mercredi 9 juillet 2008

Toujours dans le bac à sable

Que n'a-t-on entendu ces derniers jours à propos de la crise politique actuelle?
ça allait de la défense de la motion de censure en la présentant comme une manifestation saine et démocratique du droit d'opposition de nos parlementaires contre un gouvernement de RV.
sauf qu'à y regarder de plus près nos fameux parlementaires ne sont pas des plus propres.
d'ailleurs notre président dans une crise de velléité d'indépendance a voulu faire un discours fort sauf que dans ce discours il a commencé par caresser les militaires dans le sens du poil et puis surtout il a menacé de dissoudre l'assemblée tout en renouvelant sa confiance dans le gouvernement.
sauf que là encore dès le lendemain le gouvernement démissionne mais juste après le premier ministre sortant est reconduit!!
Allez y comprendre quelque chose.

dernière rumeur en date les militaires manœuvraient pour la destitution de Sidi.
mais ce dernier semble si transparent et malléable que j'ai personnellement beaucoup de mal à y croire qu'il ait pu réellement tenir tête aux fameux militaires pour les fâcher à ce point.

la question à 100 ouguiyas est donc qu'a bien pu faire Sidi que nous n'aurions pas remarqué ( car vu d'ici il fait pas grand chose Sidi à part voyager et recevoir en audience tout ce qui bouge) et qui lui aurait valu tout tintamarre?

LM

151 commentaires:

Anonyme a dit…

oui des enfantillages encore enfantillages toujours enfantillages
c'est ca nos hommes politiques

Anonyme a dit…

Nous avons pris acte de la petite manoeuvre pour ne pas dire tentative de dissoudre le parlement.
Mais c'était juste une manière de dissimiler qui est le chef en mauritanie.
Filsdubled

Anonyme a dit…

Une prophétie que ce ould Saleck. J'ai pris l'article sur mauritanie-web. J'ai lu plusieurs de ses articles, depuis pas mal de temps. Je n'ai jamais été d'accord pas du tout d'accord avec lui, mais sa constance, et la munitie avec laquelle il a prédit la situation que nous vivons aujourd'hui me subjuguent.

Lisez plutot:


Quand les coups d'état grondent.



Tarissement du pouvoir d’achat, inondations puis sécheresse, la famine qui rode dans le campement, les émeutes sanglantes, l’extrémisme (religieux, ethnique, nationaliste) qui repart en flèche puisque légalisé et ses défenseurs réhabilités voire auréolés, risques de nouveaux conflits aux frontières en raison d’une neutralité moins ferme sur le conflit au Sahara et d’une question de réfugiés injustement réglée sur le dos de la seule Mauritanie, trafic de drogue à grande échelle, criminalité au grand jour. La Mauritanie n’a jamais inspiré autant l’inconfiance, à ses propres citoyens d’abord puis au reste du monde ensuite, même quand elle fut ouvertement en guerre. Ce sont ceux qui ont de tout temps mis en cause sa viabilité en tant qu’état, au nord comme au sud, ainsi que les mouvements particularistes affidés, qui doivent à présent jubiler. Et l’on commence à voir à nouveau aujourd’hui, comme aux premières heures de l’indépendance, d’éminents et authentiques mauritaniens rejoindre le camp revendicateur, où ils sont accueillis avec des honneurs officiels dignes d’un monarque, sans que l’état mauritanien n’exprime la moindre protestation ou n’ait à redire.

Face à cela nous nous berçons de démocratie, comme l’araignée qui croit en la solidité de sa demeure toute cousue de soie, que pourtant le premier coup de vent passé emportera à tout jamais.

Un coup d’état n’arrivant jamais seul, voilà que notre armée en subit un nouveau d’un genre inédit, qui risque cette fois de porter le coup de grâce au dernier corpus consistant qu’il nous soit resté, le dernier rempart de notre intégrité. Les vrais dangers ne sont jamais ceux qu’on croit, ni ceux qui nous paraissent imminents. Les vrais dangers s’invitent subrepticement, à pas feutrés, sans gros fracas. Et le péril est en la demeure, dans les rangs de notre armée désormais.

Jusqu’à août 2005 c’étaient des colonels et autres officiers mineurs qui montaient les coups d’état en Mauritanie ; désormais ils seront généraux, d’active. Les hommes de troupes comprendront ; dorénavant, pour monter en grade au tableau d’avancement des états major, il faut avoir conduit un coup d’état réussi. Cela s’appelle promotion Bokassa ; sergent français la veille, maréchal-empereur le lendemain. L’on sait où cela a conduit la pauvre Centrafrique. Nous venons de voir en Mauritanie la nomination de trois colonels juniors au grade de général, alors que des dizaines d’autres, tous plus anciens et plus expérimentés, sont « éloignés » ou boutés en retraite forcée. Personne ne récuse bien sûr, même pas nos opposants statutaires, dont la fonction officielle est pourtant précisément de s’opposer, ne serait-ce que pour mériter leurs salaires- il est vrai cependant que quand on a soutenu un coup d’état on ne peut plus en refuser un autre. Et l’on s’étonne dès lors, que notre armée n’ait plus le moral, qu’aucun soldat ne veuille plus s’engager, que c’est des policiers qui tombent aux premières lignes ennemies. Fallait-il s’attendre à autre chose quand le commandement d’une armée est retiré à ses vétérans au grade, puis confié à des chefs de police ou à une milice présidentielle ? Fallait-il s’attendre à autre chose quand ces mêmes chefs s’octroient, et octroient aux leurs des ho,nneurs indus, au mépris d’officiers et soldats loyaux et vaillants ? Nous l’avions dit : le coup d’état du 03 Août, et son précurseur du 08 juin 2003, n’était pas l’œuvre de l’armée, mais un coup d’état à l’intérieur même de celle-ci. Un coup conduit certes par des militaires, mais des militaires qui commandaient des services de police et de sécurité, qui n’ont rien à voir avec l’armée elle-même.

Ainsi donc nous avons un général rétroactif depuis le 1er janvier 2008 (l’on se demanderait pourquoi pas depuis le 03 Août 2005), un autre a suivi depuis le 1er avril, et un troisième sera le 1er juillet prochain. Voilà à quoi se résume notre démocratie, après une transition qui ne fut en définitive qu’un petit déménagement d’ameublement, déroulée à pas de chenilles… de chars. Trois dates, trois généraux, peut-être trois ou quatre coups d’état à venir. L’un, le premier, sans doute le 1er juillet prochain (ou le 10 juillet), pour tomber un président élu virtuel. Le second coup d’état pour exiler au Maroc le premier général d’active de la Mauritanie, qui est aussi le premier militaire mauritanien à avoir fait officiellement allégeance et baisemain, devant les caméras du monde entier, à un monarque étranger, monarque de surcroit du seul état qui ait jamais eu des revendications farouches sur notre pays. Le troisième coup d’état pour bannir en Arabie le second général en activité, commandant les renseignements actuels, tribun et chef de secte religieuse rigoriste, qui sait jouer de ses affinités avec le milieu. Le troisième pour déporter au Sénégal ( peut-être en France, ou en Italie pour faire économie de papier) le dernier chef d’état major colonel-général, en attendant qu’il soit le seul revenant, lui et sa progéniture née en exil (120.000 nous dira-t-on au départ, puis à l’arrivée se sera quelques dizaine de personnes à peine, qui auront droit à eux-seuls à une agence gouvernemental dotée d’un budget de plusieurs millions de dollars) d’une opération planétaire de rapatriement, conduite sous l’égide même des Nations-Unies et de pseudo organisations de lutte contre l’esclavage. Un quatrième coup d’état risque lui tout simplement de se produire avant tous les autres, et il serait l’œuvre d’un général-colonel, retraité sans être à la retraite, auteur du premier putsch breveté BIO aux normes UE, et conférencier intarissable sur le sujet depuis.

En attendant tous ces coups d’état qui se préparent, la Mauritanie est livrée pieds et poings liés aux semeurs de chaos. Depuis les émeutes de l’Est lointain, en fin d’année dernière, et le premier martyr tombé, jusqu’aux affrontements sanglants en plein centre de la capitale en ce mois d’Avril 2008, la situation n’est que désastre sur désastre.

A tout cela l’on cherche des causes, des responsables, mais l’on ne trouve pas. On nous a toujours désigné, avec une tenace facilité, que les causes, les responsables, sont toujours à chercher d’un seul côté, voire à imputer à une seule et même personne. Hors qu’en est-il aujourd’hui que ce « côté » et cette personne dont il est question n’ont plus la main. L’on parle encore et sans cesse de « roumouz el vessad », comme d’une panacée facile et simplette, justifiant à elle seule tous les maux passés et à venir. Le détournement éhontée des caisses de l’état par certains a sans doute été pour quelque chose dans la situation actuelle. Mais qu’en est-il du côté des accusateurs ? Car il y a détournement et détournement. D’un côté il y eut détournement de bien et moyens financiers de l’état certes, chose somme toute aisément identifiable et récupérable encore aujourd’hui, si la volonté nous en venait. Encore que ce détournement là, dans le contexte de relative confiance économique qui régnait avant le 03 Août, était quasi entièrement reversé dans le circuit économique national, sous des formes non budgétisées il est vrai, alors que de l’autre côté le détournement était de toute autre nature, plus dangereusement irrémédiable. Ce qu’on exploitait de l’autre côté, du côté opposé, ce sont les sentiments religieux, nationalistes, l’ont jouait des dissensions ethniques et tribales. Les uns s’emparaient d’un simple incident survenu sur un territoire étranger pour attiser la haine raciale contre une composante de leur patrie en pays voisin, d’autres argueront d’une rupture de relations diplomatiques avec l’Irak ou la Libye pour raviver le sentiment nationaliste arabe, un troisième camps prenait prétexte lui d’un début de relations avec Israel pour crier à l’alerte aux déchets nucléaires ou la contamination des oasis, un quatrième groupe jouait déjà la corde sensible de l’esclavage dans les lobbies noirs américains et sur les circuits de l’internationale socialiste ressassant quelques survivances isolées pour accuser toute une société d’infamie, enfin un dernier récupère la question très négativement chargée des relations diplomatiques avec Israël pour lancer une violente propagande religieuse et va jusqu’à prétendre que le gouvernement transforme les mosquée en boulangerie. Toutes ces campagnes ne constituent-elles pas, par leur caractère mensonger avéré pour certaines, et exagérément outrancier pour d’autres, des formes de détournements elles aussi ? Ne s’est-on pas ri du citoyen, exploité son sentiment, brouillé sa vision, détourné sa volonté et son libre arbitre ? N’a-t-on pas là encore volontairement et sciemment orchestré la mise à sac du pays, organisé sa ruine, voire à terme cherché son démantèlement? N’a-t-on là monté bien à dessein une partie de la Mauritanie contre l’autre ? Il est en tout cas certain que la violence sans précédent que vit le pays aujourd’hui a plus à voir avec les derniers détourneurs qu’avec les premiers.


Est-il temps à présent pour nous de voir plutôt que regarder, agir plutôt que laisser venir, avant qu’il ne soit définitivement trop tard ?

Essayons le temps d’une lucidité, une ultime lucidité. Je dis bien lucidité et non clarté, car ce n’est pas de lumières qu’on manque en Mauritanie, et c’est encore moins de ciel bleu ou de firmament étoilé. L’heure n’est pas au phrasé surbrillant, ni aux plates déclarations d’un jour. La réconciliation, n’est pas celle-là où une partie ou frange du peuple mauritanien est mise en accusation devant une autre. La réconciliation, la vraie, c’est celle où tous reconnaitrons leurs errements, ou leurs crimes le cas échéants, et concèdent à bâtir ensemble une nation forte, résolument tournée vers sa construction et son avenir.

Ne laissons pas mourir la Mauritanie, au moins pour qu’à ses obsèques, et devant son cadavre inanimé, l’on n’entende pas cette oraison funeste, de la bouche même de ceux qui hier se prétendaient ses meilleurs amis : « oui c’est un cadavre à présent, mais un cadavre démocratique ». Ne comptons que sur nous-mêmes pour sauver notre cher pays. Les puissances occidentales peuvent certes susciter des démocraties ou des dictatures, mais elles ne peuvent encore rien pour les cadavres.


Ahmed Ould Saleck

Le 24 avril 2008

Anonyme a dit…

L'article du gars de DSF a lire en effet. Mais la grande question est celle qu'a pose LM. Qu'est ce qui s'est passe reellement pour que les colonels qui venaient d'etre promus generaux et ayant la haute main sur tout se revoltent? Je ne crois pas que c'est a cause du retour des RV pour lequel ils ont ete certainement consultes et on donne leur accord tacite. L'ont-ils fait pour etre en meilleur position pour faire tomber? Sidioca a t-il refuse quelque chose a quelque (s)partenaires secrets des generaux? Il faut peut-etre regarder au dela de la politique locale.

Bizarre quand meme que les generaux se mettent a tirer sur le candidat qu'ils ont aide a acceder au pouvoir. Sidioca a refuse de faire quelque chose.
A-

Anonyme a dit…

Selon des Sources trés fiables Sidi sur le conseil de Ezzizi ould mamy prend désormais la starégie suivante:

1) accepter des Généraux tout ce qu'ils veulent et sans hésitation

2)préparer minutieusement et à court terme (trois mois) leur limogeage qui pourrait être suivi d'une arrestation préventive

3) Leurs mise à la retraite.

Voici le plan en trois points que l'entourage de Sidi ne cesse de lui
répéter en particulier Ezzizi ould elmamy et Cheikh Sid el Mokhtar.

Anonyme a dit…

Un article recent de la Stampa (Italie) sur la manipulation de l'info dans un regime a tendance securitaire.Un regime a tendance militaro-putshiste est-il la bonne option pour la Mauritanie?

Lisez en attendant que Waghef le Second nous informe de la composition de son cabinet.
====

"Les moines en Algérie tués par les militaires"

Après douze années un haut fonctionnaire occidental dévoile la vérité : « Un hélicoptère de l'armée algérienne mitrailla le bivouac où ils étaient retenus»

Par Valerio Pellizzari, Helsinki, La Stampa, 6/7/2008 (13:0) -

ENQUETE, Traduit de l'italien par Tahia Bladi

«Les sept moines Français sequestrés dans la nuit entre le 26 et le 27 mars 1996 a Tibhirine par un groupe islamique infiltré par la sécurité militaire (ndt DRS), furent tués depuis un hélicoptère de l'armée algérienne. L'engin aérien survolait la zone des reliefs montagneux de l'Altlas Tellien autour de Médéa en compagnie d'un autre hélicoptère. C'était la mi mai, après le crépuscule. L'équipage avait repéré le feu d'un campement et le chef d'escadrille en personne, un colonel, avait tiré sur le bivouac. Depuis quelques temps déjà, les forces régulières ne s'aventuraient plus sur le terrain dans cette zone impraticable, faiblement peuplée et controlée par les intégristes : elles se limitaient à faire des reconnaissances aériennes et à combattre avec l'aviation. Après l'attaque, les engins aériens atterrirent près du bivouac. Les hommes à bord comprirent vite qu'ils avaient frappée la cible erronée. Le chef d'escadrille appela le commandement de la base d'hélicoptères détaché à Blida et dit clairement : “Nous avons commis une idiotie, nous avons tués les moines”. Ce fût ainsi que se conclut le sequestre».La personnalité qui racconte cet événement parle pendant trois heures, durant deux rencontres séparées et sans la médiation d'aucun interprète. Elle se trouve provisoirement en Finlande. C'est un haut fonctionnaire d'un gouvernement occidental qui durant ces années là travaillait à Alger, avait des relations personnelles avec des personnages locaux très importants, et qui n'avait pas de contacts avec le monde opaque des services. Elle tient à le souligner avec une fermeté éduquée. C'est une personne qui peut sans ambiguité, écrire clairement sa profession sur sa carte de visite. «Je connais certe les intrigues profondes entre la nomenklature d'Alger, entre les clans, les hauts officiers, les fonctionnaires de la toute puissante compagnie pétrolifère Sonatrach et les pays étrangers intéressés aux ressources énergétiques de cette ex-colonie (ndt française). Intéressés par conséquent à sa stabilité interne. Mais je crois que la politique ne peut descendre en deçà d'un niveau minimum de moralité. Je suis personellement obligé de respecter le secret d'Etat que chaque gouvernement impose à ses fonctionnaires. Mais de cette manière le mensonge d'Etat se perpétue, avec lequel il n'est pas facile de coexister, surtout quand il se prolonge dans le temps. Il y a quelques années, la famille du Père Lebreton, une des victimes, avait déposé une plainte afin que soit instruite une enquête en France. Je croyais sincèremement que pour elles et les autres victimes allait finalement arriver une reconstruction claire et autentique des faits. Au lieu de cela, rien n'a changé».Cela fait douze années que la mort de ces religieux reste enveloppée dans la réticence des institutions et dans l'indolence de la justice. C'est en décembre 2002 que Abdelkader Tigha, un jeune sous-officier du Centre de Recherche et d'information de Blida (1) qui avait déjà abandonné le DRS (2) et qui s'était réfugié à l'étranger, déclara publiquement que les moines avaient été conduits la nuit même du sequestre dans sa caserne avec deux véhicules militaires. Dans l'opération les islamistes les terroristes, représentaient seulement la main d'oeuvre. Les vrais stratèges étaient des militaires «deviés». Ce fût le premier démenti précis et partiel du mensonge d'Etat. Mais sur la conclusion tragique de l'événement le mur de gomme a résisté jusqu'à aujourd'hui.«L’hélicoptère était un MI 24, un engin aérien de fabrication soviétique, doté comme on le sait d'armements utilisés avec une grande fréquence durant la guerra en Afghanistan. C'était une machine de guerre blindée très différente des hélicoptères légers que les Français avaient vendus aux algériens et qui était dotés de rayons infrarouges et d'autres systèmes électroniques de reconnaissance. Les corps des moines étaient criblés de balles. C'est pour cela, qu'au moment des funérailles il n'y avait que les têtes qui furent déposées dans les cercueils. Les autorités algériennes quant à elles s'empressèrent de parler de “dépouilles découvertes”. Et elles auraient continué à utiliser cette formule rituelle et trompeuse si un moine, le Père Armand Veilleux, à cette époque Procureur de l'ordre des Cisterciens, n'avait insisté afin de donner l'ultime Adieu à ses confrères afin d'obtenir l'ouverture des cercueils. Avant lui, le médecin légal des français avait visité les corps, il était au courant que les dépouilles étaient imprésentables et en avait référé à ses supérieurs. Ces cadavres massacrés auraient révélés au monde entier qui avait tiré sur sept cibles sans défense. Parce que ces projectiles là ne pouvaient appartenir qu'à un arsenal d'une armée régulière et n'étaient guère en dotation aux guerriers islamiques, qui, souvent lors de leurs incursions sanguinaires recouraient à l'arme blanche, organisaient des faux barrages en utilisant les uniformes de la gendarmerie et garaient des voitures piégées dans les rues les plus fréquentées».Après le massacre, pendant quelques journées fébriles et confuses, une version officielle des faits fut construite. Au fil des années elle a montré des failles et des contradictions. Ce sequestre au monastère avait été planifié afin de montrer le danger que représentait la déferlante islamique de manière à provoquer l'indignation internationale durant le sequestre des sept cibles humaines désarmées et qui devait se terminer avec leur libération et démontrer ainsi la fiabilité et l'efficience des autorités locales. Ce devait être la répétition à plus grande échelle, plus retentissante du faux sequestre réalisé en 1993 quand trois fonctionnaires du consulat français avaient été capturés et libérés après 72 heures sans qu'ils aient subis la moindre égratignure.«Une semaine après l'attaque de l'hélicoptère, le communiqué numero 44 diffusé par le Gia (3), annonça que les moines avaient été tués le 21 mai. Dix jours après, les autorités colmataient le retard en déclarant que les “dépouilles” avaient étés retrouvées. Quiconque aurait analysé le message attribué aux fondamentalistes, en se consultant avec des spécialistes de l'Islam - même sans savoir ce qui s'était passé 7 jours avant autour du feu de camp du bivouac - aurait pu facilement déduire que c'était un faux document maladroitement construit par des mains militaires. Le communiqué précédent, le numéro 43 s'était révélé encore plus faux avec des citations erronées de versets coraniques. Il fût réexpédié après avoir été corrigé par les séquestreurs et transmis à la radio de Tanger (4).Il était signé par l'émir Djamal Zitouni, un vendeur de poulets notoirement inculte, infiltré par le DRS au sein des milieux islamistes, rapidement promu aux sommets de la hiérarchie intégriste et aussitôt brusquement éliminé. Le communiqué 44 devait aux yeux des autorités algériennes dissimuler l'attaque de l'hélicoptère afin de prouver la responsabilité des islamistes. Les autorités algériennes avaient annoncé la découverte des corps le 31 mai, exactement un mois après la mort survenue pour causes naturelles du Cardinal Duval un personnage légendaire dans ce pays. C'était une coincidence manifestement suspecte. Dans leurs calculs, l'émotion suscitée par la disparition sereine et "douce" de Duval devait en quelque sorte atténuer, contenir et neutraliser l'émoi mondial suscité par l'assassinat des moines de Tiberihine et leur brutale décapitation réalisée une fois de plus à l'arme blanche. Les funérailles de fait furent célébrées à Notre Dame d’Afrique unissant en une unique cérémonie Duval et les Trappistes de l'Atlas».De cette manière l'affaire du sequestre se concluait neuf semaines après son début avec l'exhaltation des septs martyrs chrétiens tués officiellement par les intégristes dans un pays islamique et enterrés aux contreforts de la montagne dans laquelle pendant des années ils avaient vécu, comme dans une deuxième patrie, bien intégrés avec les habitants des lieux, travaillant ensemble la terre du monastère. Les autorités locales bénéficiaient d'au moins un soutien externe influent en la personne de l'archevêque d'Alger Mgr Henri Tessier qui cautionnait leur version des faits. Grand connaisseur du monde islamique, il avait dès le début du sequestre adopté une ligne très circonspecte et prudente sur Tibhirine. Il n'était pas d'accord sur l'ouverture des cercueils et sur la sépulture des moines dans le monastère. Il ne voulait pas détériorer les rapports construits durant tant d'années de dur et patient travail entre l'église catholique et le gouvernement algérien alors que sévissait la guerre civile qui avait éclaté en 1992. Même aux moments où le terrorisme apparaissait plus violent et acharné, sa résidence dans la colline avait toujours gardé la grille d'entrée ouverte et il n'y avait pas de militaires en uniforme à monter la garde. Pour lui, la vérité officielle ne montrait guère d'ombres allarmantes, bien au contraire, elle pouvait être acceptée sans perplexité. D'une certaine manière il était soutenu dans sa ligne de conduite par le général Rondot qui avait longtemps occupé les sommets de la hiérachie des services de sécurité français et qui durant le printemps de l'année 1996 travaillait en tant que consultant au ministère de la défense à Paris. Il avait débarqué à Alger immédiatement après le sequestre et avait assuré à l'archevêque que l'affaire serait conclue très rapidement d'une manière positive. Dès son arrivée, Rondot se rendait régulièrement chaque jour au bureau du général Smaïl Lamari, vice du DRS et ami personnel de longue date. On peut dire que l'église et l'armée partageaient publiquement le même point de vue».Avant la tragique conclusion de cet événement, il y avait une négociation en cours pour la libération qui avait pour support une cassette qui montrait les moines encore en vie filmés à l'intérieur d'une caserne avec un journal imprimé à une date récente.«Le 30 avril un émissaire des séquestreurs s'était présenté à l'ambassade française. Il s'était fondu dans la chaîne des Algériens qui chaque jour se présentaient pour la demande de visa. Ses preuves en tant qu'envoyé de l'émir Zitouni étaient très floues : il n'avait jamais révélé son nom et démontrait une attitude plutôt suspecte, comme s'il craignait un piège. Les Français l'avaient pris au sérieux. Il demanda, selon le scenario habituel, un échange de prisonniers, de l'argent et des papiers pour s'expatrier. Afin de le protéger les Français l'avaient fait sortir de l'ambassade dans un de leur véhicule en lui donnant quelques numéros de téléphone en guise de contact mais depuis ce jour là ils n'eurent plus de nouvelles. Ils furent vite convaincus qu'il avait été éliminé ».A cette date précise, les militaires «déviés» ne savaient plus où se trouvaient les moines. Le faux séquestre avait déraillé. Certains officiers des services étaient convaincus depuis un certain temps, que les religieux de Tibhirine étaient restés au monastère non seulement pour continuer leur vie faite de prières et d'humble travail agricole mais surtout dans le but de fournir de temps à autre des informations aux Français sur les mouvements de la guerilla et des soldats de l'armée régulière opérant dans la zone. En somme, ces soutanes protégeraient des informateurs occasionnels. C'est une des nombreuses légendes, sans fondement en ces douze années de fuite de la vérité.«En revanche, une autre chose est vraie : Un groupe formé d'autorités locales dont le plus actif était le préfet de Médéa était convaincu que les moines, avec leur neutralité et de par les soins prodigués à tous par le père Luc, le médecin, constituaient une présence inadéquate et dérangeante dans cette zone. Il fallait leur flanquer la peur à ces religieux étrangers et les convaincre à abandonner les lieux. Le préfet avait lourdement insisté afin qu'ils partent. L'archevêque d'Alger quand à lui non avait exercé aucune pression sur eux, cependant il leur avait offert en guise d'endroit alternatif un couvent de soeurs clarisses situé dans une autre région. Le faux séquestre afin d'effrayer les têtus religieux n'avait pas été programmé au quartier général d'Alger aux sommets de l'appareil des services mais en périphérie. Même le CTRI de Blida soutenait cette opération. Et ce n'était pas le fruit du hasard que les véhicules qui avaient prélevé les moines provenaient de ce centre et que c'était à ce même endroit qu'ils étaient revenus en tant que prisonniers le 27 mars. Pendant ce temps là à Alger, l'armée régulière - pas les services déviés - cherchaient avec vigueur les sequestrés. Quiconque passait durant les jours successifs sous le bureau du général responsable du centre opérationnnel voyait la lumière des lampes allumées : il avait donné l'assurance qu'il aurait cherché les moines avec tous les moyens et qu'il n'aurait jamais donné l'ordre de tirer».Cette histoire est une confirmation ultérieure de la présence de deux âmes dans l'armée algérienne divisée entre la composante patriotique, nationaliste et la composante des services déviés, des généraux affairistes, liés à une gestion tortueuse du pouvoir. En 1956, l'Algérie n'était pas encore un pays indépendant, mais Abane Ramdane, l'idéologue du Front National, dénonçait déjà les chefs de la naissante armée de libération d'incompétents et d'arrivistes. Il sera assassiné un an après. Tout comme le président Boudiaf, figure historique et respectée de la guerre de libération, nommé depuis peu aux commandes du pays. De cet attentat rien ne fût jamais révélé. Trois ans plus tard, un des fondateurs du Front Islamique en exil en France, Abdelbaki Sahraoui, fût assassiné dans une mosquée de Paris. La chronique de l'Algérie indépendante est pleine d'homicides excellents, commis dans la patrie et au delà des frontières. Comme celui de Monseigneur Claverie, l'évêque d'Oran.« Cette mort doit être considérée comme un prolongement de Tibhirine. Deux mois après les funérailles des moines, le ministre des affaires étrangères Hervé de Charette s'était rendu en Algérie. Il avait insisté pour se rendre au monastère où les moines avaient été enterrés. Les Algériens étaient furieux de cette requête renouvellée avec obstination par le ministre qu'ils considéraient une démonstration typique d'arrogance de la part des ex-colonisateurs. Ils l'avaient déclaré en public, à voix haute et sans réticence. Ce sequestre représentait encore un nerf à vif, un chapitre embarrassant dans les relations bilatérales. A la fin, ils cédèrent. 'était le premier aoüt 1996. A cette occasion, le ministre rencontrait aussi l'évêque d'Oran Monseigneur Claverie, une personnalité ouverte, éloignée des méthodes feutrées et solennelles. Le religieux lui avait déclaré : nous connaissons les responsables de la mort des moines. Peu après Monseigneur Claverie prit un vol de ligne anticipant son départ fixé pour le jour suivant. Très peu de personnes étaient au courant de ce changement de programme à la dernière minute à part les personnes chargées du protocole, un fonctionnnaire d'Air Algérie qui avait brutalement jeté à terre un passager et les plus proches collaborateurs. A son entrée à l'évéché une bombe l'attendait lui et son chauffeur. Contre toute loi de la physique, la porte fut éjectée par le souffle de l'explosion en direction opposée à celle indiquée dans le rapport des enquêteurs locaux. Dans l'affaire de moines, l'évêque d'Oran peut être considéré comme la huitième victime».NDT:(1) les CTRI sont les centres territoriaux de recherche et d’investigation. La torture y est aussi pratiquée . Il en existe à Blida, Oran et Constantine(2) DRS : Département du renseignement et de la sécurité(3) Gia : Groupe armé islamique

Anonyme a dit…

Salut...je partage avec vous ce temoignage touchant de Ould Mouritani sur cridem....Sans cautionner tous les actes du President ...mes sentiments sont tres mitigés ...ils vont de l'adhesion totale à certaines prises de decisions courageuses....pour egalement l'absence d'arrongance qu'on decele chez cet homme...sa courtoisie...à la compassion quand à sa réaction par rapport à la gestion des evenements des derniers jours....on attend toujours un sursaut ...avec la composition d'un gouvernement..."propre"...quoique le tableau du point de presse du PM...et la majorité...n'augure rien de bon...
BL

14:05
Mon Président.

Dans le culturel local nous avons toujours eu du mal à concevoir ce rôle de chef de l’Etat comme il se doit. Depuis toujours le président a toujours représenté tout. L’homme à qui tout revient, celui qui décidait de tout et pour tout. C’était l’homme tout, jamais un président de la Mauritanie n’a fait preuve d’une grande ouverture d’esprit envers les idées et les projets de ses concitoyens et politiciens du pays.

Or le président, constitutionnellement du moins, n’est pas cela. Il est le chef de l’Etat, il est celui qui le représente, le défend, le guide vers de grands objectifs mais il ne peut tout faire tout seul; la religion et la constitution ont donc prévient un système de concertations et de décentralisation du pouvoir, telle est la démocratie dans laquelle nous sommes sensés vivre.

Notre président, Sidioca, que nous avons majoritairement élu s’est comporté depuis le début de la façon dont doit se comporter un président démocrate. Sa gentillesse, son sens de l’écoute, sa politesse, ont amené la plupart à le traiter d’homme manipulable et de « faible personnalité » etc.

On ne connaissait pas ce genre de président, on l’a découvert. Il nous a tous stupéfiés quand la première équipe gouvernementale a vu le jour. Mais il nous a davantage surpris quand il a convaincu les deux partis les plus alliés aux besoins des classes les moins aisés du peuple d’intégrer sa deuxième sélection. Malheureusement on n’aura pas le temps de voir si l'étrange mélange allait servir.

Nos néo-généraux ont abusé de sa politesse, il n'a pas apprecié. Ils ont pu créé une division dans la majorité qui le soutenait. L’alliance Sidi-Aziz est certainement finie et à jamais. L’intelligence de El Waghf nous a évité la dissolution de l’assemblée, et nous a sans doute éviter de vérifier par le biais des législatives qui auraient eu lieu, lequel des deux Adel était plus fort, celui de Sidi ou celui des généraux ?

La demission de Waghef était le seul moyen de préserver l'unité de son parti, il nous a ainsi éviter de vérifier qui dirige vraiment l’opinion publique mais cette expérience aura prouvé, à ceux qui en doutaient, que Sidi n’est pas la marionnette aux généraux. Le choix de relancer El Waghf confirme la confiance que Sidi a en cet homme et que l’Etat ne sera plus jamais livré aux dinosaures, plus jamais !!

pensée à mes amis absents...Grizzly et Vlane

Abdoulaye DIAGANA a dit…

a lire sur souslatente.blogspot.com

Le président et les généraux, un scénario surréaliste.

DIAGANA Abdoulaye

Anonyme a dit…

report de l'annonce du gouverenement. Waghef II n'a pas encore les coudes franches pour imposer son nouveau staff.

Anonyme a dit…

Les anciens doivent laisser la place aux autres, aux nouvelles tetes. Yen a marre de voir toiujours les memes alors que les choses n'evoluent pas du tout.

Anonyme a dit…

ce WAF est un guignard connu en suivant son cv vous trouverez que ces differents passages etaient ephemeres. aussitot nommé tres tot ecarté.

en le virant sidioca trouvera la cle pour ouvrire les coeurs des deputes frondeurs.

Anonyme a dit…

qu'est qui veut les militaires?

tout simplement les militaires veulent isoler sidioca , mettre sur lui une pression et l'obliger a demmissioner

mais qu'est ce qui se passera apres la demission

le president du senat doit le remplacer pour mettre en place les institutions constitutionnelles
donc ba m'baré ne peut pas car il a la double nationalité interdite par la loi mauritanienne.

donc qui remplace le vieux sage naturellement mohsin le comparse de ould abd el aziz

apres organiser des elections presidentielles ou le candidat fovori soutenu par le pouvoir representé par mouhsin et les millitaire est ely ould med vall
voici le senario
et la suite est connu
elycom president
aziz chef d'etat major
gazouany directeur de la seruté
disoudre la garde presidentielle
mohsin reste president du senat

livoix

Anonyme a dit…

CELUI QUI VEUT ME REPONDRE JE M'APPELLE "LUQMAN" "tebarrouken bilhakim"
Une fois de plus nous avons besoin d'éléver le débat mais surtout d'impregner ce débat d'une certaine
objectivité où l'intervenant oublie pour un instant ses motivations personnelles et se place strictement dans le cadre du débat intellectuel ou "scientfique" si la politique peut être considérée comme une science !
Cela evidemment devrait exclure toutes spéculation, toute mauvaise interpretation de l'attitude des uns et des autres!On ne doit pas prendre une rumeur ou une idée préconçue comme donnée de base dans une analyse ou un raisonnement.
Quelle est en résumé la situation du Pays aujourd'hui dans cette soit-disant crise que "ON" alimente chaque jour avec une "bûche" qui n'arrive heureusement pas à la raviver comme "ON" l'espère.
On doit toujours se souvenir de la manière presque cavalière dont "ON" a mené la transition, que "ON" a bien cherché à rendre infructueuse ! Bref !
Sidi est élu dans des conditions que tout le monde reconnait comme réellement démocratiques.Même le challenger au deuxième tour n'a pas pu contester!Pourtant Dieu sait que ce n'est pas l'envie qui lui manque en général pour ça !
Ouf!De quoi est sorti votre pays Patriotes Mauritaniens ?Est-ce que seulement vous existez ? Certainement dans la Societé civile, chez quelques intellectuels mais dans la CLASSE POLITIQUE actuelle vous ne devez pas être legion.
Sidi est un homme (comme tout un chacun) qu'on ne peut certes pas affubler de qualités qu'il n'a pas mais on ne devrait pas non plus lui donner des défauts qu'il n'a pas!Je parle ici aux patriotes objectifs capables de bannir toute subjectivité, pour lesquels la mauvaise fois n'est pas à prendre en compte et qui ne considèrent- ne serait-ce que pour un tout petit moment- que l'unique intérêt du Pays.Est-ce que cette espèce de Mauritaniens existe ?Je le souhaite et si ce n'est pas le cas, faites un effort, s'il vous plaît, pour exister.Votre pays a besoin de vous et grandement!Bref!

Aujourd'hui le Mauritanien moyen qui est parfois plus "futé" que sa CLASSE POLITIQUE sait (et même le petit chacal qui est à l'Est de OUALATA )que nos braves députés frondeurs et nos vaillants généraux ne sont que la partie apparente de l'ICEBERG !Une seule preuve suffit.Devinez quoi? c'est tout simplement la frénezie du chef de notre opposition, à demander à Sidi de démissionner !Un peu de "terche" M le President Ahmed !Les deux derniers mois de Taya lui avait-on demandé de démissionner? Et qui ?Eh bien le chef de l' opposition de l'époque, Haidalla!Et c'était amplement justifié!Je ne tiens pas spécialement à le "complimenter" ou à le crtiquer du reste, puisqu'il s'est mis hors jeu désormais !

Sidi s'est mis dans cette situation et les mauritaniens attendent beaucoup de lui et c'est leur droit inaliénable surtout dans une démocratie !Mais il faut le juger par rapport à ses prédecesseurs!il faut le juger par rapport à ce qu'il réalisé ou pas en un an mais surtout par rapport/

1--à un héritage de TRENTE ANNEES de ce que chacun sait et dont certains des AUTEURS qui sont là en chair et en os,l'ont intronisé et le prennent "en otage" par le "truchement" d'une Majorité parlementaire qu'ils ont confectionnée sur mesure pour le besoin de la cause!!

2--par rapport au plan qu'ON est entrain d'executer pour essayer se "débarrasser" (c'est pas croyable ) de Lui de façon tellement "ridicule" !
Un Plan qui se veut "diabolique" et qui est en réalité cousu de fil blanc !
Sidi ON EN A FAIT L'IMAM DE TENDAGHA

Il a pris contre le gré de ses "Mentors" les mesures qu'ils n'ont jamais accepté, ne serait-ce que d'envisager durant la transition, à cause de soit- disant "pesanteurs" (imaginaires evidemment).Et ceux qui devraient s'en féliciter sont maintenant acteurs dans la cabale contre Sidi !
Imaginez M SARR,le jour où le moindre désordre va commencer, combien de personnes sortiront de ce Pays en toute hâte pour ne plus jamais y revenir peut-être ou pour aller au cimetière!
On lui reproche de voyager.Et que sait-on de ce qu'il rapporte pour le pays quand il voyage ?
Et face à interlocuteur Etranger est-il mieux ou ses prédecesseurs? Bien sûr cela n'intéresse personne !!Ce n'est pas important !

Bien sûr,comme toujours, les patriotes se taisent et les charognards font peau neuve sans aucun effort et s'AGITENT SANS VERGOGNE!
Patriotes Mauritaniens!
Ce retour à la case départ et cette nouvelle transition que "ON" cherche à imposer sont extremement DANGEREUX pour le Pays. Parce que ces trois dernières années les Mauritaniens ont été libres de parler, de penser, mais surtout ils savent comme toujours qui est qui !Les anciennes méthodes pour acceder au pouvoir et s'y maintenir à la manière de Taya ne semblent plus devoir "marcher" et ça, c'est une conséquence de ces trois dernières années !
Cette agitation c'est pour revenir rapidement à la Présidence
parce que Sidi n'est finalement pas "l'homme" qu'on croyait, docile et maléable à volonté.Il faut absolument "sauver" les réseaux et les "systèmes" (il faut lire entre les lignes)qui ont besoin pour fonctionner à plein "rendement" d'avoir tout le pouvoir entre les mains.
Les Mauritaniens ne devraient plus être dupes.
Veulent-ils une Démocratie même "rachitique" qui essaie visiblement de se sortir du carcan où ON l'a enfermée depuis le début ou bien veulent-ils le retour des TRENTES dernières années avec qui vous savez à la tête du système!
Le CHOIX EST CLAIR
Ahmed devrait le savoir pour son grand qu'il ne sait pas parfois !

Les députés frondeurs "defenseurs de la Démocratie" (HAGHOUN OURIDE BIHI BAT-EL) les Generaux,l'agitation de Me Ebety,
l'intermède FKB,l'entrée en jeu de Breideleil et Bneijara (où est Ismael);les idéologues se découvrent!On peut se rappeler avec beaucoup de nostalgie le DIX Juillet!Le fait que ces deux là publient leur déclaration aujourd'hui, n'est certainement pas fortuit.On se demande pourquoi O.Salek, Haidalla, Boukhreiss etc etc n'ont pas signé la Declaration !
Tout cela n'est que BALIVERNES !

Patriotes Mauritaniens, si cette mascarade continue le Pays se rapprochera de plus en plus de la CATASTROPHE qu'ont connue le Libéria,La Sierra Leone, les Pays d'Afrique Centrale et bien d'autres, la liste est longue et que dire de la Côte d'Ivoire !La Mauritanie est trop fragile pour servir de cobail à ce genre de crise ! et ne peut pas se permettre de vivre la moindre expérience de ce genre !Et il est simplement criminel de vouloir manipuler l'armée et "l'utiliser" dans ces desseins "infantiles" qui ne procèdent ni d'une hauteur de vue ni d'une connaissance approfondie des données de la situation reelle au jour d'aujourd'hui !Parce que l'armée n'acceptera pas ! Malgré ce qu'on en a fait depuis le temps !
A bon entendeur Saluts
LLI MA YESMA-A KOUN BWIDHNEIH .....
SIGNE LUQMAN

Anonyme a dit…

Lu pour vous sur le blog www.souslatente.blogspot.com

Info ou simple hypothèse, monsieur DIAGANA?

***

Le président et les généraux
Les derniers événements qui ont tenu les mauritaniens en haleine laissent en suspens une question qui revient sur toutes les lèvres: qui détient le pouvoir en Mauritanie. Le rôle qui doit être dévolu à l'armée sera l'objet d'un prochain blog. Attardons-nous si vous le voulez bien sur la situation insolite qui prévaut au sommet de l'Etat.
Deux généraux qui ont certainement débarrassé le pays d'une dictature féroce au moment où tout semblait bloqué couvent un président démocratiquement élu, dit-on, à leur instigation. A tort ou à raison ils estiment qu'ayant "sauvé" le pays ils doivent continuer à avoir leur mot à dire sur la conduite des affaires et "veillent" sur le président élu en déployant des ailes à la fois protectrices et encombrantes. Tentons ce raison.
Le président prend ombrage de la présence étouffante des généraux et, auréolé du suffrage des mauritaniens, décide de s'en débarrasser. Les généraux prennent connaissance du décret portant leur limogeage ou, par un moyen ou un autre, découvrent les intentions du président de la république. Les généraux intiment alors l'ordre aux médias (radio et télévison publiques) dont ils prennent le contrôle l'ordre de ne diffuser aucun message, aucun communiqué n'émanant pas d'eux. Le président reste au palais avec ses prérogatives théoriques; les généraux gardent leurs étoiles avec la réalité du pouvoir. C'est peut-être une fiction; mais est-elle si éloignée de la réalité? La démocratie dont le monde entier à reconnu les mérites en Mauritanie risque de se terminer en queue de poisson. Cette situation vaut bien une réflexion sur le subtil dosage entre fermeté et souplesse. Exercice dont l'absence a valu des crises profondes, parfois au dénouement tragique, à de nombreux pays africains. Ce sera notre prochain sujet inchallah.

Abdoulaye DIAGANA
France
www.souslatente.blogspot.com

Yanis le R. a dit…

Il ne faut pas s'attendre à grand chose du gouvernement en cours de constitution.
A chaque fois que la liste est finalisée, elle est rejetée par "quelqu'un d'important", un VIP de RV, et c'est reparti pour de nouvelles concertations...
Je propose au PM qui commence à déprimer et à être insomniaque de voir directement les généraux et en moins d'une heure son gouvernement quelqu'il soit sera accepté par les 2 chambres de résonance et les nouveaux groupes (d'anciens de tel ou tel) qui gravitent comme des mouches...
C'est plus simplement que de voir les chefs de clans de la majorité élastique actuelle et le locataire de la Maison ocre qui n'a pas encore payé son loyer (lol)...
"Ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser" nous a dit ce soir PPDA citant Shakespeare avant de terminer son dernier JT.
Ce n'est pas mal, peut-être, de s'en inspirer (pour nos politiques) pour gagner du temps au lieu de jouer à la fausse comédie sans fin...

Anonyme a dit…

Tout à fait d'accord avec Yanis, il faut confier aux deux generaux la tache de former le gouvernement à leur guise et selon leur humeur, ils mettront des leches bottes et sauront dans quel piege il se sont laisser enfermé, il sauront que leur pouvoir est une baillonette avec lquelle ils peuvent tout faire sauf s'asseoir dessus!!
en voulant regler le compte à son viel rival d'aleg ( Ahmed baba miske ente vem) AOD leur a facilité la
tache mais il lui faut aussi la peau des generaux pour y mettre les cendres de SIDIOCA

Anonyme a dit…

Quelle lecture faites-vous de l'article-publicite sur Ely? Qu'est ce qui presse Ely? A-

Anonyme a dit…

Ely aus dernieres nouvelles est loin de se presser, il est parti avec ses enfants en Irlande faire des cours luinguistiques. Voyez bien comment il prend la situation.
Serein non !!!

Anonyme a dit…

Sidi semble suivre les conseils de Ould Elmamy et compte virer les deux Generaux immediatement apres son retour de Paris. Azizi Ould Mamy l'a finalement convaincu dans la nuit d'hier

Anonyme a dit…

Ano du 11 juillet 2008 09:07,

Tu n'as pas repondu a ma question. Pourquoi l'article-publicite en ce moment? C'est de lui ou c'est de quelqu'un qui veut le couler politiquement?

Ano du 11 juillet 2008 09:12,

Tu etais la quand Ould Azizi a convaincu Sidioca de liquider ses generaux! Ne fais pas de la propagande de cette sorte, car elle est dangereuse. Il faut toujours dire la verite et quand on a des doutes on dit "hypothese".

Merci a vous deux. A-

Anonyme a dit…

A-

Quand on a des doutes c'est plutot le conditionnel.
"hypothèse", depuis la "jurisprudence Diagana" ça signifie "c'est une info mais je ne veux pas dire que c'est une info" (affaire commission d'enquete du sénat, limogeage de ould tijani...)
Mais, à part le fou de maata, nous on n'est pas fous.

Anonyme a dit…

BONJOUR TOUT LE MONDE
ET BONJOUR LA MAURITANIE !!

LETTRE A M.ELY O.MD VALL

VOUS êtes en Irlande et Serein en plus ! Eh bien NON et NON et NON !Cela ne trompe personne !Je crois plutôt que cela nous prouve ainsi tout à fait le contraire de ce que vous espèrez nous faire "avaler".Vous rêvez
certainement qu'on vous appelerait en catastrophe,tard dans une nuit Irlandaise, parce que le plan que vous avez mis en place avec l'aide de vos "stratèges" prévoit d'être rappelé de loin comme un "SAUVEUR"!
Finalement je crois que le "ZRAG" est une chose bien répartie et chacun en a sa part,le Président Ely comme tout le monde.
M.Ely, je vais vous donner un conseil fraternel,(en principe nous sommes tous musulmans)en commençant par vous raffraichir la mémoire.

1--Vous avez une très, très grande responsabilité dans la gestion du Pays ces dernières decennies et tous les maux que ce peuple a eu à souffrir!
Ce n'est pas la peine de les citer!
En Mauritanie tout se sait."WE MEHMA TEKOUN....terminez le vers puisque vous êtes un ancien militant Baassiste et ami du grand "idéologue" Breidleil.

2--Vous avez ammassé beaucoup,beaucoup d'argent, plus qu'on ne peut imaginer.N'est-ce pas?Comment ? Une fois de plus, il ne sert à rien de "remuer" tout cela ENNASS EJOUAD(et je ne vous jalouse pas pour votre fortune telle qu'elle est)

3--Vous avez "fait" le coup d'Etat, non pas pour sauver le Pays de son calvaire- puisque vous êtes pratiquement l'artisant de ce calvaire-mais pour sauvez votre systeme vous et votre patron depuis 20 ans d'un autre coup -un vrai celui-là-- etait en gestation pour Vous déposer vous et votre Patron !c'est la vérité qui,parfois, n'est pas agéable à entendre.

4--Vous avez essayé de "biaiser"la transition en la rendant "infructeuse " (c'est comme cela qu'on dit pour les Marchés n'est-ce pas ?)!Et à défaut finalement vous avez "cru" introniser une "mauviette" qui serait prise en otage dans un système hermétique dont vous avez le code d'accès !Vous aviez calculé --souvenez-vous-- que le "vieux" pourrait (sic)tomber malade dans deux ans au plus !Comment sais-je tout cela? Aucune importance!

Voilà pourquoi vous avez mis votre plan en marche avec cette fronde de députés "démocrates" et pour "donner le change" vous êtes parti en Irlande très loin !Ou bien les Britanniques vous ont-ils demandé de les "aider"en Irlande comme d'autres vous ont demandé de les aider au Niger!En tout cas vous ne pouvez pas dire que vos amis Israeliens ne se "décarcassent" pas trés bien pour vous.Mais peut-être qu'ils vous le cachent!Ils sont si délicats!!

CONCLUSION
Les tentatives de réaliser vos objectifs de retour (je devrais dire votre RÊVE)Présentent un risque d'une gravité extrême pour la stabilité de votre pays qui est trop fragie pour tenter les expériences du Libéria ou du Sierra Leone et même celle de la Côte d'Ivoire qui a été moins dramatique.
M Ely, faites preuve de patriotisme et de magnanisme !Sachez surtout que les Mauritaniens n'ont aucune raison de vouloir de vous !Je ne parle pas de ceux qui "lorgnent" votre fortune dont vous ne manquez pas de temps de laisser entrevoir l'ampleur!Si vous persistez, vous donnerez l'impression de vouloir vous venger de votre Pays ce qui n'est pas très magnanime !
Laissez l'Histoire vous enregistrer au moins que vous avez "en jettant l'éponge" laissé votre Pays tenter sa chance ên couvant cette démocratie "née en réanimation".
Parce que M.Ely, la démocratie est le seul système qui n'a pas encore fait ses preuves en Mauritanie et aussi le seul qui aidera à régler nos problèmes passés, présents et à venir.
M. Ely,personne n'a intérêt ou ne désire l'instabilité en Mauritanie et à commencer par vos amis Occidentaux que vous avez tant essayé de convaincre qu'il y a le terrorisme dans votre Pays.
Pour être franc avec vous, je dirai qu'à ma connaissance, il n'y a qu'un seul "Partenaire" de la Mauritanie et dont vous êtes le "parrain", qui "se moque" eperdument de l'instabilité et même de la "disparition de la Mauritanie de la carte du monde, à supposer qu'il ne le désire pas!
Du reste, je ne suis pas du tout partisan de la rupture avec ce "partenaire".Même si sa "venue" s'est faite dans des circonstances plus ou moins "sombres" et ne correspondait pas à un quelconque intérêt pour le Pays,une rupture diplomatique est toujours inconvenante, à plus forte raison avec un pays dont le poids stratégique réel dans le monde, est inversement proportionnel à sa réalité physique et géo- economico-politique !
Voilà M.Ely je suis un Ami et je vous ai mis devant votre responsabilité historique de patriote !
Dans le cas où vous estimez que j'ai été injuste avec vous et que je vous ai "accusé" à tort, eh bien, en tant que patriote qui, plus est,a été "geniteur" de la démocratie et sauveur du Pays, vous n'auriez pas dû partir en Irlande pour laisser la"crise" annihiler votre oeuvre !Votre devoir de patriote vous le commande !
Dans la mesure où vous persister au lieu de "jetter l'éponge " et d'aller profiter de votre fortune si durement acquise,

SACHEZ QUE L'HISTOIRE NE PARDONNE PAS!! A bon entendeur SALUT !!!
UN AMI

Anonyme a dit…

Le message ci-dessus est definitivement a lire. Bravo. A-

Anonyme a dit…

Se tenir informé :

PARIS (AFP) - La France se transforme ce week-end en carrefour diplomatique de l'Europe et du Proche-Orient, avec une rencontre controversée samedi entre le Syrien Bachar al-Assad et Nicolas Sarkozy suivie le lendemain du sommet lançant "l'Union pour la Méditerranée", avec plus de 40 dirigeants.


Ce sommet, entouré d'un dispositif de sécurité exceptionnel, va réunir dimanche après-midi une quarantaine de pays, dont Israël et la Syrie, autour du nouveau partenariat euro-méditerranéen, un projet phare de M. Sarkozy.

Avec sa double casquette de chef de l'Etat français et de président de l'Union européenne (UE), Nicolas Sarkozy déjeunera samedi avec l'Egyptien Hosni Moubarak, qui coprésidera avec lui le sommet de l'UPM, avant de recevoir le Libanais Michel Sleimane et surtout Bachar al-Assad, pour un entretien qui doit signer le retour du président syrien sur la scène internationale.

A l'issue de ces entretiens, les présidents libanais et syrien se retrouveront autour de leur homologue français et de l'émir du Qatar cheikh Ahmad Ben Khalifa Al-Thani pour leur première rencontre officielle, à l'issue de laquelle ils feront une déclaration à la presse, selon l'Elysée.

Sept ans après son dernier séjour sur le territoire français, la visite de Bachar al-Assad constituera le morceau de choix de l'agenda proche-oriental du président français, mais aussi le plus contesté.

Après l'assassinat de son "ami" l'ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri en février 2005, le prédécesseur de M. Sarkozy, Jacques Chirac, avait gelé tout contact avec Damas, fortement soupçonnée par la communauté internationale, malgré ses dénégations, d'en avoir été le commanditaire.

L'an dernier, Nicolas Sarkozy a souhaité interrompre cette quarantaine, avec l'espoir de trouver une solution à la crise libanaise. Une fois Michel Sleimane élu à la présidence du Liban, il a invité Bachar al-Assad au lancement de l'UPM avec le souci d'"encourager" la "bonne volonté" syrienne.

Mais la visite du numéro un syrien, dont même l'Elysée concède qu'il n'est pas "un parfait exemple de respect des droits de l'Homme", et sa présence confirmée au défilé de la fête nationale du 14 juillet a suscité un tollé en France. L'opposition de gauche et les ONG y voient un remake du séjour tumultueux du Libyen Mouammar Kadhafi à Paris en décembre.

Des ex-casques bleus ont manifesté vendredi à Paris, dénonçant "une atteinte à la mémoire" des soldats français tués en 1983 dans l'attentat du Drakkar au Liban.

Dimanche, lors du sommet de l'Union pour la Méditerranée (UPM), l'énigmatique président syrien se retrouvera assis autour de la même table que le Premier ministre israélien Ehud Olmert, mais toutefois à distance.

Si un entretien n'est pas à l'ordre du jour, tout le monde guettera une éventuelle poignée de main entre les dirigeants de deux pays formellement en état de guerre depuis 1948.

M. Olmert et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se retrouveront également pour un entretien, alors que les Palestiniens menacent de suspendre les pourparlers de paix avec l'Etat hébreu en raison de la poursuite de la colonisation.

Un invité de marque boudera le rendez-vous: Mouammar Kadhafi, pour qui l'UPM est une machination destinée à replacer les Arabes sous la coupe des Européens. Le dirigeant libyen avait été reçu en grande pompe à Paris en décembre par M. Sarkozy.

Il donnera naissance à une Union d'au moins 43 membres regroupant quelque 765 millions de personnes: les 27 de l'UE, dix pays du sud -Algérie, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Mauritanie, Syrie, Tunisie et Turquie- et l'Autorité palestinienne, ainsi que l'Albanie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et Monaco.

Pour M. Sarkozy, qui estime que "l'avenir de l'Europe est au Sud", ce partenariat doit permettre de gagner le combat contre le "terrorisme, l'intégrisme, le fondamentalisme".

Les responsables français expliquent que l'UPM permettra de faire travailler ensemble Européens, pays arabes et Israël autour de projets concrets de coopération comme la dépollution, l'énergie solaire ou la sécurité civile.

En revanche, la "partie politique" de la déclaration de l'UPM qui sera adoptée dimanche devrait être "la moins politique possible", notamment sur le processus de paix au Proche Orient, a reconnu un diplomate.

La naissance de l'UPM, projet phare de M. Sarkozy, a été laborieuse et de nombreux doutes persistent sur son avenir.

La chancelière allemande Angela Merkel a refusé tout net le projet initial du président français, limité aux seuls pays du pourtour méditerranéen. Elle a obtenu que l'UPM intègre les 27 de l'UE et se place dans la continuité du "processus de Barcelone" enclenché en 1995.

Même si elle y participe, la Turquie s'inquiète quant à elle d'un projet pouvant apparaître comme un moyen de contourner son adhésion à l'UE, que refuse M. Sarkozy.

Le sommet remettra sans doute à plus tard des questions épineuses sur le fonctionnement de l'UPM, notamment la taille et le siège de son secrétariat général que se disputent Rabat et Tunis, mais aussi Barcelone ou La Valette.

Anonyme a dit…

Bonjour c'est Luqman
M le President de L'ufp s'étonne du silence des chancelleries occidentales.
M.le President de l'ufp personne ne s'occupe de l'intérêt de personne.Nos Partenaires occidentaux ne sont concernés que par leurs intérêts.S'ils vous ont dit le contraire pendant la période Taya c'était un jeu de diplomates.Les intérêt de la mauritanie ne "concernent" même pas tout les Mauritaniens !Il y a un seul creneau sur lequel nous pouvons être d'accord --nous autres qui avons un grain de patriotisme pour avoir peur pour le Pays--, avec les partenaires de notre Pays (sauf Israel)/ !C'est la stabilité et la paix sociale...Oui pour eux la stabilité n'est pas à marchander.C'est pour cela qu'ils ont accepté Taya jusqu'au bout et qu'ils vous incitaient vous de l'ufp à la modération !Vous vous souvenez quand la delelgation parlementaire Européenne etait venue vers la fin Taya et que SEM l'Ambassadeur d'Allemagne voulait qu'elle le chef de l'opposition de l'époque eh bien ,deux autres ambassadeurs ont refusé pour ne pas "fâcher" TAYA QUI LES AVAIENT "négliés" pourtant au benefice de la super Puissance; ce qui est inadmissible et en contradiction les intérêts de la Mauritanie qui devrait pas abandonner ses partenaires traditionnels pour une Amerique bien trop "GRANDE" et occupée ailleurs mais qui est surtout parfois prise en otage par Israel!
M.le président essayez de convaincre vos amis occidentaux plutôt que ce que M.Ely est entrain de tenter, est un risque enorme pour la stabilité des deux sous régions dont la stabilité est essentielle pour L'Europe et tout l'Occident Luqman

Anonyme a dit…

Donc pour en revenir à ce qu'on disait sur ce même espace il n'y a pas si longtemps (l'entre-deux-tours), Ahmed par défaut. Nous donnions RV dans deux ans (nous fumes à l'époque quelque peu optimistes sur la résistance de sidi-ok. Parc qu'il est difficile pour le cerveau de réfléchir sur le cerveau. C'est une évidence pourtant pas si évidente, mais les faits sont têtus: on ne fait pas du neuf avec du vieux. Le vivant, spécialement celui du règne animal, fait toujours ce qu'il sait faire et la mutation est fondamentalement un accident. Nous voici donc avec: (i) un pays bicéphale, (ii) sans gouvernement et quand bien même en aurait-il qu'il n'aura plus aucune autorité tant que le bicéphalisme demeurera, (iii) des chambres d'élus remplies de marionnettes ignares autodestructrices. Entre le (trop) bon et le (duo)truand, Ahmed n'a évidemment pas les couilles pour être la brute. Résultat, ce pays est en voie de vampirisation irréversible.

Anonyme a dit…

Changements avez-vous dit? L'assemblée vient de se doter d'un vice-président pour le moins ...vicieux: tortionnaire notoire. Laquelle assemblée, comme son grand frère, le sénat, ne brille pas par la présence de noirs dans ses instances, ce qui par les temps qui courrent (le déséquilibre régional, tribal et ethnique étant un des prétextes de la "frondinette" actuelle) est pour le moins une maladresse et une provocation inquiétante.

Anonyme a dit…

Au Senateur Mohamed El Hacen Ould El Hadj:

What is Success?

" Setting Goals
But not in concrete
Staying focussed
But turning aside to help someone
Following a plan
But remaining focussed
Moving ahead
But not too fast to smell the flowers
Climbing the ladder
But not stepping on toes
Fighting to the finish
But choosing your battles
Taking a bow
But applauding those who had a part in your success."

Je ne vous connais pas mais je vous conseille vivement de jouer la carte de l'apaisement et peut-etre meme de prendre quelques jours de repos loin de Nouakchott.

J'aime bien le vieux et je ne m'en cache pas.Je n'ai point du tout aime' vos attaques contre lui et son honorable epouse. Aujourd'hui, je constate que vous vous attaquez au senat Mauritanien. J'ai lu les raisons evoque'es mais vous serez d'accord avec moi pour reconnaitre que ladite attaque intervient moins d'une semaine apres la publication d'un communique' par vos collegues senateurs pour dire qu'il n'y a aucune commission d'enquete contre la fondation de la premiere dame.
Je vous conseille de vous eloigner de l'esprit de vengeance qui a guide' plusieurs de vos actions recentes.
Soyez plus discret dans vos demarches!
Permettez aux autres institutions comme la cour des comptes, le Control General d'Etat...etc de faire leurs boulots respectifs.

Nous sommes tous pour la lutte contre la corruption mais nous exigeons a' ce qu'elle se fasse dans le respect des lois, dans le respect des institutions de la republique et dans le respect de la dignite' humaine.

Sincerely yours,

De la part d'un supporter du vieux qui ne vous souhaite que du bien.

Anonyme a dit…

intéressant:

http://www.france-palestine.org/
article8745.html

Anonyme a dit…

Salam

Lu sur ANI

RIFIFI au SENAT

"Des sénateurs accusent le président du sénat de mauvaise gestion

Bâ M'Baré

Dans une proposition de résolution, dont copie est parvenue à l’ANI, un groupe de sénateurs demande à ce que la lumière soit faite sur ce qu’ils ont appelé « les graves présomptions de détournement de deniers publics qui caractérisent la gestion administrative et financière du Sénat ».
Après avoir mentionné que depuis la mise en place de cette institution, le Ministère des Finances a mis à sa disposition des centaines de millions d’ouguiyas destinés aux équipements, les signataires de ce document se sont demandés : «Où sont passés ces millions ? Comment ont-ils été liquidés ? Et suivant quelle procédure ?»
Voici, dans son intégralité, le texte de cette proposition de résolution

----------------------------------

Soutenir la maréchale pour plaire au président.

Mbaré comprendra vite que nous ne sommes plus à l'époque ou pour prouver sa servilité au caporal(Mbaré)mobilisé les immigrés de boulogne billancourt pour aller manifester à Bruxelles pour soutenir Taya.

Il peut toujours compter sur le soutien indéfectible de SIDI-OK dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

Depuis plus de 10 jours, nous sommes en plein "Bagdad" politique, à savoir comment profiter des "bourdes" de SIDI-OK pour le pousser à la démission.

Pendant ce temps, le bled tourne au ralenti, les copies de WAF sont rejetées les unes après les autres, la chasse aux Laudateurx et pionx (Mbaré-Messaoud) est ouverte.

Au lieu de rester au chevet de son pays agonisant et prendre ses responsabilités à savoir dissoudre l'assemblée de faux-culs, SIDI-OK s'envole pour paris, afin de servir de décor à la conférence sur la Méditerranée, comme si la Mauritanie avait déménagée géographiquement.

Quel lien de parenté entre nous est la méditerranée

Seule bonne nouvelle, KB notre sorbonnarde de la rapine rase les murs et on là voit moins se là jouer Mère thérésa des sables à la télé dit le le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

A lire sur le blog du prof:


Le soufi et les loups:

Psychanalyse d’un président en contemplation.

Anonyme a dit…

Ano du 12 juillet 2008 06:57,

On ne peut rien lire sur la France et la @alestine comme nous sommes sous crise. Nous avons nos propres palestiniens qui sont les retournes de l'ere Taya.Sidi-OK est dans la mierda jusqu'au cou et le CMJD essaie de revenir sans accord prealable avec nous. Donc la priorite c'est la maison qui brule. On s'occuperera de la maison du voisin apres. A-

Anonyme a dit…

Salut ...
Un plaisir de partager avec vous la reation de Vlane au dernier posting du Pr Ely Moustapha...sur haut-et-fort...
BL
vlane a dit...
Un soufi parmi les loups…certes

Mais quand vous dîtes :
« Alors qu’elle pourrait être son attitude à leur égard ? Elle ne peut être que de trois types :

1. Soit se consacrer totalement à la gestion des affaires de l’Etat
2. Soit ignorer les affaires de l’Etat et se consacrer à sa spiritualité
3. Soit se décharger partiellement sur une personne tierce pour gérer les affaires de l’Etat en son nom »

Vous savez qu’il n’y a pas « d’Etat », il y a juste le squelette décharné, dévoré , désarticulé d’un Etat, squelette au seuil d’être démembré, que voulez-vous qu’il fasse de ça ?

De plus , il y n’a pas de peuple, il n’y a que des sujets de plusieurs consuls rois invisibles, il n’y a pas n’ont plus de minorité active , il n’y a qu’une ou deux générations vieillissantes de hâbleurs mouillés pendant 20 ans et tenus jusqu’à la lie par je ne sais quoi qui pétrifie tout sens de l’action sinon celui de la langue et de la vaine intrigue

Il n’y a rien, pas de peuple mais des sujet craintifs et dangereux capables d’être agités , pas d’élites efficaces, mais des scribes gardiens de la mémoire, et c déjà pas mal

Face à ce rien, des RV puissants et craints, que peut faire le marabout ?

-Ne pas faire de mal, c déjà pas mal, mais c en faire que de rien faire, peut-être, passons
-Démissionner ? ce serait ne plus croire en Dieu
-Tout ce qu’il peut faire, il l’eut fait plus jeune guidé par la fougue de la jeunesse, cad regarder le système dans les yeux et se dire : « que puis-je faire avec l’aide de Dieu, que puis-je faire au risque de ma vie, que vaut-elle d’ailleurs si la perdre dignement me rapproche de Dieu, que puis-je faire à mon âge qui puisse bloquer l’engrenage et donner une chance non pas à tel ou tel mais juste à une tout autre distribution des cartes ?

Réfléchir, bien réfléchir, infiniment seul, imaginer toutes les combinaisons possibles, tous les dangers qui peuvent en découler, et prendre la décision, la seule possible, la décision ultime qui viendrait après une mise en place subtile, secrète, fine, soufie, enfin la décision qui puisse tout changer ou tout détruire et là seulement prier que ça marche

C cela être musulman, soufi ou pas

salut

Anonyme a dit…

Le vieux est sur la bonne voie. Il ne doit rien faire dans la precipitation. Il y a certes des personnes de mauvaises intentions qui veulent le pousser a' une rapide reaction a' leurs betises. Il ne doit pas jouer leur jeu.
Toutes ses actions doivent etre guide'es par les interets superieurs du peuple Mauritanien.
Je vais meme un peu plus loin en lui disant de ne pas preter une tres grande attention a' ceux qui se sont donne's comme mission de le provoquer. La majorite' du peuple Mauritanien est derriere lui. Je suis egalement convaincu que nos officiers, sous- officiers, caporaux et soldats sont intelligents, honorables et dignes. Ils n'accepteront jamais de suivre une entreprise criminelle quelconque qui risque de faire plonger notre pays dans une situation aux consequences incalculables.


A Mr. Ould Mowloud:

Je suis extremement fier de vous. Vous venez de montrer au monde entier que vos principes sont beaucoup plus importants que les postes gouvernementaux. C'est bien la Mauritanie qui perd si on refuse d'utiliser vos competences.
Ceux qui disent que vous n'avez pas la' ou' aller, se trompent. Toute la Mauritanie est chez vous. Vous pouvez aller n'importe ou' dans notre pays et vous serez bien apprecie' par le vaillant peuple Mauritanien qui reconnait votre courage politique, votre sagesse et votre amour pour la patrie.
Les autres peuvent continuer a' se contenter de petits postes ici et la', cacher la verite' et faire des bassesses pour etre dans la haute administration MAIS ILS N'AURONT JAMAIS LA SATISFACTION MORALE ET INTELLECTUELLE QUE VOUS AVEZ. LA MAURITANIE EST VOTRE PARTI POLITIQUE ET IL N'Y A RIEN DE PLUS NOBLE!

TOT OU TARD, LA VERITE' TRIOMPHERA!!!

Anonyme a dit…

Je viens de lire la declaration contre Ba Mbare. J'avais cru qu'il etait aussi victime. Si ce que disent les frondeurs est vrai, le gars doit partir. Comment ils se sont debrouilles pour avoir un tel personnage non delicat au Senat? Lkintention de le degager pour eviter a nos nazis de se retrouver President un jour n'est pas a rejeter. Mais si ce qui se dit est vrai, I'll merite ce qui lui arrive. A-

Yanis le R. a dit…

C'est au moins une bonne chose que la question de la corruption s'introduit dans le débat politique.
Espérons que les intentions s'accompagnent d'actes et d'enquêtes en dehors du champ politique.
Je pense à notre Cour des Comptes qui est presque au chomage vu que le nouveau Pouvoir (depuis la Transition d'Elycom) ne lui accorde aucune importance (au détriment de l'Inspection d'Etat) avec un président de Cour sans envergure et confirmé pour qu'il n'y ait surtout pas de vague...
C'est sûr que toute enquète est la bienvenue mais il ne faut pas qu'elle soit conjoncturelle et juste dans la petite guerre de clans que se jouent actuellement nos politiques élus.
A voir leurs noms, je ne peux que lâcher: vivement de nouvelles élections!

maatala a dit…

Salam

Chers amis

Pétition pour réclamer la dissolution de l'assemblée nationale

1- maatala

maatala

Anonyme a dit…

Couli,

Pourquoi tu t'epoumonte? Laisse mouton pisser. Tu es en face de gangsters qui ont pris la cite. Ils ne sont pas mieux lotis que ton MOST.

Anonyme a dit…

مجرد رأي

إن مشكلة الأزمة الحكومية لن تحل إلا بإقصاء كل من عمل في منصب سام خلال 15 سنة الماضية أو تعهد رسمي بتوبة خالصة من من عمل في السابق مع الأنظمة السابقة وتشكيل حكومة نظيفة تعمل على أخذ القرار الإقتصادي من البنك الدولي وصندوق النقد وتعيد سيطرة الدولة على الثروات والعمالة والاستثمار وتعزز الهوية الإسلامية الجامعة للبلد وتقطع العلاقات مع الصهاينة وتكون بالفعل حكومة تنفذ رغبات الشعب لا نصائح الأجانب وتعاقب المسيء مهما كان وتجازي المحسن وتطبق نص القوانين دون تمييز وكل ذلك بحكمة وتدرج وتسامح وحزم وتخطيط ذكي ولن تكون تلك الحكومة المنقذة إلا برئاسة الشيخ سيديا ولد عبد الله ولد يعقوب وعندها يكون للإصلاح والتسامح والحزم معنى حقيقي بإذن الله تعالى.
عبد الله ولد عبد الرحمن

عبد الله ولد عبد الرحمن

maatala a dit…

salam

lu sur Ani

"La formation du gouvernement attendra le retour du Président de la République de France
L'annonce du nouveau gouvernement dirigé par le Premier Ministre reconduit, M. Yahya Ould Ahmed El Waghef, attendra le retour de Paris la semaine prochaine du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi qui doit prendre part dimanche au sommet sur l'Union pour la Méditerranée, ont rapporté des sources à l'AFP.
-----------------------------------

De toute façon le pays n'est plus à un attente pret dit le FOU.

maatala

Yanis le R. a dit…

Il paraît que les 2 chambres du Parlement viennent de cloturer ce jour, le 11 juillet, leurs séances et ce n'est qu'en novembre prochain qu'elles doivent se réunir...
C'est ainsi que le gouvernement attendu le 14 ou 15 juillet aura plus de 3 mois pour se mettre en place sans risquer une motion de censure.
C'est un soulagement pour Sidioka en attendant de reprendre la situation en main, espérons-le...
Pour le moment, on ne peut que parler de Sidi-OK, le nouveau nom made Maatala, qui correspond bien au Président que nous avons élu...

Je voudrai dire une chose dont j'avoue ne pas avoir la preuve formelle: toute cette crise politique dans le camp de la majorité du Président vient d'un différend entre un général tout nouvellement promu, chef d'état major particulier du Président et le nouveau ministre sécrétaire général de la Présidence!
L'un pense être à l'origine de tout le processus démocratique actuel et l'autre est une grande gueule et un RV de calibre (au propre comme au figuré) hors norme.
Le comble c'est que les 2 énergumènes qui nous pourrissent la vie (politique, s'entend, bien sur) à tous ne sont pas des élus du peuple et n'ont normalement aucune légitimité!
Parfois, je me dis et je rêve que si j'avais la légitimité de Sidioca, "un instant, un instant seulement"...
Voilà, je n'irai pas plus loin sans élément de preuve à l'appui sauf si vous avez, vous autres, plus d'info que moi...

maatala a dit…

salam

je suis interloqué par la passivité de nos compatriotes.
Car maintenant que toute la Mauritanie sait que SIDI-OK a été ramené à l'ordre par ses commanditaires; pourquoi il n' y a pas de manifestations, de marches, de pétitions pour soutenir SIDI-OK.

Déception et désillusion quand vous nous tenez dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

الكل ساكت عن انضمام موريتانيا إلى جانب اليهود في مشروع ساركوسي المتوسطي المشبوه وساكت عن ما يقال عن قواعد أمريكية وأسبانية وتجسسية على تراب موريتانيا الطاهر ومنشغل بوزير ووزيرة ومنصب وآخر وكأن الأمر مؤامرة لتمرير القواعد الأجنبية وانضمام موريتانيا إلى مشروع ساركوزي المشبوه

إن مشكلة الأزمة الحكومية لن تحل إلا بإقصاء كل من عمل في منصب سام خلال 15 سنة الماضية أو تعهد رسمي بتوبة خالصة من من عمل في السابق مع الأنظمة السابقة وتشكيل حكومة نظيفة تعمل على أخذ القرار الإقتصادي من البنك الدولي وصندوق النقد وتعيد سيطرة الدولة على الثروات والعمالة والاستثمار وتعزز الهوية الإسلامية الجامعة للبلد وتقطع العلاقات مع الصهاينة وتكون بالفعل حكومة تنفذ رغبات الشعب لا نصائح الأجانب وتعاقب المسيء مهما كان وتجازي المحسن وتطبق نص القوانين دون تمييز وكل ذلك بحكمة وتدرج وتسامح وحزم وتخطيط ذكي ولن تكون تلك الحكومة المنقذة إلا برئاسة الشيخ سيديا ولد عبد الله ولد يعقوب وعندها يكون للإصلاح والتسامح والحزم معنى حقيقي بإذن الله تعالى.
عبد الله ولد عبد الرحمن

Ouistiti a dit…

je rejoins la pétition de maatala

1. maatala
2. Ouistiti

Yanis le R. a dit…

Maatala,

Effectivement, c'est à désesperer de nos politiques et notre peuple tenu dans l'ignorance et la misère par tous les pouvoirs qui se sont succéder jusqu'ici.
Ce n'est pas un scoop de dire que bcp d'entre nous sont partis ailleurs pour vivre dignement, tout simplement...
Je ne pense pas que nous avons été des lâches. Peut-être égoïstes? C'est même à prouver...

A-,

Notre ami qui signe son message en arabe par Abdellahi O. Abderrahmane ne comprend pas pourquoi il n'y a aucune protestation contre notre adhésion à l'ensemble euro-méditerranéende Sarkozy avec l'état d'Israêl...
Puis il pose des questions sur l'absence de réaction politique de tout bord à l'installation de bases militaires ou de renseignement des USA et de l'Espagne dans notre pays.
Il a peut-être des renseignements car pour le moment c'était juste les USA qui voulaient avoir une base dans la région, non? L'Espagne, ça ne peut être logiquement (pour les naïfs bien sûr) qu'une base de renseignement pour prévoir les arrivées d'immigrants ou de la drogue? Sauf si ça peut servir aussi comme un relai pour les américains dans le cadre de l'OTAN, pourquoi pas?
La faiblesse actuelle du pouvoir, sur le plan politique et économique, est une occasion revée de faire signer en catimini à nos responsables tout...
Et ce n'est pas Sidi-OK qui y verra une objection actuellement...

Anonyme a dit…

Excusez - moi mon cher Maatala ,pour une fois nous ne sommes pas d'accord , car à mon humble avis Sidioca est inutile et incertain . Il doit plutôt libérer le plancher et déguerpir illico presto . C'est un danger pour le pays . Avoir comme acolytes Boïdiel , Cheïkh Al Avia ,O Elwaghf et le reste de la coterie n'est pas un signe de bonne santé morale . Dans notre chère région du trarza , on a l'habitude de dire cette sagesse : "Alla khallouh yegbath sahbou " que l'on peut traduire par : Dis-moi qui tu hantes , je te dirai qui tu es "
Aujourd'hui le pays est menacé par son indécision . Imaginez un Etat aussi pauvre - qui d'ailleurs n'en est même pas encore un - qui vit au ralenti depuis plus de deux mois parcequ'un pantin dont on a fait un chef malgré lui ne sait pas sur quel pied danser .
Lorsqu'il a menacé de dissoudre notre parlement croupion , j'y avais vu une lueur d'espoir ,car ç'aurait pu être l'occasion ou jamais d'un renouvellement de notre médiocre classe politique . Mais c'était oublier que "Youmma ma tkhalli l'iyyel " . Par contre ,ma pétition à moi demande à Sidioca de remettre son mandat en jeu . Je sais qu'il lui reste encore - pour notre malheur- quatre ans . Mais ce serait peut-être l'occasion de s'en débarrasser de façon un peu plus élégante qu'un golpe .

Bouguelba

Yanis le R. a dit…

Je salue notre ami Ouistiti, qu'on retrouve enfin et avec plaisir.

Mes salutations aussi à nos amis qui ont fait ces derniers temps des passages furtifs mais toujours apprécié:
- Le fils du bled
- Meima
- Un ami

Yanis le R. a dit…

Et Bouguelba, bien sûr!

maatala a dit…

Salam

Couly a dit:

"Le vieux est sur la bonne voie": laquelle?

Je dirais plutôt qu’il a choisit la voie du reniement, de la reculade, de la menace fantôme qui mène vers celle de la honte.
----------------------------------

"Il y a certes des personnes de mauvaises intentions qui veulent le pousser a' une rapide réaction a' leurs bêtises"

Qui?, quelles sont ces mauvaises intentions?

Les réactions rapides ne sont le genre de la maison, et lorsqu'il a cru en prendre une de "couillu", par le biais d'un décret confectionné en catimini pour limoger les généraux, il vite comprit sa douleur et sa solitude.

Pour la petite histoire: c'est
son dircab-adjoint qui a remis ce projet de décret aux généraux, qui ont expliqués à SIDI-Ok que si voulait s'aventurer dans cette voie, chacun prendra ses "responsabilités".

Il semble que le message ai été reçu cinq sur cinq et au garde à vous.

Sinon comment expliquer tout ce cinéma autour de la composition du gouvernement et cette paralysie des institutions.

Tout prête à croire, que ce soit lui qui s'est dégonflé.

----------------------------------

"Je vais même un peu plus loin en lui disant de ne pas preter une tres grande attention a' ceux qui se sont donne's comme mission de le provoquer"

Comme tu y vas fort

Ne pas prêter attention aux oukases des généraux, il n'y a que toi pour croire que Sidi est capable de se l'imaginer dans ses rêves les plus fous.

Tout dans son action tend à prouver le contraire.

----------------------------------

"La majorite' du peuple Mauritanien est derriere lui"

Depuis quand, tu parles au nom de cette majorité.

Quel mandat as-tu pour parler au nom du peuple.

Le peuple dont, tu parles a d'autres préoccupations (manger, boire, se soigner...).

La chasse à l'homme ne l'intéresse guerre à plus forte raison volait au secours de de la SORBONARDE de la RAPINE (KB).

Pire, tout porte à croire, qu'il s'interroge en ce moment sur la capacité de SIDI-OK à gouverner.

Sinon comment expliquer que :

Quelques députés troublions paralysent les institutions.

Face à cela SIDI-OK est incapable d'apporter le début d'une réponse, pire, il va faire le pique assiette et promener momone, (KB) sur les champs, pour y faire ses emplettes avec la carte de la fondation, histoire de renouveler l'oxygène et se soustraire un instant des griffes d’AZZIZ.

Car il plane actuellement à la maison ocre une ambiance de terreur froide.


----------------------------------

Tu dis:

"Je suis également convaincu que nos officiers, sous- officiers, caporaux et soldats sont intelligents, honorables et dignes. Ils n'accepteront jamais de suivre une entreprise criminelle quelconque qui risque de faire plonger notre pays dans une situation aux conséquences incalculables"

Passer de la pommade à ceux qui ont conduit ce pays dans la faillite, tu sais t'y prendre.

Car tu ne comprendras jamais que pour la Bidasserie, les civils sont et resteront toujours à leurs yeux des incapables, de plus ils le prouvent.

Ta logorrhée me rappelle, l'appel pathétique de Taya aux militaires pour sauver son palais de son boulimie de son pote Ely.

L'entreprise criminelle est conduite par ceux que tu as toujours soutenus ( Azziz, ghazouani et autres RV-illons de choc).

-----------------------------------

Couly ,il semblerait que tu ais écourté tes vacances trop tôt dit, en fait ce dont tu as besoin c'est de l'hibernation dit le FOU.



maatala

Anonyme a dit…

Maatalla , je m'excuse !!! je pensais que ta pétition était pour des manifestations en faveur de Sidi-Ok - voilà j'adopte ta trouvaille. Généralement ,quand j'ouvre le blog , je le commence par en- bas .Ce qui fait que j'ai réagi avant de remonter un peu plus haut .
Amitiés et salutations au fou .

Bouguelba

LM® a dit…

salut

cher maatala et yanis

non il n'y a pas de lâcheté à vouloir vivre à l'étranger. votre exil est plus utile à la mauritanie que la présence de certains compatriotes.

le peuple de nos jours est plus préoccupé par la recherche de sa pitance quotidienne.
Rome tenait son peuple en lui fournissant du pain et des jeux. Waf et compagnie tiennent le peuple par l'absence de perspective.
l'absence d'une classe politique alternative à celle que nous avons actuellement fait dire au peuple que ce soit sidi-ok ou un autre de toute façon ce sera toujours pareil.s'il y avait une classe politique qui vaut la peine
de sortir dans la rue le peuple l'aurait déjà fait croyez moi.
quand à la dissolution du parlement je vous signale que les dernières élections législatives ont été couronnées par la victoire de Sghair ould barek,moustapha o abderahmanne et j'en passe pourquoi refaire des élections si ce n'est pour légitimer encore plus les mêmes personnes.
sans compter qu'il faut y mettre less moyens pour organiser des élections, vu que les nsara ont dit qu'il est hors de question qu'ls les financent.
l'état par ailleurs a d'autres priorités dont par exemple l'achat de voitures qui nous a compter pour les 5 premiers mois de l'année 2008 près de 2 Milliards d'ouguiyas.
cherchez l'erreur!!

Yanis le R. a dit…

Je reprend ici mon message ce jour sur www.haut-et-fort.blogspot.com

----------------

Je crois qu'il faut le dire et je le dis et le dirai haut et fort, si nous voulons sortir notre pays des tergiversations sans fin, des parasites politiques de tout temps et du danger toujours présent de l'éclatement de notre cher pays, il faut un pouvoir qui s'affirme et par delà un président fort et garant de la cohésion de la nation.

Bien avant mars 2OO7, je l'avais suggéré en mettant même un nom sur celui que je pensais, avant sa propre déclaration, et que je pense toujours, incarner le plus l'Etat de droit, l'Etat impartial, l'Etat mauritanien.

Le professeur ELY Mustapha est cet homme et notre chance c'est de le convaincre et surtout de préparer le terrain pour les prochaines échéances, notamment de 2012.
Il n'y a pour moi aucun doute que la classe politique actuelle est sans crédit surtout après le sort qui vient d'être reservé à l'UFP et à Tewassoul.
Il y a un boulevard ouvert aux forces du vrai changement qu'on n'a jamais entendu (ou voulu entendre) jusqu'ici.
Il faut l'emprunter, c'est celui de notre délivrance, certainement, sûrement...

"Que ceux qui m'aiment me suivent" aurait dit le maréchal Ney à une occasion bien particulière...

Anonyme a dit…

Yanis,

Notre frere Abdallahi Ould Abderrahmane est intelligent et il a compris le lien entre ce qui s'est passe et cette Union de la Mediterannee. Les US sont deja en RIM et ils doivent avoir deja signe un deal avec Aziz et les autres, Sidioca n'etant pas important. Je voulais faire des recherches pour voir le lien, mais c'etait deja trop (je travaille dans un Burger King et j'ai besoin de trimer pour gagner mon pain). Mais ne t'en fais pas: Sarko a deja fait son deal pour eviter que les US ne l'emmerdent avec son plan de proteger le flan sud de l'Europe. Mais les russes sont rentres via l'algerie et la libye. Je suis en train de faire de petites recherches pour confirmer qque chose.Je vais voir si Geze et companie ont quelque chose la-dessus. Tout ce dont je me souviens est que Sarko utilise la peur islamiste si cher aux US pour mettre en oeuvre sa politique anti-immigration que les europeens semblent avoir enterne. A plus tard. A-

maatala a dit…

Salam

Yan a dit:

"Le professeur ELY Mustapha est cet homme et notre chance c'est de le convaincre et surtout de préparer le terrain pour les prochaines échéances, notamment de 2012"
----------------------------------

je partage le même avis que toi.

Il est temps que notre pays, tourne la page du PPM-PRDS-R et se donne l'occasion à travers un des ses plus illustres fils la possibilité de rentrer dans la modernité.

Je n'ai jamais cru que l'on pouvait faire du neuf avec du vieux dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

Dans la série : pendant ce temps d'autres règlent des comptes.

Mahfoud O Zeidane (frére de ZZ) vient d'être débarqué des moulins du SAHEL par Mohamed Lemine O Nouéguid.

Dans le genre rendre la monnaie au grand frère ingrat dit le FOU

maatala

maatala a dit…

Salam

Pour le FUN

Le couple présidentielle est arrivé à Paris.

Heureux à l'idée de voir lors des cérémonies du 14 juillet les militaires à leur place.

Aux gardes à vous devant eux dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

Notre président va se rafraîchir la mémoire en assistant à la parade militaire du 14 juillet et reviendra sur ses premiers sentiments envers les miltaires.

Comme quoi les militaires ne sont pas si moches que ça.

fils du bled

maatala a dit…

salam

La Mauritanie d'en bas

"Prostitution : une honte pour la conscience sociale.

Jeudi dernier, je suis monté au travail – au journal – pris d’un lourd sommeil dû à une nuit blanche passée à suivre les faits et gestes, tout le long des avenues de Nouakchott, et à l’intérieur même de maisons closes dont personne n’ignore l’existence, de ces femmes qui vendent leur chair contre une poignée d’ouguiyas.

C’est aux environs de 9 heures que tout commence. Sur l’axe du Carrefour Madrid, je tombe sur un groupe de femmes endimanchées, comme on dit. Sans même attendre que je leur adresse la parole, l’une d’elle ouvre la portière avant de ma voiture, s’engouffre dedans et me demande de démarrer ! Où, ne puis-je m’empêcher de demander ? Là où tu veux, me répond-elle, chez toi, dans une auberge, ou chez moi.

Ma surprise passée, je me suis demandé comment des filles de chez nous, notamment celles réputées issues de bonnes familles, peuvent-elles descendre si bas ? Finalement, j’ai demandé à la fille de descendre, prétextant que « l’offre » ne me convient pas. Sur la route reliant le Ksar à la Capitale, j’ai croisé des femmes de toutes les couleurs, vêtues comme si elles allaient à un bal ou à un mariage. Comme des comédiennes, plutôt.

L’une telle pose comme condition première que le séducteur lui achète d’abord du lait et des fruits avant de passer à la vrai « transaction » qui se passerait alors dans sa « gazra ». D’autres veulent aller à Tenweïch pour boire du lait et passer un moment là-bas pour fuir l’atmosphère humide et salée de l’air de la ville. J’ai voulu savoir pourquoi elles en sont arrivées à un tel degré de p. ? L’une d’elle me rétorque : es-tu journaliste ?
-----------------------------------

L'autre versant de Salafland dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

Kangarou,

un peu de respect pour yanis.Sinon va (te faire) sauter ailleurs.
Nous n'aimons pas les impolis sur ce blog et surtout pas vis à vis de ceux qui sont les piliers de ce blog comme Yanis.

Anonyme a dit…

Ano,

Ne te fatigues pas avec Kangourou. C'est un petit soldat perdu, ne sachant quoi dire. Rien qu'a lire ce qu'il ecrit, tu nás meme pas envie de repondre. Il est entrain de gater l'image de l'Universite Gaston Berger. Je crois que c'est lui qui lance des insultes de temps a autre. Oublies-le car il est meprisable. A-

Anonyme a dit…

Yanis le R. EST ely ould moustapha LE TUNISO MAURITANIEN;

Anonyme a dit…

Ano,

Et après? A-

Anonyme a dit…

Maata,

Je viens de lire tes ecrits d'aujourd'hui.

Je vous prie de comprendre que la campagne pour l'election presidentielle a pris fin.
Vous avez demande' aux Mauritaniennes et aux Mauritaniens de voter pour Ould Dadah par defaut (je suis entrain de rire) et vous n'avez pas...GAGNE'!!!!

VOUS ET VOTRE CAMP AVEZ ADOPTE' UNE ATTITUDE QUI EST TRES IRRESPONSABLE DURANT CETTE CRISE. Je vous conseille de jouer la carte de l'apaisement.
J'ai ete' extremement surpris et choque' par le comportement de quelques dirigeants civils de l'opposition. Il etait tres clair que certains parmi vous (Maata pour ne citer que toi) veulent un coup d'etat qui leur donnera le pouvoir.
La Mauritanie veut une opposition responsable qui doit etre tres consciente de la presence du danger a' nos portes.

Vous pretendez savoir ce que les generaux pensent et/ou ont comme pouvoir MAIS VOUS ET MOI N'AVONS AUCUNE IDE'E DES CE QUE LES AUTRES OFFICIERS SUPERIEURS, OFFICIERS, SOUS-OFFICIERS, SOLDATS ET CAPORAUX PENSENT DE LA SITUATION.
La discipline militaire les oblige d'etre silencieux MAIS CROYEZ-MOI SI JE VOUS DIS QUE NOUS AVONS INTERET A' TOUT FAIRE POUR RAMENER LES UNS ET LES AUTRES A' LA RAISON.



A-

Je continue a' te lire. L'Amerique ne veut que du bien pour la Mauritanie.

PS.

Maata j'aurais bien voulu te dire quelque chose a' propos de tes relations avec les femmes que tu as decrites mais par respect pour ton epouse, je prefere ne rien dire a' propos de tes activite's.


PS du PS

Je suis toujours en vacances mais cela ne m'empechera pas de repondre a' certaines de vos betises.

maatala a dit…

salam

Couly

"La campagne présidentielle":

le seul qui persiste à croire qu'elle n'a pas pris fin c'est toi.

De plus, quel rapport avec l'actualité?

Pour moi cette élection est un tournant pour notre pays et peut importe celui qui là remporté car que ce soit SIDI-OK et Kennedy Daddah, ils sont pour moi les derniers GOUMMIERS du PPM.

Sauf que SIDI-OK vient de prouver qu'il n'est pas à la hauteur de l'enjeu (reniements, reculades et rapine familiale).

Quel crédibilité accordée à un telle homme?


Je ne retiens de la campagne qu'une seule chose, c'est qu'elle fut une élection transparente, elle servira de repère pour contrer tout futur autocrate qui tu t'empresseras de soutenir, car telle est ta nature.

-----------------------------------

« Vous et votre »:

qui? Quand? Des noms.

L'opposition a déclaré qu'elle votera la motion de censure, tu trouves irresponsable qu'elle fasse son boulot.

Elle s'est toujours opposée mollement, puis patatras voila que la tente de SIDI-OK tangue, tu voudrais qu'elle lui viennent au secours, pourquoi et au nom de quoi?.

En quinze jours ce que les frondeurs ont faits, Daddah ne le fera pas durant toute une vie.
Ils viennent de lui donner un cours sur le rôle de l’opposition.

C'est le monde à l'envers et je comprends que tu en perdes le goût des vacances: Les RV tes amis qui demandent des Audits et des tètes.


C'est du 1789 au royaume d’Ali baba et les 40 voleurs, rien que de l'audace et le culot.

Les créatures de Ely qui nous la jouer justiciers, qui lu cru (lol).

Respect, eux au moins ont de BURNES.

-----------------------------------

"Veulent un coup d'état"

Mohcen veut un coup d'état, il ne s'en cache pas, pourquoi tu ne cites pas ceux que tu accuses.

Ou a tu lus que je voulais un coup d'état, qui suis-je pour le demander.

Facile d'accuser l'opposition, alors que c'est dans le camp de SIDI-OK qu'il y a le feu.

Qui parle de détournement et d'enrichissement illicite, sinon les frondeurs.

La diversion ne marche pas , change de disque.



-----------------------------------
"La Mauritanie veut"

Elle te là dit, quand et ou?

Qui est tu pour parler en son nom.

-----------------------------------

"La discipline militaire les oblige d'être silencieux"

Comment oses-tu prétendre savoir donc ce qu'ils pensent.

-----------------------------------

"Maata j'aurais bien voulu te dire quelque chose a' propos de tes relations avec les femmes que tu as decrites mais par respect pour ton epouse, je prefere ne rien dire a' propos de tes activite's"

Décrites quand? Et Ou? J’attends tes preuves

Couly, tu insinues que je serai un proxénète.

Je te mets au défi de dire tout ce que tu sais de mes activités, preuves à l'appui.

Aucune dérobade ne sera ni toléré ni admise, c'est ton honneur et ta crédibilité qui sont en jeu.

Accuser, toujours accuser sans preuves pour discréditer son adversaire telle est ta devise.

Sauf que ce petit jeu n’est pas sans risque pour son auteur.

Maatala

Anonyme a dit…

Maata,
laisse se couli à ses tesfags! IL ne t'arrive pas à la cheville. Il défend des gens qui le financent.
C'est comme l'autre Kangourou Kangado. C'est des gens qui ne savent qu'insulter. Il ne faut pas leur répondre.

Anonyme a dit…

Oui force de tanguer on cherche l'homme providence, vous presenter un candidat à la magistrature supréme qui a menti sur ses diplômes, quoi de pire pour un intello. arretez votre cirque ce pays va à la dérive, si sidioca, les généraux, AOD ne le laisse pas tranquille. seule solution le départ de se trio la dissolution e l'assemblée, suppretion du senat celle du premier ministre, les parties islamistes, les parties ethiques, le parti des putshistes.
Voila.
et nous mettre sous tutelle des NU jusqu'à trouver un président et une armée non frondeure.

Anonyme a dit…

Maata,

Here, please find my answers to your questions/points.

1- Tous tes ecrits me disent que tu es toujours en campgne electorale pour elire un president de la republique.

2- La credibilite' du President Sidi Ould Cheikh Abdallahi vient des urnes. Elle ne vient pas de toi. N'oublie pas que tu as demande' aux Mauritaniennes et aux Mauritaniens de voter pour Mr. Ahmed Ould Dadah par...defaut. (Je suis entrain de rire.) Comme ton appel a ete' rejete' et ton camp a perdu, maintenant votre petit jeu est de tout faire pour saboter et raccourcir le mandat du vieux.

3-Je suis d'accord avec toi pour dire que la campagne a ete' tranparente. La victoire du vieux aussi l'a ete'! Tout ce que nous vous demandons est de reconnaitre que la duree' du mandat presidentiel est de 5 ans et non...12 mois!

4-Mon cher psychologue, je sais que tu connais tout a' propos de ma nature. AND SO WHAT?????????? J'aimerais que tu ajoutes a' cette "connaissance" de...moi, les mots suivants:
Je soutiens la Mauritanie, sa constitution, ses lois et les institutions de sa republique.
Je suis contre ceux qui croient TOUT CONNAITRE. Je n'aime pas ceux qui pensent que le peuple ordinaire est con et ne sait pas ce qui est bien pour lui. Je suis oppose' a' ceux qui ont une attitude paternaliste. Je hais ceux qui ont lu de petits livres ici et la' qu'ils n'ont jamais compris malgre' leur mauvaise comprehension, ils tiennent a' appliquer ces fausses theories a' notre peuple. Je n'aime pas ceux qui se proclament juges et declarent les personnes qui ne partagent pas leurs opinions, coupables sans aucun proce's.

5-Tu veux savoir de qui je parle lorsque je dis "vous et votre camp."
Vous vous connaissez et nous vous connaissons! VOUS ETES LES MECONTENTS! VOUS ETES LES AIGRIS! VOUS AVEZ PERDU AUX URNES! VOUS VOULEZ POUSSER LES MILIATAIRES A FAIRE UN COUP D'ETAT AFIN DE VOUS REMETTRE LE POUVOIR!
VOUS NE SOUHAITEZ AUCUNE REUSSITE AU VIEUX. VOUS VOULEZ QUE LES CHOSES SE COMPLIQUENT EN MAURITANIE AFIN DE POUSSER LES MILITAIRES A' PRENDRE LE POUVOIR POUR VOUS LE... REMETTRE.

6-Maata, tu sais tres bien que l'opposition a danse' ce jeu de MOTION DE CENSURE pour une raison bien connue, a' savoir: AIDER A' LA DESTRUCTION DU PARTI ADIL, RENDRE LA MAURITANIE INGOUVERNABLE AFIN ET PRENDRE LE POUVOIR PAR LE TRUCHEMENT D'UN COUP D'ETAT.

7-Je me donne le droit de dire et ecrire ce que je pense de la situation politique, economique et financiere de la Mauritanie. J'AI VU LES VAGABONDS ET LES CRIMINELS DETRUIRE LE VAILLANT PEUPLE MAURITANIEN ET LE REDUIRE A' LA MISERE ET AU SILENCE. Je parle et j'ecris pour tous ceux qui ne peuvent pas le faire pour eux memes. Je suis tres conscient du fait que mes ecrits vous derangent parce que vous avez comme slogan: "SILENCE! ON DETRUIT!"

8-Seuls les cons ne savent pas qu'il y a plusieurs sensibilite's dans les rangs militaires. Les militaires ne sont rien d'autres que des civils en uniforme. Ils viennent de la population. Toutes les sensibilite's qu'on trouve parmi nos populations, se trouvent parmi nos militaires egalement. Ce sont les exigences de la discipline militaire qui les empechent de parler. NOUS AVONS TOUS L'OBLIGATION MORALE D'ETRE TRES PRUDENTS AVEC CE QUE NOUS FAISONS ET/OU DISONS. IL FAUT IMPERATIVEMENT EVITER A' NOTRE PAYS UNE SITUATION AUX CONSEQUENCES INCALCULABLES!!!

9-Maata, je ne t'accuse de rien!
Prochainement, ne donne pas d'occasion a' une prostitue'e d'etre assise a' cote' de toi dans ta voiture. Je ne fais que lire ton ecrit.

Mes salutations a' Madame!

Anonyme a dit…

Anonyme du 13 juillet 11:35

Est-ce que Maata a des chevilles?
(RIRE)

Anonyme a dit…

SIGNER CETTE PETITION, POUR TELEPHONER MOINS CHERS A L'AFRIQUE,CLIQUEZ ICI

http://www.al-kanz.org/petition/index.php

Anonyme a dit…

a monsieur Dieudoné dit matalla, ...

Anonyme a dit…

sidi ould ri7a est decede aujourd ui .
7ad ira7am 3lih inna lillah wa ina ileyhi raji3oun ...

Anonyme a dit…

C'est Sidi Ould Riha, l'ex-colonel? Inna lilahi wa inna ileyhi rajioune. Exemple a mediter: on ne va dans l'au-dela qu'avec quelques metres de tissu. Condoleances a sa famille au moins

Anonyme a dit…

Couli,

You were supposed to be on vacations. Kisses to Fatimetou, ma mère.

Merci d'apprecier de lire ce que j'ecris. Je sais que l'Amerique ne cherche que du bien à la Mauritanie. Mais peut-etre leur methode bulldozer est a chhanger, car nous sommes fragiles. Je suis resté sur ma faim apres le passage des congressman. Ils n'ont rien dit comme pour le Zimbabwe. Cela veut-il dire que les gagnants de cette crise sont leurs "boys"? Apres les avoir aidé a prendre le pouvoir, c'est la base qu'on donne en retour. As-tu telephone a ton senator? Do it.

Les marines dans le desert au nord, c'est comme tichtar pour les mouches avec les iraniens qui voudraient emmerder un peu nos GIs.

porte-toi bien. A-

Anonyme a dit…

Les chef d'état en democratie ne sont pas au dessus de la loi.

Exemple:

Le Monde du 13/03/2008:

Le dossier judiciaire déjà chargé du premier ministre israélien, Ehoud Olmert, s'est à nouveau alourdi, vendredi 11 juillet, à la suite d'un interrogatoire de la police. Après avoir été accusé d'avoir reçu des enveloppes d'argent d'un montant de 150 000 dollars destinées, semble-t-il, à financer des campagnes électorales, le successeur d'Ariel Sharon est désormais soupçonné d'escroquerie.

A l'issue d'un interrogatoire de deux heures, la police et le ministère de la justice ont publié un communiqué d'où il ressort que M. Olmert est soupçonné de s'être fait payer plusieurs fois le même voyage par diverses institutions de l'Etat lorsqu'il occupait les fonctions de maire de Jérusalem puis de ministre et d'avoir fait verser sur un compte à son nom les sommes correspondant à ces billets fictifs. Cet argent aurait ensuite été utilisé pour financer des voyages privés de M. Olmert et de sa famille.

Anonyme a dit…

C'était Le Monde du 13/07/2008

Anonyme a dit…

Et si le ministère de la justice israèlien fait un petit tour chez nous.
Pour 150 000 DOLLARS C'est le montant detourné par un seul directeur central par trimestre chez nous.
fils du bled

Anonyme a dit…

Cet interview est a lire. Je ne savais pas qu'on a depense le milliard pour feter une annee du regne de Sidioca. C'est trop et un islamiste dirait que Sidioca est un moufside. Sacre Ould Mah !
---
Interview avec le Dr Mohamed Mahmoud Ould Mah, Secrétaire Général de l’UPSD:

«La démarche des sénateurs, comme d’ailleurs celle des députés, témoignent d’une volonté de combattre le népotisme et la gabegie pendant que le peuple plie sous le poids d’une misère profonde.»

Dr. Ould MAH

Nouakchott-Info : Quelle lecture faites-vous de la crise politique actuelle (Motion de censure, discours du Président…) qui a entraîné la démission du gouvernement et la reconduction de Ould Waghef ? 

Dr Mohamed Mahmoud Ould Mah: Le principe de la séparation des pouvoirs entre l’exécutif, le parlementaire et le judiciaire est un principe démocratique garanti par la constitution.Les parlementaires ont le droit de refuser d’accorder leur confiance à un gouvernement. Ce droit s’exécute sous la forme d’une motion de censure. En menaçant les parlementaires initiateurs de la motion de censure, de dissolution du Parlement, le Président s’est mis au travers du serment qu’il a prêté solennellement. Est-il utile de rappeler que le Président n’est pas au-dessus de la loi ? Une dissolution du Parlement, si elle avait eu lieu, aurait constitué un acte très grave. Certes, le Président a le droit de dissoudre le Parlement mais sous certaines conditions, en tout cas pas pour empêcher les parlementaires d’exercer, à leur tour, leurs droits. 

NI: D’aucuns pensent que la crise politique actuelle se situe au niveau de l’esprit du 3 août, des parlementaires et des Kadihines toutes tendances confondues. Qu’en est-il ? 

MMOM: Evitons une vision instantanée de la politique et de celle des hommes. Les Kadihines évoluent maintenant dans des structures, que sont les partis politiques. Certains étaient récemment à l’opposition avant d’entrer au gouvernement ; d’autres dans le parti du Président pendant que d’autres sont dans la majorité présidentielle et sont signataires de la motion de censure.Quant à l’esprit du 3 août, c’est-à-dire les militaires, ce serait, cette fois, pour soutenir des parlementaires démocratiquement élus et qu’on veut empêcher d’exercer leur droit constitutionnel. En d’autres termes, ils soutiendraient alors la démocratie. 

NI: Le Parlement peine à siéger pour renouveler son bureau et pourvoir des postes de responsabilité. Pourquoi ? Ne sommes-nous pas sortis de l’auberge ? 

MMOM: Les choses ne sont plus aussi simples qu’elles l’étaient. Il y a d’abord une lutte pour le contrôle d’un rapport de force entre partisans et adversaires de la motion de censure ; donc une lutte pour le contrôle des postes de responsabilité au sein du Parlement, par exemple, la présidence du groupe parlementaire des députés du parti du Président, les vices présidences du Parlement, etc. 

NI: Les consultations pour former le gouvernement traînent du pied ; les parlementaires frondeurs ne lâchent pas du lest ; le parti Adil colmate ses brèches, la majorité présidentielle n’étant plus homogène… au moment où l’opposition se demande est-ce que ce n’est pas gagner du temps. Pourquoi ? 

MMOM: La formation du gouvernement traîne parce que les adversaires de la motion de censure cherchent à gagner du temps jusqu’à la clôture de la session parlementaire dans quelques jours. Le gouvernement qui sera formé après cette date, se mettra ainsi à l’abri de toute motion de censure jusqu’à novembre 2008, date de la prochaine session ordinaire ; car les motions de censure ne sont pas recevables durant une session extraordinaire.Nous pensons par ailleurs, que la crise dépasse désormais le cadre du parti du Président, de celui d’une majorité présidentielle mécontente de la dernière formation du gouvernement ; elle n’est pas non plus circonscrite à ce que certains appellent les Roumouz de l’ancien régime. La crise est beaucoup plus profonde et l’opposition véritable, née du dernier remaniement, est également concernée et semble refuser d’être un simple observateur.D’ailleurs le président du RFD n’a pas mâché ses mots quand il a déclaré durant la clôture du congrès ordinaire de son parti «que la motion de censure que les parlementaires sont entrain d’engager est une forme élevée de la démocratie» et que notre pays,  «n’a ni Président ni Gouvernement». Tout comme il a déclaré sur les ondes de RFI que «la démission du gouvernement ne suffit pas.»  

NI: Un groupe de sénateurs s’apprête à mettre en place une commission de contrôle de la Fondation KB. Or, vous avez été le premier à le suggérer sur les ondes de la Radio Mauritanie en avril dernier. Cela vous convainc-t-il du sérieux de la démarche ? 


MMOM: La réaction des sénateurs qui s’apprêtent à mettre en place une commission de contrôle de la Fondation KB est parfaitement légitime et opportune. Les interdits constitutionnels qui entourent le Président s’appliquent tacitement et moralement à la Présidente également. La Première Dame d’un pays ne gère pas les fonds provenant des donations et des libéralités consécutives à une demande présentée par elle-même à des personnes privées ou à des institutions publiques ou étrangères. Ces fonds ne sont pas donnés, alloués à KB intuitu personae mais à KB es qualité, c’est-à-dire, KB Présidente. Ces fonds sont donc assimilables à des fonds publics et en tant que tels, ils doivent être maniés par un comptable public. Madame KB n’a pas cette qualité.L’histoire récente et la tradition prophétique sont là pour nous réconforter :·        Le Président Mokhtar Ould Daddah, Rahimehou allah, avait reçu des donations, libellées en son nom. Ces donations ont été remises au Trésor public. Apprenant ce noble geste, certaines personnes lui ont fait savoir que ces libéralités lui étaient destinées intuitu personae et non à l’Etat mauritanien. La réponse du Président ne s’est pas faite attendre : «Si je n’étais pas Président, on ne m’aurait rien donné.» Madame KB n’a pas demandé des donations quand elle n’était pas Présidente.·        Un messager du Prophète (PSL), chargé de recouvrer la zakat, de retour d’une mission, avait ramené avec lui, en plus de la zakat, un certain nombre de têtes. Comme le Prophète lui demandait la provenance de ces animaux, le messager lui répond qu’il s’agit de donations dont il a été l’objet de la part de certaines personnes. Le Prophète (PSL) lui répond : « Si tu étais resté chez toi, est-ce que tu aurais bénéficié de ces donations ? Et le Prophète (PSL) de lui ordonner de remettre tout cela au Trésor public.·        Plus près de nous, à la fin du Sommet Islamique, le journaliste du canal Al Jazeera a posé la question suivante au Chef de l’Etat dont le pays abritait le sommet: «On raconte que votre fils, qui n’a pas de fonction officielle, perçoit certaines donations de la part de certains Chefs d’Etat. Que répondez-vous à vos détracteurs ? Le Chef de l’Etat interviewé répond sans ambages: «Oui, mon fils a tissé beaucoup de relations mais tout ce qu’on lui donne sous forme de donations, il le remet au ministre des finances».Tout comme le milliard d’ouguiyas dépensé au Stade Olympique pour célébrer la première année du régime de SIDIOCA, n’aurait pas dû être imputé au budget de l’Etat, ni non plus sur les donations de la Fondation KB, car il ne s’agit pas d’une fête nationale pour que ses charges soient imputées sur les fonds publics ou parapublics (Fondation KB) et le Président d’une République n’est pas un Roi pour qu’il célèbre son arrivée au Trône. Pour répondre cette fois à votre question, il n’y a pas de doute que la démarche des sénateurs, comme d’ailleurs celle des députés, témoignent d’une volonté de combattre le népotisme, la gabegie pendant que le peuple plie sous le poids d’une misère profonde.

Propos recueillis par Mohamed Ould Khattat

Date publication : 08-07-2008 15:44:15 Lecture N°: 117‬

Anonyme a dit…

Couli,

Il est terrible ton vieux. C'est un voleur deguise en soufi comme le dirait Pr Ely. J'ai lu quelque part que la marechale possede deja a travers sa fondation quelques 150.000 m2 (Cridem). Cette dame est out of her mind. Un an de plus et elle va mettre toute l'economie sous sa melhfa. Une vraie Imelda Marcos, cette dame!

Anonyme a dit…

Je viens de lire l'interview du Dr. Mohamed Mahmoud Ould Mah. A mes connaissances il est un economiste et non un juriste. Je prefere donc l'interview qu'a donne'e professeur Lo Gourmo a' propos de la motion de censure.

En ce qui concerne le milliard d'UM pour celebrer je ne sais quoi, j'aimerais bien savoir d'ou' Mr. le Maire detient ce chiffre et/ou cette information.
Pour ce qui est du reste de l'interview, il est evident que Dr. Ould Mah soutient la motion de censure. Nous sommes en democratie, je respecte son droit a' avoir ses opinions tout en lui disant que je ne partage pas lesdites opinions a' propos de l'actuelle situation de notre pays.
Ceci etant dit, nous sommes tous d'accord pour dire qu'il faut lutter contre la corruption. Cependant, j'insiste a' ce qu'on evite les fausses accusations contre ceux qui ne partagent pas nos opinions politiques.

A-

La petite va bien.
Don't worry about the USA. IT'S A VERY FINE COUNTRY AND A FORCE FOR GOOD IN THE WORLD.

Anonyme a dit…

Couli,

Glad the little Fatimetou is doing well.

Mais pour l'interview de Ould Mah, c'est une bombe. Qu'I'll soit economiste, juruste ou filou politique (ce qu'il est et I'll est tres fort). S'il a dit c'est le milliard, I'll faut croire que c'est le milliard comme il est proche des affaires du stade olympique.Et puis cette Khattou qui bouffe tout ce qui bouge est vraiment un probleme. On a l'impression qu'ils sont venu sur le capot du CMJD pour se faire des sous pour la travesee du desert apres la retraite. Si tu dis qu'il n y aucune preuve que MOST ait une villa sur la cote d'azur, tu nous met en difficulte de te montrer du doigt la villa. Mais cette fois-ci, c'est gros. A-

Anonyme a dit…

X ould Y

Enta mneine? Fais signe. On a besoin de toi pour te paier tes droits d'auteur pour le mot "Roumouz El Vessad". Je sais que tu nous lis.

Anonyme a dit…

x ould y just come back we are at the start once again

Anonyme a dit…

i think x ould y is a part of the actuel team because of that he don't want to comment this political events right now maybe............x it's enough i think u gave them time and they did nothing for the wellbeing of this country show up

Anonyme a dit…

A-

J'aimerais bien qu'on me donne des details a' propos de la maniere dont on depense un milliard d'UM pour une invitation. C'est peut-etre un chiffre que Mr. le Maire a jete' au journaliste sans faire attention. Vous n'allez, quand meme, pas me dire que les invite's mangeaient des billets d'UM a' la celebration.

Just think about it!
Combien de moutons, chevres, vaches et chameaux peuvent etre achete's avec un milliard d'UM? Juste pour la viande! Quels sont les autres elements qui ont ete' achete's pour ladite invitation?

BACK UP WHAT YOU ARE SAYING!
DONNEZ-NOUS DES DETAILS ET LAISSEZ-NOUS ARRIVER A' NOS PROPRES CONCLUSIONS!

Le vieux a des ennemis. Il y a des jaloux qui ne l'aiment pas parce qu'ils n'ont pas eu la magistrature supreme qu'il occupe. CE SONT EUX QUI VEHICULENT CES MENSONGES A' PROPOS DU PRESIDENT ET SON EPOUSE.
Si vous allez les accuser de quoi que ce soit, nous vous prions de donner les details et/ou preuves de ce que vous avancez! LES RUMEURS ET LES FAUSSES ACCUSATIONS NE NOUS INTERESSENT PAS!

XOULDY "participe" toujours au debat mais il n'a plus rien a' dire parce qu'il n'a plus acce's aux faux renseignements qu'on fabriquait pour lui.
Il faut donc le laisser en paix. SES CAPACITE'S INTELLECTUELLES SONT TRES LIMITE'ES!

Anonyme a dit…

XouldY c'est le prof ELY Moustapha!!!!

Vous perdez votre temps à l'appeler il sait qu'il est important, alors il fait la sourde oreille!!!

xouldy revient!!!!

Yanis le R. a dit…

J'étais un peu pris ce long WE en France et je m'excuse de ne pas avoir répondu à ceux qui m'ont interpellé.
Je considère que le minimum de politesse c'est toujours de répondre à ceux qui vous interpellent, normalement...
Il y a un compatriote de l'Université Gaston Berger qui n'est pas d'accord avec l'un de mes derniers messages, c'est tout à fait normal!
Pour la petite histoire j'aurai bien voulu aller à cette université, si proche à St Louis au Sénégal, mais au moment où il fallait que je fasse des études supérieures après le bac, elle n'existait pas... Quelle dommage! C'est tout ce que je peux dire...
Je respecte toutes les opinions dans certaines limites bien sûr mais je peux ne pas partager certaines...
L'histoire du "dictateur éclairé", pronée par ce mauritanien dit "kangourou" (qui ne saute pas, j'espère, les étapes!), n'existe pas et c'est même une hérésie dans un pays qui se déclare de la démocratie...
Personnellement, je lutterai de toutes mes forces avec mes amis contre de telles idées dangereuses et rétrogrades.
Je reste toujours surpris qu'un mauritanien au fait de ce qui se passe dans le monde et de l'évolution du monde, Gaston Berger oblige, se permette de telles allégations... Mais c'est un signe pour nous tous c'est que la démocratie reste à définir, à vivre, à considerer enfin comme une valeur et non plus comme un luxe ou une rêve...
Je remercie tous ceux qui partagent les idées modernes de démocratie en bannissant des propos d'un autre âge et je suis certain qu'ils sont la majorité.
Amitiés et remerciements à tous les amis du blog.

PS: Je vous ferrai le point sur la situation politique actuelle dans notre pays d'après des info que je suis en train de rassembler auprès de plusieurs sources différentes mais bien informées...
Le malaise polique qui a fait une brutale irruption aurait des racines ailleurs que là où nous pensions...
A bientôt.

Anonyme a dit…

Ja se reveille un peu avec l'article du NYT. Ils ne disent pas encore que cet article est commandité pour quelque besogne. Mais le grioupe de BBY n'est pas tres loin. A-

===

Dans son édition du 1er juillet, le New York Times publie une longue enquête sur Al-Qaïda au Maghreb islamique. Tollé en Algérie !


C’est un scoop retentissant comme le New York Times en a le secret. Dans sa livraison datée du 1er juillet, le prestigieux quotidien américain publie un entretien, le premier du genre, avec Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussab Abdelwadoud, émir d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Plutôt fouillée, abondamment appuyée par des dizaines de témoignages de repentis algériens, d’experts du renseignement européens, américains et arabes ainsi que par des officiers américains, l’enquête qui accompagne l’interview éclaire sous un nouveau jour cette organisation terroriste qui sème encore la terreur en Algérie. Recherché par les services de sécurité, maintes fois donné pour mort par les médias algériens, jamais approché par des journalistes, Droukdel répond, à travers un enregistrement audio en langue arabe, à une vingtaine de questions transmises par écrit par la rédaction du NYT. Remise par un intermédiaire, la cassette, d’une durée de sept minutes, a été authentifiée par un expert d’une agence fédérale américaine. Allégeance à Oussama Ben Laden, attentats kamikazes, attaques-suicides contre les édifices publics, assassinats et enlèvements d’étrangers, menaces contre les intérêts occidentaux au Maghreb, en Afrique et ailleurs en Europe, Droukdel, 38 ans, diplômé en mathématiques à l’université d’Alger, se livre et menace.
« Al-Qaïda et nous formons un seul corps, affirme en substance Droukdel. Il est tout à fait naturel que l’on se renforce mutuellement. » C’est durant l’automne 2004 que se nouent les premiers contacts entre Droukdel et Abou Moussab al-­Zarqaoui, à l’époque chef d’Al-Qaïda en Irak. Intronisé, en juin 2004, émir de l’ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) à la place de Hassan Hattab, Droukdel sollicite alors l’aide de Zarqaoui pour obtenir la libération d’Abderrezak el-Para, ancien chef du GSPC, capturé en mars 2004 dans le désert tchadien. Le deal s’énonçait comme suit : Zarqaoui se chargerait de prendre en otages des ressortissants français en Irak et de faire ainsi pression sur Paris afin de l’obliger à jouer de son influence pour obtenir la libération d’El-Para. En contrepartie, Droukdel accepterait de combattre sous la bannière d’Al-Qaïda. Bien que l’opération ait tourné court - El-Para a été remis aux autorités algériennes, qui le détiennent dans un lieu secret -, Droukdel accepte tout de même de faire allégeance à Zarqaoui.

Comme en Irak
Rebaptisé Al-Qaïda au Maghreb islamique en janvier 2007, l’ex-?GSPC adopte donc les méthodes sanglantes et spectaculaires d’Al-Qaïda en Irak. Attentats-suicides, assassinats et enlèvements de ressortissants étrangers, médiatisation des actions terroristes via des sites Web, AQMI fait parler la poudre et couler le sang. Le 11 avril 2007, deux attaques kamikazes soufflent le palais du gouvernement et deux commissariats à Alger, faisant 30 morts. Une tentative d’assassinat contre le président Bouteflika à Batna, le 6 septembre 2007, fait 22 morts. Le 11 décembre 2007, deux kamikazes se font exploser devant la représentation de l’ONU et le siège du Conseil constitutionnel à Alger. Bilan : une trentaine de morts. Le 8 juin dernier, un ingénieur français et son chauffeur sont tués en Kabylie. Droukdel revendique la paternité de tous les attentats et promet de poursuivre les actions terroristes contre le pouvoir algérien, qualifié de taghout (« tyran »). « Le gouvernement algérien connaîtra le même sort que le siège de l’ONU, le siège d’Interpol, l’ambassade d’Israël à Nouakchott, les otages allemands et autrichiens », affirme-t-il au NYT. « Les intérêts occidentaux ne peuvent pas être protégés », poursuit-il dans un arabe truffé de versets coraniques. Droukdel promet de s’en prendre particulièrement aux Américains, qu’il accuse de construire des bases militaires dans le Sud, de piller le gaz et le pétrole algériens, d’installer une antenne du FBI à Alger et de mener une campagne d’évangélisation. « Tout le monde doit savoir, menace-t-il, que nous n’hésiterons pas à cibler les intérêts américains chaque fois que nous le pourrons aux quatre coins du globe. »

Colère et indignation
De combien d’hommes et de quelle force de frappe dispose cette organisation, que l’on dit traquée par les services de sécurité, minée et affaiblie par les redditions et des dissensions internes ? Si Droukdel refuse de dévoiler le nombre de ses combattants, il déclare que leur grande majorité sont algériens. Peu sont des vétérans d’Irak et quelques-uns sont d’ex-repentis ayant bénéficié de la grâce promise par la Charte pour la paix et la réconciliation adoptée par référendum en septembre 2005. « Il y a aussi des Mauritaniens, des Libyens, des Marocains, des Tunisiens, des Maliens et des Nigériens », soutient-il. Selon des sources américaines citées par le journal, il y aurait actuellement entre 300 à 400 terroristes dans les maquis algériens ainsi que 200 sympathisants actifs dans des réseaux de soutien.
Comme on pouvait s’en douter, l’article a provoqué un tollé en Algérie. Si les responsables se gardent de tout commentaire, la presse nationale, en revanche, a unanimement condamné les propos de Droukdel et l’initiative du quotidien américain. Certains commentateurs reprochent au New York Times de faire l’apologie du terrorisme en ouvrant ses colonnes à « un émir sanguinaire » et en lui consacrant sa une. « Dans le fond, écrit le quotidien francophone Liberté, Abdelmalek Droukdel, qui profite de cette “bouffée d’oxygène médiatique”, n’a rien annoncé de nouveau. » Quelques-uns ont même poussé l’indignation jusqu’à réclamer des sanctions contre le NYT. « Souvenons-nous que des journalistes d’Al-Jazira, à cause de simples contacts avec des résistants irakiens, ont été quand même arrêtés et emprisonnés par les Américains ou leurs différents alliés à travers le monde. Qu’attend donc Washington pour en faire de même avec le New York Times » ? s’offusque un éditorialiste du quotidien Le Courrier d’Algérie.

Anonyme a dit…

Yanis , nous brûlons d'impatience de lire les révélations que tes sources t'ont faites . Curieusement , j'ai toujours pensé in petto qu'il y a des choses qui nous dépassent encore dans cette soudaine (?)crise. En attendant , je trouve vraimenent curieux le retour au bercail de certains députés Prd(s)r . Un parti présidentiel , en l'occurrence "Adel" , qui s'en va à vau - l'eau et son ancêtre qui reprend du poil de la bête au milieu d'une crise dont personne ne peut prévoir le cours , tel un grand fleuve en crue . Les jours qui viennent risquent d'apporter de très grandes surprises . Le pays n'ayant pas de présent , son avenir s'annonce des plus hypothétiques ! "Ya lativ " !!! Donc , on t'attend mon cher Yanis.

Bouguelba

Anonyme a dit…

Bravo Yanis. Tu as retenu mon attention et on attend avec impatience. Tu as dit: " Le malaise polique qui a fait une brutale irruption aurait des racines ailleurs que là où nous pensions...". Tu forces mon estime.

Pour mon ami le Kangourou de Gaston Berger, ne t'en fait pas. Il lançait une sonde sachant qu'Azoz ou Ghazouani nous lit. Si ce n'est quelque debordement de la campagne de Ely.Il est aussi etudiant a Gaston Berger que ma grand-ma est morte vierge.

Couli,

Les ainouis dovent etre fachés contre toi. Il n y a qu'un bon bambari (un pur) qui ne sait pas ou mettre l'argent a part bouffer. Meme les sarakolles ont maintenant des PhD en detournement. Pour les maures,halpulars, toucouleurs, haratines et les braves wolofs ils mettent dans des comptes ce qu'ils n'ont pas pu bouffer. Tu temps ou tu as quitte le pays, c'etait au temps de concorde gueye. Ould Taya a eleve le niveau de formation en vols et detournements de toute la clique la-dessus. C'est des piranhas, les cousins que tu a laisse.

Couli a dit (a sson habitude): " J'aimerais bien qu'on me donne des details a' propos de la maniere dont on depense un milliard d'UM pour une invitation. C'est peut-etre un chiffre que Mr. le Maire a jete' au journaliste sans faire attention. Vous n'allez, quand meme, pas me dire que les invite's mangeaient des billets d'UM a' la celebration".

Anonyme a dit…

Bonjour Mauritanie!!!!!
En temps normal dans notre "Culture" il y a une attitude de "grandeur" ( quand je dis notre "Culture" j'entends toutes composantes confondues), une certaine "classe" qui interdit à un contradicteur de se rabaisser aux petites attaques personnelles parce que sinon on peut sortir à chaque personne, je dis bien chaque personne sans aucune exception, des choses tellement destabilisantes et ennuyeuses, particulièrement pour qui a eu ou pu avoir traditionnellement, un minimum d'amour propre ou de dignité, ce qui ne concerne évidemment pas tout le monde !
Je m'étonne évidemment qu'on attribue à Mr AZIZI O. el Mamy un rôle "d' éminence grise" auprès du Vieux.Il faut connaitre AZIZI pour pouvoir Juger lui attribuer n'importe quel rôle !Surtout auprès du Vieux qui a prouvé qu'il a de la suite dans les idées mais qu'il a des idées pour ne pas avoir le besoin impérieux de"recourir" aux idées de AZIZI.ce n'est quand même Taya et ses semblables (suivez mon regard)!
Mr AZIZI est un "genteman" à sa façon, qui a eu des "relations d'amitié" avec tous les Présidents que se pays a eu, avec un point d'orgue au temps de Moustapha O.Salek (nomination de Mohamedou comme Ministre à la place du pauvre Cheikh qui avait pourtant été consulté et informé de sa nomination )IL faut dire qu'influencer O.Salek n'était pas la mer à boire! il suffit de demander à son cousin Le PM Bneijara Bref ce n'est pas de la médisance ! c'est de l'histoire !Il faut que nous ayions de la mémoire !!
Et aussi avec Taya !
Pour revenir à Azizi c'est pour dire que ses relations avec Ely étaient encore plus étroites que tout cela !C'est dire que Mr AZIZI est un homme de "relations" un "Veta" pas plus !!
Je comprends que les Mauritaniens soient traumatisés par la période Taya où beaucoup de gens ont fait la pluie et le beau temps sans aucune raison:: EMANA -Yarhamha- (vous connaissez son beau petit-fils qu'elle avait imposé et "incrusté" même après son décès )Hbiba mint el Ghawth (vous connaissez son beau fils dont elle tirait son influence) Non !! j'arrête !L'Histoire, parfois il faut l'oulier ou tout au moins une certaine HISTOIRE !
Mais cela m'amène à essayer de cerner ou définir le terme ROUMOUZ EL VESSAD::SYMBOLES DE la GABEGIE et TENANTS DU TITRE! en somme les personnes qui ont participé,été complices ou qui se sont TUES.On peut alors envisager une grille avec des échelons ou des grades comme pour les médailles!Il y a aussi et sutout ceux qui ont aidé,poussé, entrainé le pauvre Taya (qui est parfois BERI-I, ce qui ne dégage en rien sa responsabilité, loin de là) à faire ce qu'il a fait:: comme Mr Ely par exemple !!
Franchement certains Députés FRONDEURS ont -ils le moindre DROIT de censurer un GVT Composés de quelques personnes du Régime Taya "panachés" timidement de la seule opposition plus ou moins crédible (par rapport au RFD à tout le moins )????NON et NON! Finalement il semble que l'objectif soit d'avoir un GVT entièrement ROUMOUZ.
Ainsi Sidi ne pourra rien faire !Les tentatives qu'il a essayées avec le GVT précedent n'auront aucune suite,et à plus forte raison une avancée dans ce que les Mauritaniens attendent !En attendant on peut l'encourager à "tomber malade" on peut le pousser à démissionner,on peut même envisager un "IMPEACHMENT" à l' Américaine !On peut... Parfois l' imagination est fertile !
ET TOUT CELA PARCE QUE LES FUTURS CANDIDATS N'ONT PAS LA PATIENCE D'ATTENDRE L'ITERMEDE D'UN "PETIT MANDAT" POUR RECUPERER LEUR "LEUR CHOSE" QU'ILS ONT "PRÊTEE"(il faut entendre ELY et AHMED ).Ely l'a prêtée et pour Ahmed il pense cetrtainement que c'est un droit DIVIN !
Alors AZIZI O. El Mamy et les histoires semblables c'est simplement de'intoxication ou de la diversion !!IL faut orienter l'opinion loin du fond du problème
C'est le commentaire du jour,ET j'aimerais bien que quelqu'un réagisse pour ou contre ce commentaire !A bientôt

Anonyme a dit…

anonyme 14 juillet 2008 13:48
vous dites:
Alors AZIZI O. El Mamy et les histoires semblables c'est simplement d'intoxication
non ce n'est pas seulement de l'intoxication c'est aussi des personnes qui ont des comptes a règler avec d'autres et qui profite de certains espaces comme canalh qui a une large audience et au plus haut niveau pour porter des accusations qui n'ont de fondement que dans leur imagination.

Anonyme a dit…

Il me semble que tout le monde a ete relache ou sera relache. Le citoyen lambda a tord d'avoir pense une seule seconde que ces deux compatriotes avaient quelque chose a faire avec la drogue. Quelqu'un a t il les ecrits des deux? C'etait sorti sur le net.

Lol, lol, et lol. A-

=======

Dossier de la drogue : La cour cassation blanchit Ould Soudani et Ould Taya


La chambre d’accusation, prés la cour de cassation de Nouakchott vient de classer sans suite la poursuite judiciaire engagée contre Mini Ould Soudani et l’officier de l’Interpol Sid’Ahmed Ould Taya, tous deux accusés d’avoir commandité un réseau de trafic de drogue sur le sol mauritanien à destination de l’Europe.

La cour ayant retenu l’accusation d’agression contre Mini Ould Soudani à l’encontre de l’ancien brigadier de police Ely Ould Ahmed Deya et de l’officier de police Ould Taya, a décidé d’octroyer la liberté provisoire à ce dernier.
Dans un déclaration à l’ANI, l’avocat de Ould Soudani Me Mohamed Ould Ahmed Salem a précisé que : « La chambre d’accusation a exprimé sa conviction de l’innocence de mon client, ce qui la conduit à dire la loi en faveur de la vérité et à lever l’injustice ».
Me Mohamed ajoutera : « Mon client a été emprisonné et accusé à tort, alors qu’aucune preuve n’est là pour l’accabler ».

Date publication : 14-07-2008 15:06:51

Anonyme a dit…

C'est qu'à même curieux que notre justice choisit toujours un moment "trouble" pour juger et... relaxer les accusés dans le dossier de la drogue. Hier c'était Nouadhibou, aujourd'hui Nouakchot, seles !

Et toutes les saisies annoncées ? Et tous les flagrants délits ?

Où va - t - on dans ce pays où la gueguerre entre Roumouz El Vessad bloque un pays pendant dix jours pour permettre à des accusés dans un dossier aussi grave d'être "jugés" et relaxés presque en catimi ?

Yanis a promis de nous livrer quelques informations sur la situation actuelle. Nous attendons impatiemmnent, et le rmercions d'avance. Esselam

Yanis le R. a dit…

A-,

Les 2 personnes citées n'ont rien à avoir, selon notre justice isérienne (lol), avec le dossier de la drogue!

Les 200 OOO euros en devises pris sur O. Soudani, ce pauvre type qui gagne moins de 100 euros par mois et tout le reste ce n'est rien...

Pauvre justice et pauvre de nous de confier notre sort à cette justice!

PS:
A bientôt chers amis pour discuter de ceux qui nous dirigent, en vérité...

Anonyme a dit…

Yanis,

l'intelligent ano au dessus de toi n'est pas moi, mais j'appuie sa demande.

Ce Soudani est un trafiquant notoire de drogue car Ould Taya le suivait depuis longtemps. Parait que Ould Soudani avait refuse de passer a la ccaisse, d'ou cette histoire sordide de ce Ould Soudani qui a ete emmene dans une villa pour lui casser entre les jambes. Me demande ou sont partis les 200.000 euros.

Ould Mouritanie ente hay? Tu peux nous sortir les textes de Ould Soudani (mal traduit de l'arabe) et celui de Ould Taya? Un futur President doit apparaitre de temps a autre pour dire quelque choses ici, sans s'attaquer a ehl tidjigjeu. Porte-toi bien et peche-nous ces 2 textes. Je sais que tu peux. A-

Anonyme a dit…

L'officier de police Ould Taya a ete' arrete' pour des raisons de... parente'. C'est la raison pour laquelle je n'ai pas hesite' a' demande' qu'il soit libere' quelques jours apres son arrestation.

Je suis content de sa liberation.

Anonyme a dit…

Courbaly,

Tu divagues! Ce Ould Taya est le Al Capone de Nouakchott. Pourquoi prend t-il un trafiquant pour lui soutirer 200.000 euros? Ton vieux est Don Carleone en personne!

Anonyme a dit…

Yanis,

Prend ton temps. Il faut que ce que tu as decouvert soit bien ficele. La bataille des deputes et des senateurs avec comme fond l'instrumentalisation de toute cette histoire par les militaires ne constituent que les arbres. La foret qui couvre ces arbres, I'll faut qu'on connaisse.

Anonyme a dit…

Yanis,

Enta vem?

----

Qui a tué qui ? –

Question qu'on ne saurait éluder

Armand Veilleux -

13 juillet 2008 http://www.citeaux.net/wri-av/qui-a-tue-qui.htm

À partir de l'année 1992 l'Algérie a été emportée par une terrible vague de violence. Il s'agissait bel et bien d'une guerre civile, même si les autorités algériennes s'énervaient dès qu'on utilisait ce mot. Il y avait, d'un côté, l'ensemble des groupes assez divers appelés globalement les « islamistes » et, de l'autre, l'armée. Les violences atroces commises par les islamistes sont indéniables et bien connues. Mais très vite des voix de plus en plus nombreuses d'Algériens et d'autres observateurs attentifs se sont fait entendre rendant la Sécurité Militaire algérienne responsable de certaines des violences attribuées globalement aux islamistes. À cela vinrent s'ajouter, surtout à partir de l'année 2000 des récits d'anciens militaires algériens. Ces témoignages ont été assez nombreux et assez sérieux pour que plusieurs organismes internationaux de défense des droits de la personne, à commencer par Amnisty International , aient demandé à plusieurs reprises – mais toujours sans résultats – une enquête internationale impartiale sur cette violence. Chaque fois, la réaction orchestrée d'Alger – par le biais d'articles de presse virulents - a été non seulement de ridiculiser ceux qui soulevaient cette question, mais de considérer qu'ils voulaient exonérer les islamistes de toute responsabilité. Le service de propagande du DRS (la Sécurité Militaire ) inventa alors le slogan du « Qui tue qui ? » -- question qualifiée par eux d' obscène . Depuis lors, quiconque soulève l'une des questions restées sans réponse est ridiculisé et rejeté du revers de la main comme faisant partie de la clique du « Qui tue qui ? ». Et pourtant la question « Qui a tué qui ? » reste une question légitime et nécessaire tant qu'une réponse pour le moins crédible n'aura pas été donnée. Cela vaut pour des dizaines de milliers d'Algériens disparus, très souvent après enlèvement par les forces de l'ordre. Cela vaut pour le chanteur kabyle Lounès Matoub (1) et pour Mgr. Pierre Claverie. Cela vaut aussi, évidemment, pour les sept moines de Tibhirine. Dans le cas des moines de Tibhirine, plusieurs questions ont été posées depuis longtemps : 1) qui les a enlevés ? -- 2) sur ordre de qui ? -- 3) où et dans quelles conditions ont-ils été détenus durant deux mois ? -- 4) quelles mesures furent prises par les autorités algériennes et par les services secrets français (DST et DGSE) pour les libérer ? -- 5) qui les a tués et dans quelles circonstances ? -- 6) qu'est-il advenu de leurs corps après leur mort ? La réponse « officielle » à chacune de ces questions – réponse d'ailleurs jamais officiellement formulée par aucune autorité civile, algérienne ou française – est bien connue : c'est le GIA. Compte tenu de révélations crédibles qui se sont multipliées au cours des douze dernières années, cette version officielle fait eau de toutes parts, et donc, ces questions sont, plus que jamais, légitimes, et ce n'est pas la stupide rengaine du « qui tue qui ? » qui nous empêchera de continuer à les poser. Un article paru récemment dans le journal italien La Stampa , sous la plume de Valerio Pellizzari (2) répond à l'une des nombreuses questions mentionnées : « qui les a tués et dans quelles circonstances ? ». Il s'agit de l'interview (en quelque sorte une « déposition ») d'un haut fonctionnaire d'un gouvernement européen qui était en fonction à Alger au moment du drame et qui connaît bien cette affaire. Cet article est à prendre très au sérieux. Disons tout d'abord que Valerio Pellizzari n'est pas le dernier des scribouillards à la recherche d'un sujet pour gonfler son ego. C'est un grand journaliste de réputation internationale, qui a couvert toutes les grandes guerres des dernières décennies depuis le Cambodge jusqu'à l'Irak en passant par l'Iran et l'Afghanistan. Il n'a pas sauté sur le premier scoop rencontré. Il enquête depuis plus de dix ans sur le drame de Tibhirine et il n'avait encore rien publié, attendant d'avoir quelque chose qui apportait vraiment du neuf. La Stampa est un grand journal dont la direction n'aurait pas accepté de mettre en première page cet article sans vérifier le sérieux de ses sources. La personne interviewée démontre dans son témoignage une grande retenue et une grande cohérence. Sa façon de parler est celle d'un véritable professionnel. Elle a sans doute voulu, après un très long silence, soulager sa conscience et faire en sorte que la vérité soit connue. Sachant ce qui peut arriver aux témoins et à leurs familles, on comprend que cette personne ait voulu garder l'anonymat. Son témoignage demeure très important, d'autant plus que d'importants témoins qui n'ont pas encore été entendus par les juges d'instruction Marc Trévidic et Philippe Coirre (qui ont remplacé le juge Jean-Louis Bruguière sur ce dossier depuis les élections législatives françaises de 2007) pourront sans doute corroborer ses dires. Évidemment, plusieurs éléments de ce témoignage étaient déjà connus de ceux qui ont suivi de près cette question. Dès les semaines qui ont suivi l'inhumation des frères à Tibhirine des informations circulaient en Algérie, en particulier à Blida, voulant que les moines n'aient pas été décapités mais tués dans une intervention de l'armée. Il n'était pas clair s'il s'agissait ou non d'une bavure. J'ai moi-même entendu cette rumeur de diverses sources à l'époque de la mort de Mgr. Claverie, en 1996, quelques mois après celle des moines. J'ai communiqué alors cette information à Henri Tincq, de passage à Rome, et il l'a mentionnée dans un article du journal Le Monde (7-8 juin 1998), qui a fortement déplu à Alger. Je l'ai également transmise plus tard à John Kiser, de passage à Rome, et il a pu la corroborer en Algérie en 1999 et y ajouter quelques détails, qu'il a publiés dans son excellent livre sur les moines de Tibhirine en 2003. Selon certains la source de cette information aurait été l'interception faite par l'ambassade française d'un message radio de l'armée algérienne. C'est ce que rapporte Kiser dans son livre. Personnellement, j'avais entendu une autre version ; l'information aurait eu comme source une « confidence » du commandant de la base d'hélicoptères de Blida à un confrère occidental. La traduction française du livre de Kiser, parue en 2006, ajoute sur ce point quelques petits détails mineurs, tels que la phrase du pilote de l'hélicoptère « Zut ! nous avons tué les moines ». Certains ont dit que l'article de Pellizzari n'apportait rien de neuf. C'est faux. Le premier élément nouveau de ce témoignage, c'est la cohérence . Jusqu'ici tous ceux qui ont enquêté sur ces faits étaient arrivés à se faire une idée assez claire de ce qui s'était passé, en recoupant des témoignages divers et en mettant ensemble des informations complémentaires. Ici nous avons une description cohérente de ce qui s'est passé, faite par quelqu'un qui a eu, au moment des faits, accès aux sources d'information algériennes, sans doute et probablement aussi françaises. Mais la grande nouveauté qui ressort de ce témoignage, c'est que non seulement les autorités algériennes ont élaboré un montage macabre pour cacher leur bavure – ce qui pouvait déjà se déduire de ce qu'on savait – mais que les autorités françaises, qui n'ont pu l'ignorer, participèrent à ce cover up , le médecin légal de l'ambassade de France ayant participé à l'examen des corps – et cela, une semaine avant l'annonce de la mort des moines par un faux message du GIA. Il semble même, à entendre ce témoignage, que ce macabre montage ait été décidé d'un commun accord par les autorités algériennes et françaises. Cela peut expliquer la demande faite alors aux familles de ne pas venir à Alger pour les funérailles (une d'entre elles n'a pas obtempéré à l'ordre) et l'intention d'enterrer sept cercueils plombés sans que personne ne voie ce qui se trouvait à l'intérieur. On comprend dès lors le silence embarrassé de la presse française -- sauf Ouest-France , le Figaro International et Rue 89 et des sites Internet à portée internationale à savoir Algeria-Watch (3) et Tahia Bladi (4) -- après la publication de La Stampa. La conspiration du silence des autres, y compris Le Monde et La Croix , a-t-elle été spontanée ou recommandée d'en haut ? On comprend qu'à l'approche des grandes manifestations autour de l'Union pour la Méditerranée , on ne voulait pas indisposer le président Bouteflika, alors qu'il avait fallu le pèlerinage à Alger d'une grande quantité de ministres et d'émissaires français pour le convaincre de venir à Paris pour cette occasion. Mais cela aurait pu être une occasion en or. Lors d'un passage en France au cours de la dernière campagne présidentielle on avait interrogé Monsieur Bouteflika sur cette affaire des moines de Tibhirine et il avait répondu mystérieusement que « toute vérité n'est pas bonne à dire », ajoutant « lorsque j'aurai toutes les informations je les dirai ». Si on lui avait posé la même question aujourd'hui, peut-être aurait-il trouvé que le moment était venu de dire la vérité. Mais peut-être, la France n'a-t-elle pas intérêt à entendre cette vérité. En tout cas, tout ce qu'on sait maintenant enlève évidemment toute crédibilité aux conclusions de la mission rogatoire en Algérie confiée par le juge Jean-Louis Bruguière aux autorités algériennes elles-mêmes. D'autant plus qu'on ne peut exclure que la « bavure » décrite par le témoin interrogé par Pellizzari ait pu ne pas être totalement accidentelle. Les juges Trévidic et Coirre devront reprendre à leur propre compte et sur d'autres bases cette partie algérienne de leur enquête.

Armand Veilleux - 13 juillet 2008

Anonyme a dit…

lu pour vous sur flamnet:
www.flamnet.net

Crise et raisons de la crise



Par Bara Ba-FLAM-Sénégal



Dakar-Sénégal



Que de choses à dire !!!



Des frondeurs, de Sidioca à Ahmed en passant par Ely et sa junte, des kwars au Mnd, que de choses à dire .



· le groupe de frondeurs qui , derrière des points de revendication fantaisiste et fallacieuse, prétend, se battre pour un idéal populaire; devenus soudainement vertueux et soucieux des intérêts du peuple les voilà qui combattent les « roumouz el vassad » c'est-à-dire les symboles de la gabegie !!!

Qui espèrent -t-ils tromper autre qu'une partie de l'opinion internationale , mal informée ?

En vérité il n'y a aucune différence entre les frondeurs et la majorité-Adil qui gouverne, tous venant du défunt Prds, recomposé en indépendants (futur Adil) , en Prdr, renouveau démocratique et Ucd; mêmes graines provenant de la même souche infectée .

Ce Prds, il faut le rappeler, avait été éclaté par la seule volonté d'Ely qui avait son agenda propre; misant sur les vices des hommes que sont l'envie, la voracité, la convoitise, l'égoisme, faisant miroiter monts et merveilles au bout du processus, Ely finira par amadouer, ainsi , un pan entier de "Prdeistes'', et jusqu'à Ould Daddah lui-même, qui ne fut pas moins apprivoisé que les autres, pendant cette transition !



Qu'on m'explique donc qu'elle différence il y'avait entre un Ba Houdou et Kane Moustapha , entre Camara Aly gueladio et Sidney Sokhna , entre Ould Zamel et Mohamed Yehdih ( de l'intérieur ), entre Ould Abeiderrahmane et Cheikh Ould Avia (Affaires étrangéres ), entre Aliou Ibra et Boydiel , enfin..

Absolument aucune , à mon avis !



Tous furent tous des vassaux devoués et zélés de Ould Taya que seule guidait la politique du ventre et de la rapine , loin des intérêts du peuple qu'ils avaient toujours floué, qui ne brillèrent ni par leur courage, ni par leur propreté.



C'est d'ailleurs pourquoi il y'avait crise; guerre interne de clans autour de la ' bouffe'' ; A la publication du gouvernement de Waghef , nos parlementaires frondeurs s'etaient sentis, simplement, frustrés, très frustrés d'avoir été privés, « injustement » du gâteau .Ils étaient d'autant plus outrés et blessés que cette part qui leur revenait « de droit » avait été cedée, anormalement, à des « étrangers honnis » .



Les frondeurs et l'attelage gouvernemental -Adil de Waguef c'est kif-kif ; avec une histoire identique, un même passé, les mêmes méthodes et les mêmes motivations sordides. Aucun des groupes ne fut jamais soucieux de l'unité nationale qu'ils contribuérent à anéantir, durablement ; aucun d'eux ne luttera, non plus, contre la gabégie et l´impunité . Réfractaires au changement ils chercheront plutôt, en dévoyant les réformes en cours, à toujours perpétuer le Système .



Passons à Ould Daddah .

Quand j'ai, récemment, entendu ould Daddah dire que les élections présidentielles n'avaient pas eté transparentes et qu'elles avaient été pilotées, en sourdine, par les militaires, quand je l'ai entendu demander la démission de Sidi sur des bases aussi légères, j'ai encore davantage compris de quoi un homme était capable, lorsqu'il était assoiffé de pouvoir, consumé et aveuglé par des ambitions du pouvoir !

En effet, qui n' avait pas aperçu -lorsqu'on est tant soit peu honnête - la main des militaires pendant ces élections ( voir article de Bara sur Flamnet- Agora : Le cheval gagnant )

Qui avait été dupe du scénario monté ? Et que ne les avait -il pas dénoncées alors , ces élections ?



Paradoxale attitude que celle de Ould Daddah . qui se mue aujourd'hui, en va-t-en guerre et en animateur, public, de la fronde contre Sidi !

Là où ould Taya, son persécuteur, l'emprisonnait à tour de bras , Sidi , au moins , lui offre la liberté de pensée et de mouvement .

Là où Ould Taya le toisait hautainement , voire le méprisait souverainement , Sidy lui octroie un statut officiel de chef de l'opposion, consulté régulièrement de surcroit !

Alors que Ould Taya lui refusait tout droit à l'expression, voilà que Sidy , lui , souffre la critique, sans risque, aucun, pour l'objecteur de conscience de se voir jeté derrière le violon.



Bref , quand il fallait se battre contre la tyrannie Ould Daddah avait tourné casaque - au moment où pourtant la base -UFD souhaitait en découdre-, et maintenant que la paix et la sécurité pour l'expression étaient assurées , le voilà qui tourne en « Assad in Libnaan. » !

Paradoxe quand tu nous tiens !



Le pouvoir , par tous les moyens , même par les plus honteux .voilà ce qui anime Ould Daddah !

Mais attention Négro -Africains , Ould Daddah n'est pas un choix , pour ne pas dire qu'il serait le pire des choix ! Le côté tyrannique et chauvin du personnage reste encore caché.

Sur la question négro- africaine, Ahmed est toujours resté équivoque, nébuleux ,obscur.

Pour lui, comme pour beaucoup de chauvins arabo-berbéres, il ne se pose pas de question politique négro-africaine .



Il suffit, par ailleurs, de noter le vide qu'il a fait autour de lui depuis l'UFD, concernant les Négro africains et les Haratines, puis la composition ethnique de son état major pour s'en convaincre; il suffit, aussi , de se référer à ses propos , qui n'ont jamais varié dans le fond, pour comprendre que Ahmed, comme son frère Moctar, reste et demeure un partisan résolu, d'une Mauritanie arabe , essentiellement ; chose que trahit , du reste, la conclusion de son discours au congrès dernier de son parti , le Rfd : " (.) notre parti demeure profondément attentif aux problèmes majeurs et au devenir de notre continent africain ( (l'espace ) et de notre nation arabe ( le peuple )":

En d'autres termes Ould Daddah reste soucieux des problèmes des peuples arabes et de l'espace africain !!! Des peuples noirs, il s'en f. !



SIDIOCA

Sur celui-là aussi il y'a dire , même à redire .

D'abord sa naiveté face aux prédateurs éternels, que soutend une sorte de philosophie fondée sur la croyance que « chaque homme est capable d'amélioration , de dépassement » , et « qu'en chaque homme il faut considerer l'être positif .».

C'est cette approche , optimiste , qui a perdu Sidioca , car il est des défauts ou des habitudes ancrées, contractés pendant trop longtemps, qui prennent racine, et dont on ne se défait que difficilement. Cette frange d'hommes du prds, en constitue la parfaite illustration ; nourrie à la rapine, moulée dans le mensonge et la corruption, prête à tous les coups pour se maintenir , cette frange demeure absolument inapte à s'améliorer . car pour elle le changement signifierait la mort certaine, à tout le moins, un déperissement et la perte inévitable des privilèges acquis. En un mot, changer pour ce monde là, reviendrait à se faire hara-kiri !

Voilà ce que le President n'a pas compris .comme il ne comprend pas, non plus ,que la Mauritanie politique est très spéciale , qui n'entre dans aucune grille de lecture classique



Cette approche conciliatrice et trop moderée, à mon goùt, du Président vis-à-vis des prédateurs l'a conduit à commettre une seconde erreur : le refus de procéder à la rupture . qui aurait empeché à cette faune prédatrice , un moment désorientée , de se recomposer, voire de s'adapter .

Par la rupture, fermement affichée, dès le début, mais loin de l'esprit de chasse aux sorcières, le Président aurait pris , à la fois, les militaires de court, l'opposition aux mots, et . suscité , en même temps, un vaste ( et enthousiaste) mouvement d'ensemble garant du changement, que les forces rétrogrades ne pouvaient contrarier .



Mais parcequ'il a opté pour la voie contraire, c'est-à-dire celle du louvoiement et de l'hésitation, du compromis voire de la nonchalance, Sidy se retrouve, maintenant piégé par le Prds, en recomposition, et la junte militaire qui n'entend pas quitter l'espace politique, à moins d'y être forcée !

Contrairement à ce que certains pourraient croire, la guerre des clans est loin d'être close, et la tête de Sidi , loin d'être sauvée .



Quelle solution ?



A mes yeux , la moins coûteuse pour Sidy, résiderait dans la mise en place d'une majorité nouvelle, acquise foncièrement à son programme, en remplacement de celle qui lui a été imposée par la force des choses, et sur laquelle il n'a et n'aura, en réalité, aucune prise. Ce qui pré-suppose, naturellement, la dissolution du parlement , avec tous les risques encourus, tel celui d'une cohabitation future, plus tendue , et/ou d'une reconduction de parti-Etat .

Que dire de ces kwars, curieusement, toujours impassibles et passifs, qui attendent peut être la venue d'un messsie bidhaan qui les délivrerait de tous leurs problemes ?



Que dire des Militaires ?

Si les militaires persistent, encore, dans leur attitude ambiguë face au pouvoir,( ils soutiennent avoir remis le pouvoir aux civils, mais sans vouloir s'en aller ), c'est bien parcequ'ils sont assurés, quelque part, d'un soutien émanant d'une catégorie de l'opposition; celle toujours prête à tous les jeux, à toutes les compromissions, comme ce fut avec la transition de Ely , soutenue , légitimée voire plébiscitée par toute l'opposition interne, y compris Ould Daddah , surtout Ould Daddah .

Présentement , ca n'est pas l'envie qui manque à Aziz et Ghazawi de faire tomber Sidy Seule la peur, en perspective, d'une réaction négative, puissante de l'opinion internationale, aux retombées ingérables, les retient encore .



Il nous faut trouver des solutions durables afin de nous mettre à l'abri, définitivement de notre Armée. Pour ce faire nous devons nous orienter, rapidement, non seulement à la réformer, au plus vite, mais aussi rester déterminés, au niveau populaire, à marcher contre toute tentation de retour au pouvoir, direct ou maquillé, des militaires et ce, quelque soit, pour l'instant, les lacunes et insuffisances du processus démocratique en cours.

A ce niveau il nous faut, dès à présent, comprendre le sens de la politique des petits pas qui se mène et l'agenda secret de l'un d'entre eux, déjà en début d'exécution .. .. Ely Ould Mohamed Vall tente, en abusant l'opinion internationale, de se forger une image neuve et positive d'homme d'Etat, propre, intègre et démocrate . en vue de préparer son retour sur la scène politique nationale ... Nous Négro- africains -qu'il nargue en permanence - accompagnés des forces progressistes arabo- berbères , devrions, impérativement , nous y opposer ; car Ely , comme ould Taya, a sa part de responsabilité dans le génocide commis sur la communauté négro- africaine, pendant les années de braise .

Chacun , où qu'il se trouve, devra informer l'opinion internationale, les médias autour de lui, les chefs d'Etat africains et Europeens, sur la véritable nature du tortionnaire, qui, indéniablement, a contribué à ruiner l'unité nationale en mauritanie. Dénonciations, et plaintes, tout devra être mis en ?uvre pour disqualifier ce personnage à acceder à la charge suprême .



Que dire enfin du Mnd, pour conclure ?

Sauf que la claque fut si magistrale et inattendue que le Goloisme, le Maréguisme et la grande gueule de l'intérieur , frappés d'hébétude, en ont perdu la parole ! .

« Makhalla », à trop vouloir, obstinément, s'inviter à tous les festins de tous les regimes, on finit, forcement, par se faire vider comme un malpropre, ou voir la porte vous claquer, sec, sous le nez !



La lutte continue.



Dakar le 14juillet 2008

Bara Ba

Dakar Sénégal

www.flamnet.net

Anonyme a dit…

Je n'en reviens pas! Jemil a loupe ici l'occasion de la fermer. Comment ce gars peut soutenir un genocideur devant l'eternel? Une preuve concrete que c'est le Soudan qui finance les islamistes "moderes", sinon il est politiquement suicidaire de faire de telles declarations. Surtout dans un pays qui a eu son Darfour.

Quelqu'un m'a dit que Jemil bouffait dans la main de Ely, meme au temps de Ould Taya. Tawassoul est a observer de pres comme il n'est pas a dissocier de la tendance RV. Je commence a croire aux theses d'Alexandre del Valle dans son fameux livre "l'islamisme a l'assaut des democraties" chez Denoel. Les islamistes, c'est le mensonge non stop.Le Soudan est a observer de tres pres comme nos voisins du Nord et leurs allies.Quelqu'un peut-il nous aider a dire qu'est ce que Jemil cherche dans cette declaration? Meme s'I'll est paye par El Bechir? Comme c'est le Soudan, y a t-il un lien avec Ely?

A-

----
Un parti politique mauritanien se solidarise avec le président soudanais

Le parti TAWASSOUL (Islamistes) en Mauritanie a exprimé lundi sa « solidarité avec les frères au Soudan et à leur tête le président de la république Omar Hassan Ahmed El Béchir », a constaté APA à Nouakchott.Dans un communiqué rendu public lundi à Nouakchott, la formation politique TAWASSOUL apporte son soutien aux Soudanais « face à cette nouvelle manipulation dans laquelle la Cour pénale internationale (CPI) est utilisée comme instrument ». Le procureur de la CPI a demandé lundi aux juges de cette juridiction d’émettre un mandat d’arrêt contre El Béchir pour "génocide" au Darfour.Les Islamistes mauritaniens disent rejeter « cette audace d’ingérence dans les affaires des Etats indépendants et la prise comme cible de leurs présidents ». Ils appellent également à un « nouveau sursaut de solidarité avec le Soudan sur les plans national, arabe, africain et islamique ».Le communiqué explique que le « processus de prise comme cible de la nation se poursuit », relevant qu’après la Palestine, l’Irak et l’Afghanistan, c’est aujourd’hui le tour du Soudan, de la Somalie et d’autres encore…«La nation islamique constitue un seul corps », souligne TAWASSOUL en rappelant l’ampleur des dangers qui la menacent et le niveau des complots fomentés contre elle.Pour lui, la demande d’un mandat d’arrêt contre le président soudanais constitue « un précédent dangereux dans les rapports avec les Etats indépendants ».Les Islamistes mauritaniens estiment en outre que si le Soudan est manifestement visé, c’est surtout parce qu’il a réussi à réaliser la paix dans le sud et à lancer de nombreux chantiers de développement.

Anonyme a dit…

bjr A-,
c vrai quand on perd nos références il devient difficile de se retrouver
et dans ce sens j comprend tres bien ta question. ce qui existe entre Mansour et Bechir du soudan c exactement ce qui existe entre A- et Mansour à ce que je pense de toi!

A++

Anonyme a dit…

COLLECTIF DES CADRES MAURITANIENS EXPATRIÉS
(CCME)
LETTRE OUVERTE A LA CLASSE POLITIQUE MAURITANIENNE, TOUTES TENDANCES CONFONDUES

Depuis le changement de gouvernement consécutif à la démission de l'ex Premier Ministre Zeïne Ould Zeïdane en mai dernier, une crise de pouvoir, sourde à ses débuts, menace de paralyser les institutions et de discréditer le personnel dirigeant du pays.

Apparue d'abord à l'intérieur de la majorité présidentielle, elle a fini par s'étendre à l'ensemble de la classe politique. Les clivages prévalent bien au-delà de tels repères et revêtent un caractère transversal, entre les tenants de l'intégrité, de l’unité nationale et de l’équité mise en péril par le retour des symboles de la corruption et les risques d'une « démocratie » placée sous la tutelle militaire.

Le 3 juillet 2008, devant la menace de la motion de censure à l'Assemblée Nationale, le Président de la République cède en apparence, mais reconduit son Premier Ministre démissionnaire Yahya Ould Ahmed El Waghef, auquel il assigne l'objectif de former un nouveau Gouvernement.

Or il apparait que malgré ce dénouement apparent, la crise institutionnelle et politique perdure alors que le pays et les populations font face à d’énormes difficultés dans tous les domaines qui nécessitent parfois des solutions d’une extrême urgence.

Face au danger, les forces objectives du changement et de la rupture d'avec le passé s'entredéchirent, y montrant une ardeur soutenue où les convictions et la courtoisie se dissolvent dans l'anathème. Elles rendent ainsi particulièrement ardue la tâche consistant à défendre et consolider les acquis obtenus dans le domaine de l’unité nationale, de la réparation des atteintes au droits de l’homme et des libertés démocratiques.

Le moment est grave. Il appelle, de la part de tous les Mauritaniens, un sursaut collectif pour préserver notre jeune démocratie et la paix civile, à la fois des prédateurs d'hier et leurs protecteurs d'aujourd'hui.

Le Collectif des Cadres Mauritaniens Expatriés (CCME) se lève fermement contre toute tentative de détournement de nos acquis démocratiques, contre la menace de l'effritement du capital d'estime et de sympathie que la communauté internationale a témoigné à notre jeune et fragile expérience démocratique et contre le chao politique qui détourne nos capacité à s'attaquer aux vrais problèmes de développement, à la lutte contre la pauvreté et au combat pour le bien-être de nos populations.

Le CCME entend témoigner, solennellement, de sa foi en une Mauritanie libre dont la direction ne retomberait fatalement dans le cercle fermé des coteries ethno-tribales et des spécialistes de la concussion. Nous croyons devoir proposer mieux, à nos compatriotes, après tant d'années de privation, de larmes, d'exil et de contrainte.

Le CCME met en garde les protagonistes contre toute dérive qui se dessine. Leurs responsabilités collective et individuelle seront engagées devant l’histoire et le peuple, en cas de retour à un passé que les Mauritaniens avaient cru dépasser par des élections dont la classe politique a accepté les résultats. Le retour de ce passé pourrait bien constituer le prélude à la déstabilisation du pays et pire à la guerre civile, Allah nous en préserve.

Le CCME appelle solennellement les forces politiques, celles de la société civile et l’ensemble du leadership national à des assises nationales véritables, qui permettraient, au delà du simple respect des formes démocratiques, d’élaborer un véritable pacte sur la base de discussions ouvertes et sans tabous. La préservation de l’indépendance, de l’intégrité et de l’unité du pays, la bonne gouvernance, l’apurement du dossier des atteintes aux droits de l’homme et la justice sociale, y compris l’éradication des pratiques esclavagistes, devraient servir de principes de base au pacte national devant résulter de ces assises.


Le 14 juillet 2008

POUR LE CCME
Le Coordinateur Général

Anonyme a dit…

Pour connaître la vérité sur l'organisation appelée "CCME" qui a publié la lettre ci-dessus, visiter le blog du professeur ELY.

http://haut-et-fort.blogspot.com/

Anonyme a dit…

A++

Ce qui veut dire qu'il n y a pas d'association. Mais comment expliquer que notre Mansour national se mettre a defendre le Bechir soudanais national, sachant que le gars est un criminel et un genocidaire parfait. Rien ne se fait sans rien. Je crois que notre Jemil national puise dans la caisse du Bechir soudanais. En y reflechissant de pres, c'est la meme ideologie et peut-etre le meme referentiel: gannouchi et l'autre islamiste soudanais dont j'ai oublie le nom. Ben tu mets l'amour d'Ely au dessus de tout ça (on oublie Chinguitel) + tout se complique

Anonyme a dit…

La rivalité Mnd-Frere musulmans remonte en surface.
Cette fois ci dans un contexte très particulier: les deux parties abandonnent leurs principes et cherchent à se positionner dans les instances dirigeantes du pays et se tayer le plus grand morceau du gateau.
C\'est donc la vieille querelle qui reprend, les memes arguments, les memes personnes, renforcées cette fois par du sang neuf.
Ce qui est regrettable que ces deux mouvements - sur lesquels bcp de mauritaniens avaient batti un espoir pour mener des reformes - ont abandonné leurs ideologie et se sont alignés au rang des moufcidines.
Les dernières sorites de ould Bedrdine sont lamentables, il aurait été mieux pour ce vieux, qui a couronné sa carrière de \"militant\" par accepter d\'etre un deputé sous le reigne de Taye, cautionnant par ce la democratie tayienne.
Quand à Jemil & Co, ils vivent aujourd\'hui leur declin.
Quand Jemil ose monter au creaneau pour nous dire que c\'est un Ijtihad wa Takdir, qui peut marcher comme il peux ne pas marcher!
Jemil, ne serait tu pas en train de te mettre devant un fait et nous dire que c\'est un Ijtihad (Tewhid khadim oul bouné).
La relation avec Israel maintenue, le programme laique de Sidioka, sieger avec Cheikh Elavia, Boidel & Co ETC..
Franchement, Elkadihine ont mené le pays depuis 78 à ce qu\'on vit aujourd\'hui et je pense qu\'ils vont passer le relai aux Islamiste Jemil & Co
Pauvre la Mauritanie

Anonyme a dit…

Wow. C'est qu 'on appelle la discretion ce CCME. Bravo.

Anonyme a dit…

BONJOUR MAURITANIE BIEN AIMEE

CHER Anonyme 14 Juil.15:57
Si j'ai parlé à propos de Azizi d'intoxication j'ai parlé aussi de diversion.Ce qui est recherché c'est de detourner l'attention et d'occuper une partie de l'opinion, entre autre, les habitués de CANALH!!
Si vous considerez que cela vise la personne de Azizi, vous tombez dans le Panneau!Cher Ami
Vous savez, les Mauritaniens sont très complexes et il faut être témeraire pour croire deviner les intentions de celui qui a parlé de Azizi.Cela peut parfaitement être une campagne de publicité pour notre "AMI" Azizi !
Non! cher ami, cela entre dans le cadre de cet "ECRAN de FUMEE" destiné à faire "deviser et dégosiller" l' opinion sur du secondaire et même du superflu(et le cas de AZIZI est bien secondaire)pour ne pas approndir l'analyse et découvrir la réalité du DANGER qui guette le Pays et qui n'est autre que le DESIR DE M ELY de revenir au POUVOIR rapidement et le "desir presque animal"(il faut entendre un désir qui n'a rien à voir avec la Raison ou les bonnes manières) de M.le futur President de "droit DIVIN" Ahmed O. Daddah! de vouloir écourter coûte que coûte le Mandat actuel!
C'EST CELA L'OBJET,L'OBJECTIF LE FIN MOT LE BUT A ATTEINDRE!!
BON DIEU DE BON DIEU C'EST TOUT CELA LA TENUE CAMOUFFFFFFLéE du Colonel ELY qui est en "campagne" (entendre en GUERRE) contre la Mauritanie !!
J'ai failli oublier de demander si quelqu'un peut me dire ce qui a pu convaincre M Sarr d'entrer dans ce jeu contre l'expérience
démocratique actuelle!Pourtant Sidi a pris des "positions" et des décisions (contre le gré de ELY)qui ne devraient pas tellement déplaire à M Sarr. C'était un début qui aurait dû être amorcé pendant la transition !Mais Ely à l'époque n'avait rien voulu entendre!Il ,avait parait-il certaines "pesanteurs " que Sidi pourtant a "soulevé".

M Sarr qu'attendez-vous pour vos compatriotes d"un régime avec Ely à sa tête?

Je ne défends pas Sidi, ni Khatou ni Waghf, ni Chikh el Avia, ni BOIDIEL! NADA!Evidemment il est difficile dans notre Pays de croire à l'objectivité ou à l'absence d'intérêt "mercantile"?
Je défends le Pays et cette expérience démocratique qui pour moi est plus importante que SIdi,ELY OU AHMED etc etc etc .....

QUE SIDI TERMINE CE MANDAT ET QU'IL FASSE CE QU'IL PEUT !PARCE QU'ON EST SÜR AU MOINS D'UN CERTAIN NOMBRE DE CHOSES::

1--CE SONT SES BONNES INTENTIONS ET SA PROPRETE SUR LE PLAN PERSONNEL ET QU'ON NE PEUT PAS LE PRENDRE POUR RESPONSABLE DU COMPORTEMENT OCCASIONNEL, MËME INCONVENABLE DE SON ENTOURAGE FAMILIAL!

2--ON EST EGALEMENT SÜR QU'IL N'A AUCUNE PREDISPOSITION A LA LA "POURRITURE" (on se comprend )

3--ET L'INTERËT DE LA DEMOCRATIE C'EST QU'ON EST SUR QU'IL NE RESTERA PAS 20 ANS

Pour sa force de caractèredont on parle comme si la seule chose qui cause tout nos problèmes actuels,
parlons un peu !
D'abord les gens en parlent à tort et travers !Je n'en sais rien! tout ce dont je suis sûr c'est que beaucoup, beaucoup de gens qui en parlent l'on simplement entendu dire ou tirent des conclusions !C'est donc injuste et déraisonnable et plus! "DHOULM"
Savez-vous que les gens de la génération de Taya vous raconte qu'il se faisait tabasser par sa femme ( la première)qui lui faisait passer la nuit dans l'escalier!.Quel MENSONGE !ce n'est certainement pas vrai !Le Monsieur qui nous a tenu d'une main de fer pendant 20 ans avec l'aide de ELY ne peut pas être une telle mauviette!Vous connaissez certainement Moustapha O. Salek !!
Vous savez qu'on disait de Moktar, le super grand Moktar que tous les Mauritaniens devraient venerer (n'en déplaise à Ely),qu'il manquait de poigne.
Pourquoi devrait-on donner toute une importance au dégré "indeterminé" de la force de caractère de Sidi.C'est en voulant se prouver qu'il est fort que Taya nous a fait subir ce qu'il nous a fait subir !Non! Soyons serieux !

NON !! On a "lancé" une très grosse pierre à la face du Pays pour "défigurer" cette "expérience tellement fragile"! Et au lieu de se préoccuper de QUI L'A LANCéE,cette pierre, on essaie justement ,CHER AMI,de nous "occuper" à en étudier la morphologie, les dimensions, la couleur etc etc etc....
QUI L'A LANCEE ???Il faut "noyer"l'opinion Mauritanienne
A chaque frange de l'opinion il y a certainement un "language" different !
Tenez Ahmed! on lui a certainement et simplement dit qu'un retour à la "case départ" et des nouvelles eléctions le placeront à coup sûr dans le fauteuil puisqu'il est convaincu que c'est "écrit dans le ciel" Alors il a "gobé" cela !C'est une habitude chez lui !
Quel risque, cela représente-t-il pour le Pays? C'est moins important que la récupération du FAUTEUIL!! et puis cela demande un peu de réflexion pour laquelle on a pas le temps pour le moment !

Pourtant Ahmed pourrait se poser une simple question:Ely, qui s'est donné tout ce mal depuis peut-être 20 ANS et qui croit avoir tous les atouts dans sa manche, va-t-il lui laisser la moindre opportunité?Difficile à croire! à moins que Ahmed ne veuille simplement pas de Sidi et lui prefèrerait le DIABLE en cher et en os !
A BIENTÖT LA MAURITANIE

maatala a dit…

Salam

Couly

je ne suis pas satisfait de ta réponse, une fois de plus tu fais de l'esquive.

Soit, nous sommes sur un espace de liberté ou le minimum syndical c'est le respect entre nous.

Aux questions simples: qui?,comment? ou, comment et quand? tu n'apportes jamais de réponses

Tu leurs préfères les slogans, tehlil,les banalités, les jugements péremptoires, les accusations sans preuves et ta derniére trouvaille: la calomnie qui est l'arme des faibles d'esprit à court d'arguments.

En ce qui me concerne, je ne peux que t'exprimer mon mépris le plus profond.

Sachant par ailleurs, que c'est te faire beaucoup d'honneur, car tu le prendras pour de la considération.


maatala

Anonyme a dit…

Vous avez lu ça sur le blog du Prof Ely? C'est impensable, meme si Sidioca a tout mal fait et c'est non. A-
======


mardi 15 juillet 2008
Les décrets interdits

Suivant le journal « Le Calame », le Président de la République aurait été privé des circuits d’information officiels (organes de Presse officiels) pour publier ses décrets.

« C’est ainsi que les directeurs des organes de presse officielle auraient reçu instruction de ne diffuser aucun décret en provenance de la présidence sur le limogeage ou la mutation d’un officier de l’armée quel que soit le poste qu’il occupe dans la hiérarchie militaire. Avant d’en avoir avisé qui vous savez! » (l’édito du Calame, qu’on peut lire ici).

Aussi, si cette information se vérifie, nous proposons au Président de la république de nous adresser ses décrets, notamment ceux vert-militaire, que nous nous ferons un plaisir de publier (haut et fort !) dans cet espace.

Non seulement nous savons faire remonter des écrits jusqu’au public , mais aussi manier les FAMAS, s’il le faut.

Rien, ne justifie, un tel comportement, qui risque de finir en assault contre la démocratie.

Pr ELY Mustapha
Publié par أ. علي مصطفى à l'adresse 15:31 0 commentaires

Anonyme a dit…

le professeur dit dans on article:

"....mais aussi manier les FAMAS, s’il le faut!!!!"

c'est quoi les FAMAS?

Anonyme a dit…

Je crois qu'il voulais écrire "mass" media ou quelque chose comme ça. Je crois.

maatala a dit…

Salam

"FAMAS":

Fusil d'assaut français

Maatala

Anonyme a dit…

Maata,

Je viens de lire ton message. Tu dis que tu ne m'aimes pas. That's ok mais moi je t'aime par...defaut. (rire)
Mes salutations a' ton epouse.
Evite de donner l'occasion aux prostitue'es d'etre dans ta voiture. Il ne faut pas te facher. Je sais qu'elles travaillaient et toi aussi tu ...travaillais. WELVEHMOU!
Je ne t'accuse de rien. Je n'ai fait que lire tes ecrits. Next time, be careful with what you write.
Tu a pris du temps pour reagir. Where were you?

maatala a dit…

Salam

"Gâchis
15-07-2008 (58 lectures)
Deux semaines après la démission de l’équipe de Ould Waghf (sans e, puisque c’est désormais ainsi qu’il faut l’appeler, conformément à une circulaire officielle portant en-tête de la primature), la Mauritanie n’a toujours pas de gouvernement. Le premier ministre sortant – et rapidement rentrant – nous avait pourtant promis qu’il dévoilera la liste des «heureux» élus dans une semaine. A compter du jour où il a été reconduit. A la fin de ce délai, alors qu’un épais brouillard entourait les tractations qui allaient décider de la composition du futur gouvernement, il revient de nouveau à la charge pour annoncer qu’il a encore besoin de 48 heures. C’était à l’occasion d’un point de presse où il annonçait le divorce de la «majorité» (sans préciser laquelle : celle des frondeurs ou celle qui lui fait encore confiance?) avec l’UFP et les islamistes, après deux mois, à peine, de plus ou moins justes noces. Devant l’ampleur de la tâche, qui ressemble, à s’y méprendre, aux travaux d’Hercule, Ould Waghf, la mine défaite, déclare à la presse que l’annonce tant attendue est reportée à une date ultérieure. Que s’est-il passé entretemps? La majorité expurgée n’a-t-elle pas réussi à s’entendre sur les quotas de chacun, les noms des ministrables ou le maintien ou non des «symboles de la gabegie»? Une chose est, en tout cas, certaine : Ould Waghf, qui avait toutes les cartes en main pour réussir, a tout fait voler en éclats. Amateurisme? Maladresse? Malchance? Quelles que soient les raisons de ce gâchis, le premier ministre parait débordé. Et le pays n’a toujours pas de gouvernement. Ould Waghf s’accroche pourtant à son poste. Ailleurs, on rendrait son tablier pour moins que ça. Mais on n’est pas premier ministre tous les jours. Autant donc faire durer le plaisir.
En tout état de cause, ce bras de fer, qui oppose les deux pans de la majorité et qui n’a toujours pas rendu son verdict, pénalise grandement le pays. Un duel fratricide dans lequel le grand perdant n’est autre que la Mauritanie. Face aux grands défis, aux difficultés en tout genre, aux menaces qui pèsent sur le pays, notre classe politique n’a pas trouvé mieux que de se chamailler pour des intérêts pas si personnels qu’on pourrait le croire. Il est vrai qu’il y a d’autres enjeux en jeu. Dont, notamment, la nature du pouvoir et sa soumission ou non à une aile militaire qui ne veut absolument rien lâcher, convaincue – à raison d’ailleurs, plus qu’à juste titre – que Sidi lui doit tout. Et qui se refuse à admettre qu’il puisse s’affranchir, jusqu’à vouloir se débarrasser d’elle sans coup férir. Voilà où se situe l’origine du problème qui ne trouvera une solution – définitive? – qu’avec la victoire de l’une des parties. Le président, après avoir tenté une courageuse manœuvre de diversion, en brandissant l’arme de la dissolution de l’assemblée nationale, est redevenue subitement lui-même et semble avoir baissé pavillon, devant des armes autrement plus dissuasives. Les généraux, qui ont déjà mobilisé leurs troupes civiles – en attendant de plus militaires? – pour susciter une motion de censure contre le gouvernement et une commission d’enquête sur la fondation KB, ont, en représailles, réduit ses pouvoirs à la portion congrue. C’est ainsi que les directeurs des organes de presse officielle auraient reçu instruction de ne diffuser aucun décret en provenance de la présidence sur le limogeage ou la mutation d’un officier de l’armée quel que le poste qu’il occupe dans la hiérarchie militaire. Avant d’en avoir avisé qui vous savez!
Voilà qui en dit long sur la situation intenable que vit le président. A qui faut-il en faire le reproche? A celui qui a accepté d’être «présidentié» sans trop d’efforts et qui n’a pas réussi à présider ou à ceux qui lui ont offert un parachute doré et qui ne l’acceptent qu’en homme de paille?
Ahmed Ould Cheikh


Maatala

maatala a dit…

Salam

L'HMAR COULY

L'article sur lequel tu te base, pour me traiter de proxénéte est le suivant:

Brèves de Houmoum Ennass

"Un député centriste.

Au cours de la démarche menée par certains députés visant à déposer une motion de censure contre le gouvernement, l’un d’eux a choisi d’adopter une position centriste pour éviter de faire partie du clan qui risquait de perdre la partie. Il a ainsi proposé aux députés frondeurs de mettre son nom sur la liste qui sera envoyée au Président de la République mais nom sur les signatures déclarées ! Quoi de plus étrange que ces parlementaires qui prétendent défendre la démocratie, qui sont mus par remonte control et qui craignent, comme la peste, le courroux de l’Autorité.

Appui technique.

Un sénateur se livre à une action qu’il qualifie « d’appui à l’art ». Il demanderait ainsi aux musiciens de venir le voir après les soirées artistiques qu’ils organisent pour jouer avec lui une partie de poker. Étrange époque où les élus du peuple font la publicité des mauvaises mœurs.



Des résultats particuliers.

Après la déclaration des résultats de fin d’année au niveau de l’Université, l’un des chefs de département a disparu des regards pour fuir les probables étudiants qui viendraient réclamer une révision de leurs notes. Quelques jours après, le professeur contact la direction de l’Université et déclare que les résultats étaient sans pareils. Et celle-ci de se demander : s’il en était vraiment ainsi, pourquoi donc fuir les élèves ?

Bon traitement.

Un groupe de dockers du Port autonome de Nouakchott dit Port de l’Amitié a demandé à un homme d’affaires connu de la place, de surcroît un élu du peuple, d’augmenter les montants qu’il leur donne pour charger ou décharger ses marchandises, arguant, pour convaincre l’homme, que tous les prix ont augmenté. Fâché, l’élu-homme d’affaires crie aux dockers : celui qui ne veut plus travailler à ce prix, n’a qu’à laisser tomber ! Je possède une usine où je peux me ravitailler ! Qui a dit que le temps de l’exploitation de l’homme par l’homme est révolu ?

Patrimoine de l’humanité.

Durant la campagne nationale de soutien des poètes mauritaniens participant au concours « Emir echoua’ra », le ministère de la Culture et de la Communication a dressé des tentes près du Musée national dans lesquelles de haut-parleurs appellent les Mauritaniens à voter pour nos braves poètes engagés dans ce concours. Mais, les passants ont été surpris d’entendre des chansons vantant les mérites de l’ancien président Ould Taya. Et l’un des passants de s’écrier : peut-être que le Musée nationale, en collaboration avec l’Unesco, a décidé de classer ces chansons « patrimoine de l’Humanité »!

Prostitution : une honte pour la conscience sociale.

Jeudi dernier, je suis monté au travail – au journal – pris d’un lourd sommeil dû à une nuit blanche passée à suivre les faits et gestes, tout le long des avenues de Nouakchott, et à l’intérieur même de maisons closes dont personne n’ignore l’existence, de ces femmes qui vendent leur chair contre une poignée d’ouguiyas.

C’est aux environs de 9 heures que tout commence. Sur l’axe du Carrefour Madrid, je tombe sur un groupe de femmes endimanchées, comme on dit. Sans même attendre que je leur adresse la parole, l’une d’elle ouvre la portière avant de ma voiture, s’engouffre dedans et me demande de démarrer ! Où, ne puis-je m’empêcher de demander ? Là où tu veux, me répond-elle, chez toi, dans une auberge, ou chez moi.

Ma surprise passée, je me suis demandé comment des filles de chez nous, notamment celles réputées issues de bonnes familles, peuvent-elles descendre si bas ? Finalement, j’ai demandé à la fille de descendre, prétextant que « l’offre » ne me convient pas. Sur la route reliant le Ksar à la Capitale, j’ai croisé des femmes de toutes les couleurs, vêtues comme si elles allaient à un bal ou à un mariage. Comme des comédiennes, plutôt.

L’une telle pose comme condition première que le séducteur lui achète d’abord du lait et des fruits avant de passer à la vrai « transaction » qui se passerait alors dans sa « gazra ». D’autres veulent aller à Tenweïch pour boire du lait et passer un moment là-bas pour fuir l’atmosphère humide et salée de l’air de la ville. J’ai voulu savoir pourquoi elles en sont arrivées à un tel degré de p. ? L’une d’elle me rétorque : es-tu journaliste ?

Brèves de Houmoum Ennass

le 12.07.08 sur Cridem
-----------------------------------

Mépris profond dit le Fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur Cridem

"Le Président de la République sur les ondes de RFI

« La fondation KB n’a jamais reçu une ouguiya de fonds publics. »
-----------------------------------

Cette affirmation gratuite aurait été plus crédible si elle était faite par un cabinet d'audit.

----------------------------------

Au sujet du futur gouvernement, le Président de la République a noté que « ça sera une équipe composée de mauritaniens capables de travailler pour le développement.
-----------------------------------

Pour cela, il aurait fallu s’assurer qu’ils aient les compétences, au lieu de devoir leurs postes à des dosages régionaux, tribaux, partisans ou amicaux (gang du Niger).

----------------------------------

Concernant la fronde des députés, il a affirmé qu’ils (les députés) ont réagi contre un gouvernement.

Les raisons de la réaction des députés, selon le chef de l’Etat : la présence au sein du gouvernement de représentants de parti venant de l’opposition, de personnalité qui avaient servi l’ancien régime et le mécontentement de ceux qui n’auraient pas trouver leurs comptes. La fronde des député n’est, selon le Président de la république pas une crise de confiance.

-----------------------------------

Les députés sont en mission commandé, car se sont les généraux qui sont mécontents du retour des suppôts du régime de Taya, oubliant comme par enchantement qu'il en faisaient parti (azziz ente vem).

SIDI-OK raconte sa vie

-----------------------------------

Confiance des militaires…

Au sujet de son discours dans lequel il avait fait planer la menace d’une dissolution de l’assemblée nationale, le chef de l’Etat à dit que cette dissolution était une option pour appeler les électeurs aux urnes dans le cas où l’actuel majorité ne lui ferait pas confiance. Concernant la reconduction du Premier ministre Ould waghf, le chef de l’Etat a dit « il me semble être un bon premier ministre. Je n’ai pas changé d’avis. »
-----------------------------------

Drôle de logique

Menace de censure, il brandit la menace de dissolution, puis dissout son gouvernement au lieu de dissoudre l'assemblée.

Pourquoi a fait marche arrière car il voulait dissoudre mais:

Les chancelleries occidentales sont intervenues pour calmer sa crise soudaine d'apprenti autocrate , puis elle lui ont fait savoir qu'elle ne financeront pas de nouvelles élections.

Pas d'élection par manque d'oseille.

-----------------------------------

Au sujet des militaires qui n’auraient plus confiance en lui, Sidi Ould cheikh Abdellahi a affirmé : « Il (les militaires) n’ont jamais dit qu’ils n’ont pas confiance en moi. »

-----------------------------------

Drôle de confiance.................

Puisqu'il les a parfaitement compris, lorsqu'ils lui ont fait savoir que chacun prendra ces responsabilités..................

---------------------------------

Concernant, les accusation portées par les sénateurs sur la fondation KB, Sidi Ould Cheikh Abdellahi a donné la réponse suivante : « Tout le monde sait que cette fondation n’a jamais reçu un ouguiya de fonds public. Je vous l’affirme. Tout ceci n’est pas sérieux. »

-----------------------------------

"Pas serieux": une fondation qui reçoit des millions de Dollars destines aux plus nécessiteux, dont personne ne contrôle l'usage.

Il a le sens de la formule le SIDI-OK

-----------------------------------


A la question : Sur le principe êtes vous pour une enquête des revenus de la Fondation ? Il a répondu : « Je ne suis pas contre. J’en serai d’ailleurs très heureux. »

-----------------------------------

Pourquoi ne profite pas de l'occasion pour dire qu’un cabinet d'audit a été désigné pour faire un audit et affirmer que nul n'est au-dessus des lois.


Nous aurions aussi aimé savoir le prix de la location de l'avion qu'il a pris avec une délégation de 20 personnes pour faire le parti du décor du machin chose de la Méditerranée

Un sacré artiste ce SIDI-OK dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

"Famas" signifie Fusil d'Assaut de la Manufacture d'Armes de Saint-Etienne. Son record est celui de la cadence de tir, "la plus élevée de tous les fusils d'assaut actuellement en service", soit 950/1000 coups minute pour la version F1 et 1100 pour la G2.

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"À la lettre 104 de Biladi: Que de paradoxes!

La crise qui secoue le pouvoir s’est construite sur un presque paradoxe. Paradoxe, car cette guerre se livre entre deux adversaires. Sur une ligne se trouve, comme par hasard, le Président, parce que, ne l’oublions pas, celui-ci aime bien ceux qui se positionnent sur la ligne d’en face, en l’occurrence les généraux. Ses ennemis qui ne le sont vraiment pas, officiellement.

Ce Président qui est un élu au suffrage universel, légitime, incontestable et incontesté, jusqu’au printemps dernier, ne trouve aucun soutien au sein de l’opinion. Tous les épris de la démocratie n’ont pas levé le petit doigt pour le soutenir contre son armée.

Paradoxe! Les partis politiques, les associations de la société civile, les prophètes de la démocratie, des libertés et droits humains… Tous ces chantres de la politique démocratique, où se sont-ils volatilisés? Pourtant, il y a un Président légitime d’un côté et de l’autre des militaires! Où est allée cette légitimité?



On est tenté de croire aujourd’hui que cette légitimité qui faisait la force du Président n’en était vraiment pas une. Ou bien était-elle très liée aux militaires, parce qu’elle ne s’affiche pas de son côté en ces jours de conflits. Elle est fâchée, en quelque sorte, contre lui, comme le sont les généraux.

C’est comme si cette légitimité suit, sans trop demander pourquoi. Parce qu’il lui arrive de demander pourquoi, une légitimité, avant de suivre la voie des militaires. Elle est sur l’autre ligne. Celle d’en face. Elle prend le parti des généraux, leur position, et elle ne s’attend pas à grand-chose, paradoxalement, du Président qu’elle a enveloppé un jour.

Paradoxe! Que dans une démocratie agrémentée par un Président élu légitimement, sa propre légitimité ne se manifeste pas au moment où il en a le plus besoin! Paradoxe!

abdelvetah@gmail.com

---------------------------------

Yan ente vem dit le FOU

maatala

Abdoulaye DIAGANA a dit…

A lire sur le blog www.souslatente.blogspot.com

NEPOTISME ET AUTORITARISME A LA PRESIDENCE : EXPERIENCES A MEDITER.

L’intérêt que nous trouvons aux événements du passé c’est qu’ils donnent l’échelle et inspirent des enseignements qui peuvent mettre les vivants à l’abri de certaines déconvenues. Pour s’en convaincre, nous vous invitons à revisiter des événements déstabilisateurs vécus dans certains pays de notre continent –et d’ailleurs- qui ont pourtant connu une certaine pratique de la démocratie telle que nous l’avons héritée de la Grèce antique après un détour par l’occident judéo-chrétien. Ces événements nous inspirent deux enseignements :

Anonyme a dit…

Franchement franchement, on crie dans le vide!
Il ne faut pas exagerer.
Ce qui se passe en rim n'est pas une revolution contre la gabegie et ses symboles et ce n'est pas pour developper rim.
La rim va rester pour toujours gouvernée par les militaires et ce sont eux qui vont regler rapidement ce probleme pour que ttes les parties reprennent leur activité habituelle: le pillage des ressources de ce pays.
Le developpement de ce pays a cessé en 1978 quand les militaires epaulés par elkadihines ont pris les rennes de ce pays.
Et qui peut nous dire qu'il y'ait un horizon pour sortir de cette crise, tant que les militaires ont le pouvoir effectif et la classe politique qui occupe la seine reste la meme bande.

Anonyme a dit…

bonsoir

Couly

Tu dois présenter des excuses à maata, car il n'y a que les anes qui ne s'excusent pas.

zouber

Anonyme a dit…

Preuve, si besoin en était, que Couly "le spinalien" n'a toujours pas besoin de plus que la moëlle épinière à la place du cerveau vu ce qu'il en fait. Detoute façon quand on considère le petit most comme un prix nobel de physique....

Permettez-moi de revendiquer les droits d'auteur de sidi-ok que j'ai fini par préférer à sidoui.

Avec ce nouveau gouvernement, truffé de cancres budgétivores, que même la speakrine de tvm n'a accepté de nommer que sous la contrainte, une chose est sûre, la vraie nature de la fronde apparaît au grand jour... Ignorance et incompétence sont les seules choses que partagent équitablement la bande de frondineurs du dimanche!!!

Anonyme a dit…

Les amis de Maata,

Il faut aller vous faire voir ailleurs. VOUS ETES PIRES QUE LES FAISEURS DE COUP D'ETAT.

Je crois a' 100% a' tout ce que le vieux a dit a' propos de la fondation de la premiere dame.
CEUX QUI ACCUSENT DOIVENT DONNER LEURS PREUVES! EN D'AUTRES TERMES, YOU PUT UP OR YOU SHUT UP!

LE SEUL CRIME QUE LE VIEUX A COMMIS EST DE VOUS BATTRE A L'ELECTION PRESIDENTIELLE! VOUS N'ARRIVEZ TOUJOURS PAS A DIGERER VOTRE DEFAITE.

Anonyme a dit…

Du nouveau sur le front Nord. Article interessant(Liberte c'est l'organe de presse du DRS, donc a lire avec attention).
C'est le enieme report du jugement d'El Para. Seule erreur dans l'article est l'origine des 5 millions d'euros pour la rancon dont une partie aurait beneficie a des trafiquants d'armes chez nous:c'est la Libye qui aurait paye pour les allemands.Affaire toujous louche, ces emirs djihadistes. Plus louche encore cet article du New York Times qui a fait parler le nouvel emir Droudkel a un jet de pierre d'Alger et dont la localisation exacte semble etre connue des americains et des algeriens, sans parler des francais.Ils ne prennent pas trop au serieux cette lutte contre le terrorisme.On utilise ces supposes terroristes pour prouver quelque chose et faire en retour quelque chose, tel que l'installation de marines au nord chez nous.

Question: quand ould Ghazouani va demander aux algeriens de transferer Bealour chez nous. De sa propre bouche, c'est lui qui a fait Lemgheity et selon Ould Sidna et Chabarnou, c'est lui encore qui a "emirise" la tuerie des touristes.

Bonne lecture. A-

---
Le procès du groupe d’El-Para renvoyé

Par : Salim Koudil, Liberté, 14 juillet 2008

Cet énième report ne fait que renforcer l’énigme que constitue ce terroriste dont un des “hauts faits d’armes” est l’enlèvement des touristes allemands.Le procès des compagnons d’Amari Saïfi, alias Abdderrazak El-Para, prévu hier, a été renvoyé pour la prochaine session criminelle de la cour d’Alger. Un renvoi qui “ajourne” ainsi les révélations attendues des quatre inculpés dont deux sont accusés d’avoir participé à l’enlèvement, en 2003, de 32 touristes allemands, suisses et autrichiens dans le Sahara algérien en 2003. Cet énième report remet encore une autre “couche” sur l’énigme qu’est devenue le cas d’El-Para depuis son extradition de la Libye vers l’Algérie en octobre 2004.Notons que deux (N. A. et K. A.) des quatre accusés qui devaient comparaître hier avaient été, eux aussi, remis à l’Algérie après leur arrestation au Tchad et leur emprisonnement par le mouvement rebelle local, le MJDT (Mouvement pour la démocratie et la justice). Ces derniers avaient remis aux Libyens le chef terroriste et 16 de ses compagnons afin de les remettre aux autorités algériennes. Les principaux chefs d’inculpation retenus contre eux sont “appartenance à un groupe terroriste sévissant à l’intérieur et à l’extérieur du pays, assassinat et menace contre la sûreté de l’État, activités terroristes, kidnapping d’étrangers”.Le procès devait aussi permettre de voir plus clair sur les détails du rapt et de la course-poursuite qui s’en était suivie entre le groupe terroriste et les différents services de sécurité de plusieurs pays africains et européens. Sans oublier aussi la rançon (estimée à 5 millions d’euros) qu’aurait reçu El-Para de la part des autorités allemandes pour la libération du second groupe d’otages (17 parmi eux avaient été libérés par l’ANP). Les déclarations des accusés lors de l’instruction ont néanmoins donné des indices et éclairci plus au moins ce qui s’était passé pendant les 5 mois qu’avait duré cette affaire.Ainsi, N. A., alias Abou Okba, a affirmé que le kidnapping n’était pas “prémédité” et que ce n’est que par hasard que les touristes avaient été pris en plein désert. Il a aussi donné des détails sur la création du GSPC entre 1994 et 1995 et l’“octroi” à Amari Saïfi, le statut de numéro 2. L’autre accusé, K. A., alias abou Yacoub, a donné des précisions sur plusieurs actions terroristes perpétrées par son groupe sous les ordres d’El-Para dont l’assassinat de 45 militaires. Rappelons qu’il y a deux mois, une information avait été publiée par certains médias selon laquelle un juge d’instruction près la cour d’Alger a adressé une commission rogatoire à la justice allemande, où il demande à auditionner 16 otages allemands, libérés après le payement de la rançon.Une seconde commission a été adressée à la justice malienne pour demander des informations sur des personnes impliquées dans l’approvisionnement de Saïfi en armes et munitions, et la réception de la rançon obtenue auprès du gouvernement allemand en échange de la libération des otages. Concrètement, et près de quatre ans après sa “réception” via la Libye, le cas El-Para reste toujours une énigme et l’affaire des otages européens n’a toujours pas donné tous ses secrets.Salim Koudil

Anonyme a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Composition du nouveau gouvernement

La présidence de la République communique :

Par décret en date de ce jour sont nommés, sur proposition du Premier ministre :

- Ministre de la justice : Ahmedou Tidjane Bal,
- Ministre des affaires étrangères et de la coopération : Dr. Abdellahi Ould Ben Hmeida,
- Ministre de la défense nationale : Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Lemine,
- Ministre de l'intérieur : Mohamed Ould R'Zeizim,
- Ministre de l'économie et des finances : Sidi Ould Tah,

- Ministre de l'éducation nationale : Mohamed Ould Amar,
- Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique : Hemida Ould Ahmed Taleb,
- Ministre des affaires islamiques et de l'enseignement original : Yahya Ould Sid'El Moustaph,
- Ministre de l'emploi, de l'insertion et de la formation professionnelle : Mohamed Lemine Ould Nati,
- Ministre de la santé : Camara Bakary Harouna,



- Ministre du pétrole et des mines : Baba Ahmed Ould Sidi Mohamed,
- Ministre des pêches : Sy Adama,
- Ministre du commerce et de l'industrie : Selma Mint Teguedi,
- Ministre de l'artisanat et du tourisme : Mohamed Mahmoud Ould Brahim Khlil,
- Ministre de la décentralisation et de l'aménagement du territoire : Yahya Ould Kebd,

- Ministre de l'agriculture et de l'élevage : Coréra Ishagha,
- Ministre de l'équipement, de l'urbanisme et de l'habitat : Mohamed Ould Bilal,
- Ministre des transports : Ely Ould Mohamed Lemine Ould Haimoud,
- Ministre de l'hydraulique et de l'énergie : Mohamed Ould Bahiya,
- Ministre de la culture et de la communication : Abdellahi Salem Ould El Moualla,

- Ministre de la fonction publique et de la modernisation de l'administration : Moustapha Ould Hamoud,
- Ministre de la promotion féminine, de l'enfance et de la famille : Fatimettou Mint Khatri,
- Ministre chargé des relations avec le parlement et la société civile : Lemrabott Ould Bennahi,
- Ministre chargé de la jeunesse et des sports : Mohamed Ould Borboss,
- Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l'environnement : Abdellahi Ould Dahi,

- Ministre déléguée auprès du ministre des affaires étrangères et de la coopération, chargée du Maghreb Arabe : Mekfoula Mint Agatt,
- Ministre délégué auprès du ministre de l'économie et des finances, chargé du budget : Sid'Ahmed Ould Raiss
- Secrétaire d'Etat chargé des mauritaniens à l'étranger : Mohamed Ould Mohamedou,
- Secrétaire d'Etat chargée des technologies de l'information et de la communication : Aicha Vall Mint Michel Verges,
- Secrétaire général du gouvernement : Bâ Abdoulaye Mamadou.

AMI

Ministre : Première entrée au gouvernement

maatala

Anonyme a dit…

Apparemment Mohamed yehdhih o Moctar El Hacen n'est pas né pour être ministre . En 1981 , déjà , O Haïdallah le nomma minisre des finances .Il n'y resta qu'à peine un mois . En 2001 , O Taya le nomma ministre secrétaire général de la présidence .Il n'y resta , tenez-vous bien , que deux semaines , sans une seule fois assisté au conseil des ministres! C'était juste le temps de lui faire perdre son siège de député et de l'humilier. Les hommes d'affaires qui ont financé la campagne du PRDS lui reprochaient , en effet , d'avoir détourné un milliard d'um sur le milliard deux -cents millons d'um qu'ils ont amassé pour les élections parlementaires . En plus de cela le tyran voulait lui faire payer l'entrée de l'oppostion au parlement ,car à l'époque ,il était aussi sg du parti-etat . Dernièrement O Cheïkh Abdallahi , l'a nommé ministre de l'intérieur . Il n'y resta que deux (2) mois . N'est - ce - pas la guigne ou .....la malédiction ? C'est à méditer....

Anonyme a dit…

c pas un gouvernement on dois quitter la Mauritanie
mint teguedi ministre du commerce,or qu on a des probleme de la charté de la vie
c un pays merdique

Anonyme a dit…

بسم الله والحمد لله رب العالمين

إلى الحكومة الجديدة

كان بالإمكان اختيار وزراء يحظون بالقبول الشعبي والإحماع السياسي أكثر من ما تم ورغم أن أشخاصا كان بالإمكان اختيارهم من أمثال الشيخ سيديا ولد عبد الله ولد يعقوب وغيره كثيرمن من لم يسبق لهم تسيير سياسي في البلد سيكون لهم تأثير جامع مقرب إلا أن المشكلة تكمن أساسا في البرنامج العام للحكومة وهامش المناورة إزاء النفوذ الأجنبي وشروط البنك الدولي وصندوق النقد الدولي والإقتصاد المبني على الربا الهادم و تشجيع استثمار النهب الخارجي و اقتصاد القروض التي تسدد أضعافا من ثروات البلد ويد يد المذلة لهبات الآخرين وغياب سياسة الحزم والوضوح في التسيير الاقتصادي والنظر إلى الأمور بمنظار جهوي قبلي عاطفي بغيض وعدم إيلاء الهوية الإسلامية والتي هي الضامن الأوحد لوجودنا وأمننا وسعادتنا ما ينبغي من رعاية وتعزيز ومحافظة.
إن الأهم هو أن نحدد بأنفسنا ما نريد ونعاقب المقسد ونشجع المصلح ونستعيد بحزم وحكمة ثرواتنا وقرارنا الإقتصادي والسياسي وهذا إن لم يقم به رئيس منتخب وحكومة منتخبة تحظى بقبول دولي وسمعة جيدة فلن تقوم به أنظمة مستبدة تقدم سيادة الدولة وشرفها وثرواتها مقابل رضاء وقبول الأجنبي .
آن لنا أن نعلم أن الهدف من الديمقراطية ليس الحكم بغير شرع الخالق المالك وأن ميزة الديمقراطية الوحيدة أن يتحرر الساسة من التبعية للأجنبي وأن يتسلحوا باختيار الشعب لهم مدافعين عن آماله الكبرى وأحلامه وأن يكفوا عن التعامل مع الخارج وكأنهم جزء من نظام استبدادي يبحث عن قبول لدى الأجنبي أو يعطي أنظمة الاستبداد في العالم شرعية انتخابه
إن مشكلة الديمقراطية الموريتانية أنها لم تجد قضية كبرى تصارع من أجلها فبدأ بعضها يأكل بعضا فليكن تحرير الاقتصاد من وصاية الأجنبي واستثماراته المجحفة وسياسات البنك الدولي وصندوق النقد والتأمين الحكيم للثروات قضية نخبتنا السياسية.
عبد الله ولد عبدالرحمن

Lambda a dit…

Salut les amis,

je profite de ce passage pour marquer le caractère positif pour le pays du fait que trois grand roumouz elvessad viennent d'etre débarqués du gouvernement :
cheick el3avia, Boidjel Babbaha ould ahmed youra.

indépendemant des intentions "supposées" des députés de la motion de censure, je tiens à les féliciter d'avoir débarraser le pays de ces trois grandes pointures de "Elvessad".

waçeul ba3d, idha dheheubé elhimarou bi oummi 3amrine ...

Sidi, meme avec ce gouvernement, il n'entend pas mettre fin à la guerre qui l'oppose aux militaires, ces intentions vont plus loin et entend continuer mais progressivement et discretement.

pendant ce temps, la postion de la France est assez floue (voir les déclarations de Kouchner lors de l'audience avec Sidi à Paris et celles de l'ambassadeur à Nouakchott le 14 juillet).

mais la France a perdu du terrain en faveur des USA (politiquement) et la chine (économiquement).

A l'issue de cette ébulition que connais toujours le pays au sommet, l'évolution future du pays est à mon avis assez rassurante, je dis bien rassurante car le pire des scénarion n'est pas si inquitant que puisse l'apparaitre.

seulement, il ne faut s'arreter au milieu de la route ...

Lambda.

Anonyme a dit…

Permettez a' ces hommes et femmes du nouveau gouvernement d'avoir le temps et la chance de nous montrer ce dont ils sont capables. Nous sommes entrain de sortir d'une crise et il ne faut pas nous rejeter dans une autre.
JUST WISH THEM THE BEST AND KEEP YOUR FINGERS CROSSED!

Anonyme a dit…

Lambda,

Tentez de dire du bien a' propos des personnes. It is not helpful to always try to put down people.

Ces Mr. que tu n'aimes pas sont Mauritaniens et ils continueront a' jouir de tous leurs droits. Ils serviront la republique sous d'autres capacite's.

Anonyme a dit…

salam

"A quand la nouvelle fronde ?"


Les députés et les sénateurs ont appris la résistance. Une résistance qu’ils savent désormais tirer des mécanismes constitutionnels qui régissent les rapports entre le parlement et le gouvernement . Motion de censure, mise en jeu de la responsabilité du gouvernement et de son président, blocage des institutions par les procédures qu’une constitution sophistiquée leur permet d’entreprendre.

On le sait dans la pratique, les parlements qui engagent un « bras de fer » avec le gouvernement, ne s’arrêtent plus. Ils y prennent goût. Et cela va crescendo. Particulièrement lorsque l’exécutif est faible et se soumet, sans autre forme de procès, à leurs doléances. Ce fut le cas avec la récente motion de censure et ce sera encore le cas avec bien d’autres réactions du parlement.

En effet, la tradition parlementaire occidentale nous apprend que le législatif peut s’arroger de fait, face à un éxecutif faible, un poids qu’il risque d’utiliser en contradiction avec la bonne marche des institutions et dans le sens d’intérêts de groupes.

Ce qui vient d’être durablement imprimé à la jeune démocratie mauritanienne , à cause de la faiblesse de son éxecutif, c’est désormais la place prépondérante que les parlementaires se sont arrogée dans la gestion des affaires publiques. Ils sont devenus par définition, un contre-pouvoir. Contre-pouvoir qui nous l’espèrons se fera dans l’intérêt supérieur de la nation. Tout sera question de dosage. A moins que notre culture de l’excès acquise depuis quelques décennies ne transforme le jeu démocratique en un « jeu » tout court.
-
Pr ELY Mustapha
Publié par أ. علي مصطفى à l'adresse 12:08

Anonyme a dit…

Bonjour

LHMAR (couly) a dit

"Ces Mr. que tu n'aimes pas sont Mauritaniens et ils continueront a' jouir de tous leurs droits. Ils serviront la republique sous d'autres capacite's."
-----------------------------------

Justement la fondation KB cherche un expert en détournement et dissimulation (AVIA) et un autre porte parole fort en gueule qui sait faire le coup de point(BOYDIEL).

Des talents bien de chez nous aurait dit le fou de Maatala.

Zouber

Ps: etre un ami de maata est pour moi un honneur, L'HMAR (couly) TU NE PEUX EN DIRE AUTANT.

Lambda a dit…

Réctificatif :
il parait que le plus dur des roumouz Boidjel est resté à son poste.

ce qui n'augure rien en terme du conflit avec les généraux.
mais au dernieres nouvelles Boidjel a tendu le cou m9at erragbeu.

Couli,
je me rejouis du fait qu'on puisse débarquer un haut fonctionnaire parce qu'il est "corrompu et incompétent".
meme si c'est juste un pretexte avancé.

aujourdh'ui c'est juste un pretexte pour lui régler des comptes, demain ça sera une vrai raison pour le priver de fonction de l'Etat incha allah.

mais commetre la corruption et le vol des bien publics est une chose. défendre moralement ces crimes comme tu fais sur ce blog en est une autre.

à toi de voir laquelle est plus grave ..
le jour voulu, les preuves te reviendront plein la figure.
mais un jour tu te rendra compte de la gravité de ce qui tu dis en défendant ces roumouz elvessad que tu connais meme pas.

un petit mot : il faut arreter l'incitation à la haine raciale, tu sait de quoi je parle.

Lambda.

Anonyme a dit…

Incroyable gouvernement par sa mediocrité, nous sommes encore déçus. Bomba Ould Moggah (Mohamed ould Bahiya) Ministre de l'energie aprés avoir été le Pire DG de l'histoire noire de la SOMELEC. C'est vraiment triste, c'est Aziz qui l'a répéché comme ould gazouani à répéché ould Ahmed Taleb Ministre de l'enseignement spérieur.....leurs épouses sont soeurs... Triste Pays

maatala a dit…

Salam

SIDI-OK, recevant une délégation des frondeurs leurs aurait fait savoir que Bodiel ne ferait pas parti du gouvernement démissionnaire.

Ces derniers lui auraient fait comprendre que cette énième tentative de résistance les agacent serieusement.

Pourquoi SIDI-OK tient-il à garder le négationniste Bodiel?

le seul qui clame haut et fort son allégence indéfectible au caporal.

Ce maitre étalon du Vessad.

Il est vrai que part ces temps hostiles avoir un boxeur à la présidence peut toujours servir à en dissuader certains.

Si vous avez aimé "papy fait la résistance" vous adorerez "SIDI-OK versus les généraux" à Salafland dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

OUF F F F!
Enfin! un Gouvernement comme on en rêve!
Sidi a très bien joué !Il a non seulement dégagé les Roumouz qui ne sont pas "satifaisants" (mais pour qui?)mais il s'est même débarrassé de ceux qui étaient supposé être ses "hommes" à lui!

Et après? C'est la suite qu'il faut deviner maintenant !Et les députés frondeurs, c'est vraiment ce Gouvernement qu'ils voulaient? Il faut dire que je ne connais pas les personnes nommées, ni leurs liens avec les frondeurs, mais je connais par contre, les liens de certains "nommés" avec les fameux généraux !
La première idée que j'ai eue (pardonnez-moi)en prenant connaissance de ce gouvernement c'est qu'il est sorti du même "fourre- tout" que le Gouvernement de la Transition! C'est son jumeau mais qui a pris sur lui 3 ans de retard!
C'est à croire qu'on prépare cette nouvelle transtion qu'on a promise à Ahmed ould Daddah !HENI-EN we bil el hena-a!!

Sidi peut s'attendre désormais à ce qu'on lui demande de démissionner ou de simuler une maladie ou même..qui
sait? "laghadara LLAH"!!

M le Président,pour la Mauritanie, MEFIEZ-VOUS !MEN TARAKE ELHAZMA DHELLEE!!!!!!!!!!! Je n'aime pas prophétiser les malheurs (A ALLAH ne plaise)!Mais la "POURRITURE" qui manipule tout cela n'a ni FOI NI LOI! Même les Mafias occidentales ont UN CODE De L'HONNEUR, même si c'est un honneur de "mafieux"

A la "POURRITURE", je dis ceci: vous ne réussirez pas et votre fin ne sera pas des plus agréable je vous le guarantis !Vous avez lu certainement au moins la serie policière "L'EXECUTEUR"! Eh vous aurez votre "EXECUTEUR" qui vous poursuivra comme "l'OEIL de CAÏN"
"L'oeil était dans la tombe et regardait CAÏN"
Rappelez- vous vos humanités !Mais j'oublie qu' en principe vous n'ÊTES pas des gens à "HUMANITES"
Saluts !

Anonyme a dit…

quel est la composition tribale ethnique regionale de ce nouveau gouvernement?

maatala a dit…

Salam

Lu sur ANI

"La présidence de la République communique:
Par décrets en date de ce jour sont nommés:


Ministre conseiller: Ahmedou Ould Cheikh El Hadrami
Conseiller principal chargé de la diplomatie et de la sécurité: Mohamedou Ould Michel.

----------------------------------

Conseiller principal à la dipolomatie et la sécurité?

Curieux ce mélange entre la diplomatie et de la sécurité.

Il ne pourra jamais controler la sécurité tant que les généraux sont là.

Papy fait toujours de la résistance dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

Pour le FUN

Blog de X

vendredi, mars 09, 2007

La fin d’une époque

"notre prochain président"

quand je me suis rendu compte que les méthodes des autres ont échoué, j’ai utilisé le peu de moyens dont je dispose, afin de précipiter la chute d’un régime qui est, à mon sens, la source de la plupart de nos malheur.
c’était une époque héroïque.

le prochain président, qui qu'il soit, je le laisserai travailler, il faut lui donner sa chance, je ne vais donc pas le harceler dès le jour de son élection, je pense que la mauritanie mérite qu'on donne sa chance au futur président, donc si jamais une personne est élue, même si ce n'est pas celle que vous souhaitiez, je vous demande quand même de lui laisser quelques mois, le temps de s'installer.

le pays vient de traverser une période très difficile et là nous avons la chance d’expérimenter une nouvelle vie démocratique, des hommes et des femmes travaillent pour réussir cette transition vers la démocratie véritable, car à mes yeux le prochain président va entamer une vraie période transitoire, où des décisions difficiles s’imposeront, des décisions qui ne ferons certainement pas d’unanimité.

cette période que nous venons de traverser a créer un équilibre très fragile, la campagne présidentielle laissera des traces qui pourrons mettre en péril l’existence même de notre nation.

donc, même si programme du futur président est irréalisable (c'est le cas de tous les candidats, sans exception), il ne servira à rien de commencer à lui rappeler ses promesses dès le premier jour, je conseil de lui laisser au moins cinq à six mois.

passer ce délai, si on voit que rien ne bouge, il faudra commencer à le rappeler à l'ordre.

en contre parti, le futur président doit se hisser au dessus des clivages et des partisaneries étroits, il doit se considérer comme le président de tous les mauritaniens, et pas seulement ceux qui l'ont aidé à devenir président.

X ould Y

-----------------------------------

"il doit se considérer comme le président de tous les mauritaniens, et pas seulement ceux qui l'ont aidé à devenir président"


Azziz et ghazzouani entoum vem dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Au fond c'est vrai !et si cela n'était qu'unjeu !ET Babaha il retoune au port evidemment!Babaha est fort même en quittant le port il connaissait la suite !et n'a donc pas encore passé service !nte vem !
Finalement on a compris !Sidi n'avait pas compris qu'il n'avait aucune marge de manoeuvre par rapport aux autorités de la transition même s'il en devine certains !Parce qu'en fait il a peut-être "avalé" lui aussi le "boniment" que Ely et Aziz ne s'entendent pas!Foutaises de Foutaises!
Depuis Sidi an il essaie de prouver fort timidement qu'il n'est la marionnette de personne! surtout pas de Ely (les généraux c'est rien c'est seulement des gamins qui aiment jouer aux GRANDS.)
En somme tout cela c'est pour montrer à Sidi qu'il a à jouer une autre stratégie pour se debarrasser de ceux qui ont toujours voulu prouver qu'ils le "manpulent"!Parce que autrement ils vont perdre l'allégence de tout ce monde qu'ils ont envoyé à Sidi à la queue-leu-leu pour le soutenir! On leur a bien dit que c'était une comédie et que le plus tôt possible on se débarrassera de Sidi pour que le vrai Vessad reprennent ses droits dérangés par cette expérience démocratique qu'on était obligé de mettre en place pour "tromper tout le monde à l'intérieur et à l'Extérieur!Paris vaut bien une Messe comme dit HENRI IV.
Quelles sont les premières personnes que Ely (il faut appeler un chat un chat) a envoyé à SIDIOK pour lui suggérer de se jetter dans l'arène et celles qui avaient suggéré à Ahmed de se présenter contre Taya la première fois !Est -ce des gens qui plaident pour la démocratie ?
Dans un commentaire quelqu'un vient d'associer les Kadihines avec les militares en 78 A mon il a "tappé" dans les 1000!Mais il faut leur ajouter tous les groupuscules ! Voilà

Yanis le R. a dit…

J'avais entendu dire que O. Hamma Vezzaz, l'ancien ministre de l'Economie, remplacera Boydiel comme Ministre-Secrétaire Général de la Présidence.

Apparemment, le décret n'est pas encore sorti...

Anonyme a dit…

Hier à 19 heures, Le tout nouveau ministre de la culture et l'information était au "bourses"entrain de chercher à fourguer une vieille voiture contre une nouvelle. A 20heures, il est nommé Ministre de l'information. Quel Badaa ! Avez vous remarqué le sourire ébaubi du présentateur de la télé qui est en même temps celui d'EL BEDAA quand il prononçait le nom du bedda Ministre? Il est bien tombé des Cieux.
Cà aussi c'est la Mauritanie.

Mint Haba après avoir effectué u travail de Titan à l'enseignement, elle a été remerciée .

Cà aussi c'est la Mauritanie.

Joker

Anonyme a dit…

Salut ...
Je signe ...une amie de Maata...
BL

Anonyme a dit…

un puzzle: comment se fait-il que Ould Michel s'occupe decdiplomacie et de securité? Qu'est ce qu'il en connait? C'est lui qui avait reforme a son nom le vehicule de fonction du gouverneur de la BCM. Un roumouz. Tu les chasse et ils reviennent au galop

Anonyme a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Composition définitive du Gouvernement : Un gouvernement de pacotille"

La présidence de la République a rendu publique la soirée du 15 juillet le communiqué portant nomination des membres du nouveau gouvernement. Ce gouvernement comporte seulement les représentants de trois partis politiques : ADIL, l’APP et l’UDP. Quatre partis représentés dans la précédente équipe, l’UFP, Tawassoul, l’Alternative et Al Fadila ont été écartés.

Le PRDR qui a également accompagné les frondeurs et accueilli deux députés nomades à la veille de la formation du Gouvernement, n’a pas obtenu satisfaction. Il ne fait pas partie de ce gouvernement, dans lequel, «on» lui a proposé un seul portefeuille. Le PRDR a refusé d’être considéré ce qu’il est réellement : un nain politique, devenu ainsi, par la faute des militaires depuis la transition (avec les Indépendants) et après elle (avec ADIL).

Grande caractéristique ce gouvernement, la démagogie a été un angle de vision et d’action. Ainsi le défouloir «symboles du Regime Ould Taya» a été encore utilisé pour écarter plusieurs ministres alors que les nouveaux venus sont pratiquement tous des anciens seconds couteaux de l’ex-PRDS et qu’il n’y a d’ailleurs rien de plus symbolique de cette ère, que les hommes qui s’occupaient -avec zèle- avant le 3 août 2005, de la sécurité présidentielle et du renseignement militaire.



Avec le nouvel attelage, on s’est engagé dans une dangereuse chasse aux sorcières à la fois contre les trois ou quatre symboles du régime de Ould Taya qui étaient dans le précèdent cabinet, mais également, contre plusieurs grandes communautés nationales tant par la démographie, que le nombre d’élus, tout en faisant la part belle, à d’autres communautés qui ont plutôt compté sur l’influence militaire pour s’imposer. Et qui en auront besoin pour se maintenir.

La nouvelle équipe comporte plus de la moitié des ministres de l’ancien cabinet en plus d’une dizaine de ministres illustres inconnus et sans expérience concluante. Me Sidi Mohamed Ould Maham porte-parole des députés frondeurs (qui sont en relation avec les Généraux Aziz et Ould Ghazwani, lesquels, ont finalement maté les velléités d’indépendance de la Présidence et de la Primature) a estimé que la nouvelle équipe est acceptable et qu’elle a pris en compte les équilibres régionaux.

Nous vous livrons ci-dessous (en attendant d’y revenir avec d’amples détails) la liste complète de ce gouvernement considéré par bon nombre d’observateurs, comme un gouvernement de pacotille.

Info source : Tahalil Hebdo (Mauritanie)


maatala

Anonyme a dit…

un gouvernement de pacotille c'est juste le qualificatif qu'il faut.
aprés ce long bras de fer qui a opposé la legitimié aux poutshistes un gouvernement nain et clone de celui de la transition a été nommé par un decret des deux generaux et imposé a Sidioca.

il faut dire que la déception est grande devant un gouvernement ou 5 ministres sont des cousins de Azize et 5 autres cousins de Ghazwani.
quelle logique?

Frondeur

Anonyme a dit…

A rendre fou nos generaux et les frondeurs.Cela peut nous arriver un jour.Assez de sous pour resoudre les problemes s'il y a un bon gouvernement chez nous. Ce sera probablement apres 2012. Si les generaux lachent.Vous avez certainement lu le compte-rendu d'Athie Hamath sur la preparation du coup d'etat de 78. Pourquoi il en parle maintenant? Pour dire qu'il est un hero comme les Ely, Aziz et les autres membres du CMJD? S'ils n'avaient pas fait leur coup, on aurait aujourd'hui la moitie du Sahara espagnol avec tout son potentiel petroler et gazier. A la place nous avons eu 30 ans de gabegie et de detournements.

Grizzly: we are missing man.

A-
----
Le gouverneur de la Banque d'Algérie au Sénat

126 milliards de dollars de réserves de change par M.Aziza,

Le Quotidien d'Oran, 14 juillet 2008

Les réserves de change de l'Algérie ont atteint 125,95 milliards de dollars à la fin du mois d'avril dernier, alors qu'elles étaient de l'ordre de 110 milliards de dollars à la fin du mois de décembre 2007.Ce sont là, les chiffres rendus publics, hier, par le gouverneur de la banque d'Algérie, Mohamed Laksaci, lors de la présentation de son exposé, sur la situation financière et monétaire du pays, devant les membres du Conseil de la Nation.Cette progression rapide et significative des réserves de change s'explique par l'augmentation en valeur des exportations d'hydrocarbures, avec l'envolée des cours pétroliers, en constante augmentation depuis le début de l'année 2008. Le gouverneur de la banque d'Algérie a précisé, dans ce sens, que l'impact positif sur l'excédent de la balance des paiements dû à l'augmentation des prix des hydrocarbures de 32,5% au cours du premier trimestre 2008, a été vite absorbé, en raison de la forte augmentation en valeur des importations due à la flambée des prix des produits et des services sur les marchés mondiaux. Mohamed Laksaci a également souligné qu'en dépit des grands efforts fournis par la banque d'Algérie en matière de reprise des sur-liquidités bancaires, son institution est restée impuissante devant l'inflation générée par les dépenses des importations qui sont restées en constante évolution. Les raisons de ces pressions de l'inflation, précise Laksaci, sont dues essentiellement à l'augmentation des prix des produits alimentaires importés, l'indice des prix à la consommation étant passé de 3,5% en 2007 à 4,47% à la fin du mois d'avril de l'année en cours.Le gouverneur de la banque d'Algérie a affirmé, par ailleurs, qu'en prenant en considération l'évolution positive des cours pétroliers sur le marché mondial, on s'aperçoit que les exportations des produits et des services au cours du premier trimestre de l'année 2008 ont connu une forte augmentation, atteignant les 20,83 milliards de dollars contre 13,77 milliards de dollars pour la même période de l'année 2007. Selon M. Laksaci, les importations ont connu une augmentation beaucoup plus importante par rapport aux exportations, avec un taux global de 34,1%. Les importations sont passées de 7,71 milliards de dollars au cours du 1er trimestre 2007 à 10,34 milliards de dollars au cours du 1er trimestre de l'année 2008. La hausse des importations concerne essentiellement des produits alimentaires avec 68% et les équipements avec 47%.Mais, ajoute le gouverneur de la banque d'Algérie, malgré nos dépenses en matière d'importations, l'envolée des cours pétroliers que connaît le marché mondial, reste en faveur de notre pays pour booster les grands projets d'investissements.Laksaci a cependant rappelé la nécessité de gérer avec prudence les réserves de change malgré leur volume. Evoquant les crédits économiques, le gouverneur de la banque d'Algérie a indiqué que ceux-ci ont connu une augmentation de 4,1% au cours du premier trimestre de l'année 2008 contre 1% à la même période de l'année 2007. Et de préciser que les crédits alloués au secteur public notamment au secteur de l'énergie et des mines sont beaucoup plus importants que les crédits alloués au secteur privé et aux familles. En ce qui concerne le système bancaire, Mohamed Laksaci s'est dit tout de même satisfait en constatant une certaine amélioration des systèmes de paiement au niveau des banques, due à la modernisation du système informatique. Il a également indiqué que les inspecteurs de la banque d'Algérie ont effectué des contrôles au cours de l'année 2007, à travers l'ensemble des banques installées en Algérie. Ces inspections ont permis de relever 231 dépassements qui ont donné lieu à l'établissement d'autant de PV qui ont été transmis à la justice. Il a annoncé que des contrôles sont en cours pour évaluer le nouveau système de paiement institué depuis février 2006.

Anonyme a dit…

Frondeur,

Merci de cette info. Donc 10 ministres chevaux de Troie pour nos generaux. L'opposition qui a perdu va se retourner contre eux. Sidioca sera encore la vedette de tirs des anti-frondeus jusqu'a ce qu'I'll tombe. La saga va continuer malheureusement ...

A-