lundi 2 juin 2008

La « razzia-social-démocratie »:une chance.


Dans l'une de mes réponses relatives à mon appel lancé ici même sur CanalH,faite à deux visiteurs dont l'académicien j'ai eu à dire ceci :

"Mr l,académicien,vous venez de prôner de bonne foi une sorte de démocratie de la razzia mais vous oubliez qu'à cette conception manque un chainon:celui de la distribution.....Remarquez,cela ferait un bon thème d'article de réflexion,je tâcherai de m'en souvenir."15 mai 2008 21:54

Eh bien ,Mr l'académicien ,je m'en suis souvenu et je vais tenir parole ce soir.



La « razzia-social-démocratie »:une chance.

En lisant un article écrit par Mr Lehreitan où il s'escrimait avec brio et talent à mettre à nu les mécanismes et ressorts de la gabegie m'est venue l'idée d'écrire cet essai..
Ce faisant ,je me proposerais de procéder à une vivisection de ce phénomène de société bien vivant et coriace qu'est la concussion.
Vous aurez remarqué que j'ai parlé d'un « phénomène de société » intentionnellement car j'estime que les origines de ces mœurs déprédatrices séculaires plongent leurs racines dans nos tristement célèbres rezzous et razzias pratiqués par certaines tribus ;usages magnifiés et chantés par nos trouvères et poètes depuis la nuit des temps.A telle enseigne que ces « manies » traditionnelles se sont érigées en règles coutumières non écrites et non dites ainsi qu'en automatismes et reflexes régissant la gestion publique et privée de l'activité nationale.
Et puisque ces mauvaises mœurs et accoutumances semblent si obstinées ,rétives et assurément inexpugnables ,il ne nous resterait donc plus qu'à faire contre mauvaise fortune, bon cœur !
Par conséquent ,comme le dit le proverbe arabe : « baise la main que tu ne peux pas encore couper ».Déférent et obéissant à l,égard de la sagesse de cet adage arabe et sans doute aussi mauritanien,je m'évertuerais donc dans cet article à sacrifier au rituel du baisemain.
Je m'y soumettrai si obséquieusement que ,je me ferai fort d'être,une fois n'est pas coutume, le théoricien,le chantre et le saltimbanque à la fois de la « razzia-social-démocratie ».Un nouveau concept socio-politique de ma facture à faire pâlir d'envie mes prédécesseurs allemands et scandinaves, livides et fades doctrinaires de la « Sozialdemokratie » .
Mais avant de présenter au grand public la trouvaille mauritanienne,examinons brièvement ce qu'est la social-démocratie originelle européenne: « un Etat-providence qui protège la population ...et des niveaux de prélèvements élevés afin de financer les dépenses publiques via un impôt progréssif… »(Wikipedia) .
L,originalité de notre version consistera en ce qu'elle se propose d'ancrer et de consolider la culture social-démocrate en Mauritanie en l'arrimant à l'immémoriale culture de la razzia . .C'est aussi simple et ingénieux à la fois que cela ,une évidence,une lapalissade !
Devant le constat désespérant de notre impuissance à venir à bout de cette fatalité structurelle et sociologique tâchons ,au moins, de la mettre au service de la justice et de l'équité ; autrement dit , transmuter l'acte immoral ,choquant et déshonorant en acte de haute portée morale et sociale.En somme ,rendre à la razzia sa fonction distributive ,collectiviste d'avant la colonisation (1905).En effet ,nos razzieurs au grand cœur d'antan faisaient sans le savoir déjà,comme Mr Jourdain, de la social-démocratie distributive,en « empruntant » aux riches tribus ou aux populeuses contrées négro-africaines pour donner à leurs congénères tribaux , à leurs tributaires , à leurs esclaves, à leurs griots et à leurs forgerons.Une vraie chaine de solidarité reproduite de nos jours encore par les organisations caritatives et les pays dit socialistes ou social-démocrates.Ce qui m'amènerait spontanément à revendiquer pour mon pays la paternité du poinçon des « Restos du cœur » piqué par l'impertinent Coluche !Les social-démocraties européennes ne font guère mieux que de prendre aux riches sous forme d'impôts pour donner aux plus déshérités.Contrairement au libéralisme sauvage ,en social-démocratie il n'y a pas de laissés- pour-compte ou presque.Et c'est précisément ce que faisaient mes ancêtres razzieurs en aspergeant voire inondant de leurs libéralités gratuites toute la « Âchira » et ses dépendances.Toute la difficulté de l,exercice sera banalement de transposer ce système de moralisation de l'infâmie à nos « razzieurs aux cols blancs » résolument peu philanthropes et charitables.
Je m'explique ,lorsque « Hentat des sables »(appelons le comme cela pour ne pas froisser certains...) célébré encore de nos jours par notre folklore musical et poétique revenait de l'une de ses nombreuses et périlleuses razzias ,il distribuait à tours de bras et à profusion dromadaires,moutons ,vaches ,esclaves et cauris à tout le clan ravi et aux anges de le revoir encore entier et prospère au terme de son aventureuse équipée.
Ce faisant, on peut dire que « Hentat des sables » en Afrique et Robin des bois en Europe médiévale seraient les premiers inventeurs, concepteurs et praticiens de la social-démocratie, bien avant leurs ternes émules et plagiaires allemands et scandinaves.
Je l'ai déjà dit,sommairement définie, la social-démocratie consisterait à prendre aux riches pour donner aux pauvres afin d'atténuer les inégalités sociales.Et c'est exactement ce que faisaient « Hentat des sables » Robin des bois et Zorro bien après!
En Allemagne et dans les pays scandinaves sociaux-démocrates « Leghrama » et « El Ghanima »désigneraient « l'impôt sur la fortune ,l'impôt de solidarité,TVA... » que l,Etat percoit pour s'acquitter de son rôle de providence.
Donc pour réussir cette version inédite au 20ème et 21ème siècles de la « razzia- social-démocratie » à la mauritanienne ,il suffirait d,exiger, le plus légalement du monde, des razzieurs qui représentent chacun forcément une tribu ou une ethnie de reverser 50% ,30% ou 10% de leurs chapardages ou razzias réalisés au détriment des deniers publics à leur clan d,extraction.Le prorata à reverser à la tribu, au village pour les négro-mauritaniens et au Edebay pour les Haratines serait à fixer par une loi votée au parlement ou par décret présidentiel par exemple..
Et vous vous apercevrez bien vite comment ce procédé atypique viendrait à bout de la pauvreté dérisoirement combattue par le CLSP,la Banque mondiale ,le FMI avec toutes ses batteries paupérisantes d'ajustements structurels.De quoi faire rougir de convoitise et de jalousie le monde entier, à commencer par nos voisins immédiats ! Ainsi que le Bengladeshi et prix Nobel Dr Yunus inventeur du microcrédit.
Grâce à notre « razzia-social-démocratie »,tout le monde mangera desormais à sa faim, se logera,s'habillera décemment,se soignera,fréquentera l'école privée hors de portée , ira au concert ,au cinéma et se payera même des vacances à Las Palmas voire au delà .En somme la panacée et le Graal !
Et les stakhanovistes de la concussion enfin en paix avec leur conscience seraient ,de surcroit, assurés de perpétuer indéfiniement leur « Ghrama » et fidéliseraient leur éléctorat pour l'éternité en l'affriandant par « l'impôt de solidarité fixé par la loi ».. La solution est tellement simple que personne n'y a pensé:les « Hentat des sables » sont légions et pratiquent déjà un système élaboré de ponction et de soustraction remontant à la nuit des temps ancestraux. Il ne manquerait qu'un seul chainon que Sidioca ou le parlement pourraient décréter d'un trait de plume.Et il serait à prévoir que la « razzia-social-démocratie » emportât l'adhésion admirative et inconditionnelle d'un peuple formaté à la « bien-penseance de Etvegrich ».cela est tout simplement gravé et sculpté dans l'inconscient collectif !
Voilà donc une mesure populaire que je livre en cerise sur le gâteau à notre président en manque de coup d'éclat au terme de sa première année.
Cette idée serait d'autant plus à propos qu'elle coïncide avec la reémergence d'une lignée de « Hentat des sables » censée être la plus à même de concrétiser ce programme généreux ,charitable compatissant et innovant qu'est la « razzia-social-démocratie ». D'aucun pourraient pousser le peaufinage jusqu'à se demander qui du gouvernement Waghef ou Zeidane aurait été le plus indiqué pour implémenter avec bonheur la « razzia-social-démocratie » ?
Pour ma part,je ne me risquerais point à faire une telle confrontation, car ma nouvelle théorie de la « razzia-social-démocratie » exige des qualités ataviques très bien partagées parmi le microcosme politique voire le commun des citoyens.Y compris moi même pourquoi pas !
Dommage,ce ne sera certainement pas pour cette idée que j'aurai le prix Nobel d'économie !

Khalil Balla Gueye
Consultant-Düsseldorf