samedi 28 mars 2009

Conditions de candidatures à la présidence en Mauritanie : Le parlement vote une loi

Le Parlement mauritanien a voté ce 19 février 2009, une loi fixant les conditions de candidature à la présidentielle du 06 juin prochain. Un autre pas pour l'organisation de ce srcutin important pour l'avenir politique du pays.

Source : Le Matin


Désormais, les candidats qui doivent briguer la magistrature suprême, devront recourir à 100 signatures de conseillers municipaux dont 5 maires (contre 50 auparavant) et une caution financière équivalente à 10 millions de francs Cfa (plus de 14.000 euros environs) à verser au trésor public. Cette manne financière ne sera remboursée qu’aux candidats qui obtiendront plus 2% de suffrages, au lieu de 1% notifié dans l’ancienne loi. Il faut noter que cette loi ancienne n’a pas fixé de conditions comme celles-ci qui écarteront de la course certaines candidatures de forme. Faut-il rappelé qu’en 2006, on a enregistré des candidatures du genre car la classe politique mauritanienne avait refusé qu’on fixe les conditions à l’image de celles-ci. Il a été juste précisé comme conditions, la nationalité, la religion et l’âge des prétendants à la magistrature suprême. A la même occasion, les députés ont voté une autre loi instituant la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) qui sera composé de 15 membres.

Cet organe indépendant sera chargé de superviser et de contrôler le processus électoral en perspective. Cependant, il faut toutefois souligner que la mise en place de cet organe posera sûrement des problèmes. Car, les députés du Front national pour la défense de la démocratie (Fndd composé de partis politiques anti-putsch) boycottent depuis le coup d’Etat les séances parlementaires et le Rassemblement des forces démocratiques (Rfd) d’Ahmed Daddah n’a pas lui aussi participé à cette session. Cette nouvelle loi risque, à coup sûr, de priver certains citoyens qui déclarent leurs candidatures à tort à travers venant ainsi gonfler la liste des présidentiables de grandes postures. Déjà, deux candidatures à la présidentielle de juin prochain ont été déclarées.
Celle d’un directeur de presse arabophone, Abderrahmane Ould Zoueine et Mohamed Yehdih Ould Moctar El Hacen, ancien ministre de l’intérieur sous le président déchu. La candidature du Général Aziz qui est probablement l’une des plus sérieuses, n’a pas encore été officiellement déclarée pour la simple raison qu’il faudrait que le chef de la junte au pouvoir quitte l’uniforme. D’ailleurs, les supputations vont bon train quant à une éventuelle démission du Général Aziz à 45 jours de la présidentielle prévue le 06 juin prochain.

Par ailleurs, la communauté internationale, notamment l’Organisation internationale de la
francophonie, l’Union Européenne, et l’Union Afrique qui s’active pour trouver une solution de sortie de crise en Mauritanie, a déjà planifié un certain nombre de points dans ce sens. La réunion tenue le 20 février dernier sur convocation de l’OIF à Paris, n’a pas prononcé de sanctions contre la Mauritanie mais plutôt, ces organisations se sont planchées sur la recherche de solutions de sortie de crise.
Pendant ce temps, les protagonistes multiplient leurs actions antagonistes et se regardent toujours en chien de faïence. En tout état de cause, les jours à venir nous édifieront sur l’avenir politique de la Mauritanie.

497 commentaires:

1 – 200 sur 497   Suivant›   Les plus récents»
Anonyme a dit…

Lu pour Bebe Ba. Espere que tu as depassé l'age de cette jeune fille que ses parents ont marié à un age si tendre. Le pere 1 an et la mere 17 ans de prison. Quelqu'un essaie de "halaliser" la mariage en se referant à la Charia, comme ce marabout de mosquée anjouanais hier soir sur France24.

Bilkiss: je t'ai envoyé un message avant que LM ne change de page. Lis-le: c'est du très solide sur nos freres de Louga.

maintenant je lis les conditions de candidature pour voir si je peux pretendre a la majistrature supreme et enoyer Aziz en exile au maroc avant qu'il ne soit trop tard pour lui, le pauvre soldat de fortune de Sarkozy et de Ahmedinejad ... et de Kadafi.
A-
==========

Urgent/Espagne : Verdict sévère contre une famille mauritanienne

La mère et le père de Isselemha dans les couloirs de la justice espagnole à Cadis

Un premier verdict a été prononcé aujourd’hui par la justice espagnole à Cadis contre la famille mauritanienne accusée de pratique de mariage forcé de leur fille Isselemha à son cousin Moctar Salem.

Ainsi, le mère de la fille, Hawa Mint Cheikh écope de 17 ans d’emprisonnement, le père, Mohamed Ould Abdallahi d’un an et demi et l’époux Moctar Salem de 13 ans.

L’avocat de la famille ne s’attend pas pour autant qu’il y ait un changement dans la situation juridique actuelle de cette famille mauritanienne tant que la Cour suprême ne se soit pas prononcée au sujet du pourvoi en cassation qu’il compte déposer et du fait que les deux parents de la fille (Mohamed Ould Abdallahi et Hawa Mint Cheikh) sont en liberté provisoire et ne peuvent quitter le territoire espagnol et que leur gendre Moctar Salem se trouve en détention préventive depuis juin 2007.


Il convient de noter que cette affaire suscite beaucoup d’étonnement chez les observateurs mauritaniens qui estiment qu’il s’agit d’un mariage scellé en toute conformité avec la charia (loi islamique), source de législation dans le pays.



Date publication : 27-03-2009 21:32:40 Lecture N°: 127

Anonyme a dit…

Un risque pour Sarr de perdre ses 14.000 euros s'l se presente, car il n'aura pas les 1%.

Je ne voux pas avoir une president avec un nom zoueine a la fin.

chiche au General Aziz: tu enleves ton uniforme et tes copains du HCE prennent le pouvoir. Tu amen trop de probleme et ila certainement ete decide de t'enlever. Comme il avait ete decide d'enlever Ould Taya et tu as eu le feu vert pour le faire. Chacun son tour chez le coiffur.

LM: cet article doit etre ancien ou son auteur est plein de mauvaise volonté. Le Matin, c'est du Maroc ou de la Cote d'Ivoire? Je crois plus que c'est du Maroc comme l'auteur parle d'Union d'Afrique au lieu de Union Africaine. Un gnak n'aurait jamais fait cette erreur.Il met l'UA au milieu et non au debut: c'est du mauvais journalisme, à la Tandian.

Le Matin a dit:

"Par ailleurs, la communauté internationale, notamment l’Organisation internationale de la
francophonie, l’Union Européenne, et l’Union Afrique qui s’active pour trouver une solution de sortie de crise en Mauritanie, a déjà planifié un certain nombre de points dans ce sens. La réunion tenue le 20 février dernier sur convocation de l’OIF à Paris, n’a pas prononcé de sanctions contre la Mauritanie mais plutôt, ces organisations se sont planchées sur la recherche de solutions de sortie de crise.
Pendant ce temps, les protagonistes multiplient leurs actions antagonistes et se regardent toujours en chien de faïence. En tout état de cause, les jours à venir nous édifieront sur l’avenir politique de la Mauritanie".

Je ne me presente pas à cette mascarade. D'ailleurs, elle n'aura pas lieu. Bilkiss tu veux qu'on parie? Une chamelle à Louga?

A-

Anonyme a dit…

A-
Tu dis:"...et enoyer Aziz en exile au maroc avant qu'il ne soit trop tard pour lui, le pauvre soldat de fortune de Sarkozy et de Ahmedinejad ... et de Kadafi."

Pourquoi Sarkozy?
Y a t il une information que j'ai ratée,moi qui étais en plein désert?
Ton ami A+

maatala a dit…

Salam

Salam

Chers amis

Je vous laisse apprécier la l'étendu de la cruauté et du Sida mental mental de Couly l'"amérloc".

Dans sa dernière convulsion, il a éructé:

"Mauvaise naissance sénégalaise": comme tout bon sbire zélé de la honte, il tente de réveiller les vieux démons de la haine, au moment ou tout un peuple tente de refermer les portes du mal.

Puisque le passé ressurgit, il tente de vous conduire sur un faux débat...

Ce déchet humain (couly) et Sanhaji qui reconnaît "le PEU" de responsabilité du petit gris, évitent de parler de la Mauritanie, car le passé funeste et honteux qu'ils contestent, est en train de remonter à la surface de la merdasse dans laquelle nous a laissé l'infâme caporal.

La bête immonde a dit:

L'amérique soutien la démocratie, comme jadis en Amérique du Sud.

Hugo Chavez: "il n n'y a pas longtemps à ma place ce tenait "EL DIABLO".

Vadé rétro Satanas dirait le FOU.


maatala

Anonyme a dit…

Bienvenue A+. Laisse le désert comme ton pays esyt en danger. Il faut lire Taqadoumy (2-3 articles) sur la langue de bois de Paris qui pousse maintenant pour Aziz et abandonne Ely aux Americains (et aux Israeliens). Ce qui frappe surtout est un article de la Lettre du Continent mis là par Taqadoumy avec la photos de Claude Ghéguan, le SG de l'Elysee.

La France pousse pour Aziz et la visite de Gadio, le MAE du Senegal, va dans ce sens. Ayant perdu l'initiative dans l'affaire de Madagascar, Wade essaie de se rattraper chez nous et on sait deja qu'il travaille pour les French. Ce sont ses amis que tu connais chez nous qui lui demandent une derniere mediation pour eviter que leurs comptes et deplacements ne soient bloqués. Je crois que Bouamatou doit etre parmi eux. C'est un catch-22. Susan Rice attend de pied ferme poure faire enteriner la condamnation de l'UA par le Conseil de Securite de l'ONU.

aziz a fait une bourde: s'associer avec les iraniens. Ceux-ci sont rejetes par les marocains et Obama commence deja a faire du bruit en disant qu'il va aller derriere les pays qui financent les talibans. Il a indexe hier soir le Pakistan et dans quelques jours ce sera l'Iran. Il ne s'entend pas avec Sarko et leur reunion du 6 juin a paris risque d'avoir des consequences nefastes poyur le general: ils pourront decider de le faire partir et le faire remplacerr par ... Ely. Mais thak dounou moutchetcheu. On veut le retour de Sidi et repartier a zero.

J'ai redige rapidement, mais c'est ce que je crois et je me trompe rarement avec nos histoires, car j'en ai trop vues depuis 2002. Il faut ttout observer ... meme le Nord.

A-

Anonyme a dit…

Obama a dit qu'il va aller apres les pays qui financent les talibans et non aller derriere eux. Style telegraphique quand tu nous tient! Et les fautes de tout! De quoi faire rougir Bebe Ba qui redige tres bien avec son clavier!

A-

Anonyme a dit…

A+,

Une depeche de l'AFP. Quelqu'un dira que c'est une opinion personnelle de Louis Michel. Mais Louis Michel, ancien PM de la Belgique, c'est l'UE.

Une chance pour le HCE peut-etre: si la chute du Gouvernement tcheque est l'oeuvre de Sarko qui ne s'entendait pas du tout avec le President et PM tcheques. Il n'a jamais voulu lacher la Presidence de l'UE aux tcheques. Cela vaut la peine de faire tomber ce gouvernement, affaiblir l'UE et en profiter pour recuperer les pre-carres français en RIM, Guinée et Niger. Mais le grain de sable est Louis Michel qu'Allah lui donne une lomngue vie. Juste une hypothese ....mais on ne sait jamais avec Sarko.

Quand il recrute Kadafi et ça foire et recrute Wade, cela veut dire qu'il n ábandonne pas.

A-

Bruxelles soutient les sanctions de l’UA contre la junte


Le commissaire européen au Développement, Louis Michel, a indiqué le 27 mars "appuyer" la décision de l’Union africaine (UA) de sanctionner nommément les membres de la junte au pouvoir en Mauritanie. "Je réitère mon appui à cette décision de l’Union africaine d’application de sanctions ciblées", a déclaré M. Michel dans un communiqué.

"La junte militaire ne mesure pas les préjudices et les conséquences négatives pour la Mauritanie et pour son peuple de leur attitude", ajoute le commissaire, pour qui "il est nécessaire qu’une solution consensuelle de sortie de crise basée sur un dialogue direct et inclusif parmi tous les différents acteurs se dégage au plus tôt".

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA a franchi le 25 mars un pas supplémentaire en sanctionnant désormais nommément les membres de la junte au pouvoir en Mauritanie. L’armée a renversé le 6 août 2008 le président élu Sidi Ould Cheikh Abdallahi et l’a remplacé par le général Mohamed Ould Abdel Aziz.
En raison de ce changement anticonstitutionnel, l’UA a déjà suspendu la Mauritanie. Les sanctions contre la junte avaient été prises par le CPS de l’UA le 5 février. Elles prévoient notamment l’interdiction de voyager et le gel des avoirs des principales personnalités actuellement au pouvoir.

Une liste "nominative des gens visés par les sanctions" devrait être établie dans un délai d’un mois, a précisé l’UA. Par ailleurs, Louis Michel a souligné "l’impossibilité de soutenir la feuille de route unilatérale de la junte et le déploiement d’une mission d’observation électorale dans les conditions actuelles". Une décision des pays de l’UE sur les "mesures appropriées" à mettre en place est "attendue au début du moi d’avril", a encore indiqué M. Michel.

(AFP)





Date publication : 28-03-2009 12:41:51 Lecture N°: 4

Anonyme a dit…

Maata LIVREYIKH,

Je remarque que tu ne m'as pas dementi a' propos de la generosite' Americaine. Aucun pays de notre planete terre ne donne plus que les USA!!!!!!!!!!
Tu peux continuer dans ta haine, tes mensonges et tes betises BECAUSE YOU JUST DON'T KNOW ANY BETTER!!!! TU ES UN DECHET INTELLECTUEL DOUBLE' D'UN DECHET HUMAIN QUI NE SAIT PAS DE QUOI IL PARLE!!!!!!!! Tu es egalement un MENTEUR DE PREMIERE CLASSE. AS-TU DEJA OUBLIE' TES HISTOIRES DE MARIE JOELLE! MESKHARE CHARMATAKE!!!!

Ces mauvaises naissances Senegalaises qui refusent de laisser le peuple Mauritanien vivre en paix.
BILKISS A BIEN ECRIT QUE VOUS ETES "SENEGALAIS ET FIERS DE L'ETRE." Nous l'avons toujours su, c'est evident a' travers vos soutiens en faveur de l'instabilite' politique en Mauritanie.
Je vous conseillerais d'aller soutenir votre papa Wade qui vient de connaitre une deroute electorale au Senegal.

YENSAKHE CH'FEYGAKE YELIVREYIKH, MENTEUR, AIGRI, INGRAT, RACISTE, DECHET HUMAIN, DECHET INTELLECTUEL ET PROSTITUE'!!!!!!!!!!!

Bebe Ba,

Si je dis MAUVAISES NAISSANCES SENEGALAISES, JE NE PENSE QU'AUX SENEGALAISES ET AUX SENEGALAIS QUI SOUTIENNENT UNE INSTABILITE' POLITIQUE ET ECONOMIQUE EN MAURITANIE ET QUI ONT UNE PROFONDE HAINE CONTRE NOTRE PAYS. IL VA SANS DIRE QUE MAATA ET BILKISS SONT DANS CETTE CATEGORIE. A' PART EUX, J'AIMERAIS QUE TU SACHES QUE JE N'AI QUE RESPECT ET ADMIRATION POUR LE VAILLANT PEUPLE SENEGALAIS.

PS.

Ma chere Bebe Ba, tu viens de me trahir en choisissant ce LOSER comme futur epoux. Je suis bien fache' parce que j'avais l'intention de te prendre comme...epouse. (rire) Tu diras a' mon rival de te traiter avec respect sinon....
I wish you well!!!


PS du PS.

Maata, LIVREYIKH, tu as reproduit le meme ecrit a' deux reprises pour avoir ma reaction. NOW THAT YOU HAVE IT, WHAT ELSE TO EXPECT FROM YOU?
TU N'ES QU'UN MENTEUR, A HIRED PEN, UN CHIEN, UN DECHET HUMAIN, UN DECHET INTELLECTUEL, UN AIGRI, UN COMMUNISTE, UN PROSTITUE' ET QUELQU'UN QUI NE SERA NI INTELLECTUEL NI DEMOCRATE DANS SA SALE VIE!!!!!!!!!!!!!!

ANA NOUWEYKHZAKE WOU HOUWEYGRAKE!!!!!

Anonyme a dit…

"و تقول المجموعة أنها ضحية منافسة عيادات أخرى مع "الصفاء" لم يستطيعوا تقديم مستوى خدماتها فبدؤوا يسكرون الأبواب دونها نتيجة ما يتمتع به أصحابها من نفوذ." (تقدمي)

حقيقة الأمر أنها ليست عيادات و إنما عيادة واحدة تسمى "الحياة" مملوكة من طرف الجنرال عزيز و صهره ماء العينين ولد النور، والد زوجته، و يتم تسييرها من طرف نائب تشتيت. الجنرال فرض أن تحتكر عياداته التصفية، وهو ما يرفضه المستفيدون منها على اعتبار أن الخدمات و المعاملة التى يتلقون في "الصفاء" أحسن من "الحياة".
من المؤسف حقا أن يصل الجشع و الانتهازية بالجنرال حد التضحية بأرواح مرضى في وضعية صحية حساسة. هذا الجنرال حقا لا تعرف الرحمة أو الانسانية إلى قلبه سبيلا.

Anonyme a dit…

A-,

Nous avons affaire avec des faux dirigeants qui sont dirige's par leurs emotions et non leurs tetes. SINON QUE FOUTRE AVEC LES IRANIENS???? SINON POURQUOI TANT DE HAINES CONTRE ISRAEL? SINON POURQUOI COUPER LES RELATIONS DIPLOMATIQUES AVEC ISRAEL???SINON POURQUOI PENSER QU'ON PEUT DEFIER LES PLUS GRANDES PUISSANCES DU MONDE ET/OU LES JOUER LES UNES CONTRE LES AUTRES???SINON POURQUOI PENSER QU'ON PEUT DEFIER LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES????

ILS NE SONT NI PRAGMATIQUES NI REALISTES!!!!!!!!!!!!!

LE MINSITRE DES AFFAIRES ETRANGERES SHOULD HAVE KNOWN BETTER!!!!FRANCHEMENT DES FOIS, JE ME DIS QUE CE MR. N'A AUCUN POUVOIR ET PERSONNE NE L'ECOUTE. JE SUIS DE PLUS EN PLUS CONVAINCU QU'ABDEL AZIZ A UNE ETTITUDE SUICIDAIRE!

A+,

Je te conseillerais de retourner dans ton desert. Il n'y a rien de nouveau sauf que la tortue fache'e fait maintenant des prieres COSTUMISTIQUES ET CHAUSSURISTIQUES et elle voyage beaucoup a' la recherche de...marigots.
Bilkiss aussi a confirme' qu'elle et Maata sont..."SENEGALAIS ET FIERS DE L'ETRE."
TOUT CE QUE NOUS LEUR DEMANDONS EST DE CESSER DE PARLER DES AFFAIRES DE NOTRE PAYS. LEUR PERE ABLAY WADE A PLUS BESOIN DE LEURS SOUTIENS PARCE QU'IL VIENT DE CONNAITRE UNE DEROUTE ELECTORALE AU SENEGAL.

maatala a dit…

salam

Le déchet humain a dit:

"Je remarque que tu ne m'as pas dementi a' propos de la generosite' Americaine. Aucun pays de notre planete terre ne donne plus que les USA!!!!!!!!!!"

--------------------------------

Faux archi-faux

les pays riches se sont engagés à donner 0.7% de leur PNB à l'aide de développement, à ce jour seuls certains pays scandinaves ont atteints et même dépassé pour certains ce seuil ( Suéde, danemark......).

Quand on regarde de plus prés l'aide américaine, elle est le plus souvent constituée d'armement ( Egypte par exemple) et de soutien aux officines obscurs ( armée, police................).

Le pays le plus aidé par l'empire du mal est l'Egypte considéré par les RICVAINS comme une démocratie parfaite.

De l'autre coté, on affame le pauvre citoyen cubain dit le Fou.

maatala

Ps: a chaque fois, que tu diras une contre vérité, je serais là pour te faire la leçon.

Ɔopiarpegar a dit…

A-,

houwa Sarko taye7 3la raçou wella emmalou?

copiarpegar

Anonyme a dit…

Maata dit DECHET HUMAIN, DECHET INTELLECTUEL, INGRAT, AIGRI ET MENTEUR,

Les pourcentages sont trompeurs. Il faut nous dire les chiffres exacts (dons en dollars par les pays scandinaves et dons en dollars par les USA.)
2% DE 100 DOLLARS RESTENT INFERIEURS A' 1% DE 1000 DOLLARS.
AU CAS OU' TU ES NULLARD EN MATHEMATICS, 2% DE $100 = $2
ET 1% DE $1000 = $10

Meme durant cette crise economique mondiale, lE CONTRIBUABLE AMERICAIN EST ENTRAIN D'INJECTER PLUSIEURS MILLIARDS DE DOLLARS POUR AIDER CERTAINES INSTITUTIONS FINANCIERES EUROPEENNES DONT CELLES DES PAYS SCANDINAVES!!!!!!!

L'AMERIQUE DONNE PLUS QUE N'IMPORTE QUEL AUTRE PAYS DU MONDE. SI VOUS VOULEZ RECEVOIR PLUS EN TERME DE POURCENTAGES, IL FAUT CESSER VOS COUPS D'ETAT, IL FAUT RESPECTER VOS PEUPLES, IL FAUT ABOLIR VOS DICTATURES, IL FAUT RETABLIR DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES.

Mon petit ingrat dit Maata, je suis parmi les contribuables Americains que tu veux diaboliser. Plus de 33% de mon salaire va aux impots. FRANCHEMENT, JE N'AIME POINT QUE MON GOUVERNEMENT UTILISE MON ARGENT POUR LE DONNER A' DES GOUVERNEMENTS QUI N'ONT AUCUN RESPECT POUR LEURS PEUPLES ET QUI SONT PRETS A' UTILISER TOUTES LES OPPORTUNITE'S QUI SE PRESENTENT DEVANT EUX POUR PIETINER LESDITS PEUPLES.

ALLEZ MON PETIT INGRAT! TU PEUX ALLER TE FAIRE BAISER AILLEURS!!!!
TU N'ES QU'UN DECHET HUMAIN, UN DECHET INTELLECTUEL, UN AIGRI, UN INGRAT ET UN MENTEUR QUI NE SAIT ABSOLUMENT PAS DE QUOI IL PARLE.

bilkiss a dit…

A-,

je parie une Vache à N'dar (Saint-Louis) que les élections auront bien lieu!!!

Mieux AZZIZ sera Candidat et passera au premier tour.......lol

au nez et à la barbe des USA, de l'UA et tous les hissades!!!

Amitiés,
Bilkiss

Anonyme a dit…

C' est qui la canaille? Sarkozy ou moi? A-
=========

Selon Sarkozy, il n'y a pas de parlementaires ni de manifestations anti-putsch
28-03-2009
Lors de sa visite au Niger, troisième et dernière étape de sa tournée africaine, le président de la République Française Nicolas Sarkozy est revenu sur les crises politiques qui secouent le Continent africain : "Franchement, le malheureux Contient africain, il en a connu, et pas simplement dans la période récente.

Sur la Mauritanie, vous connaissez bien ça, est ce qu'on a souvent vu un coup d'état sans manifestation et sans protestation, si ce n'est celle de la France ? Lorsque le président démocratiquement désigné [Ould Cheikh Abdellahi, ndlr] a été retenu, moi-même je l'ai appelé, moi-même j'ai exigé qu'il soit libéré mais enfin, force est de constaté qu'il n'y a pas eu un député ou un parlementaire qui a protesté et qu'il n'y a pas eu de manifestation.

Deuxièmement, sur Madagascar, j'ai qualifié l'arrivée du nouveau président [Andry Rajoelina, ndlr] de coup d'état, ça ne veux pas dire d'ailleurs, Monsieur, que je trouvais que le précédent président était parfait.

Et troisièmement, sur ce qui s'est passé dans d'autres pays, allons jusqu'au bout des enquêtes pour savoir ce qu'il en est, [...] vous le savez parfaitement bien, hein, tout ce qui se dit, y compris sur un certain nombre de mafia. Allons jusqu'au bout mais je ne croit pas qu'on peut faire l'amalgame, parce que chaque situation est particulière".


Propos recueillis, à Niamey, par Christophe Boisbouvier de RFI, journal du 27 mars à 18h, retranscription Taqadoumy

Anonyme a dit…

Bilkiss: St-Louis c' est loi. Je prefere la vache entre Rao et Pal. C' est bon: si tu gagnes tu as une chamelle a Louga. Si je gagne tu me laisse la vache entre Rao et Pal. Tu n' est pas seule née au Sénégal.C 'est pour cela que je veux te sauver: Aziz te donnerait à Ahmedinejad comme jewza mut' a. On ne fait pas ça chez nous.

copiarpegar: bien sur que Sarko est tombé sur la tete. Ne pas reconnaitre la dynamique geopolitique ces jours-ci, c ' est etre fou ou etre comme Aziz.

Couli: take it easy with Maatala and our sisters Bebe Ba and Bilkiss. They are not little things: so many of us trying to get them as wifes. Have you received my sadag pour Bilkiss?

A-

bilkiss a dit…

A-,

à chaque fois que tu sors un article contre AZZIZ pour m'emmerder ou me convaincre de le laisser tomber, c l'effet contraire qui se produit, mon respect, mon estime grandissent et suis de plus en plus sûre que je suis sur la bonne voie et que c l'HOMME QU'IL NOUS FAUT....lol

AZZIZ et Ely sous l'emprise du DICTATEUR, TORTIONNAIRE TAYA etaint obligés de cooperer avec le Mossad et la CIA pour la sécurité de l'egoiste taya!!!

taya n'est plus là HEUREUSEMENT, Ely n'est pas sommé d'assister à une ceremonie en hommage au peuple juif!!!

est-ce que les juifs se sont-ils jamais occupés des palestiniens innoncents?
qui se font tués depuis 47 et bien avant!!!
pourquoi personne n'en parle?
des Kurdes gazés au nord de l'Irak!!!
personne n'en parle aussi!!!
c pas des êtres humains?
c des races inférieures?

pourquoi y'a pas des ceremonies en hommage à ces peuples opprimés et privés des droits les plus évidents!!!
le droit de vivre tout simplemment!!!

jamais, jamais le peuple juif est rasciste, egoiste et snob les USA EST LEUR ANGE-GARDIEN

Amitiés,
Bilkiss

Anonyme a dit…

Maata dit mon petit ingrat,

Comme tu es ignorant, je vais te donner des chiffres et des faits pour t'ouvrir les yeux (si possible).
Les Scandinavian countries sont les suivants: Danmark, Iceland, Norway, Sweden, Greenland, Finland, Aland Is. et Faro Is..
Tous les pays cite's plus haut, avaient ensemble un PNB de 990 milliards de dollars en 2005. Durant cette meme anne'e le PNB des USA etait de 12.36 TRILLIONS DE DOLLARS.
LE PNB DES USA ETAIT DONC PLUS DE 12 FOIS CELUI DE TOUS LES SCANDINAVIAN COUNTRIES ENSEMBLE!!!!!!
1% DONNE' PAR LES USA EQUIVAUT A' 12% DONNE'S PAR LES SACANDINAVIAN COUNTRIES ENSEMBLE!!!!!!!!!
IL NE FAUT DONC PAS QUE LES POURCENTAGES TE TROMPENT!!!!!!
SI OULD BOUAMATOU DONNE 1% DE SA RICHESSE ET UNE VENDEUSE DE COUSCOUS DECIDE DE DONNER 50% DE LA SIENNE, IL VA SANS DIRE QUE L'ARGENT DONNE' PAR BOUAMATOU RESTERA TOUJOURS SUPERIEUR A' L'ARGENT DONNE' PAR LA VENDEUSE DE COUSCOUS.

PS.

Si les pays Scandinaves sont vraiment sinceres avec leurs aides, j'aimerais bien que tu nous expliques pourquoi ils ont diminue' de 23% leurs aides au Programme des Nations Unies pour le Developpement parce que tout simplement l'ancien Secretaire General Koffi Annane avait choisi Mark Malloch Brown qui est du Royaume Uni au lieu de Poul Nielsen du Danmark, pour diriger cette branche des Nations Unies.

MAATA, FRANCHEMENT TU ES INGRAT, AIGRI, MENTEUR, PROSTITUE', DECHET HUMAIN, DECHET INTELLECTUEL DOUBLE' D'UN IGNORANT!!!!!!!!!!

Bilkiss,

Je te conseillerais de retourner a' ton repos. You need it!!!!!!!

Anonyme a dit…

Lu sur ANI:

Offre sénégalaise de médiation poliment déclinée.
(hadha kafi mn amsegri Aould Deimane.)

Lemtouni

--------
Présidence de la République
Cabinet
Porte Parole


Communiqué de presse

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi a reçu, vendredi 27 Mars 2009 dans sa résidence à Lemden, le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur du Sénégal, Monsieur Cheikh Tidjane Gadio.
Celui-ci a transmis au Président de la République une invitation du Président Maître Abdoulaye Wade qui souhaite le recevoir « en ami pendant quelques jours à Dakar ». Le Président de la République a demandé au Ministre Gadio de transmettre au Président Wade ses remerciements et sa haute considération pour cette invitation fraternelle qu’il a acceptée avec plaisir, et dont la date et les modalités seront arrêtées ultérieurement.
Contrairement à ce qui a été dit dans certaines dépêches de presse, en particulier de l’Agence de Presse Sénégalaise (APS), en date du 27 Mars 2009, le Président de la République n’a pas reçu de message du Président Wade relatif à un projet de médiation qu’il voudrait entreprendre au sujet de la crise mauritanienne survenue au lendemain du coup d’Etat du 6 août 2008.
Aussi faut-il considérer qu’une telle médiation n’existe pas.
Nouakchott, le 28 Mars 2009

Ahmed Samba Ould Abdallahi Ould Samba

bilkiss a dit…

A-,

t'as jamais étè au Sénégal?

Raw et Pal c aprés Saint-Louis!!!
Louga c bcp plus loin plutot proche de Dakar (la Capitale)

Saint-Louis est à cent bornes de Rosso Mauritanie (il faut traverser le Fleuve bien-sûr)

Amitiés,
Bilkiss la Sénégalaise

Anonyme a dit…

Ce débat vole si bas !

En attendant, aziz ou autres le système restera , les revolutions des palais ne sont qu'une continuité et un nouveau visage du monstre.
fils du bled

Anonyme a dit…

A-,

Plus la Senegalaise Bilkiss se fache plus elle aime la tortue fache'e.
Mon cher A-, IL NE FAUT DONC NOUS DONNER QUE LES ARTICLES QUI FONT L'ELOGE DE LA TORTUE FACHE'E QUI COMMENCE A' PRIER ET A' VOYAGER BEAUCOUP.
IL FAUT DIRE A' BILKISS QUE LA DEMOCRATIE EST NE'E EN MAURITANIE ET ELLE A POUR PERE ABDEL AZIZ....

Nous faisons face a' des ignorants qui ne savent absolument pas de quoi ils parlent.

Maata,

Tu peux te defouler parce que je serai pris dans les 5 heures a' venir. Je tenterai d'ecrire quelques rapports.

bilkiss a dit…

Lu pour tous les naifs qui croient que les USA et l'UA ont leur mot à dire sur la situation politique en RIM

Sarkozy à propos de la situation en Mauritanie (Interview audio) :

«Aucun parlementaire n’a protesté contre le putsch».

Le Président français Nicolas Sarkozy, à Niamey au Niger, sur les ondes de RFI, ce matin, à propos du coup d’Etat en Mauritanie, a dit ceci : «Franchement, le malheureux continent africain en a connu et pas seulement dans la période récente.

Sur la Mauritanie, vous connaissez bien ça puis qu’on a souvent un coup d’Etat sans protestations, sans manifestation si ce n’est celles de la France. Lorsque le président démocratiquement désigné (Sidi Ould Cheikh Abdellahi) a été retenu, moi-même je l’ai appelé, moi-même j’ai exigé qu’il soit liberté.

Force est de constater qu’il n’y a pas eu un député, un parlementaire qui a protesté. Il n’y a pas eu de manifestations.»

Le président Sarkozy qui semble dire que « la France ne peut pas être plus royaliste que le roi» ignore-t-il radicalement ce qui se passe en Mauritanie ? Où, a-t-il délibérément fait impasse sur toutes les manifestations et déclarations du Front anti-putsch regroupant une partie (même minoritaire) des parlementaires mauritaniens.

Cette sortie de Sarkozy sera certainement perçue comme une victoire par le HCE et ses soutiens et soulèvera un tôlée dans le camp des opposants au coup d’Etat.

Quand la métropole pense ainsi!!!

Vive Sarko,
Vive la France

Bilkiss,
aux anges

Source Cridem

Bebe BA a dit…

Lu pour A- pour Taqadoumy:

Mustapha Chaffi, Missi Dominici du président burkinabé

Après plus de deux décennies passées dans les arcanes du pouvoir burkinabé, le Mauritano-nigérien Mustapha Chaffi est toujours influent dans l'entourage du président Blaise Campoaré. Missi Dominici du chef de l'Etat burkinabé pendant les années Taylor au Libéria, il est désormais l'interface attitrée entre celui-ci et les commandants de zones des ex-rebelles ivoiriens.

Pendant les graves périodes de crise entre les factions de Forces nouvelles, Mustapha Chaffi descendait régulièrement sur Bouaké et korhogo pour calmer le jeu.

Pour le redéploiement effectif de l'administration préfectorale dans les zones centre, nord et ouest, Mustapha Chaffi aurait convaincu les chefs militaires sur la nécessité de cette opération.

En marge du dernier sommet des chefs d'Etat de l'UEMOA (Union Economique et monétaire des Etats de l'Afrique de l'Ouest), qui s'est tenu le 16 mars à Ouagadougou, Mustapha Chaffi a par ailleurs tenté de réconcilier certains "comzones" avec leur ancien patron, Guillaume Soro, aujourd'hui premier ministre.


© La Lettre du Continent - Mars 2009

*******

Dis moi A-, le Sarko, qu'est qu'il voulait dire?
Que le peuple et les parlementaires ne voulaient plus de Sidi?

Bebe BA a dit…

Le président mauritanien déchu invité à Dakar par le président Wade.



Le président mauritanien déchu, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, a été invité par le président sénégalais Abdoulaye Wade pour visiter le Sénégal, a appris APA de source sure samedi à Nouakchott.

Cette invitation a été transmise par le ministre sénégalais des affaires étrangères, Cheikh Tidjane Gadio, à Ould Cheikh Abdallahi vendredi dans son village natal de Lemden (250 kilomètres au sud de Nouakchott), a indiqué le porte parole du président déchu, Ahmed Ould Samba, dans un communiqué.

Le communiqué dont une copie est parvenue à APA samedi à Nouakchott précise que «l’invitation a été acceptée et sa date ainsi que ses formalités seront fixées ultérieurement».Ould Samba a pourtant ajouté que le ministre sénégalais, arrivé la veille dans la capitale mauritanienne, «n’était porteur d’aucune médiation ou initiative, contrairement à ce qu’ont rapporté des media».

En référence à une médiation conduite il y a 3 semaines par le leader libyen, le colonel Kadhafi, dans la crise politique née du putsch du 6 août en Mauritanie, M. Gadio avait déclaré à la presse, vendredi à Nouakchott, que «le président Wade va continuer ces efforts de médiation, ces efforts de soutien et de solidarité au plan régional, continental et international».

Le «président Wade veut continuer parce qu’il pense que c’est un devoir et, même au-delà d’un devoir, c’est une obligation», avait-t-il souligné à sa sortie d’une audience avec le président du Haut conseil d’Etat, au pouvoir en Mauritanie, le général Mohamed Ould Abdelaziz.

Source: APA via CRIDEM

Bebe BA a dit…

Lu pour vous sur ANI:
Siweydi dit niet wade!

Communiqué de presse

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi a reçu, vendredi 27 Mars 2009 dans sa résidence à Lemden, le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur du Sénégal, Monsieur Cheikh Tidjane Gadio.
Celui-ci a transmis au Président de la République une invitation du Président Maître Abdoulaye Wade qui souhaite le recevoir « en ami pendant quelques jours à Dakar ». Le Président de la République a demandé au Ministre Gadio de transmettre au Président Wade ses remerciements et sa haute considération pour cette invitation fraternelle qu’il a acceptée avec plaisir, et dont la date et les modalités seront arrêtées ultérieurement.
Contrairement à ce qui a été dit dans certaines dépêches de presse, en particulier de l’Agence de Presse Sénégalaise (APS), en date du 27 Mars 2009, le Président de la République n’a pas reçu de message du Président Wade relatif à un projet de médiation qu’il voudrait entreprendre au sujet de la crise mauritanienne survenue au lendemain du coup d’Etat du 6 août 2008.
Aussi faut-il considérer qu’une telle médiation n’existe pas.
Nouakchott, le 28 Mars 2009
Ahmed Samba Ould Abdallahi Ould Samba

Bebe BA a dit…

Lu sur Cridem:

CPI/Béchir: la Libye évoque un départ de la CPI des Etats africains

La médiation du Colonel Kadhafi en Mauritanie a également été critiquée par l'UA...


Addis Abeba - La Libye, qui préside actuellement l'Union Africaine (UA), a évoqué samedi le possible retrait de la Cour pénale internationale (CPI) des Etats africains, estimant que le continent noir y souffrait de "discrimination", selon un ministre libyen.

"Nous, les Africains, n'acceptons pas la CPI, ni le mandat d'arrêt contre le président (Omar el) Béchir, tout le monde a exprimé cela. Nous sommes victimes de discrimination sur ce problème", a déclaré à des journalistes Ali Triki, ministre libyen des affaires de l'UA.

Interrogé sur un possible retrait des pays africains signataires du Traité de Rome, qui régit la CPI, il a affirmé: "si ça continue comme ça, cela va arriver, c'est sûr".



M. Triki s'exprimait en marge d'une réunion du Guide libyen Mouamar Kadhafi, qui préside actuellement l'UA, et a convoqué une réunion au siège de l'UA à Addis Abeba, avec les principaux responsables de l'organisation continentale.

M. Kadhafi a aussi rencontré le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi, a-t-on appris de sources concordantes.

Selon M. Triki, la réunion à l'UA doit aborder "différentes questions de sécurité en Afrique, l'unité africaine et la CPI, qui constitue un des sujets majeurs".

La médiation du Colonel Kadhafi en Mauritanie a également été critiquée par l'UA, surtout après que le guide libyen ait de facto entériné le coup d'Etat du 6 août dernier.

Le Conseil de paix et de sécurité de l'UA, qui s'est réuni mardi, a confirmé que les dirigeants "civils et militaires" de la junte mauritanienne seraient frappés par des sanctions, et qu'une "liste nominative" des personnes visées sera établie "d'ici un mois".

Les sanctions contre la junte ont été prises par le CPS de l'UA le 5 février. Elles prévoient notamment l'interdiction de voyager et le gel des avoirs des principales personnalités actuellement au pouvoir.

De sources diplomatiques africaines, le dirigeant libyen a "été très fâché de cette décision du CPS, ressentie comme un camouflet, et c'est l'une des raisons de sa visite à Addis Abeba".

Interrogé sur cette question, le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, a répondu prudemment qu'il y avait "différentes vues sur les voies et moyens d'aboutir au même objectif, le retour de l'ordre constitutionnel en Mauritanie".

"Le président de l'UA et le CPS sont en contradiction sur cette voie pour atteindre cet objectif", a-t-il ajouté.

Cette réunion intervient à la veille du sommet du G20 à Londres à laquelle le colonel Kadhafi n'a pas été invité. L'UA y sera représentée par M. Zenawi, le président sud-africain Kgalema Motlanthe, ainsi que par M. Ping.


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Info source : AFP via RomandieNews

Anonyme a dit…

un blog sans l'insulteur kbg c un miracle!!!

il a insulté ses parents, ses amis et ici l'eminent prof ely, maatala et meme son fou, ahmed o cheikh du calame, couly, dr kleib, a-, yanis, diagana, jemal, taqadoumy!!!....

il doit etre vire du blog et de tous les sites avec obligation de se soigner

c une oeuvre de salubrite publique

DIAGANA a dit…

Ma chère bilqiss-la-spontanée!!!

Bon retour! Tout va mieux j'espère?!
Il est possible que les voix opposées au putsch ne soient pas parvenues aux oreilles de Sarkozy tout comme les manifs que le même Sarko qualifiait d'insignifiantes avant d'avoir sur les bras plus d'1 millions de manifestants et de reconnaitre qu'il avait dit une connerie (encore une doit-on penser)! Ce que Sarko sait avec certitude c'est que si l'ampleur de la mobilisation devait remettre en cause le résultat dûment enregistré d'une élection, il y a longtemps qu'il aurait traversé l'Atlantique à la nage pour faire comme notre cher Couli. It's not all about Sidi (qui est ce Monsieur?)
**
Cher Couli justement,
Comment vas-tu?
Les dons US représentent plus en valeur absolue mais en terme de poids sur le PNB leurs dons représentent moins que le pourcentage consacré à l'aide au développement par les pays scandinaves. Donc les 100um de la vendeuse de cacahuètes qui a 1000UM de revenus mensuels pèsent plus que les 1000UM du marchand d'armes qui gagne en un jour ce que l'autre ne gagnerait en une vie. D'où le critère du pourcentage du PNB qui a été fixée par l'ONU dès 1970 à 0,7% du RNB. A ce jour les seuls pays à avoir atteint ou dépassé ce pourcentage sont: la Norvège, le Danemark, le Luxembourg, la Suède et les Pays Bas. Ne gaspille donc pas ton énergie à vouloir démontrer qu'un kilogramme de pierres pèse plus lourd qu'un kilogramme de coton ou encore que naître au Sénégal est une catastrophe qui interdit de parler de la Mauritanie. Le colon a tracé une frontière artificielle nous ne sommes pas obligés de tracer des frontières mentales. Ton énergie servira mieux dans la lutte pour la Démocratie et coup les coups d'État.

bilkiss a dit…

Chér Diagana,

Merci pour le compliment,suis confuse....lol

Sarko est un Chef d'Etat, et pas n'importe quel ETAT!!!!

il n'est pas con non plus, comme certains se plaisent à penser!!!

il sait tout, et s'il décide de prendre parti pour la Junte, c qu'il y croit et que les interêts de la France passent avant tout!!!

Alors, l'Elysée fait la sourde oreille........lol

Amitiés,
Bilkiss

bilkiss a dit…

Dear Bébé,

t'es tjs là?

désolée, t'etais toute seule pendant une bonne demi heure sur Canal!!!

suis de retour rien que pour toi!!!

Affectueusement,
Bilkiss

bilkiss a dit…

Pensée fraternelle pour Mon Chér Ami Maata!!!

ente emneyn?

Anonyme a dit…

Merci Bebe Ba. L' article de:Info source : AFP via RomandieNews, du 28 mars 2009 18:45 dit tout. Concernant la France, on verra.

Bilkiss: ton appui à Aziz n' est pas raisonné. Il est basé sur une appartenance " assabiyenne" et il est difficile de te comprendre et de te suivre. On t' écoute donc. Je te donne une reponse a tes questions, selon mon humble avis, chaque fois que tu demandes. Espere que tu as lu ma reponse a ta question sur le pourquoi Ely participe a la reunion sur la Shoah par UNESCO. J' avais raison.

Merci Bebe Ba de nous tenir au chaud avec les news sur le pays. J' ai relu encore l' article sur Triki et l' UA e me demande qui est Kadafi pour demader aux pays africains de sortir du CPI?

A-

kimporte a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Lu pour Bilkiss sur Tintin Sarko. A-
====

Sarkozy, "la Françafrique décomplexée"
MARIANNE ENAULT - LEJDD.FR - 27-03-09

samedi 28 mars 2009

Lors de son discours prononcé devant le Parlement congolais à Kinshasa jeudi, Nicolas Sarkozy a proposé "une nouvelle donne" aux Africains. Déjà, au Cap en février 2008, il avait dit vouloir "changer le modèle des relations entre la France et l’Afrique".

Qu’en est-il réellement ? LeJDD.fr a posé la question à Jean "Denard"*, co-fondateur de la Cellule Françafrique.

Nicolas Sarkozy a encore une fois proposé "une nouvelle donne" aux Africains. Depuis le discours du Cap, celle-ci s’est-elle concrétisée ? Certaines choses évoluent, comme par exemple la renégociation des accords de défense, même si les conditions de la transparence ne sont pas réunies. Pour le reste, on assiste à la continuité d’une politique guidée exclusivement par des intérêts économiques.

Le président veut "abolir ce que le passé a laissé d’obscurité" sans pour autant prôner "la liquidation d’une relation ancienne et fraternelle"... Sarkozy refuse, selon ses mots, la repentance. Or, il n’y a pas de relation possible avec l’Afrique si on ne regarde pas le passé. Au Tchad, au Rwanda, au Congo Brazzaville, la France s’est rendue complice de régimes criminels. Aller dire à Denis Sassou-Nguesso [le président du Congo Brazzaville, ndlr] qu’il ne faut pas s’appesantir sur le passé, lui qui dans les années 1990 a participé à l’épuration ethnique dans son pays, c’est donner un blanc-seing à ce genre de pratiques.

En janvier, Nicolas Sarkozy a évoqué le nécessaire "partage des richesses" de la République démocratique du Congo avec ses voisins. Face au tollé provoqué par ces propos, il s’est contenté jeudi d’évoquer une "mise en commun des ressources"... Depuis 15 ans en RDC, la guerre a fait plus de 3 millions de morts, l’équivalent d’un 11-Septembre tous les jours. Le peu d’attention politique et médiatique autour de cette région est consternant. Le fait que Nicolas Sarkozy, mais aussi Barack Obama, se penchent aujourd’hui sur cette question est en soi positif. Mais il faut bien sûr regarder le contenu. Le sentiment des Congolais est légitime : depuis dix ans, leur territoire est pillé et aujourd’hui on voudrait inscrire ce pillage dans la loi. Mais est-ce qu’il ne faut pas en passer par là pour que cesse le bruit des armes ? La priorité est de contrôler les ressources issues de l’extraction minière. On ne résoudra pas le conflit sans s’attaquer à la dimension économique de la guerre. Mais il y a une volonté évidente de la France d’une présence plus forte de ses entreprises dans la région.

"Un soutien au chef d’Etat congolais"

Le président s’est ensuite rendu au Congo, à quelques semaines de l’élection présidentielle. Il a tout fait, pourtant, pour nier le caractère politique de cette visite... Le régime congolais représente ce qui se fait de pire sur le continent africain. Le président soudanais, Omar el-Béchir, n’a rien à lui envier. Sa place est davantage devant la Cour pénale internationale qu’à l’Elysée. Le fait que Sarkozy aille lui décerner la palme de la stabilité démocratique, ça fait mal. Et ce d’autant plus que cette visite intervient alors que la justice française doit se prononcer sur la recevabilité de la plainte concernant les biens mal acquis de certains dirigeants africains, dont Denis Sassou Nguesso. La visite est immanquablement perçue comme un soutien au chef d’Etat congolais.

A Brazzaville, Sarkozy a déclaré que la démocratie et les droits de l’Homme faisaient partie "de notre héritage commun"... C’est hallucinant. Mais ce double discours n’est pas nouveau. En Afrique, la France a toujours défendu la démocratie tout en soutenant des régimes peu recommandables. Sarkozy se situe dans la continuité de ses prédécesseurs.

Ces derniers temps, la société civile congolaise a fait l’objet d’une violente répression... La situation est délétère. Des incendies extrêmement suspects ont visé les maisons de plusieurs opposants. La femme et les enfants d’un journaliste franco-congolais, Bruno Ossebi, sont morts dans un incendie. Blessé, il est étrangement mort la veille de son rapatriement sanitaire en France. La maison d’un autre membre de la société civile congolaise a été incendiée près d’Orléans... Nicolas Sarkozy a beau dire que la France n’a pas de candidat au Congo, quand on rend visite à un dictateur à quelques semaines d’une échéance présidentielle, ça ressemble à un soutien.

Troisième pays visité par le président, le Niger, où Areva doit exploiter la plus grande mine d’uranium au monde... Il est évident que le sort des populations du Niger préoccupe moins Sarkozy que les parts de marché d’Areva. Anne Lauvergeon [la P-DG d’Areva, ndlr] est de toutes les sauteries présidentielles. Il n’est pas un voyage sans qu’elle ne signe un gros contrat. Avec Sarkozy, on est, comme le dit l’association Survie**, dans une Françafrique décomplexée. Avant, on cherchait à masquer sa stratégie de domination par un discours sur le développement, aujourd’hui non.

Dans une logique du pire... la Françafrique décomplexée pire que la Françafrique ? Ce qui nous préoccupe, c’est le sort des populations. Pour elles, que cette politique se cache ou non derrière de bonnes intentions importe peu. Pendant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy a promis la rupture avec la Françafrique. Au soir de sa victoire, il a dit qu’il ne laissera jamais tomber un défenseur des droits de l’Homme. Aujourd’hui, au nom du cynisme et des intérêts supérieurs des grandes multinationales, le silence prévaut.

Joyandet défend "les intérêts économiques" de la France

Tout en maintenant ce lien avec ses anciennes colonies, la France cherche aussi à se développer ailleurs en Afrique... Il est évident qu’à partir du moment où la politique française en Afrique est essentiellement dominée par un souci d’expansion économique, la France ne va pas s’arrêter à ses anciennes colonies. Il y a une volonté claire de s’implanter dans les pays anglophones. C’est ce qu’il faut comprendre quand Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la Coopération, s’émeut que l’aide au développement française en Tanzanie ne serve pas aux entreprises françaises.

Aurait-il oublié l’intitulé de sa fonction ? Il ne l’a pas oublié, il n’est jamais entré dedans. Pour plaire, vraisemblablement à Omar Bongo [le président du Gabon, ndlr], Sarkozy a écarté Jean-Marie Bockel, qui n’avait pourtant fait que répéter les propos du candidat Sarkozy. Pour le secrétariat d’Etat à la Coopération, le président a cherché un fidèle allié, quelqu’un sans connaissance - ni préoccupation - des questions de développement. Il a été nommé en raison de sa docilité envers l’Elysée. Et en tant qu’ancien homme d’affaires, il défend les intérêts économiques de la France en Afrique. Mais quand un gouvernement dit que l’aide au développement ne doit pas servir au développement mais aux entreprises françaises, il n’y a personne pour s’émouvoir.

*Plusieurs citoyens français, dont certains membres d’ONG ou d’associations, ont fondé pendant la dernière campagne présidentielle la Cellule Françafrique, allusion pas du tout voilée à la "Cellule Afrique" de l’Elysée, au sein de laquelle ils dénoncent la politique de la France en Afrique. Tous ont pris des noms "d’éminents membres de la Françafrique". Jean "Denard", du nom du mercenaire français Bob Denard, est l’un des fondateurs de cette cellule. Il est également spécialiste des questions de développement en Afrique au sein d’une grande ONG française.

**L’association Survie lutte contre les réseaux de la Françafrique.

Anonyme a dit…

Je conseille a tout canalh de lire cet interessant article du Monde. En attendant de voir clair ce qui se passe pour rehusser un peu le debat. A-

=====

http://www.temoust.org/spip.php?article7981

Khalil Balla Gueye a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Khalil Balla Gueye a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
maatala a dit…

Salam

Les soeurs

Bilkisss et Bébé Ba

Couly vient de faire la démonstration de l'ampleur de sa haine, de sa vulgarité et de sa malhonneteté intellectuelle,

Je vous propose de le considérer comme un virus par conséquent, ne plus lui répondre et zapper ses écrits.

Ne nous laissons plus distraire par ce microbe, qui ne mérite que notre mépris.

Fraternellement

maatala

Anonyme a dit…

Maata, mon frere du...Senegal,

Je suis entrain de rire parce que tu demandes a' ma Bebe Ba bien aime'e qui m'a trahi (rire) et ma fille impolie Bilkiss de faire ce que toi meme tu n'arrives pas a' faire. TU AS DEJA OUBLIE' QUE TU AVAIS DECIDE' DE NE PLUS REPONDRE A' MES ECRITS, QUELQUES JOURS APRES, TU AS CHANGE' D'AVIS.
Je te conseillerais de me laisser en paix. Je n'insulte que ceux qui m'insultent. On peut faire un debat intellectuel sans aucune insulte. Il faut me croire lorsque je te dis que je ne suis point a' l'aise d'exposer les lecteurs de canalh a' certaines insultes mais en bon Aiounois, si tu decides d'utiliser le chemin des insultes avec les petits mots assassins comme faible d'esprit, dechet humain...etc, il faut t'attendre a' ce que je te bombarde avec tout ce qui me vient a' l'esprit.
Depuis plus de trois ans nous echangeons des ide'es a' propos des problemes politiques Mauritaniens. J'ai remarque' qu'a' chaque fois que vous ne pouvez pas defendre vos ide'es, vous changez de sujet pour m'insulter. XOULDY A UTILISE' LA MEME STRATEGIE CONTRE MOI.

VOUS AVEZ PERDU LE COMBAT DES IDE'ES! LES INSULTES NE SONT PAS LA SOLUTION. ALLEZ-Y VOUS EDUQUER POUR MIEUX DEFENDRE VOS IDE'ES.

Diagana,

GODE' KARAGO SONT TOUJOURS PLUS IMPORTANTS ET PEUVENT ACHETER PLUS QUE GODE' BANE'.
L'essentiel est d'etre reconnaissant pour tout ce qu'on vous donne. DON'T TAKE THINGS FOR GRANTED! AND MORE IMPORTANTLY, NO ONE IS REQUIRED TO GIVE YOU ANY MONEY!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Les demandeurs de charite' qui se trouvent devant differentes mosque'es, prennent tout ce qu'on leur donnent. Ils ne disent pas toi tu es riche, tu dois donc donner 10 000 UM et toi tu es pauvre, tu ne peux pas donner plus de 50UM...etc.

TOUT CE QU'ON VOUS DONNE, PRENNEZ-LE ET NEZLOU VIHE AL BARKA. SOYEZ SURTOUT RECONNAISSANTS, C'EST DE CETTE MANIERE QU'ON VOUS DONNERA PLUS!!!!!!!!

Je maintiens ce que j'ai ecrit: L'AMERIQUE DONNE PLUS QUE N'IMPORTE QUEL AUTRE PAYS DE LA PLANETE TERRE POUR AIDER LES PAYS PAUVRES.
LES UNS ET LES AUTRES SONT LIBRES DE PENSER CE QU'ILS VEULENT. TOUT COMME ILS SONT LIBRE D'AVOIR LEURS PROPRES MESURES POUR LA GENEROSITE'. AS FAR AS WE ARE CONCERNED L'AMERIQUE EST LE PAYS LE PLUS GENEREUX DE LA PLANETE TERRE.

SI VOUS NE ME CROYEZ PAS, DITES-MOI LE NOM DU PAYS QUI DONNE PLUS D'ARGENT QUE LES USA POUR SUPPORTER LES PROGRAMMES DE DEVELOPPEMENT DANS LES PAYS PAUVRES!

PS.

Si Bilkiss est sous la tente, je vous conseillerais de la mettre dehors.(rire)

Bebe BA a dit…

Dans la série "la fin justifie les moyens", Lu pour Bilkiss, sur Cridem alias nouvelle Agence Mauritanienne d'Intoxication (d'après mon pretendant):

Le sénateur de Moudjéria, membre du parti ADIL et du FNDD, rejoint le HCE

Dans une déclaration exclusive au correspondant de l’ANI au Tagant, M. Abderrahmane Salem Ould Hadrami, sénateur de Moudjéria, dignitaire du parti ADIL et membre du FNDD a déclaré qu’il quitte le camp opposé au coup d’Etat du 6 août pour rejoindre celui du HCE.

Cette déclaration a été faite en marge du meeting actuellement en cours, organisé à Tidjikja, par le colonel Messgharou Ould Sidi, membre du HCE.


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Anonyme a dit…

وفاة محمد محمود ولد محمد الراظي نتيجة طلق ناري
28/03/2009 - 21:10
توفي منذ لحظات الزعيم السياسي بمنطقة لعصابة محمد محمود ولد محمد الراظي نتيجة طلق ناري من بندقيته بينما كان في كيفة. وحسب مصادر طبية فإن ولد محمد الراظي قد أوصل المستشفى وبه رمق من الإصابة قبل أن يسلم أنفاسه الأخيرة بعد دقائق. وقد عرف الفقيد بآراءه المعارضة لإنقلاب السادس من أغسطس.




وكان ولد محمد الراظي قد أصبح قليل يعود نادرا إلى مدينة كيفة منذ انشغاله بمزرعته في "الكرج" التي أصبح يقضي فيها معظم أوقاته بعد موقفه السياسي الرافض للإنقلاب.
المشاهدة: 1381

Anonyme a dit…

Lu pour vous: interview of Sarko au Niger. A-

=====

Le Président Nicolas Sarkozy répond à la presse indépendante nigérienne

27 MARS 2008-LIBÉRATION

samedi 28 mars 2009

Dans le cadre de sa visite au Niger, M. Nicolas Sarkozy, Président de la République française a bien voulu répondre aux questions de la presse indépendante du Niger. Il a parlé des relations tendues, un moment, entre le Niger et la France,de la lutte contre le terrorisme dans le Sahara avec les activités de Al Qaïda, de la notion « réseaux françafricains », de l’immigration choisie, de la bonne santé du franc CFA malgré la crise financière, des élections à venir au Niger et bien sûr des intérêts énergétiques de la France au Niger,du fait que l’uranium produit au Niger alimente les centrales nucléaires françaises.

Réponses de Nicolas Sarkozy aux questions de LIBERATION-NIGER, ALTERNATIVE, LE REPUBLICAIN et LA ROUE DE L’HISTOIRE.

1 - Depuis quelques années, les relations entre la France et le Niger sont tendues du fait de l’implication présumée de votre pays dans la résurgence de la rébellion armée au Nord. On se rappelle que trois Français, deux journalistes et un réalisateur, avaient été emprisonnés, les programmes de RFI suspendus à deux reprises, MSF France fermée, et deux responsables d’AREVA expulsés du Niger. Votre visite est-elle destinée à redorer le blason de la France ?

Les relations entre la France et le Niger ne s’analysent pas en termes de blason, doré ou pas. Ma visite vise à marquer l’importance particulière que j’attache à la relation avec le Niger. Je pense que nous sommes à une nouvelle étape d’un partenariat entre nos deux pays qui s’inscrit dans la durée. AREVA vient de s’engager pour plusieurs décennies dans un nouveau projet qui va permettre au Niger de doubler sa capacité de production d’uranium. Les investissements envisagés sont considérables et auront un impact sur l’ensemble de l’économie nigérienne. Ces nouvelles activités doivent aussi contribuer au développement des infrastructures et de la production énergétique. Il est naturel que le gouvernement français encourage et accompagne ces projets qui doivent bénéficier au Niger et à la France.

Pour répondre à la première partie de votre question, je ne vais pas chercher à nier qu’il y a eu ces dernières années entre nos deux pays des incompréhensions et des irritants. Tous les exemples que vous citez sont cependant de nature très différente et ne concernent largement pas tous les relations entre Etats. MSF, par exemple, est une ONG. Cette organisation est par définition « non gouvernementale ». Elle est très attachée à son indépendance, et ses responsables n’ont pas souhaité que la question de leur activité au Niger soit évoquée à un niveau politique entre les deux Etats. La question de RFI a fait l’objet de toute l’attention des autorités françaises. Vous aurez noté que, depuis l’automne dernier, bien des choses ont changé. Les malentendus semblent dissipés et la station a su retrouver toute sa place. Par ailleurs, la justice nigérienne a poursuivi sereinement son activité et le correspondant a retrouvé sa liberté. Les autres exemples que vous citez ont aussi un rapport avec la situation dans le Nord du Niger et la perception de ce que serait la position française sur le sujet. La position du gouvernement français est très claire et j’ai déjà eu l’occasion de le dire au Président Tandja. Le Niger est une démocratie vivante dans laquelle il existe de nombreux canaux pour faire valoir son point de vue ou ses revendications sans avoir besoin de poser des mines. Il n’est pas acceptable que des individus ou des groupes prétendent défendre par les armes des idées ou des revendications qu’ils peuvent promouvoir par la voie des urnes. D’ailleurs, l’année 2009 va être riche en élections au Niger et permettra à tout un chacun de défendre ses idées par la voie du suffrage.

2 - Aujourd’hui, on constate un regain d’insécurité dans le Sahara, avec les activités de Al Qaida au Maghreb qui a notamment revendiqué l’enlèvement de deux diplomates de l’ONU et de leur chauffeur nigérien, et de quatre touristes européens. Quel peut être l’apport de la France pour aider les pays du Sahara à combattre cette insécurité grandissante ?

Ces enlèvements sont inacceptables. Ils sont le signe, comme vous le soulignez, d’un regain d’insécurité préoccupant. L’espace sahélo-saharien connaît un accroissement considérable et inquiétant de toutes les formes de trafics. Les gouvernements de la région auraient intérêt à coopérer entre eux, d’abord en matière d’échange d’informations, en termes de communication et bien évidemment au plan opérationnel. Dans le développement de tels trafics, au-delà des pays où ils se déroulent et qui sont donc gravement affectés, tous les pays du monde sont ou peuvent être potentiellement touchés, à travers leurs ressortissants et à travers leurs intérêts. Il est donc impératif que toutes les formes de la coopération internationale soient mobilisées en la matière. C’est dans ce but que nous avons organisé en novembre dernier, à Niamey, avec nos partenaires nigériens, un grand séminaire régional consacré à la lutte contre tous les trafics et contre le terrorisme, qui associait tous les acteurs de terrain concernés de la dizaine de pays représentés. Plus largement, la coopération française, qu’elle soit tournée vers la coopération militaire et plus globalement de sécurité, ou qu’elle vienne en appui au renforcement des capacités institutionnelles (décentralisation ou justice par exemple), contribue à consolider ce qui représente le cœur des besoins : le renforcement des capacités de souveraineté de l’Etat. Ce renforcement doit naturellement se combiner avec toutes les actions que nous conduisons pour accompagner les efforts de développement. Ce travail en profondeur de la consolidation des moyens de souveraineté sera poursuivi et ajusté en fonction des besoins nouveaux qui apparaissent, compte tenu des modes, eux-mêmes nouveaux, de développement des trafics. Il est évident que la place et l’ampleur prises par les trafics de drogue notamment, constituent un facteur de déstabilisation, et donc de risque majeur. Les interactions entre ces trafics, qui brassent des sommes colossales, et toutes les formes de terrorisme, souvent associées à la montée du fondamentalisme, créent une nouvelle donne dangereuse pour les Etats, et à laquelle il faut faire face en commun.

3 - Plusieurs pays africains francophones sont secoués actuellement par des crises politico-militaires. C’est le cas de Madagascar, du Tchad, de la Guinée Conakry… Ces crises ont-elles un lien avec les activités des réseaux françafricains ?

La notion des « réseaux françafricains » relève clairement du fantasme. De quoi parle-t-on vraiment ? Soit vous considérez que les réseaux que vous mentionnez traduisent une relation étroite et privilégiée que la France et les Français garderaient avec l’Afrique, et dans ce cas vous faites partie vous-même de ces réseaux. Soit vous soupçonnez qu’il existerait une sorte d’organisation secrète, chargée de mener à bien un vaste complot et vous êtes alors dans le domaine de la science-fiction.

Conjointement à cette vision irréaliste, la France n’est pas derrière tous les événements de votre continent : elle n’est pas responsable de la longue maladie du Président Conté. Elle n’arme pas la rébellion tchadienne, elle n’a pas envoyé de manifestants place du 13 mai à Madagascar.

Pour son inventeur, le Président Houphouët–Boigny, ce concept de « Françafrique » faisait référence à l’amitié et à la proximité, pas à une quelconque signification négative telle que vous lui donnez aujourd’hui. En raison du manque de transparence qui a pu exister dans les relations entre la France et l’Afrique, ce concept est devenu pour beaucoup synonyme d’un soi disant complot permanent contre l’Afrique et qui serait responsable de tous ses malheurs et de tous ses échecs.

Cette perception irréaliste ne changera que si chacun de nous, Français et Africains, le souhaitons. C’est mon cas. Je souhaite que la France et l’Afrique puissent entretenir des relations équilibrées et décomplexées. Cinquante ans après les indépendances, ce souhait me semble raisonnable.

Pour sortir des fantasmes et des procès d’intention, il faut être clair et transparent sur ce que sont les intérêts et les objectifs de la France en Afrique. C’est ce que j’ai fait en décrivant l’année dernière, devant le Parlement sud-africain, les intérêts de sécurité, les intérêts économiques et les intérêts stratégiques de la France en Afrique. Car en Afrique, comme sur tous les continents, la France a des intérêts qui n’ont rien d’inavouable. Chacun sait par exemple que la France a des intérêts énergétiques au Niger, du seul fait que l’uranium produit au Niger alimente les centrales nucléaires françaises. La France souhaite pouvoir continuer à participer à l’exploitation de l’uranium, nigérien mais elle souhaite le faire en toute transparence. C’est pour le souligner que j’ai décidé de rencontrer lors de mon séjour les acteurs publics et la société civile impliqués dans l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives.

Chacun doit savoir ce que les activités d’AREVA au Niger rapportent au budget nigérien afin de pouvoir en suivre l’usage, de pouvoir s’assurer que le Niger reçoit une juste rémunération pour ses ressources et de pouvoir comparer avec la manière dont d’autres intervenants opèrent.

C’est dans le même souci de transparence que j’ai souhaité engager la renégociation des accords de défense avec nos partenaires africains. Le premier accord renégocié vient d’être signé. Cet accord et les suivants seront soumis à la ratification du Parlement et seront publiés.

Pour en revenir aux crises. Il est vrai que la démocratie a été fragilisée dans plusieurs pays francophones d’Afrique et c’est un motif d’inquiétude. J’espère sincèrement que les prochaines élections au Niger viendront démontrer que la tendance profonde est plutôt au renforcement et à la consolidation de la démocratie dans l’espace francophone.

4 - La politique de l’immigration choisie prônée par la France n’est-elle pas contraire aux principes des Droits de l’Homme dont votre pays est pourtant le berceau de la Déclaration universelle ?

La France est une terre d’immigration et d’asile depuis un siècle et demi. Cette immigration est une composante importante de notre identité nationale et républicaine car il s’est toujours agi d’une immigration intégratrice. Toutes les démocraties modernes ont mis en place une politique de régulation des flux migratoires, y compris en Afrique. La France doit assumer pleinement ce choix pour réussir le pari de l’intégration.

La France s’est prononcée pour une immigration légale, pleinement consentie, adaptée à notre capacité d’accueil en termes de logement et d’emploi pour pouvoir accueillir les migrants dans les meilleures conditions en termes de dignité, de sécurité, d’éducation, de soins et de protection du travail. Cette immigration doit également être consentie par les pays de départ des migrants qui n’ont pas intérêt non plus à voir partir les éléments les plus dynamiques ou les mieux formés.

La gestion des flux migratoires doit être concertée entre pays de départ et pays d’arrivée. C’est l’objet des accords que nous négocions avec différents pays d’Afrique.

Rien de ce que je viens de vous expliquer ne porte atteinte aux droits de l’Homme. Prétendre que la mise en place d’une gestion concertée des flux migratoires constituerait une violation des droits de l’Homme tout simplement faux.

Je sais que la question de l’immigration est très sensible dans les pays d’Afrique francophone en raison des liens particuliers qui nous lient et de notre familiarité réciproque. Certains revendiquent même sur cette base une sorte de « droit à la France » ou de discrimination positive francophone. Les dernières dispositions relatives au regroupement familial prévoient la mise en place de tests de langue française dans les pays source qui, naturellement, favorisent les ressortissants des pays francophones.

5 - Quel impact la crise économique et financière internationale peut-elle avoir d’une part sur l’aide publique au développement de la France, et d’autre part sur l’avenir du Franc CFA arrimé à l’Euro.

Sur la première partie de votre question : la France entend maintenir ses objectifs en dépit des contraintes financières auxquelles nous faisons face. Il ne s’agit pas seulement de l’aide publique au développement mais de tous les engagements financiers publics. Je me suis engagé l’année dernière au doublement des engagements de l’Agence Française de Développement en Afrique pour les porter à 10 milliards d’euros sur 2008-2012. La réalisation de ce montant passera notamment par la mise en œuvre de l’« initiative pour le soutien à la croissance en Afrique » qui entre en vitesse de croisière cette année. Cette initiative se distingue à la fois par son ampleur et son caractère novateur, puisqu’elle s’appuie sur des instruments de partage de risque que sont les garanties et le capital risque. Ces deux instruments sont parfaitement adaptés pour soulager les difficultés de financement des PME africaines dans le contexte actuel de défaillance des marchés. Près de 1900 PME africaines devraient, à terme, bénéficier de cette initiative, pour une cible de 300 000 emplois.

Sur la deuxième partie de votre question, relative au Franc CFA, je tiens à rappeler que, depuis sa création en 1945, cette monnaie a fait la preuve de sa solidité et de sa stabilité face aux crises internationales, régionales et nationales qui n’ont pas manqué. C’est d’ailleurs souvent dans les périodes de crise économique et financière que le système du FCFA démontre le mieux ses avantages. La centralisation des réserves crée une solidarité entre les Etats de l’UEMOA et leur permet de faire face collectivement aux chocs exogènes qui peuvent affecter différemment l’un ou l’autre des membres de l’Union. La parité fixe avec l’euro offre également une stabilité du change très appréciée par les investisseurs. Enfin, la garantie de la convertibilité illimitée par le Trésor français permet le libre transfert des capitaux, ce qui réduit les contraintes de financement externe.

Je voudrais d’ailleurs souligner la bonne santé financière de la zone UEMOA et sa résistance à la crise internationale qui est plutôt meilleure que celle du reste de l’Afrique. En effet, en dépit d’un contexte international très défavorable, la zone a vu ses réserves de change progresser encore en 2008 : elles représentent près de 5,5 mois d’importations quand d’autres pays africains sont confrontés déjà à un risque de pénurie de devises. Le Franc CFA a, par ailleurs, protégé les consommateurs et je sais que cette question est très sensible au Niger où la société civile s’est fortement mobilisée dans le passé contre la vie chère. En 2008, la zone UEMOA a enregistré un taux d’inflation moyen de 7,3 % suite à la flambée des prix du pétrole et des produits alimentaires importés. Ce taux est élevé mais il reste très en deçà de l’inflation à deux chiffres enregistrée par d’autres pays de la sous-région qui ont d’autres monnaies. Sur ce plan, la force du FCFA, lié à l’euro, a constitué un bouclier protecteur contre l’inflation importée qui touche toujours les plus pauvres.

Dans cette période de forte instabilité sur les marchés internationaux, je suis persuadé que le rattachement du FCFA à l’euro et la mutualisation des réserves de change sont une chance pour les pays de l’UEMOA. En tout état de cause, ce n’est pas à la France, dont le rôle dans la gouvernance des institutions de la Zone franc est clairement délimité, de dicter aux Etats de la Zone franc la conduite de leur politique monétaire. Le FCFA est la monnaie des Etats de la Zone franc, placée sous leur entière responsabilité. La question de l’avenir du Franc CFA relève d’abord, et surtout, de la responsabilité des Etats africains membres de la zone.

Anonyme a dit…

Bonjour les canalheurs,

je suis de plus en plus entrain de regretter d'avoir contribue avec mon ami M'ballal au retour a note 3azbt Lebhar Bilkiss, qui est revenue completement chargee de propagande putschiste.

Je suis vraiment deçu du comportement de Maatala à l'égard de Coulibly, car ce dernier est l'un des derniers intellctuels honnêtes de ce pays. Coulibaly est guidé dans sa lutte essentiellement par l'amour de sa patrie mère et son attachement à la vérité, rien que la vérité. Il ne faut pas Maatala continue à défaut d'arguments de l'insulter. C'est tout à fait normal qu'il le ramène de temps à autre à la raison.

passons maintenant au volet politique.

J'étais durant ce Week End en brousse, en Mauritanie profonde, cette Mauritanie que les putschistes ne cessent de prétendre vouloir défendre. Ils ont oublié que ce discours a été utilisée il y a 15 ans par la sommité Taya et dieu sait que ça a marché cette période là.

Hélas pour Aziz ce qui a fonctionné il y a tant d'années ne marche plus de nos jours, du moins c'est ce que j'ai eu à constater en discutant avec des bergers en pleine brousse mauritanienne lorsqu'ils m'ont fait comprendre qu'ils ne comprennent ce que veut ce Monsieur soit Aziz, car le peuple a élu un Président, qu'Aziz s'est permis d'enlever sans demander l'avis du peuple. Ce sentiment d'amertume se confirme quand ils ont commencé de parler des difficultés de leur vie.

Les bergers dont émanent ces remarques sont vraiment des citoyens marginalisés qui n'ont aucune proche dans les pouvoirs (actuels ou passés).

Coulibaly avant de terminer, je me joins à toi pour dire que j'aime les Sénégalais ou les mauritaniens nés au Sénégal, mais cet amour n'excède pas mon amour pour la Mauritanie et son avanir.

Sanhaji

Anonyme a dit…

La France essaie des mains et des pieds de se laisser sa chasse gardee africaine. A cet effet, elle a accepte de redevenir membre de l'OTAN.

Malheureusement, la balle est partie et L'Afrique est dorénavant partenaire des USA et s'il en reste quelque chose c'est pour les chinois.

Le enjeux en Afrique sont majeurs et les US ne la laisse plus au Européens qui ne bénéficient plus d'aucune crédibilité sur le cotinent noir.

Sarko est tellement déprimé qu'il se permet de faire des déclaration fausses (Aucun député ne s'est levé contre le coup en Mauritanie)

L'époque de Dénard et co est révolue. L'Afrique dont l'un des fils dirige à présent les US tournera indiscutablement vers l'Amérique et va bâtir avec elle un partenariat basé sur plus de justice et moins de manoeuvres stériles.

Sanhaji

Sanhaji

Anonyme a dit…

Wade tente de sauver la face, surtout après sa défaite cuisante aux élections en envoyant son Gadio.

Wade ton temps est fini et ton coup est plus proche que tu ne le penses. Ceux qui vont le faire vont commencer par chasser la base frnçaise, source de beaucoup de malheurs en Afrique occidentale.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Mes condoléances les plus attristées à la famille du défunt Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Radhi, le chef traditionnel qui s'est démarqué des autres par son indiscutable esprit démocratique.

Rahimahoullah

Sanhaji

Anonyme a dit…

Cheikh oumounadel mah rad
Ya wel mohamed erradhi
Dha kivet mawtak mawt had
Moulana 3annou Radhi

M'Ballal Zid li Dha echmadhak

Sanhaji

Anonyme a dit…

تسجيل مثير جدا، يتحدث فيه ولد الشيخ عبد الله في معتقله بقصر المؤتمرات عن تفاصيل علاقته بالجنرالين طباعة ارسال لصديق
29/03/2009 - 03:23
حصلت صحيفة "تقدمي" على تسجيل بالصوت يتحدث فيه الرئيس سيدي ولد الشيخ عبد الله يوم ١٩/١٠/٢٠٠٩ من داخل معتقله بقصر المؤتمرات عن تفاصيل علاقاته بالجنرالين عزيز وغزواني، وعن ملابسات ازمة حجب الثقة واستقالة حكومة ولد الواقف، وانقلاب الحنرالين عليه. وذلك خلال زيارة قام بها اليه وفد الحقوقيين الذي يرأسه محمد سعيد ولد همدي، والذي يضم اعل ولد علاف وسيد احمد ولد حبت والشيخ سعدبوه كامرا،.
ويبدأ التسجيل بعرض قام به ولد همدي بمبادرة تتالف من ٧ نقاط تقضي باستقالة ولد الشيخ عبد الله على ان يتم اطلاق سراحه، تليها مداخلات من رفاقه، يتحدث بعدها ولد الشيخ عبد الله لقرابة ساعة زمنية، بصوت واضح، يتعرض فيه للتفاصيل الدقيقة.
وياتي هذا التسجيل الذي تنشره "تقدمي" الآن بعد التسجيل الاول الذي يتضمن حديثا بين ولد الشيخ عبد الله والعقيدين ولد مكت وولد الهادي.
ويتميز هذا التسجيل الاخير الذي تبلغ مدته ساعة و٢٩ دقيقة، بنقاوة الصوت وصفائه، رغم عدم وضوح في بدايته.

Anonyme a dit…

يبدو أن المثل، الشعبي "المدرك بليام عريان"، تتأكد حكمته و صدقيته هذه الأيام. هكذا تتوالى تعرية الايام لحقائق و معلومات ما كان يظن الجنرال و أعوانه من مغتصبي السلطة أنها ستكون فى متناول العامة و انها ستكون سيفا مسلطا على رقابهم و ضوأ كاشفا لعوراتهم. الحق يعلو ولا يعلى عليه. هنيئا لك أيها الرئيس سيد محمد ولد الشيخ عبد الله، لقد صبرت و احتسبت على ما تعرضت له من ظلم و إساءة في سبيل احقاق الحق و احترام الدستور الموريتاني، ولكن الله لم ينساك، لأنه حقا مع الصابرين.

Anonyme a dit…

Declaration FNDD sur la mediation Wade. Le FNDD a raison. A-

----

Le Front National pour la Défense de la Démocratie a été surpris d’apprendre par certaines agences de presse relayant l’Agence de Presse Sénégalaise (APS), l’existence d’une médiation entreprise par le Président sénégalais Son Excellence Maître Abdoulaye Wade concernant la crise mauritanienne et qui prendrait le relai de l’action menée par le Guide Mouammar Kadhafi ces dernières semaines.

A ce propos, le Front National pour la Défense de la Démocratie tient à rappeler ce qui suit :

1- Les propos prêtés par l’Agence Mauritanienne d’Information au Ministre d’Etat Cheikh Tidjane Gadio à sa sortie de la rencontre qu’il a eue avec le Général putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz donnent la regrettable impression que le Ministre sénégalais rendait une visite « normale » à un pouvoir reconnu par son gouvernement. Cela n’est nullement conforme à l’attitude attendue de l’une des plus vieilles et authentiques démocraties du continent, ni à l’esprit des décisions prises par l’Union Africaine à l’encontre de la junte putschiste.

2- Au moment où le général Mohamed Ould Abdel Aziz, défiant ainsi la volonté populaire, passant outre les décisions du Groupe de Contact International et faisant fi des sanctions de l’Union Africaine, vient d’annoncer l’ouverture du dépôt des candidatures pour sa mascarade de présidentielle unilatéralement décidée, une médiation sénégalaise sonnerait alors comme entrant dans le registre des signaux encourageant la junte à persister dans son entêtement à consacrer le fait accompli et contourner la volonté de la Communauté internationale visant à l’isoler.

3- Toute médiation internationale qui interviendrait avant que les restrictions sur les mouvements du Président de la République ne soient levées, le Premier ministre et ses camarades du FNDD libérés et l’agenda unilatéral de la junte annulé, ne pourrait jamais aboutir et ne servirait qu’à aggraver la crise, comme ce fut le cas avec l’action menée par le Guide Mouammar Kadhafi.

4- Malgré l’amitié séculaire qui lie les peuples mauritanien et sénégalais, le respect profond que nous vouons au Président Wade, notre ouverture au dialogue et notre disponibilité à œuvrer pour une solution consensuelle à la crise, le FNDD n’est plus disposé à entamer une quelconque médiation, tant que la junte putschiste n’aura pas donné des signes tangibles de volonté de dialogue pour un retour à l’ordre constitutionnel.

Nouakchott, le 28 Mars 2009

La Commission de Communication 

Anonyme a dit…

Lu pour Bilkiss. Lis attentivement. Tout ce qui est ami a l'Iran est un ennemi a Israel. Si tu crois que les Israeliens n'ont pas leurs taupes partout chez nous, y compris au sein de HCE et parmi celles et ceux qui gravitent autour, tu te trompes.

Meme si Sarko dit des mensonges a Niamey, il ne pourra rien faire pour aider tes amis putshistes.C'est se creeer des ennemis de plus que d'aller au lit avec les iraniens.Les US ne vont pas abandonner la zone et si tu lis et regarde les news, Obama ne change pas de la politique de Bush.

Une fois de plus, prendre le pouvoir ces jours-ci par coup d'etat est un precedent dangereux pour la stabilite en Afrique. Aziz est perdant dans cette affaire. Il a menti a nous et les images de la TVM ne sauveront pas son regime.

Bonne lecture. A-
----
Israël a détruit au Soudan un convoi d'armes destiné, selon lui, au Hamas

LE MONDE | 27.03.09 | 15h35  • 

Mis à jour le 27.03.09 | 15h35

JÉRUSALEM CORRESPONDANT

Les autorités soudanaises ont confirmé, jeudi 26 mars, les informations de la chaîne de télévision américaine CBS - reprenant un article du Sudan Tribune de mercredi - selon lesquelles un convoi de dix-sept camions transportant des armes aurait été détruit par l'aviation israélienne. Les faits se seraient produits le 16 janvier - deux jours avant la fin de la guerre dans la bande de Gaza -, au nord de Port Soudan sur la côte de la mer Rouge. D'après la chaîne 10, une télévision privée israélienne, il y aurait eu également une seconde attaque, début février, au large de cette ville, contre un bateau qui aurait été coulé. Le bombardement du convoi aurait fait 39 morts, des Soudanais, des Ethiopiens et des Erythréens. Les véhicules transportaient des armes légères, des missiles antichars, des explosifs et, selon la presse israélienne, des missiles Fajr iraniens d'une portée de 70 kilomètres. En provenance d'Iran, cet armement était destiné selon les sources israéliennes au Hamas. Il devait être convoyé par des contrebandiers à travers le désert du Sinaï puis introduit dans la bande de Gaza grâce aux centaines de tunnels creusés sous la frontière égyptienne.Le ministre des transports soudanais, Mabrouk Moubarak Salim, a confirmé certaines de ces informations, mais s'est refusé à donner plus de détails. Interrogée par la presse, l'administration américaine a également confirmé la réalité de ce raid, mais a démenti la participation d'appareils américains avancée par certaines sources. Celles-ci faisant valoir que cette opération s'est déroulée le jour même où Tzipi Livni, la ministre israélienne des affaires étrangères, signait, à Washington avec Condoleezza Rice (alors secrétaire d'Etat de l'administration Bush) un protocole d'accord prévoyant "une série de mesures pour tarir le flot d'armes et d'explosifs en direction de la bande de Gaza". Le texte de deux pages mentionne l'Iran comme pourvoyeur d'armes du mouvement de la résistance islamique (Hamas).Comme à chaque fois qu'une opération militaire est menée en dehors des frontières d'Israël, les autorités de l'Etat juif ont refusé de confirmer ou d'infirmer les faits. Cependant, Ehoud Olmert, premier ministre démissionnaire, s'est publiquement félicité jeudi de la capacité d'action des forces armées israéliennes. "Nous opérons partout où nous pouvons frapper l'infrastructure terroriste, dans des endroits proches et lointains. Nous la frappons de manière à accroître notre capacité de dissuasion. Il est inutile d'entrer dans les détails, mais chacun peut utiliser son imagination", a-t-il souligné avant d'ajouter : "Il n'y a pas d'endroit où l'Etat d'Israël ne peut pas opérer. Cela n'existe pas." Port Soudan est situé à environ 1 400 kilomètres d'Israël. Certains témoignages ont fait état d'un raid mobilisant deux avions de combat. Une telle opération suppose de voler au-dessus de la mer Rouge entre les côtes égyptiennes et saoudiennes et de prévoir un ravitaillement en vol.Une attaque similaire avait déjà été menée au coeur du territoire syrien le 6 septembre 2007 contre un site suspecté abriter un projet nucléaire (ce que Damas a toujours nié). Cette opération avait rappelé la destruction par l'aviation israélienne du réacteur nucléaire irakien Osirak, à la périphérie de Bagdad en juin 1981. Le raid de janvier au Soudan rappelle également l'interception il y a sept ans, dans les eaux internationales de la mer Rouge, au large de ce pays, d'un navire, le Karine A, transportant des armes destinées selon Israël aux Palestiniens. Les autorités israéliennes tentent par tous les moyens d'empêcher l'approvisionnement en armes de mouvements comme le Hamas ou le Hezbollah au Liban. Israël a été accusé de l'assassinat, en février 2008, d'Imad Moughniyeh, chef militaire du Hezbollah, à Damas, en Syrie.Faire cesser la contrebande d'armes en provenance d'Egypte vers la bande de Gaza a été l'un des principaux objectifs de l'opération Plomb durci. Pour le moment, aucun accord n'a été signé avec l'Egypte pour prévenir ce trafic. Le rayon d'action des roquettes lancées par les groupes armés palestiniens pendant cette guerre de trois semaines a été porté à 40 kilomètres frappant des villes comme Ashdod ou Beersheva. Si ces groupes parvenaient à obtenir des missiles Fajr, la ville de Tel-Aviv pourrait être atteinte. L'opération de Port Soudan constitue selon les commentateurs israéliens un avertissement à Téhéran et la démonstration que la capacité d'action des appareils israéliens n'a pas de limites et peut aussi bien atteindre les sites nucléaires de Natanz ou de Bouschir.

Michel Bôle-Richard

Article paru dans l'édition du 28.03.09

Anonyme a dit…

Lu pour vous. On veut effacer les preuves genantes d' implications des etats dans l' instrumentalisation des rebelles islamistes. A-

=======

Al Qaïda au Maghreb veut échanger ses 6 otages contre 20 détenus

PAR REUTERS, 28/03/2009 À 19:08
dimanche 29 mars 2009

BAMAKO - Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) exige la libération de vingt de ses membres emprisonnés en échange des six otages occidentaux détenus par le groupe, rapporte samedi le journal algérien el Khabar.

La branche nord-africaine d’Al Qaïda a affirmé détenir deux diplomates canadiens enlevés en décembre au Niger, dont le représentant de l’Onu dans le pays, ainsi que quatre touristes européens kidnappés en janvier au Mali.

Selon el Khabar, qui cite des responsables des forces de sécurité algériennes, Aqmi a demandé la libération de vingt Algériens, Mauritaniens et Marocains emprisonnés au Mali et dans d’autres pays en échange des six otages.

Les quatre touristes enlevés en janvier sont originaires de Suisse, d’Allemagne et de Grande-Bretagne.

Bebe BA a dit…

Lu pour vous sur Cridem:

Présidentielle du 6 juin : Le Général candidat, M’Baré lui succède

La candidature du président du HCE, le Général Mohamed Ould Abdel Aziz ne fait plus aujourd’hui l’objet d’aucun doute, étant donné qu’il a personnellement confirmé sur les chaines El Arabiya qu’il briguera le suffrage des électeurs lors de la future présidentielle de juin 2009.

Son successeur ne fait également plus de secret autour de sa personne ; étant donné qu’il sera celui à qui la constitution confère la direction du pays, en cas de démission ou d’empêchement du chef de l’Etat, jusqu’à l’élection du futur président de la république.

C’est donc le président du Sénat, M. Bâ M’Baré qui va avoir la difficile mission de diriger la future transition politique où il devra faire preuve de maturité politique et de neutralité considérable pour mener à bon port cette échéance, déjà boycottée, au moins dans l’immédiat, par le Rfd et le Fndd.



Ce sera également la première fois qu’un président noir devient locataire de la Maison Brune ; un tableau très splendide qui se recoupe en plusieurs endroits avec la volonté des dirigeants de régler le passif humanitaire et de promouvoir à tous les niveaux les communautés marginalisées des hratines et des kwars.

Le Général Mohamed Ould Abdel Aziz a critiqué au cours du même entretien la position de l’Oncle Sam, disant que si les Etats-Unis saluent le maintien des sanctions contre la République Islamique de Mauritanie, "nous ne saluons pas son communiqué appelant à appliquer ces sanctions".

Selon des milieux proches de la majorité parlementaire acquise au président du HCE, le Général Mohamed Ould Abdel Aziz, celui-ci présentera sa démission le 18 avril prochain pour se consacrer à la campagne présidentielle ; soit 48 jours avant le scrutin de la consultation présidentielle.

La date de cette démission correspond parfaitement aux appels de la France, à travers le chef du Quai d’Orsay Bernard Kouchner, qui interpellait le Général Ould Abel Aziz à démissionner 45 jours avant la date des élections, s’il compte se constituer candidat à la présidentielle de juin 2009.

L’Hexagone qui est d’ailleurs revenu hier au devant de la scène, par le biais du président français Nicolas Sartkozy pour défendre le cas mauritanien, le distinguant des autres cas africains, notamment ceux de Madagascar et de la Guinée.

Mohamed Ould Mohamed Lemine



Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Info source : Mohamed Ould Mohamed Lemine

maatala a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
maatala a dit…

Salam

"Salam

Sanhaji

tu dis:

Bilkiss, qui est revenue completement chargee de propagande putschiste.

---------------------------------

Pour un Démocrate auto-proclamé, tu te dois de respecter les opinions et les choix es autres.

Je me battrais toujours pour qu'elle exprime son opinion et ses idées.

Par contre , pourquoi tu n'as pas sermonner ton PITT-BUL, lorsqu'il a traité BILKISS d'idiote.

Aurais-tu raté un pan de ton éducation? jusqu'à soutenir la vulgarité d'un faible d'esprit.

---------------------------------

Je suis vraiment déçu du comportement de Maatala à l'égard de Coulibly,

---------------------------------

Que tus sois déçu de mon comportement en général, ne peut que me réjouir, vu que nous n'avons pas les mêmes valeurs.

En matiére d'insultes, je n'ai pas de leçons à recevoir de ce rat.

--------------------------------


Car ce dernier est l'un des derniers intellctuels honnêtes de ce pays.

--------------------------------

"Intellectuel honnête".

Prétentions et vanités quand tu nous tiens .

Voila que le nostalgique de la tayie décerne maintenant des brevets d'honnêteté.

--------------------------------

Coulibaly est guidé dans sa lutte essentiellement par l'amour de sa patrie mère et son attachement à la vérité, rien que la vérité.

-------------------------------

Quelle patrie? l'ancienne ou la nouvelle, pourquoi ce rat se plaint-il de payer trop d'impot, des impôts?(L'etrenel rangaine des conservateurs).

Sa complainte ne nous concerne pas.

les mensonges et la manipulation et le révisionnisme, tu appeles cela les vérités.

Décidément, nous ne sommes pas sur la même planète.

----------------------------------

Il ne faut pas Maatala continue à défaut d'arguments de l'insulter.
C'est tout à fait normal qu'il le ramène de temps à autre à la raison.

---------------------------------

Mauvais fois quand tu nous tiens.

Puisque tu te fais l'avocat de ce RAT, alors dit nous si tu penses de ses délires:

- l'amérique ne fait que du bien sur cette terre.
-Elle défend les valeurs démocratiques.
- Elle lutte contre les dictatures.

-Son aide au développement est plus importante que celle des pays scandinaves.

Surtout ne te défausse pas
------------------------------
Coulibaly avant de terminer, je me joins à toi pour dire que j'aime les Sénégalais ou les mauritaniens nés au Sénégal, mais cet amour n'excède pas mon amour pour la Mauritanie et son avanir.

---------------------------------

Ce rat se déteste et déteste sa race( il préférait Mac-Cain et Hillary à Obama): c'est chez lui, une tare congénitale..

Les mauritaniens nés au Sénégal se passent volontiers de votre amour.
Ta petite musique garde là à d'autres.

Tu ne tenais pas le même discours quand , il étaient persécutés chez eux, par ceux qui partagent les mêmes valeurs que toi.

Je crois plutôt, que tu faisais partie de ceux qui leurs montraient les maison des ceux qu'il fallait massacrer.


Au nom de l'amour de la patrie, l'humanité a eu: Staline, Hitler, Pol Pot, Taya, Oumar El Bechir et L'aparthied....


Votre GRAND RAT (taya) aurait du au nom de l'amour de la patrie, revenir en Mauritanie ( Haidalla ente vem) au lieu de se terrer dans son trou Qatari dit le FOU.


maatala

Anonyme a dit…

Maatala,

moi je sais que ta plume, ta bouche, tes mouvements sont formatés sur les insultes.

Je ne descendrai pas à ce niveau avec toi, car je juge que s'il arrive que j'insulte, l'insulté doit le valoir.

Jusqu'à preuve du contraire, le seul qui n'a pas le droit de parler de la démocratie c'est bien toi et pas moi, pour la simple et bonne raison que depuis que je connais tu defends les putsch.

Quand à la communauté née au Sénégal, nous avons eu à l'accueillir dans une certaine phase très difficile de l'histoire de notre pays, et avons je crois le mérite de l'avoir absorbé sans en constituer une épée de Damoclés à l'encontre de nos voisins sénégalais. Nous aurions pu comme le Sénégal créer des villages de réfugiés tout au long de la vallée et entretenir des groupuscules de pression dans le but de destabiliser notre voisin du Sud. Ceci on ne l'a pas fait pour la simple raison que ça ne fait pas partie de notre éthique.

La Mauritanie est fière de son histoire et la plus grande tâche sombre de cette histoire sont les tentatives de destabilisation du pays entreprises depuis 2005 par les natifs du Sénégal.

Même si nous ne le destons pas, on commence lentement et sûrement d'avoir marre de ces gens.

Maatala,
Coulibaly est un Bambara mauritanien, qui a un profond sens de l'honneur et du respect. Mais il ne se laisse pas marcher sur les pieds. En traitant x o y et co de voyoux, il n'a pas eu tout à fait tort.

Ces gens distribuent à tort et à travers les certificats de démocratie, d'intellect etc.. pourtant ils n'ont pas honte de soutenir les coups d'Etat les plus dégueulasses conduisant à la tête de l'Etat des pupulistes irresponsables. Quelqu'un qui considère que ce que Aziz est entrain de faire va dans l'intérêt de la Mauritanie est quelque part malade.

Je m'arrête ici pour le moment, car mon temps sert parfois à autre chose. Mais je t'attends mon cher Maatala, le terrible, si tu crois que le terrorisme de la parole est ta spécialité à toi seul.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Pour votre lecture. A-
=====

AFRIQUE

Décidément, l'Afrique, ce n'est pas la tasse de thé de Sarkozy

Par Evariste Ouédraogo | L'observateur paalga | 28/03/2009 | 20H00



(De Ouagadougou) Pour la quatrième fois, Nicolas Sarkozy a foulé le sol africain en sa qualité de président de tous les Français. Toujours au pas de charge mais cette fois dans les deux Congo et au Niger.

Lors de son voyage inaugural sur le continent noir, entaché d'ailleurs par une escale libyenne, avait littéralement raté le coche.
En effet, du discours stéréotypé livré à l'université Cheick Anta Diop de Dakar par l'homme pressé à l'épilogue gabonais, la randonnée sarkozienne a maladroitement entamé la rupture avec les travers de son prédécesseur à l'Elysée, Jacques Chirac.

En février 2008, Sarkozy s'est permis une session de rattrapage par un discours au Cap qui célèbre un partenariat somme toute décomplexé entre la Métropole et ses anciennes colonies d'Afrique.

A Kinshasa, un discours flatteur et prudent devant les députés congolais
En République démocratique du Congo (RDC), le premier des Français avait jusque-là « une nouvelle approche » du conflit du Kivu (est), prônant « un partage de l'espace et des richesses », minières cela s'entend, entre l'ex-Zaïre et le Rwanda voisin.

Son séjour a donc permis d'atténuer la fièvre patriotique, par une mise en avant des vertus de l'intangibilité des frontières et des dividendes de la paix. Devant un parlement tout ouïe, Sarkozy a tenu un discours flatteur, prudent, évoquant discrètement les questions de bonne gouvernance. Morceaux choisis :

« Votre souveraineté ne peut plus être bafouée (...) Vos richesses ne peuvent plus être exploitées dans la grande illégalité. »

A Brazzaville, il s'agissait d'apporter en sourdine un soutien à Denis Sassou Nguesso, qui a maille à partir avec son opposition, divisée.

Entre les deux hommes, il est question de transparence mais aussi et surtout de business. Au pays de Mamadou Tandja, le Niger, la brève escale qui boucle la virée de « Sarkozy l'Africain » c'est le gisement d'uranium d'Imouraren qui était au coeur des discussions.

Un moment-clé pour plusieurs groupes français en Afrique
Pour l'essentiel, le passage éclair (trente-six heures) de Sarkozy dans les trois pays cités a mis l'accent sur la paix, la démocratie et la rénovation des liens avec le continent africain. En filigrane, il faut voir à travers les trois Etats, dans l'agenda du président de la France, une préoccupation ni plus ni moins économique.

La tournée de Nicolas Sarkozy chez les Africains a lieu à un moment où certains groupes français connaissent de véritables problèmes. C'est, entre autres, le cas du groupe Bolloré dans le domaine de la gestion portuaire en Afrique.

Le mari de Carla Bruni, en déboîtant en Afrique, veut montrer à la face du monde que la France n'est pas du tout insensible à ses investissements dans cette partie du globe.

Loin de là, puisqu'elle n'a pas d'amis, elle n'a que des intérêts. Chaque fois que l'actuel locataire de l'Elysée se rend en Afrique, il ne faut donc pas s'étonner qu'il s'intéresse exclusivement à des entités ciblées, et cela, au pas de course.

Cela conforte tout simplement nombre d'observateurs de la scène politique qui pensent que le berceau de l'humanité, à vrai dire, n'est pas sa tasse de thé. S'il vient chez les Noirs d'Afrique, c'est parce qu'il n'a pas tellement le choix. Comme ses prédécesseurs, il ne fait que sacrifier à une tradition.

Anonyme a dit…

تعليق على تسجيل زيارة بعثة حقوق الانسان للرئيس ولد الشيخ عبد الله

................
هذه ليست هيئات حقوق إنسان و لا حتى
حيوان. لم نسمع منذ الانقلاب على الشرعية عنهم، قمعت المسيرات بالضرب بالسياط و مسيلات الدموع على مواطنين عزل و سقط الجرحى جهارا نهارا أمام العالم و أمام الصحافة الوطنية و الدولية، تمت مصادرة الحريات العامة عبر مختلف وسائلها من مسيرات و تجمهر و وسائل إعلام عامة على المطالبين باحترام الدستور و المنادين بالشرعية، وسخرت كل وسائل الدولة للانقلابيين و أعوانهم، و تمت التصفية من الوظائف على أساس معيار ظالم واحد هو مناهضة الانقلاب، و ظلت هذه الهيئات التي تحمل يافطة حقوق الإنسان ساكتة و لم تشجب كل هذه الممارسات المنافية لما يدعون ولو ببيان مكتوب أو نقطة صحفية قصيرة..كنا نظن أن صمتهم كان شكلا احتجاجيا و طريقة لعدم الاعتراف بكل ما يجري من خروقات واضحة، فإذا بنا نفاجأ باستقبال الجنرال لهم ثم بهذه الفضيحة التي سموها حين ذاك بالوساطة لحل الأزمة و التي أثبتت الأيام أنها لم تكن إلا تمالئا مع العسكر و ابتزازا للرئيس سيد محمد ولد الشيخ عبد الله و استغلالا لوحدته وعدم اطلاعه على كل ما يجري من حراك سياسي شهدته البلاد و بشكل استثنائي، ليرغموه على التسليم بالأمر الواقع، و لكن خيبتهم كانت كبيرة ولله الحمد. ما فات الجماعة أنها وقعت على صخرة الحق التي تشكلت منذ اليوم الأول للانقلاب و في سابقة في تاريخ كل الانقلابات التي عرفها البلد، تمثلت في جبهة قوية لمناهضة الانقلابات و مطالبة بالشرعية وفي رئيس سجين و لكنه مصر على التمسك بالشرعية و إفشال الانقلاب من اجل بقاء موريتانيا دولة قانون، لا مرتعا لتجارب المستبدين و الخارجين على القانون.
كان الأجدر بهؤلاء أن تقتصر مهمتهم على الأقل على الناحية الإنسانية و أن يكونوا حاملين لرسائل من أسرة الرئيس له و راجعين برسالة منه لأسرته.

Bebe BA a dit…

Dans la série "qui manipules qui?" lu sur Taqadoumy pour A-:

ENREGISTREMENT AUDIO : O. Cheikh Abdellahi, Cheikh Saadbouh Camara, O. Hamody, O. Allaf et O. Habott
29-03-2009
Le document sonore que Taqadoumy révèle, cette semaine, est l'enregistrement de l'échange qui a eu lieu le dimanche 19 octobre 2008 au soir, entre Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi et les quatre représentants d’organisations mauritaniennes de droits de l’homme, venus lui rendre visite : Cheikh Saadbouh Camara, Mohamed Saïd Ould Hamody, Ely Ould Allaf et Sid’Ahmed Ould Habott. C'était au Palais des Congrès, son lieu de résidence surveillée depuis le coup d'état du 6 août 2008.

D'emblée, il leurs dira son plaisir de les voir car, rappelle-t-il, ce sont les premiers compatriotes qu'il voit, en dehors du personnel militaire chargé de le servir et de veuiller à sa sécurité, et de son médecin. En effet, jusque là, il n'a reçu que la visite de diplomates : Le Président de la Commission de l’Union africaine Jean Ping, le Représentant du Secrétaire Général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest Saïd Djinnit, l’ambassadeur de France à Nouakchott Michel Vandepoorter, la représentante du PNUD en Mauritanie Maria Do Valle Robeiro… etc.

S'ensuit l'inévitable badinage traditionnel qui ouvre tous les échanges entre mauritaniens, par exemple l'un des visiteurs lancera "Après vous avoir fatigué, on t'impose le repos".

Avant de rentrer dans le vif du sujet et présenter l'initiative de la Rencontre africaine des droits de l'homme (Radho) et qui tend à rapprocher les points de vue antagonistes. Il ajoute qu'elle a déjà été exposée aux représentants diplomatiques, à Nouakchott, des Etats-Unis, de la France, de l'Espagne et de l'Algérie ainsi que les pays voisins et les partenaires occidentaux.

Cette initiative se résume en cinq points :

1- Demande de libération immédiate de Ould Cheikh Abdellahi ;

2- Si un accord est conclu, organiser des élections présidentielles et législatives, une manière à inviter les citoyens à se mêler du problème avec, cela va sans dire, l'obligation de réserve des militaires ;

3- Ces élections seront organisés par un gouvernement de consensus, politiquement neutre ;

4- Mise en place d'une Commission nationale électorale indépendante (CENI) ;

5- Inviter les partenaires étrangers à surveiller le scrutin, afin de lui assurer une garantie internationale.

Prenant la parole, Ould Cheikh Abdellahi entame ce qui fait de ce document un témoignage unique : Pendant une heure, pratiquement sans être interrompu, il raconte l'histoire du déclanchement de la crise de confiance entre lui et les deux Généraux Ould Abdel Aziz et Ould Ghazouany, depuis son début (la nomination du premier gouvernement Ould Waghf) à son terme (le putsch).

C'est la place qu'occupait le narrateur, Président de la République au moment des faits, qui rend ce témoignage historique. L'attention de l'auditoire et sa proximité avec Ould Cheikh Abdellahi mettront ce dernier en confiance, lui permettant de s'exprimer avec une sincérité non feinte.

Vers la fin, il précisera même qu'il connaît chacun des quatre, indépendamment des autres et en dehors du champ politique.

Ould Cheikh Abdellahi dira que les Généraux lui reprochent trois points :

I- Concernant la sécurité, il leurs rendra hommage et dira qu'ils se sont dépensé sans compté ("ma bakhlou chi" dira-t-il, en Hassaniya) afin de traquer et démanteler les cellules terroristes ;

II- Pour Ould Cheikh Abdellahi : "ce n'est pas un coup d'état fait par l'armée, c'est celui qui était charger de me protéger qui m'a envoyé les mêmes hommes qui m'accompagnent, tous les jours mais, cette fois, on lieu de me conduire à mon bureau, ils m'ont dit : on va au Basep".

Et Ould Cheikh Abdellahi de dire que, pour lui, par cet acte, le Général proclame, implicitement : "moi, Général Mohamed Ould Abdel Aziz, je n'aurai jamais accepté qu'on m'enlève et j'aurais fait couler le sang si on me limoge".

Ould Cheikh Abdellahi dira, par la suite : Pendant 15 mois, les deux Généraux se sont cantonné à la sécurité et à la défense du pays et dans ses domaines, je leurs accordaient une confiance totale.

Ils n'ont eu aucun rôle politique ou alors très discret, parce que je ne m'en suis pas rendu compte. Dès la formation du 1e gouvernement de Ould Waghf, ils ont demandé à me voir pour me dire "nous ne sommes pas satisfait de ce gouvernement et nous voulons que vous le fassiez tomber".

Puis ils énumèrent leurs réserves : Il y a l'UFP et les islamistes (Union des forces du progrès de Mohamed Ould Maouloud et Tawassoul de Jemil Ould Mansour, ndlr). Ils reprochent à l'UFP, qu'ils qualifient de "communistes" de ne pas "aimer les militaires", bref j'ai compris que, pour eux, les islamistes étaient, à la limite, moins "nocifs" que l'UFP.

Et Ould Cheikh Abdellahi d'expliquer toue le processus de négociation, son allusion à la possibilité de dissoudre l'Assemblée Nationale, les conseils juridiques de Ould Bouboutt, la réunion de sept ministres chez Ould Brahim Khlil, afin de démissionner et accroître la pression sur le Premier Ministre...etc, tout y passe.

Avant de Dire à ses visiteurs : "Si on me libère, je parlerai. Si on veut éviter que je parle, alors il ne faut pas me libérer parce que je ne marchande pas ma liberté".

Vers la fin, on lui demandera les partis de l'entretien qui doivent rester confidentielles et les passages que les visiteurs sont autorisés à rendre public, il leurs fera ses recommandations avant qu'ils prennent congés.

Si, au début, l'on sentaient que les visiteurs étaient là en "service commandé", pour "délivrer un message", à la fin, ils (ou du moins ceux d'entre eux qui s'exprimaient) semblait rejoindre l’argumentaire de Ould Cheikh Abdellahi, notamment quand ce dernier s'indignaient qu'un sénateur "élu démocratiquement ai appelé à un coup d'état, afin, écrivait ce sénateur, de débloquer la situation", allusion à un article du vice-président du Sénat Mohcen Ould Hadj, publié peu avant le putsch.

L'enregistrement dur 90 minutes, les discussions se déroulent principalement en français, contrairement à l’enregistrement de l’échange entre Ould Cheikh Abdellahi et les Généraux Ould Hadi et Ould Megeutt, révélé la semaine dernière par Taqadoumy, celui-ci est d’une bonne qualité sonore même si le son, au début, est relativement inaudible.

Pour l'écouter ou le télécharger, cliquez dessous :

Ould Cheikh Abdellahi et les représentants d’organisations de droits de l’homme

Anonyme a dit…

Maata,

Tu dois etre tres content!
Je suis entrain de rire because I know that I am getting under you skin. Je t'ai invite' a' une conversation sans aucune insulte mais tout indique que tu declines mon invitation. Sinon pourquoi
as-tu utilise' les mots pitt bull (qui signifie chien pour ceux qui ne parlent pas Anglais), faible d'esprit, rat, pretentions, vanite's, reveisionnisme, n'aime pas sa race...etc.) Tu vas meme jusqu'a' dire qu'en "preferant Hilary et Mac Cain a' Obama, je dois hair ma race.

Maata dit FAIBLE D'ESPRIT, PITT BULL, RAT, VANITEUX, REVISIONNISTE, IMBECILE, INGRAT, MENTEUR, PROSTITUE' ET IGNORANT, il faut imperativement comprendre que notre campagne presidentielle aux USA a pris fin. Nous avons un nouveau President qui fait tout pour nous faire sortir de la crise economique que nous traversons. Nous travaillons sous son leadership pourque notre pays soit meilleur et plus puissant. J'ai bien dit et ecrit que Hillary Clinton etait mon premier choix, Mac Cain mon deuxieme choix et Obama mon troisieme choix. J'ai certes fait campagne pour Hillary et j'en suis fier. J'ai egalement dit et ecrit que le jour de l'election presidentielle, j'ai fini par voter pour Obama pour une raison qui a ete' explique'e ici et ailleurs. Pour ton information, durant les primaires entre Obama et Hillary, je n'ai pas pu voter parce que je suis Republicain et la loi de l'etat de Pennsylvania ne me permet pas de participer au choix du candidat democrate pour la presidentielle. Mon petit Maata dit le petit batard, imbecile, ingrat, rat, faible d'esprit, vaniteux, revisionniste, chien, prostitue' et menteur, NOUS AVONS UNE VRAIE DEMOCRATIE AUX USA ET NOUS NE FAISONS PAS DE COUP D'ETAT. LES AMERICAINES ET LES AMERICAINS ONT LA LIBERTE' D'EXPRESSION ET SONT LIBRES DE CHOISIR LEURS DIRIGEANTS!!!!!!
MA LIBERTE' D'EXPRESSION ET MA LIBERTE' DE VOTER POUR QUI JE VEUX, SONT DES DROITS ABSOLUS QUE LA CONSTITUTION AMERICAINE ME DONNE!!!!!! WHAT CAN YOU DO ABOUT IT AVEC TA PAUVRE, IGNORANTE ET OPPRESSIVE MENTALITE' DU TIERS MONDE?????
Pour ton information, plusieurs dirigeants et intellectuels Noirs Americains avaient choisi Hillary. Je citerai entre autre la celebre poete Maya Angelou, le grand politicien Charly Rangle (qui occupe aujourd'hui un poste clef dans le parlement Americain) et bien d'autres. Cela ne signifie point qu'ils n'aiment pas leur race et/ou qu'ils sont moins Noirs/Americains que les autres.
AUX USA, LES DROITS EXISTENT! NOUS TENTONS TOUJOURS DE FAIRE CE QUI EST BON POUR NOTRE PAYS!!!!!!!
Obama a des Republicains dans son gouvernment et il continue a' travailler avec Mac Cain et autres dirigeants republicains pour prendre de bonnes decisions. OBAMA EST AUJOUD'HUI LE PRESIDENT DE NOTRE PAYS ET NOUS LE SUPPORTONS!!!!

J'ai bien dit que l'Amerique est le pays le plus genereux de la planete! Pour me dementir, je te demande de me donner le nom du pays qui donne plus que les USA.
TU N'ES QU'UN INGRAT DOUBLE' D'UN MENTEUR!

MON PETIT CHIEN, BATARD, IMBECILE, PITT BULL, FAIBLE D'ESPRIT RAT, VANITEUX, ZIKE BEYAKE, SBEYIBE BOUKE, TWENTI MAAKE, YELIVREYIKH, YEHRAGUE LIGATEYTE CHIFTE DANS TA SALE VIE, PROSTITUE', INGRAT, CHIEN ET FILS DE CHIEN, BATARD ET FILS DE BATARD, tu peux continuer a' lire tes faux petits discours communistes qui n'ont rien a' voir avec la realite'! Tu peux continuer a' verser ta haine contre les juifs et tous ceux qui ne pensent pas comme toi MAIS CELA NE CHANGERA PAS LES REALITE'S SUIVANTES: TU ES LE PLUS GRAND RACISTE QUI PUISSE EXISTER ET TU NE COMPRENDS RIEN DE LA VIE!TU ES HAINEUX ET IMBECILE!

JE NE DOUTE POINT QUE TU AS PARTICIPE' AUX MASSACRES DES MAURES DANS LES RUES DE TON PAYS LE SENEGAL!

J'AIMERAIS BIEN METTRE LA MAIN SUR TOI POUR FOUTRE MON PIED VIZIKE LIMOUKHNIZE! TU N'ES QU'UN MINABLE ET PAUVRE IMBECILE DE FLAMISTE WHO DOESN'T UNDERSTAND ANYTHING ABOUT LIFE!

TU TE DIS INTELLECTUEL ET TU SUPPORTES UN COUP D'ETAT! TU N'ES QU'UN FAUX INTELLECTUEL ET UN OPPORTUNISTE!
ANA HOUWEYGRAKE WO NOUWEYKHZAKE!!!!

PS.
Mes excuses aux lecteurs de canalh MAIS JE SUIS OBLIGE' DE PARLER LA LANGUE DE MAATA. Encore une fois, j'invite Maata a' une conversation sans aucune insulte mais s'il decide de continuer dans ce chemin, je jouerai son jeu!!!!!

Anonyme a dit…

Merci Bebe Ba. Je viens de faire un premiere ecoute et j' en fait une seconde ce soir. Sidioca tait seul au milieu de crocodiles qui voulaient faire retourner le systeme de Ould Taya. Certaines de ses declarations indiquent qu' il n' etait au courant de rien de ce qui se mijotait autour de lui. Il fait mention d' un juriste qui a essaye de le tromper sur une analyse legale. Il etait mal barré depuis le debut. Ce qu' on savait de sources journalistiques, il l' a confirmé: les generaux manipulaient les nominations. Je re-ecoute. A-

Anonyme a dit…

Maatala,: calme-toi en atendant que la tempete passe.

Couli: tu es faché comme ta tortue. Take it easy.

Je vous conseille a vous deux de vous reposer ce soir en laisser Bebe, moi et copiarpegar de gerer les choses ce soir.

A-

Anonyme a dit…

Lu pour Bilkiss. De Biladi. C' est la situation de merde dans laquelle on est a cette heure. Les militaires nous ont fait perdre le temps depuis le coup d' etat contre ould Taya. La situation s' est degradée depuis le départ du bourreau de Ain Ehl Taya.

A-
=====

Crise politique: Enlisement sur fond d’internationalisation

BILADI
La crise politique et institutionnelle générée par le coup d’état militaire du 6 août 2008 a été marquée ces derniers jours par un fossé profond et de plus en plus béant entre les différents protagonistes sur fond d’internationalisation poussée, synonyme de cacophonie et de confusion totale. A tel point que tous les scénarios et leurs contraires sont possibles. Retour sur une situation qui évolue rapidement vers une destination jusqu’ici difficile à concevoir…


La junte au pouvoir affiche sa détermination à mettre en œuvre son calendrier électoral contre vents et marées. Une démarche dont l’objectif ultime est de maintenir au pouvoir le général Mohamed Ould Abdel Aziz grâce aux urnes pour reléguer aux oubliettes le péché originel du coup de force.
En face pour faire échec au coup d’état militaire et à un modèle de dévolution du pouvoir aux commandes depuis une trentaine d’années et qui a largement étalé son «incapacité» à gouverner de manière objective et irréfutable dans la population, une opposition tout aussi décidée à faire échec au putsch. Le Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) et le Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD). Deux entités renfermant plusieurs figures de l’aristocratie politique qui évoluaient les sillages de tous les pouvoirs (chose rare pour être signalée) et d’autres figures historiques de l’ancienne opposition (sous le magistère de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya) qui dansent depuis quelques semaines la valse des retrouvailles dans l’objectif avoué de mener la vie dure aux généraux «putschistes».
Parallèlement à cette configuration de la scène politique nationale, marquée par un fossé abyssal entre les différents protagonistes, la crise née du coup d’état d’août 2008 est aussi sur la voie d’une internationalisation poussée sur fond de cacophonie entre les différents acteurs de la communauté de nos partenaires. On ne sait pas qui soutient qui et quelle est la position réelle de tel ou tel pays. Ce qui aggrave encore la situation et rend la visibilité très nulle… créant ainsi une sorte de vide dans l’analyse et d’incohérence dans les positions de presque tout le monde.

Feuille de route unilatérale
Les derniers développements de l’activité politique nationale, enrégistrés à la fin de la semaine écoulée, comportent plusieurs et indices et signaux attestant de la farouche détermination du pouvoir militaire à réaliser son calendrier électoral. Un agenda issu des journées nationales de concertation –Etats Généraux de la Démocratie (EGD)- réduit à leur plus simple expression avec uniquement la participation des différents segments soutenant le putsch militaire.
Dans cette logique unilatérale, le Haut Conseil d’Etat (HCE), a annoncé l’ouverture de la période de dépôt des candidatures en direction de l’élection présidentielle du 6 juin 2009.
Une annonce faite par-dessus les prérogatives d’un gouvernement rendu fantôme et aphone pour la circonstance.
Un autre signe déclinant les intentions de la junte est décrypté dans les démarches visant la désignation d’une Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Un organe arbitral qui aura toutes les chances de superviser une élection présidentielle bancale mettant en scène l’actuel président du HCE (démissionnaire ?) et quelques hommes, qui devraient, pour la plupart, être issus des forces politiques ayant soutenues le mouvement «de la rectification» ou d’illustres inconnus.
Une image qui rappellerait étrangement la configuration du scrutin présidentiel de 1997 entre Taya et quelques candidats alibis.
Le rejet du RFD de participer à des consultations pour la désignation de la CENI incline vers cette direction passéiste.

Internationalisation poussée

En plus de l’interminable antagonisme entre les protagonistes nationaux, le blocage de la crise politique et institutionnelle dans notre pays accentue l’internationalisation de la recherche de solution, vue par des observateurs comme élément dangereux de déstabilisation qui va aboutir inéluctablement à l’enlisement et même au démembrement du pays.
Le ministre sénégalais des affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, était à Nouakchott et à Lemden pendant le week-end. Il a été reçu en audience par le général Mohamed Ould Abdel Aziz. La télévision nationale a rapporté qu’il était venu inviter les protagonistes à se rencontrer à Dakar, sous la supervision du président Wade afin d’essayer de trouver une sortie à la crise. Donc, il est venu carrément dans une médiation. Ce qui n’est pas l’avis du porte parole du président Sidi (voir en page 4).
En faisant le déplacement de la bourgade reculée du Brakna, village natal où il s’est retranché depuis sa libération, le chef de la diplomatie sénégalaise a transmis au président renversé, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, une invitation de son ‘’frère’’, maître Abdoulaye Wade.
Ainsi, le président élu puis déchu, devrait se rendre prochainement à Dakar sous réserve de certaines conditions. Mais son porte parle est catégorique: il n’y a pas eu de médiation…
Au même moment, la France par la voie du président Nicolas Sarkozy, et les Etats-Unis par la voie du porte parole du département d’état, adoptent des positions diamétralement opposées. Tout en réitérant une condamnation de principe du putsch, avec de moins en moins de conviction, Paris fait preuve de compréhension vis-à-vis des militaires, voire de complicité et de soutien affichés de certains collaborateurs du président français aux projets et actions des militaires en Mauritanie.
Les USA, quant à eux, restent constants dans le rejet du putsch et soutiennent les sanctions du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine (CPS/UA) dont le récent rappel est venu contre dire les déclarations du président en exercice, le colonel Mouammar Kadhafi. Et ne ratent pas d’occasion pour signaler, à travers des mots fermes, leur position.
Pour ce qui est de l’Union Européenne, cet autre grand partenaire de presque tous les pays en développement, elle sur le point d’annoncer la fermeture de consultations infructueuses avec la Mauritanie, ouvertes le 20 octobre 2008. Et la suspension de tous ses rapports avec la Mauritanie.
Muée par la solidarité de religion et par le souci de jouer dans la cours des grands, la République Islamique d’Iran est entrée dans la danse. Elle entend remplacer Israël et faire inclure la Mauritanie dans son club, très peu prisé, de pays de front…
Il est clair, à travers cet état des lieux, que la situation est dangereuse et que l’issue est plus que jamais incertaine.

Koucheka

Anonyme a dit…

Tiens, une idee vient de me traverser l' esprit. Et si les français etaient derriere les djihadistes pour venir en sauveurs? Il est evident maineteant pour moi que les US et l' Algerie ont joue a ce jru au debut (avec certainement la complicite de nos services securitaires). Je crois que les français s' y sont mis pour prendre la place aux US. Me souvient, pendant qe les français aidaient Aziz a liquider les terroristes de TZ, les US faisaient en meme temps la publicite pour une aide dans les 10 millions de dollars pour aider le meme Aziz.

Les US et le France sont fachés depuis quelque temps.

Qu' en penses-tu Yanis? Il y a quelque chose ne colle pas.

A-

maatala a dit…

Salam

sanhajiadit:

"La Mauritanie est fière de son histoire et la plus grande tâche sombre de cette histoire sont les tentatives de destabilisation du pays entreprises depuis 2005 par les natifs du Sénégal.

Même si nous ne le destons pas, on commence lentement et sûrement d'avoir marre de ces gens.
----------------------------------

Les natifs du sénégal:

Tu penses à Bilkiss,moi et surtout Azziz le tombeur du caporal, car cequi t'anime depuis le début c'est ta haine envers lui.

"LEKEUJ" WE L'MAHWAR".

Repprocher à des personnes leur lieu de naissance est minable.

Tu confirmes par tes propos,que tu faisais parti des indicateurs des escadrons de l'épuration ethnique.

Tu dis :

"On commence à avoir lentement et surement d'avoir mare de ces gens là".

La haine et le racisme primaire, tel à toujours été ton crédo dit le Fou.



Gratter le vernis dit démocratique est l'abomination fait surface.

maatala ( Exterminateur dela vermine raciste)

bilkiss a dit…

Chèr A-,

tu sais moi les articles tirés des journaux à potins j'aime pas trop,
c souvent pas crédible ni sain!!!

je prefère de loin tes analyses à toi, tes commentaires sur tel ou tel évenement...lol

je trouve qu'ils sont plus objectifs, plus "humains" ils ont un fond et une certaine lucidité politique!!!

Amitiés,
Bilkiss

Bebe BA a dit…

maatala, je suis Parfaitement d'accord avec A-, tu devrais essayer de te calmer ou laisser tomber.
C'est un débat stérile, même si moi, je comprends tes réactions!

Sanhaji, j'aimerait quand même que tu m'expliques (si tu le veux, bien sur) ce que tu veux dire par:

"La Mauritanie est fière de son histoire et la plus grande tâche sombre de cette histoire sont les tentatives de destabilisation du pays entreprises depuis 2005 par les natifs du Sénégal.

Même si nous ne le destons pas, on commence lentement et sûrement d'avoir marre de ces gens."

C'est qui ces natifs du Sénégal qui veulent destabiliser le pays?

maatala a dit…

Salam

Cher A-

Dans mon monde, on ne traite pas une femme d'idiote.

Je voulez apprendre à ce rat vulgaire et complexé le respect.

Voila que le maitre arrive à la rescousse de son chien.

Plus, il y a de fous, plus on se marre.

Tant que Couly ne présentera pas ses excuses à BILKISS, il me trouvera sur son chemin.


maatala

bilkiss a dit…

Chér Maata,

fais pas attention aux propos de Sanhaji!!!

il a dépassé toutes les limites du raisonnable et du raisonnement!!!

ne perds pas ton temps à répondre, fais comme moi....lol

c décidé, il n'existe plus tout simplemment!!!

Affectueusement,
Bilkiss

Bebe BA a dit…

Lu pour vous sur Taqadoumy:

Un diplomate français écrit au Président Sarkozy suite à ses propos sur la Mauritanie

Permettez-moi - vous ayant écouté sur les ondes, tandis que vous donniez avec votre homologue nigérien une conférence de presse conjointe - de vous informer plus précisément, au moins sur la Mauritanie que j'aime et pratique depuis quarante-cinq ans (mon service national comme professeur l'ENA locale en fondation alors) et dont je connais aujourd'hui et depuiss longtemps les principaux personnages, dont notamment le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, Ahmed Ould Daddah, son compétiteur de 2007 et Messaoud Ould Boulkheir, président de l'Assemblée nationale.

La France a-t-elle été assez ferme contre les putchistes de Nouakchott, et ceux-ci n’ont-ils pas donné l’exemple à Bissao, à Conakry et à Tananarive ?

LE PRESIDENT – Ce n’était pas une question, c’était une fresque !

[...]

Sur la Mauritanie, vous connaissez bien cela, est-ce qu’on a souvent vu un coup d’état sans manifestation et sans protestation, si ce n’est celle de la France ? Lorsque le Président, démocratiquement désigné, a été retenu, moi-même je l’ai appelé, moimême. j’ai exigé qu’il soit libéré, mais force est de constater qu’il n’y a pas eu un député, un parlementaire qui a protesté et qu’il n’y a pas eu une manifestation.

De fait, votre premier communiqué, au moment-même du coup du 6 Août 2008, était informé, de principe, et excellent. Quand il est apparu qu'au Quai d'Orsay et à la Coopération - certaines déclarations de M. Joyandet, employant par avance les termes exacts que vous avez eus hier matin - la position de la France paraissait plus émolliente, vous avez fait savoir que c'est vous qui décidez. Qu'allez-vous décider ? à la veille de la réunion du groupe de contact et à la suite du communiqué du Conseil de Paix et Sécurité de l'Union africaine ?

Factuellement, à vous entendre hier et à vous lire aujourd'hui sur le site de l'Elysée, vous avez été "désinformé".

Permettez-moi de vous rappeler que vous n'avez jamais parlé au téléphone avec le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, ni pendant qu'il était au secret au palais des congrès de Nouakchott depuis le 6 Août, ni ensuite dans son village de Lemden où il est assigné à résidence. Ou alors, vos services vous ont passé quelqu'un d'autre... je vous donne les téléphones de votre homologue : 00 222 401 (***) ou 00 222 406 (***) - son secrétariat personnel 00 222 412 (***) (1).

Dès l'après-midi du coup,

1° le président de l'Assemblée nationale a protesté solennellement, a déclaré illégale toute session à venir de l'Assemblée et du Parlement, et persévère depuis par des réunions publiques, par un tour d'Afrique en début d'année et une venue en France, à l'automne, notamment reçu par son homologue à l'hôtel de Lassay (2).

2° un Front national de Défense de la Démocratie s'est constitué, comprenant nombre de parlementaires entre autres personnalités.

Dans la semaine suivant le coup, importante manifestation de l'opposition : réprimée. Puis, très durement, le 6 Octobre. Depuis le début de l'année, il ne se passe pas de semaines sans manifestations.

A l'Assemblée nationale, la junte n’a pas la majorité constitutionnelle : 67 députés sur 95 le 13 Août, mais plus que 56 le 20 Août & 39 sénateurs sur 56 le 13 Août et 37 le 20 – effectif évolutif selon le cours des événements – les résultats du vote de confiance au "gouvernement" de Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, nommé par la junte, n’ont pas été publiés : en séance 57 députés, le 20 Septembre. Depuis, aucun scrutin (s’il y en a eu) n’a donné lieu à publicité. - Ce qui rend illégal le referendum projeté pour le 20 Juin. La persévérance des putschistes à organiser le plébiscite du 6 Juin prochain, a réuni en un seul front les légalistes - voulant la reprise des fonctions du président de la République légitime - et ceux qu'on aurait pu appeler les opportunistes parce qu'ils ont dit "comprendre" le coup militaire.

Votre secrétaire général a reçu à plusieurs reprises, et la dernière fois, il y a un peu plus d'un mois à ma connaissance, le numéro deux du régime. M° Robert Bourgi qui a l'amabilité de s'entretenir de confiance avec moi, a fait l'intermédiaire, mais sans assister à la dernière conversation. C'est le général El Ghazouani qui la lui a résumée. Sauf démenti, il semble que le scenario des putschistes - cosmétique - ait été agréé : le général-candidat défroque quarante-cinq jours avant le scrutin et le président du Sénat fait l'intérim (non de Sidi Ould Cheikh Abdallahi mais de Mohamed Ould Abdel Aziz).


Bertrand Fessard de Foucault
Diplomate et universitaire français

Bebe BA a dit…

Lu pour ma chère Bilkiss, sur masdar:

LE CPS DE L’UA N’A PLUS DE SANCTIONS A PRENDRE CONTRE LA MAURITANIE (DEPUTES)

les députés de la mouvance majoritaire des deux chambres (assemblée et Senat) ont affirmé que le CPS de l’UA n’a plus de sanctions à prendre contre la Mauritanie.
Le président du groupe des députés indépendants Mohamed Ali Cherif a souligné au cours d’une conférence de presse hier soir que ‘’ce sont des intentions (..) les sanctions n’existent pas dans les faits ils seront toujours envisagées tant qu’il n y aura pas d’ élections ‘’.
‘’ les sanctions seront surtout effectives et appliquées quant nous organiserons pas le scrutin du 6 juin ‘’ a-t-il indiqué.
‘’ la décision du CPS est en porte à faux avec le règlement préconisé par le président de l’UA lors de sa méditation récente’’ a-t-il dit soulignant que ‘’les mauritaniens sont adultes et ne peuvent nullement être confondus avec la région des grands lacs ou sévit la guerre civiles’’.
Par ailleurs, les députés ont invité le FNDD et le RFD à participer à la consolidation de la démocratie dans notre pays en prenant part au processus électoral initié par le HCE.

bilkiss a dit…

Dear Bébé,

toi aussi daal!!!

il parle d'abord "des mauvaises naissances Sénégalaises" (Maata et moi)

et ensuite du Tombeur, NOTRE FIERTE NATIONALE, NOTRE HEROS AZZIZ celui qui osé toucher à un cheveu du sacré TORTIONNAIRE (el Hajjaj) de tous les temps taya!!!

Affectueusement ,
Bilkiss

Bebe BA a dit…

maatala,

Tu dis:

"Tant que Couly ne présentera pas ses excuses à BILKISS, il me trouvera sur son chemin."

Dis plutot que t'as envie de te défouler (moi aussi, lol)!
T'as déja vu Mister Couli demander des excuses?

S'il vous plait (maatala, Couli), laissez tomber les insultes.

Il y'a des nanas qui vous écoute!

bilkiss a dit…

Dear Bébé,

Enfin une bonne nouvelle,moi qui pensait qu'y avait plus que des insultes et des gros mots injustifiables à l'égard de Mon Chér Frère Maata!!!

Donc plus de Sanctions c ce qui rend peut-être l'autre camp de mauvaise humeur.......lol

pas Con ce Mohamed Aly Cherif, en tendant la main au FNDD et à AOD!!!

on verra jusqu'où ils sont prêts pour la RIM,
jusqu'où ira leur Amour pour la Patrie!!!!

c leur Patriotisme qui est mis à l'épreuve!!!

gare aux faux pas!!!

bilkiss a dit…

Pensée pleine d'Affection à Mon Chér Frère Maata!!!

Bilkiss,
émue aux larmes

bilkiss a dit…

Dear Bébé,

c quand même pas sérieux ce taquadoumy et ces Enregistrements Audio qu'il nous fait sortir toutes les semaines!!!

sa réputation de site à potins et d'ASSWAGHA se confirme de jours en jours, le doute n'est plus permis!!

Bebe BA a dit…

Ce serait mieux s'il (taqadoumy) pouvait nous dire d'où il les sorte!

De toute façon, au train où ça va, j'attend patienmment la bande audio de l'entrevue avec Aziz!

bilkiss a dit…

Bébé,

Dear, de quelle entrevue tu parles?

tu y crois toi à c E.Audios?
moi,je pense que c de la pure similation ce qui rend Taquadoumy encore plus DANGEREUX!!!

la vigilance est recommandée en visitant ce site!!!

Bebe BA a dit…

Bilkiss,

Le général a rendu visite à sidi, non?

Je vois pas pourquoi, Taqadoumy, ne sortirait pas une bande audio (qu'elle soit créée de toute pièce ou pas), sur leur entrevue.

Je crois qu'il la garde pour la fin!

je vois déja le scénario:
le mechant général criant sur le pauvre vieux, qui essayait courageusement de rester ferme et de ne ceder à la panique,lol!

bilkiss a dit…

Bébé,

puisque tu vois dèjà le scénario!!!

donc tu n'ecartes pas l'hypothèse d'une similation.......même pour AZZIZ!!!

ce sera le Scoop de l'Année!!!
il le garde jalousement pour la Campagne présidentielle, la veille...........lol

c tjs pas sérieux de dire ou faire ce que les gens n'ont pas dit ni fait!!!

Bebe BA a dit…

A-, que penses tu de cette déclaration?
Pourquoi remet - il sur le tapis ce "fait accompli"?
Apparement, rien n'est encore sur la question des sanctions!

Lu sur Cridem !

Mauritanie: Kadhafi veut s'assurer que l'élection du 6 juin sera "juste".

Le dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, président en exercice de l'Union Africaine (UA), a déclaré dimanche que le coup d'Etat en Mauritanie était un "fait accompli" et qu'il souhaitait à présent s'assurer que l'élection présidentielle du 6 juin allait être "juste".

"Notre position est très claire: il y a une nouvelle autorité, un nouveau pouvoir. Ils ont pu arriver au pouvoir par des moyens anticonstitutionnels, et il y a eu des protestations, mais maintenant ils sont là", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Addis Abeba.

"Il y a un fait accompli, une réalité que nous devons accepter. Nous ne pouvons rien y changer, c'est aux Mauritaniens de changer cette situation", a-t-il estimé. "Maintenant, ce que nous essayons de faire (c')est de contrôler et de superviser l'élection du 6 juin pour nous assurer qu'elle sera juste et ira dans le bon sens (...), qu'aucun militaire ne gagnera sauf à avoir démissionné au préalable et que personne ne sera privé de son droit à se présenter", a-t-il expliqué.

La médiation début mars du colonel Kadhafi en Mauritanie a été critiquée par l'UA après l'approbation de facto par le guide libyen du coup d'Etat du 6 août 2008 et sa clôture du dossier des sanctions de l'UA.

Le Conseil de paix et de sécurité de l'UA, qui s'est réuni mardi, a confirmé que les dirigeants "civils et militaires" de la junte mauritanienne seraient frappés par des sanctions, et qu'une "liste nominative" des personnes visées serait établie "d'ici un mois".

Les sanctions contre la junte ont été prises par le CPS de l'UA le 5 février. Elles prévoient notamment l'interdiction de voyager et le gel des avoirs des principales personnalités actuellement au pouvoir.

De sources diplomatiques africaines, le dirigeant libyen a "été très fâché de cette décision du CPS, ressentie comme un camouflet, et c'est l'une des raisons de sa visite à Addis Abeba".

"Les sanctions ne peuvent êtres mises en oeuvres que si elles ont été entérinées par le sommet (des chefs d'Etat et de gouvernement), même le CPS ne peut pas prendre cette décision sans quelle soit confirmée par le sommet", a fait valoir le colonel Kadhafi dimanche.

Le CPS est un organe souverain de l'UA, composé de 15 Etats membres qui sont élus par leurs pairs. Il peut se réunir au niveau des ambassadeurs, mais aussi des ministres ou des chefs d'Etat.

Interrogé sur cette question samedi soir, le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, avait répondu prudemment qu'il y avait "différentes vues sur les voies et moyens d'aboutir au même objectif, le retour de l'ordre constitutionnel en Mauritanie".

"Le président de l'UA et le CPS sont en contradiction sur cette voie pour atteindre cet objectif", avait-il concédé.

(©AFP / 29 mars 2009)


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Anonyme a dit…

Maata,

Je demande plutot pardon aupres de ta mere et de ton pere pour les avoir insulte's. De toutes les manieres je sais au fond de moi meme que les insultes sont dirige'es contre toi et non contre eux. D'ailleurs je n'ai que respect pour eux!!!!

En ce qui concerne Bilkiss, elle est plus idiote que toi. C'est son idiotie qui lui fait dire qu'elle peut decreter que Sanhaji "n'existe plus".

Tout ce que Sanhaji a dit est vrai. CE SONT LES MAUVAISES NAISSANCES SENEGALAISES QUI PRENNENT EN OTAGE NOTRE PAYS POUR LE COMPTE DE LEUR PAYS LE SENEGAL.
ABLAY WADE A SOUTENU LE COUP D'ETAT PARCE QU'ON LUI A DIT QUE C'EST UN MECANICIEN DE LOUGA QUI A PRIS LE POUVOIR A' NOUAKCHOTT.
CES "BANA BANA" "KAM TATIFI" DOIVENT NOUS LAISSER VIVRE EN PAIX!!!!
Abdel Aziz est un usurpateur et une naissance du Senegal. La constitution Mauritanienne ne lui permet pas de devenir President. Il peut continuer a' tenter tous les faux changements a' la constitution MAIS IL NE SERA JAMAIS PRESIDENT LEGITIME ET IL QUITTERA LE POUVOIR MALGRE' LUI!
NOUS N'AVONS AUCUNE HAINE CONTRE LUI MAIS IL DOIT IMPERATIVEMENT QUITTER NOTRE POUVOIR PARCE QUE PERSONNE NE L'A ELU POUR EXERCER LA FONCTION DE PRESIDENT!!!!

Bebe BA a dit…

ma chère Bilkiss,

Dans la situation où nous nous trouvons, il ne faut rien exclure!

Des 02 camps, je me demande qui est le plus retors!

Bebe BA a dit…

Mister Couli,

Ce bien, si tu mettais un bémol sur les naissances sénégalaises!
C'est un faux débat!

Pour une fois que tu t'excuses, il a fallait que tu gaches.
Ce faisant, tu me donnes raison: tu ne sais pas t'excuser!!!!

Cela ne sert à rien de continuer à traiter Bilkiss d'idiote, ce n'est qu'une méchanceté de plus de tard!

Quant à wade, il a été le 1er avec Ely (né au sénégal) à soutenir le coup d'état contre votre Taya, mais cela ne t'a empeché de reconnaître les soi disants mérites de Ely.

Alors arrêtes ce débat stérile

Bebe BA a dit…

Très bien, on va de "pas de médiation de Wade" à condition de médiation: on évolue!!!

*****

Lu sur Cridem:

Le FNDD pose les conditions de réussite d'une médiation de Wade

Le Front national pour la défense de la démocratie (FNDD) opposé au coup d'Etat en Mauritanie pose plusieurs conditions pour la réussite d'une médiation du président sénégalais Me Abdoulaye Wade en vue de trouver une solution à la crise qui prévaut dans le pays depuis le coup d'état du 6 août 2008, dans une déclaration publiée dimanche, en réaction à la visite du ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, vendredi à Nouakchott.

Parmi ces conditions, le FNDD cite la levée des restrictions sur les mouvements du président renversé, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi ; la libération des détenus d'opinion, l'ancien Premier ministre, Yahya Ould Ahmed Waghef et ses compagnons ; l'annulation du calendrier électoral de la junte fixant le scrutin présidentielle à la date du 6 juin 2009.

"Toute médiation en dehors de ce schéma prédéfini aurait pour effet d'aggraver la crise en Mauritanie à l'image de l'intervention du guide libyen, Mouammar Kadhafi, président en exercice de l'Union africaine, mandaté par la communauté internationale, et récusé par les forces opposées au putsch pour des propos en faveur de la junte", souligne la déclaration du FNDD, alliance d'une douzaine de partis politiques.

A l'occasion de sa visite en Mauritanie, le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères du Sénégal, Cheikh Tidiane Gadio, avait remis vendredi un message du président Wade à l'homme fort du pays, le général Mohamed Ould Abdelaziz, qui l'a reçu en audience. Il aurait également transmis au président déchu de Mauritanie, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, une invitation du président Wade pour se rendre à Dakar.


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Info source : Pana Press

Khalil Balla Gaye a dit…

28 mars 2009 19:29

Merci d'avoir passé en revue tout ce "beau monde" d'éclopés envieux par moi CONFONDUS!
La liste des ENVIEUX AIGRIS serait beaucoup plus longue que cela mon pauvre bougre, tu t'es oublié toi même, kimporte, vlane, Breidleil,marième chlamydia, dr ghanvezi, hanefi,le type de clickformauritania ,deyloul ETC....et j'en passe encore de ceux qui seraient encore plus insoupçonnables!
Mais moi, bof ,je suis blasé et habitué à ce genre de ENTIYR WE EL 7ASSD là où je passe depuis mes études à l'ENA, en France et jusque dans les ambassades et au MAEC!
Donc rien qui puisse vraiment m'émouvoir outre mesure!Cette ritournelle on me l'a chantée partout avec la même régularité!
Ce serait un peu bof, toutes proportions gardées, comme un bel homme habitué aux clins d'oeil de convoitise des belles femmes et aux rictus gênés et peinés de ses congénères mal foutus et dotés par mère nature, encore qu'aussi côté physique et pétasses je n'ai pas eu trop à me plaindre dans ma précédente carrière de womaniser!Dieu merci!Donc tu vois bof, bof et je m'en tape le jabot!

------------------------------------------
Anonyme Anonyme a dit...

un blog sans l'insulteur kbg c un miracle!!!

il a insulté ses parents, ses amis et ici l'eminent prof ely, maatala et meme son fou, ahmed o cheikh du calame, couly, dr kleib, a-, yanis, diagana, jemal, taqadoumy!!!....

il doit etre vire du blog et de tous les sites avec obligation de se soigner

c une oeuvre de salubrite publique

28 mars 2009 19:29
28 mars 2009 23:05

bilkiss a dit…

Chér Maata,

ente emneyn?

je comprends trés bien ce que tu ressens, plus que tu ne le penses!!!

crois-moi ça vaut pas le coup!!!

la dernière fois qu'ils m'ont attaqué j'ai bcp pleuré, moi c pas la même chose, suis une nana fragile, seule, loin de ceux que j'aime et qui m'aime, j'ai trouvé réfuge en CanalH et je me suis accrochée de toutes mes forces comme à une Bouée...lol

je crois que j'ai trouvé en Canalh une seconde famille,je manquais d'Affection!!!

un beau jour je me lève, me secoue et hop suis sur Canal de nouveau!!!

j'ai tout simplemment compris leur jeu, j'ai decidée de ne pas les laisser faire!!!

toi, c otra cosa, t'es un HOMME, Fort, ne te laisses pas intimider!!!

alors sors stp Maata de ton mutisme!!!

ça me fait de la peine!!!
Canal sans toi, je veux même pas l'imaginer!!!

prends une bonne douche tiède, ecoute de la bonne musique relax!!!
une clope (si tu fumes)avec un bon café ou thé chaud!!!
et le tour est joué!!!

tu verras, tu te sentiras mieux!!!

je t'attends sur Canal!!!

ta Soeur Bilkiss,
inquiète

Anonyme a dit…

Je suggere que tout le monde garde son calme.

Bebe Ba et Biliss: je vais regarder vos messages et repondre.

Je suis entrain de reflechir sereusement au role de la France dans ce qui s' est passé depuis décembre 2007 .....

Je relis l' article sur le courroux de Kadafi avec le CPS de l' UA. J' espere que le gabonais (Ping) et l' Algerien (Lamamra)jouent leurs roles et ce ne sont pas des novices. Au Niger, Sarko a menti. La clé aux problèmes que nous avons pourra un joue venir du Mali: ils savent, ferment les yeux l' essentiel est d' avoir la paix.

Vous vous souvenez des sorties d' Alger contre ATT, chaque fois qu' il y a liberation d' otages? Pourquoi Boutef n' a pas fait la competition avec avec Kadafi pour la presidence de l' UA? Je vais relirequelques documents et je crois que la repose y est.

Soyons vigilants, pro-coups ou anti-coups. Serait curieux de savoir ce que Sarkozy et Obama vont se dire le 6 juin à Paris. Nous sommes ans la merde. A-

bilkiss a dit…

Chér A-,

que ce soit pro ou anti Putsch,
le 06 Juin à Paris c dèjà trop tard!!!

Sarko et Obama n'auront certainement plus rien à se dire!!!

c le Jour J en RIM, les Mauritaniens se lèveront trés tôt pour accomplir leur devoir civique!!!

Amitiés,
Bilkiss

maatala a dit…

salam

les soeurs

Je vous promets que pour moi c'est GAME OVER (fini la castagne).

Il y a proverbe Maure qui dit "celui qui te mord , si tu ne le mord pas , il croit que tu n'as pas de dents".

A bon entendeur salut dit le Fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

Chére Bilkiss

J'étais à l'anniversaire de la fille d'un ami, devant tant de victuailles, j'ai eu une pensée pour la Mauritanie profonde comme dit Sanhaji.

Ceux auxquels on a toujours promis un monde meilleur dit le Fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

Sarkozy a dit que les mauritaniens sont des poules mouillés, des forts en gueules, qui attendent que les autres fassent respecter leurs droits.

Sauver le PPM, jamais dit le FOU.

maatala

bilkiss a dit…

t'es de nouveau là Chér Maata?

Dear Bébé, Maata est de retour..............lol

leka elhamdou ya ALLAH

Bilkiss,
en fête

maatala a dit…

Salam

La tentative de président qu'est SIDIOCA est pris en otage par deux clans d'irréductibles:

- Cendrillon et la Maréchale
- Sidi- baba, moussa Fall et les looseurs du FNDD ( les islamo-bolcheviks).

Les revanchards qui ne digère pas la perte du gros lot et les spécialistes des communiqués stériles et appel aux sanctions.

Rien que les adeptes du après moi le déluge dit le Fou.

maatala

bilkiss a dit…

Dear Bébé,

Le FNDD avec toutes ces conditions ne donne aucune chance à la médiation Sénégalaise d'aboutir!!!

le FNDD veut oui ou non d'une médiation d'où qu'elle vienne!!!

il faut qu'il sache ce qu'il veut d'abord!!!!

Anonyme a dit…

bilkiss, pour une fille parler de simulation c'est très suspect dal!!!
***
Maata c'est très facile de faire dans le populisme et la démagogie en profitant de l'injuste agression contre la chère bikiss pour faire monter les enchères! arrête s'il te plait de surfer sur cette vague! ça ressemble à sarko qui s'indigne de l'agression faite à une vieille dame comme si les autres ne se sentaient pas touchés. profite pas de ça pour régler tes comptes avec couli c'est pas bo!!!!

bilkiss a dit…

Maata,

AZZIZ gagne du terrain!!!

le FNDD, AOD et tous les anti-putsh sentent que c la fin!!!

ils jouent au plus malin!!!

y'a un proverbe qui dit:
on voulant trop gagner, on risque de tout perdre!!!

à bon entendeur!!!

Anonyme a dit…

Bilkiss,

Tu parles! Si tu crois que les US vont laisser Sarko le Mister bling-blig s' en aller avec la Mauritanie seul, tu reves. Il y a beaucoup de temps avant le 6 juin et de toutes les manières, le regime de Aziz ne sera pas reconnu. Tu crois que l' UA, l' UE et l' ONU vont enteriner les coups de force militaires pour faire revenir le continent aux années 70-90?

A-

bilkiss a dit…

Ano de 20 h 51,

Ah bon!!!

tu savais pas que je suis la Mata-Hari du Blog........alors vite, vite, viiite casse-toi FROUSSARD!!!

d'ailleurs de quoi je me mèle!!!

laisse Mon Chér Ami Maata tranquille sinon gare aux BR, dont tu feras l'objet.....prochaine cible!!!

maatala a dit…

Salam

Chére Bilkiss

Le cuisto n'est jamais loin car,
le cuisto est un des co-fondateurs de cet espace de liberté et je suis de fait un de ses animateurs,
Le concierge étant LM, le cuisto (l'animateur fou) et le sage Yanis.

Nous ne ne connaissons pas, nous ne sommes jamais vus, Je ne leurs ai jamais parlé au téléphone.

Ils sont contre le putsch et je suis pour à cause de l'incapacité de SIDIOCA à exercer le pouvoir.

La répartition de nos rôles s'est faite tout naturellement? sans concertation.

Lm connaît les raisons pour lesquelles , je ne participerai plus au débats.

Banzaiiiiiiiiiiiiiiiiii dit le fou.

MAATALA

Anonyme a dit…

bilkiss
même po peur!!! dans une même phrase tu écris "écartes" et "simulation" et tu veux que j'aille où? Sous la tente? bebe est déjà prise! Ici je peux te défendre contre les agresseurs sans faire dans la démagogie, sans trop en faire!!!

M mint D a dit…

Cher Maata,

non, notre "ami" qui nous veut du bien, Sarko, ne nous a pas traité de poules mouillées.
Il vientsimplement de nous renvoyer au néant des non idées et des préjugés ignares.
Il a nié la situation actuelle et, ce faisant, vient de nous insulter.
Il a oublié que coup d'Etat il y a eu.
Il a oublié que des parlementaires, des politiques et des citoyens lambda contiuent de lutter contre la "rectification".
Il a nié M Ould Boulkheïr.
Il a menti, dévoyé une vérité, SA vérité. Il a fait de nous des attardés aveugles et puérils.
Peut être que son voyage express dans les républiques bananières de la Françafrique lui a t'il fait perdre la mémoire?
Mais ce n'est pas en niant et en camouflant la vérité que l'on fera avancer le schmiblick.
Je suis scandalisée par ses déclarations.
MAIs dans les limbes de la rectifi-attitude et dans l'optique de la mascarade du 6 Juin, que peut on attendre d'un homme qui tente de faire croire au monde qu'il est Dieu et Maître, grand manitou partout à la fois et nulle part.
Si Aziz se contente de ce genre de déclarations, c'est vraimentla fin des haricots..

Très chère Bilkiss : ne te laisse pas démonter par les rodomontades de certains agressifs sur ce blog. SI tu es idiote alors nous sommes tous des idiots.

M mint D

Anonyme a dit…

Un problème supplémentaire pour Aziz et Sarko. Ils ne pourront pas sudoyer ces tetes dures. Ils n' ont pas accepté avant et ils ne l' accepterons pas maintenant. Le combat contre l' impunité est zrig.

Bebe et Bilkiss entoumati vem?

A-
=====


Ne tronquons pas le droit à la vérité le devoir de mémoire contre le pécule !

Déclaration commune

Le 25 mars 2009, dans les locaux de la Présidence, à Nouakchott, une série de consultations
confidentielles, entre des représentants de certaines associations de victimes, les pouvoirs
publics et des sommités religieuses, aboutit à un protocole d’accord pour une réparation
matérielle au profit de quelques centaines de personnes, particulièrement les veuves et les
rescapés militaires, sur les milliers de négro-africains de Mauritanie, victimes de violations
massives et graves des droits humains sous la dictature de Ould Taya. La partialité du geste,
d’ailleurs négocié dans le secret et la clandestinité, pour exclure et d’isoler les ONG les plus
actives dans la lutte contre l’impunité, consacre la volonté, par la junte sous la direction du
Haut Conseil d’Etat, de diviser les rangs de la communauté nationale des Droits de l’Homme
et d’annuler tous les efforts vecteurs du consensus exceptionnel des journées de concertation
de novembre 2007.
Aujourd’hui, la mesure intervient dans le contexte d’attente de l’élection présidentielle de juin
2009 que les autorités militaires s’emploient à tenir, de manière unilatérale, contre l’opinion
des citoyens non avertis et des instances régionales et internationales auxquelles la
Mauritanie est partie ; elle relève d’une tentative de réduire l’enjeu, à une prière, non sur les
tombes des victimes ni dans leurs villages respectifs ; une simple modalité de l’indemnisation,
prive ainsi le peuple mauritanien, de la faculté de la justice et de vérité. Le devoir de
mémoire, cède alors sous couvert de discours lénifiant sur la fraternité islamique et cache mal
l’évidence de calculs, à la fois de circonstance et structurels :
- Le Général Ould Abdel Aziz, auteur d’un putsch et candidat de la junte, se présente au
suffrage universel, sans tenir compte de ses compatriotes et de la classe politique. Il s’érige en
sauveur de l’unité nationale, avec la bénédiction de présumés représentants des populations
martyres dont l’ambition et l’esprit d’arrivistes n’est plus à démontrer. Après tant d’années
d’occultation du crime collectif, par la négation systématique des faits et une loi scélérate
d’amnistie des coupables pourtant connus de tous et listés, la raison d’état planifie
l’impossible amnésie.
- La nature de la compensation, parce qu’elle se restreint au maniement des symboles et à la
trivialité de l’argent, sauve l’essentiel du système de domination, c'est-à-dire l’immunité des
tortionnaires, derrière le bouclier du pardon décrété. En somme, le tri des interlocuteurs
influençables et la manipulation des hommes religieux dans le traitement d’un dossier qu’ils
ne maîtrisent pas réconfortent, aujourd’hui, la faiblesse de prétendus délégués de la
communauté négro mauritanienne ; le sommet du pouvoir militaire se dédouane, à peu de
frais, et préserve sa force de dissuasion, c’est à dire la garantie du potentiel de récidive;
- L’option d’un règlement « en famille » mine la cohésion des Mauritaniens parce qu’elle
s’emploie à évacuer la compétence universelle et son corollaire, le refus de l’oubli; elle vise à
contourner les prescriptions de notre sainte religion et du droit international, au service des
AMDH AFCF
tentations internes, de se soustraire et de soustraire les auteurs de sévices, de déportations et
d’homicides, à une légitime exigence d’équité.
La caution de notables religieux et d’intellectuels organiques et statiques, souvent utilisés
dans les services de renseignements de la dictature, offre à l’essai, une touche de cynisme
toute locale : Les discours de Kaédi, le rassemblement populaire et la cérémonie de prière
pour l’apaisement des défunts, dévoilaient, par la composition de l’auditoire et la distribution
des rôles, un exercice consommé de confusion. Les ayant droits des disparus, d’authentiques
survivants, des élus et imams hier stipendiés par la Direction de l’Etat civil et de des
Populations applaudissaient le Général et se congratulaient dans une commune inclination à
étouffer le cadavre. Une marche de soutien du faible au fort viendra conclure le marchandage,
devant les grilles du Palais Présidentiel.
Face à la regrettable dérive où s’entremêlent la mesquinerie individuelle d’une poignée de
pseudo-militants et la crédulité d’innocentes veuves, nous, associations signataires du présent
témoignage, réaffirmons :
-Notre attachement aux recommandations de la commission africaine des droits de l’Homme
et des peuples d’Avril 2000, lors de sa session d’Alger et à celles, encore plus explicites, du
comité des Nations Unies pour l’élimination du racisme et de la discrimination (CERD) de
septembre 2004, puis des conclusions de son rapporteur spécial en 2007 ;
- La souveraineté du droit international face aux stratégies d’auto amnistie que les autorités
militaires s’escriment à ériger en directives pour le règlement du passif humanitaire, dans le
but de prescrire l’action de la compétence universelle et la mise en œuvre d’une justice
transitionnelle, toutes gesticulations au motif, inavouable, de protéger le coupable, de la
rigueur de la loi;
- Notre volonté et appui à l’application du processus des Journées de Concertation Nationales
du 25 novembre 2007, comme cadre consensuel approprié à la réconciliation nationale, sur la
base d’un débat public, de la diffusion de la vérité et de l’assainissement de l’administration et
de l’appareil militaire et de sécurité, loin de l’emprise des exécutants et instigateurs
d’assassinat et de violences à visée raciste et xénophobes ;
- Notre appel, aux défenseurs des droits de l’Homme et de l’égalité citoyenne, à se mobiliser
contre l’impunité et toute action non concertée, avec tous les acteurs, pour le règlement du
contentieux pénal, civil et administratif, afin d’éviter, à la Mauritanie, le péril de l’amputation
de la mémoire, source de frustration, de revanche et d’encouragement aux discriminations et à
la validation du crime organisé.
Nouakchott, le 29 mars 2009
− Association des Femmes Chefs de Famille : Aminetou Mint Ely, Présidente
− Association Mauritanienne des Droits de l’Homme : Me Fatimata M’Baye, Présidente
− Conscience et Résistance : Elarby Ould Saleck, Porte-parole
− Initiative Citoyenne pour la Démocratie, Aïssata Satigui Sy, Coordinatrice
− SOS Esclaves : Boubacar Messaoud, Président

Anonyme a dit…

Lire: Le combat contre l' impunité est leur zrig. A-

bilkiss a dit…

Chér A-,

les menaces de l'UA, l'EU, l'ONU on n'y croit plus!!!

depuis le temps qu'elles planent sous nos têtes!!!

souviens-toi que Mister Bling Bling
adore les belles choses.......lol

suis sûre qu'un beau Stylo fera l'affaire!!!

il laissera pas passer l'occaz de signer plusieurs contrats juteux avec la RIM d'avant le 06 Juin!!!

tu verras ce sera la course avec la montre et un Marathon avec les USA!!!

Amitiés,
Bilkiss

Anonyme a dit…

Moralité: aller au lit avec Azziz avec un vocabulaire pareil!!! Mamamia

bilkiss a dit…

Ano de 21 h 02,

merci,pas besion de ton aide, j'ai appris à me défendre!!!

et toute seule Dieu Merci

bilkiss a dit…

quoi, quoi, quoi!!!

Maata, tu nous quittes?

pourquoi Chér Ami?

tu t'en vas, je m'en vais aussi!!!

maatala a dit…

Salam

Ano

je n'ai pas de compte à régler avec Couly, ni avec personne, je considére que Couly est mon hôte et contrairement à la majorité des blogueurs, je lui ai toujours apporté la contradiction, dans l'unique but d'éclairer le débat.

Tant qu'il reste dans la limite du respectable, il n'y a pas problémo.

Cependant mettre dans le débat: notre lieu de naissance, le faite d'être ou de ne pas être Mauritanien, d'être l'anti-mauritanie, des sénégalais, nous insulter gratuitement et le pire dire qu'un assassinat est triste.....

Tu conviendras avec moi que l'hospitalité à des limites dit le Fou.

maatala

Anonyme a dit…

bilqiss dit:
Ano de 21 h 02,

merci,pas besion de ton aide, j'ai appris à me défendre!!!

et toute seule Dieu Merci:

Maata, elle dit qu'elle peut se défendre toute seule.Eywa kaviikyi!

bilkiss a dit…

M ment D,

Merci pour tout, aprés tous ces Affronts, Dieu sait que j'en avais besoin!!!

ça fait l'effet d'un Baume au Coeur

Affectueusement,
Bilkiss

Anonyme a dit…

Maata,

Make no mistake about it, je demande pardon aupres de ton pere et de ta mere MAIS JAMAIS AUPRES DE TOI PARCE QUE TOUT SIMPLEMENT TU ES UN IMBECILE ET LES IMBECILES NE CHANGENT PAS.

ENTE' ESSOULE BLA D'KHEYKHATE WOU TIK YIBE!!! QU'EST-CE QUE TU PEUX FAIRE A' PART LA GRANDE GUELE ET MENTIR?

Dans to ecrit du 29 Mars 2009
16:03, tu as signe': "Maatala (l'exterminateur de la vermine raciste)".
Tu dois penser que les autres sont betes. MAATA = KBG = Bilkiss.
Tu es victime de MULTIPLE PERSONALITY DISORDER.
Je te conseillerais d'aller te faire soigner. TU ES LE PLUS GRAND RACISTE DE CE BLOG.

Bebe Ba,

KH'SARTIKE VIHE! Ely Ould Mohamed Vall est beaucoup plus intelligent et plus sage qu'Abdel Aziz. Si Abdel Aziz detenait 5% de l'intelligence d'Ely Ould Mohamed Vall, la Mauritanie ne serait pas la farce du monde aujourd'hui.
Il faut dire a' la tortue fache'e qui commence a' prier avec chaussures et costume et a' voyager beaucoup, d'aller reparer les voitures de LOUGA afin de quitter pour de bon les jardins de notre Presidence.

bilkiss a dit…

Dear Bébé,

anagha, lou khew?
t'es où?
viiiiiiiite Maata, veut nous quitter!!!

Oh Non, c pas ls coupures d'élec à Nktt qui reprennent?

maatala a dit…

Salam

Chére M mint D

je pertage entirement ton analyse sur Sarko.

Sarko nous invite à nous regarder dans le miroir, je crains fort qu'on y observe que l'expression de notre effroi devant la soldatesque.

Pour nous,Madagascar semble être sur une autre planète dit le FOU

maatala

bilkiss a dit…

Stp Maata ne répond pas!!!

ou vazy répond ça te fera du bien!!!

moi qui est une bonne nature, m'en fout des provoc, commence à me facher!!!

si je sors de mes gonds, je sais plus quoi dire.......là je deviens completement IDIOTE!!!
je me contrôle plus!!!

Bonjour les dégats!!!

Anonyme a dit…

Bien parlé M Mint D. A-

Anonyme a dit…

Le débat commence à baisser en intensité et en relevance. A-

maatala a dit…

Salam

Chére Bilkiss

je vous ai promis que pour moi le jeu est fini.

Je n'ai jamais répondu à KBG alors pourquoi empêcher Couly de se faire plaisir.

Chacun à droit de se faire plaisir dit le FOU.

maatala

Bebe BA a dit…

Les amis, restez zen!

Franchement bilkiss, je te vois mal faché!

En tout cas, pas en ce moment où ta chère bebe ba a trouvé un fiancé sous la khaïma de Ablaye!

Allez les gars soyez beau et rester cool!

Anonyme a dit…

Sur le blog du prof, enfin!



"Aladin et le génie du génocide"

et

"Nouakchott au Congo."

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous sut taqadoumy

"Qu'est-ce qu'est devenue la Mauritanie sous le gouvernement illégal?

Réponse:

La Mauritanie, est devenue le lieu de la depression, de la paranoia, de la déprime;

La mauritanie c'est le renfermement sur soi, la culture de la méfiance, le sacrifice de l'épanouissement social sur l'hotel de la peur de la délation!

La Mauritanie est devenue cette marche regrettable ves la déshumanisation; en elle règne cette victoire désolante de la médiocrité sur la philantropie pourtant nécessaire au genre humain.

Cette Mauritanie là, c'est le privilège des relations intéressées au detriment de la sincérité des coeurs!
C'est le naufrage des désespoirs dans le clentélisme préjudiciable!

La Mauritanie, c'est l'offre outrancière, l'étalage insolent de la duplicité et des moeurs contrefaites!

La Mauritanie, c'est la domestication des rapports d'affront et d'adversité, c'est l'institution de l'esprit de revanche et c'est l'avènement de la tradition du soupçon!

La Mauritanie, c'est le royaume de l'antipathie généralisée, le sultanat des démissions collectives, la principauté des capitulations en série!

La Mauritanie, c'est la sémence de l'artificiel et du superflu, la récolte du factice et de l'éphémère, et le grenier des frustrations et des déceptions inévitables!

La Mauritanie, c'est l'abrogation irréversible des lois du bonheur de vivre en société, c'est le renoncement au modus vivendi salutaire, et c'est la perte des valeurs essentielles!

La Mauritanie, c'est la banalisation de l'hypocrisie, l'apologie de la démagogie et la vulagarisation de la vanité!

La Mauritanie, c'est l'appauvrissement croissant des âmes, le tarissement total des marigots de l'Amour, et le vide absolu dans les puits de l'Estime!

La Mauritanie, c'est l'amputation désastreuse de l'Elan Vital des citoyens, plongés dans la défiance; c'est le grignotage incessant des espaces et des temps de la Liberté, c'est la castration des cerveaux par l'Argent-Roi!

La Mauritanie, c'est l'approndissement du fossé entre frères, végétant dans la tristesse, c'est la la magnificence de la haine, et c'est le règne de l'incompréhension et du mépris, érigés en système de gouvernance!



Par la faute du Putschiste Mohamed Ould Abdel AZIZ!Ecrit par LE POETE OBSERVATEUR! (Visiteur)

maatala

bilkiss a dit…

D'accord Chér Maata, on fait comme ça!!!

d'ailleurs ils n'existent pas, Couli et son Discple Sanhaji!!!

c notre imagination qui nous jouent de sales tours

Fraternellement,
Bilkiss

Anonyme a dit…

Salut...
le slogan du jour ..."Sauver le PPM, jamais dit le fou"...
Tu ne penses pas si bien dire ....les bonzes du PPM...surtout SidiBaba...lui le grand falscificateur devant l'eternel...s'erige aujourd'hui en defenseur des la legalité...celui là meme qui à l'issue des elections 1992... a ordonné...l'abominable trucage ....de ces années de braise...un grand militant du PPM...Moussa Fall...Bebaha...PPM...SIDI himself...PPM... au secours la veille garde...peine pour son retour...
PS...Maata...pour le Puntching ...tu peux te reposer grave...la releve est assurée...Bilkiss...se defends merveilleusement bien...courage ....
pensée à Kimporte...
bl

bilkiss a dit…

Bl,

Merci pour le compliment, j'ai appris à me défendre fallait bien!!!

Amitiés,
Bilkiss

bilkiss a dit…

Dear Bébé,

suis heureuse pour toi.....lol!!!
si seulement tu pouvais m'en trouver un, sous la khaîma d'Ablay,
tu seras un Ange ( tu l'es dèjà)

Bébé,
Demain c Lundi, debut de la semaine
je dois manger et dormir trés tôt!!!

PS
sur conseil de Notre Sage Yanis, j'ai un RV pour Consultation ORL, Mercredi prochain!!!

toute mon Affection,
et trés bonne nuit

prie pour moi........lol

Anonyme a dit…

MAATA M'CHEUH!
ESSOULE MA M'CHEUH CHI!
YELI LAYIRAJ'OU INCHALLAH!

Je remercie infiniment l'anonyme du 29 mars 21:17.
BILKISS A BIEN ECRIT: "...pas besoin de ton aide, j'ai appris a' me defendre!!!!Et toute seule Dieu merci."
MA CHERE BILKISS, TU DOIS ETRE UNE VRAIE IDIOTE POUR POUVOIR PONDRE UNE TELLE BETISE AU MOMENT OU' MAATA DECLENCHE LA TROISIEME GUERRE MONDIALE POUR TE DEFENDRE.

M Mint D,

Je respecte votre opposition au coup d'etat. Je suis quand meme fache' parce que vous avez ose' utiliser les mots Bilkiss et IDIOTE dans la meme phrase. c'est quand meme mechant de votre part. (rire). BILKISS EST ENCORE JEUNE. ELLE COMPRENDRA AVEC LE TEMPS!

MAATA A PERDU LE COMBAT DES IDE'ES!
IL DOIT DONC SE REPOSER!!!!!!

Bebe BA a dit…

ma chère Bilkiss, soignes toi bien, fais ce que te dis le medecin (sois pas une peste comme moi) et reviens nous très vite!

bilkiss a dit…

Pensée pour notre Sage Yanis, suivant ton conseil j'ai RV avec un ORL Mercredi.

Merci pour tout!!!

Amitiés,
Bilkiss

Bebe BA a dit…

Mister Couli, qu'est ce qui vous a rendu aussi méchant et cynique?

Moi, la mechanceté gratuite, je ne comprends pas et connais?

Anonyme a dit…

Bilkiss,

Je te savais...MALADE!

Bebe BA a dit…

Voila qui doit relancher le débat. My Dear A-, where are you?

Plausible démission du gouvernement mauritanien le 14 avril prochain

Des sources diplomatiques européennes, ont indiqué à Points Chauds aujourd'hui que le gouvernement issu du coup d'état du 6 Août compte rendre le tablier le 14 ou 15 du mois prochain.
Les mêmes sources ont précisé que cette démission s'inscrit dans le cadre de l'agenda des présidentielles de 2009 prévues le 06 juin
Ainsi les autorités mauritaniennes avaient au cour d'une correspondance adressée a l'UE manifesté leur volonté de déposer l'actuel gouvernement dans le but de mettre en place un gouvernement de consensus pour mieux préparer les futures élections.
En effet le prochain gouvernement aura pour tâche essentielle, la gestion des affaires courantes et l'organisation du scrutin présidentiel prévu le 6/ 6 2009.En conséquence ce gouvernement qui sera mis en place ne pourra pas s'autoriser de prendre un engagement allant dans le sens de signer des accords qui engagerait l'Etat mauritanien
A cet égard deux possibilités s'offrent au général ould Abdel Aziz: soit il reconduit le même gouvernement après sa démission, avec des prérogatives limitées ou alors il mettra en place un autre dispositif gouvernemental mais toujours avec des responsabilités réduites portant à la gestion des affaires courantes et à l'élection présidentielle.

Cette démission du gouvernement coincidera également à celle du Général, à quelque intervalles près et , conformément à la charte fondamentale, devra lui aussi rendre le tablier, 45 jours avant le scrutin présidentiel et sera remplacé selon les dispositions de la Constitution par le président du Sénat M Ba Mbaré.

Anonyme a dit…

Maatala,

je t'ai laissé divaguer quelques temps pour te répondre, ne disposant pas du temps dont tu disposes pour ce travail ici, ton travail.

Je ne voulais pas être amené à m'occuper un peu du Sénégal, pays qui commence à m'énerver par nos vermines qui y sont nés.

En 1857, ce pays disposait déjà d'une infrastructure assez remarquable, de gens instruits à l'occientale. Pourtant quand on le compare aujourd'hui à notre pays la Mauritanie, on constate que nous on avance ici et eux ils marquent le pas.

Les raisons de cet état des lieus sont très simples. Ce pays est jusqu'au jour d'aujourd'hui, n'est ni plus ni moins qu'un appendice de la France. Il souffre d'un état de colonisation chronique, dont il sait se débarasser. Nos frères sénégalais ne peuvent pas s'imaginer une vie sans le parrainage de la France.

Je parle de ça pas pour le plaisir de critiquer le Sénégal, mais en parceque c'est en rapport avec un sujet qui nous préoccupe tous aujourd'hui, soit la confiscation de notre pays par des officiers des plus médiocres. La Mauritanie a déjà choisi en 1996 de devenir un allié des Etats unis d'Amérique et de sortir systématiquement du pré carré francais, pré carré de la misère et du sous développement.

Depuis lors les français ne cessent d'essayer de nous ramener à leur raison.

C'est pour cela que le nouveau Napoléons Sarkozy se permet de dire que les mauritaniens ont accepté le fait accompli des putschistes. C'est aussi pour cela que Maatala et Bilkiss sur les ordres des apôtres de la Françafrique essaient sans réussir de manipuler l'opinion des lecteurs de Canal, d'entériner la mascarade actuelle.

Je suis fier d'être désigné par Bilkiss comme le disciple du Grand Coulibaly. Je suis aussi fier de savoir que je partage le même pays d'origine avec cette grosse pointure.

Sanhaji

Sanhaji

Yanis le R. a dit…

A-,

Le sujet de la manipulation dans la question du terrorisme ne peut que nous inciter à la prudence et à la vigilance dans l'analyse de l'information.
Merci de l'effort que tu fais pour nous tous.

Bilkiss,

Je suis content que tu aies pris un RV de consultation.

maatala a dit…

Salam

Sanhaji

Azziz,(le médiocre) a été choisit par le caporal comme gardien en chef.

Le médiocre nous a débarrassé de l'infâme Taya, un peu de reconnaissance, ne nous étouffera pas.

D'autre part, pour éloigner la bidasserie du pouvoir, Je fus ici le premier à demander à la tentative de président SIDIOCA de le nommer ambassadeur et de dissoudre le Basep.

On connait la suite.............

En ce qui concerne le Sénégal :

Il est libre de ces choix, ceci d'autant plus que ton idole, Taya s'est allié au Diable Saddam Hussein le gazeur des KURDES.

Il faut savoir faire le ménage chez soi avant de le faire chez les autres.

Néamoins, je pense que SIDIOCA a eu raison de décliner l'offre de WADE. Puisque ce dernier a reconnu le putsch, on ne peut pas être juge et parti.

Par ailleurs, je te laisse volontier tes idoles et tes maîtres à penser dit le Fou.

maatala

Yanis le R. a dit…

Vous ne trouvez pas que le 6 juin est si proche alors que les positions des uns et des autres sont encore si éloignées?

Dans ces conditions, il n'y a plus de médiation possible.

Aziz doit "se retirer" avant le 22 avril (45 jours avant le 6 juin), c'est-à-dire dans moins de 3 semaines!

Est-ce qu'il restera à la Présidence?

Sans le pouvoir sur le BASEP (sur papier), peut-il continuer à avoir la main sur toute l'armée?

Bebe BA a dit…

Maatala, ce serait sympa si tu pouvais arrêter de repondre à Sanhaji.

On peut pas se dire intellectuel ou militant pour la démocratie et proferer des sottises pareilles.

Merçi

Anonyme a dit…

Bebe Ba

les reponses de Maata ne m'engraissent certainement pas.

Si tu ne peux pas tolerer de critiquer le Senegal, cela ne me surprend pas, mais je te conseille bien de choisir ton pays. On ne peut pas etre au four et au moulin.

Le mien c'est la Mauritanie, j'y suis et j'y reste.

Sanhaji

Bebe BA a dit…

Sanhaji,

j'ai aucun problème, moi!
J'ai pas de complexe par rapport à qui que soit, contrairement à toi.
J'ai rien à reprocher à ma mauritanieté, comtrairement à ce que toi et tes comparses pouvaient penser!

Tu sais le complexe c'est pas bon, cela t'empoisonne la vie!

Alors essaie de te soigner

Bebe BA a dit…

Lu pour vous sur Cridem

Communiqué du Président de l'Assemblée nationale

J’ai été, ces derniers jours, assez surpris par des propos attribués au Président de la République française, Monsieur Nicolas Sarkozy, qui répondait à une question relative à la crise mauritanienne, lors de sa visite au Niger, le 27 Mars 2009, propos qui ont été vite repris, interprétés et brandis par la junte militaire comme une volte-face de la France.

N’eût été mon absolue certitude que la France d’aujourd’hui du président Sarkozy où se réaffirme sans cesse sa volonté d’éviter la réactivation des réseaux de la France d’hier, victime des tractations et des manipulations d’une certaine Françafrique, qui bien qu’obsolète et anachronique, ne désespère toujours pas de renaître de ses cendres, j’aurais été profondément dubitatif, à l’instar de nombreux de mes compatriotes, quant au sens à attribuer à de telles affirmations.

Ma surprise est d’autant plus fondée que la résistance (en question) au coup d’Etat a été immédiate, forte, et continue. Dès le premier jour, un Front national anti-putsch, regroupant les principales forces vives a vu le jour en Mauritanie ; cas unique en Afrique !



J’ai moi-même, dans une déclaration solennelle devant la presse nationale et internationale, exprimé mon rejet catégorique du coup d’Etat, en soulignant, loin de toute considération personnelle, le danger qu’il constitue pour la stabilité, le développement et l’image de la Mauritanie.

Depuis cette date, je n’ai cessé de parcourir le monde, de Paris à Johannesburg, passant par de nombreuses capitales africaines. J’ai été reçu par plusieurs Chefs d’Etat et par le Président de la Commission de l’Union Africaine, Monsieur Jean Ping et j’ai partout plaidé la résistance au coup d’Etat et la nécessité d’un retour à l’ordre constitutionnel en Mauritanie, sous peine de constituer un précédent dangereux pour le Continent tout entier et même pour le Monde.

A l’étape française, j’ai été reçu officiellement et avec les honneurs au Palais Bourbon par mon collègue le Président Bernard Accoyer, avec qui j’ai eu des entretiens fructueux. Nous avons été, ma délégation et moi, conviés à un déjeuner au Palais de l’Elysée, qui a été l’occasion d’un échange profitable avec de Hauts responsables de la Présidence française. J’ai eu, par ailleurs, l’occasion de m’adresser à la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale française devant laquelle j’ai fait un exposé détaillé sur la crise née du coup d’Etat du 6 août 2008.

Je dois signaler également que des délégations de parlementaires opposés au putsch ont sillonné, à leur tour, le monde, y compris la France et d’autres pays européens pour les sensibiliser sur la nécessité de faire échouer le coup d’état.

Il va sans dire que notre action à l’extérieur s’est accompagnée à l’intérieur d’une lutte courageuse et continue contre le coup d’Etat : des meetings, des manifestations durement réprimées, des sit-in et d’autres formes de protestation de masse, nonobstant la férocité de la machine répressive des putschistes (le Premier ministre et certains hauts responsables du Front anti-putsch sont toujours en détention).

Après toutes ces visites et ces actions, il nous avait semblé, qu’une fois pour toutes, la cause avait été entendue et bien entendue, notamment par la France qui est notre principal partenaire européen le plus à proximité et donc censé être le plus au courant de qui se passe chez nous.

Les ambiguïtés que les putschistes entretiennent aujourd’hui autour de la position française et l’exploitation qu’ils en font au plan intérieur, en invoquant tantôt des intérêts économiques (exploration pétrolière dans le Nord de la Mauritanie), tantôt des impératifs militaires (installation d’une base militaire française), rappellent malheureusement les méthodes désuètes d’un passé que tous les démocrates et tous les progressistes du monde doivent s’empresser d’oublier définitivement.

Pour toutes ces raisons, et compte tenu de la situation dangereuse que traverse mon pays, j’estime de mon devoir de demander à la France et à son Excellence le Président Sarkozy, de faire lever toute équivoque s’agissant de leur position à propos du coup d’Etat en République Islamique de Mauritanie.

Le coup d’Etat du Général Mohamed Ould Abdel Aziz qui méprise les intérêts bien compris de la Mauritanie et défie la Communauté Internationale, commence malheureusement à faire école dans le Continent. Il appelle de la part de la France un traitement particulier, qui découle de son rôle historique de Grande Nation démocratique et des idéaux censés fonder son action en Afrique et son rayonnement dans le Monde.

Les démocrates et les progressistes de Mauritaniens, d’Afrique et du Monde attendent de la France et du Président Nicolas Sarkozy d’appuyer fermement les décisions pertinentes de l’Union Africaine, saluées et soutenues par la Communauté Internationale dans son ensemble.

Nouakchott, le 29 Mars 2009

Messaoud OULD BOULKHEIR


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

BF a dit…

couli tu a bien fé de casse c petit minable de ma3ta.
tu a bien vu! c le plus grand raciste ici.
le pédophile kbg, 3arvou imeli

BF a dit…

couli tu a bien fé de casse c petit minable de ma3ta.
tu a bien vu! c le plus grand raciste ici.
le pédophile kbg, 3arvou imeli

Anonyme a dit…

Je viens de suivre Joyandet A. sur TV5 au sujet des relations franco-africaines. Aucun mot sur la Mauritanie. Pourquoi?

J'ai la ma petite idee.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Merci Yanis. Il y a peut-etre lieu de refaire ue re-lecture du document de Jeremy Keenan d' octobre ou novembre 2008, placé dans la section anglaise de Taqadoumy. Je vais le balancer ici. Il est assez long, mais vaut la peine d' etre lu. Il a beaucoup parle des français, alors que mon intention était sur les US et l 'Algérie.

Un fait très bizarre: Les US avaient refusé d' aider la junte à poursuivre le groupe qui avait tué les 12 soldats de Tourine. La raison est qu' ils ne peuvent appuyer un gouvernement illegal et ma conclusion est qu' ils ne voulaient pas entrer en "guerre" avec un pays puissant et c' est la seule explication qu' on peut avoir. Depuis lors, rien ne va plus entre les US et la France sur le cas mauritanie entre ces 2 pays.

Revenons un peu en arriere pour chercher quelques faits. Sarko a menti au Niger et Messaous a reagi ce 29 mars avec une declaration.

A-

Anonyme a dit…

Declaration du Departement d' Etat ce vendredi. Position diametrallement oppose a ce qu' a dit Sarko le meme jour, ce vendredi.

Me demande si le kidnapping des 2 diplomates canadiens a quelque chose a voir avec la guerre des puissaces sur le petrole et l' uranium. Il est evident d' apres nos lectures, que le diplomate canadien etait venu au Niger pour le compte d' une compagnie miniere canadienne, se faisant inviter au 50ème anniversaire du pays. Il n' etait pas venu au Niger pour une mission de l' ONU. Source: le cabinet de Tandia le premier jour quand ils se sont rendus compte de sa disparition, de son adjoint et du chauffeur (dea libere). A suivre. A-


A-

=====

US State Department welcomes sanctions on Mauritania junta

Sunday, 29 March 2009

The US State Department on Friday released a statement welcoming the last series of sanctions taken by the AU against the military junta in Mauritania after the Kaddafi plan was failed.

The statement was released on early Friday and was curt but clear in tone.

“The United States welcomes and supports the March 24 African Union Peace and Security Council’s reaffirmation of its decision to impose targeted sanctions on civilian and military individuals that maintain the unconstitutional status quo in Mauritania,” it said.

“The coup d’etat in Mauritania has proven to be a dangerous and destabilizing precedent for the continent and we join the African Union in its rejection of unconstitutional changes in government.”

The US has strongly rejected the coup d’état that overthrew the democratic power, elected on 2007, and was hold by the entire political spectrum as objective and legitimate.

Anonyme a dit…

Interessant a lire. En anglais. A-

http://www.taqadoumy.com/en/index.php?option=com_content&task=view&id=252&ac=0&Itemid=30

Anonyme a dit…

Un Ibrahima Kane truand. Hereusement qu' il n' est pas mauritanien ! Des ONG qui se sont payer pour dire des choses et il ne s' est pas rendu compte que BBC le sabitait, ce Ibrhima Kane !.

A-
======

Union africaine, une année mouvementée?

Quand en février dernier l’Union africaine a élu le Colonel Mouammar Khadafi comme nouveau président de l’organisation, beaucoup de délégués prédisaient une année difficile en perspective.

Au début tout se passa bien.

Mais à présent il est en désaccord avec le Conseil de paix et de sécurité de l’UA sur sa politique en Mauritanie, qui a été suspendue des instances de l’UA depuis le coup d’état d’août dernier.

Récemment, lors d’une visite dans la capitale mauritanienne, le dirigeant libyen avait annoncé que depuis que la junte au pouvoir avait promis d’organiser des élections, tout était rentré dans l’ordre et le dossier était donc clos.

Un avis qui n’est pas celui du Conseil de paix et de sécurité de l’UA, qui a indiqué être toujours déterminé à imposer des sanctions visant toute personne qui soutiendrait ce que le Conseil a qualifié de “situation anti-constitutionnelle” en Mauritanie.

Un président d’un nouveau genre

Que va-t-il donc se passer maintenant? Qui décide en fait de la politique menée par l’Union africaine?

Seulement quelques jours après avoir été installé dans ses nouvelles fonctions à la tête de l’Union africaine, Mouammar Khadafi avait très clairement indiqué qu’il serait un président de l’UA d’un nouveau genre. Il a rendu visite à la commission de l’UA et a déclaré que ces responsables méritaient une augmentation de salaire.

Il a également annoncé qu’il avait l’intention de résoudre le conflit entre l’Ethiopie et l’Erythrée, et qu’il souhaitait que les pays de la zone Caraïbes rejoingnent l’Union africaine.

Le dirigeant libyen s’estime clairement comme le président du continent, avec de véritables pouvoirs pour incarner le titre qu’il s’est lui-même décerné: “le roi des rois traditionnels d’Afrique”. Ses prédecesseurs à ce poste, qu’ils viennent de Tanzanie, du Ghana où de la République Démocratique du Congo, avaient oeuvré de manière plus traditionnelle.

Ils avaient présidé le sommet biannuel de l’Assemblée, et avaient occasionnellement joué le rôle de médiateur dans des conflits sur le continent. Alors est-ce-que le président de l’UA a réellement des pouvoirs? Est-ce-que le Colonel Khadafi à le droit d’agir comme il le souhaite?

Personne ne semble avoir réellement de réponses à ces questions. L’Union africaine est une organisation encore récente et le rôle du président dépend encore largement de ce que celui qui en occupe le fauteuil en fait.

De mauvais moments

Un document légal procurant au président un rôle précis et un cabinet pour l’aider est toujours en cours de ratification au sein de l’UA.

Ibrahima Kane, un juriste sénégalais qui travaille sur l’Union africaine pour l’organisation Open Society Institute, indique que les pouvoirs du président dépendent non seulement de sa personnalité mais également de sa provenance. “Si le président vient d’un pays riche, il peut donner du poids à sa position, comme c’est le cas de Khadafi et comme ce fut le cas pour l’ancien président nigérian Obasanjo. Je pense que la présidence d’Obasanjo à la tête de l’UA était l’une des meilleures.”

Olusegun Obasanjo a certainement été l’un des plus actifs présidents de l’organisation. Et sa présidence a illustré un des principaux écueils de cette fonction : les frictions entre le président de l’Assemblée et l’un des principaux responsables de l’UA, le président de la Commission.

Une dispute avait éclaté publiquement entre le président de la Commission, Alpha Oumar Konare, qui avait désigné l’ancien président zambien Kenneth Kaunda comme envoyé spécial pour le Togo, sans consulter Olusegun Obasanjo.

Même avec des présidents moins péremptoires il peut y avoir des difficultés. A plusieurs reprises ces deux dernières années, le président de l’Assemblée a entrepris des initiatives diplomatiques sans que certains responsables de l’UA ne soient au courant.

L’année dernière, un rapport sur le fonctionnement de l’Union africaine a suggéré la mise en place de bureaux de liaison pour une meilleure coordination interne.

A-t-on eu peur pour rien?

L’année dernière, le président tanzanien Jakaya Kikwete, dans son derniers discours en tant que président en exercice de l’Union africaine, avait suggéré des moyens de rendre la fonction plus efficace.

L’une de ces idées était ce qu’on appele la “troika”. Cela fonctionne déjà en Europe où l’état membre qui détient la présidence travaille étroitement avec son prédécesseur et avec son successeur. Cette proposition a reçu un large soutien lors du dernier sommet de l’UA.

Quand il est devenu évident que le Colonel Khadafi allait être le nouveau président, la “troika” est devenue une idée très intéressante pour diluer sa présence un peu trop voyante parmi deux chefs d’état plus conventionnel. Mais les collègues du Colonel Khadafi pourraient s’être effrayés pour rien.

Pour Ibrahima Kane, trop de gens pensent encore que le dirigeant libyen est le même homme que dans les années 1970 et 1980. “Une personne peut changer avec les responsabilités”, souligne-t-il. “Mon opinion est que Khadafi fera son possible pour être sûr que les gens se souviennent de sa présidence. Il va donc agir avec prudence”.

Comme par exemple lors de sa venue au sommet de l’UA, portant un costume traditionnel extravaguant d’Afrique de l’Ouest et entouré d’une troupe de chefs locaux ? A moins que ce ne soit simplement pour ajouter un peu de couleurs au protocole et pour prouver qu’en tant que chef d’un état arabe, il est également un vrai Africain.



Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Info source : BBC Afrique

Anonyme a dit…

Du nouveau sur le blog de Prof. deux textes. A-

Anonyme a dit…

LM,

Je crois qu' il y a lieu de poster la declaration de Messaoud. On comprend maintenant que Sarko ne cherche que les interets a court terme des businessmen français. Chaque fois qu' il bouge pour quelques vacances avec sa douce moitié un ami riche paie quelque chose. Visiter Rue98 et lire les recents articles sur les vyages de Sarko. Le reste ne l' interesse pas. Il a menti au Niger. A-

Anonyme a dit…

LM,

C'EST PLUTOT RUE89

Je crois qu' il y a lieu de poster la declaration de Messaoud. On comprend maintenant que Sarko ne cherche que les interets a court terme des businessmen français. Chaque fois qu' il bouge pour quelques vacances avec sa douce moitié un ami riche paie quelque chose. Visiter Rue89 et lire les recents articles sur les vyages de Sarko. Le reste ne l' interesse pas. Il a menti au Niger. A-

Anonyme a dit…

Visitez ce site de Rue89 et vous lirez tout. Lisez surtout Sarkozy et le banquier mexicain. Il y a une quarantaies d' articles sur Sarko et toutes controversées. Il faut qu' on connaisse ce personnage qui nous plombe le futur en s' alliant avec le diable. A-

http://www.rue89.com/tag/sarkozy

Anonyme a dit…

Sanhaji et couly

Prétendre dénoncer les racistes des deux bords en leurs attribuant la responsabilité des douloureux événement de 89 pour dédouaner Taya et astucieux de votre part.

Votre seul erreur aura été de tenir, ce même discours haineux et racistes.

Zouber

Anonyme a dit…

Lu pour vous. A-

Kadhafi et l’UA fustigent la CPI en soutien au président Béchir
ADDIS ABEBA (AFP) - 29/03/2009

dimanche 29 mars 2009

Le dirigeant libyen et président en exercice de l’Union Africaine (UA), Mouammar Kadhafi, a une nouvelle fois vilipendé la Cour pénale internationale (CPI), la qualifiant dimanche de "nouveau terrorisme mondial", à la veille d’un sommet de la Ligue arabe à Doha.

"Il est connu que tous les pays du tiers-monde s’opposent à cette soi-disant Cour pénale internationale. A moins que tout le monde y soit traité également, ça ne marchera pas", a déclaré M. Kadhafi dimanche après une réunion avec les responsables de l’UA à Addis Abeba.

"C’est le cas maintenant. Cette cour est contre les pays qui ont été colonisés dans le passé et que (les occidentaux) veulent recoloniser. Il s’agit de la pratique d’un nouveau terrorisme mondial", a-t-il estimé.

"Il n’est pas juste qu’un président soit arrêté", a-t-il précisé, en référence au mandat d’arrêt émis le 4 mars par la CPI contre le président soudanais Omar el-Béchir pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Darfour (ouest du Soudan).

"Si nous autorisons une telle chose, qu’un président soit arrêté et jugé, comme le président Béchir, nous devrions aussi juger ceux qui ont tué des centaines, des millions d’enfants en Irak et à Gaza", a souligné le Guide libyen.

L’UA a déjà à plusieurs reprises condamné la décision de la CPI, estimant qu’elle menaçait la paix au Soudan, tant au Darfour, région en proie à la guerre civile depuis 2003, qu’entre Khartoum et le Sud-Soudan.

Elle a entamé des démarches auprès du Conseil de sécurité de l’ONU pour que la décision de la CPI soit suspendue, conformément à l’article 16 du statut de Rome qui régit le fonctionnement de la cour.

"Sur l’article 16, nous attendons juste que le sommet arabe de Doha (qui débute lundi) prenne une décision et nous ferons mouvement ensemble, parce qu’en ce qui nous concerne, nous avons déjà la décision du sommet" de février à Addis Abeba, qui a demandé la suspension des poursuites contre M. Béchir, a indiqué Ramtane Lamamra, commissaire de l’UA à la paix et la sécurité.

"Nous sommes en train de mettre en place une délégation de haut niveau qui ira à New York pour tenter d’influencer le Conseil de sécurité de l’ONU", a-t-il ajouté, soulignant que les Etats arabes et africains travailleraient de concert sur ce dossier.

Samedi soir, le ministre libyen des Affaires de l’UA, interrogé sur un possible retrait des pays africains signataires du Traité de Rome, avait affirmé : "si ça continue comme ça, cela va arriver, c’est sûr".

Le président el-Béchir a effectué trois déplacements à l’étranger, en Erythrée, en Egypte et en Libye depuis l’émission du mandat de la CPI.

M. Kadhafi doit quitter Addis Abeba dimanche après-midi pour se rendre à Doha, au Qatar, au sommet de la Ligue des Etats arabes, qui doivent notamment se prononcer sur cette question.

De nombreux Etats arabes ont déjà vivement critiqué la CPI.

"La pression exercée sur le Soudan est inacceptable", a dit à l’AFP à Doha samedi le chef de la diplomatie bahreïnie, cheikh Khaled Ben Ahmad Al-Khalifa, ajoutant que les pays arabes "(soutenaient) le Soudan frère, confronté à une épreuve liée à une affaire de guerre civile qui n’est ni la première, ni la dernière" dans le monde.

Dans un projet de résolution, les chefs de diplomatie arabes ont demandé à la CPI d’"annuler" son mandat contre M. Béchir, qualifié de "grave précédent", et invitent "tous les pays arabes à ne pas se conformer aux mesures" dirigées contre M. Béchir, président "légitimement élu".

Anonyme a dit…

Lu pour Yanis. Sais pas encore ce qu'il y a dedans. Mais c'est une interview d'un ancien patron des services de renseignements maliens interroge par la presse algerienne. A-


==========
Soumeylou Boubèye Maiga,ex-ministre de la défense :"Les rançons visent à renforcer les ressources financières d’AQMI"
Salima Tlemçani -El Watan-29-03-09

dimanche 29 mars 2009

Président de l’Observatoire géostratégique de la région sahélo-saharienne, Soumeylou Boubèye Maiga a été patron des services de renseignements maliens de 1993 à 2000, avant d’être nommé ministre de la Défense, poste qu’il a occupé jusqu’à fin 2001, lorsqu’il a été mis fin à ses fonctions. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il lève le voile sur les facteurs qui ont fait que la région sahélienne s’est transformée en no man’s land, échappant parfois au contrôle des Etats.

EW : La région du Sahel s’est transformée ces dernières années en refuge pour Al Qaïda au Maghreb. Peut-on comprendre pourquoi ? SBM : Je pense qu’il serait plus judicieux de dire que le Sahel fait partie intégrante de la zone opérationnelle d’Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), qui en a d’ailleurs fait sa 4e région militaire. Maintenant, dans le cadre de ses options stratégiques et des choix dictés par le terrain, AQMI essaie de tirer le maximum d’avantages du potentiel de chaque espace. Il se trouve que le Sahel est immense, peu peuplé, sous-administré voire pas du tout, avec des territoires qui s’emboîtent les uns dans les autres et des zones transfrontalières très homogènes sur le plan identitaire. Il faut y ajouter que les pays du Sahel ont été historiquement les principaux foyers de recrutement pour la légion islamique, dont le noyau dur demeure le pont avec la tendance djihadiste internationale. Ces facteurs, combinés à d’autres réalités de notre environnement comme la permissivité des institutions étatiques, la précarité des conditions de vie des populations dont les frustrations et les aspirations, quelquefois légitimes, récupérés pour alimenter une conflictualité générale, ont contribué à faire du Sahel une plateforme logistique par excellence avec une forte interconnexion des réseaux mafieux et terroristes.

EW : Quels sont les facteurs qui ont fait que cette région échappe au contrôle des gouvernements locaux ? SBM : Je pense qu’il y a essentiellement la configuration géophysique très ardue et le faible peuplement qui font que ce sont des zones très peu administrées, difficiles à faire occuper par une administration civile ou militaire en raison de la quasi-impossibilité d’assurer une intendance viable.

EW : De nombreux enlèvements de touristes occidentaux se sont terminés par le paiement de rançons importantes ayant servi à l’achat d’armements. Comment interprétez-vous ces actes ? SBM : L’allégeance de l’ex-GSPC à Al Qaïda s’est traduite automatiquement par l’adoption des modes opératoires propres à la mouvance terroriste internationale : les attentats suicide dans les pays du Maghreb et les prises d’otage visant particulièrement les intérêts d’occidentaux dans différents pays du Sahel. Outre qu’elles incorporent davantage notre région dans la mouvance terroriste internationale, ces actions visent aussi à procurer à AQMI les ressources nécessaires à son financement.

EW : Selon vous, sur quelle base se fait le recrutement par les islamistes dans ces régions ? Est-ce sur une base idéologique ou plutôt en profitant de la situation socioéconomique ? SBM : Il est certain que globalement, dans ces zones, il y a une défaillance des structures publiques à satisfaire les besoins fondamentaux des populations qui est très souvent comblée par des ONG qui en profitent souvent pour faire de l’endoctrinement et du recrutement.

EW : En dépit des richesses minières de ces régions exploitées par des firmes occidentales, la misère semble maîtresse des lieux. Comment l’expliquez-vous ? SBM : On peut déplorer qu’il y a dans beaucoup de nos pays une corrélation négative entre richesses minières et bonne gouvernance et que, malheureusement, la lutte pour le contrôle de ces richesses, encouragée dans certains cas par des multinationales étrangères, devient source de conflit, de drame et de déstabilisation.

EW : Certains analystes craignent que la Mauritanie soit utilisée par Al Qaïda,comme quartier général et, à moyen terme, comme le départ d’un khalifat islamique, comme ce qui s’est passé en Afghanistan. Que pensez-vous de cette analyse ? SBM : Même si l’on peut craindre une recrudescence de la violence dans le Sahel du fait de l’accroissement des capacités d’AQMI, je ne pense pas qu’une telle évolution soit possible aujourd’hui, sauf proclamation par pure propagande.

EW : Que peuvent faire les pays limitrophes pour éviter que la région ne se transforme en un lieu de refuge pour les terroristes et les trafiquants en tout genre ? SBM : Je considère qu’il n’y a pas d’alternative en dehors d’une coopération opérationnelle très poussée érigeant l’espace sahélo-saharien en espace commun aux pays limitrophes en matière de défense et de sécurité, mais aussi de développement et de stabilité. Les pays font face à une menace transnationale que seul un dispositif multinational pourrait contenir. Cela suppose que nous allons au-delà des approches classiques pour intégrer, sur la base d’une unité de doctrine, nos capacités en matière de collecte et d’analyse du renseignement, de coordination pour l’instruction et les opérations militaires. Une telle démarche nous permettra, dans une seconde étape, de développer avec nos partenaires américains et européens une relation mieux maîtrisée et plus adaptée. Par ailleurs, il faudra envisager, comme c’est le cas pour d’autres systèmes écologiques, un cadre de développement concerté des régions sahélo-sahariennes mettant en avant une dynamique de rénovation de la gestion publique qui repose sur la participation et la responsabilisation des populations.

EW : Le Centre africain d’étude et de recherche sur le terrorisme (Caert) est actif depuis déjà plus de trois ans. Qu’apporte-t-il à la région et est-ce que l’expertise qu’il apporte en matière de lutte contre le terrorisme est suffisante ? SBM : Je crois que le Caert est un instrument dont la création était indispensable pour fédérer la réflexion au niveau du continent dans une matière vitale et sur laquelle nos capacités sont très inégales. En trois ans, il a accompli un travail impressionnant et a réussi à vaincre les cloisons qui habituellement font barrière dans ce domaine. Ses efforts méritent d’être soutenus sans condition pour qu’à son tour, il puisse catalyser les synergies au niveau de chaque pays et entre les différents Etats.

Salima Tlemçani

Anonyme a dit…

Lu II pour Yanis. Je croyais que Belmokhtar avait pris sa rretraite. A-

===
Al Qaïda, la contrebande et les prises d’otages : à la source d’un business juteux
Salima Tlemçani -El Watan-29-03-09

dimanche 29 mars 2009

Les circonstances de l’enlèvement de Robert Fowler (diplomate onusien au Niger) et de son collègue Louis Gay par des contrebandiers, et la transaction dont ils ont fait l’objet pour se retrouver quelques jours plus tard entre les mains du groupe de l’ex-émir de la zone 9 pour le Sahara et le Sahel, pour le GSPC, Mokhtar Belmokhtar dit Abou Al Abbès, sont un fait révélateur. Il lève le voile non seulement sur la collusion entre le terrorisme, le banditisme et sur certains Etats de la région.

Une région, faut-il le préciser, qui évolue dangereusement vers une zone d’insécurité au point où certains spécialistes la présentent comme base arrière d’Al Qaïda au Maghreb, comme cela fut le cas pour l’Afghanistan. Pour une source sécuritaire nigérienne, jointe par téléphone, Fowler aurait été contacté par ses ravisseurs pour des raisons non encore connues. « Personne ne savait que le diplomate allait rendre visite à la mine d’or Samira exploitée par une société canadienne. Il a renvoyé sa garde et n’a pas pris son véhicule doté d’un GPS. Il a été enlevé à quelques kilomètres de la capitale et personne ne le savait. Il était invité à 20h à un dîner par un diplomate canadien et c’est lui qui avait alerté sur sa disparition, lorsqu’il a vu qu’il n’avait pas donné signe de vie », a déclaré notre source. Pour elle, les ravisseurs sont des contrebandiers connus, sans donner plus de détails. « Néanmoins, nous savons que les auteurs du rapt ont par la suite remis Fowler et son accompagnateur au groupe de Belmokhtar. La transaction a été faite en dehors du territoire nigérien. Quelle a été la contrepartie ? Est-ce qu’il s’agissait d’une commande ? Nous n’en savons rien. Par contre, nous sommes convaincus que l’argent est la principale contrepartie, d’autant que les contrebandiers n’ont pas la logistique nécessaire pour garder les otages trop longtemps.

Belmokhtar est actuellement avec son groupe et les deux diplomates au nord du Mali, tout comme d’ailleurs les quatre autres touristes enlevés, au mois de janvier dernier, par le groupe de Abou Zeïd, appartenant également à Al Qaïda », a précisé notre interlocuteur. En fait, il s’agit de la première prise d’otages que Belmokhtar organise, lui qui était contre ce type « d’opération », et il est même entré en dissidence avec Abderrazak El Para, à cause de l’enlèvement des touristes allemands en 2003, au sud de l’Algérie.

Abou Al Abbès estimait, à cette époque, que le rapt des touristes allait attirer l’attention sur la région, ce qui pourrait menacer la logistique qu’il avait installée et les liens tissés avec la population locale et surtout les notables. Mais les négociations avec le gouvernement allemand par l’intermédiaire de responsables maliens vont aboutir au paiement d’une rançon de 5 millions d’euros en contrepartie de la libération du groupe de 14 touristes transférés du sud algérien vers Kidal, au nord du Mali. Une première qui a ouvert la porte à une série d’enlèvements de touristes suivie de demandes de rançon. L’on apprendra par des sources sécuritaires maliennes et nigériennes que la libération des deux touristes autrichiens enlevés par Abou Zeïd, au sud de la Tunisie et emmenés au nord du Mali, a coûté la somme de 10 millions d’euros, et ce, en attente d’arrêter le montant de la nouvelle « dîme » pour la libération des quatre touristes suisses, allemand et britannique, pris en otage toujours par Abou Zeïd, au mois de janvier dernier. Dans toutes ces opérations, les négociateurs sont toujours les mêmes : des notables, agissant officiellement pour le compte des gouvernements occidentaux concernés, et officieusement pour le compte des terroristes et des responsables maliens. Le choix du nord du Mali, comme refuge et terrain de négociations, n’est pas fortuit.

Le nord du Mali ou le wasiristan de l’Afrique
Cette région est celle où les terroristes du GSPC ont constitué une base arrière avec une logistique et des réseaux de soutien, notamment parmi les tribus arabes. Au Niger, en Mauritanie, en Tunisie ou en Libye, les terroristes ont du mal à agir. L’excuse de l’étendue du terrain et du manque de moyens ne convainc plus personne, car le nord du Mali n’est pas plus pauvre que le nord du Niger ou de la Mauritanie.

Dans l’affaire des touristes allemands, libérés en juillet 2004, le groupe du GSPC était constitué d’à peine une trentaine d’éléments, dont des Maliens. Aujourd’hui, ses effectifs dépassent quelque peu les 200 éléments, dont une vingtaine de Libyens et d’autres nationalités, entre autres, des Marocains, des Maliens, des Mauritaniens et des Tunisiens.

L’argent récupéré des « rançons » a permis d ’armer lourdement le groupe, de le doter de moyens de communication modernes, de véhicules tout-terrains, et de tisser des alliances avec les populations locales et certains officiels. Dans le cas de l’affaire Fowler, dont le chauffeur a été libéré samedi dernier, certaines sources sécuritaires algériennes se sont interrogées sur la tergiversation des autorités maliennes autour des enlèvements des quatre touristes occidentaux par Abou Zeïd et de Fowler, actuellement entre les mains de Belmokhtar.

En effet, après avoir accusé les Touareg du nord du Mali de l’enlèvement des quatre touristes (suisses et allemands), voilà que Bamako tergiverse sur l’implantation d’Al Qaïda au Maghreb sur son territoire. Belmokhtar et son groupe, une vingtaine d’éléments, n’ont jamais été inquiétés sur le sol malien où le GSPC semble très présent jusqu’à août 2008. Deux artificiers, nouvelles recrues mauritaniennes de Belmokhtar, Sid Ali Naban et Ould Yahdih, ont déclenché une explosion suite à une mauvaise manipulation d’explosifs dans une maison à Gao, ce qui a alerté les services de sécurité. Les deux artificiers ont été alors arrêtés. Tenant beaucoup à l’un d’eux, Ould Yahdih, Belmokhtar va tout faire pour tenter de le récupérer, mais les autorités maliennes ont préféré les garder, sans les faire juger, refusant de les extrader vers leur pays d’origine. Certaines sources sécuritaires ont expliqué que les Maliens ont gardé les deux artificiers dans la perspective de les utiliser comme monnaie d’échange. Contre quoi ?

Tout comme on ne sait pas pourquoi les Maliens gardent encore en prison, sans jugement (et refusent de l’extrader), Oussama El Merdaci, cet ancien Afghan-Algérien, très actif au sein d’Al Qaïda au Sahel, qui a une parfaite connaissance des réseaux londoniens et qui a été arrêté à Tombouctou, alors qu’il se dirigeait vers la Somalie.

Dans sa revendication de l’enlèvement de Fowler, Belmokhtar a demandé la libération des deux artificiers mauritaniens en contrepartie de la libération de Fowler et son compagnon, mais les autorités maliennes affirment que Ould Yahdih aurait trouvé la mort dans un accident de voiture fin février lors de son transfert vers Bamako. Comme preuve de cette affirmation, nous a t-on affirmé de source sécuritaire algérienne, le ministre de la Défense a présenté le témoignage du second Mauritanien, qui dit avoir assisté à son enterrement. Est-ce possible ? Mais ce sont là des interrogations qui laissent croire que le GSPC n’a pas trouvé mieux pour sa base arrière que le nord du Mali, du fait surtout de la passivité lucrative des autorités locales.

Belmolkhtar et Abou Zeïd ont fini par comprendre que dans ce no mans land qu’est le Sahel et surtout le nord du Niger, que les intérêts purement pécuniaires priment sur tout et les prises d’otage ne sont en fait qu’un commerce comme un autre, pourvu que chacun, contrebandiers, terroristes et officiels maliens, trouve son compte, surtout que les négociateurs attitrés sont toujours disposés à faire augmenter les enchères et obtenir une meilleure rançon, ou plutôt une meilleure « prime d’encouragement » au crime.

Ce qui est à craindre aujourd’hui, c’est le fait que cette région devienne de plus en plus une menace sérieuse pour la stabilité de tous les pays riverains et même au-delà, car il ne faut pas oublier que l’Afrique n’est qu’à 14 km de l’Europe et que la Somalie, devenu un lieu de piraterie n’est pas très loin non plus.

Salima Tlemçani

Anonyme a dit…

Un autre discours de Kadafi. Pour mieux compendre ce qu'il veut de ses "tribus". Lu pour LM. A-

=======

Agence Jamahiriya Press -Syrte 28 ARRABIH (JANA)

Discours du Guide de la Révolution,Président de l’Union Africaine, lors de sa rencontre avec une delegation de dignitaires des tribus touareg de la grande Jamahiriya
lundi 30 mars 2009

syrte 28 ARRABIH (JANA) -

LE GUIDE DE LA REVOLUTION, PRESIDENT DE L’union africaine, a souligne que notre preoccupation concernant la situation au mali et au niger, procedait du fait que nous libyens, avons une respoonsabilite a l’egard de nos voisins, a l’instar de notre responsabilite a l’egard de l’afrique entiere.

le guide a precise, lors de sa rencontre avec une delegation de dignitaires des tribus touareg de grande jamahiriya, que les peuples du continent africain reconnaissaient le merite de la libye en cela, reconnaissaient son role dans la lutte liberatrice jusqu’à la victoire de ces peuples freres. ils reconnaissent aujourd’hui son role dans les investissements et dans l’unification de l’afrique, dans la transformation de l’organisation de l’unite africaine en union africaine.

le role de la libye, a dit le guide, est avere et reconnu. tout le monde sait que c’est la libye qui est le moteur du continent. c’est la libye qui a cree l’union africaine et la communaute sin-sad, quelle que soit la non reconnaissance indigne auquelle elle est confrontee de la part des gouvernants.

une fois de plus, le guide a insiste sur la necessite pour les peuples du continent de se consacrer sans entrave a la bataille de l’unite, sur la voie de la mise en oeuvre des etats unis africains. sans en etre toutefois distraits, car c’est une bataille de destin, pour le present et pour le futur du continent. une bataille, pour laquelle il est necessaire de s’epargner les luttes fratricides a l’interieur de l’afrique.

le guide a cite en l’occurrence l’exemple de ce qui se passe au nord du niger et au nord du mali, avec des combats sans perspectives ni objet au final.

voici la teneur du discours du guide, lors de cette rencontre :

au nom de dieu,

d’abord, je vous souhaite la bienvenue dans votre ville syrte. je vous remercie pour cette visite et je sais que les distances que vous avez franchies sont grandes.

c’est la une tres bonne occasion pour vous rencontrer. et nous nous rencontrons toujours. toutefois, cette delegation et ces dignitaires qui representent cette tribu, parmi les tribus libyennes, sont presents en un moment significatif. car vous le savez, nous sommes tres preoccupes de la situation au mali et au niger. une situation, certes, qui nous inquiete, car pour autant ce sont nos freres qui vivent cette situation, qui sont confrontes a de difficiles circonstances. et chaque partie jette la responsabilite sur l’autre partie.

quant a nous libyens, nous avons une responsabilite envers nos voisins du tchad, du niger, du mali, de l’algerie. au meme titre que notre responsabilite a l’egard de l’afrique toute entiere. c’est nous qui avions fonde l’union africaine, qui avions change l’organisation de l’unite africaine en union africaine. c’est nous qui avions fait sin-sad.

tous les evenements qui sont intervenus sur le continent, meme avant cela, la libye avait dessus une grande influence.

dieu soit loue, nous avons contribue avec nos freres africains dans la bataille de liberation. et ces peuples ont triomphe.

toujours est-il, nous avons accompli notre devoir quant a nous. et meme si les gouvernants nous ont paye en retour de deni de reconnaissance, les peuples, eux, reconnaissent le merite de la libye a leur egard pendant la lutte de liberation. et aujourd’hui, pour ce qui est des investissements et concernant l’unjification de l’afrique, pour ce qui est de la mutation de l’organisation de l’unite africaine en union africaine. le role de la libye est avere et reconnu. le monde entier sait que la libye, c’est elle aujourd’hui le moteur du continent africain. c’est la libye qui a cree l’union africaine. c’est elle qui a cree sin-sad, malgre que nous faisons face, comme je vous l’avais dit, a un deni de reconnaissance, indigne y compris ceux qui ont mene des revolutions non contre le colonialisme, des revolutions progressistes. ils ont compte sur nous et nous les avons aides. ils ont fait tomber des dictatures reactionnaires.

et nous avions cru qu’ils seront des revolutionnaires comme nous, contre le sionisme, contre l’imperialisme, contre le colonialisme.

mais ils se sont reveles tout autrement. ainsi, leur regard sur les israeliens differe du notre… leur regard sur l’amerique est different du notre.

toutefois, tous les peuples sont avec nous. ils reconnaissent le role de la libye, le merite de la libye. c’est pourquoi j’ai dit que nous les libyens, il y a une responsabilite qui nous est echue. dieu l’a voulu. nous avons la responsabilite d’assumer ce role envers nos voisins et a l’egard de toute l’afrique et au-dela. aujourd’hui, nous nous preoccupons de denouer les problemes qui subsistent au mali et au niger. les problemes parviennent jusqu’au tchad et au soudan.

plus precisement, ce qui concerne notre tribu, c’est la rebellion au tchad, au mali et au niger.

dans l’une des periodes du passe, le colonialisme envisageait de diviser la region, la parcellisant en mini-etats. une fois revolue cette etape, des jeunes se sont mis a adherer a ce type de pensee. mais des qu’ils ont pris de l’age et su la verite et compris, ils se sont assagis et ont realise que c’etait la des slogans du passe.

aujourd’hui, nous unifions l’afrique tout entiere et nous y creerons des etats federes et le temps des luttes fratricides sera revolu.

nos freres au niger et au mali s’entretuent, malheureusement. un combat sans objectif au final. sans perspectives visibles pour lesquelles il faut tendre.

c’est un combat perdu, tout comme la personne perdue en plein desert.

que voulons-nous au niger… vont-ils diriger le niger ? c’est hors de propos, car nous ne sommes pas seuls au niger. le niger est forme de plusieurs tribus. a l’instar des ‘’koul tamachek’’ ou touareg, qui sont une tribu, les zaghawas sont une tribu, les folani, les haoussa et les kounour, sont aussi des tribus.

c’est cet ensemble de tribus qui forme le peuple du niger, au final. cela signifie quoi, le fait que nous seuls, voudrions etre independants ?

donc, les autres aussi diront vouloir l’independance.

et si chacune des tribus devient independante, c’est la dislocation de l’etat. et si le niger se disloque, c’est tous les etats africains, formes de tribus eux-aussi qui suivront. la libye est formee de tribus. est-ce raisonnable de permettre a chaque tribu d’etre independante ?

c’est dire l’importance qui est celle de l’unite nationale, afin que demeure une assise pour la vie politique, economique, de defense et securitaire. l’effritement ne renferme en soi rien d’utile. et si nous regardons du cote du mali, la aussi il n’y a pas que la seule tribu des ‘’koul tamachek’’, la triobu des touareg. il y a aussi les chaama, les baraghich, les samghai, et aussi les folani et peut etre les mossi.

touotes ces tribus forment l’etat du mali. et si chacune des tribus prenait les armes, cela signifie tout simplement que c’en est fini du mali.

ce sont la des hypotheses loin d’etre objectives et une direction erronee et une impasse quant au resultat. car, des lors qu’une tribu se met en rebellion, elle mobilise par voie de consequence le reste des autres tribus contre elle. et si jamais la situation perdurait ainsi au mali, les autres tribus finiront par se mobiliser contre les touareg, les ‘’koul tamachek’’.

il y a de ceux qui disent qu’il y a au mali des tribus renegates et des tribus qui menacent la securite du pays, des tribus ayant des accointances avec l’etranger. d’aucuns voudraient les combattre pour ces motifs dits. c’est a dire, il etait possible que des samghais soient armes ou d’autres pour combattre nos freres au mali.

chose qui aurait pu se passer au niger aussi.

en dehors des tribus, le gouvernement et son armee seront contre cette tribu qui se rebelle.

est-ce concevable d’ambitionner de diriger le mali avec seulement une tribu, alors que le mali est forme de tout un ensemble de tribus ? pourrait-on esperer diriger le niger avec une seule tribu, alors que le pays est constitue de plusieurs tribus ?

ce n’est pas possible.

meme si la capitale est occupee par les armes, il faudra combien de temps aux autres tribus pour faire mouvement sur nous ?

il n’est pas objectif de penser qu’une tribu puisse diriger. il nous faut penser que tout le pays puisse pleinement s’autodiriger. qu’il puisse se liberer completement. de la sorte, personne ne permettra que l’unite soit compromlise et disloquee.

il n’est nullement de notre interet d’envisager de denouer nos problemes avec les armes, au niger ou au mali. de provoquer l’hostilite des gouvernements, l’hostilite des autres tribus. de sorte que nous serions reduits a etre une minorite au niger et une minorite au mali. a la suite de quoi, la cause a ete salie. donc, au mali et au niger, nous avions des revendications. nous disions que nos regions etaient sous-developpees et etaient privees de leur part de la richesse. nous avions une revendication raisonnable.

aujourd’hui, c’est la pagaille. ceux qui s’adonnent au trafic de drogue se sont repandus dans la meme region et ont utilise les combattants. aussi, a-t-on retrouve dans la confusion, marchands d’armes, marchands de mines explosives deterrees du tchad et vendues au niger a nos freres qui les placent contre nous.

et vint le temps de ceux qui perpetrent des enlevements de touristes et d’un fonctionnaire des nations-unies, faisant de leur acte un negoce.

aujourd’hui, il n’est pas possible de distinguer le tenant d’une cause, comme celle des touareg au niger et au mali, d’un autre aux motivations occultes ou louches, comme les trafiquants de hachichi, de mines, les kidnappeurs, les trafiquants de cigarettes, les coupe-gorges. c’est le chaos, faisant de tous des bandes, des gangs de mafia, de hachich, de drogue. tout cela nous a fait tort au mali comme au niger.

quant a mois, que de fois j’avais parle a propos des touareg, des ‘’koul tamachek’’, des aigles du sahara, des lions du sahara. on me disait : parfait. les gens que vous encensez, regardez : drogue, hachich, rapts, trafic de mines, kidnapping, brigandage. c’est ou, ce que vous avez dit ? reellement, ceci nous a bien fait tort.

personnellement, je me suis trouve dans une position ambarrassante devant les gouvernements du niger, du mali, a la suite de propos de ce genre.

c’est pourquoi, de toute urgence, j’ai joint mes freres pour les conjurer de deposer de toute urgence leurs armes et de s’integrer dans la societe, afin de s’epargner toutes ces tares qui envahissent le sahara. et afin que les touareg, les ‘’koul tamachek’’ ne soient pas confondus avec ces brigands et consorts de tout acabit… dieu merci c’est ce qui est arrivfe et nous sommes entres dans le processus de paix. les gens etaient distingues et propos. malheureusement, on les a salis aujourd’hui. non pas uniquement avec les accusations qu’on leur portait, en effet eux-memes vous diront : ‘’petit a petit nous nous sommes retrouves dans le besoin de cooperer avec les trafiquants de drogue, avec les trafiquants d’etres humains’’.

c’est la quelque chose qui nous a sali. enormement. ensuiute, il suffit que notre tribu soit petite en nombre, nous l’exposons ainsi a l’extermination, des lors que sa reputation est surfaite. pourquoi exposerait-on les touareg, les ‘’koul tamachek’’ au niger et au mali ? pourquoi les mettrait-on dans la gueule du canon ? ce n’est pas necessaire. c’est ce que je vois.

ces paroles, il nous faut nous libyens les ecouter, les entendre. pareil pour nos freres au niger, au mali, il nous faut leur faire comprendre cela.

nous, les libyens, nous avons fourni des efforts consequents avec nos freres au nioger et au mali. et ils sont aujourd’hui dans le drdoit chemin. c’est dire que la parole donnee est importante chez nous. mais il reste que s’il s’avere que l’un de nous a failli a cette parole, cela sera prejudiciable pour les touareg, pour les ‘’koul tamachek’’.

rien ne s’opposera desormais a ce que les touareg, les ‘’koul tamachek’’ soient confondus avec les brigands. nous voulons, quant a nous, que nos enfants s’intruisent, nous voulons semer.

pourquoi n’exploiterions-nous pas le fleuve du niger, au niger et au mali, avec des exploitations agricoles, de l’elevage de bovin, de caprin, ovin, de l’aviculture ?

et que nos enfants puissent s’instruire decemment et evoluent convenable dans la vie.

mais s’il y en a un qui veut etre leader, quel profit avez-nous ? il ne fera que sacrifier la tribu. s’en suivront, morts, humiliations, attaques aeriennes, chasse a l’homme, pour qu’il soit leader. et apres cela, apres tous ces sacrifices, il ira a paris et y vivra. c’est mal, tout ceci.

vous devez comprendre toutes ces choses.

c’est la une bonne occasion d’etre venus, que dieu vous benisse, en ce moment sensible. et je voudrais que ce propos soit entendu en permanence. que nous le disions a quiconque sera en relation avec nous. que nous allions a leur rencontre et que nous leur disions que nous sommes les messagers de la paix.

il faut, si dieu veut, que leur salut soit total, et y compris leur comprehension et leur preparation dans cette perspective, par notre action, nous libyens, avec les freres sur place.

je vous remercie beaucoup pour cette visite, pour cette rencontre.

nous veillerons au suivi avec ceux d’entre eux qui y seront… j’ai deja vu certains d’entre eux a tripoli… des freres du niger et du mali.

et si dieu veut, le processus de paix se realisera et sera l’aboutissement. et nous serons des gens de parole.

le plus grave c’est de ne pas etre de parole. ceci n’est pas bien. il y a eu dans le passe des choses de ce genre.

Anonyme a dit…

Zouber,

tu juges que Coulibaly et moi faisons des reproches aux extrêmistes alors qu'on développe des idées proches du chauvinisme.

En réalité on eu simplement à constater que le prévalence de la maladie soutien des putsch est important chez les mauritaniens nés au Sénégal et on tente de les ramener à la raison, la Mauritanie étant notre pays à tous. On doit la protèger contre les tendances de déraillement.

L'ordre d'idées que nous avons est très simple, le facteur le plus important pour un développement (humain, économique et social) étant la STABILITE, il est primordial a avoir dans notre pays un système politique garantissant une alternance pacifique au pouvoir.

La Mauritanie étant ce qu'elle est, nous savons que depuis 1978, beaucoup de jeunes gens ont rejoins l'armée sur impulsion de groupuscules politiques extrêmistes. L'armée est donc chargée d'un grand potentiel putschiste que nous voulons définitivement neutralisé.

Si c'est ça l'extrêmiste, je ne comprends alors là plus rien.

Pour la petite histoire, j'ai moi même grandi à Rosso, je parle couramment le Wolof et je n'ai rien, vraiment rien ni contre le Sénégal, ni contre les Sénégalais.

Sanhaji

Bebe BA a dit…

Lu pour vous:
Il n’aura fallu qu’un temps de préavis pour que les préparations s’accélèrent pour 120 familles occupant 5 blocs qui se suivent dans un rythme géométrique en plein centre urbain. C’est là le noyau originel de la capitale du pays : Nouakchott. Les premières résidences ministérielles y ont élit domicile

Dans le désordre et la précipitation, les logements se vidèrent de tout ce qu’ils cachaient de précieux, de secrets, de banal. Dans la rage du déménagement, hommes, femmes et enfants sont mobilisés pour emporter les moindres objets. Même les portes, les fenêtres et les clous ne sont pas épargnés. Il faut tout apporter avec soi et laisser les lieux aux chats et aux cafards qui seront les derniers fidèles compagnons des blocs en attendant leur démolition. Dans cette course contre la montre, un homme vidait les derniers trésors du salon. Monsieur Sy Bocar, un inspecteur de Police au Commissariat du 4ième qui est aussi l’un des délégués des déguerpis : « Je ressens un sentiment de tristesse de quitter cet endroit que j’occupais depuis 1982. Il faut dire que nous avons subi pendant de longues années toutes sortes de pressions. Mais, depuis l’arrivée des nouvelles autorités, le général Aziz a pu réaliser ce que ces prédécesseurs n’avaient jamais entamé. Nous en sommes reconnaissants. »

A quelques mètres, au milieu d’une cour déserte, Ali Ould Daoud, un adolescent de 17 ans né sous ce toit tente de reprendre son souffle. Il trimballait une vieille table qui l’a certainement vu grandir : «Nous étions à l’étroit dans ces vieilles habitations précaires. Il était temps de déguerpir pour que l’Etat puisse y construire autre chose plus digne. »

Ce jeune homme n’est pas le seul à vouloir lever l’ancre maintenant que cela est devenu possible. Aminétou Mint Ahmed, 43 ans, rend elle aussi les derniers adieux en mettant la main sur le reste des meubles. Emue mais aussi enthousiaste, elle confie : «Depuis 20 ans, j’habite cet endroit où tous mes enfants sont nés. Mon mari est un garde. »

Tout autour, ce sont des sous-locataires qui déguerpissent. Une galerie de secrétariat public, de calligraphie, d’échoppes, rend l’âme et leurs propriétaires s’en vont vers une destination inconnue. Ainsi s’achèvera dans quelques jours, ce vaste coup de balai pour cette dernière génération d’habitations des « Blocs manivelles ». L’Etat rassure : «Nous avons pris toutes les dispositions qu’il faut et en commun accord avec les habitants des Blocs. Chaque famille a obtenu un montant de 2,5 millions d’UM et une parcelle de 500mètres carrés en guise d’indemnisations pour faciliter le relogement des habitants déguerpis », a déclaré le directeur général des domaines. Ces propos ont été confirmés par Monsieur Ba Hamadi, l’un des principaux délégués des familles.

Ainsi, le rêve est devenu une réalité pour tous ces occupants comme Mohamed Ould Mohamed Mahmoud, employé du Ministère des Finances qui a eu l’agréable surprise de bénéficier sen plus de sa lettre de règlement au trésor un terrain de 600 mètres carrés. Comme quoi, être un habitant des vieux bâtiments administratifs de Nouakchott peut souvent procurer la baraka.

Amadou Diarra

Anonyme a dit…

Les gars,

tournons-nous sur ce qui importe comme evennement au pays. Laisszz tomber ces histoires senegalo-mauritanienes.

Blokat c' est pour qui? Le general degage les gens des blocs aujourd' hui pour vendre aux contributeurs de sa campagne. Me demande si on peut lui faire confiance. C' est un mafiosi comme Sarkozy.

A-

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

On a envoye chacun un message sur les blokat en meme temps. A-

Bebe BA a dit…

Toujours dans la série "qui manipule qui", Lu pour A-.

Enregistrement des entretiens de Sidi Ould Cheikh Abdellahi : «Sommes-nous tous sur écoute?»

Après l’enregistrement des échanges entre Sidi Ould Cheikh Abdellahi et deux membres du Haut Conseil d’Etat, le site électronique met à disposition de ses lecteur pour écoute un document sonore sur « l'échange du dimanche 19 octobre 2008 au soir, entre le président renversé le 06 août 2008 et les quatre représentants d organisations mauritaniennes de droits de l’homme venu lui rendre visite : Cheikh Saadbouh Camara, Mohamed Saïd Ould Hamody, Ely Ould Allaf et Sid’Ahmed Ould Habott.» Enregistrer des citoyens à leur insu : méthodes mafieuses ne faisant pourtant pas scandale.


En mars mars 2008, ces représentants d’ONG défenseurs des droits de l’Homme, avec la commission nationale des droits de l’Homme, avaient entrepris de faire une proposition de sortie de crise aux différentes parties (Haut conseil d’Etat et ses soutiens et FNDD). C’est munis de cette initiative qu’ils ont rencontré ces différents protagonistes. Une année donc après, les auteurs de l’initiative de sortie de crise se rendent compte, avec le document sonore révélé par Taqadoumy, qu’ils étaient sur écoute pendant leur entretien avec Sidi Ould Chjeikh Abdellahi.
Nous avons rencontré Sid’Ahmed Ould Habott et Cheikh Saadbouh Camara. Ils nous ont fait part de leurs sentiments.
Sidi Ould Cheikh Abdellahi, après le coup d’Etat du 06 août était en prison. On sait depuis le premier enregistrement de Taqadoumy qu’il était aussi sur écoute. Avant le 06 août 2008, étions-nous sous la présidence d’un chef d’Etat sur écoute ? Les ministres de son gouvernement étaient-ils sur écoute ? Qui a enregistré l’entretien entre Sidi et les représentants des droits de l’Homme. Tous ceux qui sont passés le voir pendant sa détention ont-ils été enregistrés. Les écoutes téléphoniques en France, ça avait fait scandale. En Mauritanie, la révélation de l’enregistrement secret des entretiens du président élu ne suscite aucune indignation. C’et pourtant des méthodes mafieuses nous faisant penser que notre liberté de converser discrètement est peut-être continuellement violée, que nous sommes espionné dans notre intimité, notre vie privé.
De telles méthode, dans les pays se souciant du respect des droits fondamentaux, suscitent tôlée et demande de commission d’enquête parlementaire pour situer les responsabilités et punir les coupables.

Khalilou Diagana


Sid’Ahmed Ould Habott

« Une atteinte grave à note liberté »

«Cet enregistrement a été fait à notre insu. Nous étions loin de penser qu’on était sur écoute. Pendant tout l’entretien, nous étions seuls avec Sidi Ould Cheikh Abdellahi. Nous avons discuté librement. Après l’entretien, nous avons rendu public ce qu’il (Ould Cheikh Abdellahi) a voulu qu l’on rende public. Dans tous les cas c’est une méthode condamnable et nous considérons que c’est une atteinte grave à notre liberté d’autant plus que nous avions opté pour une démarche discrète dans notre tentative de recherche de solution à la crise. Pourquoi ne pas rendre publics également nos entretiens, dans le même cadre, avec le président du Haut conseil d’Etat et avec les présidents de partis politiques.»

Saadbouh Camara

Nous sommes scandalisés»

«Nous sommes scandalisés par l’enregistrement d’un entretien que nous avons voulu confidentiel. Nous ne savons pas qui en est l’auteur, mais c’est un procédé qui n’honore pas ceux qui l’ont fait. C’est un acte grave, une atteinte grave à la liberté d’expression digne des romans policiers. Nous saurons un jour qui en est l’auteur et il sera sanctionné. Il se pose aussi la question : à qui profite cet acte ?»

Anonyme a dit…

Salut tout le monde,
Je vois que la "bonne" compagnie est de retour, c'est réconfortant!

A-, M mint D,Maata et les autres,
Sakozy nous a balancé deux grand messages: ce qui se passe en Mauritanie est un détail qu'il n'est mâme pas utile de mentionner ou de retenir, un, et deux, s'ils acceptent qu'on leur pisse dessus (pardon les dames!! je suis confus), c'est leur affaire, nous c'est la stabilité de notre précarré qui nous concerne et la démocratie ce n'est pas pour l'Afrique.
Petits messages en filigrane: les coups d'état, si c'est la seule manière de faire une alternance admise dans cette pauvre Afrique, il faut faire avec. L'essentiel est que ceux qui viennent au pouvoir ne soient pas nos ennemis et que si nous intervenons pour quelque chose, ils le font (Sidioca ente vem?).

Pour le reste, la France a intérêt à ménager le dernier carré d'officiers francophones en Mauritanie, ceux qui viennent après, c'est des tordus d'arabisants islamo nationalistes baathistes ou nassériens ou même intégristes musulmans, donc il vaut meiux que ceux qui ont le pouvoir aujourd'hui soient renforcés pour les intérêts de la France. C'est simple pourtant, et ce n'est pas la défense d'une démocratie de façade que personne ne réclame dans la Mauritanie des profondeurs (re beurk!!!!) qui nous obligera à faire autrement.

dont act.

Mestour Haal

Anonyme a dit…

BéBé Ba: Je suis moi-meme etonné de cet enregistremet. Il faut quand meme feliciter Taqadoumy. L' enregistrement c' est une partie extérieure ou la junte et e particulier le BASEP. Il ne faut pas s' etonner que presque tout le monde est sous ecoute et les IP envoyés directement aux services. Merci Bebe Ba.

Mestour Haal: Si Sarko essaie de defendre le dernier carré d' officiers francophones, je vais aller le joindre. Mais Ely est beaucoup mieux, malgré que c' est un menteur invetere et un detourneur devant l' eternel. Mais ce que fait Aziz c' est pire: meme pas honte et il vend tout. Les blokat c' est parti rapidement pour certainement rembourser la mafia locale, y compris une part pour les cousins. La façon dont lui et Ely se concentrent sur ces blokat, c' est tribalo-familial. Sur cette question de la prise possible du pouvoir par des officers nationalistes ou freres musulmans, je vous informe deja que c' est une option deja discutee la semaine passee en marge d' une reunion securitaire a Alger. Je vous balance l' interview et vous dis quel paragraphe.

A-

Anonyme a dit…

Lu pour Mestour Haal. Voyez la question 6 posée par la journaliste Selima Tlemçani. Ce n' est pas une tendre et elle connait pourquoi elle pose une question. Je ne crois pas beaucoup aux reponses de SBM, car il est sous controle algerien a Alger et ne dira pas beaucoup. Il doit etre un ex-copain de Ghazwani et autres Ould Hadi

====


Soumeylou Boubèye Maiga,ex-ministre de la défense :"Les rançons visent à renforcer les ressources financières d’AQMI"

SALIMA TLEMÇANI -EL WATAN-29-03-09
dimanche 29 mars 2009

Président de l’Observatoire géostratégique de la région sahélo-saharienne, Soumeylou Boubèye Maiga a été patron des services de renseignements maliens de 1993 à 2000, avant d’être nommé ministre de la Défense, poste qu’il a occupé jusqu’à fin 2001, lorsqu’il a été mis fin à ses fonctions. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il lève le voile sur les facteurs qui ont fait que la région sahélienne s’est transformée en no man’s land, échappant parfois au contrôle des Etats.

EW : La région du Sahel s’est transformée ces dernières années en refuge pour Al Qaïda au Maghreb. Peut-on comprendre pourquoi ?

SBM : Je pense qu’il serait plus judicieux de dire que le Sahel fait partie intégrante de la zone opérationnelle d’Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), qui en a d’ailleurs fait sa 4e région militaire. Maintenant, dans le cadre de ses options stratégiques et des choix dictés par le terrain, AQMI essaie de tirer le maximum d’avantages du potentiel de chaque espace. Il se trouve que le Sahel est immense, peu peuplé, sous-administré voire pas du tout, avec des territoires qui s’emboîtent les uns dans les autres et des zones transfrontalières très homogènes sur le plan identitaire. Il faut y ajouter que les pays du Sahel ont été historiquement les principaux foyers de recrutement pour la légion islamique, dont le noyau dur demeure le pont avec la tendance djihadiste internationale. Ces facteurs, combinés à d’autres réalités de notre environnement comme la permissivité des institutions étatiques, la précarité des conditions de vie des populations dont les frustrations et les aspirations, quelquefois légitimes, récupérés pour alimenter une conflictualité générale, ont contribué à faire du Sahel une plateforme logistique par excellence avec une forte interconnexion des réseaux mafieux et terroristes.

EW : Quels sont les facteurs qui ont fait que cette région échappe au contrôle des gouvernements locaux ?

SBM : Je pense qu’il y a essentiellement la configuration géophysique très ardue et le faible peuplement qui font que ce sont des zones très peu administrées, difficiles à faire occuper par une administration civile ou militaire en raison de la quasi-impossibilité d’assurer une intendance viable.

EW : De nombreux enlèvements de touristes occidentaux se sont terminés par le paiement de rançons importantes ayant servi à l’achat d’armements. Comment interprétez-vous ces actes ?

SBM : L’allégeance de l’ex-GSPC à Al Qaïda s’est traduite automatiquement par l’adoption des modes opératoires propres à la mouvance terroriste internationale : les attentats suicide dans les pays du Maghreb et les prises d’otage visant particulièrement les intérêts d’occidentaux dans différents pays du Sahel. Outre qu’elles incorporent davantage notre région dans la mouvance terroriste internationale, ces actions visent aussi à procurer à AQMI les ressources nécessaires à son financement.

EW : Selon vous, sur quelle base se fait le recrutement par les islamistes dans ces régions ? Est-ce sur une base idéologique ou plutôt en profitant de la situation socioéconomique ?

SBM : Il est certain que globalement, dans ces zones, il y a une défaillance des structures publiques à satisfaire les besoins fondamentaux des populations qui est très souvent comblée par des ONG qui en profitent souvent pour faire de l’endoctrinement et du recrutement.

EW : En dépit des richesses minières de ces régions exploitées par des firmes occidentales, la misère semble maîtresse des lieux. Comment l’expliquez-vous ?

SBM : On peut déplorer qu’il y a dans beaucoup de nos pays une corrélation négative entre richesses minières et bonne gouvernance et que, malheureusement, la lutte pour le contrôle de ces richesses, encouragée dans certains cas par des multinationales étrangères, devient source de conflit, de drame et de déstabilisation.

EW : Certains analystes craignent que la Mauritanie soit utilisée par Al Qaïda,comme quartier général et, à moyen terme, comme le départ d’un khalifat islamique, comme ce qui s’est passé en Afghanistan. Que pensez-vous de cette analyse ?

SBM : Même si l’on peut craindre une recrudescence de la violence dans le Sahel du fait de l’accroissement des capacités d’AQMI, je ne pense pas qu’une telle évolution soit possible aujourd’hui, sauf proclamation par pure propagande.

EW : Que peuvent faire les pays limitrophes pour éviter que la région ne se transforme en un lieu de refuge pour les terroristes et les trafiquants en tout genre ?

SBM : Je considère qu’il n’y a pas d’alternative en dehors d’une coopération opérationnelle très poussée érigeant l’espace sahélo-saharien en espace commun aux pays limitrophes en matière de défense et de sécurité, mais aussi de développement et de stabilité. Les pays font face à une menace transnationale que seul un dispositif multinational pourrait contenir. Cela suppose que nous allons au-delà des approches classiques pour intégrer, sur la base d’une unité de doctrine, nos capacités en matière de collecte et d’analyse du renseignement, de coordination pour l’instruction et les opérations militaires. Une telle démarche nous permettra, dans une seconde étape, de développer avec nos partenaires américains et européens une relation mieux maîtrisée et plus adaptée. Par ailleurs, il faudra envisager, comme c’est le cas pour d’autres systèmes écologiques, un cadre de développement concerté des régions sahélo-sahariennes mettant en avant une dynamique de rénovation de la gestion publique qui repose sur la participation et la responsabilisation des populations.

EW : Le Centre africain d’étude et de recherche sur le terrorisme (Caert) est actif depuis déjà plus de trois ans. Qu’apporte-t-il à la région et est-ce que l’expertise qu’il apporte en matière de lutte contre le terrorisme est suffisante ?

SBM : Je crois que le Caert est un instrument dont la création était indispensable pour fédérer la réflexion au niveau du continent dans une matière vitale et sur laquelle nos capacités sont très inégales. En trois ans, il a accompli un travail impressionnant et a réussi à vaincre les cloisons qui habituellement font barrière dans ce domaine. Ses efforts méritent d’être soutenus sans condition pour qu’à son tour, il puisse catalyser les synergies au niveau de chaque pays et entre les différents Etats.

Salima Tlemçani

Bebe BA a dit…

A-, le Roi des Rois fait encouler l'encre.

Lu pour vous:

Dans l'un de ces éclats dont il est coutumier, Moammar Kadhafi a quitté la séance d'ouverture du sommet de la Ligue arabe à Doha après avoir traité le roi Abdallah d'Arabie saoudite, traité de "produit britannique et allié américain".

Le fantasque dirigeant libyen a fait un nouvel éclat lors de la séance d'ouverture du sommet, s'emparant d'un micro pour se lancer dans une diatribe contre le souverain saoudien.

Moammar Kadhafi avait déjà eu un vif échange avec le roi Abdallah en 2003 lors d'un sommet juste avant l'intervention militaire américaine en Irak.

"Maintenant, après six années, il a été prouvé que vous mentiez", a lancé le dirigeant libyen, ajoutant toutefois qu'il considérait "le problème" entre les deux hommes réglé et qu'il était prêt à la réconciliation.

Mais lorsque l'émir du Qatar a tenté de calmer le colonel Kadhafi, celui-ci s'est lancé dans une tirade, avant de quitter la salle, sans qu'on sache si sa sortie était définitive.

"Je suis un dirigeant international, le doyen des chefs arabes, le roi des rois d'Afrique et l'imam des musulmans, et mon statut international ne me permet pas de m'abaisser à un niveau plus bas", a-t-il affirmé.

Un membre de la délégation libyenne a ensuite indiqué que Moammar Kadhafi s'était rendu au musée musulman de Doha. AP

*****

Pas très poli le khaddafi

Bebe BA a dit…

A- avant de proceder aux félicitations, il faut d'abord chercher l'origine de ces bandes audio.

En esperant que Taqadoumy ne s'est fait manipuler par une bande d'opportuniste qui veut semer la zizanie dans le pays.

En tout cas, tout ce qui importe, c'est la provenance de ses bandes.

Bebe BA a dit…

La série "faut enerver le Roi des Rois:

Le dirigeant libyen et président en exercice de l'Union Africaine (UA), Mouammar Kadhafi, a une nouvelle fois vilipendé la Cour pénale internationale (CPI), la qualifiant dimanche de "nouveau terrorisme mondial", à la veille d'un sommet de la Ligue arabe à Doha.

"Il est connu que tous les pays du tiers-monde s'opposent à cette soi-disant Cour pénale internationale. A moins que tout le monde y soit traité également, ça ne marchera pas", a déclaré M. Kadhafi dimanche après une réunion avec les responsables de l'UA à Addis Abeba.

"C'est le cas maintenant. Cette cour est contre les pays qui ont été colonisés dans le passé et que (les occidentaux) veulent recoloniser. Il s'agit de la pratique d'un nouveau terrorisme mondial", a-t-il estimé.

"Il n'est pas juste qu'un président soit arrêté", a-t-il précisé, en référence au mandat d'arrêt émis le 4 mars par la CPI contre le président soudanais Omar el-Béchir pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour (ouest du Soudan).

"Si nous autorisons une telle chose, qu'un président soit arrêté et jugé, comme le président Béchir, nous devrions aussi juger ceux qui ont tué des centaines, des millions d'enfants en Irak et à Gaza", a souligné le Guide libyen.

L'UA a déjà à plusieurs reprises condamné la décision de la CPI, estimant qu'elle menaçait la paix au Soudan, tant au Darfour, région en proie à la guerre civile depuis 2003, qu'entre Khartoum et le Sud-Soudan.

Elle a entamé des démarches auprès du Conseil de sécurité de l'ONU pour que la décision de la CPI soit suspendue, conformément à l'article 16 du statut de Rome qui régit le fonctionnement de la cour.

"Sur l'article 16, nous attendons juste que le sommet arabe de Doha (qui débute lundi) prenne une décision et nous ferons mouvement ensemble, parce qu'en ce qui nous concerne, nous avons déjà la décision du sommet" de février à Addis Abeba, qui a demandé la suspension des poursuites contre M. Béchir, a indiqué Ramtane Lamamra, commissaire de l'UA à la paix et la sécurité.

"Nous sommes en train de mettre en place une délégation de haut niveau qui ira à New York pour tenter d'influencer le Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il ajouté, soulignant que les Etats arabes et africains travailleraient de concert sur ce dossier.

Samedi soir, le ministre libyen des Affaires de l'UA, interrogé sur un possible retrait des pays africains signataires du Traité de Rome, avait affirmé: "si ça continue comme ça, cela va arriver, c'est sûr".

Le président el-Béchir a effectué trois déplacements à l'étranger, en Erythrée, en Egypte et en Libye depuis l'émission du mandat de la CPI.


De nombreux Etats arabes ont déjà vivement critiqué la CPI.

"La pression exercée sur le Soudan est inacceptable", a dit à l'AFP à Doha samedi le chef de la diplomatie bahreïnie, cheikh Khaled Ben Ahmad Al-Khalifa, ajoutant que les pays arabes "(soutenaient) le Soudan frère, confronté à une épreuve liée à une affaire de guerre civile qui n'est ni la première, ni la dernière" dans le monde.

Dans un projet de résolution, les chefs de diplomatie arabes ont demandé à la CPI d'"annuler" son mandat contre M. Béchir, qualifié de "grave précédent", et invitent "tous les pays arabes à ne pas se conformer aux mesures" dirigées contre M. Béchir, président "légitimement élu".

Bebe BA a dit…

Elle court, elle court, la rumeur!

Lu pour vous sur Taqadoumy

La Mauritanie payée par l'Iran pour expulser l'ambassadeur d'Israël

Selon certains rapports, l’expulsion par la Mauritanie de l’ambassadeur d’Israël de son pays serait due au paiement par l’Iran d’une somme de 10 millions de dollars à Nouakchott.

Lors de sa visite en Mauritanie, le 25 mars dernier, Manouchehr Mottaki, ministre iranien des Affaires étrangères, a annoncé que son pays poursuivrait la construction d’un hôpital qui avait été entamée par Israël. Selon ses propres termes, l’Iran "remplacera" Israël pour ce projet.


© Haaretz (Israël) - Mars 2009

Bebe BA a dit…

Pour A-;


Comment Israël a perdu la guerre psychologique contre le terrorisme


Alors que les médias israéliens parlent sans cesse de l'échange de "prisonniers" avorté (pour l'instant) avec le Hamas, il est intéressant de lire le point de vue de Meir Indor, dirigeant de l'Association Almagor qui défend les victimes du terrorisme palestinien et s'oppose fermement a tout échange incluant la libération de terroristes, dont la plupart reprendront immanquablement leurs activités criminelles. P.I.L.


Pour Meir Indor, l’événement décisif qui l’a amené à s’occuper des victimes du terrorisme remonte à 1986, lors de la fameuse « transaction Djibril » - l’échange de quelques soldats israéliens contre un millier de terroristes. Jusqu’alors, Israël n’avait jamais cédé aux exigences des terroristes, préférant lancer des opérations de sauvetage risquées, parfois au prix d’échecs retentissants comme celui de Maalot, plutôt que de négocier.

Cette politique a pris fin avec l’affaire Djibril, qui a joué un rôle funeste dans le déclenchement de la première Intifada. Indor a compris, bien des années plus tard, que c’était la pression des familles des soldats qui avait brisé la détermination du gouvernement. Ahmed Djibril lui-même a relaté qu’il avait fait monter les enchères, lorsqu’il avait réalisé que l’opinion publique israélienne était prête à payer très cher pour le retour des soldats. Parmi les terroristes libérés figuraient plusieurs dirigeants, dont le cheikh Yassine, fondateur du Hamas.


179 victimes de terroristes libérés depuis l'an 2000


Depuis cette date, les terroristes palestiniens ont compris qu’ils pouvaient faire plier Israël, en se servant de l’opinion et des médias israéliens pour faire pression sur le gouvernement. Curieusement, cet aspect fondamental de la guerre terroriste – faire peur, influencer et « terroriser » l’ennemi – est très peu présent dans le débat public en Israël aujourd’hui. C’est sans doute sur ce terrain essentiel que l’Etat juif, dont les unités de lutte antiterroriste comptent parmi les plus efficaces au monde, a perdu la guerre psychologique contre le Hamas et les autres organisations terroristes. « La société israélienne tout entière est devenue l’otage du Hamas », affirme Meir Indor, qui rappelle que la peur est l’arme principale des terroristes depuis toujours. C’est d’ailleurs précisément pour cela qu’il a nommé son organisation Almagor, qui veut dire « sans crainte »... [Extrait de l'article "Rencontres israéliennes avec Meir Indor" - Copyright © 2009 Israelmag-Online]

Anonyme a dit…

Le comportement de Ghaddafou à la ligue arabe ne peut surprendre que ceux qui croient qu'il est quoi que ça soit.

Gaddafou est un lascar, un traitre qui cherche coûte à détruire tout ce qu'il trouve sur son chemin.

Sa cible actuelle est la ligue arabe qu'il veut faire exploser en mille morceaux.

L'UA ne survivra que par miracle sa présidence.

Prions tous ensemble que ce psychopathe soit neutralisé.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Exclusivement pour ma petite soeur Bilkiss, avec mes regrets.
...............
L'UE soutient des sanctions ciblées contre les putschistes mauritaniens
30-03-2009
L'Union européenne (UE) a exprimé lundi son soutien sans réserve à la décision de l'Union africaine (UA) d'appliquer des sanctions ciblées ontre des membres de la junte mauritanienne, annonce un communiqué de presse publié à Bruxelles.

L'UE souligne également qu'elle rejette la feuille route «anticonstitutionnelle et unilatérale» de la junte, affirmant que dans ces conditions elle ne pourra pas déployer une mission d'observation électorale en Mauritanie.

Par ailleurs, l'UE affirme qu'elle soutient l'appel du Groupe international de contact en faveur d'une solution consensuelle de sortie de crise basée sur un dialogue «direct et inclusif» de tous les acteurs politiques mauritaniens.

L'UE met en garde la junte mauritanienne contre «les préjudices et les conséquences négatives» que sa prise de pouvoir pourrait entraîner.

Selon le communiqué, l'UE fixera en avril la date de l'ouverture de ses consultations politiques avec le gouvernement mauritanien dans le cadre de l'Accord de Cotonou.

L'article 96 de cet accord prévoit la suspension entièrement ou partiellement la coopération de l'UE avec un pays partenaire coupable de graves violations des principes démocratiques.


Citoyenne

Anonyme a dit…

Merci la Cioyenne. Que dit-on de cette reaction de l'UE? Le rapport de Ban Ki-Monn de janvier 2009 et son discours à Addis durant le Sommet des chefs d'etat et de gouvernement en fevrier 09 sont sans équivoque.

Maintenant que les "souteneurs" de Aziz et du HCE nous disent les choses autrement, on est un peu perdu. Les souteneurs evitent d'analyser ces déclaration et se concentrent sur ce qe dit Kadafou t Mister Kadafou fait la guerre à tout le monde, y compris ses amis. Je vous renvoie a l'article du camerounais sur Taqadoumy au sujet de la vie de Kadafou et je crois que beaucoup n'ont pas lu.

Bebe Ba: il faut feliciter Taqadoumy pour nous avoir permi d'ecouter ce qui s'est dit entre Sidi et les autres. Ce sont des faits. Faut juste faire attention a bien juger ce qui s'est dit. Sidi s'en sort grandi, malgre ses faiblesses.

A-

Bebe BA a dit…

Confrontation entre Ban Ki-moon et Omar el-Béchir au sommet de Doha
il y a 1 heure 56 min


Un vif échange a opposé lundi le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et le président soudanais Omar el-Béchir, qui se sont succédés à la tribune du sommet de la Ligue arabe à Doha.

C'est la première fois que les deux hommes se croisaient depuis le mandat d'arrêt délivré le 4 mars dernier par la Cour pénale internationale contre le président soudanais, inculpé de crimes contre l'humanité et crimes de guerre dans la province soudanaise du Darfour.

En ouverture du sommet de Doha, le secrétaire général de l'ONU a critiqué le Soudan pour avoir ordonné l'expulsion d'organisations humanitaires du Darfour après l'émission du mandat.

"Les efforts humanitaires ne doivent pas être politisés", a lancé Ban Ki-moon. "Les personnes qui en ont besoin doivent être aidées quelles que soient les divergences politiques", a-t-il soulignant, demandant la reprise de l'aide au Darfour.

Omar el-Béchir a répondu en attaquant le Conseil de sécurité des Nations unies, qui avait saisi la CPI de l'enquête sur les crimes de guerre au Darfour. Il a dénoncé "une institution non-démocratique qui (...) fait deux poids deux mesures, s'en prenant aux faibles et fait semblant de ne pas voir les (vrais) criminels". Le président soudanais a également estimé que l'ONU perdait toute crédibilité compte tenu de l'hégémonie" de "certains pays".

Omar el-Béchir était arrivé la veille au Qatar, où le tapis rouge avait été déployé à l'aéroport pour le recevoir. Au début du mois, la Ligue arabe avait clairement dit qu'elle ne se sentait pas tenue par le mandat d'arrêt de la CPI et que le président soudanais ne serait pas arrêté s'il venait au sommet de Doha. Seuls la Jordanie, Djibouti et les Comores adhèrent à la charte de la CPI mais ne peuvent intervenir sur le sol qatari.

Selon les Nations unies, le conflit au Darfour, entre les milices arabes pro-gouvernementales et les mouvements rebelles a fait plus de 300.000 morts et 2,7 millions de déplacés depuis 2003.

AP

Anonyme a dit…

A-,
Souteneur est un gros mot, et personne ne croit à une quelconque cpacité de l'UA à faire quoi que ce soit, ses chantres n'étant pas des champions de démocratie, Ping et son patron de Bongo en tête.
Par ailleurs, qui va sanctionner la Mauritanie? L'UE, elle a déjà arrêté ses aides ce qui n'empêche pas ses hommes d'affaires de venir négocier des contrats sur de gros investissements, et la carte des sanctions ne sera qu'un atout en leur faveur, pour leur faciliter la tâche.
Avez-vous lu le discours d'Ely à Paris avant hier lors de la journée pour les machins choses de cultures consacré à la Shoah? C'estpas fortuit. Et il serait trop gros de croire que c'est un jeu de rôles. Du "m'as-tu-vu-je-suis-là-pour-donner-le-change"? Il ne saurait trouver meilleure place.
A-, en quoi Ely peut-être mieux que Aziz? Ce dernier au moins a encore la possibilité de tromper des gens, car pas très connu, lautre non, tout le monde sait que c'est un mafiosi dela première catégorie.
S'il te plaît, trouve-nous un autre!!

Qui dit par ailleurs que Ould Yehdhih est mort plutôt que laissé s'évader? Personne, alors, ????
Le jeu n'est pas clair, c'est sûr.
Aziz a parlé sur la chaîne saoudienne Al ARabya, qui l'a écouté? Copiarpegar, il a dit quoi l'oiseau rare?
Mestour Haal
assommé et pleins d'étoiles dans la tête

Anonyme a dit…

Un avocat français menace de poursuivre Taqadoumy


Le 25 Mars, nous rendions compte d'un entretien entre Bâ Houdou, le Commissaire mauritanien à la promotion de l’investissement et une délégation d'hommes d’affaires Français, dont Monsieur Yves Michel Deloche. Selon nos informations, ce dernier est emmené, en Mauritanie, par le vice-président du Sénat Mohcen Ould Hadj et son jeune frère, Allal.

Anonyme a dit…

Couly,

Merci de presenter tes excuses à Bilkiss. Tu sautes ses commentaires et tu te concentres sur Maatala. Vos commentaires, que tu sois right or wrong, does not matter.

De tout les sites du pays, canalh est le seul forum pour s'exprimer. Malgré qu'il est mon heros, quand tu dis que x ould y est un voyou, j én ris parceque je sais que ce n ést pas vrai en toi. Ne sois pas un chergaoui. A-

Anonyme a dit…

c'est bien ce qu'on disait taqadoumy passe de plus en plus des scoops qui ne profitent pas au front, ce qui pour un site soi-disant anti-pusch...
taqadoumy infiltré

Anonyme a dit…

Lu pour Bilkiss. Aziz me fait perdre des sous. Il doit avoir depense au moins 100.000 euros dans cette affaire.Il profite de l'appui de sarko pour nettoyer la reputation des genocidaires.

zigouiller 28 innocents bidasses un 28 novembre !

A-

==========

Torture: La CEDH déboute un Mauritanien

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a jugé lundi irrecevable la requête d'un officier mauritanien qui contestait sa condamnation en France pour des actes de torture commis dans son pays.


Ely Ould Dah, qui avait fui la France après sa mise en examen, a été condamné à dix ans de réclusion criminelle en juillet 2005 par la cour d'assises du Gard pour des faits de "torture et actes de barbarie" commis dans un camp de détenus à Nouakchott, en 1990 et 1991.

C'était la première fois qu'une juridiction française se prononçait en vertu de la règle de compétence universelle, qui résulte d'une convention de l'ONU contre la torture de 1984. Le militaire mauritanien, lieutenant des services de renseignement à l'époque des faits, se plaignait d'avoir été victime d'une application rétroactive de la loi, l'interdiction de la torture comme crime spécifique n'ayant été introduite dans le code pénal français qu'en 1994.



Dans son arrêt, la juridiction du Conseil de l'Europe bat en brèche cet argument en considérant que la France avait introduit le principe de compétence universelle de ses tribunaux dans son code de procédure pénale dès 1985.

Elle note en outre que la torture était déjà punissable à cette date dans le code pénal, même si c'était au titre de circonstance aggravante, et que la condamnation du requérant n'a a pas excédé la peine encourue à cette époque.







Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : Le Journal Du Dimanche (France)

Anonyme a dit…

Mestour,

le mot souteneur va avec pute. Reflechis. A-

Anonyme a dit…

J'ai oublié Mestour concernant la prostitution: on me vend à Sarko pour des contrats d'exploration, à 10 milions aux iraniens pour me faire changer de secte et me faire taper dessus et à Kadafi pour ce que tu sais. So, si on vent l'honneur de la famille pour des sous, c'est de la prostitution. J'ai bien mesure mon mot. A-

Anonyme a dit…

En faisant le zouave entre la Libye, le Qatar et l'Egypte, ce zouave de Béchir risque de se faire prendre.

A-

=============

Le sommet arabe s'achève en rejetant le mandat d'arrêt de la CPI
LEMONDE.FR avec AFP | 30.03.09 | 14h18 • Mis à jour le 30.03.09 | 20h43


e 21e sommet arabe, qui s'est achevé lundi 30 mars au soir à Doha, a rejeté le mandat d'arrêt délivré par la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais, Omar Al-Bachir, selon la déclaration finale lue par le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa. "Nous réaffirmons notre solidarité avec le Soudan ainsi que notre rejet de la mesure prise par la CPI à l'encontre du président Bachir", précise le communiqué.


Ce sommet s'annonçait riche en rebondissements. En raison d'abord de la présence du président soudanais, qui a bravé la CPI, en assistant au sommet, malgré le mandat d'arrêt pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité qui pèse sur lui. Dans son discours, prononcé lors de la séance d'ouverture du sommet, il avait demandé à ses pairs "des résolutions claires et fortes rejetant la décision et réclamant de celui qui l'a ourdi de l'annuler".

Bachar Al-Assad, le président syrien, avait également donné le ton dès son discours, en appelant ses pairs à "rejeter catégoriquement" le mandat d'arrêt. Mais il a surtout privilégié la situation au Proche-Orient. A la veille de l'investiture du gouvernement israélien de Benyamin Nétanyahou, le président syrien a affirmé que cela "ne change rien, parce que leur droite comme leur gauche et le centre (...) reflètent tous une réalité, qui est que la société israélienne n'est pas prête pour la paix", a-t-il dit, affirmant que les Arabes n'ont pas de vrai partenaire dans le processus de paix avec Israël.

L'avenir du plan de paix d'inspiration saoudienne, qu'Israël n'a jamais accepté, figurait à l'agenda de ce sommet, tout comme la"réconciliation interarabe". La décision du président égyptien, Hosni Moubarak, de boycotter le sommet avait déjà mise à mal cette "réconciliation". Outre M. Moubarak, les chefs d'Etat de quatre autres pays – Algérie, Irak, Maroc et Oman– n'ont pas fait le déplacement de Doha. Enfin, fidèle à ses sorties théâtrales, le président libyen, Mouammar Kadhafi, s'est retiré de la séance d'ouverture après avoir interpellé le roi d'Arabie saoudite avec lequel il est en froid depuis des années.




--------------------------------------------------------------------------------
Le nouvel émissaire américain à Khartoum cette semaine

L'émissaire spécial américain pour le Soudan, Scott Gration, est attendu cette semaine à Khartoum pour sa première visite officielle et pourrait y rencontrer le président Omar Al-Bachir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, a indiqué lundi un responsable local.

Nommé le 18 mars par le président Barack Obama, l'émissaire "arrivera en milieu de semaine à Khartoum et devrait rester au Soudan jusqu'au 11 avril", soit une dizaine de jours, a déclaré cette source sous couvert de l'anonymat. Scott Gration, général à la retraite, doit également se rendre au Sud-Soudan et au Darfour, selon la même source.

maatala a dit…

salam

Lu sur cridrm

"Le président du Parlement mauritanien prie la France de « lever toute équivoque » sur sa position... par rapport au putsch


Messaoud Ould Boulkheir, président de l’Assemblée nationale en Mauritanie et farouche opposant au putsch du 6 août, a prié la France de « lever toute équivoque » sur sa position par rapport à ce coup d’Etat.

« J’estime de mon devoir de demander à la France et à son excellence le Président Sarkozy, de faire lever toute équivoque s’agissant de leur position à propos du coup d’Etat en République Islamique de Mauritanie », a déclaré Ould Boulkheir dans un communiqué dont APA a reçu copie à Nouakchott.

Le communiqué relève que « les ambiguïtés que les putschistes entretiennent aujourd’hui autour de la position française et l’exploitation qu’ils en font au plan intérieur (…) rappellent malheureusement les méthodes désuètes d’un passé que tous les démocrates et tous les progressistes du monde doivent s’empresser d’oublier définitivement ».

Nicolas Sarkozy avait indiqué vendredi à Niamey que le coup d’Etat mauritanien s’était passé « sans manifestation et sans protestation, si ce n’est celle de la France ». « Force est de constater qu’il n’y a pas eu un député ou un parlementaire qui a protesté et qu’il n’y a pas eu de manifestations », avait il souligné

Ould Boulkheir s’est dit « surpris » par ces propos qui, selon lui, « ont été vite repris, interprétés et brandis par la junte militaire comme une volte-face de la France».

Il a ajouté que ce putsch « appelle de la part de la France un traitement particulier, qui découle de son rôle historique de Grande Nation démocratique et des idéaux censés fonder son action en Afrique et son rayonnement dans le Monde ».

Pour lui, « les démocrates et les progressistes de Mauritanie, d’Afrique et du Monde attendent de la France et du Président Nicolas Sarkozy d’appuyer fermement les décisions pertinentes de l’Union Africaine, saluées et soutenues par la Communauté Internationale dans son ensemble ».

Info source : Agence de Presse Africaine

---------------------------------

Messaoud oublie que la Mauritanie ne compte pas sur l'échiquier mondial.

Azziz est en train de battre campagne et le FNDD est en train de polémiquer avec la France.

Le FNDD oublie que seul l'occupation du terrain ( grève générale, journée ville morte....)fait de vous interlocuteur incontournable.

Ils se prennent pour qui les papy du PPM à la mémoire liquéfiée, croire que la France oubliera que SIDIOCA a fait partie de ceux qui ont nationalisés la Miferma devenu la SNIM en dit long sur leur état d'esprit.

Au nom de ses intérêts, la France s'est toujours assise sur les principes démocratiques dit le Fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur rue 89

"Pourquoi faire de Mayotte le 101e département français ?
Par Pierre Haski | Rue89 | 29/03/2009

Les Mahorais se sont prononcés dimanche en faveur de la départementalisation de leur territoire. Explications sur la réforme et ses conséquences régionales.


Il fut un temps où l'on parlait de « sens de l'histoire », et celui-ci allait dans la direction de la décolonisation. A Mayotte, petit territoire volcanique de l'Océan indien, il souffle ce dimanche dans le sens inverse, celui de la recolonisation.

La population de Mayotte (71 000 électeurs) s'est en effet massivement prononcée par référendum dimanche en faveur de la proposition de devenir le cinquième département français d'outre-mer (rejoignant La Réunion, La Guadeloupe, la Martinique et la Guyane) et le 101e département français. D'après les résultats de bureaux-tests rapportés par l'AFP, le Oui l'emporterait avec 92,67 % des
voix. Le taux de participation s'élèverait à 58,81%.

La réponse des 180 000 habitants ne faisait guère de doutes, toutes les forces politiques locales, y compris le parti communiste, faisant campagne pour le « oui », ancrant ainsi durablement Mayotte dans la République.

Cette belle unanimité ne doit pas empêcher de se poser des questions sur lesquelles la population métropolitaine est peu informée, et pas consultée.

Le poids de l'histoire

Mayotte a été la première des îles comoriennes à devenir française : dès 1841 (il faudra encore un demi-siècle pour que le reste de l'archipel passe sous le giron français). Puis, pendant un siècle, la France a traité Mayotte comme une des quatre îles de l'archipel des Comores (avec la Grande Comore, Anjouan, et Moheli), avec un statut de protectorat puis de territoire d'outre-mer.

Mais en 1974, lors du référendum d'autodétermination organisé dans l'archipel, Mayotte vote seule à 64% pour rester française alors que les trois autres îles choisissent massivement l'indépendance.

Valéry Giscard d'Estaing, alors président, décide de la séparer de ses trois « soeurs », allant à l'encontre des principes internationaux qui militent pour le respect des frontières héritées de la colonisation.

Des Comores indépendantes, mais « à trois pattes », sans Mayotte

Cette décision historique vaut à la France des condamnations régulières aux Nations unies : la résolution 3385 du 12 novembre 1975 affirme ainsi « la nécessité de respecter l'unité et l'intégrité territoriale de l'archipel des Comores, composées des îles d'Anjouan, de la Grande-Comore, de Mayotte et de Mohéli ».

Même réaction de la part de L''Union africaine, qui est basée sur ce principe de l'intangibilité des frontières, et verrait un profond et tragique remodelage de la carte de l'Afrique si elle acceptait de revenir sur cette règle.

En plus de trente ans de séparation, le fossé entre Mayotte restée française, et les Comores indépendantes « à trois pattes » comme disent les Comoriens, n'a cessé de se creuser.

Les Comores font partie des pays les plus pauvres du monde, alors que Mayotte, en tant que « collectivté départementale » française, bénéficiait d'un niveau de vie plus élevé garanti par la « mère patrie » française.

Les barbouzeries de Bob Denard, épisode peu glorieux

Ces années-là furent également celles de la destabilisation des Comores par les mercenaires conduits par Bob Denard, l'un des épisodes les plus incongrus mais détestables de l'ère post-coloniale et barbouzarde française en Afrique.

Bob Denard, parfois en service commandé par Paris, parfois pour son propre compte, a même pris le contrôle des Comores dans les années 80, sous le nom de Saïd Mustapha Mahdjoub !

Après des décennies d'instabilité, qui ont vu tour à tour certaines des îles prendre le large, comme Anjouan l'an dernier jusqu'à l'intervention des forces de l'Union africaine, les Comores sont redevenues un Etat unifié, mais pauvre : ses seules ressources sont l'ylang-ylang, une huile utilisée en parfumerie, la vanille, et les mandats de l'importante diaspora comorienne, notamment à Marseille, première « ville comorienne » avec une communauté estimée à quelque 50 000 personnes...

Le fossé avec les autres îles des Comores

Le décalage n'a cessé de croître avec Mayotte, qui bénéficie de certains avantages liés à la présence française, notamment en termes de système de santé et d'éducation, attirant un flot continu d'immigration comorienne attirée par des prestations sociales supérieures.

Avec le durcissement des politiques métropolitaines d'immigration, et la lutte contre l'immigration clandestine, Mayotte est devenu une véritable « ligne de front », avec tous ses drames et ses dérapages.

Des milliers de Comoriens -7 000 depuis quinze ans, selon des estimations- ont en effet perdu la vie en tentant de passer à Mayotte, lorsque leurs embarcations de fortune, les fameux « kwassa kwassa », font naufrage. Des morts dans l'indifférence totale d'une métropole distante de 8 000 kilomètres.

Sur 26 000 expulsions revendiquées, 16 000 concernent la seule Mayotte !

Quant à ceux qui parviennent à bon port, ils sont massivement expulsés : 16 000 expulsions de Mayotte en 2008, à comparer avec les 26 000 reconduites à la frontière en métropole comptabilisées la même année par le ministère de l'Immigration.

Non sans passer par l'un des plus infâmes Centres de rétention de la République : cette vidéo diffusée il y a trois mois par nos confrères de Libération en est l'un des témoignages les plus forts. Là encore, émotion pendant quelques minutes en métropole, puis retour à l'indifférence. (voir la vidéo ci-dessous)



Dans Libération, un agent de la police de l'air et des frontières (PAF) avait témoigné :

« Les conditions de rétention des sans-papiers sont indignes, dit-il. Les gens sont traités comme des animaux. Et nous, on a la pression de la hiérarchie pour faire notre boulot sans rien dire. L'objectif, c'est de répondre aux attentes du ministère. »


Des sans-papiers d'un type un peu spécial puisqu'ils sont les cousins des Mahorais, et que la libre circulation entre les îles a existé pendant des siècles, et n'a été progressivement interdite qu'avec la présence française à Mayotte.

La départementalisation, solution miracle ?

Pourquoi cette départementalisation de Mayotte ? Pour tenir une promesse faite aux Mahorais, répond le gouvernement.

Et, de fait, on voit bien que l'ensemble des acteurs politiques de l'île y sont favorables, pour des raisons évidentes : entre la misère et l'incohérence politique des Comores, et la prospérité relative et les institutions républicaines, il n'y a pas photo.

Mais comment gérer les conséquences de cette décision ?

Elle coule dans le bronze le choix contesté de 1975 de séparer l'archipel des Comores, et accentue le décalage régional entre les départements français de La Réunion et de Mayotte, et une région qui se débat dans d'inextricables problèmes de développement et de stabilité politique, comme viennent de le montrer les derniers développements à Madagascar.

Rendre Mayotte aux Comores serait arbitraire et antidémocratique

Aucun homme politique, Mahorais ou métropolitain, n'a de réponse à cette question. Tous savent pourtant qu'elle ne disparaîtra pas comme par enchantement vu le décalage croissant qui va découler de la départementalisation, conduisant à d'inévitables drames et à des politiques de contrôle de moins en moins humaines.

L'alternative, qui serait de « rendre » Mayotte aux Comores contre la volonté des Mahorais serait tout aussi arbitraire et antidémocratique.

Le piège créé par Giscard en 1974 se referme aujourd'hui. Seule une politique régionale cohérente, qui permettrait de codévelopper la région en harmonie et pas en érigeant des murs de Berlin impossibles en haute mer, serait de nature à éviter les tragédies qui s'annoncent. Mais elle n'est pas sur la table, pas même réaliste en l'état.

Au coeur de la crise économique et sociale, il est clair que l'enjeu est minime vu de métropole. On a cependant bien vu récemment avec la Guadeloupe que les « confettis de l'empire », pour reprendre la formule de Jean-Claude Guillebaud, savent se rappeler au bon souvenir de leurs « maîtres » de temps en temps...
----------------------------------

A L'instabilité politique et les incertitudes démocratique, ils préfèrent la colonisation, quitte à revoir le droit islamique.

Une claque pour L'UA, car les Maorais ont mis fin à l'indépendance dit le Fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

lu sur cridem

"La Chine va construire l'Hôpital de l'Amitié à Nouakchott pour 7,7 millions d'euros

La Chine va construire à Nouakchott (capitale de la Mauritanie) un important centre sanitaire baptisé "Hôpital de l'Amitié" au quartier peuplé d'Arafatt, pour un coût de 70 millions de yuans ( environ 7,7 millions d'euros), selon les termes de l'accord signé dimanche entre les deux pays.

L'accord relatif à la réalisation de cette infrastructure sanitaire a été signé dimanche à Nouakchott par le ministre mauritanien de la Santé, Mohamed Abdallahi Ould Siyam, et le directeur général de la China Geo Engineering corporation, entreprise qui effectuera les travaux, Lin Jian Yong. L'ambassadeur de Chine à Nouakchott, Zhang Xun, a pris part également à la cérémonie de signature.

D'une capacité d'accueil de 86 lits, l'Hôpital de l'Amitié comportera, outre la médecine générale, les spécialités de pédiatrie, de gynécologie et d'ophtalmologie, ainsi qu'un laboratoire pour toutes les analyses et un service d'urgence.

Les travaux devront être achevés au bout de 18 mois.

Info source : Chine Informations

----------------------------------

Dés les premiers jours du putsch, devant les certitudes de certains idéalistes autoproclamé, j'ai dit que les bidasses pouvaient compter sur l'appui de la chine......et peut être la Colombie en cas d'étranglement sévère........

je fus traiter d'inconscient et qu'on allait voir ce qu'on allait voir.........

En Bolitique ( Kimporte ente vem) il ne faut jamais rien exclure dit le fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu dans le monde diplomatique pour mes soeurs (BL, M mint D, Bilkiss et bébé Ba)

"Femmes, islam et discriminations

mars 2009, par Alain Gresh

Dans le numéro 1044 de Politis (19-25 mars), Christine Delphy et Sylvie Tissot publient un texte intitulé « Géographie du sexisme » :

« Vingt ans de prison ont été récemment requis à l’encontre de l’homme pakistanais qui, en 2005, avait tenté de brûler vive son ex-petite amie, Shérazade, qui refusait de l’épouser. On pourrait, en tant que féministes, s’en réjouir ; le traitement de cette affaire nous apparaît malheureusement comme une source supplémentaire de désespoir. Non seulement les violences faites aux femmes sont un phénomène massif, non seulement aucune politique publique digne de ce nom n’existe en France, mais les seuls cas perçus comme assez légitimes pour attirer l’attention des médias et de la classe politique sont systématiquement ceux qui mettent en cause immigrés, jeunes de banlieue, musulmans et/ou arabes. »

« Comme si la violence faite aux femmes n’était pas un phénomène répandu dans toute la société française, de la classe politique à la classe ouvrière, des textes de chanson aux comptoirs des cafés. En 1976, Johnny Hallyday, notre chanteur national, ne chantait-il pas : “Je l’aimais tant que pour la garder je l’ai tuée” ? »

« Ni putes ni soumises a ainsi fait de Shérazade sa vice-présidente d’honneur. Avec une femme sur vingt victime en 1999 de violence physique (des coups à la tentative de meurtre), les candidates à ce statut sont légion : pourquoi donc les conditions requises pour être défendue par NPNS sont-elles indissociablement liées à la couleur de la peau ? Pourquoi les banderoles des (rares) manifestations qu’elle organise affichent-elles toujours des prénoms arabes : Ghofrane, Shérazade et Sohane ? Où sont les Monique, les Catherine, les Françoise, tout aussi mortes ? La réponse est simple : le sexisme sévit “là-bas”, en banlieue, pas “ici”, dans la République française. Et pour que ce soit plus clair encore, la présidente de NPNS a déclaré que Shérazade était le “symbole aujourd’hui des violences faites aux femmes”. »

« Il faut le dire avec force aujourd’hui : ce discours est non seulement raciste mais aussi antiféministe. Raciste car il fait des Arabes et/ou des musulmans des individus naturellement programmés au sexisme. Sexiste car il vient alimenter l’idée, à la base de la pensée antiféministe, que “la violence sexiste ne peut être qu’accidentelle chez nous parce que le patriarcat est localisé ailleurs”. »

J’ai abordé à plusieurs reprises ici le thème de « femmes, islam et libération ». Au moment où sort le film La journée de la jupe, il est indispensable de relire le texte de Delphy et Tissot (voir aussi « Une guerre pour les femmes ? », par Christine Delphy, et « Machisme sans frontière (de classe) », par Mona Chollet, Le Monde diplomatique, mars 2002 et mai 2005).

Sur un mode plus humoristique, on lira la chronique de Mehati Abdul Hamid, « Flying under cover », dans l’International Herald Tribune du 19 mars. Elle raconte comment, elle, diplômée de droit de Harvard, et qui porte le foulard, s’en sort durant ses voyages en avion, avec les services de police et de douane d’abord, avec les passagers ensuite.

« Il y a aussi (parmi les voyageurs) ceux qui se sentent obligés de me parler des “problèmes musulmans”, peut-être parce qu’ils pensent qu’ils doivent me parler de quelque chose qui me concerne directement. L’oppression des femmes a tendance à prendre le dessus (sans doute parce que l’on n’ose pas parler de terrorisme dans un avion). Je n’ai pas de problème à aborder ces problèmes, sauf si l’on me considère personnellement responsable pour quelque chose qui est arrivé dans un village africain. »

« Parfois, je reçois des compliments qui sont censés me faire plaisir, mais qui ne le font pas. Ainsi, un Américain assis à côté de moi m’a dit “Vous parlez bien l’anglais”. J’ai souri et répondu “Vous aussi”. »

« Et parfois, il y a des gens qui, pour une raison ou une autre, sont trop enthousiastes d’être assis à côté de moi. Dans une telle situation, je ne peux m’empêcher de me sentir comme un animal exotique sous observation. Ces gens sont bien, mais ils vont trop loin en essayant de me réduire à mon “identité musulmane”. Ainsi, un étranger enthousiaste : “Je vois que vous portez un foulard pourpre. Pourquoi vous portez cette couleur plutôt qu’une autre ?” Je réponds : “Parce que cela va bien avec le haut que je porte.” »

« Et de temps en temps, on tombe sur l’étranger parfait, qui n’a aucun problème à vous considérer comme juste une autre personne. C’est alors que vous trouvez le temps court, même si vous voyagez entre les deux endroits les plus éloignés de la terre, comme par exemple New York et Kuala Lumpur. »

Dans Le Figaro (18 mars), Pierre Prier revient sur une affaire qui a eu quelques échos en France (et aussi sur les forums de ce blog) : « Une veuve syrienne divise l’Arabie saoudite ».

« Khamisa Sawadi, une veuve de nationalité syrienne, a été lourdement condamnée : 40 coups de fouets et quatre mois de prison, suivis d’une expulsion définitive d’Arabie saoudite. Son crime : avoir reçu chez elle deux jeunes hommes qui n’appartenaient pas à sa famille directe, en contravention avec les lois en vigueur. Fahd al-Anzi et Hadiyan Bin Zein ont eux aussi écopé d’une peine de prison et de coups de fouet. »

(...) « Dans la ville d’al-Shamli, au nord du royaume, les deux jeunes ont été arrêtés au moment où ils sortaient de la maison de Khamisa par la police religieuse, les mutawa, reconnaissables à leur barbe broussailleuse et à leur robe s’arrêtant au mollet. »

« Les deux “coupables” ont expliqué qu’ils faisaient les courses pour la vieille dame. L’un des deux, Fahd, est en outre le neveu du défunt mari de Khamisa. Mais la charia (la loi islamique), c’est la charia, indique un avocat interrogé par la presse, Me Ibrahim Zamazami. » (...)

« L’affaire Khamisa ne relève pas seulement du fait divers intégriste. “La police religieuse et les juges conservateurs ont probablement décidé de tester le nouveau ministre de la Justice”, analyse Hatoun al-Fassi. Le roi Abdallah, profondément décidé à éliminer les éléments les plus radicaux, a récemment limogé le redouté chef de la police religieuse, connue sous le nom de Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice. Son remplaçant s’est aussitôt déclaré favorable au “pardon” plutôt qu’à la répression. Le monarque a aussi éliminé le ministre de la Justice et le chef du Conseil supérieur de la magistrature, Saleh al-Louhaidan, favorable à la “mise à mort” des dirigeants des chaînes satellitaires, diffusant des “spectacles immoraux”. »

Dans la presse saoudienne, plusieurs commentateurs ont exprimé leur indignation face à la sentence. Ainsi, dans Arab News du 11 mars : « Khulwa sentence against elderly widow causes uproar ».

L’Association nationale des droits de l’homme publie son rapport annuel et la presse saoudienne en rend compte le lundi 23 mars. Dans la synthèse de presse réalisée par l’ambassade de France à Riyad, on peut lire :

« Arabie saoudite / Droits de l’Homme : Toute la presse fait état du rapport publié par l’ANDH critiquant certains services publics en Arabie, en priorité le Conseil de la Choura, le ministère de la Justice, la commanderie, l’administration carcérale, pour de multiples raisons, notamment le fait qu’ils n’accomplissent pas leur mission comme il le faut et pour leur manque de coopération. Il est clair qu’il existe des violations des Droits de l’Homme dans certains services spécialisés. »

(...)

« Commentant la situation des femmes en Arabie, l’ANDH a rappelé que le pays traverse actuellement une période d’ouverture ostensible s’agissant des Droits de l’Homme et constate une amélioration de la situation de la femme. L’association a salué le souci des dirigeants de l’améliorer dans tous les domaines. Le droit de ces dernières à se porter candidates et à voter lors des élections municipales n’est toujours pas clair, contrairement à la situation qui prévaut dans les Chambres de commerce et d’industrie. L’ANDH a exhorté la SAMA (la banque centrale) à annuler l’obligation pour une femme majeure d’obtenir l’autorisation de son tuteur pour l’ouverture d’un compte bancaire en son nom. »

maatala

Bebe BA a dit…

Lu pour vous:

LE CHEF DE L’ETAT S’ADRESSANT AU XXIEME SOMMET ARABE DE DOHA,

Le Président du HCE et Chef de l'Etat le général Mohamed Ould Abdel Aziz a prononcé aujourd'hui un discours devant le Sommet des pays arabes qui se tient en ce moment à Doha. Le Chef de l'Etat a souligné la volonté de la République Islamique de Mauritanie, de consolider les liens de coopération avec tous les Etats frères, et plus particulièrement dans les domaines économiques. Il a aussi précisé "que la Mauritanie ouvre grandement la porte devant les frères investisseurs arabes afin de profiter des diverses opportunités d'investissement qu'offre leur deuxième pays la Mauritanie, en ajoutant que les pouvoirs publics ne ménageront aucun effort pour leur accorder les facilités nécessaires, dans ce domaine".
Il dira ensuite que "ce sommet se tient à un moment où, nos frères palestiniens sont toujours en train de panser leurs plaies, du fait de l'agression destructrice et tyrannique de l'Etat israélien, qui a laissé les femmes, les enfants et les vieillards sans abris, et sans le strict minimum nécessaire à la survie".
Le chef de l'Etat a par la suite apprécié les efforts entrepris lors du dernier sommet de Charm El Cheikh consacré à la reconstruction de Gaza, tout en appelant à une coordination des efforts pour garantir le retrait total et définitif d'Israël de la Bande de Gaza et l'ouverture des terminaux de passage. La garantie de réussite d'une telle démarche de solidarité avec le peuple palestinien ajoute-t-il, ne peut se faire sans la cohésion des arabes et des palestiniens.
Il a aussi apprécié les efforts entrepris par le Gardien des Lieux Saint le Roi Abdallah Ibn Abdel Aziz, roi d'Arabie saoudite en vue de rapprocher les positions des dirigeants arabes.

Bebe BA a dit…

Lu pour vous:

LE CHEF DE L’ETAT S’ADRESSANT AU XXIEME SOMMET ARABE DE DOHA,

Le Président du HCE et Chef de l'Etat le général Mohamed Ould Abdel Aziz a prononcé aujourd'hui un discours devant le Sommet des pays arabes qui se tient en ce moment à Doha. Le Chef de l'Etat a souligné la volonté de la République Islamique de Mauritanie, de consolider les liens de coopération avec tous les Etats frères, et plus particulièrement dans les domaines économiques. Il a aussi précisé "que la Mauritanie ouvre grandement la porte devant les frères investisseurs arabes afin de profiter des diverses opportunités d'investissement qu'offre leur deuxième pays la Mauritanie, en ajoutant que les pouvoirs publics ne ménageront aucun effort pour leur accorder les facilités nécessaires, dans ce domaine".
Il dira ensuite que "ce sommet se tient à un moment où, nos frères palestiniens sont toujours en train de panser leurs plaies, du fait de l'agression destructrice et tyrannique de l'Etat israélien, qui a laissé les femmes, les enfants et les vieillards sans abris, et sans le strict minimum nécessaire à la survie".
Le chef de l'Etat a par la suite apprécié les efforts entrepris lors du dernier sommet de Charm El Cheikh consacré à la reconstruction de Gaza, tout en appelant à une coordination des efforts pour garantir le retrait total et définitif d'Israël de la Bande de Gaza et l'ouverture des terminaux de passage. La garantie de réussite d'une telle démarche de solidarité avec le peuple palestinien ajoute-t-il, ne peut se faire sans la cohésion des arabes et des palestiniens.
Il a aussi apprécié les efforts entrepris par le Gardien des Lieux Saint le Roi Abdallah Ibn Abdel Aziz, roi d'Arabie saoudite en vue de rapprocher les positions des dirigeants arabes.

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous dans le monde diplomatique

"Enjeux du voyage de Nicolas Sarkozy en Afrique
Le président français se rend, les 26 et 27 mars, en République démocratique du Congo (RDC), au Congo (Brazzaville) et au Niger. Le choix de ces destinations sort un peu de l’ordinaire des visites d’Etat en Afrique, qui privilégient en général le « pré carré françafricain » (1). En juillet 2007, M. Sarkozy s’était ainsi rendu au Sénégal et au Gabon avant d’effectuer une « visite de rattrapage » en Afrique du Sud au mois de septembre suite au désastreux discours de Dakar du 26 juillet.

Le programme du nouveau voyage présidentiel répond à des impératifs économiques et géopolitiques. Au Niger, le Français Areva, numéro un mondial du nucléaire, a perdu le monopole de l’extraction de l’uranium. Le gouvernement du président Mamadou Tandja a, en effet, décidé de commercialiser lui-même directement une partie de ce minerai et a réussi à obtenir une revalorisation de 50% de son prix d’achat en janvier 2008, en mettant en concurrence le groupe français avec d’autres acteurs du marché, notamment chinois et canadiens. En 2007, le géant hexagonal avait suscité la colère de Niamey par ses relations supposées avec les rebelles du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ) dans la zone d’exploitation d’Imouraren (le plus grand gisement d’uranium de toute l’Afrique), ses dirigeants faisant même l’objet en juillet 2007 d’une mesure d’expulsion. Les relations entre Paris et Niamey se sont normalisées en janvier 2008 avec la confirmation des droits d’exploitation d’Areva sur Imouraren. Selon les termes de l’accord, la société d’exploitation créée sera détenue à 66,65 % par le groupe français et à 33,35 % par le Niger. Elle démarrerait en 2012 avec une production annuelle estimée, à terme, à 5 000 tonnes par an pendant plus de 35 ans.

La présence d’Areva au Niger reste controversée. Plusieurs rapports publiés par des associations, notamment la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Crirad), ont mis en cause les « négligences » du groupe nucléaire au Niger en matière de protection sanitaire et environnementale. En outre, après quarante ans de présence d’Areva, le Niger demeure un des pays les plus pauvres du monde. La visite de M. Sarkozy devrait inclure ces questions stratégiques au moment où Paris cherche de nouveaux partenariats mondiaux pour Areva.

En République démocratique du Congo (RDC), la France souhaite jouer un rôle dans la « stabilisation » de la région des Grands Lacs africains. La guerre permanente dans l’Est de la RDC, riche en minerais, et les tensions générées par les mouvements de populations consécutifs au génocide des Tutsis du Rwanda, fragilisent les équilibres régionaux.

Tout à sa politique de réconciliation avec le président Paul Kagamé, M. Sarkozy est soupçonné de vouloir favoriser un redécoupage des frontières profitable à Kigali. M. Sarkozy a notamment déclaré le 16 janvier dernier, lors des vœux aux ambassadeurs, vouloir « trouver une nouvelle approche des Grands Lacs… Cela met en cause la place, la question de l’avenir du Rwanda avec lequel la France a repris son dialogue, pays à la démographie dynamique et à la superficie petite. Cela pose la question de la République Démocratique du Congo, pays à la superficie immense et à l’organisation étrange des richesses frontalières. Il faudra bien qu’à un moment ou à un autre, il y ait un dialogue qui ne soit pas simplement un dialogue conjoncturel mais un dialogue structurel : comment, dans cette région du monde, on partage l’espace, on partage les richesses et qu’on accepte de comprendre que la géographie a ses lois, que les pays changent rarement d’adresse et qu’il faut apprendre à vivre les uns à côtés des autres ? ». Sur place, en RDC, certains s’inquiètent d’une « nouvelle conférence de Berlin » qui augurerait d’une balkanisation du pays. En tout cas, cette nouvelle position française aligne Paris sur Washington, allié de Kigali, et remet en cause la politique traditionnelle de la France, réticente à tout questionnement, forcément hasardeux, des frontières.

Au Congo Brazzaville, le président français s’inscrit dans une attitude françafricaine plus traditionnelle en rendant visite au dinosaure Denis Sassou Ngesso, auquel son opposition tente d’arracher un scrutin présidentiel libre et transparent. L’élection, dont la date exacte n’est pas fixée, devrait avoir lieu au mois de juillet dans ce pays où la France a de grands intérêts pétroliers.

Anne-Cécile Robert

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur le monde diplomatique

" Plus de cinquante ans de « coups tordus »

L’équipe de choc de la CIA
Si l’on a retenu la présence massive de Cubains de l’exil dans la tentative d’invasion de la baie des Cochons en 1961, on connaît moins leur rôle dans les opérations ultérieures de la Central Intelligence Agency (CIA). Du Chili au Nicaragua en passant par le Vietnam, à travers coups d’Etat, assassinats de dirigeants, trafics d’armes et de drogue, ils ont été l’un des instruments les plus secrets et les plus meurtriers de la politique étrangère américaine.
Par Hernando Calvo Ospina« Notre seul délit a été de nous donner nos propres lois, notre crime a été de les appliquer à l’United Fruit. »Elu président du Guatemala en 1951, Jacobo Arbenz, entre autres mesures progressistes, promulgue une réforme agraire. Le 4 mars 1953, il exproprie partiellement la compagnie bananière américaine United Fruit, la privant de 84 000 hectares sur 234 000. Les 17 et 18 juin 1954, une armée mercenaire venue du Nicaragua et du Honduras pénètre au Guatemala et, le 27 juin, renverse Arbenz. Le secrétaire d’Etat américain John Foster Dulles et son frère Allen, directeur de la Central Intelligence Agency (CIA), sont alors tous deux actionnaires de l’United Fruit ! L’opération — nom de code PB/Success — a bénéficié de la participation active d’une « équipe de choc » de la CIA qui va traverser les décennies.

Venant après le renversement en Iran du dirigeant nationaliste Mohammad Mossadegh, le 19 août 1953, PB/Success fait à la CIA une réputation d’invincibilité et devient un modèle pour ses opérations clandestines dans le monde entier. En mars 1960, le président Dwight Eisenhower donne son feu vert à une nouvelle action destinée, cette fois, à déstabiliser Cuba, où la révolution a triomphé le 1er janvier 1959. La plupart des agents qui ont participé au renversement d’Arbenz se retrouvent responsables du « projet Cuba ». Il s’agit notamment, et à leur tête, de Richard Bissell, numéro deux de la CIA ; de Tracy Barnes, qui assume la constitution de la Cuban Task Force ; de David Atlee Phillips, responsable de la guerre psychologique ; de Howard Hunt, chargé de former le « gouvernement cubain provisoire ». Deux jeunes gens se joignent au groupe : M. Porter Goss, officier du contre-espionnage de l’armée, et M. George Herbert Walker Bush (1). Ce dernier aide à « recruter des exilés cubains pour l’armée d’invasion de la CIA (2) ».

Le 17 avril 1961, les quelque mille cinq cents hommes de cette armée, la brigade 2506, débarquent dans la baie des Cochons. Après leur défaite, en moins de soixante-dix heures, les numéros un et deux de la CIA, Dulles et Bissell, doivent démissionner.

Ulcéré par cette déroute, le président John F. Kennedy octroie un pouvoir exorbitant à l’Agence, décision qui affectera les affaires du monde pendant longtemps (3). Ministre de la justice et frère du président, Robert Kennedy supervise une nouvelle agression contre Cuba. Miami devient l’épicentre de la plus grande opération paramilitaire — JM/WAVE — jamais montée sur le sol américain. A sa tête, Theodore « Ted » Shackley et M. Thomas « Tom » Clines. Le groupe reçoit notamment le renfort du général Edward Lansdale, arrivé d’Indochine, où il a travaillé avec les services secrets français impliqués dans la guerre coloniale ; de M. Richard Secord, officier de l’US Air Force ; et de David Sánchez Morales, officier du contre-espionnage de l’armée.

Formés à la contre-guérilla
Lorsque, le 14 octobre 1962, éclate la « crise des fusées », Washington exige que les missiles balistiques installés par l’Union soviétique à Cuba soient retirés. Moscou cède, à condition que les Etats-Unis s’engagent à ne pas envahir l’île (et à renoncer à leurs propres missiles en Turquie). Kennedy accepte et ordonne de démanteler JM/WAVE.

La révolution cubaine n’en amène pas moins Washington à modifier radicalement sa stratégie de sécurité régionale. La restructuration des armées latino-américaines commence, et un centre d’entraînement et d’endoctrinement — l’Ecole des Amériques — voit le jour dans la zone américaine du canal de Panamá. Lorsque Kennedy est assassiné, le 22 novembre 1963, à Dallas (Texas), sa doctrine de sécurité nationale est déjà en place. Le renversement du président brésilien João Goulart, le 31 mars 1964, donne le signal d’une série de coups d’Etat et marque le début des disparitions et tortures d’opposants politiques, de façon massive et sophistiquée.

Cette nouvelle stratégie ne peut négliger l’expérience des agents cubains de la JM/WAVE, ni celle de certains des mille cent quatre-vingt-neuf hommes capturés lors de la tentative d’invasion de la baie des Cochons et de retour aux Etats-Unis en décembre 1962 (4). Environ trois cents d’entre eux, quasiment tous cubains (puis, dans la plupart des cas, cubano-américains par l’obtention de la nationalité du pays d’accueil), reçoivent une formation d’officier dans les académies d’opérations spéciales de Fort Benning (Georgie), Fort Mayers (Floride), Fort Peary (Virginie), etc. D’autres sont envoyés à Fort Gulick (Ecole des Amériques), pour être formés à la contre-guérilla. Ils s’appellent José Basulto, Jorge Mas Canosa (5), Francisco « Pepe » Hernández (6), Luis Posada Carriles, Félix Rodríguez Mendigutía, etc. Censés ne jamais émerger de l’anonymat, leurs noms défraieront bientôt régulièrement la chronique. « L’Amérique du Sud sera le “Far West” où ils tiendront le rôle de pionniers (7) » ; et, par leurs actions clandestines, ils « brilleront » même bien au-delà.

Par exemple, dans l’ex-colonie belge du Congo. Ils y débarquent fin 1962 pour fournir, entre autres, un soutien aérien aux forces du futur dictateur Joseph-Désiré Mobutu. Les avions appartiennent à Air America, compagnie récemment constituée et propriété de la CIA. Au sol, les hommes constituent la compagnie 58, chargée de pister et de poursuivre, sans succès, Ernesto Che Guevara et un petit groupe de révolutionnaires cubains. A la demande de Laurent-Désiré Kabila, le Che est en effet arrivé fin avril pour conseiller en techniques de guérilla ceux qui combattaient Mobutu (8).

Cette équipe de choc se renforce définitivement au Vietnam. Elle reprend et développe les méthodes des forces spéciales françaises vaincues, en finançant des opérations sales avec l’argent du trafic d’opium laotien et birman (là encore avec les avions d’Air America). On retrouve les hommes de JM/WAVE : Shackley, Clines, Sánchez Morales, Secord, « Ed » Dearborn, Rodríguez Mendigutía, en compagnie de M. Donald Gregg, inspecteur des agents de la CIA ; de M. John Dimitri Negroponte, « conseiller politique » de toute l’opération ; du général John Singlaub, ancien chef de la CIA en Corée ; de Lansdale, chargé des opérations depuis le Pentagone ; et de M. Oliver North, du service de renseignement de l’US Navy. En 1968, William (« Bill ») Colby est envoyé sur place pour diriger l’Accelerated Pacification Campaign (nom de code : Phoenix). Objectif : terroriser la population civile afin de neutraliser la résistance vietnamienne. En presque quatre ans, environ quarante mille suspects seront tués.

C’est toutefois sur un autre continent que l’équipe va connaître son succès le plus spectaculaire. En mars 1967, parmi la vingtaine d’hommes des forces spéciales américaines qui débarquent en Bolivie pour poursuivre Che Guevara, figure le Cubain Rodríguez Mendigutía. Lorsque le Che, blessé, est capturé le 8 octobre 1967, c’est lui qui transmet l’ordre de le tuer.

Trois ans plus tard néanmoins, la CIA ne peut éviter l’élection du socialiste Salvador Allende à la présidence du Chili. Richard Nixon ordonne à l’Agence d’empêcher son entrée en fonctions. L’équipe envoyée sur place échoue, mais parvient à assassiner le commandant en chef des forces armées, le général René Schneider, loyal à Allende. Son successeur s’appellera Augusto Pinochet. De nouveau, Phillips et Sánchez Morales figurent parmi les responsables des opérations sur le terrain. Devenu chef de la direction de l’Hémisphère occidental de la CIA grâce à son travail sur Cuba et au Vietnam, Shackley est chargé de la déstabilisation du gouvernement. Il nomme Clines pour qu’il se concentre sur le « cas Allende (9) ».Sous-directeur des opérations spéciales, Colby chapeaute l’ensemble. L’organisation de la campagne internationale de diffamation contre le gouvernement Allende incombe à l’ambassadeur américain auprès de l’Organisation des Nations unies (ONU) : M. Bush.

Allende éliminé en septembre 1973, Pinochet au pouvoir, tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si... La CIA devient un objet de scandale et voit ses ailes rognées, une bonne partie de ses crimes étant révélée par la presse et par les commissions d’enquête parlementaires Church (10) et Rockefeller (11). Qu’à cela ne tienne. L’Agence « délègue » une bonne partie de ses actions aux services avec lesquels elle collabore dans le cadre de l’opération « Condor » (12) et à ses agents cubains du Commando d’organisations révolutionnaires unies (CORU). Celui-ci a été fondé en République dominicaine, en mai 1976, sur instructions de la CIA, dirigée du 30 janvier 1976 au 20 janvier 1977 par M. Bush.

A la tête du CORU, dont le financement provient surtout du trafic de drogue (13), se trouvent MM. Orlando Bosch et Posada Carriles. Depuis Caracas (Venezuela), ils organisent l’attentat qui, le 6 octobre 1976, détruit en vol un avion de la Cubana de Aviación (soixante-treize morts). Mais, peut-être parce qu’il a été commis en plein Washington, le crime du binôme Condor-CORU qui causera le plus d’émoi sera, le 21 septembre, l’assassinat de l’ex-ministre des affaires étrangères d’Allende, Orlando Letelier.

Parmi les cinq hommes ultérieurement détenus figurent trois vétérans du « projet Cuba ». La CIA de M. Bush fait son possible pour entraver l’enquête et occulter les preuves. Devenu président, le même Bush amnistiera les coupables, lesquels n’auront passé que quelques années en prison. L’un d’entre eux, M. Guillermo Novo Sampol, sera arrêté au Panamá, le 17 novembre 2000, en compagnie de M. Posada Carriles, alors qu’ils préparent un attentat à la bombe contre M. Fidel Castro, en visite dans ce pays. Condamnés à huit ans de prison le 20 avril 2004, ils seront amnistiés le 25 août suivant par la présidente panaméenne Mireya Moscoso, grande amie des Etats-Unis.

Drogue contre armes
Entre-temps, la guerre de basse intensité de Washington contre le Nicaragua a réuni la plupart de ces agents. Le vice-président Bush supervise les opérations, tandis que MM. Gregg et North, ancien du Vietnam, dirigent le complot. Ambassadeur des Etats-Unis au Honduras — on l’y appelle « le proconsul » —, M. Negroponte transforme ce pays en une plate-forme militaire d’agression, tandis que les escadrons de la mort de l’armée hondurienne — le bataillon 3-16 — répriment l’opposition. Passé de la Bolivie aux rizières asiatiques puis au Salvador, M. Rodríguez Mendigutía ravitaille les contre-révolutionnaires nicaraguayens (la contra) — assisté par M. Posada Carriles (et par M. Basulto en territoire nicaraguayen). Pour lui confier cette mission, la CIA et les milieux anticastristes de Miami ont organisé l’évasion (août 1985) de M. Posada Carriles de la prison vénézuélienne où il avait été incarcéré après l’attentat contre l’appareil de la Cubana de Aviación.

Tout soutien financier aux contrasayant été interdit par le Congrès américain, le vice-président Bush récolte des fonds tous azimuts et par tous les moyens. La vente illégale d’armes à l’Iran, par l’intermédiaire d’Israël, débouchera en 1986 sur le scandale de l’« Iran-contragate ». M. Bush devenu président, la commission du Sénat dirigée par M. John Kerry démontrera l’existence d’une alliance entre la CIA et la mafia colombienne (14). Au Costa Rica, en juillet 1989, MM. North et Secord, entre autres membres des cercles du pouvoir américain, seront formellement accusés d’être responsables du réseau « drogue contre armes » organisé dans ce pays pendant la guerre antisandiniste…

Epurée par le président James Carter à la mi-août 1978, régulièrement mise en cause par des commissions d’enquête officielles ou la déclassification de ses archives (en particulier sous l’administration de M. William Clinton), la CIA, depuis sa naissance en juillet 1947, a certes connu des hauts et des bas. Toutefois, tous ceux qui ont participé aux actions clandestines du groupe de choc constitué en 1954 et élargi au fil des années ont bénéficié d’une constante : l’impunité. Pour n’en citer que quelques-uns, MM. Posada Carriles et Bosch vivent en liberté à Miami. M. Rodríguez Mendigutía, qui fit exécuter le Che, réside dans cette même ville, où il dirige une entreprise de conseil en sécurité. Après avoir été le premier ambassadeur des Etats-Unis en « Irak libéré », puis avoir passé vingt mois comme super-patron des services de renseignement américains, M. Negroponte est devenu numéro deux du département d’Etat en janvier 2007. Quant à M. Porter Goss, présent dans le « projet Cuba » dès 1960, il fut directeur de la CIA de septembre 2004 à mai 2006.

Hernando Calvo Ospina.
---------------------------------

Voila le pays à la pointe de la défense des valeurs démocratique dit le Fou.

maatala

Anonyme a dit…

La France est entrain de froisser l'image de la démocratie suite aux propos de Sarko au Niger.

Nous invitons tout le monde aux manifestations jusqu'à retour de la légalité....................

Un jour perdu : est un jour important pour Aziz......ne laisserons pas...............

maatala a dit…

salam

lu sur le monde diplomatique

"CIA, vols secretsIndécence ? Cynisme ? Perversion ? Comment qualifier l’attitude des gouvernements européens surpris en flagrant délit de complicité avec des services étrangers dans l’enlèvement clandestin de dizaines de suspects traînés vers des prisons secrètes et livrés à la torture ? Peut-on imaginer plus flagrante violation des droits de la personne humaine ?

Deux événements récents témoignent de la schizophrénie ambiante. D’abord, le 7 février dernier à Paris, la signature solennelle par la plupart des gouvernements européens de la convention de l’Organisation des Nations unies (ONU) contre les « disparitions forcées » (1), qui criminalise l’usage des prisons secrètes. Puis, le 14 février, au Parlement européen de Strasbourg, l’adoption d’un rapport (2) qui accuse ces mêmes gouvernements de complicité avec la Central Intelligence Agency (CIA) américaine dans des opérations d’enlèvements clandestins.

Selon ce rapport, entre 2001 et 2005, les avions de la CIA auraient fait pas moins de mille deux cent quarante-cinq escales dans des aéroports européens, avec souvent à leur bord des suspects victimes de « disparitions forcées » acheminés clandestinement vers le bagne illégal de Guantánamo ou vers des prisons de pays complices (Egypte, Maroc) où la torture se pratique habituellement. Il est désormais évident que les gouvernements européens n’ignoraient rien de la nature criminelle de ces vols secrets. Certains d’entre eux ne se sont d’ailleurs pas contentés de fermer les yeux. Ainsi, la Pologne et la Roumanie sont particulièrement suspectées d’avoir aménagé sur leur sol de « petits Guantánamo » où étaient incarcérées, en attendant leur transfert définitif, des personnes enlevées au Pakistan, en Afghanistan ou ailleurs.


« Accessible tourism » Martin Hardouin Duparc, 2007. Le gouvernement britannique est soupçonné d’avoir participé à l’enlèvement de suspects et à leur mauvais traitement. De même que les gouvernements suédois et autrichien. Quant aux autorités allemandes, elles sont accusées, entre autres, de « ne pas avoir ignoré » l’enlèvement d’un de leurs ressortissants, d’origine libanaise, M. Khaled Al-Masri, transféré en Afghanistan. Les services secrets italiens sont, eux aussi, accusés d’avoir aidé des agents de la CIA à enlever clandestinement, à Milan, l’imam Hassan Moustapha Ossama Nasr, dit « Abou Omar », transféré en Egypte, où il aurait été torturé et violé (3).

Cette massive violation des droits humains n’a pu se faire sans que les services du haut représentant pour la politique étrangère de l’Union européenne, M. Javier Solana, ainsi que ceux de son collaborateur, le coordinateur européen de la lutte antiterroriste, M. Gijs de Vries, en aient eu connaissance. M. de Vries, en un geste éloquent, a choisi de démissionner : « Les Etats démocratiques, a-t-il averti, doivent mener leur combat antiterroriste dans le cadre du respect des lois (...).L’accumulation des mauvais traitements d’Abou Ghraib, des abus de Guantánamo et des enlèvements de la CIA a miné la crédibilité des Etats-Unis et de l’Europe (4). »

Tous ceux, dirigeants ou exécutants, qui ont participé à ces enlèvements doivent craindre la justice. Et méditer sur le destin de Mme María Estela Martínez, dite « Isabelita Perón », ancienne présidente de l’Argentine, pays où, au nom de l’antiterrorisme, les autorités pratiquèrent massivement les enlèvements politiques. Elle vient d’être arrêtée à Madrid, accusée de la « disparition forcée » d’un étudiant, Héctor Faguetti, en février 1976, il y a donc trente et un ans... La justice est lente, mais elle doit être inexorable.

Ignacio Ramonet.


maatala

Anonyme a dit…

On peut bien ecouter une conversation autour d'un telephone eteint. A vous de vous en rendre compte et meme surveiller votre conjoint/conjointe si vous croyez qu'elle/il triche. Si c'est disponible dans le commerce, qu'est ce qu'on dit des possibilités d'ecoutes du dernier etage des ambassades?

A-

http://www.espion-on-line.com/GSM_espion.htm

Anonyme a dit…

Lu sur El Watan. Precision sur ce qui s ést passe exactement entre Kadafi et le roi Abdallah.

Quelques commentaires de gens aigris. Ils ne sont pas differents de nous.

===========
Sommet arabe de Doha
Kadhafi apostrophe le roi Abdallah d’Arabie
La première journée du sommet arabe de Doha a donné lieu à un nouvel esclandre du bouillant leader libyen Mouammar Kadhafi, qui s’en est pris sans ménagement au roi Abdallah d’Arabie saoudite.




Alors que l’émir du Qatar, cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani, hôte du sommet, achevait son discours, Kadhafi a brutalement pris la parole pour apostropher le roi Abdallah. "Cela fait six ans que vous évitez de m’affronter", a-t-il dit à l’adresse du roi Abdallah en présence d’une quinzaine d’autres chefs d’Etat arabes. Les deux hommes sont en froid depuis la publication en juin 2004 d’articles de presse aux Etats-Unis et en Arabie saoudite accusant M. Kadhafi d’avoir ourdi un complot dans le but d’assassiner Abdallah, alors prince héritier du royaume saoudien. Tripoli avait nié le bien-fondé de ces accusations à plusieurs reprises.

"Je suis prêt à te rendre visite et à t’accueillir" en Libye, a ajouté le dirigeant libyen, lunettes noires, portant une "thobe" (tunique) couleur ocre et coiffé d’une toque de même couleur. La retransmission de cette intervention par la télévision qatarie, suivie par les journalistes depuis le centre de presse, séparé de la salle de réunion du sommet, a aussitôt été marquée par une coupure de son témoignant de l’embarras de l’émir du Qatar, hôte de la réunion et qui a pris la présidence du sommet pour une année. "Je suis le doyen des dirigeants arabes, le roi des rois d’Afrique et l’imam des musulmans", a lancé Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 1969 et qui vient d’être élu pour un an à la tête de l’Union africaine.

La télévision d’Etat libyenne a ensuite diffusé un extrait de l’intervention de M. Kadhafi, dont le texte intégral a été publié par l’agence officielle Jana. "Je dis à mon frère Abdallah que, depuis six ans, tu me fuis et tu as peur de m’affronter. Je voudrais te rassurer : il ne faut pas avoir peur. Je te dis qu’après six ans, il a été prouvé que c’est toi dont le passé est fait de mensonges et qui fait face à la mort", a-t-il dit. "Toi, tu es le produit de la Grande-Bretagne et le protégé des Etats-Unis", a-t-il encore ajouté, avant de conclure : "En respect pour la nation (arabe), je considère que le problème personnel qui nous oppose est fini et je suis prêt à te rendre visite et à t’accueillir" en Libye.

Il a ensuite quitté la séance, dédié officiellement à la "réconciliation interarabe", pour "aller visiter un musée à Doha", selon son entourage. Le roi Abdallah a quitté la salle à son tour, avant d’y revenir un peu plus tard, apparemment à la suite d’une intervention des responsables qataris, selon des diplomates présents dans la salle.




Par El Watan avec AFP

publicité Hebdos & Services Hebdos Histoire Fait du jour Mode Nostalgie Supplément 05 octobre 1988 Supplément économie Supplément Histoire Supplément immobilier Portrait Médias Arts et Lettres sciences Santé France-Actu Multimédia Automobile Air du temps Cinéma Environnement
Services Archives > Qui sommes-nous ? > Contacts > Annonceurs > Mentions légales > Crédits > Accessibilité > Editions locales
Choisissez une région : Alger Info Oran Info Constantine Info Kabylie info Annaba Info Setif-info Tiaret info Chlef Info Tlemcen Info Mostaganem Info Bel Abbès Info Skikda info Sud Info Blida Info Ouargla Info Djelfa Info Tipaza Info Béjaïa Info Jijel info Chroniques d'El Watan
Choisissez une chronique : Point Zéro Balises Médiascopie Le point du samedi Vu à la télé Dans la lucarne Fronton 08-Eclairage Abecedarius Coup franc La chronique de Ali El Kenz Repères


Avis des lecteurs...


Le 30.03.2009 à 17h16
Kadhafi apostrophe le roi Abdallah d’Arabie



Tous des clowns, des marionnettes, ces présidents et Rois d’états arabes !!! Ils sont encore en place par la grâce et le soutien des États-Unis et Ex puissances coloniales. Bouteflika, Kaddafi, Moubarak, ... de soi-disant présidents de républiques démocratiques, mais qui en réalité sont des Rois et n’ont rien à envier au Sultan d’Arabie Saoudite et autres sultans de l’Arabie. Des dictateurs, qui ne lacheraient pas le pouvoir que pour le donner à leurs enfants ou à leurs protégés. Kadafi est imbu de sa personne. Il se réclame roi des Rois d’Afrique et oublie Mandela. Il gagnera beaucoup à imiter Mandela, qui après un long combat pour la liberté de son peuple et un trés court séjour au pouvoir, a décidé de céder sa place et promouvoir l’alternance au pouvoir. L’union arabe est une illusion et un grand mensonge !!!


répondre


Le 30.03.2009 à 16h58
Kadhafi apostrophe le roi Abdallah d’Arabie



nous ne sommes pas concernés par ce sommet d’arabes ! l’algerie ne devrais plus envoyer de representants pour rencontrer ce genres de rigolos. nous les algeriens nous pensons differement, ce qui nous particulaise de ses megalomans


répondre


Le 30.03.2009 à 16h56
Kadhafi apostrophe le roi Abdallah d’Arabie



l’orgueil, la méchanceté,la mégalomanie, quelle honte pour les arabes


répondre


Le 30.03.2009 à 16h55
Kadhafi apostrophe le roi Abdallah d’Arabie



Bonjour,

Nous donnons l’impression de nous positionner par rapport aux arabes. Notre alignement sur les dictatures arabo islamiques est il surprenant ? Mon humble avis : Voyons ailleurs où des choses plus intéressantes se déroulent : Exemple en Inde où justement c’est la campagne électorale. c’est aussi éloignée que la distance, certes, mais une petite couverture permettra surement aux algériens de voir ailleurs, même en Inde, et sortir de l’obssession arabo islamique. Si ce commentaire était censuré, serait ce surprenant ?

Cordiales salutations. le chemin est ardu et semé d’embuches.

Mouloud.


répondre


Le 30.03.2009 à 16h41
Kadhafi apostrophe le roi Abdallah d’Arabie



en s’enfout les Arabes c’est toujours ça,à qui excel dans l’insulte.Il veulent toujour avoir la suprèmatie sur leur peuple.Ils se sont mit d’accord une fois pour toute pour ne jamais tomber d’accord.C’est une rèunion et un sujet sans importance... !. Occupons-nous de nos problémes Algèros, Algeriens,et faisant en sorte que le BOYCOTT nous dèbarrasse de la même mafia qui dirige les arabes.Boutef n’est pas mieux que les autres.Le BOYCOOT est une necessitè.SMAÏL


répondre

Anonyme a dit…

Sanhaji,

Vous etes noble, respectueux, intelligent et sage. Vous avez un amour sincere pour la Mauritanie. Pour Zouber et ceux qui pensent comme lui, nous avons commis un crime parce que tout simplement nous defendons les interets superieurs du vaillant peuple Mauritanien.
IL N'Y A ABSOLUMENT NI HAINE NI RACISME DANS TES ECRITS!!!!
Ils sont libres d'ecrire tout ce qu'ils veulent a' propos de moi mais cela me laisse indifferent!
Tout ce que nous avons ecrit a' propos des evenements de 1989 a' 1992, est vrai. CE SONT LES EXTREMISTES DES DEUX BORDS QUI SONT RESPONSABLES DE CE QUI EST ARRIVE' EN MAURITANIE.

Don't worry about them because they just don't know any better!!!



BF,

Je vous remercie pour les mots.
Good and bad people come from all colors and races. Nous avons des noirs qui sont extremement racistes et extremistes et ils ne veulent point qu'un...NOIR comme moi evoque leur cas. Ils ont porte' prejudice a' la societe' Mauritanienne en general et aux vaillantes populations de la valle'e en particulier MAIS LEUR HAINE ET LEUR RACISME NE LEUR PERMETTENT PAS DE VOIR LES DEGATS QU'ILS INFLIGENT REGULIEREMENT AUX MEMBRES DE LEURS PROPRES ETHNIES RESPECTIVES.

Anonyme a dit…

La video (BBC)sur la sortie de Kadafi à Doha. Il croit dur d'etre le roi des rois. A-

===
http://www.bbc.co.uk/arabic/av/middle_east/2009/03/090330_gaddafi_rant.shtml?bw=bb&mp=wm&news=1&ms3=22&ms_javascript=true&bbcws=2

Anonyme a dit…

Salut ...

lu sur taqadoumy

." 30-03-2009 21:59
Médiocre réponse de TAQADOUMY.
Votre positionnement politique ne vous autorise pas à détourner un organe de presse pour en faire un outil de diffamation.
Votre propagande contre un régime ne doit pas être confondue avec l'information.
Vous pouvez émettre l'avis que vous voulez contre qui vous voulez mais l'information doit rester exacte et vérifiable.
La convocation d'un magistrat, ni la mise en examen ne veut pas dire culpabilité.
Sachez qu'en France aux USA et partout dans le monde votre journal pourraît être suivi et condamné pour ce que vous avez écrit.
Mais que reprochez vous à l'AMI ou à TVM?

retirez votre article et sachez que la victimation ne vous srvira pas à grand chose. Vous avez beaucoup d'ennemis.
Diffamer les individus ne sert en rien la liberté d'expression. "

lecitoyenlambda@gmail.comCet e-

bl

)

Bebe BA a dit…

A-, tu connais ce Vlane?

Lu pour vous sur Cridem:

Psychose à l’Ambassade (la statuette maléfique : rappel des faits suite et fin).

RAPPEL : Ce papier fut écrit pour Le Calame, mais ledit journal ne paraissant pas avant le 29 de ce mois, Ahmed Ould Cheikh, directeur du journal, me donna les coordonnées d’un confrère confirmé avant de prendre l’avion le jour même.

J’ai donc contacté le directeur du journal L’Authentique qui, avant de rencontrer les membres de l’Ambassade concernée, était « preneur », mais les diplomates initiés ont fini pas le convaincre du côté maléfique de l’objet dont nous allons parler.

Finalement, il refuse même de voir l’objet en question. Voici l’histoire : j’ai essayé de la raconter avec un ton spécial qui aurait fait sourire Habib ould Mahfoudh, Allah yarehmou, hélas n’est pas du Calame qui veut.



Ne pouvant plus attendre pour mettre sur la place publique cette affaire, j’espère que le net saura nous guérir des superstitions. J’espère qu’après ce billet chacun prendra ces responsabilités et que nous pourrons enfin mettre l’objet en question à l’abri du sort.

Voilà toute l’histoire : en février 2006, j’ai fait, à Ségou, l’acquisition d’une statuette pour remercier l’association qui joignait ses efforts aux miens afin de sortir les arts plastiques mauritaniens de l’anonymat.

Là commence l’affaire. Depuis que l’association a vu la statuette, je n’ai, pour ma part, plus vu que la statuette. Ce fut là le début d’une série de petits malheurs, bientôt suivis de drames moins relatifs, c’est-à-dire plus persuasifs.

Ayant passé plus d’un an et demi de recherche en tous genres, j’ai finalement découvert ce que pouvait bien signifier cette statuette. J’ai enfin compris pourquoi elle peut inspirer la terreur à certaines personnes initiées ou, tout simplement un aigre intérêt pour les moins sensibles.

Alors voilà, j’ai rencontré des collectionneurs avec plus de connaissance que de savoir, j’ai rencontré, R.V, un archéologue de la sous région, le conservateur de notre musée national et bien d’autres regards sinon avertis du moins plus sereins que le mien. Enfin à peu près tout ce qu’on peut rencontrer sans visa. Le verdict est sans appel : d’aucuns ou plutôt tous admettent n’avoir jamais rien vu d’aussi convainquant.

Revenons de plus près à notre affaire : après avoir refusé des sommes cosmiques pour un intellectuel précaire du tiers monde mais guère regrettables à l’échelle de l’inestimable car tous ceux qui l’ont vue mettent au défi quiconque de nous sortir quelque chose de ce genre, c’est une pièce unique, j’ai donc tapé à la porte d’une fameuse ambassade, celle du pays d’où provient le fétiche maléfique.

Nous y sommes car je comptais tout simplement remettre la chose aux autorités concernées, si tant est qu’elles me fournissent les documents m’assurant entière propriété de la chose jusqu’à preuve du contraire, et ce pour protéger cette statuette car seul un musée peut l’entretenir et la présenter dans les règles de l’art ; car j’ai beau la préserver comme le peut un néophyte consciencieux, elle n’en demeure pas moins dans un état déplorable, et je demeure à cet instant très inquiet pour la suite.

Quoique j’espère bien voir débarquer ici, le Samuel, tel le conservateur du musée du Caire qui toujours après une découverte, vient signer l’eurêka, comme pour dire aux blancs qui trouvent : on est chez nous.

A l’ambassade donc, je fus reçu comme en Afrique les hommes importants reçoivent un inconnu surpris à discuter d’égal à égal avec les gardiens. Le consul qui sortait du bureau me désigna du doigt une place, là-bas, où je n’ai qu’à aller garer la peugeot sans conséquence, sans prendre la peine d’achever un bonjour dont je me demande encore si je n’en ai entendu que le début ou à peine l’intention. Suivirent mille vexations qui finirent par m’amuser.

Bientôt un ami venu en renfort, ressort de son ambassade avec le comptable, immatriculé CD : celui-ci voit la statuette ouvre de grands yeux, a le vertige dit-il après-coup, et s’empresse de vouloir me faire entrer chez leur excellence pas encore au parfum. Là un attroupement grossit, avec au centre, moi qui m’agite, sûr de mon effet, en expliquant que je ne donne plus rien à notre excellence, ça leur apprendra à traiter les pauvres diables de la sorte.

Là, s’engage une discussion en langue voisine, suite à laquelle l’excellent chauffeur de notre excellence comprend enfin ce qu’il vient de voir, c’est-à-dire notre statuette. Il est pris sur-le-champ d’un malaise excellent qui contraint son excellence à quitter son bureau sous la casquette encore chaude de sans chauffeur. Pénible. Désolé.

La suite peut paraître cocasse aux yeux des ignorants sans en demeurer pas moins la plus raisonnable aux yeux des initiés. Nous y sommes toujours : notre excellence suivant le compte-rendu métaphysique de son juste comptable et l’état consécutif, implicatif et sans équivoque de son chauffeur, interdit à quiconque de l’ambassade de faire entrer cette maudite statuette dans ses locaux ; ordre qui fut suivi à la lettre sans interdire à notre comptable une de ces rages, toute diplomatique, que cet ordre impliqua car le comptable qui est de la région sait ce qu’il a vu et ce que cela peut bien représenter, bien qu’il soit dans l’incapacité d’oser m’interpréter ce que je sais déjà.

Ainsi, je me retrouve avec une statuette que je voulais mettre en dépôt dans l’un des plus grands musées de la sous-région mais notre excellence ne veut rien savoir, arguant qu’il s’agit d’une affaire privée. Bien sûr !

Pendant ce temps, notre comptable appelle partout au pays pour leur redire en somme : « Venez … » puis « mais comment ! si je vous dis de venir…». Une semaine après toujours rien. « L’administration ! vous comprenez » me dit-il sans savoir qu’en 32 ans n’ayant moi-même jamais rien administré, je me demande d’ailleurs si dans notre jeune démocratie : suis-je même l’administré de quelqu’un. Je n’ai donc rien compris. Passons.

Pourtant l’autre, notre conservateur, m’a assuré et je veux bien le croire, que si le conservateur du pays concerné apprenait cette affaire ; depuis quelques temps déjà j’aurai pu lui parler les deux yeux dans les quatre, et ce sont là mes mots.

Ce qui ne l’a pas empêché de m’avoir, aux dernières nouvelles, fait poireauter une heure excellente face à la plaque « directeur général » du musée que l’on sait en me laissant le désagréable loisir d’avoir l’impression d’impressionner la secrétaire par le mot « rendez-vous », car ceux que j’ai vu pousser la porte ne la consultent pas et les epsilon qu’elle a le mérite de faire patienter ne seront pas reçus ; pour ma part, il m’a fallu une « intervention » : merci, docteur !

Alors je lance un appel aux chancelleries de la place, bien que je sache qu’il est un mois de l’année où le service chancelle, aidez-nous à mettre à l’abri cette statuette dans un musée. Je suis prêt à donner aux autorités compétentes toutes les informations nécessaires afin de prouver qu’elle ne fut pas volée et si malgré tout on peut me prouver le contraire, nous la rendrons à son propriétaire à une seule condition, étant musulman , il me faudrait les garanties que la chose ne retournera pas chez un initié. Voilà.

-----------------------------------------

P.S : Pour tout renseignement complémentaire contacter le conservateur du Musée de Nouakchott, il a vu la chose car pour ma part je ne la montrerai qu’à des spécialistes de la cosmogonie dogon. La statuette est en piteux état et je ne la ressortirai plus.

Pour finir, rien de plus éloquent que cet extrait de la préface du livre qui me permit enfin de saisir les attributs de cette statuette (clavicules, cordon ombilical, tresses, signe du crâne du nommo, graine, chaînes, échelle du temps ect ect, nous avons affaire au retour de l’Ogo sur terre avant de devenir le renard pâle, il a parcouru les quatre directions…

C’est mon interprétation, que Samuel vienne ou un autre, j’attends, j’ai juste un problème avec les yeux, on n’en trouve de pareils que sur les statues proto-dogon or le reste est trop élaboré pour correspondre c’est le hic qui n’engage que moi un cuistre) :

« …la mission Griaule-Dieterlen a moissonné, au cours de plus de quarante années d’études, une série de documents extraordinaires sur la vie et conceptions d’une tribu noire : les Dogon. Ce sont ces documents, publiés par l’institut d’ethnologie, que E.G porte aujourd’hui à notre connaissance en les soumettant à un examen critique. Et ce qu’il nous apprend est proprement fantastique.

Est-il possible d’admettre, en effet, que les Dogon, analphabètes, aient une théorie atomique, qu’ils connaissent la forme et l’infinitude des galaxies, les satellites de Jupiter, l’anneau de Saturne, la rotation propre du soleil sur lui-même, le mouvement de la terre autour du soleil et sur-elle-même, toutes les caractéristiques principales du système de Sirus, la Croix du Sud et mille autres détails sur cette « arche » qui amena les hommes sur la terre avec la forme et les précisions que nous pouvons imaginer à nos propres vaisseaux spatiaux ?

Et pourtant c’est ce que racontent les Dogon avec un luxe de détails « vécus » extrêmement troublants. D’où tiennent-ils leurs connaissances ? Grande question à laquelle la science est encore incapable de répondre.. »

Et maintenant comme on dit : on fait quoi ? Les autorités contactées font la sourde oreille, il faut dire que je n’ai autorisé aucune photo, on est pas à l’abri d’une entourloupe. Y a-t-il une chancellerie qui travaillant au mois d’août, veuille bien nous mettre en contact avec leurs musées respectifs.

Quel pays dans ce pays peut aider un comptable Dogon dans tous ses états et un mauritanien collectionneur sans le sou à protéger cette statuette en la mettant à l’abri du marché de l’art ? Merci n’est pas vada qui pourrait aussi se dire argent en poular, mais merci tout de même qui j’espère se dira enfin.

-------------------------

LA SUITE : trois ans plus tard, je tiens à dire à ceux qui sont au courant de cette affaire que la statuette a enfin pu quitter le pays jeudi dernier en de bonnes mains. Elle est désormais en lieu sûr et les gens compétents vont pouvoir en prendre soin.

Voilà. Cela dit, j’en profite aussi pour faire glisser notre réponse au poète Deyloule suite à son texte publié sur Cridem « inconnu jusque-là : le cercle des poètes ensablés présente cette découverte ».

L’article malheureux n’a eu que 175 lectures, j’ai appris depuis à utiliser toutes les infiltrations pour glisser de la versification même si ce n’est pas toujours de la poésie. J’espère qu’on fera mieux, cette fois-ci ce n’est pas gagné.

L’art de la versification francophone mauritanien n’a guère droit de cité car il ne s’est pas encore perdu dans l’art de dénigrer ou applaudir. Il se contente de monter son scrabble comme d’autres front des mots-croisés sans prétention aucune sinon faire de l’exercice pour entretenir l’esprit.

Aujourd’hui, le cercle des poètes ensablés vous présente : un acrostiche. C’est une pièce de pièce de vers composée de telle sorte qu’en lisant dans le sens vertical la première lettre de chaque vers on trouve la phrase prise pour thème

------------------------------------------

« Entendez-le qui dit : vive Aziz pour mille ans »

A l'heure de vous répondre aucun mot ne vient
Car défendre les généraux ne rime à rien
Rappelons à ce titre que la poésie
Oblige les vers à tout sauf à l’amnésie
Seuls les griots peuvent glorifier le camp des armes
Trente ans de leurs règnes ont tout laissé en larmes
Ils ont pris ce pays : il n’ avait pas vingt ans
Ce pays dans leurs bras ne dit plus que hi-han
Humilié, exploité, brisé à dix huit ans
Entendez-le qui dit « vive aziz pour mille ans »

Aziz n’y est pour rien, il chassa le tyran

Le pays dit « merci » et lui en veut pourtant

Ils sont tous là à l’applaudir ou le maudire
Nul cependant n’ose l’affronter sans frémir
C’est un vieux monsieur qui osa le limoger
On connaît la suite: son mandat abrogé
Nul ne pouvait croire que Sidi oserait
Ni que son mentor Aziz le déposerait
Un six août fit croire que tout exploserait

Du décret inouï au coup d’état responsable
En deux temps, on passa du rêve à l’impensable
Y a-t-il eu dans l’armée le chaos ciblé
L’ordre pouvait finir fauché comme les blés
On vivrait alors comme on prend un bain de sang
Un seul rempart contre Aziz se mit en rang
Le Front des amis de Taya et de Sidi
Ensemble pour décrocher la lune à midi

Debout dans les salons ou face aux claviers
Envahissant le net et absent sur le gravier

Le Front est paralysé par ses propres membres
Aux bras aux jambes jusqu’à l’ego qui se cambre

Partout se pavanent les ennemis du peuple
Aux uns on doit ce rien qui, manquant, tout dépeuple
Rejoindre le système, trahir l’opposition
Tout ça pour souper dans toutes les positions

Des autres ténors célèbres au fil des ans
Un même air rappelle la morgue du Tyran

Comment un tel Front peut-il sauver la nation
En lui, dans chaque coin, la trahison en faction
Rappelle que le peuple est de tout sauf du front
Car le peuple est loyal, il reconnaît l’affront
L’affront fait à celui qui vous fit Président
En l’affrontant, il fit de vous un résident

Du mot Président, le P perd sa résidence
Et comme un pont vers un âtre sans résilience
Se retrouve perdu au front sans consistance

Pourtant vous aviez tout pour rester et dissoudre
Oh, Dieu ! Quelle erreur de choisir le feu aux poudres
En signant ce décret, vous entrez dans l’Histoire
Tout seul sans le Front, sa place est dans le crachoir
Et demain quand vous serez tout seul dans le noir
Sans autre Front que le souvenir du pouvoir

Eteignez votre portable et allez à Dieu
Ne vous a-t-il pas gâté jusqu’à votre adieu
Souvenez-vous de votre vie jusqu’au pouvoir
A.O.D a reçu une autre trajectoire
Blessé par le sort et à jamais sans victoire
Le voilà qui prend acte au nom de la mémoire
En sauvant Aziz du Front de leurs ennemis
Son combat se termine en vengeant ses amis

Vlane

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

Pour te dire la realite, je ne connais pas Vlane. Je le lisais un peu il y a un ou deux ans et depuis lors je le saute. Pour toi je vais le lire. A-

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

Ton vlane est trop long. J'abandonne. Tu me diras ce qu'il dit. A-

l'apprenti poète a dit…

Cher A-,

je connais très bien cette solution et il ne faut pas qu'elle provoque confusion par rapport à l'entendement du téléphone éteint.

d'abord, "hadha illi gallek khouk maa yehrek"

la confusion est autour du téléphone en mode veille et un téléphone éteint:
- un mode veille avec un écran inchangeable il est en perpetuelle communication avec son réseau et tout est faisable dessus si au préalable le terminal lui même a été paramétré pour ça
- un téléphone éteint: hors tension ne peut pas être écouté. pourqoui : pour la simple raison qu'il fonctionne avec une carte électronique avec des composants dessus qui ont besoin de communiquer entre eux et qu'ils ont besoin d'être alimenté en énergie pour ça.or jusqu'à présent on ne peut alimenter un téléphone en énergie à distance (l'energie n'est pas transmissible sur l'interface air, il lui faut un cable)
d'ailleurs, dans l'offre de Espion ils restent ambigues sur ce point.

Relax mon frere si tu mets ton téléphone hor tension pas d'écoute je le sais et crois moi au moins sur ce coup là

l'AP

«Les plus anciens ‹Précédent   1 – 200 sur 497   Suivant› Les plus récents»