samedi 29 août 2009

Dans la série: Enfin la relève de nos tentatives de diplomates

Il y a une semaine l'ENA de Nktt décernait leur diplôme à une cuvée de 21 diplomates de carrière après une formation rigoureuse à n'en pas douter, et le conseiller des affaires étrangères que je fus voire que je suis tjrs encore serait bien placé pour attester de la qualité éventuelle de cet apprentissage.Pour la simple raison que mes collègues et moi aurions bénéficié d'une formation sensiblement similaire sinon identique à celle qu'auront reçue nos 21 jeunes diplomates.Compte tenu des performances professionnelles plus que satisfaisantes de notre toute première promotion de conseillers des affs étrangères, il y aurait bien lieu de s'attendre à ce que nos 21 cadets donnassent autant satisfaction sinon plus que leurs aînés au seuil de la retraite.En fait, les plus vieux parmi nous sont déjà partis à la retraite depuis 4 ou 5 ans déjà.Sans compter certains "départs volontaires" comme ce serait mon cas, peut être bien.

Par conséquent la question de la RELEVE se pose avec acuité et l'ex MAEC(un promo encore)l'aurait si bien compris jusqu'à initier la formation de ces 21 jeunes triés sur le volet sur concours transparent aussi de l'avis unanime comme c'aura été dans notre cas presque 30 ans plus tôt.
La sortie de cette cuvée de jeunes et dynamiques diplomates de carrière serait d'autant plus opportune que les qualités professionnelles voire morales aussi de la très grande majorité du personnel diplomatique et consulaire de nos missions laissent beaucoup à désirer.Et j'aurai été plutôt indulgent en utilisant cette circonlocution pour rendre compte de ses carences, n'ayons pas peur des mots!

brièvement et sans m'étendre outre mesure sur une situation qui crève l'oeil, je conseillerais bien à la nouvelle MAEC Mme Naha M Mouknass d'utiliser à bon escient ces 21 conseillers de chancellerie en leur confiant des postes à la mesure de leurs compétences et cela ne devrait point être insurmontable sachant que les Missions dip et cons sont farcies d'incompétents et d'incompétentes notoires à la moralité douteuse de surcroît.90% de ces "diplomates de la sinécure" ne sauraient pas vous rédiger une "Note verbale" le mode de correspondance attitrés et de mise dans la diplomatie!En fait la plupart de ces parachutés et qui en sont les 1ers étonnés du reste passent le plus clair de leur temps à traficoter dans leur pays d'accréditation:ce serait à qui vendrait le plus de chaussures ou de costumes italiens, l'or aux Emirats, les cigarettes et même le WHISKY et les VINS EXONERES...!

Il me serait donc d'avis qu'il faille enfin secouer le cocotier diplomatique du MAEC pour faire de la place à ces jeunes espoirs pleins d'entrain et surmotivés, encore une fois je puis en parler en connaissance de cause car j'aurai été animé à leur âge par la même fougue et le même zèle de servir mon pays en pratiquant le métier que je connais le mieux pour avoir été formé et conditionné pour l'exercer le plus convenablement possioble.Et à en croire le parcours collectif de la promotion et certains itineraires individuels aussi le bilan aura été plus que satisfaisant dans l'ensemble.Et il n'y a vraiment aucune raison valable de penser que nos cadets ne marcheront pas dans nos pas.Et pour faire de la place il serait impératif de procéder à certains rappels surtout dans les missions prestigieuses d'Europe et d'Amérique truffées de "diplomates", hommes et femmes, aux carences linguistiques criantes.Que ferait bien un arabisant en france , en RFA ou en Italie..etc.Rappelons que la langue française aura TOUJOURS été la langue diplomatique par excellence de communication officielle dans les milieux diplomatiques.En cas de problème d'interprétation d'un traité quelconque la version française fait tjrs foi et est la référence par rapport aux autres versions écrites en anglais, arabe chinois etc....
Un coup de balai s'impose pour faire le ménage dans ce capharnaüm fourre-tout pour redynamiser notre diplomatie paralysée par ces commerçant(es) qui tiendraient autant d'ECHOPES hors taxes dans nos missions diplomatiques et consulaires.

Source: K B G

jeudi 20 août 2009

LA LUTTE CONTRE LE SIDA DANS UNE MAURITANIE CONSERVATRICE

Source: IPS

11/08/2009 09:03
Les militants de la lutte contre le VIH/SIDA en Mauritanie sont confrontés à une tâche difficile pour faire passer leurs messages, notamment ceux qui traitent de rapports sexuels plus protégés et de l’utilisation du préservatif. Les activistes doivent prendre des raccourcis pour éviter d’irriter les puissants chefs religieux du pays. Par Ebrima Sillah


NOUAKCHOTT, 5 août
"Avec une population majoritairement musulmane qui recherche l’orientation du Coran, tout plaidoyer en dehors des principaux paramètres de la religion est le plus souvent désapprouvé, tourné en ridicule et rejeté", déclare John Sadeed, directeur de NADOA, une ONG de plaidoyer en Mauritanie, qui fait la promotion des changements d’attitude et d’une vie positive pour les personnes vivant avec le VIH.
Les dernières statistiques officielles du Programme commun des Nations Unies sur le SIDA (ONUSIDA) indiquent que le taux de prévalence du VIH chez les adultes est 0,8 pour cent; environ 14.000 personnes vivent avec le VIH/SIDA sur une population de 3,2 millions d’habitants.

Mais selon Sadeed, ces chiffres sont peu susceptibles de refléter toute la situation. "Les Mauritaniens vont à peine pour le dépistage volontaire. Les statistiques du VIH sur le pays sont essentiellement des chiffres fractionnaires obtenus à partir des registres des hôpitaux".

Alors que le taux réel d’infection en Mauritanie est susceptible d’être sensiblement plus élevé que ne l’indiquent les chiffres officiels, il est considéré comme relativement faible par rapport à d’autres pays en Afrique de l’ouest.
Le maintenir ainsi pourrait être un défi
Corea Mint Sidi a rencontré des difficultés dans son travail avec les femmes vivant avec le VIH. "Lorsque j’ai commencé ce plaidoyer communautaire et ce programme de sensibilisation, les hommes dans ma communauté disaient à leurs femmes de n’avoir rien affaire avec moi parce que je faisais la promotion de la promiscuité... J’étais également l’objet d’injures en communauté non seulement de la part des homme, mais même aussi de mes parents femmes", a-t-elle souligné.
"Certains chefs religieux se réfèrent toujours à nous comme des infidèles ou des non-croyants qui sont en train d’être utilisés par l’Occident pour combattre l’islam. Maintenant, en pays musulman comme la Mauritanie, ceci est une allégation très sérieuse pour vivre avec".

Des activistes disent que des tabous contre la discussion sur le sexe sont profondément ancrés dans le tissu social. "Une manière simpliste d’expliquer les problèmes sociaux en Mauritanie comme le VIH/SIDA a été de pointer un doigt accusateur sur les étrangers et les accuser de chaque tranche de malheur social et d’immoralité", a confié Sadeed à IPS.

Au cours des récentes années, la Mauritanie a connu un afflux de migrants d’Afrique de l’ouest, essentiellement noirs, dans les grandes villes côtières, désireux d’atteindre l’Europe occidentale à travers une migration illégale utilisant de petits bateaux de pêches. Les migrants sont fréquemment accusés d’être impliqués dans le trafic de drogues et la prostitution, et leurs maisons sont souvent l’objet de descentes de la police.

Kwame Adaye, un migrant venu du Ghana, a déclaré à IPS : "Les tabous sociaux contre les relations sexuelles en dehors du mariage, en Mauritanie, signifient que les préservatifs ne peuvent pas être vendus ouvertement dans les boutiques et pharmacies. Ils sont cependant secrètement distribués par des activistes et vous devez être dans ce pays pendant au moins quelques mois pour savoir à qui parler de préservatifs.

"Cela force parfois des gens dans des comportements à risque comme des rapports sexuels non protégés. Et à cause de cela, les migrants, notamment les Africains noirs, sont vus par les gens du pays comme ceux qui propagent le VIH en Mauritanie".
Un entretien avec Sheikh Abdoullah Ould Abdoullah, un chef religieux à Nouakchott, la capitale, était une rencontre révélatrice pour jauger l’opinion des religieux sur le VIH/SIDA.

"Les chefs musulmans en Mauritanie continueront par être méfiants des motifs des militants anti-SIDA, soutenus par l’Occident, notamment lorsqu’ils font la promotion des rapports sexuels protégés et de l’utilisation du préservatif", a indiqué le Sheikh. "Notre religion interdit cela. S’ils sont préoccupés par le VIH/SIDA, qu’ils disent aux gens de cesser de faire les choses qui leur donnent le virus".
La puissance et le prestige des religieux en Mauritanie signifient que les activistes ne peuvent pas simplement ignorer leur résistance si le message doit être bien reçu par la population. "Les militants luttant contre le VIH/SIDA sont pris entre leur conviction pour redresser ces injustices et une crainte voilée de ne pas offenser les sensibilités religieuses et sociales qui pourraient aliéner les vraies personnes que nous cherchons à aider à travers les informations appropriées", a expliqué Sadeed à IPS.

Les personnes vivant avec le VIH en Mauritanie affirment que leur statut porte un stigmate social lourd qui fait qu’il est difficile de déclarer ouvertement votre statut.

Une personne, qui a requis l’anonymat, a déclaré à IPS : "A part l’assistant social de Terra Vivante et les docteurs en médecine qui me soignent, personne n’est informé de mon statut sérologique, même pas mes parents.... Parce qu’aussitôt qu’ils le savent, tout le monde me fuira et je serai accusé de la cause de ma propre maladie. Si vous avez le VIH, les gens voient que c’est une punition pour le fait d’être non-croyant".

Malayaine Mohammed, directeur de l’ONG de développement Terra Vivante, dit que les militants se limitent souvent à travailler dans les contraintes que leur société impose.

"En parlant ouvertement de l’utilisation du préservatif ou des rapports sexuels protégés, vous allez probablement générer des réactions négatives, même de la part des groupes modérés. Alors, ce que nous faisons ici, c’est de parler de ces questions comme l’abstinence et la loyauté dans les relations conjugales comme faisant partie de nos efforts de sensibilisation afin de gagner l’appui des chefs religieux".

L’avenir dira si cela est suffisant pour empêcher la propagation du SIDA en Mauritanie. Un message d’abstinence et de fidélité conjugale est une protection peu solide contre les facteurs alimentent la propagation du VIH à travers l’Afrique : des partenaires multiples concomitants, l’inégalité de genre empêchant les femmes de refuser des rapports sexuels avec des partenaires socialement puissants ou de prendre en charge leur propre protection, ainsi qu’une énorme ignorance fondamentale de la nature du virus et la façon de se protéger.

La Mauritanie est en train de prendre un risque épouvantable.


maatala

mercredi 12 août 2009

Décret de nomination des membres du gouvernemen

le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz a officiellement chargé le premier ministre sortant de former son troisième cabinet. La nouvelle équipe est donc composée de 33 membres, en comptant le chef du gouvernement.

Voici sa composition définitive :


- Moulaye Ould Mohamed Lagdhaf, premier ministre ;

- Baha Ould Hmeïdha, ministre de la justice ;
- Naha Mint Mouknass, ministre des affaires étrangères ;
- Hamadi Ould Hamadi, ministre de la défense nationale ;
- Mohamed Ould Boïlil, ministre de l'intérieur ;
- Sidi Ould Tah, ministre des affaires économiques ;
- Ousmane Kane , ministre des finances ;
- Ahmedou Ould Mohamed Radhi, ministre de l'enseignement fondamental ;
- Ahmed Ould Bayé, ministre de l'enseignement secondaire et supérieur ;
- Ahmed Ould Neïni, ministre des affaires islamiques ;
- Coumba Bâ, ministre de la fonction publique ;
- Mohamed Ould Khouna, ministre de l'emploi ;
- Cheikh Ould Horma, ministre de la santé ;
- Ahmed Ould Moulaye Ahmed, ministre du pétrole ;
- Aghdavné Ould Ayih, ministre des pêches ;
- Bembe Ould Dermane, ministre du commerce ;
- Smaïl Ould Bodde Ould Cheikh Sidiya, ministre de l'habitat ;
- Brahim Ould M'Bareck Ould Moctar, ministre du développement rural ;
- Camara Moussa Seydi Boubou, ministre de l'équipement ;
- Mohamed Lemine Ould Aboye, ministre de l'hydraulique ;
- Mohamed Abdellahi Ould Oudaa, ministre de l'industrie ;
- Cissé Mint Cheikh Ould Boïde, ministre de la culture ;
- Mohamed Abdallahi Ould Boukhary, ministre de la communication ;
- Mewlaty Mint El Moctar, ministre des affaires sociales ;

- Drissa Diarra, ministre délégué, chargé de l'environnement ;
- Abdoulaye Idrissa Wane, ministre délégué, chargé de la modernisation de l'administration ;
- Ikebrou Ould Mohamed, ministre délégué, chargé du Maghreb arabe ;

- Ousmane Bâ, secrétaire général du gouvernement ;
- Adama Sy, ministre secrétaire général de la présidence ;
- Messaouda Mint Baham, ministre conseiller à la présidence ;

- Mohamed Lemine Ould Dadde, commissaire aux droits de l'homme ;
- Mohamed Ould Mohamedou, commissaire à la sécurité alimentaire ;
- Maty Mint Hamady, commissaire chargé de la promotion de l'investissement.

Sanhaji ente vem dit le FOU

jeudi 6 août 2009

discours du président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz

Le président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz prononcera alors son discours d’investiture que voici :

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux Paix et Salut sur Son Prophète Mohammed, - Chers citoyens, - Excellences, Mesdames, Messieurs, - Honorables invités.

Il particulièrement agréable, en ces moments historiques, d’adresser mes vives félicitations à tous les mauritaniens où qu’ils se trouvent pour la victoire éclatante que notre peuple a remportée le 18 juillet 2009 à l’issue d’une élection libre et transparente comme en témoignent les instances qui l’ont supervisée et les observateurs nationaux et internationaux. A travers cette élection, le peuple mauritanien a fait preuve de maturité et prouvé sa capacité à transcender les épreuves. Il a également exprimé sa ferme volonté et son désir sincère de sortir de la situation difficile qu’il vit depuis des décennies. - Mesdames, - Messieurs, Au moment où je prends officiellement mes fonctions de Président de la République, je pense aux milliers de pauvres et de déshérités qui fondent sur notre programme électoral d’immenses espoirs pour avoir droit à une vie qui préserve leur dignité, leur honneur et leur fait oublier les spleens et souffrances qu’ils ont vécus pendant longtemps. A ceux-là, je tiens à affirmer que je ne les décevrai pas, car je suis là pour eux et parce que je sais qu’ils m’ont élu pour que je mette fin à leurs souffrances. Je saisis cette occasion solennelle pour réaffirmer que les engagements que j’ai pris pendant la campagne électorale seront honorés, in Chaa Allah, dans les meilleurs délais et que les propos que j’ai eu à tenir n’étaient point électoralistes mais plus tôt pour éclairer l’opinion publique sur des réalités vécues.

- Mesdames, - Messieurs,

Le 18 juillet dernier, le peuple mauritanien a tourné la page de la gabegie et des mauvaises pratiques et ouvert une page qui sera, in Chaa Allah, lumineuse dans l’histoire de la Mauritanie Nouvelle. Comme j’ai eu à le répéter au cours de la campagne électorale, notre objectif est de bâtir un Etat fondé sur la justice, l’égalité et les valeurs républicaines, où nous jouissons, tous, de la sécurité et de la stabilité. Nous déploierons tous les efforts possibles pour mettre fin à la gabegie et ses répercussions sur la société. Nous combattrons tous ceux qui transgressaient dans le pays et qui y avaient commis beaucoup de désordre jusqu’à qu’ils se repentissent et reviennent sur le droit chemin. Dieu n’a-t-il pas dit qu’il n’aime point les corrupteurs? - Mesdames, - Messieurs, Nous prendrons les mesures qui s’imposent et déploierons les efforts nécessaires pour propager et ancrer nos valeurs culturelles issues de notre sainte religion, l’Islam et produits de la diversité et richesse de notre civilisation arabo-africaine. Pour cela, les affluents de notre culture, qui ont failli tarir à cause de la négligence et des vicissitudes du temps seront revalorisés en les irriguant des sources traditionnelles telles que la Mahdraa et la Mosquée qui renoueront avec leur rôle traditionnelle d’institutions culturelles connues pour avoir propagé, jusqu’à une date récente, le savoir, la science et la religion musulmane. Conformément à notre programme électoral, les ressources de l’Etat et ses richesses seront gérées et exploitées de manière transparente, rationnelle et responsable dans l’intérêt des citoyens et des générations futures. Pour cela, nos priorités seront axées d’abord sur la réforme de l’administration et sa moralisation pour la débarrasser des comportements nuisibles et lui donner la crédibilité et l’efficacité dont elle a besoin. Dans ce cadre, une attention particulière sera accordée au secteur de la justice étant donné le rôle que le pouvoir judiciaire doit jouer en imposant le respect de la loi et en propageant la paix sociale et la quiétude au sein des populations. Conformément aux exigences des réalités de notre société et dans l’objectif de réaliser les aspirations de notre peuple, des efforts particuliers seront consentis sans cesse afin que les services de santé disposent des moyens indispensables à leur mission partout dans le pays. Les hôpitaux seront équipés du matériel technique nécessaire pour que les soins soient toujours à la portée de tous les citoyens, partout dans le pays. Afin de consolider les fondements de l’Etat, notre système éducatif sera réformé. Cette réforme permettra d’améliorer sensiblement le niveau de formation et son adaptation aux exigences du marché du travail et de la recherche scientifique. Une attention particulière sera accordée au désenclavement de nos régions dans le cadre d’une politique visant à créer les infrastructures nécessaires au développement du pays. D’une manière générale, l’éradication de la pauvreté et ses causes constitue pour nous un objectif à atteindre dans les meilleurs délais. Tous les efforts nécessaires à la réalisation de cet objectif seront consentis en comptant d’abord sur nos propres ressources, puis sur la coopération avec nos partenaires au développement. Dans ce cadre, nous poursuivrons les efforts déjà déployés pour réduire le chômage. Nous encouragerons, à travers des programmes ciblés, l’émancipation de la femme afin qu’elle joue un rôle prépondérant dans le développement économique et social, et dans la lutte contre la pauvreté. Dans le domaine militaire et sécuritaire, nous procéderons à la réorganisation de l’armée nationale et des forces de sécurité afin qu’elles soient capables de remplir leurs missions dans les meilleures conditions. Les mesures adéquates seront prises pour permettre au commandement des forces militaires et sécuritaires et à ceux qui exercent dans ces domaines de remplir leurs missions avec compétence, en toute sécurité et honorablement. Nous ne ménagerons aucun effort pour lutter contre le terrorisme et ses causes afin que notre société demeure ce qu’elle a toujours été par le passé : une société paisible et tolérante qui ordonne le convenable et interdit le blâmable. -


Mesdames, - Messieurs,


Notre politique étrangère sera désormais au service des intérêts suprêmes du pays. Dans ce cadre, nous œuvrerons, grâce à une diplomatie efficace et proactive, à renforcer la coopération avec les pays frères et amis. Avec nos frères maghrébins, nous consentirons les efforts nécessaires à l’édification du Grand Maghreb Arabe. Une attention particulière sera accordée à la coopération avec les pays voisins, à la redynamisation du dialogue arabo-africain et au renforcement des relations de coopération avec l’Union Européenne. Il va sans dire que l’instauration de la paix dans le monde, en général et au Moyen-Orient, en particulier, reste pour nous un objectif qui exige des actions concertées de la communauté internationale et des organisations concernées. En vue de contribuer à la réalisation de ce noble objectif, nous n’épargnerons aucun effort pour renforcer toute initiative visant la création d’un Etat palestinien indépendant et la récupération de toutes les terres arabes spoliées.

- Mesdames, - Messieurs,


La cérémonie qui nous réunit aujourd’hui reflète le fruit des efforts fournis par les mauritaniens et des pays frères et amis, sans lesquels la préparation et l’organisation de l’élection du 18 juillet n’aurait pas été possible. Je tiens ici à exprimer toute notre gratitude au Frère Mouammar Al-Ghadhavi, Guide de la Grande Révolution du Premier Septembre, Président de l’Union Africaine et au Frère Maître Abdoullaye Wad, Président de la République du Sénégal pour les efforts qu’ils ont déployés avec sagesse afin de permettre l’organisation de l’élection du 18 juillet. Je remercie également le gouvernement de transition et M. Bâ Mamadou dit M’baré qui a assuré ces derniers mois les fonctions de Président de la Républiques par Intérim conformément à la constitution, avec compétence et loyauté. Mes remerciements vont également aux pays frères et amis ainsi qu’aux organisations internationales qui ont contribué à la création de conditions ayant permis l’organisation de l’élection du 18 juillet. Je remercie aussi les structures ayant supervisé l’élection, les organisations de la société civile et les observateurs nationaux et internationaux pour leurs efforts visant à suivre de près le déroulement de l’élection du 18 juillet. Enfin, je remercie les acteurs politiques mauritaniens pour l’esprit d’ouverture et de tolérance dont ils ont fait preuve durant la campagne électorale. Je ne peux ici que me féliciter de l’atmosphère qui a caractérisé l’élection dominée par le calme et le respect de la loi. Je ne veux nullement faire ce que je vous interdis. Je ne veux que la réforme, autant que je le puis. Et ma réussite ne dépend que d'Allah. En Lui je place ma confiance, et c'est vers Lui que je reviens repentant.(Allah dit la vérité). Vive la Mauritanie démocratique, prospère et débarrassée de la gabegie et des corrupteurs.

Je vous remercie.