mardi 5 février 2008

la collection « Mokhis »

J’apprends à l’instant qu’une illustre inconnue a acquis la collection « Mokhis »

La célèbre collection « regards sur le passé » qu’on peut encore admirer sur www.clicformauritania.com vient d’être acquise par la première demoiselle du pays. Cette collection est donc déjà à la Présidence. C’est la première fois en Mauritanie que le travail d’un peintre est reconnu à sa juste valeur. J’espère d’ailleurs que de si précieux acquéreurs resteront suffisamment longtemps en ces lieux démocratiques afin de commander à Mokhis d’autres œuvres exécutées dans le même style de sorte à pouvoir , inch’allah, parcourir l’histoire passée et moderne de notre pays d’un clin d’œil.

A l’heure où le pays traverse la situation que l’on sait, il peut paraître inconscient d’insister sur le caractère exceptionnel de quelques tableaux. Mais comprenez, chers amis, que lorsqu’on a passé près de trois années quasiment tous les jours avec les artistes , voyant quasiment tous les mois le propriétaire venir mettre les verrous du loyer, quand pendant trois ans on voit le peu de cas que le ministère de la culture fait des artistes peintres contrairement à tous les diplomates, toutes les personnalités qui, eux, elles, viennent régulièrement découvrir et acquérir le travail des artistes, quand enfin pendant trois ans , on ne voit rien venir d’important du côté de chez nous, on peut enfin respirer en voyant d’abord la réussite que fut le vernissage de cette exposition au musée national et ensuite voir qu’il y a en encore dans ce pays des gens qui sont capables de ne pas rater une occasion historique de préserver notre patrimoine.

Combien de tableaux de Mokhis, pour ne citer que lui, sont ici et là par-delà les terres et les mers, combien ? Pour ma part, j’ai vu au moins une cinquantaine de chefs-d’œuvre absolus, et je pèse mes mots, quitter le pays dans les valises de personnalités étrangères ou de simples amateurs éclairés, je les en remercie en même temps que je m’en plains

Merci donc à cette demoiselle et surtout à ce jeune Brahim sans lequel rien ne tout cela n’eut été possible. Merci aussi à madame M. Daddah qui a refusé d’accepter un cadeau de Mokhis afin que le tableau représentant le père de la nation reste dans la collection. Merci à vous.

Cependant, jamais je ne saurais remercier le ministère de la culture , car de mémoire d’artistes plasticiens jamais un ministre de la culture ne s’est déplacé à aucun événement ayant trait aux artistes plasticiens mauritaniens sauf , heureusement, pour Mouna Ajjar. Plus grave, le jour de l’exposition « regards sur le passé », le ministre était dans son bureau attendant l’arrivée de la présidente de la fondation K.B, et ne voyant arriver que le vice-président de ladite fondation, le ministre a préféré rester dans son bureau. Plusieurs témoins attestent de la véracité de cette posture pour le moins a-culturelle .

Qui est ce ministre pour se prétendre supérieur aux ambassadeurs d’Espagne , du Maroc, ou des Etats-Unis qui eux ont fait le déplacement ? Cela est scandaleux ! Que cela se sache et se dise.

Je tiens aussi à remercier Nomade Production, jeune structure de monsieur Karim Kabage, qui a seul, sans aucun soutien pris entièrement en charge tous les frais pour orchestrer cette exposition mémorable. Merci. J’espère que le succès du Book de Mokhis saura être digne de votre élan, tout en regrettant au passage que le vice-président de la fondation K.B n’est pas daigné, ni rencontrer ni transmettre au moins un merci à ceux qui l’ont invité gracieusement à parrainer cette exposition sans rien espérer en retour que sa présence émérite.

Il va de soi que ce regret ainsi formulé, en tremblant du bout des mots chose tout aussi regrettables, n’est que mon regret , jamais Nomade Production ne saurait reconnaître à la fondation K.B autre chose que sa bienveillance.

Merci aussi sans pareil, à Billy ould Sidi , webmaster de clickformauritania.com qui , tout de suite, s’est engagé à tout faire pour permettre à Mokhis d’exposer sa future inspiration au Canada. Enfin, dernier merci et pas des moindres à Claude K qui le premier m’a aidé à faire connaître Mokhis. Quant à moi, je suis suffisamment satisfait d’avoir, comme vous, apporté aux artistes plasticiens ma modeste contribution pour enfin laisser la place à de plus dignes amis des arts, plus politiquement corrects ce qui ne gâche rien à l’espoir de recevoir de plus hauts soutiens.

Président d’Honneur de la maison des artistes plasticiens de Mauritanie

Vlane