lundi 18 août 2008

L’escalade au sommet de l’abîme : la fuite en avant


Je n’ai plus le temps d’écrire l’article je jette ici les idées en vrac désolé

Lire d’abord l’article du pr Ely Mustapha en cliquant ici : www.haut-et-fort.blogspot.com. J’ajouterai tout simplement ceci :

Tout semble indiquer que sidioca refuse tout compromis : sidioca pense-t-il vraiment pouvoir revenir au pouvoir, joue-t-il le tout pour le tout car même si la haute cour le condamne : les siens pourront plaider au moins l’asile politique, ce n’est pas les pays qui condamnent le coup fermement qui manquent

De là qu’aziz attaque l’occident pour répondre aux usa notamment, en parlant au peuple de « la prolifération de comportements occidentaux sur les valeurs de notre peuple. » » : le ton est donné : vous m’affronterez moi et le peuple : moi ou le chaos

Le reste du discours est l’ébauche d’un programme électoral dont les idées peuvent être facilement retrouvées en version complète dans les 30 propositions du prof.

Aziz semble décidé à jouer l’affrontement, sidioca l’y a-t-il aidé ? sans doute ! Est-ce à mettre sur le crédit de Sidi : il a tout a y gagner pour entrer dans l’histoire par la grande porte mais KB risque de ne pas l’accompagner cette fois-ci ! Il ne s’agit plus d’un homme et de sa famille, vu que tout est perdu pour eux, il ne s’agit plus que d’un homme face à l’histoire, il n’y entrera que seul !

Que feront les autres : A.O.D en premier : si cela se confirme que les élections ne sont pas pour demain , alors A.O.D devra prendre ses responsabilités et démissionner du R.F.D ou que ces partisans prennent leurs responsabilités et l’invitent à aller lui et ibrama Sarr prendre une retraite paisible : et laisser les plus jeunes affronter cette jeune dictature qui commence car leur position face à ce désastre ne peut plus être défendue

On leur a laissé le bénéfice du doute en croyant que leur lucidité et leur expérience paieraient , mais hélas le rendez-vous manqué est bel et bien manqué et cela est un crime désormais d’avoir soutenu le coup à la seule condition que tous les RV aient rejoint le HCE, crime de la part de tels opposants car maintenant qu’allez-vous faire quand aziz n’aura plus besoin de vous vu le nombre de ralliement.

Un seul répit qu’il vous reste, à tout perdre, pourvu qu’aziz trouve ici l’occasion de diriger avec des opposants de toujours maintenant de son côté plutôt qu’avec les RV jeunes et vieux de tout temps : sera-t-il l’homme de la dictature éclairée ? Il est très mal parti ! peut-être s’il ose faire d’abord un gouvernement sans RV ni hommes de mains d’R.V, avant un jour ou l’autre une rafle mémorable de grands RV et satellites et envoyer tout ce beau monde en prison , avec obligation de payer au trésor publique le prix de leurs larcins, saisie de tous leurs biens et autres, s’il est capable de cela on le croira sinon c’est qu’il veut juste jouer à taya auquel cas les mêmes causes produisant les mêmes effets : sa chute sera terrible car les temps ont changé
C’est la seule place qui revient désormais à l’opposition historique qui n’est plus de fait en mesure de guider quiconque car elle n’a jamais manquée une occasion de manquer ses rendez-vous avec l’histoire. Le dernier en date n’est pas des moindres : une occasion historique pour l’opposition historique, occasion ratée qui n’est plus qu’un crime historique : d’ailleurs sans parler de sidi, nous ne pouvions plus rien pour lui, les siens sont nombreux et n’ont pas besoin de nous car à son sujet le doute est encore permis, et que le front nous remercie de ne pas mettre de l’huile sur le feu, c’est tout ce qu’on peut faire pour lui, mais ne doit-on pas franchement juger symboliquement aussi A.O.D , Sarr pour avoir assassiné cette occasion historique

L’opposition historique n’est plus : que celles et ceux qui ont envie de se battre sans la tutelle dépassée des anciens, se lèvent et se réunissent en formant eux aussi un autre parti ou des autres partis , c’est finit pour le RFD et AJD , inutile de les suivre, que celles et ceux qui attendent des postes restent avec eux que les autres s’en libèrent au nom de l’avenir qui commence aujourd’hui face à ce discours qui ne promet que l’escalade vers no way

A ce rythme, tous vont courir et asseoir à côté de aziz : reste ufp , tawassoul et app : Dès que la haute cour de justice sera en place, messoud devra se tenir tranquille car est-il à l’abri d’une enquête ? Les autres plus personne chez aziz n’en a besoin, le statut d’A.O.D leur revient pour juste récompense de leur courage !

Aujourd’hui seuls les hommes et les femmes qui n’ont rien à se reprocher et surtout rien à perdre peuvent et doivent aller de l’avant, aller seuls aux noms de leurs convictions profondes en refusant à l’opposition historique de parler en leur nom, ce temps est révolu.

Quand les élections auront lieu : nous serons dans la même configuration que les élections dernières, le problème du HCE c’est qu’ils annoncent de fait que plus personne, jamais plus un président ne pourra les déloger : ils y sont donc à vie et c’est cette vie-là qui est désormais en danger car aziz a beau dans son discours remercier le sens des responsabilités des officiers, ce n’est pas klam l’iman malick, tout le monde entendra mais n’écouteront que ceux qui sont insensibles à l’appel profond de l’histoire de notre armée où les officiers savent que le pouvoir appartient à celui qui le prend pas à celui qui obéit sans laisser une chance à l’audace.

On ne peut pas arriver au pouvoir par la force et s’asseoir à cette même place où d’autres avant vous sont arrivés par la force et en sont repartis par la force, en croyant que vous y resterez en évitant la force qui vous y a mis et qui déjà sous vous, frémit, vous la sentez : il faudra vivre avec : ce n’est pas une vie

Il est tard, il faut que j’y aille. Un dernier mot au front pour l’idéal : ce front se défend d’une manière lamentable : Amal sache que votre famille va passer des moments affreux : l’heure n’est plus à tergiverser, si ton père a décidé d’aller jusqu’au bout alors allez vous aussi jusqu’au bout car ils ne vous épargneront pas : l’exemple doit être cuisant pour que plus jamais un président de la république n’ose ce que ton père a osé.

Soyons franc : où ce dont il est accusé est faux et que la fondation est intacte ou du moins pas mouillée à ce point alors jetez-vous dans la bataille car on ne peut pas avoir passé 15 mois au sommet sans être au parfum de mille affaires. A défaut de sauver votre père, au moins pouvez-vous rendre des coups terribles, vous devez avoir un carnet d’adresse et eh bien contactez des pro qu’ils vous fassent un site dédié au front, pas ces nullités de blog et ces pétitions à deux francs, un site un vrai fait par des pro de la com où votre père sera défendu, la démocratie mais surtout les ennemis de la démocratie accusés indexés, vous devez connaître les affaires donnez donc des arguments à ceux qui veulent défendre l’idéal : les partis qui voudront rejoindre le front le rejoindront, les citoyens aussi

Il faut que dans ce site, on commente et archive tous les articles écrit ici et là sur le sujet que tout soit analysé, les manipulations, l’intox et autres. Des fiches complètes sur les acteurs de ce désastre même de ceux qui ont conseillé votre père ! et ce pour la postérité, il n’y a plus qu’elle à défendre : votre père est désormais seul à affronter les doutes et l’appel du destin !

Cela ne peut avoir de sens qui si sidioca est net et la fondation aussi, et même si la fondation est mouillée jusqu’au cou , que sidioca la défende jusqu’à y laisser son mandat, cela reste admirable sans être défendable. Elle n’échappera pas à leur justice tant que sidioca refusera de collaborer. Il l’a défendue jusqu’à en arriver là, maintenant le reste du chemin ne regarde que lui et sa capacité enfin à ne penser plus qu’à sortir de cette affaire lavé de tout jusqu’à la compagnie des félons, car quand tout le monde l’aura abandonné, enfin alors il sera plus propre que jamais et donc enfin défendable ! C’est l’heure !

Sinon faîtes en sorte d’obtenir pour votre père et votre famille l’asile politique pendant qu’il en est encore temps, partez. Par idéal, je n’ose imaginer que le premier président élu sera jugé par les hommes des militaires avec la bénédiction des élus : Not in my name tant que bien des criminels de haut vol planent encore le plus librement du monde comme des charognards qui voient de haut et de loin la pourriture politique, économique et sociale dans laquelle nous survivons pour servir de proies éternelles à ces gens-là

Désolé je dois partir, j’eus préféré vous écrire plus longuement plus sereinement un commentaire mieux articulé, mieux orienté mais hélas, je l’ai déjà dit, je n’y vois plus que trop clair, je dois y aller et je n’ai de toutes les façons que cela à ajouter car j’ai espéré avec d’autres de voir naître un compromis qui éviterait à aziz un discourt pareil, le rêve n’est plus, Aziz fonce comme un militaire pur et dur prit au piège, il ne reculera pas, hélas ! C’est ce délirant caractère de chez nous : nous sommes tous suicidaires à cause d’un orgueil démesuré ! Notre culture nous tue !

Elle ne laisse de place qu’au jusqueboutisme que chacun arbore comme un sauf-conduit qui lèverait plus grandes les portes de l’histoire qui ne manqueraient pas de reconnaître les siens or à voir les forces en présences rien ne semble se lever que toutes les barrières de l’irresponsabilités sur le chemin de l’escalade politique.

Ce chemin qui ferme toutes les portes à la raison jetée en pâture à la soif de vengeance. Chemin où tout est traître ou impuissant. Chemin où tout court avec furie où tout attend avec ses fers. Enfin chemin à sens unique taillé sur mesure pour la folie collective et ses garde-fous, stérilisés, impassibles, tout fous comme le regard des vaches qui regardent passer le train de leur vie une pâquerette à l’oreille, un cri étouffé aux lèvres et une larme sèche en bandoulière quelque part en souvenir du bon vieux temps où il était encore permis de pleurer

Les faits sont les mêmes : un accusé trop chargé pour être coupable et tout un système qui veut sa peau ! Qui nous écrira « J’accuse ! » ?


Kimporte

150 commentaires:

antivirus a dit…

grizli ecrit "MAIS HEUREUSEMENT LES FAUTES DE SYNTAXE ET D'ORTHOGRAPHE MONTRENT BIEN QUE CE N'EST PAS DU KBG!LES TOURNURES SYNTAXIQUES NE ME RESSEMBLENT GUERE!TOUT SIMPLEMENT AHURISSANT DE VOIR CERTAINS DESCENDRE DESEPEREMENT SI BAS AU POINT D'EN PERDRE TOUT SCRUPULE ,toute dignité et toute décence!"
Mais vous avez oublié ou quoi? grizli-je-sais-tout ne peut pas ecrire simple et ne fait pas de fautes (et pourtant!). Il met énormément de temps et de soins à rédiger un simple paragraphe (on comprend pourquoi ce n'est jamais naturel) tant il est obsédé par l'intention de séduire, de plaire, de démontrer des choses sur sa personne, de prouver, de se donner une image. Il fait donc son Bourdieu façon encyclopédie et tout. Mais là où il ne poura plus nous avoir c'est au sujet de l'honnêteté et de la probité. Il écrit "TOUT SIMPLEMENT AHURISSANT DE VOIR CERTAINS DESCENDRE DESEPEREMENT SI BAS AU POINT D'EN PERDRE TOUT SCRUPULE ,toute dignité et toute décence!" vous ne rêvez pas: celui qui s'était ridiculisé en usurpant une identité (samir) pour s'écrire et se répondre qualifie cet acte de bassesse, d'absence de scrupule et de dignité quand il est commis par un tiers. Moi je dis que qu'il est fort probable que ce soit lui qui s'est encore fait piéger et débusquer par couli. Quelqu'un l'a écrit ici qui a volé volera, qui a menti mentira, qui a trahi trahira. Alors nous parler de dignité, de scrupule et de bassesse, cher grizli ne sois pas cruel avec toi-même.

18 août 2008 07:36

kung-fu panda a dit…

grizli prétentieux,

Pourquoi tenter de faire diversion en essayant de faire croire que tu n'es pas le récidiviste qui a essayé de nous fourguer sa came avec son clavier allemand? De plus en essayant de te justifier en réécrivant un passage du texte avec l'habitat du correcteur tu passes complètement à côté de l'exercice en en modifiant le sens. Dans la version d'origine Sidi espère s'en sortir dans les ténèbres (donc en y demeurant; la formulation n'est pas fausse) dans la version où tu essaies de corriger une faute qui n'en est pas une Sidi essaie de sortir des ténèbres. Différence de sens.
Reviens sur terre et reste comme les autres: simple visiteur du blog ou alors crée toi ton propre blog et fais-y ce que tu veux et torture toi tout seul.

18 août 2008 09:17

Anonyme a dit…

Antivirus, kung-fu panda, tah, samir, couli, maata, vlane et les autres,
il faut laisser grizli tranquille: il a choisi d'être précieux (comme les ridicules de Molière) et nous le supportons tel qu'il est même quand il essaie de tricher en s'emparant des pseudos des autres ou en multipliant des pseudos pour écrire un posting et répondre par un autre pseudo. Faites comme les autres: ignorer-le, ne prêtez plus attention à ces postings même si c'est un effort pour défiler, vous gagnerez du temps et de l'énergie. Avant vous d'autres ont essayé de le ramener sur terre en vain. Souffrez donc en silence et suivez mes conseils

Bonne journée

Anonyme a dit…

والان ايها المثقفون والسياسين الواعون وقد سمعتم هذا الخطاب الذي ليس لا يمكن ان يكون موجه اليكم وهنا انتهز الفرصة لاشكر الاستاذ المحترم اعلى مصطفى علي هذا التحليل الكامل لهذا الخطاب التافه.
من جهة اخري اننا نري وجوها كثيرة هذه الايام علي شاشة التلفزيون سواء الجزيرة او الانقلابية ...... وهي تصفق و تنظرلهذه المهزلة الا يذكركم هذا بالمس القريب ولقد شد انتباهي لاثنان من هؤلاء المنظرين وقناة من بين القنوات المواكبة لهذه المهزلة احدهم عبد السلام ولد حرم رئيس حزب الصواب وهنا لايسعنى الا ان اقول انت يا عبد السلام صغير في اعين الجميع و علي كل المستويات و الاخر سوف اتكلم عنه في ما بعد وبتفصيل كامل اما القناة فهى الجزيرة اعني بذلك مكتبها فى انواكشوط لاحظت انها تركز وبصورة قد تزيد في اغلب الاحيان علي معارضة الانقلاب استضافت كل اللحى /جميل ولد منصور – السالك ولد سيد محمد....والائحة طويلة / ماهو رايكم
?

__________!!!!formerly known as ena n'chife

Anonyme a dit…

هنا لااريد ان اقول انها تركز علي معارضة الانقلاب ا بل الوقت المخصص لهم فهو دائما من نصيب الاسلاميين لمذا برايكم
?


_______!!!!

antivirus a dit…

Il faut qu'on sache en effet Vlane:
si ehel ould cheikh abdallahi est propre il faut qu'ils lancent la riposte. Mais en attendant il faut continuer à se mobiliser pour défendre la démocratie et espérer que les bidasse ne trouveront rien de mortel à mettre sur le dos de Sidi.
Enfin, si c'est possible d'avoir le mail de amal il y a des choses possibles. Maintenant qu'ils sont dans le trou personne ne sera accusé de calculs mesquins (grizli ente vem) pour voler au secours d'un vieux qui incarne la démocratie, même s'il a été attaqué sans ménagement et à juste raison sur ce blog.

Anonyme a dit…

ena'encheff!

Tes remarques ont très pertinentes et ton pseudo résume tout ce que les mauritaniens ont sur le coeur.

El jezeera est en train de donner une vision au monde de la Mauritanie qui mérite effectivement une analyse particulière. Ton sens de l aremarque honore ce blog.

Anonyme a dit…

kimporte,

Tes réfléxions sont d'une grande richesse et on y trouve un sens très profond de la responsabilité mais surtout une profonde amertume que tout cela se fasse au détriment du pauvre citoyen.

Je crois que chacun doit te relire à chaque fois, pour bien saisir tout le sens de ce que tu dis.

Merci pour tant de sincérité dans ce que tu écris.
Si seulemnt chacun de nous pouvait connaître l'identité de celui qui se cache derrière ce pseudo, pour lui signifier son estime.

Mais il est vrai que l'anonymat est fait pour s'exprimer librement qaund on a des contraintes et c'est tant mieux.

Merci.

Anonyme a dit…

اسمحولي كل الاخطاء الاملائية التى قد ارتكبها لانني ابتدا من الان سوف اواصل الكتابة بالعربية علي فضائكم هذا طبعا اذا سمحتم هذا لانى اري انه يوجد مثقفون لايحسنون الكتابة بالفرنسية ولكنهم يفهمونها جيدا واستسمحكم واتقدم بالنيابة عنهم بهذا العمل واظنكم تواققونني


________!!!!

maatala a dit…

salam

------------------------------
Une pensée pour le PR SIDIOCA
------------------------------

Kimporte

"tu as mon estime et mon respect"

Surtout quand tu as le cafard ou la migraine attrape ton clavier et fait nous part de tes doutes, de ton mal être et nous procurer ainsi la joie et le plaisir de te lire.

Spleen quand tu nous tiens dit le FOU.

Fraternellement

Maatala

Ps: Merci aussi pour le message à AMAL, car elle et sa famille ne tarderons pas à comprendre le sens du mot "solitude" suivi de celui du dégout.

maatala a dit…

Salam

Lu sut Taqadoumy

"Discours du général Ould Abdel Aziz : Que retenir ? / Pr ELY Mustapha
18-08-2008
Il convient dans ce discours de différencier entre ce qui a été "dit" (I) , ce qui n’a pas été dit (II), ce qui n’aurait pas dû être dit(III) et ce qui aurait dû être dit (IV)

I - Ce que le discours a "dit"

C’est un discours clair sans ambigüité dont le contenu d’ailleurs était attendu. Les trois quarts du discours ont été consacrés à fixer et à définir les responsabilités. Celles-ci incomberaient donc entièrement au Président renversé.

La crise économique, la cherté de la vie, la corruption, le népotisme, les détournements de fonds publics ; la crise politique, le blocage des institutions politiques, le trafic d’influence; la crise sociale, la dégénérescence des valeurs, les déviations dans les mœurs ; tout cela c’est à cause du régime du Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi.

Le quart restant du discours a été consacré aux remèdes que la junte donnera aux problèmes soulevés dans ses trois quarts. Et ces remèdes pouvaient déjà se résumer dans la première phrase prononcée par le général Ould Abdel Aziz au lendemain de son coup d’Etat : « Nous allons résoudre tous les problèmes de la Mauritanie ».

II- Ce que le discours n’a pas dit

C’est qu’en chargeant ainsi le président renversé de tous les maux de la Mauritanie, on arrive à la conclusion que le Général ould Abdelaziz n’a rien obtenu de l’entrevue qu’il a eu avec le Président Sidioca dans son lieu d’assignement. Car si Le général avait obtenu quelconque concession son discours aurait comporté les solutions pour la sortie de crise. Donc le Président Sidioca est resté sur ses positions.

Ce qui aussi n’a pas été dit c’est que le général n’a proposé dans son discours aucune date ni échéance précise pour les élections. Or au-delà de toutes solutions proposées dans le discours, il en est une attendue par tout le monde et qui n'a pas été assouvie: la date des élections.

Il n’en fut rien, sinon un engagement de tenir des élections prochaines. Donc ce qui n’a pas été dit est que le Général Abdel Aziz n’est pas pressé pour les tenir.

Quels sont alors les déçus? Bien entendu, ceux qui ont accouru pour soutenir les putschistes croyant que le pouvoir leur sera cédé le lendemain.

III – Ce qui n’aurait pas dû être dit

Les trois-quarts du discours du général, ceux consacrés à la mise à la charge du régime précédent de toute la responsabilité des maux économiques, financiers et sociaux de la Mauritanie ne sont pas recevables. Tout être doué de raison sait que le régime de Sidi Ould Cheikh Abdallahi n’a duré qu’une année et cinq mois.

Que représente cette période sur les 30 ans du régime militaire auquel le général Abdel Aziz lui-même a appartenu ?

Si Sidi Ould Cheikh Abdallahi a commis des erreurs, comme tout chef d’Etat d’ailleurs, on ne peut reprocher à ces quelques mois passés d’avoir été à l’origine de tout cela.

La crise économique ? Tout le monde sait qu’elle est conséquente à une crise énergétique et céréalière mondiale, aggravée en Mauritanie par une oligarchie commerçante mauritanienne, véreuse, spéculative et sans scrupule.

La crise Financière ? Tout le monde sait que les détournements des fonds publics, la gabégie et le déploiement des roumouz Elvesssad ont précédé le régime de Sidi Ould Cheikh Abdallahi et qu’ils ont pris leur essor dans les régimes militaires successifs. Le régime de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, en a lui-même fait les frais.

La crise sociale? Tout le monde sait que le délitement des mœurs, la drogue et la crise des valeurs sont nés, et se sont développés bien avant le régime de Sidi Ould Cheikh Abdallahi.

Tout le monde sait.
Mais lorsqu'un personnage lui-même observateur et témoin depuis des dizaines d’années du milieu où toutes ces crises sont nées vient discourir pour dire que tout cela incombe au régime qu’il a renversé, on est en droit de s’interroger.

A qui s'adresse donc ce discours ?

S’il est adressé à un public averti, il a peu de chance d’être écouté.

S’il est adressé à la communauté internationale, il a peu de chance d’aboutir, car le moindre journal de province dans le monde connait l’ampleur du désastre économique et financier de la Mauritanie depuis ces trente dernières années.

Il est bien entendu adressé au petit peuple; à ces gens qui vivent un quotidien difficile et qui sont prêts à s’accrocher à la moindre petite brise salutaire.

Il est adressé pour conforter une mauvaise conscience ou accrocher des espoirs perdus.

IV- Ce qui aurait dû être dit

Au delà d’un discours, somme toute attendu, le choses auraient pu être dites dans leur réalité et éviter d’induire en erreur un pauvre peuple pris entre l’enclume de la misère et le marteau du pouvoir.

Ce que ce discours aurait du dire tient en quelques mots.

Il aurait dit que le régime de Sidi Ould Cheikh abdallahi avait durant ces derniers mois dérapé sous l’effet de nominations malencontreuses et d’une crise institutionnelle qu’il a cherché à résoudre par des moyens inappropriés, que cela aurait acceptable.

Qu’il aurait dit que le régime nouveau négocierait avec le Président renversé les voies et les moyens de rétablir la démocratie dans le respect des droits de tous les protagonistes y compris les putschistes, que cela aurait été encore acceptable.

Qu’il aurait donné de courtes échéances et une date fixe pour le retour à la légalité, que cela aurait été acceptable.

Mais rien de tout cela.
Un discours destiné à un peuple en attente que l’on veut acquérir à sa cause.

Notre Sunna éternelle ne nous a-t-elle pas enseigné de dire la vérité même si c’est à notre encontre ?

Mais il est vrai que l’on n'est plus au temps des prophètes.


Pr ELY Mustapha
© Haut & Fort - Août 2008

maatala

Anonyme a dit…

ارى هذا الشبح المغيت الذى ظن الجميع ولو للحظة انه قد انتها ينهض وبقوة هذه المرة لانه لايعرف سيحظى بكم من الوقت لكى ينهب في ممتلكاتنا العمومية


________!!!!

Anonyme a dit…

Nous souhaiterions que les démocrates de ce pays revoient leur position après le discours ecoeurant de Aziz.

Je fais là allusion surtout au RFD qui normalement se trouve maintenant dans un camp qui n'est pas le sien.

Mohamed Said Ould Ahmed

Anonyme a dit…

Président Sidi,

gardes le cap nous sommes là pour secourir la République, qui ne sera définitivement démocratique que si le front que nous constituons mette définitivement en échec les apétits putchistes de certains militaires.

Je demande à tous ces gens qui s'expriment ici et ailleurs de se démasquer, car l'heure n'est plus à l'anonymat. Il faut dire clairement et à visage découvert à ces militaires qu'on refuse la cuisine qu'ils sont entrain de nous préparer.

Mohamed Said Ould Ahmed, Mauritanie

Anonyme a dit…

Grizzly, Couly, Maata et les autres laissez vos querelles à côté et unissez vous pour défendre le pays contre l'invasion mongole.

(Vous n'avez pas remarqué sa tête de turc ce Aziz)

Anonyme a dit…

لايسعنى هنا وكاى موريتاني حر ان اشيد بالموقف الشريف الذي لازال ثابتا لرئيس الجمعية الوطنية مسعود ولد بوالخير علي الرغم من انى لم اكن اوافقه الرئ بالامس القريب


________!!!!

Anonyme a dit…

ano de 12h11
Oui je suis tout à fait d'accord. Il faut arrêter les querelles byzantines et faire front face aux mongoles. Mais avant il faut que grizli redescende sur terre et respecte les blogueurs. C'est lui seul qui crée toute cette zyzanie et qui s'en prend au monde entier. Il faut qu'il aille se reposer un an ou au moins jusqu'à ce que le problème de l'invasion mongole soit reglé.

Anonyme a dit…

التقدمي
نظمت مبادرة تطلق على نفسها "موريتانيا في المقام الاول" مؤتمرا صحفيا أعلنت فيه دعمها لما أسمته "الحركة التصحيحية" بقيادة الجنرال ولد عبد العزيز كان ذالك بحضور عددمن الوجها والمسؤولين يتقدمهم وزير الثقافة عبد الله السالم ولد المعلى والأمينة العامة لنفس الوزارة .
وكان من نشطاء المبادرة عمدة بلدية الركيز وقد ترأس المهرجان رئيس المبادرة أحمدو ولد المخطار.و
قد وزعت المبادر بيانا سياسيا طالبت فيه المبادرة الأحزاب والحركات الى "حذو حذوها حفاظا على ما أسمته الوحدة الوطنية والصالح العام."و
من جهة أخرى نظم حزب الصواب أمسية سياسية أعلن فيها دعمه للإنقلاب متمنيا من القادة الجدد جعل موريتانيا فوق كل إعتبار والمحافظة على الوحدة الوطنية وقد حضر الأمسية إضافة الى رئيس الحزب والمكتب التنفيذى للحزب جماهير من المتنسبين للحزب
taquadoumy

________!!!!المعوف سابقا ب/ان نشف/

Anonyme a dit…

عبد الله السالم ولد المعلى
BOB=TAYAحمود ولد عبدى


هذا اشكيل من لوسخ يلاه يبالة

________!!!!

Anonyme a dit…

ألقى المكتب المركزي لمكافحة المخدرات والمؤثرات العقلية مساء أمس القبض على رقيب الحرس ابراهيم ولد ابنيجاره والحرسي من الدرجة الأولى مولاي العاملين بفرقة الحرس بقصر العدالة، حيث يتولى الرقيب قيادة الفرقة،.
وكما كان برفقتهما المدعو "لكهيل" الذي تم إعتقاله قبل ثلاثة أشهر بتهمة قيادة عصابة تقوم بتزوير البطاقات الرمادية للسيارات وأرقام هياكلها، وتم الإفراج عنه بحرية مؤقتة. وقالت مصادر في المكتب المركزي لمكافحة المخدرات، إن عملية القبض تمت بعد تلقي المكتب معلومات من خلال أحد المرشدين، الذي تم إنتدابه من طرف العصابة للتسويق، وأنه أبلغ المكتب بالمكان الذي يوجد فيه المعنيان، فتم نصب كمين لهما، مما ادى لإعتقالهما وإحالتهما إلى مقر المكتب، ومن ثم تم الإنتقال إلى قصر العدالة، وتفتيش الغرفة التي كان يوجد بها الحرسي وتوقيف حارسين بالقصر والإفراج عنهما لاحقا وتوقيف الحرسي مولاي، الذي مايزال رهن الإعتقال رفقة الإثنين.
وقد أثارت عملية الإعتقال ضجة كبيرة صباح اليوم في قصر العدالة، حيث كانت الشغل الشاغل لعمال القصر، نظرا لكون كمية المخدرات والتي هي من الحجر المغربي والتي تم ضبطها بحوزة المتهمين، مسروقة من خزانة أحد دواوين التحقيق بقصر العدالة. ومن اللافت أن الخزنة لم تتعرض للتكسير، مما يعني أن إختفاءها جاء بعد فتح الخزنة، ومما يزيد الأمور تعقيدا أن العنصرين يتوليان حراسة قصر العدالة.


now let's start cinéma

________!!!!

Anonyme a dit…

ألقى المكتب المركزي لمكافحة المخدرات والمؤثرات العقلية مساء أمس القبض على رقيب الحرس ابراهيم ولد ابنيجاره والحرسي من الدرجة الأولى مولاي العاملين بفرقة الحرس بقصر العدالة، حيث يتولى الرقيب قيادة الفرقة،.
وكما كان برفقتهما المدعو "لكهيل" الذي تم إعتقاله قبل ثلاثة أشهر بتهمة قيادة عصابة تقوم بتزوير البطاقات الرمادية للسيارات وأرقام هياكلها، وتم الإفراج عنه بحرية مؤقتة. وقالت مصادر في المكتب المركزي لمكافحة المخدرات، إن عملية القبض تمت بعد تلقي المكتب معلومات من خلال أحد المرشدين، الذي تم إنتدابه من طرف العصابة للتسويق، وأنه أبلغ المكتب بالمكان الذي يوجد فيه المعنيان، فتم نصب كمين لهما، مما ادى لإعتقالهما وإحالتهما إلى مقر المكتب، ومن ثم تم الإنتقال إلى قصر العدالة، وتفتيش الغرفة التي كان يوجد بها الحرسي وتوقيف حارسين بالقصر والإفراج عنهما لاحقا وتوقيف الحرسي مولاي، الذي مايزال رهن الإعتقال رفقة الإثنين.
وقد أثارت عملية الإعتقال ضجة كبيرة صباح اليوم في قصر العدالة، حيث كانت الشغل الشاغل لعمال القصر، نظرا لكون كمية المخدرات والتي هي من الحجر المغربي والتي تم ضبطها بحوزة المتهمين، مسروقة من خزانة أحد دواوين التحقيق بقصر العدالة. ومن اللافت أن الخزنة لم تتعرض للتكسير، مما يعني أن إختفاءها جاء بعد فتح الخزنة، ومما يزيد الأمور تعقيدا أن العنصرين يتوليان حراسة قصر العدالة.


now let's start cinéma

________!!!!

Anonyme a dit…

Lu sur TAQADOUMY :
------------------


Finalement, Ould Daddah ne participera pas au gouvernement




rencontre, la possibilité d'une participation du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) au gouvernement de Ould Mohamed Lagdhaf a été abordée.

Ould Abdel Aziz a demandé à Ould Daddah de prendre part à l'exécutif ; ce dernier a répondu en précisant devoir s'en tenir à la plateforme où les partis RFD, Hatem (Saleh Ould Hanenna) et l'AJD/MR (Ibrahima Sarr), précisent les conditions de leur participation éventuelle.

Les deux principales sont la définition, par le Haut Conseil d'État, d'une date d'élection présidentielle et la garantie qu'aucun membre du HCE ne s'y porterait candidat.

Ould Abdel Aziz a répondu comprendre mais en objectant la source des problèmes, en l'occurrence la faiblesse des institutions ; voila pourquoi, à ses yeux, les militaires doivent rester au pouvoir, le temps de doter le pays d'un cadre d'émulation en capacité de résister aux crises politiques.

Les amis de Ould Daddah ne participeront donc pas au gouvernement, mais ils soutiendront toutes les réformes qu'ils jugeront bonnes.

Des sources proches de Ould Daddah déclarent, à Taqadoumy, que le Président du RFD pense que Ould Abdel Aziz est en train de se libérer de promesses faites, avant le coup d'état, lors des négociations secrètes entre les deux.

Anonyme a dit…

إسحاق ولد المختار موريتانى من التلفزة يقدم استقالته احتجاجا خاصة تحية

simple citoyen
مولة لحمار مولة تاكسي,,,,,,,,,,,,
حذار من الانقيادلاحزاب الفيافي


_________!!!!!

Anonyme a dit…

لكن كيف يمكن دعم انقلاب عسكري ثم المطالبة باى شئ مع انى اكن كامل الاحترام والتقدير ل__________!!!! واطالبه واتوسل اليه باسم كل موريتانى نبيل ان يراجع موقفه و انا لااشك فى انه قادر على اتخاذ القرار الصائب كما عودنا دائما



_____________!!!!

Anonyme a dit…

Ce n'est pas ts les jours qu'on a un journaliste qui quitte un poste en signe de protestation contre cette machine d'ntoxication et de desinformation qu'est la tvm.

أمر لا نسمعه كل يوم في بلج المليون منافق وصفاك
صحافي بغادر وظيفته بسبب قناعته
هنيءا لك وترحو أن يحذو بعض اليشمركة حذوك

Anonyme a dit…

La démission de ce journaliste est un acte de patriotisme et du sens des responsabilités qu'il faut saluer.

Anonyme a dit…

Au nom de quel peuple et/ou au nom de qui le General Mohamed Abdel Aziz est entrain de parler? Si c'est au nom de la FORCE DU CANON, ON N'EN VEUT PAS!!!!!!

QUI LUI A DONNE' CE MANDAT?????

Si nous acceptons que le mensonge contre le president est...vrai, cela ne donne aucun droit au General Mohamed Abdel Aziz de faire un coup d'etat. Aux USA, nous disons que TWO WRONGS DON'T MAKE A RIGHT!!!!!!!!!!!!!!!!



Comment savez-vous que le vieux a decide' d'aller jusqu au bout? Etiez-vous presents? VOUS NE POUVEZ PAS LE PRENDRE EN OTAGE, POINTER VOTRE CANON VERS SA TETE ET LUI DIRE D'ACCEPTER TOUT CE QUE VOUS ALLEZ DIRE.
C'EST VOUS QUI AVEZ BESOIN D'UNE PORTE DE SORTIE ET NON LUI.

Robert Mugabe' a cru qu'il pouvait defier le monde entier. nous savons le resultat. Il a completement detruit son pays pour finir par negocier avec son opposant de toujours.

Mohamed Abdel Aziz, Ghazouani et les autres militaire du comite', sachez que vous avez encore une bonne partie de vos vies respectives devant vous, POURQUOI INSISTEZ-VOUS A TOUT DETRUIRE POUR LA MAURITANIE ET POUR VOUS MEMES?

LA MAURITANIE NE PEUT PAS SUPPORTER LE POIDS DES SANCTIONS ECONOMIQUES. IL FAUT SAVOIR CETTE SIMPLE VERITE'!
LIBEREZ LE VIEUX ET RETABLISSEZ LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE!

A ma soeur Amal Mint Cheikh Abdallahi,

Ta famille n'est pas seule dans cette crise. Nous savons tres bien vos sentiments parce que le vieux est d'abord et avant tout un pere pour vous. SOYEZ CONVAINCUE DE NOTRE SOUTIEN. SIDI OULD CHEIKH ABDALLAHI EST LE PERE A NOUS TOUS. IL NE SERA JAMAIS OUBLIE' ET IL SERA AIDE' JUSQU'A SA LIBERATION ET SON RETABLISSEMENT DANS SES FONCTIONS. CETTE CRISE VA AU-DELA DE LA PERSONNE DU VIEUX. C'EST UNE QUESTION DE SURVIE POUR NOTRE PAYS!!!

Anonyme a dit…

AZIZ=GHANZIZ =قنزيز

Anonyme a dit…

الان في عاصمة البلد المنكوب والذى يحتاج اليكم نرى الشوارع وهي تمتلىء بالمتظاهرين المؤيددين للانقلاب والان اخذ اراء بعضهم
معك ان نشف لماذا هذه التظاهرات و من تؤيد انت
ان الا كيفك انشف وهذو -كاملين التراعى فيهم ايييييشف وظرك ماشين مع هذا هو اسم حاجل اح ماه مهم المهم ان اندور حالة ما ذهى يسو من معدله احن اخلان الجوع الخيمة البارح ماتعشاو واليوم والله يكون جاون وكالولى نمش معهم وان الحزب ايدور اسو مشاكل واهل بكاو بعد متغداو .............
والان ننتقل الى متظاهر اخر معك ان نشف لماذا هذه التظاهرات و من تؤيد انت
-انت تجوق اسخر عن هك ادحستون انتوم واذ اكهيل اجيجبة

استميحكم عذرا نيابة عن هذا المواطن والذى يبدو عليه ...........
واخيرا ننتقل الى هذه الامراة مااسمك معك ان نشف لماذا هذه التظاهرات و من تؤيدين انت
والله التشف بيه ال ظاهرة عليك- واسم ما يعنيك اسخراسخر انفس
اما بقية الحشد فتعرفونهم جيدا علي شاشة التلفزة وهم يتسابقوا لظهور عليها كما عودونا
houma ichifouu wou ma2e7icmou

n'that why ena n'chife as well as .......



__________!!!!!

Anonyme a dit…

Ishagh, tu est un héro national.

Je salue ton courage et ta décision de démissionner est noble et respectable.

C'est là une véritable gifle que tu infliges à la TVM et aux généraux putschistes.

Ce genre de fonctionnaire doit être promis au plus haut rang au retour espérons prochain de la légalité constitutionnelle.

Ledham, Haye et Sidiya vous êtes où, le train d'honneur ne doit pas prendre son départ avant vous.

Errizgh 3an Moulana mahou 3and Elgeneralat.



Bravo Ishagh, quel honneur?

Mohamed Said Ould Ahmed

bilkiss a dit…

kimporte,

bouya eski bik,
je ne trouves pas les mots pour écrire, exprimer ce que je ressent envers ce blog tout simplement!!!!!!

Bilkiss,
émue aux larmes

kung-fu panda a dit…

Chere Bilghiss,

c'est vrai que les ecrits de kimporte/vlane sont émouvants car ils sont artistiques, naturels, vrais sans fioritures, sans fards, sans volonté de séduire ou de démontrer quelque prétention que ce soit. En un mot c'est l'antithèse du m'astuvu et de la vantardise. Vraiment émouvant.

Anonyme a dit…

Ishaq , le journaliste qui a démissionné de TvM est un disciple de Md El hafedh o Enahwi , grand tijani devant l'eternel et frère de l'un des plus proches conseillers de Sidioca ,Elkhalil o Enahwi .Sa démission aurait été organisée par la confrérie comme contribution au travail de sape du mouvement "correctif " lol

Anonyme a dit…

Un coup d'état primitif

Où trouver la force et l’envie de rabâcher une opinion personnelle sur cet «intolérable intolérablement toléré » (Edgar Morin) qui mine l’histoire et l’avenir de la Mauritanie : encore ces bidasses putschistes qui y assassinent dans l’œuf son embryon de démocratie ? Sempiternel déluge d’étoiles sur bérets vides qui plastronnent du gros bide quand il faut montrer les épaules larges. Sans champ d’honneur ni victoires. Sans idéal ni mémoire. Leur seule et unique battue : terroriser leurs populations civiles.


La Totale

Bien avant la solidarité internationale et son pesant de servitudes, ce coup d’état mérite une raclée nationale, militaire et civile. La totale. Primitif dans son fond et sa forme, il est commis pour embraser les résistances. Même les applaudisseurs professionnels ne s’accordent pas sur ses chances. Pour cause, c’est la seconde fois consécutive que le chef de la garde présidentielle renverse l’institution républicaine dont il il est chargé d’assurer la défense. Putschiste récidiviste, il a déjà déchu un président (août 2005) et forcé la transition démocratique à lui « élire » un candidat à sa botte (avril 2007). Celui-là même qu’il dépose et kidnappe le 6 août 2008.

Vissé à son poste stratégique, il fait valser l’armée- à trois temps et en un an- pour s’en adjuger la tête. Décrété premier général de l’histoire, il lance ses bataillons parlementaires à l’assaut des autres institutions. Ces mêmes «indépendants dépendants » qu’il fit élire aux enchères pendant les pseudo- scrutins de la transition (2006/7). Joyeuses commères de bazar qui usent et abusent du discours convenu de l’opposition, ces élus mercenaires paralysent les deux chambres du parlement et dynamitent trois gouvernements (dont un d’union quasi-nationale). Sous la tutelle insatiable de leur parrain putschiste, ils violent une constitution dont ils sont les garants.

Inévitable, tardif et maladroit, le limogeage du général le condamne au coup de force. Il croit « le pays à feu et à sang ». Son tableau de chasse lui explose à la face. Dans son dernier retranchement, il revoit la nuée de colonels qu’il a démis ou poussés à la retraite… et qui veulent sa peau et sa place. A la tête d’un conseil de complices pris au dépourvu, il s’autoproclame président « par accident »: « nous sommes dans un état de droit, il faut le respecter » répond-il avec culot aux premiers manifestants qu’il venait de gazer avec violence (JA 2383-4).


La fin d’une histoire

Bien sûr, ce coup de force a obtenu le concours conditionnel du chef « statutaire » de l’opposition. Sans lequel cette farce n’était pas tout à fait jouable. L’échec du front démocratique, les défections et l’isolement l’empêchent de bouder une redistribution des cartes. Mais l’opposition politique n’avait déjà plus son destin en main. Qu’elle applaudisse ou rejette ce coup de bluff, ses composantes se condamnent à des alliances indélicates. Pour ne pas dire que dans les deux cas, elles ne seront plus que les forces supplétives d’un clan, « frondeur » ou « légitimiste », de l’ancien régime. Or l’idéal de changement exige que les énergies rétrogrades s’annulent ou se délitent au profit de volontés progressistes. Afin que le marasme militaire et le mal être populaire puissent trouver des raisons agissantes pour précipiter la fin de ce système illégitime.

L’erreur fatale serait de tout attendre de l’ingérence internationale. D’ailleurs, l’occident ne cache plus sa volonté de surestimer toute agitation en Mauritanie (Paris -Dakar) : un pays qui bouche l’atlantique et ouvre deux afriques tout en donnant sur l’orient et l’occident. Même si elle s’en défend, l’Amérique de Bush a une base militaire à placer. Quant à la France actuelle et son Europe, elles se contentent d’en assurer la fin de mandat controversé. Entre les deux, il y a toujours eu ces messes basses qui ravivent les expansionnismes voisins. La décolonisation est une chose, l’indépendance en est une autre : plus fière et jalouse de sa souveraineté nationale, l’Algérie a exprimé son soutien au peuple mauritanien. Mais c’est à ses propres enfants qu’il revient de lui forger un destin.

En tout cas, cette énième sauterie militaire signe la mort clinique de l’état postcolonial. L’armée nationale d’Afrique devait y circonscrire la souveraineté et les pouvoirs. Elle en rejette les greffes démocratiques. C’est le début de la fin d’une histoire… Pour relancer la sienne, la Mauritanie doit d’abord gagner sa première bataille pour la démocratie et la république.

Cheikh Touré

Article paru dans La Tribune N°413 du 18 août 2008.

Anonyme a dit…

Au final, je suis toujours placé, mais pour l’instant jamais gagnant
j'espere cette fois ci sera la bonne!!
Je suis nul, tu es nul, il est nul……………..

_________!!!!

Anonyme a dit…

l'Union Européenne menace de suspendre sa collaoration avec RIM (Taqadoumi.com)

نرجو أن يكون تعليق هذه الشراكة مجرد نهديد
فنحن نعتمد أساسا في اقتصادنا على أوربا حقيقة قد لا تحلو لبعض المفرطين في الوطنيةوالقبلية
إذا كانت الإتفاقيات مجحفة بنا فما الداعي لها؟
حديد موريتانيا ذو الجودة المتواضعة والذي لا يرقى لمستوى المنتوج الدولي من سيشتريه؟ ومن سيمول مشروع قلب 2؟
أعتقد أن العقلية العربية لها من حب البقاء في السلطة ما يمكنها من ضرب مصالح العباد والبلاد بالحائط والإستمرار في الحكم وليس صدام منا ببعيد

Anonyme a dit…

Encore une n ème fois, nous retrouvons les mêmes visages - +3,099 - qui nous sont familiers depuis voilà 16 ans
Entouma tchifou el7eywane 2ella ljakoum 2issoug’koum mourrou mate7echmou

Oh Bilkiss I can't fight anymore ena n’chife

________!!!!

Anonyme a dit…

I mean plus three point o ninety nine


________!!!!

Anonyme a dit…

أفادت مصادر مطلعة من حزب تكتل القوى الديمقراطية أن رئيس الحزب أحمد ولد داداه يجتمع هذه الأثناء مع رئيس المجلس الأعلى للدولة الجنرال محمد ولد عبد العزيز بالقصر الرئاسي بالعاصمة نواكشوط وتوقعت ذات المصادر أن يعلن ولد داداه موقف حزبه من المشاركة في الحكومة بعيد هذا اللقاء الذي وصفته بـ"الهام".
وكانت أنباء إعلامية تحدثت عن تباين في الآراء داخل حزب تكتل القوى الديمقراطية بشأن الموقف من المشاركة مع العسكريين الذين أطاحوا بحكم ولد الشيخ عبد الله ففي حين ترى مجموعة من قيادات الحزب ضرورة التريث في المشاركة في الحكومة التي ينوي العسكريون تشكيلها وتذهب إلى الدعوة إلى مساندة الانقلاب من دون المشاركة في الحكومة حتى يقدم العسكريون ضمانات بشأن موعد الانتخابات الرئاسية وإمكانية ترشح أعضاء المجلس، يطالب آخرون بالانخراط في الحكم الجديد من دون اشتراطات.
وتفيد مصادر من داخل كتلة الأحزاب الداعمة للمجلس الأعلى للدولة أن رئيس حزب التكتل خلال لقائه الأخير بولد عبد العزيز طرح عليه مطالب الحزب بشأن المرحلة الانتقالية ورد عليه ولد عبد العزيز بعدم إمكان إعطاء أجوبة حول الموضوع في الوقت الراهن.

AOD threr is No Way Out

________!!!!

Anonyme a dit…

there is no way out ijmel 2illi bereklak 2da7r 2rikbou
finita la comedia
________!!!!

bilkiss a dit…

merci ____!!!!

pour avoir changer de pseudo, mais il reste ce entouma etchefou, mahou valna.

une amie qui te veut du bien,
Bilkiss

Anonyme a dit…

Bilkiss if you're in Nouakchott now, je te conseille de prendre ta voiture guissi stade olympique Maybe you'll say that just like me

_______!!!!

bilkiss a dit…

M'ballal; Yanis le Roi, Kimporte Maata, Mr Couly, Grizzly...et les autres, c du sérieux ça, le discours de AZZIZ est musclé, l'heure est au dialogue, à la méditation, à la solidarité, à la prise d'une position sérieuse est unanime, c grave ce qui se passe au bled et pourquoi pas une pétition....

alors, les gars ne vous laissez pas abattre, pensez à la RIM, au peuple mauritanien adoré, à ce qu'il endure, ce qu'il subit...nom de Dieu, réagissons, sinon je crains qu'il ne soit trop tard.
sortez de votre mutisme, c vous les délivreurs, sur qui tout un peuple compte et pas n'importe quel peuple, un peuple fier, aimable juste mais dépourvu de tous ces droits les plus simples, ne le decevez pas svp

Bilkiss,
du fond de l'âme

Anonyme a dit…

هذه المهزلة وللاسف قد تعدت كل الحدود عندما نظرت في اوجه هذا الحشد تساءلت هل من امل ان يتغر وضع هذا الشعب في يوم من الايام كانت الاجابة واضحة فى اعين الجميع تقريبا لكن لقراءتها يتوجب على الستعانة بكم فهل من مجيب
?


_______!!!!

Anonyme a dit…

Autrement dit, ...


_______!!!!

Anonyme a dit…

اكدت مصادر في رئاسة الجمهورية لـ"تقدمي" ان اللقاء الذي جمع اليوم بين زعيم المعارضة احمد ولد داداه ورئيس حزب التحالف من اجل العدالة والديمقراطية صار ابراهيما مع رئيس المجلس الاعلى للدولة محمد ولد عبد العزيز قد اسفر عن موافقة زعيمي الحزب على الدخول في تشكيلة الحكومة الجديدة التي أوكلت للمهندس مولاي ولد ممد لغظف.
وكانت مصادر آخرى قد أكدت لتقدمي آن لقاء كان قد جمع بين ولد داداه وولد عبد العزيز اسفر عن تباين في وجهات النظر أكد خلاله زعيم المعارضة مقاطعته للحكومة ما لم يتم التشاور على صيغة مشتركة لتنظيم الانتخابات.

one last shot

________!!!!

Anonyme a dit…

BD
DE QUEL PROBLEME TU PARLE ?
C'EST TOI LE PROBLEME

________!!!!

Anonyme a dit…

cridem
Douze questions aux généraux.
1. Quelle serait votre attitude, si d’autres militaires plus déterminés venaient à vous renverser en prônant les arguments que vous avez violé la Constitution?
2. Etes-vous bien placés pour donner des leçons de morale démocratique ?
3. Qui avait en charge la direction générale de la sûreté jusqu’au 6 août 2008 ?

4. Qui avait autorité sur l’armée et son organisation jusqu’avant le 6 Août 2008 ?
5. Considérez-vous que le pays est confronté à l’une des plus graves crises de son existence ?
6. Savez-vous que la quasi-totalité de vos soutiens d’aujourd’hui seront à la tête des cortèges de soutien reprenant le même leitmotiv ?

7. Etes-vous conscients des conséquences de l’embargo international sur la situation socio-économique déjà très précaire de notre pays ?
8. Savez-vous que l’aggravation des difficultés économiques des populations serait le déclic à l’insécurité déjà très précaire ?



9. Quels sont les moyens que vous avez pour votre ambition affichée ?
10. Pensez-vous que les mises en scènes de vos soutiens, utilisant les faibles énergies résiduelles des populations déjà essoufflées, sont moralement acceptables ?

11. Pensez-vous qu’en composant avec les « goutte-à-toutes-les-sauces », que vous pouvez résoudre les maux qui gangrènent ce pays ?
12. Ne pensez-vous qu’il est encore temps de mettre en place un cadre de concertation pour rétablir l’ordre constitutionnel ?
www.cridem.org

________!!!!

bilkiss a dit…

_____!!!!!

non, malheureusement, je suis pas à Nktt, qu'est ce qui ce passe au niveau du stade olympique????

tu peux m'expliquer stp?

Anonyme a dit…

cridem
meeting en faveur du putsch.
Plus de 22.000 personnes, selon une source policière, et plus de 30.000 selon les organisateurs, participaient cet après-midi à Nouakchott à un meeting de soutien au coup d'Etat militaire du 6 août en Mauritanie, qui avait renversé le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi.

Une source policière sur place a estimé "de 22.000 à 25.000" le nombre des participants au rassemblement, dans le stade olympique de Nouakchott.

Selon l'un des organisateurs du meeting, Moudir Ould Bouna, cadre démissionnaire du parti du président renversé, "plus de 30.000 personnes" étaient présentes.
cridem.org

_______!!!!

Anonyme a dit…

Bilkiss are u happy?

________!!!!

maatala a dit…

Salam

Chére Bilkiss

Le discours du général-félon c'est du FLAN:

Azziz est en train de régler un problème personnel avec SIDIOCA-KB.

Il a chargée la mule:

Nous balancer que le bled est en faillite à cause de SIDIOCA,c'est nous prendre pour des cons, elle est grosse la ficelle.

SIDIOCA a certes commis des erreurs , mais pas celles que cite AZZIZ:

- Il a zapper la Mauritanie profonde au profit du tourisme.
- Refus de l'audit
- Refus de dissoudre le BASEP
- Accepter qu'azziz noyaute l'armée
- Reniements, hésitations et complicité passive (affaire de la drogue).
- Défense de la FKB

"LEGHADIYA BEYNATHOUM" dit le FOU

maatala

bilkiss a dit…

____!!!!!

je ne sais plus, entre le blog de Yanis hier et celui de Kimporte d'aujourd'hui, mon coeur balance comme disent les ivoriens.

Anonyme a dit…

Ce que nous observons est exceptionnel in the recent history

oh I can't anymore ena n'chife as well as........

________!!!!

bilkiss a dit…

Chér Maata,

mahou valak, dis pas ça toi un fervent défenseur des droits de l'homme, un humaniste fini, ( LKADIYA MAHI BEYNATHOUM).

pourquoi elle le sera?
et le peuple Mauritanien dans tout ça?

on le livre à son sort?
ou bien on le jette aux oubliettes?

Anonyme a dit…

لقد ارد ت ايصال شئ واظن انه وصل والان ادع لكم فضاءكم اسبحوا فيه

I'll leave you forever

have a nice dreams!!!!!!!

ena n'chife!!!!as w....

_________!!!!

maatala a dit…

salam

La démission du journaliste est un acte louable, il vient après celui de notre Ambassadeur à Washington.

Si notre pays n'existait pas, il aurait fallu l' inventer :

Des députés élus au suffrage universel qui soutiennent des putschistes.

AKHIROU ZAMAN dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

30000*5000=150.000.000 UM ce n'est rien du tout pour les Mega-RV (Roumouz El Vassad), ils compenseront ca directement sur les ressources du peuple.

L'organisation des meeting est devenue un veritable business et il y a pour cela des intermed specialises. L'intermed empoche 5000 la personne donne environ 400 par personne pour le bus, l'individu recoit 2000 et le reste il l'empoche.

La communaute internationale ne doit surtout pas etre fascinee par des manifs du genre, car les gens qui y sont le sont pour des miettes qu'ils recoivent des bugetivores.

Cette fois un helico a ete mobilise pour filmer cette horde achetee afin d'un faire un best seller mediatique, destine a la communaute internationale.

Cessons la farce, la Mauritanie est prise en otage et il fait mettre en commun tous nos efforts pour la liberer.

Mohamed Said Ould Ahmed

maatala a dit…

salam

chére bilkiss

Si tu nous relis, tu verras que moi et mes amis de CANALH avions prédits, tout ce qui nous tombe dessus.

Ce qui est mort chez nous c'est l'idée de démocratie.

Si bodiel, Wagf la poisse, sidi baba et DADDAH sont démocrates , je ne le suis pas.

Par les temps qui courent n'importe qui peut se proclamer être n'importe quoi, résultat les mots n'ont plus de sens.

- Azziz le sauveur
- Sidioca l'homme qui rassure
- etc

"Bénathom" veut dire que azziz et Sidioca sont coresponsables de la MERDA (le putchiste contre l'amateur).

Nous assistons en tant que victimes malgré elles, à leur divorce brutal dit le FOU.

Maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

Comité de soutien en France au Haut Conseil d’Etat (HCE)


L’Ambassadeur a exprimé sa satisfaction de voir ses compatriotes se mobiliser spontanément pour défendre leur pays. Elle s’est dite heureuse du dénouement de la crise qui avait bloqué les institutions républicaines ces derniers mois. Elle a dit porter un grand espoir au processus de rectification sous la conduite de ceux-là même qui ont instauré la démocratie dans notre pays.

Elle a par ailleurs manifesté sa disponibilité à aider les membres du Comité de Soutien au HCE dans toutes leurs initiatives visant à promouvoir le mouvement de rectification.

----------------------------------

A chaque fois que la maréchale Khattou venait en France cet ambassadeur (qui brille par son incompétence) et qui de surcroit lui doit sa nommination, abandonnait son poste pour servir de Dame de compagnie à KB.

Opportunisme et ingratitude quand vous nous tenaient dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taqadoumy

"KB, la HCJ et le PSI, de nouveau devant le Parlement
18-08-2008
Un decret du Président du Haut conseil d'Etat convoque une cession extraordinaire du Parlement, en vue de constituer deux commissions d'enquetes : l'une sur les finances de la fondation de Khatou Mint El Boukhary (KB), l'autre relative au Programme Spécial d'Intervention (PSI).

La cession sera egalement consacré à la mise en place de la Haute Cour de justice (HCJ), c'est une institution prévue par l'article 93 de la Constitution ; elle est compétente notamment au jugement du Président de la République, en cas de haute trahison.

Un expert juridique, joint par Taqadoumy, précise que la convocation d'une cession extraordinaire du Parlement est du seul ressort du Présidnet de la République.

L'ordonnance du HCE, relative au transfert des pouvoirs du Président de la République vers le HCE n'étant pas encore validée par le Parlement, cette convocation pourra donc ne pas être valide, d'un point de vue juridique.

-----------------------------------

Pendant qu'on y est ,ils peuvent aussi nommer Lematt mint AOUNINE(Ambassadeur de la RIM en France) comme procureur pour la FKB.

La Messe est dite dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

DES PERSONNES REGRETABLES :

Pour qui roule Ould Ahmed Miska et surtout pourquoi ?

L’actuelle crise que traverse la Mauritanie n’est pas précisément une crise politique .. c’est une crise profonde de peuple et de sa classe intello-politique .

Revenons a la question principale Pour qui roule Ould Ahmed Miska et surtout pourquoi ?

Ahmed baba Ould Ahmed Miské est un intellectuel mauritanien ou tiers-mondiste de haut niveau, journaliste, philosophe, diplomate, et poète qui a suivi la naissance de ce pays.

« Un révolutionnaire » ?

Apres un long exil volontaire en Europe et une carrière brillante dans des organisations internationales « UNESCO » et dans des institutions culturelles , on le voit dans son Inchiri natal pour accueillir Ould Taya juste avant le coup d’Etat du 3 août …

Apres le coup il revient pour se mêler dans la politique nationale en se présentant aux législatives de 2006, malheureusement il échoue.

Et après il soutient la candidature de Sidioca appuyé par l’Armée.

Il est donc récompense pour devenir chargé de mission a la présidence.

Et tout dernièrement il est la pour encourager l’armée a garder la main sur le président sidi.

Apres le putsch il s’active pour trouver un soutien populaire au putschistes et ne se géne pas a apparaître à la télé nationale pour défendre l’indéfendable : un coup d’état absurde et sans aucune raison d’être..

Le méchant, guignard Ahmed Baba Miske fait son tour à Nouakchott pour encadrer son adolescent « les initiatives populaires », ce guignard n’a pas pu adhérer ou créer un cadre politique palpable et là il court derrière les initiatives populaires lesquelles se réunit pour des occasions…..

Je me suis permis de poser la question Pour qui roule Ould Ahmed Miska et surtout pourquoi ?

Est- ce pour des profits personnel et régional.

Ou tout simplement pour contribuer a la destruction de la Mauritanie qui déteste et méprise comme ses potes ELYCOM et BOB DENARD (AZIZ).

La prochaine personne c’est SIDI OULD AHMED DEYA et surtout qu’est ce qu’il fait à coté de CON cheikhna ould nenni …. Vous savez nenni en français veut dire Rien .


ALMOUDO

maatala a dit…

Salam

AMAL SIDIOCA

Le temps presse, si tu jettes un coup d'oeil sur les photos du meeting des putschistes sur CRIDEM, tu comprendras vite, que c'est le début de la fin.

Les fauves sont lâchés et le conseil de notre frère qu'importe est primordial dans la défense de la Famille SIDIOCA.

Il va falloir faire connaître votre part de vérité par vous même dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

Kimporte a dit

"Je n’ai plus le temps d’écrire l’article je jette ici les idées en vrac désolé".

Salut l'artiste dit le FOU

maatala (admiratif)

maatala a dit…

Salam

Chére Bilkiss

je t'invite à voir les photos du meeting de soutien aux putschistes sur CRIDEM.

j'y ai reconnu des personnes qui doivent leurs postes exclusivement à SIDIOCA.

La décence aurait voulu qu'ils se portassent au moins pale (malade), afin d'éviter la honte et le reniement.

Néamoins,je dois aussi leur reconnaître qu'ils sont libres de ne pas avoir de convictions.

Imaginons un instant que SIDIOCA reviennent au pouvoir , à ton avis que feront-ils.

Comme "D'HAB" dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Maata

t'es un minable!

Concernant le président de DSF tu n'as rien d'autre à offrir que des insultes.Dés qu'il s'agit d'insulter tu es partant.
Pourtant, rien n'a changé: le président SIDIOCA n'a jamais été aussi libre que depuis le 06 août 2008. Le coup d'état il date de 2005, et tu avais soutenu. Alors tu la ferme, stp!

Anonyme a dit…

Je vous raconte l’histoire d’une vieille fille de mœurs légères. Cette fille appelée Mauritanie est née 1960. Elle fut épousée dès sa naissance par le dénommé Moctar Ould Daddah. Elle se fit divorcer en 1978 où elle passa de longues années en laissant défiler entre ses jambes une horde de militaires. Le dernier de ceux là Maaouiya a fini par la marier 1992. Ce mariage dura 13 longues années. En 2005 elle exigea son divorce de son fidèle mari pour le compte d’un certain Ely. Celui-ci n’était d’ailleurs pas très enthousiaste pour cette relation extra conjugale. En 2007 notre fille déjà assez vieille fut mariée à un sexagénaire. Mais les militaires à défaut d’avoir mieux ne cessaient d’avoir l’envie de coucher avec la fille bien que déjà vieille. C’est en août céda aux tentation en se débarrassant du vieux pour vivre en concubinage avec le plus sordide des militaires Aziz. Elle a oublié son expérience d’antan avec les militaires qui vont faire comme par le passé le défilé entre ses jambes, malgré cette fois-ci d’un grand risque d’infection par le SIDA.

Sellami a dit…

Arrêtez votre guerre des aswagha et autres petites suspiscions maldives! Nous pensions que ce blog était un espace d'échange d'idées et de réflexions, ne nous faites pas changer d'opinion!
Merci à tous ces pseudo qui prennet la peine de faire évoluer le débat

Sellami a dit…

Salut tous!
Bonsoir Professeur,

Je crois que vous êtes passé trop rapidement sur ce qui a été dit, ce qui n'a pas été dit et surtout ce qui devait ête dit; mais vous avez omis (exprès?) ce qu'il fallait comprendre.

Une traduction du texte est nécessaire; et un programme de gouvernement sous forme d'une série de promesses est une re- remise de tous devant le fait accompli.

Ce qu'il faut comprendre c'est que le général se prend au sérieux, _ou disons plutôt qu'il commence à se prendre au sérieux_ et ne se sent plus comme le parvenu qui avait juste voulu empêcher sa mort par un acte suicidaire (tout comme d'ailleurs ce qu'a fait le président élu, soit dit en passant; mais ce n'est pas notre sujet!).

Le général est un amateur de films western: celui qui tire le premier et touche gagne, s'il tire le premier et ne touche pas il est cuit, c'est une logique tellement simple pourtant.

SIdi avait tiré le premier, il a raté, il est mort!

C'est comme ça que le général voit les choses.

Puis tous les Moudir Ould Bouna, Ould Batta et autres ........... et laudateurs parvenus de la première heure entament leur ballet. Ils ont fini par lui faire croire qu'il est vraiment l'invincible.

Il a dû se dire en plein fond de lui même: "un colonel c'est un grand oiseau, cela a une si grande envergure", comme l'écrivait feu Habib Ould Mahfoudh; alors si l'oiseau est plus galonné, on peut imaginer ce que la "grande" cervelle de l'oiseau peut lui faire croire!

Le vieux marabout, lui, n'est pas amateur de films westren! Il a tiré sans couvrir ses arrières, l'autre avait plus de protection! Téméraires ils l'ont été, dans une sorte de réaction impulsive qui va nous mener vers nulle part, même si on tente de caricaturer le putsch pour rire de notre adversité.

Si seulement ce n'était pas si tragique, cela aurait été tellement rigolo, tous ces péquenots qui s'acharnent à dire la chose et son contraire à la télé Vem qui n'a absolument plus rien à envier aux années sombres de Maaouya. Le Guide n'aurait pas pu imaginer pire, même dans ses heures les plus noires de cafard et de solitude présidentielle et plénipotentiaire et "guide-suprêmesque" dans toute sa gloire de roi incontesté et incontestable du pays du million d'imposteurs (c'est quoi en arabe? mounafigh ou quoi?)

Là il est battu à plate couture sur le terrain ubuesque qui est le nôtre.

En attendant, qui peut me traduire le discours de Aziz en suivant la même logique et en y ajoutant ce qu'il faut comprendre? Cela doit être intéressant à moutir de rire!

Anonyme a dit…

kbg/sellami,
Au nom de quoi les blogueurs doivent-ils se soumettre à votre diktat? Les hostilités ont été lancées par l'officine du kgb, elles doivent cesser quand elle le voudra; sinon c'est sana mine sant.

3Z a dit…

Le discours du Général n’a pas laissé d’équivoque quand aux dangers qui pèsent sur la Démocratie et l’existence même du pays, menacé tel qu’il est par les conséquences économiques désastreuses qu’entraînerait le circuit infernal des sanctions, blocage de la coopération étrangère et arrêt des grands projets du pays.

Aziz, sans grande surprise, n’est pas semble-t-il pas là pour partir comme à dû le faire Ely. Non, il a d’autres desseins et tout un programme pour lequel un mandat présidentiel ne saurait suffire ; Donc autant avoir un mandant à la tache pour l’accomplissement de ce programme, prendre le temps de l’entamer et rester président tant que le programme n’est pas complètement achevé. Ce programme c’est, bien avant les 30 points de prof Ely, celui de tous les tombeurs des présidents depuis un certain 10 juillet 1978.

La conséquence directe est que l’Union Européenne va geler toute coopération et que la Banque Mondiale a gelé les tirages sur 381 millions de dollars US pour des projets en cours d’exécution. Ceci sans parler des projets en cours d’étude ou d’instruction financés par ces deux partenaires, dont pas moins de 1200 millions de dollars US à des niveaux bien avancés de l’instruction. De telles sanctions sont mortelles pour un pays en bonne santé économique, a fortiori pour un pays qui vit sur la coopération internationale.
Les sanctions économiques, Aziz n’en souffrirait point. Ni lui, ni les cercles proches du pouvoir qui s’érigeraient en laudateurs de faux acquis démocratiques et économiques, ou en défenseurs du souverainisme à deux sous, vantant l’illusion d’indépendance à laquelle nul ne croit. C’est le peuple mauritanien, déjà meurtri par la crise économique, énergétique et alimentaire qui en paierait le lourd tribut.
Pour Aziz, c’est Lui et après Loi le déluge. Pouvons nous en chercher une preuve plus éloquente que l’aveu effronté du risque de mutinerie et de guerre civile si son limogeage avait été maintenu ?

Les acteurs politiques en tireront-il les conclusions pour agir en conséquence ? Serait il possible de revoir les mêmes coalisés pour le changement au cours de la première transition s’unir en un Front pour la République, contre le dictateur en herbe ? Je pense sincèrement que cette troisième voie reste la seule voie de salut pour la Mauritanie.
Les forces de la défunte coalition des forces de changement sont aujourd’hui déchirées et chacun des deux cotés des RV s’en assure du soutien et une certaine légitimité. Je pense que leur combat, le vrai celui là, n’est ni celui pour le retour de Sidioca que mène le FNDD ni celui du soutien de Aziz dans lequel sont engagés AOD, Hanenna et bientôt Sarr ; leur combat est tout autre, celui de la troisième voie, ils doivent s’y mettre sans tarder.

Je fais écho à l’appel de Kimporte à l’adresse du RFD de se désolidariser des putshistes. AOD ne peut plus rien espérer d’Aziz après son discours d’hier. Ne pouvait il pas (Aziz) dire qu’il quitterait AU PLUS TARD dans 19 mois, ce délai (référence) ayant déjà servi pour organiser successivement des journées de concertations, un référendum constitutionnel, des élections municipales et législatives et des élections présidentielles, ne suffirait il pas pour une transition qui ne DEVRAIT avoir comme cahier de charges que l’organisation d’une élection présidentielle. C’est quand même assez gros pour échapper à AOD. Contrairement à Kimporte qui lui demande démissionner, je pense qu’on pourrait lui pardonner la trahison s’il se rachète. Messoud ne c’est il pas racheté par son refus catégorique de plier à la volonté des militaires ?
L’UFP, L’APP et Tawassoul doivent renoncer à se battre pour le retour de Sidi. Un retour à la vie constitutionnelle n’est pas synonyme du maintien en vie artificielle d’un bébé démocratique malformé. Une autre voie pour l’épanouissement de notre démocratie est possible. Il faut la trouver !

Unis ces partis pourraient imposer aux militaires la volonté du peuple reprendre le pouvoir dont il est la seule source. Cela ne pourra se faire sans un calendrier précis et un cahier de charge aussi réduit que possible de la période de transition comme le demande le RFD
Unis ils pourraient ménager aux militaire une sortie honorable qui leur évite l’humiliation et l’affaiblissement de l’armée, source de tous les dangers. Cela ne serait possible avec le retour de Sidioca comme le demande le FNDD.
Unis, ces partis pourraient exiger une participation à la gestion, conjointement avec les militaires, d’une période de transition acceptée par l’intérieur et l’extérieur et éviter à la Mauritanie le risque de sanctions et d’isolement. Ils éviteraient aussi l’erreur de laisser les militaires fixer les règles du jeu à eux seuls. Une gestion conjointe à mon avis doit être au delà d’une participation de tous à un gouvernement de transition, une participation de tous au sein de l’organe « présidentiel » qui pourrait être le HCE élargi aux civils ou un autre organe qui s’y substituerait.
Séparés tels qu’il sont aujourd’hui, ces partis facilitent la tache aux militaires : ceux qui sont avec eux ne sont pas suffisamment forts pour fléchir leur volonté de faire les choses à leur guise et ceux qui sont contre eux ne font pas le poids pour constituer une menace quelconque à leur dessein.

Tout le monde doit ranger ses complexes, ses rancunes, ses haines et ses petits calculs, pour un sursaut en faveur de cette république. Elle en vaut quand même plus.
Une telle alliance permettrait de voir la réalité du combat : entre deux clans de RV.
Laissons Sidioca à l’histoire et à sa famille proche qui s’en chargeront, il n’est plus notre problème. Disons même « bon débarras ». Notre problème aujourd’hui porte un autre nom, et le grade de Général. Aveugle est celui qui ne voit pas ses intentions. Alors l’heure est à l’unité pour résoudre ce problème et nous n’y arriverons jamais en rangs dispersés.

Salut
3Z

Anonyme a dit…

وكما وعدتكم هذه سيرة حياة الاخر الذى شد انتباهي

احمد ولد داداه ، ولد في 7 اغسطس 1942 في موريتانيه اقتصادي ، وسياسي لايجهله اى موريتانى. وهو الاخ غير الشقيق للمرحوم المختار ولد داداه ، أول رئيس لموريتانيا ، وينتمي الى قبيلة اولاد بري. وهو حاليا رئيس تجمع القوى الديمقراطيه (RFD)وزعيم المعارضة الرسمى.....

دادة بدأ مسيرته المهنية في عام 1971 مديرا عام للشركة الوطنية للاستيراد والتصدير. في عام 1973 ، بدا مهمة محافظ للبنك المركزي الوطني ، لتنتهي يوم10 يوليو من العام 1978 بعدالانقلاب العسكرى الاول فى تاريخ هذا البلد الحديث النشاة والذي اطاح بالحكم المدني الذى كان يراسه المرحوم المختار ولد داداه. وكان وزير المالية والتجارة حينها. وكان خبير اقتصادي في البنك الدولي في الفترة من 1986 الى 1991 . عاد الى موريتانيا في عام 1991 ، ليتراس المعارضة ضد الرئيس معاوية ولد سيدي احمد الطايع في يناير 1992 في اول اتخابات راسية ينظمها واحتل المركز الثاني مع 32،73 ٪ من الاصوات ، خلف طايع. لينتهي به المطاف الأمين العام للحزب من أحزاب المعارضة ) اتحاد القوى الديمقراطيه - عهد جديد - (UFD/EN

داده اعتقل في يناير 1995 ، في اعقاب اندلاع اعمال الشغب التي وقعت احتجاجا علي زيادة اسعار الخبز و وجهت اليه تهمة التحريض على العنف ، ولكنه نفي ذلك ، ورغم ذلك وضع قيد الاقامة الجبرية ، ليتم اطلاق سراحه في فبراير من نفس السنة.

في فبراير 1997 ، اتحاد القوى الديمقراطيه مع اربعة احزاب اخرى - يشكلون جبهة احزاب المعارضة لمقاطعة الانتخابات الرءاسيه في ديسمبر 1997 ، التي فاز بها بسهولة ولد طايع. في 16 ديسمبر 1998 ،القي قبض عليه في العاصمة نواكشوط ، إلى جانب اثنين من اعضاء حزبه EN-UFD ،محمدن ولد باباه و محمدن ولداشدو. جاء ذلك في اعقاب اجتماع لجبهة احزاب المعارضة ، الذي كان يراسه ، حيث اتهم الحكومة بالسماح لاسرائيل بدفن النفايات النووية في موريتانيا. وقد احتجزوا في بومديد حتى 17 يناير 1999 ، عندها اطلق سراحهم ،....و الاعتقالات استمرت حينها لكنه واصل النضال.

في اكتوبر 2000 ،تم حل اتحاد القوى الديمقراطيه - عهد جديد UFD-EN من قبل الحكومة بزعم انه يحرض على العنف والاساءه الى مصالح البلاد. بعدها تم انشاء حزب جديد من احزاب المعارضة تجمع القوى الديمقراطيه (RFD) ،ثم انتخب رئيسا له في يناير 2002.

مرة ثانية يشارك في الانتخابات الرءاسيه التي اجريت في 7 نوفمبر2003 هذه المرة بوصفه رئيسا لتجمع القوى الديمقراطيه (RFD) ويحقق المركز الثالث ب 6.89 ٪ ، خلف ولد طايع ، ومحمد خونه ولد هيدالة. وحث الشعب على رفض نتائجها ووصفها بالمزورة كما حصل في المرة الاولى.

3 نوفمبر 2004 ، ألقي القبض عليه الى جانب شيخ ولد حرم ومحمد خونه ولد هيدالة ؛ متهمين حينها بالتورط في مؤامرات للانقلاب على نظام ولد الطايع واحيلت القضية الى المحاكمه. التمس المدعي العام بالسجن احمد ولد داده لمدة خمس سنوات ، ولكن في نهاية تمت تبراءته في 3 فبراير 2005.

تمت الاطاحة ب نظام ولد الطايع على اثر انقلاب عسكري في الثالث اغسطس 2005 ،شكل مجلس عسكري براسة اعل ولد محمدفال لندخل بعدها المرحلة الانتقالية التى اظن اننا لازلنا نتذكرها جيدا ونتذكر كل الوعود والعهود والعقود اخيرا اجريت انتخابات رءاسية اعترف الجميع بنتائجها بما فيهم احمد ولد داداه نفسه و علي اثرهاعين الزعيم الرسمي للمعارضة من قبل المحكمه الدستورية وبالتحديد يوم 30 مايو 2007.

احمد ولد داده اليوم ينظر للانقلاب العسكري الذى وقع فى 6 اغسطس 2008.و يتحدث الى الجزيرة في 12 اغسطس ،احمد ولد داده وصف الانقلاب بانه "حركة لتصحيح العملية الديمقراطيه" وزعم ان الانتخابات 2007 الرءاسيه كانت "تزوير و غش"الا ترون المفارقة هل كان مكرها علي الاعتراف بها وهو المناضل الذي لم يخش قط ايام حكم ولد الطائع هنا لا يسعني وانا من ادلي بصوته لك دائما الا ان اقول وبقوة في احدي الاثنتين كنت تكذب على المواطن ومن يكذب على الوطن لايستحق ...

رحم الله المختار ولد داداه ما كان ليقبل

Anonyme a dit…

Ould bouamatou finance le nouveau site des putschistes:
voici le lien
le nouveau STALINE et le culte de la personnalité

Anonyme a dit…

3Z
Bravo,pour le commentaire!
Je suis à 150% d'accord avec toi!

En effet,ceux qui soutiennent le putch sont aussi criminels que ceux qui demandent le retour de SIDIOCA.D'où la seule solution de sauver notre pays de l'abîme consiste à obliger les bidasses à regagner leurs casernes après avoir organisé des elections transparentes et libres,dans deux mois au maximum et célà seul un front de l'opposition reunie peut l'exiger et l'obtenir...
Il n'est pas(encore!) interdit de rêver!.
A+

Anonyme a dit…

Un article sur le blog du prof, à lire

Analyse psychique d'un général (deux fois) putschiste.




Très intéresant.

Anonyme a dit…

www.rectification2008.com

Anonyme a dit…

c'est le blog du prof
svp

Anonyme a dit…

Ould Daddah a déclaré qu il y a des fortes probabilités que le RFD participe au prochain gouvernement des militaires avant d’ajouter que leur participation est déterminée par la réponse que le parti recevra du HCE au sujet d’un certain nombre de propositions.

Anonyme a dit…

BLOG DU PROF

http://haut-et-fort.blogspot.com

maatala a dit…

Salam

----------------------------
Une Pensée au PR SIDIOCA
----------------------------

Lu sur cridem

"Amel Mint Cheïkh Abdellahi: Les raisons d’un coup d’État.

Environ deux semaines après le renversement de son père, Amel Mint Cheïkh Abdellahi, revient sur le processus ayant mené les généraux à opérer «ce coup d’État contre le Peuple mauritanien». Selon elle, il s’agit «d’un scénario préparé de longue date et qui devait mener, dans l’esprit de ses instigateurs, à pousser le Président à quitter le pouvoir de lui-même sous la pression».

Une destitution programmée: C’est en ces termes que la fille aînée de Ould Cheïkh Abdellahi résume le scénario qui aurait conduit à un départ «camouflé» de son père de la présidence. Les généraux avaient choisi, «par différents canaux» de faire pression sur lui. Ils ont d’abord cherché à l’affaiblir au sein de sa propre majorité «en faisant pression sur certains élus, afin qu’ils se rebellent».

Les généraux ont aussi cherché à l’acculer par le biais de sa famille en invoquant des arguments fallacieux». Mais rien n’y fit, le Président était «imperturbable et a refusé de démissionner». Et cela d’autant plus que les généraux pensaient qu’il ne pouvait pas les limoger.

Pour Amel, les généraux ont commis une erreur, dès le départ, «en pensant que Sidi sera une marionnette à leurs bottes». Mon père, dira-t-elle, est «d’apparence souple», mais il n’en demeure pas moins «un homme de principe et de conviction, ce que lui reconnaissent même ses adversaires». Et c’est ce qui a fait paniquer les généraux qui, «de dossier en dossier, voyaient la situation leur échapper».

Pour ce qui est du point de départ du divorce entre le Président et ses généraux, Amel pense que le déclic a été la démission du gouvernement de Zeïne Ould Zeïdane. Depuis ce jour, les généraux ont affiché leur véritable intention et le Président en constituait, à leurs yeux, un obstacle, explique-t-elle. Surtout qu’il avait fermé «tous les robinets». Il n’y avait pas de «facilité, ni de clientélisme». C’est alors que tous les mécontents du système se sont retrouvés à travers «des arguments aussi fallacieux qu’indignes».

Pour Amel, le Coup d’État a été monté de toutes pièces par le général Aziz, qui a engagé dans son entreprise les autres. Mais, explique-t-elle, le coup est une erreur. Dans la mesure où, c’est pour la première fois qu’un front intérieur d’opposition s’est organisé dans le pays dans l’histoire de tous les coups d’État.Pour elle, il ne peut réussir, puisque la Mauritanie avait été admise comme exemple de bonne démocratie par les États-Unis, qui ne vont pas laisser s’envoler ainsi une expérience aussi importante dans la région. Il y a aussi, dit-elle, la détermination de l’actuel Président Français, qui est un homme de conviction et de détermination, explique-t-elle en substance.

C’est pourquoi, déduit-elle, «je dis qu’à quelque chose malheur est bon». Car il faut que cela puisse constituer un exemple de dissuasion pour tous les putschistes pour lesquels une «instance internationale doit être créée afin de les juger».Pour ce qui est de l’échec présumé de son père dans le dossier du terrorisme, elle répond que ce sont plutôt les généraux qui ont échoué, «dans la mesure où le Président leur avait laissé la gestion totale de ce dossier».Enfin, Amel revient sur l’acte d’arrestation de son père.

Selon elle, il a été arrêté par l’homme qui devait le protéger et qui était déjà «démis de ses fonctions» et le Président se trouve dans une situation de personne prise en otage. Ce qui est, dans le code pénal, «une circonstance aggravante», et la peine encourue est la peine capitale.Amère, Amel conclut en invoquant, avec une certaine ironie, le fait que «l’armée dit toujours intervenir pour notre bien», or le malheur est toujours à nos portes.

Synthèse de BAM


Info source : Biladi (Mauritanie)

-----------------------------------

Qui sait peut être, elle nous a lu.

Par contre Amel à ta place, je ne compterais pas trop sur la france et les Etats-Unis.

maatala

Anonyme a dit…

La Francophonie rejette le coup d'Etat en Mauritanie
MAURITANIE - 18 août 2008 - APANEWS
L'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a exprimé lundi son rejet du putsch ayant renversé l'ex-président mauritanien, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, il y a bientôt deux semaines.

L'OIF « ne peut pas accepter les évènements du 6 août dernier en Mauritanie », a indiqué, dans des déclarations à la presse, un émissaire de son secrétaire général Abdou Diouf à l'issue d'une entrevue avec le président du Haut Conseil d'Etat, au pouvoir, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, lundi à Nouakchott.

Cet émissaire, Pierre Buyoya, ancien président du Burundi, a précisé que « l'OIF demande que l'ordre constitutionnel soit rétabli, que les libertés fondamentales soient respectées et que tout soit fait pour préserver la paix sociale dans ce pays ».

Il a ajouté que la Francophonie avait joué un «rôle particulier» dans la normalisation de la vie politique en Mauritanie, rappelant que cette normalisation avait conduit aux dernières élections de mars 2007.

M. Buyoya a aussi dit vouloir s'informer sur ce qui va être fait pour retourner à l'ordre constitutionnel et a exprimé la disponibilité de l'OIF à contribuer à normaliser de nouveau la situation.

Il a prévu des contacts supplémentaires avec les partis politiques et la société civile en Mauritanie.

Anonyme a dit…

qui paye l'appartement d'ahmed ould salek ( DSF) au 16 arrondis à paris.

on m'a dit que l'appart dont il habite est une concession de mint ahmed tolba mais allah alem quelqu'un peut me renseigner svp

salut ane enchef

saleh H

maatala a dit…

salam

il a dit:

maata

"Concernant le président de DSF tu n'as rien d'autre à offrir que des insultes.Dés qu'il s'agit d'insulter tu es partant"
----------------------------------
En écrivant , il pensait certainement à son pote de la secte DSF le "HMAR" COULY.

Car les insultes sont une seconde nature chez lui dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

Rien que pour le plaisir de relire

La lettre au >Président du prof Ely

"Monsieur le Président,

Maintenant que vous avez le temps de nous lire et que vos préoccupations voyagistes se sont amenuisées, permettez-moi de vous dire que tout au long de votre présidence, on vous a critiqué sur ce blog. Parfois de façon acerbe, mais toujours avec respect et conscience de l’utilité de la critique positive.

Hélas, nous sentions, que ce que nous disions, à l’instar de tout ce que les mauritaniens de bonne foi, écrivent sur le net ou dans les journaux, ne vous parvenait pas. Etait-ce le mur de conseillers que vous vous êtes érigé autour de vous ? Est-ce une négligence de la part de vos services de presse, est-ce une négligence de vous-mêmes ou votre penchant pour les voyages (Voir : Où allez-vous monsieur le Président?)?


Toujours est-il qu’observateurs objectifs d’une vie politique qui grouillait autour de vous, nous avions à maintes reprises sonné l’alarme sur le guêpier dans lequel vous vous trouviez.
Nous avions fait mille et une propositions pour que vous puissiez trouver les moyens de contrer les critiques, d’asseoir votre autorité en prenant les décisions qui s’imposent quand elles s’imposaient.

Parmi ces modestes propositions auxquelles, nous avions consacré maints articles et analyses, nous préconisions :

- L’éloignement des roumouz el vessad de l’activité politique pour éviter le pillage des ressources publiques et redorer le blason de l’Etat auprès des populations. Et nous avions proposé toutes les solutions économiques, sociales et juridiques permettant de réaliser cela (voir : La gabegie en symbole )

- La consécration prioritaire de vos énergies à rehausser le niveau de vie économique et social du pays car c’est là ou le peuple sentira votre présence et votre utilité (Voir : 30 mesures.)

- Le contact avec les populations. A savoir aller sur le terrain, aller au-devant des populations, s’enquérir de leurs préoccupations. Vivre avec elles leurs souffrances et leur désarroi face à la crise économique. En somme montrer que vous occupiez d’eux. Contrairement à cela, vous gardiez une distance qui aujourd’hui se ressent. (Voir : l’équation )

- La communication avec les mass-média et avec l’environnement vous faisait , à vous et à votre gouvernement, cruellement défaut. Combien de fois vous vous êtes adressé au peuple ? Combien de fois avez-vous utilisé les moyens de communication, qui sont à votre disposition, pour entrer en communion avec les masses et leur insuffler une vision positive de l’Etat et de leur devenir. (Voir : baisser la tension)

- La lutte contre les lobbies et les trafiquants qui minent le pays en faisant appel, s’il le faut, aux spécialistes nationaux et internationaux. Afin de reprendre le contrôle sur le pays et sur son économie (Voir: un faucon ).

- L’audit des finances publiques, l’estimation des avoirs réels financiers et patrimoniaux de l’Etat pour détenir une véritable maitrise et une transparence des ressources publiques. Jamais vous ne vous êtes intéressé publiquement à ce chapitre, laissant le nerf vital de l’Etat entre les mains de responsables qui en font à leur guise (Voir : fragilité et dépendance)

Monsieur le président,

Lorsque les pressions sur votre personne et votre autorité ont commencé à voir le jour à travers notamment :

- la fronde des parlementaires,
- les critiques de la fondation de votre épouse,

aux fins de protéger votre personne et d’éviter les pressions et leurs conséquences sur la stabilité et la sécurité de l’Etat, on avait immédiatement proposé les solutions rapides :

- La Dissolution du parlement et organisation d’élections libres (voir : Dans l’arrière cour)

- L’audit financier et de gestion en bonne et due forme, de la Fondation KB. Dans les plus brefs délais. Cette solution vous aura évité de voir rejaillir sur vous, les présomptions de malversation soulevées à l’encontre de cette fondation. (Voir : Audit et règlement de comptes)

Monsieur le Président,

Aujourd’hui, vous avez été renversé et malgré toute votre bonne foi, le peuple ne voit que les réalisations immédiates) qui améliorent son sort, sa vie quotidienne et les actes et les décisions qui éloignent de lui ceux qui l’on pillé depuis des décennies. (voir : un peuple sur le divan )

Le peuple voit le pain avant les lois. Il voit les voleurs avant l’Etat. Il voit l’idéal avant les hommes.

Or sous votre présidence, le pain est devenu difficile, les voleurs ont été nommés au sommet de l’Etat et vous n’avez insufflé à ce peuple aucun idéal ni même une image d’un devenir radieux. L'auriez-vous pu? (Voir: le soufi et les loups et bienvenue sous la tente ocre )

Monsieur le Président,
_
les peuples ayant des démocraties arrachées par leurs révolutions sont légalistes, le peuple mauritanien ne l'est pas. Il a eu comme vous le savez, une démocratie octroyée. Octroyée par des militaires. Il a tenu à cette démocratie tant que son espoir était que la vie sous un régime démocratique sera meilleure que de vivre sous un régime militaire. Et son espoir a été déçu.


Moins de deux ans, me diriez-vous était insuffisant pour tout faire. Je vous dirai que si cette période aussi courte soit-elle, avait été consacrée au peuple et à ses préoccupations économiques, à son idéal d’un Etat épuré de sa corruption, de sa malversation, à consacrer une image de travail de terrain au côté du peuple, de sacrifices visibles de vous-mêmes et de votre gouvernement, auprès de lui (par vos actes salvateurs et vos discours de soutien et de confiance) ,le peuple serait, contre vents et marées, descendu dans la rue pour vous défendre et contrer pied-à-pied ceux qui vous ont renversé.

Hélas, les militaires sont revenus. Et leur première proposition au peuple est de « changer sa condition et de résoudre tous ses problèmes ».

Voyez-vous , monsieur le Président ,un peuple qui refuserait cela après tant d’années de privations ?

Pas le peuple mauritanien. Il y croira. Il a besoin d’idéal.
En effet, le peuple applaudit, non pas parce qu'il supporte forcèment ceux qui viennent d'arriver, mais vivant toujours sa misère, il a l'espoir que le nouveau régime sera meilleur que le précédent.

Ce peuple là n’a pas acquis sa démocratie (celle justement que vous aviez représentée durant ces quelques mois) , elle lui a été offerte ; Offerte sur un plateau d’argent. Il n’en connait ni l’inestimable valeur, ni comment la garder . Comme toute chose reçue sans efforts.(La démocratie assassinée)

Les peuples qui tiennent à leur démocratie, ce sont ceux qui l’ont acquise par la force de leur révolution. Ceux qui ont souffert pour l’obtenir en y laissant leur propre sang. Cette démocratie là, monsieur le président, n’est pas celle à laquelle vous avez participé.

Et si les militaires vous ont renversé, c’est parce qu’ils reviennent reprendre ce qu’ils ont donné. Vous relever de vos fonctions car, pour eux, vous êtes leur créature. Vous deviez les « rassurer » que la démocratie octroyée se fera à leur avantage et vous en avez voulu autrement.

Aussi, ne comptez pas sur le peuple pour défendre la légalité. Car il n’a vu de l’Etat, qui personnifie la légalité, que corruption et arbitraire.

A moins que le bon Dieu n’en décide autrement, ne comptez pas sur le peuple pour descendre dans la rue vous défendre. Car vous ne lui avez pas enlevé l’épine de la misère du pied. Et ce qui le préoccupe encore c’est l’épine. Pas vous.

Monsieur le Président,

Si par hasard ces lignes tombent entre vos mains, sachez en tout état de cause que le peuple mauritanien ne porte pas la haine en lui. Que ce qui lui arrive, et auquel vous avez participé, il ne le mérite pas. Qu’il mérite une vraie démocratie, des hommes qui le sortent de sa misère et qui lui insufflent l’espoir d’une vie meilleure.

Nous autre épris de liberté nous militerons jusqu’à notre dernier souffle, pour que la légalité, la démocratie et les institutions soient rétablies. Mais nous le savons déjà , il n’ ya pas de démocratie octroyée. Il n’ y a que celle qui vient de la volonté et de la force du peuple.
-
Avec mes respects.
-
Les respects d'un citoyen qui sait pertinemment qu'en Mauritanie, l'on n' écrit des lettres qu'à ceux qui sont au pouvoir, mais qui vous l'écrit, à vous, parce que pour ce citoyen là le devenir de son peuple et plus important que le pouvoir et ses transitaires.

Pr ELY Mustapha

maatala

Anonyme a dit…

maatalefou
toi tu n’es ni Mauritanien ni musulman
Laisse ce vieux marabout tranquille

Anonyme a dit…

cher amis soyons raisonnables
personne ne veux voir KB revenir avec ses proxenetes et ses sauvageonnes ,elles n'avait pas sa place des le debut et elle n'a fourni aucun effort pour meriter cette place,c'est une vipere et elle a entraine le pauvre sidi paisible dans la merde.

Anonyme a dit…

nous n'avons pas besoin de democratie mais de bouffer et le general aziz et ghazouani nous ont promis un bon redressement ,allons y.

Anonyme a dit…

sidi avait des antecedants qui lui avait coute la prison au temps de msot en mettant à risque notre budget,
ALORS BIEN FAIT POUR LUI ,IL NE MERITE PAS LA PRESIDENCE.

Anonyme a dit…

Bouffe tes soucis et tais-toi,tu vas mourir bientôt

Anonyme a dit…

je n'ai plus de soucis puisque sidi et khatou ne sont plus au pouvoir.

Vive le haut conseil (we ledhi la youhibou dhalika yachrab maa el baahr ,elle est tres salee et il mourra par phenomene d'osmose)

Anonyme a dit…

tu vas crever lentement painiblement accompagnee des cris
vive la republique vive sidi

Anonyme a dit…

vive Taya,vive Ely ,vive hc
tu n'es qu'une merde après tout

Anonyme a dit…

Une famille de voleurs pour le putsch :

Dans l’histoire de la Mauritanie je n’est jamais vu une famille où tous les enfants sont impliquer dans la destriction de la mauritanie et la corruption cette famille est la famille d’Ehel Didi Ould Sid’Ahmed :

Sidi Ould Didi Ould Sid’Ahmed : ancien cadre à la bcm , ancien directeur du budjet et ancien ministre du développement économique , ce monsieur là a volé un milliard de l’argent du pauvre pays.

Hamada Ould Didi Ould Sid’Ahmed : ancien patron du projet de la gestion des ressources naturelles . Ce monsieur à volé des centaines de millions…

Daha Ould Didi Ould Sid’Ahmed : ancien trésorier de Nouadhibou, actuel conseiller au MEF ce monsieur a volé des centaines de millions ……

Abderahim Ould Didi Ould Sid’Ahmed : actuel patron du projet gestion des resources petrolieres .. je ne sais pas qu’est ce qu’il a volé , mais je ma demande comment il a pu construire un château a tevergh zeina est avec son salaires il a dix ans de services …

Le grand frere mostapha est au tidjikja pour s’occuper des biens de frere a tidijkja ..

Le petit frere Med Lemine on lui a monter une entreprise informatique ….

Cette famille a fait une démonstration de force tout dernièrement a tidjikja pour soutenir le Putsch…..

A leur place je me cacherais


un ami d'ELGAADA

Anonyme a dit…

le plus grand voleurs ce sont les IDAWALI

Anonyme a dit…

Le conseil de sécurité des nations unis condamne fermement le putsch et cela ne fait pas sourciler la junte de Nouakchott. Pire les "démocrates" comme Daddah prétendent que ce ce qui s'est passé était nécessaire et de le saluent.

Je ne sais pas mais je crois que le pays entre dans une phase de suicide collectif sans pour autant que nos politiques reviennent à la raison.

Les Généraux ne soucient aussi apparement pas de l'intérêt du pays.

Aziz tu as fais une erreur, tu dois te réctifier pendant qu'il est temps sinon tu fonce et tu nous fait foncer directement vers le gouffre.

Mohamed Said Ould Ahmed

Anonyme a dit…

Le conseil de sécurité condamne le putsch et demande la libération de O Cheikh Abdallah mais n'exige pas son retour au pouvoir . Le CS s'est contenté de l'appel à un vague retour aux institutions légales . Un petit soulagement pour la junte . Aziz peut dire Ouf!

C LIBRE a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

دان مجلس الامن الدولي خلال اجتماعه مساء اليوم الانقلاب العسكري في موريتانيا وطالب بعودة الشرعية الدستورية

وكانت الولايات المتحدة قد سعت الاسبوع الماضي إلى استصدار بيان رئاسي من مجلس الأمن يدين انقلاب موريتانيا، ويدعو إلى عودة حكم المؤسسات الدستورية والرئيس المنتخب.

وحاولت واشنطن دفع الأفارقة لطرح الموضوع الموريتاني في المجلس، لكنها «لمست تردداً». وأشارت مصادر أميركية إلى استمرار مشاورات جانبية للدفع في هذا الاتجاه، رغم عدم وجود مسودة جاهزة.

--------مجلس الأمن يدين الانقلاب في موريتانيا ويطالب بعودة الشرعية
دان مجلس الأمن الدولي في ختام جلسة دعت إليها المجموعة الإفريقية بالمجلس، وخصصت لبحث الأوضاع في موريتانيا الانقلاب الذي حدث في موريتانيا في السادس من الشهر الجاري وأطاح بنظام سيدي محمد ولد الشيخ عبد الله، ودعا المجلس في بيانه الذي بثته وكالات الأنباء قبل لحظات قادة الانقلاب في موريتانيا إلى التراجع عن انقلابهم وإعادة ولد الشيخ عبد الله إلى الكحم بوصفه رئيسا منتخبا من قبل الشعب الموريتاني.
------------Le Conseil de Sécurité des Nations Unies vient de publier une Déclaration de condamnation du putsch, première étape d'un processus qui mènerait à d'éventuelles sanctions, en passant par une éventuelle Résolution.

La déclaration a était publiée à l’issue de la 5959e séance, consacrée La paix et la sécurité en Afrique. La séance s'est déroulée dans la salle du Conseil de sécurité, au siège de l'ONU à New-York.

Auparavant, Abderahim Ould Hadramy, ambassadeur de la Mauritanie a l'ONU, avait lu une déclaration expliquant les raisons du putsch.

La condamnation assortie d'une demande de libération immédiate de Ould Cheikh Abdallahi, ainsi que d'un retour à l'ordre constitutionnel, a été lu par M. Jan Grauls, Ambassadeur, Représentant Permanent de la Belgique auprès des Nations Unies.

Anonyme a dit…

La depeche en arabe est celle du site islamiste de Alakhbar . Ils prennent leur reve pour une realite . le conseil n'a pas exige le retour de sidi

Anonyme a dit…

Nous les Patriotes l'exigeons.

Anonyme a dit…

Tout sauf sidi

Anonyme a dit…

Source : AFP
19/08/2008 | Mise à jour : 21:14 | .
Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné aujourd'hui le coup d'Etat du 6 août en Mauritanie et exigé la libération immédiate du président déchu et le rétablissement des institutions légitimes.

Le Conseil "condamne le renversement des autorités démocratiquement élues de la Mauritanie par l'armée mauritanienne", affirme une déclaration lue par l'ambassadeur de Belgique à l'ONU, Jan Grauls, président du Conseil pour le mois d'août.

Le Conseil "exige la libération immédiate du président Sidy Ould Cheikh Abdallah, et le rétablissement immédiat des institutions légitimes, constitutionnelles et démocratiques", poursuit la déclaration

Anonyme a dit…

quel est la difference tu es un applaudisseur çaffag.

Anonyme a dit…

quelle est la difference tu es un jassous a la service de tous.

maatala a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
maatala a dit…

Salam

J'ai retrouvé l'article de Lo gourmo

"Quand le décret de convocation d’une « session parlementaire extraordinaire »...

...viole allègrement l’ordonnance « constitutionnelle » du HCE…




Cette mention n’est pas une simple formalité administrative ou un simple ornement scriptural. Le Haut Conseil qui prétend exercer le pouvoir d’Etat, est une instance collégiale dont les décisions, au vu de l’ordonnance, sont prises en son nom collectif par son Président qui n’est que le primus inter pares, le premier des membres de l’instance, sans pouvoirs propres autres que ceux que lui délèguent ses collègues.




Dans le jeu subtil des rapports entre la constitution civile et l’ordonnance des militaires, ce n’est pas le Président du HCE, en l’occurrence le Général Mohamed Ould Abdel Aziz, mais le Haut Conseil d’Etat lui-même qui exerce les compétences du Président de la République légitime.




C’est ce qu’indique expressément l’article 2 de l’ordonnance en ces termes : « Les pouvoirs dévolus au Président de la République en vertu des dispositions de la constitution du 20 juillet 1991, modifiée, sont exercés, en la forme collégiale, par le Haut Conseil d’Etat ».




Comme pour s’en convaincre eux-mêmes, les auteurs de l’ordonnance vont donc reprendre la même idée, à laquelle personne ne croit par ailleurs, au vu de l’expérience historique du pays et dans le monde, à trave rs l’article 5 du texte suivant lequel « le Haut Conseil d’Etat exerce le pouvoir exécutif et notamment les prérogatives prévues aux articles 23 à 39 du titre II de la constitution du 20 juillet 1991 modifiée. »

L’exigence de la mention « Pour le Haut Conseil d’Etat » pour chaque texte adoptée dans le cadre des compétences « présidentielles » du HCE, se fonde donc sur la spécificité organique du nouveau régime militaire, en tant que régime dit conventionnel ( ou d’Assemblée) par différenciation avec les régimes parlementaires, présidentiels ou mixtes.

Il est cocasse de constater que c’est précisément cette exigence fondamentale pour ce type de régime qui a été brutalement enfreinte par son premier acte juridique de très grande portée politique et institutionnelle : le décret « présidentiel » de convocation d’une session extraordinaire de l’Assemblée Nationale.

Etant donné que cette convocation est une prérogative du Président de la République , au titre de l’articla 53 de la constitution, elle est donc « léguée » au HCE par l’ordonnance des putschistes. Le décret de convocation de la session extraordinaire doit donc nécessairement et impérativement porter la mention fatidique : « Pour le Haut Conseil d’Etat, le Président ».

Or, le texte officiel du décret le plus attendu dans l’histoire politique de la Mauritanie , le décret qui, pour ses auteurs, devait être le sésame de la nouvelle ère militaro-parlementaire de la justice, de la démocratie et de la solution de tous les problèmes de la Mauritanie , ce décret ne porte comme mention que : « Le Général Mohamed Ould Abdel Aziz ». Point barre.

D’un point de vue juridique, cela ne signifie qu’une chose c’est que le décret en question émane du citoyen Mohamed Ould A bdel Aziz, agissant en sa qualité de Général », et non en sa qualité de « Président du Haut Conseil d’Etat ».

En conséquence, en vertu de la « constitution » militaire (ordonnance constitutionnelle), ce décret du Général Mohamed Ould Abdel Aziz comme il est intitulé lui-même n’engage absolument pas la nouvelle institution militaire et, a fortiori les parlementaires et les citoyens mauritaniens.

Le décret n’est pas « nul » mais inexistant au plan du droit. Dès lors, à moins d’être « rectifié » pour être en conformité avec le nouvel ordre constitutionnel militaire, il ne produira que les effets qu’impose « la force des choses » du « maa qaadiili vi chi ! »

Me Lô Gourmo Abdoul

maatala

Anonyme a dit…

RV-land est le seul parti qui ait des militants, quand les autres partis n'ont que des agonisants

maatala a dit…

Salam


Message rédigé par geronimo, mardi, 19-08-08 18:29 suite à l'interview de Amal à biladi publiée sur Cridem.


Amal ; puisque tu as eu l'occasion de graviter dans les arcanes du pouvoir alors tu sais sans aucun doute qui est dérrière le pseudo Geronimo.

Et par conséquent , tu sais tout ce qui nous lie.....

La passion et la colère mise de coté, tu sais parfaitement le rôle que nous avons joué dans la candidature de Sidioca et ô combien , nous nous sommes battus pour son élection.

Sidioca était certes un candidat "indépendant " donc n'appartenant à aucune formation politique. Mais tout le monde sait que seul son nom ou sa notoriété aussi grande ne pouvaient lui arracher la magistrature suprême.

La mobilisation de tous ces hommes , femmes, célèbres ou anonymes sur le terrain pendant la rude bataille qui a aboutit à la hisser au sommet. Allah sait que cela n'était pas facile en dépit des coups donnés par ton oncle Ely ould Mohamed Vall et sa bande en vue de faire passer son principal challenger AOD.

Amal , personne ne remet en cause le programme de Sidioca .

Amal , le cercle du pouvoir est bien agréable, cotoyer tous les grands de ce monde, des têtes couronnées aux grands industriels en passant par les notabilités de toutes sortes.

Amal , le pouvoir a tjrs tendance dans le revers de sa médaille à aveugler, isoler etc.

Amal , Sidioca a commis bon nombre d'erreurs depuis son accession à la Présidence.

Il a validé des nominations au gouvernement ZZ alors que tout le monde attendait une Dream Team.

Résultat , au bout d'un an : pas grand chose sauf à propos des déportés - réfugiés et l'esclavage où un pas important a été franchi malgré les carences.

Sur la scène internationale , de bonnes avancées malgré les erreurs de la diplomatie sur certains dossiers.

Amal, au fil de cette année écoulée , SIDI a progressivement été entrainé par de biens mauvais conseillers vers des destinations obscures dans la gestion des affaires de l Etat. Bien des gens se disant ou étant ses amis ; même de longue date , l'ont instrumentalisé et manipulé de bout en bout.

Amal, ils ont reussi à l'éloigner de ses meilleurs soutiens et amis au point qu'il y avait un mur entre eux et plus le moindre contact.

Ils l'ont méthodiquement jeté en pâture aux lobbys affairistes et tribaux ; le plus souvent maffieux qui ont érigé le système d'avant 03 aout 2005.

Résultat : WAGHEF comme PM, Allah seul sait avec SIDI qu'est ce qu'on peut trouver à ce type pour lui donner la responsabilité de diriger une équipe? MYSTERE.

J'avoue avoir été un temps aveuglé au point puisque SIDI lui faisait confiance de croire en un potentiel en lui: il s'est avéré être une catastrophe ; pire que sa réputation de looser et poisseux. Tout ce qu'il trouve c'est de nous ramener les pires Roumouz ... Un vrai retour en arrière. Quoique l'on dise même s'ils font partie de la majorité , ils sont rejetés et politiquement ,ne pèsent plus rien donc l'excuse selon laquelle GVMENT POLITIQUE ne tient pas la route.

Depuis plusieurs années , des lobbys extérieurs qui ont bcp joué dans les tentatives de destabilisation de la Rim souhaite la dissolution de l armée au profit d'une police " fédérale " à la suisse, seul obstacle à leurs projets. A défaut de corrompre directement certains de nos " faux officiers " , ils ont oeuvré à éloigner SIDI des généraux.

SIDI a perdu le contrôle du gouvernail et a mis en danger le pays en voulant se débarasser en dernier ressort des seuls qui pouvaient encore neutraliser tout ce monde malsain qui le poussait à l'erreur.

C'était la porte ouverte à toutes les fenêtres , si je peux m exprimer ainsi.

Mettre carrément la vie des Généraux en danger de mort . Car le gouvernement Waghef II , était une véritable provocation par la promotion d'autres roumouz mais surtout des pires ennemis des frondeurs. Tu me diras ce parlement n est pas de qualité, je l'admets totalement. Alors , il aurait pu le dissoudre.

Ces mauvais conseillers lui ont mis à l'esprit que " tu es élu démocratiquement, personne ne te renversera , car l'opinion et la communauté internationale" ... En substance , fais ce que tu ( nous ) voulons ....

Amal , on ne peut pas ignorer sa majorité.

Amal , ceux qui vocifèrent ici et là à l'étranger ne peuvent rien contre la volonté des mauritaniens, ni SARKO, ni BUSH , ni quique ce soit .

La Mauritanie est souveraine et passe avant tout .

C'est dommage d'en être arrivé là !!! Il n'y avait pas d'autre alternative avec la publication de ce decret sans numéro et sans cachet dont d'ailleurs, ton rôle est flou là dedans, on murmure des rumeurs à ce sujet.

Amal, je serais le premier à m'opposer à toute tentative de JUGEMENT de SIDIOCA alors que ton oncle encore lui ELYCOM doit répondre de ses actes en tant que ex- DGSN et ex -PR .

Amal ceux qui me connaissent savent que je ne fais jamais dans la langue de bois ou la complaisance. si AZIZ demain dérivait avec son régime, je le dirais haut et fort je l'ai fait du temps de TAYA, de ELY car je ne crains que DIEU.

Je n'hésiterais pas à dire les yeux dans les yeux mes désaccords avec le chef de l'Etat actuel.

Amal , je suis le premier à être désolé de la chute de SIDI mais je connais un large aspect du dessous des cartes pour comprendre totalement le coup de force . Ceci dit ,malgré toute la confiance que j'ai vis à vis de bon nombre des membres du HCE, je ne donne pas pour autant carte blanche à la junte; et par conséquent, j'émets des réserves en ce qui concerne l'avenir de ce parlement qui est un pour moi un fourre -tout ( mercenaires, traitres, roumouz etc) et souhaite sa dissolution le plus rapidement possible.

DE l'avenir du chef de file de l'opposition qui doit revenir à un membre du nouveau groupe parlementaire ( APP,UFP, ADIL, Tawassoul )qui est le pôle actuel de l'opposition.

Amal , le putsch est consommé , SIDIOCA a été induit en erreur , il s'est entêté, il a été manipulé, il a joué et perdu.

L'avenir de la Mauritanie et son Unité seuls comptent à ce jour .

AMAL , ouvre les yeux ; mets la passion de coté et regarde bien tout ceux qui se sont désolidarisés de SIDI et pas les moindres, et ceux qui gravitent encore autour.

Je rentre bientôt au pays, et on pourra de vive voix si tu veux en parler car je ne pense pas que tu m'en voudra au point de refuser de me rencontrer.

Maintenant faut tourner la page.

maatala

Anonyme a dit…

Le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon (à droite) avec le président élu de Mauritanie Sidi Ould Cheikh Abdallahi (3 juin 2008).
19 août 2008 – Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné mardi le renversement des autorités démocratiquement élues de la Mauritanie par l'armée mauritanienne, le 6 août dernier.
« Le Conseil s'oppose à toute tentative de changement de gouvernement par des moyens anticonstitutionnels », affirme la déclaration de la présidence du Conseil de sécurité adoptée à l'unanimité aujourd'hui.

Le Conseil a exigé « la libération immédiate du président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi et le rétablissement immédiat des institutions légitimes, constitutionnelles et démocratiques ».

Le Conseil prend note du rôle important que joue l'Union africaine, ainsi que de l'appui apporté par les partenaires régionaux et internationaux, notamment le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, par l'intermédiaire de son représentant spécial pour l'Afrique de l'Ouest, Said Djinnit, et demande à tous d'aider à rétablir rapidement l'ordre constitutionnel en Mauritanie.

Ce dernier se trouvait la semaine dernière dans le pays, où il a appelé à la libération du président élu.

voici le lien:
http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=17107&Cr=Mauritanie&Cr1=

Anonyme a dit…

Il ne faut jurer de rien en Mauritanie. Tout peut arriver et surtout lorsqu'on ne s'y attendait pas. l'ex président est venu, il a, à peine régné et il est parti et ce malgré lui. Il faut reconnaitre que l'ex président est un sage, un homme de paix et de consensus mais la vieillesse et le pacte scellé avec les militaires lui ont joué un tour.

Le Général a pris le pouvoir par la force mais force est de constater que la Mauritanie en avait besoin car la crise qui régnait perdurait, asphyxiant les institutions de l'État au point que l'on ne savait pas à quelle direction tanguait notre Mauritanie.

Le président déchu est arrivé au pouvoir avec l'aide des hommes en treillis, il a voulu dynastifier la Mauritanie avec sa famille et ses enfants et se passer de ceux qui lui avaient apporter leur soutien au prix de leur vie. Son épouse, l'ex première dame a cru à un délire idyllique qui lui a valu ce qu'elle vit aujourd'hui.



La Fondation BK s'est transformée en Banque de l'ex première dame avec des fonds indûment récoltés et sur le dos de notre pays, une logistique composée de véhicules 4X4 et des terrains bien placés et indûment acquis au centre de toutes les villes et localités de Mauritanie.

La fille de l'ex président s'est prise pour Claude Chirac, mais ce qu'elle n'a pas compris c'est que Claude quant à elle avait un bagage intellectuel énorme, agissait humblement, en toute humilité et dans la discrétion. La fille de l'ex président a voulu pour protéger son père jouer à leurs places, le rôle de Dircab, le chargé de communication, la conseillère, etc. Gouverner demande un minimum de maturité politique et il ne faut surtout pas oublier:" qu'il ne faut jamais brûler les étapes".

Cher Mourto, la période des grands airs et de la high class est finie!! Finies les suites du complexe olympique et les réveils à 13h! Les voyages parmi la délégation présidentielle et les séjours dans les hôtels de luxes à l'étranger c'est fini! Il ne faut oublier que c'est l'État mauritanien qui a payé la note imputée sur le budget du pauvre mauritanien pendant qu'ils crèvent la dalle et que toi, tu te la coules douce.

Préservons notre Mauritanie à tous, œuvrons pour qu'elle aille mieux. Espérons que les militaires tiendront leurs promesses comme ce fut le cas avec Ely.

Anonyme a dit…

CHERS AMIS
SIDIOCA N'EST PAS DEMOCRATE AZIZ L'AIT MOINS ENTRE LA LEPRE ET LE CHOLERA LE CHOIX EST VITE FAIT SIDIOCA EST UN PSEUDO PRESIDENT QUI DEFEND PLUS SA FAMILLE QUE SON PAYS. ALORS IL A CHOISI SA PORTE DE SORTIE UNE LAND CRUISER ET LE PALAIS DES CONGRES, D'AILLEURS PAS LOIN DE CHEZ LUI 5 patets de maison.
Tchiao Si-Idio-Kca

Anonyme a dit…

Les hommes, les femmes, le soleil, la lune, les etoiles, les planetes, les chevres, les moutons, les vaches, les eleves, les syndicats, les chameaux, les elephants, les partis politiques, le riz, le ble et tous poissons qui vivent dans l'ocean Atlantique ont declare' leur soutien ferme, tres ferme, extremement ferme, puissant, sans condition, indefectible, MAYIDEFEGUE, et plus que puissant aux militaires qui ont usurpe' le pouvoir,pris en otage le president de la republique et se croient proprietaires de la Mauritanie.

IL NE FAUT PAS VOUS TROMPER, CES MILLIERS DE PERSONNES QUI DEFILENT POUR "SOUTENIR" JE NE SAIS QUOI, SONT ENTRAIN DE PRATIQUER LA POLITIQUE DU "SANS DEFENSE FACE AU GROS CANON."

LATEKHAZOU BIROUSSKOUM. LES MAURITANIENNES ET LES MAURITANIENS QUI SONT CONSCIENTS ET LA COMMUNAUTE' INTERNATIONALE SONT TRES FACHE'S. NOUS VOYONS LE VAILLANT PEUPLE MAURITANIEN SOUMIS A' UN POUVOIR QU'IL N'A POINT DU TOUT ELU.

LA DECISION DU CONSEIL DE SECURITE' EST UN PREMIER PAS. JE CONSEILLE VIVEMENT AU GENERAL MOHAMED ABDEL AZIZ DE REVENIR SUR LA DECISION ILLEGITIME ET ILLEGALE PRISE LE 6 AOUT 2008. IL DOIT LIBERER LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ET RETABLIR TOUTES LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE.

LE GENERAL PEUT PENSER CE QU'IL VEUT MAIS IL NE GAGNERA JAMAIS CE COMBAT CONTRE LA COMMUNAUTE' INTERNATIONALE. TOUS CEUX QUI LUI CONSEILLENT AUTREMENT, LE TROMPENT!!!

VIVE LA MAURITANIE!
VIVE LE PEUPLE MAURITANIEN!

Anonyme a dit…

Lettre à AMAL SIDIOCA

J’ai pas l’habitude de tirer sur des cadavres mais là je me suis permis à te rendre à l’évidence et te dire ce que je pense …

Tu sais tu étais très loin du peuple dédaigneuse, hautaine et orgueilleuse, avant même que ton père soit président cette distance s’est accrue après l’arrivée de ton père au pouvoir.

Aujourd’hui où ton père est pris en otage nous prendront nous citoyens qui croient en Mauritanie juste égalitaire et démocratique des risques énormes pour exiger son retour ou plutôt le retour triomphal a la légalité constitutionnelle.. et ce n’est que le début d’un combat que nous mènerons sans merci …

Avec le refus de notre manifestation( manifestation de travailleurs et démocrates) les forces de l’ordre et les autorités qui occupe notre patrie on compris que la lutte vient de commencer et que devant eux des jours plein de surprises …

Nous sommes bien déterminés à faire triompher la vérité et retourner vers l’ordre constitutionnel d’avant le 6 août.

Au manifestation les policiers ont déchirés les vêtements de SAMOURY OULD BEYE , mon ami J.A.B se fait blessé je l’ai amené dans un cabinet privée pour se faire soigner …

Mr SAMOURY OULD BEYE et mon ami J.A.B ne te connaissent pas , moi non plus .. non j’ai entendu parler de toi.

Tout ce que je sais que ce que je fait je ne le fait pas pour ton pere . D’ailleurs j’ai pas voté pour lui parce qu’il était le candidat soutenu par les caporaux AZIZ et GHAZOUANY.

Je te signale que le combat les hommes libres, honnêtes convaincus et déterminés, vient de commencer.

AZIZ et ELY ont brisé notre rêve en s’emparant de la décapitation du système du dictateur TAYA, ce système continue et la preuve les motions de soutien à des putschistes…

Notre combat accroîtra jusqu'à un retour à la légalité constitutionnelle et le rétablissement de ton père notre président dans ses fonctions , il sera le premier président démocrate de la Mauritanie , élu par le peuple et son retour a été exigé par le peuple .
En ce moment la reviens sur terre et soit simple..

Tu sais parmi les erreurs de ton père l’organisation de la commémoration d’un an de présidence c’est toi qu’il la conseillé de faire ça et tu avait tort ..
Comment peut on dépenser des centaines de millions pour une fête et on invite Y N’Dour, Leslie et autres alors qu’il y ‘a des gens qui meurent de faim et de maladies, dépourvus de tout.

Et si vous étiez ton père et toi très proches de populations, vous verrez le premier jour du coup d’état qu’est ce qui passera…


Ne t’inquiète pas ton père reviendra la tête haute « PRESIDENT » et par nous les pauvres mauritaniens qui croient en Mauritanie, en ce jour là tu doit le conseiller a être près des pauvres ( je sais qu’il n’est pas mauvais et très simple) tu doit toi-même faire des tours au kebba , gazra et adwaba pour voir de près ces gens là ce eux qui ont aider ton père a revenir …

Et surtout dit lui de s’éloigner de types comme cheikh el avia , Cheyakh Ould Ely et Didi Ould Biya…

Ne crois pas que tu es … Reviens sur terre ….
Et les autres c’est la merda ;;;

Reviens sur terre ….

La lutte commence.

SALUT

Vaghir

Anonyme a dit…

CON cheikhna ould nenni declare:
"كما أبدينا للوزير الأول بعض الملاحظات والتي منها غياب بعض التنسيق في الخطوات التي اتخذت حتى الآن، وطالبناه بفتح وسائل الإعلام أمام كل القوى السياسية حتى المناهضة للتصحيح -يقول ولد النني- فنحن نضم إلى جانبنا أكثر من ثلثى أعضاء البرلمان الموريتاني، كما نضم إلى جانبنا 196 عمدة بلدية من أصل 216 عمدة على عموم تراب موريتانيا, وقد حصلنا على دعم زعيم المعارضة والذي حصل على نسبة 47.15% في الانتخابات الرئاسية الأخيرة، ونضم إلى أرباب العمل الموريتانيين والجيش الموريتاني، وبالتالي فلا ينبغي أن نخاف من الرأي الآخر وعلينا أن نتيح له فرصة التعبير عن رأيه.


pour resumer on s'en fiche de tout le monde avec nous les deputes les millitaires et le patronat

tu vera con

Anonyme a dit…

en d'autres termes avec nous: le patronat, ses gardes du corps et les vendus du peuple

Anonyme a dit…

A l'encontre l'argumentation avancée par certains qu'une majorité s'est constituée pour entériner le putsch je tiens :

1. Cette majorité ne s'est constituée que sur la base du fait que la force du feu est de son côté,

2. Qu'Aziz suicidaire qu'il est n'hésiterait pas en dernier recours à faire ce qu'il sait le mieux faire (putsch)

3. Cette majorité simple qu'elle était ne s'est renforcée que le fait accompli: Président en prison, médias muselés etc...

Cette arguement ne tient donc nullement, Sidi a été élu par le peuple pour cinq ans et il n'y a ques les voies consitutionnelles pour reduire son mandat.

Enfin je me réjouis de voir le masque de Maatala tomber. En fait ce n'est rien d'autre qu'un mercenaire du net. J'ai compris de cette lettre à Amal CA qu'elle a du lui payer à un moment donné ses services sous le pseudonyme Geronimo. Apparement les services du pseudo Maatala ont été achetés par la junte.

Mohamed Said Ould Ahmed (ce n'est pas un pseudo)

яimσ a dit…

salut tous ,


aillez peur de vous !

Entre marchander avec les militaires pour le peu ou se taper de faux culs et azbinards de démocrates à la théorie erronée , le premier choix devrait vite s'imposer .

Est ce pour deux ou trois ptits prétentieux qu'on devrait confier nos familles et nos biens .Parceque "monsieur je sais tout" est venu par les urnes , qu'il faut lui laisser carte blanche et ne pas s'inquieter .

Gare à celui qui pense ignorer le facteur social !

De plus la Mauritanie n'est pas un labo de démocratie où l'on vient tester la magie de ses idées pensées (aura , chakras ....)

faut arrêter à un moment , car ce n'est pas un discours suivi d'applaudissements ou des débats télévisés qui vont nous sortir des galères ; y en a mare encore une fois!!!!

franchement , je suis super content que les militaires aient intervenu pour stopper tout ce cirque de faux démocrates et groupuscules affairistes (aziz karal fo-fou)

Il reste à interdire les meetings pour que les gens retournent travailler ,c'est la seule manière de développer la mauritanie qui chaque année en recule de 5 .


Ps :Quand est ce que Daddah ira à la retraite non payée (j'espère) !

bonne nuit

Anonyme a dit…

x où es-tu ?
"billahi elledhi la ilaha illa houé : j’ai honte pour toi, j’ai honte d’avoir la même nationalité que toi, tu me désespère !" là c'est le moment.

Dr kleib ahmed salem a dit…

je viens de decouvrir une perle sur le net:
je vous laisse le soin de lire.

Le coup d'Etat, un espoir pour nous, les Mauritaniens
Par Irabiha Abdel Wedoud Militante des droits de l'homme | 17/08/2008 | 13H16


Le 6 août 2008, la Mauritanie a connu un événement inconcevable dans le monde occidental démocratique : un coup d’Etat… Le président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi [1], élu un peu plus d’un an plus tôt, a été demis de ses fonctions…

La réaction internationale ne s’est pas faite attendre : un déluge de condamnations s’est abattu sur nous, de la part de la France, des Etats- Unis, de l’Union africaine, des pays amis… Vu de l’extérieur, on pourrait aisément condamner, compatir à la situation du « pauvre » président déchu, que le Général Mohamed Ould Abdel Aziz aurait démis de sang froid, en violation des règles immuables de la démocratie…

Mais ce serait ignorer la tragédie, l’effroyable drame vécu par le peuple mauritanien, dans toutes ses composantes, en particulier les femmes et les enfants, qui ont été appauvris par quinze mois de gabegie, de corruption systémique, de braquage délibéré des deniers publics, de concussion, de pantouflage, de copinage… Tout le répertoire de délinquance financière sous le triste règne de notre Maestro du peuple, notre mal aimé président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi.

Son épouse, Khattou Bint El Boukhary, présidente de la Fondation KB du même nom, a fait l’objet d’une longue partie de ping pong avec les parlementaires qui l’ont soupçonnée de détournements de biens publics. Sa Fondation KB a été constituée au lendemain de l’accession au pouvoir de son époux Ould Cheikh Abdallahi et s’est enrichie de façon vertigineuse en l’espace d’une année.

La Commission parlementaire qui voulait faire la lumière sur cette fondation a été empêchée par l’ex-président et une crise politique sans précédent a conduit les parlementaires à déposer une motion de censure contre le gouvernement.

Cette crise politique, qui s’est greffée au marasme social, à la misère du peuple, à la déliquescence des structures de santé, à la corruption systémique, à la flambée des prix, aux malheurs des réfugiés qui ont été abandonnés sous la canicule des camps délabrés et qui sont devenus des gueux dans leur terre promise, a engendré un fort sentiment de révolte des populations.

L’armée n’a pas échappé à ce massacre à la tronçonneuse de Ould Cheikh Abdallahi, qui l’a décapitée en limogeant tous les généraux du pays. Voila donc le tableau idyllique que nous vivions en Mauritanie jusqu’au 6 août 2008.

Oui, nous voulons une démocratie, oui nous voulons vivre en paix… Mais nous ne voulons plus de cette pseudo démocratie kitch, dont l’habillage n’a comme adhérent que la communauté internationale qui se complait dans la forme et non dans le fond.

Voila pourquoi, moi, militante des droits de l’homme, activiste du mouvement associatif, j’en appelle à la communauté internationale, à tous les citoyens du monde épris de liberté, à nous aider, nous le peuple mauritanien, en faisant avec nous bloc contre ces condamnations et ces gels de l’aide de la communauté internationale.

La Mauritanie vit actuellement des moments d’espoir qu’elle avait perdu dans cette année de saccage systémique du président déchu Ould Abdallahi. Avec Ould Cheikh Abdallahi, nous étions condamnés sans appel, on n’aurait jamais connu pire. Un coup d’Etat peut être, mais un nouvel espoir pour le pays.

sur le site RU89 voici le lien pour y acceder.
http://www.rue89.com/2008/08/17/le-coup-detat-un-espoir-pour-nous-les-mauritaniens?page=0

Anonyme a dit…

IRONIE DU SORT:

-O/ Jedeine,aujourd'hui assurant la présidence de la session extraordinaire de l'ass.nationale était chef d'état major lors du 1er coup d'état de Aziz et eprisonné par lui au palai des congrés;
-Saleh,qui vient aujourdhui au secours de Aziz a vu en 2003 son coup d'état avorter par Aziz;
-A.O.D,qui vient aujourd'hui en aide à Aziz a été éliminé au 2e tour en 2007,principalement à cause du soutien de Aziz à SIDIOCA démis de ses fonctions par...Aziz(autre ironie du sort!)...
A+

Anonyme a dit…

BD il ne faut compter que sur soi-même. et encore,malheureusement pas beaucoup.

Anonyme a dit…

Les dessous de la Démission de Mr Isaac Ould El Mouktar de la TVM

Je ne couvrirai jamais une telle manipulation, même si je ne me mêle pas de politique. Nous sommes de vieux amis, des cousins lointains même, mais notre religion, notre morale et notre honneur d’hommes tout court nous interdisent de si vulgaires et abjectes manières de faire.

La vérité est là et pas ailleurs chers compatriotes : Depuis bientôt plus de quatre mois, il n’y a plus de débats politiques contradictoires à la télévision, et cela ne t’a jamais indisposé, tu t’en accommodais bien, même très bien. Jamais tu n’as à aucun moment porté la moindre remarque quant au sérieux et contenus des programmes.

Sans la moindre formation en journalisme ni en management dans le secteur de l’audiovisuelle, titulaire d’un vague et contestable diplôme en lettres, tu faisais fonction de chauffeur personnel de ton cousin Ould Ennahoui de la présidence qui non seulement t’a imposé, il y a de cela près de deux ans, mais a exigé pour toi des conditions jamais vues ici, à la TVM même pour un DG titulaire.



- Une indemnité mensuelle de 350.000 UM en plus du salaire.

- Mise à ta disposition de deux véhicules dont une Toyota VX flambant neuf d’un coût de 22.000.000 UM

- Ta nomination je ne sais sur quelle base comme D.G de la TVMplus avec tout ce que cela induit comme avantages.

- Responsable exclusif et incontrôlé des Marchés d’habillement de la TVM passés toujours de gré à gré en violation des lois et règlements.

En fait, sachant que le pot aux roses, après le départ de Sidi et par conséquent de ton puissant cousin Ould Ennahoui serait inéluctablement découvert, tu as préféré devancer les évènements et donner à ton départ une connotation politique, pour quel calcul ou quel dividende là seul Dieu et ta conscience le savez.

Je demande aux bonnes volontés qui le veulent bien, de faire parvenir ceci au « Journal du Dimanche en France » et de les mettre en garde contre cet imposteur professionnel.

Honte à toi Isaac, honte à toi, ceci est indigne


Info source : Brahimsidi

Anonyme a dit…

Cher Isshaag, tu es un Grand Monsieur !

De toute façon, tous ceux qui disent non aux militaires sont diabolisés, à commencer par Sidioca qui à accordé au "général" ses galons (ce qui est semble-t-il oublié).

Nous sommes retournés tellement en arriére que meme des gens qu'on croyait honnetes font de la dellation, de la leche, des courbettes. On n'hésite plus à se deculotter devant femmes et enfants sans penser à demain et demain , c'est déjà aujoud'hui.

Dénoncer est devenu la mode mais comme on dit: avant de dire au voisin que sa coure est sale, il faut d'abords balayer chez soit.

La plus part des mauritaniens ne croient plus en Dieu, mais je vous assure qu'Il existe et qu'Il est Juste, et qu'Il finit toujours par rendre justice (la vraie justice).

A mediter (pour ceux qui ont encore une conscience et ceux qui n'ont pas encore vendu leur ame au diable).

Puisse Le Tout Puissant, Le Clément, Le Miséricordieux assister la Mauritanie.

Vive La Mauritanie unie et libre !!!

par gooregoorelou

Anonyme a dit…

Lu pour vous .

Mseykina mouritane

Domaine Public: On brade à tour de bras!

Le NAIN n’a jamais mieux mérité son nom plus qu’aujourd’hui. D’ici quelques temps, il n’y aura plus de terrain à attribuer dans la zone du Nouvel Aéroport International de Nouakchott (NAIN). Il n’y aura plus aussi de batiments administratifs à céder à Nouakchott puisque les derniers de cette « espèce » viennent d’être attribués à des groupes privés.

Une partie de ces attributions est gratuite et une autre partie pour un forfait insignifiant par rapport à la valeur initiale des terrains. Les superficies attribuées tournent autour du million de m2 à chaque fois.

« Les autorités publiques Mauritaniennes ont décidé d’attribuer un terrain à … ». C’est invariablement par cet extrait que débute le Rapport de Présentation du Projet de Décret Portant Concession Provisoire de Terrains. C’est ainsi que « sont altesse » Hamed Ben Khalifa Al THANI, Emir de l’Etat de Qatar s’est vu attribuer, dans la Zone d’influence du Nouvel Aéroport International de Nouakchott, 8 terrains d’une superficie de 2 000 000 de mètres carrés.



Cette concession est à titre gratuit. Le terrain est destiné à la réalisation d’un programme immobilier à usage d’habitation. Aucune condition particulière n’est exigée, pas même un délai pour la réalisation du programme immobilier.

Le Prince Héritier de l’Etat de Qatar, son Altesse Cheikh Temime Ben Hamed Al THANI, a bénéficié de 250 000 m2 dans la même zone. Toujours à titre gratuit et la destination du terrain est la même aussi : un programme immobilier à usage d’habitation que leurs altesses vont réaliser et vendre en réalisant un substantiel bénéfice.

L’ONG Qataro-Mauritanienne pour le Développement Social s’est vu elle aussi attribuer, toujours à titre gratuit, 250 000 m2 dans la même zone du NAIN pour la construction d’un complexe hôtelier.

Ces trois attributions font perdre au trésor public la petite somme de 1,5 milliards d’ouguiyas, le mètre carré étant fixé par décret à 600 UM.

La dernière attribution gratuite est revenue à la Société Libyenne pour les Investissements en Afrique (LAAICO). Le lot est destiné exclusivement à la construction d’un complexe hôtelier de cinq (5) étoiles. Le décret d’attribution (2008-042 du 13 mars 2008) précise que la société libyenne « doit impérativement réaliser ledit projet dans un délai de quarante huit (48) mois » pour compter de la date de signature du décret. Le non respect de cette clause entraîne le retour du terrain au domaine de l’Etat.

L’emplacement du terrain de la LAAICO se trouve être l’ancien siège de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) sur l’Avenue Gemal Abdel Nasser. Selon une commission technique du ministère des finances, le prix de ces batiments s’élève à 900 millions d’UM.

Trois de ces attributions ont été autorisées par Zeine Ould Zeidane et une par Yahya Ould Waghf. Toutes ont été initiées par le ministre des Finances Abdarrahmane Ould Hama Vezaz.

Puisque l’on est dans le registre des cessions de batiments publics, restons-y. L’ex-UBD a été cédé à la GBM pour la somme de 150 millions d’ouguiyas alors que sa valeur réelle dépasse les 800 millions d’UM.

La BADH, ayant introduit depuis 2004 une demande pour la cession d’un batiment administratif dans le centre ville de Nouakchott pour y construire son siège, vient de jeter son dévolu sur le lot n° 32 d’une superficie de 964 m2 au prix de 70 000 UM le mètre carré. Le montant total de la transaction s’élève à la somme de 67 millions 480 UM. La valeur réelle de ce batiment est au moins 10 fois cette somme.

Dans la communication faite en Conseil des Ministres, le Ministre des Finances Abdarrahmane Ould Hama Vezaz indique que «le bâtiment proposé à la BADH abrite actuellement des services du ministère de la Santé».

Le terrain est connu sous l’appellation de « Dispensaire Monzy » et abrite la Direction des Investissements au ministère de la Santé. Il fait face à la Cour de Justice Maghrébine.

Enfin, deux attributions sortent du lot quotidien. Suivant le Décret 2006-075 en date du 14 juillet 2006, il est concédé à la Société « DIYAR QATARIYA » un terrain d’une superficie de 5 millions de mètres carrés, objet du lot sans numéro, situé entre le PK 16,5 et le PK 19 sur l’axe Nouadhibou dans la fameuse zone d’influence du Nouvel Aéroport International de Nouakchott (NAIN).

Le décret précise que le terrain est destiné à la réalisation d’un projet immobilier d’hôtellerie. La concession est consentie sur la base d’un forfait de 666 500 000 UM alors que le prix réel est de 3 milliards d’UM.
La deuxième concession qui sort du lot a été consentie à la Société El Majmouaa Almouritania pour l’Investissement. La superficie concédée est de 6 750 000 m2 pour un forfait de 899 778 200 UM alors que le prix réel set de 4,05 milliards d’UM.

Le total du manque à gagner pour le trésor public uniquement pour ces deux attributions s’élève à 5 milliards 483 millions 721 mille 800 UM. Ces attributions sont signées au cours de la première transition par le Premier Ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar et le ministre des Finances Abdallahi Ould Souleymane Ould Cheikh Sidiya.

Deux remarques pour terminer : la première est que, vu les sommes en jeu, ces concessions et ces cessions du domaine public ne peuvent avoir été faites qu’en contrepartie de quelque chose, particulièrement quand des groupes économiques puissants sont concernés.

La deuxième remarque est qu’il est inconcevable que l’Etat cède ses batiments, provoquant le délogement de ses propres services qui sont contraints de louer à des taux prohibitifs, pour les offrir à des groupes privés.

Ahmed Jiddou Ould Aly

Info source : Al Mourabit (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Arrêtez vos mensonges! Le geste de ce journaliste est à saluer. S'il s'intéressait à ses avantages, il pouvait les garder en applaudissant comme toi. Alors ne prenez les mauritaniens pour des cons. Un jour vous rendrez compte dans cette vie ou devant Dieu.

maatala a dit…

Salam

-----------------------
Une pensée au PR SIDIOCA
-----------------------

Mohamed Said o Ahmed tu dis:

"Enfin je me réjouis de voir le masque de Maatala tomber. En fait ce n'est rien d'autre qu'un mercenaire du net. J'ai compris de cette lettre à Amal CA qu'elle a du lui payer à un moment donné ses services sous le pseudonyme Geronimo. Apparement les services du pseudo Maatala ont été achetés par la junte"

-------------------------------

Comme dirait le HMAR de Couly ton pote: as-tu les preuves de ce que tu avances?

Je suis le premier à conseiller à AMAL de se préparer à défendre l'honneur de sa famille.

Pourquoi écrire donc sous le pseudo de GERONIMO alors que j'ai le mien.

Avant d'accuser: il faut savoir lire, comprendre ce qui est écrit (texte de gerenimo).

Gérimo a dit: La passion et la colère mise de coté, tu sais parfaitement le rôle que nous avons joué dans la candidature de Sidioca et ô combien , nous nous sommes battus pour son élection."

Il a militer activement pour l'élection de SIDIOCA, tandis que moi j'appelai à voter par défaut pour DADDAH.

Tu viens de quel planète ?

Cesse d'être parano, c'est une maladie que l'on soigne bien maintenant alors profite en.

Par ailleurs , dire que tu es ceci ou cela n'est pas une preuve de ton identité, d'autant plus qu'elle n'intéresse personne.

"SEMI WE SRETHA" wela "GOUL L'HELAK YE HAJBOU ALIKE" dit le FOU


maatala

maatala a dit…

Salam

lu sur cridem

"Droit de réponse à Me Lô Gourmo
Passé maître dans l’art de la récidive, malheureuse et suicidaire, Me Lô Gourmo se torture aujourd’hui pour jeter le doute sur le bien-fondé de la demande de convocation d’une session extraordinaire par la majorité des députés composant l’Assemblée Nationale et pour affirmer le caractère illégal et illégitime du nouvel ordre constitutionnel tel qu’édicté par l’ordonnance constitutionnelle régissant les pouvoirs provisoires du Haut Conseil d’État.

Sans chercher la polémique avec Lô Gourmo, qui apparemment est incapable de rompre avec la passion politique et la subjectivité juridique qui l’habitent au point d’obstruer son jugement et rendre par voie de conséquence son raisonnement à la fois burlesque et inepte, j’entends toutefois attirer son attention sur les points suivants :

1. Dans un droit de réponse adressé à Lô Gourmo, il a été largement répondu à ses prétentions par lesquelles il avait mal interprété à la fois les dispositions de l’Article 53 du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale ainsi que celles de l’Article 53 de la Constitution relatives aux modalités de convocation d’une session extraordinaire sur demande de la majorité des Députés composant l’Assemblée Nationale.



Si par hasard il n’avait pas pris connaissance du contenu de ce droit de réponse nous le mettons à sa disposition ; en voici le texte intégral annexé.

2. S’agissant des propos, envoûtants pour les non-avertis et les profanes, par lesquels Lô Gourmo tente d’accréditer l’illégalité et l’illégitimité du nouvel ordre constitutionnel, il y a lieu de lui rappeler ici deux règles élémentaires en droit constitutionnel :

Le caractère solennel des constitutions fait qu’elles doivent être établies par un régime investi d’une autorité politique spéciale, le pouvoir constituant qui est l’un des attributs de la souveraineté. Ce pouvoir est soit originaire, soit institué.

Il est dit originaire, lorsqu’il intervient ex-nihilo dans le cas d’un nouvel État : soit à l’occasion de l’institutionnalisation d’un pouvoir jusque là personnel, soit à l’occasion d’une accession à l’indépendance, soit enfin, après une révolution, un bouleversement institutionnel ou toute autre rupture constitutionnelle qui fait totalement table rase du passé sur le plan interne.

Le droit et la jurisprudence internationale admettent que l’exercice d’un tel pouvoir est inconditionné afin d’établir un ordre nouveau en l’absence de toute règle ou limitation existante. Toutefois, il se peut que pour des raisons tant personnelles qu’événementielles, les constituants acceptent, "proprio-motus", de limiter leurs attributions et agir partiellement sur l’ordre constitutionnel qu’ils veulent changer.

C’est ainsi qu’en 1958, le Général De Gaulle, obsédé par le précédent du 10 juillet 1940 et le personnage historique qui l’habitait depuis cette époque, a accepté d’être guidé dans sa démarche par les fameuses "cinq bases" de la loi du 3 juin 1958, à savoir :

a) Seul le suffrage universel est la source du pouvoir ;
b) Le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif doivent être effectivement séparés ;
c) Le Gouvernement doit être responsable devant le Parlement ;
d) L’autorité judiciaire doit être indépendante ;
e) La Communauté française.

Dans le même ordre, le Haut Conseil d’État, fidèle aux causes qui ont engendré le mouvement de sauvegarde des institutions de la République et soucieux de ne porter atteinte outre mesure que nécessaire aux dispositions de la Constitution du 20 juillet 1991, modifiée, a choisi l’intervention partielle plutôt que l’intervention totale.

Les « ciseaux et les bistouris », contrairement à ce que pense Lô Gourmo, n’ont pas été utilisés pour meurtrir notre loi fondamentale mais plutôt pour soigner un mal politique né de la conception patrimoniale du pouvoir qu’incarnait l’ancien Président de la République et qui a conduit au clientélisme, à la corruption et aux détournements des deniers publics.

Me Lô Gourmo se doit de connaitre qu’il n’y a pas un seul modèle pour parvenir à l’État de droit ou à l’État démocratique, mais des principes universellement reconnus et des expériences diversement vécues.

Dans ce cadre, il existe de bonnes et des mauvaises expériences qu’on ne saurait copier servilement.

A propos de ces expériences, la réflexion de Robert Badenter mérite, pour sa franchise, une attention particulière : "s’il est vrai dit-il que nous détenons le record historique du nombre des Constitutions écrites, nous n’avons pas à en tirer une fierté particulière. Simplement, nous devons faire la synthèse de ces expériences successives, parfois heureuses, parfois douloureuses, des réussites et des échecs vécus, pour être à même de conseiller nos amis".

Bien avant Badinter, Montesquieu disait dans la seconde partie "De l’esprit des lois" que le bon sens consiste à reconnaître les nuances des choses, à savoir que nous ne faisons rien de mieux que ce que nous faisons librement et en suivant notre génie naturel.

Me Lô Gourmo se doit également de savoir que le réalisme universaliste n’est pas aux antipodes du réalisme différentiel. Ce qui se fait ailleurs peut se faire ici sans pour autant ne pas revêtir la même forme ou annihiler la possibilité d’une originalité. Chaque peuple est caractérisé par son histoire particulière.

La gloire de la démocratie c’est aussi d’exister dans l’histoire, d’être une manière de prendre en compte l’épanouissement de l’homme au sein de l’histoire. Pour être notable et vital, tout processus démocratique doit demeurer ouvert et sans limites.

Par ailleurs, le corpus juridique de chaque État, doit concevoir le droit comme un moyen et non comme une fin en soi, c’est dire que le droit doit être conçu comme un instrument de changement social et un instrument de développement économique.

Me Lô Gourmo n’est pas certes un praticien du droit constitutionnel, autrement il aurait assimilé la sagesse de Macauley lorsqu’il dénonçait la précipitation et la spéculation politico-juridique abusive en ces termes:

«Ne point s’inquiéter de la synthèse et s’inquiéter beaucoup de l’utilité ; n’onter jamais une anomalie parce que justement elle est une anomalie ; ne jamais innover si ce n’est lorsque quelque malaise se fait sentir et alors innover juste assez pour se débarrasser du malaise ; n’étaler jamais une proposition plus large que le cas particulier auquel on remédie».

À la lumière de ce qui précède, il apparaît clairement que les « experts des militaires », comme veut l’entendre Lô Gourmo, maîtrisent au moins les principes de base de leur spécialité.

Mais la seule véritable question que se posent les juristes est ici celle du titulaire de ce pouvoir constituant originaire et de la légitimité de son œuvre.

En droit, mais aussi en Charia islamique, cette question est résolue d’office par la compétence que se confèrent les gouvernants de fait. Ces derniers sont légitimes parce qu’ils incarnent l’idée de droit qu’ils viennent de faire triompher.

Il faut être un Lô Gourmo ou un anarchiste confirmé pour admettre que le vide juridique puisse prévaloir un instant dans le cadre des sociétés humaines, de surcroît islamique.

Il est notoire que le Droit a cette particularité de s’attacher à la conservation de l’essentiel (survie des peuples) et de lutter contre l’abaissement et la déliquescence de l’ordre social.

Il en découle, contrairement à ce que pense Lô Gourmo, que le Haut Conseil d’État issu du mouvement du 6 août 2008 pour la sauvegarde des institutions de la République, dispose en la circonstance d’un pouvoir constituant originaire et inconditionné.

Au plan formel, la Constitution se définit comme l’ensemble des règles qui concernent l’organisation et le fondement de l’État. Ainsi perçues, les règles constitutionnelles peuvent être explicitement formulées dans un ou plusieurs textes de loi (on parle alors de constitution écrite) ou implicitement reconnue dans la pratique institutionnelle (il s’agira alors de constitution coutumière).

Dans les démocraties occidentales, chaque formule se reconnait traditionnellement un territoire de prédilection : la France se signale par le recours renouvelé aux constitutions écrites alors que la Grande Bretagne confirme son attachement aux règles coutumières.

Mais chacune de ces formules doit être nuancée ; il n’existe pas de constitution exclusivement écrite, dans la mesure où un changement de contexte (par exemple) peut imposer une lecture nouvelle d’un texte ancien. Toute pratique institutionnelle privilégie une interprétation par rapport à une autre, la lettre par rapport à l’esprit ou inversement.



C’est dire, que l’attachement aux règles constitutionnelles est plutôt le résultat d’un acte de foi. La valeur d’une Constitution dépend prioritairement du respect qu’elle entretient auprès de ceux qui s’en réclament.

En appréhendant l’esprit des lois, Montesquieu ne faisait pas de la démocratie l’essence de ses interrogations ; sa préoccupation majeure portait plutôt sur les conditions de sa survie. Lorsqu’elle est vécue au milieu de profondes inégalités dans la répartition des revenus et des richesses nationales, lorsqu’elle fait fi de son ressort moral pour élever la tricherie au rang de pratique politique, lorsqu’elle altère et défigure l’État, la démocratie devient une porte ouverte à la maladie politique.

La gloire de la démocratie véritable est le fait que les citoyens ont le pouvoir d’influencer et d’inspirer les décisions de leurs gouvernants, même en dehors des périodes électorales : c’est ce que l’on met sous le concept de démocratie participative.

La légitimité de tout État découle incontestablement du consensus national autour de sa forme institutionnelle. Au vu de l’adhésion spontanée du peuple mauritanien aux idéaux proclamés par le mouvement de sauvegarde des institutions de la République initiés par le Haut Conseil d’État, n’est-on pas en droit de rappeler le principe, certes anémié, de l’autodétermination qui est le libre choix du statut politique d’un pays par ses habitants, ou l’action de se déterminer soi-même en exerçant sa souveraine puissance.

Il est aussi utile de rappeler à ce niveau la fonction de légitimation démocratique de l’activité de l’État qui est l’une des fonctions de base du Parlement. Dans une république démocratique, le Parlement possède le monopole de la légitimité, alors que le gouvernement ne dispose que d’une légitimité dérivée.

L’adhésion de la majorité écrasante des parlementaires mauritaniens au mouvement du 6 août 2008 n’est-elle pas suffisante pour justifier l’intégration de sa légitimité ; seuls Lô Gourmo et consorts peuvent en douter.

Droit de réponse

Le Professeur Lô Gourmo est certes diplômé en Droit mais de toute évidence il n’est ni un spécialiste encore moins un praticien du droit parlementaire.

Dans sa consultation aujourd’hui relayée par internet, la passion et l’engagement du militant de l’UFP l’ont de loin emporté sur la retenue, le recul, la sérénité, la patience et la rigueur scientifique avec lesquels les professionnels de la loi s’arment en pareilles circonstances pour orienter et édifier l’opinion publique.

En qualifiant la majorité parlementaire d’hétéroclite et frondeuse, donnant la preuve de sa fébrilité maladroite, le Professeur Lô Gourmo tout en fustigeant la représentation nationale commet le risque d’aller vite en besogne pour tirer des conclusions hâtives qui se retourneront immanquablement, après la lecture de la présente consultation contradictoire, sur son prestige et sa réputation de juriste.

En effet, il vient encore une fois de faire une mauvaise interprétation de la loi. Il a invoqué l’article 53 du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale pour dire que Kane Hamidou Baba, 2ème vice-président de l’Assemblée Nationale, n’était pas fondé pour transmettre la demande de convocation de la session extraordinaire déposée le 29 juillet 2008 au Bureau de l’Assemblée Nationale et signée par 48 députés.

Se faisant, le Professeur Lô Gourmo fait la confusion entre deux notions, pourtant élémentaires, en Droit parlementaire : les communications de l’Assemblée Nationale et les transmissions administratives des actes parlementaires proprement dits.

L’article 53 du règlement de l’Assemblée Nationale dispose : "les communications de l’Assemblée Nationale au Président de la République et au Gouvernement sont faites par le Président de l’Assemblée Nationale".

Quel est le champ d’application de cet alinéa ?

Dans le cadre de la mission du contrôle du Parlement, il existe des procédures d’informations destinées à permettre au Parlementaire de mieux exercer leur contrôle sur l’action du Gouvernement. Relèvent directement de cette finalité les déclarations du Gouvernement ainsi que les questions du parlementaire et des commissions d’enquête. Mais l’information peut aussi être associée à l’activité législative, notamment celles des commissions permanentes.

L’Assemblée Nationale peut aussi dans certaines circonstances communiquer au Président de la République et au Gouvernement certaines recommandations, certaines résolutions pour leur permettre de mieux prendre en compte les désidératas de l’Assemblé Nationale.

L’expression "communications de l’Assemblée Nationale" contenue dans l’alinéa 1 de l’article 53 susvisé suppose qu’il s’agit de décisions prises par l’Assemblée Nationale soit à l’unanimité soit à la majorité de ses membres. Ces décisions doivent se déployer dans le cadre procédural de la séance publique telle qu’organisée par le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale.

Ce sont ces communications qui engagent toute l’Assemblée Nationale qui doivent être portées à l’attention du Président de la République et du Gouvernement par le biais du Président de l’Assemblée Nationale.

La demande de la majorité des députés formant l’Assemblée Nationale convoquant une session extraordinaire et déposée devant le Bureau de l’Assemblée Nationale ne peut être considérée comme une communication de l’Assemblée Nationale.

Il s’agit plutôt d’un acte parlementaire non législatif qui obéit aux règles générales du droit administratif. La transmission de cette demande au Président de la République peut être faite directement par les services administratifs de l’Assemblée Nationale, par le biais des services administratifs de la Présidence de la République ou ceux du ministère chargé des relations avec le Parlement. Cette transmission n’implique aucune décision administrative faisant appel à des compétences spécifiques.

Le dépôt de ce genre d’actes parlementaires obéit au régime juridique des actes d’administration courante impliquant la collaboration administrative et fonctionnelle des institutions de la République.

L’intersession suspend juridiquement la séance publique, interrompt le débat public entre le Gouvernement et le Parlement, empêche le processus législatif de se poursuivre jusqu’à son aboutissement. Mais elle ne signifie pas pour autant que le Parlement cesse de vivre, de fonctionner.

Au plan administratif les assemblées parlementaires en vacance continuent à entretenir une vie intérieure capable de faire face aux sollicitations intérieures et extérieures.

En évoquant l’alinéa 1 de l’article 9 du règlement de l’Assemblée Nationale pour dire que le vice-président Kane Hamidou Baba n’était pas fondé pour assurer la transmission de la demande des députés, le Professeur Lô Gourmo fait un mauvais usage de cet alinéa. En effet, il est dit dans cet alinéa : "les attributions du vice-président appelé à suppléer le président sont limités à la présidence des séances et à la représentation aux cérémonies publiques".

Il est vrai qu’il s’agit là de dispositions d’ordre public car touchant le domaine des compétences dont la transgression rend nulles et de nul effet les décisions prises. Mais un effort de compréhension et d’intelligence sont ici demandés.

Les compétences du Président de l’Assemblée Nationale se situent à trois plans différents :

-Sécurité et fonctionnement de l’Assemblée Nationale
-Organisation et direction des débats
-Représentation de l’Assemblée Nationale.

C’est pour éviter les chevauchements dans la gestion financière, administrative et sécuritaire de l’Assemblée Nationale que le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale cantonne la suppléance aux deux derniers points.

La transmission administrative d’une demande de convocation de l’Assemblée Nationale est un acte d’administration générale et non une attribution exclusive de quelque organe que ce soit de l’Assemblée Nationale.

Il en découle que rien n’interdit à l’un des vice-présidents, au secrétaire général de l’Assemblée Nationale, au directeur du service compétent d’assurer sa transmission.

En droit parlementaire, la notion de Bureau de l’Assemblée Nationale couvre tous les acteurs administratifs intervenant dans la vie parlementaire.

S’agissant du contenu de l’article 53 de la Constitution qui dispose : "le Parlement peut être réuni en session extraordinaire à la demande du président de la République ou de la majorité des membres de l’Assemblée Nationale sur un ordre du jour déterminé. La durée d’une session extraordinaire ne peut dépasser un mois. Les sessions extraordinaires sont ouvertes et closes par un décret du Président de la République" ; il y a lieu de rappeler que le Président de la République a ici une compétence liée et non un pouvoir discrétionnaire.

Lorsqu’il y a compétence liée, l’autorité qui dispose du pouvoir est obligé de faire ce que lui imposent les textes ; lorsqu’elle dispose d’un pouvoir discrétionnaire, elle a un choix entre les diverses solutions qui lui sont proposées.

Nous voudrions rappeler ici au professeur Lô Gourmo le précédent Français qui fit en son temps couler beaucoup d’encre.

L’Article 29 de la Constitution française (correspondant à l’Article 53 de la Constitution Mauritanienne) fait obligation au Président de la République de convoquer le Parlement en session extraordinaire lorsque la demande lui est faite par le Premier Ministre ou la majorité des Députés.

Si dans la plupart des cas cette demande est suivie d’effet en France, il a été trois occasions au cours desquelles le Président a fait savoir qu’il disposait néanmoins dans ce domaine où la Constitution lui attribue une compétence liée, d’un minimum de pouvoir discrétionnaire.

Le 18 mars 1960, le Général De Gaulle, interprétant le présent de l’indicatif de l’Article 30 de la Constitution "hors les cas où le Parlement se réunit en plein droit, les sessions extraordinaires sont ouvertes et closes par décret du Président de la République" comme lui accordant un pouvoir discrétionnaire n’a pas cru devoir décréter l’ouverture d’une session extraordinaire pourtant réclamée par 287 Députés (majorité absolue) sous le prétexte spécieux que, victimes des pressions des dirigeants agricoles mécontents, ils auraient mis en œuvre par leur requête "un mandat impératif" dont l’Article 27 de la Constitution affirme la nullité.

Dans le même esprit, cependant, le 16 décembre 1987, en pleine "cohabitation", le Président Mitterrand a refusé au Premier Ministre Jacques Chirac la réunion d’une session extraordinaire consacrée à la réforme du statut de la régie Renault, rappelant qu’en sa qualité de chef de l’exécutif il appartenait au Président de la République seul de décider la convocation d’une session extraordinaire et en fixer l’ordre du jour.

Enfin, le 30 juin 1993, François Mitterrand s’est à nouveau opposé à l’inscription à l’ordre du jour de la session extraordinaire de juillet d’une proposition d’abrogation de la loi Falloux relative à l’aide des collectivités locales aux investissements privés d’enseignement.

Le précédent de 1960 a amené le Président Giscard D’Estaing dans sa lettre au Président de l’Assemblée Nationale en 1979 par laquelle il acceptait la convocation d’une session extraordinaire demandée par le RPR à fustiger le glissement et la dérive constitutionnelles par lesquelles son prédécesseur a interprété abusivement la lettre et l’esprit de l’Article 29 de la Constitution.

Depuis lors, la jurisprudence française est constante pour affirmer qu’en la matière, le Président de la République ne dispose que d’une compétence liée.

Comme on le voit, le Général De Gaulle, pour évacuer les dispositions pertinentes de l’Article 29 de la Constitution Française, a fait appel au contenu de l’Article 27 de la même Constitution utilisant ainsi des moyens proportionnels et identiques.

Curieuse attitude que celle du Professeur Lô Gourmo qui croit, de bon droit, d’évacuer les dispositions de la Constitution en faisant appel à des dispositions du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. Cette démarche trahit la précipitation et renseigne sur une certaine sécheresse intellectuelle et scientifique.

En conseillant au Président de la République de refuser de signer le décret convoquant la session extraordinaire sur la base de la demande de la majorité des députés, Lô Gourmo et consorts introduisent dans la donne politique une dimension dangereuse de non retour et exposent le Gouvernement à la motion de censure et le Président de la République, gardien de la Constitution, à des poursuites pour haute trahison.

Notons pour mémoire que le crime de la haute trahison n’est défini ni dans la Constitution, ni dans la loi organique, ni dans le Code Pénal et ne peut donc l’être, le cas échéant, que par la Haute Cour elle-même, de manière tout à fait discrétionnaire.

La jurisprudence française est constante pour qualifier de haute trahison "toute mesure par laquelle le Président de la République met obstacle à l’exercice du mandat de l’Assemblée Nationale ".

La haute trahison qui est une infraction politico-pénale n’a rien à voir avec le crime de trahison défini par le Code Pénal (porter les armes contre la Mauritanie, être en intelligence avec une puissance ennemie, œuvre contre la défense nationale).

Dans tous les cas et d’une façon générale, la haute trahison vise le Chef de l’État qui s’opposerait au fonctionnement régulier des institutions et manquerait ainsi au devoir de sa charge comme l’a montré en France la mise en accusation du Ministre Malvy sous la III° République.

Voilà qui amena le Doyen M. Hauriou à définir la haute trahison comme "une trahison vis-à-vis des institutions constitutionnelles bien plutôt qu’une trahison au point de vue patriotique".

Docteur Mohamed Lemine Ould Abdellahi

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Nouvelles Forces du Changement : Chronique et lecture d’une crise vécue

Aux nouvelles forces du changement nous tenons à préciser ceci : Nous sommes par principe contre toutes formes de limitations des libertés. Notre position actuelle résulte d’un long processus sur lequel nous sommes souvent revenus et que nous tenons à rappeler aujourd’hui :

Nous avons lors des élections présidentielles dernières bravés nos appartenances régionales, clanales, tribales. Nous avons ignoré les injonctions de la hiérarchie politique et administrative de l’époque pour ne prendre en considération que l’intérêt bien compris de la Mauritanie.

Pour nous la Mauritanie ne peut plus être qu’un Etat, et elle en a objectivement les attributs essentiels : un vaste territoire contrasté, un peuple historiquement uni par la religion, la culture et une civilisation commune. Un peuple uni par un même combat contre les invasions extérieures et contre les aléas d’une nature souvent hostile. Un pays riche à tous points de vu.



Tenant compte de ce qui précède nous avons soutenu la candidature indépendante d’un jeune cadre technocrate avec l’intention de faire notre propre formation politique. Nous nous sommes donné le nom de « Forces du Changement ». Notre slogan de campagne était : « la Force du Changement ». Au second Tour nos 16% ont été négociés contre la Primature pendant trois ans selon certains, mais pour la majorité d’entre nous le choix de SIDOCA était stratégique.

En effet, pour qui tient à l’avenir, pour qui a un projet de société spécifique, le choix de SIDOCA était plus judicieux. En cas d’échec, SIDOCA quitte la scène politique et nous laisserait le leadership de l’opposition. Admis, mais sans parti politique, SIDOCA serait normalement à la même distance des formations politiques existantes ou à exister qui l’auront soutenus au premier et au deuxième Tour. Avec elles, il formera un gouvernement chargé de réaliser les objectifs fixés dans son programme de campagne.

Sponsorisé par l’essentiel des milieux conservateurs (chefs tribaux, chefs religieux, hommes d’affaires, hauts fonctionnaires de leur Etat…) et soutenu par le CMJD, SIDOCA n’a obtenu que 24% au premier Tour. Au deuxième Tour et à l’issue de négociations ou plutôt de tractations pour le moins peu transparentes, la présidence du Parlement et la Primature seront tronqués contre le soutient de l’APP et des Forces du Changements.

Ainsi devenu le premier Président civil démocratiquement élu, soutenu par une majorité confortable de Députés et de Sénateurs, et par une armée dont les principaux Chefs étaient ses vrais responsables de campagne, SIDIOCA avait en main toutes les cartes nécessaires à la réussite au moins de son premier mandat.

Mais au lieu de jouer ces cartes précieuses, de mieux les agencer, de les coordonner après les avoir organisées et de se concerter avec elles, SIDOCA sur conseil dont on ne sait encore qui, a préféré l’inconnu.

L’ancien Président recrutait l’essentiel de ces collaborateurs parmi les proches parents, les anciennes connaissances rencontrés au Koweït ou au Niger, ou parmi les anciens compagnons de route du régime d’avant 1978 ou tout simplement parmi les leaders des listes perdantes lors des dernières élections municipales et législatives.

Des janvier 2008, des rumeurs circulaient déjà que certains éléments de ce beau monde commençaient à chuchoter à l’oreille de l’ancien Président qu’il ne serait véritablement Président qu’après s’être débarrassé de l’ancien Premier Ministre Zeine Ould Zeïdane et des Généraux Mohamed Ould Abdel Aziz et Mohamed OULD Ghazouani, le Président de l’Assemblée Nationale Messoud Ould Boulkheïr étant l’otage d’une majorité de Députés non issus de son parti. Considéré comme le maillon le plus faible, Zeine était la première cible.

Très tôt, convaincu de renoncer à sa propre formation politique, de se couper de ses anciens soutiens de campagne, entouré de Ministres hostiles ou peu compétents dont il ne connaissait même pas la plupart, Zeine partait tout simplement perdant. Le plan de sa destitution était cousu en gros fil blanc = monter contre Zeine certains éléments de son courant, prendre comme prétexte la « division » de celui-ci et le marginaliser au sein du Parti ADIL.

Réunir la majorité présidentielle autour de ADIL pour que son Président désigné soit le Chef de fil de cette majorité. Lever le slogan : « pour un gouvernement politique, issu de la majorité présidentielle ! ».

Il est vrai que ce slogan était déjà la revendication sur laquelle tous les soutiens de l’ancien Président étaient d’accord. Mais traduite dans les faits la satisfaction de cette revendication donnera un gouvernement qui, non seulement isolait d’avantage les vrais représentants de la majorité présidentielle (partis et courants politiques, personnalités…), mais il constituera surtout un retour provoquant à l’avant 3 Août 2005.

La formation de ce gouvernement fût l’occasion d’une ouverture sur l’opposition, sans négociations préalable, sans programme commun et surtout sans concertations avec les autres partenaires de la majorité. Ce gouvernement divisait la majorité tout en affaiblissant l’opposition.

A la suite de tous ces événements, et après s’être expliqué avec le Président du parti ADIL, nous avons au sein d’un important groupe des anciennes forces du changement analysé la nouvelle situation et avons décidé d’exister à part en attendant l’évolution des choses. Les réunions de ce groupe ont été à partir de ce moment plus systématisées et plus organisées.

A la faveur de la crise née entre le Parlement et le Gouvernement, nous nous sommes structurés afin de mieux la comprendre et par conséquent contribuer à sa bonne gestion. Cette crise partait d’une motion de censure déposée par certains Députés contre le gouvernement. Sans précédant chez nous, mais normal de premier abord.

Cet acte pouvait être interprété comme une réaction politique de certains Députés qui se sont vus marginalisés par le Président et son Premier Ministre, plutôt qu’une défiance technique ou de gestion car le Gouvernement n’a même pas eu le temps de présenter son programme d’actions. Mais au lieu de chercher à conjurer cette crise et à lui chercher des solutions à ses débuts, certains, autour de l’ancien Président ont sauté sur l’occasion afin de réaliser leur deuxième objectif qui n’était autre que décapiter l’armée de tout son commandement jugée désormais encombrant.

Pour ceux-ci, la motion n’était que le fait de Députés « frondeurs » et « téléguidés » par les Généraux afin de déstabiliser l’ancien Président. Malgré le démenti de ce dernier, qui a jusqu’au bout de la crise répété qu’entre lui et les Généraux il n’y avait aucun nuage et qu’entre eux la confiance était réciproque et totale, et malgré la menace de dissolution du Parlement, les Députés ont quand même déposé la motion.

La solennité de l’annonce et la fermeté du ton ont failli faire croire que l’ancien Président allait, par son discours célèbre, gagner la première manche de cette bataille. Moins de 24 heures après, le Président recule, fait démissionner ou accepte la démission de son Premier Ministre. Pour certains la raison est une intervention des Chancelleries occidentales hostiles à la dissolution de l’Assemblée, pour d’autres la pression des Généraux est venue à bout de la volonté du Président. Avant que l’encre de la démission de Monsieur Yahya Ould Ahmed El Waghef ne sèche, le décret le reconfirmant est annoncé.

Alors des tractations commencent : les Députés dit-on exigent la sortie des partis non membres de la majorité et recommandent des critères objectifs quant aux choix des membres du futur gouvernement.

A la formation de celui-ci, il est constaté la sortie des partis UFP et TEWASSOUL, mais les Députés disent ne pas avoir été consultés et voient les critères qu’ils ont suggérées non respectés. Des semblants de consultations avaient pris le temps qu’il fallait pour coïncider avec la fermeture de la session parlementaire.

Le voyage de Monsieur le Président en Espagne, les déclarations pour le moins malencontreuses de Madame la Présidente à l’encontre de certains parlementaires, la frustration de ces derniers qui n’ont vue en la démission du Premier gouvernement de Monsieur Yahya Ould Ahmed El Waghef qu’une manœuvre dilatoire destinée à gagner du temps plutôt qu’à chercher une solution à la crise.

Ils décident alors de passer à une vitesse supérieure consistant à demander une session extraordinaire avec un ordre du jour pertinent et qui en dit long sur leurs objectifs désormais précis et courageux. Une querelle de procédure engagée par le gouvernement empêche cette demande d’aboutir.

Devant cette impasse provocatrice et injustifiée au plan stricte du droit, les parlementaires ont décidé de sortir de ADIL. Ne possédant plus la majorité parlementaire le Président de ADIL ne devait par conséquent plus être premier ministrable. Alors et ouvertement le Président décide de rompre le silence, abandonne la neutralité qu’exige sa fonction et commence d’une part, à débaucher les parlementaires par des moyens peu orthodoxes et d’autre part à dire à qui veut l’entendre que derrière les parlementaires agissent les Généraux.

Les parlementaires tiennent une conférence de presse au cours de laquelle, ils dénoncent les méthodes de corruption active de certains de leurs collègues et persistent dans leur position de retrait du parti ADIL.

Devant l’incapacité de dissoudre l’Assemblée Nationale et la résistance farouche des Députés, le Président conseillé et aidé en cela par certains de ses proches, passent à l’acte fatal : le limogeage des quatre responsables des forces armées et de sécurités par un même acte concocté la nuit du 6 Août dans des conditions pour le moins rocambolesques.

Heureusement pour la Mauritanie, nos Officiers supérieurs avaient un sens élevé du devoir envers la patrie et ont refusé l’affrontement inéluctable s’ils avaient obéi à la logique folle de leur hiérarchie civile. Dans un élan solidaire et responsable, ils ont maîtrisé la situation et ont mis fin à ce jeu au feu que préparaient nos hauts responsables civils comme seule participation aux olympiades de Pékin.

Pour la majorité des mauritaniens un acte salutaire qui vient remettre le train de la démocratie sur rail, un simple coup d’état pour d’autres surtout extérieurs.

Pour les nouvelles Forces du changement, qui sont les premières à voir venir cette crise, qui sont sorti de ADIL constatant qu’il était le fond de cette crise au lieu de pouvoir jouer un rôle dans son dénouement, qui avons soutenu les parlementaires tout au long de leur âpre combat inédit en Mauritanie, mais qui avons toujours appelé au dialogue et à la concertation, nous comprenons parfaitement l’acte du Conseil Supérieur de l’Etat.

Nous tenons cependant et en ce moment grave de l’histoire de notre pays à enregistrer ce qui suit :

1. L’erreur originelle a été commise par le CMJD en rompant à la fin de son mandat sa neutralité déclarée lors de sa prise du pouvoir le 3 Août 2005. En choisissant un candidat apolitique, ayant fait l’essentiel de sa carrière administrative à l’extérieur du pays et en pulvérisant le PRDR, principales forces organisées au centre, le CMJD a mis sur rail un train aux multiples wagons mais sans conducteur qualifié.

2. Les parlementaires ont été à la formation du premier gouvernement et à la naissance du parti ADIL, soit trop dociles, soit non vigilants.

3. Au cours de tout le processus de transition, l’opposition divisée a été très complaisante et semblait satisfaites du départ de l’ancien Président Maawiya et d’une participation formelle à la gestion de certaines étapes de ce processus.

4. Les forces du changement se sont trahis ou faites trahir et ont montré leur amateurisme politique.

5. Les partenaires extérieurs n’ont seulement pas été plus royalistes que le roi. Ils ont tout simplement été complaisants.

Les nouvelles forces du changement tiennent aussi à lancer un pressant appel aux forces politiques du pays afin que la raison et l’intérêt suprême de la Mauritanie prime sur les considérations subjectives et partisanes.

Que ceux qui s’en tiennent désespérément aux principes creux de la légalité constitutionnelle et réclament le retour de SIDOCA relisent l’histoire contemporaine de la Mauritanie, relisent leur propres histoire en tant que formations politiques ou en tant qu’individus. Quels rôles, ils ont joué par le passé dans les coups d’Etat, les vrais coups d’Etat, et quel pouvoir ils ont soutenu ? Et pour quelles raisons ?

Que ceux qui applaudissent aveuglement les nouvelles autorités ne crient pas victoires et surtout ne demandent pas des dividendes immérités : la Mauritanie d’abord !

Que nos frères et amis de l’extérieur maintiennent leur position d’autan et continuent à ne pas être plus royalistes que le roi. Ils doivent tout en étant plus vigilants et moins complaisants, respecté les choix de la majorité du peuple mauritanien (élus, forces armées et populations…).

Nous regrettons et nous nous excusons auprès d’eux pour n’avoir pas pu ou su continuer à leur dissimuler nos problèmes en attendant de les résoudre par nous-mêmes.

Messieurs les partenaires extérieurs, nous comprenons bien vos positions de principes, votre soucis de voir enfin les idéaux de démocratie et de liberté triompher partout et vos condamnations de tout retour en arrière.

Mais nous vous demandons de mettre l’acte rectificatif entrepris par nos forces armées et de sécurités dans son cadre général de gestion d’un processus démocratique non encore achevé ou qui a eu par endroits des vices cachés voulus ou par inadvertance.

Cet acte rectificatif salutaire est venu en réponse à trois coups d’Etat entrepris par l’ancien Président de la République :

Un coup d’Etat politique contre les partis et courants qui l’ont soutenu au premier et deuxième Tour des élections présidentielles. Ce coup d’Etat s’est traduit par la volonté ferme et répétée de les marginaliser au sein des différents gouvernements ainsi qu’au sein du parti ADIL.

Le deuxième coup d’Etat était institutionnel, car en empêchant les parlementaires d’exercer les pouvoirs que leur confère la constitution en usant d’arguments non réglementaires et peu convaincants, il suspend sans le dire et sans raison l’acte principal régissant et organisant nos Institutions Républicaines.

Le troisième coup d’Etat était celui-là contre l’institution militaire. En tentant de dresser les uns contre les autres, en décapitant nos forces armées et de sécurité de leur encadrement supérieur, l’ancien Président a failli tout simplement mettre le feu au poudre, provoquant ainsi la somalisation de la Mauritanie.

Qu’il soit bien compris qu’en disant cela, loin de nous l’idée de nous opposer aux prérogatives constitutionnelles du Président de la République. Le Président selon la constitution nomme aux emplois civils et militaires en toute discrétion. Mais le contexte de crise où les militaires étaient pris à tort ou à raison comme partie prenante les livreraient en pâture à une certaine opinion déjà dressée contre eux.

Ajoutons à cela, la manière peu orthodoxe des formes qui donnaient l’impression que leur véritable tombeur n’était pas le Président de la République mais une tendance politique qui par cet acte visait l’affaiblissement de la tendance adverse. Petit tout ça.

Aux nouvelles Forces du Changement, nous tenons enfin à ces deux appels :

1. A l’endroit de la classe politique ou ce qui en tient lieu actuellement, nous rappelons qu’à nos frontières des conflits latents ou actifs nous menacent. Le trafic des stupéfiants, l’immigration de toute l’Afrique au sud du Sahara vers l’Europe à tendance à vouloir traverser notre vaste territoire. Le terrorisme ambiant nous frappe déjà.

Notre diversité ethnique, nos différences sociales, nos déséquilibres régionaux, nos mentalités tribales ont souvent été et peuvent encore être utilisés pour nous déstabiliser de l’intérieur. Avant la colonisation nous n’avons pas connu d’Etat central ou centralisateur.

La colonisation fut juste une forme de « pacification » dans l’intérêt de la stabilisation des réelles colonies avoisinantes. Elle a maintenu en l’état notre organisation tribalo-féodale.

Depuis l’indépendance formelle octroyée en 1960, presque seules les évolutions naturelles, les changements climatiques et écologiques, les influences extérieures ont été les facteurs déterminants dans les mutations qu’a connus notre société. C'est-à-dire presque le hasard.

Jamais ou presque jamais des réalisations globales ou sectorielles n’ont été planifiées et menées jusqu’au bout pour nous mêmes et par nous mêmes.

Il est donc grand temps de nous ressaisir, de dépasser nos divergences idéologiques devenues obsolètes partout ailleurs et de nous organiser autour d’un seul objectif essentiel : l’édification d’un Etat centrale démocratique et unitaire, parceque juste. L’armée a intervenu en 1978 et est toujours là par défaut et à défaut d’une classe politique responsable.

2. A l’endroit du Conseil Supérieur d’Etat, nous disons tout simplement que leur avènement est largement justifié par l’action de tous ceux qui les ont précédés. Ne vous laissez pas blaser par l’ampleur des soutiens, même sincères. D’autres avant vous ont été soutenus de la sorte. Comptez sur le bilan de vos actions à l’endroit du peuple. Ne vous en faites pas, quoi qu’on dise de celui-ci, il est patient, endurant, digne et a surtout bonne mémoire.

Sidi Ould Ahmed Deya


maatala

Anonyme a dit…

matalefou
A la chasse comme en amour, on commence quand on veut et on finit quand on peut.

Anonyme a dit…

اثنان وثلاثون نائبا يعلنون مقاطعتهم للجلسة البرلمانية الطارئة

أعلن إثنان وثلاثون نائبا من غرفتي البرلمان عدم مشاركتهم في الدورة البرلمانية الطارئة التي دعا إليها المجلس الأعلى للدولة اليوم الأربعاء ،جاء ذلك خلال مؤتمر صحفي عقده نواب الجبهة الوطنية للدفاع عن الديمقراطية المناوئة لإنقلاب السادس من أغسطس قبل قليل بمباني الجمعية الوطنية

وينتمي النواب الذين أعلنوامقاطعتهم للجلسة البرلمانية الطارئة لأحزاب الجبهة الوطنية للدفاع عن الديمقراطية،كما أصدرواعلي هامش هذ المؤتمر الصحفي بيانا طالبوا فيه النواب الآخرين بمقاطعة الجلسة البرلمانية الطارئة علي أساس أنها غير شرعية

وفيما يلي نص البيان الصادر عن مجموعة النواب

نحن البرلمانيون الموقعين أسفله.
بعد ان علمنا بان هناك دورة برلمانية طارئة , دعي إليها يوم الأربعاء الموافق 20/08/2008 من جهة غير مؤهلة للدعوة لها قانونا
-وبعد ان اطلعنا على بيان رئيس الجمعية الوطنية السيد مسعود ولد بالخير الذي بين بما لا يدع مجالا للشك عدم مشروعية هذه الدورة وبطلانها .
- وتمسكا منا بالشرعية التي يمثلها دستور الجمهورية الإسلامية الموريتانية والنظام الداخلي للجمعية الوطنية ومجلس الشيوخ .
- نعلن عدم مشاركتنا في أشغال هذه الدورة التي لا تستند على اى أساس قانوني .
- ندعو زملاءنا البرلمانيين إلى مقاطعتها والتمسك بالنظم المعمول بها في الجمهورية الإسلامية الموريتانية وخاصة الدستور والنظام الداخلي للجمعية الوطنية ومجلس الشيوخ .

الموقعون
1- به على ابرا
2- عزة بنت همام
3- عيشة بنت أعمر
4- أمنة بنت مولود
5- النمة بنت مكيه
6- ملادو كولي بالى
7- سمار عمار
8- فرفور بنت محمد الأمين
9- محمد المصطفى ولد انبط
10- عبد الرحمن ولد الحضرامى
11- جميل ولد منصور
12- السالك ولد سيد محمود
13- سيد محمد ولد سيد
14- محفوظ ولد محمد الأمين
15- محمد المصطفى ولد محمد السالك
16- محمد المصطفى ولد بدر الدين
17- خدجتا مالك جالوا
18- هابو سلا
19- كبادي ولد الشيخ
20- شيخنا ولد محمد السخاوى
21- سى صمبا
22- الزين ولد احمد سالم
23- المصطفى سيداتي
24- مسعود ولد بالخير
25- الخليل ولد الطيب
26- وان صيدو
27- المعلومة بنت بلال
28- بداهى ولد محمد سالم
29- يوسف سيلا
30- زينب منت الدد
31- عمار الفتح ولد سيد عبد القادر
32- جمال ولد احمدناه

bravo ba aliou ibra
bravo a vous tous

Anonyme a dit…

Maatala,

Arretes de nus gaver des articels de Sidi o Ahmed Deya.
Qui connait sidi sait que c'est un mauvais type et que quelque soit sa position, on sait bien ce qu'il herche (sebkhit ewlad nacer n'est pas loin d'ici)

Anonyme a dit…

quand sidi o ahmed deya etait au poste de ministre des finances sos Haidala ou Taye (je sais plu) tous les parents et les notables d'Aioun se relayaient chez lui.
Le jeune ministre genereux, accorde à chaque visiteur deux terrains: un à vendre pour Elghaiba et l'autre à acquerir.
C'etait dans le lotissement apelé aujourd'hui sebkhit ewlad nnacer (avant la mer à coté du 5eme art)

Anonyme a dit…

La fortune de celui qui veut lutter contre la corruption !
« Les dieux nous sont tombés sur la tête », ont dis les Bushman suite à une bouteille de Coca Cola tombée on ne sait comment sur leur domaine. Alors ils se sont mis à vénérer cette bouteille croyant qu’elle est une réincarnation de l’esprit de Dieu. En Mauritanie un homme nous ait tombés sur la tête. Un général avec on ne sait combien d’étoiles ? Ce qui est sûr ses galons de général ne sont pas acquis sur le champ de bataille mais livrer sur un plateau d’or sous les lampadaires du palais présidentiel. Comme quoi, disait Marcel Ahipiau, le leader syndicaliste ivoirien, des faux généraux y’en a pas mal.
La première déclaration du putschiste Mouhamed Ould Abdel Aziz, celui qui fait durer le suspens avant d’annoncer sa candidature à une parodie d’élection est de LUTTER CONTRE LA CORRUPTION. Venant de se soldat et connaissant la rapacité de sa femme, cela peut faire rire. L’homme qui affirme combattre la corruption a l’un des patrimoines le plus garni de la Mauritanie.
- 10 maisons au Sénégal
- Actionnaire dans une société de pesticide au Sénégal
- Une entreprise de location de voitures à Dakar
- 5 maisons au Maroc
- Actionnaire dans deux entreprises touristiques et dans d’autres activités notamment les assurances (Cela n’a échappé à personne la visite en catimini aux lendemains du putsch du chef des services secrets marocains pour apporter leur soutien à l’un des plus grands actionnaires africains du royaume)
En Mauritanie, il n’est de secret pour personne que le fameux général pourfendeur se t-il de la corruption est l’un des plus grands propriétaires terriens avec son épouse qui n’a pas hésitée à coucher avec le directeur des Domaines dans son propre bureau.
- Le plus grand bâtiment à la cité Smar appartient à la femme du général
- Au total, on récence 40 maisons appartenant au général et sa femme dans la Capitale Nouakchott.
- Le général est actionnaire dans 10 sociétés de tourismes.
- Le général est propriétaire de 5 bourses de voitures. (D’ailleurs son rejeton ne s’en cache même pas)
- Le parc automobile personnel de celui qui veut lutter contre la corruption est phénoménal : 5 Toyota 4x4, 2 BMX, 2 Mercedes, 4 Mercedes 300GD
Cette liste est loin d’être exhaustive. Elle détaille juste les informations que nous avons pu récupérer à une source travaillant à la BASEP et nous promettant d’en savoir un peu plus. Taya le modèle du général n’avait tous ces biens même s’il a laissé ses proches s’enrichir, lui était détachait des bien matériels. Il aimait juste le pouvoir. Celui qui veut coute que coute ressembler à Taya est lui une rapace. Espérons que la corruption recule mais avec autant de biens mal acquis, il est permis de douter.

voici le lien:
ouldabedlaziz.blogspot.com

Anonyme a dit…

Initiative des personnels de la santé : « Nous sommes prêt à accompagner le HCE »

Conférence de presse des personnels de la santé

Au cours d’une conférence de presse organisée cet après-midi à l’hôtel Elkhater, l’Initiative des personnels de la santé a exprimé son soutien indéfectible au mouvement de rectification du processus démocratique du 6 août.
Au cours de cette conférence animée par le docteur Brahim Ould N’Taghri et à la quelle ont pris parts des médecins de toutes les spécialités, ainsi que des personnels paramédicaux, plusieurs intervenants ont pris la parole pour mettre l’accent sur la nécessité de revoir le secteur de la santé dont la réussite constitue un gage de développement du pays.


Dans son allocution d’ouverture de la conférence le Dr Ould N’Taghri a souligné : « Nous sommes là dans le cadre de l’initiative du personnel du secteur de la santé pour soutenir l’initiative du général Mohamed Ould Abdfel Aziz président du HCE ».
Le Dr Ould Khalev prendra la parole pour procéder à la lecture de la motion de soutien de l’initiative du personnel du secteur de la santé, dans la quelle ils ont exprimé toute leur disposition à aller de l’avant pour soutenir la rectification et « accompagner le Haut Conseil d’Etat dans le processus démocratique
---------

Messieurs les médecins qui vous donnent le droit de parler au nom de toute une profession, à laquelle vous faites d'ailleurs honte. Vos devez être jugés par le Conseil de l'Ordre. Dr Brahim est connu par sa malhonnêté, allez voir son cabinet. Il ne fait qu'arnaquez les pauvres patients. Ne parlons pas des autres Ould Khalef, Maikel (Ould Abdellatif) et le Militaire qui gère l'hôpital psychiatrique. Je ne vais pas leurs donner mes hassanates. Mais, je pourrais dire beaucoup de choses à leurs sujets.

Anonyme a dit…

manifestations à nouakchott contre le putsch. en ce moment il risque d'y avoir du grabuge.

Yanis le R. a dit…

Je pense que celui qui signe Mohamed Lemine Ould Abdallahi (droit de réponse - droit constitutionnel) n'est autre que Mohamed Lemine Ould Dahi, l'ancien directeur de cabinet d'Elycom, le père dit-on (ou le coordinateur du groupe de juristes) de la constitution de 91 puis de sa modification en 2006!
Il vient une nouvelle fois au secours de la junte qui n'avait que le directeur de la législation comme conseiller juridique pour pondre les ordonnances du HCE.
Si la maison Mauritanie venait à brûler, il le justifiera constitutionnellement comme un adepte de sa secte militaire du Temple Solaire...

Anonyme a dit…

Yanis

la redaction sent quelqu'un de plus frais que l'ancien petit dahi; c'est un veritable plagiaire qui s'efforce de legitimer l'impensable en democtatie: à savoir la prise du pouvoir pat la sequestration d'un president dument elu
Kimporte il s'agit sans doute de l'un de ces vulgaires leches bottes qui constituent une malediction pour notre pauvre pays
c''est triste

maatala a dit…

Salam

Cher yan

Il était une fois un bled ou:

- les infirmières ont peur du sang
- Les pompiers ont peurs du feu
- les bouchers ont peur des couteaux
- Des juristes éminents comme Boubout et Salah ont peur de donner leur avis sur des questions de droits constitutionnel.

Ce bled c'est SALAFLAND dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Le putschiste mheisnatt ould dahi en minuscule declare devant le senat que l’erreur fatale de sidioca en plus de la chanson qu’on connaît tous , ce d’avoir remplacer les chefs d’etats en meme temps par leurs collègues et frères de services .

Il voulait qu’on les remplace par des amricains ou des israéliens ou des martiens

Toujours des gaffes

Par les raisons de l’échec de ce putsch que ces défenseurs ce sont des médiocres et le conseilles aussi ;

Regardez le discours de mheisnatt et aussi l’intevention de jemal ould el yedaly qui se dit docteur …

ALMOUDO

Anonyme a dit…

Je suis fier d’avoir assister aujourd’hui à la manifestation de défi pour protester contre ce putsch absurde .

Cette manifestation est un message clair à bob denard ,s’ajoute a ça le message du conseil de securité .

bob denard ne dormira pas ce soir profondément .

a cet manifestation le deputé ould lemmatt a provoquer la foule , il voulait couper la manif dans son 4/4 au carrefour mercure , il venait de la direction de la presidence pour aller a l’assamblée nationale . les manifastants on cracher sur lui et on crier honte honte et lewla l’intervention des organisateurs lkan ould lemmett min elmadhi

quelle stupidité
et quelle provocation

VAGHIR

Anonyme a dit…

Ca plaira a Couli , notre frère d'outre atlantique .

Les images sont de Taqadoumy

Marche conjointe des pro-Sidi avec les pro-Maaouiya - REPORTAGE PHOTO
20-08-2008
La marche du défi, organisée par les forces politiques anti-putsch, se poursuit toujours ; à l'heure ou nous publions, sa tête arrive à l'immeuble de la BMCI-Afarco, alors que sa fin est encore à la direction de l'hydraulique, non loin du Centre Hospitalier National.

La majorité écrasante est constituée par les sympathisants de l'Alliance Populaire Progressiste (APP). Peu de négro-africains y participent.

Aux abords du carrefour BMD, les manifestants ont étaient rejoint par d'autres, qui brandissaient des photos de Ould Taya, au cris de "Voila le Président légitime".

La marche s'est déroulée sous une bonne escorte de la police anti-émeute.

L'équipe de la Télévision de Mauritanie (TVM) a été attaqué par une partie des manifestants, qui leurs ont interdit de filmer.

Par ce geste, les manifestants ont voulu marquer leurs désapprobation, concernant la manière, partiale selon eux, avec laquelle la TVM couvre les événements depuis le coup d'état du 6 août 2008.

Yanis le R. a dit…

Maatala,

La junte est aux abois!
Toutes les aides au développement sont suspendues, des dizaines de milliards d'ouguiyas et non bien sûr de dollars comme Taqadoumy l'a publié (ce qui surprenant pour un site aussi prometteur).
Les RV qui applaudissent tout et ce coup d'état coomme d'autres, seraient mécontents car on leur coupe les vivres, la seule bonne nouvelle...
Le nouveau PM, un bon cadre technique de la diaspora certes mais sans aucun doute coupé de la réalité mauritanienne, n'a pu parlé que de "nos amis arabes" pour son chantier de reforme et de developpement fictif et sans durée!
D'ailleurs sur RFI, toujours, il a dit qu'on peut le croire car le peuple mauritanien le connaît!
C'est inimaginable!
Il a vécu toute sa vie à l'étranger et en quelques séjours pour superviser des forages dont il n'a pas manqué d'être généreux avec nos tuteurs militaires auto-proclamés, il s'arroge un destin d'homme connu par tout le peuple pour ses engagements...
Est-ce qu'il ne confond pas le peuple avec Elycom et Aziz?
D'ailleurs parmi les forages qui étaient destinés aux régions de l'Est (par la coopération belge), on a vu certains en plein desert de l'Inchiri...
J'aime beaucoup l'Inchiri, pour Lemseiha entre autres (et comment!), mais je ne pensais pas si mal connaître ma géographie...

Anonyme a dit…

Qui a dit grande marche ?

mercredi 20 août 2008
par SOS ABBERE
popularité : 0%
Nouakchott(PANA via Mauritanie-web ) - A l’appel du Front national pour la défense de la démocratie (FNDD), une alliance de 5 partis politiques, un millier d’individus ont marché mercredi après-midi contre le coup d’état du 6 août 2008 par lequel une junte dirigée par le général Mohamed Ould Abdel Aziz a renversé le pouvoir de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, a constaté la PANA.

Brandissant les portraits géants du président renversé, les manifestants ont emprunté un itinéraire allant du plus grand centre hospitalier de Nouakchott vers le carrefour situé près du plus grand marché de la capitale politique mauritanienne.

Ils ont crié leur désapprobation vis-à-vis de l’ingérence de l’armée dans le jeu politique, et dit non à la remise en cause des acquis de l’unité nationale, tout en réclamant le retour à l’ordre constitutionnel par le rétablissement du président déchu dans ses prérogatives.

Autorisée par l’administration, la marche s’est déroulée en présence des leaders des différents partis et sans incident majeur.

Le Front national pour la défense de la démocratie (FNDD) regroup le Pacte national pour la démocratie et le développement (PNDD-ADHIL), l’Alliance populaire progressiste (UPP), l’Union des forces de progrès (UFP) et le Parti pour l’égalité et la justice (PLEJ).

maatala a dit…

Salam

Commissions parlementaires

La machine à atomiser la crédibilité de SIDIOCA est lancée.

Les enquêteurs trouveront certainement des cadavres dans les placards, ne dit-on pas que les voleurs savent toujours là ou il faut fouiller (lol).

les défenseurs de SIDIOCA récuseront les accusations et diront que tous ceci est le résultat de manipulations

Sauf qu'ils oublieront un fait, celui d'avoir tout fait pour refuser la session extraordinaire, en avançant des arguties juridiques basées sur le règlement de l'assemblée national

On ne peut pas faire obstruction à la mise en place des commissions,tout en souhaitant la transparence, puis récuser le résultat des enquêtes si celui-ci est à charge.

SIDIOCA était pourtant en position de réclamer que ses alliés (Tawssoul-UFP-APP) fassent partis des membres des dites commissions, mais chez lui le SIDIOCALISME : les reculades, les hésitations, l'atermoiement et la soumission à KB l'emportent toujours.

La politique ou on là fait , ou on là subit dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

Cocasse

Qui aurait imaginé les dirigeants du front pour la défense de la démocratie défilés derrière ou à coté des portrait de Taya.

Il y a de quoi perdre son seroual dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

maatalefou
tu couvre le toit d'autrui, et le tien est percé.

Yanis le R. a dit…

Le titre de la petite dépêche et les photos de Taqadoumy sont ridicules!
Montrer des vendeurs à la sauvette (bana bana sénégalais) sans doute payés pour porter les photos du dictateur Taya et faire un titre digne des tabloids "pro-Sidioca et pro-Taya qui marchent ensemble" n'est pas correcte...
Il s'agissait d'une marche pour le retablissement de l'ordre constitutionnel.
Il y a aussi dans la marche non suscitée par les pouvoirs publics, ceux qui n'ont jamais voté pour Sidioca et qui ne voteront jamais pour lui (à la différence de ceux qui l'ont créé et qui se reconnaissent et doivent se faire petits) mais qui défendent juste la démocratie, ça existe et heureusement pour la Mauritanie!

Yanis le R. a dit…

Qui connaît Pecos parmi vous?
C'est un ami, un bon vivant qui ne se prend pas au sérieux.
Son surnom, il l'a acquis au cinoche.
A Rosso, paraît-il.
Il y avait un seul cinéma et Pecos comme beaucoup de garçons de son âge ne pouvait se payer le billet pour voir le dernier film western spaghetti.
Bon grimpeur, il était le seul à pouvoir se hisser au sommet de l'arbre mitoyen du seul cinéma de Rosso. Ainsi il voyait une bonne partie de l'écran, ce qui permettait au groupe de gamins qui se rassemblaient au pied du baobab de se voir raconter tout le film dit gladiateurs, avec gestes et gesticulations à l'appui...
Un autre arbre à palabres (lol).
Au bout de quelques temps, le pauvre gérant du cinéma a vite constaté une chute progressive des entrées!
Son enquête l'a mené au pied de l'arbre où une foule suivait la retransmission animée en direct du film par notre Pecos national...
C'est ainsi qu'un spectacle gratuit a disparu d'une grande ville du pays.
L'arbre a été coupé et le mur du cinéma a été remonté de 2 rangées de briques...

Bien plus tard, un homme en costume tenait une conférence de presse dans le hall d'un grand hotel de Nouakchott où les journalistes étaient conviés. C'était le président d'une association de professionnels de la santé qui déclarait son soutien à "la rectification".
C'était Pecos!
Il était assis cette fois-ci sur un siège stable et les militaires avaient pris la place des gladiateurs dans son speech, plus posé...
Autour du Dr Brahim O. Ntaghri, le Dr Yacoub O. Khalef entre autres, des personnes agréables à vivre, ce qu'il y a de plus sympathiques chez nos docteurs...
Je me dis qu'ils jouent sans doute un cinéma de leur enfance à des adultes-enfants que nous sommes devenus qui acceptent tout pourvu que ce soit l'ordre du moment.
Après les imams, les journalistes, voici mes amis médecins...
Nous n'avons plus qu'à couper l'arbre...

Sellami a dit…

Remarquable, Yanis!
Merci pour cett virée!
Qui ne connaît pas Pecos? Plus adorable on ne peut trouver! Seulement, il y a longtemps que nous devions couper l'arbre. Mais il n'y a pas de propriétaire qui se sentira perdant pour oser faire le pas! Tout le monde ici est depuis longtemps sous l'arbre, qui tendant la main pour cueillir d'éventuels objets qui tomberaient des poches ou des maisn des pecos sur l'arbre, d'autres qui regardant hagard une succession de mauvais remakes de films de très bas de gamme, d'autres encore qui applaudissnt les milliers de pecos (la sympathie en moins)qui racontent ces mauvais remakes qu'ils n'ont même pas vus, ou encore d'autres qui attendent que quelqu'un vienne de quelque part pour devenir le propriétaire et prendre l'initiative de couper l'arbre, et d'élever d'une ou de deux briques la hauteur du mur pour empêcher tous les pecos de la terre de pouvoir raconter les histoires de leurs gladiateurs et de leurs petits guérilleros ou mafiosis à l'oeuvre et en direct depuis des décennies!

Merci encore Yanis!
Sellami

Anonyme a dit…

J'etais dans la marche et le nombre de manifestant depassait 10000, mais etait loin de 1000 estime par PANA. Cette agence est une vrai agence africaine. RFI etait la realiste a dires plusieurs milliers de mainfestant ce qui equivaut a un chiffre allant de 2000 - 10000.

La marche etait grandios spontanee et paisible.

Bravo peuple mauritanien.

Generaux c'est l'avis de ces gens la qui prime ce n'est pas l'avis de laudateurs et d'ex-opposants frustres par les defaites.

Mohamed Said Ould Ahmed