de temps.


En attendant, le PM continu sans beaucoup de crédibilité à promettre appui et protection à tout haut fonctionnaire se trouvant dans le collimateur de la présidente par le nouveau délit administratif : Refus d’obtempérer aux exigences de la femme du président.


En se rappelant Mint Etolba, on ne peut que dire : Oh qu’il était juste El Hajjaj.

maatala

Anonyme a dit…

Maata:

Je ne signe pas mes ecrits pour des raisons qui ont ete' explique'es. Le debat est a' propos de la Mauritanie.

Le jour ou' tu signes ton vrai nom, nous serons en mesure de revoir ce sujet.

Anonyme a dit…

Couli,

Il faut signer par un pseeudo au moins. Comme ça on verra la consisance dans tes contributions. C'est juste pour faciliter les debats. J'espère que tu vas bien. A-

Anonyme a dit…

Selon Ahmed Babe Khatou ZZ et son petit Planton de Ministre des Mines preferent vendre la SNIM aux Australiens plutot qu'a Mittal ce qui a declenche la colere de Khattou qui n'a pas hesite a dire a ZZ partant pour la Oumra 'Allah la yaqbelhalak ya Zweiguel' litteralement 'que Dieu ne benisse pas ta Oumra,idiot que tu es' Ould chrouka le dircab du PM travaille sur le dossier nuit et jour et ne cache plus son ras le bol des multiples interventions de khattou pour que la SNIM soit vendu dans la premiere semaine de El Id. Que Dieu n'exhauce pas leurs voeux tous et preserve les interets du peuple Mauritanien.

Anonyme a dit…

Ano,

Es-tu certain de ce que tu avances? Pour garder la crédibilité de ce blog, il faut dire seulement ce qui est vraisemblable ... A-

Anonyme a dit…

A-

Vous connaissez deja qui je suis. Ma signature se trouve dans mon style.
Je prefere rester "anonyme" pour etre au meme pied d'egalite' que ces cemtaines de milliers de Mauritaniennes et de Mauritaniens qui sont pauvres qui n'ont jamais touche' un ordinateur et qu'on ne cesse d'opprimer. Je suis ne' et j'ai grandi dans la pauvrete', je connais la pauvrete' et je connais la signification de n'avoir aucune personne qui peut t'aider a' recouvrer tes droits. I was there and I know its meaning!!!!! Je me veux la voix des pauvres.

Les pauvre sont anonymes et les hommes du pouvoir ne veulent pas savoir qu'ils existent. Sinon comment peut-on expliquer ces milliards d'UM qui se sont volatise's en 19 mois de transition dans un pays ou' plus de 70% de la population est pauvre?

Mon anonymite' vous permet egalement d'avoir des observations et/ou des reactions franches de ma part.
J'ai toujours signe' mon nom sur Mauritanie-net. Vous pouvez facilement constater que mes observations sur ledit site sont certes franches mais tres mesure'es.

SAWTE AL VOUKHARA MOULAKHABE
RAMZE JOUNOUNE

PS.
Je viens de signer mon nom. (rire) One must always know that it is important to learn to laugh at himself/herself!!!!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

Il n'a rien de mieux a faire, le Président? Il aurait dû convoquer un autre groupe pour parler des poches de pauvrété dans les zones péripheriques. Ella wahda baad gal cheway ezzebde
=======

04/10/2007: Le Président de la République organise une réception-Iftar en l'honneur des Imams et Fakih

Nouakchott, 4 oct (AMI)- Le Président de la République, Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi a organisé ce jeudi en début de soirée une réception-Iftar (couper du jeûne) en l'honneur des Imams et Fakih (jurisconsultes musulmans) ainsi que des médecins qui ont animé les soirées ramadanesques à la télévision et à la radio nationales.

Le Président de la Républque a remercié ses hôtes pour la contribution qu'ils ont apportée à l'éducation et à la sensibilisation des citoyens durant ce mois béni mettant l'accent sur l'intérêt de ce genre d'émission qui sont par ailleurs largement suivies par nos compatriotes à l'étranger.

Etaient présents à cette réception-Iftar MM. Yahya Ould Ahmed El waghef, secrétaire général de la Présidence de la République, Sidi Mohamed Ould Amajar, directeur de cabinet du Président de la république, des conseillers et des chargés de missions à la Présidence ainsi que le secrétaire général du ministère des affaires islamiques.

maatala a dit…

Salam

Dear couly

Un pseudo c'est pas compliqué, afin d'éviter les confusions. Tu passes tout ton temps à m'accuser d'être X, l'ano x ou Y.

Quant à l'anonymat :

Nous sommes issue d'une société ou ce qui importe le plus ce ne sont pas les idées ,mais l'appartenance à telle ou telle ethnie ou classe sociale.

Je te propose :

A la fin de chacun de tes postings, tu as le choix entre : Couly, coulas ,coulycon (lol).

je suis ravi que tu ne t'adonnes plus à ton sport favori : les insultes.

Bravo dit le FOU

maatala

Yanis le R. a dit…

Sidioca est en train de copier Ould Taya: les receptions de tous les invités de la télévision pendant le mois de Ramadan dont beaucoup nous ont raconté des bobards mais c'est le mois de Ramadan et il ne faut rien dire, tout c'est bien passé et on se félicite à la Maison Ocre...

Pendant ce temps, la plupart des citoyens se démènent pour joindre les 2 bouts et écoutent le soir les invités du Président parler de l'Au-delà et d'un monde meilleur...

L'opium des peuples ce n'est pas la religion en elle même, bien sûr, c'est la religion comme moyen des dirigeants pour anesthésier les esprits et faire accepter la fatalité du destin ci-bas pour le plus grand nombre.

Nos dirigeants actuels n'y échappent pas: Sidioca autour du repas du Ftour avec ses "vénérés" invités et ZZ à la Mecque pour sa Oumra. Wekheirett!
On comprendra que l'Imam de la plus grande mosquée du pays demande, sans sourciller, une police religieuse...

Yanis le R. a dit…

Maatala,

Coulibaly signe depuis un certain temps ses messages si tu ne l'as pas remarqué: comme il n'a pas de clavier avec des accents, comme tout bon américain, il utilise les apostrophes!

Nous nous le reconnons facilement depuis le temps mais pour les nouveaux bloggers, c'est une piste...

Une apostrophe, pour remplacer un accent, c'est Couly jusqu'à preuve du contraire, voilà c'est simple maintenant.

Avant il fallait attendre la formule magique à la fin des messages: "le Président dûment...", je me rappelle plus déjà...

Anonyme a dit…

Couli,

Tu signes Couli ou Coulibaly. Ne fais pas comme moi, un lâche. A-

Anonyme a dit…

Ely enta vem? Chinguitel est génocidaire par association avec Sudatel. Merci de lire. A-
==============

Celtel ne se résigne pas

SÉNÉGAL - 30 septembre 2007 - par L'INTELLIGENT

Candidat malheureux à la troisième licence de téléphonie cellulaire attribuée le 6 septembre par le Sénégal, Celtel, qui estime avoir été injustement écarté, n’entend pas se résigner. Fort de sa présence dans 21 pays et de son 1,4 milliard de dollars de chiffre d’affaires en 2006, l’opérateur panafricain mène un intense lobbying pour obtenir la reprise de la procédure d’adjudication. Auprès du département d’État américain, qui a sur sa liste noire le vainqueur Sudatel (un opérateur soudanais sous sanction des États-Unis pour financement présumé du génocide au Darfour), comme à l’Union internationale des télécommunications, basée à Genève, Celtel fait valoir, entre autres, que l’offre de Sudatel (200 millions de dollars) n’est pas « sincère ». D’abord parce qu’une entreprise sous sanction américaine ne peut pas rassembler une telle somme en devises des États-Unis. Ensuite parce que Sudatel, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 259 millions de dollars en 2006, ne dispose pas d’une capacité financière suffisante pour débourser 200 millions de dollars. Sensibles à ces arguments, l’Usaid et Transparency International ont déjà critiqué l’adjudication.

maatala a dit…

Salam

Lu sur le blog deu prof Ely


"Faut-il changer la devise de la république?



Notre devise nationale a une valeur constitutionnelle certaine. L’article 9 de la constitution de 1991 dispose que «La devise de la république est : Honneur , Fraternité, Justice ». Mais cette devise a-t-elle encore un sens aujourd’hui ? Peut-on encore soutenir de nos jours que l’Etat mauritanien défend l’honneur , la fraternité et la justice ? Ne devrions-nous pas élaborer une devise à la mesure de ce que nous sommes ?
Cette devise fut adoptée par les fondateurs de la Mauritanie à la vielle de l’indépendance. Elle reflétait le caractère et l’ambition d’hommes intègres voulant bâtir une nation à laquelle ils croyaient et qui croyait en eux. Il avaient l’honneur de ceux qui ont défendu leur pays, ils avaient la fraternité des frères d’armes et ils réclamaient la justice pour leur pays colonisé.
Mais que reste-t-il de cette devise que les pères fondateurs de la nation ont voulu pour la république ?

I- De l’honneur ….détourné

L’honneur, dît-on, est le sentiment que l’on a de sa propre dignité. C’est en somme de ne jamais accomplir des actes qui puissent porter atteinte à cette dignité. Comportement basé sur « un ensemble de principes moraux qui incitent à ne jamais accomplir une action qui fasse perdre l'estime qu'on a de soi ou celle qu'autrui nous porte ».
Et qui mieux que tout dans une nation est l’image de sa dignité ? Ses gouvernants. Et qu’advînt-il de leur gouvernance depuis plus de 30 ans ?
Si l’honneur se conçoit à travers le sentiment que l’on a de sa propre dignité alors le déshonneur a bien gravi les échelons de l’Etat.

Durant tant d’années où le peuple vivant dans la misère on pillait ses ressources à tour de bras. Durant tant d’années où des responsables se sont succédés à la tête de l’Etat pour accaparer à tour de bras les maigres ressources du pays laissant un peuple exsangue et une nation parmi les plus pauvres du monde. Qu’advînt-il alors de l’honneur dans un pays qui en porte la devise ?

Voilà un mot devenu depuis belle lurette creux et ne sert plus qu’à miroiter au reste du monde ce à quoi, par nos actes, nous ne pouvons prétendre. Mais le reste du monde n’est pas dupe de ce que cette nation est devenue. Ayant l’indice de développement humain au ras du sol, les infrastructures les plus vétustes de la planète, l’éducation la plus médiocre du continent, le système hospitalier le plus insalubre de la sous-région , qu’ont fait, depuis ces dizaines d’années de gouvernance, ces gouvernants qui prônent l’honneur en devise ?
Les détournements de fonds publics, les malversations , les concussions à l’échelle nationale et jusque la falsification des chiffres des comptes nationaux. Qui valurent comme récente facture plus de 6 millions de dollars non épongées de la dette publique. De l’enrichissement illicite des responsables au pillage des caisses de l’Etat, voilà ce que l’honneur veut bien dire dans notre pays.

En supposant que la laïcité ait fait faillite dans les esprits des gouvernants d’une république islamique, les principes de notre sainte religion prônant la dignité et l’honneur ne devaient-ils pas venir à leur secours ? Les enseignements de l’islam qui devraient guider leur actes ne furent cependant pas l’ultime rempart contre de tels actes .
Une République qui n’ a pu consacrer l’honneur dans ses actes en adoptant les principes de sa laïcité ou ceux de sa religion ne peut prétendre conserver cette distinction dans sa devise.

II- De la fraternité …en poudre

La fraternité est le lien qui unit les membres d’une même famille à savoir l’espèce humaine. Elle implique la solidarité d’êtres qui se soutiennent mutuellement et se portent secours et assistance.
Qu’en est-il dans notre pays ? La fraternité est un mot que l’Etat ignore. La fraternité n’ a jamais été la préoccupation des pouvoirs publics au sens d’une obligation morale.
Les pouvoirs publics ont toujours conçu la fraternité dans une optique matérielle comme une distribution de vivres de l’aide internationale. Une « fraternité du lait en poudre », confondant ainsi fraternité et charité internationale.

En Mauritanie, la fraternité n’est pas un concept de nation, mais celui de tribus et de clans, de village et de hameau. L’inscrire dans la devise de la République c’est vouloir en faire , un principe directeur des pouvoirs publics or cela est bien loin d’être le cas. La raison en est aussi simple à comprendre qu’il est facile de la déduire du paysage socioculturel mauritanien.
En effet, la fraternité ne peut souffrir la division or le peuple mauritanien est bien divisé. Division à tous les niveaux qui nourrit les extrêmes pour que jamais le peuple ne puisse fraterniser. Une classe riche, une classe extrêmement pauvre ; des maures, des négro-africains ; des quartiers maures, des quartiers négro-africains ; des partis politiques à dominante maure , des partis politiques à dominante négro-africaine ; un courant pro-arabe, un courant pro-africain, et la fraternité s’en trouve annihilée

L’Etat n’ayant pu réaliser par ses actes et par ses programmes cette fraternité, la structure religieuse n’a pu elle aussi dans cette république islamique le faire. Pourtant l’Islam est la religion du peuple et la fraternité est un précepte fondamental de l’Islam. La fraternité entre tous les musulman est inscrite dans le saint Coran. Comment se fait-il alors que ce peuple souffre d’une misère criante et développe une indigence et une mendicité à tous les coins de rue?

Pourtant l’Etat Mauritanien est riche et le pays à des ressources propres suffisantes pour faire vivre un peuple de trois millions d’habitants. Mais est-ce là les préoccupations réelles d’un Etat longtemps gangrené par la mauvaise gestion et dont les ressources furent dilapidées par des individus sans foi ni loi ? Il n y a pas de fraternité là où l’égoïsme des gouvernants domine et où l’égocentrisme de l’Etat est le principe directeur de ses actes.

Une république qui n’a pas su depuis son indépendance instaurer la fraternité parmi le peuple, qui n’a jamais inculqué les valeurs de solidarité et de tolérance, ne peut se prévaloir d’inscrire ce principe dans sa devise. Ce serait un manque d’une crédibilité dont l’Etat déjà souffre l’absence.


III- De la justice…sans droit

La justice en Mauritanie, c’est un flot d’institutions dans un désert de droit. Une machine qui fonctionne au service du politique. L’histoire récente le confirme et le moindre citoyen l’affirme. Une justice qui fut si erratique que la confiance du peuple en fut retirée. De ces procès commandités contre les personnes à ceux réglés en argent comptant entre les mains de magistrats et de greffiers, la justice n’a pas bonne figure.

Le citoyen va à la justice comme on va au marché. Aux riches, le jugement sans peine aux pauvres le jugement dernier. Et pourtant tout se sait, on connait le magistrats véreux, les juges corrompus, les avocats vendus, les greffiers achetés, les procureurs graissés et pourtant on laisse faire car le système si étriqué, si étalé dans ses habitudes, appuyé sur des soutiens et des connivences aux quatre coins de l’Etat, qu’il sait qu’il est pérenne. En témoigne la dernière réforme de la justice qui fît tant de remous et qui accoucha d’une souris . Encore aujourd’hui, la justice est ce que les pouvoirs publics veulent qu’elle devienne. Et jusque-là elle n’est rien qu’un troisième pouvoir constitutionnel qui ne fait pas honneur à la République. Il ne passe pas un jour sans que cette justice montre ses défaillances et ses limites. Une justice qui s’est « épanouie » dans la corruption et qui s’exerce dans un non-droit; pire encore, dans une allégeance perpétuelle au politique et dont les magistrats ont, pour la plupart, développé un clientélisme et une soumission ostensible, pour le moindre justiciable, à l’argent et au pouvoir.
Des fameux procès politiques sous le régime précédent à l’incapacité actuelle de la justice à servir le bon droit, le système judicaire a développé une inertie qui contrebalance toute volonté de changement.

Une république qui tolère que son système judicaire soit dans cet état de délabrement avancé au mépris des droits du citoyen et de la garantie de bonne justice à son peuple ne peut prétendre à prendre la Justice comme devise.

Honneur, fraternité, justice. Ne répondant pas à cette devise, l’Etat mauritanien souffre d’une inconstitutionnalité de ses actes. C’est une devise qui sonne creux et ne correspond pas aux réalités. Les réalités politiques et climatiques répondent d’avantage à une autre devise : « lenteur, calamité, préjudice »

Et pourtant, l’on ne peut se résigner à croire que l’Etat mauritanien ne puisse réagir pour porter remède à tout cela . Pour être conforme à sa devise. Car si la devise se définit comme étant une formule qui indique une règle de conduite. Nous nous prendrons bien à penser qu’elle peut aussi valoir pour le futur, mais un « futur immédiat » qui reste à construire. En somme comment l’Etat peut-il restaurer sa devise ?

L’honneur, la fraternité et la justice … à retrouver

Il est impossible qu’un peuple si ancrée dans une civilisation arabo-africaine et musulmane puisse continuer à souffrir du manque de principes de son Etat.. Et l’on ne croit pas que tout soit perdu. Tant que l’espoir subsiste en l’existence d’une volonté de changement.

« Il y'a en l’homme plus de choses à admirer qu’a mépriser » disait Camus, en conclusion à son roman «la peste ». Cette peste qui ravagea Oran et qui mit les hommes à rude épreuve. Une peste qui sépara tant de familles, qui fit tant de morts et qui révéla aussi que dans l’adversité, il émerge toujours des hommes qui par leur courage et leur sens de l’honneur savent donner de grandes leçons d’humanisme.

Tous ceux qui ont réduit l’Etat mauritanien à ce qu’il est aujourd’hui ne sont pas partis, ils sont encore dans ses rouages, mais avec l’ère démocratique et des hommes nouveaux à la tête de l’Etat, il est un espoir que l’honneur soit retrouvé. Que la moralisation de la gestion publique soit une priorité, que ceux qui ont pillé les ressources du peuple fassent amende honorable et que l’Etat retrouve le chemin du peuple. Son origine et sa finalité.

Que l’honneur se matérialise dans la lutte contre tout ce qui peut ternir l’image de l’Etat, que la fraternité se développe dans le cœur et dans les actes de chaque mauritanien, toutes races confondues et que la justice désintéressée règne enfin pour protéger les droits et garantir les libertés.

C’est à cette seule condition que nous mériterons notre devise. Et que nous gagnerons au change sur la bourse des valeurs humaines.

Pr ELY Mustapha


maatala

Anonyme a dit…

Prof Ely fait honneur à l'Université de Tunis. Il est un pur produit de cette université. Pourquoi depender les 40 milles dollars par an pour former nos enfants à Harvard ou à Oxford? Mes enfants iront à Tunis, c'est certain. Prof: de jeunes mauritaniens qui ont réllement besoin d'un psychologue pour leur démontrer que le cerveau n'a pas besoin d'aller outre atlantique pour être utile. A quoi servirait de travailler à Wall Street si la société mauritanienne n'en profitarait pas? Un de vos étudiants m'a parlé de vous dans un avion entre l'europe et l'asie et il n'arretait pas de faire vos louanges à telle enseigne que j'étais denenu très géné. Tu es notre Einstein.

Anonyme a dit…

Sidioca,

On ne vous laissera pas faire. On commencera a vous tutoyer à partir du 1er janvier 2008 si vous gardez le silence Tayaien. Repondez

===


http://www.cridem.org/modules.php?name=News&file=article&sid=12254

Anonyme a dit…

Professeur ELY a dit à la conclusion de son article: "C’est à cette seule condition que nous mériterons notre devise. Et que nous gagnerons au change sur la bourse des valeurs humaines."

Celui qui a lit ça s'en souviendra, s'il a un peu de dignité. J'espère que beaucoup beaucoup vous liront professeur et merci.

Anonyme a dit…

Maata, Yanis, A-:

Je prefere RAMZE JOUNOUNE parce que parler,ecrire et/ou etre convaincu qu'on peut ramener les dirigeants politiques Africains a' la raison est un signe de la folie. Comme je suis persuade' que nos petits ecrits peuvent contribuer a' faire l'impossible, il faut tout simplement dire que je suis...FOU. (RIRE)

You take care!

Anonyme a dit…

A lire sur le blog du Prof ELY:


Dans les filets du pécheur:

Une police religieuse ici-bas.


Http://haut-et-fort.blogspot.com

Anonyme a dit…

Khatou mint elboukhari vient d'insister pour que la vente de la SNIM soit faite avec urgence. Elle vient selon des sources fiables d'arranger un Rendez vous a son homme d'affaires alias Ahmed Baba Khatou avec le vice ministre indien de l'industrie a Delhi. Khatou et le celebre industiel indien Mittal "s'apprecient", selon leurs entourages. Depuis leur premiere rencontre a Paris en Aout suivi de sa visite a Nouakchott il ya dix jours. Khatou ne laisse plus son mari tranquille son seul Projet est la signature de la vente de la SNIM a Mittal.Son fils Ahmed jaloux de voir sa mere traiter avec ould Azizi alias Ahmed babe khatou a eu droit de sa part a une engeulade enorme avant hier soir a l'heure de LEFTOUR au point qu'il aurait quitte le palais avant de couper. Tellement Khatou etait furieuse contre lui et son Pere les qualifiant de "Debiles" et "vous pouvez ne plus passer la nuit ici
alors profitez au moins et je je vous garantie que la vente de la SNIM vous la ferez par A ou B" On vous epargne la traduction des insultes et invectives. Sidioca le pauvre s'est n'a eu a ajouter a son fils que de lui faire remarquer "Ahmed Walletak elyoum Atchana" Ahmed ta maman aujourd'hui a soif
Bon Ramadan Khatou et bonne Fete de ELIID EL FITR.






'

Yanis le R. a dit…

Excellent texte, comme d'habitude, du Pr ELY Mustapha sur la police religieuse.

A lire et aussi si possible à traduire pour l'Imam de la Grande Mosquée s'il arrivera à comprendre...

S'il ne comprend pas, avec tous mes respects, il faut le virer car il occupe un poste important de référent, de sage et de modérateur pour tous les mauritaiens.

Ce n'est que mon avis, bien sûr.

Anonyme a dit…

VOIR CE DEBAT http://www.eddarb.com/modules/news/article.php?storyid=5383

Anonyme a dit…

voir le lien

http://www.eddarb.com/modules/news/article.php?storyid=5383

enrichir ce debat SVP

Anonyme a dit…

Bonjour,

voir site alakhbar, c'est vraiment honteux ce que font les français pour la mauritanie. un visa refusé, un ministre inspecté, ... qu'est ce que ces gens croient, il faut que la police chaque soire passe à l'ambassade et faire sortir tous le monde dehors pour voir si il n'ont pas des terroriste ou de la drogue, l'essentiel faire dehabier l'abassadeur français et tout les citoyens français en mauritanie, la france n'est qu'un pays de salopard.

Anonyme a dit…

Il est vrai que ce qui se passe ne France est IGNOBLE et vraiment INDIGNE d'un Etat. Obliger une personne a se presenter elle et ses enfants et le faire au retour du voyage c';est vraiment exagere. On en veut pas et on veut plus de la France. Il faut passer par les autres pays puisqu'ils nous voient tous comme des africains clandestins. Avec la montee de la droite il fallait s'attendre a tout ce systeme ( test ADN ce qui eclatera des familles entieres si la femme est volage....).Et meme ici c'est indecent ce qu'ils font aux concitoyens preferant prendre une petite piece ou on doit faire la queue dehors pour un visa. Je pense que nous devons tirer des lecons de cela et leur faire la meme chose. Sauf que c'est plus facile pour eux de le faire que nous etant donne que nous avons besoin d'eux car nous sommes pauvres, deplumes par nos gouvernants et on nous voit plus comme des parasites que comme des hommes dignes de ce nom.

Anonyme a dit…

Ano du 14:18
Dire que la France est un pays de salopard,c'est deplacé et exagéré.Au lieu de celà,tu devrais t'en prendre à l'Etat de ton pays qui ne se fait pas respecter,en laissant passer des choses pareilles.D'ailleurs,as-tu remarqué,comment sont traités les demandeurs de visas français?.Parqués sur le trottoir,sous un soleil de plomb et ça dépuis quelques années sans qu'aucun responsable ne réagisse.Au lieu de réagir violemment,ZZ,pressé qu'il est de quitter la mauritanie,s'est rabattu sur l'Espagne.Et puis,cette histoire de pompiers sénégalais qui sont intervenus pour éteindre l'incendie de Rosso,ne t'interpelle pas pour mettre de l'eau dans ton Zrig et savoir qu'il n'y a pas de pilote dans l'avion?...
Au revoir

Anonyme a dit…

Les acteurs des droits de l'homme doivent suivre de très près ce qui se passe à Nouadhibou car Inal n'est pas loin.

Anonyme a dit…

Alerte Rouge

Faites attention!Ne vous laissez pas manipuler!
Il y'en a qui vont profiter
de ces incidents anodins pour jeter l'huile sur le feu,comme pour les évenements de 1989,qui n'auraient pas leu,si les FLAM n'étaient pas derrière.Donc,à mettre les commentaires ci-haut et d'autres qui viendront,non pas entre guillemets,mais dans la poubelle!
A+

hamid a dit…

Petition pour Xould Y. khatou vend la SNIM simplement comme si elle vendait un des ses propres (le sont-ils vraiment? lol!) bijoux.

Six mois ont passe et ZZ a meme fait aveu de l'echec de l'equipe dirigeante, alors messieurs une nouvelle equipe pour voir.
En 47 ans d'existence, il est triste de voir que quand vous rentrez a KTT cote Rosso. vous ets acceuilli a l'entree de la ville par d'immondes ordures sur le bas cote, a droite comme a gauche...c'est la 1ere image que le visiteur retient et c'est aussi la derniere qu'il garde.

Alors X ould Y, c'est fini les vacances,il ya beaucoup de travail par ici...

hamid
Ps: Meme mon voisin de boutiquier, celui qui a "jete" Daddah, reclame aussi X ould Y

Anonyme a dit…

Hamid

xouldy arrive et il a déjà donné son ultimatum Haut et Fort.

Anonyme a dit…

C'est fait cet apres midi un MOU a ete envoye a Mittal pour la vente de la SNIM . Le peuple et ses representants ne sont pas consultes.Khatou aujourd'hui le dit ouvertement "SNIM Beeanaha,webekyin !!" Snim on l'a vendu et on fait expres !!!"
Felicitations. Le reste viendra.

Anonyme a dit…

C'est fini la vente de la Snim passe du stade rumeur au stade réalité.
Par ce, on se rend compte que la Mauritanie est bord du cao. C'est la degringolade et le processus une fois declenché ne pourra être arreté.
Comment peut-on ici sur ce podium agir pour empecher une telle decision. Moi j'ai eu l'opportunité de trailler dans cette boite à Zouerate et à Nouadhibou et je sais que :
- Cette societé est d'une organisation très solide et possede bcp de cadres, de maitrises et d'ouvriers hautement qualifiés et devoués à leur boite.
- Les services qu'offre la Snim aujourd'hui aux habitants du nord couvre l'eau l'electricité, le transport et les soins.
Malheureusement, Sidi est en train de confirmer qu'il est là pour executer une politique très louche et qui ne prend pas en compte les interets du pays. D'ailleurs, la manière dont il a été amené et intronisé etaient très clairs, mais on comptait toujours sur un reflexe
ou une consience chez le vieux marabout, mais visiblement, la femme du vieux est plus imposante que lui.
Pauvre Mauritanie.

Anonyme a dit…

Il faut laisser Khatou en paix! Elle n'a absolument rien fait de mauvais.

Ou' sont les elus du peuple? Qu'est-ce qu'ils disent a' propos d'une eventuelle vente de la SNIM? EST-CE QU'IL Y A EU UNE DECLARATION QUELCONQUE FAITE DE MANIERE OFFICIELLE PAR UN MEMBRE DU GOUVERNEMENT SUR CETTE AFFAIRE? Quelle est la position du colonel Mohamed Abdel Aziz et les autres officiers superieurs des forces arme'es? Ou' se situe la societe' civile dans cette affaire? Que pensent Mr. Ahmed Ould Dadah et ses amis de l'opposition a' propos de la SNIM? Above all, que pense le vieux a' propos de la sante' financiere de la SNIM?

QUI A LE DROIT DE VENDRE LA SNIM?
NE SERAIT-IL PAS PREFERABLE D'ORGANISER UN REFERENDUM POUR SAVOIR LA POSITION DU PEUPLE MAURITANIEN?

Je continue a' donner au vieux le benefice du doute mais j'ai plusieurs questions sur cette affaire!

Anonyme a dit…

Salut les terriens
J'ai lu le texte et les commentaires, la palme du meilleur commentaire revient à mon avis à Yanis le R et à l'auteur du texte.
mais si j'avais à donner un titre à ce texte je l'aurai intitulé
FAILLITE NOUS VOILA,
car le gouvernement du petit Zeine va droit au mur quant à notre vieux C..., c'est comme un monsieur atteint d'amnésie et ne fait que divaguer, il est dépassé mais n'a pas le courrage de le dire et de démissionner car il est de nature faible.
il veut vendre la seule entreprise qui peut rapporter de l'argent, car les caisses de l'état sont vide.
il laisse air mauritanie à l'agonie et se refugie dans derrière des pretextes mol j'ai trouvé ça avant moi, moi j'attend l'aide internationale et ceci se comprend vieux ancien ministre de Daddah il était habitué à la main tendue.
pourtant il construit une mosquée dans l'enceinte de la présidence à 300 millions d'ouguiyas l'entrepreneur n'est autre que le parent de KB, je vous rappelle qu'avec cette somme il aurait du regler le prblème d'air mauritanie ou celui des inondations. Vieux si tu es aussi religieux garde le pour toi et prie dans une chambrette car le peuple a plus besoin de pain que de tes prières et de la Oumra de ton Prime M.
pourtant noous avons tous critiquer Taya mais ni le CMJD ni vous mon vieux et votre gouvernement d'amateurs n'êtes à la hauteur de ce monsieur loin s'en faut.
ZZ est petit bleuffeur avec sa barbichette et son visage de veau il est bon à être petit instituteur dans son bled, même s'il parrait que s'est un Dr. en Maths? et économie une chose est sure il est dr en mensonge et incompétence, mais il est encadré par la fammeuse Vatma Lekhweidim;
et pour tout dire il nomme son dircab le plus grand flagonneur de la république après avoir applaudi Fatimetou mint Saleck il l'abandonne pour ZZ car ce garçon voit juste la petite dame était en declin et il a recuperé son ennemi.
aujourd'hui on se demande tous qui gouverne notre pays de merde, est Aziz le C ou le c est cette petite mafia arriviste Ahmed Baba et BK et ses enfants. dans ce pays y 'a t il des hommes qui on des couilles, pour nous débarraser de ces guignols et en premier de Marie entoinete et de ce petit colennel.
Terriens à bientôt

Anonyme a dit…

salut les terriens
je propose defaire une pétition que l'on doit faire circuler et signer par tous les netteurs et par voix de presse contre la vente de la SNIM qu'il faut adresser au vieillard, aux parlementaires et surtout au sénat car las bas ils sont des vrais mecs pas comme le parlement et son chef de perchoir le corbeau mesoud

Anonyme a dit…

Vente de la SNIM,

El khelta, vous vous mettez le doigt dans l'oeuil. Tout avait été programmé par Ely. Vous vous souvenez de cette histoire racontée par un ano dans le blog de x lors de la reunion de la francophonie à Paris. Ou il avait invité le DG de la SNIM pour negocier la vente de quelque chose contre il parait une ristourne de 20 millions de dollars pour Ely. Je n'invente rien. Je vous rapelle et je vais essayer de chercher le message de l'ano sur le deal Mittal/Transition. Le vieux de Coulibaly ne se rends certainement pas compte que les jeux etaient faits depuis longtemps et qu'on eaasie de lui faire signer un autre bonus deja avale durant la transition ... A tout a l'heure

Anonyme a dit…

URGENT - URGENT

1. xouldy est rappelé de son exil pour combattre ce vessad avant qu'il ne soit tard.
2. Les travailleurs de la Snim et habitants des localités du nord doivent descendre dans l'annulation de ce projet de vente de la Snim.
3. Il est temps que Zeidane ould Hmeidé soit arreté et jugé pour trahison de son pays.

Yanis le R. a dit…

Toutes mes condoléances au Pr. ELY Mustapha et à toute la famille Ehel Ahmel ELY notamment à Abdou et à Maarouf.

Inna li-llahi We Inna Illeyhi Raji3oun

Anonyme a dit…

La note sur Mittal etait en paru dans CRIDEM, au lieu du blog de xouly. Lisons pour voir l'origine de cette affaire, si c'est vrai
====

19 février 2007 : Scandale à Cannes : Le faux Mittal propose une commission de $20 million à Ely Ould Wal pour d’obscurs projets…

Un sommet France-Afrique a normalement pour vocation de réunir la France avec ses partenaires africains, afin de raffermir leurs liens et de discuter des questions d’importance les concernant. C’est dans ce contexte que la présence du ministre du Pétrole et du Directeur général de la SNIM dans la délégation du président mauritanien est surprenante. En effet, les dossiers qu’ils traitent respectivement n’ont pas été traités au sommet. Alors, pourquoi y sont ils allés, me demanderez vous ? La réponse est simple, lisez la suite.

Le président, contre l’avis de ces experts a tenu à accéder à la demande d’audience formulée par monsieur Pramod Mittal, président du groupe Global Steel. Qui sont ils ? En entendant ce nom (Mittal), devenu prestigieux de nos jours, on est en droit de penser que s’il s’agissait de rencontrer de telles personnes, la constitution de la délégation, telle que citée plus haut aurait été parfaitement légitime et appropriée.

Pour apporter une réponse à l’interrogation, clarifions d’abord qui est Pramod Mittal, et quel groupe il dirige. Mr Mittal est le jeune frère de Lakshmi Mittal, propriétaire de Mittal Steel et récent acquéreur du géant Arcelor, en faisant ainsi le plus grand groupe sidérurgique du monde.



Précisons que monsieur Lakshmi Mittal est également la troisième fortune du monde…et c’est justement tout cela qui induit en erreur beaucoup d’investisseurs et dirigeants de ce monde. Son petit frère, Mr Pramod Mittal utilise habilement le nom de son frère pour obtenir toutes sortes de contrats et faveurs.

Sa stratégie est simple et a plus ou moins marché jusqu’à présent… jusqu’à ce qu’on s’aperçoive de l’ignoble supercherie. On annonce sa venue dans un pays, en entretenant le doute sur son appartenance au groupe Mittal Steel. On annonce tout simplement Mr Mittal…. Du Mittal Group. L’interlocuteur ne sait pas encore qu’il est en face d’un imposteur, et qu’il ne s’agit pas du richissime propriétaire de Mittal Steel. Il crée habilement la confusion entre Mittal Steel (le vrai) et Mittal Group (dirons nous le faux) J’utilise ce terme (imposteur), car bien que ce groupe ait fait quelques acquisitions, leur stratégie repose exclusivement sur le fait que leur partenaires potentiels sont persuadés d’entrer en affaire avec Mittal Steel ; donc un partenaire de grande renommée.

A souligner que leurs méthodes ont été identifiées et démasquées récemment en Guinée Bissau, et plus proche de nous, au Sénégal. Pays dans lequel leur offre fantaisiste pour la reprise des Mines de Fer du Sénégal Oriental a été balayée pour absence de crédibilité. Ils sont d’ailleurs Personae non Grata dans ces deux pays. Nul besoin de s’étendre sur les dégâts causés dans le autres pays. La Mauritanie, si elle n’est pas suffisamment avertie ou lucide, risque d’en faire les frais.

Revenons en à la présence du Ministre du Pétrole et de celle du directeur de la SNIM à Cannes. Pour le premier, il lui a été demandé d’avaliser la requête de Global Steel de reprise du Gaz Mauritanien afin de l’utiliser dans une centrale électrique. Quant au directeur de la SNIM, on lui demande de participer à un Joint Venture pour l’enrichissement du minerai de fer par pelletisation.

Projets tous deux mirobolants, mais qui hélas ne sont nullement du domaine de compétence de Global Steel. En fait ce groupe signe de tels accords qu’ils monnayent par la suite auprès d’éventuels partenaires. En somme, de simples et banals intermédiaires, qui tentent de construire leur patrimoine en s’appuyant sur la crédulité de certains, et la cupidité d’autres. Avec les promesses qu’ils reçoivent, sous formes de protocoles d’accord, ils se retournent vers le marché international et tentent de sceller des alliances, souvent avec le premier venu.

C’est précisément dans ce contexte qu’ ils ont promis au chef de l’état la somme de $20 millions de dollars, par l’intermédiaire de deux mystérieux personnages – messieurs Chérif et Ameo, en contrepartie de la réalisation d’un investissement dépassant $600 millions de dollars. Montant dont ils ne disposent pas. Demandez à leurs employés impayés au Nigeria. Pour s’en rendre compte davantage, il suffit de lire la presse indienne qui parle de surendettement et de banqueroute prochaine. A la décharge de ceux qui les croient, ils ne peuvent se douter des réelles intentions de ce groupe, ni d’ailleurs du fait qu’ils sont en face d’un tonneau vide…qui obtiendra une richesse éphémère grâce justement à l’accord qu’ils tentent de conclure. N’en doutez point, ils ont sillonné toute l’Afrique avant d’en arriver à la Mauritanie, et partout ils ont laissé des cicatrices.

La Mauritanie devient alors une magnifique bouée de secours pour eux. Monsieur le Président, même si vous voulez préparer votre sortie, ne vous y prenez pas ainsi. Pensez plutôt à perpétuer l’image d’un homme juste, tel que la communauté internationale vous perçoit. Ressaisissez vous !!

Ne prenez pas de décisions que regretteront vos successeurs. Vous êtes un président de transition. Ne compromettez donc pas la bonne santé économique de notre pays en léguant des projets qui ne peuvent que tourner au fiasco. Déjà, lors du Conseil Mauritanien pour l’investissement, les représentants de la Banque Mondiale avaient été étonnés et choqués de vous entendre évoquer ce sujet. Vous avez déjà commis de grosses erreurs dans les Telecom (nul besoin de revenir dessus…). Ne mentionnons pas le groupe Pierson (trouvé en Chine) dans lequel vous avez fait placé votre fils. Pour ceux d’entre nous qui ont une bonne mémoire, cela rappelle l’affaire de la Raffinerie

Pour terminer, retournons quelques années en arrière, et changeons d’hémisphère…plus précisément au Pakistan. Benazir Bhutto a été condamnée pour blanchiment d’argent, malversations, et corruption. En fait on l’accusait surtout d’avoir été passif face aux agissements de son époux, qui lui, alla en prison. Dans toutes ces affaires, le nom d’un certain Javaid Pasha apparaît de manière récurrente dans toutes les déclarations de l’époque. On dit que ce monsieur était le mauvais génie ou l’homme de main de Asif Ali Zardari, époux du premier Ministre Bhutto.

Pour revenir chez nous, c’est ce même monsieur Pasha qui se rend à Nouakchott au nom de Pramod Mittal. C’est également ce même monsieur Pasha qui est le plus proche collaborateur de Mr Mittal, et qui, par ses méthodes de flibustier vous fera tous courir à votre perte, si vous ne réagissez pas à temps. Sans compter que ce monsieur Pasha et ses sbires cités plus haut, se vantent dans les salons londoniens d’avoir le président dans leur poche. Quels personnages irrévérencieux !

Affaire à suivre…




"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté.
Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org




Note: Info source : revelation

Anonyme a dit…

Mes condoléances les plus sincères à notre ami Pr Ely,suite au decé de sa mère.RAHIMA ALLAHOU.
A+

Anonyme a dit…

LIRE:RAHIMA HE ALLAHOU

LM® a dit…

Toutes mes condoléances au Pr. ELY Mustapha ainsi qu'a sa famille

Inna li-llahi We Inna Illeyhi Raji3oun

Observateur a dit…

Condoléances au Pr Ely.

allahouma ar7amha wa9vir leha wedkhoulha vessi7a jenatika.

Observateur

Anonyme a dit…

INNA LILLAHI WE INNA ILEYHI RAJI3OUN
MES CONDOLEANCES PROF
RIMIEN

maatala a dit…

Salam

Mes condoléances au Pr. ELY Mustapha ainsi qu'a sa famille

Inna lillahi we Inna Illeyhi Rajioun

Maatala

Anonyme a dit…

sidioca ne gouverne pas. marie antoinette veut liquider la SNIM c'est tout. Elle ne veut que cela,rien d'autre,Mittal et ould ezizi ould elmamy sont impatients .
ahmed babe khattou comme on l'appelle dans les salons de Nouakchott est au telephone en permanence avec Marie Antoinette depuis la Mecque. N'ayant pu le joindre hier soir sur son portable khattou etait en colere contre le Standard de la Presidence qui ne pouvait pas joindre l'Arabie Saoudite pour raisons d'encombrements dues a la nuit du Destin leylatou elkadr. Le Standard a pu joindre Mr Mittal qui a tenu a rmercier Khattou pour la determination de faire aboutir la vente. Mr MITTAL a dit a Khattou que le refus de l'opinion est normale au debut mais qu'il ne fautsurtout pas se decourager. Et Khattou parait il de repliquer "NE VOUS EN FAITES PAS' C'est Ahmed son fils qui faisait l'intereprete.
Quant ould ezizi ould elmamy le Standard de la Presidence a pu le joindre a 4H30 du matin et le psser a la premiere Dame, on ne sait pas ce qu'ils se se sont dit mais la communication telephonique a fait exactement 1H 10 MINUTES.

Anonyme a dit…

Ano d'en haut,

es-tu un semsdi? Je n'aime pas les critiques non basee sur du vrai

hamid a dit…

Toutes mes condoléances a notre ami et frere le Pr. ELY Mustapha ainsi qu'a sa famille

Inna li-llahi We Inna Illeyhi Raji3oun

hamid

Anonyme a dit…

Pas mal pour AOD
===========


Le Président de la République reçoit certains présidents des partis de l'opposition

Nouakchott 08 Oct (AMI) - Le Président de la République, M. Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi a reçu, lundi après midi, au palais présidentiel à Nouakchott certains présidents de partis de l'opposition mauritanienne.

Le Président de la République a reçu, en audience MM. Ahmed Ould Daddah, chef de l'opposition démocratique mauritanienne; Mohamed Ould Maouloud, président de l'union des forces du progrès (UFP); Saleh Ould Hanena, président du parti mauritanien pour l'unité et le changement (HATEM); Sarr Ibrahima, président du parti de l'alliance pour la justice, la démocratie et le mouvement pour le renouveau (AJDMR) et Mohamed Ghoulam Ould El Haj Cheikh, vice président du parti du rassemblement pour la réforme et le développement (Tawassoul).

L'audience s'est déroulée en présence de M. Ahmed Kelly Ould Cheikh Sidya, conseiller principal du Président de la république et M. Abdellahi Mamadou Bâ, conseiller, porte parole de la Présidence.

A sa sortie d'audience, M. Ahmed Ould daddah, chef de file de l'opposition démocratique mauritanienne a, au nom des autres leaders de l'opposition fait une déclaration à la presse dans laquelle il a indiqué: avoir fait part au Chef de l'Etat des inquiétudes et des préoccupations de l'opposition s'agissant de "la situation sociale du pays tant en ce qui concerne la hausse des prix que pour ce qui est de la corruption, du népotisme et du chômage qui frappe tout le monde particulièrement les jeunes et de façon insupportable".

"Nous avons également, ajoute M. Ahmed Ould Daddah, parlé du problème de la drogue et nous avons exprimé notre inquiétude pour le pays, son équilibre, son image de marque et sa jeunesse et avons réaffirmé la proposition que nous avions faite auparavant pour qu'une commission d'enquête parlementaire comprenant tous les groupes parlementaires puisse examiner le problème de la drogue de façon indépendante, sereine et ferme.

Le chef de file de l'opposition démocratique mauritanienne a dit également avoir évoqué avec le Président de la République la question du parti en gestation dont certains voudraient faire un parti-Etat ce qui nous mènerait à la case départ.
Tout le monde connaît les blocages et les disfonctionnements que cela a fait dans le passé, fait-il remarquer avant de noter avoir, attiré l'attention du Chef de l'Etat sur les problèmes d'Air Mauritanie et de la Snim et exprimé le souhait de voir Air Mauritanie préservée de la liquidation et réactivée.

M. Ould Daddah a indiqué aussi avoir fait part de l'attachement des leaders
de l'opposition à la Snim, société chargée de symboles et fonctionnant avec des cadres mauritaniens de haut niveau.

Il a en outre exprimé l'extrême préoccupation de l'opposition en ce qui concerne les informations véhiculées par la presse notamment des journaux étrangers quant à la possibilité d'installation d'une base militaire américaine sur le sol national.

Il a dans ce cadre, dit "le refus de cette dernière à ce projet et son attachement à ce que la Mauritanie ne devienne pas un champ de bataille pour les causes qui ne sont pas les siennes".

AMI

Anonyme a dit…

J'avais un commentaire mais je crois que canalh est en deuil.

Je passe plus tard.

Anonyme a dit…

Cher frere Ely Moustapha:

C'est avec une tres grande tristesse que je viens d'apprendre le dece's de notre mere, RAHIMAHALLAH. Je vous adresse mes condoleances les plus attriste'es. Que la terre lui soit legere et que le tout puissant Allah repose son ame en paix.

INA LI LAHI WA INA ILEYHI RAJI OUNE!

Votre fere Seydou Coulibaly
Philadelphia, PA. USA

Anonyme a dit…

Avec quelques lectures sur la vente d'une part de la SNIM, je vois que la vente elle-meme n'est pas un probleme, mais ce qui adviendra des sous. Une indication claire que le public n'a pas confiance en cette administration sur les questions de bonne gouvernance. C'est grave

Anonyme a dit…

Au travers de ce qu'on entend et lit il est effectivement tres evident que la Crise a atteint son paroxysme et que l'Equipe actuelle navigue a vue. Inutile de lister les Problemes mais il ne faut surtout pas en rajouter. Le moindre petit calculateur au vu de la situation vous dira que SIDIOCA est en perte totale de vitesse face a deux forces celle d'un PM qui a un intenaire different de son President et d'une EPOUSE qui ne cherche qu'a VENDRE les Bijoux de famille (SNIM),renflouer ses comptes a l'etranger et fuir avec ou sans le Vieux. l'heure de la Confrontation a est venue et personne ne peut en connaitre l'issue sauf Khattou Mint lboukarry. Une femme aux Commandes et ne le cache pas,arrogante et "Metwechoucha" litteralement furieuse et dispo a toutes les bassesses. Personne ne contredira cette analyse. Les prochains jours vous edifierons.

Anonyme a dit…

Attention le CANALH est sous forte pression il parait qu'il ne plait pas a la premiere Dame qui a porte plainte contre Google Blogger.
C'est son genre. Ahmed Babe-Khattou a remis la plainte a un Avocat Parisien proche de Mittal l'indien auquel khattou a promis la SNIM. les plaintes c'est le lot quotidien de cette femme aveuglee par la recherche de l'Argent.

Anonyme a dit…

l'arrestation de ould Med Znagui n'a aucun fondement.

hamid a dit…

A lire dans Horizons de ce matin:

Concours d'entree aux ENI, 5 candidats sur 2657 admis!!Vous vous rendez compte, ans quelle obscurite nous sommes. Incroyable et seulement maintenant on se rend compte que l'enseignemet a connu une baisse vertigineuse de la qualite, durant ces dernieres annees.
hamid

Anonyme a dit…

On a beaucoup parlé de la vente de la SNIM sans toute fois nous dire dans quelle porportion elle va être vendu. Et c'est justement une information importante pour juger cet évenement. 10%,20% ou même 30% c'est envisageable sans grand risque si le partenaire est digne de confience. Mieux cela peut remettre cette boite sur rail et lui éviter les directeurs dernières minutes qui ne peuvent que le ruiner. Avec un actionnaire disposant de 30% ne sera plus le petit service de l'état qu' elle était. Rappelez vous qu'elle était de toutes les campagne de Taya et qu'elle a soutenu le candidat qui rassure les militaire qu'était SIDIOCA.

Anonyme a dit…

un milliard $ contre seulement 30% tu rêve. ça doit être beaucoup plus.
Donner nous le dtail de l'opération.

Anonyme a dit…

Même 1% ne doit pas être vendu à cet étranger.

Anonyme a dit…

salut les terriens
La SNIM est le 2ème employeur après l'état, l'entreprise emploi 3500 permenants et 2500 journaliers et contractuels, elle fait vivre toute la partie nord du pays et participe grandement au développement du pays, elle plusieurs filiale qui sont toutes rentables. pourquoi la vendre? il ya dy fer a gogo en Mauritanie, Mittal s'il le veut il peut acheter des permis de recherche et construire son chemin de fer et son port. SNIM est la seule entreprise ouest africaine dont tous les acdres sont des nationaux
à titre d'exemple les chemins de fer du sénégal qui sont vieux de 2 siècles sont dirigés par des toubabs.
mais ZZ ne veut pas voir une entreprise qui a réuçu et qui avait à sa tête un vrai manager. car sa lui fait de l'ombre et si demain Aziz et SIDIOCA decide de nommé Heyine premier minstre?
MArie antoinete ne sera pas contante mais temps pi se sera ça ou la chute de tous et aziz tient a resté zncore au pouvoir.
le terrien.

Anonyme a dit…

J'ai lu et relu avec une tres grande attention l'ecrit de l'Officier de Police Sid'Ahmed Ould Taya. Je lui donne le benefice du doute et je demande tout simplement a' ce qu'il soit libere'. Il y a certes quelques zones d'ombre dans cette affaire mais elles ne sont pas suffisantes pour faire arreter un officier de la police. Le Mr. doit etre retabli dans ses droits!

Anonyme a dit…

Marie Antoinette ces jours ci est en colere permanente. De tres mauvaise humeure,tellement Mittal lui a promis de dizaines de millions de Dollars qu'elle ne voit qu'un et un seul Objectif:Vendre la SNIM a cet Indien et au plus vite. Elle a dit au Ministre des Mines qu'il ne fallait pas dans son point de presse parler de Rio Tinto qui est le Concurrent direct du reve indien de Marie Antoinette. Mais Mint El boukhary a fait encore plus en demandant au PM ce matin de preparer une serie de reunions et de Conferences de Presse pour expliquer l'URGENCE de LA CHOSE.
Ahmed Babe-Khattou ne peut plus poser pied en Mauritanie,il est nuit et jour avec les Indiens pour rassurer sa Patronne qu'il sait comment remplir sa mission. Pour cela il a pris la decision selon ses proches de rester avec Femme et enfants a Paris jusqu'au jour combien Heureux de l'adjudication de SNIM a Mittal. Khattou dit a tout le monde que ce jour est plus important pour elle que ke jour de l'election de SIDIOCA sinon plus important. ZZ multiplie en douce le soutien au camp de Rio-Tinto qui est celui des Idawali sous la houlette de Taleb ould Maouloud Representant officiel de Rio Tinto dont il a pris la defense avec Mohamed ould Noueiguedh dont la mission est de mettre ZZ au camp de Rio. Deux autres concurrents sont en lice BHP avec Bouamatou et CVRD avec Tijani Alhousseini.
Khattou a promis a Mittal que fin Novembre tout sera fait.

Anonyme a dit…

Attention il faut corriger sur la SNIM . Khattou a inclus ould Noueigued dans le camp de Mittal. Ahmed Babe-Khattou a recu les instructions en ce sens. Donc ZZ revient a la raison pour renforcer le Camp Khattou-Mittal

Anonyme a dit…

On a ELYCOM et on aura bientot
Khattou-Mittal

Anonyme a dit…

Je n' ai pas aimé certains des propos du ministre surtout quand il parle d'une éventualité : la SNIM va demandé à l' état de payer ses travailleurs. Il délire dépuis quand l'état paie les employés des entreprise en faillite?
La snim n'est pas en crise Mr le ministre! et c'est dans l'autre sens que le fric coule c'est l'état qui quémande à la snim aussi bien les sous que les services. faut pas dire n'importe quoi! mais vous pouvez faire n'importe quoi des parts de l'état dans la SNIM et de tous les autres deniers publiques.
Moi, je comprend qu'en cas de crise l'état ait besoin de liquidité : mais faut avoir le courage de le dire. Il y a une différence entre acheter des actions de la SNIM sans que cette dernière change et investire de nouveau pour développer la SNIM.
Que fait notre indien : il finance le nouveau développement de la SNIM pour produire 20 MT ALD 10 MT ou il achète 30% de la SNIM en gardant le même niveau de production.
La direction de la SNIM et son staff est elle associées au choix de solution. Pourquoi le DG de la SNIM n'était pas à la conférence pour confirmer qu'il a des problèmes et qu'il a fait appel à l'état.Le personnel de la SNIM (les délégués) sont au courant de cette crise majeure , première de son genre (vente, demande à létat de payer ses travailleurs). Le DG doit faire une communication pour informer le citoyen, les responsables de la snim et les travailleur. Mais silence est contraire à l'esprit de transparence qui a été toujours le sien.

Anonyme a dit…

Cette vente ne concernent ni le DG de la SNIM ni les travailleurs.
L'état - propriétaire de 78% de la SNIM - a le plein droit de liquider une partie de ses actions et il n' a besoin de l'aval de personne pour le décider.

Anonyme a dit…

Au dernier anonyme de 13:19

L'état est un concept, une notion. Pour se concretiser, il confie la gestion de la compagnie a un ADG pour parler le jargon local de la SNIM. Donc, c'est quelqu'un de central dans toute cette question et en plus il a une meilleure connaissance de la boite que ce ministre hésitant et titubant a qui on a grabouillait quelques "mauvaises notes" pour meubler sa conference de presse.


Autre chose, il ne fait pas negliger les travailleurs de la SNIM, c'est eux qui ont deja donné de leur sang pour cette entreprise et pour les conditions du travail dans cette boite, et voulez-vous les effacer du jour au lendemain, comme si ces 5000 personnes n'existe pas, ne compte pas,... Si SIDIOCA -ou sa femme- continue sur cette lancée, c'est vraiement la voie ouverte vers le prochain coup d'état militaire qui aura pour justification la defense des interets économiques suppreme de la nation. Certaines personne a Nouakchott pense meme que tout ca est maniguencé par des militaires qui souhaitent créer des conditions justifiant de "virer le vieux" avec une grosse commission pour Khatou er Reprendre un pouvoir qui leur appartient de droit..

Anonyme a dit…

Ano d'en haut,

Je ne feux pas parler de personnes, en l'occurence du ADG de la SNIM ou du Ministre des Mines. Ce qui m'inquiete c'est la virée du gouvernement qui me semble dangereureusement se poindre a l'horizon. Avec les barons du PRDS a l'affut, c'est tres facile. Regardez son entourage et il me semble retomber dans le meme etau que Ould Taya. Je ne crois pas encore a cette histoire de Khattou impliquee. C'est peut-etre le debut d'une campagne qui annonce le retour en arriere ...

Anonyme a dit…

Ano: On a ELYCOM et on aura bientot
Khattou-Mittal

Reponse: tu as oublié Aziz le gardien.

ouldmauritanie a dit…

Mes condoléances au Pr. ELY Mustapha ainsi qu'a sa famille meme si on ai pas les meilleurs amis du monde sa merite pour moi plus qu'un simple commentaire

Inna lillahi we Inna Illeyhi Rajioun

condoléances

Anonyme a dit…

le fait de vendre la SNIM n'est pas mauvais en soi même s'il est justifié.
Mais ce qui fait la nausé et vraiment emmeradnt ce que les decideurs de ce pays se composent d'une racaille (houthala) comme : ...................

Anonyme a dit…

Ano 12:47

Je suis tout a fait d'accord avec toi, sauf qu'il faut dire la vertié le gouvernement actuel est le pire que la Mauritanie ait connu depuis l'independance... On a beau leur accorder le temps qu'il faut il ne semblent capables d'assumer leur responsabilité.

Maintenant, le parti qui est en gestation, avec l'aval, l'accord, la bénédiction de SIDI - a travers Ould Waghv (scandale Air Mauritanie) et Ahmed Baba Miske (Le Sahraoui) - sera une copie conforme certifiée du PRDS, rien qu'a voire les guelles de commissions pour se rassurer : entre Boidel, Khatar, Mint Khatri, Kaba O Elewa... J'en passe et de plus pourris...

On va vraiement vers une catastrophe...

Anonyme a dit…

Le commentaire du dessus est adressé a l'Ano de 14:27

pygmalion a dit…

بدأت وزيرة التعليم منذ الأول من اكتوبر جولتها التفقدية للولايات الداخلية ، وبعد أن زارت الحوضين و لعصابه عادت أدراجها إلى انواكشوط لقضاء عطلة الفطر ، وفي أول أسبوع دوام يلي العيد نتوقع ، نحن أساتذة كوركل ، أن نحظى بشرف لقائها و لا شك أنها ستسمع منا ما هو أكثر من عبارة : "عيد فطر سعيد".

منذ أن أصبحت وزيرة سعت هذه السيدة الحديدية إلى أن تتصدر المشهد و تخطف الأضواء بمزاعمها الاصلاحية و تمكنت في فترة وجيزة من خداع الجميع بمن فيهم رئيس الجمهورية الذي لم يعد يفوت فرصة للتعبير عن إعجابه بسيدة الادعاءات الفارغة هذه!

لا عجب أن تحظى طرق الاصلاح الاستعراضية باعجاب العوام فقد سبق أن صفقوا لولد اكيك عديم الكفاءة ، والفاسد ، حين حرم الموظفين ، فترة وجيزة ، من ترف التجوال في السيارات الحكومية ، ذلك أن الانسان العادي لا يملك فكرا جدليا يحلل الأمور يرؤية ثاقبة و هو ينساق في الغالب وراء الاثارة ، فضلا عن أنه مولع بتهريج البهلوانيين.

في مقاربتها الاصلاحية نجحت وزيرة التعليم في ملامسة القشور دون أن تغوص في جوهر القضية و لم تتعد محاولتها الجريئة حدود تسجيل المواقف ، وهذا لا يعني شيئا آخر أكثر من أحد أمرين : إما أنها لا تريد الاصلاح حقا و تسعى من وراء جعجعتها الصاخبة إلى بناء مجدها الخاص ، أو أنها ترمي إلى الاصلاح فعلا وما يعوزها في الحقيقة هو الكفاءة الضرورية لإنارة الطريق إلى هذا الاصلاح.

لقد انصب اهتمام السيدة الوزيرة على اصلاح الوزارة إداريا وفي سعيها لتحقيق هذا المطلب أطاحت بأهم ركنين من أركان نظرية الاصلاح الاداري : المأسسة و اللامركزية .

لقد بدأ الأمر خلال العطلة الصيفية حين قامت الوزيرة بالايعاز لبعض المقربين منها في الوزارة بالترشح لمسابقة مديري التعليم الجهوي ، تلك المسابقة التي حوت شرطا غير دستوري هو اتقان اللغة الفرنسية إضافة إلى بعض الشروط التي تظهر بشكل جلي أنها فصلت مسبقا على مقاس أزلام الوزيرة.

إن الخطوة المنطقية التي يمكن لشخص ذي فكر منهجي أن يتوقعها بعد نجاح الوزيرة في تعيين مدراء مقربين منها هي : أن تبقي على صلاحياتهم الوظيفية هذا إذا لم تقم بتدعيمها و زيادتها ، لكن ما حدث هو العكس تماما فقد عمدت الوزيرة إلى تقليص اختصاصات المدراء الجهويين في إطار عملية إعادة مركزة شديدة للقرار التربوي ، وفي خطوة غير مسبوقة عكفت الوزيرة على إعداد لوائح تحويلات الأساتذة من مكتبها المكيف في انواكشوط ، مبددة وقتها الثمين في عمل من اختصاص الادارات الجهوية و معرضة هيبتها و ثقفنا في حكمتها لهزات لا تنتهي.

و لأنه لا يمكن للمرء ، حتى لو كان وزيرا ، أن يقفز على الواقع تم نقض عمل الوزيرة في أول أسبوع من العمل الدراسي و اضطرت فيما بعد ، أمام احتجاج مدراء الثانويات ، للتراجع عن تحويل أو إعادة تحويل أساتذة السنوات النهائية ، ذلك أن الوزيرة الغريبة عن العمل الميداني ما كانت لتتصور قط أن قلة فقط من الأساتذة هي التي تجرؤ على تدريس السنوات النهائية .

إن أي إصلاح لا يأخذ بعين الاعتبار مأسسة الفعل الاداري هو دون شك "اصلاح" مرتبط بشخص فاعله و لن يبقى بعد ذهابه و الأخطر من هذا أنه غير قابل لأن يراكم عليه ، والوزيرة التي تصر على أن يظل كل شيء تحت قبضتها ستضمن في أحسن الأحوال ذكرا طيبا لعهدها دون أن تقدم شيئا يذكر لمستقبل التعليم في موريتانيا.

لقد حوى القانون المنظم لتحويل وترقية الأساتذة بندا مضحكا وظلاميا ، يرصد نقاطا لعدد الأبناء ما يعني أن الوزيرة تريد من كل أستاذ أن يتحول إلى ثور تخصيب يتسلى بانجاب الأطفال.
إنه لأمر مخجل أن تختبر الوزيرة قدراتنا الانجابية و تطلب منا التدخل بأعضاء أخرى غير أدمغتنا من أجل الحصول على حق في التحويل أو الترقية .

ترى ماذا نفعل إزاء وزيرة تعتبر الشهوانية مرادفا آخر للكفاءة غير تخصيص ميزانية من الراتب الضئيل لشراء الحبوب الزرقاء!

أظهرت الوزيرة أيضا عيبا نفسيا في شخصيتها لدى التعاطي مع بعض الأزمات التي فشلت في إدارتها كإضراب الأساتذة عن ملتقيات " مقاربة الكفاية" و كان عنادها غير المسؤول والصبياني وراء هدر مبالغ مالية ضخمة وزعت على المفتشين رغم مقاطعة الاساتذة التامة للملتقيات المذكورة.

كما عمدت الوزيرة عديمة الخبرة إلى تعقيد العمل الاداري باستصدار كم هائل من القوانين غير المجدية و أغرقت موظفي الوزارة في دوامة لا تنتهي من العمل المضني والممل و تركتهم يقضون أيام دوامهم في دراسة ملفات تحويل الأساتذة وحساب نقاط الأقدمية و كم لدى الأستاذ إكس من أولاد وما إذا كان قد أنجب طفلا في العام الدراسي الماضي!

ينبع ميل الوزيرة إلى اصدار القوانين من تصور كلاسيكي مغلوط يعتقد مناصروه أن الفساد تمكن محاربته بسن القوانين بيد أن التصور الجديد يدحض هذه المزاعم ويرى أن مضاعفة القوانين تضاعف إمكانيات الفساد.

Anonyme a dit…

Comme l'a dit le pr Ely Moustapha sur son blog et avec lequel on est d'accord, le problème n'est pas de vendre la snim, le problème c'est que cela ne servira à rien:
si de l'argent rentre , il va être bouffé par la mafia et on aura tout perdu. Donc mieux ne pas vendre la SNIM.

Anonyme a dit…

Entierement d'accord avec toi. C'est le probleme

Anonyme a dit…

Qui de nous en dehors du systeme ne ferait pas la meme chose (corruption) une fois dedans ?

Anonyme a dit…

a Ould Mauritanie,
merci et comme tu le dis souvent banzaiiiiiii sa prouve que tu es un grand

Anonyme a dit…

Khattou-Mittal ne passe pas la fete au Palais. Memvegha et son "retour" sera le jour de la signature de la vente de la SNIM a Mittal

Pr ELY Mustapha a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Pr ELY Mustapha a dit…

Merci à vous tous.

Je tiens en mon nom et au nom de ma famille à vous adresser à tous dans ce blog, et quel que soit l’endroit où vous vous trouvez, mes sincères remerciements pour les condoléances que vous m’avez adressées.

Tout en souhaitant à l’occasion de cette fête bénie de Aïd El Fitr, qui clôture ce mois sacré de Ramadan, que jamais un malheur ne vous frappe, ni vous ni votre famille.

Et que notre mère-patrie, la Mauritanie, la mère de tous, qui nous unit au-delà de nos différences et de la distance, puisse continuer à nourrir pour ses enfants l’espoir d’une vie meilleure.

Avec mes vœux d’une fête de Aid El Fitr, remplie de joie et de bonheur dans toutes les familles mauritaniennes et musulmanes , en Mauritanie, et dans le monde.

Pr ELY Mustapha

rimo a dit…

salut tous ,

mes condoléances prof Ely Mustapha.

mais qui me présentra celles d'ELMOUSTAVA: SALLA ALLAHOU alayhi weçelleme ....


inna lillahi we inna ileyhi raji3oun



c'est la fête aujourd'hui au pays , donc je profite pour passer un grand bonjour national à tous mes concitoyens et en particulier les amis du canalh .

je profite pour vous demander le pardon réligieu qui consiste à tourner la page oubliant toutes les malententes et les rancunes .


Bientôt la toussain , alors il me vient à l'idée de faire un crochet chez couli pour la soirée de Halloween .
je me déguiserai en colonel moustachu mais je ne trouve pas citrouilles , alors je me suis dit que je pourrai me servir d'un legume semplablable qui pousse dans le walo ou le diéri: nadjeu .
qu'est ce qu'il faut que j'apportes comme cadeau ?
le mieux c'est d'amener un kdeim-light
pour éviter tout effet de vertige .


oups!! je dois liberer la machine


à demain

maatala a dit…

Salam

Cher amis

Par cette journée béni de Dieu , une prière et une pensée pour notre maman qui a rejoins son créateur, car pour elle comme pour nous, ce retour est et sera "LE GRAND AID" que nous attendons tous.

Bon aid el Fitr

maatala



Je vous souhaite bonne féte de l'Aid El Fitr

Yanis le R. a dit…

Salut à tous

Je joins ma prière à celle de Maatala et je vous dis à tous bonne fête.

Je suis plus convaincu que jamais qu'il faut se donner la main pour ne pas laisser la Mauritanie, notre pays à tous, aux mains de prédateurs.
Pourquoi ne pas chanter alors en ce jour la ballade "la ronde autour du monde"?

Il faut toujours pester, crier, gémir si la voix ne porte plus mais ne jamais se taire et ne jamais donner de delai ou préavis aux Roumouz El Vessad. La mort annoncée n'a pas besoin de delai...
L'adage maure dit qu'il faut confier son bien au voleur mais pas sa patrie, son bien le plus cher...

Anonyme a dit…

Mes meilleurs voeux a' tous les lecteurs et participants de canalh.

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Le chef de file de l’opposition démocratique en Mauritanie, Ahmed Ould Daddah, a rejeté avec force mardi dernier la possibilité pour le pays d’accueillir le siège du futur Commandement régional militaire américain pour l’Afrique (Africom), estimant que cela exposerait son pays."

L'opposant officiel se réveille

Le citoyen Lambda (ente vem) se contrefiche d'africom car il a des préoccupations plus basic.


Africom ou bidulecom pour lui c'est avant tout: combien cela nous rapportera , le reste c'est de la masturbation intellectuelle.

Le Fric et peut importe son origine telle semble être le Tube à la mode dit le FOU

maatala

maatala a dit…

Salam

X mon frère

Les idéalistes dépressifs vont lancer contre toi une plainte pour :

"Non assistance à peuple en Danger"

Encore un qui confond vacances et retraite dit le FOU

Fraternellement

maatala

maatala a dit…

Salam

il a dit:

"L'energie qu'on met à durer, on ne la met pas à faire"

Il a dit aussi:

"Gouverner, ce n'est pas attendre , c'est agir"

Taya est Sidioca se sont reconnus dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

A toi de même et bonne fête à ta famille Couli. Il faut signer, car il est difficile aux autres de savoir qui a envoye ce heureux faire-part. Le "a'" c'est ta signature, je presume.
Sherlock Holmes


Mes meilleurs voeux a' tous les lecteurs et participants de canalh.

13 octobre 2007 00:09

Anonyme a dit…

Maata:

Je tiens tout d'abord a' presenter mes meilleurs voeux a' son Excellence Moawiya Ould Sid'Ahmed Taya. Il ne sera jamais oublie'. Il est et il restera toujours aime' par le peuple Mauritanien. Il est un grand dirigeant qui a fait de grandes realisations pour la Mauritanie. Nous lui en sommes tres reconnaissants!!!!!


Mr. Ahmed Ould Dadah est un citoyen Mauritanien qui a le droit d'exprimer ses opinions. Il faut tout simplement dire qu'il se trompe a' propos d'une eventuelle installation d'une base Americaine en Mauritanie.

Ici aux USA, les dirigeants locaux, les senateurs, les depute's et la societe' civile se mobilisent toujours afin que les bases militaires qui se trouvent dans leurs etats, villes et/ou localite's ne soient pas ferme'es.
Ils comprennent tous les avantages qui viennent avec les bases. Vous pouvez egalement prendre l'exemple des villes Mauritaniennes ou' nous avons les regions militaires. Vous constaterez avec moi que la presence des militaires dans lesdites villes, est un facteur positif pour les economies locales.

La presence d'une base militaire Americaine en Mauritanie ne peut qu'etre une contribution positive a' l'economie nationale (creation de plusieurs emplois) et a' la stabilite' du pays.
Il faut toujours vous mefier d'une fausse fierte' et faire ce qui est bon pour la Mauritanie. Ceux qui vous disent qu'aucun pays Africain ne veut de cette base, ne font que mentir. Le gouvernement du Liberia a deja exprime' ses voeux d'accueillir la base.

Il faut egalement dire que l'Amerique n'a aucune intention de controler la Mauritanie militairement. La base en question, existe deja. Elle est installe'e en Allemagne. Ce sont donc les Allemands qui trouvent les retombe'es economiques de l'unique base Americaine destine'e a' l'Afrique. Les Africains doivent penser avec leurs tetes et non avec leurs coeurs. La position de l'Afrique du Sud peut se comprendre. C'est elle qui mene la campagne afin que cette base ne soit pas accepte'e sur le continent Africain. Ce pays est la premiere puissance militaire en Afrique, elle fabrique plusieurs armes qui sont vendues dans plusieurs pays Africains. Ce pays ne fait que defendre ses interets. La Mauritanie doit defendre les interets Mauritaniens.

Pour terminer, soulignons que les aggressions economiques que les pays Africains sont entrain de subir en ce moment meme, sont extremement devastatrices. Elles n'ont pas besoin d'une presence militaire quelconque. Elles ont tout simplement besoin d'un petit bureau de la Banque Mondiale, d'un sale bureau du FMI et d'un gouvernement corrompu pour s'accaparer de toutes les ressources d'un pays. ILS METTENT TOUT SUR LE MARCHE'! TOUT EST A' VENDRE! Ils ne laissent absolument rien aux peuples Africains. Nos peuples sont abrutis, appauvris et brutalise's. Les gouvernants qui n'ont aucune pitie' des femmes et hommes qu'ils sont charge's de "diriger", vendent tout puis se transforment en collecteurs d'impots. SI COMBAT EXISTE, IL DOIT ETRE DECLARE' CONTRE CES PRIVATISATIONS ET CES VENTES SAUVAGES QUI NE FONT QUE DETRUIRE TOUS PEUPLES.

PS.
Je suis capitaliste et je suis pour l'initiative prive'e mais il y a des conditions qui doivent etre respecte'es.

Le chemin de fer Dakar Bamako, l'Office du Niger, le port de Dakar, La SNIM (AVEC SON CHEMIN DE FER et le Port de Nouadhibou)...etc, sont tombe's et/ou vise's par les institutions financieres INTERNATIONALES ET CRIMINELLES! Dans chacun des cas, c'est une tres grande entreprise et/ou une tres grande infrastructure NATIONALE qu'on veut vendre aux capitaux etrangers.
SI NOUS N'AVONS PAS AFFAIRE a' UNE RECOLONISATION PURE ET DURE DU CONTIENENT AFRICAIN, J'AIMERAIS BIEN QU'ON ME DISE a' QUOI NOUS AVONS AFFAIRE.

maatala a dit…

Salam

Dear Couly

Tu dis:

"Most ( Moawiya Ould Sid'Ahmed Taya) ne sera jamais oublie"

Rassure toi "Le plus grand criminel de l'histoire de Mtanie" (dixit Mahfoud) ne sera jamais oublié.

tu dis:

"Les gouvernants qui n'ont aucune pitie' des femmes et hommes qu'ils sont charge's de "diriger", vendent tout puis se transforment en collecteurs d'impots"

Tu parles bien de MOST, qui a collaborer avec ces institutions et leurs a présentés de chiffres truqués (ZZ ente vem).

Tu parles d'un oubli, oh que non , car un tel Cador qui a réussi à nous bananer et bananer la BM cela ne s'oublie pas.

Sidioca ne pourra éviter la faillite dans laquelle MOST nous a plongé

Quant'à Daddah c'est un NAZE et un LOOSEUR qui croit qu'il doit mobiliser sa secte autour de thèmes très éloignés du quotidien des Mauritaniens.

Africom pour ceux qui défileront c'est du KURDE, par contre la santé ,l'eau ,l'éducation etc... en plus de l'inaction de la momie SIDIOCA c'est du causant et du sur-concret.

Par ailleurs ta base à la con c'est uniquement dans l'intérêt de RICAINS.

Il peuvent installer leur bidule là ou il veulent chez nous, car la présidente brade tout en se moment.

Ils nous choisiront car nous avons des atouts : du Whisky, de la came et de la prostituée en chaleur, en prime de l'apprenti barbu terroriste potentiel pour se faire la main (Abougraybe)et des KINES de service (DAMIS ET DEDDAHI).

Surtout qu'ils n'oublient pas leur drapeau, auquel il ajouteront une étoile représentant la Mauritanie.

La Pancarte "BLED DE CONS" à louer est déja prête dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Couli,

Take it easy, man. A-

Anonyme a dit…

Cher mauritaniens :
Foutez vous le doigt dans XX XXX jusqu'aux coudes. Vous avez été XXXXX. Je vous ai prévenus en vous disant : évitez sidioca à tous prix. ce sera un autre TAYA. c'est le candidat des militaire, Ils achète des carte par le bien de l'état. Il est soutenu par tous les roumouz lvessad. mais vous ne voulez rien entendre! C'est bien pour vous : les déportés? les prix, messoud à l'assemblé, M'baré au sénat, khatou à la présidence chateau qu'elle parle de vendre si l'indien cherche une résidence,Africom et autre, rien dans la caisse. Le malheur c'est que vous avez entrainé un pauvre peuple qui ne veut que vivre tranquillement attendant la mort.
Tenez vous bien unministre parle d'une stratégie pour la snim pour prévenir la chute des prix de 2013.
Monsieur le misintre il est plus logique à mon sens de s'occuper des problème actuels(2007&2008) : déportés, hausse des prix,drogue, insécurité, Africom, avant d'aller prévenir les crise de 2013.
Je demande solonellement à AOD de laisser la Mauritanie à son sort et d'éviter toute candidature. Vous avez donné deux chances aux mauritaniens : une pour éviter TAYA en 92 et une pour éviter la crise actuelle et sidioca.Mais ils sont les ôtages des roumouz Lvessad.
Vous avez fait énormement de sacrifices non récompensées. Trouver vous une autre raison d'être ce qui sera facile pour vous. Je suis sûr que tu aurez mieux traité les déportés, que tu aurez redressé l'économie,que tu aurez réduit les charges de l'état assainie ses dépenses et choisie une autre équipe capable elle de mener à bien les missions 2007&2008 avant ceux de 2013. Avec un d'ordre dans les idée on peut définir les urgences. On aura tout le temps de prévenir la chute des prix de fer de 2013 qui n'est pas encore sure. Les déportés sont toujours au Sénégal mais l' état mauritanien a reconnu sa responsabilité. Ca ne lui coute rien vues toutes les responsabilités qu'il bafoue. l'eau , l'éléctricité, les produits alimentaires, la sécurité, les relations avec Israel ... Une responsabilité de plus ou de moins c pas génant. Je me dis : les mauritanien vont ouvrir l'oeil comme on dit et vont être vigilants pour les prochaines occasion Eh ben non : ils vont encore être plus bornés et écouter les roumouz lvessad : les hauts fonctionnaires, les ambassadeurs, les directeurs d'entreprises publiques. Ils vont encore vendre ce qu'ils de plus précieux leur opinion. et pour ça même les intellectuels n'échappe pas.Entre AOD et Sidioca c'était clair comme le jour et la nuit. Et voilà, il nous a fallu 6 mois de marche à taton pour savoir qu'on a été XXXXX.
que peut on faire alors?

Anonyme a dit…

Ca tu as raison : Entre sidioac c'était clair comme le jour et la nuit. mais il y en a qui prefaire la nuit pour détourner, voler, s' enrichire ...

Anonyme a dit…

Les Mauritaniens savent bien qu' AOD allaient regler tous ces problèmes et malgré ça ils ont voté massivement Sidioca. C'est une obtination. C'est une fatalité.
c'est une damnation. L' élécteur doit se sentir responsable de la gestion de son candidat. Quand il y a trois jours sans eau ni éléctricité il doit se dire je suis le responsable car j' ai voté Sidioca. La poubelle, les prix, ...
il doit se dire à chaque fois je suis le responsable car j'ai voté sidioca.Les votant sidioca on les rencontre tous les jours ils ne se sentent pas responsable de la faillite de la Mauritanie.

Anonyme a dit…

Certains ne font plus les éloges de SIDIOCA mais pour aures choses : ils n'ont été nommés (voilà la mentalité du mauritanien).

Anonyme a dit…

Jugez sidioca quand il dit les prix sont normaux.

Anonyme a dit…

Cadeau empoisonné comme d'habitude. A éloigner de l'État-Major. Avec l'hotel de la SNIM, l'offre de lits serait superieur à la demande. purquoi accepter après le le Leader nous ait insulté. Est-ce la raison de la visite de Ely apres les elections? A verifier ...

===============

14 octobre 2007 : Mauritanie/Libye: Construction d’un hôtel cinq étoiles par les libyens à condition que…

Des sources généralement bien informées ont déclaré à Nouakchottinfo.com que le Bureau libyen pour l’investissement extérieur a décidé, en coordination avec la Délégation mauritanienne pour la Promotion de l’Investissement dans le secteur privé, de construire, à Nouakchott, un hôtel cinq étoiles en signe de lancement de ses activités en Mauritanie.

Seulement, indiquent nos sources, le Bureau libyen a posé ses conditions qui sont l’obtention d’un terrain dont il choisira l’emplacement en précisant que le futur hôtel devra être construit en lieu et place soit de l’ENA (école nationale d’administration, sise sur l’avenue Gamal Abdel Nasser), soit de l’ancien Ministère de l’Enseignement Supérieur qui la jouxtait ou soit du Lycée Technique en face de l’Etat-Major de l’Armée Nationale.

Les autorités mauritaniennes auraient donné leur accord et n’attendraient plus que le début des travaux de construction de cet hôtel cinq étoiles qui démarreront très prochainement.


Les observateurs considèrent que cette condition libyenne de choisir un lieu donné ne manque pas d’arrogance et se demandent si, à l’avenir, les investisseurs ne demanderont pas les bureaux de la Justice ou de la Présidence ou n’importe quel bâtiment, symbole souveraineté nationale.

Nouakchott Info

Note: Info source : Nouakchott Info

Anonyme a dit…

Kadaffi paie aussi les services de quelques compatriotes que nous connaissons bien. N 'est-ce pas Ely?
Maawiya Ould Sid'Ahmed Taya

maatala a dit…

Salam

Lu sur le blog du prof Ely

Les non-dits qu’il faut dire

C’est sûr que le processus de cession de la SNIM va bon train, on sait que l’Etat a besoin de financement . Aussi depuis que la cession d'actions de l’Etat dans la SNIM est devenue une information non douteuse et que les officiels se sont mis à argumenter sur les différents médias, il est important qu’au moins dans cette affaire les responsabilités soient bien définies.
Aussi leur discours tenant à quelques argumentaires ils ne résistent pas à la critique car ils éludent des « non-dits » qui sont davantage importants pour comprendre les enjeux.

Premier argumentaire : Vendre au privé, donc meilleure gestion, meilleurs rendements donc profit pour l’Etat.


Le fondement de l’argumentaire : La rentabilité financière actuelle de ce projet minier lourd est faible. La longueur des transports et la faible quantité produite sont des inconvénients qui n'ont pu être surmontés, faute d'investissements adéquats. Les entreprises minières s'engagent aujourd'hui dans une course aux gains de productivité, qui reposent sur les capacités d'investissement et d'innovation. Aujourd'hui, la rentabilité ne dépend plus seulement du développement du volume de production, mais de la compétitivité de l'entreprise minière face aux leaders mondiaux. La SNIM se doit de s'y soumettre.

Les non-dits de l’argumentaire : La gestion privée de ressources publiques notamment naturelles a montré à travers la planète que cela a toujours été au détriment de ceux qui concèdent aux multinationales cette gestion et particulièrement quand il s’agit de pays en voie de développement. Et cela pour deux raisons fondamentales :


- D’abord d’un point de vue de la rentabilité, il ne fait pas de doute que l’Etat se verra verser des montants conséquents mais à quels coûts? Bien entendu en contrepartie d’une surexploitation des gisements. Cela signifie que la société guidée par un esprit de profit immédiat, profitant des hausses du prix du fer va se livrer à une exploitation effrénée de la ressource minière et l’on sait ce qui va arriver. Ces ressources seront épuisées plus vite, trop vite. Laissant un pays exsangue et des générations futures sacrifiées à un profit immédiat.
En effet, les réserves de minerais de fer étaientestimées , en 2001, à 185 millions de tonnes de minerais d’hématite allant de 60% à 68% de fer et 660 Mt de qualité inférieure de minerais de magnétite allant de 36% à 40% de fer. La SNIM est pour l’instant le seul producteur de concentrés de fer dans la province de Tiris en produisant plus de 12 Mt de concentrés de fer par an, dont la majorité est exportée vers l’Europe. Les gisements de Guelb el Aouj sont estimés à 500Mt de minerais de magnétite. Une accélération de cette production va entrainer d’énormes conséquences sur la durée de l’exploitation et des conséquences dramatiques sur l’environnement naturel et humain.


- Ensuite l’absence de structures de contrôle et de suivi de la production de l’entité par l’Etat hôte (la Mauritanie) entrainera certainement tous les excès. Il existe certes des structures nationales qui ont été mises en place, telles celles issues du projet Prisma chapeauté par le ministère des mines, mais que valent ces structures face aux géants mondiaux et à leurs moyens énormes et incontrôlables de détournements des ressources nationales?

Second argumentaire : Rendre la compagnie plus compétitive en prévision des chutes attendues dans les prochaines années du prix du fer sur les marchés mondiaux.

Le fondement de l’argumentaire : Le fer se vendra mal. La production de la SNIM et décroissante et cela est dû à une mauvaise gestion de ses contrats et à une demande faible du minerai. Il faut donc un partenaire mondial capable de « booster » cette demande et de placer le fer mauritanien sur les marché mondiaux au meilleur prix.

Les non-dits de l’argumentaire : Le fer, au contraire, se vend bien. Les cours mondiaux en attestent même dans la conjoncture actuelle. La demande actuelle est forte et jamais des perspectives de demande de fer dans l’avenir n’ont été aussi prometteuses. La demande asiatique, européenne est américaine est en accroissement continu.
Quant aux grands importateurs de fer, tous les experts s’accordent sur la crise minéralière en chine qui constitue même « une menace potentielle » pour ce pays.
D'après l'administration géologique chinoise, tel que le rapporte le « quotidien du peuple » la consommation considérable des dépôts minéraux et des réserves pétrolières en Chine entraînerait une grave conséquence : dans les trente années à venir, l'offre de minerais sera inférieure de deux à cinq fois à la demande potentielle, ralentissant ainsi le rythme de croissance de l'économie chinoise considérablement. Dans un rapport conjointement signé, le Centre de Recherche globale sur les Ressources minérales et l'Académie chinoise de la Géologie ont brossé le tableau de cette crise.


Le Centre de recherche stratégique sur les ressources minérales du globe prédit que la Chine a besoin de 240 à 260 millions de tonnes d'acier d'ici 2012 - 2014 et aura besoin de 5,3 à 6,8 millions de tonnes de cuivre d'ici 2019 - 2023.

Et ceci comprend seulement la moitié du tableau : le minerai de fer en Chine ne pourra subvenir aux besoins de l'industrie sidérurgique chinoise que pour une durée supplémentaire de vingt ans. Cela signifie que cette dernière aura besoin de 300 millions de tonnes de minerais dans les vingt ans à venir, dont la teneur en fer compterait pour la moitié du dépôt en fer vérifié en Chine.


Guang Fengjun, un expert chinois a déclaré que les ressources naturelles dont la Chine avait le plus besoin comprenaient : le pétrole, le minerai riche en fer, le minerai de manganèse, le minerai de cuivre et la sylvinite. Etant donné que l'importation reste une option, la Chine possède des chiffres d'importation prodigieux dans ce domaine : en 2001, 60,26 millions de tonnes de pétrole, 92,31 millions de tonnes de minerai de fer sous forme de sable, 1,71 millions de tonnes de minerai de manganèse, 2,26 millions de tonnes de minerai de cuivre pur et 5,43 millions de tonnes de d'engrais de potasse ont été importés.


Quant aux prévisions sur la baisse à venir des prix du fer, elles sont contredites par les mesures de restriction que des exportateurs mondiaux de fer sont en train d’imposer à leurs exportations. Ce qui ne manquera pas d’avoir des répercussions certaines sur les prix mondiaux de ce minérai.


Ainsi Afin de protéger les sidérurgistes locaux et d'assurer une production de minerai de fer de qualité, les autorités indiennes ont mis en place une politique nationale en la matière. Dans ce contexte, de nouvelles dispositions ont été récemment prises avec en particulier l'abaissement des quotas d'exportation appliqués au minerai de fer pour les mines de Bailadila qui sont passé mi-2006 de 3 millions tpy à 2.7 millions tpy (tonnes par an) pour les minerais en morceaux (lump) et de 3.8 millions tpy à 1.81 million tpy pour les minerais pulvérulents (fines). Cependant, la baisse des quotas d'exportation ne concerne que les minerais de fer pulvérulents dont le contenu de fer est au minimum de 64%. Pour la Chine, l'Inde est le deuxième fournisseur de minerai de fer après l'Austalie.


D’autre part, suivant « l’usine nouvelle », le brésilien CVRD et le chinois Baosteel ont signé en décembre un accord sur une augmentation du prix du minerai de fer de 9,5 %, en 2007. Depuis, Baosteel s'est également accordé avec les australo-britanniques Rio Tinto et BHP Billiton.

L'accord sur les prix du fer, crucial pour le monde de la sidérurgie, est général. Companhia Vale do Rio Doce (CVRD) et Baosteel, qui représentait un consortium de producteurs de la République populaire, se sont accordés dès le 21 décembre sur une progression de 9,5 % du tarif du minerai en 2007. Selon un communiqué publié jeudi par CVRD, le nouveau prix de référence de l'unité de fer par tonne de minerai est compris entre 0,7211 et 0,7320 dollar, selon sa provenance, ce qui devrait porter le prix de la tonne de minerai autour de 45 dollars. Depuis 1994, c'est la première fois qu'un accord intervient aussi tôt, relève la banque d'affaires Macquarie.


Et au-delà du comportement des grands pôles minéraliers , il importe de savoir que la monnaie influe sur le prix des métaux .
La faiblesse d’une devise internationale importante telle que le dollar US accentue la volatilité des matières premières. Ainsi la baisse du dollar par rapport aux monnaies des pays producteurs de ressources naturelles peut entrainer des incidences importantes sur les exportation de ces pays et donc sur les prix sur les marchés mondiaux du fer.

Troisième argumentaire : la mauvaise gestion de la SNIM


Le fondement de l’argumentaire : La SNIM est une entreprise qui a besoin d’une meilleure gestion pour se hausser au niveau des standards internationaux et gagner en compétitivité. La cession de son capital en majorité aux privés permettra de rénover sa gestion et de renforcer l’innovation.
Les non-dits de l’argumentaire : La SNIM malgré sa dénomination "d’entreprise publique"est une société anonyme. Son régime juridique est celui d’une société commerciale, elle utilise toute la panoplie d’outils de gestion des entreprises commerciales. De sa comptabilité commerciale à son contrôle de gestion en passant par ses outils d’audit et d’analyse financiers , elle est outillée pour utiliser au mieux ses capacités commerciales , financières et humaines. La Snim figure parmi les 500 première entreprises africaines, elle est soumise à l’audit externe du cabinet Ernst &Young, et d’un audit interne qui touche aussi l’ensemble de ses filiales, elle a acquis d’importantes certifications (AFAQ,)et réalise un plan de formation de son personnel qui est en 2004 avait atteint un taux de réalisation de 46%.

En somme si des défaillances dans la gestion subsistent , la SNIM est une entreprise qui dispose de compétences nationales certaines est capable de les surmonter avec un soutien accru des pouvoirs publics à travers un plan-programme de développement et de rénovation auquel elle pourra financièrement contribuer. C’est autant dire que sur ce plan de gestion, l’introduction d’une multinationale dans son capital n’est pas fondée comme unique solution d’amélioration.


Quatrième argumentaire: besoin de financement public


Le fondement de l’argumentaire : Le budget de l’Etat souffre d’un déficit important et l’Etat a besoin de ressources financières pour continuer à financer ses grands projets d’infrastructure.


Les non-dits de l’argumentaire : Ce dont a besoin l’Etat c’est de couvrir les conséquences financières de la gabegie du passé et d’avoir une assise financière lui permettant de continuer sa politique. Seulement voilà, en pensant vendre la SNIM, l’Etat opte pour les solutions de facilité et pour l’argent facile. Ce qui aurait dû être pensé c’est d’élaborer une stratégie de rationalisation des choix budgétaires, de repenser l’hémorragie financière générée par les grands projets publics et surtout d’opérer un audit des finances publiques.


Un audit qui permettrait de dégager les postes budgétivores en auditant les ressources (en recettes propres et recettes d’endettement intérieur et extérieur), et leur emploi ( dépenses ordinaires et en capital) afin de saisir la réalité budgétaires et de mettre un terme au gaspillage et à la mauvaise gestion des ressources publiques.


Un audit des systèmes d’information budgétaires et financiers s’impose pour saisir ce dont l’Etat dispose ou ne dispose pas.
La preuve éclatante de ce chaos apparaît dans la contradiction entre les chiffres du déficit annoncés par le premier ministre dans son premier discours devant le parlement et ceux publiés par le Trésor public et la Banque centrale.

Un Etat qui ne maîtrise même pas les chiffres de ses finances ne peut s’aventurer à en combler le déficit. Enfin, l’audit permettra de dégager les responsabilités anciennes et nouvelles dans la gestion des ressources publiques afin que se dégage un consensus sur l’origine de tant de déséquilibres et de tant de déficits contradictoires et repartir sur des bases budgétaires et comptables saines. Sans cette garantie, les milliards qui proviendront de la SNIM suivront le cours de la traditionnelle gabegie et de la mauvaise gestion et le déficit réapparaîtra le lendemain et on verra refleurir les palais particuliers et les comptes en Espagne.
Quant au besoin de financement des grands projets de l’Etat (Aftout Essahli..), l’on est en droit de se demander où sont passés les crédits obtenus des banques internationales (dont le dernier vient de banques islamiques) si ce n’est pas pour financer les projets susvisés? Le financement de ces projets ayant été bouclé, les milliards provenant de la SNIM ne leurs seront certainement pas affectés.



Ce qui est encore plus curieux c’est cette focalisation sur la SNIM alors que l’Etat dispose d’autres ressources importantes pour se financer (pèche, pétrole..) tout en accroissant la productivité de la SNIM. La raison est à rechercher ailleurs que dans un fondement économique et financier. Et l’avenir le dira.

Cinquième argumentaire : dynamisation et développement de la région

Le fondement de l’argumentaire : L’implantation de la multinationale, va avoir un effet d’entrainement important sur l’économie locale en terme de financement des collectivités locales, d’emploi et d’infrastructures.

Les non-dits de l’argumentaire : tous les engagements du cessionnaire d’actions de la SNIM, se doivent de faire l’objet d’une convention entre lui et l’Etat Mauritanien or on sait depuis les avenants de Woodside ce qu’il en est de la capacité des pouvoirs publics de négocier dans l’intérêt du pays. Une présomption défavorable qui peut ne pas seulement prendre sa source dans la cupidité de ceux qui négocient, mais aussi dans le poids de l’interlocuteur étranger. Mittal a la capacité d’imposer ses points de vue sinon de faire passer un certain nombre de dispositions en sa faveur ; aguerrie qu’elle est à la prise de contrôle des ressources publiques des pays sous-développés et à la « négociation » avec les fonctionnaires. Mais le plus important dans ce type de convention, ce n’est pas de fixer ce que Mittal a le devoir de faire mais de savoir ce qu’elle n’a pas le droit faire.


Aucun engagement quelconque ne peut imposer à une entreprise liée par la loi de l’offre et de la demande sur le marché de ses produits et par la conjoncture économique de se lier par des constantes, notamment le maintien d’emploi, le maintien d’un bénéfice constant ou même de garantir des conditions de travail honorables pour les ouvriers.


Ainsi récemment a la suite de la condamnation de Mittal steel par le tribunal correctionnel de la Moselle (France), en dédommagement d’un ouvrier qui a perdu la vue dans un accident dans ses usines, les ouvriers ont protesté en soutenant qu’ils regrettent que « la direction de Mittal Steel ne soit pas nommément mise en cause dans cet accident. C'est elle qui, en supprimant des emplois, en sous-traitant au plus bas les travaux et en poussant les cadences, est la principale responsable. » (Lutte Ouvrière n°1923 du 10 juin 2005).

Plus près de nous , le groupe Arcelor-Mittal Algérie prépare un plan social qui se traduirait par la suppression de 3400 emplois selon le syndicat d’entreprise du complexe d’El-Hadjar. C’est ce que rapporte le journal « Libérté » (relayé par algerie-dz.com) qui mentionne : « Devant le mutisme qu’oppose la direction générale d’Arcelor-Mittal Algérie à ses revendications au sujet de la restructuration des organigrammes, le syndicat d’entreprise du complexe d’El-Hadjar se montre de plus en plus virulent. Les représentants des travailleurs accusent ouvertement, aujourd’hui, les responsables du partenaire indien d’avoir mis en branle un plan social dont l’objectif serait de réduire les effectifs du complexe à 5 200 travailleurs avant la fin 2008. » Le nombre des travailleurs actifs au sein du complexe était de 14 000 en 2001, et il est allé en diminuant.

C’est autant dire que tout engagement financier prêtera à caution. Quant aux infrastructures à mettre en place, l’on sait ce qu’il en advient lorsque le nouveau propriétaire des lieux s’installe. Tout investissement sera à la mesure des besoins de l’entreprise pas des intérêts nationaux.


C’est autant dire donc que la signature d’une convention ne garantie pas la suite heureuse des choses. C’est ainsi que relativement à la convention du fer libérien au profit de Mittal steel, les observateurs on pu noter que : « le contrat, de par sa formulation floue et favorable à Mittal, implique que dans la plupart des domaines essentiels, Mittal aura le contrôle de toutes les décisions majeures concernant le développement du projet. Dans le cadre du contrat, Mittal pourra en fait gérer à sa guise tous les objectifs qu’il a annoncés publiquement, et qui, au premier abord, paraissaient dignes de louanges. » (rapport Global Witness 2007).


Les leçons qu’il faut tirer de l’expérience : l'Accord d’exploitation minière du fer libérien conclu entre le Gouvernement du Liberia et Mittal Steel Holdings NV

En guise de conclusion et pour bien comprendre ce que tout Etat risque en négociant avec les multinationales du type de Mittal, nous vous présentons, ci-après, une expérience similaire à celle dans laquelle s’engage actuellement la Mauritanie. C’est l'amère expérience du Libéria relatée par Global Witness à travers l’accord d’exploitation minière conclu entre le Gouvernement du Liberia et Mittal Steel Holdings NV.



Dans cet accord Mittal s’est quasiment arrogé les ressources en fer du Libéria et il fallut pour ce pays renégocier cet accord. Ainsi tout au long de l’année 2006 des négociations ont été entreprises pour que le Libéria puisse regagner une partie de ses droits. En mai 2007 les négociations de cet accord aboutissent enfin.


Les développement qui suivent donnent exactement la dimension des pièges dans lesquels un Etat peut tomber et entrainer ainsi la confiscation de ses ressources naturelles, de ses infrastructure et même de son économie entière cas de la Mauritanie vue sa dépendance économique du Fer.

Dans sa convention avec le Libéria Mital s’est arrogée des droits faramineux et inimaginables. Comme « la liberté de fixer en toute liberté le prix du minerai de fer », « une exemption fiscale très importante de cinq ans renouvelable defaçon illimitée ! », « le transfert à Mittal du port minéralier et des infrastructures ! » etc.
Mittal avait ficelé une convention qui dépouillait le Libéria de sa richesse en Fer. C’est cette convention déséquilibrée qui entraina sa renégociation. Le Libéria a tenu d’âpres et longues négociations pour redresser la barre. Bien que ce pays n’a pas récupéré tous ses droits, il a limité les dégats.



Mais en sera-t-il de même pour la Mauritanie ?

Voici donc ci-après comment le libéria a failli être dépouillé de son fer et ce qu’il a pu récupérer par la renégociation deson accord avec Mittal Steel (actuel Arcelor-Mittal).

Le 28 décembre 2006, au terme d’un long processus de renégociation qui s’est déroulé pendant toute l’année 2006, le Gouvernement du Liberia et Mittal Steel AG ont signé un accord modifié, qui a ensuite été approuvé légalement par le Parlement libérien en mai 2007.



L’accord modifié, qui reformule presque entièrement les modalités de l’accord original, résout les problèmes les plus importants que posait celui-ci et offre au Liberia une vrai chance de retirer des avantages raisonnables du contrat de concession.


Les principales modifications sont les suivantes :

- Le problème majeur de l’accord original était qu’il permettait à Mittal de fixer en toute liberté le prix du minerai de fer. Or, c’est sur la base de ce prix que sont calculés non seulement le taux des redevances, mais aussi, en définitive, les revenus imposables du projet. En outre, la totalité du minerai de fer étant destinée à être vendue aux filiales de Mittal, l’accord incitait à établir un prix de transfert qui revenait à priver le Liberia de revenus conséquents. L’accord modifié stipule que la règle du prix établi objectivement devra être appliquée, c’est-à-dire que le prix sera indexé sur le prix du marché minéralier international.
- L’accord original offrait à l’entreprise une généreuse exemption fiscale de cinq ans renouvelable pour une période illimitée. La conséquence directe de cette disposition était de priver le Liberia de revenus imposables précieux. Cette exemption fiscale a été abolie.
- La structure du capital reste inchangée, mais les obligations du Concessionnaire sont désormais garanties par la société mère. Le ratio capitaux empruntés/capitaux propres de la société ne peut désormais être de plus de 3 à 1, et malgré cette condition, la part du Liberia ne peut être inférieure à 15 % de la propriété.
- L’accord original transférait au Concessionnaire deux biens publics importants du Liberia, à savoir le port de Buchanan et l’infrastructure ferroviaire entre Yekepa et Buchanan. Ces biens sont restitués au Gouvernement du Liberia et Mittal ne possède plus le droit exclusif d’utiliser ces installations.
- La clause de stabilisation était susceptible de compromettre le droit du Liberia à statuer dans des domaines importants de politique publique tels que les droits de l’homme, l’environnement et la fiscalité. L’accord modifié restreint considérablement la clause de stabilisation. Toutefois, cette clause se substitue toujours à la législation libérienne en matière d’imposition sur le revenu, de redevances et autres paiements dus au gouvernement, ce qui n’est pas conforme aux meilleures pratiques internationales.
- Les clauses de traitement équitable ont été supprimées. Leurs dispositions compromettaient la capacité du gouvernement à promouvoir des politiques économiques, par exemple en favorisant les entreprises locales ou en proposant des conditions avantageuses à d’autres entreprises étrangères. L’accord modifié permet à Mittal de continuer à bénéficier des mêmes conditions favorables pouvant être accordées par le gouvernement à tout autre intervenant dans le domaine de l’exploration ou de la production des mêmes minerais, dans des conditions économiques sensiblement identiques. Ce traitement équitable ne peut cependant être rendu rétroactif et n’est valable que par rapport à d’autres producteurs de minerai de fer.
- L’accord porte désormais uniquement sur le minerai de fer et non sur d’autres minerais non déterminés. Le droit d’exploitation d’autres minerais est désormais réservé au gouvernement et non à la société.
- Les dispositions de l’accord original, qui autorisaient la société à mettre en place une force de sécurité privée, ne définissaient pas correctement les limites de l’autorité de Mittal Steel, ni les modalités de fonctionnement de cette force de sécurité. Le nouvel accord stipule que les forces de sécurité privée devront opérer dans le respect de la loi et conformément aux « Voluntary Principles on Security and Human Rights », principes volontaires en matière de sécurité et de droits de l’homme. Même si cette décision constitue une évolution positive, un engagement envers un code de conduite purement volontaire ne permet pas d’atténuer les préoccupations relatives à la procédure de sélection du personnel de sécurité, auxquelles aucune réponse n’a été apportée.
- L’accord modifié respecte les droits des tiers, par exemple les personnes arrêtées par les forces de sécurité ou ayant besoin d’utiliser les infrastructures situées à l’intérieur de la zone de la concession. Toutefois, si ces dispositions protègent les droits actuels d’accès à l’eau pour tous ceux qui vivent et travaillent dans la zone, la portée de ces obligations n’a toujours pas été clarifiée.
- La législation régissant le contrat n’est plus celle du Royaume-Uni, mais celle du Liberia.
- Les obligations sociales ont été renforcées et impliquent des avantages améliorés et mieux définis, par exemple une protection sociale gratuite pour tous les employés de Mittal, plus de postes pour les Libériens et l’obligation de faire occuper au bout de 5 ans tous les postes de cadres supérieurs par des Libériens.
- Le Concessionnaire n’a plus le droit de devenir gratuitement propriétaire de terrains publics en dehors de la zone de la concession. L’accord modifié stipule que l’acquisition de terrains publics en dehors de la zone de la concession est désormais soumise à une négociation en toute bonne foi entre les parties contractantes, si le concessionnaire en fait la demande. Toutes les terres publiques externes à la zone de concession ne sont pas considérées comme faisant partie de la zone de concession.
Les dispositions susceptibles de porter atteinte aux droits des propriétaires fonciers privés, conformément aux droits de l’homme définis au niveau constitutionnel et international, ont été supprimées. Toutefois, la définition de la propriété foncière publique et privée risque de remettre en cause les droits fonciers traditionnels ou coutumiers des personnes et des communautés.

Les modifications sont donc majeures et l'on voit comment dans l'accord initial Mittal avait réussi à accaparer le fer du libéria.



Il faut savoir que quand on entre en relation avec ce genre de multinationales on doit se dire que tout doit être décidé des les premières négociations du contrat initial, il devient ensuite difficile et onéreux pour le pays notamment en voie de développement de récupérer ses biens et ses droits. Ainsi malgré la rénégociation des point sessentiels n'ont pu être modifiés en faveur du pays. Des point qui sont qulifiés comme "s'écartant des meilleures pratiques" en matière contractuelle.Il s'agit de:

- La clause de confidentialité, qui reste inchangée, engage le Gouvernement à accepter des dispositions très strictes de confidentialité et de non-divulgation. Or, cela n’est pas compatible avec l’obligation de transparence liée à l’accès aux ressources naturelles et à la gestion de leur exploitation, surtout dans un pays émergeant d’un conflit, où une administration responsable des ressources naturelles constitue une étape vitale vers une réduction de la pauvreté. Il est possible d’argumenter que l’accord original n’aurait pas été si insatisfaisant s’il avait été divulgué publiquement. L’application de la confidentialité aux contrats au Liberia crée un précédent qui, en l’absence de toute surveillance publique, ouvre la voie à d’autres futurs contrats, minéraliers ou dans d’autres secteurs, qui risquent d’être aussi insatisfaisants que l’accord Mittal original.
- La structure fiscale étrangère de Mittal en ce qui concerne la concession reste inchangée. La conséquence est que la structure fiscale extrêmement favorable établie par la société permet à Mittal de conserver pour elle-même les bénéfices réalisés au Liberia, et compromet la possibilité pour ce pays de créer un investissement local à long terme favorable à son développement.
- La clause limitant le droit du gouvernement à effectuer des inspections sans avis préalable figure toujours dans le contrat et contredit la législation en vigueur dans lesprincipales zones minières du monde.
- Le Concessionnaire conserve le droit illimité « d’enlever, de couper et d’exploiter »gratuitement les arbres, sauf les essences protégées, dans la mesure où celles-ci ne gênent pas ou n’empêchent pas ses opérations.
- Les dispositions de l’accord sur la protection et la gestion de l’environnement ont été supprimées. L’accord comporte désormais une obligation de respect de la loi libérienne sur la protection et la gestion environnementales (Environmental Protection and Management Law of Liberia). Toutefois, l’accord devrait aussi faire référence à d’autres lois telles que les normes sur la qualité de l’air et de l’eau, qui s’appliquent à l’exploitation minière. Il devrait également comporter des dispositions sur les obligations du Concessionnaire concernant la fermeture des mines, la réclamation des terres et la période suivant la fermeture, avec notamment une garantie de la société mère stipulant qu’elle mettra à disposition les fonds nécessaires à la fermeture de la mine. Dans l’accord modifié, la société n’a que des devoirs très restreints en termes de limitation des effets négatifs, des dommages environnementaux et de restauration. Cela revient à restreindre les conséquences et les responsabilités qui devraient normalement être assumées par le Concessionnaire.

La renégociation de l'accord du Libéria avec Mittal Steel a montré qu'une multinationale peut faire "marche arrière" mais comme cela été noté dans le rapport, les véritables avantages de cet accord pour le Liberia ne pourront faire l’objet d’une réelle évaluation que lorsque la société aura commencé ses opérations. La Présidente Sirleaf a déclaré que la renégociation du contrat Mittal pourra servir de modèle aux futurs contrats conclus entre le Liberia et d’autres sociétés, par exemple Firestone, LAC, etc., qui devront eux aussi passer par le même processus de surveillance internationale.

Enfin, voici les recommandations que tout Etat doit prendre en considération avant de signer un contrat avec les multinationales dans le domaine des ressources naturelles.
Ces recommandations sont aussi valable pour tous les Etats notamment ceux en voie de développement et particulièrement pour la Mauritanie dans le processus actuel de cession de la SNIM et que nous reformulons ici pour le gouvernement Mauritanien :

Le Gouvernement doit :

- Veiller à agir avec transparence lors de l’octroi de concessions dans des accords dédiés à l’exploitation de ressources naturelles qui affectent l’intérêt public, et publier ces accords.
- Exiger que des études d’impact social et environnemental exhaustives soient réalisées préalablement à la signature de contrats liés à des concessions d’exploitation de ressources naturelles.
- Veiller à ce qu’une consultation publique soit organisée avec les communautés locales touchées par l’octroi d’une concession d’exploitation de ressources naturelles afin de les informer pleinement de ce qu’implique cet octroi en termes économiques, sociaux et environnementaux et en matière de droits de l’homme, et veiller à l’existence d’un mécanisme permettant de prendre en charge ces préoccupations lors de tout accord futur.
- Le Gouvernement (doit vérifier…) si ses signataires jouissent t de l’autorité nécessaire pour le signer.
- Mettre en œuvre l’Initiative de transparence des industries extractives (ITIE) à laquelle il a adhéré

Mittal Steel doit :

- Passer en revue ses politiques actuelles afin d’adopter et de mettre en œuvre une politique plus claire en termes de droits de l’homme et d’environnement, et ce à tous les niveaux des opérations du Groupe Mittal, politique qui se doit de faire écho aux normes internationales en matière de droits de l’homme, y compris à la déclaration universelle des droits de l’homme.
- Garantir l’exécution des obligations contractuelles, des devoirs et des responsabilités de l’ensemble de ses filiales du monde entier.
- Adhérer à l’ITIE et la mettre en œuvre.

La Communauté internationale doit :

- Veiller à l’échange d’informations sur les questions fiscales entre l’ensemble des banques, institutions financières et pays afin de faire face aux impacts négatifs de l’évasion fiscale.
- Formuler un cadre règlementaire multilatéral exhaustif afin d’empêcher et d’enrayer les conséquences néfastes de stratégies telles que la fuite des capitaux, la fixation de prix de transfert, l’évasion fiscale, les paradis fiscaux, les opérations off-shore et les réductions fiscales.
- Encourager les pays hôtes, et surtout les pays en développement, à tenir compte des implications sur leur développement durable à long terme des politiques qu’elles mènent en matière d’investissements étrangers.
- Entièrement soutenir le travail du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies (ONU) sur les droits de l’homme et les entreprises.
- Promouvoir la transparence en offrant un soutien continu à des initiatives telles que l’ITIE.
- Mettre des compétences techniques à la disposition des pays en développement pour veiller à ce que les modèles d’accords (en particulier les modèles d’accords d’exploitation minière) soient équilibrés, c’est-à-dire qu’ils répondent à la nécessité d’attirer les investissement étrangers tout en garantissant le développement durable à long terme du pays.
.

Enfin, si tout cela est vérifié, ce dont nous doutons beaucoup vue la précipitation des pouvoirs publics mauritaniens pour signer le contrat avec Mittal, et si l’Etat Mauritanien tire argumentaire de sa méconnaissance de ce qui l’attendait pour justifier un « mauvais accord », qui aurait emporté l’économie nationale , alors le "non-dit" aura été dit et tiendra en une phrase : "nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude". Même pas l'Etat lui-même.


Nemo auditur..diront les juristes. "Nemo inauditus..." aurait dit le peuple. Mais qui écoute le peuple?


Pr ELY Mustapha

maatala

Anonyme a dit…

J'aime l'approche du Prof. C'est respecteueux et cela demande du courage pour le pouvoir de faire autrement que les conclusions tirées des recherches approfondies du papier sur la SNIM (je dirai quelques papiers).

Je m'amuse pour savoir où ira mon ancien ministre face aux memes problemes qui j'ai resolu pendant 21 ans. Ne peux être Président qui veut! Couli enta vem?

Maawiya Ould Sid'Ahmed Taya

Anonyme a dit…

El khelta,

Je cherche le discours de la Premiere Dame à Accra. C'etait annonce sur son site et cette reference a disparu. Quelqu'un peut-il m'aider? A-
==========

http://fondation-kb.org/fkb/fr/index.php#

Anonyme a dit…

Bravo Irabiha !
========
dimanche 9 septembre 2007
par HANEFFI
Le rôle de première dame d’une démocratie est en pleine mutation. En Mauritanie, on est très loin du temps d’une Première Dame effacée comme l’était Yvonne de Gaulle, dans l’ombre de son imposant mari.

Actuellement, la Première Dame Mme Khattou Mint El Boukhary, présidente de la Fondation de Bienfaisance du même nom, a complètement dynamisé la fonction en étant engagée dans la lutte contre la pauvreté, et l’assistance aux plus démunis. En témoigne son rôle dans le secours d’urgence aux populations sinistrées de Tintane et du Gorgol, suite aux catastrophes qui se sont abattues sur ces contrées.

Les organisations féminines sont aujourd’hui fières de l’action humanitaire de la Fondation Khattou Mint El Boukhary, qui rehausse le militantisme des femmes et augmentent l’impact parmi les populations défavorisées, qui, pendant de longues années n’ont jamais eu de contact direct avec les premières Dames qui se sont succédées depuis l’indépendance de la Mauritanie.

Khattou Mint El Boukhary, par son engagement militant au service des plus démunis, vient de rentrer dans le cercles des grandes Dames de l’Histoire : de Cécilia Sarkozy, en passant par Evita Perron, Jackie Kennedy, Hillary Clinton ou encore Cristina Kirchner, la femme du président argentin, le rôle de première dame n’a jamais fait l’objet d’attributions précises et a ondulé au fil des personnalités, des présidents ou chefs de gouvernement en exercice, comme, bien sûr, de celles de leurs épouses.

La mise en place de la Fondation Khattou Mint El Boukhary démontre que son action de tant que première dame bouscule d’ores et déjà les codes préétablis.

Le débat est donc plus que jamais ouvert sur la reconnaissance par la Nation du rôle primordial de la femme du président, en Mauritanie comme ailleurs….

Irabiha Mint Abdel Wedoud Présidente du Forum National pour la Promotion des Droits de la Femme et de l’Enfant

FNPDFE Email : irabdel@yahoo.fr

Anonyme a dit…

Anonyme du 14 Octobre 11:21

La campagne a pris fin et Mr. Ahmed Ould Dadah a ete' declare'...PRESIDENT de...l'OPPOSITION par...DEFAUT! (Maata ente' vem).

Le vieux a les mains bien lie'es et cela n'echappe a' personne. Malgre' sa situation, il a tente' de faire bouger les choses. Malheureusement pour la Mauritanie, il a rencontre' des tetus qui refusent de changer leurs manieres de voir les choses. Ils sont toujours fige's dans cette dichotomie "Pouvoir v. Opposition", "Nous sommes bons et nous devons gouverner. Ils sont mauvais et ils doivent etre ecarte's." Pour eux tout est blanc ou noir. THE MIDDLE GROUND AND THE GREY AREA DO NOT EXIST!!!!

L'un des meilleurs fils de la Mauritanie et du continent Africain, Mr. Ahmedou Ould Abdallah qui est mondialement reconnu pour ses talents dans la resolution des conflits, nous a toujours fait comprendre qu'il faut tout faire pour que le gagnant ne prenne pas le tout et qu'il faut egalement tout faire pour que le perdant ne perde pas le tout.

Le vieux qui comprend bien cette philosophie, a fait appel a' toutes les forces vives de la nation. Il a fait un discours sur la situation des refugie's, il a eu un entretien telephonique avec le president du FLAM, il l'a meme rencontre' a' New York et il a fait passer (avec l'aide du president de l'Assemble'e) une loi contre l'esclavage. Signalons que toutes ces actions ont ete' entreprises dans une periode de moins de 6 mois.

C'est extremement triste de voir comment il est traite' par les personnes qui sont suppose'es le soutenir. Si ce n'est pas le president de l'Assemble'e qui fait des declarations fracassantes contre le vieux (malgre' le fait que c'est ce meme vieux qui a fait de Messaoud le president de l'assemble'e nationale), ce sont les "grands democrates" qui disent qu'il faut interdire la creation d'un parti politique qui ne les soutiendra pas.

N'oublions pas de souligner que les institutions financieres internationales qui savent tres bien que la Mauritanie est faible parce qu'elle vient de sortir d'un regime militaire qui a tout vole', insistent a' ce que le vieux fasse l'impensable, a' savoir, vendre toutes les grandes entreprises et les grandes infrastructures nationales aux capitaux etrangers.

PERMTTEZ-MOI DE DIRE QUE SEULS LES TRAITRES ET LES AGENTS DE LA RECOLONISATION ACCEPTENT DE VENDRE LES SYMBOLES DE L'INDEPENDANCE DE LEURS PAYS AUX CAPITAUX ETRANGERS!!!!!!!!!
OUI a' l'initiative prive'e MAIS non a' la vente des pays pauvres!

S'IL faut vendre la SNIM, il faut imperativement que la majorite' des actions soit detenues par les investisseurs prive's MAURITANIENS!

Le vieux doit etre soutenu et encourage'. Il ne faut pas l'abandonner!

Les uns et les autres doivent comprendre qu'il y a de la place pour chaque Mauritanienne et pour chaque Mauritanien sous l'arbre Mauritanie.



A-

I have always taken it easy!


Maata:

Ai-je besoin de te dire que je ne suis pas d'accord avec tes declarations a' propos de son Excellence Ould Taya?

Anonyme a dit…

Conribution tres logique, Couli. Vivement mon retour.

Maawiya Ould SidÁhmed Taya

Anonyme a dit…

Filet dans Cridem. Soubhana Allah. La guerremediatique commence. Ils sortent enfin de leur trou

============

Le Président a pris lui-même la parole, appelant dans son discours du Fitr à préserver les acquis démocratiques et niant à l’hôpital Zayed l’existence d’une « crise économique » comme propagé par l’opposition.

Anonyme a dit…

Merci au Professeur Ely Moustapha pour cette analyse.
Il lui a été très facile (documents à l'appui) de defaire les arguments tirés par les cheveux du ministre.
La RIM est au bord d'un sinistre!

Anonyme a dit…

Ano du 14 octobre 2007 11:38

On n'a que ce qu'on mérite. Le peuple mauritanien (besoins et opportuniste) ne mérite que ce president et son premier ministre.

maatala a dit…

Salam

Couly

Tu sembles ne pas etre à une contradiction prés:

tu dis:

"la Mauritanie est faible parce qu'elle vient de sortir d'un regime militaire qui a tout vole"

Qui? quoi? des preuves (lol), je te rappelle que tu me demandais des preuves contre Taya, te voila pris dans ton propre piège.

Tu ne vas pas tout de même , nous faire croire que la situation catastrophique du pays est due à la transition.


Tous nos indicateurs sociaux-économiques sont au rouge et tu veux nous faire croire que comme par miracle MOST (TAYA) n'y est pour rien.

Le trafic de drogue, la vie chère, Ramouz el Vessad ,la corruption, le népotisme,la faillite de toutes nos entreprises publiques etc.. c'est selon toi, depuis le 3 août.

La momie (SIDIOCA) a fait une erreur vitale: accepter l'héritage sans en faire l'inventaire.

Il ne tardera pas à comprendre à quel point l'ingratitude et l'amnésie sont une seconde nature chez nous dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Maatala a dit:

Il (Sidioca)ne tardera pas à comprendre à quel point l'ingratitude et l'amnésie sont une seconde nature chez nous dit le FOU

===
Couli ce message s'adresse à toi. How are you man? L'ingratitude c'est que Ould Taya a genocidé les negro-mauritaniens et l'amnésie c'est toi un Bambara qui nie. A-

Anonyme a dit…

A-

Sadaga Allahouel Athim. Un bambara

Anonyme a dit…

Maata:

Tu ne dois pas aller loin pour chercher les preuves. 30 MILLIARDS d'UM se sont volatise'es en 19 mois de transition. Ou' sont les 200 millions de dollars de Woodside? D'ou' vient cette somme colossale qui a servi a' la creation de Chinguitel?
Peux-tu me dire le nom d'un membre du CMJD et/ou du gouvernement de la transition qui n'a pas une grande villa et/ou un compte bancaire bien garni?

Memes les ennemis de son Excellence Ould Taya seront d'accord avec moi pour dire que ce grand Mr. n'a absolument rien vole' durant ses 21 ans de pouvoir. MONTREZ-MOI CETTE GRANDE VILLA ET CE GRAND COMPTE BANCAIRE QUI APPARTIENNENT AU PRESIDENT MOAWIYA OULD SID'AHMED TAYA!!!!!!!! Il est la principale victime d'un entourage qui etait pret a' tout faire pour voler les ressources du peuple Mauritanien.

Franchement je ne sais pas si le vieux peut survivre face a' cette mafia. Le seul point positif est de savoir que colonel Mohamed Abdel Aziz est toujours hesitant dans sa demarche. Il n'a pas encore completement bascule' dans le camp de ceux qui sont determine's a' detruire le peu qui reste a' la Mauritanie.

SOUTENONS LES ACTIONS DU VIEUX ET PRIONS POUR QUE LES UNS ET LES AUTRES REVIENNENT A' LA RAISON!

PS.
LA SNIM NE DOIT JAMAIS ETRE VENDUE AUX CAPITAUX ETRANGERS! Si on doit la privatiser, il faut imperativement que les nationaux MAURITANIENS DETIENNENT LA MAJORITE' DES ACTIONS ET CETTE PRIVATISATION DOIT ETRE ACCEPTE'E PAR LE PEUPLE MAURITANIEN a' travers un referendum!

Anonyme a dit…

A-

Son Excellence Moawiya Ould Sid'Ahmed Taya n'a tue' personne.
Ce sont les extremistes des deux camps qui ont fait les tueries des Maures au Senegal et des Halpular en Mauritanie.
Personne ne nie ce qui est arrive' aux vaillantes populations de la valle'e. J'ai ecrit a' plusieurs reprises que mon ami d'enfance, le caporal Anne Mamadou Demba a ete' torture'. J'ai d'autres amis qui travaillent dans differentes structures en Mauritanie, ils m'ont raconte' les attrocite's qui ont eu lieu au Senegal et en Mauritanie. Je sais qu'il y a eu violations des droits de part et d'autre de la frontiere. Vous passez tout votre temps a' accuser son excellence Ould Taya d'etre le responsable de ce qui est arrive' en Mauritanie et POURTANT VOUS N'ACCUSEZ JAMAIS LE PRESIDENT ABDOU DIOUF D'ETRE RESPONSABLE DES NOMBREUSES TUERIES DES MAURES QUI ONT EU LIEU AU SENEGAL.
Tout ce que je vous demande, est de revenir a' la raison et d'eviter la fuite en avant.
Nos compatriotes HALPULARS ET MAURES QUI ONT ETE' LES VICTIMES DES EVENEMENTS, DOIVENT ETRE RETABLIS DANS LEURS DROITS!

maatala a dit…

Salam

Couly tu dis:

Tu ne dois pas aller loin pour chercher les preuves. 30 MILLIARDS d'UM se sont volatise'es en 19 mois de transition. Ou' sont les 200 millions de dollars de Woodside? D'ou' vient cette somme colossale qui a servi a' la creation de Chinguitel?

puis:

"Franchement je ne sais pas si le vieux peut survivre face a' cette mafia"

Tu parles bien de celle-là méme qui là porter au pouvoir et qui lui a laissée AZZIZ comme géolier.

Sinon, il attend quoi pour faire la lumière sur ses forfaitures, au lieu de les couvrir?

La peur dit le Fou

maatala