samedi 7 novembre 2009

nouvelles mesures de salubrité

Eh oui dorénavant,et suite au déballage d'insalubrité dont a été victime canalh, il faut montrer patte blanche avant d'entrer.

Pour pouvoir participer au débat, il faut s'inscrire comme membre.

le prochain membre qui dérapera sera "relevé de ses fonctions" de membre selon la formule consacrée, voire plus en cas de non affinités.

le plus je ne sais pas encore j'hésite, pour l'inspiration j'attends le prochain conseil de ministres, tout en espérant qu'il fasse javel comme le précédent: qu'il nettoie et désinfecte.

ces mesures entrent dans le cadre du projet de loi relatif à l'énergie nucléaire ( approuvé dans le dernier conseil) visant à la protection des populations des irradiations radioactives et déliratives.

et nous conformant à la communication du ministre du développement rural relative au programme de sécurisation des cultures pluviales contre la divagation des animaux et extension des esprits perturbés.
Toute ressemblance avec un esprit existant ou ayant existé n'est que fortuite.

Bon vous avez compris, salut.

LM.

235 commentaires:

1 – 200 sur 235   Suivant›   Les plus récents»
maatala a dit…

salam

les amis

Vous permettre d'exprimer librement et spontanément votre opinion dans le respect de celle des autres sera toujours l'unique but de cet espace de liberté.

Canalh, c'est notre monde diplomatique à nous, c'est surtout la voix des sans voix, des potes, des nostalgiques, des looseurs, des sans grades, des ceux qui préfèrent l'obscurité à la lumière, de ceux qui veulent qu'ont leur rende leur mauritanie:
Celle des illusions perdues.

Merci encore Lm pour cet espace de liberté et de courtoisie.

Bienvenu chez les nudistes dépressifs dit le fou

maatala

Yanis le R. a dit…

Merci LM et Maatala pour l'ouverture du blog directement aux commentaires.

Sanhaji a dit…

Bonjour

Sanhaji a dit…

C'est parfait ca marche

lewonni a dit…

bravo, excellente idée pourvu qu'elle tienne le coup et que le minimum de dignité retienne les indésirables ailleurs

lewonni a dit…

pris sur haut-et-fort

cher monsieur

comme j'ai lu cette déclaration totalement délirante du gouvernement au sujet de l'affaire nucléaire! je n'en crois toujours pas mes yeux! cela signifierait que aziz perd la tête tout simplement dans un délire des folies des grandeurs, il chope le melon mais c’est pour que d’autres en fassent leur jus

de plus, on a pu lire aussi que aziz aurait déclaré qu'il ne serait pas contre le retour de taya, eh bien qu'il ose seulement le faire venir dans l’état actuel des forces en présence et il ne restera pas un jour de plus car taya tout criminel qu'il est est généreux avec les biens d’autrui cad de la république en l’occurrence et aziz commence a être accusé d’avoir quelque trait d'un ingrat potentiel. maintenant qu'il est arrivé au sommet, dit-on, il mépriserait ses soutiens qu'il traite en mendiants. ça fait désordre

dieu n'aime pas les ingrats

Le peuple non plus c’est ce qui coûta le plus au malheureux sidioca car le peuple l’accusait d’avoir voulu la peau que l’homme auquel il devait tout

passons

de toute façon, la mauritanie est dirigée depuis longtemps par des petits types, il n'y a personne ici qui soit très riche et qui soit un grand seigneur avec une vision car comment ont-il eu leur fortune et leur pouvoir ? l’endurance du mérite sans tâche ? est-ce par un génie de la créativité , de l'innovation de l'honnêteté de l'âme et du génie de l'esprit? non! c'est juste par la manipulation du côté bas de la nature humaine, trafics en tous genres, comment voulez-vous que ces gens-là soient visionnaires et éclairés et propres

ils devraient s'entourer de gens comme vous, cher monsieur, pour avoir un peu de lumière, eux sont secs et quand vous les soutenez contre vos propres familles par conviction, ils vous rient au nez et vous jettent en pâture aux vôtres comme si vous étiez un traître à la cause de votre tribut, ce que vous êtes en effet car votre combat pour la république pour tous va contre votre culture, la culture de tous

j'ai bien fait le tour de la scène, cher ami, c'est une scène bien minable. Battez-vous pour vos intérêts, trahissez à tous vents et vous serez dignes de leur compagnie! Ayez le malheur de penser au bien collectif et aux grandes valeurs qui font l'âme d'une nation debout et vous êtes bons pour être humiliés

les civils pensent qu'ils vivent sous le joug de l'armée or c'est faux même l'armée vit sous la peur même les soldats vivent sous la peur car un supérieur peut les prendre les jeter au trou ou les mettre à mort selon le règlement.

Mais ce qui est extraordinaire dans notre armée, c'est la discipline mais à qui profite-t-elle puisque les soldats et les officiers sont aussi fatigués que les civils s'ils ne sont pas du sérail et pourtant c'est la discipline , peut-être tout simplement car il n'y a pas de cartouche, les cartouches étant aux mains qu'il faut à la place qu'il faut sous bonne garde.

Ou peut-être tout simplement que l'armée vaut mieux que les civils qui eux ont pourtant leur constitution comme d'autres leur règlement mais les uns sont entrainés à obéir aux ordres et croient aux valeurs de l'armée quand les civils ne se sont entraînés qu'à la trahison au retournement de veste ce qui fait de leur constitution du vent!...

lewonni a dit…

...Cela explique beaucoup de choses. La faiblesse des civils c'est de n'avoir aucune conviction car sinon ils mourraient pour elle si la survie d'une nation viable en dépendait et pourtant ils ont regardé ce pays pourrir sans bouger pour la grande majorité et hier encore quand taya est parti qu'ont-ils fait? ils se sont faits bernés car leurs électeurs ont faim et soif et leurs voix s'achètent comme leurs dirigeants

Pour un jeune sans autre ambition que de voir son pays débarrassé des minables et des voleurs, la politique chez nous est dégoûtante , c'est l'anpe plus ou moins chic mais il n'y a rien là-bas qui fasse rêver les jeunes sauf de quoi les faire suivre de vieux roublards qui briseront et leurs rêves et leur souffle pour en faire des jeunes corrompus rompus aux virages et au statu quo pour un statut minable et effrayant de vide .

jadis les militaires craignaient un peu les civils car ils les pensaient plus éclairés mieux formés aux choses des lumières de l'esprit et à ces mille petites choses superflues en temps de guerre mais qui font une culture des choses de la vie sans laquelle on ne dirige rien pour élever l'âme mais juste préserver les biens, mais petit à petit, les militaires ont compris que les civils sont devenus des minables corrompus ou brisés , détruits réduits à néant ne pouvant plus croire en rien car ne pouvant faire confiance à personne la trahison étant partout, merci taya!

peu importe

l'après-aziz doit être préparé aujourd'hui, il partira tôt ou tard, laissez-le agir ou pas, se battre pour le pays ou pour bouamatou, se battre pour le pays ou pour écraser les AON et autres pour laisser la place à la génération oulad bousbaa

qu'il fasse ou ne fasse pas, les jeunes doivent dès aujourd'hui penser plus loin. Quittez tous ces partis politiques minables de l'opposition vendue et pourrie et courez à l’UPR ou restez chez vous. Pensez à demain, voyez plus loin , tirez des leçons du passé et faîtes revivre un rêve véritable pour ce pays et pour tous qui puisse réduire à néant le cercle vicieux des clans et des tributs qui par cercles concentriques se rapprochent chacun à leur tour du centre du pouvoir y végètent en vivent et disparaissent pour laisser la place à d'autres tyrans plus affamés de pouvoir

demain sans aziz se prépare aujourd'hui. On a 25 ans pour ça, 25 ans pour être prêts afin qu’en fin de règne ce ne soit pas un héritier du parti ou du sérail qui nous fasse le coup de l’héritage pour la stabilité.

Non c’est aujourd’hui qu’il faut faire renaître une opposition pour un changement véritable, un changement de couleur cad passer d’être au carreau au trèfle à quatre feuilles

La solution serait donc d’abord peut-être un obama à nous ! Cherchez-le trouvez-le entourez-le ! Pas de négociation, pas de tractation : objectif : le pouvoir par les urnes c’est tout.

Objectif du millénaire passer de la civilisation maure dominante qui a connu son apogée et aussi son triste déclin, dont la mauritanie d’aujourd’hui représente les funestes restes, passer donc de civilisation M à la civilisation H.

Tout est prêt pour cela, il suffit juste qu’un obama soit le chef des armées autant chercher, comme une aiguille, un obama dans les bottes d’un autre…
Aziz a le temps d’offrir au pays ce digne hériter car on n’arrête pas le progrès et quasiment tous les proches d’aziz sont tous des gens qui parlent « wolof », comme d’ailleurs ses soutiens de la première heure, c’est un signe d’un esprit de métissage qui annonce que tous les rêves sont permis

Yanis le R. a dit…

Au sujet de l'énergie nucléaire, je crois que le projet de loi du gouvernement s'adresse à l'activité de radiothérapie du nouveau centre de lutte contre le cancer (le centre d'oncologie).
L'ancien directeur démis avait fait plusieurs voyages à ma connaissance à Vienne (à l'Agence Internationale de l'Energie Atomique) pour financer le projet de l'antenne de radiothérapie indispensable dans un centre de cancérologie.
La gestion de cette thérapeutique à risque nécessite des précautions bien particuières en sachant qu'il faut en plus des médecins prescripteurs spécialistes, des techniciens biomédicaux et des radio-physiciens.
Un texte de loi pour encadrer l'utilisation de produits radioactifs est donc primordial.
J'avoue que le compte rendu du conseil des ministres sur le sujet (ci-dessous) est peu explicite et peut entraîner une grande confusion...

--------------

Projet de loi relatif à l'Energie nucléaire.

Le projet met en place des normes de base relatives à la protection sanitaires qui concernent l'irradiation des professionnels et des populations, les rejets liquides et gazeux des substances radioactives ainsi que la dissémination illicite de sources de rayonnement ionisants et propose également un système de contrôle pour le respect strict de ces normes.

maatala a dit…

salam

Lu sur le blog du prof

"Ahmed Daddah pouvait-il agir autrement ?
-

OUI !

Le Leader de l’opposition a oublié une première chose, c’est qu’il est justement le leader de l’Opposition. Que ce statut lui a été conféré par la loi. Le Leader de l’opposition a oublié une seconde chose , c’est qu’il est Président d’un parti politique et ce qui garantit l’existence des partis politiques, c’est la loi. Et la loi c’est l’Etat. Or la constitution est claire : « Le Président de la République incarne l’Etat » (art 24).

Sans président de la République, il n’ y a plus de légalité. Car l'Etat, de droit, qui l'assure n'existe pas. Et lorsque la légalité est rompue, il n’ y a plus de leader d’opposition. Il n’ y a plus de partis politiques. Il y a une société civile plongée dans le non-droit.

Les questions simples, à poser, sont alors :

- Comment se fait-il qu’un Président de parti politique dont toute l’action est régie par la loi, peut-il entériner le coup de force contre le Premier magistrat de la République ?

- Comment se fait-il qu’un potentiel candidat à la Présidence de la République, puisse entériner les coups de force contre les institutions de la République.

- Comment peut-on concevoir qu’un ancien candidat à la présidence de la République qui fut le challenger du Président renversé, peut-il entériner le renversement de celui-ci ?

- Comment le leader de l’opposition qui a reconnu la légalité , la transparence et la réalité de l’élection du Président de la République, peut-il aujourd’hui entériner que ce même président soit spolié par des militaires ?
-
- Comment un chef de l’opposition peut-il affirmer qu’il « comprend le geste » de militaires putschistes et accepter de dialoguer avec eux en faisant fi du respect des institutions et du président élu qui représente la volonté du peuple.

- Comment ce Président de parti politique, puisse affirmer que les militaires soient habilités à « redresser les déviations de la Démocratie », en éludant totalement le rôle strict que la constitution confère à l’armée nationale et non pas de porter atteintes aux institutions républicaines et à leurs représentants?
-
Comment peut-on tacitement justifier le putsch militaire par le fait que ce sont les militaires qui ont porté le président au pouvoir et donc ils pouvaient le renverser?
-
Mais alors si ce raisonnement pouvait être valable, aucun président au monde ne perdurerait au pouvoir.
-
Y a-t-il un Président de la République au monde qui n'ait pas été soutenu par un mouvement , un lobby militaire, économique, social, syndical ou financier? Cela donne-t-il le droit à ceux qui ont soutenu ce président de le renverser?
-
Evidemment que non! Lorsque le Président est élu par le peuple, il devient le représentant du peuple, de l'Etat et de la nation. Lui porter atteinte c'est porter atteinte à l'Etat à tout un peuple à toute une nation. Et personne dût-il être contre la politique de ce Président ne doit cautionner cela. Les mécanismes démocratiques sont faits pour le sanctionner à l'exclusion de tout autre moyen. Et tout autre moyen est hautement condamnable.

- Comment ce Président d’un parti de l’opposition, ayant vécu les années de braise, puisse-t-il croire un instant que les militaires qui ont piétiné pendant trente ans son pays sous leurs bottes, vont aider l’opposition à conquérir le pouvoir ?

Autant de questions qui découlent d’une logique qui est aux antipodes de l’opportunisme politique.
-
Et c’est par cette logique là que le Président du RFD aurait dû réagir. Et il avait beaucoup à y gagner.
-
Voici comment le scénario aurait dû se dérouler :

Dès l’annonce du coup d’Etat, le leader de l’opposition condamne immédiatement le coup d’Etat contre les institutions.
-
Il rassemble autour de lui tous les partis d’opposition (y compris ses amis d'hier) et fait front aux militaires.


maatala

maatala a dit…

Faire front aux plans national et international.
-
Au plan national, descendre dans la rue, initier des protestations continues, des grèves, des sittings , des meetings, ameuter les populations sur le viol de la constitution et la prise en otage du Président de la République. Refuser catégoriquement de dialoguer avec les militaires, demander la libération immédiate et sans conditions du Président de la République et de son premier ministre. Rétablir la légalité au plus vite et rétablir les choses en l’état en retirant tous les communiqués militaires, en rétablissant les fonctionnaires limogés à leurs postes et de dissoudre immédiatement le haut conseil d’Etat.

Sur le plan international, ameuter la communauté internationale, alerter les organisations internationales, investir les médias internationaux de prises de positions fermes et des dénonciations des violations que le pays subi. Demander l’intervention immédiate de la communauté internationale pour obliger les militaires à quitter le pouvoir.

Et il est certain que les militaires putschistes menaceront, incarcéreront certains (accréditant encore davantage aux yeux de tous leur image dictatoriale) mais tôt ou tard acculés face à la pression nationale et internationale à s’exécuter (et certainement à négocier les conditions de leur réddition).

Suite à cela, le leader de l’opposition rencontrera le président de la République pour:
-
- demander une amnistie des militaires putschistes (après tout sont-ils les premiers ?),
-
- la mise en œuvre l’article 38 de la constitution qui stipule que « Le Président de la République peut, sur toute question d'importance nationale, saisir le peuple par voie de référendum. » aux fins de modifier la constitution (ou de la réviser suivant les mécanismes définis par la constitution elle-même) afin d’introduire plus de pouvoir constitutionnels pour le Premier ministre.
A ce moment l’opposition pourra prétendre à ce poste de Premier ministre et Ould Daddah pourra alors en être, en collaboration avec le Président de la République, le titulaire.

Ainsi, en détenant le poste de Premier ministre avec des pouvoirs constitutionnellement définis, Ould Daddah pourra collaborer avec le Président de la République pour le bien de la Nation et préparer les échéances 2012.

Qu’est-ce que Ahmed Daddah aura alors gagné dans un tel scénario ? TOUT.
-
Il aura permis:

- Une préservation de la démocratie et de la légalité en évitant la crise et la prise en otage des institutions. Il s’en suivra même un raffermissement de cette démocratie et le respect des institutions à travers ceux qui le représentent. Une tradition démocratique bâtie sur une lutte populaire prendra alors son essor ;

- Ecarter les militaires définitivement du pouvoir en organisant une amnistie salvatrice pour les putschistes, en les affectant à des postes militaires moins stratégiques, en tant que conseillers ou s’ils le préfèrent être mis d’office à la retraite en conservant les avantages dus à leur rang avec interdiction (ou sans) d’exercer une activité politique. Tout est question de stratégie dans l’intérêt de la nation;

- Gagner en notoriété et en image auprès du peuple pour lequel Ahmed Daddah et ses compagnons, auront été les sauveurs de ses institutions et de sa démocratie. Et l’imaginaire populaire recherche depuis des années, un leader qui le sortirait de sa misère et de la violence qu’on lui fait. Daddah, aurait pu être celui-là.


Hélas ! Le leader de l’opposition vient de rater, encore une fois, le coche comme si son expérience d’hier avec les militaires de la transition (et ceux d’avant) n’a pas suffi, comme s’il croyait que les militaires l'associeront au pouvoir.
-
Et même si cela était ou devait arriver, ne pourrait-il pas se poser la question que le plus humble de la plèbe, à sa place, pourrait se poser : Si je tends la main aux militaires, ne suis-je pas déjà leur créature ?
--
Pr ELY Mustapha

maatala

Sanhaji a dit…

Si Aziz hier a exploité les personnes influentes du pays pour arriver à ses fins, il n'a aujourd'hui pas grand chose à faire avec ces personnes car de toutes les façons il connaît parfaitement les motifs qui les ont amenés à soutenir ce qu'il appela alors la rectification et qui n'était en réalité qu'un coup d'Etat des plus clairs.

Aziz sait mieux que quiconque que ces gens là sont prêts à composer avec le diable pour sauvegarder leurs intérêts souvent très singuliers voir chauvins.

Se considérant président légitimement élu, il ne peut en aucun cas penser grand chose de ces gens là, sachant qu'ils seraient prêts de le pendre dès lors qu'il porte préjudice à leurs intérêts pas nécessairement réconciliables avec ceux de la Nation.

Sanhaji a dit…

L'ouverture de la session parlementaire est annoncée pour demain je crois.

Je me demande comment nos fameux députés qui ont soutenu le coup d'Etat vont ils maintenant se comporter sachant qu'Aziz est loin d'évoluer dans la direction qu'ils avaient souhaitée.

Cette direction se résume à la réorientation des mamelles de la gabégie vers leurs gosiers asséchés au temps de Sidi, et ils risquent d'être encore plus asséchés ces temps si.

On verra maintenant avec qui vont ils comploter pour qu'un autre putsch intervienne en Mauritanie.

Cela étant dit, il va de l'intérêt de la Mauritanie de dissoudre cette assemblée infestée de putschistes et d'organiser pour une fois des élections législatives propres pour avoir une véritable représentation d'un peuple meurtri et fatigué des intrigues du pouvoir.

mobutu a dit…

Salubrité, y a bon

Lebleida a dit…

Vous serez surpris par le niveau de cynisme de nos députyéd et sénateurs,la fronde c'est fini ils vont se caser et obéir comme des moutons.

must a dit…

Bonjour,
Merci pour ce blog!

tomahawk a dit…

test

tomahawk a dit…

Vous avez vu la declaration de Beye, il semblerait que le FND avait lache messaoud durant les elections. Il voulait donc que Aziz gagne...

La politique a ses raisons que la raison ne connait pas,lol!

tomahawk a dit…

Mes amis,

Avez vous acces au site Taqadoumy in French? Que se passe t-il ?

Trundrumbalind a dit…

Yanis le R.

Quoiqu'il en soit, à l'arrivée, on se retrouvera à manipuler l'énérgie nucléaire. Et m'est avis qu'on un peu loin de pouvoir tripoter ce genre de joujou. De plus, introduire cette technologie dans un corps médical incapable demener à bien une simple opération d'appendicite me semble quelque peu abérrant.


Donc radiothérapie ou centrale nucléaire, le problème demeure le même.

SGDG © a dit…

Ce qui est certain c'est que le nucléaire arrive.

Trundrumbalind a dit…

maatala,
C'est drôle comme vous autres, aziziens de ce blog, vous vous mettez à cogner sur Daddah lorsque votre favori se revèle n'être qu'un authentique bandit pillard. Le post du Prof est pertinent. Daddah à commis plein d'erreurs dont la plus grossière et la plus inexplicable est celle de soutenir le putsch. Seulement, c'est Aziz (pas Daddah) qui est en train de mettre à sac ce pays. Il serait plus avisé de vous focaliser sur votre poulain au lieu de vous en prendre à adversaires. Ils ne sont pas aux affaires.

maatala a dit…

salam

Trudrumbaladin

Pour vivre , la démocratie a besoin d'une opposition crédible, attractive et surtout porteuse d'une capacité d'alternance et non une base de repli à coupeurs de route qu'est devenu le RFD à la sauce Daddah.

Daddah est encore le chef constitutionnel de l'opposition.

Avec un tel looseur à sa tête l'opposition n'est pas prête de vivre le grand soir.

Il faut qu'ils aient enfin le courage de lui montrer la porte.

A quand le cortège pour le ramener à Boutilimit, avec interdiction de revenir à NKTT dit le Fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

SGDG

Je dirais plutôt les déchets du nucléaire.

A suivre

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu pour Trumbaladin


Lutte contre la gabegie : Perspective de mise en examen contre de hauts fonctionnaires.

Des sources dignes de foi annoncent l’imminence du déclenchement d’une action judiciaire contre d’anciens hauts responsables dont certains ont été débarqués récemment et sommés de payer des sommes colossales détournés.

Les délais impartis pour payer l’argent dérobé étant dépassé, on s’attend logiquement à ce que la justice soit mise en branle. D’autres auteurs de détournement de fonds publics sont dans le collimateur de l’IGE qui poursuit ses inspections. Parmi les personnes visées par cette action judiciaire, on cite :

MM.Mohamed Ould Nemine, ex directeur de l’agriculture au ministère du développement rural, Idoumou Ould Abdi, ex Secrétaire général au ministère du développement rural, Mohamed Yahya Ould Bah, ex directeur de l’élevage, Abdallahi Salem Ould Gleiguem, ex directeur de la CNAM,



M.El Waled Ould Momme, ex DAF au ministère du développement rural, Hamma Ould Sweilim ex directeur de Radio-Mauritanie, Mouhamedou Salem Ould Bouka actuel directeur de la Télévision de Mauritanie et ex directeur de Radio Mauritanie, Mohamed Yahya Ould Haye,directeur de l’audiovisuel au ministère de la communication et ex DG de Radio-Mauritanie et enfin Kaber Ould Hammoudi ex DG de Radio Mauritanie.

Info source : Le Divan (Mauritanie)

---------------------------------

Je ne suis pas du genre à bouder son plaisir, quand la racaille passe à la caisse dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Un haut dirigeant de l’APP : « Toutes les tendances du FNDD ont comploté contre Messaoud »

M. Samory Ould Beye, l’une des figures de proue du mouvement El Hor et de l’Alliance Populaire Progressiste (APP) a fait une déclaration fracassante selon laquelle :

« Le Front National Pour la Défense de la Démocratie (FNDD) avait comploté contre le candidat Messaoud Ould Boulkheir à l’occasion des dernières élections présidentielles. Le Front dit-il a œuvré pour lui barrer la route au profit du candidat Mohamed Ould Abdel Aziz. ».

Selon M. Samory, le soutien du front ne relevait pas d’une conviction réelle et « il y a eu une vaste coordination des forces politiques toutes tendances confondues pour empêcher Messaoud de conquérir le fauteuil présidentiel et cela à cause de son rang social. »



Et pour M. Samory, ce n’est pas la première fois : « Aux élections présidentielles de 1992, la majorité de ces forces politiques avaient ouvré pour empêcher Messaoud d’être candidat et pourtant, il était le leader incontesté et le pilier central de l’UFD. Ils avaient Imposé M. Ahmed Ould Dadah, lequel était pourtant extérieur au parti. »

---------------------------------

Par contre M Samory oublit que c'est grâce à Messaoud que SIDIOCA a été élu contre Daddah.

Daddah est KB ont en commun la rancune tenace dit le Fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"ONUSIDA : l'affaire Horma va-t-elle provoquer la chute du gouvernement ?
08-11-2009
Le premier ministre Moulaye Ould Mohamed Lagdhaf et son ministre de la santé - Cheikh Ould Horma ont convaincu le principal acteur du projet ONUSIDA en Mauritanie, Abdellahi Ould Horma, de retourner en Mauritanie, avec la garantie qu'il ne sera pas appréhendé suite aux accusations de mauvaise gestion. Ce faisant, les deux espéraient garder leurs postes.

Abdellahi Ould Horma est aujourd'hui en prison mais ses parents influents ne semblent pas sortis d'affaire pour autant. Le ministre de la santé est le frère du détenu et le beau frère du chef du Gouvernement. Travailler en famille est un sacerdoce. Retour sur une complication.

Début septembre dernier, une enquête au sein du programme commun des Nation Unies sur le VIH/Sida en Mauritanie (ONUSIDA) révèle un trou financier de 7 millions de dollars. Les auteurs du rapport indexent la responsabilité du coordinateur Abdellahi Ould Horma ainsi que de Salimata Cheikh Sow, sa principale collaboratrice mais aussi des deux responsables financiers Saleck Ould Hadrami et Mamadou Dia. Aujourd’hui, hormis ce dernier, toujours en fuite, les autres croupissent en prison.

Mais lorsque l'investigation s’achève, Abdellahi Ould Horma travaille déjà à l'étranger et ne paraît nullement pressé de revenir au pays. Pour ses proches, il était le seul membre de sa famille à militer au sein de la campagne de Messaoud Ould Boulkheïr, candidat malheureux de l’opposition à la dernière élection présidentielle. Partant, il n’avait pas de raison de se livrer car il redoutait une vengeance à caractère politique.

Mais ce qui rendait sa situation délicate, ce sont ses liens familiaux avec le gouvernement : Cheikh Ould Horma, son ministre de tutelle, est aussi son frère ainé. Quant au premier ministre, il est marié avec sa sœur cadette. Les deux lui signifient que le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz les soupçonne de l'avoir informé du contrôle, lui permettant ainsi de quitter le pays avant de se faire appréhender. Selon eux, s'il ne revenait pas, ils risquent non seulement d'être limogés, mais poursuivis pour avoir favorisé la fuite d'un auteur présumé de détournements de biens publics.

maatala a dit…

Pour le convaincre de rentrer à Nouakchott, ils lui promettent l’immunité et tentent de le convaincre de restituer une partie du montant litigieux, en contrepartie d'un non lieu. Un montant de 90 millions d'ouguiyas est évoqué et les deux poussent la prévenance jusqu'à s'engager à régler la "créance", s'il le faut. Mais dès son retour, Abdellahi Ould Horma est placé en détention provisoire, dans l’attente de son procès.

Quant à son responsable financier Saleck Ould Hadrami, il serait actuellement "fuité". En effet, après un bref séjour au Maroc, son passeport arrive à expiration ; alors, il rentre discrètement à Nouakchott où le reçoit le commissaire Mohamed Ould Brahim Ould Seyid qui lui renouvelle son titre de voyage ; il lui demande de quitter le pays et de ne plus y revenir avant que toute cette affaire ne s’achève ou retombe dans l’oubli habituel.

Abdellahi Ould Horma, lui, devient la carte maitresse d'un jeu qui se déroule désormais à la Présidence de la République. En effet, une source proche de Ould Abdel Aziz raconte comment, finalement, cet imbroglio tombe à point nommé pour le Président ; il lui offre l’occasion inespérée de se débarrasser de son insipide premier ministre et de consolider sa réputation de chef d’Etat vertueux.

En haut lieu, l'on reproche, à Ould Mohamed Lagdhaf, de ne pas avoir correctement réussi sa mue : il était un bon chef de gouvernement sous le pouvoir putschiste, exécutant promptement les ordres malgré la virulence de la pression. "Mais tout ça est fini, aujourd'hui, on a besoin d'un premier ministre qui prend des initiatives, non d'un individu pétrifié de prudence qui attend patiemment les directives de la Présidence, sans bouger le plus petit doigt. Ould Mohamed Lagdhaf a fait son temps" estime notre source.

Ousmane Kane était bien placé. Ould Abdel Aziz n'écoutait pas ceux, nombreux, qui reprochaient au ministre des finances de ne pas parler arabe. Il trouvait que ce polytechnicien serait parfait dans le rôle ; or, selon nos sources, la participation de Kane à la réunion "séditieuse", organisée par le vice-président du Sénat Mohcen Ould Hadj, aurait quelque peu compromis ses chances.


Maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taqadoumy

"Pas d'opposants dans le futur gouvernement
08-11-2009
Depuis quelques semaines, Yahya Ould Ahmed El Waghf mène des négociations secrètes avec le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz, en vue de l'entrée d'une partie de l'opposition dans le gouvernement. Ce n'est pas la première rencontre entre l'ancien premier ministre et celui qui le menaçait de lui faire manger du riz avarié, au moment où il le retenait prisonnier.

En effet, peu après sa victoire à la dernière présidentielle, Ould Abdel Aziz s'était payé le luxe de "convoquer" Ould Waghf et ce dernier se déplacera, sans consulter ses amis du Front national pour la défense de la démocratie (FNDD, anti-putsch). Après l'entretien au Palais présidentiel, Ould Waghf convoque le conseil national du parti Adil qu'il préside puis fait publier un communiqué dans lequel il signifie la disposition de son parti à entrer au gouvernement. La suite est connue : Moulaye Ould Mohamed Lagdhaf forme son cabinet sans un seul ministre de Adil.

La tactique permettait, à Ould Abdel Aziz, de déconsidérer ses adversaires aux yeux de l'opinion, en propageant l'idée selon laquelle les opposants s'opposent uniquement pour se faire offrir des postes. "Regardez Ould Waghf, l'un des leaders de la mouvance anti-putsch, il a suffit d'un coup de fil pour qu'il rapplique au Palais afin de quémander un statut" observe, hilare, un proche de Ould Abdel Aziz.

Mais ce premier round n'avait décidément pas servi de leçon à Ould Waghf puisqu'il acceptera de revoir Ould Abdel Aziz mais, cette fois-ci la rencontre a été entourée du plus grand secret. Selon nos informations, Ould Abdel Aziz a proposé un grand poste à Ould Waghf, mais à l'unique condition que ce dernier réussisse à convaincre Ahmed Ould Sidi Baba et Abdel Qoudouss Ould Abeïdna, deux éminents membres du FNDD et cousins du dictateur déchu Maaouiya Ould Taya, de rejoindre la majorité.

Les rumeurs sur une probable entrée de l'opposition dans le futur gouvernement provoquèrent aussi des répercussions au sein du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), obligeant même son leader Ahmed Ould Daddah à écourter ses vacances aux États-Unis.

L'on ignore si les négociations avec Ould Waghf ont abouti ; il est certain, en revanche, que Ould Abdel Aziz, manifestement requinqué par la réussite de son voyage à Paris, vient d'accorder une interview à la chaine France 24 ; il annonce que le prochain gouvernement se composera uniquement de ses partisans lors de l’élection présidentielle de juillet 2009. Il y menace aussi Ould Taya de poursuite judiciaires, si jamais ce dernier remettait les pieds en Mauritanie.

maatala

Trundrumbalind a dit…

maata,
Eyd tedhbah oulekhra tsebbah telle semble être la devise de ton champion.

J'ajouterai en plus qu'avec Aziz aux affaires, aucune opposition n'est près de vivre le grand soir.

Crois-tu que si on enfermait Daddah (il devait dejà l'être mais dans une prison, selon ton champion. Ne l'a-t-il, pas avec Messaoud, accusé d'avoir pillé l'etat ?) Aziz deviendrait l'homme providentiel que vous attendiez ? On attend tjs les preuves qu'il prétendait detenir sur eux.
Serieusement, on est aux prises avec Aziz et sa clique. Avec personne d'autre.

pygmalion a dit…

A-
أين أنت? يبدو أن الأمور تزداد تعقيدا فبعد سهولة القص واللصق أصبح الأمر يتطلب جهدا إضافيا: الدخول بحساب خاص وكلمة سر!
من الآن فصاعدا لن يكون متيسرا لك أن تضجرنا بما يدور في الصحراء المالية والجزائرية.
فكر في الأمر إنه موجه لك أكثر مما هو موجه إلى كي بي جي.

maatala a dit…

Salam

Trudrumbaladin

Je fus un des premiers à dénoncer cette déclaration "idiote" de AZZIZ.

Tu retrouveras cet écrit dans les archives de Canalh.

Maatala (soutien critique de Azziz)

maatala a dit…

Salam

les amis

Nous vous invitons à vous inscrire comme membre pour poster un commentaire.

Merci

maatala

maatala a dit…

Salam

Dans la série : gare au retour de bâton

J'en connais une qui doit dormir d'un oeil, car elle aurait laissée des traces au ministère du développement rural.

Pourvu que le DAF de ce ministère ne soit pas trop bavard.

Messaouda enti vem dit le Fou

maatala

Trundrumbalind a dit…

Maata, j'avoue que tu es l'un des rares soutiens du putschiste elli m3ahoum leklam et c'est tout à ton honneur.
D'autre part, qualifier la calomnie diffamatoire et mensongère de ton champion d'"idiote" revèle quelque mollesse dans ta critique.

Trundrumbalind, soutien critique de Maatala

maatala a dit…

Salam

Trundumbaladin

Azziizzo s'avère être pour l'instant le moins pire, car à ce que je sache toutes ces crapules qui tremblent actuellement se l'a couleraient douce si SIDIOCA était encore au pouvoir.

Ce qui compte, c'est la volonté politique de passer à l'action et non les incantations stériles de l'opposition.

Les bonnes âmes disent:

- Il va se fatiguer
- Cela ne changera rien
- Ce n'est que le début, on verra après.
- Il en fait trop
- Il est fou (comme moi)

Azzizzo surtout "PAS MOLI" dit le Fou

maatala

Bebe BA a dit…

Ouffffffff, canalh reprend vie! merçi à maatala et l'autre qui ont oeuvré en ce sens!

Bebe BA a dit…

A-, s'il ne font pas attention ce type créera bientôt un parti politique et se présentera aux prochaines élections, lol
*******
Ibrahima Ag Bahanga à la rencontre intercommunautaire de Kidal: Je m'inscris résolument dans le processus de la paix et renonce à l'usage de la violence comme moyen de revendication "
(L'Indépendant (ml) 06/11/2009)

Comme nous l'annoncions dans notre parution d'hier (L'indépendant n°2324 du 4 novembre 2009), sous le titre: "Bahanga fait désormais de la paix son cheval de bataille", Ibrahim Ag Bahanga semble désormais s'engager de façon résolue pour la paix, la sécurité et le développement du Mali en général et le septentrion en particulier. Du moins si l'on se fie à la déclaration lue en son nom par son "porte-parole", Hambery Ag Rhissa, lors de la rencontre des communautés du Nord-Mali, au stade municipal de Kidal, le week-end dernier.
Le bandit (repenti ?) y affirme solennellement "s'inscrire résolument dans le processus de la paix et renoncer à l'usage de la violence comme moyen de revendication… Dorénavant, j'inscris mon action politique dans le dialogue, la paix et la démocratie". Il y exprime aussi sa profonde gratitude à tous ceux qui ont œuvré au dénouement heureux du long processus de conquête de la paix au Mali et dans la sous-région.
Je salue la tenue, à Kidal, du forum intercommunautaire des régions du Nord-Mali et formule le vœu qu'elle aboutisse à la restauration d'une cohésion sociale renforcée et enfin retrouvée.
En réponse à l'appel lancé le 17 août 2008 par le Guide Mouammar El Kadhafi, à Oubary, exhortant les mouvements rebelles touaregs à déposer les armes et à renoncer à l'usage de la violence contre le Mali et le Niger. Je fais la présente déclaration qui s'inscrit dans la logique de celle que j'ai faite, le 3 mars 2009.

Moi, Ibrahim Ag Bahanga, affirme solennellement, que, tout comme mes frères qui m'ont précédé, je m'inscris résolument dans le processus de la paix et renonce à l'usage de la violence comme moyen de revendication.
A Son Excellence Amadou Toumani Touré, président de la République du Mali, Chef de l'Etat et au peuple malien, je déclare que, dorénavant, j'inscris mon action politique dans le dialogue, la paix et la démocratie.
A tous ceux qui ont œuvré au dénouement heureux du long processus de conquête de la paix au Mali et dans la sous-région, je voudrais exprimer ma profonde gratitude.
En premier lieu, au Guide Mouammar El Kadhafi qui a toujours accompagné de ses conseils éclairés, les parties en conflit pour qu'une paix durable soit retrouvée au Mali et au Niger.
Ensuite, au peuple algérien et à son Président Abdel Aziz Bouteflika qui ont vécu dans leur chair ce douloureux conflit fratricide, toujours présents, toujours fraternels des deux parties.
Aux cadres maliens qui ont œuvré, difficilement et dans l'anonymat, à une médiation souvent ingrate.
Je voudrais remercier, tout particulièrement, Son Excellence Amadou Toumani Touré, président de la République, Chef de l'Etat pour la patience dont il a fait preuve et pour la sagesse qui a guidé les nombreuses actions qu'il a posées afin que la paix soit dans le septentrion du Mali ". C'est la déclaration que le porte-parole d'Ibrahim Ag Bahanga a intégralement lue le week-end dernier à la rencontre intercommunautaire de Kidal.

Bruno D SEGEBEDJI

maatala a dit…

Salam

lu sur cridem

"Lutte contre la gabegie: Transparence...opaque.

«Salem Ould Gleiguem, directeur de la caisse nationale de sécurité sociale, relevé de ses fonctions. Mohamed Ould Nemine, directeur de l’agriculture, relevé de ses fonctions. Mohamed Yahya Ould Bah, directeur de l’élevage, relevé de ses fonctions. El Waled Ould Moma, directeur des affaires administratives et financière au ministère du développement rural, relevé de ses fonctions.

Mohamed Ghali Ould Cherif Ahmed, chargé de mission au ministère de l’équipement et des transports, relevé de ses fonctions. Hamma Ould Soueilem, directeur de radio Mauritanie, relevé de ses fonctions.»Le conseil des ministres du 05 novembre a été cauchemardesque pour plusieurs hauts fonctionnaires de l’Etat.

D’autant plus cauchemardesque que si on demande aux citoyen lamda : «qu’est-ce qu’ils ont fait ? », il répond avec assurance et satisfaction : « ce sont des voleurs, des pilleurs de biens publics.»

La condamnation populaire est définitive et sans appel.

Dans tous les départements ministériels, dans toute l’Administration…le verdict du conseil des ministres hebdomadaire est attendu avec beaucoup d’appréhension. La lutte contre la corruption et la gabegie engagée par le président de la République, dans sa dimension psychologique et populaire, marque des points. Seulement, ceux qui veulent en savoir plus, ceux qui sont friands de bonne gouvernance, de transparence, d’Etat de droit…restent sur leur faim et dénoncent une certaine opacité dans cette croisade contre la gestion…opaque.

De quels actes de malversations financières sont accusés les « relevés de leurs fonctions » ? Seront-ils jugés ? Restitueront-ils les sommes présumées détournées? Le contrôle de l’IGE (inspection générale de l’Etat) constatant des manquements dans la gestion des biens publics a-t-il valeur de sentence ? De l’IGE, pourquoi les rapports ne passent pas à la justice pour permettre aux contrôlés suspects de se défendre ?

Khalilou Diagana

Info source : Le Quotidien de Nouakchott

----------------------------------

Je partage cette analyse,, il faut plus de transparence.

Relevé certes, MAIS POURQUOI dit le fOU

MAATALA

maatala a dit…

Salam

Dear bébé

L'autre c'est LM (le proprio du Mac-do CANALH).

Je ne suis que le gérant dit le Fou.

maatala

Bebe BA a dit…

maatala; je sais bien qui s'est; mais comme il ne s'adresse jamais à moi!!!!!!!
na

LM® a dit…

salut chère Beba Ba

je ne sais pas pourquoi tu dis que je ne m'adresse jamais a toi

ta présence sur ce bolg force le respect

LM fan

Bebe BA a dit…

LM,

Tout simplement parce qu'il m'est arrivé de solliciter votre avis et mais j'ai jamais eu de reponse!

But, merçi pour ces belles paroles!

LM® a dit…

chère Bebe

il m'arrive de pas pouvoir suivre les débats, si j'ai pas répondu à une sollicitation, c'est juste que je raté le commentaire en question.

Bokassa a dit…

Moi c' est Bokassa maintenant

SGDG © a dit…

Il faut encore du temps pour que Aziz se rende compte qu'il est trompé par ses conseillers.

maatala a dit…

Salam

Sénatoriale à Nouakchott : L’opposition, KO

A Nouakchott, pour la circonscription électorale de Dar Naim, Ksar et El Mina de la sénatoriales partielle du 8 novembre, la liste commune UPR Tawassoul a raflé les trois sièges de sénateur à pourvoir.

La liste de l’opposition (coalition FNDD, RFD et El Bedil) qui, à la veille du scrutin, en dénonçant des tentatives d’achat des consciences, avait salué « l’incorruptibilité et le sens de l’honneur et du patriotisme de ses conseillers » sort grande perdante de ce scrutin.

Madame Yaye N’daw Coulibaly (islamiste de Tawassoul) est la tête de liste commune UPR/Tawassoul. Après avoir été débarquée récemment de la tête de la mairie de Tevragh Zeina, elle se fera une nouvelle santé politique au sénat.


Khalilou Diagana
Pour Cridem

Info source : Khalilou Diagana pour Cridem
--------------------------------

Après avoir été débarquée récemment de la tête de la mairie de Tevragh Zeina, grace à la complicité du RFD.

Maatala

maatala a dit…

Salam

Lu ,sur cridem

"Sanghot Ousmane racine : Nouveau sénateur de Kaédi

Sanghot Ousmane Racine, mandataire de la liste UDP aux sénatoriales partielles de Kaédi a été élu. La liste UDP avec 67 voix a largement devancé celle de l’UPR (45 voix) conduite par le sénateur sortant, Doro Sow.

Sanghot Ousmane Racine est le vice président de l’UDP. Il est originaire de Fimbo, une localité située à trois kilomètres de Maghama.

Le dépouillement des bulletins de vote de la sénatoriale partielle de ce dimanche 8 novembre est encore en cours dans certaines circonscription.

Khalilou Diagana

----------------------------------

Doro Sow n'a pas comprit qu'à 80 ans, on n'est plus dans le coup dit le Fou

maatala

яimσ a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Sanhaji a dit…

Ce soir il s'est confirmé que les démons du monolithisme ne sont pas entièrement enterrés, bien au contraire ils sont extrêmement forts.

Les conseillers municipaux issus du même processus dont sont issus les députés putschistes.

La Mauritanie est malade de sa classe politique corrompue, de ses citoyens aveugles, de ses intellectuels bidons.

L'UPR est entrain de s'ériger en parti communiste bolschevik sans les valeurs, ni l'intellect de celui ci.

Elle ressemble plutot a une Loya Jerga à l'Afghane, dirigée par les vieux politiques issus de la voyoucratie.

3ala mouritani Salam

bent leksar a dit…

Salut tout le monde ...

ne lachez pas le zamis ...vous etes le dernier bastion de la liberté "dans la convivialité" de l'xpression ....canalh est un espace representatif de notre diversité aussi bien d'idées qu'humaines...cette richesse là ...la fidelité des canalheurs à notre case est un cas d'ecole ...(on ne quitte jamais definitivement canalh...c'est toujours ciao ...et ...attend j'ai oublié quelque chose ...la preuve chui là...)...c'est connu à canalh ...on aime pas ...les invités impolis...forcement ca fait des ...!....touchez pas à notre lego!
ciao...et à plus.

bl

яimσ a dit…

salut ,


reportage sur le terrorisme en mauritanie



au cas où le lien n'apparait pas en bleu :

http://fr.euronews.net/2009/11/06/menace-terroriste-en-mauritanie-deuxieme-partie/

maatala a dit…

Salam

Dans la série : faux-culs

"Le parti islamiste modéré Tewassoul, dirigé par Jemil Ould Mansour, remporte un siège à Nouakchott où il avait fait le choix de s'allier au parti au pouvoir. Malgré cette alliance ponctuelle avec le régime, ces islamistes se placent cependant toujours dans l'opposition. Ils justifient leur attitude par leur volonté de "se positionner suivant les intérêts politiques" du parti.

---------------------------------

Langue de bois quand tu nous tiens dit le Fou

maatala

Esseghnass a dit…

Les zamis entouma ech'7alkoum?

Esseghnass

maatala a dit…

Salam


Esseghenass

A part à la "Ben-alisation" rampante, tout le reste va bien.

maatala

maatala a dit…

salam

Lu sur taqadoumy

les résultats définitifs, selon un communiqué du ministère de l'intérieur :

Union pour la République (UPR) :

- Seyidna Ali Ould Mohamed Khouna (Amourj)
- Cheikh Ould Sidi (Basseknou)
- Sidi Mohamed Ould Mohamed Ahmed Ould Taleb Abdallahi (Barkéol)
- El Moctar Ould Boubacar ould Boussalef dit Soueidatt (Aleg)
- Mohameden Ould Mohamed Salem (Ouad Naga)
- Ahmed Mahmoud Ould El Houssein (Boutilimitt)
- Mohamed Yahya Ould Abdel Ghahar (Aoujeft)
- Mohamed Ould Beibou (Nouadhibou)
- Mohamed Lemine Ould Abdel Jelil ould Youba (Moudjéria)
- Cheikh ould Mohamed Znagui Ould Sidiya (Akjoujt)
- Aboubekrine Ould Ahmed Ould Ghaddour (Nouakchott)
- Moussa Ould Ahmed (Nouakchott)

Tewassoul :

- Yaye N'Daw Coulibali (Nouakchott)

Union pour la démocratie et le progrès (UDP) :

- Osmanr Racine Sangott (Kaédi)

Listes indépendantes :

- Cheibetta Ould Natou Ould Khoueyatti (Tintane)
- Salma Mint Sidi Ould Alouat (Bir Moughrein)

Un second tour sera organisé le dimanche 15 novembre 2009 à Ould Yengé, entre Saidou Mamadou Kane (indépendant) et Mohamed Ould Mini (UPR).

maatala

Esseghnass a dit…

Salam Maatala,

houwa l'upr emmalou le nouveau parti?eiwa bon courage ça avance vite!

Esseghnass

tomahawk a dit…

Que vous inspire les dernières mesures prises par les autorités pour la lutte contre la gabegie et les detournements.

Mesures courageuses, ou quelque peu ciblées ou a la longue on finira par revenir aux vieilles habitudes.

maatala a dit…

Salam

Tomahawk

dans un des blogs de X : " Une damitude aurait dit heureusement que le nom de mon mari figure dans la listes des 500 Vessads". Cela s'appelle: L'apologie du crime

Dans un pays ou un Médecin et ses complices détournent 7 millions de dollars destinés à lutter contre le VIH.

Dans un pays ou "Impossible" n'existe plus dans le DICO Local.

Il faut un Azzizzo ou son clone en pire pour faire "PEUR" à la voyoucratie qui sert de modèle à une jeunesse en perdition, faute d'espoir dans l'avenir de son bled.

Néamoins tant qu'il ne s'attaquera pas aux corrupteurs : Nouéguid, MOA, Ghahda, Bouamatou etc............et au prince du mal "Ali baba dit Elycom" nous n'en sommes qu'au hors-d'oeuvre.

Azzizzo, pas MOLI, car DEDEW est en embuscade dit le Fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Esseghnass

L'UPR c'est la nouvelle machine à recycler les sans convictions, en d'autres termes, les éternelles girouettes qui font tourner le vent.

TAYA leur pissait dessus avec Azzizzo, on passera aux grosses commissions.

Heureusement que la HCHOUMA, ne tue pas chez nous dit le Fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Lutte contre la gabegie: Alerte à la gabegie judiciaire.

Depuis son accession au pouvoir par le putsch du 06 Aout le pouvoir en place a axé son programme sur la lutte contre la gabegie et autre formes de délinquances administratives très développées dans notre pauvre pays.

Ce combat louable qui s’attaque a un cancer qui traumatise notre pays depuis belle lurette doit être soutenu par tout mauritanien qui est conscient de son impact sur le développement de notre pays où une conscience populaire veut qu'un ministre une fois nommé devient dans les 15 jours riche comme un pharaon et au bout d’un an enrichi toute sa tribu ,

Donc voir une personne descendre d'un âne et monté dans un limousine est acceptable avec le seul alibi qu’il est un fonctionnaire de l’Etat; en effet, l’administration est devenue le facteur numéro un d’enrichissement illicite pendant que la population s’appauvrit de plus en plus.



Mais cette lutte avec la manière dont elle est menée actuellement, comme sur beaucoup d'autres actions populistes, est minée par le désordre et les dis-convenances et cause un véritable problème de droit humains. En effet chaque personne du moment que c’est un être humain a droit a une justice juste et ceci est valable dans tous les circonstances.

Ce que nous voyons actuellement, se sont des emprisonnements tout azimut qui soulèvent beaucoup d’inquiétudes pour ma part, car il me renvoie à l’image de cette personne qui, était croupie à Guantanamo car il avait un jour fait un séjour en Afghanistan ou que sa barbe avait trop poussé,

Est ce que ces personnes sont coupables des faits incriminés
Est ce que ces personnes pourront bénéficier d’une justice équitable
Est ce que ces personnes sont dans des conditions carcérales normales
Entre autre …

On peut sans souci, qualifier de barbarie judiciaire, cette lutte contre la gabegie dont beaucoup d’observateurs s’accordent à dire que c’est surtout les apprentis voleurs qui sont mis aux arrêts et non les véritables mafieux qui ont mis à terre notre pays.




Quelle justice pour ces officiés d’un pays pauvre très endetté, en crise qui sont devenus milliardaires; quelle justice pour tous ces ministres, anciens ministres multimilliardaires; quelle justice pour tous ces gens qui ont dirigé et qui continuent à diriger des entreprises de l'Etat dont 50% des bénéfices constituent leurs revenus.

Je crois que les organisations des droits humains en Mauritanie et à l’extérieur doivent surveiller cette situation qui risque de causer du tore à beaucoup de personnes innocentes ou non, car ce n’est pas normale qu’une personne fasse des jours, des mois voir, des années de prison sans devoir s’expliquer avec la justice; pendant que d’autres plus à même de vivre dans des cellules sont récompensés par des postes ministériels: c’est le sommet de l’injustice.

Ousmane Sy

maatala

Mballal a dit…

Maatala,

Les rencontres du président Mohamed Ould Abdel Aziz avec le guignard Ould Waghev- Ala yatih khayrhoum.

Le monsieur, là où il met pied c`est déjà la guigne.

tomahawk a dit…

On devrait normalement économiser pas mal vu que les véhicules SG sont interdits de circuler en dehors des heures de services (Imaginez le nombre de voitures et l'équivalent en Gasoil), sur les factures de téléphones (Mattel et Mauritel n'arrêtent pas de s'engraisser sur notre dos ) et sur les voitures récupérés auprès de ce qui en abusaient. Cela permettrait a l'état de ne pas envisager l'achat de véhicules pour l'année fiscale prochaine et faire du coup des économies énormes qui pourraient servir a construire des écoles ou des dispensaires, servir a nettoyer la capitale enfouie sous les poubelles, a construire encore des routes pour désenclaver certaines régions, a faire augmenter le pouvoir d'achat du citoyen et que sais-je encore.

Voir les quartiers de Hay sakin ou les kabbat d'El Mina et les villas cossues de Tevragh Zeina donne l'impression que nous ne vivons pas sous le même ciel..

la misère que vivent certains ménages est quelque part le résultat des détournement de l'aide internationale qui ne profite qu'a une minorité, déjà très riche.

Obama n'at-il pas dans sa campagne électorale promis d'élargir la couverture médicale a des millions de pauvres américains? Et il a tenu parole.

On verra si Aziz va aller jusqu'au bout. Il sera le véritable héros s'il y arrive.

kimporte a dit…

bôjôr

bravo à ceux qui ont la bonne idée d'écrire à la police allemande pour nous plaindre de ce consultant qui devrait consulter

on regrette sincèrement que claude k ait laissé passer cet article de l'animal en question où on nous insulte copieusement, ce n'est pas de l'info de laisser un type insulter une communauté de blogger surtout que claude k qui n'est pas un novice du net sait très bien que ce type passe son temps ici à insulter tout le monde même sa femme on retiendra de sa part des citations comme celle-ci

" je vous encule tous même ma femme"

" mon ordi est infesté comme une prostituée du malawi, que dieu nous préserve du savon de marseille"

sans parler de toutes les attaques personnelles visant jusqu'à la mère d'un autre blogger et d'autres femmes et ce pendant un an

honte à toi claude k! tu sais très bien que ce monsieur n'est pas bien pourquoi faire mousser ton site avec des textes pareils sur un sujet sensible pareil

on pourrait bien faire jouer ce droit de réponde merdique , mais on vous laisse ce jeu avec un homme mentalement fatigué

on plaint sa famille

je crois surtout que cette autorisation d'insulter canalh sur cridem vient parce qu'on a pu lire sur canal quelques sponsorts officiel du site

bravo claude.B

on le redit oui! mattel sont des pilleurs des bourses mauritaniennes et ils font des jeux interdits par la république et par l'islam cad la loterie et prennent les mauritanienns pour des imbéciles parce que les mauritaniens n'ont pas d'asso de consommateur efficace pour défendre leurs droits

chinguitel fait aussi un tirage au sort mais ils ne demandent pas de jouer , c gratuit, ils tirent au sort point. Mattel fait de la loterie et en plus à des tarifs exorbitants, on vole le pays chaque jour

aziz devrait soit créer une société 100% mauritanienne soit nationaliser tout ça, des milliards des pauvres mauritaniens sortent du pays

c'est scandaleux, toutes les techniques commerciales éprouvées dans des pays sans foi ni loi sont chez nous appliquées à outrance sur des populations qui ne savent rien de ce qui se passe et comment on les volent

soit on interdit ces jeux soit on autorise le PMU, le casino

hypocrisie quand tu nous voles !

tomahawk a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
kimporte a dit…

bôjôr

bravo à ceux qui ont la bonne idée d'écrire à la police allemande pour nous plaindre de ce consultant qui devrait consulter

on regrette sincèrement que claude k ait laissé passer cet article de l'animal en question où on nous insulte copieusement, ce n'est pas de l'info de laisser un type insulter une communauté de blogger surtout que claude k qui n'est pas un novice du net sait très bien que ce type passe son temps ici à insulter tout le monde même sa femme on retiendra de sa part des citations comme celle-ci

" je vous encule tous même ma femme"

" mon ordi est infesté comme une prostituée du malawi, que dieu nous préserve du savon de marseille"

sans parler de toutes les attaques personnelles visant jusqu'à la mère d'un autre blogger et d'autres femmes et ce pendant un an

honte à toi claude k! tu sais très bien que ce monsieur n'est pas bien pourquoi faire mousser ton site avec des textes pareils sur un sujet sensible pareil

on pourrait bien faire jouer ce droit de réponde merdique , mais on vous laisse ce jeu avec un homme mentalement fatigué

on plaint sa famille

je crois surtout que cette autorisation d'insulter canalh sur cridem vient parce qu'on a pu lire sur canal quelques attaques destinés aux ponsorts officiel du site

bravo claude.B

on le redit oui! mattel sont des pilleurs des bourses mauritaniennes et ils font des jeux interdits par la république et par l'islam cad la loterie et prennent les mauritanienns pour des imbéciles parce que les mauritaniens n'ont pas d'asso de consommateur efficace pour défendre leurs droits

chinguitel fait aussi un tirage au sort mais ils ne demandent pas de jouer , c gratuit, ils tirent au sort point. Mattel fait de la loterie et en plus à des tarifs exorbitants, on vole le pays chaque jour

aziz devrait soit créer une société 100% mauritanienne soit nationaliser tout ça, des milliards des pauvres mauritaniens sortent du pays

c'est scandaleux, toutes les techniques commerciales éprouvées dans des pays sans foi ni loi sont chez nous appliquées à outrance sur des populations qui ne savent rien de ce qui se passe et comment on les volent

soit on interdit ces jeux soit on autorise le PMU, le casino

hypocrisie quand tu nous voles !

maatala a dit…

Salam

M'ballal

Après son coup d'état, azziz ne décolérait pas et il marmonnait: SIDIOCA , WAGF, se sont des illustres inconnus, sans moi qui aurait entendu parler d'eux.

Lors de leur rencontre, après le séjour de Wagf à l'hôtel à la mode de NKTT; Wagf s'est lancé dans les Monsieurs le président, en veux-tu en voila et dans le vouvoiement en guise de virgule.

Azzizzo lui aurait dit : Wagf, dis moi, depuis quand on ne se tutoie plus.

Au dernière nouvelle WAGF raconte à qui se donne le temps de l'écouter que SIDIOCA est un érudit qui aurait vécu dans le siècle passé, un disciple de Christophe Colomb.

Le riz avarié attaque aussi la mémoire dit le fou

maatala

kimporte a dit…

regardez quelques techniques minables de mattel qui vit en pillant le pays

ils ont eu l'idée merveilleuse de telvenli, qui consiste à pouvoir envoyer un message à mattel uniquement pour dire à votre ami " je n'ai pas un radis appelle-moi"

eh bien, savez-vous combien mattel dans sa haute générosité permet au client fauché de se faire appeler par un autre mattel cad que même en gagnant de l'argent sur la misère du peuple, ils sont des rats car figurez-vous qu'ils ne permettent que 5 sms du genre même si ces sms leur rapporte car l'autre rappelle via mattel!

5 pas dix ni 20 non 5 sms sont permis après le misérable doit aller acheter un carte

mattel vous êtes des petits types et des misérables, même le jour l'AÏD kbir seule mattel les paiens n'ont pas eu le coeur de faire un bonus , c'est les seuls!

ensuite ces escroc ne sont pas foutus de permettre à tous leurs abonnés d'avoir une boîte vocale et ça fait deux ans que ça dure , tous les nouveaux numéros sont sans boîte vocale!

du mépris tout simplement

les employés mauritaniens sont traîtés comme des chiens et à une ou deux exceptions près ont leur livre toujours les postes à bas revenus et sans avantage aucun sinon un minable crédit de plus

mais c'est ça la mauritanie, l'autre jour des pauvres faisaient la grève de la faim pour une bonne raison, aziz a fini par les entendre, chaque fois que des sociétés s'implantent les mauritaniens sont traité en sous-employés alors qu'ils sont qualifiés

et tout ça pourquoi? parce que lorsqu'une société débarque elle a affaire à quelques types mauritaniens qui leur servent de chiens de garde avec intérêts bien sûr et le reste du peuple mauritanien peut bien être exploité tout le monde s'en tape!

le mauritanien méprise le mauritanien c'est pour cela que vous pouvez tous faire aux mauritaniens vous ne verrez personne défendre personne tant qu'il n'est directement affecté

c'est avec ça que vous voulez construire ce pays, c'est avec ça que vous voulez être fier d'être mauritanien, fier de quoi?

du fleuron mattel?

worékhast

tomahawk a dit…

Bien dit Maatala, le riz avarié attaque aussi la mémoire.

Connaissant Wakef en opportuniste hors pair, ce n'est pas vraiment une surprise, le contraire aurait étonné de sa part.

En fin limier, il ne restera pas longtemps les bras croises, Aziz aura peut etre besoin de lui un jour, vu sa capacité d'adaptation a toutes les situations.

Avant lui, il y avait ould Boubacar PM pendant et après Taya, ambassadeur sous Aziz ( Faut le faire quand même ).Voir Blog de X sur sa nature changeante..

maatala a dit…

Salam

Lu dans JA

Mauritanie : « Sidi », jours tranquilles à Lemden
Sidi Ould Cheikh Abdallahi, le 15 juillet, à Lemden

Renversé le 6 août 2008 par le général Mohamed Ould Abdelaziz, le premier président civil depuis Moktar Ould Daddah n’est pas près de redescendre dans l’arène.


En 2007, il était la fierté des Mauritaniens. Premier chef de l’État démocratiquement élu, premier président civil après vingt-neuf ans de pouvoir militaire, homme de dialogue, Sidi Ould Cheikh Abdallahi réunissait toutes les qualités. Deux ans et un putsch plus tard, il brille par son absence. Renversé le 6 août 2008 par le général Ould Abdelaziz, élu président le 18 juillet dernier, il est très rarement mentionné dans les médias. Dans les conversations, son nom sert de repère – « c’était sous Sidi » –, mais ne suscite ni passion ni nostalgie. Quant à ses défenseurs, réunis au sein du Front national de défense de la démocratie (FNDD) et qui ont réclamé pendant près d’un an son rétablissement, ils ne s’y réfèrent plus. La page Sidi est tournée.

Septuagénaire pieux et réservé, l’ex-président n’est pas pour rien dans cet oubli. Il ne quitte presque jamais Lemden, son village natal, une bourgade d’un millier d’âmes à 250 kilomètres au sud de Nouakchott. À moins d’y être obligé : il a dû se rendre dans la capitale le 26 juin, pour son discours de démission (prévue par l’accord de Dakar), et le 18 juillet, pour voter. Hormis ces deux escapades, le théâtre de son quotidien, c’est la tranquillité des dunes de Lemden. Bénéficiant du traitement dû aux anciens chefs de l’État – deux gardes, deux voitures, un salaire mensuel de 900 000 ouguiyas (3 000 euros) et la couverture des dépenses courantes –, il partage son temps entre les livres et Internet. Selon un ex-collaborateur, il « caresse l’idée d’écrire ses Mémoires ». Avec son épouse, Khattou, il reçoit sa famille, « la petite et la grande ». La petite, ce sont ses trois enfants, ses frères et sœurs. La grande, les parents éloignés et la tribu. Quant à la famille politique, ses visites se font rares. « Sidi Ould Cheikh Abdallahi n’est plus un pôle de la vie politique. Il l’a été pendant quinze mois, mais ce n’était qu’une parenthèse. Il est arrivé au sommet de l’État par les circonstances », estime un ancien haut fonctionnaire, rappelant que, avant sa candidature de mars 2007, Sidi ne faisait pas de politique. Il n’en fait toujours pas. Selon un ex-conseiller, il observe la vie politique « avec inquiétude » et « se méfie des mains qui gouvernent le pays ». Avant la présidentielle, il a appelé à voter pour Messaoud Ould Boulkheir, mais n’a pas fait campagne pour lui.

« Il n’a jamais aimé être sous le feu des projecteurs, commente un observateur. Pendant son mandat, il était obligé d’apparaître. Mais aujourd’hui, sa nature a repris le dessus. » A-t-il des projets politiques ? Adil, le parti présidentiel fondé durant son mandat, vit encore. Son patron est toujours Yahya Ould Ahmed el-Waghf, ex-Premier ministre et fidèle de l’ex-président. Mais si, à 71 ans, Sidi décide de redescendre dans l’arène, il devra s’assurer de la cohésion de sa famille politique : Cheyakh Ould Ely, son ancien directeur de cabinet, est aujourd’hui celui de Mohamed Ould Abdelaziz.

maatala

tomahawk a dit…

Une bonne analyse et un portrait reel de Sidi.

C'était pas Sidi qui gouvernait mais plutôt Khatou,mieux a l'aise que lui sous les feux des projecteurs.

A quelque chose malheur est bon: Sidi a retrouvé la sérénité et le temps pour ses prières et ses réflexions.

maatala a dit…

Salam

Lu sur ANI

"L'IGE, Sidi Ould Ahmed Deya répond à Mohamed Ould Maouloud, président de l'UFP


Suite à l'entretien exclusif accordé par le président de l'UFP, Mohamed Ould Maouloud à Nouakchott Info et dont mention a été faite sur l'ANI, l'inspection générale d'Etat, à laquelle notre interlocuteur avait consacré quelques propos a réagit à travers un droit de réponse, signé M. Sidi Ould Ahmed Deya que nous publions dans son intégralité:

Droit de réponse à l’interview parue dans les colonnes du journal Nouakchott Info le 04 Novembre 2009

Mon cher ami Mohamed Oud Maouloud

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’interview exclusive que vous avez accordée à Nouakchott-Info et qui a été reproduite par le site CRIDEM le 04/11/09.

Par respect à ce que nous avons partagé en partie, depuis que nous étions ensemble au CPAS (Comité Provisoire d’Actions Scolaire au Lycée de Nouakchott 1970-1971), que nous avons toujours en partie continué à partager au cours de nos parcours politiques et que nous persisterons certainement à partager, même différemment, et surtout dans sa partie objective et strictement d’intérêt national. Pour tout cela et pour notre amitié personnelle, je m’éviterai de polémiquer avec vous.

D’ailleurs, de tout ce que vous avez dit, je ne commenterai qu’un bout de phrase ; pas par mépris du reste du texte, mais tout simplement parce que je n’ai pas mandat, de part mes fonctions, d’y répondre.

Ce bout de phrase est : « l’IGE qui est un instrument entre les mains du Premier Ministre ».

L’IGE est depuis plus d’un an dirigé par Sidi Ould Ahmed Deya. Par déduction votre propos peut se traduire « Sidi Ould Ahmed Deya est un instrument entre les mains du Premier Ministre ». Non, mon ami Mohamed, je n’ai jamais été et ne serais jamais, d’ailleurs, l’instrument d’un homme, ni même d’un système. En témoigne mon parcours, aussi bien politique qu’administratif.

Au commencement, quant nous nous sommes retrouvés à l’intérieur du MND, vous vous étiez ce que vous étiez « camarade » et moi j’étais ce que j’étais « patriote ». Quant j’étais de retour d’Algérie en 1973, où j’étais en formation d’inspecteur des impôts, j’ai trouvé le mouvement partagé entre intégrationnistes et non intégrationnistes.

La direction du PKM (Parti des Kadihines de Mauritanie, parti né en octobre 1973 et dont je n’étais pas membre, car je n’étais que « patriote » et non « camarade ») a dit-on décidé par sa majorité de l’intégration au PPM. Les « organisations de masses » ont reçu l’ordre de se fondre au PPM, après la dissolution du MND.

J’étais parmi ceux qui ont intégré le PPM, contrairement à vous. Mais mon intégration au PPM n’a en rien altéré mes prises de position par principe.

En politique, quant le régime d’alors a décidé de partager le Sahara avec le Maroc et de déclarer la guerre au Polisario, mon appartenance au PPM, ne m’a pas empêché d’exprimer publiquement, haut et fort, mon opposition de principe contre cette guerre, et ce lors du séminaire organisé à l’INEP et présidé par Mme Mariem Daddah.

Quand, plus tard, la direction du PKM (intégrationniste) a décidé en 1977 de soutenir officiellement la guerre pour des raisons tactiques, avait-elle dit, et que cette décision m’avait été communiquée par Mohamed El Hacen Ould Lebatt en ces termes : « La direction du PKM a décidé de soutenir la guerre du Sahara pour des raisons tactiques. Les reformes engagées par le régime et qui étaient la raison de notre intégration sont toujours en cours. Nous attendons nous organiser autour d’autres revendications, ou que le peuple se rende compte de la véritable portée de ces reformes, et surtout du fait qu’elles ne peuvent pas se réaliser par un Etat en guerre. Et de poursuivre (Ould Lebatt), ces arguments ne m’ont personnellement pas convaincu, mais la majorité de la direction du parti a voté pour, le centralisme démocratique étant, je suis obligé de soutenir. ».

maatala a dit…

Ma réponse était que n’étant ni convaincu par les arguments avancés, ni astreint au centralisme démocratique n’étant pas membre du parti, ma position n’a donc pas changée et qu’à partir de ce moment, je cesse de coordonner avec eux. Pour cet aspect, je m’arrête là, le reste nous l’avons coordonné en partie jusqu’à bien après le coup d’Etat de 1978. Après cela vous étiez parti terminer vos études, et moi j’ai accompagné à ma manière les régimes militaires pendant toute leur période, entrecoupée d’une formation de 2 ans à l’ENA.

Au cours de cette période de 13 ans à peu près (1978-1991), j’ai occupé les fonctions de Gouverneur adjoint chargé des affaires économiques et sociale du district de Nouakchott, Contrôleur d’Etat adjoint, Gouverneur de la région de l’Assaba, Secrétaire général du gouvernement, Ministre des finances, Ministre des finances et du commerce, Contrôleur financier, Secrétaire général de l’OMVS, Directeur général de la Sonader et Directeur général de l’UBD.

Sans rentrer dans le détail du déroulement et du contenu de ces fonctions, je confirme, tout simplement, que je réponds de ma gestion pendant toutes ces périodes. J’ai été deux fois relevé de mes fonctions : en 1990, de directeur général de la Sonader, parce que, selon les dires du ministre de tutelle de l’époque, à moi et en conseil des ministres, j’aurai, au cours d’une réunion des cadres et employés de l’entreprise, dit que : « pour moi, les négros africains et les arabes de Mauritanie étaient égaux et que je n’étais pas policier.» A l’époque, rappelez-vous, ceci était très grave ! La deuxième relève, était en 1991, de l’UBD, quand, tout simplement, je n’ai pas trouvé suffisamment de conviction pour être du camp du PRDS, au début du processus démocratique. Processus qui va être d’ailleurs l’occasion de nos retrouvailles politiques, soutenant la candidature indépendante d’Ahmed Ould Daddah et plus tard militants de l’UFD/EN jusqu’en 1994, date de l’éclatement de ce parti. Après El Hor, le MDI, l’IRD et d’autres sensibilités surtout négro-africaines, je me suis retiré de l’UFD/EN seul et en tant qu’indépendant. Quelques mois plus tard, j’ai été contacté par feu Hamdi Ould Mouknass, par l’intermédiaire de son jeune parent Me. Hamdi Ould Mahjoub, qui sont venus me voir tous les deux à la maison. Après de courtes négociations, j’ai rejoint l’UDP, encore à l’opposition, où j’ai occupé le poste de secrétaire général, poste laissé vacant par M. Killy, qui venait depuis quelques temps, plus tôt, de faire partie de l’un des gouvernements du PRDS.

Un peu plus d’un an plus tard, l’UDP a pris contact avec le pouvoir et a décidé de rejoindre la majorité présidentielle. Cette nouvelle orientation a été prise d’abord par le bureau politique de ce parti et confirmée ensuite lors de son premier congrès. Cette orientation a provoqué une sérieuse scission au sein du parti, qui pendant quelques mois a vécu un tiraillement entre deux groupes en son sein (UDP1 et UDP2).

maatala a dit…

Devenu 1ier vice président du parti à la suite du congrès déjà cité, je vais tout simplement démissionner et quitter le parti en 1998. La raison directe de cette démission était qu’un matin et avant que je ne rejoigne le siège du parti, quelqu’un m’a apporté une déclaration signée « le bureau politique de l’UDP » et déjà diffusée, sans que, vice-président, et présent à Nouakchott, je ne soit informé. Arrivé au siège, je vais apprendre que ledit bureau politique ne s’était même pas réuni pour l’occasion. Je suis allé rejoindre l’aimable et respecté président, feu Hamdi Ould Mouknass, pour lui dire : « par l’acte que vous venez de faire, vous me signifiez que le parti vous appartient. C’est vrai, vous le prenez en charge totalement et ce n’est pas moi qui vais vous le disputer, et ce pour plusieurs raisons, dont la principale est le respect que je vous dois et mon souci de conserver les meilleures relations avec vous. Chaque fois que je passerai à Nouakchott, je vous téléphonerai ou vous rendrai visite.». Ma démission, toujours individuelle et en indépendant a été acceptée, dans les règles de l’art, au cours d’une réunion du bureau politique.

Je suis parti donc sans tapage, comme ceux que connaît malheureusement notre scène politique à de pareilles occasions, et j’ai gardé les meilleurs rapports avec le président jusqu’à son regretté décès.


Etant déjà à la majorité et pour des raisons strictement locales, j’ai adhéré au PRDS, non par conviction, mais tout simplement par défaut. Mon adhésion s’était limitée à l’achat de deux cartes lors des deux renouvellements que ce parti a connu depuis que j’y suis.

Quant le changement de 2005 est intervenu, j’ai cru, comme beaucoup d’autres, à une reprise du processus démocratique telle qu’annoncée par le CMJD. J’ai cru en ce que nos officiers allaient nous permettre, nous autres civils, la métamorphose qu’ils se sont décidé pour eux-mêmes. Nous avons au sein du PRDS fait notre autocritique, lors des journées de réflexion organisées en septembre 2005. Nous avons changé de nom (PRDR au lieu de PRDS), nous avons changé de direction et nous avons décidé de soutenir le changement, en passant par pertes et profits tout notre passé, fidèles en cela à la célèbre déclaration du Président du CMJD « Ava allahou an ma seleve » (que dieu pardonne le passé).

maatala a dit…

Je signale, d’ailleurs, que nous n’étions pas les seuls à croire au changement. L’opposition à l’époque était plus en flèche que nous. Elle a beaucoup contribué à légitimer les nouvelles autorités auprès de la communauté internationale, « tutrice » de la démocratie, et dont le soutien, sinon le silence, étaient capital.

Devant le refus de lui reconnaître un rôle aussi bien par l’opposition, que par le CMJD, le PRDR a été très facilement défait. J’ai été le directeur de campagne d’une liste indépendante de députés à Aîoun. Nous avons gagné lors du 2ième tour. Cependant, aux présidentielles de 2007, j’ai soutenu le candidat Zein Ould Zeidane. Et quant celui-ci, devenu Premier Ministre de SIDIOCA, nous a lâché, et après qu’il ait été par la suite, lui-même lâché par ce dernier, et devant des tentatives claires de recompositions de la scène politique, visant le retour de tout ce qui symbolisait un passé révolu, j’ai avec un groupe de cadres patriotes contribué à la renaissance du courant né avec Zein et qui avait pour slogan : « la force du changement ». Après nous être démarqué de ADIL et son gouvernement, nous avons, en indépendants, accompagné la crise, née bien après, entre la majorité parlementaire et les officiers auteurs du changement de 2005, d’une part, et SIDIOCA, son gouvernement, son ADIL et ses nouveaux alliés (hier opposants), d’autre part, dans le cadre d’un nouveau courant dénommé « Les nouvelles forces de changement ». Sans en être les auteurs, ni de près, ni de loin, et pour cause, nous n’étions ni parlementaires, ni militaires ; nous avons pour autant soutenu le mouvement de rectification du 6 août 2008, auquel nous avons fondé et continuons à fonder beaucoup d’espoirs.

En dépit de ce parcours essentiellement politique, je n’occupe aujourd’hui qu’une fonction administrative, Inspecteur Général d’Etat. Une fonction que me confère mon grade d’administrateur des régies financières et mon expérience, certes mouvementée et pour cause, mais variée et concluante en ce domaine précis de gestion et de contrôle.

J’étais persuadé que me connaissant vous alliez dire que « j’étais l’homme qu’il faut à la place qu’il faut », car au plan administratif, ma carrière n’est pas moins indépendante, ni moins objective que ma carrière politique.

maatala a dit…

Je suis l’unique fonctionnaire, qui depuis l’existence de l’Etat Mauritanien, ait reçu publiquement et officiellement les félicitations écrites d’un président de la république pour avoir, en cours d’exercice, décelé et dénoncé de graves malversations, qui avaient coûté à l’Etat, d’après le rapport du contrôleur d’Etat de l’époque, feu Mohamed Lemine Ould Hamoni, la coquette somme de 140 millions d’ouguiyas. Il est vrai qu’à l’époque, ma tribu n’était autre que le MND, auprès duquel j’avais trouvé un soutien précieux, moi jeune cadre du « CHARGH » et de surcroit « KADEH ». Entre autres soutiens inoubliables, le poème que m’a dédié à cette occasion le « poète du peuple », Ahmedou Ould Abdel Ghader, était des plus éloquents témoignages.

Je signale en passant, qu’à l’occasion de mes départs de la plupart des fonctions occupées plus haut, j’ai chaque fois laissé sur mon bureau des dossiers compromettants, refusant de les traiter dans le sens des pratiques ambiantes. Convenez avec moi qu’« Un fonctionnaire instrument » n’aurait pas osé de telles choses.

Aujourd’hui donc et après près de 20 ans de traversée de désert, je pilote une équipe d’Inspecteurs Généraux d’Etat, sous la direction du Président de la République et du Premier Ministre. Nous faisons notre travail de contrôle administratif en toute indépendance et en toute objectivité, conformément aux règles de droit régissant notre institution. De cette équipe, on a tout entendu, sauf qu’un de ces éléments a été corrompu, et ce malgré leurs conditions difficiles d’existence et les pressions de tous genres.

Je m’excuse, si j’ai été long ou d’avoir donné l’air parfois de sortir du sujet. Mes propos n’ont qu’un seul but, c’est celui de rassurer mon ami Mohamed, que « la voie qui fût la notre, je la tiendrai jusqu’au bout ». D’autres avant lui m’ont attaqué. J’ai encaissé. Mais pour moi, Mohamed symbolise beaucoup de bonnes choses, surtout des rêves passés en commun et ce malgré nos différences.

Je comprends que, candidat à la magistrature suprême, on soit obligé de s’ouvrir et de s’adonner aux compromis nécessaires à l’élargissement de sa base électorale ; mais de là à s’attaquer aux compagnons des premières heures, de les qualifier d’instruments, il y’a des pas qu’il n’était pas utile de franchir. On peut aussi compatir avec des proches ou des amis en difficultés, ce qui nous arrive à tous, mais de là à paraître soutenir l’insoutenable, je veux dire la corruption et les détournements des deniers publics, cela n’est acceptable de personne, surtout pas de Mohamed Ould Maouloud.

Enfin, je précise que ce que j’ai écrit ici n’est que la réponse de Sidi Ould Ahmed Deya à son ami de toujours, Mohamed Ould Maouloud ; la réponse de l’IGE au président de l’UFP viendra le jour où ceux auxquels il a adressé l’ensemble de son propos se seront décidés à lui répondre.


Cordialement,
Sidi Ould Ahmed Deya

Le 09 novembre 2009

maatala a dit…

Salam

Sidi Ould Ahmed Deya a dit:

"Etant déjà à la majorité et pour des raisons strictement locales, j’ai adhéré au PRDS, non par conviction, mais tout simplement par défaut".
-----------------------------------

Par "Défaut" MATOU HASSAL dit le Fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Il a dit aussi Ould DEYA

"Je signale en passant, qu’à l’occasion de mes départs de la plupart des fonctions occupées plus haut, j’ai chaque fois laissé sur mon bureau des dossiers compromettants, refusant de les traiter dans le sens des pratiques ambiantes. Convenez avec moi qu’« Un fonctionnaire instrument » n’aurait pas osé de telles choses."

----------------------------

Qui dit mieux dit le Fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Une pensée à notre X national.

Amigo, n'oublies pas que tu es le parrain du blog dit le Fou

maatala

kimporte a dit…

Qu’est-ce qui se passe avec les mendiants ? après un silence radio du département concerné ; on a peu lire chez cridem une attaque des mendiants ; sacrément organisé en syndic ; accusant ould dadde d’avoir mis la main sur le pactole. Ensuite on a eu droit à la campagne annonçant que 300 millions ont été alloués à la lutte contre la mendicité/

Combien de temps doit durer cette campagne ? et cette somme est-elle une enveloppe pour un exercice annuel renouvelable ou est-ce juste une action ponctuelle appelée à être renouveler . côté calculs : 300 millions pour 1781 mendiants selon les statistiques officielles qui pousse l’exactitude au mendiant près!

cela fait par 170000 environ que coûtera un mendiant comme s’il était payé 14000 par mois soit presque 500 un par jour !

Voilà encore une idée qui part d’un bon fond et qui sera contreproductive car dans un pays classé pauvre et très endetté le mauritanien moyen selon les stat vit avec moins d’un euro par jour !

Il faut dire à ces gens qui se lancent dans ce genre de campagne de garder leur chiffre pour eux ; ce n’est pas la peine de les communiquer au public car voilà qu’on emploie pour lutter contre la mendicité ce que ne trouve pas le mauritanien par jour pour vivre
Que ceux qui vivent dans les nuages sachent qu’une famille mauritanienne simple vit d’un plat qui revient entre 500 et 700 un par repas principal unique.

Donner trois repas par jour aux mendiants c’est les faire mieux vivre que la majorité des mauritaniens dont un grand nombre en silence crève par fierté
Trois repas devraient être destinés aux enfants et aux mendiants non professionnels cad qui souffrent d’un handicap sans équivoque et les vieux et vieilles cad tous ceux qui ne peuvent bénéficier de cette formation dont on nous parle aux métiers de la couture !

C’est se moquer du monde quand ; comme la fait remarquer le quotidien de nouakchott ; les gosses des rues n’ont pas été prévus dans cette campagne sous prétexte qu’ils sont des talibés !
Il faut oser tenir de tel propos quand on sait que ces gosses pour la grande majorité travaillent pour un faux prof qui les envoient mendier et ces gosses regardez leurs yeux et vous verrez qu’être pédophile en mauritanie c’est le paradis car qui protège ces gosses contre les prédateurs en tous genres sans parler de l’essence et de la cool qu’ils sniffent pour tenir

On conseille vivement à monsieur dadde de traiter le sujet avec plus de discrétion pour plus d’efficacité et surtout plus d’humanité. Les enfants des rues; les handicapés et les vieux d’abord
Jamais sans eux !

kimporte a dit…

l'IGE devrait avoir la même protection que ceux qui travaillent à la lutte anti-terroristes!

l'état doit assurer à tous ses inspecteurs une sécurité accrue si la lutte contre la gabegie est bien destinée a s'intensifier! puis la médaille du mérite en fin de carrière et l'assurance maladie tout risque en cas d'abandon de poste suite aux pressions et l'assurance d'une rente à vie après fonction

burka et cagoule de rigueur lol

voilà bien une fonction à risque dans un pays qui a connu un baby-loeuss sans précédent

Sanhaji a dit…

Le discours de Messoud aujourd'hui est très décevant et ne fait que confirmer le parcours ridicule initié par Aziz et suivi par l'opposition.

Messaoud n'a fait un tel discours que de peur d'être destitué par la redoutable arme putschiste de l'UPR.

Il est vrai que l'Agenda actuelle d'Aziz n'est pas de nature à plaire à ceux qui l'ont soutenu, pour la simple et bonne raison que le contrat tacite qu'ils croyaient avoir avec lui se résume à : fait tes forfaitures et laisses nous dilapider les biens publics, or Aziz semble loin d'accepter ce deal.

Donc voyons voir ce qui se passera. Quand à moi je reste de fer contre toute uniforme qui prend le pouvoir par la force même si elle régularise après par des élections.

Sanhaji a dit…

Je n'oublie évidement pas que notre ami Messaoud a été le premier frontiste qui a parlé d'une possible démission de Sidi.

Mohamed Said a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Sanhaji a dit…

Test du pseudo

Sanhaji a dit…

Yaye N'Daw Coulibaly est passée sénatrice de Nouakchott.

Cette bonne dame est la cause qu'un pauvre comptable appelé Bâ moisit actuellement en prison à cause des forfaitures de cette bonne dame durant sa gestion de la commune de TZ, d'où elle est partie pour mauvaise gestion.

Tawassoul se prétend de l'Islam, quel Islam alors?

Sanhaji a dit…

Scandaleux la TVM, qui fait de la publicité comparative de la société Bouamatou SA Gaz, en traitant de les autres bombones de Gaz de mauvaises et à abandonner.

Où est ce qu'on va!

maatala a dit…

Salam

Sanhaji

La sénatrice Yaye Ndaw est la fille de feu coulibaly, un riche armateur et le premier habitant de TZ.

Selon mes informations, elle a été viré non pour mauvaise gestion, mais parce que les conseillers municipaux y compris ceux du RFD, estimaient qu'elle était d'extraction servile.

Ils lui reprochaient d'être rigide, cassante et surtout imperméable à la magouille, ce qui pour eux étaient inacceptable de la part de "L'KHADEM-LMEBLOUGA".

Ils lui reprochaient aussi d'avoir embauché beaucoup de soninkés parmi le petit personnel.

Par contre, je pense que Tawssoul est capable de s'allier avec le diable pour accéder au pouvoir.

L'UPR y perdra des plumes dit le Fou

maatala

kimporte a dit…

mon cher maata

UPR ne perdra que dalle car l'UPR sera comme le PRDS un trou noir au sens astrophysique du terme cad attirant tout et digérant tout, c'est culturel

combien de temps aziz et son équipe de l'ombre pourront tenir les engagements avant lassitude? là est la question!

tous les politicards devraient courir à l'UPR comme ça aziz aura le choix de ses partisans, tous pour aziz cela reglera déjà beaucoup, il n'aura plus qu'à faire son choix

vive l'UPR parti unique! vaut mieux mettre tous les crabes dans le même sac que de les laisser en vadrouille ce qui nous casse les tympans

2- vivement que aziz trouve une petite crise pour occuper la galerie car tout le monde s'ennuie! même les journalistes commencent à radoter maintenant on parle de changement de PM! qu'il en faudrait un plus craint! tout cela c'est du flan! il ne faut rien changer du tout, laissez les gens travailler au moins deux ans

3- on demande gentiment à celui qui s'occupe de la com de la culture d'arrêter please d'envahir le net avec l'agenda de la ministre pour oui ou un non , on apprend que la ministre reçoit un bouc aujourdh'ui une chèvre demain et on dirait que les autres ministres ne disent rien car ils ne font rien. trop de pub tue la pub, un peu discrétion

4- merci de nous débarrasser des chiens des rues car ce n'est vraiment plus possible de faire une petite marche ni un footing tranquille car à partir de 22h c'est l'enfer de ce ballader, de smeutes partout ou des chiens cachés qui vous font " waou wou" tout d'un coup et dieu sait que même maître philosophe votre coeur répond par un boom assez signifiant pour que l'animal l'entente et en saisisse toute la portée ce qui l'invite à vous faire passer l'envie de repasser par là

à force de parcours , un caillou à la main on renonce à la santé, c'est pas sérieux

alors au lieu de les exterminer cruellement vaut mieux faire un don à nos amis chinois qui regardent ces fauves comme un saoudien regardait un agneau d'irak

c'est une belle occasion de faire un don alimentaire à nos amis chinois qui, faisons leur confiance, saurons nous débarrasser de ces festins vite et bien

7- quant aux opposants frontistes et autres, soyez bons perdants, vous êtes laminés , il faut vous reposer ou courir à l'UPR pendant qu'il y a encore des places

vous n'avez plus rien à dire rien! tout ce que vous pouvez reprocher à aziz c'est que les prisons ne sont pas encore pleines mais cela vous ne pouvez d'ailleurs pas trop l'exiger sans risquer de vous priver de vos meilleurs alliés de la dernière heure

arrêtez aussi de toujours parler d'achat de conscience car c'est incroyable combien vos partisans sont achetables

d'ailleurs une conscience ne s'achète pas , c'est impossible par définition, par contre on peut au sens médical corrompre une conscience faible cad la rendre pourrie, éwa dans ce cas remerciez le ciel de voir tant de conscience corruptible et corrompue vous quitter , c tout.

ciao ciao

Sanhaji a dit…

Maatala,

moi je suis sur place et je suis ces choses là de très près. Les raisons de son départ direct, c'est son refus de partager aux autres politicards ce qu'elle a directement encaissé au marché de la capitale.

Par ailleurs Monsieur Ba son comptable est actuellement en prison pour cause de leurs mauvaises gestions tous les deux.

Mais lui c'est le maillon faible de la chaîne.

Quand à son père Allah Yarehmou, je le connais personnellement, il était très agréable mais il devait être un grand Moufcid du temps de Moctar.

Sanhaji a dit…

Kimporte,

je partage pas grand chose de ce que tu viens d'écrire par contre ce passage était vraiment très fort:

alors au lieu de les exterminer cruellement vaut mieux faire un don à nos amis chinois qui regardent ces fauves comme un saoudien regardait un agneau d'irak

Lol

Sanhaji a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Sanhaji a dit…

Mohcen Ould El Hadj est l'une des premières victimes du Surveillant Général Aziz parmi ses soutiens.

Pourtant il fait partie des plus courageux soutiens qui n'a épargné aucun effort pour faire passer la forfaiture du Général.

Je crois cependant fermement que ce n'est pas la dernière victime.

Si Aziz hier avait besoin des soutiens putschistes, aujourd'hui il les craint, se croyant légitimement élu.

Par ailleurs tout homme qui se base sur d'autres pour se faire commence d'abord à écarter ces autres pour constituer de nouveaux soutiens auxquels ils ne doit rien.


C'est comme ça dans les républiques bananières où la Constitution n'est qu'un texte frigide rarement respecté.

maatala a dit…

Salam

sanhaji

A coté de ce que tu appelles :"Les raisons de son départ direct", il y a aussi les raisons indirects et inavouables.

Dans ce minable règlement de compte, le RFD a été nul.

Une des raisons pour lesquelles, Tawssoul a quitté le radeau de la méduse dit le Fou.

maatala

A+ a dit…

Sanhaji

Messoud est logique dans sa démarche qui consiste à tout sacrifier pour son interêt personnel:"Il avait soutenu Sidi en 2007 pour avoir la présidence du parlement;il fait un clin d'oiel à aziz pour gader ce poste...".Logique,non!

A+

Bebe BA a dit…

Mauritanie/Parlement
Ouverture de la 1ère session ordinaire parlementaire 2009 - 2010 au niveau de l'assemblée nationale

Nouakchott, 9 nov (AMI) - Je considère sincèrement que les résultats issus des élections (du 18 juillet 2009), en dépit des réserves que j'ai personnellement exprimées au lendemain de leur parution, constituent un important acquis que nous devons tous préserver tout en développant l'ouverture et le dialogue entre tous les courants politiques et sociaux et ce dans l'intérêt de notre pays, de sa stabilité politique et de son émancipation sociale; deux conditions essentielles pour tout développement économique".
C'est ce qu'a déclarée M. Messaoud Ould Boulkheir, président de l'assemblée Nationale à la séance d'ouverture de la 1ère session ordinaire parlementaire 2009 - 2010 au niveau de l'assemblée nationale à laquelle étaient présents plusieurs membres du gouvernement.
Voici le texte intégral de ce discours:

Bebe BA a dit…

"Messieurs les ministres;
Chers collègues députés;
Nul doute que notre séance d'aujourd'hui - par le fait même que nous soyons réunis dans cet hémicycle après une longue période de séparation - constitue un tournant historique dans l'évolution institutionnelle de notre pays.
A ce propos, vous n'êtes pas sans savoir que je me suis abstenu depuis le 20 Août 2008, de présider tout travail parlementaire, et ce après m'être opposé, par principe, à toute forme de collaboration avec un régime militaire qui a subitement mis fin à une expérience démocratique saluée par tous aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays.
Un coup d'Etat qui a plongé le pays dans une phase d'instabilité interne et d'isolement politique et économique externe. Néanmoins, grâce à Allah le Tout Puissant, à la sagesse des fils du pays et la solidarité de pays frères et amis, la Mauritanie a pu dépasser cette phase dangereuse de son histoire en organisant les élections du 18 Juillet 2009, réussissant ainsi à désamorcer une crise constitutionnelle qui était de nature à saper les fondements même de son unité nationale.
Frèrezs et soeurs,
Je considère sincèrement que les résultats issus de telles élections, en dépit des réserves que j'ai personnellement exprimées au lendemain de leur parution, constituent un important acquis que nous devons tous préserver tout en développant l'ouverture et le dialogue entre tous les courants politiques et sociaux et ce dans l'intérêt de notre pays, de sa stabilité politique et de son émancipation sociale, deux conditions essentielles pour tout développement économique.

Bebe BA a dit…

Dans cet ordre d'idées, je ne peux m'empêcher d'attirer votre attention sur la nécessité, pour tous, de tirer les leçons de la grande crise que nous avons vécue depuis plus d'une année et d'oeuvrer à :
- Renforcer en premier lieu nos institutions constitutionnelles et démocratiques afin de les rendre mieux à même de jouer efficacement leur rôle et à résister à toute forme d'hégémonie pouvant les menacer tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.
- Mettre un terme aux phénomènes des candidatures indépendantes au niveau es deux chambres du parlement et ce en vue de donner plus de crédibilité à la représentation élective (le contrat social doit être entre les électeurs et les institutions démocratiques ainsi que les partis politiques).
De même, il y a lieu de revoir l'application de la proportionnelle au niveau des communes qui, elle aussi, en plus de l'achat des consciences et d'autres pratiques douteuses, ont transformé toute élection dans notre pays en véritable mascarade du début à la fin.
- Redresser l'administration qui doit demeurer un kutil de gestion et de développement loin des surenchères Politiquec qui tendent à transformer tout ce qui est purement technique en enjeu politique par excellence avec tout ce qui en décotle comme prise de positi/n irresponsable et de négligence de l'intérêt général d'une part et d'attre part la reconsidération du pluralisme qui a terni l'image des politiciens et de la politique.
Il est clair que l'usage abusif des biens publics est considéré également comme l'une des formes les plus nuisibles de la gabegie considérant que ces biens publics symbolisent la crédibilité d% l'Etat; tout comme le slogan de la lutte contre l` gabegie ne doit pa3 avoib comme objectif le démantèlement dd l'opposition ou viser ceux à qui nous oppose une incompatibilité d'humaup.

Bebe BA a dit…

Nul doute pue la ferme volonté de trouver une issue favorable à tous ces problèmes contribuera à résoudre définitivement la crise politique qui persiste. Cela permettra également à tous de se consacrer à une action visant à trouver les soletions définitives aux problèmes inhérents à l'unité nationale comme l'esclavage et ses séquelles, le passif humanitaire (1989 - 1991) et aux autres problèmes que vivent l'ensemble des citoyens comme la hausse de prix, le chômage, les problèmes de logement, ceux de l'eau et de l'électricité, étant entendu que toutes ces préoccupations ont leurs incidences négatives sur la sécurité, la stabilité et la paix sociale comme en témoigne le phénomène du terrorisme dans notre pays que nous devons tous combattre avec fermeté et sagesse sans faire de la Mauritanie une base militaire pour qui que ce soit, ami ou ennemi.
Chers collègues députés,
Mesdames et messieurs ;
Partant de ces considérations nous devons tous et en particulier le pouvoir exécutif dépasser la mentalité qui a prévalu pendant la période préélectorale en unifiant nos efforts et en orientant toutes les forces vives et les compétences nationales vers l'action salutaire de construction du pays.
Cette conviction est dictée par ma croyance que le repli sur soi- même et l'accaparement du pouvoir par une frange politique quelque soit sa fidélité affichée et son engagement, ne peut en aucun cas servir l'intérêt de la Mauritanie qui doit toujours rester la terre des hommes, de tous ses hommes sans exclusive, loin de toute discrimination, marginalisation ou exclusion.
Chers collègues députés
Mesdames et messieurs;
En réponse aux interrogations de certains à propos de ma position personnelle vis-à-vis de la situation politique actuelle, je voudrais affirmer devant Allah le Tout Puissant et devant vous, les principes qui ont guidé mon parcours politique notamment:

Bebe BA a dit…

Mon attachement sans réserve à la patrie et à tout ce qui est de nature à servir l'intérêt du peuple Mauritanien avec toutes ses composantes et couches sociales.
Je me comporterais pendant toute cette période comme je le faisais constamment en tant que citoyen soucieux de son pays et de la dignité de son peuple, mais en même temps comme un opposant ferme et objectif à l'actuelle majorité qui gouverne et à tout ce qui est de nature à compromettre l'intérêt de la Mauritanie.
Messieurs les Ministres;
Collègues députés;
Mesdames et messieurs;
Avant de terminer la présente allocution, je vous engage collègues députés, à apporter la preuve à notre peuple que nous sommes capables et avec tout le sérieux qu'impose la situation, à apporter les remèdes satisfaisants à tout ce que le peuple considère comme des actions de sape et de gabegie.
Conformément à l'article 52 de la constitution, je déclare ouverte la première session ordinaire parlementaire pour l'année 2009 - 2010.
Je vous remercie"

AMI

tomahawk a dit…

Il est clair que Messaoud veut garder son fauteuil car il n'ya plus de trace du FND (N'oublions pas que Waghef s'est fait inviter a la présidence et que Sidioca est en train de precher dans son no man'sland).

Daddah etant en perte de vitesse, donc Messaoud sort le discours qui le maintient et le crédite encore plus aux yeux du pouvoir.

tomahawk a dit…

Lu pour vous sur ANI"

"Selon notre correspondant au Brakna, les éléments du poste de gendarmerie du PK 18 de la route Boghé-Aleg ont procédé lundi aux environs de 18 heures 30 à l’arrestation d’un homme répondant au nom de Manuel Gonzalès, de nationalité portugaise.


L’homme qui affirme s’être converti à l’Islam depuis 2005 embarquait à bord d’un car de transport en commun 11 enfants âgés de 12 à 16 ans à destination de Oummoul Quraa, localité située aux environs de Boutilimit où selon ses propres affirmations, il devrait les inscrire dans une célèbre mahadra, celle de l’érudit Mohamed Salem Ould Addoud (paix à son âme). "
--------------------------

Comment nos frontières sont aussi perméables pour laisser passer un étranger acconpagné d'autant d'enfants sans se poser des questions?

ce n'est pas pour jouer au xénophobe mais nos frontières doivent être mieux surveillées comme les autres pays. Chez nous, on rentre illégalement très facilement.

яimσ a dit…

ancien timbre


ou ici :

http://www.affranchies.com/images/Mauritanie%2008.jpg

ps : problem de liens \!/

maatala a dit…

Salam
Lu sur credem

"Le gouvernement mauritanien accusé de « procédés condamnables » lors des sénatoriales

Le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) d’Ahmed Ould Daddah a accusé le gouvernement mauritanien d’avoir usé de « procédés condamnables » pendant les élections sénatoriales de dimanche.

« C’est la preuve la plus éloquente de l’intention du régime du fait accompli de poursuivre la falsification de la volonté du peuple mauritanien et la fermeture des voies d’expression comme il a en a été le cas lors de l’élection présidentielle passée », a indiqué le RFD dans un communiqué rendu public mardi à Nouakchott.

Selon le texte, le « régime » s’est employé à « acheter les voix » et à appliquer la politique de la carotte et du bâton ainsi que « l’autorité de l’Etat pour imposer l’élection de ses candidats dans toutes les circonscriptions » disputées.



L’opposition n’a remporté aucun des 17 sièges disputés dans le cadre du renouvellement du tiers du Sénat mauritanien.

« Cela se passe au moment où le pouvoir se targue de conduire les réformes et de lutter contre la gabegie », souligne le RFD qui dit avoir participé à ces élections dans le but de « réaffirmer son attachement au pluralisme démocratique et aux institutions législatives nationales ».

Le document note que le pouvoir « n’accepte aucune proportion de pluralisme ni d’opinion de l’autre », insistant sur la « gravité de cette voie qui compliquera davantage la crise politique, sécuritaire, économique et sociale » dans le pays.

Le parti de Ould Daddah a toutefois réitéré son attachement au dialogue sincère comme voie de sortie du pays du cercle vicieux dans lequel il se trouve en constituant une commission d’enquête sur l’élection présidentielle.


Info source : Agence de Presse Africaine |
------------------------------

Daddah avait pourtant promit qu'il allait prendre sa retraite dit le Fou

maatala

lewonni a dit…

sanhaji

" il faut rire avant d'être heureux de peur de mourir sans avoir ri"
dixit chéplu

lewonni a dit…

bôjôr

après lecture du discours de messoud, on ne sait que dire sinon que c'est terrifiant! mon dieu quel front!

n'accablons pas un ténor du front mais enfin ne pas citer une fois sidioca c'est tout de même terrible!

à l'écouter, il faut se féliciter de l'élection du 18, ce que nous autres nous comprenons mais venant de frontistes c'est incroyable de telles formules surtout qu'après ses félitations il dit plus bas que les élections ont toujours été une mascarade du début à la fin

vient la litanie des yaca yaca

il faut préserver les " acquis" , rendre plus solides les institutions, comment? ça c'est une autre affaire car la question ne dépend pas des civils

dorénavant plus azizien que messoud il n'y a que mohcen!

quelle tristesse que cette fin de règne de l'opposition, mais ne soyons pas cruels laissons-les encore faire de la posture quelques temps, aziz s'installe tranquille laissons l'opposition faire ses bagages aussi tranquillement rien ne presse de toute façon cette assemblée sera balayée au premier mouvement de mécontentement dans l'UPR car du côté de l'opposition à entendre messoud et vu les scores du RFD et la dernière gifle des sénatoriales , personne ne va rien provoquer

c'est incroyable

je pense que dans un esprit d'ouverture et pour l'apaisement général, aziz devrait convoquer un congrès changer la constitution, passer à un régime parlementaire en être le premier ministre et permettre à sidioca de devenir président à la M'baré

tout le monde sera content

quel pays! et surtout quelle classe politique!

qu'est-ce qui changerait si on mettait deux bons cadenas à l'assemblée et au sénat?

Rien!

qu'est-ce qui changerait si on interdisait le calame, la tribune et le véridique ?

rien!

qu'est-ce qui se passerait si on interdisait tous les partis UPR compris et ce pendant 5 ans?

Rien! sinon la paix!

tout le problème de ce pays c'est que nous n'avons pas eu de Roi! toutes ces tributs, toutes ces histoires, les français ont fait une erreur en pacifiant le pays c'est de n'avoir pas donner de l'argent un groupe pour devenir Roi du pays tout simplement

voyez comment taya a tenu 21 ans, voyez comment déjà c'est aziz par ci aziz par là, le chef a dit, regardez dans tous les ministères, dans tous les bureaux, regardez partout dans les familles, dans les entreprises, tout le monde veut être le Roi et ne respecte que le Roi

on a besoin d'un Roi, nous sommes des bédouins comploteurs, hypocrites, ingrats, généreux, pacifistes, froussards, orgueilleux, courtisans qui savons mieux que tout: berner et manipuler même les Rois!

éwa c'est quoi la solution?

faire l'armée en espérant un jour être de ceux qui tenteront leur chance

faire de la politique pour vivre de cette recherche de solution à un problème insoluble: comment sauver la mauritanie des mauritaniens?

la vendre!

ensuite chacun rentre chez soi avec sa part : les uns au maroc les autres au sénégal au mali et au niger, les autres en algérie ect jusqu'au yemen

lewonni a dit…

franchement, entre nous, les seules leçons à tirer de la crise

c'est qu'un militaire inconnu du grand public descend dans l'arène politique pour montrer aux politicards que mahoum wahline vchi

en une année , il devient l'idole du peuple et par défaut des désespérés des politicards

et il les bats tous au premier tour devant tous les observateurs et tout ce qu'ils ont trouvé à dire c'est que l'élection est chimique ce qui n'a pas empêché le président de l'assemblée de revenir se féliciter dans l'assemblée du scrutins avec ce qu'il appelle des réserves, et il n'a fait cela que parce que les rang du front ont tous pris la fuite à l'UPR ou en orbite autour


la leçon, c'est que l'opposition en mauritanie n'existe plus!

il y a une opposition de principe qui a perdu ces principes en s'alliant avec les RV

la leçon c'est que rien ne peut se faire sans l'armée désormais même les élections libres et transparentes

la solution ne viendra désormais jamais plus que de l'armée, tout le reste c'est du flan

après le pire, elle nous sert aujourd'hui le meilleur

c'est à prendre ou à parler dans le vide et c'est mieux ainsi

aziz que vous voyez-là, regardez-le bien, on peut bien dire qu'il n'a pas fait saint-cyr, qu'il n'a certainement jamais lu ni hegel, ni Confucius, ni lacan, ni lévy-strauss mais regardez bien sont aplomb devant chavez , devant sarko, voyez son sourire devant le guide, c'est le digne élève du génie politique Ely et il a vu le pays à genou aux pieds de taya

il connaît très bien ce pays et il sait très bien ce que nous valons

regardez-le bien car ce monsieur va dompter cette racaille

du moins inch'allah

lewonni a dit…

vraiment aziz est une merveille de clairvoyance:

je viens de lire le pavé du patron de l'IGE, un mot m'a frappé et j'en remercie aziz

aller mettre à l'IGE un homme qui a fait 20 ans de traversée du désert! dia dieuf!

tremblez ! vous êtes cuits

20 ans de traversée du désert! 20 ans! diable! il doit s'y connaître en nature humaine! il doit avoir dans le coeur de quoi être guérit de la tentation!

20 ans! après vingts ans si vous survivez dans un pays comme le nôtre, rien ne peut plus vous atteindre! rien!

une pensée à tous ceux qui actuellement traversent le désert! ça donne de l'espoir de savoir que 20 ans après pour pouvez sortir du désert

ah la belle formule que traverser le désert! d'ailleurs c'est une formule que seuls ceux qui en réchappent peuvent prononcer, on dit " j'ai traversé le désert" mais jamais " je traverse le désert"

car ceux qui traversent le désert n'en parlent jamais car c'est une traversée qui vous coupe la parole et l'envie de s'exprimer, c'est une aventure terrible qui commence un jour :

on quitte petit à petit le monde, puis les amis vous quittent, puis la méditaiton, l'appel à dieu, on passe de tout de la rage à la résignation, puis on continue de marcher

en route on croise d'autres qui avaient de l'avance mais qui refusent de continuer la traversée, ils se sont arrêtés là net et sec , ils marchent comme des fantômes et vont souvent à la mosquée

dès fois ils apprennent qu'un preux compagnon s'en est sorti alors ils rêvent de leur tour puis ils s'effondrent dans l'oubli et il voit passer à côté d'eux dans le ciel les vivants

une pensée à vous tous qui traversez le désert, sachez qu'il y a beaucoup d'appelés et très peu de rescapés!

deissane! 20 ans!

cela veut dire que depuis que j'ai 14 ans! tout ce qui vécu pendant ce temps ce monsieur traversait le désert!

bravo cher monsieur !

diable ! 20 ans!

lewonni a dit…

ça vient sortir sur cridem:

tremblez politicards! areva est dans la place: une pensée à l'assemblée et au sénat et à la constitution!

" La société australienne Hanson Westhouse a annoncé vendredi l’existence d’importantes quantités d’uranium dans les zones de Bir Nar et Bir Mogrein localités situées dans l’extrême nord mauritanien. La révélation a été fondée sur les résultats de l’analyse de plusieurs échantillons collectés au cours de la phase d’exploration au niveau de Bir Mogrein.

Dans le communiqué diffusé ce vendredi par la société australienne, on apprend que : « Dans les 5 échantillons collectés au niveau de Bir Mogrein, on a trouvé une forte teneur en uranium soit 9366/1.000000,un indice qui assure que la Mauritanie sera un pays producteur d’uranium et une source pour l’acquisition de ce métal. »

Le communiqué annonce la fin de la phase de prospections à Bir Mogrein pour « la fin de cette année et le début de la prospection sur le site de Bir Nar au début de l’année 2010. »

Un contrat est déjà passé entre Hanson Westhouse et la société AREVA pour le transport sur place du matériel et la supervision des opérations."

яimσ a dit…

salut ,

on ne veut pas d'uranium ni d'AREVA chez nous .

moi je pense que l'exploitation sauvage des ressources halieutiques , du pétrole devra servir de leçon.

sauf qu'ici il ne s'agit pas de déchets qui se dégradent comme les épaves que les ferrailleurs exploitent ou les résidus de forage que la mer absorbe .

je pense surtout à la nébuleuse de bandits qui voudraient maintenant explorer ce domaine avec leurs fameuses société basées en suisse .

quand on vous dira que la nappe d'idini est contaminée ou que des sites au milieu des dunes à quelques km de deux ou trois villages ou sur une route que les caravaniers et bergers empruntent sont remplis de dechets invisibles,
vous ferez quoi , à part vouloir vider vos comptes et fuir le pays .
bandes de lâches !

il faut construire deux ou trois hôpitaux dans le nord pour les malades du cancer celui à nktt ne suffira pas .

AREVA = suicide collectif


PS :
le reportage sur areva au niger est là pour les nouveaux membres ,s'il y en a !

яimσ a dit…

le reportage d'en haut est plutôt politique .
voir plutôt ce reportage

qui explique exactement ce qui nous arrivera

Bebe BA a dit…

Est ce qu'on saura, un jour, la vérité sur cette histoire?
A-, where are you? we always need you here

«AFFAIRE» DES MOINES DE TIBHIRINE: Pour qui roule la justice française?
(L'Expression 11/11/2009)

Cette «affaire» actionnée par les nostalgiques de la colonisation n’a été finalement qu’un pétard mouillé.

La France s’obstine dans sa politique du deux poids, deux mesures. Alors qu’elle s’est dévoilée dans l’affaire Ben Barka quand le parquet de Paris a suspendu la diffusion de l’émission de mandats d’arrêt lancés contre quatre hauts responsables marocains, voilà qu’elle remet au goût du jour l’affaire des moines de Tibhirine.

Pour qui roule alors la justice française? Le ministère français des Affaires étrangères a transmis, lundi dernier, des documents internes au juge d’instruction chargé de l’enquête sur la mort des sept moines de Tibhirine en 1996 en Algérie, a indiqué hier, son porte-parole, Bernard Valero. Le Quai d’Orsay «a transmis le 9 novembre au juge d’instruction compétent, en réponse à la demande de ce dernier, des documents émis par les services de ce ministère et qui sont susceptibles d’être utiles à la recherche de la vérité sur le dossier des moines de Tibhirine», a déclaré le porte-parole.

«Cette transmission est intervenue immédiatement après l’avis rendu le 5 novembre par la commission consultative du secret de la Défense nationale concernant les documents qui lui avaient été transmis par le ministère des Affaires étrangères», a expliqué M.Valero. La levée du secret-défense devrait permettre au juge d’instruction d’accéder, notamment aux notes et rapports que le général François Buchwalter affirme avoir transmis au gouvernement français à l’époque des faits et dans lesquels il évoquait la thèse d’une «bavure de l’armée algérienne».

Cette «affaire» que certains nostalgiques de la colonisation ont tenté de monter en sérieux emballement, n’a été finalement qu’un pétard mouillé qui s’échangeait entre des responsables politiques français. Il convient de relever qu’elle a été remise au goût du jour au moment où des responsables français tentent de mettre la pression sur Alger, notamment au sujet de la loi de finances complémentaire qui aurait sérieusement bousculé les intérêts de la France.

Mais puisqu’on est à la levée du secret-défense, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout? Pourquoi ne pas lever le secret-défense sur les crimes contre l’humanité commis par la France coloniale en Algérie, pendant 132 ans? Qu’en est-il des enfumades du Dahra, des massacres de Sétif, Guelma, Kherrata, de l’utilisation du napalm contre des civils, des essais nucléaires...La liste est loin d’êre exhaustive.

La justice avait requis cet été la levée du secret-défense sur les documents détenus par les ministères de la Défense, des Affaires étrangères et de l’Intérieur. La demande des juges antiterroristes, Marc Trévidic et Yves Jannier, à Hervé Morin (Défense), Bernard Kouchner (Affaires étrangères) et Brice Hortefeux (Intérieur), visait notamment le rapport de l’attaché de Défense français à Alger à l’époque des faits, le général François Buchwalter.

Nabil BELBEY

A+ a dit…

Cher Matalla
Je te dédie ce sublime droit de reponse du RFD au sujet de la "retraite" de ton ami AOD (lol).
...................................
Droit de réponse

Dans la livraison du mardi 15 Septembre 2009 de Nouakchott Info et sous le titre « Le RFD peut-il se passer de son président ? », votre collaborateur, Monsieur Camara Mamadi, soutient dans vos colonnes que « s’il avait tenu sa parole déclarée solennellement sur les ondes du RFI en Juillet dernier, Ahmed Ould Daddah serait aujourd’hui en retrait de la politique… »

Vous vous basez apparemment, sur une déclaration attribuée au président Ahmed Ould Daddah sur RFI, le 17 Juillet dans laquelle il aurait dit – et je vous cite – « je pense que si je ne suis pas élu, je tirerai ma révérence ».

A supposer que cette déclaration soit vraie, vous conviendrez avec moi qu’elle est quand même conditionnée implicitement par l’organisation d’une compétition loyale, reflétant l’expression réelle de la volonté du peuple Mauritanien.

Or, l’élection piégée du 18 Juillet 2009, n’a été qu’une nouvelle phase d’obstruction à l’expression de la volonté populaire, afin de pérenniser un régime né des complots militaires et survivant des mascarades et hold-up électoraux.

L’opinion publique, les observateurs de la scène politique nationale et les acteurs politiques de tout bord, ont été surpris par la proclamation de ces résultats surréalistes, aux antipodes des réalités politiques évidentes pour tout Mauritanien.

D’une part, l’ampleur des foules que les candidats du changement ont drainées -Ahmed Ould Daddah et Messoud Ould Boulkheir notamment- tout au long de leur campagne et particulièrement lors des meetings de clôtures à Nouakchott, à la veille du scrutin, rendent impossible toute victoire du général Aziz, encore moins au premier tour, et surtout pas à Nouakchott où sa campagne fut incapable de relever le défi par l’organisation, le même jour d’une manifestation publique similaire et synchrone des démonstrations de force de ses challengers.

D’autre part, les indices de l’évolution et de l’innovation dans la panoplie des procédés de fraude furent tels que le général Aziz est désormais affublé par la rumeur populaire du sobriquet de « premier président chimiquement élu ».
Jugez-en :

A+ a dit…

- Les votes identiques par les "ب" (B arabe), écrits de la même façon et à la même place, même dans les coins les plus reculés où il n’y a que des analphabètes ;
- les scores élevés, uniformes et « passe-partout » réalisés par Aziz, même dans les bureaux de vote où il n’avait aucune assise populaire ;
- Les centaines de supporters de tel ou tel candidat qui lui votent massivement dans un bureau donné et dont les voix se trouvent « transformées » comme par enchantement, au profit d’un certain candidat ;
- La dépravation de l’armée par son implication directe et au grand jour dans la campagne électorale ; à commencer par les chefs d’états-majors de l’armée et des autres corps constitués, l’inspecteur général des forces armées …et j’en passe.
- La corruption, la dilapidation des biens publics et l’utilisation abusive des moyens de l’Etat à des fins électoralistes ;
- L’administration infestée en moins de (10) mois par un millier de « nominations » ne répondant à d’autre profil que celui du clientélisme politique.
- L’exploitation de la misère et de l’ignorance de notre peuple par la distribution , sur les frais de l’Etat, de rations alimentaires portant parfois l’effigie du général, tout en leur faisant croire qu’il s’agit d’une largesse personnelle du général Aziz.
- Les bulletins de vote dont le tiers au moins ont été traités chimiquement pour garantir au général une confortable avance et circonscrire la compétition électorale à un maximum des 2/3 restants. Une géométrie variable permet de moduler l’entre ces deux repères pour s’assurer des résultats.

Ainsi sur tous les trois carnets de (50) bulletins de vote chacun, l’un d’entre eux au moins, était déjà passé sous les fourches caudines du bidouillage électronique et chimique. Cette opération ne s’est pas forcément déroulée au niveau de la maison britannique d’impression des bulletins.- qui confirme néanmoins l’existence de tels procédés de falsification – mais en Corée du Sud par exemple ou dans quelque pays d’Amérique latine …

C’est au cours des arrêts prolongés et suspects, dans un pays voisin, de l’avion transportant les bulletins de vote que les dernières retouches ont été apportées au cheval de Troie du général Aziz - plutôt les chevaux, puisqu’il y en a autant que de bureaux de votes -. D’ailleurs, la couverture télévisée inédite de l’atterrissage de cet engin à Nouakchott, était apparemment destinée à nous convaincre qu’il s’agit bien d’un «avion »… mais plein de chevaux de bataille dressés à dessein afin de confisquer l’avenir et subtiliser la volonté du peuple Mauritanien.

Avec de telles pesanteurs, et devant cette reculade à pas de géants, ce grand bond en arrière jamais vu ni connu dans l’organisation des élections dans notre pays, le Président Ahmed Ould Daddah, avec d’autres candidats du camp du changement, avait demandé, dans la perspective d’une sortie de crise convaincante pour tous, l’institution d’une commission d’enquête afin d’apaiser le climat politique et d’établir des rapports de sérénité

A+ a dit…

Cette proposition a été superbement ignorée par le général Aziz et son clan.
S’agit-il d’un aveu de culpabilité ou bien serait-on dans la jungle de LETVETAR ?...

Comment voulez-vous qu’au moment où la patrie tombe dans l’escarcelle de clans, de bandes militaro affairistes, anachroniques, sectaires, sans scrupules et sans autres ambitions pour la Mauritanie que leur soif démesurée et égoïste du pouvoir, comment voulez-vous que dans ces conditions, le Président Ahmed Ould Daddah s’en aille comme un lâche et « tire sa révérence » comme vous semblez le suggérer.

Cela ne lui ressemble pas… et ce n’est pas son genre…

Le Président Ahmed Ould Daddah continuera d’incarner, avec la multitude de dirigeants et de cadres de grande valeur dont regorge le parti, le refus catégorique du peuple Mauritanien d’être la proie facile du premier venu des aventuriers et la victime consentante du cycle infernal des coups de force, destructeurs des fondements même de l’Etat, des espoirs du peuple, voire même de leur foi en leur Patrie.

Dans le même temps, il ne demande rien d’autre que de permettre à ce peuple, broyé par la dictature et la « médiocratie », de choisir librement son destin, sans contrainte et sans pression aucune.

L’histoire des vingt dernières années montre bien qu’à chaque fois que le peuple Mauritanien respire, un tant soit peu, l’air de la liberté, il se rue en masse derrière le Président Ahmed Ould Daddah.

Ceci n’est pas le fait du hasard, ni un engouement subjectif pour sa personne.

Simplement, la majorité des Mauritaniens perçoivent clairement que par son expérience, sa crédibilité, sa stature nationale et internationale, sa compétence ainsi que la somme des compétences de la fine fleur de l’intelligentsia nationale liguée autour de lui,l’homme constitue une chance sans égale pour le développement du pays, pour l’ancrage de la justice, des pratiques rationnelles de l’Etat moderne afin que la Mauritanie reconquière son rayonnement et sa place, jadis enviables, dans le concert des nations.

En un mot, cet homme a toujours symbolisé, dans la conscience collective, l’espoir tant attendu d’une Mauritanie d’avenir, fière d’elle-même et de ses dirigeants.

Une Mauritanie autre que celle-là que nous vivons actuellement, tellement basse et ridicule au point que les magistrats du Conseil Constitutionnel- institution sensée être la plus prestigieuse et la plus respectable- par la voix de l’un des leurs et lors de la cérémonie d’investiture solennelle, font l’éloge des coups d’Etat du général Aziz, sans s’aviser pourtant que la Constitution dont ils sont les gardiens, identifie ces actes à la haute trahison.

Voudriez-vous encore que le Président Ahmed Ould Daddah « tire sa révérence » ?
Il l’aurait certainement fait s’il avait été battu à la régulière, dans une compétition loyale.

Maintenant que les choses sont passées par la voie des procédés peu recommandables, qu’on sache que l’habit ne fait pas le moine…et qu’aucun habillage « démocratique », même taillé sur mesure, n’occultera la réalité d’un pouvoir piraté.

La Mauritanie mérite mieux que cela… et la chienlit ne passera pas…

Commandant Mohamed Vall Ould Handeya

Directeur de la Communication du RFD

lewonni a dit…

le seul droit de réponse que pourrait pondre le RFD c'est d'envoyer AOD et tous ceux de cette génération au repos ce serait-ce que par respect

continuer ainsi à justifer que le RFD soit plongé dans le formol, c'est lamentable

ces gens du RFD et leur verve fatiguée de sourd muet et aveugle commencent à être ridicules et même lamentables

le RFD est devenu une coquille sèche et vide , une mommie qui ose encore parler car il y a là-bas encore quelques insolents qui osent prendre les mauritaniens pour des imbéciles avec ce genre de déclaration

vous vous prenez pour qui? vous vous croyez les dépositaires de la conscience nationale! vous n'êtes plus que les dépositaires de la lose attitude! des voleurs de la conscience nationale !

vous avez cautionné un coup d'état! on s'en félicite mais venant de donneur de leçon vous valez moins que le front !

ensuite au lieu d'être fidèle à votre crime vous avez encore trahi votre acte quand vous avez su que votre candidat ne serait pas celui des militaires comme l'espérait AOD

le RFD n'est rien, plus rien que le réservoir d'une élite guindée, dépassée ayant trahi tous ses principes en allant jusqu'à s'allier avec leurs ennemis

le rfd n'est rien vous avez trahi vos militants, le rfd n'est que la vieille charette qui n'a vécu que pour Daddah! Dieu l'a puni

de toute façon mème daddah est depuis entouré de traîtres de toutes sortes qui l'ont poussé dans cette voie car ils travaillent pour l'autre côté

le RFD a vécu sur la peau de tous ces militants de l'ombre qui ont sacrifié leur vie à courir après des hommes tribalistes régionalistes et encore ayant un parfait mépris des leurs car ils n'ont vécu que pour pousser AOD et prendre le pouvoir avec lui et le dépouiller ensuite, vous ne valez pas mieux que le reste de la classe politique

vous n'avez rien à dire silence!

vous parlez de meeting! parlons-en , le RFD messoud et toute la clique ont-il fait à nouakchott des meeting populaire comme ceux d'Aziz près de 100000 personne!

n'ont seulement vous êtes des mauvais perdants mais en plus vous avez l'insolence d'être de mauvaise fois

vous avez vendu votre âme pour un statut mis en place pour corrompre indirectement AOD, l'opposition s'est déchiquée à cause de ce statut

vous avez un mépris profond du peuple mauritanien!

Dieu soit loué, c'est terminé!

bye bye

lewonni a dit…

au fait; chers amis tribalistes de tous bords ne soyez pas jaloux et mauvais perdants; ayez le fair-play de souhaiter avec moi bonne et heureuse victoire aux oulad bousbaa!

donnons-leur un conseil fraternel:

ne soyez pas comme ces tributs qui s'entredévorent et qui ne se soutiennent pas

profitez un max de l'ère qui s'ouvre devant-vous; à votre place personne ne se gênerait

n'oublierez pas les vôtres; serrez-vous les coudes

et surtout savourez bien que les aigris en crèvent lol


et bon app!

lewonni a dit…

ah j'oubliais!

c'est vrai que cette expression de " aziz le chimique" est terrible car elle n'est pas méritée mais c'est tombé sur lui; c'est pas dramatique; moi-même j'en rit!

mais entre nous le RFD n'est en reste car le RFD était une bombe nucléaire qui avait tous les moyens de vaincre les militaires le 6 ! il fallait juste un peu moins de haine et de vengeance contre messoud et les autres et plus de vision

éwa la bombe est devenue un pétard mouillé radioactif! tout fuit le RFD car ceux qui y restent deviennent des mutants ,mi-démocrates mi-putschiste c'est un mélange qui n'est pas bio du tout!

le RFD est transgénique c'est un corps qui a été génétiquement modifié par PrAOD expert en implant de RV et autres gènes déroutant qui ont le RFD là où il est cad en zone radioactive

fuyez c'est contagieux!

lewonni a dit…

voici un flagrant cas de désinformation publié par la communication de mattel via cridem avec la complicité de l'ARE

c'est très grave et les responsables de l'autorité de régulation qui sont à l'origine de ce communiqué qu'on retrouve sur leur site doivent être sanctionnés vu l'impact de ces fausses informations preuves à l'appui sur le site même de l'are

je viens d'enregistrer le document

l'are déclare sur son site

http://www.are.mr/publications.html

au chapitre qualité des servives rapport d'une enquiete du 28 octobre au o2 nov

" conclusion/ Les résultats de cette l’enquête montrent (voir graphes en annexe 1) que les
taux de pertes ET de coupure d’appels sont inférieurs aux seuils maxima autorisés
pour l’opérateur Mattel SA. En revanche, les opérateurs Chinguitel SA et Mauritel
SA sont défaillants mais dans des proportions variables, par rapport à leurs
engagements en terme de qualité de service."

voilà une déclaration mensongère car j'ai lu le rapport et quand on lit cette conclusion on croit que mattel fait mieux que mauritel et chingittel en ce qui concerne le taux de coupures et celui celui des pertes or c'est archifaux! faux

il suffit de lire le rapport on trouve en bas schémas à l'appui que mattel ne fait mieux qu'en ce qui concerne le taux de pertes où en effet les autres sont au-delà du seuil autorisé

mais en ce qui concerne le taux de coupure ils sont tous en dessous du taux autorisés et là mattel fait moins bien que les autres le schémas est clair

allez voir; c'est de la désinformation; c'est grave vu l'impact; j'invite mauritel et chinguittel a saisir les autorités concernés pour informations en partie mensongères et forcé cridem à faire un démenti en ce qui concerne le taux de coupures où mattel et au-delà des autres

je soupçonne fort mattel d'avoir trouvé un moyen de faire écrire cette déclaration douteuse

une enquetes doit être faite

c'est de la désinformation en lisant le communiqué de mattel s'appuyant sur are on croit que mattel fait mieux partout or c'est faux lisez vous meme

quels bandits!

lewonni a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
maatala a dit…

salam
lu sur taqadomy

"URGENT : arrestation d'un ancien gouverneur de la BCM
11-11-2009
L'ancien gouverneur de la BCM Sid'El Mokhtar Ould Naji vient d'être arrêté par la brigade de lutte contre les crimes financiers.

Nous y reviendrons dans une prochaine édition.


maatala

maatala a dit…

Salam

Entre l'azzizzo et Naji, c'est entre autre une affaire perso, car ce dernier t à l'origine de la discorde entre Mint Tolba la vorace et Tekbeur la pseudo discrète.

Quand l'azzizzo voulait citait un nom de prédateur, il citait celui de Naji.

De son coté Nagi, la grande gueule criait sous tous les toits qu'azzizzo était aussi corrompu que lui, car il lui remettait régulièrement des valses de biftons pour le BASEP.

Sauf que Nagi oubli, qu'il ne trouvera pas un juge assez couillu pour recueillir sa déposition contre azziz.

Par les temps qui courent personne ne veut se mettre à dos l'exterminateur des RV.

Appel urgent:

Ceux qui ont profité des 4x4 et autres montres chopards du temps de la splendeur du gouverneur sont priés de rendre les cadocs.

Afin d'éviter de se faire épingler pour recel dit le Fou.

maatala

Sanhaji a dit…

Yakhouya Lewonni fait doucement m3a Ettesfag.

Le Surveillant Général Aziz s'est très bien acquitté hier matin de son devoir en visitant à 8 heures le lycée d'Arafat. Il a dû bien rigoler avec ces jeunes Junks qui l'entouraient dans une salle de classe (voir photo sur cridem).

Voilà nous voulons bâtir une République à coup de descentes populistes et à coup d'arrestations arbitraires (Ould Nagi).

maatala a dit…

salam

lu sur cridem

"Rédigé par bougouffe, jeudi, 12-11-09 09:58 Enfin, un vrai et gros moufcid !!!

Vous venez enfin de vous en prendre aux vrais prédateurs, ce monsieur de moralité douteuse a terni l’image de ce pays ici en Mauritanie comme en dehors de nos frontières. Il a été la main agissante de Mint Tolbe de son mari et de toute la parentèle dans la mise à sac de la Mauritanie.


Trente millions de dollars, ne sont que le tout petit sommet visible de l’iceberg, croyez-moi, je sais de quoi je parle. Persévérez, vous arriverez à 50 voire 100 fois plus.


Pas de pitié pour l’animal !

maatala

maatala a dit…

salam

Lu sur Taqadoumy

"dieu soit loué si c'est vrai
cet escroc de grand chemin qui a tout pillé sur son passage en pillant pour les autres ses commissions lui suffisant
c'est dah ould abdi qui va être content car c'est lui qui a mis le pied à l'étrier à cet escroc puis ce dernier l'a trahi car il était plus malléable pour sa tribut; il est le digne exemple des minables que taya a fabriqué pris de zéro puis on l'a mis partout où l'on pouvait sucer ce pays
rien qu'avec lui ; l'état peut récupérer au moins un milliard
je vais finir par croire qu'il y a une justice dans ce pays

maatala

Bebe BA a dit…

A-, je me demande qu'est ce qu'il nous va nous sortir comme bourde? les dossiers classés secrets restent secret!


Tibéhirine: Nicolas Sarkozy s’était porté garant de la “levée du secret-défense”
(France Soir 12/11/2009)

Le ministère des Affaires étrangères a délivré plusieurs documents aux juges d’instruction saisis de l’assassinat des sept trappistes. Cette demande avait été formulée après les révélations explosives d’un général français en poste à Alger au moment de la tuerie.
Une levée partielle du secret-défense pour tenter de lever un léger coin du voile. Le ministère des Affaires étrangères a transmis, lundi 9 novembre, des documents internes aux deux juges chargés de l’instruction sur la mort des sept moines de Tibéhirine, tués en 1996 en Algérie.

Selon Bernard Valero, le porte-parole du Quai d’Orsay, « cette transmission est intervenue immédiatement après l’avis rendu le 5 novembre par la Commission consultative du secret de la défense nationale », compétente en la matière.

La requête de Marc Trévidic et d’Yves Jannier, les magistrats antiterroristes, avait pour destinataires Hervé Morin, le ministre de la Défense, Bernard Kouchner, celui des Affaires étrangères, et Brice Hortefeux, le titulaire de l’Intérieur. Elle visait surtout le rapport de François Buchwalter, auteur de révélations fracassantes concernant les conditions dans lesquelles les sept moines trappistes auraient été tués après avoir été enlevés, dans la nuit du 26 au 27 mars, en leur monastère isolé de Notre-Dame de l’Atlas, au sud-est d’Alger.

Leurs têtes furent exhumées deux mois plus tard, en mai, tandis que leurs corps n’ont curieusement jamais été retrouvés.

Selon le général en retraite, attaché militaire de l’ambassade de France à Alger entre 1995 et 1998, les religieux français auraient été involontairement tués par l’Armée nationale populaire (ANP) algérienne lors d’un raid aérien contre l’une des sections des Groupes islamiques armés (GIA), dirigés par Djamel Zitouni et repliés dans le fameux « triangle de la mort » de la Mitidja.

Il avait livré cette information le 25 juin au juge Trévidic, expliquant détenir ce renseignement du frère d’un cadre intermédiaire de l’armée algérienne. Insistant, François Buchwalter avait en outre rapporté au magistrat l’attitude singulière de l’ambassade de France, ordonnant immédiatement le silence total sur ces informations explosives…

Bebe BA a dit…

« Jamais jusqu’à moi »
Ces assertions avaient contraint Nicolas Sarkozy à monter au créneau. Le président de la République avait instamment demandé, le 9 juillet, la « vérité » sur le massacre des moines, estimant que les relations entre la France et l’Algérie ne pouvaient être fondées sur « le mensonge ».

Il avait aussitôt assuré qu’il lèverait le secret-défense sur tous les documents demandés par la justice française. « Il n’y a pas d’autre façon de faire la vérité », avait-il insisté. Une semaine plus tard, Charles Millon, ministre de la Défense à l’époque des faits, déclarait à L’Express n’avoir jamais été le récipiendaire d’un quelconque rapport du général Buchwalter, ni n’avoir été informé d’hypothèses impliquant l’ANP.

« On ne m’a jamais parlé d’une “bavure” de l’armée algérienne. Je n’ai jamais été informé de l’existence d’une note de l’attaché militaire de l’ambassade de France à Alger concernant le sort des moines », avait-il assuré. « Je ne connais pas le général Buchwalter, dont le nom même m’est inconnu. S’il a fait un rapport, il n’est jamais remonté jusqu’à moi », avait-il certifié.

Ces révélations tonitruantes demeurent d’autant plus embarrassantes des deux côtés de la Méditerranée qu’elles provenaient, pour la première fois, d’un haut gradé français, sans lien avec des militaires algériens dissidents de l’ANP, dont Mohamed Samraoui et Abdelkader Tigha (lire nos éditions du 9 juillet).

Me Patrick Baudouin, l’avocat des familles des victimes, avait sollicité cette transmission de documents – aujourd’hui en partie exaucée – auprès des magistrats instructeurs afin de confronter les propos tenus par François Buchwalter à ce qui avait été porté à l’exacte connaissance du gouvernement français au sujet de ces sept décapitations.

Le juge Trévidic avait en outre sollicité l’accès aux rapports rédigés sur cette « affaire d’Etats » par le général Philippe Rondot, envoyé en Algérie pour le compte de la DST, en quête, à l’époque, de renseignements complémentaires. En vain. Pour le moment.

Samy Mouhoubi, le jeudi 12 novembre 2009 à 04:00

maatala a dit…

Salam

mon cher sanhaji

tu dis:

"Voilà nous voulons bâtir une République à coup de descentes populistes et à coup d'arrestations arbitraires (Ould Nagi)"
-------------------------------

L'arrestation de Nagi n'est pas arbitraire, le mauritanie moyen ne peut pas s'offrir un appartement dans le 16 arrodissement, un autre à clichy, ni deux villas à dakar.

Sauf s'il gagne au loto dit le Fou

maatala

Bebe BA a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Bebe BA a dit…

D'accord avec toi maatala tant qu'il n'oubli lemrabot et zeine Ould zeindane

lewonni a dit…

En attente depuis presque un an woilà y-a-t-il à la présidence des viranes dans les placards à dossiers ?

« Exclusif : Rapport accablant de l’IGE contre l’agence pour l’accès universel
Après un séjour de deux mois, les fins limiers de l’Inspection Générale d’Etat (IGE) auraient rendu un rapport accablant pour l’actuelle direction de l’Agence pour l’Accès Universel aux Services.

Les indiscrétions que l’on a pu recueillir parlent de plus d’UN MILLIARD d’ouguiya dont l’usage serait entaché de suspicions.

Créée pour assurer la généralisation des services essentiels comme l’eau, l’électricité, les télécommunications et les NTIC, l’APAUS serait aujourd’hui empêtrée dans un véritable scandale économico-financier.
Dans son édition de N° 231 (Jeudi), le Quotidien de Nouakchott revient en détails sur cette
http://www.cridem.org/index.php?id=82&no_cache=1&tx_ttnews[swords]=e&tx_ttnews[pointer]=6&tx_ttnews[tt_news]=27924&tx_ttnews[backPid]=84&cHash=585e9eeebe

tomahawk a dit…

Dans ce cas maatalla, il faudrait arrêter toute la republique.

L'autre jour un ami, que la Somelec avait coupe était assis dans le bureau du chef du centre et il ya eu la discussion suivante:

le chef du centre:
" dis moi comment avec un surpresseur , un clim et deux tv sans compter les ampoules, tu paies une facture aussi banale?

Mon ami répond:
" Dites moi comment un chef de service de la Somelec peut avoir autant de chameaux en brousse?

le débat fut tout de suite clos et mon ami fut rétabli dans la journée.

C'est une épidémie.

lewonni a dit…

quelques pensées à nagi prises dans le petit larousse section proverve:

A l'oeuvre on reconnaît l'ouvrier

L'appétit vient en mangeant

A quelque chose malheur est bon

Qui paye ses dettes s'enrichit

Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse

Tout vient à point à qui sait attendre

Le vin est tiré il faut le boire

lewonni a dit…

x- éwa te voilà

N- seid raïs depuis longtemps j'attends cette convocation; j'ai tout préparé pour vous

X- cheun'hou?

N- je voulais dire pour l'état

X- c'est mieux

N- éwa tout est là; quelques milliards; il ne manque pas un sou sauf les frais de gestion; éwa je peux partir?

X- choua"e"d?

N- seid raïs wol'a j'ai dû vider les caisses partout car j'étais sous le coup de menaces directes venant de la présidence; soit je coopérais soit je perdais mon emploi et on allait m'accuser d'avoir pris ce que mon prédécesseur avait seufé c'était une époque bizarre; toi-même tu sais

X- galouheu

N- wol"a seid Raïs ; alors j'ai coopéré sous la menace et j'ai mis tout cet argent dans les comptes que voici et quelques biens immobiliers pour sauver ce que pouvais en attendant de remettre le tout à l'état

X- hagala?

n- wol'a!

x- éwa je te crois lahac mais je ne peux pas te libérer comme ça; khali anac choweye l'ac ici et on verra

N- éwa je peux sortir


X- mouk mouk la bichor

N- wolahi wolahi seid Raïs

Sanhaji a dit…

Salut amigo Maatala,

je sais très bien que Ould Nagi dit Kabila n'est pas un enfant de coeur, mais le fait de le traîner en justice esseulé alors d'autres Mouficidine sont libres dans la nature ne fait aucun sens.

Pour le juger il faut s'assurer d'abord que la justice qui ve le juger est au moins sans reproches alors que dieu sait que ce n'est pas le cas.

Il faut aussi garantir que tous les autres cas soient traités, même de celui qui se vent maintenant comme le Master Proper contre la gabégie.

Et puis vous savez, il ne doit pas être aussi facile d'ôter la liberté de quelqu'un sans preuves, rien que des suppositions, des dires, de la délation.

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Editorial d'Ahmed Ould Cheikh : Fin stratège.

Les walis de Nouakchott et de Nouadhibou, le hakem de Teyarett, les directeurs du centre d’oncologie, de la CNSS, de Radio Mauritanie et d’autres encore: la liste des relevés de leurs fonctions ne cesse de s’allonger, chaque semaine que Dieu fait. Ould Abdel Aziz, qui semble décidé à en finir avec les prévaricateurs, frappe, ainsi, un grand coup….médiatique.

Le renvoi, «sur les ondes de la radio», des prétendus détourneurs des deniers publics – mais il faut les juger, prouver leur culpabilité, les mettre en prison, le cas échéant, et les contraindre à rembourser! – n’a d’autre objectif que d’insinuer le doute et la peur dans l’esprit de ceux qui restent aux commandes d’entreprises publiques ou de projets.

Tenez-vous à carreau, messieurs! Le général-président vous a à l’œil. Hé oui, il a l’œil, et le bon, notre président, et son initiative est plus que louable. Le détournement de l’argent public, la gabegie, la corruption sont devenus un sport national, à tel point qu’il serait plus loisible de trouver une aiguille dans une botte de foin que de tomber sur un gestionnaire honnête, dans ce pays pourtant islamique.



Mais beaucoup de questions restent sans réponse. Pourquoi cette épuration n’a commencé qu’après la présidentielle? On n’a plus besoin des voix de ces désormais infréquentables? Pourquoi cette campagne ne touche-t-elle que les civils? L’Armée, où les mauvais gestionnaires sont légion, ne mérite-t-elle pas que les limiers de l’IGE ou de la Cour des Comptes y fassent promenade? Les commandants des régions militaires, qui s’enrichissent avec le quotidien des soldats, seraient-ils intouchables?

Ould Abdel Aziz fera-t-il comme Ould Taya, en laissant l’Armée en dehors de tout contrôle, financier du moins? Certes, il est plus facile de s’attaquer à des civils, désarmés en plus, qu’ouvrir la boîte de Pandore. A dire vrai, pour le peuple mauritanien, elle est depuis longtemps ouverte, cette fameuse boîte des tourments militaires. On sait bien, tous, qu’à contrario de la normalité qui veut que chaque pays ait son armée, chez nous, c’est l’armée qui a son pays.

Depuis 1978, ses hauts dignitaires s’y prélassent en territoire conquis et l’«intermède» Sidioca nous aura bien prouvé que la Grande Muette n’a jamais accepté de quitter le pouvoir. Et ce n’est pas demain la veille qu’elle le fera. Celui des siens qu’elle accepte aux commandes a l’impératif devoir de la ménager, de fermer les yeux sur ses « petites » popotes, moyennant quoi la poule aux œufs d’or profite aux obligeants, selon une hiérarchie scrupuleusement étudiée.

Vous les voyez, ces messieurs galonnés, voire étoilés, se laisser tripoter la casquette et les poches? Vous imaginez ces officiers « supérieurs » relevés de leur(s) fonction(s), comme de vulgaires civils, sous prétexte que ceux-là font bien pire que ceux-ci ? Mais ce serait la chienlit, ma petite dame. L’insécurité. Et, franchement, ne vaut-il mieux pas être un pauvre sécurisé qu’un riche angoissé? D’autant plus qu’un pauvre, en Mauritanie, il n’est jamais seul, il a, à tout le moins, un président qui fera tout, soyez-en certains, pour sécuriser et stabiliser la situation de ses chers démunis.

Mais dites-moi, général-président, ce sentiment généralisé de sécurité ne risque-t-il pas, à terme, de susciter, chez ceux-là, l’envie d’en avoir un peu plus, et un peu plus, et encore un peu plus, jusqu’à se dire, en fin de compte, que les petites popotes de l’armée, on pourrait bien se les partager, elles-aussi, et renvoyer celle-ci mitonner son riz là où elle n’aurait jamais dû cesser de le faire cuire: dans ses casernes? Ah, ça, vous êtes un fin stratège, monsieur le président.

Info source : Le Calame (Mauritanie

maatala

leserieux a dit…

Ce Nagi ne merite aucune compassion, c'est un symbole de tout ce qu'un esprit équilibré doit vomir.....
Ce pays riche et très peu peuplé (poisson, fer, mineraies et j'en passe...) mérite tout de même un minimum de bonnes gestions pour sortir nos populations de la misère dans laquelle elles se trouvent.

leserieux a dit…

Mes respects à Maata et LM qui ont réussi a préservé notre espace contre des assauts irresponsables.

kimporte a dit…

si quelqu'un aime les chiens de race lire ceci sinon s'abstenir

un rottveiler bien éduqué; affectueux qui n'a jamais reçu un coup de sa vie; qui n'a connu que le confort les canapés; les caresses; qui a vécu en parfaite harmonie avec un chat

il a un peu plus de trois ans; son pedigree est net et pure sur plusieurs génération car il est le petit d'une série de chien que la gendarmerie durant la fin taya avait fait venir de Johannesbourg mais il y a eu les événements et paraît-il le monsieur qui s'occupait de monter cette compagnie a dû renoncer

ce chien fait partie des petits

son propriétaire doit quitter le pays à la fin de ce mois

si quelqu'un célibataire sans enfant ou un couple sans enfant qui aiment les chiens veut bien s'en occuper me contacter

mailpassepartout@yahoo.fr

sinon ne pouvant le prendre moi-même car il faut un jardin et pas d'enfant; on devra le faire piquer c tout

il me suffirait d'une minute avec celle ou celui qui serait tenter de sauver ce chien pour savoir s'il ou elle aime les chiens ; les autres s'abstenir

c un chien qui a tous ces vaccins et en pleine santé; il adore les glaces ; les yoghourt qu'il lèche à même le pot avec des yeux ronds et un oeuf cru de temps en temps/ avec lui vous pouvez dormir tranquille et il n'y a pas plus fidèle ni plus affectueux; s'il ne voit pas ces maîtres; il se laisse mourir sauf si ceux qui s'en occupent s'en occupent et qu'il sache qu'on s'occupe de lui

salut

Yanis le R. a dit…

Je suis allé faire un tour sur le site de l’IGE (www.ige.gov.mr) mais j’ai été déçu : pas un rapport ou note depuis plus d’un an !
Sidi O. Ahmed Deya a voulu dernièrement nous dire, dans un droit de réponse, que l’IGE était indépendante du pouvoir…
Il faut bien garder à l’esprit que c’est Ely O. Med Vall qui a signé le décret créant l’IGE actuelle alors qu’il y avait et il y a toujours une Cour des Comptes (!). Nous savons tous que c’est un responsable mauritanien connu pour avoir « la main légère »… C’est ainsi que la mission des inspecteurs a été bien clarifiée par l’article 4 du décret : « l’Inspecteur Général d’Etat et ses adjoints sont munis d’une commission personnelle délivrée par le PM ». C’est bien donc le pouvoir exécutif représenté par le PM qui cible l’institution à inspecter par lettres de mission. Quelles que soient les qualités de l’actuel Inspecteur général (bientôt à la retraite), il ne peut occulter les limites que lui pose la loi : ses missions sont déterminées en haut lieu. L’IGE ne peut donc qu’être un instrument du pouvoir…
Malgré tout, on ne peut que se réjouir de voir enfin des RV limogés ou derrière les barreaux. Il faut continuer car la tâche est gigantesque dans un pays miné par la corruption et la gabegie depuis 30 ans. Il suffit pour s’en convaincre d’un seul exemple : aucun satisfecit de gestion n’a jamais été enregistré ! Pour qu’une institution soit épinglée, il suffit qu’elle soit visitée par les inspecteurs, même les plus laxistes…

Esseghnass a dit…

A- yaça7bi enta mneyne?
we realy need your comments

kimporte a dit…

lu sur kassataya

" comment peut-on être arabe"

Largement utilisé dans le langage courant (notamment dans les médias) pour désigner tantôt une ethnie, tantôt un groupe de pays jamais bien défini, il est aussi souvent employé pour qualifier l’origine d’une partie de la population française. Mais que signifie-t-il vraiment, et surtout quelles sont les implications de l’utilisation souvent irréfléchie de ce terme ? Après avoir tenté de montrer les implications théoriques et politiques de l’emploi usuel du syntagme « arabe » en France, je tenterai d’analyser les potentialités qu’il « offre » aux personnes désignées par ce terme.

Le Petit Robert nous en donne plusieurs définitions :
1. « Originaire de la péninsule arabique » ; les exemples donnés sont les « tribus » et les « chevaux » arabes…
2. « Des populations arabophones »…
3. Dans le langage courant : « Personne originaire du Maghreb ».
4. « Issu de la civilisation arabe ».

Ces définitions sont très intéressantes car elles établissent des liens entre des éléments tout à fait inattendus : un peuple ? Une civilisation ? Un groupe linguistique ?
Les mots et l’utilisation qu’on en fait révèlent à de nombreux égards notre vision du monde. Qu’est-ce à dire ? Il existerait dans le monde un peuple qui serait solidaire au nom d’une hypothétique origine commune. Au nom d’une langue qu’il ne pratique pas partout de la même manière… Des membres de ce groupe peuvent-ils s’« intégrer » à « notre » société ? Comment est-ce possible s’ils possèdent en eux une caractéristique transmissible de générations en générations, qui les pousse irrémédiablement à être solidaires des membres d’un autre groupe ?
Evidemment il n’est pas question de dire que ce mot est insignifiant : Maxime Rodinson, Jacques Berque entre autres spécialistes du « monde arabe » ont parfaitement délimité géographiquement et culturellement leur objet d’étude.

Mais qu’en est-il d’un Gilles Kepel, qui autorisé par sa connaissance de la langue arabe, établit des rapports vertigineux entre des situations politico-économiques aussi différentes que celles de l’Arabie du VIIe siècle et le périurbain français du XXIe siècle ? L’exemple de ce « spécialiste » très souvent invité à la télévision pour au choix donner son avis sur l’endroit où se cache Ben Laden ou pour parler de « l’islam de banlieue » est assez significatif du flou idéologique qui caractérise cette notion d’arabité, dans la mesure où pour l’idéologie journalistique la plus répandue elle est très liée à la religion musulmane avec laquelle elle constitue une civilisation à part entière (arabo-islamique).

Or, nombreux sont les véritables spécialistes du Maghreb et du Machrek (notions géographiques beaucoup plus claires pour le coup !) qui nous invitent depuis quelques temps à relativiser, voire à détruire cette notion de civilisation arabo-islamique : Georges Corm explique dans Le Proche-Orient éclaté que cette idée repose sur une approche très simpliste de l’altérité : puisqu’en gros ils parlent tous l’arabe, eh bien, ce sont des arabes qui forment une unité autour d’une religion constituant un « fait social total » qui permet de tout expliquer : sociologie, économie, politique… D’où l’autorisation que se donne un Kepel à partir de sa seule connaissance de la langue arabe (qu’il s’empresse toujours de rappeler modestement) de parler de domaines aussi divers en n’épargnant aucun raccourci, aucune simplification vertigineuse...

kimporte a dit…

...Maxime Rodinson s’étonnait il y a quelques années dans Islam, Politique et Croyances, du fait que de nombreux prétendus spécialistes mélangaient ainsi les genres uniquement lorsqu’il était question d’objets d’études touchant à une altérité quelque peu perçue comme problématique : il ne viendrait en effet à l’esprit de personne d’expliquer par exemple la politique de Louis XIV uniquement en se fondant sur une analyse des Evangiles… Nous savons lorsqu’il est question de nous que tout ne peut s’expliquer par les idéologies en général et par la religion en particulier : pourquoi en irait-il autrement pour les musulmans ?

Pour Georges Corm, la civilisation arabo-islamique a historiquement existé, mais elle ne recouvre aujourd’hui qu’une réalité très relative, comparable en cela à la civilisation gréco-latine dont nous sommes en partie héritiers. Mais comme les italiens ne sont plus tout à fait des romains, les algériens par exemple ne peuvent plus aujourd’hui être assimilés complètement à un prétendu groupe « arabo-islamique » qui fonctionnerait comme une totalité organique.
Et pourtant… Qu’est-ce que « l’épicier arabe » par exemple a réellement « d’arabe » ? Qu’a-t-il en commun avec le roi Fahd, Sindbad et Ali Baba ? Il parle souvent berbère, n’est certainement pas originaire de la péninsule arabique et en ce qui concerne la civilisation arabe, il en est la plupart du temps aussi proche que le vendeur de pizzas l’est de Cicéron.

Qu’en est-il de moi-même, Français né en France, professeur de français qui n’ai jamais migré, mais qui suis pourtant souvent considéré comme un « immigré de deuxième génération » ?
Il est possible d’être « musulman » éventuellement, « algérien » même, si en vertu des accords d’Evian je désire garder la nationalité de mes parents, « maghrébin » à la limite, si on lie cela à ma nationalité algérienne, « arabophone » si je choisis cette langue en option à la fac, mais « arabe » ?

En réalité cette appélation d’arabe appliquée aux maghrébins date de la période coloniale. Tout comme les berbères ont été appelés ainsi par leurs envahisseurs ( berbère de barbarus, c’est à dire « barbare » ), les habitants de ce qui s’appelle aujourd’hui l’Algérie étaient en effet en grande partie arabophones… De là à considérer qu’ils appartenaient avec les moyen-orientaux à un seul et même peuple à partir d’une caractéristique linguistique ! Il est d’ailleurs intéressant de constater que dans ce cas précis, la connaissance d’une langue confère une sorte de nationalité : il serait plaisant que l’on appliquât la même méthode avec les immigrés francophones…

Toujours est-il que les Belges ou les Québécois francophones ne sont pas à proprement parler français : la nation française n’est malheureusement pas uniquement fondée sur la francophonie. Pourquoi en serait-il autrement de « l’arabophonie » ? Pourquoi les « arabes » eux-mêmes en grande partie prétendent se reconnaître dans cette notion d’arabité alors même que chacun sait que la Ligue Arabe ne sert à rien et que ce n’est pas l’Arabie Saoudite qui règlera le problème palestinien de sitôt ?

Maxime Rodinson et Edward Saïd, entres autres, montrent comment les représentations identitaires sont largement tributaires de rapports de forces : notre perception de l’autre est plus ou moins acceptée, répandue, chez « nous » et chez « les autres » en fonction de notre puissance : les algériens sont « arabes » grâce à Bugeaud et les Français auraient été tout simplement « chrétiens » si l’émir Abdelkader avait été vainqueur…

Dans une problématique très proche puisque liée elle aussi aux rapports entre identité et domination, Fanon a montré par exemple comment l’image que le colon avait du noir pouvait être répandue et acceptée même chez de nombreuses personnes d’origine africaine...

kimporte a dit…

...Aujourd’hui dans certaines parties du monde de nombreux hommes politiques et idéologues ont intérêt à faire exister la « civilisation arabo-islamique » : il faut bien que « notre civilisation démocratique », ultra libérale et chrétienne, ait un ennemi à combattre. Il faut bien qu’il y ait un « choc des civilisations » pour pouvoir dominer légitimement cette altérité foncièrement rétrograde, arriérée, obscurantiste et dangereuse.

« Chez nous », il faut bien qu’il existe un peuple responsable de toute la misère humaine pour cacher la violence de notre politique dite d’intégration. Il est même tout à fait naturel que certains généraux algériens « luttant durement contre le péril islamiste » (même si cela passe par tirer sur des manifestants pour rétablir la « démocratie » ) soient amis avec nos « intellectuels » nationaux préoccupés par ce même danger dans nos banlieues.

Le plus grave c’est que cet attirail pseudo-scientifique dont les Kepel et compagnie sont les gourous qui occupent en permanence tous les médias donne une sorte de légitimité intellectuelle à ce qui n’est en fait, il faut bien le reconnaître, qu’un simple racisme : est en fait considéré comme « arabe » tout basané aux cheveux frisés… Certains traits physiques confèrent des attributs moraux transmissibles de générations en générations qui empêchent, qui freinent irrémédiablement l’« intégration » de ces « populations ».

Que faire de ce qu’on fait de moi ?

Ceci étant posé, quoi que je fasse dans ce pays, en dépit de mon lieu de naissance et de résidence, malgré mon appartenance juridique à la communauté nationale française, quels que soient mes positionnements politiques, mes dispositions philosophiques et morales, mes idées métaphysiques et religieuses, je risque fort, de par un certain nombre de stigmates que je porte, d’être perçu irrémédiablement et désigné par un nombre assez important de personnes comme un « Arabe » et un musulman.

Que puis-je y faire ? Après avoir constaté le peu de fondement scientifique de cette notion d’arabité, après avoir approuvé les observations éclairantes de Georges Corm sur les limites de la notion de « civilisation arabo-islamique », qu’ai-je vraiment réglé au juste ?
Il faut se rendre à l’évidence : la désignation de certains groupements ethnico-nationaux par le terme « arabe » pose de nombreux problèmes, les personnes effectivement perçues et désignées ainsi existent bel et bien : cette communauté formée d’individus différents ayant le point commun d’être victimes de la même stigmatisation existe de fait et l’énonciation de l’illégitimité scientifique de l’emploi du terme arabe n’a malheureusement aucune valeur performative. Que dois-je donc faire de ce terme et de ce qu’il implique ?

1. Dire et répéter que je ne suis pas un Arabe ?
Et préciser exactement mes croyances métaphysiques pour établir si oui ou non en termes théologiques et sociologiques je puis encore être considéré comme appartenant à la Oumma ? Quelles seraient les incidences sociales et culturelles de ce positionnement ? Si l’œuvre magistrale d’Ibn Khaldun et l’histoire des peuples de « l’Afrique septentrionale » n’intéressent que très rarement les personnes qui me voient comme un Arabe, si les subtilités scolastiques opposant Hassan al Bassri à Ibn Hanbal ne sont que très rarement le fort de ceux qui me demandent si oui ou non je fais le Ramadan, à quoi puis-je m’attendre et à quelles réactions je serais confronté si je décidais de discuter sérieusement, en termes scientifiques, les nuances de ces concepts ?

...

kimporte a dit…

...Lorsqu’une personne perçue comme Noire a constaté qu’il n’existait en biologie aucune définition scientifiquement valable de la race noire mais que demeurait tout de même, évidemment, le racisme qui touchait certaines personnes partageant un certain nombre de stigmates, elle peut aussi se rendre compte que « le fait d’être noir » existe bel et bien et que le mot « race », non pas en tant que catégorie biologique (dont la validité scientifique a depuis longtemps été réfutée) mais comme une situation sociale précise (celle des personnes stigmatisées à cause de leur couleur de peau) peut avoir une utilité certaine pour rendre compte d’expériences particulières :

« Montrer que la « race » est une catégorie imaginaire plutôt qu’un produit de la nature ne signifie pas qu’elle serait une pure mystification. (…) Elle est une catégorie valide d’analyse sociale, à l’instar d’autres catégories sociales comme la « nation » ou le « genre », notions tout aussi imaginaires, comme le souligne l’historien Thomas Holt, au sens où elles sont historiquement et politiquement construites et sous-tendues par des relations de pouvoir qui ont changé dans le temps. Les « races » n’existent pas en elles-mêmes, mais en tant que catégories imaginaires historiquement construites ». [Hortefeux face au militant UMP Amine Benalia-Brouch), et comme je ne tiens absolument pas à renoncer à mon amour pour le Berkoukes, je vois bien qu’un positionnement socio-culturel se contentant de se fonder sur des constats scientifiques sans tenir compte des réalités sociales structurant fortement les imaginaires, risque fort d’avoir les effets inverses de ceux que je recherchais initialement.

2. Prendre acte ?
Je suis en effet obligé de tenir compte de certaines réalités : l’histoire des mu’tazilites n’intéresse que très peu de monde et je risque fort d’être à côté de la plaque si je me lance dans une dissertation sur la prédestination et le libre arbitre lorsque derrière telle interrogation sur mes pratiques religieuses, se cache en fait une volonté de savoir quel genre d’arabe je suis…
Or, même si je reste très critique envers la pertinence de la notion d’arabité dans de nombreux énoncés, je ne peux y renoncer pour désigner précisément certaines expériences sociales que je partage avec un certain nombre d’individus partageant avec moi certaines caractéristiques. Comme je ne tiens pas de sitôt à changer mes dispositions vis-à-vis de la culture dite arabe, je ne renoncerai pas à me considérer comme tel ne serait-ce que pour bien signifier par là que je ne veux pas appartenir à la communauté nationale telle la voient de nombreux racistes. Ma conception de la nationalité française n’exclut pas une certaine forme d’arabité en tant que réalité sociale ainsi que l’islamité : pour bien signifier que tout en étant français je considère Zakaria Ahmad comme un des meilleurs compositeurs du XX siècle, que Ahmad Shawqi reste pour moi un des plus grands poètes de l’histoire littéraire mondiale et que rien ne m’émeut plus que les textes de Bayram al Tounssi chantés par Um Kalthum – dont la voix surpasse en beauté et en finesse celles de nombreuses cantatrices que préfèrent sûrement Brice Hortefeux et Fadéla Amara – je tiens à dire que je suis un Arabe. Et tant que l’islam sera considéré comme « la religion la plus con » par les écrivains à la mode, je refuserais de discuter sérieusement de métaphysique et je me proclamerai, sans hésitation, « musulman ».

[1]Pap Ndiaye, La condition Noire, Calmann-Levy, p. 33.
[2] Cet imbécile.

kimporte a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
kimporte a dit…

yanis

je crois qu'on fait tous à l'IGE un mauvais procès

quel mal y a-t-il que l'IGE soit un instrument du pouvoir vu que le pouvoir c'est l'état et que jusqu'à la preuve du contraire le président actuel a été démocratiquement élu

faut-il se plaindre des enquêtes de l'IGE même si elles sont politiquement ciblées?

chacun son avis là dessus

certain préféraient que nul ne soit inquiété car ce serait injuste d'en enfermer certains et pas d'autres; libres à eux de le penser

pour ma part tout ce qui m'intéresse c'est que ceux qui sont débusqués par l'IGE soient véritablement coupables; peu m'importe qu'on laisse certains au frais; c'est toujours un ou deux de moins

l'essentiel est d'avoir des preuves; ensuite si c'est le cas je ne verserai pas une larme sur ceux qui seront jetés en prison mais vu que le vol était un système de gouvernance et dans un souci de "justice" dont se réclament celles et ceux qui préfèrent qu'on enferme tout le monde ou personne; je suis d'avis de faire rembourser aux pillards le prix de leurs forfaits et de les laisser ensuite libres ; s'ils ne peuvent pas rembourser eh bien qu'ils aillent en prison c'est tout

car ce pays a été détruit; des avenirs ravagés; des rêves ruinés; un mauvais exemple mis au sommet piétinant les honnêtes citoyens et créant de véritables drames combien de générations sacrifiées? une c'est déjà trop

on sait très que tous ceux qui actuellement doivent des comptes sont toujours des gens sympathiques; qui ne leur serrerait pas la main? car ce qu'ils ont fait c'était cela être un homme intelligent du temps de taya

et crois bien que tous ces gens ont une armée de gens qui les défendront bec et ongles disant qu'ils sont si généreux et si doux et si respectable et c'est sans doute vrai vu de l'oeil des courtisans ou de l'oeil toujours vierge de la famille; on comprend cela

encore heureux qu'ils l'aient été mais avec l'argent de qui?


à force d'hypocrisie et de peur; chacun de nous se félicite au fond de son coeur de voir tel ou tel tomber car soit nous n'avons jamais profité de leurs largesses soit nous sommes vraiment soucieux de l'intérêt général mais combien de nous peuvent se pointer devant tel ou tel sans le saluer comme il se doit et avoir quelque part pitié

voilà la folie dont nous souffrons car si nous eussions été entiers nous eussions su faire la part des choses depuis longtemps mais quand on voit comment nous avons supporté l'ère de taya même cette transition qui n'a pas laissé un sou dans les caisses; c'est facile de comprendre que nous somme brisés

sinon jamais il n'y aurait eu une telle impunité ; c'est parce que ces gens pensent que le mauritanien est un âne et un peureux et que jamais ils ne seront inquiétés que ce pays en est arrivé là

ce pays est aux mains de Aziz qu'il en fasse ce qu'il peut; l'histoire le jugera aussi mais n'allez pas maintenant lui dire " arrêtez de cibler vos enquêtes et attaquez tout le monde même l'armée"

ceux qui tiennent de tels propos sont soit des enfants soit des pyromanes soit des idéalistes qui parlent loin des réalités or la réalité est celle-ci/ que peut faire Aziz sans sauter lui-même en attaquant tout de front?

la réponse est ce qu'il fait actuellement

il est une formule qui ne date pas d'hier et qui survivra tant que la guerre sera la guerre et que les hommes seront des hommes: "malheurs aux vaincus"

Yanis le R. a dit…

Kimporte,

On ne peut que se poser la question sur l'absence de lettre de mission pour l'IGE depuis sa création dans plusieurs institutions connues.
Il s'agit des directions du ministère des finances (budget, trésor, impôts, douanes etc.), de la BCM, de la Présidence, des finances des campagnes électorales (car c'est aussi de l'argent public), etc.
La transparence dans ce domaine où la suspicion est grande fait partie de la bonne gouvernance, un slogan de la campagne du président élu.
Cette question s'est posée avant l'élection présidentielle du 18 juillet quand l'ancien PM s'est retrouvé derrière les barreaux.
La confrontation politique se confondant avec la chasse aux prédateurs...

kimporte a dit…

mon cher yanis

tu dis : " Je suis allé faire un tour sur le site de l’IGE (www.ige.gov.mr) mais j’ai été déçu : pas un rapport ou note depuis plus d’un an ! "

notre ami a fait 20 ans de traversée du désert; laisse-lui le temps de mettre de l'ordre dans ses papiers avant de se plonger dans le parfait manuel du blogger lol

tu dis/ " Sidi O. Ahmed Deya a voulu dernièrement nous dire, dans un droit de réponse, que l’IGE était indépendante du pouvoir… "

ne sois pas cruel; que veux-tu qu'il nous dise/ tu l'as dit toi-même dans ces ténèbres des loussous il suffit d'enquêter au hasard ; vous êtes sûr de tomber sur un maître loeuss dans n'importe direction

mais la déontologie veut qu'on commence par les ennemis de l'employeur et non par ses soutiens

s'il arrive à nous vider un peu et même de moitié le verre des RV; ce serait déjà pas mal car on pourrait alors le voir à moitié vide ou plein pour l'instant on leur reproche de commencer à vider le verre que nous buvons depuis trente ans jusqu'à la lie!

pour le reste; tu as raison; mais tu es trop en avance sur ce que nous vivons ici;; il ne faut pas je crois tuer le changement dans l'oeuf sous prétexte qu'il est fécondé in-vitro et non sans la main de l'homme...

pourvu qu'il naisse; même boiteux ; pourvu juste qu'il soit! afin qu'enfin on se dise que c'est possible au moins de le faire naître ce changement quand à ce jour de changement qu'avons-nous eu avant aziz?

des grossesses nerveuses c tout

pourvu que ce changement que aziz nous promet in-vitro soit var; mouch ou un sba! mais tout sauf une grossesse nerveuse

l'oeuf vient à peine d'éclore; la chose semble hamdoullilah bien vivante; qu'est-ce? un var; mchéche ou un petit sba?

qu'importe ! l'essentiel est qu'il soit c'est mieux que rien et au moins je le redis; un changement est né

depuis quand chacun rêve d'avoir le soulagement de voir des têtes tomber enfin?

éwa nous y sommes; aziz joue gros ; c'est sa vie qu'il joue et n'oublions pas que s'il tombe demain ; ils le dévoreront tous sans pitié

bonne nuit

lewonni a dit…

à lire sur taqadoumy un article bidon; " comment réussir un putsch avec l'aide de la France "

c'est toujours la même litanie; à les entendre on dirait que c'est la france qui a forcé sidioca a limoger d'un trait les têtes de l'armée tout en sachant sur quel fondement tenait l'élection de sidi

c'est la france qui a ensuite dit à Aziz de faire le coup

c'est la france qui a dit au chef de l'opposition historique RFD de prendre acte

c'est la france qui fusil à la tempe a obligé les opposants à participer à cette élection en enterrant sidi

c'est la france encore qui est à l'origine des 100000 personnes au meeting d'aziz à nouakchott en plein ex capitale de l'opposition

c'est la france qui téléguide aussi AOD pour qu'il renonce à prendre acte et revire faisant fuir ce qu'il lui reste de partisans

tout cela c'est france! si la classe politique est nulle c'est la france! la preuve tout le front est autour de l UPR avec messoud qui revient pour se féliciter des élections et qui ne prononce pas même le nom de sidioca

ce genre de tartine c'est toujours la même salive aigrie de nos intellos du tiers monde qui quand ils n'ont pas le ventre ballonné ; ils ont la mauvaise foi qui compense



en attendant que ce commentaire sorte sur taqadoumy le voici

" issa bâ courageux mais pas téméraire
voilà un article fleuve où tous les noms importants sont lâchés avec courage sauf un ; issa ba préfère toute une phrase à un nom quil n'ose pas prononcer une seule fois dans une affaire où le moins qu'on puisse dire c'est que bouamatou n'est pas rien

" Vicat a acheté des parts d’une cimenterie
à un cousin du général putschiste. "

pourquoi tu n'oses pas dire bouamatou? pas un fois

tout simplement car vous savez que seul bouamatou peut avoir la volonté de vous coller un procès en diffamation et vous poursuivre partout par d'autres moyens

le diable est dans les détails; le courage aussi "

lewonni a dit…

c'est vraiment insupportable! c'est toujours la faute des autres

tout ce que la france a fait c'est qu'elle a compris que le pouvoir en place peut s'en passer et que le temps du pré-carré est terminé d'autres puissances sont là pour soutenir et les remplacer

la france! la france! elle a fait elle fait!

la france est la dernière a soutenir Aziz; l'espagne et l'allemagne ont été depuis le début et bien avant les élections toujours d'un avis plus clément car ils savent ce qui se passe

300 observateurs; les mêmes que ceux présents pour l'élection de sidi; des représentants des partis partout; un ministre de l'intérieur de l'opposition qui reconnaît qu'il n'y a aucune preuve contre l'évidence aziz a gagné; le chef de la ceni qui tout juste "doute" et d'un doute tout partisan car il ne peut désavouer l'avis de son parti en campagne de diffamation!

le silence de la rue; puis un gouvernement sans le retour des RV que le premier président démocratiquement élu a lui réussi à faire revenir pendant son mandat

le RFD a eu le score qu'il méritait suite aux virages et aux dérives du parti qui a perdu petit ses forces vives

Messoud qui améliore son score après avoir lutté clairement dès le début

qu'y a-t-il de mystérieux dans cette douche froide que les polticards ont reçu

il n'y a rien! le front était dès le départ mal parti sans le RFD et en plus le front a accueilli dans ses rangs les symboles de la gabegie; pendant les 15 mois de lère démocratique aucune marche de l'opposition ne fut autorisée

arrêtez de nous racontez des sornettes; dîtes que dans ce pays quand on est au pouvoir on ne perd pas les élections qu'on organise car on a les moyens de l'état cad qu'on peut faire une campagne plus solide ; dîtes tout mais dire que c'est truqué c'est un peu fort

dîtes que la france a pris le parti d'aziz après le coup; après le RFD; après la faible mobilisation du front; après l'espagne ; après l'allemagne ; après la majorité silence de ce pays

ok; dîtes que la france ensuite a tout fait pour éviter de se fâcher avec un candidat qui tient l'armée qui eût pu exploser après les décrets de sidi et nous plonger dans la guinée ; oui dîtes-le

dîtes que la france a fini par saisir que Aziz n'a pas démérité en quittant l'armée ; en reculant les élections et laissant une totale liberté d'expression dans la presse sans précédent en temps de crise ect ect et qu'il fut prêt à jouer le jeu démocratique

ok dîtes tout cela mais dire la france a permis de réussir un putsch c'est faux! et si c'est vrai c'est bien après toute notre classe politique! après la volonté populaire !

est-ce alors un crime de la france? non ce n'est pour une fois que sens de la raison et de ses intérêts comme toute puissance qui sait que les temps ont changé

que voulez-vous le front pour dire à la france merci? obliger le RFD a ne pas prendre acte; obliger le front a fuir toute négociation et prendre ses responsabilité jusqu'au sang? interdire à l'opposition de participer et de reconnaître leur incapacité à prouver une fraude quelconque du moins pas suffisamment conséquence pour berner 300 observateurs et même ceux des partis d'oppositions concernés

tout cela n'est pas sérieux; ce n'est pas toujours en accusant les autres de nos propres défaillances qu'on peut regarder son miroir comme doivent le faire ceux qui savent avoir honte d'eux-même quand il faut et reconnaître leurs insuffisances

là encore c'est culturel; reconnaître ses erreurs chez nous et un aveu de faiblesse; c'est impossible la politique de l'autruche en l'occurrence est mieux adaptée pour nous; ne soyez pas surpris alors de recevoir un coup de pied par derrière car vous vous refusez le courage de le voir venir

salut

lewonni a dit…

lu sur kassataya sous l'article " comment peut-on être arabe"

abc a dit : " Pseudo analyse faite par un acculturé qui ne demanderait pas mieux que de renier son arabité et son islamité qu’il percevrait comme autant de marquages indélébiles au fer rouge voire de signes indiens à lui imposés par une société française dans laquelle il voudrait bien se fondre au prix de force reniements , éventuellement.
Mais paradoxalement ce monsieur s’accroche malgré tout à son arabité et son islamité non pas par conviction, foi voire fierté mais tout banalement par puérile bravade comme d’autres feraient un « bras d’honneur » grossier suite à une offense.
Sans plus."

leserieux a dit…

Bonsoir les amis

Je viens de lire l'article dans Cridem sur le scandale à la Somelec..
La société Turc a bien compris comment fonctionne les Mauritaniens pendant que les Nouakchottois durant l'été et le ramadan sont plongés dans les ténèbres de l'obscurité, les groupes électrogènes prennent les bateaux direction le Libéria
..tout ça faute de la cupidité des gestionnaires mauritaniens ...
Les Turcs, Tunisiens, Marocains et bien d'autres nous pissent dessus.....et c'est entièrement de notre fautes....

kimporte a dit…

allez voir la photo sur cridem des horreurs dans la zone où AOD accuse le pouvoir de taya d'avoir enfui des déchets radioactifs israéliens

on supplie Aziz qui a osé demander à l'état hébreu de bien vouloir quitter le territoire de faire la lumière sur cette affaire et de prendre les mesures nécessaires pour nous débarrasser de ce poison éternel; de délimiter la zone; prévenir les populations

s'il ne peut pas parce trop de gens sont impliqués alors on laisse aziz avec Dieu

Au-delà de cette affaire qui est nationale comment tous les gens originaires de cette région pouvez-vous laisser faire et ne pas prendre vos responsabilités et exigez du pouvoir actuel la lumière sur cette affaire?

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Scandale à la SOMELEC : Où sont passés les groupes électrogènes?

Après les coupures intempestives des derniers mois, la SOMELEC est en passe de vivre un scandale lié, cette fois-ci, à la vente de sa ferraille. En effet, selon des sources proches de la Direction Générale, une bagatelle de 400 millions d’ouguiyas auraient été détournée sur un contrat fictif avec une société turque.

C’est d’ailleurs dans ce cadre que le directeur général actuel a distribué des demandes d’explications à ses principaux directeurs, au moment même où l’Inspection générale de l’Etat (IGE) commence à fouiner dans cette affaire qui n’est qu’à ses premiers rebondissements.

Genèse de l’affaire.

Tout a commencé lorsqu’en 2008, l’ancien directeur général de la SOMELEC, M. Mohamed Saleck Ould Heyine avait lancé un appel d’offres international pour vendre une grande quantité de ferraille dont dispose la société sur trois sites : la Centrale Chinoise (siège de la Direction Technique), la Centrale de Nouadhibou et celle de Rosso.



L’appel d’offres, fait dans les règles, avait été gagné par une société turque pour la valeur de 69 millions d’ouguiyas. Jusqu’ici tout va bien parce que les enlèvements de ferraille se sont déroulés dans les règles, selon des sources proches de la Direction de la Société. Seulement les choses ont commencé à se gâter à partir du 25 septembre 2008 lorsque Mohamed Saleck Ould Heyine a été remplacé.

Le 18 juillet 2008, une année après le départ de Heyine, un autre contrat, sinon le même, avec la même société turque a vu le jour on ne sait pas comment et les enlèvements ont repris de plus belle, à un rythme plus acharné. A la différence que cette fois-ci, la Centrale du Ksar a été ajoutée au lot des sites ciblés dans le premier contrat. Ainsi, les enlèvements se poursuivront jusqu’au 15 octobre 2009, date à laquelle l’alerte a été donnée par Athié Abdel Wehab, Directeur Technique, nouvellement nommé à la place de Sidi M’Bareck Ould Bih Izid.

Le nouveau Directeur Technique qui a trouvé dans l’enceinte de l’usine Chinoise deux camions chargés de ferraille avec un camion grille, va donner l’ordre au gardien de ne pas les laisser sortir en attendant d’y voir clair. Mais le gardien aurait outrepassé les ordres de son chef en laissant sortir le camion grille dans la nuit, ce qui lui vaudra un licenciement immédiat.

maatala a dit…

Réaction tardive du Directeur Général

Cette affaire va contribuer à faire réagir le Directeur Général qui n’a pourtant pris service que le 20 août 2009. L’inspection interne, effectuée sur place, a très vite décelé que 6 groupes d’une capacité, chacun, de 1, 5 Mega Watt ont été chargés avec la ferraille. Or, parmi ces groupes, 3 figurent dans la passation de service entre l’ancien et l’actuel Directeur Général de la société. Coïncidence ou oubli ?

Selon des techniciens de la société, ces groupes avaient de légers problèmes et étaient réparables sur place parce que leurs pièces de rechange se trouvent dans les magasins de la Somelec. De même, soulignent ces techniciens, il n’existe aucun type de ce groupe dans l’une de nos régions.

Devant cette situation, l’actuel Directeur Général de la SOMELEC décide alors de réagir en envoyant une mise en demeure à la Société turque, lui demandant de ramener les groupes dans les 72 heures. Il a par la suite envoyé des demandes d’explication à ses principaux directeurs concernés par l’affaire.

Une affaire à suivre …

Voilà un peu où se situe l’affaire actuellement. Il reste maintenant à savoir où s’arrêtera l’enquête, surtout qu’elle intervient dans un contexte de lutte sans merci contre la gabegie. Il faut signaler que le turc, représentant la société en question à Nouakchott, est consul honoraire du Liberia dans notre pays et que son avocat est un proche conseiller du Président de la République. Quant à l’intermédiaire dans cette affaire, il se serait lié à d’autres personnalités.

Ce scandale encore à ses début fera-t-il tomber des têtes ou uniquement des … poteaux ? Quoi qu’il en soit, pour vous faire une idée du montant de la transaction liée à ces groupes, prenez vos calculatrices : Un groupe peut peser 80 tonnes dont un générateur de 30 tonnes. Pour acheter le kilo de ferraille de ce dernier, parce qu’il y a de l’argent, il faut débourser au minimum 2 200 ouguiyas par kilogramme. Pour le reste de la ferraille, le kilo vaut 90 ouguiyas.

Mohamed Feily dit Antar


Nouakchott Info

maatala

Sanhaji a dit…

Lewonni,

ce que tu dis là est plein de contre vérités.

L'Espagne peut avoir soutenu le putsch pour protéger des intérêts directs (dévastation des ressources halieutiques) qu'elle a en Mauritanie, ce qui n'est pas le cas de l'Allemagne.

Si l'Allemagne a été plus clémente avec le putsch c'est sur demande de son allié et son plus grand partenaire, la France qui a que tu le veilles ou non fait le putsch en Mauritanie, tout comme tous les autres putschs qui l'ont précédé à partir de 1958 passant par 1978, 1981, 1984, 1986, 1987, 1989, 1991, 2003 et 2005.

Elle le nie à peine, et la Françafrique et son réseau est l'instigatrice de tous les putsch en Afrique.

La France a la responsabilité directe de tous les déboires africains.

La France a cessé de coloniser l'Afrique physiquement mais elle l'a continué par le biais des armées, des réseaux de renseignement bien implantés et pas les réseau de la gabégie.

Nous ne détestons pas la France, mais la Françafrique.
Et si la France veut continuer à maintenir ses pies en Afrique, il faut que la Mafia françafricaine cesse, sinon d'autres puissance tels la Chine, les USA vont la bouter dehors.

lewonni a dit…

ya khouya

il n'y a aucune contre-vérité ! tu parles du passé; je suis d'accord avec toi; moi je parle de l'implication de la france en amont et en aval pour faire réussir le putsch: là je te dis non! même si sidioca n'a jamais été leur préféré et qu'ils ne sont pas fâchés de voir quelqu'un qui ne tenait pas l'appareil sécuritaire partir d'autant qu'il était à leur yeux un peu surprenant dans sa façon de libérer les uns et autoriser les autres à partizer

relis ; la france est venu après tout le monde pour sauver ses meubles !

la françafrique! elle ne tient encore que parce que les africains tiennent des dossiers compromettant sur la france et surtout parce la classe politique est ce qu'elle est; mais cela ne va pas durer éternellement; la françafrique d'hier tenait les africains; la françafric d'aujourdh'ui tient la france

dis les réseaux de la françafric ont soutenu; je te dis oui! dis la france ! je te dis non! la mauritanie pour sarko c'est juste une demi heure de discussion avec ses conseillers; ça ne l'empêche pas de dormir ni de rêver en bonne compagnie

sacré veinard

lewonni a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
lewonni a dit…

ps soit dit en passant mon cher sanhaji tu as une piètre considération pour l'allemagne si tu crois qu'elle n'est qu'une puissance mineure qui prend ses ordres à paris

détrompe-toi l'ami; dans cette affaire l'allemagne et l'espagne ont fait preuve de beaucoup de lucidité et de courage politique; ils ont refusé d'aboyer avec la langue de bois qui était de toute façon appelée à se démasquer

quant au poisson et autres; bof! tu sais au moins il y a une contrepartie quelque part ; tandis que nos RV eux pillent et ne font ni ne laissent rien

combien de licences de pêche sont en vadrouille depuis taya qui les distribuait comme on donne une pièce à des mendiants

combien? et ces licences ont servi à qui? à faire des rentes colossales de père en fils à qui?

ne soyons pas jaloux; mais enfin, ça commence à bien faire

pour finir je tiens à avoir un pensée à cet homme qui; paraît-il a versé des larmes dans l'avion de taya et qui est aujourd'hui assis avec son tombeur

c'est cela la quintessence de l'héritage de la tayie: le roi n'est plus! vive le roi!

ajib!

Sanhaji a dit…

lewonni,

je sais parfaitement que l'Allemagne ne reçoit des ordres de quiconque. Mais la Mauritanie aux yeux de l'Allemagne n'a pas cette importance pour que celle là développe une politique autre que celle convenue avec la France bien plus présente et influente ici.

Quand au contrat tu peux en dire ce que tu veux, mais il n'est pas intéressant pour la Mauritanie quitte à laisser la ressource tranquille pour les générations futures.

Ce contrat a complètement ruiné le secteur et ne profite qu'à certains gabégistes dont les noms sont connus. Quand à la contrepartie elle vient en effet combler le déficit budgétaire, mais comparé au chiffre d'affaire gigantesque que les Espagnols avec notre poissons ce n'est qu'une miette.

lewonni a dit…

extrait Réponse de M. Alain Peyrefitte
au discours de M. Jean François Deniau

DISCOURS PRONONCÉ DANS LA SÉANCE PUBLIQUE
le jeudi 10 décembre 1992

PARIS PALAIS DE L’INSTITUT

''
...Vice-roi

De retour à Paris, vous demeurez six mois sans poste ni traitement. « Européen » ? L’administration française vous punit. Maurice Couve de Murville vous convoque enfin. Il dispose de deux ambassades qui n’ont pas de candidat, le Tchad et la Mauritanie. Vous choisissez la Mauritanie.

Ambassadeur à trente-cinq ans, alors que vos camarades de promotion qui avaient préféré le Quai ne le seront que dix ans plus tard : votre pari de 1952, à la sortie de l’ENA, était donc justifié.

Dans cette période de transition entre colonie et indépendance, vous avez été en somme gouverneur – une sorte de vice-roi. « Ce métier, m’avez-vous confié un jour, j’ai été élevé dedans. Mon frère et moi formés dans le culte de l’Empire... »

À Nouakchott, vous résidez avec quelques Français, au milieu d’une population qui habite sous la tente. Vous vivez revêtu de vastes voiles bleus, comme Lawrence d’Arabie. C’est un monde du désert, violent et subtil. Il faut savoir, quand on entre dans une tente, les parentés de ceux qui sont là, pour trouver, sans erreur, à quel interlocuteur s’adresser. Mais que diable alliez-vous faire sous ces tentes ? Ne suffisait-il pas de rester à l’ambassade ? Vous ne voulez pas vous contenter d’observer et de rendre compte. La Mauritanie sombrerait ; ses voisins ne songent qu’à la dépecer. Si, au contraire, vous agissez, vous savez que les voisins n’y toucheront pas.

Vous êtes chef civil et militaire, mais aussi pilote d’avion et d’hélicoptère. Vous faites vous-même des évacuations sanitaires. Vous transportez des ministres sur le terrain, où ils sont censés venir arbitrer un conflit tribal. D’ailleurs, il arrive que vos passagers s’en remettent à vous pour l’arbitrage, préférant rester dans la carlingue. N’étiez-vous pas, vous, l’Occidental, le seul qui fût vraiment neutre ?

Et quelle joie pour vous, quand, en décembre 1965, à la nouvelle que de Gaulle est en ballottage, des foules de Maures viennent s’amasser devant l’ambassade. De Gaulle a besoin d’eux ; ils répondent « présents ». Ils veulent voter ! "

lewonni a dit…

par Sid'Ahmed Ould Beylilatou
Nouadhibou

papier intéressant sauf que là encore c'est toujours les autres; pas un mot de cette armada de licences distribuées par le crime du prince que les fils du pays louent à des léviathian en acier qui ont vidé la mer et pendant ce temps le proprio de lesdites licences ne font rien que de vivre de père en fils de cette aumône du prince qui rapporte des milliards

Aziz devrait déjà faire le point de ces droits de pillage comme il a fait avec les voitures sg

extrait

" A titre d'exemple, la pêcherie du poulpe a connu une surexploitation dangereuse dont les premiers signes ont été observés dès le début des années 90. Aujourd'hui, cette pêche est quasiment menacée d'extinction économique.

Etant donné son poids immense dans la pêche mauritanienne, la dégradation de ce stock a des répercussions économiques et sociales considérables. Si des mesures vigoureuses ne sont pas prises, cela risque de conduire à la dissipation des fruits de plusieurs décennies de développement basé sur le poulpe, mais aussi sur les autres générations de nos fruits de mer.

Cette surexploitation a été multipliée par deux depuis bientôt cinq ans.

Les géants, battant pavillons européens et dotés d'une technologie sophistiquée dont des super atlantiques qui, par capture atteignent les trois mille tonnes par jour, ont conduit Greenpeace de signaler que les conséquences de cette pêche peut avoir sur l'environnement.

Ces bateaux européens exploitent et surexploitent nos ressources contre une modeste subvention de 265 millions d'Ecus, versée au Trésor Public. Juste de quoi faire souffrir les générations futures du pays.

L'accord de pêche UE-RIM.

Entré en vigueur depuis 1996 pour une durée de cinq ans, renouvelable, l'accord de pêche entre Union Européenne et la Mauritanie reste incomparable à celui qui lie le Maroc voisin à l'Union Européenne. Cet accord ne cesse d’être décrié par la Fédération Nationale des Pêches (FNP) qui soutenait dans l’une de ces correspondance au ministère des pêches et de l’économie maritime : "Il y a lieu d'être très prudent avant d'allouer durablement des possibilités de pêches pour des navires étrangers à travers l'accord avec l'Union Européenne."

La FNP précise que l'armement national, qui avait atteint 245 unités, ne compte plus que moins 125 navires opérationnels aujourd’hui. Même situation pour la pêche artisanale qui disposait de 3300 embarcations, dont 1800 seulement sont aujourd'hui en activité.

Une conjoncture provoquée par les effets de l'accord de pêche liant notre pays à l'U.E.

Par ailleurs, la Fédération des Pêches, a signalé que les exportations nationales du poisson de fond, à travers la SMCP, sont passé de 172,5 millions de dollars en 1995 à moins de 90 millions de dollars en ce moment, soit une chute de 50%. La FNP avertit que les négociations en cours avec l'Union Européenne représentent la dernière chance à saisir pour sauver ce qui peut encore l'être d'un secteur clé pour l'économie nationale.

Pendant que les négociations se poursuivent à Bruxelles, l’UE semble être contrainte à accepter les propositions mauritaniennes en augmentant le montant de l’accord. Car,les autres pays de la sous-région ne voudraient plus des Européens...

lewonni a dit…

...Les cris d'une fédération.

La Fédération Nationale des Pêches (FNP) avait rendu publique une note sur cette affaire dans laquelle elle présente ses doléances. Parmi lesquelles:

Réserver une zone exclusive de Pêche à l'armement national d'au moins 6 milles de largeur, au-delà de laquelle la pêche autorisée par l'accord pourrait s'exercer c'est un avantage minimum à accorder aux nationaux et aux investisseurs étrangers, qui ont accepté de s'installer en Mauritanie. Cette clause est courante dans les accords de pêche entre l'UR et les pays de la sous-région.

Il y a lieu de réserver exclusivement la pêche des céphalopodes à l'armement national comme c'était le cas de 1987 à 1996 et fermer définitivement cette brèche, qui a été ouverte par l'accord actuel et qui s'est avérée désastreuse pour le niveau des stocks et des rendements

Spécifier la capacité de pêche allouée par la puissance en plus du tonnage de jauge brute qui doit être exclusivement conforme à la convention de Londres (maximum 3000 TGB).Interdire l'introduction dans nos eaux des navires qui détruisent notre écosystème par la puissance excessive des engins utilisés et c'est malheureusement le cas des navires pélagiques dans l'accord actuel qui sont décriés par la communauté scientifique et professionnelle

Etablir des fiches techniques claires précisant la capacité, le nombre des navires et les redevances. Pour ce qui est des zones de pêche et des arrêts biologiques, il faudrait se limiter à mentionner qu'ils seront définis conformément à la réglementation mauritanienne.

En effet, le nouveau code des pêches loi 2000-25 prévoit des plans d'aménagement qui peuvent être annuels ou pluriannuels, avec la possibilité d'ajuster les zones et les quotas au besoin. Si nous fixons d'avance ces éléments dans les fiches de l'accord nous aurons délibérément mis en échec ont tout l'effort de mesure de précaution et de pêche responsable énoncés par le gouvernement dans sa lettre de politique de juin 1998.

Obtenir un engagement ferme de l'UE pour interdire leurs ports aux navires pirates généralement utilisant des pavillons de complaisance qui sont identifiés parmi les plus grands destructeurs de notre ressource. A défaut de faire accepter ces différents points à nos partenaires européens, il serait impératif de se donner un délai de six mois pour mener à bien une évaluation et une réflexion plus approfondies sur la meilleure manière de préserver la ressource et de sauvegarder les intérêts de la Mauritanie dans le nouvel accord.

Il est à signaler que l'opinion européenne est très souvent et compréhensive pour la position de la Mauritanie et que la commission vient de publier un livre vert qui encourage le partenariat et la prise en compte des intérêts de développement des communautés locales.

Pour ce qui est des accords avec les pays tiers, l'Afrique du Sud et la Namibie ont refusé tout nouvel accord, avec le Maroc les négociations sont en stand by, le Sénégal vient de se donner un délai de six mois pour mieux finaliser la négociation. Apparemment, les promoteurs nationaux du secteur , ne souhaitent pas la reconduction du contrat (UE/RIM) pour l'instant, mais sa prolongation jusqu'au décembre prochain ,pour permettre une meilleure étude du dossier, respectant ainsi l'option politique du gouvernement...

lewonni a dit…

...Pêche artisanale.

La pêche artisanale qui a connu son essor ces dernières années, même si elle assure un débauché à plus de 50 % de la population de Nouadhibou et une bonne frange de la population de Nouakchott,Voit actuellement sa simple survie menacée. A Nouadhibou seulement cette pêche disposé de 3300 embarcations dont seulement 1800 en activité.

Déception et découragement des artisans pêcheurs, qui ne cessent de crier aux scandales pour causes de pertes humaines, de filets, bref de toutes leurs séries occasionnées par des navires industriels sans scrupule, traînant, raclant, tout ce qui apporte leurs filets. La FNP section artisanale continue de dénoncer toutes ces pratiques, et demande qu'une zone spécifique et interdite aux industriels leur soit limitée.

Protéger la pêche artisanale et retirer les chalutiers.

La pêche artisanale au poulpe est le modèle de pêche qui comparativement, a le plus d'avantages pour une exploitation des céphalopodes et de mersaux côtiers.
-Biologiquement durable (utilisation d'engins sélectifs, etc), financièrement et socialement rentable (apport de devises et création d'emplois).

Les statistiques d'exportation montrent que, depuis le retour massif des céphalopodiers étrangers à partir des années 93-94, les recettes d'exportation ont baissé de près de 100 millions de dollars /an, alors que la somme versée au titre des licences de pêche n'est qu'environ 55 millions de dollars (y compris la compensation financière de l'accord de pêche avec l'UE).

Sur le plan social, les 501 céphalopodes européens n'emploient que 200 mauritaniens, ce qui est sans commune mesure avec les 23000 emplois créés par la pêche artisanale. On peut donc en tirer comme conclusion que la présence des céphalopédiers européens dans les eaux mauritaniennes est incompatible avec les engagements de l'UE en matière de pêche responsable, et de lutte contre la pauvreté.

-Le stock principal visé, le poulpe, est dans un état de dégradation avéré ;
-la présence des chalutiers de l'UE provoque la faillite du secteur artisan mauritanien, accroît le chômage et la pauvreté, entraîne des pertes en devises d'exportation que les versements de l'UE ne pourront pas compenser, et, ainsi, compromet, le développement de ce pays qui fait partie du groupe des pays les plus lourdement endettés.

La stratégie.

Le prochain gouvernement sous la direction de Mohamed Ould Abdel Aziz, doit œuvrer pour une nouvelle stratégie qui mettra fin aux déboires de ce secteur à ressources renouvelables, qui assure plus de la moitié des recettes d'exportation, le tiers des recettes budgétaires, 6 à 10% du PIB et 36% des emplois du secteur moderne.

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taqadoumy

"L’étranger devant le juge en Mauritanie : Abrégé d’une prédation sans bruit
14-11-2009


Pierre Maes est un homme d’affaire français, directeur d’une petite société de fabrication des peintures appelée La Girafe ; son entreprise alimentait, en matières premières, l’usine de la Société Mauritanienne pour le Commerce et l’Industrie (SMCI), propriété de Ahmed Ould Mogueya.

Suite aux difficultés de paiement par la SMCI, le pauvre fournisseur français avait accepté de continuer à l’alimenter, dans l’espoir d’un retour de fortune et le règlement des créances cumulées.

En avril 1999, le montant global des dettes de la SMCI envers la Girafe s’élevait à 2.122.000 FF (324.000 euros) ; Ahmed O Mogueya signera la lettre de reconnaissance (cliquer sur l'image et l'agrandir). Il promettait de régler la somme dans les meilleurs délais et au plus tard en août de la même année.

Depuis, Pierre Maes, en vain, n’a pas arrêté de relancer Ould Mogueya par téléphone, télécopie et mise en demeure. Lors de ses multiples séjours en Mauritanie Ould Mogueya trouvait toujours le moyen de s’en débarrasser sans lui payer un sous ; un jour, il lui présente son propre avocat Me Aly Ould Mohamed Salem, actuel conseiller à la Présidence de la République, lui faisant accroire qu’il s’agit d’un notaire ; devant le complice, Ould Mogueya s’engage, une nouvelle fois, à défrayer Maes, dans les meilleurs délais.

En juillet 2009, Pierre Maes, manifestement peu informé de la crise de vocation et d’éthique de l’appareil judiciaire en Mauritanie, décide enfin de porter l’affaire devant nos magistrats et quelle imprudence, alors ! Il ouvre le dossier auprès du Tribunal de Commerce et présente toutes ses factures impayées, relances et instances multiples, en plus de la reconnaissance de dette signée par Ould Mogueya.

Après quatre mois d’attente, Zekerya Thiam, Président du Tribunal de Commerce vient de rejeter la demande de Pierre Maes.

Mr. Maes n’est pas la première victime de l’alliance entre les capitaines d’industrie locaux et les tribunaux vénaux de la même contrée. L’on se rappelle l’homme d’affaire omanais victime de trois escrocs mauritaniens, aujourd’hui libres après avoir été blanchis grâce à l’entregent d’un juge véreux ; nul n’a encore oublié l’armateur coréen à Nouakchott ; au bord de la folie, il campait devant le siège du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), "légalement" dépouillé de ses biens par son associé du cru. Il importe de méditer l’embobinèrent, jusqu’à la trame, du tisserand indien, en 2007 ; et que dire du saoudien délesté de 1.5 million USD au profit d’une intrigante de chez nous, évidemment innocentée avec la bénédiction de nos honorables édiles !

maatala a dit…

Tous ces pigeons sont des étrangers qui n’ont pas de tribu. Nos "entre-preneurs" les emmènent dans cette caverne d’Ali Baba, les détroussent prestement et utilisent des faire-valoir, comme Zekerya Thiam, pour légitimer l’arnaque. L’institution judiciaire de notre pays repose, au dessus des normes écrites, sur le postulat de la Assabiyah, compliqué d’une corruption endogène à l’ensemble de la société, le tout sur fond de religiosité à géométrie variable. Ici, le non mauritanien a tort, le non mauritanien pas musulman a doublement, absolument tort. Certains vous démontreront, sur le ton de la confidence de conspirateur, avec des airs de docte sottise, à quel point le "bien du mécréant est licite". Dans ce monde faux et pouilleux - vous le remarquerez, d’ailleurs assez vite - l’on murmure, mine de rien, un peu selon un réflexe de survie, legs génétique de la résignation des aïeux ; en conséquence, vous décèlerez, dans le propos doucereux, la dose universelle d’hypocrisie qui va à l’avenant. Risquez-vous à davantage de proximité pour mieux entendre la parole d’or et le souffle fétide de la cupidité vous précipitera dans une piteuse retraite.

A l’orée du Palais de justice de Nouakchott, munissez-vous d’un bouclier d’airain, d’un sac de préservatifs double épaisseur, de désinfectant au litre, d’un Coran manuscrit avec du safran et, surtout, dites adieu à votre famille ; c’est un coupe-gorge où seuls les mauritaniens intrépides et suffisamment retors s’aventurent à mains nues. Encore, n’en reviennent-ils pas toujours indemnes ni la tête à l’endroit. Même la prison civile de la capitale est en train de déménager tant ce voisinage dangereux inspire l’effroi aux détenus violeurs infanticides. Il n’est point un hasard qu’en face veille, l’Etat-major de l’Armée, des centaines d’hommes arme au poing.

Les fournées de magistrats déformés à l’Institut Supérieur d’Etudes et de Recherches Islamiques (ISERI) ou faisandés émoulus de l’on ne sait quelle Mahadhra ignorent le rudiment de droit commercial, encore plus la bribe de celui des affaires. Ils se contentent, impunément, d’appliquer la "préférence nationale" là où le reste du genre humain s’accorde à produire un peu d’équité et s’efforce à la pudeur.

Encore une autre facette de la Mauritanie des profondeurs, si chère au Président des pauvres...

maatala

Sanhaji a dit…

De grands hommes d'affaires ont été interrogés hier dans le cadre de la nébuleuse Banque Centrale qui a également suscité l'arrestation de Sid'El Moctar Nagi la semaine dernière.

Les chose commencent donc à être très sérieuses, car si le Surveillant Général Aziz est déterminé comme il l'a dit à disloquer les réseaux de la gabégie, il va servir sans peut être le savoir, notre objectif ultime de bâtir un Etat de Droit où les changements n'interviennent que conformément à la constitution.

Les gabégistes sont de tout temps des fervent supporters de la loi de la force, qu'ils utilisent souvent pour leurs fins illégales et qu'ils respectent toujours de peur de poursuites.

Bebe BA a dit…

les detacteurs du général peuvent commencer à faire le fête, on maintenant qu'il ne fera pas long feu:

La police chargée de la lutte contre les crimes économiques et financiers veut entendre cinq propriétaires de banques nationales

La police chargée de la lutte contre les crimes économiques et financiers aurait demandé, ce dimanche après-midi, à entendre cinq des gestionnaires et propriétaires de certaines banques nationales, au sujet de l'ancien gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie, Sid’El Moctar Ould Nagi, interpellé mercredi dernier.

Les concernés seraient :
- Chriv Ould Abdallahi, président-directeur général de la BAMIS
- Mohamed Ould Bouamatou, président-directeur général de la Générale de Banque de Mauritanie (GBM)
- Isselmou Ould Tajedine, président-directeur général de la Banque de l'Industrie et du Commerce (BCI)
- Ahmed Salem Ould Bouna Moctar, président-directeur général de la Banque de l'Habitat
- Le directeur général de la banque mauritano-libyenne, Chinguitti Bank
- Sidi Mohamed Ould El Hadj Sidi, directeur de la comptabilité à la BCM pendant la période de Sid'El Moctar Ould Nagi
- Abdou ould Maham, homme d'affaires
- Mohamed Ould Oumar, ancien gouverneur adjoint de la BCM

Selon des sources policières, l’affaire porterait sur des transferts opérés de façon illégale à certaines de ces banques, par Ould Nagi alors qu’il était gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie.

Selon des sources dignes de foi, cette affaire qui est à l’origine de l’interpellation de Sid’El Moctar Ould Nagi remonterait à 2000-2001, lorsque des transferts importants avaient été opérés de la BCM pour des personnalités et des entreprises nationales via des banques intermédiaires. En 2004 et après la nomination de Zein Ould Zidane comme gouverneur de la banque centrale, une enquête avait été confiée à l’inspecteur Isselmou Ould Sidi.
La direction de la Banque Nationale de Mauritanie aurait, en son temps, refusé de répondre à l’inspecteur, lequel lui avait fixé une période spécifique, sous menace de retirer l’autorisation de la banque.

Après avoir terminé son enquête, l’inspecteur a remis son rapport au gouverneur de la BCM de l’époque, M. Zein Ould Zeidane, en suggérant deux propositions. La première était de convoquer les particuliers et les entreprises qui ont bénéficié desdits transferts pour exiger le remboursement des fonds, estimés alors à environ 20 milliards d'ouguiyas. La deuxième proposition est que les montants soient déduits des comptes des banques intermédiaires où ont atterri ces sommes. L’enquête a été achevée sans que Zein Ould Zeidane n’agisse pour des raisons considérées alors liées à la gravité du dossier.

En octobre dernier, la BCM a dépêché une mission d'inspection chez ces banques et a renvoyé un rapport selon lequel les montants ont atteint environ 24 milliards d'ouguiya. La Banque centrale a porté plainte contre les auteurs qui sont le gouverneur de la Banque centrale de l’époque et ses collaborateurs, les participants au processus (les banques) et les bénéficiaires qui sont les particuliers et des entreprises auxquels les montants ont été transférés.
Suite à ces plaintes la police chargée de la lutte contre les crimes économiques et financiers avait procédé, mercredi dernier à l’interpellation de l’ancien gouverneur de la BCM, M. Sid’El Moctar Ould Nagi, et a demandé à s’informer auprès d’un certain nombre de banquiers, d’hommes d’affaires et des fonctionnaires de la Banque Centrale de Mauritanie.

Il est à rappeler que la direction de la campagne de l’actuel Président Mohamed Ould Abdel Aziz, avait, au cours de la dernière campagne électorale, soulevé la question de ces transferts et avait appelé à l’ouverture d’une enquête.

Bebe BA a dit…

Arrestation de l’ancien gouverneur adjoint de la BCM Mohamed Ould Oumarou

La police de lutte contre les crimes économiques a arrêté, dimanche à Nouakchott, l’ancien gouverneur adjoint de la BCM Mohamed Ould Oumarou.


Une source bien informée a affirmé à l’ANI que Ould Oumarou est arrêté dans le cadre de l’enquête diligentée par la police des crimes économiques dans le cadre de l’affaire Sid’Elmoctar Ould Nagi, examiné , pour transfert douteux de fonds de la BCM vers des banques primaires durant la période 2001-2002.

Sanhaji a dit…

Un prisonnier du nom de Sidi Mohamed séjournant à la prison de Tidjikja depuis plusieurs mois a été violement battu par l’un des gardes de l’établissement pénitencier pour avoir refusé de lui prêter 3 kg de riz.

Le pauvre prisonnier qui est le magasinier de la prison avait refusé de prêter le riz de peur que le garde ne refuse de le rembourser, ce qui pourrait lui coûter très cher : être accusé de voler la ration des prisonniers, chose qui augmentera certainement la durée de son séjour qui arrive presque à terme après 1 an et demi.

Sidi Mohamed est coffré pour avoir volé un bœuf à N’beyka. L’affaire est d’ailleurs en voie de règlement a la mauritanienne entre le commandant du GR, le procureur et la famille de Sidi Mohamed.

infosource Le Divan,

les Hommes en armes continuent de piétiner toutes les lois sans être inquiétés.

Il faut que la Constitution de la République Islamique de Mauritanie, soit rétablie. Celle-ci prévoit pas la supériorité des militaires qui ne sont que des citoyens normaux avec les mêmes droits et mêmes devoirs.

La liberté de circuler est aussi garantie par la Constitution, hors que ces derniers temps toute personne qui se hasarde après minuit hors de chez elle est systématiquement malmenée par les forces sécurité. Souvent on l'oblige à passer la nuit au poste sécuritaire en lui faisant subir toutes formes de vexations.

maatala a dit…

Salam

Cher Sanhaji

Tu dis:"il va servir sans peut être le savoir, notre objectif ultime de bâtir un Etat de Droit".

-------------------------

Il aura au moins le courage de mettre un coup de pied dans la sacro sainte impunité dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"SOMELEC : Les fraudeurs électrocutés !

Du ménage dans sa boite, la direction générale de la Somelec, vient d’en donner un exemple. Comme pour les autorités supérieures du pays, aucun dépassement ne semble plus être toléré. S’achemine-t-on vers une « justice » dans la facturation ? Tous les usagers l’appellent de leurs vœux.

Il y eut, il y a quelques jours, l’exemple du Ksar. Un releveur relevé pour faute lourde qui s’apparente à des abonnements personnalisés. Dans la réalité, et si la société a toujours eut des problèmes de trésorerie, au point que l’Etat s’engage désormais, comme en témoigne le dernier conseil des ministres sur la question à respecter l’ardoise de cette entreprise,

Auprès des sociétés d’approvisionnement, cet état de fait est indissociable de l’anarchie de gestion et donc de facturation dans cette entreprise. Mais la page semble être tournée avec la rigueur que cherche à imposer, désormais, la nouvelle direction de l’entreprise.



Partie visible de l’iceberg.

La nouvelle direction, sur hautes instructions, ne badinerait plus avec l’héritage de malversations et de dépassements connus dans cette entreprise depuis des lustres. L’entreprise veut des résultats et compte bien les avoir. Hors, la première découverte, après l’affaire du Ksar, montre que bien des abonnés recevaient depuis toujours des factures qu’ils payaient directement à certains employés qui en faisaient ainsi leur fonds de commerce.

«Consommez comme vous voulez, mais vous ne donnerez une ristourne ». Le marché ainsi scellé avait des implications gravissimes sur la bonne marche de l’entreprise mais aussi révélait une injustice sociale criarde. Ces «abonnés » d’un statut particulier n’émargeaient pas au système de facturation de la société elle-même. Ils étaient tout simplement des « clients » des employés de l’entreprise.

Et la nuance est de taille. Pour des millions dus à l’entreprise, certains abonnés mystérieusement irretrouvables sur le fichier des clients Somelec payaient au plus 30000 ouguiyas directement au releveur qui se la coulait ainsi douce et sur le compte de l’entreprise et sur celui des contribuables. Ce système est aujourd’hui mis en avant pour expliquer le déficit chronique de la boite. Et l’on comprend aisément avec le recul pourquoi la nomination au poste (subalterne) de releveur est un véritable Césame. Dans la dernière affaire du centre du Ksar, c’est le Chef qui a été électrocuté le premier.

Jusqu’au bout.

Un exemple qui devrait faire réfléchir les autres responsables car ils sont tout aussi concernés de la gestion des releveurs sous leur joug. Aucune circonstance atténuante ne semble plus être tolérée par la direction qui a en charge, à défaut de sauver l’entreprise, de ralentir sa mise à mort. Pour l’heur, il semble que la direction générale qui a épinglé plusieurs responsables a décidé de mettre fin à l’impunité. Une connexion au même combat que mènent les autorités politiques actuellement contre la prévarication dans les administrations publiques. Un geste à saluer même si l’on reste sûr que ce n’est là que la partie visible de l’iceberg.

Toujours est-il que dans une dynamique de mise en «régularité », la direction de l’entreprise s’est encore adressée aux éventuels «détourneurs d’énergie » pour faire sauter le verrou de cette complicité explicite. De quoi donner à réfléchir en espérant que les pauvres ménages n’aient pas subi les impacts négatifs de ces pratiques de «clientélismes mercantiles » à travers les facturations, parfois, salées que délivrent les centres décentralisées de la Somelec.

JD

Info source : Le Quotidien de Nouakchott

maatala

maatala a dit…

Salam

"Un ex Gouverneur de la BCM sommé de rembourser 95 millions de dollars.

L’enquête semble avancer à grands pas concernant l’affaire Sid El Moctar Ould Nagi, cet ex gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM) entre 1999 et 2003 arrêté il y a quelques jours par la brigade de répression des crimes économiques.

Selon des sources bien informées, Ould Nagi aurait été sommé de payer la bagatelle de 95 millions de dollars, une somme dont les enquêteurs n’ont pas trouvé de traces. Ces importants fonds auraient profité à des banques et des sociétés de la place ainsi qu’à des hommes d’affaires.

C’est dans ce cadre que la brigade pour la répression des crimes économiques a convoqué et entendu ce dimanche soir 3 éléments clés du patronat mauritanien que sont : Mohamed Ould Bouamatou, Chérif Ould Abdallahi et Mohamed Salem Bouna Moktar.



Notons que M.Ould Nagi fût de 2003 à 2005 ambassadeur de la Mauritanie à Paris et avant cela ministre de l’économie et du développement.


maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur taqadouy

"Les aveux de Ould Naji : quand la Mauritanie finançait les rebelles des pays voisins
16-11-2009
Lors de son interrogatoire, l'ancien gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), Sid'El Moktar Ould Naji, actuellement en détention, a refusé de donner une explication sur la disparition de 6 milliards d'ouguiyas - le quart de la somme dont le détournement lui est imputé par les enquêteurs.

Ould Nagi répond ne pouvoir satisfaire l’interrogation qu'après la levée du secret défense. Les enquêteurs en ont référé à la Président et la réponse est revenue, immédiatement : il n'y a aucune censure d'État et l’ex gouverneur de la BCM n’éludera pas l’investigation.

Selon nos sources, Ould Nagi révèle alors que ce montant a été utilisé pour financer des rebellions chez les pays voisin, notamment les casamançais au Sénégal et les Touareg au Mali, dans le but de "tenir" ses deux pays, qui hébergeaient, à l'époque, des réfugiés et activistes negro-mauritaniens victimes de la tentative d'épuration ethnique lancée par Ould Taya, dès 1989.

La résurgence de l’enjeu diplomatique, dans le contexte de l’opération "mains propres" lancée par le Président Mohamed Ould Abdel Aziz, ne facilitera sans doute pas les relations structurellement suspicieuses entre la Mauritanie et ses deux voisins du Sahel.

matala

maatala a dit…

Salam

Lu sur tqadoumy

"Arrestation de O. Naji, 2ème message à Mint Ahmed Tolba
15-11-2009
Toujours prompt à rapporter les moindres faits et gestes de ses cousins, le Général Mohamed Ould Hadi, Directeur général de la sûreté nationale (DGSN) vient d'alerter la Présidence sur une série d'événements impliquant plusieurs hommes d'affaires de l'entourage tribal de l'ancien président Maaouiya Ould Taya.

Selon nos sources, les nostalgiques de la dictature, après avoir échoué à imposer Ahmed Ould Daddah à la Présidence, envisagent de préparer le retour de Ould Taya au pays, dans le but de sa réinsertion politique, à moyen terme, histoire de gêner l'action du Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz, pour l’obliger à composer.

Afin de couper court à toute tentative, le Général, désormais élu, est en train de signifier, à son ancien patron Ould Taya, ce qui l'attend si jamais il s'avisait de remettre les pieds à Nouakchott. Dans ce cadre, sans y être invité, Ould Abdel Aziz, devant certains journalistes, s’engageait à faire poursuivre le dictateur déchu, dès son retour à Nouakchott, au motif, crédible en l’occurrence, de ses crimes financiers et de sang. En témoigne, la plus récente interview de Ould abdel Aziz, diffusée le 29 octobre dernier sur France 24.

Pour les forfaitures politiques, Ould Abdel Aziz n'a pas eu besoin de s'appesantir ; tout le monde a en effet compris qu'il s'agit des atrocités commises contre les négro-mauritaniens, sous Ould Taya. Sur le volet financier, Ould Abdel Aziz a voulu être plus clair.

Toutes les personnes arrêtées ou limogées, pour détournement de fond public, ont un point commun : les faits qui leurs sont reprochés se sont déroulés depuis que Ould Abdel Aziz est aux affaires. Un seul fait exception, Sid'El Moktar Ould Naji. Ce dernier n'a joué aucun rôle majeur depuis la chute de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi, ni durant son mandat. Alors, pourquoi maintenant ?

Taqadoumy a recoupé les différentes déclarations, à la fois des proches du pouvoir et des anciens collègues de travail de Ould Naji : deux hypothèses se dégagent nettement :

1) Le dernier conseil des ministres a procédé au limogeage de Sid'Ahmed Ould Elbou (dit Isselkou) qui dirigeait la Société nationale d'aménagement agricole et des travaux, un établissement public à gros budget, sous la tutelle du ministère du développement rural ; il a été crée, par Ould Cheikh Abdellahi, dans le but de favoriser l'autosuffisance alimentaire du pays. Le remplace Mohamed Ould Beyey, un ingénieur en génie mécanique, précédemment cadre à la SNIM.

maatala a dit…

Selon les tenants de la première hypothèse, l’éviction de Ould Elbou est l'une des conséquences de l'arrestation de Ould Naji. Les deux avaient dirigé le Commissariat aux droits de l'homme, à l’insertion et à la lutte contre la pauvreté, un département crée par Ould Taya, en conformité à la doctrine de la Banque Mondiale, décriée depuis. Le Président Ould Cheikh Abdellahi, sans la moindre enquête sur la disparation de plusieurs dizaines de milliards d'ouguiya, décidera de mettre un terme à ses activités.

Selon nos sources, cette liquidation visait à éviter le lourd embarras d’une partie de l'entourage de Ould Cheikh Abdellahi. L'on cite, par exemple, Sid'El Moktar Ould Cheikh Abdellahi et Zeïni Ould Ahmed El Hadi. Donc, l'actuel réouverture du dossier a justement pour dessein, de solder le passif.

2) Mais d'autres analystes pensent, en revanche, que Ould Naji répond de sa gestion de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM). A l'époque, il aurait donné libre accès, aux caisses, à Aïcha Mint Ahmed Tolba, épouse de Ould Taya ; celle-ci et l’ex capitaine Ahmed Ould Taya, fils aîné du dictateur, se seraient largement servis. Ould Abdel Aziz enverrait donc un signal clair à Ould Taya, sous forme de mise en garde tacite dont la substance se résume à "reste où tu es, ne bouge plus".

L'on se souvient que Ould Abdel Aziz avait réussi à déstabiliser Ould Cheikh Abdellahi puis le renverser en s'attaquant à son épouse Khattou Mint El Boukhary ; il agira de même, avec son cousin et ex chef de l’Etat, Ely Ould Mohamed Vall, en alimentant la presse sur les acquisitions immobilières de son épouse Oum Kalthoum Mint Na.

Les tenants de cette hypothèse avancent d'ailleurs une fuite de l'enquête : le nom de l'ancien gouverneur de la BCM Yahya Ould Atigh aurait été cité, ce qui corrobore la probabilité de la réouverture globale d’un tel dossier, et donc l’intelligibilité du courrier subliminal, à l'attention de Ould Taya. Selon bien des observateurs avertis, le dictateur en exil demeure l'unique personne qui inspire un semblant de crainte, sinon de la méfiance, à l’actuel Président de la République.

L’usage de la menace lors de l’entretien France 24 prendra corps avec l'emprisonnement de Ould Naji. Cet acte, suivant le continuum de la dissuasion dans la rhétorique de la guerre, constitue, à son tour, un nouveau message, cette fois-ci adressé à Madame Ould Taya, née Mint Ahmed Tolba.


maatala

Sanhaji a dit…

Ce long récit vide de tout sens devrait au moins rappeler que Sidel Moctar a été justement immédiatement relevé de ses fonction à la BCM lorsque Ould Taya constata qu'il agissait en irresponsable à la tête de la boîte.

Ce fut alors la fameuse Françafrique qui a intervenu pour le replacer sur le giron.

Ould Taya n'a rien à se reprocher, c'est l'élite mauritanienne qui est malhonnêtes et ne veut pas le reconnaître.

maatala a dit…

Salam

Ya Sanhaji

Ces milliards ont disparus sous le règne de taya.

ZZ lui a fait un rapport sur la BCM, il a remis le rapport à son chameau(lol)en guise de casse croûte.

Dire que Taya est irresponsable est un peu léger mon pote

maatala

maatala a dit…

salam

lu sur taqadoumy

"Ould Noueigued interrogé
16-11-2009
Après avoir entendu, hier, plusieurs banquiers et membres des milieux d'affaires, la brigade de lutte contre les crimes financiers a convoqué, cette après-midi, le banquier Mohamed Ould Noueigued, directeur général de la Banque Nationale de Mauritanie (BNM).

Son père Abdellahi Ould Noueigued (photo), actuellement à l'étranger, serait recherché dans le cadre de l'enquête pour détournement, ouverte contre l'ancien gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie (BCM) Sid'El Moctar Ould Nagi.

Ould Noueigued est à la tête de l'une des plus grande fortune du pays, acquise grâce notamment à ses liens de parenté avec l'ancien dictateur Maaouiya Ould Taya.

maatala

Yanis le R. a dit…

Avec les derniers évènements de l'incarcération d'anciens responsables de la BCM et le fait d'entendre des hommes d'affaires bien compromis et grands corrupteurs, la lutte contre la gabegie vient de prendre une tournure intéressante.
Le nouveau pouvoir sera jugé véritablement sur ce dossier.
On prend actuellement des décisions qui devaient être prises bien avant...
Le tour d'Elycom doit suivre pour compléter le tableau avec le dossier de l'adjudication de la licence Chinguitel.

lewonni a dit…

bôjôr

c'est assez fatiguant tous ces voleurs qui pillent en tant que mauritaniens et qui ensuite fuient au sénégal en tant que sénégalais

l'état mauritanien et sénégalais devraient au moins s'entendre sur une chose: si un bandit a volé tel banque et qu'il fuit au sénégal en tant que sénégalais, au lieu que chaque partie dise à l'autre il est sénégalais non il est mauritanien, il suffit de regarder sous quelle nationalité a-t-il lui même signé son contrat

s'il a signé en tant que mauritanien alors le sénégal ne peut que dire à ce monsieur qu'on ne peut rien pour toi car tu as signé mauritanien donc tes agissements relèvent des tribunaux mauritaniens

n'est-ce pas simple

ensuite il faut que l'état sénégalais sermone sérieusement tous ceux qui ne se déclarent sénégalais que lorsuq'ils sont pourusivis pour vol

------------

bravo à la ministre de la culture qui semble avoir remporté le lot de nouakchott capitale de la culture islamique, on peut juste regretter que cela soit pour 2011 et non 2095 quand nous pourrons fièrement inch'allah faire venir les gens chez nous , pour l'instant ça craint , on ferait mieux de se cacher un peu le temps de rendre la ville digne d'un rayonnement culturel

---------------

ça commence donc à chauffer du côté des poursuites ici et là, à ce titre je crois qu'il faut dès aujourd'hui que ceux qui se félicitent de cette lutte le disent haut et fort

au lieu de se taire et de dire c'est aziz c'est aziz comme s'ils craignaient qu'il tombe demain

aziz ne doit pas porter le changement seul sur ses épaules , que ceux qui le soutiennent le défendent haut et fort, moi qui ne regarde jamais la tévé j'espère que nos minsitres se manifestent et disent ce qu'ils pensent de telle ou telle arrestation afin que demain s'il arrive malheur à aziz, que dieu l'en garde, les autres pourront être mouillés jusqu'au cou

même si aziz fait des merveilles , la question est de savoir sur quelle base est son changement et tout doit être fait de sorte que même sans lui à un moment ou un autre le changement continue sinon quoi qu'il fasse après lui se sera le retour du règne de la destruction,

une lutte pareille, un véritable changement contre un cancer ayant des métastases partout, une telle lutte ne doit pas reposer sur les épaules d'un seul homme

voyez daddah le grand yaharmou, après lui que s'est-il passé? le seul héritage qui a tenu c'est que la mauritanie n'a pas été dépecée par ses voisins qui ont opté pour une main mise économique...

lewonni a dit…

...aziz est humain, il peut lui arriver n'importe quoi, il doit toujours lui et ses proches penser surtout et toujours à demain

aujourd'hui certes cela n'est pas à l'ordre du jour vu l'urgence mais à terme aucun changement ne tiendra avec les mêmes renards qui font le dos rond comme savent si bien le faire les mauritaniens quand la main est de fer

c'est les mêmes comme des caméléons prennent la couleur de l'environnement, eux prennent les airs du maître du moment

est-il fier droit et ambitieux pour son pays, les voilà prenant des airs où l'oeil le plus experimenté en fourberie n'y verrait rien

est-il minable mesquin dominateur, les voilà meilleux comme des esclaves près à vendre père et mère pour rester courtisans

tel est le grand malheur de ce pays

aziz doit s'entourer d'hommes et de femmes qui aient un vrai pouvoir et qui lui sont acquis et qui se mouillent avec lui face à cette culture du pillage où vouloir faire la justice devient être injuste

jamais il ne doit tout porter sur ses épaules , et il doit protéger ses troupes et ne pas les sacrifier pour montrer que nul n'est sont favori

toute la mauritanie sauf celle du peuple a dû rire en attendant dire aziz je n'ai pas de cousins j en'ai pas ceci et cela ca rtous ceux qui l'écoutent ne vivent ne pillent et ne tiennent qu eparce qu'ils ont tissé des liens solides du clan

je crains franchement pour aziz qu ele système se recroville comme un serpent et qu'il le laisse faire du aziz que du aziz , cela est bien ou pas nous verrons mais cela n'écrase pas le serpent or c'est bien d'abord ce qui compte


salut

maatala a dit…

salam

"Des banquiers entendus dans une affaire de détournement en Mauritanie

Les limiers de la Police mauritanienne chargée de la répression des crimes à caractère économique ont entendu dimanche plusieurs banquiers et membres des milieux d'affaires dans le cadre d'une enquête pour "détournement" ouverte contre Sid'El Moctar Ould Nagi, ancien gouverneur de la Banque centrale, plusieurs fois ministre et ex-ambassadeur en France sous le régime de Maaouya Ould Sid'Ahmed Taya, a appris lundi la PANA de sources concordantes.

Parmi ces personnalités Chérif Ould Abdallah, propriétaire de la Banque islamique (BAMIS) et Mohamed Ould Bouamatou, PDG de la Générale de Banque de Mauritanie (GBM), cousin du président de la République et principal soutien de Mohamed Ould Abdel Aziz après les menaces d'isolement diplomatique et sanctions économiques induites par le coup d'Etat du 6 août 2008.

Ces personnalités sont généralement citées parmi les grosses fortunes de Mauritanie.



Le trou reproché à l'ancien gouverneur de la BCM porterait sur un montant de 12 milliards d'ouguiya (soit environ 45 millions de dollars US) selon la presse locale.

Cadre du Front national pour la défense de la démocratie (FNDD)- opposition, Sid'El Moctar Ould Nagi a été arrêté dans l'après-midi du 11 novembre dernier alors qu'il rentrait de sa ville natale d'Aleg (250 kilomètres au sud-est de Nouakchott) où il avait mené campagne contre le parti au pouvoir dans le cadre des élections sénatoriales du 8 novembre dernier.

Ses proches dénoncent un règlement de comptes politiques, alors que le nouveau pouvoir de Mauritanie fait de la lutte contre la gabegie un axe prioritaire de sa politique.


maatala

Sanhaji a dit…

Quelqu'un dont le parti achète en plein jour les consciences par l'argent volé du contribuable, ne peut pas prétendre sérieusement lutter contre la gabégie.

Yanis le R. a dit…

Lewonni,

Ce qu'il faut ce n'est pas seulement un homme mais une volonté politique qui met en place un système perenne de lutte contre la gabegie.
Aziz doit prouver cela en s'entourant d'abord d'hommes et de femmes n'ayant jamais été impliqués dans la mauvaise gestion.
Par ailleurs, le système judiaire est une vraie fourmillière qui dans l'état actuel ne peut rendre...la justice.
Nous avons connu par le passé, O. Haidalla, visitant à l'improviste les administrations et qui ne s'est jamais enrichi mais qui a distribué des centaines de licences de pêche qui ont constitué le plus grand pillage de nos ressources halieutiques avec l'image actuellement des épaves de bateaux le long d'un littoral plus pauvre qu'avant et une ville, espoir d'hier, actuellement à l'agonie.
Ce qu'il faut ce n'est pas seulement un homme et des actions ponctuelles...

maatala a dit…

Salam

Azziz/Naji

Sidioca a fait quatre tentatives auprès de Azziz pour nommer Nagi à un poste , pour le remercier pour sa contribution financière à sa campagne .

Nagi a n effet vendu l'une des deux villas situés aux Almadies à Tandia pour payer les affiches de SIDIOCA.

Azziz aurait répondu à Sidioca : "Moi vivant Naji n'aura aucun poste".

Naji n'avait pas compris que la chute de SIDIOCA serait le début de la descente en enfer pour lui.


maatala

Sanhaji a dit…

Maatala,

tu crois que par les règlements de compte à la con on peut sérieusement lutter contre la gabégie.

Ce que tu viens de ractonter au sujet du rapport Sidi, Nagi, Aziz prouve que ton ami n'a toujours pas compris que les nations ne peuvent pas se soumettre à la seule volonté d'un homme.

Alexandre le Grand et Napoléon se sont rendus à l'évidence que ce n'est pas possible.

Ce n'est donc pas le Surveillant Général Aziz qui va surseoir à cette règle.

bent leksar a dit…

Salut...

Chaque apporte son lot de scandales ...inimaginables...à "tourner la tete"....24 milliards...de nos ouguiyas...evaporées dans les meandres de la gabegie...une senicure cette bcm!!!!!!!!!le jackpot...remporté par nagi...le philantrope...un vrai pote qui sait partager ...
comment est on arrivé là ?...
El vassad a -t-il atteint un stade ou il est impossible de le deloger ...vu l'ampleur ...on craint que oui...
la methodologie adoptée jusqu'à present ...permet certes de deterer certaines caches ....mais comme toutes les actions ponctuelles ...elle s'essoufflera....
prions pour que soit adoptée une demarche plus scientifique ...plus globale...conduites par des hommes "irreprochables"...justes...qui vont s'attaquer à la gangrene qui sevit au sein de nos structures...l'amorce d'une telle strategie doit "s'attaquer" à la justice ...parceque comme l'a dit Yanis " Par ailleurs, le système judiaire est une vraie fourmillière qui dans l'état actuel ne peut rendre...la justice."

Un justicier sans justice ....ma foi

bl

Bebe BA a dit…

Alger refuse toute coordination avec le Maroc et la Mauritanie:

Les frontières de tous les dangers


Pendant qu’Alger campe sur sa position d’obstruction de toute possibilité de normalisation avec ses voisins, le danger gronde au Sud et à l’Ouest de la Mauritanie. Tout au long de cette bande frontalière, des cellules intégristes se revendiquant d’Al Qaïda s’implantent; des contrebandiers de tout poil s’activent. La gamme des produits destinés à l’exportation est vaste. Sont proposés, pêle-mêle, le guide pratique du parfait terroriste islamiste, des armes, des explosifs, du haschich et autres marques prestigieuses de cigarettes. Au choix ou tout à la fois.

Sans oublier le trafic d’êtres humains, qui alimente l’immigration clandestine. Pas plus tard que les 29 et 30 octobre 2009, des trafiquants poursuivis par les garde-frontières algériens se sont infiltrés en territoire marocain, mettant en alerte le maigre dispositif de surveillance.
Des incidents de ce genre sont fréquents, avec, souvent, des échanges de tirs.

À l’origine de cette situation, le refus de la partie algérienne de toute coordination de riposte avec ses vis-à-vis mauritaniens et marocains. C’est, précisément, ce qui a poussé le Maroc à renforcer la sécurisation de ce tronçon de frontière. Le point de passage vers la Mauritanie, dit Ghargharat, a été entièrement refait, équipé et doté d’effectifs plus étoffés.

La fixation d’un abcès terroriste dans cette région et ses prolongements de contrebande en toutes sortes, inquiètent, au plus haut point, les Européens et les Américains.
À telle enseigne que les Etats-Unis comptent y installer un commandement régional de lutte contre le terrorisme, avec la contribution de l’Europe et la collaboration des pays subsahéliens et sahéliens.

L’idée fait son chemin vers une concrétisation prochaine. D’autant plus que les récents attentats terroristes contre des ressortissants occidentaux, en Mauritanie, militent pour l’urgence d’une sécurisation transfrontière.




Abdellatif Mansour

Anonyme a dit…

Aux blogueurs de CH je suggère d'attendre d'avoir toute la vérité sur les chefs d'accusation avant de declarer telle ou telle personne comme un criminelle,car ici dans ce pays tout le monde ment et tout le monde manipule tout le monde.Alors méfiez vous!!!

Sanhaji a dit…

Lu pour vous sur cridem

Les nouvelles venant de la France sont extrêmement préoccupantes. Et son équipe dirigeante actuelle y est pour beaucoup. Cette équipe qui, on l'espère du moins, n'est qu'une parenthèse dans l'histoire de ce pays.

Seulement, cette parenthèse semble être beaucoup plus grave qu'elle en avait l'air au départ et pour cause! Si la tournure fasciste et fascisante que le régime français tente de donner à son action gouvernementale était, en réalité, prévisible, force est de reconnaître qu'elle s'inscrive dans une logique régulièrement ascendante.

Car, si le président Sarkozy est arrivé au pouvoir en 2007 s'était uniquement parce-que il a su, mieux que quiconque, fragmenter la société française. Remonter les uns contre les autres, ou plus précisément dresser tout le monde contre la communauté musulmane, bouc émissaire par excellence des régimes en difficulté en Europe.

Il a trouvé, en effet, en la personne de celle-ci, une mine électorale. Une botte secrète qui fait, et fera, sortir au besoin et à volonté. Depuis les lois d'exceptions visant spécifiquement cette communauté se sont succédées. Loi contre le voile, loi contre la polygamie, loi sur les bienfaits de la colonisation, loi sur l'ADN, loi sur ceci, loi contre cela et, en préparation actuellement, loi contre les habits traditionnels musulmans, et tout cela est fait au nom des valeurs républicaines.

Les choses sont même allées jusqu'à ouvrir une foire nationale sur la compatibilité des citoyens de confession musulmane et ces dites valeurs françaises. Une foire mal nommée débat national qui rappelle étrangement la détestable exposition "le juif et la France" organisée par le régime de Vichy en 1941.

Ce prétendu débat national cache, derrière une apparence éducative bienveillante, une propagande extrémiste et xénophobe qui prépare l'opinion publique française à un postulat socio-politique simpliste et biaisé, celui d'une communauté à part.

Une communauté qui n'aime pas la France. Une véritable inquisition citoyenne, vu que l'amour, comme la foi, ne se mesure pas. Plus étrange encore, les inquisiteurs de cette foire sont des figures notoires de ce mouvement de haine généralisée qui est le sionisme international.

Ce même sionisme qui, convaincu que son hypothétique avenir est voué à l'extrémisme ethnique et religieux, tente, désespérément, un dernier baroud de déshonneur consistant à extrémiser les sociétés européennes pour en trouver, pour son entreprise de malheur, des alliées corvéables et fanatisées.

On ne peut, enfin, que craindre un durcissement de ce discours calamiteux. En effet, derrière l'improvisation et la légèreté intellectuelle des intéressés, un vieux discours idéologiquement typé prend nettement forme. Et cette forme est celle du nationalisme béat exalté et sublimé par l'idéologue français Maurice Barrez, maître à penser, entre autres, de la droite nationaliste française.

Ce dernier avait déclaré sur l'officier français Dreyfus, injustement soupçonné de trahison contre sa patrie : que Dreyfus ait trahi, je le conclus de sa race. Ses disciples d'aujourd'hui le paraphrase en disant "que le musulman ait failli à sa citoyenneté, je le conclus de sa religion" et c'est justement pour cela qu'ils ont ouvert le débat le musulman et la France

CONCLUSION

Si la France a atteint un tel degré de déliquescence, il n'est pas étonnant qu'elle appuie en pompe les prises de pouvoir illégitimes dans les pays africains.

Malheureusement tout ceci ne sont que les prémices d'un déclin garanti.

Anonyme a dit…

L'anonymat marche alors

Anonyme a dit…

Dans son discours à Rome à l'issue du Sommet Mondial contre la faim organisé par la FAO, Ghaddafou préviens contre une guerre potentielle entre la Mauritanie et le Sénégal pour cause des vallées fossiles.

C'est un signal très grave. On espère que ce vieil artisan de guerre ne mette notre région à feu et à sang.

Il en a les moyens et les Mauritaniens et Sénégalais ne sont pas à un niveau de conscience les prémunissant d'un tel danger.

Que Dieu nous garde de Ghaddafou et de ses manigances.

Sanhaji

Anonyme a dit…

LM le cri des musulmanes de France que j'ai copié ici à partir de cridem, peut bien servir de projet de blog.

Sanhaji

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Jemil persiste et signe, Tawassoul reste dans l’opposition

La formation politique de Jemil Ould Mansour coupe court aux mauvaises langues qui prétendaient qu’elle a amorcé un virage à 180 degrés pour aller à la soupe de la Majorité présidentielle. La précision a été donnée à l’issue de la troisième session ordinaire de cette formation dirigée par le jeune député et candidat malheureux à la dernière élection présidentielle. « Nous sommes toujours de l’opposition malgré nos alliances aux dernières élections sénatoriales partielles ».

Les dernières alliances scellées avec l’UPR, parti au pouvoir, ont été dictées par les intérêts électoraux de notre parti ». Et Mansour d’ajouter : « Elles peuvent évoluer pour devenir des alliances politiques, dans le cas où les conditions favorables sont réunies, notamment la volonté de créer une atmosphère de dialogue et d’échange entre les différents pôles politiques du pays ».

L’ordre du jour de cette troisième session ordinaire tenue les 12, 13 et 14 novembre 2009 sous la présidence du vice-président Madame Fatimettou Mint Almeida portait sur : Rapport du Président du Parti ; Rapport de contrôle du Bureau du Conseil national ; Plan d’action annuel ; Budget annuel et Divers.



Ainsi, au terme de leurs travaux, le conseil national a approuvé le plan d’action et le budget annuel ; la permutation de certains membres au sein du Bureau politique ; le emplacement de deux membres du Bureau politique et de quatre membres du Conseil national.

En outre, le Conseil a élu M. Ahmed Jidou Ould Ahmed Bahi nouveau président du Conseil national, après avoir accepté la démission de M. Mohamed Mahmoud Ould Seyidi compte tenu de ses importantes charges de Secrétaire Général de l'Association culturelle El Mostaqbel après qu’elle ait été refusée lors de la précédente session du Conseil.

Le Conseil a aussi examiné la situation économique et sociale du pays, et a engagé les dirigeants du Parti et ses élus à assumer leur pleine responsabilité pour ce qui est des soucis économiques et sociaux des citoyens, de la nécessité de faire bloc avec eux, de résoudre leurs problèmes et de défendre leurs cas.

Il a fait un certain nombre de recommandations et de directives pour l'orientation politique du parti et exprimé sa profonde préoccupation des attaques criminelles contre la mosquée Al Aqsa, déclarant au passage son appui à l’appel lancé par le Parti à toutes les forces politiques à prendre une position commune pour le soutien de l’Aqsa et pour la défense des lieux saints.

Le Conseil a salué tous ses membres qui ont assisté de façon dynamique à la présente session, en particulier ceux qui sont venus de l'intérieur. Il a félicité son ancien Président, le Dr Mohamed Mahmoud Ould Seyidi pour les efforts déployés et son nouveau président, M. Ahmed Jidou Ould Ahmed Bahi dont on attend une action efficace et des réalisations importantes.

Moussa Diop


Info source : Le Quotidien de Nouakchott

Sanhaji a dit…

Le Ministre de l'Education National ou de l'Enseignement supérieur vient de suspendre les activités d'un faculté de Médecine privée qui enfantait apparemment des élèves-médecins presqu'en fin de cycle.

Les motifs de cette suspension sont très opaques, mais c'est un précédent dangereux pour les initiatives privées qu'il est indispensable de combattre.

Ces jeunes étudiants étaient très bien et avaient un excellent niveau qu'ils ont acquis à leurs efforts personnel, et le diplôme qu'ils voulaient avoir était apparemment un diplôme français.

Où va notre pays. Je crois qu'on s'achemine vers la foutaise des structures d'éducation de masse et du socialisme sans âme.

Allah yeltef

яimσ a dit…

salut

bl ,

il faut savoir que les détournements à grande échelle ne peuvent s'opérer quand dans une ambiance de complicité qui peut parfois remonter jusqu'au président de la république lui même .

l'exemple le plus banal c'est le trafic de devise dans l'aéroport de nouakchott .

il faut se demander qu'est ce qui amènerait des commercants dont la seule préoccupation reste l'accumulation de capitaux (acquis par la fièvre et les moustiques) à passer les frontières avec des volumes de devises aussi remarquables .Si ce n'est parce que tel ou tel haut placé a donné le feu vert .

Mais il arrive qu'un petit agent un peu gourmand fasse capoter le plan ,ce qui ne veut absolument rien signifier quant à la volonté d'un état déjà pondéré par un seuil de probité de l'ordre de poussières ,à éradiquer de la corruption .

Les les licences qui permettent certains de vivre convenablement sur le dos des autres qui c'est qui les attribue ?
un président de la réupublique ou une mauviette de fonctionnaire dont l'avenir dépend d'une chaise éjectable .


pèche (chasse aussi) , pétrole , diamant , or ,cuivre , téléphonie , uranium et tant d'autres licences
vous pensez que le président et ses suppôt ne vivent pas de ces marchés


détrompez vous

Anonyme a dit…

LM
Merci de censurer la censure!
Salut chers canalheurs: LM, Maata, Sanhaji, A-, A+, Yanis, Rimo, Bébé Ba, Couli, Copiar, Bouroutou, BL, Belkiss, Mballal, KBG et tous les autres.
Frère, KBG, cet espace, est notre fenêtre d'oxygène et de liberté, travaillons tous pour le conserver avec un débat constructif loin des insultes et des mensonges.

Anonyme a dit…

LM
Merci de censurer la censure!
Salut chers canalheurs: LM, Maata, Sanhaji, A-, A+, Yanis, Rimo, Bébé Ba, Couli, Copiar, Bouroutou, BL, Belkiss, Mballal, KBG et tous les autres.
Frère, KBG, cet espace, est notre fenêtre d'oxygène et de liberté, travaillons tous pour le conserver avec un débat constructif loin des insultes et des mensonges.

Citoyenne

Anonyme a dit…

On veut bien croire à cette lutte contre la gabegie, Mon Président, mais jusqu'à présent ce qui est derrière les barreaux ne sont que les opposants.
Mais pourquoi aller trop loin, Monsieur le Président, jeter un coup d'œil dans votre sérail! Qu’est ce qui vous épaule de près!? Mettez des lunettes si nécessaire. Vous n'avez vu:
- Lemrabott Sidi Mahmoud
- Cheyakh Ely
- Mohamedou Michel
- Cheikh el Avia
- Naha Mint Meknass
- Tekeber, (notre Première Dame), encore était aux cotés de Mint Ahmed Tolba, avant d’être renvoyée par cette dernière, faute de trafic d’influence à son nom.
- Même vous Monsieur le Président, vous étiez aux cotés de Taya et de Mint Ahmed Tolba, vous avez perdu mémoire ou quoi mon Président !? Mahou valek
Mon Président, j’ai confiance en vous et à votre combat contre la gabegie, mais j’ai besoin que vous jurer au nom d’Allah le plus puissant que vous n’avez jamais touché, par vos mains propres, que vos salaires pas plus et que la fortune dont vous disposer et qui a été déclarée par vous-même, pendant la campagne, est du pur halal, car elle n’est que de la sadagha et de la zakate de quelques bons faiseurs de notre pays et des pays frères et amis.
Merci mon Président.

Justice

«Les plus anciens ‹Précédent   1 – 200 sur 235   Suivant› Les plus récents»