mardi 30 septembre 2008

Une esquisse de solution pour sauver notre démocratie

Les militaires à l’origine du processus démocratique pendant la Transition ont repris le pouvoir pour une nouvelle « rectification »…

La démocratie est décidément un dur et éternel apprentissage…
Pourtant le retour au pouvoir du président élu est nécessaire pour la pérennité de l’idée de démocratie, une démocratie encore possible dans notre pays.
C’est le prix à payer !

D’autres pays avant nous ont vécu la terreur ou la guerre civile pour connaître enfin la paix, la stabilité et le développement.

Il nous appartient de trouver le bon compromis avec le moindre mal…

La solution que j’entrevoie, avec la médiation et la garantie de la communauté internationale, est axée sur 10 points :

1. Le retour du président élu, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, au pouvoir.

2- L’absence de dissolution de l’Assemblée Nationale dans les 3 mois qui suivent la nouvelle période transitoire.

3. La garantie du non blocage par le Président d’une éventuelle destitution si les conditions constitutionnelles sont remplies (la communauté internationale étant l’arbitre).

4. La proposition par la majorité à l’Assemblée Nationale d’un Premier ministre, chef du gouvernement et la nomination de ce dernier par le Président.

5. La formation par le Premier ministre d’un gouvernement chargé de gérer la phase transitoire. Seuls les ministères régaliens (Intérieur, Défense, Justice et Affaires étrangères) doivent faire l’objet d’un compromis entre le PM (donc la majorité parlementaire) et le Président.

6. L’annulation du décret présidentiel du 6 août 2008 démettant les 4 chefs militaires et de la police.

7. La mise à la retraite du Général Aziz avec les égards et les émoluments dévolus à ancien chef d’état. Il peut se présenter à l’élection présidentielle prochaine (anticipée ou non).

8. Une amnistie générale est décrétée par le Président.

9. Le gel des nominations pendant les 3 mois de la nouvelle période de transition (en dehors de la constitution du nouveau gouvernement) et le maintien des fonctionnaires nommés au cours de la période du HCE.

10. L’organisation, dans les 3 mois suivants l’accord, d’un referendum avec des modifications nécessaires de la Constitution, approuvées au niveau des 2 chambres du Parlement, dont notamment:

1. plus de pouvoir au Premier Ministre issu de la majorité (avec la possibilité d’une cohabitation au niveau de l’exécutif si le Président n’a pas la majorité) ;
2. une vraie séparation entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire (avec des juges indépendants et protégés par la Constitution comme en Afrique du sud ou au Pakistan pour prendre l’exemple de pays du tiers monde) ;
3. la réduction du mandat du président de l’Assemblée Nationale à 1 an renouvelable comme le bureau (à l’image de la modification constitutionnelle prévue au Sénégal cette année) et de celui du président du Sénat à 2 ans (en même temps que le renouvellement du tiers du Sénat), renouvelables également ;
4. la constitution d’un Conseil de Sécurité Nationale dont les membres auront un mandat comme les membres du Conseil Constitutionnel et un statut consultatif et de propositions sur toutes les questions liées à la sécurité nationale et aux forces armées (le CSN doit être formé des officiers les plus gradés de l’Armée, de la Garde et de la Gendarmerie et il doit approuver les nominations aux fonctions militaires).



Cette esquisse de solution permet de préserver et de consolider les acquis démocratiques par leur sauvegarde, leur protection et la prévention de toute nouvelle crise.

La démocratie est donc sauvegardée en respectant les résultats du suffrage universel.

Elle est protégée avec l’adoption d’une feuille de route en vue de modifications constitutionnelles qui garantissent le jeu démocratique et la séparation des pouvoirs avec le soutien de la communauté internationale.

Enfin, les démons des coups d’état sont prévenus, toute action anti-démocratique est inacceptable et va inéluctablement à l’échec.

Après la nouvelle phase de transition de 3 mois et les modifications de la Constitution, le Président peut dissoudre l’Assemblée Nationale pour obtenir une majorité. En cas d’échec, sa politique est ainsi désapprouvée et il doit, en toute logique démocratique, démissionner.

« L’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté », c’est notre contrat social qu’il faut écrire...


Yanis

274 commentaires:

1 – 200 sur 274   Suivant›   Les plus récents»
bilkiss a dit…

trés bonne fête chér Yanis,

mahou valak!

c ce que t'as à proposer sincéremment au peuple mauritanien?

le retour de sidioca and co!
c la perte du bled!
chute libre, droit vers l'abîme!

suis pas d'accord et je le souhaite pas.

amités

Anonyme a dit…

Joe Borg welcomes Council's support for CFP reform initiative
At the initiative of the French Presidency, an informal Fisheries Council meeting has been held in Brussels to discuss the proposed Reform of the Common Fisheries Policy (CFP) due for completion in 2012. European Commissioner for Maritime Affairs and Fisheries Joe Borg received the broad support of the Member States to kick-start preparations immediately for this reform. The main focus of the coming review will be on resource conservation and fleet policy. Commissioner Borg told the Council, "An economically, socially and environmentally healthy fishing industry depends on healthy fish stocks and on the fishing fleets being in balance with their fishing opportunities. Ecological sustainability is therefore fundamental." The debate launched today will continue in 2009 not only with the Member States, but through a broad-based consultation with the fisheries sector, other stakeholders and the wider public. The Commission intends to table a Green Paper in early 2009 which will provide the basis for a public debate. A summary of the consultation will be published in early 2010, and the Commission will aim to table reform proposals later in the same year, with a view to their coming into force in 2012. Later, Fisheries Ministers endorsed the Commission's plan to proceed with the payment of the financial contribution to Mauritania under the EU/Mauritania Fisheries Partnership Agreement. An open discussion was also held on the proposed revision of the cod recovery plan, and the Commission will continue to work with Member States in the light of the opinions expressed with a view to having the plan adopted at the Council meeting in November.

Voila le communiqué officiel de l'UE. Il n'est pas transparent. C'est quoi ce "cod recovery plan", est il en rapport avec le contrat de pêche. Cela ne signifierait il pas que l'UE va revoir les modalités de paiement. En tout cas si l'UE paie ce montant à un pays pris en otage par ces pirates et que le retour à l'ordre constitutionnel se réalise, ils peuvent peut être confrontés à un réclamation du Gouvernement légal pour re-payer ce montant.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Ecoutes Yanis,

c'est une petite évolution car les canalheurs insiders acceptent maintenant le retour de Sidi.

Tout le reste c'est du charabia. Ce coup ne peut en aucun cas être exploité pour obtenir des concessions politiques.

Sanhaji

Khalil Balla Gueye a dit…

BONSOIR,

"AOD ,l'incandescent pressé."

Suivi de :
"Le RFD aurait-il perdu son âme?"

http://vindicte.blogspot.com/

FITR MOUBARAK ET A LA BONNE HEURE!
Félicitations Yanis pour ce posting pertinent qui dépaysera nombre de lecteurs!félicitations encore une fois!
KBG

bilkiss a dit…

sanhaji,

nous n'acceptons ni le retou de sidioca ni la retraite de Aziz.

tout le reste est à débattre!

c aprés tout, note sage Yanis qui se prononce!
c plausible!!!

kimporte a dit…

bravo mon cher yanis pour ton souci de résoudre la quadrature du cercle, en ce qui me concerne, hélas, vu le nombre de zéros dans cette affaire, je crains de n'avoir plus aucun espoir d'y voir quoique ce soit de carré

je ne crois plus aux politicards de cette génération taya, je ne crois plus à la démocratie défendue par ces gens-là

pour le reste, tes dix points ne tiennent que sur le premier, à ce titre, je copie colle à la notre ami kbg, ce que j'ai écrit plus bas pour clore mon blog

" ce qui est triste aussi dans cette affaire, c'est que le premier président élu tombe après avoir suivi les conseils assassins des ennemis de la démocratie: ses conseillers!

ce qui est triste aussi c'est que la ruse d'Ely le perd lui et son alibi : l'éternel opposant A.O.D, car si ely avait le courage de jouer la carte franco, il n'a qu'à prendre la tête du front au lieu de le laisser à des seconds couteaux ou des barons du prds, le vieux n'est-il pas aussi son poulain

il suffit que le front prie ely de prendre sa tête, et s'en est finit des coups d'états car Ely peut agiter la fameuse communauté internationale efficacement sans avoir recours aux sanctions et trouver avec aziz un compromis pour nous éviter le chaos si jamais l'administration bush veut vraiment s'amuser par ici, mais vu qu'il préfère rester dans les coulisses, il va tout perdre

ce qui est triste aussi, c'est qu'on fini par accuser les mauritaniens sans histoire d'être des lâches, pourtant ce n'est pas à eux d'aller au front, ils ont des partis pour cela, des gens qui vivent grassement de mille privilèges juste pour pouvoir parler et agir en leur nom, hélas ces partis d'opposition ce ne sont que des opposants d'opérette, c'est vraiment triste tout ça

ce qui est triste, c'est que nous allons assister au jugement du premier président élu alors que des tas de criminels se pavanent tranquillement

tout cela est bien triste, mais à la longue , petit à petit, vous verrez , tout le monde abandonnera le vieux, or tant que le vieux est enfermé, tant qu'il n'abdique pas, c'est qu'il représente une menace, cette menace enfermée, cette menace étouffée, cette menace humiliée, cette menace s'appelle la légitimité!

et cette légitimité absolue, même prostituée, même mise au service d'un clan, elle reste ce petit rien puissant qui fait peur à toute une armée!

cela n'est pas rien! et cette légitimité qui fera se lever le peuple, le jour où son élite saura lui apprendre son sens , son poids et son prix

ce jour là seulement notre cher pays se réveillera d'un long cauchemar: 30 ans! et bien plus peut-être promis pour demain si demain son élite corrompue n'est pas balayée par le souffle de l'histoire par une main puissante et visionnaire, cette main ne viendra que d'un dictateur éclairé

où est-il?

tout le réclame et plus personne ne l'espère "

bonne fêtes à tous

salut

bilkiss a dit…

ano de 23h 58,

pourquoi t'es sur canalH?
pour polluer?

pour deverser ta haine et ta rancoeur!
c pas gentil!
à la veille de l'idd lmoubarak

yekhzik ella enta, w mekhzi dèjà!

casse-toi, on veut plus te lire!

Anonyme a dit…

je me demande pourquoi ould sid'ebatt le senateur de ould yenge circule dans une 407 peugeot

SG 09403

cette voiture est pour quel service et pourquoi est mise a la disposition du frodeur ould sid'ebbatt leche cul de mohsin ould haj

jeilany

Anonyme a dit…

Tu vois Yanis,

le camp des putschiste est celui des extremistes imbibés d'un chauvinisme primitif. Dès que tu dis S.. ils te sautent dessus.

Ils ne connaîssent que les insultes.

Bilkiss et tous les autres, il faut savoir que Sidi va retourner. Il faut que vous vous y prépariez psychologiquement dès à présent.

A défaut le pays va sombrer rapidement dans un véritable chaos, car de l'autre côté il y a des gens qui savent bien manier les armes et ils n'hésiteront à terme de les prendre pour défendre le droit. Ceux qui croient que toutes les armes sont entre les mains du Général se trompent. Ce ne sont pas les armes qui manquent dans ce monde.

Quant au Général et ses acolytes nous aurions souhaité qu'ils retournent de soi à la raison, dans ce cas aucun ne leur en voudra, sinon personne ne pourra leur garantir uns issue normale.

Sanhaji

bilkiss a dit…

tu sais Yanis,

si c pour le semblant de démocratie que tu t'es donné tout ce mal, ne désepère pas ça paye toujours un jour!
quand? je sais pas!

mais ça vaut le coup!

Churchill avait bien dit que:
"la Démocratie, c'est le pire des systèmes à l'exclusion de tous les autres"

donc, continue ton combat, nous aussi......lol

amitiés

kimporte a dit…

P.S: sanhaj le criminel, tu espères le retour du vieux par le chaos, cad voir notre armée décapitée de ses chefs, tu imagines la suite et tu applaudis, alors tu es aussi un apprenti assassin

cela n'est ni à espérer, ni à applaudir, on ne veut pas de chaos ici point! surtout pas un chaos imposé de l'extérieur!

Seul le peuple qui a voté sidi a le droit de se manifester, même ceux qui ont voté A.O.D ont le droit de se manifester, tout le monde a le droit de se manifester, mais quiconque attise les flammes pour diviser ce pays , quiconque en appelle à l'occident pour nous envahir alors que la rue est paisible, celui-là est le véritable ennemi de la mauritanie et doit être poursuivi partout

oui ! à la liberté d'expression! non ! à toute forme de tentative de déstabilisation par les armes alors même que le calme règne partout sans qu'une seule balle n'ait été tirée!

non merci

désolé sanhaj le criminel je n'ai plus temps de débattre

salut

Anonyme a dit…

barket dhelFatr 3la canal
ma3ta minha yejbar guer3a
bilghiss tenettef wel mazal
Couly houwa akbarha guer3a

Sanhaji

bilkiss a dit…

sanhaji,

non, non et non!

ils me connaissent tous sur canalH,
c pas moi, c malgré moi!

suis pas bagarreuse ni vulgaire.

les insultes, j'aime pas!
d'ailleurs toutes les formes de violence!!!

des débordemments, comme celui de toute à l'heure peuvent survenir à tout moment!

je m'en excuse auprés de tous les lecteurs.

l'ano m'avait mis hors de moi!
j'aime pas l'injustice!

mes excuses encore une fois, bien que je regrette pas d'avoir savonné cet intrus!

sanhaji, ALLAH yevi elik.
tu profites de tout, même d'une nana véxée.....!!!

bilkiss a dit…

chér Kimporte,

brrrr!
tu m'as foutu une de ces trouilles!!
avec ton avant dernier posting!

qu'est ce que tu veux dire?
qu'est ce qu'on doit comprendre?

amitiés

Anonyme a dit…

Kimporte,

sérieusement je n'ai pas envie de discuter avec quelqu'un qui utilise les gros mots comme criminel etc...

Je suis moi aussi contre le chaos, néanmoins expliques moi la différence entre l'usage des armes et la menace d'usage des armes.

Aziz lorqu'il a emprisonné les armes il l'a fait arme à l'appui. Pour moi il n'y a aucune différence entre ça et l'usage des armes.

Si tu lis l'histoire contemporaine de la Mauritanie tu te rends comptes que jusqu'à l'arrivée des Français au début du siècle dernier, la même approche qu'utilise Aziz actuellement était utilisée en ce moment là pour opérer les changements de pouvoir. Il est vrai qu'à défaut de prisons sécurisées, les putschistes descendaient simplement les chefs destitués.

La Mauritanie ne fut pacifiée que suite à l'occupation par les français. Moi je fais partie de ceux qui ne verraient aucun inconvénient à une intervention étrangère pourvue qu'elle permette d'ancrer définitivement le transfert pacifique de pouvoir et surtout le respect de la légalité issue du peuple à tous les niveaux.

Sanhaji

bilkiss a dit…

quoi, sanhaji????

tu incites à porter les armes cad une guerre civile ou une occupation suremment des usa!

t'es pire que les extrémistes, t'es pas patriote, t'es un fauteur de trouble, un iniciateur au compte de qui?
taya bien-sûr!
t'en n'es arrivé là! rien que pour le retour impossible de ton tyran taya.
et tu oses parler d'extrémisme!
toi, qui Dieu sait ce que tu trames?

suremment pas la stabilité de ce bled!
je m'en doutais, t'es dangereux, pire que tous, mêmes les généraux que tu crains tant et que tu détestes tant!

ALLAH yetina kheyrak

Anonyme a dit…

A-

أسألك المسامحة !ا

كـ(^_^)ـل عـ(^_^)ـام وأنـ(^_^)ـتم بخـ(^_^)ـير

Anonyme a dit…

بركة ذ لعيد عل كنال
توف ذ لحاله بسرعه
و يمشي عن الجنرال
لمحال فالضرع و الزرعه

Anonyme a dit…

نبغو قايد مفات شاخ
موريتان يبنيه
بلا سبحه وبلا اشياخ
واعيال ما يبغيه

Anonyme a dit…

الصنهاجي

شماسي عندك ذاك الكاف؟ه

Anonyme a dit…

Yanis,

Je n'ai jamais doute' de votre sagesse.Si j'ai bien compris ton ecrit, j'ai l'impression qu'il nous renvoie a' la situation qui existait jusqu'au 5 Aout 2008.
J'encourage toutes les bonnes volonte's a' aider mon peuple a' sortir de la crise la plus grave de son existence, en proposant des plans. Cependant, je tiens a' dire qu'un plan qui n'est pas conforme a' la constitution et aux lois en vigueur dans notre pays, ne peut pas etre adopte'.
Une fois que le vieux et le premier Ministre sont libere's et retablis dans leurs fonctions respectives, c'est au President Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi de decider s'il veut conserver Yahya Ould Waghef et les generaux a' leurs postes respectifs. Nous avons une constitution et des lois en vigueur qui sont bien. Si on doit les changer, il faut suivre les procedures normales. LE REFERENDUM NE PEUT PAS ETRE OUBLIE'!

Mon cher Yanis, the Mauritanian people as a whole, invested their power in President Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi by electing him! Personne n'ignore le role du General Mohamed Abdel Aziz et ses amis dans le choix du vieux. Tout comme nous savons tous qu'ils ont pese' de tout leur poids pourqu'il soit elu. LE PEUPLE MAURITANIEN A VOTE' EN FONCTION DE PLUSIEURS FACTEURS DONT CEUX CITE'S PLUS HAUT . LE CHOIX FINAL ETAIT LE VIEUX! HE WAS CHOSEN AS THE PRESIDENT!!!!THE MAJORITY (INCLUDING ABDEL AZIZ AND HIS FRIENDS VOTED TO PUT HIM IN THE OFFICE OF THE PRESIDENT BECAUSE THEY BELIEVED IN HIS JUDGEMENT. IF THEY DON'T LIKE HIM ANYMORE, THEY MUST WAIT FOR 2012 TO VOTE HIM OUT OF OFFICE (if they can have the majority on their side)!
Ce n'est pas un jeu d'enfants! Les regles du jeu doivent etre respecte'es et on ne peut pas changer les regles in the middle of the game!!!!!!

IL FAUT SORTIR DE LA CRISE! IL FAUT EVITER LES SANCTIONS ECONOMIQUES! IL FAUT DONNER UNE PORTE DE SORTIE AUX GENERAUX. Pour ce qui est de leur maintien a' leurs postes de commandement, Le dernier mot doit revenir au President legitime de la Mauritanie qui est le CHEF SUPREME DES ARME'ES! Si j'ai un conseil a' lui donner, je lui dirai de les appeler a' d'autres fonctions. ILS NE DOIVENT ABSOLUMENT PAS RESTER AUX POSTES QUI LEUR PERMETTRONT DE FAIRE UN AUTRE COUP D'ETAT!

Sanhaji,

Je vous souhaite une tres bonne fete!
Bilkiss avait faim. Maintenant que le mois de Ramadan a pris fin, elle sera en mesure de comprendre pourquoi elle doit reviser sa position!

Bilkiss,

We love you. You are a good person but you are misguided!

BONNE FETE A TOUS!

Anonyme a dit…

Bilkiss,

Sanhaji n'est pas un extremiste.
LES EXTREMISTES ET LES DANGEREUX SONT CEUX QUI UTILISENT LA FORCE DU CANON POUR ARRETER ET METTRE EN PRISON LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ET SON PREMIER MINISTRE ET PRENDRE EN OTAGE TOUT NOTRE PAYS!

ALLAH YA ATINA KHEYRIKE WA KHAYRE HOUM!

Anonyme a dit…

Il faut lire "...qui arretent....et prennent en otage..."

ET est une conjonction de coordination. Elle lie deux mots de meme nature et de meme fonction.

PS.
Je suis fatigue'. J'espere que mes professeurs de Francais Ahmed Salem Ould Bakha, Al Hacen Ould Alouweymine, Ba Fara, Suzane et tous les autres me pardonneront pour mes nombreuses fautes.

Anonyme a dit…

Ton Gav est excellent. je n'ai pas le temps n'tall3ou. Cependant ton profil choisi n'est pas bon:

نعتول حد بلا شياخ
وعيال مايبغيه
ول واحد ما فات شاخ
موريتان يبغيه

Sanhaji

Anonyme a dit…

Bilkiss

Les USA n'ont pas le temps de nous occuper. Ils ont d'autres chats à foueter.

Je sais que l'Allemagne et le Japon furent occupés par les USA apres avoir commis des bêtises. Pourtant aujourd'hui ces deux pays extrêmement développés sont reconnaissant aux américains. Ils y ont ancré la démocratie et le progrès.

Si les USA veulent faire la même chose chez moi, je vois mal comment je peux refuser, d'autant plus que mon pays regorge de malhonnêtes et de laudateurs qui malheureusement ont les vrais léviers du pouvoir.

Honorable est le citoyen qui refuse l'injustice et qui s'y oppose par toute sa force, pas le laudateur qui veut atteindre ses objectifs par n'importe quelle voie même illégale. Celui qui cautionne les coups d'Etat ne doit surtout pas parler d'honneur.

Même les vaillants combattants pour la liberté irakiens (à ne pas confondre avec AlQaida, assassins des innocents) ont commencé à comprendre qu'avec l'aide des américains ils peuvent reconstruire leur pays dans un climat de justice et de démocratie. Les Majaliss Essahwa sont le meilleur exemple à cet effet.

Il faut que nous cessions cette schizophrénie et cette confusion entre l'honneur véritable et les discours dépassé de souveraineté. Depuis la fin de la guerre froide il n'y a plus de souveraineté pour un pays ou un peuple dirigé illégalement. Je suis partisan de ce principe.

Quant à Maaouiya, je l'admire et j'en suis fier. D'ailleur notre Général putschiste essaie sans y parvenir de lui ressembler.

Ne m'en veux pas Bilkiss, je t'estimes beaucoup mais je ne partage pas ton point de vue, mais soit surtout sûre que tu n'aimes pas la Mauritanie plus que moi et je ne crois pas aussi que tu aies eu à faire à ce pays mieux que ce je ne lui ai fait, sans me vanter.

L'anonymat ne me permet naturellement pas d'aller dans les détails.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Wakhyart B'coulibaly,

Echkem Mouritani kamla t3oud kivek.

Yakhouti hadha El Bamabari 3aghl oumetvassalt eydih.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Yanis,

Echkem Mouritani kamla t3oud kivek
tu es honnête tu es un homme sage la MIE need you tout court et vous êtes à la hauteur.

copiarpegar

Anonyme a dit…

Simah wan N'deiwen ye ehel canalh.

Et que ce qui est bien pour la mauritanie se fasse.

fils du bled

maatala a dit…

Salam

Bonnes fêtes à tous et spécialement à ce SIDIOCA, celui qui n'a rien compris au film.

maatala

Anonyme a dit…

Yanis,
Id mubarak a toi et a toute notre communaute canalh. Merci de cesser de vous insulter, car quelque soit la solution a cette crise, on se fera avoir. Moi je ne pense qu'a 2012, sauf si toute la clique politicienne au pays est appellee a Allah avant le 6 octobre 2008. Nous sommes devenus la risee du monde.

Bravo Yanis pour ton blog. C'est un pas en avant. Mais je crois que personnellement Sidioca doit revenir, changer de PM et laisser le Senat et le Parlement tels quels car ils ne le laisseront plus gerer les choses a sa maniere. Dans tous les cas de figure, toute la classe politique est pourrie, et il n y a rien a esperer de ce cote. Je penche pour la solution Ould Abdalla pour une transition jusqu'en 2012, si le vieux de Couly accepte de demissionner et je ne sais pas comment il va le faire apres ce que la junte et les differents frondeurs lui ont fait. Tes propositions sont interessantes, mais quelques-unes sont difficiles a accepter. Vais lire attentivement ta note encore, y reflechir et commenter.

N.B: je tombe sur cet article re: appel desespere de ATT pour sa fameuse conference securitaire qui n'aura jamais lieu car il y a trop de choses a cacher. Sous la pression des algeriens et des libyens (je crois) il a decide de ne pas y inviter l'ONU et le Maroc. Comme je vous l'avais dit il y a belle lurette, le GSPC et AQMI n'ont jamais existe d'eux-meme car c'est une fabrication US/Algerie selon François Gèze et Salima Mellah (voir www.algeria-watch.org)et les insultes de mon cher ami Moussa n'ont pas change les donnees. Le coup de Tourine est probablement des marocains pour le mettre sur le dos des algeriens (la signature decapitation est une marque deposee unique pour reellement faire croire que c'est AQMI et donc ça devient tres douteux, surtout que juste apres le Maroc saute sur notre Kolwezi (Zouerate). Alors pour que les gens prennent ATT au serieux, il faudra mettre cette conference sous l'egide des Nations Unies et de l'Union Africaine (et y inviter le Maroc) pour permettre de savoir qui manipule qui dans cette region saharo-sahelienne et lui ou leur demander d'arreter gentiment ce jeu de massacres. Lemgheity, Tourine et El Ghallawiya s'inscrivent dans la meme strategie, qui n'est pas de prendre le pouvoir, mais de faire peur pour l'octroi de bases militaires. Les alliances me semblent avoir change depuis l'appui evident des US a la these marocaine et il me semble qu'il y a eu divorce entre les US et l'Algerie (c'est evident quand on lit quelques articles du journal "la liberte", proche du pouvoir). Tourine peut bien etre un coup des marrocains. Tout ceci n'est qu'hypotheses et merci de ne pas me tirer dessus, car cela ne servira a rien. Bonne lecture de l'article ci-dessous pris sur CRIDEM. copiarpegar enta vem? A-
====


Le président malien réitère son espoir d’une Conférence sur la sécurité

Le président malien, Amadou Toumani Touré, a réitéré son espoir d’une Conférence internationale sur la sécurité dans la bande sahélo-saharienne en recevant les vœux du corps diplomatique à l’occasion de la célébration, mardi, de la fête de l’Aïd El Fitr.

S’adressant aux ambassadeurs des pays musulmans accrédités à Bamako, Amadou Toumani Touré a redit son attachement à la tenue d’une telle conférence. Celle-ci devra, au-delà du thème de la question touarègue, aborder l’ensemble des « menaces » qui pèsent sur la bande sahélo-saharienne qui s’étend de la Mauritanie à la région du Darfour, au Soudan, a-t-il précisé.

Au cours d’une précédente intervention, le président malien avait laissé entendre que la conférence se tiendra au cours du mois d’octobre 2008 à Bamako.

Amadou Toumani Touré ne s’est cependant pas prononcé sur le niveau de représentation des pays invités à la rencontre


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

maatala a dit…

Salam

Cher yan

tu dis:

1. Le retour du président élu, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, au pouvoir.

-------------

Le retour de SIDIOCA ne peut pas faire partie des éléments de négociations entre les différentes parties, car il signifie la défaite pour certains, surtout qu'ils n'ont pas confiance au clan SIDI-MA-DALTON.

De plus ils détiennent la force et je ne vois pas comment on va leur imposer quoi que ce soit.

Pour eux, il est hors de question que SIDIO-KB-WAGF-SIDI BABA-BODIEL et autres ennemis intimes reviennent au pouvoir.

Pour l'heure, ils ne proposent que l'exil pour SIDIOCA.

Un compromis ne sera possible que passant par l'exil des deux principaux protagonistes

-----------------------------------


6. L’annulation du décret présidentiel du 6 août 2008 démettant les 4 chefs militaires et de la police.

--------

Lorsque AZZIZ piqua son coup de sang et mis aux arrêts SIDIOCA, il lui proposa de revenir sur ce décret, SIDIOCA a refusé et c'est à partir de là que la machine c'est emballée.

Les potes d'hier sont devenus des ennemis irréductibles, sachant aussi que lors de sa tentative de prise de pouvoir SIDIOCA envisagea de faire intervenir les bérets rouges en cas de rébellion des ses généraux.

Ils savent maintenant à quoi s'en tenir.

--------------------------------

7. La mise à la retraite du Général Aziz avec les égards et les émoluments dévolus à ancien chef d’état. Il peut se présenter à l’élection présidentielle prochaine (anticipée ou non).

-----------------------

AZZIZ se voit un destin nationale, il ne se voit pas à son âge à la retraite, surtout à cause d'un retraité qu'il a fait président et qu'il a embastillé avec l'approbation de la majorité des élus de ce pays.

Au nom de quoi acceptera -t-il cette mise à la retraite?

Je crois qu'à la seule idée de revoir KB aux commandes , il doit caresser son flingue.

--------------------------------
8. Une amnistie générale est décrétée par le Président.

SIDIOCA le fera certainement, mais pas KB, surtout quand on sait que chez les SIDIOCA, c'est elle qui a le dernier mot.

J'admire ta confiance dans les nôtres, alors que chez nous tout tant à prouver le contraire.

----------------------------------

A mon avis la seule solution est celle ou tout le monde est gagnant-gagnant, car nul d'entre eux n'admettra de perdre la face, vu que l'irréparable a été fait.

Par ailleurs, tu oublies les 11 autres salopards, il faut bien en faire quelque chose.

Des ambassadeurs dit le FOU.

Fraternellement

maatala

Anonyme a dit…

A-,

je suis toujours vem et j'ai besoin de esma7 spécialement de ta part stp ESMA7 LI MA VI ILMI ELLA7.

copiarpegar

Anonyme a dit…

bonne fete cher yan.c est une esquisse impecable et reflechie.et pourtant en vous lisant on pense que vous avez ete nomme par le HCE.

bonne fete tout le monde et que vive la Mauritanie malgres tout.

Anonyme a dit…

Maata,

Ils nous prennent ce qui nous est le plus cher " ألا إن نصر الله قريب" comme dit le vieux SIDIOCA.
Si Allah vous donne Son secours, nul ne peut vous vaincre. S ’Il vous abandonne, qui donc après Lui vous donnera secours.

copiarpegar

Anonyme a dit…

le retour de sidi on peut y reflechir
mais sous condition,lacquelle? eh bien divorcer KB

Anonyme a dit…

Maata je ne te croyais amateur de Western.

J'ai bien apprecié ton "caresser son flingue". Heureusement d'ailleurs que ce n'est qu'un petit flingue qui déconne d'ailleurs souvent.

La proposition de Yan est bonne en son premier point tout le reste, c'est à la règlementation et aux forces politiques d'en arbitrer dans une atmosphère démocratique et pas sous la menace des petits flingues en panne.

3id moubarak à tous

Sanhaji

Anonyme a dit…

lu sur cridem:
http://www.cridem.org/index.php?id=82&no_cache=1&tx_ttnews[tt_news]=22925&tx_ttnews[backPid]=36&cHash=1bb393d49a

Anastácio Soberbo a dit…

Olá, goût très du Blogue.
Excuse ne pas écrire plus, mais mon français n'est pas bon.
Une accolade depuis le Portugal

Anonyme a dit…

copiarpegar,

As-tu une parenté avec Mohamed Cheikh? Tu fais trop reference à Allah, alors que nous avons a raisonner les 12 saloparts de Maatala. Comme disent les ivoiriens: pas melanger bicyclette et ferrari ou quelque choses dans ce genre. A-

Anonyme a dit…

A-,

Every time I read you I find something new.

copiarpegar

Anonyme a dit…

Le retour de O Cheikh Abdallahi est une ligne rouge , comme le sang . Tout sauf ça!!!! Tout le reste est négociable , même envoyer Aziz et ses onze apôtres à Guantanamo .

Anonyme a dit…

A-,

Je tiens à souligner ici que je n'utilise pas les mots GHARIBI, 7AD MIN LIKHYAM...

copiarpegar

Anonyme a dit…

Bon je vous laisse, faut que j'aille , I must go RI7IT EL MECHWI.

copiarpegar

Anonyme a dit…

URGENT : Un soldat mort dans le nord de la Mauritanie
01-10-2008
Un soldat a été tué et un autre blessé, lors d'un incident mystérieux survenu hier matin, près du centre administratif de Choum, dans le nord de la Mauritanie.

Dy Ould Brahim, soldat dépendant du commandement de la troisième région militaire (Atar) est mort sur le coup, l'autre soldat, lui, a été transporté à l'hôpital.

a l'heure actuelle, rien ne permet de dire si cet incident est survenu après l'activation, par inadvertance, d'une charge explosive, ou alors après un échange de tir.


© ANI - Septembre 2008
I'm back,and alone

A- have you any idea?
copiarpegar

Anonyme a dit…

copiarpegar,

Of course I have an idea. If soldier Dy is dead from gun firing, the bastards are still after us. The US, France, Algeria, Morocco and Mauritania know exactly who did it and why. They use satellites surveillance and their iddle spies everywhere, particularly after the Tourine coup that is too recent for all rhese bedfellows to sit tight. Perhaps who did it has done a similar deald with us to undermine Sidioca and can bring it in the open if we accuse him. It is dirty that game, am telling you. Allah Yarham notre valeureux soldat. I guess the junta will keep quiet as Aziz cannot do anything, contrary to what he said in his speech today. Still short on this coparpegar? I guess not.

A-

Anonyme a dit…

Il faut se méfier ,en disant le Maroc ou l'Algerie...
ALLAH YESMA7 ELNA W LI LMOUMNIN.

il faut combattre ces terroristes.

copiarpegar

Anonyme a dit…

Yan
Id Moubarek et un big nedewnel....bon pour ton projet, je reconnais le legaliste et le militant sincére mais cela aussi prouve combien tu es loin, trés trés loin du bled mon cher toubib.
Sidioca , c'est l'enfer......entre la peste et le choléra....je choisirai TOUT sauf la dynastie SIDIOKIE, Khatou ,Amal , Mohamed et les autres Yacine M'Bingue....
Tu devrais te renseigner plus sur son régne.....

Anonyme a dit…

copiarpegar mon ami et les autres, peut-etre une idee sur ce qui se passe chez nous.

A la lecture de cet article, copiarpegar sera "taller". Cet article est d'hier. A-

=====
Elle suscite toujours l'hostilité des Africains

L'Africom opérationnelle le 1er octobre

par M. Saâdoune, Le Soir d'Algérie 30 septembre 2008

«Après de longs préparatifs,le nouveau commandement américain pour l'Afrique, annoncé en février 2007 par le président Bush, est prévu d'être totalement opérationnel le 1er octobre».

L'annonce est, depuis hier, sur le site de l'AFRICOM. Dans l'article repris d'un site du gouvernement américain, « America.gov », la secrétaire d'Etat-adjoint à la défense, Theresa Wallen, a affirmé que l'Africom sera l'élément le «plus visible» de l'action des Etats-Unis, pour renforcer les relations avec l'Afrique à travers un «engagement soutenu».

L'Africom finira pas «faire partie du paysage», a déclaré la responsable américaine en réponse aux critiques concernant la militarisation de la politique extérieure américaine en Afrique et les appréhensions que suscite la mise en place de ce nouveau commandement. Officiellement, l'Africom a pour but d'apporter une assistance aux pays africains en matière de sécurité, mais aussi dans d'autres domaines non militaires.

La nouvelle entité, «de concert avec d'autres agences gouvernementales et des partenaires internationaux, vise à promouvoir un environnement africain sûr et stable en soutien de la politique étrangère américaine», et ainsi prévenir les conflits», lit-on sur le site.

Rien de bien nouveau. Et le fait que les autres segments de l'action diplomatique et économique américaine paraissent passer sous supervision militaire a été un élément supplémentaire d'inquiétude en Afrique.

Cette militarisation de l'ensemble des domaines de la politique extérieure US pour le continent inquiète aux Etats-Unis même. Un rapport de la Cour des comptes américaine (GAO), publié en juillet, relevait que «le département d'Etat et des responsables de l'Agence pour le développement international s'inquiètent qu'Africom prenne la direction de tous les efforts américains en Afrique, et pas seulement des activités du département de la Défense».

Il est difficile pour les gouvernements africains, et encore moins aux opinions publiques, de voir un quelconque angélisme dans la mise en place de ce commandement militaire. L'argument de la lutte antiterroriste et l'usage abusif qu'en a fait l'administration Bush n'est pas de nature à rassurer.


Contrôler les sources d'énergie

A plus forte raison, quand on observe qu'une présence américaine a la tendance de ramener dans son sillage celle du terrorisme. C'est sans doute la raison qui fait du nord au sud du continent, on préfère des mécanismes purement africains de prévention et de solution des conflits. L'aspect sécuritaire, avec un terrorisme dont le poids est délibérément grossi, sert de paravent à des questions très terre à terre. La percée économique chinoise dans un continent riche en ressources énergétiques est la raison fondamentale de cette volonté américaine d'avoir une présence physique plus grande en Afrique.

L'enjeu économique est, en effet, primordial. 15 % des importations de pétrole des Etats-Unis proviennent de pays africains et elles devraient atteindre 25 % au cours de la prochaine décennie.

Il ne faut pas être un fin stratège pour voir un lien direct entre la mise en place de l'Africom et le but stratégique de contrôler les sources d'approvisionnement énergétique situées sur le continent. Mark Fancher, membre de la Conférence américaine des avocats noirs, se fait l'écho de l'opinion africaine en soulignant que «le commandement africain des Etats-Unis n'est rien d'autre qu'un instrument visant à garantir que l'accès de l'industrie pétrolière américaine aux larges réserves énergétiques de l'Afrique. Si quiconque interfère, nous craignons qu'ils soient étiquetés terroristes et deviennent la cible d'attaques militaires». L'Africom, c'est un euphémisme, n'a pas suscité d'enthousiasme en Afrique. Les militaires américains n'ont pu trouver de pays acceptant d'accueillir leur quartier général et ils doivent continuer d'opérer à partir de l'Europe. Les longues tournées «d'explication» des officiels américains n'ont donc pas suffit à vaincre les réticences et les oppositions africaines.

Anonyme a dit…

je rêve ou ct bl?

bizoo

Anonyme a dit…

maata jemal ould yessa:

le retour de sidi ould cheikh abdallahi ella ibarkou e3lik parce qu'il est inéluctable et plus proche que ce que tu crois.

ps. il ets où le CV de Ould Dadde??
Pkoi Hacenne ould ely écrit qu'il est prof d'économie à l'université du Mans alors qu'il est prof du secondaire dans un collège professionnel? technique made in CR.

Anonyme a dit…

Un pays à deux gouvernements ou le dilemme d'Accra
01-10-2008
Le sixième sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du Groupe Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP) qui se tient à Accra du 30 septembre au 03 octobre 2008 vient de donner lieu à un bras de fer des délégations pro et anti putsch.

La représentation de la Mauritanie cristallisait l'épreuve de force auprès du Secrétariat de la réunion, entre Corera Isaga Ministre de l'Agriculture du gouvernement Ould Ahmed El Waghf et Sidi Ould Tah, actuel ministre des Finances, rejoint, le 1er octobre, par le Premier Ministre et le Ministre des Affaires Etrangères.

Les organisateurs, saisis par Corera Issaga réunissent les deux parties et leur proposent de rester en qualité d'observateurs égaux, sans occuper le siège de la Mauritanie ou se mettre d'accord sur une délégation commune. Le second terme de l'alternative étant exclu par les deux, Corera Issaga accepte le premier ; après d'âpres négociations, le Secrétariat rejette les demandes insistantes des partisans du putsch ; en signe de protestation ceux-ci déclinent le compromis et se retirent, sans préciser s'il s'agit d'une décision définitive ou d'un mouvement d'humeur ; néanmoins, les organisateurs sont formels : la place de la Mauritanie restera vacante lors de la session en cours.

De leur côté, Corera Issaga et Moussa Bocar Bâ, membres du Front pour la Défense de la Démocratie (FNDD) continuent de participer aux débats.

L'arbitrage a été réalisé par les ministres des affaires étrangères du Ghana, du Burkina Faso et le Président du groupe des parlementaires africains auprès des instances paritaires ACP-Union Européenne (UE).

La bataille diplomatique autour de la légitimation ou de la contestation du coup d'état du 6 août tourne à la compétition ouverte entre l'Algérie et le Maroc, respectivement hostile et favorable au coup d'état du 6 août.

Le Président du Sénégal, un moment hésitant, joue désormais la carte de Rabat et tente d'unifier, avec le Mali, une position de soutien discret au Haut Conseil d'Etat (HCE) ; selon des sources concordantes, Abdoulaye Wade agirait ainsi sous influence conjuguée de son fils Karim, ami présumé du banquier et entrepreneur Mohamed Ould Bouamatou, l'un des principaux facteurs d'influence au profit de la junte que dirige son cousin, le Général Ould Abdel Aziz.
taqadoumy.com
________
can you imagine that?

copiarpegar

maatala a dit…

Salam

il a dit: maata jemal ould yessa:

le retour de sidi ould cheikh abdallahi ella ibarkou e3lik parce qu'il est inéluctable et plus proche que ce que tu crois.
--------------------------------

Ce qui me dérange personnellement, ce n'est pas SIDIOCA, même si je le trouve incompétent, mais MA DALTON (KB).

Cette Damitude selon certaines sources est allée 6 fois en Libye, pour racketter le fou du désert.

Sans oublier les roitelets des Emirats, qui ont fait des donations aux éternels mendiants que nous sommes à la FKB.

Ou est passé tout ce "flouz", acquis au nom des GUEUX.

Par ailleurs:

Elle a tellement acculé le pauvre HAMA VEZZAZ, que ce dernier a préféré prendre le large.


Elle détestait ZZ, parce qu'il refusait qu'elle lui rejoue le remake de MINT-TOLBA la vorace.

Elle a sollicitée tous les notables, commerçants, hauts fonctionnaires, y compris les chefs de sevice pour sa pseudo fondation.

Cela s'appelle du trafic d'influence.

Elle avait comme objectif de battre ZAOUI (le grand frère de Taya) en matière de propriété foncière.

Elle est surtout une mère indigne: car interrompre les études de son fils pour travailler à la fondation est tout simplement un acte irresponsable voir criminel.

Si le retour du naïf incompétent doit être celui de KB, il est de l'intérêt de la Mauritanie, qu'il aille en exil au QATAR.

A eux quatre(le couple taya et celui de sidioca), ils pourront faire des parties de bellotte avec des cartes sur lesquelles figures les portraits de ceux qui les ont trahis, ou jouer aux fléchettes sur le portrait de AZZIZ dit le fou.


maatala

Anonyme a dit…

copiarpegar,

C' est terrible ce qui arrive au pays. Kofuor qui est l' ex-president de l' Union Africaine n' ira jamais a l' encontre de cette union. Kikwete l' actuel president en exercice de l' UA ne permet jamais a Wade de decider. Que ce dernier veuille faire l jonction avec le Maroc en fisant du kilometrage politique sur le dos des mauritaniens est son droit. Il aurait du ecouter attentivement ce que lui a dit Messoud apres sa sortie sur le perron de l' Elysee. Merci de l 'info. Essak min tekhmet el id. Porte-toi bien. A-

Anonyme a dit…

AMI,

On ne tire pas 21 coups de canons pour un PM qui assiste a une reunion avec des chefs d' etat. Espere que la TVM va nous faire entendre les 21 coups de canons et sa reception par le President ou PM du Ghana. Jamais compte, mais jamais entendu 21 coups de canons multiplié par le nombre d' hommes d' etat et de gouvernement qui visitent un pays lors d' une reunion regionale.AMI ce n' est pas une visite d'etat. A-
=======

Le Premier ministre arrive à Accra

Accra - Le Premier ministre, Monsieur Moulaye Ould Mohamed Laghdaf est arrivé mercredi à Accra où il prendra part aux travaux du 6eme sommet Afrique-Caraibes-Pacifique qui aura lieu les 2 et 3 octobre courant.

A l'aéroport d'Accra, le Premier ministre a fait l'objet d'un cérémonial d'accueil officiel chaleureux, au cours duquel 21 coups de canon ont retenti en signe de bienvenue au Premier ministre et à la délégation qui l'accompagne.

AMI


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Info source : Agence Mauritanienne d'Information

Anonyme a dit…

AMI,

On ne tire pas 21 coups de canons pour un PM qui assiste a une reunion avec des chefs d' etat. Espere que la TVM va nous faire entendre les 21 coups de canons et sa reception par le President ou PM du Ghana. Jamais compte, mais jamais entendu 21 coups de canons multiplié par le nombre d' hommes d' etat et de gouvernement qui visitent un pays lors d' une reunion regionale.AMI ce n' est pas une visite d'etat. A-
=======

Le Premier ministre arrive à Accra

Accra - Le Premier ministre, Monsieur Moulaye Ould Mohamed Laghdaf est arrivé mercredi à Accra où il prendra part aux travaux du 6eme sommet Afrique-Caraibes-Pacifique qui aura lieu les 2 et 3 octobre courant.

A l'aéroport d'Accra, le Premier ministre a fait l'objet d'un cérémonial d'accueil officiel chaleureux, au cours duquel 21 coups de canon ont retenti en signe de bienvenue au Premier ministre et à la délégation qui l'accompagne.

AMI


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Info source : Agence Mauritanienne d'Information

Anonyme a dit…

A-,

Le MECHWI,du zrigue et un verre de thé MOUNA3NA3 W TEHKMA ELE ELKHEIR.

copiarpegar

Anonyme a dit…

Pauvre AMI,

Elle ne sait toujours pas que notre peuple est traumatise' par quelques hommes qui se trouvent derriere les canons qui sont sense's nous proteger. En ce qui concerne la chaleur, ce n'est pas elle qui manque a' Kiffa.
Les Mauritaniennes et les Mauritaniens d'aujourd'hui preferent un accueil tres froid et sans...canon. KHROUJOU!!!!!

IL FAUT REVENIR A LA RAISON ET OUBLIER CETTE FAUSSE FIERTE' ET VOS COUPS DE CANON.

QUE L'ACCUEIL SOIT CHALEUREUX AVEC 1000 COUPS DE CANON, WHY SHOULD WE CARE ABOUT THAT. LE PEUPLE MAURITANIEN A D'AUTRES PRIORITE'S BEAUCOUP PLUS IMPORTANTES!!!!!!

Maata,

LAHGAKE TIWHALE VI CHI MOUNTIJE!
JE NE SAIS TOUJOURS PAS COMMENT TU PEUX TE DIRE INTELLECTUEL ET SUPPORTER UN COUP D'ETAT!
Je vous prie de repondre aux deux questions suivantes:

1- Est-ce que la situation de la Mauritanie au 5 Aout 2008 est plus mauvaise que celle d'aujourd'hui? (GOULE L'HAGUE!)
2- Qu'est-ce que vous Maata, avez fait pour ameliorer les conditions de vie du peuple Mauritanien?

Anonyme a dit…

il est tout de même sympathique ce aziz:

d'abord il éjecte taya et trouve en ely un bon transitaire
ensuite il offre la démocratie après avoir trouvé un autre vogave

le vogave veut lui prendre la boutique et le mettre à la retraite, aziz lui dit " fais pas ça, c'est pas cool"
l'autre réponds" j'ai bien réfléchis, mes conseillers sont experts en coups de vice, tu es cuit"

aziz l'envoie dans une résidence tranquille et laisse ses conseillers tranquilles

depuis on gueule ici et là " à mort aziz"

finalement voilà deux types sympathiques: le vieux qui ose dire non et l'autre qui n'est pas si mauvais que ça
deux bons bougres apparamment mais deux hommes cernés par de la vermine

pourquoi diable n'ont-il pas pu s'entendre sans la vermine, car apparamment tout le monde aime bien le vieux tout seul et aziz personne n'a quoique ce soit à lui réprocher bien a contraire

bilan: c 'est toujours la vermine qui triomphe des deux côtés

on aimerait le retour du vieux sans l'entourage et on ne voudrait pas qu'il arrive quoique ce soit à aziz et pourtant il faudra bien choisir

le plus mal barré c'est aziz à long terme, car le vieux lui n'a qu'à résister et refuser d'abdiquer il a toute les chances de continer à peser

l'autre par contre , comment va-t-il continer à tenir cette armée qui entend de partout que le premier qui les débarrassera d'aziz aura du soutien de l'extérieur, sans parer des politicards froussards qui peuvent à n'importe quel moment trouver des zigs à envoyer au feu pour créer des événements pendant qu'eux bien entendu resteraient en arrière comme d'hab

le plus mal barré c'est bien aziz, avoir juste à côté le Ely, revenu tout clean d'une transition mémorable et attend que toutes les parties finissent par l'appeler

aziz ne peut plus retourner dans les casernes, c'est finit ça , et pourquoi veulent-ils tous lui interdire de se présenter car un faiseur de transitaire et de vogave, pourquoi l'empêcher de se présenter lui même, n'a-t-il pas mériter son statu de héros national, n'est-il pas le héros d'A.O.D

ces policards sont de best hypocrites, ils crient " démocratie, démocratie" à condition que le candidat qui a des chances de l'emporter ne se présente pas

qu'on arrête de jouer avec les militaires, pour l'instant ils déposent leurs gens en douceur, vous croyez franchement que c'est en empêchant un d eleur candidat de se présenter que vous ferez vainvre la démocratie

vous ne feriez pas alors le jeu d'un tout autre jeu quand les militaires n'auront que ce choix pour agir: ne verrions-nous pas allons quelques accidents ici là, quelques maisn criminelle téléguidée et autres

à bas les politicards de cette génération taya! ils sont comme les militaires, les armes en moins, ils ont leur petite armée de l'ombre qui s'essaie aussi à toute forme de coups mais avec la langue et derrière le dos et quand Dieu leur donne l'occasion historique de risquer leur peau pour leur convictions, là hop !

on freine sec, on se terre dans les salons ou dans les stades et on est prêt à mettre ce pays à feu et à sang pour leur donner une occasion de triompher cad avoir encore juste quelque chose à dire mais jamais à faire

nous sommes une société féodale, patriarcale, chacun jouant au roi dans son parti, dans sa famille, partout avec sa petite cour, partout que de petit tyrans en puissance qui soit volent pour redistribuer à leurs gens , soit passent leurs temps à se faire passer pour des saints pour s'attirer des talibés démocrates

rien que des apprentis tyrans partout, mais ce que les gens de chacun ignorent ou font semblant d'ignorer c'est que leur petit roi à chacun n'est que l'esclave d'un roi plus puissant car ayant un peu plus de pouvoir éco ou politique ou plus de réseau, c tout

alors pour une telle armée de tyrans, il faut un bon dictateur et peut-être qu'aziz est encore trop cool et que le vieux a raté son occasion d el'être en s'alliant plus intelligament avec son mentor, à eux deux ils eussent pu faire quelque chose

mais la vermine de toujours de tout bord, du laquet de base de taya au tyran démocrate à la noix en passant ces milliers de milices faiseur de roi sont passés par là et triomphent aujourd'hui et hop aziz et le vieux se déchirent et finalement ces deux là sans leur entourage respectif ne sont pas les pires

les pires sont là d'un côté encerclant aziz en lui promettant la victoire et les autres parlent au nom du vieux en espérant le chaos

qu'arrivera-t-il bientôt ? que dalle: l'un ou l'autre sera fait et comme dab, l'autre héritera de ces gens sans lesquels rien dans ce pays ne peut être articulé car toutes les forces saines de ce pays ont depeuis longtemps préférer s'éloigner de la scène souvent par nausée et attendent que passe la crise

qui peut leur en vouloir?

Anonyme a dit…

Ce sont Ahmed o Sidi Baba et , O Bedreddine Boidiel , o Waghf et surtout les gens sournois et calculateurs de l'ufp-mnd qui ont monté O Cheikh Abdallahi contre O Abdel Aziz . C'était pour eux un coup de poker . Si ça marche , tant mieux , si ça échoue , on n'a rien à perdre se disaient-ils , sans doute . Tout le monde se rappelle les déclarations, mille fois répétées ,de Bedreddine qui disait que Sidioca était prisonnier de Aziz .

Anonyme a dit…

21 coups de canon pour le premier ministre des putschistes à Accra , 21 pets de scorpion ( A- , nte vem ,idak mbarek )pour la délégation du Fndd .

Anonyme a dit…

A propos de O Hamma Vezzaz , quelqu'un ,ici , a-t-il de ses nouvelles ? On ne l'a pas vu militer avec le Fndd , comme O Amajar , par exemple . Ces derniers temps, on disait que Hamma Vezzaz n'était pas content parceque Sidioca lui a avait préféré O Waghf .

Anonyme a dit…

Exclusif : La Liste Noire


Taqadoumy publie, en exclusivité, la liste présumée des vingt-cinq personnalités cibles de sanctions individuelles, telles que les restrictions de déplacements hors du pays et le gel des biens et des transactions financières. Ces mesures viseraient 25 personnalités civiles et militaires, mais aussi du monde des affaires, dont le rôle aurait été déterminant dans l'exécution du coup d'état du 6 août 2008 ; elle compterait également quelques politiciens en vue et même des élus.

Voici la liste tel que nous l’avons obtenue :



Personnalités du monde de la finance :

- Mohamed Aly Ould Sidi Mohamed Ould Deyahi
- Bahay Ould Ghadda
- Mohamed Ould Bouammatou
- Ahmed Baba Ould Azizi Ould El Mamy
- Ahmed Saleck Ould Bouh dit Es-Sahraoui
- Mohamed Abdallahi Ould Abdallahi dit Ech-Cherif
- Abdallahi Ould El Mokhtar
- Abdallahi Ould Noueigued

Personnalités civiles :

- Mohamed El Hassen Ould El Hadj dit Mohcene
- Yahya Ould Abdel Gahar
- Mohamed El Mokhtar Ould Zamel
- Sidi Mohamed Ould Maham
- Mohamed Mahmoud Ould Mohameddou
- Mohamed Lemine Ould Dadde
- Mohameddou Ould Michel
- Mohamed Mahmoud Ould Brahim Khalil

Personnalités militaires :

- Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed Ould El Gazouani
- Felix Négri
- Ahmed Ould Bekrine
- Mohamed Ould Cheikh Ould El Hadi
- Mohamed Ould Abdel Aziz
- Mohamed Ould Meguett
- Mohamed Ould Mohamed Eznaguy
- Hanenna Ould Sidi
- Ahmedou Bomba Ould Baye



--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Nota : En dépit du fait que cette liste provient d’une source proche de la communauté européenne, Taqadoumy invite ses lecteurs à là prendre avec beaucoup de précaution ; en effet, en l’absence d’une confirmation officielle, rien ne permet d’avancer un nom avec certitude.

Malgré cela, nous avons fait le choix de soumettre cette liste à l'opinion, sans y apporter le moindre changement, même si nous avons remarqué, avec étonnement, l’absence de cette liste du nom de l’actuel premier ministre mauritanien.


© Taqadoumy - Septembre 2008

Khalil Balla Gueye a dit…

Bonsoir et Fitr Moubarak à tout le monde.

Vous aurez constaté qu’à part faire du « hard selling » ou du marketing pour mon blog ou alors féliciter certains ,mes interventions ici se limitent à un « titre et un URL » comme je m'y étais engagé sans artifices verbaux enrobés.
Mais , ce soir je ferai une brève dérogation :c’est le Fitr et ce n’est pas non plus « kel leile babe nawary (ou ly ?) »!
Je m’en vais vous raconter une histoire drôle que je tiens de ma grand-mère.Beaucoup d'entre vous connaissent ce court conte sûrement.
C’est l’histoire d’un campement de cette caste très aux prises avec «le réel et la matière» et passant ,à tort d’ailleurs ,pour manquer « d’héroïsme» et un lion si prédateur qu’il a fallu s’organiser pour monter un tour de veille avec l’unique fusil du Vrig !
Le gaillard de faction cette nuit là ,pris de trouille a jeté l’unique fusil au 1èr rugissement du lion et s’en est allé porter l’alerte au Vrig leur enjoignant de détaler séance tenante s’ils ne tiennent pas à se faire bouffer par le lion cette bête immonde!
«Mais pourquoi donc ,ce n’est pas la 1ère fois que ce lion rugit nuitament ,cesse donc de nous casser les oreilles avec ton alarmisme à la noix !» lui répondirent à l’unisson tous ses congénères à demi assoupis et nonchalants!
Mais vous êtes carrément suicidaires dit-il , « le lion est armé maintenant car j’ai balancé notre arme en le voyant avant de prendre la poudre d’escampette .Il a donc sûrement ramassé mon flingue!Et puis ,enchaina-t-il même sans arme ce félin est tout de même à éviter!" Là dessus il prit ses jambes à son cou sans autre forme de procès !
Je ne me rappelle plus de la fin de l’histoire , l'enfant que j'étais s'étant endormi avant l’épilogue de cette croquemitaine de plus narrée par une grand-mère à son petit-fils!Et pourtant j’ai une bonne mémoire !Elle n’est pas bonne celle là ?
Je m’excuserai pour mon excès de modestie en utilisant le « je » mon pronom personnel favori et celui de Mr-tout-le-monde , du citoyen lamda soit 99,9999999999999% des 6 milliards d’habitants de cette terre !Et puis ,je répugne à employer le "nous de majesté" et ses accords , pourtant simples , ne sont guère connus de tout le monde.Et puis je ne suis pas de sang royal voire même princier ,ni bourgeois etc...pour y recourir.Je ne suis qu’un simple roturier comme 9,9999999999 des Miens !L’aurais-je fait que je serais ridiculement mégalo !Et je n’ai pas besoin de cela !

A la bonne heure!

Anonyme a dit…

mon cher kbg

j'ai moi aussi une histoire, je ne sais si elle est drôle mais quiconque a un peu d'imagination sourira volontiers avec moi, du moins j'espère, d'ailleurs quand on commence ainsi une histoire , on a 99.99999% de chance de faire un flop, tant pis, je me lance:

l'autre jour, à la maison des artistes plasticiens de mauritanie, je regardais un jeune chat que j'ai vu grandir là

l'animal faute d'avoir grandit autrement et en une autre compagnie, faisait le rude apprentissage de la vie , cad qu'il apprenait tout simplement à gagner sa proie quotidienne comme d'autre leur pain

du plus haut mur du coin , à une heure certaine de la nuit lui assurant entière et pleine maîtrise de l'obscurité, il guettait une proie habituelle: un ou deux oiseaux

le voilà donc qui , hop, saute à pas de félins et disparaît dans l'arbre touffu, puis silence de mort

tout d'un coup, on l'entend pousser des hurlements de châtons en pleine détresse, une détresse terrible car à entendre la trajectoire de ses cris, on a vite compris qu'il n'avait plus aucune prise ni sur la situation ni sur le moyen de trouver une issue au plus vite

puis vlan le voilà par terre , essoufflé et atteint de partout

en fait l'animal, ayant déjà abusé de toutes les capacités de vision nocturne croyait pouvoir berner tous les oiseaux à cette heure tardive

en fait le malheureux, venait de sauter dans le seul arbre de la maison infesté de chauve-souris sans pitié

voilà

bonne nuit et bonne fête, on se demande d'ailleurs ce qu'on fout là, un jour pareil à écrire

quelle vie!

Anonyme a dit…

Un article du Professeur Jeremy Keenan, le plus recent sur les manipulations, paru das le dernier numero du Review of African Political Economy (ROAPE - Oxford). Une chance de l'avoir sur le net si on est pas abonné.

Merci pour ceux qui lisent anglais de m'accompagner dans sa lecture. Je compte sur toi copiapegar, ainsi que Yanis et LM (faites un effort si vous ne lisez pas bien Anglais pour eviter de demander a Couli de nous le traduire) . Prof Keenan de l'Univeristé d'East Anglia est LE SPECIALISTE du Sahara et des Touaregs et connait, avec une precision mecanique suisse, qui trompe qui dans la zone saharo-sahelienne.

Moussa mon ami: fais toi aussi un effort de lire cet article en anglais mis sur la toile aujourd'hui. L'anglais se lire de gauche a droite. Suggestion: faire faire une traduction pour Aziz, car c'est l'unique opportunite de savoir a travers cet article a quoi joue la France dans cette serie d'evennements recents autour des Touaregs, les djihadistes et autres trouble-fetes.

Couli: I assume you will read of course.

le len a l'article ci-dessous. A-
===

http://www.temoust.org/spip.php?article6727

Anonyme a dit…

LU SUR CRIDEM


02:55
Mise au point : La délégation du Gouvernement légitime a été bel et bien accréditée

Nous avons lu sur Cridem un pamphlet qui n’a rien avoir avec l’information, comme il est de coutume d’apprendre ces derniers jours dans tous les organes de presse officielle usurpée par la junte militaire en place, depuis le 06 Août.

Nous voudrions dire, au nom du droit à l’information objective, honnête et transparente, à ces anonymes rédacteurs qui n’ont pas le courage de signer leur « propagande » et de parler au peuple à visage découvert que nous avons, nous en ravanche, au sein du Front, habitué nos concitoyens et le monde entier à la franchise et l’honnêteté.

C’est pourquoi une nouvelle fois nous revenons, ici, et en toute humilité, au-delà de la surenchère, de la contrevérité et des propos diffamatoires qui caractérisent le camp désespéré, acculé et désemparé des antidémocrates et anticonstitutionnels, pour dire exactement ce qui s’est passé à Acra, au Ghana.



Nous affirmons que la délégation du gouvernement légitime au sommet des ACP à Acra, sous la houlette de Monsieur Koréra Issagha, Ministre de l’Agriculture et de l’Élevage a été bien accréditée pour représenter la Mauritanie et qu’elle a été traitée au même pied d’égalité que la délégation présidée par notre ex ambassadeur à Bruxelles.

L’attitude des organisateurs a vexé la délégation des putschistes laquelle, humiliée a, en effet, choisi de se retirer du sommet en signe de protestation. Saisi, le général a intimidé à ses messagers de rester et de participer aux travaux. Car, il ne s’attendait pas, eu égard à son esseulement, à être accepté par des pays dont les menaces de sanctions planent sur son régime comme l’épée de Damoclès.

Parler d’interpellation et de menace est diffamatoire et inexact. C’est un traitement de régime policier de ceux qui ne peuvent pas supporter l’élan contestataire des peuples ou l’exercice de leur droit à manifester et à s’exprimer et qui ne peut jamais être celui du Ghana. Ce n’est pas, d’ailleurs, cet Etat démocratique qui va céder au chantage d’une bande d’officiers démis et dont l’agitation n’a suscité que réprobation et condamnation, à l’intérieur et à l’extérieur.

Alors, il est l’heure que ceux qui lancent des injures anonymes et, de façon illusoire et basse, tentent de faire croire aux Mauritaniens que les putschistes sont acceptés dans le concert des nations, de savoir que le Ghana est un Etat membre de l’Union Africaine ; et que celle-ci ne reconnaît pas les trois mousquetaires du palais ocre dont elle exige, rapidement, le départ.

De qui se moque-t-il donc notre journaliste travesti ? Il est dépassé le temps de la désinformation. Car les médias, pas ceux confisqué en Mauritanie, mais ceux qui diffusent à travers le monde, informent et bien d’ailleurs ce peuple otage de la propagande des officiers démis.

Nouakchott, le 1 Octobre 2008
Commission de Communication du FNDD
-------------------------------

sous pression du malade mental ould Brahim khlil qui doit son role zelé à une proximité d'ordre matrimonial avec Aziz le general limogé, Cridem est devenu un canal de propagande, il parait que ould brahim khlil a de l'argent à distribuer, Avis aux Peshmegas

maatala a dit…

SALAM


Couly

Depuis quand tu me dis vous

tu dis:

"Je vous prie de repondre aux deux questions suivantes:

1- Est-ce que la situation de la Mauritanie au 5 Aout 2008 est plus mauvaise que celle d'aujourd'hui? (GOULE L'HAGUE!).



Elle est pire, mais cela a commencé depuis l'arrivée de la bidasserie au pouvoir.

La seule chose, qu'ils ont réussie c'est l'extension de la ville de Nouakchott (dixit OULD MAH).

Sidioca s'intéresse peu à la situation du pays , puisqu'il était toujours en voyage.



2- Qu'est-ce que vous Maata, avez fait pour ameliorer les conditions de vie du peuple Mauritanien?

Question qui n'apporte rien au débat, je n'ai jamais mangé un UM sauf ma bourse d'études.

La question adéquate , c'est qui a nuit au développement de ce pays et là on retrouve tous ceux que tu as soutenus, à commencer par TAYA.

Moi au moins ,je réponds aux questions, peux -tu en faire de même.

maatala

Anonyme a dit…

L'article de Keenan a ete immediatement efface du site touareg Temoust pour l'une des raisons ci-dessous:

- droit de publication non accordee, ou

- quelques verites qui derangent.

Il est assez long et bien "sourcé". Mes excuses LM, mais je crois que cet article d'aijourd'hui doit etre lu par les citoyens "serieux" car il a des implications sur ce qui se passe chez nous.

Fraternellement. A-

===


Jeremy Keenan, in Review of African Political Economy

Uranium Goes Critical in Niger : Tuareg Rebellions Threaten Sahelian Conflagration
jeudi 2 octobre 2008, par temoust



Jeremy Keenan, in Review of African Political Economy, No. 117:449-466 © ROAPE Publications Ltd., 2008

The article analyses the causes and implications of the ongoing Tuareg rebellions in Niger and Mali. While the larger and more widespread rebellion in Niger is generally attributed to the Niger Tuareg’s demands for a greater and more equitable share of the country’s uranium revenues, the article reveals that both rebellions, while centering on grievances associated with marginalisation, indigenous land rights and the exploitation of mineral resources, are far more complex. Other key elements are the continuing impact on the region of the global war on terror ; competing imperialisms and subimperialisms ; the associated interests of multinational mining companies ; environmental threats and the interests of international drug-traffickers. The article also details the human rights abuses inflicted on the civilian populations in both Niger and Mali by the recently US-trained militaries. Introduction

On 14 February 2008, the US State Department issued a travel alert, warning US citizens of armed conflict, kidnappings, armed robberies and the presence of land mines in Northern Mali, especially the Mali-Niger and Mali-Algeria border areas, the Kidal region, areas north of Timbuktu and the city (town) of Tin Zaouatene. It advised them to avoid travel in the area and emphasized that the US-designated terrorist organisation Al-Qaeda in the Land of the Islamic Maghreb (AQIM), the recently re-named Algerian Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC), and other armed groups presented dangers to travelers. Americans planning to travel in these regions were advised to register with the Department of State or US Embassy. The Americans clearly wanted no prying eyes, for in the same week I received three separate communications from inhabitants of Tin Zaouatene. Their messages were that the Malian army, accompanied by US forces, had ransacked and looted the town, which was now empty and abandoned having driven its inhabitants into the surrounding desert. The incident was given a total media blackout, which is unusual in that this part of the Sahara has, since 2003, been the focal point of the Bush administration’s ‘second front’ in its war on terror in Africa. Four days later, General William (Kip) Ward, Commander, US Africa Command (AFRICOM) and Theresa Whelan, Deputy Assistant Secretary of Defense for African Affairs, desperate to sell AFRICOM to those prepared to listen, addressed a packed conference on AFRICOM and US-Africa Security at the Royal United Services Institut (RUSI) in London. The General and Ms Whelan denied the presence of US forces in northern Mali. The following week, General Ward was in Bamako reassuring the Malian government and the international media that the US was committed to helping Mali maintain the security of its northern regions. Two days later, a month or so after the Malian-US sweep through Tin Zaouatene, a rebel force of Malian Tuaregs, led by Ibrahim ag Bahanga, undertook a devastating attack on a Mali military convoy 11 miles south of Tin Zaouatene. That was followed by almost a week of continuous rebel action against Mali’s military, including an attack on the desert town of Aguelhok. The rebels seized eight army vehicles, killed at least three Malian soldiers, wounded many others and took a further 33 captive. Representatives of the rebels confirmed that their action was to revenge the Malian-US assault on Tin Zaouatene. On 25 March, Bahanga’s rebels were reported by a Western military source to have moved their 33 captured soldiers across the border into Niger where they were being guarded by members of the Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ), a movement of Nigerien Tuareg who had also rebelled against their government. A leader in an Algerian newspaper noted that, ‘What all the countries in the region had been dreading, namely a linking up of the various Tuareg rebellions has happened’ (Abdelkamel, 2008). The Sahelian-wide conflagration that I have predicted in ROAPE and other publications over the last four years is now a reality (Keenan, 2004 ; 2007 ; 2008 forthcoming). The Atlantic and Indian Oceans are now linked by a geographical zone of conflict from Mauritania in the west, across Mali, Niger, Chad, Sudan and Ethiopia to Somalia in the east. The conflagration of which Mali and Niger are now the foci has direct political, and perhaps also military, ramifications for Algeria, Libya, Chad, Mauritania and Nigeria, not to mention the hegemonic interests of France, China and the USA. The Tuareg rebellions in Niger and Mali have escalated since the spring and summer of 2007. They have taken on the appearance of a pan-Tuareg rebellion.

However, while both rebellions share a number of common grievances and features, any attempt at analysis is complicated by the fact that both rebellions are being driven at the local level by a range of not just complex but often quite different political and social issues. While Bahanga’s rebellion in Mali has latterly (March-June 2008) been receiving more media coverage as a result of a number of high profile military engagements, the situation in Niger, where Niger’s US-trained army now stands accused of genocide,1 has and remains likely to be far more serious in terms of humanitarian consequences. Since the beginning of the Tuareg rebellion in Niger on 8 February 2007, Niger’s armed forces (Forces Armées Nigériennes – FAN) have been unable to match the rebels in open combat. They have therefore wreaked their frustration and vengeance on the civilian population. As far back as August 2007, a report commissioned by the United Nations High Commission for Refugees (UNHCR) (Keenan, 2007) warned that Niger’s President, Mamadou Tandja, was likely to unleash his armed forces on the civilian population. By December, two International Human Rights Organisations, the UK-based Amnesty International (2007) and the US-based Human Rights Watch (2007) had denounced Niger’s armed forces for committing war crimes, including summary executions of the civilian population. While Mali’s army was suffering at the hands of Bahanga’s rebels, Niger’s army was concentrating its fire-power on the inhabitants of the villages along the old road that runs north of the regional capital of Agades through the south-west foothills of the Aïr Mountains. On 20 March, as Bahanga attacked the Malian military convoy resupplying the Tin Zaouatene garrison, MNJ forces were engaging the FAN in the Tamazélak valley, 100 km north of Agades. Four army vehicles were destroyed with their occupants almost certainly killed or wounded. The army called for reinforcements from Agades. However, rather than engage the MNJ, the FAN reinforcements directed their wrath on the inhabitants of Tamazélak. Having set fire to the hamlets, destroying seven homes completely and the vehicle of a local trader, they coldbloodedly assassinated two children : Liman Houdane and Toukane Assale. From there the soldiers headed back south, stopping first at the settlements at Sakafat, which they looted before burning down ten huts, executing two villagers and ‘disappearing’ another, and then at Tidene where they proceeded to execute two more villagers and ‘disappear’ four others. One gardener had his legs broken as a form of torture while watching his garden being fired. Before leaving, the soldiers burnt down seven more huts and scattered land mines. Two days later, an MNJ contingent caught up with the FAN militia south of Tidene killing at least 15 of them and destroying two of their vehicles. The FAN survivors, although harassed by the pursuing MNJ, nevertheless found time to exact vengeance on the village of Dabaga before retreating to the safety of their base at Agades. The toll was devastating : two villagers were executed and two more ‘disappeared’ ; 43 houses were looted and destroyed by fire ; one vehicle and twelve motorcycles belonging to gardeners were burnt ; the village produce store was destroyed by fire, as was the women’s cooperative ; six gardens were completely destroyed and 60 animals slaughtered. The above exactions are verifiable and eye-witness reports suggest the atrocities committed by the FAN on the civilian population have been considerably greater. But what is less clear is what has led to the latest Tuareg rebellions2 and their escalation into what has effectively become a Saharan-Sahelian conflagration ?

The Onset & Escalation of Rebellion

The incident that precipitated the latest Tuareg rebellion in Niger was an attack on the village of Iferouane in northern Aïr on 8 February 2007 by three heavily armed Tuareg and a handful of followers. Over the next three months, the emergence of anew rebel movement, the MNJ, followed by a number of small military engagements, including an attack by the MNJ on a base of the French uranium company, AREVA, led the Niger parliament to approve more than $60 million in extra budget funds to confront the attacks. By the end of June 2007 the rebellion had escalated. The most serious military engagement was an MNJ attack on the FAN at Tazerzait (N. Aïr) resulting in at least 15 soldiers killed, 43 wounded and 72 taken hostage. Despite the deployment of 4,000 government troops, MNJ attacks continued with further significant actions on the coal mine at Tchighozerine, which provides power for the uranium mines at Arlit, strategic installations in and around the regional capital of Agades, including the airport, as well as more attacks on FAN convoys and emplacements. The government was further embarrassed by the MNJ’s hostage-taking (and subsequent release) of an executive of the Chinese uranium company, Chino-U, and the defection to the MNJ of a significant number of men from both the FAN and the Force National d’Intervention et de la Sécurité (FNIS). By the end of July, Tuareg in north-east Mali had also taken up arms, with several attacks against military personnel and positions in the Tin Zaouatene region.3 On 24 August, Niger’s government declared a State of Alert, effectively placing the region under martial law and sealing it off from the outside world. An Agades resident described the hitherto bustling regional capital as a ‘ghost-town’. In spite of these draconian measures, government forces have not fared well : by the autumn, at least 45 and possibly as many as 60 soldiers had been killed, dozens wounded and many more taken hostage. Since then FAN casualties have mounted. Indeed, the MNJ’s fighting ability, their knowledge of the region and their strategic use of land mines have effectively confined government forces to the immediate vicinities of their barracks and a number of temporary base camps around the region. Pinned down and unable to deal any telling blows against the rebels, government forces have used the cover of the ‘state of alert’ to wreak their vengeance and frustration on the civilian population. In fact, the FAN’s harassment of the civilian population has been the cause of widespread grievance and complaints since before the outbreak of the rebellion. However, as the rebellion has escalated there have been an increasing number of authoritative and mostly verifiable reports of civilian harassment and abuse by government forces. International bodies, such as Amnesty International, have accused Niger’s security forces of using the State of Alert to arbitrarily arrest and torture civilians. For example, on 2 June 2007, FAN soldiers killed three civilians, one of whom was a cripple and the other two aged over 80. A further nine pilgrims were subsequently reported murdered by FAN soldiers. By the end of the year, the MNJ claimed that at least 250 people had ‘disappeared’. Amnesty International claim that the government was detaining and torturing civilians. Two further massacres of Tuareg civilians by government forces in the first week of October led the local population to fear that President Tandja was about to embark on a policy of genocide. The first took place in the Toussasset area near the Algerian border east of Assamakka. According to eye-witnesses, five vehicles were stopped by the FAN, with the 12 Tuareg being separated from the other travellers and shot. The second took place on the following day when soldiers rampaged through nomadic camps near the road between Arlit and Assamakka killing 20 Tuareg in their tents (Society for Threatened Peoples, 2007).

The Causes of the Rebellion(s)

As the rebellions have developed so they have taken on a new agenda and explanations for their origins have varied. While the MNJ states that the main cause of the Niger rebellion is the exploitation of Tuareg lands by uranium mining companies, a more nuanced analysis shows that both rebellions have been ‘overdetermined’ : although there has been more than enough ‘sufficient’ cause to determine the outcome – the rebellions are ‘multilayered’. Yet when we look at each ‘cause’ or ‘layer’ we are left with a perturbing question. Although each single ‘cause’ was the basis of justifiable grievance and at AREVA’s uranium mines, even resistance, were any of them on their own actually sufficient to precipitate a rebellion ? The answer to this question is no, especially when we consider it in the context of two further facts. First, with the memories of the 1990s rebellion and the way it was crushed still fresh in their minds, the vast majority of the local population had no desire for another rebellion. Second, none of the three Tuareg responsible for the Iferouane attack had any credibility as either a popular or legitimate rebel or political leader. All three had known criminal records. The ringleader Aboubacar ag Alembo, was regarded by many who knew him as a psychopath who had already brought shame on his people. Indeed, it was because of his dastardly and shameful behaviour that senior Tuareg, with the blessing of the government, had unsuccessfully arranged his ‘elimination’ four years earlier. In other words, while the Tuareg of Niger had many legitimate grievances, we have to face up to the possibility that the rebellion, like those of 2004 in Aïr and 2006 in Mali, may have been initiated and orchestrated by external forces. But first, before we consider either what those external forces might have been, or analyse how and why the rebellion came to take on a momentum and dynamic of its own, we need to understand the grievances that have built up amongst Niger’s Tuareg over the last few years. At least three major issues can be identified.

1) Anger at the Fabrication of a Sahara-Sahel Front in the US global ‘War on Terror’

The latest Tuareg rebellions are the product of the increasing destabilisation of the southern Sahara-Sahel region since 2003. The underlying cause of this has been the Bush administration’s fabrication of a Saharan-Sahelian front in its global ‘war on terror’. The epicentre of this has been the Tuareg regions of northern Niger and northern Mali. The primary purpose of this deception was to create the ideological conditions for America’s militarisation of Africa (Keenan, 2005 ; 2007). While Washington’s main ally in this strategy has been Algeria, Niger has played a significant role. The most widely publicised incident in this deception was the abduction of 32European tourists in the Algerian Sahara in 2003 by Algeria’s Islamist (‘terrorist’) Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC), renamed in 2006 as Al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM), under the leadership of Saifi Amari, known as El Para. The hostages were released in NE Mali after six months, following the reported payment of a 5 million euro ransom. El Para and his 60 or more accomplices were then allegedly chased by a combined military operation of US Special Forces, Malian, Algerian and Nigerien forces across Mali and Niger to Chad, where 43 of them were reportedly killed in an engagement with Chad regular forces in March 2004. Subsequent research has revealed that El Para was almost certainly an agent of Algeria’s secret military intelligence services, the Direction des Renseignements et de la Sécurité (DRS), and that the alleged pursuit across the Sahel simply did not happen. The result of this fabrication is that the US has been able to label the northern parts of Mali and Niger as a ‘Terrorist Zone’, the domain of Al Qaeda training bases lurking deep in the Sahara and threatening both Europe and the oil-rich regions of Africa. Indeed, the main ideological prop of the US’s subsequent imperialist counterterrorism strategies and militarisation of the rest of the continent has been the threat presented by this false, over-hyped, US-constructed narrative of ‘terrorism in the ‘Sahel’. The fabrication of the El Para incident and the US’s subsequent labelling of their region as a ‘Terror Zone’ have not only done immense damage to the local tourism industry and associated livelihoods, but angered the Tuareg populations of southern Algeria, northern Mali and northern Niger who resent their region being labelled as a ‘Terror Zone’ and manipulated to fit the US-authored global picture of terrorism. Their anger, however, has been directed as much at the US as at their own governments, which have used the ‘War on Terror’ as a source of rent and for branding legitimate opposition, minorities and other recalcitrant elements of their populations as ‘terrorists’ or, to use Washington-speak, ‘putative’ terrorists. Niger’s government has been no exception. In 2004, President Tandja attempted to provoke the Tuareg into actions which could be portrayed to the Americans as ‘former rebels turning to terrorism’. He arrested and gaoled Rhissa ag Boula, the former leader of the rebel Front de Libération de l’Azawak et de l’Aïr (FLAA) and its signatory to the 1995 Peace Accord and subsequently a government minister, on a trumped up murder charge. He was released without charge after 13 months, but not until a number of Tuareg had been provoked into taking up arms. That enabled the government to send some 150 of its newly US-trained troops into the Tuareg stronghold of the Aïr Mountains, where they were easily ambushed by the Tuareg. At least one soldier was killed, four wounded and four taken hostage. Rhissa’s brother Mohamed ag Boula claimed responsibility for the ambush. He said that he was leading a 200-strong group that was fighting to defend the rights of the Tuareg, Tubu and Semori nomadic populations of northern Niger.

2) The Exploitative Practices of Foreign (uranium) Mining & Oil Companies

The MNJ’s major area of grievance and demands, relates to the current huge expansion of both uranium mining and oil exploration in the Tuareg regions of northern Niger. The MNJ’s concerns relate to three main issues : the exploitative nature of these enterprises, the threat of an impending ecological disaster and the abuse by both the government and foreign companies of the Tuareg’s indigenous rights.

To take each of these in turn :

(a) Uranium Mining & Oil Exploration : Niger has long been a major source of uranium and is currently the world’s third-ranking exporter after Australia and Canada.4 Annual production of some 3,300 metric tonnes accounts for around 72% of Niger’s export revenue and approximately 10% of global uranium mine supply. Uranium was first discovered in 1957 by the Bureau de Recherches Géologiques et Minières near the current mining town of Arlit in northern Niger. Further discoveries were made at numerous sites in the adjoining Tamesna region during the late-1950s and 1960s, with the Société des Mines de l’Air (Somair) beginning open caste mining near Arlit in 1971. The Compagnie Minière d’Akouta (Cominak) began underground mining at the nearby Akouta deposit in 1974. Today, the two mines, at Arlit and Akokan, are controlled by a consortium led by the giant French corporation, AREVA. The uranium concentrates, known as yellow-cake, are transported overland to Cotonou and then taken by ship for conversion, mostly to Comurhex /Tricastin nuclear site in France. With the world energy crisis giving nuclear energy a new lease of life, the price of uranium has risen from scarcely $10 a pound (543 grammes) at the beginning of 2003 to $45 by mid-June 2006 and to a record $136 in June 2007. The average weekly price in 2007 was $98.55 a pound. With rising supplies, mainly from Kazakhstan, but also from Canada and Namibia, the average mid-range spot price for 2008 is expected to be around $107 and $92 in 2009. Not surprisingly, there has been a scramble by foreign corporations to acquire exploration rights and to expand uranium production in Niger. The first to get in on the act was AREVA (then called Cogema Niger) who signed an agreement with the government in 2004 to expand its exploration. This was followed in 2006 by an agreement to develop the large Immouraren deposit about 60km south of Arlit. France no longer has a monopoly on Niger’s uranium. In 2006 Niger awarded licenses to a group of Chinese companies led by the China International Uranium Corporation (SinoUranium), a unit of China National Nuclear Corporation, to explore for uranium at a number of sites in the Agades-Tamesna region. With the Niger government now targeting a three-fold increase of uranium production to 10,500 tU/yr (tonnes Uranium per year) ‘in the next few years’, the Niger government had granted by October 2007 around 90 mining exploration permits for the northern desert region with a further 90 or so under consideration. Northern Niger has become the focus of a global scramble for uranium as companies from France, China, Canada, Australia, South Africa, UK, India and elsewhere hope to strike it rich. But this scramble comes against a background of increasingly widespread and organised opposition and resistance to both foreign political interventions, notably that of the US, and the practices of foreign mining and oil corporations. Prior to the current rebellion, resistance to foreign corporate exploitation had been directed almost exclusively at AREVA, with the Chinese National Petroleum Company (CNPC) also becoming the object of opprobrium since it began oil exploration in the Tenere region some four years ago. Working conditions at AREVA’s two uranium mines were so bad that the mines’ employees established a local workers’ NGO in 2003. Almoustapha Alhacen of Aghirin’man (aghirinman.org) drew attention to a number of health issues associated with environmental degradation and the company’s disregard of health and safety measures. It requested the CRIIRad (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité) to undertake overdue scientific investigations. However, CRIIRad’s attempts in 2004 to undertake the research were blocked by the Niger authorities on behalf of AREVA and the French government. Aghirin’man did, however, succeed in having samples of Arlit’s drinking water analysed by Sherpa and the CRIIRad.5 The analysis revealed that the indices of both alpha and beta radioactivity in the water samples were above the limits set by the World Health Organisation, meeting neither EU directive standards nor French regulations. This put in doubt AREVA’s press statement in February 2004 that its water analyses ‘showed an absence of contamination’. Public demonstrations against AREVA in May and November 2006 so rattled the company that its President, Mme Anne Lauvergeon, visited Niger from 30 November to 1 December 2006 in an attempt to calm the situation and stabilize AREVA’s position in the country. AREVA’s track record of corporate irresponsibility underpinned contemporary resistance to foreign exploitation of the region (www.dissident-media.org/ infonucleaire/niger2.html ; www.sortirdunucleaire.org/acctualites/presse/ affiche.php ?aff=1660 and ‘Arlit, deuxième Paris’ www.newsreel.org/nav/ title.asp ?tc=CN0180). Not surprisingly, it fuelled local anger towards both AREVA and the French government. Indeed, shortly after the Iferouane attack, the French ambassador visited the region only to be given an exceptionally strong rebuke by the local community being informed that France had lost all respect and credibility in the region and that he should leave. In the case of the CNPC, the company’s lack of respect for local people and their cultural practices has also caused widespread anger and hostility. Strikes and labour absenteeism are common. It is not surprising that both the CNPC and SinoUranium have received threats from the rebels. There is also a growing awareness amongst local people, especially the rebels, of what they regard as ‘corrupt’ relations between the Chinese companies and the Niger government in the form of financial contributions to President Tandja’s election campaign. More serious from Beijing’s perspective is the growing belief amongst the rebels that China is giving military support to President Tandja to help crush the rebellion. The Chinese companies operating in the region have been warned by the rebels that they face severe repercussions if evidence of such support materialises.

(b) Fear of an Impending Ecological Disaster : Aghirin’man sees the current expansion of uranium mining as the continuation and acceleration of what it refers to as ‘Niger’s economic, social and environmental tragedy’. The particular environmental tragedy to which it is referring is the impending ecological catastrophe facing the Talak and Tamesna regions. Local people are anxious that the expansion of uranium mining across Talak and Tamesna will lead to an extension of the pollution, disease and ill-health that has characterised uranium mining at Arlit. They see the expansion of the present system of unregulated uranium mining around Immouraren, Sekiret, In Gall, the Ighazer valley and elsewhere as a major and extremely serious threat to the region’s unique and complex ecosystem, which plays a pivotal and very complex socio-ecological role in the livelihoods of tens of thousands of pastoralists. The people threatened by this impending ecological disaster are not just the 100,000 or so Tuareg who inhabit the Aïr and adjoining plains of Talak and Tamesna, but Tuareg and other nomadic peoples, such as numerous Fulani nomads to the south, as well as Tuareg from as far north as the Ahaggar and Tassili-n-Ajjer regions in Algeria.

(c) The Abuse of Indigenous Rights : The US intervention in the Sahara-Sahel outlined above has done much to raise the conscientisation and politicisation of local peoples. This increased awareness of the international political scene is nowhere more acute than in the complex international politics of ‘indigenous rights’ issues. For example, in July 2006, within a matter of days of the United Nations Human Rights Council’s adoption of the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, the Tuareg of Niger lodged a formal complaint about the US presence and its activities in Niger with the UNWGIP (UN Working Group on Indigenous Peoples). The Tuareg are very aware of their indigenous rights to the Aïr-Talak-Tamesna region and this poses a challenge to uranium mining companies. Few places in the Tuaregs’ extensive domain are perceived as being more indigenous, almost ‘sacred’, than Tamesna. These sentiments are deeply rooted and go beyond the bounds of this paper but suffice it to say that with Niger’s independence in 1960, Tamesna became a sort of no man’s land, a ‘Tuareg reserve’, legally part of Niger but effectively beyond the reach of either the Nigerien or Algerian administrations. It became a uniquely Tuareg area in which traditional pastoral rights and practices were largely retained. It was the region to which Tuareg went, both from Algeria and Niger, when they ‘wanted to get away from government.’ International mining companies, the Niger government and Tuareg political leaders, are all fully aware of both the attempts to recognise and protect indigenous rights and the current legal status of the UN Declaration of Indigenous Rights. Although the Declaration, which would give some degree of international legal protection to the Tuareg’s attempts to protect their domain from international corporations is still awaiting adoption by the UN, its moral weight is indisputable.

3) Government’s Failure to Adhere to the 1995 Peace Accord

The extent to which the Niger government has adhered to or fulfilled all the conditions and agreements of the 1995 Peace Accord is debatable. In the government’s defense, many of the Tuareg rebels were integrated into the FAN and the FNIS. There has also been some devolution of government, especially at the local and regional levels. It can also be said in the government’s defense that it has not had the resources to undertake many of the 1995 development proposals as it might have desired. However, the MNJ’s claims that the government has not delivered on what the Tuareg regard as the biggest issue, namely a say in the management of the region’s resources, notably uranium, hydrocarbons and other minerals, and an equitable share in their development are quite true. The Niger rebellion is rooted in this growing resentment at the rapacious exploitation of their lands and their exclusion from its benefits. Indeed, the financial terms and operating practices of these companies, sanctioned by the Niger government, are in complete contravention of the 1995 Peace Accord as well as the many global declarations and conventions on the exploitation of indigenous land rights. In short, the way in which the region’s mineral and hydrocarbon resources have been, and still are, being exploited is seen by local people as bringing no benefit to themselves or their communities.

The Role of National & External Interests in the Causation & Escalation of the Rebellion

I suggested at the beginning of this article that the present rebellion, like those of 2004 in Aïr and 2006 in Mali may have been initiated and to some extent even orchestrated by external forces. In the early stages of the rebellion, the external parties deemed most likely to be involved were France and AREVA, followed by Algeria, the USA, Libya, international oil and mining companies, Islamists, drug traffickers and, nearer to home, the ruling elites and governments of both Niger and Mali. However, as the rebellion has escalated and dragged on, not only have these interests changed but a more complicated picture has emerged.

France & AREVA

France jealously guards her economic and political ties with la francophonie, especially Niger, whose substantial uranium deposits have supplied France, via AREVA, with a secured source of energy and a guarantee of nuclear independence. Not only does France need Niger’s uranium to run her own reactors, but AREVA is currently the world’s leading builder of nuclear reactors, a position which is helped in no small measure by being a leading marketer of uranium. She is thus able to deliver turnkey systems : the nuclear reactor package as well as the fuel to run them. This position was assured until Niger decided to place its own self-interest ahead of that of France/AREVA by opening its mineral rich north to international competition. France was then faced with the reality of international companies from China, South Africa, Canada, Australia, India, Nigeria, Algeria, the UK and elsewhere helping themselves to what she had hitherto taken for granted as her own national energy supply. It is therefore not surprising that there have been rumours and suspicion from the outset that France/AREVA instigated and financed the rebellion in order to frighten off foreign, especially Chinese, competition. The Niger government went so far as to accuse AREVA of financing the rebels. Although denied, and without any solid evidence being provided. Niger expelled AREVA’s head of operations in July 2007 in a move that provoked the direct intervention of President Sarkozy and high level Franco-Nigerien talks in Niamey between Jean-Marie Bockel, France’s cooperation minister, and President Tandja.6 France certainly has the means to initiate Tuareg unrest in Niger. Its own security agents, for instance, have long maintained close surveillance of the region, while AREVA management has close ties to both the MNJ leadership and other parties in the region. The president of the MNJ, for example, Aghaly ag Alembo was formerly the sous-préfet at Arlit where his business was as much to meet the needs of the uranium producer as to administer the mining town and its environs. However, if France/AREVA was behind the rebellion two points should be made. The first is that if France intended to create a bush-fire in the region, it appears to have got dangerously out of control. The second is that if this was France’s intent, she would be more likely to operate through the more covert channels of her own foreign intelligence service, the Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), which has especially close ties with Algeria’s Direction des Renseignements et de la Sécurité (DRS) which, more than anyone, has the means to trigger such a chain of events.

Algeria

Evidence suggests that through its counter-intelligence service, the DRS, Algeria may well have been involved in the instigation of the rebellion. The evidence for this is as follows :

(a) The three Tuareg who carried out the initial attack on Iferouane, Aboubacar ag Alambo, Kalakoua and Al Charif (Acheriff Mohamed), were known to the DRS. Aboubacar (reported dead, killed 22 June) and Kalakoua both have criminal records, while Al Charif was a former rebel who had subsequently deserted the Niger army. The leader of the attack, Aboubacar, came on the political scene in 2002 after deserting from the Niger army and killing two policemen. Since then he has been responsible for numerous acts of banditry, being described by his former comrades in the 1990s rebellion as ‘psychopathic’, enjoying ‘violence’ and always being entrusted to do the ‘dirty work’. More significantly, he was well connected through a complex network of kinship ties to influential members of the regional governments on both sides of the Niger-Algeria border. For example, his brother Aghaly ag Alambo was formerly the sous-préfet at Arlit, while a cousin is the Commandant of Niger’s Force National d’Intervention et de la Sécurité (FNIS), which, amongst other things, is responsible for the protection of foreign companies, such as AREVA and the Chinese oil and uranium companies, in the region. Another cousin is reputedly the director of security for Algeria’s Tamanrasset wilaya. Since 2002 he has been protected and used by the DRS. There is also evidence that the vehicles and arms used in the Iferouane attack came from northern Mali and may have been provided by connections with the DRS. This is particularly significant as the DRS was instrumental in promoting the short-lived Tuareg rebellion at Kidal on 23 May 2006. This clandestine operation was supported by 100 US Special Forces who flew from to Tamanrasset (Algeria) from Stuttgart on 15-16 February 2006 and progressed overland into northern Mali.

(b) Algeria has been the main agent in assisting the US in its policy of creating a ‘Zone of Terror’ across the Sahel since 2003. This has involved the fabrication of numerous ‘terrorist’ incidents in the region ; countless media disinformation reports ; the provocation of unrest in the region and exaggerated (or fabricated) reports of armed engagements between Tuareg, DRS-supported rebels and GSPC elements in northern Mali in the period September-November 2006.

(c) Algeria has political and economic hegemonic designs on the Sahel, most notably in NE Mali (the Kidal region) and northern Niger. Precisely how the MNJ rebellion might further these interests is not at all clear. However, some local people believe that Algeria sees the ongoing destabilisation of the Sahel (Mali and Niger) as playing into its own long-term interests, perhaps by making the region less attractive to foreign exploitation, or by enabling it to play the role of ‘peace-maker’ and thus strengthen its political influence in the region. This relates especially to the challenge posed to Algeria by similar Libyan interests in the Sahel. For instance, Algeria’s orchestration of the Kidal (Mali) revolt on 23 May 2006 was designed to discredit Libya’s presence in the region (Keenan, 2006). Libya’s involvement in northern Niger, especially the Agades region, has been far more invasive than in northern Mali. Therefore, at the outset of the rebellion, it was possible to think that there was a replay of Algeria’s Malian strategy : to engineer a Tuareg ‘rebellion’ and blame it on the Libyans. This, however, now seems less likely. That is because Algeria has become increasingly anxious that the Niger and Mali rebellions will spread into Algeria where the bulk of the country’s population, not least the Tuareg, are increasingly discontented with Algeria’s domestic economic conditions for which they blame their corrupt and repressive government. For instance, when a group of discontented Tuareg youths carried out a high profile but ineffective attack on Djanet airport of 11 November 2007, the government could not move fast enough to attribute it to al-Qaeda.

The Niger Government

As the rebellion has developed, the role of President Tandja and his government has become the major cause of its prolongation and escalation. Since the US launched its global war on terror in the Sahara-Sahel in 2003, every country in the region, without exception, has provoked unrest amongst sections of their populations (usually minority, marginal groups) to exact ‘rent’ from the US in the form of further military and financial largesse. Niger, the world’s poorest country, has punched far above its weight in this regard. Following the Iferouane attack of 8 February 2007, local Tuareg believe that the government used what they call ‘The List’ to deliberately provoke armed unrest. This was a list of several dozens, perhaps hundreds, of former rebels whom the government was allegedly planning to detain. Irrespective of whether this was an act of retribution or provocation by the Niger government, it was enough to persuade many of the former rebels, several of whom had since become responsible local community and political leaders, to take to the mountains with their arms. It is estimated that as many as 200 former rebel fighters, having sent their wives and families into hiding, converged on Tamgak, a near-impregnable massif approximately 150 km in perimeter and over 2,000 metres high a few miles east by north-east of Iferouane. The number of fighters has now increased to at least 1,000 and possibly as many as 2,000. Having used AREVA’s alleged involvement in the rebellion to help break its monopoly on uranium production in Niger and thus gain a greater revenue stream by creating an expanded, internationally diversified and competitive market, there is no obvious strategic benefit to Niger in prolonging the conflict. Indeed, the country is already on the brink of deterring rather than attracting foreign investment. Further rents from US counter-terrorism are also limited. Almost from the outset, the rebels have argued that President Tandja is hell-bent on an ‘ivoirianisation’ policy of exclusion against the Tuareg.7 They believe that he has longstanding personal grievances against the Tuareg, stemming from the time when, as Minister of the Interior, he was responsible for the Tchin Tabaradene massacres that precipitated the 1990s rebellion. There are now an increasing number of Tuareg, rebels and civilians, who believe that the successful pursuit of this policy, manifesting itself through what they regard as genocide, will enable him to avoid recompensing the Tuareg for the exploitation of their indigenous lands, as agreed in the 1995 Peace Accord. Now that Niger as a member of the TSCTI falls under the US security umbrella, and with the EU, France, China and Niger’s more powerful neighbours having little immediate incentive to see the restoration of zonal stability, President Tandja can rest reasonably assured that his ‘low-key’ genocide policy will invoke little external intervention.

The USA

The USA, with its overarching ‘security’ interests in the region, is the one party with sufficient clout to point President Tandja in the direction of peace talks and a negotiated settlement. The fact that it has not done so suggests that in terms of Washington’s perceptions of its national strategic interests in Africa, the ‘pros’ of Sahelian instability outweigh the ‘cons’. In fact, this is probably becoming an increasingly marginal call. On the ‘pro’ side, the USA (along with other western powers) is still getting mileage from its al-Qaeda game in the Sahara-Sahel. This is a game to persuade the international community that putative terrorists are active in the region. Claims that al-Qaeda affiliates are active and that ‘ungoverned spaces’ are havens for terrorists provide the ideological legitimacy to pursue Washington’s militarised ‘development-security’ discourse and the need for AFRICOM. On the downside, the Tuareg rebellions are taking the Bush Administration towards two major pitfalls. The first is not so much that these rebellions are a product of Washington’s post-9/11 intervention in the region, but that they are absolutely nothing to do with the threat of ‘Islamism’, ‘Islamic extremism’ or ‘Islamist terrorism’ that the US claims has mushroomed in the region over the last five or so years. With Algeria accusing Washington of exaggerating the terrorist threat (L’Expression, 18 November 2006 and 4 December 2006 ; L’Express, 17 November 2006 ; Liberté, 18 November 2006) and detailed field research revealing that nearly every supposed ‘terrorist’ incident in the region over this period has been fabricated (Keenan, 2006), the current Tuareg rebellions are simply exposing the US enterprise in the region as a grand deception. Second, the major prop used by the US to sell AFRICOM to an unconvinced world is its claimed success of its Pan-Sahel and Trans-Saharan Counter-Terrorism Initiatives, notably the training the US has given to the security forces in these countries in combating terrorism. That success is declared in the training the US has given to the security forces in the countries combating terrorism and securing their borders. And yet, what we are now witnessing in Mali and Niger is how these US-trained militaries, far from bringing security to their citizens or their borders, are accomplished in little more than the criminality of harassing innocent citizens (Mali) and conducting genocide (Niger). As the truth of what the PSI and TSCTI have brought to the peoples of the Sahel permeates across Africa, AFRICOM will become an even harder sell.

Other External Interests

China

Chinese companies in Niger are now at the centre of the rebellion. However, they will argue that they have been sucked into the conflagration and had no part, at least wittingly, in what was happening in its early stages. However, the MNJ believes China is giving military support to President Tandja and has consequently warned Chinese companies that they face severe repercussions if evidence of such support materialises. Recent actions by the Chinese uranium company Sino-U have now severely prejudiced China’s interests in the region. Around the beginning of March 2008, Sino-U, accompanied and protected by Niger’s security forces, began denying local pastoralists access to their wells. Sino-U explained incorrectly to the local pastoralists that as it had paid for the land (through its uranium concession) it also had acquired the right of sole usage of the wells. The pastoralists most affected are those in the Talak region, the rich pastoral zone between Aïr and Tamesna. After several days of armed stand-off, the Chinese found a temporary solution by agreeing to build a concrete drinking trough by the wells. However the FAN have regularly slaughtered Tuareg livestock as part of their ‘genocide’ policy, and with reports (as yet unverified) that Chinese have been accompanying the FAN on these missions, armed confrontation with both the Chinese mining companies and the FAN over the pastoralists’ rights of access to their wells cannot be ruled out.

Libya Libya’s recent designs on the Sahel have been reflected in Mouamar Ghadafi’s many pronouncements on some sort of ‘Tuareg political entity’ or ‘Saharan state’, which at one point he envisaged as stretching ‘from Mauritania to Iraq’.8 Such pronouncements may be seen as part of Libya’s attempt to compete with Algeria, the other regional sub-hegemon, forinfluence in the Sahel. There has been widespread speculation about Ghadafi’s involvement in the rebellions although this appears to have been ill-founded. Libya’s primary role so far has been as a potential peacemaker. However, this role should be seen as part of the regional competition for influence in the Sahel being played out between Algeria and Libya.

Mali

Although the Tuareg of Mali are not yet suffering the same sort of invasive exploitation of their lands by mining companies as is happening in Niger, the Mali rebellion has certain key similarities with that in Niger. These are the perceived failure of the Malian government to fulfil the agreements reached at the end of the 1990s rebellion and the abuse and harassment of the Tuareg civilian population by the Malian army. The first act of rebellion by Bahanga, namely his attack on a police post near Tin Zaouatene and the killing of two policemen in May 2007, was provoked by the violation of Tuareg women by Malian soldiers. At the same time, there were disturbing indications that the Mali government was moving in the same direction as that of Niger by encouraging the resuscitation of the Ganda Koy, a Songhai-based militia that was responsible for many of the attacks on Tuareg civilian populations in the 1990s Tuareg rebellion. Although denied by both Malian rebels and the MNJ, they met on 20 22 July to discuss a common strategy and formed what they called the Alliance Touareg Niger-Mali (ATNM). After a series of attacks on the Malian army at the end of August and through September and the mining of many of the routes around Tin Zaouatene, a tenuous peace held through the month of Ramadan. It was broken in March as a result of the atrocities committed by the Malian and US forces at Tin Zaouatene. In other words, both the initial act of rebellion and its subsequent escalation, as in Niger, were in response to the commitment of atrocities by the security forces against the Tuareg civilian populations.

Drug Traffickers

The governments of both Niger and Mali assert that the rebels are simply criminals and drug traffickers fighting to get more control over the lucrative trans-Saharan drug trafficking business. This claim is nothing more than the Malian and Nigerien governments’ attempts to divert international attention from the real political problems associated with the Tuareg in their countries. This is especially true of Niger, where the Tuareg rebellion is directly associated with the exploitative behaviour of international mining companies and increasingly the genocide being perpetrated by its security forces. This perversion of the truth is assisted by international agencies, notably the UN Secretary General’s representative (and other UN officials) in West Africa, Said Djinnit, who has explained the renewed tension in the Sahel as the result of a combination of factors. ‘There are the old rebellions,’ he said, ‘on which have been added the new phenomena of terrorism, which is present in the region, but above all the drug trade and organised crime, which have grown dramatically’. As I have already explained, the terrorism to which Said Djinnit refers was fabricated by the US and Algeria as part of the ‘war on terror’ and has subsequently become a ‘mythologised’ element of the region. This is not to deny that drug trafficking across the Sahara is on a massive scale, or that some Tuareg, especially now that the US war on terror has deprived many of them of their livelihoods, are involved as drivers and low-level operatives. There is also good reason to believe that both rebel forces are cashing in on the drug trafficking to finance their rebellions. Drug trafficking, however, is not the cause of the rebellions in the way that the governments of the region and the UN are speaking. Drugs trafficking across the Sahara may be major business but it is run by international organisations in association with rogue elements within the North and West Africa’s political-military elites. It is not run by the Tuareg rebels. In fact, the key element in controlling the trans-Saharan part of the business is largely in the control of what is euphemistically referred to as ‘the sons of the generals’, that is the families of some of Algeria’s powerful generals who comprise the power (le pouvoir) at the core of the Algerian state. These elements want to secure more control over north-east Mali, the ‘funnel’ through which much of the drugs traffic enters Algeria. It is this desire by elements within the Algerian military to secure more control over north-east Mali that is being challenged by Bahanga’s forces.

Conclusions

Although it may be too early to make definitive pronouncements, we can offer some pointers relating to the pressures on the western half of the Sahel and some of the consequences of securitisation in the region.

Uranium Mining

Apart from an attack on AREVA’a Immouraren Base in April 2007 and the abduction of a Sino-U executive for five days in July, the MNJ has refrained from any direct attacks on the uranium mines or the yellow-cake convoys. However, on 31 January 2008, Rhissa ag Boula, speaking from Paris, announced the launch of an offensive against the uranium mines, works and convoys (Le Nouvel Observateur, 31 January 2008). The announcement caused much anger amongst the MNJ rebels in Niger, largely because Rhissa is not a member of the MNJ and was not speaking on their behalf. Nevertheless, on 14 March gunmen attacked a yellow cake convey south of Arlit, killing one civilian and wounding another. Although the attack is presumed to have been undertaken by the MNJ, the attackers have not yet been identified. Indeed, some Tuareg in the region say the attack was not undertaken by the MNJ but by one of the many groups of ‘troublemakers’ who have moved into the region. Since March, there have been no further attacks on the uranium industry. Whether the MNJ will respond with more attacks against the uranium industry remains to be seen. It seems unlikely that the MNJ under Aghaly ag Alembo will launch such attacks but, if new rebel factions emerge, as discussed below, an offensive against the uranium industry cannot be ruled out. The uranium industry is Niger’s economic jugular. If the conflict escalates and the industry is targeted more directly, it will have serious effects on uranium mining : foreign investment may be deterred if security costs escalate. As it is, the rebellion has already placed the industry in Niger under the spotlight. Irrespective of whether AREVA was involved in the instigation of the rebellion, the reported presence of French military advisers in Agades will make it very difficult for both France and AREVA to distance themselves from the genocidal actions of the FAN. Quite apart from its long history of labour exploitation, not least its appalling health and safety record, it will be extremely difficult in the future for the company to develop good relations with a local workforce. Neither can most other international companies afford to be tarred with the ‘genocide’ or ‘war crimes’ brush. Western companies, however, are more susceptible to share-holder concerns. For example, if Electricité de France (EDF) should proceed with a bid for the UK government’s 35% holding in British Energy (BE), BE’s advisor, as part of its defence, might well start asking awkward questions regarding AREVA’s guarantees of uranium supplies, while the Labour government, which not so long ago had an ethical foreign policy, might find it awkward selling its stake to a company associated – if only through its government’s military assistance to the FAN – with genocide. It should be noted that the Tuareg are not opposed to mining in their region per se. They want a fair share of the revenue and better controls and regulation of the mining process to protect their environmental interests and concerns.

Factional Splits in Niger

On 31 May, a new rebel group, the Front des forces de redressement (FFR), announced its split from the MNJ. The FFR is led by Mohamed Awtchiki Kriska, who only joined the MNJ in November 2007. He was a spokesperson for the Tuareg rebel forces in Niger in the 1991-95 rebellion and is believed to be close to Rhissa ag Boula. With little love lost between the present MNJ leadership and Rhissa ag Boula, this split, if it gathers strength, could have serious implications for both the local Tuareg and the course of the rebellion. It is possible that the FFR, because of certain familial and other ties with Libya, might get more support from Tripoli. With Alembo’s MNJ forces currently receiving sympathetic support, such as hospitalisation for their wounded in Tamanrasset, from the Algerians, such a development could increase tension between Algeria and Libya.

US/AFRICOM

The US has given a huge amount of publicity to the success of its PSI & TSCTI military initiatives in the Sahel, above all the military training of Niger’s and Mali’s armed forces. When the rest of Africa digests how the product of this training, in reality, is little more than uniformed gangs of looters, arsonists, torturers and murderers of innocent civilians (aka the FAN), the US should not be surprised to find even less enthusiasm for its AFRICOM. Indeed, these words may be fortuitous : on 1 June 2008 the Pentagon announced, in what may be interpreted as the beginning of the US retreat from Africa, that it was scaling back its ambitions in Africa and that AFRICOM will be based for the foreseeable future in Stuttgart.

Widening the Conflagration

During the course of writing this article, events in Mali have changed significantly. Following the rebel attacks on the Malian army in late-March 2008, Mali government delegates and representatives of Bahanga’s rebels met for peace talks in Libya. A peace deal, which was to have been entered into at 12.01 a.m. on 3 April, was delayed for 24 hours. In the intervening day, the Malian army had called in air support. For the first time it attacked the rebels using Russian-made Mi-24 helicopters. The initial, unverified reports suggest that as many as 60 rebels could have been killed. While this action might have been seen by the government as a way of putting an end to the rebellion, it has merely led to an intensification of hostilities. There have been two significant developments in the middle of 2008. One has been sweeping changes in the command of Mali’s armed forces. This has led to the army going much more on to the offensive, turning north-east Mali into little less than a ‘war zone’. And it then led to the second development, namely the flight of civilians from the region and at least 1,000 refugees were reported in Burkina Faso in June 2008 and 80 families’ were reported to have sought refuge across the Algerian border. While this number is small in comparison to the estimated 150,000 who fled Mali in the 1990s rebellion, it could increase rapidly if peace is not achieved soon. The Mali government is committed in principle to a peaceful resolution of the conflict, but Niger is still insisting on a military solution. It says there will be no peace talks until the Tuareg lay down arms. For their part, the MNJ believes it can maintain the rebellion indefinitely, while at the same time hoping that the UN will intervene and mediate a peaceful settlement. At present, it is President Tandja’s refusal to countenance a peaceful settlement that threatens a more prolonged and widened conflagration.

Questioning the Legitimacy of States & State Borders

The rebellions have led many Tuareg, especially the younger generation, to question the legitimacy of their states’ borders. They argue that the borders of the states that encompass Tuareg lands are a product of the colonial era. But, as colonialism is now ‘dead’, so too, they argue, should be its borders. The more the conflict escalates, spreads or just drags on, the more likely younger Tuareg will challenge not merely their state borders but the legitimacy of their states themselves. Indeed, it is perhaps significant that a new website, believed to be run by young Tuareg rebels, emerged on 19 September 2007 proclaiming the founding of the Tuareg ‘Republic of Toumoujagha’ (http://toumoujagha.blogspot.com/). Toumoujagha comprises most of the northern half of Niger and all north-east Mali, with its northern limit being the border with Algeria. More recent modifications to the website show Toumoujagha incorporating the traditional Tuareg lands of southern Algeria and southwest Libya. The idea of a Tuareg state has been aired in the past although never very seriously. The first is believed to have been in 1957 within the context of the OCRS (Organisation Commune des Régions Sahariennes), which was France’s futile last-gasp attempt to control the Sahara’s recently discovered oil resources. The most recent has been Gadhafi’s advocacy of such an entity on several occasions since April 2005. Indeed, as the rebellions have spread and seemingly linked up, the idea of a Tuareg state has gained ground. That worries Algeria. The DRS is rumoured to have done a deal with the rebels in Niger and, it is believed, in Mali : this is that neither the Algerian military nor its DRS will intervene against the rebels south of the Algerian border, as long as the rebels ensure that their rebellions do not spread north of the borders. The other side of this deal is that Algeria hopes that its sympathetic ‘humanitarian’ support for the rebels, especially in Niger, will ultimately bear fruit by increasing Algerian influence south of the border.

Jeremy Keenan, e-mail : jeremykeenan@hotmail.com

Endnotes 1. UN formally notified by Tuareg representative on 29 March 2008. 2. Tuareg rebellions broke out almost simultaneously in Niger and Mali in 1992 and continued throughout much of the decade, especially in Niger. In 2004, the Niger government attempted to provoke a further Tuareg uprising (see text), while the Algerian counter-terrorism intelligence services played a key role, along with US Special Forces, in orchestrating a rebellion of Tuareg in Mali on 23 May 2006. 3. These were under the leadership of Ibrahim ag Bahanga. His first attack was on a police post near Tin Zaouatene on 11 May 2007. In late August he kidnapped some 50 soldiers in a series of attacks on military convoys and positions, before the Malian army, assisted by the US, recaptured the Tin Zaouatene positions in late September. At least 16 civilians were killed by land mines with a handful of soldiers being killed in the skirmishes. 4. At the end of 2005 Niger’s Reasonably Assured Resources were 173,000 tonnes of uranium oxide at less than $40/kg, and a further 7,000 tonnes (tU) at up to 80/kg. Inferred resources are 45,000 tU at up to $80/kg. 5. See, Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité, SHERPA, la CRIIRad et Médecins du Monde dénoncent les conditions d’extraction de l’uranium en Afrique par les filiales du groupe AREVA, April 2007, and other documents on the CRIIRad website, http:// www.criirad.org/ (accessed August 2007). Uranium Goes Critical in Niger : Tuareg Rebellions Threaten Sahelian Conflagration 465 Downloaded By : [Oxford University] At : 14:54 5 September 2008 466 Review of African Political Economy 6. Bisbilles entre Niamey et Areva, L’Humanité (Paris), 3 August 2007, http://www.humanite.fr/ 2007-08-03_International_Bisbilles-entre-Niamey-et-Areva (accessed August 2007). However, other than the announcement of the broad terms of a new contract between Niger and AREVA, with France talking diplomatically of there having merely been certain ‘misunderstandings’, the talks did nothing to further a peaceful resolution of the conflict. The two parties issued a bland statement regarding Franco-Nigerien cooperation and the offer by France of de-mining aid (Reuters, France Sees Areva Progress, Offers Niger Mine Aid, Niamey, 4 August 2007, http://www.alertnet.org/ thenews/newsdesk/L04331253.htm [accessed August 2007]). 7. The term ‘ivoirité’ – ‘Ivoirian-ness’ – was coined in 1994 by President Henri Konan Bédié of Côte d’Ivoire in his campaign to exclude and disenfranchise politicians and potential voters from the north of the country, in particular presidential candidate Alassane Oattara and his supporters, on the grounds of parentage in neighbouring countries, especially Burkina Faso. The term – and the policy of exclusion – has continued under President Laurent Gbagbo. 8. His first such proclamation was made at Oubari (Libya) in April 2005 ; then subsequently in a speech at Timbuktu on the occasion of the festival of the birth of the Prophet in April 2006.

Bibliography

Abdelkamel, K. (2008),‘La rébellion touareg malienne soutenue par des groupes de pays voisins’, 26 March ; www.liberte-algerie.com/send_jour.php ?idjournaliste=66&journaliste=K

Amnesty International (2007), ‘Niger : Extrajudicial executions and population displacement in the north of the country’, Amnesty International, 19 December.

Human Rights News (2007), ‘Niger : Warring Sides Must End Abuses of Civilians : Combatants Engaged in Executions, Rape, and Theft’, Human Rights Watch, Dakar. 19 December ; http://hrw.org/english/docs/2007/12/19/niger17623.htm

Keenan, Jeremy (2004), ‘Americans & ‘Bad People’ in the Sahara-Sahel’, ROAPE, Vol. 31, No. 99, pp. 130-139 ; ‘Terror in the Sahara : the implications of US imperialism for North and West Africa’, ROAPE, Vol. 31, No 101, pp. 475- 496 ;

(2004), ‘Political Destabilisation and ‘Blowback’ in the Sahel’, ROAPE, Vol. 31, No. 102, 2004, pp. 691-698 ; (2005), ‘Waging war on terror : the implications of America’s ‘New Imperialism’ for Saharan peoples,’ Journal of North African Studies. Vol. 10, Nos. 3-4, pp. 610-638 ;

(2006), ‘Security and Insecurity in North Africa’, ROAPE. Vol. 33, No. 108, pp. 269-296 ; (2006), ‘The making of terrorists : Anthropology and the alternative truth of America’s “War on Terror” in the Sahara’, Focaal – European Journal of Anthropology, No. 48, pp. 144-51 ; (2006), ‘Turning the Sahel on its head : the “truth” behind the headlines’, ROAPE, Vol. 33, No. 110, pp. 761-769 ;

(2007), ‘The banana theory of terrorism : alternative truths and the collapse of the ‘second’ (Saharan) front in the War on Terror’, Journal of Contemporary Africa Studies, Vol. 25, No. 1, pp. 31-58 ;

(2007), ‘Niger : Tuareg Unrest, Its Recent Background and Potential Regional Implications’, A Writenet Report commissioned by the United Nations High Commissioner for Refugees, Emergency and Technical Support Service, August.

(2008), The Dark Sahara : America’s War on Terror in Africa, London : Pluto (forthcoming).

Répondre à cet article

Anonyme a dit…

très, très long A- stp le résumé en 10 lignes as you know I'm short.

copiarpegar

Anonyme a dit…

maata jemal ould yessa:

il est où le CV de Mohamed Lemine Ould Daddeh??

est-ce que Hacenna ould ely est prof à l'université du Mans??

Anonyme a dit…

salut anonyme,

CR c'est une bande d'aventuriers sans foi ni loi no matter with or without CV.

copairpegar

Anonyme a dit…

copiarpegar,

Nobody can summarize for you an article from Jeremy Keenan as every word has its special weight. It is an unedited article. You cut and paste in a word processing package and better you print (it is an 18 page scholarly article). Only priviledged people have access to it. So, I am offering you that priviledge and take it, please. Tu le fais avant que LM ne se decide a l'effacer apres sa sieste. Cheers. A-

Anonyme a dit…

a-, sieste ou ps de Lm, peux-tu traduire le texte en fr, beaucoup de visiteurs n'ont pas un tailor si rich

méssi

Anonyme a dit…

copairpegar

Suis pas d'accord avec toi sur CR. Chacun fais les choses a sa maniere et je crois qu'il faut les respecter. Ils le meritent, meme s'il y a eu des erreurs de jeunesse ici ou là. Qui n'en a pas fait? Sois plus long que ça, coparpegar. A-

Anonyme a dit…

A-

Je vous prie de faire attention avec vos lectures. Il est extrement important de connaitre les personnes qui sont derriere les articles que vous lisez.

Jeremy Keenan est un professeur de gauche qui a fait plusieurs ecrits contre la Droite en general et l'Administration Bush en particulier.
Il va sans dire que je ne donne aucune credibilite' a' 99% de ses ecrits. N'oubliez pas cette sagesse de Winston Churchill qui dit: " The least important is what was said, next is how it was said, and the most important is who said it."
Les emotions des membres de "Move On" les empechent de voir la realite'.
Aujourd'hui, ils sont des experts en...ATTAQUE contre tout ce qui est de Droite en general et Republicain en particulier.

L'article que vous proposez ici est rempli de fausses accusations.
Je n'ai pas trop de temps mais je m'en vais vous rappeler quelques FAITS:
1- L'Amerique n'a pas de probleme pour installer AFRICOM. POUR TON INFORMATION ET POUR L'INFORMATION DE KEENAN, LE LIBERIA EST CANDIDAT POUR LE RECEVOIR AUJOURD'HUI MEME!
2- LES SOLDATS AMERICAINS N'ONT JAMAIS PARTICIPE'AUX COTE'S DES FORCES MALIENNES A' UNE OPERATION QUELCONQUE CONTRE LES TOUAREGUE.
3-LE CONFLIT TOUAREGUE NE DATE PAS D'AUJOURD'HUI. IL A COMMENCE' DEPUIS LES ANNE'ES 60. TOUS LES PRESIDENTS MALIENS ONT ETE' CONFRONTE'S A' CE PROBLEME. Modibo Keita, Moussa Traore', Amadou Toumany Toure' et Alpha Oumar Konare' ont tous ete' confronte's au probleme Touaregue. Chacun d'eux a tente' de le resoudre a' sa maniere.
4- La France et l'Algerie ne font que defendre leurs interets.

Franchement je n'ai pas de temps a' perdre. Il faut me donner un ecrit d'un intellectuel qui est neutre.


Maata,

J'attends toujours une meilleure reponse de ta part.

Anonyme a dit…

ya merhaba ya méssi,

Je suis entrain de lire et vais essayer de faire un sommaire ce soir comme mon tailor est si pauvre. L'essentiel est que quelques personnes qui dechiffrent Shakespeare puissent le lire. Mais tu me promets d'attacher Moussa quand je balancerai le sommaire. Moussa me cherche comme Blaise disait de Ould Taya quand ce dernier l'avait accuse de complotite contre son regime (lol).

A-

Anonyme a dit…

Couli,

Tu dis que tu n'as pas confiance en l'article a 99%. A 98% c'est donc tres bon. Aussi, ecoutons ce que disent les gens de gauche pour une fois, car les gens de droite ont des difficultes a nous eclairer sur la merdre dans laquelle nous sommes. Merci de lire les 18 pages et me dire si un professeur de gauche, ami du desert et des touaregs, merite qui'on l'ecoute. Sauf si tu as des problemes avec les touaregs ...

A-

Anonyme a dit…

M. Coulibaly,

Vous avez interet de lire ce qu'a ecrit le chercheur Keenan dans un journal de recherche tres reputé (publié par l'Université d'Oxford). Qu'il soit de gauche ou de droite, il faut lire d'abord.

Anonyme a dit…

Couli a dit:

Jeremy Keenan est un professeur de gauche qui a fait plusieurs ecrits contre la Droite en general et l'Administration Bush en particulier.
====
Keenan a toujours et seulement ecrit sur le Sahara. A-

Anonyme a dit…

A-,

I'll try hard to understand.

copiarpegar

Anonyme a dit…

I know you are a good lady or man, copiarpegar. Il faut essayer et tu reussiras a comprendre tout. Je le sais. On nous met Tourine en pleine gueule et on comprend rien. Il faut sortir des frontieres et s'eloigner des intellectuels de Moussa et autres elites a gage pour le CMJD et le HCE pour saisir 98% de ce qui nous arrive (Couli enta vem?). A-

Anonyme a dit…

A-,

good:I'm Not sure if I am.
lady or man: suis pas ...quand même.

copiarpegar

Anonyme a dit…

MAEC : de l’Ordre SVP pour le droit au Passeport Diplomatique !

On n’est pas ministre ou haut fonctionnaire pour la vie, une fois la mission terminée par affectation, mise à la retraite ou par relève, l’on doit restituer à l’état tous les documents tenant lieu d’attributs de la fonction que l’on détenait.

Aller outre est une usurpation de titre donc une infraction pénale punissable par la loi.

Nous demandons, au nom de la loi, à ce que les passeports diplomatiques détenus par les usurpateurs du FNDD et autres soient retirés dans les plus brefs délais ainsi d’ailleurs que tous les avantages liés à la fonction indûment détenus.

Brahimsidi
cridem.org

copiarpegar

Anonyme a dit…

maata jemal ould yessa:

il est où le CV de Mohamed Lemine Ould Daddeh??

est-ce que Hacenna ould ely est prof à l'université du Mans??

Anonyme a dit…

maata jemal ould yessa:

il est où le CV de Mohamed Lemine Ould Daddeh??

est-ce que Hacenna ould ely est prof à l'université du Mans??

Anonyme a dit…

A-,

En ce qui concerne CR j'ai tort et tu as raison.(je m'excuse)

copiarpegar

maatala a dit…

salam

couly tu dis:

"J'attends toujours une meilleure reponse de ta part.

je ne suis pas ton éléve (lol)

Tu me poses une question, j'ai la courtoisie et l'élégance de te répondre ce qui n'est pas ton cas face à mes questions, si ma réponse ne te plais pas, dis ce que toi tu en penses et on comparera, puis on en discutera.

A la question, est ce pire qu'avant, je te réponds oui, tu veux quoi de plus.

maatala

Anonyme a dit…

Le cv de MD Lemine ould Dadde:

Bac c arabe,1986
Maitrise Informatique à l'ISS en 1990
Dea informatique, Université Paris Dauphine, 1991
Master en sciences politiques au prestigieux IEP de paris,2001
Il a travaillé à IBM, à la Bamis de 1995 à 2000.
A partir de 2002, entrepreneur et consultant international.

Anonyme a dit…

La tu me confirmes que notre ami n'etait pas du tout brillant:

1. les plus briants du BAC CA en 1986 c'etait les cousins Boukhari que je connais bien et un certain habiboullah

2. Seuls les plus nuls du BAC C de cette annee sont restes pour faire l'ISS.

Sanhaji

Khalil Balla Gueye a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

vive notre kgb national!

Khalil Balla Gueye a dit…

Ayam el Eid ethlâthe (3)!

ANO 2 octobre 2008 01:54

Oui Ano ce n'est pas très gai , mais il y aurait tout de même de quoi sourire ou esquisser un rictus ...jaune comme la rubrique de mon blog !L’infortune de ce matou est à fendre le coeur toute prévisible qu’elle fût cependant ,compte tenu de ses mauvaises habitudes et ne dit-on pas en Hassania que «la mère du voleur ne pousse pas des youyous toutes les fois!».Et puis ton chaton a dû sûrement surestimer ses capacités en en usant et abusant à en croire ton récit et simultanément donc il aurait ,me semble-t-il sous-estimé ,celles de ses pauvres proies hagardes ,prises au dépourvu et j'imagine aussi bien sonnées ,si je me mettais dans leur peau!Mais que diable ne lui avais tu pas dit ou fait comprendre par pantomime ou autres gesticulations que tout excès est nuisible !
Que diable donc tes amis artistes et autres habitués de la maison ne lui avaient fait aussi comprendre «que tant va la cruche à l’eau ou la boue (je ne sais plus trop) qu’elle se casse!».
Bon militant écologique et défenseur ardent des droits des animaux aussi bien que des hommes ,je tiendrais toute la « maisonnée» co-responsable de la fin tragique de ce pauvre petit félin écervelé et grisé par la facilité!Les âmes insensibles ,dont je ne suis pas, pourraient toujours dire qu’il l’aura bien cherché comme Sidioca pour faire plaisir à certains ici comme le mystérieux Kimporte !

Comme dans les fables Ano, si ton chaton avait les traits et les aptitudes d’un humain voilà ce que je lui aurais conseillé moi KBG :
*Chaton ou matou à mettre en facteur pour les énoncés ci-bas=

-«Elli kather yenvtallou» soit pour mes cousins blacks : « qui en fait trop ,attirera forcément l’attention » !Celle des chauves-souris voraces que l’instinct grégaire de conservation rend encore plus impitoyables par exemple!Ne serait-ce que cela!
-«Elli kather essriye yelgue ewjeh eblâ ekhnâver »-«à force de faire le noctambule ,on risquerait de rencontrer un visage sans nez ! » comme justement celui amorphe et hideux des chauves-souris de l’infortuné matou des artistes !
-Je lui aurais dit aussi au chaton de ma fable :qu’il s’est comporté comme «Atrouss lembiye elli yenbich ân moussou elli lâhi yendhbeh bih»!Soit «le bouc des prophètes fouillant le sol pour mettre à nu le couteau qui l’égorgera!»

Conclusion :Le sort émouvant et lamentable de ce chaton ne peux me laisser insensible pas plus que les autres locataires de la maison des artistes je présume!Cet hurluberlu de matou ,tout habitué qu’il soit à la facilité et à l’imposture à l’égard de ses proies sans défense à cause du black out dans lequel il opère mérite cependant que nous autres humains doués de raison ne lui tenions pas rigueur de son «modus operandi» pour le moins indélicat et déloyal!Et aurait de ce fait droit à toute notre attention et indulgence naturellement.Ce n'est après tout qu'un pauvre petit matou encore immature à te croire Ano!
Donc Ano ,je conseillerais vivement aux autres locataires d’accorder tous leurs soins à ce petit chaton affaibli et prêtant si aisément le flanc aux autres prédateurs et à ses victimes innocentes trépignant d’impatience de le voir cloué au pilori voire crucifié avec force raffinements de supplices!Presque une jouissance!
Quel gâchis ,quelle déception et quelle déshumanité aussi ce serait!On ne pardonne pas aux animaux ,on les soigne en s'en occupant ,c'est tout!Salut donc les artistes et ne laissez surtout pas ce pauvre matou succomber à ses penchants auto-destructeurs ou se faire dévorer par les autres prédateurs de la faune sauvage implacable et Darwinienne!A MATOU ,MATOIS et demi ,hélas ,dans la nature!

Ce n’était bien sûr qu’une fable ,on se prendrait presque à croire qu'il s'agissait d’humains !La Fontaine avait bien choisi son genre littéraire!
Une dernière remarque pour l’Ano qui a conclu en disant :«on se demande d'ailleurs ce qu'on fout là, un jour pareil à écrire quelle vie!»
Moi ,tout à son contraire ,la bouleversante histoire du chaton m’a donné envie de la réécrire avec un titre de ce genre «Il était une fois un petit matou ou Atrouss de prophète etc...).
Surtout pas d’Aioun el Atrouss ,Couly (rires …JAUNES) !
2 octobre 2008 20:26

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous sur rue 89

"Pour la Guinée du "non" à De Gaulle, 50 ans de perdus


Par Boureima Diallo | L'Observateur Paalga | 02/10/2008

« Nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l’esclavage », avait lancé au général de Gaulle, en 1958 à Conakry, Ahmed Sékou Touré, alors jeune leader nationaliste, pour justifier son exigence immédiate, marquant ainsi le refus de la Guinée d’appartenir à la communauté franco-africaine si chère au grand maître blanc.

Fortement courroucé par ces propos, l’homme d’Etat français n’avait aucunement fait preuve de résistance pour accorder à la Guinée son indépendance.

Ce 2 octobre, cela fait exactement un demi-siècle, que ce pays a accédé à la souveraineté nationale, faisant ainsi de lui le premier Etat d’Afrique subsaharienne à avoir obtenu son indépendance de la France.



C’est pour cela que, du côté de Conakry, Kankan, Farana, Labé ou Nzérékoré, on se démène pour mettre les petits plats dans les grands pour que les festivités soient à la hauteur de l’évènement : grandioses.

Un Président grabataire

Et tout le pays attendait fébrilement l’adresse à la Nation du président de la République. C’est vrai que pour un homme d’Etat aussi grabataire que Lansana Conté, perclus depuis plusieurs années par la maladie, et qui reste une sorte d’objet volant non identifié dans la scène politique, prononcer un discours reste un véritable événement, même si, comme il l’a toujours clamé, ce sont ses pieds qui lui posent problème et non sa tête.

A défaut de montrer aux yeux de l’opinion publique de son pays et du monde la moindre réalisation tangible en un quart de siècle de pouvoir absolu, les Guinéens peuvent au moins, pour une des rares fois, se consoler en le suivant sur la RTG. Et cette adresse présidentielle est d’autant plus attendue qu’elle pourrait un tant soit peu fixer les populations sur l’état de santé de leur Président, qui souffre d’un diabète chronique et surtout les fixer sur l’avenir de leur pays qui, depuis, n’a cessé de tourner au ralenti.

Mais si à Conakry les esprits simples se contentent de vivre ces festivités dans une joyeuse insouciance, pour bien d’autres - et ils sont nombreux -, l’heure est au questionnement sur leur avenir ; et plus que jamais l’anxiété et l’angoisse prennent le pas sur l’optimisme béat d’antan.

Un bilan squelettique

En effet, en un demi-siècle d’indépendance, le bilan reste squelettique au triple plan économique, politique et social pour ce pays d’une dizaine de millions d’habitants, vivant sur un territoire de 245 857 km2, et qui fut le plus prospère de l’Afrique occidentale.

Potentiellement très riche grâce à son sol bien fertile, avec un réseau hydrographique dense et un sous-sol où on trouve à profusion bauxite, fer, or et uranium, la Guinée reste paradoxalement très pauvre, reléguée au rang de 160e sur un total de 177 pays selon les indicateurs humains du Pnud.

Pas d’eau, pas d’électricité, pas de routes, pas de grands hôtels dignes de ce nom, pas d’hôpitaux. Le choléra y est endémique dans les grandes villes, et un habitant sur deux n’a pas accès à l’eau potable. Le taux d’alphabétisation est d’environ 30% et, dans certains quartiers de Conakry, les maisons ne sont autres que des bâtisses à l’aspect médiéval, où le locataire présente les stigmates d’un malade de longue durée.

C’est dans cette catastrophe morale et physique que le pays d’Ahmed Sékou Touré se relève néanmoins aux yeux du monde entier pour célébrer ses 50 ans d’une indépendance dans laquelle le Guinéen n’a jamais connu le bonheur.

Pendant que bien des pays sont à la traîne à cause des nombreux coups de force et autres putschs sanglants qui imposaient d’éternels recommencements, avec ces pertes d’énergie, de temps et d’argent, en ce qui concerne la Guinée, on ne peut aucunement mettre en avant l’argument d’instabilité chronique pour justifier un quelconque retard.

En effet, en 50 ans d’indépendance, elle n’a jamais bien su ce qu’est une élection libre, n’a connu que deux chefs d’Etat qui, chacun à sa manière, ont littéralement vendangé le progrès en déstabilisant tous les paramètres du développement économique et social de ce pays.

De Sékou Touré le dictateur...

Le premier, Sékou Touré, que l’on pourrait appeler père de l’indépendance, leader progressiste dont le caractère dictatorial allait crescendo, s’est contenté, vingt-six ans durant, de fustiger l’impérialisme à travers ses nombreux discours, de terroriser l’intelligentsia, de mettre à mort presque tous ceux qui étaient susceptibles de lui faire ombrage, tout en oubliant soigneusement d’emprunter les chemins du progrès social.

Selon un décompte macabre effectué par des sources indépendantes, on estime que le Président Ahmed Sékou Touré s’est rendu coupable de la mort ou de la disparition de quelque 50000 personnes. Et pour ne pas passer de vie à trépas, plusieurs centaines de milliers de Guinéens ont sagement choisi la voie de l’exil.

C’est ainsi que, du 2 octobre 1958 au 26 mars 1984 (date de son décès), l’homme d’Etat guinéen, par la force du pouvoir autoritaire, a complètement défiguré le social de son pays.

Mais si le premier président de la Guinée n’a pas réussi à ajouter de la terre à la terre (comme dirait Me Frédéric Titenga Pacéré) pour résoudre les problèmes basiques de son peuple, on ne peut aucunement lui faire cependant le reproche d’avoir gaspillé les énormes potentialités de son pays. A sa mort, à Cleveland, au pays de l’Oncle Sam, elles étaient encore presque intactes.

... à Lansana Conté l'officier colonial terne

Sékou Touré est un politique doublé d’un manœuvrier, qui a fait ses premières armes dans le syndicalisme ; et son successeur, Lansana Conté, un militaire de la coloniale. Mais là n’est pas leur seule différence car, autant le premier brillait par son charisme, autant le second reste un homme terne, qui ignore véritablement d’où il vient et surtout à quel port d’attache il entend amarrer l’avenir des Guinéens.

Retranché dans sa ville de Wawa depuis une demi-dizaine d’années, car cloué par la maladie, il laisse la Guinée voguer au rythme des quelques éclaircies de son état de santé. Au pouvoir depuis le 24 avril 1984, il aura, lui, fait déjà un quart de siècle au pouvoir sans apporter une quelconque touche nouvelle à la gestion du pouvoir d’Etat, si ce n’est que se contenter du quotidien.

Le premier magistrat malade, la Guinée l’est aussi ; et les maux tels la corruption rampante, l’absentéisme, les détournements des maigres deniers de l’Etat, bref la malgouvernance, inconnus sous l’ère Sékou Touré, en sont de nos jours le lot quotidien.

Et c’est dans un pays qui tourne au ralenti, dans une indifférence quasi générale, que l’on célèbre le 50e anniversaire. Et pour le Guinéen qui ne finit pas de manger de la vache enragée, c’est 50 ans de perdus.


maatala

Anonyme a dit…

نقلا عن موقع تقدمي

وفد ولد محمد لغظف هو من مثل موريتانيا في قمة أكرا

اكدت مصادر من الوفد الممثل للمجلس الاعلي للدولة في قمة مجموعة افريقيا والكاريبي والمحيط الهادي المنعقدة باكرا انه قد تم اعتماد الوفد الذي يرأسه مولاي ولد محمد لغظف كممثلين عن رسميين عن موريتانيا في حين تم منح ممثلي حكومة ولد الواقف صفة مراقب.
في حين ان مصادر الجبهة تؤكد العكس، حيث نشر موقع حزب اتحاد قوي التقدم "أن اللجنة التي كلفت بالتحكيم في هذا الموضوع قدمت اقتراحين: الأول أن يجلس الوفدان في مكان واحد في المساحة المخصصة لموريتانيا والثاني أن يقبلا بوضعية المراقب. وقد قبل وفد الحكومة الشرعية الاقتراح الأخير، غير أن الانقلابيين رفضوه وانسحبوا من القاعة ليبقى وفد الحكومة الشرعية هو ممثل موريتانيا في المؤتمر."
كما اكد خبر نشر علي الموقع الالكتروني للحزب ان" من المؤكد من مصادر الوفد الموجود هناك في هذه اللحظات أن وفد الحكومة الشرعية حضر جلسة اليوم إلى نهايتها وأن وفد الانقلابيين لم يدخل قاعة المؤتمر."
وذكر مصدر في اكرا في اتصال بـ"تقدمي" ان المعتمد للتمثيل الرسمي هو الاسماء الواردة علي منظمي القمة من سفارات الدول المشاركة، وقد قدمت سفارة موريتانيا في اكرا اسماء ممثلي المجلس العسكري. وهو امر -يؤكد المصدر- انه لايمت للاعتراف بصلة.

ورغم ذلك فقد حصل "تقدمي" من صحفي من نيجيريا يوجد حاليا في اكرا لتغطية جلسات القمة علي صور تؤكد رواية ممثلي المجلس الاعلى للدولة
-------------

الصنهاجي

ما رأيك في الأكاذيب المفضوحة لجبهة الدفاع عن الديمقراطية؟ه

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous dans le monde diplomatique

"mardi 9 septembre 2008


Poudrière marocaine

Elle s’appelle Zahra Boudkour, elle est étudiante à l’université de Marrakech, elle a vingt ans. Pour avoir participé à une marche pacifique de protestation, elle a été brutalement frappée par la police, conduite avec des centaines de ses camarades au sinistre commissariat de la Place Jemaa-El-Fna, et sauvagement torturée. Durant plusieurs jours, les policiers l’ont contrainte à demeurer nue, alors qu’elle avait ses règles, devant les autres détenus. Pour dénoncer cet ignoble traitement, Zahra a commencé, en juin dernier, une grève de la faim. Elle est actuellement dans le coma. Sa vie ne tient qu’à un fil (1).

Quelqu’un, en Europe, a-t-il entendu parler de cette jeune étudiante ? Nos médias ont-ils au moins cité la dramatique situation de Zahra ? Pas un mot. Rien non plus sur un autre étudiant, Abdelkebir El Bahi, jeté par la police du haut d’un troisième étage et cloué désormais, pour le restant de ses jours, à un fauteuil roulant à cause d’une fracture de la colonne vertébrale… Zéro information également à propos de dix-huit autres étudiants de Marrakech, camarades de Zahra, qui, pour dénoncer leurs conditions de détention dans la funeste prison de Boulmharez, sont aussi en grève de la faim depuis plus de deux mois. Certains ont dû être hospitalisés, d’autres ne tiennent plus debout, quelques-uns sont en train de perdre la vue, plusieurs vomissent du sang…

De telles atteintes aux droits de la personne humaine ont lieu dans l’indifférence et le silence général. Seuls les parents ont exprimé leur horreur et leur solidarité — ce qui a été considéré par les autorités comme un inacceptable geste de rébellion. Résultat : eux aussi ont été odieusement bastonnés.

Tout cela ne se produit pas dans un Etat lointain ou mal connu, comme peuvent l’être le Tibet, la Colombie ou l’Ossétie du Sud. Mais à seulement quatorze kilomètres de l’Europe. Dans un pays, le Maroc, que des millions d’Européens visitent chaque année, où nombre d’intellectuels européens de renom résident, et dont le régime bénéficie, dans nos médias et de la part de nos dirigeants politiques, d’étranges prévenances et indulgences.

Depuis un an, le Maroc connaît une flambée de protestations et de violences : révoltes urbaines contre la vie chère et jacqueries paysannes contre toutes sortes d’abus se multiplient. L’émeute la plus meurtrière s’est produite le 7 juin dernier à Sidi Ifni, lorsqu’une paisible manifestation contre le chômage — endémique dans cette ville — a été réprimée avec une excessive férocité. Ce qui a entraîné une véritable insurrection urbaine avec des barricades de rues, des incendies de bâtiments publics et un début de lynchage de certains responsables locaux. En riposte, les forces de l’ordre ont déclenché une hallucinante répression, faisant des dizaines de blessés et de nombreux prisonniers (parmi ceux-ci : Brahim Bara, responsable du comité local d’Attac). En outre, Malika Khabbar, de l’Organisation marocaine des droits de l’homme, a dénoncé « les viols de femmes (2) » ; et, selon la chaîne arabe d’information Al-Jazeera, il y aurait eu « de un à cinq morts ».

Les autorités démentent. Elles ont imposé une « version officielle » sur les « événements d’Ifni », et sanctionnent tout média qui diffuse une information différente. Une Commission parlementaire a certes été constituée, mais ses conclusions ne serviront, comme d’habitude, qu’à enterrer le problème.

Les espérances nées il y a neuf ans, lors de la montée sur le trône du jeune roi Mohammed VI, se sont peu à peu évanouies. Quelques petits changements indispensables ont été apportés pour que tout demeure en l’état : la vieille recette du « tout changer pour que rien ne change ». Quelques couches superficielles de peinture ont modifié l’aspect de l’édifice, mais ses sinistres souterrains et ses passages secrets demeurent identiques.

Les timides avancées en matière de libertés n’ont pas transformé la structure du pouvoir politique : le Maroc reste le royaume de l’arbitraire, une monarchie absolue dans laquelle le souverain est le véritable chef de l’exécutif. Et où le résultat des élections (toujours truquées) est déterminé, en dernière instance, par le souverain, qui, de surcroît, désigne selon son bon vouloir les ministres principaux, dits « ministres de souveraineté ».

La structure de la propriété, pour l’essentiel, n’a pas non plus été modifiée. Le Maroc demeure un pays féodal où quelques dizaines de familles, presque toutes proches du trône, contrôlent — grâce à l’héritage, au népotisme, à la corruption et à la répression — les principales richesses.

Actuellement, l’économie se porte plutôt bien, avec une croissance du PIB prévue pour 2008 de 6,8 % (3), en raison surtout des millions d’émigrés et de leurs envois de devises qui constituent la ressource principale du pays, avec le tourisme et l’exportation des phosphates. Mais les pauvres sont de plus en plus pauvres. Les inégalités n’ont jamais été aussi énormes, le climat de frustration aussi palpable. Et l’explosion de nouvelles révoltes sociales aussi imminente.

Car il existe, aussi, une formidable vitalité au sein de la société civile. Des associations actives et audacieuses qui n’ont pas peur de défendre les droits et les libertés. Nombre de ces associations sont laïques. D’autres sont islamistes. Ces dernières relèvent d’un islamisme très vivace qui se nourrit de la très grande frustration sociale et qui, de fait, constitue la première force politique du pays.

Le mouvement Al-Adl Wal-Ihsane (Justice et Bienfaisance, non reconnu mais toléré), que dirige le cheikh Abdessalam Yassine, ne participe pas aux élections. Avec le Parti de la justice et du développement (PJD), qui a obtenu le plus de suffrages lors des dernières élections législatives de septembre 2007, ces deux formations dominent très largement la carte politique. Mas le pouvoir, soutenu par ses protecteurs européen et américain, ne leur permet pas de gouverner.

Un tel déni de démocratie pousse des groupes minoritaires à choisir la voie de la violence et du terrorisme. Que les autorités combattent par tous les moyens, y compris la torture, couramment pratiquée. Et toujours avec le soutien intéressé de l’Union européenne et des Etats-Unis (4). Cette alliance objective conduit nos dirigeants et nos médias à fermer les yeux devant les violations des droits humains que l’on continue à y pratiquer.

"Comme si les chancelleries occidentales disaient aux autorités de Rabat : en échange de votre lutte contre l’islamisme, nous vous pardonnerons tout, y compris votre lutte contre la démocratie".

Ignacio Ramonet

----------------------------------

le dernier paragraphe est à méditer

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu aussi dans le Monde diplomatique

"Au Zimbabwe, l’armée confisque le pouvoir

mardi 24 juin 2008

Les violences perpétrées au Zimbabwe par les milices pro-gouvernementales, et les intimidations de la police, ont conduit l’opposant Morgan Tsvangirai à jeter l’éponge le week-end dernier. Personnellement menacé, il a trouvé refuge à l’ambassade des Pays-Bas, qu’il s’apprêterait à quitter après avoir reçu des garanties pour sa sécurité de la part des autorités. Mais il a annoncé son retrait de la compétition électorale : le second tour qu’il a réussi, contre toute attente, à imposer à M. Robert Mugabe — au pouvoir depuis 1980 — se déroulera sans lui vendredi. M. Tsvangirai estime que les conditions d’une élection juste et libre ne sont pas réunies. Ce diagnostic est partagé par les Nations unies, qui demandent un report du scrutin. Des dizaines d’opposants ont été arrêtés ; des dizaines d’autres ont été tués.

Jusque là, nombreux étaient ceux en Afrique qui pardonnaient ses écarts à un homme, M. Mugabe, qui a associé son nom à l’indépendance héroïque de son pays, à la lutte contre l’apartheid et à la contestation du néo-colonialisme britannique. Aujourd’hui, les alliés traditionnels de M. Mugabe, comme le responsable de l’ANC sud-africaine Jacob Zuma, commencent à prendre des distances, jugeant la situation « incontrôlable ». Dans un communiqué, publié le 24 juin, l’ANC déclare ne plus partager « les valeurs » du régime de Harare. « Nous sommes profondément troublés par les actions du gouvernement zimbabwéen qui bafoue de manière brutale les droits démocratiques difficilement gagnés par son peuple ».

La personnalité ombrageuse du président zimbabwéen n’explique pas, à elle seule, la dérive dictatoriale du régime zimbabwéen. Le facteur structurant de la crise est la redistribution chaotique des terres injustement détenues par les héritiers du pouvoir blanc. Lors de l’indépendance, le Royaume-Uni avait promis une aide financière qui n’est jamais venue, oscillant entre paternalisme et mauvaise foi. La révolte de M. Mugabe contre cette attitude a beaucoup fait pour son prestige sur le continent. Certains observateurs, tel François Soudan, le comparent d’ailleurs à Ahmed Sekou Touré qui a payé cher le « non » opposé aux propositions d’association du général de Gaulle en 1959 : la France a pratiquement coupé les vivres à la Guinée, compliquant les premières années de l’indépendance.

A ce contentieux historique s’ajoute le rôle de l’armée zimbawéenne. Elle est la grande bénéficiaire des premières redistributions de terres (avec certains proches du parti au pouvoir, la Zimbabwe National Union-Patriotic Front — Zanu-Pf). M. Mugabe souhaitait en effet récompenser les combattants de l’indépendance. L’armée craint aujourd’hui un changement de politique si M. Tsvangirai, plus proche de la « communauté internationale », prend le pouvoir. Depuis le premier tour de l’élection présidentielle, elle a proclamé son soutien au président et déployé des unités dans tout le pays, s’en prenant aux partisans du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) de M. Tsvangirai. Elle contrôle les informations diffusées dans les grands médias ainsi que les approvisionnements. En violation de la Constitution, elle court-circuite toutes les institutions, notamment le Parlement.

D’après la bien informée Africa confidential (1), si les généraux commencent à s’inquiéter des pressions internationales et régionales, ils hésitent à écarter l’encombrant Mugabe. La désignation d’un successeur issu de leur entourage ne fait pas consensus. Les dissensions se font jour tandis que M. Mubage proclame qu’il ne cédera jamais le pouvoir, et menace même de déclencher une guerre.

maatala

Anonyme a dit…

meric maata, j'ai arrêté de lire le monde depuis péan, il faudrait que je m'y remette finalement

une pensée pour zahra, cette fille humiliée et qui crève dans le coma parce qu'elle a vingt ans! et que sans doute ^que son éducation lui a lis dans la tête " liberté égalité fraternité"

il faut brûler tous les livres qui parlent de justice et apprendre aux enfants très tôt à mentir, voler intelligemment, courtiser finement, trahir tranquillement, afin de pouvoir vivre heureux

Anonyme a dit…

ps voilà pourquoi depuis des années jene lis plus les canards, ni la tv, tout cela c du flan ça ne sert à rien sinon aux policards et en placer une dans un dîner ou blablater en jouant à l'intello

workharst!

Anonyme a dit…

Anonyme du 2 octobre 15:02

Jeremy Keenan a bel et bien ecrit a' propos d'autres sujets. C'est lui qui a ecrit "Political Economy of Inflation."
Il a certes fait des ecrits sur le Sahara et les Touaregue mais il a le plus souvent utilise' lesdits ecrits pour attaquer les USA. Les articles suivants ont ete' ecrits par Jeremy Keenan: "Terror in the Sahara: The implications of American imperialism for North and West Africa", "Waging war on terror: The implications of America's "New Imperialism" for Saharan people"...etc. Est-ce que j'ai besoin de vous dire que professeur Keenan s'est donne' comme mission de rendre les USA responsables de tous les maux qui existent en Afrique du Nord et/ou en Afrique de l'Ouest.

IL FAUT ME DONNER LES ECRITS D'UN INTELLECTUEL NEUTRE. Jeremy Keenan MAJROUHE!!!!

L'autre element que nous ne devons jamais perdre de vue, est que nous connaissons mieux que n'importe quel expert etranger ce qui se passe chez nous. Je n'ai pas besoin d'un PHD et/ou d'un xxpert sortant de Harvard pour savoir ce qui se passe a' Aioun. J'ai besoin d'une M'BARKA MINT CHAH!!!!


Maata,

Je ne suis pas satisfait de ta reponse. You can do a better job!
Si tu reconnais que la situation sous le vieux etait meilleure, pourquoi tu continues a' le critiquer tout en supportant les usurpateurs?

Anonyme a dit…

20:25
Humour : Juste pour rire

Trois individus de nationalité américaine, britannique et Mauritanienne meurent en Janvier de l’an 2005 et se retrouvent en Enfer.

Après quelques temps, l'Américain désireux de savoir si enfin, Ben Laden a été attrapé, sollicite la possibilité de passer un coup de fil vers l'Amérique. Le diable accepte et lui facture aussitôt le coup de fil terminé, les trois minutes à 3 millions de dollars. L'américain sort son carnet de chèque et s'acquitte de sa dette sans sourciller.

Le britannique à son tour, sollicite la même faveur afin de s'enquérir de la santé de la Reine Elisabeth... Le diable accepte et lui facture aussitôt la conversation achevée, les trois minutes à 4 millions de dollars que notre ami s'empresse de payer...



Ce fut enfin, au tour du Mauritanien. Ce dernier hésitant du fait de la faiblesse de ses moyens, se décide quand même à demander l'autorisation d'appeler pour avoir des nouvelles du bled.

Satan accepte et là commence une longue conversation téléphonique au cours de laquelle le Mauritanien apprend que Maaouiya n’est plus Président, il a été remplacé par Ely qui a été remplacé par Sidy qui est remplacé par Abdel Aziz. Que quatre paisibles étrangers ont été tués non loin d’Aleg. Que les assassins ont été arrêtés. Que l’un d’eux s’est évadé du palais de justice de Nouakchott, et depuis des coups de feu éclatent parfois dans les rues de la ville. Que l’Emir du Qatar est partit de chez nous sans dire au revoir. Que nos soldats ont été tués à ghalawiya. Que d’autres de nos soldats ont été sauvagement tués à Tourine. Que les pauvres sont plus nombreux et plus pauvres; que les riches sont moins nombreux et plus pauvres. Que la Mauritanie est hospitalisée à l’hôpital national de Nouakchott.

La conversation s'achève enfin au bout de trois heures !

Le Mauritanien osant à peine regarder le diable, lui demande en bégayant, le prix de la communication.

Le diable tout serein répond: Oh, pour les trois heures ça fait Un dollars !

Surpris, le Mauritanien demande : Mais co..... co.... comment ça se fait ??

Le diable lui répond: Et bien, de l'Enfer à l'Enfer, c'est un appel local !!

Abdallah Mohamed Sissako

Khalil Balla Gueye a dit…

Bonsoir,
Je reprends mes bonnes vieilles habitudes.la boucle est bel et bien bouclée!Enfin ,je l'espère!

"La fable de l’émouvante fin du chaton de la maison des artistes de Nktt."

Avec introduction!

http://vindicte.blogspot.com/

Anonyme a dit…

Couli,

Prof Keenan n'a jamais ecrit "The Political Economy of Inflation". C'est plutot Prof Fritz Machlup en 1983. Essem ala essem yakhouya. merci de trouver ci-dessous le lien.

http://www.cato.org/pubs/journal/cj3n1/cj3n1-3.pdf

Je crois que tu n'as pas lu cet dernier article de Keenan. Arrete ton maccarthysme contre le gars. Il est respecté même à l'Université d'Arizona. Lis les 18 pages serieusement apres le debat vice presidentiel ce soir. Good night my brother. A-

====
Prof Couli a dit:

"Jeremy Keenan a bel et bien ecrit a' propos d'autres sujets. C'est lui qui a ecrit "Political Economy of Inflation."
Il a certes fait des ecrits sur le Sahara et les Touaregue mais il a le plus souvent utilise' lesdits ecrits pour attaquer les USA. Les articles suivants ont ete' ecrits par Jeremy Keenan: "Terror in the Sahara: The implications of American imperialism for North and West Africa", "Waging war on terror: The implications of America's "New Imperialism" for Saharan people"...etc. Est-ce que j'ai besoin de vous dire que professeur Keenan s'est donne' comme mission de rendre les USA responsables de tous les maux qui existent en Afrique du Nord et/ou en Afrique de l'Ouest".

BRAHIM Ould BAKAR Ould SNEIBA a dit…

Le général n’est pas un bleu

Face à cette situation, le général ne sera certes pas l’enfant de chœur. L’homme dont la carrière s’est toute déroulée dans les dédales du pouvoir saurait à quoi s’en tenir. Arrivé au sérail en tant que lieutenant, le voilà général, sans quitter les très hautes sphères. Pendant vingt ans, il a vu de près, Maawiya faire et défaire l’Etat. Se faisant discret et calme, surtout dans son moment de disgrâce relative, il écoute plus qu’il ne parle . Témoin passif de l’actif mais aussi du passif de la Mauritanie des vingt dernières années, il aurait suffisamment de recul par rapport aux choses. Avant de quitter le pouvoir ou de vouloir le conserver, il se donne le temps malgré la pression interne et externe, tout en refusant d’exhiber son brêlent d’as : les trois réponses auxquels veulent lui faire prononcer les partis politiques. Il se peut, pour une raison ou une autre qu’il ne veuille pas perdurer au pouvoir, mais connaissant bien les Mauritaniens en leur annonçant son départ à moyen terme, ils cesseront de le craindre
Détenant présentement le pouvoir par le fait des armes et par des soutiens intérieurs, il va laisser les choses se ‘’décanter' ’Au cas où il arrive à convaincre l’extérieur, ce n’est pas un intérieur mouvant et versatile qui va lui poser grand problème pour régner sans grand partage. Comme tout autre mauritanien, il n’aura pas trop de mal à mobiliser des soutiens traditionnels et des moyens financiers, çà et là pour rester assez longtemps aux rennes de l’Etat.

Au pire des cas où la pression internationale se fera « sérieuse » et menaçante, le général et ses amis vont préparer leur retrait, sans oublier de se couvrir les arrières en bons militaires.
Tout en brandissant les cartes qu’il n’a pas encore abattues, il va négocier une amnistie, des garanties pour son avenir, etc. Il pourra même obtenir un amendement constitutionnel qui fasse participer l’Armée au pouvoir et qui constituerait de toute façon un gage contre les coups - d’état récurrents. En fait de jeu, on peut dire que le général Aziz, joue quitte ou double.
par

Anonyme a dit…

A-

Il ne faut jamais oublier que plusieurs experts et/ou professeurs peuvent utiliser le meme titre pour leurs ecrits respectifs. "Political economy of inflation" est un titre qui a fait l'objet de plusieurs recherches et qui a ete' utilise' par plusieurs professeurs, experts et/ou chercheurs.

JEREMY KEENAN A BET ET BIEN ECRIT UN ARTICLE INTITULE' "THE POLITICAL ECONOMY OF INFLATION. Ledit article a ete' publie' par Politikon: South African Journal of Political Studies 4-56
DOI: 10.1080/02589348208704813

Je sais que tu viens de terminer le Ramadan, peut etre que tu as toujours faim. (rire)

PS.

J'appartiens au monde de l'Education. Je respecte le droit du professeur Jeremy Keenan a' exprimer ses opinions mais cela ne signifie que je suis oblige' de partager lesdites opinions.

En ce qui concerne ton fameux article, je l'ai sur mon bureau en ce moment meme.

Anonyme a dit…

Il faut lire: "...A BEL ET BIEN ECRIT..."

Anonyme a dit…

maata jemal ould yessa,

Mohamed lemine ould daddeh n'a jamais obtenu un DEA à Paris-Dauphine. si tu metiens tes assertions, donne nous le nom de son DEA et je t'apporte le démenti dans quelques heures. pour le DEA science po, arrêtes, nous avons étudié en France et savons que c'est un diplôme bidon fait pour les africains. les français ne font science-po que pendant 4 ans avant d'aller à l'ENA.


S'il a un CV aussi fourni, pourquoi ne l'a-t-il pas fait publier par l'AMI?

Ewe, hacenne ould ely il a un doctorat ou non?? enseigne-t-il à l'université ou non?? attention, je veux des réponses, et je lâche pas prise avant d'en avoir.

Khalil Balla Gueye a dit…

Demain 3 octobre et jour férié sera le 18 anniversaire de la réunification de l'Allemagne que j'ai eu le privilège de vivre aux premières loges.Etant en ces temps là conseiller d'amb à Bonn.Un moment historique et poignant pour les témoins des épanchements et effusions de liesse de ce peuple réputé pour son extrême froideur et sa rigidité!J'ai même jusqu'à présent ,chez moi à Nktt un petit morceau pesant env 1kg ,échantillon du mur de Berlin dit "Mur de la honte" que j'avais acheté pour une poignée de DM alors.
Et quand je pense que certaines personnes ou plutôt une personne et des plus insoupçonnables alors ,en ce qui me concerne ou devrait me concerner en tout cas pour maintes bonnes raisons dont la moindre serait une amitié immémoriale pour ne pas la dater n'a eu aucune honte justement à franchir allègrement tous les "murs de la honte" ,de la flétrissure et du déshonneur ,j'en reste coi,perplexe et écoeuré à la fois!Après cela ,peut-elle seulement se regarder dans un miroir?Et quelle image lui réfléchirait la glace ,croirait-elle donc,la pauvre?C'en est vraiment à désespérer de la nature et du genre humains!
JJ.Rousseau avait presque raison!
Et je sais de quoi je parle!

Anonyme a dit…

mon cher maata,

j'ai fini par aller chercher la photo de la petite zahra, c bien ce visage que j'ai imaginé, le visage de la sainte fierté à 20 ans!
le voilà:
http://parolededemocrate.blogspot.com/2008/09/je-mappelle-zahra-boudkour.html

si dieu fait qu'elle sorte du coma, elle ne sera plus jamais la même
je me demande d'ailleurs si elle ne ferait pa smieux d'aller directement rejoindre son créateur

il n'y a pas de place en ce monde pour cette race là, on faut toujours qu'on la brise

fumiers!

imaginez la scène, imaginez tout ce que cette fierté là a dû faire pour résister puis ils réussirent l'humilation totale

je les entends d'ici : les sourires et les rires, les rires et les regards sordides, les regards sordides et les injures, tout ce ramassi de chiens face ce noble front prosterné non par soumission mais par un réflexe de pudeur face la race humaine

fumiers!

Anonyme a dit…

mon cher kgb

le traumatisme n'est pas l'apanage des humains, hélas, tout esprit sensible n'est pas à l'abri d'un choc aux conséquences incalculables

notre chaton lui, crois moi, il n'est plus le même. Depuis cette funeste expérience, il semble poursuivit par des démons

on ne le voit plus et quand on le voit, ce n'est plus un chat, c'est un lièvre

d'abord, il ne grimpe plus aux arbres, il passe son temps sur la terre ferme, les yeux écarquillés, les oreilles aux aguets, il passe et repasse à toute vitesse pourtant personne ne le poursuit

quiconque ignore son aventure, ne saurait comprendre que cette nuit , il a dû voir des visages horribles, des êtres à l'envers ideux aux cris stridents et aux coups terribles

de plus, quand il veut retourner sous l'escaliers où il a vu le jour, il est acceuilli par une chienne qui s'est installée là pour protéger ses petits, féroce elle aussi

alors il coure, passe et repasse et dans ses yeux on voit bien qu'il a perdu cette confiance en son instinct sans laquelle nul n'est soi-même surtout pas un chaton seul dans l'unives des chiens errants et jets de pierre qui pleuvent

bonne nuit

Yanis le R. a dit…

Je m'excuse de ne pas avoir le temps, actuellement, de discuter et surtout de commenter les différents avis sur mon esquisse de solution à la crise actuelle.
Je rappelle, à toute fin utile, que le titre spécifie "pour sauver la démocratie"...
J'ai toujours dit que je n'étais pas sur le terrain et qu'il faut bien sûr entendre tout le monde.
Mais ceux ou celles qui sont si près du terrain (ou de l'arêne) ne nous ont pas apporté pour le moment de preuves. On en reste à des allusions...
Le sujet n'est pas Sidioca dont vous savez tous sur CanalH, que nous avons été les plus fervents opposants, le sujet c'est la démocratie et la légalité!
Les amis de la junte (et on me l'a fait entendre) nous retorquent qu'il n'y a pas eu de démocratie en mars 2007!
A qui, alors, la faute?
Ce n'est pas au pauvre peuple mauritanien de payer les fautes (graves) de ceux qui ont joué avec la conscience de tout un peuple!
Non, ce n'est pas acceptable!
Il faut le dénoncer tant qu'on a le moindre petit souffle et c'est pour la Mauritanie et les générations futures...
Ceux qui ont créer Sidioca veulent maintenant (et au grand jour) avoir le beurre, l'argent du beurre et peut-être aussi les faveurs de la fille de la fermière...
Non!
Certains d'entre nous, "naîfs" ou "loin" comme on aime à dire gentillement, veulent juste ne pas manger de ce pain (moisi) là...
Merci à tous, par ailleurs, de vos commentaires sur le sujet.
L'ultimatum de la communauté internationale expire le 6 octobre. L'important c'est que la Mauritanie soit gagnante, c'est le seul défi. L'histoire de personnes ou d'amour propre n'a aucune place...

A bientôt

Yan

Khalil Balla Gueye a dit…

D'accord avec toi sur toute la ligne Yan sauf ta conclusion:"L'histoire de personnes ou d'amour propre n'a aucune place..."

N'oublie pas que ce sont les hommes qui font l'Histoire et que donc sa qualité est tributaire de celles de ses acteurs à tous les échelons!
Des hommes sans "amour propre" ou fierté ne peuvent faire de l'histoire qu'à reculons!Exps les RV ,Aziz et bien d'autres sournois et cyniques intellos!Regarde autour de toi donc ,parbleu!

Anonyme a dit…

Nope couli. Keenan est anthropologue et n'ecrit pas sur la theorie economique. Il a seuleent ecrit sur le Sahara et les Touaregs. J'ai visite ton "Politikon: South African Journal of Political Studies" et le gus n'y figure pas. Les anthropologues n'ecrivent jamais sur la theorie economique, mais sur les aspects socio-economiques, marginalement. Tu as lu? J'ai lu et je n'en reviens pas. Le gars a ses sources dans les communautes touaregs qu'il etudie depuis des decennies. Tu nous balance donc le lien fullde cet article de Keenan sur l'inflation que je serai ravi de lire.

Question: qui a gagne le debat Palin ou Biden ?. Elle ressemblait a une etudiante qui recite une leçon. Je jetais de temps a autre un oeuil au debat pendant que je lisais l'article de Jeremy Keenan. Elle est good looking, mais ça ne gagne pas les elections. Ton avis?

Cheers. A-

======
Mon zami Couli a dit:
A-
Il ne faut jamais oublier que plusieurs experts et/ou professeurs peuvent utiliser le meme titre pour leurs ecrits respectifs. "Political economy of inflation" est un titre qui a fait l'objet de plusieurs recherches et qui a ete' utilise' par plusieurs professeurs, experts et/ou chercheurs.

JEREMY KEENAN A BET ET BIEN ECRIT UN ARTICLE INTITULE' "THE POLITICAL ECONOMY OF INFLATION. Ledit article a ete' publie' par Politikon: South African Journal of Political Studies 4-56
DOI: 10.1080/02589348208704813

Je sais que tu viens de terminer le Ramadan, peut etre que tu as toujours faim. (rire)

Anonyme a dit…

Lu pour vous sur Cridem.

Ebde houma les islamistes se tuent pour forniquer avec des vierges? Qu'est ce que cela a avoir avec Allah? Ils oublies que les vierges du paradis est une mauvaise transcription de "raisins blancs" de l'arabe arameen. Etonnant que des islamistes disent que le prophete (PSL) parvenait a convaincre ses supporters avec une promesse de fornication de vierges au Paradis, eternellement. La preuve que AQMI n'existe pas et n'a jamais existe en tant que mouvement. Preuve evidente que celui qui les manipule ne sais meme pas les bases de la religion musulmane. Lisez sur Cridem pour vous amuser.

Mohamed Cheikh: on dit quoi?

A-

====

21:20
Al-Qaïda au Maghreb Islamique revendique l’attentat de Takdemt (Dellys)

Algérie : Qui dit vrai ? La QJMI parle de quarante morts, les autorités en reconnaissent trois. En interdisant la presse de couvrir le terrorisme, le pouvoir permet à Al-Qaïda de tuer à huis clos. L’attentat suicide commis à Takdemt, près de Dellys, à l’est d’Alger, a fait dimanche soir (28 septembre) trois morts et six blessés dans les forces de l’ordre, selon un bilan officiel, et trois morts parmi les islamistes. Version démenti par Qaïdate Al-Jihad Fil Maghreb Al-Islami, la QJMI.

En effet, la QJMI (ex-GSPC) a diffusé un communiqué, daté du 30 septembre et publié le 1er octobre par les sites islamistes liés à Al-Qaïda, affirmant que l’attaque, menée en deux temps, a entièrement détruit la caserne de Takdemt, faisant au moins 40 morts dans les rangs de l’armée. Le communiqué dévoile l’identité du kamikaze, Abdelrahmane Abou Al Abbas, et publie sa photo.

Enumérant ses opérations en Algérie et en Mauritanie, menées durant le mois de Ramadan, et promettant « poursuivre le Jihad jusqu’à la libération des terres islamiques des Français, des Juifs et de leurs alliés locaux (le régime) », la QJMI affirme « disposer de très nombreux candidats au martyre, qui s’apprêtent à rencontrer les Vierges du Paradis » et à « démentir les propos, toujours rassurants, du ministre de l’Intérieur »...



Rappelons que le thème des Vierges du Paradis et des candidats au martyre revient régulièrement dans la communication de la QJMI depuis la diffusion de sa vidéo consacrée à ce sujet, en mars dernier.

La presse algérienne, les agences de presse et les sites internet ont souligné le communiqué du 30 septembre, mais ils ont tenu à occulter le bilan désastreux annoncé par la QJMI. Les médias ont maintenu la version officielle initiale, faisant état de trois morts.

Cette « rétention d’information » découle, sans doute, de la mise en garde émise récemment par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, qui avait demandé aux journalistes de « ne pas servir de tribune médiatique aux terroristes », au lendemain des attentats contre la compagnie canadienne SNC-Lavallin à Bouira.

Or, ce faisant, Alger semble inconscient du danger de sa politique, puisqu’il laisse la QJMI massacrer à huis clos, sans être en mesure de lutter contre ses campagnes médiatiques, efficaces et très mobilisatrices dans les milieux islamistes et chez les jeunes.

Pour lire le communiqué, cliquez ici : cliquez ici







Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : MediArabe.info (Algérie)

Yanis le R. a dit…

KBG,

Tu as tout à fait raison.
Mais je faisais allusion au fait que la crise actuelle est bloquée pour une histoire de personnes et d'amour propre dans lesquelles l'intérêt général n'est pas la priorité.

A-,

J'ai suivi tout le débat hier soir.
Je pense que Palin n'est pas à la hauteur comme d'ailleurs son candidat de président...

Anonyme a dit…

hassene ely avait dit qu'il avait ses entrees a l'elysee!!!
apres sa nomination on a su que c'etait du pipo
bien joué trois-pommes!!!

Khalil Balla Gueye a dit…

Ano du 3 octobre 2008 03:02
Arrête donc de m'appeler KGB !
Mes initiales sont KBG comme Khalil Balla Gueye même si mon nom originale est bel et bien Khalil Gaye Balla soit KGB comme tu dis!
Et puis cesse aussi de jouer au petit malin comme ton chat:tel est pris qui croyait prendre!
Toi et ton chat-prétexte à ma fable ne faites point le poids tous les 2!C'est à croire que vous êtes taillés de la même étoffe!Ton rôle est fini!Aller ousst du balai et au rebut comme d'hab!Les alliances contre nature ,je n'en fais pas!
Vous semblez ,tous deux avoir oublié que je suis diplomate de formation et de carrière et un tel passage laisse forcément des traces voire des ficelles!"Le prince" de Machiavel était et est toujours un de mes livres de chevet!Alors arrêtez tous les 2 vos manèges car l'embrouille et l'utilisation des autres pour dire la VERITE çà me connaît!
Je ne sais même pas qui serait le plus à plaindre ,toi ou le chaton aux traits humains que dis-je inhumains de ma fable!
Tenez vous le tous 2 pour dit:je n'ai jamais été dupe sur qui que ce soit ou quoique ce soit ici même!Mais chaque chose à son temps et à mon propre TEMPO!
Je suis patient et je n'aime pas EKHROUJOU!
Alors ano-citron va te faire presser ailleurs :je ne suis pas Aziz même si toi tu ressemblerais à bien des égards à AOD le citron "préssé" d'Aziz!MON PAUVRE!!!
(Cf:mon article!)

Anonyme a dit…

désolé, cela fait parti de mes multiples fautes d'orthographes, crois bien que t'appeler kgb est une faute de frappe plusieurs fois répétée

désolé vraiment, essaie juste de ne pas te fâcher, reste cool, ça ne se reproduira plus

on voit bien que tu as eu une carrière brillante de diplomate et les mots, tu l'as prouvé, c ton domaine

tu m'as cerné, j en'ai plus qu'à aller me cacher , j'y vais

mais please, reste cool

Anonyme a dit…

Yanis,

En fait la Palin ne semblait pas aller tres loin en face de Biden. Mon libido a pris un coup car la regardant parler faisait plaisir aux yeux, car je la trouve une vraie chebibe. Mais ses arguments n'etaient pas convaincants car on voyait clairement qu'elle n'etait pas convaincue elle-meme de ce qu'elle disait. Mon interet c'est l'implication de cette victoire sur ce qui se passe chez nous. Pour le reste, je prie que le team que veut Coulibaly reussisse. Le connaissant republicain, on tombe une fois d'accord: lui gagnant avec une diminution de ses impots et moi me rinçant l'oeuil pour au moins 4 ans a travers CNN ou Fox News.

copiarpegar enta ch'halak? Faut de temps a autre amuser la galerie, car a voir la junte prouver le mensonge du FNDD a Accra, on a besoin de rire un peu. APP avec ce Correra et Ould Yali, a deçu.

A-

Anonyme a dit…

jemal inté dakhlouk snadra ?(les militaires t'ont soudoyé?)
On dirait que CR et RFD jouent un jeu peu franc.
Ils disent qu'ils ne participent pas au gouvernement et en catimini, transmettent à Bob & Co une liste de ministrables, retenue et nommé.
Vous ne constatez pas ce virage 90° pris par Maata (pardon, jemal)
C'est la fin du monde: Maata et AOD sous le meme toit (HCE)
Meme Yanis le R. (pour R. voulait dire Rebel, maintenant je dois chercher une autre signification) et le fameux LM (je pense fort que maatala=LM=Yanis) ont tous tourné leurs vestes.

Anonyme a dit…

A-

Professeur Jeremy Keenan a TRES BIEN ECRIT un article intitule' "Political economy of inflation." Il a ete' publie' dans South African Journal of Political Studies Volume 9 Issue 2 de decembre 1982 pages 42-56
Au moment de la publication de l'article Jeremy Keenan was Professor and Chairman of the Postgraduate Development Studies Programme, University of Witwatersrand.

Mon cher A- , vous n'avez pas besoin de persister dans l'erreur.
Je ne sais pas comment vous faites pour retrouver l'information on the net. I would advise you to go to google, then key in JEREMY KEENAN POLITICAL ECONOMY OF INFLATION, you will have a confirmation of what I am talking about. Il faut ouvrir tous les liens pour avoir une confirmation de ce que je dis.

PS.

Sarah Palin a gagne' le debat. Elle s'est tres bien defendue. Il ne faut pas perdre de vue qu'elle est age'e de 44 ans et ca fait 36 ans que Joseph Biden est Senateur.
La jeune dame etait Maire. Aujourd'hui elle est Gouverneur de l'etat d'Alaska. She has an executive experience que Barak Obama et Joseph Biden n'ont pas!!!

Franchement, Mac Cain est le meilleur candidat a' ce point ci. Je suis fier de tout ce qu' Obama a pu realiser politiquement pour...lui meme MAIS JE PENSE QUE CELA N'EST PAS SUFFISANT POUR DIRE QU'IL DOIT ETRE PRESIDENT. Les considerations raciales ne sont pas importantes pour moi. JE VOTERAI POUR MAC CAIN PARCE QUE JE SUIS CONVAINCU QU'IL EST PLUS QUALIFIE' QU'OBAMA POUR DIRIGER LES USA. De toutes les facons, nous sommes dans une democartie aux USA. Si la majorite' decide autrement, je saluerais la victoire d'Obama and we will support him and work under his leadership to make America a better and stronger country for our people!!!
I STILL BELIEVE THAT JOHN MAC CAIN WILL BE THE NEXT PRESIDENT OF THE USA!

Anonyme a dit…

c'est incroyable dès que quelqu'un prend parti pour l'homme fort du moment , on crie au saffag donc quel que soit l'homme du moment si on le trouve mieux que d'autres, on doit la fermer

on ne peut donner son avis que pour incendier, ça on adore. CR c'est trois personnes, tout porte à croire que l'un fameux n'eût été pas malheureux d'avoir un poste à sa mesure et pourquoi devrait-t-il refuser ou ne pas espérer un poste fameux ce qui ne justifie pas juteux

vous attaquez Dadde juste parce qu'il a accepté ce poste, il n'est pas si vieux que ça, s'il doit le payer cher l'avenir l'attend, par contre c'est quasiment courageux d'avoir accepté car aziz n'est pas installé du tout et d'autres que dadde plus calculateurs n'ont pas osé franchir le rubicon, FNDD entoumeu vem! dès que le vieux sera définitement fait

personne ne retourne sa veste car tout le monde est nu!

Quand au FNDD, on ne peut y féliciter que ceux qui n'ont rien perdu de leurs priligères ou absences de privilèves depuis la chute du vieux. Qui sont-il? combien sont-ils? il n'y a que les élégants qui défendent la "démocratie" qui sont honnêtes , la grande majorité des autres profitent toujours du vieux même à l'ombre pour continuer à exister politiquement ou monter leur prix devant la cassette du HCE

laissez Dadde tranquille! quand il volera vous pourrez gueuler! sinon il faut attaquer tous les fonctionnaires de la république, d'ailleurs qu'attendent-ils tous pour démissionner pour soutenir le vieux?

on a aucune leçon à recevoir ni des traîtes à l'opposition historique qui ont détruit l'unique occasion historique de vaincre le système, ni des amis du grand prds qui ont fait couler le vieux car c'est eux encore qui sont à l'origine de la faillite dela démocratie en conseillant le vieux de foutrele bordel plutôt que de respecter les instutions dissoudre, mais c'était donner un chance à la démocratie , is ont préféré tout foutre en l'air plutôt que de laisser passer le RFD

et maintenant on veut que le RFD les soutienne! Dans le meilleur des moments c'eût été poszsible! à cette heure, le chaos est déjà dans tous les symboles

on est tous déboussolés mais nous seront pas les dindons de la farce et nous attaquerons tantôt les uns tantôt les autres chaque que les uns et les autres nous prendront pour des dindons!

veyavi!

nous verront bien le 5 de quel étoffe sont fait nos héros! c'est avec plaisir que je verrai les barons du FNDD en première ligne avec leur cotes de maille!

ils feraient mieux de se diriger vers l'adresse où le vieux est retenu pour recevoir au moins un peu de lacrymo histoire d'avoir pour les générations futures des faits d'armes à relater

Quand azziz sera un tyran , vous pourrez l'insulter, pour l'instant vous lui devez tout et la démocratie et Ely et même le vieux

si vous voulez le chaos, éveillé donc vos militants et faîtes ne révolution de velours, sinon silence! attendre de l'aide de l'occident! en voilà une affaire

qu'arrivera-t-il ensuite? Admettons qu'aziz s'en aille, il n'y aura plus un homme qui tient tranquillement l'armée et ces renards de policards

que feriez-vous alors quand sortira de l'armée un autre ou des autres moins cool ? Que feriez-vous alors le jour où les élections seront trucquées? l'occident vous dira de loin "snif"

au lieu d'attauqer aziz et le vieux, on ferez mieux de chercher ceux qui ont créé ce bordel, ceux qui divisé les deux, ceux qui profitent du chaos, ceux qui veulent la fin du seul homme fort qui nous reste sinon nous finiront avec la guerre de slobys et de sbarons et une armée sans tête ni queue

pouruqoi le vieux voulait-il imposer ses hommes au sommet maintenant? pourquoi ne l'a-t-il pas fait à son investitude à la face du monde?

on dit qu'il a été fait président par les militaires, éwa comment ont-ils fait? qui peut nous assurer qu'avec les hommes du vieux au sommet de l'armée ces hommes ne s'y prendraient pas autrement la prochaine fois

non non non! sur canalh nous avons été les premiers à condamner le coup! depuis, l'esprit étant revenu après la passion, pour ma part, j en eveux plus des politicards pendant dix ans, le temps que ces têtes prennent leur retraite et que d'autres nous viennent sans cette haine qui divise leur aînés ce qui nous a mis dans cette situation

si on pouvait faire revenir le vieux et aziz à leur place, comme avant, qu'il dissolve, que le RFD passe, que nous vivons enfi n une cohabitation avec le vieux qui préside et voyage et le RFD qui gouverne , alors j'applaudirai

mais on ne remonte pas le temps!
c'est la faillite des héros depuis aod a prit acte, c'estla faillite de la gratitude depuis que le vieux à limoger, c'est la faillite de l'armée depuis qu'aziz a quitté sa caserne

paumés que nous sommes, nous faisons comme chacun et nous courrons suivant notre passion, celle qui dit stop aux politicards de tout bords et aux RV de toujours qui ont encore vaincu!

vive un dictateur éclairé quel qu'il soit! pourquoi diable le prof ne nous parle pas plus souvent lui le défenseur du FNDD de l'exemple Ben ali avec lequel il s'accomode fort bien

quant à maata , je lui dis: la différence qu'il y a entre un roi et un dictateur éclairé, c'est qu'en cas de crise totale, le dictateur éclairé saura pour son peuple quitterla scène quand le roi fera tout pour rester car pour mle roi ; le pays lui appartient corps et âme!

c'est l'heure de la prière! allons, d'ailleurs le jour de la fête, le vieux et aziz on raté une occasion historique de se dire "simah"

république islamique quand tu nous tiens!

maatala a dit…

Salam

Couly tu dis:

"Maata,

Je ne suis pas satisfait de ta reponse. You can do a better job!
Si tu reconnais que la situation sous le vieux etait meilleure, pourquoi tu continues a' le critiquer tout en supportant les usurpateurs?

-----------------------------------

je ne soutien ni SIDIOCA, ni les usurpateurs, par contre je ne supporte pas KB, car elle s'est appropriée l'argent destinée aux nécessiteux (les chèques libyeins et des Emirats), nous sommes loin du fameux "nos portes sont ouvertes".

Par ailleurs, elle est en grande partie à l'origine des ennuis de SIDIOCA, par sa gourmandise , arrogance et omniprésence.

Penses-tu aussi qu'un parent responsable va arrêter les études de son enfant? (j'attends une réponse sur ce point précis).

je l'avais écrit ici , le refus de la première demande de commissions d'enquête sénatoriale fut une erreur politique.

Pour atteindre SIDIOCA, il ont utilisés le maillon faible KB.

La situation était meilleur dans le pire, parce que cela fait deux mois que le pays agonise, donc pire qu'avant SIDIOCA, qui non plus n'a rien fait par ailleurs de ces 15 mois d'hésitation et de lévitation.

Depuis l'avènement de Taya, le pire est notre lot quotidien.

SIDIOCA et AZZIZ sont des dangers pour le pays et ils nous ont pris en otages.

L'exil pour les deux est la seule solution, ceci pour le bien du pays dit le fou.


Maatala

Anonyme a dit…

le problème c'est que l'exil de l'un entraîne la royauté de l'autre car comment les exiler tous deux, vu qu'aujourd'hui, à moins incantations dans le vide, il n'y a que deux fronts, il faudrait un troisième pour les exiler tous deux

où est ce front qui pèse autant que les deux autres réunis ?

Anonyme a dit…

maata jemal ould yessa,

Mohamed lemine ould daddeh n'a jamais obtenu un DEA à Paris-Dauphine. si tu metiens tes assertions, donne nous le nom de son DEA et je t'apporte le démenti dans quelques heures. pour le DEA science po, arrêtes, nous avons étudié en France et savons que c'est un diplôme bidon fait pour les africains. les français ne font science-po que pendant 4 ans avant d'aller à l'ENA.


S'il a un CV aussi fourni, pourquoi ne l'a-t-il pas fait publier par l'AMI?

Ewe, hacenne ould ely il a un doctorat ou non?? enseigne-t-il à l'université ou non?? attention, je veux des réponses, et je lâche pas prise avant d'en avoir.

Anonyme a dit…

hacena ould ely l'ont cru quand il a dit qu'il avait ses entrées à l'elysée?! hhhhahahahahahhahahahahhahahahahahhahahahaha
ce rire, seul quelqu'un qui a partagé avec hacenna des soirées dans les bars du Mans peut le comprendre. hhhhahahahahhahahahhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah

maatala a dit…

Salam

Lu sur taqadoumy

"Qui veut la peau de Oumar Ould Yali ? / Moulkheiry fall
03-10-2008
L’Inspecteur Général a monté de toutes pièces une affaire IGE / Banques dans le but sournois de dissimuler des manœuvres subalternes visant à attenter à l’honneur d’un ministre de Messaoud Ould Boulkhair et d’atteindre par ricochet Ould El Waghef, alors Ministre Secrétaire Général de la Présidence.


L’opération visiblement commanditée par un supérieur de l’IGE était toute simple.

L’objectif : avoir la peau de Oumar Ould Yali, Ministre de l ‘Energie et de l’Hydraulique en l’impliquant dans une « affaire d’appel d’offres douteux en connivences» avec Yahya Ould Waghef, alors candidat « fortement potentiel » à la succession au poste de Premier Ministre.

La technique : l’intox par la distillation de ragots et de fausses rumeurs à grande échelle sur le rôle de Oumar Ould Yali et de Ould el Waghef dans une affaire de passation de marché « inspiré » plus par « l’obédience au nassérisme et aux intérêts libyens » que « l’intérêt de leur pays » ; pour crédibiliser la machination , on sort u numéro de compte bancaire personnel au nom de Oumar ould Yali.


Le nom de code de l’opération : affaire IGE / banques

Tout commence le 17 avril 2008.

L’IGE, toutes affaires cessantes, lance ses régiments à l’assaut des banques pour avoir des informations relatives au compte bancaire personnel d’un client dénommé Oumar Ould Yali.

Les banques opposent à juste raison un refus catégorique à la requête de l’IGE se fondant sur les dispositions d’une certaine ordonnance bancaire.

L’IGE crie au scandale et accuse les banques de couvrir un trafic à grande échelle. Le Ministre de la Justice est saisi. La Cour suprême, réunie.

Mais de quoi s’agit-il ?

Oumar Ould Yali, un vieil instituteur, au crépuscule d’une longue et noble carrière, au service du savoir et de son pays ; un homme connu et apprécié pour sa bonne moralité et son combat pour la justice et l’équité, au prix de multiples privations, a sollicité un jour et obtenu un crédit bancaire pour acheter un toit, le seul qu’il possède, du reste, et…encore puisqu’il est à crédit !

Quoi de plus normal dans un pays où depuis 48 ans les fonctionnaires sont obligés de s’endetter et s’endettent tous les jours auprès des banques pour accéder à la propriété !

En revanche, plus surprenante est l’attitude d’une IGE, prompte à remettre en cause « le droit à l’endettement » de Oumar et à tolérer et à accepter le pillage à ciel ouvert qui s’organise sous ses yeux, dans les locaux de la primature dont tout le monde sait, en plus, et l’IGE, en particulier, qu’elle est peuplée de riches propriétaires fonciers !

Et quoi de plus scandaleux que tout ce tapage médiatique organisé autour du crédit de Oumar, alors que des centaines de fonctionnaires dont des premiers ministres, ministres, secrétaires généraux, directeurs, connus et reconnus en tant que symboles de la gabegie passent leur temps, au grand jour, au vu et au su de tous, à acheter et à construire les palaces à Tevragh Zeina ,dans l’indifférence absolue de l’IGE !

Ou alors, en veut-on à Oumar parce qu’il est Oumar ould Yali.

Le séjour de Monsieur l’Inspecteur Général, à Conscience et résistance et sa proximité des milieux extrémistes n’aura donc même pas servi à le délester de ses carcans féodaux et à résoudre le nostalgique guerrier à accepter enfin l’égalité en droits de ses anciens sujets .

Serait-ce toujours sa nostalgie des jours fastes de la société de castes et ses relents aristocratiques qui expliquent l’ indescriptible hystérie avec laquelle il s’est livré dans sa mission d’investigations des comptes de l’ambassade de Mauritanie à Paris pour tenter d’accabler Khattou mint El Boukhary ?

En tout cas, sa tentative vaine de souiller l’honneur de cette femme n’a eu d’égale que son inconsolable déception de n’avoir rien pu trouver contre elle.

Pourtant, la société traditionnelle qu’il semble tant regretter nous avait habitués à de plus honorables postures.

Il est scandaleux et en tout cas inacceptable que l’IGE, conçue et voulue pour être un outil de moralisation de la gestion publique, devienne, paradoxalement, par la volonté d’individus sans scrupules, un instrument de règlement de comptes ,au service de dessein personnel !

Monsieur l’Inspecteur Général, pour tout vous dire, l’IGE, vous l’avez abaissée ; vous l’avez moralement ruinée ; vous en avez fait un minable instrument au service de petits clans mafieux de copains et de proches ;bref, vous n’êtes qu’un petit esclavagiste, despote et arriéré.

Vous avez oublié que c’était une Inspection Générale d’Etat.


Moulkheiry fall
BP 8140

maatala

Anonyme a dit…

Please take a look and let me know what you think:
________
Dans une conférence de presse tenue ce matin au siège de Tawassoul, le Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) affirme sa volonté inébranlable d'exercer son droit a exprimer ses positions et à manifester son opposition à la confiscation de la légalité en Mauritanie. "Nous avons suivi toutes les démarches administratives légales pour demander l'autorisation de manifester dimanche 5 octobre. Nous exercerons notre droit", a martelé le vice- président de l'Alliance Populaire Progressiste (APP), Omar Ould Yaly, dont le parti assure la présidence tournante du FNDD.
fr.for-mauritania.org
___________

A-,
I'm just living in survival mode.

copiarpegar

Anonyme a dit…

IFILL: Everybody gets extra credit tonight. We're going to move on to the next question. Governor, you said in July that someone would have to explain to you exactly what it is the vice president does every day. You, senator, said, you would not be vice president under any circumstances. Now maybe this was just what was going on at the time. But tell us now, looking forward, what it is you think the vice presidency is worth now.

PALIN: In my comment there, it was a lame attempt at a joke and yours was a lame attempt at a joke, too, I guess, because nobody got it. Of course we know what a vice president does.

BIDEN: They didn't get yours or mine? Which one didn't they get?

PALIN: No, no. Of course, we know what a vice president does. And that's not only to preside over the Senate and will take that position very seriously also. I'm thankful the Constitution would allow a bit more authority given to the vice president if that vice president so chose to exert it in working with the Senate and making sure that we are supportive of the president's policies and making sure too that our president understands what our strengths are. John McCain and I have had good conversations about where I would lead with his agenda. That is energy independence in America and reform of government over all, and then working with families of children with special needs. That's near and dear to my heart also. In those arenas, John McCain has already tapped me and said, that's where I want you, I want you to lead. I said, I can't wait to get and there go to work with you.

IFILL: Senator?

BIDEN: Gwen, I hope we'll get back to education because I don't know any government program that John is supporting, not early education, more money for it. The reason No Child Left Behind was left behind, the money was left behind, we didn't fund it. We can get back to that I assume.

With regard to the role of vice president, I had a long talk, as I'm sure the governor did with her principal, in my case with Barack. Let me tell you what Barack asked me to do. I have a history of getting things done in the United States Senate. John McCain would acknowledge that. My record shows that on controversial issues. I would be the point person for the legislative initiatives in the United States Congress for our administration. I would also, when asked if I wanted a portfolio, my response was, no. But Barack Obama indicated to me he wanted me with him to help him govern. So every major decision he'll be making, I'll be sitting in the room to give my best advice. He's president, not me, I'll give my best advice.

And one of the things he said early on when he was choosing, he said he picked someone who had an independent judgment and wouldn't be afraid to tell him if he disagreed. That is sort of my reputation, as you know. I look forward to working with Barack and playing a very constructive role in his presidency, bringing about the kind of change this country needs.

copiarpegar

Bebe BA a dit…

Bonne Fête à tous

Je crois qu'au lieu de s'insulter sur ce blog, il faudrait surtout chercher une solution à cette crise.

Nos Hommes Politiques nous ont démontré leurs incapacités à s'entendre.
On assiste à des alliances qu'on n'aurait jamais crues possible: ex: UFP + ex PRDS,ou des ONGs de la Société Civile approuvant une prise de pouvoir par la Force.

En fin, on se rend compte que tout est un conflit d'intérêt:
1. Ceux qui condamnent ce coup d'état parce qu'ils avaient des intérêts en jeu (des ministres pour UFP et le tawassoul, ADIL parce que c'était le parti au pouvoir etc...)et Aziz leur a coupé l'herbe sous pied,
2. Ceux qui approuvent parce c'étaient les lésés du gouvernement de Sidi, ils n'ont pas eu droit à leurs parts du gateau et ils ésperent l'avaoir avec les militaires.
3. Ceux qui sont toujours avec n'importe quel gouvernement, de vrais Caméléons qui s'adaptent à n'importe quel changement (Bal Amadou Tidjane, l'UDP, DR Koumba Ba, etc..).

De ce fait, il nous est urgent de chercher une solution pour nous sortir de cette situation où Sidi, Aziz et Cie, nous ont plongé.

Anonyme a dit…

la nouvelle du jour: Aziz appelle sidi le jour de la fete pour demander Simah ( c'est un peu fort cafe quand meme) et Sidi qui est un peu en ce moment en deche (la sequestration des biens de la fondation KB) lui aurait dit que c'est d'accord s'il obtient le Endewne, reste a savoir la nature de cette endewnet!!
Alyoune

Anonyme a dit…

ni sidi ni azziz c’est fini ni, ni dites nous quelle est votre solution nini.

copiarpegar

Anonyme a dit…

Yanis did,svp trouvez-nous une solution LA AADIT la solution YANIS MA7I AAJBTKOUM.

copiarpegar

Bebe BA a dit…

copiarpegar,

Ma solution à moi toute seule ne compte. C'est pour cela que j'ai demandé à tout le monde de chercher.
Alors, mets au toi au travail!

Quant à moi, je pense qu'il nous faudrait un type de la trempe de Ben ALI. Vous allez me dire que c'est un dictateur! je le sais!
Mais il dirige son pays avec la poigne necéssaire, mais économiquement, la Tunisie est loin devant nous qui avons des ressources qu"elle n'a pas.
Tout simplement, parce que les tunisiens sont des travailleurs et personne n'ose voler les deniers publiques.

Bonne Fête à jeilany et Simah

Anonyme a dit…

bebe ba,

J'ai fini par trouver une solution qui me semble être la meilleure pour sauver notre démocratie "la solution YANIS".

copiarpegar

Anonyme a dit…

copiarpegar,


Ce machin FNDD passe de Boidiel à Ould Yali, deux detourneurs averés. Je n'ai pas aimé le mensonge sur la non participation de ce connard de Ould Laghdaf a Accra. Il faut toujours dire la verite. L'APP c'est la pourriture, meme Correra qui cree un bureau d'etudes pour acceder aux marchés de son ex-ministere. C'est pourri et si la junte tape evec le debouss sur le tas le 5octobre, cela ne m'empechera pas de dormir. C'est pourri, pourri wela gueltlak minha chi. La solution Ould Abdalla me semble la meilleure. Just do your will coparpegar because you are going to die of this nonsense. I am alrady on my hospital bed. A-
====
mon zami coparpegar a dit:


Please take a look and let me know what you think:
________
Dans une conférence de presse tenue ce matin au siège de Tawassoul, le Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) affirme sa volonté inébranlable d'exercer son droit a exprimer ses positions et à manifester son opposition à la confiscation de la légalité en Mauritanie. "Nous avons suivi toutes les démarches administratives légales pour demander l'autorisation de manifester dimanche 5 octobre. Nous exercerons notre droit", a martelé le vice- président de l'Alliance Populaire Progressiste (APP), Omar Ould Yaly, dont le parti assure la présidence tournante du FNDD.
fr.for-mauritania.org
___________

A-,
I'm just living in survival mode.

copiarpegar

Anonyme a dit…

A-,

MA7OU VALEK

copiarpegar

Anonyme a dit…

Pour celles ou ceux qui seraient interesses de lire les news sur les touregs, comme suite a l'article de Keenan. A-
===

http://www.irinnews.org/Report.aspx?ReportId=80660

Anonyme a dit…

Une source de For-Mauritania, à l'intérieur du sommet Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP) à Accra, la capitale ghanéenne, rapporte que le Commissaire européen, en charge du Développement et de l'Aide humanitaire, Monsieur Louis MICHEL, a apostrophé, dans les couloirs de la réunion, Moulaye Ould Mohamed Leghdaf en ces termes: "Bonjour Monsieur l'Ambassadeur!".

Un peu décontenancé, l'ambassadeur de Mauritanie à Bruxelles, qui a déserté son poste depuis plus d'un mois pour s'adonner à l'activité de VRP des putschistes, bredouilla une protestation que le Commissaire Européen, connu pour son franc parler et son manque de langue de bois, interrompit: "pour moi vous êtes l'Ambassadeur de Mauritanie au près de l'Union Européenne à Bruxelles et je ne vous reconnais que ce titre".
"Vous courrez, Monsieur l'ambassadeur, vous même et votre entourage, le risque de sanctions sévères et vous faites courir à la Mauritanie un risque d'isolement économique et diplomatique important".

Il faut rappeler que Louis Michel avait condamné, au nom de l'Union Européenne, le Coup d'Etat perpétré par le Général limogé, dès les premiers jours. L'Union Européenne appuie l'Union Africaine dans ses démarches pour exiger la restauration de la Démocratie en Mauritanie ce qui passe, selon les nombreux communiqués mutuels des deux institutions, par la libération du Président élu Sidi Ould Cheikh Abdallahi et son rétablissement dans toutes ses fonctions constitutionnelles.
http://www.fr.for-mauritania.org

copiarpegar

Anonyme a dit…

Comment fait le prof Ely pour vivre en Tunisie sous une tyrannie aussi impitoyable , lui qui est un défenseur des droits de l'homme . C'est quand même curieux . Intellectuel militant en Mie , organique , comme dirait Gramsci , dans sa seconde patrie ! Il faut oser ...

lemine a dit…

Pour sortir de la crise il faut:
1 Retraite politique des deux premiers responsables de la crise avec interdiction de candidature aux prochaines elections: Sidioca et Aziz

2 Immunité pour les deux "victimes" et leurs familles proches avec statut d'ancien chef d'Etat

3 Désignation d'une personnalité indépendante (Ahmedou O Abdella par ex) pour diriger un gouvernement de technocrates chargé d'organiser des elections présidentielles (3 mois), municipales et législatives(6 mois) en plus d'un amendement constitutionnel visant à limiter les pouvoirs du président et à modifier les conditions de création de partis politiques (200 signatures de conseillers municipaux adhérants avec interdiction de changer de parti pour 3 ans au moins)

NB: Le Sénat doit etre supprimé

Anonyme a dit…

et qui peut imposer la lemine-solution?

Anonyme a dit…

il fait bon vivre en tunisie, là n'est pas le problème, le problème c'est comment le prof peut-il à ce stade de la situation ne laisser aucune place dans ses convictions et son combat pour un dictateur éclairé?

le sens de la poèsie peut-être!

Anonyme a dit…

ahmedou oud abdallah????
méfier-vous des diplomates surtout ceux qui sont résistés si longtemps dans ce panier à crabe et cette planque qu'on appelle le machin

lire à ce propos " la belle du seigneur"

Anonyme a dit…

terreur sur la ville

le décompte est lancé, chez le peuple toutes les rumeurs les plus folles circulent: embargo! on discute , on s'inquiéte et on essaye de faire des provisions

6 aout! 6 aout! hou! hou!
ah que gougou!

lemine a dit…

lemine solution apparait comme juste et radicale car elle permet d'isoler SIDIOCA et AZIZ de leurs alliés respectifs
elle permet de décourager les putschistes en herbe
elle permet de respecter les exigences des deux parties (ni aziz ni sidioca)
le choix de Ahmedou O Abdella n'est qu'un exemple motivé par sa noterieté internationale et son rôle se limiterait à diriger un gouvernement pour six mois
dernier point; l'exigence de 200 conseillers municipaux comme adhérants à chaque parti permettrait d'éliminer les "partis cartables" et d'assainir le paysage politique
A méditer

Anonyme a dit…

Yanis

Aziz en demissionnant peut il etre le tout puissant PM chef de gouvernement?
Si c'est le cas ça peut se discuter
Cette solution peut interesser les generaux
On transmettra ses grandes ligne à qui de droit

Anonyme a dit…

l'ultimatum expire non pas le 6 mais le 7/ 10/ 2008 à 00H01

or:

7+1+0+2+0+0+8 à + 00 + 01 = 19!

j'en étais sûr!

Anonyme a dit…

pour couly:

d'autres chiffres étonnants dans la série du 19 magique

elu 25/03/2007: 2*5*3*2*7= 420

ultimatum: 06/10/2008: 6*1*2*8= 96

eh bien : 420/96 = 4.375 qui non seulement 4+3+7+5= 19 mais
ce même 4*3*7*5= 420!
comme la multiplication de la date élection! plus haut étonnant!

et pour la petite bête, la date du 6/08/2008: 6*8*2*8= 768
768/ 420= 1,( 82857142) 9

ce résultat est incroyable non seulement l apremière et la dernière lettre forme 19 mais si vous multipliez tous les chiffres:

1*8*2*8*5*7*1*4*2*9 vous obtenez un chiffre égal à 420*768

ça vous fait une belle jambe j'espère, c déjà de gagné

salut

Anonyme a dit…

rappel pour mémoire mise à jour:

Sidioca a pris officiellement ses fonctions le 19 avril 2007 :
Il a été élu le 25 /03/ 2007 : 2+5+0+3+2+0+0+7= 19,
Ould Cheikh Abdallahi : 19 lettres
Il a obtenu au premier tour 24.80% et au 2ème tour 52.89 : 52.89-24.80= 28.09 = 2+8+0+9=19
Cette élection a mis un terme à 19 mois d’une transition militaire
19 candidat à l'élection
Il a obtenu 373 5(19) voix
Il annonce sa candidature le 04/07/2006= 0+4+0+7+2+0+0+6= 19
Le jour où j’ai eu l’idée de faire ce calcul bizarre lundi : 24/03/2008= 2+4+0+3+2+0+0+8=19

scèance de lonu: 19 aout
seuls 19 palementaire d'adil restent de son côté

beaucoup de 19 non?

alors couly?

Anonyme a dit…

un dimanche pas comme les autres

pourquoi le HCE a interdit cette manifestation du 5 prochain? à la veille du fameux ultimatum, c donner un tsunami au moulin du FNDD pour lequel cette interdiction tombe à point nommé pour tenter le diable et jouer leur va-tout

le HCE avait-il un autre moyen d'agir? Considérant que tous les média que le FNDD pourra inviter à l'événement ne monqueront pas ce moment, pourquoi le HCE n'a pas laissé faire en laissant organiser une autre manifestation pro-6 en faisant en sorte qu'elle soit plus imposante, ne serait-ce que pour passer le cap du 6 avec de quoi laisser les media dire " oui mais il y a eu une autre manifestation tout aussi spectaculaire pro-6, donc la mauritanie reste divisée mais le calme règne et les libertés publiques aussi"

cette interdiction , le HCE risque de la payer cher, car voilà la dernière occasion du front de risquer l'affrontement pour montrer à l'ultimatum que sur place, il ya du monde et ceux qui sortent sont les plus téméraires, les autres ont peur tout simplement

Le HCE pouvait bien laisser passer cette manifestation , en organiser une puis après le 6, en fonction de l'après ultimatum décider que dorénavant toute manifestation est interdite pour éviter l'amalgame entre les mouvements patriotes et ceux qui sont téléguidés de l'extérieurs, enfin la rhétorique ne manque pas

au lieu de ça, le HCE interdit, la manifestation or le front compte bien en découdre si on en croit les dernières interventions de leur bureau ,car s'ils ne font rien, c qu'ils n'existent pas

qui peut manifester ce jour là: seuls les militants des partis du front ainsi que la famille de sidioca éventuellement

dimanche sera le jour le plus long, le jour de tous les dangers, ce jour-là si le front décide d'aller jusqu'au bout et que les forces de l'ordre ne font pas dans la dentelle alors toute la stratégie du HCE devra être revue, car jusqu'à ce jour le HCE présente un bilan serein avec aucun affrontement terrible

face à ce danger, face aux débordements qui pourraient en découler, que chacun prenne entièrement ses responsabilités et le front et le HCE: quiconque cédera à la provocation peut nous entraîner tous, n'oublions pas qu'une giffle à nouadibou à créé des émeutes jusqu'à faire intervenir l'armée

on n'arrête pas le destin, le notre se jouera ce jour-là vu qu'interdiction il ya et que cette interdiction va à l'encontre de tout ce que peut espérer le front du résultat d'un affrontement probable

pourvu que cet affrontement reste sans conséquence pour la paix civile

gare à la provocation d epart et d'autres

Que dieu nous préserve de l'étincelle fatale

d'ailleurs le lien entre cet ultimatum et les pro-sidioca et le 19 magique, on peut aussi le voir là:
l'ultimatum a été lancé le 22/09/2008 et la marche du front est pour le 5/10/2008 si on divise:

22092008/5102008= 4.3300614(19) là encore

Anonyme a dit…

Pour info;

La symbolique du 19 (= soleil) Vie sans fin dégagée de tout le sensible " la lumière est un feu électrique mis par la nature au service de la volonté ".
Elle éclaire ceux qui savent en user et foudroie ceux qui en abusent...

Anonyme a dit…

Lire sur Taqadoumi

تهم الفساد قدتتعدى ولد الشيخ عبد الله وعقيلته لتصل إلى أعلى ولد محمد فال وزوجته

Voila une autre affaire qui ne manquera pas d'inspirer notre ami Maatalla

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Mauritanie: Le front anti-putsch maintient sa manifestation interdite pour demain.

Le Front national pour la défense de la démocratie (FNDD) en Mauritanie, coalition de partis opposés au putsch du 6 août, a annoncé hier à la presse qu’il maintenait son appel à manifester demain, en dépit de l’interdiction annoncée par les autorités.

«Nous avons informé l’administration de notre marche comme le prévoit la loi. Le wali [gouverneur] nous a signifié son refus de la manifestation sans raisons convaincantes, mais nous avons décidé de maintenir la marche, tout en restant ouverts au dialogue», a déclaré Omar Ould Yali, vice-président de l’Alliance populaire progressiste (APP), un des cinq partis du Front.

Le FNDD entend organiser des marches lors d’une «journée de la démocratie» demain 5 octobre, à la veille de l’expiration de l’ultimatum lancé à la junte par l’Union africaine (UA).



Le Conseil de paix et de sécurité de l’UA avait, le 22 septembre, «exigé le retour à l’ordre constitutionnel par le rétablissement inconditionnel de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, président de la République islamique de Mauritanie, dans ses fonctions, à la date du 6 octobre 2008 au plus tard».

Le gouverneur qui a signifié l’interdiction de cette marche a précisé dans un courrier que «toutes les manifestations à caractère politique devant être organisées sur la voie publique sont suspendues jusqu’à nouvel ordre».

L’interdiction de la marche «est un coup d’Etat contre les libertés et une volonté supplémentaire de faire accepter le putsch que nous rejetons», a protesté M. Ould Yali. Moulaye Ould Mohamed Leghdaf, Premier ministre nommé à la mi-août par la junte, avait annoncé mardi que le gouvernement allait interdire toutes les manifestations.

«Je pense que le pays depuis le mois de mai ne fait que manifester, on va diminuer ça, d’ailleurs on va interdire toutes les manifestations, dans un sens ou dans un autre», avait-il dit.

--------------------------------

Je conseil vivement au manifestant de mettre les leaders du FNND et les deux présidents des assemblées en tête de cortège, car demain c'est la prise de la bastille des sablesland.

On verra bien qui a des C.......

Il y a un certain "EL-HOUDOUE" du pleutre Daddah, qui nous reste à travers la gorge dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"FNDD - Taqadoumi - For Mauritania : petits mensonges entre amis (Vidéo)

Le droit au mensonge, serait-il « un droit fondamental de l'être humain"? C’est en tous cas ce qui semble être la devise cardinale des apôtres du FNDD, Taqadoumi et autres For Mauritania.

Ah, sacrés sites ! Mettre le droit au mensonge au même niveau que celui de la santé, de l’éducation ou de la sécurité alimentaire, voila qui est plutôt fort et assez atypique d’un média digne de ce nom !

Comme les images de cette vidéo le démontrent, la seule et unique délégation officielle qui représentait dignement notre pays au 6eme sommet des Pays Afrique –Caraïbes- Pacifique (ACP) est celle qui est conduite par notre Premier Ministre M. Moulaye Ould Laghdaf, accompagné par Mrs le Ministre des Affaires des Affaires Economiques et du Développement (MAED), le Commissaire chargé des Droits de l’Homme, à l’Action humanitaire et aux Relations avec la Société civile, ainsi qu’une dizaine de collaborateurs.



Mais le comble du mensonge éhonté, de la délation tous azimuts est affiché par les amis du FNDD, relayés par ces médias de la honte qui s’adonnent à cœur joie à la médisance.

Avec les amis de la Loge maçonnique du FNDD, dont le cercle s’agrandit avec les appétits du pouvoir despotique de SIDIOKB, le temps de la médisance est arrivé.

Les athlètes du FNDD politiciens en herbe viennent d’aligner des tristes performances sur fond de ruses en essayant maladroitement de nous entrainer dans leurs mensonges systémiques.

Car nos apprentis politiciens du FNDD Messires Korera Issagha et Ba Boubacar Moussa viennent d’être chassés piteusement 'manu militari' ce matin du Sommet d’Accra par les services de sécurité, comme cela a été le cas hier, car les organisateurs ne les ont aucunement invités à cette tribune des ACP.

N’en déplaise aux sites experts es délation, mensonges et manipulations du genre Taqadoumi, ou For Mauritania.

On dit que « le mensonge en politique constitue un abus de confiance du peuple et même un bris de contrat, car une démocratie est une sorte de fiducie ». Mais avec les mensonges que nous servent tous les jours, les compagnons d’infortune du FNDD, le ridicule ne tue plus.

La campagne diffamatoire contre notre Gouvernement orchestrée par les détracteurs du FNDD est à placer au palmarès du Guinness records des mensonges en politique.

Jugez-en vous-même avec cette vidéo qui parle d’elle-même et la sage décision des organisateurs ghanéens de ne pas accepter les délégués du FNDD qui voulaient tromper la communauté internationale.

L’art du mensonge politique ou le mentir vrai n’a pas marché… triste constat pour Taqadoumi et autres For Mauritania qui pensaient à tort que cette campagne de délation allait passer comme une lettre à la poste.

Dans leur délire paranoïaque, les apprentis mousquetaires du FNDD pourraient nous supplier « de grâce, cachez ces images que l’on ne saurait voir.. ».

On pourrait en citer des multitudes de mensonges capitaux du FNDD, qui s'est surpassé pour se donner un nouveau coaching politique relooké.

Dans leur abécédaire du répertoire dantesque de la délation, on pourrait citer la calomnieuse campagne orchestrée par Taqadoumi et Cie qui ont produit un pamphlet selon lequel les services consulaires de l’ambassade des Etats Unis d’Amérique auraient refusé le visa à notre Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération à l’occasion de l’Assemblée Générale de l’ONU à New York.

Nous pouvons vous affirmer que le caractère mensonger de cette affirmation, qui a été très vite démentie par la couverture médiatique de cette 63eme session onusienne, dans laquelle notre pays a été hautement représentée par une délégation de trois directeurs du MAEC, de notre ambassadeur auprès de l’ONU et de ses collaborateurs. Soit au total une dizaine de personnalités de haut rang.

Quant à notre honorable et brillant Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, M. Mohamed Mahmoud Ould Mouhalmedou, il n’a jamais sollicité de demande de visa à l’ambassade des Etas Unis à Nouakchott.

Voila le genre d’information de type manipulatoire qui défit toutes les règles déontologiques de la politique et qui démontre, si besoin est, que le FNDD se nourrit de la verve mensongère dans toute sa quintessence.

Plus choquant encore, le site Taqadoumy nous servait, il y’a quelques jours, un article fallacieux dans lequel il mettait en doute le diplôme du baccalauréat de SE M. le Premier Ministre, voire son identité.

Après mise au point, ils durent reconnaitre le caractère infondé et mensonger de leur information, mais n’ont jamais eu l’honnêteté intellectuelle de se dédire. Triste comportement indigne d’un média qui se respecte ….

Où est donc la déontologie, le sérieux et la crédibilité qui devraient être les vertus cardinales d’un tel espace de dialogue constructif et d’échange dans le respect de la contradiction et de la différence ?

Par ce comportement hors la loi, Taqadoumi nous a démontré les limites de son professionnalisme et de son sérieux, tombé sur le champ de bataille de la diatribe politicienne et de l’esprit partisan très affiché à la mode de la (Conscience et) résistance SIDIOKB.

Et enfin, comble de la délation, voila que récemment encore Taqadoumy a prétendu que Monsieur Said Dejenitt aurait déclaré « reconnaître la légitimité du FNDD suite à leur rencontre à Dakar » ce qu’il a par la suite catégoriquement démenti.

Toutes ces joutes manipulatoires du FNDD et de ses laudateurs médiatiques qui nagent dans le ridicule répertoire du mensonge qui va de la délation, au mensonge d’addition et à celui de la translation, nous démontrent que notre Mouvement de rectification nous aura épargné le pire.

Le compteur à mensonges du FNDD est déjà à raz bord. Qu’Allah nous sauve de ces adeptes de Faust qui ont érigé le mensonge comme dogme de vie et de gouvernance.

Et maintenant, cliquez donc ici pour vous délecter de l'art du mensonge du FNDD, invisible dans les rangs des délégations officielles au Sommet d'Accra

---------------------------------

Réactions:

Rédigé par montesquieu, samedi, 04-10-08 10:24 Mr Claude, je voulais juste vous posez une question. Est ce que vous controlez toujours Cridem? Si non, dites le nous pour qu'on foute le camp. Comment accepter que votre site deviennent un terrain de propagande pour de làches putschistes avec des detournements d'images statiques digne de l'époque mérovingiénne!


On revienne tous de Nouakchott est on s'est ce qui s'y passe. Que les diablotins saches que leur cause est perdue.



--------------------------------------



Monsieur Montesquieu,

Que racontez-vous Monsieur Montesquieu ??? Je suis à Nouakchott, y vis et ai aussi des yeux et des oreilles pour savoir ce qui s'y passe. Il est vrai que deux "camps" s'affrontent, cela est une réalité. Mais quoi qu'il en soit, Cridem est totalement libre et nous faisons EXACTEMENT la même chose qu'auparavant.

Le FNDD nous transmet une déclaration ou un communiqué, nous le publions. Les journaux nous transmettent leurs articles, nous les publions. Nous faisons la pige de la presse nationale et internationale, et nous publions ce qui concerne la Mauritanie. Des gens nous font des soumissions, nous les publions dès lors qu'elles respectent la charte Cridem. Où est donc le, ou plutôt votre, problème alors ???

Je tiens aussi à souligner que nous ne subissons aucune pression de qui que ce soit et dans notre quotidien rien n'a changé, excepté que l'on ressent très nettement que deux "camps" se livrent une "bataille" médiatique, ce qui est partout pareil en telles circonstances.

Monsieur Montesquieu, dans les 10 derniers articles publiés à l'heure qu'il est (10:24), je ne peux que relever qu'il y en a 5 qui sont plutôt contre les nouvelles autorités et 2 favorables. Trois articles n'ont pas de relation avec le sujet qui vous préoccupe. Il y aurait donc plutôt un déséquilibre favorable à votre cause. Ce n'est pas de l'abstrait, ça, mais une réalité que chacun peut constater de visu sur le champ !!!

Alors dites moi Monsieur Montesquieu, qu'est-ce qui vous gêne autant ??? Que l'on donne aussi la parole à ceux que vous combattez ??? Voyons Monsieur Montesquieu, la démocratie et la liberté d'expression c'est donner la parole à tous les protagonistes, non ???

Vous êtes dans l'un de ces 2 "camps" et réagissez donc avec des sentiments très perceptibles. Mais c'est justement votre réaction qui me fait penser à une certaine époque..., car à priori, vous semblez souhaiter que l'on ne donne la possibilité de s'exprimer qu'aux partisans de l'un de ces 2 "camps", le vôtre, ce qui serait totalement antidémocratique !!!

C'est quand même incroyable. A croire qu'un media mauritanien doit absolument se ranger dans un "camp", car j'ai nettement l'impression qu'à partir du moment où l'on ne se range pas dans l'un des deux "camps", c'est que l'on est contre lui. Et bien Cridem n'est dans aucun "camp", ce qui nous vaut d'ailleurs les critiques des deux "camps". Triste réalité... .

Sans rancune

Claude K.



PS : concernant les photos et la vidéo, ce sont des documents que l'on peut voir dans la presse et des chaines de télévision internationales... .

--------------------------------

maatala

maatala a dit…

Salam

"Discours d’Ould Mohamed Laghdaf au Sommet ACP d'Accra

Le PM à Accra

La dernière séance de travail du 6ème sommet du groupe Afrique Caraïbes Pacifique qui se tient depuis jeudi dans la capitale ghanéenne, Accra, a été marquée par un discours prononcé par le premier ministre, M. Moulaye Ould Mohamed Laghdhaff, dans lequel il a expliqué les derniers développements politiques intervenus en Mauritanie.
Voici ce discours dans son intégralité :


" Monsieur le Président John Kuofor, Président de la République du Ghana, Président en exercice du Groupe ACP
Monsieur le Président Oumar Hacen El Bechir, Président de la République du Soudan, Président sortant du Groupe ACP
Messieurs les Présidents,
Messieurs les Chefs de délégations,
Monsieur le Secrétaire Général du Groupe ACP
Mesdames et Messieurs
C'est pour moi un grand honneur de participer à ce 6ème sommet du Groupe ACP sur la promotion de la sécurité humaine et le développement, thèmes combien importants pour nos Etats.
Je tiens, à partir de cette tribune, à adresser mes sincères remerciements au peuple et au gouvernement ghanéens pour l'accueil chaleureux et l'hospitalité généreuse dont ma délégation et moi-même sommes l'objet depuis notre arrivée, et les excellentes dispositions prises pour la réussite de ce sommet.
Je saisis aussi cette occasion pour adresser mes condoléances les plus attristées au peuple et au gouvernement du Ghana suite au décès de feu Kwadwo Baah-Wiredu, ministre des finances; ainsi qu'au peuple frère de Zambie suite à la disparition du Président Levy Mwanawasa.
J'y associe ici nos frères des Caraïbes auxquels j'exprime ma sympathie et ma solidarité après les catastrophes naturelles qui ont touché cette région.
Par ailleurs, je félicite le Président John Kufuor pour son accession à la présidence du groupe ACP, et remercie le Président Oumar Hacen Al Abachir pour le travail remarquable accompli par notre groupe sous sa sage présidence.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Cette session m'offre l'opportunité d'expliquer à cette illustre assemblée les derniers développements politiques intervenus dans mon pays, qui vit à l'heure actuelle une étape féconde et cruciale de son histoire politique et démocratique.
En effet, après plusieurs mois de crise politique profonde, notre pays a connu le 6 août 2008 un changement pacifique qui, tout en remplaçant l'exécutif par un Haut Conseil d'Etat provisoire, a eu l'originalité de maintenir en place toutes les institutions démocratiques qui continuent depuis lors à fonctionner normalement.
Nous avons constaté que l'attention d'une partie de nos frères et de nos partenaires s'est focalisée sur le changement lui même, alors que pour bien le comprendre il convient de se rappeler l'évolution de la situation politique qui y a conduit.
A ce titre il y a lieu d'évoquer d'abord la grave dérive autoritaire qui s'est manifestée notamment à travers la volonté résolue de l'ex-exécutif de réduire le rôle du parlement à celui d'une simple chambre d'enregistrement, faisant fi du principe démocratique fondamental de séparation des pouvoirs et des dispositions constitutionnelles qui assignent au parlement une mission de contrôle de l'action du gouvernement. Dans le même sens, l'ex-exécutif dont le gouvernement avait fait l'objet d'une motion de censure soutenue par plus des deux tiers des députés, s'est obstiné, contrairement aux pratiques démocratiques en pareilles circonstances, à reconduire le même premier ministre au mépris de l'avis sans équivoque de la majorité parlementaire.
Cette obstination, qui trahissait la crainte d'une cohabitation qui devenait inévitable même en cas d'élections législatives anticipées, allait conduire à une paralysie totale de l'Etat et de l'action gouvernementale, au point que le pays n'était plus gouverné. Une telle situation était porteuse de dangers multiples, au moment où le pays connaissait pour la première fois de son histoire des actes terroristes et devenait un terrain propice aux trafics de tous genres.
C'est donc pour préserver et consolider les acquis démocratiques, permettre au Parlement de jouir pleinement de toutes ses prérogatives constitutionnelles, maintenir la stabilité du pays et le prémunir de dérives aux conséquences imprévisibles, que le changement du 6 août a été opéré.
Aujourd'hui, excepté l'institution présidentielle, toutes les autres institutions démocratiques fonctionnent normalement ; et les libertés individuelles et collectives sont garanties.
A cet égard, mon gouvernement a présenté devant l'Assemblée Nationale sa déclaration de politique générale, et plus des deux tiers des députés lui ont accordé leur confiance.
En outre, un large mouvement populaire soutient et accompagne le changement opéré le 6 août (élus locaux, syndicats, partis politiques, Ong, initiatives indépendantes).
Pour le retour du pays à un ordre constitutionnel normal, une élection présidentielle libre et transparente sera organisée dans les plus brefs délais, en concertation avec les forces politiques, la société civile et nos partenaires au développement. Le calendrier et les modalités pratiques de cette consultation seront fixés lors des Etats généraux de la démocratie que nous comptons tenir au début de ce mois.
Il s'agit là d'un engagement pris devant le peuple mauritanien et qui sera respecté.
Je vous invite donc tous, comme vous l'avez fait par le passé, à faire preuve de compréhension à l'endroit de notre peuple, sage et responsable, et à venir appuyer nos efforts inlassables de recherche de paix, de sécurité, de démocratie et de développement.
Nous notons avec satisfaction l'envoi d'une mission d'étude et d'information du comité des ambassadeurs ACP en vue d'accompagner la Mauritanie dans les consultations prévues au titre de l'article 96.
Aussi, au nom du gouvernement mauritanien, nous réaffirmons notre attachement aux principes de souveraineté, d'intégrité territoriale, et de non ingérence dans les affaires intérieures des Etats, ainsi qu'au droit des peuples à construire leurs propres systèmes politiques dans un climat de paix, de stabilité et de justice, conformément à la déclaration d'Accra du Groupe ACP adoptée ce jour, à laquelle nous adhérons sans réserve.
Je vous remercie ".

maatala

Anonyme a dit…

OSONS boycoter Cridem et Claude K
ce type est venu s'enrichir sur le dos des démocrates mauritaniens.
en 2007 il a recu de l'argent de Amal a l'epoque de sidioca pour rouler contre le camp de l'oposition. et actuellement il a recu de l'argent de Bouamatou ce qui explique les attaques par pseudonymes (ould elkory) contre le FNDD et FKB.

Anonyme a dit…

comdab, sidi baba allume le feu et prend la fuite avant la marche et l'ultimatum, on n'est jamais mieux à l'abri que chez soi!

http://www.cridem.org/index.php?id=82&no_cache=1&tx_ttnews[tt_news]=23000&tx_ttnews[backPid]=36&cHash=9658c2b3d6

Anonyme a dit…

http://www.anbaa.info/spip.php?ar


SELON le Site ANBAA ELYCOM ET SON EPOUSE RISQIENT D'ETRE JUGES AU MEME TITRE QUE SIDIOCA ET KB,
question de fermer la porte devant une eventuelle candidature du colonel ELY

Anonyme a dit…

A Lire sur le site anbaa






تهم الفساد تتعدى ولد الشيخ عبد الله وعقيلته لتصل إلى اعلى ولد محمد فال وزوجته
علم موقع "أنباء" من مصدر خاص ، أن لجان التحقيق المشكلة حديثا فى موريتانيا بعد الإطاحة بنظام ولد الشيخ عبد الله ، والتى كان ينظر إليها على أنها لجان سياسية ، يقصد منها أساسا محاكمة ولد السيخ عبد الله وعقيلته ، لا يستبعد ان تصل إليها قريبا ملفات خطيرة تتهم شخصيات سياسية موريتانية كبيرة بالفساد والإحتيال على المال العام ، ومن بين تلك الشخصيات ، الرئيس السابق العقيد أعلى ولد محمد فال وعقيلته ، ومن بين التهم التى سيتضمنها الملف حسب المصدر ، استغلال زوجة العقيد لنفوذها فى القصر إبان فترة حكمه للحصول على قطعة أرض محاذية لقصر المؤتمرات ، أكدت بعض المصادر أن محاولة شركة كويتية للفندقة الإستثمار في تلك الأرض إبان عهد الرئيس المخلوع ولد الشيخ عبد الله ،هو ما جعل أمرها ينكشف ،

الفضيحة الثانية وهي بنفس الدرجة من الخطورة وتتعلق باستغلال واحد من إخوة الرئيس السابق ، لنفوذ أخيه فترة حكمه للحصول على ترخيص إحدى أكبر المساحات الخاصة الموجودة بين تفرغ زينة ولكصر التى كانت السلطات فى عهد نظام ولد الطايع قد تنازلت عنها لصالح مشروع سياحي كبيرتشرف عليه مؤسسة أهل الشيبانى العالمية التى توجد أغلب اسثماراتها خارج موريتانيا وكان من المفترض ان تظل الأرض ملكا للدولة ، وفى حال عدم انشاء المشروع السياحي فيها تعود مباشرة للدولة ، وهو ما أصبح مستحيلا بعد تحويلها إلى ملكية خاصة .

وإذا صحت هاتان التهمتان ، وصح إدراجهما فى ملفات لجان التحقيق الجديدة فلايمكن قراءة الأمر فى الوقت الراهن إلا من زاوية واحدة وهي إصرار القادة الجدد فى موريتانيا على إغلاق جميع المنافذ أمام ترشح الرئيس السابق الموريتاني اعلى ولد محمد فال للرئاسة ، وهو ترشح يرى فيه الجنرالات ،حاليا تحديا حقيقيا لتحقيق أطماع بقائهم فى القصر من خلا انتخابات عامة يتوقع ان تشرف عليها هيئات دولية مستقلة قريبا .



:GMT+2 2008-10-04 13:01:40



من نحن | الرئيسية | اتصل بنا | خريطة الموقع





جميع الحقوق محفوظة

Anonyme a dit…

Moncef MARZOUKI et Heithem MENNA écrivent au Front
Dans un courrier adressé au Front National pour la Défense de la Démocratie et dont For-Mauritania a reçu copie, les deux éminents intellectuels arabes, d'origine tunisienne, Moncef MARZOUKI et Heithem MENNA, penseurs et militants des droits de l'Homme expriment leur soutien total et inconditionnel au combat du Front dans l'épreuve qui se prépare. "Nous sommes fiers de votre combat et le considérons partie intégrante du nôtre contre le despotisme qui maintient nos peuples aux derniers rangs de tous les palmarès", affirment les deux intellectuels.
http://www.fr.for-mauritania.org

copiarpegar

Anonyme a dit…

Il ne sert a' rien de verser l'huile sur le feu. Une confrontation entre nos citiyens qui risque d'avoir comme consequences quelques morts, doit etre evite'e. Ceux qui sont oppose's au coup d'etat ont le droit de demontrer a' travers les ecrits, marches et autres moyens qu'ils sont contre l'action illegale et illegitime du 6 Aout.

La situation risque d'exploser. Nous avons tous l'obligation morale de travailler pour la paix civile dans notre pays. CE N'EST UNE QUESTION DE QUI A PEUR ET QUI N'A PAS PEUR. IL S'AGIT PLUTOT DE PRESERVER LA PAIX SOCIALE DANS NOTRE PAYS. NE VOUS TROMPEZ PAS, PLUSIEURS PERSONNES VEULENT VOIR LA MAURITANIE PLONGE'E DANS UNE GUERRE CIVILE! NE TOMBEZ PAS DANS LEUR PIEGE!

LES USURPATEURS QUITTERONT!
TRAVAILLONS POUR LA PAIX ET LA DEMOCRATIE!

N'oubliez jamais la sagesse de chez nous qui dit: LI ADE MITEKELEM ZOUWEYGUILE, YI OUDE MISSANETE AKHILE!


VIVE LA MAURITANIE!
VIVE LE PEUPLE MAURITANIEN!

Anonyme a dit…

Merci Couly!

Bebe BA a dit…

Bidani 100%,

Je crois que tu t'es trompé de Blog,vas plutot du côté de :http://www.ltvidar.blogspot.com/
Sinon, modéres toi!
Si on est là, c'est en tant que Mauritaniens, mais pas en tant Bidane ou Kowri

Anonyme a dit…

L’Espagne opposé aux sanctions contre la Mauritanie

Lors des débats parlementaires espagnols, la question de la Mauritanie a été soulevée par M Carles Campuzano représentant de la Coalition catalane (CIU) qui s’est interrogé sur la situation des droits de l’homme en Mauritanie.

Dans sa réponse, M Miguel Moratinos, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération a déclaré en substance : « Malgré le récent coup d’Etat que le gouvernement espagnol a condamné, par principe, nous ne sommes pas favorable à l’adoption de sanctions ni à la suspension de la coopération avec la Mauritanie parce que de telles mesures ne contribuent pas au rétablissement de la démocratie, ni à l’amélioration des conditions de vie des populations ».

M Miguel Moratinos a ensuite déclaré : « il y’a lieu de continuer le dialogue avec les autorités mauritaniennes pour que le rétablissement de du cadre démocratique puisse se faire ». Cette position de l’Espagne est conforme avec les règles du droit international dans lequel les sanctions constituent une violation du principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d'un pays et le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, y compris celui de choisir leur système économique, politique et social.



On en est à se demander si ceux qui orchestrent des campagnes de diffamations contre la Mauritanie et qui se targuent de militer pour le bien-être du peuple (sic), ne sont pas les premiers à violer les dispositions du corpus législatif en vigueur dont la Déclaration Universelle des droits de l'homme, les Pactes internationaux relatifs aux droits de l'homme, les Conventions de Genève de 1949 et leurs deux protocoles…

En Mauritanie, le Mouvement de Rectification de nos vaillantes forces armées et de sécurité, qui tire sa légitimité de la large adhésion du Parlement, des élus locaux, de la société civile et de tous les acteurs sociaux respecte en priorité les droits indivisibles et inaliénables des citoyens.

Comment peut –on alors justifier que des sanctions puissent rétablir un ordre social basé sur la démocratie si le peuple est affamé, et souffre cruellement du joug des oppresseurs de l’ancien régime tant critiqué du président déchu Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, de sa célébrissime épouse Khattou Mint Boukhary, pompeuse présidente de la Fondation du même nom et de tous ceux qui ont sapé l’espoir de cette Nation paisible ?

Le comble serait que l’on évoque le motif de la protection des droits de l'homme pour justifier de telles mesures de rétorsion alors que les droits les plus élémentaires de ces populations seraient bafoués de façon systémique par ces sanctions.

Tel Attila, la cohorte machiavélique du FNDD, avide de pouvoir, compte sur les décisions de la Communauté internationale, pour violer de façon éhontée les sacro principes de la Déclaration sur le Droit au développement de la Mauritanie.

Voila ce que veulent ces sangsues du FNDD : nous appauvrir, par des sanctions qui tuent. Se délecter de notre misère, de notre angoisse collective, dont ils sont déjà responsables par 15 mois de règne sans partage. De despotes éclairés, ils passent aux affameurs du peuple.

Nous devons nous unir pour stopper ces ennemis de la Nation, dont les desseins inavoués sont d’hypothéquer notre avenir, saper nos espoirs de développement et de paix sociale.




M Miguel Moratinos est un honorable diplomate chevronné. La décision de l’Espagne de nouer un dialogue constructif avec notre gouvernement est à saluer.

Voici le lien des débats parlementaires espagnols : europapress.es/nacional/


Info source : Isselkou Ould Abderrahmane

maatala a dit…

Salam

Couly

Tu n'a pas répondu à ma question sur le parent (KB) qui a interrompu les études de son fils.

Parent digne ou indigne?.

Car je suis convaincu que cet acte irresponsable n'est pas l'oeuvre de SIDIOCA.

Oui ou non ce n'est pas si compliquer que cela.

Je pose aussi la même question au autre bloogeurs.

Allons les gars montrer leurs que vous êtes des mâles dominants (lol).

Maatala

maatala a dit…

Salam

lu pour vous

"Le Jihâd : sa vraie signification et son but
lundi 9 décembre 2002

Question
Chers savants, paix sur vous. A la lumière de ce qui se passe aujourd’hui, à savoir la guerre dite contre le terrorisme, je pense qu’ils vous incombe, en tant que savants, d’écrire quelque chose pour clarifier le concept de Jihâd en Islam, c’est-à-dire la manière dont l’Islam traite cette question, et ce, afin que les non-Musulmans comprennent la différence entre le Jihâd et le terrorisme. Que Dieu vous récompense.

Réponse du Docteur Muzammil Siddîqî
[1]
Dieu dit : « Et luttez pour Dieu avec tout l’effort qu’Il mérite. C’est Lui qui vous a élus ; et Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion, celle de votre père Abraham, lequel vous a déjà nommés ‹Musulmans› avant (ce Livre) et dans ce (Livre), afin que le Messager soit témoin contre vous, et que vous soyez vous-mêmes témoins contre les gens. Accomplissez donc la prière, acquittez l’aumône légale et attachez-vous fortement à Dieu. C’est Lui votre Maître. Et quel Excellent Maître ! Et quel Excellent Soutien ! » (sourate 22, le Pèlerinage, Al-Hajj, verset 78).

Le Jihâd est l’un des aspects les plus mal compris et les plus déformés de l’Islam. Il existe certains Musulmans qui exploitent ce concept et qui en font un mauvais usage afin de parvenir à leurs fins politiques. Il y a beaucoup de non-Musulmans qui comprennent mal cette notion. D’autres non-Musulmans en donnent une interprétation déformée afin de discréditer l’Islam et les Musulmans.

Qu’est-ce que le Jihâd ?
Le mot « Jihâd » ne signifie pas « guerre sainte ». Il désigne la lutte et l’effort. Les mots utilisés pour la guerre dans le Coran sont « Harb » et « Qitâl ». Le Jihâd quant à lui désigne la lutte sérieuse et sincère aussi bien au niveau individuel qu’au niveau social. C’est la lutte pour accomplir le bien et éradiquer l’injustice, l’oppression et le mal dans son ensemble de la société. Cette lutte doit être aussi bien spirituelle que sociale, économique et politique. Le Jihâd consiste à œuvrer de son mieux pour accomplir le bien. Dans le Coran, ce mot est employé sous ses différentes formes à 33 reprises. Il est souvent associé à d’autres concepts coraniques tels que la foi, le repentir, les actions droites et l’émigration (Hégire) [2].

Le Jihâd consiste à protéger la foi de l’individu et ses droits. Le Jihâd n’est pas toujours une guerre bien qu’il puisse parfois prendre cette forme. L’Islam est la religion de la paix mais cela ne signifie pas qu’il accepte l’oppression. L’Islam enseigne que l’on doive faire tout notre possible afin d’éliminer les tensions et les conflits. L’Islam promeut les moyens pacifiques pour mener au changement et à la réforme. En réalité, l’Islam insiste sur le fait que l’on doit s’efforcer d’éliminer le mal par des moyens pacifiques sans avoir recours à la force autant que faire se peut. Au cours de l’histoire de l’Islam, depuis le Prophète — paix et bénédiction sur lui — jusqu’à aujourd’hui, les Musulmans ont, le plus souvent, résisté à l’oppression et ont lutté pour la liberté par des moyens pacifiques et non-violents.

L’Islam enseigne également une éthique convenable en cas de guerre. La guerre est permise en Islam, mais uniquement lorsque les autres moyens pacifiques comme le dialogue, les négociations et les traités échouent. La guerre est le dernier recours et doit être évitée le plus possible. Son but n’est pas de convertir les gens par la force, ni de coloniser les peuples, ni d’acquérir des terres, des richesses ou une gloire quelconque. Son but fondamental est la défense des personnes, des biens, de la terre, de l’honneur et de la liberté, aussi bien pour soi-même que pour les autres peuples qui souffrent de l’injustice et de l’oppression.

Les règles essentielles de la guerre en Islam
Ces règles sont les suivantes :

Être suffisamment fort pour que l’ennemi vous craigne et ne vous attaque pas.
Ne pas commencer les hostilités. Œuvrer le plus possible pour la paix.
Combattre uniquement ceux qui combattent : pas de punition collective. Aucun mal ne doit attenidre les non-combattants. Les armes de destruction massive ne doivent pas être utilisées.
Cesser les hostilités aussitôt que la partie adverse est encline à la paix.
Observer les traités et les accords aussi longtemps que l’ennemi les observe.
Dieu dit explicitement : « Combattez dans le sentier de Dieu ceux qui vous combattent, et ne transgressez point. Certes, Dieu n’aime pas les transgresseurs ! [...] Le Mois sacré pour le mois sacré ! — Le talion s’applique à toutes choses sacrées. Donc, quiconque transgresse contre vous, transgressez contre lui, à transgression égale. Et craignez Dieu. Et sachez que Dieu est avec les pieux. » (sourate 2, la Vache, Al-Baqarah, versets 190 et 194).

Le Jihâd n’est pas du terrorisme
Il est nécessaire d’attirer l’attention sur le fait que le terrorisme contre des civils innocents, que ce soit par une agression classique ou par des moyens suicidaires, n’est en aucun cas permis par l’Islam. L’Islam encourage les peuples opprimés à lutter pour leur liberté, et il ordonne aux autres Musulmans d’aider ceux qui sont opprimés et qui souffrent. Cependant, l’Islam n’autorise, pour quelque raison que ce soit, le terrorisme contre les non-combattants et les gens innocents. Le terrorisme n’est pas le Jihâd : c’est du fasâd (de la corruption). Le terrorisme est en contradiction avec les enseignements de l’Islam. Il y a des gens qui utilisent des arguments pervertis pour justifier le terrorisme qu’ils emploient pour leur cause. Mais cela n’admet aucune justification. Dieu dit : « Et quand on leur dit : ‹Ne semez pas la corruption sur la terre›, ils disent : ‹Au contraire nous ne sommes que des réformateurs !› Certes, ce sont eux les véritables corrupteurs, mais ils ne s’en rendent pas compte. » (sourate 2 intitulée la Vache, Al-Baqarah, versets 11 et 12).

L’Islam veut établir un ordre mondial dans lequel tous les êtres humains — Musulmans et non-Musulmans — peuvent vivre dans la justice, la paix, l’harmonie et la confiance. Il offre à ses fidèles des directives précises pour qu’ils trouvent la paix dans leur vie individuelle et sociale, mais il leur dit également comment étendre cette confiance aux autres nations sur la base de relations humaines envers autrui. Les Musulmans oeuvrent sous ces principes depuis des siècles. Des gens de toutes confessions ont vécu avec eux et parmi eux. Les sociétés islamiques étaient alors connues pour leur tolérance, leur générosité et leur humanité.

Nos sociétés modernes s’inscrivent dans un village planétaire, où les non-Musulmans vivent avec des Musulmans dans des pays musulmans, et où des Musulmans vivent avec des non-Musulmans dans des pays où les non-Musulmans sont majoritaires. Il est alors de notre devoir d’amener une meilleure compréhension mutuelle entre nous ; il est de notre devoir d’œuvrer pour la paix et la justice pour tous les peuples ; il est de notre devoir de coopérer les uns avec les autres pour parvenir au bien et ce, afin de faire cesser toute forme de terrorisme, d’agression et de violence contre les innocents. C’est cela notre Jihâd aujourd’hui.

Et Dieu est le plus Savant.


maatala

Bebe BA a dit…

Publié par Lakhbaar Tebgue Vi Dar

X Ould Y : quand le silence paye.
On n’a plus entendu parler de X Ould Y depuis mars 2007.
Dans son dernier message de fermeture, il disait qu’il allait donner une chance au nouveau président de la République (6 mois de silence). On a avancé beaucoup de noms mais en vain.
Aujourd’hui par contre, X Ould Y va prolonger son silence parce qu’il vient d’être nommé par le Premier ministre à un poste très important.

Donc X Ould Y + Z (Zinzin) = Zéro. Alors, la boucle est bouclée !
Mais Lakhbaar Tebgue Vi Dar va révéler et bientôt l’identité réelle de X Ould Y, en temps opportun parce qu’il devient un homme public gérant l’argent du contribuable mauritanien (à suivre donc).
Publié par Lakhbaar Tebgue Vi Dar



Plus besoin de lire SANS BLAGUES pour se dentendre; il suffit de faire un saut sur le blog:ltvidar.blogspot.com, pour ce détentre.

Bebe BA a dit…

Bidane 100%,

Je te donnerais pas le plaisir de me comporter comme toi!
les insultent ne sont que le reflet de la personnalité de l'indivudu, ils temoignent une certaine étroitesse d'ésprit et un complexe d'infériorité qui me font plutot pitié.

Bonne Fête et simah

Anonyme a dit…

Lu sur un site ^pour les cnalheurs!

Les coulisses du coup d'etat du 6 AOUT
Dés les premiers jours de l'aprés transition ould abdel aziz ne se reposait jamais il ne dormait que deux heures de suite et sentait une peur inhouie qui l'etreinds chaque soir.Sidioca etait pour lui un danger permanent ce vieux peut se reveiller un jour ou l'autre et lui chambarder sa democratie naissante!

Chaque soir que ses mercenaires venait a lui le fortifier pour lui dire que sidioca etait le plus poltrons des poltrons et qu'il ne devait nullement s'inquieter il dormait deux heures.Le but en premier lieu de ould abdel aziz c'etait alors d'eliminer categoriquement sidi ould cheikh abdallahi ce danger permanent.Vient alors l'ideé de l'un de ses mounafiq,qui consistait à acheter les moeurs des parlementaires et de le frapper là ou ca fait mal.Figure toi lecteur que ce ne fut pas si difficile que ca car avec l'argent du contrubuable ould abdel aziz pouvait acheter la mauritanie entiere a fortiori le parlement.Le premier appelle de aziz etait a ould latghdaf et il lui retorqua le visage en fair nous allons renverser progressivement sidioca pour cela nous allons le calomnier et lui montrer de quel boit on se chauffe.En fait lui dit ould laghdaf toi tu etais toujours mon idole et j'ai toujours aimé etre comme toi.L'entente etait primordiale entre les deux rien ne les empecher maintenant main dans la main de decomposer le pouvoir naissant de sidioca.La premiere etape etait d'infiltrer des emissaires dans la tourt de sidioca :son parti adil.Et de l'interieur même preparer la mort progressive du president qui rassure.La deuxieme etape etait par le biai de ses conseillers de faire faire a sidi de nominations douteuse qui changeront la statut sidi en un nouveau taya que le peuple haira.La troisieme etape c'etait d' acheter le parlement qui s'occuperait de exsecuter a tourt de role les decisions de ould abdel aziz dont le plan marchait à la perfection.La quatrieme etape et celle qui fait mal c'etait de mettre en avant la relation entre l'enrichissement de l'epouse de sidi et sa fondation KB plusque douteuses selon eux!Maintenant que ould abdel aziz a pris l'elan il ne fallait plus que faire le saut les yeux fermeés.Tous dirons qu'un jour ou l'autre sidi devait tomber car pour etre le candidat des militaires il faut l'etre et accepter alors toutes les decisions qui s'impliquent a une complicité avec des gens qui ne connaisset ni Dieu ni ame, mais d'autres dirons que sidi a su s'ecarter des militaires et decider de faire a lui sa democratie en quelque sorte celle que le peuple a toujours voulu.Pour cela il devanait une carte qui genait les militaires qui l'ont elimine automatiquement.Il faut savoir aussi que sidioca n'aurait jamais pu etre le president de la republique sans l'aide des millitaires qui l'ont soutenu bec et ongle et même pieds pour qu'il realises leurs souhait.

Progressivement l'image de sidi se degrade dans les yeux des mauritaniens et sidi ould cheikh abdellahi commence sa descente vers l'enfers.Rien ne va plus comme avant.L'homme qui etait le symbole de la democratie devient la cible du parlement qui l'attaque jour et nuit et denonce toutes ses descisions qu'il reconnait etre comme le retourt de la gabegie.en quelques semaines Comme planifiait ould abdel aziz sidioca est haï par le peuple qui voit en ses descisions de l'autoritarisme et surtout du tayisme.Sidioca ne sait plus quoi faire dissoudre le parlement et etre confronté a la population tout seul ou demissioner et laisser place aux millitaire qui auront gagné la bataille.De nulle part sort ould waquef le permier ministre qui sauve la democratie en demissionant avec ses ministres tayiste qui etait le socle du probleme.Sidi insite et ould waquef est reconduit.sidi saura plus tard que ould abdel aziz est la source de tous ses maux.sidioca prend le coup mais ne reagit pas,sa reaction viendra plus tard.Le 5 aout ould abdel aziz aprend que sidi a decidé de le limoger lui et toute la junte car il en avait ras de bol de leur dit il interferation dans les haute affaire de l'etat que sont ils au juste ajoute t il ,une poigné de millitaire et moi je suis le president!Aigri ould abdel aziz appelle ses acolytes et leur lance nous allons renverser sidi demain!Le 6 aout on apprend à la radio que sidi ould cheikh abdallahi a eté renversé et que ould abdel aziz est devenu president d'un dit haut conceil d'etat.

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taqadoumy

"FNDD : O. Mohamed Lagdhaf a occupé le siège de la Mauritanie, à Accra
04-10-2008
Après une semaine de vive polémique à Nouakchott, entre les partisanes et les opposants au coup d'état du 6 août dernier, les leaders du Front National Pour la Défense de la Démocratie (FNDD, anti-putsch) le reconnaissent : C'est bel et bien le Premier Ministre Moulaye Ould Mohamed Lagdhaf qui a occupé le siège réservé à la Mauritanie, lors du Sommet d'Accra.

Et le FNDD de préciser : "avant la décision des organisateurs de partager la représentation de la Mauritanie entre notre délégation et celle pro-putsch, nous avons céder le siège à la délégation présidé par Moulaye Ould Mohamed Lagdhaf, vu que son niveau de représentation était plus élevé que là notre, qui est présidé seulement par un ministre de l'élevage, alors que la leurs est présidé par un Premier ministre".

Mohamed Ould Maouloud, l'un des leaders du FNDD, déclare que le sommet a décidé d'envoyer une délégation à Nouakchott, avant de prendre une décision.

Depuis le début des travaux du sixième sommet des chefs d'État et de gouvernement du Groupe Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP), qui se tenait à Accra (Ghana) du 30 septembre au 03 octobre 2008, une polémique oppose, à Nouakchott, les pro et les anti putsch, concernant la représentation de la Mauritanie au Sommet.


Alors que l'agence mauritanienne d'information (AMI, officielle) déclare que la délégation gouvernementale conduite par le Premier Ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf occupe le siège de la Mauritanie pendant les travaux, Le FNDD, lui, soutient en revanche, dans un communiqué publié vendredi, que la délégation conduite par le Coréra Issagha, ministre "légitime" de l'agriculture et de l'élevage, a été bien accréditée et est traitée sur le même pied d'égalité que la délégation conduite par Ould Mohamed Lagdhaf.


© Sahara Media - Octobre 2008

maatala

maatala a dit…

Salam

Chers amis

Les insultes et les noms d'oiseaux sont bannis sur cet espace de liberté.

Merci d'avance

Maatala

Bebe BA a dit…

Maata,

Tu me rassures!
Un moment, je croyais m'être trompé de Bolg.

Bonne soirée à tous et à demain

Anonyme a dit…

ACP discusses Mauritanian coup, ICC charges against Sudanese leader
APA-Accra-(Ghana) Among issues discussed at the sixth ACP heads of state and government summit which ended Friday in Accra, the Ghanaian capital included the coup in Mauritania and the accusations against the president of Sudan Omar al Bashir by the International Criminal Court.
Speaking to APA at the end of the summit, Lesotho’s Minister of Trade and Industry, Popane Lebesa said Lesotho was opposed to the overthrew of the democratically elected government of Mauritania.
The Lesotho minister said even though ACP did not expel the representative of the junta from the summit, it made it clear that ACP does not support a government that came to power through unlawful means, especially when that is against the principles of their constitution.
About the issue of Sudan, Minister Lebesa said the ACP encouraged the suspension of the charges against President al Bashir by the ICC, in order to give him a chance of making efforts to bring peace in that country, but added that Lesotho again opposed those who proposed that the ACP should order the ICC to cancel the charges.
He said Lesotho’s stand was that the courts of law should be independent, which is the case in Lesotho.
The minister added that the council of ministers and the summit of heads of state and government discussed issues that affect their countries which included climate change, gender equality, financial crisis, rising food and oil prices, among others.
Meanwhile, according to the final communiqué of the summit, the leaders urged developed countries to deliver fully, on long term commitments, regarding financial support to developing countries.
They emphasized that the ultimate aim of development, as viewed by the ACP group, is human development in its economic, political and cultural dimensions, and they resolved to focus their immediate considerations and future actions on the theme of the 6th summit, which is promoting human security and development, with a view to eradicating poverty and promoting sustainable development, thereby guaranteeing peace, security and stability for all their communities.
The objective of the summit was to afford the ACP heads of state and governments, an opportunity to deliberate and provide political guidance on a number of issues relating to human security and human development of the ACP states.
The summit ended on Friday with the adoption of the Accra Agenda for Action (ACC) by heads of state and governments.
MBR/daj/APA

maatala a dit…

Salam

Insolites


Il y a vraiment de drôles d’endroits, sur cette planète. Ainsi, avez-vous déjà entendu parler de Darvaza, au Turkménistan ? Un peu à l’écart de ce village de 350 habitants, on peut voir cet étrange cratère en feu. Volcanisme ? Pas du tout : c’est du gaz naturel qui brûle ainsi, depuis une trentaine d’années. Un gisement se trouve là, très proche de la surface. Et il vaut mieux pour tout le monde que ces émanations brûlent plutôt que de se répandre dans l’atmosphère. On trouvera des précisions [en] ici, de belles photos là et même quelques vidéos sur YouTube.
Mais le feu follet de Darvaza n’est rien comparé à ce phénomène largement méconnu : des milliers de gisements de charbon, de part le monde, sont en feu, brûlent nuit et jour. En émettant, on s’en doute, des gaz à effet de serre, comme le CO2 et le méthane, ou toxiques, ou simplement désagréables. Certains feux se trouvent en surface, d’autres sont souterrains. L’homme est souvent responsable, mais pas toujours. Des précisions, en anglais ici, ici et là. Anupma Prakash propose ici explications et photos.
Rien qu’aux États-Unis, on compte des centaines de ces feux, notamment dans l’état de Pennsylvanie. Le site le plus connu est sans doute celui de Centralia, où une veine de houille brûle depuis 1962.

La Chine est sans doute le pays le plus affecté par ce problème. On estime à quelque 20 millions de tonnes par an la quantité de charbon qui part ainsi en fumée. C’est pourquoi on tente d’éteindre ces incendies, ce qui n’est pas chose aisée. À Xinjiang, dans le nord-ouest du pays, on a réussi l’année dernière, après trois ans d’efforts, à éteindre un feu qui avait en 50 ans consumé pas moins de 12 millions de tonnes de charbon, et émis 70 000 tonnes de gaz toxiques.
En Inde orientale, à Jharia, 400 000 personnes vivent au dessus d’une mine en combustion depuis près d’un siècle. Mais le record de longévité est détenu par Burning Mountain, en Australie (New South Wales). Le charbon y brûle depuis 6000 ans.

Pierre Vandeginste

maatala

Anonyme a dit…

For-Mauritania appelle à manifester demain à l'intérieur et à l'extérieur de la Mauritanie
La journée de demain, 05 octobre 2008, constituera un tournant important dans la lutte que mènent les forces patriotiques contre la tentative de coup d'Etat perpétrée par un groupe d'officiers supérieurs après avoir été démis de leurs fonctions par le Président de la République. Ainsi, les Mauritaniens et les amis de la Mauritanie sont-ils appelés à descendre dans la rue pour participer à une marche de démonstration et de protestation organisée par le Front National pour la Défense de la Démocratie à Nouakchott et ce malgré l'interdiction que lui ont opposée les putschistes qui avaient spolié le pouvoir depuis le 6 août dernier.
http://fr.for-mauritania.org

copiarpegar

maatala a dit…

salam

"La crise financière menace-t-elle l’Afrique ?
Des économistes et des financiers s’expriment

En aout 2007 éclatait la crise des subprimes aux Etats-Unis. Plus d’un an après, elle est loin d’être terminée. La récente faillite de Lehman Brothers en est la preuve. En Afrique, au Maghreb en particulier, des mouvements de panique ont eu lieu sur des places financières. Quelles peuvent être les conséquences de cette crise pour le continent noir ? Analyse.

Lundi 15 septembre. Lehman Brothers, quatrième banque d’investissement de Wall Street, se place sous la protection de la loi sur la faillite. Une manière politiquement correct d’annoncer sa faillite. Le système financier mondial plonge dans le rouge. Georges Bush annonce, dans la foulée, un plan de sauvetage des institutions financières de Wall Street de 700 milliards de dollars. « Que le ciel nous vienne en aide à tous, si ce plan (qui attend d’être validé ndlr), ne passe pas », avait déclaré Henry Paulson, le secrétaire d’Etat américain au Trésor.

Dans le même temps, la panique s’empare de plusieurs places boursières en Afrique : au Maroc, en Algérie, au Nigéria, au Kenya….. Plusieurs banquiers africains interviennent alors pour rassurer les investisseurs. « Nous ne sommes pas concernés par la crise internationale car nous n’avons pas de subprimes dans nos banques. Nos banques ne portent pas ce genre d’actifs qui a causé la perte de la prestigieuse banque américaine », a indiqué le gouverneur de la Banque centrale marocaine, Abdellatif Jouahri. Le même discours a été tenu au Nigéria, en Algérie, etc… L’impact de la crise financière internationale sur l’Afrique devrait donc être limité.

Les conséquences varient suivant les pays

Au-delà de toutes ces allégations, quelles peuvent être les vraies répercussions de cette crise financière internationale, qui ébranle le système capitaliste dans son ensemble, sur le système financier africain et l’économie réelle du continent ? En été 2007, au lendemain de l’éclatement de la crise, un banquier marocain affirmait, « nous n’avons rien à craindre. Grâce au sous-développement nous sommes immunisés ! »

Pas tant que ça, nous a répondu Jose Gijon Spalla, économiste en Chef pour l’Afrique et le Moyen Orient au centre de développement de l’OCDE. « Les conséquences de cette crise, dit-il, peuvent varier selon le niveau de développement des pays ». L’effet de contagion peut donc atteindre des Etats comme l’Egypte, l’Afrique du Sud ou le Maroc, dont les systèmes financiers sont plus intégrés au système international. Des Fonds occidentaux en quête de diversification de leurs investissements ont injecté beaucoup d’argent sur ces marchés, écrit The African Executive. Les baisses constatées sur les places boursières de ces pays paraissent donc normal. Il s’agit d’un problème de confiance, explique l’économiste de l’OCDE, parce que « les investisseurs se disent que si les Etats-Unis sont frappés, ce ne sont pas ces pays africains qui seront épargnés ».

Il faut, par ailleurs, noter que cette crise est d’abord une crise de financement. Les entreprises financières, notamment les banques de certains pays africains, vont être touchées. Car elles ne pourront pas recevoir de fonds de la part de leurs consœurs occidentales. Si les banques occidentales, pour des raisons de solvabilité, refusent de se prêter de l’argent entre elles, il y a de fortes chances qu’elles ne veuillent pas financées les banques africaines. Et si ces dernières ne peuvent pas bénéficier de ces crédits, elles se retrouveront dans l’incapacité de prêter à leurs clients (particuliers ou entreprises). La crise se répercute alors sur l’économie réelle.

L’aide au développement pourrait en souffrir

Ce n’est pas tout. « La plupart des gros projets (publics ou privés), en Afrique, sont financés par des fonds étrangers et quand ceux-ci n’ont pas de visibilité, ils deviennent réticents à investir », ajoute Mivédor Ekué, Chargé de portefeuille à la Banque africaine de développement (BAD). Des projets pourront donc être suspendus sur le continent.

Autre conséquence, d’ordre général, pour le continent, selon Jose Gijon Spalla : « Si une récession survient sur les marchés développés notamment aux Etats-Unis, cela pourrait entraîner la baisse de la demande, donc de la production. Conséquence : les demandes en matières premières vont reculer. » Pour les pays africains essentiellement producteurs, il s’agit là d’une mauvaise nouvelle. De même, cette crise peut aussi entraîner la chute du dollar. Les matières premières étant cotées en billet vert, une baisse de son cours va provoquer la baisse du revenu des entreprises productrices, qui en général sont publiques. Les pays de zone F CFA, par exemple, en raison de l’arrimage à l’euro, vont produire dans une monnaie plus forte et vont vendre moins chère.

D’autre part, les pays développés ont pris des engagements en matière d’aide vis-à-vis des pays pauvres. « Si déjà en période normale, ils ont du mal à tenir ces promesses, sans doute qu’en temps de crise, ils auront encore plus de mal », note M. Spalla.

Quelles solutions pour l’Afrique dans ces conditions ? « C’est difficile de prendre des mesures quand on est dans cette situations », indique l’économiste de l’OCDE. C’est sûr, les pays africains n’ont pas les moyens de changer le cours des événements en Occident. Les solutions qui peuvent être mises en œuvre pour amortir les effets de cette crise en Afrique seront essentiellement structurelles.

Stéphane Ballong

maatala

kimporte a dit…

à lire sur le blog du prof

" ces grenouilles qui demandent un roi"

ben ali n'est pas un roi , c'est le crapaud qui le dit!

Anonyme a dit…

Les Mourabitounes de la démocratie

Lorsque le Maghreb El Aqsa a atteint le sommet de la déliquescence religieuse au début du second millénaire, les montagnes de l’Adrar mauritanien, appelées aussi les montagne Lemtuna ont constitué le berceau d’un mouvement légendaire qui en moins de 60 ans a pu mettre sous son contrôle un territoire englobant tout le Maghreb El Aqsa jusqu'à Alger à l’Est et allant de Saragossa (Espagne) au Nord jusqu’au fleuve Sénégal et Audaghost au sud.

Dans toute cette région, les Mourabitounes ont fait régner la justice et ont pu rectifier durablement la foi en dérive des musulmans du Maghreb El Aqsa. Rappelons que la dévise de ce mouvement était “Da3wat El Hagh Wa Radd El Madhalim Wa ghat3 El Magharim” ce qui signifie “l’appel à la foi, la restitution de la justice et l’abolition des impôts illicites”.

Les Mauritaniens sont aujourd’hui appelés de manière analogue à défendre la démocratie et à l’imposer comme système de gouvernance chez eux d’abord en espérant que le reste du Maghreb puisse suivre très bientôt.

Pour cela je lance un appel à tous les citoyens soucieux de l’avenir de notre chère Mauritanie de répondre demain le 5 octobre 2008 à la manifestation internationale contre ce qui est appelé sous nos tropiques « mouvement rectificatif » et qui n’est en réalité rien d4qutre qu’un des coups d’Etats les plus vulgaires.

sanhaji

Anonyme a dit…

écoute sanhaj le combattant libre pourquoi vouloir envoyer les gens manisfester et se prendre des coups quand vous autres du front vous n'osez pas même écrire sans l'anonymat et cela et valable pour ses géants de la démocratie de for-mauritania qu se cache jusqu'à ce jour

vous n'êtes pas sérieux et même lâches

Khalil Balla Gueye a dit…

Dire du bout des lèvres que les obscénités et autres insultes n’ont pas leur place ici n’est pas en soi convaincant !C’est même une attitude grotesque et risible de pitre qui veut se donner une assurément impossible bonne conscience !Alors messieurs arrêtez votre schizophrénie pseudo-intellectuelle et pseudo-politique voire « pseudo en tout » ou de pseudos tout court !Arrêtez aussi vos dédoublements débridés qui ne trompent plus personne ,KBG aidant!Reconnaissez aussi votre vénalité et votre "pseudo-autisme" politico-intellectuel!
Et comme je l’ai dit 2 jours avant Lakhbaar Tebgue Vi Dar « LA BOUCLE EST BOUCLEE» par les oeuvres de l’impertinent CLEANER KBG !J’avais bien annoncé les couleurs et affiché mes objectifs déclarés en participant à ce blog!Mais moi j’ai joué franc jeu ,sans me cacher ou utiliser les armes de la vulnérabilité ,de l’impotence et de la capitulation couardes que sont les insultes !Et puis moi aussi j’ai un blog et je me débrouille plutôt pas mal dans la langue de La Fontaine :j’ai même écrit ma propre « fable »(sic) !Donc mon répertoire dans cet exercice de pleutre qu’est l’invective serait plutôt varié et riche ,mais moi et mon blog ne sommes vraiment pas près de sacrifier à cette misère de miséreux pris à la gorge!Et puis cela risquerait d'avoir des "effets indésirables ou secondaires" car à force de titiller ma fibre de PUNISHER et de CLEANER zélé et efficace le taux de chômage dans le milieu de notre "pseudo-intelligentsia" risquerait de monter en flèche et personne n'a vraiment besoin de cela!L'économie du pays non plus!Vrai ou je me trompe?
C’est curieux tout le monde me plagie mais moi je fais du KBG ou du KGB c’est comme vous voudrez mais jamais du GOOGLE ! »Me krahni bik ye chikh ew mahle andi lebne enâjek !» !Il n’y a pas 36000 solutions avec KBG:se soumettre (à la vérité) ou se démettre!Et à en juger par ce que j’ai toujours lu et que je viens de lire ,il semblerait que les insultes correspondraient à un acte de REDDITION pitoyable dont ,BON PRINCE, je prends acte !Je viens pratiquement en quelques minutes d'écrire tout un blog et cela risquerait de donner bien des idées à ma muse de blogger en panne et en mal d'inspiration pour mon blog de ce soir!
A la bonne heure ,sans insulte!
Khalil Balla Gueye a dit...Bonsoir,
Je reprends mes bonnes vieilles habitudes.la boucle est bel et bien bouclée!Enfin ,je l'espère!
"La fable de l’émouvante fin du chaton de la maison des artistes de Nktt." (çà c’est pour La Fontaine)
Avec introduction!
http://vindicte.blogspot.com/2 octobre 2008 22:36

Anonyme a dit…

Le cuistot Maata veut dérober nos regards de l'essentiel soit la manifestation de demain et l'arrivée à terme de l'ultimatum.

Il parle de la crise finanière du Gaz naturel en déperdition au Turkmenistan.

Merci, Maata on ne peut pas manger ta cuisine dans ces conditions.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Ecoutes cher anonyme de 21.50 moi j'ai déjà sacrifié l'anonymat dès l'annonce du putsch et j'ai enlevé mon masque, pendant que tout le monde grelotait de peur. J'y ai invité les canalheurs mais ils n'ont pas voulu. Demande à Maata il peut le témoigner.

Si tu connaîs bien Canal tu dois me connaître sinon crées un e-mail fictif que tu me communiques pour que je me dévoiles à toi si tu veux t'économiser la peine de revoir les archives disponibles de Canal.

Je t'invite toi aussi à la Manif, de toutes les façons on y sera. On n'a pas peur des grenades, ni des fusils ni de matraques.

Sanhaji

Anonyme a dit…

c donc toi à qui maata a dit qu'il personne n'avait rien à cirer de l'identité

sacré maata

désolé donc, toujours est-il que nos vaillants gars de for-mauritania eux sont bien terrés derrière le mot équipe, tu leurs dira que c une honte à donner la nausée d'envoyer les gens se faire frapper et eux ils se cachent même d el'autre côté des mers

maatala a dit…

Salam

Sanhaji

" Quand DIEU donne le mal, il donne aussi le reméde".

Proverbe arabe

maatala

maatala a dit…

Salam

Sanhaji

Je reste convaincu, que l'un de nos plus grand défaut, c'est de croire que la mauritanie est le centre du monde.

Maatala

Anonyme a dit…

bonsoir

KBG

"l'homme que Dieu hait le plus est le querelleur"

hadith du prophéte rapporté par Aicha (sahih al-boukhari, 1122).

Anonyme a dit…

FOR MAURITANIA:


1- Coordinateur Général (Provisoire)


Nom et Prénom : Lemrabott Ould Moustapha Saleck

Lieu de Résidence : Essen

Pays de Résidence : Allemagne

Fonction : Ingénieur en Project Management

Email: lemrabott.saleck@for-mauritania.org



2- Coordinateur en France


Nom et Prénom : Mohamed BABA

Lieu de Résidence : Clermont-Ferrand

Pays de Résidence : France

Fonction : Professeur des Universités

Email: france@for-mauritania.org



3-Coordinateur aux EU


Nom et Prénom : Isselmou Ould Dellahy

Lieu de Résidence : Chicago

Pays de Résidence : Etats Unis

Fonction : Chercheur en Ingénierie de Télécommunication

Email: usa@for-mauritania.org



4- Coordinateur en Espagne


Nom et Prénom : Sidi Mohamed Ould Taleb

Lieu de Résidence : Madrid

Pays de Résidence : Espagne

Fonction : Ingénieur en Contrôle Mécanique, Doctorant

Email: spain@for-mauritania.org



5- Coordinateur en Allemagne


Nom et Prénom : Lemine Cheikh

Lieu de Résidence : Bielefeld

Pays de Résidence : Allemagne

Fonction : Ingénieur en Informatique

Email: germany@for-mauritania.org



7- Administration Technique et Rédaction


Nom et Prénom : Mohamed Ould Mohamed Saleck

Lieu de Résidence : Bochum

Pays de Résidence : Allemagne

Fonction : Etudiant

Email: support@for-mauritania.org

Nom et Prénom : Moustapha Abeidarrahmane

Lieu de Résidence : Bochum

Pays de Résidence : Allemagne

Fonction : Etudiant

Email: support@for-mauritania.org

Khalil Balla Gueye a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Khalil Balla Gueye a dit…

C’est curieux ,j’ai une attirance inexplicable et irressistible pour les milieux « difficiles » ou « à problèmes » !Par exemple les cercles racistes exercent sur moi une aimantation aussi envoûtante que celle des blondes pour lesquelles j’avouerais volontiers avoir eu un faible par le passé ,plus maintenant ,assagissement et âge aidant !Comme les blondes les milieux racistes sont enflammés ,volcaniques et passionnés donc le POMPIER(sic) que je suis s’y sent presque dans son élément !Et pourquoi donc ?Comme les blondes les milieux racistes sont inextinguibles et insatiables mais seulement en haine et rancoeur !Et comme chez les blondes aussi ,les milieux racistes sont une planque de crétinisme et d’imbécilité et les amateurs du moindre effort y feraient un tabac en se tapant toute cette engeance avec une facilité déconcertante !C’est la nouba d’enfer à tous les coups(sic) !Je le sais pour avoir fréquenté ces 2 nids de la niaiserie au service de la débauche (polit pour les racistes) !Je me sens tellement à l’aise avec les crétins racistes déclarés ou pas que même les insultes et les invectives ne me dissuadent guère de prendre mon pied ,comme avec les sottes blondes !Et je puis me « taper » ces racistes d’autant plus facilement que j’appartiens aux 2 communautés et même un peu plus que la moyenne :car moi je ne suis pas un Kowri-Bidhani- mais plutôt « echwey vowg dhâk gâl el kentawi » pour les négros « un peu plus que cela » ,un KOWRI-HASSANI ou un HASSANI-KOWRI ,c’est comme vous voudrez !La preuve je suis l’un des rares à pouvoir dire « tât nâr amoul toubey » ou « négro » sans soulever un tollé général !Et puis comme avec mes blondes ,j’aime ces milieux licencieux ,débauchés et cyniques repaires de l’immoralité et de la luxure faites hommes ou crétins plutôt !Alors je ne me lasse point de cogner dans le tas ,à gauche ,à droite ,au centre et aux extrêmes en somme :les bacchanales de Bacchus chez les niais racistes !Exceptés les « androgynes racistes » condamnés dans mon bidule sur les intellos à répéter invariablement « ecce homo » comme Gainsbar !
Donc j’aime fréquenter les « fachos racistes » ou ceux qui les abritent ,c’est pareil :je joins l’utile à l’agréable comme avec les idiotes blondes !Je purge et expurge (sic) à volonté tout en me gargarisant d’avoir fait oeuvre utile mais facile aussi !J’ai l’impression de nager dans de la mousse ou du coton ,tellement le job est enfantin chez ces débauchés racistes comme avec les blondes !La preuve ,en 6 mois j’ai pratiquement démantelé le « Klu Klux Klan » local ,où et qui précisément :la liste n’est pas encore exhaustive quoique très fournie déjà ,comme celle de mes blondes !Après cela qu’ils aillent donc en parler à ma blonde attitrée ,les lâches délateurs racistes d’Aziz ! « Estâghvrou allah al âthim mine el kedhib wel kebairi » !Med Cheikh ente vem !

Khalil Balla Gueye a dit…

Ano 4 octobre 2008 23:06
Je suis loin d’être querelleur ,je ne fais que défendre la vérité ,la justice et accessoirement ma modeste personne et mon honneur !Il y a des gens qui se disent racistes ouvertement sur ce blog et qui me couvrent d’injures moi et mes deux parents et pire que cela toute la communauté négo-mauritanienne y compris les Hartanis sans que cela n’émeuvent outre mesure !Bien au contraire les « commentaires-injures » et leurs auteurs semblent avoir la cote ici et paradent voire trônent fièrement à côté des commentaires dits normaux !Et puis ,qu’il soit bien compris que KBG ne combat pas contre des personnes mais contre une certaine forme de pensée incarnée par des individus tristement emblématiques de la forfaiture et de la veulerie!Regarde autour de toi ,il suffit de se baisser pour ramasser à la pelle ces guignols haineux et venimeux !Il faut bien que ce sale boulot soit fait et je me suis juré de le faire avec manifestement un certain bonheur !La cuirasse blindée et insensible à l’infamie de ces gueux et hères de pseudos-intellos commencent à accuser le coup en se fissurant !Et je ne compte point m’arrêter en si bon chemin même si ces hommes dont je connais pour 95% d’entre eux la véritable identité ne m’intéressent pas pas en tant que tels !Je me bas contre leurs ruineuses idées vendues qui contribuent à mener le pays au chaos moyennant finances ou autres avantages en « nature » !
THE JOB MUST BE DONE !

Anonyme a dit…

Maata,

Tu veux que je commente a' propos d'une situation qui est familiale et prive'e. Je ne tomberai pas dans ce jeu. Ce que les uns et les autres veulent faire de leurs enfants, ne regarde qu'eux. A mes connaissances le fils du president n'est plus un enfant. Il a grandi. Therefore, who are you to tell two adults what to do and what not to do with their respectives lives?
Je te conseillerais de t'occuper de tes enfants et laisser les autres faire de leurs enfants ce qu'ils veulent.

Anonyme a dit…

Maata,

Je reconnaîs comme toi que ce défaut est typique en Mauritanie. Je te garantis que je ne l'ai pas. Ce que j'ai dit qu sujet de Mourabitounes est une vérité historique, je te renvoie au livre de Vincent Lagardère les Almoravides que je te recommande d'ailleurs vivement.

Par contre je te signale que le Général souffre terriblement de ce défaut. Il croit que la Mauritanie sans gouvernement légal reconnu peut quand même continuer son cheminement alors que le chacal à l'Est de Oualata sait que nous avons grandement besoin de l'appui de tous nos amis et frères à travers le monde.

Maata tu es simplement mal placé dans leur camp, ce n'est pas ton monde, ce petit monde de suivistes.

Même avec ta Tayaphobie, je t'estime beaucoup.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Mein lieber KBG, ich bitte Sis in Ihre Schreiben Absätze vorzusehen. Amsonsten sind diese wertvolle Dinge unlesbar.

Nichts für Ungut

ein eingedeutschter Mauretanier

Khalil Balla Gueye a dit…

Bonsoir,

"Des racistes et des...blondes!"

(suivi de : "L’argumentaire de l’injure.")

http://vindicte.blogspot.com/

A la bonne heure!

Anonyme a dit…

Notre pays ne peut pas et ne doit pas sombrer. EVITEZ LA FUITE EN AVANT!!!!
Le vaillant peuple Mauritanien a les moyens de resoudre cette crise. Optons pour une reconciliation nationale entre tous les enfants de la Mauritanie.
Je proposerai une reunion pour reconcilier les parties dans le conflits. Cette reunion regroupera les anciens presidents Mauritaniens, les anciens premiers ministres, l'actuel et les anciens presidents du parlement et du senat. l'actuel et les anciens presidents de la cour supreme,l'actuel et les anciens mediateurs de la republique tous ceux qui ont assume' le role de chef d'etat major, de directeur de la Marine et/ou de la Police, les presidents de partis poltiques Mauritaniens, les dirigeants syndicaux et les grands notables Mauritaniens. Mr. Ahmedou Ould Abdallah qui a passe' toute sa vie a' resoudre les conflit a' travers le continent Africain, sera l'invite' special de cette reunion. Son role serait d'expliquer aux uns et aux autres les consequences d'une Mauritanie instable.

C'est bien un conflit de personnes qui nous met dans cette situation.
Il faut donc utiliser cette reunion pour reconcilier les principaux acteurs politiques, remettre le vieux au pouvoir et donner une porte de sortie aux generaux.

bilkiss a dit…

Sanhaji,
ce que tu écris sur canalH, ne nous rassure point sur ta vraie personnalité!

es-tu vraiment Mauritanien?
qu'est-ce que tu manigances?

c pas du PATRIOTISME!!!
que faire descendre le peuple mauritanien dans la rue en cette periode de crise!!!

y'a mille et une solution, sans accourir à la violence, que notre pacifiste peuple ignore et déteste!!!
c une pratique étrangère à notre civilisation et à nos valeurs.

bonne nuit,

p.s
suis malade et il est tard mais j'ai pas pu me retenir, il faut oser le faire, inviter nos paisibles citoyens à la manif Sanhaji!!!

Ouistiti a dit…

Oui, il faut appeler à manifester et le plus durement possible!Bilkiss et les autres supposés "pacifistes", vous vous trompez!!

Ce qui arrive aujourd'hui au peuple mauritanien , c'est parce qu'il se tait et parce que l'on sait qu'on peut le dominer sans qu'il bouge!!

Il faut qu'il bouge!!!qu'il bouge !!! Sinon il se fera toujours dominer comme un mouton.

Il arrive que seule la violence peut répondre à la violence pour régler les choses!!!

Quelle sera votre réaction à vous en tant que personne, si une personne vous écrasait le pied à chaque instant? Continuerez-vous à protester "pacifiquement" tout le temps?

Non, il arrive que vous devez vous défendre et si vous ne faîtes pas cela vous allez continuer à souffrir et toujours!!

Pour le peuple c'est la même chose tant qu'il ne réagira pas violemment, il restera un escalve de ceux qui le dominent par la force, par la corruption et par leur présence néfaste!


IL FAUT QUE LE PEUPLE REAGISSE VIOLEMMENT ET TOUT DE SUITE!

Et cessez vos arguments pacifistes de défaitiste dominés par la force.

Aucune démocratie ne née et s'est défendue sans combat du peuple!

Allons tous dans la rue et défions ces lascars, ces mercénaires , ces escrocs qui nous volent notre état, notre république, notre avenir!!!!

Allez dans la rue!!

Et sachez, j'en sais quelque chose, le policier est un lapin et ceux qui le commanditent sont des vulgaires peureux cachés derière leur matraque.

Affrontons les , pourchassons les, confiscons leurs matraques, faisons leur mordre la poussière et quel qu'en soit le prix, c'est nous qui gagneront!!!

Disons violemment non!!! et Non!!!
C'est le seul langage qu'ils comprennent!!!

A tout de suite dans les rues!!!

Ps: Soyez légers, habillez-vous avec le minimum requis pour aller au combat, prenez suffisamment d'eau en bouteille et des turbans pour contrer les fumées et fermer bien vos chausures et armez-vous comme s'arment les policiers, les militaires et autres rats de ould abdel Aziz: avec des batons, des cravaches et des bouteilles vides cassez-les sur les vehicules pour créver les roues des voitures de la police et surtout criez fort très fort pour rallier vos amis et compagnons, chqaue fois que les policiers vous chargent
Contrez-les en allant au-devant d'eux, ils auront peur et perderont toute leur énergie et leur courage!!!

Allez dans la rue!!! Pour notre pays, pour notre pays!!!

Anonyme a dit…

Chere Bilkiss,

je suis triste en apprenant que tu soit malade, Mahou Valak.

Moi je n'appelle pas a la violence, je demande seulement a ceux qui pensent comme moi, soit ceux qui sont contre le putsch de faire usage de leur droit de maanifester inscrit garanti dans notre consitution.

Le forces de l'ordre doivent elles aussi respecter ce droit. Ne pas manifester ne sert que les intérêts de la junte qui divergent à mon entendement des intérêts suprêmes de la Mauritanie.

Nous les anti-putsch on n'a pas d'armes, ni matraques, ni de gaz lacrymogène. On n'a que nos consciences et nos pieds pour briser cette peur du militaire ou du policier qui nous coûte très chère.

Cette peur serait pourtant justifié si ce militaire ou ce policier pour défendre le droit. Mais s'il sont en porte à faux avec le droit, la peur n'eux n'a plus de raison.

Sanhaji

maatala a dit…

Sanhaji

Je vous soumets certain articles que je glane ici et là, afin de nous faire oublier notre nombrilisme.

Un peu de lecteur rend moins idiot dit le Fou

amitiés

maatala

DOA a dit…

ouistiti tu est trop decidé tu vas faire sortir le peuple avec des haches devant des gens armés de pistolet ce sera carrement un genocide ce que doit par contre faire le peuple c'est de sortir PACIFIQUEMENT et exiger son doit a la manif n'usez point de vos mains car devant eux vous n'avez aucune chance.

«Les plus anciens ‹Précédent   1 – 200 sur 274   Suivant› Les plus récents»