dimanche 21 décembre 2008

un non-évènement

Sidi libéré….et alors ?

Tôt ce matin Sidioca a été conduit à son domicile à Tevragh Zeina ; où il lui a été signifié qu’il était désormais libre, comme ça d’un coup sans prévenir c’est qu’il n’était pas prêt alors il décide que c’est à lui de dire quand il sera libéré, et il retourna à Lemden.

Mais pourquoi ?
Plusieurs hypothèses ont été avancées :
1- Pour organiser un retour triomphal digne de ce nom à Nouakchott
2- S’il n’est pas au palais présidentiel, autant rester à Lemden

Personnellement ces hypothèses je les trouve un peu légères mais je n’en vois pas d’autres.

Sidi qui a affirmé hier dans une interview qu’à sa libération il s’attèlera à sa tâche de président, aurait beaucoup de mal à le faire de son QG de Lemden.

Surtout que apparemment les Européens commencent à le lâcher, si j’en crois une interview accordée par l’ambassadeur de France au journal El Emel dans laquelle il demande aux partis du FNDD de participer aux journées de concertation organisées par le HCE, c’est une reconnaissance en bonne et due forme ou je ne m’y connais pas.
la question est surtout de savoir qu’elle est la contre partie cédée par notre président général aux français pour mériter une telle faveur ?

Donc Sidi a été libéré. Mais rien n’a changé….
LM

169 commentaires:

maatala a dit…

Salam

Le retour de SIDIOCA à Lemden est la preuve que c'est un homme libre (lol).

Il n'aurait pas eu le temps de dire "Au revoir"nous dit-on.

je dirais plutôt qu'il préféré être absent de NKTT, lors de l'ouverture des journées de concertation, car il verra à la télé des têtes qui lui donneront la nausée.

Il aurait aussi comprit qu'à son âge qu'on n'est jamais mieux que chez soi, loin de babylon dit le FOU

maatala

Sellami a dit…

Salut à tous,
Sidi a été libéré de ce qui a pu lui arriver de mieux dans a vie: se penser en leader. Et toute la valeur que cela peut lui donner, et tous les cris des défenseurs de la démocratie et de la constitution en herbe et des requins du FNDD qui ne convainquent personne. Car les ténors de cette tendance sont tellement mal dans cet habit que ça rend malde, tellement ils sont antidémocrates par essence et par principe. Et ce ne sont ni les rescapés de l'idéologie de Marx-Mao-Nasser, ni les partisans de Tourabi-Ghannouchi, encore moins Ould Dedew et ses salafistes très pragmatiques (ils le sont depuis qu'ils ont appuiyé Maaouya, le vrai, Ibn Abou Soufian, contre Ali et Aïcha, avec le réalisme politique incontestable de El Ach'aari) qui peuvent se prévaloir des principes de la démocratie libérale. Quant aux chantres du tribalisme et des ogres budgétivores de la démocratie de Taya, il ne faut surtout pas penser qu'ils puissent avoir une quelconque forme de principes à défendre autre que celle de se remplir les poches, qu'il vente ou qu'il pleuve du sable et de la misère sur cette contrée du milieu de nulle part.

Et alors, dites-vous?
Oui, et alors... Rien. On ne s'improvise pas leader et cette étoffe-là n'attend pas les combats darrière-garde pour s'affirmer.
A vos chapelts, vieux nabot!! Ouste et laissez voir d'autres têtes!!

Ɔopiarpegar a dit…

On compte sur les USA (ehel Couly wellah ella wakhyert) pour faire échouer le Coup d'État.
z'meimilit l'Europe mahi chi tenkre just like ours...

bilkiss a dit…

DONC SIDI EST LIBERE ...MAIS RIEN N'A CHANGE.

bien dis LM!
ça résume tout, c la RIM!!!

rien ne changera, le peuple mauritanien ne veut plus de Sidioca!!!

pour le "retour triomphal" à Nktt, il peut tjs attendre.
il parait qu'y a plus de visiteurs à Lemden depuis presque un mois!!!

pas un chat qui erre dans les ruelles de Lemden!!!

Sidioca et ces HOOLIGANS (retourneurs de veste, les mécontents, les arrivistes...etc etc) devraient se rendre à l'évidence, coopérer avec le nouveau régime en place pour le bien de la RIM, ça nous évitera des manifs bidons et peut-être une guerre civile.

amitiés,
Bilkiss

Yanis le R. a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Yanis le R. a dit…

C'est une bonne nouvelle déjà que le président élu soit libre!
C'est le moins qu'on puisse dire.
Alors, c'est quoi la suite? On attend tous.
Sidioca n'a pas reconnu qu'il avait été mal conseillé le 5-6 août dernier, ce qui est quand même un comble!
Les mêmes conseillers sont toujours là avec ses anciens adversaires politiques au moment des élections qui l'avaient installé au pouvoir... Ce n'est pas très rassurant tout cela!
Moi, comme certains compatriotes, j'attends une entrée triomphale à Nouakchott (de Lemden) avec un cortège pacifique et populaire de plus en plus dense, de plus en plus important jusqu'à la Capitale qui ne peut plus qu'ouvrir ses portes...
AOD avait manqué ce rendez-vous nous dit-on en janvier 1992, est-ce que Sidioca sera au rendez-vous de l'histoire?
Vainqueur, il retablira la démocratie pour toujours (rien que par la symbolique), ou comme un certain Allende au Chili, il sera une icône adulée qui finira par vaincre la dictature ou l'omniprésence militaire à postum...
Le peuple mauritanien attend!
Il n'y a pas d'erreur possible et pardonnable maintenant même si on a été élu démocratiquement...
La démocratie c'est l'intérêt général tout d'abord, l'intérêt général en particulier, l'intérêt général en définitive!

maatala a dit…

Salam

Couly et Sanhaji en tant que "Tayaphile" autoproclamés et certains Vessad du FNDD ( bodiel, Wagf, Naji etc....)veulent se racheter une crédibilité en soutenant le Périmé (sidioca).


Sanhaji a dit:

"N'oublies surtout pas Maata que les récents efforts n'ont pu ramener que quelques 3000 réfugiés, alors qu'on parlait de dizaine de milliers".

Quel audace (sic)

Tout est bon pour falsifier les faits voir les minimisés, car après les avoir farouchement niés, voila qu'on tente de faire croire que c'est un "détail" de l’histoire (sic).

Un seul déporté Mauritanien est un déporté de trop et en tant que tayaphile, le moins que l'on attendre de toi, c'est que tu présentes tes excuses pour cette infamie au lieu de jouer sur les chiffres.

Ceux qui refusent de revenir et ceux qui sont partis s'installer au USA n'ont fais qu'exercer leur liberté, cette dernière ayant été bafouée par la tayie et ses boys.

Rien ne peut changer Couly et Sanhaji, ils ont un blindage mental, un manteau de certitudes.

Ils n’admettront jamais la faillite du pays à cause de la tayie, un système fondé sur la terreur et l'emboîtement d'escroqueries matériels et morales.

Des incorrigibles dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Pousser Sidi a un retour triomphal (l'etait vraiment?) c'est ouvrir la porte aux hostilites et Dieu sait ce qui pourrait advenir.

maatala a dit…

Salam

Quelques remarques faites par nos amis au sujet de la lettre de SIDIOCA.
---------------------------------

"Quand sidi dit que Aziz lui a demandé d'appeler le colonel Boubacar et lui dire que sa nomination est annulée: l'a -t-il fait ou pas, ce n'est pas précisé dans la lettre.
S'il l'a fait, c'est qu'il ne mérite pas le soutien qu'il a, même sous la menace.
Et s'il ne l'a pas fait, pourqui ne l'a t-il pas dit clairement?

---------------------------------
sidioca continue à nous vendre un "selon eux" signifiant que de symboles terribles de RV-land et la tayie , ils ne sont pas et que c'es tjuste selon eux, selon les généraux

----------------------------------
pourquoi n'a-t-il pas dissous? c'est juste parce qu'il a préféré tout bloquer et peut-être tout incendier que de laisser une chance à la démocratie et donc au RFD

----------------------------------
Je signale tout de même que pendant ce temps ses adversaires actuels étaient ses plus grands soutiens si ce n'était pas ceux-là même qui l'ont créé et "fait avaler" au peuple (ghebbou sans eau, lol, pour utiliser une expression de KBG) au cours d'élections libres et transparentes...
Il y a surtout dans le témoignage de Sidioca des oublis et des blancs mais surtout un homme naïf sans aucun doute et certainement peu méchant. En un mot un homme qui n'est pas fait pour la fonction de président...


Lemden nous revoila dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

LM,

Soyons sérieux. Depuis quand les européens ont commencé à lâcher Sidi? Soit tu es entrain de lire entre les lignes et tu dois t'acheter des lunettes ou bien tu es passé de l'autre coté. Pas étonnant que x ne veut pas revenir malgré les appels de Maatala, car ses anciens amis le connaissent et ils l'ont certainement déja vendu.

Pour ta gouverne LM, ce qu'à dit l'Ambassadeur il y a longtemps est que la réunion doit être inclusive de tout le monde. Pour ton info, cela veut dire que Aziz et ses compagnons ne doivent pas présider cette réunion du 27 décembre, mais trouver une entité indépendante pour la gérer.

Espère que le management de ce blog avec sa cohorte de rectificateurs de willebrequins n'a pas changé de camp contre des espèces sonnantes et trébuchantes. Si tel est le cas, je t'autorise d'envoyer mon IP aux services sécuritaires de Aziz et Ghazwani, car je n'ai pas peur.

Bilkiss: plaisir de t'avoir connu. Si tu as accès à mes IP, il faut les utliser à bon escient. Fais attention au retour de willebrequin, car tu es très fragile.

C'est le dernier message de A- sur ce blog et je ne suis pas KBG: je ne reviens jamais, après avoir quitté.

A+, copiarpegar, Yanis, Rimo, Couli, KBG, Kimporte, bl, Bilkiss, Sanhaji, Maatala and numerous others: it was a pleasure reading you here and debating on the future of this country. Keep it up guys. Don't ever give up.

x: enta mneine yichetetna? Tes "amis" n'ont pas été capables de maintenir le flambeau. On a beaucoup débattu ici et donné de nous même parceque tu as dit que c'était tes amis. Ils sont aussi faibles que Sidioca. Meme du viagra à dose élevée ne les reveillera pas. Je vais continuer à vous lire, mais ne ferai pas de commentaires.

Adios tous. A-
=========
LM a dit:

Surtout que apparemment les Européens commencent à le lâcher, si j’en crois une interview accordée par l’ambassadeur de France au journal El Emel dans laquelle il demande aux partis du FNDD de participer aux journées de concertation organisées par le HCE, c’est une reconnaissance en bonne et due forme ou je ne m’y connais pas.

Anonyme a dit…

liberation de sidi= rihit hajra

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous sur cridem

"Editorial du Véridique: Ould Abdel Aziz serait-il victime de la guerre des clans ?

S’il est une constante dans le paysage politique mauritanien, c’est bien cette propension des élites à battre des pieds et des mains pour tenir en otage celui qui détient les rennes du pouvoir.

Chaque clan, chaque groupuscule, chaque lobby s’emploie vaille que vaille à exprimer son « soutien indéfectible », son « adhésion totale », son « appui inconditionnel » à l’homme qui détient le pouvoir.

Les innombrables manifestations de soutien au Haut Conseil d’Etat et à son président le Général Mohamed Ould Abdel Aziz montrent certes que le mouvement de rectification du 6 août 2008, répond à une forte demande de populations mauritaniennes blasées, frustrées et déçues par les quinze mois de règne de l’ancien président monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi.



Des mois durant lesquels le petit peuple a souffert de plusieurs maux qui ont pour nom : cherté du coût de la vie, pénurie d’eau, insécurité et catastrophes naturelles. Ceci explique en grande partie, les manifestations de soutien exprimées aux nouveaux maîtres du pays.

Mais une fois les marques de soutien spontané exprimé, rien n’explique cette initiativemania. Pour couper court à cette mascarade, les plus hautes autorités du pays doivent instruire la télévision et les autres organes de presse officiels pour cesser de couvrir ce genre d’évènement qui à la longue sonne faux.

De fait, il s’agit de manœuvre politicienne orchestrée par de puissants lobbies qui certes soutiennent les nouvelles autorités du pays mais dont chacun veut montrer que le rapport de force est en sa faveur.

Dans l’entendement de ces hommes de l’ombre, le baromètre de la longueur d’avance sur les autres, est le nombre d’initiatives de soutien qu’ils suscitent.

Chaque clan veut tirer le rideau de son côté et montrer en conséquence qu’il est le plus puissant et donner ainsi les signes qu’il bénéficie des égards de l’homme fort du pays. C’est en somme la fameuse théorie du trafic d’influence si chère aux mauritaniens. Plus on montre qu’on est proche du pouvoir, même si cela est faux, plus on bénéficie de tous les égards.

Dans cette logique chaque clan essaye d’éloigner les autres lobbies aussi loin que possible du cercle du pouvoir.

La première conséquence de cette guerre de tranchées est le risque de plus en plus grand, de créer des tiraillements au sein de l’entourage du chef de l’Etat. Ce qui risque fort de l’influencer s’il n’y prend pas garde. Car chaque lobby essayera de montrer au général président la réalité sous un prisme forcément déformé.

Les spécialistes de ce genre de manœuvres sordides sont ceux-là mêmes qui ont durant vingt ans trompé l’ancien président Ould Taya et l’ont mené vers des stratégies politiques qui ont fait tant de mal pour le pays, ce sont également les mêmes forces occultes et puissantes qui ont noyauté le Conseil Militaire pour la Justice et l’Egalité jusqu’à réussir à le désorienter de certains trajectoires qu’il s’était pourtant fixé au début.

Les mêmes hommes ont aussi investi le régime de l’ex-président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi qu’ils ont réussi à faire vaciller à forces de mauvais conseils. Tenaillés par ces hommes, l’ancien président a lâché tous ses soutiens qui lui avaient permis de gagner la bataille présidentielle jusqu’à le faire élire au second tour devant son concurrent et à sceller une alliance contre nature avec ceux qui avaient tout fait pour l’empêcher d’être élu.

Ces dangereux manœuvriers multiplient aujourd’hui les recettes pour prendre en otage, le général Mohamed Ould Abdel Aziz. L’homme devra s’entourer de toutes les précautions pour éviter le piège dans lequel sont tombés ses prédécesseurs. Pour cela, il doit éviter d’écouter les conseils malveillants de certains de ces proches qui appartiennent à ces clans de l’ombre.

Haiba

Info source : Le Véridique (Mauritanie)

maatala

Sanhaji a dit…

Maatala,

à propos de la loi sur la nationalité, je suis prêt à te répondre mais à condition que tu soit d'accord avec moi que la loi suprême de ce pays est sa Constitution du 20 juillet 1991 amendée et confirmée le 25 juin 2006.

Pourquoi je te dis ça? Je crains que tu ne soit atteint de même syndrome que notre bidasserie qui croient que leur torchon de règlement militaire est supérieure à la Constitution.

Sanhaji a dit…

Leh hadhi Mouchkila,

A- wajjahtlak Errsoul latemchi 3anna.

Maata et Bilkiss vous avez fâché notre irremplaçable A-.

Il faut que vous excusiez auprès de lui, il est indispensable sur ce blog.

Copiarpegar au secours, Couly ente mneine.

A- si vraiment tu le fais moi aussi je quitte hein.

Trundrumbalind a dit…

Apparemment, Sidi s'est fait nuitamment embarquer de force de Lemden précipitemment et sans même pouvoir dire au revoir aux siens. Il y est donc retourné pour quitter dignement son village et, adroitement (pour une fois), attirer l'attention médiatique sur les conditions rocambolesques de son retour forcé.

maatala a dit…

Salam

Sanhaji

La constitution est notre loi supréme.

Mais je te l'ai déja dit, notre opposition se situe au niveau du soutien de SIDIOCA qui pour moi est et restera toujours le choix des bidasses pour nous.

Voici ce que je te disais dans un précédent blog:"sortie de crise"

"En tant d'observateur, j'ai toujours voulu vous faire comprendre, que dés le départ vous etes trompés en focalisant le débat sur le retour de SIDIOCA.

Votre tord est d’avoir vite sous le coup de l'émotion oublier que SIDIOCA, c'est avant tout leur choix, le hors concours de leur casting (son pathétique aveu l'atteste) et surtout qu' il s'avérera au vu des faits qu'il n'est pas et ne sera jamais à la hauteur, les faits sont malheureusement pour lui très tétus (cf. article du prof).

Principe de markting élémentaire:

Sidoca est un produit périmé donc "invendable", à plus forte raison affublé de la Maréchale, de Cendrillon et autres RV du FNDD(lol).

Il aurait fallu mettre en avant la démocratie et le retour des bidasses dans leurs casernes.

Partant de là exiger des militaires( puisque SIDIOCA était leur homme) de véritables élections démocratiques sans ingérence de leur part.

On remet tout à plat et on repart à zéro et dans ces conditions tous peuvent se présenter y compris SIDIOCA et azziz à condition qu'il enlève sa tenu.

Au lieu de cela, vous vous êtes accrochés au slogan suivant : légalité, retour de SIDIOCA en sus, vouloir nous faire croire que la crème de la Racaille (WAGF, BODIE? Biyé, .......) sont des prisonniers politiques.

Tant qu'à soutenir une personne , il faut soutenir un irréprochable, un mec clean entouré de gens clean (KB enti vem), car il y va de l'avenir de notre pauvre bled.

Votre SIDIOCA est entaché d'un péché originel, celui qu'il sera toujours perçu comme ce touriste incapable qui a été militairement élu.

Notre seul espoir est et reste toujours celui d'en finir enfin avec la bidasserie, alors pourquoi vouloir garder en guise de souvenir leur "chose".

Par ailleurs, tout malheur ayant quelque chose de bon, il va falloir aussi tirer les enseignements de cette crise, parmi lesquels :

- Notre dépendance vis à vis de l'aide après 48 ans d’indépendance.
- Le cynisme de nos politiciens
- Le mépris de la bidasserie à notre égard , nous les civils.
- Le manque de conviction de nos élites.
- La souffrance de ce peuple toujours prêt à se faire cocufier par le premier populiste de passage

Car nous sommes en passe de devenir, la honte de l'humanité dit le FOU.

Maatala

16 décembre 2008 17:04

maatala

Yanis le R. a dit…

Cher A-

Tu n'as pas le droit de lâcher tes amis alors que tu sais et que tu l'as dit plus d'une fois que la Mauritanie court toujours le danger extremiste et celui de la manipulation.

Tu es l'un des rares bloggueurs qui maitrisent ces sujets de sécurité et ton absence de cet espace est une victoire de l'extremisme et de la manipulation. Ceux qui en patissent ce sont tes concitoyens au bled qui n'ont pas été prévenus.
C'est une non assistance à (ton) peuple en danger. Pas la formule de O. Lebatt, mais bien la formule originale et anonymement utilisée, une bien grande différence...

Quoi que tu décides, crois ici à tout mon respect et à mes amitiés fraternelles.

Amicalement, Yan

maatala a dit…

Salam

Cher A-

Une fois n'est pas coutume, je me joins à Sanhaji pour te dire:

"wajjahtlak Errsoul latemchi 3anna"

Fraternellement

maatala

maatala a dit…

Salam

Pétition pour le retour de A- parmi les siens:

- maatala

maatala

Ɔopiarpegar a dit…

Chov dear amigo A- you can't leave them alone matguid non non maiçih dhe le blog min dounak revient stp we need you here.
je vais te donner 100 3atrouss n' give you back your 4 m'3iiz (ch'guilt?)

copiarpegar

Sanhaji a dit…

Maatala,

je suis d'accord avec ton opposition à Sidi, mais seulement tantque celui-ci est en exercice du pouvoir. Une fois qu'un bidasse gonflé par l'argent du contribuable, se permet en nous défiant et méprisant tous l'emprisonne, en bon démocrate, ta réaction devrait être violente, spontanée et sans aucun état d'âme.

L'histoire, Sidi a été amené par les bidasses, car le citoyen qui opère par vote secret peut choisir sans risque qui il veut. Et si le choix du peuple est fait par voie transparente, nous avons tous sans exception l'obligation morale et religieuse de respecter rigoureusement ce choix.

Sanhaji a dit…

Salam

Pétition pour le retour de A- parmi les siens:

- maatala
- Sanhaji

Ɔopiarpegar a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
bilkiss a dit…

A-,

stp ne nous quitte pas!!!
le Blog n'a pas de sens sans toi!!
sinon je me sentirais coupable, j'aurais des remords!!!

c vrai, que j'y suis pour quelque chose, la cause directe de ton départ!!!

mes excuses les plus sincères!!!

bilkiss,
avec un gros chagrin

Ɔopiarpegar a dit…

Salam

Pétition pour le retour de A- parmi les siens:

- maatala
- Sanhaji
- copiarpegar

Sanhaji a dit…

Je sais que depuis deux jours, A- est de garde et il a fait un excellent boulot. Le cuisto apparement est de plus en plus lassé. A- tu te reposes autant de jours et tu reviens. Entre temps nous allons arranger le problèmes des Lem3iz et de L3taris. Bilghiss est aussi disposé à te sourire, Maatala, va masser les pieds, moi je vais te faire du thé. Yanis va te cajoler par son éloquence inégalable, Couly va te faire rire ileyn tencheg, KBG va te faire un cours en diplomatie, copiarpagar va te copier Elhessn Elhassin mille fois.

La famille ne te lâchera pas, pas question.

bilkiss a dit…

je me joins à Maata, Sanhaji, Copiarpegar pour le retour immédiat de A-!!!

manifeste-toi Nom de Dieu!!!

Bilkiss,
tristounette

Anonyme a dit…

A-
Ne nous quitte pas!
Sans toi,que serons-nous?
Je signe avec plaisir la pétition de Maatala.

1.Maata
2.A+

A+

Anonyme a dit…

Pétition pour le retour de A-:

- Maatala
- Sanhaji
- Copiarpegar
- Yanis
- Bilkiss
- A+

Anonyme a dit…

Aujoud'hui, les questions relatives a' la securite' du President legitime son Excellence Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, doivent etre notre principale priorite'!
EST-CE QUE LE PRESIDENT A DES ELEMENTS DE LA SECURITE' POUR ASSURER SA PROTECTION? SI OUI, COMBIEN D'ELEMENTS SONT CHARGE'S DELADITE PROTECTION?
LAKHADARA ALLAH si quoi que ce soit de mal arrive au President de la republique, Abdel Aziz et son comite' militaire seront tenus responsables!!!!!!!!!!!!

Pour le reste, il serait preferable d'attendre une declaration du president de la republique avant de se prononcer de maniere definitive sur cette "liberation."

Sanhaji,

Maata et ses amis ne savent ni honneur ni dignite'. Ils peuvent continuer a' tempeter et a' repeter leurs betises. Vous avez demonte' au monde entier leur ignorance. Je suis fier de vous.

A-,

I know how you are feeling. I wish you the very best! J'attends le retour de toutes les institutions de la republique pour retourner dans mon silence!

Anonyme a dit…

Il faut lire: "...Vous avez demontRe' au monde..."

Anonyme a dit…

Pétition pour le retour de A-:

- Maatala
- Sanhaji
- Copiarpegar
- Yanis
- Bilkiss
- A+
- Coulibaly

LM® a dit…

Salut
A-,
une petite précision j'ai bien précisé que c'était selon une interview accordée au journal el emel;

d'ailleurs au delà de cette interview on peut difficilement occulter le fait que les européens ne cherche qu'un moyen d'entériner ce coup d'état, et à mon avis c'est plutôt Aziz elli mahou em3awn ev rassou.

ce blog a toujours été ouvert à toutes les opinions possibles, mais cela veut dire également que la mienne d'opinion doit être respectée.

Quand à ton IP désolé mon gars avec 7000 connections/jour il faudrait que je ne m'occupe que de ça.

quand aux autres amabilités telles que vendu etc... tu dois savoir que je n'y réponds.

si tu décides malgré la longue pétition lancée par les amis du blog de partir quand même, je regretterai ton absence comme celle de: Abou Zayd, Alioune, MMS, l'apprenti poète, trojean, etc...
j'en profite pour leur souhaiter à tous une bonne et heureuse année.

Anonyme a dit…

Pétition pour le retour de A- parmi les siens:

1. maatala
2.Sanhaji
3.copiarpegar
4.Bilghiss
5.Hamid

Ps:Pour te rappeler les bons souvenirs de l'école du marché....

Ɔopiarpegar a dit…

you know what amigo A- no more copiercoller I'll give up jusqu'a ton retour (ta3raf b3ad 3ani ça7ib).

maatala a dit…

Salam

"HCE-FNDD: Le HCE terrasse le FNDD

Assurément le Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) risque d’être décapité. Sa mort clinique n’est qu’une question de semaines voire de jours. Ses membres ont beau se donner un semblant de vie en organisant des conférences de presse ou des journées débats, leurs rangs ne cessent de se dégonfler.

Au rythme où vont les choses, ils ne resteraient plus au sein du Front que les leaders des partis politiques qui le composent car la base, elle, leur a fait depuis un certain temps déjà faux bond.

Elle est suivie dans cet élan par les élus qui font de plus en plus défection comme en témoigne le ralliement à la majorité de l’un des pontes de l’APP en l’occurrence le Député de la ville de Zouerate. Ce n’est pas le seul parlementaire à avoir franchi ce pas.



Avant lui, d’autres élus de grosses pointures ont tourné le dos à cette nébuleuse qu’est le FNDD. Il s’agit du Sénateur de Maghta Lahjar et du député de Barkéol. Sans compter plusieurs autres conseillers municipaux.

De fait, il est fort à parier que certains membres du Front se disent déjà dans leur for intérieur « weyl emmak yel arani » et ils n’attendent que le moment opportun pour fausser compagnie à leurs amis politiques et rallier la majorité.

Qu’est ce qui explique cette tendance ? Deux facteurs sont avancés par les analystes politiques. La première, c’est qu’au fil des jours, le HCE a su gagner la sympathie des populations à force de gestes concrets qu’il a pris. A commencer par la fameuse opération Ramadan qui a permis tout au long de ce mois béni de faire baisser les prix de plusieurs denrées de première nécessité au grand bonheur des chefs de ménage.

Ce geste providentiel fut suivi par un autre acte à savoir la réduction des tarifs de certaines prestations médicales ainsi que la cascade d’autres baisses qui ont touché le gaz oil et l’essence. Les tarifs du gaz butane ont également suivis, même si au passage l’approvisionnement de ce produit indispensable au ménage pose de sérieux problèmes. Qui en est responsable ? Les distributeurs des bonbonnes de gaz et la société se rejetant la balle au grand dam du consommateur.

Il faut également mettre à l’actif du HCE les visites de terrain entreprises par le général Mohamed ould Abdel Aziz dans certains quartiers périphériques de Nouakchott ainsi que dans les villes de Rosso, Zouerate, Kiffa et Tintane qui ont toutes été suivies d’effet.

Tous ces gestes joint à la bonne campagne de communication et de sensibilisation menée par les membres du HCE et certains ministres, ont permis de convaincre sur le bien fondé des mobiles qui sont à l’origine du mouvement rectificatif du 6 août 2008.

Mais la grande bataille remportée par le HCE c’est celle du front extérieur. En effet, à force de persuasion, le Haut Conseil d’Etat a réussi à renverser en sa faveur le rapport de force qui l’opposait aux membres du FNDD. Si au plan intérieur, le HCE occupait largement le terrain, il n’en était pas de même au plan international.

En effet, les hommes hostiles au mouvement de rectification avaient beaucoup misé sur la communauté internationale et avaient réussi grâce à leur mission à convaincre certains pays.

Mais depuis la dernière réunion de la communauté internationale qui s’est tenue le 12 du mois en cours à Bruxelles, il a été noté une meilleure appréciation par celle-ci de se qui s’est passé en Mauritanie.

En effet, les organisations internationales et les pays intéressés par la Mauritanie ont mis de l’eau dans leur zrig et ne font plus du retour de Sidi ould Cheikh Abdallahi aux affaires, une condition pour nouer le dialogue avec le pays.

Comment cela s’est-il passé ? En fait, tout s’est joué lors de la tournée exploratoire de la mission française. Au cours de son séjour, celle-ci a clairement constaté que le rapport de force est en faveur du HCE puisque la majorité des mauritaniens représentés par leurs élus (maires et parlementaires) souscrivent aux idéaux du HCE. Le rapport qu’elle a établi à la suite de cette mission a été fatale pour le FNDD qui de la sorte est terrassé par le HCE.

Le Véridique 208 du 20/12/08


Info source : Le Véridique (Mauritanie)

maatala

Anonyme a dit…

هها ههاهاهاهاهاهاها خذوا الفرصة، لا يجوز لنا الامتناع عن الضحك بل والقهقهة حتى و لو في هذه الأيام الصعبة من تاريخ و طننا العزيز. هل سمعتم بالنبأ العظيم، خروج مظاهراة في كنكوصه يقودها المناضل الشريف و الوزير الورع النزيه و النائب المقدام، و المثل الموريتاني الساطع في الكفاءة و النزاهة و حسن التسيير السيد كابه ولد اعليوه؟ لقد اسيقظ ضمير النائب بعد سبات عميق، يقارب السنة و هو في الصفوف الأمامية، يطالب بمحاكمة الرئيس الشرعي علي مقتل فتى كنكوصه العام الماضي أيام المظاهرات المناهضة لارتفاع الأسعار. ما أخفاه و تناساه رمز الفضيلة سيادة النائب هو أن الرئيس الشرعي هو من عزي أهل الفتي، من مدينة نواذيبو أثناء لقاء له مع أطر المدينة، و أعترف للمتظاهرين بحقهم في الاحتجاج و شرعية تظلمهم، و باشر في رسم خطة استعجاليه لتخفيف الآثار السلبية للأسعار التي عرفت ارتفاعا مذهلا على المستوي الدولي. ربما نسي النائب أن كلام السيد الرئيس مسجل و موجود في أرشيف التلفزة و الإذاعة، إذا لم يكن الانقلابيون قد مزقوه، أم يظننا فقدنا الذاكرة مع فقدان الشرعية، لا و ألف لا مازالت ذاكرتنا قوية و مازالت إرادتنا لا تتزعزع حتي إرجاع الشرعية. و إذا كنت أيها النائب صادقا في مسعاك ، فلماذا لا تقود هذه المظاهرة، أو تسجل موقفا احتجاجيا ولو رمزيا في البرلمان عند حصول الحادثة، أم أن شجاعتك خانتك حتى فات الأوان.
و الله، لقد هزلت .................. حتى سامها كل مفلس .

maatala a dit…

Salam

LM et yan

Un petit Mac-Chaud dans vos boites mails

maatala

Anonyme a dit…

Bonsoir
A-
Je me joins aux autres amis du blog pour vous dire que vous n’avez pas le droit de nous quitter en ce moment précis ou nous avons le plus besoin de vos analyses géostratégiques relatives notamment à la question du terrorisme dans notre sous-région.
Mah valek ekhzi anek echeytan et reprenez votre place (ô ! combien mérité) parmi les commentateurs de ce blog.
Es simah et bonne fin d’année à vous et à tous les visiteurs de ce blog.
Cordialement

Salem

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous sur france 24

"Pour travailler avec Obama, il faut être prêt à dévoiler sa vie"


Mardi 18 novembre 2008

Les candidats à un emploi dans l'administration du futur président doivent tout dévoiler de leur passé. Les postulants sont invités à remplir un questionnaire détaillé portant sur leur vie professionnelle, mais aussi personnelle. Mardi 18 novembre 2008
Par Leela JACINTO - Priscille LAFITTE.

Envoyer par email Imprimer save Il faut avoir du temps libre pour postuler à un poste de l’administration Obama. Assez en tout cas pour retrouver le nom, l'adresse et le numéro de téléphone de toutes les personnes avec lesquelles vous avez habité depuis dix ans. Il faut aussi reprendre l’ensemble de vos journaux intimes et traquer tout ce qui contient "quoi que ce soit suggérant un possible conflit d'intérêt ou quoique ce soit de compromettant pour vous, votre famille ou pour le président élu s'il était rendu public". Et avoir la présence d’esprit pour retrouver l’intégralité des pseudonymes sous lesquels vous avez pu écrire sur Internet.



Il y a ainsi 63 points sur lesquels vous devez apporter des preuves, qui vont de l’ensemble de vos déclarations d’impôt, de tous vos CV et publications (même sous pseudonyme) depuis dix ans, jusqu’au statut sous lequel vous avez pu embaucher un employé de maison (baby-sitter, jardinier, femme de ménage, etc.).



Ce questionnaire de 7 pages, dévoilé par le "New York Times", est envoyé à tous ceux qui candidatent à des postes élevés de l’administration. Cela signifie que tous les candidats aux 8000 postes ouverts, allant de l’architecte au libraire de la Maison Blanche, ne sont donc pas concernés.




"Ce questionnaire a pour but de couvrir l'équipe Obama en cas de problème", estime Larry Sabato, directeur du Centre politique de l'université de Virginia. "S'il y a une polémique, ils pourront toujours dire qu'ils ont posé la question au candidat mais qu'il n'a pas fourni l'information. Et en ce qui concerne les postes à haute responsabilité occupés par des personnes très expérimentées, c'est important que ces candidats prennent conscience de tout ce qui pourrait porter atteinte à l'image du président. N'oubliez pas que ce sont des personnes à l'ego surdimensionné qui n'ont pas l'habitude de voir leurs propres fragilités."




"C'est vrai que c'est terriblement intrusif , reconnaît Larry Sabato. Mais le président élu, Barack Obama, se retrouve déjà avec des tas de problèmes sur les bras, légués par l'administration Bush. Une controverse sur l’un des membres de sa nouvelle équipe est la dernière chose dont il a besoin."

Seriez-vous une source d'embarras ?


Le plus étonnant est de voir l’ensemble de la famille du candidat être visé par certaines questions. C’est le cas pour la possession d’une arme. C’est aussi le cas des liens éventuels du postulant, son conjoint et sa famille, avec des institutions financières en péril telles que Fannie Mae, Freddie Mac, AIG et Washington Mutual. L’équipe de Barack Obama veut ainsi éviter que les membres du gouvernement aient bénéficié d’avoirs financiers de ces banques et assurances, alors même que ces établissements sont poursuivis pour irrégularités.

Les conjoints des candidats sont visés par la plupart des questions : activité de lobbying, travail à l’étranger, prêts de plus de 10 000 dollars, cadeaux de plus de 50 dollars… Et si tout cela n’est pas suffisant, il faut mentionner si tout autre membre de la famille "serait une source d’embarras pour vous, votre famille ou le président élu." Nouvelles technologies obligent, le candidat doit faire une liste de toutes les adresses URL qui le concernent : Myspace, Facebook, etc.

Nixon, Clinton… les précédentes bourdes


Obama n'est pas le premier à envoyer un tel questionnaire. Et l'histoire politique des Etats-Unis est truffée de scandales sur la vie personnelle des membres du gouvernement. "Regardez en 1972 : Nixon choisit son vice-président, Spiro Agnew, et un an plus tard, celui-ci démissionne pour des problèmes de fraude fiscale", rappelle François Vergniolle de Chantal, maître de conférence à l’université de Bourgogne, chercheur associé à l’Institut français des relations internationales (IFRI) et auteur de "L'empire de l'exécutif" (Armand Colin). "Côté démocrate, l’adversaire de Nixon en 1972, George McGovern, avait choisi Thomas Eagleton comme colistier. Il avait ensuite dû le désavouer quand il s'est avéré qu'Eagleton avait été interné pour soigner une dépression."

Le questionnaire a beau se durcir au fur et à mesure que les administrations se succèdent, des failles sont toujours possibles. "A la fin des années 80, un petit sénateur du Texas recruté par Bush père s'est avéré alcoolique profond", se souvient Catherine Durandin, chercheure à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). "Et Clinton avait recruté pour un des bureaux sociaux une femme qui employait une nounou illégale."

Le questionnaire anticipe donc ce genre de problème. Et plus généralement, Obama voudrait "éviter à tout prix un profil trop marqué à gauche", estime François Vergniolle de Chantal. "Car cela confirmerait les attaques républicaines et enverrait un mauvais signal à l'opinion. Obama se trouverait ainsi dans la position de Bill Clinton au début de son premier mandat, qui avait fait campagne au centre en 1992, mais avait choisi une équipe sous la pression des éléments les plus à gauche du parti." Clinton n’avait pas réussi à faire passer les réformes qu’il souhaitait.

"Les républicains vont traquer toutes ces candidatures dont les principales doivent être confirmées par le Sénat", souligne Catherine Durandin.

Mais la polémique est déjà lancée à propos de Sonal Shah, membre de l’équipe de transition, et sur laquelle pèsent des soupçons sur des liens éventuels avec des mouvements extrémistes hindous.


Barack Obama - Washington

----------------------------------

Tout est question de volonté dit le FOU

maatala

maatala a dit…

Salam

Pétition pour le retour de A-:

- Maatala
- Sanhaji
- Copiarpegar
- Yanis
- Bilkiss
- A+
- Coulibaly
- Hamid
- Salem
- Lm

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous dans l'expresse (dimanche 21/12/08)

"Des conseillers aguerris autour d'Obama " Par Philippe Coste,


Une bonne moitié des quelque 50 experts et collaborateurs les plus proches d'Obama sont issus de Chicago, siège de sa campagne, ou de la prestigieuse université Harvard, dont le candidat a fréquenté la fac de droit avant d'entrer en politique.

Outre son directeur de stratégie, le redoutable David Axelrod, ancien conseiller politique du maire de Chicago, Richard Daley, et de 43 membres du Congrès et de l'Assemblée de l'Illinois depuis 2002, Obama s'est entouré de Valerie Jarrett, efficace chef d'orchestre de la machine politique Daley, amie proche et ancienne patronne de sa femme, Michelle. Etiqueté à gauche du Congrès, Obama a pourtant choisi nombre d'experts en économie et droit public, tels Austan Goolsbee, Howard Lerner, Cass Sunstein ou David Blumenthal, dans les rangs de l'université de Chicago, qui penche davantage vers les politiques incitatives que vers le dirigisme.

Retrouvez notre dossier Obama peut-il changer l'Amérique?

Et venez chatter avec Olivier Richomme (co-auteur deL'Amérique de Barack Obama),jeudi 29 mai, de 11h à 12h. Vous pouvez dès maintenant lui poser vos questions, en cliquant ici.
Harvard fournit la plupart des conseillers en matière d'environnement et de sécurité sociale, comme les économistes Jeffrey Liebman, Preeta Bansal, spécialiste des questions d'immigration, ou David Cutler.

Pour les questions de sécurité nationale et de politique étrangère, Obama a recruté Tony Lake, négociateur, notamment, de la paix entre l'Ethiopie et l'Erythrée, et Susan Rice, ancienne experte de l'Afrique au Conseil de sécurité nationale, ou Philip Gordon et Ivo Daalder, aujourd'hui membres de la Brookings Institution, un centre d'analyse basé à Washington.

Richard Danzig, secrétaire à la Marine sous Clinton, et Laurence Korb, ancien du Pentagone du temps de Ronald Reagan, se chargent pour l'instant des questions militaires.

----------------------------------

Les conseillers de SIDIOCA: KB, NAGI, Cendrillon, SIDI BABA etc...

Le résultat est connu dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

Ok. Je retourne et m'excuse aussi. Dans chaque famille, il y a des désaccords sur une goutte de zrig, a forte raison le futur du pays qui se joue ou la maison des vieux qui est trop petite pour tout le monde.

LM: tu as raison. Je dois respecter ton opinion comme tu as toujours respecté la mienne. C'est oublié. Il est evident que la reference aux rectificateurs de willebrequins et les IP, c'etait une sottise et je ne le disais pas sérieusement. Oublié.

copiarpegar: au boulot mon zami. Y a des affiches à coller à partir de maintenant. Je viens de voir une depeche de l'Associated Press et ce n'est pas encourageant pour la junta. Elle reprend le communiqué de Sarko.

KBG/Couli: on peut sortir de ses gongs, mais on s'excuse et le tour est joué. On appelle ça faire du ATT et non du Aziz.

A-

bilkiss a dit…

Merci A- et Bravooooooo pour le retour
j'etais désesperée!!!

ça se fête les gars, qu'est ce que vous en pensez.......lol

Bilkiss,
aux anges

Anonyme a dit…

Bilkiss: je t'embrasse. A-

Ɔopiarpegar a dit…

welcome back amigos wellah wou allem moulana mana çaibine anak les zamis.

Ɔopiarpegar a dit…

Conférence de presse du Front, sous haute surveillance


Entouré d'un impressionnant cordon de policiers et de voitures de police qui empêchent tout stationnement à plusieurs centaines de mètres alentours, le siège du parti ADIL a vu se tenir une conférence de presse organisée par le Front National pour la Défense de la Démocratie, la première après la libération "mouvementée" du Président de la République, libération pendant laquelle le Président a été maltraité par les officiers putschistes.

Au cours de cette conférence de presse, le Coordinateur en exercice du FNDD, Monsieur Boidjel Ould Hmeid, a insisté sur le fait que cette "libération" n'était nullement revendiquée ni par le Front ni par les Mauritaniens. Cette démarche est faite dans le cadre d'une négociation entre le Général limogé et une partie de la Communauté Internationale. N'est-il pas étonnant, dit le Coordinateur du FNDD, que les Mauritaniens apprennent la nouvelle de cette libération par une déclaration faite au Caire?
La seule libération qui vaudra aux yeux des Mauritaniens est celle qui permettrait au Président d'exercer ses fonctions constitutionnelles et de recouvrer sa totale liberté de mouvement. On est loin du compte, précise-t-il.

Comment, s'interroge Monsieur Ould Hmeid, est il concevable d'annoncer à quelqu'un qu'il était libre mais, en même temps, obligé de suivre des Militaires armés pour se rendre à Nouakchott. La volonté d'humiliation est ici manifeste.

Répondant à une question relative à l'éventualité de la nomination, par le Président, d'un gouvernement, le Coordinateur du FNDD précise qu'il n'en a pas besoin; il en a un qui a été nommé dans des conditions de parfaite légalité. Ces mêmes conditions qui avaient faits des officiers putschistes des généraux puis des généraux limogés.

Monsieur Ould Mmeid conclura que la revendication première du Front est l'application de la Constitution que les Mauritaniens avaient ratifiée par référendum, le retour à l'ordre constitutionnelle et la réintégration du Président dans la plénitude de ses fonctions.

Prenant la parole à son tour, Monsieur Ahmed Ould Sidi Baba, membre dirigeant du FNDD, choisit de répondre à l'ambassadeur de France à Nouakchott qui, dans une interview récente, invitait le Front à participer aux Journées de Concertations. Ould Sidi Baba précisera qu'il était étonné de cette requête venant de l'ambassadeur d'un pays qui a toujours affirmé sa condamnation et son rejet du Coup d'Etat du 6 août que ce soit en son nom ou au nom de l'Union Européenne qu'il préside. Ce même pays qui avait contribué à organiser et avait validé les élections qui permirent au Président Ould Cheikh Abdallahi d'accéder au pouvoir.

La réussite du Coup d'Etat du 6 août signifiera, précise Ould Sidi Baba, la compromission totale de tout espoir de Démocratie dans la sous région.

Quant au transport nocturne du Président et la violation de son domicile par les menaces et l'intimidation, Ould Sidi Baba les considère comme contraires à la plus élémentaire règle de bienséance et de bonne conduite. C'est, pour lui, le comble de l'inconvenance.

Demain se tient à Addis-Abeba la réunion du Conseil de Paix et de Sécurité de l'Union Africaine sur la Mauritanie et cela semble rendre les Généraux d'une extrême nervosité.



De façon concomitante à cette conférence, le Front vient de rendre publique le Communiqué suivant:


Fidèles au style brutal et grossier de la junte qui a usurpé le pouvoir dans le pays depuis plus de quatre mois, le directeur de la sûreté des putschistes et deux membres du HCE ont pris d’assaut le domicile du Président de la République, son Excellence Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi dans son village à Lemden où il était soumis à résidence surveillée. C’était la nuit du samedi à dimanche, 2 heures du matin.

Ainsi le Président de la République a-t-il été, une nouvelle fois kidnappé par ses geôliers vers une destination inconnue qui se révélera : Nouakchott, où il fut conduit de force à son domicile de Tevregh Zeïna, au petit matin.

Il semblerait, que dans l’esprit des putschistes, ce soit cela la libération sans condition du Président de la République telle que promise à la mission de la communauté internationale. Cette mesure intervient quelques heures après l’amorce d’une vaste campagne de dénigrement menée par les messagers de la junte dans les wilayas du pays afin de convaincre et mobiliser leurs milices pour manifester contre la libération du Président Ould Cheikh Abdallahi conformément aux fantasmes de la junte et de son chef, le général limogé, Mohamed Ould Abdel Aziz.

Le Front National pour la Défense de la Démocratie, en suivant ce nouvel épisode de la campagne de mépris pour le peuple mauritanien et ses acquis fondamentaux, tient à affirmer :

sa condamnation ferme du traitement indécent réservé au Président de la République, et qui constitue une nouvelle violation des valeurs de la République et des traditions du peuple mauritanien ;

Sa conviction que le Président de la République est encore incarcéré puisqu’il est privé de l’exercice de ses fonctions et prérogatives constitutionnelles pour lesquelles le peuple l’a élu, tant il est vrai que la libération du Président de la République réclamée par le peuple mauritanien est indissociable du recouvrement, par ce dernier, de la plénitude de ses prérogatives constitutionnelles ;

sa détermination à faire porter à la junte l’entière responsabilité de tout ce qui peut découler de ce comportement suspect contre la sécurité du Président ;

son engagement à poursuivre son combat pacifique en faveur du retour à la légalité constitutionnelle. Nous sommes convaincus que la lutte du peuple mauritanien finira par conduire à l’échec du coup d’Etat du 06 Août et par le retour du Président de la République à l’exercice de ses fonctions ainsi qu’à la consécration d’un ordre démocratique mérité où les désirs des putschistes et les conspirations des ennemis de la démocratie n’auront plus droit de cité.

Nouakchott, le 21 Décembre 2008

COMMISSION DE COMMUNICATION
FOR MAURITANIA

maatala a dit…

Salam

A-

Welcome in your house my brother

maatala

LM® a dit…

Salut
maatala

j'ai répondu au mac yan doit etre au boulot je ne le vois pas connecté sur skype

A- n'y penses plus c'est clos heureux de te revoir parmis nous

Khalil Balla Gueye a dit…

A-
Reviens dare dare !fais comme moi , je n'en suis pas mort pour autant au bout de 100 départs et 200 retours!
Mon honneur et ma respectabilité n'en ont guère souffert , loin s'en faut d'ailleurs!A en croire certains!
Et puis ,ARGUMENT-MASSUE :si tu ne reviens pas , le GSPC-AQMI occupera ta place demeurée vide sur ce blog!Et tu peux facilement imaginer le cocktail détonnant du brassage AQMI-Nazillonnerie sur ce blog!
Tu t'occupes des terroristes et je m'occupe du reste, çà te va comme taylorisation du boulot?

Ah, pendant que nous y sommes encore,Couly :ce n'est pas moi qui ai été jaloux du profillon de couly, c'est plutôt lui qui était si jaloux de moi au point d'en MOURIR TOUT SEUL!Ni moi , ni les "autres" ne sommes responsables de sa "crémation" pour parler comme à Auschwitz:il s'est laissé mourir de JALOUSIE envers KBG et d'autres "bénignes petites maladies honteuses", tout court!Il est cependant vrai , qu'en BON AMI et apparenté ,l'insigne honneur de PRONONCER SON ORAISON FUNEBRE m'aura échu ,mon seul mérite du reste!Et je m'en suis acquitté avec toute la solennité que requérait la CEREMONIE! Sans plus!!

PS:Couly,tu sais très bien que tu ne m'intéresses pas , inutile donc d'aller au casse-pipe pour rien!Conseil d'un amateur de "Saydeh Biram"!

Sanhaji a dit…

Alalalala liyah

c'est pour Bilkiss

je suis heureux qu'A- est revenu. Le blog est grand, nos coeurs sont grands. Nous pouvons avoir des avis différents, au seuil de la différence d'avis qu'il y a entre moi et maatala, mais on se respecte mutuellement.

Passons à ce phénomène de Sidi,

ce Président n'a pas les aires ni les pratiques d'un dictateur chauvins. Il mène la lutte à la Gandhi c'est très efficace.

A deux heures de ce matin, heure où ne circulent que les chats et les voleurs, trois officiers téméraires et au courage dangereux ont pris d'assault la modeste maison du dangereux Sidi Ould Cheikh Abdallahi à Lemden. L'action était extrêmement courageuse, compte tenu des innombrables dangers possibles que peut confronter cette difficile Mission. Le COLONEL MOHAMED OULD EL HADI OULD CHERIF BOUGHRARA (Bikh, Biikhh, Biiiikh) et le Colonel Ould Maga6e et un troisième nouveau recrus dans les rangs des putschistes, prennent tout le risque que cela comporte pour emmener le dangereux Sidi à Nouakchott. Boughrara étatit tellement emporté par le danger de la mission à telle enseigne qu'il a oublié d'écraser sa cigarette de Luck Luke.

A six heure du matin nos vaillantes forces armées ont pu chasser l'ennemi vers sa villa dans le quartier Palais des congrès.

10 minutes après son arrivée, Sidi emprunte le chemin du retour ver Lemden. La mission n'a donc finalement pas réussi.

Les putschistes voulaient en effet amener Sidi à Nouakchott, et l'exposer ainsi à toute forme d'intimidations par leurs misérables sbires.

Mais notre Ghandi national ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Vive Sidi, a bas les putschistes et leurs soutiens sans scrupules

Anonyme a dit…

KBG: tu es entrain de rendre Maatala heureux, en jetant Couli au four crématoire. Comme ça il pourra prendre des congés bien merités de McDo.

Couli: laisse la jalousie yakhouya.

Merci LM et Maatala: c'est de la gradeur que je vous ai toujours connu pour.

copiarpegar: on commence à coller? Que dit Reuters, car Associated Press est en English ?. Tu sais, ils copient et collent tous sans lire. AP fait un article, Reuters le reprend, CNN en parle et ANI change les mots pour se rendre aimable a Sidi ou Aziz et le tour est joué. C'est mon problème avec les articles sur AQMI: les US et les Algériens balancent un mensonge à travers le New York Times ou la Liberté et tout le monde copie et colle sans lire. On a oublié Tourine car ils n'en parlent plus pour eviter de nuire au Maroc qui a signe le massacre "algérien".

A-

Khalil Balla Gueye a dit…

Vous devez sans doute le savoir déjà car il m'est arrivé de le dire souvent:je suis un spécialiste de l'Holocauste ou la Shoa en hébreux c'est kif kif!
Je peux aller jusqu'à nommer les moindres Kapos ou Capos et décliner leur nationalité!Je suis presque aussi bon sur ces sujets que Simon Wiesenthal le fameux chasseur de nazi, mon idole et modèle!
Tout cela rien que pour vous dire comment dans le jargon des camps d'extermination on désignait les déportés qui ,par résignation et désespoir ,se "laissaient littéralement mourir" dans le "Revier" du camp (comme dans mon com précédent!):MUSULMANS qu'on les appelle ,curieusement!
Ne me demandez surtout pas ce que serait un "Revier" dans ce jargon:ce serait trop long à expliquer!

Anonyme a dit…

C'est de cet article ou interview dont parlait LM donc. Les anti-putshistes vont utiliser le milieux du texte et le pro-putshistes vont utiliser la derniere phrase ou paragraphe du texte. Ça va aboyer de tous les côtés? De quoi ête degouté des français et du pays.

copiarpegar: tu ne sais pas si le Tahiti accepte la double nationalité? Je reve d'aller sur la plage la-bas, siroter un cocktail sans alcol sous le palmier avec une vahinée à coté et oublier nos misères.

A-

================================

Mauritanie: participation de tous ?

L'ambassadeur de France à Nouakchott, Michel Vandepoorter, souhaite que le Front anti-putsch et tous les partis mauritaniens participent aux "états généraux de la démocratie" organisés par la junte fin décembre, dans une interview à paraître lundi dans un journal local.

Ces "états généraux" sont prévus du 27 décembre au 5 janvier. Le Front national de défense de la démocratie (FNDD) a toujours refusé de participer à ces journées de concertation voulues par le régime militaire, notamment pour fixer la date d'une prochaine élection présidentielle.

"Les états généraux sont une occasion de débattre de tous les problèmes. (...) Dans notre conception, nous aimerions évidemment que tous les partis politiques et notamment ceux qui s'opposent au putsch (...) puissent y aller, participer à un vrai débat contradictoire", a déclaré le diplomate interviewé par le journal indépendant "El Emel El Jedid" (Espoir nouveau, en arabe).



M. Vandepoorter a réitéré la "ferme" condamnation par la France du coup d'Etat militaire du 6 août, tout en estimant que seul le débat peut "faire naître une bonne solution".

AFP

Ɔopiarpegar a dit…

A-,

c'est pour ça we need you pour faire la lumière sur la face cachée and make me understand (only step by step amigo as you know ana raçi guassi).
by the way ichweihat arani 7akmhoum lak.

======
copiarpegar: on commence à coller? Que dit Reuters, car Associated Press est en English ?. Tu sais, ils copient et collent tous sans lire. AP fait un article, Reuters le reprend, CNN en parle et ANI change les mots pour se rendre aimable a Sidi ou Aziz et le tour est joué. C'est mon problème avec les articles sur AQMI: les US et les Algériens balancent un mensonge à travers le New York Times ou la Liberté et tout le monde copie et colle sans lire. On a oublié Tourine car ils n'en parlent plus pour eviter de nuire au Maroc qui a signe le massacre "algérien".

copiarpegr

Anonyme a dit…

Taqadoumy a fait un bon sommaire des differentes depeches d'aujourd'hui a la suite de la liberation de Sidioca. Le FNDD, avec les meres Teresa Boidiel et Ould Yali, ne va pas participer. D'apres les declarations de Mansour, il n y sera pas aussi. Sidi fait la tete dure aussi. A-

http://www.taqadoumy.com/fr/index.php?option=com_content&task=view&id=936&Itemid=29

maatala a dit…

Salam

Cendrillon aurait dit:

"Alors que ses partisans se sont réjouis de la nouvelle, la fille de "Sidi", Amal Mint Cheikh Abdallahi a estimé que cette mesure ne constituait pas "(...) une véritable libération".

"Cela va être plus compliqué. Les militaires vont chercher à savoir en permanence où il se trouve, avec qui il est, ce qu'il dit (...). Je doute qu'on le laisse sortir du territoire, par exemple s'il est invité à un sommet de chefs d'Etat", a-t-elle confié à Reuters.

----------------------------------

Amal laisse tomber la politique et consacre toi à ta thèse et à ton jeu de cartes favori: la belote.

Maatala

Anonyme a dit…

Maatala,

qu'est ce que tu as contre cette fille.

Apparement il y a une histoire là qui nous échappe.

J'espère que ce n'est pas une histoire de timbres.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Moi je ne la connaîs pas, mais elle me donne plutôt une bonne impression.

Sanhaji

bilkiss a dit…

Sanhaji,

mon chér Maata n'a rien contre Cendrillon. Sinon qu'elle en fait trop...Metroucha trop...lol

Amitiés,
Bilkiss

Sanhaji a dit…

Leh Bilghiss tu es jalouse ou quoi?

Laisses le répondre et sautes ces commentaires si tu ne veux pas savoir.

Notre Maata iban gatt3 Eglayid

bilkiss a dit…

Sanhaji,

t'es marrant, suis peut-ête jalouse snif..snif!!!

suis un peu reconfortée, car je sais que mon chér Maata n'est pas interessé!!!

Cendrillon c pas son truc!!!

gare à Madame et Marie-Joelle la voisine...lol

P.S
tu permets LM, question de décrisper l'atmosphère sur le Blog

Bilkiss,
coté tbeydhin

Anonyme a dit…

Personne n'est oppose'e a' un debat national pour sortir de la crise. Il va sans dire que toutes les Mauritaniennes et tous les Mauritaniens sont pour ce debat et l'encourage vivement MAIS IL FAUT QUE CERTAINES CONDITIONS SOIENT REMPLIES, PARMI LESQUELLES NOUS CITERONS ENTRE AUTRES:

1- Le retablissement total de l'institution presidentielle. La volonte' du peuple exprime'e a' travers la derniere election presidentielle doit etre respecte'e. En d'autres termes, LE GENERAL ET SON COMITE' MILITAIRE DOIVENT QUITTER LA PRESIDENCE POUR PERMETTRE AU PRESIDENT LEGITIME SON EXCELLENCE SIDI MOHAMED OULD CHEIKH ABDALLAHI D'EXERCER SES FONCTIONS TELLES QUE DEFINIES PAR LA CONSTITUTIONS ET LES LOIS EN VIGUEUR EN MAURITANIE!

2- Le depart du General Abdel Aziz et son comite' militaire du pouvoir PARCE QUE PERSONNE NE LES A ELUS AUX FONCTIONS QU'ILS OCCUPENT ET NOUS SAVONS TOUS QU'ON NE PEUT PAS NEGOCIER DE MANIERE SINCERE AVEC QUELQU'UN QUI A SES CANONS POINTE'S VERS TA TETE!

3- La revision de la liste des participants. Nous ne voulons pas des "Beni Oui Oui". Nous voulons des femmes et des hommes qui sont tres sages et intellectuellement competents pour discuter serieusement de la crise et adopter les solutions qui s'imposent. Chacun d'eux doit etre" A fully developing person" avec les adverbs suivants a' cote' de leurs actions: "...More awarely of self, other and context...More skillfully, competently, and wisely...More honestly, sincerely, genuinely, congruently (inner matches outer)...More caringly, compassionately, acceptingly, respectfully, warmly, forgivingly...More creatively and exploratorily...More courageously, hopefully, and faithfully...More generously and maturingly, delighting in happiness of others...More meaningfully and expressively...More gratefully and appreciatively open to delight...More engaging, energetically and responsively...More gracefully..."

La conference elle meme peut etre preside'e par une commission independante et ses resultats peuvent avoir la force des lois MAIS TOUT CECI N'EST POSSIBLE QUE SI CERTAINES CONDITIONS SONT REUNIES! Il faut des hommes et des femmes qui respectent leurs paroles, la constitution Mauritanienne et les lois en vigueur dans notre pays.


Bilkiss, Maata, KBG, MANEKOUM WAHLINE VICHI! ABDEL AZIZ ET SES GRANDS BANDITS DOIVENT QUITTER!!!

A-,

J'etais jaloux de ton depart mais il ne t'a pris que quelques minutes pour demontrer que tu n'etais rien d'autre QU'UN MALADE MENTAL COMME...NOUS AUTRES. (RIRE)!
Je ne sais pas si je dois te dire WELCOME BACK dans la mesure ou' tu n'as jamais quitte'. Je t'aime bien mais je t'aimerais plus si tu cesses de terroriser le blog avec tes articles...TERRORISTES!!!!(RIRE)

Sanhaji a dit…

Pendant que j'étudiais quelque part en Europe de l'Ouest, il y avait une fille marocaine étudiante à l'Université qui était détestée par des amis arabes (palestiniens, égyptiens, yéménites).

J'ai fait la connaissance de cette fille, qui était très sympathique. Elle nous préparait moi et d'autres amis maghrébins El Iftar pendant le ramadan. Et comme nous hommes mauritaniens on a tous un petit dégré de Etlahlih, je suis devenu très intime avec elle.

Je lui est posée la question sur les raisons des problèmes avec les autres arabes (palestiniens et Egyptiens). Elle m'a expliqué qu'ils ont tous voulu sortir avec elle et qu'elle les timbrés. Je me suis même fait confirmer ça par quelques uns parmi eux.

Ergo de cette histoire, si vous voyez un homme qui s'attaque à une femme, sachez qu'il a voulu s'approcher et qu'elle a du repoussé.

Est ce peut être l'histoire de Maatala et de Amal (cenrillon). Je ne sais pas, mais mon sixième sens ne le dément pas.

Sanhaji a dit…

A-,

Couly a dit
"J'etais jaloux de ton depart mais il ne t'a pris que quelques minutes pour demontrer que tu n'etais rien d'autre QU'UN MALADE MENTAL COMME...NOUS AUTRES. (RIRE)!"

qu'est ce que je t'ai dit. Couly va te faire rire et je ne dois pas avoir menti.

Anonyme a dit…

Bilkiss,

Le nom Marie Joelle me fait rire. Maata etait chez la dame a' 3 heures du matin pour utiliser son ordinateur qui etait cache' IN HER UNDERWEAR!

Sanhaji a dit…

Bilghiss,
looooooool
Yegta3 bik mveilhek

Anonyme a dit…

Couli,

Allah yaatik hnech. Tu m' a fait rire. Laisse moi lire. J' ai encore rit de l' attaque de Bilkiss concernant les underwear de la marie-joelle. Bilkiss doit me rejoindre à Tahiti.

A-

Anonyme a dit…

Couli,

Bouh ! AQMI te suit. Tu lis et c' est fresh, daté du 20 décembre 2008. Les Algériens disent officiellement que les 5 millions d' euros payés par les Libyens ont servi a acheter des armes de chez nous. Le nom d' un certain Marakchi est cité dans cette affaire et c' est meme dans un rapport du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Bouh Couli. Cesses de rire et lis. Donne-moi ton avis. Bouh!. A-

-------

Où sont passés Hassan Hattab et Amari Saïfi ( alias Abderrezak El Para) ?

Algeria-Watch, 20 décembre 2008

Le 1 er novembre 2007, le Comité des droits de l'homme de l'ONU, à l'issue de l'examen du troisième « rapport périodique » de l'État algérien (en date du 22 septembre 2006) relatif à l'application du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (ratifié par l'Algérie le 12 décembre 1989), a rendu publiques ses observations (1). Dans le cadre du suivi de ses recommandations, il a demandé au gouvernement algérien de lui fournir des informations pour certaines d'entre elles, dans un délai d'un an.

Le 30 octobre 2008, l'association Algeria-Watch de défense des droits humains en Algérie a adressé au Comité des droits de l'homme un document dans lequel elle lui communiqu ait des précisions en rapport avec deux de ses recommandations. Dans l'une d'elles, le Comité constatait l'existence de centres secrets de détention et demandait en conséquence à l'État algérien de les mettre sous le contrôle de l'administration pénitentiaire et du parquet. Dans l'autre, il conseillait aux autorités algériennes de « clarifier et régler chaque cas de disparition » et de « s'assurer que toute personne détenue au secret soit remise sous la protection de la loi, et que soit respecté le droit de ces personnes d'être présentées devant un juge dans les plus brefs délais ».

Dans un souci de vérité et justice, Algeria-Watch a évoqué les cas de Amari Saïfi et de Hassan Hattab, chefs de groupes armés se réclamant de l'islam, responsables présumés de graves violations des droits humains, dont l'enlèvement de trente-deux touristes étrangers début 2003, et tous deux « disparus » depuis respectivement quatre ans et quinze mois.

Le cas de Amari Saïfi, dit « El-Para »
Selon les sources non vérifiables des services de sécurité algériens (DRS), citées par des centaines d'articles de la presse nationale, Amari Saïfi, alias Abou Haïdara, alias Abderrezak El-Para serait un ex-parachutiste, passé par l'école militaire de Biskra. Après le coup d'État de janvier 1992 qui a déclenché la « sale guerre » des chefs de l'armée algérienne contre la mouvance islamiste majoritaire à l'issue des élections législatives de décembre 1991 (2), il aurait déserté pour rejoindre en 1992 les GIA (Groupes islamiques armés). À la fin de 1998, il aurait ensuite rallié le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) , récemment créé par des dissidents des GIA (dont Hassan Hattab ) ; et il en serait devenu l'émir de sa « zone 5 » en 1999.

« El-Para » a été notamment accusé d'avoir conduit, le 4 janvier 2003, une attaque contre un convoi militaire qui s'est soldée par la mort de quarante-trois soldats. Il atteindra une certaine notoriété en Europe en 2003 avec la prise en otage dans le Sahara de trente-deux touristes européens (dont seize Allemands, dix Autrichiens, quatre Suisses, un Néerlandais et un Suédois) entre le 22 février et le 23 mars 2003. Certains de ces otages ont été libérés trois mois plus tard, tandis que les autres resteront entre les mains du groupe armé pendant six mois. El-Para aurait obtenu des autorités allemandes une rançon de 4,6 millions d'euros en échange de ces libérations.

Le 16 mars 2004, de façon fortuite, il a été capturé avec certains de ses hommes par le Mouvement pour la démocratie et la justice au Tchad (MDJT), un groupe d'opposition tchadien qui a alors cherché à tout prix – car il tenait à ne pas être identifié au « terrorisme islamiste » – à les remettre aux autorités algériennes. Mais celles-ci, très curieusement, n'ont rien fait pour saisir cette occasion d'appréhender et de juger celui qui était présenté depuis des mois, dans des dizaines d'articles de la presse algérienne et internationale, comme l'un des principaux responsables du GSPC (3). Finalement, c'est à l'issue de tractations entre le MDJT et les services libyens que, le 27 octobre 2004, ces derniers remettront les prisonniers aux autorités algériennes, comme en informera aussitôt un communiqué du ministère de l'Intérieur : « Dans le cadre de la coopération algéro-libyenne en matière de sécurité et de lutte antiterroriste, le dénommé Amari Saïfi, dit Abderrezak El-Para, a été extradé le mercredi 27 octobre 2004 par les autorités libyennes et remis à la police judiciaire algérienne (4). »

El-Para a été jugé une première fois le 25 juin 2005 par le tribunal criminel d'Alger, qui l'a condamné à la réclusion à vie pour « création d'un groupe terroriste armé ». Mais, de façon très étonnante, ce jugement a été prononcé par contumace, car El-Para a été considéré par la justice algérienne comme étant toujours « en fuite ». Alors que, depuis huit mois, il était officiellement entre les mains des autorités algériennes.

Même le secrétaire d'État allemand à la Sécurité, August Hanning, en visite en Algérie en janvier 2007, a renoncé à maintenir sa demande d'extradition d'Amari Saïfi. Alors que ce dernier n'avait pas encore été jugé pour l'enlèvement des touristes, il a déclaré alors : « Nous ne le réclamons plus. D'après mes informations, il est entre les mains des autorités algériennes. Il est jugé et condamné pour des actes qu'il a commis en Algérie (5). » Jusqu'à ce jour, les circonstances exactes de cette prise d'otage et les responsabilités pénales n'ont pas été établies (6).

Le 18 mars 2007, le même tribunal criminel d'Alger devait juger à nouveau El-Para et une fois de plus par contumace, au motif – parfaitement absurde et en totale contradiction avec le droit algérien – que « les procédures judiciaires engagées dans le cadre de cette affaire ont débuté avant qu' “El-Para” ne soit remis aux autorités algériennes et, donc, considéré comme étant en fuite (7) ». Le tribunal a confirmé qu'Amari Saïfi se trouvait entre les mains des autorités, mais il a justifié un jugement par contumace par cet argument aberrant de l'ouverture de procédures judiciaires avant son arrestation. Le procès a été encore reporté « à la prochaine session criminelle, en mai-juin 2007 ». Mais il n'aura pas lieu à cette date non plus.

Une fois de plus, son procès a été annoncé pour le 24 mars 2008. Il était accusé d'« appartenance à un groupe terroriste, de meurtre avec préméditation », selon l'article 87-bis, alinéas 1, 2, 4 et 5 du code pénal (8). Mais ce procès, une nouvelle fois, n'aura pas lieu. Pas plus que celui qui était prévu le 13 juillet 2008 (9). Cette mascarade judiciaire ne prouve qu'une seule chose : depuis qu'il a été détenu, en octobre 2004, par les autorités algériennes, Amari Saïfi, alias Abderrezak El-Para, doit être en droit considéré comme un « disparu », échappant de ce fait à toute procédure judiciaire reconnue en droit international. Au même titre, mais pour de tout autres raisons, que les dizaines de milliers de victimes de disparitions forcées du fait des forces de sécurité, lors de la « sale guerre » algérienne des années 1990.

Un scénario grotesque, répété dans le même temps à propos d'un autre « chef islamiste », Hassan Hattab.

Le cas de Hassan Hattab
Selon les informations données par les médias algériens, Hassan Hattab, qui aurait longtemps été l'« émir de la zone 2 » (Kabylie et partie Est de la capitale) des GIA (Groupes islamiques armés), aurait pris ses distances par rapport à ces derniers pour créer en septembre 1998 le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) . Les chefs d'inculpation retenus contre lui par la justice algérienne étaient notamment : « Constitution d'un groupe terroriste armé semant la terreur et un climat d'insécurité parmi la population, homicide volontaire avec préméditation et guet-apens, port d'armes à feu et munitions, vol avec utilisation d'armes à feu et dépôt d'explosifs dans des édifices publics. » Le « dépôt d'explosifs dans des édifices publics » est l'un des trois crimes exclus des dispositions d'extinction de l'action publique, telles que prévues pour de nombreux autres actes criminels liés à la violence terroriste par l'ordonnance d'application de la « Charte pour la paix et la réconciliation nationale », adoptée par le gouvernement le 27 février 2006.

De 2000 à 2007, le sort de Hassan Hattab est resté des plus incertains : citant régulièrement des « sources autorisées » jamais clairement identifiées, les médias algériens ont à de multiples reprises fait état de sa mort, de sa capture ou de sa reddition. Il a été plusieurs fois jugé et condamné par contumace durant cette période, dont trois fois à la peine capitale. Enfin, l e 6 octobre 2007, le ministre de l'Intérieur Yazid Zerhouni a annoncé dans une conférence de presse que Hassan Hattab s'était livré aux autorités le 22 septembre précédent.

Le tribunal criminel de la Cour d'Alger annonçait pour sa part que, à compter du 15 octobre, Hassan Hattab et d'autres accusés avaient dix jours pour se présenter devant le tribunal , où ils étaient cités à comparaître le 4 novembre (10). Ces déclarations officielles ont ouvert un nouveau feuilleton judiciaire, aussi absurde et invraisemblable que celui d'El-Para – au regard même du droit algérien –, qui atteste de l'absolu manque d'indépendance de la justice en Algérie.

Le 4 novembre 2007, en effet, Hassan Hattab n'a pas été présenté au tribunal. Le juge a considéré qu'il « est un fugitif et doit être jugé par contumace, sauf si des preuves de sa reddition venaient à être fournies aux instances compétentes ». D'après la presse, à l'ouverture du procès, le représentant du ministère public expliquait que « le dossier de Hattab n'est pas encore parvenu à la justice, car il est encore en phase d'enquêtes préliminaires au niveau des services de sécurité » et qu'il ne se trouvait dans aucun établissement pénitentiaire (11). Cela signifie que, malgré l'annonce de sa reddition par le ministre de l' I ntérieur, la justice ne savait pas officiellement où se trouvait Hassan Hattab (12).

Le 10 novembre 2007, le ministre de l'Intérieur a confirmé que Hassan Hattab devait « faire l'objet d'enquêtes préliminaires de la part des services de sécurité avant d'être jugé ». Ainsi, plus de six semaines après sa reddition, il n'avait donc pas encore été présenté devant la justice au terme de la période de garde à vue, pourtant limitée à douze jours par la loi en matière de terrorisme.

Un mois plus tard, toujours selon la presse (13), l'ex-chef du GSPC devait être présenté au juge d'instruction : en fonction des résultats de son interrogatoire, le juge pourrait décider de son inculpation, ou bien ordonner l'extinction de la poursuite judiciaire. Mais depuis, plus aucune information n'a filtré à ce sujet. Et en juin 2008, M. Mokhtar Felioune, directeur général de l'administration pénitentiaire et de la réinsertion, questionné au sujet du lieu de détention de Hassan Hattab, affirmait qu'il « ne figure pas parmi les 59 000 détenus que contiennent les prisons algériennes (14) ».

Pourtant, ajoutant à l'incohérence, le 21 août 2008, la presse algérienne indiquait que, la veille, Hassan Hattab avait adressé aux membres du GSPC un « appel pour l'arrêt des combats » (15). Et le 1 er décembre 2008, d'autres articles annonçaient pour le 16 décembre un nouveau procès de Hattab et d'autres personnes accusées de « terrorisme » (16). Or si le procès de ces dernières a bien eu lieu ce jour-là au tribunal criminel de la Cour d'Alger, à la surprise générale, Hassan Hattab ne figurait plus parmi elles …

Au-delà de toutes ces informations contradictoires des quotidiens algériens et des incohérences de la justice , une seule chose est sûre : comme El-Para, Hassan Hattab a disparu. En attestent, en résumé, les déclarations des plus hautes autorités de l'État, qui ont affirmé à la fois qu'il s'était rendu le 22 septembre 2007, mais que, neuf mois plus tard, il n'était détenu dans aucune prison officielle et qu'il n'avait toujours pas été présenté devant un juge.

Pourquoi Amari Saïfi et Hassan Hattab, officiellement détenus par les autorités algériennes, n'ont-ils jamais été présentés à la justice ?
Algeria-Watch a donc demandé au Comité des droits de l'homme de l'ONU de se pencher sérieusement sur cette « disparition » d' Amari Saïfi et de Hassan Hattab et sur le très étrange refus des autorités algériennes de les faire juger dans des procès publics et équitables. Serait -ce pour éviter qu'ils fassent des révélations sur le rôle du DRS, des milices et d'autres groupes paramilitaires dans de nombreuses opérations terroristes revendiquées par les groupes armés se réclamant de l'islam ? Rappelons en effet que les deux hommes , avant leur prétendue détention par les services de sécurité (respectivement en 2004 et en 2007), ont longtemps été des « émirs » des GIA (Groupes islamiques armés), tristement célèbres pour les grands massacres qui ont endeuillé l'Algérie entre 1996 et 2000.

S'ils comparaissaient devant un tribunal, ils se verraient confrontés à d'innombrables questions qui, faute d'enquêtes judiciaires dignes de ce nom, restent ouvertes jusqu'à ce jour , comme par exemple : comment , tout particulièrement en septembre et octobre 1997, des groupes de plusieurs dizaines d'assaillants ont -ils pu s'introduire dans des quartier s de la banlieue algéroise , au cœur de la zone la plus militarisée du pays ? Comment ont-ils pu y sévir pendant des heures, égorgeant des centaines de personnes ? Qu'en est-il des observations de rescapés sur l'arrivée en camion des assaillants, les fausses barbes laissées sur place , les listes de victimes ciblées, le blocage des secours (17) ? Pourquoi les militaires stationnés à l'entrée de ces quartiers ne sont -ils pas intervenus ? Pourquoi la vox populi algérienne qualifie-t-elle depuis lors les GIA de « groupes islamiques de l'armée » ?

De fait, sans même qu'il soit besoin d'évoquer les témoignages « non autorisés » des survivants de ces massacres, la relation par les journaux algériens de leurs circonstances et de nombre d'actes terroristes revendiqués depuis bientôt dix-sept ans par les groupes armés se réclamant de l'islam (comme les GIA et le GSPC) – ou qui leur ont été attribués par les autorités – comporte de telles anomalies qu'une collusion entre ces groupes et les services secrets de l'armée apparaît plus que probable (18). En raison de la proximité avérée des chefs de ces groupes avec le DRS et de l'étrangeté des parcours personnels de Saïfi et Hattab (19), leur comparution devant la justice, à l'issue d'une instruction judiciaire véritablement indépendante, contribuerait certainement à l'établissement des faits et des responsabilités dans ces crimes.

Algeria-Watch attend donc du Comité des droits de l'homme de l'ONU que, conformément à son mandat , il exige du gouvernement algérien des informations sur le sort de s « disparus » Hassan Hattab et Amari Saïfi, mais aussi qu'il obtienne de lui de se conformer aux exigences du Pacte international relatif aux droits civils et politiques de l'ONU qu'il a ratifié, en présentant enfin ces deux hommes devant la justice.



Notes

1. Le Comité des droits de l'homme a examiné le troisième rapport périodique de l'Algérie (CCPR/C/DZA/3) les 23 et 24 octobre 2007 (CCPR/C/SR.2494, 2495 et 2496) et adopté des « observations finales » (CCPR/C/DZA/CO/3/CRP.1) le 1 er novembre 2007. Avec l'organisation Alkarama, l'association Algeria-Watch avait présenté des observations pour commenter le rapport périodique algérien.

2. Voir Habib Souaïdia , La Sale Guerre. Le témoignage d'un ancien officier des forces spéciales de l'armée algérienne, 1992-2000 , La Découverte, Paris, 2001.

3. Jean-Philippe Rémy , « “El Para”, le chef salafiste capturé dont personne ne veut », Le Monde , 26 mai 2004. Pour une analyse de cet épisode et de l'histoire du GSPC, voir : François Gèze et Salima Mellah , « “Al-Qaida au Maghreb”, ou la très étrange histoire du GSPC algérien », Algeria-Watch, 22 septembre 2007.

4. Le Jeune Indépendant , 30 octobre 2004.

5. Liberté , 30 janvier 2007.

6. Voir Salima Mellah , « Algérie 2003 : l'affaire des “otages du Sahara”, décryptage d'une manipulation », Algeria-Watch, 22 septembre 2007.

7. Selon une « source judiciaire » citée par Le Jour d'Algérie, 1 er avril 2007.

8. El Watan , 26 mars 2008.

9. Liberté , 14 juillet 2008.

10. Le Jour d'Algérie , 21 octobre 2007.

11. Le Jeune Indépendant , 11 novembre 2007.

12. El Watan , 5 novembre 2007.

13. El Khabar , 25 décembre 2007.

14. L'Expression , 23 juin 2008.

15. Le Soir d'Algérie , 21 août 2008.

16. L'Expression , 1 er décembre 2008.

17. Voir notamment Nesroulah Yous (avec Salima Mellah ), Qui a tué à Bentalha ? Algérie : chronique d'un massacre annoncé , La Découverte, Paris, 2000.

18. Salima Mellah , Le Mouvement islamiste algérien entre autonomie et manipulation , Comité Justice pour l'Algérie, mai 2004.

19 Voir : François Gèze et Salima Mellah , « “Al-Qaida au Maghreb”, ou la très étrange histoire du GSPC algérien », loc. cit.

Khalil Balla Gueye a dit…

"Bilkiss, Maata, KBG, MANEKOUM WAHLINE VICHI! ABDEL AZIZ ET SES GRANDS BANDITS DOIVENT QUITTER!!!"

Mais "ech khalat tayr ew bakhnouss"
Il serait tombé sur la tête cet ano ou quoi?Après cela ,allez donc savoir qui serait Tayr ou Bakhnouss dans cette histoire!!?

Coulibaly:Je ne suis point dupe et je connais parfaitement la question de la nationalité qu'elle soit acquise "jure sanguinis" (droit du sang) ou "jure soli" (drt du SOL)!J'en connais très bien aussi les implications intles pour les avoir étudiées en Drt Intl PRIVé une discipline juridique peu connue et enseignée!

Slmt , j'en fais parfois "selon mon humeur"(sic)et je m'explique!Au Mien qui DECONNE gravement et périlleusement je retire ipso facto notre nationalité qui ne peut s'accommoder de certaines déviances intolérables!Ceci est tellement vrai, que dans l'une de mes nombreuses "oraisons funèbres" j'ai eu à demander que le champion toutes catégories et gourou de la "Mauritanité à outrance" soit DECHUde de sa NATIONALITE Mienne!
On peut donc parfaitement bien être Mien "jure sanguinis" comme "jure soli" 2ème mode d'acquisition qui s'applique bien à TON CAS!Mais ÊTRE MAURITANIEN CELA SE MERITE aussi!Et les auteurs de graves déviances telle l'INCITATION A LA HAINE RACIALE MERITERAIENT D'ËTRE FRAPPES D'INDIGNITé NATLE!Pas moins que cela!Et cela indifféremment ,qu'ils soient Miens "jure sanguinis" ou "jure soli"!Dans le mot "nationalité" le radical "Nation" prend ici toute sa pleine acception:dès lors qu'on voue une "sainte horreur" à une partie des COMPOSANTES d'une Nation ,on ne mériterait plus donc d'être attaché à ladite Nation par son ciment social réducteur qui n'est autre que la Nationalité justement!Que dire donc de l'incitation ouverte à la haine raciale ,sport favori de certains "candidats à l'indignité natle"!Donc futurs sujets à la perte de la nationalité acquise "jure soli" ou "jure sanguinis", c'est kif kif!
Qu'on se le tienne pour dit et là je m'adresserais particulièrement à la "Nazillonnerie fanatique,imbécile et raciste":il n'y a pas de "super citoyens Miens et encore moins de sous-citoyens Miens"!Il n'y a que des Mauritaniens et cela quelque soit le mode d'acquisition de leur Nationalité!!

Khalil Balla Gueye a dit…

AJOUT ET PRECISION:

Qu'on se le tienne pour dit et là je m'adresserais particulièrement à la "Nazillonnerie fanatique,imbécile et raciste":il n'y a pas de "super citoyens Miens et encore moins de sous-citoyens Miens"!
Il n'y a que des Mauritaniens et cela quelque soit leur ***APPARTENANCE ETHNIQUE ,TRIBALE ET le mode d'acquisition de leur Nationalité!!

Anonyme a dit…

A-,j'arrive un peu tard, fallait m'attendre avant de revenir afin que tu puisses me lire réclamant ton retour, c'est raté! la prochaine fois attends moi!

tu viens d'apprendre que sur canalh quand on y est , on y reste même sans écrire un mot, n'est pas bloggeur qui veut, il faut avoir une sainte envie de partager même ses silences. Lm nous apprend qu'il y a un paquet de visiteurs: merde alors, pour certains, nous voilà tristement célébres, pour ma part je me demande pourquoi on ne pas encore contacté. on ne peut que dire merci à tous qui respectent cet espace et sa bande de dépressif

pour le reste, pour la première fois dans ce pays, le chef de l'état et le président de la république ce n'est pas la même personne
qui vaincra de l'état ou de la république? l'un est ce que l'on sait, tout puissamment installé , l'autre reste ce qu'elle est : toujours en route...

Sanhaji a dit…

Apparement nos superbes zéros du HCE ont retiré les passeports de Sidi et de son épouse Echriva.

Ils craignent vraiment qu'il n'aille à l'étranger.

Ce qu'ils oublient c'est que ça ne change absolument rien qu'ils ont commis une forfaiture, qui est entrain plus ou moins de s'amortir, et qu'ils ont intérêts de ne pas attendre que Barak Obama
ne leur dise :" Aziz and his Suns and allies have 48 hours to leave Mauritania". C'est à peu près comme ça que la tragédie irakienne a commencé un certain jour d'avril 2003.

Le jour où ce discours est prononcé, il serait déjà trop tard. Donc autant revenir tout de suite à la raison, pour l'intérêt du Pays et l'intérêt propre des membres du Conseil des Putschistes.

Anonyme a dit…

Ano de 22.46, Aziz s'intitule s'il te plait Président du Haut Conseil d'Etat, Chef de l'Etat. A mon avis il faut raccourcir tout ça et l'appeler Général Aziz l'ETAT tout court.

Qu'est ce que t'en penses.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Arrais El Makhlou3 ou Mensablou bih dhemn Ennivagh.

Sanhaji

Khalil Balla Gueye a dit…

"On peut donc parfaitement bien être Mien "jure sanguinis" comme "jure soli" 2ème mode d'acquisition qui s'applique bien à TON CAS!"

Précision:
Les descendants d'ascendants "jure soli" auront eux,contrairement à leurs parents (ascendants)ACQUIS la "Nationalité jure sanguinis"!Leurs parents étant déjà mauritaniens même "jure soli"à leur naissance!
Donc, avec le cas de Coulibaly, nous aurions à faire à une nationalité acquise "jure sanguinis" contrairement à ce que j'avais dit ,un peu hâtivement dans le comm précédent!
Sinon tout le pays ne compterait alors que des "jure soli" à part une poignée de Soninké et encore!

Anonyme a dit…

A-,

Ma fille Bilkiss te joindra la' ou' tu veux, BUT YOU MUST PROVIDE WITH HER DOWRY (dote)FIRST.
Ne t'inquiete pas, je ne demanderai pas 1000 chameuax pour donner sa main en mariage. Nous savons tous que Colonel Ely Ould Mohamed Vall et son equipe ont mange' tous les chameaux qu'on avait en Mauritanie. Selon les informations que nous avons, des que le general et ses grands bandits ont fait le coup d'etat du 6 Aout 2008, ils se sont mis a' devorer tous les moutons et toutes les chevres du pays. Ils ont egalement tuer tous les anes pour recevoir leur hote de marque de la foret Ivoirienne qui est venu nous annoncer qu'il n'y a pas eu de coup d'etat en Mauritanie.
Je ne veux plus de ma fille Bilkiss a' la maison. Elle n'ecoute plus mes conseils et elle croit connaitre tout ce qui est lie' a' la politique. Il faut tout simplement nous donner un coq rouge et une poule noire pour avoir la main de Bilkiss.
La poule et le coq seront remis a' un SAHARE de DEBAY AL GHABRA pour les sacrifier afin que le general usurpateur et ses grands bandits quittent le pouvoir QU'ILS ONT CONFISQUE' PAR LA FORCE!

Anonyme a dit…

sanhaji

j'en pense cher ami, que je n'ai pas terminé ma phrase

" toujours en route...vers le point de départ

voilà c fait

pour le reste si obama veut remettre le vieux contre la france et autre, il lui faudra réitérer seul l'aventure américaine , pour l'instant obama semble voiloir ne plus envoyer les us se la jouer solo, et donc pour aziz il trouvera de la compagnie

écoute, si sidi doit revenir, l'événement sera marqué par un certain chiffre sinon il ne reviendra pas et s'il revient et que le même chiffre se pointe , il faudra alors croire qu'il devait en être ainsi

pour ma part, j'ai hâte de voir que le chiffre ,je ne l'ai pas trouvé pour rien
aziz je l'aime bien car il ne mérite pas d'être ainsi traité, on lui doit tout et il a débarqué de force, sinon dissolution et tout le monde partait en campagne et cela permettait au vieux et au clan d'expliquer le piége qu'on leur tend

cette histoire de la révolte populaire préparée: après tout c'est aussi cela la volonté populaire qui fit élire sidi

on ne peut d'un côté dire: " les gueux c'est le peuple souverain" et de l'autre " on les agite", et alors qu'importe qui l'agite reste qu'à la fin c'est sa volonté qui compte non?

dans l'interview du vieux , sidi nous expliquait que aziz avec tout l'appareil d'état peut être certain d'être élu? cela m'a marqué car qu'aurait fait sidi avec ce même appareil d'état sous la coupe d'un clan avec une armée domestiquée?

c'est bien là un aveu terrible de ce qu'on nous préparait: la mauritanie éternelle!

c'est leur guerre , pas la nôtre, nous nous sommes le teuf teuf de la cocotte minute

Anonyme a dit…

KBG,

KHALI ANAKE ces problemes de nationalite'! Je ne suis candidat a' absolument rien en Mauritanie et je ne suis pas venu me plaindre de quoi que ce soit devant qui que ce soit.
La nationalite' Mauritanienne a ete' cree'e en 1961. Comme tu le sais, je suis ne' en 1962 a' Aioun. Ai-je besoin de te dire que je suis ne' Mauritanien? Ce qui n'est pas forcement ton cas parce que tu es ne' bien avant l'existence de la nationalite' Mauritanienne. TU ES UNE NAISSANCE DU TEMPS COLONIALE. La metropole ne voulait pas te donner la nationalite' Francaise. (rire)
Les vieilles naissances d'avant la creation de la nationalite' Mauritanienne, doivent nous laisser en paix. Vous avez quelque chose a' vous reprocher c'est la raison pour laquelle vous continuez a' nous harceler avec vos mauvaises interpretations de qui sont Mauritaniennes et Mauritaniens et qui ne le sont pas.

Mon cher KBG, j'ai dit a' mille reprises que je suis citoyen des USA, j'en suis tres fier, j'ai la conscience tranquille et je n'ai rien a' me reprocher. QUE VEUX-TU DE PLUS?

Anonyme a dit…

Sanhaji,

Je viens de lire votre sur CRIDEM.
Je suis fier de vous!
Comme je l'ai souligne' dans l'un de mes ecrits d'aujourd'hui, il faut certes participer a' la conference nationale pour sortir de la crise MAIS QU'IL FAUT D'ABORD ET AVANT TOUT QUE QUELEQUES CONDITIONS SOIENT PRESENTES.

A mon frere Aly Fall SG du MDR

J'ai lu a' propos de ton intervention en faveur de l'usurpateur en chef. Mes salutations a' mes soeurs Gafou et Zeinebou Fall. LE RESTE N'EST PAS IMPORTANT!

Anonyme a dit…

B. Facho,

Ce n'est pas ce genre d'intervention que je veux de toi.
Where were you when I needed you the most to help me with KBG?

La verite' triomphera INCHALLAH!

Anonyme a dit…

Chez nous on va d'abord. Chez d'autres on vous donne l'opportunite de vous faire entendre par le juge, on vous condamne a paier des kopecks, vous faites appel et si les faits sont tetus, vous publiez des excuses a n'en plus finir et peut-etre ne pas paier si vous avez des preuves.

Lisez: une histoire de general et le trafic de drogue. Chanson connue chez nous.      
Je suis anti-militaire, mais faut reconnaitre que Sidioca a faute en laissant le susteme jiduciaire se clochardiser. Bonne lecture. A-
A-
-----
Affaire El Watan-Général Abderrahmane

Le procès en appel s’ouvre demain à la cour d’Alger El Watan, 21 décembre 2008

Le procès en appel opposant El Watan au général à la retraite et ex-chef de la 2e Région militaire, Kamel Abderrahmane, aura lieu demain à Alger. Le directeur du journal El Watan, Omar Belhouchet, et la journaliste Salima Tlemçani, condamnés le 4 mai dernier par le tribunal correctionnel de Sidi M’hamed à verser une amende de 100 000 DA dans cette affaire, ont intenté un procès en appel afin de démanteler l’accusation en diffamation que le général à la retraite a brandie contre le journal.L’affaire en question concerne une enquête que la journaliste avait menée en 2006 sur le trafic de drogue dans la région d’Oran. Après investigations, la journaliste était arrivée à dévoiler une connexion entre les trafiquants agissant sous les ordres du baron de la drogue, Ahmed Zendjabil, et de hauts responsables, notamment de l’armée, en poste dans cette même région d’Oran. Sentant sa responsabilité engagée, le chef de la 2e Région militaire qu’était Kamel Abderrahmane a envoyé une mise au point au journal El Watan. La publication de cette mise au point a coïncidé avec la publication d’un entretien accordé à Salima Tlemçani par Kada Hazil, ex-directeur de l’action sociale à Oran, dans lequel ce dernier accusait Kamel Abderrahmane d’entraver le travail de lutte contre le trafic de drogue en faisant démettre de ses fonctions un officier de la DCE chargé d’enquêter sur ce trafic à Oran. Le général Abderrahmane dépose alors une plainte pour diffamation contre à la fois Kada Hazil et El Watan. Le procès s’ouvre au tribunal correctionnel de Sidi M’hamed le 3 avril 2008, où tour à tour M. Belhouchet et Salima Tlemçani affirment devant le juge l’inexistence de délit de diffamation à l’encontre du plaignant. Kada Hazil se présente, quant à lui, les bras chargés de dossiers et dénonce le trafic de drogue à Oran en défiant le plaignant à qui il renouvelle son accusation d’avoir entravé le travail de lutte d’un officier et en impliquant d’autres hauts responsables. Une confrontation Abderrahmane-Hazil a transformé le procès en diffamation en procès de la mafia de la drogue à Oran. El Watan, par les voix de son directeur et de sa journaliste, a relevé la nécessité d’encourager le travail d’investigation en vue de dévoiler la trame d’un trafic qui n’a que trop fait souffrir la jeunesse algérienne. Le procureur de la République avait, suite aux témoignages des uns et des autres, requis la peine de 100 000 DA d’amende pour les trois accusés. Un mois plus tard, le juge a confirmé la requête du ministère public. Demain, l’affaire reprendra son cours avec l’espoir de voir s’effondrer l’accusation en diffamation et que justice soit rendue.

Par Nadjia Bouaricha

Anonyme a dit…

Pas de probleme Couli. Lecoq rouge et la poule noire sont la. Merci d'avoir accepte ma demande. Eywe Bilkiss:rendez-vous a Papeete, Tahiti.

A-

Khalil Balla Gueye a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Ɔopiarpegar a dit…

Ces soutiens et ces initiatives au HCE sont -ils sont sincéres ?


Chers compatriotes, nous savons tous qu'il y'a beaucoup maux qui minent ce pays depuis au moins 30 ans, mais le plus pernicieux d'entre eux, est cette promptitude du mauritanien à retourner sa veste, son boubou, ou son voile pour soutenir illico-presto et sans condition, un nouveau régime .

De nouveaux régimes depuis Moctar O DADDAH, il y'en a eu au moins 7 (Ould Saleck, Ould Ahmed Louli-Bouceif, Ould HAIDALLAH, Ould TAYA, Ould ELY VALL, Ould CHEIKH ABEDELLAH et enfin Ould Abdel AZIZ).

A chaque fois c'est le même refrein :des marches de soutiens ou initiatives de soutien . Ce qui est bizarre , c'est pratiquement les mêmes qui en sont toujours les initiateurs ou auteurs !

Pour peu que l'on soit honnête ou raisonnable, on ne peut pas à chaque avenement d'un nouveau régime se rallier inconditionnellement puisque cela voudrait dire que l'on manque de repére et de jugeote ou alors on est toujours guidé par des intérêts mesquins et sordides.

Voilà l'un des maux de notre société!

C'est pourquoi, je crois que ces nouvelles autorités malgré la légimité qu'elles recherchent à travers leurs multiples campagnes de séduction, ne peuvent en aucun cas croire à la sincérité de ces mouvements massifs prétendûment spontanés et inconditionnels.

Non, pour l'instant , ils ont tout juste besoin de jeter de la poudre aux yeux de la communauté internationale pour faire croire que le peuple les a parfaitement adopté et a adhéré à leur mouvement "rectificatif". C'est un objectif ponctuel . Cela est même acquis. D'ailleurs pouvait-il en, être autrement ?Bien sûr que non !

Nos généraux etant issus de ce même peuple et ayant toujours appartenus au sérail du pouvoir depuis Ould Taya, maîtrisent les arcanes et les rouages de notre société ,hélas moralement en décadence. En toutétat de cause , il n'est pas exclu qu'aprés avoir atteint ses objectifs, que le général lâche tout ce monde farfelu et ces lobbies mafieux qui l'entourent et qui avaient jadis servi TAYA et entretenu SIDIOCA pendant ses 15 mois de pouvoir.

Moi, je crois savoir que le général n'ignore pas cette leçon:Dans la cour royale, on peut y recevoir quelquefois des baisers mortels. Sidi Ould cheikh Abdellahi et Ould Taya ont certainement retenu cette leçon et si c'était à refaire, il y'a des baisers qu'ils n'accepteraient jamais .


www.cridem.org

Info source : chamelier

Ɔopiarpegar a dit…

euh FACHO atti elraçak wou li l'moumnin el avia please ne reviens plus enass inda7sset

Anonyme a dit…

Copiarpegar,
Merci pour cet article du chamelier. Quelque soit celui qui va gagner, le premier devoir est d'eloigner ces parasites. Ils n'apportent rien et te mettent par terre toute tentative d'aller de l'avant. Mani rad alik, c'est le culte de la personalite et Sidioca est tombe dedans. Mais smaa woussakh outhneyh par ceux memes qui l'entouraient. A voir Cheyakh Ould Ely et Ould Michel, tu as envie de vomir.Mais aussi Sidioca merite ce qui lui arrive: I'll a degage tous les gens dans l'administration qui appuyaient de pres ou de loin AOD. Meme de petits directeurs et chefs de service.Je ne l'excuse pas d'avoir vire Ould Horma parcequ'I'll s'attaquait a son cousin du port pour corruption en plein jour.

A-

Anonyme a dit…

A-

Bon retour à la maison!
Je savais que tu reviendras,car même un peu "mesnou3",tu es "ebyeth" (lol).
Pour fêter ce retour,qu'y a-t-il au menu,à part le mac-do de Maatalla?.
A+

Anonyme a dit…

Ano 00:17 a dit:

-----------------------
cette histoire de la révolte populaire préparée: après tout c'est aussi cela la volonté populaire qui fit élire sidi

on ne peut d'un côté dire: " les gueux c'est le peuple souverain" et de l'autre " on les agite", et alors qu'importe qui l'agite reste qu'à la fin c'est sa volonté qui compte non?
----------------------------------

Tout est résumé et cela vient compléter l'article du chamelier sur Cridem

Ɔopiarpegar a dit…

France 24: une libération en forme d'enlèvement

haga clic aquí

copiarpegar

Ɔopiarpegar a dit…

dear amigo A-,take a look at this one si tu veux t'amuser un peu!

haga clic aquí

copiarpegar

bilkiss a dit…

Bonjour!

Pa Couli,

je vaux pas grand chose!!!
(un coq et une poule...lol)

les soldes d'hiver, c pas la periode!!!

on n'ai en pleine saison des fêtes et les prix flambent partout...partout!!!

tu devras en profiter même si t'as n'a marre de ta fille!!!

met la barre trés haute, surtout pas des REBAJAS!!!

Bilkiss,
ta fille rebelle

bilkiss a dit…

Sanhaji,

cette histoire de confiscation des passeports de Sidioca et de la Maréchale, je ne la vois nulle part!!!

c la contre-pub de l'autre camp ou c du pur délire?

amitiés

Anonyme a dit…

Bilkiss,

Yakhti les femmes en processus de mariage doivent rester calmes.

Le retrait des passeports je l'ai lu a Taqdoumy (version arabe).

Ils ont mis l'article, l'ont retiré puis l'on remis avec d'autres articles comportant plus de détails.

La politique ne m'amènera jamais à écrire du faux, et je suis heureux car en plus du coq et de la poule que veux Couly comme dot, il y aura certainement Ghnaima, que ton A- a reçu de copiarpegar.

Aleleleleya

Sanhaji

bilkiss a dit…

Sanhaji,

je te crois, j'y retourne jetter un coup d'oeil (le 3 ème)!!!

merci pour lem'iz mais je convole pas en noces pour le moment!!!

c Pa Couli qui veut plus de moi à la maison!!!!

Amitiés

Anonyme a dit…

Gardez moi laarouss. J'arrose le jardin de mon patron. Arriva ! A-

Khalil Balla Gueye a dit…

Il Y AVAIT UNE GROSSE COQUILLE!

Blogger Khalil Balla Gueye a dit...
BONJOUR,
lundi 22 décembre 2008
La nouvelle prison à ciel ouvert du président Sidioca.

1)"Libération du président Sidioca" ou les fumigènes de la dictature!

Il est un adage mauritanien qui s’appliquerait bien au soit disant «élargissement» par la junte du président légitime Mr Sidioca, tel qu’exigé par le peuple et la large coalition de partis (12) dédiée à la défense de la démocratie et au retour à l’ordre constitutionnel, le FNDD .Libération également réclamée voire requise à cor et à cri par la communauté internationale comme le préalable inconditionnel pour le renouement DE (pas"à"!) tout éventuel dialogue avec celle ci, de nature à favoriser le rétablissement du président élu Mr Sidioca dans ses inaliénables prérogatives constitutionnelles et la démocratie .Or, en guise de libération inconditionnelle du président élu , la junte nous aura servi une dérobade du genre de la maxime «Samba baâ lebssel, Samba ecchre lebssel !» qui se restituerait en français par ceci à peu près :«Samba (la junte) aura vendu des oignons pour racheter tout banalement des oignons aussi (sic)».Soit le statu quo ante, voire pire encore, pas moins que cela!Autant dire que la junte n’aurait fait que reprendre de la main droite ce qu’elle aurait mimé de donner par la main gauche .Par conséquent, s'agissant de la liberté du président Sidioca, nous ne serions pas plus avancés qu'avant.Quelle gaucherie que tout cela, et ce serait le cas de le dire vraiment !Gaucherie si ostensible qu’elle n’abuserait personne, surtout pas la CI, le FNDD et le peuple Mauritanien plus que jamais attaché à sa démocratie incarnée par le président qu’il s’est souverainement choisi, Mr Sidioca .

A la bonne heure!
http://vindicte.blogspot.com/

22 décembre 2008 09:04

Khalil Balla Gueye a dit…

"Moi, je crois savoir que le général n'ignore pas cette leçon:Dans la cour royale, ***on peut y recevoir quelquefois des baisers mortels. Sidi Ould cheikh Abdellahi et Ould Taya ont certainement retenu cette leçon et si c'était à refaire, il y'a des baisers qu'ils n'accepteraient jamais ."
Info source : chamelier
22 décembre 2008 09:39

AVANT DE COMMENCER!
NB:baiser à prendre dans le sens d'embrasser.Pas l'autre triviale et familière acception!

Mais le "baiseur" de Taya et de Sidioca n'est autre qu'Aziz!Donc s'agissant du "baiser de la mort" comme diraient le Godfather de la Mafia ,Aziz passerait pour être plutôt bien servi!Je suis presque sûr qu'au sein de sa Camora ou N'dranghetta ,il devrait porter le nom de guerre de "Ange de la mort" ou de "Baiseur fatal" "baiseur mortel"etc...!Ce type serait comme certaines mauvaises herbes qui tuent tout à la ronde!
Par conséquent , Aziz passant pour être le "baiseur attitré de la Rép et son spécialiste en baisemain" ne risquerait pas grand chose à moins qu'il ne s'avise de s'envoyer en l'air lui même pour s'éclater!Et cela porte un nom bien précis...!Sait-on jamais!?Et, contrairement à l'adage "baise la main que tu ne peux couper" Aziz semble avoir pour maxime et crédo:"coupe la main que tu ne peux plus baiser!" !Comme celle de Sidioca excédé par un Aziz étouffant et qui à force de "trop embrasser (baiser), mal étreint"!!
Côté baisemain, coupe-main voire coupe-gorge aussi Aziz serait plutôt bien servi par mère nature!!
Donc pas de soucis à se faire pour lui de ce côté, Hélas!

Ɔopiarpegar a dit…

Libération du président élu : et après ?

haga clic aquír

copiarpegar

Khalil Balla Gueye a dit…

Pour une de mes rares fois ,je me départirais volontiers de mon côté patibulaire et sinistre pour affecter un air guilleret question de faire prendre la poudre d'escampette aux vaillants qui oseraient encore souffrir la promiscuité de mon voisinage!Voisinage aussi dissolvant que l'acide ou Aziz le corrosif qui dissout tous les présidents voire les assemblées qu'il approcherait!

Ma question donc s'adresserait aux visiteurs,répondre de préférence sans consulter Google!

***A quoi ferais-je allusion en choisissant éventuellement le pseudo de KGBOSSUET?

Question à 1000 francs payables outre-tombe par feu Lucien Jeunesse du jeu des 1000francs de Franceinter et RFI!

Anonyme a dit…

El khelta,

Des nouvelles des Touaregs? Il me semble avoir lu au milieu d'un article qu'une partie a fuit le combat pour rentrer en Mauritanie. Tout le monde est concentré sur les EGD, les passeports des Sidioca et l'interview de l'Ambassadeur de France.

Copiarpegar: merci pour les videos. J'ai rongflé devant mon écran en écoutant le discous de Aziz à Rosso. Attendons après-demain pour voir ce qui sortira de la réunion de l'UA à Addis. Quelqu'un a t-il vu Messaoud? Il est silencieux et invisible. Me demande qui lui a financé son tour en Afrique.

A-

Anonyme a dit…

Ahmeddou Ould Abdallah participe à la réunion d'Addis en tant que Représentant de Ban Ki-Moon en Somalie, pour la même reunion qui concerne la Mauritanie. Donc il pourra écouter et inchallah donner un petit avis sur la crisette Aziz-Sidioca. Il ne fera pas du tlahlih et il dira la verité. Le pro-putsh vont certainement l'accuser d'avoir contribué à la decision de l'UA si elle est contraire au bien-être d'Aziz.

Je crois que cette réunion comprendra Said Jinnit, Representant de Ban en Afrique de l'Ouest qui est un ex-commissaire de l'UA. Donc le dossier Mauritanie est en de bonnes mains, je crois. A-

=============

2008-12-22 15:18:18 - AFP

"Il y a en Somalie un génocide qui ne dit pas son nom" selon l'envoyé de l'ONU
L'envoyé spécial de l'ONU pour la Somalie a jugé lundi qu'il y avait "en Somalie un génocide qui ne dit pas son nom, avec des générations entières sacrifiées" dans la guerre, qualifiée de "récréation de presque 20 ans" durant laquelle "les Somaliens ont détruit leur pays".

Ahmedou Ould Abdallah, envoyé spécial de l'ONU, s'exprimait auprès de l'AFP en marge d'une réunion au siège de l'Union africaine (UA) à Addis Abeba du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA sur les situations en Somalie, mais aussi en République démocratique du Congo (RDC) et en Mauritanie.

"Les déclarations de l'Igad (Autorité intergouvernementale pour le développement - 6 pays d'Afrique de l'Est) et du Kenya ces derniers jours ont montré que la région veut sonner la fin d'une récréation de presque 20 ans pendant laquelle les Somaliens ont détruit leur pays", a lancé M. Ould Abdallah.

"Il y a en Somalie un génocide qui ne dit pas son nom, avec des générations entières sacrifiées; les (dirigeants) somaliens sont secoués par les menaces de sanctions (. . . ), ils ont peur de la fin de l'impunité", a-t-il poursuivi.

"On est dans l'urgence, surtout avec le retrait annoncé de l'Ethiopie et on ne peut pas se dérober devant nos responsabilités", a-t-il martelé.

L'armée éthiopienne, intervenue officiellement depuis fin 2006 en Somalie voisine pour soutenir le gouvernement de transition, a annoncé son retrait total du pays d'ici début 2009.

Addis Abeba laissera ainsi la force de paix de l'UA en Somalie (Amisom), mal équipée et en sous-effectifs (3. 400 hommes), seule face à une rébellion islamiste revigorée et qui contrôle désormais une grande partie de la Somalie.

"Il faut renforcer (. . . ) l'Amisom, et cela très vite, il faut aider l'Amisom à rester en Somalie; la priorité n'est pas le déploiement d'une force internationale mais de donner à l'Amisom les moyens de rester", a estimé lundi M. Ould Abdallah.

Les Etats-Unis jugent nécessaires l'envoi d'une opération de maintien de la paix de l'ONU en Somalie, ravagée par la guerre civile depuis 1991.

De son côté, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon estime que les "conditions ne sont pas favorables" pour l'envoi d'une telle force.

L'ONU a organisé deux missions en Somalie, de 1992 à 1995, pour venir en aide aux populations victimes de la famine, mais elles se sont achevées dans la débâcle et ont longtemps freiné toute nouvelle opération onusienne de maintien de la paix.

L'Igad a condamné dimanche le président du gouvernement de transition somalien, Abdullahi Yusuf Ahmed, et imposé des sanctions contre Mohamoud Mohamed Gouled, le Premier ministre désigné par M. Yusuf le 16 décembre malgré l'opposition du Parlement somalien qui a jugé illégal le limogeage du précédent Premier ministre, Nur Hassan Hussein.

Selon la charte du gouvernement fédéral de transition, le président n'a pas le pouvoir de démettre le Premier ministre sans l'approbation du Parlement. Or, ce dernier a apporté un soutien massif au Premier ministre limogé et à son gouvernement, les qualifiant de "légitimes".

De son côté, le Kenya a récemment annoncé que son gouvernement allait prendre des sanctions individuelles contre M. Yusuf, suite à sa décision de démettre M. Hussein.

maatala a dit…

Salam

Lu sur ANI Pour Sanhaji

"MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES
ET DE LA COOPERATION


Mardi, le 21 Décembre 2008

La Direction Générale de la Communication Extérieure du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération publie le communiqué suivant :


Le Gouvernement de l’Espagne se félicite de la libération de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, Président en exercice de la Mauritanie jusqu’au 6 Août dernier, et considère que cette mesure, nécessaire et positive, peut représenter un pas important vers le rétablissement de la normalité démocratique et constitutionnelle.

Dans ce sens, le Gouvernement espagnol espère que les Etats Généraux de la Démocratie, organisés dans les prochains jours dans le but d’atteindre une large concertation nationale, puissent contribuer à la recherche d’une solution à la crise, fruit d’un dialogue entre tous les mauritaniens, de façon à consolider un cadre consensuel de stabilité, de gouvernance démocratique et de prospérité pour ce pays voisin et ami.

Date publication : 22-12-2008
----------------------------------

Les Espagnols gardent un mauvais souvenir de la crise d'égo de la Maréchale sur leur sol dit le FOU.

Maatala

maatala a dit…

Sanhaji

Je suis l'exception qui confirme la règle de ta rafraîchissante petite histoire.

La seule chose, que je connaisse de Cendrillon c'est qu'elle est addicte a la belote.

Lorsque ce sport cérébral sera admis aux jeux olympiques, elle aura la médaille d'or.

SIDIOCA a eu tord de faire d'elle sa principale conseillère à cause de son inexpérience et sa méconnaissance de la mare à requins dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Ping de dire d'une maniere tres diplomatique que Aziz est un menteur. A-

============
Début de la réunion de l’UA consacrée à la Mauritanie


Les ministres des pays membres du Conseil de la Sécurité et de Paix de l’Union Africaine se réunissent lundi à Addis- Abeba, dans une session extraordinaire diridée par M. Jean Ping président de la commission de l'Union Af'ricaine, consacrée à la Mauritanie.


Selon les observateurs, les débats devraient être consacrés à l’évolution de la situation en Mauritanie après l’élargissement du président déchu Sidi Ould Cheikh Abdallahi déposé par un coup d’Etat le 6 août 2008.
A cette occasion, Jean Ping a déclaré à l’ouverture de cette réunion : « Nous-nous réjouissons de la remise en liberté du président Ould Cheikh Abdallahi, avant d’ajouter que le général Mohamed Ould Abdel Aziz a tenu, partiellement, ses promesses, mais cela n’est pas suffisant, car il reste encore d’autres questions pour lesquelles il convient de consacrer un débat global ».
Ould Cheikh Abdallahi a été libéré, dimanche, par le HCE, instance militaire qui dirige le pays depuis le coup d’Etat.

Ɔopiarpegar a dit…

Dear A-,

Ce pauvre Eminou, il ne mérite pas ça, il est clair que ce peuple souffre "ejou3, ej'hel....." c'est triste mais réel.

copiarpegar

Anonyme a dit…

La pauvre cendrillon. Suis d'accord avec Maatala qu'une beloteuse ne peut pas faire du crocodile dundee. A-

Anonyme a dit…

copiarpegar,

C 'est vrai. J'etais gené à la fin. Et le preneur d'image aussi. La anz derriere eminou est la mienne. Tu peux la prendre.

J'ai quand même apprecié le mode de vie simple et honnete: strict minimum, honneur, bonté de coeur, pas de pechés, peur d'Allah. Il est tres heureux eminou, à ce que je vois. Au moins il n'est pas stressé et ne paie pas de taxe. Quel bel environment. A-

Anonyme a dit…

The shape of things to come. Melanger le 12/12, l'appui au tombeur de Maawiya et la competition pour les faveurs d'une junte qui pourra ne plus être ici d'ici quelques semaines ou mois. Ainsi va la vie au bled. A-

============

http://www.cridem.org/index.php?id=82&no_cache=1&tx_ttnews[tt_news]=25881&tx_ttnews[backPid]=36&cHash=fc46289afb

Ɔopiarpegar a dit…

A-, tu es précis et pertinent tu es toujours un gagnant.

copiarpegar

Ɔopiarpegar a dit…

A-, le dossier Mauritanie est en bonnes mains and this one is in yours.

I need a break
Bye Bye everyone


VIVE LA MAURITANIE

copiarpegar

Sanhaji a dit…

Maatala,

tu n'as pas besoin de me narguer avec les statements d'El Govierno de Espana, car jusqu'à une date récente 1975 l'Espagne gisait dans ses problèmes de sous développement, de dictature, de coups d'Etats etc...

L'Espagne est aujourd'hui riche mais pas vraiment démocratique et les Espagnols comprennent très peu de la démocratie ce qui impacte beaucoup leurs hommes politiques.

Nous avons en commun un long passé allant des almoravides jusqu'aux pêcheurs canariens (qui sont des cousins Sanhaja) à Nouadhibou.

Le même Dieu qui a pu doter l'Espagne d'un démocratie qui lui a épargné les Golpe (que je déteste) vous nous débarasser de nos Généraux Bou6meg3ou et Ordogan.

C'est à cela que j'aspire et je compte pour ce faire à la mobilisation des mauritaniens et à l'appui de la mère de la liberté, les Etats Unis d'Amérique.

Cette grande nation, que j'aime beaucoup pour plusieurs raisons dont la naturalisation de Couly (le plus mauritaniens des mauritaniens), a été capable de sortir l'Europe et l'Asie de la misère politique et économique et pourra nous sortir (berbères, africaine et arabes) de cette même misère.

Anonyme a dit…

si cendrillon est une beloteuse, elle n'est pas la seule a avoir du talent vu que le "faux jeu" n'est pas passé

on imagine l'équipe face à face cendrillon et kb ( avec la complicité qu'on imagine) face à elle le vieux avec sidi baba qui lui tire l'oreille gauche et le reste de rv l'oreille droite

de l'autre côté aziz avec commme part l'autre segment du système

soudain aziz crie "merrr! foj'tac!"

mais comme on joue avec des l'argent, et que les sommes sont énormes, on s'énerve, on jette les cartes et c'est celui qui tient les armes qui remporte la mise

ce n'est que justice

Anonyme a dit…

Ya les amis, ce n'est pas serieux.Une vraie mare aux crocodiles, ce pays.

Sidioca ne doit plus lacher prise, meme s'il doit en mourrir. C'est abject.Tfou,tfou et tfou.I'll met en place ses walis pour coincider avec une marche un 12/12 qui correspond au demarrage de la reunion d'Addis. C'est de bonne guerre. Mais Aziz prend les gens pour qui? Le pays est foutu. Je vois une autre somalie. Sidi yaatih razza nous a amene ces problemes. AOD ou Messaoud auraient mieux dirige ce pays. Tfou, tfou we tfou comme dit le Dieu de Couli, Maawiya.

A-


----
Les populations de Tintane organisent une marche de protestation contre la libération de l'ancien président.

Les populations de la ville de Tintane, au Hodh El Gharbi, ont organisé dimanche une marche au cours de laquelle elles ont affirmé leur soutien au mouvement de rectification du 6 août 2008 et exprimé leurs protestations contre la libération de l'ancien président Sidi Mohamed ould Cheikh Abdellahi, estimant que ce dernier " a, par une décision improvisée, causé la destruction de leur ville et contribué à l'exil de ses habitants". En tête des participants à la marche se trouvaient " l'association de sauvetage et de développement" et "l'association de la défense des sinistrés". La marche a été accueillie par le wali du Hodh El Gharbi, M. Mohamdy ould Sabary qui a remercié les participants pour cette marche pacifique et leur soutien au Haut Conseil d'Etat, sous la direction du général Mohamed ould Abdel Aziz, chef de l'Etat.

AMI

Anonyme a dit…

derrière connerie de bodiel le héros des frontistes, cet abruti a réussi à dire ceci:

" Ainsi Boidiel Ould Houmeid dira que "l’ambassadeur de France n’a pas le droit d’inviter le FNDD à des journées de concertation, ni à dicter ses instructions, alors que le Front les boycotte parce qu’il tient à la légalité».

Ould Houmeid notera que le FNDD ne compte pas sur la communauté internationale pour ramener le président Sidi au pouvoir mais considère qu’elle est un soutien à ne pas négliger."

---------------

bravo bodiel! continue de débiter des ineptie pareille. faut le faire!

quel con! ou plutôt quel gredin, à le lire on dirait qu'il est payé pour poignarder son camp. Avec le retour de sidi, imaginez seulement l'équipe! Cet âne pouvait dire la même chose sans parler comme un bodiel

maatala a dit…

Salam

C'est le même Bodiel qui défendait Taya et reprocher aux ONG de s'immiscer dans les affaires internes de la Mauritanie en leur reprochant leur ingérence quand celles-ci critiquer la dénegrification de l'armée et des déportations.

Un vrai pachyderme dans un magasin de porcelaine dit le FOU

maatala a dit…

Salam

Partie de belote entre complices

Le problème entre nos joueurs de belote, c'est que SIDIOCA et ses nazes jouent à la belote Mauritanienne, alors que AZZIZ joue à la belote sénégalaise.

Faible, Passe, Coince et sur coince dit le FOU

maatala

Khalil Balla Gueye a dit…

Le faux dilemme:la démocratie prend toujours le dessus!
(réponse à un compatriote scrupuleux et troublé)
Paru sur +ieurs sites.

« Oui , je le concéderais volontiers , il serait illusoire et naif aussi de prétendre qu’au FNDD , nous serions un bloc monochrome comme la phalange d’Aziz le BASEP qui lui obéit au doigt et à l'oeil.Nous ne nous en cacherions point : pour moi et pour bien d’autres encore , il s’agirait bien d’une alliance patriotique tactique et conjoncturelle!Car pour prétendre venir à bout de la dictature l'union sacrée est vraiment de rigueur et nous aurions ensuite toute l'éternité et la sérénité démocratiques devant nous pour régler nos diverses dissensions.grandes ou petites Inchâllah , comme je l’ai déjà écrit dans un article précédent !....etc…..

....….En temps normal et conformément aux "affinités politiques et idéologiques sélectives de chacun ou de chaque tendance" , il est certes , certaines compagnies auxquelles on préférerait la sérénité et l'ennui de la solitude !Il y va en politique comme dans la vie ou presque .Les goûts et les couleurs ne se discutent pas , c'est bien connu!Mais seul , on est impuissant , désarmé et de surcroît, la "mélancolie et l'ennui de la solitude" pourraient s'avérer «mortels» politiquement.Et après tout , la démocratie et le pays ont besoin de toutes les bonnes bonnes volontés .Les coureurs de fond en sauraient un bout justement au sujet de l'ennui de la solitude.Donc , tout logiquement:l'union sacrée s'imposerait d'elle même indubitablement.
En conclusion cher ami , j’espère que tu appréhenderais mieux maintenant mon faux dilemme partagé par mes camarades de combat et les raisons qui nous ont amenées à le trancher , de gaieté de coeur , sans état d’âme ni atermoiements , du reste ! »
Publié par Khalil Balla Gueye à lundi, novembre 03, 2008

Anonyme a dit…

Je comprends parfaitement la frustration de Mr. Boidjel. La France a des liens historiques avec la Mauritanie et elle doit continuer a' jouer un role constructif pour regler la crise qui secoue notre pays.
J'ai lu l'interview de l'Ambassadeur de France avec une tres grande attention. Il doit tout simplement savoir que nous n'avons aucun probleme si l'autre camp arrive a' elire son candidat avec 90% des votes. Pour le moment, nous ne sommes pas a' ce stade. Nous avons toujours un mandat presidentiel de 5 ans qui n'a pas encore pris fin et nous avons un president de la republique qui n'arrive pas a' exercer ses fonctions telles que definies par la constitution et les lois en vigueur dans notre pays.

Le monde entier sait les nombreuses raisons pour lesquelles nous sommes oppose's a' l'action illegale et illegitime qui a pris en otage les institutions de notre republique et qui empeche le president legitimement elu par le vaillant peuple Mauritanien d'exercer ses fonctions. Nous n'avons pas besoin d'aller a' une conference nationale pour dire ce que tout le monde connait!
Ai-je besoin de repeter qu'on ne peut pas avoir de sincere negotiation quand l'une des parties au conflit a ses canons pointe's vers la tete de l'autre partie dans ledit conflit.

Nous disons donc oui a' une conference nationale mais a' condition que certaines conditions soient presentes.

Nous remercions l'Ambassadeur de France pour les efforts colossaux qu'il n'a cesse's de deployer pour aider notre peuple a' sortir de la crise.

Vive la Mauritanie!
Vive l'amitie' et la cooperation entre la France et la Mauritanie!

Anonyme a dit…

Addis-Abeba (Ethiopie) - La Commission de l’Union africaine (UA) a appelé le président mauritanien Sidi Ould Abdallahi, qui vient d’être libéré, à nommer un représentant en son sein, à Addis-Abeba.

Selon un communiqué du président de la Commission, Jean Ping, lu lors de la réunion ministérielle du Conseil de paix et de sécurité tenu ce lundi, les seules autorités légitimes de la Mauritanie sont ceux qui appartiennent au gouvernement du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi ou sont nommés par ce dernier.

"La Mauritanie doit être représentée au sein de l’UA par lesdites autorités et personne d’autre", déclare le communiqué. "À cet effet, le Conseil pourrait recommander que l’Assemblée de l’Union invite Sidi Ould Cheikh Abdallahi à nommer les représentants de la Mauritanie aux réunions des organes de décision de la Commission de l’UA ", a encore dit M. Ping dans son communiqué.



Cette demande intervient alors que l’Union africaine se prépare à accueillir son sommet en Janvier 2009, et on ignore encore si le Président Sidi Ould Abdallahi y prendra part ou non.

Par ailleurs, l’UA reste intransigeant sur sa position exigeant que Ould Abdallahi exerce ses fonctions de président de la république, soutenant que son gouvernement est le seul légitime de la Mauritanie.

Les auteurs du putsch, qui ont mis fin, dimanche, à la résidence surveillée à laquelle il avaient assigné le Président Sidi Ould Abdallahi, souhaitent organiser une élection que l’UA et les Nations unies sont unanimes à rejeter, exigeant la réinstallation de l’ancienne administration dans ses fonctions.

"Si, au 5 Janvier 2009, aucun progrès n’est réalisé, le Conseil pourrait envisager des sanctions limitées et ciblées, en particulier le refus de visas, les restrictions de voyage, le gel des avoirs de tout le personnel civil et militaire, ainsi que des opérateurs économiques dont les voyages internationaux servent à maintenir le statu quo inconstitutionnel ", a déclaré Jean Ping dans son communiqué.

African Press Agency Accès rapide
Activités
A l’Intérieur du Pays
A l’Extérieur du Pays
Les Activités à Venir

Sanhaji a dit…

Je suis extrêmement Happy ce soir pour cette grande victoire de la démocratie.

Anonyme a dit…

Sanhaji,

J'ai cru à un poisson d'avril. La reunion du 27 n'aura certainement pas lieu. De tout ça, il y a un individu à remercier pour avoir fait tomber le plan de ja junte, comme x et CR ont contribué à faire tomber Maawiya: c'est Prof Ely. Beaucoup n'apprécient pas à sa juste valeur ce que ce jeune monsieur a fait pour pour le pays et l'Afrique toute entière: bouter les coups d'etat pour toujours. A mon avis, ce sont ses arguments seuls qui ont guidé nos autres et la communauté internationale sur la conclusin de ce dossier difficile. Il merite un prix Houphouet ou un prix nobel pour cela. Il faut rendre à Cesar ce qui appartient à Cesar. Mettant de coté les performances du zouave Sidi Yewkel et sa Damitude comme dit notre autre prix nobel Maatala.

A-

Anonyme a dit…

" If you wish to win a man over to your ideas, first make him your friend...The better part of one's life consists of his friendships"
Abraham Lincoln

"We must not be enemies.Though passion may have strained, it must not break our bonds of affection."
Abraham Lincoln

Colonel usurpateur Ahmedou Bamba Ould Baya a choisi ma ville (Aioun)pour dire que tous les citoyens ont "souffert" durant le mandat du president Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi. Comme le ridicule ne tue plus, il a pousuivi son discours en disant que cette liberation du president (qui etait leur otage) ne signifie pas que le desordre sera accepte'.

Colonel Ould Baya a deja oublie' que la dure'e du mandat presidentiel est de 60 mois et non 15! Le mandat dont il parle n'a pas encore pris fin. Une fois que ledit mandat arrive a' son terme, c'est le vaillant peuple Mauritanien qui doit dire librement a' travers les urnes, si le travail fait par le president legitime qu'ils ont elu, etait bon ou non!

LA PERIODE DES HOMMES FORTS EST TERMINE'E, DEPASSE'E ET DEMODE'E! SEULE LA VOLONTE' DES PEUPLES COMPTE!!!!!!!

En ce qui concerne le DESORDRE, il faut tout simplement dire que ce sont l'usurpateur en chef et ses grands bandits qui ont cree' le desordre au niveau des institutions de notre republique en faisant du president legitime de la Mauritanie leur prisonnier, l'empechant de d'exercer ses fonctions telles que definies par la constitution et les lois en vigueur dans notre pays et creant le HCE qui est une structure illegale et illegitime.

Je dis donc au colonel usurpateur que le genre de discours qu'il a tenu, n'a pas de place parmi les vaillantes populations d'Aioun.

LE VAILLANT PEUPLE MAURITANIEN MERITE MIEUX!!!!!!!

Anonyme a dit…

copiarpegar,

Le collage d'affiche ne fait que commencer. Ne fais pas le mauvais berger: je t'ai donné le anz d'eminou, c'est que pour que tu colles plus d'affiches. Tu peux nous chercher la declaration de l'UA?

Je persiste et signe: les US ont eu les militaires. Ils les ont aidé à prendre le pouvoir en 2005 pour se debarrasser de Ould Taya qui refusait l'alternance politique, car Ould Taya jouait un jeu en contradiction avec leur stategie pour tout ce qui se trouve aux alentours du Golfe de Guinée (j'ai bien lu le document du département d'état de mai 2004). Ils ont peut-etre manipulé les militaires pour prendre le pouvoir, pour refuser cette prise de pouvoir pour etre en mesure de degager les militares du pouvoir et donner l'exemple aux autres pays. C'est un jeu tres subtil et j'ai l'impression qu'ils ont trompé l'actuel MAEC qui a cru au plan et a soutenu le cousin Aziz, pour je ne sais quelle raison, pecuniere ou autre. Pour se retrouver embarqué dans cette histoire de coup d'etat. Ould Mohamedou est brillant, diplomé sciences po de la City University de New York avec un bon PhD.Lui accepter de jouer ce jeu est contre nature et quelqu'un de son niveau ne peut s'engager dans cette histoire stupide que si on lui a fait fumer la moquette ou on lui tourné la tete par des spécialistes dans ce genre de choses. Le plus grave dans cette decision de l'UA est qu'aucun pays membre de l'UA ne pourra autoriser la junte et leurs appuis a se rendre dans un pays africain, y compris le Senegal. Seul le Maroc peut les recevoir, n'etant pas membre de l'UA. l'UE va mettre en application la decision de l'UE et pas de visite en Europe.

Avis personnel: si je suis Sidioca, je ne balance pas l'actuel MAEC. Je le nomme Conseiller special a la Presidence, chargé des questions de geo strategie de la sous-region sahara-sahel. Il connait son boulot et en tant qu'ancien ennemi, le MAEC le servira tres bien, au lieu de Ould Michel qui ne connait zut en matiere de securite. En plus Ould Mohameddou connait l'anglais et pourra valablement travailler avec les americains, les français et les autres. Il faut etre magnanime et savoir pardonner a ceux qui peuvent etre sauvés.

A-

===
L’UA demande à Ould Abdallahi de nommer d’urgence des représentants à Addis-Abeba

Addis-Abeba (Ethiopie) - La Commission de l’Union africaine (UA) a appelé le président mauritanien Sidi Ould Abdallahi, qui vient d’être libéré, à nommer un représentant en son sein, à Addis-Abeba.

Selon un communiqué du président de la Commission, Jean Ping, lu lors de la réunion ministérielle du Conseil de paix et de sécurité tenu ce lundi, les seules autorités légitimes de la Mauritanie sont ceux qui appartiennent au gouvernement du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi ou sont nommés par ce dernier.

"La Mauritanie doit être représentée au sein de l’UA par lesdites autorités et personne d’autre", déclare le communiqué. "À cet effet, le Conseil pourrait recommander que l’Assemblée de l’Union invite Sidi Ould Cheikh Abdallahi à nommer les représentants de la Mauritanie aux réunions des organes de décision de la Commission de l’UA ", a encore dit M. Ping dans son communiqué.

Cette demande intervient alors que l’Union africaine se prépare à accueillir son sommet en Janvier 2009, et on ignore encore si le Président Sidi Ould Abdallahi y prendra part ou non.

Par ailleurs, l’UA reste intransigeant sur sa position exigeant que Ould Abdallahi exerce ses fonctions de président de la république, soutenant que son gouvernement est le seul légitime de la Mauritanie.

Les auteurs du putsch, qui ont mis fin, dimanche, à la résidence surveillée à laquelle il avaient assigné le Président Sidi Ould Abdallahi, souhaitent organiser une élection que l’UA et les Nations unies sont unanimes à rejeter, exigeant la réinstallation de l’ancienne administration dans ses fonctions.

"Si, au 5 Janvier 2009, aucun progrès n’est réalisé, le Conseil pourrait envisager des sanctions limitées et ciblées, en particulier le refus de visas, les restrictions de voyage, le gel des avoirs de tout le personnel civil et militaire, ainsi que des opérateurs économiques dont les voyages internationaux servent à maintenir le statu quo inconstitutionnel ", a déclaré Jean Ping dans son communiqué.

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org


Info source : Agence de Presse Africaine

Anonyme a dit…

En attendant de voir clair demain, je vous supplie de lire cet article d'El Watan d'Alger. A-
=========

Rabah Beldjenna -El Watan-22-12-08

Troubles et instabilité au Mali, au Niger et en Mauritanie : Turbulences aux frontières
mardi 23 décembre 2008, par temoust



En dépit des efforts et des trésors de diplomatie déployés pour instaurer une stabilité durable au Sahel, l’Algérie continue de faire les frais des innombrables turbulences politiques et sécuritaires que connaissent ses voisins du sud. C’est le cas du Mali qui fait une nouvelle fois face à une résurgence de la rébellion touareg et de la Mauritanie dont la jeune démocratie est actuellement mise à mal par les militaires. Le Niger, connu pour avoir des gisements d’uranium considérables, suscite pour sa part les plus folles convoitises. Situation qui risque de précipiter ce pays dans le chaos. Un chaos qui n’irait pas sans maintenir la bande du Sahel dans un état de tension récurrent.

Ibrahim Ag Bahanga rouvre les hostilités

Ibrahim Ag Bahanga a finalement exécuté sa menace de reprendre les hostilités au nord du Mali. Alors qu’on croyait que la paix était rétablie entre les rebelles touareg et l’armée malienne, voilà que les hostilités ont repris de plus belle entre les deux parties dans la région de Nampala, située à 500 km au nord-ouest de Bamako. Le souhait de tous les pays de la région sahélienne de voir le nord du Mali renouer durablement avec la paix semble ainsi une nouvelle fois contrarié. Des combats ont, en effet, opposé samedi des rebelles touareg à l’armée malienne dans la matinée et ont fait samedi 9 morts et 12 blessés dans les rangs des militaires maliens et 11 morts et de nombreux blessés parmi les assaillants, selon des sources officielles maliennes. Une source au sein du groupe rebelle d’Ag Bahanga fait état, pour sa part, de « plus de 20 militaires tués ». Alors qu’une ONG étrangère a affirmé de son côté que « le chiffre fourni par les rebelles n’est peut-être pas faux, mais il faut retenir que les personnes tuées qu’ils évoquent sont des militaires mais aussi des civils ». Cette source parle d’au moins cinq civils maliens tués lors de ces combats. Tout a commencé lorsqu’un poste militaire malien à Nampala (500 km au nord-est de Bamako) a été attaqué par un groupe armé non identifié. Cette action meurtrière avait immédiatement été attribuée par des autorités sur place au groupe de rebelles touareg dirigés par Ibrahim Ag Bahanga, comme la plupart des actions qui ont mis à mal, depuis août 2007, l’accord de paix signé à Alger en 2006. Ce qui a été confirmé par une source proche d’Ag Bahanga, qui a déclaré à une agence de presse : « Lors de notre attaque, nous avons pris le dessus parce que nous nous sommes préparés. Il y a eu dans les rangs de l’armée plus de 20 morts. Nous le regrettons, mais c’était eux ou nous. De notre côté, nous avons des blessés. »

Le ministère de la Défense malien a, quant à lui, évoque dans son communiqué des « assaillants » liés au trafic de drogue. « Le poste militaire de Nampala a été attaqué par une bande liée aux narcotrafiquants. Bilan : côté des forces armées et de sécurité 9 morts et 12 blessés ; côté des assaillants 11 morts et de nombreux blessés », a-t-il déclaré. Un responsable du ministère, interrogé par l’AFP, a affirmé que ce vocable était utilisé parce que les « assaillants » étaient venus à bord de véhicules formellement identifiés comme ceux appartenant à des trafiquants de « drogue ». Par ailleurs, une source indépendante dans la région a annoncé que des « civils » avaient trouvé la mort. « Je crois que c’est juste de dire qu’il y a au moins 20 militaires et civils tués par les assaillants », a déclaré cette source. « Les assaillants venus à bord d’une quinzaine de véhicules sont repartis sans avoir été arrêtés », a précisé une source administrative à Nampala, assurant qu’ils avaient pris des « otages ». « C’est d’abord avant tout une attaque surprise. Ils (les rebelles) avaient un avantage certain au début, avant que les soldats maliens ne ripostent », a estimé un conseiller municipal de la zone.

« Personne ne pourra diviser le Mali »

Ce qui est certain c’est que Ibrahim Ag Bahanga a été identifié comme étant le « cerveau » de cette opération qui intervient à moins d’une semaine après que le président malien, Amadou Toumani Touré, ait invité les groupes rebelles touaregs à « faire la paix ». « Je suis formé pour faire la guerre, mais je préfère la paix. J’invite mes frères qui sont dans les montagnes (rebelles) à venir faire la paix », avait-il dit lors d’un déplacement dans le Nord. Samedi, le président a appelé au « calme » et à « l’unité nationale », avant d’affirmer : « Personne ne pourra diviser le Mali. » Selon des observateurs, ces hostilités sont l’initiative de « faucons » au sein des groupes rebelles qui accusent le gouvernement de « traîner » dans l’application de l’accord d’Alger de 2006. Cet accord stipule que les Touareg ne doivent plus réclamer l’autonomie de leur région, tandis que Bamako doit accélérer le développement des régions du Nord. Mais Ag Bahanga, le plus radical des chefs de groupes rebelles, demande depuis fin août 2007 que l’armée allège son dispositif dans la zone de Tinzawaten, à la frontière avec l’Algérie. Enlèvements et attaques armées, attribuées pour la plupart au groupe de rebelles dirigé par Ibrahim Ag Bahanga ont depuis cette date mis à mal l’accord d’Alger. Le groupe de Bahanga avait notamment enlevé une cinquantaine de personnes, les dernières ayant été libérées début mars après une intrusion inattendu de Tripoli dans le dossier malien. Le chef rebelle se plaint régulièrement du redéploiement progressif de l’armée malienne dans l’extrême nord du Mali, zone carrefour de nombreux trafics situés à plus de 2000 km au nord de Bamako. Le dernier accord établi sur l’arrêt des hostilités dans le nord du Mali entre les représentants du gouvernement malien et ceux de l’Alliance démocratique du 23 mai pour le changement, représentant les principaux groupes rebelles touareg, remonte à juillet dernier à Alger. Mais ce jour-là, le groupe dirigé par Ibrahim Ag Bahanga n’était pas présent.

Ag Bahanga, qui affichait à cette époque son désaccord, se serait retiré en Libye d’où il avait menacé justement de reprendre ses hostilités. Et le fait que les autorités maliennes n’aient pas répondu favorablement à sa demande qui les invitait à venir renégocier avec lui en Libye, Ibrahim Ag Bahanga, qui tenait en otage quatre officiers, avait menacé de reprendre les hostilités. Depuis ce pays, Ag Bahanga avait aussi imposé aux autorités maliennes de négocier, sous la médiation libyenne, le sort des quatre officiers de l’armée qu’il garde d’ailleurs jusqu’à ce jour. Cette prise de position du chef de l’ATNMC, à ne pas en douter, serait appuyée par la diplomatie libyenne qui, dit-on, cherche à élargir sa profondeur stratégique au Sahel. La Libye avait certes joué un rôle-clé dans la libération en mars 2007 de 22 parmi les otages détenus par un groupe de rebelles touaregs, des militaires qui avaient été enlevés fin août 2007 dans le nord-est du pays, comme signe de bonne volonté pour rétablir la paix. A signaler que la dernière libération d’otages en date a eu lieu au début de septembre dernier lorsque le groupe du chef rebelle touareg, Ibrahim Ag Bahanga, avait remis en liberté quarante-quatre militaires maliens. Si cette libération a été perçue comme une avancée certaine vers la paix, des points d’ombre demeurent toujours, notamment en ce qui concerne la volte-face du chef rebelle pendant que les négociations se déroulaient à Alger. Une volte-face qui commence aujourd’hui à être un peu plus visible et qui risque peut-être d’être encore porteuse de grandes incertitudes.

Par Rabah Beldjenna

Anonyme a dit…

si c'est vrai, c'est grave. Je sais que l'Algerie aidait les combattants de l'Azawad, mais j'avais cru que c'etait fini. L'article semble etre commandé par le frère Maroc ou le frère Libye. Meme si ce n'st pas vrai, l'article a eu l'effet recherché. Certainement àla suite du rapprochement entre le Mali et l'Algerie aux cotés de US dans la cadre du Flintock II (2008) qui vient de s áchever au Mali avec la participation du Burkina et du Senegal.

Un conseil à la RIM: mainenir une position de strict neutralité vis à vis de la question du Sahara et ne pencher ni pour l'Algerie, ni pour le Maroc. Les bourdes de M'Bare et de Messaoud (l'un va en Algerie, pendant que l'autre va au Maroc et racontent des histoires differents) ne doit plus se passer.

Bonne lecture. Vous upplie de lire aussi. A-
===========

Saouti HAÏDARA- L’Indépendant, 22/12/2008

Attaque meurtrière de Nampala par des Touareg armés : L’ombre de l’Algérie derrière les assaillants
mardi 23 décembre 2008, par temoust



Certes, c’est l’Algérie qui nourrit une solide rancœur envers « le Mali dont une partie du territoire est transformée en colonie de vacance permanente pour les terroristes d’Al Qaïda au Maghreb et où ils se sentent plus libres que l’air ». Certes, c’est l’Algérie qui a pu fournir les véhicules, le carburant, les armes, les munitions et les vivres pour permettre aux hommes de Bahanga ou autres de frapper si loin de leur zone d’évolution habituelle, l’extrémité nord de la région de Kidal. Mais le Mali lui-même a largement prêté le flanc, en se laissant enferrer dans un dialogue qui n’a réussi qu’à produire une illusion de paix, au point de renoncer à s’entourer de mesures sécuritaires minimales.

L’Algérie en veut au Mali. Ce n’est pas une hypothèse, c’est une certitude. La récente libération de deux otages autrichiens, grâce aux bons offices des autorités maliennes, a été salué par le monde entier sauf l’Algérie, qui y a vu une preuve supplémentaire de ce que « le territoire malien est généreusement livré aux terroristes d’Al Qaïda » et que le président ATT lui-même « pactise » avec eux. Lors d’une précédente libération d’otages européens, survenue en 2004, l’Algérie avait affiché la même attitude indignée par presse interposée, selon un rituel bien connu. Les propos inamicaux, désobligeants, injurieux publiés par un journal proche du palais d’Alger contre le Mali et son président ont été repris par le tome I du livre à scandale, « ATTcratie… », paru à la veille des élections de 2007. Nous les épargnerons à nos lecteurs, par respect pour eux.

L’Algérie en veut au Mali parce qu’elle voit d’un très mauvais œil la nette amélioration qui se fait jour dans la relation entre le Mali et le Maroc, son ennemi traditionnel à cause du contentieux frontalier de Tindouf, qui a connu un règlement politique à Bamako, en 1963 et du conflit autour de l’ex-Sahara espagnol redevenu marocain, avec sa réintégration dans la mère-patrie en 1975. Cette amélioration est perceptible dans la fréquence des vols de Royal Air Maroc, devenue quotidienne entre Casablanca et Bamako, signe d’une densification des échanges humains et commerciaux. Elle l’est aussi à travers l’attrait de plus en plus fort, exercé par les systèmes de santé et d’éducation marocains sur les Maliens. Elle l’est surtout à travers les investissements marocains devenus considérables, ces dernières années, dans le secteur bancaire malien (BMCE à la BDM-SA, Attijariwafa à la BIM-SA).

Ce rapprochement économique est d’autant plus irritant, voire inquiétant pour Alger qu’il s’accompagne, au plan diplomatique, d’un effort de rééquilibrage de la partie malienne sur le dossier du Sahara. Sous le généralissime Moussa Traoré, la diplomatie malienne, ou ce qui passait pour tel, était amarrée au char de « l’Algérie socialiste, populaire et révolutionnaire ». Elle ne jouissait d’aucune autonomie et ce qui était bon pour Alger l’était pour Bamako. C’est ainsi que la première n’a eu aucune difficulté à faire rallier la seconde à la reconnaissance de la prétendue « république arabe sahraouie démocratique », la seule république au monde à ne pas posséder un territoire à elle et contrainte de résider sur le territoire d’un autre, en l’occurrence l’Algérie.

Avec l’ère démocratique, le Mali est devenu plus libre, plus responsable, plus soucieux de ses intérêts nationaux et de la préservation des attributs de sa souveraineté. C’est pourquoi l’on ne voit plus les pseudo ministres de la fictive RASD parader au palais de République et dans nos ministères. C’est pourquoi le ministre des Affaires étrangères ne prononce plus une phrase, dans les fora internationaux, sur « l’autodétermination du peuple sahraoui ». Un cantique, il est vrai, passé de mode.

C’est tout cela qui fait mal à l’Algérie et c’est sans doute la raison par laquelle elle a décidé de sévir, de rappeler le Mali à l’ordre : il n’y a ni paix, ni sécurité, ni stabilité au Mali que par l’Algérie. Ou le Mali se soumet à son diktat ou il devra composer avec le désordre permanent.

Mais le Mali lui-même porte une large part de responsabilité dans l’épreuve qui lui est imposée. En persistant, contre tout bon sens, à privilégier le dialogue tout en sachant qu’il est contre-productif. Les nombreux conciliabules à Alger ou Bamako n’ont pas réussi à stopper la cavalcade meurtrière des groupuscules touareg armés et jetés contre leur pays par l’Algérie. La liste des morts, des blessés, des personnes enlevées et faites prisonnières n’arrête pas de s’allonger au fil des attaques.

Et pourtant Bamako dialogue. Quand le Niger voisin, qui a choisi la voie contraire, celle de la confrontation militaire, annonce triomphalement « l’anéantissement du banditisme armé » sur son territoire.

Le pire, c’est que ceux qui ont en charge notre sécurité collective se sont tellement accommodés de l’illusion d’une paix restaurée par le dialogue qu’ils ne croyaient plus utile d’observer les mesures de sécurité minimales.

Une radio étrangère, qui semble particulièrement bien renseignée sur « la rébellion touareg au Mali » a annoncé que la veille de l’attaque de Nampala, des véhicules 4 x 4 étaient visibles dans et autour de la localité.

Je mettrais ma main au feu qu’aucun policier, gendarme ou militaire n’a approché ces engins pour savoir qui étaient leurs conducteurs, d’où ils venaient, ce qu’ils transportaient et ce qu’ils étaient venus chercher à Nampala.

Une routine dans un Etat un tant soit peu organisé.

Saouti HAÏDARA

Anonyme a dit…

Source Al Khabar (Algérie) de ce matin. C'est ce qu'on appelle "bullshit" en américain. Quand il faut "négocier" ou leur donner de la logistique, on connaît comment les trouver. Mais quand on a besoin de leur tirer une balle dans le c ..., they are nowhere to be found.

Je vous l'ai dit et vous le repete encore: cette histoired'AQMI c'est du flan. C'est le DRS algérien qui les "émirise" comme c'est toujours le GSPC du DRS algérien qui émirise nos fameux djihadistes (visiter le ite The Moor Next Door et chercher l'article "El Majlissi". C ést en anlais maheureusement.

Comme on annonce à travers la presse que AQMI a refusé la treve, faut s'attendre à un autre massacre. Surtout que la junte pro-maroc refuse de bouger, contre les voeux des US et de l'Algerie. Lisez les articles que j'ai peché pour vous ce matin dans Temoust. Je n'ai rien inventé, ni Temoust, ni Al Khabar. Il y a des moments où il faut dire la verité pour sauver des vies innocentes. Y en a marre des collateral damages.

A-
============

La sécurité algérienne refuse une trêve du chef d’Al Qaida au Sud


Les services de sécurité algériens ont refusé la proposition de trêve du chef d’Al Qaida au sud, Yahia Djouadi.
Une proposition qui stipule l’arrêt des attaques en Mauritanie et en Algérie à l’encontre des étrangers et en contre partie les services de sécurité arrêtaient de poursuivre les éléments armés dans la région du Sahel.
Une source bien informée a indiqué que des intermédiaires ont rencontré l’émir Yahia Djouadi à plusieurs reprises et lui ont proposé de baisser les armes.
La même source a précisé que la proposition de Yahia Djouadi s’est faite lors de négociations qui ont duré près d’un mois avec la sécurité algérienne, durant les quelles des intermédiaires ont essayé de convaincre le terroriste en question de se rendre. Un colonel des services de renseignements algériens a été chargé de suivre l’affaire d’Adrar. Mais la décision du chef d’Al Qaida au nord du Mali n’aurait pas été positive.
Les services de sécurité auraient proposé de consacrer une zone fermée dans laquelle les terroristes seraient stationnées, ils ne seraient pas autorisés à bouger, mais cette proposition a été vite refusée et les négociations sont en cours sur demande des terroristes.

Anonyme a dit…

Quelqu'un qui paie les pots cassés, en plus certainement de l'amateurisme dans la gestion du dossier AQMI. Esperons que cette histoire d'AQMI va s'arreter net. A-
=========

Une décision surprenante du colonel Ali Tounsi :
Limogeage du directeur général des renseignements généraux de la sûreté nationale


Le directeur général de la sûreté nationale (DGSN), le colonel Ali Tounsi, a décidé de limoger le directeur général des renseignements généraux de la sûreté nationale sans pour autant en révéler les raisons.
Selon les sources d’El Khabar, la décision du directeur général de la sûreté nationale est venue suite aux rapports, élaborés par les inspecteurs de la DGSN, sur son rendement professionnel et sur le système de gestion des services de renseignement de la direction générale, et les services régionaux et wilayales à l’échelle nationale.
Ce qui a motivé la décision du directeur général de la DGSN à prendre la décision de limoger le premier responsable des renseignements généraux dans l’appareil de la sûreté nationale est le relâchement, la négligence et les affaires de corruptions dans lesquelles un nombre de chefs de services de renseignement sont impliqués, à l’image de ce qui s’est passé dans les directions de sûreté à Alger, Oran, Annaba et à Skikda, où quelques officiers policiers ont été présentés devant la justice, accusés d’abus de pouvoir, et de fautes professionnelles de premier degrés. En plus du rendement faible du travail de renseignement au niveau des services régionaux de la recherche opérationnelle chargée de l’élaboration de rapports sur l’activité et les mouvements des suspects et des groupes terroristes. L’appareil de renseignements généraux est libre de sa gestion mais soumis aux directives du directeur général de la sûreté nationale depuis 2005, et ce pour avoir plus de liberté dans l’activité.

Anonyme a dit…

Eywa qui veut tourner la veste avant le 5 janvier? A-

Anonyme a dit…

C'est la consternation et la surprise ou quoi? Meme Couli et Sanhaji sont silencieux. Certainement entrain de charcher le numero de phone de Khattou qu'ils ont balancé dans la poubelle un certain 6 août 2008.

copiarpegar: t'as le numéro de Khattou? Pas d'Amal: faut laisser celle-la jouer à sa belote. Tu peux copiarpegar ici.

Sanhaji a dit…

Eiwa Aziz, le jeux sont fait rien ne va plus.

L'issue est très simple, tu fais le déplacement à Lemden. Les gens y sont très gentils. Tu prend une Sorba et tu te diriges vers Sidi pour lui présenter tes excuses et le tout sera réglé.

Allons, n'hésites pas, c'est ton avenir, c'est l'avanir de la Mauritanie il ne faut pas jongler avec.

Anonyme a dit…

Un fabricant de chaussures heureux: merci Bush!
Qui est-il?

Serkan Türk est directeur des ventes dans une usine de chaussures d'Istanbul (Turquie): Baydan

Que se passe-t-il?

L'usine fabriquant ces chaussures connaît une spectaculaire augmentation des commandes de ses modèles. Car ce modèle est celui qui a été envoyé à la tête de George Bush.

"Entre le jour de l'incident et aujourd'hui, nous avons reçu au total des commandes pour 370.000 paires" déclare-t-il, alors que la production habituelle est de 15 000 paires par an, rapporte RTL Info.be.

"Dans le secteur de la chaussure, il faut savoir réagir vite (...) Nous avons embauché 100 ouvriers de plus pour répondre à la demande"

Qui commande?

Au début les commandes venaient surtout d'Irak, du Proche-Orient. Mais maintenant, elles sont devenues mondiales.

Une entreprise américaine a commandé à elle seule 19.000 paires du fameux "modèle 271" qui a été rebaptisé "Bush Shoes" par la société.

Il précise que les chaussures "ont l'air plus lourdes qu'elles ne le sont réellement", car elle ne pèsent que 300 grammes pour une.

Le fabricant se dit ravi et précise qu'il n'a pas augmenté le prix de ce modèle soit 27 dollars à la sortie de l'usine.

Source:http://fr.news.yahoo.com/

Anonyme a dit…

Sanhaji, tes rêves semblent tourner vers la dém...

Anonyme a dit…

Laisse sanhaji répéter: "il va revenir, il va revenir.." et sidi: "c'est moi le pt, c'est moi le pt..'
Une consolation sans suite.

Sanhaji a dit…

et toi tu répètes comme le Général Tas7i7, Tas7i7.

Ne rêvez pas Sidi revient. Elhaggou Ya3lou wala You3la 3aleihi.

saidechinguity a dit…

Salam;

Putschistes guinéens et mauritaniens ont désormais le même combat.
Le Conseil National pour la Démocratie et le Développement(CNDD, à ne pas confondre avec le FNDD qui lui est un mouvement anti- putsch),doit prendre contact rapidement avec le HCE pour la mise en place d'une stratégie commune pour une reconnaissance internationale de leur coup de force.
Putschiste du monde entier unissez vous.

Said

Anonyme a dit…

Je n'etais meme au courant que Conté à repassé et que les militaires ont pris le pouvoir. Quelle coincidence! A-

maatala a dit…

Salam

pourquoi L'UA n'est pas aussi ferme avec le Soudan ou se déroule un génocide?

J'aurais soutenu la décision de l'UA, si elle n'avait pas entériner les coup d'état constitutionnel du Kenya et du Zimbabwé...

Que dire de tous ces chefs d'état qui prolongent les mandats présidentiels sans faire de référendum.......

S'ils tiennent tant que cela à SIDIOCA, pourquoi ne pas le nommer adjoint de Ping dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

Suite à l’article publié par le Calame du 16 Décembre dernier dans lequel Sidi O/ Cheikh Abdellahi évoque son bilan en tant que chef d'Etat et le putsch dont il a été victime. Voila que Aziz nous envoie son pédé de service, Mohcen pour répondre à Sidi dans les colonnes de ce même journal, dans son édition d'aujourd'hui. Cette réponse est à la hauteur de son auteur, c'est-à-dire d’une vulgarité repoussante.

Anonyme a dit…

Ano,

Merci de nous copier ici la reponse de Mohsen. Pitié. A-

Anonyme a dit…

Maatala,

Il n y a pas eu de coup d'etat au Kenya et au Zimbabwe. Seulement deux singes qui ont refusé de quitter. Pas de soldats courageux pour les faire partir avec l'aide de la GB. Pour notre cas c'est different: ils ont fait leur coup, fait la transition vers la democratie et on menti en faisant un coup d'etat. C'est ma perception. Suis certain qu'avec Aziz loin, Sidioca fera mieux. Le connard a appris sa leçon. A-

maatala a dit…

salam

A-

L'UA aurait du condamner ses farces et refuser les résultats.

Au contraire, elle poussa au compromis et l'humiliation.

Le problème c'est que SIDIOCA a perdu sa virginité politique et s'il revenait au pouvoir son gang de revanchard (La Maréchale, cendrillon et les Islamo-bolchevicks)mettront le pays à feu et à flammes.

Pour preuve: ses propos sur le Rois de CONS Daddah : "il n'a jamais accepter sa défaite".

On sent qu'il a de l'amertume et de la haine dans ses propos.

Que feront-ils de tous les gens qui ont soutenus le putsch?

Même si AZZIZ voulait faire machine arrière, ces laudateurs ne l'accepteront pas , car ils savent de quoi est capable la Maréchale.

Pas de quartier dit Cendrillon.

maatala

Anonyme a dit…

Sidi compte de son âge et de sa sagesse ne se revanchera contre personne et ne laissera personne règler les comptes. Ce n'est pas là le vif du sujet.

Je suis sûr que son entêtement est essentiellent dû à sa volonté de débarasser pour de bon les mauritaniens du joug de la file interminable de rectificateurs autopraclamés potentiels que compte notre armée.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Maatala,
Je crois que la Damitude a eu la fessée de sa vie et Sidioca a appris qu'il mettrait sa vie en danger la prochaine fois qu'il ne fasse pas les choses correctement. Si AOD ne lui prend pas le trone. Ce don't j'ai reellement ce sont les islamistes bolcheviks et les gros roumouz qui vont essayer de le controler. Il doit faire comme ZZ: se debarrasser de ses amis et recommcer fresh avec un gouvernement de technocrates. Yewgui Mint Haba: elle faisait son boulot, comme Ould Kebd et Ould Dahi qui a disparu. Le reste pour 70% etaient non a la hauteur.

Je ne suis pas certain, mais Khattou pour moi est morte. Mais en fait Sidioca peut etre un revenchard. Mais qui'est ce qu'il peut faire? Il ne peut pas tuer, je l'espere.

Bon ce n'est pas fini au cas ou la junte veut faire la birmane ....

A-

maatala a dit…

Salam

Sanhaji

Sidioca a bien promu les putschistes, il en fait ses généraux, malgré le fait que certains officiers étaient plus méritants.

Sa gravissime erreur, c'est de leur avoir confier la clef du navire. Le bon sens aurait voulu qu'il écarta ceux qui ont fait giclé Le caporal (taya), par pur principe de précaution.

Se venger de l'humiliation c'est la seule chose qui anime la Maréchale et tout ceux qui là connaissent vous diront que la rancune est une seconde nature chez elle.

Quand on connaît l'emprise qu'elle a sur lui et le degré de sa bêtise(cf sa sortie espagnol), je ne vois pas sur quoi vous vous basez pour dire qu'elle fera du GHANDI.

Demander à Ba Comba comment KB se comportait avec elle, malgré le fait que SIDIOCA là considérée comme sa fille aînée alors que KB là prenait pour sa co-épouse.

Si elle a entre autre, accepter d'être la conseillère de AZZIZ, c'est à cause de KB qui ne ratait pas une occasion pour l'humilier.


Vos certitudes sont vos faiblesses dit le FOU.


maatala

Anonyme a dit…

A écouter ce connard de capitaine guinéen débiter ses âneries sur RFI pour justifier son coup de force,l'on se rend compte qu'il n y a vraiment rien à tirer de cette maudite Afrique.Tant que le pouvoir n'est pas exercé démocratiquement dans ce continent,pourtant trés riche,son developpement restera illusoire,quelles que soient les thérapeutiques des institutions de Brettons Wood et les reunions de l'UA...
A+

яimσ a dit…

salut tous ,



A- ,

tu vois les forums de mohcen , c'est une sorte de piège pour les occidentaux .
Une fois que tout le monde s'y rende ils diront que finalement les mauritaniens sont entrain de chercher une solution par eux même , autant laisser faire .

ce qui aboutira par la suite à des elections anticipées ... blabla ...

finalement c'est démocratique ... en maurtianie , diront les nçaras


Par contre si on continue la lutte ,on va gagner , biensure pour la mauritanie .

Comme tu dis celui qui a dit merde aux militaires (daddah ente hem) , il vaut de l'or en ces temps ci .
Il va bien se reprendre sur tout , à commencer de tintane ....


En fait c'est comme une sorte de chauffeur qui vient de casser la bagnole , c'est plus economique de le garder plutôt que d'essayer un autre m right ?

Pour le sujet de khattou , moi je trouve que c'est plus de la diffamation dont moi même pris part , par manque de prudence .


en fait il y a deux sortes d'opinions ou de jugement à son égard , tous subjectives .

tu trouvera que chez les femmez , elle est plutôt une sorte de badgirl .une femme gothique avec des percings de partout habillée en cuir qui tient un fouet .
Bon c'est de la jalousie , car khattou est loin d'être du genre à mâcher ses mots ou à se laisser ne serait ce que se laisser marcher à côté des pieds .De même que côté fringue ,euh bien ça donne pas dans du banebaneu (fantaisie ..selaklak ) , bref c'est principalement pour ça que les femmes la détestent .


Pour les hommes elle est plutôt une sorte d'extension sur les premières dames qui l'ont précedée
C'est elle en quelque sorte qui rpend les décisions importantes , genre le ministre tel faut le virer , mettez à la place la marie de ma copine ....
tu t'imagines te faire commander par la femme de ton patron !

Bon après l'humiliation qu'elle a subite , cette campagne endiablée de dénigrements et de manipulations , je trouve que ça aurait était une thérapie qui l'aidera à prouver aux gens qu'elle n'est pas si méchante que ça .



voilà nous avons purifié le couple présidentiel , maintenant faut les ramener au palais ....

Pour moi c'était un voyage en dimension astrale , une sorte décorporation ,bon si vous passez longtemps à l'exterieur de votre corps c'est que vous n'existez plus , au secours ramenez sidi et khattou de l'audelà ...

Anonyme a dit…

à entendre les frontistes, ce minable dictateur guinéen qui est allé directement en enfer laisse un régime démocratique
pauvre naze, ce vaurien a assassiné son peuple et laissé son pays dans le même état que le sien
et vous condamnez ceux qui envoient au diable ce genre de régime
cela vient toujours de l'armée, l'armée seule peut débarrasser leur pays de ce genre de minable criminel et leur régime éternel
par de vulgaires frontistes qui se réjouissent de voir les grands criminels de l'onu venir en aide à leur infamie
le vieux n'a jamais été un problème mais vous savez très bien quel est son entourage
ce qu'on explique au hce , la leçon a méditer, c'est qu'à l'avenir, il ne faut pas mettre les présidents en résidence surveillée bien nourrit , bien soigné bien logé, ni rester cool, il faut faire comme pour sankara et d'autres, les liquider et ensuite siéger à l'UA en donneur de leçon
voilà ce qu'on est en train expliquer à notre armée: il faut mieux liquider le problème finement en plaidant l'accident que de l'engraisser
vous voulez jouer avec le feu
vous verrez alors quand le hce se radicalisera ce qui se passera , le hce ou d'autres, à l'avenir plus jamais il n'y a aura de coup d'état sans coup de feu, ils feront les choses plus nettement et vous pourrez dire merci au front
petits fumiers

Anonyme a dit…

Maata,

TWO WRONGS DON'T MAKE A RIGHT! Ce n'est pas parce qu'on ne respecte pas les droits de l'Homme au Zimbabwe' et au Kenya qu'il ne faut pas les respecter en Mauritanie aussi. LE PEUPLE MAURITANIEN A DES DROITS FONDAMENTAUX PARMI LESQUELS IL FAUT CITER SON DROIT DE CHOISIR LIBREMENT SES DIRIGEANTS. La volonte' de notre peuple doit etre respecte'e!

Je ne vois pas la raison pour laquelle tu continues a' trainer le nom de la pauvre Coumba Ba dans la boue. Elle a fait un choix qui n'engage qu'elle. Les problemes prive's et familiaux ne nous interessent pas!!!

Le president Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi est un homme sage, intellectuel et digne. Il n'est anime' d'aucun esprit de vengeance. IL VEUT LA PAIX CIVILE, LE PROGRES ET LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE, SOCIAL ET CULTURAL POUR LA MAURITANIE. Le general Abdel Aziz et ses supporters ne doivent rien craindre si le president legitime de la Mauritanie retrouve tous ses pouvoirs tels que decrits par la constitution et les lois en vigueur dans notre pays. CE SONT LES ENNEMIS DE LA MAURITANIE QUI SONT ENTRAIN DE DIRE QUE SI ABDEL AZIZ ET SON COMITE' MILITAIRE QUITTENT LE POUVOIR QU'ILS ONT CONFISQUE' PAR LA FORCE, QUE LE CIEL TOMBERA SUR LA TERRE. Ceci n'est qu'un mensonge qui vise a' maintenir notre pays dans un climat de haine et d'instabilite'.


Anonyme du 23 decembre 2008 8:46

Seuls les principes guident mes actions. Je suis toujours fier de defendre les interets superieurs du peuple Mauritanien mais
croyez-moi bien lorsque je vous dis que je suis bien triste de voir quelques hommes et femmes pour lesquels je n'ai que respect et admiration, defendre indefendable.Je pense notamment a' Sidi Mohamed Ould Maham qui a defendu le president de DSF et qui est un proche parent a' mon ami Hadrami Ould Maham; Eby Ould Doussou que je considere comme un pere; Sidi Ould Ahmed Deya qui est connu pour sa grande honnetete' et qui est marie' a' Nouha Mint Brahim que je considere comme une petite soeur; les deux Aly Fall (Ould J'deydou et le fils a' Thiam Fall (je devrais dire le grand frere a' Zeinabou Fall qui a une place particuliere dans mon coeur)),qui sont des grands freres que je respecte; Sidi Mohamed Ould Hamady qui est le meilleur enseignant que j'ai connu dans ma vie,il est egalement un pere que je respecte et que j'admire; colonel Mesgharou que je respecte beaucoup et qui etait un excellent choix pour diriger l'Etat Major de la Garde Nationale; Zeinabou Mint Ahmedna qui est une soeur a' moi, colonel Mohamed Mahmoud Ould Deh et Zein Ould Zeidane qui sont des cadres superieurs de ma region et qui ont aide' les Mauritaniennes et les Mauritaniens en general et EHEL CHARGUE en particulier...etc. La liste est longue. J'AIME BIEN TOUTES LES PERSONNES CITE'ES PLUS HAUT. C'EST CET AMOUR QUI M'EMPECHE DE LES APPLAUDIR LORSQUE JE LES VOIS SUR UN CHEMIN QUI A DES CONSEQUENCES GRAVES POUR NOTRE PAYS!

Mon cher anonyme, ce n'est pas une question des numeros fictifs et imaginaires qui n'existent que dans ton esprit. Les numeros ne m'interessent pas. J'ai deja tire' mon epingle du jeu. Il s'agit plutot de penser aux 2.5 million de Mauritaniennes et de Mauritaniens et faire ce qui est bien pour eux!!!!!!!!

NOTRE PEUPLE MERITE MIEUX!!!!!


Vive le republique Islamique de Mauritanie!
Vive le vaillant peuple Mauritanien!
Vive le president legitime de la Mauritanie son Excellence Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi!
Vive la democratie!

Sanhaji a dit…

lu pour vous sur cridem

Eberhard Schanze, Ambassadeur d’Allemagne en Mauritanie:

« J’assisterez à l’ouverture des états généraux de la démocratie »

Eberhard SChanze, ambassadeur de l’Allemagne en Mauritanie, au cours d’une rencontre avec la presse, mardi 23 décembre à Nouakchott, a réitéré ses réserves concernant les sanctions économiques.

L’Ambassadeur a exhorté la classe politique mauritanienne à rechercher une solution avant l’expiration du délai de 120 jours prévu par le mécanisme des accords de Cotonou. Le temps, a-t-il dit, joue contre la Mauritanie.

Monsieur Schanze a plaidé avec insistance pour la participation de tous aux journées nationales de concertations (états généraux de la démocratie) qui auront lieu le 27 décembre. A la question,"prendrez-vous part à l’ouverture de ces journées de concertations?", l’ambassadeur a répondu :"Absolument."











Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

ma réponse à son excellence en Allemand, KBG vous dira ce que ça vaut s'il le veut bien:


Exzellenz
Herr Schanze,

wir sind der vollen Überzeugung dass Sie nur das Interesse vom mauretanischen Volk wollen, da Ihr Land ein historischer Freund Mauretaniens ist.

Wir wären bereit an jeder Diskussion teilzunehmen, die in einem freien und demokratischen Rahmen stattfinden.

Diese vom Militär organisierte Tagung entspricht unserer Meinung nach, nicht die oben genannten Bedingungen, deswegen werden wir die Putschgegner nicht daran teilnehmen und hoffen sehr dass unsere Europäischen Freunde dafür Verständnis haben werden.

Die Demokratie Mauretaniens leidet seit vielen Jahren an Staatsstreiche die jedes Mal die normale Entwicklung des Landes bremsen und wir glauben dass es 5 nach 12 um diese Lage zu ändern.

Wir zählen an erster Stelle auf unsere Arbeit. Die Unterstützung unserer Freunde ist herzlich willkommen allerdings unser Kampf hängt nicht davon ab.

En Français

Nous sommes pleinement convaincus que vous ne cherchez que l’intérêt du peuple mauritanien, étant donné que votre pays est un ami historique de notre pays.

Nous serions disposés à participer à une quelconque discussion, pourvu qu’elle se déroule dans un cadre libre et démocratique.

Les journées organisées par les militaires ne remplissent pas à notre avis les conditions précitées. Pour cela nous opposants aux putsch n’allons pas participer à ces journées et espérons que nos amis européens comprennent notre position.

La démocratie mauritanienne souffre depuis plusieurs années de coups d’Etats qui freinent à chaque fois le développement normal du pays et nous croyons qu’il est déjà midi et 5 minutes pour changer cet état des choses.

Nous nous basons en premier lieur sur notre travail. L’appui de nos amis est bien entendu la bienvenue, mais la continuité de notre combat n’en dépend pas.

saidechinguity a dit…

Désolé A- , l’article n’a pas encore été mis en ligne. Je dispose seulement du format papier. Et comme il s’agit d’un long article j’ai pas le temps de le taper pour vous.
Je suis certain que "copiarpegar" ne se privera pas du plaisir de nous le copier dés qu’il sera mis en ligne.

Anonyme a dit…

Merci Saidechinguitty.

My dear copiarpegar,

Le anz d'eminou que je t'ai donnée hier ne peut pas brouter l'article, le transformer en 0 et 1 et nous le "dumper" ici? Tu dois certainement avoir un ami au Calame. We have to read that piece of paper. Help. A-

Anonyme a dit…

Nous remercions son excellence l'Ambassadeur d'Allemagne pour ses efforts et nous respectons son droit de participer aux debats/conferences de son choix.
Nous ne sommes pas oppose's a' un debat national qui aidera notre pays a' depasser cette crise qui le secoue depuis des mois MAIS NOUS EXIGEONS A' CE QUE CERTAINES CONDITIONS SOIENT PRESENTES!!!!

Vive l'amitie' et la cooperation entre la Mauritanie et l'Allemagne!

Anonyme a dit…

A-,

Pourquoi voulez-vous nous torturer avec un "ecrit" de Mohcen?

Anonyme a dit…

Ano,

Parceque Saidechinguitty a dit que c'est sale (avec un accent sur le e). Connaissant ce que nous connaissons maintenant, il est aise de savoir le prochain geste de la junte a travers le billet de Mohsen. Nous sommes vers le Lesotho et le Calame est lent en ce qui concerne ses articles publies sur le net. Espere que CRIDEM va publier. C'est juste de la curiosite. A-

Khalil Balla Gueye a dit…

La réponse de Sanhaji est bien articulée et ficelée, le ton en est courtois mais ferme!Elle est également écrite dans un Allemand à faire pâlir d'envie mon voisin de palier ,allemand de souche pourtant , mais qui n'y comprendrait pas grand chose ,car écrite en "Hoch-Deutsch" soit l'allemand classique , standard qui n'est pas forcément celui parlé dans la rue voire les foyers aussi!
C'est comme chez nous ,on ne parlerait pas l'arabe classique à la maison ou au marché!Mais seulement en certaines occasions sous des conditions précises!A l'instar de tous les pays arabes du reste!

Sanhaji a dit…

Merci grand frère KBG

Anonyme a dit…

Ce MSS a dit vrai. Nous nKavons vraiment pas besoin de cette devaluation.

Aziz: on n'ecoute pas Sidi Ould Ahmed Deya. C'est une comptable public et il n'est pas verse dans les sciences economiques. Une erreur d'avoir bouge Kane de la BCM.

Bonjour la montee des prix. On ne joue pas avec les mecanismes de l'offre et de la demande. On laisse le marche se reguler de lui-meme et on agit a travers des instruments.Bonjour le Zimbabwe. A-
------
BCM: Dévaluation de l’ouguiya en catimini?
Il y a quelques semaines, à Nouakchott, l’euro s’échangeait à 310 ouguiyas.

Aujourd’hui au marché noir il se négocie à plus de 368 ouguiyas, si on arrive à en trouver. La monnaie nationale a-t-elle été dévaluée ? Les mauritaniens qui ont un tant soit peu des relations avec l’étranger ont eu la désagréable surprise de se réveiller le dimanche matin avec une ouguiya qui a perdu près de 12% de sa valeur. S’il ne s’agissait que de sa parité avec une seule monnaie, on aurait pu penser à une fluctuation ordinaire mais, d’un seul coup perdre de la valeur par rapport à toutes les monnaie ne peut se faire que suite à une décision des autorités monétaires pour une raison ou une autre de dévaluer. Si l’on s’en tient à l’orthodoxie financière, une monnaie se dévalue, ou subit une dévaluation, lorsque son taux de change se déprécie par rapport à une monnaie de référence, ou un panier de monnaie. Si elle cette baisse survient sans l’intervention des autorités monétaires, on parle de dépréciation, par contre si elle résulte d’une décision de politique monétaire décidée par le gouvernement, dans le cadre d'un régime de change fixe, c’est la dévaluation. Les causes sont bien évidemment multiples et variées, lorsqu'une monnaie est maintenue dans un régime de change fixe, il arrive que le taux de change définit par les autorités monétaires ne soit pas tenable. Et, dans le cadre de leur pouvoirs régaliens, les autorités monétaires s'engagent à assurer la conversion de la monnaie contre la monnaie de référence, elles disposent pour ce faire de réserves de change, mais si la demande de devise est trop forte, ces réserves de change ne suffisent pas et la banque centrale doit dévaluer: Renchérissement artificiel des monnaies étrangères en vue de décourager leur achat.La dévaluation est souvent préconisée par le FMI comme instrument de la politique économique dont le but est de relancer la croissance économique, par le dopage des exportations et le rééquilibrage de la balance commerciale.Cependant, dans la pratique il s’est avéré que ces dévaluations n'ont souvent un effet positif qu’à court et moyen terme. Elles doivent souvent être répétées, tant que les équilibres économiques fondamentaux n’ont pas été rétablis, ou que la confiance dans la monnaie n’est pas revenue. Conséquences directes de la dévaluation, dans un premier temps, on constate une hausse du prix des importations et une baisse du prix des exportations qui se traduisent par une dégradation de la balance commerciale. Dans un deuxième temps, la baisse des prix à l'exportation doit permettre un accroissement du volume des ventes, tandis que la hausse du prix des importations doit les décourager. Il devrait en résulter une amélioration sensible de la balance commerciale.Cependant Il existe le risque qu'un pays qui recherche ces effets, sombre dans le cercle vicieux de la dévaluation, impatient, le pays peut alors être tenté de dévaluer de nouveau, et ainsi enchaîner les dégradations. La Mauritanie à l’instar de beaucoup de pays du tiers monde s’est choisi un régimes de change qui ne correspond à aucun des modèles théoriques : les parités sont flexibles mais avec des interventions continues de la banques centrale.De fait, depuis quelques jours on sentait déjà un glissement mais au cours du week-end le taux directeur publié par la Banque Centrale de Mauritanie à subit une dégringolade inattendue. Il y a quelques semaines l’euro s’échangeait à 310 ouguiyas. Aujourd’hui au marché noir il se négocie à plus de 368 ouguiyas, si on arrive à en trouver. La conséquence immédiate mais aussi probablement la cause directe est que les dossiers de crédits documentaires commencent à s’accumuler auprès des départements étranger des banques primaires. Et, il faut s’attendre dans les prochains jours à une surchauffe des prix des produits de grande consommation car les importateurs répercuteront inéluctablement la hausse sur leur marchandise. C’est dire que l’objectif de 7% d’inflation prévus dans la loi des finances 2009 risque d’être sérieusement compromis.Si on ajoute à cette situation déjà morose, le fait que dans quelques mois, voire quelques semaines, les effets de la crise internationale se feront indubitablement sentir et de manière brutale on ne peut qu’être doublement inquiets. Et, compte tenu de la situation politique du pays, on se rend compte que les nuages commencent à s’amonceler de manière inquiétante à l’horizon.MSS

Khalil Balla Gueye a dit…

Ce qui vient de se passer en Guinée serait, toutes choses étant égales par ailleurs, comparable au renversement de Taya en 2005!A ceci près:nos militaires avaient renversé un dictateur bien vivant, en chair et en os ,leurs frères d'armes Guinéens ont choisi d'en faire de même avec un...macchabée!
Alors soyons tout de même aussi indulgents qu'on l'aura été avec nos troufions en 2005!
Laissons donc aux Guinéens le temps et l'opportunité de choisir leur Aziz, leur Ely voire leur ....!
A ce moment là slmt il serait alors permis de crier "harro sur le baudet" militaire putschiste!
Comme chez nous, là , juste maintenant!!
Encore que "vérité au delà des Pyrénées ,erreur en deçà!" pour citer pascal!!

Anonyme a dit…

Mauritanie / Etat Civil
Le directeur général de l’Office National de l’état Civil à « Horizons »: «Le personnel en règle a été payé, seuls ceux qui ne remplissent pas les conditions n’ont pas bénéficié de payement»

Nouakchott;22 Dec (AMI)-Toute personne recensée, disposant d’un acte de recrutement (Arrêté, note de service de recrutement ou d’affectation) et munie d’une attestation de «Service fait» du Chef de centre de rattachement ou du service du personnel pour le personnel central est automatiquement payée. C’est ce qu’a déclaré, dans une interview accordée à « Horizons », le directeur général de l’Office National de l’Etat Civil, M Mohamed Fadel Ould El Hadrami dit M’Rabih Ould El Weli, suite aux protestations d’une partie du personnel prétendant être omise dans le paiements des salaires effectués récemment par cette institution. Il a souligné qu’à la date du 31 Décembre, tous les salaires auront été payés.

Parlant de l’état civil, le directeur général a révélé que l’office envisage en perspective, l’organisation d’un recensement à vocation d’état civil qui fera l’objet d’une campagne de sensibilisation intense des populations. Les informations recueillies seront liées à l’identité de la personne par ses empreintes digitales biologiques et biométriques. Ainsi, dit-il, il ne sera plus possible à quelqu’un d’usurper l’identité de quelqu’un d’autre.

L’état civil sera par ce moyen pérennisé.

S’agissant de nos compatriotes rapatriés du Sénégal, M Mohamed Fadel Ould Hadrami a indiqué que l’état civil les prend en charge immédiatement au point d’entrée. Tous ceux qui sont rentrés ont été recensés. Leurs documents sont prêts et conformément aux instructions données par le président du Haut Conseil d’Etat, Chef de l’Etat, lors de sa visite à Rosso, ils auront leurs pièces d’état civil dans les meilleurs délais. Il ne reste que les contrôles à faire (vérifications, saisie, etc.).

Le directeur général a demandé qu’à l’occasion du recensement envisagé, tous les citoyens se fassent recenser de manière fiable et transparente et qu’ils sachent que tous les événements d’état civil sont importants. Il a enfin répété que ce recensement n’est en rien lié aux échéances électorales.

Horizons: Mr. Le Directeur, pouvez-vous nous dire la principale mission dévolue à l’Office National de l’état civil ?
M. Mohamed Fadel 0uld El Hadrami dit M’Rabih 0uld El WeIi:
Permettez moi de préciser que l’Office National de l’état civil est un établissement public à caractère administratif doté d’une autonomie de gestion qui a succédé au Secrétariat d’Etat Chargé de l’état civil (SECEC).

Il est investi d’une mission de mettre en place un système d’état civil fiable et performant pour l’ensemble des Mauritaniens et des étrangers vivant légalement dans notre pays.

Horizons: Quel était l’état de l’Office au moment de votre prise de fonction?
M. Mohamed Fadel 0uld El Hadrami dit M’Rabih 0uld El WeIi:
A notre prise de fonction, deux faits importants ont attiré notre attention
la pléthore du personnel et la multiplicité des bases de données issues du Recensement Administratif National à Vocation d’Etat Civil (RANVEC).

Le Personnel est estimé à 1080 agents dont la majeure partie est constituée de PNP (Personnel Non Permanent) se composant de secrétaires, d’agents de saisie, de plantons, de chauffeurs, de gardiens et d’auxiliaires de l’état civil. Il existe également un certain nombre de personnels qui sont détachés auprès d’autres institutions de l’Etat tels que, l’Education nationale, le Ministère de l’Intérieur et celui de la Santé. L’office ne dispose que de quatre agents informaticiens dont l’un a été détaché auprès d’un autre département ministériel. Voilà la situation résumée du personnel que nous avons trouvée.

Horizons: Une partie de votre personnel ou prétendant l’être, se plaint d’avoir été omise dans les paiements de salaires que vous avez effectués récemment. Qu’en est-il ?
M. Mohamed Fadel 0uld El Hadrami dit M’Rabih 0uld El WeIi:
Pour aborder la question du retard dans le paiement du personnel, il y a lieu de souligner que l’Office National de l’état civil a été omis sur la loi de Finance pour l’exercice 2008.
A cet effet, il ne disposait pas de moyens pour assurer le paiement de son personnel. Les seuls moyens dont il a pu bénéficier sont ceux hérités du Centre National des Archives de l’état civil qui est un établissement administratif ayant l’autonomie financière, mais presque mort-né. Le budget reconduit au nom de cet établissement, au titre de l’exercice 2008, est de 120 millions environ et couvrait essentiellement les salaires de son personnel contractuel que nous avons trouvé et qui se chiffre à trente (30) agents. Ce personnel a été payé régulièrement chaque fin de mois. La situation de ce personnel mérite un assainissement.

Pour répondre à votre question, le personnel non permanent de l’Office National de l’état civil, n’a pas été payé durant toute l’année. Avec l’avènement du 6 Août et à la veille du Id El Fitr, quatre mois de salaire ont été avancés, sur instructions du Président du Haut Conseil d’Etat, Chef de l’Etat qui a donné, lui- même le paiement.

Il y a, cependant, lieu de rappeler que bien avant ce paiement, un recensement, en vue de mettre en place une situation claire du personnel a été organisé. Ce recensement a été porté à la connaissance des personnels par voie de communiqué dans les quotidiens Chaab et Horizons, à la Radio, à la Télévision et par voie d’affiches. Il a été demandé aux personnels de se présenter muni de tous les documents qui justifient qu’ils existent et qu’ils travaillent effectivement.

A l’issue de ce recensement, nous avons constaté que plusieurs personnes n’existaient pas.
Ainsi, pour Nouakchott, le nombre d’auxiliaires listés est de 373 agents. Après le recensement, nous avons constaté que 245 agents sont détenteurs de notes de service de nomination dont 80 ne sont en possession que de notes d’affectation et 38 autres ne se sont pas présentés au recensement.

En ce qui concerne les agents non permanents, sur un nombre total de 231 agents à Nouakchott et dans les wilayas, 155 agents ont été recensés avec des documents, 5 autres ont été recensés sans documents et 25 ne se sont pas présentés.

Au niveau des wilayas, le nombre d’auxiliaires de l’état civil est de 482 agents.367 agents ont été recensés en possession de leur note de service, 128 agents sans note de service et 7 agents ne se sont pas présentés au recensement.

A la lumière de cette situation que je viens de vous décrire, nous avons décidé de ne payer que le personnel qui travaille et ayant des notes de services en bonne et due forme. Pour ce faire, nous avons demandé à nos responsables sur le terrain dans les moughataas et les Directeurs Régionaux de délivrer à leur personnel des certificats de service fait à la base desquels celui-ci peut être payé. Ceux qui sont en règle ont été payés. Par contre, ceux qui n’ont pas pu se justifier ne l’ont pas été.

Ces derniers ont commencé à protester. Comment voulez-vous que nous payions quelqu’un qui, pendant quatre ou cinq mois ne s’est pas présenté à son lieu de travail ? Il va de soi qu’il ne peut prétendre à aucun paiement.

Nous avons certes constaté que plusieurs agents se sont faits recensés mais qu’en réalité, ils n’ont jamais été dans leur lieu de travail. La preuve en est que lorsque nous avons entamé l’opération de prise en charge informatique (saisie) des naissances survenues après 1998 à Nouakchott, nous nous sommes confrontés à toutes les difficultés pour disposer d’agents de saisie. C’est d’ailleurs la raison qui nous a conduits à exiger le certificat de service fait en plus du recensement pour le deuxième paiement.

Une commission est mise en place pour statuer sur le cas des agents contestataires
A l’instant où je vous parle, l’Etat a mis à notre disposition toute la masse salariale, ce qui nous a permis de payer la 2eme tranche de quatre mois à l’occasion de la fête du Id El Kebir. Au cours de ce paiement, la procédure d’attestation de service fait a été appliquée avec rigueur. Ceux qui n’ont pas été payés, parce que n’ayant pas droit ont commencé à semer la confusion, prétendant que leur argent a été détourné. La procédure de paiement suivie est claire.

Une commission technique a été mise en place et le paiement s’effectue par le Comptable en présence de l’Inspecteur Général. Toute personne recensée, disposant d’un acte de recrutement (Arrêté, note de service de recrutement ou d’affectation) et munie d’une attestation de «Service Fait» du Chef de centre de rattachement ou du service du personnel pour le personnel central est automatiquement payée.

Malgré tout, nous sommes restés ouverts à ceux qui ne remplissent pas ces critères. Une commission est mise en place pour recevoir un à un tous les agents contestataires et statuer sur leur cas. Chaque fois que besoin en est, nous avons demandé aux responsables sur le terrain de s’adjoindre à la commission pour plus d’éclaircissement. Certains cas ont été solutionnés par cette voie. Je dois souligner que bientôt, nous allons procéder au paiement des quatre mois restants (septembre, octobre, novembre et décembre). Ce qui fait qu’à la date du 31 décembre, tous les salaires auront été payés.

Horizons: L’état civil est assez décrié par les citoyens en raison des erreurs qu’il porte. Que comptez-vous faire pour y remédier?
M. Mohamed Fadel 0uld El Hadrami dit M’Rabih 0uld El WeIi:
En ce qui concerne l’état civil, aujourd’hui, il se constitue sur les informations collectées durant le recensement à caractère d’état civil appelé RANVEC effectué du 1er au 30 septembre 1998. Les archives physiques proviennent des registres qui ont été faits pendant cette période. Les bases de données sont issues des informations qui ont été saisies à partir des registres dans l’ordinateur. Cet état civil, comme vous le dites, comporte beaucoup d’erreurs qui ont causé des préjudices aux populations. Il comporte des erreurs sur la date de naissance, élément essentiel dans la vie d’une personne ainsi que des erreurs sur les prénoms et patronymes. Toutes ces erreurs sont imputables, en partie au manque de contrôle, au manque de formation des agents de recensement et de saisie, etc.

Les citoyens aussi ont leur part de responsabilité. Il y a ceux qui falsifient leur âge pour une raison ou pour une autre.

Certains veulent réduire leur âge pour éviter la retraite, l’élévation de l’âge pour un mineur pour gonfler un électorat, oubliant les difficultés que celui-ci peut rencontrer à l’avenir, par exemple, le dépassement de l’âge des examens alors qu’en réalité, il n’en est rien. Beaucoup à l’intérieur comme à l’extérieur prétendent n’avoir pas bénéficié du recensement de 1998. Ils peuvent être dans leur droit comme ils trouvent en cela le moyen le plus simple et rapide de modifier des données indésirables, ce qui affecte la base de données de doublons voire de triplons.

Prochainement, une campagne à vocation d’état civil
Il n’est pas non plus à perdre de vue que cet état civil était décentralisé au niveau de l’ensemble des wilayas et comme on ne disposait pas de moyens de liaisons par Internet ou par quoi que se soit. Chaque wilaya avait ses bases de données indépendantes des autres et de celle au niveau central et était en mesure de recenser et imprimer autant d’actes de naissances qu’elle souhaite. Il y a aussi lieu de souligner que les enfants nés après 1998 n’ont jamais été pris systématiquement en charge par l’état civil sur le plan informatique.

Ainsi, en collaboration avec les maires de Nouakchott et du Président de la Communauté Urbaine, nous avons décidé de prendre en charge ces naissances au niveau de la capitale. La même opération est en cours dans quelques wilayas à l’intérieur du pays. Cette opération nous a permis de prendre la décision qu’à la rentrée scolaire 2008-2009, qu’il n’y ait plus d’actes de naissances établies à la main à Nouakchott.

Par ailleurs, nous avons conclu un contrat avec un consultant national pour l’élaboration d’un programme qui va prendre en charge les autres événements d’état civil à savoir, le décès, le mariage et le divorce, jusqu’ici ignorés au niveau de l’informatique.

En raison des difficultés nombreuses, liées au recensement que nous avons évoqué précédemment, nous envisageons, en perspective, l’organisation d’un recensement à vocation d’état civil qui fera l’objet d’une campagne de sensibilisation intense des populations autour de l’importance de l’état civil.

Les informations recueillies seront liées à l’identité de la personne par ses empreintes digitales biologiques et biométriques. Ainsi, il ne sera plus possible à quelqu’un d’usurper l’identité de quelqu’un d’autre. L’état civil sera par ce moyen pérennisé.

Tirant expérience du recensement de 1998, nous éviterons de l’organiser en un mois. Nous nous proposons de le réaliser pendant une année au moins, de manière progressive c’est-à-dire wilaya par wilaya, département par département, car notre grand souci est que tous les Mauritaniens soient couverts par ce recensement. Cette méthode va permettre de faire des économies d’échelle.

En effet, les mêmes moyens pour recenser une wilaya seront les mêmes qui seront déployés pour les autres wilayas, ceci en termes de moyens matériels, financiers et de ressources humaines. Une fois cette opération achevée, nous aurions une base de données nationale qui aura pris en compte de manière exhaustive l’ensemble des Mauritaniens aussi bien sur le territoire national que nos compatriotes résidants à l’étranger. Ce sera un recensement définitif où personne ne sera occulté.

Le résultat de ce recensement sera archivé physiquement mais aussi électroniquement comme cela se fait partout dans le monde.

Ainsi, nous aurons, comme je l’ai dit, un état civil fiable et viable pour nous et pour les générations futures. Comme l’a si bien dit le Président du Haut Conseil d’Etat, Chef de l’Etat, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, lors de sa visite à Rosso, « un Etat sans état civil est comme un Etat sans armée».

II doit être clair pour tous que ce recensement n’est pas lié aux échéances électorales. L’état civil est plus important que cela puisqu’il englobe d’autres domaines importants tels que la santé, l’éducation, l’armée, etc.

Les élections ne sont qu’un aspect. L’état civil nous permet de savoir qui nous sommes.

Actuellement en Mauritanie, personne ne dispose d’un livret de famille ni d’une carte nationale d’état civil sur laquelle sont inscrites toues les informations le concernant et concernant ses ascendants et descendants, une carte sur laquelle est insérée le groupe sanguin. Notre objectif est d’immatriculer tous les Mauritaniens. C’est compte tenu de son importance que nous proposons que l’année 2009 soit proclamée l’année de l’état civil en Mauritanie.

Horizons: Lors de la visite du Président du Haut Conseil d’Etat, Chef de l’Etat à Rosso, il avait délivré des documents d’état civil à certains compatriotes rapatriés du Sénégal et avait donné des instructions fermes pour que tous les autres aient leurs actes dans les meilleurs délais. Où en êtes vous dans cette opération ?

M. Mohamed Fadel 0uld El Hadrami dit M’Rabih 0uld El Weli:
S’agissant de nos compatriotes rapatriés du Sénégal, l’état civil les prend en charge immédiatement au point d’entrée. Tous ceux qui sont rentrés ont été recensés. Leurs documents sont prêts. Le président du Haut Conseil d’Etat, Chef de l’Etat a décidé, lors de sa visite à Rosso, qu’ils aient leurs pièces d’état civil comme tous les autres Mauritaniens. Je veux vous confirmer que tous leurs documents sont disponibles, il ne reste que les contrôles à faire (vérifications, saisie, etc.).

Il y a, cependant, lieu de préciser que cette population est de deux genres. Elle comporte des personnes nées en Mauritanie et celles nées au Sénégal. Les premières sont enrôlées d’office, les secondes sont enrôlées sur la base d’un acte établi par les autorités sénégalaises.

La convention internationale sur le droit de l’enfant exige de tout pays de délivrer un acte de naissance à tout enfant né sur son territoire.

La convention tripartite qui nous lie au Sénégal et au Haut Commissariat pour les Réfugiés stipule que l’Etat sénégalais doit fournir des documents de naissances aux réfugiés nés sur son territoire. Nous attendons ces documents pour faire le nécessaire. Il faut souligner dans ce sens la disponibilité de l’Etat sénégalais qui a déjà entamé cette procédure.

Néanmoins, tous les réfugiés disposent déjà de leur fiche de recensement qui prouvent qu’ils sont Mauritaniens et qu’ils auront leurs pièces au même titre que tous les Mauritaniens.

Horizons: Quel appel avez-vous à lancer aux populations ?
M. Mohamed Fadel 0uld El Hadrami dit M’Rabih 0uld El WeIi:
L’appel que je lance à tous nos compatriotes est de comprendre que l’état civil est extrêmement important.

Je dirai qu’un pays sans état civil est un Etat sans âme. La principale ressource d’un pays reste sa population. Il faudrait, à l’occasion du recensement envisagé, que tous les citoyens se fassent recenser et de manière fiable et transparente et qu’ils sachent que tous les événements d’état civil sont importants.

Par conséquent, les mariages, décès et divorces doivent être déclarés. Nous réitérons encore notre appel à l’ensemble des citoyens à nous aider à faire un recensement national à vocation d’état civil qui fera en sorte que personne ne soit oublié.

Enfin, je répète que le recensement que nous comptons organiser n’est en rien lié aux échéances électorales.
Je rassure nos citoyens qu’ils seront recensés et que personne ne sera oublié.
Propos recueillis par Babouna DIAGANA

.AMI

Khalil Balla Gueye a dit…

A-,est ce que tu t'es relu?Ente embehlel walle dhe jâybou min douwn aghlak?!
Sur ce blog , il n'y en a pas 2 comme toi pour réussir à tous les coups à me faire sortir de mes gongs!Je suis sûr que c'est pour me narguer, car tu connaitrais bien la réponse à ma question portant sur mon nouveau pseudo:KGBOSSUET!C'est de la provoc!!En tout cas moi, je prendrais çà comme cela!Et tu n'es pas obligé de répondre pour te justifier, c'est clair!

"Anonyme Anonyme a dit...

Sanhaji,

J'ai cru à un poisson d'avril. La reunion du 27 n'aura certainement pas lieu. De tout ça, il y a un individu à remercier pour avoir fait tomber le plan de ja junte, comme x et CR ont contribué à faire tomber Maawiya: c'est Prof Ely. Beaucoup n'apprécient pas à sa juste valeur ce que ce jeune monsieur a fait pour pour le pays et l'Afrique toute entière: bouter les coups d'etat pour toujours. A mon avis,
ce sont ses arguments seuls qui ont guidé nos autres et la communauté internationale sur la conclusin de ce dossier difficile. Il merite un prix Houphouet ou un prix nobel pour cela. Il faut rendre à Cesar ce qui appartient à Cesar. Mettant de coté les performances du zouave Sidi Yewkel et sa Damitude comme dit notre autre prix nobel Maatala.
A- 23 décembre 2008 03:18"

Khalil Balla Gueye a dit…

Je suis persuadé que tous les visiteurs auront trouvé la bonne réponse portant sur les origines ténébreuses et obscures de mon nouveau pseudo KGBOSSUET!Mais personne ne voudrait la donner car j'ai commis l'imprudence voire la bêtise d'expliquer mes "méthodes d'approche tactique" dans mon fameux manuel "Guide du parfait "ghost hunter" ou chasseur de fantôme"!Alors,pour éviter de servir de "Beyah el moujoub", les gars gardent le silence!
On ne m'y reprendra plus à la 2 ème édition de ce guide!

Je vais vous faire une petite révélation:ce manuel "Guide du parfait "ghost hunter" ou chasseur de fantôme" est l'article le plus lu de mon blog!Et pourquoi donc , me demanderiez vous, justement?Surtout que je n'en avais pas autorisé la publication hors de mon blog, pour les autres sites!
Simple comme bonjour!Le titre de cet "ouvrage" comporte 2 mots clefs l'1 en français, l'autre en anglais:"Chasseur de fantôme" et "ghost hunter"!Alors pleins de visiteurs du monde entier ,anglophones et francophones seraient versés dans la PARAPSYCHOLOGIe ou auraient des centres d'intérêts connexes!Et,les mots-clefs par eux souvent utilisés dans leurs recherches les renvoient inévitablement à mon "manuel" sur Vindicte et peut être bien Canalh aussi dans une moindre mesure ,le manuel ayant été aussi publié par ce dernier blog!
Et ,je puis déjà imaginer leur grande déception en s'apercevant de la nullité de mes connaissances sur les phénomènes parapsychologiques!
Mais moi, je suis content car cela fait gonfler les statistiques!

maatala a dit…

Salam

Lu sur ANI

"Par rapport à la déclaration de Ould Cheikh Abdallahi, selon laquelle il a ffirmé ne rien avoir à partager avec les militaires au pouvoir, Ould Abdel Aziz rétorquera : « D’aucuns savent que sidi a été porté au pouvoir par nos soins et nous le connaissons bien, il commence depuis quelques temps à se faire trahir par sa mémoire. S’il se targue de jouir d’une popularité chez le peuple mauritanien, il n’a qu’à descendre sur le terrain politique, il ne doit en aucun cas oublier que le peuple mauritanien sait qu’il a été amené au pouvoir par les militaires ».


maatala

Khalil Balla Gueye a dit…

Allez les 2 précédents comms,c'était juste pour dérider le "neurasthénique et sinistre" broyeur du noir que je serais!Rien de bien sérieux dans tout cela,ceux qui ont appris à me connaître l'auraient déjà facilement subodoré!!
Dans mon prochain commentaire , je parlerai de la "Matinée" et de nos films d'antan !Rien à voir donc avec la politique ou les échanges politico-intellectuels!J'en ai ma claque!

Anonyme a dit…

Aziz,

quelqu’un qui a trahi une fois, trahira encore "wa7da w vatet gual cheway ezbda".

copiarpegar

Anonyme a dit…

A-, l'veyavi de mohcen not find yet je cherche...

copiarpegar

Anonyme a dit…

Mhd El Hassen Ould El Hadj, premiere vice-Président du Sénat, répond à Sidi Ould Cheikh Abdallahi

Cliquez ici

copiarpegar

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Mhd El Hassen Ould El Hadj, premiere vice-Président du Sénat, répond à Sidi Ould Cheikh Abdallahi

« L’impudeur politique qui découle des propos de l’ancien « Président » Soca, heurte tous les esprits subtils contraints aux égards qui lui sont désormais dus. ».

«Etaghi charra men ahcenta ileyhi ».

L’ancien « président » n’aurait jamais dû faire la dernière sortie apocryphe dans les colonnes du journal Le calame, tout comme il n’aurait jamais dû devenir président.

Une fois encore, je vais me donner la peine de répondre à toutes les allégations incohérentes et les contrevérités que cet « homme » a proféré à l’encontre de mes collègues parlementaires qui se sont opposés à sa dérive maffieuse, aux généraux qui ont mis fin aux débuts manqués de son « règne » et de tous mes concitoyens qui ont à un moment cru en lui et qu’il a désabusé de la manière que l’on sait. Je ne peux bien évidemment pas accepter que le mensonge même mélodieusement construit voile la réalité.

Soca est ma « création ».

Il y a une chose, une seule, sur laquelle le « président » déchu a dit vrai : oui, il ne connaissait pas les Généraux, mais il aurait dû ajouter, pour être fidèle à la restitution des faits, que c’est moi qui ai servi de passerelle entre lui, illustre inconnu à l’époque, et ceux qui allaient faire de lui « le premier président démocratiquement élu ».

Je ne puis m’empêcher de sourire – et vous aussi avec moi – quand j’entends le « président » déchu parler de « sa » campagne et de « son » programme électoral. Personne n’est dupe. Tout le monde sait qu’en Mauritanie personne ne prête vraiment attention à ces choses-là. Il aurait dû ajouter encore, j’en détiens les preuves, que c’est moi qui ai orchestré, avec l’accord des militaires, l’annonce de sa candidature et le lancement de sa campagne !

J’ai par la suite, avec l’approbation des Généraux (Aziz et Ghazouani), fait un intense lobbying auprès de la classe politique et des notabilités qui, en réalité, soutenaient les projets de réforme politique et institutionnelle voulue par les vrais auteurs du changement du 3 août 2005 (Les Généraux Aziz et Ghazouani).

Je reconnais que nous avons dû peiner pour faire accepter la candidature du « président » déchu. Pour cela, je n’exagère pas quand je dis que Sidioca est ma « création ».

Sans le soutien décisif des Généraux Ould Abdel Aziz et Ould Ghazouani, le « président » déchu n’aurait même pas pu devenir maire de la petite localité de Lemden !

Le « président » déchu devrait-il ignorer que les militaires qui l’ont porté au pouvoir pouvaient à l’époque, faire élire n’importe quel autre obscur candidat grâce à leur influence et au capital de confiance et de sympathie gagné par l’éviction de Ould Taya ?

Sans leur soutien, d’aucuns considèrent que la victoire aurait dû revenir à Ahmed Ould Daddah qui était en 2007 le candidat le mieux assis, sur le plan politique. Il est clair que sans le soutien décisif des Généraux Ould Abdel Aziz et Ould Ghazouani, le « président » déchu n’aurait même pas pu devenir maire de la petite localité de Lemden !

L’ancien « président » a manifesté un certain appétit pour les fruits « interdits » de la corruption.

Je trouve indécent que le « président » déchu parle d’accords passés avec Messaoud Ould Boulkheir et Zeine Ould Zeidane alors que ces deux hommes avaient comme unique interlocuteurs les deux Généraux. La majorité dont il parle était déjà constituée dans le sillage des mêmes militaires qui l’ont mobilisée par la suite pour soutenir « sa » candidature.

Sans assise politique et sans le sou, comment peut-il justifier le « miracle » des 52% au deuxième tour de la Présidentielle de 2007 ? Là au moins, tout le monde est d’accord pour reconnaître que le mérite d’un tel exploit revient aux Généraux et aux soutiens politiques de la première heure que le « président » déchu s’est évertué à trahir aussitôt élu.

« L’humilité épargne les affres de l'humiliation ».

En seulement quelques mois de présidence, Sidioca s’est entouré d’un réseau de groupes maffieux connus pour avoir sévis sous le dictateur Ould Taya. A coup de centaines de millions versés à la fondation de sa compagne, le « président » déchu s’est prêté à des accointances d’intérêt au détour d’un vicieux « commerce » fructueux avec certains milieux de politiciens affairistes. Là encore, j’invite l’ancien « Président » à la retenue. Comme le soulignait Georges Bernanos, « l'humilité épargne les affres de l'humiliation ».

L’ancien Président qui, depuis feu le « Président » Moctar Ould Daddah avec l’affaire des licences de pêche, Ould Taya (avec l’affaire H’Meyda) a manifesté un certain appétit pour les fruits « interdits » de la corruption, ne doit pas trop tirer sur la ficelle.

Dès les premiers jours de son accession au pouvoir, il avait effectué des « placements » familiaux largement commentés par la presse : son cousin à la BCM, comme gouverneur adjoint, un autre cousin comme directeur général du port autonome de Nouakchott et le frère de celui-ci comme conseiller du Premier ministre. Il a allongé la liste familiale en nommant sa propre fille à la tête de la communication de la présidence, son frère à l’hôtel du palais, un autre frère directeur au CSA et un énième à la Mauritel… C’est dire que son système et notamment son entourage immédiat sont bien trempés.

Le dossier du PSI et le scandale du riz avarié ne sont que la partie visible de l’iceberg. En réalité, la corruption était le sport favori de l’entourage du « président » déchu et il est difficile de penser que corrupteurs et corrompus n’avaient pas la bénédiction de celui-ci. A cet égard, il est à souligner que les efforts du Haut Conseil d’Etat en matière d’assainissement des finances publiques ont permis de réaliser en seulement quatre mois, 16 milliards d’ouguiyas d’économie.

L’ancien « Président » a été incapable de porter l’ambition populaire

Avec Sidi, c’est le sentiment général et justifié de perte de contrôle qui accrut la méfiance à l'égard de l’État. Les analyses de l’ancien Président sur les externalités négatives de l'économie mondiale qui affecteraient la vie quotidienne de nos compatriotes relèvent de théories anachroniques et défaitistes qui méritent un bon dépoussiérage.

Cette « appréciation » avait fait le lit du désarroi et de la désillusion générale qui a marqué les quinze mois du sinistre « règne » du président fantoche. En effet, s’il est incontestable que l’économie et ses crises ignorent les frontières, il n’en demeure pas moins que la marque d'un homme d'État, c'est d’abord sa volonté de changer le cours des choses.

Au lendemain de l’élection Présidentielle de 2007, le peuple était prêt à être rassemblé derrière une vision et une volonté claire. L’ancien Président a été incapable de porter cette ambition populaire. Contrairement à ses affirmations, c’était moins la classe politique que l’ancien Président lui-même qui était en cause.

L’ancien Président violait systématiquement la règle fondamentale de séparation des pouvoirs

J’ai été stupéfait de constater que l’ancien « Président » ose nier grossièrement le blocage évident que l’institution parlementaire a connu pendant que le dérèglement de notre système constitutionnel était à son comble. Il est absolument controuvé d’alléguer que l’institution parlementaire fonctionnait normalement alors que l’ancien « Président » violait systématiquement la règle fondamentale de séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le législatif, connue depuis Montesquieu.


En vérité, le peuple ne pouvait accepter le dessein inavoué et dissimulé de persécuter les parlementaires qui ont osé commettre un crime de lèse majesté en gardant tout simplement leur liberté de penser et d’agir.

La rectification du 06 août était donc la seule démarche qui pouvait nous permettre d'échapper à une alternative catastrophique.

De nombreux humoristes interprètent, à la faveur de nos superstitions, la succession des malheurs qui se sont abattus sur le pays, évoqués par l’ancien président à sa décharge, comme des manifestations de la poisse dont il serait porteur.

Flambée des prix, attentats terroristes, crise politique sont venus compliquer une situation dans laquelle les Mauritaniens avaient misé, sur le mauvais cheval.

L’ancien « Président » en évoquant les données macroéconomiques s’est attribué le bilan économique de la Transition militaire de 2005-2007 qui nous a valu la sympathie de nos partenaires au développement. Les engagements de financement de nos programmes de développement pris par les bailleurs de fonds étaient plutôt une prime à cette Transition, du moins, à son bilan économique.

Et même si le président déchu tient tant à s’approprier ces succès, les chiffres mirobolants invoqués n’étaient pas corroborés par la réalité vécue par les populations. Idem pour l’évocation de la loi criminalisant les pratiques esclavagistes et le retour des réfugiés. Ces questions nationales avaient fait l’objet d’un large consensus lors des journées de concertation mais le président déchu en a fait une mauvaise application en s’en tenant à la promulgation de textes sans réelle volonté de leur application.

Je suis tenté de demander à l’ancien président de nous dire où il était quand le régime Taya sévissait contre la communauté négro-mauritanienne, quand des centaines de ses membres étaient enterrés vivants dans des fosses communes ? N’entendait-il pas, dans son exil doré -ou plutôt sa fugue- les cris de ces opprimés ?

Au sujet du statut de l’opposition démocratique, on peut se demander comment le président déchu peut-il revendiquer la paternité de cet « acquis » alors qu’il est de notoriété publique que c’est à la transition militaire 2005-2007 que l’opposition doit son statut et les fondements institutionnels de ses droits (ordonnance prise par le CMJD).

Il en est de même pour la discrimination positive en faveur des femmes qui a octroyé à celles-ci, avant même l’élection du président déchu, un quota de 20% des postes électifs (ordonnance 2006-029- du 22 aout 2006).

Ne s’agit-il pas encore de mensonges quand le président déchu parle de liberté totale de la presse alors que sa propre fille usait – et abusait - de tous les moyens de coercition publique pour régenter les lignes éditoriales ? Lui-même, à la veille de sa destitution, n’avait-il pas introduit une plainte contre un journaliste indépendant ?

La réforme décidée au cours de la transition militaire pour ouvrir les médias publics à tous les acteurs politiques a été renvoyée aux calendes grecques par le déchu.

Concernant les prisonniers politiques, bien entendu qu’il n’y en avait pas dans les geôles à son accession à la Présidence mais, celles-ci étaient occupées par des terroristes qu’il avait lui-même ordonné aux juges de remettre en liberté dans des circonstances des plus obscures, leur permettant ainsi de sévir en commettant de nouveaux crimes et de nouveaux attentats (assassinat de quatre touristes français à Aleg, attaque contre l’Ambassade d’Israël, assassinat de soldats à Ghallawuya, fusillade de Tevragh Zeina, assassinat de policiers… ).

Feyty khamna police, police khamna Feyty

Sur un autre plan, je m’étonne que le déchu prétende avoir une majorité politique alors que lui-même n’est pas un homme politique. On peut dire que le déchu a été victime de la revanche des vaincus des élections, tous bords confondus. Tourner le dos à la majorité qui l’a porté au pouvoir et tisser des « liaisons dangereuses » avec des communistes et des islamistes qui ont vendu leur âme au diable, ont porté un coup fatal à ce « président » très commun. Il ne s’agit pas d’une ouverture, comme veut le laisser croire le déchu, mais d’une corruption politique.

Je m’étonne également quand le déchu affirme qu’il s’était aperçu que les généraux sortaient de leur réserve par rapport à la politique. Comment peut-il dire cela, alors que « Feyty khamna police, police khamna Feyty ».(Feyty, prénom d’une jeune fille aux mœurs légères, connaît la Police et la Police connait Feyty, expression utilisée pour signifier que les interlocuteurs se connaissent bien, NDLR)

A la veille des Etats généraux de notre Démocratie, l’expérience malheureuse que l’ancien « Président », nous impose de revisiter notre constitution pour mieux l’adapter à nos réalités. Dans ce cadre, il importe de noter que le Président de la République occupant déjà, la place prépondérante que nulle institution ne lui dispute, ce sont les prérogatives du Parlement qu’il conviendrait de renforcer.

A cet égard, il serait indiqué d’évoluer vers l’élargissement du champ d’action des parlementaires, l’introduction de garde-fous juridiques à la dérive de l’exécutif ainsi que des réformes pour une démocratie plus vivante, plus participative et plus conforme à nos réalités.

Mohamed El Hacen Ould El Hadj

Le Calame, Numéro 668, du 23 décembre 2008



maatala

Anonyme a dit…

wellah ye dhe ella z'guella mohcen c'est bien vrai, tu as besoin d'un hajab hadha se7ir ek7al.

copiarpegar