mardi 2 septembre 2008

La démocratie « à sa place » quand il était une fois les motions de soutien…

L’histoire des motions de soutien, c’est notre histoire politique avec les régimes d’exception…
En 1974-1975, notre icône nationale, l’inimitable Hammam Fall, poète et « homme de théâtre », qui détenait la majorité des cinémas du pays avait de gros soucis avec le pouvoir qui comptait nationaliser le cinéma en Mauritanie à travers le nouvel Office National du Cinéma, un organisme étatique contrôlé par le PPM, parti unique qui venait de modifier sa ligne politique de parti conservateur en devenant un parti d’étiquette progressiste et socialiste (avec l’entrée des Kaddihines, notamment).
La guerre insensée du Sahara, fin 1975, a tout chamboulé et un nouvel acteur est entré dans le jeu politique, les militaires « prenaient du galon » pour ce qui deviendra un cauchemar par la suite : une omniprésence envahissante….
Après le coup d’état du 10 juillet 1978, les motions de soutiens seront timides au début puis deviendront la forme de légitimation du coup de force militaire contre la dictature du parti unique…
Hammam fut le premier à lire une motion de soutien à la radio, et de la meilleure des manières, en poésie populaire hassania dont il était un virtuose.
Son long poème-prose se terminait par : « we entazgou le3leyatt ! » (Et les femmes furent remises à leur place !) C’était pour tous un clin d’œil amusant qui visait Mariem Daddah qui avait initié le mouvement de nationalisation des salles de spectacle avec le mouvement des jeunes et des femmes du parti après le congrès de 1975. D’ailleurs, un imam « reconverti » actuellement et bien connu (O. Enahwi) était à la tête de l’organisme de réflexion politique sur ces questions avec la présidence honoraire de la première Dame…
30 ans après, les motions de soutien sont utilisées pour la même cause ! On dirait que les élections libres et sous contrôle et surveillance de la communauté internationales n’ont jamais eu lieu…
« We entezguet edimoughratiya ! » (Et la démocratie fut remise à sa place !)
Tel est le slogan actuel rapporté par les motions de soutien qui sont en boucle à la Radio et à la Télévision nationales depuis le 6 août…
On a l’impression que rien n’a changé en trois décennies ! C’est triste et c’est la réalité, notre réalité.
A nous de dire NON !, la Mauritanie a changé, le monde a changé.
Ce qui était possible hier n’est plus acceptable aujourd’hui. La révolution démocratique, chez nous, passe par là, une évidence en 2008 et sur toutes les latitudes…

yanis

331 commentaires:

1 – 200 sur 331   Suivant›   Les plus récents»
Anonyme a dit…

la democratie à sa place mais surtout les militaires à leur place

Anonyme a dit…

svp,
En faisant état de ce qui s'est passé, il y a lieu de prendre soin des mesures urgentes afin d'éviter des dégats importants :
1. Journées consultatives pour limiter la période de transition
2. Définir un cadre légal et de consensus pour une meilleure transparence dans les élections à venir
3. Limiter les responsabilités du chef de l'état et mettre les verrous nécessaires pour éviter une dérive prochainement de notre démocratie (c'est la seule manière pour éviter des coups d'états)
4. Définir un cadre légal de notre gouvernement (nbre des ministères, profils, ....) et proposer éventuellement tte modification de l'organigramme à l'assemblé nationale.

Je vois personnelemnt que dans l'absence d'un consensus urgent, nous menons tous ce pays dans une guerre civile (la catastrophe)

Anonyme a dit…

MAURITANIE-WEB


L'actualité

Entre démesure plurielle et "mesures individuelles"
Date : 02/09/2008 à 14:58:14

La France, l’Amérique et l’Europe ont choisi le même jour pour sortir de leurs gonds diplomatiques des « mesures individuelles» contre la junte mauritanienne (28 août). Bienheureuse nouvelle qui doit soustraire le pays à une injuste et double peine : après le coup d’état du 6 août, un embargo mortel. En mettant les putschistes récidivistes face à leurs responsabilités collectives et personnelles.

Testament présidentiel
Armé à la suite de deux entretiens avec le président otage, ce tir groupé du leadership mondial résonne comme un ultimatum. Le haut conseil y est ciblé tel une vulgaire association de malfaiteurs. Son mode opératoire mafieux lui aura valu cette inhabituelle sécheresse diplomatique. La seule propagande d’un coup d’état ne pouvant justifier le lynchage et l’incitation à la haine publique. A la présidence et dans les chambres du parlement. A la télé, la radio et sur la toile. Dans les rues, stades, bourgs et communes de tout le pays
Face à cette curée sans nom, le peuple abusé est limité à un maigre communiqué officiel. Sur papier errant et baragouiné au petit lever, son mode de diffusion en trahit la genèse désespérée. Dans la solitude du pouvoir, le chef des armées est contraint de limoger ses généraux pour en dénoncer l’interventionnisme exacerbé. Décriée pour son amateurisme, cette dernière volonté présidentielle n’en figure pas moins un testament institutionnel. Sur Aljazeera, son tombeur reconnaît même«l’avoir menacé du risque de mettre le pays à feu et à sang s’il ne renie pas sa décision ». Comme si un renouvellement routinier de la hiérarchie militaire, en l’occurrence le quatrième de l’année, pouvait choquer une opinion réputée pour sérier les coups d’état sans ciller. D’autres sources indiquent que la pression putschiste n’a pas faibli. Les interminables procès en sorcellerie n’en sont qu’un aspect extraverti.

Cohabitation plurielle
Pour se protéger et éventer les mobiles et alibis de ses geôliers, le président otage a-t-il parlé à ses visiteurs de marque ? Son élection l’a peut être forcé à en savoir « trop »- et très vite- sur ses parrains. A peine investi, il se découvre à la tête d’un état mafieux et passoire de narcotrafic. La presse et la justice lui dévoilent une hiérarchie trempée dans cette industrie mortelle. Dans une lettre ouverte pour sauver son honneur et son enfant, un ex- président menace de passer à table et lier le système à son sort familial. Sans les nommer, il indexe l’ancien chef de l’état et les caïds de cette junte. Déjà cités comme parrains éventuels, ces derniers se «missionnent » d’urgence dans le royaume où croupit (encore?) son chérubin : inculpé de taille dans ce trafic international (1).
Une sortie de crise ne peut mépriser cette part de réel. Ces putschistes ne peuvent que « vassaliser » l’autorité constitutionnelle. Il en va de leur propre survie. Mais le pouvoir et le mandat d’un président élu ne se bradent pas au conditionnel. Ils se conjuguent au constitutionnel. Pour renouer avec la démocratie, le pays doit respecter et porter la croix de sa vox populi. A charge pour ses élites d’imaginer une cohabitation plurielle pour une véritable transition politique. A méditer leur « Débat africain » sur RFI, leur antagonisme ne dépasse pas les scènes de ménage habituelles. Attention, toutefois, à l’accident domestique. La récente présidentielle leur offre une caution électorale pour un bon compromis (deal package). Forts d’une légitimité populaire, ses deux finalistes peuvent codiriger une union sacrée nationale. Des élections législatives et sénatoriales ( ?), saines et immédiates, offriront un défouloir légal à toutes les ambitions paroissiales. Pour augmenter l’espérance de vie d’un tel compromis, ils peuvent même anticiper le futur scrutin présidentiel. En tout cas, leur mission stratégique n’est pas de trouver une sortie pour un quarteron rebelle dont le cas relève exclusivement de « mesures individuelles » ?

Cheikh Touré
(1)- Voir Tribune du 28 août 2007
Article paru dans La Tribune N° 415 du 1er septembre 2008
contre-x.blogspot.com

Anonyme a dit…

c'est pas "entezguet edimoughratiya" mais "enta9zet la démocratie" et "ent9azne e7ne em3ahe"...

Mais, ce connard de Aziz doit comprendre que les mauritaniens ne vont pas le laisser "yen9ezhem", par contre, c'est eux qui vont commencer par lui....

Best wishes

Anonyme a dit…

"la Mauritanie a changé, le monde a changé.
Ce qui était possible hier n’est plus acceptable aujourd’hui. La révolution démocratique, chez nous, passe par là, une évidence en 2008 et sur toutes les latitudes…"

Yan on a beaucoup positivé, on a cru en ce pays, en son peuple miserable, mais aujourd'ui je ne crois plus en mon pays, 2008 c'est pour les autres...Autant pour AZIZ que pour Sidioca, nous n'avons besoin ni de l'un ,ni de l'autre. Le 1er est la negation de la legalite, le 2eme la negation du developpement, tout simplement un adepte de la spiritualite...
Esc-cel qu'il nous faut aujourd'hui?

Hamid

Anonyme a dit…

C’est un plaisir pour moi de partager avec vous chers canalheurs cet article :

C’est long mais délicat :


Le CMJD : Nouvel espoir ou réelle crainte?

PAR DR NASSIH (Calame n°515 du 30 novembre 2005)

Au petit matin du 3 Août 2005, à l'annonce à Nouakchott du coup d'Etat militaire et de ses artisans, deux sentiments contradictoires très forts me prirent, l'un suscité par la crainte et l'autre suscité par l'espoir. Tous les deux sont inspirés par le vécu de l'expérience de notre propre sous-région: la malienne qui porta au panthéon de l'Histoire un certain Amadou Toumany Touré et la tunisienne qui, avec l'avènement de Ben Ali, porteur pourtant de tant d'espoirs, symbolisa, à mes yeux, un peu plus tard, un affront à la culture d'un peuple globalement instruit, en somme une des plus implacables dictatures du monde arabo-africain dont la Tunisie martyrisée continue encore de subir les affres les plus sordides...
La brise matinale atlantique nouakchottoise sous le soleil ardant d'Août épaississait un brouillard qui n'aidait pas à la clarté de la vue et le déploiement impressionnant des forces de la Garde Présidentielle aux points névralgiques de la Capitale ne dissipait pas les confusions de l'esprit, surtout pour ceux qui, comme moi, gardent encore du 8 Juin, dans le nez et dans les oreilles, l'odeur pestilentielle de la poudre et le bruit assourdissant des canons...
Pas d'image soft donc; et le balancement entre la crainte et l'espoir peut continuer. Ravivé. Un véritable duel entre le cœur et la raison. Le cœur veut avec force que l'expérience malienne l'emporte. La raison l'en empêche solidement. Alors pourquoi?
Sans doute en Mauritanie, comme au Mali et en Tunisie, lors de ces événements majeurs, la situation des peuples était telle que, au plus bas du creux, le moindre changement politique se transformerait en un acte de délivrance. Le Mali subissait la dictature et l'injustice de Moussa Traoré. La Tunisie souffrait du règne vieillissant de Bourguiba, ivre et aveugle, jurant de boire le sang des islamistes d'Ennahdha et d'avoir la tête du Cheikh Rachid El Ghannouchi dans des parodies de procès sans fin, dont la portée n'échappe même plus à ceux pour lesquels ils sont exportés... La Mauritanie, elle, croupissait durant plus de deux décennies sous le royaume de l'impertinence et du favoritisme les plus insolents, avec, en prime, une paranoïa de l'anti-islam et de la haine aux barbus... Similitude donc entre la situation des trois pays avec, bien sûr, leurs variations spécifiques et diversités propres liées à la nature des blocages politiques. Mais notons tout de même la ressemblance de fin de règne de Bourguiba et de Maaouya, avec la même obsession pathologique de l'anti-islamisme. Voilà pour ce qui est des pays, venons-en maintenant aux acteurs.
A part le fait que Toumany Touré et Ely O. Med Vall sont tous deux des plus gradés de leurs armées, tout en fait sépare les deux officiers. Le premier est clean, au passé vierge et propre. Le second est un des piliers du régime de Maaouya. Riche jusqu'à l'insolence, associé à toutes les répressions opérées par le régime déchu, l'homme qui a dominé la sûreté nationale plus de vingt ans et a organisé la police de manière catastrophique (d'aucuns disent à juste titre que le corps de la Police ne s'en remettra plus!) cumulait en réalité-tous les préjugés défavorables.
Ely et Ben Ali hélas se rencontrent dans pas mal d'aspects. Tous deux issus des services de renseignements, tous deux sont ou presque les obligés de leurs systèmes, tous deux héritent de la même intransigeance de leurs prédécesseurs vis-à-vis des mouvements islamiques réformistes de leurs pays, tous deux ont réalisé une révolution de palais sans coup férir, l'un en comité militaire, l'autre en solo alors qu'il était ministre de la défense de son pays.
Comme un bon Mauritanien, musulman de surcroît, doit toujours conjurer le mal, croire à la prédestinée des individus et au pardon d'Allah, une dose d'optimisme me prend à l'esprit. C'est-là la force de la foi pour certains; la naïveté par excellence pour d'autres. Pas question de gâcher la fête: le changement est là; l'avenir est loin et l'instant est gros! Foule de questions sans réponses...
Voici venu le temps des promesses et des bons gestes. La libération des détenus politiques, l'amnistie pour délits d'opinion et des condamnés de Ouad Naga étaient inscrites dans l'ordre des choses. C'est maintenant chose faite. La joie explose. Bigre! Elle n'est pas complète. Des individus chers ne répondent toujours pas à l'appel. Et de nouveau l'inquiétude...
Alors les promesses; 2 ans de transition au maximum, stricte neutralité dans le jeu électoral, justice, bonne gouvernance, démocratie transparente... Faisons comme le bédouin, entrant dans la boutique garnie du village, il s'exclame: tout mon besoin!
Les statistiques disent que, depuis leur prise de pouvoir en 1978, les militaires mauritaniens ne tiennent jamais leurs promesses. Et puis de toute façon, comme le disait Charles Pasqua, lâchant Jacques Chirac, son ami de 30 ans au profit d'Edouard Balladur, les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent! Et quand on fouille dans l'histoire contemporaine du monde arabe, en matière de statistiques, sur les promesses tenues par les arrivants au pouvoir, les choses se gâtent. L'unique exception serait un certain Siwar Dhahab du Soudan.

Dans le domaine des promesses non tenues, la palme d'or revient hélas au Général Président Ben Ali qui, dès son accession au pouvoir, libère tous les détenus politiques, fait voter une constitution qui interdit la présidence à vie (on ne se présente que deux fois au maximum pour briguer le mandat présidentiel). Euphorie de l'opinion nationale et internationale! Il n'y a presque pas eu de calme pour annoncer la tempête: reprise en force du champ des libertés, répression sans égale pour toute l'opposition, fermeture des mosquées, interdiction du Hijab dans la vie de la cité, élection truquée à 99%. Les islamistes prennent le chemin de la prison ou celui de l'exil. Deux mandats et rebelote: on ouvre la constitution, on vote la candidature éternelle, synonyme de la présidence à vie. Un peu plus tard, on tire sur tout ce qui bouge: interdiction d'associations de droit de l'homme, tortures dans les prisons. Demandez à Mouncif Marzoughi le goût des couleuvres de la méthode Ben Ali...
L'on n'est pas en mesure de comprendre sur un plan psychologique les mécanismes de "refaçonnage" subite et de transformation mentale des individus une fois le pouvoir entre leurs mains. Certains penseurs estiment que c'est la société dont émergent les dirigeants qui crée leur état d'esprit. Autrement dit, le dictateur ne serait que le produit de sa société d'origine.
Une tradition rapportée du Prophète de l'Islam ne disait-t-elle pas que selon que vous soyez, bons ou mauvais, vous seriez dirigés en bons ou en mauvais! L'histoire de l'humanité nous apprend que le pouvoir crée en l'homme une propension inexorable à la vanité, la méchanceté et l'abus. Mais elle nous apprend aussi que le fond spirituel est un excellent rempart contre la perversité du pouvoir. Je vous invite à une relecture attentive dans le Coran de deux écoles opposées de pouvoir: celle du Pharaon et celle de David. La première conduit au Kufr et à l'abîme, la seconde au Chukr et à la piété. La forte conviction que le pouvoir total appartient à Dieu qui peut le retirer à tout instant renforce l'intensité de la force de rappel vers la transcendance et conduit à la modestie, à l'humilité et la magnificence de celui qui le donne.


--------------------------------
--------------------------------
---------------------------------

Samedi 8 octobre, un prélude est venu: la première conférence de presse de l'homme fort du pays. Trois dossiers d'actualité brûlante entre autres l'attendaient au tournant: la question lancinante des réfugiés négro-mauritaniens, les auteurs de détournements de l'ancien régime et la reconnaissance du parti PCD (parti de la convergence démocratique), plus connu sous le nom de Hamd. Les réponses sont tombées. Elles sont aussi tranchées que décevantes. Je me limiterais ici au dernier point.
Selon le Colonel Ely O. Med Vall, Chef du CMJD et Chef de l'Etat, "la Mauritanie est une République Islamique depuis l'indépendance, consacrant dans le préambule de sa constitution l'Islam comme religion de l'Etat et du peuple, elle ne peut autoriser un parti fondé sur la base de la religion qui s'auto arrogerait le monopole de l'Islam. Et comme tout le monde dit que Hamd est un parti religieux, c'est donc un parti religieux.
…………………….
……………………..
……………………..


Si maintenant on s'obstine dans des schémas arrêtés, malgré la prétendue non sacralité des avis, clamée haut et fort par le Colonel Ely, je crains fort que l'on n'aurait un Ben Ali au bout et auquel cas, les hommes libres de ce pays doivent comprendre que leur combat ne fait en fait que commencer...

Par Dr Nassih

--------------
---------------
----------------

Aziz _ ELY c’est kif kif


M.B

Anonyme a dit…

Yanis,

Je te remercie de tes cris de coeur,de ton combat permanent pour la démocratie en Mauritanie.
L'arrivée au pouvoir des militaires est à inscrire au compte de celui que certains appellent le père de la Mie,Moctar ould Daddah qui nous a entrainé pour ses raisons personnelles et d'amour propre dans une foutue et injuste guerre.Nos militaires incapables de vaincre ou tout au moins de contenir les assauts de l'ennemi se sont retournés contre le pouvoir politique qui ne brillait pas non plus par sa légitimité et contre le pays qu'ils ont pillé comme ce qu'ils faisaient pour leurs casernes,découvrant ainsi les joies de "la vie civile" que pourtant ils devaient en principe méprisée.Depuis cette date jusqu'à nos jours,c'est un pouvoir militaire qui pille et prostitue le pays,à la différence notable que nos braves militaires d'aujourd'hui n'ont à leurs comptes aucun fait d'armes.Le dictateur Ould Taya dans un sursaut d'orgueil avait éssayé de venger lemghaity,il a été déposé par ses vigiles qui sont loin de constituer la crème de l'armée.Il est d'ailleures injuste de ne pas dire que la grande partie de l'armée subit comme tout le peuple et le pays ce que certains de ses plus legers et irresponsables éléments commettent en son nom.
Les élections de 2006 et de 2007 sont loin d'être transparentes.Prenons l election présidentielle 2007, qui connaissait sidioca, at-il un passé politique,avait-il un parti politique, s'etait-il opposé au régime de terreur de Ould Taya.Jamais.Mais sa position n'interessait personne parcequ'il n'éxistait politiquement pas.C'est une créature des militaires,pardon de Elicom et Aziz.Sidioca qui participait aux premiers ateliers de "la transition",celui de la justice dont il était le rapporteur,n'aspirait et encore quà un mandat de sénateur dAleg ou à défaut d'étre membre de la ceni.
Elicom et Aziz prenant de l'assurance,courtisé ,invité par les "notables" et autres malfaiteurs à conserver le pouvoir,vont se mettre à la recherche de la marionnette.Et je n'ai rien à rajouter à ton excellent blog sur le colonel et l'ermite qui a entrevu ce qui s'est passé le 06 aout.
Pourquoi un homme de plus de 70 ans,en retraite,qui connait les régimes militaires et leurs ravages,qui en a lui même souffert,qui sait ce qu'ils ont fait enduré à la pauvre Mie,peut-il accepter de jouer cette funeste comédie,de trahir son pays, de tuer l'espoir suscité en 2005 par l'instauration d'un début de démocratie car à cette date Elicom et Aziz étaient aux abois et aspiraient tout juste à s'en sortir,c'est par la suite qu'ils ont réalisé que nous ne méritons qu'eux.
Donc,mon cher Yanis,la Mie n'a jamais connu de démocratie,ce qui se passe actuellement a le mérite au moins de lever toute ambiguité,le pouvoir est éxercé par la force,la force du basep dont les illustres soldats ont deserté très tôt le champs d'honneur un certain 08 juin.
Sidioca n'a eu que ce qu'il mérite et il ne réprésente en aucun cas la démocratie ou un éspoir quelconque pour le pays,les r.v ont réapparu en force dès son" élection".
Ahmed ould Daddah s'est naivement trompé en 2005,il vient de se suicider en 2008.
Ceux qui prétendent défendre la démocratie sont ses pires fossoyeurs:r.v,le traitre Messoud et sa troupe de mercenaires nasséristes,les terroristes islamistes,la très accomodante ufp...
Un vrai défenseur de la démocratie ne peut militer avec un pareil coktail.Que faire?

Anonyme a dit…

vos commentaires, vos analyses....;et votez pour ou contre le putsch
cliquez ici svp

maatala a dit…

Salam

Yan a dit:

"« we entazgou le3leyatt ! » (Et les femmes furent remises à leur place !)"

Sidioca ente vem aurait dit HAMMAM

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous sur ridem

"Composition du nouveau gouvernement: Profils

Les nouvelles autorités ont rendu publique la composition du nouveau gouvernement, ainsi que suit:

- Ministre de la justice: Amadou Tidjane Bal.




Il conserve le même portefeuille qu’il occupait dans ledernier gouvernement. Il était avant cela président de la Haute Autorité de la Presse et de l’Audiovisuel (HAPA). Ce ressortissant du Gorgol n’a pas trouvé de peine pour retourner la veste à ses anciens employeurs et faire les louanges de ce qu’il appelle la rectification “nécessaire”.

Il a défendu ses nouvelles “convictions” à la Radio et à la Télévision. Il est normal qu’il soit, sous forme de retour d’ascenseur, récompensé par les militaires par son poste de ministre.



Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération: Mohamed Mahmoud Ould Mohamedou.

Un professeur de renommée internationale. Il officiait jusqu’en 2006 dans les universités américaines où il s’est rendu célèbre par sa thèse sur le 11-Septembre qui est contraire à tout ce qu’on dit en Occident. Aux affaires étrangères où il était directeur central, il remplace un autre cousin Oulad Bousba. Tous les deux sont de la même tribu que le chef de la junte. On espère, à travers la promotion de ce spécialiste des relations internationales, gagner un point dans l’opinion jusqu’ici très hostile du monde extérieur.

- Ministre de la Défense Nationale: M. Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Lemine.

C’est un proche du général Ould Ghazouani. C’est à ce titre qu’il a été nommé et c’est à ce titre qu’il a été certainement gardé.

- Ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation: Mohamed Ould Maaouya.

Cet administrateur hors pair, deux fois directeur de cabinet du Premier Ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar, calme et discret, est sorti de sa réserve pendant la période de tension entre l’ancien président et les militaires. Il s’est affiché clairement du côté de ces derniers qui le récompensent aujourd’hui par ce poste ministériel. C’est le premier “ideygheb” appelé à siéger dans un gouvernement mauritanien.

- Ministre des Affaires Économiques et du Développement: Sidi Ould Tah.




Un Oulad Deymane qui a réussi à conserver son poste en s’alignant rapidement du bon côté, celui des militaires. Tout le monde se rappelle de sa prestation à Aljazira pour minimiser la portée de l’embargo en perspective contre la Mauritanie. Sa sortie n’était pas parmi les plus brillantes.

- Ministre des Finances: Sid'Ahmed Ould Raiss.




Rescapé du gouvernement de Zeine, il retrouve la fonction pleine de ministre des Finances. Ce jeune homme familier des circuits financiers nationaux est présenté comme étant le protégé du général.

- Ministre de l'Éducation nationale: Ahmed Ould Bah.




Ancien conseiller du président de la Banque Nationale de Mauritanie (BNM), proche parent du président du RFD, il est certainement recruté pour ses compétences, mais aussi pour sa proximité du RFD.

- Ministre des Affaires Islamiques et de l'Enseignement Originel: Othmane Ould Cheikh Ahmed Aboul Maali.




Cet ancien ambassadeur dans le Golfe et président du parti Al Vadila est un fils de marabout. Il est animé d’une grande ambition politique pour laquelle il met en vente corps et âme.

- Ministre de la Fonction Publique, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle: Hacen Ould Limam Ould Amar Jowda.




C’est un parent de Saleh Ould Hanena qui, à la faveur de l’alliance avec les nouvelles autorités, a récolté deux portefeuilles ministériels. On ne lui connaît pas une grande présence dans la sphère politique.

- Ministre de la Santé: Mohamed Abdellahi Ould Siyam.




Ancien conseiller de Ould Taya, ce ressortissant de l’Assaba issu de la tribu des Idewelhaj était membre du parti ADIL. Sa nomination s’inscrirait dans le cadre d’un dosage tribalo-régional.

- Ministre du Pétrole et de l'Énergie: Die Ould Zeine.




Ce fonctionnaire des finances s’est rendu célèbre par son refus d’occuper un poste de directeur dans le ministère qui lui a été réservé jusqu’à ce qu’il l’ait accepté. C’est un Idawali qu’on dit proche du général.

- Ministre des Pêches et de l'Économie Maritime: Hacenna Ould Ely.

C’est un émigré en France, neveu du président Ould Haidalla. Il fait partie, comme le Premier Ministre, de ce groupe d’expatriés sur lesquels les militaires comptent beaucoup pour retrouver une certaine reconnaissance à l’étranger.

- Ministre du Commerce de l'Artisanat et du Tourisme: Bamba Ould Dermane.


C’est un Haratine ressortissant de la région du Trarza qui officiait jusqu’ici à la BNM. Il aurait été déniché par le sénateur très en vue de Rosso.

- Ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du Territoire: Sy Adama.

Militant de l’UDP, le parti de Mint Mouknass, il a commencé son expérience gouvernemental avec la dernière équipe de Ould Waqf où il avait troqué son mandat de député pour un poste de ministre. Cette fois-ci, il hérite d’un très grand département.

- Ministre du Développement Rural: Messaouda Mint Baham.

Transfuge du RFD, Mint Baham était secrétaire générale du ministère de l’Éducation nationale pendant la transition. Avant cela, elle fut directrice administrative et financière du ministère du Développement rural. Son parti l’avait exclue, elle et d’autres de ses membres qui ont accepté de figurer dans ce gouvernement.

- Ministre de l'Équipement et des Transports: Camara Moussa Seydi Boubou.

Un soninké qui récolte aujourd’hui le fruit du positionnement politique des siens.

- Ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement: Mohamed Lemine Ould Aboye.

C’est le fameux secrétaire général de ADIL qui avait, dès les premiers moments de la fronde, claqué la porte de ce parti pour crier haut et fort son soutien pour les militaires. Il n’est pas surprenant que ses efforts “partisans” soient récompensés aujourd’hui par les nouveaux maîtres du pays qui ont toujours géré sa courte carrière politique.

- Ministre de l'Industrie et des Mines: Mohamed Abdellahi Ould Oudaa.

Ancien directeur d’une entreprise du groupe AON, ce militant du RFD est ressortissant de la ville d’Aleg. Tout comme il est cousin germain du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Ses parents se sont montrés farouchement opposés à la candidature de l’ancien président et très chauds pour le soutien de son adversaire Ould Daddah.

- Ministre de la Culture de la jeunesse et des Sports: Sidi Ould Samba.




Militant du PRDR, cet ancien fédéral du PRDS au Guidimakha est un Haratine qui est engagé sur le quota du président du PRDR.

- Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement: Mohamed Ould Mohamed Abderrahmane Ould Moine.

Diplomate turbulent affilié à l’opposition depuis le temps de Ould Taya, il est le fils du premier vice-président du RFD, Abderrahmane Ould Moïne. C’est un ami du Premier Ministre sur lequel il compte beaucoup pour donner une image positive des militaires dans l’opinion internationale.

- Ministre des Affaires Sociales de l'Enfance et de la Famille: Selama Mint Cheikhna Ould Lemrabott.

Une ancienne esclave ressortissante de la région du Hodh occidental. Elle fait partie du quota du PRDR.

- Ministre Délégué auprès du Premier Ministre chargé de l'Environnement et du Développement Durable: Mohamed Ould Ahmed Salem.

C’est un médecin qui a été porté à ce poste par son parti, l’UDP.

-Secrétaire d'État chargé de la Modernisation de l'Administration et des TICs: Sidi Ould Mayouf.

Jusqu’ici directeur de l’ANAPEJ, ce fonctionnaire des télécommunications serait nommé pour le compte des ses parents de l’Adrar. C’est un ingénieur des télécoms qui connaît bien le domaine.

- Secrétaire d'État chargé des Affaires Maghrébines: Mohamed Abderrahmane Ould Mohamed Ahmed.




Jeune cadre du département de Magta-Lahjar, il a été choisi par le parti HATEM qui a hérité de deux portefeuilles dans le gouvernement.

- Secrétaire Général du Gouvernement:

Bâ Ousmane. Jusqu’ici secrétaire général du ministère du Commerce et de l’industrie, il s’est beaucoup déployé depuis le coup d’État pour le justifier sur les ondes de la Radio et de la Télévision publiques.

- Commissaire aux Droits de l'Homme à l'Action Humanitaire et aux Relations avec la Société Civile: Mohamed Lemine Ould Dadde.




C’est un ami personnel du Premier Ministre. Il était jusqu’ici président du mouvement tous azimuts: conscience et résistance. Il a beaucoup oeuvré, à travers ses amitiés européennes, à légitimer le coup du 6 août.

- Commissaire à la Sécurité Alimentaire: Mohamed Ould Mohamedou.




Il avait déjà occupé ce poste au cours des deux premiers mois du règne de Ould Cheikh Abdallahi. Il était secrétaire d’État chargé des Mauritaniens de l’étranger. Aujourd’hui, il atterrit dans une boîte qu’il connaît bien.

- Commissaire à la Promotion des Investissements: Bâ Houdou.




Député de Mbagne élu sous les couleurs du PCD, il a regagné il y a quelque temps le PRDR qui le récompense par ce poste chargé de la promotion des investissements, qui par les temps qui courent, risque de ne pas avoir beaucoup de choses à faire.


maatala

maatala a dit…

Salam

Biladi a écrit:

"- Ministre des Affaires Sociales de l'Enfance et de la Famille: Selama Mint Cheikhna Ould Lemrabott.

Une "ancienne esclave" ressortissante de la région du Hodh occidental. Elle fait partie du quota du PRDR.

Effarant dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

http://docteurkleib.blogspot.com/2008/09/forces-independantes-revolutionnaires.html

Anonyme a dit…

Le President Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi et le Premier Ministre Yahya Ould Waghef doivent etre libere's et retablis dans leurs fonctions respectives. L'action illegitime et illegale du 6 Aout 2008 ne passera pas et ne doit jamais passer!

Nous remercions sincerement les USA, la France, l'UA, l'Union Europeenne et tous les autres pays amis et organisations internationales qui sont entrain d'aider le peuple Mauritanien pour liberer son president et son Premier Ministre et retrouver toutes les institutions de sa republique.

Il faut certes aider les militaires du Comite' a' avoir une porte de sortie mais nous demandons a' la communaute' internationale de surveiller de tres pres les mouvements de fonds. Il faut tout faire pour eviter un gaspillage et/ou un detournement systematique du peu de ressources dont dispose notre pays.

Vive la republique Islamique de Mauritanie!
Vive le peuple Mauritanien!
Vive le president Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi!
Vive le Premier Ministre Yahya Ould Waghef!
Vive le Ministre de l'Interieur Mohamed Ould R'zeizim!
Vive l'amitie' et la solidarite' entre les peuples du monde!

Anonyme a dit…

Mohamed ould noueigued a remis cet aprés midi des sous à Messoud et à Cheikh sid el mokhtar ould cheikh abdallahi à l'occasion selon son emissaire "du mois du Ramadan " . Le montant n'est pas communiquée mais un carton de Echavi plein chez Messoud (environ 5 Millions) et un sac plastique eljezira chez Ould cheikh abdallahi. C'est Mahellé ould zouein ex directeur de l'anac et Rgeuibatt qui a convoyé les fonds pour ne pas attirer l'attention sur l'origine.
Mais Messoud à parait il décliné en disant qu'il ne manque de rien alors ouls cheikh abdallahi etait tout content et a failli ne pas laisser le porteur quitter avant de "couper" le jeun avec lui et a a tâché de prendre le portable du porteur et l'enregistrer dans la rue tellement il etait content.
ehel noueigued ne cache pas leur haine contre ould abdel aziz et surtout depuis le 6 Août.

Anonyme a dit…

L'accent n'est pas sur qui donne quoi a' qui et/ou sur qui aime ou hait Abdel Aziz et ses amis du comite' militaire. Nous avons ecrit a' mille reprises que nous leur souhaitons du bien MAIS NOUS SOMMES DETERMINE'S A' OBTENIR LA LIBERATION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ET DU PREMIER MINISTRE ET NOUS EXIGEONS LEURS RETABLISSEMENTS PLEINS ET ENTIERS DANS LEURS FONCTIONS RESPECTIVES!

Les petits jeux de cache cache pour changer de sujet et/ou faire taire l'opinion publique nationale et internationale ne marche pas!
IL FAUT REVENIR A' LA RAISON ET ARRETER DE DETRUIRE LES INTERETS SUPERIEURS DU PEUPLE MAURITANIEN!
JE N'AI ABSOLUMENT AUCUNE HAINE CONTRE QUI QUE CE SOIT MAIS JE TIENS ABSOLUMENT A' CE QU'ON RESPECTE LA VOLONTE' DU PEUPLE MAURITANIEN!

Si Abdel Aziz veut etre president, il doit d'abord et avant tout demissionner de l'Arme'e, attendre la prochaine election presidentielle, presenter sa candidature et attendre les resultats qui sortiront des urnes. Si le peuple Mauritanien vote pour lui, nous reconnaitrons sa victoire. Pour le moment, il doit liberer le vieux afin qu'il puisse terminer le mandat pour lequel les Mauritaniennes et les Mauritaniens l'ont elu.

LA FAUSSE FIERTE' ET LES FAUSSES MARCHES DE SOUTIEN NE NOUS MENERONS NULLE PART!

tapatou a dit…

arretez vos connerie swedi ne reviendra pas we ehile chwekh abdallahi c du passe ismatou c du passe que personne ne regret.
PS:kbg inte tidawa?
c bien continu a te faire soignée!!!

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"La loupe du Rénovateur : Si le Général savait, si le marabout pouvait...

Entre un Général quinquagénaire et un Président de la République septuagénaire, la différence d’âge a quelque part joué sur toute la ligne de confrontation. Durant toute la période de crise, les deux hommes ont tenté en sourdine d’éviter la rupture de l’accord scellé entre eux à la veille de l’investiture du vainqueur des élections présidentielles de 2007.

Mais, en une année de cohabitation, le Colonel Mohamed Ould Abdel Aziz, fort de son rang de Général et de son titre de commandant du Bataillon de la Sécurité Présidentielle (Basep), décide de réviser ses rapports avec le marabout.

Les choses ont commencé à se détériorer avec l’arrivée de M. Yahya Ould Ahmed El Waghf à la tête du parti Adil et sa cooptation comme Premier ministre en remplacement de Zeine Ould Zeidane, victime expiatoire d’un règlement de comptes politico-affairiste. Le jeune Général, fier de ses épaulettes, et de son âge, ne trouve plus, dit-on, auprès du vieux les faveurs auxquelles il avait accès.



Ould Waghf était très gênant et se refusait de courber l’échine devant Ould Abdel Aziz. Le chef du Gouvernement faisait peser de toute son influence sur les décisions de l’Exécutif, sans laisser la moindre marge au Général.

Dans ces conditions, le chef d’état-major particulier du Président de la République et commandant du Basep, voyant son influence baisser et sa fin venir, alerte ses proches compagnons d’arme et quelques députés et sénateurs pour se préparer à la bataille. Ainsi commencent les plans et combines de toutes sortes.

Le parti Adil se transforme en quelques mois en arène où les pugilats politiques opposent les pro-généraux contre les fidèles du Président. Tout en affichant sa fidélité au Président Sidioca, le Général ne cachait plus ses frustrations au marabout, lequel répondait avec un sourire naturel aux reproches exprimés au départ avec une courtoisie digne d’un enfant respectueux.

A chaque fois que le Général perdait la mesure, Sidioca tentait d’user de son droit d’aînesse pour calmer le militaire. Il semble qu’à maintes reprises, Mohamed Ould Abdel Aziz élevait la voix pour attirer l’attention du Président sur la "violation du contrat" qu’eux seuls connaissent le contenu. Mais, le Président répondait toujours qu’il a jusque-là honoré ses engagements vis-à-vis du peuple. Est-ce réellement cela que voulait dire le Général au Président ? Visiblement non. Le militaire cherchait le beurre et l’argent du beurre.

Le Président Sidi occupé entre la mosquée et les voyages, ne savait pas que le Général poussait à la fois les pions parlementaires et militaires pour s’installer au pouvoir. Rien ne pouvait freiner la rage des Généraux se refusant d’être renvoyés comme des petits caporaux dans les casernes à prendre un pouvoir qu’eux-mêmes tenaient au bout du fusil. L’inévitable s’est produit, mais le difficile reste à faire.

Un mois long et pénible vient d’être vécu par les mauritaniens. Le Général a du mal à assimiler des fonctions auxquelles rien ne le disposait, sachant de surcroît que l’acte par lequel il est arrivé au pouvoir est unanimement décrié par l’opinion internationale et une grande partie du peuple. Mais, l’homme s’est engagé dans une aventure pleine de doutes et de conséquences pour la Mauritanie.

Pour sa part, le Président déchu du fond de sa réclusion, réalisera qu’en matière de conduite des affaires de l’Etat, il ne faut pas vouer une confiance aveugle à ses proches au point d’en être une victime facile.

Chacun de deux protagonistes de cette "fiction-réaliste" révélera un jour toutes les vérités sur ce feuilleton. Des deux côtés, le regret est inévitable : "si le Général savait, si le marabout pouvait".

Cheikh Tidiane Dia


Info source : Le Rénovateur (Mauritanie)

maatala

Anonyme a dit…

Mauritanie-web lance un appel solennel à tous les médias en Mauritanie pour un sursaut citoyen et démocratique.
Date : 02/09/2008 à 14:18:57

Les journalistes mauritaniens exercent leur métier dans des conditions financières dérisoires et avec une pression politique et tribale difficilement tenable.

Mais la constitution mauritanienne a été violée, un seul homme le général Aziz a décidé à la place de son peuple, les mauritaniens sont humiliés et la Mauritanie, montrée du doigt, est mise au banc des nations.

Dans des telles circonstances, l'information responsable est un défi démocratique pour lutter contre le bourrage de crâne après le putsch du 6 août. Notre presse doit avoir un rôle de «service d'intérêt public» et garantir son indépendance autant vis-à-vis des putschistes que de l'argent.

A cet égard, le devoir de vigilance s'impose plus que jamais pour comprendre les enjeux actuels de ce putsch mais aussi pour résister à la pression croissante qu'exerce aujourd'hui le lobby tribalo-financier sur la presse.

Ainsi le boycottage de couverture des activités du Général et de son gouvernement est le meilleur moyen de faire passer le message citoyen et démocratique de nos médias.

Anonyme a dit…

أفادت بعض المصادر من داخل الجمعية الوطنية أن مجموعة من البرلمانيين بدأت في مساعي جديدة من أجل تنحية الجنرال محمد ولد عبد العزيز وانتخابه رئيسا للبلاد.

LES FRONDEURS veulent elire Azziz president de la republique

Anonyme a dit…

qu'est ce qui se passe chez cridem le site n'est plus actualise c'est le ramadan ou quoi?

Anonyme a dit…

il a dit:
LES FRONDEURS veulent elire Azziz president de la republique


il ne sont plus frondeurs , il ne l'ont jamais eté , c'est des fondus , des leches bottes , des minables teleguidées , mais leur oueiziz a eté humilié par l'ambassadeur des USA à Noukchott, il n'a plus de credibilité, il a deux choix s'exiler à Meknas ou mourir dans le trou de la presidence basep là où il s'est enfoncé
il est foutu

Anonyme a dit…

Je crosi que la meilleure des choses à faire pour le front démocratqiue c'est de commencer à éliminer ces frondeurs, il faut absolument les pourchasser et les obliger à quitter la scène politqiue, c'est une veritable peste:

Anonyme a dit…

Quelquun peut-il nous dire pourquoi le site du trésor n'est plus accessible.Yanis et A-,j'espère que vous avez toujours vos sauvegardes relatives au FNRH,au cas où(lol)...
A+

Anonyme a dit…

On dirait que notre pays n'est pas pris en otage, cher canalheurs. Je vois que les expressions deviennent de moins en moins fréquentes.

NON! chers amis notre pays vite la situation la plus difficile qu'il ait connue depuis la guerre du Sahara ou les évènements de 1989, et il faut qu'on mobilise le dernier effort pour le sortir de là.

L'entêtement des militaires à ne pas quitter le pouvoir doit être accompagnée par l'augmentation de la pression populaire et médiatique.


Sanhaji

Anonyme a dit…

A+,

j'ai rouspeté une ou deux fois parceque le site etait inaccessible. Il faut inserer "gov"au milieu. C'est maintenant "www.tresor.gov.mr". L'idoit qui a changé le nom du site a oublie de lier l'ancien nom au nouveau. En cas de pepin, tu m'informe: j'ai tout copie sur mon disque dur.

Sanhaji,

Les gens sont completement surpris par les couilles de Aziz, Sidioca nous ayant habitues aux siennes pendant 17 mois. T'en fait pas. Si tu es anti-coup, la fronde augmente dangereusement. J'ai lu ton truc sur Taqadoumy et felicitations.

A- qui est ni pro-coup, ni anti-coup. Mais pour se debarraser le pays des deux. Mais comment? Une solution SVP qui bloque aussi Ely.

Anonyme a dit…

Anonyme du 3 Septembre 4:56

Tu es libre de penser ce que tu veux mais le President Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi et le Premier Ministre Yahya Ould Waghef seront libere's et retablis dans leurs fonctions respectives.

FAITES ET DITES CE QUE VOUS VOULEZ MAIS NOUS INSISTONS SUR LE RESPECT DE LA VOLONTE' DU PEUPLE!

Bilkiss/Maata, you should know better!!!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

A-
Merci,mais à noter quand même qu'ils sont plus qu'idiots en "déménageant" sans donner leur nouvelle adresse.Et dire que ce sont eux qui sont responsables de "nos" finances (ya mekseyyé)!

A+

grizzly a dit…

Tenez vous le pour dit Mr LM et les autres animateurs du cinoche de Pétoche ,je ne me laisserai pas insulter par le Nazillon de service de Maata and Co au vu et au su de tout le monde et à la grande satisfaction des MARCHANDS DE DEJECTIONS JIVEUSES impunément !Le "boulevard" pourrait bien finir en cul-de-sac à ce train!
Pacta sunt sevanda!Et à bons SINGEURS DU CINOCHE DE PETOCHE RE-SALUT!!!

Anonyme a dit…

Cridem ne vaut plus rien.
Les articles y publiés sont souvent mediocres, on ne peut pas commenter.
Actuellement, les sites d'informations les plus rapides sont:
Saharamedia et Taqadoumi (Idewaali et Elkadihine)
Et pour les débats, je n'ai pas trouvé mieux que ce site (canalh)

Anonyme a dit…

Grizzly,

Je te demande de laisser tomber. Tout le monde a oublié et personne ne lit plus les attaques, meme contre toi. C'est un grand frere qui te le demande. Concentre-toi avec nous sur des choses utiles et abandonne les attaques. Des mots comme "Cinoche de pétoche" et "dejections jiveuses" n'ont pas leur place ici. Il faut eviter la situation ou personne ne te lit plus.

grizzly a dit…

POUR RAPPEL!

grizzly a dit...
MARCHE CONCLU !
SOUS RESERVE DE:
"PACTA SUNT SERVANDA!"
Et d'ailleurs je n'ai ABSOLUMENT plus rien à faire ici ,ni l'envie et ni le temps aussi!
"ellâ enti KAREH we âna mâ ANDI ESSEDAGH"!(pour mes cousins black:"Tu as dédaigné ma proposition de MARIAGE et d'ailleurs ,je n'avais point de DOT à t'offrir"

NOUVEAU PASSAGE ET AVANT-GOUT!

Ou alors POUR MES cousins blacks insultés en même temps que moi par le NAZILLON de service de canalHONTE "TEWRAKH EL MÂYOUVE" "LES FRASQUES ET CAPRICES DE LA FEMME REPUDIEE OU BALANCEE " COMME UNE VULGAIRE MALPROPRE ET IMMORALE SOUILLURE AJOUTERAI-JE CETTE FOIS CI!!
A BONS SINGEURS DU CINOCHE DE PETOCHE ET canalLHONTEUX RE-SALUT AVEC NAUSEE ET HAUT-LE-COEUR!!!!!!ET REPULSION AUSSI!!

Alors il ne me reste plus qu'à fermer les portes du temple de Janus ,le passé ne m'intersse plus ,l'avenir est au centre de mes!Et je ne vois plus vraiment aucun interêt à m'attarder ici outre mesure!

NB:Je supporte mal les supplices de Tantale et je n'aime PAS servir de tête de Turc!Celà ne me ressemble tout simplement pas!
ADIEU DONC SI VOUS LE VOULEZ BIEN!!

31 août 2008 13:01

Anonyme a dit…

Couli,

Howdy! Miss you. Cherche nous une solution. Une partie veut que Aziz parte, une partie Sidioca retourne et une partie ni l'un, ni l'autre. Any different view. We are going in circles with no end to the stalemate.

my solution is Ban Ki-Moon and Ping/Kikwet put the country undrr trusteeship and fix everything. Help !

Anonyme a dit…

Nouveau gouvernement du HCE : Ould Mohamed Laghdaf sort sa tête de l’eau.


Alors que les partisans de l’ancien régime oublié pleurent toujours Sidioca et KB (Ibn Zeidoune et Wellada), le nouveau Premier ministre vient de composer une équipe restreinte de 23 ministres compétents et n’ayant jamais trempé dans des affaires de malversation.
Bardés de diplômes, les nouveaux membres du gouvernement de Ould Mohamed Laghdaf, auront certes du pain sur la planche pour relever le défi des partenaires au développement qui boudent provisoirement, et une opposition irresponsable, composée d’activistes politicards qui diffament le pays à tout vent.
Toutefois, le gouvernement du Haut Conseil d’Etat ne manquera pas à donner la priorité à une croissance durable, en faisant révolutionner l’agriculture et les secteurs de la pêche et des mines.
Déjà, le cycle de la baisse réelle des prix vient de commencer avec ce début du mois béni de Ramadan, grâce à une politique de subvention et de bonne gestion initiée par le HCE et, à l’abnégation de certains importateurs patriotes, uniquement mus par un sentiment de sursaut national contre l’ingérence extérieure provoquée par des traîtres à la Nation.
Lakhbaar tebgue vi dar reviendra, inchallah, à la fin du mois de Ramadan sur la "communauté internationale", Messoud le harnos psychologiquement non libéré (HAPNOL), Bedre El Weil, Ould Waghef et son gouvernement parallèle de Moudjéria, Jemil Ould Choueikh, le griot raté, et les autres marchands de mensonge.
D’ailleurs Messoud le Hapnol, cesses entre temps, de "monter la natte" devant Ahmed Daddah, qui a eu la modestie d’accepter les débats sur RFI avec des vulgaires non encore affranchis. C’est Ahmed Daddah lui-même, pour la petite histoire, qui t’a aidé, monsieur Messoud, à t’affranchir de tes complexes éternels. Maintenant, tu "montes la natte". Mais peux-tu expliquer ce que veut dire "monter la natte" (etloua lehséra) à madame Madeleine de RFI ? Ley.
Quant aux généraux, c’est grâce à eux, que tu es devenu président de l’Assemblée Nationale, poste prestigieux dont tu n’as jamais rêvé, dans l’histoire de ta "lutte politique" perdue d’avance.
L’actuel Haut Conseil d’Etat, semble vouloir donner une belle leçon en matière de démocratie qui sera inscrite en bonne page dans l’histoire politique de la Mauritanie, malgré les gesticulations de l’OUA conformément à ses textes et principes surannés.
Depuis le 06 août 2008, on a cessé le pillage de toutes nos ressources, surtout à l’Assemblée Nationale et au Sénat, et il faut s’y accoutumer dès à présent.
Le peuple mauritanien attend des signes forts de la part du Haut Conseil d’Etat, pour montrer que l’époque de la gabegie appartient maintenant au passé.
Nous y reviendrons inchallah après ce mois de pardon.

Bon Ramadan et meilleurs vœux à nos visiteurs. A bientôt

Anonyme a dit…

Le sort voudra que ceux là mêmes qui haranguait la communauté internationale pour bouder le régime de Taya, sont actuellement membres du gouvernement d'une junte parmi les plus dangereuses, ayant confisquée de la manière la plus ignoble la volonté populaire.

Sanhaji

Anonyme a dit…

anonyme du 3 sep 17:15
tu es un connard vff

grizzly a dit…

Oui sans doute trouveriez vous plus de talent et d'interêt aux exploits "courtois et distingués" du Nazillon-maison distillés à travers ses ouvres d'art dont vous et certains "penseurs" semblaient être très friands!
Moi réfléchir avec vous ,mais sur quels sujets donc cogiterait-on sur ce blog?6 mois de participation à ce blog auront fini de me convaincre que "cogito ergo sun" (je pense donc je suis) de Descartes serait traduisible sur ce blog par "j'insulte donc je suis"!
Oui mon ami ,tant qu'à faire réfléchissons d'abord à doter notre "illustre" blog d'une appelation qui lui sied vu les nouvelles ou anciennes tendances peu "tendance" qu'il semble avoir embrassées et homologuées en marque déposée voire en label!Sous l'impulsion "chevaleresque ,désinteressée et magnanime" de vos serveurs de Macdo jiveux qui se relayent non stop ,day and night!Et qui rivalisent d'ardeur en eructations haineuses et injurieuses à l'intention de KBG le black Sénégalais et ses congénères blacks de Mie et d'ailleurs!Vous vous en délétez si bien qu'il a toujours fallu une INTERVENTION EXTERNE pour vous amener la mort dans l'âme d'en concéder l'effacement!Par exp l'indignation outrée et bien à propos de Diagana ou simplement celle des membres et visiteurs scandalisés!Personne n'es dupe LM n'est pas seul et c'est même écrit noir sur blanc je vous le rappelle "LES NOUVEAUX COMMENTAIRES ONT ÉTÉ DÉSACTIVÉS POUR CE MESSAGE PAR UN ADMINISTRATEUR DU BLOG" parmi d'autres bien sûr et pourquoi pas le Nazillon-Administrateur du blog!
Malgré tout je condescendrais à "réflechir avec et comme vous" à commencer trouvons une appelation plus expressive , significative et restituant le plus fidèlement possible nos préoccupations patriotiques communes du moment SOIT PAR EXP:
CanalHAUT-PARLEUR ,CanalHorribilis (latin) ,CanalHérésie ,CanalHors-jeu(botte en touche),CanalHors-taxes ,CanalHurluberlu ,CanalHypocrite ,CanalHS,CanalHypermarché...autant de pistes de reflexion qui me semblent coller de près aux préoccupations d'une certaine frange de HèRES SOLDEURS DANS LE SOUK DES IDEES QUAND ILS EN ONT!Oui j'appelle Maata ,Nazillon et tous les autres compagnons qui penseraient comme eux à se joindre à nous pour réflechir conformément à ce CANEVAS ET CRENEAU PORTEUR!
Pour ma part et comme toujours ,je ne MANQUERAI JAMAIS A L'APPEL DU DEVOIR!lE BON ET L'OPPORTUN!Mais pas ici dans cette enceinte qui n'appellent de moi que ce genre de reparties défensives!Alors bonne chance Messieurs et continuez comme toujours à tirer les premiers!

Anonyme a dit…

Grizzly,

Casse-toi. C'est serieux.

grizzly a dit…

VERSION CORRIGéE ET LECHéE...SANS BOTTES!

Oui sans doute trouveriez vous plus de talent et d'interêt aux exploits "courtois et distingués" du Nazillon-maison distillés à travers ses oeuvres d'art dont vous et certains "penseurs" semblaient être très friands!
Moi réfléchir avec vous ,mais sur quels sujets donc cogiterait-on sur ce blog?6 mois de participation à ce blog auront fini de me convaincre que "cogito ergo sun" (je pense donc je suis) de Descartes serait traduisible sur ce blog par "j'insulte donc je suis"!
Oui mon ami ,tant qu'à faire réfléchissons d'abord à doter notre "illustre" blog d'une appelation qui lui sied vu les nouvelles ou anciennes tendances peu "tendance" qu'il semble avoir embrassées et homologuées en marque déposée voire en label!Sous l'impulsion "chevaleresque ,désinteressée et magnanime" de vos serveurs de Macdo Jiveux qui se relayent non stop ,day and night!Et qui rivalisent d'ardeur en eructations haineuses et injurieuses à l'intention de KBG le black Sénégalais et ses congénères blacks de Mie et d'ailleurs!Vous vous en déléctez si bien qu'il a toujours fallu une INTERVENTION EXTERNE pour vous amener la mort dans l'âme d'en concéder l'effacement!Par exp l'indignation outrée et bien à propos de Diagana ou simplement celle des membres et visiteurs scandalisés!Personne n'est dupe LM n'est pas seul et c'est même écrit noir sur blanc je vous le rappelle "LES NOUVEAUX COMMENTAIRES ONT ÉTÉ DÉSACTIVÉS POUR CE MESSAGE PAR UN ADMINISTRATEUR DU BLOG" parmi d'autres bien sûr et pourquoi pas le Nazillon-Administrateur du blog!C’est même sûr et certain vu son « STATUT DE RESPECTABILITE » et de « SAINTE NITOUCHE INTANGIBLE ET VENERABLE » !
Malgré tout je condescendrais volontiers à "réflechir avec et comme vous" à commencer trouvons une appelation plus expressive , significative et restituant le plus fidèlement possible nos préoccupations patriotiques communes du moment SOIT PAR EXP:
CanalHAUT-PARLEUR ,CanalHorribilis (latin) ,CanalHérésie ,CanalHors-jeu(botte en touche),CanalHors-taxes ,CanalHurluberlu ,CanalHypocrite ,CanalHS,CanalHypermarché...autant de pistes de reflexion qui me semblent coller de près aux préoccupations d'une certaine frange de HèRES SOLDEURS DANS LE SOUK DES IDEES QUAND ILS EN ONT!Oui j’en appelle à Maata , au Nazillon et tous les autres compagnons qui penseraient comme eux à se joindre à nous pour réflechir conformément à ces CANEVAS ET CRENEAU PORTEURS!
Pour ma part et comme toujours ,je ne MANQUERAI JAMAIS A L'APPEL DU DEVOIR! LE BON ET L'OPPORTUN!Mais pas ici dans cette enceinte qui n'appelle de ma part que ce genre de reparties défensives!Alors bonne chance Messieurs et continuez comme toujours à tirer les premiers!

Anonyme a dit…

griz mon pote tu n'aurais pas une version corrigée de ta dernière version corrigée si oui balance la sauce qu'on en finisse

grizzly a dit…

STOP ET FIN !MON POTE!
SI LE NAZILLON ET SES PAIRS ET PèRES LE VEULENT BIEN!
POUR CE SOIR VOIRE POUR DE BON ET A JAMAIS!
COMME L'OFFICIER FRANCAIS CéLèBRE JE DIRAIS :
"MESSIEURS LES ANGLAIS(=NAZILLON AND CO) TIREZ LES PREMIERS!" SVP ET MERCI!

grizzly a dit…

ULTIME FIGNOLAGE PERFECTIONNISTE!"HIYA ELLÂ MAHBOUKE WALLA MATROUKE"!
ET PARDON MON BRAVE POTE SI JE ME SUIS DEDIT!
Oui sans doute trouveriez vous plus de talent et d'interêt aux exploits "courtois et distingués" du Nazillon-maison distillés à travers ses oeuvres d'art dont vous et certains "penseurs" semBlEZ être très friands

Anonyme a dit…

Grizzly,

Arrete de penser en allemand et d'ecrire en français (et anglais). Tu ne maitrise aucune langue et ton latin ne nous impressionne pas. Casse toi. Tu es violent et pas sophistiqué.

Abdoulaye DIAGANA a dit…

a lire souslatente.blogspot.com

"Ils vont nous affamer"

Anonyme a dit…

vous savez pourquoi ely est revenu en mauritanie apreés son tours du monde qu'il fesaitavec l'aregent du peuple?

le plan de aziz consiste a prendre l'image qui reste bonne de ely apres le 3 aout et de lui demander de se presenter sous un partit avec leur soutient et de gagner et d'etre la tete du serpent comme boutaflika en algerie. arretons aziz etco avant qu'il ne detruise a jamais la nation mauritaniene

Anonyme a dit…

Prenez note. Le Ministre dde l'Interieur de l'Algerie confirme que les islamistes sont manipules par l'etranger. Boutef lutte contre ses generaux. L'article est date du 3 septembre. Mousa enta vem?
A-

============

Le ministre de l’Intérieur, Noureddine Yazid Zerhouni
« Al-Qaïda est motivée par des intérêts étrangers »


Le ministre de l’Intérieur, M. Noureddine Yazid Zerhouni, a déclaré que le remplacement de la garde communale par la police communale, qui est un nouveau corps de sécurité, aura lieu de manière graduelle et étudiée, après la modification de sa structure et de ses tâches.
Le ministre de l’Intérieur, M. Yazid Zerhouni a minimisé l’impact des déclarations attribuées à l’ex Ministre de la Défense, M. Khaled Nezzar, indiquant que les groupes terroristes veulent instaurer un Etat Islamique. Cette approche politique n’est pas à l’ordre du jour dans notre pays, ajoute le ministre.
Pour ce qui est de la recrudescence des actes terroristes, le ministre a déclaré que « le terrorisme sert des intérêts étrangers et frappe à chaque fois que nous parlons d’une meilleure défense de nos intérêts ». Toutefois, M. Zerhouni n’a pas précisé qui était la partie étrangère ciblée par ses propos.
Au siège du Conseil de la Nation, le Ministre de l’Intérieur, M. Yazid Zerhouni a déclaré, hier, à El Khabar que le passage à la phase finale de la constitution du corps de la police communale et sa généralisation sur l’ensemble du territoire national, « dépend de l’amélioration de la situation sécuritaire et de la diminution des menaces terroristes ». Il est prévu que la moitié du dispositif de la garde communale soit intégré au corps de la police communale, et que la mission de la lutte antiterroriste lui sera retirée et ne sera que du ressort de l’Armée et des anciens corps de sécurité.

Anonyme a dit…

Anonyme du 3 Septembre 16:17

La solution au probleme de notre pays est connue. LES MILTAIRES DOIVENT LIBERER LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ET LE PREMIER MINISTRE ET RETABLIR TOUTES LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE.
Nous faussons le debat des qu'on parle de qui aime et/ou hait le President. Nous savons tous que 47% avait choisi l'autre candidat. Il va sans dire que parmi ces 47% on y trouve des extremistes qui ne vont jamais aimer le vieux pour une raison ou une autre. L'important est de ne jamais perdre de vue que le President Sidi Mohamed a ete' elu avec une majorite' transparente. IL FAUT RESPECTER LA VOLONTE' DE CETTE MAJORITE' POUR SORTIR DE LA CRISE.

La haute trahison est certes punie par les lois en vigueur dans notre pays mais dans la situation actuelle, il serait preferable de donner une porte de sortie aux militaires du comite'.

Les pays amis comme la France et les USA et les organisations internationales sont entrain d'intervenir parce qu'ils comprennent l'importance de la protection des acquis democratiques du peuple Mauritanien.

Nous ne voulons pas d'une intervention militaire etrangere en Mauritanie. Nous sommes egalement tres conscients des desastreuses consequences des sanctions economiques. SI LES MILITAIRES DU COMITE' AIMENT VRAIMENT LA MAURITANIE, ILS DOIVENT TOUT SIMPLEMENT SE RETIRER, LIBERER LE PRESIDENT ET LE PREMIER MINISTRE ET LES RETABLIR DANS LEURS FONCTIONS RESPECTIVES POURQUE LES CHOSES REDEVIENNENT NORMALES.
Dans la situation actuelle le General Abdel Aziz et ses amis sont entrain de demander a' 2.5 million de Mauritaniens de se sacrifier pour eux. CE QUI EST EXTREMEMENT TRISTE! Abdel Aziz et ses amis doivent revenir a' la raison. Cette fuite en avant ne sert a' rien.

Yanis le R. a dit…

Mes remerciements (un peu tardifs, peut-être) à notre ami anonyme du 02/09 16H34 pour son analyse pertinente.
A la question "que faire?", j'avoue que je n'ai pas de réponse toute faite...
Mais je pense qu'il y a un préalable incontournable, la base de tout projet de société démocratique: le retour à l'ordre constitutionnel et la désapprobation des coups de force contre la volonté exprimée du peuple.
Sans fondations justes, il n'y a pas d'édifice qui tienne.
C'est dans ce cadre qu'il faut mener et poursuivre le combat pour une démocratie pleine et entière débarrassée de ses propres fossoyeurs qui sont parfois ses chantres, des RV et autres usurpateurs d'un jour ou de trois décennies...

grizzly a dit…

Rien que pour défier, entre autres, l'Org Intle de la Francophonie, en démontrant que ce sont plutôt les pro-putschistes et autres anti-légalistes qui se seront montrés d'une PERMISSIVETE scandaleuse avec cet idiome passé de mode nommé Français en baragouinant un CHARABIA inintelligible!Permissiveté et inconstance ,presque une seconde nature, chez ces vils sans-gêne RACISTES et HITLERISANTS (facho)de surcroît en bons adulateurs rétribués de la TYRANNIE qu'ils sont!

Bonsoir cher ami DIAGANA ,
D’avoir servi en Irak comme conseiller d’ambassade au plus fort de l’embargo decrété par les NU contre ce pays (96-97-98-) ,je puis te décrire avec précision le sort qui attendrait nos populations si cet Etat-paria ,celui de la junte ,s’obstinait dans son aveuglement.Très vite les populations Irakiennes en sont arrivées à manquer de tous les produits de première nécessité et naturellement la population infantile aura été la 1ère à être décimée par la conjonction des effets de la malnutrition et du manque criant de médicaments !La mortalité infantile a atteint des pics quasi pogromiques !Et dis toi bien que les Irakiens ont dû vivre 1 ou deux années sur leur épargne de gens aisés d’un riche pays pétrolier l’Irak :tout y est passé l’or des femmes jusqu’aux meubles et souvent aussi les maisons ont été bradées rien que pour manger !A telle enseigne que l’Etat baathiste a dû interdire aux étrangers essentiellement Jordaniens l’acquisition des biens immeubles car à ce train Baghdad n’aurait été qu’une banlieue d’Amman !Je m'en vais te décrire le standing de vie d’un diplomate mauritanien réputé pour être parmi les moins payés du maigre corps diplomatique encore présent à Baghdad :
1-une maison entièrement meublée de 8 pièces et jardins à 100usd ,2-un gardien à cause de l’insécurité et des vols à 20 usd /mois ,3-une bonne à 20usd/mois et 4-un chauffeur ingénieur aéronautique de son état à 50usd mois: soit 190usd pour tout ,moins de 80000um en ces temps là et mes collègues trouvaient que j’avais été trop généreux tout de même !Si les Irakiens dont le pays comptait parmi ceux au plus fort PNB per capita n’ont pu tenir qu’en serait-il alors des Miens dont le PNB per capita est l’un des plus bas au monde !
Et dis toi bien que la junte comme Sadam s’emploiera à démultiplier les effets déjà insupportables des sanctions rien que pour entretenir la haine de l’étranger oppresseur et garder ainsi le controle d’une population qui se consume à petit feu !Et tu verras que très vite les maigres infrastructures dont nous disposions vont disparaître, se poseront alors des problèmes qui s’enchaînent en autant de catastrophes : problèmes énérgétiques donc manque d’eau potable et qui dit carence d’eau potable dit aussi maladies endémiques sans possibilité de traitement à défaut de moyens financiers pour importer les médicaments un cercle vicieux infernal !En résumé un scénario dantesque :une CATASTROPHE HUMANITAIRE INTOLERABLE !Des centaines de milliers de victimes à très brèves échéances un véritable GENOCIDE ECONOMIQUE aux conséquences désastreuses incalculables qui ramènera le pays des décennies en arrière !Et tout celà parce qu’un militaire choyé et chouchouté se sera senti pousser des ailes en écoutant les flagorneurs qui vont mener le pays à sa perte !Les RV 2ème génération semblent de loin beaucoup plus SACCAGEURS que leurs aînés du FNDD ,hélas !
ET LEURS SUPPÔTS RACISTES ET NAZILLONNANTS QUI SE RAMASSENT A LA PELLE SUR CET ESPACE DIT CANAL...H... SOMBRERONT CORPS ET ÂMES EN VERITABLES SANGSUES AVEC LES CORPS HÔTES QU'ILS AURONT VAINEMENT TENTE DE VAMPIRISER!!
4 septembre 2008 00:38

grizzly a dit…

Ah ,j'oubliai , les belles et jadis farouches et fières Irakiennes desormais à portée de mains sinon de bourse(sic)! Pour les amateurs dont je ne n'étais pas HIV dissuadant!Dieu preserve nos VESTALES(filles pures)de ces épreuves!
Juste pour décompresser et changer de ton ,le temps de reprendre langue très très bientôt je l'espère, avec les FACHOS BERBERES s'attaquant à un descendant pure souche des BENI HASSAN ET DES BENI MAÂKAL DU YEMEN!BIDHANI NE RIME PAS FORCEMENT AVEC HASSANI!
C'est le monde à l'envers :"ERRAVGUE ELLI ETSSEBEG VIL GHAZZI" ,au propre comme au figuré!

Anonyme a dit…

Grizly ou KBG ou Khalll je ne sais quoi, tu deviens encombtant, casses toi, tu pollues canalh avec tes commentaires à la con,je t'imagines avec un verre de trop en train de divaguer comme un vrai clodo, t'es saoul

grizzly a dit…

C'est avec de grands regrets que je me vois obligé de mettre fin à la raclée et à la flagellation de ce soir :c'en est à croire que ces racistes fachos et collabos seraient aussi SADO-MASO!Les punitions et autres fessées (sic) ils semblent ADORER!
Mais ,ne dit-on pas ,que demain est un autre jour!Alors dodo comme aurait dit mon petit dernier de 3 ans plus fort en copier-coller que le pourtant champion toutes catégories de la spécialité Jiveuse sur ce blog!
SIGNE:ECHMOURKE EL HASSANI

Pour mes congénères blacks ECHMOURKE serait l'équivalent de l'OPINIÂTRE dont on ne peut se défaire ni se départir!En somme vous mettez un doigt dans l'engrenage il vous happe au quart de tour!
C'est bien connu ,pour parler un langage que le camp d'en face ne comprend que trop bien:
ON SAIT TOUJOURS QUAND UNE DICTATURE COMMENCE , EN REVANCHE ON NE SAIT JAMAIS QUAND ET COMMENT ELLE SE TERMINERA!ET JE CRAINS QUE L'ON N'Y SOIT DE PLAIN-PIED (PAS PLEIN pour les fachos putschistes nuls en orthographe )!Et en SYNTAXE AUSSI!
DONC A LA GUERRE COMME A LA GUERRE ,mais la mienne est PROPRE ,elle ne porte pas sur les personnes en tant qu'individus blancs ou noirs,comme le font MAATA et sa clique de fachos!Avec moi ,il s'agit de frappes chirurgicales ciblées portant sur les idées et l'argumentaire de mes déloyaux adversaires!ET c'est celà le plus EMBÊTANT ET RAGEANT avec KBG!
Bonne nuit et à demain et je vous souhaite une PÊCHE d'enfer pour demain (pas celle du poisson ,la FORME,pour les nuls de l'OIF)!!

grizzly a dit…

Pour ton information ,je ne bois pas et je ne fume plus ,j'ai une hygiène de vie extrêmement saine ,équilibrée et organisée!
Rien qu'à lire mes dégagements ,enchaînements syntaxiques et mon othographe, le tout dans l'improvisation totale, l'on s'en convaincrait facilement!
Et de plus je JEÛNE en ce mois béni du RAMADAN!Dans une demi heure je réveillerai ma petite famille pour le ESSHOUR!Libre à toi de penser ce que tu veux après!

Anonyme a dit…

grizzly tu sais si maata et lm étaient des racistes ça se saurait.
ca fait des années qu'ils écrivent sur le net et si il y a des gens constants au niveau des principes c'est bien eux avec couly ien sur

Anonyme a dit…

chers netteurs
arrêtons de parler du retour à la l'égalité de sidioca il n'a jamais était légitime et le HCE l'ai encore moins. pourquoi pleurer un pouvoir qui a fait des dégâts énormes au pays en 15 mois alors que l'on continu de s'acharner sur Taya qui lui à un actif supérieur à son passif et qui à plus la stature de Présisent que Elycom, Sidioca et Aziz. on continu de parler de Taya comme reférence et dès que son nom est cité il y a une horde de flamiste qui s'excite et deversent sur le net toutes sortes de noms d'oiseaux, Taya a quitté le pays et ne veut plus en parler, alors reconnaissons lui qu'il a du talent et du mrite, le vrai génocidaire c'est elycom et les autres flamistes
Darling

Anonyme a dit…

Darling,

Le vieux a ete' democratiquement elu comme President de la republique. Il represente la legitimite'. SA LIBERATION ET SON RETABLISSEMENT DANS SES FONCTIONS SONT DES EXIGENCES POURQUE LES CHOSES REDEVIENNENT NORMALES!
Il ne sert a' rien de continuer a' tourner autour du pot.

Anonyme a dit…

Grizzly a dit:

Juste pour décompresser et changer de ton ,le temps de reprendre langue très très bientôt je l'espère, avec les FACHOS BERBERES s'attaquant à un descendant pure souche des BENI HASSAN ET DES BENI MAÂKAL DU YEMEN!BIDHANI NE RIME PAS FORCEMENT AVEC HASSANI!
C'est le monde à l'envers :"ERRAVGUE ELLI ETSSEBEG VIL GHAZZI" ,au propre comme au figuré!

Reponse: Grizzly tu deconnes

ECHMOURKE TEKROURI HASSANI a dit…

Je vais voyager dans une demi heure inchallah et j’en aurai pour toute la journée pour revenir le soir.Mais avant de partir j’aimerai faire les précisions suivantes :
1)J’estime que la boucle est bouclée et que par conséquent même les « supplices de Tantale » que je déteste par dessus tout ne me TENTERONT plus et c’est le cas de le dire !
2)Je le dis avec sérieux et gravité sans aucune reserve délibérément occultée par quelque artifice verbal que ce soit !
3)Le nazillon pourra en toute impunité m’insulter tout son soûl de long en large sur le blog !
Libre à lui d’insulter les genres NOIR ou BLANC auxquels j’appartiens indifféremment « essahe el guervav vi el JIVA » !
4)Certaines vérités auront été bonnes à assener pour lever le voile sur certaines opacités persistantes et auto-entretenues !Il ne s’est point agit d’un réglement de comptes personnels au sens trivial comme les injures blessantes du nazillon l’auraient peut être laisser croire !Mon seul but aura été de situer les responsabilités et irrésponsabilités en ce moment crucial et historique que traverse notre nation en péril !Et ,je peux me tromper ,je ne suis pas infaillible et à dire vrai je souhaite de tout coeur de m’être trompé !Mais il ne faut pas rêver !
5)Je ne suis pas aussi violent que certains l’auraient cru ,mais je n’aime pas les falsifications et les tricheries d’où mon goût prononcé pour le parler cru en un mot le PARLER VRAI !Sinon la langue de bois et les louvoiements tortueux çà me connait ,c’était même mon métier de diplomate !
6)En cérise sur le gâteau et en raison de mon long voyage imminent je vais en venir au Thiafato ou TÂTOU NÂR AMOUL TOUBEY !Je demanderai à toute personne ayant observé un balancement OBSCENE de son TÂT avec ou sans Toubey de me le balancer sur cet email :ballag@web.de !Avec photos à l’appui de préference !Car Tâtou Nâr semble vraiment prendre son pied en se tapant un nègre de ma corpulence, à Dieu ne plaise !Les photos du Tât de Tatou Nar seront destinés à un journal GAY allemand !Pas GAYE mon nom et celui de mon cousin d’Amerique Marvin Gaye ,d’ailleurs je me propose de lui faire à Tatou Nar une session thérapeutique de « SEXUAL HEALING » en lui faisant tout simplement écouter la chanson du même titre ,ma préférée de Marvin Gaye ce cousin germain lointain ! Les polyglotes M’ballal et Diagana se chargeront de la traduction aux non-Wolofisants !
Couly se chargera de rhabiller Tatou Nar and Co en les envoyant promener au vestiaire ,je l’en sais capable !Nos autres diplomates policés ,aux gants de velours se chargeront du reste aisément !Adieu TATOU NAR AMOUL TOUBEY AND CO !

Anonyme a dit…

Heureusement que ce Grizzly a quitte les Affaires Etrangeres. Quelle catastrophe ! Vous avez lu?

Anonyme a dit…

visitez et participez:
http://contre-ou-pour.blogspot.com
Pour publier vos propres articles sur le blog:
e-mail: againstorwith@gmail.com

الزيارة والمشاركة :
http://contre-ou-pour.blogspot.com
نشر المواد الخاصة بك على بلوق :
البريد الألكتروني : againstorwith@gmail.com

Anonyme a dit…

la solution à cete idiotie dans laquelle nous vivons depuis le 6 aout est de ramener Sidioca et de lui demande par la suite de partir .Sidioca est une partie de la solution et du probleme, le reste ne tient pas; Si on se tait sur le coup de Aziz on devra se taire aussi sur les coups d'Etat en preparation par ehel charg les negro et haratines. eux aussi ils ont le droit d'avoir leur coup!

Anonyme a dit…

contre-ou-pour.blogspot.com
LA TRAME D'UN GENOCIDE ECONOMIQUE

Anonyme a dit…

FLASH
La commission d'enquete du senat sur la fondation khattou est dirigée par Tiyeb Ould sidebat senateur de ould yengé qui avait un probleme d'esclavage à messyel lehbech.Tiyeb est pratiquement analphabete il a milité toute sa vie au PRDS avant le 3 aout 2005 puis il a retourné sa vestepour devenir à la solde de mouhcin ould elhaj que certtaines mechantes langues accusent d'être le proxenete attitré de General Ould Avdel Aziz. Les affaires citées contre khattou se sont revelées vides mais le harcelement contre Khattou vise à amener l'otage sidioca à demissionner. le HCE c'est vraiment la Cosa Nostra dans les paroles et dans les actes.

Anonyme a dit…

Il semble que les députés-marionettes(frondeurs) preparent le terrain pour l'élection de leur général comme pésident de la rep.Tous les moyens pour parvenir à cette fin leur sont bons,y compris la modification de la constitution et l'élection du président par le parlement et non au suffrage universel!.Qu'ils se détrompent,ces criminels,car la communauté internationale n'accepterait pas-au moins dans le cas de la RIM- un miltaire,même "civilisé" comme président...

A+

Anonyme a dit…

A-
L'dresse que tu m'as communiquée(www.tresor.gov.mr) est inaccessible.Ils nous ont "semé",comme à leur habitude ou quoi?
A+

Sellami a dit…

Messieurs les anos,
l'enjeux nous dépasse . Nous ne sommes qu'un grain de sable qui vient gêner un engrenage qui commençait juste à tourner, et doit être dégagé sans acune autre forme de procès. Cela n'a rien à voir avec l'importance de la Mauritanie, de la démocratie ou du pluralisme. C'est plus important, c'est stratégique et donc le coup ne marchera pas.
Comme Sidioca qui s'est suicidé en entraînant Aziz avec lui (leur sort est lié pour le meilleur -15 mois- et surtout pour le pire: l'éternité), le HCE est en train de foncer tête basse vers les abysses des mauvaises tragédies de l'Histoire, pour y rattrapper les masses de mauvais soldats suicidaires qui ont entraîné leurs peuples vers leur ruine... comme un certain Saddam auquel Aziz tente si fort de ressembler.

Sellami a dit…

A- et A+,
voici le lien:

http://www.tresor.gov.mr/
Il est bel et bien existant. Au moins cela est vrai.

Anonyme a dit…

Dernière nouvelle : Med Bahiya qui n'a pas encore digéré son festin de somelec qu'il a fini de tuer est à la tête d'un tiroir caisse de plus grande taille depuis ce matin: SMH.
C'est probablement en vue des besoins à assouvir pour la campagne à venir
Le schéma se clarifie... pour ceux qui en doutaient encore!!!

Sellami a dit…

Attention!
Le hold up se prépare! un plus gros que celui effectué pendant la transition d'Ely. Le monopoly (et non poker) menteur a commencé. Faites vos jeux, il ne restera même pas des chenilles de "Avernan" ou des criquets, tout va êtrre englouti. Adieu la Mauritanie!

Anonyme a dit…

La declaration de CR est une honte. Le president Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi a ete' democratiquement elu. Il faut imperativement le liberer pourqu'il puisse terminer son mandat. Tourner autour du pot, creer de fausses commissions et dire que le vieux doit partir ne nous meneront nulle part.
Il faut mettre fin a' cette fausse fierte', donner une porte de sortie aux militaires et retablir toutes les institutions de la republique.

CE QUI NOUS UNIT EST PLUS IMPORTANT QUE CE QUI NOUS DIVISE! NOUS AVONS TOUS UNE OBLIGATION MORALE ENVERS NOTRE PEUPLE! LES SANCTIONS ECONOMIQUES N'IRONT DANS L'INTERT DE PERSONNE! UNE INTERVENTION MILITAIRE SERAIT PIRE!!! IL FAUT DONC REVENIR A' LA RAISON ET SE PARDONNER POUR FAIRE EVITER LE PIRE A' NOTRE PAYS!

Anonyme a dit…

Communiqué suite à la réunion de consultations d'Addis Abeba sur la Mauritanie


A l’initiative du Président de la Commission de l’Union africaine (UA), M. Jean Ping, une réunion de consultations et de coordination sur la situation en Mauritanie s’est tenue à Addis Abéba, au siège de la Commission, le jeudi 4 septembre 2008.

Cette réunion a regroupé, outre l’UA , les Nations unies et la Ligue des Etats arabes, dont les délégations étaient respectivement dirigées par Ramtane Lamamra, Commissaire à la Paix et à la Sécurité, Said Djinnit, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest, et Ahmed Benhelli, Secrétaire général adjoint chargé des Affaires politiques de la Ligue arabe.

Les participants ont procédé à un échange d’informations et d’analyses sur l’évolution de la situation en Mauritanie depuis le coup d’Etat du 6 août 2008, ainsi que sur les efforts déployés en vue de la restauration de l’ordre constitutionnel.

Les participants ont rappelé la condamnation par la communauté internationale du coup d’Etat intervenu en Mauritanie et des mesures prises par ses auteurs pour consolider la situation née de ce coup d’Etat. Ils ont souligné que la communauté internationale exige le retour à l’ordre constitutionnel, représenté par les institutions démocratiquement élues lors des élections législatives et présidentielles organisées respectivement en novembre 2006 et mars 2007.

Les participants ont réitéré la détermination de leurs organisations respectives à ne ménager aucun effort en vue d’une sortie de crise rapide, qui passe nécessairement par la remise en liberté du Président démocratiquement élu, M. Sidi Ould Cheikh Abdallahi, et celle de son Premier Ministre, M. Yahya Ould Ahmed Waghf, ainsi que par la restauration des institutions démocratiques. A cet égard, ils ont rappelé l’engagement pris par les autorités en place de remettre en liberté le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi.

Les participants se sont félicités de la convergence des positions et démarches de leurs organisations respectives, et ont souligné l’importance qu’ils attachent aux efforts que déploie l’UA, en coordination avec les Nations unies et la Ligue des Etats arabes, en vue d’une solution de sortie de crise conforme à la Constitution de la République Islamique de Mauritanie. Dans cet esprit, ils ont exprimé l’espoir que la nouvelle visite que le Président de la Commission de l’UA, Jean Ping, se propose d’entreprendre prochainement en Mauritanie permettra de promouvoir, dans les meilleurs délais, une telle solution. Dans l’intervalle, les participants ont demandé instamment à tous les acteurs mauritaniens de s’abstenir de toute action susceptible de compliquer encore davantage la situation et la recherche d’une solution.

Les participants sont convenus de continuer à travailler étroitement ensemble, dans un esprit de complémentarité, en vue de contribuer à la restauration de l’ordre constitutionnel et à la préservation de la paix et de la stabilité en Mauritanie.

A l’issue de cette réunion, les participants ont rencontré les représentants de l’Union européenne et d’autres membres de la communauté internationale pour un échange de vues sur la situation, ainsi que sur les voies et moyens d’un retour rapide à la légalité. Les partenaires ont réaffirmé leur appui à l’UA et leur détermination à ne ménager aucun effort pour le rétablissement de l’ordre constitutionnel et de la légalité en Mauritanie.


UNION AFRICAINE
Addis Abéba, le 4 septembre 2008

Anonyme a dit…

Les dernieres news de Mauritanie
Le journal du fouineur

la reunion d'addis Abeba a rappellé le 4 septemebre au "retour de l'ordre constitutionnel et de la legalité" ainsi que l'engageement de la junet à liberer le president democratiquemùent elu.
C'est clair!
Jena ping sera à Nouakchott bientot. Mouhceine ould el haj et Ould Brahim Khlil vont peut être tenté une deuxieme gaffe avec lui . Lors du dernier passage de Ping Ould ils ont essayé de lui proposer de l'argent.

-Beaucoup de monde a gouté à l'argent de la junte prelevé sur les comptes de la BCM et du Tresor cette junte reprochait au presisdent pris en otage de corrompre.la voila corruptrice.

-A Paris il y a deux jours Bouamattou a utilisé les relations de Karim Wade pour etre recu à l'elysée . Il a profité pour placer deux mots en faveur d'Ely . aprés le dejeuner un commentateur de l'elysée a declare "nous savons pour qui bouamattou trafique" .

-les deputés mercenaires à la solde de Aziz sont en train de travailler sur un amendement constitutionel permettant à Aziz de se presenter et d'etre president à Vie.

-Les economistes au service de la junte militaire se fendent en projections futuristes genre nous n'avons pas besoin de l'aide exterieure nous pouvons supporter l'embargo de l'ocident. l'un des deputés mercenaires de Aziz suggere de donner des bases militaires à la chine et à la russie. un deputé a proposé à Aziz de cooperer avec le programme nucleaire iranien . Il parait que le géneral AZIZ dont le quotient intellectuel est trés moyen etudie avvec attention toutes ses propositions et les considerent comme des merveilles.

-Mohamed lemine Ould Dadde le nouveau ministre ex presidenbt de CR est parti aux bruxelles defendre ses maitres et son nouveau gagne pain devant le parlement europeen. il travaile en etroite collaboration avec Isler Beguin pour laquelle il avait du beguin. L'affaire sent les sous .
--Des articles doivent à ce sujet être payés dans les colonnes la presse europeene (le monde par exemple) pôur minimiser l'opposition au coup d'Etat et le presenter comme salutaire.
Grogne dans l'armée
-Certains commandants de regions militaires voient d'un mauvais oeil le prise du pouvoir exclusisement par les mêmes officiers depuis aout 2005 Ces memes officiers etaient le plus choyés sous ould Taya. des officiers superieurs declarent maintenant en public que cela ne peut pas continuer. l'un d'eux declare: "AZIZ nous a pietiné sous mouawiya sous ELy sous Sidi Ould Cheikh Abdellahi" il s'est demandé pourquo AZIZ est général alors que les colonels ZNAGUI SIDDIGH BOUBACAR MEGUETT et bien d'autres ne le sont pas.
Les colonels ould mocar Ndiaye et Ould Abd lahmar qui dirigeaient les deux batatillons paratchutistes jreida et Atar) sur lesquels les mauritanies misent pour se debarraser du BASEP ont tous les deux ete respectivement mutés à Nema et à Zouerate. motif: ce sont des officiers superieurs à la couleur noire et tres charismatiques au niveau de la troupe.
Derniere new, la sante du president sidi Ould Cheikh Abdellahi se serait degradé ces dernieres 24 heures deux colonels de la medécine militaire sont presenbtement à ses chevets. Esperons que ... NOn pas ca!!!!!!

Anonyme a dit…

1,5 milliard d’ouguiya, c’est le coût des déplacements de l’ancien président au titre de l’année 2008



Selon des sources bien informées, les déplacements de l’ancien président, Sidi Ould Cheikh Abdellahi, de janvier à août 2008 ont coûté au trésor public 1,5 milliards UM.


Ces mêmes sources affirment que 400 millions UM représentent les frais de missions des membres de la délégation présidentielle, cependant que le restant de cette enveloppe est alloué à l’affrètement des avions.

grizzly a dit…

Je viens de créer un blog!
Je vais y mettre tous mes anciens articles !Et pour commencer j'ai transformé mon commentaire d'hier en mini article!
http://vindicte.blogspot.com/

Abdoulaye DIAGANA a dit…

Je souhaite la bienvenue à ce nouvel espace d'expression. Je suis allé mais n'ai pu poster de message.

Anonyme a dit…

Depuis le coup d’état pacifique du 6 août 2008, la Mauritanie s’enfonce dans l’impasse et l’isolement. Il lui faut en sortir, rapidement, sous peine de précipiter sa ruine.


Le blocage

Les missions internationales de bons offices se soldent, toutes, par l’échec. A l’intérieur de nos frontières, les partisans du Président détenu et ceux de la junte se murent dans l’intransigeance du maximalisme. La communauté internationale n’ayant perçu aucun signe de détente de la part du Haut Conseil d’Etat (HCE), s’achemine vers des sanctions, à la fois contre les instigateurs du putsch et l’ensemble du pays. Le HCE sous-estime la portée de la pression et mise sur son érosion.

Quoique averties par nos soins dès les premières heures de l’éviction de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi, les nouvelles autorités n’entendent offrir aucune concession probante au reste du monde ; en dépit des conseils réitérés, les dirigeants du moment refusent de consentir, à l’endroit de leurs compatriotes, des indications claires sur la durée de la transition et l’inéligibilité des militaires en activité au 6 août 2008 ; or, sans la satisfaction préalable de ces conditions, le moindre consensus ne serait concluant, du fait même que les forces armées s’installent, de facto, dans l’exercice durable du pouvoir. Une élection, dans un tel environnement, tournerait à l’avantage du détenteur du monopole de la coercition.

Le risque

La plupart des symboles vivants de la gabegie se partagent entre les deux camps mais leur solidarité entretenue sous la dictature de Ould Taya, les ressouderait, fatalement autour du vainqueur de l’épreuve de force en cours. La domination ethnique continuerait à se reproduire, dans l’impunité du crime et la connivence au pillage du bien public. La Mauritanie finirait par s’y dissoudre, comme l’illustre la dégradation constante de ses équilibres en 26 années de régime militaire et 15 mois d’intermède civil.

A force d’éviter la rupture et de privilégier la manie du compromis et des bricolages de paix dans l’injustice, voici le pays, divisé, livré à l’empire des armes, en train de défi er le monde au prétexte d’une spécificité qui exonère de la faute, d’où licence à sévir chez soi.


La perspective

A l’instant où la détermination des nations libres se confirme par la mise en œuvre graduée de sanctions que nous annoncions au lendemain du putsch, Conscience et Résistance clarifie sa position et délimite le cadre de la sortie de crise ; CR :

1/ Rappelle la supériorité éthique de la justice à la patrie ; en vertu du primat de l’équité sur l’identité, l’immixtion diplomatique constitue un surcroît de garantie dissuasive aux tentatives de règlement de la crise par la non-violence ; pour les populations civiles et contre la contrainte par un Etat désormais privatisé, le recours à l’universalisme relève de la prévention de la tyrannie ;

2/ Met en garde contre le rétablissement du Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi dans la plénitude de ses prérogatives et de son mandat ; en dépit de sa légitimité formelle, l’option comporte la certitude de règlements de comptes au profit des milieux les plus corrompus, notamment les auteurs et complices du transit des stupéfiants et de la dérive mercantile dans l’appareil de justice; la restauration du susdit accentuerait la discorde sanglante parmi le commandement des forces armées et de sécurité ;

3/ Confirme le danger, y compris au-delà des frontières, de s’accommoder du renversement d’un Président élu. Aussi la neutralisation du Haut Conseil d’Etat passe-t-elle par le démantèlement du Bataillon de Sécurité Présidentielle et l’interdiction, aux membres de la junte, de toute faculté de se porter candidats aux futurs scrutins ;

4/ Exhorte l’ensemble des acteurs du contentieux, à placer au centre d’un éventuel compromis, la supervision de toute élection par la communauté internationale.

Au-delà de ces quatre lignes rouges, Conscience et Résistance apporterait ses concours et assistance à toute formule d’entente susceptible de brider la vitesse de délitement de la communauté de destin.





Conscience et Résistance
Le 4 septembre 2008.

Anonyme a dit…

Ball, Bilkiss, Maata, Ahmed Ould Dadah should know better. Un coup d'etat ne peut jamais avoir une justification credible et acceptable. La Mauritanie ne peut pas etre dirige'e par la raison du plus fort. Les Mauritaniennes et les Mauritaniens ont elu un president de la republique de maniere democratique. Ils ont une constitution, des lois et des institutions pour leur republique. LA SEULE MANIERE DE SORTIR DE LA CRISE EST DE LIBERER LE PRESIDENT SIDI MOHAMED OULD CHEIKH ABDALLAHI ET LE PREMIER MINISTRE YAHYA OULD WAGHEF ET LES RETABLIR DANS LEURS FONCTIONS RESPECTIVES. Il faut que nous soyons tres clairs sur le point suivant: Nous ne cherchons nullement a' faire plaisir au General Mohamed Abdel Aziz et ses amis militaires du comite' lorsque nous evoquons une porte de sortie pour eux. Nous voulons tout simplement eviter la fuite en avant qui ne peut qu'engendrer des consequences desastreuses pour le peuple Mauritanien et pour le General lui meme et les membres de son comite'.

Je me suis demande' a' plusieurs reprises si le General et ses amis sont tres conscients des consequences de leur action. Pensent-ils vraiment qu'ils peuvent continuer a' defier le monde entier? S'ils pensent qu'ils peuvent, je leur dis tout simplement qu'ils se trompent. Le temps n'est pas de leur cote' et chaque minute qui passe joue contre eux.

Il est tres evident qu'ils s'en moquent des interets superieurs du peuple Mauritaniens, c'est la raison pour laquelle ils ont fait le coup d'etat du 3 Aout 2005 et celui du 6 Aout 2008. CE QUE JE LEUR DEMANDE DE FAIRE ET DE REGARDER DROIT DANS LES YEUX DE LEURS ENFANTS, EPOUSES, PERES, MERES, PARENTS, AMIS ET CONNAISSANCES PUIS DE SE DEMANDER S'ILS VEULENT VRAIMENT PORTER PREJUDICE A' TOUT CE MONDE.

Charles Taylor, Saddam Hussein, Mulosovich et bien d'autres se croyaient dieux. Nous savons tous comment ils ont fini. Personnellement, je ne souhaite point un tel sort a' un compatriote quelconque. C'est l'autre raison pour laquelle je dis aux militaires qui ont usurpe' le pouvoir de mettre la fausse fierte' de cote' en liberant le president et le premier ministre et en retablissant toutes les institutions de la republique. JE NE LEUR SOUHAITE AUCUN MAL MAIS ILS DOIVENT QUITTER.

C'EST EXTREMEMENT HONTEUX DE TRAITER UN VIEUX DE 71 ANS QUI EST EGALEMENT NOTRE PRESIDENT DE CETTE MANIERE!!!! LE COUP D'ETAT EST UNE VIOLATION FLAGRANTE DE LA CONSTITUTION ET DES LOIS EN VIGUEUR! PERSONNE NE DOIT LE SOUTENIR!!!!!!

Ces commissions qu'on cree de droite a' gauche ne sont pas legitimes. Leurs decisions n'ont aucune valeur. IL NE FAUT PAS NOUS PRENDRE POUR DES BETES. JE PENSE QU'IL SERAIT PLUS FACILE POUR LE COMITE' MILITAIRE DE FAIRE SORTIR UN AUTRE COMMUNIQUE' POUR DIRE QUE LA PREMIERE DAME A "VOLE'" LES
1 086 000 KM2 QUE NOUS AVONS EN MAURITANIE ET QUE L'HONORABLE M'BARE' A DETOURNE' TOUT CE QU'IL Y A COMME ARGENT EN MAURITANIE. IL PEUT MEME FAIRE SORTIR UN AUTRE COMMUNIQUE' POUR DIRE QUE LE GENERAL BIENTOT MARECHAL PUIS EMPEREUR ABDEL AZIZ EST L'HOMME QUI A INVENTE' LA DEMOCRATIE! AND SO WHAT??????

CESSEZ D'AGIR COMME SI LA MAURITANIE ETAIT COUPE'E DU RESTE DU MONDE ET/OU COMME SI VOUS VIVEZ SUR UNE AUTRE PLANETE! VOS ATTITUDES IMBECILES SONT PLUS QUE HONTEUSES!!!!

VIVE LA REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE!
VIVE LE PEUPLE MAURITANIEN!
VIVE LE PRESIDENT SIDI MOHAMED OULD CHEIKH ABDALLAHI!
VIVE LE PREMIER MINISTRE YAHYA OULD WAGHEF!
VIVE LE PRESIDENT DE L'ASSEMBLE'E NATIONALE MESSAOUD OULD BOULKHER!
VIVE LE PRESIDENT DU SENAT M'BARE'!
VIVE LE MINISTRE DE L'INTERIEUR MOHAMED OULD R'ZEIZIM!
VIVE LE MINISTRE DE LA JEUNESSE MOHAMED OULD BOURBOSS!
VIVE LA SOLIDARITE' INTERNATIONALE POUR LA DEMOCRATIE!

Jorge a dit…

Bonjour ami : il voulait invitarte que tu visites le blog que j'effectue avec mes élèves de seconde année de du secondaire sur la DISCRIMINATION.
http://nodiscrimine.blogspot.com
Sujet difficile et intéressant.
Il sera sûrement de ton plaisir.
Te nous invitons que tu lises ce qui aimes de de lui et fais un avis sur ce dernier.
Ton apport sera précieux.
Dans le blog tu trouveras un traducteur de la page dans plusieurs langues si de l'as besoin.
Une embrassade depuis l'Argentine.

Anonyme a dit…

A+,

Le lien a tous les rapports. Te suggere de sauver. A-

http://www.tresor.gov.mr/mxdispatcher?m=website&a=ShowRubric&idTopic=50137B87-AC10-0406-0077-72559B459071&idRubric=5541C7E0-7F00-0001-0174-8654851DB4C7

Anonyme a dit…

x ould y sur le general Aziz au temps de la transition CMJDienne. Sacré x. Personne n'a echappé.

-----------
Mohamed Ould Abdelaziz Ould Eleya.

Natif aussi de Louga au Sénégal. Cousin direct d’Ely, et gardien du temple « Elyséen » depuis le 03 Août. Touche à la délinquance dans sa jeunesse, comme son grand cousin moustachu. Plusieurs séjours en prison à Louga, dans les années soixante dix (vols à la boutique et menus larcins). Il doit sa libération à chaque fois au mari de sa tante, du nom de Ould Lehah (tribu Kounta), commerçant établi à Louga, depuis plusieurs années. Il débarque en Mauritanie vers la fin des années 70, et va voir son cousin Ely.
Celui-ci, qui connaît déjà la potion, l’enrôle dans l’armée, et lui décroche une bourse militaire pour l’Académie de Mekhnès (celle-là même dont est issu Ely). Au Maroc Ould Abdelaziz (Oueiziz pour les potes, et Aziz pour les moins intimes) sombre dans l’alcool. C’est en fréquentant le milieu de la « saoul », ou les « potes » (comme on les appelle en Mauritanie), qu’il rencontrera sa future épouse, elle-même alcoolique, et droguée jusqu’à la moelle. Il commence à fréquenter la famille de sa futur épouse, une famille de notables mauritaniens smassid (çà tombe bien pour lui), établie au Maroc. Le père n’en croît pas ses oreilles quand Ould Abdelaziz se décide à lui demander la main de sa fille, tellement heureux qu’on le soulage de cette pauvre fille dont il ne sait plus quoi faire.
Reconnaissant, le père fera tout dès cet instant pour que Ould Abdelaziz fasse une ascension fulgurante dans l’armée, et fera jouer toutes ses relations au Maroc et en Mauritanie. Revenu au pays il est repris en coupe par Ely, que la nouvelle relation matrimoniale de Ould Abdelaziz avec la tribu Smassid rend fou de joie, car elle va lui faciliter infiniment la tâche et le rôle auquel il destine son jeune cousin. C’est qu’il avait déjà des projets pour lui. Dès lors Ould Abdelaziz cesse d’être le militaire qu’il ne fut jamais. Il ne connaîtra plus que les bureaux climatisés, et les atmosphères feutrées des villas cossues de Tevragh-Zeina.
A l’armée il laissera, dans les quelques postes qu’il a occupé çà et là avant de se mettre en rampe de lancement pour la présidence, l’image d’un homme propret, douillet, presque délicat, qui a l’air de tout sauf d’un rugueux militaire (depuis qu’il a délogé héroïquement une femme et ses trois enfants du palais présidentiel, Aziz nous la joue Attila le Hun, ou les durs mystérieux. Mais seuls les civils sont impressionnés. Les militaires eux savent ce qu’il en est). On lui prête des préoccupations uniquement somptuaires, partout où il est passé. La seule chose qui l’intéresse c’est comment écouler son budget, et il en avait toujours de conséquents de budget (il avait notamment une rubrique spéciale au budget de l’état intitulée « divers nourritures », pour le BASEP. Cette rubrique était dotée d’environs 130 millions, que Aziz engloutissait en entier, et affamait ses soldats).
Une petite anecdote avec un jeune sergent en dit long. Ould Abdel Aziz avait infligé une sanction de mise aux arrêts de rigueur contre ce sergent. Un jour il arrive et trouve la porte de la prison du jeune sergent fermée, comme il se doit. Au lieu de l’ouvrir avec la clé, Aziz se défoule et la défonce. Le jeune sergent, qui était à l’intérieur, lui dit alors qu’il sait pourquoi il a défoncé la porte ; c’est pour trouver prétexte à dépense, et remplacer toutes les portes de la garnison. Aziz furieux lui double sa peine. Il a laissé une très mauvaise impression dans les quelques garnisons qu’il a commandé (il n’a jamais servi ailleurs qu’à Nouakchott). Les soldats qu’il a commandé se plaignent tous du détournement systématique de leurs rations alimentaires, rations qui étaient sa seule source d’enrichissement durant ses premières années. Même quand il est devenu relativement riche, Aziz continuait à détourner la ration alimentaire de ses hommes.
C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle ses hommes n’ont pas voulu combattre pour lui lors du coup d’état du 08 juin. Si certains hommes du BASEP sont revenus pour reprendre le combat c’était uniquement à cause de feu capitaine Mohamed Ould Oudaa, officier héroïque, qui combattit jusqu’à la mort ce jour là, et pour lequel les soldats du BASEP vouaient une estime et un dévouement sans limite. Le 08 juin Ould Abdelaziz disparaît avec les clés du dépôt de munition du BASEP. Ould Oudaa ordennera à ses hommes de défoncer la porte, puisque Aziz était introuvable. Aziz ne réapparaîtra que le lendemain matin, après que le BASEP ait livré le plus dur des combats, toute une nuit durant, sans lui.
Un autre exemple du mauvais traitement que Ould Abdelaziz infligeait à ceux qui le servaient est un pauvre soldat, qui lui était détaché en ordonnance pour sa maison (autrement dit un domestique). Aziz l’a emprisonné plusieurs jours, et l’a humilié publiquement, pour avoir simplement cassé un plat de vaisselle. Aziz est un personnage ombrageux, qui vit enfermé, et déteste les visiteurs. Il est distant, arrogant, suffisant. C’est qu’il a sur qui compter ; d’un côté son cousin Ely, de l’autre sa femme, très introduite au palais, amie et confidente de la présidente pour laquelle elle tenait lieu de chef de cabinet jusqu’à sa disgrâce, disgrâce que d’aucun disent qu’elle fut le déclic qui précipita le 03 Août. Après un petit passage donc à l’état major, puis à la sixième région militaire, Aziz allait se voir propulser, par l’action conjuguée de Ely et celle de son épouse, au poste de commandant du très convoité BASEP, chargé de la sécurité présidentielle.
Commence alors pour lui l’heure, de l’enrichissement d’abord, puis du pouvoir ensuite. C’est lui qui le premier initia la pratique, très en vogue depuis, de l’accaparement des places publiques. Il commence par s’approprier sans autre forme de procès la place publique sise face l’école 2 du Ksar. Dans cette parcelle de terrain surdimensionnée il construisit son célèbre Hammam, où les militaires qu’ils commandaient avaient obligation de travailler et servir les clients gratuitement.
Suivent plusieurs autres places publiques, et quelques terrains bien placés. Ensuite Aziz s’improvise transporteur, et acquiert coup sur coup une vingtaine de camions semi-remorques. Pour un jeune colonel dont la solde mensuelle ne dépasse guère 100.000 ouguiya, il y a déjà de quoi adhérer au syndicat des patrons de son cousin Bouamatou.
Il en était encore à ce niveau quant il est sollicité par son grand cousin pour le 03 Août. Depuis cette date le patrimoine du jeune ambitieux a cru à vue d’œil. Aujourd’hui il a une usine près de Bénichab, dans l’Inchiri. Il possède un domaine de plusieurs kilomètres dans la même région, où sont acheminés jour et nuit des dizaines de containers qui pourraientt être une nouvelle usine d’on ne sait trop quoi. Il a acheté plusieurs villas au Maroc, où parait-il il compte se retirer en cas de pépins. Il a placé de l’argent en bourse à Casablanca, que des cousins font fructifier. Quant à Nouakchott il y possède déjà plusieurs villas, et pas un seul marché publique juteux n’est passé sans qu’il en perçoive sa commission.
Il paraît qu’il s’est spécialisé dans le domaine de la pêche, dont il fait sa chasse gardée, par le biais de son homme à tout faire ; le commandant de la surveillance des pêche, nommé par lui-même à ce poste, en dehors de toute procédure légale (même le chef d’état major, qui est seul habilité à nommer un militaire, n’était pas au courant). Ce dernier se charge, avec l’aide du ministre, de chasser du secteur les anciens armateurs, puis les faire remplacer par de nouveaux, qui devraient émaner soit de Aziz directement soit être associés aux hommes d’affaires CMJDEENS (entendez exclusivement Oulad Bousbaa, ou agrées).
A suivre..
A.O.K

Anonyme a dit…

A l’intention de lecteur :
Il n’y a rien d’ étonnant à ce que le gribouillage ampoulé de CRidicule paraisse la sommité de style dans un pays où il est plus important de paraître que d’être. Je vais néanmoins essayer de trouver du sens à ce charabia.
CR
«Rappelle la supériorité éthique de la justice à la patrie ; en vertu du primat de l’équité sur l’identité »
La phrase veut dire que « la justice est au dessus de la patrie et de l’identité des individus » Mais ce serait dire simplement les choses et perdre l’avantage d’une forme ampoulée qui masque le fond parfaitement illogique du propos!
A qui viendrait l’idée de hiérarchiser des objets différents par leur nature et fonction. Exemple : l’avion (moyen de locomotion) est supérieur au méchoui (alimentation) . Que vient faire la patrie quand on parle de justice ? Rien, si ce n’est à tirer par les cheveux le propos hors de propos, vers quelque concept de fond de commerce plusieurs fois marchandé et revendu tout Azimuts sur la scène politique conflictuelle mauritanienne.

« l’immixtion diplomatique constitue un surcroît de garantie dissuasive aux tentatives de règlement de la crise par la non-violence ; »

La phrase veux dire : « que la diplomatie va à l’encontre du règlement pacifique de la crise »

C’est stupide ! Mais comme le style est tellement compliqué, on espère un lecteur impressionné ou impressionnable qui préfèrera passer sans relever, pour accrocher une autre phrase plus compréhensible. Quand la culture du paraître l’emporte, elle finit en effet par prendre en otage le lecteur lui-même : celui-ci voit bien que le propos est abscons et il n’y comprend rien ; mais il se dit que cela doit bien avoir un sens puisque cela parait intelligent. L’ennui pour notre phraseur de CRisible est que beaucoup de lecteurs ne sont pas les complexés de l’esprit qu’il affectionne.

« pour les populations civiles et contre la contrainte par un Etat désormais privatisé, le recours à l’universalisme relève de la prévention de la tyrannie ; »

Cela fait tout de même plus brillant que de dire : l’universalisme est le meilleur moyen pour les mauritaniens de se protéger de la tyrannie du pouvoir.
Mais surtout, dite de façon compréhensible de tous : l’affirmation devient tout à fait discutable et préjudiciable à l’esprit de lutte d’un peuple pour gagner sa liberté.
Il y aurait alors quelqu’un pour faire remarquer que la meilleure façon de changer les choses est d’aller chercher d’abord dans les ressources idéologiques et culturelles de son propre pays et non de se réfugier dans un universalisme abstrait.
Mais chacun l’aura compris il s’agit non de liberté pour le peuple mais de libertés pour soi, non de justice pour tous mais de réparer l’injustice fondamentale de la blessure intime d’un esprit malade.

Ecrit par lecteurassidu

Anonyme a dit…

chers netteurs
Aziz demande à ses ministres d'être transparent dans la géstion du budget et surtout des nomminations et que voyons nous, lui même il nomme ses hommes aux postes clés Bahiya le fou à la SMH, c'est son percepteur du temps de la somelec, ses cousins et tous ceux qui peuvent voler et lui rapporter; Aziz comme là dit un ami ressemble fortement à Hayram acteur et comédien egyptien la différence est que le vrai hayram nous fait rire et aziz nous fait pleurer.
tous contre aziz,ely et sidioca.
Darling

Anonyme a dit…

Magnifique Lecteurassidu!!!

Anonyme a dit…

Des infos sur ce Baihya de la SMH? Connait pas. A-

Anonyme a dit…

Il faut lire: "...Ce que je leur demande de faire EST de regarder..."

Anonyme a dit…

Lu sur cridem:

http://ns203195.ovh.net/~cridem/index.php?id=82&no_cache=1&tx_ttnews[swords]=maloum&tx_ttnews[tt_news]=21882&tx_ttnews[backPid]=84&cHash=e60aea6830

Anonyme a dit…

Celui qui as mis la biograpghie de Aziz :

L'auteur n'est pas XOY mais AOK, alias Abdallahi Ould Limam, de son vrai nom Ahmed Ould Saleck Ould Hadj El Moktar, Président de Démocratie Sans Frontière (DSF).

Son éveil idéologique date de la chute de son cousin Ould Taya, il a intrigué pour le faire revenir, puis a séjourné en prison durant la Transition, avant d'être libéré et de regagner Paris où il vit actuellement.

Son article est truffé de mensonge et notre XOY national n'aurait jamais dû le publier dans son blog, ou alors en tant que simple commentaire mais pas sous la forme d'un blog.

lab a dit…

Ano précédent c'est faux cette biographie mafieuse de Ould Abdela ziz est bien vraie. J'en sais quelque choses et les preuves existent sur le terrain.

Va faire de la désinformation ailleurs, ould Abdelaziz est un richard qui a pillé les bien spublics, ça tout le monde le sait. Et tout le monde connait où se trouvent ses biesn personnels.

xoy n'a rien inventé du tout ce n'est que la vérité.

Anonyme a dit…

Un coup d’état en préparation : Le « général» ould Abdel Aziz se prépare à fuir la Mauritanie

Après l'échec des mascarades de marches de soutien au haut conseil d'état putchiste devant la détermination de plus en plus féroce des mauritaniens et de la communauté internationale à refuser l'usurpation du pourvoir par la force ; après les récentes condamnations des militaires putchistes par le parlement européen malgré les acrobaties de Isler Beguin l’ex-Juliette du nouveau ministre Mohamed Lemine ould Dadde ex- président- retenez vous bien- de Conscience et Résistance l’ex- très radicale devenue très banale organisation ; après les condamnations toutes récentes de l’UA de la ligue Arabe des nations unies et le département d'état américain , des indices concordants confirment que des bruits de bottes s’élèvent dans les casernes pour dénoncer le coup d’état du 6 août et mené un contre coup d’état. Des militaires en service font confidence que Ould Abdel Aziz est sur le point de fuir Nouakchott vers le Maroc. La (DGEG) direction générale des études et de la documentation (contre espionnage marocain) dont le directeur M Mansouri habite à Nouakchott depuis le 6 août est en train de mettre en place un plan d’évacuation. A la place du « general » Ould Abdel Aziz le Haut conseil d'état sera dirigé par le général Ould Ghazouani qui va restaurer l'ordre constitutionnel en ramenant le président Sidi qui va s’adresser à la nation et décréter une amnistie générale mais il semble que le président Sidi après sa longue captivité ne veuille plus rester président sauf à l’issue des nouvelles élections présidentielles anticipées où il gagnera ou perdra.
Le FOUINEUR DE NOUAKCHOTT

Anonyme a dit…

Bismillah Rahmani Rahim ya le fouineur de Nouakchott. A-

Anonyme a dit…

lu pour vous:

http://www.fr.for-mauritania.org/174-0-Un-Couple-de-putschistes-en-cols-blancs.html

Anonyme a dit…

x sur Sidioca. Nous sommes exactement où l'ami de x (ou x pour bien se faire lire) l'avait predit. Je lis et relis et je n y ait pas trouve de faute. x enta mneine?

Couli on a besoin de ton vagabond xouldy. Please!

=============
Je vous partage la lecture de ce message qui m'est parvenu d'un citoyen mauritanien sincère qui a peur pour l'avenir de son pays.
********************************
SIDIOCA, comme il est familièrement appelé par les Internautes, est l’incarnation vivante d’une génération qui avait beaucoup fait pour la Mauritanie et pour laquelle, les Mauritaniens sont reconnaissants. Paradoxalement, il a préféré s’allier à une génération qui a fait le plus de mal à la Mauritanie et dont les actes justifient le coup d’Etat d’août 2005.
Ceux qui l’entourent aujourd’hui, l’adulent, le vénèrent avant même qu’il ne devienne le président pour eux, tant attendu. Ce sont ceux-là qui ont dépouillé notre peuple de tous ses atouts. Ce sont ceux-là qui ont cassé tout ce que la Mauritanie avait comme « supports » pour son développement, pillant ses ressources, imposant la médiocrité, sacrifiant l’Etat à l’autel de leurs ambitions tribalo-ethnistes. Eux, ils sont exactement le contraire de ce que la plupart des hommes de la génération de SIDIOCA ont essayé d’être.
Sidi ne fait pas peur en tant que candidat. Au contraire, par ses airs candides, il attire. Néanmoins, il fait en même temps trembler en tant que porte-étendard d’une meute affamée de revanche, de pouvoir absolu, d’argent et surtout, soucieuse de retrouver les « pâtures » de la haute fonction publique.
SIDIOCA ne peut pas dire qu’il n’est pas au fait de ce que cette meute offre de privilèges, de biens matériels, d’influence et de pouvoir. Il ne peut pas dire que lui, cet esprit sage et expérimenté, n’avait pas vu, de ses propres yeux, les méfaits de ceux qui veulent aujourd’hui le hisser au sommet.
En aucun cas, il ne pourra se tromper sur leurs intentions. S’il tient réellement à sauver la Mauritanie, il doit commencer par assainir son entourage, mettre de côté ceux que les Mauritaniens identifient à leurs malheurs continus de plus de trente ans. Les Mauritaniens ne s’y trompent d’ailleurs pas et la campagne du candidat leur donne entièrement raison.
Jugez-en vous-mêmes. Regardez dans le staff. Scrutez bien les images de la récente sortie de Aïn Salama à Boutilimitt. Vous vous croirez à l’Assemblée nationale dissoute, le jour où en décembre 2002, alors Premier ministre, Cheikh Al Avia Ould Mohamed Khouna présentait son bilan ! Tout le panel est présent. A l’exception du pauvre Ould Taya, qui est finalement le grand perdant. Lui, c’est le banni du bal.
Il serait discourtois de demander à Sidioca de ranger les crampons et de regagner les vestiaires de Lemden, Niamey ou Kaolack, mais il nous sied au nom de beaucoup de Mauritaniens, de lui demander d’assainir et de « purger » le mauvais jus de la sève des laudateurs qui l’épaulent.
SIDIOCA est la bonne graine dans un champ de mauvaise ivraie. A lui de trouver la voie salutaire de la Mauritanie. Une Mauritanie qui ne donne pas de place à ces groupes de faussaires qui en savent plus dans la magouille que dans l’œuvre à accomplir pour leur pays.
Dans tous les cas, nous savons d’avance qu’on nous accusera de tirer gratuitement sur SIDIOCA, mais nous tenons à faire savoir que nous ne sommes les snipers de personne !
Nous voulons juste ouvrir les yeux du candidat Sidi sur la véritable nature de son entourage, dans l’espoir que demain, quand les Mauritaniens lui accorderons leurs suffrages, lui et la Mauritanie, ne se retrouvent dans de sales draps. Pour que demain, nous ne revenions pas trente ans en arrière. Pour que demain, les vautours qui ont sucé notre sang, lynché nos squelettes et écrabouillé nos cadavres, ne puissent revenir à leurs positons d’hier. Pour que demain, la Mauritanie puisse se libérer du mauvais sort que lui ont jeté les démons aux mille vies.
SIDIOCA a certainement la trempe d’un homme d’Etat comme tant d’autres candidats à la présidentielle de mars prochain. Mais son instrument personnel (ou ses ressources humaines) font, dans leur « nuisance éclatante », défaut.
Finalement, son plus grand ennemi politique n’est pas cette ex-opposition qui n’est que l’ombre pâle d’une situation confuse et incertaine, mais ceux qui se disent aujourd’hui, ses amis. Tout comme ils étaient les intimes amis et proches du grand absent.

Anonyme a dit…

Mauritanie / UE
Les décisions concernant l'avenir politique, économique et social de la Mauritanie appartiennent aux seuls représentants élus du peuple, déclare le Parlement européen

Nouakchott, 5 sept (AMI) - Le Parlement européen a demandé à la Commission européenne de " mettre en oeuvre les projets de soutien à la société civile " mauritanienne " dans le cadre de l'Instrument européen pour la démocratie et les droits de l'homme ".

Dans une résolution adoptée jeudi, le Parlement européen a également demandé " que le peuple mauritanien, déjà particulièrement touché par les crises économique et alimentaire, ne soit pas pris en otage par la crise actuelle ".
Il a aussi considéré " qu'un débat franc et sincère entre les principales forces politiques doit déterminer les voies et les formes constitutionnelles nécessaires pour mettre fin à la crise".

Le Parlement européen a en outre rappelé que " plus des deux tiers des membres du Parlement de Mauritanie ont signé une déclaration de soutien en faveur " du mouvement de rectification, intervenu le 6 août dernier, et " qu'au mois de juin, le pouvoir législatif a adopté une motion de défiance invitant instamment " l'ex président de la république " à remanier son gouvernement ".
Il a considéré que " les décisions concernant l'avenir politique, économique et social de la Mauritanie appartiennent aux seuls représentants élus du peuple et que la démocratie implique un équilibre des pouvoirs entre l'exécutif et le législatif, bénéficiant tous deux de la légitimité électorale ".
Pour lui, le " coup d'Etat intervient dans un contexte économique et social dégradé, et le développement est le meilleur gage de réussite de la démocratie".

Dans sa résolution, le Parlement européen a en outre considéré que la suspension par la Banque mondiale d'une " aide de 175 millions de dollars en faveur de la Mauritanie affectera quelque 17 projets nationaux " ainsi que la participation de notre pays à " des projets régionaux de la Banque mondiale, notamment en matière de développement rural, de santé, d'éducation, d'infrastructures et de construction de routes ".

" La Mauritanie démocratique représenterait un pôle de stabilité dans une sous-région particulièrement fragile avec, d'une part, la présence, dans le Sahara, à la frontière Nord-Est avec l'Algérie et le Mali, du GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat), devenu Al Qaïda dans le grand Maghreb islamique et, d'autre part, la rébellion touarègue ", a-t-il aussi souligné.

Le Parlement européen a par ailleurs dit accueillir " favorablement le retour des réfugiés, l'adoption d'une loi criminalisant l'esclavage et le projet de loi de la libéralisation des médias " tout en déplorant " l'absence de règlement démocratique en ce qui concerne le passif humanitaire.
Il a demandé " qu'il soit mis un terme aux tensions politiques actuelles en Mauritanie dans le cadre institutionnel mis en place à l'issue de la phase de transition vers la démocratie et que l'ordre constitutionnel et civil soit rétabli dans les meilleurs délais ".
Le Parlement a, dans ce cadre, demandé " aux forces militaires au pouvoir de s'engager sans délai sur un calendrier de restauration des institutions démocratiques, prévoyant la formation d'un gouvernement de transition en concertation avec l'ensemble des forces politiques ", et exprimé son soutien aux " efforts de l'UA en faveur d'une solution de la crise par la voie de la raison".
Il a demandé " le plein respect de la légalité constitutionnelle des pouvoirs du Président et du Parlement, ce qui implique que les mécanismes de cohabitation entre le Président et le Parlement et d'équilibre entre le pouvoir exécutif et le législatif soient réglés dans le respect et dans le cadre de la Constitution, dont les modifications pour assurer une plus grande stabilité ne peuvent intervenir que conformément aux dispositions de celle-ci , après un large débat regroupant toutes les forces politiques ". Il a également demandé à la Commission européenne " d'entreprendre un dialogue politique, conformément à l'article 8 de l'accord de Cotonou, en vue de restaurer la légalité constitutionnelle et d'informer le Parlement du résultat de ce dialogue ".

Le Parlement a invité " instamment la Présidence du Conseil de l'UE à continuer à suivre de près la situation politique " dans notre pays, " en étroite collaboration avec l'Union africaine ". Il a demandé " d'envoyer au plus vite une délégation de parlementaires " en Mauritanie " qui rencontreraient leurs homologues et proposeraient une aide pour sortir de la crise ".




AMI

Anonyme a dit…

A lire sur le blog du professeur,

"le premier et le second miracles de la junte."

grizzly a dit…

Bonsoir les amis,
En voilà des révélations!
En tout cas ,je vous invite à lire mon article "La trame d'un génocide économique"!Le synopsis par moi mis en ligne hier n'était qu'une charpente ou une mouture provisoire pour meubler au plus pressé un blog à l'essai.
Je vous inviterais donc à lire la version définitive ,exhaustive et complètement differente dudit article que je viens à l'instant même de mettre en ligne sur mon tout nouveau blog.Merci

http://vindicte.blogspot.com/

Yanis le R. a dit…

Mon commentaire à l'excellent article du Pr ELY Mustapha (Le premier et le second miracle de la junte) sur son blog:

Merci cher Pr ELY Mustapha pour les analyses notamment économiques sur la situation de notre pays en proie à une situation de non droit depuis un mois.
Je rappelle cette phrase de cet excellent blog qui résume la situation d'aujourd'hui et de demain des populations:
"sans les ressources financières extérieures, il ne peut y avoir d’investissement et c’est l’arrêt complet du développement".
C'est extrêmement grave et les responsables, tous les responsables politiques, doivent assumer devant l'histoire les conséquences de la crise.
Je rappelle à mon humble niveau de praticien de la santé que parmi ces conséquences il y aura mort d'enfants et de mères en état de grossesse. C'est ce qu'on appelle en chiffres bruts, l'augmentation de la mortalité infantile et maternelle.
Au delà des chiffres qui ne sont que des chiffres, je vous assure qu'il y a des tragédies pour ceux qui ont approché ces sujets...
Je suis triste qu'il y aura des morts d'enfants et de femmes rien que parce que certains officiers de notre armée nationale ont été démis de leurs fonctions de commandement...
C'est terrible mais c'est ce que cache la réalité et que vous n'entendrez probablement jamais...
En politique chez nous, on est sérieux, on ne parle pas des enfants et des femmes...

maatala a dit…

Salam

Bon ramadan à tous les habitants de notre bled en passe d'être the new "Gazaland".

Au vu de ce qui risque de nous tomber dessus, nous allons passer du jeun mensuel au jeun annuel reconductible, si nos Rambos des dunes ne retrouvent pas les voies de la raison.

maatala

Sellami a dit…

Salut tous!
Je me lève contre une imposture: celle qui est en train de faire du 03 août un point de départ, une date qui symbolise un esprit, une idée de quoi que ce soit d'autre que celle du pouuse toi que je m'y mette et laisse tomber la camalotte que la prenne;
Le 03 août est loin d'être un esprit de révolte contre un mode de gestion et une manière de faire incorrecte qui aurait causé une action d'hommes intègres qui veulent oeuvrer à un changement radical.
Le 03 août est au mieux une révolution de palais pour sauver un système en perdition, au pire une "réaction", tout comme le 06 août, à la décision de Ould Taya d'envoyer des officiers riches et habitués aux orgies et autres soirées fermées et très arrosées aux lancinants vents dudésert du côté de Lemgaïti, un coin au milieu de nulle part où la folie de Maaouya lui avait fait croire qu'il pouvait chasser les trafiquants de drogue, d'armes et de cigarettes à l'aide des gros bonnet de l'armée qui leur servent de couverture.

Yanis le R. a dit…

C'est quoi ce compte rendu trafiqué de l'AMI au sujet des discussions du Parlement de l'UE sur la situation en Mauritanie?

On ne le trouve que sur l'AMI alors que le communiqué officiel est passé aux oubliettes...

Anonyme a dit…

http://vindicte.blogspot.com/

Bonsoir les amis,
En voilà des révélations!
En tout cas ,je vous invite à lire mon article "La trame d'un génocide économique"!Le synopsis par moi mis en ligne hier n'était qu'une charpente ou une mouture provisoire pour meubler au plus pressé un blog à l'essai.
Je vous inviterais donc à lire la version définitive ,exhaustive et complètement differente dudit article que je viens à l'instant même de mettre en ligne sur mon tout nouveau blog.Merci

Anonyme a dit…

ano du5 septembre 2008 18:59

merci pour ces precisions sur maata. et encore plus.

grizzly a dit…

Ano 6 septembre 2008 08:45
Merci pour ton précieux et opportun coup de pouce de pub et de marketing!
Et surtout fais le ,le plus souvent possible et pas seulement sur Canalh!
C'est bien connu :je suis seul ,vraiment, terriblement seul dans mon lointain et perdu trou ou patelin Teuton!!
Merci Ano.

Anonyme a dit…

visitez le site des intellos mauritaniens a l'etranger c'est costaud :

http://www.fr.for-mauritania.org/

Anonyme a dit…

Selon Agence Mauritanienne d'Information
L'Union Europeenne, l'Union Africaine, la Ligue des etats Arabes, la France, les USA et toutes les grandes democraties du monde ont salue' l'election du colonel devenu General qui sera bientot Marechal puis Empereur des empereurs et Roi des Rois sa Majeste' Imperiale, Haut commandant des Arme'es du monde, Patron des plus grands patrons, l'homme qui inventa la democratie le General democrate qui rectifie mais ne fait jamais de coup d'etat, le grand intellectuel qui n'a jamais detourne' et qui n'a jamais trahi, le chef de la MAJABAT AL KOUBRA de GLEIB Z'BILE, BOUSTEYLA, KANKOUSSA et Moukreya, l'homme des hommes, le grand penseur, le pere de la dignite', l'homme qui maitrise parfaitement la religion et qui la pratique, le grand combattant de la liberte', l'homme qui a la solution a' tous les problemes Mauritaniens,l'homme dont les partisans ont nomme' le Aziz, le Karim, le Rahmane, le Rahim, le Jabar, le Raouve, le Malikou Al Khoudousse, le ALLAHOU ASGHARE qui vient juste apres notre tout puissant Allahou Akbar, l'homme dont les partisans pensent qu'il vient avant Mohamed (Aleyhou Salatou wa salam) parce que le general president en plus de Mohamed est aussi Aziz, le grand MOUWATINE, LE GRAND PATRIOTE POUR LEQUEL LA MAURITANIE A ETE' CREE'E et qui est ne' pour sauver la Mauritanie (je ne sais plus la' ou' j'etais)Je disais donc en tant que GRAND JOURNALISTE DE L'AGENCE MAURITANIENNE D'INFORMATION QUI N'A JAMAIS DESINFORME' ET QUI NE DIT QUE LA VERITE' RIEN QUE LA VERITE' AVEC OU SANS L'AIDE D'ALLAH, QUE LA FRANCE, LES USA, L'UNION EUROPEENNE ET L'UNION AFRICAINE DECLARENT LEURS SOUTIENS INDEFECTIBLES, MAYIDEFFEKE, MAYITIHE, MAYIGHAYARE, SANS FAUTE, SANS MJ, COINCE N'ATTEND PAS, FAUX JEU, TRAHE ANAKE L'CARTE...ETC, JE NE SAIS toujours pas ce que je disais ni ce que je dis ni ce que je vais dire. BON! QU'EST-CE QUE VOUS VOULEZ JE SUIS GRAND JOURNALISTE ECRIVAIN POUR L'AGENCE MAURITANIENNE D'INFORMATION JE NE DESINFORME PAS. QU'EST-CE QUE VOUS VOULEZ LE VIEUX A FAIT LE COUP D'ETAT DU 10 JUILLET, DU 3 AOUT, DU 6 AOUT DU 12 12 DU 13 13 DU 15 15. LE PEUPLE MAURITANIEN N'A JAMAIS ELU QUI QUE CE SOIT A' PART GENERAL COLONEL MARECHAL MOHAMED ABDEL AZIZ!
Si vous n'avez rien compris de ce que j'ai ecrit ca fait votre probleme. Il n'y a jamais de confusion dans ce que l'A.M.I dit. Vous pouvez demander aupres du directeur de la TVM et de Radio Mauritanie.

NOTRE LAKHATATE HAYE' CONTINUENT AVEC NOS GRANDS BANDITS COMME PRINCIPAUX ACTEURS!!!!!!!!

PS.

Je viens de vous donner ma reaction a' l'ecrit bidon fait par l'AMI. J'AI BIEN L'IMPRESSION QUE NOUS AVONS AFFAIRE A' DES FOUS QUI NE SAVENT ABSOLUMENT RIEN DES REALITE'S DU MONDE!

Le General Mohamed Abdel Aziz a de serieux problemes. IL NE SAIT ABSOLUMENT PAS CE QU'IL FAUT FAIRE. ILS ECOUTENT DES IMBECILES QUI DISENT MERDE A' LA MAURITANIE! IL DOIT SAVOIR QUE CE COUP D'ETAT NE PASSERA PAS! IL DOIT SE RETIRER, LIBERER LE VIEUX ET LE PREMIER MINISTRE ET LES RETABLIR DANS LEURS FONCTIONS. TOUT LE RESTE N'EST QUE FOUTAISE!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

Man you3awwilou 3ala elkharij vehouwa moukhtii.

C'est notre nouveau premier Ministre Gazzar qui s'exprime ainsi. Il n'a vraiment rien compris, le Monsieur, il croit qu'on se mobilise uniquement parceque la communaute internationale est contre le coup.

Non Monsieur Laghdaf, nous sommes serieux, tes Generaux vont bouger de la par A ou par B. S'ils ne le font pas paisiblement, il y aura du serieux pepin, et ca ne viendra pas de la communaute internationale. Ce sera la communaute nationale et elle sera decisive.

Laghdaf demissionne, ne te laisse pas impressionner par les muscles et les galon d'Aziz, tout ca la que tu vois ne sera qu'artifice, si les premiers balles sifflent.

Yanis le R. a dit…

Voici la vraie histoire de la chute du gouvernement de Zein Ould Zeidane et les prémices de la crise politique institutionnelle actuelle:

Sidioca, avant sa visite à Rosso pour le lancement de la campagne agricole, a convoqué Zein O. Zeidane pour lui annoncer un remaniement ministériel avec toujours ZZ comme PM et l'entrée de personnalités dont d'anciens caciques du régime de Taya: Cheikh El Avia, Boidil, Med Yehdhih O Moktar El Hassen etc.
ZZ surpris n'a pu broncher car il était déjà content d'être reconduit, lui qui se voyait partant après la constitution du nouveau parti du Président et les appels encore timides de certains élus notamment...
Pendant la visite médiatisée du Président dans la capitale du Trarza, le PM a vu Aziz à Nouakchott et lui a fait un compte rendu des intentions du Président de nommer certains personnalités connues à d'importants portefeuilles du prochain gouvernement très attendu depuis quelques semaines par tous devant la situation économique difficile.
Dès le retour de Sidioca de Rosso, Aziz, à son accueil comme toujours, lui a signifié que les nomminations qu'il prévoit de faire ne sont pas opportunes dans le contexte actuel et constituent un retour à l'ancien régime.
Sidioca, si calme d'habitude, fut en colère (voire furieux) contre son PM qui venait de le "trahir", lui qui commençait à prendre ses marques et ses distances de ses anciens tuteurs et protégés dont le principal, son chef d'état major très particulier...
Il convoqua sans tarder le PM pour le remercier de plier bagages...
Sidioca venait de s'affirmer enfin en faisant son hara-kiri politique!
Une date passée inaperçue mais qui constitue aussi le début de la fin...
La vraie naissance peut-être de la démocratie avec une probable prochaine refonte des institutions sur des bases saines.
Il y a sans doute des raisons d'espérer dans cette cacophonie ambiante...

Anonyme a dit…

Yanis,

C'est tres plausible. Merci. A-

maatala a dit…

Salam

Pour mieux comprendre ce qui nous arrive depuis l'avénement de la bidasserie : lire l'excellent livre

L'Algérie des Généraux de Lyes Laribi

Depuis son indépendance, l'Algérie est dirigée par des Généraux qui maintiennent le pays dans la guerre civile et la misère. Mais comment fonctionne et perdure ce pouvoir ? Arrêté et torturé en Algérie pour avoir créé un syndicat étudiant libre dans les années 1980, accusé d'islamisme et souvent inquiété depuis, Lyes Laribi a été confronté de près à la Sécurité Militaire, la police politique de l'État.

L'auteur dresse l'historique des querelles internes entre le clan du général Zeroual et celui du général Nezzar : coups d'État, combines économiques, crimes politiques qui s'étendent de 1962 à 1999... Aujourd'hui, Lyes Laribi décèle derrière le gouvernement de l'actuel président, Abdelaziz Bouteflika, la main-mise d'un troisième clan de Généraux, prolongement de ces nomenklaturas corrompues.

Cette courageuse enquête de l'auteur de Dans les geôles de Nezzar est une critique inédite et passionnée de l'histoire récente de l'Algérie. Une invitation à rendre au peuple algérien la confiance et la parole qui leur ont été confisquées.


Quarante ans après son indépendance chèrement acquise, l'Algérie n'arrive pas à trouver sa voie. La situation politique est bloquée. La démocratie reste une chimère. L'économie est dans l'impasse. Pour l'auteur de ce livre, la raison est que depuis 1958, le pouvoir a été trusté par les militaires. Lyes Laribi explique comment quelques personnes ont fait main basse sur le pouvoir en Algérie et tracent les lignes rouges à ne pas dépasser par leurs vitrines légales, à savoir le Président de la république, les chefs du gouvernement, les ministres et les juges...

De façon implacable et méthodique, l'auteur décrit la véritable nature du pouvoir algérien depuis l'indépendance. Il montre quels liens lient ces généraux. Comment s'articulent autour d'eux les clientèles civiles et militaires. Comment sont réglés les conflits entre ces hommes. Pourquoi les généraux font le jeu des islamistes.

Le livre est ainsi divisé en quatre parties : L'assassinat des personnages historiques de la guerre d'indépendance, de Abane Ramdane à Mohamed Boudiaf ; les multiples coups d'état qui ont jalonné l'histoire de l'Algérie indépendante, la politique économique et les différents réseaux criminels, et enfin les forces en présence, à savoir les personnages clés du pouvoir actuel qui préparent l'après-Bouteflika.

----------------------------------

Lyes Laribi, auteur des « Geôles de Nezzar » (Paris-Mediterranée éditions, 2002) a séjourné dans les prisons et les camps de concentration algériens pendant deux ans, pour avoir participé à la création du premier syndicat étudiant libre d'Algérie. Lyes Laribi avait porté plainte contre le général Nezzar, ministre de la Défense à l'époque des faits et principal responsable de la répression et des actes de barbarie. Ingénieur en hydraulique, il vit aujourd'hui en France.


maatala

Anonyme a dit…

Couli , ne t'affole pas , semmi la tjenn , ton vieux ne remettra plus jamais ses pattes à la presidence , incha allah . Quand on défend O Taya , on n'a aucune crédibilité et on ne peut prétendre etre démocrate.

Anonyme a dit…

Interview

Journaliste de l'AMI: Pourquoi avez-vous accepte' d'etre le Premier Ministre du General Mohamed Abdel Aziz?

Le Premier Ministre: Je ne suis pas le Premier Ministre legitime de la Mauritaie. Ceci etant dit, les usurpateurs m'ont donne' ce titre parce que je m'appelle Moulay Ould Mohamed Leghdaf. Je partage Mohamed avec le General et je suis chanceux.

J.AMI: Comment entendez-vous sortir de la crise?
Le PM: Nous avons deja trois generaux qui exigent une semaine pour les etats marechaux sur la democratie, 6 jours pour les etats colonels sur l'agriculture, 5 jours pour les etats commandants sur la peche, 4 jours pour les etats capitaines sur la peche, trois jours pour les etats caporaux sur la sante'. Nous n'avons rien oublie'. Nous avons meme une journe'e deuxieme classe sur les consequences de "BOGE."

Journaliste de l'AMI: Je vous remercie pour vos excellentes reponses.

Le PM: Je vous remercie pour mes excellentes reponse a' vos excellentes questions.

Anonyme a dit…

Anonyme du 6 Septembre 20:16

Le mot INCHALLAH que tu as utilise' est tres important.
Je ne suis pas le sujet de cette discussion et je ne te laisserai pas changer de sujet. The focus is on Mauritania et sur la prise du pouvoir illegale et illegitime du 6 Aout 2008. Une fois que nous arrivons a' trouver une solution a' vos betises, nous pouvons parler de moi. Je vis la democratie, je la respire et je l'enseigne. Depuis le debut de Cette anne'e scolaire qui vient de debuter ce 4 Septembre, j'enseigne le sujet suivant: "CIVICS, GOVERNMENT AND ECONOMICS IN ACTION." En d'autres termes, l'education civique est parmi les matieres que j'enseigne. On ne confie pas ce sujet a' n'importe qui. Enough of me! The focus is on Mauritania.
Le coup d'etat du 6 Aout 2008 est plus que bete! Les depute's frondeurs should know better. A ce point ci, ils n'ont aucune legitimite'. Des qu'ils ont accepte' de reconnaitre le regime bidon, illegal et illegitime des SAALIKE, ils sont disqualifie's. Un depute' qui accepte de composer avec quelqu'un qui a viole' de maniere flagrante la constitution et les lois en vigueur, n'est plus depute'!

Le Premier Ministre des generaux est illegitime, le gouvernement des generaux est illegal et illegitime, les faux conseils des ministres des generaux sont illegitimes et leurs decisions n'ont aucune valeur!

ALLEZ-Y VOUS FAIRE VOIR AILLEURS!!!
IL FAUT ETRE MENTALEMENT MALADES POUR PENSER QUE C'EST ACCEPTABLE DE SOUMETTRE LE VAILLANT PEUPLE MAURITANIEN AUX SANCTIONS ECONOMIQUES PARCE QU'ON VEUT RESTER AU POUVOIR!

pygmalion a dit…

حين تلجون إلى موقع "من أجل
موريتانيا" ، المناهض للإنقلاب ، والمنسوب لبعض الأكادميين والمثقفين الموريتانيين زورا وبهتانا ، سيطالعكم الشعار الدعائي التالي : " كل الشعب الموريتاني يقول لا للانقلابات " وهذا التعميم الزائف يكفي في حد ذاته لفضح دعاوي أصحاب الموقع المذكور في الموضوعية والنزاهة الفكرية ويظهر سخفهم وافلاس طروحاتهم المتحيزة التي لن يخفيها تصريحهم بأن أكثرهم كانوا معارضين لسيدي ولد الشيخ عبد الله ، فهذا ما يسمى في علم النفس التحليلي بالإنكار التوكيدي

الأرجح أن الموقع المذكور لا يعدو كونه "لعب أطفال" ذلك أن مثقفا جديرا بهذا الاسم لن يرضى لنفسه أن يتحول إلى ناشط سياسي وإذا حدث وأن ابتلي بهذا الأمر فسيكون ديمقراطيا وموضوعيا بما يكفي كي يستمع حتى إلى أولئك الذين يعلنون صراحة أنهم يفضلون اسبارطة على أثينا

في إحدى رواياته يخبرنا كونديرا أن القرارات البشرية تتخذ نتيجة أتفه الأسباب والدوافع كالعرفان بالجميل ..أو ربما فكروا معي في الأمر التالي: لو تركنا جانبا دغدغة الاحساس الرومانسي بالوقوف مع رئيس عجوز ومريض يتم عزله بالقوة ، لو قمنا بذلك فهل كان سيبقى من قضيتكم شيئا ،شخصيا لا أعتقد أن موريتانيا تمثل جناح بعوضة أمام أنواتكم النرجسية المتضخمة وهي بفضلكم ،أي موريتانيا ، ستتحول ، دون شك ، إلى "موريا"تانيا !..أجل ، موريا التي تعني الحماقة

شخص آخر لا يخشى إرهابكم الفكري يقول مجنون معطله

Anonyme a dit…

Cher couli ne t’inquiète pas le vieux , président légitime de la Mauritanie reviendra la tête haute , je suis sur Nouakchott et je vois de près l’échec de ce coup de tête depuis le premier jour

Nous sommes devant une situation tres difficile et conflictuelle et pour sortir notre pays de ce branle-bas nous sommes devant deux choix :

Un retour à la légalité constitutionnelle celle avant 6 août.



Le chaos l’entêtement de faux et minables généraux et après un désordre qu’on peut pas calculer les conséquences . … la Mauritanie est fragile quand on veut s’éterniser au pouvoir mais elle est solide quand on veut faire un coup d’état et sur la légalité en plus .

BOB DENARD ne restera pas 3 mois, ce n’est que le silence qui précède la tempête.

Salut

MB

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous

"LA NECESSAIRE RECONSTRUCTION DE L’ETAT AFRICAIN





Il n’y a pas lieu de revenir, si ce n’est pour mémoire, sur les facteurs externes qui ont précipité l’effondrement ou la contestation des systèmes de partis uniques. La chute du Mur de Berlin, l’implosion de l’Union Soviétique et l’effondrement du communisme en Europe centrale et orientale ont privé les régimes autoritaires africains de « l’assurance » que constituait pour leur survie soit un alignement sur Moscou ou Washington, soit la pratique d’un subtil « jeu de bascule » entre l’Est et l’Ouest. La quasi disparition des régimes socialistes a eu pour autre conséquence de clairement souligner l’interdépendance entre démocratie et développement dans toutes les enceintes internationales, que ce soit à l’O.N.U., dans les organisations régionales ou au sein de différentes instances de coopération Nord-Sud (par exemple Agence de Coopération Culturelle et technique, Commonwealth, Secretariat des pays ACP-CEE).



En novembre 1989 , dans son étude prospective « l’Afrique sub-saharienne : de la crise à une croissance durable », la banque Mondiale souligne que le redressement du Continent exige des efforts systématiques pour mettre en place « une structure institutionnelle pluraliste, la volonté de respecter les lois et une protection jalouse de la liberté de la presse et des droits de l’homme ». Dans son rapport sur le développement dans le monde de 1991, la même institution constatait « qu’il semble bien qu’il y ait une relation forte et positive entre les libertés et des indicateurs d’amélioration du bien être social comme l’éducation des femmes, l’éducation en général et la baisse de la mortalité infantile ». Les rapport mondial sur le développement humain du PNUD (1990) relevait dans le monde entier « un désir véritable d’accéder à la fois au progrès économique et à la liberté politique », preuve que « la liberté est actuellement perçue comme un élément essentiel du développement humain et non plus comme une option facultative ». L’OCDE, pour sa part, a mis en lumière les relations unissant développement participatif, gestion des affaires publiques et démocratie (cf. le rapport 1991 du CAD).



Au delà de la proclamation de principe de l’interdépendance entre démocratie et développement, une réflexion approfondie s’est engagée au sein de la communauté internationale sur le concept de gouvernance démocratique. Parallèlement, s’est développée, en particulier en Afrique, une action opérationnelle d’envergure en vue de soutenir les processus de transition démocratique. En dernier ressort s’est imposé une « conditionnalité » de l’aide que les Etats et les institutions multilatérales lient désormais franchement au niveau de démocratisation des pays bénéficiaires. Parmi les facteurs internes des bouleversements politiques que connaît l’Afrique depuis trois ans, figurent en première place l’aggravation du sort des populations due à la crise qu’est venu renforcer le mécontentement populaire à l’égard des politiques d’austérité préconisées, voire imposées, par les institutions financières internationales.



Si l’interprétation politique des événements considérables que connaît l’Afrique sub-saharienne peur donner lieu à controverses (s’agissant notamment, on y reviendra, de la viabilité des processus engagés), en revanche nul ne conteste l’ampleur des transformations qui ont affecté les édifices constitutionnels. Les nouvelles institutions dont se sont dotés les pays africains engagés dans la voie des transitions démocratiques reflètent ainsi une nette rupture par rapport à l’ordre juridique antérieur. Quelles qu’aient pu être les voies menant à ces changements politiques, ces derniers ont toujours été imposés par la contestation et arrachés aux pouvoirs en place. Ces transitions se sont opérées soit d’une manière souple et négociée, soit d’une manière plus brutale, à travers les Conférences nationales. Le premier modèle de transition démocratique a consisté en un réaménagement plus ou moins profond du système politique fondé sur le parti unique. Les cas de la Côte d’Ivoire et du Cameroun révèlent ainsi d’importantes concessions sur le terrain de la démocratie formelle. Cela vaut aussi bien pour le rééquilibrage entre les pouvoirs législatifs et exécutif et au sein de l’Exécutif, entre le Chef de l’Etat et le Premier Ministre (en Côte d’ivoire notamment), que pour la légalisation des partis politiques ou des garanties dont dispose le citoyen face au pouvoir. La révision des Constitutions en vigueur en Côte d’ivoire et au Cameroun a été suivie d’élections présidentielles, législatives ou locales, qui à défaut d’avoir débouché sur l’alternance, se sont traduites par une représentation plus ou moins importante des partis d’opposition au Parlement (cf. notamment la percée de l’opposions camerounaise au scrutin législatif de mars 1992).



Le second mode de transition est plus radical car il est censé faire table rase du système en place : il passe par la tenue d’une Conférence nationale. C’est le Bénin qui le premier a vécu cette expérience, suivi par d’autres pays ouest-africains, en particulier le Mali, le Niger et le Togo. Les conséquences politiques de telles assises n’ont pas été les mêmes pour tous ces pays. Si l’alternance a souvent prévalu, ce ne fut pas le cas au Togo, où le général Eyadéma n’a pas hésité à recourir à la violence pour contrecarrer les forces du changement. On peut certes épiloguer sur les transitions manquées ou confisquées, sur le caractère factice du pluralisme partisan dans tel ou tel pays, mais un constat s’impose : la scène politique africaine n’obéit plus aux variables qui ont eu cours pendant trois décennies. Le pluralisme, sous toutes ses formes, est devenu la règle, comme l’attestent le fourmillement des partis politiques, la conquête de nouveaux espaces de liberté (notamment dans le domaine de la communication) ainsi que l’émergence d’un vaste mouvement associatif, qui reflète le réinvestissement du politique par la société civile.



Il n’en demeure pas moins que ces « nouvelles démocraties » africaines devront subir l’épreuve du temps. Une chose est de proclamer l’état de droit, une autre de garantir l’exercice effectif des droits reconnus aux citoyens africains. Une chose est d’affirmer l’indépendance de la magistrature, une autre de donner aux juges les moyens de s’opposer aux empiétements du pouvoir politique et d’assurer réellement leur mission. Une chose est d’inscrire dans les textes le pluralisme politique, une autre de permettre aux formations politiques d’exercer librement leurs activités. Les précédents qu’illustrent en Afrique de l’Ouest la Côte d’ivoire et le Cameroun, dont les dispositions constitutionnelles relatives au multipartisme sont longtemps restées lettre-morte, doit inciter à la prudence. De même, l’organisation des scrutins et leur déroulement ne répondent pas toujours aux critères garantissant l’honnêteté et la transparence des élections, comme le Cameroun en a donné un exemple significatif lors de la dernière élection présidentielle.



En dernière analyse, il semble que le succès ou l’échec des expériences démocratiques en cours reposera sur la capacité des acteurs politiques et sociaux de surmonter plusieurs défis :



Le premier est d’assurer, dans les faits comme dans les consciences, le passage de la démocratie formelle au vécu démocratique, ce qui passe par des activités systématiques d’éducation et de formation des citoyens aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales ainsi que par une adhésion des dirigeants aux principes d’une bonne gouvernance. Cette notion, que l’on peut définir comme « the conscious management of regime structures with a view to enhancing the legitimacy of the public realm » (Goram Hyden) et que Richard Joseph a popularisé en Afrique grâce à son programme « African Governance » développé au Centre Carter d’Atlanta, a fait l’objet de diverses réflexions (notamment au sein de la Banque Mondiale et de la Coalition globale pour l’Afrique). C’est le pluralisme politique qui a permis d’en préciser les critères : état de droit et respect des droits de l’homme, responsabilité de l’administration dans la gestion des affaires de l’Etat, utilisation efficace et prudente des deniers publics, diminution des budgets de la Défense, transparence de la gestion publique, etc...



Le deuxième défi auquel sont confrontées les expériences démocratiques réside dans l’impatience - légitime - des populations qui, au delà de la conquête de nouveaux espaces de liberté, aspirent à un changement radical de leurs conditions de vie et de travail. « Changer la vie », « mettre un terme à la misère », voilà ce qu’attendent les peuples africains des transitions démocratiques. On touche là un point sensible. A défaut d’être en mesure, sinon de surmonter tous les obstacles économiques et financiers, du moins d‘alléger les souffrances des populations, les forces du renouveau, issues du suffrage universel, courent à l’échec. « Ventre affamé n’a point d’oreille » dit le dicton et il va de soi que ceux qui sont condamnés à survivre au quotidien n’ont pas le cœur à comptabiliser l’héritage désastreux des régimes autoritaires du passé. Ils sont plutôt enclins à mettre sur le compte des nouveaux dirigeants les difficultés qu’ils endurent. « Que signifie la démocratie », « quel sens a le droit de vote lorsqu’on n’a pas de quoi manger ? » entend-on souvent dans la bouche des populations africaines.



C’est ce désenchantement, cette désillusion que les leaders des régimes démocratiques doivent s’attacher à prévenir. C’est aussi sur ce terrain que les bailleurs de fonds internationaux doivent être conséquents : on ne peut à la fois exiger que la gouvernance démocratique soit la règle et maintenir une pression financière telle sur les nouveaux régimes africains que la situation des populations ne peut que perdurer et leur désarroi s’amplifier. En fait, la crise remet en cause la légitimité des Etats africains - qu’ils soient ou non démocratiques - parce qu’ils ne sont plus en mesure de rendre des services concrets aux populations. Il est donc à craindre que ne se développent de plus en plus des sociétés hors et contre l’Etat, sources de conflits futurs comme le font pressentir les exemples libérien, touareg, casamançais ou tchadien, ou encore, au sein de pratiquement tous les Etats de l’Afrique de l’Ouest, l’aggravation de la marginalité urbaine.



A cet égard la généralisation et la banalisation du phénomène émeutier au sein de la jeunesse des villes constitue l’une des plus grandes menaces auxquelles sont confrontés les pouvoirs établis. Ce phénomène est directement lié à un dynamisme démographique qui a consacré l’écrasant poids majoritaire des jeunes dans l’ensemble des sociétés africaines. La jeunesse des villes, exclue des modes de socialisation « classiques » - en particulier l’école, du fait de la crise profonde des systèmes éducatifs - coupée de la culture politique des générations précédentes, qui avaient trouvé dans la lutte anti-coloniale des référents communs, est socialement, psychologiquement et politiquement déstructurée. Pour la plupart sans travail, considérés comme les « underdogs » de la société, en profonde opposition avec leurs aînés, souvent perçus comme les « profiteurs » du système, ces jeunes représentent une proie facile pour tous les démagogues. On les a ainsi vus en 1993 détruire à Bamako les « lieux » symboliques du pouvoir - Assemblée Nationale, Ministères, etc... - Ailleurs, dès leur plus jeune âge, ils fournissent la chair à canon des guerres civiles et des conflits inter-ethniques (Angola, Liberia, Mozambique, Somalie, etc...)



L’acuité de ce problème commande que les Etats en fassent dorénavant l’une de leurs urgences, en centrant en particulier leurs efforts sur l’éducation et la formation. La dérive de la jeunesse africaine traduit également le caractère multidimensionnel de la crise : d’économique et financière, cette dernière est devenue de plus en plus culturelle et politique, sapant les fondements et les structures mêmes des sociétés africaines.



Cela montre bien, et c’est le troisième défi, que l’enracinement et la pérennité de la démocratie en Afrique de l’Ouest, comme dans le reste du Continent, passe bel et bien par une réhabilitation, voire une reconstruction pure et simple de l’Etat. La clé du succès final des transitions démocratiques actuelles se jouera de ce point de vue sur le terrain du développement humain, c’est-à-dire un développement axé sur l’homme et la satisfaction de ses besoins prioritaires dans les domaines de la lutte contre la pauvreté, de la sécurité alimentaire, de la santé, de l’éducation et la formation, l’accent devant être mis sur les catégories les plus démunies ou les plus vulnérables des populations (jeunesse, paysans, femmes). « Etre près des gens » (« Put the people first ») doit devenir le credo de l’Etat démocratique africain. Les populations du Continent ont eu de l’état post colonial une image négative, celle d’un pouvoir répressif, sécuritaire et accapareur. En étant plus proche des populations, en répondant à leurs attentes dans des domaines clés pour leur survie (ceux de la santé et de la sécurité alimentaire notamment), en assurant leur protection et l’épanouissement de leurs potentialités (par le biais de l’éducation et de la formation), l’Etat démocratique retrouverait sa légitimité. Au service du mieux-être des populations, à tous les niveaux, sur le plan local comme régional, il réaffirmerait sa présence et pourrait revendiquer son utilité sociale. Fondées désormais sur le critère « put the people first », les missions de l’Etat africain démocratique doivent impérativement être reconfigurées, reprofilées. L’Etat doit concentrer ses efforts en se fixant cinq grands objectifs :



Le retrait des domaines dont l’utilité sociale n’est pas claire et dans lesquels le secteur privé dispose d’un avantage comparatif. Très souvent ces domaines constituaient le socle de l’Etat patrimonial. Dans les secteurs dits stratégiques (l’énergie par exemple), l’Etat doit être présent mais de manière radicalement différente : en amont - afin d’arrêter les grandes orientations - et en aval - pour exercer un contrôle naturel.

Réinvestissement des secteurs-clés - l’éducation, la santé, les infrastructures - pour le développement du potentiel humain. La situation de l’enseignement public et des services sociaux est devenue dramatique en Afrique. Confrontés à la question de la dette et aux stratégies d’ajustement structurel, les Etats autoritaires post-coloniaux ont fait supporter à leurs populations l’essentiel du fardeau en opérant des coupes sombres dans les budgets de l’éducation et de la santé, plutôt que dans ceux de la défense ou des administrations centrales. En sacrifiant l’éducation et la formation, les Etats africains post-coloniaux ont commis un véritable crime contre leurs peuples en creusant le fossé Nord-Sud et en hypothéquant gravement les chances de développement national. L’éducation et la formation constituent en effet la clé de voûte du destin national . c’est d’elles que dépend dans une large mesure le rang des « Etats » dans le monde. Une étude récente, préparée en vue de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique et centrée sur « les enseignements du développement en Asie et leur applicabilité aux problèmes de développement en Afrique » (Seiji Naya et Robert Mc Cleery, octobre 1993) a souligné que l’investissement dans les ressources humaines était l’un des secteurs de concentration du développement en Asie de l’Est. Les économies nouvellement industrialisées d’Asie sont ainsi parvenues à fournir à des populations en accroissement constant des services d’éducation et de valorisation des ressources humaines tout en atteignant des taux de croissance sans précédent.

Il est temps pour les Etats africains démocratiques de s’atteler à la priorité de l’éducation, lorsque l’on sait que l’Afrique est la région où l’in enregistre le plus fort taux d’analphabétisme, où les dépenses publiques par élève atteignent environ 70 dollars par an (soit trente fois moins que dans les pays industrialisés), et où à peine 2 % des élèves sortis du secondaire font des études supérieures (36 % dans les pays industrialisés). Mais l’éducation en Afrique, dans le contexte des démocraties naissantes et de la montée des antagonismes culturels et ethniques, doit être entendue dans son sens le plus large. Il s’agit d’assurer une éducation globale et intégrale, permettant de promouvoir simultanément le progrès des sociétés et la formation d’individus enracinés dans leurs cultures et qui seront demain des citoyens majeurs, libres, égaux et responsables. Ajoutons que les institutions internationales ont désormais pris clairement conscience du caractère prioritaire de l’éducation et du développement des ressources humaines. En témoignent par exemple la création de la « Capacity Building Foundation » à Hararé et la révision actuelle des stratégies de développement du département africain de la Banque Mondiale.

Redéploiement des « moyens humains et matériels » de l’Etat :l’un des leitmotivs préférés des bailleurs de fonds occidentaux pour l’Afrique est « moins d’Etat » !, donc moins de fonctionnaires, ce qui dans la phase de crise actuelle, contribue à rendre encore plus « évanescente », plus « fluide », la présence de l’Etat. Il aurait été sans doute plus juste d’adopter le slogan « un Etat différent ». Il est en effet nécessaire de redéployer les moyens de l’Etat démocratique de façon à lui permettre de répondre véritablement aux aspirations et aux besoins des populations. Comment donc reprofiler l’Etat africain démocratique ? D’abord en continuant d’alléger les administrations centrales tout en envoyant sur le terrain une partie de leurs fonctionnaires. Ensuite en renforçant le maillage des services publics à l’échelon local, en ouvrant des écoles et des dispensaires, en assurant la sécurité des citoyens , en recrutant des enseignants et des assistants sociaux, etc. - et traduire dans le budget de l’Etat cette réévaluation des priorités, notamment en faisant des coupes dans le budget de la Défense - Enfin, en menant une politique déterminée de décentralisation administrative, qui peut contribuer à désamorcer les tensions « régionalistes ».

Promotion d’une culture démocratique :les nouveaux régimes africains doivent s’attacher à l’enracinement de la démocratie dans les institutions (réhabilitation par exemple du pouvoir judiciaire et de l’appareil d’Etat dans son ensemble, y compris sur le plan de l’apparence matérielle), dans les textes (consolidation des libertés fondamentales) et, surtout, dans les esprits par l’utilisation de tous les relais sociaux (écoles, O.N.G., formations politiques, etc.). Il s’agit donc de développer une culture de la démocratie et de la tolérance, en particulier au sein de la jeunesse et de l’armée. Ainsi reprofilé, l’Etat africain, en étant plus proche des citoyens et en restaurant sa mission de service public, pourra voir son image réhabilitée.

La réévaluation des tâches essentielles du maintien de l’ordre à la lumière des exigences découlant du respect des droits de l’Homme, et sans négliger la lutte contre la corruption dans toutes ses manifestations. La mission de sécurité assignée à l’Etat renvoie inévitablement à la constitution d’une véritable armée nationale, dont le modèle serait tout autre que celui dont se sont dotés nombre d’Etats au cours des trois dernières décennies.



Il y a là un vaste chantier qui recoupe largement les préoccupations des bailleurs de fonds, et que les institutions financières, singulièrement la Banque mondiale, recouvrent sous le concept très général de bonne gouvernance.

Copyright Albert BOURGI, 2000

maatala

maatala a dit…

Salam

A propos des sanctions

Doit-on vraiment frapper un pays qui es déjà a terre ? Doit-on le traiter en paria et le pousser à se fermer plus qu'il ne l'est déjà, sachant que l'argent ne représente plus rien pour les généraux, car ces derniers se sont déjà mis à l’abri du besoin ? Doit-on, sans dire que cela est cynique, réduire la population à atteindre un tel niveau de pauvreté qu'elle en arrive à se révolter.

Au lieu de nous affamer, aidez nous plutôt à dissoudre la bidasserie.

maatala

Anonyme a dit…

Les routes menant vers l'Etat Major National sont fermées. On parle de transfert de prisionniers Salafi. Esperons que c'est la fin de la mascarade du 6 Août.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Maatala,

Merci pour le texte de Bourgi. Copier, coller dans Word et imprime pour lecture. Merci de le faire de temps a autre si tu tombes sur quelques chose d'aussi interessant. A-

Anonyme a dit…

On dirait que la France nous considere comme une region du royaume de Karim Wade.
Effectivement, des sn entrevue recente avec Sarko, la crise mauritanienne etait dans l'ordre du jour.
Et visiblement, c'est ce Karim qui introduit les leaders de ce pays dans les hautes spheres politiques et affaires en France (Vente Snim à Mittal, Introdction de Bouamatou etc.)
Franchement, si avec 48 années d'existance, nous ne pourront pas par nos propres moyens obtenir des netrées auprès de notre colonisateur, c'est que la MAuritanie n'a ps encore obtenu le status Etat

Anonyme a dit…

Probablement le General va s'en sortir si les condamnations françaises et US sont faites comme la dernière fois. Faut rester vigilant. A-

Anonyme a dit…

Maata,

Les enfants que j'enseigne ne sont pas autorise's a' me donner des articles/ecrits vieux de plus de 5 ans. Ceci etant dit je vous remercie pour cet ecrit d'Albert Bougri. Prochainement, il faut tenter de donner des articles plus recents aux lecteurs de canalh.

En ce qui concerne les sanctions economiques, il va sans dire que je n'aime nullement voir le vaillant peuple Mauritanien soumis aux desastreuses consequences desdites sanctions. La solution se trouve entre les mains de ceux qui ont arrete' et mis un prison le president de la republique et le Premier Ministre, usurpe' le pouvoir et se sont declare's dirigeants et proprietaires de notre pays avec ses hommes, ses femmes et les quelques ressources naturelles qu'il a. Toutes les decisions que les usurpateurs ont prises, sont illegales et illegitimes. Les pays amis comme La france et les USA et les organisations internationales comme l'Union Europeenne, la Banque Mondiale et l'Union Africaine ne sont pas contre le peuple Mauritanien. Ils sont contre le coup d'etat du 6 Aout 2008 pour des raisons bien connues qui ont ete' discute'es ici et ailleurs. Il faut egalement souligner que personne ne peut obliger ces pays amis a' donner l'argent de leurs contribuables respectifs a' un pouvoir qui n'est pas representatif du peuple. JUSQU'A PREUVE DU CONTRAIRE, LE GENERAL MOHAMED ABDEL AZIZ N'A JAMAIS ETE' ELU A' UN POSTE QUELCONQUE ET LA CONSTITUTION MAURITANIENNE ET LES LOIS EN VIGUEUR DANS NOTRE PAYS NE RECONNAISSENT PAS LE COUP D'ETAT COMME ETANT UN MOYEN LEGAL POUR ARRIVER AU POUVOIR!

Ceux qui disent que deux tiers des depute's soutiennent le coup d'etat, ne trompent qu'eux memes. Nous avons une tres bonne ide'e de la nature de ces soutiens fictifs.

General Mohamed Abdel Aziz, LATEKHAZI BIRASSAKE! La sagesse Mauritanienne dit: "...LIMDARAGUE BILEYAM ARYANE." LE TEMPS N'EST PAS DE VOTRE COTE' ET CHAQUE MINUTE QUI PASSE JOUE CONTRE VOUS!!!Il faut revenir a' la raison en liberant le president et le premier Ministre et en retablissant toutes les institutions de la republique.

Ce n'est pas en soumettant notre vaillant peuple aux sanctions economiques que vous allez lutter contre la pauvrete'. L'histoire ne vous pardonnera jamais si vous donnez a' qui que ce soit un pretexte quelconque pour envahir militairement notre pays et l'occuper pour plusieurs anne'es.
POUR EVITER TOUTES LES OPTIONS QUI EXISTENT SUR LA TABLE ET QUI PEUVENT ETRE CATASTROPHIQUES POUR NOTRE PAYS ET NOTRE PEUPLE ET POUR NE PAS AFFAMER CE VAILLANT PEUPLE QUE VOUS PRETENDEZ AIMER, NOUS VOUS DEMANDONS TOUT SIMPLEMENT DE PLIER BAGAGE ET QUITTER LE POUVOIR QUI APPARTIENT AUX MAURITANIENNES ET AUX MAURITANIENS ET NON A UN FAISEUR DE COUP D'ETAT!

Mon cher Maata, ce ne sont pas les autres qui veulent nous affamer. Ce sont nos propres fils qui sont entrain de nous affamer pour rester au pouvoir. Tes ecrits de l'apres 6 Aout demontrent que tu es parmi ceux qui ont soutenu le coup d'etat. Tu es donc en partie responsable du drame que les Mauritaniennes et les Mauritaniens vivent aujourd'hui! SHAME ON YOU!

LA MARMITE FAMILIALE QUI ETAIT VIDE,A DISPARU DANS LA NATURE DEPUIS LE 6 AOUT 2008!

Anonyme a dit…

Sanhaji a dit:
Les routes menant vers l'Etat Major National sont fermées. On parle de transfert de prisionniers Salafi. Esperons que c'est la fin de la mascarade du 6 Août.

Sanhaji

7 septembre 2008 02:59


A- lui repond: ceci confirme que nos djihadistes etaient manipules. Aziz refuse d'envoyer le gars devant la cour au temps de Sidioca (voir page 13 du memorandum du FNDD) et il ne l'envoie que quand il est Chef d'Etat et rapidement au cas ou il perdrait et que chabarnou se mettrait a parler a ses successeurs. Chabarnou n'est pas un islamiste, ni Ould Sidna.

Anonyme a dit…

Visitez ce blog, il est très violent!

www.ouldabdelaziz.blogspot.com

maatala a dit…

Salam

Lu sur ANI

"Conférence de presse des parlementaires du RFD: «Nous ne sommes pas d’accord pour qu’il y ait une candidature d’un membre du HCE».
----------------------------------

Quelle connerie

Pourquoi ne pas parier, pour une fois à ce peuple meurtri par 30 ans de BIDASSERIE .

La seule chose dont on peut au moins être sur, c'est que les Mauritaniens dans leur grande majorité ne veulent plus des BIDASSES.

Dans l'hypothèse ou ELY, AZZIZ, DADDAH et SIDIOCA se présentent à la prochaine élection présidentielle si elle a lieu.

Daddah aura tout intérêt à ce ELY et AZZIZ soient candidats, car c'est la division assuré de leur camp et inévitablement de leur défaite enfin.

Par contre si Daddah devait affronter Ely tout seul, il sera battu à plate couture.

Avant d'être complice d'un putsch, il faut se mettre d'accord sur les termes du contrat avant et non après, car comme disait l'autre les promesses ne sont valables que ceux qui y croient.

Le RFD n'est animer que d'une seule ambition, c'est l'arrivée de AHMED le "BOULANGER" au pouvoir.

Au lieu de craindre le HCE, le boulanger devrait plutôt redouter une alliance : APP-AJD/MR-Tawssoul-UFP, car à leur yeux c'est un looseur et il a toujours été le complice des militaires.

Le problème du HCE, c'est qu'il auront des difficultés à retrouver un autre clone de SIDIOCA
pour nous l'imposer, alors pourquoi ne pas aller eux même au charbon.

Après tout qu'est qui interdit à l'un d'entre eux, de devenir civil et de se présenter.

Sachant par avance qu' il y a de forte chance que les GNOUS que nous sommes les suivront dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

A lire sur le blog du prof:

"ELY Ould Mohamed Vall, apprend l’anglais."

maatala a dit…

Salam

lu pour vous sur l'authentique quotidien

Micro trottoir après la formation du gouvernement


Conformément à notre habitude qui consiste à tâter le pouls de l’homme de la rue pour recueillir ses impressions à propos d’un événement qui se produit dans notre pays, nous avons tendu notre micro à des passants de l’avenue Gemal Abdel Nasser. C’était lundi, après l’annonce de la constitution du nouveau gouvernement.


Mariem Kane (secrétaire)

Je ne vois pas d’intérêt dans l’existence d’un gouvernement. De toutes les façons, cela fait plus de deux mois que nous n’en disposons pas, et le pays ne s’en est pas mal porté. Finalement que le pays ait un gouvernement ou qu’il n’en ait pas, c’est du pareil au même. Alors, autant ne pas en disposer, puisque là au moins, les charges inhérentes à l’entretien des ministres, peuvent être orientées ailleurs, dans des projets de développement ».


Souleymane Ould Brahim (administrateur).

« Il était temps que notre pays dispose d’un gouvernement. Je ne veux donner aucun avis sur les hommes qui le composent, je sais seulement, que nous avons besoin de voir l’administration tourner. Depuis le départ du Premier ministre Zeine Ould Zeidane, nous n’avons fait que nous retourner les pouces en faisant semblant de travailler. Maintenant qu’une équipe est mise en place, nous devons commencer à travailler ».


Ali Ould Amar Ould Moulaye ((administrateur)

« Il faudrait d’abord se poser des questions sur la légalité ou non de ce gouvernement. Je ne pense pas que l’équipe du Premier ministre Ould Mohamed Laghdaf aura le temps de s’adapter à la situation pour enclencher des actions au profit des populations. Si le Premier ministre veut voir son équipe travailler sereinement, il faudra qu’il parvienne d’abord à assurer sa légalité, aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur ».


Ahmed Ould Mohamed Mahmoud (photographe)

« Il était temps que le pouvoir fasse ce pas en avant dans la construction du pays. Je trouve que les militaires ont été très patients et trop ouverts pour amener les différents acteurs politiques à les rejoindre. Vous savez, s’il s’agit d’une question nationale à laquelle dépend la vie du peuple, on n’a pas le droit de faire durer le suspens. Il faut trouver au plus tôt une sortie et s’engager dans cette voie. Les autres prendront certainement le train en marche ».


Fatimata Diallo (commerçante)

« Moi, je veux seulement parler des hommes et de leur valeur intrinsèque pour dire que chez nous, tous les hommes se valent. Particulièrement, tus ceux qui veulent nous diriger, ont les mêmes sentiments par rapport à la gestion de la chose publique. Quand on est au pouvoir, la première chose à laquelle l’on pense, c’est de se remplir les poches et de se faire un bon pactole pour assurer ses arrières ».


Fatou Mint El Haj (élève)

« Depuis deux mois, nos homes politiques ont passé tout leur temps dans des bagarres intestines, sans avoir le moindre égard pour leur peuple. Je crains fort que cela n’ait des conséquences graves pour notre avenir ? Et je dis aux nouveaux maîtres des lieux : du travail ! »


Kamara Ali Dem (politicien, militant de l’opposition)

« Le gouvernement qui vient d’être nommé, est un gouvernement de seconde division. Seules quelques rares personnalités y sont connues. Si c’est pour cette équipe que les députés frondeurs et derrière eux les militaires, n’ont jamais cessé, deux mois durant, de mettre des bâtons dans les roues de Sidioca, alors on aura vraiment perdu du temps. Et beaucoup de temps. Cela en valait-il vraiment la peine ? Je ne crois sérieusement pas. »


R’Chid Ould Ismaïl (commerçant)

« Il faut remercier les militaires de nous avoir sortis de la situation de catastrophe où nous a mené le régime de Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Avec celui-ci, entouré de sa famille au sens large du terme, nous nous dirigions directement vers le fond de l’abîme. Tout gouvernement qui n’est pas coopté par le régime de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, est forcément un gouvernement acceptable ».


Marietou Sall (informaticienne)

« Je sis persuadée que ce gouvernement, même s’il a eu du temps à se faire, est un gouvernement de transition. Puisque finalement, le président et son Premier ministre ne disposaient que de peu de temps pour réfléchir. Laissons aux nouveaux ministres le temps de voir ce qui se passe et de prouver ce dont ils sont capables, puis jugeons-les avant d’en sélectionner les meilleurs ».


Pape Fall (technicien)

« Un gouvernement issu d’un coup de force militaire, devait nécessairement comprendre toutes les forces vives de la nation, le cas contraire, les partis de l’ex-opposition. Cette disposition lui donnerait plus de crédibilité, et pourrait même amener la communauté internationale à le reconnaître. Tel n’a malheureusement pas été le cas. Maintenant, il faut observer pour voir ce qui va arriver ».


Baba Traoré (technicien)

« Je salue surtout la décision des hommes au pouvoir qui consiste à réduire de deux tiers, le nombre de nos ministres. Celui-ci pouvait même être réduit à une dizaine de portefeuilles. Si depuis toujours, l’Exécutif n’avait de souci que de respecter les dosages tribaux, ethniques et régionaux, c’était bine pour une question de complaisance ».

Propos recueillis par MOMS

maatala

Anonyme a dit…

Extrait du CV de mohamed OULD MOINE :le ministre

الحالة المدنية:
الاسم واللقب: محمد ولد محمد عبد الرحمن ولد أمين
مواليد: 1970
المؤهلات الدراسية:
1987-1991: متريز في القانون العام جامعة نواكشوط

Impossible il ne peut pas obtenu sa maîtrise a 21 ans , il faut voir l’age ou l’année d’obtention ce mes n’était jamais intelligent
التجربة المهنية:
1992-1996: مستشار ثاني بالسفارة الموريتانية ببروكسل



A cette epoque la il a etait fraper par el Arby OULd KHTOUR , il la prafer par sa centure comme son enfant et ould moine a plerer lui aussi comme enfant


2007: مستشار أول بالسفارة الموريتانية ببرتوريا/ جنوب إفريقيا.



A cette epoque la il falcifier les visas pour Angola et Afrique du sud demander au groupe de mauritaniens arreter actuellement en Angola a cause de lui .




Regarder ses memoires vous allerz vous rendre compte de sa mediocrité
البحوث والدراسات:

- الانقلاب العسكري في موريتانيا (كلية الحقوق بنواكشوط 1990)

De quel coup d’etat parle ou de quel genre de coup d’état


- إفريقيا السوداء والعالم العربي: (1996)

L’afrique noire et le monde arabe et apres


- العلاقات الأورو- موريتانية: (1999)
- آفاق المؤسسات السياسية والتحول السياسي في موريتانيا (مركز دراسات بوستن) إلى غير ذلك من البحوث.
اللغات:
العربية – الفرنسية - الانجليزية

Anonyme a dit…

c'est quoi l'adresse du blog du prof ely svp.

Anonyme a dit…

www.haut-et-fort.blogspot.com

Anonyme a dit…

www.haut-et-fort.blogspot.com

grizzly a dit…

Salut les amis ,confrères et autres camarades!
Il y a du nouveau chez moi :ma réaction à chaud au putsch ,quelques heures seulement après la commission de cette félonie par Aziz and Co!
Peu de gens ont lu cet article publié nuitament par Cridem et en catimini ,un peu comme le decret qui a fait avaler à Sidioca son "acte d'enrôlement"(sic)par l'armée!Bien sûr ma position n'a pris AUCUNE RIDE depuis lors ,comme de notoire!MERCI
BLOG DE KBG:

http://vindicte.blogspot.com/

Anonyme a dit…

Maata,

Il faut qu'on laisse le vieux finir le mandat pour lequel il a ete' elu.
FRANCHEMENT, TU ES UNE TRES GRANDE DECEPTION!!!!

PS.
Je viens de faire une petite promenade chez
www.haut-et-fort.blogspot.com
Notre prof a oublie' de souligner que John is smoking his pipe. Mohamed Abdel Aziz is high on MONEYJA. Maata is lost. Moulay Ould Mohamed Laghdaf has no idea why he was appointed "PM". Ghazouani is reading the stories of Aicha Rakhma and trying to connect them to democracy Mauritanian style. Felix Negri is still trying to figure out what is going on around him....etc.

LA MARMITE FAMILIALE A DISPARU!!!

maatala a dit…

salam

Il faut qu'on laisse le vieux finir le mandat pour lequel il a ete' elu.
FRANCHEMENT, TU ES UNE TRES GRANDE DECEPTION!!!!

-----------------------------------

Couly

je ne suis pas et ne serais jamais un adepte des incantations.

Je te rappelle que ce sont tes amis AZZIZ et compagnie qui ont mis démis SIDIOCA.

Tes écrits sont encore sur ce blog.

Tant que je serais une déception pour toi, je m'en porterai que mieux.

Merci aussi de m'attribuer un rôle et une influence qui sont le cadet de mes soucis.

Poser les questions qui fâchent et qui dérangent tel est mon bon plaisir, car contrairement à toi , je ne suis inféodé à aucune chapelle, ni fervent laudateur d'un dictateur responsable de tous nos malheurs (Taya ente vem).

Que tu le veuilles ou pas SIDIOCA est par contre votre déception,car il fut le complice de la BIDASSERIE et contrairement à toi , je n'ai jamais cru qu'il puisse être un jour à la hauteur de la tache.

A toi les incantations , à moi les questions qui fâchent dit le FOU.

Maatala

maatala a dit…

Salam

Couly dans le texte

Lambda,

"Je vois une determination de votre part d'opposer le vieux a' certains officiers superieurs. La stabilite' de la Mauritanie exige a' ce que cette alliance entre le president et les generaux continue.
J'ai condamne' le coup d'etat et j'ai dit ce que j'avais a' dire mais je continue a' croire que la presence du General Mohamed Abdel Aziz et celle de Ghazouani a' la tete de la hierarchie militaire sont encore necessaires. SE SERAIT SUICIDAIRE DE SE DEBARRASSER D'EUX!
Comme on dit chez nous, "KHEYRE MJANINENA MINE MJANINEKOUM."

24 juin 2008 17:44

maatala

Anonyme a dit…

Pris sur El Chourouk du 7 septembre 2008.

On en termine pas avec ces terroristes. Peut-etre le reste des autres djihadistes manipulés qui ont tué les français. BelMokhtar est entre les mains des algeriens depuis deja quelques mois.

l'article en profite pour leur mettre sur le dos le coup d'Aleg (Alak) et l'attentat contre l'ambassade israelienne.

J'avais cru comprendre que tout le monde a ete arrete par Aziz et Ghazwani! Cet article est bien sur un de ces articles sponsorisés par quelque service securitaire. Le constat certain: 2 mauritaniens se sont fait prendre sous un arbre ou dans une grotte.

Une question bete: qui leur achete tous ces armes, explosifs et thurayas si ce n'est un etat?

La conference securitaire de Bamako est elle annulee? On en entend plus parler.

A-

==========

La sécurité malienne arrête deux mauritaniens adjoints de Belmokhtar


07.09.2008

Par : Naila.B/ Traduit par : Meriem Arezki

Les agents de sécurité malienne ont arrêté deux experts dans la fabrication d’explosifs, et qui sont les plus importants leaders de l’organisation du groupe salafiste pour la prédication et le combat. Ces deux éléments opèrent au niveau de Katibate « El Moulathamine », sous l’égide du dénommé Mokhtar Belmokhtar alias « Laouar », émir de la neuvième région à l’époque de Hassan Hattab.


Des sources rapprochées de l’appareil sécuritaire malien explique que ses éléments ont arrêté les deux terroristes au mois d’août dernier au nord du mali lorsqu’ils s’étaient cachés dans un abri qui servait d’atelier de production d’explosif et de bombes artisanales. Ils ont été arrêtés alors qu’ils traitaient des produits explosifs. Une importante quantité de matériel de guerre ont été saisi à l’intérieur de cette cachette en plus de téléphones portables « Thuraya » qui étaient en possession des deux criminels.
Les deux terroristes arrêtés sont selon les mêmes interlocuteurs de nationalité mauritanienne, et des adjoints de l’émir de Katibate El Moulathamine dans la neuvième région de Mokhtar Belmokhtar (Khaled Abou Al Abbas), alias « Laouar ».
D’autres sources expliquent que ces deux éléments peuvent être impliqués dans les derniers attentats en Mauritanie notamment celui d’Alak qui a ciblé quatre touristes français ainsi qu’un autre contre une boite de nuit située en face de l’ambassade d’Israël à Nouakchott.

Anonyme a dit…

Etonné que Lakhbaar Tebgue Vi Dar a arreté toute activité depuis le 1septembre 2008. Plus rien a critiquer depuis le coup d'etat. A-

Anonyme a dit…

Maata,

J'ai bel et bien ecrit les mots cite's dans ton ecrit du 7 septembre 20:37. J'ai meme ecrit deux jours avant le coup d'etat, qu'il serait preferable de commencer a' penser a' faire du General Mohamed Abdel Aziz le Premier Ministre. Si on avait ecoute' mes conseils, on ne serait pas dans la crise actuelle. Ceci etant dit, les conseils sont ce qu'ils sont. Une decision legale prise par le president de la republique ne doit jamais justifier un coup d'etat.
Il faut egalement souligner que le vieux etait tres limite' dans ses activite's a' cause du General et ses amis frondeurs.

Tu es libre de dire ce que tu veux mais mes principes sont connus et ils ne sont pas a' vendre.

Anonyme a dit…

Maatala,

Je suis quand meme d'accord avec ce que Couli dit la-dessous:

Il faut egalement souligner que le vieux etait tres limite' dans ses activite's a' cause du General et ses amis frondeurs.

Couli mon ami: comment tu oses proposer un poste de PM a Aziz? D'abord il voit plus haut et secundo il est incompetent pour le poste de PM. Tu peux imaginer Aziz parler de croissance, de bonne gouvernance, de taux d'inflation, recevoir une mission du FMI et leur parler sensé? Je suis personnellment d'accord qu'il faut ramener le vieux et exiler les 3 generaux au Maroc. Mais, PLEASE, Aziz ou Ely PM. You are dreaming.

Baisers a la petite Fatimetou. You take care of her. Elle a le nom de ma mere. So you behave with her and don't talk politics with her. Only nice things because this country, including those you cherish, is in trouble. Take care. A-

Anonyme a dit…

Lu sur Cridem


Mesdames, Messieurs,

Mesdames, Messieurs, les militant(e)s et député(e)s Vert(e)s;

Votre mouvement, de par sa défense des enjeux écologiques et du devenir de l’Humanité, est connu pour son attachement à un monde où les rapports de force ne seront plus le fondement de la coexistence entre les peuples mais la justice, la solidarité et la démocratie. Votre refus de l’ordre établi vous distingue des partis traditionnels longtemps décriés pour leur cynisme et leur compromission avec les dictatures.

A ce titre, la désignation de Madame Isler Béguin comme chef de la mission de l’Union Européenne d’observation des élections en Mauritanie avait été bien accueillie par les démocrates dans notre pays. Ce processus démocratique fut initié à la suite du renversement du Colonel Ould Taya par ses proches collaborateurs militaires mettant un terme à vingt et un ans de dictature.



A l’issue de ce processus, Madame Isler Béguin déclara son entière satisfaction quant à la conduite et la transparence des élections couronnées le 19 Avril 2007 par l’investiture du président élu Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi. Depuis lors, la Mauritanie s’est engagée dans le renforcement de la démocratie et des libertés.

Aucun journal n’a été censuré et les médias officiels, jadis fermés à l’Opposition, furent largement ouverts aux débats contradictoires. Le parlement qui faisait figure de chambre d’enregistrement dans le passé, est devenue une véritable arène politique allant jusqu’à déposer une motion de censure contre le gouvernement.

Pourtant, le 6 Août 2008, réagissant à la décision de leur limogeage, les principaux dirigeants de l’Armée organisent un coup d’état contre le premier président démocratiquement élu. L’Union Africaine a aussitôt condamné ce coup d’état et décidé de suspendre la Mauritanie en exigeant le retour à une vie constitutionnelle normale. L’Union Européenne et le conseil de sécurité des Nations Unies ont exprimé les mêmes exigences.

Madame Isler Béguin avait dans un premier temps condamné fermement le coup d’état. Toutefois, après son entrevue à Nouakchott avec le chef des putschistes et les députés qui le soutiennent, elle a tenu des propos choquants tendant à relativiser la rupture de l’ordre constitutionnel et l’arbitraire que les militaires veulent imposer à notre démocratie naissante. Pourtant l’analyse objective du discours des putschistes et les mesures qu’ils ont adoptées depuis lors, montrent bien la légèreté de leurs arguments et les risques d’instabilité et de guerre civile qu’ils entretiennent.

Nous, mauritaniens résidents en France, lançons un appel aux Verts des parlements français et européens pour condamner avec vigueur ce coup d’état et demander le retour à l’ordre constitutionnel ainsi que le règlement des différends politiques par les seules voies légales.

Paris, le 6 septembre 2008

Abdoullah Ould El Mounir

Coordinateur

Anonyme a dit…

"Juste pour rire...jaune comme les chinetoques ,les japs ou les Nha Qhe (Viet namiens) !!"

Faites un tour chez KBG ,il rigole à fond la caisse en se tapant le HEC et Sidioca!Très Marrant!

http://vindicte.blogspot.com/

maatala a dit…

Salam

Couly

Lorsque les démocrates faisaient appel à l'opinion internationale, à l'UA, ONU, UE etc pour condamner le régime du caporal pour cause de crimes et de déportation; tu criais au mensonge, à l'ingérence, etc...

T'entendre aujourd'hui faire appel à ses mêmes institutions pour sanctionner la mauritanie parce que SIDIOCA a été embastillé par ses complices est pathétique voir inquiétant de la part de celui qui continu à soutenir un dictateur (taya) considéré comme étant le plus grand criminel de l'histoire de ce pauvre pays.

Comment ose tu te proclamer démocrate en soutenant TAYA, qui est la négation même de la démocratie.

Proposer AZZIZ comme PM, c'était continuer à espérer que les complices devenus ennemis pouvaient encore travailler ensemble.

SIDIOCA a toujours été l'otage-complice des bidasses, en mettant fin à son mandat, ils ont mis fin à cette farce.

SIDIOCA aura trahi le seul espoir de ce peuple, qui était celui d'en finir avec la bidasserie.

Il a commençait par là promouvoir et là renforcer.

Il ne te dira jamais assez merci , puisque tu lui conseillais de le faire dit le fou.


maatala

Anonyme a dit…

Maata,

tu es borné quant tu compares ce qui se passe aujour'hui avec le temps de Taya.

Au temps de Taya, la majorité de Sidi + la majorité du RFD (les tranfuges) l'ont soutenu et ça ne l'a tout de même pas amené à bafouer la Constitution.

Tu sais bien que les médias privés étaient très libres au temps de Taya (je rappelle que Habib Rahimahoullah écrivait durant la période que tu appellerais période de plomb). Pourtant jamais il ne fut emprisonné.

L'opposition existait et elle critiquait le pouvoir à haute voix sans être inquiétée.

Il est vrai que les médias publics étaient d'un exécrable niveau. A la fin de son pouvoir Taya a même constaté que leur contenu était nuisibles au pays et à lui même.

N'oublies pas que Hamoud, le Monsieur qui a révolutionné la TVM a été nommé au temps de Taya, et il n'a fait que déployer son projet de modernisation de la TVM qu'il a mijoté pendant la tansition.

Ceux qui ont bousillé le pouvoir de Taya et surtout à sa fin, ce sont des gens types députés frondeurs, les gens de la sécurité Aziz, Ely et Co et les tranfuges du RFD qui étaient au PRDS, qui étaient des applaudisseurs finis non pas par conviction mais unique pour confirmer l'image qu'on voulait faire de Taya, soit un dictateur sanguinaire etc, etc.

La seule période où des exactions ont été commises c'était durant les évènements. Bien qu'on ne peut pas minimiser cela, mais l'histoire montrera que toute la catastrophe a été initiée par le puissant Gaby pour se débarasser de Taya.

C'est d'ailleurs ce que fit Ely avec les Salafis avant de le renverser un 3 Août.

Moi, Couly et beaucoup d'autre croyons, et continuerons de croire que Maaouiya est le plus dirigeant qu'a connu ce pays, et il le restera pour très longtemps.

A présent nous demandons la libération immédiate de Sidi Ould Cheikh Abdallahi et son rétablissement dans ses fonctions et nous n'allons pas changer.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Il y a combien de Sanhaji? Il y a un qui est bien et il y a une autre qui est mauvais.

maatala a dit…

Salam

"Le général putschiste peut-il gagner une élection transparente ?

Le silence pesant de la Junte militaire sur son avenir politique, sur son éligibilité ou pas, continue de susciter des interrogations pour l’opinion nationale. Derrière cette stratégie se cache en fait la volonté d’un homme, celui qui occupe de force la présidence de la république.

Les ambitions du personnage sont connues. L’homme veut se succéder à lui-même, pérenniser le costume cravate qu’il endosse depuis quelque jours par un simulacre d’élection. Une farce électorale dont les pauvres mauritaniens ont hélas l’habitude. Drôle de peuple qui encaisse sans jamais réagir ?

De faiseur de roi, le généralissime veut être le roi. Mais, en faisant de Sidi Ould Cheikh Abdallahi un roi, le général putschiste suite à son coup de poignard dans le dos contre Maaouiya Ould Sidi’Ahmed Taya a doté les mauritaniens avertis d’une fibre démocratique qui aujourd’hui nous mobilise contre l’odieux énième acte de cet homme contre notre pays.



Orchestrant sa rentrée politique par une conférence de presse, l’ex ambassadeur mauritanien auprès de Bruxelles, devenu de facto un premier ministre, interrogé sur l’avenir politique de la Junte en fait sur celle de son chef a été aussi vague que les vagues de l’océan Atlantique qui longe la Mauritanie.

Ce mutisme général sur l’avenir des hussards qui se sont emparés des rênes du pourvoir à la hussarde, explique en lui-même la folle ambition du général putschiste, qui veut devenir un président, comme l’était celui qui lui a tout donné, son Excellence Maaouiya Ould Sidi’Ahmed Taya.

Peut-il gagner une élection propre et transparente ?

L’électorat mauritanien imprévisible, voire insaisissable, offre d’énormes surprises. L’achat de consciences étant la règle principale du corps électoral mauritanien, le général peut espérer gagner en cas d’élection au cas où il serait parrainé par ses cousins friqués dont l’archi-milliardaire Ould Bouamatou qui en ce moment se démène comme un diablotin en coulisses pour que le territoire français ne soit pas interdit au général.

Cette éventualité s’effrite vue qu’un autre homme plus charismatique et plus respectable que le général, en la personne de l’ex-président Ely Ould Mohamed Vall caresse lui aussi le désir de se faire élire. Le choix des milliardaires du clan sera vite fait, puisque tous préfèrent Ely Ould Mohamed Vall dont la personnalité est débordante voir enthousiasmante.

Au cas où le général putschiste se pressente sans l’éventualité d’une candidature de Ely et que le clan des milliardaires se rangent à ses cotés pourra-t-il avoir des chances ?

Malgré la domination du blé (Argent) dans la vie politique mauritanienne, il est à signaler que le terrain politique mauritanien devient de jour en jour plus corsé. Il y a un certain goût de la politique qui aujourd’hui anime les mauritaniens et qui les amène à s’identifier politiquement à tel ou tel parti.

Cela revient à dire que, désormais, malgré les candidatures indépendantes qui utilisent à outrance l’achat de consciences, il est clair qu’il y a la domination de quelque partis politiques qui rend compliqué le parachutage d’un intrus.

Face à des partis comme l’APP, RFD, UFP, Tawassoul qui représentent plus de 60% du corps électoral, en cas de candidature du général putschiste, il serait impossible qu’il l’emporte de manière transparente.

Et ce quelle que soit l’imprévisibilité des électeurs mauritaniens qui votent en pensant à leur gamelle. Non, le général putschiste ne peut en aucun cas gagner une élection propre et transparente en Mauritanie.


Info source : montesquieu

maatala

Anonyme a dit…

Maata,

The focus is on Mauritania not on me. Je ne te laisserai pas changer de sujet. Tu n'es qu'un sale espion et tu ne sais pas comment faire ton travail. TU ES AUSSI UN TRES MAUVAIS DEMOCRATE ET N'AS AUCUN RESPECT POUR LA VOLONTE' DU PEUPLE!

Je ne regrette absolument aucun de mes ecrits!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
CECI ETANT DIT, JE TE DEMANDE D'INDIQUER UN ECRIT QUELCONQUE QUE J'AI FAIT ICI OU AILLEURS, POUR DEMANDER DES SANCTIONS ECONOMIQUES CONTRE LA MAURITANIE! Tu n'es qu'un sale menteur et un tres mauvais "ideologue".

Comme tu n'as rien compris de ce que j'ai ecrit, je suis oblige' de me repeter dans les lignes suivantes:
Personne ne veut voir le vaillant peuple MAURITANIEN SOUMIS AUX DESATREUSES CONSEQUENCES DES SANCTIONS ECONOMIQUES. IL FAUT EGALEMENT SOULIGNER QU'ON NE PEUT PAS OBLIGER LES PAYS AMIS COMME LA FRANCE ET LES USA ET LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES COMME L'UNION EUROPEENNE, LA BANQUE MONDIALE ET L'UNION AFRICAINE A' DONNER L'ARGENT DE LEURS CONTRIBUABLES RESPECTIFS A' UN GOUVERNEMENT QUI N'EST PAS REPRESENTATIF DU PEUPLE!
CE SONT NOS PROPRES FILS QUI SONT ENTRAIN DE NOUS AFFAMER PARCE QU'ILS VEULENT RESTER AU POUVOIR!
(J'espere que tu as un traducteur a' cote'.)

Mon cher Maata, tu es intellectuellement malhonnete! Je t'ai donne' le benefice du doute jusqu'au jour ou' j'ai vu tes ecrits pour soutenir et justifier le coup d'etat du 6 Aout 2008. J'AI PITIE' DE TOI!

PS.

JE SUIS TRES FIER DE TOUT CE QUE J'AI ECRIT A' PROPOS DE SON EXCELLENCE MOAWIYA OULD SID'AHMED TAYA. CE N'EST PAS LE PAUVRE DE DIABLE MAATA QUI VA ME FAIRE NIER MES ECRITS.

Mon petit Maata, je te prie de revoir tous les ecrits que j'ai faits depuis Aout 2005 pour comprendre que je suis constant dans mes positions. JE NE CHERCHE A' FAIRE PLAISIR A' PERSONNE. C'EST LE VAILLANT PEUPLE MAURITANIEN QUI CONSTITUE MA PRIORITE' PRINCIPALE.

Rien qu'en lisant quelques uns de tes ecrits dans les dernieres 48 heures, on comprend que tu est mentalement malhonnete et malade. Au lieu de mettre l'accent sur la crise que notre peuple traverse, tu parles de strategie electorale pour Mr. Ahmed Ould Dadah.

ENTE' FOYSSIDE et tu n'as aucune ide'e de ce que tu fais et/ou dis!

Anonyme a dit…

Couli,

Calmos. A-

maatala a dit…

Salam

Couly a dit:

Mon cher Maata,

"Tu n'es qu'un sale espion"

"Tu n'es qu'un sale menteur".

" LE PAUVRE DE DIABLE MAATA"

-----------------------------------

Tu n'as trouvé que des insultes pour me répondre, quelle tristesse.

Tu oublies qu'il ne sert à rien de s'attaquer à la personne ,mais à ses idées.


Chasser le naturel et il revient au galop et après cela, tu auras le culot d'accuser les les autres de t'insulter.


tu dis:

"JE SUIS TRES FIER DE TOUT CE QUE J'AI ECRIT A' PROPOS DE SON EXCELLENCE MOAWIYA OULD SID'AHMED TAYA"

je n'ai donc pas de leçon de démocratie à recevoir de toi, car moi j'ai toujours combattu ce tyran.

Il suffit de parler de TAYA pour que tu aboies(lol).


Tu ne diras pas, que je n'ai pas encore tenté une énième fois de te prendre pour un adulte dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

Couly

tu reproches à maata de parler d'élection, pourtant quand on écoute et on lit entre les lignes, nos politiciens en parlant du retour à la légalité, ils pensent plus aux élections, qu'au retour de plus en plus hypothétique de SIDIOCA.

Là est la différence entre les passéistes nostalgiques (sanhaji et toi) et les pragmatiques (montesquieu et maatala).


Zouber

Yanis le R. a dit…

Chers amis,

Nous avons entendu ces derniers temps dire que le gouvernement fantoche nommé par la junte militaire était un gouvernement de technocrates et de personnes au top dans leurs domaines respectifs d'affectation.
Je vous convie alors à examiner leurs CV sur l'AMI, en sachant que c'est ce qu'ils ont voulu qu'il soit publié...
A partir de ces informations et sans aller très loin car nous sommes nombreux à connaître une bonne partie de notre gouvernement, l'analyse est toute autre!
A noter que rien que moi, dans mon petit coin d'une terre lointaine, je peux faire le CV détaillé depuis l'école primaire d'une bonne demie douzaine de nos peu vaillants ministres actuels...
La surprise est immense en dehors de quelques noms facilement repérables.
On retrouve un chargé de l'hygiène d'une société d'électricité (ou de courant discontinu, lol) qui ne brille pas par ses performances comme conseiller de notre haute instance dirigeante autoproclamée, un chef de service d'une banque privée de la place comme chargé des fonctionnaires de la République, une chargée de cours au collège de Sebkha-I en charge des crises humanitaires et des catastrophes naturelles, un président de club de karaté au chevet de tout un département, la santé, dans un état de délabrement avancé avec des centaines de morts évitables tous les jours...
L'homme ou la femme qu'il ne faut pas à la place qu'il faut pour un ou une autre!
C'est bien un avant goût de la fameuse Rectification...
Ce fruit là doit être défendu à toute âme éprise d'un minimum de lucidité et d'amour pour son pays....

grizzly a dit…

Décidemment le "nazillon" ce germe nosocomial que j'aurais chopé durant mon bref séjour chez Canal H comme hôpital me talonne jusque chez moi , sur mon tout nouveau blog:http://vindicte.blogspot.com/!!
Remarquez que pratiquer la médecine serait plutôt flatteur ,généreux et gratifiant.Je puis le dire honnêtement: certains sur CanalH s'adonnent BENEVOLEMENT à cette louable pratique en s'échinant à trouver les bons remèdes qu'il nous faut!Et ce ,vraiment au propre comme au figuré et je n'ai été que trop bien placé pour en témoigner!Et comment!
Tout celà est bien louable certes ,mais Dr Mengelle d'Auschwitz et Dr Jekill le heros de Stevenson étaient médecins aussi!Et les maladies nosocomiales se contractent facilement surtout par des sujets non immunisés ou cuirassés comme moi jetés en patûre dans un milieu "hospitalier"(dans les 2 sens! (SIC)) fermé où differentes pathologies s'entrecroisent!Mon histoire politico-intello-médicale sans gros problèmes en attesterait facilement ,Dieu merci!C'est à croire que cette bacterie de "nazillon" serait irrémèdiablement résistante à toute antibiothérapie!Aussi ai-je décidé de la renvoyer dans son milieu nosocomial d'origine espèrant que vous saurez mieux que moi traiter ce genre de germes avec lequel certains "praticiens" de CanalH sembleraient "commercer" agréablement voire fileraient le parfait amour en dépit des risques certains de MST comme Mohamed(aziz) Sidioca et Taya!
Je vais donc renvoyer à l'expéditeur ,comme d'accoutumée hélas,ses immondices et maladies nosocomiales en attaché!
Dès que j'aurai assimilé le chapitre sur la suppression des commentaires ,je débarasserai mon blog ASEPTISE et qui se passerait bien de tous ces germes ,bacteries et autres virus nuisibles à la santé des honnêtes gens comme moi et pourquoi pas vous DONC AUSSI!Est ce si difficile que celà de garder la forme et la pêche tout en étant honnête et loin des germes nosocomiaux?Bien sûr que non pour qui s'en donnerait la peine ,but that is the NOSOCOMIAL QUESTION comme aurait dit Hamlet!
SUIVRONT CI BAS LES GERMES ET BACTERIES NOSOCOMIAUX AYANT INFECTE MON BLOG!A VOUS D'EN FAIRE LA CULTURE ET L'EVENTUEL ANTIBIOGRAMME SI TANT EST QUE CELA VOUS INTERESSERAIT JAMAIS!ET MERCI D'AVANCE!
A la bonne heure Messieurs!

Yanis le R. a dit…

Grizzly,

Effectivement le germe est nosocomial parce que tu l'as contracté plus de 2 jours après l'ouverture de ton blog (lol)...
Je ne t'apprends pas que les germes on vit avec, cela entretient même nos défenses et ce n'est pas un grand mal quand ça reste à l'état insignifiant comme le nazillon actuel, d'autres disparus que nous avions connus et ceux qui apparaitront au gré des changements de climat...politique.
C'est ce que les médecins appellent une colonisation qui ne se traite pas, il suffit de prendre des mesures d'isolement en ne répondant pas par exemple, et ça marche!
Par contre, l'infection doit être traitée, c'est ce qui se passe chez nous au plus haut niveau...
Voilà le vrai sujet, le reste n'est qu'appats, épouvantails pour nous distraire de l'essentiel...
A CanalH, ça ne passe pas!

maatala a dit…

Salam

lu sur cridem

"Me Lô Gourmo Abdoul " Ce que cache la résolution du Parlement européen..."

Point n’était besoin d’être devin pour imaginer ce que serait la réaction des putschistes à la suite de la résolution de circonstance adoptée par l’Assemblée parlementaire européenne, après la série impressionnante de prises de positions exprimées avec limpidité par l’essentiel des grandes institutions internationales et des pays frères et amis, depuis le Coup d’Etat du 6 août.

Le ton jubilatoire, euphorique, des partisans du putsch, est à la hauteur de la confusion et du désarroi dans lesquels les avait jusqu’alors plongée cette unanimité de la communauté internationale sur deux aspects considérés comme essentiels de toute solution de la crise provoquée par le putsch :

le retour à l’ordre constitutionnel normal par la remise du pouvoir à leur détenteurs légitimes, le Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallah et son Premier Ministre, Yahya Ould Ahmed El Waghf d’une part, et le retour de l’armée dans les casernes et son éloignement de la vie politique, de l’autre.

C’est là, exactement, la ligne générale de conduite de l’ensemble des forces politiques et sociales de résistance nationale démocratique incarnés par le FNDD, les principales centrales syndicales et organisations de la société civile.

Jamais convergence n’a été aussi parfaite entre les acteurs politiques et sociaux nationaux et le reste du monde quant à la voie de sortie à suivre dans une crise aussi profonde que celle qui frappe aujourd’hui notre pays…

Pour desserrer l’étau et infléchir le sens de ces positions de principe, la Junte va faire jouer ses relais, ouverts ou cachés, afin de grignoter du terrain et rassurer ainsi des « soutiens » d’autant plus inquiets que pointent à l’horizon, les sanctions internationales ciblées, potentiellement dévastatrices pour la sauvegarde de leurs intérêts personnels bien compris et fructifiés -souvent hors du territoire national, pour la plupart d’entre eux.

La tenue de la session parlementaire de l’Union européenne offrira donc cette occasion rêvée d’obtenir de quoi entretenir le moral des troupes… et l’illusion dans laquelle les maintenir quant à l’affaissement inéluctable de la fermeté de la communauté internationale et quant à la pérennisation de la restauration plus ou moins déguisée de l’ordre constitutionnel militaire, grimé ou non d’effets spéciaux démocratiques civils .

Pour cela, il suffisait de s’appuyer sur une dame d’influence, bien introduite dans les milieux de la diplomatie parlementaire européenne, une dame qui fut, en tant que députée européenne, observatrice lors des dernières élections démocratiques et qui, de ce fait, pouvait en imposer à ses collègues en matière de « compromis » à proposer aux mauritaniens et, surtout, une dame qui présente toutes les garanties politiques et personnelles à la junte et à ses amis, qu’elle s’en tiendra à la ligne qui aura été tracée…

Cette dame, Vert pâle, c’est Marie Anne Isler Béguin dont le statut autoproclamé de « marraine » de la démocratie mauritanienne ( en raison de ses visites électorales et de courtoisie auprès de ses amis « démocrates » en Mauritanie, en costumes cravates ou en treillis), fait parfaitement l’affaire. N’avait-elle pas, au plus fort de la crise politique d’avant le putsch, pris fait et cause pour les parlementaires frondeurs, au moment où le Président de la République, totalement encerclé par les Généraux et soumis au chantage d’une prétendue destitution par une Haute Cour, n’avait comme armes constitutionnelles fatales que la dissolution du Parlement ou le recours aux pouvoirs exceptionnels ?

Qui ne se souvient, en plein dans cette tragédie présidentielle, de sa déclaration intempestive et pleine de suffisance sur l’inacceptabilité de toute dissolution du parlement en raison du « coût » exorbitant de nouvelles élections pour la communauté internationale », tout en louant les tentatives de renversement du Gouvernement par des députés sous influence militaire ?

Qui n’a encore à l’esprit son ton rassuré, amène et plein de confiance à l’égard des Généraux, au sortir d’un Palais présidentiel bunkerisé et toujours muet face aux exigences de la communauté internationale de les voir restituer ce qu’ils ont indûment pris à notre peuple le 6 août: sa souveraineté et son droit de suffrages ?

Dopée par la promotion de son ami comme « Ministre » du cabinet putschiste, en charge du secteur stratégique, par les temps qui courent, des « droits de l’Homme »etc., la députée européenne s’est fait porte-parole des thèses putschistes accommodées à la sauce « Conscience et Résistance », Cellule non dormante de « prospective pour une Transition Radicale en Mauritanie »…

Cela a donné la partition suivante, bien vendue à l’auguste Assemblée parlementaire européenne : certes, dénonciation de « principe » du Coup d’Etat ( ce que les putschistes eux-mêmes furent les premiers à entreprendre en dénonçant le « coup d’Etat » préalable de M. Sidi Ould Cheikh Abdallah et déclarant le leur, bien réel celui-là, d’ « accidentel ») ; mais, surtout, demande de nouvelles élections présidentielles comme base de règlement de la crise.

Bien sûr, les exigences de Conscience et Résistance, pas plus que celles de l’ex Opposition démocratique statutaire, ne recoupent pas exactement celles des Généraux, qui ont leur propre vision de leur destin et, probablement, leur propre agenda. MM. Ahmed Ould Daddah et Sarr Ibrahima sont tout prêts à faire la fronde à leur tour contre le Général Aziz s’ils ne sont entièrement satisfaits des garanties électorales que ce sera Ahmed le prochain Vizir à la place du Vizir, ce qui suppose que l’ancien le veuille bien…Pour eux, « peu importe que le chat soit noir ou blanc, pourvu qu’il attrape les souris ».

Le seul petit « détail » à peaufiner avec les Généraux est leur propre départ. Puisque la page Sidi doit être tournée, pourquoi ne pas se débarrasser, dans le même temps, de ces encombrants balayeurs de Chefs d’Etat dont il n’est décidément pas facile de contrôler les râteaux ? Exit donc Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Mais bon débarras aussi, MM les Généraux !

Telle est la vision incroyablement naïve et cynique de l’ex opposition démocratique dont on a du mal à croire qu’elle ait pu même être imaginée par qui a seulement quelques jours d’expérience politique dans son histoire. C’est pourtant, jusqu’au moment de la rédaction de ces lignes, la seule orientation tactique de cette fameuse « opposition », en plus de la fixation d’un délai pour la tenue de l’élection présidentielle tant convoitée (entre 6 mois et 12 mois revendique -t-on).

Conscience et Résistance, et donc Marie Anne Isler Béguin, est également en phase avec cette doctrine singulière. « Pour sauver la Démocratie, il faut enterrer la Démocratie ». Pour résoudre la crise née du coup d’Etat, il faut entériner le coup d’Etat, en passant le Président légitime par pertes et profits, grâce à la magie de nouvelles, libres et transparentes élections, se déroulant à nouveau sous bonne garde européenne…si possible en présence de Marie Anne Isler Béguin.

Pour sa part, dès les premiers jours du putsch, CR, s’est lancée dans une course éperdue pour sa consécration et ce, par l’élimination du Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallah. Pour le compte de qui ? On verra.

En tout cas, les militaires ne s’y sont pas trompés qui ont coopté son Président pour une entrée dans son improbable gouvernement. Tout en se répandant dans une ténébreuse condamnation de principe du putsch (« malgré son caractère prévisible et la rationalité de ses causes » !), voilà le grand parti de la Vertu Immaculée qui, aux Généraux, « Rappelle le devoir, pour le HCE, de se déclarer inéligible aux futures élections et d’engager, avec toutes les forces vives, la recherche de retour, par la concertation, aux standards de la normalité politique. ».

Bien sûr, ces grands jeunes hommes ont encore des doutes, des doutes un peu sérieux, sur la détermination des putschistes à consentir le sacrifice suprême d’organiser de nouvelles élections démocratiques, qui passent forcément par leur non participation, puisque ce sont de notoires et invétérés fraudeurs, des gens sans parole d’honneur, suppute la « Cellule de prospective pour une transition Radicale. ».

Ils ont pour cela, trouvé un « Indice encore plus alarmant( ?) (suivant lequel) le HCE marque de la réticence (sic) à déclarer l’interdiction pour ses membres, de la candidature à la Présidence de la République ; or, le fond du problème tient dans ce critère. C’est là que se noue la faculté, pour la Mauritanie, de sortir du cercle vicieux de la fraude électorale. »

En somme, les militaires sont les rois de la fraude et il faut donc leur interdire toute participation à la « future élection ». Pour cela, CR retrouve ses accents de groupe de radicaux intransigeants qui « Engage la communauté internationale à éviter d’ouvrir la voie de la négociation ou du compromis sur le point précédent », relatif à l’ « exigence minimale d’impartialité dans l’arbitrage du vote ».( toutes ces citations sont extraites du fameux communiqué de l’organisation en date du 11 août 2008).

La résolution dite de compromis, adoptée le 4 septembre 2008 par le Parlement européen à titre de recommandation sur le coup d’Etat en Mauritanie porte la marque de cette influence de CR par l’intermédiaire de la députée verte, et probablement de certains députés socialistes, sensibles aux thèses idoines du RFD.

Il est rare qu’un texte de diplomatie internationale soit aussi contradictoire aussi bien dans ses fondements que dans sa portée pratique. Un exemple d’école de l’inconséquence politique et du double langage compromissoire de la diplomatie parlementaire classique.

En dehors de la condamnation rituelle de rigueur, du coup d’Etat, de quelques explications sommaires et orientées sur le contexte de la crise ( avec silence absolu sur le rôle décisif des militaires dans l’agitation des frondeurs qui leur sont pour, pour la plupart, redevables de leur statut parlementaire) ayant précédé le putsch, de la demande « humanitaire » de relaxe du Président élu M. Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallah et de son Premier Ministre, de passages alambiqués sur l’ampleur de la dépendance financière et alimentaire du pays vis à vis de l’aide étrangère, sur le terrorisme transfrontalier… en dehors de ces considérations générales donc, la résolution marque très clairement un recul considérable par rapport aux exigences fondamentales de la communauté internationale en vue du règlement de la crise.

Un passage traduit plus particulièrement l’ampleur de ce recul et explique la jubilation des partisans du putsch depuis l’adoption de ce texte: l’assemblée « prend note de l’annonce, par la junte militaire, de nouvelles élections présidentielles, mais déplore que… aucun engagement de neutralité n’ait été pris ; demande aux forces militaires au pouvoir de s’engager sans délai sur un calendrier de restauration des institutions démocratiques, en concertation avec l’ensemble des forces politiques ».

Voilà ce qui a immédiatement comblé d’aise le nouveau « Premier ministre » qui s’en est bruyamment félicité lors d’une conférence de presse tenue le même journée de l’annonce de cette résolution de circonstance. Une bouffée d’oxygène !

Cette approche très opportuniste du règlement de la crise, qui fait fi de l’exigence de restauration dans ses fonctions du Président de la République élu démocratiquement et de son Premier Ministre légitime, est précisément celle qui, si elle était adoptée, risquerait d’installer l’instabilité et le déni de tout respect des normes constitutionnelles en vigueur, non seulement en Mauritanie mais aussi dans nombre de pays africains. Elle consacrerait en effet l’existence d’un « droit » de révocation des autorités élues par les armées nationales, en violation flagrante des normes constitutionnelles et des normes internationales. Elle instaurerait des coups d’Etat d’un nouveau genre : les putsch révocatoires…

En Afrique, tapis dans l’ombre, attendent des Généraux et des Colonels, peut-être des capitaines et des sergents, comme au bon vieux temps, pour voir ce qu’il en serait de l’expérience mauritanienne, à tous égards exemplaires, en bien comme en mal maintenant. A qui serait alors le tour ? Niger ? Togo ? Bénin ? Nigeria ?...

Si le Coup d’Etat marche, nul doute que serait pour longtemps, compromise la norme internationale d’interdiction absolue de toute remise en cause par voie armée conspirative, du choix démocratique par les peuples de leurs gouvernants. Et, quoi que l’on dise ou fasse, le coup d’Etat aura marché si, et seulement si, le Président légitime n’est pas rétabli dans ses fonctions, d’une façon ou d’une autre, tôt ou tard… La concertation et le dialogue ne doivent et ne peuvent être envisagés que dans ce cadre.

Il y’a une jurisprudence internationale à cet égard. Elle est pertinente. Elle doit être appliquée. C’est au Président élu, légitime, c’est à M. Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallah d’engager le dialogue, s’il y’a lieu, avec ses Généraux, pour trouver une solution acceptable et respectueuse des institutions républicaines et de l’ordre constitutionnel. En pleine liberté et en toute conscience, en tant que Président de la République en cours de mandat. Tout le reste suivra, y compris une large et profonde réflexion sur la nature de notre régime, le statut de ses corps constitués etc.

La résolution du Parlement européen a ceci de cruel qu’elle sabote, objectivement, les efforts entrepris par la communauté internationale, dans une très rare unanimité dans ce genre de questions (comme on l’a vu au Conseil de sécurité), pour trouver une solution conforme aux prescrits universels. Elle polariserait, si elle devait faire jurisprudence, les tensions et les oppositions internes et internationales en dopant les positions les plus inacceptables- rendues tout aussi légitimes que celles fondées sur le bon droit et la morale internationale. Elle donnerait quitus et même prime et gratification à l’aventurisme et à l’irresponsabilité, revigorerait l’arrogance armée et foulerait aux pieds la conscience des peuples.

Pour tout dire, cette résolution ne fait pas honneur à l’Europe. Elle poignarde les intérêts de notre peuple en donnant au processus de régression démocratique en cours le souffle et l’espoir de perennité qui lui manquait.

Mais au vu de l’ampleur grandissante de la résistance nationale démocratique et la fermeté affichée par les institutions internationales en charge effective de ce dossier, il est certain que cette résolution fera long feu tant vis-à-vis des autres organes de décision européens qu’onusiens, africains-arabes, etc. que des autres Etats frères et amis.

Me Lô Gourmo Abdoul
Le 07 septembre 2008


Info source : Me Lô Gourmo Abdoul

maatala

LM® a dit…

Salut
monsieur Balla gueye

ce raciste n'est pas le bienvenu ici sur canalh,je vous demande de ne plus copier ses délires ici.
sur canalh,par expérience nous répondons pas a ce genre de personnes ni aux insultes qui n'apporte rien au débat.si j'en trouve sur cet espace je les supprime et on passe a l'essentiel.

Anonyme a dit…

Maatala ou Yanis,

Merci de nous faire un sommaire du long texte de Prof Gourmo. Je crois qu'il y a peril. Merci. A-

Anonyme a dit…

Si on en croit Me Lo Gourmot, le parlement Européen aurait penché du coté putchiste grace à Mohamed Lemine ould Daddé qui aurait intervenu auprès de son ami Gislin.
Si ce ci est vrai :
1/ Le parlement européen a traité cette question avec bcp de legerté (une seule deputé, agissant pour le compte d'un ami ou ché pas)
2/ Connaissant Med Lemine (avons fait ensemble l'ISS, au temps où il rentrait par la petite porte voir Madame BA à ttmoment!), ce ci veut dire que la MAuritanie est encore très vulnérable et fragile pour qu'un type comme Med Lemine peut decider de son sort.

grizzly a dit…

YANIS,
Je regrette ,tout très bon praticien de la santé pour ne pas dévoiler ta profession exacte,je suis au regret de denier le diagnostic que tu viens de poser en disant:
"Grizzly,
Effectivement le germe est nosocomial parce que tu l'as contracté plus de 2 jours après l'ouverture de ton blog (lol)..."

Le nazillon n'est pas une vue de mon esprit et je l'ai bien chopé sur CanalH ,au vu et au su de tout le monde y compris toi même!Donc contrairement à ce que tu semblerais insunier ce germe nosocomial dit "nazillon" est une très vielle connaîssance et les peu enviables mérites de son isolement ,de sa découverte et de son APPELATION "nazillon" me reviennent hélas!Un peu toutes choses étant égales par ailleurs, comme le Pr Montagnier avec le HIV dans les années 80!Et pour finir de te convaincre :saches que je suis bien placé pour en parler rien que pour l'avoir ressenti dans ma chair et mon honneur ainsi que celui de mes 2 parents!Je m'étonne donc que l'excellent praticien dont ont m'a parlé et que j'ai vu à l'ouevre puisse commettre une si grosse "erreur médicale" sur le net en plus, au risque de mettre en cause voire de compromettre sérieusement sa réputation établie de très bon thérapeute!Prêtant le flanc ce faisant à tous les procés voire les procés d'intention possibles et imaginables!Celà ne te ressemblerait tout simplement pas de mon humble avis et de celui de bien d'autres te connaissant mieux que moi sans doute!
Paris a bien valu aux yeux de Henri4 une messe mais que je sache , ce même Paris n'a jamais valu une grand-messe fut-elle celle du nazillon!Bon après tout tu es comme on dit grand ,majeur et vacciné ,donc il ne me reviendrait pas d'éclairer ta lanterne!
En démocratie ,chacun fait ce qui lui plait ,n'est ce pas Yanis?

Anonyme a dit…

Apres LM et Maata c'est le tour de yanis chez le coiffeur

maatala a dit…

Salam

lu sur cridem

"Alioune TINE, secrétaire général de la Raddho :

Pourquoi Wade n'a pas condamné le coup d'Etat en Mauritanie.

Malgré une résolution de l’Union africaine, il y a une résurgence du phénomène des coups d’Etat en Afrique. Ce qui ne rassure guère les militants des droits de l’Homme dont Alioune Tine. Dans la deuxième et dernière partie de l’interview qu’il nous a accordée, le patron de la Raddho aborde la situation en Mauritanie consécutive au récent coup d’Etat qui y a eu lieu. Il nous entretient, également, de l’affaire Habré, de ses relations avec Wade…

Wal Fadjri : Un coup d’Etat militaire a été, récemment, perpétré en Mauritanie. Quelle lecture en faites-vous ?

Alioune TINE : D’abord, permettez que je rappelle que la Mauritanie est un pays qui a une culture de parti unique. Depuis pratiquement 1978, ce sont les militaires qui sont au pouvoir. Pendant vingt-deux ans, nous avons eu une dictature militaire dirigée par Ould Taya. Lui-même a été destitué. Il est parti mais le système est resté. La Mauritanie est un pays complexe. Il y a les tribus et les marabouts qui sont très influents.

Il y a, également, le particularisme des différentes communautés africaines (Wolof, Poular, Soninké etc). La personne qui accède au pouvoir, en Mauritanie, se prend pour un messie et les gens la soutiennent comme tel presque de manière irrationnelle. Par exemple, les formes de soutiens qu’il y avait du temps de Taya n’ont pas changé. Ce qui s’est passé, c’est que le peuple mauritanien en avait marre de Taya et, lorsque ce dernier a été renversé, cela a été un grand soulagement.

Cela a été, également, l’occasion de faire des officiers de l’armée qui l’ont fait partir, des héros mais aussi de légitimer le coup d’Etat. C’était un coup d’Etat salutaire comme celui perpétré par Amadou Toumani Touré contre le dictateur Moussa Traoré, ancien président du Mali. Après la dernière élection présidentielle, les militaires sont partis mais en gangrenant le système parce que ce sont eux qui ont choisi le président, qui l’ont aidé à le devenir. C’est le président déchu qui l’avait, lui-même, révélé à la chaîne de télé Al Jazira.

Wal Fadjri : Le coup d’Etat était donc prévisible ?

Alioune TINE : (…). Pour beaucoup d’observateurs, le coup d’Etat n’était pas une surprise. Nous-mêmes avions prévenu que la Mauritanie était au bord de la démocratie. Maintenant, de mon point de vue, le vin est tiré, il faut le boire. Ce n’est, donc, pas la peine de continuer de faire des déclarations de principe. Il faut savoir avancer. Nous venons de Mauritanie où nous avons pu écouter toutes les parties. Nous avons écouté le Général Abdel Aziz qui a actuellement les commandes du pays.

Il nous semble être dans de bonnes dispositions pour la libération du président Sidi (le président déchu, Ndlr). Cela nous paraît, quand-même, important qu’il soit libéré et soit partie à la solution, c’est une des clefs pour régler le problème. Nous avons rencontré ceux qui sont avec le Général Aziz mais aussi ceux qui son contre lui. Et je puis vous dire qu’il y a un certain nombre de choses qui se dégagent et qui permettent de sortir, petit à petit, de l’enlisement.

D’après les informations que nous avons, effectivement, avec des partis politiques, il nous semble, aujourd’hui, que des négociations et des accords sont possibles, y compris avec l’ancien président de la République, pour débloquer la situation. Mais pour cela, il faut qu’il soit libéré. S’il est libéré et s’il y a le dialogue, un consensus peut avoir lieu sur le retrait du président, les délais de la transition et le rôle des militaires dans celle-ci. Donc, une sortie honorable est possible aussi bien pour les militaires que pour Sidi Ould Abdallahi.

Wal Fadjri : Que vous ont dit les militaires sur les raisons de leur refus de libérer le président déchu ?

Alioune TINE : Ils ne m’ont pas dit, mais, je peux, facilement, les deviner. Le fait que la libération de l’ancien Premier ministre de Sidi soit accompagnée de beaucoup d’activisme, notamment de meeting, fait craindre les tenants du pouvoir d’éventuels débordements s’il leur arrivait de libérer Sidi qui, plus est, est un ancien chef d’Etat.

Ce que j’ai apprécié de notre visite en Mauritanie, c’est qu’on nous a permis d’aller dans la famille de ce dernier. Ainsi, à défaut de voir son épouse, nous avons rencontré sa fille avec qui on a bien discuté. Je suis d’avis qu’on peut sortir de l’impasse et plus vite les initiatives pour un dialogue national seront prises, plus vite des solutions à l’actuelle crise seront trouvées. La démocratie est un apprentissage. Comme à l’image d’un enfant qui apprend à marcher, il faut dire aux Mauritaniens : ‘ Relevez-vous et continuez à marcher !’.

Wal Fadjri : Un président démocratiquement élu a été renversé sans que les autorités sénégalaises condamnent cela, quelle appréciation en faites-vous ?

Alioune TINE : (Dubitatif). Il y a des évènements sur lesquels on est prudent. Par rapport à la situation en Mauritanie, il y a lieu de rappeler les évènements de 1989 (un incident entre agriculteurs Sénégalais et Mauritaniens avait dégénéré au point de causer, de part et d’autre, des centaines de morts et d’entraîner une rupture diplomatique entre les deux pays, Ndlr) qui ont été une véritable tragédie, un choc terrible dans les relations entre le Sénégal et la Mauritanie.

On a évité de justesse la guerre entre les deux pays. A cela s’ajoute le fait qu’en l’an 2000, lors de l’alternance, nous avions célébré ici, à la Raddho, les sept ans de la déportation de négro-mauritaniens au Sénégal. Et pratiquement tous les leaders proches des Forces de libération africaine de la Mauritanie (Flam) et des organisations des réfugiés étaient là. Cela avait été couvert par la télévision nationale sénégalaise et, deux jours après, le président Taya avait demandé à ses compatriotes mauritaniens de quitter le Sénégal et les Sénégalais établis en Mauritanie d’en faire de même.

Ainsi, lorsqu’il a pris le pouvoir, Wade a été obligé, lui-même, d’aller voir Alpha Oumar Konaré du Mali qui a fait sa médiation entre les deux pays. Depuis lors, le gouvernement de l’alternance est d’une grande prudence par rapport à ce qui se passe chez nos voisins Mauritaniens. Il faut dire, également, que quand il se passe quelque chose, Wade, ayant une influence dans la sous-région et sur le continent, les nouveaux pouvoirs le saisissent très vite et font du lobbying afin de l’avoir à leur côté. Cela aussi est un élément explicatif de l’attitude du président Wade vis-à-vis du régime mauritanien actuel.

Wal Fadjri : Ces raisons, devraient-elles l’amener à trahir une qualité qui lui est reconnue, celle d’être un homme qui ne connaît pas la langue de bois ?

Alioune TINE : Je pense que le président Wade gagnerait à dire la vérité aux militaires (…). On l’avait même cité dans une radio étrangère et, trois jours après, il y a eu un coup d’Etat en Guinée-Bissau. (Rires). Donc, il faut systématiquement condamner les coups d’Etat en Afrique.

Dans un premier temps, cela doit être un réflexe. Ensuite, si, effectivement, on peut les influencer pour avoir le syndrome ATT (Amadou Toumani Touré), c’est tant mieux, on le fait. Effectivement, il faut reconnaître que ce dernier a permis la démocratisation du Mali. Donc, le président Wade doit prendre son courage à deux mains, s’il veut avoir une véritable influence dans la sous-région, en respectant les normes de l’Etat de droit, des droits humains, de la démocratie.

Je crois que les occidentaux ne doivent pas aimer ces choses mieux que nous. Ils ne doivent pas, non plus, aimer l’Afrique mieux que les Africains. Donc, nous regrettons que l’Union africaine ait accepté tout de suite quelqu’un comme Robert Mugabé. Cela veut dire que les gens n’agissent pas de façon active et dynamique pour dire : ‘Ecoutez, pour les coups d’Etats, on n’en veut pas !’. Au lieu, donc, de laisser le soin aux Etats-Unis, à l’Union européenne de venir nous donner des leçons de démocratie.



maatala

Yanis le R. a dit…

A-

Voici la résolution (en entier)adoptée par le Parlement européen, il ya 4 jours.
Les lectures ciblées de l'AMI ont sans doute altéré le compte rendu qui est fait de la dite résolution qui condamne bien le coup d'état...

---------------

Résolution du Parlement européen du 4 septembre 2008 sur le coup d'État en Mauritanie
Le Parlement européen,

— vu les déclarations de son Président, de la Présidence en exercice du Conseil, au nom de l'Union européenne, du haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune, de la Commission, du Conseil de sécurité des Nations unies, de l'Union africaine (UA), de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest et de l'Organisation internationale de la francophonie, à la suite du coup d'État en Mauritanie,

— vu la seconde visite, en Mauritanie, depuis ce coup d'État, du représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest, M. Saïd Djinnit,

— vu l'acte constitutif de l'UA qui condamne toute tentative de prise du pouvoir par la force,

— vu l'article 115, paragraphe 5, de son règlement,

A. considérant qu'un coup d'État a eu lieu en Mauritanie le 6 août 2008, le Président mauritanien Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi ayant été renversé par un groupe des plus hauts généraux qu'il avait démis de leurs fonctions dans la journée,

B. considérant que les élections législatives de novembre et décembre 2006, les élections sénatoriales de janvier 2007 et l'élection du Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi de mars 2007, ont été considérées comme équitables et transparentes par les observateurs internationaux, y compris les observateurs de l'Union européenne, en particulier les missions d'observation envoyées par le Parlement européen, qui s'est ainsi porté garant de la légalité de ces élections,

C. considérant que plus des deux tiers des membres du parlement de Mauritanie ont signé une déclaration de soutien en faveur de l'instigateur du coup d'État, Mohamed Ould Abdel Aziz, et des autres généraux; considérant qu'au mois de juin 2008 le pouvoir législatif a adopté une motion de défiance invitant instamment le Président Abdallahi à remanier son gouvernement, et que 49 membres se sont retirés du parlement après que le Président Abdallahi a nommé 12 ministres parmi ceux qui avaient servi sous le très impopulaire régime précédent,

D. considérant que les décisions concernant l'avenir politique, économique et social de la Mauritanie appartiennent aux seuls représentants élus du peuple et que la démocratie implique un équilibre des pouvoirs entre l'exécutif et le législatif, bénéficiant tous deux de la légitimité électorale,

E. considérant que le coup d'État intervient dans un contexte économique et social dégradé et que le développement est le meilleur gage de réussite de la démocratie,

F. reconnaissant l'avancée accomplie pour le retour des réfugiés et l'adoption de la loi criminalisant l'esclavage dans le pays,

G. considérant le soutien de l'Union à la transition démocratique et le "programme d'appui" de 156 000 000 EUR pour la période 2008-2013, dans le cadre du 10e Fonds européen de développement, en complément de l'assistance déjà en cours et de l'aide de 335 000 000 EUR octroyée depuis 1985,

H. considérant que la Banque mondiale a suspendu une aide de 175 000 000 USD en faveur de la Mauritanie et que la suspension de ces versements affectera quelque 17 projets nationaux en Mauritanie ainsi que la participation de cette dernière à des projets régionaux de la Banque mondiale, notamment en matière de développement rural, de santé, d'éducation, d'infrastructures et de construction de routes,

I. considérant que la Mauritanie démocratique représenterait un pôle de stabilité dans une sous-région particulièrement fragile avec, d'une part, la présence, dans le Sahara, à la frontière Nord-Est avec l'Algérie et le Mali, du groupe salafiste pour la prédication et le combat, devenu AlQaïda dans le grand Maghreb islamique, et, d'autre part, la rébellion touareg,

J. considérant que "l'ordonnance constitutionnelle" dans laquelle la junte définit ses pouvoirs et qui lui permet de gouverner par décrets n'a aucune base légale,

1. condamne le coup d'État militaire perpétré par les généraux de Mauritanie, le second en trois années dans ce pays, qui constitue une violation de la légalité constitutionnelle et des résultats démocratiques des élections, validés au niveau international; regrette ce recul par rapport aux avancées considérables en matière de développement de la démocratie et de l'état de droit au cours des dernières années en Mauritanie; demande qu'il soit mis un terme aux tensions politiques actuelles en Mauritanie dans le cadre institutionnel mis en place à l'issue de la phase de transition vers la démocratie et que l'ordre constitutionnel et civil soit rétabli dans les meilleurs délais,

2. demande que le Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi soit immédiatement libéré, ainsi que le Premier ministre Yahya Ould Ahmed el-Waghef et d'autres membres du gouvernement qui se trouvent toujours en résidence surveillée en divers endroits du pays,

3. demande le plein respect de la légalité constitutionnelle des pouvoirs du président et du parlement mauritanien, ce qui implique que les mécanismes de cohabitation entre le président et le parlement et les mécanismes d'équilibre entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif soient réglés dans le respect et dans le cadre de la Constitution, dont les modifications pour assurer une plus grande stabilité ne peuvent intervenir que conformément aux dispositions de celle-ci, après un large débat regroupant toutes les forces politiques,

4. considère qu'un débat franc et sincère entre les principales forces politiques doit déterminer les voies et les formes constitutionnelles nécessaires pour mettre fin à la crise,

5. accueille favorablement le retour des réfugiés, l'adoption d'une loi criminalisant l'esclavage et le projet de loi de libéralisation des médias; déplore l'absence de règlement démocratique en ce qui concerne le passif humanitaire et les exactions commises au cours de l'année 1990 contre la communauté négro-mauritanienne, alors que des engagements pour la mise en place d'une commission d'enquête avaient été pris par le président,

6. demande que les réfugiés qui sont retournés en Mauritanie soient rétablis dans leurs droits en leur restituant les biens dont ils ont été spoliés,

7. demande que le peuple mauritanien, déjà particulièrement touché par les crises économique et alimentaire, ne soit pas pris en otage par la crise actuelle et demande à la Commission de mettre en œuvre les projets de soutien à la société civile dans le cadre de l'instrument européen pour la démocratie et les droits de l'homme,

8. prend note de l'annonce, par la junte militaire, de nouvelles élections présidentielles, mais déplore que, contrairement à la junte au pouvoir de 2005 à 2007, aucun engagement de neutralité n'ait été pris; demande aux forces militaires au pouvoir de s'engager sans délai sur un calendrier de restauration des institutions démocratiques, en concertation avec l'ensemble des forces politiques,

9. soutient les efforts de l'UA en faveur d'une solution de la crise par la voie de la raison,

10. demande à la Commission d'entreprendre un dialogue politique, conformément à l'article 8 de l'accord de partenariat entre les membres du groupe des Etats d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, d'une part, et la Communauté européenne et ses Etats membres, d'autres part, signé à Cotonou le 23 juin 2000(1) , tel que modifié à Luxembourg le 24 juin 2005 (accord de Cotonou), en vue de restaurer la légalité constitutionnelle et d'informer le Parlement du résultat de ce dialogue; si ce dernier n'aboutit pas, demande la réactivation de l'article 96 de l'accord de Cotonou, ce qui pourrait entraîner un gel de l'aide, à l'exception de l'aide alimentaire et humanitaire,

11. invite instamment la Présidence en exercice du Conseil à continuer à suivre de près la situation politique dans ce pays, en étroite collaboration avec l'UA, et à assurer la sécurité des ressortissants de l'Union,

12. demande d'envoyer au plus vite une délégation de parlementaires qui rencontrerait leurs homologues et proposerait une aide pour sortir de la crise,

13. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission et aux gouvernements des États membres, ainsi qu'aux institutions de l'Union africaine, à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, à l'Organisation internationale de la francophonie et au Conseil de sécurité des Nations unies.

Yanis le R. a dit…

Grizzly,

Je n'ai pas bien compris ton dernier posting.
J'espère que tu sais bien que l'administrateur unique de canalH passe une bonne partie de son temps à effacer des messages de pollueurs du net: snipers et extrémistes de tout bord.
Et c'est depuis la naissance de ce blog et bien avant sur d'autres blogs mauritaniens quand on veut laisser ouvert les commentaires à tous.
Ce n'est donc pas un évènement nouveau ou spécifique d'un bloggueur.
Répondre à ces pollueurs insulteurs, c'est leur donner de l'importance. Leurs commentaires seront supprimés.
Voilà ce que je voulais dire.
Le reste n'était qu'un clin d'oeil amical pour ton blog, loin de la médecine...
Tu ne l'as pas compris comme cela, ce n'est pas grave...

grizzly a dit…

Yanis,
Les considérations médicales n'ont jamais été mon violon d'Ingre ayant eu une formation autrement orientée!
Mais comme je crois pouvoir refléter le niveau moyen du commun des bloggers en medecine j'ai compris ce que beaucoup auraient à TORT COMPRIS!
Et vois m'en ,j'allais dire vois nous en TOUS soulagés et "RELIEVED" comme aurait pu le faire dire mon ami le sarcastique et désopilant Pr Moustapha à son homonyme Ely de retour de chez les Irlandais en « Celtic English slang » (argot),Elycom ,j'y reviendrai!
Donc je me réjouis et me félicite personnellement d'avoir donner à notre Yanis national l'occasion de lever tout équivoque au sujet d'une mauvaise compréhension de ses propos par moi et sûrement aussi par la plèbe aphone et tout aussi profane en médecine que moi!"Al beyadhou ghalilou hamilou el deness" et pour les blacks tout aussi concernés que moi par le présent sujet du nazillon "la blancheur s'accommode mal des taches"!Tout est dit!
Car dis toi bien que, à mon avis et je le sais partagé par beaucoup ici et ailleurs, s'il est une personne digne d'être emblèmatique et représentative non pas au sein de ces exigus et insignifiants espaces virtuels où certains passent leur temps à se gargariser ,mais de vrai en grandeur nature c'est bien toi!Et je m'y connais humblement en hommes pour avoir rouler ma bosse ma bosse sur 4 continents sur 5 pendant plus de 2 decennies! Et celà n'aura pas été un échange de bons procédés Yanis!MedCheikh et mes 3 adversaires et ex adversaires suivants Couly,Moussa-Hidalgo ,Vlane en savent un bout vu ma parcimonie en compliments!J’ajouterais aussi Diagana qui n’est pas un adversaire!Et je peux me tromper ,mais qu'importe!Je ne suis pas radin en compliments par vice ou égoisme mais peu de gens hélas les méritent de nos jours Yanis!S'il n'en tenait qu'à moi j'en aurais distribué à tours de bras!ENUN MOT YANIS"ÂNE MÂ NEHSSAD" ,si tout le monde pouvait en dire autant ,les choses et la vie seraient tellement plus simple à supporter ,A VIVRE pour TOUS ,les lointains comme les proches!Tout aura aussi été dit!

Et pour celui qui a dit
"Apres LM et Maata c'est le tour de yanis chez le coiffeur
8 septembre 2008 16:01"
je répondrai que la liste est beaucoup plus longue que celà ,mais "JE NE TIRE JAMAIS SUR LES BLANCS(sentence ,pas de moi)!Et j'ajouterais aussi "NI A BLANC!".
Et s'agissant de LM ,je n'ai pas souvenance de l'avoir encore tutoyé et lui non plus, ce qui en dit déjà long sur mes bonnes dispositions à son égard que j’espère partagées, du moment en tout cas!
Bien à toi Yanis !

PS:Je n'ai pas encore eu le temps de plancher sur la rébutante prose de Google pour apprendre comment supprimer un commentaire.Je vais m'y atteler derechef!Mais si quelqu'un pouvait m'épargner cette corvée ,qu'il m'envoie les instructions requises sur cet email ballagàweb.de Merci.

maatala a dit…

Salam

Cher LM

pourrais-tu mettre en avant propos du prochain blog, le message que nous a adressé notre frère Xouldy dans son blog à son retour de vacances sans laisser d'adresse, ni envoyer une carte postale (lol).

Nos amis doivent connaître dans quelles circonstances est né CANALH, cela évitera à certains de spéculer voir de porter des accusations déplacées.

fraternellement

maatala

grizzly a dit…

"Ely de retour de chez les Irlandais en « Celtic English slang » (argot),Elycom ,j'y reviendrai!"

ELYCOM ,comme à son habitude, a failli passer à travers les mailles du filet!Mais c'était compter sans mon obstination de mule!
Je voulais tout simplement avoir son avis de connaisseur sur les fameux "Irish pubs" et la non moins fameuse et sombre IRISH GUINNESS BIER qui fait de l'ombre à ses bonnes vielles HEINEKEN ,hollandaise je crois!

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Affaire de torture en RIM : Le juge d’instruction émet un mandat d’arrêt international contre DEDDAHI.

La FIDH et ses organisations membres en France, la LDH, et en Mauritanie, l’AMDH, se réjouissent de la récente émission d’un mandat d’arrêt international contre M. Mohamed Abdallahi Ould Abdallahi, dit Deddahi, par le juge d’instruction de Clermont-Ferrand chargé d’enquêter sur les actes de torture commis en Mauritanie à l’encontre de M. Mohamed Baba.

« L’émission de ce mandat d’arrêt international va dans le sens de notre combat contre l’impunité des responsables de crimes de torture en Mauritanie », a déclaré Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH. La FIDH, la LDH et l’AMDH appellent les autorités mauritaniennes à exécuter le mandat d’arrêt international et remettre le commissaire Deddahi à la justice française.

M. Deddahi, commissaire principal à Nouakchott, cousin du chef de l’État mauritanien de l’époque, directeur de la sûreté d’État et responsable de la police politique, figure parmi les personnes visées par la plainte déposée par M. Mohamed Baba, la FIDH et la LDH le 3 juin 2002 auprès du procureur du Tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand.

Cette plainte vise des membres et hauts responsables de la direction de la sûreté de l’Etat mauritanien, ainsi que le ministre de l’intérieur et toute personne qui auraient participé aux actes de torture perpétrés contre M. Baba lors de son séjour en Mauritanie en avril 2002. [1]

Alors qu’il rendait visite à sa famille, M. Baba, ressortissant français d’origine mauritanienne est interpellé le 12 avril 2002, au lendemain de son arrivée, et emmené à la direction de la Sûreté de l’Etat à Nouakchott.

Pendant les neuf jours de sa détention, les autorités mauritaniennes tentent d’établir un lien entre M. Baba et un mouvement d’opposition non reconnu, en utilisant diverses techniques de torture, dont celle dite du « jaguar » ou celle du « debout-assis », ou encore des pressions psychologiques.


FIDH

Info source : Fédération Internationale des Droits de l'Homme (France
----------------------------------


Banzaiiiiiiiiiiiiiiiiiiii....pour cette bonne nouvelle dit le FOU.

Maatala

Anonyme a dit…

Voilà ce que disait XouldY a ses amis de canalh

"un merci tout particulier à mes amis et compagnons de la première heure, réuni sous l’appellation du canal historique, ils étaient les premiers à venir m’encourager et discuter, sur le blog, des problèmes de notre pays, toujours dans une ambiance détendu et respectueuse de l'opinion d'autrui.

sans eux, ce travail n’aurait jamais pu être accompli, je profite de l’occasion pour souhaiter une bonne continuation à leurs blog http://canalh.blogspot.com/ que je promet de visiter de temps à autre.)"

nous aussi nous disons merci à canalh et a xouldy

maatala a dit…

Salam

Merci l'ami pour le message de X

-----------------

Une pensée à nos roses du desert: BL, BILKISS, CHEBIBA, M mint D et toutes les autres

fraternellement

maatala

Anonyme a dit…

Merci Yanis. C'est tres clair maintenant que nous avons la declaration du parlement europeen. On la garde et on s'y refere sans avoir a ecouter des gens qui deforment les textes.

sur un autre sujet, la Beghin savait parfaitement que l'election de sidioca etait manipule par les militaires et elle eait complice comme les US et Israel qui etaient derriere le coup de 2005. Elle, les sponsors et les militaires croyaient manipuler sidioca et ce dernier s'est rebiffe. Il n'a jamais enterine que nos djihadistes etaient reels (son interview au Monde), a refuse d'enteriner l'octroi d'une base et c'est la raison de sa chute. Il parait qu'un journal marocain avait fait mention de la tentative du Maroc d'acheter le port de Nouadhibou pour couper a jamais l'acces des algeriens a l'ocean atlantique. C'est evident que Aziz et ses compagnons sont pro-marocains. Il faut faire tres attention pour qu'on ne tombe pas encore dans l meme panneau: les US et la France condamner pour apres accepter apres quelques deals avec l'UA pour une deuxieme transition jusqu'en 2012 ... le temps aussi que Mccain gagne en Novembre

Anonyme a dit…

Mic mac (le calame) de Irabiha de mai 2006:

Dans son blog aux effleures d’arsenic, les potes du Canal historique et les blogeurs militants, dialoguent, dénoncent et s’insurgent de toutes les
formes de délinquance financière, de l’impunité des crimes et des violations des droits humains, de la déliquescence des services publiques et cogitent interminablement sur le enjeux politiques de la Mauritanie.

Cette cacophonie blogeuse, le plus souvent drôle et bon enfant, est dirigée en maestro par X Ould Y, qui conseille et oriente les débats ; X alias Capitaine Crochet, est le père putatif des blogeurs du Canal Historique, qui s’en donnent à cœur de joie dans la diatribe, les témoignages et l’analyse du paysage politique.
Ce blog de la dénonciation tous azimuts verse quelques fois dans les allégations calomnieuses mais un certain code d’éthique et de déontologie permet aux utilisateurs de s’auto censurer et de se sermonner mutuellement… Finalement, à ma grande surprise j’y ai découvert une vraie famille, solidaire, respectueuse et engagée pour l’amour de la patrie.
....

Anonyme a dit…

Sur le blog du professeur, aujourd'hui:

"Que reproche-ton à Sidi Ould Cheikh Abdallahi pour qu’il démissionne? "

Un article attendu et qui met les choses au point.

Anonyme a dit…

Merci. J y cours. Sacré Prof. S'il n'existait pas, il aurait fallu l'inventer. A-

Anonyme a dit…

C'est presque ce qui s'est passe chez nous, mais de façon plus discrete. Bonne lecture. A-
====

Guinée-Bissau: remise à la police d'un "avion de la drogue" saisi en juillet
AFP 09.09.08 | 02h24

Un avion saisi en juillet et soupçonné d'avoir transporté 515 kg de cocaïne à Bissau, a été remis à la police judiciaire de Guinée-Bissau après avoir été bloqué huit semaines sur une zone militaire, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

"Nous avons reçu l'appareil le 5 septembre et nous allons poursuivre l'enquête" ouverte après la saisie de cet avion qui s'est posé le 12 juillet, officiellement sans autorisation, à l'aéroport militaire de Bissau, a affirmé à l'AFP le procureur de la République, Luis Manuel Cabral, dont les propos ont été confirmés par un agent de la police judiciaire.

Selon M. Cabral, l'avion - un bi-moteur - était depuis immobilisé sur cette base militaire qui jouxte l'aéroport civil Osvaldo Vieira de Bissau.

Le responsable régional de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Antonio Mazzitelli, avait indiqué fin juillet que la police judicaire n'avait pu intervenir sur l'avion "que quatre ou cinq jours après son arrivée", et que le chargement de drogue qu'il était soupçonné d'avoir transporté n'avait pas été retrouvé.

Le procureur Cabral a expliqué lundi que plusieurs militaires, dont des officiers supérieurs, s'étaient opposés à une inspection du jet par la police judiciaire accompagnée d'enquêteurs portugais venus avec des chiens renifleurs.

D'après lui, ils n'avaient pas apprécié la présence de ces "enquêteurs étrangers", dépêchés dans le cadre d'une commission internationale d'investigation créée à la demande du parquet et sous la supervision de la mission de l'ONU à Bissau.

L'agent de police judiciaire joint par l'AFP a précisé que lors de la tentative d'inspection, des militaires avaient "menacé d'abattre les chiens s'ils franchissaient la porte de l'avion".

L'avion a finalement été déplacé le 5 septembre de la zone militaire vers une zone civile et remis à la police judiciaire "pour les besoins de l'enquête", a précisé le procureur.

L'opération s'est déroulée sous surveillance d'un important dispositif sécuritaire.

L'agent de police judiciaire a également révélé que les deux boîtes noires de l'appareil avaient été retirées. "Personne ne sait quand elles ont été enlevées et où elle se trouvent".

Selon des sources judiciaires et policières, trois Bissau-Guinéens et quatre Sud-Américains - le pilote vénézuélien et trois Colombiens - ont été arrêtés dans le cadre de cette affaire.

Les quatre Sud-Américains se sont enfuis de Guinée Bissau après avoir été remis en liberté provisoire fin août par un juge, suspendu depuis, après dépôt d'une caution de 82 millions de FCFA (environ 126.000 euros).

Les trois Bissau-Guinéens, dont un militaire, ont été libérés sans explication, selon une autre source judiciaire.

Anonyme a dit…

Taqadoumy: Les deputés européens sont pour la reprise de l'aide financières à la MAuritanie: "La peuple mauritaniens ne doit pas etre sanctionné pour un crime comme par la junte bla bla"

Ces deputés Européens ignorent-ils que cette aide servira à 99,99% pour financer les projets politiques de la junte: Corrompre les deputés du general, falcifier les elections à la tete de l'etat du general, recompenser les journalistes du general (et effectivement, il y'en a, meme de chez vous!)
Ah, cette Europe qui affiche des slogans creux, qui disparaissent devant la menace des tyrans de stoper le flux des matières premières ou d'annuler les commandes Air Bus ou Areva (La chine, la lybie, la Russie agissent de la manière la plus desinvole contre la democratie et les droits de l'homme et l'UE ne peut broncher)

Anonyme a dit…

what's new CH?

copiarpegar

Anonyme a dit…

Irabiha, LA CATA

Irabiha, la pseudo intellectuelle a des beaux jours devant elle.
Mission accomplie à Gana.
Lors d'un congrés des ONG africines avec les bailleurs de fond, cette dernière a réussi à mobiliser les ONG de femmes en faveur du putsh en rim. C'est ce qu'a repporté tvm avant-hier.
Par ce, Irabiha met une brique solide de la destruction de ce pays.
Sachant aussi que cette activiste etait hier à coté de Khatou (avec sa grande et douteuse fondation) pour lui assurer tous les applaudissements necessaires.
Mouchkilé: hiyé matihchim

Merci les intellos de la junte.

Anonyme a dit…

very interesting

copiarpegar

Anonyme a dit…

A-

لا تنس أنك وعدتنا قبل مدة بالكتابة عن الأبعاد الجيوبوليتيكية لانقلاب السادس من أغشت الميمون وهي في الحقيقة ما ينقصنا كي تكتمل لدينا الصورة بعد أن قرأنا الكثير عن مستويي التحليل : الأول والثاني أي مستوى التحليل الفردي (الدوافع الشخصية للانقلابيين) ومستوى التحليل الوطني (الأزمة السياسية والصراع بين السلطتين التنفيذية والتشريعية) ولم يبق إلا المستوى الأخير المتعلق بالبعد الدولي وميكانيزمات النظامين الاقليمي والعالمي على أهميته التي لا يمكن إغفالها

إليك بعض العناصر المفيدة في هذا السياق والتي يمكن أن تأثر سلبا أو إيجابا علي الانقلاب المبارك:ه

ـ آفريكوم والتواجد العسكري الأمريكي في المنطقة
ـ قضية الصحراء والصراع المغربي الجزائري
النشاط المتصاعد لقاعدة الجهاد في المغرب الاسلامي ـ

Anonyme a dit…

A lire absolument le dernier message du prof Ely,intitulé "Que reproche-t-on à Sidi Ould Cheikh Abdallahi pour qu'il demissionne" et je vous fais part de mon commentaire à ce message sur le blog du prof.
------------------
Pr
Excellent article!
Si vous avez 100% raison de dire que les putschs n'ont plus leur raison d'être dans une démocratie qui se respecte,je ne partage pas votre défense de Sidi,le plus mauvais président que notre jeune republique ait jamais connu.En plus des reproches que vous lui faites justement vous même,j'ajouterai trois autres,qui,à mes yeux sont impardonnables:
-Le fait de trahir son peuple,en acceptant de "comploter" en 2005,contre lui avec les principaux membres du CMJD,qui,pourtant s'étaient engagés à une stricte neutralité.Si eux ont menti,lui ne devait pas mentir!En le choisissant comme candidat,Sidi aurait dû poser ses conditions et se comporter en véritable président aprés son élection en écartant dès les premiers jours de son mandat ces militaires qui l'empêchaient de gouverner.Il n'a rien fait de tout celà,bien au contraire,il a renforcé leur capacité de nuire(grade de généraux,fonction de chef d'état major général,liberté de nommer leur amis aux postes de commandements militaires,etc);
-Le népotisme à outrance qu'il a initié et appliqué dès les premiers mois de son arrivée au pouvoir,consistant à nommer à de hautes fonctions ses propres frères et cousins,connus de tout le monde.Pour un pays qui s'attendait à des signaux forts de chagement de la part du prémier président élu,ces pratiques népotistes,d'un autre âge sont une grande deception et discréditent à jamais ce président,qui n'a rien fait de bon par ailleurs pour soulager les souffrances du peuple croissantes surtout dépuis son accession au pouvoir.
-Enfin le troisième reproche et non des moindres est l'attachement béat de sidi à sa confrerie au point de faire de l'appartenance à cette confrerie un critère d'acceder aux hautes fonctions de l'Etat et de faire partie du staff de la pésidence.Je trouve que ce genre de comportement est inadmissible,et qu'il a fortement choqué les mauritaniens qui s'attendaient à ce que le président qu'ils ont élu soit au service de tous,sans distinction aucune de race,de tribu,de region et surtout de confrerie!.Pour moi,personnellement,ces considérations importent peu et sont mêmes irrationnelles,mais la réalié de notre pays est toute autre et exige du président de la republique d'en tenir compte...
Tous ces reproches(les tiens+ces 3) sont-ils suffisants pour justifier un coup d'état?La réponse est évidemment NON.
Sont-ils suffisants pour ne pas souhaiter le retour de Sidi,je dis,comme une bonne partie du peuple,OUI!.
A+
-----------------
A+

Anonyme a dit…

A-(notre expert en pétrole et en terrorisme.lol).

Pourquoi,les rapports du trésor sur le le FNRH s'arrêtent au mois de Juin 2008?Deux mois de retard (Juillet et Août),c'est trop,non?.A noter toutefois que le solde(avoué) de ce compte s'élève à 28.696.232 Dollars US,compte non tenu des interêts reçus.Au cours du mois de Juin 2008,11.000.000 Dollars US ont été retirés de ce compte,et le cumul des retraits du premier semestre 2008 s'élève à 66 Millions de $.En avez vous vu les traces,au cas où je serais aveugle-lol-?
A+

Anonyme a dit…

a- you are the next prépare-toi un plan de réponses.(CH against A-)
am I short?

copiarpegar

Anonyme a dit…

A+
J'ai lu attentivement ce que tu as écrit et ce que le prof a dit sur son blog. Le prof dit que s'il n y a pas de continuation de la Démocratie inaugurée avec le président sidioca, c'est fini de la démocratie.

Et sur ce point, il a complétement raison. Mieux vaut ramener sidioca pour que la Démocratie ne soit pas cassée quitte à modifier les choses constitutionnnellement et politiquement après, plutôt que d'accepter les militaire pour trente ans encore avec des dizaines de transitions qui tuent le pays et le peuple.!

Comme le dit le professeur ELY avec sagesse, c'est pas la personne de sidioca qui est importante c'est pas ce qu'il a fait qui est importatnt , ce qui est important c'est qu'il peut aider par son retour (même s'il démissionne après) à la continuité démocratique et ça c'est vital.
Et il faut l'exiger.

C'est vrai que c'est un excellent article comme ceux qu'il nous habitué. bravo et chapeau.

Anonyme a dit…

Ano du 14.46 a dit:
---------------
Le prof dit que s'il n y a pas de continuation de la Démocratie inaugurée avec le président sidioca, c'est fini de la démocratie.
------------------

Moi,je lui retorque:
S'il y a continuation de la démocratie inaugurée avec le président sidioca,avec sidioca ou Aziz, c'est fini de la démocratie et que si ce dernier est obligé de quitter le pouvoir(au profit de n'importe qui),ce sera dissuasif pour tous putschistes potentiels.

Min jihetin oukhrée,la mauvaise nouvelle du jour est que ELYCOM serait candidat.Bonjour les dégâts!!
A+

Anonyme a dit…

My dear copiarpegar,

Je ne savais pas que tu etais Ely. CH et moi c'est cu et chemise. Je n'ai rien contre et j'ai ete amene a CH par le message de x avant sa retraite.

Je te repondrai inchallah ce soir. Tu nous a fait peur comme tu apparaissais et disparaissais comme Jack l'Eventreur. Welcome back et ne derange pas le autres. Avec moi tu peux faire tout et tout dire. Barkat bouk we jdoudak. Accepte mon amitie. A-

Anonyme a dit…

ah oui barket bouya w jidy donc!

copiarpegar

maatala a dit…

Salam

Désolé, mais c'est plus fort que moi

Alors L'HMAR (couly).

Que penses-tu de l'inculpation du tortionnaire Mauritanien KLAUS-DEDDAHI-ALTMAN.

La gestapo Tayiste doit faire dans son froque, car cela annonce la fin de l'impunité.

L'heure est venu de régler des comptes avec l'histoire, qu’ils croyaient effacée de toutes les mémoires y compris de celles de leurs victimes, c'est vite oublier que le crime ne paye jamais.

J'imagine en ce moment KLAUS-DEDDAHI très furax, en train d'expliquer à ces interlocuteurs que ce chieur doit s'estimer heureux d'être encore en vie, ce qu'il ne doit qu'à la couleur de sa peau. Ce qui lui a permis d'aller pleurnicher chez un juge étranger et souiller ainsi l'image de son pays.

D'exprimer aussi son incrédulité du fait que ce faux frère est aller bavé devant un juge "KAFIR" en ce mois béni contre un frère musulman,estimant que cela vaudra au délateur toute les flammes de l'enfer.

L'HMAR

Tu fais le mort ou tu es en deuil, depuis que tu as appris que ton commanditaire notre "KLAUS BARBIE" national est sous la menace d'un mandat d'arrêt international.

Il ne reste plus au juge qu'à d'inculper le caporal pour complicité en tant qu'ordonnateur.

Elle dit quoi la secte (DSF).

Tu as perdu ton latin ou quoi, surtout en ce moment ou KLAUS- Deddahi est en train compter ses amis et ses soutiens.

Ton silence est incompréhensible, car c'est un élément clef du système sécuritaire de ton idole qui est poursuivi pour torture.

Il aura au moins droit à un procès et une défense (Gourmo ente vem), cette chance que non pas eu ses pauvres victimes.

Au rythme ou vont les choses, les français vont être dans l'obligation de construire, une taule sécurisée pour nos kinés de choc avec l'argent de l'aide suspendue dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

Chers amis

En cette période de disette politique, comme dirait Achille BIMBE, ou des députés représentants du peuple soutiennent un coup d'état ou le chef de l'opposition parlementaire refuse de condamner un acte anti-démocratique, je me suis mis à explorer la vie des grands hommes du siècle passé pour y trouver des sources d'inspiration

----------------------------------

"Voici un magnifique et émouvant discours de Martin Luther King, "Je suis allé jusqu'au sommet de la montagne".

Ce sermon, prononcé à Memphis le 3 avril 1968, sera le dernier du pasteur. Martin Luther King sera assassiné le lendemain. C'est une sorte de testament, beau à pleurer.


(...) " Eh bien, je ne sais pas ce qui va arriver maintenant. Nous avons devant nous des journées difficiles. Mais peu m'importe ce qui va m'arriver maintenant, car je suis allé jusqu'au sommet de la montagne. Je ne m'inquiète plus. Comme tout le monde, je voudrais vivre longtemps. La longévité a son prix. Mais je ne m'en soucie guère maintenant. Je veux simplement que la volonté de Dieu soit faite. Et il m'a permis d'atteindre le sommet de la montagne. l'ai regardé autour de moi. Et j'ai vu la Terre promise. Il se peut que je n'y pénètre pas avec vous. Mais je veux vous faire savoir, ce soir, que notre peuple atteindra la Terre promise. Ainsi je suis heureux, ce soir. Je ne m'inquiète de rien. Je ne crains aucun homme. Mes yeux ont vu la gloire de la venue du Seigneur."



Première partie:



«Je suis allé jusqu'au sommet de la montagne»


Voyez-vous, si je me trouvais au début des temps avec la possibilité d'avoir une vue générale panoramique sur toute l'histoire du genre humain jusqu'à nos jours, et si le Tout-Puissant me demandait:
«Martin Luther King, à quelle époque veux-tu vivre? », je m'en irais mentalement en Égypte et je verrais le peuple de Dieu entamer sa marche magnifique pour s'évader des sombres donjons d'Égypte à travers la mer Rouge, et franchir le désert vers la Terre promise. Mais en dépit de sa magnificence, je ne m'y arrêterais pas.
Je poursuivrais ma route jusqu'en Grèce et transporterais mon esprit sur le mont Olympe. Et je verrais Platon, Aristote, Socrate, Euripide et Aristophane assemblés autour du Parthénon, en train de discuter des grandes et éternelles questions que pose la réalité. Mais je ne m 'y arrêterais pas.
Je poursuivrais ma route jusqu'aux beaux jours de l'Empire romain. J'y verrais les événements survenus sous de grands chefs et de grands empereurs. Mais je ne m'y arrêterais pas.
Je parviendrais même jusqu'aux temps de la Renaissance et admirerais rapidement tout ce que la Renaissance a apporté à la vie culturelle et esthétique de l'homme. Mais je ne m'y arrêterais pas.
J'irais même là où vivait celui dont je porte le nom, et je verrais Martin Luther clouer ses quatre-vingt-quinze thèses sur la porte de l'église de Wittenberg. Mais je ne m'y arrêterais pas.
Je parviendrais même à l'année 1863 et observerais un président hésitant nommé Abraham Lincoln se résoudre finalement à signer la proclamation d'émancipation. Mais je ne m'y arrêterais pas.
Je parviendrais même au début des années 30 et verrais un homme se colleter avec les problèmes que pose la banqueroute de son pays et crier:« Nous n'avons rien à craindre que la crainte. » (Roosevelt) Mais je ne m'y arrêterais pas.
Bizarrement, je me tournerais vers le Tout-Puissant et lui dirais:
«Si Tu m'accordes de vivre juste quelques années dans la seconde moitié du XXè siècle, je serais heureux. » C'est là une demande bizarre, car le monde est sens dessus dessous.
Notre nation est malade. Le pays est en proie à des troubles. La confusion règne partout. C'est là une demande bizarre. Mais d'une façon ou d'une autre, vous ne voyez les étoiles que s'il fait assez noir pour cela. Et je vois Dieu à l'œuvre, en cette période du XXè siècle.
Quelque chose est en train d'arriver à notre monde. Les masses populaires se dressent. Et partout où elles s'assemblent aujourd'hui - que ce soit à Johannesburg, en Afrique du Sud, à Nairobi, au Kenya, à Accra, au Ghana, dans la ville de New York, à Atlanta, en Géorgie, à Jackson, au Mississippi, ou à Memphis, dans le Tennessee - le cri est toujours le même: « Nous voulons être libres. » Et une autre raison pour laquelle je suis heureux de vivre à notre époque, c'est que nous nous trouvons, par force, à un point où il faudra nous colleter avec les problèmes que les hommes ont tenté d'empoigner pendant toute leur histoire, sans que l'urgence soit telle qu'ils s'y trouvent forcés. Mais il y va maintenant de notre survie. Les hommes depuis des années déjà parlent de la guerre et de la paix.
Désormais, ils ne peuvent plus se contenter d'en parler; ils n'ont plus le choix entre la violence et la non-violence en ce monde; c'est la non-violence ou la non-existence. Voilà où nous en sommes aujourd'hui.
Il en va de même pour ce qui concerne la révolution en faveur des droits de l'homme: si rien n'est fait de toute urgence dans le monde entier pour sortir les peuples de couleur de leurs longues années de pauvreté, des longues années pendant lesquelles ils ont été maltraités et laissés à l'abandon, c'est le monde entier qui ira à sa perte. Aussi suis-je heureux que Dieu m'ait permis de vivre à notre époque pour voir ce qui s'y passe. Et je suis heureux qu'il m'ait accordé de me trouver aujourd'hui à Memphis.
Je peux me rappeler, je peux me rappeler le temps où les Noirs se contentaient de tourner en rond, comme l'a dit si souvent Ralph, se grattant là où ça ne les démangeait pas, riant quand on ne les chatouillait pas. Mais ce temps est entièrement révolu. Nous parlons sérieusement désormais et nous sommes déterminés à obtenir notre juste place dans ce monde du Bon Dieu. Et c'est là tout ce dont il s'agit.
Nous ne sommes engagés dans aucune protestation négative, dans aucune discussion négative vis-à-vis de personne. Nous disons que nous sommes déterminés à être des hommes. Nous sommes déterminés à être des personnes. Nous affirmons, nous affirmons que nous sommes des enfants du Bon Dieu. Et si nous sommes des enfants du Bon Dieu, nous n'avons pas à vivre comme on veut nous forcer à vivre.
Qu'est-ce que cela signifie en cette importante période de l'Histoire? Cela signifie qu'il nous faut rester ensemble. Il nous faut rester ensemble et maintenir notre unité. Vous savez, chaque fois que le Pharaon voulait prolonger le temps de l'esclavage en Égypte, il utilisait sa recette favorite pour y parvenir. Laquelle? Dresser les esclaves les uns contre les autres. Mais quand les esclaves sont unis, il se passe quelque chose à la cour du Pharaon, et celui-ci ne peut les maintenir en esclavage. Quand les esclaves s'unissent, c'est le commencement de la fin de l'esclavage. Maintenons notre unité. (...)

Voici un magnifique et émouvant discours de Martin Luther King, "Je suis allé jusqu'au sommet de la montagne". Je vous propose de l'écouter (audio en bas) tout en lisant la traduction en français. Version en anglais, ici.
Ce sermon, prononcé à Memphis le 3 avril 1968, sera le dernier du pasteur. Martin Luther King sera assassiné le lendemain. C'est une sorte de testament, beau à pleurer.


(...) " Eh bien, je ne sais pas ce qui va arriver maintenant. Nous avons devant nous des journées difficiles. Mais peu m'importe ce qui va m'arriver maintenant, car je suis allé jusqu'au sommet de la montagne. Je ne m'inquiète plus. Comme tout le monde, je voudrais vivre longtemps. La longévité a son prix. Mais je ne m'en soucie guère maintenant. Je veux simplement que la volonté de Dieu soit faite. Et il m'a permis d'atteindre le sommet de la montagne. l'ai regardé autour de moi. Et j'ai vu la Terre promise. Il se peut que je n'y pénètre pas avec vous. Mais je veux vous faire savoir, ce soir, que notre peuple atteindra la Terre promise. Ainsi je suis heureux, ce soir. Je ne m'inquiète de rien. Je ne crains aucun homme. Mes yeux ont vu la gloire de la venue du Seigneur."




la suite demain

maatala

Anonyme a dit…

A lire sur le blog du professeur:


Il était une fois dans l’Ouest (africain)

Le bon, la brute et le truand.

Anonyme a dit…

Maata AL MANKHOUZE

En tant qu'etre humain,je ne peux que condamner toutes les formes de tortures. ceci etant dit, je souhaite une tres heureuse et longue vie a' Dedahi. Je n'etais pas avec lui pour savoir ce qu'il a fait et ce qu'il n'a pas fait.

Je sais que tu veux changer de sujet mais nous ne vous laisserons pas faire.

Combien de milliards de l'argent du peuple Mauritanien vous avez donne' aux groupes depression pour tenter de justifier votre coup d'etat?
Avez- vous fini de transformer la Mauritanie en une boite d'argent pour la famille Wade du Senegal?
Combien de millards vous etes entrain de gaspiller de droite a' gauche en Europe pour faire avaler le coup d'etat?
Combien avez-vous donne' aux vagabonds de CR?

Il serait important pour vous de revenir a' la raison et respecter la volonte' du peuple!

PERSONNE N'ECOUTE VOS MENSONGES!!!!

Anonyme a dit…

برنامج الجبهة في الأيام القادمة
1- يوم 09-09-2008 ندوة بعنوان "دور المحامين في الدفاع عن الديمقراطية" على تمام الساعة العاشرة ليلا بمقر حزب عادل بالعاصمة نواكشوط.

2- يوم 10-09-2008 تجمع شعبي على تمام الساعة العاشرة ليلا بمقر حزب تواصل في توجنين بالعاصمة نواكشوط.

3- يوم 11-09-2008 تجمع شعبي كبير على تمام الساعة العاشرة ليلا بمقر حزب التحالف الشعبي التقدمي في السبخة بالعاصمة نواكشوط.

4- يوم 12-09-2008 انطلاق بعثات التحسيس إلى الولايات الداخلية لموريتانيا

Anonyme a dit…

Le Chargé d’Affaires de l’Ambassade de Mauritanie à Bruxelles, apprend For-Mauritania, a été empêché d’assister à la réunion de l’Union Pour la Méditerranée (UPM) prévue aujourd’hui dans la Capitale Européenne.
Par ce geste, les responsables de cet organisme de coopération entre les ensembles géopolitiques surplombant la Méditerranée ont voulu signifier au diplomate mauritanien l’impossibilité pou eux de continuer à coopérer avec un pays, même fondateur, qui se met hors de la loi internationale.
Après sa suspension de l’Union Africaine, de l’Organisation Internationale de la Francophonie, c’est peut être là le début d’une longue série d’exclusions de la Mauritanie des Généraux des grands organismes internationaux.

Le Général limogé Ould Abdel Aziz pourra toujours aller se consoler avec celui qui n’est que Colonel Kaddafi en marge de cet organisme transnational.

Il faut préciser que c’est l’Ambassadeur de Mauritanie au près de l’Union Européenne, Ould Mohamed Leghdhaf qui fait office de « Premier Ministre » dans le gouvernement des putschistes.

Anonyme a dit…

Moctar OULD BABANA
Je me permets de vous apostropher, monsieur le Premier ministre, sur une seule question, une seule révélation, concernant votre nouvelle équipe, celle qui vous fait dire qu'elle est la plus propre depuis trente ans… ! Allégation, monsieur ! Grave allégation qui illustre, ou bien votre niaiserie rédhibitoire, ou bien votre duplicité hypocrite. Hélas ou hélas ! A vous de choisir. Monsieur que vous nous dites, que vous dites à l'opinion publique, en tentant vainement de rassurer les Mauritaniens sur la propreté des ministres que vous avez, vous, et vos maîtres leur aviez imposé, qu'ils sont des honnêtes gens, que depuis trente ans le pays n'a connu de commis plus propres qu'eux, c'est que monsieur vous et vos maîtres vous offensez, non seulement trente années de notre histoire, mais aussi vous méprisez , vous et vos maîtres notre présent, tout comme vous proférez une injure à notre futur. Monsieur le Premier ministre, j'aimerais bien savoir qu'est ce que vous appelez ''propreté'' ? Quelle est l'acception, quel est l'usage que vous en faîtes, de le propreté, monsieur ? Il n'y a pas à tergiverser, je n'ai pas besoin de consulter un dico pour savoir que vous vous êtes contenté du sens premier. Au premier degré, monsieur vous vous êtes arrêté, à l'image, justement, de vos ministres les plus propres depuis trente ans, au premier degré de la propreté. Certes, ils ne sont pas, ils n'étaient pas, en grande partie, chargés de fonctions publiques. Ils n'étaient pas des Cheikh El Avia, ni Boiediel, ni Sidi Ould Didi, ni aucuns de ceux qu'on appelle les roumouz el vessad. C'est vrai. Mais, ils n'occupaient pas non plus une quelconque fonction publique à travers laquelle on pourrait les juger ! C'est cela la propreté, Monsieur ? C'est le noviciat, monsieur, pas que je sois chaotique, et que j'accable tout responsable en fonction de la charge qui est sienne ! Mais, pour vous dire qu'on ne peut pas comparer un ministre mis à l'épreuve et un autre qui sort du néant public ! Or, la propreté, monsieur le Premier ministre n'est que, telle que vous avez tendance à nous faire croire, d'ordre matériel ! Elle est d'abord intellectuelle, la propreté, monsieur. Et, là vous êtes battu, monsieur ! Votre pyramide de valeurs assertives et virtuelle s'écroule quand vous songez combler des ministres que toute l'opinion connaît. Ils sont connus, ici, dans les milieux sombres de Nouakchott. Tout comme le sont-ils dans les milieux sombres de l'hexagone et au-delà, en Europe ! J'espère que vous n'attestiez pas de leur propreté de ces contrées, monsieur ?

Monsieur la propreté est morale. Aviez-vous, et ceux qui vous ont coopté engagé une enquête de moralité à l'égard de ces ministres pour vous permettre de leur attribuer en plein ramadan au vu et au su de tous une propreté qu'eux-mêmes, à votre place n'auraient revendiqué ? Demandez-les, monsieur, au moins avant de les faire porter une telle charge, outre celle que vous leur aviez déjà confiée. Ils ne seraient pas prêts, j'en suis presque sûr, d'assumer tant de propreté ? Trente ans, c'est un peu trop quand même ! Ils vous le diront, monsieur ! Vous les desservez, monsieur ! Ils auraient accepté moins que cela…beaucoup moins…Ils se seraient mesurés à un temps de propreté qui vous étonnerait… ! Moins qu'un jour de propreté…monsieur ! Moins qu'une heure…Une minute de propreté serait un lourd fardeau pour eux…Une seconde de propreté serait une charge quand bien même ! Ils se connaissent et se reconnaissent, monsieur ! Evitez de faire porter à vos collaborateurs une propreté qu'ils ne réclament pas. Ce n'est que justice, monsieur le premier ministre… !

Anonyme a dit…

Crever l’abcès
Boubacar N'DIAYE, Ph.D.

Politologue


Il s’agit maintenant de crever l’abcès. De le vider. De lever une fois pour toutes l’hypothèque militaire. D’en finir avec l’idée qui s’est insidieusement glissée dans notre culture politique que l’institution militaire est tout simplement un acteur politique, un peu comme n’importe lequel de la multitude de partis qui ornent notre paysage politique. Dieu, dans sa générosité, semble avoir donné à la Mauritanie une chance de plus, peut-être bien la troisième ou la quatrième déjà et en si peu de temps, de finalement partir du bon pied dans l’instauration d’une démocratie digne de ce nom. Allons nous, une fois de plus, laisser passer cette chance ? Il y a plus de deux ans, dans une contribution à un forum national destinée à avertir l’opinion publique des dangers d’une transition qui commençait déjà à ressembler à une grossesse nerveuse, j’avais écrit que si notre classe politique ne se ressaisissait pas, « un autre 3 Août, 2005 ne sera qu’une question de temps ». À trois jours près donc. C’était la première occasion de ratée, mais soit. Il ne fallait attendre mieux de ceux qui, après tout, depuis le fameux communiqué No. 1 du Comité Militaire de Redressement National au petit matin du 10 Juillet 1978, s’étaient convaincus qu’ils étaient les « dépositaires en dernier ressort de la légitimité nationale ». Cette notion foncièrement antidémocratique en elle-même (et que l’on chercherait en vain dans toutes nos constitutions), a été tout simplement pervertie jusqu’à l’absurde sous Ould Taya. Elle a si pénétré notre culture politique (certes embryonnaire) de ces récentes années qu’elle a conduit à de sérieuses erreurs d’appréciation de la part des acteurs de ce drame que nous vivons en ce moment.

L’erreur du Colonel Ely Ould Mohamed Vall et les putschistes du 3 Août, 2005 a été d’avoir sous-estimé la contradiction fondamentale inhérente à vouloir se draper du manteau de « démocrates » tout en voulant perpétuer le principe fondateur de l’ère prétorienne inaugurée le 10 juillet 1978 et tenue pour allant de soi depuis 1992, par lequel ces mêmes militaires s’arrogent le droit et le devoir ( !) de tenir en otage tout un système politique avec la menace constante d’intervention sous un prétexte ou un autre. Le coup de force du 6 Août 2008 ainsi que les ratés qu’il a, depuis, occasionnés ont été d’autres preuves de cette même contradiction difficilement contournable.

L’erreur de la classe politique est de n’avoir pas osé remettre en cause avec suffisamment de détermination ce principe scélérat qui a servi de prétexte pour imposer une transition dans laquelle la class politique civile n’a joué qu’un rôle mineur. Elle n’a pas compris que lorsque des officiers renversent un pouvoir militaire c’est pour des raisons qui en réalité ont très peu à voir avec la démocratie et qu’ils ne renoncent jamais d’eux-mêmes au pouvoir. Cette classe politique a une seconde chance pour se rattraper. Qu’elle ne la rate pas une fois de plus.

L’erreur du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi est de n’avoir pas fait, et à temps, une lecture correcte de la signification de son élection pour l’évolution politique du pays et l’occasion qu’elle a représentée pour revoir et extirper de notre culture politique le principe fondateur évoqué plus haut. Si cette erreur a été fatale à son pouvoir, le mérite du président Ould Cheikh Abdallahi a été d’avoir, par son acte de d’espoir (était-ce aussi un calcul sous forme de va-tout?) du 6 Août 2008, de rendre service à ce pays. Il a jeté une lumière crue sur cette hypothèque qui allait continuer à peser sur l’avenir politique du pays. Il a aussi forcé les gardiens du temple à se découvrir. Il a donc, à son corps défendant, donné une autre chance à la classe politique de ne pas continuer à se voiler la face devant cette question fondamentale pour notre avenir politique.

Il appartient maintenant à tous ceux qui se soucient de cet avenir de faire en sorte qu’une réponse définitive et sans équivoque soit apportée à la question de savoir qui détient la légitimité nationale en dernier ressort. De toute évidence, c’est le peuple Mauritanien et aucune institution, quelle qu’elle soit qui détient cette légitimité. Que ceux qui opposent le coup du 6 Août, et ceux qui le supportent ne s’y trompent guère, au-delà de toutes autres considérations politique ou personnelle, c’est cela le véritable enjeu de la présente situation. Toute solution à la crise politique actuelle devra donc clairement inaugurer un ordre politique dans lequel les forces armées et de sécurité auront finalement recouvré le rôle républicain qui aurait dû continuer à être le leur n’était-ce leur politisation à outrance qui avait commencé en réalité sous la première République.

Les forces armées et de sécurité ont leur rôle dans une démocratie, et ce rôle est important. Mais il n’est pas celui d’arbitre, et il n’est pas de prendre le pouvoir ou de s’immiscer dans la politique politicienne directement ou indirectement. En démocratie, elles sont subordonnées aux autorités politiques démocratiquement élues dans les limites de la constitution et la loi. Leur autonomie, leurs droits et devoirs sont codifiés et respectés par les autorités et institutions civiles. Mais le pouvoir n’est pas au bout du fusil, il sort des urnes, et seulement des urnes, et à intervalles réguliers. Les crises et les blocages sont inhérents à toute démocratie viable et il appartient aux institutions civiles de leur trouver les solutions appropriées.

Encore que la constitution soit suffisamment claire en la matière, pour éviter toute ambiguïté, cependant, il serait utile de nous inspirer de l’exemple de pays Africains qui ont connu une évolution politique comparable à la nôtre. Par exemple, la constitution du Bénin dispose en son article 65 que «Toute tentative de renversement du régime constitutionnel par les personnels des Forces armées ou de Sécurité publique sera considérée comme une forfaiture et un crime contre la Nation et l'État et sera sanctionnée conformément à la loi. » Et l’article 66 stipule qu’en «cas de coup d'État, de putsch, d'agression par des mercenaires ou de coup de force quelconque, tout membre d'un organe constitutionnel a le droit et le devoir de faire appel à tous les moyens pour rétablir la légitimité constitutionnelle, y compris le recours aux accords de coopération militaire ou de défense existants. Dans ces circonstances, pour tout Béninois, désobéir et s'organiser pour faire échec à l'autorité illégitime constituent le plus sacré des droits et le plus impératif des devoirs». Plus proche de nous, l’Article 121 de la constitution du Mali stipule que “Le peuple a le droit à la désobéissance civile pour la préservation de la forme républicaine de l'Etat” et que “Tout coup d'Etat ou putsch est un crime imprescriptible contre le peuple malien.” La constitution du Ghana de 1992 aussi abonde dans le même sens.

Une réaffirmation de ces simples principes démocratiques et, le moment venu, leur insertion dans notre loi fondamentale apportera une fois et pour toutes la réponse finale à la question en filigrane de la crise politique que nous vivons à savoir si les forces armées et de sécurité ont le “droit” ou le “devoir” de prendre le pouvoir par la force dans notre démocratie en gestation.

Anonyme a dit…


Taqadoumy: Ghrini du PRDR nie toute relation avec Ely


PRDR,

Arretez le mensonge. Ghrini ne cherche pas l'interet de la nation.
Il est parmi ceux qui ne font que la politique facile: S'aligner au coté fort.
Ghrini a crié contre Sidiok parce qu'il n'a pas trouvé assez de postes, mais il finissait tj ses declarations par: "Malgré ce ci nous restons ds la majorité de sidiok".
Et quand le general s'est averé l'homme fort, Ghrini n'a pas perdu une seconde pour le soutenir.
A cet instant, Ghrini pense que c Aziz l'homme fort, mais ce ci n'exclue pas que Ghrini supporterait demain Ely o Med Vall s'il s'avere plus fort.
Un petit cameléon du pouvoir

Anonyme a dit…



La scène est grandiose...
-
Le peuple observe en silence caché derrière les fenêtres de sa peur, la chaleur extérieure est de plomb, un silence de mort communautaire, on entend au loin le hurlement sénatorial d’un coyote de la fronde, les vautours laudateurs se sont perchés en masse sur les frondaisons et les charognards intellectuels virevoltent au zénith attendant la première dépouille…
-

Prof. ely Mous.
extrait du dernier blog


C'est bien dit, c'est de la bonne prose.
Quelle plume, quelle culture.
Ainsi devront être les intellectuels, au service du bien de leur nation.

MYGR

maatala a dit…

salam

lu pour vous

"Le FBI encercle le domicile de l'ambassadeur mauritanien à Washington
10-09-2008
Un affrontement a eu lieu hier entre l'ambassadeur de la Mauritanie à Washington Ibrahima Dia et son premier conseiller Moktar Ould Abbe Ould Zerrough, ce qui a nécessité l'intervention du FBI et du Département d'Etat, afin de séparer es protagonistes.

Tout a commencé quand le premier conseiller Ould Zerrough se déplace au domicile de l'ambassadeur Dia, dans le quartier de Northwest (Washington, D.C.), afin de lui remettre son billet d'avion, reçu plutôt dans la journée par mail, et lui demander de vider le domicile mis à sa disposition par la Mauritanie, dont il ne pouvait plus en bénéficier suite à sa démission de son poste d'ambassadeur.

Arrivé devant le domicile, le premier conseiller ne trouve personne pour lui ouvrir, alors il revient à l'ambassade pour se faire accompagner de quelques employés, afin qu'ils témoignent à son intrusion dans le domicile, car il pensent que l'ambassadeur Dia est à l'intérieur mais refuse d'ouvrir.

Pendant que les employés de l'ambassade tente de forcer la serrure, Dia Ibrahima contacte la police pour dire qu'il est victime d'une tentative d'intrusion chez lui, quelques instants plus tard, et selon des témoins oculaires, pas moins de cinquante véhicules de police arrivent et encerclent le lieu.

Les employés de l'ambassade déclinent leurs identité et montrent au FBI la démission de Dia Ibrahima de son poste d'ambassadeur, ainsi que les documents du ministère mauritanien des affaires étrangères lui demandant de libérer le domicile, et enfin son billet d'avion pour Nouakchott.

Le FBI contacte le département d'État, qui envoi deux émissaires sur les lieux, ces derniers, et après avoir écouté tous les protagonistes, demandent à Dia Ibrahima de vider le domicile dans un délai maximum de huit jours.

La police a levé ses barrages cinq heure après le début de l'intervention.

Signalons que Dia Ibrahima avait démissionné de son poste d'ambassadeur de la Mauritanie à Washington, en signe de protestation contre le coup d'état ayant mis fin au régime de Sidi Ould cheikh Abdallahi, le 6 août dernier.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous sur cridem

"Divergences au sein de l’opposition : Les prémices d’un rapprochement nécessaire

Les nombreux atermoiements nés des divergences profondes entre les acteurs politiques de divers horizons, notamment du Rfd et des cinq partis du Front national pour la défense de la démocratie, face aux orientations des nouvelles autorités militaires du pays, imposent aujourd’hui plus que jamais à ces forces politiques des dépassements nécessaires de leurs querelles intestines pour éviter d’être doublement piétinés par leurs rivaux de l’ex majorité présidentielle et du Haut Conseil d’Etat.

Ces derniers nourrissant de grandes prétentions dans la gestion future et sans partage des hautes sphères de l’Etat, risquent de trouver dans les égarements de l’opposition classique la partie belle pour réaliser leurs desseins.

Le Rfd qui est l’une des premières forces de l’opposition du pays à manifester son soutien au coup d’Etat du 6 août dernier, prend de plus en plus du recul dans un paysage politique où sa notoriété populaire s’est fortement compromise par des dirigeants militaires et civils réfractaires à tout dialogue et concessions.



Attendu pour être dans le gouvernement du Haut Conseil d’Etat, le Rfd a apposé son niet à toute participation inconditionnelle, exigeant des réponses claires sur les délais de l’actuelle transition politique et le retrait des membres du HCE de toute course dans les futures consultations présidentielles.

Navigant à perte, le Rfd qui s’est trouvé devant deux interlocuteurs intraitables, en l’occurrence, le HCE d’une part et la majorité parlementaire d’autre part, ne pouvait plus s’engager indéfiniment dans le "carnage" de la démocratie qu’il était censé défendre plus que tout acteur politique.

C’est plutôt ses frères ennemis de la Coalition des Forces pour le Changement Démocratique au temps de la période transitionnelle de 2007, représentés par l’App, l’Ufp et Tawassoul qui lui ont ravi ce combat, en se montrant inflexibles devant toute prise par la force du pouvoir et en organisant meeting sur meeting pour le rétablissement de la légalité constitutionnelle. Une bataille soldée par une popularité grandissante les rendant premiers favoris de toutes futures présidentielles.

Ni donc à gauche, ni plutôt à droite, le Rfd devait impérativement mettre à profit son sens de la lucidité et de l’objectivité pour "s’habiller de son propre drap politique" au lieu de s’accoutrer contre nature et de confondre aux partillons habitués au retournement de veste.

C’est sûrement dans cette optique que son président et chef de file de l’opposition, M. Ahmed Ould Daddah aurait engagé secrètement des démarches de rapprochement et de concertation avec ses frères politiques d’hier pour se mettre main dans la main dans l’intérêt suprême du pays.

Selon des sources généralement bien informées, le président du Rfd et son collègue de l’App, en l’occurrence M. Messaoud Ould Boulkheir, d’ailleurs président de l’Assemblée nationale, auraient pris ensemble leur "ftour" au domicile du député App El Khalil Ould Tiyib. Les deux leaders auraient discuté de manière cordiale et détendue de la situation intérieure et des voies et moyens de lui trouver une issue commune et salutaire.

Toujours dans ce cadre, le président du Rfd aurait également rencontré en aparté, lundi soir son homologue de l’Ufp, le Dr Mohamed Ould Maouloud, avec lequel il aurait discuté des mêmes sujets politiques d’intérêt général. Ould Daddad devra dit-on tenir une autre réunion mardi soir avec le leader de Tawassoul M. Mohamed Jemil Mansour à son domicile. La rencontre porte elle aussi sur les mêmes questions débattues avec les dirigeants de l’App et de l’Ufp.

Ces rencontres répétées et surprenantes sont considérées par bon nombre d’observateurs comme le prélude à une importante coordination politique avec les leaders du Front national pour la défense de la démocratie pour faire face au HCE, surtout à des moments où sont signalées de fortes divergences entre les députés du Rfd et leurs homologues de la majorité parlementaire sur les deux points précédemment cités relatifs à la feuille de route de la seconde transition et l’illégibilité des membres du HCE aux futures échéances présidentielles.

Aux dernières nouvelles, le Rfd serait sur le point de proposer une solution de crise qui lie le départ du Haut Conseil de l’Etat des hautes sphères de l’Etat au non retour du Président déchu Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi au pouvoir.

Les dernières réactions du parlement européen, conjuguées à l’admission du ministre des affaires étrangères et de la coopération de la junte militaire à la conférence de la ligue arabe et son entretien avec son secrétaire Général Amr Moussa, sont également deux nouveaux faits qui donneraient incontestablement aux militaires ce souffle qui leur cruellement défaut pour écarter toute marche en arrière.

Mohamed Ould Mohamed Lemine

maatala

maatala a dit…

salam

L'HMAR a dit:

"En tant qu'etre humain,je ne peux que condamner toutes les formes de tortures".
-----------------------------------

Tu aurais pu ajouter à cette phrase, que les tortionnaires doivent être traduits devant la justice pour répondre de leurs actes.

Mais en disant cela, tu condamnes toute la tayie, ce qui relève de l'ordre de l'impossible pour le laudateur zélé que tu es.

---------------------------------

Tu dis aussi:

ceci etant dit, je souhaite une tres heureuse et longue vie a' Dedahi.
----------------------------------

Toujours à défendre le camp des puissants,des dictateurs et des tortionnaires.

Aucune mot pour les victimes et tu as le culot de dire que tu es un être humain (lol).

longue vies aussi à tes compatriotes tortionnaires d'ABOU GRAIB et d'ailleurs pendant que tu y es.

-----------------------------------
Tu dis:

Je n'etais pas avec lui pour savoir ce qu'il a fait et ce qu'il n'a pas fait.

-----------------------------------

Comment, c'est lui qui t'a envoyé au STATES pour espionner les opposants de la Tayie.

Comment sais-tu donc que Taya n'a ni compte ni villa.

Pire, tu insinues aussi que la victime affabule.

-----------------------------------

tu dis:
Combien de milliards de l'argent du peuple Mauritanien vous avez donne' aux groupes depression pour tenter de justifier votre coup d'etat?
-----------------------------------

Vous qui? quels groupes? tu t'adresses à qui?.

Une fois de plus tu fais de la diversion, car l'inculpation de KLAUS-DEDDAHI est un mauvais coup pour la cause que tu défends.

Une bonne fois pour toute, si je soutenais azziz, je l'aurais dit because i am free man.

Celui qui soutient les dictateurs c'est bien toi.

Je n'ose pas imaginer, ce que tu aurais dit si c'était un membre du FLAM qui avait porter plainte.

Pauvre HMAR dit le FOU


Maatala

Anonyme a dit…

Maata,

Je ne te laisserai pas changer de sujet. Tu as bel et bien ecrit pour supporter le coup d'etat du 6 Aout 2008. SHAME ON YOU! Tu n'as aucun respect pour la volonte' du peuple.
Il ne sert a' rien de persister dans l'erreur. Il serait preferable pour toi et tes amis faiseurs de coup d'etat de revenir a' la raison.
Le President Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi et le Premier Ministre Yahya Ould Waghef sont les dirigeants legitimes de la Mauritanie. Leur legitimite's respectives viennent du peuple, de la constitution et des lois en vigueur dans notre pays.

VOUS ETES COMPLETEMENT FAUX ET INTELLECTUELLEMENT MALHONNETES! SEUL LE POUVOIR VOUS INTERESSE! AS FAR AS YOU ARE CONCERNED, LE PEUPLE MAURITANIEN PEUT ALLER AU DIABLE!

VOUS N'ETES RIEN D'AUTRES QUE CR EL VEYAVI ET/OU DES IMBECILES D'INTELLECTUELS QUI VEULENT NOUS FAIRE AVALER CE COUP D'ETAT!
ESSOULE ETFOU ALA CH'FEYGATEKOUM!

GO AHEAD, DONNEZ TOUT CE QU'IL Y A COMME ARGENT A' LA FAMILLE WADE ET AUX GROUPES DE PRESSSION POUR SUPPORTER VOTRE COUP D'ETAT! VOUS N'AVEZ AUCUNE HONTE. ENTOUMA MATIHICHMOU! VOUS ETES ENTRAIN DE PIETINER TOUT CE QU'IL Y A DE NOBLE ET DE DIGNE DANS NOTRE PAYS.
ESSOULE ETFOU ALA CH'FEYGATEKOUME!

DEDAHI EST MEILLEUR QUE VOUS!
VOUS ETES PRETS A AFFAMER PLUS DE
2 500 000 PERSONNES POUR RESTER ET/OU PRENDRE LE POUVOIR. VOUS ETES LES PLUS GROS CRIMINELS!

maatala a dit…

Salam

L'HMAR a dit:

maata

"Tu as bel et bien ecrit pour supporter le coup d'etat du 6 aout"

je te mets au défi de me sortir cet écrit.

le reste de tes incantations ne me concernent pas, par contre je note que selon toi que KLAUSS-DEDDAHI, un tortionnaire de la classe des SS est mieux que nous.

Merci de me confirmer que nous n'avons pas les mêmes valeurs dit le FOU

maatala

Yanis le R. a dit…

Je crois que l'expression utilisée par le candidat américain à la présidence, Barack Obama, et qui fait polémique, convient bien au coup d'état illégal qu'on veut appeler "rectification" chez nous:

"You can put lipstick on a pig, it's still a pig"

"Vous pouvez mettre du rouge à lèvres à un cochon, cela reste un cochon"

Anonyme a dit…

Cher Maata,

A propos de l`information relative à l`encerclement du domocile de l`ambassadeur, je regrette le pssage selon lequel, le chargé d`affaires de l`ambassade aurait tenté de forcer la porte.

Ce passage de l`information n`est pas éxact.

La porte lui a été bien ouverte par le domestique de l`interessé, Mr. Mourtada diop, qui était dans la résidence. Celui-ci l`avait informé de la présence du chargé, Dr.Moctar Alaoui,et non Abbe zerrough, comme c`est écri, venu lui remettre son chéque de salaires et ses billets d`avion. Mais le petit dia ibrahima au lieu de venir décharger ses billets, a choisi plutôt de téléphoner au FBI, leur disant qu`il était l`ambassadeur, et que des inconnus se trouvent dans son domicile à son insu.

maatala a dit…

salam

Deddahi selon notre DSN et vis versa


Voici les deux temps du règlement de comptes entre les deux fractions rivales au
sein de la tribu Smasside, celle d'Atar ( dont est originaire Ould Taya et Deddahi Ould Abdallahi, Directeur de la Sûreté de l'Etat, auteur du tract 2 ) et celle
d'Aoujeft ( lieu de naissance du Colonel Ould El Hadi, auteur du tract 1, actuel Gouverneur de la région nord du Tiris Zemmour, ancien Directeur de la Direction de la Documentation, appelée aussi BED, l'organe d'espionnage et de
contre-espionnage.
Cet échange, d'une violence exceptionnelle, a été traduit en arabe et jusque dans les langues vernaculaires du Sud. Grâce à l’opposition, les exemplaires ont été diffusés, par milliers, dans les principaux centres urbains. En elle -même, la querelle marque un stade supérieur dan la lutte pur la succession du Colonel Ould Taya. Elle démontre, surtout, qu'en Mauritanie, les méthodes souterraines de gouvernement ont beaucoup évolué depuis la chute du Président Ould Daddah. Les comportements stigmatisés ici, peuvent paraître "normaux" pour un
esprit non initié aux moeurs du pays. Le cynisme, les propos orduriers, le vocabulaire de voyous et les atteintes à l’immunité de la vie personnelle ont, cependant, choqué la plupart des mauritaniens et fortement discrédité le Pouvoir.
La quasi totalité des personnes citées ici appartient au sérail tribal, les Smassid.
Nous présentons nos excuses au publique pour certains excès verbaux contenus dans le texte ; ils ne sont pas de nous mais celles du sérail du régime.

CR

-------

TRACT N°1:

RECHERCHE DEDDAHI POUR CRIMES ECONOMIQUES ET DE
SANG ET ORGANISATION DE MALFAITEURS

Toute chose a une fin mon Directeur, c’est la une chose que tu n’a jamais pu comprendre et
aujourd’hui, tu sais que tu es en chute libre vers l’infini négatif.
Devant Allah et devant ce peuple, tu as de s comptes à rendre, tôt ou tard. Commissaire de fabrication tribale, tu es parvenu à te faire utile (utile à toi et à la pègre, dont tu es le lâche
bras armée, embusquée nuisible et néfaste pour le pays) En t’accaparant l’oreille, l’oeil du
Président, auque l tu as rendu le plus mauvais service, lentement, inexorablement, tu es en train de le pousser dans le précipice Tu l’a coupé du réel et le berce dans l’illusion, l’autosatisfaction et une fausse stabilité bricolée, à la semaine, par tes mesquines et basses « salonnades », alors qu’il est assis sur des braises et ça peut péter à tout moment.
C’est, peut être, ce que tu veux. Tu voies et tu fabriques des complots partout, pour conditionner ton cousin de président, pour lui faire faire ce que tu veux et ce que veulent les
autres ténors, non moins criminels et ravageurs de la mafia qui suce le pays jusqu'à la moelle :
Sejad ton gourou à toi ( toi tu es celui de Maaouya, chacun son rôle et son rang), un chauffeur
multimilliardaire ; Ahmed Ould Taya, caissier touche-à-tout, ronge-tout, inclassable et fortune
inchiffrable ; Zaoui Oumld Taya, planton devenu multimilliardaire, à la faveur du 12/12/1984 ; Cherif Ould Abdallahi et Ould Amar Cheine, les 2 : le voleur et le voyou, chauffeur proxénète devenu milliardaire ; Mohamed Ould Taya, qui a englouti toutes les
recettes du Trésor Public et la Banque Centrale, dans le Bingo, l’alcool et les femmes ; Sidi
Ould Taya, qui a mis à genoux la pêche ; la famille quoi !
Avec ça, tu ne lésines d’aucun moyen : la calomnie, la diffamation, les mensonges, les
montages grossiers, en utilisant les moyens de l’Etat, sa police, ses agents, ses méthodes
détournées, pour ton usage propre, à une fin propre et malsaine : ruiner la Mauritanie, encore
et toujours, au profit de notre Camora nationale, au profit d’une poignée de prédateurs qui
ravagent tout à leur passage et mettent à genoux le pays ; en utilisant aussi les proxénètes et
les prostituées ( en te servant et te sucrant, toi, d’abord au passage, comme à ton habitude, en
omettant de les payer sous la menace ou en te faisant passer pour un autre ), que tu lâches
comme tes chiennes de chasse, en ville, dans les salons, les marchés, les bureaux, les gazras
(dont tu raffole), pour dénigrer, diffamer, calomnier, saboter tout ce qui est bon dans ce pays
et tout ceux qui ne viennent pas te rapporter, chez toi, lors de visites nocturnes, de l’argent,
tous ceux qui ne t’obéissent pas à l’oeil et au doigt et à tes desseins, tous ceux qui se
permettent d’être une entrave à vos macabres desseins.
Ces putes à tout faire, sans moralité et sans scrupules, sont Salka de Térgit Vacances, qui a
gazré tout le littoral, sa soeur qui se croit tout permis parce qu’elle est la belle mère du fils du président ; Mint Sallihine, garce parmi les garces, promue commissaire sans coup férir et qui
se substitue à la police, même pour remettre les parapheurs truffés de BR manipulateurs et
assassins à « Twil leumeur » (lire le Président) ; El Bettoul( ce n’est pas une pute, c’est une
toilette publique), les filles (et quelles filles) Mogueya, etc.
1 Tract distribué à l’instigation du Colonel Mohamed Ould El Hadi, ex Directeur du BED, actuel gouverneur du Tiris Zemmour, cousin du Chef de l’Etat, le Colonel Ould Taya.
Tu l’as séparé de son peuple, les négro-africains (1986, 1989,1990-91 et les conséquences se
poursuivent aujourd’hui encore), les islamistes, les nasséristes. L’unité de la Mauritanie te
dérange par ce qu’elle va mettre à nu tes faiblesses, disons ton « vide ». Tu l’a séparé de ses
voisins (le Sénégal, le Mali, l’Algérie , le Maroc, le Polisario, etc .
Ton objectif est connu par tous : s’enrichir à tout prix, cf. tes multiples déclarations :
-ceux qui blanchissent l’argent sont très courageux, je les admire et leur accorde toute ma
protection, nous ne sommes pas des consommateurs, nous ne prenons que l’argent, peu importe le reste….
-12 bornes fontaines, les valises pleines d’argent, remis par des responsables du pays,
soucieux de conserver leurs postes, généralement négociés par des billets bleus ou des
maisons, les maisons données par le directeur de la SMGE ou le directeur du Port de l’amitié
de Nouakchott, pour ne citer que ceux là….
-plus de dix « bennes » t’ont été données par le Ministère des Finances, pour se protéger des
attaques continues de Ahmed Ould Taya et Zaoui Ould Taya.
-les « morcellements », aujourd’hui plus d’une dizaines, les stations d’essences, le commerce du bétail, le trafic de devises, l’exportation du poisson, la protection des trafiquants d’opium, pour un pourcentage connu de tous, le trafic d’armes. La couvertures de ceux qui se livrent à cette activité sont tes vices, « peu importe la manière, l’important c’est le profit », ton seul profit, commandé par ton incommensurable ingratitude.
Au juste, à quoi cet argent mal acquis te sert-il ? Apparemment, à rien du tout. Tu vis dans la
misère, tu sens la puanteur, tu vis chichement, tu manges toujours chez les autres gens, surtout
chez Ould Moulay Zeine, dont tu cocufies la femme, au vu et au su de tout le monde. Le boutiquier du coin se plaint de l’accumulation de tes impayés. et pour cause : tu t’en sers comme ton magasin. On peut toujours voir, tous les jours, ta femme ramenant de la boutique 20 UM de sucre, 20 UM de thé, 20 UM de Célia, 1 Kg de Riz, un cube Maggi……
Où part cet argent mal acquis ? L’argent mal acquis ne profite jamais. Déjà, tu vis dans la
misère à ton apogée, que feras-tu après ? Parce qu’il y’a, ne l’oublie jamais, sale conneau
crasseux, un « après » qui sera dur, à n’en pas douter.
Le dialectologue que tu es, se glorifie d’être arrivé, si haut, de manière non méritée et le plus
important pour toi, c’est d’avoir acquis l’exclusivité de l’écoute du GRAND CHEF et d’en avoir abusé. Cela t’a permis de sacrifier tes proches (l’ex directeur du BED, actuel Wali du Tiris -Zemmour fut ta principale victime, parce qu’il donne un autre son de cloche) et combien de ministres sont partis, pour avoir refusé de se plier à ta volonté.
Tu es le principal obstacle à la campagne de dupes que mènent, actuellement, des gens qui
n’ont aucun savoir pour « le savoir pour tous ». Tu en es peut être l’instigateur. Oh oui, sur ce
plan, tu n’es pas bête. La magouille, la gestion du temps, la diversion, c’est ton fort :tu crées
toujours des diversions pour faire oublier l’essentiel, pour détourner l’attention des gens de
leur quotidien implacable, pour que d’autres continuent à se servir du bien public, en toute
quiétude. Ceci à coups d’il y’aura ceci, il y’aura cela, il y’aura un chambardement, le changement radical, un remaniement par-ci, par-là ; pour mieux jouer le maître chanteur auprès des rescapés, l y’a le pétrole, il y’a le gaz et ça continue de marcher, jusqu’au jour …..
Ça marche encore parce qu’on est un peuple d’opportunistes, d’illettrés, d’égoïstes, il n’y a
pas d’opinion publique éclairée, pas de société civile digne de ce nom, pas d’avant-garde qui
accepte le sacrifice et l’abnégation dans l’intérêt de ce pays.
Ce sont les médiocres et les usurpateurs qui sont les plus en vue ici, les plus chuchotés et qui
ont le vent en poupe. Tel le bout d’homme petit Dahi, l’éponge de l’alcool comme dirait « les
potes », qui se fait passer pour docteur, alors qu’il n’a même pas la maîtrise …
Tu es l’ennemi de cette campagne « savoir pour tous », parce que tu as, toujours, en
détournant les moyens de l’Etat, accrédité l’idée que le savoir ne sert à rien, il faut faire
l’agent de renseignement, pour « monter », pour avoir un boulot, pour profiter…Les jeunes
diplômés sont déboussolés, désabusés, les jeunes porteurs aussi….
Le pays connaît une pénurie des hommes de fierté, de sacrifices, d’honneur ; tout le monde,
par ta faute, est prêt à tout pour avoir quelques chose : tu fais et défais les gouvernements, tu
promets des postes de gouvernements à tout bout de champ, en contrepartie d’une conversion, en agent de renseignement, à ton service.
Quel est ce pays ? Ou va –il ?
Tout ne peut plus être obtenu, même le droit le plus élémentaire, sans abaissement, sans reniement, sans humiliation. Le ministre doit être agent et au service, ingrat d’ailleurs, de la pègre ; la femme doit se prostituer, pour trouver une promotion ou, simplement, pouvoir transférer des devises.
Le fonctionnaire doit émoucher les enfants et faire le pied de grue chez toi ou chez Ahmed
Ould Taya, pour avoir son droit le plus élémentaire : un logement. Alors que des centaines de
faux contrats, pour des logements fictifs, sont empochés toutes les fins de mois.
Les diplomates, l’ambassadeur en tête, deviennent le porte -bagage de tel ou tel de la famille
Ce que le PRESIDENT TAYA ignore, c’est que ton intérêt prime sur ta fidélité et que ta
puissance est bâtie sur le mensonge et le faux de toutes les couleurs et de toutes les formes . Tu continueras toujours de plus belle, c’est sûr.
Tu es même capable d’être l’instigateur de cette lettre (le rédacteur non), pour t’enraciner
encore plus ; jouer la victime, pour manipuler encore plus le Président ; créer la tension, pour
que l’argent sorte, à flots, en continu, toujours pour mériter ta place et te rendre indispensable.
Tu humilies O/ Daddah, tu le fais coucher par terre, tu déverses le grésil, la peinture, pour
l’asphyxier dans sa cellule. Qui te dis qu’il ne sera pas un jour Président. Dans ce cas, où estce
que tu va te cacher ? Ce n’est ni en Mauritanie, ni surtout, à l’étranger.
Maaouya a nommé son fils au BED. Est-ce qu’il en a marre de tes manipulations intéressées ?
Il est temps. Il est temps de laisser la Police faire le travail de police, comme dans tous les
pays du monde et non pas au service de la mafia vorace et sans scrupule. Il est temps de
laisser la Sûreté de l’Etat faire le travail de sûreté de l’Etat. En quoi la sûreté de l’Etat est
intéressée par tes commérages et tes diffamations infondés, pour casser tout ce qui te résiste ?
En quoi elle est intéressée par le fait que le Ministre de l’Intérieu, Dah Ould Abdel Jelil, a
sauté une pute et ne lui a payé que 5000 UM et qu’elle l’a giflée parce qu’elle s’attendait à
plus ?
En quoi est-elle intéressée par le fait que le même ministre a été imprudemment trouvé, avec
une autre, sur la route d’Akjoujt, en pleine action et en oubliant de verrouiller la portière de sa
Corolla ? Aib lahmir Bidbar.
En quoi elle est intéressée par le fait que Ould Tomi, le Directeur du Protocole du Président,
se saoule au restaurant Casablanca et qu’il s’est remarié avec « une négresse » ? Ce n’est pas
un crime d’épouser une négresse, c’est plutôt oeuvre de cohésion nationale et de réconciliation.
En quoi est elle intéressée par le fait que le Colonel Boukhreiss est un pédophile (ça, un peu
quand même) et utilise les services des proxénètes ElBou Oud Aemer Jiddou et Abeidallahi et
qu’ils ont pour cela un code chiffré et un mot de passe ? Que Ould Boukhreiss, comme tu dis,
soit un forgeron, importe peu pour le pays. Qu’il soit Chef d’Etat-Major des Armées, homme
d’affaires à tout faire, peu scrupuleux et propriétaire de la SODIA, au profit de laquelle il fait d’innombrables commandes de véhicules Mitsubishi, non livrés à l’armée, là peut-être !
Que le Colonel-député Cheikh Sidahmed Ould Baba, Président de l’Assemblée Nationale, a enceinté toutes les filles de Tintane et humilié les gens d’honneur, ou qu’il soit forgeron incontestable et maître-chanteur incontesté, champion toutes catégories d’abus de biens sociaux, qui n’a rien d’un voleur d’autoradio …Mais les voleurs sont solidaires et soudés ;
entre eux ils se protègent mutuellement.
Sous le ciel bleu clair, le pays est bradé, à grande vitesse, sans que personne n’en parle, pas
même cette soit –disant « presse indépendante, que tu as infiltrée, à laquelle tu distribues des
prébendes, les tickets d’essences, les enveloppes qui profitent. Ils sont devenus son déshonneur et son discrédit, ces age nts de renseignement, des maîtres- chanteurs, champions version ordure et matière fécale (en la personne de Ely Ould Nafa) et des griots.
ALLAH soit loué, ton heure est arrivée ! Le Chef sera éclairé par son fils2, même si tu arrives
à ligoter l’actuel patron3 en titre du BED. Entre le fils et le serviteur, le Président saura
choisir. Le charognard que tu es sera, Inchaallah, mis à nu, le cadeau du siècle, le meilleur
cadeau que le Président peut faire à son peuple et pour le bien de la Nation.
Combien de morts, de mutilés, de chômeurs, de marginalisés (noirs, blanc, métisse…), par ta
faute, vont se remuer ? Ils seront trop nombreux, trop nombreux seront ceux qui souhaiteraient être là, ce jour, ce jour historique qui mettra fin au pouvoir du mensonge, que
tu as bâti, pour ton intérêt personnel. Pour mémoire, ta déclaration : « l’opposition souhaite bénéficier de mes services, qu’elle arrive au pouvoir ! » Nous prenons à témoin l’actuel Consul de Mauritanie à Paris, ton ex serviteur Hassen Ould Guerrame, l’homme des synthèses dictées.
2 Le capitaine de gendarmerie Ahmed Ould Taya, fils du Chef de l’Etat, actuel Directeur –adjoint du BED. Le sérail proche le prépare à la succession monarchique de son père.
3 Le Colonel Aïnina Ould Eyih, ancien Directeur Général de la SONELEC qu’il mena au bord de la faillite, après l’avoir pillée, facilitant ainsi sa privatisation.
Tes armes sont connues : les synthèses de ton adjoint, la rumeur de tes serviteurs, les salons de tes « espionnes », reçues au bureau, en tant que telles, à tour de rôles, et qui, apparemment, ne laissent, comme traces, que des corbeilles remplies de « préservatifs ».
Le peuple, que tu ligotes, ne te pardonnera jamais de l’avoir empêché de jouir de la liberté
d’être, de s’épanouir dans sa très chère Mauritanie et qui aurait pu être un paradis dans la
sous -région et même en Afrique.
Nous savons que tu contrôles tous les actes de ventes de terrains, à Nouakchott et à Nouadhibou, dont tu es l’ampliateur. A raison, tu le sais, tu les arnaque là aussi et les fait chanter.
Commissaire de fabrication locale ou tribale, pourquoi le changement te dérange ? Pourquoi la réforme de la justice t’a tellement dérangé, jusqu'à te pousser à engager toutes tes forces et
toutes tes espionnes, pour la faire échouer ? Pourquoi la Mauritanie unie prospère et
démocratique te dérange ?
Deddahi ton heure a sonné. Deddahi, tu ne peux pas rester éternellement dans l’ombre …Le
sniper que tu es sera débusqué, un jour proche, et lynché. Deddahi tu es le plus grand criminel
de ce pays. Deddahi, Louleid a échappé momentanément, à la justice internationale, toi tu ne
nous échapperas pas.
Tu es le fossoyeur du régime (et le faussaire). Tu es l’assassin des patriotes honnêtes de ce
pays, tu es l’obstacle à la bonne gouvernance et l’avocat cher payé de la dilapidation de nos
richesses. Même mort, nous te déterrerons et te mettrons en morceaux.
Deddahi, tu payeras pour tout.
Ta chute est proche et tu n’échapperas pas au jugement de l’histoire, toi et tes acolytes. Ton jugement pour crimes économiques et contre l’humanité est proche.
NON A LA RUINE DU PAYS
NON A LA MAFIA AU POUVOIR
NON à LA PAX SMASSIDANA
NKTT- PARIS - DAKAR - WASHINGTON LE 10 MAI 2000

---------

TRACT N°2:

IL ETAIT UNE FOIS DES HOMMES ENVIES

[Tract distribué à l’instigation du Commissaire Principal Deddahi Ould Abdallahi, Directeur de la Sûreté de l’Etat (Police Politique ) autre cousin du Colonel Ould Taya]

Dans un tract qui n’est pas sans nous rappeler la période d’exception et les assouaghas des
vrig2, intitulé DEDDAHI TON HEURE A SONNE, LA MAURITANIE TE JUGERA, un groupe d’individus aigris, malintentionnés et haineux s’en est pris à un certain nombre de
cadres du pays.
En ma qualité de proche cousin de certains cités dans le fameux tract, je ne peux qu’exprimer
mon indignation et ma réprobation devant cette contorsion de mensonges et de diffamation,
sciemment orchestrés contres quelques -uns des meilleurs commis de l’Etat à l’heure actuelle.
Vérification faite , il s’est avéré que ce document a d’abord circulé dans les secrétariats publics
de tout Nouakchott, avant de parvenir dans les salons, et qu’il est le troisième du genre de
cette série macabre qui a pour finalité l’invective et qui est l’oeuvre d’une poignée de
débonnaires grisés par la stature, le sérieux et les compétences de certains hommes sincères et
honnêtes, ayant choisi de s’éloigner des sentiers tumultueux de conspiration et de cynisme
qu’ont emprunté les auteurs du torchon en question.
Ainsi, l’on n’a pas eu besoin de forcer son talent pour savoir que ce tract a été conçu rédigé et
distribué par des soi-disant cadres de la tribu Smasside d’Aoujeft, qui, dans l’éternel et larvé conflit qui les oppose à leurs frères d’Atar, tâchent, à chaque fois que l’opportunité s’offre, de vouloir prendre une revanche sur l’Histoire, témoin jusqu'à une date encore récente, de leur dépendance morale, intellectuelles vis à vis de leurs chefs d’Atar.
Un tract est le moyen le plus lugubre pour servir la pègre dans laquelle on évolue et le seul
service qu’un lâche frustré peut rendre à sa communauté .Et comme le niveau intellectuel, le
rang social et la consistance déterminent les hommes, la Bande de Khadadd Ould Mokhtar (
homme d’affaires ), Mohamed Ould Hadi ( ex Directeur du BED, muté gouverneur ou Waly
du Tiris Zemmour ), Ould Hmein Amar et les autres ténors des Smassides (à gauche) s’acharnaient contre un groupe de cadres de ce pays, ces derniers faisant preuve d’une indifférence et d’une insouciance propres aux grands hommes et se la coulaient douce.
N’appartenant ni à l’un ni à l’autre groupe et encore moins à leur région, je me permets,
cependant, de rétablir certaines vérités, en apportant les éclaircissements suivants sur les
véritables motivations basses et mesquines de tels agissements :
L’adage selon lequel derrière chaque fortune se cache un mystère trouve sa plus parfaite
illustration. Chez Khadadd. Bâtie à coups de tricheries, de vol et de malversations, la fortune
n’a servi qu’a l’engouffrer d’avantage dans les arcanes du mal, chose du reste très normale
pour un type de sa basse classe. Et ce n’est pas parce qu’il a perdu une sale affaire de bourse
et que Ould Veknach s’est montré grand d’âme par rapport à lui, qu’il doit en vouloir au
Commissaire Principal, Deddahi Ould Abdellahi.
Pour Ould Hmein Amar , la motivation est également la même : En voulant plaire à sa vache
laitière de prince Saoudien, ce malfrat, connu dans toutes la zone, a sacrifié un paisible
citoyen de son pays, sur l’autel de ses intérêts égoïstes. La justice ayant dévié sa manoeuvre
dilatoire, il s’en est pris encore et toujours à Deddahi que rien ne lie, de prés ou de loin, à cette
histoire de justice somme toute banale.
Quant à Ould Hadi, il pousse plus loin son animosité envers D eddahi. C’est vrai que l’officier
du BCS (Bataillon de Commandement et de Service), muté pour incompétence au B.E.D,
pour consacrer à jamais son inertie et son inefficacité, a été privé des virées nocturnes de
2 Littéralem ent « commérages de campem ent ».
Nouakchott, de la compagnie du serpent Ahmed Salem Ould Bouna Mokhtar Bouna Moctar (
autre homme d’affaires, actionnaire principal de la Banque de l’habitat ), des fréquentes
commissions et pots de vin au profit d’un poste de Waly qu’il assimile et assume mal. Mais à
qui la faute? Pas certes à Deddahi. Les raisons sont pour Ould Hadi ce que c’est le collier du chien qui lui est tellement proche qu’il ne s’en rend pas compte.
Les relations de la Mauritanie avec bon nombre de pays amis et frères n’ont elles pas été
sabordés par le collectionneur de bourdes qu’il était au B.E.D ? Nos chancelleries à l’étranger
n’en ont-elles pas souffert ? Le baathiste déguisé en uniforme n’a il pas sévit ? Autant de
questions dont nous nous contentons, pour ne pas pousser plus loin le ridicule.
Seulement, cette histoire pouvait continuer à opposer les cousins ou plus exactement les maîtres et leurs sujets, si on n’avait pas impliqués certaines autres personnes. Et ce n’est pas
parce que certains frisent la retraite et qu’on cherche leur place qu’on doit s’acharner contre
eux. Certes, ils ne sont pas irremplaçables, mais pas par l’incompétent et somnoleur Ould
Hadi, dont les traces indélébiles de mauvaises gestions sont restées là ou le hasard a voulu
qu’il passe.
Par ailleurs, je ne peux que rappeler à Ould Hadi, qui ne gère bien que sa moustache, qu’il a
été ingrat envers ceux-la même qui l’ont maintenu longtemps, très longtemps, à la tête du B.E.D, en transformant ses âneries en performances déclarées, je veux parler du Dr Louleid Ould Weddad (Directeur du Cabinet Présidentiel) et du commissaire Deddahi Ould Abdellahi
(Directeur de la Sûreté de l’Etat). Il leur a bien rendu la pièce de monnaie, en les fustigeant
dans son tract.
Tout au cours de nos investigations, nous avons été frappés par le ridicule du cas de Moussa Camara, ancien consul à paris .Il tient rigueur au Dr Louleid et au commissaire Deddahi, non pas parce qu’il a été limogé du Consulat de Paris, mais parce qu’un autre officier, plus
compétent, y a été nommé et que ce brillant officier à été, antérieurement, l’adjoint de
Deddahi et que l’ancien ambassadeur en Poste à Paris est, théoriquement, le protégé de
Louleid. Il est vrai que Moussa Camara à été privé de véhicules "arrivages", dont il inondait Nouakchott, chaque mois, et que Oum El Id ( son épouse ) ne passe plus des vacances à Paris,
sur les frais de la princesse. Mais telle est la règle de la vie et Moussa Camara pouvait plus
s’interroger sur les raisons de sa nomination en France, que sur celles de son limogeage, au
lieu de s’attaquer à Louleid et Deddahi.
Pourtant, l’objectivité et l’honnêteté intellectuelle nous imposent de reconnaître à certains
leurs qualités humaines et professionnelles, faites de modestie, de loyauté et d’intégrité
morale et, quel que soit leur statut dans le système, ils jouissent de l’estime et du respect de
tous les milieux, aussi bien du pouvoir que de l’Opposition.

----------------------------------

Voila les funestes personnage de notre histoire auquels L'HMAR souhaite une longue vie et qui sont mieux que nous.

A vous de juger dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

FLASH

Les 17 député du rassemblement des forces démocratiques (RFD) ont annoncé aujourd’hui l’arrêt de leur coordination avec les parlementaires soutiens du HCE. La principale raison, du désaccord a trait à la question de l’inéligibilité des membres du HCE à la future présidentielle.
La neutralité et la non participation des militaires à ce scrutin sont des préalables essentiels pour le RFD.
Pour les parlementaires qui soutiennent « sans réserves » le HCE, la candidature des militaires à la présidentielle ne pose aucun problème.
Le RFD a décidé aussi de ne pas assister à la plénière de l’assemblée nationale qui devait débattre d’une feuille de route pour la nouvelle transition. En cas de non accord sur la question de l’inéligibilité des militaires, le RFD pourrait aussi faire faux bond pendant les états généraux de la démocratie prévus en fin septembre.

«Les plus anciens ‹Précédent   1 – 200 sur 331   Suivant› Les plus récents»