dimanche 11 janvier 2009

gaza par Uri Avneri

La vérité est que les atrocités sont le résultat direct du plan de guerre. Elles reflètent la personnalité d'Ehud Barak...


Uri Avneri (de son vrai nom de naissance Helmut Ostermann) a fui, avec sa famille, l’Allemagne de Hitler. Né en 1923, Uri Avneri arriva en Palestine en 1933. Il s’enrôle en 1938 dans l’organisation juive Irgoun mais la quitte en 1941 en dénonçant les positions anti-arabes et anti-sociales de l’organisation. Il est un écrivain et journaliste israélien connu pour son combat incessant pour les droits des palestiniens.

Combien de divisions ?

Un crime effroyable a été commis à Leningrad, il y a soixante dix ans, pendant la seconde guerre mondiale. Pendant plus de mille jours, un groupe terroriste, « l'armée rouge » a tenu en otage des millions d'habitants de la ville et a provoqué la réplique de la Wermacht allemande contre des lieux où se trouvaient la population. Les allemands n'ont pas eu d'autre choix que de bombarder et de pilonner la population et d'imposer un blocus total, qui a causé la mort de centaines de milliers de personnes.

Quelque temps auparavant, le même crime a été commis en Angleterre. Le groupe Churchill s'est caché parmi la population de Londres, utilisant des millions de citoyens comme des boucliers humains. Les allemands ont du envoyer leur aviation, la Luftwaffe, et , à leur corps défendant, ont réduit la cité en cendres. Ils ont appelé cette opération « le Blitz ».

Voilà ce qu'on aurait pu lire dans les livres d'histoire si les allemands avaient gagné la guerre.

C'est absurde? Pas plus que ce que nos médias écrivent jour après jour, répétant jusqu'à la nausée : les terroristes du Hamas ont pris les habitants de Gaza en otages et se servent des femmes et des enfants comme de boucliers humains, ne nous laissant pas d'autre choix que de lancer des bombardements massifs, lors desquels, à notre grande tristesse, des milliers de femmes, d'enfants et d'hommes sans armes sont tués et blessés.

Dans cette guerre, comme dans toutes les guerres modernes, la propagande joue un rôle primordial. La disparité entre les forces, entre l'armée israélienne – avec ses avions, ses vedettes, ses drones, ses bateaux de guerre, son artillerie, ses tanks -et les quelques milliers de combattants du Hamas dotés d'armes légères, est de l'ordre de 1 pour 1000, voire de 1 pour 1000000. Sur le plan politique l'écart est peut-être encore plus grand. Mais, pour ce qui est de la propagande, il est presque infini.

Presque tous les medias occidentaux ont d'abord répété la ligne officielle de la propagande israélienne. Ils ont presque entièrement ignoré le versant palestinien de l'histoire, sans parler des manifestations quotidiennes du camp de la paix israélien. Le discours du gouvernement israélien ( « un état doit défendre ses citoyens contre les missiles qassams ») a été accepté comme la vérité vraie. Le point de vue de l'autre camp, que les qassams n'étaient que la réponse au siège qui affamait un million et demi d'habitants de la Bande de Gaza, n'était mentionné nulle part.

Ce ne fut qu'au moment où les images d'horreur venant de Gaza commencèrent à apparaître sur les écrans occidentaux que l'opinion publique mondiale se mit à changer. A dire vrai, les télévisions en Israël et en Occident ne montrèrent qu'au compte goutte les évènements effroyables qu'Aljazeera, la chaîne arabe, diffusait 24 heures sur 24, mais la photo d'un enfant mort dans les bras de son père terrifié a plus de pouvoir de conviction qu'un millier de belles phrases sortant de la bouche du porte- parole de l'armée israélienne. Et finalement, ce fut décisif.

La guerre – toute guerre – est faite de mensonges. Qu'on l'appelle propagande, ou guerre psychologique, on accepte qu'un pays en guerre a le droit de mentir. Quiconque parle vrai peut-être considéré comme un traître.

Le problème est que la propagande convainc d'abord le propagandiste. Et quand l'on s'est convaincu que le mensonge est la vérité et la falsification la réalité, on ne peut plus prendre de décision rationnelle.

Prenons l'exemple de l'atrocité la plus choquante de cette guerre, du moins jusqu'à aujourd'hui : le bombardement de l'école de l'ONU de Fakhura, dans le camp de réfugiés de Jabaliya.

Dès que le monde a connu cet incident, l'armée a « révélé» que les combattants du Hamas avaient lancé des obus de mortier à partir d'une position proche de l'entrée de l'école. Pour preuve, ils ont produit une photo aérienne qui montrait, en effet, l'école et le mortier. Mais il n'a pas fallu longtemps pour que le menteur officiel de l'armée admette que la photo datait d'un an au moins. Bref, une falsification.

Le menteur officiel déclara ensuite que « nos soldats avaient subi des tirs qui venaient de l'intérieur de l'école ». Un jour passa avant que l'armée ne doive admettre devant le personnel de l'ONU que c'était un autre mensonge. Personne n'avait tiré depuis l'école, il n'y avait pas de combattants du Hamas mais des réfugiés terrifiés.

Mais, cet aveu fit difficilement la différence. Le public israélien, pendant ce temps, fut totalement convaincu qu' « ils avaient tiré depuis l'intérieur de l'école », et les journalistes de la télévision firent comme si c'était un fait acquis.

Il en fut de même pour les autres atrocités. Tout bébé fut métamorphosé, par sa mort, en terroriste du Hamas. Toute mosquée bombardée devint une base du Hamas, tout appartement une cache d'armes, toute école un poste de commandement, tout bâtiment public « un symbole du pouvoir du Hamas ». Ainsi l'armée d'Israël préserva la pureté de « l'armée la plus morale du monde ».

La vérité est que les atrocités sont le résultat direct du plan de guerre. Elles reflètent la personnalité d'Ehud Barak, un homme dont la façon de penser et les actes ressortent à l'évidence de ce qu'on appelle « un désordre moral », un trouble sociopathique.

Le but réel ( si l'on exclut le gain de sièges lors des prochaines élections) est d'en finir avec la domination du Hamas sur la Bande de Gaza. Dans l'imagination des concepteurs, le Hamas est un envahisseur qui s'est emparé d'un pays étranger. La réalité, bien sûr, est tout à fait autre.

Le mouvement Hamas a remporté la majorité des votes lors d'élections éminemment démocratiques qui ont eu lieu en Cisjordanie, à Jérusalem Est, et dans la Bande de Gaza. Il a gagné parce que les Palestiniens sont arrivés à la conclusion que la stratégie pacifiste du Fatah n'avait permis d'obtenir rien de tangible d'Israël – ni un gel de la colonisation, ni la libération des prisonniers, ni aucun pas significatif vers la fin de l'occupation et la création d'un état palestinien.


Le Hamas est profondément enraciné dans la population palestinienne – pas seulement parce qu'il est un mouvement de résistance combattant l'occupant étranger, comme l'Irgoun et le Groupe Stern l'avaient fait dans le passé – mais aussi parce qu'il est une organisation politique et religieuse qui s'occupent de services au public, sociaux, éducatifs et médicaux.

Pour la population, les combattants du Hamas ne sont pas un corps étranger, mais les enfants de chaque famille de la Bande et d'autres régions de Palestine. Ils ne se “cachent pas dans la population”, mais la population les voit comme ses seuls défenseurs.

Ainsi, toute l'opération est basée sur des présomptions fausses. Faire de sa vie un enfer n'amène pas la population à se lever contre le Hamas, mais au contraire, la rassemble derrière lui, et renforce sa détermination à ne pas se rendre.

La population de Leningrad ne se leva pas contre Staline, pas plus que les Londoniens ne se levèrent contre Churchill.

Celui qui a donné l'ordre de mener une telle guerre, avec de telles méthodes dans une zone si densément peuplée, savait qu'il allait provoquer le massacre épouvantable de civils. Apparemment ça ne lui faisait ni chaud ni froid. Ou, croyait-il, “ ils changeront leurs manières” et “ cela leur fera prendre conscience”, et dans le futur, ils ne résisteront pas à Israël.

La priorité des priorités pour les concepteurs était d'obtenir qu'il y ait le moins de morts possibles parmi les soldats, compte tenu du fait qu'une large partie de l'opinion favorable à la guerre pourraient changer d'avis si elle savait qu'il y avait des pertes. C'est ce qui est arrivé lors des deux guerres du Liban.

Ces considérations ont d'autant plus joué, que la guerre est une pièce maîtresse de la campagne électorale. Ehud Barak, que les sondages donnaient vainqueurs aux premiers jours de la guerre, savait très bien que ses pourcentages pourraient s'effondrer si les écrans se remplissaient de soldats morts.

Donc on a appliqué une nouvelle doctrine : éviter les pertes parmi nos soldats par la destruction totale de toute chose sur leur route. Les concepteurs étaient prêts à tuer non pas 80 palestiniens pour sauver un soldat israélien, mais 800. Eviter les morts de notre coté est l'ordre suprême, qui cause dans l'autre camps un nombre record de morts de civils.

Cela veut dire la décision consciente d'une guerre particulièrement cruelle – ce qui a été le talon d'Achille.

Une personne dépourvue d'imagination comme Barak ( son slogan électoral : “ Pas un type bien, mais un chef”) ne peut imaginer comment les gens qui ont une conscience partout dans le monde réagissent à des actes comme le massacre de toute une grande famille, la destruction de maisons sur la tête de ceux qui les habitent, les files de garçons et de filles dans leurs linceuls blancs attendant qu'on les enterre, les récits de la mort de gens vidés de leur sang parce que les ambulances ne peuvent arriver jusqu'à eux, la mort de personnels de santé et médecins allant sauver des vies, l'assassinat de chauffeurs de l'ONU lors du transport de vivres.


Les photos des hôpitaux, avec les morts, les mourants et les blessés étendus par terre, emmêlés par manque de place ont choqué le monde. Aucun argument n'a la force de l'image d'une petite fille blessée étendue au sol, se tordant de douleur et hurlant “maman, maman !”.

Les concepteurs pensaient qu'ils pouvaient empêcher le monde de voir ça en en interdisant de force la couverture par la presse. Les journalistes israéliens, pour leur grande honte, ont accepté de se contenter des rapports et des photos fournies par le porte parole de l'armée, comme s'il s'agissait d'informations authentiques, tout en restant eux-mêmes à des kilomètres des événements en cours.

La presse étrangère aussi ne fut pas autorisée à pénétrer à Gaza, jusqu'à ce qu'à force de protestations, les journalistes aient droit à de petites excursions par groupe sélectionnés et contrôlés.

Mais dans la guerre moderne, une telle conception aseptisée ne peut en exclure complètement d' autres – il y avait des caméras dans la Bande, au coeur de l'enfer, incontrôlables. Aljazeera a filmé à toute heure et a été vue dans toutes les maisons.

La bataille des écrans est une des batailles décisives de la guerre.

Des centaines de millions d'arabes, de la Mauritanie jusqu'en Iraq, plus d'un milliard de musulmans du Nigéria jusqu'en Indonésie, voient ces images et sont horrifiés. Cela a un impact énorme sur la guerre. Beaucoup de ceux qui voient ça considèrent les dirigeants de l'Egypte, de la Jordanie et de l'Autorité Palestinienne comme des collaborateurs d'Israël qui perpètre ces atrocités contre leurs frères Palestiniens.

Les services de sécurité des régimes arabes ont enregistré une fermentation dangereuses dans leurs peuples. Hosny Moubarak, le leader arabe le plus menacé à cause de la fermeture du Passage de Rafah devant des réfugies terrorisés, commence à faire pression sur les décideurs à Washington, qui jusqu'à lors avaient toujours bloqué les appels à un cessez-le-feu. Ceux ci commencent à comprendre la menace qui pèsent sur les intérêts vitaux américains dans le monde arabe et changent soudainement d'attitude – à la consternation des diplomates israéliens auto satisfaits.

Les gens qui ont des troubles du sens moral ne peuvent comprendre les motivations des gens normaux et doivent deviner leurs réactions. “Le pape, combien de divisions ?” se moquait Staline. “Les gens qui ont une conscience, combien de divisions ? “ pourrait bien se demander Barak.

A l'évidence, plusieurs. Pas énormément. Pas très réactives. Pas très fortes ni très organisées. Mais, quand les atrocités gonflent le nombre de protestataires et qu'ils se regroupent, cela peut décider du sort de la guerre.

Le manque à comprendre la nature du Hamas a entraîner le manque à comprendre les résultats pourtant prédictibles. Non seulement Israël ne peut pas gagner la guerre, mais le Hamas ne peut pas la perdre.

Même si l'armée israélienne pouvait réussir à tuer tous les combattants du Hamas jusqu'au dernier, le Hamas gagnerait pourtant. Les combattants du Hamas seraient des exemples pour la nation arabe, les héros du Peuple Palestinien, des modèles qui provoqueraient l'émulation pour chaque jeune du monde arabe. La Cisjordanie tomberait entre les mains du Hamas comme un fruit mur. Le Fatah sombrerait dans une mer de mépris, les régimes arabes seraient menacés d'effondrement.

Si la guerre se termine avec un Hamas toujours debout, exsangue mais invaincu, face à la toute puissante machine de guerre israélienne, cela sera une victoire fantastique, une victoire de l'esprit sur la matière.

Ce qui marquera la conscience du monde sera l'image d'un monstre assoiffé de sang, Israël, toujours prêt à commettre des crimes de guerre et incapable d'être retenu par quelque considération morale que ce soit. Ceci aura des conséquences graves sur notre avenir à long terme, notre place dans le monde, notre chance de faire la paix et d'obtenir le calme.

En fin de compte, cette guerre est un crime contre nous mêmes, un crime contre l'État d'Israël.

De Uri Avneri, le 10 01 2009 "

415 commentaires:

1 – 200 sur 415   Suivant›   Les plus récents»
maatala a dit…

Salam

Je crois que Couly a compris que son humour à la RICAIN ne passer pas, alors il a mis les voiles.

Enfin un soupçon d'intelligence dans ce vide qui lui sert de cerveau dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

"Israël - Hamas : une guerre stupide, selon Alain Duhamel"


Après son offensive aérienne contre le Hamas, Israël a lancé une opération terrestre dans la Bande de Gaza. Peut-elle réussir ?


Toutes les guerres sont barbares, la plupart sont injustes, celle-ci est, en plus, stupide. Elle est stupide parce que personne ne peut en sortir vainqueur. Personne n'en tirera de bénéfice.

Du côté du Hamas, c'est l'évidence même, non seulement le Hamas a pris le risque, et s'est exposé à la réplique israélienne, mais il l'a recherchée, il l'a provoquée, il l'a organisée ; c'est lui qui a dénoncé la trêve, c'est lui qui a lancé des roquettes sans arrêt, c'est lui qui a augmenté ostensiblement leur portée, c'est lui qui a contraint tout le gouvernement à réagir. Se faisant, il savait très bien qu'allait s'abattre sur son propre peuple, un déluge de feu, de sang, et de sacrifice. Il l'a fait, il l'a fait par fanatisme, il l'a fait parce qu'il voulait se victimiser, il l'a fait avec l'illusion d'en tirer un avantage politique, en affaiblissant l'Autorité palestinienne, en affaiblissant les régimes arabes modérés, et peut être en déclenchant un embrasement dans d'autres foyers du Proche Orient.

Cela dit, Israël a fait l'objet évidemment de nouvelles condamnations. Tout d'abord au moment de l'offensive aérienne, puis avec cette offensive terrestre ?

Et Israël est tombé dans le piège volontairement, méthodiquement. Israël en l'occurrence, depuis le début de ce nouvel épisode, n'a cessé de réagir de façon totalement, ostensiblement, disproportionnée. Alors bien sûr, il fallait qu'Israël d'une manière ou d'une autre, réagisse à cause de sa population civile, et bien sûr aussi, les élections israéliennes ont lieu dans un mois, et on voit très bien que le général Barak, ministre de la défense, est jusqu'à présent, le bénéficiaire interne de ce qui se passe.

Reste qu'Israël qui est un miracle de l'Histoire, Israël qui est la revanche contre deux millénaires de malédiction, de difficultés et d'injustice, Israël à son tour apparaît aujourd'hui comme l'oppresseur, comme le colonisateur, comme le belliciste. Israël n'a pas joué le jeu des territoires occupés en Cisjordanie et de l'Autorité palestinienne. Israël a cherché à asphyxier les bribes de pouvoir palestinien qui existaient ici ou là. Israël a enserré Gaza, l'a empêché de se développer, de vivre, de s'alimenter, de se soigner, de s'éduquer, de se développer, et Israël aujourd'hui apparaît comme l'image inversée, le miroir inversé de ce qu'il a toujours été depuis sa naissance.

Israël est aujourd'hui plus isolé que jamais, le seul qui le soutienne c'est George Bush qui s'en va dans deux semaines.

Nicolas Sarkozy entreprend une tournée dans la région. Il va d'abord être en Egypte, ensuite ce sera la Cisjordanie, et Jérusalem. Ça va servir à quelque chose ?

Il ne faut évidemment pas attendre de miracle, parce qu'on sait très qu'à partir du moment où il y a opération terrestre, l'idée selon laquelle il y aurait instantanément une trêve, un couloir humanitaire, un peu d'humanité tout simplement dans ce conflit aberrant, eh bien non ce n'est certainement ni pour demain, ni pour après-demain. En même temps, il a raison d'y aller, il y va parce qu'il veut un rôle, il y va aussi parce que tout ce qui peut être fait en faveur de la paix est de toute manière, un investissement intelligent et qui tranche sur ce qui se passe là-bas.

Auteur : Alain Duhamel de RTL

maatala

NÂVE3 a dit…

A ceux qui se sont FAUSSEMENT REJOUIS qu LM ait donné la parole à tout Y COMPRIS KBG!
Penseriez vous que mon confrère blogger LM soit assez FOU pour donner la parole slmt aux nazillons et tutti quanti en en privant l'ANTIDOTE que seraient KBG et certains visiteurs!Caresseriez vous l'espoir de garder l'EXCLUSIVITE NAZILLONNE PESTIFEREE sur ce blog!
D'ailleurs, pendant qu'on y est , lui aussi je l'incluerais bien dans mes exceptions comme Mestour!
------------------------------
BIS BIS
Bebe Ba : « je vous aime tous (même KBG et Bidhani facho) », tu voudras bien cesser de me chouchouter de cet amour pestiféré comme certains de tes chouchous à l’instar de Bidhani facho !Comme l’a dit l’autre nana « qui se ressemble s’assemble » !Mais moi ,je ne ressemble à personne ICI, PAS D’AMALGAME, BITTE (en allemand, pas celle en français) !!Et puis moi, j’ai ma Bilghiss yemenite, mastiqueuse de qat psychotrope et parlant français comme pas 2, une vraie de vraie alors !!
-------------------------------------------------------------------------------------------------
Bon, j'ai négligé de préciser à l'intention de la nazillonnerie que NÂVE3 ne serait QUE (sic) mon PRENOM MAURITANIEN et que Khalil ou plus précisément Cheikh Khalil donc mon prénom usuel serait lui mon VRAI PRENOM SENEGALAIS même si je suis né a la maternité ou dispensaire de Kiffa, pas Aioun!
Car je porte directement les 2 prénoms du grand Cheikh Sénégalais , Cheikh Brahim Niass!Donc je serais forcément Sénégalais!
Comme cela personne ne pourrait plus douter de mon esprit épique et chevaleresque poussé à l'extrême jusqu'à donner des munitions aux pestiférés en phase terminale avant leur « Termination » par MOI, comme aurait dit Terminator Schwarzenegger "You are terminated, boum boum, padaboum!"
Cà y est , je suis bon pour la déportation et mes 2 misérables mansardes à NKTT si laborieusement et surtout honnêtement acquises seront CONFISQUEES au profit de Mephisto, Bidh Facho et tutti quanti (sic, EL KHOUKHA hown ev le « TUTTI QUANTI») !Elle vem baâd !!Je suis bon pour l'expropriation au profit de la "gente nazillonne cupide" comme ils l'avaient fait 20 ans +tôt en 89 avec mes congénères mauritaniens et Sénégalais!Bon, faites moi parvenir au plus vite un "prepaid" PTA je crois , aller simple , réservé sur le trajet Düsseldorf-Dagana( dagana du mauvais côté, Sénégal, quartier Djame eguen )et mes taudis seront à vous comme d'hab!
C’est carrément de l'inconscience, oser avouer et assumer "ses pigments NOIRS et ses gènes" devant un collège de témoins très INTERESSES relèverait carrément du suicide!On en a tué et déporté des DIZAINES DE MILLIERS pour moins que cela!Et même pour les laisser revenir tout le monde n'est tjrs pas d'accord sur les modalités pratiques d'1 éventuel retour!Et leur sort ne risquerait point de s'améliorer compte tenu du rôle de PERCEPTEUR de "l'IMMATURE et ECERVELE ADO BOUTONNEUX AZIZ qu'assurerait désormais Breidleil ce «vieux fleuve Mésopotamien» et matamore de l'insoutenable et de la TYRANNIE!En fait son exégète et apologiste fervent et prolifique! Il n’est donc à craindre qu’on ne les rejette dans le fleuve Sénégal comme jadis les juifs dans la mer, mais les Hébreux avaient Moise, ceux là les blacks pas ! AU grand RAVISSEMENT DE LA NAZILLONNERIE COALISEE !
NB :Je répondrai dans une demi heure aux interrogations réitérées de Mestour et invariablement escamotées par tous !Et POUR CAUSE!!

kimporte a dit…

merci lm

éwa et ce café?

salut maata

Bebe BA a dit…

Merçi KBG pour ce temoignage d'affection; je me demande comment j'ai pu vivre sans?????????????

Je t'ai déja dit sur ton blog que je préferais ton humour à ta vindicte, mais maintenant qu'elle dirigée contre j'ai changé d'avis!

But, je t'aime bien (que cela te plaise ou non)!

NÂVE3 a dit…

REPONSE AUX INTERROGATIONS DE MESTOUR!
--------------------------------
Avec Breidleil et tutti quanti (sic) à ses côtés il ne serait donc que trop prévisible qu'AZIZ se RADICALISE sur toute la ligne en prêtant oreille à cet adulateur DOMATIQUE de la force brute !Curieux tout de même le rapport qu’aurait Breidleil avec la politique !Il ne la concevrait que doublée de violence et d’agressivité, c’en est aussi à croire qu’il jaugerait la valeur d’un homme politique uniquement par la robustesse de sa poigne de fer et de son étreinte (sic) ! Mais, notre antédiluvien panarabiste étroit semblerait ignorer l’adage disant « qui trop embrasse mal étreint !! »Exactement comme son protégé Aziz qui en embrassant trop fortement notre démocratie lui aurait fait le « baiser de la mort » comme dirait le Godfather ritalo-yankee Don Corleone
Sur le plan intérieur la poigne du troufion se fera de + en + plus forte et oppressante!Il n'est donc à craindre qu'à très brève échéance, avant mai, que l'ouverture au dialogue affichée par aziz ne s'estompe pour déboucher sur une impasse de « non-conversation » avec tous ceux qui ne se soumettraient pas à ses desiderata unilateralement et verticalement imposés!Ce faisant Aziz serait "une machine à faire le vide" comme NAVE3(sic)! Et d'ailleurs cela aurait déjà commencé avec AOD et bien d’autres encore!En se radicalisant comme de prévisible en suivant les exhortations de ses "Raspoutines" baathistes et autres, Aziz n'aurait plus d'autres choix que d'imposer sa volonté au peuple!Simple question de logique et d'arithmétique: serait-il concevable que les 47% d'AOD et les 53% de Sidioca leur fassent faux bond en bloc pour rejoindre tout ou partie aziz qui n’aura même pas eu le temps de faire campagne?Bien sûr que non !La seule façon de le faire et de le réussir sans le soutien du RFD d'AOD et du FNDD de Sidioca serait banalement d'organiser une mascarade d'election à la Taya-Kobeni!Et manifestement aziz aurait choisi l'option unilatérale, radicale et sans appel avec son IMMANQUABLE CORROLAIRE consistant à "trafiquer au besoin" les élections. Rien que le délai très court de moins de 5 mois "suggéré" par les EGD le corroborerait. Un candidat ayant à l’esprit de jouer franc en se présentant comme Aziz prendrait bien soin de se donner le temps pour se faire connaître du peuple!Comment pourrait-on prétendre convaincre tout un peuple de voter pour soi en un temps aussi court?Réponse:on ne s'embarrasserait plus guère de FIORITURE, l'essentiel étant d'accomplir la "FORMALITE" au plus vite et qu'on en parle plus!Manifestement aziz n’en aurait cure du vote populaire, les chefs de bureau auraient donc plus de cote à son avis , sa future campagne électorale se réduirait donc à cette intimation aux responsables des bureaux de vote : « What you put in (dans l’urne) is what you get » !Le bourrage des urnes !
CONCLUSION:Ceux qui comme "Mestour" penserait Aziz capable de se forger une "légitimité" ABROGEANT ou INVALIDANT la légitimité antérieure de Sidioca se trompent lourdement!Cette irréalisable et irréaliste légitimation par le vote populaire ne serait tout simplement pas possible sans le concours actif et volontaire du FNDD et du RFD! Sans même invoquer l’aspect anticonstl Et je verrais mal AOD et Sidioca donner pour consigne de voter Aziz!
Donc , conclusion du raisonnement:Aziz compte bien aller jusqu'au bout de sa logique putschiste,en réeditant le "putsch permanent" jusqu'à la fin de l'engrenage et du processus de l'usurpation! Lorsequ’on a oser faire un putsch contre toute une démocratie les armes à la main, on ne rechignerait point à "prendre d'assaut les URNES", pas besoin de Kalach pour soudoyer un chef de bureau de vote!un jeu d'enfant!En somme Aziz FRAGMENTERAIT son MAXI-putsch en autant de MINI-putschs régionaux sur les urnes pour recycler et laver son putsch originel.En fait , il ferait du "blanchiement de putsch" comme d'autres feraient du blanchiement d'argent!
Mestour, croirais tu un instant que les milliards blanchis par les Maffias italo-américaine, russe, japonaise ou chinoise par le biais du système off shore se seraient transmués pour autant en argent propre!Il en serait de même avec aziz:on ne répare pas une MAXI-usurpation en la maquillant des atours de X-petites autres usurpations!En un MOT :aziz projetterait de FRANGMENTER son putsch en autant de petits holdups électoraux quitte à le recomposer à l'identique après .C'est ce que l'on appelle UN MARCHE DE DUPE!Aucun ingénu attardé n'y croirait!

LM® a dit…

salut

Kimporte

c'est moi qui te pose cette question
éwa et ce café?

kimporte a dit…

*122*lm#

NÂVE3 a dit…

Petite mise au point
LM, comme il a eu à le répéter souvent n'est pas responsable des OPINIONS ET REVIREMENTS D'OPINION de certains membres et visiteurs de ce blog!
La VERSATILITE de ces individus ne peut être mise sur le COMPTE d'un LM qui les aurait CONNU AUPARAVANT avec d'autres sentiments et dispositions!
Que les gens fraternisent avec les templiers ou les nazillons cela ne l'engage en RIEN dès lors qu'il aura pris le parti de la LIBERTE D'EXPRESSION comme moi sur mon blog:pas de censure à la source, commentaires libres!
Donc, pas d'AMALGAME là aussi!
Moi qui suis nouveau sur ce blog, j'ai eu à assister en direct à certaines mues ahurissantes y compris des ACCOLADES et EMBRASSADES avec des pestiférés dictées par des raisons banalement et bassement CONJONCTURELLES d'ALLIANCE politiciennes au service de la mauvaise CAUSE!
Donc oui, pour moi LM est hors de cause et vous n'allez pas réussir à faire en sorte qu'il ADOUBE vos positions Nazillonnes au détriment des positions ANTI-NAZILLONNES!
Et pour ma VINDICTE, SACHEZ TOUS QU'ELLE N'A PAS CHANGé DE CAP ou DE CIBLE:lutter contre toutes les injustices et autres déviances idéologiques dangereuses et contribuer à la restauration de l'Etat de droit et de la démocratie dans mon pays!Et toutes les bonnes âmes seraient pour moi les bienvenues pour ce faire! Et si vous vous sentez concernés ou visés par MA VINDICTE soyez sur vos gardes car je pourrais vous tomber dessus d'un moment à l'autre!Qui se sent morveux se mouche!!
Pas plus que moi LM ne serait RESPONSABLE de vos ÂNERIES et MONSTRUOSITES IDEOLOGIQUES!
MEPHISTO lui, le serait car les commentaires chez lui sont FILTRES à la source!

NÂVE3 a dit…

Je suis venu récupérer mon commentaire que je compte transformer en blog et cela en l’arrangeant un peu , les étreintes lascives baâthistes en moins , entres autres innovations et améliorations!

gaza a dit…

ahmed ould khatry
moustaphe ould hamoud
yahye ould waqaf
didy ould biye
iselmou ould abdel kader
mauritanie mache elmechi ezein.
hadou chi men elmouvsidin we laystahikon ile esijen.
zid Abdel Aziz

NÂVE3 a dit…

Correction:Je voulais dire PRECEPTEUR et non PERCEPTEUR encore que les 2 auraient pu aller de pair dans ma phrase!
---------------------------
"rôle de PERCEPTEUR de "l'IMMATURE et ECERVELE ADO".....

Et leur sort ne risquerait point de s'améliorer compte tenu du rôle de ***PRECEPTEUR de "l'IMMATURE et ECERVELE ADO BOUTONNEUX AZIZ qu'assurerait désormais Breidleil ce «vieux fleuve Mésopotamien» et matamore de l'insoutenable et de la TYRANNIE!

Anonyme a dit…

KBG,

ESSGA3TENA ESSGA3TENA ESSGA3TENA
enta dhahrli ennak malade! w echbah 7ad yemchi you7ajab E3lih ma7ad moudareq chi!!!

TONFREERE!

Anonyme a dit…

A voir absolument!!

Anonyme a dit…

Maatala,

Bravo d'avoir choisi ton camp. C'est honnête et c'est respectable. On le voit à travers ta dissécation des arguments de Baba Maréga (BM). Tu n'as rien laissé passer. C'est bien et même très bien. Tu as vraiment sorti la grosses artillerie. Plus on s'approche des échéances électorales pour légaliser le coup d'etat, plus tu donnes des coups aux anti-coups. Tu crois que la junte fera mieux que ceux de leurs amis qui les ont precédé il y a trente ans et qui ont mis ce pays à genoux. On se souviendra ce jour, dimanche 11 janvier 2008, que tu appuies à yeux fermés les 12 du HCE et tu as peut-être raison.

Une question Maatala? La moquette que fumes ces jours-ci, elle a quelle épaisseur? A-

Anonyme a dit…

Chers canalheurs,

Je suis tombé sur ce site pour les politiciens en herbe et comment les choses se passent. Je veux particulièrement partager avec vous ce texte qui parle de comment les gens se font manipuler. Car ça manipule beaucoup ces jours-ci, plus on s'approche des échéances électorales du HECE (Maatala enta vem?). l'adresse du site d'abord et le texte sur les techniques de manipulation. Certain que vous vous trouverez quelque part là où on vous a manipulé dans le passé pour vous prémunir contre cela dans votre vie privée et professionnelle. A-

Le site: http://www.toupie.org/Textes/Manipulation_methodes.htm

Le texte: Manipulation : méthodes et techniques utilisées



Cette page est la suite de : Comprendre les mécanismes de la manipulation pour mieux s'en prémunir

Nous ne donnerons pas ou peu d'exemples de situations pour illustrer ces différentes formes de manipulation. Nous laissons à chacun le soin d'en trouver dans son expérience personnelle et son vécu quotidien.

Séduire et capter l'attention

Les méthodes de séduction et de captation de l'attention apparaissent souvent comme les qualités innées d'un bon orateur, d'un grand tribun dont on admire le talent. Mais elles peuvent être des armes redoutables si elles sont utilisées pour tromper ou endoctriner.
Exemples de techniques :
- instaurer un climat de connivence avec son public ce qui permet d'occulter les contrevérités;
- éloquence, intonation, gestuelle appropriée;
- pratiquer le mimétisme (adopter les attitudes, verbales ou gestuelles de l'interlocuteur pour provoquer un "effet miroir");
- savoir placer des traits d'humour à bon escient (juste ce qu'il faut, mais pas trop);
- placer des citations comme argument d'autorité ;
- parler à un débit qui ne donne pas à l'interlocuteur le temps de réfléchir;
- etc.

Inconsciemment, celui qui parle en public, et qui se trouve donc au centre de l'attention commune, est mis par les autres sur un piédestal, il est idéalisé. Pour peu qu'il y ait du décorum, du faste, du mystère, l'autorité de celui qui parle en est démultipliée.

Méthodes pour influencer ou obtenir un accord

- Le "pied dans la porte"
Cette méthode consiste à faire prendre un engagement peu coûteux à l'interlocuteur (réfléchir à une question posée, lire un livre, rencontrer untel, rendre un petit service...). Il s'agit là d'une forme classique de manipulation qui rendra, la fois suivante, l'interlocuteur plus disposé à prendre un engagement un peu plus contraignant, et ainsi de suite...
- La réciprocité
C'est le principe social selon lequel celui qui donne, se met en quelque sorte en situation de "créancier" vis à vis de l'autre et peut espérer pouvoir demander un service ultérieurement.
- La preuve sociale
Elle consiste à montrer qu'un comportement ou une opinion est appropriée ou normale si plusieurs autres personnes l'ont eue auparavant. Elle exploite la tendance des êtres humains, face à une situation nouvelle, à se conformer à ce que font ou pensent les autres.
- Le charme, l'amitié, l'amour
L'attirance physique ou affective est un levier efficace pour qu'une personne accepte les propositions ou opinions de celle vers laquelle elle est attirée.
- L'argument d'autorité
L'argument d'autorité consiste à remplacer un raisonnement par une référence aux conclusions d'une personne évoquée comme faisant autorité sur un sujet. Il joue sur le principe qu'une demande ou une opinion est d'autant plus facilement acceptée qu'elle émane d'une personnalité ayant autorité. Le manipulateur peut en outre se servir de cet argument en faisant appel à un spécialiste en dehors de son domaine de spécialité, sans préciser le contexte (avis personnel, hypothèse ou quasi-certitude) ou en interprétant mal ce qu'il voulait dire.
- La rareté
L'homme accorde, en général, plus de valeur à quelque chose qui est rare. Les campagnes marketing utilisent ce constat lorsqu'elles lancent des produits "en nombre limité", voire, dans certains cas en organisant elles-mêmes de fausses pénuries. L'acheteur a alors le sentiment, en possédant un objet rare, d'être quelqu'un de spécial et d'important.
Les sectes qui promettent à leurs adeptes des places au paradis, mais en nombre restreint, utilisent le même principe.

Instauration d'un climat d'angoisse

Son principe est le suivant : une personne en état de peur devient prévisible. En effet, face à une situation d'urgence, les fonctions cérébrales qui ne donnent pas de solutions immédiates au problème sont désactivées. Le sujet apeuré adopte alors les réactions les plus primaires, qui sont donc les plus prévisibles. Faisant tout pour échapper à l'objet de sa peur, le sujet fera ce qu'on attend de lui.

L'abondance des sujets sécuritaires dans les médias lors de la campagne présidentielle de 2002 en est une illustration dans le domaine politique.
Une autre façon d'utiliser cette méthode est de faire usage de la terreur, en appliquant la torture, la menace, la "méthode par l'exemple, les interrogatoires... La méthode de l'exemple est souvent très efficace sur les groupes : "Punis-en un, tu en éduques cent" (Mao).

Participation à un groupe totalitaire

Ces groupes, dont les sectes font partie (voir l'article "Sectes et manipulation mentale"), mettent en avant:
- l'unité du groupe,
- la croyance selon laquelle le groupe est le seul à connaître la Vérité,
- l'adoption de valeurs qui lui sont propres et de comportements particuliers,
- l'abandon de l'individualité en leur sein.
Sans que les membres aient nécessairement conscience de participer à une entreprise totalitaire, ces groupes deviennent alors propices à des formes variées de coercition psychologique (voir plus bas) qui rendent possible la modification de la personnalité.

Coercition psychologique
Ces méthodes utilisent de manière coercitive la force psychologique pour amener un individu à adopter une idéologie, une opinion, une croyance, un comportement déterminés. Elles s'appuient sur différentes sources d'influence, d'angoisse ou de stress qui constituent une succession d'étapes invisibles, chacune d'elles étant suffisamment petite pour que la victime ne remarque pas les changements qui interviennent, ni le caractère contraignant des procédés mis en oeuvre. Elle s'opère souvent au sein d'un groupe dans lequel se trouvent des amis ou des alliés, eux-mêmes dupés, de la victime qui, de ce fait n'active pas son système de mise en garde. Les victimes perdent progressivement leur esprit critique, leur capacité à raisonner, leur système de valeur...
Exemples de procédés de coercitions psychologiques dont les effets cumulés peuvent être plus efficaces que la douleur physique ou la torture :
- hypnose,
- exercices de fixation auditifs, visuels, verbaux ou tactiles,
- activités routinières excessives,
- restriction du sommeil et/ou l'alimentation,
- mise en place d'un contrôle de l'entourage,
- isolement de la victime,
- exigence de pureté,
- dépendance financière ou autres formes de dépendance,
- contrôle de la communication,
- faire croire aux pouvoirs divins du guide, ce qui permet de rendre légitime ses demandes au sein du groupe
- évaluation négative et dévalorisation des aspects les plus déterminants de l'expérience et des comportements antérieurs de la victime,
- destruction progressive de la confiance en soi et instauration d'un sentiment d'impuissance,
- recours à des "punitions" non physiques : humiliation, perte d'avantages, dégradation du statut, isolement, culpabilisation, anxiété...
- intimidation, menaces suggérées ou insinuées de punitions "sociales" (niveau de vie, échec professionnel, divorce, impossibilité de se marier...) ou de conséquences graves (maladie...) si l'on ne suit pas la croyance, le comportement ou les objectifs du groupe.

Messages subliminaux

Un message subliminal a pour but d'être perçu au-dessous du niveau de conscience.
Il consiste, le plus souvent à faire passer à la télévision ou au cinéma, une image tellement rapidement que le conscient du spectateur ne la perçoit pas, tandis que l'œil et le cerveau en gardent une trace dans l'inconscient. L'image doit donc être simple : symbole, couleur, logo, portrait...
L'utilisation et l'efficacité des messages subliminaux, dans la publicité ou dans la propagande, font l'objet de débat car peu d'études ont montré leur impact réel.

Utilisation de médicaments

Cette méthode consiste, par exemple, à utiliser des antidépresseurs et des calmants qui ont pour conséquence de réduire les capacités cognitives de la victime. A son "réveil", celle-ci garderait des traces des informations reçues ou du conditionnement opéré quand elle était sous le contrôle des médicaments, mais n'en aurait pas ou peu conscience.

Réflexe de Pavlov

Cette méthode fut étudiée et développée par Ivan Pavlov au début du XXe siècle et expérimentée sur son propre chien. Basée sur la répétition d'épreuves accompagnées de "récompenses" ou de "punitions", elle se traduit par le conditionnement de l'individu (réflexe conditionné), comme si sa physiologie et son intellect étaient programmés pour réagir en certaines circonstances.
Ivan Pavlov a démontré que l'on pouvait utiliser de nombreux stimuli et programmer de nombreuses réactions.

Les drogues

Par l'accoutumance aux drogues, que ce soit à l'alcool, au tabac, à l'héroïne, à un médicament, le drogué perd une part de son libre arbitre, de son indépendance. Il est donc, quelque part, manipulé.

Anonyme a dit…

KBG,

Laisse tomber. Ne répond pas. How many times everyone here telling you to keep quiet when insulted? Tu t'enerves, tu sors de tes gongs et tu cibles the wrong person. Ok? A-

Anonyme a dit…

Maata,

Je suis toujours ici et je continue a' lire tes betise.
Parallelement a' mes responsabilte's professionnelles et familiales,Je suis entrain de faire mon stage de directeur d'ecole ou Practicum for Principal Certification. La premiere phase couvrira les etablissements secondaires (9th through 12th.)La deuxieme phase qui debutera en juin INCHALLAH (si je decide de sacrifier mes vacances d'ete',) couvrira les etablissements primaires (k through 8th).
J'espere que ce prochain nouveau diplome permettra a' mon ami Mohamed Yahya Ould Mohamed El Hacen (qui etait directeur de cabinet de l'ancien president de l'Assemble'e Nationale Rachid Ould Saleh,) d'utiliser ses connections pour faire de moi directeur d'ecole a' Vougous ou Argoub. (rire)
Je vais continuer a' "ecrire" mais ce ne serait pas comme avant.

PS.

J'ai remarque' que ton nom ne figure pas sur la liste des personnes qui ont ete' insulte'es. Je sais egalement que tu as toujours ecrit loser avec OO. CECI ETANT DIT, JE NE T'ACCUSE PAS MAIS IL Y A DES SIGNES QUI NE TROMPENT PAS.

B. Facho,

Tu restes un ami et un frere.
Comme on dit a' Aioun, LI'AWAM MAW VEM. Je savais tres bien que tes mots sont pour d'autres personnes.
Des fois, il serait tout simplement preferable d'ignorer ceux qui racontent toutes les betises a' propos des Maures. Le plus souvent leur attitude est due a' l'ignorance. Ils ne savent rien de la bonte' et de la noblesse qu'on trouve dans le milieu Maure.

Anonyme a dit…

Un peu fort. Rappelle notre Sidioca. A-
=============

Dédié à Abdelaziz Bouteflika : « Lève la tête bien haut, mon vieux »
Hocine Malti, Algeria-Watch, 11 janvier 2009

Arfaa rassek ya boua ! C’est ce que vous avez souvent martelé à la face des Algériens. Pourquoi ne l’appliquez-vous pas à vous-même ?
Vous êtes arrivé sur un char en 1999. Ceux qui vous ont sorti de votre léthargie de 20 ans, vous ont offert ce dont vous rêviez pendant ce long sommeil : le fauteuil d’El Mouradia. Après une première tentative ratée en 1994, vous avez saisi au bond l’opportunité qui s’offrait à vous pour la seconde fois, car vous saviez que si vous loupiez celle-là, c’en était fini à jamais de votre rêve. Ils avaient besoin de vous et de vos capacités de manœuvrier, alors ils ont accepté les conditions qu’ils avaient refusées 5 ans auparavant. Ils ont tout fait pour répondre à vos désirs. Ils vous ont si bien chouchouté que les autres cavaliers – c’est le terme que vous avez employé – ont compris que les dés étaient pipés et se sont alors retirés de la course. Vous n’avez pas eu le même courage.
Aveuglé par votre ambition, vous n’avez pas vu le piège dans lequel vous alliez tomber. Mal élu, vous deveniez leur obligé. Mais pour vous une seule chose comptait : gagner le fauteuil tant convoité.
De leur côté, les faiseurs de rois étaient si heureux de la situation ainsi créée, qu’ils vous ont laissé fixer vous-même le score que vous vouliez vous attribuer. A partir du moment où votre victoire à la Pyrrhus, c’est à eux que vous la deviez, le score leur importait peu. Quelle humiliation ! Votre blessure a du être bien profonde vu que vous nous avez si souvent répété que vous ne serez pas un trois quart de président. Elle était si profonde que vous nous avez également dit que si les choses ne se dérouleraient pas comme vous le souhaitiez, vous rentreriez chez vous.
Et puis vous nous avez surtout dit qu’avec vous on allait voir ce qu’on allait voir. Que vous n’étiez ni Chadli, ni Zeroual. Que Mr. Sucre, Mr. Céréales, Mr. Médicament et MM. Pétrole n’avaient qu’à bien se tenir. Que c’en était fini de leurs rentes. Que les larges pans de l’économie nationale sur lesquels ils avaient fait main basse, allaient revenir à leur propriétaire légitime, le peuple. Que vous alliez, vous, rendre à ce peuple la dignité dont ils l’avaient dépourvue. Que la première des violences qui avait été faite à ce peuple, était d’avoir annulé les résultats de son choix, il y a exactement dix sept ans. Qu’avec vous la veuve et l’orphelin auraient un toit. Etc. etc. etc. Autant de situations insupportables auxquelles vous alliez mettre fin. Et s’il fallait sanctionner, vous le feriez, car nul n’est au-dessus de la loi, avez-vous dit.
Hélas, trois fois hélas. Paroles, paroles, paroles, comme le dit la chanson. Et pourtant des occasions de sanctionner, vous en avez eues. Un exemple, un seul, mais édifiant de votre manière d’agir. Le rapport de Maître Mohand Issaad, établi au lendemain des émeutes de Kabylie, qu’en avez-vous fait ? Dans un tiroir certainement, voire à la poubelle. Et pourtant, il pointait du doigt les responsables à sanctionner. Ne manquaient que les noms que cet éminent juriste, par déontologie, n’a pas cités. Et surtout, il y avait eu mort d’homme(s). Il y avait eu massacre d’hommes, par les services de l’Etat. Des services dirigés par ceux que vous aviez vilipendés. On peut citer de nombreux autres exemples de ce type, pour lesquels vous auriez pu, vous auriez du agir. Vous ne l’avez pas fait.
Cependant, vous disposiez – et vous disposez encore – des moyens, des prérogatives nécessaires. Vous êtes président de la république, ministre de la défense, chef des armées. Il vous suffisait de prendre votre plume et signer, de temps à autre, un décret mettant fin aux fonctions de Mr. Jeannot ou de Mr. Chapot. Vous ne l’avez pas fait. Au lieu d’user des prérogatives constitutionnelles qui sont les vôtres, vous avez préféré jouer au chat et à la souris avec ces gens-là. Vous avez préféré entrer dans un système de compromis et de compromissions avec eux. Vous vous êtes dit, je suis plus rusé qu’eux, plus roublard qu’eux. J’ai connu toutes les intrigues de la diplomatie, je suis donc plus fin manœuvrier qu’eux, je suis plus fort qu’eux, je finirai par les avoir. Malheureusement pour vous et pour nous, ils étaient les plus forts. Ils sont les élèves studieux des écoles de la Stasi, du KGB, de la Securitate et des Moukhabarate de Fethi Dib réunis, tandis que vous n’êtes qu’un enfant du Makhzen et qu’un pin’s du burnous de Boumediene, comme l’a dit l’un de ceux auxquels vous aviez promis vos foudres.
Arrive 2004. Vous vous dites, cette fois-ci, c’est fini, je n’ai plus besoin d’eux. C’est le peuple qui va me plébisciter. Vous faites la tournée des 48 wilayas du pays, vous distribuez des centaines de milliards de dinars. Rien ne manque, ni la zorna, ni les youyous, ni les manifestations de soutien "spontanées", ni les comités qui les organisent. Cependant, malgré les énormes moyens que vous avez lancés dans la bataille, dix jours avant le scrutin, c’est Benflis qui est président. Alors, aveuglé encore une fois par votre ambition, vous baissez la tête et vous foulez aux pieds tous vos engagements précédents. Au diable la rodjla, au diable le nif. Vous signez le deal de la honte : votre réélection en contrepartie de leur impunité. Vous leur promettez que vous passerez une loi qui effacera toutes leurs exactions, qui les blanchira de tous les crimes qu’ils ont pu commettre ou laisser accomplir, qui rendra vierges leurs casiers judiciaires. Mieux, vous promettez que cette loi prévoira que quiconque viendra leur chercher des poux dans la tête sera, lui, poursuivi en justice. Puis, pour faire bonne mesure vous vous engagez à faire adopter cette loi par référendum. Ainsi, c’est le peuple qui les aura amnistiés. Par ce tour de passe-passe, 200 000 morts sont jetés à la trappe. Rentrer à la maison ? L’idée ne vous a même pas effleuré. Vous avez certes un peu traîné quant à l’organisation du référendum et dans la parution des décrets d’application, mais les gardiens du Temple étaient là, au lendemain de votre retour en Algérie, suite à votre hospitalisation en France, pour vous rappeler qu’il fallait faire activer les choses. Nous étions en février 2006 et ils vous ont rappelé que cela faisait près de deux ans que le deal avait été passé.
Tiens. Parlons-en un peu de cette hospitalisation, de votre maladie et de votre état de santé. Vous ne nous avez rien dit encore de crédible à ce sujet, mais peu importe. Ce que l’on sait néanmoins c’est que vous avez un grave problème de santé. On s’en est rendu compte de par la précipitation avec laquelle vous avez été évacué vers Paris, de par la durée de votre séjour à l’hôpital, de par la durée de votre période de convalescence et l’on s’en rend compte jusqu’à ce jour, de par vos disparitions répétées de la scène publique. Vous avez eu là – et vous avez toujours – une occasion en or de mettre en application ce que vous prônez, une occasion pour dire basta, pour rentrer à la maison. Ils ne vous en voudront pas, ils ne pourront pas s’y opposer. Votre alibi est en béton, ils ne peuvent pas vous empêcher de vous occuper de votre santé. Ce n’est que dans ce cas que la mémoire collective gardera une image positive de vous. Ce sont des gestes comme celui-là qui font la grandeur d’un homme. Voyez de Gaulle, dont vous êtes, je le sais, un admirateur. Plus proche de vous, voyez Zeroual, dont on critique certes la gestion des affaires, mais que le peuple admire pour avoir su renoncer aux ors du pouvoir, le jour où vos ennemis communs l’ont empêché d’exercer correctement sa fonction. Si par contre vous profitez de la possibilité que vous vous êtes auto attribuée pour rester en poste jusqu’à la mort, alors il ne restera de trace de vous dans l’Histoire que celle d’un dictateur, semblable à tous les autres chefs d’Etat arabes.
Vous nous direz que si vous partiez, il n’y aura personne pour mener le pays. Il tombera entre les mains d’Ouyahia. Dans le système fermé tel qu’il existe aujourd’hui en Algérie, c’est quasi certain. Ouyahia, président. Quelle horreur ! Ce serait aller de Charybde en Scylla ! Mais n’allons-nous pas déjà immanquablement vers Scylla ? En décidant de rentrer chez vous, maintenant, à la veille du scrutin, vous créerez probablement l’électrochoc nécessaire pour une prise de conscience de tous les hommes qui aiment sincèrement ce pays, l’électrochoc qui instaurera le débat quant à l’avenir des institutions, l’électrochoc qui permettra – espérons le - le retour à une situation plus normale, plus transparente, plus démocratique, l’électrochoc qui installera une compétition plus loyale.
Alors et alors seulement, vous aurez fait œuvre utile pour ce pays en déliquescence. A défaut d’autre chose, vous réussirez au moins à pousser les faiseurs de rois à se démasquer et à agir au grand jour.
Arfaa rassek ya boua ! Lève la tête bien haut, mon vieux !

Anonyme a dit…

Maatala,

Tu es d'accord pour ne pas couper les relations avec Israel? Moi je suis contre la coupure. Ma question est de savoir si tu es d'accord avec Aziz sur sa position. Ça vient du Maroc, cette info. Le PM dit autre chose. A-
==========


===========
Le leader de la junte mauritanienne refuse de couper les relations diplomatiques avec Israël
2009-01-05

Dimanche (4 janvier), les responsables politiques mauritaniens ont appelé le pays à cesser toute relation diplomatique avec Israël afin de protester contre l’offensive menée contre Gaza, a déclaré ANI. Toutefois, le leader de la junte, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, aurait dit aux politiciens que le moment n’était « pas favorable » et que le contexte actuel ne permettait pas de rompre les relations avec Israël.

Pendant ce temps, dimanche, la police mauritanienne a fait usage de matraques et de gaz lacrymogènes pour arrêter les manifestants en route pour l’ambassade d’Israël à Nouakchott, selon la presse locale. Cette altercation a commencé après que les manifestants aient barricadé des rues à l’aide de pneus enflammés et aient brisé les vitres de nombreux véhicules.

Ce contenu a été réalisé sous requête de Magharebia.com.

Anonyme a dit…

Sans porter un jugement quelconque sur l'opinion exprime'e par Mr. Uri Avnri. je dirai tout simplement que cet ecrit est une preuve concrete que les Israeliennes et les Israeliens sont des etres humains comme vous et moi. Ils aspirent a' la paix et a' la securite'. Le fait de les generaliser afin de les deshumaniser, ne nous menera nulle part. Parmi eux, nous trouvons differentes opinions et differentes origines. Quelques uns parmi eux, changent d'opinion avec le temps. Uri qui a aujourd'hui 85 ans et qui est considere' comme un LEFT-WING PEACE ACTIVIST, etait connu comme etant un RIGHT-WING REVISIONIST ZIONIST. Il aimait Yasser Arafat. C'est un homme qui a toujours dit avec fierte' qu'on ne peut rien lui apprendre a' propos du terrorisme parce qu'il etait...TERRORISTE.
Il est tres fache' contre la droite en Israel, je peux meme dire qu'il y a une haine entre lui et la droite. Il y a eu plusieurs menaces de mort contre sa personne. Il a ete' victime d'une tentative d'assassinat en 1975.

To make a long story short, une opinion reste une opinion. N'oublions surtout pas que le meme Uri Avneri a dit: "...The corruption within the Palestinian Authority is not widespread."
Que fait-il des 700 millions de dollars vole's des caisses Palestiniennes par le defunt Arafat et ses proches collaborateurs? Pourquoi plusieurs Palestiniens se dirigent vers Hammas au detriment de l'OLP?

TRAVAILLONS POUR UN ETAT PALESTINIEN LIBRE ET INDEPENDANT!
TRAVAILLONS POUR LA PAIX ET LA SECURITE' ENTRE L'ETAT D'ISRAEL ET TOUS LES PAYS DU MOYEN ORIENT!
TOUT LE RESTE N'EST QUE FOUTAISE!!!!!!!
THE BLAME GAME IS NOT THE SOLUTION!

PS.

Ehud Barak etait Premier Ministre et il a negocie' directement avec Yasser Arafat. Bill Clinton a absolument tout fait pour la creation d'un etat Palestinien. C'est Arafat qui a fait echouer les negociations. Bill Clinton est toujours vivant et il peut confirmer ce que j'ai ecrit ici.

ESPERONS QUE LES PALESTINIENS NE RATERONT PAS UNE AUTRE CHANCE QUI SE PRESENTERA AVEC BARAK OBAMA ET HILLARY CLINTON!!!!!!!

Anonyme a dit…

Gaza meurt dans l'indifférence de CANALH.

fils du bled

Anonyme a dit…

Fils du bled,

Ghaza meurt sous l'indifference de Couli seulement. Ce qui nous interesse reellement c'est notre mort programmee par Aziz. On ne veut pas que notre attention soit tournée 100% sur Ghaza. 49% Ghaza et 51% HCE, sinon ils vont nous avaler.

Les amis j'ai decouvert que Aziz ne veut pas couper les relations, pendant que son PM menace de le faire. Qu'en pensez-vous? A-

Anonyme a dit…

Bonjour les amis du Canal,

je suis tres occupe ces temps ci, c'est pour cela que je suis plutot rare.

Bien evidemment que je lise regulierement ce qui s'ecrit sur canal.

Je me pose pourtant depuis deux jours une question que je tiens ici a partager avec, comment peut on supporter un coup d'Etat et avoir des sentiments ou aimer?

Couly, salut doyen. Si Maata n'a pas rit de votre humour original, c'est que vraiment il ne sait pas rire, ni avoir des sentiments comme je l'ai evoque plus haut.

A-, c'est bien ton truc au sujet de la manipulation. Ce sujet est devenu tellement d'actualite car j'ai l'impression que ces dernieres annees, le degre de manipulation que subit le monde a travers les medias est devenu simplement insupportable.

Au sujet des Senegalais, je les aime bien mais ils doivent s'occuper de leut Thieboudjenne et nous coller la paix. Les natifs de Louga ne sont pas exclus de cette invitation.

Nous allon batir une vraie democratie dans notre desertique pays, qu'aucun peuple n'a voulu habiter a part nous, meilleure que la democratie Senegalaise. Si ca vexe nos voisins, je ne sais pas que faire.

Notre legalite retournera et la farce d'Aziz ne passera pas.

Hier a la Tele notre fils de Maaouiya, Ministre de l'interieur, et qui n'a de Maaouiya que le nom, nous a tympannise avec un discours Bolchevik indigeste. Le droit a la manifestation est garanti par la Constitution, s'il ce que c'est d'ailleurs. Nous allons manifester pour Gaza ou contre Gaza, pour la Mauritanie ou pour le diable vert comme on veut et lui doit se taper la tete contre le mur.

Couly tu as vraiment raison au sujet de la tortue fachee et du personnage de Frankenstein Mohamed Ould Hady.

Sanhaji

Anonyme a dit…

A-,

don't give up ya eçwei7bi apparemment tu es le seul à défendre lem3iiz un dur travail (ra3i donc) mais quelqu'un doit le faire ici sur CH.

tawal n'vess (errajalla emneine?)

Anonyme a dit…

A-

Aljazeera utiliserait elle les messages subluminaux?

En tout cas, plus manipulateur qu'Aljazeera tu meurs.

Durant la guerre d'Irak, je rentre chez moi vexe par les agissements de l'Armee americaine (je rappelle que je ne suis pas anti-americain, au contraire j'ai beaucoup de sympathie pour ce pays de millions de contradictions). Ma temperature est de plus de 100 degre. Apres avoir ecoute Abdelbari atouan pour 15 a 20 min, je constate que le Monsieur a dit tout ce qui me stresse et ma temperature redevient normale. Ma colere se dissipe completement et je redeviens normal. En d'autres termes cette guerre sans la contribution d'Aljazeera aurait fait chute tous les regimes arabes.



Sanhaji

Anonyme a dit…

Sanhaji wou enta lewkhar latb3ad legneima mecheta.

maatala a dit…

Salam

Cher A-

Notre position vis à vis d'israel doit être calquée sur celle de l'autorité palestinienne.

Si elle rompt les relations, nous devons le faire.

Nos nanos gesticulations n'auront aucune influence sur le cours des événements.

Personnellement, je ne soutiens que le peuple palestinien pris en otage par Israel et le HAMAS qui fut sa créature.

Comme sidioca pour les militaires dit le fou.

Maatala

Anonyme a dit…

Lm
C'est incroyable!Au moment où j'importais ce texte de cridem à canalh,je le trouve déjà sur ce dernier!
Je voulais juste le dedicacer pour tous ceux qui trouvent une justification quelconque à la barbarie israélienne à Gaza-eh oui,ils existent-(couli enta vem) et leur dire qu'il ne faut pas être plus royaliste que le roi et de bien noter que:
1/les dirigeants israéliens sont des criminels,parole d'israéliens;
2/le HAMAS n'est pas terroriste,mais élu par les palestiniens et lutte pour libérer son pays de l'occupant,parole d'israélien...
Merci
A+

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Non au retour de Sidi Ould Cheikh Abdallahi à Nouakchott !

Nous avons appris de source proche du Président déchu Sidi Ould Cheikh Abdallahi que celui-ci s’apprête à rentrer à Nouakchott de son village natal de Lemden. L’Initiative pour la Sauvegarde de la Mauritanie s’oppose vigoureusement au retour sur la scène politique nationale de l’homme qui :

• A anéanti les espoirs de changement du peuple mauritanien d’avril 2007 à Aout 2008,
• Qui a fait libérer les terroristes qui ont assassiné les étrangers et égorgés nos soldats,
• Qui a légalisé le parti islamiste Tawassoul,
• Qui a réintroduit les symboles de la gabegie et les prédateurs du pays au sein de son gouvernement,
• Qui a orchestré la faillite frauduleuse et préméditée de notre compagnie nationale Air Mauritanie,
• Qui a tenté de vendre le joyau de notre économie nationale et première entreprise du pays : la SNIM,
• Qui a pratiqué le népotisme et le clientélisme dans ses formes les plus vulgaires en nommant son entourage immédiat et en quémandant sur les chaines de télévision étrangères des prébendes pour son épouse,
• Qui a confisqué la démocratie en créant un parti-Etat,
• Qui a laissé régner la terreur et l’insécurité dans le pays,
• Qui à bloqué les institutions parlementaires,
• Et qui a finalement décapité nos forces armées et de sécurité rien que pour rester l’unique maitre de la Mauritanie.

Pour toutes ces raisons et d’autres encore que seul Dieu connaît, nous mettons en garde les autorités contre la colère populaire que peut provoquer le retour à Nouakchott de ce personnage honni.

Nous userons de tous les moyens et sommes prêt à tous les sacrifices pour barrer le chemin à ce despote ennemi de la nation. Des manifestations, des sit-in, des marches et même l’invasion de son domicile sont à notre programme.

Nous croyons qu’il serait préférable pour l’intégrité physique et morale du Président déchu de rester terré à Lemden et adopter un profil bas pour éviter d’enflammer une rue qui l’est déjà suffisamment par la vue du martyr quotidien de nos frères palestiniens à Gaza. D’autant plus que c’est lui qui a accrédité l’ambassadeur actuel de l’entité sioniste.

Le seul retour acceptable de Sidi Ould Cheikh Abdallahi est celui où il comparaitra devant les tribunaux du peuple mauritanien.

Vive la Mauritanie libéré des usurpateurs de la démocratie !

Initiative pour la Sauvegarde de la Mauritanie


Info source : Initiative pour la Sauvegarde de la Mauritanie

----------------------------------

Le jeu de massacre commence:

Proclamer : "barrer le chemin à ce despote ennemi de la nation".

Il ne faut pas pousser dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

Salam

"L’ancien directeur du Procapec est traduit en prison civile

L'ancien Directeur général des caisses populaires d’épargne et de crédit, Monsieur Ahmed Ould Khatri a été déféré ,selon des sources bien informées, après sa comparution hier devant le Procureur de la république en prison civile.

AhmedOuld Khatri dont le dossier était à la charge de la Brigade chargée des crimes économiques et de la délinquance financière a été accusé pour détournement et gaspillage des fonds publics.

Pour rappel, l’ancien directeur a été arrêté la semaine dernière par la police avant d’être envoyé à la Brigade judiciaire chargée de la lutte contre les crimes économiques. Cette arrestation intervient juste après la nomination de Nebghouha mint Tlamid en qualité de Directrice Générale du Procapec, en remplacement de Monsieur Ahmed Ould Boucheiba qui a démissionné a moins d’une semaine pour des raisons controversées.



Ces raisons sont liées au manque de financements ou à la situation de gestion scabreuse que traverse actuellement ce réseau de caisses d’épargne, conclurent ces mêmes sources.

Info source : Points Chauds (Mauritanie)
----------------------------------

Il y organisera des défilés de mode pour présenter sa garde robe dit le FOU

maatala

Ɔopiarpegar a dit…

can we hope a better life for our sons here in Mauritania,in Darfour....and there in Gaza?

yes we can.

Bebe BA a dit…

welcome back à Ɔopiarpegar

NÂVE3 a dit…

Bon, j’ai vais devoir la mort dans l’âme reconsidérer ma stratégie globale, aussi ferai-je un repli tactique de quelques jours, le temps de laisser passer la « bourrasque », j’ai lu Clausewitz le prussien ! !A l’impossible nul n’est tenu, je ne peux tout de même pas prétendre venir à bout tout seul du 3ème Reich millenaire, Drittes Tausendjäriges Reich !Weimar ne s’est pas construite en un jour comme Rome du reste !J’ai été cette fois un peu trop entreprenant et gourmand, j’ai dû sûrement après autocritique placer la barre trop haut 2 d’1 seul coup, je profiterais donc de cette trêve pour souffler d’abord après 9 mois d’empoignades à bras le corps qui m’ont été imposées pour la simple raison que « je réfléchirais d’une façon plutôt originale et sacrilège suprême, je saurais en plus coucher mes réflexions sans faire beaucoup de fautes syntaxiques ou d’orthographe » !Est ce là une raison de crier harro sur le baudet et de me vouer à la « termination » ?Les réflexes grégaires de conservation vous connaissez ?Et leur corollaire immanquable qu’est l’auto-défense qui peut parfois s’avérerOFFENSIVE, vous connaitriez aussi ?C’est comme au foot :la meilleure défense serait l’attaque !Alors vous avez le choix, moi je suis à l’aise dans les 2 positions, défensive ou offensive ! Et je ne manque pas de ressources et d’infos!
Je vais donc mettre à profit ma retraite de 2 ou 3 jours (dans les 2 sens !) pour recalibrer, ajuster mes ambitions avec mes moyens de solitaire !Oui, il n’y aurait vraiment pas de quoi en rougir surtout considérant la profondeur de mon audacieuse et concluante avancée qui m’aura déporté loin, très loin « behind the enemy lines » avec plus ou moins de réussite !
Et bien sûr, quand je reviendrai, je m’emploierais bien comme d’hab à n’utiliser que l’argumentaire politico-intellectuel stricto sensus , mais pour les amateurs de l’argumentaire de l’outrage, je suis au regret de leur dire que l’ERE DE L’IMPUNITE EST BIEN REVOLUE avec KBG le MUFLE qui aurait plus d’une corde à son arc, y compris l’inconvenance rudimentaire et primitive dont la nazillonnerie n’aurait pas le monopole !
Une LAPALISSADE !
NB :Il y a des membres de ce blog dont je ne parle jamais comme Rimo etc... et qui ne parlent jamais de moi ceux là ne rentrent jamais dans mes considérations passées ou présentes sauf 1 !

Anonyme a dit…

I know when someone was speaking lemi'ize, I knew it was copiarpegar. Welcom, welcome, ya habibi.

Tu as tellement loupé de choses. Parait que Aziz a ete promis des sous par Kadafi pour couper la corde aux Israeliens. Ce n 'est pas une info de Mauritanie. C'est peut-etre pour semer le doute. A-

Ɔopiarpegar a dit…

mon ami A- as you know ana jahil (7mar mangued naktib çattirteine çal7at we raçi mani3)il est préférable que je ne participe pas aux discussions I'll read all your comments as I did and I'll do as long as possible.

Anonyme a dit…

Maata,

Shame on you!!!!
La Mauritanie est un etat souverain et non une colonie Palestinienne. Toutes ses positions doivent, d'abord et avant tout, etre base'es sur ses interets vitaux. Ce n'est pas a' l'Autorite' Palestinienne de definir les relations exterieures de notre pays.

A+

Tu es libre de m'accuser de tous les maux du monde. Je respecte ton droit de dire ce que tu veux mais sache tout simplement que je suis contre toutes les formes de violence. Je suis au courant du fait qu'en deux semaines d'hostilite', plus de 900 Palestiens et 13 Israeliens ont ete' tue's. Il faut donc travailler pour:
1- un cessez-le-feu immediat qui sera acceptable par les deux parties dans le conflit
2- La creation d'un etat Palestinien libre et independant
3- des relations base'es sur la paix et la securite' entre l'etat d'Israel et tous les pays du Moyen Orient.

PERSONNE NE VEUT DE LA SITUATION QUI PREVAUT EN CE MOMENT. IL FAUT DONC SORTIR DES EMOTIONS ET FAIRE CE QUI EST BON POUR LES PALESTINIENS ET LES ISRAELIENS!!!!

Maata,

Je remarque que tu n'as toujours pas repondu a' mes questions!!!

Anonyme a dit…

Les mots du jour:

"VIVE LA MAURITANIE LIBERE'E DES USURPATEURS DE LA DEMOCRATIE"

Initiative pour la Sauvegarde de la Mauritanie


Je suis entrain de rire!!!!!!
Allez-y savoir la raison.
J'AI VRAIMENT DES COMPATRIOTES QUI FONT RIRE!!!

maatala a dit…

salam


couly la haine a dit:

"Toutes ses positions doivent, d'abord et avant tout, etre base'es sur ses interets vitaux"

Ce culte de l'intérêt et du lucre, nous savons ou il a mené l'amérique décadente et arrogante dit le FOU.

maatala

Ps: je ne suis pas ton éléve et tes questions, tu peux te T...... avec.

Ɔopiarpegar a dit…

vous êtes responsable de vos paroles please le bled a besoin de vous tous (now more than ever befor)labichor we khalou 3ankoum livguaye3 il viendra peut être un jour où one of you will be our President (why not) help him from now.

en clair soyez objective!(we chwei mne dhi7k ma3loum v ttoul le3mer)

I forgot to say thnak you all (tous KAMLINE) for that wonderful blog muchas gracias LM.

VIVE LA MAURITANIE

Anonyme a dit…

Maata,

ENTE' FOYSSIDE!!!
Je suis haineux pour avoir dit que toutes les positions Mauritaniennes doivent etre determine'es par ses interets vitaux. Si une telle declaration fait de moi un haineux, JE LE SUIS ET J'EN SUIS FIER!!!!!
IL FAUT D'ABORD ET AVANT TOUT DEFENDRE LES INETERTS MAURITANIENS. Les interets Palestiniens ne doivent pas etre notre priorite'. PLUS DE 2 MILLIONS DE MAURITANIENNES ET DE MAURITANIENS VIVENT DANS LA MISERE LA PLUS ABSOLUE! IL FAUT PENSER A' EUX D'ABORD!!!!!!
KATILKOUM NIVAGHE!!!!!!
VOS PRIORITE'S SONT DEPLACE'ES!!!!

PS.

J'attends toujours des reponses aux questions que j'ai pose'es.

maatala a dit…

salam

Copiar pegar

Heureux de te lire à nouveau

Welcome home

maatala

Anonyme a dit…

Maatala,

Ce communique est honteux. Tu es certain que tu veux defendre les 12 salopards. Reflechis. Ils menacent de mettre a feu le domicile de Sidioca si jamais il se hasardait a rentrer a Nouakchott.C'est honteux Maatala. Si les effets de la moquette que tu as fume hier en repondant a Baba Marega se sont dissipes, tu pourras repondre a ces energumenes payes par la parentele du General. Je suis certain que le pauvre General est depasse et il ne souhaiterait pas que ses sbires menacent ainsi son beau-frere.

Bilkiss: abandonne le junte. Je t'aime virtuellement. On pourra faire mille enfants a Papeete (Tahiti) sans le poulet et la poule que Couli m'a vole. On dit quoi, ma soeur?

A-
+++++

Communiqué de I’nitiative pour la Sauvegarde de la Mauritanie:« Non au retour de Sidi Ould Cheikh Abdallahi à Nouakchott!» Nous avons appris de source proche du Président déchu Sidi Ould Cheikh Abdallahi que celui-ci s’apprête à rentrer à Nouakchott de son village natal de Lemden. L’Initiative pour la Sauvegarde de la Mauritanie s’oppose vigoureusement au retour sur la scène politique nationale de l’homme qui :• A anéanti les espoirs de changement du peuple mauritanien d’avril 2007 à Aout 2008, • Qui a fait libérer les terroristes qui ont assassiné les étrangers et égorgés nos soldats, • Qui a légalisé le parti islamiste Tawassoul,• Qui a réintroduit les symboles de la gabegie et les prédateurs du pays au sein de son gouvernement, • Qui a orchestré la faillite frauduleuse et préméditée de notre compagnie nationale Air Mauritanie, • Qui a tenté de vendre le joyau de notre économie nationale et première entreprise du pays : la SNIM, • Qui a pratiqué le népotisme et le clientélisme dans ses formes les plus vulgaires en nommant son entourage immédiat et en quémandant sur les chaines de télévision étrangères des prébendes pour son épouse, • Qui a confisqué la démocratie en créant un parti-Etat, • Qui a laissé régner la terreur et l’insécurité dans le pays, • Qui à bloqué les institutions parlementaires, • Et qui a finalement décapité nos forces armées et de sécurité rien que pour rester l’unique maitre de la Mauritanie. Pour toutes ces raisons et d’autres encore que seul Dieu connaît, nous mettons en garde les autorités contre la colère populaire que peut provoquer le retour à Nouakchott de ce personnage honni. Nous userons de tous les moyens et sommes prêt à tous les sacrifices pour barrer le chemin à ce despote ennemi de la nation. Des manifestations, des sit-in, des marches et même l’invasion de son domicile sont à notre programme. Nous croyons qu’il serait préférable pour l’intégrité physique et morale du Président déchu de rester terré à Lemden et adopter un profil bas pour éviter d’enflammer une rue qui l’est déjà suffisamment par la vue du martyr quotidien de nos frères palestiniens à Gaza. D’autant plus que c’est lui qui a accrédité l’ambassadeur actuel de l’entité sioniste. Le seul retour acceptable de Sidi Ould Cheikh Abdallahi est celui où il comparaitra devant les tribunaux du peuple mauritanien. Vive la Mauritanie libéré des usurpateurs de la démocratie ! Initiative pour la Sauvegarde de la Mauritanie"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée. Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.   

Date publication : 12-01-2009 14:36:19 Lec

maatala a dit…

Salam

Couly la haine

Gonflé de la part d'un bambara immigré en mauritanie, puis naturalisé américain de nous traiter Bilkiss et moi de sénégalais à cause de notre lieu de naissance, comme si dans la vie on choisissait l'endroit ou l'on devait venir au monde.

Si j'avais ce choix, j'aurais choisi le paradis et non les USA à ton grand regret(lol).

cette perfide allusion est haineuse , car elle nous rappelle les années de braises ou sous prétexte de naissance ou parentéle ton idole a tué puis déporté des mauritaniens au sénégal.

C'est connu, chaque dictateur a besoin de ses OUSTACHIS et ses HARKIS dit le FOU.

maatala

Ps: tes questions tu peux te TORCHER avec.

maatala a dit…

Salam

A+

As-tu lu la fin de mon posting?

"Le jeu de massacre commence:

Proclamer : "barrer le chemin à ce despote ennemi de la nation".

Il ne faut pas pousser dit le FOU.

maatala

12 janvier 2009 11:44

------------------------------

Ils portent des accusations sur la gestion du pays par SIDIOCA, ils ne font que reprendre les accusations portées ici et là.

A SIDIOCA de porter plainte pour diffamation et ils devront apporter les preuves de leur accusation.

Par contre Traiter SIDIOCA de despote est une malhonnêteté intellectuelle grosse comme leur QI dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

salam

lu sur cridem

"“Présidentielle de mai” : Ely jetterait l’éponge.

Lorsque survint le putsch au mois d’août dernier, les questions qui revenaient sans cesse sur les lèvres des commentateurs politiques sont les suivantes: Que va faire Ely, va-t-il condamner le coup, ou le soutenir ? Se présentera-t-il à une éventuelle élection présidentielle ?

Sur cette dernière interrogation l’ Agence Nouakchott d’Information, lèverait un coin du voile. Ely ne participerait à la présidentielle de mai. L’animosité que nourrit son cousin Ould Abdel Aziz à son égard ainsi que sa volonté de conserver le pouvoir, entres autres raisons, y seraient pour quelque chose.

On lui prêtait des ambitions présidentielles. On pensait qu’il allait procéder comme ATT, colonel arrivé au pouvoir par le biais des armes, qui s’est écarté pour laisser la voie libre à la démocratisation du Mali, le temps de se peaufiner une carrière diplomatique avant de se lancer dans la conquête de la magistrature suprême.



Du coup lorsque survint le putsch au mois d’août dernier, la question qui revenait sans cesse sur les lèvres des commentateurs politiques est la suivante : Que va faire Ely, va-t-il condamné le coup, ou le soutenir ? Se présentera-t-il à une éventuelle élection présidentielle ? Sur cette dernière interrogation l’ Agence Nouakchott d’Information, lèverait un coin du voile. Selon ce site électronique «le colonel Ely Ould Mohamed Vall, aurait confié à des membres de son entourage qu’il ne sera pas candidat aux élections présidentielles prochaines, dans le cas où le général Aziz briguerait le mandat présidentiel».Plusieurs raisons dissuaderaient le colonel à s’atteler à conquérir le pouvoir.

Menaces à peine voilées

Lorsque Mohamed Ould Abdel Aziz mit fin au régime dictatorial d’Ould Taya, son idée était simple : trouver un homme de paille qui va chauffer le fauteuil présidentiel, le temps d’un mandat, et reprendre le pouvoir par le biais des urnes. Mais seulement voilà il lui faillait d’abord un homme pour inspirer un contenu politique au putsch de 2005 capable de remporter l’adhésion de la communauté internationale très réticente à l’idée de prise de pouvoir par les armes. Cet homme conformément à la volonté d’ Ould Abdel Aziz sera Ely Ould Mohamed. Mais arrivé au pouvoir, l’homme providentiel allait s’accrocher au point de chercher à compromettre le plan de son cousin qui assura la partie technique du coup d’Etat de 2005 comme celui du 6 août dernier.

De cet épisode il paraît que Mohamed Ould Abdel Aziz a gardé une certaine rancœur vis-à-vis de ce cousin peu réglo qu’Ely.

La volonté du général de conserver le pouvoir et cette animosité qu’il nourrit à l’endroit du colonel, laquelle l’aurait conduit à le menacer, de façon à peine voilée, des poursuites au cas où il chercherait à conquérir le palais ocre et à chasser son ami Ramdane Lamamra, envoyé de l’UA, alors en visite à Nouakchott, compteraient sans doute parmi les facteurs qui conduiraient Ely à abandonner la course qui mène à la présidence.

Autre raison qui pousserait Ely à abandonner : La participation d’Ould Abdel Aziz à la “présidentielle” de mai, fait de lui d’avance le vainqueur. Abdel Aziz fort de l’appui de l’armée de la Mauritanie des profondeurs, ayant la main mise sur les finances de l’Etat, gagnerait sans peine devant n’importe quel candidat. Fut-il Ely Ould Mohamed Vall ou Ould Daddah le leader du grand parti qu’est le Rassemblement des Forces Démocratiques.

Du coup Ely préférait ne pas se présenter à “l’élection” de mai laisse sous entendre l’ANI qui écrit qu’Ely «ne sera pas candidat aux élections présidentielles prochaines, dans le cas où le général Aziz briguerait le mandat présidentiel».Enfin la dernière raison, qui pousserait Ely à abandonner, est que la “présidentielle” de mai ne sera rien d’autre qu’un simulacre comme le furent les “EGD” qualifiés par Ould Mohamed Vall de “mascarade”, selon l’ ANI.

Toutes ces raisons auraient conduit Ely à abdiquer, en enfonçant davantage cette “présidentielle” programmée pour mai. Car en l’absence des partis du Front, d’Ahmed Ould Daddah qui a rejeté les conclusions des “EGD”, d’Ely, donc des ténors ne manqueront pas de discréditer l’élection organisée par les “États Généraux de la Démocratie”.

Samba Camara

Info source : Biladi (Mauritanie)

maatala

Anonyme a dit…

Matalla
Tu t'adressais à A-,dans ton message du 18.33?
Erreur de signe dit le FOU!

A+

maatala a dit…

salam

cher A-

je n'ai jamais fumé de ma vie

maatala

maatala a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
maatala a dit…

Salam

Salam

Lu sur cridem

"Mauritanie: le président déchu rejette les conclusions des états généraux de la démocratie

12/01/2009


La Coalition mauritanienne pour la démocratie, qui regroupe des Mauritaniens de la diaspora, a organisé hier une téléconférence avec le président élu mauritanien Sidi Ould Cheikh Abdallahi, renversé par un coup d'Etat l'an dernier. Ce dernier rejette les conclusions des récentes journées de concertation organisées par la junte militaire qui, dit-il, « apparaissent maintenant réellement, je crois, à tout le monde comme une véritable mascarade. »

La junte a arrêté une feuille de route qui prévoit des élections au mois de juin. La majorité du parlement à Nouakchott a approuvé les conclusions des journées nationales de concertation fixant la date du 30 mai pour les élections et permettant aussi aux militaires de se porter candidats. De telles élections ne changeront rien à la nature de ce qui est passés, estime l’ancien président Abdallahi. Pour le président mauritanien renversé, le régime en place en Mauritanie est « illégal » pour avoir « pris le pouvoir par la force contre un régime démocratiquement élu. »

---------------------------------

Ce que nous attendons de lui ce n'est pas un constat, mais des initiatives du style :

- Entrer dans l'aréne
- Se présenter à la future élection
- Démissionner
- Soutenir un candidat
- Agir pour exister au lieu de subir

Car l'histoire se fera avec ou sans lui dit le FOU.

maatala

Khalil Balla Gueye a dit…

Bonsoir,
lundi 12 janvier 2009
De mal en pis :du putsch au hold-up électoral!

image
La trame d’un hold-up électoral annoncé.

Pour mettre en œuvre son plan d’une assurément impraticable et fantaisiste homologation de son putsch le général limogé aura édicté l’organisation hâtive de «journées dites de concertations» .De concertations il n’en fut point, il se sera agi banalement de servir la sérénade à un Aziz improvisé chef d’orchestre officiant dans les coulisses desdites « assises » en tirant les ficelles et en jouant au souffleur .Il semblerait n’en attendre pas moins qu’une légitimation à brève échéance de son usurpation de pouvoir commise au préjudice de la démocratie et du président légitime Mr Sidioca .Il ressort nettement de ce faux-semblant dont le casting et la trame auront été de la main de la junte pour la junte que des « élections » dites présidentielles seraient envisagées pour valider le putsch en consacrant "président élu" son auteur soit le général limogé.A en juger par le panel de ses proches conseillers, éminences grises et « tutti quanti » il ne serait donc que trop prévisible qu'Aziz se radicalise rigidement sur toute la ligne en prêtant oreille à certains «adulateurs dogmatiques» de la force brute au service de la tyrannie sans insister sur ses propres prédispositions autocratiques.
http://vindicte.blogspot.com/
A la bonne heure!

Anonyme a dit…

Maatala,

Of course je sais que tu n'as jamais fume de ta vie. Mais soutenir notre Pinochet national en herbe, c'est un peu fort. Sidioca est un connard de premiere classe, je le concede. Mais de la a vouloir faire de Aziz un Mandela, c'est un peu fort de cafe. Je viens de lire un texte d'un certain qui donne les raisons du refus d'ely de se presenter.C'est familial le coup d'etat de 2005. Le coup de John Doe au Liberia etait plus honnete que celui de 2005. Ouvre les yeux Maatala. Appuyer un petit dictateur juste pour donner la fesse a un petit connard de marabout n'est pas juste. Si tu veux taper sur un marabout, je te donne mes fesses. Mais please reveille-toi.

Bilkiss: on dit quoi meme? Papeete, milles enfants, les interminables daiquiris, loin de ces miserables militaires9ela te dit quelque chose?

A-

Anonyme a dit…

Salut tout le monde ....
Pensée à ceux de Gaza....

Mataala ...tu es un wely...enfin presque...la "beatification" par le FNDD...d'Ahmed ould Khattry l'ancien dg des capec et grand detourneur devant l'eternel ...a commmencé ... vu cet article lu pour toi et belkiss sur taqadoumy...


Mint Tlamid à la tête des Procapec
12-01-2009
Nebghouha Mint Tlamid a été nommé directrice générale des Procapec (réseaux de crédit et d'épargne), en remplacement d'Ahmed Ould Boucheïba, lui même nommé à la place d'Ahmed Ould Khattri, interpellé et accusé de délits économiques présumés.

Selon nos sources, Ould Boucheïba aurait présenté sa démission, ayant subi beaucoup de pression, de la part des employés des Procapec, qui l'accusent de vouloir trop charger Ould Khatry, afin de plair aux autorités, et surtout au vice-président du Sénat Mohcen Ould Hadj.

Ce dernier aurait déclaré : "nous n'accepterons jamais l'émergence d'un second Boïdiel", une allusion à la nécessité de se débarrasser d'un Ould Khatry, devenu génant, à l'image de Boïdiel Ould Hoummeïd, l'un des leaders anti-putsch.

Ould Boucheïba avait, par le passé, occupé la direction des Procapec, quant à Mint Tlamid, elle fût secrétaire d'État chargé de la condition féminine, sous la Transition (2005-2007).

bl

Anonyme a dit…

Maata,

Mes questions sont plutot destine'es a' te torcher et a' demontrer que tu n'es rien d'autre qu'un ignorant qui se veut savant!

M'CHI M'CHATTE RASSAKE YELIVREYIKH!!!

Il faut laisser Bilkiss en paix. Ne tente surtout pas de l'entrainer dans tes betises!
ENTE' FOYSSIDE WOULANAKE CHI!!!

Les questions suivantes sont tres simples et je te demande de les repondre:

1-Est-ce que tu consideres les Israeliennes et les Israeliens comme des etres humains?
2-Est-ce que l'etat d'ISRAEL A LE DROIT D'EXISTER?
3- Pour quelle raison la politique exterieure de la Mauritanie doit etre determine'e par l'autorite' Palestinienne?
4- Depuis quand la Mauritanie est une colonie Palestinienne?
5- Est-ce qu'on doit sacrifier un enfant Mauritanien pour sauver un enfant Palestinien?
6- Est-ce que les priorite's Palestinieenes sont plus importantantes que les priorite's Mauritaniennes?
7-Est-ce que l'etat d'Israel doit avoir des relations de paix et de securite' avec tous les pays du Moyen Orient (y compris un etat Palestinien libre et independant)?

IL FAUT REPONDRE AUX QUESTIONS POSE'ES! NE CHANGE PAS DE SUJET!

Je n'ai absolument rien a' me reprocher a' propos de qui je suis. Comme disait le Mr. de LAKHATATE HAYA qui repondait a' sa soeur qui le qualifiait d'ane; "ANA GA J'MEL"

Je ne suis pas le sujet de cette discussion. C'est la Mauritanie qui l'est!!!!!!!!!
Rien qu'en voyant tes prises de position en faveur des coups d'etat, nous savons que tu n'es pas serieux!!! TU VEUX UNE MAURITANIE DETRUITE QUI N'AVANCE PAS!

TU ES FAUX, MENTEUR ET IGNORANT!!!

KATLAKE NIVAKHE!!!

Anonyme a dit…

salut
la mauritanie de aziz vient d'interdir les manifs pour gaza, mais c'est seulement parcequ'ils ont peur de ces manifs car ils risquent de coincider avec l'arrivée de SIDIOCA à NKC,
Honte au HCE et à son général filon Aziz
Aliuone

яimσ a dit…

salut ,

alioune ,

les manifs c'etait pour pièger jemil et dire aux israéliens combien vous payez ?

яimσ a dit…

il n'y a pas si longtemps le porte parole de for-mauritania en france était invité sur le plateau de france24 ,à ses côté l'apôtre du 4eme antéchrist .

la vidéo en arabe

Anonyme a dit…

rimo,

Merci pour le lien au debat sur France 24. Le gars de la junte est un menteur clinique. Saches que c'est la Libye qui paie les frais des elections à venir selon certaines sources sur le blogosphère. A-

Anonyme a dit…

Maatala,

Simah yabouya. Je ne faisais que farcer pour rendre ce espace plus convivial, comme beaucoup sont constipés ici, même Sanhaji. Couli n 'en parlons pas. Avec le retour de mon zami copiarpegar, j'ai beaucoup à faire avec lui ici.

copiarpegar: tu nous lis ça. Dedans il est fait mention que l'Algérie fait du jihad contre notre junte, mais dans un contexte plus large de géo-stratégie regionale et mondiale, entre autres. Question de changer un peu des choses compliquées chez nous. Hna on n á pas de stratégie, c'est seulement l'accès au pouvoir qui interesse notre classe politique.

N.B: je viens de lire sur la conférence de presse de Birame Ould Dah, du FONADH je crois. La crise se "hartanise" avec le pamphlet anti-junte et la defense de mains apparamment indelicates telles que celles de Sidi Fall et de ce ex-DG de PROCAPEC Ould Kattri. Punir des gens pour des raisons politiques c'est mauvais, mais quand ils ont mis leurs mains dans la jatte à sous, c'est encore plus condamnable. Ce qui est certain est que Sidi Fall a detourne, sinon comment expliquer la provenance de tout cet argent qu'il distribuait pour se faire une image. Le mauritanien normal (comme copiarpegar et myself) doit éviter de jouer ce jeu de poker menteur et dire toujours la verité.

==========
Algeria and Russia’s Bad Mood
12 January, 2009 by Kal (source: The Moor Next Door).

Leaving room for Europe
Word that Algeria is willing to increase its gas supplies to its European customers (and that it would “never” cut supply to Spain, one of its largest partners), as long term contracts allow, is significant in many ways. It is surely an expression of Algerians’ desire to distance themselves from Russia’s aggressive attempts to cut supply, maintaining their autonomy in the gas game and shifting their place on the board.
On the European front, it is partially the result of Algeria realizing that placing itself even partially on Russia’s “side” is bound for failure. One of the main lessons Algerians took away from the Cold War, as it seems from talking to former diplomats, has been that it was a mistake to have made the country appear to have been a Soviet-leaning state within the Non-Allied Movement. This caused Western powers to view Algeria’s border disputes and its backing of national liberation movements in Africa as part of the Soviet-communist effort and to oppose them in the UN and other fora. Such Algerians tend to take the view that had Algeria positioned itself more closely to China, which has become increasingly powerful as Russia has become increasingly fragile and whose relationship with the West is less heated, Algeria could have avoided much acrimony with the United States or Western Europe. This ignores, though, that anti-American rhetoric was not the result of the Soviet relationship, but rather of Algeria’s own view of that country, despite their close economic and technical ties.
Over the last decade, Algeria has spent some time diversifying its international partnerships. Notably, it has de-emphasized its historic relationship with Russia, particularly following the arms-for-debt-forgiveness spell in 2006. No longer indebted to Western Europeans or the Russians, the Algerians have been relatively free to cultivate good relations with many powers, China being chief among these. Whether it is infrastructure, parliamentary cooperation or anything else there is a Chinese footprint. This can been seen in Algiers’s growing China town, in security firms in Kabylia and in the major construction projects from Batna to Constantine to Setif. One hears Kabyle, Derja and French being spoken with a Chinese accent in the most unexpected of places. Ties with Iran are also growing in importance, a function of reconciliation that took place in the early part of the decade between Bouteflika and Khatami, and which has carried on with Ahmadinejad, though in a more muted way. Of most immediate importance has been the growth in amiable relations with western European countries throughout the Bouteflika period. The Algerians view this as smart position for a middle power, because of China’s almost Westphalian commitment to territorial integrity (remember that Bouteflika was terse when it came to commenting on Russia’s invasion of Georgia, following Beijing’s position) and because it sees China, not Russia, as the truly ascendent of the eastern powers. One will note that Algeria’s relationship with India, usually cordial, is nowhere near as high profile as its China ties and that the Algerians sent the president’s assistant Belkhadem (who was also sent to Paris in preparation for the Mediterranean Union talks, which the Algerians have been quick to dismiss as irrelevant; one can tell where international engagements rank on Algeria’s list of priorities by whether Bouteflika or Ouyahia is sent as opposed to Belkhadem, who has little constitutional power) and not Ouyahia to the Indo-African Summit last year, while Bouteflika made high profile visits to Tehran and China.
Russia’s efforts to create a “gas OPEC,” bringing the biggest suppliers under its influence have fallen flat in North Africa. Algeria has had little interest in the project, largely because it sees itself as being of greater relevance as an independent actor that can present itself as an alternative to Russian supplies for those countries fearing Russian mood swings. Germany has taken a strong initiative towards increasing North African supplies to off set Russian influence in its neck of the woods, as was seen in July. Algeria has worked closely with Germany, Norway, Italy and other countries, aside from its traditional customers in Spain, to find a place for Algerian gas further north. In this effort, the Algerians hope to avoid one of their chief mistakes during the 20th century: Being too closely identified with Russia. There are other factors at work as well: important segments of the Algerian population and younger elements in the political class identify strongly relate Russia (and Putin, in particular) to the slaughter in Chechyna not so long ago. Others, as one elderly diplomat remarked, see Russia as a passing phenomena: the Soviet Union did not out last the 20th century, while China has existed for thousands of years and Russia’s economic structure is as potentially unstable as Algeria’s own (ironic, given that Algeria itself cannot trace its own existence back farther than 1830, while both the Russians and Chinese were important powers hundreds of years prior).
At a wider scale, one may remember that Hugo Chavez made his way to Algiers in 2006. Algeria still rubs elbows with members of Russia’s mouthy oil producers clique, but never formally joined. Therefore, in Latin America, Algeria has remained fixated on Brazil, the more moderate consumer of significant portions of Algerian exports. It has avoided speaking so loudly as Iran and Venezuela, mindful of the precariousness of high oil prices. The “Axis of Sovereignty” driven by Beijing and Moscow, including most of Central Asia, Iran, Zimbabwe, South Africa, Algeria and other rising and developing powers has two poles: Moscow and Beijing. Loudmouthed or geopolitically [mostly] irrelevant states cluster round Moscow; the quiet powers with dirty secrets driving their obsession with sovereignty meet in Beijing. Algeria increasingly sees itself as one of the latter.
Still, Algeria keeps its Russian portfolio open. It refused to recognize Kosovo’s independence, in no small part because it would irritate Moscow. There is nostalgia among older officials for their time spent studying or working with Soviet comrades, strongest amongst members of the military and security services. Algeria’s military infrastructure remains mainly Russian, though every Algerian conscript has held a Chinese type 81 rifle and, for the most part, that which is not Russian is Chinese. But there is no desire to “break” with Russia, but they see heavy reliance on Russia as a hindrance in the pursuit of long term goals. Russia is still the most likely state to aid Algeria in its arms race with Morocco. After all, Algeria did sign cooperative memoranda with Russia in 2006 and 2007 when tensions between the EU and Russia were well and present.
In all of this, the Algerians are convinced that their long term interest is to remain strategically aloof from the problems in Eastern Europe or the furious language that Russia’s protégées have heaped on America and the rest of the rich world. Instead, it has reserved its venom for African issues (note the Algerian UN ambassador’s love for calling the crimes in Darfur “alleged” or “imagined” and his defense of Zimbabwe and Algeria’s on going jihad against the Mauritanian junta, linked back to the Saharan issue) and those which related to developing nations broadly. They have sought to make Algeria an important supplier in Europe in and of itself, not as a function of any axis or alliance. They have concluded LNG contracts with Turkey and others, are most recently seeking one in the Netherlands. In this, they have sought to go around traditional points of reference — France and Russia especially — in favor of Germany, Turkey, Spain, and Italy, a combination of old customers and major centers of gravity on the continent whom they see as being more respectful of Algeria’s desire for geopolitical autonomy, because of their physical distance and principles. Algeria does not want to risk economic or political stability by banking on Russia’s semi-revisionism.

saidechinguity a dit…

Ci dessous deux articles écrits par des journalistes Israéliens sur ce qui se passe actuellement à Gaza.
Je vous prie de prendre le temps de les lire.


Israël a manqué un rendez-vous avec l’histoire
03-01-2009Uri Avnery - Gush Shalom
Traduit par ContreInfo

« Cette guerre l’écrit en lettres capitales : Israël a manqué une chance historique de faire la paix avec le nationalisme arabe laïque. Demain, il pourra être confronté à un monde arabe uniformément fondamentaliste, un Hamas multiplié par mille. » Avnery retrace la séquence qui a conduit à la guerre de Gaza. Ayant tablé sur la faiblesse d’Abbas, se contentant d’un simulacre de négociation, Israël n’a pas compris que le Hamas l’emporterait contre une Autorité Palestinienne discréditée. Après l’échec du blocus à briser la résistance des gazaouis et à les retourner contre le nouveau pouvoir installé à Gaza, Israël espère aujourd’hui pouvoir liquider le Hamas par le fer et le feu, avec la complicité de l’Egypte qui verrouille la seule issue de cette zone de combat où la population civile est piégée, en une réédition de la stratégie de bombardements massifs utilisée sans succès au Liban. Mais au delà de Gaza, c’est toute une génération Arabe, révoltée par la passivité et la corruption de ses dirigeants qui pourrait se tourner bientôt vers l’Islam politique, apparaissant comme la seule force indemne de compromission.
Juste après minuit, la chaîne arabe Al Jazeera diffusait un reportage sur les événements à Gaza. Soudain, la caméra s’est dirigée vers le ciel nocturne. L’écran était noir. On ne pouvait rien voir, mais on entendait un bruit : celui des avions, un effrayant, un terrifiant vrombissement.
Il était impossible de ne pas penser à ces dizaines de milliers d’enfants de Gaza qui entendaient ce bruit à ce moment-là, se recroquevillant avec effroi, paralysés par la peur, attendant que tombent les bombes.
« Israël doit se défendre contre les roquettes qui terrorisent nos villes du Sud », déclarait le porte-parole israélien. « Les Palestiniens doivent riposter à l’assassinat de leurs combattants à l’intérieur de la bande de Gaza », affirmait celui du Hamas.
En fait, le cessez-le-feu n’a pas été rompu, car il n’y avait pas de véritable cessez-le-feu. La principale exigence pour tout cessez-le-feu dans la bande de Gaza doit être l’ouverture des points de passages à la frontière. Il ne peut y avoir de vie dans la bande de Gaza sans le passage d’un flux d’approvisionnement. Mais ces passages n’ont pas été ouverts, à l’exception de quelques heures de temps en temps. Le blocus sur terre, sur mer et dans les airs contre un million et demi d’êtres humains est un acte de guerre, tout autant que tout largage de bombes ou tirs de roquettes. Il paralyse la vie dans la bande de Gaza, en détruisant la plupart des possibilités d’emploi, en jetant des centaines de milliers de personnes au bord de la famine, en provoquant l’arrêt du fonctionnement de la plupart des hôpitaux, en perturbant l’approvisionnement en électricité et en eau.
Ceux qui ont décidé de fermer les points de passage - sous quelque prétexte que ce soit - savaient qu’il n’y a pas de véritable cessez-le-feu dans ces conditions.
C’est là le point central. Ensuite, vinrent les petites provocations qui ont été conçues pour provoquer la réaction du Hamas. Après plusieurs mois durant lesquels pratiquement aucune roquette Qassam n’avait été tirée, une unité de l’armée a été envoyée dans la bande de Gaza « afin de détruire un tunnel arrivant près de la barrière frontalière ». D’un point de vue strictement militaire, il aurait été plus judicieux de monter une embuscade de notre côté de la frontière. Mais l’objectif était de trouver un prétexte pour mettre un terme au cessez-le-feu, de telle manière que l’on puisse en attribuer de façon plausible la responsabilité aux Palestiniens. Et en effet, après plusieurs de ces petites opérations dans lesquelles les combattants du Hamas ont été tués, le Hamas a riposté par un tir massif de roquettes. Et voilà - le cessez-le-feu était terminé. Tout le monde a blâmé le Hamas.
Quel était le but recherché ? Tzipi Livni l’a annoncé ouvertement : liquider le pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza. Les roquettes Qassam ont seulement servi de prétexte.
Liquider le pouvoir du Hamas ? Cela ressemble à un chapitre de « La Marche Folle ». Après tout, ce n’est pas un secret que c’est le gouvernement israélien qui a mis en place le Hamas. Lorsque j’ai interrogé un jour Yaakov Peri, un ancien dirigeant du Shin Bet, à ce sujet, il m’a répondu énigmatiquement : « Nous ne l’avons pas créé, mais nous n’avons pas entravé sa création. »
Pendant des années, les autorités d’occupation ont favorisé ce mouvement islamique dans les territoires occupés. Toutes les autres activités politiques étaient vigoureusement réprimées, mais leurs activités dans les mosquées ont été autorisées. Le calcul était simple et naïf : à l’époque, l’OLP était considérée comme le principal ennemi, Yasser Arafat était le Diable. Le mouvement islamique prêchait contre l’OLP et Arafat, et a donc été considéré comme un allié.
Avec le déclenchement de la première Intifada en 1987, le mouvement islamique s’est officiellement rebaptisé Hamas (les initiales en arabe de « Mouvement de résistance islamique ») et a rejoint la lutte. Même à cette époque, le Shin-Bet n’a pris aucune mesure contre eux pendant près d’un an, tandis que les membres du Fatah étaient exécutés ou emprisonnés en grand nombre. Ce n’est qu’après une année que le cheikh Ahmed Yassine et ses collègues ont également été arrêtés.
Depuis lors, la roue a tourné. Le Hamas est devenu le nouveau Satan, et l’OLP est considérée par beaucoup en Israël comme étant presque une branche de l’organisation sioniste. La conclusion logique pour un gouvernement israélien recherchant la paix aurait été de faire de larges concessions à la direction du Fatah : fin de l’occupation, signature d’un traité de paix, fondement de l’État Palestinien, retrait aux frontières de 1967, une solution raisonnable au problème des réfugiés, et la libération de tous les prisonniers palestiniens. Cela aurait arrêté la montée du Hamas à coup sûr.
Mais la logique a peu d’influence sur la politique. Rien de ce genre ne s’est produit. Au contraire, après l’assassinat d’Arafat [sic], Ariel Sharon a déclaré que Mahmoud Abbas, qui l’avait remplacé, était une « volaille plumée ». On n’a pas autorisé à Abbas d’obtenir le moindre succès politique. Les négociations, sous les auspices américaines, sont devenu une plaisanterie. Le plus authentique chef du Fatah, Marwan Barghouti, a été envoyé en prison à perpétuité. Au lieu d’une libération massive de prisonniers, il n’y a eu que de petits « gestes » insultants.
Abbas a été systématiquement humilié, le Fatah ressemblait à une coquille vide et le Hamas a remporté la victoire lors des élections palestiniennes - les élections les plus démocratiques jamais organisées dans le monde arabe. Israël a boycotté le gouvernement élu. Dans la lutte intestine qui s’en est suivi, le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza.
Et maintenant, après tout cela, le gouvernement israélien a décidé de « liquider le pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza » - par le sang, le feu et les colonnes de fumée.
Le nom officiel de cette guerre est « plomb durci », deux mots provenant d’une comptine enfantine sur un jouet d’Hanukkah.
Il serait plus exact de la nommer « la guerre des élections ».
Dans le passé, aussi, des actions militaires ont été lancées lors de campagnes électorales. Menachem Begin a bombardé le réacteur nucléaire irakien durant la campagne de 1981. Lorsque Shimon Peres a affirmé qu’il s’agissait d’un gadget électoral, Begin a répliqué lors du meeting suivant : « Juifs, croyez-vous que je voudrais envoyer nos braves garçons à leur mort, ou pire, être fait prisonnier par des animaux, afin de gagner une élection ? » Begin a gagné.
Peres n’est pas Begin. Lorsqu’au cours de la campagne électorale de 1996 il a ordonné l’invasion du Liban (opération « Raisins de la colère »), tout le monde était convaincu qu’il l’avait fait afin de gagner des élections. La guerre a été un échec, Peres a perdu les élections et Benyamin Nétanyahou est arrivé au pouvoir.
Barak et Tzipi Livni recourent aujourd’hui à la même vieille ficelle. En 48 heures, selon les sondages, le résultat des votes pour Barak lui assurerait cinq sièges supplémentaires à la Knesset. Soit environ 80 morts Palestiniens pour chaque siège. Mais il est difficile de marcher sur un tas de cadavres. Ce succès pourrait s’évaporer en une minute si la guerre était considérée comme un échec par l’opinion publique israélienne. Par exemple, si les roquettes continuent de frapper Beersheba, ou si l’attaque au sol provoque de lourdes pertes israéliennes.
Le calendrier a également été choisi méticuleusement sous un autre angle. L’attaque a commencé deux jours après Noël, lorsque les dirigeants américains et européens sont en vacances jusqu’au nouvel an. Avec pour calcul : même si quelqu’un voulait essayer de mettre fin à la guerre, nul ne peut renoncer à ses vacances. Cela garantissait de disposer de plusieurs jours à l’abri de pressions.
Une autre raison à présidé au choix du moment : ce sont les derniers jours de George Bush à la Maison Blanche. On pouvait s’attendre à ce que ce sanglant imbécile soutienne la guerre avec enthousiasme, ce qu’il a fait bien sûr. Barack Obama n’est pas encore entré en fonction et a eu à sa disposition un prétexte tout fait lui permettant de garder le silence : « il n’y a qu’un seul président ». Ce silence n’est pas de bon augure pour le mandat du président Obama.
La préoccupation principale a été : ne pas répéter les erreurs de la deuxième guerre du Liban. Cela a été répété sans cesse sur toutes les ondes et durant tous les talk-shows.
Cela ne change rien aux faits : la guerre de la bande de Gaza est une réplique presque identique de la deuxième guerre du Liban.
Le concept stratégique est le même : terroriser la population civile par des attaques aérienne sans relâche, semant la mort et la destruction. Cela ne pose aucun danger pour les pilotes, car les Palestiniens n’ont aucune arme antiaérienne. Le calcul est celui-ci : si toute les infrastructures permettant la vie quotidienne dans la bande de Gaza sont totalement détruites et que l’anarchie totale s’ensuit, la population va se soulever et renversera le régime du Hamas. Mahmoud Abbas reviendrait alors dans la bande de Gaza dans les chars israéliens.
Au Liban, ce calcul n’a pas fonctionné. La population prise sous les bombardements, y compris les chrétiens, s’est ralliée derrière le Hezbollah et Hassan Nasrallah est devenu le héros du monde arabe. Quelque chose de semblable va probablement se produire cette fois-ci également. Les généraux sont des experts en ce qui concerne les armes et la manoeuvre des troupes, mais pas en psychologie des masses.
Il y a quelque temps, j’ai écrit que le blocus de Gaza était une expérience scientifique visant à savoir jusqu’où on peut affamer une population et transformer sa vie en enfer avant qu’elle ne rompe. Cette expérience a été menée avec l’aide généreuse de l’Europe et les États-Unis. Jusqu’à présent, elle n’a pas réussi. Le Hamas s’est renforcé et la portée de la Qassams s’est accrue. La guerre d’aujourd’hui est une continuation de cette expérience par d’autres moyens.
Il est possible que l’armée « n’ait pas d’autre choix » que de re-conquérir la bande de Gaza, car il n’y a pas d’autre moyen d’arrêter les Qassams - sauf à parvenir à un accord avec le Hamas, ce qui est contraire à la politique du gouvernement. Lorsque l’invasion terrestre commencera, tout dépendra de la motivation et des capacités des combattants du Hamas vis-à-vis des soldats israéliens. Personne ne peut savoir ce qui va se passer.
Jour après jour, nuit après nuit, la chaîne en arabe Al Jazeera diffuse des images atroces : des piles de corps mutilés, des parents en larmes à la recherche de leurs proches parmi les dizaines de cadavres étendus sur le sol, une femme tirant sa petite fille de sous les décombres, des médecins sans médicaments tentant de sauver la vie des blessés. (Al Jazeera en langue anglaise, contrairement à son homologue en arabe, a effectué une étonnante volte-face, diffusant seulement des images aseptisées et reprenant la propagande du gouvernement israélien. Il serait intéressant de savoir ce qui s’est passé là-bas.)
Des millions de spectateurs voient ces terribles scènes, image après image, jour après jour. Ces images sont inscrites en leurs esprits pour toujours : horrible Israël, abominable Israël, inhumain Israël. Toute une génération d’ennemis. C’est un prix terrible, que nous allons être obligés de payer longtemps après que les autres résultats de la guerre elle-même auront été oubliés en Israël.
Mais il y a autre chose qui s’inscrit également dans l’esprit de ces millions de spectateurs : l’image de ces régimes arabes, passifs, misérables, corrompus.
Comme le voient les Arabes, un élément ressort au-dessus de tous les autres : le mur de la honte.
Pour le million et demi d’Arabes dans la bande de Gaza qui souffrent terriblement, la seule ouverture sur le monde qui ne soit pas contrôlée par Israël est la frontière avec l’Égypte. C’est seulement par là que peuvent parvenir la nourriture qui permet la vie et les médicaments qui peuvent sauver les blessés. Cette frontière demeure fermée au pire moment d’horreur. L’armée égyptienne a bloqué la seule issue permettant à l’alimentation et aux médicaments d’entrer, alors même que sur les chirurgiens opèrent les blessés sans anesthésie.
D’un bout à l’autre du monde arabe résonnent les paroles de Hassan Nasrallah : Les dirigeants de l’Égypte sont les complices de ce crime, ils collaborent avec l’« ennemi sioniste » en tentant de briser le peuple palestinien. On peut supposer qu’il ne désignait pas uniquement Moubarak, mais aussi tous les autres dirigeants, du roi d’Arabie saoudite au président palestinien. En voyant les manifestations dans le monde arabe et en écoutant les slogans on a l’impression que pour de nombreux Arabes leurs dirigeants sont au mieux pathétiques et misérables, au pire des collaborateurs.
Cela aura des conséquences historiques. Toute une génération de dirigeants arabes, une génération imprégnée de l’idéologie du nationalisme arabe laïque, les successeurs de Gamal Abd-al-Nasser, Hafez al-Assad et Yasser Arafat, pourrait être balayée de la scène. Dans le monde Arabe, la seule alternative viable est celle de l’idéologie fondamentaliste islamique.
Cette guerre l’écrit en lettres capitales : Israël a manqué une chance historique de faire la paix avec le nationalisme arabe laïque. Demain, il pourra être confronté à un monde arabe uniformément fondamentaliste, un Hamas multiplié par mille.
L’autre jour, mon chauffeur de taxi à Tel-Aviv réfléchissait à voix haute : Pourquoi ne pas mobiliser les fils des ministres et des membres de la Knesset , les rassembler en une unité de combat et les envoyer à la tête de la prochaine attaque terrestre sur la bande de Gaza ?
.......................

Les forces aériennes israéliennes sèment la mort
04-01-2009Haaretz - Gidéon Lévy
Traduction par D. Hachilif
Si les pilotes israéliens pouvaient voir Maria Aman, âgée de 7 ans, devenue tétraplégique et condamnée pour la vie à faire avancer son fauteuil avec son menton ?
La fine fleur de notre jeunesse est en train de bombarder Gaza actuellement. Garçons de bonnes familles faisant des choses répréhensibles dans les bonnes familles. La plupart d’entre eux sont éloquents, impressionnants, sûrs d’eux-mêmes, ayant très souvent une haute opinion d’eux-mêmes et de grands principes et malgré cela, ce samedi noir, des dizaines d’entre eux sont partis larguer leurs bombes sur la bande Gaza en puisant dans notre arsenal de bombes. Ils ont bombardé une cérémonie de remise des diplômes pour de jeunes officiers de police qui avaient trouvé ce rare privilège d’avoir un emploi à Gaza, les massacrant par dizaines. Ils ont bombardé une mosquée, tuant cinq soeurs de la famille Balousha, dont la jeune avait 4 ans. Ils ont bombardé un poste de police touchant un médecin se trouvant à proximité et qui est actuellement dans un état végétatif à l’hôpital Shifa, qui est plein de blessés et de morts. Ils ont bombardé une université que nous appelons en Israël, le Rafael palestinien ... et détruit les dortoirs universitaires. Ils ont largué des centaines de bombes du ciel bleu sans connaître la moindre riposte ou résistance. En quatre jours, ils ont tué 375 personnes. Ils n’ont pas et ne pouvaient pas faire la distinction entre un responsable du Hamas et de ses enfants, entre un policier gérant le trafic automobile et un lanceur de Qassams, entre une cache d’armes et une clinique de santé, entre le premier et le deuxième étage d’un immeuble d’habitation à forte densité de population avec des dizaines d’enfants à l’intérieur. Selon les informations reçues, environ la moitié des personnes tuées étaient des civils innocents. Nous n’avons pas à nous plaindre de la précision des pilotes, il ne peut pas en être autrement lorsque l’arme est un avion et l’objectif est minuscule dans une zone surpeuplée. Nos excellents pilotes sont effectivement des vrais anges de la mort maintenant. Comme dans les vols d’entraînement, ils larguent leurs bombes sans être gênés ni par une armée de l’air adverse ni par un système de défense. Il est difficile de savoir ce qu’ils pensent, comment ils se sentent. De toute façon, là n’est pas la question. Ils sont évalués sur leurs résultats. En tout état de cause, à partir de plusieurs milliers de mètres d’altitude, l’image ne peut être que floue. Verrouiller la cible, appuyez sur la touche, puis une colonne de fumée noire. Et de nouveau « Touché ! ». Et personne ne peut voir les effets sur le terrain de leurs bombardements. Leurs têtes sont pleines des horreurs qu’on leur a racontés sur Gaza (eux-mêmes n’y ont jamais mis les pieds) comme s’il n’y avait pas un million et demi d’habitants qui ne veulent que vivre avec un minimum de dignité, et des jeunes gens comme eux n’ont d’autre rêve que d’étudier, de travailler, d’élever une famille, mais qui n’ont aucune chance de réaliser ces rêves, avec ou sans attentat à la bombe. Nos pilotes peuvent-ils penser à ces jeunes, à ces enfants de réfugiés dont les parents et grands-parents ont été privés de leurs vies ? Pensent-ils à ces milliers de personnes qui ont été obligés de quitter définitivement leurs foyers pour être parqués dans un lieu sans un seul hôpital digne de ce nom... ? Pensent-ils à la haine qu’ils sèment non seulement dans le coeur des habitants de Gaza mais dans les différents coins du monde à la vue des images horribles diffusées par la télévision ? Ce ne sont pas les pilotes qui ont décidé d’aller à la guerre mais ils sont les exécuteurs des basses manœuvres politiques. Les comptes doivent être rendus par les décideurs mais les pilotes sont leurs complices. Quand ils rentrent à la maison, ils seront accueillis avec tout le respect et l’honneur que nous leur réservons. Il semble que non seulement personne n’ose leur poser les questions morales, mais qu’ils sont considérés comme les véritables héros de cette guerre maudite. Le porte-parole des Forces de défense d’Israël est déjà à l’oeuvre pour les glorifier dans ses séances quotidiennes d’information pour leur « travail remarquable ». Il a lui aussi, bien sûr, ignoré complètement les images de la bande de Gaza. Après tout, ce ne sont pas des agents sadiques de la police des frontières qui battent les Arabes dans les ruelles du centre de Naplouse et d’Hébron, ni les cruels soldats d’infiltration qui tirent à balles réelles et de sang froid. Nos pilotes sont, comme nous l’avons souligné, les meilleurs de nos jeunes gens. Si au moins, ils pouvaient confronter les effets de leurs frappes avec leurs « excellents résultats », ils pourraient au moins une fois regretter leur participation. S’ils pouvaient ne serait-ce qu’une fois aller à l’hôpital Alyn de pédiatrie et de rééducation des adolescents à Jérusalem, ils pourraient voir Maria Aman, âgée de 7 ans, devenue tétraplégique et condamnée pour la vie à faire avancer son fauteuil avec son menton, ils pourraient être choqués. Cette adorable petite fille a été touchée par un missile dans la bande de Gaza et ce missile qui a tué presque toute sa famille, a été actionné par la main de nos pilotes. Mais tout cela est bien caché aux yeux de nos pilotes. Ils ne font que leur travail comme on dit, ils ne font que suivre les ordres comme des machines à bombarder. Au cours des derniers jours, ils ont excellé dans ce domaine, et les résultats sont là pour le monde entier. Gaza panse ses blessures, tout comme avant elle, le Liban et presque personne ne prend un instant pour se demander pourquoi tout cela, est-ce nécessaire, est-ce inévitable, est-ce pour consolider la sécurité et l’image de marque d’Israël. Nos pilotes peuvent-ils se poser ces questions, eux qui rentrent en toute sécurité à leur base, mais en fait ne reviennent-ils pas aussi impitoyables, cruels et aveugles qu’avant ?

Anonyme a dit…

Israël doit arrêter son massacre à Gaza.

Ɔopiarpegar a dit…

Bebe Ba,

le soyez objective d'hier est pour toi we need you dans notre camp anti-Putsch(tu veux te marier avec A- eiwa gouli el7ag) en tout cas A- laboudelou mne un un mariage virtuel (ella Bilkiss wella enti)!

Maatala,

merci de m'avoir souhaité un bon welcome home.

Ɔopiarpegar a dit…

Une pensée et une prière pour les enfants de Gaza.

saidechinguity a dit…

Copiarpegar,

Il est normal que Maatala te souhaites un bon retour parce que il est le premier à avoir constaté ton absence.
Moi aussi je te souhaite un bon retour.
J’en profite pour te demander encore une fois quel est le sens de ton pseudonyme

Maatala ou le fantôme de Canalh

J’ai toujours eu des problèmes à cerner tes opinions : anti ou pro- putsch.
Seulement depuis que tu nous as révélé détenir ton propre certificat de décès, j’ai enfin compris ! En effet personne ne peut « saisir » les morts-vivants.
Fraternellement.

Said

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Joindre le Fndd ou s’engager dans une 3ième voie ? Le Rfd tergiverse dans ses réflexions

Le Comité permanent du Rfd a achevé tard, hier soir, une réunion qui a duré plusieurs heures et qui a porté sur la définition de la nouvelle ligne politique du parti à adopter après le grand refroidissement qui a caractérisé les relations de cette importante formation politique avec le Haut Conseil d’Etat au lendemain de la proclamation du rapport général des états généraux de la démocratie.

Après son acclamation au palais des congrès et les engagements du Général Mohamed Ould Abdel Aziz d’appliquer ses recommandations à la lettre s’il est adopté par le parlement, le document est, on ne peut plus, arrivé au stade final de sa mise en vigueur par les autorités actuelles.

En effet, le dit rapport a été par la suite approuvé par la majorité au sein des deux chambres du parlement et par la suite défensivement signé par le chef du Gouvernement Moulaye ould Mohamed Laghdaf en prélude de son exécution effective sur le terrain. Toujours est-il qu’à propos du conclave du Comité permanent du Rfd, aucune information n’a pu filtrer des discussions marathoniennes.



Des sources proches du parti disent que le Rfd s’est penché sur deux options fondamentales :

- la première option porterait sur une jonction avec le Fndd en perspective de la déclaration d’un communiqué commun entre les deux forces politiques relatant une position unifiée vis-à-vis de l’actuelle situation politique,

- alors que la seconde privilégie l’engagement dans une troisième voie basée sur la vision politique du Rfd, mais qui refléterait une démarche centriste entre l’attitude indiscutable de la coalition anti-putsch relative au rétablissement du président renversé Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi dans ses fonctions de président de la république et celle du HCE portant consécration du pouvoir militaire.

Pour rappel, notons que le Rfd a rejeté le 8 janvier dernier les conclusions des Journées de concertation organisées du 27 décembre au 6 janvier par les militaires. Le président du parti Ahmed Ould Daddah avait indiqué qu’elles étaient contraires aux fondements et principes de la démocratie et aux intérêts supérieurs de la Mauritanie.

Au lendemain du coup d’Etat du 6 août dernier, le Rfd avait apporté un soutien très efficace au HCE qui lui a permis de bien gérer cinq mois d’existence. Le parti avait également plaidé avec succès auprès de certains Etats et organisations internationales pour une position assouplie à l’égard des autorités de Nouakchott. Mais, au finish des Egd, le Rfd a réalisé que les choses suivent le cours politique sur lequel il a manifesté des réserves au tout début, à savoir son opposition farouche à l’entrée des hommes en uniformes sur la scène politique après l’actuelle transition dirigée par le HCE.

Le Rfd et la coordination des forces du Changement (CFC) qui rassemble en son sein les partis politiques du Fndd, des organisations de la société civile et des centrales syndicales ont en commun leur rejet des journées de concertation et l’entrée en lice de militaires dans les élections présidentielle.

Ce partage de vision pourra donc les pousser tous les deux à dépasser certaines différences de point de vue pour s’imposer. Sinon, , ils s’exposeront irréversiblement à la veille de la future présidentielle à d’intenses démissions dans leurs rangs qui finiront par les vider malheureusement de leurs troupes et de leur militants, après avoir fait la fierté du pays des années durant.

Enfin, notons qu’après avoir qualifié de mascarade le document final des Egd, le Fndd, dont le raisonnement politique s’apparente trop à celui du Rfd, du moins pour ce qui porte sur les hommes en treillis, a invité toutes les forces vives de la nation (dont évidement le Rfd) à privilégier la voie du dialogue politique pour mener le pays à bon port.

La mouvance Ely Ould Mohamed Vall ne serait pas loin de cette vision, avec les informations faisant état de la non candidature de l’ancien président du Cmjd, si un membre du HCE briguerait le suffrage des électeurs lors de la présidentielle du 30 mai prochain. Selon cette mouvance, comme d’ailleurs le Fndd et le Rfd, les dés seraient pipés d’avance et toute course ne ferait que légitimer l’actuelle comédie politique pour enfin propulser le Général Ould Abdel Aziz et ses sbires au sommet de la pyramide Etat.

Pour terminer, patientons-nous à cette anecdote qui dresse des ressemblances inouïes entre le parcours politique du Général Mohamed Ould Abel Aziz et celui du Colonel et ex président démis en 2005 Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya.

Aujourd’hui, le gouvernement du HCE, comme celui d’Ould Taya est engagé dans une guerre sans merci contre les partis islamistes qu’il envisage de dissoudre. Maaouiya avait toujours refusé la reconnaissance de ces partis dont il assimile les activités à des pratiques extrémistes et terroristes.

Mohamed Ould Mohamed Lemine
mdhademine@yahoo.fr

Info source : Le Rénovateur Quotidien (Mauritanie)

---------------------------------

"REGLEU toujours REGLEU" (lol)

La seule élection qui compte pour daddah, c'est celle qu'il est sur de gagner.

Daddah compte gagner par défaut, en éliminant ses adversaires sur le tapis vert.

Comme cela on économisera les frais d'une élection dit le FOU.

maatala (le mort-vivant)

Bebe BA a dit…

Ɔopiarpegar, sois sur que je suis anti putsch sans pour autant être dans le camp du FNDD; sorry, mais j'arrive pas à les cerner (je ne dois pas être très intelligente).

Quant à vouloir A-, non merçi j'ai pas du tout envcie de perdre l'affection de ma très chére Bilkiss et de me faire marabouter par son PA

Ɔopiarpegar a dit…

Said,

thank you
copiar in spanish m3naha copier in french we pegar=coller (no tiene sentido)

A-,

s'ma3tak tu dis v ekhlaguek "eiwa do it copiar y pegar stp do it do it mon zami we evçalna m3a edeg'dig lveransiya" ya ça7bi elghali plus que la moitié de notre pays sont des copiaratpegarat "3adou gued le7chich machallah" voilà le résultat de quatre décennies de régimes monopartites et militaires (e7kem erra3ih un copiarpegar magued yegra eiwa la pauvreté ob...)

amigo A- hagalla gouli peut-on sérieusement soutenir dhou lekleitta elli ejhel mne lem3aradh?(mohcen enta vem).

kimporte a dit…

said merci pour ces textes, pour ma part je ne regarde plus la télé depuis des années cela ne m'empêche pas d'entendre et de voir ce qui se passe, l'imagination suffit

la question est savoir combien de temps l'occident va laisser israel se défouler comme pour faire passer sur d'autres que ses bourreaux, leur shoa

on dit que cette affaire prouve que les dirigeants arabes sont corrompus, c'est vrai, mais pire elle prouve que l'onu et les grandes puissances sont noyautés par des lobbies puissants, à quand donc le moment où les citoyens occdidentaux se sentiront moins coupables de shoa et quand pourront-ils dire eux aussi " israel est partout"

cela n'arrivera jamais car les media sont sous le coup de l'autocensure. Cela viendra des arabes de la région

on arrête pas l'histoire et quand la machine se grippe c'est terminé

d'un côté des arabes vivants sous des regimes du moyen-âge et ayant en commun le souvenir et le culte de l'âge d'or de l'islam, cela est vivant dans le coeur de chacun et chacun désormais à non seulement conscience de la chute mais se faisant que ce n'est pas une fatalité car " on peut être ce qu'on a été"

israel est une démocratie , certes, mais laquelle? que devient une démocratie qui n'est qu'une théocratie?

le combat et l'affrontement se fera de l'intérieur: d'un côté c'est les fondamentalistes des deux côtés qui engageront définivement le combat sous les yeux impuissants des laïcs de tout bord

ensuite seulement après un affrontement, peut-être l'avant derrière croisade, car c'est de cela qu'il s'agit, croisade qui ne dit pas son nom avec des démocraties qui laissent faire en interdisant à leurs peuple de penser ni de voir ce qui se passent en leur nom car abrutis comme on sait par les média et l'individualisme comme systèe de domination en occident par le pouvoir de grands groupe eux pas du tout individualistes

cette croisade commence! l'enjeu: que tous les peuples de l'univers voient commun un peuple se bat depuis 60 ans cmme l'état le plus puissant, ce matraquage des média agit comme un beaume au coeur et petit à petit , partout le coeur se remet à battre

l'enjeu ensuite faire tomber les gouvernements corrompus, seuls les fondamenlistes peuvent cela car leurs se battent s'en craindre la mort

ensuite viendra l'inquisition partout dans le monde arabe, face à un occident hostile mais respectueux car il faudra bien traîter avec ces gens

et enfin la dernière croisage à l'intérieur de chaque camp: du côté musulman le combat entre les poètes , les philosophes des mumières et le camp des barbus fnaatiques et de l'autre entre les laic décomplexés et les sionistes

puis la lumière de la renaissance!

ainsi parlait un ami exalté

cela dit on se demande pourquoi les chrétiens laissent faire? jésus n'est-il pas né là-bas ect
mais là encore la plus puissance église et son Papa sont catholique, ils s'en tapent de cette affaire car il y a là-bas quelques chétiens qui peuvent en engagent seulement le débat montrer comment l'église catholique est elle même aux mains de fieffés gourous

désolé si j'ai dit beaucoup de bêtises

je ferai mieux la propcxhaine fois

inch'allah

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

Tu as raison que malgre le fait que le FNDD est anti-coup, sa composition est un peu bizarre: c'est un melting pot entre les gens sérieux, des roumouz, des tribalistes, des communautaristes et j'en passe. C'est un cout necessaire, car si la junte gagne on aura non seulement les militaires pour nous diligenter, mais avec ces memes RV qui vont tourner le boubou. Tu t'imagines le Soumare ministre de Sidioca: pendant qu'il etait ministre de Sidioca, son epouse peut-etre preferee demandait l'asile politique indiquant que le gouvernement dans lequel son mari travaillait la persecutait.

Mais aucun mal ne peut se comparer a une prise de pouvoir par la force. Kadafi a fait plus de 30 ans au pouvoir et voyez comme il gere! C'est ce que Aziz veut.

P.S: je viens de lire un article tres sale sur le MAEC. Certainement une personne qui n'a pas etee nommée apres 4 mois d'attentes.

Bonne journee. A-

Anonyme a dit…

copiarpegar,

laisser le pouvoir lel lekhleita akhbarou! Jamais. S'il gagnent c'est la fin du pays yasahbi. Welcome mille fois. A-

Anonyme a dit…

Matalla

Il ne faut pas trop en vouloir au pauvre AOD.
1)On lui a volé la victoire 2 fois:en 1992 et en 2005.
2)Les resultats des prochaines élections sont connus.
Comment veux tu qu'il se represente;il faut être trop con pour le faire!...
L'avocat du diable.

kimporte a dit…

voir le montage super de claude k pour l'article " hce-cmjd" la phot donne une idée de l'état du système actuellement sans parler du visage politique mauritanien

super

http://www.cridem.org/index.php?id=82&no_cache=1&tx_ttnews[swords]=e&tx_ttnews[tt_news]=26682&tx_ttnews[backPid]=84&cHash=8b3e0b0b37

sinon, j'ai vu que le front appelle AOD, c'est clair que si AOD les rejoint c'est fini pour le HCE et la démocratie et c'est fini aussi pour AOD

AOD peut-il se permettre de faire ce cadeau au front? Il peut oser quand on sait qu'il avance dans le brouillard total , mais le RFD est-il prêt à le suivre?

AOD peut en effet bloquer l'élection à venir! mais vite on dirait que c'est sa soif de pouvoir qui le guide et les siens vont l'abandonner et le RFD va imploser

que peut-il faire? suivre aziz et renoncer lui-même pour le rfd et prendre un maximun de place au RV

mais Sidi n'est pas encore hors jeu comme on le croit: pas du tout: aziz candidat cela est du pain bénit pour le front

dès l'arrivée de obama il entendra " voyez les militaires nous ont détruit la démocratie pour s'installer" erreur tactique on l'a déjà dit

aziz est pris au piège, il avance, il avance mais si aod le lâche il devra "dictaturer" avec le peuple souverain pour soutien

c'est tout de même assez incroyable que de savoir que le peuple est aujourd'hui derrière aziz, on peut toujours parce qu'il a fait pour le peuple? c'est vrai mais qu'est-ce qui epêchait les autres de faire aussi pour le peuple quand on sait désormais les sommes parties en fumée

on parle de retour dangereux de sidi à cause de ce que pense le peuple! Ce serait une pure folie de ne pas faire taire dès mainteant tous les apprentis soricers qui veulent monter les uns contre les autres

pure folie!

passons

un conseil AOD: reste avec aziz, de l'autre côté il n'y a que ceux qui ont trahi l'opposition historique et auxquels tu et nous devons le retour du système démocratiquement

Anonyme a dit…

Ci AOD rejoint FNDD, il y aura un partie RFD nouvelles avec de cadres comme ould babana,ahmed ould hamza,abderahman ould marrakchi,kane,ould meyen, et tous les cadres de wilayas (houd gharbi ,houd charki et la3saba)
AOD ce mieux de participer dans cette élection et vous pouvez gagner!
OUld abdel Aziz merit une chance de participer dans cette election, it's the only way we can guarantee une élection transparente.
Ciao.

Anonyme a dit…

Ano,

Tu es entrain de vouloir legaliser et la junte et la mascarade qu'ils sont entrain de faire. Tu te rends compte de ce que tu dis? AOD ne participera jamais a cette mascarade et les carottes sont cuites. Faut juste voir la decision de la CEDEAO, transmise a l'UA. c'est un precedent pour la junte et le delai final est le 5 janvier. Y aura pas d'elections, car Kadafi ne donnera pas le sou. A-

Anonyme a dit…

Rectificatif: pas le 5 janvier, mais le 5 fevrier. A-

Anonyme a dit…

La meilleure issue pour Daddah est de retourner à la raison et rejetter systématiquement cet absurde putsch.

Cette issue lui garantira le prochain mandat. Tous ceux qui lui conseillent une troisième voie ou un appui de la mascarade de processus veulent le ruiner politiquement. Voilà la pure vérité.

Sanhaji

Bebe BA a dit…

Sanhadji,

Comment le fait de rejoindre le front pourrait il garantir le prochain mandat?

Le front s'alliera t'il derrière lui? les autres leaders politiques ne comptent ils pas briguer, eux aussi?

Anonyme a dit…

Ewa ...Couly ...the gap between....us ....est la perception des problemes ....qui a dit que les israeliens ne sont pas des personnes ???? qui?...tu vois nous nous condamnons l'oppression ...les massacres...l'occupation illegale des terres palestiniennes ...l'usage de la force en tant que moyen de negociations...beaucoup d'israeliens sont opposés aux politiques menées par leur pays ...tiens tu l'auteur du present blog...et d'autres...ceux de la paix maintenant...entre autres...malheureusement ...ils representent une minorté de colombes ...dont la pression est encore faible par rapport aux faucons apppuiyés par leurs vis à vis ricains ...je ne desespere d'Obama...still hoping that cill be a brither day...
amicalement opposée...à toi...
bl

Anonyme a dit…

A-, AU un groupe de corrompus, donc faut pas compter sur leur paroles.
Moi, je crois que les choses doivent être claires pour nous tous,
il ya que des chemins sidi+Démocratie ou Aziz+dictature.
Malheureusement nous somme mieux avec Aziz que avec sidi, et ca ce la faute de sidi.
sidi étai élu pour 5 ans mais le Mec avait pas du vision, zéro courage, ni un plan pour diriger le paye.
Aziz ce l'homme qui rassure.
Ciao

Anonyme a dit…

..."un conseil AOD: reste avec aziz, de l'autre côté il n'y a que ceux qui ont trahi l'opposition historique et auxquels tu et nous devons le retour du système démocratiquement"...Sage conseil Kimporte...surtout la deuxieme partie...pour la premiere ...pourquoi inhiler les ambitions d'un homme ...qui a le merite de s'etre opposé...à des moments cruciaux de notre notre histoire ...et qui a tendence à ne pas s'incliner facilement...
Je trouve que Dadah ...si certaines conditions sont reunies doit se representer..;
bl

Anonyme a dit…

Pensées à ceux de Gaza...rude est leur nuit ...rythmée par de violents bombardements ...par les cris... d'enfants ...de femmes ...de vielllards terrorisés....
Pensées à ceux de Gaza qui seuls ...pleurent leurs morts dans l'indifference totale...une nuit commme les autres ..;depuis 17 jours...
bl

Anonyme a dit…

Tiens ano ...un slogan deja vu...vecu!!!(lol)"Aziz ce l'homme qui rassure.
Ciao"....Sisioca entevem...certainement les memes qui ont concus le slogan precedents...
Pensée à Yanis le pertinent...
bl

Anonyme a dit…

je m'adresse à l'ano du 17h41
BL

Anonyme a dit…

Ya elkheltha,berdou 3ele rouskoum!

Quoi que vous fassiez,vous aurez à supporter (au figuré et au propre) Aziz,au moins jusqu'en 2014,à moins qu'un enième coup d'état le renverse avant cette date.Autrement dit,il ne faut pas compter ni sur la communauté internationale dont le boulot n'est pas de faire les choses à notre place,ni sur les mauritaniens qui s'opposent aujourd'hui au putsch;ceux là,ils viendront un à un rallier aziz.A voir les tronches de nos compatriotes de tous horizons(politiciens,"élus",cadres,notables,etc) à la TVM se ridiculiser pour plaire à Aziz,l'on se rend compte qu'il n'y a vraiment rien à tirer de notre "peuple de Zéro".Bientôt nous batterons le record du nombre des ex-présidents,même si nous n'avons que 48 ans d'existence!...

A+(Lucide)

Anonyme a dit…

Aidez-moi. Qui des habitants de Toujounine va lyncher Sidioca? Dites-moi! C'est plutot le contraire de ce que dit ce journaliste don't on a jamais entendu parler. Certainement un faux nom. La junte veut coute que coute empecher Sidioca de revenir combattre pour recuperer son siege.Lisez pour vous rendre compte de la bassesse de notre junte.

Quand on perd les arguments on menace. Ya bouya Sidi vient a Nouakchott et la fronde putsh grandira. Pompes tes testicules Sidioca et rentre chez toi au grand jour. Tu as ete inneffectif, mais tu n'as fait de mal a personne. Aziz et ses 12 amis ont des prisonniers d'opinion en prison. Pendant tout ton temps au pouvoir ru n'as jamais mis un opposant en prison. Viens yabouya. Nous n'aurons jamais un Boudiaf chez nous.El balga hag!

A-
----


L’arrivée de M. Sidi Ould Cheikh Abdallahi à Nouakchott, l’accueil et la vendetta L’ex-Président, M. Sidi Ould Cheikh Abdallahi, s’apprête à revenir à Nouakchott, retour de son village de Lemden. A l’annonce de sa venue imminente à Nouakchott, la colère des populations gronde et menace notre sécurité. A Toujounine, les habitants sont mobilisés depuis des semaines, pour accueillir « dignement » l’ex-président. Un accueil impopulaire, voire musclé se met en place, avec des objets aussi menaçants que des pierres, des briques, des bâtons et même… des armes blanches.La colère des populations de la capitale mauritanienne contre l’ancien régime est telle que les paroles s’expriment, sans peur : ‘’il faudrait que Sidioca paye le prix de la misère qu’il nous a fait subir et celui du sang pour le jeune homme mort, dont le seul tort a été de manifester contre la hausse des prix’’, voilà les mots que l’on entend souvent martelés par des riverains qui n’en peuvent mais, ployant sous le faix de l’indigence et la précarité.Certains Nouakchottois n’hésitent d’ailleurs pas à affirmer leur volonté d’aller jusqu’au bout de cette vendetta populaire : ‘’Nous irons saccager la maison de cet ex-président indigne et lui ferons regretter les misères et l’humiliation qu’il nous a fait subir avec les membres de sa famille, qui sont ses complices’’.Chaque interpellation par les limiers de la brigade financière des budgétivores -nommés sous l'ancien pouvoir - attise la haine pour celui-ci et renforce la détermination des populations de Nouakchott à l’accueillir avec la haine et les larmes de la misère.Le retour risque d’être mouvementé, à l’image de la fuite de Louis XVI à Varennes, car les populations de Toujounine lui promettent un ‘’accueil’’ qui s’annonce agité, en raison de ses performances médiocres et du souvenir cuisant que l’Ex a laissé chez ce peuple.S’il échappe à la quasi-lapidation qui s’annonce, l’Ex n’en sera pas quitte pour autant, car divers groupes forment le vœu de se mobiliser pour venir saccager sa villa de Tevragh Zeina.Une question se pose dès lors : Ne faudrait-il pas que les forces de sécurité, qui ont admirablement réussi jusqu’à présent à prémunir le pays contre les divers dangers intérieurs et extérieurs qui le guettent assument, une fois de plus leurs responsabilités, et interviennent pour éviter un quasi-lynchage à ce quidam devenu encombrant ?Sa sécurité et ses déplacements vont, en effet, commencer à poser problème. Il appartient aux autorités de tout mettre en œuvre pour que la sécurité des personnes et des biens continue d'être assurée, pour les déplacements de M. Ould Cheikh Abdallahi comme pour ceux de n’importe qui dans ce pays.Ba Samba Aly

maatala a dit…

SALAM

Blogs de Gaza

Dans cette revue des blogs mis à jour à Gaza le samedi 10 et le dimanche 11 janvier, [traduction française mise en ligne à 03h30 lundi 12, heure française], nous sommes informés des conditions de vie sans électricité, de la manière de se procurer les dernières nouvelles à Gaza, et qu'Israël utilise des bombes au phosphore. Une petite fille de 11 ans plaisante : “C'est comme si nous étions un film d'horreur. Je suis sûre que les gens mangent du pop-corn en nous regardant”.


Mohamed Al-Jabowe rapporte [en anglais] :
La situation ne s'améliore pas à l'intérieur de la bande, à cause des bombardements incessants de l'armée israélienne dans le nord et le centre de la bande. Une bataille a commencé aujourd'hui entre les forces navales du Hamas et la marine militaire israélienne. La situation ici est celle d'une cage qui brûle de l'intérieur. […] Mon cousin reçoit les chaînes de télévision par satellite grâce à un système alimenté par une batterie de voiture, et ce que je vois maintenant dans les actualités télévisées n'a rien à voir avec la réalité, la perte de vies humaines doit dépasser 800. C'est très difficile de passer une seule heure sans entendre des explosions, et c'est tout ce que je peux écrire pour l'instant. J'essaierai de vous envoyer plus d'informations dès que j'en aurai la possibilité. Je dois rentrer chez moi et aider ma soeur à trouver du lait pour son bébé. J'espère que j'arriverai vivant à la maison ce soir, je vous tiens au courant.
La journaliste Nazek Aburahma écrit sur le forum AlJazeeraTalk et sur son blog [en arabe] :
ستة أطفال مع أمهم ” أم انس” يعيشون داخل بيت لا تسكنه سوى العتمة منذ أيام طوال وتحت أوتار المدفعية الإسرائيلية التي تدك قطاع غزة على وتيرة واحدة […] فتقول أم انس :” الكهرباء مقطوعة ولا توجد أي وسيلة قد نعلم من خلالها عما يحدث في غزة , لا نسمع سوى دبيب المدفعيات التي تقذف نيرانها في كل مكان ” وتتابع أم انس حديثها من بعد تنهيدة استغرقت ثوان معدودة :” نعلم ما يحصل في غزة من دمار وقتل وقصف عبر الهاتف فأمي تسكن في الضفة الغربية وترى كل شيء عير شاشات التلفزة فتهرع على الهاتف مفزعه لتطمئن علينا و وتبلغنا بمستجدات ما يحصل في قطاع غزة “.
[…]
أما إبراهيم 22 سنة وهو صحفي لإحدى الوكالات الأنباء العالمية في قطاع غزة والذي يتنقل بعجالة بين بيت لآخر باحثا عن كهرباء ليشحن بها هاتفه الخلوي كي يستطيع التواصل مع طاقم وكاله الأنباء التى يعمل معها فيقول على عجالة :” في الفترة الأخيرة اشعر كأنني كنغر انتقل من مكان الى مكان بحثا عن رائحة الكهرباء , فبطارية هاتفي الخلوي قد نفذت ويجب على ان اشحنها لأتواصل مع وكاله الأنباء التى اعمل معها في الخارج “.
Six enfant et leur mère, Oum Anas, ont vécu pendant de longues journées avec seulement l'obscurité et le bruit de l'artillerie israélienne pilonnant la bande de Gaza […] Oum Anas dit : “L'électricité a été coupée. Nous n'avons aucun moyen de savoir ce qui se passe à Gaza. Nous n'entendons rien d'autre que l'artillerie qui tire partout.” Elle poursuit, après un soupir qui dure plusieurs secondes : “Nous sommes au courant des dégâts, des morts, et des bombardement à Gaza par le téléphone. Ma mère vit en Cisjordanie et regarde tout sur l'écran de la télévision, puis court terrorisée m'appeler au téléphone pour être sûre que nous allons bien, et nous raconte les derniers événement à Gaza.”
[…]
Ibrahim, un jeune journaliste de 22 dans qui travaille pour l'une des agences de presse internationales à Gaza, court d'une maison à une autre, à la recherche d'électricité pour recharger son téléphone portable et communiquer avec le bureau de l'agence, nous dit rapidement: “Dernièrement, j'ai l'impression d'être devenu un kangourou, qui saute d'un endroit à l'autre, à la recherche d'un brin d'électricité. La batterie de mon téléphone portable est à plat, je dois la recharger pour appeler à l'étranger l'agence de presse pour laquelle je travaille.”
Lamentations-Gaza [en anglais] :
Nos vies toutes entières ne sont plus qu'un long courant chaotique d'existence : faire la queue tous les matins pour remplir les containeurs d'eau au seul robinet qui fonctionne dans notre immeuble, pétrir du pain à la maison avec notre réserve de farine, en diminution, que nous avons réussi à obtenir quelques jours après l'offensive, lancer le groupe électrogène pendant 30 à 50 minutes le soir pour recharger les téléphones portables et regarder les actualités à la télévision. La constante de nos vies est la voix du reporter sur une petite radio qui donne des nouvelles toutes les quelques secondes des lieux et des bilans des explosions que nous venons d'entendre, ou d'autres attaques plus loin sur la bande. N'oublions pas de mentionner le bruit incessant de un ou plusieurs hélicoptères Apache de l'armée israélienne, des F-16's ou des drones qui passent au-dessus de notre tête. […] Nous sommes maintenant incapables de faire la distinction entre la joie et la peur. Ma soeur, qui a 11ans, rit en imaginant comme les gens dans le monde entier regardent les événements horrifiants qui se déroulent dans la bande de Gaza. “C'est comme si nous étions un film d'horreur. Je suis sûre que les gens mangent du pop-corn en nous regardant” a-t-elle dit. Mes frères de 12 et 14 ans miment des scènes de notre réalité tout en citant des passages de Metal Gear Solid 4 et Guns of Patriots, leur jeu-vidéo préféré, et nous rions comme des fous devant leur performance. Quelques moments plus tard, nous sommes tendus à cause d'une explosion tout proche, violente comme un tremblement de terre, puis nous recommençons à rire quand l'immeuble arrête de trembler. Avant de revenir dans notre immeuble, je n'ai pas pu m'empêcher de le regarder pendant un moment et de penser que nos maisons pourraient bien ne pas toujours être sûres. Mais quoi qu'il en soit, elles nous donnent un sentiment de chaleur, de sécurité et de protection qui valent la peine qu'on se battent jusqu'au bout. Je n'ai pas pu m'empêcher non plus de regarder le ciel. Les étoiles était belles et elles semblaient briller plus intensément que jamais. J'ai pu reconnaître plusieurs constellations et j'ai compté cinq avions israéliens.
Eva Bartlett, activiste canadienne actuellement à Gaza, sur le blog In Gaza [en anglais] :
Certains matins, je me réveille à cause d'une nouvelle explosion et c'est là que je me rends compte que nous avons réussi à nous endormir malgré les explosions. D'autres matins, je me réveille désorientée, je me demande d'abord où je me trouve, étant donné que je dors dans la salle d'attente d'un hôpital, ou dans un bureau des ambulances, ou chez un ambulancier, puisque le Croissant Rouge de Jabaliya-Est a été d'abord bombardé, puis rendu inaccessible par l'invasion des forces israéliennes dans l'est de Jabaliya…et le nord, et le nord-ouest, et l'est, et le sud… […]
3:20 am: Je me suis levée et j'ai arrêté de faire semblant de dormir. [Je] Regarde l'obscurité exploser de haine politique, qui non seulement tue, mais baillonne la vérité. Je vois la haine dans chaque explosion qui secoue Gaza.
[…]
Des heures plus tard, après le lever du soleil, enfin : des femmes passent dans l'hôpital avec de grands plateaux recouverts de serviettes sur leur tête. Un petit réchaud électrique est branché, et elles prennent leur tour pour faire du pain pour leur famille : pas de gaz, pas d'électricité chez elles. Elles ont de la chance d'avoir de la farine, et je suppose qu'un tout petit peu d'aide alimentaire du tout petit peu qui filtre les a atteint. Mais ce n'est jamais assez.
Le professeur Saïd Abdelwahed, qui enseigne l'anglais à l'université de Al-Azhar University, sur Moments of Gaza [en anglais]:
Avec ma famille, nous avons été surpris par le retour de l'électricité, pour la première fois après quinze jours d'obscurité totale! Cela a été un grand moment pour les enfants. Maintenant, ils n'ont pas peur, même si des avions volent au-dessus de nous! Et nous pouvons aussi regarder quelques chaînes de télé, les autres sont bloquées. Al-Jazeera et Al-Arabiya font partie des chaines bloquées. Maintenant, une explosion au loin : ma famille va bien ; ma mère, ma soeur, mes frères et leur famille sont plus en sécurité que moi, même si personne n'est en sécurité à Gaza ces jours-ci, mais toute chose dans la vie est relative.
Natalie Abou Shakra, activiste libanaise présente à Gaza qui écrit sur le blog collectif Moments of Gaza, est hébergée par une famille palestinienne, et ne supporte pas l'idée que quelque chose puisse arriver au jeune fils de cette famille, Abdel Aziz [en anglais]:
Si quelque chose arrive à Abdel Aziz… Je ne sais pas si je pourrais continuer…Regardez dans les yeux de votre enfant…que se passerait s'il était massacré de la façon dont les Israéliens massacrent nos enfants… regardez-les quand ils dorment la nuit…dans leurs lits…est-ce que ce serait normal si vous ne saviez pas s'ils survivraient jusqu'au lendemain ? Est-ce que ce serait normal ?
Quand je suis sortie, Madame Wafaa m'a donné du pain à prendre avec moi pour manger…je sors et …“BOMBE”… Je suis projetée… ils ont bombardé le bâtiment adjacent…je me protège de la poussière…le sifflement dans mes oreilles est assourdissant…poussière sur mes cheveux…j'entends Madame Wafaa hurler mon nom…est-ce que je suis morte, je me demande ? Non, je peux toujours sentir l'odeur de mes vêtements sales…je suis vivante…et l'odeur du sale est merveilleuse…je suis vivante…
Xen Hasan, depuis Manchester en Grande-Bretagne, raconte sur le blog Electronic Intifada la conversation téléphonique avec la famille de son mari, à Gaza [en anglais]:
Mon mari a réussi à joindre sa soeur aujourd'hui durant une communication courte et mauvaise. Elle va bien, ils vont tous bien, Dieu soit loué. Ils ont toujours du riz, et ils ont réussi à se procurer des bougies. Nous les appellerons à nouveau demain. Je prie pour que nous ayons des conversations normales à nouveau : qu'est-ce que tu as fait à l'école aujourd'hui ? Et le travail ? Qu'est-ce que tu prépares pour le diner ? Je rêve de pouvoir poser ces questions banales. Combien de jours encore devrons-nous passer ce coup de fil éprouvant, et nous demanderons-nous ce que ces craquements sur la ligne téléphonique signifient ?
Mohammad se trouve à Ramallah, en Cisjordanie, et lui aussi parle des coups de fils passés à sa famille à Gaza, sur le blog arabe-américain KABOBfest [en anglais]:
J'ai appelé ensuite Khan Younis. Jasim n'a pas décroché. J'espèrais qu'il était en train de dormir. Mahmoud a cependant répondu, mais il avait l'air distrait. Je pouvais entendre le poste de radio qui hurlait. Je lui ai demandé ce qui se passait. Il m'a répondu que les Israéliens avait bombardé le village de Khuza'a, à l'est, avec du phosphore blanc, et que beaucoup d'habitations avaient pris feu. Il était en train d'appeler des amis là-bas. Les gens couraient de maison en maison et de rue en rue, pour essayer d'éviter le contact avec les produits chimiques. Il [Mahmoud] essayait de savoir qui avait été amené à l'hôpital Naser, l'hôpital qui est à quelques pâtés de maison d'où je suis né. Il m'a dit qu'il y avait beaucoup de gens touchés car ils ont inhalé le produit chimique et la fumée. Personne ne sait vraiment comment soigner ça, et personne ne peut être sûr de l'éviter quand il se déverse depuis le ciel. […] La chose terrifiante, à Gaza, en ce moment, est que même les Israéliens ne semblent pas savoir ce qu'ils essaient de faire. Comme je l'ai dit au début de ce billet, les objectifs semblent changer constamment, et devenir toujours plus petits et moins ambitieux. C'est utiliser des armes chimiques dans des quartiers densément peuplé, des missiles de F-16 sur des habitations de particuliers, des mosquées et des écoles. Cela a provoqué des centaines de morts, et encore plus de centaines de blessés, qui ne pourront jamais plus mener une vie normale.
Sharyn Lock, une activiste australienne qui écrit sur Tales to Tell, mentionne aussi des témoignages selon lesquels des bombes au phosphore sont utilisées :
Mo vient juste de parler avec sa soeur, sa famille était sous les bombes au phosphore toute la nuit dernière, à Khuza’a, à l'est de Khan Younis, elle a dit que les bombes sentaient comme les égoûts. Elle a dit que seulement dans leur quartier, il y avait 110 personnes atteintes par le phosphore. Aujourd'hui, ils ont fui leur maison et sont allés chez des parents. Ils ont appelé le ministère de la santé [palestinien] pour savoir s'ils avaient analysé les produits chimiques utilisés, mais ils ont répondu que malheureusement, ils n'ont tout simplement pas les moyens techniques pour le faire et qu'ils doivent attendre une confirmation de l'extérieur.
Nous concluons cette revue de blog par une déclaration passionnée de Natalie Abou Shakra [en anglais]:
Prenez note : nos plumes tanguent dans toutes les directions. Elles insistent, persistent, et recrachent les balles de votre oppression.
Prenez note : nos carnets sont remplis des actes de vos intentions misérables, de vos crimes, jour après jour, contre notre existence, de vos menaces délirantes et de vos tortures atroces.
Prenez note : nos langues survivront pour raconter, les contes de l'histoire de votre racisme, de votre monde d'apartheid, et de votre haine aveugle.

maatala

Anonyme a dit…

D-DAY -1(24h)!JOUR J -1!
SWORD, utah, junot, omaha beach... et
KBG en prime!!

Anonyme a dit…

Ano qui dit que AU est corrompu. AU n'est pas corrompu. Ce n'est pas notre classe politique l'UA.Le 5 fevrier, ils vont demander au Conseil de securite de condamner la junte. Faut pas se fatiguer. Si la junte allait gagner, elle n'allait tergiverser d'aout a maintenant. A-

Anonyme a dit…

Pensées à ceux de Gaza...
Merci Mataala d'avoir selectionné pour nous ces passages sur l'affreuse realité de GAZA....surtout ce qui suit ...
"Une petite fille de 11 ans plaisante : “C'est comme si nous étions un film d'horreur. Je suis sûre que les gens mangent du pop-corn en nous regardant”.
La honte...
bl

Anonyme a dit…

A ce qui suit .....sied le "coup de fil" de LM..."allo lemden ici la terre ; y'a quelqu'un?"
bl

lu sur taqadoumy
Le président déchu rejette les conclusions des états généraux de la démocratie
13-01-2009
La Coalition mauritanienne pour la démocratie, qui regroupe des Mauritaniens de la diaspora, a organisé hier une téléconférence avec le président élu Sidi Ould Cheikh Abdallahi, renversé par un coup d'Etat l'an dernier.

Ce dernier rejette les conclusions des récentes journées de concertation organisées par la junte militaire qui, dit-il, "apparaissent maintenant réellement, je crois, à tout le monde comme une véritable mascarade."

La junte a arrêté une feuille de route qui prévoit des élections au mois de juin. La majorité du parlement à Nouakchott a approuvé les conclusions des journées nationales de concertation fixant la date du 30 mai pour les élections et permettant aussi aux militaires de se porter candidats.

De telles élections ne changeront rien à la nature de ce qui est passés, estime l’ancien président Abdallahi. Pour le président mauritanien renversé, le régime en place en Mauritanie est "illégal" pour avoir "pris le pouvoir par la force contre un régime démocratiquement élu."



© Voice of America - Janvier 2009

kimporte a dit…

ma chère bl, juste un mot

au sujet de A.O.D, nous avons été quelqu'un ici d'abord à le défendre contre maata à tel point que lm , souvenez-vous, intervienne pour dire aux daddahistes d'y aller molo avec maata

ensuite on l'a attaqué comme il se doit et même de façon très dure , qui aime bien châtie bien, je crois d'ailleurs avoir ici écrit un truc pour défendre AOD , l'article est plus bas, expliquant que AOD est le moins traître de tous, nous compris car il se tire des balles sur lui-même et s'écroule devant ses propres victoires

pour sidi c la même chose , nous avons crié haut et fort l'horreur du coup d'état puis petit à petit , pour ma part, j'ai défendu aziz pour les raisons que les bonnes fois défendent

sidi c d'abord un entourage, il reviendra ou pas, ce n'est pas notre affaire, on dit aziz a fait ce que chacun avec son pouvoir eut fait à sa place

ne refaisons pas l'histoire, c fait , maintenant concernant AOD: je dis : ne tire pas sur le HCE, point

vous voulez des élections libres , c l'essentiel , on ne peut pas interdire à aziz de se présenter c pas juste point, on en a marre des mascarades

qu'ils se présentent tous et que l'élection soit libre point , sans marionettes et autres flan. Je dis à AOD ne faîtes pas le jeu du front, c tout

le front, ont l'onu, les flans, israel et ce que ce pays a produit de plus versatiles en termes de "convictions"

si je devais chosir un prsident je dirai " AOD" pourquoi? parce qu'il le mérite c tout

c pas de sa faute si messoud nous trahis, c pas de sa faute si aujourd'hui on est dans ce merdier

bien sûr on l'a dit, il eut pu ne pas prendre acte, dans l'idéal c ok mais enfin l'idéal est otage dans des mains infernale et l'heure n'est pas aux chimères

un système puissant est là qui avec aziz ou pas perdurera, c à craindre qui peut essayer de changer les choses? le seul qui pour l'instant a tout changer: aziz

éwa comment va-t-il se débrouiller avec ce système dont la moitié veut sa peau? j'en sais rien, il lui faut naviguer à vu c'est sidi qui l'a envoyé là que faire?

marche arrière? sidi a refusé, il voulait la peau de aziz, son mentor, c'est inacceptable car ceux qui défendent l'idéal il faut qu'ils défendent aussi les gens qui tiennent cet idéal or franchement l'entourage de sidi , c'est pas possible, avec les gens de l'ufp qui dont le seul rêve est d'abord le statu de aod, tous ces gens se haîssent, on l'a dit

alors AOD parmi tous et le plus humain, on l'a eu toujours encore et encore c bien la preuve qu'il n'arrive pas imaginer que quelq'un ne puisse pas tenir sa parole à ce point

oui je le crois : du système aziz est le meilleur
des civils AOD

éwa maintenant que AOD se présente nous verrons bien si le front qui lui tend la main va le suivre pour faire élire un combattant, c peut-être l'occasion pour messoud de se faire pardonner une trahison qui nous vaut aujourd'hui tout ce désastre, mais il n'en fera rien; c'est la haine qui régne au sommet

éwa que AOD se présente et s'il perd , il restera le chef de l'opposition labate de sorte que les traîtres en étouffent

pour le reste j'applaudis aziz mais certainement tout ce que fais ce gouvernement

un exemple: un délire du ministère de la pêche

d'abord ils ont interdit l'exportation de trois sortes de poissons , on a tous applaudis et tout le monde l'a dit c super que ces poissons reveiinent dans les bouches des citoyens au lieu de disparaître à l'étranger

mais quelues temps après, au lieu de prendre des décisions étudiées on entre dans l'ère des décisions fabuleuses cad qu'on pronostique sans réfléchir sans se concerter avec les professionels de chose

bilan voilà: on interdit l'exportation de tous les poissons à écailles, faut le faire, cad qu'on autorise les bâteaux étrangers qui siffonnent nos eaux à pêcher comme ils veulent des tonnages monstrueux et à quoi on tue la pêche artisanale sous prétexte d'obliger ainsi les mauritaniens à manger du poisson

faut le faire: bilan vu la misère du marché intérieur, bientôt petit à petit ce n'est plus rentable d'aller pêcher surtout que le marché local est vite saturé


ainsi combien de gens indépendants qui bossent difficilement en ne demandant rien à personne pour envoyer quelques caisse à l'étranger est-ce qu'on tue pour un idée bien dirigée mais mal fondée

ils auraient pu trouver mille solutions pour permettre qu'une partie du poisson aille su rles marché s'en tuer le secteur qui emploie, des milliers de personnes

enfin voilà le genre de décision totalement aberrante qu'on prend de son bureau de ministre en regardant la mer du bout des lèvres

tout cela n'est pas sérieux

moi ignorant de mon état, si je devennassssse ministre, même parachuté pour un raison quelconque, que me coute d'apprendre, écouter, demander des rapports à tous ces gens payés pur cela , et enfin décider et non débarquer et faire tout et n'importe quoi, cela finira par retomber sur l'idée qu'on se fait du gouverment aziz I

enfin voilà ma chère bl, j'espère avir clair, je dois y aller, depuis 21h déjà je devais être à un concert où un artiste peintre va éxécuter une oeuvre en live suivant la musique

je suis en retard

à pliss

Anonyme a dit…

Kimporte, tu as dit la vérité, allah la yagleghalak.
J’ai deux points à signaler:
1. les gens qui ont manifesté cette âpre midi et ils ont jeté de pierres sur la maison de l'ex président, ca ce no no.
l'ex président Sidi mérite notre respect total.
2.sidi,AOD,Aziz qui va gagne ci ce transparent? moi je suis sure que sidi sera pas le vainqueur !
ciao

Yanis le R. a dit…

Une pensée pour les enfants de Gaza...

-------------

Ne pas rater cette déclaration d'une coalition de partis-cartables sur plus 60 partis légalisés (!)
C'est sur le site, très anglophone (lol), For-Mauritania.
Ma seule question à cette coalition est la suivante:
Qu'est-ce qui a fait que ce qui vous semblez "légal" hier, en soutenant le coup d'Etat, n'est plus acceptable aujourd'hui?
Ce groupe, peu représentatif et ne représentant que le nomadisme politique à l'origine des vrais maux de notre nouvelle démocratie, et que les vrais démocrates ne doivent pas s'énorgueillir d'avoir comme allié, ne mérite que le mépris à mon humble avis...
On revient toujours aux petits intérêts partisans qui ne font pas la politique (avec un grand p), celle des convictions, tout simplement.
Mais je crois que nous sommes des idéalistes, nous autres qui sommes sur la toile (les canalheurs entre autres et en premier, lol) et qui nous préoccupons juste et uniquement de l'intérêt de notre pays dans l'anonymat le plus souvent...

-----------

FOR MAURITANIA:


"Une coalition de partis soutiens de la Junte s'apprête à la quitter


Selon des sources concordantes, la Coordination Nationale pour la Sauvegarde de la Démocratie, comprenant 16 partis politiques et appuyant le Coup d'Etat vient d'appeler ses adhérents à retirer leur soutien au "Haut Conseil de l'Etat". Ce retrait serait motivé par le peu de considération dont cette coalition était l'objet de la part des Putschistes. L'appel au retrait du soutien a été lancé lors de la réunion des partis membres de la coalition cet après midi au Ksar, dans les locaux du Parti du Dialogue Démocratique, présidé par Monsieur Isselmou Ould El Moustapha, le Coordinateur en exercice de la structure.

La Coordination pour la Sauvegarde de la Démocratie s'était constituée juste après le Coup d'Etat du 6 août et avait déclaré son soutien au Conseil de l'Etat. Elle a aussi participé activement aux Journée du Général pendant lesquelles elle avait eu à proposé une contribution écrite. Le responsable en exercice de la Coordination s'était porté candidat aux dernières élections présidentielles avant de rallier la candidature de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi au deuxième tour.

L'attitude de mépris, érigée en mode de communication par le Général limogé vient de faire encore ses preuves. Ould Abdel Aziz a méprisé la Communauté Internationale, les partis politiques mauritaniens, les Mauritaniens, leurs syndicats et leur organisation de la société civile."

Anonyme a dit…

je pense que nos hommes politiques n'ont eu que ce qu'ils méritent.
Les militaires vont continuer à les b... encore 5 ans (voire plus) s'ils ne se resaisissent pas.
Nous avons besoin d'un Président fort qui peut constituer un arbitre entre tous les groupes et tous les interets.
Ce président ne peut en aucun cas etre SIDIOCA: faible, naif, indecis et démagogue, il a le talent de concilier tout le monde sur son incompétence pour le poste de Président. Il aurait pu etre sénateur, député, ou au plus Médiateur de la République. L'ambition démesurée de son épouse en a voulu autrement. C'est dommage.
Le FNDD a malheureusement mal négocié ses positions.
Comment expliquer cette alliance contre nature UFP (courant idéologique respectable) avec ADIL (des roumouz el vessad émancipés) APP (un coktail explosif d'extremistes de tout bord) et Tawassoul (des islamistes à surveiller de prés):leur seul point commun est qu'ils étaient au gouvernement de SIDIOCA, c'est la politique du ventre qui a détruit ce pays jusqu'a ce jour.
AOD et les pro putsch; un ensemble d'opportunistes qui ont trouvé l'occasion de pousser leurs concurrents vers la sortie. Ils ont au moins le mérite d'opter pour un changement radical des hommes et des méthodes ce qui n'est pas rien.
AZIZ ET LE HCE un groupe de jeunes officiers pleins de reves et d'ambitions pour leurs propres personnes d'abord et pour leur pays ensuite; ils se sont retrouvés par hasard au sommet du pouvoir et ils feront tout pour y rester.
Il reste la majorité silencieuse: nous le peuple ce que nous voulons c'est des responsables courageux capables de prendre en charge nos aspirations et à oublier un peu leurs interets partisans.
Personnellement je souhaiterais bien avoir un ticket AOD - AZIZ au deuxième tour de l'election présidentielle et pourquoi pas l'un président et l'autre premier ministre.
Alors là, il y aura du changement

Anonyme a dit…

Meme si la communaute internationale lache du lest, et la junte arrive a organiser sa mascarade d'elections, le pouvoir qui en decoulera ne va pas fair long feu. La destitution de ce pouvoir s'il voit le jour sera d'une violence jamais vecue.

Vous croyez que les enfants honorables de ce pays vont continuer a accepter le dictat des militaires.

Sanhaji

Anonyme a dit…

sanhaji
les "enfants honorables de ce pays" ont accepté Taya pendant 21 ans, Ely pendant 2 ans, Sidioca pendant 15 mois. Ils peuvent bien supporter un Aziz ou un AOD ou meme un Ould Aweineny pendant un mandat de 5 ans.
Ou bien tu es parmi ceux qui ne peuvent pas s'imaginer un instant en dehors du pouvoir (boidel ente vem).
Sanhaji
Prepare tes provisions
La traversée du desert risque d'etre longue

Anonyme a dit…

Je ne suis pas sujet de cette discussion Monsieur l'anonyme. Je n'ai jamais fait partie d'un pouvoir et je ne compte pas en faire partie. C'est la Mauritanie et son avenir qui doivent te preoccuper autant que moi. Ce pays doit etre dirige par des Institutions et pas par des individus morveux qui ne cherchent que leur profit. Sidi a deja entame ce processus et il faut que ca continue.

Y'a en marre de ces personnages hollywoodiens qui nous tympanisent. L'humanite n'a pu vraiment avance que lorsqu'on s'est rendu compte que le pouvoir est celui de la loi. Les hommes sont des figurants et ne ils ne doivent pas sortir de leur cadre.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Salut ...tout le monde et Kimporte....
"vous voulez des élections libres , c l'essentiel , on ne peut pas interdire à aziz de se présenter c pas juste point, on en a marre des mascarades

qu'ils se présentent tous et que l'élection soit libre point , sans marionettes et autres flan. Je dis à AOD ne faîtes pas le jeu du front, c tout"

Yes ...cher ami...on est d'accord ...du moment qu'il s'agit ...d'elections ...libres...et ...eeeeet ...transparentes ...c'est un pleonasme...certes...mais vu les experiennces passées on jamais sur de rien; surtout quand les garants du processus ...sont juges et parties...tu me diras que c'est ce que existe un peu partout ...en terres de democratie ...mais ...ailleurs,c'est un systeme bien rodé ...dont toutes les parties participent à la regulation ...sans etat d'ames...
Personne ne peut empecher Aziz ( au propre comme au figuré...) de se presenter....c'est un citoyen mauritanien ...qui a des capacites certaines ...du courage...du caractaire...pour ce qui du discernement ...du libre arbitre ...je l'espere...s'il gagne dans ces conditions ...je serais la premiere à l'applaudire ...
bl

Anonyme a dit…

la dernière bataille que AOD doit faire est de ne pas faire de Bataille.

Ne parlons pas d'élections libres car il n y'aura pas,de transparantes à part l'urne peut être qui est transparente le reste n'est que opacité.

Félicitations à la mauritanie est que le meilleur des mauvais candidats gagne.

FILS DU BLED

Anonyme a dit…

..Salut fils du bled....

"la dernière bataille que AOD doit faire est de ne pas faire de Bataille."

c'est l'une des options AOD doit recourir si....

Pensées à ceux de Gaza...
bl

Anonyme a dit…

Lire ...c'est l'une des options à laquelle AOD doit recourir si ...et seulement si....
bl

Ɔopiarpegar a dit…

Nous sommes fatigués 2vterna la pauvreté, les maladies 2nwa3houm kamline we ejhel Aziz ya khouya si tu aimes ton pays evtçal m3e hadha 2li wa7l vih tout ceux qui t'entourent aujourd'hui mne essafagas houma maradh hadha elmoujtama3 ils sont donc responsable de tous les maux de notre société 2vterna minhoum il y a une limite a toute chose ya akhi IZEYENHALEK 2LLI MAYENV3AK VIHA think before it's too late ENASS VETRIT MNE ELVEYAVI (coup d’État,......coup d’État ou tas7i7...) We can't anymore KAVI ASSEZ ENOUGH SUFICIENTE(L7AG'KOUM T'7ELOU 3AINIKOUM)

maatala a dit…

salam

"L’Edito de La Tribune Par Mohamed Fall O Oumère.

Ce qui est arrivé à Ahmed Ould Khattri est regrettable à plus d’un titre.D’abord parce qu’il s’agit de quelqu’un qui faisait preuve d’un très grand dynamisme dans l’accomplissement de sa mission. Ensuite parce qu’il s’agit d’un jeune engagé, animé d’une fougue et d’une volonté exceptionnelles. Enfin parce qu’il obtenait de bons résultats dans ses activités.

Les manifestations de protestation de ses employés sont une preuve de l’impact social de son managing. L’ampleur des dépôts et la multiplication des CAPEC sont une preuve de l’adhésion populaire et la confiance qu’il inspirait. Pour l’aspect personnel de l’homme, je suis très bien placé pour dire qu’il n’a pas son pareil en matière de sympathie et de perspicacité dans la vision.

Ce qui est arrivé à Ould Khattri nous rappelle que les méthodes d’antan sont toujours de mise, que les hommes qui les pratiquent sont toujours en activité.Voyons voir (lisez aussi la lettre ouverte adressée par Ahmed Ould Khattri au Gouverneur de la BCM, pages intérieures).



Lundi dernier, alors qu’il revenait des Etats généraux de la démocratie, Ould Khattri est appelé par un directeur de la BCM qui demande à le voir à la PROCAPEC. Il était aux environs de 18 heures. Juste pour discuter. Probablement du rapport de la mission d’inspection envoyée par la BCM. Il arrive sans tarder. Des policiers entrent avec bruit. Ils tiennent à emmener les deux hommes. «Juste pour un contrôle». Au commissariat de la police judiciaire, le commissaire envoie le cadre de la BCM au commissariat II du Ksar et donne ordre aux policiers qui l’accompagnent de lui retirer ses téléphones avant de le garder à vue. Une mise en scène.

En fait seul Ould Khattri est interpellé. Le commissaire lui dit qu’il est accusé par le Procureur de «détournements de fonds publics» et de «malversations».Suit un long conciliabule sur la nature et l’objet des accusations. Rien n’est vraiment clair. Ni pour le prisonnier, ni pour le commissaire qui avoue ne pas savoir de quoi il s’agit. Le lendemain, arrivée du Procureur qui confirme l’accusation sans donner plus de détails. Devant Ould Khattri les deux autorités discutent pour savoir à quoi s’en tenir. Visiblement la BCM s’est contentée d’une plainte orale à la suite du rapport préliminaire de l’inspection. Puis on décide de l’envoyer à la Brigade financière, le commissariat qui s’occupe des fraudes financières.

Le soir, il est emmené sous escorte de quatre voitures chez lui. Perquisition minutieuse. Que cherche-t-on ? «Quelque chose, on ne sait pas exactement, mais il faut nous aider», répondent les policiers. «Vous aider à quoi ?» «à trouver quelque chose». Tout ce qui comporte mention PROCAPEC est emporté. En plus des ordinateurs personnels. Aucune révélation. Le lendemain, même démarche au bureau.

Correspondances, notes, agendas, bilans… tout y passe. Rien. Il faudra attendre jeudi pour voir la première plainte écrite de la BCM. Elle porte sur un ensemble de griefs qui vont du déficit dans l’une des caisses au choix ‘douteux des fournisseurs’. On s’attarde sur l’un des fournisseurs. Il s’agit d’une société de gardiennage qui appartiendrait selon les enquêteurs à Ahmed Ould Sidi Ould Cheikh Abdallahi. En fait, Sésame – c’est le nom de la société – est dirigée par le fils de l’un des députés soutenant le putsch et c’est avec lui et avec lui seul que le contrat a té négocié. Et âprement (40 gardiens à raison de 60.000UM/gardien/mois).

Aujourd’hui, demain, après-demain, dans les jours qui viennent, Ould Khattri sera déféré. Il sera blanchi au mis en prison. Il sera remis en liberté provisoire ou sous caution. Le résultat est le même dans la mesure où le système a bâti l’arbitraire sur la présomption de culpabilité. Les victimes sont arrêtées, traînées, offertes au lynchage public… sans preuves et en donnant toujours l’impression qu’il s’agit de montages. Qui de nous aujourd’hui a confiance en la justice ? qui de nous croit que la police fait des enquêtes sérieuses et non commanditées ? nous sommes dans un premier temps emportés par les rumeurs distillées par les renseignements, puis la clameur s’estompe, et l’innocence de la victime apparaît au grand jour.

Parce que les procédures auront été violées. Parce que le droit aura été ignoré.Parce que ce qui a importé, c’est le règlement de compte personnel.Passées les étapes d’humiliation de la victime, de son agression physique et morale, le reste importe peu. Quand il y a eu le 6 août, nous avons vu le Parlement s’empresser à créer deux commissions d’enquêtes sur le PSI et sur la fondation KB. Pourquoi n’ont-elles jamais publié les résultats des enquêtes ? Pourquoi, pour le cas du riz du PSI par exemple, la justice n’a-t-elle pas attendu les conclusions de l’enquête parlementaire ? Pourquoi la justice ne s’est-elle pas inspirée des résultats, même partiels de ces enquêtes ?

Parce que la vérité importe peu. Ce qui comptait, c’était de traîner Mme Khattou Mint el Boukhari, épouse de Sidi Ould Cheikh Abdallahi. De lui montrer qu’elle peut être malmenée par la police chargée de la ramener manu militari. Ce qui comptait c’est impliquer Yahya Ould Waqef, l’ancien Premier ministre, dans une affaire de malversation et probablement de corruption. L’affaire Air Mauritanie déterrée pour servir à ‘frapper’ le ‘noyau dur’ de l’opposition au putsch (Ould Biya, Ould Hammoud, Ould Mokhtar…).

Aujourd’hui, c’est le tour de Ahmed Ould Khattri. Ce qui importe visiblement c’est de le mettre en prison, de le traîner devant le public – parents, amis, employés…- et de le livrer en pâtures. Si l’on peut trouver l’explication politique pour l’acharnement contre les premiers – explication qui ne justifie absolument rien – comment expliquer le cas Ould Khattri sinon par l’exercice aveugle de l’arbitraire ? Auquel cas il faut prier pour nous.


Info source : La Tribune (Mauritanie)
-----------------------------------

Excellente analyse sur les manipulations des dirigeants d'hier et d'aujourd'hui dit le FOU.

maatala

Ɔopiarpegar a dit…

Une pensée et une prière pour nos frères à Gaza.

maatala a dit…

Salam

Kimporte

la seule acquis démocratique, c'est que l'on peut faire des élections transparentes chez nous.

AOD préfère le tapis vert au choix du peuple, éliminer Sidioca puis les militaires comme GBAGBO.

Au nom de quoi azziz ne doit pas être candidat, et après tout pourquoi ne pas laisser le peuple choisir.

Son futur "cocufieur" en chef dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

salam

Lu sur cridem

"Genèse et contours d'un coup d'état (suite): Le vent des Peulhs et la saison des hyènes.

Après les initiatives présidentielles sur le retour des déportés et sur l’esclavage, l’entente cordiale entre Sidi o. C. Abdallahi et ses généraux se fissure. Le point de rupture sera atteint lorsque le président décide, dans un premier temps, le remaniement du gouvernement, puis dans un second mouvement, le limogeage de Zeine O. Zeidane et de son équipe. En devenant Premier Ministre, en avril 2007, Zeine O. Zeidane, a reçu la contrepartie de son ralliement au candidat des militaires.

Le nouveau président lui a remis une lettre de mission qui lui confère des prérogatives assimilables à celles d’un chef de gouvernement. Installé au centre du dispositif institutionnel issu de la transition et de l’élection présidentielle, il est bien placé pour déceler les premières lézardes dans ce qui apparaît encore comme une solide union. Son oreille est attentive aux noms d’oiseaux ("le vieillard", "le vieux connard") par lesquels ses interlocuteurs galonnés désignent le chef de l’Etat, et il sait donner à ces appellations méprisantes leur juste signification politique.

La détérioration des relations entre les faiseurs de roi et celui qui ne semblait être jusqu’alors que leur marionnette ouvre à ses pieds un riche champ de possibilités, et il est bien décidé à exploiter la situation à son profit. Il s’installe en rival plutôt qu’en collaborateur du chef de l’Etat.



Le peu d’intérêt qu’il montre pour la création d’ADIL (le parti présidentiel en construction), les initiatives spectaculaires et les nominations en faveurs de protégés des généraux, les postures "présidentielles" qu’il adopte sont comme les éléments d’une stratégie double, de démarcation par rapport au président et de séduction des généraux. Le conseil des ministres (février 2008) délocalisé à Nouadhibou illustre avec éclat le nouveau comportement du Premier Ministre.L’accueil qu’il se fait réserver dans la capitale économique est digne d’un monarque, et il y reçoit Sidi O. C. Abdallahi comme un chef d’Etat accueillant un pair.

Le message est destiné autant à l’opinion qu’à ceux qu’il sait être les véritables maîtres du pays, et auxquels il entend se présenter comme le premier recours.Trois mois avant le Conseil de Nouadhibou, des émeutes populaires avaient soulevé plusieurs localités de l’est (Néma, Timbédra, Djiguéni, Kankossa), et menacé de s’étendre à tout le pays. La gravité de la situation et les résistances à la mise en œuvre de son programme amènent le président de la République à réfléchir à un réaménagement du gouvernement.

Le feed back aux sondes qu’il a lancées confirme, à ses yeux, les connivences qu’il soupçonnait déjà, entre Zeine et les généraux. Le Premier Ministre est une cinquième colonne des militaires dressée dans son jardin. Exit Zeine O. Zeidane. Manœuvres de déstabilisationPressé par ses multiples soutiens, Sidi O. C. Abdallahi avait raté, au lendemain de son élection, l’opportunité d’un gouvernement d’union nationale que les partis d’opposition appelaient de leurs vœux.

La réalisation de son programme exige pourtant une autre configuration politique que celle avec laquelle les circonstances l’ont obligé à composer jusqu’ici. La nouvelle alliance que concrétise le premier gouvernement Yahya O. Waghef n’est pas à proprement parler un gouvernement d’union nationale, mais une équipe d’ouverture restreinte dans laquelle le RFD de Ahmed O. Daddah et l’AJD/MR de Ibrahima Sarr refusent d’entrer. Les généraux disent sans ambages leur opposition à toute participation des anciens caciques du régime O. Taya au gouvernement.

En fait, c’est moins la présence des "roumouz el vessad"(nombreux parmi leurs propres affidés) qui révulse les généraux que l’entrée au gouvernement de l’UFP et des islamistes modérés de Tawassoul. Depuis plusieurs semaines, les conseillers politiques des militaires leur expliquent que non seulement Sidi a un projet politique qui constitue une menace pour l’équilibre du pays, mais qu’il entend, avec ses nouveaux alliés, bâtir une majorité susceptible de lui assurer une élection à un second mandat.

Les conseillers des généraux prêchent des convaincus ; il y a déjà quelque temps que le siège de ceux-ci est fait.Selon diverses sources, les fréquents séjours du général O. Abdel Aziz en France et au Maroc (où il a été reçu par le roi Mohamed VI en personne) lui ont permis de persuader ses interlocuteurs que Sidi n’était pas l’homme de la situation. Faible et incapable de maintenir la stabilité du pays, c’est aussi un chef d’Etat laxiste, qui a franchi les lignes rouges tracées par le CMJD durant la "transition" (légalisation du parti islamiste, complicité avec les terroristes alliés au Polisario).

L’idée d’une action de déstabilisation de Sidi semble avoir été mûrie au cours de cette période. IL ne restait plus qu’à attendre la meilleure opportunité, et à créer les conditions de sa mise en œuvre. Le premier gouvernement Yahya O. Waghef, alliance improbable d’anciens barons du PRDS, d’islamistes et d’ex-communistes allait fournir aux généraux l’occasion de régler les comptes.

L’organisation par les généraux de la fronde des députés d’Adil est la première phase de leur plan de déstabilisation de Sidi O. C. Abdallahi. Le noyau dur de la conjuration parlementaire est constitué de ce que certains appellent "le cercle d’Aoujeft" (les députés de l’Adrar O. Maham, O. Zamel, El Arbi O. J’dein, Yahya O. Abdel Kahar, auxquels le colonel O. Hadi, directeur général de la Sûreté nationale, prête, de temps à autre, main forte). L’objectif de l’opération est la destitution du président de la République par des voies légales ou, tout au moins, par des moyens juridiquement acceptables.

C’est à ces conditions que certains des partenaires extérieurs à l’opération ont donné leur aval. Au dépôt d’une motion de censure et à la demande d’une session extraordinaire de l’Assemblée nationale, le président de la République réplique par une menace de dissolution du parlement. Coup de forceLe premier gouvernement O. Waghef aura vécu moins de deux mois.

Le Premier Ministre, qui ne fait pas partie des cibles des militaires et des frondeurs, est reconduit dans ses fonctions, et compose une nouvelle équipe gouvernementale. L’UFP et Tawassoul n’en font pas partie. On est pourtant encore loin de la fin de la crise. Les frondeurs reprennent leur agitation de plus belle. Selon des informations non confirmées, un accord de non-agression est conclu entre les deux parties, à l’initiative d’une ou deux ambassades européennes: Le président de la République renonce à dissoudre l’Assemblée, et les militaires s’interdisent toute initiative politique, en particulier auprès des parlementaires.

Puis, en quelques jours, le rapport de forces qui semblait favorable aux frondeurs s’inverse. Sidi O. C. Abdallahi réussit à débaucher plus d’une vingtaine de députés signataires de la motion de censure. C’est à cet épisode que fait allusion le général O. Abdel Aziz lorsque dans ses meetings il accuse Sidi O. C. Abdallahi d’avoir acheté des parlementaires, sans jamais donner de détails sur cette action corruptrice.

Le retournement des députés frondeurs signifie la perte de la majorité parlementaire qui, seule, donnait à l’action des parlementaires insurgés une apparence de légitimité. Un vent de panique souffle sur le camp des frondeurs. Dans l’après midi du 5 août, une réunion de crise du "cercle d’Aoujeft", élargi à certains de ses commanditaires, décide une "rectification" de la stratégie de déstabilisation.

La destitution du chef de l’Etat par la voie parlementaire étant devenue impossible du fait de la défection d’une partie des députés frondeurs, un plan B est élaboré à la hâte. Il comprend deux phases. La première est à la charge des civils. Elle consiste à organiser des manifestations populaires, à partir du samedi 9août, qui culmineront, le lendemain, par une insurrection conduisant les manifestants jusque dans les jardins de la présidence dont les portes leur seraient complaisamment ouvertes.

La seconde phase (le 10 août) est placée sous la responsabilité de l’armée qui, à l’appel du peuple, et face à l’exigence de maintenir la paix civile, se verrait contrainte d’intervenir et d’assurer, provisoirement, le fonctionnement de l’Etat. Sidi O. C. Abdallahi est informé du complot quelques heures après sa mise au point. Encore une fois, sa réaction –naïveté maladive ou pusillanimité – se traduit par une demi-mesure: le limogeage "radiophonique", à l’aube du 6 août, des trois généraux de l’armée, sans aucune disposition sécuritaire susceptible de la traduire en acte effectif.

Moins de deux heures plus tard, les généraux passent à l’acte, et renversent le président de la République. Rectification conservatriceParadoxalement la réussite du putsch signe l’échec de la stratégie de destitution "légale" du président de la République dans laquelle le camp anti-Sidi a investi, au cours des derniers mois, des efforts et des moyens considérables. En parant au plus pressé, les généraux sont tombés dans le scénario catastrophe qu’eux-mêmes, leurs troupes parlementaires et quelques uns de leurs appuis extérieurs redoutaient le plus : le coup d’état militaire qui leur mettrait à dos une opinion africaine et internationale hostile à toute forme de conquête du pouvoir par des voies illégales.

Quelles qu’aient été ses faiblesses et ses hésitations, Sidi O. C. Abdallahi a opéré, en des domaines sensibles, une véritable rupture par rapport aux orientations et aux pratiques dominantes depuis plus de deux décennies. Il le fit peut-être trop tôt et dans un style inapproprié, et son malheur fut probablement d’avoir été trop sincère au point d’en paraître naïf.

Les quinze mois de la présidence de Sidi O. C. Abdallahi, en dépit de leur ambigüité, auront été plus qu’une césure. Ils ont creusé une profonde faille aux bords de laquelle, dès le début de la crise, deux camps férocement antagonistes se regardent en chiens de faïence. Entre les deux, et au dessus du vide, une (ex-) "opposition démocratique" en rupture avec son passé esquisse des déhanchements lascifs d’une danse du ventre comique et vaine, sous le regard amusé d’un général assuré de son sacre futur.

L’existence des deux camps est confirmée par Moustapha O. Abeïdarahmane, un des principaux conseillers des généraux putschistes. Dans une interview au quotidien Biladi (31 juillet 2008), il répartit les protagonistes de la crise en deux camps : "le camp du statu quo" (Sidi et ses alliés) et celui du "redressement" (généraux et frondeurs).

Que O. Abeïdarahmane se trompe délibérément sur la caractérisation des deux camps est tout à fait normal, comme c’est évidemment un détail si les généraux préfèreront par la suite parler de "rectification". Les deux mots disent la même chose ; l’effacement des changements d’orientation et de pratiques introduites par Sidi O. C. Abdallahi. Trois semaines après le coup d’Etat, un autre stratège politique proche des putschistes, Ahmed Baba Miské, confirme cette analyse, avant d’ajouter, sur un ton hautain aux accents d’hystérie conservatrice, que la "rectification" était irréversible, quoi que cela puisse coûter (débat télévisé, 24 août 2008).

Les courants profonds

Ce n’est donc pas le coup d’Etat qui divise la classe politique. Tout au plus, consacre –t-il une fracture dont les premiers signes apparaissent dès l’intervention du président de la République à la télévision, le 27 juin 2007. Les initiatives du chef de l’Etat suscitent des réactions hostiles qui prennent, au fil des semaines et des mois, les allures d’une contre-révolution qui se développe en plusieurs niveaux et phases. La culture de la sujétion au pouvoir ou l’opportunisme massif ne peuvent, à eux seuls, expliquer les manifestations de soutien au putsch, les propos haineux à l’endroit de Sidi, la large mobilisation de la "Mauritanie des profondeurs".

C’est plus probablement une conjonction de courants profonds et de puissants intérêts qui constitue le moteur véritable du mouvement de retour vers le passé dont le putsch du 6 août est la consécration et le symbole. Sans qu’on puisse l’affirmer avec certitude, les émeutes qui ont éclaté dans plusieurs villes de l’est du pays (novembre 2007) ont peut-être des causes autres que socioéconomiques. Selon l’enquête conjointe PAM-CSA sur la situation alimentaire des ménages (2006-2007), les moughataa qui furent le théâtre de ces émeutes figurent parmi celles qui produisent au moins 60% de leurs besoins en alimentation. Elles auraient dû, objectivement, être les moins sujettes à des émeutes de la faim.

Et étrange coïncidence, au moment des faits, ces moughataa étaient administrées, dans leur majorité, par des préfets négro-africains, à l’exception de celui de Kankossa, un haratine au nom trompeur de Moussa Samba NDiaye. Les journées de concertation (novembre 2007) autour des questions du retour des déportés et du passif humanitaire sont le prétexte à une intense campagne de désinformation animée par des courants nationalistes arabes sur le thème du retour des Sénégalais, et dont la principale cible est le ministre de l’Intérieur, Yall Zakaria.

Ce dernier dont le contrôle sur les services de renseignement (profondément infiltrés par les groupes chauvins et marqués par l’héritage du régime O. Taya) n’a qu’une vision partielle et anecdotique des événements, ce qui contribue à biaiser l’analyse que le président de la République fait de la situation.

La vieille alliance

Le front idéologique de l’offensive conservatrice s’inscrit dans le registre de l’incantation nationaliste chauvine. Elle est animée, comme il se doit, par Mohamed Yehdih O. Breidleïl, vieux chantre de l’arabité exclusive de la Mauritanie. Dans une série d’articles publiés au mois de mars 2008 dans Nouakchott Info, O. Breidleïl, bat le tambour de guerre. Il dénonce le déferlement des hordes noires venues de l’autre rive du fleuve, et met en garde contre toute tentative de porter atteinte à l’identité profonde de la Nation arabe mauritanienne. Les nationalistes arabes et leurs congénères négro-africains ont en commun une conception de la nation parfaitement conforme à la définition acide qu’en donne Karl W. Deutsch : "une nation est un groupe de personnes unies par une erreur commune sur leurs ancêtres et une aversion commune envers leurs voisins".

Les négationnistes de toutes sortes comptent parmi les auditeurs les plus attentifs des théoriciens et des agitateurs de l’exclusion nationale : les sincères qui, vingt ans après, ne sont toujours pas convaincus de la réalité des massacres et des exactions des années 89-91; les idéologues qui à défaut d’oser revendiquer la paternité des faits les nient systématiquement; les exécutants, enfin : ceux qui, même à un degré infime, ont été impliqués, et que les intentions prêtées à Sidi emplissent de crainte.

Les courants chauvins sont loin d’être la composante principale du mouvement suscité par la politique de Sidi, mais leur idéologie a l’avantage d’être simple et mobilisatrice, et elle a la capacité de fédérer les différents segments de la nébuleuse conservatrice. Mais si O. Breidleïl et ses comparses apportent à ces segments le carburant idéologique nécessaire à leur action, tous ne se reconnaissent pas dans le discours nationaliste, même s’ils y voient un raccourci commode susceptible de précipiter la réalisation de leurs desseins.

Vers un Etat maffieux

Ceux qui mènent la danse sont les membres de la vieille alliance entre l’aristocratie militaire et quelques hommes d’affaires richissimes et influents, installés au sommet d’un système prédateur pyramidal qui depuis trois décennies a mis le pays en coupe réglée. Autour et en dessous d’eux gravitent la nuée des privilégiés et des profiteurs de tout acabit, prompts à servir tout pouvoir leur assurant des profits substantiels.

Ainsi que l’écrivait Le Calame, il y a cinq ans (n°419, du 19 novembre 2003), c’est le monde de ceux qui veulent "que rien ne change.Surtout pas l’injustice tant qu’elle les avantage. Surtout pas la soumission tant qu’ils demeurent les maîtres. Surtout pas la pauvreté tant qu’elle reste celle des autres. Surtout pas la démocratie tant qu’ils tirent les ficelles". Les plus actifs et les plus dangereux de ces segments sont les milieux affairistes et les réseaux maffieux (la frontière entre les deux est des plus poreuses). Il y a longtemps que les premiers font partie du paysage local. Ils ont toujours constitué le gros des troupes prédatrices.

Les seconds ont connu une forte progression ces dernières années, et ont fait de la Mauritanie une des plates formes les plus sûres et les plus actives du narcotrafic transatlantique. Les réseaux de trafic de la drogue et des cigarettes ont étendu leurs ramifications jusqu’au cœur de l’Etat, et sont devenus une menace mortelle pour l’économie et pour la société.

De nombreux indices donnent à penser que la Mauritanie est entrée dans une phase avancée de mutation en Etat maffieux absolu, une république de narcotrafiquants et de contrebandiers. Nous n’assistons pas seulement à un dramatique retour vers le passé, nous sommes déjà engagés dans un sombre avenir programmé, aux forts relents de tabac et de cocaïne. Les communautés maures du sud du Trarza donnent aux premiers vents frais venus du sud, annonciateurs de pluies et d’hivernage, le beau nom* de "Vent des Peulhs" (Rih’ el Voullani).

La transition démocratique et une année d’une présidence nouvelle donnaient à espérer qu’un "vent des Peulhs" se levait sur tout le pays. Le coup d’Etat du 6 août 2008, et les pitoyables "états de la démocratie des généraux" nous replongent, sans aucun doute possible, dans le "ventre encore fécond d’où a surgi la bête immonde", au plein cœur de la saison des hyènes.

Abdoulaye Ciré BA

*Beau nom, parce qu’à elle seule, l’expression est une réfutation de tous les discours particularistes ; parce qu’elle flatte mon ego de Peulh ; parce que je l’ai apprise de l’homme admirable qu’était Habib Ould Mahfoud.

Info source : Biladi (Mauritanie)

maatala

maatala a dit…

Salam

Manifestation devant le domicile d’Ould Cheikh Abdallahi à Nouakchott

Plusieurs dizaines de manifestants, en majorité des femmes, se sont attroupés aujourd’hui devant le domicile du président déchu Sidi Ould Cheikh Abdallahi, répétant des slogans contre son retour à la vie politique et demandant sa mise en examen judiciaire.

Les manifestants étaient arrivés à bord de bus de transport en commun pour se regrouper devant le domicile des Cheikh Abdallahi à Tevragh Zeina, à un moment où des proches de la famille avait affirmé que ces manifestants ont pris d’assaut le domicile en question, ce qui a été démenti par des manifestantes rencontrée par le reporter de l’ANI.

Ces dernière ont expliqué que l’objectif de leur manifestation consiste à venir en masse protester contre le retour de Ould Cheikh Abdallahi à la vie politique. La police est intervenue pour arrêter les manifestantes qui ont été conduites au commissariat de Tevragh Zeina II.



Par ailleurs, un dirigeant du FNDD a déclaré que la rumeur du retour dans la capitale de SIDIOCA est dénuée de tout fondement et qu’il s’agit d’un coup de propagande des services secrets destiné à générer des troubles.

Ce même dirigeant a qualifié la manifestation d’aujourd’hui comme étant une atteinte à l’intégrité morale d’Ould Cheikh Abdallahi et une menace pour la stabilité et la quiétude publiques.

Info source : ANI

----------------------------------

Le pouvoir vient de trouver un moyen, pour interdire à SIDIOCA de revenir à NKTT.

Motif : "Risque de trouble à l'ordre" public".

Quand on veut tuer son chien, on l'accuse de rage dit le FOU.

maatala

maatala a dit…

salam

Lu sur cridem

"Crise politique : Sortir de l’impasse

La Mauritanie est à la croisée des chemins. Le pays connaît une crise multiforme, politique mais aussi économique et sociale, marquée, entre autres, par des disparités criantes entre ‘classes’ sociales, des injustices et des frustrations accumulées et une corruption endémique.

En somme, les ingrédients d’un mécontentement généralisé, annonciateur de lendemains incertains. L’attaque de Tourine est venue rappeler, à qui l’avait oubliée, la fragilité du pays et la nécessaire cohésion nationale pour affronter les défis. Pour ne rien arranger, certains bailleurs de fonds risquent de se retirer durablement dans le contexte issu du coup d’état du 6 août dernier, fragilisant davantage l’économie nationale.

Au niveau politique, il peut paraître malaisé d’analyser la portée de la crise institutionnelle en cours, tant celle-ci semble à fois polysémique et révélatrice de la fragilité des acquis démocratiques dans notre pays. Le divorce imprévu entre les composantes de la majorité au pouvoir a ouvert les portes d’une instabilité chronique, dont la dernière révolution de palais du 6 août a été l’ultime avatar.



Le retour – officiel - de l’Armée aux affaires fait figure de véritable régression, avec le risque d’un affaiblissement de la démocratie, prélude au délitement des institutions. Mais comment en est-on arrivés là? Comment le ‘modèle’ démocratique tant vanté à l’extérieur, qui avait, naguère, valu à la Mauritanie tant de compliments, s’est-il brisé ainsi sur la réalité prosaïque des querelles d’intérêt?

Aux origines de la crise

La crise actuelle résulte de l'ambiguïté intrinsèque du contexte hérité des dernières élections, à savoir celui d’un chef de l'Etat porté par l’Armée au pouvoir et qui a voulu s'émanciper de sa tutelle. D’un côté, on peut reprocher aux militaires d’avoir contribué à exacerber la crise institutionnelle, en instrumentalisant les élus, d’avoir interféré dans l’élection du Président, d’avoir (re)pris le pouvoir juste au moment où ils étaient débarqués…

D’un autre côté, on pourrait reprocher au Président d’avoir, dans une certaine mesure, ‘bloqué’ le fonctionnement des institutions… On est, surtout, en droit de se demander qu’est ce qui explique son attachement aux ‘symboles de la gabegie’, ces fameux ‘roumouz el vessad’, pourtant décriés par leurs compatriotes? Qu’est ce qui explique qu’un président élu sur un programme de changement, jette son dévolu sur les symboles de la continuité, recalés, de surcroît, du suffrage universel?

Par ailleurs, quel don d’ubiquité lui permet-il d’accepter l’appui des officiers pour arriver au pouvoir et de le dénier aux parlementaires ‘frondeurs’? Dans ces conditions, nombreux, parmi nos compatriotes, sont ceux qui sentent, confusément, que les soubresauts consécutifs au coup d’Etat ne sont que l’aboutissement de la lutte larvée entre les fractions antagonistes d’une même classe dirigeante, largement corrompue et solidairement responsable de la déconfiture du pays.

Cette situation plonge, également, ses racines dans la transition qui n’avait su (ou pu) répondre à l’aspiration dominante à tourner la page du passé. L’incommensurable déception qui en a résulté explique, en partie, aujourd’hui, la crise en cours, le Président n’ayant pas, par ailleurs, pris la mesure de l’ampleur des attentes en faveur de plus de progrès et de justice sociale.

Sur le plan constitutionnel, le rôle du président de la République, du parlement et de l’armée se situent au cœur de la crise : alors que certains voudraient faire évoluer le jeu institutionnel vers un modèle parlementaire, où le chef de l’Etat serait l’arbitre des luttes factionnelles; d’autres voudraient, au contraire, consacrer une logique présidentialiste, plus conforme à la tradition ‘sultanienne’ de l’exercice du pouvoir, dans laquelle tout procéderait du seul chef de l’Etat.

Cette querelle juridico-politique intervient dans un contexte où, longtemps durant, le parlement s’est réduit à une simple chambre d’enregistrement de la volonté de l’Exécutif. On se souvient, en 2005, de l’épisode ridicule des célèbres ‘avenants’ de Woodside et de leur supposée approbation parlementaire, sans même que les députés en aient pris connaissance.

A la faveur de la crise, et indépendamment des motivations (réelles ou supposées) de la majorité parlementaire, en refusant la posture passive à laquelle les invitait le chef de l’Etat, les élus ont sonné la fin du président omnipotent, duquel procèdent toutes les institutions. Ce recul du pouvoir personnel, dans un pays où l’abus d’autorité a toujours été à l’origine des dérives institutionnelles, est peut-être un tournant qui demande à être confirmé…

En effet, le choix du premier ministre et du gouvernement, ainsi que les grandes décisions, ne reviennent au seul chef de l’Etat que dans les contextes autoritaires. Dans une autre configuration institutionnelle, de tels actes procèdent de la majorité parlementaire, dont l’Exécutif doit refléter les grands équilibres. Ils ne sauraient être imposés par le Président, au gré de ses humeurs ou de ses inspirations…

Au-delà des enjeux, une analyse rétrospective permet de comprendre que, contrairement aux apparences, le coup d’état avait commencé le jour où, durant la première transition, l’Armée nationale (représentée, en l’occurrence, par les officiers généraux), revenant sur ses engagements antérieurs, avait commencé à œuvrer pour assurer le triomphe d’un candidat au détriment des autres.

A partir de ce moment-là, la logique du coup d’Etat était engagée, aboutissant, deux ans après, à la déposition du Président élu par ceux qui l’y avaient aidé, dès lors qu’il avait rompu le ‘contrat’ moral qui les liait. A partir de là, il était donc difficile au camp du Président de contester à l’Armée le droit d’interférer dans les choix politiques et de crier à la démocratie trahie, au lendemain du 6 août, après s’être accommodé de son appui pour arriver au pouvoir…

Gestion unilatérale et risques d’instabilité

Après plusieurs mois de crise, le Haut Conseil d’Etat n’a fait aucune concession notable en vue d’une solution consensuelle, continuant d’entretenir le flou sur ses intentions et cherchant à gagner du temps, pour mieux imposer le fait accompli.

En ce sens, le coup d’Etat du 6 août 2008 et l’avortement de l’expérience démocratique apparaissent surtout, au-delà des raisons politiques et institutionnelles (qui sont réelles), comme l’affirmation des ambitions politiques contrariées d’un Général, dont l’hégémonie semble, aujourd’hui, d’autant plus grande qu’elle n’est pas équilibrée par de véritables contre-pouvoirs. Le Parlement est dominé par les soutiens inconditionnels, l’appareil judiciaire et les médias publics instrumentalisés, l’Opposition est affaiblie et menacée de dissensions....

La lecture de l’évolution politique montre ainsi que le HCE est déterminé à mener à terme son agenda politique, dont les étapes seraient, après la concertation nationale et l’adoption de la ‘feuille de route’ du processus, la mise en place d’un gouvernement élargi et l’organisation d’une élection présidentielle, dont l’issue ne semble pas faire de doute.

Tout indique que le Général, arrivé au pouvoir, à la faveur d’un coup de force, pour ‘rectifier les dysfonctionnements institutionnels’, cherche à mettre en place les conditions de son plébiscite, se préparant à ‘préempter’ l’issue des prochaines échéances électorales. D’ores et déjà, il est en campagne, pour s’assurer l’allégeance des groupes influents et les faveurs de l’opinion.

De la prise en charge des problèmes des populations déshéritées (distribution de parcelles de terrains à usage d’habitation, contrôle des prix et autres mesures à caractère social…) à la campagne d’explication du coup d'Etat, en passant par une concertation aux résultats connus d’avance, sans oublier le train de nominations, le populisme se conjugue à la redistribution des prébendes, pour verrouiller le paysage politique...

Plus préoccupant, on constate une certaine dégradation des libertés publiques (restrictions aux manifestations, arrestations…), sans compter qu’une candidature du Général risque d’être, dans le contexte clientéliste du pays, porteuse d’un risque de retour à la case départ, synonyme de régression pour la démocratie.

En somme, la scène politique nationale est porteuse de dynamiques conflictuelles, qui tiennent autant à des facteurs structurels qu’à des risques liés à la conjoncture. Ajoutées à l’impact de la crise en cours, ces dynamiques sont susceptibles de précipiter le pays dans une logique de déstabilisation aux conséquences imprévisibles, dont les manifestations suivantes paraissent les plus porteuses de latences déstabilisatrices :

Résurgence du tribalisme et affaiblissement des partis : Dans l’entreprise de domestication de la classe politique, et pour mieux asseoir sa domination, le HCE s’appuie sur les notables, réputés réfractaires au pluralisme, comme en témoigne le choix des participants aux ‘états généraux de la démocratie’. La cooptation de ces personnalités risque de conforter leur fonction d’intermédiaires incontournables dans le processus de mobilisation politique.

A travers le coup d’Etat, ces dernières ont acquis la mainmise sur l’appareil de l’Etat, dans un contexte de réactivation des luttes factionnelles, qui alimentent le train des nominations et des disgrâces. Dans un pays où le tissu tribal et ethnique est particulièrement complexe, la stratégie du HCE traduirait, en filigrane, une lutte de classement au profit de l’entourage tribal de la nouvelle catégorie dirigeante, dont certains membres connaissent, depuis le 6 août, une ascension fulgurante.

Dans un contexte où les partis ont du mal à s’imposer comme vecteurs de socialisation politique et d’accès au pouvoir, cette perspective risque de les affaiblir davantage, réduisant d’autant les chances d’enracinement de la culture démocratique.

Récession économique : A la faveur d’une conjoncture internationale, marquée par la chute du prix des produits d’exportation (poisson, pétrole), les sanctions internationales recèlent un risque réel de ralentissement, voire de récession économique. Cette tendance pourrait être amplifiée par le recul du tourisme et la prudence, voire le retrait, des investisseurs étrangers.

Ce contexte se traduirait, malgré la bouffée d’oxygène que constitue le maintien de l’accord de pêche avec l’Union européenne, par la chute des réserves en devises, la détérioration de la balance commerciale et des paiements.

Mouvement sociaux : Des pressions internationales fortes, se traduisant par des sanctions économiques lourdes, sont susceptibles, dans une conjoncture mondiale défavorable, d’entraîner un ralentissement de l’activité. Avec un taux de chômage élevé (32% en 2004), la situation sociale serait tendue, avec le risque de recul de la monnaie nationale et des tensions inflationnistes, le pays important 70% de ses besoins en denrées de base.

Au-delà d’un seuil critique, la probabilité d’émeutes populaires monterait d’un cran, à l’image des manifestations de la ‘faim’, qui avaient éclaté en décembre 2007, dans l’est du pays, pourtant réputé ‘légitimiste’ et peu porté à la fronde.

Risque d’un contre coup d’Etat? Si la cohésion du premier cercle des officiers supérieurs semble acquise, en dépit des rumeurs (distillées par la machine de propagande du Front anti-putsch ?), il n’en est pas nécessairement de même au niveau des autres échelons d’encadrement de l’Armée. Pas plus que les hommes d’affaires, les officiers n’ont envie de faire face à des sanctions internationales pour protéger les ambitions politiques d’un Général qui ne fait pas nécessairement l’unanimité au sein des hommes de troupe.

L’absence d’une solution consensuelle à la crise et la permanence de la contestation pourraient stimuler d’éventuelles tentations putschistes, favorisées par la facilité déconcertante avec laquelle celui du 6 août a été consommé, entraînant le pays dans une zone de turbulences.

Le développement de l’islamisme radical : Les évènements récents montrent que la Mauritanie n’est pas à l’abri de la vague islamiste qui secoue la région. Le reflux apparent du jihadisme au Maghreb septentrional pourrait lui offrir un champ de redéploiement privilégié en Mauritanie. Ce courant pourrait alors, à la faveur des dissensions internes, émerger comme une forme de contestation radicale de la ‘modernisation conservatrice’ voulue par les autorités actuelles.

Or, la faiblesse des capacités de contrôle et de surveillance des frontières nationales fait de la Mauritanie le ‘ventre mou’ de la région, situation qui serait aggravée par un éventuel isolement du pays, facilitant d’autant la déstabilisation du pays.

Durcissement de la junte militaire : L’antagonisme irréductible qui divise la classe politique, sur fond de lutte d’accès aux ressources et de conflits d’intérêts, est susceptible de s’exacerber, en l’absence de toute solution de compromis et faute de modes démocratiques et pacifiques de régulation des conflits. Pour faire face à l’isolement diplomatique et à une possible déstabilisation, le régime pourrait céder à la tentation de la répression.

Des pressions internationales croissantes seraient ainsi, paradoxalement, de nature à alimenter des mesures arbitraires, le régime décidant de sacrifier les libertés pour mieux garder le contrôle du pays.

Rétrécissement de la base sociale du pouvoir : Le jeu politique semble se réduire à certains milieux dont l’hyperactivité paraît inversement proportionnelle à la représentativité et à la légitimité électorale. Cette situation traduit l’influence disproportionnée de quelques coteries, qui déterminent les orientations et les choix politiques fondamentaux, tandis que des groupes sociaux importants se tiennent à l’écart du processus.

Cette dynamique marque un recul par rapport à l’élargissement de la base sociale du pouvoir à des segments tels que les descendants d’esclaves (harâtin), qu’avait favorisé la cooptation du président de l’Assemblée nationale et le vote d’une loi criminalisant les pratiques esclavagistes.

Une tendance similaire peut être constatée parmi les groupes négro-africains, qui observent un relatif retrait de la scène politique. Cette situation, qui remonte à la période des exactions des années 1990/1991, se nourrit d’un sentiment d’exclusion, en l’absence de règlement consensuel du ‘passif humanitaire’.

Ce dossier peut rebondir à tout moment, d’autant plus qu’une partie de l’encadrement de l’Armée s’est toujours montrée réfractaire à ce qu’il soit traité de manière à mettre en lumière ses éventuelles responsabilités. A long terme, cette évolution affaiblit la citoyenneté et ouvre la voie à l’émergence d’une conscience et d’une identité communautaires différenciées, source de désordres politiques futurs.

Les interférences sous-régionales : L’évolution interne ne pourrait être isolée du contexte environnant. A cet égard, la question du Sahara occidental, pomme de discorde entre les deux puissants voisins septentrionaux, est loin d‘être réglée, comme en témoigne le piétinement des discussions engagées sous l’égide des Nations unies. Elle se profile, en filigrane, derrière les positions contrastées de l’Algérie et du Maroc sur le coup d’Etat du 6 août.

A l’évidence, un alignement éventuel du pays sur les thèses marocaines risque de rompre la doctrine de la neutralité, qui faisait, jusqu’ici, figure de position de consensus national. Une telle perspective, qui ne suscite guère l’adhésion de la classe politique et de l’Armée, serait porteuse d’instabilité pour le pays et la sous-région.

Isolement du pays sur la scène internationale : A la lumière des déclarations des uns et des autres, il n’est pas exclu qu’après avoir brandi la menace du boycott, les chancelleries occidentales reviennent à de meilleurs sentiments vis-à-vis de la junte et se laissent amadouer par les promesses du processus en cours, au prétexte d’éviter le pire.

Certes, la communauté internationale continuera d’exiger, à défaut d’un retour du Président de la République dans ses fonctions, qui semble désormais en déphasage avec l’évolution des évènements, une formule de retour consensuel au fonctionnement normal des institutions.

De même, l’Union Africaine pourra engager des sanctions internationales et en appeler au conseil de sécurité. Toutefois, la position de la communauté internationale risque, saisine des Nations unies ou pas, d’en rester au stade de la ‘gesticulation’ diplomatique et de la condamnation de principe, sans que l’on veuille aller au-delà…

Quelles solutions ?

La fiabilité d’un système démocratique se mesure à sa capacité à apporter des solutions aux crises susceptibles de survenir dans son fonctionnement. En ce sens, l’idéal aurait été que la crise actuelle puisse être résolue selon les procédures prévues dans le cadre du dispositif constitutionnel.

Toutefois, le refus de la dissolution du parlement, qui aurait pu donner au peuple l’occasion d’arbitrer le conflit de légitimités et le rejet de la convocation d’une session parlementaire extraordinaire pour constituer la Haute cour de justice, qui aurait pu engager, le cas échéant, une procédure constitutionnelle de destitution du chef de l’Etat, ont empêché, entre autres, de trouver une solution conforme à la lettre et à l’esprit de la loi fondamentale.

Le coup d’état aujourd’hui consommé, l’hypothèse la plus conforme à l’esprit de la Loi fondamentale serait celle de la démission volontaire du Président et le retrait (immédiat) du Général, dans le cadre d’un arrangement politique pour conjurer les risques d’une confrontation durable. L’intérim serait alors assuré par le président du Sénat ( ), les pouvoirs exécutifs étant confiés à un gouvernement d’union nationale, dirigé par un Premier ministre, de préférence, technocratique, en attendant l’organisation d’élections anticipées.

Ce Gouvernement, composé sur la base de la représentation parlementaire, dirigerait la période intérimaire et ne devrait, en particulier, procéder à des nominations que par stricte nécessité administrative, pour ne pas influer sur le processus électoral. Le Président renversé et les membres du HCE( ) pourraient se présenter aux élections, à l’instar des autres acteurs politiques, sur la base d’une (relative) égalité de chances, permettant une compétition réelle.

Au préalable, une concertation des acteurs politiques représentatifs serait convoquée pour engager un dialogue sur les problèmes du pays, en prenant en considération les conclusions des ‘états généraux de la démocratie’, organisés récemment, afin de définir l’agenda et d’arrêter les mesures urgentes à mener avant les élections, qui pourront, notamment, inclure une révision de la Constitution.

Ce schéma, tout en respectant (un tant soit peu) les formes et, dans une certaine mesure, l’esprit de la constitution (à défaut d’être entièrement conforme à sa lettre), donnerait au peuple l’occasion d’arbitrer le conflit de légitimité, par de nouvelles élections (sous supervision internationale et avec les garanties appropriées( ) et au pays l’opportunité de sortir de l’impasse.

M. Ould El Mounir et A. Ould Soueid Ahmed
Universitaires


(1) Article 40 de la Constitution : « En cas de vacance ou d’empêchement déclaré définitif par le Conseil constitutionnel, le Président du Sénat assure l’intérim du Président de la République pour l’expédition des affaires courantes ».

(2) Éventuellement transformé en un ‘Conseil supérieur de défense nationale’. Cf. Article 34 de la Constitution : « Le Président de la République est le Chef Suprême des Forces Armées. Il préside les Conseils et Comités Supérieurs de la Défense nationale ».

(3) Un accord politique formel, accompagné d’une Déclaration de principes pourrait être conclu entre les parties prenantes, sous les auspices des organisations internationales concernées, qui désigneraient des représentants chargés du suivi, avec des réunions périodiques pour s’assurer de la mise en œuvre des dispositions de l’Accord. Ce comité de suivi, élargi aux représentants des parties prenantes, serait chargé d’arbitrer tout différend éventuel, relatif à la mise en œuvre de l’Accord. Les Organisations apporteraient l’appui et l’assistance nécessaires à l’organisation des élections, en conformité avec les standards internationaux.



Info source : Le Calame (Mauritanie)


maatala

Ɔopiarpegar a dit…

dear A- marra marra copiar y pegar ya ça7bi matkhaçar chi

50.000.000 $ détournés par les militaires
14-01-2009
Avant le putsch du 6 août dernier, l'Arabie Saoudite avait offert cinquante millions de dollars à la Mauritanie, dans le cadre de la coopération militaire, selon un haut responsable dans l'administration de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, Président de la République à l'époque.

D'après ce responsable, Ould Cheikh Abdallahi avait donné l'ordre de bloquer cette somme sur un compte à la Banque Centrale de Mauritanie, en attendant de l'inclure dans le budget 2008, dans la rubrique des dons.

Après le putsch, le Général Mohamed Ould Abdel Aziz a débloqué la somme, et a donné l'ordre de l'inclure à la caisse noire de la Présidence, sans là mentionner ni dans le budget de 2008 ni dans celui de 2009.

Le responsable en question, qui a requis l'anonymat, précise que d'importants retraits ont étaient effectués pour le moment. Il dit son étonnement du silence des députés et de l'Inspection Générale de l'État, et ce au moment où les autorités affichent leurs volonté de lutter contre la gabegie et le détournement des deniers publiques.
taqadoumy.com

Anonyme a dit…

taqadoumy ce pas une source, ils sont pas sérieux et ils sont négative a tous ce qui concerne ould abdel aziz et ould basba3 en générale.
50million dollar ce faut, ils ont promis 20 million pour Tintant et ce pas encore débloquer.

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Le parti de Ould Daddah va très bien…

On parle de plus en plus ces derniers temps du RFD, de son éclatement imminent et de dissensions gravissimes qui, dit-on, menacent la cohésion du parti. Des supputations qui sont la résultante, hélas, d’une certaine idée qu’on se fait de la politique dans ce pays.

Où la différence est synonyme de l’hostilité voire d’une guerre à tranchée. C’est une tendance quelque peu fréquente chez notre élite malheureusement d’inscrire toute action politique dans une logique unanimiste. L’unanimisme n’est pas une vertu, en politique, en tout cas.

Bien au contraire, il est, surtout dans un environnement comme le nôtre, où l’apprentissage démocratique fait encore ses petits premiers pas, sur un chemin, il faut le rappeler non dépourvu d’embûches, porteur de germes de discordes et de déconfitures. Car, on le sait bien, le non-dit et le tabou ne sont pas les meilleurs manières dans l’exercice d’une démocratie pluraliste.



Ce qui se passe au RFD n’est qu’une expression de cette diversité qu’on redoute tant dans ce pays. C’est un signe d’une bonne hygiène politique que les points de vue divergents. C’est ce qui favorise la culture démocratique, la pérennise et l’immunise davantage.

Au RFD tout va bien. Que ceux qui s’inquiètent ou feignent insidieusement être inquiets sur le sort de ce parti soient rassurés. C’est un débat qui s’installe, des points divergents, des prises de bec, parfois… . C’est une santé politique qui se manifeste. Et, c’est surtout un rejet au conformisme aveugle. A bon entendeur, salut.

Moctar Ould Babana
Cadre RFD

----------------------------

Puisque tout va au RFD, pourquoi en parler(Lol).

il a dit:

"Au RFD... C’est un débat qui s’installe, des points divergents, des prises de bec, parfois… . C’est une santé politique qui se manifeste. Et, c’est surtout un rejet au conformisme aveugle.

Le RFD version 2009, c'est "CANALH bis" dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

copiarpegar,

Je suis entrain de lire en meme temps que tout le monde la verté qui commence à sortir. Les 50 millions de $, s'ils sont vrais, ont été donnés à sidioca et non à Aziz. Il y avait quelques millions aussi donnés par les US pour le meme but (lire le premier raport du FNDD). Plus sur ça après. A-

maatala a dit…

salam


saidechinguity a dit:

"J’ai toujours eu des problèmes à cerner tes opinions : anti ou pro- putsch"

----------------------------

cher ami

J'ai toujours lutté contre la pensée unique et le conformisme.

j'ai été nourri à la sauce : Polac, thierry ardisson, du monde diplomatique, de marianne, canard enchainé et autres agitateurs emmerdeurs....

je juge les hommes en fonction de leurs actes et non de leurs intentions (sidioca ente vem), je ne suis pas un ayatollah de la légalité, mais de la vérité.

Pour moi SIDIOCA n'est pas apte à diriger le pays seul, à plus forte raison affublé de son fardeau KB.

elle représente pour moi, ce qu'il y'a de plus bête, cupide, arrogant et décadent dans notre société.

A la seule idée que le "mollasson" de Sidioca soit soumis aux moindre de ses caprices me donne l'envie de distribuer des baffes.

Azziz n'est pas un saint, mais il traîne moins de casseroles et de boulets.

Le pays se porterai mieux sans les créatures de la tayie, malheureusement nous sommes par la force des choses contraint à faire dans le moindre mal dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

Salut tout le monde.
Lu pour vous:
--------------------------
Subject: no comment

Voici, en exclusivité, ces règles que tout le monde doit avoir à l'esprit ( entre ( ) ) lorsqu'il regarde le JT (journal télévisé) le soir, ou quand il lit son journal le matin. Tout deviendra simple.

Règle numéro 1: Au Proche Orient, ce sont toujours les arabes qui attaquent les premiers et c'est toujours Israël qui se défend. Cela s'appelle des représailles.

Règle numéro 2: Les arabes, Palestiniens ou Libanais n'ont pas le droit de tuer des civils de l'autre camp. Cela s'appelle du terrorisme.

Règle numéro 3: Israël a le droit de tuer les civils arabes. Cela s'appelle de la légitime défense.

Règle numéro 4: Quand Israël tue trop de civils, les puissances occidentales l'appellent à la retenue. Cela s'appelle la réaction de la communauté internationale.

Règle numéro 5: Les Palestiniens et les Libanais n'ont pas le droit de capturer des militaires israéliens, même si leur nombre est très limité et ne dépasse pas un soldat.

Règle numéro 6: Les israéliens ont le droit d'enlever autant de Palestiniens qu'ils le souhaitent (environ 12,000 prisonniers à ce jour). Il n'y a aucune limite et n'ont besoin d'apporter aucune preuve de la culpabilité des personnes enlevées. Il suffit juste de dire le mot magique "terroriste".

Règle numéro 7: Quand vous dites "Résistance", il faut toujours rajouter l'expression « soutenu par la Syrie et l'Iran ».

Règle numéro 8: Quand vous dites "Israël", Il ne faut surtout pas rajouter après: « soutenu par les États-Unis, la France et l'Europe », car on pourrait croire qu'il s'agit d'un conflit déséquilibré.

Règle numéro 9: Ne jamais parler de "Territoires occupés ", ni de résolutions de l'ONU, ni de violations du droit international, ni des conventions de Genève. Cela risque de perturber le téléspectateur et l'auditeur de France Info.

Règle numéro 10: Les israéliens parlent mieux le français que les arabes. C'est ce qui explique qu'on leur donne, ainsi qu'à leurs partisans, aussi souvent que possible la parole. Ainsi, ils peuvent nous expliquer les règles précédentes (de 1 à 9). Cela s'appelle de la neutralité journalistique.

Règle numéro 11: Si vous n'êtes pas d'accord avec ses règles ou si vous trouvez qu'elles favorisent une partie dans le conflit contre une autre, c'est que vous êtes un dangereux antisémite.

------------------------------
Hamid
On est ou on n'est pas....

Anonyme a dit…

wallahy on comprend plus rien, comment ould oumeir peut défendre Un Ami qui a voler quelques milliards ?
Ould Khatry cet un voleur et il doit être prêt pour les conséquences.
wallahy mane lahi netgedmou ci a chaque foi quelqu’un est interpelle on commence a dire qu'il est innocent, et blabla.
Tous ce gens ce sont des voleurs
yahya ould waqaf,moustapha ould hamoud,didy ould biye,abdallahi ould mokhtar, tidjani ould hussein, ahmed ould khatry.
Bien sure ils sont pas les seules, mais ce déjà un très bon départ.
yagair ould oumeir et tous ce opportunistes ils nous retarde.
we selam.

Khalil Balla Gueye a dit…

Puisque chacun y va de son « for Mauritania » avec force louvoiements « serpentins » comme pour éviter je ne sais quelle « peste », Eh bien à mon tour de vous servir « un bon cru de mon cru » et de la dernière cuvée d’appellation contrôlée (AOC, pas AOD le mauvais dégustateur !) FNDD !
Et c’est parti sur les chapeaux de roue ! »God save our souls » !
De mal en pis :du putsch au hold-up électoral!
1)(La trame d’un hold-up électoral annoncé………..)
2)L’impossible blanchiment d’un putsch.
Par conséquent, la seule possibilité de contourner ces «contraintes statistiques» serait banalement d'organiser une mascarade d'élections dont la recette universelle n’est méconnue d’aucune «dictature qui se respecte» !Et manifestement, le général limogé aurait choisi l'option unilatérale, radicale et sans appel avec son immanquable corollaire consistant à «trafiquer au besoin » les élections et le « besoin » sera vraiment criant .Rien que le délai très court de moins de 5 mois « suggéré » par les EGD, en fait soufflé par Aziz, le corroborerait amplement .Un candidat comme le général limogé ayant à l’esprit de jouer vraiment franc en se présentant à une « élection présidentielle dite ouverte et plurielle » prendrait bien soin de se donner le temps de se faire connaître du peuple !Comment pourrait-on prétendre convaincre tout un peuple de voter pour soi en un temps aussi court surtout qu’il y aurait des citoyens à l’intérieur du pays qui ignoreraient jusqu’à son nom? Réponse :un candidat si mal préparé malgré la profusion des moyens à sa disposition n’aurait donc qu’une seule obsession et ne s'embarrasserait guère de fioritures pour accomplir la «formalité au plus vite et qu'on en parle plus»!Manifestement le chef de la junte n’en aurait cure du vote populaire, les chefs de bureau auraient ainsi plus de cote à ses yeux que l’électorat .Sa déjà bien préméditée campagne électorale se réduirait pour sûr à cette intimation aux responsables des bureaux de vote : «What you put in (dans l’urne) is what you get » !Le bourrage des urnes en clair !
Conclusion :Les laudatifs qui font croire au général limogé qu’il serait capable de se forger par les urnes une « légitimité abrogeant ou invalidant la légitimité populaire du président Sidioca » se trompent lourdement !Cette irréalisable et irréaliste légitimation par le vote populaire ne serait tout simplement pas possible arithmétiquement sans le concours actif et volontaire du FNDD et de nombre d’autres partis victimes de la « machine à faire le vide».Sans même invoquer l’aspect anticonstitutionnel viciant ces élections forcément viciées à la base .Et je verrais mal le FNDD et les autres partis de la mouvance anti-putschiste élargie donner pour consigne de voter Aziz.
Au terme de ce raisonnement l’on pourrait avancer 2 certitudes :…………….etc
Khalil Balla Gueye (« for Mauritania »)14-01-2008

Anonyme a dit…

Complètement zinzin ce KBG, c'est le fou du blog (sorry maatalla.lol! )

Anonyme a dit…

Lors de la présentation des vœux du nouvel an a la présidence du corps diplomatique, on a remarque l'absence de celle des USA, normal me direz vous, ils ne reconnassent pas le nouveau pouvoir.
Mais qui, vont-ils inviter a la cérémonie prévue a l'ambassade pour l'investiture du président Obama?
Surement leurs partenaires mais aussi des officiels, ..peut-etre Sidioca et son equipe.

A propos de la cérémonie d'investiture, si vous êtes A Nouakchott, faites un tour du cote de la maison des artistes, il ya des portraits magnifiques de Obama...en boubou et fait a partir des plantes et du sable... c'est original.

Anonyme a dit…

Salut ... lu sur Ani

Urgent...Signature d'un protocole d'accord entre la Mauritanie, la SMH et Shell

Le gouvernement mauritanien, la Société Mauritanienne des Hydrocarbures (SMH) et Shell Gaz & Power B.V. (Shell) ont signé mercredi matin à Nouakchott un accord de coopération sur l'Etude des Options de Commercialisation du Gaz.


Date publication : 14-01-2009 17:08:07 Lecture N°: 36

BL

Anonyme a dit…

C'est court comme info. Ce soir le news sera dans les journeaux sur le web. Ou chercher avec mothr google en ecrivant "+shall+smh". A-

Khalil Balla Gueye a dit…

Je viens de me connecter et le 1èr commentaire suivant mon intervention aura été comme d'hab injurieux et j'en tirerais bien les conséquences!!
Comme quoi les pestiférés nazillons sont assurément incorrigibles et irrémèdiablement résistants à toute enculturation morale, civique ou tout banalement d'urbanité!
Mais ils sembleraient ignorer qu'à force de côtoyer et de subir les lâchetés des judas de la vermine nazillonne coalisée ,j'ai appris à DONNER LE CHANGE à cette bande de MALAPPRIS ignorants et sans aucun niveau intellectuel et encore moins moral et qui croiraient compenser leurs sévères faiblesses et carences en TOUT surtout COMPARES A UN KBG hautement moral respecté et respectueux qui aurait cependantl'impression de perdre son temps dans ce MILIEU DE LA BIGOTTERIE et de la NIAISERIE par excellence servies par des ECARTS de conduite qu'aucun goujat de ferme ne se serait risqué à oser!!
En me connectant, j'avais à l'esprit d'enchaîner avec un commentaire aussi enjoué et plaisant que le précédent mais , je me suis ravisé à la dernière minute!
Il est vrai que la bonne humeur ne fait jamais bon ménage avec la RACAILLE pestiférée, INCULTE et dévorée par la CONVOITISE qui aura fini par avoir raison de la plupart de cette FANFARE sans COUP FERIR de la part de KBG,de surcroît!C'est à croire que rien que MA VAPEUR les aurait fait CUIRE!"elli âvârou eyguid itaybek, lâ tessakhen êlih!"
L'HECATOMBE PROVIDENTIELLE ET SURTOUT SANS "CAUSES APPARENTES" CONTINUE!"Moulâne mâ yedhlem, hâchâ"!"we nevssoun teste7ighou el helâk!En3am!!

Anonyme a dit…

Ɔopiarpegar,

Tu écris avec +ieurs langues pour nous dire que tu les connaisses toutes ou tout simplement tu es victime de notre système éducatif!! alors tu ne maitrise pas une seule!

juste la curiosité !

Anonyme a dit…

KBG
dit "MA VAPEUR ...." mort de rire !!
hhhhhhhhh!

maatala a dit…

Salam

Lu sur Rue 89

"Gaza : une guerre à finir avant l'arrivée d'Obama ?
Par Pierre Haski | Rue89 | 14/01/2009 | 18H50


La guerre israélienne à Gaza, qui dure depuis dix-neuf jours déjà, peut-elle se poursuivre au-delà de l'investiture de Barack Obama, mardi prochain? A priori, aucun rapport, et pourtant, je serais bien surpris qu'Israël prenne le risque de prolonger ce conflit au-delà du 20 janvier, pour ne pas placer le nouveau président des Etats-Unis devant une crise majeure dès ses premiers jours.

Le corollaire paradoxal de ce raisonnement est que cette guerre, contrairement à bien des conflits armés, peut s'arrêter d'un seul coup lorsque le gouvernement israélien le décidera. Elle aurait pu se terminer à l'issue du premier jour de bombardements aériens; à l'issue de la semaine de bombardements aériens; après quelques jours d'offensive terrestre; et même, à tout moment, alors que la troisième phase a été déclenchée, celle qui mène les troupes israéliennes au cœur du tissu urbain de la bande de Gaza.

L'objectif irréaliste d'éliminer le mouvement islamiste Hamas

La poursuite des combats répond donc au désir des dirigeants militaires et du premier ministre Ehud Olmert, contre l'avis des ministres de la défense et des Affaires étrangères, Ehud Barak et Tzipi Livni, de marquer un maximum de points avant le moment où ils devront effectivement cesser le feu. Ils savent qu'ils n'atteindront pas l'objectif irréaliste d'éliminer totalement le mouvement islamiste Hamas, et veulent simplement terminer cette guerre en position de force, après avoir rétabli, par la force, la crédibilité de la dissuasion d'Israël.

Quel rapport avec Barak Obama? Les Etats-Unis sont, et resteront après le 20 janvier, le principal soutien d'Israël dans le monde. Obama n'a non seulement pas donné le moindre signe de vouloir changer de cap par rapport à cette alliance stratégique fondamentale, mais il a nommé à des postes-clé des personnalités connues pour leur attachement à l'Etat hébreu. Hillary Clinton, la future Secrétaire d'Etat, a ainsi énoncé cette semaine une position très orthodoxe sur le Hamas et a maintes fois exprimé son soutien à Israël.

Le gouvernement israélien ne peut donc pas se permettre d'embarrasser l'allié américain en lui soumettant, dès le premier jour d'une administration aussi attendue sur tous les fronts, un dossier aussi inextricable, aussi explosif, que celui du Proche Orient.

Si l'enjeu était existentiel pour l'Etat hébreu, c'est-à-dire si cette guerre menaçait la survie d'Israël, le gouvernement israélien pourrait passer outre; mais ce n'est évidemment pas le cas -malgré les déclarations extravagantes et outrancières de certains hommes politiques israéliens d'extrême droite comme l'effrayant Avigdor Liberman, qui fait le parallèle entre Gaza et la guerre américaine contre le Japon, qui s'est tout de même achevée par l'usage de la première bombe atomique!

Un effet d'opportunité utilisé par le gouvernement israélien

Ce n'est qu'une hypothèse et les diplomates doivent encore trouver les conditions de sortie de guerre acceptables par toutes les parties -même les intégristes du Hamas qui se trouvent dans la situation extravagante d'être reconnus comme ennemi par Israël, et donc d'avoir gagné, par leur simple survie à plus de deux semaines d'implacable offensive, leur place autour d'une hypothétique future table de négociations.

La nouvelle administration américaine aura-t-elle la créativité politique nécessaire et suffisante pour tenter de bâtir un avenir sur le champs de ruine et les centaines de morts de Gaza? Ou cette guerre n'aura-t-elle fait que précipiter un peu plus le Proche Orient dans la haine et le ressentiment? Il est évidemment trop tôt pour le dire.

Si cette guerre s'arrête effectivement avant le 20 janvier, elle apparaître plus crument encore comme un effet d'opportunité utilisé par le gouvernement israélien pour profiter des derniers jours d'une administration Bush finissante et ultracomplaisante. Une "opportunité" à 1000 morts, dont une bonne moitié de civils, et des milliers de blessés.

maatala

Khalil Balla Gueye a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Voici le commentaire que j’aurais pu faire si les amabilités de la « nazillonnerie coalisée » ne m’en avait ôté l’envie !Je ne le signe pas de mon nom car j’estime ne pas l’avoir fait ni publié car avec des gens pareils il n’y aurait pas lieu de faire de l’esprit !Et COMMENT ?!!
---------------------------------------------------------------------------------------------------
Commentaire-fiction et IRREEL !
Toujours dans le registre des appellations d’origines contrôlée (AOC), AOD serait bien AODégustateur (mauvais) ou AODécadent ou alors pour les plus fins et subtils AODéclinant voire se Déclinant sur tous les TONS soit :UFD, UFD ère nouvelle, RFD, RFD vieux jeu, RFD hors jeu ou aussi AODépité ,AODésaxé ou enfin AODia au bout du rouleau !
D’ailleurs, voici à ce propos une pitrerie que j’avais « commise » sur le blog de Fantômas, du temps où je filais ou plutôt croyais filer à mon insu le parfait amour avec mon très « vespéral et spectral » ami au final !!
EXTRAIT=« 2)Bouffonnerie écrite sur le blog de mon très désopilant ami le Pr Moustapha :Article L’homme qui jouait au « D » (dé)
Bonjour cher ami et dé-cimeur de dé-conneurs comme AO Dé,
AO Dé ,c’est connu, est un mauvais joueur car il perd à tous les coups de « dés » malgré tous les atouts qu’il a dans son jeu !Et comme à son habitude il a pris fait et cause pour le mauvais camp sur un coup de « dés » avec pour toute raison ou plutôt dé-fi à la raison un « Dé » D-ictatorial ,De-spotique ,Dé-magogique et pour tout ramasser Dé-SOPILANT !Comme j’ai eu à le dire ailleurs la dé-mocratie se réduirait pour AO Dé à un panneau de signalisation indiquant le dé-but d’une route sans y mener forcément!Conclusion :le RFDé gagnerait à se dé-fier d’AO Dé ce joueur de dés dé-mo-dé , dé-suet et dé-passé pour enfin meriter d’afficher son « D » et non pas « Dé » comme Démocratie !Ce faisant le RFDé avec ou sans Dé gagnerait sûrement à tous les coups de « dés » avec l’audace et le panache des bons joueurs, les règles du jeu politique tenant beaucoup de celles du tapis vert!
Un Dé-çu , Dé-capiteur de Dé-cadents Dé-boussolés comme AODé ! » !
NB)***Mais comme de prévisible hélas, il se sera REVELé que le DECONNEUR comme AODé ce fut LUI, et le DECIMEUR BIEN MALGRE LUI MOI !
Et ,il aura fallu que cela tombât sur MOI et avec lui de surcroît !
Mais, rien d’étonnant à tout cela, après réflexion et surtout expérience ou plutôt mauvaise EXPERIENCE CURIEUSEMENT ET OBSTINEMENT PERSISTENTE !
Moi je serais finalement bien curieux de SAVOIR jusqu’où ces nazillons abjects seraient encore prêts à PERPETUER leur interminable « EREDÂNE » voire à DESCENDRE moi qui pensais qu’ils auraient déjà atteint les ABYSSES de l’ignominie !Mais, ils seraient assurément SIDERANTS car ils trouvent tjrs les «RESSOURCES et les MOYENS » de SOMBRER + bas encore, incroyable !!VRAIMENT CURIEUX et AHURISSANT !Et c’est la curiosité qui serait la SEULE ET UNIQUE RAISON expliquant que je daigne encore traînasser du pied dans un voisinage et un milieu si HOSTILES et desquels en plus TOUT ME , mais alors vraiment TOUT ME SEPARE !
Etj’aurais été malgré tout TRES INDULGENT DANS MES APPRECIATIONS !!

Khalil Balla Gueye a dit…

Après cela , vous pourriez tjrs continuer à INSULTER TOUT VOTRE SOÛL si le coeur vous en dit!"Al tab3ou emlekou!"

Yegheyr kiv gâl ould Jules lekbir dans un egtâa:

"Ile mâ ketlak dhel guetlak, A7!!, leklab etwâl e3mârhe!"

NB:A7 =soit l'onomatopée "AÏ" en français!!

kimporte a dit…

lu sur cridem

il paraît que aziz va demain à doha
cette manière de dire " je tiens le pays" alors que plus d'un de ses prédécesseurs ont pris un aller sans retour

c'est vraiment jouer avec le feu

en son absence, comment d'autres ne trouveraient pas là l'occasion d'en finir avec " le problème aziz"

on croise les doigts

pour le reste: celui qui est derrière cette funeste idée de manifester devant chez le vieux ferait surtout d'envoyer les manifestants chez les grands RV de l'entourage plutôt que chez ce monsieur.

Ne peuvent-ils pas au moins nous débarrasser d'une brouette ou deux de ces impuniteux qui osent encore parler de démocratie alors qu'ils sont les fiers et dignes laudateurs du siècle de la tayie qui nous avons supporté

partir à doha, c'est pas nécessaire du tout
Aziz serait-il la version militaire de A.O.D , alors l'enthousiasme le perdra

kimporte a dit…

une pensée à lm

c le seul a avoir un blog à ce point d'activité et à laisser le genre de commentaires qu'on trouve ici

et surtout lm n'a pas la maîtrise des nudistes, on ne voit qu'ici des bloggeurs l'attaquer quand il met en ligne des trucs qui ne nous disent rien et il nous laisse faire

merci qui n'engage rien

Ɔopiarpegar a dit…

Anonyme a dit…
Ɔopiarpegar,

Tu écris avec +ieurs langues pour nous dire que tu les connaisses toutes ou tout simplement tu es victime de notre système éducatif!! alors tu ne maitrise pas une seule!

juste la curiosité !
------

ELLAH ISSELMLAK 3AGHLAK je suis victime de notre système éducatif ena we ikhouti we wleidati ya ça7bi 7agalla tu n'as pas constaté le nombre d'erreurs v mes commentaires la3idet machevt7houm donc 7ta enta emelli victime.

wellah il3athim elkerim je ne metrise pas une seule we lani egreib men7ha.

est ce de ma faute que notre système éducatif est pourri?
eiwa si nous voulons garantir une bonne éducation à tous les futurs générations,il faut arrêter etteçfag elmede matgued itgari ewladkoum tout simplement parce que va9idou 2che2i la you2tihi(we la démocratie emelli maguedou ye3ttouha).

kimporte a dit…

tant pis je vais le dire puisque lm ne vous en dira jamais un mot, moi a sa place si jamais j'avais à ma disposition un tel blog et que le gouvernement de n'importe qui me poignarde dans le dos gratuitement et eh bien qu'importe la prison, si je ne peux me entendre ailleurs eh bien c'est ici que je leur ferais la fête

pour info, savez-vous que depuis trois mois lm et tous les indépendants de la pêche artisanale ont été tout simplement assassiné par le ministre de la pêche avec ses décision coupées de toutes réalité

décision qui est en train de détruite le secteur de la pêche artisanale et tous les 30000 personnes qui en vivent directement par pure délire et le manque de vision de dirigeants

je n'ai pas à vous parler de la chose, mais sachez seulement qu'ils les ont assassinés tranquillement, foutus en l'air beaucoup de travail et l'indépendance juste pour rien

je n'ai pas à vous en dire plus , mais ce ministre doit savoir qu'il porte l'entière responsabilité si demain, car cela viendra, on ne trouve sur rien comme poisson car sa décision est hors de tout sens de la responsabilité

j'en ai parlé avec lm qui m'a prié de rien dire, mais désolé l'ami, impossible, c'est crimnel ce genre de décision et c'est gratuit

ce n'est en asphyxiant la pêche artisanale qu'on va obliger les mauritaniens à manger tous du poisson de toute façon le marché est saturé à partir de 3 tonnes par semaines

selon les chiffres , la peche artisanal c 24t par semaines, alors comment ne pas trouver un moyen pour permettre qu'n partie de ses 24 tonnes reveiinne au marché national et le reste puisse permettre à la profession de survivre

comment ne pas écouter les responsables du secteur, comment ne pas réfléchir à mille solutions
- augmenter d'un manière ou une autre le nombre de pêcheurs qui pêcheraient juste pour le marché national vite saturable
- l'état ne peut -il trouver un bâteau, le moindre ferait l'affaire pour saturer le marché national
ect ect

non, on préfère prendre des décisions contre productives juste pour l'effet d'annonce, et pendant ce temps les grands bâteaux eux vident nos eaux grâce à des licences de pêches de milles un escroc

on tue toujours le peuple pour protéger les grands car dans cette affaire ceux qui ont de grands moyens s'en sortiront et les autres eux, ceux qui n'ont que leur indépendance, ils paieront

c un crime fait au nom du changement

le ministre sait qu'il est en train du tuer un secteur et que mille solutions sont envisageables ?

et pendant ce temps, lm ne dit sur son blog pendant trois mois et moi pendant ce temps je dis sur son blog " vive aziz"

j'arrête

Khalil Balla Gueye a dit…

D’ailleurs, comme je me suis toujours voulu et appliqué à être aussi rigoriste que juste, à commencer par ma propre personne, je vais m’atteler à réviser et restaurer ma part de vérité car il me semblerait bien que le Pr Moustapha aurait été exagérément voire INJUSTEMENT ACCABLé !En somme un relent persistent et tenace de MACHINATION et de COUP FUMEUX aura plané sur toute sale COMBINE qui ne m’aura pas épargné moi non plus !Mais, ce qui est imputé à Moustapha tiendrait beaucoup du « dindon de la farce » voire du « bélier sacrificiel d’Abraham » ou s’y apparenterait étroitement !
Et pour sûr que je mettrais un point d’honneur à situer les responsabilités sans prétendre pour autant blanchir ni dédouaner qui que ce soit !A priori en tout cas !
« Ghoutile ethmane mathloumane ?! » !Cà se tente, c’est même de plus en plus plausible !

LM® a dit…

salut

cher Kimport

si je ne parle pas de mon cas c'est juste que je ne veux pas faire de canalh une tribune personnelle.

si j'en ai parlé avec toi c'est juste un exemple parmi tant d'autres catastrophes qui se trament chez nous.
ça n'a pas commencé avec ce gouvernement il est vrai qu'il l'ont achevé mais il était déjà moribond.
tous les gouvernement qui se sont suivi depuis 2003 n'ont fait que donner chacun à son tour un coup dur à ce secteur.

j'aurais pu te donner plusieurs autres exemple de décisions populistes comme la diminution des prix non étudiée résultat des courses le pain ne coûte que 90 UM mais tu peux faire le tour de nouakchott tu ne trouveras pas de pain de qualité, moi je serai bien prêt à payer 10Um de plus pour du pain mangeable.
idem pour la viande qui coûte en moyenne 50um de moins mais la moitié du poids c'est des os, ou des abats le reste de la graisse.

alors oui tu as raison je ne dis pas "vive aziz" mais je n'ai pas oublié que du temps de sidi ce n'était guère mieux.

kimporte a dit…

juste un mot et passons donc je te tel

le plus grand fléau de ce pays , c'est un état d'esprit fruit des corollaires de l'impunité
une sorte de pensée unique née dans l'esprit de toute une classe qui a tout d'un coup des flots de sous leurs tomber du ciel sans aucun effort sinon applaudir , trahir et promouvoir les ânes et les vauriens et les minables

certes tout le monde n'est pas dans ce tiroir , mais en trente ans et particulièrement on a vu inconsciemment ou pas la promotion des uns et des autres pour mettre en avant tout ce qui peut humilier ce qu'il y a d'admirable dans ce pays

résultat au bout de 20 ans, combien sont-ils ces gens de la majorité silencieux humilié car vivant sous la coupe de misérables dont l'art consommé d'humilier ne laisse rien debout

ce que tu dis est vrai et c partout pareil, taya est parti les métastase sont là surtout cette pensée unique qui fait que chacun a honte d'être humilié et ils ont réussi à pervertir tellement les grandes valeurs de ce pays que si vous avez reçu un minimum d'éducation vous êtes piégé

comment parlez d'argent? comment se plaindre? que faire quand chaque geste est humiliant car chacun entend déjà les ricanements de la pensée unique

or cette pensée nauséabonde doit être balayée d'une manière ou une autre ou ce pays continuera à sombrer les meilleurs avec pour la seule prolifération des minables et des descendants de minables

d'abord je crains si jamais personne, ni aziz ,ni personne ne puisse faire quelque chose c de retourner aux tribalisme pur et dur

je m'explique: le tribalisme c quoi aujourd'hui dans tous les esprits , c tout et au nom du tribalisme que tout se décide or qui en profite ? est-ce les gens de la tribut ?

non! les seuls qui en profitent ces les représentants auto-proclamés d'une tribut éparse dont les membres vivent dans la misère

la tribut telle qu'elle aujourd'hui est un fanstame vivant dont n'en profite que quelque uns et qui bloque tout

pourquoi laisser ce truc partout sans lui donner des vrais représentant

retrourner à vos tributs, réorganisezvous, éloignez les vieux dîtes leur merci et quand chacun aura une tribut derrière lui on pourra parler de représentant et de combat pour le changement

pour l'instant la tribut n'existe pas on voit certains profiter de leur naissance pour demanderau nom de la tribut mais en fait ils ne redisbribuent pas et d'ailleurs que peuvent-ils redistribuer sans piller?

on est!

je n'ai pas la solution sinon espérer que aziz puisse nous débarrasser des minables et que AOD fassent en sortent que le rdf prennent le maximun de place aux rv

voilà réalité

le reste c l'idaéal, un nuage qui plane nécessaire commn un idéal à suivre mais hélas c un nuage sans pluie que le premier vent emporte

je te tel

Khalil Balla Gueye a dit…

Je trouve la position de mon confrère blogger LM plutôt réfléchie et pondérée tout en tranchant nettement et avec l’attentisme apathique et avec l’opportunisme fanfaron et tape-à-l’œil !Et au risque d’en étonner plus d’un, je trouverais bien sa position beaucoup plus tranchée qu’elle n’y paraît, plus que celle de l’anti-putschiste résolu que je serais ou alors que celle des pro-putschistes qui se ramassent par TOMBEREAUX ENTIERS !Hélas !!

NB=Dois-je rappeler qu’une certaine exception faite par le paisible que je serais tiendrait tjrs dans mes éventuelles interventions!Question de circonscrire la « surface à traiter » comme auraient dit l’entomologiste et l’agronome !Enfin, de mon point de vue en tout cas de « medvaâ ennâss dhouk, hennih bâch hennâk » !!
Bonne nuit , ce sera tout pour ce soir !

Anonyme a dit…

Au sujet de la viande, du poisson et du pain la reduction de leurs prix entre dans une action tape a l'oeil qui n'a de consequence que la mise sur les calles des seules chaines de production economique dont nous disposons.

La viande est comme tout le monde sait fait vivre un secteur de l'elevage dont tous les acteurs sont mauritaniens de l'eleveur, au boucher passant par le commerçant de bétail, le tranporteur ou le vétérinaire.

La réduction de son prix impacte directement le chiffre d'affaires de tout ce monde.

La pêche c'est quasiment la même chose.

Il y a des ces interventions populistes qui peuvent paraître positives et constructive mais dont les conséquences sur le long et moyen terme sont extrêmement fâceuses.

Au sujet du Near East, l'Emir du Qatar a parlé ce soir de sa contribution pour 250 Millions de dollars pour la reconstruction de Gaza. Il ouvre ainsi le balet à la veille de la rencontre des Etats du Golfe demain en Arabie Saoudite. J'ai grande impression que lorsque les chèques sont libellés la guerre va se terminer.

Sanhaji

Anonyme a dit…

La contribution d'Aziz sera probablement de 200.000 UM prêté par Procapec.

Anonyme a dit…

و الله لقد هزلت موريتانيا حتى يقود فيها سيدي ولد يم تظاهرة لمحاكمة الرئيس المنتخب. هذا الشخص لمن لا يعرفه جرد من منصبه بسبب اختلاسه لميزانية المستشفى الوطني عندما كان محاسبا له في أوائل التسعينيات. وفي بداية 1992 دهس المرحوم بمبا ولد احمد جدو بسيارته على الطريق الرابط بين لكصر و تفرغ زينة غير بعيد من سوق النساء فمات من جراء الحادث. و ها هو اليوم يقود تظاهرة للمطالبة بمحاكمة سيدي محمد ولد الشيخ عبد الله. لكن على ولد يم أن لا ينسى أنه مدين للشعب الموريتاني بالمال الذي اختلس من المستشفى الوطني و بدم والد الأسرة الكريمة التي سامحته على فعلته و لم تأخذه إلى محكمة ولم تطالبه بدية الفقيد، فلا تغرنه الأيام "المدرك بليام عريان"، و ليعد إلى رشده و يتعظ من ذنوبه لعل الله يرحمه.

Mballal a dit…

Lettre d`un député gréc à un diplomate israélien:

Envoyé le : Dimanche,

11 Janvier 2009, 19h32mn 10s

Objet : mauvais vin


L'ambassade israélienne à
Athènes a envoyé au député socialiste grec Theodoros Pangalos 3 bouteilles de vin pour les fêtes de fin d'année. M. Pangalos a renvoyé les bouteilles avec cette
lettre :

Cher
Ambassadeur,

Merci pour les trois bouteilles de vin que vous m'avez envoyé pour les fêtes. Meilleurs voeux, à votre famille, aux membres de votre ambassade et une bonne et heureuse année. Bonne santé et progrès pour vous tous.

J'ai malheureusement noté que le vin que vous m' avez offert a été produit sur les Hauteurs du Golan. J'ai toujours su, depuis tout petit, que l'on ne doit ni voler ni accepter les fruits d'un
vol. Je ne peux donc accepter ce cadeau et je dois vous le restituer.

Comme on le sait, votre pays occupe illégalement les Hauteurs du Golan qui appartiennent à la Syrie, selon le droit international et de nombreuses décisions de la communauté internationale.


Je saisis l'occasion pour exprimer mon espoir qu'Israël obtiendra la sécurité à l'intérieur de ses frontières reconnues et que
les activités terroristes contre son territoire, de la part du Hamas
ou de tout autre, seront contenues et rendues impossibles; j'espère en
outre que votre gouvernement cessera de pratiquer la politique des punitions collectives appliquées sur une échelle totale par Hitler et ses armées.

Les actions comme celles que les militaires israéliens
exercent actuellement à Gaza, rappellent les holocaustes de Grecs à Kalavrita, Doxato, Distomo et certainement aussi dans le Ghetto de Varsovie.
Sur ces pensées,
permettez que je vous exprime, ainsi qu'aux citoyens d'Israël et aux habitants de toute la région, mes meilleurs vœux.

Athènes, 30/12/2008

Anonyme a dit…

Le Venuezuela a coupé avec Israel. A-

==============

Le Venezuela a rompu ses relations diplomatiques avec Israël (officiel)
AFP 15.01.09 | 01h37

Le gouvernement du Venezuela a rompu ses relations diplomatiques avec Israël mercredi, pour protester contre l'offensive israélienne dans la bande de Gaza, a annoncé le ministère des Affaires étrangères à Caracas, dans un communiqué lu à la télévision publique VTV.

"La république bolivarienne du Venezuela, en cohérence avec sa vision d'un monde de paix, de solidarité et de respect du droit international, a décidé, en définitive, de rompre ses relations diplomatiques avec Israël", a indiqué le communiqué.

Caracas a justifié sa décision, "face à la persécution inhumaine du peuple palestinien, dirigée par les autorités d'Israël", selon le texte.

Anonyme a dit…

A t-il du poids? Si c'est le même poids que moi, il faut oublier. A-
=========


Rachid Moustapha appelle à la désobéissance civile
15-01-2009
Le président du Parti Mauritanien pour le Renouveau (PMR) appelle le peuple mauritanien à une désobéissance civile. Il animait une conférence au Press Club, un prestigieux centre français pour les journalistes, situé rue Jean Goujon, dans le 8ème arrondissement de Paris.

"J’appelle tous les citoyens mauritaniens et l’ensemble des acteurs de la vie politique en Mautitanie, les partis politiques, centrales syndicales, organisations de la société civile, élus du peuple, à désobéir à la loi imposée par la junte, par fidélité à la Constitution et aux institutions républicaines et pour défendre notre jeune démocratie", déclare Rachid Moustapha.

Invitant les Mauritaniens à compter sur leur détermination, l’ex-candidat à la présidentielle de 2007 soutient que le coup d’Etat ne doit pas être entériné.

"Il est légitime, après le délai accordé aux putschistes pour rentrer dans leurs casernes, de s’opposer massivement par des actions plus déterminées à la rupture de l’ordre constitutionnel", justifie Rachid Moustapha.

Aussi demande-t-il à la Communauté internationale, en particulier l’Union Européenne et l’Union Africaine, "de faire face à leurs responsabilités quant à la sauvegarde du processus démocratique interrompu par le coup d’Etat et de soutenir le peuple mauritanien dans la marche vers la démocratie".


Thierno Diallo (Correspondant à Paris)


© Le Quotidien (Sénégal) - Janvier 2009

Ɔopiarpegar a dit…

ya khouti sam3ou eçwatkoum pour que cesse le massacre d’enfants, de femmes à Gaza et la violence all over the world.

Une pensée et une prière pour nos frères de Gaza.

maatala a dit…

salam


Cher kimporte

Un ami à moi (un ancien de la péche artisanale) m'a dit hier:

Depuis plus de 30 que je vis entre le bled et la France, c'est maintenant que
"j'ai décidé de demander la nationalité française pour oublier que je suis né et j'ai grandi au mauvais endroit".

Les pleurs et les regrets dit le Fou.

Maatala

Anonyme a dit…

Matala, dit a ton ami machtke e3liye, le bled ma toubedle ebchi yeswe elkhalgelhe.
wallahi ele on a vecu yaser men chi mahou saleh, yagair il ya toujours l'espoire ben mauritanie tasleh we tou3oud dowle haqiqeye.
we-selam.

Ɔopiarpegar a dit…

l'exemple qui me vient immédiatement à l'esprit (les gazaouis)tençab 3lihoum ennar les F16 sillonnent le ciel jour et nuit ils bombardent tout ce qui bouge but no way ils ne veulent pas quitter leur terre natale le bled ghali wekhlass.

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

Affaire Tandia-KB

extrait:

"Tandian est poursuivi parce que, selon les avocats de Mme Khatou Mint El Boukhari, il aurait porté atteinte à l’honorabilité de l’ex-Première Dame de Mauritanie.

---------------------------------

- Quelqu'un qui insulte les représentants du peuple
- Qui organise de "GHORDIGUENE" party
- Qui n'a comme copines que nos plus illustres "assistantes sociales".

Aprés cela oser parler d'honorabilité, c'est avoir un sens particulier de l'humour dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

copiarpegar,

Nous ne pouvons rien faire avec cette ce qui se passe à Gaza. Tout va s'arreter dans 4 ou 5 jours, dès qu'Obama s'assoie à la maison blanche. Question de le mettre devant le fait accompli et c'etait la strategie du Hamas. Les israeliens y sont allés très fort pour le meme but. Qui paie? Les innocents. Qu'est ce que le Hamas et Israel vont gagner dans tout ça? Rien. On a tout vu avant: pleurer et condamner, pleurer et condamner as infinitum. Les pays arabes? personne ne les respecte.

A plus. A-

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Retour imminent de Sidi à Nouakchott : Le ton monte.

Le long de l’axe goudronné qui passe devant le domicile de Sidi Ould Cheikh Abdellahi, est pris d’assaut par ses partisans. Ils sont pour là pour marquer leur soutien avec Sidi Ould Cheikh Abdellahi.

Ce matin d’autres personnes s’étaient regroupées sur ce même axe pour dire leur “colère” contre l’ancien président et appeler qu’il soit jugé. Des individus, qui dit-on, agissaient sous les ordres de la junte qui voit d’un mauvais œil, Sidi revenir à Nouakchott, pour mobiliser contre le complot survenu au mois dernier.

Á en croire, For Mauritania, un site d’information, résolument engagé contre le putsch «on pouvait noter, parmi les encadrants de cette drôle de manifestation, des hauts fonctionnaires de l’État tel Monsieur Isselkou Ould Mohamedou Ould Tolba (Haut cadre de l’Éducation Nationale)». «Ainsi si nous sommes réunis ici, cette après-midi, c’est pour montrer que le président démocratiquement élu bénéficie d’un réel soutien», confient les partisans de Sidi.

Le Front de son cote a publié un communiqué pour condamne fermement «l’agression contre le domicile de Son Excellence le Président de la République». Parmi les manifestants qui ont pris la peine de se regrouper cette après- midi, figurent des responsables des partis politiques regroupés sous la bannière du FNDD. Pour eux le retour de Sidi est imminent. Les ordres lâchés par la junte et les soi-disant manifestants contre son retour vers la capitale n’y changeront rien du tout.

«Nous réserverons le droit de riposter»

«Sidi Ould Cheikh Abdellahi reviendra à Nouakchott avec l’engagement et la détermination fermes pour faire échec au putsch », lâche d’entrée Mokhtar Ould Samba le porte-parole du Président démocratiquement présent parmi les manifestants qui ont pris faut et cause pour cause Sidi Ould Cheikh Abdellahi.

Quant à la stratégie qu’il va mettre en œuvre pour le rétablissement de l’ordre constitutionnel, elle sera basée sur des moyens et voies pacifiques en d’autres la mobilisation et la conscientisation du peuple contre le coup d’État en mettant en exergue les dangers liés au putsch», poursuit-il.

«Nous ne chercherons pas la confrontation avec les forces du général.Nous nous limiterons à des moyens pacifiques pour montrer notre refus du coup d’État et faire triompher notre cause. Et pour ça nous sommes prêts à subir la répression pourvu que le putsch échoue». «La junte joue avec le feu. En agissant comme elle le fait aujourd’hui, elle risque de provoquer des tensions tribales. Sidi grâce à son statut de Cheikh bénéficie d’un soutien fort», confie pour sa part le secrétaire général de Tawassoul. «La confrontation d’avec la junte vue la situation est inévitable», lâche-t-il.

«Nous n’irons provoquer personne. Mais au cas où la junte en viendrait à user de la répression nous réserverons le droit de nous défendre», conclut-il. Rappelons que les manifestations contre le Président démocratiquement élu ont commencé des le lendemain de sa libération.

Les premières manifestations d’hostilités ont eu lieu dans les localités de Kankossa, théâtre d’émeutes ourdies des gens malintentionnées aux desseins les plus sombres, et de Tintane, où il y a eu un déluge en 2007.

Depuis quelques jours on assiste à des manifestations devant le domicile de Sidi dont le but et dissuader le président démocratiquement élu à revenir à Nouakchott pour tenter de faire échec au putsch. Mais apparemment ces manifestations n’ont pas apporté les fruits escomptés, car au FNDD on discute déjà des modalités du retour de Sidi Ould Cheikh Abdellahi.

Samba Camara

Info source : Biladi (Mauritanie)

---------------------------------

Le SG de Tawssoul a dit:

"Sidi grâce à son statut de Cheikh bénéficie d’un soutien fort".

Pour Tawssoul nous ne sommes plus en république mais dans le califat.


Rien que de la gesticulation pour se donner l'illusion d'exister dit le FOU.

maatala

kimporte a dit…

mon cher maata

moi-même, il m'arrive de regretter de n'avoir pris le chemin de ton ami car finalement on est tous de trop chez nous

le malheur d'une certaine éducation qui me rappelle cette phrase de mon père " dans ce pays,l'honnêteté n'est qu'une maladie"

nous en souffrons tous plus ou moins, certainement moins que la génération qui s'en va
quel vie serait en effet celle de vivre sans scrupule, à quoi cela servent-ils tous ces principes, toutes ces idées toutes ses chimères, ce serait plus facile de vivre comme ces autres capables de tout

c'est là la limite des mots, sans capacité d'agir, tout le reste est esclavage

il me vient à l'esprit cette histoire , il paraît que l'armée coloniale française avançant je ne sais où à vu arriver à elle les hommes et les femmes qu'ils envahissaient, et ces derniers se sont tous suicidés devant l'envahisseur

toute proportion gardée, voilà ce que c'est la rencontre du possible et de l'insupportable
extrême certes, mais enfin, maudits soient les politicards de ce pays qui après 30 ans de dictature n'ont pu rien éveiller, rien allumer, rien rassembler chez le peuple, rien de rien

la société est devenu une sorte de crotte où tous les bousiers se déchirent et avancent avec
c'est comme une folie généralisée avec chacun sont univers où on se masturbe intellectuellement en s'inventant des gloires et des mérites
chacun se croit le dépositaire de quelque chose et il n'est en fait que l'âne qui traîne une vie de chien

les seuls à jouir de cette vie, sont ceux qui par le vol, l'escroquerie, le traffic peuvent permettre à leur cour et à leur descendance, l'insouciance et la vie rêve des riches du tiers qui dès qu'ils montent dans un avion deviennent propre à l'arrivée

folie collective et impuissance délirante

comment gouverner et essayer de faire que ce pays soit autrement vivable quand toute la journée, toute la nuit, l'esprit des dirigeants et de la cour et des prétendants et des ennemis n'est occupée qu'à entendre " ce qui se dit" qui dit quoi et peut faire quoi

le mensonge, la trahison le lascarisme politique et l'impunité nous font vivre là comme des demeurés qui regardent faire et peuvent rien

à côté de cela, tout un système intellectualisé avec des journalistes, avec ces intellos, avec ses députés et autres parleurs, ç aparle , ça écrit et ça se vend

seuls les anos qu'on connaît ont du mérite, le reste n'est que viscères d'un ventre pourrissant

Anonyme a dit…

une pensee pour GHAZA

kimporte a dit…

une pensée pour le premier martyr de canalh

tu verras mon cher de nouveaux regards
que dieu t'en préserve
tu verras et tu sentiras la satisfaction dans les yeux que tu croyais amis
il t'arriveras plusieurs fois le réflexe de baisser les yeux, comme atteint, tu essayera même d'en sourire car au fond qu'est-ce? rien sinon un coup de poignard
pire que tout, tu risques de voir certains imbéciles te regarder avec compassion, en se disant " il est fini, deissane"
d'autres penseront " euseul eswa"
d'autres feront semblant de rien

tout cela n'est rien, voilà ce que c'est de vouloir vivre libre, travailler pour son compte, ne pas avoir de patron, ne pas avoir à se courber, cirer les pompes

il n' ya pas de place dans ce pays pour les hommes libres, il faut un protecteur

j'y reveins, il faut à chacun à défaut d'un état , une tribut

il y a chez nous , une satisfaction délicieuse à voir les gens tomber ou être atteint, c'est bizarre, on jouit de voir les gens être atteint

pourquoi me suis-je dit?

c'est le radeau de la méduse, moins on est en vie, plus il y a à dévorer

comment en trente ans de dictature, nous n'avons rien, pas un groupe propre, pas un cercle, pas des inconnus à suivre, rien de rien

c'est incroyable! totalement incroyables que tout soit à terre

je ne vois pour ma part qu'une raison: ce pays est dirigé par et pour les vieux. Ces vieux là nous les connaissons tous, nous savons leur manière de penser, ils se respectent pas les règles car à un moment il faut savoir se retirer
eux ils restent, avec leur haines les uns pour les autres. Etant fatalement mieux installés que les plus jeunes et profitant un max du respect dû aux anciens, ils restent en sachant que personne ne leur dira rien

ils sont partout dans le monde politique , me^me dans le monde économique ils restent et ne laissent pas leurs enfants prendre la relève

voilà pourquoi ce pays est vieux, fatigué, désabusé

cassez vous please

Ɔopiarpegar a dit…

Dear A-,

ya ça7bi elghali je suis cmme toi un pacifiste et pour la paix I hate les barbus qui tuent des innocents avec leurs bombes mais les gens qui défendent ewladhoum we mnathoum leurs terres tous simplement mangued ingoul yekoun 3eni ghair menhoum wekhlass.

Anonyme a dit…

j'ai aussi remarqué. Depuis quand Sidioca est un Cheikh? Les islamistes veulent l'utiliser pour prendre le pouvoir. Mieux vaut Aziz qu'un iznogood barbu. A-

Anonyme a dit…

Serieusement ce que font les israeliens c'est du crime gratuit. A-

Anonyme a dit…

"je ne vois pour ma part qu'une raison: ce pays est dirigé par et pour les vieux. Ces vieux là nous les connaissons tous, nous savons leur manière de penser, ils se respectent pas les règles car à un moment il faut savoir se retirer
eux ils restent, avec leur haines les uns pour les autres. Etant fatalement mieux installés que les plus jeunes et profitant un max du respect dû aux anciens, ils restent en sachant que personne ne leur dira rien

ils sont partout dans le monde politique , me^me dans le monde économique ils restent et ne laissent pas leurs enfants prendre la relève

voilà pourquoi ce pays est vieux, fatigué, désabusé

cassez vous please"

C'est pathetique...quand on "epulche"...la liste de X des RV...on voit que la moyenne d'age est au delà de 50 ans pour la plupart...en debut de carriere !...c'est dramatique ils ne lachent pas les baskett de la vie politico-economique de ce pays...usé...la classe active ne se renouvelle pas ce sont toujours les memes ....qu'on reprend ...c'est vrai que le pays doit avoir une memoire ...doit egalement recourir ...aux compétences ...de gens experimentées....mais atteint un age ...un seuil ...on doit se CASSER...laisser sa palce ...donner la chance aux autres...;aux jeunes...
bl

Anonyme a dit…

Pensées à ceux de GAZA....
bl

Anonyme a dit…

A-

Hafez Al Assad n'avait pas de barbe mais il a massacre' 10 a'
30 000 Syriens a' Hama. Saddam Husseyn aussi n'avait pas de barbe mais il a massacre' plus de 300 000Irakiens.
La barbe n'est pas le probleme.
Un islamiste modere' qui respecte son peuple est meilleur qu'un...RASE' qui se prend pour dieu et qui n'a aucun respect pour le peuple. IL NE FAUT DONC PAS TENTER DE DIABOLISER LES BONNES PERSONNES PARCE QUE TOUT SIMPLEMENT ELLES VEULENT PRATIQUER LEUR RELIGION.

Anonyme a dit…

Salut...Chers amis ...lisez...ca ....
bl
Kimporte a dit

mon cher maata

moi-même, il m'arrive de regretter de n'avoir pris le chemin de ton ami car finalement on est tous de trop chez nous

le malheur d'une certaine éducation qui me rappelle cette phrase de mon père " dans ce pays,l'honnêteté n'est qu'une maladie"

nous en souffrons tous plus ou moins, certainement moins que la génération qui s'en va
quel vie serait en effet celle de vivre sans scrupule, à quoi cela servent-ils tous ces principes, toutes ces idées toutes ses chimères, ce serait plus facile de vivre comme ces autres capables de tout

c'est là la limite des mots, sans capacité d'agir, tout le reste est esclavage

il me vient à l'esprit cette histoire , il paraît que l'armée coloniale française avançant je ne sais où à vu arriver à elle les hommes et les femmes qu'ils envahissaient, et ces derniers se sont tous suicidés devant l'envahisseur

toute proportion gardée, voilà ce que c'est la rencontre du possible et de l'insupportable
extrême certes, mais enfin, maudits soient les politicards de ce pays qui après 30 ans de dictature n'ont pu rien éveiller, rien allumer, rien rassembler chez le peuple, rien de rien

la société est devenu une sorte de crotte où tous les bousiers se déchirent et avancent avec
c'est comme une folie généralisée avec chacun sont univers où on se masturbe intellectuellement en s'inventant des gloires et des mérites
chacun se croit le dépositaire de quelque chose et il n'est en fait que l'âne qui traîne une vie de chien

les seuls à jouir de cette vie, sont ceux qui par le vol, l'escroquerie, le traffic peuvent permettre à leur cour et à leur descendance, l'insouciance et la vie rêve des riches du tiers qui dès qu'ils montent dans un avion deviennent propre à l'arrivée

folie collective et impuissance délirante

comment gouverner et essayer de faire que ce pays soit autrement vivable quand toute la journée, toute la nuit, l'esprit des dirigeants et de la cour et des prétendants et des ennemis n'est occupée qu'à entendre " ce qui se dit" qui dit quoi et peut faire quoi

le mensonge, la trahison le lascarisme politique et l'impunité nous font vivre là comme des demeurés qui regardent faire et peuvent rien

à côté de cela, tout un système intellectualisé avec des journalistes, avec ces intellos, avec ses députés et autres parleurs, ç aparle , ça écrit et ça se vend

seuls les anos qu'on connaît ont du mérite, le reste n'est que viscères d'un ventre pourrissant

15 janvier 2009 13:44

Anonyme a dit…

Mon zami Couli,

Tu dois lire le livre de Alexandre Del Valle "l'slamisme à l'assaut des démocraties", éditions denoel. Et vite avant de donner ta voix aux barbus et que tu regretteras. Il n y a pas d'islamistes modérés. Modéré et extrémistes c'est les ddeux faces d'une même pièce: même combat et même objectif. A-

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Tandian-Fatimetou Contre Khattou Mint Boukhary : Le Premier sale drap de Sidioca

Aujourd’hui s’ouvre au palais de justice de Dakar, le procès qui oppose depuis le début de l’été M. Baba Tandian à l’ex première dame de Mauritanie suite à une série de révélations faites dans le journal Le Matin propriété de M. Tandian, natif de Mauritanie.

Ces révélations faisant étalage des raisons qui ont conduit le HCE à prendre le pouvoir et dont la pierre angulaire est le comportement de Mme Khattou Mint Boukhary qui se serait soldé par des détournements de fonds par le biais de sa fondation avec des détails croustillants qui laissent a priori penser que Mr Tandiana des sources sûres d’autant plus que quelques mois après, il réitère les mêmes déclarations au cours d’une conférence de presse.

La défense de M. Tandian, contrairement à ce qui est annoncé est assurée par Mes Ould Meidah, Ould Amar, Ba, Kane et Tandian et aussi avec un témoin de choc à savoir Mme Fatima Mohamed Vall, chargée des relations extérieures du RIMECD, ancienne opposante farouche au régime de Taya et qui comme on dit n’a pas sa langue dans sa poche et ne se compromet jamais.

Il est à souligner que M. Tandian a participé de manière significative à la campagne de Sidioca par l’impression des affiches et une aide matérielle et que s’il n’avait pas un cas de conscience ne serait pas permis de dire ce qu’il sait.

Par ailleurs, tout le peuple Mauritanien a été témoin des voyages ininterrompus du couple présidentiel à travers le monde qui rendaient New Delhi plus proche de Nouakchott que Sélibaby ou Tokyo de Nouakchott que Rosso, ou encore des coûteux Conseils de ministres délocalisés à NDB ou ailleurs.

Une image restera à jamais gravée dans la mémoire des populations de Tintane, pendant que le pays est bloqué institutionnellement, M. et Mme le président se la coulent douce pendant dix jours en Espagne, comme si de rien n’était et, pour couronner le tout, contemplent des tableaux de maitre, le teint bronzé. Ces seuls comportements accréditent la thèse de Mr Tandian.

Enfin, le soutien que nous apportons à M. Tandian et au Matin, nous le faisons au nom de la liberté d’expression et d’opinion et au nom de la dépénalisation du délit de presse ; une exigence de démocratie et de respect des Droits de l’Homme.

Info source : RIMMECD
----------------------------------

Le procès intenté contre Tandian est une connerie monumental ,et je reste persuadé que cela a été fait sans l'accord de SIDIOCA.

A chacun son sacerdos dit le Fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur taqadoumy

"Carte d'identité : Pour mieux connaître le Général Aziz / Abdelkader O. Dehmass
15-01-2009
L'homme défraye la chronique en Mauritanie depuis le 3 août 2005 où il s'est sorti de l'ombre en déposant le redoutable Colonel Maaouya Ould Sid'Ahmed Taya, dont il garantissait jusqu'à ce jour la sécurité. Depuis, il a pris le pays en main et occupe les racontars de salons de sa capitale, Nouakchott.

Son attitude d'étroitesse, de rigidité et de détermination rappelle celle de Ould Taya mais il semble bien mieux conseillé, dans le sens d'un cynisme habile qui s'instruit des erreurs et en prévient la récidive.

Il ne sera pas aisé de démettre le Général.

Une fois, il ne s'entend pas avec le Colonel Abderrahmane Ould Boubacar, Chef d'Etat-major, une autre il est opposé à Ould Cheikh El Alem, encore supérieur hiérarchique et même s'offre-t-il le luxe de se facher, pour des raisons nobles semble-t-il, avec son cousin germain, le Colonel Ely Ould Mohamed Vall, Président du Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie (CMJD), chef de l'état !

Pendant les élections, la rumeur d'abord - lui-même l'a confirmé ensuite – insiste sur son interférence dans le processus démocratique alors que l'armée mauritanienne, à travers le CMJD, s'engageait à ne pas se mêler de politique partisane.

En 2008, il est élevé au grade de Général par le Président de la République qu'il dépose quelques semaines plus tard ! Personne ne sait, jusqu'à présent, pourquoi une telle promotion et si Ould Cheikh Abdellahi l'a faite de lui-même ou sous la pression. De qui, le cas échéant ?

Mais qui est-il donc, cet officier aujourd'hui le plus gradé de l'armée, alors qu'il n'est ni le plus ancien ni le plus méritant ?

Alors que les média de l'état le présentent comme "le président des pauvres" on découvre, par un article publié sur le net et qui a délié beaucoup de langues, l'importance de sa fortune. Un président des pauvres qui commence ses visites par les bidonvilles, d'accord, c'est bien pertinent. Mais d'où lui proviennent tous ces biens, si vraiment ils lui appartiennent ? D'où lui tombent les maisons du Maroc, les immeubles, les terrains constructibles, les sociétés, le parc automobile ?

Un officier intègre, dans l'armée mauritanienne, de surcroît mécanicien de formation, ne peut pas obtenir tout cela de son salaire seulement ! Comment a-t-il acquis toute cette fortune qu'on lui attribue ? Pourquoi n'a-t-il pas trouvé une autre rue pour lui donner le nom de Moktar Ould Daddah, que celle à proximité de l'une de ses villas ?

Ses partisans le présentent comme un homme "loyal" et "sincère". Mais pourquoi alors trahit-il la confiance de deux chefs d'Etat dont il assurait la sécurité ? Pourquoi alors depuis le 6 aout, les média officiels ne font que mentir à ce propos : les justifications du coup d'état sont des subjectives, la diminution des prix est fausse, la libération du président est un leurre, tout comme l'affaire Air Mauritanie, la rupture des relations avec Israël. Même le rapport des états généraux de la démocratie (EGD) a été dénaturé ? Un président véridique peut-il autoriser, voire encourager le mensonge d'état ?

Tous les mauritaniens veulent bien connaitre cet homme étrange, qui ne ressemble à aucun des présidents précédents : il dit ne pas avoir opéré de coup force mais fait jeter en prison le président et son premier ministre. Il minimise les sanctions contre la Mauritanie, pourtant un pays du tiers-monde sous perfusion de l'aide extérieure sous forme de dons, subventions et prêts préférentiels.

Sa naissance et sa carrière

Mohamed Ould Abdel Aziz serait né en 1954 à Darou Mousti (près de Louga, Sénégal). Mais sur les papiers officiels, il vient au monde, deux ans plus tard à Nouakchott. Est-ce vrai ? En tout cas le Général parait avoir un problème avec l'état civil. C'est grâce à Ould Abdel Aziz que l'actuel directeur de l'état civil a été désigné à ce poste très important ; cet autre personnage vendait des groupes électrogènes d'occasion, à l'origine douteuse, stock de l'armée, murmurent les mauvaises langues !

Les soirées joyeuses avec le cousin Mohsen ould El Hadj, dans une certaine maison de la Socogim-ksar, dont nous tairons le nom des propriétaires, ont-elles une relation avec son enfance perturbée de l'autre côté du fleuve Sénégal, la rupture prématuré de ses études en quatrième année du collège, dans des conditions demeurées obscures ?

Et son arrivée à Nouakchott, quand et pourquoi a-t-elle au lieu ? Parce que ses parents voulaient l'éloigner des mauvaises compagnies ? Et son stage de dactylographie au Ministère des Finances où il travaille quelques temps, qui l'a décroché pour lui ? Et ses études militaires à Meknès au Maroc ? Est-il vrai qu'il ne détenait pas le baccalauréat exigé et a été inscrit sur une intervention et l'engagement de suivre des cours à l'Université ? Est-il vrai qu'il ne l'a jamais respecté ?

Pour toutes ces raisons, il ne trouvera comme spécialité militaire possible que la mécanique auto, moyenne catégorie. Ainsi, peut s'expliquer son intérêt ultérieur pour le transport en général, dont le même article affirme qu'il est l'un des grands promoteurs en Mauritanie !

Début des années 1980, la carrière sur le terrain du futur Général n'a pas dépassé 17 mois dans la région de Sélibaby, quand il se retrouve parmi les des collaborateurs très proches du Président Ould Taya. Pendant près de vingt ans, il était son homme de confiance, avant d'être son tombeur. Il fera la même chose avec Ould Cheikh Abdallahi.

Son caractère

Sur le plan humain, l'homme est un taciturne nerveux, un peu triste, pessimiste, désabusé de la nature humaine, ultra réservé et colérique. Il ne surveille pas toujours son langage, ce qui l'amène souvent à commettre de graves impairs : "si ould Waghef mange du riz avarié, nous le libérerons" ; "c'est l'armée qui a amené l'ancien président au pouvoir" ; "vous applaudissez pour le fauteuil", "ankoum adlouhoum alla kwars" ("et ne m'embauchez pas que des négro-africains" ! sur le ton de la mise en garde, bien sur, en parlant des 5.000 emplois que la construction de la route Dar Naim-Tenouich va créer).

Sa proximité avec Ould Taya lui a appris le mépris des politiciens et des notables, qu'il a vus se déshonorer pour des miettes de la main du Prince. Le Général déteste en réalité la plupart de ses applaudisseurs actuels mais il s'en sert.

Sa connaissance de la Mauritanie ancienne, de sa stratification sociale, de ses structures de solidarité, de la cohésion de ses différentes composantes, de sa géographie, s'avère limitée. Au cours d'une visite dans un centre professionnel, dont le directeur lui expliquait la vocation à former aux métiers professionnels, il a déploré le surnombre de l'effectif négro-africain et donné ordre de prendre, au moins 50% de "blancs" ! Racisme primaire ou volonté de généraliser le travail manuel et d'encourager le nivellement par le bas ? Le fameux concept de "Mauritanie profonde" inventé, sous la dictée des idéologues populistes qui le conseillent, découle-t-il de là ? Les promotions bizarres et népotistes (nous reviendrons dans un autre papier sur ses frères, parents et ceux de son épouse qu'il a nommés à des postes importants, le partage des positions entre les députés et les sénateurs de la fronde... tout un programme !!! ), constitueraient-elles une preuve suffisante de cette ignorance ?

Le Général n'a pas conscience des évolutions et des crises qui ont secoué le monde ces derniers temps ; son mépris au moins affiché envers la communauté internationale amplifie les risques graves que son refus de rendre le pouvoir au Président légal font peser sur le pays et lui-même.

Voici en résumées quelques une des "qualités" de l'homme, que les applaudisseurs professionnels et hypocrites au service de tous les régimes nous présentent aujourd'hui pour "sauveur" et veulent nous donner demain pour président élu !

Et ce n'est qu'une infime partie de l'histoire de l'homme. Il y a une suite...


Abdelkader Ould Dehmass



maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur taqadoumy

"Retour de Sidi : le trajet Lemden-Nouakchott s'annonce pénible
15-01-2009
Un président libre mais menacé


Les dirigeants du Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) peinent à trouver une solution au dilemme lapidaire : comment faire revenir le Président Ould Cheikh Abdellahi à Nouakchott sans qu'il se fasse fracasser la tête à coups de jets de pierre ? Le défi, dans le camp anti putsch se réduit désormais à cette seule interrogation.

Par les soins des services de sécurité, notamment le Colonel Mohamed Ould El Hadi Directeur Général de la Sûreté Nationale (DGSN) et de quelques soutiens irréductibles du Général Ould Abdel Aziz, président du Haut Conseil d'Etat (HCE, junte), des milliers des mauritaniens s'apprêtent à accompagner le cortège, d'insultes, de crachats et de lapidations. De sorte que le trajet, de Lemden à la villa de ehl Cheikh Abdellahi ressemble désormais à un parcours du combattant, particulièrement périlleux, pour les partisans de la légalité constitutionnelle, surtout ceux en possession de véhicules.

A supposer que l'abnégation et le courage ne manquent aux volontaires, quelle compagnie d'assurance s'enhardirait à couvrir des dommages aussi prévisibles, tels les bris de vitres et la démolition de la carrosserie ?

De l'autre côté, la tâche parait plus aisée. Le pouvoir n'aura pas besoin de rétribuer les manifestants pro putsch. Dans la coalition favorable au Général Aziz, les parlementaires, les ministres, les hauts cadres ont mobilisé leurs clientèles respectives. Certains ont déployé un certain zèle à importer la caillasse, justement des environs d'Aleg, pour l'entreposer au bord de la route, entre Ajouer et Nouakchott où la pierre manque. L'étape de Boutilimit promet une lapidation fameuse, pire que celle subie par Ould Taya lors des élections présidentielles de 1992.

Les observateurs des bonnes mœurs et de la bienséance en milieu maure font remarquer l'indécence du procédé, sans précédent et contraire à l'éthique de l'hospitalité, tout comme les appels au procès de Ould Cheikh Abdellahi et de son épouse, par des personnalités qui ne l'auraient jamais osé avant le coup d'état du 6 août 2008. Même les Français, sans doute devenus moins regardants sur le chapitre de la noblesse, indexent pourtant ce genre de comportement sous l'expression "tirer sur une ambulance".

Reste à savoir comment Ould Cheikh Abdellahi parviendra à atteindre sa capitale, s'il y arrivera entier et qui aura le courage de le suivre sur ce chemin de Golgotha.

L'on a beau être soufi et serein, l'épreuve s'annonce pénible.

----------------------------

Il va y avoir du sport dit le fou

maatala

Khalil Balla Gueye a dit…

Les exhibitionnistes démasqués dansant la sarabande masquée et autres planqués dans l’anonymat , cet humus propice à toutes les déloyautés , trahisons et faussetés auront beau se gargariser en se passant mutuellement la « vaseline » qu’ils n’en seraient pour autant à la hauteur du citoyen lambda qui ose jeter à la face de l’arbitraire toute son indignation !Que dire donc que de les comparer aux intellos et moins intellos ayant la crânerie d’assumer ouvertement leurs opinions avec ou sans support médiatique dédicacé aux bonnes causes , les seules qui en valent vraiment la peine ?!
Ceux là mériteraient d’être écoutés et le sont presque tjrs en fait, forts qu’ils seraient du respect et de la CREDIBILITE que peuvent conférer la dignité, la noblesse et l’altruisme à ceux qui ont la bravade d’évoluer et d’avancer à visage découvert en terrain découvert et souvent difficile !Ils seraient d’autant plus à croire qu’ils ont des opinions assumées et une constance dans les principes et fondamentaux absente chez les schizos champions de la duplicité voire de la DUPLICATION !
Ces turfistes à tout va capables de parier sur un étalon et son rival, de dire une chose et son contraire , de se dédire « beyne 3achiyetin we dou7âha » dopés par leur « INEXISTENCE » d’ectoplasmes n’ont pas droit de cité dans le monde pugnace et malaisé des résistants en chair et en os aux prises avec l’amer réel de l’arbitraire qu’ils combattent de leur mieux avec leurs propres modestes moyens !Sans attendre d’être « boostés » ou affriandés par qui que ce soit !
Les fantômes n’ont pas leur place parmi les humains libres et bien VIVANTS et encore moins de voix !Et l’écho de leurs paroles ne peut guère porter loin, il serait en fait comme le chant des sirènes d’Ulysse qui n’ont jamais existé en dehors de l’imaginaire mythologique!
D’ailleurs pour danser et chanter justement, ils n’auraient pas leurs pareils, mais de chant du cygne aucun parmi eux n’en serait capable même au bout du rouleau et commençant à perdre pied avant de sombrer « ectoplasme et âme » à défaut de corps dans le néant d’où ils n’auraient jamais dû sortir !Et je me ferais bien fort de les envoyer « ad patres » même s’ils prétendraient avoir autant de vies que de noms d’emprunt !S’il suffirait slmt de se gargariser en procédant à un échange de « bons » ou plutôt de mauvais procédés mutuels pour passer pour pour un mériter le statut d’intello voire celui plus difficile et convoité d’intello intègre, tous les saffagas seraient immortalisés au Panthéon de la résistance à défaut de celui de la HONTE dans laquelle ils sont immergés jusqu’au cou !
Oui, la dignité et l’honneur sembleraient bien manquer à leur glossaire de l’infamie !Seuls les RESISTANTS ET INTELLOS QUI ONT pignon sur rue et assumant leurs idées et positions, quelles qu'elles soient du reste, mériteraient quelque attention ou intérêt!Quant au rapport des anonymes planqués avec le COURAGE , les fantômes n’ont TOUT SIMPLEMENT jamais eu de TRIPES !!
Pour les sceptiques, s’en référer aux procédés de momification de l’Egypte ancienne !

Anonyme a dit…

wallahi notre class poliques mahmoude elmoulane.
je vien d'ecouter ould bedrdine sur aljazeera,
une seul question pour bedredine ci la situation est grave comme vous avez dit e3lach emjenenek elhoukem!
tu as dit que elhoute,lehdid, we petrol maydourhem had! haha wallhe ele houme eli emjeninek, mahou ezet sidi la3tach.
zid ould abdel aziz, egta3 douk el3alakat demain matin.
bedredin bered e3le rasak, AOD mahou lahi ijikoum!
weselam.

kimporte a dit…

merci bl, pour toi je promets d'essayer de faire moins de fautes
salut maata et tous

une pensée pour le pilote de A30, à l'avenir j'écouterai les conseils en cas d'amerrissage bien que pour réussir la chose il faut une dose d'humanité alliée à la compétence d'un sang-froid incroyable

une pensée pour le pilote et pour le constructeur dont l'appareil n'a pas couler comme de la ferraille

et dieu merci

Anonyme a dit…

Le General Abdel Aziz doit utiliser son premier deplacement a' l'exterieur pour aller s'excuser aupres du digne fils de la Mauritanie son excellence Moawiya Ould Sid'Ahmed Taya. Si possible, ils doivent retourner ensemble a' Nouakchott.
Une fois de retour au pays, il doit prendre la direction de Lemden pour aller s'excuser aupres du president legitime de la Mauritanie son excellence Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi. Il doit ramener SIDIOCA avec lui et retablir toutes les institutions de notre repuiblique en quittant le pouvoir. Abdel Aziz doit comprendre la gravite' de la situation dans laquelle se trouve notre pays. La solution au probleme de notre pays se trouve dans la reconciliation.

PS.
Il ne doit en aucun cas s'attaquer au president Ely Ould Mohamed Vall. Ce Mr. est certes corrompu mais il a une certaine expertise et un certain sens de la poltique et de la diplomatie qu'aucun militaire Mauritanien n'a. Au lieu de faire de lui un ennemi, il doit etre utilise' pour aider a' trouver une solution a' la crise.

A-

Il y a des modere's et des extremistes dans toutes les religions. Ce sont les Hindous extremistes qui ont assassine' Mahatma Ghandi.
Je peux facilement dire que les croisades etaient l'oeuvre des chretiens extremistes. Les Musulmans extremistes sont responsables de plusieurs cas de terrorisme a' travers le monde. Parmi les juifs aussi, nous trouvons des extremistes et des modere's. Memes ceux qui se disent seculaires, peuvent etre divise's entre modere's et extremistes.

La barbe ne signifie rien. Karl Marx avait une barbe et Hitler etait... rase'. QUE PENSEZ-VOUS DE CES DEUX HOMMES?

Khalil Balla Gueye a dit…

"zezz lerghâb, ewlâ zezz lerzâgh" comme aimait à répéter mon chauffeur-ingénieur chiite irakien parlant de Saddam affamant les provinces chiites du Sud terreau de la rebellion des "Ghawghaiyin" après la 1ère guerre du Golfe!

Signé:un humaniste voire un humanitaire CHARITABLE et COMPATISSANT!!

Ɔopiarpegar a dit…

Une pensée et une prière pour nos frères de Gaza et pour tous les peuples opprimés.

maatala a dit…

Salam

Couly la haine

Commence par présenter tes excuses auprès de ceux que tu as à maintes reprises insultés avant de faire la leçon aux autres.

Car ces derniers n'ont pas de conseils ni de leçons à recevoir d'un renégat naturalisé américain (pour des raisons alimentaires) et qui soutient les massacres de GAZA.

Si taya était un homme, il serait revenu de lui-méme répondre de ses actes devant les hommes.

N'est pas Haidalla qui veut dit le FOU.


maatala

Anonyme a dit…

Urgent
le discours de Aziz n'a pas été transmis par Al Jezzera même le représentant du comores a été entendu sur Al jazzera.
il a tout raté les amis des sionistes et les contres, piètre politicien.
Alioune
PS: Maata
Taya connait les africains ils n'ont aucun respect pour leur leader c'est pourquoi il n'est pas revenu, Haaidalla comment il a été reçu avec mepris et déshonneur. pourquoi revenir vers des imbéciles. pour une fois je suis en contraductions avec toi et couly(Gaza)
Alioune

яimσ a dit…

salut tous ,

vous voulez aider les palestiniens mais vous ne savez pas comment ?

euh bien ....
________________________________
BOYCOTEZ LES PRODUITS AMERICAINS
________________________________
comme : macdonald's , cocacola , marlboro ,pizza hut , kitaki chiken
....

la liste est longue , donc allez sur google voir quel produit vous correspont et en suite BOYCOTEZ !

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taqadoumy

"FNDD-Ely-Ould Daddah : L'alliance anti Aziz prend forme
16-01-2009
Des sources fiables évoquent de possibles négociations, en vue de former une alliance la plus large possible, afin de provoquer la chute du Général Mohamed Ould Abdel Aziz.

Cette alliance formerait un spectre qui regroupe les differentes composantes du Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD), ainsi que le Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD, présidé par Ahmed Ould Daddah) et l'ancien chef de l'état Ely Ould Mohamed Vall.

Une source au sein du FNDD estime que les négociations entre le FNDD et le RFD butent sur un point, celui du retour de Sidi Ould Cheikh Abdallahi au pouvoir : Tandis que le front reste intraitable sur cette question, son abandon constitue un préalable à l'alliance pour Ould Daddah.

D'un autre côté, officiellement, le FNDD nie tout contact avec Ould Mohamed Vall, même si des proches de ce dernier semblent vouloir entretenir un flou, allant même jusqu'à mettre en avant la récente rencontre entre Aziz et Ely, que Taqadoumy avait déjà évoquée dans une précédente édition.


© Taqadoumy, avec El Alem, photo La Tribune - Janvier 2009

---------------------------

Retour de SIDIOCA ou pas, dans cette future alliance de dupes, la question est de savoir qui manipule qui, qui instrumentalise qui et au final qui baisera qui.

Il aurait été préférable de décider :

-Que tous se présentent à l'élection présidentielle.

- Qu'ils s'engagent à se soutenir mutuellement en cas de deuxième tour.

Au lieu de cela ils préférent faciliter la tache à Azziz dit le FOU

maatala

maatala a dit…

Salam

Alioune

Taya n'est pas une migraineuse qu'il faut ramener au bercail (lol).

Haidalla est revenu après le coup d'état que taya a fait contre lui .

Haidalla est un HOMME, un vrai qui a avec des BURNES, il fut un des hommes les plus courageux pendant la guerre du Sahara, ce qui n'a jamais été le cas de Taya.

Le colonel Kader, le lui avait dit lors de cette dernière, car chef des opérations militaires, c'est un job pour les "tarlouzes planqués".

Il n'est pas ici question de respect mais de courage dit le FOU.

maatala

kimporte a dit…

En grève

kimporte a dit…

je laisse ma place aux frontistes,je suis actuellement plongé dans une autre affaire dont on a pas entendu parler sur canalh

je suis en train de lire sur cridem , l'explication et les prévisions du ministre en attendant voici

une texte qui donne une petite idée de l'affaire qui n'intéressera tout le monde quand chacun se verra servir du tieboudieun avec des boîtes de thon à défaut de poisson tout ça parce qu'un ministre joue à l'apprenti-sorcier avec des dossiers qu'ils ne maîtrise pas et pour cause? demandez-lui ce qu'il faisait avant de devenir un ministre si important?

je suis en train de lire ses explications, cela ressemble aux délires des experts du fmi et de la banque mondiale qui avec tout le génie du monde n'ont jamais réussi qu'à tout détruire et ce avec les meilleures volontés du monde

nous y reveindrons

" Au moment où le produit mauritanien connaissait une mévente sans précédent en octobre dernier, le ministre des pêches a jugé opportun d’engager une politique visant à privilégier la consommation intérieure.

Première décision prise par note de service en date du 3 octobre, interdiction de l’exportation de la courbine, du mulet et du tassergal (nguet). «Cette interdiction pour ces trois espèces vise : le poisson frais et congelé qu’il soit entier, étêté et éviscéré ainsi que le poisson salé et salé séché».

Une deuxième note de service datée du 25 octobre interdit l’exportation des céphalopodes (poulpe, seiche, calamar). Suit le 3 novembre, une nouvelle note de service. Elle interdit l’exportation de la dorade, du thiof et du mérou. «Ces espèces sont exclusivement réservées à la consommation intérieure en vue de l’amélioration de la sécurité alimentaire de la population mauritanienne».

Même spécifications que pour la première interdiction. Nouveauté : «sont exclus de cette interdiction les produits de pêche des navires pêchant en Mauritanie dans le cadre d’accords de pêche, de licence libre ou passant par la SMCP».

Le secteur est désormais régi par note de service. Pourtant la loi est claire en la matière : le Code des pêches dispose que les «mesures spéciales applicables à l’exercice de la pêche commerciale…, la réglementation du mareyage, de la commercialisation des produits de pêche…», toutes mesures en ce sens doivent faire l’objet de décrets pris en conseil des ministres «sur rapport du ministre chargé des pêches et, le cas échéant, des autres ministres concernés».

L’effet de cette politique marquée par l’improvisation est immédiat. Les exportateurs de frais ferment les uns après les autres. Le produit se raréfie sur le marché national.

D’où l’impossibilité de maintenir les prix à un bas niveau. Les seules fois où les prix ont baissé, c’était sur des produits saisis et vendus par la Marine nationale. Les opérateurs tapent à toutes les portes pour expliquer leurs positions. Personne jusqu’à présent ne semble leur prêter attention.

Le ministre des pêches monte au créneau pour dénoncer le comportement des opérateurs qu’il a accusés de nombreuses fraudes (fuite du fisc, non rapatriement des devises…). Ce à quoi les opérateurs ont répondu en confectionnant un dossier complet où l’on peut lire les conclusions d’experts, les avis de juristes, la note de la BCM etc.

Dans une correspondance adressée au Premier ministre, les opérateurs plaignant ont réfuté tous les arguments du département. «Nourrir les populations locales», argument «vertueux» mais réellement «vicieux».

En effet la relation entre l’objectif déclaré qui est celui-là et les effets de la mesure, est catastrophique pour un secteur qui emploie environ 30.000 personnes. On estime à 4000 le nombre d’embarcations engagées dans le secteur de la pêche artisanale. Sur chaque barque, il y a une moyenne de 7 pêcheurs. Il est reconnu par ailleurs que pour chaque emploi en mer, il existe deux emplois à terre.

Si l’on ajoute à cela les activités liées à cela, aussi bien en amont qu’en aval, on peut saisir l’ampleur des effets de toutes mesures visant à perturber le secteur. Pour certains experts, outre son illégalité, la mesure consistant à interdire l’exportation de certains types de poisson est anti-économique.

Pour avoir des effets pervers. Surtout que l’étroitesse du marché local et le niveau des populations font que ce marché est «peu rémunérateur». En fait il n’absorberait que 2% des prises totales. Les producteurs affirment eux que «70% de leur production ont toujours été destinés au marché national».

Premier employeur du secteur «entrepreneurial moderne» avec 36% du total national, la pêche artisanale côtière rapporte environ 100 millions dollars par an. Bon an mal an, près de 80.000 tonnes sont débarquées en Mauritanie et fournit 80% de la matière première des usines.

«Mais on a parfois tendance, note l’expert Dr Chérif, à oublier que la pêche artisanale côtière mauritanienne doit son développement à la forte demande des marchés d’exportation rémunérateurs, comme ceux du Japon pour les poulpes pêchés au pot – une technique qui a pris son élan à partir de 1987 – et d’Europe pour les poissons démersaux, la courbine, la sole (qui alimentent la filière d’exportation du poisson frais), le mulet pour la poutargue etc.» Pour lui «sa survie demeure tributaire de ces marchés».

Des contre-vérités sont avancées ici et là pour justifier – officiellement ou officieusement – les mesures prises par le ministre. On dit par exemple que les emplois de la pêche artisanale profitent surtout aux étrangers. Alors que les conclusions de l'IMROP attestent que «la main d’œuvre étrangère employée dans la pêche est de l’ordre de 14%».

Le ministre a dit que le secteur est marqué par l’absence de transparence, l’insuffisance des retombées fiscales et en devises. «S’agissant de l’effet de cette mesure sur le système bancaire national, on peut noter que les exportations des produits provenant de la pêche artisanale au titre des huit premiers mois de l’année en cours ont atteint 24 millions de dollars dont 50% ont été rapatriés en devises au niveau des banques locales».

Dixit une note d’information de la BCM en date du 5 novembre dernier. Dans cette note, il est dit que «le blocage d’exportations occasionnant de telles recettes en devises dans une conjoncture pareille devrait être précédé dans les conditions normales par une large concertation (Ministère des finances, BCM, Ministère du commerce, Ministère des pêches, Exportateurs)».

Cette concertation, préconisée du reste par tous les spécialistes, doit être précédée par l’abrogation au plus vite de la mesure d’interdiction pour éviter le pire pour le secteur. Les usines ont commencé à fermer leurs portes.

Des milliers d’emplois sont menacés. Le produit mauritanien n’existe plus sur le marché international. Les entrées en devises ont sérieusement diminué, ce qui explique en partie la montée de l’euro face à l’ouguiya.

Si la mesure est annulée, les autorités peuvent alors se donner le temps de penser à une politique réfléchie dans le secteur pour arriver aux résultats escomptés. En attendant engager les opérateurs à approvisionner le marché et à stabiliser les prix.

Tout le reste est mensonge et fuite en avant. Le secteur de la pêche artisanale est déjà sinistré. En quelques semaines. Comment éviter la faillite généralisée ?

Ould Oumeïr "

Ɔopiarpegar a dit…

Aziz gèle ses relations diplomatiques avec Israël

Anonyme a dit…

merci ould abdel aziz, la relation avec Isreal ce fini.
tu es notre champion, yebki yehleg yekhleg.

Anonyme a dit…

Les gars,

Vous pouvez gagnez 2000 Dollars en ecrivant un essai dans une competition organisee par une ONG Americaine:

http://hamsaweb.org/essay/fr-index.html

pour participer en Arabe:

http://hamsaweb.org/essay/ar-index.html

Il parait qu'une Mauritanienne avait gagne l'annee derniere!!
Vite, la date butoire est le 1er Fevrier!!

maatala a dit…

Salam

Lu sur taqadoumy

"Abdelli, Fatma Fall, Khatou, Tandian et les autres : Procès mouvementé à Dakar
16-01-2009
Hier, Baba Tandian, le président du Groupe Imprimerie Tandian ainsi que Assane Samb, Directeur de publication du journal Le Matin, étaient devant la barre du Tribunal correctionnel de Dakar pour répondre du délit de diffamation contre l’ex-Première Dame de la Mauritanie, Khattou Mint Boukhary.



"Monsieur Baba Tandian a été bavard, premièrement, quand il nous dit que c’est Mme Khattou Mint Boukhary qui est à l’origine du coup d’Etat, c’est de la diffamation. Deuxièmement, il y a aussi de l’injure, quand il dit que Mme Khattou Mint Boukhary n’est qu’une vulgaire bergère, il veut seulement montrer par-là que c’est une paysanne qui arrive au Palais, c’est de l’injure", estime Me Aïssata Tall Sall, une des quatre conseils de la partie civile.

Interpellé par le président du Tribunal, sur cette thèse de Me Sall, M. Baba Tandian déclare que "le jour du coup d’Etat, tous les organes de presse en n’ont parlé, radios et journaux. S’ils m’ont cité, c’est parce que je suis mauritanien, je connais bien la Mauritanie. Dans ce pays, je connais toutes les autorités. Il y a des choses dont je peux parler et d’autres dont je n’ose pas parler".

Aussi, M. Tandian dit avoir "reçu Ould Ckeikh Abdallahi et son épouse Khattou Mint Boukhary" chez lui. "Elle avait des rapports heurtés avec la junte militaire. Elle dirigeait et décidait de qui entrait et/ou sortait du Palais. Cela n’a pas dû plaire aux militaires", poursuit M. Tandian selon qui, "Khattou Mint Boukhary fréquentait un homosexuel notoire nommé Abdelli, que tout le monde connait en Mauritanie comme Maniang Kassé (Le plus célèbre homosexuel du Sénégal, ndlr)".

Et le président du tribunal de demander à Assane Samb, Directeur de publication du quotidien Le Matin, s’il a vérifié les sources de cette information. "Nous avons jugé que Tandian connaît bien la Mauritanie. C’est pour cela que nous avons publié l’article", répond M. Samb.

Citée par la défense comme témoin, Fatma Fall ajoute, à propos de Khattou Mint Boukhary : "Elle faisait tout ce qu’elle voulait. Elle voyageait et décidait à la place de Ould Ckeikh Abdallahi", déclare ce témoin venu de France pour ce procès.

Mais, estime Me Aïssata Tall Sall, "les témoignages de Madame Fatma Fall doivent être jetés à la poubelle. Elle a une haine contre sa cousine Khattou Mint Boukhary".

La partie civile demande "300.000 euros au Groupe Imprimerie Tandian (car elle) considère que Monsieur Baba Tandian a beaucoup exagéré". Mais pour la défense assurée par Me Abdou Dialy, ses clients n’ont diffamé personne. Il plaide alorss la relaxe pure et simple.

Le parquet qui n’a pas fait de réquisitoire s’en réfère à la décision du tribunal. Le président a mis l’affaire en délibéré pour le 19 février prochain.


Latif Mansaray
Le Quotidien, édition du Vendredi 16 Janvier 2009

----------------------------------

Tout ce rafus pour, en arriver là, se donner en spectacle et laver son linge sale en terre étrangère, il fallait oser, comme si cette pantalonnade allait ramener SIDIOCA au pouvoir.

J'ai apprécié: "La partie civile demande "300.000 euros au Groupe Imprimerie Tandian (car elle) considère que Monsieur Baba Tandian a beaucoup exagéré".

Si c'est pour laver l'honneur de notre capricieuse en chef, il fallait demander le franc CFA symbolique.

Mais nous savons tous que KB ne plaisante pas avec le GRISBY.

EXAGERE veut dire qu'il n'a pas eu tord de porter de telles accusations dit le FOU

maatala

Khalil Balla Gueye a dit…

Bonjour,
vendredi 16 janvier 2009
"G.W Bush tire...sa révérence."

Le 43ème président des Etats-Unis Georges Walker Bush aura fait ce matin son discours d’adieu par lequel il a eu la crânerie et la frime de défendre « son bilan»!L’Amérique et les américains qui ont eu le stoïcisme et la déveine de le « subir » pendant 8 ans n’auraient eu, eux, qu’une seule hâte :oublier et inhumer au plus vite le « nightmare Bush » pour ouvrir une nouvelle page avec son successeur afro-américain Barack Hussein Obama .Le reste du monde qui aura eu aussi beaucoup à pâtir sinon plus encore des décisions aventureuses et à l’emporte-pièce du « Walker Texas Ranger » partage les mêmes trépidation et impatience de le voir rejoindre son ranch Texan, loin, très loin de cette « Maison blanche » dont il aura défraîchi la couleur pour lui imprimer un ton livide, sinistre voire très inquiétant et angoissant à force d'impairs dramatiques et bien souvent tragiques et lourds de conséquences !........etc

http://vindicte.blogspot.com/
A la bonne heure!

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Gaza: le Qatar et la Mauritanie suspendent leurs liens avec Israël (délégation mauritanienne)

Le Qatar et la Mauritanie ont décidé vendredi de "suspendre" leurs relations avec Israël, lors d'une réunion arabe tenue à Doha et consacrée à l'offensive israélienne dans la bande de Gaza, a confirmé un membre de la délégation mauritanienne.

"La Mauritanie et le Qatar ont décidé de suspendre leurs relations avec Israël lors de la séance à huis clos", qui a suivi l'ouverture de la réunion de Doha, a déclaré à l'AFP le responsable mauritanien qui a requis l'anonymat.

Cette mesure a été révélée peu auparavant par la chaîne de télévision Al-Jazira, basée au Qatar, sans donner d'autres précisions sur une telle initiative, réclamée par plusieurs orateurs à l'ouverture de la réunion de Doha.



Le Qatar abrite depuis 1996 un bureau de représentation commerciale israélien géré par deux diplomates, et des représentants des deux pays se rencontrent régulièrement.

La Mauritanie, qui entretient des relations diplomatiques avec l'Etat hébreu depuis 1999, a rappelé son ambassadeur auprès de l'Etat hébreu après le déclenchement, fin décembre, de l'offensive militaire contre la bande de Gaza.

Le Qatar avait proposé jeudi aux pays arabes de revoir leurs relations avec l'Etat hébreu, une suggestion qu'il a relancée vendredi lors de la réunion de Doha.

(©AFP / 16 janvier 2009 16h33)

--------------------------------

Il semblerait que l'Emir du qatar ait des arguments persuasifs (le carnet de chèque).

Par ce gerste, Azziz en bon opportuniste vient de couper l'herbe sous les pieds de ses opposants.

La respectabilité à moindre frais dit le FOU

maatala

Ɔopiarpegar a dit…

il a dit "tu es notre champion, yebki yehleg yekhleg."

Aziz samaway tu es notre teivai we ev'dh7tna devant tout le monde "3a ba ta...".

Anonyme a dit…

Maata,

I am busy mais je tenterai de te repondre des que possible.
Salutations a' Sanhaji et ma fille Bilkiss.

Ɔopiarpegar a dit…

by the way Sanhaji we Belkiss ya khouti elghalyine entouma em'nine we miss you.

Anonyme a dit…

Les gars,

Geler et couper c'est 2 choses differentes. On gele les relations quand on appelle son ambassadeur pour consultations. Couper c'est fermer l'ambassade, faire plier les bagages par les diplomates en poste et rendre les clés au propriétaire du local. A-

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

Procès en diffamation contre le Directeur du Groupe Tandian Multimedia

Extrait:

"Dans l’interview, parue dans « Le Matin » du 8 août 2008, au lendemain du putsch, M. Tandian, par ailleurs patron du groupe éditant le journal incriminé, soutient que le coup d’Etat n’était pas prémédité, il a été provoqué par l’épouse de l’ex-président de la Mauritanie, Sidi Ould Cheikh Abdoullahi. M. Tandian accuse l’ex-Première dame d’avoir menacé de démettre de son poste le général Abdoul Aziz, auteur du putsch.




Pis, dit-il, Khattou Mint Et Boukhary aurait même insulté des officiers dont le général Aziz. D’après le patron de Tandian Multimédia, « c’est là où les choses ont dégénéré pour des militaires qui ont osé à l’époque s’attaquer au tout puissant Ould Taya qui était considéré comme un demi-dieu à Nouakchott ».

-------------------------------

L'extrait le plus croustillant:


Plus loin, il ajoute : « ...c’est la femme qui décidait au niveau de la Présidence. Et elle ne décide même pas dans la discrétion, mais au vu et au su de tout le monde. Elle n’y met même pas les formes. Elle dit que c’est elle qui était élue, que c’est elle le président, que Sidi n’est qu’une ombre. C’est elle qui créait le gouvernement en réalité. (...) Cette femme-là conduit son mari à sa perte. A Sidi, on ne peut rien lui reprocher. Sa femme était au centre, sa fille à droite. Il ne faut pas oublier que cette dernière était pratiquement le numéro deux de la Présidence. Elle faisait office de directeur de Cabinet. C’est elle qui a le calendrier du président ».

---------------------------------

KB ou le fardeau de SIDIOCA dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

C 'est vrai: ou sont Bilkiss et Sanhaji? A-

Khalil Balla Gueye a dit…

Pour les âmes sensibles ou à tout le moins capables sensiblerie de ce blog:
je viens d'incorporer à la fin de l'article, juste après le paragraphe relatif au calvaire et au martyre de Gaza le chant de Gaza paru il y a 1 ou 2 jour composé et chanté par Michael Heart.Très émouvante et belle chanson!
***Voici le paragraphe auquel elle fait suite dans l'article, j'ai donné dans le jeu des contrastes exprès pour des raisons évidentes!
*****
"Et en attendant que le Texan aille s’éclater au rodéo dans 4 jours, Gaza et les Palestiniens Gazaouites croulent sous les bombes sous les regards compassés du 43ème et du 44ème, il faudrait bien se rendre à l’évidence :les présidents Américains se suivent et se ressemblent du 1èr G.Washington au dernier et 44ème B.H Obama l'afro-américain.Nonobstant leur couleur, profession religieuse voire allégeance idélogique même!"Blanc bonnet, bonnet blanc"!
-----------------------------
LA CHANSON DE GAZA

WE WILL NOT GO DOWN (Song for Gaza)
(Composed by Michael Heart)
Copyright 2009

A blinding flash of white light
Lit up the sky over Gaza tonight
People running for cover
Not knowing whether they’re dead or alive

They came with their tanks and their planes
With ravaging fiery flames
And nothing remains
Just a voice rising up in the smoky haze

We will not go down
In the night, without a fight
You can burn up our mosques and our homes and our schools
But our spirit will never die
We will not go down
In Gaza tonight

Women and children alike
Murdered and massacred night after night
While the so-called leaders of countries afar
Debated on who’s wrong or right

But their powerless words were in vain
And the bombs fell down like acid rain
But through the tears and the blood and the pain
You can still hear that voice through the smoky haze

We will not go down
In the night, without a fight
You can burn up our mosques and our homes and our schools
But our spirit will never die
We will not go down
In Gaza tonight

A la bonne heure!!

Khalil Balla Gueye a dit…

Le ramassis de nazillons ne devrait sûrement pas apprécier de découvrir cette chanson pour la 1ère fois sur le blog du négro-arabe BALLAMA, KBG!!
A la bonne heure!

Anonyme a dit…

ould Abdel Aziz tu es très malin, geler la relation et puis je Vien de regarder le journal TVM en français et ils parlent des suspensions des tous relations avec l'état israélien.
en tous cas tu as bien gérer cette affaire.
Moi je suis sure et certain que ci c'était sidi il ne va même pas aller a Doha.

mauritanie yebkikoum

Ɔopiarpegar a dit…

mauritanie yebkikoum,

ça7bak ma tara ba3ra enta masma3t zhe el gal A-.

enta sm3t son discours bel arabiya zein 7ata.

Anonyme a dit…

Ɔopiarpegar,

dis moi tu es une femme?!
d'après ce que tu écris
et tes expressions j'ai de toi en tête une image d'une jeune femme!

Est ce que c vrai stp?!

La curiosité!

kimporte a dit…

lu sur cridem

" Après avoir invité la communauté internationale à "assumer sa responsabilité envers le population de bande de Gaza" et déclaré le 4 janvier dernier que M. Abbas et d'autres dirigeants palestiniens "condamnent fermement l'agression criminelle dans la bande de Gaza", le négociateur palestinien Saeb Erekat, a affirmé que la décision du Qatar et de la Mauritanie est ridicule.

Le négociateur commentant la décision de ces deux pays a estimé qu’il n’est pas raisonnable de geler tout simplement leurs relations avec Israél. Ainsi dans une déclaration à la presse, Mr Saeb Erekat s’est demandé...

... qu’il n’est pas raisonnable que des pays d'Amérique latine comme le Venezuela rompent ses relations diplomatiques avec l’Occupant alors que la Mauritanie trouve satisfaction purement dans le gel de ces relations.

Pour rappel, le sommet de Doha a conclu ses travaux de fin d'urgence vendredi, en l’absence de certains pays, par une déclaration faite d'éloge à la décision définitive sur le gel de la Mauritanie et du Qatar aux relations politiques, économiques et diplomatiques avec Israél.

Anonyme a dit…

Ano,

copiarpegar n'est pas une femme. On a trop de choses dans la marmite pour s'occuper de sexe masculin ou feminin.

Ano: que penses-tu des chances de Sidioca de venir à Nouakchott sans se faire transformer en Boudiaf? Ou bien tu penses qu'il vaut mieux qu'il reste à Lemden et continue sa lutte? Combien de pains ont peut distribuer a Hay Saken avec 50millions de dollars? 50 millions ça fait beaucoup d'assainissement. Le General, ses amis et parents nous ont fait perdre beaucoup de temps. Laisse copiarpegar tranquille.

A-

Anonyme a dit…

copiarpegar,

Est-ce que Aziz et Bouteflika se sont serrés la main à Doha. Je crois que non. A-

Anonyme a dit…

KBG

US Constitution, Article II, Section 1

Oath of Office for President

Before he enter on the execution of his office, he shall take the following Oath or affirmation: " I do solomnly swear (or affirm) that I will faithfully execute the office of President of the United States, and will to the best of my ability, preserve, protect, and defend the constitution of the United States."

Le premier role de notre President est de proteger la constitution Americaine et de faire ce qu'il croit etre bon pour l'Amerique. Nous avons elu un President pour defendre les interets strategiques de notre peuple. Nous comprennons egalement que la paix, la democratie et la stabilite' dans le monde sont compatibles avec nos ideaux et nos interets.

Georges Bush a servi comme notre president pendant 8 ans. Nous sommes tres fiers de lui. Il a mis en place une strategie qui a aide' notre pays a' eviter une autre attaque terroriste semblable a' celle dont notre pays a ete' victime le 11 septembre 2001.

Barak Obama sera notre president a' partir du 20 janvier. Nous serons fiers de l'avoir comme president et nous sommes convaincu qu'il fera tout son possible pour que notre pays soit meilleur et plus puissant. Toutes les Americaines et tous les Americains travaillerons sous son leadership pour la realisation de cet objectif.

Anonyme a dit…

Kimporte,

Aziz ne coupera pas les relations avec Israel. Avec la fronde qui l'attend, il n'ose pas franchir le pas maintenant. On s'interesse trop a ce que fait le general qui est illegal: il a ete vire de son poste et il a indumment pris le pouvoir. Il faut voir les choses sous cet angle. You can't eat your cake and have it. C'est l'un ou l'autre. A-

Anonyme a dit…

Couli,

Ton president n'est pas Obama. C'est MOST. You too you can't have your cake and eat it. A-

bilkiss a dit…

CopiarPegar, A-,

Bilkiss est en convalescence!!!

Bilkiss faisait une vilaine angine purulente avec une grosse fièvre de 38°/4O° qui l'a clouée au lit pendant 4 jours!!!

Bilkiss est sur pied lillah lhamd!!
j'en suis pas morte, la preuve suis là mais fragile!!!

Amitiés,
à trés bientôt

Bilkiss la solide.......lol

Ɔopiarpegar a dit…

HADHI MAHI 7ALA la curiosité hier WE MELLI ELEILLA (fille ou garçon wella ga3 ek'heil echwein) je suis juste un ano just like anybody else.

«Les plus anciens ‹Précédent   1 – 200 sur 415   Suivant› Les plus récents»