vendredi 1 mai 2009

"Si les mauritaniens prennent conscience de leur participation"

Avec ou sans Daddah, rien n'a réellement changé, le candidat Kane Hamidou Baba poursuit sa campagne pour la présidentielle en soufflant le même slogan du Rassemblement des Forces Démocratiques. Dans une allocution au cours d'une réunion à la "Résidence, la Case", le candidat président Kane Hamidou Baba a mis en place une équipe de campagne présidée par l'ancien ministre, Dr Abdellahi Ould Nem et d'un Chargé de la communication, Pr Hamada Ould Nebahga mais dont ses autres membres n'ont pas été annoncé.
Plusieurs groupes de jeunes ont décidé à l'occasion, de soutenir Dr Kane Hamidou Baba, Candidat à la présidence de la Mauritanie.
Prenant la Parole, Dr Abdellahi Ould Nem a d'abord salué ces nouvelles adhésions avant d'affirmer que le candidat Kane Hamidou Baba mènerait une politique de proximité qui en profiterait aux populations et particulièrement aux jeunes. Soulignant que face à la crise politique que traverse le pays, une solution est bien possible si les mauritaniens prennent conscience de leur participation à cette élection présidentielle qui, selon toujours lui, serait la seule voie aux multiples problèmes de la jeunesse, du chômage et de la pauvreté. Pour le chargé de la communication, Pr Hamada Ould Nebgha et pour les jeunes qui apportent leur soutien, il apparaît évident de soutenir leur candidat à la présidence, "le Barack OBAMA" de la Mauritanie.

Enfin, pour manifester leur engagement derrière Kane Hamidou Baba, ces groupes de jeunes ont présenté avant la tenue de la réunion un exposé présentant le riche cursus d'un candidat qui bénéficie,estiment-ils, d'un crédit certain auprès de bon nombre de citadins et, qui à leur yeux, symbolise le sens de la compétence et de la proximité.
Ahmed Ould Bettar


Note: Copyright © Points Chauds

486 commentaires:

1 – 200 sur 486   Suivant›   Les plus récents»
Anonyme a dit…

LM,
effetivement les comentair sont
suuprimables par les ano comme moi hhh

Anonyme a dit…

il faut juste laisser le temps à google d'encaisser le blog paranormal

ça va se stabiliser bientôt

Khalil Balla Gueye a dit…

Bonjour sur http://vindicte.blogspot.com/
vendredi 1 mai 2009

Candidat-dictateur-cherche désespérément-«candidats-ni-pour-contre-mais-AVEC»!
**************

Pour organiser des élections fussent-elles contrefaites comme celles envisagées le 6 juin par le général limogé il faudrait necessairement plus d'un candidat-dictateur soit donc plusieurs.Et pour remporter ces mêmes élections, il serait tout aussi évident de l'avoir fait aux dépens de quelques candidats « triés sur le volet » et qui seraient donc du genre plutôt accommodant.Autant alors parler dans ce cas de « candidats-ni-pour-contre-mais-AVEC ».Allez donc savoir la différence ou la nuance qu'il y aurait entre un «candidat-pour» et un «candidat-avec», moi j'y ai renoncé!Encore que...!

Et pour faire comme de vrai, comme des grands, il serait recommandable de panacher la composition éthnico-tribale du cocktail électoral factice: un soupçon d'arabo-berbère par ci, une bonne pincée de négro-mauritaniens par là et un zest de Haratine pour agrémenter le tout.Agiter le cocktail avec force tapage et cynisme et hop servir « y'a bon » comme dans la fameuse pub raciste du cacao!C'en serait presque, soit dit en passant, à croire qu'Aziz ne se présenterait que contre les composantes noires de nos populations; auquel cas ce serait plutôt de mauvais augure pour les questions du passif humanitaire et de l'esclavage.En fait à cela il y aurait une explication plus prosaïque: pour ne pas se faire subtiliser une bonne partie du vote éthnico-tribal quasi censitaire, le candidat-dictateur se sera arrangé pour que tous les autres candidats d'obédience arabo-berbère et à importante assise tribale soient tout bonnement disqualifiés par le Conseil constitutionnel.

http://vindicte.blogspot.com/

FEED-FLUX RSS:
http://feeds2.feedburner.com/blogspot/Jgeg

OU
http://vindicte.blogspot.com/feeds/posts/default

Khalil Balla Gueye a dit…

le 1er mai, c'est aussi le jour de mon anniversaire de naissance!pas besoin de le fêter , le monde entier le célèbre à ma place!

continuez vos frivolités et futilités parapsychologiques ou paranormales SANS MOI, KBG!
a la bonne heure!

Khalil Balla Gueye a dit…

Le titre exact complété

Candidat-dictateur-cherche désespérément-«candidats-ni-pour-
**ni-contre-mais-AVEC»!
*****************


grosse erreur récurente détectée dans le titre!Un "NI" aura été omis, à remettre en place partout où cette expression serait utilisée dans le texte(ni-pour-ni-contre-mais-avec)

Candidat-dictateur-cherche désespérément-«candidats-ni-pour-(**ni)-contre-mais-AVEC»!

Anonyme a dit…

joyeux anniversaire kbg

Anonyme a dit…

une pensée à BL

mestour ente mneyn?

bien du courage à kassataya, c'est une belle aventure qui commence
c'est toujours émouvant d'être les pionniers

Khalil Balla Gueye a dit…

Merci à tous ceux qui m'auront souhaité bon anniversaire ainsi qu'à ceux plus nombreux qui ne s'y risqueront sous aucun prétexte!Et pour cause!

Merci donc à tous confondus même si je passe pour ne pas priser les effusions excessives de sentiments!

Mballal a dit…

Mohamed Aly Cherif est un Guinéen qui n'a pas à se mêler de nos affaires.
----------------------------
Sanhaji,

Votre remarque ici, à propos de Mr. Mohamed Ali Cherif, cet ancien secrétaire général de la présidence de la République d`el marhoum Moctar Ould Daddah, est absolument du genre léger et inapproprié.

Mohamed Ali Cherif et ses fréres nés en Guinée, dont la mére est une peule de la guinée, n`est pas guinéen. Il est authentiquement mauritanien.

D`un pére chérif de la tribu des Tenouajiw, ses propres cousins Tenouajiw sont nombreux en Mauritanie à vous confirmer ce fait.

C`est regrettable, qu`un personnage de votre finesse d`esprit, soit l`auteur de telles propos si malveillants.
Je n`entretiens aucun lien tribal, famillial ou autre avec Mr. Mohamed Ali Cherif, mais juste une contribution- Li-Ihghaghi Ilhaghi.
Yatik Al-Avya.

Mballal a dit…

Erratum.
lire :de tels propos.

Anonyme a dit…

FNDD RACISTE
les propos de Sanhaji concernant Ali Cherif viennent confirmer le caractère raciste et populiste du FNDD.
en effet son président Ould Maouloud a affirmé dernièrement que l'un des candidats à la présidentielle n'est pas Mauritanien. Il s'adressait à qui? Aziz (sénégalais ou marocain?), Kane(sénégalais ou français?),Sarr (sénégalais?) et Sghaier (Malien car né au Hodh soudanais?).
Ce sont des réactions primitives qui ressortent quand les personnes manquent d'arguments pour défendre leurs choix.
Dommage que le FNDD soit retombé si bas, notre pays méritait mieux.
Mais de la part d'un ramassis de voleurs et de bandits des grands chemins on ne pouvait pas à s'attendre à mieux de leur part.
Un métis

Anonyme a dit…

Dans un entretien sonore accordé à l’Agence Nouakchott d’ Information ANI, le leader de l’opposition démocratique et président du parti du Rassemblement des Forces Démocratiques RFD, M Ahmed Ould Daddah déclare que :

‘’ Les services de renseignements de l’ambassade de France interviennent de manière flagrante dans les affaires intérieures de la Mauritanie ; ce fait gravissime est inacceptable pourrait être à l’origine du changement dans la position de la France par rapport à la situation politique en Mauritanie.

En effet, il est avéré, et les preuves existent, que les services secrets français, en fonction au sein de l’Ambassade de France en Mauritanie, manipulent les données sur la Mauritanie et sont favorables au changement anticonstitutionnel intervenu le 6 Aout 2008. Nous demandons aux autorités françaises que soit arrêtée cette ingérence ‘ dans les affaires intérieures de la Mauritanie’’.
Ainsi le leader de l’opposition démocratique, M Ahmed Ould Daddah, dans cette interview, semble affirmer que les fonctionnaires de l’ambassade de France à Nouakchott, issus de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure ( DGSE) qui est l’organe civil des services secrets de l’extérieur, ainsi que les Direction du Renseignement Militaire (DRM) et la Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense (DPSD), auraient manipulé les informations relatives à la situation politique en Mauritanie, au profit des nouvelles autorités.

Selon M Ahmed Ould Daddah, les différentes émanations de la Communauté française du Renseignement, dont la DGSE, appelée communément ‘’Centrale’’ ou la ‘’Piscine’’ , seraient donc en train de mettre en œuvre leur devise qui est « Partout où nécessité fait loi », exprimant l'impératif de la raison d'État de la France.

Après ses révélations fracassantes sur les agissements du Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique, M Dennis Hankins, voila que le leader de l’opposition ramène le débat sur la France, pays ami et très proche de la Mauritanie''.
Mahmoudy Fall
Source: Cridem

Anonyme a dit…

Ce officier de la police a ete libere durant le regne de Sidioca. Le probleme de nous autres qui sommes anti-putsh. Mais s putsh, ce n'est pas bon. A-

=========

01.05.2009 15:30:40

Un haut responsable du système sécuritaire prend le large après l’extradition du présumé cerveau du trafic de drogue par le Sénégal vers la Mauritanie.



Des sources concordantes rapportent qu’un officier supérieur, ayant exercé de hautes responsabilités dans le système de sécurité et de sûreté de l’Etat, aurait pris la fuite juste avant l’arrivée, extradé par le Sénégal, de celui que la presse présente comme étant le cerveau présumé du plus grand réseau de trafic de cocaïne dans la sous-région à savoir Monsieur M’Béga Eric.

L’officier, dont les sources ont préféré taire l’identité, a mystérieusement disparu juste avant l’arrivée du vol de Mauritania Airways en provenance de Dakar. Le nom de cet officier aurait été cité à plusieurs reprises dans le dossier de trafic de stupéfiants.

Il faut rappeler que depuis deux ans, la Mauritanie est devenue un point de transit des substances narcotiques en destination de l’Europe. De grandes quantités de ces substances ont été saisies à Nouadhibou et à Nouakchott. De tels volumes de transaction ne pourraient se concevoir sans l’existence de solides complicités idéalement placées au sein des hautes sphères de l’Etat. Or aucune arrestation d’importance n’avait été opérée en relation avec ce juteux trafic.



Source: For-Mauritania+Essiraje

Anonyme a dit…

ما يجب فعله هو طرد هذا المتخلف، المدعو ولد الجيلاني، إلى مزبلة التاريخ والحقب الظلامية للإنسانية. أول احتقار للشعب الموريتاني هو وجود أشخاص أو أدعياء ثقافة ينظرون للدكتاتورية و لا يؤمنون بحقوق الأنسان و لا حنى الحيوان. أيها المتناقض كيف يمكن لأحد أن يصدق انك تؤمن بالمشاعر و انت ترى الموريتانيين يساسون سوء العذاب و يجلدون بالعصي و الهروات و مسيلات الدموع و يتساقطون في الشوارع و يروون ظمأها بدمائهم الزكية.أليست لديك مشاعر أو احاسيس اتجاه أبناء بلدك؟ ما هذا النفاق السياسي ايها الكاركاتري؟
عد إلى جحرك، فلا مكان لأمثالك في الالفية الثالثة من مسار الإنسانية نحو المزيد من الانعتاق و التحرر من الاستبداد والظلم و الدكتاتورية.

Anonyme a dit…

lu pour bl sur cridem

" Le soleil de la Mauritanie s'est éclipsé. Un homme de grande valeur s'est éteint. Un guide spirituel. Un éducateur et surtout une icône sociale, politique et religieuse du pays. Si tous les deuils sont difficiles à porter, celui-ci est particulièrement pénible.

Et pour cause, la mort de ce grand savant et érudit n'est pas seulement la perte d'un homme, elle est la disparition de toute une civilisation, le dessèchement d'un océan, l'effondrement d'un pont. Ce pont qui liait, jadis, une Mauritanie savante et pieuse d'une autre commerçante et courtisane.

Le cheikh Mohamed Salem Ould Addoud est mort, le mercredi 29 Avril, à l'âge de 80 ans, passés dans l'apprentissage et l'enseignement . Nous appartenons à Dieu et à LUI nous retournerons.

Le Mari, l'amant et M'baré.

Dans la jurisprudence musulmane, une femme trois fois divorcée est interdite de son mari tant qu'elle n'a pas contracté un nouveau mariage. C'est cette unique possibilité de réconciliation qui est devenue origine de bon nombre de spéculations matrimoniales. Elle est même, dans certains pays musulmans, une fonction entière qui a pour nom l'égaliseur.

La dame Mauritanie, fraîchement mariée au président Sidi, est restée fidèle à ses mauvaise mœurs. Mœurs sur lesquelles elle s'est habituée tout le long de sa jeune existence, et cela depuis sa naissance en 1960. elle a pris donc des amants.

Et, courtisanerie oblige, elle en a eu beaucoup. Tous ce qu'ils avaient les moyens de l'être. On n'est point l'ami d'une femme lorsqu'on peut être son amant, disait Stendhal, et le Général a bien les moyens de s'offrir la Mauritanie et il ne s'est pas gêné. Seulement, elle est déjà mariée. Il fallait, alors, la faire divorcer et chercher, en suite, l'égalisateur.

Ce dernier s'est, tout naturellement, présenté en la personne de M. Mbaré. Et, comble du mauvais goût, les convives étaient particulièrement grossiers comme, par exemple, les représentants de l'empire en Mauritanie qui ont profité de la cohue de ce mariage forcé afin d'interférer dans nos affaires internes. Et ce n'est pas que mon petit doigt qui me dit que de ce mariage naîtront les démons de la Mauritanie. "

Anonyme a dit…

lu pour maata sur cridem

" ‘’d’ingérence dans les affaires intérieures de la Mauritanie’’.


Dans un entretien sonore accordé à l’Agence Nouakchott d’ Information ANI, le leader de l’opposition démocratique et président du parti du Rassemblement des Forces Démocratiques RFD, M Ahmed Ould Daddah déclare que :

‘’ Les services de renseignements de l’ambassade de France interviennent de manière flagrante dans les affaires intérieures de la Mauritanie ; ce fait gravissime est inacceptable pourrait être à l’origine du changement dans la position de la France par rapport à la situation politique en Mauritanie.

En effet, il est avéré, et les preuves existent, que les services secrets français, en fonction au sein de l’Ambassade de France en Mauritanie, manipulent les données sur la Mauritanie et sont favorables au changement anticonstitutionnel intervenu le 6 Aout 2008. Nous demandons aux autorités françaises que soit arrêtée cette ingérence ‘ dans les affaires intérieures de la Mauritanie’’.

Ainsi le leader de l’opposition démocratique, M Ahmed Ould Daddah, dans cette interview, semble affirmer que les fonctionnaires de l’ambassade de France à Nouakchott, issus de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure ( DGSE) qui est l’organe civil des services secrets de l’extérieur, ainsi que les Direction du Renseignement Militaire (DRM) et la Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense (DPSD), auraient manipulé les informations relatives à la situation politique en Mauritanie, au profit des nouvelles autorités.

Selon M Ahmed Ould Daddah, les différentes émanations de la Communauté française du Renseignement, dont la DGSE, appelée communément ‘’Centrale’’ ou la ‘’Piscine’’ , seraient donc en train de mettre en œuvre leur devise qui est « Partout où nécessité fait loi », exprimant l'impératif de la raison d'État de la France.

Après ses révélations fracassantes sur les agissements du Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique, M Dennis Hankins, voila que le leader de l’opposition ramène le débat sur la France, pays ami et très proche de la Mauritanie.

Anonyme a dit…

lu pour les âne sur taqadoumy

TOO7 nous apprend ce scoop, selon eux , tenez-vous bien: les français et les ricains sont contrariés!

qui l'eut cru!

" selon nos sources, les ambassades américaine et française à Nouakchott sont contrariées, suite aux récentes déclaration de Ahmed Ould Daddah. Ce dernier affirmait, dans une interview à l'ANI, que l'ambassade de France abrite une cellule de renseignement chargée de prodiguer des conseils au Général Ould Abdel Aziz.

Il avait également insinué que le Front anti-putsch reçoit un financement de l'ambassade américaine à Nouakchott.

La représentation diplomatique des États-Unis a décidé, pendant la réunion ordinaire hebdomadaire d'hier, de ne pas réagir ; quant aux français, ils "attendent de mieux apprécier la situation, avant de se décider", selon l'expression d'un diplomate ayant requis l'anonymat.

Anonyme a dit…

Kane Hamidou Baba? Ce n'est pas mon candidat. Tout celui qui enterine cette mascarade n'est pas mon ami, sauf les canalheurs.
KBG: Happy birthday. Je viens juste d'ouvrir ma boite.

A-

Anonyme a dit…

lu pour A- de la part de la génération javel!

sur TOO7: on publie les beaux esprits! c'est déjà ça d egagné

il a dit entre autre jet de lumière:

" Le Général Aziz a également réussi l’exploit de réunir, contre lui, tout ce que comporte la Mauritanie comme classe politique : Messaoud, Ould Daddah, Ladji Traoré, Mohamed Ould Maouloud, Jemil Mansour, Lô Gourmo...etc."


mon dieu , le pauvre aziz, il a réussi à ce mettre à dos cette charette de winners qui se termine par celui grâce à qui sidi bu la tasse!

-------------

" Le Général candidat à l’élection présidentielle prévue en juin fait de la lutte contre la gabegie un thème clé de sa campagne. Les mauritaniens sont tous d’accord sur l’importance de lutter farouchement contre ce fléau qui a détruit notre tissu social une trentaine d’années durant. Il accuse ses détracteurs, le FNDD et plus récemment le RFD, d’être des groupes de Moufsidine, des dévastateurs. L’observateur le moins averti applaudit à ce discours, des mains et de pieds - comme Hammoud Ould Abdi, dit vibreur.

Sauf que cette lutte farouche contre les "détourneurs" aurait été beaucoup plus crédible si le Général Aziz ne s’était pas entouré des grands symboles de celle-ci devant l’éternel. La plupart des ministres et grands cadres de Ould Taya ainsi que tous ses premiers ministres (Ould Boubacar, Cheikh El Avia, Ould Guig et Sghaïr) soutiennent Aziz et le conseillent. La soumission à Aziz est synonyme de l’obtention d’un casier judiciaire aussi propre qu’une rue de Nouakchott accueillant Kadhafi.

Quand Aziz, dans ses discours, parle de bonne gouvernance et attaque – fougueusement – la gabegie, il y a comme un bug sur l’écran : le son ne suit pas l’image. Les têtes qu’on voit derrière le Général ne correspondent pas aux mots qui sortent de sa bouche. Mahla, la Ministre de la jeunesse et sports de la transition disait que "chacun doit balayer devant sa porte" ; Aziz a besoin de nettoyer toute la maison et avec de l’eau de Javel, car aucun système de bonne gouvernance ne peut fonctionner tant qu’il s’entoure de la sorte.

Le Général Aziz a également réussi l’exploit de réunir, contre lui, tout ce que comporte la Mauritanie comme classe politique : Messaoud, Ould Daddah, Ladji Traoré, Mohamed Ould Maouloud, Jemil Mansour, Lô Gourmo...etc.

Même des militaires (les colonel Abderrahmane Ould Boubacar et Sidi Mohamed Ould Cheikh El Alem par exemple), des hommes d’affaires (Ould Noueigeud, Ould Abeïdna...) et certaines grandes tribus auxquelles il s’est attaqué directement l’observent avec défiance. S’il sort indemne de sa lutte contre tant d’adversaires, ce qu’il est vraiment résistant.

La citation favorite de Aziz est "tous des corrompus sauf moi !" ; tout le monde avait remarqué qu’au tout début il avait épargné le régime de Mokhtar Ould Daddah (rue portant son nom, son premier bureau rendu dans une cérémonie à la fondation éponyme, nomination du fils ainé au ministère des affaires étrangères... ) mais, après la rupture avec le RFD, Aziz – sur conseil de Mohamed Mahmoud Ould Brahim Khlil – commence à évoquer les 50 années de gabegie (en insistant sur le chiffre).

Le CMJD (dont Aziz faisait partie, rappelons-le), s’est fait tacler à Akjoujt ; dans ce discours, Aziz parle d’un détournement de 400 Millions de dollars ; voilà Ely classé dans la liste des détourneurs et Aziz se drape toujours de dignité.

Le FNDD, c’est cinq ou neuf personnes – selon l’humeur du boss ; le RFD, c’est un vieux putschiste, obsédé par la présidence et girouette à ses heures perdues. Bien entendu, l’UFP est un ramassis des communistes et Tawassoul demeure le fief des terroristes...

Même durant la période de la plus forte contestation à Ould Taya, ce dernier a toujours réussi à garder le soutien d'une grande partie de l'intelligentsia et de l'élite.

Jamais, dans l’histoire politique de l'Etat mauritanien, autant des partis, mouvements et personnalités politiques ne se sont ligués contre une seule personne.

Aziz vient de réussir cet exploit.


Cheikh O. Kebirou
Arizona, USA "

Anonyme a dit…

lu pour les parasites qui vivent du nom de aziz et qui auront sa peau!

" ... des fonds au nom du candidat".

Une source autorisée de l’état-major de campagne de Mohamed Ould Abdel Aziz a affirmé que sa direction de campagne n’a aucune relation avec des personnes qui auraient mené une collecte de fonds au nom du candidat. Cette même source a ajouté que ceux qui se présentent au nom de la campagne pour ramasser des fonds ne sont autres que « des arnaqueurs et truands ».

Cette source a précisé: « Nous soulignons, au nom du candidat Mohamed Ould Abdel Aziz, que nous n’avons chargé qui que ce soit de collecter des fonds. Et nous n’avons aucune relation avec ceux qui agissent ainsi.

Et nous demandons à tous de prendre garde face à ce genre d’exploitation des sentiments de nos sympathisants, visant à leur soutirer de l’argent ».

Anonyme a dit…

Ano avant moi,

C'est un secret de polichinelle ce que dit AOD. Notre pays est l'un des plus mal foutu sous le soleil. Si Kadafou et Sarko financent le General, pourquoi les US ne financent pas l'opposition? Au moins les US sont a feliciter pour nous aider a democratiser ce foutu pays. Passez en revue ce qu'a dit Johnny Carson le sous secretaire d'etat devant le congres americain. Ce sont les US qui ont aide le CMJD a se debarrasser de Ould Taya, pour se faire "trahir" par Aziz.

Dans tous les cas, tout le monde passait a la caisse quelque part: Messaoud, Hanena et AOD a Tripoli ou Ouaga. N'acceptez pas les politicards vous chier dessus.

A-

Anonyme a dit…

lu pour le petit coin

extrait: " Merci d'avoir fait de nous le N°1. Nous vous le rendrons par davantage d’effort et de rigueur à vous informer, sans complaisance ni faiblesse."


le grand mensonge c'est d'oublier de dire que cridem est le site francophone mauritanien le plus visité, les autres c'est pour la version arabe car les arabisants sont les plus nombreux netteurs

----------

Alexa est une entreprise californienne spécialisée dans le trafic et l'indexation du web planétaire. Son classement de l'audimat des domaines internet est une référence mondialement reconnue. D'après son hit-parade, le site le plus visité au monde est Google, suivi de Yahoo, puis YouTube, MSN Live Messenger et FaceBook... etc. Le premier site mauritanien pointe, loin derrière les mastodontes du net, à la 24.554 ème place.

Il s’agit de Taqadoumy. Aujourd'hui, c'est le site mauritanien le plus visité au monde. Il est suivi de l'agence Al Akhbar, du site Sahara Media, de l'Agence Nouakchott d'Information (ANI) et enfin du portail CRIDEM.

Pour vérifier le classement mondial d'un site web, il suffit de rejoindre alexa.com, ensuite saisir le nom de la page recherchée (taqadoumy.com, alakhbar.info ou un autre), dans la barre des taches "Find sites about" et cliquer sur "entrer". Le chiffre fourni par Alexa correspond au classement mondial. La comparaison des données par pays permet de classer ainsi les taux de fréquentation de domaines concurrents.

Alexa a été fondée en avril 1996 par deux jeunes ingénieurs américains ; le Groupe Amazon la rachète, en 1999, à 250 millions de dollars. Elle est basée à San Francisco.

Taqadoumy est un site mauritanien d’informations générales, créé le 14 mai 2007. Au début disponible uniquement en Arabe, il se diversifie le 17 juillet 2008, grâce à une version unique qui intègre le Français et l’Anglais.

Dès le début, la ligne éditoriale a conquis bon nombre de lecteurs. Aujourd'hui, grâce à leur fidélité, Taqadoumy devient le site mauritanien le plus consulté.

Merci d'avoir fait de nous le N°1. Nous vous le rendrons par davantage d’effort et de rigueur à vous informer, sans complaisance ni faiblesse.

Anonyme a dit…

je sais bien mon cher A-
mais A.O.D croit parler à un peuple souverain, c'est son côté que j'aime bien, c'est le dernier grand homme d'état mauritanien, le voilà qui tire à blanc, laissons-le s'y croire

deissane

Anonyme a dit…

lu pour C.R sur TOO7

d'ailleurs que deviendra Dadde la mèche, si aziz le remercie?

" Le Président de la Commission de l’Union africaine (UA), Jean Ping, a fait hier une déclaration sur la situation en Mauritanie. Rappelons que, le 23 avril 2009, Ping était censé présenter, au Conseil de paix et de sécurité (CPS), une liste des personnes visées par les sanctions ciblées.

Selon une information non encore confirmé à Addis Abéba, cette liste ne sera pas mise en place avant la fin du mois de mai 2009.

Lire la déclaration sur ce lien PDF

Anonyme a dit…

Ould Kebirou,

Merci de ton ecrit que je vais lire. Il nous est passe sous le nez depuis que Maatala fait la greve.

Greetings to the girls and guys in Arizona, particularly those hiding in Tucson. Couly doit misser Tucson.

A-

Anonyme a dit…

lu par dégoût

voyez T007 de coeur et de quelle religion ils sont

depuis le décès de notre grand érudit, ces vauriens n'ont pas mis en ligne un mot de condoléances ni même d'information à ce sujet

tout ce qui les intéresse c'est les petits histoires du trottoir , le venin de comptoir et berner les visiteurs

pourtant cet article que je vous livre ,leur permettez de dire un petit mot à ce sujet, une ligne sans condoléances rien

c'est ça TOO7 la gâchette du front

sans coeur ni religion comment voulez-vous avoir un soupçon de bonne foi?

---------------

" Le Général Ould Abdel Aziz a effectué hier soir une visite-éclair à Oum El Qoura (village situé à 52 km à l'est de Nouakchott). Il voyageait à bord d'un véhicule Nissan 4X4, conduit par Melaïnine Ould Tomi, l’un de ses cousins et ex-directeur de cabinet sous la dictature de Ould Taya. Le précédait la voiture de Mohamed Mahmoud Ould Brahim Khlil, son conseiller à la communication.

Boubacar Ould Ghaddour, un autre parent mais aussi directeur financier de la campagne du Général les attendait au virage d'Oum El Qoura, en compagnie d'un dénommé Leghmari, ami personnel du Général. Peu après le putsch, ce dernier avait été nommé représentant de la Mauritanie auprès d'une entreprise à Bamako.

La délégation présentait ainsi ses condoléances aux habitants d'Oum El Qoura, suite à la disparition du jurisconsulte Mohamed Salem Ould Adoud, décédé, la veille, des suites d'une longue maladie.

Anonyme a dit…

T007 c'est Taqadoumy? Je ne suivais pas. Si tel est le cas, Il est le plus lu. tous lessites anglophones, avec ceux qui lisent arabe, se referent a ce site. Faut feliciter Taqadoumy et Cridem. Sans eux, on trouve la vraie info comment? combien parmi vous cliquent sur AMI? Seulement les idiots.

Faut feliciter Clause K et Hanevy. Moi je les felicite et je sais qu'ils nous lisent, comme Aziz.

A-

Anonyme a dit…

si aziz nous lisait mon cher A-, je ne serais plus dans cette galère depuis longtemps!

Anonyme a dit…

lu pour couli de la part de maata et bilkis

" Les peuples sénégalais et mauritanien ont en commun une histoire millénaire de rayonnement de la culture islamique dans leurs propres espaces et ailleurs. Des grands foyers culturels et spirituels ont eu un rôle unificateur, de grande envergure, par l’influence qu’ils ont exercée sur les deux rives du fleuve Sénégal et beaucoup plus loin.

Tel est par exemple le cas de ces hommes (et de leurs familles et leurs disciples) cités par ordre chronologique: Cheikh Sidi Elmokhtar El Kounti (1811), Cheikh Omar Ben Said Tall (1864), Cheikh Saad Bouh ben Cheikh Mohamed Fadhel (1917), Cheikh El Hadj Malik Sy (1922), Cheikh Baba O. Cheikh Sidiya (1924), Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké (1927) et plus tard Cheikh Ibrahim Niasse (1975) fils du grand Serigne El Hadj Abdoulaye Niasse (1922).

Plus récemment, Cheikh Cherif Mohamedou Ennahoui (2002), Grand homme d’Allah, s’est investi pour renforcer davantage les liens spirituels séculaires qui unissent les deux peuples. Il a entretenu des relations exemplaires avec l’ensemble des grandes familles religieuses du Sénégal et y a laissé, comme en Gambie et dans bien d’autres pays, une empreinte spirituelle particulière.

C’est à sa mémoire, et en vertu de sa ligne directrice de travail constant pour la consolidation de l’unité de la Oumma que se tiendra le premier colloque sénégalo mauritanien sur le chemin de l’encre qui a lié solidement les deux rives du Fleuve.

A la veille de l’évènement, nous pour prions qu’Allah nous y guide dans la paix et la fraternité musulmane. Que ce forum soit l’occasion de nous remettre en question car tous les systèmes politiques importés d’Occident ont échoué.

Le Prophète Mohamed (PSL) était Chef de famille, Imam, Président, Général de l’armée. Et cela par la grâce du Coran, ce livre Saint de 313 Sourates, 6666 versets. Un livre, dont la première lettre débute par un sine (souratou) et se termine par un sine (nassi).

Ce sine, pourrait donner science en français. C’est à cette science au sujet de laquelle je vous interpelle. Que cette science soit notre Guide que chaque musulman, où qu’il soit s’arme de son Coran, qu’il soit son journal, son livre de chevet.

Quelque puisse être le problème, la maladie, interrogeons-le, et la lumière sera. Chacun des Grands Hommes cités plus haut, et ils sont nombreux ces hommes d’Allah venus d’Afrique, d’Arabie, d’Asie, car que ce soit l’illustre femme, Rabia Al Adawiya, élève du Maître Sowbane. Que ce soit l’illustre Sanoussi, Que ce soit le Grand Imam Khomeini.

Ils ont tous un même point commun l’éducation islamique. La lutte contre les plaisirs d’ici bas. Le courage de dire non aux mauvaises mœurs, se remettre toujours en question, car nous aurons une autre vie. Il est donc de notre devoir de commencer par nous même, dans nos foyers avec nos sœurs et frères, nos femmes et enfants.

Nous devons pouvoir trouver le juste milieu. Tel que l’a dit Allah dans son livre : "Wa Akhimoul Wazna bil qisti, wala touhssiroul mizane". Cette révolution doit aller de bas en haut, elle doit commencer au plus bas, l’individu, moi-même, vous-même, la famille, s’étendre vers le voisin, le quartier, le village, la ville, la région, le pays. Elle devra se propager jusqu’aux hautes sphères de nos dirigeants.

L’Islam a réponse à tout. Cela tout le monde le sait. Alors, what’s the matter ? Comment ont procédé ces Cheikhs? Quelles ont été leurs réponses aux problèmes d’antan? Comment s’inspirer d’eux pour notre présent? C’est cela notre défi.

Sanoussi

Anonyme a dit…

lu pour jadis

Maintenant, je le sais, je me suis condamné
A ne plus te revoir, à ne plus espérer
Replonger dans tes yeux, comme un bain de minuit
Incapable d’en sortir, comme un ver dans un fruit
Oublie que j’ai écris tant de mails, tant de bruit
Ne retiens que le feu, des cendres que tu lis

Bizarre, je le sais, mon état est bizarre
Reste que de nos jours, cet élan est si rare
On a plus ni le droit, ni le temps au hasard
Un jour on s’est croisé, depuis ce seul regard
Souvent en plein jour, je m’éveille tout hagard
Surpris comme ce fou se découvrant si tard
En croisant sa raison sur le quai du départ

Anonyme a dit…

Cheikh Ould Kebirou,

Je viens ce que tu nous a balancé. Aziz joue avec le feu et ses discours le discretissent. Faut pas toucher à Moctar Ould Daddah. Aziz ne lui arrive pas au chameau de sa chaussure.

Faut etre serieux Aziz.Que dieu te donne longue vie. Le pouvoir tu ne l'aura pas. Faut pas te fatiguer la dessus. Ecoute quelqu'un qui ne te deteste pas et tout le monde fait des erreurs.L'erreur que tu as faite, c'est comme marier le mauvais conjoint.

Bebe Ba: cela ne s'adresse pas à toi. Je sais que tu as marié le bon gars.

A-

======
La citation favorite de Aziz est "tous des corrompus sauf moi !" ; tout le monde avait remarqué qu’au tout début il avait épargné le régime de Mokhtar Ould Daddah (rue portant son nom, son premier bureau rendu dans une cérémonie à la fondation éponyme, nomination du fils ainé au ministère des affaires étrangères... ) mais, après la rupture avec le RFD, Aziz – sur conseil de Mohamed Mahmoud Ould Brahim Khlil – commence à évoquer les 50 années de gabegie (en insistant sur le chiffre).

Anonyme a dit…

lu pour leila

Le matin même, la tempête à son chevet
Elle était plus fraîche qu’un soleil au lever
Sous son regard saphir, j’étais pâle à crever

Les yeux dans les yeux, Ciel ! je n’ai rien vu venir
Aveuglé par son âme qui sans prévenir
Remontait d’un bleu plus profond que l’avenir
Mes yeux fuyaient, mes cils tremblaient, Marion pleurait
Eclatant loin de moi, ses éclats m’effleuraient
Sous un déluge laissant ciel et terre apeurés

Dieu alors délaissa le court de l’univers
Et par un miracle qui prit tout à revers

Marion se ressaisit d’une fière manière
Au fond de ses yeux, mille archanges en prière
Rendaient à l’azur la lumière du Divin
Illuminant son regard d’un profond serein
Où le désarroi face-à-face avec la Grâce
Ne laissa pour trace que mes yeux à sa place

Anonyme a dit…

lu pour le destin

Seigneur ! De grâce laissez-moi une chandelle
En attendant la photo que j’espère d’elle
Il fait bien noir ici, est-ce trop demander
G vu de mes yeux tous vos anges s’amender
Navrés de n’avoir pu cette fois s’immiscer
Entre elle-moi et ce Maudit qui me fit glisser
Un croyant tel que moi ! Berné par un malin
Regardez-moi mon Dieu ! Suis-je à ce point vilain

-Pour parler au Seigneur, tu peux t’en dispenser
Rien ne sert de dire, il te suffit de penser
On t’a fait tous les signes qui parlent à l’âme
Mais Satan t’aveugla en attisant ta flamme
Il nous a fallu requérir du tout Puissant
S’il nous fallait sévir ou faire les absents

-Le Ciel, je sais, laissa le malin se sentir
A moi Seigneur ! Loin d’elle c’est trop me punir

-Parle en pieux silence ou je te laisse à tes larmes
Regarde-toi ! Grand fou! Et cesse ton vacarme
On ne m’envoie pas, c’est mon devoir de te dire
Ce qu’il faut bien savoir si tu veux t’en sortir
Humilier ta fierté ne sert qu’à te maudire
Arrête d’écrire et laisse Dieu te guérir
Il sait mieux que toi tout ce qu’il faut te prescrire
Ne crois pas qu’en écrivant tout va advenir
Elle est divine, mais te lire la fait fuir

-Fouts-moi la paix ! Je l’ai perdue, autant l’écrire
On sait tout deux qu’elle vaut tout même en vieillir
Il me faudra du temps pour un jour t’obéir
Si seulement je pouvais d’un trait en finir

-Je te laisse au temps. Effacer est son loisir
En trois mouvements, il te fera atterrir

-La ferme ! Te dis-je ! Qu’ai-je à faire sur terre
Au moins dans mes rêves, je la vois et la serre

-Fais comme tu veux, digne fils du désespoir
Ecoute un autre jour les conseils de ce soir
Respire tes rêves et nourris ton mouroir
Mais demain, quand la sagesse viendra s’asseoir
Ecoute l’avis du vieil ange de l’espoir
Rien ne vaut l’amour, mais pas seul dans l’isoloir
A-t-elle seulement, un jour, voulu le vouloir
Il est temps d’oublier et de prendre un mouchoir

Anonyme a dit…

lu pour l'adieu

Pour dire adieu, il faut un minuscule à Dieu
Or A qui croit en grand ne peut croire en l’adieu
Et s’il faut mettre un point comme un arrêt de Dieu
Mettons-le comme « et » entre revoir et adieu
Et quittons A. M comme on s’en remet à Dieu

Dieu peut faire de ce point un grand « i » pour deux

Alors A.M feront le lit du mot sans Eux
De l’adieu à ce point, ne restera qu’adeu
Ils n’auront qu’à se revoir pour un x à deux
Et le bon Dieu qui fit que A.M.A pour deux
Un jour, qui sait, fera que M.M.A, fois deux

Anonyme a dit…

Sanoussi, j'espere que tu ne deconne pas.

C'est qui ce cheikh Ennahoui? Un lien avec le baathiste?

A-

======

Plus récemment, Cheikh Cherif Mohamedou Ennahoui (2002), Grand homme d’Allah, s’est investi pour renforcer davantage les liens spirituels séculaires qui unissent les deux peuples. Il a entretenu des relations exemplaires avec l’ensemble des grandes familles religieuses du Sénégal et y a laissé, comme en Gambie et dans bien d’autres pays, une empreinte spirituelle particulière.

Anonyme a dit…

lu pour canal

La démocratie est la dictature du nombre
La dictature est la démocratie de la force
La tyrannie est l’anarchie de la dictature
L’anarchie est la démocratie de la tyrannie

Anonyme a dit…

lu pour la lucidité

Naître c'est enfiler sa peau
Vivre c'est creuser son trou
Mourir c'est y laisser ses os

Anonyme a dit…

lu pour KBG

Si l'homosexuel avait bon goût
Il aurait le sens de l'orientation

Anonyme a dit…

lu pour rien

Si tout n’existait pas
Rien serait tout
Or rien ne pouvant être sans être tout
Tout doit être donc malgré tout
Quand bien même il y serait pour rien
Ce qui ne serait pas tout
Car rien ne pouvant être pour rien
Tout doit être même pour rien
Sinon il faut croire que rien et tout se valent
Ce qui est absurde car tout ça serait pour rien
Quel choix
Tout pour tout
Rien pour rien
Tout de rien pour rien du tout
C’est dire tout pour ne rien dire
Sinon que tout doit exister
Car rien tout seul ne sert à rien
Quand tout pour rien
C’est déjà ça
Ce qui n’est pas rien sans être tout

Anonyme a dit…

lu pour la moralité

maata and co si vous disparaissez voilà le résultat: on meuble

salut

Anonyme a dit…

Ano ya habibi,

Aziz nous lit. Tu laisses tomber, tu as le systeme Ould Taya qui revint, avec Ould Taya et Mint Tolba en mois. Tu as vu le PRDR soutenir le Kheneral. Donc tes salopards d ]'ennemis sont de retour si tu abandonnes. Moi je ne fais pas de politique, mais je n''aime pas qu'on me prenne pour une andouille (KBG eta vem?).

By Georges! comme disent les anglais, faut pas abandonner: Aziz va tomber bientot car la mascarade electorale de juin n'aura jamais lieu.

x: temps que tu revienne.

Bilkiss: tu nous manque!

A-

===========

Ano a dit:

si aziz nous lisait mon cher A-, je ne serais plus dans cette galère depuis longtemps!

2 mai 2009 00:15

Anonyme a dit…

Bizarre. A la TVM, c'est Ould Mahjoub qui parle a la TV (section arabe) et Cheikh Saad Bouh Kamara ressemble a un idiot. Vous avez remarqué? Impossible de trouver quelqu'un de serieux au pays. Aziz trouve toujours un negre de service.

Cheikh: tu fais la honte du pays. On comprendrait mieux si Hamoud vibreur etait a ta place. Je ne sais pas commment tes enfants pensent de toi. Faut demissionner.


A-

Anonyme a dit…

si aziz nous lit et qu'il ne fait rien, alors par Dieu qu'il soit maudit!

à bien voir ce qui se passe dans ce pays, la seule explication c'est que ce pays est maudit

maudit à cause d'une chose du "islamique" écrit partout alors que dans les faits il y a rien!

on ferait mieux de retirer ce " islamique" même light et vivre notre vie que jouer à l'hypocrisie en abusant d'un tel mot

où voyez-vous l'islam chez nous même soufi même cool où?

l'injustice est partout, le mensonge partout, humiliation partout jusqu'au banque qui vous dépouille avec des taux de paiens et mattel et mauritel qui joue la loterie pour des bagnoles alors que les jeux de hasards sont interdit

pourtant vous jouez, vous appelez et il y a hasard et votre numéro sort c'est de la loterie

l'hypocrisie partout

mais surtout:

on trouve en mauritanie une effrayante concentration au cm2 de hassades et d'ingrats

par dieu, mon expérience personnelle me suffit: je jure que je n'ai jamais voulu aidé quiconque sans que cette personne sont ingrate jamais!

quand vous entendez les gens entre leurs paroles et leurs actes, vous voyez l'essence de la lâcheté pure

tout cela établit en système

rien de musulman dans tout ça rien

du moins peut-être l'islam de schizophrène qui prient mais ensuite zape et vive

rien de plus

un musulman n'est ni un âne ni un mouton si vous avez peur de dieu vous ne saurez avoir peur de quiconque

Anonyme a dit…

Mballal,

tu me traitais tout a l'heure de raciste pour avoir rappele que Monsieur Cherif est tres relie a la Guinee.

J'evoque ce sujet car le constat que beaucoup ont fait que la majorite de ceux qui defendent bec et ongle le putsch sont des gens dont la liaison avec la Mauritanie Baba. D'autres ont des nationalites doubles, celui des affaires etrangeres, celui des peches et celui de l'action humanitaire.

Qu'est ce que tu veux que je te dise. Des gens comme ca qui viennent ensuite bafouer notre legalite constitutionnelle. Il faut avoir le droit au moins une fois d'attirer l'attention sur ce point.

Quand au racisme et a la xenophobie, il faut vraiment chercher ailleurs pour faire valoir ces qualificatifs.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Certains pays dits amis nous poussent a avoir des problemes les Etats unis, pourtant eux memes malgre tout ce que les problemes qu'ils ont avec les us, n'osent pas les traiter comme on le fait.

Les US sont une grande nation qui a beaucoup fait pour notre pays et on leur doit respect et amitie.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Lisez ça d'El Khabar. Mal trduit de la version arabe. Pourquoi un tel refus? A-

======

El Khabar-02-05-09

L’Algérie refuse aux équipes de renseignements Européens d’activer au Sud
samedi 2 mai 2009

L’Algérie a refusé aux équipes de renseignements et aux forces spéciales Européennes, comme elle a refusé aux éléments de collection des renseignements, d’activer dans le Maghreb Arabe et au Sahel en contrepartie de fournir de plus de renseignements aux pays arabes sur l’activité des cellules Salafistes Djihadistes en Europe.

Des sources bien informées ont indiqué que l’Algérie a répondu à la demande des pays Européens par un refus catégorique, dans une réunion des responsables des appareils des renseignements Européens et Maghrébins et Africains à Marseille en France, pour coordonner les efforts de l’antiterrorisme dans les pays du Sahel.

Les pays participants, y compris l’Algérie, à la réunion securitaire secrète à Marseille durant le week-end dernier, ont constitué une commission de liaison securitaire de haut niveau pour l’échange des renseignements, comprenant des officiers de la sécurité et des renseignements de 16 pays Africains et Européens.

Une source securitaire a révélé à « El Khabar » que les délégués Algériens et Libyens ont refusé la demande formulée par les représentants de la France, l’Italie et l’Angleterre quant à la permission aux forces spéciales des pays Européens et aux éléments de collection des renseignements d’activer dans les pays du Maghreb Arabe et du Sahel, en contrepartie de leurs fournir plus de renseignements aux pays Maghrébins sur l’activité des cellules Salafistes Djihadistes en Europe.

Selon notre source, l’Algérie a affirmé que « l’intervention donnera aux terroristes un alibi pour leur présence sur ces terres », et le meilleur moyen pour contrer le terrorisme ici « est de soutenir les efforts de développement et la modernisation des infrastructures » Les pays Européens ont décidé de financer les appareils de renseignement Africains et de former leurs cadres pour faire face au terrorisme, et l’échange de renseignements sécuritaires minutieusement et rapidement, et intensifier les efforts de la poursuite des mouvements des bandes criminelles et des groupes terroristes au Sahara et les sites de leur présence et les sources de leurs financement.

Anonyme a dit…

Sanhaji
Tu te ridiculises davantage en défendant l'indéfendable.
Tu sombres dans le fascisme sans t'en rendre compte, tellement tu manques d'arguments.
Ces responsables que tu "accuses" d'étrangers sont aussi mauritaniens que toi, que toute la diaspora de for mauritania, de canalh et j'en passe.
On peut ne pas etre d'accord sur les derniers evenements dans NOTRE PAYS mais il convient de ne pas tomber si bas.
Que tu le veuilles ou non Aziz compte sur la majorité silencieuse qui en a marre des intellectuels corrompus, des tribalistes confirmés, des extremistes chauvins et des politiciens vereux qui ont choisi pour la plupart d'adhérer au FNDD.
Certes parmi cette racaille il y en a qui s'est abritée dans le camp Aziz, mais vous pourrez etre sur qu'elle ne nuira plus aux interets de notre pays.

Anonyme a dit…

Aziz n'est pas un demi Mauritanien.

Ses principaux collaborateurs et souteneurs ne le sont pas non plus.

Son Super Mentor Cheikh Ould Horma est tout à fait mauritanien (MOURITANI BI-T-TEMAM!)

Ses illustres challengers de service ne sont pas en reste.

Le Chérif de son UPR préféré ne saurait être mis en cause. Feus Mokhtar et Sékou Touré en retourneraient dans laurs tombes.

Son ministre des affaires étrangères n'est pas bi-nationalitaire,

Celui des Droits de l'Homme ne l'est pas non plus,

Encore moins celui de la Pêche.

Son Mbaré intérimaire est, comme les autres, MAURITANIEN A PLUS D'UN TITRE.

BF (Badaoui-Foutanké)

Anonyme a dit…

lu pour bebe ba:

" Vous vous souvenez de ces employés maçons et autres qui ont perdu la vie dans cette maison de TZ, le plafond leur est tombé dessus en voulant la démolir
Hier soir, vers minuit et demi, j’étais en train d’écouter adagio for strings en écrivant je ne sais quoi quand soudain, il m’a semblé entendre des cris terribles .

Je l’ai entendu car je ne mets pas complément mes écouteurs sur les oreilles sinon je finirais sourd vu que je suis sur l’ordi 12h par jour.

Le mélange adagio et les cris j’ai cru que c’étaient des animaux qui se battaient ,j’ai finalement retiré les écouteurs en croyant que c’était peut-être les chiens d’en bas qui étaient malmenés par quelqu’un.

C’est là que j’ai réalisé que ce n’était pas des cris de chiens mais les hurlements de la terreur pure d’une femme qui criait qui pleurait qui criant entre les coups, les larmes « ya wéli «

J’ai regardé par la fenêtre pour voir de quelle maison cela venait
Puis j’entends nettement les claquements de gifles et de coups qui entrecoupaient les cris
Je regarde terrifié à gauche en haut en bas et je vois 80m plus loin des lumières de voitures

J’ai compris que c’était devant le boutiquier qui est en face de la maison où les maçons sont morts
Les cris continuaient, cela faisait donc bien 8 minutes que les coups pleuvaient au hasard de la rage folle et les cris les hurlements de terreur d’une femme seule au monde au milieu de sa terreur

Je ferme ma porte et je descends pour voir de quoi il s’agit , je contourne la maison et avant d’arriver sur la scène , je vois au loin les jeunes laveurs de linge du coin qui se marrent en regardant la scène

J’avance le silence était revenu, j’entre dans la boutique pour demander ce qui se passe,

j’entends les uns qui discutent de charia car il est écrit dans le coran « battez-les »

Je regarde plus loin , une prado avec les phares sur la victime assise au milieu des briques car on construit à l’emplacement du plafond écroulé sur les malheureux maçons que dieu aient leur âme

A ma droite une autre bagnole je sais plus si c’était une 190 ou une corrola avec dedans de jeunes maures, je demande ce qui se passe : ils me regardent impuissants et me disent que le mari l’a frappée « bat lehmir » avec des morceaux de briques

Je regarde vers les phares ,je vois une femme hartaniyeu assise au milieu des briques sans plus dire un mots des râles de quelqu’un qui a pleuré et souffert jusqu’à l’épuisement mais elle était assise et n’avait pas perdue connaissance et je n’ai vu nulle part du sang

Nous étions bien une vingtaine et à voir les têtes un maure sortant de sa prado , deux autres jeunes maures dans l’autre voiture, le boutiquier continuait à vendre en commentant de loin avec des autres jeunes qui riaient et parler charia et sur place nous on était peut-être 15, 7 avec le mari qu’ils ont ramené à l’intérieur de la maison en construction et cinq devant la femme

Moi je n’avais pas de tel pour appeler la police, j’ai demandé au jeune qui m’a dit que c’est ce qu’il fait

Là n’est pas le problème : d’abord ma lâcheté personnelle a fait que je ne suis pas allé vers la femme pour savoir ce qui se passe ce qu’elle a fait, je me suis arrêté , j’ai regardé et j’ai fais demi tour et je suis parti

Mais la lâcheté de tout le voisinage car si moi j’ai entendu de tels cris malgré mes écouteurs alors tout le quartier a dû les entendre nettement à 500m à la ronde mais personne n’est sorti , personne seuls les passants, même les gardiens des autres maisons n’ont pas bougé, personne à part les passant et ses deux voitures qui se sont arrêtées

Personne, n’a bougé et dieu sait que de tels cris ont dû réveiller tout le monde, c’est pas des cris humains , c’est les derniers cris de terreur absolue que peut pousser un être humain sans défense devant son bourreau et qui croit qu’il va mourir

Personne n’est sorti
Et ceux qui étaient présents , ceux qui ricanaient, ceux qui commentaient , ceux qui étaient tout le temps là avant que ça se termine, ils ont laissé faire

Cette femme frappée avec des caillou avec toute la rage d’un homme , criait au secours et personne là devant elle n’a bougé, ils l’ont regardé se faire tabasser par ce que c’est sa femme

En retournant vers ma chambre plus lâche et plus impuissant que le peuple mauritanien tout entier, j’ai dit au boutiquier expert en charia que ce qu’il regarde là avec cette impuissance c’est sa propre vie de misérable mauritanien exploité volé martyrisé et surtout sa vie d’homme impuissant qu’il contemplait

Une pensée à toutes les mauritaniennes pas seulement les pauvres misérables , mais aussi les autres qui passent leur jeunesse à regarder les films d’amour à la télé, qui se soignent pour être belle et intelligente, qui rêvent de l’homme et de la vie

, qui se préservent pour lui et qu’on livre un jour de mariage un petit fumier qu’elles ne découvriront que trop tard enfermées dans la prison familiale

J’entends leurs cris derrières l’intimité, j’entends la fierté qu’on brise, je les entends supporter ce fumier au nom de milles raison, n’osant pas même en parler

Qui les protège dans ce pays ? si le premier fumier qui les épouse après mille illusions se révèle être un chien, moins qu’un chien ?

Qui ? la loi ? peut-être la loi, mais où sont les cousins, où sont les frères, et les amis ? se taisent-ils quand ils apprennent cela ?

Ils n’apprendront jamais ou trop tard car notre culture est celle où derrière les rideaux familiaux tous les crimes sont possibles, tout se cache et tout se tait

C’est le pays de l’omerta crapuleuse

Un autre que moi,n’aurait certainement pas raisonné tout ce raisonnement, il serait allé directement voir la femme et chercher le mari car les cris je les ai entendus mais je ne sais quoi d’une lâcheté collective m’a anesthésié en arrivant car tout était calme tout était fini et mon hassania est mauvais

Cette lâcheté collective c’est la mauritanie d’aujourd’hui , comme en europe chacun pour soi et que les autres crèvent c’est pas notre problème, faut pas se mêler des affaires des autres

mais cet homme sait qu’il n’a rien à craindre car s’il savait qu’en agissant de la sorte dans la rue, frappant à base de lourdes gifles et de coups terribles avec des cailloux des morceaux de briques dans la rue, s’il savait que s’il y avait des hommes choqués

au moins elle aurait sans doute reçu moins de coups ou peut-être même qu’elle aurait remercié le ciel d’être sortie crier au secours dans la rue

Maintenant elle sait qu’elle ne sera en sécurité nulle part et que son mari a tous les droits sur elles , les mêmes droits que sur un chien, le malheur de cette femme , le vrai malheur c’est que dehors il n’y avait que nous : un échantillon du peuple mauritanien : cruel, impuissant, ricaneur, hâbleur et spectateur satisfait de sa lamentable impuissance "

maatala a dit…

Salam

Cher Sanhaji

Quand on a comme principale mentor Couly, on évite de parler de doubles nationalités

MAHOU VALAK dit le Fou

maatala

Anonyme a dit…

اتهم المستشار برئاسة الدولة الشيخ المختار ولد حرمه السفارة الأمريكية في نواكشوط بتمويل ’’صحوات موريتانية’’تهدف إلى نشر الفتنة ودفع المواطنين إلى النزول إلى الشارع،وطالب البيان بطرد السفير الأمريكي في نواكشوط،متهما الجبهة بالعمالة للأمريكيين.

بيان
بثت وكالة أخبار نواكشوط اليوم الخميس (‏30‏/04‏/2009) تصريحات بالصوت لزعيم المعارضة السيد أحمد ولد داداه قال فيها إن الميثاق الذي وقعته القوى السياسية والنقابية المنضوية تحت لواء الجبهة الوطنية للدفاع عن الديمقراطية مؤخرا. و قال أن هذا الميثاق جاء من السفارة الأمريكية بنواكشوط وأنه عرض على حزبه مع مغريات مادية ورفضه.
إن هذه التصريحات لا تعني سوى أن سفارة أمريكا ضالعة في تمويل - على الأقل- بعض فصائل الجبهة الوطنية للدفاع عن الديمقراطية والقوى النقابية والمدنية المحسوبة عليها ويتضح ذلك من النشاط المحموم للعاملين في سفارة أمريكا في بلادنا منذ قيام حركة التصحيح ورحلات الدبلوماسيين الأمريكيين المكوكية للقاء هذا الطرف أو ذاك وعملهم جهارا ليلا نهارا ضد الحكم القائم في البلاد.
إن ذلك يتجاوز بكثير أعراف الدبلوماسية المتعارف عليها، فقد بات المدعو دينس هانكس، القائم بالأعمال في سفارة الولايات المتحدة الأمريكية في بلادنا، يلعب دور "أبريمر" في العراق وأشباهه في بلدان أخرى.
إن تمويل سفارة أمريكا "لصحوات موريتانية" وقيام مسؤوليها بتنسيق الجهود بين فصائل المعارضة وتشجيع المواطنين للنزول للشارع والعصيان المدني، أمر لا يمكن تصنيفه إلا أنه تمويل للإرهاب والبلبة والحرب الأهلية في بلد مستقل لم يهدد يوما مصالح أمريكا. وإلا فماذا يعني عمل من هذا النوع إذن؟
إن شهادة أحمد ولد داداه، زعيم المعارضة الديمقراطية، ورفضه للإغراءات المالية الأمريكية، التي تقدمها السفارة الأمريكية للمعارضة في بلادنا أمر لا يترك مجالا للشك أن هذه السفارة ضالعة في مخطط لزعزعة الأمن ودعم بعض الأطراف السياسية في تجاوز صارخ للقيم الدبلوماسية المعمول بها.
إن المدعو دينس هانكس ليس إلا واجهة لعمل مؤسسي ومنظم تقوم به الولايات المتحدة الأمريكية ضد الشعب والنظام الموريتاني، وهو العمل المعادي الذي شهد ارتفاعا ملحوظا في الداخل والخارج منذ قيام الجنرال محمد ولد عبد العزيز بتطهير أرض الشناقطة من دنس الوجود الصهيوني عندما قرر في قرار بطولي شجاع طرد سفارة الكيان من عاصمة المرابطين ملبيا بذلك أحد أكثر مطالب الشعب الموريتاني إلحاحا.
إننا في حزب التجمع من أجل موريتانيا (تمام) ندعو الحكومة الموريتانية لاتخاذ خطوات عاجلة للرد على احتقار هذه السفارة لبلدنا، وندعو إلى طرد هذا الجاسوس العميل وإلى مراجعة العلاقات القائمة مع السفارة الأمريكية بنواكشوط وفتح تحقيق داخلي يحدد مسؤولية الأحزاب الضالعة في مخطط السفارة الرامي لزعزعة الأمن، واتخاذ الإجراءات المناسبة على مستوى الحكومة والقضاء.
إن هذه السفارة عملت على:
1.وقف جميع أنواع التعاون بين موريتانيا وأمريكا.
2.تعبئة دول العالم ضد النظام الوطني القائم في البلاد رغم أنه مدعوم من الأغلبية النيابية والحزبية والشعبية.
3.شرعت في تمويل الإرهاب السياسي والتحريض على العنف وإسقاط نظام الأكثرية.
4.عملت بكل جهدها التخريبي داخليا والدبلوماسي خارجيا لوقف خيار الأغلبية الموريتانية بإجراء الانتخابات الرئاسية.
السؤال الآن ما الذي تستفيده موريتانيا من أمريكا.. الجواب فقط هو زعزعة استقرار البلاد والتحريض على العنف ونشر البلبة والفوضى. فأمريكا أوقفت الدعم الهزيل الذي كانت تقدمه لبلادنا في السنوات الأخيرة رغم أنه لا يتجاوز غير كميات ضئيلة من القمح منتهي الصلاحية، أو تمويل أنشطة مشبوهة لهذه المنظمة أو تلك في مجالات خطيرة اجتماعيا وتبشيريا.
إن حزب التجمع من أجل موريتانيا يذكر بتمويل أمريكا للمعارضة "الجلبية" في العراق وما تلا ذلك، ويذكر بأن الأنظمة التي تعاملت بتهاون مع أمريكا لم تكسب في النهاية سوى أن تدحرجت رؤوسها بطريقة مهينة.. على عكس الدول التي وقفت لأمريكا بالمرصاد واحتفظت بكرامتها و وطنيتها.
إن الحزب يدعو الأغلبية النيابية والحزبية لاتخاذ موقف صارم في هذا الإطار، كما يدعو المعارضة الوطنية مهما كانت مواقفها للاقتداء بزعيم المعارضة ورفض التمويلات والسموم التي تقدمها أمريكا التي تبدي غيرة عجيبة على الديمقراطية الموريتانية وهي تتفرج كل يوم على الشعب الفلسطيني يذبح بطائراتها وأسلحتها الخبيثة.
إن الحزب يدعو بالخصوص أصحاب الشعارات الوطنية والإسلامية لأن يتجاوزا حناجرهم، ويدعوهم إلى عدم الارتماء في أحضان الأمريكي وربيبه الصهيوني فالخير لا يأتي من فوهة الشر. وطاعة الله وخدمة الأمة لا تمران حتما بالشيطان.
الرئيس: الدكتور الشيخ ولد حرمة ولد بابانا

Anonyme a dit…

لو سكت يا بن حرمة لكان ذلك أفضل. لماذا ترضى لنفسك أن تكون محامي الشيطان؟ لماذا أنت؟ هل هي خطة من الثنائي ولد عبد العزيز و ولد الهادي لتشويهك و حرقك أمام الخاصة والعامة؟ لماذا هذا التناقض يا بن الأسرة الكريمة، إذا كنت حقا تحمل ما نسب لأحمد ولد داداه محمل الجد، لماذا لم تطلب التحقيق و الطرد للموظفين في السفارة الفرنسية؟ ما هذا الكيل بمكيالين، أيها الشيخ المحترم؟ لماذا تتباكى على الإخوة الفلسطينيين و لا تذرف دمعة على الموريتانيين؟ ألم تر دماؤهم المسكوبة في شوارع نواكشوط بفعل عزيزك و ابن الهادي؟ لو أنك نددت ولو مرة واحدة، بما يقع في البلد و ما تعرضت له النساء من اعتداءات آثمة، تتنافى والقيم و الأخلاق الموريتانية، بآلة الحرب "العزيزية" و"الهادية"، لصدقنا بأن هذا البيان دافعه النخوة و الدفاع عن كرامة الشعب؟ أي كرامة و أي حرية لشعب إذا كان رهينا لضابط معزول من مسؤولياته، مهووس بالسلطة و مسكون بالحقد و الكراهية لمن يختلف معه في الرأي؟ أما حديثك عن حكم الأغلبية، فلا أدري عن أي شيء تتحدث؟ هل عن الأغلبية التي صوتت للرئيس سيد محمد ولد الشيخ عبد الله والتي داس خيارها جنرالك المعزول، أم عن مجموعة البرلمانيين الذين بدؤوا يخرجون مجموعات و أفراد بعدما تبين لهم أن دوافع الجنرال للانقلاب ليست وطنية و أن ما أعلنه ليس إلا خدعة و ذرا للرماد في العيون، و أنهم في نظره ليسوا إلا مجرد أرقام يعبث بها كما شاء و أنهم لا رأي لهم و لا نقاش معهم في القضايا المصيرية للوطن، فكانت لهم الشجاعة في أخذ المسافة منه حتى لا يتحملوا معه وزر ما هو مقدم عليه من تخريب للوطن و حتى لا يسجل التاريخ عليهم التمادي في اخذ البلد إلى المجهول في رهان خاسر وما نواب التكتل و حزب تجمع الشعب بقيادة لوليد ولد وداد إلا نموذج لتلك الفئات.
كان من الأحسن لك و الأكثر فائدة للموريتانيين أن تبقى في عيادتك تخفف عن بعض الموريتانيين بعضا مما يعانون عضويا و جسميا و تلك خدمة جليلة هم في أمس الحاجة إليها، أ ما أن تخوض فيما لست مؤهلا له مهنيا على الأقل فأمر في غاية الغرابة خصوصا و أن حزبك لم يحصل على نائب واحد في البرلمان و لا حتى عمدة في بلدية ريفية.
أشهده يخوي أل انك اتكد تستراح او لا ترفد خطيت فم الحاسي، يترأس ولد عبد العزيز ولا اتحاكمو محكمة العدل الدولية بيه إل لاه يخرب بلدو و جر الخراب للدول المجاورة إطيح اعل ولد حرمة ولد ببانا اكلاس.
يا بن الأكرمين تب إلى الله من هذا الذنب و تذكر حكمة القول المأثور: "إذا كان الكلام فضة فإن السكوت ذهب".

Anonyme a dit…

Lu pour Bilkiss qui est fachée.

Des accusatons très graves d'Alger par voie de presse (Ennahar) contre le Mali, Niger, a Libye et Burkina. Ils doivent être fachés après l'interview de ATT.
J'ai noté ce passage difficile:

"Par ailleurs, les pays comme le Mali, le Niger, la Libye et le Burkina Faso qui forment une alliance diabolique, oeuvrent ensembles pour assurer l’organisation terroriste dans la région en leur procurant la protection et la liberté de circuler dans les régions du Sahel, après avoir trouvé un gain représenté en ces rançons payées par les pays occidentaux qu’ils se partagent avec l’organisation terroriste. Cette organisation dont l’objectif est devenu le gain facile et rapide, entretient des rapports très étroits avec les trafiquants et les contrebandier".

A-

===========

Londres refuse de négocier avec El Qaïda

02 May, 2009 05:31:00

Les autorités britanniques refusent les conditions de l’organisation ‘El Qaïda au Maghreb Islamique’, commandée par Abou Mosaâb Abdelouadoud, relatives à la libération du terroriste ‘Abou Qatada El Filastini’, leader des groupes terroristes en plus du paiement d’une rançon contre la libération du touriste britannique Edwin D., retenu par l’organisation terroriste depuis le début de l’année en cours au nord du Mali.

‘Abou Qatada El Filastini’ est considéré comme une référence de l’organisation armée dans le monde. Ce dernier avait déjà produit une fetwa contre les algériens dans les années quatre-vingt dix. Il a été le premier à autoriser les massacres perpétrés par Djamel Zitouni et son successeur Antar Zouabri.

Abou Qatada El Filastini se trouve en prison en Angleterre où il purge une peine de prison à vie pour avoir participé aux attentats contre l’école américaine, l’hôtel El Qods en Jordanie et la planification pour commettre des attentats dans les lieux fréquentés par les touristes. Il a été arrêté à Londres au mois d’octobre 2002.

Le ministère des affaires étrangères britannique a déjà annoncé auparavant qu’il étudiait le contenu du communiqué de l’organisation ‘El Qaïda au Maghreb Islamique’ concernant la menace de liquidation du touriste anglais. Le ministère a annoncé que la politique du gouvernement britannique est très claire concernant la question des otages et qu’il n’est pas question de négocier avec les kidnappeurs ni d’accepter les demandes de rançons. « Nous ne ferons pas de concessions aux ravisseurs ».

Ce qui confirme le refus catégorique de Londres de négocier avec l’organisation terroriste sur la libération du terroriste ‘Abou Qatada’. Londres refuse le paiement d’une rançon pour la libération du ressortissant britannique alors qu’il ne reste que deux semaines à la fin de l’ultimatum posé par l’organisation terroriste avant l’exécution de l’otage.

L’organisation ‘El Qaïda au Maghreb Islamique’ avait auparavant menacé de liquider l’otage anglais dans un délai de 20 jours dans le cas de refus des autorités britanniques de libérer le terroriste ‘Abou Qatada’, après que la libération des otages européens et canadiens, Robert Fowler et Louis Guay, la suisse Gabrielle Greiner et l’allemande Marianne Petzold, eue lieu contre le paiement d’une rançon de 05 Millions d’Euro.

Selon des sources bien informées du dossier, les négociations ont eues pour la première fois lieu au Burkina Faso par l’intermédiaire de l’homme d’affaire Mauritanien Abdallah Chaféi, un proche du président Burkinabé et Seif El Islam Kaddafi, le fils de Mouamar Kaddafi, le chef de la révolution libyenne.

La décision prise par les autorités britanniques a été une surprise, surtout que tous les autres pays concernés par les prises d’otages ont payé des sommes immenses pour leur libération. Ces sommes d’argent qui sont utilisés par l’organisation terroristes pour l’achat des armes et des munitions qui tuent les algériens.

Par ailleurs, les pays comme le Mali, le Niger, la Libye et le Burkina Faso qui forment une alliance diabolique, oeuvrent ensembles pour assurer l’organisation terroriste dans la région en leur procurant la protection et la liberté de circuler dans les régions du Sahel, après avoir trouvé un gain représenté en ces rançons payées par les pays occidentaux qu’ils se partagent avec l’organisation terroriste. Cette organisation dont l’objectif est devenu le gain facile et rapide, entretient des rapports très étroits avec les trafiquants et les contrebandiers.

Ennahar/ Dalila Belkheir

Anonyme a dit…

le commisaire ould adda, est-il en cavale?
serait il le cerveau de la cocaine connection mauritanienne?
quel est le role d'Ely Ould Mohamed Vall?
Serait-il le véritable parrain de la drogue?

bilkiss a dit…

Cher A-,

suis pas fachée...lol

je vous lis à tout moment!!!

suis déçue, j'en n'ai marre à chaque fois que je pointe le nez les insultes, les méchancetés, les sales mots fusent gratos!!!

comme si j'etais la source de tous leurs malheurs!!!

alors Cher A-,je prefère rester tranquillement à l'abri et laisser les autres continuer sans moi!!!

mes tendres pensées à Maata, Bébé, M'Ballal, et à tous ceux que j'aime bien sur CanalH, à toi A-, à Copiar

vous me manquez c sûr, je passerais quand je peux et surtout si l'atmosphère n'est pas trop lourde, je suffoquais sur Canal ces derniers temps !!!

PS
Pour Maata, Bébé, M'Ballal,
ma boite: Bilkiss82@gmail.com

Bon W-E,
Bilkiss

Anonyme a dit…

Le PMJD est notre parti Goueiratt. Yanis enta vem? Entre protester contre l'exportation des nos goueiratt au Yemen et demander l'exportation du chargé d'affaires américain, il y a un fossé. A-

========

Le PMJD demande l’expulsion du chargé d’affaires de l’Ambassade américaine

Le Président du Parti Mauritanien pour la Justice et la Démocratie (PMJD), M. Mahmoudi Ould Saibout, a lancé un appel aux autorités mauritaniennes les exhortant à procéder sans tarder à l’expulsion de M. Dennis Hankins, chargé d’affaires de l’ambassade américaine à Nouakchott.

Au motif que ce dernier constitue une menace à la sécurité du pays. Pour le président du PMJD, les intentions du diplomate américain sont on ne peut plus claires, et ce d’autant plus qu’il l’a rencontré au cours d’une réunion la semaine dernier.

M. Saibout demande également une enquête approfondie concernant tous ceux qui auraient reçu des aides financières de la part de l’ambassade américaine en contrepartie la participation à une vaste campagne de désobéissance civile et de menace de l’ordre. Ce qui est en opposition totale avec les lois et coutumes du pays.



La preuve, selon le président du PMJD, en est l’interview accordée par Ahmed Ould Daddah, président du RFD à un journaliste de l’ANI – et largement relayée par la presse et le Net – dans laquelle M. Daddah estime que la charte signée par le Front National pour la Défense de la Démocratie et certaines organisations de la société civile – syndicats et ONG – aurait été établie à l’instigation du chargé d’affaires américain, M. Dennis Hankins.

Le PMJD

Anonyme a dit…

Bilkiss,

Il faut avoir une peau de rhinoceros ici. Qui ne s'est pas fait attaquer ici? Tu balance les insulteurs d'un revers de la main et tu continues. Fais comme moi: engager le fer avec l'insulteur, ne plus commenter ses ecrits et quelques semaine plus tard lui dire ça va vlane? Il se calme, il a honte et il devient un allié. Retourne, please.

C'est quoi cette histoire de Ould Adda d'un ano? Je croyais que c'est l'inspecteur Ould Taya, le fameux ami de Ould Soudani. Si c'est Ould Adda, c'est tres grave. C'est peut-etre la raison pour laquelle Sidioca a laisse tomber l'affaire en faisant liberer en douce et un par an les gros poissons. A peine un filet sur la liberation des 2 pilotes d'helicopteres français. Si cette histoire est vraie, il y avait des complicités au tres haut niveau (probablement juste un peu avant le ciel) et depuis longtemps. Peut-etre quelqu'un a demande a cet officier de valeur (Couli et Mestour entouma vem?)de partir en attendant que les choses se calment. Chez nous on ne retourne pas en arriere.

Il est maintenant evident que ce qui faisait vivre l'economie etait le trafic de drogue. Mseykine le tresor qu'on accusait tout le temps ...

A-

Anonyme a dit…

Commissaire Ould Adda n'a viole' aucune loi. Ceux qui l'accusent doivent avancer leurs preuves. You put up or you shut up!!! Ces histoires de "...il parait" ne nous interessent pas.

Allez ma petite fille Bilkiss, il ne sert a' rien de te decourager. Je ne participe pas a' ce debat pour gagner ou perdre contre qui que ce soit. Je participe pour vehiculer de simples opinions et pour...EDUQUER.

Anonyme a dit…

Un exemple des bonnes valeurs que les USA luttent pour. Un cas de torture aux emirats avec une impunité totale.

Il n'est pas bon d'avoir un pouvoir tribal/familial et appuyer Aziz risque de nous amener un probleme de ce genre. Caar il est impossible de controler sa tribu/famille quand le pouvoir monte a la tete. Il faut reflechir ...

Regardez la vidio dont le lien est ci-dessous. C'est de ABCNews. En anglais, mais graphique.

A-



http://abcnews.go.com/Video/playerIndex?id=7407186

Anonyme a dit…

Couli,

Tu nous donnes l'impression que tu as été géré par la police de Ould Taya. Nous avons entendu parler de ce monsieur et on est en droit d'en discuter. Personne ne l'accuse de quoi que ce soit. Tu as fais la même chose la dernière fois avec un autre monsieur de la poolice. Sois un peu plus serieux: nous avons un cas de corruption et de trafic de drogue qui risque de transformer notre pays en narco-etat.

Tu sais et nous savons tous que notre police et nos services securitaires etaient impliqués dans ce trafic, comme ceux des pays voisins et je cite le Mroc, l'Algerie et le Mali t bien sur le Senegal et la Guinee Bissau.Tu n'as pas besoin de beaucoup de preuve si tu lis les rapports de l'ONU et l'ICG. On peut chacun faire des erreurs d'appreciation, mais quand les choses sont claires, elle sont claires.

Don't take that route or Maatala will get amunition to discredit you.You are no lawyer on any of the ripoux et let the ripoux defend themselves. Please.

A-

Anonyme a dit…

Le faux type parfait ce Wade. Il a enfin compris le message de Sidi, AOD et Messaoud.Mais sa mediation n'aura pas lieu et c'est trop tard: ou Aziz gagne ou son oppossition lui plombe les couilles.

Depuis quand les marabouts reglent un probleme de droit? S'il croit que Ould Enahoui peut l'aider dans cette mediation avec les sous du HCE et leurs sbires, il peut courir, Wade.On ne trompe plus avec les soit-disants chiyoukh. On les connait depuis Ould Haidalla.

A-

---
Médiation sénégalaise : Wade ne renonce pas
03-05-2009

Le président de la République Me Abdoulaye Wade a félicité samedi à Dakar tous ceux qui lui ont fait des suggestions en vue de l’aider à contribuer à la stabilité politique en Mauritanie, une mission qu’il a qualifiée de "difficile" mais ne compte pas y renoncer car ne voulant "pas apparaître comme étant d’un parti ou de l’autre".  "Je voudrai ici donc profiter de cette occasion pour féliciter tous les Sénégalais, tous les Mauritaniens qui sont venus me voir, discuter avec moi, pour me faire des suggestions en vue d’une contribution à la stabilité de la Mauritanie", a-t-il indiqué à l’ouverture du premier forum islamique inter africain sénégalo-mauritanien axé sur : "L’itinéraire des grands hommes d’Allah"."Je ne renierai pas, car, je ne voudrais pas apparaître comme étant d’un parti ou de l’autre en Mauritanie", a insisté le chef de l’Etat avant de se réjouir du soutien de certaines personnalités comme le chef religieux mauritanien Cheikh Enanhoui qui, a-t-il souligné, a toujours été à ses côtés "dans cette mission difficile"."Je ne suis d’aucun parti. Je suis du parti du peuple mauritanien. Et toute ma contribution ne doit être qu’un des moyens de parvenir à l’expression libre du peuple mauritanien qui doit choisir ses dirigeants", a fait savoir Me Wade.

© Agence de Presse Sénégalaise - Mai 2009 

Anonyme a dit…

Quand la Libye et la France s'ingère on garde le ilence. Quand les US le font pour des principes démocratiques, on crie au feu.

Vous n'entendrez jamais Africa No. 1 parler de l'ingérence de la France comme l'a aussi dit AOD. Sachez que Africa No. 1 est tombé dans le giron de la Libye (achat). Cette radio ne fera que soutenir la Françafrique.

=========

AFRICA N°1, le parlement mauritanien demande le départ du chargé d’affaire des USA

Pour ingérence inacceptable en violation de la Convention de Vienne ! [Enregistrement Audio]


AFRICA N°1 Nouakchott, récit de Salem Mejbour Salem: Le chargé d’affaire des USA à Nouakchott, ne peut plus exercer ici. Il n’y a plus de confiance. Il doit quitter. HANKINSGATE est-il en sursis ?

En attendant, l’avocat et président du groupe parlementaire de la majorité au sénat, Yahya ould Abdel Ghahaar ne passe pas par 4 chemins pour exprimer la position du parlement mauritanien. Un parlement indigné par ce qu’il qualifie d’immixtion flagrante du diplomate américain, dans les affaires intérieures de la Mauritanie. Peu avant Ghahaar, la fermeté du ton avait été donnée par le doyen Mohamed Aly Chérif, porte-parole de la majorité parlementaire.


Mohamed Aly Chérif s’est dit surpris et a jugé inadmissible l’attitude du diplomate americain : Les Etas–Unis sont une puissance que nous respectons, avec laquelle, nous entendons poursuivre des relations de considération et confiance mutuelle. Or, de tels comportements, ne peuvent que nuire à ces rapports prévient le parlementaire Mohamed Aly Chérif.



Cela dit, la sortie du parlement fait suite à cet entretien exclusif accordé par le leader de l’opposition Ahmed ould Daddah à l’agence d’information en ligne ani. Daddah a révélé que son parti le RFD a récusé une proposition de sortie de crise émanant de l’ambassade des USA en Mauritanie, proposition faite au FNDD et au RFD. Initiative où il est notamment question d’offre financiére et du retour de Sidi au pouvoir.

L’écrasante majorité parlementaire qui a béni le renversement de l’ancien président mauritanien le 6 aout de l’année dernière parle d’ingérence grave dans les affaires intérieures de la Mauritanie et invite le gouvernement mauritanien à en tirer les conséquences et prendre ses responsabilités.

Les americains, faut-il le rappeler avaient non seulement condamné le coup d’état du 6 aout mais exigé en méme temps le rétablissement dans ses fonctions de Sidi Mohamed ould Cheikh Abdallahi. Mais proposer de l’argent pour atteindre un tel objectif, là y a matière à inquiétude pour les tombeurs de ould Abdallahi même si ce dernier était arrivé au pouvoir en 2007 avec l’indispensable soutien de ceux qui l’ont destitué, le général Aziz en tête.


Cliquez ici pour la version audio.


Nouakchott

Salem Mejbour Salem

AFRICA N°1.

Anonyme a dit…

Sarr,

C'est quand le procès contre Taqadoumy pour diffamation? après les elections quand tu recolteras moins de 1%? A-

Sarr a dit:

En ce qui concerne la désinformation, Monsieur SARR a démenti les articles diffamatoires et sans preuve au sujet du financement de sa campagne. Le président a apporté un démenti formel à ces allégations. SARR a précisé que, visiblement, sa candidature dérange à plus d’un titre. A défaut de l’avoir sur le plan des idées, cette « presse » s’adonne, à cœur joie, à des attaques personnelles. « Personne ne peut m’acheter », martèle-t-il.

Anonyme a dit…

Maatala,

Ça c'est de trop. Je suis certain que tu es contre, car la personalité de Aziz se dessine: c'est un détourneur devant l'eternel et n'a aucune notion de gestion économique. Lui, c'est la force, la terreur, le chantage, le vol en plein jour (blokat qu'il a donné à ses soutiens), la braquage de la BCM qu'il a confié à son cousin, tromper ses collègues de l'armée avec des terrains qui ne lui appartiennent pas (ils n'auront pas un sou parceque les caisses seront vides et il y a risque de mutinerie quelques mois apres lélection, si jamais election il y a ), et le reste.

Là il court un risque très grave. Cela en vaut-il la peine? J'aurai craqué si j'étais lui et aurai balancé la serviette.

Bouroutou

===========

Le beau-père du Général bénéficie d'une distribution de terrains destinés aux militaires

03-05-2009

Selon une source militaire, l'État-major de l'armée nationale procède, depuis deux jours, à la distribution de terrains à Tevragh Zeïna (quartier résidentiel de Nouakchott). Au départ, l'opération devait bénéficier aux officiers et aux sous-officiers supposés avoir un faible pouvoir d'achat mais finalement d'autres critères ont été ajoutés.

Les militaires ont reçu la promesse d'avoir, chacun, la somme de 3.200.000 ouguiyas, afin de les aider à construire des villas. Selon notre source, la distribution des terrains est en cours, quant à l'argent, il sera versé après la campagne présidentielle.

L'opération est programmée pour 600 terrains. Pour le moment, seuls 65 militaires en ont bénéficié à raison de 3 terrains pour chacune des 7 régions militaires et 44 pour l'Etat-major.

Des personnes en dehors de l'appareil militaire ont pu également bénéficier de l'opération, c'est ainsi que la campagne du Général Ould Abdel Aziz a reçu 200 terrains et compte les distribuer aux notables ayant un poids politique, 10 sont allés à une cousine du Général et 5 pour son beau-père Melaïnine Ould Nour.

maatala a dit…

Salam

Chers amis

Je ne participe plus aux débats because i am very busy, néanmoins je continue à vous lire.

Au vu de notre mentalité et de nos moeurs politiques, je reste persuadé que notre pays a besoin d'une démocratie "dirigée", car nous ne sommes pas prêt pour la démocratie telle que l'imaginait SIDIOCA.

L'histoire retiendra que SIDIOCA aura été le seul démocrate que connaîtra ce pays.

La force du système, c'est sa capacité de se régénérer dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

Impossible d'avoir une demcratie dirigee pr un militaire. Cela s'appelle la dictature et Aziz va changer la constitution pour se faire balancer par le next Samuel Doe.

Sauf miracle, Aziz ne passra pas et il n y aura même pas d'election le 6 juin. Les militaires nous ont fait perdre du temps et on dilapidé nos ressources pour assouvir la folie d'un soldat qui n'aurait pas du être General. Ni meme colonel.

Je ne crois pas que le systeme pourra se reproduire si elle peine à convaincre par les arguments depuis presque 10 mois.

Mais à travers cette épreuve nous avons appris une leçon: personne ne tentera un coup d'état contre un président élu. Sauf contre un général qui vole le pouvoir. Et ça c'est certain.

A-

Maatala a dit:
"la force du système, c'est sa capacité de se régénérer".

Anonyme a dit…

Lu pour notre cousin d'Amerique. Couli.

===========

01.05.2009 13:32:53

Hankis-RFD-FNDD : Les incohérences infantiles des politiciens militarisés

par Adama Sow dit Yaya

Depuis que l’agence d’information ANI a tronqué (ou même inventé, car avec les nouvelles technologies on fait tout, aujourd’hui) des propos attribués à Ahmed Ould Daddah, les milieux politiciens militarisés se pourlèchent les babines comme s’ils venaient de tomber sur la massue avec laquelle ils allaient assommer le FNDD et les autres forces démocratiques.

Retrouvant soudain un nationalisme sourcilleux pour le moins suspect, les voilà qui nous servent, avec une indignation aussi grossière que fausse, des sentiments souverainistes et des déclarations patriotiques dont est en droit de se demander où elles dormaient en eux tout ce temps qu’ils ont bêlé au bâton et à la botte de paille du général putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz !

Ambassadeur d'Allemagne à Nouakchott aux "Journées de Concertations"

Leur empressement de « s’indigner » au cours d’une conférence de presse des propos prêtés à Ahmed Ould Daddah, propos d’ailleurs immédiatement démentis par le Président du RFD et son parti et que rien ne prouve du reste, nous amènent à leur poser les questions suivantes :

Si vraiment ils sont mus par un souci sincère de la souveraineté de la Mauritanie et un désir de voir notre crise résolue sans l’immixtion des autres, pourquoi n’ont-ils jamais dénoncé l’appel lancé par Michel Vandepoter, l’ambassadeur de France pour la participation aux Etats Généraux de la Démocratie ? Pourquoi acceptent-ils que ce diplomate soutienne ouvertement le coup d’Etat et multiplie les visites chez le général Mohamed Ould Abdel Aziz auprès duquel il a détaché son premier secrétaire, Michel Antoina comme conseiller officieux ? Pourquoi ils se sont tus lorsque l’ambassadeur d’Allemagne, M. Shanze s’est ouvertement étalé en éloges de la mascarade des journées de réflexion putschiste et de leurs résultats ?

Pourquoi n’ont-ils jamais dit que «Ce genre de diplomate ne peut plus continuer à exercer chez nous » ? Pourquoi la « La confiance » avec ces diplomates pro-putsch du 6 août n’est pas « rompue.» ?

Pourquoi ils n’ont pas levé le petit doigt lorsque Kadhafi a amené ici ses avions bourrés de militaires et d’armes, occupant notre capitale pour une semaine, réduisant à néant notre souveraineté ? Pourquoi ils n’ont pas réagi à la présence sur notre territoire, ces jours-ci, d’une base militaire française en construction pour protéger les intérêts de la société Total ? Pourquoi ne s’indignent-ils pas de cette humiliation flagrante faite à notre armée nationale ?

Si vraiment les Mohamed Ali Chérif, Ould Abdel Kahhar, Mustapha Ould Abeideramane et autres Khrini étaient si soucieux de la moralité des nos hommes politiques et réprouvaient tellement « que des Mauritaniens soucieux de leur pays s’adonnent à ce genre de relations avec des puissances étrangères» qu’ils exigent une commission d’enquête sur la question, pourquoi n’ont-ils jamais fait autant de boucan et demandé plus d’éclaircissements lorsque, sur plusieurs semaines, plus d’un média s’est fait l’écho du versement par l’Iran de 10 millions de Dollars au général Aziz comme prix de la rupture des relations avec Israël ? Pourquoi ne demandent-ils pas d’enquête sur les versements que le colonel Kadhafi aurait fait à la junte en dehors de tout cadre légal, dans le même cadre ? Pourquoi n’ont-ils pas réagi lorsque toute la presse a dit que le « Guide » a dit qu’il reporterait sa visite si l’Ambassadeur d’Israël n’était pas chassé ? Personne ne pleure cette ambassade, mais la fermer SOUVERAINEMENT, n’est pas la même chose que la fermer sur les ordres d’un chef d’Etat étranger ! Ou alors il ne s’agit pas, pour nos politiciens militarisés, d’atteinte à notre souveraineté ?

Après s’être époumonés, ces huit derniers mois à défendre le caractère « démocratique » de la forfaiture du général Mohamed Ould Abdel Aziz, les politiciens militarisés, dont la plupart avait pourtant sillonné le monde à la recherche de soutiens étrangers, étalent aujourd’hui une nouvelle incohérence infantile comme ils nous y ont habitués : quand les diplomates étrangers prennent une position favorable au putsch et aux putschistes, ils s’en vantent et s’en prévalent comme ils le font du soutien d’une infime partie de l’appareil politique français, la haïssable Françafrique, et lorsqu’un ambassadeur étranger exprime, au nom des principes qui guident la politique de son pays, son rejet du coup d’Etat et l’exigence par celui-ci du retour à l’ordre constitutionnel, il est taxé de « partisannerie » et d’immixtion dans les affaires intérieures de notre pays ! Lorsque la presse se fait l’écho, avec insistance, de l’aliénation par le général putschiste de notre souveraineté contre de l’argent, nos députés militarisés et autres chefs de partis de même acabit gardent un silence déshonorant ! Et lorsque des accusations mensongères – et formellement démenties par la personne à qui elles ont été attribuées – sont portées contre un diplomate opposé au coup d’Etat, ils retrouvent soudain leur « sens du devoir » et se mettent à jouer aux indignés et autres choqués ! Hypocrisies révoltantes, de la part de ceux qui nous ont habitués à une froideur de calcul politicien indigne !

Taisez-vous, messieurs, vous n’avez rien à dire ! C’est tout ce qu’on peut leur dire sans se faire éclabousser par l’opprobre que ces messieurs jettent sur notre pays en soutenant d’une si vulgaire manière un coup d’Etat militaire contre la volonté du peuple, tout en se prévalant du suffrage de celui-ci !

Adama Sow dit Yaya

Anonyme a dit…

orgui s'en fiche de la démocratie. A-

=======
A 82 ans, le président sénégalais offre un grand ministère à son fils

LEMONDE.FR | 02.05.09 | 18h16


Abdoulaye Wade, s'en est toujours défendu : il n'entend pas faire de son fils Karim son successeur. Seulement, à 82 ans, le président sénégalais vient de relancer les spéculations en confiant à Karim un ministère de premier plan, incluant la coopération et les infrastructures.

A 40 ans, Karim Wade est devenu, vendredi 1er mai, "le premier fils d'un président de la République à faire partie d'un gouvernement au Sénégal", souligne le quotidien progouvernemental Le Soleil, qui n'a cependant pas été jusqu'à mettre l'information à la "une", préférant le faire apparaître comme un ministre parmi 31 autres.


Mais, de son côté, le journal privé L'As ironise : "Le Gabon a son Ali Bongo (fils du président et ministre de la défense), le Sénégal son Karim Wade". Et Sud-Quotidien assure qu'Abdoulaye Wade a taillé à son fils le plus grand ministère "jamais constitué depuis l'indépendance".

Entrant dans l'équipe formée par le nouveau premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye, Karim Wade devient d'emblée "ministre d'Etat, ministre de la coopération internationale, de l'aménagement du territoire, des transports aériens et des infrastructures". Un poste stratégique puisqu'il sera chargé de mettre en œuvre les grands chantiers et de solliciter l'aide de partenaires étrangers.

BATTU AUX MUNICIPALES

Métis de mère française, Karim Wade a fait ses études à Paris. Analyste financier de profession, il est considéeé comme très libéral et plus particulièrement proche des investisseurs du Moyen-Orient. Le chef de l'Etat, élu en 2000, l'avait dès 2001 placé à ses côtés comme conseiller.
Il lui avait ensuite confié la présidence du conseil de surveillance de l'Anoci, agence nationale chargée de préparer l'organisation de la conférence islamique qui a eu lieu l'an dernier à Dakar.

Battu aux élections municipales à Dakar, en mars, Karim Wade est devenu un simple conseiller municipal d'opposition. "Le président voulait conquérir le pouvoir pour son fils à partir de Dakar. Maintenant, il le fait à partir du gouvernement", a jugé samedi le porte-parole de l'Alliance pour la République, parti d'opposition de l'ex-premier ministre Macky Sall.

Le Parti démocratique sénégalais, au pouvoir, appelle lui à "raison garder" et "juger Karim Wade sur ses résultats". Le nouveau ministre devra notamment se pencher d'urgence sur l'avenir d'Air Sénégal International, compagnie en pleine tourmente.

Anonyme a dit…

La France tient à son pré-carré. Mais nous les mauritaniens maintenons la stricte neutralité. N'est-ce pas mon général? A-

===========

La France bloque le dossier des droits de l'homme au Sahara occidental
LE MONDE | 02.05.09 | 15h01


a France s'est opposée, jeudi soir 30 avril, à New York, à ce que le Conseil de sécurité de l'ONU élargisse le mandat du contingent des casques bleus au Sahara occidental (Minurso) à la surveillance des droits de l'homme dans l'ancienne colonie espagnole. Celle-ci est aujourd'hui occupée par le Maroc, tandis que plusieurs dizaines de milliers de réfugiés sahraouis vivent dans des conditions précaires à Tindouf, dans le sud-ouest de l'Algérie.


Adoptée à l'unanimité, la résolution 1871 maintient le statu quo. Le mandat de la Minurso est prolongé d'un an, et le Conseil demande au Maroc et aux indépendantistes du Front Polisario de "négocier sans conditions préalables et de bonne foi". Il appuie la recommandation de Christopher Ross, l'envoyé spécial de M. Ban Ki-moon, pour qui les conditions n'étant pas réunies pour une reprise de négociations officielles (de type Manhasset), il vaut mieux, dans un premier temps, que les deux parties procèdent à "des discussions informelles".

A l'issue de la séance, Ahmed Boukhari, représentant du Polisario à l'ONU, a vivement reproché à la France d'avoir "empêché le Conseil de sécurité de prendre en compte la question des droits de l'homme". "S'il n'y a pas aujourd'hui de solution politique ou de référendum au Sahara, c'est principalement à cause de la France", a-t-il ajouté.

Le Front Polisario voulait que le Conseil de sécurité évoque clairement la question des droits de l'homme au Sahara, et que ceci figure dans la résolution adoptée. Le Costa Rica et l'Ouganda l'ont appuyé. Mais la France, se rangeant comme chaque fois dans le camp du Maroc, s'y est opposée. Les discussions ont été serrées, le représentant français, Jean-Maurice Ripert, bataillant pour chaque mot. Les uns et les autres ont fini par se mettre d'accord sur une formulation ambiguë, selon laquelle il est "important de réaliser des progrès concernant la dimension humaine du conflit".


AMERTUME


Après le vote, l'ambassadeur français a tenu à rappeler le soutien de la France au plan d'autonomie marocain de 2007. Un plan qui exclut toute idée d'indépendance, d'où son rejet catégorique par le Front Polisario. En réponse aux accusations des indépendantistes sahraouis, M. Ripert a indiqué au Monde qu'il avait surtout cherché à favoriser "un texte consensuel qui évite les sujets controversés entre les parties".

L'amertume des indépendantistes sahraouis à l'égard de la France est d'autant plus grande que plusieurs rapports (en particulier celui de l'ONG Human Rights Watch) ont tenté, ces derniers mois, d'attirer l'attention de la communauté internationale sur la question des droits de l'homme au Sahara occidental. Une délégation du Parlement européen s'est alarmée, mi-mars, de la situation qui y prévaut, et a proposé que le mandat des Nations unies "inclue le monitoring de la situation des droits de l'homme dans la région", y compris dans les camps de Tindouf.

Parce qu'il a été porté à la connaissance du public par le quotidien espagnol El Pais, ce rapport a déclenché la colère et l'embarras des autorités marocaines.

Anonyme a dit…

Comme vous pouvez le constater, mon stage avait fait diminuer ma participation au blog. Ajourd'hui, c'est une situation familiale qui va limiter mes ecrits mais je continuerai a' vous lire et j'ecrirai de temps a' autre pour exprimer certaines opinions.
Ceci etant dit,
Mr. Sow a fait un excellent ecrit. J'ajouterai a' sa liste l'Ambassadeur de Palestine. Nous savons tous que la classe "dirigeante" et/ou "politique" Mauritanienne se soucie rarement des interets superieurs de la Mauritanie. Pour elle, c'est toujours une question de ce que les autres pensent d'elle.
Le Charge' d'Affaires de l'Ambassade des USA et la Mission diplomatique Americaine en Mauritanie font un EXCELLENT TRAVAIL. CE SONT EUX QUI DEFENDENT LA CONSTITUTION MAURITANIENNE, LES LOIS EN VIGUEUR EN MAURITANIE, LE RESPECT DU PEUPLE MAURITANIEN ET LES VALEURS DEMOCRATIQUES EN MAURITANIE.

Ceux qui demandent son depart de la Mauritanie doivent comprendre que le general usurpateur, le HCE usurpateur et eux memes n'ont aucune legitimite'. Tous les depute's et les senateurs qui acceptent le coup d'etat, sont en violation avec le serment qu'ils ont prete' pour proteger et defendre les interets superieurs du peuple Mauritanien. Ils doivent comprendre qu'en acceptant la violation flagrante de la constitution et des lois, ils se sont mis dans le camp de ceux qui n'ont aucune legitimite'.
Ils peuvent continuer leurs bassesses en tentant de mettre le Charge' d'Affaires sur la defensive et/ou en faisant d'autres choses qui n'ont aucun poids juridique MAIS ILS DOIVENT COMPRENDRE QUE L'INTIMIDATION NE MARCHERA PAS ET QU'IL Y AURA DES CONSEQUENCES A' CERTAINES DE LEURS ACTIONS.

On a ecrit et explique' a' 1000 reprises que la crise est certes nationale et qu'il faut tenter d'avoir une solution nationale MAIS NOUS NE POUVONS JAMAIS PERDRE DE VUE LES CONSEQUENCES INTERNATIONALES QUE LADITE CRISE CREE! Tant que vous n'avez pas des objectifs bien definis pour votre politique etrangere et des moyens bien determine's pour accomplir lesdits objectifs, vous vous exposez a' une situation qui n'est pas bonne pour la Mauritanie. VOUS ME PERMETTREZ DE VOUS DIRE QUE LE COUP D'ETAT, LES RELATIONS AVEC DES ETATS QUI N'ONT AUCUN RESPECT POUR LES DROITS DE L'HOMME ET LE NON RESPECT DE VOS PROPRES LOIS ET DE VOTRE PROPRE CONSTITUTION, NE PEUVENT PAS ETRE PARMI VOS OBJECTIFS!!!!!!

A-

J'ai pris position pour l'Officier de la Police Ould Taya. aujourd'hui, tu peux constater avec moi qu'il est libre. Ce qui veut tout simplement qu'il etait faussement accuse'. Je ne suis pas en Mauritanie et je n'ai pas visite' le pays depuis 10 ans.( Ma derniere visite remonte au deces de mon pere le 13 avril 1999). Je reconnais que certaines realite' du terrain m'echappent MAIS JE LIS TOUT A' PROPOS DE LA MAURITANIE ET JE CONTINUE A' M'INFORMER A' PROPOS DE LA SITUATION DE NOTRE PAYS PAR LE CANAL DES PERSONNES QU Y VIVENT. C'est donc en fonction des lements cite's plus haut que je fais mes prises de position.
Commissaire Ould Adde est certes de chez moi, n'oublie egalement pas que ANNA RAJILE MINE MESSOUMA (rire, ce point a deja ete' explique' ici et chez xouldy), SI VOUS ALLEZ L'ACCUSER, IL FAUT AVOIR DES PREUVES. LE MR. EST UN HOMME DE LOI. JE VEUX DIRE PAR, QUE DANS L'EXERCICE DE SES FONCTIONS, IL VA SANS DIRE QU'IL A FAIT DES MECONTENTS DANS LES RANGS DES...CRIMINELS!!!! CE SONT CES CRIMINELS QUI SONT ANIME'S D'UN ESPRIT DE VENGEANCE, QUI FONT DES DECLARATIONS ICI ET LA' POUR LE DISCREDITER. TOUT CE QUE JE LEUR DEMANDE, EST DE NOUS AVANCER LES PREUVES DE CE QU'ILS DISENT!!!!! THEY MUST PUT UP OR SHUT UP!!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

x,

Pourquoi tu guide pas non debats et ebats ici pendant que Maatala se repose et revienne apres l'electio du kheneral qui n'aura pas lieu? Par ailleurs un representant d'un pays dans une reunion multilaterale aurait dit que l'election de juin ne pourra certainement pas avoir lieu.

Signe: Bilkiss.

Bilkiss: c'est moi Bouroutou qui signe a ta place en haut pour te faire revenir. Ton petit cheytane et ta naivite concernant le Kheneral nous manque. La vie c'est quoi apres tout? C'est dire ce qu'on veut et faire ce qu'on veut, sans voler les biens d'autrui.I'll est surtout important de declarer son amour au su de tout le monde.

Bilkiss: je t'aime et je t'adore virtuellement, mais pas si tu est un zhomme (KBG enta vem?)

Bouroutou.

Anonyme a dit…

Bouroutou,

KHALI ANAKE NOTRE IDIOTE NATIONALE!!!

XOULDY EST LE VAGABOND NATIONAL!
BILKISS EST L'IDIOTE NATIONALE!
BL EST DESORMAIS L'IDIOTE DE NOUAKCHOTT!!!!

Bebe Ba est capitaine des Droits de l'Hommes.
Professeur Cheikh Saad Bouh Camara est...CHEF DE BATAILLON DES DROITS DE L'HOMME!

Anonyme a dit…

Couli,

Fuck Cheikh Saad Bouh Kamara. He is an asshole and a corrupt shithole. Il ne faut appuyer ce corbeau. Il ressemble a un corbeau, n'est-ce pas? Droits de l'homme, mes fesses.

Excuse-toi aupres de nos jolies soeurs Bilkiss, Bebe Ba et bl.

Comme un bon musulman, je veux les marier les trois in one go. Si le gars ne fais pas l'affaire Bebe Ba, balance-le: tu as un mari potentiel, polygame mais it does not matter.

Bouroutou sans bouroutu.

Anonyme a dit…

Les salafistes s'explosent pour du free sexe dans l'au-delà.

L'article de conclure:

"Enfin, tout ce beau monde dit que se faire exploser est une chose aisée d’autant plus que 72 « hourets el aine les attendraient dans l’au-delà »".

le problème est que les houris est une mauvaise transcription de l'arabe aramaique pour "raisins blancs". Tous ces barbus qui s'eclatent pour des raisins blancs, à cause d'une mauvaise transcription d'un gentleman il y a quelques 1000 ans. Ce qui était écrit c'est un paradis plein de raisins blancs et non plein de vierges! Combien sont morts idiots pour forniquer avec des raisins blancs?

Cet article dit que les salafistes c'est dans les 200-300 qui restent. Mais ils continuent de tuer chez nous et en Algerie !

A-

=======


Mohamed BOUFATAH-L’Expression On Line-30-04-09

Le Gspc passe à la subversion médiatique
dimanche 3 mai 2009

Faute de recrues, les maquis terroristes rétrécissent comme une peau de chagrin

Faute de pouvoir commettre des attentats kamikazes, l’ex-Gspc mène campagne sur le Net.

Ainsi après son éclipse de la Toile, Al Qaîda au Maghreb islamique (Aqmi) dont la machine kamikaze s’est grippée depuis près d’une année maintenant, tente de prouver le contraire. Dans sa dernière apparition à travers une vidéo diffusée sur un site islamiste, Aqmi semble enclencher sa campagne visant des jeunes recrues. Celle-ci, faut-il le rappeler, est entamée parallèlement à sa tentative de restructuration qui bat de l’aile consécutivement à l’état des lieux prévalant aux maquis de l’ex-Gspc. Selon des témoignages découlant de source en connaissance de cause, la situation est explosive à la limite très tendue et dominée par une très grande suspicion où même les anciens terroristes ayant rejoint le maquis durant les premières heures sont privés de visites familiales et d’utilisation de téléphone portable. Pis encore, au moindre soupçon le terroriste est passé par les armes. Cela est illustré par la liquidation physique de 29 terroristes par leurs acolytes durant les derniers six mois. Au cours de cette même période on a enregistré la mise hors d’état de nuire de plus de 250 terroristes. C’est donc une organisation réduite à sa plus simple expression sur le plan de l’effectif. Il lui reste tout au plus 300 terroristes baignant dans un climat miné par la suspicion et le renoncement, relèvent les services de sécurité, et marquée par la panne avérée de sa capacité kamikaze qui tente désespérément d’investir le Net, en ciblant les mineurs. À ce titre, il convient de rappeler que si auparavant l’arrestation d’un seul terroriste conduisait presque automatiquement à « la montée » d’une quinzaine d’autres, aujourd’hui la tendance s’est inversée puisque des sources fiables parlent d’une seule nouvelle recrue pour une dizaine d’arrestations.

Revenant à la vidéo en question d’une durée d’une demi-heure et intitulée Les passionnées d’El houret 02 ou la sainte vierge, montrant des enfants dits du maquis, en bas âge, flanqués d’armes de guerre de type kalachnikov et Fmpk, où l’un deux a pu prononcer quelques bribes en arabe tandis que l’autre n’a même pas l’âge de la parole. A l’évidence, la séquence est destinée à l’incitation des jeunes à s’engager dans les rangs des phalanges de l’ex-Gspc. La scène est suivie toutefois par l’apparition d’un vieux terroriste pour dire sans doute qu’il en existe de tous les âges. Ce dernier, est Abdellah Staïfi, ayant 15 ans de maquis. La vidéo a, en outre, mis en exergue les portraits et les derniers messages des 7 kamikazes qui se sont fait exploser dans les attentats kamikazes contre le poste de surveillance de la gendarmerie de Zemmouri El Bahri, le siège de la représentation des Nations unies, le siège du Conseil constitutionnel, la caserne de Lakhdaria, le siège de la Garde républicaine de Bordj El Kiffan et le siège de la Bmpj de Naciria. Enfin, tout ce beau monde dit que se faire exploser est une chose aisée d’autant plus que 72 « hourets el aine les attendraient dans l’au-delà ».

Mohamed BOUFATAH

Anonyme a dit…

Bouroutou,

Je comprends parfaitement tes sentiments mais je n'irai jamais jusqu'a' insulter le Chef de Bataillon Cheikh Saadbouh Camara. Je vous conseillerais donc de retirer les mots que vous avez utilise's pour le qualifier. Le Mr. a forme' des centaines de cadres Mauritaniens. Ce fait lui donne un certain respect. Je n'aime point les positions politiques des professeurs Sall Ibrahim et Ba Fara mais comme ils m'ont enseigne', je ne serai jamais en mesure de les insulter.

Pas d'insulte contre le Chef de Bataillon Cheikh SaadBouh Camara.

Anonyme a dit…

Un vieux truc de x de 2006. Je crois que personne n'avait bien lu. Surtout les relations entre quelques candidats Sidioca, Chbih et ould Horma.

x reviens! Personne ne peut analyser les choses mieux que toi.

A-

=========

LE CANDIDAT DE LA GOUTTE QUI FAIT DEBORDER MON VASE

Sidi Ould Cheikh Abdallahi, avec le soutien de Ahmed Ould Sidi Baba et de Mohamed Val Ould Bellal, le plus zélé des anciens ministres (des affaires étrangères de Ould Taya et ex "idéologue" du PRDS) vient d’annoncer sa candidature aux élections présidentielles. Il bénéficierait, dit-on, des sympathies d'une partie du CMJD, qui se garde bien de laisser transparaître son choix. Personnellement, je crois que c’est de l’intox, pour convaincre les chefs et chefaillons de tribus.

Avec Sidi Ould Cheikh Abdallahi comme Président, l'impunité s'installe et le tribalisme le plus débridé s'ouvre sur le boulevard du laxisme. D'ores et déjà, tout ce que le pays compte de gens susceptibles de craindre la justice et la citoyenneté, chuchote, se consulte en sombres apartés, prépare sa ficelle, se ligue par petits sauts en arrière. Il y a beaucoup d’experts à ce jeu en Mauritanie.

Sidi Ould Cheikh Abdallahi, ancien ministre de Mokhtar Ould Daddah, fut aussi membre d'un gouvernement sous Ould Taya le funeste. C'eût été pardonnable, s'il avait manifesté, avant le 3 août 2005, une légère critique de la mafia de ould taya.

Personnage respectable et digne à domicile, il n'a jamais été militant du PRDS. Non plus, il n'a jamais levé le petit doigt, pour dénoncer la barbarie et la médiocrité de ces 20 dernières années. Il est resté convenable dans son coin, entre Nouakchott, Koweit et Niamey, fonctionnaire international, très discret, alors que non soumis à la réserve impérative. Il pouvait dire non. Il s'est tû. Et il vient demander nos voix !!!!!!

Sidi Ould Cheikh Abdallahi sera sans doute le seul candidat ancien ministre de Ould Taya qui n'aura jamais rien dit en public contre Ould Taya, si on exclut la possible ambition de Ahmed Ould Sidi Baba, défenseur, jusqu'au dernier moment, de son dictateur et cousin, grâce à la manipulation dite du cadre de dialogue, vous vous rappelez ? Chebih Ould Cheikh Melainine au moins n'a pas tenu sa langue dans sa poche. Son meeting des présidentielles de 1997 à Atar, a tellement énervé Taya le funeste, qu'il se retrouvera, quelques années plus tard, dans la prison d'Aïoun au milieu des récidivistes violents, des fous torturés, jour et nuit, par leurs geôliers sadiques et prêts à s'entretuer pour une cigarette.

Messaoud Ould Boulkheïr, Saleh Ould Hanenna et Ahmed Ould Dadah se sont battus, parfois avec les armes. Ils ont cru en quelque chose, ils ont tenu, ils sont revenus à la charge, au péril de tout. Beaucoup d'autres cadres se sont exilés ou, au moins, n'ont jamais accepté de travailler pour taya le sinistre ni de tenir leurs langues, contre ses abus, ne serait-ce qu'en privé.

Sidi Ould Cheikh Abdallahi a été limogé par taya à cause d'une sombre affaire de corruption, impliquant Dieng Boubou Farba de la BCM et feu Hmeida Ould Bouchreya homme d'affaires, dans le projet de rachat d'un parc de loisirs en Espagne. Sidi Ould Cheikh Abdallahi n'a pas pris de bénéfice dans cette machination. Il est propre et, de toute façon, lui et les deux autres types ne seront même pas poursuivis. Mais propre seulement ne suffit pas pour faire un bon président de la République. Un satiriste français dit, d'ailleurs, que "l’amour propre ne le reste jamais longtemps".

Voici le parcours héroïque de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, notable de haute noblesse maraboutique, de la confrérie Tidjania et plus modéré que lui tu meurs.

La Mauritanie n'a pas besoin de sages ni de féticheurs. Il lui faut une secousse, une grosse gifle, pour la réveiller de son cauchemar qui n’a que trop duré !

Non, mais, ils nous prennent pour des mongoliens ! Y'en a ras le bol des récupérateurs ! Nous ne sommes pas du papier toilette à recycler ! Nous sommes les habitants de la Mauritanie. Notre avenir est ici et maintenant!

petit détail qui m'a interpelé, parmi les candidats à la présidentielles, trois sont mariés à des femmes de oulad bousbaa :
- Chebih Ould Cheikh Melainine, marié a Khady Fall (cousine d'ELy),
- Cheikh Elmoktar Ould Horma, marié a Emehan,
- Sidi Ould Cheikh Abdellahi, marié a Khatou Mint Elboukhary.

peut être qu'il ne s'agit là que de coïncidences, mais je trouvais que c'était suffisament intrigant pour être signalé.
posted by X Ould Y at 00:08 132 comments links to this post

Anonyme a dit…

Insulte retirée. Bouroutou

Khalil Balla Gueye a dit…

Juste pour dire qu'il y en aurait un ou plusieurs qui n'auraient plus d'autres occupations que de me surveiller moi , mon site et ma boite email!
c'est à croire qu'ils se relayeraient 24 sur 24 pour s'acquitter de cette sale besogne de mouchards!à chaque fois que je supprime les "mouchards" de SUBTILISATION de mots de passe ils (ou il)reviennent à la charge en inoculant de nouveau et cela sans relache 24 sur 24 y compris les WE!Vraiment honteux et infames ces LACHES ENVIEUX qui à défaut de produire ne savent que détruire l'oeuvre laborieusement construite des autres!Sûrement l'oeuvre de vlane le fétichiste ou du faux prof méphisto and co!
****************
NB:Cheikh saad bouh camara n'aura formé personne durant sa carrière d'enseignant pour la simple raison qu'il est un cancre lui même!
J'en sais un bout car il m'aura "enseigné" la sociologie à l'ENA et au 1èr cours déjà j'ai été dans l'obligation de lui rappeler ce que serait le positivisme d'Auguste Comte ainsi que ses 3 stades!J'étais sidéré de découvrir qu'il n'en savait rien encore au sujet du positivisme de Comte!
Donc une nullité qui ne connait même pas les rudiments de la matière qu'il serait supposé enseigner (sociologie) même si du reste il est un négro-arabe comme moi!et par dessus le marché plus fabulateur et faisandé que lui , tu meurs !

Anonyme a dit…

Bouroutou,

Je vous remercie infiniment pour avoir retire' vos mots.

Professeur Cheikh Saadbouh doit etre excellent (comme vous pouvez le constater, je lui donne le benefice du doute)MAIS IL DOIT AVOIR UNE MANIERE TRES PARTICULIERE DE VOIR CETTE CRISE. Il va sans dire que vous et moi ne partageons sa position a' propos de cette fausse Commission Electorale.

Anonyme a dit…

KBG,

Je vous trouve mechant a' l'endroit de ce Mr. qui vous a enseigne'. La politique ne doit jamais nous faire perdre le cote' humain.

En ce qui concerne les attaques contre tes websites, je ne vois pas pourquoi cela doit te surprendre. Vous etes quand meme intelligent pour comprendre que tes ennemis politiques ne te faciliteront pas le travail. LE PRINCIPAL OBJECTIF QU'ILS ONT, EST DE TE FAIRE TAIRE!!!!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

Couli,

C'est les sous, le seul motif de Cheikh Saad Bouh Camara. Je n'en vois pas d'autre.

Couli a dit:

MAIS IL (Cheikh Saad Bouh Camara)DOIT AVOIR UNE MANIERE TRES PARTICULIERE DE VOIR CETTE CRISE

KBG,

Si le Président de la CENI ne savait rien sur Auguste Compte, le père de la sociologie, en tant de docteur en sociologie, il ne sait pas pourquoi il s'est embarqué sur cette affaire de la CENI. Je le croyais être le premier des sérieux au bled.

Bouroutou

Bebe BA a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Ou est tout le monde? copiarpegar, Maatala, Rimo, Sanhaji, Bilkiss, Bebe Ba, Yanis, Mestour, bl et les autres?

plus d'arguments pro-putsh ou anti-putsh?

A-

Anonyme a dit…

Lu pour Yanis.

Mr. Sidi Ould Yehdhih, le présumé salafiste mauritanien qui est dit decedé dans un accident de voiture n'est peut-être pas mort, mais déjà remis à AQMI. Si on croit Alger qui accuse Bamako de faire des affaires avec les salafistes dans le nord malien.

Une possibilité.

A-

========

Interview de Melainine Ould Sidi, porte-parole de la famille de Ould Yehdhi, présumé salafiste mort au Mali le 3 mars dernier.
Melainine Ould Sidi



Sidi Ould Yehdhih, présumé salafiste mauritanien serait mort au Mali, mardi 3 mars dernier, suite à un accident de circulation, au moment où il était acheminé, sous escorte, avec un autre présumé salafiste mauritanien, pour être transféré d’une prison vers une autre.
C’est du moins ce qui aurait été confirmé par la version des autorités maliennes, dont elles ont fait part à l’ambassade de Mauritanie à Bamako.


Sidi était arrêté il ya de cela plus d’une année par la sécurité malienne dans une maison à Gao (nord Mali) en compagnie de Teyeb Ould Sidi Ali, un autre élément important de l’AQMI), après une explosion accidentelle survenue dans le lieu de leur arrestation.
A Wad Naga, 50 km à l’est de Nouakchott sur la route de l’espoir, les proches du défunt sont très choqués suite à cette mort tragique d’Ould Yehdhih, dont ils avaient attendu, en vain, l’arrivée de la dépouille à Nouakchott.Le deuxième mauritanien répondant au nom de Teyeb Ould Sidi Ali a été grièvement blessé au cours du même accident.

Nouakchott Info a rencontré M. Melainine Ould Sidi, porte-parole de la famille de Sidi Ould Yehdhih pour faire le tour du problème de la mort de ce dernier, dont le manque de rapatriement de la dépouille mortelle a semé beaucoup de doutes chez les siens et provoqué plusieurs interrogations demeurées sans réponses.
Entretien…

Nouakchott Info : Quels détails connaissez-vous à propos de la mort de Sidi Ould Yehdhih ?

Melainine Ould Sidi : Dans la journée du 3 mars 2009, nous avons été saisis par la direction générale de la sûreté nationale, laquelle nous a notifié que Sidi se trouve dans une morgue à Bamako et que nous puissions entrer en possession de sa dépouille mortelle dans le but de lui donner la sépulture qui lui convient.
Dans cette même journée la DGSN nous a orienté vers le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération. Ici, on nous notifie que contact a été pris avec l’ambassade de Mauritanie à Bamako où on affirme ne rien savoir sur cette affaire.
Après avoir reçu le numéro de la mission diplomatique de Bamako , nous avons téléphoné à cette dernière qui nous fait attendre.
C’est à l’occasion d’un deuxième coup de fil que l’ambassade nous affirme que Sidi est déjà inhumé surplace.
NI : Où se situe votre problème ?
MS : Ce qui nous a le plus étonné, dans cette affaire, ce sont les contradictions relevées au niveau des différentes autorités mauritaniennes. Nous avons, initialement cru qu’il s’agit, réellement, d’un accident de circulation, mais les contradictions ont semé le doute dans nos esprits, sans que nous puissions encore avoir le moindre contact avec les autorités maliennes.
NI :Quel était le passé de Ould Yehdhih ?
MS : Il ya de cela deux ans, Sidi s’était expatrié au Mali pour se livrer au commerce dans ce pays.
Habituellemnt, il gardait le contact avec sa famille, mais depuis les derniers six mois, il n(‘a plus redonné signe de vie. Cela n’avait pas inquiété les siens qui s’étaient, auparavant habitué à de longues périodes de silence, eu égard au fait que le défunt se trouvait, le plus souvent dans des contrées sans liaisons téléphoniques.
NI : Que peut faire pour vous le gouvernement mauritaniens ?
MS : Nous demandons aux autorités mauritaniennes d’élucider les conditions dans lesquelles Sidi Ould Yehdhih est mort.
D’ailleurs nous avons déjà lancé un appel, au cours d’une conférence de presse organisée à cet effet pour le soutien des organisations des droits humains pour que nous puissions rapatrier la dépouille mortelle de Ould Yehdhih, en faire l’autopsie et lui donner un e sépulture décente.
Propos recueillis par Ely Ould Maghlah


Date publication : 09-03-2009 13:46:35 Lecture N°: 1110

Anonyme a dit…

Lu pour le Général Mohamed Ould Abdel Aziz et Prof Ely Moustapha.

Espère qu íls vont les 2 faire un débat ici sur le renforcement de la constitution et le coup d'état, objet de cet excellent article sous les auspices de the Institute for Democracy et Electoral Assistance (IDEA), daté le 28 avril 2009.

A-

========
Africa: constitution-building vs coup-making

By Winluck Wahiu, Paulos Tesfagiorgis, 28 - 04 - 2009


The experience of creating new constitutions in Africa promises a transformation in the continent's landscape of governance that will render coups obsolete, says Winluck Wahiu & Paulos Tesfagiorgis.
The coup d'état was a common device of regime-change in post-independence Africa. The failures of governance of post-independence states even led some observers to see the coup as in some circumstances a necessary evil - when it removed a predatory and autocratic regime, and could be regarded as facilitating a transition to democracy. There are two problems with this argument. The first (one of principle) is that - whatever the motives of a coup - the extra-constitutional transfer of and claim to power is inherently corrupting of governance and inconsistent with constitutional rule. The second (one of practice) is that those who assumed power through coups have amply demonstrated their incompetence, by mismanaging the economies of their countries and destroying the social fabric of African peoples.Winluck Wahiu is a constitutional lawyer and project manager of the constitution-building programme at International IDEA

Paulos Tesfagiorgis is senior advisor on democracy and constitution-making based at International IDEA's regional office in Pretoria

These flaws notwithstanding, the coup has not disappeared from Africa's political landscape. The most recent successful coups d'état in Mauritania (August 2005) and Madagascar (March 2009) have resulted in regimes that are struggling to govern amidst uncertainty, insecurity and isolation. There have been further attempts in recent years to seize power through force or other unconstitutional means in the Central African Republic (CAR), Guinea-Bissau, Cote d'Ivoire, and Sao Tome & Principe.

Yet if these events might suggest that Africa is witnessing a resurgence of coups, another trend is equally visible: regional and continental efforts in the wake of such actions to find effective solutions via mediation. This reaction was apparent in the aftermath of the CAR, Guinea-Bissau, Cote d'Ivoire cases, and in Sao Tome & Principe (in the last, the military renegades who seized power in July 2003 quickly restored it to the elected regime following mediation).

All coups or attempted coups are a cause for concern. But it is notable that the African Union (AU) swiftly condemned the coups in Mauritania, Madagascar and Guinea-Bissau; demanded the immediate "restoration of the legitimate, constitutional and democratic institutions" of the three countries; and suspended their membership of the AU. All this demonstrates that Africa is no longer tolerant of such unconstitutional assumptions of power. The African people have clearly spoken, through their continental body, that they have no desire for and cannot any longer tolerate unconstitutional changes of government.

This contribution to the International IDEA/openDemocracy debate on democracy-support article places this important development in the context of the challenges and achievements of the process of constitutional-building in contemporary Africa. In doing so it poses three questions:

▪ how will Africans get to the point when they can speak of Madagascar as Africa's "last" coup?

▪ in the meantime, what role can constitutions play in protecting African states from regime-change through coup-making?

▪ if Africa is consistently to deny unconstitutional transfers of power the chance to succeed, what new governance norms will emerge around the constitution-building process?

The new constitutions

The answers to these questions can in part be sought in what might be called the "mediated normalisation" of political regime-change (that is, the transfer of power between regimes). At the heart of this process is an energetic attempt to bolster a country's constitution and its practical legitimacy.

African regime-change since the imperatives of cold-war polarisation lost their agency has (with very few exceptions) been conducted through constitutional means. The constitution has become the roadmap to power, and has displaced the coup or revolution as the basis for reform. South Africa's constitutional pact, which in ending race-based minority rule can be seen as Africa's last great act of liberation, is the classical example on the continent. In some other cases (such as Kenya) regime change without constitutional change has remained incomplete and volatile. The example of Zimbabwe makes clear that regime change will have a much better chance of being peacefully implemented and taking root if it were done on the basis of a substantive new constitutional pact.

Hence, the hypothesis of successful and peaceful regime change by constitutional means is being largely vindicated. This is less because it is wholly crisis-proof than because it has performed better at managing crises (both South Africa and Kenya are positive examples).

The real African choice for regime change is via the constitution. It is not that constitutions by themselves cause successful and peaceful regime-change, but rather that by their nature they contribute to making it a real possibility and then a probable reality. In this sense, constitutions are integral to the answer to the question about when the "last coup" in Africa will occur.

Most contemporary African constitutions provide the citizen with the power to choose his or her leaders in free and fair elections through the entrenchment of a bill of rights. Most also put the military )and the security forces generally) under the control of civilian authorities, with a responsibility loyally to obey political decisions and uphold the constitution.

The results of such constitution-making in Africa have included the spread of greater public awareness: of the nature of constitutional principles; of the sense of social ownership of a process that has fostered a plurality of political voices, actors and forces; and of the need to avoid the danger of democratically and constitutionally elected executives seeking to manipulate constitutions by (for example) overstaying or extending term-limits.

Constitution-building is about the systemic strengthening of constitution-based institutions and processes. But the people of a country that seeks to build a new constitution after repeated experience of violent regime-overthrow already have grounds for scepticism. An echo of the pro-coup argument cited above may even be heard: that in light of the lived experience of serious conflict and/or the failed ideals of earlier constitutions, the idea of building a constitution sounds irrelevant or abstract.

Yet these very same experiences largely shape the motivation for constitutional reforms. In this respect, the quality of a constitution and its practical legitimacy for all actors is vital to its endurance and ability to withstand threats. In francophone Africa, five of the nine countries that since 1988 have held national conferences to agree constitutional changes subsequently experienced successful regime-change; in anglophone Africa, almost all national dialogues succeeded in securing constitutional term-limits for the elected executive.

A constitution cannot be expected to act as a panacea for all political problems. Many constitutions were negotiated by parties locked in a sort of entrenched political stalemate, where despite their unequal power neither could hope to exert long-term domination over the other. These constitutions were primarily designed to protect and then reinforce democratic change, by allowing those who already held power without democratic legitimacy to risk ceding it. Yet they were also written in a way that could clearly envisage a wider transformation of the state based on accommodating competing interests in shared visions of reality.

Today, more substantive options for constitution-builders in Africa are available than was the case at the time of independence or during the left-right polarisation of the cold-war era. These options are propelling a new constitutionalism that is concerned with classic themes (governance, rule of law, human rights and stability) but as much with other issues that have more recently emerged onto the agenda (political inclusion, diversity, cultural safety, eradicating corruption, environmental regeneration, justice, livelihood, HIV/Aids and food security).

This highlights the point that the process and outcome of constitution-building are not matters of form alone, but extend to the nature of the constitution in the eyes of its national ownership.

A charter for progress

A potent contemporary aspect of the successful constitutional democracy now being consolidated in countries such as Ghana, Mauritius and South Africa is the desire for a measure of constitutionalism that will also re-energise society. Indeed, many citizens view their new constitution as a possible instrument in the improvement of economic livelihoods. Constitutions have addressed this aspiration in several ways: by recognising economic and social rights, by designing new institutions to enforce such rights, and by enabling powers of initiative at a local level under some form of democratic framework such as an elected chief or local government. The link between culture and economics is important; cultural organisation at a local level, for example, can also determine political behaviour and economic pursuits.

Constitution-building has also been a process of identity-development, for example among citizens and members of particular associational groups moving from contest against to (ultimately) negotiation with the central authority. The way that often marginalised people living in (say) a Bedouin village or a San (Kalahari) settlement participate in constitution-building can be described as a sort of localisation of political energies in order to strengthen the inclusiveness and thus the stability of national politics.

The new constitutions have tried to multiply the spaces for politics and allow for more actors as a means of making political pluralism work - and politics less dangerous. The success here lies in establishing the constitution as the only accepted roadmap to power. The promise is that regimes that come to power constitutionally will enjoy legitimacy, security and even regional support to drive their agenda. In this respect Madagascar's current crisis is in vivid contrast to its relatively peaceful regime-change effected through elections in 2001 and a court decision in 2002: a precedent that needs to be recalled.

Constitution-building has also aimed at transforming the state, to make its different components more active and thus able to deal with modern social, economic and cultural problems. This makes the demands placed on the new constitutions - in addition to the requirements of democratic transition - even heavier and more numerous. The biggest tests are still to come; and the experience of seeing how the constitutions cope will teach further lessons about what kind of constitutions are needed in Africa.

The consensual nature of the new African constitutions lowers the underlying risks of coups in the emerging political environment. Africa needs more constitution-builders and greater constitutional knowledge in order to realise the promise of its new instruments.

An encouraging measure is the adoption in 2007 by the African Union (AU) of the Charter on Democracy, Elections and Governance. The charter, which tightens the African Union's own social contract on governance norms, has a significant punch. In the event that a government's opponents overthrow a regime and then acquire and hold power by unconstitutional means, the charter requires the body to suspend the relevant member-state (which, incidentally, cannot unilaterally withdraw). The charter is based on one of the fundamental principles of the Constitutive Act of the African Union (adopted in July 2000, and the basis for the formation of the present-day African Union): that is, the condemnation and rejection of "unconstitutional changes of government".

The strictures of the Charter on Democracy, Elections and Governance also relate to "any refusal by an incumbent government to relinquish power to the winning party or candidate after free, fair and regular elections"; and to "any amendment or revision of the constitution or legal instruments, which is an infringement on the principles of democratic change of government".

In the recent history of African Union intervention, constitutional has become associated in the political mind with electoral legitimacy - hence the strong and explicit emphasis on democratic elections in the charter. The supporters of the charter are emboldened that when coups happen the AU has rejected an attitude of non-interfering indifference. The body, for example, quickly moved to prevent Mauritanian coup-makers becoming comfortable with their actions; the same is true in Madagascar.

Africa's constitutional future

What then is needed to make 2009 the year of the "last" successful coup in Africa? It is worth noting that the AU charter has arrived at a moment when new and ongoing processes of constitution-building are establishing goals and values that clearly define the danger posed by coups to proper governance norms. To emphasise the point, these are constitutions negotiated between competing groups in contexts of transition and with efforts at sustained national ownership and public support. They are transitional charters that aiming to protect the democratic transition and signpost the transformation of the state in a broader context. They are constitutions whose raison d'être is to lower the risks of politics while creating background conditions for safely assuming, holding and leaving power.

By addressing constitutions and the practice that they foster in power-transfer, the AU has recognised that the soundness of constitutions is rooted in their ability to shape power-dynamics, the form of the state, and the quality of democracy. When power is allowed arbitrarily to determine what the constitution is, this soundness is lost.

The move from sovereignty as an alibi for inaction to constitutional legitimacy as a basis for action is a watershed. But it is one that will fully materialise only when African Union member-states themselves respect their own constitutions - including over the transfer and holding of power. The political admirers of those who were in the past successful revolutionaries and who still cling to power must also hear this message.

The problems with coup-making, referred to in the first paragraph above, are clear: violation of legitimacy, destruction of society, increased corruption, exposure of civilians to horrible suffering. Even non-violent coups invariably spur political instability and can (as in Thailand after its 2006 coup) lead to greater polarisation and violence. The assets of constitution-making are equally evident: the chance of sustainable and inclusive governance based on shared values, including mechanisms for peaceful and smooth transitions of power. The rewards of a constitution with practical legitimacy include a built-in deterrent to coup-making.

The success of the work of strengthening constitutional institutions and processes can be assured only by committed constitution-builders backed by the active support of the people. This is an area where international attention, provided it does not aim to override national ownership of the constitution process, could be really useful.

Bebe BA a dit…

A-, tu avais raison depuis le debut!

Nord Mali : Des combatants “Mujahedeen” libérés en échange des diplomates


Parmi les quatre combatants “mujahedeen” de la branche Al Qaïda du Maghreb échangés contre deux diplomates canadiens et deux européennes, figurait un présumé terroriste algérien ayant combattu en Afghanistan, selon Canwest News, une source canadienne.

Deux des trois autres présumés terroristes étaient des Mauritaniens. Le dernier serait un Jordanien ou Syrien, selon des sources maghrébines proches du dossier, rapporte Canwest News.

Les diplomates, l’ancien Ambassadeur du Canada à l’ONU, Robert Fowler et le représentant au département des Affaires étrangères, Louis Guay sont arrivés au Canada le mardi après plusieurs jours de contrôles médicaux. Detenus par Al Qaïda islamique du Maghreb 5AQIM), ils avaient été libérés au Mali le 22 avril, après quatre mois de captivité.

Le member algérien d’Al Qaïda qui a été libéré, Oussama Alboumerdassi, a autrefois combattu avec les Etats-Unis, soutenu la résistance mujahedeen à la présence soviétique en Afghanistan, jusqu’en 1992, selon un observateur des questions se rapportant à AQIM et ayant des liens étroits avec personnes impliquées dans les efforts pour la libéreration des otages canadiens.

Cette information est soutenue par un rapport publié mardi dans « Ennahar », un journal quotidien édité dans la capitale algérienne, un organe qui se considère comme étant indépendant du gouvernement.

Des sources régionales de sécurité ont fourni les nationalités des trois autres, selon le spécialiste des questions d’al Qaïda, pendant que le journal algérien « Ennahar » souligne que tous les quatre étaient emprisonnés au Mali depuis février 2008.

Au cœur des négociations pour la libération des otages, il y avait Saif al-Islam Muammar al-Gaddafi, le fils du Guide libyen, Muammar Gaddafi, et une relation de Président du Burkina Faso, Blaise Compaore. Il s’agit d’un homme d’affaires mauritanien, Abdallah Chaffei, rapporte le journal.
Raison pour laquelle le Prime Ministre Stephen Harper a spécialement remercié le Mali et le Burkina Faso au cours de la conference de presse mercredi dernier quand il annonçait la liberation des Canadiens.

B. Daou



Le Républicain, 30/04/2009


© Copyright Maliweb

Anonyme a dit…

dixit Ould Hamza au temps d'Ely et le CMJD. Bouroutou


« Je suis confiant en la parole du Président. Je continue de croire qu’il va aller jusqu’au bout du processus électoral en respectant scrupuleusement l’ensemble de ses promesses et des engagements du CMJD. Je ne puis accepter que quelqu’un puisse parvenir à l’amener à dévier de sa trajectoire.»



Ahmed Ould Hamza
Industriel, homme politique

Anonyme a dit…

Un citoyen au nom de tous

Quand on voit les révélations de maître A.O.D sur l’ingérence des ricains et des franchouillards et que tout le monde s’en fout. C’est bien triste mais c’est très bien que les masques tombent et que chacun sache son impuissance et son jemenfoutisme

Si on arrive jusqu’au 6, quelque chose va changer, c’est certain

Quoi ? j’en sais rien mais au moins la scène de l’opposition va se redessiner ou disparaître pour une opposition participative sans dents mais avec au moins le souci de bien faire, ce qui ne sera jamais de trop au camp des RV rassemblés de nouveau

Inutile d’imaginer ce que aziz ferait ou pas sinon on risquerait de contribuerer à affaiblir son camp avant même la victoire

On espère seulement que les ténors de l’opposition comprendront que c’est ridicule de continuer, il faut prendre la retraite. Arrêter aussi d’obliger Sidi à parler en président de la république après le 6, laissez le tranquille.

Taya est parti, c’est l’essentiel et son système aura un nouveau maître et un homme de paille, inch’allah

Qu’en fera-t-il ? on verra

Pour l’instant l’essentiel du côté des civils qui abhorrent le camp du système, c’est de faire le point. De voir ce qui cloche dans cette manière de faire de l’opposition. De réaliser les raisons qui ne firent pas adhérer la majorité silencieuse à cette cause ainsi défendue.

De voir jusqu’où on peut aller pour combattre la tyrannie et quel est le système qu’on peut mettre à sa place une fois la victoire acquise d’une manière ou d’une autre

Pas une maison qui n’ait un fusil ou deux bien à l’abri. Aucune armée ne peut tenir un peuple décidé à combattre des tyrans. Aucune armée ! d’autant plus que la cause est juste, l’armée se condamnerait à se diviser pour combattre le camp des justes, le camp de ce qui ne peut plus être supporté.

Il faut vraiment réfléchir et se préparer à toute éventualité au cas où aziz sombrerait dans les bras de ce système qui a même failli emporter un président démocratiquement élu.

C’est maintenant qu’il faut réfléchir pour savoir si nous sommes prêts à subir encore pour vingt un système à la taya renaissant de ses cendres.

Comment réussir à monter une force civile lucide , déterminée pour que Aziz et son équipe sache que la majorité silencieuse est là pour applaudir ses réalisations à venir inch’allah mais qu’elle n’hésitera pas à prendre les armes si ce qu’on nous réserve c’est que nous avons toujours connu

Oui ! prendre les armes et se sacrifier si vraiment nous allons vers l’éternel recommencement.

Je sais que le chaos nous effraie tous , dieu merci mais aucun pays ne peut être construit et d’ailleurs rien du tout si le sommet ne craint pas la base. Rien.

Le pouvoir de l’état sur nos vies, sur l’éducation et la santé de nos enfants est trop conséquent pour refuser d’envisager le recours à la force en cas de force majeure
Le principe est simple pour réussir :

D’abord des partis politiques ayant de la suite dans les idées et propres . Des partis ou un grand parti composé de vrais exemples d’honnêteté compétente sans aucune connivence avec les forces du mal

Ce n’est pas à ce grand parti d’agir. Au contraire , il doit rester loin de la guerre déclarée par la majorité silencieuse à bout contre le système. De sorte que si le chaos arrive, nous ayons un parti prêt à prendre le pouvoir si nous recevons de l’aide des puissances étrangères ou même des éléments de l’armée qui jugeraient que le combat de la majorité silencieuse est noble

Cad que c’est un combat pour briser un cercle vicieux où la certitude de la peur d’agir rend la domination aveugle, vulgaire et criminelle de la part d’un système mafieu qui a tué ce pays, ruiné plusieurs générations, semé la peur dans le cœur de chacun et la peur d’être trahi partout dans votre entourage, vous obligeant à ne pas même pouvoir envisager l’éventualité d’une rébellion civile sans que la seconde d’après les services de renseignements ne sonnent à votre porte pour vous faire la peau pour l’exemple.

Sauf que si quelqu’un de propre n’ayant jamais fait de mal à personne en arrive à dire haut et fort qu’on en a marre et que si demain tout reprend autant crever tout de suite plutôt que vivre comme un chien face à des impuniteux inconséquents, criminels , arrogants qui ont une main totale visible et invisible sur nos pauvres vies.

Sauf donc que si cette personne est prise et que d’autres derrières suivent et leur familles avec prêts à en découdre persuadés que personne ne peut retenir l’effet boule de neige, rien ni personne ne pourra arrêter la majorité silencieuse si cette dernière décide de risquer sa vie et même la perdre pourvu de ne pas reculer aller jusqu’au bout

Et ce bout qu’est-il ? Petit à petit, la mise hors d’état de nuire du tissu politique , économique et social de tous ces fumiers qui ont contribué à détruire et voler ce pays. Ils sont connus. On ne veut pas leur peau, on ne leur demande pas même de verser des cautions pour payer leurs forfaits, tout ce que nous demandons c’est que c’est petits fumiers se retirent et arrêtent de comploter ici et là pour préserver leur main mise et leurs funestes réseaux.

Vous avez profité du malheur des mauritaniens pendants des décennies, humiliés les justes et honnêtes citoyens en proliférant comme de la vermine et en distillant par votre cancérigène exemple un état d’esprit et une manière de piller, de profiter , de détruire, de vous servir sur le dos , la vie et les enfants des mauritaniens

Maintenant il faut que cela cesse. On vous demande la paix ! foutez-nous la paix. Ne croyez pas que nous allons supporter cela indéfiniment et ne croyez pas faisant tomber une tête vous donneriez là un exemple qui ramènerait le calme et l’esclavage pour vos seuls profits criminels qui permettent à une poignée de voleurs, fils de voleurs et pères de voleurs de rester à l’abri de la justice pour continuer à commettre cette terrible injustice que vit ce paisible peuple sans minorité active agissante et avec une classe politique soit corrompue soit usée , perdue sans aucune vision

Les temps ont changé. Nous espérons et nous croyons que Aziz et son équipe en sont conscients et qu’ils vont essayer de prendre ce pays en mains avec l’aide de quelques barons visionnaires s’il en est, afin que petit à petit nous sortions du règne des ténèbres

Dans le cas contraire, s’il s’avère que Aziz et ses amis sont incapables de tenir ce système plus puissant qu’eux alors ce sera un devoir pour tout mauritanien d’envisager efficacement et radicalement les moyens de combattre les armes par les armes et les criminels par le crime

Sans la capacité de se lever, sans la faculté de risquer sa vie et la perdre si votre vie devient un esclavage sans issue que l’impuissance cultivée alors un pays n’est plus un pays, un père n’est plus un père et chacun n’est plus qu’un esclave qui travaille pour des misères , paye des impôts qui profitent à des voleurs , crève en silence pendant que lui et tout le peuple ne sert qu’à mendier des dettes aux puissances étrangères pour mieux nous asservir.

La majorité silencieuse n’est pas sotte, elle est lucide et responsable, et bien que brisée et désespérée de voir le vrai changement arriver, pas grand-chose mais juste de quoi espérer que ça viendra, cette majorité silencieuse n’ira jamais semer le chaos pour le chaos, ni jamais souhaiter à ce pays les larmes et le sang car trop de chiens aimeraient profiter de ce chaos pour assoir leur leadership en divisant éternellement les mauritaniens entre eux pour le seul règne du système qui sait bien comment incorporer ces ténors qui tirent à blanc pour en vivre au noir

Cette majorité silencieuse est responsable mais cette majorité silencieuse a trop souffert et j’espère qu’elle profitera de cette occasion historique pour faire le point sur ses droits et ses devoirs. Le droit de se taire et supporter, ça elle connaît, mais j’espère que Dieu lui donnera un jour la force tranquille de réaliser son devoir d’affronter par tous les moyens le système de tous nos malheurs

Un grand parti de l’opposition doit rester loin de cette affaire, il appartiendra à ces civils seuls qui n’ont rien à perdre, il y en a des centaines de milliers, à leurs risques et périls de prendre leurs responsabilités , il appartient aux leurs et à ceux qui pensent que rien ne peut arrêter la justice qui se lève quand celle qui la couche est incestueuse d’être dignes de ceux qui tombent pour que leurs corps et leurs souffrances servent à faire peur au système car vous avez peur du système mais ce que nous négligez c’est que tous ensembles sa mort c’est vous

Vivement le 6, vivement aziz

Sinon vivement la majorité silencieuse

Inch’allah dans tous les cas

Un rêveur sans illusions au nom de tous les muets sans rêves

Anonyme a dit…

correction:

" Taya est parti, c’est l’essentiel et son système aura un nouveau maître et NON un homme de paille, inch’allah"

Anonyme a dit…

Un citoyen au nom de tous

Quand on voit les révélations de maître A.O.D sur l’ingérence des ricains et des franchouillards et que tout le monde s’en fout. C’est bien triste mais c’est très bien que les masques tombent et que chacun sache son impuissance et son jemenfoutisme

Si on arrive jusqu’au 6, quelque chose va changer, c’est certain

Quoi ? j’en sais rien mais au moins la scène de l’opposition va se redessiner ou disparaître pour une opposition participative sans dents mais avec au moins le souci de bien faire, ce qui ne sera jamais de trop au camp des RV rassemblés de nouveau

Inutile d’imaginer ce que aziz ferait ou pas sinon on risquerait de contribuer à affaiblir son camp avant même la victoire

On espère seulement que les ténors de l’opposition comprendront que c’est ridicule de continuer, il faut prendre la retraite. Arrêter aussi d’obliger Sidi à parler en président de la république après le 6, laissez le tranquille.

Taya est parti, c’est l’essentiel et son système aura un nouveau maître et non un homme de paille, inch’allah

Qu’en fera-t-il ? on verra

Pour l’instant l’essentiel du côté des civils qui abhorrent le camp du système, c’est de faire le point. De voir ce qui cloche dans cette manière de faire de l’opposition. De réaliser les raisons qui ne firent pas adhérer la majorité silencieuse à cette cause ainsi défendue.

De voir jusqu’où on peut aller pour combattre la tyrannie et quel est le système qu’on peut mettre à sa place une fois la victoire acquise d’une manière ou d’une autre

Pas une maison qui n’ait un fusil ou deux bien à l’abri. Aucune armée ne peut tenir un peuple décidé à combattre des tyrans. Aucune armée ! d’autant plus que la cause est juste, l’armée se condamnerait à se diviser pour combattre le camp des justes, le camp de ce qui ne peut plus être supporté.

Il faut vraiment réfléchir et se préparer à toute éventualité au cas où aziz sombrerait dans les bras de ce système qui a même failli emporter un président démocratiquement élu.

C’est maintenant qu’il faut réfléchir pour savoir si nous sommes prêts à subir encore pour vingt ans un système à la taya renaissant de ses cendres.

Comment réussir à monter une force civile lucide , déterminée pour que Aziz et son équipe sache que la majorité silencieuse est là pour applaudir ses réalisations à venir inch’allah mais qu’elle n’hésitera pas à prendre les armes si ce qu’on nous réserve c’est que nous avons toujours connu

Oui ! prendre les armes et se sacrifier si vraiment nous allons vers l’éternel recommencement.

Je sais que le chaos nous effraie tous , dieu merci mais aucun pays ne peut être construit et d’ailleurs rien du tout si le sommet ne craint pas la base. Rien.

Le pouvoir de l’état sur nos vies, sur l’éducation et la santé de nos enfants est trop conséquent pour refuser d’envisager le recours à la force en cas de force majeure
Le principe est simple pour réussir :

D’abord des partis politiques ayant de la suite dans les idées et propres . Des partis ou un grand parti composé de vrais exemples d’honnêteté compétente sans aucune connivence avec les forces du mal

Ce n’est pas à ce grand parti d’agir. Au contraire , il doit rester loin de la guerre déclarée par la majorité silencieuse à bout contre le système. De sorte que si le chaos arrive, nous ayons un parti prêt à prendre le pouvoir si nous recevons de l’aide des puissances étrangères ou même des éléments de l’armée qui jugeraient que le combat de la majorité silencieuse est noble

Cad que c’est un combat pour briser un cercle vicieux où la certitude de la peur d’agir rend la domination aveugle, vulgaire et criminelle de la part d’un système mafieu qui a tué ce pays, ruiné plusieurs générations, semé la peur dans le cœur de chacun et la peur d’être trahi partout dans votre entourage, vous obligeant à ne pas même pouvoir envisager l’éventualité d’une rébellion civile sans que la seconde d’après les services de renseignements ne sonnent à votre porte pour vous faire la peau pour l’exemple.

Sauf que si quelqu’un de propre n’ayant jamais fait de mal à personne en arrive à dire haut et fort qu’on en a marre et que si demain tout reprend autant crever tout de suite plutôt que de vivre comme un chien face à des impuniteux inconséquents, criminels , arrogants qui ont une main mise totale visible et invisible sur nos pauvres vies.

Sauf donc que si cette personne est prise et que d’autres derrières suivent et leurs familles avec prêts à en découdre persuadés que personne ne peut retenir l’effet boule de neige, rien ni personne ne pourra arrêter la majorité silencieuse si cette dernière décide de risquer sa vie et même la perdre pourvu de ne pas reculer aller jusqu’au bout

Et ce bout qu’est-il ? Petit à petit, la mise hors d’état de nuire du tissu politique , économique et social de tous ces fumiers qui ont contribué à détruire et voler ce pays. Ils sont connus. On ne veut pas leur peau, on ne leur demande pas même de verser des cautions pour payer leurs forfaits, tout ce que nous demandons c’est que c’est petits fumiers se retirent et arrêtent de comploter ici et là pour préserver leur main mise et leurs funestes réseaux.

Vous avez profité du malheur des mauritaniens pendant des décennies, humiliés les justes et honnêtes citoyens en proliférant comme de la vermine et en distillant par votre cancérigène exemple un état d’esprit et une manière de piller, de profiter , de détruire, de vous servir sur le dos , la vie et les enfants des mauritaniens

Maintenant il faut que cela cesse. On vous demande la paix ! foutez-nous la paix. Ne croyez pas que nous allons supporter cela indéfiniment et ne croyez pas que faisant tomber une tête vous donneriez là un exemple qui ramènerait le calme et l’esclavage pour vos seuls profits criminels qui permettent à une poignée de voleurs, fils de voleurs et pères de voleurs de rester à l’abri de la justice pour continuer à commettre cette terrible injustice que vit ce paisible peuple sans minorité active agissante et avec une classe politique soit corrompue soit usée , perdue sans aucune vision

Les temps ont changé. Nous espérons et nous croyons que Aziz et son équipe en sont conscients et qu’ils vont essayer de prendre ce pays en mains avec l’aide de quelques barons visionnaires s’il en est, afin que petit à petit nous sortions du règne des ténèbres

Dans le cas contraire, s’il s’avère que Aziz et ses amis sont incapables de tenir ce système plus puissant qu’eux alors ce sera un devoir pour tout mauritanien d’envisager efficacement et radicalement les moyens de combattre les armes par les armes et les criminels par le crime

Sans la capacité de se lever, sans la faculté de risquer sa vie et la perdre si votre vie devient un esclavage sans issue que l’impuissance cultivée alors un pays n’est plus un pays, un père n’est plus un père et chacun n’est plus qu’un esclave qui travaille pour des misères , paye des impôts qui profitent à des voleurs , crève en silence pendant que lui et tout le peuple ne sert qu’à mendier des dettes aux puissances étrangères pour mieux nous asservir.

La majorité silencieuse n’est pas sotte, elle est lucide et responsable, et bien que brisée et désespérée de voir le vrai changement arriver, pas grand-chose mais juste de quoi espérer que ça viendra, cette majorité silencieuse n’ira jamais semer le chaos pour le chaos, ni jamais souhaiter à ce pays les larmes et le sang car trop de chiens aimeraient profiter de ce chaos pour assoir leur leadership en divisant éternellement les mauritaniens entre eux pour le seul règne du système qui sait bien comment incorporer ces ténors qui tirent à blanc pour en vivre au noir

Cette majorité silencieuse est responsable mais cette majorité silencieuse a trop souffert et j’espère qu’elle profitera de cette occasion historique pour faire le point sur ses droits et ses devoirs. Le droit de se taire et supporter, ça elle connaît, mais j’espère que Dieu lui donnera un jour la force tranquille de réaliser son devoir d’affronter par tous les moyens le système de tous nos malheurs

Un grand parti de l’opposition doit rester loin de cette affaire, il appartiendra à ces civils seuls qui n’ont rien à perdre, il y en a des centaines de milliers, à leurs risques et périls de prendre leurs responsabilités , il appartient aux leurs et à ceux qui pensent que rien ne peut arrêter la justice qui se lève quand celle qui la couche est incestueuse d’être dignes de ceux qui tombent pour que leurs corps et leurs souffrances servent à faire peur au système car vous avez peur du système mais ce que nous négligez c’est que tous ensembles sa mort c’est vous

Vivement le 6, vivement aziz

Sinon vivement la majorité silencieuse

Inch’allah dans tous les cas

Un rêveur sans illusions au nom de tous les muets sans rêves

vlane

Anonyme a dit…

vive la liberté d'expression
merci canalh de nous permettre d'être libre même en rêve

et s'il m'arrive quoi que ce soit, passez lire mes vers chez-vlane afin que l'eau continue de passer sous les ponts

le reste blavaÏde car tout part un jour , seuls restent les écrits et les actes

salut

KBG a dit…

A noter que la 1ère classe qu'il aurait "enseigné" depuis son retour en Mie fut la mienne à l'ENA, mais depuis il a dû apprendre sur le tas ce que serait le positivisme voire la sociologie même!
C'est forgeant qu'on devient forgeron (sic)!

KBG a dit…

J'ai oublié de vous donner ce scoop que peu de gens connaissent:Cheikh Saad Bouh Camara est un ancien officier militaire (lieutnant ou s/ltn) avant qu'il ne quitte l'armée et s'éxile en europe pour des raisons obscures!Après plus d'une dizaine d'année, il reviendra pour tenter d'enseigner la sociologie à KBG à l'ENA, manque de bol pour lui!
Donc vous comprendrez aisément pourquoi aziz l'a adoubé et vice versa et vous comprendrez mieux aussi ces "graves lacunes" en sociologie!

Anonyme a dit…

Quel talent ! Condenser la même connerie sous différents angles et dans différentes phrases. Dommage une connerie reste toujours une connerie qu’elle sorte de la bouche de nymportequi ou de ahmed ould soueidi. azize n’est porteur d’aucun projet en dehors de fournir le pays comme dessert à ould bouamatou.

KBG a dit…

Il a quitté l'armée du temps de Daddah, avant 1978 en tout cas!Pour quelles raisons, that's the question?!

vlane a dit…

merci de ne pas écorcher mon nom

ahmed ould soueid ahmed

KBG a dit…

Connaissant le passé "martial" de C.S Camara il y aurait fort à parier que le président de la CENI qui aurait pu être lui même un général au jour d'aujourd'hui ferait de la SUBLIMATION en voulant s'acquitter de son job !

Je rappellerai pour bebe ba et autres assimilés (sic)que la sublimation en psychanalyse serait grosso modo le phénomène de la transposition des désirs non satisfaits sur une autre personne !Soit ses enfants par exp!et il y aurait par conséquent fort à parier que notre prof-militaire-président de la CENI reportât les siens refoulés et enfouis dans son subconscient tourmenté d'ancien officier sur son général de candidat!Ce que n'aura pas réussi à faire l'officier qu'il fut il le réaliserait à travers son "rejeton" AZIZ!

la sublimation expliquerait pour bonne partie le comportement des "parents-tyrans" très exigeants avec leur progéniture voulant réaliser à travers elle tous leurs désirs et pulsions inassouvies!
Et tout logiquement camara fera de la sublimation envers son fils ou frère d'arme pour assouvir toutes les brimades qu'il aura encaissées dans sa vie y compris celles infligées par KBG à l'ENA avec son foutu positivisme de Comte par exp!

donc , comme ce serait presqu'établi psychanalytequement, le président de la CENI Camara ne peut en aucun cas être neutre voire objectif tout simplement!juge et partie!
***********
Enfin, notre bebe ba ne croyait pas si bien dire en parlant de moi et du prof-militaire :

"KBG,

Tu dois probablement avoir raison!
A te voir toi, on douterait de ses compétences!

3 mai 2009 21:24
******************
Pour sûr qu'elle n'aura rien compris à mes explications freudiennes, la pauvre!Pas plus que ses ignares de potes du reste!!

Anonyme a dit…

Bravo KBG. Tu as lu Freud et Karl Jung. Une explication qui pourrait satisfaire Couli qui demandait pourquoi CSK est allé dans cette aventure. A-

Anonyme a dit…

KBG,

Toujours ce coté mechant. Qui te dit que Bebe Ba n'a pas compris cette reference à Freud? Tu as oublié Jung. A-

KBG a dit…

Se refait-on jamais blanc même avec la technique des ultra-sons?!
*************
PSYCHANALYTIQUEMENT et non psychanalytEquement, soit donc :

"donc , comme ce serait presqu'établi psychanalytIquement, le président de la CENI Camara ne peut en aucun cas être neutre voire objectif tout simplement!juge et partie!...."

Anonyme a dit…

Franchement, la situation du pays ne cesse de s'empirer et non amis pro putsch ne font que multiplier leurs gesticulations insensees.

Ce coup est un fiasco, une perte seche pour le pays. Ma plus grande crainte ce sont les derniers soubresauts de la junte et de ses supports. Ces soubresauts risquent d'etre tes douloureux.

On voit deja que certains bandits de ces soutiens nous recommandent de chasser le charge d'affaire de l'ambassade des Etats Unis. Quelle foutaise.

Si les US ne peuvent pa s'ingerer dans les affaires des autres, qui devrait alors le faire. La Lybie?, la France? Le Senegal.

Vous etes malades avec votre psychopathe de General et ses aides.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Merci Bebe Ba pour le reconfort. Je n'ai commencé a chercher qu'a partir de fin 2007 quand on a eu El Ghallawiya et le meurtre des pauvres touristes qui n'ont fait du mal à personne. Dès que tu comprend comment "ils" operent, tu souris quand tu vois un mensonge publié dans la presse sous contrat avec les services securitaires. Ce "ils" ce sont les états. Et ils manipulent tous. "Ils" ont leurs agents tapis dans la presse et les blogs pour nous faire avaler leurs histoires qui ne tiennent pas debout. Aussi, sache qu'il y a plusieurs groupes de djihadistes separes qui sont appuyes par des etats de maniere separe. Ils frappent sur l'ordre de l'etat a, b ou c. J'ai l'intime conviction que Tourine a ete fait pour avertir Aziz de ne pas bouger dans un sens. Restons vigilants!

Tu as lu l'interview de ATT? Si tu ne l'as pas lu, il faut le faire. Son interview est publié et deux jours plus tard le GSPC l'attaque.C'est un signal qui lui a ete donne aussi et c'est probablemnt en relation avec ce qu'il a dit dans son interview ...



KBG,

je ne comprend pas pourquoi chaque President de notre CENI soit un ancien militaire. Le premier a laisse le CMJD tripatouiller les elections et le second, ton professeur, va permettre au Kheneral de tripatouiller la sienne.

A-

Anonyme a dit…

Eh oui Sanhaji. C'est le double standard. Libye, France et Senegal oui. Les US, c'est non. Les US ne vont jamais abandonner et il est impensable de couper les relations diplomatiques avec les US, meme avec les sous des iraniens au dessus de ceux de la Libye et de la France. Aziz and Co doivent continuer a argumenter pour convaincre. Sinon, plier les bagages. Bouroutou

KBG a dit…

A-
Les putschs et les CENI se suivraient et se ressembleraient assurément selon une tradition mauritanienne bien établie!
c'en serait presqu'à croire que l'histoire ne serait décidément qu'un éternel recommencement y compris chez nous, dans le désert!

En fait cher ami, il n'est à craindre qu'elle ne se soit pétrifiée voire carrément putréfiée dans notre bled!

quant à JUNG c'est pratiquement l'école freudienne en dépit des divergences entre les deux psychanalyses!demande donc à tout hasard à notre chère bebe ba et autres "assimilés" ce qu'il en serait au juste entre les écoles des deux psychanalystes! peut être pourraient-ils nous édifier davantage?!
Sait-on jamais avec les pétasses!?

Anonyme a dit…

Tu est toujours en guerre KBG. Le mot que tu as dit ne se dit pas.

Concernant la diference entre Freud et Jung, no one cares really. La psychanalse n'est pas un culture, donc personne n'en a besoin. A-

Anonyme a dit…

A-

J'aimerais toujours qu'on reserve un certain respect pour ceux qui nous ont enseigne's.

Peut-etre que le sociologue en CSC lui permet de voir ce que nous autres n'arrivons pas a' voir.(ALLAH YA ALEM!) I ALREADY MADE UP MY MIND, RIEN AU MONDE NE PEUT ME CONVAINCRE QU'UN COUP D'ETAT EN MAURITANIE EST BON POUR NOTRE PEUPLE!!!

Capitaine Bebe Ba, quel est ton probleme avec KBG? Ton commentaire n'etait pas amical!

KBG a dit…

A-
"Pétasse" est le féminin de mec dans le plus fidèle style de canalh!
c'est à n'y rien comprendre avec vous autres:que je me mette à parler comme KBG et voilà que tout le monde me tombe dessus en criant harro sur le baudet pédant de KBG!
Et quand je décide me niveller en "descendant" à votre niveau et ce en employant votre propre jargon familier revoilà que vous trouvez tout de même le moyen de vous en offusquer!
c'est à n'y rien comprendre encore une fois,!dans le glossaire stricto sensus de KBG j'aurais parlé de "dame" ou de "gente féminine" par exp!Avec "pétasse" j'aurais donné pour une fois dans la terminologie maison!il faudrait savoir ce que l'on veut bon sang!

comme "guervav" je dirais bien "elli essmen you3ayen vih, we elli enguedh you3ab bihe"!Que faire donc avec les mecs et pétasses de canalh?
Bon, on ne m'y reprendra plus, je vais réadopter ma propre incompréhensible et savante sémantique!tant pis pour bebe ba et autres "assimilés" s'ils n'y verront que du feu!Parbleu, pour commencer!

Bebe BA a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Bebe BA a dit…

KBG,

J'espére que ce n'est pas moi que tu traites de pétasse?
Mais bon, ça ne m'étonnerait pas vu tu m'as traité d'ignare!


Couli, cela me fait bizarre de te voir parler de commentaire amical.
Quant à KBG, on a aucun problème sauf si tu nous en crée un (à ton habitude)

KBG a dit…

Se refait-on jamais blanc même à coup d'ondes "oxygénées" sic?!
**********
Soit donc:
comme "guervav" je dirais bien "elli essmen you3ayen vih, we elli enguedh you3aYEb bihe"!

*****************
COULY
Couly, khalli 3anek Rek bebe ba car ce serait comme une "ravgue" de pétasses s'en prenant à un ghazzi de mecs armés jusqu'aux dents sous les ordres de KBG!

J'ai bien l'impression que son bilan psychanalytique établirait aisément qu'elle devrait entretenir des penchants, des tendances suicidaires!Sinon son malheureux commentaire ne pourrait être autrement expliqué!
Banzai harakiri, ould mauritanie ente vem?!

Anonyme a dit…

Je ne suis pas d'accord avec ce que dit For-Mauritana au sujet de Tourine. Nos militaires ont été victimes et Al Qaida (si elle existe a bien declare l'avoir fait contre un gouvernement impie). On se connait et nos putshistes ne sont pas capables de faire des choses pareilles. Mon hypothrse est celle que j'ai dite: cela a ete fait pour donner un avertissement a la junte. A-

=========


03.05.2009 21:15:16

Les mystères de Tourine

Demandons la démission des responsables et l'ouverture d'une enquête sur l'affaire de Tourine (archive For-Mauritania)

Des sources journalistiques annoncent qu'un grand reporter d'Eljezeera s'apprête à embarquer (embedded) avec l'Armée mauritanienne en vue de réaliser des sujets sur la situation sécuritaire dans le Nord du Pays. L'Armée l'amènera sûrement à Tourine. Vous vous rappelez du massacre de Tourine? Quelques semaines après le putsch on annonçait à grands renforts de publicité une attaque terroriste à Tourine. 11 soldats et un guide civil y furent sauvagement égorgés après avoir été mutilés.



Cette attaque n'a jamais été revendiquée, a eu lieu loin de toute agglomération et n'a eu comme publicité que celle faite par les média officiels. Aucune autre attaque n'a eu lieu depuis ce 15 septembre 2009, c'est-à-dire depuis sept mois et demi.



Des sources militaires dignes de foi, rapportent qu'il s'agirait d'une opération montée de toutes pièces au plus haut sommet de l'Etat. L'objectif était de faire un simulacre d'attaque terroriste, de blesser quelques soldats, de médiatiser l'affaire et de présenter la Mauritanie comme pays victime du terrorisme et la Junte comme unique rempart qu'il faut vite reconnaître et aider.



"Le crime était presque parfait" si ce ne fut la panique de certains des exécutants qui, pensant avoir été reconnus par les victimes, avaient décidé de tuer tout le monde et de pousser le maquillage jusqu'à mutiler les corps et faire la mise en scène relatée par la presse.



Des éléments militaires auxquels on avait intimé l'ordre à partir de Nouakchott, de bouger en pleine nuit avec deux véhicules en mauvais état, sans reconnaissance et sans savoir où ils allaient ont compris qu'il s'agissait d'un piège. Les exécutants ont été pris de panique et ont sollicité de leurs commanditaires l’ordre de faire disparaître toute possibilité de témoignage. Ordre qu’ils ont visiblement obtenu sans trop de difficultés.



Les moyens de l’Armée sont concentrés à Nouakchott, dédiés à la protection d’officiers supérieurs politiciens et détournés de leur véritable destination à savoir la défense des frontières du pays et la sauvegarde de son intégrité.

Anonyme a dit…

L'article du 16 septembre 2008 du Monde (Tuquoi) sur Tourine. Je ne sais pas si AQMI a revendiqué l'attaque. Je ne vois de reference dans ct article. Cette attaque a l'ird'etre un avertissement plutot. A-

========

Onze soldats mauritaniens tués dans une attaque attribuée aux islamistes

LE MONDE | 16.09.08 | 14h05 • Mis à jour le 02.05.09 | 15h01


'attaque n'a pas encore été revendiquée mais, pour les autorités, il ne fait guère de doute que l'embuscade tendue, lundi 15 septembre, dans le nord du pays, à des éléments de l'armée mauritanienne est à mettre sur le compte de la branche d'Al-Qaida au Maghreb islamique, l'ex-GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) algérien.


Le piège était bien préparé. Alerté dans la nuit du dimanche au lundi, un détachement de l'armée, embarqué à bord d'une quinzaine de véhicules tout-terrain, a été dépêché de la ville minière de Zouerate, située non loin de la frontière du Sahara occidental, en direction du nord-est et du Mali.

A moins d'une centaine de kilomètres de Zouerate, les militaires ont été encerclés et attaqués de tous côtés. Le bilan est lourd : 11 militaires, dont un officier, et un guide civil ont été tués dans les rangs des forces de sécurité, et plusieurs autres blessés. Les assaillants sont repartis avec des véhicules et des armes prises aux militaires. Leurs pertes ne sont pas connues.

Il y a trois ans, dans cette même vaste zone désertique qui s'étend entre la Mauritanie, le Sahara occidental, le Maroc, l'Algérie et le Mali, un poste de l'armée avait été attaqué par un groupe islamiste venant du Mali et une dizaine de militaires avaient été tués. Cette fois, le contexte politique est différent. Début août, à la suite d'un coup d'Etat, une junte militaire a repris le pouvoir en Mauritanie et fait de la lutte contre le "terrorisme sous toutes ses formes" l'une de ses priorités.

En réponse, quelques jours après le putsch, le chef présumé d'Al-Qaida au Maghreb, Abdelmalek Droukel, dans un message diffusé par Internet, avait exhorté "le peuple de Mauritanie" à se préparer à la "guerre sainte" contre des "dirigeants apostats" appuyés par "l'Amérique, la France et Israël". Fin août, par un autre canal, de nouvelles menaces avaient été proférées.

Elles n'ont pas été prises à la légère. Depuis vendredi, à Nouakchott, la capitale, des éléments de groupes d'intervention antiterroriste, de création récente, ont été placés en état d'alerte. Cagoulés et armés de kalachnikov, ils ont pris position dans les zones stratégiques : la présidence, le quartier des ministères, celui des banques et le marché central.

La nuit, les contrôles de police se multiplient et plus d'une dizaine de personnes auraient été arrêtées, selon des sources officieuses.



Jean-Pierre Tuquoi
Article paru dans l'édition du 17.09.08

KBG a dit…

Bon, avant d'aller me coucher je tiendrais bien à rappeler aux candidats au suicide en direct sur canalh que je suis natif du 1er mai!

par conséquent comme aurait dit le fétichiste idolâtre de la statuette et d'aziz, je suis un TAUREAU de par mon signe astrologique!
Et un taureau çà fonce tête baissée et çà fait beaucoup de dégâts une fois piqué à vif!Etkhondi!

demandez donc aux clients par moi "traités" ce qu'il en serait donc de se trouver dans la ligne de mire du taureau KBG suite à des provocations gratuites!

remarquez, j'aurais fait un bon percepteur des impôts car je fais toujours payer au CENTUPLE mes "contribuables" indélicats, fussent-ils pétasses ou mecs ou parfois les 2 à la fois!J'ai donc raté ma vocation!

bon bebe ba, tu t'en sors entière, sans laisser trop de plumes cette fois ci mais je ne répondrai de rien la prochaine fois!
Pigé, mams'elle pas petasse bebe ba puisque tu serais à t'en croire encore une célibataire endurcie blanchie sous le harnais virtuel du net!tu vois, tu as même pris du galon comme aziz car je t'appelle maintenant mam'selle!Autant pour toi!

Anonyme a dit…

Lu pour ma chérie Bebe Ba. La voerité commence a se pointer tout doucement. Il y a des choses sortie ce matin sur "Temoust.org". Vas-y et il y a toujours quelque chose sur notre bled, coté terrorisme ou les guéguerres Alger-Bamako-Tripoli-Niger. Nehneu on est pas dedans comme on dit en Bambara chez Couli, mais jusqu'à quand?


A-

=======



B. Daou- Le Républicain, 04/05/2009

Nord-Mali ; L’Allemagne et la Suisse ont payé la rançon pour les diplomates canadiens enlevés
lundi 4 mai 2009

Il a fallu une rançon de 8 millions de dollar US pour obtenir la libération de Robert Fowler et Louis Guay, de source proche de la sécurité algérienne, rapporte « Macleans », un magazine hebdomadaire canadien dans un article publié le 29 avril 2009.

Selon ce magazine canadien l’Allemagne et la Suisse ont payé à Al Qaïda islamique pour le Maghreb (AQIM), une rançon d’environ 8 millions de dollar US pour la libération de quatre otages dont les diplomates canadiens Robert Fowler et Louis Guay. Le magazine a cité un haut responsable de la sécurité algérienne qui a parlé à J. Peter Pham, un spécialiste de l’Afrique à l’Université « James Madison ».

Dans une interview accordée à Maclean’s, Pham laisse entendre que ce responsable algérien a reconnu que cette rançon était officiellement pour les deux otages européens seulement, un Suisse et un Allemand. Mais la somme payée était le double de ce qui aurait été nécessaire pour les libérer. Le supplément payé servait à couvrir la liberation de Fowler and Guay, ce qui a permis au Canada de nier le paiement de la rançon.

Le responsable de la sécurité algérienne a également confirmé qu’un membre de la famille du Guide libyen, Mouammar Gaddafi, - son fils Saife al-Islam, indique un autre reporter, aurait joué un rôle clé dans les négociations pour la libération des otages.

Les relations entre la Suisse et la Libye se sont tendues depuis la détention par la police suisse d’Hannibal Gadaffi, un autre fils de Mouammar, et son épouse, pour avoir battu deux de leur personnel à un hôtel de Genève, l’été dernier. La source algérienne estime que la Suisse devient maintenant redevable à Kadhafi qui chercherait certainement à tirer son épingle du jeu les jours à venir.

Avant la libération des otages, l’Universitaire Pham était en contact avec des membres du gouvernement et des haut placés des services de sécurité du Mali et du Niger qui lui ont déclaré que les négociations piétinaient parce que le Canada et les Nations Unies refusaient de payer la rançon à AQIM. Les ravisseurs voulaient que le gouvernement du Niger et du Mali libèrent les Salafistes en leur détention, quand ceux-ci étaient réticents à le faire. Le Mali et le Niger ont-ils eu leur part de compensation politique et financière, en échange de la libération des prisonniers d’AQIM ? Pham n’en a certainement pas la preuve, mais il soupçonne un gros deal.

Kory Teneycke, le chargé de presse du Premier ministre Stephen Harper a déclaré au magazine Maclean’s que le Canada n’a fait aucune concession aux gouvernements du Mali ou du Niger pour les persuader d’échanger les prisonniers avec Al-Qaeda. “ Le gouvernement du Canada n’a donné aucun sou et n’a rien concédé pour obtenir la libération de ces deux otages,” a-t-il déclaré.

Des sources ont indiqué que quatre Salafistes qui étaient détenus au Mali ont été libérés comme faisant partie d’un “deal” pour échanger les otages canadiens et européens. Al-Qaeda a produit une déclaration similaire. Il est probable que le Mali ait accepté de libérer les prisonniers sans une compensation, ou la menace de perdre quelque chose s’il refusait. Le Canada a récemment focalisé son aide étrangère sur seulement 20 pays, le Mali en est un. Et le président ATT n’a pas manqué de l’exprimer avec force le 23 avril à Koulouba.

B. Daou

Erratum

Anonyme a dit…

Lu pour Maatala. Je n'ai pas encore lu. Mais il a fait quoi encore notre Kadafou? L'Algérie est nerveuse ces jours-ci.

Aziz bichor maa nos voisins et cousins proches les algériens yelli itawal oumrak. Yehdina we yehdik maa thak kamel.

A-

=======

Salim Tamani-Liberte Algérie-04-05-09

Chantage à la libyenne
lundi 4 mai 2009

La Libye d’El-Kadhafi n’est pas à sa première “bévue” diplomatique dans la région, et ce, depuis la levée de l’embargo US imposé dans l’affaire de Lockerbie ; un blocus dénoncé par Alger malgré la difficile situation sécuritaire que traversait le pays dans les années 1990.

L’Union du Maghreb arabe fonctionne aux dépens de l’Algérie. Et c’est le moins que l’on puisse dire. La décision libyenne de geler des conventions bilatérales signées pour le transfèrement des prisonniers algériens vers leur pays vient confirmer cette sorte de chantage politico-diplomatique que le leader libyen Al-Kadhafi ne cesse d’exercer sur l’Algérie. Après l’ingérence de Tripoli dans la déstabilisation de la sous-région en proposant aux Touareg des pays limitrophes de s’unir dans le “Grand-Sahara”, une initiative qui a créé un véritable amalgame au moment où l’Algérie déploie d’intenses efforts pour la sécurisation du Sahel, menacé aussi bien par le GSPC et Al-Qaïda que par les visées de l’Amérique de George Bush, dont l’objectif de l’installation d’une base militaire a été souvent le leitmotiv du département d’État.

La Libye d’Al-Kadhafi n’est pas à sa première “bévue” diplomatique dans la région, et ce, depuis la levée de l’embargo US imposé dans l’affaire de Lockerbie ; un blocus dénoncé par Alger malgré la difficile situation sécuritaire que traversait le pays dans les années 1990. Et dans sa logique de leadership, Tripoli, contestant aussi bien le rôle d’Alger que celui du Caire dans le monde arabe et africain, feint d’ignorer l’application des conventions conclues avec l’Algérie en posant l’impossible condition d’échange des prisonniers. Mais dans ce cas de figure, les Libyens incarcérés en Algérie le sont pour des affaires de terrorisme et ne peuvent faire l’objet de transfert puisque la convention parle de prisonniers de droit commun.

Alors pourquoi cet acharnement contre les Algériens et à qui profite-t-il ? La question est brûlante d’actualité. Et ce n’est pas par hasard si le président de la Commission consultative des droits de l’Homme, Me Farouk Ksentini, qualifie en direct à la Télévision nationale le problème des prisonniers algériens en Libye de “douloureux”, en accusant ouvertement Tripoli de bloquer volontairement la mise en œuvre de la convention. Ksentini a trop ou peu dit. En tout cas, l’Algérie doit agir et vite dans cette affaire qui touche directement à sa souveraineté.

Répondre à cet article

Anonyme a dit…

Lu pour Maatala encore. Ci-dessous l'affaire des prisoniers algeriens en Libye et les prisonniers libyens en Algerie.

d'apres cet article, les algeriens en libye sont des criminels de droit commun, pendant que les libyens en algerie sont des terroristes. Je crois que la libye fait pression sur l'algerie pour liberer "ses" terroristes contre la liberation des "criminels de droit commun" algeriens detenus en libye.

Je crois que ces 2 en savent plus qu'ils ne le disent sur qui manipule qui dans le grand nord. Espere que l'equipe d'Al Jazeera sera assez intelligente de pousser un peu dans le sens de nous dire la verité sur ces affairres sordides. Ceci est en complement a l'article que je t'ai envoyé. A-

=====

L’Algérie à refusé l’échange des prisonniers

L’appel des détenus algériens en Libye
El Watan, 3 mai 2009

Un nouveau rebondissement dans l’affaire des 78 prisonniers algériens qui croupissent depuis bien longtemps dans les différents établissements pénitentiaires libyens, dont la plupart ont été arrêtés pour trafic de drogue, contrebande et immigration clandestine.


Ils ont été condamnés par la justice libyenne à la peine capitale, à la prison à vie et à l’amputation de la main, alors que d’autres attendent toujours leur procès.

En l’absence de consensus entre les deux pays pour un éventuel échange de détenus, ces prisonniers demandent, dans un appel lancé par le biais de Gasmi Abdelkader, porte-parole de leurs familles, (El Watan en a reçu une copie), au président de la République et au président de la Commission nationale consultative pour la promotion et de la protection des droits de l’Homme (CCPPDH), Farouk Ksentini, d’intervenir afin de mettre un terme à leur calvaire. Il faut savoir que l’Algérie a refusé de libérer, en mai 2008, les 27 prisonniers libyens condamnés pour des affaires liées au terrorisme. « La seule solution pour nos frères algériens dans ces prisons libyennes réside dans un consensus entre les deux pays pour concrétiser la grâce du guide libyen Maâmar Khadafi », a déclaré Abdelkader Gasmi, sachant que 52 Algériens ont bénéficié d’une grâce par le président libyen en mars 2008, laquelle est restée soumise à la condition d’échange de prisonniers dictée par les autorités libyennes.

« Dans les jours à venir, et si d’ici là, il n’y a pas une solution pour nos frères qui meurent en silence dans ces geôles, nous, les familles de prisonniers tiendrons un sit-in devant l’ambassade de Libye et le Palais du gouvernement », ajoute notre interlocuteur. Selon lui, ces Algériens vivent dans des conditions déplorables, subissant la torture, en plus des maladies, telles que l’insuffisance rénale, l’hépatite virale et autres, sans que les directions des prisons, notamment à Jadida et Sermane, où se trouve la majorité de ces détenus, daignent les soigner ou les transférer à l’hôpital malgré maintes requêtes. « Nous voulons que les autorités algériennes nous rendent visite pour voir comment nous mourons ici ; c’est l’enfer sur terre, nous sommes tous atteints de maladies, il y a deux parmi nous qui sont porteurs du virus du sida ; l’administration fait la sourde oreille et refuse toujours de nous soigner ; pourtant c’est un droit pour les prisonniers », a déclaré un détenu par téléphone. Rappelons que 9 Algériens sont morts dans les prisons libyennes à cause de la malnutrition et des maladies ; le dernier décès remonte au mois de Ramadhan, durant lequel Laâtrache Abderahmane est mort d’une hépatite. Plus de 59 prisonniers, âgés entre 24 et 60 ans, répartis dans les deux principales prisons d’Al Djamahiria, sont condamnés, huit à la peine capitale, 27 à la perpétuité, 5 à l’amputation de la main, et le reste à des peines d’emprisonnement allant de 3 et 10 ans.


Par Lakehal samir

Anonyme a dit…

Tu avais raison Couli. L'histoire de Ould Adda etait du faux. For-Mauritania le reconnaît. A-

=============

04.05.2009 08:34:41

Précision à propos de la fuite présumée d'un officier supérieur mauritanien


For-Mauritania a relayé une information publiée sur le site Essiraje le 1 er mai dernier relative à la fuite supposée d'un haut responsable de la sécurité à la suite de l'extradition du cerveau présumé du trafic de drogue, Monsieur M’Béga Eric depuis le Sénégal vers la Mauritanie. Après vérifications et recoupements, cette information s'est avérée être sans fondement. Elle s'inscrirait dans le cadre d'un réglement de compte interne aux services de sécurité et de sûreté mauritaniens.

Nous espérons à For-Mauritania que l'extradition de Monsieur M'Bega Eric du Sénégal vers la Mauritanie ne soit une façon pour ses complices, les vrais, de lui trouver une porte de sortie.

Le site Essirage a lui aussi publié une précision à ce sujet

Anonyme a dit…

Cheikh Saadbouh Camara va quitter la CENI, la queue entre les jambes. Les elections ne pourront pas avoir lieu en juin. Bouroutou.

========

Le FNDD pose des conditions pour le dialogue politique
04-05-2009
Le Front national pour la défense de la démocratie (FNDD) estime que toute initiative pour trouver une solution de sortie de crise doit passer par la mise en échec du coup d’Etat du 6 août 2008.

Le FNDD exige l’arrêt du processus électoral devant mener à la présidentielle prévue le 6 juin prochain, ainsi que la libération de l’ancien Premier ministre, Yahya Ould Ahmed Waghef.

Le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio (photo), s’est rendu à Nouakchott pour proposer un plan de sortie de crise qui passerait par le report de l’élection présidentielle, la formation d’un gouvernement d’union nationale, la mise en place d’une Commission électorale nationale indépendante (CENI) consensuelle et une présidentielle ouverte à tous les candidats.


© Les Afriques - Mai 2009

Bebe BA a dit…

Conseil de Sécurité des Nations Unies : L'agence algérienne «Presse service» manipule le texte de la résolution de l'ONU sur le Sahara
(Le Matin 04/05/2009)

Une lecture spécieuse et pervertie du texte dénote la volonté officielle de fourvoyer l'opinion et saboter les efforts de règlement.

Le Conseil de sécurité des Nations unies, à peine a-t-il voté et adopté à l'unanimité le 30 avril dernier la Résolution 1871 sur le Sahara que, déjà dans la même soirée, la main perverse de la censure algérienne a trituré et manipulé son texte original.


Comme à leur habitude, ses responsables se sont livrés à une lecture spécieuse du texte de la nouvelle résolution, falsifiant son contenu, triturant aet déplaçant ses paragraphes, supprimant des mots pour ne garder qu'un texte «formaté», expurgé de tous les aspects qui dérangent la thèse algérienne.

Il faut se féliciter en effet que le Conseil de sécurité, à l'unanimité de ses Quinze membres, permanents et autres, y compris notamment les représentants du Costa Rica et de l'Ouganda, se soit prononcé une nouvelle fois pour affirmer qu'il n'est pas d'autre solution que la négociation politique.

Le même Conseil a pris la décision de proroger d'une année encore le mandat de la Minurso.
D'emblée, il faut souligner le souci de continuité qui caractérise à la fois la démarche des Quinze membres et la résolution qu'ils ont adoptée, en ce sens qu'ils « demandent aux parties de poursuivre les négociations sous les auspices du Secrétaire général, sans conditions préalables et de bonne foi, en tenant compte des efforts réalisés depuis 2006 et des faits nouveaux survenus depuis, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable ». La formule des «efforts réalisés depuis 2006 et les faits nouveaux survenus depuis.. » signifie ni plus ni moins dans l'esprit des membres du Conseil deux choses : d'une part il existe désormais une solution concrète pour un règlement, pour peu que les parties en conviennent, c'est le projet novateur d'autonomie au Sahara que le Maroc a préparé et soumis aux Nations unies.

D'autre part, les membres du Conseil expriment leur irréductible volonté, quelle qu'en soit la situation, de ne pas revenir en arrière comme l'Algérie et le polisario se sont efforcés de le faire ces deux dernières années dans le but, justement, de combattre le projet d'autonomie. Or, celui-ci a été élaboré, débattu et proposé parce que les mêmes Nations unies, lasses de voir perdurer une situation figée, voire menaçante sur le terrain, avaient demandé aux parties dès 2005 de faire des « efforts » substantiels et d'avancer sur la voie d'une solution efficace. Ce que le Royaume a préparé depuis 2005 et 2006 et présenté au Conseil de sécurité le 11 avril 2007.

Ce qui est survenu ensuite, ce sont entre autres deux résolutions pertinentes qui ont été votées à un an d'intervalle, mais qui s'inscrivent dans le même fil conducteur, la même exigence politique et, plutôt que se croiser ou se heurter, se complètent dans leur finalité : à savoir la négociation politique sur la base du projet marocain d'autonomie qui reste la pierre angulaire du processus. Ce n'est pas un hasard si les membres du Conseil de sécurité, réunis jeudi dernier, exprimant leur conviction qu'il n'y a désormais plus de retour en arrière, ont exhorté les parties à « travailler dans une atmosphère propice au dialogue afin d'engager plus résolument des négociations de fond et de garantir ainsi l'application de ses résolutions 1754 (2007), 1783 (2007) et 1813 (2008) ainsi que le succès des négociations».

Toutes ces résolutions d'ailleurs, enchaînant une même exigence, s'articulent sur un seul et unique impératif: la négociation politique. Et celle-ci s'inscrit forcément dans le cadre du document majeur et incontournable, légal et démocratique, base sérieuse et convaincante pour une autodétermination telle que croient la réclamer les séparatistes : l'autonomie. La résolution dit explicitement : « Garantir l'application des résolutions 1754, 1783 et 1813 ainsi que le succès des négociations; et affirme son soutien sans réserve à l'engagement pris par le Secrétaire général et son Envoyé personnel d'œuvrer en vue d'une solution à la question du Sahara occidental dans ce contexte » ! Tout est dans ce paragraphe qui signifie sans détour, prendre acte du soutien unanime que la communauté internationale apporte au projet marocain d'autonomie, crédible et sérieux.

Or, là où les membres du Conseil de sécurité tracent avec clarté le « modus operandi » et la finalité, l'agence Algérie Presse Service (APS), croit dénaturer leur recommandation. Là où ils disent sans ambages que « les parties doivent continuer de faire preuve de volonté politique» et d'œuvrer « dans ce contexte», l'agence de presse a simplement décidé de supprimer l'énoncé de « contexte ».
Elle annule ainsi, aussi perfide que le procédé paraisse, la référence au projet d'autonomie et de négociation que le mot « contexte » implique et qui est le réel signifiant de toute la résolution.

Le représentant de la France ne s'y est point trompé, il a indiqué que son pays « continuait d'attacher la plus haute importance à la proposition d'autonomie du Maroc de 2007, qui constitue une feuille de route crédible dans la mesure où elle respecte le principe d'autodétermination». Il faut souligner que la volonté des membres du Conseil de sécurité est irréversible, quand bien même le gouvernement algérien s'efforcerait à manipuler son opinion, sa presse et l'opinion internationale, rien n'y fera. «La vérité vaincra», disait autrefois Thomas Mazaryk, ancien président tchèque. Pour autant, on ne saurait mieux souligner également que la résolution 1871, votée à l'unanimité des membres du Conseil, constitue une avancée significative et sans précédent dans l'affaire du Sahara.
Elle apporte un démenti cinglant, et c'est l'autre de ses dimensions majeures, à toute la propagande algérienne sur les prétendues violations des droits de l'Homme par le Maroc, ainsi qu'aux délirantes et démesurées campagnes d'instrumentalisation de ceux-ci.

Rien ne traduit mieux l'échec cinglant du machiavélisme algérien sur l'affaire des droits de l'Homme, parvenu tout de même jusque sur la table des membres du Conseil de sécurité, que le dépit exprimé par le délégué du Costa Rica, Jorge Urbina.
Il a déclaré que « son pays n'était pas pleinement satisfait du texte adopté, qui néglige selon lui la dimension du respect et de la protection des droits de l'homme dans la région. Il a regretté que « le Conseil de sécurité n'ait pas tenu compte de ses recommandations, notamment celle visant à inclure une composante « droits de l'homme » dans le mandat de la Minurso». Aveu d'échec ! Plus que cela, les tentatives et les pressions exercées pour conférer à la Minurso les attributions de gardien des droits de l'Homme – et donc verser dans la manipulation algérienne – n'ont pas abouti, tant s'en faut. Les droits de l'Homme constituent, en effet, un domaine global mais pas restrictif au Maroc, encore moins au territoire du Sahara. On les retrouve aux Etats-Unis, en Europe, en Chine et surtout en Algérie…C'est oublier qu'il ne peut y avoir de spécificité au territoire du Sahara et qu'en tout état de cause, ils relèvent ici de l'instrumentalisation que la résolution 1871 vient anéantir de « jure » et de « facto ».

Il est aussi un point important dans le texte de la résolution qui ne saurait passer inaperçu : Le Conseil de sécurité « réaffirme que les accords militaires de cessez-le-feu conclus avec la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) doivent être pleinement respectés».
Plus qu'une allusion, c'est une recommandation ferme, entendu par là que la récente « marche de 1400 personnes » sur Mahbès a constitué ni plus ni moins une violation par le polisario et l'Algérie des accords de septembre 1991 sur le cessez-le-feu.

De même a-t-il été question dans la même résolution du sacro-saint principe de « transparence», lié à la question humanitaire, aux mesures de confiance et à la place du HCR. Il est clair, la lecture pertinente du texte de la résolution en témoigne, que ce paragraphe vise surtout l'opacité hissée par le polisario et l'Algérie sur la situation de calvaire que subissent nos frères séquestrés dans les camps de Tindouf et la revendication du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies qui ne parvient pas à accéder aux camps.
Pour autant, la volonté du Conseil de sécurité dans son unanimité demeure grande de mener jusqu'au bout le processus de règlement et de passer outre les manœuvres dilatoires et les obstacles que ne cessent de lui hisser un gouvernement algérien et un polisario en perte de vitesse.


Par Hassan Alaoui | LE MATIN

Bebe BA a dit…

Lu pour A-,

Mali/Algérie: les médias font monter la tension
(L'Observateur 30/04/2009)

C’est sans doute l’interview accordée par le président malien au quotidien algérien El Watan, peu avant la libération des quatre otages occidentaux, qui aura mis le feu aux poudres. « Nous refusons de jouer le rôle de passeurs d’argent », affirmait alors ATT parlant des otages.

Une sortie qui n’aura pas été du goût de certains Algériens, car dès le lendemain de la parution d’El Watan, son confrère de liberté-algérie.com titrait : « Après les allégations du président Touré : quand le Mali protège le GSPC ». Un article au vitriol dans lequel le journaliste accuse Bamako d’avoir pactisé avec le mouvement terroriste, faisant même de sa bande sahélienne un sanctuaire des barbus.

Pour Liberté, en effet, l’Algérie a toujours cru (à tort) que le Mali incarné par Amadou Toumani Touré était un pays sur lequel elle pouvait compter dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Des accusations particulièrement graves, qui n’ont sûrement pas été accueillies avec philosophie par les autorités maliennes.

L’affaire aurait pu passer inaperçue si le journal n’était pas considéré comme proche du pouvoir de Bouteflika. Bien sûr, les autorités algériennes nieront toute implication dans ce lynchage médiatique en règle, mais le fait est là, la question récurrente des otages occidentaux aura fini par distiller le poison de la discorde entre Bamako et son voisin du nord.

Cette brusque poussée de fièvre est d’autant plus inquiétante qu’Alger, depuis bien longtemps, s’était fortement impliqué dans le règlement du problème touareg, devenant même le principal médiateur. On se souvient qu’un accord de paix avait été signé en 2006 à Alger. Suspendue un temps, la médiation avait repris ces derniers mois pour le retour d’une paix durable dans le nord du Mali.

Or pareille poussée de fièvre entre le médiateur et son principal interlocuteur, si elle s’avérait, ne serait pas de nature à apaiser les tensions qui existent déjà au Nord-Mali, bien au contraire !

Il faut pourtant reconnaître, de part et d’autre de la frontière, que cette bande sahélienne, considérée côté algérien comme un sanctuaire laissé à la discrétion des terroristes du GSPC, constitue en fait une zone de non-droit propice aux activités le plus marginales. Ainsi, du point de vue malien, si sanctuaire il y a, il abriterait plutôt les rebelles touaregs qui, lorsque le besoin se fait sentir, n’hésitent pas à se réfugier dans l’immensité de ce désert, parfois même de l’autre côté de la frontière.

On est d’autant plus surpris par cette subite poussée de fièvre que, confrontés aux mêmes dangers nichés dans les sables de la bande sahélienne, les deux pays voisins ont tout intérêt à s’entendre.

Et l’on peut légitimement se demander quel intérêt Bamako aurait pu tirer d’un double jeu au détriment de son voisin du nord. C’est bien connu : les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. Et un intérêt de ces deux pays est de collaborer durablement pour la paix et la sécurité dans la bande sahélienne.

H. Marie Ouédraogo

Bebe BA a dit…

Lu pour BL:

Un Comité de soutien à la candidature de Kane Hamidou Baba à pied d'œuvre en France.

Selon une source fiable, Points Chauds apprend qu'une réunion se tiendra cet après midi à 17 heures à Neuilly en France, pour la mise en place d'un Comité de soutien à la candidature de Kane Hamidou Baba pour le scrutin du 6 juin.

Plusieurs cadres et sympathisants du candidat Kane Hamidou Baba s'activent et travaillent d'arrache pied pour la réussite de cet évènement.

A quelques encablures de la campagne électorale prévue le 21 mai prochain, toutes les commissions mises en place par le candidat de la tendance du RFD favorable à la participation au scrutin de juin rivalisent d'ardeur et mettent les bouchées doubles à Nouakchott comme partout ailleurs à l'intérieur du pays.



Les résultats enregistrés jusque-là sont encourageants en ce sens que le candidat Kane Hamidou Baba bénéficie d'une forte adhésion aussi bien de responsables politiques au plus haut niveau mais également d'une bonne frange de jeunes désormais acquis à sa cause.


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Anonyme a dit…

Super clean en discours,
Super moufsid dans l'action de tous les jours.
Ainsi va le train de vie du Limogé faux démissionnaire.
Lemtouni
-------------
Selon une source militaire, l'État-major de l'armée nationale procède, depuis deux jours, à la distribution de terrains à Tevragh Zeïna (quartier résidentiel de Nouakchott). Au départ, l'opération devait bénéficier aux officiers et sous-officiers supposés avoir un faible pouvoir d'achat mais finalement d'autres critères prévalent aussi.

Les militaires ont reçu la promesse de recevoir, chacun, la somme de 3.200.000 ouguiyas, afin de les aider à construire des villas. Selon notre source, la distribution des terrains est en cours ; quant à l'argent, il sera versé après la campagne présidentielle.

L'opération concernerait 600 lotissements. Pour le moment, seuls 65 militaires en ont bénéficié, à raison de 3 pour chacune des 7 régions militaires et 44 à l'Etat-major.

Des personnes, en dehors de l'appareil militaire, ont pu également tirer profit de l'opération ; c'est ainsi que la direction de campagne électorale du Général Ould Abdel Aziz a reçu 200 lots fonciers ; il est prévu de les distribuer aux notables d’un poids politique conséquent ; 10 sont allés à une cousine du Général et 5 à son beau-père Melaïnine Ould Nour.
Source: Taqadoumy

Anonyme a dit…

Maatala, Va y avoir du sport. Pouurquoi Sidi est toujours lemdenisé. Il aurait pu prendre le front de cette marche. La junte ne pourra pas faire ses elections.

A-
============

04.05.2009 10:44:26

URGENT: Ould Boulkheir, Ould Daddah et les dirigeants du Front et du RFD prendront la tête de LA MARCHE

Les Forces Démocratiques se mettent en MARCHE.

Les Forces Démocratiques, organisées autour du Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) et du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) que dirige le Chef de file de l'Opposition, Monsieur Ahmed Ould Daddah, appellent l'ensemble des habitants de Nouakchott à descendre dans la rue avec elles pour s'opposer au passage en force que tentent le Général limogé et sa junte.

La MARCHE, organisée sous le thème "Pour réussir, la mascarade d'élection devra nous passer sur les corps", prendra son départ, à 16 heures à la PLACE de l'HOPITAL pour se terminer à la PLACE des BLOCS.



Cette marche de combat, la première entre ces deux formations, sera menée par le Président de l'Assemblée Nationale, Monsieur Messaoud Ould Boulkheir, le Président du RFD, Monsieur Ahmed Ould Daddah et les autres dirigeants du FRONt et du Rassemblement.

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

C'est evident que c'est la guerre. A-

Khalil Balla Gueye a dit…

Si les informations de For-Mauritania sur le massacre de Tourine (cf Art :Les mystères de Tourine)s'avéreraient vraies ,j'aurais presque eu raison d'avancer la thèse de la conspiration fomentée par la junte désespérément en quête d'un enjeu vital opposable à l'occident comme la lutte anti-terroriste du croisé texan Bush alors!

Voici justement ce que j'avais écrit quelques jours après cette horrible boucherie!
***************************
EXTRAITS
URL de l'article:
http://vindicte.blogspot.com/2008/09/aqmi-mon-ami-un-petit-carnage-sil-te.html

AQMI mon AMI ,un petit carnage s’il te plaît !» mercredi 17 septembre 2008
************
Pour bien s’installer et s’enraciner toute dictature a besoin d’un terreau favorable dont les ingrédients universels sont entre autres :le chaos à remettre en ordre ,l’annihilation de toute velléité d’opposition , la substitution du règne de l’arbitraire à celui de la loi et l’instauration d’un climat généralisé de peur...etc! Et si ces conditions ne sont pas remplies ,la tyrannie se doit impérativement de les créer ex nihilo comme c’est le cas là juste maintenant de notre pays !Et cela quitte à plonger la nation dans le chaos et le désarroi, encourager la peur du gendarme voire de la milice et à suborner ou museler toute protestation éventuelle et le tout coûte que coûte ,vaille que vaille! Les exemples historiques récents l’illustrent aisément et éloquemment ….....

i)La junte d’Aziz sur les traces de la junte Birmane et de Saddam ! Pour en venir et s'en tenir à notre cas spécifique , Aziz aux abois semble s’être résolu à jouer son va-tout en sortant de sa manche son bon vieux joker Salafiste qu’il a sauvé 3 ans plutôt d’une extermination et éradication certaine en Mauritanie planifiée et décidée par Taya , l'une des rares bonnes initiatives de cet autre tyran du reste!Ce même Taya fut renversé par Aziz à la veille de l’exécution de son plan d’assainissement anti-terroriste !L’AQMI ou GSPC lui doit donc une fière chandelle depuis belle lurette !Et ,c’en est vraiment à croire que les Salafistes liraient dans les pensées d’Aziz à moins que celui ci n’ait le don de communication télépathique pour suggérer aux Salafistes «un petit carnage pas trop sanglant» ,juste la "saignée" qu’il faudrait pour troubler et alarmer l’Oncle Sam va-t-en-guerre en titillant aussi la croisade Texane de Bush dite "War on terror" ainsi que l'anti-intégriste Europe notre voisine de palier ,en somme un Occident anti-putschiste et légaliste irréductible ou presque sauf à parler de terrorisme islamiste!Sans oublier de flanquer au passage à ses compatriotes une psychose anti-terroriste et sécuritaire si bien à propos et telle qu’elle leur ferait oublier comment Aziz s’est emparé du pouvoir et surtout comment il entendrait le garder pour de bon.C'aura été aussi l'occasion de détourner l’attention des mauritaniens et de l'étranger des revendications pour un retour à l’ordre constitutionnel exigé à tue-tête ,à cor et à cris par les partis politiques et le peuple !Donc ce « massacre de la Saint-Barthelemy du désert » n’a rien « d’islamiste » si l’on puit dire , mais serait fondé tout banalement sur de mesquines ,meurtrières et aveugles ambitions politiques personnelles de maintien au pouvoir d’un dictateur chancelant et dos au mur !C’en est aussi à croire qu’il s’est agit d’un banal et normal échange de bons procédés entre Aziz le sauveur du GSPC de 2005 et l’AQMI de 2008 volant au secours de son bienfaiteur titubant et mis à mal!Comme qui jurerait avoir entendu Aziz susurrer à l’oreille des Salafistes (par le biais de relais) : «AQMI mon AMI un petit carnage s’il te plaît!». …......

C’est vous dire que tout cela sent le coup fumeux à cent lieux ! Aziz voudrait ce faisant se montrer ,se rendre utile voire indispensable comme Saddam l’a été pour endiguer l’intégrisme chiite Iranien dans les années 80!Et à cet effet il a foncièrement besoin d’être le dépositaire et garant d’un enjeu vital et prioritaire pour l’Occident. ….....

Et ce d’autant plus que les américains ont affiché leur volonté de refroidir ou à tout le moins de tiédir leurs engagements dans la lutte anti-terroriste en Mauritanie.Et comme par envoûtement ou sortilège miraculeux c’est le moment que choisissent les très redevables et rétribuables Salafistes pour frapper lâchement donnant ainsi des munitions au propre comme au figuré à un Aziz désarmé, méprisé et dédaigné par un Occident plus que jamais légaliste et qui ne voit vraiment pas de bonnes ou suffisantes raisons d’y déroger avec un obscur ,insignifiant et fugitif tyranneau afro-arabe , relégué de surcroît aux confins oubliés du Sahara! Mais c’était compter sans le fait «qu’avoir ses islamistes et surtout avoir à en découdre avec eux» serait devenu un capital politico-stratégique hautement primé ,gratifié voire subventionné en espèces et en NATURE!


L’implication de certains milieux militaires à la solde de la junte avec les Salafistes est tellement manifeste qu’il n’aura suffi que de 5 semaines après le putsch d’Aziz pour que les terroristes montent et exécutent une opération si complexe et meurtrière en si peu de temps!Réaliser cette "prouesse sanglante" dans des délais si courts et ce en dépit des problèmes de renseignements et de logistique qu'elle aurait nécessités montre bien que les Salafistes ont bénéficié de complicités bien introduites au coeur même de notre armée qui leur auraient "facilité la tâche" !Autant dire qu’à cette échelle de temps soit 5 semaines seulement ,que les loqueteux Salafistes ont commis leur « providentiel forfait » en un délai record à faire pâlir d'envie le corps d'élite français le GIGN ,ce qui prouve bien l’étendue des latitudes et passe-droits logistiques et d’intelligence dont ils auraient bénéficié !Et qui ne pouvait venir que de chez Aziz et sa cinquième colonne ,les maîtres absolus de nos armées!THE TERRORIST ENEMY WITHIN, avec l’absolution d’un dangereux et décidé dictateur pour lequel la fin justifierait tous les moyens ,absolument tous ,y compris l’immolation de nos propres soldats sur l’autel des ambitions dévorantes et illégitimes d'Aziz ce Taya Puissance 10! …......

Pendant que les mères et les veuves se répandent en sanglots déchirants Aziz et ses comparses se frottent déjà les mains à la perspective de la bonne affaire à venir.Tout simplement scandaleux et révoltant !

Anonyme a dit…

Bravo KBG. Au moins tu es d'accord avec les thèses de A- sur ce qu'il disait sur ce terrorisme étranger à nos coutumes. Ce n'est nullement pour dire que tu voles les idées des autres.

Anonyme a dit…

Après les insultes, le calme. L'interview de ATT a quand même forcé à ce que les 2 pays coopèrent. A-

=========


L'Algérie envoie une importante aide militaire au Mali

04 May, 2009 04:35:00

L'Algérie a commencé à acheminer par avion vers le Mali une importante aide militaire, dans le cadre du renforcement de la coopération entre les armées des deux pays voisins, a-t-on appris lundi de sources concordantes à Bamako.

« Cette aide est riche et variée. Il y a par exemple du carburant pour nos troupes, des sacs de couchages, pour les ‘opérations spéciales’, et même de l'armement », a affirmé à l'AFP une source proche de l'état-major de l'armée malienne, ne souhaitant pas livrer davantage de détails.

Selon la même source, une partie du matériel est déjà arrivée.

« Nous attendons au total cinq rotations d'avions algériens, transportant cette importante aide militaire algérienne », a déclaré à l'AFP, de son côté, une source militaire aéroportuaire.

Durant sa dernière visite à Alger, le ministre malien de la Défense avait évoqué avec le chef de l'Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika, le renforcement de la coopération militaire entre les deux pays qui ont une frontière commune.

L'Algérie joue notamment un rôle de médiateur dans le nord du Mali, entre le gouvernement malien et des groupes de rebelles touareg.

Depuis quelques mois, c'est l'accalmie dans cette partie septentrionale du Mali, l'armée ayant mis en déroute le plus opérationnel des groupes de rebelles touareg, dont le chef, Ibrahim Ag Bahanga, a trouvé refuge en Libye.

Par ailleurs, dans le nord du Mali, quatre terroristes ont été arrêtés fin avril par l'armée. Parmi eux, figure un Algérien, proche d'un des leaders d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui retient en otages deux touristes européens.

Anonyme a dit…

SANHAJI
Arrete tes histoires et regardes la vérité en face.
Aziz et les partisans de la rectification n'ont jamais sollicité l'étranger pour regler les problèmes du pays.
Ils n'ont fait que réagir à la campagne de désinformation engagée par une poignée de revanchards qui ont perdu leurs postes et veulent à tout prix faire couler ce pays.
Si la Lybie et la France ont rejoint le clan du bien, tant mieux; souhaitons seulement que le reste de la communauté internationale revienne à de meilleurs sentiments et oublient les petits calculs.
Avec Aziz, ce qui est sur c'est que Israel est une page tournée à jamais que les américains le veuillent ou non.
Si Sanhaji n'est pasz content, il peut toujours contacter le diable s'il veut, on n'en mourra pas.
LE RESISTANT

Anonyme a dit…

Alors que le GSPC réclamait sa libération contre les otages occidentaux

Troublante mort d'un Mauritanien exigé par Belmokhtar
Par :Rédaction de Liberte, 7 mars 2009

Un mystérieux accident de la circulation a eu raison de l’un des deux Mauritaniens membres du GSPC que l’“émir” Belmokhtar réclamait comme monnaie d’échange pour libérer les 6 otages occidentaux détenus au Mali. L’information a de quoi surprendre quand on sait que Bamako a fait part récemment de la demande de Belmokhtar concernant ces deux Mauritaniens, dont un artificier, qu’il voulait inclure dans les négociations pour les otages canadiens et européens kidnappés dans le Sahel.
Selon Bamako, le terroriste concerné serait non seulement mort mais quatre agents de sécurité maliens ont également péri dans cet accident de la route fort troublant. Information divulguée par le ministère malien de la Défense. Reste à savoir si cette affirmation est plausible surtout que l’accident se serait produit fin février et n’a été rendu public qu’hier. Alors que Nouakchott avait demandé l’extradition de ses deux ressortissants membres du GSPC au Sahel, il aura fallu attendre que les deux terroristes soient demandés dans le cadre du deal proposé par Belmokhtar pour que Bamako daigne les transférer de Tombouctou vers la capitale avec les dommages que l’on sait. Cette affaire semble être cousue de fil blanc car personne ne connaît le véritable sort de ce terroriste mauritanien, donné pour mort, alors que les tractations se poursuivent en secret entre le GSPC et des intermédiaires de Bamako dans la région nord du Mali. Là où le GSPC a établi ses quartiers sans être inquiété depuis l’affaire de Abderezak El-Para.

M. B.

Khalil Balla Gueye a dit…

Anonyme Anonyme a dit...

Bravo KBG. Au moins tu es d'accord avec les thèses de A- sur ce qu'il disait sur ce terrorisme étranger à nos coutumes. Ce n'est nullement pour dire que tu voles les idées des autres.

4 mai 2009 14:49
************************
pour ton info anonyme qui que tu sois même si j'ai une idée bien précise de qui tu serais vraiment,saches je suis diplômé de l'Institut des Hautes Etudes de défense Nationale de Paris formation que j'ai faite avec une brochette de généraux français et des 5 continents aussi!en plus je suis également diplômé du Collège de Défense de l'OTAN à Rome!

Sans compter mes hobbies et centres d'intérêt personnels très versés dans la chose militaire, donc comme tu peux le constater je sais de quoi je parle sans avoir besoin de le clamer sous tous les toits comme font certains mégalos de ta connaissance!
j'en connais un rayon sur un tas de sujets et s'il est un intello plagié et envié sans vergogne dès le 1èr mois de son "surgissement" dans l'arène médiatique c'est bien moi, je ne pastiche pas ce sont les autres qui me singent gauchement du reste!

Tu dirais sûrement aussi que j'aurais piqué la découverte du scandale de Winfield qui a contribué à la chute de l'un des gvts de Sidioca à quelques uns de tes amis!pourquoi pas donc!?

J'ai constaté que les ignares de canalh se livrent une guerre sans merci pour la paternité de futilités du genre "yes we kane" ou "burkator" tout en se gardant bien de souligner les mérites autrement plus impressionnants des autres tant sur le plan sémantique que sur celui des idées!

En cela les nullités qui tapissent ce blog seraient bien excusables et puis moi je suis habitué depuis tout petit déjà à susciter toutes les envies là où je passe!Je hausse les épaules et passe mon chemin invariablement!

Khalil Balla Gueye a dit…

Les putschs et les CENI se suivraient et se ressembleraient assurément selon une tradition mauritanienne bien établie!
c'en serait presqu'à croire que l'histoire ne serait décidément qu'un éternel recommencement y compris chez nous, dans le désert!

***En fait cher ami, il n'est à craindre qu'elle ne se soit **pétrifiée voire carrément **putréfiée dans notre bled!....
4 mai 2009 01:27
***************
Voici un exemple parmis tant d'autres datant d'hier slmt!S'il s'était trouvé que ce fut l'un des ignares de canalh qui avait on ne saurait plus par quel miracle fait ce jeu de mot somme toute assez simple et peu élaboré on n'aurait pas dormi de la nuit ni de la journée à cause des "esski mezyen dhe!gal méphisto,wellah elle 7a7!gal le fétichiste esski waw yekhay me 7arrek..."

Et toute la litanie d'usage c'est à croire que les nullités s'autorassurent sur leur médiocrité à coups d'échanges de bons procédés et de compliments immotivés et iniques qui ne tromperaient vraiment personne!

A défaut de mieux ce sera tjrs cela pour leur donner l'illusion d'exister et d'échapper à leur médiocrité viscérale "ev le3tham" pour tout vout dire!ce qui les amène jusqu'à se relayer pour espionner day and night KBG à coups d'injection non stop de "mouchards de subtilisation de mots de passe", son blog , sa boite email et ses statistiques!
Tout simplement infame, dégradant, decevant et humiliant comme procédés "intellectuels"!

Khalil Balla Gueye a dit…

PARMI et non parmis!

Voici un exemple ***parmi tant d'autres datant d'hier slmt!......

Khalil Balla Gueye a dit…

RAJOUT:
Tout simplement infame, dégradants, decevants, humiliants et INACCEPTABLES comme "procédés intellectuels"!

Anonyme a dit…

Communiqué de Presse publié aujourd'hui par l'ambassade des Etats-Unis à Nouakchott

04-05-2009

La position des États-Unis par rapport au retour de l'ordre constitutionnel et des libertés démocratiques en Mauritanie est restée claire et constante depuis le coup d'Etat du 6 août 2008. Selon les lois établies par le Congrès des États-Unis, le gouvernement américain est obligé de mettre fin à l'aide non humanitaire en cas de coup d'état militaire contre un pouvoir démocratiquement élu.

Le gouvernement américain a imposé des sanctions sur les visas contre les membres du Haut Conseil d'Etat et les autorités administratives mises en place après le coup. Ces sanctions s'appliquent aussi à d'autres personnalités qui ont soutenu activement ou ont bénéficié du coup d'état. L'application de sanctions financières ciblées contre ces mêmes personnes est encore activement en cours d'examen.

Le gouvernement des États-Unis continue de collaborer étroitement avec les partenaires diplomatiques et les organisations internationales - en particulier l'Union africaine - pour rechercher une solution consensuelle à la crise politique provoquée par le coup d'état du 6 août. Notre ambassade a maintenu de larges contacts avec toutes les tendances politiques, la société civile, et d'autres influentes personnalités Mauritaniennes afin de suivre les aspects politiques, sociaux et économiques de la crise. Les États-Unis continuent à croire qu'une solution stable et durable de la crise passe nécessairement par le retour de toutes les institutions constitutionnelles, y compris le retour du président, démocratiquement élu, de la République islamique de Mauritanie. Une fois les institutions démocratiques rétablies, les États-Unis salueront et appuieront tout dialogue politique visant à construire un consensus national pour renforcer la démocratie en Mauritanie.

La récente visite du Président de l'Union africaine a montré une profonde division dans le microcosme politique. Deux des trois parties identifiées par le Groupe de contact international sur la Mauritanie ont rejeté les plans relatifs aux élections du mois de juin organisées par les autorités issues du coup d’état. La poursuite des efforts unilatéraux menant aux élections de juin ne répondrait probablement pas aux exigences mauritaniennes et internationales pour un retour à l'ordre démocratique.

L’Ambassade des Etats-Unis en Mauritanie continue de fournir un soutien moral et politique au président démocratiquement élu, aux partis politiques, aux syndicats et à la société civile qui travaillent pour le retour de la démocratie. Les États-Unis fournissent un appui technique limité, par le biais des ONG nationales et internationales, à ces organisations (partis politiques, syndicats, autorités locales, groupes communautaires, et société civile), qui travaillent pour le rétablissement de la démocratie. L’Ambassade des Etats-Unis en Mauritanie ne fournit pas et n’a jamais fourni d’appui financier direct aux partis politiques et aux organisations syndicales, et n’a pas reçu de telles demandes de leurs parts.


Nouakchott, le 4 Mai 2009
Ambassade des Etats-Unis en Mauritanie

Anonyme a dit…

bonsoir

En direct sur Kassataya.com, un partisan du général : Monsieur DIAWARA

salut

Mballal a dit…

A propos des aspects inhérents à son assistance à la Mauritanie, l’Ambassade des Etats-Unis précise qu’elle "continue de fournir un soutien moral et politique au président démocratiquement élu, aux partis politiques, aux syndicats et à la société civile.

et indique que "les États-Unis fournissent un appui technique limité, par le biais des ONG nationales et internationales, à ces organisations (partis politiques, syndicats, autorités locales, groupes communautaires, et société civile).
---------------------------

Voilà la preuve irréfutable de l`ingérence à outrance de cette mission diplomatique étrangére dans le processus politique en Mauritanie.

Tout les hommes inités aux principes du droit international, savent pertinément que cette institution diplomatique étrangére a l`obligation premiére de respecter les lois et coutumes du pays hôte, et n`a pas le droit de s`ingérer par des procédés manifestement illégaux, financement, soutien politique ou moral en faveur d`un parti politique contre un autre.

L`ambassade américaine doit garder une stricte neutralité politique, conformément aux coutumes et normes conventionnelles diplomatiques en vigueur, régissant les relations entre les sujets du droit international.

L`attitude arrogante et provocatrice de cette ambassade américaine, fournit la preuve irréfutable de son intention délibérée de continuer à abuser du statut diplomatique de premiére puissance dont elle est dotée, pour déstabiliser notre jeune démocratie en quéte de base d`édification solide.

Unissons-nous, pour batir une démocratie digne de notre peuple, loin des sales mains des vautours des Roumouz El Vessad, en quéte de priviléges perdus à jamais!

Le seul homme aujourd`hui digne de notre confiance est bel et bien le général Mohamed Ould Abdel Aziz,
le Chavez national, le président détenteur de projet de société au profit des plus démunis de notre peuple mauritanien.

Anonyme a dit…

Mballal,

Ton nom est impressionnant, mais tu deconnes. A-

Anonyme a dit…

KBG,

On bouffe Mballal pour diner ce soir? A-

maatala a dit…

salam

Lu pour vous

"Les mythes trompeurs du Général / Mohamed Mahmoud O. Maaloum
04-05-2009
La mythologie est définit entre autre comme: « donner une image simplifiée et idéalisatrice de quelqu'un » Les mythes les plus célèbres sont ceux liée au paganisme des grecs tels l'odyssée de Omer (pensée a habib yarehmou...), celui de samson et dalila chez les cananéens, ou celui d'un sisyphe...

...rémontant sa pierre qui retomba indéfinément, ou encore celui aux conséquences tragique trois mille ans après, du massacre des philistins par josué sous l'impulsion de yahvé, dieu des hébraïques et de la paix...

Un mythe implique souvent plusieurs personnages merveilleux tels que des dieux, des animaux chimériques ou savants mais c'est aussi et surtout, des hommes bêtes et têtus...

Dans le premier catégorie nous pouvons mettre notre sage deyloul (personnage mythique et pétri de sagesse dans la culture bithane)

dans la seconde, les moins futés telle que « teyba» (l'anti deyloul )

chez les fulbés, on trouve le redoutable mythe de njedou dewal par laquel s'expliquent toutes les calamités qui touchent le bétail sacré chez les peuls...

aux temps immémoriaux, le mythe était un récit fabuleux, contenant généralement une morale.

au cours du XXe siècle, le mythe fut utilisé comme instrument de propagande. Le mythe moderne est donc tantôt une manifestation sociale spontanée tantôt une manipulation d'ordre politique dont le vecteur est la télévision et la radio (Goebels était l'un des propagandistes du mythe destructeur de la supériorité de la race arienne).

Notre « mythologue » a nous, est visible et audible tous les soirs depuis presque neuf mois :la TV-Radio nationale, qui s'essaye,en vain, à faire du Général un « mythe » vivant par une propagande de mythomane, (tendance pathologique au mensonge) qui inspire parfois la nausée et le dégoût, souvent le mépris de ces « intellectuels embarqués» et toujours de la compassion pour de pauvres auditeurs dont l'unique tort est d'être né dans cette contré aride ou tout et tous n'est que FAUX et faux semblant.

1-le mythe du « courage et de l'invincibilité »:

les mauritaniens sont en partie issues de tribus nomades dont la culture politique et les procédés de gestion de la cité, se réduisaient a la volonté du plus fort ; ainsi depuis 2005, se développa le culte d'un général courageux et invincible. Examinons de plus près les faits historiques.

-Le général n'est pas un officier d'active, il était un simple agent du trésor avant d'aller a l'armée. il gravit sa courte échelle militaire grâce aux soutiens de cousins plutôt qu'a sa bravoure, ses faits d'armes ou son génie militaire.

Il n'a jamais participé a aucune guerre dans laquelle il aurait pu tel un soueydat ou un kader, tirer une gloire posthume.

Le seul combat véritable ou il devrait prendre part, il y a brillé par son absence. la nuit du 08 juin 2003 ou son adjoint, ould oudaa, fut tué au combat, le futur vaillant général pris la poudre d'escampette et devint soudain « injoignable ».

quant à la « bravoure » du 3 août 2005, le locataire étant parti présenter ses condoléances, il était aisé que le gardien s'empare de la clé de la maison, il n'y eu aucun coup de feu. dans les annales de l'armée on appel cela de la lâcheté.

durant la transition de 2005 à 2007 quelques plumitifs pechmergas prétendaient que c'était grâce au général que la transition a pu déboucher à l'élection d'un civil, il aurait menacé physiquement Ely Ould Mohamed Vall pour le faire revenir sur « le vote blanc ».

le 06 août et ce qui a suivit donna raison à Ely, il connaissait mieux que tout le monde la nature du général et voyait qu'a travers l'élection il avait d'autres desseins que la restitution de la démocratie au peuple.

-L'ultime « exploit militaire » du général c'est lorsqu'il eu a affronter (à la tête de son BASEP armé jusqu'au dent et déterminé) à coup de menaces verbales et de tentatives de faire revenir un vieux sage connu pour ses vertus mystiques et non violente, sur une décision souveraine et conforme a la loi, la suite vous la connaissez...

2-le mythe de « la croisade contre les Roumouz-Elvessad

la majeure partie des fameux RV (terme consacré a juste titre par X ould Y ) et les plus voraces parmi eux sont des soutiens, certes provisoire, du général ; l'ancien dircab de Taya, ses quatre ex premiers ministres, la quasi totalité de ses ministres, directeurs et agents divers.

D'ailleurs, comment voulez vous que des individus, génétiquement programmer pour la prédation, mus par le seul appétit du ventre, puissent aller dans un camp ou seul les principes prévalent .(certes nous en avons un échantillon parmi nous, et c'est dommageable pour notre cause, mais ils sont venus se joindre a notre leitmotiv politique et non l'inverse) .

Dans ce registre le général utilise une vieille recette connue de tous les brigands: criez oooh voleurs et confondez vous dans la foule on perdra votre trace.

Ce mythe là , se fracassa sur l'autel de la nomination de Cheikh elavia comme ambassadeur au Maroc.

3-le mythe du « pourfendeur du népotisme»:

Au tout début de sa forfaiture, le général affirmait que le vieux sage dans un accès de népotisme soudain, nomma ses cousins et autres tijanis dans des postes juteux .

Le procès verbal d'une réunion tenue cette semaine dans un hôtel de la place et dont la paresse électronique s'est fait l'écho, en plus de l'emprise de cinq individus tous connues pour leur moralité douteuse (cf les récents déplacements à Paris de mohcene ould elhaj et la coterie de proches qui l'accompagnent ), prouvent à ne plus en douter que le général est un népotiste doublée d'un tribaliste.

Un responsable de l'état l'Etat assiste a une réunion tribale et de surcroit fournit les fichiers de l'état civil de tous les mauritaniens à des particuliers à la seule fin d'assouvir de folles ambitions que ni l'histoire ni les compétences ne justifient. la nomination aux postes des plus juteux et stratégiques de cousins du général, n'est qu'une preuve de plus.

Dire que si mokhtar ould dadah-allah yarehmou- avait démis de ses fonctions un administrateur qui avait assisté à une réunion tribale.

4-le mythe du « Champion des droits de l'homme»:

dans un discours qui demeurera historique, le vieux sage sidi avait reconnu les torts fait à nos concitoyens negros africains, promis de réparer et demandait pardon aux ayant droits. un climat de concorde nationale venait de naître et toute la classe politique (les Nasseristes, le MND, Elhor, les islamistes, les FLAM ) était unanime, exceptée une seule tendance qui cria au « bradage des acquis nationaux par la menace que constitue le retour de sénégalais compromettant par ce geste les équilibres ethnographiques de la Mauritanie », je cite l'un des idéologues du baathisme, ce groupuscule étant le seul a avoir soutenu le putsch...

récemment le général populiste en campagne avant l'heure, réunis des organisations fantômes et alla à kaedi pour faire une prière des morts. L'histoire retiendra qu'il était entouré par un HCE dont au moins quatre membres sont cités par les ONG's de droits humains dans des crimes de tortures si ce n'est d'assassinats de ces mêmes negros africains sur l'âme desquels ils firent leur prière.

un autre ex officier actuel vice président de l'assemblée et qui aida le général dans l'encadrement de son bataillon de « députés », avait fuit précipitamment la France en 1994 de peur de subir le sort d'un autre tristement célèbre capitaine condamné par contumace pour crimes de torture par un tribunal hexagonal.

dans les prisons du même général croupissent des prisonniers d'opinion et adversaires politiques et des salafistes présumés dont l'un est mort enchaîné faute de soins .

c'est le même général qui ordonna le matraquage de nos femmes, le ciblage et la tentative d'assassinat d'un digne militant des droits de l'homme, boubacar messoud, le gazage d'un président d'une assemblée nationale paré de son écharpe insigne d'élus du peuple et de personnes âgés et respectables tel que l' éternel combattant bedredine ( les deux premiers étant aussi de farouches militants de la cause haratine question éminemment liée au droits de l'homme ).

Le dernier président ayant osé maltraiter nos femmes en 1983 a finit par être déposé un certain 12/12.

Les touarègues condamnèrent leurs hommes à l'infamie de se voiler éternellement le visage après avoir abandonner lâchement leur douce moitié lors d'une de ces guerres épiques qui rythmaient la vie des hommes bleus .

5-le mythe du « champion de la lutte contre la gabegie»:

Le lendemain du putsch le général accusait le vieux sidi d'avoir voulu acheter, pour les retourner contre la motion de censure, quelques députés. Neuf mois après non seulement le général soudoya à coup de millions, puisé du trésor public, la conscience de tous les députés , sénateurs, notables tribaux et autres réseaux mafieux qui le soutiennent et il est en passe de vider le compte, théoriquement sous séquestre, dit « compte des générations futurs » dont il a déjà tiré la coquette somme de 45 millions de dollars US.

Les mains prédatrices du général s'épargnèrent une somme de 12 millions de dollars,un don de l'Arabie saoudite, destinée à l'amélioration des conditions de vies des soldats qu'ils prétend défendre.

Enfin, Le raquetage exercé sur les comptes de SNIM provoqua la démission de son ancien directeur général ne voulant pas être comptable de la gabegie du général.

6-le mythe du «citoyen simple et serein» :

Ces derniers jours le général est dépeint par ses laudateurs comme un simple citoyen au volant de sa berline se présentant a des élections normales dans un climat des plus démocratique et équitable .

La réalité est autre :

-le général n'a jamais démissionné de l'armée dont il tient les rennes par la terreur dissuasive de sa milice du basep.

-les portraits du général hantent toujours les murs des bureaux d'une administration façonnée a l'ordre kaki, un signe dissuasif d'un retour programmé.

-durant neuf mois, une pléthore de nominations de complaisance doublée d'une mise à l'écart des cadres gênant les desseins du général, rythmaient les réunions hebdomadaires des courtisans appelé « conseil des ministres » ; verrouillant ainsi l'administration et rendant inéluctable son sacre le 06 juin.

-la mise au pas de la TV-radio rendent inaudible les critiques de l'autre camp (la TV a changé quatre fois de directeurs en 9 mois).

-maîtrise de tous les leviers du pouvoir : les notables, le patronat et l'armée par la corruption. L'un des rares chefs tribaux qui lui résista, rendit l'âme pour ne pas devoir subir l'infamie de vivre dans un pays dirigé par ce général d'opérette.

Et pourtant ce dispositif est aussi fragile qu'un château de cartes, vous le verrez bientôt s'écrouler à la première sérieuse volonté de la rue ou d'un autre « ami » de l'armée, marginalisé ou désireux de rentrer dans l'histoire par la grande porte.

7-le mythe du « président des pauvres »:

La simple visite en grand pompe de l'hôpital national, doublé d'un achat de deux scanners apparemment défectueux et des promesses de nature populistes aux habitants du el-hay essakin ont achevé, aux yeux de la Tv-radio-RIM, le statut du général « président des pauvres ».

pourtant au vu des nombreuses décisions d'octroi de permis d'exploration et autres facilité pour le patronat, de la fragilisation du statut des travailleurs, c'est plutot de l'inverse qu'il s'agit.

8-Le mythe « d'un pays acceptant le putsch »:

Des le lendemain du 06 août les manifestations se suivirent au point que le général s'est trouvé dans l'obligation de les interdire de peur qu'elle déborde sur le palais. Depuis deux semaines les leaders courageux dans un geste de défi permanent organisent des Sit-in, des occupations d'institutions symbole de la démocratie( assemblée et sénat) malgré leurs caractères pacifiques, elles furent réprimées sauvagement par les forces de l'ordre avec un zèle sans précédent (l'inspecteur ould Nejib doit savoir qu'il a inscrit son nom dans l'histoire comme un tortionnaire, il en assumera seule les conséquences...). Les services de Sarkozy très proche du général, l'informeront certainement du fait que le coup d'état est largement contesté et que l'agenda du général ne passera pas.

09- le mythe de « la faiblesse de l'opposition au putsch »:

Dans tous ses discours le général n'a cessé de répeter au gré de son humeur que : « les opposants au putsch sont une poignée de 5 ou 9 personnes mues par leur simple interrets personnels.

C'est un véritable hommage du vice à la vertu ; comment un général qui a mis sens dessus dessous tout un pays juste pour garder un pouvoir, qu'il ne maîtrisera jamais, peut accuser les combattants de la démocratie de la sorte.

lors de leurs dernières manifestations , les forces démocratiques (le FNDD, le RFD , les Syndicats et la société civile) ont prouvé qu'ils demeurent en capacité de mobiliser largement la rue .

Je lance un défis au général et son bataillon de courtisans provisoires, d'organiser une seule manifestation de soutien au putsch qui soit spontanée et sans avoir à en rétribuer au préalable les participants.

10-Le Mythe du « général démocrate » :

-une autocratie est définie comme : «un régime politique où un seul individu détient le pouvoir»

-un despotisme s'installe lorsque « l'autorité est exercée par un individu qui règne avec un pouvoir politique absolu, et de manière abusive au regard des lois »

-une tyrannie: est « un système politique ou un seul individu dispose d’un pouvoir absolu. »

-une dictature désigne:« un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue, sans qu'aucune loi ou institution ne les limite »

-Une oligarchie est « une forme de gouvernement par une classe dominante nombreuse qui s'est cooptée elle-même selon des critères mal définis. »

-une ploutocratie :c'est un système de gouvernement ou l'argent constitue les fondements.

lorsqu'on examine de près ces qualificatifs, a l'aune des agissements du général, il n'est pas abusif d'affirmer qu'il est a la fois le dictateur, le despote, l'oligarque, le tyran et le ploutocrate....

Et ainsi, Il doit être combattu comme tel...


Mohamed Mahmoud Ould Maaloum


maatala

KBG a dit…

A-
Est-ce que tu as d'abord pensé aux remèdes contre la constipation avant la cannibalisation éventuelle? tu préfères saignant ou à point?

et puis fais gaffe comme disait ma mère contre les "soughounye" "3alvoute kar kar, hetch hetch megued **kedha lek" (en fait le nom de famille du député putschiste de ideychili Med el mokhtar o Ezamel)si tu vois un peu le genre!

Anonyme a dit…

Merhaba Maatala. A-

Anonyme a dit…

x enta mneine? Je veux faire paniquer le camp adverse. A-

Mballal a dit…

A-,

plus impressionnant, suis indigestE. Et moins d`affinité, s`il vous plait.

Anonyme a dit…

Détrompes-toi Mballal. l'ingérence inacceptable et illégale est plutôt celle contractée avec le Limogé, les putschistes et autres hors la loi.
Toute collaboration passant par le biais des autorités légitimes est une une collaboration légales. Le resqte n'est que balivernes. al-maadoumou char'3an ka al-ma3doumi hissan.
Lemtouni

Anonyme a dit…

Détrompes-toi Mballal. l'ingérence inacceptable et illégale est plutôt celle contractée avec le Limogé, les putschistes et autres hors la loi.
Toute collaboration passant par le biais des autorités légitimes est une une collaboration légale. Le reste n'est que balivernes. al-maadoumou char'3an ka al-ma3doumi hissan.
Lemtouni

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous sur rue 89

"Abattage des porcs en Egypte : une autre victoire de l'islamisme
Par Tahar Ben Jelloun | écrivain | 04/05/2009 | 20H00

Rien ne va plus ! Après la crise, enfin durant la crise, et à peine habitués à vivre avec la perspective de nouveaux bouleversements, voilà que la pandémie de la grippe vient renforcer et diversifier nos peurs. Mourir pauvres et grippés ! Punition divine. Et avec ça le ridicule de certains Etats musulmans qui refusent de nommer la maladie parce qu'ils sont censés non seulement ne pas manger de porc mais de refuser à cet animal l'asile.

Ainsi, bien informée, la grippe porcine fera un détour et n'entrera pas dans ces pays qui de tout temps ont rejeté la viande de cette bête qui se nourrit des immondices jetées par l'homme. En tout cas c'est la raison que l'islam donne pour interdire la consommation de la viande de porc.

Il faut dire qu'à l'époque du Prophète, il n'y avait pas de moyen de conservation et de protection des nourritures périssables ; l'islam, dernière religion révélée, a repris à son compte cet interdit alimentaire de la religion juive. Le verset 173 de la Sourate « La Vache » dit :

« Dieu vous a seulement interdit la bête morte, le sang, la viande de porc et tout animal sur lequel on aura invoqué un autre nom que celui de Dieu. »


Le verset 60 de la Sourate « La table servie » rappelle :

« Dieu a transformé en singes et en porcs ceux qu'il a maudits… »


Quels que soient les progrès sanitaires, le musulman fait un rejet violent de la viande de porc, symbole d'impureté et de souillure. Un interdit qu'il n'a aucun mal à observer. Certains ne refusent pas la consommation de l'alcool -sans modération- mais le jambon, si.

L'alcoolisme tue en terre d'islam. C'est une réalité que les Etats musulmans cachent hypocritement. Quant à la consommation de la viande de porc, elle peut à la limite augmenter le taux du cholesterol mais ne provoque pas les drames semblables à ceux de l'alcool.

L'Etat égyptien en profita pour abattre des centaines de milliers de cochons élevés par la communauté copte, une minorité chrétienne (10% de la population) dont les droits ne sont pas toujours bien respectés.

Ce fut sous la pression des Islamistes qui ne ratent pas une occasion pour créer des difficultés au gouvernement que l'Etat décida d'abattre des bataillons de porcs alors qu'aucune preuve n'a été apportée sur l'éventualité d'une contamination de l'animal à l'homme en Egypte. Ce fut par précaution et aussi pour éviter les critiques et les manifestations des islamistes.

Une façon aussi de discriminer la minorité copte et de faire croire que la grippe, comme le sida, est une punition que Dieu envoie à ses sujets qui s'égarent ! C'est ainsi que l'islamisme accumule des petites victoires en vue d'une prise de pouvoir un jour. Déjà, il attribue la crise du capitalisme à l'usage de l'intérêt qu'occasionne l'argent, chose strictement interdite en Islam mais si peu respectée.

Du coup, l'Organisation mondiale de la santé a changé le nom de cette maladie, d'une part pour ne pas vexer le Mexique, et d'autre part pour ne pas embarrasser les pays musulmans. Elle s'appelle la grippe « H1N1 influenza A ». C'est technique, c'est scientifique et c'est surtout consensuel. Le changement de nom permettra-t-il de mieux lutter contre l'épidémie ? Pour le moment c'est la peur qui a été bien installée dans le monde.

Nous vivons une époque où, tout en créant les raisons d'une panique, les Etats tentent de nous rassurer au point où nous ne savons pas ce qui est réellement grave et ce qui est exagéré. Un journaliste a eu la bonne idée de rappeler que le sida tue chaque année plus de deux millions de personnes dans le monde, le paludisme 1,3 million pour la grande majorité en Afrique. Quant à la grippe banale, la grippe hivernale, elle tue 7500 personnes chaque année rien qu'en France.

Et avec tout ça, nous devons avoir le moral, nous préparer à recevoir la mort parce qu'on aura serra la main ou embrassé une belle mexicaine !

maatala

Anonyme a dit…

Merci maata
pour ce morceau de choix de maaloum, il nous apprend que aziz est un dictateur, on le souhaite, il nous dit que son entourage sont des RV, il se trouve que les RV tenant le pays personne ne peut s’en passer ni sidi qui les fit revenir à la lumière et bien chargée, ni AOD qui voulu s’encanailler , ni les autres dont le juda qui nous a trahi tous pour aller les embrasser

Maaloum oublie juste l’essentiel :

Le mythe de l’intello mauritanien

Il fait de l’oublier bien que son jet en porte toute la définition : incantations de la part de monsieur propre donneur de leçon

mais surtout spectateur clean de la scène qu’il décrit , je n’ai ni le temps ni l’envie de reprendre tous ces mots pour les remettre dans leur contexte afin de dépouiller ce montage à charge qui n’a rien de mieux à proposer que la classe politique que nous connaissons et surtout le genre intello qui va avec dont maaloum en est un pur jus

Mais enfin survolons


1-Mythe du courage et de l’invincibilité

Faire partir le taya sans un coup de feu en préservant sa famille et la laissant partir tranquille retrouver papa, pour ensuite vous servir cette transition que maaloum adore on le verra bientôt qui débouchera sur la démocratie rêvée de maaloum, c’est ce que maaloum appelle de la lâcheté

« quant à la « bravoure » du 3 août 2005, le locataire étant parti présenter ses condoléances, il était aisé que le gardien s'empare de la clé de la maison, il n'y eu aucun coup de feu. dans les annales de l'armée on appel cela de la lâcheté.

Mais le nerf de la guerre maaloum le tient car pour encenser elycom seul un intello comme maaloum peut le faire, l’a-t-il fait gratis, quand on connaît ely on sait qu’il a le bras long ,

écoutons maaloum faisant tendrement confiance à elycom qui soit- dit en passant à laisser les caisses de l’état vide en partant

Maaloum »a dit : « le 06 août et ce qui a suivit donna raison à Ely, il connaissait mieux que tout le monde la nature du général et voyait qu'a travers l'élection il avait d'autres desseins que la restitution de la démocratie au peuple. »

2-le mythe de « la croisade contre les Roumouz-Elvessad

Passons, merci sidi baba merci la démocratie

3-le mythe du « pourfendeur du népotisme»:

Maaloum n’ayant rien trouvé chez sidi le démocrate remonte à perpette faut bien attérir quelques part surtout quand on parle de mythe loin d e notre réalité qui ne sert qu’à briller ce genre d’intello

« Dire que si mokhtar ould dadah-allah yarehmou- avait démis de ses fonctions un administrateur qui avait assisté à une réunion tribale. »

4-le mythe du « Champion des droits de l'homme»:

Rappelons que sans sidi le démocrate jamais ces salafistes ne seraient sorti et jamais il n’y aurait les drames que nous avons connus, quant aux prisonniers du général c’est vrai que les prisons sont pleines et surtout d’innocent « waf waf ente vem

« dans les prisons du même général croupissent des prisonniers d'opinion et adversaires politiques et des salafistes présumés dont l'un est mort enchaîné faute de soins . »

Le plus beau venant du grand mâle maaloum c’est la larme à l’œil pour les femmes battus, c’est bien sûr le maaloum qui irait les défendre avec ses mots mais jamais avec ses bras chacun ses armes n’est pas un homme qui veut
« c'est le même général qui ordonna le matraquage de nos femmes, »

5-le mythe du « champion de la lutte contre la gabegie»:

3 milliards en voyage de sidi , le psi et autres , 10000euro de ségala ect ect merci sidi merci la démocratie

6-le mythe du «citoyen simple et serein» :

S’il était pauvre il serait du peuple et quand on est du peuple on y crève, pour faire avancer les choses il faut être au pouvoir et sans rien vous n’êtes rien

7-le mythe du « président des pauvres »:

Là maaloum est vraiment minable voyez comment il met juste le mot « apparemment », il n’en sait rien, il ment c’est tout

« La simple visite en grand pompe de l'hôpital national, doublé d'un achat de deux scanners apparemment défectueux »

8-Le mythe « d'un pays acceptant le putsch »:

Maaloum va nous faire croire que le pays n’est pas soulagé de la fin de ces 15 mois de délires et que le front est polulaire, passons mais lisons

« Des le lendemain du 06 août les manifestations se suivirent au point que le général s'est trouvé dans l'obligation de les interdire de peur qu'elle déborde sur le palais. » veyavi !

09- le mythe de « la faiblesse de l'opposition au putsch »:

Là encore maaloum veut nous présenter l’opposition comme légendaire, vous la connaissez lisez tout de même c’est du maaloum en rage qui nous fait croire que aziz a détruit le pays en envoyant sidi en résidence surveillé et en permettant au front de s epavaner tout seul dans la rue

« C'est un véritable hommage du vice à la vertu ; comment un général qui a mis sens dessus dessous tout un pays juste pour garder un pouvoir, qu'il ne maîtrisera jamais, peut accuser les combattants de la démocratie de la sorte. »

Soudain maaloum lance un défi attention :

« je lance un défis au général et son bataillon de courtisans provisoires, d'organiser une seule manifestation de soutien au putsch qui soit spontanée et sans avoir à en rétribuer au préalable les participants. »

Il faut vraiment être un âne pour croire que si aziz demande une marche de soutien il ferait venir personne, c’est un piège ce défi car faire une marche de soutien à aziz c’est laisser croire qu’il abesoin de genre de démonstration , il n’est pas frontiste nous non plus

10-Le Mythe du « général démocrate » :

Pour l’instant il vous a offert une démocratie en marche, un président démocratiquement élu c’est lui , ce choix c lui tout c lui

Et si aujourd’hui il fait l’effort de jouer le jeu démocratique vide c’est déjà un début, ça viendra un jour petit à petit pour l’instant avec de tel intello une telle classe politique

Vive le général et crevez de rage intello à la solde d'elycom

Bebe BA a dit…

Lu pour vous:

Mamouny : Molesté pour avoir recueilli les propos d’Ahmed Ould Daddah

Mamouny, collaborateur de l’Agence Nouakchott d’information (ANI), a été molesté par quelques militants excités pendant la marche organisée par le FNDD et le RFD lundi 04 mai à Nouakchott. Le journaliste a été soustrait de la vindicte de ces militants par des responsables du Front anti putsch.

Les propos controversés du président du RFD, Ahmed Ould Daddah, rendu publics par le Site ANI ont été recueillis par Mamouny. C’est certainement pour avoir fait ce travail qu’il a été pris à partie par des militants.

Nous considérons ces agissements comme des atteintes à la liberté d’informer. Se battre pour la démocratie, c’est aussi expliquer aux militants que s’en prendre physiquement à un journaliste est une attitude antidémocratique.



Khalilou Diagana

Mohamed Mahmoud Ould Maloum a dit…

quelle malhonneteté
maaloum a cité ely just pour étayer une idée et toi tu l'accuse d'etre a sa solde .et toi tu es a la solde d'un général connu pour soudoyer tout
ceux qui le défendent

Anonyme a dit…

c'est vrai j'ai été aussi malhonnête que lui quand attaquant aziz, il se sert de la parole elycom comme si ct celle de l'iman malic

faut pas délirer non plus

quand on a le talent d'écrire ainsi rien ne sert de se perdre dans des articulations douteuses de petits couteaux, c'est mesquin

vous présentez aziz comme un démon c faut et vous le savez

vous n'êtes en rien plus sain que lui car vous n'avez aucune responsabilité de ce calibre

la réalité est là, les calibres RV sont là, le système est là

comment le combattre? là est la question

certainement pas avec ce profil d'intello qui tire de son fauteuil sur une image truquée par la haine et l'impuissance

aziz n'est pas un ange mais certainement pas ce démon

vous le présentez toujours en imbécile et ce qui vous tue c que vous savez que pour affronter les pièges vicelards des policards etdes faux idéalistes, il s'en sort jusqu'à présent très bien

il n' ya pas de héros dans cette affaire mais beaucoup de lâches et il n'en est pas un!

c tout

Anonyme a dit…

je suis un admirateur de la plume de ould maaloum et je le défend contre la bande a mokhchen elhaj qui essaye de le discrediter
excuse moi d'avoir usurpé ton identité c'est pour te défendre

Anonyme a dit…

voilà où ça mène quand on dit ce qu'on pense, il faut toujours qu'on vous associe à une clique

dieu merci lm et autres me connaissent et savent que je n'ai rien à voir avec ces gens ni quiconque qui de près ou de loin est payé pour défendre aziz

hélas d'ailleurs

Anonyme a dit…

Mballal,

Que veux-tu que je te dise? On va quand même pas rester coi pendant que vous menez le pays à la dérive. Il faut être sérieux. Je croyais que tu avais lu le texte d'Adama Sow dit Yaya. Il clôt le chapitre des commentaires sur l'interference des puissances aux saffagas militarisés et la declaration de l'Ambassade US n'est pas attaquable. Que dire de la position de la France, de la Libye et de l'Iran?

les elections sont dans un mois et la pression de tes compatriotes épris de democratie et de justice va commencer à monter, monter et monter. Aziz et ses amis ne doivent pas prendre le reste de ce pays pour des rigolos. Sidioca part et on va recommencer à zero sans l'influence des militires. L'election du 6 juin n'aura pas lieu. J'espère que j'ai été très clair. Merci de relire attentivement le billet d'Adama Sow. Tu respectes l'intelligence de nous autres et il n y aura pas d'affinité entre nous, mais le respect. Bonne nuit. A-

===========

Hankis-RFD-FNDD : Les incohérences infantiles des politiciens militarisés / Sow Adama
04-05-2009
Depuis que l’agence d’information ANI a tronqué (ou même inventé, car avec les nouvelles technologies on fait tout, aujourd’hui) des propos attribués à Ahmed Ould Daddah, les milieux politiciens militarisés se pourlèchent les babines...

...comme s’ils venaient de tomber sur la massue avec laquelle ils allaient assommer le FNDD et les autres forces démocratiques.

Retrouvant soudain un nationalisme sourcilleux pour le moins suspect, les voilà qui nous servent, avec une indignation aussi grossière que fausse, des sentiments souverainistes et des déclarations patriotiques dont est en droit de se demander où elles dormaient en eux tout ce temps qu’ils ont bêlé au bâton et à la botte de paille du général putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz !

Leur empressement de "s’indigner" au cours d’une conférence de presse des propos prêtés à Ahmed Ould Daddah, propos d’ailleurs immédiatement démentis par le Président du RFD et son parti et que rien ne prouve du reste, nous amènent à leur poser les questions suivantes :

Si vraiment ils sont mus par un souci sincère de la souveraineté de la Mauritanie et un désir de voir notre crise résolue sans l’immixtion des autres, pourquoi n’ont-ils jamais dénoncé l’appel lancé par Michel Vandepoter, l’ambassadeur de France pour la participation aux Etats Généraux de la Démocratie ? Pourquoi acceptent-ils que ce diplomate soutienne ouvertement le coup d’Etat et multiplie les visites chez le général Mohamed Ould Abdel Aziz auprès duquel il a détaché son premier secrétaire, Michel Antoina comme conseiller officieux ? Pourquoi ils se sont tus lorsque l’ambassadeur d’Allemagne, M. Shanze (photo) s’est ouvertement étalé en éloges de la mascarade des journées de réflexion putschiste et de leurs résultats ?

Pourquoi n’ont-ils jamais dit que "Ce genre de diplomate ne peut plus continuer à exercer chez nous" ? Pourquoi la "La confiance" avec ces diplomates pro-putsch du 6 août n’est pas "rompue." ?

Pourquoi ils n’ont pas levé le petit doigt lorsque Kadhafi a amené ici ses avions bourrés de militaires et d’armes, occupant notre capitale pour une semaine, réduisant à néant notre souveraineté ? Pourquoi ils n’ont pas réagi à la présence sur notre territoire, ces jours-ci, d’une base militaire française en construction pour protéger les intérêts de la société Total ? Pourquoi ne s’indignent-ils pas de cette humiliation flagrante faite à notre armée nationale ?

Si vraiment les Mohamed Ali Chérif, Ould Abdel Kahhar, Mustapha Ould Abeideramane et autres Khrini étaient si soucieux de la moralité des nos hommes politiques et réprouvaient tellement "que des Mauritaniens soucieux de leur pays s’adonnent à ce genre de relations avec des puissances étrangères" qu’ils exigent une commission d’enquête sur la question, pourquoi n’ont-ils jamais fait autant de boucan et demandé plus d’éclaircissements lorsque, sur plusieurs semaines, plus d’un média s’est fait l’écho du versement par l’Iran de 10 millions de Dollars au général Aziz comme prix de la rupture des relations avec Israël ? Pourquoi ne demandent-ils pas d’enquête sur les versements que le colonel Kadhafi aurait fait à la junte en dehors de tout cadre légal, dans le même cadre ? Pourquoi n’ont-ils pas réagi lorsque toute la presse a dit que le "Guide" a dit qu’il reporterait sa visite si l’Ambassadeur d’Israël n’était pas chassé ? Personne ne pleure cette ambassade, mais la fermer SOUVERAINEMENT, n’est pas la même chose que la fermer sur les ordres d’un chef d’Etat étranger ! Ou alors il ne s’agit pas, pour nos politiciens militarisés, d’atteinte à notre souveraineté ?

Après s’être époumonés, ces huit derniers mois à défendre le caractère "démocratique" de la forfaiture du général Mohamed Ould Abdel Aziz, les politiciens militarisés, dont la plupart avait pourtant sillonné le monde à la recherche de soutiens étrangers, étalent aujourd’hui une nouvelle incohérence infantile comme ils nous y ont habitués : quand les diplomates étrangers prennent une position favorable au putsch et aux putschistes, ils s’en vantent et s’en prévalent comme ils le font du soutien d’une infime partie de l’appareil politique français, la haïssable Françafrique, et lorsqu’un ambassadeur étranger exprime, au nom des principes qui guident la politique de son pays, son rejet du coup d’Etat et l’exigence par celui-ci du retour à l’ordre constitutionnel, il est taxé de "partisannerie" et d’immixtion dans les affaires intérieures de notre pays ! Lorsque la presse se fait l’écho, avec insistance, de l’aliénation par le général putschiste de notre souveraineté contre de l’argent, nos députés militarisés et autres chefs de partis de même acabit gardent un silence déshonorant ! Et lorsque des accusations mensongères – et formellement démenties par la personne à qui elles ont été attribuées – sont portées contre un diplomate opposé au coup d’Etat, ils retrouvent soudain leur "sens du devoir" et se mettent à jouer aux indignés et autres choqués ! Hypocrisies révoltantes, de la part de ceux qui nous ont habitués à une froideur de calcul politicien indigne !

Taisez-vous, messieurs, vous n’avez rien à dire ! C’est tout ce qu’on peut leur dire sans se faire éclabousser par l’opprobre que ces messieurs jettent sur notre pays en soutenant d’une si vulgaire manière un coup d’Etat militaire contre la volonté du peuple, tout en se prévalant du suffrage de celui-ci !


Adama Sow dit Yaya

Anonyme a dit…

Lu pour Bebe Ba. Un volutio orange pourrait degager le HCE. Ould Maaloum enta vem? Un grab II est necessaire. A-
===

Le coup d’Etat permanent

26.03.2009 | Philippe Thureau-Dangin




En Afrique, la saison des putschs est de retour. Après quelques années où l’on a beaucoup parlé de bonne gouvernance, revoilà le temps de la manière forte. Après les Comores, la Mauritanie, les deux Guinées (Conakry et Bissau), c’est le tour de Madagascar. Et ce n’est sans doute pas fini, car le continent connaîtra bientôt, dans la foulée de la crise économique mondiale, des turbulences sociales qui ne peuvent ­qu’aiguiser les ambitions politiques.

Pour autant, il y a des différences. Alors que, en Mauritanie, on a assisté en août dernier à un coup militaire assez classique, il n’en est pas de même à Madagascar. Dans la Grande Ile, en effet, on a vu des manifestations en nombre, un lieu de rassemblement devenu symbolique (la place du 13-Mai), une couleur – l’orange – qui a servi de drapeau à tous les mécontents… Tout cela ne vous rappelle rien ? Mais si, bien sûr, c’est la technique des révolutions dans l’est de l’Europe. Un modèle mis au point en Serbie et en Géorgie, encouragé ici ou là par des ONG américaines et qui fut exporté en Ukraine sous le nom de “révolution orange”, puis adapté au Kenya et au Liban par le Mouvement du 14 mars (toujours la symbolique des dates), et envisagé même en ­Biélo­russie… Chaque fois, on retrouve les mêmes ingrédients : l’organisation pacifique des colères légitimes en vue d’un renversement du pouvoir légal, et cela souvent avec l’aide de la “communauté internationale”. Malheureusement, l’avenir de ces coups n’est guère brillant. En Géorgie, le président a déçu ; en Ukraine, les principaux leaders orange se livrent une guerre sans pitié. Et ne parlons pas du Liban. Car l’inconvénient de ces putschs est de pouvoir être répliqués et de manquer de tout fondement légal. A Madagascar, le nouvel homme “fort”, Andry Rajoelina, aura du mal à rétablir l’ordre institutionnel face à d’autres groupes d’opposants*. L’Union africaine, qui a fait part de sa réprobation, sera impuissante. Comme l’a titré le Madagascar Tribune, le quotidien d’Antananarivo, nous ne sommes pas loin du “coup d’Etat permanent”. * Rajoelina insiste beaucoup sur la continuité légale car, selon la Charte africaine de la démocratie, l’auteur d’un putsch n’a pas le droit, en théorie, de se présenter à la présidentielle. En kiosque : n° 965 30.04.2009

Drogues : Et si on renonçait à la prohibition ?
En couverture
Une guerre inutile et coûteuse
GRIPPE PORCINE
Un virus qui joue à saute-frontières
Abonnez-vousaux services exclusifs de Courrierinternational.com
1 mois
5€




Les pays dans l'actualité
Afghanistan Afrique du Sud Algérie Allemagne Argentine Brésil Chine Corée du Nord Cuba Espagne Etats-Unis France Géorgie Inde Indonésie Irak Iran Israël Italie Japon Maroc Mexique Pakistan Pologne Royaume-Uni Russie Sri Lanka Thaïlande Turquie Union européenne





Insolites
Vous randonnez nu ? 200 euros d’amende
Paraguay : un grand cœur mais pas de capote
Le spam pourrit la vie – et la planète
Agressé au boulot par un robot
Mythomanes et menteurs compulsifs
Le prix du sang
Cannabisquerage

Anonyme a dit…

Bamako repond à Alger. Mais Bamako ne dit rien des accusations très graves de partage de sous des rançons entre les preneurs d'otges et Bamako. Il semblerait avoir eu une disparition de 2 millions d'euros qui se sont evaporés entre Kidal et Bamako. Ça c'est très grave. A-

--------

Saouti Haïdara &Chahaha Takiou- L’Indépendant, 05/05/2009

L’Indépendant réplique au journal algérien « Liberté » : « Boutéflika, le cancre de la lutte anti-terroriste dans la bande Sahélo-Saharienne »
mardi 5 mai 2009

Notre grand voisin du Nord, l’Algérie, que le Mali a vaillamment soutenu durant sa lutte d’indépendance, au début des années 60, continue d’afficher une belle ingratitude vis-à-vis de notre pays. Chaque libération d’otages occidentaux lui offre l’occasion de lancer, par presse interposée, une bordée d’injures et de propos condescendants contre la première institution du pays, le Président de la République, Amadou Toumani Touré. Cette fois, le quotidien de service, qui porte mal son titre « Liberté » est allé jusqu’à insinuer qu’il est atteint de démence. Décidément, l’Algérie sous Boutéflika ne connaît pas de limite à l’indécence et à la vulgarité.

Suite à une interview accordée par ATT au quotidien algérien, « Alwatan », un autre organe, prétendument appelé « Liberté », réputé être à la solde du pouvoir algérien, a commenté cet entretien en prêtant les pires intentions à ATT, en déformant honteusement ses propos, en mentant délibérément sur lui, en le dénigrant, voire en l’insultant. Notre confrère est vraiment tombé très bas.

En effet, c’est le 27 avril dernier que ce quotidien algérien, sous la plume d’un certain Mounir B., a publié un article intitulé : « La situation politique et sécuritaire au nord, après les allégations du président Touré : Quand le Mali protège le GSPC ».

Dès l’entame de l’article, il sort la grosse artillerie : « L’Algérie a toujours cru que le Mali, comme incarné par Amadou Toumani Touré (ATT), est un pays sur lequel elle pouvait compter dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Mais au regard des récentes déclarations du président malien, on est en droit de s’interroger sur la santé mentale du régime de Bamako ».

Ce confrère devrait s’interroger plutôt sur la santé mentale du président Boutéflika qui, on le sait, est sérieusement atteint (ses nombreuses hospitalisations en France en font foi). Quant à nous, il ne fait pas de doute que ATT est en excellente santé. En tout cas, il se porte sûrement mieux que Boutéflika lui-même qui, à 72 ans passés, a déjà un pied dans la tombe et regarde son avenir dans le rétroviseur.

Le plumitif Mounir B. de poursuivre : « …Le sanctuaire qu’il offre et l’impunité qu’il accorde aux deux groupes terroristes de la branche sahélienne du GSPC sont une réalité intangible. Le laxisme, sinon la complicité, à l’égard des réseaux de trafic de drogue a pris une telle ampleur que non seulement le cannabis marocain transite par le Mali, mais tous les réseaux de la cocaïne et, plus récemment, ceux de l’héroïne. Le troisième grief qui peut être fait au Mali d’ATT est cette incapacité chronique à mettre fin à la dissidence touarègue et à respecter les engagements pris lors de l’accord d’Alger du 4 juillet 2006 ».

Voilà des accusations frappées au coin de la stupidité. Si l’Algérie excellait elle-même dans la lutte contre les terroristes, il y a belle lurette que ceux-ci auraient disparu de son territoire. Ce que ce journaliste mal intentionné oublie, c’est que ces terroristes sont des Algériens pour l’essentiel. Ils sont tout en tout cas sauf des Maliens. Ce qu’il feint également d’ignorer, c’est qu’ils traversent sur une très large partie du territoire algérien avant d’arriver au Mali dans les circonstances que l’on sait. S’agissant du cas des otages occidentaux notamment allemands, autrichiens, canadiens et suisses, tous ont été enlevés hors du territoire malien, avant d’y être transportés.

Dans ce cas, que peut faire l’Etat du Mali ? De deux choses, l’une : soit ATT négocie leur libération, soit il décide de chasser militairement les preneurs d’otages de notre territoire, avec tous les risques qu’une telle opération comporte pour la vie des otages. Tout le monde convient que la première formule est la meilleure. C’est ce que le chef de l’Etat du Mali a choisie et conduite avec bonheur. Au grand dam des Algériens. Qui, eux, auraient préféré un bain de sang. Comme cela se passe quotidiennement à Alger et dans d’autres villes du pays depuis 20 ans.

Dans la lutte contre le terrorisme le long de la frontière commune, c’est bien Alger qui ne respecte jamais ses engagements. En effet, l’an dernier, des généraux algériens ont effectué une mission à Bamako, au cours de laquelle les deux parties ont convenu de mettre en place une commission mixte pour patrouiller dans l’espace limitrophe.

Le Mali a rapidement désigné ses responsables devant siéger au sein de cette commission et dégagé les moyens à cet effet. Depuis, le pays de Boutéflika traîne les pieds.

Un autre cas témoignant de la mauvaise foi manifeste de ce faux pays frère est, sans nul doute, son manque d’intérêt pour le forum sur la paix et la sécurité dans la bande sahélo-saharienne initié par Bamako.

Le Mali est convaincu que la lutte contre le terrorisme est transversale et qu’aucun pays, quelles que soient sa force et ses atouts, ne peut, à lui seul, l’éradiquer. C’est sur ce vaste chantier qu’on attend Alger.

Malheureusement, elle a toujours inventé des subterfuges pour en retarder l’échéance. Que dire lorsque le pyromane accuse sa victime de ne rien faire pour éteindre l’incendie ? C’est un secret de polichinelle que c’est bien l’Algérie et elle seule qui entretient et soutient le banditisme armé au Nord-Mali. Qui ne sait pas que ce pays a toujours constitué une base arrière pour la racaille qui tue et pille les innocentes populations maliennes ? Qui ne sait pas encore que ces voyous se ravitaillent en armes, en munitions, en carburant et en vivres à partir de Tamanrasset et autres Bodget Elmoctar ? Les exemples sont si nombreux que les colonnes d’un seul article n’y suffiraient pas.

Le plus grave, c’est quand le journaliste de « Liberté » met au passif d’ATT des situations imaginaires qui n’existent que dans son seul cerveau débridé avant de conclure en ces termes : « …Quand on a un passif aussi lourd à l’égard du terrorisme international, on se demande pourquoi la communauté internationale s’acharne sur le Soudanais Omar El – Bachir cloué au pilori du TPI pour moins que ça ».

Pour aller jusqu’à insinuer que c’est ATT qui doit passer devant cette juridiction internationale (Là M. Mounir confond CPI et TPI) et non El Béchir, il faut vraiment être le cancre de la presse algérienne. Mounir B. ignore certainement que la Cour onusienne est mieux renseignée que l’organe qui lui assure son pain quotidien. Elle sait qui, de Boutef et de ATT, est le plus condamnable pour « crimes de guerre et crimes contre l’humanité ». Voire génocide.

Saouti Haïdara &Chahaha Takiou

Anonyme a dit…

Les petits peschmergas a la solde de la junte se multiplient ces jours ci commes le virus de la grippe porcine, et distribuent à tort et à travers leurs portions indigestes et pleines de vénin.

Un dénommé Resistant (à la vérité) disait que la France et je ne sais quel autre pays soutien le bien ou une sornette du genre. Il doit nous édifier sur ce qu'il appelle bien.

Les Etats Unis d'Amérique ont prouvé à travers leur conduite dans le crise mauritanienne des sentiments d'amitié véritable à notre pays. Cela ne me surprend pas car je sais que si notre pays a pu continuer d'exister en tant que tel c'est entre autres grâce à l'appui des Etats Unis.

Je sais aussi qu'en 2004, lorsque certains pays dont la France ne vourlaient pas que notre pays bénéficie de l'annulation de la dette, les USA, la Grande Bretagne et Israel ont exigé que notre pays fasse partie des pays bénéficiant de cette faveur.

Je sais aussi que sans l'appui des Etats Unis, notre pétrole offshore n'aurait jamais été exploité.

Aujourd'hui les Etats Unis soutiennent depuis le 6 Août, le combat mené par les mauritaniens et mauritaniennes pour se soutirer de la poigne d'une junte en perte d'orientation.
Rien que ce valeureux soutien est beaucoup plus appréciable que tous les soutiens dont a bénéficié notre pays par le passé, car il forgera une démocratie réelle et véritablement arrachée. Aucun pays ne peut espérer mieux.

Sanhaji

Bebe BA a dit…

Lu pour vous:

LE MINISTRE ALGERIEN AUX AFFAIRES MAGHREBINES: "LES ELECTIONS DU 6 JUIN PERMETTRONT UN RETOUR A LA NORMALE"

Les élections présidentielles en Mauritanie prévues le 6 juin prochain permettront ‘’un retour à la normale’’ a souligné le ministre algérien délégué aux affaires africaines et maghrébines Abdel Kader Messahel.
Dans une déclaration à la Radio d’état algérienne M. Messahel a rappelé que l'Union africaine (UA) a encouragé, lors de sa dernière réunion, le processus de retour à la normale en Mauritanie, insistant sur le principe de la condamnation des changements politiques issus de processus non-constitutionnel.
"Nous avons insisté sur la recherche de solutions entre Mauritaniens eux mêmes", a-t-il dit, soulignant que les élections prévues le 6 juin prochain permettront un "retour à la normale".

Bebe BA a dit…

Lu pour A-

Alors que le président Tandja rencontre les rebelles et propose une amnistie: l’Algérie et le Mali agissent pour juguler l’instabilité dans la région sahélo-saharienne
(La Tribune d'Algerie 05/05/2009)

La tendance dans la région sahélo-saharienne est à l’apaisement après la libération des otages canadiens et la mise hors d’état de nuire du groupe qui les détenait dans le Kidal.

Un travail de fourmi a été mené par les autorités maliennes, soutenues par l’Algérie, dont le souci majeur est la sécurisation de ses frontières sud à travers une intense et franche coopération avec les pays riverains, notamment le Mali et le Niger où la rébellion touarègue a fait jonction avec les groupes terroristes qui font feu de tout bois puisqu’ils ont versé dans tous les genres de trafic, notamment les armes et la drogue. C’est à ce titre que l’Algérie, qui a fait de la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays son principe cardinal, a décidé de soutenir les pays qui demandent son l’aide.

A ce propos, une aide militaire est acheminée vers Bamako selon des sources maliennes cité hier par l’AFP. «Cette aide est riche et variée. Il y a par exemple du carburant pour nos troupes, des sacs de couchage, pour les ‘‘opérations spéciales’’, et même de l’armement», a affirmé une source proche de l’état-major de l’armée malienne, ne souhaitant pas livrer davantage de détails. Selon la même source, une partie du matériel est déjà arrivée. «Nous attendons au total cinq rotations d’avions algériens transportant cette importante aide militaire algérienne», a déclaré à l’AFP, de son côté, une source militaire aéroportuaire. Durant sa dernière visite à Alger, le ministre malien de la Défense avait évoqué avec le Président Bouteflika le renforcement de la coopération militaire entre les deux pays qui ont une frontière commune.

L’Algérie joue notamment un rôle de médiateur dans le nord du Mali entre le gouvernement malien et des groupes de rebelles touaregs. Depuis quelques mois, c’est l’accalmie dans cette partie septentrionale du Mali, l’armée ayant mis en déroute le plus opérationnel des groupes de rebelles touaregs, dont le chef, Ibrahim Ag Bahanga, a trouvé refuge en Libye. Par ailleurs, dans le nord du Mali, quatre présumés islamistes ont été arrêtés fin avril par l’armée. Parmi eux, figure un Algérien, proche d’un des leaders d’Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) qui retient en otages deux touristes européens.

Par ailleurs, on a appris que le président du Niger Mamadou Tandja a rencontré dimanche dernier à Agadez (nord) des délégués des combattants touaregs, auxquels il a même proposé l’amnistie s’ils déposent les armes. C’est un virage à 180 degrés que M. Tandja a effectué en acceptant, pour la première fois, un face à face avec des chefs rebelles depuis la reprise de la guérilla dans le nord du pays, notamment avec l’apparition du Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) en 2007. En dépit de nombreux appels du parlement et des ONG locales, M. Tandja avait catégoriquement refusé jusque-là tout dialogue avec les insurgés touaregs, en qualifiant leurs chefs de «bandits armés et des trafiquants de drogue».

«Depuis longtemps nous les avions appelés à déposer les armes et à venir construire le pays avec nous. Nous leur pardonnons car nous voulons la paix au Niger», a déclaré dimanche le président à la radio à l’issue d’une rencontre à Agadez avec une dizaine de représentants de trois groupes rebelles touaregs. «On ne construit pas un pays les armes à la main [...] Revenez travailler pour développer votre pays», a lancé en langue haoussa M. Tandja, dont c’était également le premier déplacement dans le nord depuis deux ans. Côté rebelles, on s’attend à ce que Niamey saisisse l’occasion pour sceller définitivement la paix dans le nord qui abrite les mines d’uranium.

«Depuis le début de la rébellion, nous avons libéré plus de 85 prisonniers : c’est un témoignage que nous voulons la paix», a commenté à la radio Ahmed Agaya, un délégué du MNJ. Selon lui, son mouvement a déjà transmis ses revendications au président. Pour un retour à la paix, les combattants exigent notamment une meilleure insertion des Touaregs dans l’armée, les corps paramilitaires et le secteur minier situé dans la zone du conflit. Aucune négociation n’est encore engagée et aucune date pour un désarmement éventuel ou la signature d’un accord de paix n’a non plus été annoncée à l’issue de cette rencontre.

Pour le politologue Souley Adji, «le revirement» du président Tandja s’expliquerait avant tout par «des enjeux économiques et financiers» liés à l’exploitation prochaine par le groupe nucléaire français Areva de la mine d’uranium géante d’Imouraren (nord). C’est d’ailleurs au lendemain de cette rencontre avec les rebelles que le président a officiellement lancé le chantier d’Imouraren. Mais, pour d’autres observateurs, le changement de cap de M. Tandja serait plutôt motivé par la perspective d’une prolongation de son mandat qui expire fin 2009.

L’historien Djibo Hamani relève en tout cas «une inflexion de l’Etat nigérien» qui a jusque-là campé sur une position «extrêmement intransigeante». Niamey et les rebelles ont engagé depuis mars des discussions sous les auspices du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi qui a appelé le 15 mars à Niamey les rebelles à déposer les armes et intégrer un processus de paix.

Une perspective qui a du mal à passer pour certains, notamment Nouhou Arzika, figure influente de la société civile, qui rejette «toute forme d’amnistie» pour les groupes armés avant d’être jugés. «Si le président et le parlement venaient à engager une procédure d’amnistie, nous réagirons fermement», a-t-il déclaré à l’AFP. Il exclut également «toute forme de négociation visant à accorder, sur fond de misère sociale, des avantages» aux insurgés, comme ce fut le cas avec les Accords de paix de 1995 qui avaient mis fin à la première rébellion touarègue.

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous sur cridem

"Liberté, démocratie, ordre et hasard : De la responsabilité de la première Fronde ...

...dans le dévoiement de la démocratie.


"Dans Parlement il y a parle et ment". L. CAMPION La fronde, vocable devenu bien de chez nous, depuis le soulèvement parlementaire contre le président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, a changé de camp.

Ceux qui voulaient plus de liberté et de démocratie sous Sidioca ont tu leurs revendications, laissant la latitude à un pouvoir issu d’un coup d’Etat de refaire la démocratie qu’il veut tailler, apparemment, à sa mesure. Du coup, les parlementaires qui ont soutenu le président Ould Cheikh Abdallahi passent à l’opposition au pouvoir de fait des Généraux.

Au-delà du simple changement de rôles et de décor, il s’agit pour nous de voir à quel degré se situe la responsabilité de la première Fronde dans le dévoiement de la démocratie.



Par la force des choses, le Général, pardon, «Monsieur», Mohamed Ould Abdel Aziz, deviendra, quelques heures après le vote du 6 juin 2009, le deuxième président «démocratiquement» élu de la République Islamique de Mauritanie. Par la force des choses, le tombeur de Ould Taya, et solide soutien de Sidioca lors de l’élection présidentielle de 2007, avant de le déposer le 6 août 2009, aura réussi le tour de passe-passe que voici : céder le pouvoir en 2005, le récupérer en 2007, tout en restant dans l’ombre, passer devant en 2008, et revenir en force en 2009 !

Et tout cela sous l’accoutrement de ce que le Général, démissionnaire ou pas, et ses soutiens politiques appellent, impudiquement, «Rectification», «retour à la légalité constitutionnelle». Par le biais d’un coup d’Etat, s’il vous plaît ! Par la force des choses, l’écrasante majorité des élus du peuple (députés, sénateurs, maires) auront contribué – rendu possible – cette conspiration contre la démocratie.

Oui, le déclenchement de la crise politique, son évolution programmée et son dénouement – si vraiment l’élection du 6 juin 2009 peut en constituer un – concourent, apparemment, à un même objectif, une seule obsession : donner à Ould Abdel Aziz par la voie des urnes un pouvoir qu’il a conquis en 2005 par les armes. Un pouvoir qu’il était obligé, sous la forte pression intérieure et extérieure, de céder temporairement, le temps de se préparer pour s’installer durablement dans un palais présidentiel qu’il affectionne tant et qui, le temps aidant, est devenu une partie de lui-même.

Il n’y a pas lieu de dérouler les faits d’une histoire que tout le monde connaît aujourd’hui par cœur mais de souligner le rôle, important, que les parlementaires frondeurs de la première heure ont joué dans ce qui pourrait vraiment ramener la Mauritanie vers un système politique pire que celui de Ould Taya, par le simple fait que ce dernier agissait à découvert, croyant bien faire, alors que la reprise du pouvoir par le Général Aziz découle d’un savant montage de ses conseillers de l’ombre.

Quelle naïveté, typiquement mauritanienne, quelle légèreté aussi, que de fonder le déboulonnage d’un président démocratiquement élu sur des faits comme : «il a empêché le dépôt d’une motion de censure», «les prix n’ont cessé de grimper depuis son arrivée», «des attaques terroristes ont eu lieu», «il a tourné le dos à sa majorité», «il a permis le retour des symboles de la gabegie».

Et mille et une foutaises de ce genre. Des faits qui sont peut-être tous vrais mais qui ne sont pas inscrits dans la Constitution mauritanienne pour dire que Sidioca «a failli». Curieusement d’ailleurs, tous ces «maux» n’ont été évoqués par les parlementaires, subitement lucides, que le jour où une impromptue motion de censure devait être déposée pour faire chuter le gouvernement à peine installé de Yahya Ould Ahmed Waghef.

Le moment choisi pour le déclenchement des hostilités par une majorité-opposition pousse à s’interroger sur des faits insolites : Sidioca n’a-t-il pas été poussé à l’erreur, dès les premiers jours, de son investiture, par ceux-là même qui lui reproche ces erreurs ? Machiavélique, n’est-ce pas ? Quand il a voulu s’ouvrir à deux partis de l’opposition (UFP et Tawassoul), on l’a laissé faire pour crier, moins de deux mois après «haro sur le…».

On l’a poussé à créer un parti, à l’image du très décrié PRDS, et contre l’avis du président de l’Assemblée national et du chef de file de l’Opposition démocratique, puis on s’est mis à faire tomber l’échafaudage. On lui fait porter, avec légèreté, la responsabilité des attaques terroristes d’Aleg et de Gallawiya, alors qu’il s’agit de question de sécurité pour lesquelles des hommes «compétents» ont été désignés.

Il est même responsable de la mort d’un jeune manifestant dans l’Est du pays, loin de Nouakchott, alors que les récentes brutalités de la police qui auraient pu, elles aussi, débouché sur l’irréparable, ne sont de la responsabilité de personne ! Il a empêché des parlementaires de faire chuter un gouvernement ? Pratique antidémocratique ?

Soit ! Mais que dire aujourd’hui de l’interdiction de manifester contre un coup d’Etat, de refuser une élection organisée unilatéralement, de dire non à la restriction des libertés ? Quels avis «avisé» les frondeurs, «défenseurs de la démocratie» et de la «séparation des pouvoirs», donneront-ils sur les faits singuliers de ces derniers jours ?

Quelles «raisons suffisantes» évoqueraient-ils à l’incommodante situation anticonstitutionnelle dans laquelle ils se trouvent aujourd’hui, avec un président «déposé, un général-président démissionnaire, un président du Sénat-président-de-la-République-par-intérim, un HCE déchargé de ses fonctions exécutives et législatives, mais continuant tout de même à veiller au grain, en attendant que «l’Autre» revienne ?

Ils ne pourront pas évoqué, en tout cas, «Esprit des lois» cher à Montesquieu qui prescrit cette même séparation des pouvoirs que au nom de laquelle, ils se sont «soulevés», au sens insurrectionnel du terme, contre le président Sidi. Le «je dis non, donc j’existe», brandi contre Sidioca, a-t-il été utilisé une seule fois contre l’omnipotence d’un HCE sûr de son fait ?

Tout cela pour dire aux chers frondeurs, qui refusent à des collègues d’user du même droit pour refuser ce qu’ils croient être injuste, que leur responsabilité dans la crise actuelle - et dans toutes les dérives du pouvoir actuel - est grande. N’ont-ils pas entretenu la crise jusqu’à pousser l’Armée à intervenir dans un jeu politique qui n’est pas le fondement de son existence ?

Une manœuvre qui, comme tout jeu, est loin d’être désintéressée. Ne dit-on pas que les parlementaire qui ont cautionné le coup d’Etat des Généraux ont déjà profité, et largement, de leur allégeance ? Assurant à l’action du HCE sa «légitimité» populaire et parlementaire, comme aimait à le dire le Général Mohamed Ould Abdel Aziz, ils ont propulsé, sans gêne, frères, fils, cousins, proches et alliés dans les sphères du pouvoir.

Et le peuple qu’ils sollicitent vigoureusement pour voter le 6 juin 2009 ne semble pas remarquer que «ses» élus règnent déjà en maîtres, du simple fait que se sont eux qui inspirent la politique de Généraux de l’Armée venus au pouvoir par infraction. Un parlementaire soutenant le coup d’Etat peut-il avoir le même statut que celui qui crie son refus de la prise du pouvoir par la force ?

Autrement dit, quelle valeur revêt aujourd’hui un parlement scindé en deux, qui ne s’est jamais réuni «normalement» depuis l’éclatement de la crise ? La distinction entre les deux types de représentativité parlementaire (pro et anti putsch), permet d’éclairer une question dont l’enjeu est directement lié à la responsabilité même du pouvoir législatif. Elle permet de s’interroger sur la «constitutionnalité» d’un Parlement dont les membres ont été élus entre deux coups d’Etat (3 août 2005 et 6 août 2008) !

Le pouvoir Législatif peut-il se prévaloir d’une quelconque légitimité après avoir «validé» un putsch contre un président démocratiquement élu et plébiscité un autre qui, même proprement élu, a quand eu le privilège incontestable d’avoir préparé les conditions de son élection ? L’élargissement du conflit de la Majorité à l’ensemble de la classe politique mauritanienne, avec le retour à cette fameuse bipolarité, est, elle aussi, une conséquence de la Fronde.

Aujourd’hui, une lutte à mort s’est ouverte, à l’échelle nationale, alors que, sous Sidioca, elle était circonscrite au Parlement. Comment les parlementaires frondeurs, qui aimaient beaucoup parler de «l’équilibre des pouvoirs», se voient-ils aujourd’hui dans un système où ils sont toujours les derniers à réagir, après le HCE et le gouvernement ? Leur soumission aveugle à l’Exécutif nous ramène à ce pouvoir qui se fonde essentiellement sur une seule «patte du trépied» Exécutif-Législatif-Judiciaire.

Cette vision, à demi comprise seulement par les frondeurs eux-mêmes, explique pour une grande part le comportement qui amène les «rectificateurs» vers une inévitable collision avec les légalistes. Se trompent lourdement ceux qui pensent que le pouvoir est comme une horloge ou une machinerie géante où les causes connues provoquent des effets attendus. Cette analyse déterministe a une première fois montré ses limites avec Sidioca qu’on dit avoir été choisi pour son «profil» permettant de préprogrammer toutes les actions à venir.

Dans un système politico-militaire mis en branle par un primum mobile, sans rupture totale avec l’avant 3 août 2005 et même l’entre-deux coups d’Etat de Ould Abdel Aziz, nul n’aurait aucun pouvoir sur qui ou quoi que ce soit, mais simplement, au mieux, une illusion du pouvoir. Quand un Etat impose une main de fer sur la vie quotidienne, que la moindre critique est bannie, que les citoyens sont partagés entre deux clans qui représentent le Mal et le Pire, que l’information est censurée par les médias publics, que les parlementaires de l’Opposition sont brutalisés par la police sans que leurs collègues de la Majorité dénoncent de telles vexations, alors qu’ils se sont offusqués dans le passé des taquineries d’une Première Dame, qui est le bénéficiaire de ce nouvel ordre ?

Le citoyen qui a besoin d’un minimum d’ordre ou le pouvoir lui-même qui se prémunit ainsi contre toute contestation ? Quand l’ordre fournit-il la stabilité nécessaire à l’économie et quand entrave-t-il les développements nécessaires ? Pour paraphraser Marx, il y a deux sortes d’ordre : l’ordre «socialement nécessaire» et l’ordre «superflu». L’ordre excède celui qui est nécessaire pour le bénéfice de la société et ne sert qu’au profit de ceux qui contrôlent l’Etat.

On peut inscrire dans ce cadre la propension du nouveau pouvoir à interdire toute manifestation, à envoyer ses forces contre des manifestations de femmes et de parlementaires. Parce qu’il risque de pousser les autres à réagir, comme le laissait entendre certains leaders de l’Opposition. Il est donc l’antithèse de l’ordre socialement nécessaire. Pendant plus de vingt ans, les Mauritaniens ont subi les brimades du régime de Ould Taya.

Ils n’ont jamais pensé à répliquer à «l’ordre» par le désordre. Ce qui prouve que le nouveau régime qui impose un ordre superflu à ses citoyens se prive de toute justification rousseauiste de son existence. Malgré l’opportunisme des uns et la realpolitik des autres, la Rectification, et le pouvoir qui en sortira le 6 juin prochain, risquent d’être soumis non seulement à la réprobation de l’opinion publique mondiale mais aussi à tout ce qui découlerait du tripotage de la démocratie par ceux censés la protéger.

Sneiba Mohamed

maatala

Anonyme a dit…

Enfin, ils prennent les choses au sérieux. Dans cette coalition, manquent la Libye et le Maroc. A-

============

Sécuritaire



L’Algérie a envoyé un important matériel militaire vers le Mali
4 pays préparent une attaque militaire, la plus grande du genre, contre « les Afghans du Sahel »


L’Algérie, le Mali, le Niger et la Mauritanie ont décidé d’effectuer une opération militaire, la plus grande et la plus importante du genre, contre les groupes terroristes dans les fiefs du Sahara appartenant à l’organisation d’Al-Qaida du Maghreb notamment les régions frontalières appelées dans les milieux sécuritaires « deuxième région Afghane ».
L’opération militaire contre Al-Qaida dans les régions frontalières communes entre les quatre pays est entrée en phase préparatoire. Les services de sécurité et des renseignements, notamment Maliens et Algériens, ont procédé à la collecte d’un grand nombre possible de renseignements. Le Mali et le Niger ont présenté à l’Algérie la liste des besoins militaires et logistiques. L’Algérie a accepté selon une source bien informée d’aider les forces de ces pays avec moyens logistiques importants avec la couverture aérienne et l’appui par des avions de guerre et appuyer toute activité de combat pour ces pays contre les terroristes. Les premières aides ont commencé à arriver hier au Mali.
Une source sécuritaire s’est réservée de divulguer le moment exact de l’attaque contre les terroristes et les gangs criminels, mais des informations recueillies de l’entourage des chargés de l’opération, ont indiqué que la fin de la crise des deux otages Britannique et Suisse veut dire le début du compte à rebours pour lancer l’attaque, et que le moment propice pour attaquer le groupe de Yahia Abi Amar sera le mois de Juin 2009, car la saison estivale au Sahara est la période pour les encercler et il se peut que ces pays soient contraints d’attendre l’été 2010 si jamais le rendez-vous de l’attaque est retardé.

Anonyme a dit…

Beba Ba,

Est ce que ce Messahel n'a pas pris un petit verre de trop? Ce qu'il dit est décousu de sens. In fine, il soutient la junte. Est-ce pour faire un mur autour de la junte pour taper dessus après? L'Algérie s'attaque au Mali en lançant des fleurs à la Mauritanie. On en veut pas de ce jeu. On veut qu'on arrête le salafisme et qu'on nous respecte. Merci pour l'article. A-

Anonyme a dit…

EST-CE QU'IL Y A DES ACTIVITE'S A' LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE DEPUIS LA "DEMISSION" DE L'USURPATEUR EN CHEF?

L'Etat Major est desormais siege des bandits du HCE!
La primature est siege du gouvernement illegal et illegitime!
Le Bureau de Mbare' est desormais la "Presidence officielle" de la republique.

LE PALAIS OCRE EST DEVENU LA RESIDENCE PRIVE'E DE LA TORTUE FACHE'E QUI EST COUCHE'E DANS SON...MARIGOT AU MILIEU DU BATAILLON CHARGE' DE LA SECURITE' DE LA PRESIDENCE (QUI A' SON TOUR EST DEVENU UNE MILICE PRIVE'E DE LA MEME TORTUE FACHE'E!!!!!!)

M'BARE' N'EST RIEN D'AUTRE QU'UN PORTEUR DE COURRIER POUR LA TORTUE FACHE'E!

Mon cher Sanhaji, je vous remercie pour l'excellent travail que vous continuez a' faire. Nous avons affaire a' des ignorants qui ne savent pas l'ampleur des destructions qu'ils sont entrain d'imposer a' notre pays.

Anonyme a dit…

SLT
Ould Nem Un baathiste directeur de campagne d'un FLAMISTE Kane Hamidou
A+

Anonyme a dit…

A+

Les extremistes des deux camps ont toujours tisse' des alliances pour detruire la Mauritanie. Ils n'ont absolument aucun respect pour la constitution, les lois en vigueur et la democratie.
ESSOULE ETFOU ALA CH'FEYGATEHOUM!!!

Rien qu'a' voir des imbeciles qui n'ont aucun respect pour leurs propres concitoyens tenter de mettre l'Ambassade des USA sur la defensive, me donne l'envie de vomir!!!!!
Les valeurs Americaines sont connues a' travers le monde. L'Amerique a libere' l'Europe des mains d'Hitler, elle a favorise' les independances de pays Africains, elle a investi des milliards de dollars dans des programmes de sante' et d'education dans presque tous les pays du tiers monde.
MOUS SOMMES TRES FIERS DU NOBLE TRAVAIL QUE LA MISSION DIPLOMATIQUE AMERICAINE NE CESSE DE FAIRE EN MAURITANIE. NOUS REMERCIONS LE CHARGE' D'AFFAIRES ET TOUS CEUX QUI TRAVAILLENT A' L'AMBASSADE DES USA A' NOUAKCHOTT POUR LEUR ENGAGEMENT EN FAVEUR DE LA DEMOCRATIE ET DU RESPECT DE LA CONSTITUTION ET DES LOIS EN VIGEUR EN MAURITANIE!

Ceux qui demandent le depart du Charge' d'Affaires ne sont pas de vrais Mauritaniens. Ils sont plutot des MAURES MAROCAINS, DES MAURES SENEGALAIS, DES MAURES GUINEENS, DES MAURES MALIENS ET DES HALPULARS SENEGALAIS. ILS NE REPRESENTENT PAS LE VAILLANT PEUPLE MAURITANIEN!!!!!

NOTRE MAURITANIE BIEN AIME'E EST SOUS UNE OCCUPATION ETRANGERE!!!!!

Anonyme a dit…

mohamed o.sneiba,retourne aux casernes, tes analyses ne valent pas la peine d`étre lus ici.
Khali anek kerh tes chefs generaux.

Anonyme a dit…

khalou anekoum sneiba, son papier n'est pas méchant, impossible à lire sans se dire " ça termine quand?"

enfin ça se termine, on souffle

il a dit je crois bien des choses intéressantes mais comme dirait chirac " aziz ça doit lui en toucher une sans faire bouger l'autre"

j'adore les félicitations de couly à sanhaj le résistant: quelle équipe!

couly , on a rien contre les usa , c'est un grand pays et une majestueuse démocratie, mais il faut de temps en temps reconnaître que dans leur pré-carré ce fut toujours aussi sordide que la françafrique de la pire époque

avec obama on espère voir quelques changements, ça vient, déjà l'aipac se divise et commence à comprendre que israel devient incontrôlable , dangereux pour les juifs et le monde comme partout quand des fanatiques prennent le pouvoir avec autant de pouvoir de nuisance

passons

autre chose: avez-vous les photos sur cridem des ténors A.O.D et son juda et autres en pleine marche autorisée

A.O.D les bras croisés, le regard sévère sembler provoquer les forces de l'ordre en pensant " khassni la neubtate, wahaw ssa do chovou l'ac"

il semblait dire aussi à son juda " ne t'inquiètes pas ils n'oseront jamais te babasser si je suis là"

le juda lui semblait marcher en profitant de cette liberté et de cet air frais, on eût dit qu'il pensait aux derniers coups de matraques et qu'il se disait " finalement c cool, ils sont sympa, pourvu que personne ne les provoquent"

mais dans son sourire et son regard je crois qu'il serait prêts à recevoir d'autres coups à condition que son ami A.O.D, le hautain, goûte à la chose, on ne se refait pas

pour le reste:

après le 6, pour ma part, je laisserai ici la place aux sanhaj et autres résistants pour qu'ils se défoulent, l'important sera ailleurs

l'essenteil pour moi c'est que le coup de poignard machiavélique du 6 ne triomphe pas! que le front que nous connaissons ne passe pas! que les intellos ayant la haine des militaires juste parce que ces des militaires ne triomphent pas!
que l'opposition qui s'en tape de la base , trahit ses principes et les siens, se retrouve , s'embrasse, s'encanaille, quelle ne passe pas!

je souhaite la victoire de l'audace prise au piège!

ensuite c'est autre chose, on l'a déjà dit, il faut que les citoyens et l'opposition fassent le point

comment se fait-il qu'après 30 ans de dictature , nous ayons d'autre choix que de préférer un homme fort au sommet du système plutôt qu'un homme de paille?

comment se fait-il que regarder du côté de l'opposition , c'est pathétique tant de virages, d'occasion manquée, de traîtres , de fonctionnaires de l'opposition se battant pour des statut et des miettes

on n'oubliera jamais les manoeuvres de l'UFP, souvenez-vous, agitant le statut de l'opposition pour avoir s apart de ce cadeau maudit, ils se sont tous entretués pour se statut et c'est la majorité de leur ennemis qui ont voté les rectifications du statut

honteux, misérables, voilà le résultat

vivement le 6 et que Dieu protège la mauritanie des mauritaniens!

Anonyme a dit…

Maata,
Belghiss mnein?
Vivement le retour de Belghiss.

Anonyme a dit…

Bamako et Alger s'insultent par journaux interposés. Mais ils commencent à avancer. Je crois que l'interview de ATT a fait mouche. A lire car c'est un article de Tlemçani, A-


===========

Lutte contre El qaïda dans la région du Sahel : Aide militaire de l’Algérie au Mali


Le premier gros cargo, transportant d’importantes quantités d’armes, de munitions, d’équipements et du matériel militaires, est arrivé hier matin à l’aéroport de Bamako, au Mali. Il sera suivi de quatre autres cargaisons constituant l’aide militaire algérienne à l’armée malienne, prévue dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée en général et le terrorisme en particulier. Des patrouilles militaires mixtes entre les deux pays devront également être mises en place prochainement.




Coopération Algéro-Malienne

Attendu avec impatience depuis assez longtemps, le premier chargement d’une aide militaire algérienne destinée à l’armée malienne est arrivé hier à l’aéroport de Bamako, a-t-on appris de source diplomatique. Il s’agit d’un important lot d’équipements militaires, d’armement, notamment des armes d’assaut, de munitions et de matériels de télécommunication et du carburant. Ce premier chargement sera suivi dans les semaines à venir de quatre autres, transportés par de gros avions des forces aériennes algériennes. Selon nos sources, l’aide intervient dans le cadre de la coopération entre les armées des deux pays, surtout dans le domaine de la lutte contre la criminalité organisée en général et la lutte antiterroriste en particulier. La liste des besoins militaires maliens a été d’ailleurs remise aux autorités algériennes, il y a à peine trois semaines, lors de la visite de plusieurs hauts gradés de l’armée algérienne à Bamako. Il restait juste à réunir ces besoins et à les acheminer en cinq voyages aériens répartis sur plusieurs semaines. Nos interlocuteurs ont précisé par ailleurs que l’accord pour l’envoi de cette aide a été donné par le Président, en personne, au ministre de la Défense malien, Natié Plea, lors de sa visite à Alger, en juin 2008. Lors de ce déplacement, Natié Plea qui était accompagné d’une forte délégation, dont de hauts responsables des services de renseignements, s’est entretenu avec ses homologues algériens sur les moyens de renforcement de la coopération militaire algéro-malienne, notamment en matière de sécurité aux frontières des deux pays, fortement secouées par les activités terroristes d’une part, et la criminalité organisée, d’autre part. La multiplication des enlèvements terroristes dans la région et le développement des trafics d’armes, de drogue et d’êtres humains ont accéléré la nécessaire coopération. Mais, comme la volonté politique ne pouvait à elle seule suffire, l’armée algérienne a accepté d’apporter une aide matérielle aux forces maliennes, mais également un soutien en matière de formation pour les troupes chargées de cette lutte.

Il était même question de mettre en place des patrouilles militaires mixtes algéro-maliennes pour traquer les terroristes et les trafiquants des deux côtés de la bande frontalière. Avec satisfaction, l’armée malienne a reçu hier le premier convoi aérien dépêché par les autorités algériennes. Selon nos sources, « il y a de tout. Des sacs de couchage, les jumelles à infrarouge, une importante quantité d’armements lourds et légers, ainsi que des munitions, du carburant, des véhicules tout-terrains, des moyens de télécommunication, etc. Enfin, tout ce dont ont besoin les patrouilles chargées d’assurer la sécurité et qui seront implantées surtout dans la région du nord du Mali, où les terroristes sont très actifs ».

Menaces sur la région Sahélo-saharienne

Cette aide arrive au moment, faut-il le préciser, où quatre éléments du GSPC, qui avaient tendu une embuscade à une patrouille militaire au Nord, ont été arrêtés, parmi eux un Algérien, un Malien et un Mauritanien. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il y a une semaine, le président Amadou Toumani Touré (ATT) avait insisté sur le fait que son pays n’a pas les moyens de faire face seul aux nombreuses menaces qui pèsent sur la région sahélo-saharienne. « Le Mali fait toujours face aux menaces. Nous les combattons quotidiennement. Les quantités d’armes, de munitions et la drogue que nous interceptons régulièrement sont la preuve de nos engagements sur le terrain. Les bandes frontalières du Mali sont immenses au nord : 1200 km de frontière avec l’Algérie, 2000 km avec la Mauritanie et 900 km avec le Niger. Est-ce facile de maîtriser tous ces espaces avec le peu de moyens que nous avons ? Raison pour laquelle je dis que la solution ne peut être que collective », avait-il souligné. Selon lui, si la région fait face à autant de menaces, c’est parce que « à chaque fois qu’il y a une attaque nous sommes tous là à nous regarder et à nous renvoyer mutuellement la responsabilité sans prendre la peine d’agir. La question n’est pas de savoir pourquoi les terroristes sont au Mali, mais plutôt comment ils y sont arrivés. Il ne peut pas y avoir de choses que le Mali et l’Algérie ne peuvent se dire. Nos deux pays sont liés par des relations ancestrales et historiques ». Le président malien avait également laissé suggérer qu’au niveau de l’opérationnel sur le terrain, un blocage persiste, sans pour autant être explicite. « Il y a objectivement quelque chose qui bloque sur le terrain. Pourquoi tout ce temps à ne rien faire ? Pour quelle raison nous n’avons mis aucun dispositif ou système d’alerte qui puisse nous permettre de communiquer entre nous sur des menaces aussi graves ? Le Mali, c’est une superficie de plus d’un million de kilomètres carrés. La frontière entre l’Algérie et le Mali est de 1200 km ». Reconnaissant au passage que les deux pays sont en voie de voir comment travailler ensemble, il dira : « J’avoue que nous sommes beaucoup plus au stade théorique que pratique. Il faut que nous descendions un peu sur le terrain, parce que c’est là que le problème se pose réellement. » Pour de nombreuses sources, le président malien a mal apprécié que l’aide promise par Bouteflika n’ait pas été acheminée en temps opportun. Un retard que ATT a assimilé à des blocages. Peut-on dire que le contentieux entre les deux pays a été réglé ? La réponse est difficile à avoir pour l’instant. i




Par Salima Tlemçani

Anonyme a dit…

On parle de nous autres les empecheurs de tourner en rond. A-

================

Quand le chemin de la démocratie passe par le web© La rédaction web de Jeune Afrique


Les récents événements politiques en Afrique ont révélé une nouvelle forme d’engagement. Face aux crises à répétition, des citoyens utilisent désormais Internet pour promouvoir la démocratie.



Ushahidi est sans doute l’exemple le plus fameux de la cyberconscience africaine. Cette plate-forme participative a été créée en janvier 2008, quelques jours après le début des violences postélectorales au Kenya. Elle a permis presque en temps réel de répertorier sur une carte empruntée au logiciel Google Map les incidents constatés sur le terrain : émeutes, arrestations, morts… L’originalité est d’avoir donné la possibilité à tous les témoins d’envoyer un signalement par e-mails ou SMS, à l’image des contributions apportées à l’encyclopédie Wikipedia.
L’idée est venue d’une jeune avocate, Ory Okolloh, diplômée de Harvard et fondatrice en 2006 d’un observatoire du Parlement national. C’est ensuite la blogo-sphère kényane, diaspora et locaux réunis, qui s’est mise au travail pour créer cet outil. Pas étonnant : elle est l’une des plus actives du continent. Ushahidi signifie « témoignage » en langue swahilie. Un nom qui résume précisément l’objectif du site (ushahidi.com). « Nous croyons, écrivait Ory Okolloh sur son blog, que le nombre de morts annoncé par le gouvernement, la police et les médias, est sous-évalué. Nous ne pensons pas avoir une réelle image de ce qui se passe. »

Au cours du mois de janvier, Ushahidi dénombrera plusieurs dizaines de faits graves, dont une grande partie avait échappé aux médias traditionnels, selon une étude menée par Patrick Meier, doctorant à l’université Harvard. La plate-forme va rapidement devenir une source d’information essentielle pour les Kényans installés aux États-Unis et en Europe : plus de 32 000 visites pendant les événements. Les locaux ne sont pas absents, puisque près de 5 500 d’entre eux ont accédé au site sur la même période. Le succès tient d’abord à l’absence de parti pris. Au Kenya, les violences renvoient à des conflits territoriaux plus anciens, explique la géographe Claire Médard : « Il faut saluer le travail de validation et de modération des informations qui a évité de véhiculer des sentiments de vengeance comme on aurait pu le craindre ». Un travail qui a suscité un véritable engouement médiatique – Jeune Afrique, BBC, The Guardian –, faisant grossir un peu plus les attentes d’une reprise du dialogue entre le pouvoir et l’opposition en vue d’une solution négociée. L’intelligence des créateurs du site est surtout de n’avoir pas limité leur initiative au seul Kenya. La plate-forme a été déployée en Afrique du Sud lors des violences xénophobes de la mi-2008, puis en RD Congo en novembre pour rendre compte des violences dans l’est du pays. En début d’année, elle trouvait un nouveau champ d’exploration à Madagascar et, pour la première fois hors du continent, à Gaza (projet piloté par la chaîne arabe Al-Jazira).


Au Zimbabwe, c’est un autre projet qui marque les esprits et réunit chaque jour plus de 4 000 internautes. Sokwalene – « Assez, c’est assez » – tient son nom d’un groupe qui milite pour la démocratie. Leur site, sokwalene.com, présente photos, vidéos et infographies pour illustrer les atteintes répétées aux droits de l’homme. Entre les scrutins électoraux du 29 mars et du 18 juin 2008, les cyber-activistes ont recensé sur une carte plus de 2 000 actes de violence politique avérés. « Ça a eu un gros impact, confiait un des membres de l’organisation. Nous avons reçu des messages de journalistes nous remerciant de rendre la situation plus compréhensible. » Preuve de son intérêt pédagogique, le visuel a été utilisé par la chaîne CNN.
Mais les sites Internet ne se limitent pas à comptabiliser les victimes. Fin 2008, Ushahidi a enclenché une nouvelle étape dans le processus de réconciliation kényan. L’équipe du site a organisé un vote pour célébrer les « justes » qui ont accompli un geste pour la paix durant les troubles. Plus de cinq cents héros méconnus ont été mis à l’honneur. Et comme on récolte ce que l’on sème, les trois plus populaires ont reçu un chèque de 100 euros. Et leur histoire a été publiée dans le Standard, premier quotidien du pays.

maatala a dit…

Salam

Lu sur ani

"Front National pour la Défense de la Démocratie


Communiqué

Depuis quelques jours, certains milieux affidés des putschistes ne cessent de colporter en les manipulant au gré de leur sombre dessein, des propos prêtés au Président du RFD. Bien que l’auteur putatif de ces propos les ait publiquement démentis lui-même, ils continuent encore de nourrir le discours indigent et vulgaire des milieux en question et de susciter maints commentaires visiblement commandités dans une certaine presse peu regardante quant à la déontologie et au respect des règles journalistiques.

Face à la persistance de cette campagne d’intoxication et à l’hypocrisie qui la sous-tend ; campagne visant à déstabiliser les positions légalistes au sein de la Communauté internationale, le FNDD tient à donner les précisions suivantes :

1- Les déclarations attribuées au Président du RFD- et démenties publiquement par lui- comportent aussi un volet dénonçant l’immixtion des services secrets français dans les affaires intérieures de notre pays. Il est révélateur de la mauvaise foi de nos vaillants parlementaires et Chefs de partis putschistes qu’ils n’aient réagi qu’aux seuls propos supposés concerner l’Ambassade des USA.

2- En matière d’ « ingérence dans les affaires de notre pays », il est de notoriété publique que les réseaux de la Françafrique sont impliqués dans le coup d’Etat contre le Président démocratiquement élu, Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi ; coup d’Etat qu’ils ont soutenu et continuent toujours à appuyer, sabordant à chaque étape les efforts de la Communauté Internationale visant à rétablir l’ordre constitutionnel issu d’élections libres et transparentes. Fidèle à sa sinistre réputation d’officines politico affairiste de la mafia néocoloniale, la Françafrique ne prospère, en effet, que sous les régimes d’exception, dans des économies où prédominent les rentes et d’où la saine concurrence est exclue et sur les ruines des projets démocratiques et de bonne gouvernance dans le Continent africain. Ce faisant, elle risque de ternir l’image de la France des Droits de l’homme et de la Démocratie et d’en compromettre les intérêts stratégiques à travers le continent.
Ses représentants dans notre pays, officiers traitants de la junte, sont désormais démasqués et leur action nuisible connue de tous.
C’est sans doute parce qu’ils partagent avec ces réseaux le même dessein anti-démocratique et antinational que nos parlementaires et Chefs de partis putschistes ne considèrent pas que les menées déstabilisatrices de la Françafrique constituent une ingérence dans les affaires intérieures du pays ;


3- Il est également de notoriété publique que la junte militaire et ses soutiens parlementaires et politiques ont poussé l’ignominie jusqu’à aliéner la souveraineté de la Mauritanie, sa dignité, son histoire, sa culture et les valeurs religieuses et morales de son peuple, chaque fois q’un soutien du coup d’Etat a été marchandé avec une partie étrangère. D’où vient donc ce souci subit des parlementaires et Chefs de partis putschistes prébendiers pour la souveraineté nationale ?

4- La Coordination des Forces Démocratiques (CFD) – partis politiques, confédérations syndicales et ONG des droits humains -, creuset des forces vives du pays consent, depuis sa création en Octobre 2008, tous les sacrifices individuels et collectifs pour sauver la Mauritanie du rapt du général et ses laudateurs. Cette coalition incarne la volonté populaire et tire sa force de son dessein patriotique de restaurer la souveraineté nationale représentée par les institutions issues des élections de 2006-2007. Il n’est donc guère surprenant que la CFD soit l’objet de complot et de calomnies de la part des milieux prébendiers se nourrissant à la sève des régimes d’exception !

5- Tout comme nous ne sommes pas surpris de la position ferme et conséquente des Etats-Unis d’Amérique en faveur de la restauration de l’ordre démocratique en Mauritanie.
Le Front National pour la Défense de la Démocratie tient, à cette occasion, à exprimer ses vifs remerciements au peuple américain et au gouvernement des Etats-Unis pour cette position constante de rejet du coup d’Etat du 6 août 2008 et de promotion de l’idéal démocratique. Le peuple mauritanien leur saura gré d’avoir apporté leur appui à son combat contre ce fléau dévastateur, aux conséquences incalculables sur la population mauritanienne et sur la stabilité et la paix civile en Afrique et dans le monde.
Aussi, sommes-nous en droit d’attendre des grandes nations du monde d’assumer pareillement leurs responsabilités internationales envers notre Continent que certains veulent condamner à végéter dans un interminable règne d’échec étatique, de régression démocratique et d’indigence économique.

Nouakchott, le 5 Mai 2009

Le Front National pour la Défense de la Démocratie
-----------------------------------

Le point numéro 2 en dit long sur leur désillusion.

Ils ont toujours cru (ces pleutres) que les autres (la CI) allaient faire leur boulot à leur place dit le Fou

maatala

Mballal a dit…

Les petits peschmergas a la solde de la junte se multiplient ces jours ci commes le virus de la grippe porcine, et distribuent à tort et à travers leurs portions indigestes et pleines de vénin.
----------------------------
Sanhaji,yatik al-Avya,

Pourquoi cet état d`irritation extrême et manque de maitrise de soi. Les mêmes notions communes de la vertu, sont celles mêmes qui doivent régir les rapports virtuels entre les hommes, disons éduqués.
A vous lire,vous êtes au bout du souffle . Visiblement en passe d`arguments de conviction valables.

Je tiens humblement à vous faire savoir, cher Sanhaji, que le gouvernement mauritanien et le HCE, dans le souci certainement de préserver au mieux nos relations avec les Etats Unis, n`ont jamais inquiété le chargé d`affaires de cette ambassade, qui, par ses agissements encore une fois non conformes à son statut d`agent diplomatique, défie toutes les normes conventionnelles et coutumiéres de la courtoisie et du droit des relations
internationales.
Le HCE et son gouvernement auraient pu procéder comme l`ont fait recémment certains gouvernemnets latino-américains, dans des cas similaires. Il n`ont pas hésité, Je vous le rappelle, à expulser simultanémenent trois ambassadeurs us de trois Etats latino-américains, pour avoir tenter d`influencer les processus politiques internes dans ces Etats. Usant des mêmes procédés arrogants d`immixtion, dont fait usage aujourd`hui notre trés indélicat hôte-le chargé d`affaires de l`ambassade us à Nouakchott. Le gouvernement américain avait d`ailleurs digéré la pillule de cette expulsion humiliante, sans faire de commentaires.Car il sait pertinément que le droit de la raison n`était pas de son coté.

Vous dites:
---------
Je sais aussi que sans l'appui des Etats Unis, notre pétrole offshore n'aurait jamais été exploité.
Vous vous referez à quoi ici ? vous voulez parler de l`Australie, peut être.
Il n`éxiste à ma connaissance aucun cadre de coopération pétroliére bilatéral avec les Etas Unis,et le volume de la coopération mauritano-américaine n`a jamais été par ailleurs déterminant pour notre pays.

Quant à ce passage de votre posting, où vous faites l`apologie de l`Etat sioniste, pour avoir permis avec les Etats Unis et la Grande Bretagne l`annulations de la dette mauritanienne, je vous confirme le caractére absolument gratuit et infondé de ces affirmations.

Les Etats Unis sont un Etat démocratique, avec lequel nous voulons avoir des relations de partenariat, empreint de respect et d`intérêt mutuel. et pour citer le président américain Barack Obama, dans son programme de coopération avec le monde islamique, nous voulons, a-t-il dit, des relations avec le monde islamique, basées sur le respect reciproque et l`intérêt mutuel.Fin de citation.

Vous constaterez cher Sanhaji, que ce principe du droit international, proné aujourd`hui par l`Amérique, exclut ipso facto toute forme d`arrogance ou de mépris dans la sphére des relations inter-étatiques.

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"L'Edito de Biladi.

Le site d’information en ligne Al Akhbar évoque depuis hier l’existence d’une initiative de sortie de crise qui aurait été exposée aux belligérants par certains des médiateurs (ou par tout le monde) qui s’activent encore et croient toujours possible d’arriver à un arrangement ou même à une solution concertée du problème.

Cette nouvelle proposition, qui tait le statut du président Sidi, comprend plusieurs points dont essentiellement: le report de l’élection présidentielle à une date ultérieure ne dépassant pas trois mois ; formation d’un gouvernement d’union nationale dans lequel tous les partenaires y seront représentés ; changement des Walis et Hakems ; désignation d’une nouvelle commission électorale indépendante…

Selon cette information, une délégation de l’Union africaine ferait route actuellement pour Nouakchott afin de rencontrer les acteurs de la crise. Le ministre sénégalais des Affaires étrangères, autre médiateur, est attendu lui aussi en Mauritanie.

Sur la base de l’évolution des choses sur le terrain, il est difficile de croire à la possibilité d’un quelconque accord. Les autorités en place ont déjà mis tout en œuvre pour l’organisation de l’élection à la date qu’elles avaient fixée.

Les opposants au putsch ont mis en branle leur mécanisme afin de faire échouer ‘’le calendrier unilatéral’’. Chacun suit avec acharnement sa logique et l’atmosphère politique lugubre qui règne dans le pays ne présage pas d’une possibilité de dialogue entre les deux camps.

Autre facteur qui accrédite cette vision: les informations qui arrivent d’Addis-Abeba, où doit se tenir mercredi prochain la session du CPS consacrée au dossier de la Mauritanie et qui évoquent la mise en exécution des sanctions, risquent de gâter davantage les choses.

Info source : Biladi (Mauritanie)

----------------------------------

Retenez bien cette proposition :

"qui tait le statut du président Sidi, comprend plusieurs points dont essentiellement: le report de l’élection présidentielle à une date ultérieure ne dépassant pas trois mois ; formation d’un gouvernement d’union nationale dans lequel tous les partenaires y seront représentés ; changement des Walis et Hakems ; désignation d’une nouvelle commission électorale indépendante…
-------------------

Le Khénéral dira Banco à cette proposition, car il sait qu'il a atteint un tel niveau de popularité(grâce à la C.I qui lui a largement donné le temps de faire du populisme) et a sa tribut et autre RV pour lui amasser un trésor de guerre.

En acceptant, il apparaîtra comme celui qui fait des concessions et qui cherche l'intérêt de la Mauritanie en lui évitant des sanctions.

Bonjour la guérilla urbaine entre Daddah et Messaoud qui se rallumera de plus belle.

Si le FNDD voulait barrer la route à AZZIZ, il devrait se mettre derrière un seul et unique candidat et demander toutes les garanties pour une élection transparence.

Face à Diouf, les opposants sénégalais se sont mis d'accord sur un nom : WADE.

Sauf que chez nous, il y a plus de pyromanes que de pompiers dit le FOU

maatala

Anonyme a dit…

ce FNDD qui dit que les réseaux de la françafrique sont derrière le coup d'état , ce fndd affirme donc que sidioca était téléguidé par paris car sans décret pas de coup d'état

et si on lui préparait, comme chacun sait , une sortie tout-à-fait constitutionnellement impeccable , c'est lui qui a décidé de refuser au jeu démocratique de le lemdéniser proprement

il a préféré risqué le chaos et d'une manière qui en dit long sur et la lucidité et la soif de pouvoir venant d'un entourage qui tenait le charmant monsieur comme la corde tient le pendu

Anonyme a dit…

ces fourbes du fndd allié à la boussole du RFD qui a perdu le nord, ne savent plus quoi inventer pour perdre le général

cette histoire de report des élections, aziz n'y gagnerait que dalle que de voir les renards plus préparer des "événements" d'une manière ou d'une autre

il n' y a rien à attendre , continuer c tout

sauf si AOD accepte de se porter candidat contre le général si ce dernier reporte les élections de trois mois et que le fndd soit clair au sujet de sidi qu'il se présente ou se repose

faut pas continuer ce jeu de dupes

qu'ils aillent au diable

on leur a donné le temps et les moyens de réagir , ils ont tout refusé en bloc croyant que la CI allait les sauver contre le peuple

maintenant qu'ils sont seuls, ils veulent reporter l'agenda , ils prennent vraiment les gens pour des hmirs

assez de cette crise et ces rallonges

qu'on en sorte vite

vivement le 6, le reste c'est un piège à nigauds

maatala a dit…

Salam

Sidioca est dégoûté par les Mauritaniens, car il ne voit plus au nom de quoi on doit lutter pour ce peuple de pleutres.

SIDIOCA doit être meurtri par ces légions de traîtres qui l'ont vomis au lendemain du putsch.

De quoi vous faire regretter le NIGER.

Sidoca n'a jamais été obsédé par le pouvoir ( Daddah ente vem), ni par l'argent (KB enti vem) ni par les palaces(Cendrillon enti vem).

Puisque le reste de la tragédie doit continuer sans lui : Une pensée pour Tonton SIDIOCA qui doit malgré tout savouré la seule chose qui lui reste .

La quiétude Lemdenoise dit le FOU.

maatala

Anonyme a dit…

tout à fait d'accord avec toi maata
sidioca ne fut pas l'homme du 19 pour rien, je crois sincèrement que c'est quelqu'un comme tu l'as décrit, et je me félicite de le voir sortir de cette affaire par la grande porte, c'est mieux ainsi

-----------

je viens de lire ce qui suit sur cridem à propos de ely

en le lisant, j'en ressors avec une impression bizarre

je n'ose croire un instant que ely puisse être à l'origine d'un papier pareil car c'est vraiment d'un amateurisme effrayant

est-ce des partisans d'ely qui ont lancé la chose

est-ce des partisans du général jouant aux apprentis sorciers question réponses

j'en sais rien

ce qui est sûr c'est que le système préfère ely , il n'y a pas de doute car avec ely pas de changement juste le slogan " le changement dans la stabilité" autant demain comme hier comme toujours

ce texte est plein de vérités sauf que comme toujours on présente ceux qui sont au pouvoir comme des assoiffés de pouvoir et les autres comme des anges

par contre ce papier sert ely car on l'avait complètement oublié, voilà qu'avec un papier pareil ça va jaser encore

est-ce pour obliger aziz à la faute?

une chose est sûr, c'est que nous entrons là en zone où tout est permis, ils veulent tous la peau de aziz quitte à s'entretuer tous ensuite

pourquoi ont-il peur de aziz?

car c'est l'homme qu'il nous faut

le reste on les connaît, on les a connu, le passif est lourd

il n'y a pas à remettre à plus loin , les élections, aziz doit foncer où il est foutu, ils auront sa peau

que dieu le protège

-------------------------




‘’Rendez-moi ma présidence, je suis le plus grand’’.


Dans ce document dont l’original est en anglais (approximatif), le colonel Ely Ould Mohamed Vall se donne un nouveau look du ‘meilleur président’’ et du ‘’dirigeant le plus qualifié’’ que la République Islamique de Mauritanie ait connu !

Défiant la toutes les règles de la logique politique, il s’adonne à l’exercice périlleux de l’amnésie en reniant ses valeureux collègues militaires qui ont déposé Ould Taya, dont l’auteur principal a été le Général Mohamed Ould Abel Aziz et s’enfonce dans les diatribes tous azimuts en écorchant de ses crocs plumitifs toutes les formations politiques.

En écartant ainsi tous ses adversaires potentiels, notre Ely national nous joue une partition en solo, où il se projette en Mentor d’un gouvernement d’Union nationale, dont il serait seul maitre à bord.

Pauvre Bilad Chinguitt, dont le Président plus que parfait, serait un Monsieur Propre, qui se prétend avoir forgé une solide réputation en 20 ans de carrière à la tête de la Direction de la Sûreté Nationale, sous l’ère de la Tayatie triomphante où rien ne nous aura été épargné.

Quel triste sort que cette fière Mauritanie qui se fait ainsi massacrer dans les tribunes internationales, loin de la réalité basique des populations qui ont vu leurs ressources pillées et leurs deniers publics envolés sous l’ère de la transition du CMJD.

Mais, là où les partisans d’un hypothétique retour du Rais Cmjdien se trompent lourdement, c’est dans leur manière grotesque de s’attaquer aux hommes politiques de tous bords, mais également à l’ancien chef d’Etat, le Général Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a marqué le pays par ses réalisations et par son engagement pour la lutte contre la gabegie et la délinquance financière.

A la lecture de ce document, qui est une sorte de plaidoyer pour le néant, on se demande pourquoi il n’a pas été présenté aux populations mauritaniennes, qui sont tout de même les premières concernées par la (mal) gouvernance d’ Ely ‘’le sauveur’’ après l’ère assassine du CMJD où plus de 400 milliards UM auraient été engloutis dans les abysses de cette transition. Ce remake comique du traité de Narcisse, en dit long sur les ambitions démesurées de ce chantre de la Shoa et du mutisme dans son propre pays .

Jugez en vous-même :



-----------------------------------------



Au nom du peuple mauritanien et conformément à la position des leaders de l’opinion publique, nous donnons ci-après un concept objectif comme solution à la crise mauritanienne qui perdure du 6 août 2008 à présent.


I- LA SITUATION


- Depuis l’investiture du président élu, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi jusqu’à présent, l’Etat n’a pas avancé ne fusse que d’un pas à cause du conflit entre les tributs et les clans dominant la politique de Sidi d’une part, et un groupe de militaires corrompus qui n’ont jamais admis d’être séparés de la politique d’autre part. Cette lutte a conduit la Mauritanie dans une crise politique et économique dangereuse ayant mis fin à notre jeune démocratie.

- Le 6 Août, les dirigeants du groupe militaire antérieur ont fait un coup d’état contre le président élu qui voulait se libérer des militaires et entendait mettre un terme à la relation entre l’armée et la politique. En contraste, la roue de la démocratie s’est arrêtée, l’injustice s’est répandue à une large échelle et la politique des « bouches cousues » entra en vigueur.

En conséquence, nous avions une sécurité faible sans prospérité ni développement. Ainsi, les victimes étaient les simples citoyens qui ont eu à payer et payent encore le prix élevé de la dictature.

-Le groupe militaire a annoncé des élections dramatiques qui auront lieu le 6/6/2009 pour installer son leader, en vue de réduire les petites commères de la prise du pouvoir par la force.

II-LES REACTIONS


1-Les réactions internes se sont manifestées comme suit :

- Un groupe de protecteurs de la légalité constitutionnelle et du choix démocratique, comme il se réclame, a pris part pour le Président Sidi. Cette frange comprend plusieurs leaders politiques bien connus par leur extrémisme et leur corruption comme les terroristes islamistes et les communistes qui n’ont jamais travaillé pour le bien de la nation mais plutôt servent leurs intérêts et sécurisent leurs mandats.

- L’autre partie dans laquelle un petit groupe de dirigeants militaires très attachés au pouvoir, qu’ils veulent pour eux-mêmes quelles que soient les circonstances, quoiqu’ils n’ont pas l’appui de l’institution militaire elle-même.

- Ces derniers ont profité de la faiblesse du régime pour s’emparer du pouvoir en utilisant le Parlement comme un pont vers le Palais. Ils ont en effet mobilisé les moyens de l’Etat et ses média pour promouvoir et améliorer leur image auprès de la population.

- La ligne médiane entre ces forces antérieures est constituée par le leader de l’opposition démocratique qui aspire profondément au pouvoir et c’est la seule et unique raison de son support au coup d’état. Ainsi, il supporte le coup d’état mais est contre la candidature des militaires aux prochaines élections présidentielles.

- La majorité des vrais patriotes et des leaders politiques ne s’est pas encore manifestée. Elle attend le moment propice pour trouver l’homme qu’il faut à la place qu’il faut à l’instant approprié.

2- Les réactions extérieures se résument comme suit :

- Les Etats-Unis récusent le coup d’état et demandent de rétablir le président élu au pouvoir ;

- L’Union Africaine ne reconnaît pas le coup d’état et menace la Mauritanie de sanctions. Ceci a pris forme dans la sanction contre les militaires du 9 février 2009.

- L’indifférence de la Ligue Arabe vis à vis de la crise mauritanienne résulte certainement du fait que la plupart des leaders du monde arabe ont accédé au pouvoir de la même manière (par la voie des armes).

- Khadafi avait été considéré comme un médiateur délégué aussi bien par l’UE que l’UA.

- Khadafi a visité la Mauritanie et a rencontré les différentes parties impliquées dans la crise mais apparemment il ne semble pas être le meilleur médiateur. Il avait été honoré par les cérémonies extraordinaires organisées par les militaires. Le leader Khadafi avait été touché par ces cérémonies et manqua d’entrain à l’égard des militaires.

- Dans tous les cas, nous sommes arrivés à savoir, de sources sures, que Khadafi avait signé un accord de sécurité avec le Général Aziz. Ceci constitue une ouverture pour l’extrémisme et le terrorisme et pourrait avoir des effets néfastes sur la Mauritanie et ses voisins.

III SUGGESTIONS

1- Nous considérons que la Mauritanie, la région et le monde doivent être arrachés à l’emprise du terrorisme et préservés le plus longtemps possible.

2- Nous ne devrons point accepter les élections que les militaires ont l’intention d’organiser le 6/6/2009.

3- La meilleure solution serait un plan international complet qui va conduire à des élections constitutionnelles, libres et transparentes, sans la candidature des militaires ni de ceux qui les soutiennent et d’empêcher Sidi d’y participer. Puis, la formation d’un Gouvernement d’Union Nationale, sinon le Gouvernement qui a supervisé les dernières élections, ou même un Gouvernement sous la présidence de Sidi lui même.

4- Il est souhaitable que le Leader de l’Opposition et tous les leaders du Front National participent à ces élections.

5- La chose la plus importante pour la communauté internationale est de traiter avec l’ancien président Ely Ould Mohamed Vall en sa qualité de père de la démocratie en Mauritanie. Il est en effet l’homme qu’il faut pour la présente étape compte tenu des facteurs suivants :

- Il connaît le terrain plus que quiconque quand il est question d’institutions de sécurité ou militaires.

- Son expérience de vingt ans dans le domaine de la sécurité nationale le qualifie pour régner en cette période décisive de notre histoire.

- Son aptitude à laisser volontairement le pouvoir et les dernières élections en sont un exemple éloquent.

- Sa bonne conduite de gentleman qui connaît très bien les acquis de la civilisation.

- S’il y a eu une faute durant la dernière période de transition c’est de la responsabilité de ceux qui sont actuellement au pouvoir.

- C’est un homme qui tend toujours vers les pauvres et laissés pour compte. Des exemples illustratifs sont l’augmentation des revenus de 150% pour la première fois, l’octroi d’une liberté illimitée à la presse, le développement des moyens de communications….etc.

- Il est le personnage le plus supporté par la majorité des mauritaniens depuis les ulémas jusqu’aux chefs de tribus, puis les journalistes, les leaders de partis politiques, les sénateurs et députés, …etc.

Dans tous les cas, le monde civilisé conduit par les Etats-Unis va perdre la Mauritanie, et la Mauritanie va se perdre si elle ne trouve pas l’homme capable de diriger l’Etat dans le droit chemin.

Nous sommes sûrs qu’il n’y a pas d’homme plus qualifié que Ely Ould Med Vall. Nous n’avons aucun doute que quand les pays de l’Occident, les pays arabes et africains contacteront cet homme ce sera un véritable début vers la véritable solution.

Tel est le message que nous avons pris sur nous la responsabilité de faire parvenir à la Mauritanie et pour son bien avant qu’il ne soit trop tard.

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Politique: Les liaisons dangereuses

Pour une bombe c’en est bien une. La révélation faite par Ahmed Ould Daddah, chef de file de l’opposition et président du Rassemblement des forces démocratiques (RFD) concernant les propositions faites par l’Ambassade des Etats Unis à Nouakchott.

Dans une interview accordée au site d’information de l’Agence Nouakchott Info (ani.mr), Ould Daddah a déclaré que la charte signée il y a quelques semaines entre les partis politiques du Front national pour la défense de la démocratie et les organisations de la société civiles, cette charte «a été préparée par l’Ambassade des Etats Unis» à Nouakchott.

Expliquant ainsi son refus de la signer. Avant d’ajouter qu’il a été lui-même l’objet de nombreuses propositions alléchantes de la part de la même source. On suppose à Nouakchott qu’il s’agit du Chargé d’affaires de l’Ambassade, Dennis Hankins qui bouge beaucoup sur la scène politique mauritanienne.



Rencontrant les acteurs, principalement ceux qui sont contre le putsch et qui agissent en conséquence. Ses mouvements sont suivis par la presse locale comme s’il s’agissait d’éléments déterminants dans l’orientation des événements. Il ne cache pas non plus son engagement dans la lutte contre le putsch et les putschistes.

Dennis Hankins appartient à cette race de diplomates qui se croient investis d’une mission de redresseur de torts dans les autres pays. En cela, il est l’archétype de l’école de l’administration Bush. Avec tout ce que cela entend d’arrogance et de mépris pour l’Autre.

Il y a quelques jours, le diplomate aurait déclaré à quelques responsables de partis politiques que «le Général s’apprêterait à vendre l’Ambassade des Etats Unis comme il a vendu celle d’Israël».

Vraie ou fausse, cette déclaration n’a jamais été démentie par l’intéressé qui n’a pas non plus démenti les accusations d’ingérence en poussant les organisations politiques anti-putsch à mettre en place une feuille de route de la contestation. En l’absence de l’Ambassadeur – absent pour des raisons objectives de famille – c’est le Chargé d’Affaires qui gère la politique américaine en Mauritanie. C'est-à-dire pas grand-chose.

Dans le dispositif américain, la Mauritanie a toujours été absente. Sous Ould Taya et parce que celui-ci voulait jouer l’Amérique contre la France et l’Europe en général, il y a eu la reconnaissance puis l’établissement de relations plus ou moins cordiales avec Israël.

Ces relations ont été faites pour s’attirer la sympathie des Etats Unis sur des dossiers vitaux dont surtout celui des droits de l’Homme et celui des relations avec les instances financières internationales. Si sur le premier l’Amérique a rendu l’ascenseur notamment en atténuant l’engagement des organisations internationales sur ce front, c’est la France et dans une moindre mesure l’Espagne et l’Allemagne qui ont boosté la Mauritanie auprès du FMI et de la Banque Mondiale.

Quand arrive le coup d’Etat du 3 août 2005, les Etats Unis entretenaient les meilleures relations avec le régime dictatorial de l’époque. Cette relation est jugée à l’aune du comportement des diplomates dans notre pays. Personne n’a encore oublié les longs et fréquents entretiens de l’Ambassadeur de l’époque avec les officiels. On écrivait même qu’il était le deuxième militant du PRDS après Ould Taya, au regard du temps qu’il passe dans les bureaux du parti-Etat.

Le comportement du Chargé d’affaires américain rappelle en bien des aspects celui de l’Ambassadeur Brown en 1992. Quand il devenait un élément de l’échiquier politique et qu’il contribuait à la radicalisation de l’opposition qui avait fini par s’exclure complètement du jeu. La présence de Dennis Hankins et son activisme accentuent l’impression du «déjà vu». Encore le syndrome de 1992.

La première conséquence des déclarations de Ould Daddah fut donc la levée de boucliers contre l’interventionnisme de l’Ambassade au moment où la politique américaine nouvelle va vers le dialogue et le respect de l’Autre.

La deuxième conséquence est évidemment les conclusions à tirer de ces faits. Nous écrivions la semaine dernière que les stratégies des uns et des autres les amènent à voir l’avenir autrement. Mais aussi les oblige à se comporter différemment. Ould Daddah a refusé de marcher dans une combine visiblement élaborée sur un territoire étranger. C’est tout à son honneur. Ceux qui ont accepté de marcher doivent s’expliquer. Et vite.

«Cette charte nous a été proposée par l’ambassade des USA à Nouakchott et nous l’avons refusée. Nous refusons à ce que l’ambassade des USA ou celle d’autre pays s’immisce dans nos problèmes internes», a déclaré Ahmed Ould Daddah. Avant d’ajouter: «cette ambassade nous a proposé des incitations matérielles que nous avons déclinées, parce que, en tant que parti politique, la loi nous interdit de bénéficier de soutien matériel étranger et nous respectons la loi».

Puis d’expliquer: «nous ne sommes pas des suivistes et nous sommes contre l’intervention de parties non concernées par le débat. Nous refusons d’accepter le retour de l'ancien président, pour cela nous nous sommes abstenus de signer cette charte et notre position claire au sujet à changement».

Toujours sur le registre de l’interventionnisme étranger, Ould Daddah parlera d’une officine des renseignements français opérant à l’Ambassade et qui serait à l’origine de la mauvaise appréciation par la France de la situation en Mauritanie.

Mais en fait tout cela découle du rôle que les uns et les autres veulent donner aux puissances étrangères en Mauritanie. Dès le début, l’opposition, sous l’impulsion de la diaspora mauritanienne basée en Europe et aux Etats Unis, a misé sur la pression extérieure.

On a même parlé de débarquement tantôt des GI’s tantôt des forces africaines, toujours pour remettre Ould Cheikh Abdallahi en scelle. Des diplomates diront qu’ils se sont vu sollicités pour mettre le pays sous embargo pour amener le peuple affamé à se révolter.

L’extravagance des démarches des uns et des autres feront tenir ici et là des propos sans mesure. On accusera publiquement les Ambassadeurs occidentaux de corruption. On dira du président français qu’il était ivre quand il a tenu des propos plutôt amènes vis-à-vis du pouvoir en place. Aucune retenue. C’est que la déception est grande. Résultat: de moins en moins d’engagement contre la junte de la part de la communauté internationale. Echec aussi de toutes les médiations.

Dernière sortie en date, celle de Jean Ping, président de la Commission africaine. «Je continue de suivre de près l’évolution de la situation en Mauritanie, et ce à la lumière de la récente mission effectuée dans ce pays par le Secrétaire Ali Triki, représentant du Président en exercice de l’UA, et le Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’UA, Ramtane Lamamra.

Cette mission témoigne de l’engagement renouvelé de l’UA à ne ménager aucun effort pour aider les parties mauritaniennes à agréer et à mettre en œuvre une solution consensuelle à la crise actuelle qui puisse bénéficier du soutien de la communauté internationale dans son ensemble».

Avant de conclure: «j’encourage les parties mauritaniennes à parachever le rapprochement de leurs positions respectives par une démarche inclusive, conforme à la Constitution du pays et portée par une volonté sincère de concrétiser les chances d’une sortie de crise consensuelle. Je souligne que l’UA demeure pleinement disposée à aider les parties mauritaniennes dans la réalisation rapide de cet objectif».

Pour sa part le Président sénégalais, Me Abdoulaye Wade a renouvelé sa volonté à œuvrer pour trouver une porte de sortie en vue de solutionner la crise mauritanienne. Sur le terrain, le FNDD et le RFD continuent de manifester ensemble. Dimanche matin, un sit-in a eu lieu devant la télévision nationale pour dénoncer le discours monolithique de cet organe de presse.

Les opposants revendiquaient l’ouverture des medias publics à toutes les parties. Quelques jours avant, les protestations avaient eu lieu devant le Palais de justice. La répression policière a été forte. Celle de dimanche n’a pas suscité la même violence de la part des forces de l’ordre.

Il faut peut-être espérer qu’avec l’approche de l’élection présidentielle et les prédispositions internationales à entériner ce qui sera fait, le pouvoir lâche du lest. Cela commence par la réhabilitation du droit à l’information et l’ouverture des medias au débat. Cela passe par l’apaisement de l’atmosphère en libérant – même sous le régime de la liberté provisoire – les prisonniers, en accordant à tous le droit de manifester, en envoyant des messages clairs de rupture avec l’atmosphère délétère faite de vindicte et de rejet mutuel.

Il faut peut-être commencer à accepter d’envisager, avec sérénité pour les uns avec philosophie pour les autres, l’après 6 juin. Comment ramener le pays sur les rails. Pour cela, les autorités doivent répondre dès à présent à la question: et après? tandis que la classe politique planchera sur la réponse à la question: Que faire?

MFO

Info source : La Tribune

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur ANI

"


A l’issue des travaux de l’Assemblée générale constitutive du parti de l’Union Pour la République (UPR), qui ont démarré ce matin au palais des congrès, les participants ont été Mohamed Ould Abdel Aziz président de l’UPR.

La nouvelle est tombée vers 21H.
Le président de l’UPR a été chargé de la gestion du parti, jusqu’aux élections présidentielles du 6 juin prochain.



Date publication : 05-05-2009 21:15:01

maatala

Anonyme a dit…

en voyant la date 05/05 du commentaire de maata, je suis souvenu que c'était le 05/05/05

4 ans déjà, si vous voyez que j'ai disparu de canalh c'est que je prépare un petit bouquin sans prétention pour immortaliser ce truc qui peut ne jamais arriver dans toute une vie, dont on entend parler ici et là et qu'on croit connaître: le coup de foudre

extrait:

Rien de plus, rien de moins, son regard simplement
Il contient à lui seul Ciel et diable amplement
Et l’âme qui brille au-delà de la couleur
N’existe pas ailleurs sous autant de douleur

Pour tout dire, elle est passée et j’y suis resté
On a beau dire, nul ne peut s’en délester
Un choc titanesque entre l’âme et le corps
Règle leur tic-tac à l’heure du désaccord

Tendue au ciel, l’âme pointe le corps à terre
On entend le divin et la cloche de l’enfer
Il n’y a rien à faire : subir et se taire

,

Commence alors l’époque de la solitude
Où on ne respire plus comme d’habitude
Même prier prend une nouvelle altitude
Même rêver prend une nouvelle magnitude
Et oublier est sur une autre latitude

Tout d’un coup, on comprend qu’on n’a jamais aimé
Un regard vous revient, c’est le moment d’aimer

N’ayant nul mode d’emploi, on y va c’est tout
Et là nous revient qu’elle n’est plus là du tout"

deissane

Anonyme a dit…

à lire sur cridem la phrase de l'année sortie de l'esprit du candidat des lumières monsieur s'ghaïr ould bareck

«Si je suis président de la République, j’organiserai des états généraux pour une sortie de crise.»

fantastique! bravo!

Anonyme a dit…

Cher Mballal,

J’ai beaucoup apprécié votre posting . Celui-ci très diplomatique émane forcément d’une grosse pointure. Vous allez un peu loin, en disant que je soit à bout d’arguments hors que la position que je défend est en principe celle qui est la plus proche de la logique, et de la sainteté d’esprit. Par contre le camp d’adverse a besoin de beaucoup d’argumentation pour maquiller l’injustifiable.
Par rapport au rôle joué par les Etats Unis non seulement dans l’existence de la Mauritanie mais aussi leur aide aux différentes occasions que j’ai citées n’a peut être pas été très visible, mais il existe et si vous en doutez faîtes vos recherches.

En 2004, les français et quelques autres bailleurs ne voulaient pas inscrire la Mauritanie à l’IADM (Initiative d’Annulation de la Dette Multilatérale) et c’est le concours des américains, des britaniques et de certains milieux juifs américains qui ont exigé l’inscription de la Mauritanie dans la liste des pays bénéficiaires. C’était très connu cette période là en Mauritanie et je tâcherai de t’en chercher les preuves.
Quand au pétrole les australiens ne sont pas venu au hasard, ce sont les images sattelitaires américaines qui ont pu ont confirmé l’existence du pétrole offshore mauritanien. Ces images ne sont pas toutes à vendre, il y’en a qui constituent des secrets qui ne sont divulgués qu’en faveurs de pays amis.
Je ne divague donc pas et je n’ai pas sur ma conscience l’assistance à un détournement constitutionnel.
Je crois que je m’arrête cette fois ci en espérant vous lire très prochainement.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Mballal,

Un autre Senegalais?

Anonyme a dit…

La liste des personnes cibles de sanctions devant le Conseil de Paix et de Sécurité demain.

Le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union Africaine se réunit demain à Addis abéba avec, au menu, l'examen de la liste des noms des personnes visées par les sanctions individuelles et ciblées établie par la Commission. Cette liste engloberait les noms de toutes les personnes, civiles ou militaires, qui ont contribué à l'exécution, à la consolidation ou ont profité du coup d'Etat du 6 août 2008. Elle recouperait la liste noire établie par l'Administration américaine.

Les sanctions, décidées par le CPS lors de sa réunion du 5 février 2009, consistent en la limitation de la mobilité des la Junte et de ses soutiens politiques et financiers par leur interdiction de visas. Le CPS examinerait aussi le transfert du dossier des sanctions au Conseil de Sécurité des Nations Unies pour leur conférer un caractère universel.

On se rappelle que le CPS avait chargé la Commission exécutive de l'Union Africaine, le 24 mars dernier, de procéder à l'établissement de cette liste et lui avait donné un mois pour y parvenir. On se rappelle aussi les déclarations tonitruantes du Colonel Kadhafi, sur la passerelle de l'avion au départ de Nouakchott, quand il proclamer la fermeture du dossier des sanctions contre la Junte.

Anonyme a dit…

Enfin, ils bougent. Sauf si c'est de la poudre aux yeux et l'opinion publique ne laissera plus passer. Je crois que la prise en otage des missionnaires canadiens de l'ONU a été la goutte qui a fait déborder le vase. Ces états qui avaient chacun leur propre Al Qaida qu'ils manipulaient pour un ceci ou un cela. Merci de noter que le Maroc et la Libye ne font pas partie de ces exercices dans le grand nord. Les US s'associent avec le Mali et l'Algérie pour débusquer les terroristes, bien nourris, bien équipés et protegés par les quelques états qui manipulaient ces groupuscules. On attend encore de savoir ce qui s'est exactement passé à Lemgheity, El Ghallawiya et Tourine. On entend le mensonge d'etat des autres etats, mais le notre reste bouche cousue. Pourquoi?

A-

=======

Sidi. Y WAGUE- l’Essor - 2009-05-06

Mali-Etats-Unis : exercices conjoints des forces aériennes
mercredi 6 mai 2009

La base aérienne 101 de Sénou a abrité lundi le lancement de l’exercice militaire dénommé JCET (joinned, combined exercices training) qui s’inscrit dans le cadre des exercices conjoints de formation et d’échanges entre les forces armées américaines et maliennes.

L’exercice JCET-2009 qui s’étalera du 4 au 22 mai concerne des unités de la base militaire 101, 102 et 103 de notre armée de l’air et la 6ème escadrille des opérations spéciales de l’armée de l’air des États-Unis. La cérémonie de lancement a enregistré la présence du secrétaire général du ministère de la Défense et des Anciens combattants, Youssouf Bamba, du représentant de l’ambassadeur des États-Unis, le lieutenant-colonel Steward, du chef d’État-major de l’armée de l’air, le colonel Mamadou Togola, de celui de l’armée de terre, le colonel Mamadou Adama Diallo, et du commandant de la base militaire 101 de Sénou.

L’exercice, a expliqué le colonel Mamadou Togola, est dominé par l’entraînement et la préparation des hommes en général et l’enrichissement du niveau opérationnel et tactique des équipages et techniciens d’avions dans l’accomplissement de leurs tâches quotidiennes, en particulier

Il permettra à nos militaires d’acquérir et d’entretenir les connaissances et le savoir-faire nécessaires à l’exécution correcte de leurs différentes missions. L’exercice se fera avec professionnalisme, au regard de l’expertise américaine, qui sera d’un apport inestimable pour la qualité de leur formation intellectuelle, physique, opérationnelle et tactique, s’est-il félicité. Le représentant du chef d’État-major général des Armées, le colonel Békélé Sioro, a remercié les autorités américaines d’avoir favorisé et pérennisé cet exercice militaire concrétisé en exercice continu au profit des forces armées et de sécurité de notre pays. Il a souligné l’importance de cette formation au moment où le grand banditisme favorisé par une rébellion larvée dans le septentrion de notre pays, fait des victimes innocentes. Békélé Sioro a, par conséquent, invité les hommes à être assidus, disciplinés et avoir un esprit critique tout au long de la formation.

Au cours de l’exercice, seront discutés des modules relatifs au commandement et aux opérations dans le cadre de la planification opérationnelle ; la maintenance avion au profit du personnel technique ; la révision des procédures au profit des équipages. Il sera également question de l’application des mesures de défense d’une base aérienne, l’application de la recherche et du sauvetage sanctionnée par un exercice SAR type adapté au contexte malien et des vols tactiques (utilisation des équipements pour le largage).

Sidi. Y WAGUE

Anonyme a dit…

C'est vrai cette histoire de report des élections de 3 mois, ou juste encore une rumeur, quoique il n'y pas de fumée sans feu..

Un citoyen qui a peur que ça dégénère..qui craint pour son pays, pour sa famille, ses enfants, son avenir, pour la stabilité....

maatala a dit…

Salam

Sanhaji a dit:

"Je ne divague donc pas et je n’ai pas sur ma conscience l’assistance à un détournement constitutionnel"

Par contre votre idole le petit caporal ( Taya)a sur la conscience (ou ce qui en reste) les massacres et les déportations de négro-africains que toi et Couly n'avaient jamais condamnés, pire vous êtes lui etes reconnaissant.

Vous n'avez pas de leçon de conscience à donner aux autres dit le Fou.

maatala

Bebe BA a dit…

Lu pour A-,

Coopération Mali - Algérie : L’inévitable clash !
(Maliweb 06/05/2009)

Les agitations soudaines, et les ridicules spectacles auxquelles se livre la presse algérienne cache mal les intentions sataniques de leurs mentors lâchement camouflés dans les chancelleries de certains pays dont le nôtre. Déstabiliser le régime de Bamako, développer le traditionnel réseau de trafic d’armes et de drogue, trouver au nord du Mali un refuge pour les mercenaires destinés au « bataillon d’assaut » au Niger, tels sont, pour le moins, les derniers objectifs que se sont assignés les éléments de AQIM à travers les derniers actes posés. Réussiront-ils ?


En effet, la presse algérienne n’a pas tort d’écrire que « le GSPC s’est installé au nord du Mali sous la couverture des autorités maliennes. Effectivement, la présence de deux des chefs les plus redoutables dont « Le Borgne »sur le territoire malien a été signalée depuis les années 2001 par les services de sécurité. Mais ce qu’elle feint d’oublier c’est que les mêmes rapports circonstanciés mentionnent que les deux éléments sont en contact régulier avec des diplomates algériens à Bamako.


C’est dire donc que le pouvoir d’Alger savait bel et bien ce qui se passait et protégeait même ces terroristes à travers un réseau maléfique abusant de la tolérance et de l’hospitalité légendaire des autorités maliennes.


Quelques mois après des concertations suspectes avec des diplomates algériens à Bamako, le GSPC a frappé à Alger et dans des banlieues faisant des morts et de nombreux blessés. Puis après les attentats à la bombe se sont multipliés, plus cruels les uns que les autres. Boutef lui-même n’a – il pas échappé à plusieurs reprises. Les auteurs de ces actes criminels n’étaient pourtant pas sur le territoire malien. Mieux, en aucun moment, le gouvernement malien n’a manifesté son indifférence face au drame qui frappe ce pays frère.


Or, les services de renseignement algériens ont été plusieurs fois autorisés à opérer des missions sur notre territoire dans le cadre d’une solidarité à sens unique.


Inutile de rentrer dans les détails qui ont abouti au rappel de l’attaché militaire de l’ambassade d’Algérie au Mali quelques jours après un attentat terroriste en plein centre d’Alger. Les autorités algériennes savent bien le rôle le rôle que jouait ce drôle d’attaché militaire.


Ce colonel dont les activités suspectes avaient fini par irriter les services de sécurité du Mali laisse pourtant derrière lui des traces indélébiles qu’il est bon d’effleurer ici.


Il serait à l’origine de l’organisation et de la structuration du mouvement dirigé par le Colonel Fagaga qui fut son ami et confident. Entre les deux officiers, trop de choses se tramaient. Echanges de renseignements, recrutement d’agents de relais au sein des forces armées des deux pays, contacts des groupes de mercenaires tchadiens et mauritaniens, trafic d’armes et de munitions.


Les initiés du coin vont jusqu’à dire que le colonel Fagaga a été fabriqué et protégé par son ami algérien. Rappelons au passage qu’il a été plusieurs fois au cœur des problèmes de mœurs et de grivèlerie de Bar mais il a été toujours couvert par son prétendue immunité diplomatique.


On comprend donc pourquoi, contrairement à Ibrahim Ag Bahanga, le colonel Fagaga, préfère l’Algérie pour ses vacances ou ses cabales.


Mieux, il suffit simplement de consulter le registre d’entrée à l’ambassade de l’Algérie au Mali pour se rendre compte qu’une délégation conduite par Ag Bahanga avait été reçu par un diplomate algérien deux jours seulement avant les attaques des camps de Kidal et de Ménaka faisant des morts et des blessés.


Les armes et les hommes enlevés ont été mis en lieu sûr, quelque part en territoire algérien.


Pour obtenir la libération des otages et récupérer les armes volées, l’armée malienne a sollicité à l’époque et à maintes reprises l’appui de sa sœur algérienne, mais les généraux algériens préoccupés plutôt par la sauvegarde de leurs intérêts issus du butin, n’ont jamais voulu s’associer au plan opérationnel proposé par nos autorités militaires.


Les raisons sont connues. « Anéantissez le réseau de traffic de drogue, et les généraux algériens brouteront du foin ». Il est donc clair que ni le Mali, ni le Niger ne peuvent compter sur une participation quelconque de l’Algérie à l’effort de sécurisation de la bande sahélo saharienne.


L’appel lancé par le président Amadou Toumani Touré (pour le sommet ) s’est évaporé quelque part dans l’immense désert mental de l’Algérie.


Ni la pègre algérienne ni leurs scribouillards de la pire espèce ne changeront rien à cette triste réalité.


« Votre pays est sous amphétamine, personne ne vous en voudra d’être amnésiques. Mais le malheur c’est qu’à force d’être accros, on fini par vouloir péter plus haut sans se préoccuper des dommages».


Mais quoiqu’il en soit, le peuple malien compatira sincèrement à votre douleur…


Par rapport à toutes les questions liées à l’instauration de la paix à nos frontières communes, il est clair que les pyromanes n’ont aucun rôle à jouer.


Ceux qui proposent la solution militaire sont moins dupes que ceux qui proposent cette autre alternative. C'est-à-dire armer les groupes ethniques appartenant à la zone géographique pour combattre les terroristes.


L’histoire nous rappelle que même les puissances économiques et militaires comme les Etats-Unis d’Amérique ont fini par comprendre les limites d’une telle stratégie. Le cas de Ben Laden en est la dernière leçon. L’Iran étant devenu une des plus grosses épines aux pieds des Américains.


Mieux vaut donc explorer d’autres pistes de réflexion plutôt que de revisiter les vielles recettes. L’Algérie sait bien qu’il n’ya que l’approche d’opérations et de concertations conjointes qui compte dans le contexte actuel. Pourquoi ne joue t- elle pas franc jeu au lieu de divertir l’opinion ?


Abdoulaye Niangaly


Le Quotidien de Bamako, 06/05/2009

maatala a dit…

Salam

Lu sur ANI

"Aziz, homme politique civil, candidat à la présidence (Extraits de discours d’élection)


Le premier congrès de l’Union Pour la République a achevé ses travaux mardi soir au palais des congrès de Nouakchott. Les congressistes ont élu le général Aziz président du parti. Une résolution annonçant la nouvelle a été lue par le député de la majorité parlementaire, Sidi Mohamed ould Maham.

Mohamed Ould Abdel Aziz remerciera les délégués pour la confiance placée en lui. Il rassure en ces termes : «le pays compte aujourd’hui 73 partis, l’Union Pour la République doit cependant se distinguer par une position avant-gardiste de lutte contre l’injustice, le détournement des biens publics, bannir le régionalisme et tribalisme».

«Nous voulons combattre les pratiques claniques et sectaires qui ont toujours dominé la gestion des partis politiques, pris en otages par une poignée de personnes pour des intérêts égoïstes aux dépens de la collectivité nationale. Nous devons bâtir notre parti sur des bases saines où les cadres et responsables du parti seront élus par les populations à la base. Ce sont elles qui connaissent leurs problèmes et ce sont elles qui connaissent qui est qui ? Je demande à tous les citoyens de se joindre à nous pour l’édification d’une Mauritanie nouvelle. Je lance spécialement cet appel à la jeunesse», a déclaré le général Aziz, dans son discours d’investiture à la tête de l’UPR.
Le Président du parti de l'Union pour la République a condamné l'incident dont a été victime notre reporter Mamouny ould Moctar, lors de la marche conjointe du RFD et du FNDD en déclarant que "cet agissement qui nuit à l'image du pays, est intolérable et traduit l'échec de ses auteurs dans un pays qui ne compte aucun détenu d'opinion".

Date publication : 06-05-2009 10:50:54 Lecture N°: 143

----------------------------------

Il aurait dit:

"les cadres et responsables du parti seront élus par les populations à la base"

Plus démocrate que Azziz tu meurs (lol)

En ce qui concerne Mamouny, là il surfe sur la vague, il remue là ou cela fait mal...............

A chacun son POUTINE dit le Fou.

maatala

Bebe BA a dit…

Encore pour A-,

DES TERRORISTES DU GSPC NÉGOCIENT LEUR REDDITION ET EXIGENT
(L'Expression 06/05/2009)

Le groupe terroriste est entré en négociation depuis quelques jours avec les services de sécurité.

Tout porte à croire que les troupes de l’ex-Gspc sont dans l’impasse. Bien que l’on apprenne que dans d’autres régions comme l’est du pays, les groupes présumés d’Al Qaîda tentent de renforcer leurs rangs, dans les maquis de la région de Lakhdaria, c’est le début de la fin qui est annoncé. La situation ne leur permet pas de se consolider. Les groupes terroristes commencent à se disloquer. L’étau se reserre de plus en plus. Selon des sources très au fait de la situation, un groupe composé d’une vingtaine de terroristes serait entré en trêve depuis quelques semaines.

Et selon les mêmes sources, ces terroristes seraient en train de négocier leur reddition. Le groupe en question appartenait, d’après certaines informations, à la phalange al Farouk, laquelle n’a pas cessé, des années durant, de semer la terreur, à travers la zone qui relie les trois wilayas du Centre, à savoir Bouira, Boumerdès et Tizi Ouzou. Comme il convient de le rappeler, «al Farouk» figurait parmi les sections terroristes les plus actives depuis la création du Gspc par Hassan Hattab, au milieu des années 90.

Les éléments de cette katibet, du moins la vingtaine qui est en trêve, se trouvent sur les hauteurs de Kadiria, une trentaine de kilomètres à l’ouest de Bouira.
Afin de réussir l’opération de leur reddition, la médiation est assurée, selon des sources, par des membres de leurs familles. Cela permettra, à en croire les sources, aux services de sécurité de préparer le terrain pour la rédition de ces activistes et leur retour au sein de leurs familles. Nous apprenons aussi que tous les dispositifs possibles ont été pris en compte, afin de faciliter les pourparlers entre les deux parties.

D’autre part, selon une source locale, le groupe terroriste qui est entré ces derniers temps en négociation avec les services de sécurité, aurait exigé, en contrepartie du dépôt des armes, en plus de bénéficier de l’ensemble des dispositions de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, une somme évaluée à 500 millions de centimes ainsi que la levée de toutes les poursuites judiciaires et accusations dont ils font l’objet. S’agit-il d’une réponse aux différents appels qui ont été lancés il y a quelques mois par d’anciens émirs du Gspc, notamment l’appel de Hassan Hattab à partir de sa cellule?

Les groupes terroristes ont-ils bien reçu le message du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, lors de sa campagne électorale? Ou bien, sommes-nous en train d’assister au dernier épisode d’une longue période de terreur portant la marque des hordes du Gspc? Une chose est sûre, la guerre menée par les éléments de l’ANP, les appels incessants des ouléma lesquels à travers leurs interventions ont jeté le discrédit sur l’idéologie djihadiste d’Al Qaîda au Maghreb, font que Droukdel et ses acolytes commencent à perdre le contrôle de leurs différentes cellules.

Lyès CHALI

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taquadoumy

"Les rivalités entre Tawassoul et l'UFP risquent de miner l'unité du FNDD
06-05-2009
Selon Jemil Ould Mansour, président du parti Tawassoul (islamistes modérés) : "le communiqué publiée hier au nom du Front national pour la défense de la démocratie (FNDD) n'engage que son auteur. Les instances du FNDD n'ont jamais pris connaissance de ce texte".

Et Ould Mansour, qui s'exprimait sur l'agence Al Akhbar, de déclarer que le texte n'est "pas passé par le circuit habituel" ; "d'où la nécessité de cette mise au point".

Al Akhbar note que, selon leurs propres sources, la teneur a été conçue par Mohamed Ould Maouloud, président de l'Union des forces du progrès (UFP, centre gauche), sans concertation avec les autres leaders du FNDD.

L'agence précise que le texte comporte une charge virulente vis-à-vis de la France et des compliments exagérés envers les États-Unis, ainsi qu'un appel lancé, à la communauté internationale, afin de sauver la Mauritanie de la junte ; l’incitation a été comprise, toujours d'après Al Akhbar, en encouragement de l'interventionnisme.

L'UFP préside actuellement le FNDD. Cette charge est tournante entre les cinq formations du front anti-putsch, telles l'UFP, Tawassoul, mais aussi l'Alliance populaire progressiste (APP) de Messaoud Ould Boulkheïr, président de l'Assemblée nationale, l'Union nationale pour l'alternance démocratique (UNAD) de l'homme d'affaires Abdel Ghoudouss Ould Abeïdna, Adil, l'ex-parti au pouvoir, de l'ancien ministre Boïdiel Ould Houmeïd.

----------------------------

Bravo Jemil, toi au moins tu as des convictions et des cognos, un fréro faire l'éloge de l'empire du mal ( les states) qui soutiennent et aident contre vents et marés les sionistes qui ont massacrés nos fréres de GAZA.

FNDD ou pas , il y a de la limite à la déconne (lol).

Respect Jemil

Bienvenue chez piranhas city dit le Fou

maatala

Anonyme a dit…

J'ai lu les commentaires a' propos de la naissance de l'UPR. J'ai vu la photo d'une tortue fache'e en costume. Juste derriere elle, j'ai vu un vieil homme habille' en blanc. Meme sa barbe etait blanche. Le Mr. etait probablement la seule personne honnete dans la salle. J'ai egalement eu droit aux photos de jeunes intellectuels foncierement malhonnetes. Lesdits jeunes se sont donne's comme mission de justifier l'injustifiable. On m'a meme balance' l'image du Mauritanien devenu Sahraoui redevenu Mauritanien qui soutient le regime Senegalo- Marocain de Nouakchott. Par respect pour mon ami Mohamed Lemine Ould Hadramy, j'ai evite' d'ecrire le nom Ahmed Baba Miske' mais je suis sure que vous avez tous devine' de qui je parlais.
Pour le reste de l'audience, j'ai pense' a' une grande photo de la tete du chameau de CH'TARY!

J'ai beau rire lorsque j'ai lu que 250 cadres extremistes et racistes du FLAM ont decide' de quitter le marigot de la tortue fache'e parce que les extremistes racistes ARABISANTS ont jure' qu'ils ne les laisseront pas nager a' cote' d'eux.

Ils defilent dans les jolis hotels de Nouakchott. Les cameras defilent devant eux. Ils veulent nous faire croire que tout est beau, tout est bien et le pays se porte bien sous leur "direction".
La realite' est autre. La Mauritanie est sans presidence. Le gouvernement en place est illegal et illegitime.

Life for over 90% of our people is not what they want us to believe. It is poor and nasty. Many families cannot afford to send their kids to good schools. Much of the money borrowed from foreing countries and international financial institutions is spent by corrupt politicians on themselves. My beloved Mauritania is deceptively calm but the situation is more and more dangerous and could explode at any time. My people are pressed-ganged into taking side for corrupt politicians. Govenment buildings have become money factories for those who have taken hostage my country and their supporters.
Foreigners are demanding and getting huge fees to help with international recognition of the regime. While they parade in hotels and on TV, my people are suffering from diseases such as malaria, tuberculosis, dirrhoea, and dysentery.
The corrupt "leaders" eat well and get their healthcare needs from the best hosipitals in Europe. My people are starving and have no good hospitals!!! Many Mauritanian families live on less than $5 a day.

This is what happens when a military hardware is law!
This is what takes place when we accept a military junta which took power by toppling a democratically elected President.

He was the protector of the king. He became a kingmaker. Now, he wants to be the king.

Anonyme a dit…

Il faut lire: "...money borrowed from FOREIGN countries..."

Anonyme a dit…

تعليق على تحيرير السفارة الموريتانية في باريس من الجنرال المعزول

لله درهم، هذا ما يجب علينا القيام به في كل السفارات و الوزارات. لا بد من التصدي لهذا الانقلاب حتى يفشل و يطوى ملفه و كل الانقلابات إلى الأبد و حتى نستطيع بناء دولة قانون لا مجال فيهاللتسلط و لا للقوة العمياء.

Anonyme a dit…

Félicitation chers compatriotes pour la libération de notre Ambassade à Paris du dictateur limogé. Il est de notre devoir de mener une lutte pacifique sans merci dans toutes les ambassades, tous les ministères, partout dans le pays jusqu'au retour à l'ordre constitutionnel.Impossible d'accepter le fait accompli et la mascarade des élections, que le général limogé, veut nous obliger à digérer. Nous disons tous, à Ould Abdel Aziz, niett la mascarade ne passera pas.

Citoyenne

Anonyme a dit…

L'ambassadeur Americain rentre a Nouakchott après un longue absence. Sa première visite de travail sera Lemden ou il compte rencontrer Sidioca, apres avoir certainement entendu la version de Hankins sur l'affaire "des financements des partis" selon Ould Daddah.

On en saura plus les jours a venir.

Il est également question d'un possible report des élections si Aziz accepte au moins deux conditions du FNDD: La formation d'un gouvernement national et la mise en place d'une nouvelle CENI, issue d'un consensus...
On voit qu'il n'est plus question de citer Sidioca et ni son PM.
On va voir...
Lehbib

Anonyme a dit…

Vous savez ce qui fait le plus mal aux américains? C'est que Aziz s'est allié a Kadafou et l'Iran (l'axe du Mal ) et chassé les israéliens, tout cela a la fois et en si peu de temps et pour couronner le tout, permet aux français d'installer leur base militaire dans une région (Frontiere-algero-mauritano-malienne )qu'ils voulaient contrôler au nom de la lutte contre le terrorisme.
Lehbib

Anonyme a dit…

URGENT : des manifestants anti-putsch prennent d'assaut l'ambassade de Mauritanie à Paris Version imprimable Suggérer par mail
06-05-2009
Notre correspondant en France a téléphoné à l'ambassade de Mauritanie a Paris, située au 5, rue de Montévidéo, dans le 16 ème arrondissement. Au bout du fil, Camara Seïdi Bâ, membre de la section française du Front national pour la défense de la démocratie. Il déclare que l'ambassade est occupé par des manifestants anti-putsch.

Selon lui, aucun portrait du Général n'était accroché et, après une recherche dans les bureaux, les manifestants ont mis la main sur un portrait de Ould Cheikh Abdellahi qu'ils ont accroché à sa place. La manifestation a débuté à 14h20 heure parisienne. L'ambassadrice Lematt Mint Ewnène était absente et pourtant s'était en plein horaire de travail. Selon les manifestants, le plus haut fonctionnaire sur les lieux est Camara Mamadou, chargé du protocole à l'ambassade.

Selon notre contact, aucune négociation n'a été entamée avec les forces de l'ordre françaises. Visiblement au courant de ses droits, le porte-parole des manifestant déclare, confiant : "Nous manifestons de manière pacifique, sans dégradation de bien et sans la moindre atteinte aux personnes, nous sommes sur un territoire mauritanien et nous comptons exercer pleinement notre droit de manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel".

Avant de conclure : "les forces de l'ordre de la République française n'ont pas le droit d'intervenir sur un territoire étrangère, sauf en cas de violence ce que nous n'avons nullement l'intention de faire. Nous respectons la loi française et nous n'avons aucunement l'intention d'agir en dehors du cadre légal".

Pour contacter les manifestants, voici le téléphone de leurs porte-parole, ou alors directement au standard de l'ambassade 01 45 04 88 54.
Taqadoumy

Anonyme a dit…

Merci Bebe Ba pour cet article de Abdoulaye Niangaly, le Quotidien de Bamako, 06/05/2009 .C'est Bamako qui répond ainsi à Alger. Des détails troublants sur la manipulation des djihadistes. Ce sont des infos données pour répondre au même genre de l'Algérie la semaine passé. Les deux doivent avoir raison sur ce que l'autre fait. Me demande ce que nos généraux ont fait aussi, car il est évident que ce qi s'est passé en décembre 2007 et après était fait pour discrediter Sidioca. Je vous en avais parlé quand j ái lu les PV d'interrogatoire de Ould Sidna et Ould Chabarnou: ça sentait le faisandé à milles lieeu, surtoout avec le journaliste, ancien officier de l'armée, passé spécialiste sécuritaire qui enfonçait le clou à Sidioca pour avoir "laché" les islamistes dans la rue. Ceci au même moment ou le Président élu disait dans une interview au Monde qu'il n y avait pas de djihadistes extremistes en Mauritanie. Sidioca avait raison et les PV, publiés par Sud-Ouest étaient du pipeau, balancés par nos propres services sécuritaires pour faire tomber Sidi. La suite vous la connaissez: la fronde et tutti quanti.

Merci Bebe Ba de garder un oeuil avec moi sur le grand nord. C'est de là ou viendront nos problèmes.

A-

Mballal a dit…

Taghadoumi,
personne n`a besoin de contacter ces petits voyous.

Car ils n`auront même pas le temps d`être contactés, parce que les services de sécurité les videront un à un, pour les interroger plus tard, et expulser ceux d`eux qui sont mendiants sans papiers.

La france est garante de la sécurité et la quiétude des missions diplomatiques accreditées sur son territoire.

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

L'article de Lyès CHALI, 6 mai 2009 14:20, me fait sourire. "Ils" ont attendu tout ce temps pour agir? Crois pas, mais c'est bon de lire. La prise d'otage des diplomates onusiens du Canada est la goutte qui a fait deborder le vase. "Ils" sont entrain de nettoyer comme "ils"savent qu'on connait maintenant .....

"Ils" font ça entre eux. Reste 2 pays qui doivent aussi "nettoyer": Maroc et Libye. La Mauritanie le fera quand tous auront nettoyé.

A-

«Les plus anciens ‹Précédent   1 – 200 sur 486   Suivant› Les plus récents»