mercredi 6 août 2008

NON, NON ET NON

COMME TOUT BON DEMOCRATE AUJOURD'HUI QUE L'ON SOIT AVEC OU CONTRE SIDI, NOUS DEVONS DIRE NON
NON AU PUTSCH, NON A CES VOYOUS DE GENERALIONS DE PACOTILLE

ILS ONT DECIDE DANS LEURS PETITS CERVEAUX MALADES QUE S'ILS NE SONT PAS MAINTENUS DANS LEURS PRIVILEGES LA RAISON D'ETRE DE LA REPUBLIQUE CESSE D'EXISTER.

NOUS AVONS DEJA TOUS EXPRIME NOTRE POINT DE VUE SUR SIDI, MAIS LA IL Y VA DU DEVENIR DE LA MAURITANIE.

ET CES POLITICARDS ARRIVISTES "DEPUTES" RV, ONT LE CULOT D'EXPRIMER SUR AL JAZEERA LEUR SOUTIEN A LEUR COPAIN DE GENERALION.



ALORS DITES NON A CE COUP D'ETAT PETIT MESQUIN COMME SON INSTIGATEUR

LM

91 commentaires:

vlane a dit…

une pensée pour amal

ton père s'en sort par la grande porte

courage

vlane a dit…

Ecrit sur cridem l’autre jour à un monsieur qui se demandait pourquoi sidioca parler si souvent sur des chaînes étrangères :

Le jour où vous découvrirez, que Dieu nous en préserve, qu’il se trame tout à fait autre chose et que les acteurs de ce coup probablement à venir, ne sont ni des petits agitateurs ni des enfants de chœur disposant déjà hors de nos frontières d’une aura qui fait rêver plus d’un intriguant dangereux du coin, vous comprendriez alors qu e peut-être Sidioca fait bien de prendre à témoin « la communauté internationale » qui comme vous le dîtes a financée nos élections

Nous verrons bien, vous avez peut-être raison mais peut-être aussi êtes-vous loin de saisir ce qui peut bien se passer et que vous ne résonnez qu’à la limite de votre vision. Nous saurons bientôt, rien ne presse, mais si comme je le crois, sidioca n’a d’autre choix actuellement que de prendre à témoin la communauté internationale et son peuple de sorte que si demain « on » essaye de passer à l’action pour renverser le pouvoir par mille façons, il puisse au moins appeler à l’aide chez les amis de la démocratie.

Ce ne serait pas la première fois qu’un président démocratiquement élu et chassé du pouvoir par des voies illégales, se retrouve en selle par la magie de la justice internationale quand elle le veut bien or notre pays n’est pas actuellement hors de tous les intérêts de démocraties puissantes.

Sinon dîtes-nous dans le cas que je viens d’évoquer : est-ce vous le vaillant comptable ou nous autres qui pourrons sauver le peu de démocratie en marche en formant de merveilleuses barricades et en montant au front le cœur offert à la mitraille, il suffit pour nous répondre d’être sincère en silence avec nous-même et sans aller jusqu’à oser regarder seul à seul notre miroir , reconnaître que ce n’est là que le sort des héros dont nous manquons cruellement ( hanane ente vem entres autres) et jusqu’à la preuve du contraire n’ayant jamais vous et moi brillés pendant trente années de dictatures par nos faits de bravoure , nous devons donc voir ce que nous réserve le marabout avant de le présenter en touriste inconscient

Il devra nous prouver le contraire car les faits que vous agitez sont têtus, comme dit l’autre, sinon croyez bien que je vous devrais moins de mots et plus d’excuses

Le pari est pris

vlane a dit…

Après sidioca et le 19 magique, voici le lien 48 des parlementaires frondeurs

C’est les vacances : mots croisés, des chiffres et des lettres et surtout croiser les doigts pour que le lien puisse être brisé

Souvenez-vous :

Sidioca a pris officiellement ses fonctions le 19 avril 2007 :
Il a été élu le 25 /03/ 2007 : 2+5+0+3+2+0+0+7= 19, Ould Cheikh Abdallahi : 19 lettres
Il a obtenu au premier tour 24.80% et au 2ème tour 52.89 : 52.89-24.80= 28.09 = 2+8+0+9=19
Cette élection a mis un terme à 19 mois d’une transition militaire
19 candidats à l’élections présidentielle
95 siège à l’assemblée : 19 x 5
57 siège au sénat : 19 x 3
Il a obtenu 373 5(19) voix
Il annonce sa candidature le 04/07/2006= 0+4+0+7+2+0+0+6= 19
Le jour où j’ai eu l’idée de faire ce calcul bizarre lundi : 24/03/2008= 2+4+0+3+2+0+0+8=19

Voilà pour le 19.

Déclaration de 48 parlementaires
Le jour où les parlementaires annoncent leur décision de quitter Adil, c’est le 04/ 08/ 2008 soit ( 48 ) / 2008
Si vous multipliez : 4x8x2x8 vous obtenez 512
Or la somme des parlementaires : députés , sénateurs : 95+57 : 152

Ce sont les chiffres 1-5-2 qui forment 512 et 152
Au sujet de cette coïncidence des mêmes chiffres disposés autrement regardez :

L’élection présidentielle débute le 25 mars et aujourd’hui 25 députés quittent la majorité du président : faîtes la division : 512 / 25 , on obtient : 20, ( 48 )
Eh bien c’est exactement à l’ordre près les mêmes chiffres que sidioca a obtenu au premier tour : 24, 80 %

Et si vous croyez que le 48 et le 19 magique n’ont rien à voir : nous arrivons à la série magique

Eh bien faîtes la division : 48/19 = 2, 526315789
C’est là où c’est tout à fait incroyable : qu’elle est la probabilité qu’en divisant un nombre par un autre on obtient une série de chiffre dont la somme tenez-vous bien : 2+5+2+6+3+1+5+7+8+9 = 48 ! le même nombre !

Série magique

on peut y lire tout les chiffres qui nous concernent aujourd’hui et dans l’ORDRE sans reprendre deux fois le même chiffre:
d’abord dans l’ordre le 2-5 puis 2..-1-5 ( voir plus haut : ça forme 512 et 152) 5ouvenez-vous du 512/25= 20.48 plus haut
et enfin si on retire de cette série les chiffres qui donnent à la suite (2_5) ..(2-1-5)
il reste les chiffre 6-3-7-8-9 eh bien 6*3*7*8*9= 9072 qui est un multiple de 48 !
car 48*189 = 9072

quant aux derniers chiffres de la série 15789 qui au-delà d’être une série dont le premier et le dernier chiffre forme 19 mais la série est un multiple de 19 : 15789/ 19= 8(31)
or et le 31 et exactement au milieu de la série 2526 ( 31 ) 5789

Et pour finir si vous prenez ces deux moitiés 2526 et 5789 et que vous les divisez, savez-vous ce qu’on trouve : 5789 / 2526= 2,291765637
Ewa : additionner tous ces chiffres, vous obtenez : 2+2+9+1+7+6+5+6+3+7= 48 !

Interprétation : ils sont liés, qui peut rompre le lien ?

Aujourd’hui jour des événements le 06/08/2008 : 6*8*2*9= 768 soit 48* 16

Salut

vlane a dit…

enfin je dis aussi non non non au coup d'état d'un autre temps. Que chacun prenne ses responsabilités, on se troune aujourd'hui vers l'opposition historique:

opposez-vous corps et âme et réclamez par tous les moyens des élections anticipées, même à force de barricades s'il le faut

opposez-vous ou vous serz plus haïssable que le système

vlane a dit…

pardon, avant de réclamer des élections anticipées, réclamer à tout prix le retour de l'élu

désolé c l'émotion

salut

LM® a dit…

salut
j'ai contacté le webmaster de cridem, ce matin des gens sont venus pour essayer de couper leur ligne, ils ont pris des photos et crié;
mais cridem s'est apparemment fait restreindre sa bande passante au niveau de la mauritel
ils ne peuvent plus faire de mise en ligne ni publier des commentaires, et ils en ont beaucoup en attente allant tous dans le sens de la condamnation du coup d'état.

Anonyme a dit…

Vlane,

j pense pas que tes calculs sont
au bon endroit. sur le blog y a une élite qui comprend les choz sans besoin d'aller vers le magiqu!!!
peut etre tu aura plus de chance au marché de 5 ou 6!

Vive AZIZ!
nous citoyens simples on préfère la sécurité sur la démocratie et la famine!
encore vive AZIZ !

Anonyme a dit…

non au coup d'état, non à la sédition, rentrez chez vous généraux de cavernes et salons climatisés, vous êtes démis de vos fonctions.

Regardez, sur al jazeera, les manifestants crient ''non aux militaires'', ''ramenez Sidi''.

Anonyme a dit…

Sido Ould Cheikh Abdellahi, où qu'il soit est un homme qui est entré définitivement dans l'histoire ce triste matin où des rebels so,nt venus le ceuillir dans son domicile.

Il aurait pu négocier, tergiversé, rester dans son palais toucher de l'argent et dire oui à Aziz. Non, il a dit NON, c'est le premier démocrate de toute l'histoire de la Mauritanie.

Il reviendra la tête haute et erstera à jamais un exemple pour les patriotes mauritaniens.

Anonyme a dit…

Il est clair que sans réaction aucune la tentative ne peut que réussir... il est également probable que face à une opposition démocratique ferme la tentative ne pourra aller au bout. Pour ou contre sidiok, roumouz ou pas, nous nous devons de tout faire pour sauver ce pays de ces pirates galonnés... tout doit être entrepris, grève de zèle, appel à la communauté internationale, demande d'embargo total sur tout le pays jusqu'à normalisation, c'est-à-dire jusqu'à rétablissement de sidiok au pouvoir. Le président a-t-il le DROIT de démettre des officiers qui menacenyt les fondements de la république oui ou non, c'est à cette seule question qu'il faudra répondre et accessoirement que veulent réellement le cow boy aziz et ses bandits, qu'ils le disent clairement... s'ils le savent!!!

Anonyme a dit…

anonyme de 13h02, tu n'es pas plus citoyen que les autres, va voir voir les trois millions de mauritanien cernés par les militaires rebels qui ont volé nos armes, et pourtant ces trois milliuons te diront NOn AU COUP D'ETAT. tu parles de sécurité? sécurité quand l'armée au lieu de garder nos frontière tournent ses armes contre le Président élu?? la seule sécurité qu'ils essainet d'assurer est celle de leur fonction. ils l'ont dit mon pote, toi le safag ils n'ont pas pensé à toi, ils ont parlé du fond de leur tripes, paniqué, la seule chose qui compte pour eux ce sont leurs postes...arrête, on laissera paps faire. sécurité , sécurité, sécurité, oui on veut notre sécurité contre les militaires. on veut aussi notre sécurité alimentaire contre ces gens qui ont volé des milliards quand ils étaient militaires, maintenant qu'ils gouvernent, que va nous rester

Anonyme a dit…

non au coup d'Etat, non à la sédition, nous ne serons aps la rusée du monde avec ce guignol comme président.

maatala a dit…

Salam

"« Communiqué N° I du Conseil d’Etat de Mauritanie »

Le conseil, d’Etat, présidé par le général Mohamed Ould Abdel Aziz a rendu public son « communiqué numéro un », annonçant l’annulation du dernier décret présidentiel signé par l’ancien président Sidi Ould Cheikh Abdellahi.


Ce dernier décret diffusé, très tôt ce matin, par Radio Mauritanie annonçait le changement d’affectation des trois généraux Mohamed Ould Abdel Aziz, Mohamed Ould Elghazwani et Félix Négri ; respectivement chef d’état major particulier du président de la république et chefs des états majors de l’armée et de la garde nationales.

maatala

Anonyme a dit…

L'heure est tragique mais je ne peux m'empêcher de vous livrer cette actualité de l'ami:

"Mauritanie/ Crimes
Arrestation d'un criminel qui a tué deux femmes et attenté à la vie d'une troisième à Tevragh- Zeina

Nouakchott, 5 août (AMI) - La police nationale a arrêté, mardi, à Nouakchott, le nommé Alioune Sarr qui a reconnu avoir violé et tué deux femmes les 9 et 30 juillet derniers ainsi que la tentative, suivant la même procédure, le 19 juillet, sur une troisième femme dans la moughataa de Tevragh-Zeina .

La direction régionale de la sûreté dans le district de Nouakchott avait constitué une commission chargée de rechercher et d'arrêter le criminel. Ressortissant de la moughataa de M'bagne et âgé de 20 ans environ, Alioune Sarr a, selon l'un des membres de cette commission, le commissaire Mohamed Ali Ould Mohamed, du commissariat de Tevragh-Zeina 2, conduit la police sur les lieux de ses crimes. La police a trouvé sur lui des objets volés que leurs propriétaires ont reconnus et récupérés .

L'enquête de la police a également découvert que le criminel est un passionné des films étrangers dont il s'est inspiré pour accomplir ses horribles crimes, étrangers à la société mauritanienne .

Le commissaire a appelé les citoyens à collaborer avec la police pour préserver la sécurité en rapportant tout ce qui menace leurs vies ou leurs biens."

Donc pour résumer le ressortissant de M'Bagne a tué inspiré par des films étrangers (d'où, ça peut aller de la Mecque à Las Vegas) et c'est connu lecrime est inconnu en Mauritanie, où personne n'a jamais été tué, encore moins sans raison et par des représentants de la loi ces 20 dernières années. Et on s'étonne que des généraux pensent pouvoir nous faire la leçon!!!

Anonyme a dit…

ne les laissez pas mentire. le correspondant d'al jazeera est culotté, il dit qu'il y a rien dans la rue alors que les images qu'il envoie lui même montre des gens criant ''vive sidi'', ''ramenez sisi'', ''non aux militaires''.

mais si ould echvagha se comporte ainsi, sachez que ould daddah est dans le coup, ç y est le RDF est pour le coup d'état.

Anonyme a dit…

les perles ça continue:

Sidi mohamed ould Maham (pion de smilitaires et accéssoirement avocat raté), ce matin sur al jazeera:

nous demanderons aux militaires de suspendre la constitution que dans la limite nécessiare et de tout faire pour garder les institutions constitutionnelle parce que c'est notre seul acquis. les institutions c'est ce qui compte. ce n'ets pas le fait qu'une personne reste ou parte, l'important ce sont les institution"

espèce d'ignorant, le Présidnet de la république est une institution, et il incarne tout l'Etat. va lire le texte de la Constitution du pays dont tu participes à confisquer la souveraineté.


NON, NON, NON, NON AU COUP D'ETAT
AZIZ TU ES D2MIS DE TES FONCTIONS
SORS DE NOS PALAIS ET DE NOS ARM2ES ET DE NOS YEUX ET DE NOS OREILLES ESPECE DE CRIMINEL

Anonyme a dit…

QUELS QUE SOIENT LES GRIEFS QUE L'ON A CONTRE SIDIOCA ET SA BANDE-ET ILS SONT INNOMBRABLES-NOUS DEVONS TOUS D'UNE SEULE VOIX DIRE NON,NON ET NON AUX COUPS D'ETAT QUI NE MENERONT LA MAURITANIE QU'A LA BANQUROUTE.UNE FOIS REVENU A SA PLACE,LE PRESIDENT ELU,IL SERA LEGIME POUR N'IMPORTE DEMOCRATE DE L'AMENER SUR LA BONNE VOIE OU LE DESTITUER PAR DES MOYENS LEGAUX...
A+

maatala a dit…

Salam

Cher Lm

Certes non, non et non au non respect des institutions de la république.

je condamne le coup d'état, car c'est une violation de la légalité républicaine.

je condamne le coup d'état car ,il crée un précédent fâcheux, tout pouvoir issu des urnes risque d'être sous la tutelle des militaires.

SIDI-ALLIENDE est arrivé au pouvoir par l'entremise des baïonnettes et il en ressort par la force de celle-ci.

Voila ou nous même l'amateurisme et le manque d'autorité.

Un seul perdant: l'idée de démocratie dit le FOU

maatala

maatala a dit…

Salam

Condamnation unanime du coup d'état militaire en Mauritanie
Beaucoup de mauritaniens sont unanimes pour condamner le coup d'état militaire qui vient d’être opéré en Mauritanie par un groupe de militaires dirigé par Mohamed Ould Abdel Aziz.

Ce brutal coup d'état représente, aux yeux des mauritaniens, un sérieux recul pour le processus démocratique en Mauritanie. Il est pourtant évident que la réponse aux défis du développement économique, social et politique ne se trouve pas dans l'imposition forcée d'un régime non-élu par le peuple, ni dans l'autoritarisme et la rigidité que promet tout régime militaire.

Les mauritaniens espèrent que la France, en partenariat avec la société civile de la Mauritanie et avec l'aide de la pression internationale, sera à même de résoudre cette déplorable situation rapidement et pacifiquement. Ils espèrent sincèrement qu'une telle action, constructive et immédiate, saura promptement rétablir un régime constitutionnel en Mauritanie.



D’autre part, selon les observateurs, la communauté internationale n’attend que l'annonce officiel du coup d'état pour le condamner et appeler à la restauration de l’ordre constitutionnel ainsi qu’au respect des droits humains et de l’état de droit.

Info source : Mauritanie-Web

maatala

maatala a dit…

Salam

lu sur cridem

"Les putschistes ont mis en place un Conseil d'Etat en Mauritanie
Des officiers mauritaniens ont constitué un Conseil d'Etat dirigé par l'ancien commandant de la garde présidentielle, le général Abdelaziz. Le chef de l'Etat, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, n'est plus président.

Les militaires putschistes qui ont renversé le président mauritanien, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, et son Premier ministre, Yahya Ould Ahmed Waghf, se sont organisés en Conseil d’Etat dirigé par le général Mohamed Ould Abdel Aliz.

La première décision du conseil a été d’annuler le décret présidentiel limogeant les généraux Ould Cheikh Mohamed Ahmed et Mohamed Ould Abdel Aziz et qui le feu aux poudres. Le ministre de la Communication l’a qualifié à la télévision d’Etat "nul et sans effet".



La fille de Sidi Ould Cheikh Abdallahi a dénoncé un "coup d'Etat en bonne et due forme" dans un entretien à la radio RFI. "Le président vient d'être arrêté par un commando (de militaires), qui sont venus le chercher, l'arrêter ici et l'emmener", a déclaré Amal Mint Cheikh Abdallahi, qui s'exprimait depuis la présidence à Nouakchott.

Amal Mint Cheikh Abdallahi a précisé que la présidence était toujours occupée par des hommes en armes. "Devant le salon, notre cuisine, il y a des sentinelles armées", a-t-elle indiqué, précisant n'avoir pas entendu de coups de feu lors de l'opération.

Les observateurs évoquent un coup d’Etat pour le moment sans violence. "Aucune violence n’est pour le moment constatée, observe le correspondant de FRANCE 24 à Nouakchott, Hamdi Ould El Hacen. Il y a une coupure générale d’électricité – sans doute une décision des militaires - et les gens sont assoiffés d’avoir des informations sur le sort du président de la République et de son Premier ministre"

La situation semble calme dans la capitale, où aucun coup de feu ni barrage n'a été signalé. Des militaires sont positionnés près de la présidence et aux environs des locaux de la radio et de la télévision, qui a cessé d’émettre dans la matinée.

Sidi Ould Cheikh Abdallahi est le premier président démocratiquement élu en mars 2007 depuis l'indépendance du pays en 1960. "L’armée mauritanienne avait joué un rôle majeur dans cette transition démocratique, explique Jean-Bernard Cadier, spécialiste politique internationale de France 24. Il n’est pas exclu qu’elle soit en train de la refermer."

Le président renversé estimait que les généraux sont derrière la crise politique en Mauritanie. Celle-ci avait abouti, à la démission, le 4 août, de 25 députés et 23 sénateurs, pourtant issus de la formation présidentielle, le Pacte national pour la démocratie et le développement (PNDD). Le porte-parole des députés avait alors déclaré que les démissionnaires critiquent le président pour son "pouvoir personnel", et ajouté que le président a "déçu" les espoirs des Mauritaniens.

Selon le correspondant de FRANCE 24 à Nouakchott, Hamdi Ould El Hacen, "les Mauritaniens sont contre cette présence de l'armée dans la gestion des affaires de l'Etat, mais certains soutiennent ce coup d'Etat en raison de la hausse des prix, de la corruption politique et du chômage. Ce sont des problèmes que la Mauritanie n'a pas connu durant les vingtaines d'années de présidence de Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya.

La République islamique de Mauritanie a déjà connu trois coups d'Etat depuis son indépendance en 1960.

Le président Ould Cheikh Abdallahi était à la tête du pays depuis sa victoire à l'élection présidentielle en mars 2007, qui avait consacré le retour au pouvoir des civils.


maatala

Anonyme a dit…

Vlane,

tu aurais pu ajouter ta cousine guignarde à sidi.
Ce n`est pas parce que, Amal avait acheté tous vos tableaux de pourriture peinture,de l`argent du contribuable mauritanien, que la Mauritanie devra pleurer aujourd`hui un faible, complétement inutile président.
A quoi sert un président démocratiquement élu, s`il entrave délibérement, les fonctions et rôle des institutions démocratiques du pays, dans le seul but,de ne pas laisser le bien de son épouse,faire l`objet d`investigations prévues par la loi.
Nous n`avons pas besoin d`un tel président, ni d`une telle présidente.
Je suis cependant confiant, que la démocratie reprendra son cour normal, avec l`élection d`un nouveau président respectuex des valeurs et institutions de l`Etat, y compris l`institution militaire.

maatala a dit…

Salam

Selon ANI

"Arrestation de Ould Sidi Baba et descente au siège du parti Adil

Siége du parti Adil

Selon des sources bien informées , les putschistes viennent d’arrêter le vice-président du parti Adil, après avoir effectué une descente au siège du parti(PNDD) présidé par l’ancien premier ministre Yahya Ould Ahmed Elwaghv.

Auparavant, dans les premières heures de la matinée, les généraux qui dirigent le coup d’Etat avaient arrêté l’ancien Président et son premier ministre

maatala

Anonyme a dit…

LM ton skype.

STP

Anonyme a dit…

Maatala,

Cesse de désinformer,le coup d`Etat n`est pas unanimement condamné, ce n`est pas vrai!

Anonyme a dit…

Notre pays la republique Islamique de Mauritanie et notre vaillant peuple ne doivent jamais etre soumis a' un pouvoir qu'ils n'ont pas democratiquement elu. La volonte' des Mauritaniennes et des Mauritaniens, exprime'e a' travers les dernieres elections legislatives et l'election presidentielle, doit etre respecte'e. Le President de la republique son Excellence Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, le Senat et le parlement representent des institutions legitimes. La constitution, les lois et toutes les institutions de notre republique doivent etre respecte'e. Nous refusons de reconnaitre le pouvoir ne' du coup d'etat. Nous continuons a' reconnaitre son Excellence Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi comme etant le President LEGITIME DE LA REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE!

La paix et la stabilite' de la Mauritanie nous sont tres cheres!
Nous conseillons contre la fuite en avant. Nous demandons aux uns et aux autres de revenir a' la raison en mettant fin a' ce coup d'etat qui est illegitime et illegal. Notre peuple ne peut pas etre pris en otage. La constitution,La presidence, le parlement, le senat et toutes les autres institutions de la republique doivent etre restaure'es immediatement.

Vive la republique Islamique de Mauritanie!
Vive le vaillant peuple Mauritanien!

Seydou Coulibaly
Professeur
Philadelphia, Pa
USA

maatala a dit…

Salam

il a dit:

"Cesse de désinformer,le coup d`Etat n`est pas unanimement condamné, ce n`est pas vrai!"

j'alimente le blog par les dépêches parues sur les autres sites , cela ne m'engage point.

J'ai déjà dit ce que je pensais du coup d'état.

Nous assistons, malgré nous à l'épilogue d une affaire de famille dit le FOU

maatala

maatala a dit…

Salam

Pour la circonstance

"LA MAURITANIENNE"

Allons enfants de la Patrie,
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie,
L'étendard sanglant est levé, (bis)
Entendez-vous dans les campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
Ils viennent jusque dans vos bras
reprendre votre bien le plus précieux !

Aux armes, citoyens
Formez vos bataillons
Marchons, marchons !
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !

Que veut cette horde de bidasse,
De traîtres, de généraux conjurés ?
Pour qui ces ignobles entraves,
Ces fers dès longtemps préparés ? (bis)
Mauritaniens, pour nous, ah ! quel outrage
Quels transports il doit exciter !
C'est nous qu'on ose méditer
De rendre à l'antique esclavage !

Quoi ! des cohortes de bidasse
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi ! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fiers représentants ! (bis)
Grand Dieu ! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres de nos destinées !

Tremblez, tyrans et vous perfides
L'opprobre de tous les partis,
Tremblez ! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix ! (bis)
Tout est soldat pour vous combattre,
S'ils tombent, nos jeunes héros,
La terre en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre !

Mauritaniens, en guerriers magnanimes,
Portez ou retenez vos coups !
Épargnez ces tristes victimes,
A regret s'armant contre nous. (bis)
Mais ces despotes sanguinaires,
Mais ces complices arrogants,
Tous ces tigres qui, sans pitié,
Déchirent le sein de leur mère !

Amour sacré de la Patrie,
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie,
Combats avec tes défenseurs ! (bis)
Sous nos drapeaux que la victoire
Accoure à tes mâles accents,
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire !


Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n'y seront plus,
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus (bis)
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil,
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre


Maatala

Dédicace du coeur à mon frére AZAWANE

pygmalion a dit…

المثقفون السذج يميلون دوما إلى تكرار المواقف حتى ولو كانت في غير محلها ولسان حالهم يقول: أنا مثقف مستنير فكيف أناصر انقلابا؟

يوجد نوعان من الانقلابات : الأول منهما يمكن أن نضعه في فئة واحدة مع انقلاب بينوشيه على سلفادور ألندي في تشيلي عام 1973 ولا يعاب على المثقفين استنكاره ، أما الثاني فهو من فئة ثورة القرنفل التي وقعت في البرتغال عام 1974 وهو انقلاب في محله تماما وعيب على المثقفين أن يستنكروه ، وأميل شخصيا إلى تشبيه ما وقع اليوم في موريتانيا بثورة القرنفل في البرتغال.ه

ثم إن الجيوش لا تتحرك إلا بدافع من أحد الاسباب الثلاثة التالية:ه
ـ التدخل لإنهاء الفوضى وإعادة النظام
ـ التدخل دفاعا عن عقيدتها إذا تم المساس بها
ـ التدخل لقطع الطريق على طامح للسلطة لا ترغب فيه

وكلنا يعلم أن عقيدة الجيش الموريتاني المرتكزة حول الهوية الثقافية الوطنية قد مست في الصميم بفعل رعونة سياسات سيدي ولد الشيخ عبد الله

إذن دعوا التباكي واعلموا أن الدولة كفكرة أعظم وأكمل من الديمقراطية كنظام حكم وحين تتجلى الفكرة على أرض الواقع وتتسمى بموريتانيا فإنها تزداد عظمة وكمالا على أقل في نفوس أبنائها وولد عبد العزيز ليس إلا أحدهم

عاشت ثورة القرنفل في موريتانيا
عاش الجنرال عزيز

Anonyme a dit…

ça y'est Ahmed Daddah, l'incorrigible, vient de soutenir le coup d'Etat.

Il en prendra encore plein la gueule.

Azzawane a dit…

Maatala,

Merci de tout mon coeur!

Et je vais, avec nos amis la fredonner jusqu'à ce que justice soit rendue dans notre pays.

Merci ami des libertés.

Anonyme a dit…

lambda fallait donner ton identité si ton commentaire ne penchait pas favorablement pour aziz

n'est pas lm qui veut

Anonyme a dit…

Bonjour

Arrestation de sidi Baba

La seule bonne nouvelle de la journée, car ce sinistre personnage est une raclure, une créature de Satan(l'éminence grise de TAYA).

De son vivant, il vivra enfin,ce qu'il a fait vivre à temps d'autres, il ressentira la peur et la solitude.

Pour une fois que les conseilleurs sont les payeurs, j'ai honte de bouder ce petit plaisir face à tant de tristesse.

Zouber

maatala a dit…

Salam

Cher Lamda

Ce que tu viens de faire t'honore et ne change rien à ton combat.

L'anonymat, m'a permis entre autre de traiter mon oncle Youssouf Sylla de HMAR, ce que je n'aurais pas fait si mon identité était connu.

C'est certainement lâche et pas courageux de ma part, mais je l'assume.

Car, j'ai la conscience tranquille dit le FOU.

maatala

LM® a dit…

salut
anonyme 6 août 2008 14:29

envois moi un mail à cette adresse:lmprive@msn.com est tu auras mon skype je ne peux le mettre sur le blog pour des raisons evidents

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taqadoumy

"Un Putsch pour sauver les meubles / Mohamed El Hacen O. Lebatt
06-08-2008
Dans les heures à venir, Paris et Dakar annonceront leur soutien au nouveau coup de force du Général Mohamed Ould Abdel Aziz, Chef de l'Etat, le reste du monde suivra ; comme un château de cartes, la légitimité de Sidi Mohamed Ould cheikh Abdellahi s'écroulera.

Il y a trois ans, presque jour pour jour, dans une interview (*) diffusée sur la Voix de l'Amérique et largement reprise par la presse internationale, Ould Abdel Aziz, alors n°2 du Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie, avait brossé les contours d'un programme généreux, franc et concis.

La Transition dirigée par le Colonel Ely Ould Mohamed Vall a empêché la mise en place de ce dessein, décevant ainsi les aspirations majoritaires à la rupture d'avec le système Ould Taya. S'ensuit la parenthèse Ould Cheikh Abdallahi.

Désormais, le nouveau Chef de l'Etat Ould Abdel Aziz a les coudées franches ; rien ne pourra désormais empêcher la mise en œuvre de sa vison pour la Mauritanie.

A ce titre, ses partisans et lui devront garantir :

- La continuité de l'Etat mauritanien et de ses engagements internationaux ;

- Le maintien des institutions et libertés démocratiques ;

- La définition d'un agenda de retour rapide à la légalité constitutionnelle ;

- L'interdiction expresse, aux membres de la nouvelle junte, de participer aux futurs scrutins ;

- La poursuite des objectifs de rapatriement des réfugiés et de résolution du passif humanitaire sur la base de la publication des responsabilités nominales.

Le Chef de l'Etat Ould Abdel Aziz ne pourrait dorénavant bénéficier d'aucune circonstance atténuante, ni d'aucune excuse. Il se place désormais dans le cadre d'une obligation de résultat; Qu'il médite l'exemple de ses prédécesseurs et se décide en conséquence :

- Son objectif est-il l'intérêt suprême de la Mauritanie et des mauritaniens, à commencer par la lutte contre l'impunité ? Il compterait, le cas échéant, sur notre concours actif.

- Il veut devenir Président de la République Islamique de Mauritanie ? Notre hostilité lui serait alors acquise.



Pour l'instant et sous réserve de ses premières déclarations, tous les mauritaniens devaient lui accorder le bénéfice du doute.


Mohamed El Hacen O. Lebatt
© Taqadoumy - Août 2008

maatala

Anonyme a dit…

sidi etait un amateur.
Signer la demission d'un general aussi influant sans prendre la moindre disposition est un suicide.
Il n'etait pas très vicieux sidiok, il avais à sa portée bcp de choix..
J'exige du RFD une condamndation claire et sans detour, sinon, je dechire ma carte d'adherent.
C'est different du coup d'etat du 5/8/2005 qui nous a debarassé d'un dictateur falcificateur des elections. Là sidi certe n'etait pas un bon president, mais aujourd'hui, on pourrait interpreter sa lenteur par le fait que les generaux l'empechaient de faire koi que ce soit.

NON NON NON au coup d'etat et au RVs
OUI OUI OUI à la democratie et à la bonne gouvernance

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taqadoumy

Ecrit par PONPON

Sidi ould cheikh abdellahi s'est tué politiquement lors de sa dernière sortie télévisée,sur les ondes d'El jezira.Que les généraux se soient trompés sur le compte de sidi,soit.Tout le monde a le droit de se tromper, mais de grace, messieurs les généraux faites de sorte que le prochain Président soit au meilleur des cas célibataire, au pire des cas veuf.En tout cas , nous ne voulons plus d'un président potiche, guidé par la boulimie des siens.Félicitations messieurs les généraux, félicitations à tous les Mauritaniens.
Nous comptons sur vous et votre patriotisme pour, mettre en place des éléctions transparentes permettant à la Mauritanie de continuer son élan démocratique.
Le président Général Ould Abdel aziz gagnerait beaucoup à nommer Mohamed Lemine ould Guig comme prémier ministre pour son gouvernement de transition.Voilà un prémier ministre intègre, qui a fait ses preuves du temps de ould Taya,sans jamais accepter de rentrer dans le jeu de son épouse mint Ahmed tolba.Tout le monde sait d'ailleurs qu'il a quitté à l'époque faute d'avoir baigné dans leurs magouiiles.A vos pas, marquez les pas.Nous vous soutenons chers généraux et restons certains que votre décision de coup d'Etat est motivée par votre amour pour la nation.


maatala

maatala a dit…

Salam

lu sur le blog du prof

"Mauritaniens, méritez-vous la démocratie?
-

Suite au coup d'Etat en cours actuellement en Mauritanie, tous les mauritaniens doivent réclamer immédiatement le retour à la légalité constitutionnelle.
-
Si, en ce jour précis, les mauritaniens ne disent pas non à cette instrumentalisation des institutions de la République et n'agissent pas dans le sens de la restauration du régime démocratique dans les plus brefs délais, et prendre leur destin entre leurs mains, ils auront raté définitivement le tournant d'un véritable changement pour le pays. Et probablement tout espoir d'avenir.
-
Quels que soit les argumentaires des uns et des autres, rien ne justifie le coup d'Etat et rien ne justifie le renversement d'un Président de la République démocratiquement élu. D'autres voies démocratiques sont faites pour faire respecter la volonté du peuple.
-
Mais la crainte vient bien moins des militaires (dont le comportement était attendu) que de ceux-là qui, dans le peuple, sont habitués à la manipulation intéressée et à l'applaudissement laudateur et qui profiteront de la situation pour, encore une fois, réduire le peuple au silence.
--
Attendons la suite des évènements.... Espérons que ce ne sera pas un retour sur images.
-
Pr ELY Mustapha

maatala

maatala a dit…

Salam

Le salut du pays passe par les propositions (toutes) du prof ELY



"Il est impératif que des mesures soient prises pour aider le pays à sortir de l’ornière du sous-développement. Nous proposons, ici les 30 mesures qui nous semblent pouvoir contribuer à mettre, à moyen et long terme, le pays sur une voie saine de développement.

Mesures immédiates :

Mesure 1 : Résoudre le blocage auquel font face actuellement les institutions de la République. Soit dans le sens d’une décision présidentielle qui dissoudrait le parlement et convoquerait les électeurs pour de nouvelles élections législatives transparentes afin de rétablir une nouvelle représentativité permettant la stabilité politique aboutissant à une majorité ou à une cohabitation. Soit par un dialogue institutionnel permettant de continuer l’action du Président de la République en lui assurant les soutiens nécessaires à la réalisation de son programme. Mais quelle que soit la solution adoptée, elle doit aboutir à la stabilité d’institutions, prises dans le piège des intérêts partisans, et au raffermissement de l’autorité de l’Etat nécessaires à la sécurité de la Nation.

Mesure 2 : Constitution d’un gouvernement tenant compte des critiques portées aux précédents gouvernements en termes de responsabilité et d’honorabilité de ses membres et obtenant un consensus national et la confiance du parlement

Mesure 3 : Suppression de la fonction de leader de l’opposition, afin de dynamiser une opposition trop assagie et trop en connexion avec le pouvoir et placer les chefs de l’opposition sur un même pied d’égalité face au pouvoir afin que l’opposition puisse jouer son rôle institutionnel.

Mesures médiates :

Mesure 4 : Assainissement des Finances publiques par la constitution d’une commission d’Etat d’audit des comptes publics. Permettant ainsi la transparence de leurs ressources et la maîtrise de leurs emplois.

Mesure 5 : Réforme concurrente de la fiscalité mauritanienne dans le sens d’une révision des taux et assiettes des impôts indirects et une révision de la pression fiscale exercée par les impôts directs sur les différentes catégories de revenu. Adopter le critère d’une meilleure justice fiscale en rapport avec les exigences d’une économie et des finances publiques de pays en développement

Mesure 6 : Réévaluation de la structure administrative et financière de tous les établissements publics administratifs, industriels ou commerciaux. Faire un inventaire de leurs biens et un bilan de leurs activités et les restructurer dans le sens de la productivité et une meilleure adéquation à leur mission de service public.

Mesure 7 : Engager un mouvement efficace de réforme de la Fonction publique. Evaluer ses charges structurelles réelles, recenser ses fonctionnaires, appliquer rigoureusement une déontologie de la fonction publique. Instaurer le système de la récompense et de la sanction.

Mesure 8 : Restructurer l’appareil judiciaire, recycler tous les magistrats dans les circuits d’une nouvelle école de droit moderne public et privé. Responsabiliser les magistrats à travers un statut rigoureux garantissant leur protection effective mais aussi les assujettir à des règles strictes de contrôle hiérarchique dans l’accomplissement de leur mission de rendre justice. Réorganiser les tribunaux sur les standards de l’organisation judicaire moderne. Revoir les codes légaux actuels pour mieux les adapter aux réalités du pays dans le sens d’une plus grande protection des individus et de la fixation de leurs droits et de leurs obligation . Etablir un code spécifique régissant et sanctionnant la gestion des ressources et des deniers publics qui engloberait les dispositions du code pénal relatives à ce sujet en les complétant par des mécanismes plus dissuasifs et mieux adaptés. Notamment quant à la qualification des infractions et création d’une instance judicaire spécialisée dans la sanction de ces infractions.

Mesure 9 : Identifier au sein de l’Etat toutes les structures administratives, consultatives et autres organismes publics à l'échelle centrale et régionale tournant à vide et constituant des charges financières pour la collectivité.

Mesure 10 : Réorganiser tous les corps militaires paramilitaires et de sécurité . Revoir les statuts et les droits de leurs membres, recenser les effectifs, instaurer des corps d’élites, réduire les effectifs en assurant un financement d’insertion économique pour les départs, rehausser le niveau de vie des membres de ces corps pour éloigner le besoin et la corruption. Créer un commandement unifié faisant valoir la discipline et le sacrifice national. La charge de ces corps, en termes humain et financier est très lourde pour un pays qui a besoin de ses ressources humaines et financières pour le développement de pans entiers de son économie.

Mesure 11 : Redonner au travail et la production intellectuels leur place dans la société, en réhabilitant le savoir, les institutions qui le dispensent et l’image sociale de ceux qui y exercent. Affecter à l’enseignement, l’éducation et la culture une part significative des ressources nationales.

Mesure 12 : Développer des pôles technologiques en collaboration et partenariat avec des pays étrangers mais aussi des entreprises nationales. Encourager et promouvoir la recherche scientifique dans les secteurs clefs de l’économie nationale et lui donner les moyens d’être productive à travers un partenariat recherche-entreprise.

Mesure 13 : Supprimer l’emprise de l’oligarchie commerçante qui paralyse les institutions publiques de contrôle de l’économie nationale dans tous les secteurs de biens et de services. Promouvoir le commerce et l’industrie dans une sphère d’investissement privé sans interférence hégémonique de l’oligarchie commerçante sur l’administration publique.

Mesure 14 : Mettre la cellule familiale au centre du processus du développement en lui accordant l’assistance directe de l’Etat. Par la promotion de cartes de soins généralisées octroyées et contrôlées, par le soutien financier aux familles, la surveillance de la scolarisation des enfants, à travers les structures d’entraides reconnues et contrôlées par l’Etat.

Mesure 15 : La mise en place d’un code de la famille, établissant, entre autres actes, pénalement la responsabilité des conjoints dans l’éducation et la prise en charge économique et financières de leurs enfants. En incriminant de façon effective les mœurs établies de l’abandon familial. Les phénomènes de familles aux mœurs dissolues, d’enfants des rues et de la misère infantile viennent de l’absence de pénalisation et de sanction des comportements irresponsables des géniteurs dans une société qui tolère ces déviations.

Mesure 16 : Contrôler, de façon rigoureuse, les comportements des partis politiques et autres mouvements en matière de financement étranger. Partis qui recourent à travers leurs relations au financement international, d’organisations ou d’Etat étranger. Conséquences incalculables sur la sécurité de l’Etat et l’indépendance de ces partis. Une loi définissant une contribution annuelle de l’Etat au financement des partis politiques leur permettant d’exercer leurs activités, gagnerait à être adoptée.

Mesure 17 : Réduire en la rationalisant la pratique systématique du recours automatique à l’aide internationale. Cette pratique devenue coutume, entrainant la dépendance, est éminemment négative sur le développement du pays (peuple oisif et qui veut le rester) et sur son image (peuple affamé, misérable et vivant du travail des autres nations). Le pays doit savoir compter sur ses forces d’abord. L’aide s’il ya lieu doit être conçue comme le complément d’une production insuffisante et non remplacer la production nationale elle-même. Un pays ne peut pas compter sur la productivité des autres nations pour se développer. Or le pays n’est pauvre que parce que ses ressources sont détournées , mal réparties ou mal gérées.

Mesure 18 : Mettre sur pied une véritable administration publique spécialisée disposant de la coercition réglementaire et d’une force publique, appuyée sur des bureaux de contrôle indépendants, qui mettra en œuvre un contrôle de l’activité industrielle et commerciale du pays. Elle permettra d’éradiquer les mauvaises pratiques, supprimer les circuits véreux et mafieux qui minent l’économie du pays , de pousser des pans entiers de l’activité commerciale et industrielle se livrant à des activités illégales et jusque-là protégées, à s’assainir ou à se restructurer.

Mesure 19 : Elaborer un code de la citoyenneté qui définira les droits et les obligations du citoyen et qui sanctionnera pénalement tout acte entravant la promotion politique, économique, sociale par le recours aux critères tribaux, ethniques ou raciaux. Tel le recours ou citation de l’appartenance tribale, ethnique ou raciale d’un individu dans le cadre d’une activité, d’une fonction ou d’une mission publique ou pour l'accès à cette activité, fonction ou mission.

Mesure 20 : Relancer les domaines de la jeunesse et de la culture, en subventionnant la créativité littéraire et artistique en collaboration avec des organismes nationaux et internationaux au sein des institutions de regroupement de la jeunesse (les écoles, les universités, les maisons des jeunes etc.), en libéralisant et en subventionnant les activités culturelles, les festivals , les manifestations sportives etc. La jeunesse mauritanienne est une jeunesse sacrifiée au nom d’une politique politicienne qui ne se soucie guère de ses préoccupations et de ses besoins.

Mesure 21 : Etablir un véritable contrôle sur les compagnies étrangères et à capital mixte qui investissent en Mauritanie sans se préoccuper d’une réelle valeur ajoutée à l’économie et au développement de la société mauritanienne. Ainsi, à titre d’exemple, les multinationales des télécommunications qui appauvrissent le pays et réduisent à néant le pouvoir d’achat du citoyen, en drainant son maigre revenu, à travers la dépendance d’une surconsommation téléphonique non indispensable et qui manipulent à leur gré la quantité et la qualité de l’offre du service qu’elles dispensent à un consommateur manipulé. Ces compagnies ne sont que la ramification d’autres compagnies qui « siphonnent » l ’économie du pays et le maigre revenu des agents économiques.

Mesure 22 : Protéger l’emploi et particulièrement l’emploi du national mauritanien. Revoir le code du travail dans le sens d’une meilleure protection des droits du travailleur mauritanien. Appliquer ses dispositions de façon rigoureuse par des tribunaux et des magistrats spécialisés et compétents dans le droit et le contentieux du travail. Etablir un code de conduite à l’égard des entreprises étrangères afin de respecter le travailleur national , dans sa personne et dans son emploi. Fixer des quotas obligatoires pour les entreprises étrangères pour l’emploi de la main d’œuvre mauritanienne et l’insérer dans la vérification de l’inspection du travail.

Mesure 23 : Entreprendre la mise en place d’une véritable sécurité sociale pour le travailleur, en mettant à contribution les salariés et les employeurs pour appuyer un véritable mécanisme de versement des cotisations salariales et patronales. Mécanisme appuyé par une rigueur réglementaire en terme de sanction et de pénalisation des non-contributeurs nationaux et étrangers. En incriminant la non-déclaration sociale du travailleur et le non versement de la contribution à la sécurité sociale due aux fins de sa couverture sanitaire, de ses allocations familiales et de sa pension retraite. En permettant au travailleur de racheter les années de non versement et de reconstituer son capital retraite.

Mesure 24 : Refondre le paysage audiovisuel public et assainir ses structures de gestion. Le service audiovisuel public actuel souffre d’une insuffisance criante tant dans le contenu de ses programmes que dans leur qualité. Il convient de revoir le statut du journaliste, les moyens dont dispose les établissements de diffusion et établir un contrôle technique de la qualité des émissions, leur programmation et leur diversité qui doit aller dans le sens du développement et de la promotion des cultures , de l’information et de la formation. L’Etat se doit d’établir une charte de qualité du service audiovisuel public permettant d’associer ses acteurs à l’excellence du service à travers la promotion et la récompense.

Mesure 25 : Lier chaque projet d’investissement public de l’Etat, tel qu’il apparait dans le Budget consolidé d’investissement, au contrôle d’un cabinet comptable et d’audit externe indépendant qui certifierait la gestion économique et comptable de chaque projet. Ces cabinets publiant périodiquement et librement leurs rapports. La Cour des comptes dans une nouvelle chambre , « projets publics », pourra être chargée du suivi de cette gestion à travers les rapports des cabinets indépendants et les rapports des chefs de projets. Elle préviendra la mauvaise gestion ou la gestion frauduleuse et en saisira les autorités compétentes aux fins de régularisation ou de sanction. Les projets publics constituant les trois quarts du budget général de l’Etat , et constituant le lieu commun de tous les détournements et malversations sur biens publics, on comprend l'urgence d’un tel suivi.

Mesure 26 : Assainir et restructurer les services des douanes. Le corps des douanes est celui qui est le plus en accointance avec les milieux des affaires en Mauritanie. Ce qui n’est pas sans effets sur sa gestion et sur son indépendance. Des mesures visant à restructurer l’administration des douanes dans le sens d’un renouvellement du corps des douanes de sa responsabilisation et de l’élévation de son niveau salarial pour contrer la dépendance source de corruption, la mise en place d’un code de déontologie, rigoureusement appliqué appuyé sur une loi relevant et renforçant pénalement et sanctionnant les infractions douanières. Sans ces mesures, la Douane reste sous l’emprise d’un cercle d’individus intéressés issus de l’administration publique et de l’oligarchie commerçante mauritanienne.

Mesure 27 : A l’échelle internationale, reconsidérer l’efficacité des fonctionnaires et diplomates des ambassades et missions diplomatiques mauritaniennes à l’étranger. Ces structures sont une charge économique et financière très lourde pour l’Etat contre un rendement économique, financier et culturel des plus réduits. Une évaluation de terrain, suivie de mesures rigoureuses de restructuration, se doit d’être faite. Permettant de trouver les voies et les moyens de faire de ces ambassades des instruments réels au service du pays, de son rayonnement culturel , et de ses intérêts économiques et non des lieux de villégiature aux frais du contribuable.

Mesure 28 : Asseoir un véritable plan de développement économique et social quinquennal, qui engagera tous les acteurs économiques et sociaux du pays. Et qui permettra d’évaluer à terme les réalisations économiques et sociales du pays. La Mauritanie est un pays qui « navigue à vue » sur la voie de son développement « à vue ». Aujourd’hui aucun citoyen ne peut dire quelles sont les options de développement du pays et quelle est sa stratégie, à court , moyen et long terme.
Et pour cause : la stratégie de développement tient en une phrase, appuyée sur des « poupées russes », mise en œuvre sans autorisation préalable du parlement et exécutée discrétionnairement..
La stratégie : des projets financés à coup de milliards d’un endettement excessif et de revenus de ressources non renouvelables visant à « lutter contre la pauvreté ». Les poupées russes : le CSLP, les PIP, les CDMLT, les BCI. Le BCI est intégré dans le PIP, le PIP dans CSLP etc. Une vison du développement en termes de projets et non de vision globale du développement. Un budget non autorisé : le BCI (Budget consolidé d’investissement) qui regroupe les ressources budgétaires et non budgétaires affectées aux programmes (projets) annuels et qui n’est même pas autorisé par le parlement puisqu’il n’est pas intégré dans la loi de finances. Un budget géré discrétionnairement par le ministère des finances qui se charge de l’affectation de ces ressources et de sa répartition jusque dans ses chapitres et ses paragraphes !

C’est autant dire la situation critique dans laquelle se trouve le financement des projets de développement. C’est autant dire l’urgence d’un plan de développement quinquennal à dimensions globale et sectorielle , articulé annuellement, à travers un budget économique, sur un budget général de l’Etat retraçant dans une loi de finances l’ensemble des ressources et des charges (ordinaires et en capital) de l’Etat
Le plan pluriannuel donnant une vue à moyen terme des réalisations, le budget sur le court terme permet tant une affectation autorisée et transparente des ressources publiques. Actuellement la gestion des projets est discrétionnairement enserrée dans une nomenclature dont le but ultime est sa présentation aux bailleurs de fonds.

Mesure 29 : Définir un modèle de développement. Comme en matière d’affectation des ressources publiques, l’Etat mauritanien « navigue à vue » sur le chemin sinueux de son développement. L’Etat mauritanien n’a pas de modèle de développement. Il est à l’image du programme de ceux qui le dirigent et des partis politiques qui veulent exercer le pouvoir. En effet, le paysage politique mauritanien ne se caractérise pas par des idéologies, mais des programmes politiques qui se recoupent, se chevauchent, s’enchevêtrent et souvent se cooptent. Il n y a ni gauche ni droite , ni centre, ni extrêmes à droite ou à gauche. C’est autant dire qu’en l’absence d’une idéologie, il n’ ya pas de modèle de développement. Et sans modèle de développement, il n ya pas de développement. Il n y a que le tâtonnement politique ayant de graves incidence sur les retards économiques et sociaux des pays .
Il est urgent que les pouvoirs publics définissent un modèle de développement pour le pays à formaliser et à maintenir et qui s'appuyerait sur les aspiration culturelles et sociales du pays.. Soit en choisissant un modèle approprié à leurs objectifs à terme soit en identifiant dans les programmes qu’ils mettent en œuvre un modèle de développement pouvant apporter plus de clarté dans ce qu’ils font. Le modèle de développement permet à tous les acteurs politiques sociaux et économiques de mieux comprendre les choix économiques et sociaux , de les insérer dans une approche intellectuelle permettant de comprendre leur logique, d’y participer et, s’il y a lieu, pour les pouvoirs publics de déceler leurs failles et de les adapter à l’évolution du pays.

Mesure 30 : L’urgence d’une vision nationale pour le pays. Chaque pays s’est tracé une vision de son devenir, à laquelle, il associe ses forces vives. Vision qui prend la forme d’une expansion économique attendu, d’un rayonnement régional ou sous-régional , de coopération et d’alliances stratégiques, économiques et sociales, de maîtrise technologique ou scientifique , de buts ultimes à atteindre tels le relèvement du niveau de vie, de la santé , de l’éducation, à des échéances spécifiques dans la vie de la nation. Vision à laquelle on associe le peuple et les forces vives de la nation afin qu’ils œuvrent dans ce sens en ayant la confiance et le soutien des autorités publiques à travers une mécanique d’information, d’encouragements appuyée sur les mass-médias et sur la motivation insufflée par les actes de dirigeants du pays montrant l’exemple, jusque dans la rue, de la participation aux œuvres sociales à la vie quotidienne des populations .
En Mauritanie il n y a pas de vision du devenir du pays. Le peuple ne s’inscrit pas dans une épopée, il n’a pas de dirigeants qui lui insufflent à travers leurs actes, leur pensée, leur idéologie l’espoir en un avenir commun grandiose à bâtir. En lui insufflant une vision d’une nation meilleure et non impossible à atteindre, à partager, à laquelle il peut participer pour sa construction. Un peuple mû par une vision partagée de son devenir, même vivant dans la pauvreté, pourra réaliser des miracles.

Pr ELY Mustapha


----------------------------------

Le reste n'est que masturbation du cerveau dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Vlane , le nombre des senateurs est de 56.Donc tu dois revoir tes calculs . Mes respects.

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taqadoumy

Le film des événements de la matinée
06-08-2008
Des officiers mutins de l'armée mauritanienne ont annoncé mercredi à la télévision d'Etat le renversement du gouvernement du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi et l'arrivée au pouvoir d'une nouvelle junte dirigée par le chef de la garde présidentielle.
Dans une brève déclaration lue à la télévision d'Etat, les putschistes ont annoncé la mise en place d'un "conseil d'Etat" dirigé par le général Mohamed Ould Abdel Aziz, chef de la garde présidentielle. Ils n'ont pas fourni d'autres détails.

Peu auparavant, le porte-parole officiel de la présidence, Abdoulaye Mamadouba, avait annoncé que des officiers putschistes avaient lancé un coup d'Etat et qu'ils détenaient le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi au palais présidentiel de Nouakchott, ainsi que le Premier ministre Yahya Ould Ahmed Waqef.

Ce putsch fait suite au limogeage de quatre hauts responsables militaires, dont le chef d'état-major de l'armée, le général Mohamed Ould Cheikh Mohamed, par le président et le chef du gouvernement, selon le porte-parole officiel. Aucune raison officielle n'a été donnée pour ces limogeages intervenus mercredi matin.

Les programmes de la radio et télévision d'Etat ont été interrompus. Selon des témoins, des soldats ont été déployés dans toute la capitale mais on ne signalait aucun acte de violence dans l'immédiat.

L'Union africaine a condamné le coup d'Etat, et elle a annoncé qu'elle enverrait un émissaire à Nouakchott cette semaine. L'UA "demande le rétablissement de la légalité constitutionnelle", a affirmé dans un communiqué Jean Ping, président de la Commission de l'Union africaine.

Un député mauritanien, Mohammed Al Mukhtar, a affirmé à la chaîne panarabe par satellite Al-Jazira qu'une grande partie de la population mauritanienne soutenait cette tentative de coup d'Etat. Ce député a décrit le gouvernement comme "un régime autoritaire" et a accusé le président d'avoir "marginalisé la majorité au Parlement".

A Paris, on précisait au Quai d'Orsay être en contact avec l'ambassade de France à Nouakchott: "Nous suivons la situation avec la plus grande attention en liaison avec l'ensemble de nos partenaires. Des mesures sont prises localement pour veiller à la sécurité des ressortissants français. Des recommandations de sécurité vont être diffusées en fonction de l'évolution de la situation", ajoutait-on de même source.

Le gouvernement civil du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, arrivé au pouvoir lors des élections de 2007, avait succédé à une junte militaire issue d'un précédent coup d'Etat en 2005.



Nouakchott, 14h45 TU / Par Ahmed Mohamed
© The Associated Press - Août 2008


maatala

Anonyme a dit…

lm c de la folie pure de donner ton identité, on va avoir droit bientôt à tous les fumiers de la place

quant à l'arrestation de sidi baba c en effet une bonne nouvelle, ce talleyrand du tiers-monde et responsable en premier de la sauvegarde du système: c le symbole même de l'élite vendue et criminelle , il est d'autant plus lâche qu'il est toujours à la lumière de rien et à l'ombre de tout

qu'ils le prennent et le garde, c lui et d'autres qui voulaient la peau des généraux via le vieux entre leur mains . Sidioca n'a pas pu se débarrasser des rv au point a-t-il fait exploser les masques

pourquoi n'a-t-il pas dissoud ? croit-il que la communauté internationale va réagir? Foutaise! elle ne régit qu'en cas de fleuve de sang et encore
la communauté international est pour la stabilté même si cette stabilité cache des morts, morts par milles techiques eco et sociale qui tuent humilient et réduire à l'état de larve

dans cette guerre, sidioca a peut-être finalement bien fait de montrer a chacun ou sont les faibles
est-ce lui? ou plutôt la "société civile", qui est lâche, lui ou les anonymes?
il a prouvé à chacun ce qu'il est même à l'oppostion!

pouah!

maintenant la suite c'est de prouver que kb est une pompe à fric et prouver donc le vieux la protéger ainsi le vieux sera aux yeux du peuple un hypocrite

il aura tout perdu sauf une chose qu'il emporte avec lui, c'est d'être finalement un peu plus courage que chacun car il faut oser aller dire à aziz je te vire

le vieux a pété les plomgs à force qu'on le traîte de lâche et de faible, ila eu le courage et l'honneur de se faire virer de ce poste infâme quand d'autres que lui aurait tout fait pour y rester et vont d'ailleurs tout faire maintenant pour y aller A.O.D ente vem

Si A.O.D applaudit cette situation alors de tout temps, maata avait raison

vont-ils maintenant nous refairele coup des élections législatives avant les présidentielles? si l'opposition participent à des élections législatives avant les présidentielles alors c'est qu'ils sont aussi pourri

les présidentielles maintenant ou rien

quelle misère

Anonyme a dit…

on t'a parlé du nombre de parlementaires frondeurs qui ont fait et signé la déclarations le dimanche 4 pas ensuite, ils étaient 48, c'est écrit partout

Anonyme a dit…

mes respects: voici pour te mettre à jour, je t'évite la liste qui ont signé le dimanche,ils sont 48:

désolé lm


"Quarante-huit parlementaires ont annoncé leur démission collective du parti au pouvoir en Mauritanie et leur intention de former un nouveau parti, fragilisant ainsi la mouvance présidentielle. "Nous, signataires de l'actuelle déclaration, sénateurs et députés, annonçons notre démission du PNDD" (Pacte national pour la démocratie et le développement), a annoncé un porte-parole des parlementaires "frondeurs", Sidi Mohamed Ould Maham. "Le processus démocratique a été dévié de son cours normal et a été transformé en moyen pour le détournement des deniers publics et la gabegie", a-t-il accusé.

Sidi Mohamed Ould Maham lisait une déclaration au cours d'un grand rassemblement dans une maison des jeunes, à Nouakchott, sous les applaudissements nourris de sympathisants.

Les démissionnaires - 25 députés (sur 48 du PNDD) et 23 sénateurs (sur 41 du PNDD) de différentes régions du pays - ont critiqué l'exercice du "pouvoir personnel" du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi qui a, selon eux "déçu les espoirs des Mauritaniens". Ils ont appelé les militants du PNDD à les rejoindre pour former un parti capable "d'assurer le changement escompté".
Le PNDD perd ainsi la majorité au Parlement même s'il y reste le plus grand parti. Le président Ould Cheikh Abdallahi avait menacé de dissoudre l'Assemblée nationale si les députés "frondeurs" en arrivaient à lui barrer la route, une éventuelle alliance conclue entre eux et l'opposition pouvant leur assurer une majorité confortable.

Ces parlementaires "frondeurs" avaient obtenu début juillet la démission du gouvernement sous la menace d'une motion de censure.

Tout récemment, ils avaient déposé une demande de session extraordinaire du Parlement (aussitôt rejetée par le gouvernement) pour discuter de la création de commissions d'enquêtes sur le programme de lutte contre la hausse des prix et "les modes de financement" de la fondation de l'épouse du président.

Les responsables du PNDD avaient tenté ces derniers jours de diviser les rangs des élus frondeurs et de s'assurer le soutien d'autres partis représentés au Parlement, a-t-on indiqué au sein du parti au pouvoir.

AFP

http://www.cridem.org/index.php?id=82&no_cache=1&tx_ttnews%5Btt_news%5D=20282&tx_ttnews%5BbackPid%5D=36&cHash=5fe1873529

Anonyme a dit…

Nous insistons a' ce que le President de la republique son Excellence Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, la Premiere Dame Khattou Mint Boukhari et tous les membres de la famille presidentielle soient traite's avec dignite' et respect. Nous demandons au General Mohamed Abdel Aziz de tout mettre en place pour assurer la protection physique du president de la republique et des membres de sa famille.
Nous n'accepterons aucun assassinat.

Vive la republique Islamique de Mauritanie!
Vive le peuple Mauritanien!
Vive la constitution, les lois et les institutions de la republique!
Vive le President Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi!

Seydou Coulibaly
Professeur
Philadelphia, Pa
USA

Anonyme a dit…

mes recpects:

au sujet du sénat même s'ils sont 56 et non 57 , j'avoue que j'en sais plus rien, cela ne change qu'une ligne collatérale à mes calculs

là où je fais un rapprochement tout le reste au sujet du 48 est juste, ce qui ne change rien l apreuve, je reprends tout sans le 57 ou 56:

"Déclaration de 48 parlementaires
Le jour où les parlementaires annoncent leur décision de quitter Adil, c’est le 04/ 08/ 2008 soit ( 48 ) / 2008
Si vous multipliez : 4x8x2x8 vous obtenez 512

L’élection présidentielle débute le 25 mars et aujourd’hui 25 députés quittent la majorité du président : faîtes la division : 512 / 25 , on obtient : 20, ( 48 )
Eh bien c’est exactement à l’ordre près les mêmes chiffres que sidioca a obtenu au premier tour : 24, 80 %

Et si vous croyez que le 48 et le 19 magique n’ont rien à voir : nous arrivons à la série magique

Eh bien faîtes la division : 48/19 = 2, 526315789
C’est là où c’est tout à fait incroyable : qu’elle est la probabilité qu’en divisant un nombre par un autre on obtient une série de chiffre dont la somme tenez-vous bien : 2+5+2+6+3+1+5+7+8+9 = 48 ! le même nombre !

Série magique

on peut y lire tout les chiffres qui nous concernent aujourd’hui et dans l’ORDRE sans reprendre deux fois le même chiffre:
d’abord dans l’ordre le 2-5 puis 2..-1-5 ( voir plus haut : ça forme 512 ) 5ouvenez-vous du 512/25= 20.48 plus haut
et enfin si on retire de cette série les chiffres qui donnent à la suite (2_5) ..(2-1-5)
il reste les chiffre 6-3-7-8-9 eh bien 6*3*7*8*9= 9072 qui est un multiple de 48 !
car 48*189 = 9072

quant aux derniers chiffres de la série 15789 qui au-delà d’être une série dont le premier et le dernier chiffre forme 19 mais la série est un multiple de 19 : 15789/ 19= 8(31)
or et le 31 et exactement au milieu de la série 2526 ( 31 ) 5789

Et pour finir si vous prenez ces deux moitiés 2526 et 5789 et que vous les divisez, savez-vous ce qu’on trouve : 5789 / 2526= 2,291765637
Ewa : additionner tous ces chiffres, vous obtenez : 2+2+9+1+7+6+5+6+3+7= 48 !

Interprétation : ils sont liés, qui peut rompre le lien ?

Aujourd’hui jour des événements le 06/08/2008 : 6*8*2*9= 768 soit 48* 16

Salut

Anonyme a dit…

En tant que citoyen démocrate de ce pays, je dénonce ce coup d'état et tous les coups d'Etat. J'ai envie de pleurer mon pays. Je ne soutiens nullement le président déchu mais le malheur et les problèmes de la Mauritanie sont créés par les Militaires qui ce sont succédés depuis 78 à ce jour. Ceux ont qui institué le détournement des biens publics, la gabégie, le tribalisme, le régionalisme, le racisme. Ils détruits l'économie du pays et arrêté son progrès. L'histoire retiendra tout et un jour chacun aura son compte, si ce n'est pas maintenant ce sera de vant Dieu. Notre classe politique toute opposition et pouvoir est incompétente et pourrie. Nivaq et l'intéret personnel sont devenus fréquent chez presque tout le monde politique.
Pauvre pays.

Anonyme a dit…

non non non ......au coup d'Etat.
Vive la démocratie.
Vive la Mauritanie

Anonyme a dit…

Nous remercions l'Union Africaine et la Commission Europeenne d'avoir condamne' ce coup d'etat illegitime et illegal et d'avoir demande' le retablissement immediat des institutions de la republique.

La republique Islamique de Mauritanie a besoin du soutien de tous les pays freres et amis ainsi que toutes les organisations internationales pour faire face a' cette grave crise qu'elle traverse et pour retablir les institutions de sa republique.

Vive la Republique Islamique de Mauritanie!
Vive le peuple Mauritanien!
Vive la constitution et les institutions de la republique!
Vive le President Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi!

Seydou Coulibaly
Professeur
Philadelphia, Pa
USA

ouldmauritanie a dit…

ENFin Libre
Comment ne pas être heureux de voir les voleurs s’entretuent LA MINA WE LA VINA comment ne pas dire Dieu merci! oh mon Dieu que je suis heureux de voir la roue tourner comme le dit ma chanson du moment


Ouldmauritanie encore vivant

grizzly a dit…

Avec cet énième coup d’Etat (10ème) les troufions Aziz and Bidasserie viennent de jeter ,je le crains pour longtemps encore , « le bébé avec l’eau du bain » !Et comme je l’ai dit pas plutard qu’hier seulement ,nous aurons vécu cette parenthèse démocratique comme un rêve ou une hallucination collective !Même si notre rêve euphorisant du début a pris très vite des allures cauchemardeuses avec Sidioca ce président venu de nulle part ou plutôt si ,sorti de la « cuisse de Jupiter » qui semble l’avoir rappelé à lui !Il n’en reste pas moins vrai que ce président conspué et étrillé pour maintes raisons valables n’en était pas moins devenu ,même à son corps défendant , le dernier rempart de la culture démocratique face à l’adulation de la dictature, culte privilégié de notre irresponsable et irréfléchie classe politique !Je n’en voudrais pour preuve que ses exultations obscènes et révoltantes à l’annonce de la chute d’un président démocratiquement élu et ce sans ambages !
Comment se peut-il faire que des politiques démocrates jubilent en se frottant les mains sûrement aussi,devant le spectacle attristant et pénible de la RUINE DES ESPOIRS de tout un peuple et sa Nation meurtris par plus de 45 ans de pouvoir personnel voire de dictature et d’arbitraire ?Pour quoi serions nous toujours acculés à collectionner les dernières places en tout y compris de passer pour les derniers de la « classe démocratique » et ce sur le plan continental voire mondial aussi sûrement ?La démocratie serait-elle donc un de ces luxes qui nous seraient irrémèdiables accessibles ?Il n’y en aurait donc que pour les autres ,pas nous !
Pourquoi serions nous donc astreints à toujours trembler et frémir devant des militaires insubordonnés et pas respectueux des institutions democ et de la Rep ?
Ceux qui espèreraient que cette fois ci les militaires vont nous « dénicher » ou nous « refourguer » un bon président ayant enfin la « gueule du job » se trompent lourdement , à moins que les qualités requises n’aient un rapport avec la réptation ,la soumission et la prévarication !Toutes « qualités » dont Sidioca était plutôt bien servi par mère nature ,c’est à croire , dans le meilleur des cas , que les généraux nous sortitiront de leur képi un Sidioca bis encore plus rempant ,plus soumis et corrompu !
Comme si Sidioca et sa coterie délétère ne l’étaient pas assez à leurs yeux ! « Etfou bi edhemb elli istâwedh minnou bliss » « au diable vauvert le péché censuré par Satan » !Attendons nous donc au pire, même au cas peu plausible de la restauration voire du maintien des institutions démoc actuelles !En quoi ces généraux incapables d’élaborer un discours cohérent ou de soutenir une simple conversation sur la météo peuvent-il être d’une quelconque utilité pour gérer une Nation ?Avoir appris à trucider le max d’ennemis voire d’amis et de frères ne prédispose en rien pour administrer un pays et le redresser éventuellement !
Rien qu’à voir leurs « souteneurs » on saura facilement qu’ils ne feront qu’une bouchée de la Mauritanie exsangue par leurs oeuvres, 29 ans de dictature durant (78-2007) !
Aziz et Ely sont des frères siamois car faits de la même étoffe , et c’est vraiment le cas de le dire !Aziz ne fera que marcher dans les traces de son « illustre » aîné et rival Elycom !Sauf qu’Aziz voit « en plus grand » pas pour le pays , mais plutôt pour son nombril en parfait nombriliste obsessif hanté par la mania du pouvoir brut !Je ne serais point étonné qu’à l’instar de son aîné Elycom , circulent bien vite des quolibets du genre Aziztrésor ,Azizbcm ou Azizbudget carrément alors !Il suffirait de consulter les pedigrees des thuriféraires et autres encenseurs qui lui ont fait écho pour se convaincre qu’il n’y a vraiment rien à tirer ni à attendre d’un tel quidam !Et ce serait sur cette brocante RV antediluvienne qui n’aurait même pas sa place au marché aux puces de Sebkha à fortiori dans un Gvt responsable qu’il se reposerait !
Je concluerai en martelant ceci tiré de mon article d’hier : « N'attendons point l'effondrement de nos institutions démocratiques qui plongera le pays dans les abîmes sombres de la regression ou notre abdication devant la misère et la prostration pour sauver d'abord la démocratie acculée dans ses derniers retranchements ! »

Anonyme a dit…

C'est decevant qu'ils fassent ce coup après leur limogeage.
Il fallait qu'ils le fassent avant.
Dommage pour la mauritanie, nous sommes maudits par l'histoire et la géographie.

Chacun pense à sa petite personne à commencer par sidi qui nomme abderahmane ould Boubakar pour le sauver alors qu'il la viré il y a pas si longtemps.

Déception après déception on finira certainement quelques part à coté de la somalie ou à haiti.

l'ère des courbettes a commencé , il faut les voir à l'immeuble khaima supplier les journalistes d'El jezzeera pour passer à l'antenne pour marmotter les louanges des généraux.

La liste des 25 députés frondeurs sera dans quelques heures 75 députés.

dommage ce pays ne mérite même pas l'indépendance.

Filsdubled

Anonyme a dit…

non et non au coup d etat
non a aziz et sa bande

non et mille non

je n etais jamais pro sidioca ; mais pour une mauritanie stable democratique et juste

et ce qui c est passe aujourd hui n est pas du tout juste

je suis ne aujourd hui , parce je dis non a aziz et sa bande de mafiosi

je m exprime pour exsiter ; j existe donc je suis né

non au coup d etat

non et non


livoix

grizzly a dit…

J'ai l'impression sinon la certitude que cette appelation de "Conseil d'Etat" ne correspondrait pas à une junte du type classique!Comme comité "militaire ...machin chose tralala"!
En fait, vu l'appelation "Conseil d'Etat" je m'attendrais plutôt à une sorte de "Directoire" mixte ou de Comité militaro-civil qui serait chargé de piloter cette nouvelle transition .Une éspèce de "Collège hybride" dont les membres civils seraient recrutés au sein de la meute des RV séditieux d'abord et des autres partis dont en premier celui d'AOD le RFD pour bons et loyaux services!Ensuite l'APP pour la calmer et puis les Haratines sont après tout incontournables vu leur poids démographique donc pol aussi!
Le putschiste Hanena pourrait aussi être invité .Enfin l'AJD/MR me semblerait tout aussi incontournable!
L'UFP et Tawassoul risqueraient bien d'être invités du bout des lèvres et ne serait ce que pour les embarrasser d'avantage !Acceptera ,acceptera pas?Connaîssant leur empressement à ne pas décliner les invitations gênantes (Gvt Waghf1) ,je pense qu'ils ne déclineraient point une invitation éventuelle!

Ce n'était qu'une hypothèse ,wait and see!

grizzly a dit…

Arrestation de sidi Baba
"j'ai honte de bouder ce petit plaisir face à tant de tristesse."
Zouber6 août 2008 15:09" Fin de citation(sic)

Je ne tutoie presque jamais les gens que je ne connaîs pas!

Eh ,dis donc toi là ,et tu "n'as pas eu honte de n'avoir pas boudé ce petit plaisir" aussi!
Réponds donc toi là si t'en as les couil...!!

« Anonyme a dit...
bonjour
Grizly a dit:
"de l,alignement,de la soumission et de l,éffacement".
Chez lui c'est génétique comme aurait dit le fou de maatala
zouber ,23 juin 2008 10:18

Anonyme a dit…

limam cheikh directeur de TVM.
n'y a t il que les oulad boussbaa dans ce pays?

Anonyme a dit…

ahmed daddah et messoud feront parti du nouveau conseil

grizzly a dit…

Correction:
La démocratie serait-elle donc un de ces luxes qui nous seraient IRREMEDIABLEMENT INACCESSIBLE ?

Et non:"La démocratie serait-elle donc un de ces luxes qui nous seraient irrémèdiables accessibles"

Qui n'a aucun sens!

NB:J'ai l'impression que mon hypothèse sur la composition éventuelle de ce "fameux et prétentieux Conseil d'Etat" devrait se confirmer!

NB=A ne pas confondre avec le Conseil d'Etat français instance juridictionnelle et consultative émérite composée de la crème de la crème de l'ENA et des hauts fonctionnaires.
C'est d'ailleurs cette "analogie prétentieuse et impropre" qui m'a mis la puce à l'oreille!

Anonyme a dit…

Urgent::::

De source sure, notre prof national ely a aussi été appelé pour faire partie du conseil d'état.

Anonyme a dit…

ذكرت الخلية الاعلامية للعسكريين الانقلابيين في اتصال بـ"تقدمي" أن" مجلس الدولة" الذي أطاح بحكومة ولد الشيخ عبد الله ينوي إجراء انتخابات في ظرف ستة أشهر وتسليم السلطة للمدنيين. وقالت الخلية أن المجلس سينشئ مجلسا لصيانة النظام مكونا من عسكريين ومدنيين وله الصلاحيات التنفيذية و سيعمل جنبا إلى جنب المؤسسات الدستورية من برلمان وغيره، وهي مؤسسات لن يقوم العسكريون بحلها كما فعلو في 2005 بحسب الخلية.

Anonyme a dit…

En ce jour, A.O.D vient de prover à ceux qui ne le connaissait que c'st vraiment un tout petit type

je respecte infiniment les militants du RFD mais ce monsieur est un tout petit type car comment peut-il aujourd'hui en ce jour de deuil pour la démocratie ne m^^eme pas faire un commniqué "d'honneur", lisez ce communiqué on y lit la basse jouissance des larbins de voir leur ennemi politique quitter la scène démocratique et l'emporter avec lui

on y lit la toute misérable satisfaction des lâches qui n'ayant jamais donner à l'opinion de quoi prendre "acte" de bravoure, du moins depuis qu'il a réaliser qu'il ne serait plus président

c minable minable minable, c emonsieur est assoiffé de pouvoir c donc vrai, monsieur est une graine de dictaeur c aussi vrai mais ce monsieur et en plus de tout plein de haine, il est aigri à mort

ne peut-il pas au moins dans sa déclaration trouver des mots pour faire passer la pilule aux amis de la démocratie

lui dit non non non à la démocratie et oui oui oui à l'armée, puissse dieu le faire un jour président et le jeter aussi dehors pour qu'il goûte un peu ce qu'il justifie

maudit A.O.D! tu es maudit!

maudit maudit!

car rien ne te coûté de jouer la carte de la légalité, tu as un carnet d'adresse, tu pouvais trouver là une occasion de te battre , non tu préfères rester derrière les baoïnnettes , les pousser à fond et crier " assassin hier, héro aujourdh'ui"

honte à toi! tu payes déjà et tu le payeras, tu resteras dans l'histoire Daddah le petit ou Daddah l'aigri et qsuand au ciel tu retrouvant Daddah le grand, là encore vous ne serez pas du même côté

inch'allah


"Ce jour, 06 Août 2008, la haute hiérarchie militaire a pris les leviers du Pouvoir Exécutif, sous la dénomination « Conseil d’Etat », suite à la grave crise institutionnelle que vit le pays depuis plusieurs mois.

Le refus obstiné du Président de la République de voir les problèmes politiques trouver leurs solutions dans un cadre constitutionnel régulier, la conception patrimoniale qu’il avait de la chose publique, l’incurie et la gabegie de son administration face aux graves défis qui interpellent le pays ont, parmi d’autres facteurs-,eu raison de l’espoir du Peuple mauritanien de voir s’instaurer le changement dont le pays avait besoin et qui était tant attendu au lendemain des dernières élections présidentielles, besoin de changement sur lequel s’accorde l’unanimité de la classe politique.

Le Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) avait, à plusieurs reprises, tiré la sonnette d’alarme au sujet de cette attitude et de l’engrenage négatif qu’elle pouvait engendrer pour le pays tout entier. Mais en vain.



Aujourd’hui, le RFD prend acte de la nouvelle situation tout en lançant un appel pressant à toutes les forces politiques et à toutes les bonnes volontés afin que s’instaure rapidement un débat national responsable, franc et sincère dans le but d’assurer un retour rapide à une vie constitutionnelle normale, en évitant tous les dérapages préjudiciables à l’unité de notre pays et à la pérennité de l’Etat.

Nouakchott, le 06 août 2008

maatala a dit…

Salam

La déclaration du RFD

Un chef d'oeuvre d'hypocrisie et de racune (pire que KB).

Un opposant digne de ce nom, condamne toute violation des institutions républicaines.

Pour vous rafraîchir la mémoire:

Lors de l'élection présidentiel de 2003: le caporal avait embastillé Haidalla, le sens du devoir, de l'honneur et de la solidarité aurait voulu que Daddah s'insurgea et surtout se retira pour protester contre cette arrestation arbitraire.

Que nini

Cela en dit long sur le cynisme du personnage, qui ne cherche le pouvoir que pour le pouvoir.

Les moyens importent peu.

Cet homme est plus dangereux que les bidasses, car lui pense que le pouvoir lui revient de droit et pour cela, il n'hésita pas à s'allier avec les Kaaba, Dah ould abdi et autres calamités.

Daddah ne pardonnera jamais à SIDIOCA de l'avoir battu.

Un simple appel au respect de la légalité constitutionnel, c'est semble-t-il, trop lui demandé.

Il semble être le seul a soutenir, celui qui a trahi deux chefs d'état(AZZIZ ente Vem).

Pour Daddah, l'accession au pouvoir n'a pas de prix, une revanche contre feu Moctar qui ne là jamais pris au sérieux et là toujours considérait comme un enfant gâté.

Cynisme quand tu nous tiens dit le FOU

Maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"La France ne sera pas mécontente du coup d'Etat en Mauritanie"

Le président mauritanien Sidi Ould Cheikh Abdallahi a été arrêté mercredi à Nouakchott au cours d'un coup d'État sans effusion de sang mené par le chef de la garde présidentielle qu'il venait de limoger.

Lepoint.fr a joint le journaliste mauritanien Lemine Ould Med Salem, qui connaît très bien les protagonistes du putsch. L'occasion de découvrir leurs motivations dans un pays qui avait connu des élections présidentielle et législatives parfaitement libres, pour la première fois, en 2007.

Lepoint.fr : Qui sont les putschistes ?

Lemine Ould Med Salem : Ce putsch a été mené par le général Mohamed Ould Abdel Aziz, le chef du bataillon de la garde présidentielle, qui est la force d'élite mauritanienne, et le général Ould Cheikh Mohamed Ahmed, chef de l'armée. Ces deux officiers faisaient partie des instigateurs du putsch d'août 2005 contre le régime autoritaire du président Maaouiya Ould Taya, au pouvoir depuis 1984.



Un putsch qui avait débouché sur un processus de transition démocratique exemplaire, puisque c'est l'unique fois où un pays membre de la ligue arabe a connu des élections législatives et présidentielles pluralistes avec des résultats reconnus par tous comme transparents et crédibles.

Lepoint.fr : Pourquoi ce putsch ?

L. O. M. S. : Officiellement, il s'agit, selon eux, de sauver la démocratie et de remettre sur les rails le processus démocratique qu'ils ont inauguré au sein de la junte en portant Ely Ould Mohamed Vall à la présidence de la République, en août 2005. Dans les faits, un bras de fer oppose le président déchu et les principaux chefs de l'armée après la constitution d'un gouvernement d'ouverture le plus large possible, en mai dernier.

Deux partis de l'ancienne opposition y ont fait leur entrée, ainsi que quelques figures du régime de l'ancien président Taya. C'est ce qui a poussé, sous l'impulsion des généraux, certains députés, tous issus de la majorité présidentielle, à déposer une motion de censure.

Un nouveau gouvernement a donc été formé, le mois dernier, sans pour autant donner satisfaction aux députés frondeurs, qui ont à nouveau menacé de déposer une motion de censure, tout en demandant la convocation d'une session extraordinaire du Parlement et la mise en place d'une commission d'enquête chargée de vérifier le fonctionnement et le financement de la fondation caritative que dirige l'épouse du chef de l'État.

Ce dernier a tenté de reprendre la main en décidant ce matin (mercredi 6 août) de démettre les principaux chefs de l'armée, qui ont immédiatement riposté en le destituant.

Lepoint.fr : Quelle importance joue l'armée en Mauritanie ? Quelle voie de sortie pour les putschistes ?

L. O. M. S. : Tous les présidents, jusqu'en 2007, étaient issus de l'armée. Depuis le coup d'État militaire de juillet 1978, l'armée est devenue le principal pilier de la vie politique et des institutions, même si, constitutionnellement, elle n'a pas plus de pouvoir que l'armée d'un pays démocratique standard. Cette prise de pouvoir militaire est donc en violation de la légalité. Sauf que ce coup d'État n'a pas donné lieu à des manifestations d'opposition.

La majorité présidentielle et le principal parti de l'ancienne opposition l'ont approuvé. Le fait aussi que les putschistes n'aient pas suspendu le Parlement, les partis politiques, les syndicats, la presse indépendante, leur donne la possibilité de se présenter comme étant mus par des motivations essentiellement démocratiques.

Je pense que le nouveau conseil d'État présidé par le général Mohamed Ould Abdel Aziz - le nouvel homme fort dans le pays - finira par annoncer l'organisation prochaine d'une élection présidentielle.

Lepoint.fr : Les relations franco-mauritaniennes peuvent-elles être affectées par ce putsch ?

L. O. M. S. : Pour la forme, la France va évidemment condamner le coup d'État. Pour le fond, elle ne devrait pas être très mécontente de la destitution du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi. La Mauritanie est une sorte de voie de passage entre le Maghreb et l'Afrique de l'Ouest.

La France est donc très soucieuse de la stabilité de ce pays. Or, la Mauritanie connaît l'émergence d'un phénomène islamiste, notamment avec l'assassinat de quatre Français, le 24 décembre 2007, qui coïncide justement avec l'arrivée au pouvoir de Sidi Ould Cheikh Abdallahi.

Alors que l'ancien régime, puis la junte, avaient fait du combat contre l'islamisme politique l'un de ses principaux objectifs, le président renversé aujourd'hui avait légalisé un parti islamiste, remplacé le week-end universel du samedi et dimanche par le week-end islamique du jeudi et vendredi et construit une mosquée au sein de la présidence, ce que ses prédécesseurs n'avaient jamais fait.

Tous ces éléments n'étaient pas très appréciés par les partenaires occidentaux de la Mauritanie.


Info source : Le Point (France)

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur taqadoumy

Election Présidentielle dans 6 mois en Mauritanie (officiel)
06-08-2008
Les nouvelles autorités de Nouakchott mettent, en ce moment même, les dernières retouches au Communiqué n°2 qui comprendra, entre autre, les trois points suivants :

- Les autorités s'engagent à organiser une élection Présidentielle dans moins de six mois ;

- Le Parlement (Sénat et Assemblée Nationale) sera préservé, avec sa composition actuelle ; les députés et les sénateurs pourront donc continuer leurs travaux normalement.

- Le Conseil d'État, qui est chargé de la gestion du pays, sera constitué de personnalités civiles et militaires.

---------------------------------

AZZIZ veut nous faire croire que le problème c'était SIDI-OK.

Les sénateurs vont pouvoir enquêter à charge sur la fondation et nous prouver qu'ils avaient raison et que SIDIOCA a entraver la bonne marche des institution.

Il serait souhaitable qu'un cabinet international fasse un Audit de la FKB.

Car FKB a droit à une défense

Pauvre SIDIOCA, il n'a plus de pouvoir, plus d'amis et il boira le calice jusqu'à la litdit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

les quatre déclarations, ci-dessous, par ordre de representation au Parlement.

Rassemblement des Forces Démocratiques - Déclaration


Ce jour, 06 Août 2008, la haute hiérarchie militaire a pris les leviers du Pouvoir Exécutif, sous la dénomination « Conseil d’Etat », suite à la grave crise institutionnelle que vit le pays depuis plusieurs mois.

Le refus obstiné du Président de la République de voir les problèmes politiques trouver leurs solutions dans un cadre constitutionnel régulier, la conception patrimoniale qu’il avait de la chose publique, l’incurie et la gabegie de son administration face aux graves défis qui interpellent le pays ont , parmi d’autres facteurs-,eu raison de l’espoir du Peuple mauritanien de voir s’instaurer le changement dont le pays avait besoin et qui était tant attendu au lendemain des dernières élections présidentielles, besoin de changement sur lequel s’accorde l’unanimité de la classe politique.

Le Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) avait, à plusieurs reprises, tiré la sonnette d’alarme au sujet de cette attitude et de l’engrenage négatif qu’elle pouvait engendrer pour le pays tout entier. Mais en vain.

Aujourd’hui, le RFD prend acte de la nouvelle situation tout en lançant un appel pressant à toutes les forces politiques et à toutes les bonnes volontés afin que s’instaure rapidement un débat national responsable, franc et sincère dans le but d’assurer un retour rapide à une vie constitutionnelle normale, en évitant tous les dérapages préjudiciables à l’unité de notre pays et à la pérennité de l’Etat.


Nouakchott, le 06 août 2008
Le Comité Permanent



-----------------------------------

Union des Forces du Progrès - Déclaration


Des officiers supérieurs ayant joué un rôle déterminant durant la transition, ont entrepris depuis trois mois une déstabilisation du Président et des Institutions Démocratiques.

Ce matin à huit heure, usant de ses prérogatives de Chef de l’Etat, Chef suprême des forces armées et de sécurité, le Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallah, a par décret demis de leur fonction les Généraux Abdel Aziz son Chef d’Etat major particulier et Mohamed ould Ghazwani Chef d’Etat major général, ainsi que les Chefs d’Etat major de la Gendarmerie et de la Garde. Une heure plus tard, l’ex Chef d’Etat major particulier du Président le met aux arrêts ainsi que son Premier ministre achevant ainsi le coup d’Etat rampant et prémédité. Devant la gravité de ce coup de force qui traduit un mépris extrême du choix démocratique exprimé très clairement par le peuple Mauritanien et cautionné par l’ensemble de la communauté internationale, l’Union des Forces de Progrès (UFP) :

• Condamne énergiquement ce coup d’Etat qui met fin à une expérience saluée par notre peuple et l’ensemble de la Communauté Internationale, comme un exemple dans le Monde arabe, africain et musulman. Mais surtout une fierté pour le Peuple Mauritanien qui se sentait réhabilité dans sa dignité bafouée par une longue période de dictature et d’instabilité.

• Exige le retour à la légalité constitutionnelle et le rétablissement immédiat du Président de la République et de son Gouvernement dans leurs fonctions, seule garantie de la préservation de la stabilité et du système démocratique.
• Appelle l’ensemble des forces démocratiques et patriotiques à s’unir dans un large front pour rejeter résolument ce coup d’Etat et défendre l’ordre constitutionnel démocratique.

• Lance un appel pressant à l’Union Africaine, la Ligue Arabe, l’Union Européenne, notamment, qui avaient accompagné de manière significative la transition et la mise en place des Institutions démocratiques en vu d’user de leur influence pour la restauration de la légalité constitutionnelle.


Nouakchott, le 06 août 2008
La Présidence

-----------------------------------

Alliance Populaire Progressiste - Déclaration


Sur la base de sa vision et en adéquation avec ses positions constantes de principe et considérant son attachement à la stabilité et au développement du pays d’une part, et suite à la tournure dangereuse prise par les événements ce 06/08/2008, d’autre part, APP : Regrette amèrement le stade auquel est arrivée la situation du pays, en dépit des initiatives de bons offices prises par le président Messaoud Ould Boulkheir en vue d’un règlement pacifique de la crise née entre le président de la République et les Généraux.

Condamne sans réserve et réfute le coup de force dangereux tant pour la légalité constitutionnelle que pour notre expérience démocratique naissante et les acquis enregistrés en ce domaine et qui font notre gloire au niveau arabe, africain et international.

Demande instamment aux Généraux de reconsidérer leurs positions qui nous ramène aux périodes antidémocratiques d’exception ayant détruit le pays et la société.

Lance un appel pressant pour le retour à l’ordre constitutionnel et à la légalité en rétablissant le Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi dans ses fonctions dans lesquelles le peuple mauritanien l’a investi démocratiquement.

Appelle les forces vives de la nation à réfuter le coup d’état à bannir les propagandes et les agissements qui conduisent le pays vers le chaos et la déstabilisation.

Invite la communauté internationale à rejeter ce coup de force contre la légalité.


Nouakchott, le 06 août 2008
Le Bureau exécutif



-----------------------------------



Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Rénovation - Déclaration


L'Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Rénovation (AJD/MR) a toujours estimé que la transition démocratique était ratée. Avant de confier le pouvoir aux civils, le Comité Militaire pour la Justice et la Démocratie (CMJD) aurait du résoudre les problèmes causés par les militaires : à savoir le retour des déportés, le règlement passif humanitaire, entre autres.

Très tôt, nous avons exprimé notre neutralité dans la crise qui opposait le Président de la République à certains parlementaires de sa majorité et avons prédit l'éventualité de sa destitution si le conflit perdurait. En toile de fond, c'était un bras de fer entre le Président de la République et les principaux artisans de la transition qui avaient activement contribué à son élection.

Nous prenons acte que cette crise institutionnelle a eu comme issue fatale et prévisible la reprise du pouvoir par les militaires.

Nous pensons que leur place est dans les casernes et sommes opposés à leur pérennisation à la tête de l'Etat.

L'AJD/MR, résolument engagée pour un retour rapide à la légalité constitutionnelle, seule garante d'un Etat de Droit :

1. réaffirme son attachement à la démocratie et met en garde contre tout recul qui mettrait en péril ses acquis fragiles

2. demande la tenue d'élections générales libres et transparentes dans un délai raisonnable


Nouakchott le 06 août 2008
Le Bureau Politique

-----------------------------------

Faites vous une opinion

maatala

Anonyme a dit…

Et la scène continue

Le 06 Août est venu une fois de plus confirmer que le pays est pris en otage par des militaires bras cassés qui ne savent tourner leur arme que contre le peuple et sa légitimité et des hommes politiques pourris qui ne comprennent que la logique de la force et de la gabegie.

Les conséquences de ce deuxième coup sont fatales pour le pays, qui ne pourra jamais plus recouvrer sa crédibilité, et malgré ça voilà que notre fameux Ould Daddah entérine appuie et comprend ce genre d’actes qu’on ne trouve plus ailleurs et dont notre pays redevient le fief incontestable.

La communauté internationale ne doit pas nous jouer un second sal tour comme elle le fit après le 3 Août, nous lui demandons d’exiger le retour immédiat à l’ordre constitutionnel.

A nos vaillants soldats je réitère ma demande de désobéir systématiquement aux officiers inféodés, car à défaut on ne sait pas où le pays s’achemine.

Rien ne sera plus comme avant cette fois ci, et nous demandons à notre sommité morale et politique son Excellence Mouaouiya Ould Sid’Ahmed Taya de s’impliquer pour sortir notre pays de ce bourbier et nous aider à nous débarrasser des ces hommes calamiteux qui prennent la Mauritanie qui lui est chère en otage.

Avant de terminer, je demande la libération immédiate de tous les prisonniers dont le Président élu Sidi Ould Cheikh Abdallahi, le premier ministre Yahya Ould Waghf, Ahmed Ould Sidi Baba et tous les autres dont je ne connais pas les noms.

Les Mauritaniens doivent enfin comprendre expérience à l’appui que les coups d’état n’ont jamais constitué une issue de secours pour les pays.


Mohamed Said Ould Ahmed

maatala a dit…

Salam

"Mauritanie: appel à "ne pas reconnaître la junte"

Le porte-parole du président mauritanien renversé mercredi, Abdoulaye Mahmadou Ba, a appelé mercredi la communauté internationale à "ne reconnaître en aucun cas" le pouvoir des putschistes, dans un entretien téléphonique avec le bureau de l'AFP à Dakar.

Affirmant s'être "caché quelque part", il a déclaré par téléphone être "en coordination avec l'entourage du président" Sidi Ould Cheikh Abdallahi arrêté et s'exprimer au nom de "l'institution présidentielle".

Au sujet du "conseil d'Etat" formé par les généraux putschistes, "nous considérons que c'est une institution illégale que la communauté internationale ne doit en aucun cas reconnaître", a-t-il insisté.

"Nous saluons les attitudes des Nations unies, de l'Union africaine, de l'Allemagne, de l'Espagne, condamnant le coup d'Etat" et "la position de l'Union européenne, sur la même ligne", a-t-il dit.

"Nous appelons les pays voisins à se montrer solidaires du peuple mauritanien dans cette épreuve et à ne pas contribuer à la déstabilisation du pays par la reconnaissance d'un coup d'Etat perpétré par des généraux mutins".

Il a dénoncé "la mascarade d'élection (présidentielle) que les généraux envisagent d'organiser dans deux mois et à travers laquelle ils veulent imposer une marionnette manipulable à leur guise".

Abdoulaye Mahmadou Ba s'est "insurgé contre la complicité de certaines forces politiques et certains parlementaires cautionnant une tragique trahison contre le peuple mauritanien".

Il évoquait l'attitude des parlementaires dits "frondeurs", qui avaient démissionné lundi du parti au pouvoir et qui ont appelé à une marche jeudi à Nouakchott pour soutenir les putschistes.

Info source : Afp via Romandie News

----------------------------------

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

A. Antil au Figaro : « Le président a été "fait" par ces militaires »
06-08-2008


Alain Antil est responsable du programme « Afrique subsaharienne » à l'Institut français des relations internationales (IFRI). Il est spécialiste de la Mauritanie. Dans une interview accordée aujourd'hui au quotidien français Le Figaro, il revient sur le coup d'État intervenu mercredi matin en Mauritanie.
Lefigaro - Le putsch militaire intervenu mercredi en Mauritanie vous étonne-t-il ?

Alain Antil - S'il avait eu lieu mardi, il m'aurait étonné. Mais plus aujourd'hui avec la décision du chef de l'État de limoger quatre militaires de haut rang dont deux qui l'avaient choisi comme candidat à la présidentielle de 2007.

Quelle est l'origine de ce coup d'État ?

Depuis plusieurs mois, on assistait à un bras de fer entre les généraux, déjà à l'origine du coup d'État contre le président Ould Taya en 2005, et le président Abdallahi. Ce bras-de-fer a commencé au moment du remaniement de mai dernier. Le président de la République a fait entrer des partis d'opposition au gouvernement, ce qui n'a pas plu aux militaires. Il a aussi fait revenir des «poids lourds» de l'époque Ould Taya, au passé parfois «chargé». Là encore, les militaires n'ont pas apprécié.Les conséquences de ces décisions ont été multiples.

D'abord les députés issus du parti présidentiel ont menacé de déposer, en juin, une motion de censure. Ils ne l'ont pas fait sous la menace du président. Un troisième gouvernement, plus consensuel, a ensuite été formé. Les choses se sont accélérées lundi avec le départ d'une cinquantaine de collaborateurs du parti présidentiel, pour faire pression sur le chef de l'État. Mercredi matin, la décision qu'a prise le président de démettre ces quatre officiers, coupables à ses yeux d'être derrière la pression qu'il subissait, était suicidaire. Je pense qu'il le savait.

Ce putsch est donc la traduction d'une reprise en main par les militaires ?

Oui. Le président a été «fait» par ces militaires, il a tenté de s'autonomiser. Il y est tellement parvenu que les militaires ont décidé d'abord d'appliquer des moyens de pression politique puis d'utiliser des moyens disons moins légaux.

Malgré ses difficultés, la communauté internationale s'accordait pour souligner la transition démocratique remarquable que traversait le pays. Cette transition est-elle mise à mal ?

On penche vers une mise entre parenthèses de la démocratisation. On peut cependant s'interroger : ces militaires qui instaurent une démocratie et qui, un an après, font un coup d'État, quel est leur objectif ? Vont-ils remettre en place une démocratie ? Mais cela a-t-il encore un sens ?

Un «retour à la normale », avec rétablissement de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, est-il encore possible ?

Cela parait peu probable. Si le président déchu revient sur sa décision (le limogeage des quatre militaires, ndlr), ce sera un président qui n'aura plus aucun pouvoir.

La population mauritanienne soutient-elle les militaires qui ont fomenté ce putsch ?

Une partie de la population se désintéresse totalement de ce qui se passe politiquement. Il y a une crise économique en Mauritanie, notamment pour les gens qui ne sont pas dans les villes.Il y a dans les villes, des gens qui étaient assez critiques vis-à-vis de cette première année de présidence d'Abdallahi. Mais cette première année de démocratie laissait aussi beaucoup d'espoir : la presse était libre, la société était en train de se détendre, on a assisté au retour des réfugiés, … Du point de vue social, il y avait des avancées certaines. La population soutenait le processus électoral, malgré les critiques.

La Mauritanie est coutumière de ce genre de trouble. Ne va-t-elle pas éprouver des difficultés à alerter la communauté internationale sur son sort ?

C'est le grand problème que devront affronter les nouveaux dirigeants. La plupart des aides, des partenariats économiques sont conditionnés par la légalité institutionnelle. En 2005, lors du coup d'État d'Ould Taya, beaucoup d'accords de ce type ont été suspendus. Le cas de figure risque de se reproduire. Or la situation économique n'est actuellement pas bonne en Mauritanie.


© Le Figaro - Août 2008

maatala

Anonyme a dit…

quelle mascarade

le jeu d'enfants d'aujourd'hui n'aboutira a rien

personne en mauritanie n'accepte d'etre gouverné par aziz

comme je disait avant je n'etais jamais partisan de sidioca et ce vrai qu'il a fait pas mal d'erreurs dont notamment et a titre d'exemple

l'acceptation de la creation de la fondation de sa femme , mais elle etait conseiller par des proches a ELY DE faire ca.

la commemoration d' un an de son arrivé au pouvoir et le gaspillage de pas mal d'argent alors que de citoyens creve la faim

et d'avoir s'appuiyer sur des roumouz el vessad

mais tout ça ne justifie pas un coup d'etat sur la legalite constitutinnelle

et surtout d'un marocain connu par son orgeuil et son mepris total aux mauritaniens

non a a aziz

non a ce coup d'etat enfantil

vive la legalité constitutionnelle

livoix

Anonyme a dit…

Sidioca a fini par exécuter malgré lui ce que les salons de Nouakchott appélent "le plan Azizi ould elmami" qui consistait à "limoger d'un coup de decret les Généraux" et "dissoudre le parlement". Finalement il a décrété en pleine nuit "le limogeage des généraux" mais n'a pas eu le temps de passer au Parlement........
et vous connaissez la suite...... Khattou et Amal qui vosiférent d'insultes, Aicha mint Tolba enti Vem??
Quant à Ezzizi ould elmami,il chercherait à quitter la Mauritanie pour Dubai ou son fils Ahmed Babe a achété trois Appartement de grand luxe mais dont l'un est pour...Khattou,le notaire en sait quelque chose. Selon nos infos Ezzizi a multiplié les tentatives pour rencontrer Ghazwani au téléphone afin de lui demander de ne tenir compte de la santé fragile de Sidi et Ahmed ould sidi baba mais en vain. Quant à parler à Aziz il ne peut même pas tenter de le faire,tellement il est grillé au carbone qu'il n'ose pas le fixer des yeux. Ezzizi faisait le siége de Sidi pour obtenir le limogeage de ould Abdel Aziz en particulier au point que ce matin il a appélé sidi avant le Coup et luia dit "cheft chekhsser ellik" "t' a vu que c'est possible" de limoger les militaires sans que tu en meures!!
et Sidioca de lui rétorquer "Ezzizi ,désormais je suivrais tous tes conseils!!" la Suite c'est le communiqué N°1 du Conseil d'Etat.

maatala a dit…

Salam

Lu sur Tvidar

L’empereur Sidioca destitué comme Bokassa.


L’empereur et l’ex impératrice Sidioca et KB (ex première dame de Lemden), ont été détrônés tôt ce matin par les forces armées et de sécurité, dépositaires en dernier recours, de la légitimité nationale.
Sidioca (SI IDIOT QUE ÇA !) a voulu humilier tout un peuple, en marchant dessus avec son épouse et ses enfants mal éduqués.
Cette chute de l’ex empereur a commencé, quand ce dernier a voulu vider l’armée nationale de ces meilleurs officiers.
Déjà, Sidioca s’accrochait à n’importe quel file, pour sauver le reste de son mandat.
Il a corrompu les députés d’Aioun et de Timbedra, en nommant leurs protégés à l’ADU et à l’AMEXTIPE.
En effet, le tristement célèbre ex huissier du MAEC, Mohamed Lemine Ould Khattri, a été nommé à la tête de l’ADU (Agence pour le Développement Urbain), institution qu’il est incapable de diriger ; mais, c’était le prix qu’on a payé pour corrompre son cousin, monsieur Taleb, le député ghalawi d’Aioun.
Il faut préciser ici que cet homme est très facile à acheter, parce que, du temps de Taya déjà, Mohamed Lemine Ould Khattri fut nommé ministre de commerce, puis directeur général de la SOCOGIM.
N°25, il figure en bonne position sur la liste des roumouz el vessad.
Sidioca se disait contre la gabegie et la mauvaise gouvernance et, le voilà qui a corrompu des gens de façon flagrante en les nommant hors conseil des ministres, alors que ces deux postes (ADU et AMEXTIPE), ne font pas partie de ceux auxquels le président peut nommer par décret. Quel despotisme !
Il s’est livré également à la séquestration de Messoud Ould Boulkhair, président de l’Assemblée Nationale qu’il a assigné à résidence, aux environs de Adelbeghrou, pour empêcher la tenue d’une session extraordinaire de l’Assemblée Nationale.
D’ailleurs ces nominations-corruption ont été bien annoncées sur El Jazzera et El Arabia, par les deux acolytes de Sidioca en l’occurrence Bedressine de l’UFP et Aboubekrine Ould Ahmed, le traître de la cause islamiste.
Dans ces folies de nominations, on savait déjà que Sidioca manoeuvrait seul comme le malade parkinson.
Maintenant, Sidioca, estimes-toi heureux, parce que tu es libéré d’une charge qui dépasse tes compétences et vas y finir tes derniers jours de retraité du Niger, à Lemden.
Aujourd’hui, un conseil d’Etat est créé, et les officiers patriotes qui le composent, sauveront la Mauritanie, comme par le passé.

Maatala

Anonyme a dit…

salut,

Je fais un appel aux mauritaniens résidants en France et désirants faire une manifestation pour dénoncer ce coup d'état pour une coordination en vue de se mettre d'accord sur les modalités.
La placce des militaires est dans les casernes.

grizzly a dit…

Pendant la période de transition à venir la Mie sera gouvernée par le CONSEIL D'ETAT.
Un membre de quelque conseil d'etat que ce soi (exp France) s'appelle un CONSEIL D'ETAT et nos futurs conseillers d'Etat n'y déroge!
Et sachant le caractère élitiste des grand corps (les 1èrs de l'ENA et autres sommités de l'admt) ,il serait donc rassurant de savoir que le pays sera géré par des conseillers d'Etat ultra brillants!
Donc il n'y aurait pas beaucoup de raison pour s'en faire ;et ce compte tenu des technicité et savoir-faire encyclopédiques de nos "éminents conseillers d'Etat!
Expertise qu'ils auraient acquise ,au terme de plusieurs "recyclages"!
Dormez sur vos lauriers le pays est entre de bonnes mains!

AOD n'es plus président du RFD mais plutôt d'un ayant surnom RFD ,autrement dit Rassemb des forces DICTARIOLes soit RFD aussi!

grizzly a dit…

Correction:
"Un membre de quelque conseil d'Etat que ce soit (exp France) s'appelle un CONSEILLER D'ETAT et nos futurs conseillers d'Etat n'y déroge!

maatala a dit…

Salam

Chers amis

Une pensée pour notre frère Abdoulaye Diagana (du blog sous latente) suite du décès de son neveu: Mohamed Maréga.

Nos condoléances à la famille Maréga et Diagana

INA LILAHI WE INNA ILLEHI RAJIOUN

maatala

Anonyme a dit…

Liste des membres du Conseil d'État
06-08-2008

Le Conseil d'État, qui sera chargé de la gestion du pays en attendant la prochaine élection Présidentielle, sera composé de dix personnalités, dont cinq militaires et cinq civils dont voici les noms :


- Général Mohamed Ould Abdel Aziz, Président du Conseil, Chef de l'État ;
- Général Mohamed Ould Ghazouany, chef d'État-major de l'Armé Nationale ;
- Colonel Félix Négri, chef d'État-major de la Garde Nationale ;
- Colonel Ahmed Ould Bekrine, chef d'État-major de la Gendarmerie Nationale ;
- Colonel Mohamed Ould El Hadi, Directeur Général de la Sureté Nationale ;
- Bâ M'baré, Président du Sénat ;
- Messaoud Ould Boulkheïr, Président de l'Assemblée Nationale ;
- Ahmed Ould Daddah, leader de l'Opposition Démocratique ;
- Abdallahi Ould Ely Salem, Président du Conseil Constitutionnel ;
- Mohamed Aly Cherif, Chef du groupe majoritaire à l'Assemblée Nationale.

Anonyme a dit…

salop de Daddah!

Sièger avec des militaires putschistes!!

Tu verras connard que tu ne gouvernera jamais!Et qu'ils vont t'avoir!

Anonyme a dit…

En tout cas daddah, personne ne votera plus poure toi.

Tout le peuple sait maintenant quel est ton vrai visage!

Anonyme a dit…

on vient d'apprendre le déces du president ould cheih abdallahy de suite d'un malaise cardiaque pendant qu'il était en prison.

Anonyme a dit…

Trois coups d'Etat ont eu lieu un mercredi , en Mauritanie : Le mercredi 12/12/1984 , le mercredi 03 août 2005 et celui d'aujourd'hui , le mercredi 06 août 2008 .Sacré mercredi ! A méditer....

Anonyme a dit…

Le president Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi reste le president democratiquement elu et legitime de la republique Islamique de Mauritanie.
L'histoire ne sera pas tendre a' l'endroit de ceux qui n'ont aucun respect pour la volonte' de leur peuple. Au nom de quel droit on arrete un president, on le fait prisonnier et on se declare dirigeant du pays? Que fait-on de la volonte' du peuple Mauritanien, exprime'e a' travers la derniere election presidentielle?
Ceux qui continuent a' jouer l'avocat du diable en accusant le vieux de tous les maux possibles et imaginables, doivent comprendre qu'il n'y a pas un crime pire qu'un coup d'etat. La haute trahison est devant nous, sous nos yeux, nous ne pouvons pas l'eviter, elle est ici.

Les fausses accusations contre la Fondation de la Premiere Dame Khatou Mint Boukhari, ont ete' utilise'es comme un pretexte pour destabiliser un regime qui a ete' democratiquement elu. Ceux qui se sont declare's defenseurs des droits et de la constitution, ceux qui ont dit au monde entier qu'ils n'etaient manupile's par personne et qu'ils etaient tout simplement entrain de faire leurs devoirs respectifs de senateurs et de depute's, doivent bien nous dire ce que lesdits devoirs et les obligations morales qu'ils ont envers le grand peuple Mauritanien, disent a' propos du coup d'etat que notre pays a connu aujourd'hui.

Le President de la republique son Excellence Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi est un homme sage et respectueux. Il a accepte' de mettre fin a' une retraite paisible qu'il menait pour sauver notre pays. Sa tres grande sincerite' et sa determination de faire avancer la Mauritanie, inquietaient ceux qui ont toujours privilegie' leurs interets personnels au detriment des interets superieurs du peuple Mauritanien. Si le coup d'etat avait eu lieu avant la lecture du decret presidentiel portant nommination de nouveaux chefs d'etat major, on aurait pu donner quelques benefices du doutes a' propos des raisons de cette action illegale et illegitime. En choisissant de faire le coup d'etat une heure apres la lecture du decret presidentiel, il devient evident qu'ils ont fait le coup d'etat pour se sauver et non pour sauver le vaillant peuple Mauritanien!

J'ai certes ecrit dans ce blog qu'il serait suicidaire pour le president de la republique de se separer des generaux Mohamed Abdel Aziz et Ghazouani. Avant hier seulement j'ai ecrit dans ce meme blog qu'il doit commencer a' penser a' faire du general Mohamed Abdel Aziz son Premier Ministre. Je voulais qu'on evite une fuite en avant aux consequences incalculables et je voulais aussi qu'on force le general a' mettre la main dans la pate pour mieux comprendre les realite's du pouvoir. Le president de la republique a agi en fonction de ses propres analyses de la situation. C'est son droit le plus absolu. Notre constitution dit tres clairement que le president de la republique est le CHEF SUPREME DES ARME'ES et il nomme par decret presidentiel aux hautes fonctions de l'etat. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE SON EXCELLENCE SIDI MOHAMED OULD CHEIKH ABDALLAHI N'A FAIT QU'EXERCER CORRECTEMENT ET LEGITIMEMENT SES FONCTIONS TELLES QUE DECRITES PAR LA CONSTITUTION DE NOTRE REPUBLIQUE!
Le coup d'etat est illegitime et illegal. Les militaires qui ont fait le coup d'etat doivent non seulement quitter la presidence, ils doivent egalement etre radie's de nos Forces Arme'es Nationales. Le president de la republique son Excellence Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi doit etre immediatement libere' et retabli dans ses fonctions.
Le Conseil d'Etat est une invention de ceux qui ont pietine' notre constitution, nos lois, les institutions de notre republique, l'image de notre pays et la dignite' de notre peuple. Personne ne doit le reconnaitre. Tous ceux qui accepteront d'y sieger doivent etre vus comme des faiseurs de coup d'etat au meme titre que les generaux felons.
Notre peuple a trop souffert. Nous ne pouvons plus accepter a' ce qu'il continue a' etre humilie' par quelques uns de ses propres fils!

Vive la republique Islamique de Mauritanie!
Vive le vaillant peuple Mauritanien!
Vive la constitution, les lois et les institutions de la republique!
Vive le President Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi!

Seydou Coulibaly
Professeur
Philadelphia, Pa
USA

Anonyme a dit…

Lu sur CRIDEM

Biographie du nouveau Chef de l’Etat mauritanien

Le nouveau Président du Conseil d’Etat, le Général Mohamed Ould Abdel Aziz est né en 1956 à Akjoujt. Il a rejoint l’armée nationale en 1977. Lauréat de l’Académie Militaire de Meknès au Maroc, il a gravit successivement les échelons de l’armée de terre. Il a été le fondateur de l’unité d’élite de l’armée : le BAtaillon chargé de la SEcurité Présidentielle (BASEP). Tacticien courageux, ses mérites, lors de la tentative de putsch du 8 juin 2003, lui valurent un avancement exceptionnel.

En Août 2004, c’est encore le Colonel Mohamed Ould Abdelaziz qui fera avorter la seconde tentative des Cavaliers du Changement de Saleh Ould Hanena. Il aura alors comme distinction la plus haute décoration militaire décernée par le Président de la République.

Le 3 août 2005, il a été avec son alter-ego, le Général Mohamed Ould Cheikh Ould Ghazouani Al Anssari, le véritable concepteur et exécutant du coup d’état qui mit fin aux vingt et un an ans du régime autocratique de Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya. Pour la petite histoire, le colonel Ely Ould Mohamed Vall qui fut nommé Chef d’Etat n’en a été informé du coup de force que trois heures avant son déclenchement.



D’ailleurs, cinq jours plus tard, le 08 août 2005, alors que le président de la junte n’avait toujours pas prononcé de discours, ni fait la moindre déclaration, c’est bien Mohamed Ould Abdelaziz qui prit l’initiative dans une interview à la radio Voice Of America « la Voix de l’Amérique » dans laquelle il annonça avec une lucidité et une détermination remarquables les intentions du Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie.

Depuis , les déclarations et apparitions publiques de Mohamed Ould Abdelaziz firent rares consacrant tout son temps aux questions de sécurité. Plus tard, l’influence du Général Aziz sur l’armée mauritanienne et sur la vie politique du pays n’ont cessé de se renforcer.

Pour la petite histoire aussi, c’est bien le Général Mohamed Ould Abdel Aziz qui était derrière l’idée de la réduction du mandat de l’organe législatif de la transition de vingt-quatre à dix-neuf mois. C’est aussi bien lui qui a fait adopter le décret interdisant le comptage des votes blancs lors des élections présidentielles.

C’est aussi encore lui l’artisan de la rénovation et de la modernisation de l’armée qu’il a entamé depuis sa désignation comme Chef d’Etat-Major particulier du Président de la République. Secret et peu bavard, le Général Mohamed Ould Abdel Aziz force l’estime et la considération au sein des forces armées où on apprécie son sens tout militaire de l’organisation et son courage à toute épreuve auxquels s’ajoutent un patriotisme et un sens élevé du devoir national.

Ce 06 août 2008, le Général Mohamed Ould Abdel Aziz se trouve contraint devant la situation explosive que connaît le pays à assumer les plus hautes responsabilités de l’Etat mauritanien. Homme droit et juste, son arrivée au pouvoir a été accueillie par des manifestations spontanées de joie des différentes couches de la population.

MOHAMED OULD EL KORY.



Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

-----------------------------------

Plus peshmerga que ça, tu meurs!!

Yanis le R. a dit…

Je rejoins tous mes amis de CanalH, LM, Maatala, Lambda et tous les autres pour dire non à toute action anti-démocratique.

Je me permets certaines remarques et réflexions.

J'ai eu beaucoup de reserves et je l'ai exprimé de vive voix sur le vote de la constitution de juin 2006 qui n'avait rien de démocratique puis sur cet homme retraité avancé et soutenu par les militaires (car il les rassurait!) que j'ai toujours dit ici ou ailleurs ce qu'il en était et appelé à voter contre lui en tant que candidat à la présidence.
Après les élections transparentes mais biaisées, nous avons été nombreux à accepter les résultats sorties des urnes en disant que c'était juste une 2ème transition (voir mes messages-blogs ici ainsi que sur Cridem).
J'ai donné à Sidioca, après son investiture, l'exemple de l'empereur romain Claude, sans aucun résultats, pire l'homme nous ressort les pires calamités de l'ancien régime pour les nommer aux plus hautes fonctions...
J'avais juré de tout faire pour participer (de ma petite place) à ne pas le faire réélire si éventuellement il voulait rempiler en 2012. C'était le seul rendez-vous démocratique qu'on pouvait envisager...
Les évènements en ont voulu autrement!
L'ameuteurisme de Sidioca et de ses conseillers est extremement inquiétant: distribution de tracts aux différentes casernes avec le fameux décret de destitution des 4 officiers supérieurs très tôt ce matin puis publication du dit décret à 8H du matin, avant un énième voyage prévu cette fois-ci en Chine...
On ne fait pas comme ça! Un dirigeant digne de ce nom n'honore pas ses ennemis des plus hautes fonctions, destituent leurs adversaires puis se retourne à 180° quelques jours après leur avoir exprimer sa confiance...
Sidioca et ce qu'il est devenu ne sont pas à pleurer, ce qu'on peut pleurer c'est la démocratie. Mais pour pleurer la démocratie, c'était le 25 juin 2006 puis le 25 mars 2007 qu'il fallait le faire.
Les pleurs actuels ne peuvent qu'être des larmes de crocodiles...
Il fallait voir plus tôt!
Maintenant que les choses sont autres, que faut-il adopter comme attitude?
Je pense que la légalité doit prévaloir et que les militaires doivent retrouver leurs places pour toujours: en dehors de la vie politique, dans leur rôle de gardiens de la sécurité et de la paix dans le pays.
L'institution militaire doit être indépendante du pouvoir politique. A nous de trouver la bonne formule de compromis dans cette situation de transition démocratique dans laquelle le Président ne peut être le chef des armées, comme il n'est le chef des services de médecine des hôpitaux, des services de l'enseignement (écoles, université) ou des équipes sportives du pays...
Le chef de l'Etat ou président supervise une politique globale en nommant aux hautes fonctions politiques sans plus (ministres, directeurs de cabinets, ambassadeurs, walis, hakems, c'est presque tout).
L'Etat doit toujours tourner avec son administration à travers le système de carrières des fonctionnaires (sécretaires généraux, directeurs, chefs de service etc.).
Pour le moment le Conseil d'Etat est illégal dans la situation actuelle.
Ceux qui sont détenus actuellement en dehors de toute justice (le président élu, le PM et les autres dont les officiers supérieurs qui avaient été nommés) doivent être libérés et la situation politique retrouver une stabilité au plus vite pour l'intérêt de la Mauritanie et des mauritaniens dont les droits sont usurpés depuis l'indépendance.

Yanis le républicain

Anonyme a dit…

pleur de crocodiles... lm appréciera!

c facile de débarquer quand les cendres sont retombé et que le oceur a déjà parler pour ne venir parler qu'avec son esprit et pour donner des leçons de sérénité

la démocratie dans ce pays ne vaut pas d'en parler avec autant de sérieux

il n'y a aujourdh'ui de place qu epour le coeur qu'ilpleure donc face aux perpétuelles analyses qui elles donnent encore ^plus envie de pleurer tellement elle ne servent à rien et hop c'est reparti pour un tour

soyez gentils faîtes pour les années à venir du copier coller à moins d'être complétement à la ramasse et continuer à bégayer les mêmes idées inutiles

apprenez à pleurer si vous ne savez pas agir
c'est mieux que de bien parler et ne jamais rien dire

bravo!

Anonyme a dit…

Merci Yanis pour cette analyse. Ma grande question est de savoir si AOD et Messaoud vont accepter cette prise de pouvoir illegitime. A-

Anonyme a dit…

a- voilà la réponse à ta question, si tu peux pleurer n'hésite pas personne ne te regarde

" Le Conseil d'État, qui sera chargé de la gestion du pays en attendant la prochaine élection Présidentielle, sera composé de dix personnalités, dont cinq militaires et cinq civils dont voici les noms :

• Général Mohamed Ould Abdel Aziz, Président du Conseil, Chef de l\'État ;
• Général Mohamed Ould Ghazouany, chef d\'État-major de l\'Armé Nationale ;
• Général Félix Négri, chef d\'État-major de la Garde Nationale ;
• Colonel Ahmed Ould Bekrine, chef d\'État-major de la Gendarmerie Nationale ;
• Colonel Mohamed Ould El Hadi, Directeur Général de la Sureté Nationale ;



• Bâ M\'baré, Président du Sénat ;
• Messaoud Ould Boulkheïr, Président de l\'Assemblée Nationale ;
• Ahmed Ould Daddah, leader de l\'Opposition Démocratique ;
• Abdallahi Ould Ely Salem, Président du Conseil Constitutionnel ;
• Mohamed Aly Cherif, Chef du groupe majoritaire à l\'Assemblée Nationale.

Anonyme a dit…

dissoudre à jamais le parlement, dix barons c'est suffisant pour diriger ce pays , on y trouve du tout et du pareil au même

l'armée et les traîtres c'est suffisant , voyez ce messoud avec quelle rapidité il a encore trahit, j'ai encore qui résonnent dans ma tête la déclaration de l'app, traître pour l'éternité, la honte des h'artines

voyez AOD quelle fin assis dans ce comité , quelle victoire, quelle réussite, quelle suite dans les idées , président a tout prix, Dieu faites qu'il soit président, lui c la honte tout court , non la quintessence, le voilà assis comme on dit "couché!" et ça s'assis et ça ne comprend jamais ça suit

tout ça à côté d eba baré , la joyeuse équipe de winners

on ne dira jamais assez merci aux militaires de nous montrer toujours quels vendus se réclament du peuple, tous les mêmes

il y a qui d'autre au fait? j'en sais rien , est-ce important le reste des civils?

des civils, tout vils par-ci par-là couché debout

sinon si on ne peut pas s'en passer ce que les parlementaires ont de mieux à affaire, pour ce qui reste de leur honneur présumé, c'est de changer la constitution et d'y mettre que, tant qu'il y aura des parlementaires, le pouvoir revient de droit au chef des armées qui qu'il soit pourvu qu'il puisse assurer la stabilité du pays, ainsi sera -t-il président de la république

il faut trouver un moyen de débarrasser le pays du parlement car le peuple n'existe pas pas plus que la société civile pas plus qu'une minorité agissante, il n'y a rien que l'armée

éwa bénissons-là, il nous faut un dictateur éclairé mais au pouvoir pas dans les coulisses afin qu'on apprenne un peu l'honnêteté

on en a marre des politicards hypocrites qui vivent sur le dos du peuple, qui mendient l'aide internationale au nom du peuple et qui non seulement le méprise mais en plus sans se cacher

que fera l'opposition historique même si elle gagne les élections, va-t-elle toujours baisser la tête et la voix quand elle rencontre se smaîtres

après tout pourquoi pas, il ne faudrait pas devenir ingrat

quelle misère vraiment! pourquoi sidioca a-t-il attaqué les généraux, ne pouvait-il pas seulement dissoudre

il a eu la nausée et nous a renvoyé tous à nos responsabilité tant de cris et d'écris de hableurs, éwa où êtes-vous à l'heure de défendre vos institutions et l'élu du peuple

où est le peuple qui apprend qu'on lui prit son élu

coup d'état en mauritanie: une journée ordinaire

quelle misère vraiment

яimσ a dit…

salut tous ,

lm ,
cridem est en france chez OVH et donc la bande passante depend du type de serveur (mutualisé ou dédidé) ensuite de sa capacité et donc de l'offre que le webmaster aurait choisie .

Il n'a pas à se plaindre au niveau de la connexion , car Chinguittel et mattel proposent des formules bien adaptées à son cas .
Ou même aller chez netland (ou au palais des congrès ! ) , sans client ftp , simplement à l'aide de l'interface webmaster OVH .

Ces derniers temps cridem avec les lettres ouvertes qu'elle publie toutes les semaines ainsi que des articles sur les généraux toutes les 10 min ça a gavé les mercenaires .

Je crois que cridem tôt ou tard sera amené à filtrer les ip en provenance des dns de la mauritel et que seuls les connectés derrière un proxy y auront accès .
_______________________________



Voyez vous qui c'est tekeyber ?! khattou à cote c'est marie la vierge (dira xouldy !)
en fait c'est la nouvelle première dame qui travaillait pour mint tolba l'expremière dame ....

(eh oui! c'est la nouvelle saison du feuilleton présidentiel )

bref, elle n'a pas besoin de cv ni de lettre de motivation pour prendre le relais avec mint elboukhary .L'ennui c'est que cette dernière risque de s'ennuier car les caisses sont déjà vide amoins qu'elle pense en trouver sous l'oreiller de khattou .

PS : yan un autre audit !?

Anonyme a dit…

Donc pour ce beau pays depuis son indépendance:
- le clan des virés pour incompétence politique: daddah (guerre du sahara) et sidiok (guerre contre le vent qui a tourné)
- le clan des transparents: louly, saleck (oubliés d'eux-même)
- le clan du nain tueur assoifé d'argent: petit most
- le clan du chamelier fou: haidallah
- le clan des cow-boys bandits: ely, aziz... et les suivants qui ne manqeront de s'en inspirer
- le clan des cornards: nous tous

Au suivant dirait le fou de maata

Anonyme a dit…

A l'Ano de 23H13 du 6 Aout qui a précisé que sidi est victime de la "solution de Eziz ould el mamy je voudrais ajouter pour confirmer ce qu'il a dit que Khattou a rammassé d'injures et insultes son cousin et vieux parent azzizi ould el mamy hier soir au téléphone. Surtout que c'etait azizi qui l'appelait pour avoir des "nouvelles " de Sidi. Khattou aurait répondu a Ezzizi "Sidi labass elih yeloullalou hehli ané" "Sidi va bien si mes parents moi l'avaient laissé tranquille" et le Vieux Azizi s'est fâché et coupé la com au nez de Khatou.

Anonyme a dit…

une suggestion pour tous les démocrates et fonctionnaires mauritaniens:
Démissionnez!!!
ce sera la meilleure façon de dire non au putsh et d'attirer l'attention de la communauté internationale.
en effet si des ministres, des walis, des hauts fonctionnaires, des ambassadeurs...,annoncent leur demission le nouveau conseil aura vraiment des problèmes.
la liberté, la démocratie,le developpement sont des valeurs et des aquis qu'il faut défendre et non des petits intérêts matériels que de toute façon les militaires reserveront à la meute qui les suit.
rentrez dans l'histoire de ce pays.