mardi 21 avril 2009

Appel aux hommes de ce pays

Au nom des femmes matraquées


Dieu est témoin et vous aussi que nous avons depuis bientôt un an défendu le général civilisé contre ce front détestable qui prend en otage l’idéal et nous promet le retour de la dictature civile impuissante et incompétente. Le général et ses amis ne diront jamais assez merci à tous ces anonymes et moins anonymes qui ont préféré le camp de l’audace armée à celui des intrigants civils qui ont trahi l’élan démocratique pour le transformer en une sordide affaire familiale coupée de la réalité du peuple et occupée juste à naviguer à vue comme des enfants va-t-en-guerre avec des armes trop lourdes pour leurs épaules et surtout dirigées contre le peuple qui aspire à un changement véritable.



Nous avons milité sur le net de canal à cridem et ailleurs pour éviter à ce pays le piège des fausses promesses et des grands mots déviants pris au piège de politicards ayant pour la plupart soit trahi l’opposition historique soit porté jusqu’à ce jour fièrement l’étendard criminel de 21 ans de tyrannie abjecte.



Nous avons milité pour le duo HCE/RFD car nous pensions et nous pensons toujours que seule une alliance efficace entre le HCE et les forces vives et saines du RFD peut éviter au HCE de prendre le chemin d’une dictature sans aucune lumière , livrée quelle serait aux cortèges de RV toujours aux aguets pour apporter chacun son troupeau nourri, engraissé et fidélisé par 21 ans rvitude.



Aujourd’hui le chef de l’opposition historique, par un de ses virages dont lui seul a le secret, braque avec ses dernières forces pour rejoindre le gang du front détestable bien qu’il compte en son sein une poignée d’idéalistes inconscients mais honnêtes. On le regrette mais tant pis nous continuons à croire que seul un homme audacieux et éclairé ayant l’armée de son côté peut faire changer les choses.



Nous avons donc milité de toutes nos forces en rêvant d’une dictature éclairée pouvant seule faire passer à ce pays le cap misérable de la routine criminelle qui fait tout tourner en rond pendant que le pays sombre et que les clans se raffermissent et se radicalisent pour la seule gloire du tribalisme préhistorique dont personne ne gagne rien sinon une poignée de fins gredins qui savent comment jouer « des leurs » pour plonger tout le monde dans le bain primitif de tous les leurres qui leur rapporte gros et nous divise éternellement.



Nous sommes pour l’opposition participative , critique et vigilante pour permettre au HCE d’avoir d’autres soutiens que RVland afin que l’homme au pouvoir ait le choix de ses soutiens de sorte qu’il n’ait plus le prétexte de dire qu’il n’avait pas le choix car seuls sont venus à lui les gens du système.



Aussi, considérant la dernière sortie des forces de l’ordre et surtout l’absence de regret au sommet de l’état face à ce crime inqualifiable que celui de matraquer jusqu’au sang des femmes sans défense , filles et mères du pays du million de poètes



Nous invitons tous les hommes de ce pays démocrates ou pas à sortir manifester contre ces agissements qui ne nous promettent aucune dictature éclairée mais nous rappellent les pires moments de l’impunité .



Ce ne sera pas de gaité de cœur que nous irons marcher au côté du front et se faire matraquer mais enfin si les femmes sont allées au front , on ne peut pas rester-là à commenter.



Je propose donc une marche organisée par tous les partis politiques et toutes les organisations de la société civile pour dire « non à la barbarie » et exiger des excuses du gouvernement et l’indexation des responsables de cette terrible insulte faite à notre religion, une terrible humiliation servie à l’image de notre pays et à la sagesse et la beauté de sa culture qui respecte et laisse aux femmes le droit de dirent ce qu’elles veulent



Si nous organisons une marche pacifique et que les forces de l’ordre en viennent à commettre le même forfait, peu importe si c’est nous qu’on matraque pourvu qu’à l’avenir le pouvoir sache enfin que si peuple paisible peut tout supporter , il reste une seule chose qui peut encore lever et réunir tout le monde contre les barbares c’est de voir sa sœur, sa mère, sa cousine , une amie ou même un simple femme inconnue se faire matraquer jusqu’au sang pour rien.



Non merci ! que les partis politiques et la société civile organise cette marche pour exiger les excuses du président de la république par intérim puisque c’est lui qui , officiellement , est assis au sommet de l’état



( faire circuler ce petit papier et que chacun prenne ses responsabilités, qu’on nous indique l’heure et l’endroit de la marche et que Dieu maudisse quiconque reste en arrière ou chez lui )

PS. Femmes s’abstenir

115 commentaires:

Anonyme a dit…

Vive la republique Islamique de Mauritanie!
Vive le Vaillant peuple Mauritanien!
VIVE LA DEMOCRATIE!
VIVE LE PRESIDENT LEGITIME SON EXCELLENCE SIDI MOHAMED OULD CHEIKH ABDALLAHI!!!!

Anonyme a dit…

lu pour vous

L'Edito du Calame : Un Conseil si bien conseillé / Ahmed Ould Cheikh
21-04-2009
Comme il l’avait promis, à Nouadhibou, le général Ould Abdel Aziz a démissionné. Rendu le tablier, mercredi dernier. Sans trop (se) faire de publicité et sans la moindre cérémonie protocolaire, pour son départ ou l’arrivée de celui qui «prendra» les rênes du pays. Il s’est juste contenté de prononcer un long discours sur ses «réalisations» et ses promesses de lendemains qui chantent.

Il n’est donc plus ni chef de l’Etat, ni président du HCE. Mais toujours militaire, selon l’opposition. On n’est jamais trop prudent. Au cas où les choses – ou les généraux et autres colonels – tourneraient mal, il pourrait, ainsi, reprendre du service. Ould Taya n’est-il pas passé du statut de chef de l’Etat à celui de président de la République, sans démissionner, formellement, de la grande Muette? Ould Abdel Aziz est donc sorti par la fenêtre, pour revenir par la porte, dixit Ould Daddah. Les urnes après les armes, en quelque sorte. Un départ opéré dans la plus grande discrétion mais de pure forme.

Un discours dont on a pu entendre des extraits sur Al Jazeera, trois heures avant qu’une TVM, toujours à la traîne, ne le diffuse, très tard dans la soirée.

L’homme a verrouillé le système et continue de tirer les ficelles, confiant, très provisoirement, la présidence à Bâ M’baré qui, grâce à une pirouette digne des plus grandes danseuses du ventre, exécutée par le Conseil constitutionnel, assure l’intérim d’un président bien portant et capable d’exercer ses fonctions. Ce Conseil, normalement censé veiller à l’application de la Constitution, n’a pas hésité à en violer l’esprit et la lettre. On avait eu l’espoir, furtif, que ses membres, qui avaient l’immense privilège d’être inamovibles, dans un pays régi par la politique du ventre, allaient refuser de cautionner ce que le FNDD a qualifié de «tragi-comédie». L’obéissance à l’Autorité a pris le dessus sur l’indépendance d’esprit, le bon sens et le respect du texte fondamental qu’est la Constitution.

Si le président est en bonne santé, le HCE, quant à lui, est entre de «bonnes mains». Ould Ghazwani, l’alter ego (jusqu’à quand?) du candidat à l’auto-investiture, en a pris les commandes, le temps, pour Ould Abdel Aziz, de se présenter à son plébiscite, préparer sa campagne et se faire élire, sans coup férir, en l’absence de challengers sérieux. De quoi mettre un peu de couleur nationale, comme un ersatz de légitimité, sur les armes fondatrices du nouveau pouvoir. Avec le soutien d’un Conseil constitutionnel qui, dans son infinie bonté, a expliqué sa décision par la nécessité «d’attirer les bienfaits et d’écarter les méfaits» (sic!: ça ne s’invente pas, une telle rhétorique!)

Ne se sont-ils pas posés de questions, nos sages : qui a attiré les méfaits sur le pays? Qui a provoqué notre renvoi de l’UA et va nous entraîner dans le cycle infernal des sanctions? Qui a entraîné le blocage, par la Banque Mondiale, de 175 millions de dollars qui devaient être décaissés, pour des projets en cours, et plus de 500 millions, pour les deux ou trois prochaines années? Qui a poussé l’UE à suspendre le 10ème FED (156 millions d’euros d’aides diversifiées, plus 40 millions d’aide budgétaire) et le Fonds de stabilisation des recettes minières, le SYSMIN? Pourquoi le FMI, qui venait, chaque année, au secours de notre balance des paiements, chroniquement déficitaire, a exclu notre pays, en janvier dernier, de sa distribution, gracieuse, de 750 milliards de dollars aux pays pauvres, pour faire face à la crise mondiale ?

Pour quelles raisons les Etats-Unis, qui venaient de nous admettre au très convoité Millenium Globe Challenge, destiné à aider les pays démocratiques, et qui allaient nous permettre de bénéficier de quelques centaines de millions de dollars durant les prochaines années, nous ont-ils renvoyés à nos chères dunes? Parce que nous soutenons le terrorisme ou que nous entretenons un programme nucléaire, peut-être?

Des questions auxquelles le Conseil constitutionnel n’avait, heureusement, pas à répondre, ou si facilement : il n’y avait, probablement, à cocher que les cases Sidi, FNDD, Ould Daddah et RFD. Un Conseil bien avisé est un Conseil bien conseillé...


Ahmed Ould Cheikh
Le Calame n°684, du mardi 21 avril 2009


© Le Calame - Avril 2009
taqadoumy.com

copiarpegar

Anonyme a dit…

Mohamed Ibn Chambas yabouya,

Quelque soit le niveau de l'aide que tu donnes aux militaires, c'est bouffe et on retourne a la case de depart. Les sous donnes par les US, la France, Israel et les autres donateurs se sont retrouves sous forme de villas, maitresses, VX, comptes bancaires, etc

Regarde s'est barre avec 50 millions de $ des saoudiens, sans compter l'argent des americains qui se trouvent cocufies par notre General qui baise maintenant avec Sarkozy et Ahmedinejad. C'est dur d'etre cocufie par un ex-colonel mahmoud lillah.

KBG enta vem?

Bouroutou

_____

CEDEAO : Inquiétude du président de la Commission face au « faible niveau » de sécurité mardi 21 avril 2009 Ouestafnews - Le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), Mohamed Ibn Chambas, s’est inquiété du faible niveau de sécurité dans la sous-région, soulignant notamment « le manque d’équipements » des forces de sécurité. « La capacité de la sous-région à relever le défi de la sécurité est entravée par (…) des systèmes sécuritaires sous équipés et répressifs », a dit Mohamed Ibn Chambas dont les propos sont rapportés par le quotidien nigérian The Guardian. La sécurité dans la sous région « est fragile », malgré les efforts réalisés dans les domaines de la paix et de la consolidation de la démocratie, a précisé M. Chambas qui s’exprimait à l’ouverture d’une rencontre sur « la réforme de la sécurité » en Afrique de l’ouest organisé par la CEDEAO et le Centre africain pour les études stratégiques (ACSS, en anglais). Cette rencontre se tient alors que dans au moins trois pays membres (Guinée, Guinée Bissau, et Togo), la situation politique reste très volatile. En Guinée Conakry les militaires ont refait irruption dans la scène politique et sont au pouvoir depuis décembre dernier, en Guinée Bissau le chef de l’Etat Joao Bernardo Vieira a été assassiné début mars 2009 par de soldats et le Togo vit depuis quelques jours une situation de vive tension ayant entraîné plusieurs arrestations dont un demi-frère du président Faure Gnassingbé accusé de tentative de coup d’Etat. Ces crises ont été évoquées par M. Chambas lors de la rencontre. La Mauritanie, autre pays d’Afrique de l’Ouest mais qui ne fait plus partie de la CEDEAO depuis près d’une décennie, a aussi été secoué en août 2008 par un coup d’Etat militaire qui a installé le pays dans l’instabilité. La CEDEAO, organisation d’intégration sous-régionale, est déjà intervenue à plusieurs reprises dans les années 90 pour tenter de ramener la paix dans des pays de la sous région, parfois militairement. Parmi ces interventions les plus remarquables restent celles effectuées en Sierra Leone et au Liberia dans les années 90, et avec un peu moins de succès celle en Guinée Bissau à la fin de la même décennie. A côté de ces crises politico-militaires, figurent aussi d’autres défis sécuritaires liés à la circulation des armes légères, au trafic de drogue, au blanchiment d’argent, etc., fléaux qui menacent lourdement la paix et la stabilité sous-régionale ainsi que les institutions nationales dans plusieurs des pays membres. La CEDEAO compte quinze pays membres : Cap Vert, Côte d’Ivoire, Benin, Burkina Faso, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo. Mardi 21 Avril 2009

Ouestaf News

Anonyme a dit…

A lire sur le Calame du 21 avril 2009, la pertinente analyse juridique de Maitre Md Mahmoud ould Mohamed Salah, un chef d'oeuvre qui honore l'auteur, un juriste de renommée,et qui jette un pavé dans la marre des connards enchainés du conseil constitutionnel...

Anonyme a dit…

Les hommes du Général : Aly, O. Lehreïtani et O. Ghotob, la Troïka du Basep
21-04-2009
Le discours de démission du Général Mohamed Ould Abdel Aziz a été enregistré dans le bureau présidentiel, par la Télévision de Mauritanie (TVM). Quelques extraits reviennent à Mohamedhen Baba Ould Etvagha, le correspondant local d’Aljezeera . Le film intégral ira ensuite aux studios de TVM ; les consignes du Général ne manquent de clarté : La séquence passe une seule fois, très tard, avant d’échouer aux archives. Il Interdit sa rediffusion.

Ould Etvagha, fait publier des passages dans le journal Maghreb de la chaîne qatarie, la nuit du mercredi 15 au jeudi 16 avril 2009. Trois heures plus tard, c'est à dire vers 2h du matin à Nouakchott, le discours est entendu, pour la première et dernière fois, sur TVM et Radio Mauritanie.

Selon nos informations, les conseillers du Général appréhendent l'effet d'une démission sur ce qu'ils appellent "la Mauritanie des profondeurs", le pays réel, avec ses notables opportunistes et la volatilité de ses engagements. Selon ses proches, le camp du Général risque de connaitre plusieurs défections, dès lors que les électeurs apprendraient le retrait, même formel, de Ould Abdel Aziz. Du coup, sa campagne risque de perdre l'avantage comparatif que confère l’atout d'occuper le Palais Présidentiel. Le chercheur mauritaniste Alain Antil appelle cela "la prime électorale au plus fort".

Et comme la fameuse démission vise d’abord l'opinion internationale, l’équipe du Général préconise de se suffire de sa diffusion sur Al Jazeera et, pour la forme, d’un programme en catimini, sur les média de l'Etat.

Mais le plus surprenant, c'est la nature de l’acte lui-même : Alors que Ould Abdel Aziz s’est démis de la Présidence du Haut Conseil d'Etat (HCE, junte), jamais il n'a renoncé à son rôle dans l'Armée, ni auprès du Conseil Constitutionnel (CC) ni, a fortiori, auprès du Bureau du Personnel (B1) de l'Etat-major National.

Par conséquent, le Général Mohamed Ould Ghazouani, dirigeant du HCE depuis le 16 avril, lui doit obéissance, en vertu de l’ancienneté de Ould Abdel Aziz au même grade. C'est aussi le cas de tous les membres de la junte et, plus généralement, de chaque militaire mauritanien. Voilà en quoi la fameuse sortie du pouvoir constitue, avant tout, un véritable jeu de contournement normatif, une ruse sur les apparences.

Quand au Bataillon pour la sécurité présidentielle (Basep, garde prétorienne), officiellement, il est rattaché depuis le 15 avril, à l'Etat-major de l'Armée, toujours sous le commandement de Ould Ghazouani en cumul de la présidence du HCE.

Toutefois, dans les faits, un triumvirat acquis au seul Général Aziz l’encadre : Le Colonel Aly, le Lieutenant-colonel Mohamed Ould Lehreïtani et le Commandant Cheïkhna Ould Ghotob. Les trois rendent compte, directement et séparément, à Ould Abdel Aziz. Le premier a été la cheville ouvrière du putsch du 6 août dernier. Il annonçait, à Ould Cheikh Abdellahi, son éviction, avant de le conduire à la caserne du Basep, en face du Palais.

Ould Lehreïtani et Ould ghotob étaient respectivement Commandant et Capitaine, avant leur promotion, peu après le putsch. Au premier, son proche cousin, le Général Aziz confie la mission sensible des négociations avec la Chine. Il charge le second du volet "renseignements généraux" du Basep. C'est lui, par exemple, que d’aucuns désignent auteur des enregistrements que Taqadoumy diffuse.

La voix de Ould Ghotob est reconnaissable dans la discussion avec Nadia Mint Ahmed Youra. Au protocole de Madame Ould Cheikh Abdellahi née Khatou Mint El Boukhary, elle se serait servie, de cette proximité pour tenir informé l'homme d'affaires Mohamed Ould Bouamatou sur les moindres faits et gestes de la première dame ; d’elle et de sa fille Amal, elle était devenue l'amie intime.

A Troie, intra muros, il y avait déjà une jument.
taqadoumy.com

copiarpegar

Anonyme a dit…

Bouroutou, essoul hag nos bidasses ella lerza

copiarpegar

Anonyme a dit…

Les mauritaniens…des femmes !
-
Yes ! We Kane.

Depuis que les hommes ont échoué à diriger la Mauritanie, il faut laisser la place aux femmes. D’ailleurs qui en douterait lorsque les femmes se font rudoyer dans la rue en manifestant leur colère face à la dictature alors que les hommes se plient en deux devant leur étrangleur.

Sarr, Hamidou kane, Mbaré ; des femmes ? Non. Heureusement. Quelle insulte ce serait pour la gente féminine qui a défaut de voir les hommes se battre les voient se ruer vers les urnes pour en tirer quelques prébendes avant que le ciel ne leur tombe sur la tête . Une tête que M’Barré semble tenir bien haut pensant que son rôle constitutionnel est d’entériner la présence d’un général qui a fait choir celui qui justifiait son existence : le président de la république.

Et Sarr…cosi, honoris causa de la forfaiture qui sachant bien qu’il ne serait jamais président de la République, au « pays des maures », pose sa candidature pour justifier la candidature du maure limogé qui l’a humilié en spoliant la démocratie qui justifie jusque l’existence de son parti politique.
_
Et Hamidou pensant trouver son « yes ! we Kane », s’est pris dans les filets de la démesure. Mais n’est pas Obama qui veut au pays des harratines. Fuir Daddah, pour tomber sur Aziz, quelle triste destinée.
Mais en vérité « yes ! we Kane » est un slogan qui prône bien les idées de l’air du temps. Il signifie que l’on peut renier ses compagnons de route pour aller se vendre chez les pires ennemis de la démocratie. IL signifie que pour un poste politique miroité on peut piétiner toute dignité et tout idéal politique. Ceci on le savait, mais maintenant , yes ! we Kane !

Yes ! We Kane. En envoyant nos femmes sur les premières lignes tout en briguant sur les lignes arrière une élection de la honte. Ce que Kane et Sarr ont entrepris relève d’un opportunisme dont la moindre des conséquences est de remettre en cause la confiance que les négro-mauritaniens ont, pour certains, placé en eux. Des nègres de service qui s’agglutinent autour d’une mascarade pour justifier l’injustifiable.

Yes ! We Kane.
Mais à dire vrai Hamidou Kane n’est-il pas simplement allé au bout de la logique de son ex-président , Ahmed Daddah, qui lui a montré depuis 2005 comment on peut s’allier aux militaires en reniant la légalité constitutionnelle. Kane est simplement un bon fils spirituel de Daddah. A la différence prêt que Daddah, avec les militaires voulait tout pour lui , alors que Kane , avec les militaires veut quelque chose pour lui. Le vice-président du RFD a appliqué ce que son Président ne pouvait faire : accepter un os. Il voulait la carcasse. Mais le vice-président a donc bien compris le vice de son Président (qui n’en manquait politiquement pas d’ailleurs) ; alors il l’a exploité : « Yes ! we Kane ». … Candidat suspendu du parti , qu’importe ! Il sera indépendant. Et l’on sait que les indépendants sont chers au général limogé…

Daddah président sans vice…président, a trouvé, quant à lui, qu’envoyer les femmes du RFD à la casse policière, était plus courageux que de s’exposer lui-même. Nous donnant par là l’exemple amélioré le plus illustratif de l’art de la guerre du stratège Sun Tsu : « l’art de la guerre étant de vaincre sans combattre …sacrifions les femmes.

« Yes , we Kane » . Le slogan qui illustre bien que le temps des hommes est révolu et enterré sous les plis de la honte politique et que désormais, les mauritaniens…sont des femmes.

Qui a dit que « la femme est l’avenir de l’homme » , s’est trompé. Elle est ,face à sa couardise, son présent.

« Yes ! we Kane ».

Pr ELY Mustapha
hout-et-fort.blogspot.com

copiarpegar

Anonyme a dit…

Please read haut-et-fort.blogspot.com


copiarpegar

Anonyme a dit…

A-, Houwa S'gheir jen?
houwa candidat lach ga3 7ajili?

copiarpegar

Anonyme a dit…

Je ne sais de qui émane ce texte, j'ai là ma petite idée, mais bref cela importe peu.

L'essentiel c'est qu'il fait malheureusement partie d'un group d'intellos qui sans aucun atome de scrupule, ont tympannisés le monde avec leur théories d'un autre âge défendant l'une des plus grandes supercherie de l'histoire de ce peuple : la soi-disant rectification du 6 Août.

Je n'ai aucun regret de dire à l'auteur qu'il est trop tard et que comme AOD, ils nous ont foutu dans le pétrin pour venir après sangloter qu'ils se sont trompés. Pourtant il n'est pas nécessaire d'être un génie pour savoir que le seul traitement qu'Aziz a à reserver aux femmes, c'est celui que ses sbires ont infligés à de citoyennes exprimant leur opinion.

On n'a pas encore oublié toutes ses rumeurs digne d'un pédé qu'il a sorti à propos de Mint Ahmed Tolba, de Mint Nah et plus tard de Khattou.

Je saisis enfin l'occasion d'attirer l'attention de mes soeurs mauritaniennes, que leur plus grand ennemi est ce général psychopathe qui va nous entraîner dans d'avantage de problèmes si on ne se resaisit pas à temps.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Ould Dadé interdit de Genève et Ould Mohamedou dans son élément entre Kadhafi et Ahmadi Najad.

copiarpegar

Anonyme a dit…

Merci, cher Prof, pour le soutien, que vous avez bien voulu nous consentir.
Merci pour cet article plein s'estime et de respect pour les femmes mauritaniennes en général et en particulier celles qui ont été matraquées par les forces putschistes et je suis fière de faire partie de ce dernier groupe.
Votre contribution, cher Prof, nous motive de plus dans la lutte que nous menons, depuis le 06 Août 2008, pour le retour à la légalité et à l'ordre constitutionnel.

Citoyenne

Anonyme a dit…

une pensée à Bilkiss

Mastour Haal ente mneyn?

copiarpegar

Anonyme a dit…

Lu pour Canalh sur For-Mauritania.

Je ne connais pas Ould Daddé, ni Ould Mohmeddou. Mais je crois que For-Mauritania fait de la mauvaise propagande contre Ould Mohamedou. J'ai ecoute (pour la premiere fois son debat avec Del Valle et Kepe) l'emission et il a raison sur ce qu'il a dit: il faut engager le dialogue avec Al Qaida et Obama est entrain de le faire avec les Afhans, pour trouver une solution aux crises qui touchent l'islamisme radical.

A-
============

21.04.2009 22:05:29

Ould Dadé interdit de Genève et Ould Mohamedou dans son élément entre Kadhafi et Ahmadi Najad


Le Commissaire aux Droits de l’Homme de la Junte putschiste, Monsieur Mohamed Lemine Ould dadé a été privé d’aller à Genève. Il n’ira pas représenter les Militaires à la Conférence des Nations Unies sur le racisme qui se tient du 20 au 24 avril courant dans la capitale helvétique. Le Ministre des Affaires Etrangères de la Junte, Monsieur Ould Mohameddou, s’y retrouvera dans son élément. Il y sera entouré d’Ahmedinajad et des adulateurs de Kim Il Song, Alexandre Loukashenko, Robert Mugabé et Mouammar Kadhafi. Ne manque, à ce tableau de famille de défenseurs de Droits de l’Homme, que le Général limogé.

En effet, Ould Dadé avait préparé une délégation de son commissariat comprenant notamment, outre lui-même, son directeur des Droits de l’Homme, son directeur chargé de l’action humanitaire et le responsable du projet de lutte contre les séquelles de l’esclavage. Ce n’est qu’à la dernière minute que tout ce beau monde apprendra que de voyage il n’y en a plus. Trop peu crédible auprès des militants des Droits de l’Homme mauritaniens et étrangers, Ould Daddé n’ira pas à Genève. Ce seraient des ordres « d’en haut ».

Mohamed Mahmoud Ould Mohamedou, ministre des affaires étrangères de la junte qui ira représenter les militaires sera, lui, dans un décor familier. Dans cette conférence, où l’alliance des dictateurs et des fanatiques a fini par dévoyer le Conseil des Droits de l’Homme et la lutte contre le racisme, Ould Mohamedou se trouvera dans son élément. L’ancien universitaire américain est, en effet, connu pour ses thèses plus qu’ambiguës sur la nébuleuse terroriste Al-Qaeda à laquelle il avait consacré son dernier ouvrage (Understanding Al-Qaeda).

En septembre 2005, il avait soulevé un tollé aux USA en publiant, dans le journal bostonien The Boston Globe, un article intitulé « le temps de parler à Al-Qaeda ?». Dans cet article, ce n’est pas tant l’appel à négocier avec Al-Qaeda qui avait le plus choqué que les propos, plus que complaisants, avec la nébuleuse terroriste. L’ancien chercheur attaché à Harvard y considérait que les attentas du 11 septembre « n’étaient pas un acte gratuit » ( !), que les gentils kamikazes ont toujours « respecter leur parole » ( !) ce qui leur vaut, d’ailleurs, de « bénéficier de la sympathie d’un grand nombre de musulmans » !

Par ailleurs, l’auteur tente de rationaliser le combat d’Al-Qaeda qui ne mènerait pas, à l’entendre, « une guerre religieuse, illimitée et apocalyptique » mais qui aurait des revendications éminemment politiques et somme toute raisonnables telles le retrait de la présence militaire américaine au Moyen-Orient, l’arrêt de l’aide militaire à Israël et l’arrêt du soutien aux régimes dictatoriaux dans le monde arabe et musulman. Les lapidations de femmes par les talibans, leur privation d’école, les amputations, les procès sommaires et expéditifs et toutes les violations flagrantes de Droits de l’Homme endurées par le peuple afghan sous le règne des Talibans, alliés d’Al-Qaeda, seraient, à en croire Ould Mouhamedou, des vues de l’esprit ou des fabulations.

Ces thèses ont valu à Ould Mohamedou de voir certains de ses ouvrages rejetés par les éditeurs français. Elles lui valent également des amitiés compromettantes comme celle du sulfureux Marc-Edouard Nabe régulièrement épinglé pour son antisémitisme primaire.



Invité sur une chaine française, le 21 avril 2008, au moment où il était déjà directeur de la coopération multilatérale aux affaires étrangères mauritaniennes, Ould Mohamedou a réitéré les mêmes propos rationalisant du combat d’Al-Qaeda.



Au moment où notre pays fait face à la menace terroriste venant de groupes liés à la mouvance Al-Qaeda, il est étonnant de confier notre diplomatie à quelqu’un qui passe pour être un idéologue de cette nébuleuse. Par contre on comprend beaucoup mieux l’établissement de l’axe Tripoli-Nouakchott-Téhéran.

Anonyme a dit…

ça bouge

- Demission de Habot de la CENI
- Refus de la commune urbaine de donner le nom de Kadafi à une avenue
- Avis juridique de Maitre Mohamed Mahmoud ould Mohamed Salah detruisant l'argumentaire du conseil constitutionnel sur la ''vacance du poste de president de la Republique
- Condamnation de la repression des femmes par le porte parole du rassemblement du peuple ( proche des militaires)

Anonyme a dit…

A- tu as raison for mauritania a tendance a faire feu de tout bois
le fait de s'opposer au general et à ses sbires les conduit à tirer dans tous les sens;;au risque de se tromper de cible;;;mais il faut dire qu'à la guerre comme à la guerre

Anonyme a dit…

Decidemment Kadafou se torche le derriere avec les restrictions de visas aux militaires et leurs alliés. comme le Sénégal, par ailleurs. Messaod a raison à ce sujet. A-

=======


Entretien libyo-mauritanien dans le domaine religieux

Le secrétaire général de l'Association mondiale pour l'appel islamique (AMAI), le Dr Mohamed Chérif, s'est entretenu mardi à Tripoli avec le ministre mauritanien de l'Orientation islamique et de l'Enseignement originel, Mohamed Mahmoud Abu Maali, sur la coopération entre la Libye et la Mauritanie dans le domaine de l'appel islamique.

Ils ont également examiné la coopération entre les deux pays dans le domaine de l'enseignement islamique à travers l'organisation de forums et de conférences susceptibles de contribuer à faire connaître la véritable religion musulmane.

L'entretien s'est déroulée en présence de l'ambassadeur de la Mauritanie en Libye, Mohamed Ould Khattry.



Tripoli - 21/04/2009

Anonyme a dit…

Oui Ano. le truc de For-Mauritania contre Ould Mohameddou est un peu juvenile. Il faut donner le credit au gars s'il fait quelque chose d'interessant (en tout cas cette emission avec Del Valle et Kepel est interessante et Ould Mohamedou a prouve qu'il maitrise son sujet - je vais commander ses lives).

Faut lui tirer dessus s'il fait une connerie comme ce qu'il fit avec la rectification de son cousin. Je suis par ailleurs le premier a lui tomber dessus via Taqadoumy sur son article et son interview sur la rectification en aout. Mais il est bon et il ne faut pas l'abandonner. Tout le monde fait des erreurs et il a un role à jouer pour le futur du pays. No doubt about that.

copiarpegar: je suis aussi etonne que toi par la candidature de Sghair. C était quand meme un bon PM compare a ZZ. Chacun fait des erreurs, mais il ne permetra pas une guerre civile comme Ould Abeid semble le vouloir. Je le connais, c'est quelqu'un de respectable. Il est encore jeune et comme politicien, il ne vas quand meme pas passer ses journees et ses nuits a se gratter les fesses quand de moins competents que lui essaient de prendre le pays en otage. De toutes les manieres c' est une mascarade qui n'ira pas loin.

Ce soir je suis conciliant comme je n'ai rien à cirer avec tesfag. C ést l'interet du pays qui prime.

A-

Anonyme a dit…

copiarpegar: balance-nous ici ce qu'a dit Ould Mohamed Saleh. Toute la RIM lit ici. A-

Anonyme a dit…

Bravo KBG pour ton billet du 22 avril 2009 03:13. Si on ne discute pas, ou irons-nous? Tout le monde a essaye l'autre alternative t elle n'a pas marché. Il fut essayer l'alternative contaire et Obama est entrain de l'essayer par le dialogue, je crois. A-

Anonyme a dit…

kekceça encore? drogue? A-

========

Un avion inconnu atterrisse dans la localité de Wad Chebka

Al Akbar a appris de sources sur place qu’un avion suspect a atterri ce mardi 21 aux alentours de Wad Chebka non loin de la commune de Mamghar. Une conseillère de cette commune a pris l’initiative de contacter les autorités de sécurité pour les avertir de l’événement, c’est ainsi qu’un renfort de la gendarmerie a pris le chemin de la localité pour découvrir l’origine de l’avion

Anonyme a dit…

Mes pires ennemis gagnent du terrain. Du courage bl ... mais ils ne passeont pas les barbus. A ce ruthme, l'université est foutue. C'est la talibanisation qui commence et Kadafou n'est pas loin derriere. Il doit travailler main dans la main avec Ahmedinejad. A-

======


Le courant Islamiste Mauritanien réalise une victoire écrasante aux élections universitaires

Après une âpre bataille électorale les étudiants mauritaniens du mouvement islamiste ont réussi à accaparer l’ensemble des sièges et ont à cet effet célébré la victoire par une gigantesque manifestation dans l’enceinte de l’université .Tandis que le camp adversaire a porté des banderoles et a scandé des slogans tout en promettant de continuer le combat jusqu’à atteindre son objectif

Anonyme a dit…

Oulg Guig doit mal dormir. Il est devenu un zéro politique et a gaché sa carrière.


==========
21/04/2009 Lalla Mariem Mint Moulaye Driss, candidate à la présidentielle de juin

Madame Lalla Mariem mint Moulaye Driss est candidate à l’élection présidentielle du 6 juin. «Mon dossier de candidature est en finalisation et sera déposé incessamment devant le conseil constitutionnel», nous a-t-elle confirmé, la soirée du 21 avril. Mme mint Moulaye Driss fut par le passé, directrice adjointe de cabinet à la présidence mauritanienne et a été plusieurs fois secrétaire général de ministères.




Titulaire d’une licence en Mathématiques et d’un Master en Finances, Lalla Mariem mint Moulaye Driss est originaire de cité historique de Oualatta au Hodh Charghi.

Anonyme a dit…

x,

Hna on a attendu jusqu'a fatiguer. Tu viens quand? Aziz n'a pas ecouté ton conseil. Il a commencé à faire dearquer Sidi 6 mois apres, des qu'il l'a nomme le plus haut des generaux pour qu íl ait la mainmise ur l'armee. Le reste tu connais. Tes anciens ennemis se presentent et meme ton ami Ould El Kory a commencé à faire une ou deux pparitions.
A-
=============

le prochain président, qui qu'il soit, je le laisserai travailler, il faut lui donner sa chance, je ne vais donc pas le harceler dès le jour de son élection, je pense que la mauritanie mérite qu'on donne sa chance au futur président, donc si jamais une personne est élue, même si ce n'est pas celle que vous souhaitiez, je vous demande quand même de lui laisser quelques mois, le temps de s'installer.

Anonyme a dit…

A-,

Je vous remercie d'avoir attirer mon attention sur Mohammad Mahmoud Ould Mohamedou.
Des demain je mettrai la main sur les ecrits suivants qu'il a faits pour comprendre ses pense'es.
- Societal Transition to Democracy (Cairo, 1996)
Iraq and the Second Gulf War- State Building and Regime Security San Francisco, 2001)
Contre Croisade- Origines et Consequences du 11 Septembre (Paris, 2004)
Understanding Al Qaeda- War, Law, and Politics (London, 2006)

Anonyme a dit…

Merci Ano. Merci pour la liste. Il m'a reellement impressionne en regardant l'emission hier. Je vais aussi commander ses livres, car il avait un message et je crois qu'il a raison. Il faut trouver un moyen de negocier avec Al Qaida, sinon impossible de les avoir a la longue(notre AQMI n'existe pas, c'est une emanation de qui vous savez).
A-

Anonyme a dit…

Appel à Sanhaji, Rimo ou Copiarpegar:

Prière dénicher l'émission de Médi 1 SAT sur la situation en Mie animée par un gars du Fndd contre un "champion anti-vessad" du HCE qui n'est autre que le grand (.?.) Babbah Sidi Abdallah, un ancien de Médi 1 SAT (Je n'ai pas dit Médi 1 çath, Ne me faites pas dire ce que je ne saurais dire!)
Gracias.
Lemtouni

Anonyme a dit…

Salut...

Relisez ce texte...Hagualla!...s'opposer est devenu un label des ppmistes et des des anciens laudateurs de ould Taya....

" Je ne sais de qui émane ce texte, j'ai là ma petite idée, mais bref cela importe peu.

L'essentiel c'est qu'il fait malheureusement partie d'un group d'intellos qui sans aucun atome de scrupule, ont tympannisés le monde avec leur théories d'un autre âge défendant l'une des plus grandes supercherie de l'histoire de ce peuple : la soi-disant rectification du 6 Août.

Je n'ai aucun regret de dire à l'auteur qu'il est trop tard et que comme AOD, ils nous ont foutu dans le pétrin pour venir après sangloter qu'ils se sont trompés. Pourtant il n'est pas nécessaire d'être un génie pour savoir que le seul traitement qu'Aziz a à reserver aux femmes, c'est celui que ses sbires ont infligés à de citoyennes exprimant leur opinion.

On n'a pas encore oublié toutes ses rumeurs digne d'un pédé qu'il a sorti à propos de Mint Ahmed Tolba, de Mint Nah et plus tard de Khattou.

Je saisis enfin l'occasion d'attirer l'attention de mes soeurs mauritaniennes, que leur plus grand ennemi est ce général psychopathe qui va nous entraîner dans d'avantage de problèmes si on ne se resaisit pas à temps.

Sanhaji"

BL

PS ...A- Ould Mouhamed( le METC ) est un brillant cadre de ce pays ...Ould Dadde aussi...sont ils du mauvais coté...? je ne le pense pas !!!!

Anonyme a dit…

Pour vous tous et en particulier mon frère A-
Citoyenne
.................

Les deux constitutions / Pr Mohamed Mahmoud O. Mohamed Salah
22-04-2009
(A propos de la Décision du Conseil Constitutionnel du 15 avril Sur la Vacance du poste de Président de la République)

Les décisions du Conseil Constitutionnel mauritanien sont assez rares pour ne pas susciter l’intérêt des juristes. Celle rendue, le 15 Avril, concernant la vacance du poste de Président de la République ne peut que retenir leur attention, non seulement en raison de...

...son objet qui porte sur la question qui est, directement ou indirectement, au cœur de la crise politique qui secoue notre pays depuis le Coup d’Etat du 6 Août dernier mais aussi par les choix qu’elle présuppose ou implique.

Pour en dégager la signification et en apprécier la valeur et la portée, je commencerai d’abord par un rappel succinct des données du problème soumis au conseil constitutionnel. J’aborderai ensuite la réponse que celui-ci y a apportée avant de terminer par ses conséquences.

1°)-Rappel succinct des données du problème

Le Président du Haut Conseil d’Etat, qui dirige la Mauritanie depuis le Putsch, décide de démissionner pour se présenter à l’élection Présidentielle prévue par la même instance, le 6 Juin prochain, et veut confier l’intérim de la fonction de Chef d’Etat au Président du Sénat, en plaçant cette deuxième phase sous la bannière de la constitution. Celle-ci dispose, dans son article 40 qu’ «en cas de vacance ou d’empêchement déclaré définitif par le Conseil Constitutionnel, le Président du Sénat assure l’intérim du Président de la République pour l’expédition des affaires courantes». Pour constater la vacance où l’empêchement définitif, son article 41 prévoit, de son côté, que le Conseil Constitutionnel est saisi soit par le Président de la République, le Président de l’assemblée Nationale ou le Premier Ministre. Par une lettre en date du 15 Avril, le Premier Ministre du Gouvernement nommé par le Haut Conseil d’Etat demande au Conseil Constitutionnel de «bien vouloir s’assurer de l’existence des éléments d’un cas de vacance du poste de Président de la République, tout en déclarant le cas d’urgence».

Etait-ce suffisant pour que le Conseil Constitutionnel décide qu’il y a vacance et que le Président du Sénat assure désormais l’intérim du Président de la République ?


Répondre par l’affirmative serait évacuer, un peu rapidement, le problème central : l’article 40 de la constitution se réfère à la vacance ou l’empêchement du Président de la République, c'est-à-dire du Président élu, lequel a prêté serment devant le même conseil constitutionnel, le 19 Avril 2007 et dispose aux termes de l’article 26 de la constitution d’un mandat de cinq ans.

Ce même Président élu est en vie et n’a pas démissionné. Il n’a pas non plus été destitué par la Haute Cour de justice pour haute trahison, en application de l’article 93 de la Constitution. Or le décès, la démission et la destitution par la haute Cour de Justice sont le seuls cas de vacance jusqu’ici connus. Certes, l’article 40 de la Constitution prévoit que «l’empêchement définitif» du Président de la République, constaté par le Conseil Constitutionnel peut également ouvrir la période de l’intérim assurée par le Président du Sénat. La notion d’empêchement définitif n’est pas définie par la Constitution. Pour la majorité de la doctrine Constitutionaliste, elle recouvre essentiellement le cas de maladie qui «entraînerait une incapacité physique ou intellectuelle d’exercer les fonctions» ou celui de «l’absence injustifiée». D’autres cas, sont, il est vrai, envisagés par certains auteurs.

Le problème n’a toutefois, en l’espèce, qu’une portée théorique, puisque le Conseil Constitutionnel n’a été saisi par le premier ministre que pour constater «un cas de vacance» et non «un cas d’empêchement».

Pour ce faire, pouvait-il éluder le fait que le Président élu pour cinq ans est libre et revendique encore son titre à exercer le pouvoir ?

Telle est la question qui, quoique non expressément soulevée devant le Conseil Constitutionnel, n’en conditionnait pas moins les termes dans lesquels le problème de la vacance se pose.

2°)-La réponse apportée par le conseil constitutionnel

Comme toute décision juridictionnelle, celle rendue par le conseil constitutionnel, le 15 Avril, (voir le texte de la décision publié in Horizons n° 4968 du Jeudi 16 Vendredi 17 et Samedi 18 Avril 2009) comporte des visas (c'est-à-dire une partie où sont mentionnés les références aux textes que le conseil constitutionnel considère comme nécessaires au soutien de sa décision), des motifs (c'est-à-dire les raisons de fait ou de droit qui commandent la décision et que le Conseil indique comme l’ayant déterminé à se prononcer comme il l’a fait) et enfin, le dispositif (c'est-à-dire la partie finale qui contient ce que le Conseil à décidé).

Intéressons-nous d’abord aux visas de la décision du 15 Avril. Le Conseil Constitutionnel y fait référence à la fois à la Constitution et notamment à son article 41 et, de façon inattendue, aux ordonnances du Haut Conseil d’Etat qu’il élève à la dignité constitutionnelle.

Cette double référence pose en elle-même problème. Le Conseil Constitutionnel tient ses pouvoirs et sa raison d’être de la seule constitution approuvée par voie référendaire par le peuple. Il ne peut normalement considérer comme constitutionnelles que les seules règles consacrées par ce texte ou les règles ayant acquis cette valeur en vertu d’un mécanisme prévu par le même texte. Or il n’y a pas, dans l’actuelle constitution de mécanisme permettant de traiter les ordonnances émanant du Haut Conseil d’Etat, comme des règles constitutionnelles. Le fait que l’une d’elle (celle du 13 Août 2008) ait été approuvé par le Parlement ne lui confère pas le statut de règle constitutionnelle, cette approbation n’ayant pas emprunté la voie prévue par la constitution (la procédure de révision des articles 88-99 à 101) à cet effet. Au total, le Conseil Constitutionnel a érigé en règles constitutionnelles les ordonnances du Haut Conseil d’Etat, du seul fait que ces ordonnances existent et se donnent comme textes de valeur constitutionnelle.

Il a transformé, sans explication aucune, des règles édictées par une autorité de fait en normes équivalentes des normes de la Constitution.

Ce glissement du fait au droit, perceptible dans les visas de la décision, se renforce dans les motifs de celle-ci. En effet, pour constater ce qu’il appelle la «vacance effective au plus haut poste de l’Etat», (Notons au passage que l’article 40 de la Constitution n’utilise pas une telle terminologie. Il vise simplement les cas de «vacance»), le Conseil Constitutionnel se contente de la déduire de l’ordonnance n° 001/2009 du Haut Conseil en date du 15 Avril, qui met fin «aux pouvoirs provisoires du Haut Conseil d’Etat» qui se rapportent à l’exercice de la fonction de Chef d’Etat.

Ce motif éclaire bien la démarche des juges. Celle-ci commence par l’affirmation péremptoire du caractère constitutionnel des ordonnances du Haut Conseil d’Etat, se poursuit par la reconnaissance de la substitution du Haut Conseil d’Etat au Président élu, (opérée par l’ordonnance du 13 Août 2008) et se termine notamment par le constat de la vacance consécutive à l’ordonnance du 15 Avril 2009 du HCE, qui a réduit les pouvoirs de ce dernier du fait de la démission de son Président.

Du Président élu, il n’est nulle part question. Le Conseil Constitutionnel a soigneusement évité de faire référence, dans les visas de sa décision à l’article 26 de la Constitution, selon lequel, celui-ci est élu pour un mandat de cinq ans. Un auteur passé, aujourd’hui, de mode disait que «l’humanité ne se pose que les problèmes qu’elle peut résoudre». En écho, le conseil constitutionnel a évacué le problème juridique central qu’il n’avait manifestement pas envie d’affronter.

Je terminerai ce point par une observation complémentaire sur un motif que l’on pourrait qualifier de «surabondant», puisqu’il vient après que le conseil constitutionnel ait constaté «la vacance». Celui-ci affirme in fine ; «vu que les conditions générales du pays depuis le 6 Août ont un caractère exceptionnel qui exigent qu’elles soient traitées avec une grande sagesse, et responsabilité…». Cet attendu évoque plus les leçons de morale que les prescriptions juridiques. Or le rôle d’une juridiction, c’est d’abord (avant de faire la morale ou la politique) de dire le droit. Telle est en effet la mission de tout Juge.

Il est vrai que le Conseil Constitutionnel continue son attendu en ajoutant que la responsabilité et la sagesse passent par «l’application de la règle appelant à faire prévaloir les avantages et à éviter les méfaits, règle très connue dans la Chariaa islamique qui est notre unique source de loi, selon le Préambule de la Constitution surtout s’il s’agit de l’apport d’un avantage et de l’éloignement d’un méfait à caractère public».

Personne ne contestera que la règle à laquelle le Conseil Constitutionnel fait ici référence est bien une règle de notre droit constitutionnel pour la raison qu’il a indiquée. La question qui se pose est celle de savoir si elle a été correctement appliquée. En effet, la mise en œuvre d’une telle règle suppose des appréciations d’opportunité et notamment une évaluation objective des effets positifs et négatifs de la décision à prendre et de ses conséquences. Or sur ce terrain, aussi, la décision précitée prête le flanc à la critique.

3°)-Les conséquences (ou le bilan coûts – avantages) de la décision du 15 avril

La première des conséquences de la décision du Conseil Constitutionnel est d’installer l’incohérence au sommet de la hiérarchie des normes. On pensait avoir une Constitution mais on apprend qu’il en existe en fait deux : celle approuvée par le peuple et celle constituée par les ordonnances du Haut Conseil d’Etat sans que le Conseil Constitutionnel ne fournisse la raison juridique de cette dualité constitutionnelle ni la logique de l’articulation de ses normes. Mieux, au fil du raisonnement suivi, on découvre que la deuxième Constitution éclipse partiellement la première, qui se trouve instrumentalisée par elle. Est-ce un bienfait ou un méfait, un avantage ou un inconvénient?

La deuxième conséquence est le risque d’instabilité institutionnelle chronique inhérent à la constitutionnalisation de tout coup d’Etat. En effet, le message que tout auteur potentiel de putsch, percevra à travers la décision du 15 avril est à peu près le suivant : Réussissez votre coup d’Etat, vos actes se verront élevés à la dignité constitutionnelle et se substitueront même aux règles de la Constitution. De ce point de vue, cette décision ne rend aux autorités actuelles qu’un service provisoire puisqu’elle contient en germes la reconnaissance de la constitutionnalité de celles qui réussiraient éventuellement à les évincer et de celles qui viendraient après celles-ci, etc.

Bienfait ou méfait ?

Mais pour faire un bilan avantages-inconvénients objectif, on se doit aussi d’envisager les conséquences de l’alternative à la décision du 15 Avril. Que se serait-il passé si le conseil constitutionnel avait décidé de s’en tenir à la constitution, en répondant, comme il se devait, que l’article 40 concerne le président élu et qu’en l’absence de la preuve de son décès, de sa démission ou de sa destitution par la Haute Cour de justice pour haute trahison, il ne peut pas constater la vacance?

Le Haut conseil d’Etat aurait simplement désigné en son sein un remplaçant de son président démissionnaire et aurait continué son processus (avec ses propres instruments juridiques) mais sans la constitutionnalisation du Coup d’Etat.

Les mauritaniens auraient de leur côté commencé à reprendre confiance dans la capacité de leurs institutions (ou au moins l’une d’elle, en l’occurrence le conseil constitutionnel) à remplir les missions qui leur sont imparties et à résister aux tentatives d’instrumentalisation des pouvoirs politiques. Or cette considération est essentielle. C’est par des institutions crédibles qu’on construit à la fois l’Etat et la démocratie. Où sont alors les méfaits redoutés par le conseil constitutionnel dans sa décision précitée?

Qu’on le veuille ou non, il est nécessaire d’avoir des règles qui fondent aux yeux de tous une fois pour toutes, l’autorité et en assurent la stabilité. Ce serait, cette fois, un bienfait incontestable. Mais cela ne se fera que par le concours de tous : forces politiques, société civile, simples citoyens mais aussi… juges. L’Etat de droit ne s’est jamais imposé sans l’apport des juges. Aux Etats-Unis, le tournant décisif a été, au début du XIXe siècle (en 1803), constitué par la célèbre décision de la Cour Suprême, rendue sous la présidence du juge Marshall, déclarant nulle une loi fédérale contraire à la Constitution «Loi fondamentale et suprême de la nation» ; en France, c’est le Conseil Constitutionnel (qui a les mêmes attributions que le nôtre) qui, à partir de 1971, a été à l’origine de la jurisprudence des «libertés et droits fondamentaux» qui s’est imposée à tous, Exécutif et Législatif, et qui a pénétré toutes les branches du droit.

Plus près de nous, au Sénégal, il est arrivé qu’un juge démissionne pour ne pas avaliser une situation qu’il ne pouvait modifier. C’est ce qu’a fait, au lendemain de l’élection présidentielle de 1993, le juriste Kébe M’Baye, fraîchement nommé Président du Conseil Constitutionnel sénégalais. Ce fait a eu son importance dans l’évolution qui a conduit à l’alternance, en 2000.

Pour revenir à la situation mauritanienne, il faut comprendre que ça n’est pas un hasard si les partenaires de la Mauritanie ont proposé un dialogue inclusif auquel le Président élu pourrait à côté de l’ensemble des acteurs politique prendre part et apporter sa caution à l’accord qui en résulterait. L’explication en est que si les données de fait sont, aujourd’hui, complexes, le respect de la Constitution (et notamment de son article 26) requiert qu’il y ait consentement du Président élu à ce qui serait convenu par tous.

Il ne s’agit pas de jouer une partie de la Mauritanie contre une autre, mais de parvenir à une solution consensuelle, dans laquelle, chacun fait les concessions que la situation impose. Cela serait plus proche de «la responsabilité et de la sagesse» et d’un autre précepte de l’Islam, celui qui recommande la recherche du consensus. La décision du conseil constitutionnel aide-t-elle à aller dans ce sens? Rien n’est moins sûr.


Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Salah
Professeur des Facultés de Droit - Avocat

Le Calame n°684, du mardi 21 avril 2009

ouldmauritanie a dit…

Salam,

je demande a notre Pr ELY Mustapha
le raciste de retirer cet passage je le trouve tres mesquin tres reducteur, insultant en gros une guerre menée par des femmes n'est pas une vrai guerre franchement honte a toi.

Nous donnant par là l’exemple amélioré le plus illustratif de l’art de la guerre du stratège Sun Tsu : « l’art de la guerre étant de vaincre sans combattre …sacrifions les femmes.Arrivez comme le vent et partez comme l'éclair...
L'art de la guerre Sun Tzu


OuldMauritanie.

Anonyme a dit…

amigo A- le copiarpegar de Mohamed Mahmoud O. Mohamed Salah a propos de la décision du CC thakou merci Citoyenne


copiarpegar

ouldmauritanie a dit…

Je vous laisse seul juge

voici les citations de SUN TZU

La meilleure stratégie est celle qui permet d'atteindre ses objectifs sans avoir à se battre.

dans notre cas il y a eu une guerre on va la mettre entre "guerre" pour ne pas choquée certain voici seconde citation

L'art de la guerre, c'est soumettre l'ennemi sans combat.

ma question comment peut il juger ces flis il se comporte de la meme façon et comment peut on participer dans des conferences pour la legalite entre homme et femme et tenir ce genre de reflexion ?

en melangent les deux citations son seul objectif est d'arrivée a cette conclusion une guerre menée par les femmes n'est pas une vrai guerre car une femme est inférieure a un homme .

Ouldmauritanie.

Anonyme a dit…

Lemtouni, Médi 1 çath chinhou? ella la curiosité


copiarpegar

Anonyme a dit…

lu pour A-

Chronique d'un naufrage annoncé: démission à la « CENI ».

Sid'Ahmed Ould Habott désigné dans la complaisante Commission dite « Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) » du Général limogé vient de rendre son tablier.

Dans un communiqué rendu public aujourd’hui, le président de la RAADHO-Mauritanie, une ONG internationale impliquée dans la médiation et la gestion des crises dans la sous région, annonce sa démission de cette « CENI ». Selon Ould Habott cette Commission est unilatérale, elle a été désignée par une seule des parties impliquées dans la crise.

Rappelons que le Général limogé, pour tenter d’obtenir une légitimation illusoire de son coup d’Etat, s’obstine à organiser des élections présidentielles unilatérales le 06 juin prochain malgré la désapprobation de la communauté internationale et l’opposition ferme et résolue de l’essentiel de la classe politique et de la société civile mauritaniennes.

Voici le texte intégral de son communiqué

Communiqué de Presse
Objet : Démission de la CENI


Considérant la Crise Politique et Institutionnelle qui prévaut en Mauritanie depuis le 6 août 2009 ;

Considérant que la CENI a été désignée par une seule des parties impliquées dans la crise;

Considérant qu’un Dialogue National Inclusif entre les parties prenantes à la Crise est un préalable à des élections présidentielles anticipées qui seraient à même d’être une solution durable pour sortir la Mauritanie de la Crise ;

Considérant mes fonctions de président de la RAADHO-Mauritanie, ONG internationale qui s’implique dans la médiation et la gestion des crises dans la sous région;

Considérant les efforts que j’entreprends au sein de l’initiative pour un Dialogue National et les objectifs que cette initiative poursuit ;

J’ai présenté ma démission de la charge de membre de la CENI, au cours de l’Assemblée générale de la Commission Electorale Nationale Indépendante qui s’est déroulée le 20 Avril 2009 à Nouakchott.

Sid’Ahmed Ould Habott
for-mauritania.org

copiarpegar

Anonyme a dit…

Bint Leksar (BL) walla Bint Premier

Moi je suis different d'Aziz dans la mesure ou je respecte beaucoup les femmes.

Bien que tu m'attaques ici, je me suffirai de te remercier pour ce constat d'un democrate qui defend les putsch.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Merci, Prof et Maître, Md Mhd Saleh, pour l'éclaircissement et l'analyse juridique de la décision "constitutionnelle", du Conseil Constitutionnel, relative au cas de vacance du poste du président de la république. A cette occasion nous demandons, que cette institution, qui ne respecte pas la constitution, soit dissolue ou même annulée, car elle n’est qu'un fardeau financier sur le trésor public mauritanien.

Citoyenne

Anonyme a dit…

Je me demande comment un grand militant des droits de l'homme comme Le Professeur Cheikh Saad Bouh Camara qui a consacré de longues annés au combat pour la liberté accepte, à la fin, de faire le jeu d'un petit dictateur ignorant; le Profeseur doit suivre l'exemple de Habott ; il doit se ressaisir en remettant les clefs de la CENI au gardien.... il en sortira grandi

Anonyme a dit…

Cher copiarpegar, peut être que Lemtouni fait signe à:
..........
Un mandat d'arrêt contre le pore-parole du ministère des affaires étrangères Version imprimable Suggérer par mail
15-04-2009
Le Procureur de la République près la Cour de Nouakchott a lancé un mandat d'arrêt, hier, contre Babah Ould Sidi Abdallah, porte-parole du ministère mauritanien des affaires étrangères et directeur de publication du quotidien "Al-Watane". La justice reproche, à Ould Sidi Abdallah, d'avoirs émis des chèques sans provision.

Ould Sidi Abdallah assurait une mission officielle en Turquie ; son retour était prévu ce matin. Une équipe spéciale de la police se chargeait de son interpellation dès le débarquement à l'aéroport de Nouakchott.

Selon nos informations, Ould Sidi Abdellah a annulé son voyage, à la dernière minute, après avoir reçu l'information, par appel téléphonique de l'un de ses amis. La véritable raison de son arrestation programmée relèverait d’un différend avec quelques personnes du sérail du Général Ould Abdel Aziz, le chef de la junte, dont un membre de celle-ci.

Dans les années 90 du siècle dernier, Ould Sidi Abdellah était journaliste à Radio Mauritanie. Après son limogeage, il part au Maroc en 2000 où il travaillera comme journaliste à Médi 1, un réseau radiophonique franco-marocain, basé à Tanger.

En 2005, le tout puissant Mohamed Ould Mohamed Ali, représentant de la Mauritanie auprès de l'Unesco, le repère. A l'époque, le proche cousin du dictateur déchu Maaouiya Ould Taya est chargé de surveiller l'opposition en exil dans l'Europe occidentale. A cette fin, il recrute des agents.

Ould Mohamed Ali engage Ould Sidi Abdellah, attaché de presse à la représentation de Mauritanie auprès de l'Unesco ; l’ancien tailleur sorti de la Mahadhra et le journaliste éloquent parlent Arabe mais s’expriment laborieusement en Français. Entre les deux, à Paris, c’est un peu le faible qui prend appui sur le faible.

Quelques années avant la chute de Ould Taya, Ould Sidi Abdellah devient conseiller au ministère des affaires étrangères, en charge de la presse. Grace à d'indéniables capacités de caméléonisme, doublées d’une facilité oratoire à défendre tout et son contraire, ce personnage archétypal réussit à garder son poste durant la transition d'Ely Ould Mohamed Vall puis pendant les 16 mois de pouvoir de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi.

Quand Mohamed Mahmoud Ould Mohamedou arrive à la tête de la diplomatie mauritanienne, il hérite de Ould Sidi Abdallah devenu, entre temps, porte-parole du ministère, poste qu'il cumule avec celui de conseiller du ministre, en charge de la communication.

En plus de ses deux charges, Babah Ould Sidi Abdallah est également directeur de publication d'Al-Watane, un quotidien nouakchottois dont la ligne éditoriale se distingue par la défense acharnée du coup d'état du 6 août 2008.

Anonyme a dit…

Ouldmauritanie,

tu cogites trop et tu trouves toujours à te mettre en valeur en critiquant les autres.
Produit quelque chose au lieu de faire le parasite.

le dernier article sur ton blog date du 22 août 2008! Tu es entérré depuis longtemps.

Anonyme a dit…

Salut...
Sanhaji...trouve ici mes sinceres excuses ...à toi et à Couly...si jamais vous avez sentis une certaine agressivité...de ma part à votre endroit...il est vrai que je m'attaque aux ideaux que vous defendez...vous les miens...c'est de bonne guerre...je ne bats pas pour les politacards ...ils ne le meritent pas ....pour un projet de mauritanie different du votre...
Please...n'hesite pas à t'attaquer à moi...ce sera idees contre idées...
that's all...sans rancune ...
bl

Anonyme a dit…

A- ,

On ne negocie pas avec une organisation terroriste! AS FAR AS I AM CONCERNED AL QAIDA IS A TERRORISTE ORGANIZATION!!!!!!!!!

Je suis d'accord avec l'ecrit du professeur Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Saleh. Les participants de ce blog ont evoque' les memes points a' plusieurs reprises ici meme. Ould Mohamed Saleh a fait un excellent travail en le presentant dans l'ecrit du jusriste qu'il est.
GOOD JOB!!!!!!


Professeur Cheikh Saadbouh Camara et les autres membres de la Commission Electorale d'Abdel Aziz doivent suivre l'exemple de Mr. Sid'Ahmed Ould Habott en demissionnant de cette commission qui n'a aucune raison d'exister a' part satisfaire les folles, illegales et illegitimes ambitions d'Abdel Aziz.
Les membres du Conseil Constitutionnel aussi devraient trancher en faveur de la constitution et des lois en vigueur dans notre pays ou DEMISSIONNER!!!!!!!!!!!!
A' CE POINT-CI, ILS DOIVENT TOUS DEMISSIONNER!!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

Je viens de lire l'opinion de Ould Mohamed Saleh et c'est du canon. Aziz ne pourra jamais legitimer son coup et son election. A-

Anonyme a dit…

Couli,

Reagan a negocié avec l'Iran de Khoumeiny comme Obama est entrain de negocier avec les Talibans. Al Qaida sera next. Yes Couli, they are as terrorists as hell. But what to do? On a Lemgheity, Tourine et El Ghallawiya sous les bras et on ne sait pas ce qui s'est passé exactement. On peut prendre Belmokhtar ou Belaouar par la peau des fesses et avoir deux mots avec lui. Les maliens ont discuté avec eux (ou leurs commanditaires) et Al Qaida ne touche pas a un cheveu du Mali. Donc Ould Mohamedou ya weylou a bien raison et il faut le feliciter pour ça au moins. D'ou l'interet de lire avec respect les travaux de recherche des autres.

Note que je suis anti-putshiste jusqu'au dernier souffle.

La Citoyenne: l'écrit de Ould Mohamed Saleh est sans pareil. Lui et Prof Ely ont rendu un service immense à cette nation. Me demande ce que Ould Dahi et Ould Boubout vont faire pour se racheter à nos yeux.

A-

===========

couly a dit:

A- ,

On ne negocie pas avec une organisation terroriste! AS FAR AS I AM CONCERNED AL QAIDA IS A TERRORISTE ORGANIZATION!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

salut ,


vidéo trash de femmes battues les responsables doivent être poursuivi pour crimes contre l'humanité .

la vidéo servira à identifier les coupables afin qu'ils puissent être traduit en justice .



rimo

Anonyme a dit…

A-, now ba3d on doit prendre ould mohamedou par la peau de fesses we nebirmou minou la7ma pour lui obliger d'aller continuer ses recherches we echbehlou

copiarpegar

Bebe BA a dit…

Lu pour A-

SIGNATURE D'UN AVENANT A LA CONVENTION MINIERE ENTRE LA MAURITANIE ET "TML"

Un avenant à la convention minière liant l'Etat mauritanien à la société Tasiast Mauritanie Limited (TML) portant sur l'extension du niveau de production pendant la période de grâce fiscale, a été signé mardi à Nouakchott par M. Mohamed Abdallahi Ould Oudaa, Ministre de l'Industrie et des Mines, et le Président du Conseil d'administration de la TML, M. Richard Clark.
Cette extension portera la production actuelle de 130.000 onces par an en moyenne à plus de 275.000 onces par an, sans le moindre préjudice sur la durée initiale du projet estimée à environ 10 ans.
A cette occasion, le Ministre de l'Industrie et des Mines a indiqué que la signature aujourd'hui de l'avenant de la convention liant TML à l'Etat mauritanien permet de préciser les termes et conditions applicables à l'augmentation du niveau de production envisagée sous peu à la suite de la mise en évidence de réserves supplémentaires sur le site d'exploitation
Le ministre a ajouté qu'un droit d'expansion sera payé par TML en 2009-2010 pour lui permettre de mettre en service l'expansion envisagée pendant la période restante du grâce fiscale qui prendra fin en 2010, précisant que ce droit générerait des recettes à l'Etat de l'ordre de 12 millions de dollars par an, ce qui ramènerait la contribution totale directe de TML pour 2009-2010, à 20 millions de dollars par an en tenant compte des royalties au lieu de 3 millions de dollars actuellement.
"Après 2010, ajoute le ministre, ces royalties seront augmentées par le BIC (bénéfice industriel et commercial) qui s'appliquera au taux conventionnel de 25%."
De son côté, le président du conseil d'administration de TML a remercié le gouvernement mauritanien pour le climat d'investissement, de paix et de sécurité qui y règne, exprimant la disponibilité constante de sa société à augmenter ses investissements dans le pays.
A la suite de la signature de cet avenant, 40 spécialistes du domaine minier de la société Red Back Mining Inc. ont suivi des exposés sur les opportunités prometteuses d'investissement en Mauritanie présentés par des experts mauritaniens.

Bebe BA a dit…

Lu pour vous

CLOTURE DE LA REUNION DES « 5+5»: LA MAURITANIE "SALUEE" ET "FELICITEE"

La septième réunion des ministres des affaires étrangères du Dialogue en Méditerranée Occidentale a pris fin dans la soirée du 20 avril à Cordoue en Espagne en présence de la Mauritanie.
Le Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération, le Dr. Mohamed-Mahmoud Ould Mohamedou, a représenté la Mauritanie à ce forum régional communément connu sous l’appellation « 5+ 5» et qui regroupe les cinq pays du Maghreb, la France, l’Espagne, l’Italie, le Portugal et Malte. Le Ministre a dirigé une délégation comprenant, notamment, l’Ambassadeur de Mauritanie à Madrid et le Directeur-adjoint des Affaires Européennes au ministère des affaires étrangères et de la coopération.

Sous une co-présidence espagnole et marocaine, la réunion s’est penchée sur une série de questions affectant les relations entre les deux rives de la Méditerranée Occidentale. Il s’agit en particulier du processus d’intégration régional, de la coopération en matière de migration, de la situation au Moyen-Orient, de la crise économique internationale ainsi que l’état d’avancement de l’Union pour la Méditerranée (UpM), dont la Mauritanie est membre, et qui avait été créée en juillet dernier dans le sillage du Processus de Barcelone lancé en 1995.

La réunion a examiné la situation en Mauritanie et a adopté la déclaration suivante : «Les Ministres ont souligné l’importance de la stabilité et du développement de la Mauritanie et ont salué son rôle dans la construction de l’Union du Maghreb Arabe ainsi que son action dans le cadre de l’espace euro-méditerranéen. Ils ont pris acte que le Président du Sénat a assumé l’intérim de la Présidence de la République et ont exprimé leur confiance dans le rétablissement rapide de l’ordre constitutionnel démocratique à travers des élections présidentielles libres et transparentes et la participation consensuelle de tous les acteurs politiques de ce pays. Ils ont exprimé leur appui à tous les efforts entrepris dans cette perspective, notamment par l’Union Africaine sous la présidence du Leader de la Grande Jamahiriya Arabe Libyenne Populaire Socialiste, l’Union Européenne, la Ligue Arabe, l’Organisation de la Conférence Islamique, l’Organisation de la Francophonie et les Nations-Unies ».
Il est à noter que cette rencontre qui regroupe les chefs de la diplomatie maghrébine avec cinq de leurs homologues européens s'est tenue immédiatement après la réunion du conseil de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) qui a réuni il y a deux jours les cinq ministres de l’UMA à Tripoli.

Anonyme a dit…

A-,

Je ne vois absolument aucune raison de negocier avec une organisation terroriste qui a porte' prejudice a' l'image de notre religion et qui n'a aucun respect pour la vie humaine.
Je ne sais pas a' propos de toi mais moi personnellement je ne trouve aucune raison de negocier avec des terroristes qui ont detourne' des avions civils remplis de personnes innocentes et les ont faits ecraser contre des buildings. Cette action sauvage et inhumaine a tue' des millers de personnes. Si ces memes terroristes trouvent l'occasion de faire ecraser des avions civils contre des centrales nucleaires et tuer des million de personnes, ils le feront. IL FAUT EGALEMENT SOULIGNER QU'ILS ONT FROIDEMENT TUER DES MUSULMANS ET DES NON MUSULMANS. ILS ONT TUE' EN MAURITANIE, AU MAROC, EN TUNISIE, EN ALGERIE, AUX USA, AU PAKISTAN, EN ARABIE SAOUDITE, EN FRANCE, EN ESPAGNE....ETC.

PS.

J'ai un respect pour la personne Ould Mouhamedou. Je n'ai pas encore lu ses ecrits. Therefore, je ne peux pas les qualifier pour le moment, BUT MAKE NO MISTAKE ABOUT IT, J'AI DES PROBLEMES AVEC DES INTELLECTUELS COMME LUI ET OULD DADDE QUI ACCEPTENT D'ETRE MEMBRES D'UN GOUVERNEMENT ILLEGITIME ET ILLEGAL NE' D'UN COUP D'ETAT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

Lu pour Couli.

Les 2 canadiens et autres liberés, certainement avec rançon. Encore une fois de plus, les maliens ont negocié et Al Qaida - si elle existe vraiment - ne touche pas un cheveu des maliens. Comment sont-ils arrivés là?

A-

================



AFP / 22 avril 2009 17h18

Libération au Mali de 4 Occidentaux enlevés au Niger
mercredi 22 avril 2009

BAMAKO - Deux diplomates canadiens et deux touristes suisse et allemande, dont les enlèvements au Niger avaient été revendiqués par la branche nord-africaine d’al Qaïda, ont été libérés mercredi dans le nord du Mali, a-t-on appris de source sécuritaire à Gao (nord).

Cependant, leurs ravisseurs retiennent encore deux des quatre touristes européens enlevés le 22 janvier, un Suisse et un Britannique.

"Quatre des six otages viennent d’être libérés. Il s’agit des deux diplomates canadiens, de l’Allemande et de la Suissesse", a-t-on indiqué de source sécuritaire à Gao.

Leur libération a été confirmée par une autre source de l’assemblée régionale de Gao, souhaitant conserver l’anonymat.

Le diplomate canadien Robert Fowler, envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Niger, et son collègue Louis Gay, étaient détenus depuis plus de quatre mois. Ils avaient disparu lors d’une excursion le 14 décembre dans une mine d’or exploitée par la société canadienne Semafo à Samira, à l’ouest de Niamey.

Quelques semaines plus tard, quatre touristes européens - un couple de ressortissants suisses, une Allemande septuagénaire et un Britannique - avaient été enlevés dans la zone frontalière du Mali et du Niger.

En plus de la libération d’islamistes mauritaniens détenus au Mali, al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait exigé, en échange de ces otages, la libération d’islamistes arrêtés en Europe, selon une source malienne proche du dossier.

Khalil Balla Gueye a dit…

Bonjour, sur VINDICTE aujourd'hui!

mercredi 22 avril 2009

"Brève objection au dialogue avec Al Qaida prôné par l'universitaire et chef de la diplomatie putschiste Mr Ould Mohamedou."

(NB:En raison du hacking de la semaine passée, la version originale du blog ne serait plus accessible qu'avec le browser Firefox!Merci)

Dans un article intitulé « le temps de parler à Al-Qaeda ?» publié en 2005 par le journal américain The Boston Globe, L'universitaire et MAEC de la junte Mr ould Mohamedou aura préconisé, le plus académiquement du monde, que les USA entament un dialogue constructif avec Al Qaida pour mettre fin à la spirale sans fin de la violence terroriste islamiste!Mais, le professeur-diplomate Mr Ould Mouhamedou semblerait feindre de croire qu'Al Qaida ce faisant accepterait de scier la branche sur laquelle elle serait assise soit renoncer au châtiment du grand Satan pervers américain.Autant alors lui demander de renier l'essence et les raisons d'être sacrées même de son idéal djihadiste!Et ce serait aussi se méprendre lourdement sur la psychologie des "decisions makers" américains!

Il semblerait aussi avoir oublié les conditions voire les exigences outrancièrement maximalistes de cette organisation qui sont :......

http://vindicte.blogspot.com/

FEED-FLUX RSS:
http://vindicte.blogspot.com/feeds/posts/default

Anonyme a dit…

A-

Rien qu'en visitant Jeune Afrique website d'aujourd'hui, tu comprendras pourquoi je ne vois aucune raison de negocier avec AL QAIDA qui n'est rien d'autre qu'une organisation terroriste.
Selon Jeune Afrique, 4 ENFANTS IRAKIENS TOUS AGE'S DE MOINS DE 14 ANS, ont ete' arrete's. Ce sont des KAMIKAZES forme's par ALQAIDA. Ils appartiennent a' une cellule qui s'appelle "LES OISEAUX DU PARADIS."

To make a long story short, AL QAIDA PORTE PREJUDICE A' L'IMAGE DE NOTRE RELIGION!!!!!!!
AU MOMENT OU' LES CHEFS TERROTISTES SE CACHENT DANS LES MONTAGNES DE TORA BORA ET AILLEURS, ILS ENVOIENT LES ENFANTS DES AUTRES A' LA MORT!!!!!!!SHAME ON THEM!!!!!!!!

Comment negocier avec des personnes qui sont mentalement malades, qui ne voient pas les autres qui ne pensent pas comme eux comme etant des personnes, qui tuent, qui n'ont aucun respect pour la femme et qui pensent que les actions sauvages qu'ils menent ici et la' leur permettront d'aller au paradis.

TOI TU PEUX NEGOCIER AVEC AVEC MAIS PAS MOI!!!!!!!!!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

La fortune soudaine de Ibrahima Sarr
22-04-2009
Ibrahima Moctar Sarr, président de l’Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Rénovation (AJD/MR) et candidat à la présidentielle du 6 juin 2009 louait une modeste maison, dans le centre-ville de Nouakchott, à une dénommé Zoubeïda Mint El Bechir. Les impayés du loyer remontaient à 6 mois.

Il y a quelques jours, Ibrahima Sarr vient voir la propriétaire, s'excuse du retard et lui règle la totalité de la créance. Dans la foulée, il lui annonce son intention de déménager et propose de se mettre d'accord sur une date, afin de procéder à l'état des lieux.

Quelques jours auparavant, Ibrahima Sarr avait acheté une villa sur la route de Nouadhibou, dans le secteur dit "les terrains de l'université", l'un des quartiers les plus huppés de la capitale. A titre d’exemple, il aura, pour voisin, l'ancien premier ministre Zein Ould Zeidane.

Le prix de la villa atteignait 33 millions d'ouguiyas ; Ibrahima Sarr propose 30 et le propriétaire, alléché par le règlement immédiat en liquide, finit par céder. Le lendemain, Sarr est venu prendre possession de son bien, après avoir payé 30 millions d'ouguiyas et signé l'acte de vente.

Selon un proche du candidat, le déménagement est prévu d’ici quelques jours. Et notre source, une peu décontenancée, s’interroge comme in petto : "Comment un homme incapable de payer son loyer il y a quelques mois arrive, d'un coup, à sortir une somme pareille ?"

Ibrahima Sarr, ancien prisonnier d’opinion, rescapé du camp mouroir de Oualatta a toujours mené un train de vie modeste, même après son score de 8% aux élections présidentielles de 2007. L’on ne lui connaissait pas d’attrait particulier pour le luxe, à la différence de bien de ses pairs en politique.
taqadoumy.com

copiarpegar

Anonyme a dit…

Fin de l'Occupation de l'Assemblée Nationale. Bedredine avec For-mauritania: c'est un premier pas vers la mise en échec du Putsh.

copiarpegar

Anonyme a dit…

lu pour Bebe

Présidentielle : L'équipe du Général se précise
22-04-2009
Le Général a choisi son parent et ami, l'homme d'affaires Boubacar Ould Ghaddour, comme responsable financier de sa campagne présidentielle. Il confierait la communication à Hamoud Ould M'hamed, ancien directeur général de Télévision de Mauritanie (TVM), ex ministre et directeur de campagne de Ould Taya en 2003.

Ould Abdel Aziz avait déclaré que sa candidature ne couterait pas une ouguiya au contribuable.

Dans un autre registre, certains observateurs notent que le portrait du Général trône toujours dans les bureaux de l'administration, ce quelques jours après sa démission de la présidence du Haut Conseil d'État (HCE, junte).
taqadoumy.com

copiarpegar

Anonyme a dit…

salut,

sarr candidat rimo

Anonyme a dit…

Couli,

Faut négocier quelque chose, tel que les laisser se promener dans notre desert sans qu'ils nous attaquent et qu'ils attaquent les pays voisins en attendant de trouver une solution. Les maliens l'ont fait et ils n'attaquent pas dans ce pays et ni au Niger, si je ne me trompe pas. Un autre coup de Al Qaida et on est in trouble.

Mais négocier quoi au juste? Il faut y reflechir. Si les maliens y ont reflechi, qu'est ce qui nous empeche de reflechir? Les pays n'ont pas d'amis, msis des interets. difficile d'accepter que ces connards font chez nous comme ils font en Iraq, Afghanistan et ailleurs. Je crois que je vais lire ould Mohamedou dans le texte.

En tout cas moi je suis fatigué de penser à ces histoires d'islamisme politique. Un chose est importante: faut leur barrer la route, sinon tu auras des Mohamed Cheikh qui interdiront de porter meme la cravate, sinon le slip. Il installeront le talibanisme et on aura que les yeux pour pleurer.

Think about it. Ils sont indécrottables ces djihadistes.

A-

Anonyme a dit…

un débat intéressant à suivre cliquez ici.

copiarpegar

Anonyme a dit…

un débat intéressant à suivre cliquez ici.

copiarpegar

maatala a dit…

Salam

Je suis ravi de lire mon frére Ould Mauritanie

maatala

Anonyme a dit…

Lu pour moi sur cridem....candidature de Kane hamidou Baba...pensez ce que vous voulez mais c'est l'une des candidatures les plus credibles depuis l'independence du pays à nos jours...ce n'est pas parceque KHB a de l'ambition pour son pays ...lui meme...qu'on le traite d'opportuniste....de vendu...
La plupart de ceux qui l'accusent de tous les maux ...se sont portés candidats....en d'autres temps...et d'autres "climats" moins clements..qu'aujourd'hui....




"Déclaration de Candidature


J’ai déposé le Lundi 20 Avril 2009 mon dossier de candidature à l’élection Présidentielle du Juin 2009. Ma candidature a été parrainée par des conseilles et Maires appartenant aux 13 régions que compte notre Pays. Je voudrais rendre à ces élus locaux un hommage appuyé pour la confiance qu’ils m’ont accordées.

J’ai posé cet acte volontaire et mûrement réfléchi, pour donner une chance au dialogue national, devenu impossible, en raison de la position figée des acteurs politiques et qui risque de tenir le pays en otage.

Ma candidature est donc avant tout celle du devoir, pour rendre possible le dialogue politique indispensable à la paix civile et au développement de notre pays.

Ma candidature est aussi celle de l’espoir, qu’une autre politique est possible et que le Peuple mauritanien mérite une alternative face à l’immobilisme des parties en conflit.

Ma candidature et enfin celle de l’avenir, l’avenir qui se construit aujourd’hui. J’ai donc décidé de dédier cette candidature à la jeunesse mauritanienne. Cette jeunesse mauritanienne légitimement inquiété et qui rêve d’une Mauritanie capable de lui offrir le bien être.

Il nous faut pour cela, nous engager courageusement dans une politique de vastes réformes dont la finalité recoupera toutes les dimensions de l’intégration nationale.

La politique d’intégration nationale sera la pierre angulaire de mon programme. Il nous faut rebâtir la maison mauritanienne sur la base des valeurs fortes et partagées que sont: l’Islam, l’unité nationale, la justice, la démocratie et le développement économique dans l’équité. Nous le devons à l’avenir, nous le devons à notre jeunesse, nous le devons à nous même.

C’est tout un programme que j’aurais l’occasion de vous présenter dans les prochains jours.

Je vous remercie."

yes we kane!...je persistes et signes!!!!quel etait le slogan de Ben Ali...dejà????

bl

Anonyme a dit…

A tous les soit disant cadres qui rivalisent en applaudissement pour obtenir les faveurs de Ould Abdel Aziz

Il est vrai que la situation du pays à la veille du 6 août 2008 est une situation « dégradante » ; mais à qui revient la responsabilité de cette situation ?
-qui a été à l’origine de l’élection de SIDIOCA ?
-qui gérait directement la sécurité de ce pays ?
-qui avait le bataillon des députés à sa solde ?
-qui s’opposait a toute réforme et toute organisation ?
-qui bénéficiait de toutes les largesses de l’Etat ?
-qui détournait les moyens de l’armée ?
-qui gérait les biens de la présidence ?
-qui a bénéficié des marchés de l’Etat pendant cette période ?

Si on procède à une enquête simple on trouvera que le coupable est un seul individu qui n’est autre que celui que vous présentez comme étant le sauveur de ce pays.

Quelle est cette « initiative louable » dont vous parlez en qualifiant le coup d’état d’Aziz? Ne s’agit-il que de la prise en otage de tout un pays ?
Et quels sont ces représentants du peuple dont vous parlez quand vous parlez de majorité? Est- ce le BASEP ou le BADEP (Bataillon des Députés) ? Ceux-ci et ceux-là ne sont que des milices à la solde d’un seul homme et ils ne représentent personne.
Enlever au BASEP ses armes et envoyer ces soit disant représentants du peuple aux urnes et vous allez voir qu’ils ne représentent personne et qu’ils ne sont qu’une bande de mercenaires à la solde de Aziz.
Pour ce qui est des chantiers dont vous parlez, trouvez-moi une seule réalisation pendant cette période qui n’était pas prévue avant Aziz, toutes les inaugurations et promesses du brigand qui n’était pas prévues avant son coup d’état restent des dires sans fondement et el medereg b leyam 3aryane, qui vivra verra !

Est-ce que la recrudescence des vols répétés et des assassinats, la pénurie de tous les produits de première nécessité, le chômage, la faillite de l’ensemble des PME sont une amélioration des conditions de vie des populations ?

Quelles sont ces balivernes que vous dites ? Cessez messieurs et dites que vous voulez une place sous le ciel d’Aziz et épargnez-nous les fausses louanges que vous chantez.


Si le bilan de l’action de Aziz est à faire, les honnêtes vous diront que depuis le coup d’état du 3 aout 2005 jusqu’à nos jours nous assistons à une gabegie pire que toutes les précédentes dont l’instigateur n’est autre qu’ould Abdel Aziz que vous présentez comme étant le sauveur :



1-Période Ely et SIDIOCA
Demandez à Aziz pourquoi il ne procède pas à une enquête sur les quatre cent millions de dollars de transition dont il accuse Ould Mohamed Vall ! C’est parce que le cousin avait plusieurs associés dont Aziz est le plus important.

Diligentez une enquête dans les différents états-majors de l’armée et les services de sécurités pendant cette période et vous verrez que tous les fonds qui ont été alloués aux services de sécurités et à l’armée pendant cette période ont été gérés d’une manière opaque qui permettait à Aziz de tout détourner. Tandis que le budget du BASEP, depuis son existence jusqu’à à nos jours, il se confond tout simplement avec la poche de ce grand truand.

Cherchez un peu au niveau de la présidence pendant la période d’Ely et plus particulièrement celle de Sidioca : tous les marchés juteux et même les moins juteux passent par une main , celle de Aziz qui gérait directement la présidence pendant toute cette période. Demandez aux directeurs de cabinets, ils vous le confirmeront.

Je ne parle pas du trafic d’influence qu’il utilise pour placer ses hommes ou distribuer des faveurs ou bénéficier directement ou indirectement des largesses de l’état lui et ces acolytes ni des autres trafics sulfureux auxquels il est certainement lié.




2-Période Aziz.

Que n’a-t-il pas fait en cette période ?
-au niveau de l’administration : des nominations scandaleuses que tout le monde connaît, les sans diplôme, les cousins, les safagas de tout genre sont placés partout et les cadres compétents sont limogés ou marginalisés. L’administration est devenue une écurie où toutes les mauvaises espèces rivalisent d’incompétence.
-La gestion des biens publics : plus de règle, toutes les caisses se confondent (Etat, SNIM, SOMELEC, PORTS etc...) et une seule main est autorisée à y puiser, celle d’Aziz. Plus de procédures : les fonds sont utilisés sans aucune formalité, les marchés attribués à des proches en violation flagrante des règles les plus élémentaires de droit, les licences et autorisations de recherche sont toutes attribuées à BSA ou à des entreprises écrans,
-Le passif humanitaire : l’instrumentalisation du dossier à des fins électorales (C’est une insulte à la mémoire des victimes).
-La justice, les droits de l’homme, les libertés publiques et l’information et j’en passe sont dans l’état pitoyable que tout le monde connait.

-Les réalisations dont ils se targuent sont :
-en terme de lutte contre la gabegie (el mouvssidine : comme il se plait à le dire) : l’emprisonnement de quelques rvs opposants, aucun ramz vessad de sa cour (et Dieu sait combien ils sont nombreux dans son entourage immédiat ) n’a été inquiété.
-En terme de diminution des prix : le prix de la bouteille de gaz a baissé de cent ouguiyas et on paye beaucoup plus l’éloignement sans parler de la pénurie. Le prix du carburant a baissé mais allez comparer cette diminution avec celle opérée dans le reste du monde (voir le prix du pétrole). Quel autre prix a diminué ? Si … j’oubliais ! les médicaments au niveau des pharmacies publiques et figurez-vous qu’il y’a longtemps que ces pharmacies ne vendaient plus rien, faites un tour du côté de l’Hôpital National et demander une compresse. Nous ne savons qu’une seule chose : chaque fois qu’on annonce la diminution d’un prix, bonjour les pénuries.
-Les routes : nous n’avons jusqu'à présent vu que deux routes (très mal réalisées) à Tavragh zeina et qui desservent parait-il les appartements d’Aziz côté Las Palmas et sa villa côté Centre émetteur.
-La distribution des gazra : seul el hay essaken sera loti , allez savoir pourquoi ? il parait que beaucoup de cousins y sont. Là où il n’y a pas d’intérêts personnels , les gazriens peuvent encore attendre.
-La santé : les équipements de l’hôpital (scanner et autres) n’eut été le désir de donner le à untel, on aurait pas du tout pensé à équiper l’hôpital de nktt et celui de kiffa (voir marché scanner et IRM comment les procédures ont été bafouées pour en faire bénéficier l’associé du beau père d’Aziz)
-Quand aux promesses qu’il a tenues à l’intérieur du pays, il s’agit d’histoires à dormir debout car comment peut il les tenir ? vorace comme il est et sans secours aucun !

Nous rappellerons par ailleurs des cas flagrants : le paiement à Bouamatou et Noueigued 15 milliards (dettes Somelec) à la veille de sa démission, l’achat de deux citernes à 80 millions de chez un cousin et payé cash du trésor déjà, alors que tous les créanciers de l’état depuis 2006 attendent et attendrons encore . D’autres scandales éclateront bientôt (les blocs dont la vraie histoire sera dévoilée prochainement avec d’autres attributions et vente des biens de l’état). Cet argent détourné du trésor avec les millions de dollars qu’il a reçu de l’Iran - même s’il a nié avoir reçu un dollar de quiconque - vont servir à financer la mascarade d’élection qu’il prépare.

Tel est le bilan réel de la période Aziz, car Ely et Sidi gouvernaient par la grâce de Aziz, il l’a dit lui-même avec effronterie quand il a avoué avoir refusé certaines de leurs décisions, et par conséquent toutes les fautes de la période d’après Taya lui sont imputables. La faute de SIDIOCA c’est qu’il a voulu l’évincer et composer avec d’autres.
Si vous voulez qualifier ce mafiosi d’une chose ne le qualifiez pas de sauveur car on ne peut se sauver de soi même.

Enfin j’ai à vous dire :

Chantez bien les fausses louanges à Aziz croyant qu’il peut vous donner quelque chose ; mais sachez qu’il n’a rien à donner : la Mauritanie actuellement est un pays isolé dont les ressources ne suffisent pas à entretenir Aziz & Cie. Il se moque de vous et de tous les applaudisseurs et vous entrainera vers une fin terrible qui l’emportera et vous avec. Sachez que cette fois la Mauritanie ne pardonnera pas aux sans foi ni loi qui applaudissent ce brigand. Les écrits ; les photos seront archivés et ce pays vous répudiera avec le truand que vous voulez maintenir pour saper les biens, les fondements et la sécurité de notre patrie (Wait and see)

Que vive la Mauritanie pour ses honnêtes fils qui continuent à lutter pour en faire une terre d’égalité et de prospérité ou vivent ses maures, ses haratines, ses pulars, ses soninkés et ses wolof en paix.

Avant de terminer je vous demande de dissocier Aziz des forces armés et de sécurité, elles ne sont en rien dans ce que fait ce aventurier dont le casier judicaire est loin d’être vierge depuis Louga jusqu’au Budget … jusqu’à la prise en otage de 3 millions de paisibles citoyens et d’un vaste pays de plus d’un million carré. Mais son jugement ne fait qu’approcher et sa fin est déjà visible…

copiarpegar

Anonyme a dit…

maintenant hanane le cavalier s'entend avec le véto de taya

on aura tout vu
c à vomir nos politiciens

lm peux-tu please changer le blog et mettre autre chose n'importe quoi merci

une pensée pour kassataya le verre du front mais l'hospitalité du pays en plus

la charmante demoiselle et ablaye ont vraiment raté leur vocation, c dingue, quel talent

quand j'ai entendu la voix de ablaye que je ne connaissais pas, elle m'a rappelé quelqu'un

puis soudain en me brossant les dents, je me suis dit " merde c lui, c la même vois que claudy siar, la même, le même ton jusqu'à l'humour

en fait c très parisien ce ton cet humour, il m'a rappelé claudy car je l'ai rencontré par hasard à son passage ici , c'est ablaye

bravo vraiment, je lui conseille de contacter RFI , bravo

et m aussi d'ailleurs

à plus

Anonyme a dit…

Salut...
Lu pour vous sur cridem....
un commentaire de vlane...

"monsieur diagana

vous êtes un personnage qui a le coeur gros, on vous lit et on s'incline devant tant de mémoire mise au service de la vérité historique

hélas emporté par l'émotion , vous finissez par ne plus y voir clair vous-même

vous dîtes: " Un pays où des manifestants peuvent battre le pavé sans être réprimés,"

on arrête là les extraits pour ne pas ternir cet hommage , mais enfin vous semblez oublier que pendant 15 mois de cette ère démocratique sans précédent aucune marche de l'opposition historique n'a été autorisée

aucune, on se souvient encore des meetings confinés lamentablement dans les stades

enfin passons

rassurez-vous, monsieur sidi ould cheikh abdallahi n'a besoin d'aucun éloge, il en est sorti par la grande porte. Il a eu du courage, un courage étonnant , c'est d'ailleurs le seul homme qui puisse dire non à aziz les yeux dans les yeux à un tel sommet de responsabilités

il a eu du courage, on le respecte et on le respectera toujours car il a refusé d'annuler les décrets et il a surtout refusé le "poste" d'ancien président avec tous les avantages que cela représente

on est pas certain, loin de là, qu'il y ait encore en mauritanie des politicards qui puissent en faire autant vu que chacun travaille, comme tout le monde , pour l'argent sauf les poètes et vous

Sidi a juste cru qu'il serait protégé par la communauté internationale et ce en n'ayant contre lui la majorité silencieuse, ses funestes conseillers ont ruiné son mandat et sa sortie

ne revenons pas dessus c'est bientôt terminé

disons seulement qu'il faudrait un moment ou un autre que tous les intellos arrêtent un peu ces incantations au sujet de la démocratie perdue

mettez dans vos esprits et dans vos yeux, que de démocratie point, il n'y a rien tout est à faire on part de zéro

la démocratie dans sa forme la plus réduite cad juste des élections libres et transparentes vous a été offerte par les militaires

puis voyant qu'on leur tire dessus ,ils font un mouvement rectificatif, car s'en est un, ils rectifient le cadeau

à vous maintenant de prendre vos responsabilités et construire la démocratie

luttez donc, affrontez les forces de l'ordre si vos convictions sont profondes et ne vous trompez pas de combat en croyant défendre ce qui n'existe pas, vous feriez mieux de vous battre pour construire ce qui n'existe pas et non défendre le vide dont le contenu n'a jamais été

il faut dire que si chacun se rend compte et accepte de rien de démocratique n'existe sinon la façade, tous les partis , bien des intellos devraient alors perdre les grands mots vides et les communiqués stériles pour aller suer avec le peuple

et ça personne n'en veut

on préfère parler parler parler

des mots auxquels nous devons tous les maux de ce pays

bien à vousé

bl

Bebe BA a dit…

Mauritanie : « ni Vainqueur ni Vaincu »

Conforme à la promesse faite à Nouadhibou, le Général Ould Abdel Aziz à démissionné.

Pourquoi l’a-t-il fait ? Au profit de qui ? Et dans quel but ?

Telles sont les questions, auxquelles le 6 juin apportera les réponses tant attendues, par les mauritaniens en premier, puis par les autres qui se sont interrogés aussi, tout le long de cette crise, sur le devenir de ce pays paisible de manière générale.

Avec le recul nécessaire, les événements du 6 Août 2008, peuvent être compris simplement comme une manifestation sans plus de l’ambition d’un homme pour son pays.

Le reste se lit aisément entre les lignes, les coups d’Etats ne sont pas autorisés, du moins formellement par la ‘Communauté Internationale’ et à cet effet, la solution unique qui s’offre, pour une sortie de crise acceptable, réside dans l’acceptation du modèle démocratique en soi.

Comme nous le savons tous, le jeu démocratique n’est pas sans défaut, ainsi les astuces pour transformés la dictature en démocratie sont connues des militaires en Afrique et tout particulièrement en Mauritanie.

D’un certain point de vue la crise mauritanienne, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent n’est pas, plus démocratique que politique. Il est évident, depuis que tout le monde s’est lavé les mains de cette crise, qu’il ne s’agit pas d’un problème de compréhension politique, mais plutôt d’une situation inextricable et singulière dans le pays et dans la région.

Le caractère de l’enjeu d’intérêt semble dominé, les hommes qui s’entredéchirent pour ce palais présidentiel, construit il y a juste quelques années par les chinois, ne semblent reculer devant rien.

Chacun campe sur ses positions, chacun se persuade qu’il faut poursuivre le combat jusqu’à la dernière énergie.

Au fur et à mesure que le temps passe, le dialogue et le consensus nécessaires à la paix s’éloignent, laissant lieu et place à la haine et la confrontation.

Cette obstination, des différents acteurs de cette crise prouve si besoin est, leurs carences démocratiques, morales et citoyennes.

En ce sens, par leurs agissements, progressivement, on voit les étrangers quitter le pays, depuis un moment les bailleurs ont abandonné l’hypothèse du dialogue et de la concertation, devenue obsolète et ne cadrant plus avec le degré de pourrissement et d’enlisement de la crise mauritanienne. Les médiateurs se sont fatigués, par des allers/retours inutiles et stériles, la démocratie s’éloigne ainsi que la paix, les nuages d’une confrontation ouverte deviennent de plus en plus épais et menaçants.

Ce jeu vaut- il encore la peine d’être joué ? Ces acteurs sont-ils intelligents et professionnels ?

La réponse est non, la Mauritanie n’est pas la France, pour se battre de cette manière en faveur d’une démocratie chimérique, qui s’essaye pour la énième fois dans notre pays et ce, sans succès.

En effet, il faut laisser ce prétexte démocratique de coté et mettre les vrais au premier plan, cela serait au moins plus honnête et mieux compris par les autres.

Une chose est sûre, ceux qui se battent en ce moment pour le contrôle du pays ne sont pas De Gaulle, ni Roosevelt, ni Gandhi ou même Mandela pour citer un exemple plus récent et davantage adéquat à notre contexte africain.

La Mauritanie en souffre et continuera à en pâtir tant que ces hommes resterons dans cette état d’esprit, le pire sera à venir, cette crise promet des lendemains difficiles pour le peuple mauritanien.

Le pays fera encore la pâture de la presse du monde hélas ! Pour le moment, il est très peu probable de voir disparaître les principaux acteurs politiques actuels, compte tenu de leur enracinement sur l’échiquier politique national et leur rôle déterminant dans l’enlisement de la crise.

Le constat est désastreux, après huit mois d’efforts soutenus, la moisson est maigre et décevante.

Une élection unilatérale concoctée par les militaires, terrain de jeu des tout nouveaux généraux de notre vaillante armée ‘démocratique’, comme si l’armée d’une certaine façon, détenait une vocation de pouvoir et de surcroit démocratique, il ya là de quoi s’esclaffer, c’est de loin la seule chose que nous puissions faire.

Quel gâchis et pour rien ! La Mauritanie aurait pu se passer de tout cela, il aurait été plus intelligent de s’asseoir autour d’une table avec respect, intérêt et considération et de discuter de nos problèmes, trouver des solutions, adapter une sortie de crise consensuelle pour l’intérêt de notre pays et non pas de celui de telles ou telles parties prenantes de la crise.

N’est ce pas là, la procédure type démocratique ? Vous, qui êtes l’élite avant-gardiste de notre système démocratique, garante de notre stabilité et source de notre fierté nationale.

Le reste ne compte plus, la culture guerrière et les grandes valeurs belliqueuses d’une nation meurtrie et à la dérive ne nous appartiennent plus et ne correspondent plus à notre époque.

Quoiqu’il advienne, il sera toujours temps de comparer la Mauritanie, si vous hésitez encore, à l’Irak, à la Somalie, au Congo, aux Iles Comores ou encore au Rwanda.

La Mauritanie victime de cette crise depuis des mois, n’est pas plus immunisée que ces pays là et les problèmes n’arrivent pas qu’aux autres.

Mieux vaut prévenir que guérir ! Il faut s’efforcer à se souvenir des neufs présidents qui ont d’une manière ou d’une autre séjourné dans ce palais présidentiel tant convoité.

Qu’ils se soient tous insérés dans l’histoire fraiche ou ancienne peu importe ! Rares sont ceux, parmi nous qui se souviennent encore de ces gens là.

Aux dernières nouvelles, celui qui à le plus duré dans ce palais ocre, c’est Ould Taya, qui vit, dit-on, en exil forcé au Qatar.

Les autres, sont soit morts, que dieu les bénissent et les acceptent dans son paradis, soit ils sont devenus des vieux pères de familles qui partagent leurs temps dans l’indifférence général entre la mosquée et les quelques chameaux hérités de la belle époque.

En ce sens, pour faire simple et synthétique, que seule la règle du « ni vainqueur, ni vaincu » est parfaitement adaptée au contexte mauritanien.

Nous devons redoubler d’efforts pour accéder à la voie unique, qui est celle du dialogue et de la concertation.

Nous ne nous lasserons pas de ressasser que ce sont les hommes d’aujourd’hui qui produiront les élites de demain, tout le reste n’est que futilité.

Cet enfantillage et ses conséquences seront fatales pour tous si, la raison ne l’emporte pas sans plus tarder.

SOS Abbere.

Bebe BA a dit…

Lu pour les anciens du Canalh:

EN ATTENDANT LE 06/06/09, LE HATEM DEMANDE UNE COMMISSION D’EVALUATION DE LA TRANSITION PASSEE.

Les mauritaniens sont invités aux urnes pour le 06 juin 2009 en vue de choisir le prochain président de la république. Pour l’instant trois candidatures ont été officiellement reçues par le conseil constitutionnel : celle du Général Mohamed Ould Abdel Aziz, chef de l’Etat et Président du HCE, démissionnaire depuis une semaine, celle de Kane Hamidou, vice Président du RFD entré en dissidence avec le Président du parti quoi a opté pour le boycott et celle de Sarr Ibrahima Moktar président de l’AJD/MR, en proie lui à une fronde d’une partie des militants et responsables de son parti. L’ancien Premier ministre de Maouya Ould Sid’Ahmed Taya s’apprête lui aussi à déposer son dossier de candidature. Dans la journée du mercredi il s’occupait à rassembler les signatures des conseillers requis, en plus de la caution de 5 millions d’ouguiyas, pour la qualification à la candidature. L’on parle également de la candidature d’une femme en la personne d’Aicha Mint Jeddane. La date limite des dépôts de dossiers de candidature est fixée à 00 heures ce jeudi
Du côté du Hatem, tandis que la question de la candidature de son président est à l’ordre du jour, le conseil National de ce parti demande la mise sur pied d’une commission chargée d’étudier et d’évaluer la transition passée.
Pour le parti de Saleh Ould Hananna, il importe de d’évaluer la scène politique nationale, « en vue de déterminer le choix adéquat face aux élections présidentielles prochaines »
Cette commission aurait entre autres prérogatives, l’aptitude à « communiquer avec l’ensemble des parties composant la scène politique nationale » et à prendre les décisions allant dans le sens des « intérêts supérieurs du pays ».
Dans un communiqué rendu public ce 22 avril, le conseil National du Hatem déplore en outre « l’entrée du pays dans une période électorale présidentielle en l’absence de tout consensus national » et fonde une certitude sur le fait que le scrutin envisagé devra « constituer une réelle rupture avec la situation d’exception qui prévaut, la consolidation de l’Etat de droit par le renouvellement de la classe politique ainsi que les méthodes de réflexion et de gestion des services publics… »
.
voici le texte intégral du communiqué du conseil Nationale du Hatem
Communiqué :
Le Conseil National du Parti Union pour le Changement en Mauritanie (HATEM) a tenu une réunion extraordinaire sous la houlette de son Président, Moulaye Amhamed Ould Moulaye Dkhil à l’Hôtel Chinguitty Palace vendredi 17 avril 2009. C’était en présence de la majorité des membres du Conseil. La réunion a été consacrée aux débats sur les élections présidentielles prochaines et la situation politique actuelle, à la lumière de la note de synthèse présentée par le Bureau Exécutif sous le titre «Hatem et les élections présidentielles prochaines : positions et craintes ».

Après une journée de débats ouverts, dans le calme et avec beaucoup de franchise, d’analyses pertinentes et constructives sur les différentes données de la situation nationale ainsi que les perspectives que laissent entrevoir les hypothèses tirées de la période actuelle, ainsi que les défis de toutes sortes posées par les différents scénarii envisageables, le Conseil National exprime ce qui suit :

- son attachement au dialogue national et au règlement démocratique des différents problèmes, en vue de préserver la stabilité du pays et la pérennisation de son modèle démocratique et réformateur ;

- son profond regret face aux prémisses que laissent entrevoir l’entrée du pays dans une période électorale présidentielle en l’absence de tout consensus national ;

- sa certitude que les prochaines élections devront constituer une réelle rupture avec la situation d’exception qui prévaut, la consolidation de l’Etat de droit par le renouvellement de la classe politique ainsi que les méthodes de réflexion et de gestion des services publics ;

- sa conviction que la gestion de la phase transitoire et le niveau de partenariat, dans ses aspects politiques et de gestion, ne se situent pas à un niveau souhaité ;

- la mise sur pied d’une commission chargée d’étudier et d’évaluer la transition passée et la scène politique nationale, en vue de déterminer le choix adéquat face aux élections présidentielles prochaines ; la nécessité de donner à cette commission des prérogatives suffisantes pour communiquer avec l’ensemble des parties composant la scène politique nationale et prendre les décisions qu’il faut à la lumière de ces contacts et de la situation nationale actuelle, pourvu que les intérêts supérieurs du pays restent la seule constante pour déterminer les limites de ces décisions, en conformité avec les intérêts du parti ;

- l’obligation faite au Bureau Exécutif de prendre toutes les dispositions nécessaires pour exécuter les décisions de cette commission ;

- désigner les membres de la dite commission et compléter la liste du Conseil National et du Bureau Exécutif.

Anonyme a dit…

Copiar,

le truc de tout a l'heure etait fabuleux (fabulous).

Quelle spontaneite? quel talent?

ce serait vraiment un beau blog.

Sanhaji

filsdubled a dit…

La Mauritanie des privilèges et des largesses qui s’accroche désespérément à la légalité de façade.

La Mauritanie des exclus, des dépouillés et des sans droits cherche une équipe jeune dynamique et juste pour une dictature éclairée pour un bail de 20 ans.

D’ici le 6 juin lequel des ces deux Mauritanie abandonnera !

Anonyme a dit…

Vive la république Islamique de Mauritanie!
Vive le Vaillant peuple Mauritanien!
Vive Aziz
Vive HCE
Quatre mauritaniens participeront dans les élections du 6/6.
Aziz et La Mauritanie sortiront vainqueurs.
La class politique de notre paye malheureusement est médiocre comme notre administration.
ce cinq prochaines années Aziz changera la class politique, il n y'aura plus une place pour les vieux bandits (ahmed dadah,mesoud,mouloud,mansour,bedrdin,sidibabe,), une nouvelle class avec un Project d' état trouvera la limier.
Nous sommes à 29 jours de la campagne électorale,
Merci a tous les mauritaniens/mauritaniennes pour leur support au HCE.
Merci a sidi ould cheikh abdallahi pour sa mauvaise gestion de l’état qui est la cause principale du coup d’etat, Sant tes bêtises Aziz reste un inconnu, mais merci beaucoup, Aziz à rectifier toutes tes erreurs dans 8 mois.

mowatin

Anonyme a dit…

Mon dieu copiarpegar! Tu as tout dit! Je te copie encore ici. Tu as tout dit ce 22 avril 2009 23:58
. Je ne me lasse pas de te lire ici, ni Old Mohamed Saleh que j'ai relis 4 fois. Quelle simplicité dans vos arguments!

copiarpegar: c'est du sérieux ton engagement et je le savais quand au début tu disais Am short. Bravo yabouya.

canalh: merci de relire. Aziz ne se redressera pas apres cette sortie de copiar. Il resume ce qu'on sait déjà, mais avons des difficultés à en faire un sommaire.

A-

=================
copiarpegar a dit:

A tous les soit disant cadres qui rivalisent en applaudissement pour obtenir les faveurs de Ould Abdel Aziz

Il est vrai que la situation du pays à la veille du 6 août 2008 est une situation « dégradante » ; mais à qui revient la responsabilité de cette situation ?
-qui a été à l’origine de l’élection de SIDIOCA ?
-qui gérait directement la sécurité de ce pays ?
-qui avait le bataillon des députés à sa solde ?
-qui s’opposait a toute réforme et toute organisation ?
-qui bénéficiait de toutes les largesses de l’Etat ?
-qui détournait les moyens de l’armée ?
-qui gérait les biens de la présidence ?
-qui a bénéficié des marchés de l’Etat pendant cette période ?

Si on procède à une enquête simple on trouvera que le coupable est un seul individu qui n’est autre que celui que vous présentez comme étant le sauveur de ce pays.

Quelle est cette « initiative louable » dont vous parlez en qualifiant le coup d’état d’Aziz? Ne s’agit-il que de la prise en otage de tout un pays ?
Et quels sont ces représentants du peuple dont vous parlez quand vous parlez de majorité? Est- ce le BASEP ou le BADEP (Bataillon des Députés) ? Ceux-ci et ceux-là ne sont que des milices à la solde d’un seul homme et ils ne représentent personne.
Enlever au BASEP ses armes et envoyer ces soit disant représentants du peuple aux urnes et vous allez voir qu’ils ne représentent personne et qu’ils ne sont qu’une bande de mercenaires à la solde de Aziz.
Pour ce qui est des chantiers dont vous parlez, trouvez-moi une seule réalisation pendant cette période qui n’était pas prévue avant Aziz, toutes les inaugurations et promesses du brigand qui n’était pas prévues avant son coup d’état restent des dires sans fondement et el medereg b leyam 3aryane, qui vivra verra !

Est-ce que la recrudescence des vols répétés et des assassinats, la pénurie de tous les produits de première nécessité, le chômage, la faillite de l’ensemble des PME sont une amélioration des conditions de vie des populations ?

Quelles sont ces balivernes que vous dites ? Cessez messieurs et dites que vous voulez une place sous le ciel d’Aziz et épargnez-nous les fausses louanges que vous chantez.


Si le bilan de l’action de Aziz est à faire, les honnêtes vous diront que depuis le coup d’état du 3 aout 2005 jusqu’à nos jours nous assistons à une gabegie pire que toutes les précédentes dont l’instigateur n’est autre qu’ould Abdel Aziz que vous présentez comme étant le sauveur :



1-Période Ely et SIDIOCA
Demandez à Aziz pourquoi il ne procède pas à une enquête sur les quatre cent millions de dollars de transition dont il accuse Ould Mohamed Vall ! C’est parce que le cousin avait plusieurs associés dont Aziz est le plus important.

Diligentez une enquête dans les différents états-majors de l’armée et les services de sécurités pendant cette période et vous verrez que tous les fonds qui ont été alloués aux services de sécurités et à l’armée pendant cette période ont été gérés d’une manière opaque qui permettait à Aziz de tout détourner. Tandis que le budget du BASEP, depuis son existence jusqu’à à nos jours, il se confond tout simplement avec la poche de ce grand truand.

Cherchez un peu au niveau de la présidence pendant la période d’Ely et plus particulièrement celle de Sidioca : tous les marchés juteux et même les moins juteux passent par une main , celle de Aziz qui gérait directement la présidence pendant toute cette période. Demandez aux directeurs de cabinets, ils vous le confirmeront.

Je ne parle pas du trafic d’influence qu’il utilise pour placer ses hommes ou distribuer des faveurs ou bénéficier directement ou indirectement des largesses de l’état lui et ces acolytes ni des autres trafics sulfureux auxquels il est certainement lié.




2-Période Aziz.

Que n’a-t-il pas fait en cette période ?
-au niveau de l’administration : des nominations scandaleuses que tout le monde connaît, les sans diplôme, les cousins, les safagas de tout genre sont placés partout et les cadres compétents sont limogés ou marginalisés. L’administration est devenue une écurie où toutes les mauvaises espèces rivalisent d’incompétence.
-La gestion des biens publics : plus de règle, toutes les caisses se confondent (Etat, SNIM, SOMELEC, PORTS etc...) et une seule main est autorisée à y puiser, celle d’Aziz. Plus de procédures : les fonds sont utilisés sans aucune formalité, les marchés attribués à des proches en violation flagrante des règles les plus élémentaires de droit, les licences et autorisations de recherche sont toutes attribuées à BSA ou à des entreprises écrans,
-Le passif humanitaire : l’instrumentalisation du dossier à des fins électorales (C’est une insulte à la mémoire des victimes).
-La justice, les droits de l’homme, les libertés publiques et l’information et j’en passe sont dans l’état pitoyable que tout le monde connait.

-Les réalisations dont ils se targuent sont :
-en terme de lutte contre la gabegie (el mouvssidine : comme il se plait à le dire) : l’emprisonnement de quelques rvs opposants, aucun ramz vessad de sa cour (et Dieu sait combien ils sont nombreux dans son entourage immédiat ) n’a été inquiété.
-En terme de diminution des prix : le prix de la bouteille de gaz a baissé de cent ouguiyas et on paye beaucoup plus l’éloignement sans parler de la pénurie. Le prix du carburant a baissé mais allez comparer cette diminution avec celle opérée dans le reste du monde (voir le prix du pétrole). Quel autre prix a diminué ? Si … j’oubliais ! les médicaments au niveau des pharmacies publiques et figurez-vous qu’il y’a longtemps que ces pharmacies ne vendaient plus rien, faites un tour du côté de l’Hôpital National et demander une compresse. Nous ne savons qu’une seule chose : chaque fois qu’on annonce la diminution d’un prix, bonjour les pénuries.
-Les routes : nous n’avons jusqu'à présent vu que deux routes (très mal réalisées) à Tavragh zeina et qui desservent parait-il les appartements d’Aziz côté Las Palmas et sa villa côté Centre émetteur.
-La distribution des gazra : seul el hay essaken sera loti , allez savoir pourquoi ? il parait que beaucoup de cousins y sont. Là où il n’y a pas d’intérêts personnels , les gazriens peuvent encore attendre.
-La santé : les équipements de l’hôpital (scanner et autres) n’eut été le désir de donner le à untel, on aurait pas du tout pensé à équiper l’hôpital de nktt et celui de kiffa (voir marché scanner et IRM comment les procédures ont été bafouées pour en faire bénéficier l’associé du beau père d’Aziz)
-Quand aux promesses qu’il a tenues à l’intérieur du pays, il s’agit d’histoires à dormir debout car comment peut il les tenir ? vorace comme il est et sans secours aucun !

Nous rappellerons par ailleurs des cas flagrants : le paiement à Bouamatou et Noueigued 15 milliards (dettes Somelec) à la veille de sa démission, l’achat de deux citernes à 80 millions de chez un cousin et payé cash du trésor déjà, alors que tous les créanciers de l’état depuis 2006 attendent et attendrons encore . D’autres scandales éclateront bientôt (les blocs dont la vraie histoire sera dévoilée prochainement avec d’autres attributions et vente des biens de l’état). Cet argent détourné du trésor avec les millions de dollars qu’il a reçu de l’Iran - même s’il a nié avoir reçu un dollar de quiconque - vont servir à financer la mascarade d’élection qu’il prépare.

Tel est le bilan réel de la période Aziz, car Ely et Sidi gouvernaient par la grâce de Aziz, il l’a dit lui-même avec effronterie quand il a avoué avoir refusé certaines de leurs décisions, et par conséquent toutes les fautes de la période d’après Taya lui sont imputables. La faute de SIDIOCA c’est qu’il a voulu l’évincer et composer avec d’autres.
Si vous voulez qualifier ce mafiosi d’une chose ne le qualifiez pas de sauveur car on ne peut se sauver de soi même.

Enfin j’ai à vous dire :

Chantez bien les fausses louanges à Aziz croyant qu’il peut vous donner quelque chose ; mais sachez qu’il n’a rien à donner : la Mauritanie actuellement est un pays isolé dont les ressources ne suffisent pas à entretenir Aziz & Cie. Il se moque de vous et de tous les applaudisseurs et vous entrainera vers une fin terrible qui l’emportera et vous avec. Sachez que cette fois la Mauritanie ne pardonnera pas aux sans foi ni loi qui applaudissent ce brigand. Les écrits ; les photos seront archivés et ce pays vous répudiera avec le truand que vous voulez maintenir pour saper les biens, les fondements et la sécurité de notre patrie (Wait and see)

Que vive la Mauritanie pour ses honnêtes fils qui continuent à lutter pour en faire une terre d’égalité et de prospérité ou vivent ses maures, ses haratines, ses pulars, ses soninkés et ses wolof en paix.

Avant de terminer je vous demande de dissocier Aziz des forces armés et de sécurité, elles ne sont en rien dans ce que fait ce aventurier dont le casier judicaire est loin d’être vierge depuis Louga jusqu’au Budget … jusqu’à la prise en otage de 3 millions de paisibles citoyens et d’un vaste pays de plus d’un million carré. Mais son jugement ne fait qu’approcher et sa fin est déjà visible…

copiarpegar

22 avril 2009 23:58

Anonyme a dit…

Sahaji,

C'est fabuleux, cette sortie de copiar. Je dis que c'est sublime !

LM: tu nous le place avant d'aller au lit, si tu travailles le shift de la nuit comme moi à Burger King?

copiarpegar a oublié de citer Winfield que Aziz refuse d'enqueter comme il est certainement impliqué et n'ose pas toucher, car il doit avoir été arrosé dans ce scandale. le coup des $400 millions c'est intelligent. Aziz et Ely se sont certainement retrouvés à Ndakarou, en marge de obseques de Karine Wade, pour arreter la self-destruction de la famille à travers ce cas et d'autres qu'on ignore poour le moment. C ést seul copiar qui m'a convaincu que la rectification etait un coup d'etat.

Bouroutou


=========
Sanhaji a dit:

Copiar,

le truc de tout a l'heure etait fabuleux (fabulous).

Quelle spontaneite? quel talent?

ce serait vraiment un beau blog.

Sanhaji

Anonyme a dit…

J'ai lu avec une tres grande attention l'opinion exprime'e par par Mr. Mohammad Mahmoud Ould Mohamedou dans The Boston Globe du 14 septembre 2005. "Time to Talk to Al Qaeda?" J'ai eu l'impression qu'il rationalise une action barbare et inhumaine qui n'a aucune justification. Avec tout le respect que j'ai pour l'intellectuel qu'il est, je me vois dans l'obligation de lui dire que c'est naif de penser que les dirigeants Americains ne comprennent pas la nature d'Al Qaeda. Mon jeune frere Ould Mouhamedou oublie qu'Ossama ben Laden et ses amis sont une creation Americaine pour combattre le regime communiste installe' a' Kaboul par la defunte URSS! Ne sait-il pas egalement que la CIA travaille en etroite collaboration avec les meilleurs services des renseignements du monde?

Al Qaeda n'a ni pays ni drapeau. Ses frontieres aussi sont imaginaires. Je ne sais donc pas au nom de quoi quelques terroristes cache's dans les montagnes de Tora Bora vont parler!!! Je suis un musulman et je suis tres fier de ma religion, croyez-moi lorsque je vous dis qu'Ossama ne peut jamais parler a' mon nom.Je suis convaincu que la tres grande majorite' des Musulmans a' travers le monde, partage avec moi cette position.
Mr. Ould Mohamedou, pensez-vous vraiment que la premiere democratie du monde doit s'asseoir autour d'une table de negociations avec les terroristes Ossama et Ayman Al Zawahri?

J'ai egalement eu l'impression que vous minimisez les institutions qui ont ete' attaque'es. Le Pentagone avec un budget annuel de plus de 500 milliards de dollars est le plus grand employeur aux USA. Il fait travailler des millions de personnes. IL EST EGALEMENT CHARGE' DE LA DEFENSE DE NOTRE PAYS.
The World Trade Center representait le symbole de la puissance economique Americaine. Des milliers de personnes y travaillaient. En un seul jour, l'attaque du 11 Septembre a fait perdre aux investisseurs des milliards de dollars. Ai-je oublie' de souligner que plus de
2 000 personnes y ont perdu leurs vies?
Frere Ould Mohamedou, l'Amerique n'avait jamais connu une telle attaque surprise depuis Pearl Harbor. Les preuves de la haine d'Al Qaeda se trouvent dans les avions civils remplis de passagers, qui ont ete' utilise's comme des bombes pour tuer des milliers de personnes.Son irrationalite' se trouve dans le fait qu'elle pense qu'elle peut battre la premiere et unique puissance du monde. Mon cher frere, je ne vois ni pragmatisme ni realisme dans les faits et gestes de cette organisation terroriste.

Mr. Ould Mohamedou, vous avez fait des etudes superieures aux USA et vous avez vecu parmi les Americains. Vous etes sense' savoir que ce n'est quand meme pas une organisation terroriste qui va dicter aux USA ce qu'il faut faire quand il s'agit de la defense de ses interets superieurs. Meme si je dis qu'il y a une part de verite'a' propos de ce que vous avez dit en ce qui concerne l'existence des dictatures Arabes et Musulmanes, je dois ajouter que les Iraniens ont chasse' le Chah Mohamed Rez Pahlavi. Nous sommes donc en partie responsables des dictatures qui existent dans nos pays du tiers-monde. N'etes vous pas vous meme Ministre des Affaires Etrangeres d'un regime illegal et illegitime qui a usurpe' le pouvoir en utilisant la violence du canon?
Mon cher Ould Mohamedou, les citoyennes et les citoyens Americains ne peuvent jamais permettre a' Ossama et ses criminels de nous dicter qui nous devons choisir comme dirigeants.
Pensez-vous que tous les musulmans du monde doivent etre punis a' cause des actions d'Al Qaeda. Il va sans dire que la reponse est non!!!!!!!!!Je suis un musulman et fier de l'etre mais je ne suis en rien responsables des crimes commis par les terroristes d'Al Qaeda.

Mon cher petit frere, pour terminer, je dirai qu'AL Qaeda n'a aucune vision et ses dirigeants ne sont pas intelligents. Leurs actions terroristes n'ont fait que porter atteinte a' l'image de notre religion et aux musulmans a' travers le monde. Les consequences de leurs actions ont ete' plus que catastrophiques pour le monde musulman.

Anonyme a dit…

bl,

Pourquoi tu parles du slogan de Ben Ali? Ne compare pas l íncomparable. Ben li est un dictateur éclairé, pas Aziz.

Regarde bien la vision KHB et l'ordre de ses priorités: j'aurai mis le dernier et le premier le dernier. Tu crois que KHB pourra faire comme Ben Ali? Je sais que tu 'y crois pas.

A-
============
La vision Baba Hamidou Kane:

La politique d’intégration nationale sera la pierre angulaire de mon programme. Il nous faut rebâtir la maison mauritanienne sur la base des valeurs fortes et partagées que sont: l’Islam, l’unité nationale, la justice, la démocratie et le développement économique dans l’équité. Nous le devons à l’avenir, nous le devons à notre jeunesse, nous le devons à nous même

Anonyme a dit…

Lu pour Couly et KBG. La réaction de l'Algérie ne se fera pas attendre. Les maliens et les nigériens ont négocié et AQMI ne les attaque pas ....car ils connaissent qui les manipule. Ceux qui les manipulent ce n'est pas l'Algérie.

Faut trouver le meme truc et trouver un terrain d'entente avec ceux qui manipulent AQMI, sans leur donner notre republique. Ould Mohamedou a raison.
A-
==========

22/04/2009 AQMI libère 4 otages occidentaux au Mali mais en garde toujours, deux

Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) a libéré, le 22 avril au Mali, deux diplomates canadiens et deux touristes européennes enlevés au Niger il y a plusieurs mois, mais retient encore en otages un Britannique et un Suisse. "Quatre des six otages viennent d’être libérés. Il s’agit des deux diplomates canadiens, de l’Allemande et de la Suissesse", a indiqué à l’Afp une source sécuritaire à Gao (nord du Mali).




Leur libération a été confirmée par un élu local, au sein de l’assemblée régionale de Gao : "Le convoi des otages est en train de se diriger vers Gao" a-t-il indiqué. Cela faisait plus de quatre mois que Robert Fowler, envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Niger, et son collègue Louis Gay, avaient disparu au Niger, après une excursion le 14 décembre dans une mine d’or exploitée par une société canadienne, à l’ouest de Niamey. Puis, le 22 janvier, des hommes armés avaient surgi dans la zone frontalière entre le Mali et le Niger pour s’emparer de quatre touristes européens - un couple de ressortissants suisses, une Allemande septuagénaire et un Britannique - qui rentraient du festival de la culture nomade d’Andéramboukane (Mali). AQMI avait attendu quelques semaines avant de revendiquer ces enlèvements, dans un enregistrement posté sur le site internet de la chaîne satellitaire Al-Jazira. "Nous sommes heureux de transmettre à la nation islamique la bonne nouvelle du succès des moujahidine dans la réalisation de deux opérations de qualité au Niger", s’était félicité Salah Abou Mohammed, le porte-parole d’AQMI (anciennement Groupe salafiste pour la prédication et le combat, GSPC, algérien) qui a enrôlé sous sa bannière des combattants islamistes de Libye, de Tunisie, d’Algérie, du Maroc de Mauritanie ainsi que ceux du Sahel. Avec ces enlèvements, AQMI frappait pour la première fois le Niger, Etat laïc majoritairement musulman, déjà fragilisé par deux années de rébellion armée touareg dans sa partie nord, proche de l’Algérie et du Mali. Mais c’est dans le nord du Mali que les otages étaient retenus, dans une zone frontalière et désertique, difficilement contrôlable. Selon diverses sources maliennes, les notables locaux ont joué un rôle important dans les négociations. Outre la libération d’islamistes mauritaniens détenus au Mali, AQMI avait exigé la remise en liberté d’islamistes arrêtés en Europe. Le 21 mars, le chauffeur nigérien des deux diplomates canadiens avait déjà été libéré au Mali. Les autorités maliennes avaient ensuite annoncé l’arrestation dans le nord du pays d’un présumé mauritanien «Abdallah Ould Salah» présenté comme le "principal suspect de l’enlèvement des quatre touristes européens". Puis le président malien Amadou Toumani Touré avait fait savoir, début avril 2009 , que les six otages étaient en bonne santé et avaient pu recevoir certains de leurs effets personnels. Il avait révélé que Bamako travaillait à la libération des otages mais devait se montrer discret. L’an dernier, deux touristes autrichiens avaient déjà été libérés dans le nord Mali, huit mois après leur enlèvement en Tunisie en février 2008, revendiqué par AQMI. Les ravisseurs de ces touristes autrichiens avaient alors exigé la libération d’islamistes détenus en Algérie et en Tunisie, avant, semble-t-il, de préférer le versement d’une rançon.

(avec Agences)

ouldmauritanie a dit…

Salam
maatala mon frere
Tout le plaisir est pour moi
et Banzaiiiiiiiiiiii pour qui pour maata evidement et mort aux cons

Maître Saghair Ould M’Bareck, ancien Premier ministre de Maaouya ould Sid’Ahmed Taya (jusqu’au coup d’Etat du 3 août 2005) a déposé mardi soir auprès du Conseil Constitutionnel son dossier de candidature à l’élection présidentielle du 6 juin prochain en Mauritanie, a appris mercredi la PANA, de sources autorisées.

Saghair Ould M’Bareck, actuel médiateur de la République, est le quatrième candidat à l’élection présidentielle de juin prochain après le dépôt des dossiers de candidature du général Mohamed Ould Abdel Aziz, chef de l’Etat démissionnaire.
Ouldmauritanie l'ami et frere de maatala

Anonyme a dit…

Ould Mouritanie,

Tu es aussi le futur Président de la Mauritanie, si tu ne touches pas à ehl t ...kjeu et personne d'autre. Ça te va la vie? Je t'offre mon amitié aussi. Tu ne m'as pas oublié, j'espère.

Ton grand frère A-

Anonyme a dit…

x enta mneine? A-

========

22/04/2009 Présidentielle de juin : Six candidats, pas de candidate

Finalement, ils sont six candidats à avoir déposé au délai fixé le 22 avril à 00 heures, leurs dossiers de candidature pour la présidentielle de juin, une consultation éléctorale boycottée par les principales forces politiques de la Mauritanie. Les candidats retenus par le Conseil constitutionnel sont :




1- général Mohamed Ould Abdel Aziz
Ex-commandant du Bataillon de la Sécurité Présidentielle sous Ould Taya et chef d’état major particulier du président Sidi Ould Cheikh Abdellahi depuis avril 2007 qui l’a élevé au grade de général. Principal meneur du coup d’Etat du 3 août 2005 qui a renversé Ould Taya, il a également mené le putsch du 6 août 2008 qui a renversé le président Ould Cheikh Abdellahi. Ould Abdel Aziz a dirigé la junte au pouvoir depuis le 6 août dernier et a démissionné de la présidence de celle-ci le 15 avril. Ses compagnons de la junte et son gouvernement sont restés en place et veillent au grain, en attendant son retour triomphal par les urnes (cette fois).
Ayant entamé sa campagne électorale durant ces huit derniers mois avant sa démission, Ould Abdel Aziz est incontestablement le favori de cette élection sans observation internationale et largement boycottée.
2-Sarr Ibrahima Moctar (IMS)
Président de l’AJD /MR, journaliste de formation, ancien pensionnaire du bagne de Oualatta, ex-député d’Action pour le Changement (AC-parti dissous sous Ould Taya), IMS s’était présenté à la présidentielle de 2007 et avait recueilli 8 % des suffrages. Les analystes avaient estimé qu’il avait, à l’époque, comme d’autres candidats, bénéficié d’un vote identitaire.

3-Kane Hamidou Baba
Député à l’assemblée nationale, ex-vice président du parti RFD qui a gelé sa qualité de membre en raison de ses positions favorables aux militaires au pouvoir, Kane Hamidou Baba se présente pour credibiliser la consultation et forcer, dit-on, la main au RFD et à son président Ould Daddah qui boycotte l’élection après avoir révisé sa position du coup d’Etat. Les observateurs pensent que Kane Hamidou Baba n’a pas de réelles chances d’entraîner la base du RFD ainsi que dans la pêche aux voix, de l’électorat negro-mauritanien en raison notamment du charisme du candidat Ibrahima Moctar Sarr qui dispose sur ce terrain, d’une antériorité, d’un parti politique et a bénéficié deja d’une expérience électorale, à dimension nationale.

4-Me Sghair Ould Mbareck
Cet avocat plusieurs fois ministre et une fois Premier ministre de Ould Taya (dont il a vite rallié les tombeurs en août 2005, contrairement à un Ould Waghf en 2008) a été élu député PRDS en 2006 . Mais il avait sollicité en 2007 du président Sidi Ould Cheikh Abdelahi «une planque» parcequ’il ne supportait pas Messaoud au perchoir de l’assemblée, affirme-t-on. Nommé médiateur de la République il s’y était casé -sans faire aucune médiation- jusque, la soirée du 21 avril 2009 quand le bruit de sa candidature était parvenu aux rédactions. Sans envergure à l’instar des leaders Haratines (et nationaux) comme Messaoud ou Boidiel dans une moindre mesure, sa candidature répond plutôt à l’impératif d’avoir dans cette élection un candidat haratine de service. C’est fait !

5-Isselmou Ould Moustapha
Tiens le revoilà ! Encore lui ! Ce fils de famille maraboutique et homme d’affaires de son état, est indéniablement frappé par le virus de la candidature. Il préside un petit parti politique sans assises ainsi qu’une coordination de partillions dénommée : coordination nationale de sauvegarde de la démocratie. Il s’était présenté en 2003 contre Maaouya puis avait retiré sa candidature. Il s’est présenté en 2007 et a obtenu moins de 0,1¨% des suffrages et le re-voila encore candidat en 2009 ! «c’est vraiment une candidature pour amuser la galerie » estime un observateur qui ajoute : «il est quasi certain qu’il ne franchira pas la barre des 0,1%, il aurait pu économiser ses 5 millions de caution».

6-Sidi Mohamed Ould Ghoth
Il est le sixième candidat à être retenu par le conseil constitutionnel pour l’élection de juin. Il est un illustre inconnu, lequel, malgré tout, a pu recueillir la centaine de signatures de conseillers municipaux et versé la caution de 5 millions d’ouguiyas, exigés par la loi.


Sachez enfin, que la présidentielle de juin ne verra malheureusement pas de candidature feminine. Mme Lalla Mariem mint Moulaye Driss l’unique candidate qui devait se présenter n’a pu finalement déposer son dossier dans le délai requis. «Certains de mes conseillersétaient injoignables» nous a-t-elle déclaré, la soirée du 22 avril.

ouldmauritanie a dit…

A-

j'aurais prefere ta fraternité mais si tu m'offres que ton amitié alors je me contenterai du peu grand frere ou juste ami a toi de voir

Banzaiiiiiiiiiiiiii pour le fou et mes salutations.



Ouldmauritanie.

Anonyme a dit…

Lu pour Couli

merci de noter ce passage:
"Il est certes vrai que le réseau salafiste trouve chez nous la logistique et les appuis communautaires qu’il lui sera plus difficile d’avoir chez le voisin mauritanien ou nigérien. Il est aussi vrai que de nouveaux intérêts de proximité sont en jeu qui peuvent, aujourd’hui plus qu’hier, rendre difficile l’éradication sur notre sol du péril terroriste".
========

Adam Thiam Le Républicain, 23/04/2009

Mali, Edito du Républicain : Un pays pris en otage
jeudi 23 avril 2009

Tout n’est pas réglé puisqu’à l’heure où nous mettons sous presse, deux des six otages occidentaux supposés être sur notre territoire, ne sont pas encore libérés. Prions qu’ils le soient très vite. En attendant, il faut se réjouir, pour les quatre désormais libres des affres de la privation et de la météo inclémente du grand nord. Et puis quels qu’ils soient, tous les acteurs visibles et invisibles de la libération méritent ici d’être congratulés. La presse locale s’était fait l’écho de l’optimisme du président de la République sur la question de ces otages et le résultat est là. Bravo !

Mais, cette troisième libération d’otages en cinq ans indique que le nord malien est en train de devenir un sanctuaire du crime où s’entremêlent poudre colombienne et poudre d’explosifs. Au grand désavantage de l’Etat malien dont le dilemme est profond. Car c’est lui qui va, chaque fois, au charbon pour négocier la libération des otages, mais c’est toujours lui qui est accusé de nourrir les preneurs d’otage. Or, la réalité est bien plus complexe. Il est certes vrai que le réseau salafiste trouve chez nous la logistique et les appuis communautaires qu’il lui sera plus difficile d’avoir chez le voisin mauritanien ou nigérien. Il est aussi vrai que de nouveaux intérêts de proximité sont en jeu qui peuvent, aujourd’hui plus qu’hier, rendre difficile l’éradication sur notre sol du péril terroriste.

Mais, de toute évidence, Belmoktar, le redoutable émir salafiste tout comme son autre compère Abou Zeid, se promènent chez nous surtout à cause de l’immensité et de la configuration de notre désert ajoutées à la puissance de frappe plus que dérisoire de nos forces de sécurité. Le jeu de cache-cache continuera, avec ses contrecoups malheureux pour la réputation de notre pays tant qu’une approche sous-régionale concertée, simultanée et soutenue par une action internationale conséquente ne sera pas mise en œuvre.

C’était le dessein de la Conférence Sahélo-saharienne sur la Sécurité et le Développement voulue par le Mali mais longtemps boudée par des Etats riverains. La crise des otages vient brutalement remettre la nécessité d’une telle coopération sur le tapis. La bouder davantage revient à prendre le salafisme pour une création malienne. Or, il est notre tragédie et c’est d’abord notre pays qu’il prend en otage.

Adam Thiam

ouldmauritanie a dit…


Audition de M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères et européennes. Mardi 9 décembre 2008 Séance de 11 h 15
Compte rendu n° 21
Autre exemple : que faire en Mauritanie ? Le coup d’État est certes inacceptable, mais il a eu lieu sans que soit versée une seule goutte de sang ! L’Union africaine, l'Union européenne, l’Organisation de la conférence islamique, la Ligue arabe et l'Organisation internationale de la Francophonie, ont envoyé des médiateurs la semaine dernière. Nous verrons s’ils arrivent à résoudre une situation très délicate et très ancienne. On ne peut s’indigner de l’attitude passée de la France en Afrique et accepter un coup d’État ; mais on ne peut pas non plus pérenniser la situation que connaît un pays qui compte beaucoup pour la sécurité de l’ensemble du Maghreb et du Sahara, surtout lorsque l’on connaît la détermination d’Al-Qaïda dans la région.pourquoi il dit :on ne peut pas non plus pérenniser la situation que connaît un pays qui compte beaucoup pour la sécurité de l’ensemble du Maghreb ?

la france a quelque chose avoir dans le coup d'etat franchement le doute est permis.

comment peut on premouvoir la democratie et tenir des propos pareille.


Ouldmauritanie.

ouldmauritanie a dit…

Commission des affaires étrangères
Mercredi 18 mars 2009
Séance de 11 h 45 Audition de M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères et européennes



Dans un tel contexte, la ligne constante de la France est de s’aligner sur l’Union africaine. La démarche n’est pas si simple : au sujet de la Mauritanie, par exemple, la Commission de l’Union, présidée par M. Jean Ping, ne partage pas la position du Président de l’Union, M. Kadhafi.

Il n’en reste pas moins que l’UA est pour nous une référence.

une référence en quoi?

Ouldmauritanie

Anonyme a dit…

Je ne suis ni fracophile ni francophobe.

J'ai par ailleurs une certaine distance par rapport a beaucoup de mes compatriotes qui, a mon avis, donnent a la France une certaine qu'elle n'a pas, et les chose ne font que s'empirer pour elle.

Je suis de l'avis que si l'Afrique a d'une maniere generale echouee, cela est essentiellement imputable a l'interventionnisme de la France qui d'apparence prone la democratie et l'egalite mais en realite n'a cesse de manigancer dans l'obscurite avec les forces armees des pays toutes les formes des combines pour maintenir le continent dans un climat d'instabilite et de dependance de la metropole.

Ce role cynique est clair aux yeux des observateurs avertis et l'enjeux majeur actuel c'est de le faire cesser.

Il est tres clair dans la position actuelle de la France de la multitude de coups d'Etat qui ont secoue le continent ces derniers temps. D'un cote nous avons Sarkozy qui montre se demarquer de la Françafrique, de l'autre nous voyons un Françafrique active comme jamais (au rythme de Sarkozy).

Ce que les français ont fini par comprendre et ce qui les accable le plus, c'est qu'ils ont découvert la complicité encore complètement dissimulée entre les BRIC (Brasil, Russie, Inde et Chine) et les USA dans la dossier africain.

C'est l'Afrique, jusqu'ici à la traine, sera le moteur du développement planétaire les prochaines décennies à la lumière de l'Asie les décennies passées.

Pourtant, si la France avait été plus honnête et plus fair, elle aurait pu mieux gagner dans cette lutte qui ne dit pas son nom sur l'Afrique, compte tenu de l'avantage culturel et linguistique qu'elle sur le continent.

Si Aziz joue la carte française, il est complètement à côté de la plaque, car les signes précurseurs de la mère des défaites de la France en Afrique est chose quasi sûre.

Sanhaji

ouldmauritanie a dit…

Sidioca a accepté la signature des APE allant contre la volonté africaine de dire non aux APE.

Pourtant le moment etait historique de dire non a l'UE.
la france souhaitait evidement la signature de ses accords,le principe utilise par la france est simple divise pour régner! la mauritanie de sidioca contre l'avis de tous a signé juste pour affaiblir cette position historique l'interet perso de certain passe avant l'interet general.

il n'y a pas que la france qui ne nous aime pas nos dirigeant aussi


Ouldmauritanie

Anonyme a dit…

les jeux sont faits mes amis:
Aziz, president elu a 74%
Kane Hamidou 16%
Sarr 8.5%
les autres nigauds réunis 1.5%

Kane devient le president de l'Assemblee lors des prochaines legislatives ou encore Premier Ministre.

Khalil Balla Gueye a dit…

Suite aux opérations de hacking de VINDICTE qui ont redoublé d'intensité, aujourd'hui encore, pour rendre le blog méconnaissable:articles supprimés, chronologie sabotée, images effacées, compteur aussi, bouton de traduction , nombre d'articles sur la page d'accueil réduit à 3 ou 4 , renvoi au FEED RSS supprimé etc...j'ai décidé d'observer une PAUSE A DUREE INDETERMINEE car rien ne sert de continuer a CONSTRUIRE ce que les HACKERS AIGRIS AU SERVICE DE LA JUNTE DETRUISENT METICULEUSEMENT!

Je suspendrai aussi toutes mes autres activités sur le net en attendant d'y voir plus clair!!

Anonyme a dit…

Merci hatta Sanhaji, A- et Bouroutou

mais ye elkhetta pour être honnête c pas moi elli 3adel le post c un ami. eneu mon job c le copiarpegar wekhlass.

copiarpegar

Khalil Balla Gueye a dit…

PS et Nota Bene:

Curieusement seule la version du blog accessible par EXPLORER aura PÂTI des méfaits de ces lâches hackers à la solde de la junte!

La version Firefox est encore correcte mais jusqu'à quand encore?!

Anonyme a dit…

Vous savez que les intellectuels avertis et ceux qui sont plus ou moins aisés peuvent crier haut et fort leur hostilité au pouvoir des militaires.

Mais les pauvres diables des kebba, les mini-fonctionnaires qui regardent plutôt du coté de la marmite (la voix du ventre et non celle de la raison ), ceux qui n'ont de recours que leur boulot, ceux qui défendent leur intérêt, ceux qui ont tout à perdre, oui ceux là crieront très fort "vivre le pouvoir militaire" mais s'ils n'y croient pas du tout.
Ne leur en voulez pas, tout le monde court derrière quelque chose, eux courent derrière leur survie.

C'est , hélas, une triste réalité.

Il y a aussi ceux qui n'en ont cure de la politique et des régimes en place pourvu qu'on leur colle la paix et qu'ils trouvent stabilité ,paix et sécurité dans leur pays.

Il y a enfin ceux qui profitent du systeme en place et qui travaillent pour sa longévité, ils l'entretiennent,le chérissent, le défendent à coups de millions, s'investissent a fond pour garder leurs privilèges.

Il ya surtout les braves des braves (très rares ceux là), ceux qui publiquement sont hostile au pouvoir en place, se battent même contre leur proches et sont quotidiennement courtisés afin qu'ils changent de ton. Ceux la n'ont rien a perdre ou ..ont déjà tout perdu.

Lekhriv

Anonyme a dit…

Salut...
A-

Une raison de plus pour soutenir resolument Kane Hamidou Baba....vu la hierachisation de ses priorités...concernant Ben ali ...c'est par reference ...au blog Ely Moustapha...

"La vision Baba Hamidou Kane:

La politique d’intégration nationale sera la pierre angulaire de mon programme. Il nous faut rebâtir la maison mauritanienne sur la base des valeurs fortes et partagées que sont: l’Islam, l’unité nationale, la justice, la démocratie et le développement économique dans l’équité. Nous le devons à l’avenir, nous le devons à notre jeunesse, nous le devons à nous même"

bl

Anonyme a dit…

Salut...
A chacun ses choix de lecture ....à une certaine exuberence de style partisan ...j'ai aimé cette discrete selection du fils du bled...

"La Mauritanie des privilèges et des largesses qui s’accroche désespérément à la légalité de façade.

La Mauritanie des exclus, des dépouillés et des sans droits cherche une équipe jeune dynamique et juste pour une dictature éclairée pour un bail de 20 ans.

D’ici le 6 juin lequel des ces deux Mauritanie abandonnera !"

PS...A- pourquoi doutes tu de mes convictions...?...Kane et moi avons ete des votres pendant un bail....pensons maintenant...que votre systeme ...a montre ses limites....pour ne pas dire s'est essouflé ...il a pris de l'age...et ce ne peut apporter le changement tant revé....
yes, we kane!!!!!!!!!!!!

bl

Anonyme a dit…

Kane est le seul a avoir fait une conférence de presse en indiquant les points majeurs de son programme.
Il a un point d'avance sur les autres,hormis le général (hors catégorie).

lekhriv

Anonyme a dit…

salut ,

bl ,

on ne va pas se raconter d'histoires ,aziz est déjà président, car le peu de gens qui iront au vote c'est spécialement ses fans .c'est une élection facile , comme celle de bouteflika .

vivement l'ambiance des présidentielles (ça dure un mois)
bon il y aura surement d'autres , mais pour le moment prenons celle là .


rimo

Anonyme a dit…

Salut ...BebeBa...!
Pensée à Maatala...Bilkiss...et Yanis...
special Bojor à Kimporte...
bl

Anonyme a dit…

Salut...Rimo...
toujours un plaisir de te lire et de visionner tes video....d'un mini...pays...disparu lol!
le probleme avec vous les frontistes c'est que "hormis vos ideaux ...la cata"....
Pourquoi se raconter des histoires ....vous avez commencé ....les miennes sont comme les votres ...le coeur y est c'est peut etre pourquoi vous n'y croyez point!!!!!!

bl

Anonyme a dit…

Salut...Lu pour vous sur cridem....

"
Le sous-comité des ambassadeurs des ACP recommande l'envoie d'une mission...

...d'observation électorale en Mauritanie.
Le sous-comité des ambassadeurs des ACP a recommande récemment à Bruxelles l'envoie d'une mission d'observation électorale pour observer les élections présidentielles du 6 juin prochain, selon une source sûre.

Dans le rapport de la 59è réunion du Sous-comité des questions politiques, sociales, humanitaires et culturelles issu de la 817è réunion du Comité des Ambassadeurs ACP, tenue le 17 avril 2009 à la Maison des ACP à Bruxelles, ajoute la même source, le Sous-comité a "recommandé au comité des Ambassadeurs d'envoyer une mission d'observation électorale pour observer les élections présidentielles prévues [en Mauritanie] le 06 juin 2009."

"Ceci, ajoute le rapport, toujours selon la même source, s'inscrit dans le prolongement de l'accompagnement du Groupe ACP qui s'est déjà manifesté par l'envoi d'une mission ACP d'établissement des faits en Mauritanie en Octobre 2008 et par l'appui apporté dans les consultations avec l'UE au titre de l'article 96 de l'accord de Cotonou."


bl

Anonyme a dit…

Salut...

lu pour vous...sur Ani

"Une scientifique mauritanienne récompensée par l’OREAL et l’UNESCO

Khadijettou Lekweiry

Khadijetou Mint Lekweiry, 28 ans, de nationalité mauritanienne, a reçu en mars dernier un prix décerné par la fondation L'Oréal et l'UNESCO. Une distinction destinée à valoriser les femmes qui s'engagent dans la recherche scientifique.


Khadijetou a choisi de s'investir dans la lutte contre le paludisme, une maladie mortelle. Elle touche près de 500 millions de personnes dans le monde, essentiellement en Afrique Subsaharienne.
En Mauritanie, cette maladie - qui touche surtout les enfants et les femmes enceintes - représente jusqu'à 60% des consultations hospitalières pendant la saison de forte transmission, qui peut durer cinq mois.
A travers ses études, Khadijetou espère identifier l'origine du virus dans la capitale de la Mauritanie, Nouakchott.
Source : youphil.com"

bl

Anonyme a dit…

Messaoud ecrit au president du Conseil Constitutionnel pour lui demander de revenir sur sa decision sur la question de vacance du poste du president de la republique.

Pourquoi s'y prend-il maintenant ?

lekhriv

Anonyme a dit…

A- ,

Je ne partage pas votre position.

Anonyme a dit…

BL,

KHLEYTINA!!!!!Kane Hamidou Baba n'a aucune vision. Il est opportuniste! Il n'est pas serieux. Il est plus usurpateur que les usurpateurs et il a trahi Ahmed Ould Daddah. Comme le ridicule ne tue plus, il ne s'arrete pas a' la trahison mais il tient a' arracher a' tonton DADDAH son RFD.

Kane a pour but:
1- de rendre legitime l'action illegitime et illegale du 6 aout 2008.
2- espionner Ould Daddah pour le detruire. (objectif presque reussi.)
3- Se presenter a' une fausse elections presidentielle pour dire qu'il a plus de soutiens que Sarr Ibrahima. Certains dirigeants Halpulars sont tres mecontents du resultat que Sarr a obtenu durant la derniere election presidentielle. KANE EST JALOUX DE SARR!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
4- ETRE PAYE' PAR LA TORTUE FACHE'E!!

ALLEZ! CONTINUEZ VOS FORCES!!!!!

Anonyme a dit…

yes we kane!

ça c vraiment génial!

écrire kane et protéger les droits d'auteurs

n'est pas créatif qui veut

bravo

Anonyme a dit…

bête que je suis
je devrais lire plus souvent le prof
je viens de son blog
c donc lui l'auteur de ce fameux
yes we kane

bravo

je n'ai plus qu'à lire le texte, j'y retourne

Anonyme a dit…

le jeu de Six (candidats)
yes we kane!- Hamidou
Yes we push Aziz
yes we Bac -sghair
Yes we Nar - Sarr
Yes we dont know -les deux autres zigs

Anonyme a dit…

bon je viens de chez le prof et j'ai lu son papier

c'est dur, vraiment

beaucoup de vérités et beaucoup de vulgarités notamment se servir des vieilles ficelles de la rhétorique nauséabonde " nègre de services" et autres

le prof dans ce registre pouvait bien dire que le RFD est un parti dirigé par des maures fins tribalistes , régionalistes et sachant à merveille berné les ( hartines et les négres) de services

et qu'un négro -mauritanien doit obligatoirement courir derrière le bon marabout blanc sinon c'est un traître car le le blanc qui le fit ect ect

dans ce registre le prof s'est lâché sans dépassé la ligne qui mène au kgbisme

après les insultes et toute la rhétorique d'un raciste qui se soigne comme tout bon mauritanien car allos'y tout le monde est raciste, chacun se déteste , tout est prétexte à parler de cohésion national mais tout le monde se hait en sourdine

grâce notamment à tous ces intellos qui lorsqu'ils n'ont plus d'arguments se jettent dans la rhétorique des vieilles ficelles de la haine ancestrale

c'est triste, passons

Yes, we kane c'était vraiment un beau slogan

malheureusement celui qui l'a trouvé est un frontiste

voyez l'élégance et la haine quand on perd, quand on habite chez un tyran, quand on ne peut pas dire un mot de ben ali sans trembler et se voir jeter à la rue

alors on se tait et on donne des leçons

silence monsieur!

yes he kane

Mballal a dit…

Entre le devoir de s’exprimer et l’obligation de réserve :

Les fonctions qui m’ont été confiées au lendemain de la dernière transition ont exigé de moi une certaine réserve. Malgré certaines provocations parfois directes, j’ai refusé la polémique et me suis consacré au travail strictement professionnel et ce conformément au règle administratives organisant le contrôle général de l’Etat.

Les dossiers traités en cette courte période, comme d’ailleurs ceux que j’ai eu à traiter au cours de ma tumultueuse, mais riche carrière administrative seront, peut être un jour, s’il, plait à ALLAH, sujet à conversations écrites ou orales, la priorité étant d’abord et encore à la préservation de l’unité et la stabilité de la Mauritanie. Car, sans stabilité et sans unité de la Mauritanie toute autre action est simplement superflue.

Ceci étant, l’actualité politique majeure du pays m’exige ces lignes :



Que ceux qui s’arrachent la direction de la Mauritanie se ressaisissent et sachent ou se rappellent qu’il s’arrachent un pays qui après plus de cinquante ans d’indépendance nominale, n’a encore ni partis politiques structurés objectivement autour de programmes nationaux modernes, ni administration dont le fonctionnement est régi exclusivement ou principalement par des textes réglementaires objectifs et donc impersonnels, ni syndicats unis et organisés autour de la défense d’intérêts bien compris des travailleurs, ni même plus de tribus sédentaires ou nomades qui, organisées selon nos traditions ancestrales maintenaient ou tendaient à maintenir un semblant d’unité et de stabilité même précaire.

Nos cadres et intellectuelles sont plus que jamais divisés autour de concepts théoriques et bourgeois loin des préoccupations réelles de leur peuple.

Hier divisé autour d’idéologie pour la plupart importées et souvent mal assimilées, il sont aujourd’hui au bord de l’affrontement parce qu’il n’ont pas tout simplement su adapter les règles de jeux d’un concept, certes universel, mais dont la construction est fonction du stade de développement politique, économique et social de chaque peuple.

La démocratie demande un choix indépendant par le peuple de tous ses représentants et ce à tous les niveaux.

Afin de bien choisir, un niveau intellectuel est nécessaire sans être suffisant. Il faut en plus qu’économiquement, par la possession du strict minimum nécessaire, être à l’abri de toute tentation ou pression dont l’objet est d’influencer le choix politique de l’électeur.

Malheureusement ces conditions sont loin d’être celles de la majorité écrasante de notre peuple.

Les longues années de sécheresse ayant détruit notre économie traditionnelle dépendante exclusivement de la pluie et en l’absence d’une économie privée, moderne et indépendante, l’ensemble de notre peuple s’est trouvé dépendant de l’Etat et otage de ses administrations successives.

Le parti unique (PPM), les structures d’éducation de masse (SEM), le P.R.D.S ont été tour à tour les instruments politiques des régimes qui se sont succédés.

Le PPM pour feu Moctar O. Daddah, les SEM pour Haidalla et le PRDS pour Maaouiya ont été paradoxalement les principaux obstacles à toute évolution significative vers un meilleur état de la Mauritanie.

Ils ont détruit nos structures traditionnelles, fossoyé les embryons de notre administration moderne, prostitué la plupart de nos cadres civils et militaires, saboté nos projets économiques et de développement, détruit nos institutions scolaires et de formation, et plus grave, ils ont cassé toute velléité de lutte, d’espoir ou tout simplement de rêve chez notre peuple et en particulier chez sa jeunesse.

Aujourd’hui qu’une voix, même sans relais organisé, et pour cause, se fait l’écho des maux dont souffre notre peuple et se met à contribuer à la réduction de ces souffrances d’autres voix plus relayées et mieux rodées, il est vrai, et pour cause, s’évertuent à nous administrer des leçons de droit constitutionnel, de démocratie théorique, le tout drapé de menace à peine voilées d’interventions extérieures ou d’embargo économique.

Le fait de refuser toute concession et de rester bloqué sur le retour à la situation d’avant le six Août pour certains, et à la non candidature de tout militaire en activité le 6 Août pour d’autres n’est tout simplement pas réaliste. La situation d’avant le 06 Août était une situation de crise, y revenir n’est pas la résoudre.

Ont peut ne pas être satisfait de la manière dont la majorité de la classe politique, peuple et élus confondus, ont choisi pour venir à bout de cette crise, mais il n’est simplement pas démocratique de tenter d’imposer la solution de la minorité, minorité qui reste malgré tout une frange de l’opinion nationale à ne jamais négliger.

Quant aux conditions de candidatures, notre constitution, nos autres lois qui traitent du sujet et notre jurisprudence, en la matière, sont à même d’édifier notre conseil constitutionnel qui statut en dernier ressort.

Mais ne perdons pas de vu que la minorité d’aujourd’hui pourrait être bien la majorité de demain. Travaillons-y mais

- Soyons patients,

- Construisons, à la base des partis politiques nationaux autour de réelles préoccupations du peuple,

- Apprenons d’abord à exercer la démocratie à l’intérieur de ces partis,

- Organisons, les travailleurs, les scolaires, les étudiants et stagiaires sur des bases non sectaires et

- Revendiquons une classe moyenne ; ossature et condition indispensable au fondement de tout édifice démocratique.

La démocratie n’est pas une fin en soi, c’est un moyen de mieux gouverner un peuple par une meilleure participation de celui-ci à la gestion de ses destinées.

Autrement conçue et autrement exercée, elle s’apparenterait à la cueillette d’un fruit avant maturation. Autrement dit « on ne récolte que ce qu’on a semé ».

Sidi Ould Ahmed Deya

Anonyme a dit…

Il a dit:
voyez l'élégance et la haine quand on perd, quand on habite chez un tyran, quand on ne peut pas dire un mot de ben ali sans trembler et se voir jeter à la rue::


Je trouve injuste qu'on reproche au Prof de ne pas critiquer Ben Ali
-D'abord c'est aux tunisiens de le faire et il serait, quelque part, ingrat de se meler des affaires d'un pays qui vous acceuille à bras ouverts....
- Ensuite, et surtout, il est injuste de faire de ce silence une raison pour vouloir bailloner le Prof et pour lui interdire de parler de son pays

Yes, we Kan petit general sar

Anonyme a dit…

Pourquoi diable en avez vous avec le Prof? N'est-il pas libre comme vous et moi de divulguer sa pensée, de contribuer par sa plume au débat sur la crise politique et de choisir librement son camp?

On ne peut être en dictature partout, heureusement qu'il y a des endroit (Canal, merci LM )ou la liberté d'expression est garantie dans le respect , loin des diffamations et autres....

Il y a toujours ceux qui sont pas d'accord avec les autres (heureusement d'ailleurs), ce qui anime les débats.
Il y a ceux qui ne sont pas d'accord avec les autres et le prennent mal.
Si nous étions tous d'accord, il n'aurait pas eu coup d'état...

Lekhriv

Anonyme a dit…

M'ballal ton ami a dit

" Les dossiers traités en cette courte période, comme d’ailleurs ceux que j’ai eu à traiter au cours de ma tumultueuse, mais riche carrière administrative seront, peut être un jour, s’il, plait à ALLAH, sujet à conversations écrites ou orales,"

c'est pas la modestie qui l'étouffe


------------

ano qui parle du prof
quand le prof a arrêté d'écrire, ilnous amanqué et on est allé le lui dire
son blog est super et ces textes sont intéressants

c un monsieur brillant , c bien la raison pour laquelle on l'attaque sinon on passerait c tout

bien sûr qu'il a le droit de dire ce qu'il veut au sujet de notre pays, on l'encourage à continuer mais enfin il faudrait aussi qu'il baisse le ton de temps en temps surtout quand il dit des insanités

l'affaire ben ali et lui est simple

ben ali est un tyran, maître tyran, chez lui c'est une certaine forme de dictature éclairée à la tunisienne

on aimerait bien chez nous avoir un dictateur éclairé à la mauritanienne cad respectant un certain nombre de nos valeurs

on ne demande pas au prof de dire ce qu'est le ben alisme, on lui demande juste d'accepter que la dictature éclairée permet de bien vivre sinon on imagine que le prof frontiste invétéré n'y habiterait pas

alors quand on est condamné a la fermer dès qu'il s'agit du tyran qui vous loge et vous surveille, il faut baisser d'un ton en parlant de ceux qui compris qu'il faut participer et se battre de l'intérieur contre le système

c tout

Anonyme a dit…

A quoi il joue ATT? Il connaît donc où se terrent AQMI au Mali !

Lisez ce paragraphe et c'est de l'info suisse, c'est-à-dire précise: "Le gouvernement malien a activé tous ses réseaux depuis la prise d’otages en janvier et n’a jamais perdu leur trace, a indiqué Bamako".

L'Algérie avait donc raison d'attaquer ATT et Aziz a peut-être raison.

Aziz: m'excuse de t'avoir diabolisé, mais tu dois dire quelque chose sur ces affaires. malgré le fait que je ne vote pas pour toi.

Yanis enta vem baad? Am short on this copiarpegar. Mali manipulating these bastards is first news for me. ATT avait indirectement accusé la RIM par RFI de tripatouiller ses touaregs dissidents. Que pasa? Lisez pour vous rendre compte que les djihadistes ne sont manipulés que par les états. Comme l'Algérie est fachée contre ATT dans ces affaires de rançons, qui est derrière? Kadafou, l'ami de Aziz? Il me faut quelqu'un.

Continuer à srveiller le front intérieur et wela tentefchou et moi je vous survveille le grand nord, au cas où une conduite de gaz peut peter a coté de marsat el Eleyatt durant cette mascarade electorale.

A-

=======

SWISS TXT-23.04.2009 08:56

Mali : les 4 ex-otages seront rapatriés jeudi. On ignore encore les conditions de leur libération
jeudi 23 avril 2009

Les 4 otages occidentaux libérés au Mali, dont une Suissesse, sont arrivés mercredi soir à Bamako, à bord d’un avion médicalisé. Ils doivent être reçus jeudi par le président Ahmadou Toumani Touré avant d’être rapatriés. Les ex-otages (2 diplomates canadiens et 2 touristes, une Suissesse et une Allemande) sont en bonne santé. L’Allemande, septuagénaire, est très fatiguée. On ignore encore les conditions de leur libération. Ottawa a affirmé n’avoir versé aucune rançon. Le gouvernement malien a activé tous ses réseaux depuis la prise d’otages en janvier et n’a jamais perdu leur trace, a indiqué Bamako.

Le Département des Affaires étrangères à Berne s’est dit soulagé mercredi soir, mais appelle les ravisseurs à libérer les autres otages sans délai. Le mari de la Suissesse libérée est toujours détenu, ainsi qu’un Anglais. Les rapts avaient été revendiqués par la branche nord-africaine d’Al-Qaïda.En plus de la libération d’islamistes mauritaniens au Mali, elle exigeait la libération d’islamistes arrêtés en Europe. Micheline Calmy-Rey avait rencontré vendredi dernier le président malien, lors d’une visite de 3 jours en Afrique de l’Ouest. Le sort des 4 touristes européens avait été au coeur des débats.

(SWISS TXT)

Anonyme a dit…

Yes, We kane!

Trois mots plus parlants que mille discours!

Génial professeur! Merci pour ton combat.

Anonyme a dit…

Les anos qui defendent le Prof contre les sbires de Aziz: ne vous faites pas du mourron. Ils ont peur de lui et ne souhaiterait pas qu'il sorte quelque chose contre eux. Mais la sortie de copiarpegar hier, celle de Ould Mohamed Saleh et de Messaoud sont suffisantes pour cette semaine.

A-

Anonyme a dit…

Il dit quoi Ould Ahmed Deyya? Je ne le piffe pas depuis qu'il a dit que l'aide exterieure n'est pas necessaire. Pourquoi il ne court pas apres Ely pour les 400 millions de $?

Il a loupé une occasion en or de se taire. Vais lire son billet quand je serai de bonne humeur.

A-

Anonyme a dit…

Ould Mouritanie,

Merci d'accepter mon amitié. A-

Anonyme a dit…

Belkiss n'a plus notre temps. Espere qu'elle se porte bien. A-

Anonyme a dit…

X enta mneine? A-

Bebe BA a dit…

Lu pour vous:

LES ACP DECIDENT D'OBSERVER L’ELECTION DU 6 JUIN

À l’occasion de la réunion du Comité des Ambassadeurs du Groupe des ACP, tenue le 21 Avril à Bruxelles, le Groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) a décidé qu’il allait envoyer une mission pour observer la prochaine élection présidentielle qui se tiendra en Mauritanie le 6 juin prochain.
La recommandation du Comité des Questions Politiques, Sociales et Humanitaires concernant l’observation des élections qui vont avoir lieu a été approuvée par les Ambassadeurs et l’envoi d’une mission d’observation électorale en Mauritanie a été décidé.
La Mauritanie est liée à l’Union Européenne (UE) dans le cadre de l’Accord de Cotonou qui régit la coopération économique entre les pays ACP et l’UE.
Cette décision s’inscrit dans le prolongement de l’accompagnement du Groupe ACP qui s’était déjà manifesté par l’envoi d’une mission ACP en octobre dernier et par l’assistance apportée dans les consultations avec l’UE au titre de l’article 96 de l’Accord de Cotonou.

Mballal a dit…

- Soyons patients,

- Construisons, à la base des partis politiques nationaux autour de réelles préoccupations du peuple,

- Apprenons d’abord à exercer la démocratie à l’intérieur de ces partis,

- Organisons, les travailleurs, les scolaires, les étudiants et stagiaires sur des bases non sectaires et

- Revendiquons une classe moyenne ; ossature et condition indispensable au fondement de tout édifice démocratique.

La démocratie n’est pas une fin en soi, c’est un moyen de mieux gouverner un peuple par une meilleure participation de celui-ci à la gestion de ses destinées.

Autrement conçue et autrement exercée, elle s’apparenterait à la cueillette d’un fruit avant maturation. Autrement dit « on ne récolte que ce qu’on a semé ».
----------------------
Voilà à mon avis, une brillante et subtile analyse politique, émanant d`un homme reputé fin politicien, humble, intelleigent,intransigeant sur ses principes et profondément musulman et intégre.

Cette analyse simple mais géniale, synthétise l`état de notre situation politique en général, et celle de nos semblant hommes politique en particulier.

Merci Mr.le ministre, pour cette remarquable mise au point, combien d`ctualité, malgré vos obligations de reserve.

Mr. Sidi Ould Ahmed Deya, sait politiquement bien de quoi il parle, tout comme il sait aussi dans ce cadre politique-min ayna toue kelou-alketiv.