samedi 29 août 2009

Dans la série: Enfin la relève de nos tentatives de diplomates

Il y a une semaine l'ENA de Nktt décernait leur diplôme à une cuvée de 21 diplomates de carrière après une formation rigoureuse à n'en pas douter, et le conseiller des affaires étrangères que je fus voire que je suis tjrs encore serait bien placé pour attester de la qualité éventuelle de cet apprentissage.Pour la simple raison que mes collègues et moi aurions bénéficié d'une formation sensiblement similaire sinon identique à celle qu'auront reçue nos 21 jeunes diplomates.Compte tenu des performances professionnelles plus que satisfaisantes de notre toute première promotion de conseillers des affs étrangères, il y aurait bien lieu de s'attendre à ce que nos 21 cadets donnassent autant satisfaction sinon plus que leurs aînés au seuil de la retraite.En fait, les plus vieux parmi nous sont déjà partis à la retraite depuis 4 ou 5 ans déjà.Sans compter certains "départs volontaires" comme ce serait mon cas, peut être bien.

Par conséquent la question de la RELEVE se pose avec acuité et l'ex MAEC(un promo encore)l'aurait si bien compris jusqu'à initier la formation de ces 21 jeunes triés sur le volet sur concours transparent aussi de l'avis unanime comme c'aura été dans notre cas presque 30 ans plus tôt.
La sortie de cette cuvée de jeunes et dynamiques diplomates de carrière serait d'autant plus opportune que les qualités professionnelles voire morales aussi de la très grande majorité du personnel diplomatique et consulaire de nos missions laissent beaucoup à désirer.Et j'aurai été plutôt indulgent en utilisant cette circonlocution pour rendre compte de ses carences, n'ayons pas peur des mots!

brièvement et sans m'étendre outre mesure sur une situation qui crève l'oeil, je conseillerais bien à la nouvelle MAEC Mme Naha M Mouknass d'utiliser à bon escient ces 21 conseillers de chancellerie en leur confiant des postes à la mesure de leurs compétences et cela ne devrait point être insurmontable sachant que les Missions dip et cons sont farcies d'incompétents et d'incompétentes notoires à la moralité douteuse de surcroît.90% de ces "diplomates de la sinécure" ne sauraient pas vous rédiger une "Note verbale" le mode de correspondance attitrés et de mise dans la diplomatie!En fait la plupart de ces parachutés et qui en sont les 1ers étonnés du reste passent le plus clair de leur temps à traficoter dans leur pays d'accréditation:ce serait à qui vendrait le plus de chaussures ou de costumes italiens, l'or aux Emirats, les cigarettes et même le WHISKY et les VINS EXONERES...!

Il me serait donc d'avis qu'il faille enfin secouer le cocotier diplomatique du MAEC pour faire de la place à ces jeunes espoirs pleins d'entrain et surmotivés, encore une fois je puis en parler en connaissance de cause car j'aurai été animé à leur âge par la même fougue et le même zèle de servir mon pays en pratiquant le métier que je connais le mieux pour avoir été formé et conditionné pour l'exercer le plus convenablement possioble.Et à en croire le parcours collectif de la promotion et certains itineraires individuels aussi le bilan aura été plus que satisfaisant dans l'ensemble.Et il n'y a vraiment aucune raison valable de penser que nos cadets ne marcheront pas dans nos pas.Et pour faire de la place il serait impératif de procéder à certains rappels surtout dans les missions prestigieuses d'Europe et d'Amérique truffées de "diplomates", hommes et femmes, aux carences linguistiques criantes.Que ferait bien un arabisant en france , en RFA ou en Italie..etc.Rappelons que la langue française aura TOUJOURS été la langue diplomatique par excellence de communication officielle dans les milieux diplomatiques.En cas de problème d'interprétation d'un traité quelconque la version française fait tjrs foi et est la référence par rapport aux autres versions écrites en anglais, arabe chinois etc....
Un coup de balai s'impose pour faire le ménage dans ce capharnaüm fourre-tout pour redynamiser notre diplomatie paralysée par ces commerçant(es) qui tiendraient autant d'ECHOPES hors taxes dans nos missions diplomatiques et consulaires.

Source: K B G