samedi 16 janvier 2010

Réaction du Dr. Sall à l'appel lancé par les autorités mauritaniennes à l'endroit des médecins mauritaniens expatriés.

"Avoir de la santé, c'est vivre heureux selon le monde ; N'en point avoir, ce n'est pas vivre, c'est mourir tous les jours." Citation Jacques-Paul Migne ; extrait des Orateurs sacrés-1845. Le peuple mauritanien n’a pas de la santé, c’est donc un peuple mourant.

J’ai lu hier soir sur cridem.org, l’appel pressant lancé par les nouvelles autorités de Nouakchott à l'endroit des médecins mauritaniens établis à l'étranger. Je suis mauritanien, je suis Docteur en virologie moléculaire et je travaille à l’Agence de la Santé Publique du Canada dans le Laboratoire National de la Génétique du virus du SIDA. De ce fait, je suis directement concerné par cet appel. Je voudrais ici faire part à mes collègues mauritaniens et à tous mes compatriotes, de ma réaction à cet appel.

Je voudrais avant tout, exprimer à Monsieur le Président de la république et à Monsieur le Ministre de la santé, mes très respectueuses salutations et mes vœux les plus sincères de bonne année.



Cet appel réveillera sans doute, une fierté chez de nombreux collègues mauritaniens travaillant actuellement en dehors du pays. Personnellement, cet appel m’a donné le sentiment d’être utile pour ma nation. J’ai pourtant été sollicité dans différents pays, comme les Etats unis, la France, le Canada, la Chine, l’Arabie Saoudite et bien d’autres.

Par des laboratoires de recherche qui ont reçu mon curriculum, ou qui ont lu mes travaux publiés sur des journaux scientifiques, et ont jugé que mes modestes compétences pourraient leurs être utiles. Etre sollicité pour ses compétences est forcément une chose valorisante, ne serait-ce que d’être utile à quelque chose. Il l’est d’autant plus que l’appel vient du président.

Combien de cadres mauritaniens expatriés rêvent de trouver une opportunité de rentrer travailler dans leur pays? Combien de médecins, de chercheurs, d’ingénieurs ou de travailleurs hautement qualifiés ont fuit notre pays pour offrir leurs compétences ailleurs?

Le débat sur le retour des cadres dans leur pays est ouvert depuis des années. Tout le monde est d’accord sur le fait que la Mauritanie ne peut compter que sur ses fils pour sortir de son sous développement. Il importe tout de même de rappeler les raisons qui ont contraints ces cadres à l’exil. C’est ce que je cherche à faire ici, en prenant mon cas pour un exemple.

Quand j’ai quitté la Mauritanie il y a un peu plus d’une décennie, avec un diplôme de Maîtrise et une bourse d’études dans la poche, mon plan de carrier était clairement dessiné dans ma tête. Je partais avec l’idée de m’instruire dans de meilleures conditions possibles, pour ensuite revenir travailler dans mon pays. J’ai compris par la suite que cette promesse était difficile à tenir dans un pays qui n’offre aucune garantie d’insertion aux diplômés. Après ma graduation en 2004, j’ai été rattrapé par la triste réalité que connaissent beaucoup de jeunes mauritaniens, qu’est la peur de retourner.

Quand un jeune diplômé pense à sa famille qu’il a laissée derrière lui et qui vit dans une misère noire, quand il pense à ses parents vieillissants, malades et affamés, l’idée de retourner est très vite enterrée. Ne retournent alors que ceux qui peuvent compter sur des « bras-longs» capables de leurs décrocher du travail. D’autant plus que dans notre Mauritanie des années précédentes - et peut être même celle d’aujourd’hui- la compétence seule ne suffisait pour obtenir du travail.

Il parait qu’un fils de cultivateur ne pouvait pas aspirer à un poste digne de son titre de docteur ou d’ingénieur. Peu importe la brillance de ses études et les distinctions qui ont orné son parcours, ses diplômes n’ont aucune valeur devant celui d’un fils de cadre, qui lui, n’a même pas le besoin de concourir. J’ose croire que ce temps est révolu dans notre Mauritanie d’aujourd’hui ?

Ceux qui ne disposaient pas de bras- longs étaient laissés à eux-mêmes et devaient tout simplement se débrouiller. Au lieu de revenir en Mauritanie, passer des années à essuyer les pompes des recruteurs, ils choisissent l’exil. Ils choisissent de se tourner vers des horizons où leurs compétences sont valorisées.

Certains tentent de rester dans les pays qui les ont formés, d’autres immigrent vers d’autres pays d’accueil en attendant des jours meilleurs. Dois-je espérer que les jours meilleurs dont beaucoup rêvaient sont enfin arrivés en Mauritanie ? C’est ce que semble me signifier l’appel lancé par les autorités de notre pays…

Pour revenir sur le cas de médecins, il faut savoir qu’exercer ce métier dans notre pays n’est pas chose facile. Je ne mets pas en doute les compétences de mes collègues médecins qui travaillent en Mauritanie, j’en connais qui font un travail irréprochable. Mais ces courageux « soldats du bien-être » se plaignent de leur situation qui se détériore de jour en jour.

Les conditions de travail sont d’une médiocrité inquiétante à cause d’un manque criant de moyens. Certains de nos hôpitaux sont devenus des mouroirs pour les pauvres, qui ne peuvent pas s’offrir le luxe de se faire consulter dans des cliniques privées. Ceux qui disposent de moyens, se font soigner dans des hôpitaux étrangers.

Les hôpitaux du Maroc, de la Tunisie, du Sénégal et de la France accueillent un nombre croissant de patients mauritaniens chaque année. Pourtant dans ces mêmes hôpitaux, nos patients sont souvent pris en charge par des médecins qui ont été formés dans les mêmes universités que leurs collègues mauritaniens. Un paradoxe n’est-ce pas ?

La volonté du Président, et de son équipe, de mieux valoriser les conditions matérielles et l’environnement de travail dans nos hôpitaux, constitue un élément incontournable pour convaincre nos médecins expatriés de revenir travailler dans le pays. Il est bien évident qu’un professionnel de santé qui a goûté aux délices de travailler dans des hôpitaux de grandes renommées, avec des outils technologiques modernes, aura bien du mal à s’adapter à la précarité de nos centres de soins, où même se procurer une paire de gants est un luxe.

C’est peut être trop tôt de demander un laboratoire de niveau 4 pour l’hôpital National de Nouakchott, mais, je pense que cette structure a besoin du minimum sans lequel les patients ne seront soignés que de façon approximative. Sans des conditions matérielles satisfaisantes dans nos hôpitaux, la santé que les autorités veulent offrir aux mauritaniens ne sera qu’illusion.

Le seul retour des médecins ne pourra garantir de meilleurs soins et je pense que les autorités l’ont bien compris. D’ailleurs, c’est à cause du manque de moyens, que de nombreux médecins qui avaient eu la courageuse décision de rentrer au pays après leurs formations, sont repartis travailler à l’étranger. Je ne pourrais me passer de parler de la recherche médicale, indissociable du travail des médecins. Là aussi notre pays est très loin derrière. Je n’ai pas la prétention de nous comparer à la France ou au Canada ; ce serait trop demander, mais il nous reste un long chemin à parcourir.

Il y’a quelques années, j’avais effectué un stage au Centre National de Transfusion Sanguine de Tunis. Mes trois années d’expérience dans ce centre, m’ont permis de me rendre compte à quel point notre pays est en retard. J’ai eu le même constat quand j’ai visité des centres de santé au Sénégal.

Nous manquons d’initiatives et notre pays ne semble pas vouloir s’ouvrir au monde de la recherche et de s’impliquer de façon sérieuse. J’ai assisté à de nombreuses conférences internationales, et force est de constater que notre pays est absent. Pour le vérifier, il suffit de jeter un coup d’œil sur des sites internet (pubmed.com, par exemple), qui diffusent les résultats de recherche en santé dans le monde. Sur ces sites, des travaux impliquant la Mauritanie se comptent sur le bout des doigts.

C’est d’ailleurs à cause de cette carence, qu’il est impossible de se procurer des informations conséquentes sur une quelconque pathologie dans la population mauritanienne. Les prévalences des maladies sont pour la plupart méconnues et celles qui sont chiffrées, ne le sont que de façon approximative. Qui pourrait me donner la prévalence exacte du VIH/SIDA en Mauritanie?

Je défis tout médecin qui prétendrait connaitre avec précision la prévalence actuelle des hépatites virales sur notre territoire. Sans des données exactes, la surveillance des ces infections ne sera possible.

Notre terrain est pourtant propice à la recherche. De nombreux pays en développement ont compris la nécessité d’impliquer leurs scientifiques (médecins, chercheurs, ingénieurs…) dans des collaborations avec les pays développés. Une manière simple et efficace de faire de la recherche sans dépenser de l’argent. Les bailleurs de fonds encouragent ces collaborations et mettent en œuvre de gros moyens pour les soutenir. Malheureusement, notre pays ne semble pas comprendre que le bénéfice que cela pourrait apporter à notre système de santé est bien réel.

Juste à titre d’exemple, je travaille avec des médecins-chercheurs qui sont originaires de pays en voie de développement, avec la volonté des autorités de leurs pays d’origines et le soutien de nos équipes de recherche, nous avons pu établir des projets de collaborations élégants qui ont donné des résultats très intéressants.

J’ai personnellement initié des projets de recherche avec mon ancien laboratoire en Tunisie, avec le Mozambique, et bien d’autres pays encore. Les valeurs de nos résultats sont d’une importance capitale aux vus de ces pays. Cependant toutes mes tentatives de collaborations avec la Mauritanie se sont soldées par des échecs.

Depuis plusieurs années, je me bats, en vain. J’ai l’impression que ma chère patrie ne veut pas de moi et ne s’intéresse guère à ma contribution. J’ai voulu prouver à mon pays que malgré une satisfaction professionnelle, de meilleures conditions d'emploi et une bonne rémunération dont je bénéficie ici au Canada, je n’ai jamais perdu mon ambition de participer au développement de ma patrie.

Mais mon souhait d’aller encore plus loin dans la recherche médicale et le dévouement que j’ai pour mon métier de chercheur n’altérera en rien l’amour que j’ai pour mon pays. Je suis persuadé que beaucoup d’autres collègues expatriés partagent avec moi ce sentiment.

Avant de terminer, je salue une fois de plus cette belle initiative lancée par les autorités de Mauritanie. Je pense que leur appel porte un réel espoir, aussi bien pour la population mauritanienne, que pour nos médecins expatriés qui désirent prêter main forte à notre système de santé bien défaillant. Je ne doute nullement de la volonté de notre gouvernement de vouloir améliorer les conditions de travail dans les hôpitaux et je souhaite que cette entreprise soit couronnée de succès.

Je vous remercie de votre attention.

Dr. Alhousseynou Sall
National HIV and Retrovirology Laboratories
Public Health Agency of Canada
LCDC Building
100 Eglantine Driveway
Tunney's Pasture
Ottawa, ON, K1A0K9
Canada

107 commentaires:

Anonyme a dit…

Avant de lire Dr. Sall, j' ai vu cette vidéo de François-Xavier Vershave sur la françafrique.

Ahmed: ce n' ètait pas les OVNI, c' ètait le tripatouillage du programme informatique. Vershave le dit au milieu. A-

http://dailymotion.virgilio.it/video/xb7r4_fx-verschave-la-francafrique_news

Anonyme a dit…

Avant de lire Dr. Sall, j' ai vu cette vidéo de François-Xavier Vershave sur la françafrique.

Ahmed: ce n' ètait pas les OVNI, c' ètait le tripatouillage du programme informatique. Vershave le dit au milieu. A-

http://dailymotion.virgilio.it/video/xb7r4_fx-verschave-la-francafrique_news

Anonyme a dit…

Dr. Sall ne retourne pas. A-

Anonyme a dit…

Bonjour
moi je suis mouritanienne je vit au canada
je suis chirurgien cardiovasculaire
mes parents sont en KSA ou j'ai appri
mais je ne peu pas aller en mouritanie il ya pas de garenti.

lewonni a dit…

bôjôr

à lire chezvlane

" là où on est bien, là est la patrie"

cliquez ici

Anonyme a dit…

Vlane,

manak Guedhoum, tu n'es pas leur égal.

Voilà un soutien d'Aziz respectable qui ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Tu défends avec toute énergie Hanevi alors que vous ne partagiez par nécessairement le même point de vue.

Je te respecte, Vlane

Sanhaji

Anonyme a dit…

Merci Dr Sall, c'est triste de savoir qu'une competence nationale aussi utile pour le pays est comdamnée à l'exil, car dans ce pays le chemin le plus court passe par l'hypocrisie,un militant du prds (hier) et de l'upr (aujourdhui) a plus de chances à grimper en usurpant des qualités qu'il n'a pas..;
Merci Vlane, ça fait plaisir de savoir qu'il y'a des ''esprits eclairés'' qui sortent du lot et qui malgré l' illusion engendrée chez eux par la contestable '' mauritanie nouvelle'' defendent les justes causes et s'insurgent contre l'infamie..

Anonyme a dit…

Vlane,

On avait bien dit de faire une transition Ould Abdallah pour nettoyer un peu et donner la chance à la classe politique de s' organiser pour 2012. Personne n' a écouté. Maintenant ejeghvou. azzizzo est là pour au moins vingt ans et le système va reprendre. Retour des medecins expatriès? Personne ne retournera, sauf ceux qui n' ont pas pu s' accrocher.

L' essentiel pour nous est que ces salafistes ne nous petent pas à la gueule.

A-

Anonyme a dit…

A-
t' as vu comment le fameux dialogue commence avec les salafites ..les moderes amis de de dedew pensent, selon un certain shaeer (dans taqadoumy et aqlam) que la violence n'est pas oportune et les radicaux repondent par des questions bien genantes..entre les deux camps la difference est d'ordre tactique..le moderé Shaerr ,en conclusion a le culot de demander la relaxe des terroristes lesquels dit ont tué avec des convictions respectables..de qui se moque t'on

Anonyme a dit…

Les moderès ont interet à se demarquer des violents. Il ne sert rien d' arranger, car ils ne se repentiront pas. Leur objectif principal est de prendre le pouvoir et etablir un khalifat. C 'est aussi simple que a.

J' ai lu un grand article en anglais dont j' ai passé le lien à vladimir. Certain qu' il n' pas cliquè dessus. Le Hezbollah, d' apres cet article bien recherché sur a guinée-bissau,est impliquè avec le trafic de drogue en Afrique de l' Ouest. J' ai été choqué avant hier quand j' ai lu un article de Reuters lian le FARC et AQMI et j' ai accusé les US de faire de la propagande pour impliquer Chavez. A la lecture de l' article sur la g. bissau, j' ai changé d' idée. Me demande ou nous en sommes avec l' amitié de azzizzo avec Ahmedinejad et ses $10 millions. Avec quelques libanais membres du Hizbollah en Afrique de l' Ouest et dans la drogue, on est dans de beau draps. A-

Anonyme a dit…

A-
Chez les barbus, les modérés et les radicaux du Kif kif .
Les premiers comme les seconds visent à etablir un etat theocratique. Les moderés aprés avoir tenté la violence (egypte syrie tunisie jordanie) ont finalement choisi de lutter de l'interieur des sytemes en place en fondant des partis politiques. Les radicaux eux ne participent aux systemes en place considerés des "kafir", ils veulent les deboulonner avec la violence.
Aujourdhui les deux tendances ont gagné. les moderés ont leur partis Tawassoul et le dialogue est lancé avec les radicaux.
Je vous le dis moi. le futur pouvoir en Mauritanie est islamiste il sera dirigé par un mufti appuyé par des "pasdarans" avec un nom genre Ayatollah essanhaji el bilkissi echingitty

Anonyme a dit…

Entierement d' accord avec toi, ano du 17 janvier 2010 08:49. les moderés et buteurs salafistes, c 'est les 2 faces d' une meme piece de monnaie.

Je crois que notre azzizzo n' a rien compris de leur jeu: les moderés font de la pression pacifique, pendant que leur amis font de la pression violente, pour permettre aux pacifique d' etre considerés comme interlocuteurs valables et a ecouter. C' est ce qui s' est passé avec Tawassoul. Maintenant qu' ils sont dans la bergerie, ils tendent la main à leurs amis les violents et azzizzo pense utiliser leur ideologie pour gerer les choses. Il se trompe enormement et ils vont le faire tomber plutot que prevu. Et le jeu est jouè et nous aurons un FIS avec l' appui du Hezbollah et des iraniens. Mettre a part l' AQMI du DRS qui est destiné à taper s' il y a necessitè de faire changer le pouvoir ou pour autre chose. C' est le cas maintenant avec la bourde de Dakhla.

Voici azzizzo, sous l' influence des salafistes qui negocie avec une crapule comme El Majlissi qui est une taupe et homme à tout faire des emirs AQMI de nationalité algerienne (DRS algerien?) et tout ce qui l' interesse, c' est le sous via la mort d' hommes innocents.

Pour comprendre la roublardise d' El Majlissi, je demande a mes compatriotes de lire quelques descriptions de Kal du blog " The Moor Next Door" et il est informé, mieux que vous tous. C' est en anglais (trois liens qui se suivent)et me demande pourquoi azzizzo veut nous faire tomber dans un piege, juste pour s' accrocher au pouvoir.

http://themoornextdoor.wordpress.com/2008/09/23/the-interrogation-of-a-salafi-alim/

http://themoornextdoor.wordpress.com/2008/09/21/aqim-mauritania-quite-saharan-in-fact/


http://themoornextdoor.wordpress.com/2008/10/12/salafism-aqim-and-rural-mauritania/


Pour bien comprendre le terrorisme d' aujourd' hui, on ne peut ne pas lire l' excellent livre de Gerard Chalian et Arnaud blind dont le lien est ci-dessous (azzizzo doit personnellement lire )

http://www.mollat.com/livres/histoire-terrorisme-antiquite-qaida-9782227475892.html

Il faut aussi lire celui d' Alexandre del Valle qui est rpofesseur à l' ecole de guerre economique de Paris et il met à nu la strategie de l' islamisme politique.

http://www.alexandredelvalle.com/publications.php?id_art=67


Si on est pas informé et on ne sait pas ou l' on va.

Les fatwas de Dedew ne nous sauverons pas et ce n' est pas la solution. Ould Taya, en depit de la corruption de son systeme et le fait qu' il s' est fait berner par les nationalistes sur le programme de denegrification du pays, aurait pris un autre chemin. N' est pas Ould Taya qui veut.

Fais attention azzizzo: les barbus sont entrain de t' avoir.Force-les à precher dans leurs mosquées et laisser la gestion de la société à celles et ceux qui sont plus aptes à le faire. Je ne te souhaite pas ce qui est arrivè à Sidioca et pourtant il les avait rapprochès.

A-

Anonyme a dit…

Peine perdue. Ce ne sont que des soldats et n' ont aucune idee de la main derriere à part El Mejlissi (peut-etre). A-

===

La Mauritanie privilégie le dialogue avec les terroristes islamistes.

Les autorités mauritaniennes ont entamé des entretiens avec de présumés membres de la mouvance terroriste Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) détenus dans une prison de Nouakchott, dans l'optique de prévenir de nouvelles attaques terroristes, a appris la Pana samedi, de sources informées.

Vendredi dans l'après-midi, une délégation constituée de trois hauts fonctionnaires : Mohamed Vall Ould Abdel Latif (du ministère de l'Intérieur), Hacena ould Meyam Teiss (du ministère de la Justice) et Khattry Ould Hamid (du ministère des Affaires islamiques) s'est rendue à la prison de Nouakchott qui compte une soixantaine de présumés terroristes islamistes.

Les officiels mauritaniens ont exprimé aux détenus islamistes présumés terroristes la volonté de dialogue du pouvoir et d'ouverture vis-à-vis de tous les fils de la Mauritanie pour un climat politique et social "apaisé".



La rencontre s'est déroulée dans "une bonne ambiance", selon une source bien informée auprès de la prison. Les contacts devraient se poursuivre au cours des prochains jours, selon la même source. Au cours des dernières années, la Mauritanie a été le théâtre de plusieurs attentats terroristes.

Ainsi, parmi les délégués des islamistes présumés terroristes ayant rencontré les officiels mauritaniens, figurent des hommes accusés d'avoir participé à différentes attaques contre l'armée mauritanienne et à l'assassinat de touristes français fin 2007.







Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : PanaPress

maatala a dit…

salam

lu sur taquadoumy

"Taqadoumy publie les PV des hommes d'affaires
17-01-2010
Depuis la publication de notre premier épisode d’audition de plusieurs hommes d'affaires incarcérés dans le cadre du dossier de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), nous avons reçu plusieurs protestations nous demandant de cesser de médire sur les gens sans preuves. Afin de couper court à toute polémique stérile, nous décidons de publier les procès-verbaux (PV) des interrogatoires, à chaque fois que nous abordons un cas nominatif.

Ainsi, lecteur pourra consulter les PV de Abdou Maham qui correspondent au premier exemple de notre série (les 3 pages dessous), ainsi que ceux relatifs à l'homme d'affaires Ahmed Salem Ould Bouna Moktar (la page ci-contre, à gauche) et, accessoirement, au directeur de sa banque, Ahmed Salem Ould Ely El Kory (les deux dernières pages).

----------------------------------

Je pense toujours que l'arrestation et la condamnation de Hanevi n'est pas lié à l'affaire Ibrahima sarr, mais la volonté du pouvoir de connaître les informateurs de taqadoumy.

Nous exigeons la libération de Hanevy dit le fou.

maatala

Maatala

maatala a dit…

Salam

Dans la serie: A chacun ses priorités

"Le Président du RFD se rend à Tunis et à Beyrouth


Le Président du RFD, Monsieur Ahmed Ould Daddah, s’est rendu hier, Mardi 12 Janvier 2009, à Tunis pour présenter ses condoléances à la famille Bourguiba, suite au décès du regretté Habib Bourguiba Jr.

Le Président Ahmed Ould Daddah se rendra par la suite à Beyrouth pour présider la Délégation du RFD au Forum Arabe International pour le Soutien de la Résistance, co-organisé par le congrès national Arabe, le Congrès National Islamique et les Congrès des Partis Arabes, prévu du 15 au 18 Janvier 2010.
La délégation du RFD comprend également MM Mohamed Mahmoud Ould Emmat, Vice-président du Parti, et Mohamed Abdellahi Ould Atchagha, Membre du Comité Permanent.
La Direction de la Communication du RFD

maatala

Anonyme a dit…

Voir sur le blog du prof:

"Leurres et lueurs"
L'effet d'annonce sur l'appel aux spécialités médicales et les compétences mauritaniennes.

Anonyme a dit…

Bonjour canalhrurs,
effectivement il est triste de voir qu'il y a de compétences nationales aussi importantes que notre pays n'a pas su en bénéficier mais en fait ce qui est plus triste est de constater que ces compétences une fois revenues et installées dans le pays basculent complètement et devient de compétences certes mais en détournement de biens de l'Etat!!!
en fait laba où ils sont ils sont de compétences par la force de la loi et ne peuvent pas détourner comme quand ils sont chez eux!!
A mon avis notre pays n'est pas capable de devenir un pays d'institutions d'ailleurs comme ses semblables arabes où la tribu est la brique de base de la structure sociale!! la meilleure de chose est de avoir un dictateur de type BENALI privant en partie certains biens!

A mon avis le problème n'est pas la manque de compétences c'est plutôt un changement d'esprit de la société!

TES

Anonyme a dit…

imaginons la RIM talibanisée, ça serait l'enfer garanti..ces barbus sont en train de frapper un grand coup , c'est un peu de la tazabout de sidioa qui a ete renversé au motif, entre autres, de flirter avec les islamistes..on ne flirte pas avec les barbus..c'est comme la azba tu lui donne un coup de pouce, elle pense qu"elle a les coudées franches..moi je pense que l'aile moderée des salafites sous la houlette de l'eveque dedew est en train sauver les ''soldats salafites'' en reglant , au passage, le compte des ulemas traditionels (les ulemas du pouvoir) depassés par les evennements.;tout ça avec la benidiction des freres musulmans..la tactique est claire y il y'aura biento un clash

Anonyme a dit…

J ái envoyé 2 ou 3 messages ce matin, mais il me semblent disparus. C'etsit toujoutrs au sujet des salafistes à gauche et à droite. Ils sint cu et chemise et deux faces d'une meme piece. A-

maatala a dit…

Salam

Dans la serie: On ne joue pas avec le feu

Lu sur le monde diplomatique pour mon ami A-

"Le Pakistan, l’armée et les islamistes


Sur le site de l’International Herald Tribune(15 janvier), une enquête fouillée sur les relations entre les services de renseignement de l’armée pakistanaise et les islamistes radicaux réalisée par Carolotta Gall et David Rohde (« Militant groups slip from Pakistan’s control »).

« La principale agence de renseignement militaire pakistanaise a perdu le contrôle d’un certain nombre de réseaux de militants pakistanais qu’elle avait nourris depuis les années 1980, et elle subit les contrecoups de cette politique. C’est ce qu’ont affirmé deux anciens responsables de cette agence (Inter-Services Intelligence, ISI), ainsi que d’autres officiels proches de ces activités. »

« Comme les militaires se sont retournés contre eux, les groupes militants se sont révoltés contre leurs anciens patrons. En alliance avec d’autres groupes extrémistes, ils se sont attaqués aux forces de sécurité pakistanaises et ont aidé à monter des attaques-suicides, y compris certaines dirigées directement contre l’armée et les services de renseignement, mais aussi contre des responsables politiques, peut-être même Benazir Bhutto. »

Ces informations ont été fournies aux deux journalistes par des officiels proches de l’ISI, qui a joué un rôle central dans les années 1980 pour armer et former les combattants du monde musulman qui allaient combattre les Soviétiques.

« Les deux anciens responsables de haut rang des services ont reconnu que, après le 11-Septembre, quand le président Musharraf s’est publiquement allié avec l’administration Bush, l’ISI n’a pas pu contenir les militants qu’elle avait alimentés depuis des décennies pour exercer une pression sur l’Inde et l’Afghanistan. Après avoir contribué à développer des convictions islamiques dures, l’ISI a dû lutter pour empêcher cette idéologie de se répandre. »

« Un autre responsable a affirmé que des dizaines d’officiers de l’ISI, qui avaient entraîné ces militants, sont devenus des sympathisants de leur cause et ont dû être chassés de l’agence. Il a affirmé que trois purges ont eu lieu depuis la fin des années 1980, et ont même concerné trois directeurs de l’ISI suspectés de sympathies avec les militants. »

Notons que, à l’époque (surtout dans les années 1980), cette politique était fortement encouragée par le président Reagan, qui appelait au soutien des « combattants de la liberté » en Afghanistan.

« "Nous ne pouvions plus les contrôler", affirme un ancien responsable du renseignement. "Nous les avons endoctrinés et nous leur avons dit : "vous irez au paradis". Nous ne pouvions changer si brutalement. »

maatala a dit…

« Mais, selon certains responsables américains du renseignement, Musharraf et l’ISI n’ont jamais complètement abandonné leurs protégés militaires, et mènent, en fait, un double jeu. Ils affirment que Musharraf coopère avec les services de renseignement américains pour traquer les combattants américains d’Al-Qaida, tout en gardant les commandants des talibans et les militants du Cachemire en réserve. »

« Pour affaiblir les partis politiques d’opposition, il courtise les conservateurs religieux. Et au lieu de les réprimer, il adopte des demi-mesures. »

Sur les ambiguïtés de la politique pakistanaise, on peut lire Syed Saleem Shahzad, « Al-Qaida contre les talibans », Le Monde diplomatique, juillet 2007.

(...)

« Au contraire, d’anciens responsables pakistanais du renseignement affirment que Musharraf a ordonné une répression contre tous les militants. Mais, disent-ils, cette politique n’a pas été complètement suivie à cause des oppositions au sein du gouvernement et de l’ISI. »

« Un ancien responsable pakistanais a dit que certains officiels au gouvernement et dans l’ISI pensaient que les militants devaient être tenus en réserve comme une "assurance" pour le jour où les Américains et l’OTAN abandonneraient la région et où le Pakistan en aurait besoin comme d’un levier contre l’Inde. »

« "Nous avons une école de pensée qui est favorable à ce que nous gardions ces capacités d’action", confie un ancien responsable du renseignement. D’autres responsables affirment que d’importants ministres et officiels sympathisent avec les militants et les protègent. Mais d’autres favorisent une telle retenue par peur des représailles que pourraient exercer ces militants. »

« Quand des arrestations ont été ordonnées, la police a parfois refusé d’agir jusqu’à ce qu’elle ait des ordres écrits, car elle croyait que les militants disposaient, comme avant, de la protection de l’ISI. »

Quoi qu’il en soit, il est peu probable que l’armée abandonne le pouvoir, et son utilisation des services de renseignement, ne serait-ce que pour préserver son pouvoir économique, mis en lumière dans l’article de Ayesha Siddiqa, « Mainmise des militaires sur les richesses du pays » (Le Monde diplomatique, janvier 2008).

maatala

maatala a dit…

Salam

Il a dit:

"« Pour affaiblir les partis politiques d’opposition, il courtise les conservateurs religieux. Et au lieu de les réprimer, il adopte des demi-mesures. »

------------------------------

L'azzizzo doit méditer cette phrase et y réfléchir à deux fois, sinon gare au retour du bâton.

le jour ou les fascistes verts verront en lui un danger, il le plomberont. On saura alors qui a cocufié l'autre et le mal sera déjà fait.

Comme disent les haal-pular: Savoir qu'un chien mord ou ne mord pas, de toute façon ne met jamais ta main dans sa gueule"

Ignorance et arrogance voici des qualités bien de chez nous dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

pour vladimir. A-

http://www.bakchich.info/Des-ex-de-Guantanamo-renouent-avec,06922.html

Anonyme a dit…

Merci Maatala pour le machin sur les talibans et l'ISI. Vais lire et chercher l'article du Herald Tribune.

C'est l'histoire qui se repete toujours: le manipulateur qui se fait arroser apres. Al qaida avec les US, le Hamas avec Israel, Les taslibans avec le Pakistan et l'algerie avec le gspc/aqmi. On perd toujours controle quand on manipule. azzizzo va perdre controle des barbus de chez nous qu'il croit pouvoir manipuler. Ils vont lui sauiter a la figure un jour. A-

maatala a dit…

Salam

Sacré paradoxe

On libère des "honorables voleurs", on négocie avec les fascistes verts et on garde en prison un démocrate (hanevy).

Carton rouge à azzizzo dit le fou

maatala

lewonni a dit…

bôjôr

à survoler chezvlane

" les trois barbus et moi"

cliquez ici

Anonyme a dit…

Dr Sall
reste là ou tu es c'est un ensonge tu nous seras utile plus tard ne te fait pas pieger, par des petits cons comment ils peuvent te payer s'ils n'arrivent pas à payer leur medecins 400 usd.

A+
cordialement
un ami

Anonyme a dit…

Je suis Dr generaliste en cours de spécialisation au Maroc. J ai appris pour les somités de sante arrêtés et les grèves de medecins. Le ministre veut que je vienne pour la prison ou pour la greve.
Mr le ministre c a la lumiere de la situation en Mauritanie que cadres expatriés vont rentrer.

Anonyme a dit…

La senatrice tewassoul a intervenu hier de façon tres responsable. Mint Dedde a parle de façon simple objective et responsable. Elle devait ajouter que le procureur peut demain exiger la mise sur ecoute de Messoud ou Daddah ou toute autre personnalité adverse pour plair a AAZ , la seule façon de garder son poste. Surtout un periode éléctorale. tous les candidats de l'opposition sur écoute. c facile la zizanie. mais le conseil constitutionnel est là et ne permettra jamiais une telle entorse aux libertés individuel.

Bebe BA a dit…

Merci à Ben Laden de nous avoir débarrassé du "Dakar"
(Courrier International 18/01/2010)

Le rallye, qui n'a plus de sénégalais que le nom, se déroule pour la deuxième année de suite en Argentine et au Chili. Pour les Africains, c'est une bénédiction, estime le magazine dakarois Kotch.

Elle s'appelait Natalia Sonia Gallardo. Mais nul doute que pas grand monde ne se souviendra de son nom. Cette jeune femme qui croquait la vie à pleines dents a été fauchée par le véhicule 4x4 de l'Allemand Mirco Shultis lors de la première étape, le 1er janvier, du fameux rallye Dakar, qui se déroule cette année en Amérique du Sud. Elle n'est jamais que la cinquante-cinquième victime de cette chevauchée fantastique qui, malgré son lot de tués, est restée fidèle à sa logique aussi implacable que macabre : "The show must go on."

Pour le plus grand bénéfice des chaînes de télévision, des annonceurs et bien entendu des organisateurs, le spectacle ne doit en aucun cas s'arrêter. Pour sûr, il n'y a pas grand-monde en Afrique, le continent qui a payé le plus lourd tribut au Dakar, pour regretter ce déferlement annuel de grosses cylindrées pétaradantes. On se demande même, après coup, comment les dirigeants africains ont pu tolérer pendant si longtemps que leurs territoires soient transformés en immenses terrains de jeu par une horde casquée venue d'Occident et qui se soucie comme d'une guigne d'accidents souvent mortels. Pour une fois, nombreux sont les Africains qui seraient enclins à remercier... Ben Laden ! En effet, ce sont ses sbires, par les menaces qu'ils faisaient peser sur les participants, qui ont obligé les organisateurs à "délocaliser" la course sur un continent où ils courent moins de risques de subir des attentats ou de se faire enlever.

Maintenant, c'est au tour de nos cousins d'Amérique latine de découvrir tout le mal qu'on pense de cette triviale poursuite entre autos et motos : accidents mortels, pollution, désastres écologiques... Une ONG, la FUNAM (Fondation pour la défense de l'environnement), avait même déposé en décembre un recours pour empêcher que le Dakar ne passe par la province de Córdoba, accusant au passage les autorités argentines de n'avoir réalisé aucune étude sur l'impact environnemental de la course infernale. En vain : le Dakar est devenu un business trop lucratif pour s'émouvoir de ce genre d'états d'âme.

Bebe BA a dit…

La bétise humaine n'a vraiment pas de limite!

**********************************************************************

Démission de Conscience&Résistance - Ciré KANE

« Mais pourquoi cette lettre de démission de Conscience et Résistance seulement maintenant ? Oui, il s’agit bien d’une lettre de démission envoyée à mon ami Ahmed Tettah, le respectable Président par intérim de CR, parce que je ne supporte plus de voir Hanevi ould Dehah, un parfait innocent, croupir en prison alors que les véritables auteurs d’articles politiques ou économiques commandés pour détruire sans la moindre preuve la vie de plusieurs hommes en Mauritanie courent toujours. Ces peshmergas sont Hacen Ould Lebatt et Jemal Ould Yessa. »

Ciré KANE, le 17 janvier 2010 - 16h10

« Conscience et Résistance a pour l’instant de réelles difficultés pour tracer une ligne politique claire et ses décisions ne sont pas suffisamment concertées. Pour cette raison, je suspends à partir de ce jour toutes mes activités au sein de l’organisation clandestine CR, dont TAQADOUMY est la face visible. Je les avais rejoint en décembre 2007, après le retrait de leur soutien au Président déchu Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Dieu fasse que cette organisation tienne rapidement un congrès pour avoir un fonctionnement interne plus démocratique. »

Voilà les termes utilisés le 25 mai 2009 pour annoncer, dans une interview accordée à Biladi, la suspension de toutes mes activités au sein de CR. J’ai continué à nourrir l’espoir que cette organisation allait se ressaisir en convoquant un Congrès et avoir un fonctionnement moins stalinien, une réalité crue et amère que j’ai découverte après ma prestation du serment des justes, serment que quelques membres de l’organisation violent tous les jours.

Nul besoin d’être un lecteur assidu des articles de Jemal Ould Yessa écrits en vieux français pour savoir qu’il est l’auteur de 70% des articles TAQADOUMY qui paraissent dans la langue de Descartes. Ce manipulateur hors pair n’hésites devant rien pour faire croire qu’il a de l’influence. Sinon comment expliquer son acharnement contre Ibrahima SARR, un juste parmi les justes ? Acharnement qu’entretient un peshmerga notoire : le journaliste Djibril DIALLO. C’est souvent ce nègre de service – je suis calme - qui est chargé d’appeler SARR au téléphone pour le provoquer. Quand on ment et qu’on n’a pas de preuves, l’arme du désespoir est la charge baïonnette au canon.

Bebe BA a dit…

Suite de la lettre du super con:

Ibrahima est aujourd’hui complètement réhabilité par l’absence de présentation de preuves au procès de Hanevi concernant cette villa tantôt blanche à 33 millions , tantôt verte à 57 millions, ou cette 4x4 VX flambant neuf sensée garer devant sa somptueuse villa par laquelle les militaires l’auraient soudoyé pour qu’il participe à l’élection du 6 juin 2009 finalement reportée au 18 juillet. Mais Ibrahima, aussi bien l’homme public que le privé, n’est pas prêt de se relever après toutes les insultes dont il a fait l’objet et qui continuent à travers les commentaires volontairement non modérés sur TAQADOUMY.

Jemal wolaay a tooNii mo allah yoftanto ha timma. Tout le monde sait, à commencer par le syndicat des journalistes venus lui rendre visite chez lui pour qu’il retire sa plainte pour diffamation, que Ibrahima loge dans une modeste villa à ilot K extension et roule encore dans sa vieille 4x4 trois portes. Ibrahima, comme ses amis Saydou KANE et Mamadou Samba Diop dit MurtuDo, n’a jamais été obsédé par le consumérisme, l’accumulation de biens matériels.

Mais pourquoi cette lettre de démission de Conscience et Résistance seulement maintenant ? Oui, il s’agit bien d’une lettre de démission envoyée à mon ami Ahmed Tettah, le respectable Président par intérim de CR, parce que je ne supporte plus de voir Hanevi ould Dehah, un parfait innocent, croupir en prison alors que les véritables auteurs d’articles politiques ou économiques commandés pour détruire sans la moindre preuve la vie de plusieurs hommes en Mauritanie courent toujours. Ces peshmergas sont Hacen Ould Lebatt et Jemal Ould Yessa.

Ce sont eux (le second plus que le premier, Hacen n’est qu’un simple exécutant des ordres émis depuis Dakar par son gourou) qui, aveuglés par leur obstination à faire sanctionner leur pays par la Communauté internationale, n’ont pas hésité à sacrifier sur l’autel le soldat Hanevi, un autre juste parmi les justes, un des meilleurs éléments de CR. J’attendais qu’ils se constituent prisonniers pour continuer à croire naïvement qu’il leur reste un peu de c…ourage !

Que nenni, CR est une coquille vide, constitué d’au plus dix personnes qui pensent apporter le changement véritable en Mauritanie juste en pianotant sur le clavier d’un ordinateur.

Je quitte ce navire que j’avais rejoint dans l’espoir de retrouver un fragment de la vie du Pr Saidou KANE. Malheureusement, certains membres – deux, pas plus - ont réussi à dévier l’organisation de ses principes. Par leur attitude, ils ont annulé la dédicace de leur mémoire de maîtrise aux bagnards de walata. S’ils s’amusent à se référer au Pr Saidou KANE pour manipuler le sentimentalisme de certains négro-mauritaniens, ils me trouveront sur leur chemin. Je mettrai à nu toutes leurs techniques rudimentaires de manipulation d’individus fragiles ou franchement …honnêtes !

Allah fasse que je ne rencontre plus ces laides créatures. A défaut, que la poignée de main pour rester poli en toutes circonstances et ne dure pas trop longtemps. A mes amis toujours CR et non cités dans cette lettre de démission, je garde respect et amitié. Ahmed Tettah est l’exemple vivant d’une application journalière de notre belle Charte des justes. Vivement qu’il prenne le gouvernail du bateau ivre CR pour faire plein cap vers la justice et l’égalité et éloigner de tout ce qui peut saper notre unité nationale.

Maintenant l’essentiel est de faire sortir Hanevi de prison tout de suite. La façon dont il y est allé importe peu, on voit tous comment notre justice bafoue les lois de notre république. L’emprisonnement de Hanevi est la mise sous scellés de tous les mauritaniens. Citoyens, faisons sauter le verrou de l’arbitraire !

Nouakchott, le 17 janvier 2010

Ciré KANE

Anonyme a dit…

Ça commence. A-

====

Dedew se réunit avec des dizaines de salafistes à la prison.

Dans le cadre du dialogue en préparation entre les autorités et les prisonniers salafistes mauritaniens, Cheikh Mohamed El Hacen Ould Dedew est rentré hier soir en conclave avec les dit détenus, dans la salle aménagée et équipée pour la circonstance, pour mettre ses dangereux interlocuteurs au parfum des derniers rebondissements sur le sujet.

La rencontre de l’érudit avec les salafistes constitue un premier tête-à-tête, destiné à donner des explications sur les outils et objectifs des pourparlers, en plus de l’entrée en connaissance du point de vue des salafistes et de leurs propositions pour faciliter leur prochaine réunion avec la délégation des Oulémas.

Ces derniers devront discuter avec les prisonniers salafistes à propos de leur conception du «Djihad » et l’explication de certaines contradictions du combat qu’ils ménent avec les recommandations de la religion islamique.



Cheikh Dedew avait transmis aux détenus, la volonté du pouvoir et des érudits du pays de trouver un règlement définitif à cet épineux dossier ; au milieu d’une grande joie des éléments salafistes à l’arrivée de l’érudit et de la disposition de principe de l’Etat à la négociation.







Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : Mohamed Ould Mohamed Lemine | Justice, Démocratie| Lus : 3

Anonyme a dit…

Kaj Maatalla

ceux que tu designes par ''honorables voleurs'' n'ont pas seulement eté liberés sous la pression de la mauritanie authentique laquelle etait choquée et indignée par leur stipude incarceration, mais encore ils ont eu le privelege de diner avec ould Abdel Aziz ...les vrais mauritaniens, pas les batards haineux, acceuillent favorablement le reglement de ce litige dans l'interet de la mauritanie..

---------------------
ولد عبد العزيز يقيم عشاء مصالحة لرجال الأعمال بحضور ولد الددو
الاثنين, 18 يناير 2010 11:37 .أقام الرئيس محمد ولد عبد العزيز عشاء مصالحة البارحة في القصر الرئاسي لرجال الأعمال الثلاثة المفرج عنهم بعد اعتقال دام قرابة شهر علي خلفية ملف "البنك المركزي".



وحسب مصادر مطلعة فقد حضر العشاء الشيخ محمد الحسن ولد الددو، ودام اللقاء بين الطرفين أكثر من ثلاث ساعات، تم خلاله الاتفاق علي طي صفحة الماضي، والعمل علي المساهمة في بناء موريتانيا الجديدة.

Anonyme a dit…

l'ano du 18.01:01.05
prière ne plus signer avec mon pseudo please!
A+ (le vrai)

Anonyme a dit…

Le dialogue(hiwar) entre pouvoir et Salafiste-aqmi veut bien dire que si le ministre et oulemas arrivent à convaincre les salafistes-aqmi ces derniers vont revenir à un islam-moderé. Si par contre l'argumentation des salafistes-aqmi, nourrie de tout ce que l occident judao-chretiens a infligé à l'islam et aux musulmans depuis les croisades et les colonisations, est plus convaincante alors Le ministre,ses Olemas et le pouvoir avec bascule dans l islam radical et au Djihad armée contre l'occident et ses alliés. Sommes nous prêts pour cette dernière éventualité.
M10.

Anonyme a dit…

Bilkiss ya minti,

Quel lien entre ça et les blokates? Sacré Taqadoumy !. Je lis pour la première fois les PV des banquiers chappardeurs. Suis pas d' accord avec azzizzo de laisser partir les bandits avec 5% d' interet. Il n' aurait pas du écouter la Mogueya. C' est du vol en plein jour et il doit serrer ould Nagi là ou tu sais pour dire qui l' a instruit de faire ces choses. A-


BSA-TP, nouveau bras de la Pieuvre
17-01-2010
Bouamatou Société Anonyme (BSA), la holding éponyme du banquier et milliardaire mauritanien, prépare le lancement de sa branche "Travaux publics". Dans la ligne de mire du nouveau-né, plusieurs grands chantiers vont voir le jour, tels des routes, des aéroports, chemin de fer, ouvrages d’art, bientôt financés par l'Etat à hauteur de plusieurs millions de dollars. La fortune sourit toujours aux proches du locataire du Palais ocre.

Il existe en permanence deux gros marchés en Mauritanie, celui de l'énergie et du BTP. BSA est partenaire du français Total au travers des prospections prometteuses dans le bassin de Taoudenni ; le groupe possède également des permis de recherche de l'uranium dans le nord de la Mauritanie, accordés par l’ancien chef de l’Etat Ely Ould Mohamed Vall, durant la transition (2005-2007). Ould Bouamatou, le chanceux, cumule des atouts involontaires ; il est le cousin de l’ex Chef de l’Etat, de l’épouse du Président renversé Ould Cheikh Abdellahi et de l’actuel, Ould Abdel Aziz.

Dernièrement, BSA s'est attaqué à l’économie des ménages, avec le lancement de BSA-Gaz, dont les bouteilles vertes trônent désormais devant toutes les échoppes ; leur apparition suivait de près l'agonie de la Société Mauritanienne de Gaz (Somagaz) que l’on présume programmée en haut lieu. Jusque là, le monopole de la consommation domestique appartenait à l'Etat mais les pouvoirs publics auraient sciemment poussé la Somagaz à la faillite afin de libérer le marché au profit de BSA-Gaz.

C'est exactement la même stratégie suivie avec Air Mauritanie, lorsqu’elle sera déclarée en faillite juste avant que l'espace aérien mauritanien ne devienne le monopole de Mohamed Ould Bouamatou et de sa société, Mauritania Airways.

Très présent dans le marché de l'énergie mais absent jusque là du BTP, Ould Bouamatou attaque ce domaine, simultanément, sur les deux fronts que sont le ciment (BSA-Industrie) et les constructions (BSA-TP). Le premier se partageait entre la Mauritano-Française des Ciments (MAFCI) et Ciment de Mauritanie mais seule la seconde réalisait des constructions.

BSA-Ciment constituera donc la filiale de BSA-Industrie, en charge d’approvisionner les futurs chantiers. Elle a été créée par Mohamed Yahya Ould Horma, l'un des hommes forts du système et négociateur de l’équipe putschiste, durant des accords de Dakar, après le remplacement, au pied levé, de Sid'Ahmed Ould Rayess, actuel gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), soupçonné alors de mollesse et de connivence avec l'opposition.

Anonyme a dit…

Lu pour azzizzo. Fais attention à tes nouveaux amis. Ils risquent de te faire le meme coup. A-

Attaque talibane au coeur de Kaboul
LE MONDE | 18.01.10 | 15h19 • Mis à jour le 18.01.10 | 15h19


Des hélicoptères de l'OTAN tournoyant dans le ciel de Kaboul, les quartiers gouvernementaux et diplomatiques fermés, les étrangers consignés dans leur bureau, le chaos a régné plusieurs heures, lundi 18 janvier, alors que les bruits d'explosion et de tirs d'armes automatiques résonnaient dans la capitale.


"Vers 9 h 30, une explosion a retenti à proximité de l'hôtel Serena, a rapporté au Monde Jean d'Amécourt, ambassadeur de France en Afghanistan, puis des hommes armés ont pris position sur des toits pour faire feu sur des bâtiments gouvernementaux ; à 11 h 20, on entendait une deuxième explosion, assourdissante, près des ministères de l'éducation et des affaires étrangères."

Face à l'ampleur de l'attaque, l'OTAN a déployé des hommes et du matériel aux côtés des forces de sécurité afghanes. Selon des témoins vivant dans le quartier - hautement sécurisé - visé par les insurgés où sont concentrés les ambassades et les principaux symboles du pouvoir, les nuages de fumée provoqués par les explosions étaient visibles dans le ciel et l'odeur de poudre saturait l'air.

L'un des porte-parole du commandement des talibans a revendiqué la paternité de cette opération. "C'est notre oeuvre, a déclaré Zabibullah Moudjahid, nos objectifs étaient les ministères de la justice, des finances et des mines ainsi que la Banque centrale." D'après lui, vingt kamikazes auraient été lancés à l'assaut de la capitale et l'un d'entre eux aurait actionné sa ceinture d'explosifs à l'entrée du palais présidentiel situé en face du bunker abritant la CIA à Kaboul.

Le ministère afghan de l'intérieur confirmait, lundi, la gravité de l'attaque et indiquait que les combats avaient déjà fait "au moins 13 blessés". Quatre kamikazes sont morts, dont deux en se faisant exploser. Deux autres ont été tués par les forces afghanes. Selon l'ONU à Kaboul, une voiture piégée aurait également été utilisée.

Anonyme a dit…

Suite - trahison des barbus. A-

Lundi, le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, faisait le lien entre ces attaques et la conférence internationale qui doit se réunir à Londres le 28 janvier sur le futur de l'Afghanistan. "Il faut s'approcher beaucoup plus encore qu'on ne l'a fait des Afghans. C'est les Afghans eux-mêmes qui doivent déterminer leur futur", a-t-il affirmé.

A Kaboul, lundi, un officier de l'OTAN ne cachait pas son pessimisme. "Après le succès spectaculaire remporté contre la CIA (une attaque-suicide a tué, le 30 décembre 2009, des agents de la CIA sur la base de Chapman, dans le sud-est du pays), les talibans prouvent aujourd'hui, une fois encore, qu'ils peuvent frapper là où ils le veulent quand ils le veulent. Nous savons que 2010 sera pire que 2009."

Le constat est en partie partagé par les diplomates. "C'est la première fois que les talibans montent une telle opération dans la capitale, note M. d'Amécourt. Cela démontre leur capacité à exploiter les faiblesses du gouvernement afghan et de la coalition internationale, mais contraste aussi avec les progrès réels accomplis sur le terrain par la coalition."

Selon un membre du NDS, le service secret afghan, cette opération serait à attribuer au réseau de Jalaluddin Haqqani, ancien chef de guerre afghan lors de la lutte contre les Soviétiques, allié depuis au leader des talibans, le mollah Omar. L'un de ses fils, Sirajuddin, dont la tête est mise à prix par les Américains, a revendiqué, à partir de 2008, les principales attaques menées dans le sud-est du pays et à Kaboul contre la coalition et le gouvernement afghan.



Jacques Follorou

--------------------------------------------------------------------------------
Les journalistes enlevés ont été "prévenus"

Le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, a indiqué, lundi 18 janvier, sur France Info, que les journalistes de France 3, enlevés le 30 décembre en Afghanistan, avaient été "prévenus" des risques, ajoutant : "Ils ont voulu prendre leurs risques, maintenant c'est nous qui les prenons pour les sortir, et c'est normal." Le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, a estimé dimanche que le "scoop ne devait pas être recherché à tout prix", confirmant des propos du président Sarkozy évoquant une "imprudence vraiment coupable". Reporters sans frontières et des syndicats de journalistes ont déclaré ces propos "inacceptables".




Article paru dans l'édition du 19.01.10

Anonyme a dit…

Azzizzo,

Prends note. A-

Une course américano-russe pour décrocher un contrat de 2 milliards
El Khabar, 17 janvier 2010

Des responsables militaires algériens ont fait part, à leurs homologues américains, du besoin urgent de l’armée algérienne d’appareils de détection de mines et explosifs terrestres, alors que la Russie vient de proposer à l’Algérie plusieurs avantages, afin de décrocher ce contrat d’armement, estimé à 2 milliards USD.

Le Ministère de la défense national (MDN) a ajouté à sa liste de commandes en besoins militaires, en cours de négociations avec les américains, une nouvelle génération d’appareils de détection de mines et d’explosifs. Pour rappel, lesdites négociations piétinent depuis trois ans. D’ailleurs, les négociateurs algériens ont fait savoir à la partie américaine que le retard accusé, dans l’approvisionnement de l’Algérie de ce genre d’appareils, pourra affecter les relations militaires entre les deux pays.
En outre, selon des sources bien informées, pas moins de 80% des victimes d’attentats terroristes sont des officiers de l’armée et de la gendarmerie nationale. Ces derniers sont décédés suite aux explosions des mines télécommandées à distance. Selon les rapports des services de sécurité, les groupes terroristes appartenant à Al-Qaeda au Maghreb (QMI) disposent de techniques de fabrications d’explosifs et de mines, qui ont été largement utilisés en Irak.
Par ailleurs, ces négociations secrètes pour l’armement, dont le contrat est estimé à 2 milliards USD, engagées par le MDN avec des entreprises américaines, ont suscité l’intérêt des entreprises d’armement russes, qui, apprend–on, sont entrées en ligne pour décrocher ce contrat.
Selon nos sources, la Russie a proposé à l’Algérie des avantages intéressants, notamment le payement par facilité, le transfert des technologies de pointe en terme de fabrication d’armes et la formation d’ingénieurs algériens, en maintenance et installation de certains systèmes d'armement sophistiqués. La Russie a proposé de construire en Algérie, une usine de fabrication de chars, et une autre destinée à la maintenance des avions de chasse.




17-01-2010
Par A.N/ Traduit par A.A


Anonyme a dit…

A l'anonyme qui s'attaque à Maatala pour avoir exprimé son point sur ceux qu'il appelle les voleurs luxe, je rappelle que dîner avec Ould Abdelaziz n'est pas un honneur.

Même si je ne rejoins pas Maatala dans beaucoup de ses positions, je trouve qu'il a ses convictions qu'il défend avec bec et ongles. Est ce le cas de nos hommes d'affaires qui après avoir été libérés suite à une pression populaire forte, ne se sont point mobilisés pour la libération de Hanevy, qui n'a fait de faute que nous informer.

Je crois que ces hommes d'affaires n'ont toujours pas encore que ce sont les premières victimes de toute dictature du pays et qu'ils doivent défendre jusqu'au dernier soupir la démocratie et la légalité (Aziz n'est je le rappelle pas concerné par ce terme, car dans une Mauritanie normale, il n'aurait pas pu se porter candidat pour cause de casier judiciaire ).

Sanhaji

Bebe BA a dit…

Sanhadji,

qu'est ce que le général a fait pour avoir un casier?

lewonni a dit…

bôjôr

dans la série x-files lire chezvlane

" abréaction et trajectoire"

cliquez ici


à part ça une pensée à maître Ebety l'avocat de hanevy, on peut dire que face à l'arbitraire maître Ebety m'berty lol

le pauvre je crains pour lui une dépression pour bientôt , il passe son temps à dire que c'est du jamais vu depuis qu'il exerce ses fonction cad depuis 1981 et qu'il a demandé à tous ces collégues, c'est du jamais vu nulle part, c'est une première mondiale!

en corée du nord ou ailleurs ils vous font un procès bidon et vous en prenez pour mille ans mais faire un procès et retenir le prisonnier , Taya en rêvait , aziz l'a fait!

pauvre maître, que lui reste-t-il pour tenir le coup , comment être crédible face à ces clients face à la famille, adieu les honoraires sauf sympathie, voilà que tout le monde sait que sa science c'est zéro, cela ne sert à rien, tant d'études tant de foi en la justice

c'est comme un médecin qui se réveillerait dépossédé de sa science,la tête vide

dans des cas pareils vaut mieux aller vendre des beignets

ciao ciao

Anonyme a dit…

vladimir,

Putain! ces gens qui ne parlent qu' arabe c'est le polisario ou des algeriens. Espere qu' ils ne parlaient pas " assaniya". C' est la confusion. Bebe Ba et copiuarpegar: on dit quoi?

Il est ou le couli? A-


Insécurité au Nord Mali : Deux morts à Gao, La 4X4 de Diagouraga enlevée


22 Septembre, 18/01/2010 Commentaires [ 13 ] E-mail Imprimer

L'insécurité se développe au Nord-Mali sous toutes ses formes: kidnappings, drogues, armes, enlèvements de véhicules, assassinats à bout portant. La semaine dernière, deux évènements regrettables se sont déroulés dans cette partie du pays, dont l'attaque meurtrière menée près de Gao, à Batal, à moins de 20 km de la Cité des Askia, le mercredi 13 janvier dernier.

C'est la famille du chef de village de Batal, Alassane Assalia, qui a été la victime de ce raid meurtrier, perpétré par deux assassins enturbannés, à bord d'une moto de marque "Sanili".

Ils ont, en effet, tiré ce jour-là, à bout portant et dans le désordre sur tous les membres de cette famille. Bilan: un mort sur le coup (le fils du chef de village, commerçant de son état) et trois blessés, conduits à l'Hôpital Régional de Gao. Le lendemain du drame, l’un des évacués, un neveu du chef de village, a succombé à son tour des suites de ses blessures.

Jusqu'au moment où nous mettions sous presse, les vrais mobiles de cette tuerie sauvage n'étaient pas été connus et les gens se perdaient toujours en conjectures.

Quelques jours auparavant, c'est le véhicule du Président du Comité de suivi de l'Accord d'Alger, l'Inspecteur Général de Police Mamadou Diagouraga, qui avait été enlevé par des inconnus entre Gao et Kidal, non loin du village de Tabankort, à quelques mètres du lieu, ironie du sort, où le Boeing d’Air Cocaïne avait atterri

Selon nos sources, les braqueurs se seraient exprimés en arabe. Après avoir débarqué le chauffeur et les autres passagers, ils leur auraient donné un peu d'eau et de nourriture, puis leur auraient indiqué une direction où ils trouveraient des tentes. Une chance pour Diagouraga, qui n'était pas dans le véhicule. Dans le cas contraire, il aurait pu être un otage de taille (et de prix) pour les ravisseurs, qui ont en général comme premier choix les Européens.

La piste d'Al-Qaïda dans cet enlèvement de voiture n'est pas à négliger, dans la mesure où les victimes ont laissé entendre que leurs bourreaux s'exprimaient en arabe. C'est dire que ce ne sont vraisemblablement pas les bandits armés habituels de Kidal, eux qui ne savent s'exprimer qu'en tamasheq ou en français, voire en bambara.

Ce qui est sûr, c'est que dans cette immense région, où les crapules ont tissé de véritables réseaux d'enlèvement de voitures et de rapts en tout genre, il sera très difficile de retrouver la 4 X 4 du Général!

Chahana TAKIOU

Anonyme a dit…

mon cher A-

je crois que nous faisons fausse route

Aziz a de la suite dans les idées, vu ces mentors khadaffi et ses touareg et el béchir et ses milices, je crois que azizzo a compris qu'il ferait bien d'avoir ses salafistes lol

d'où la négo!

même en cas de liberté après négo dans un esprit d'apaisement , la france pourra en penser ce qu'elle veut, le pouvoir s'en tape car le béchir avec tous ses mandats au fessard, il voyage pénard car si on y touche il met le pays à feu

aziz envoie dedew , dedew ne serait pas contre non plus d'avoir une petite armée, en face pour sortir sera-t-on prêt à tout dialogue? voilà bien une affaire en soufre, je te tiens tu me tiens par la barchette , le dernier qui rira aura le pouvoir


la politique c'est vraiment un métier sinistre, heureux qui peut vivre heureux en vendant des beignets

au fait , on aimerait que nos oulémas invitent les oulémas marocains du commandeur des croyants M6 car on aimerait savoir quels sont les fatwas marocaines qui autorisent le Roi a autoriser la pub de l'alcool dans les magasines telquels etc où on peut voir une bouteille de voka glacée avec en dessous une fatwa marocaine " à consommer avec modération" lol

c'est incroyable comment d'un pays à l'autre de voisin à voisin, les oulémas n'ont pas lês même conclusions, y at-il tant de matière à divergence?

et pourtant...

Bebe BA a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Bebe BA a dit…

A-, on ne dit rien sauf que le général est en train de faire une connerie et que sur les site haratine et falmnet, ils sont en train de rouspeter parce qu'il n'a pas voulue engager le dialogue avec eux!

======================================================================

Les salafistes exigent la présence «massive» des médias aux séances de dialogue


«Nous exigeons la présence massive des médias à toutes séances de dialogue entre nous et les oulémas, pour que la vérité se dévoile au grand jour» a indiqué, lundi, Khadim Ould Semane, principal leader activiste salafiste détenu dans la prison centrale de Nouakchott.

Ould Semane s’exprimait à l’occasion de l’ouverture officielle de la première séance de dialogue entre les autorités mauritaniennes, en présence d’Ahmed Ould Ninni, ministre de l’Orientation islamique chargé de superviser ce dialogue.
Devant un parterre d’oulémas et en présence de la presse privée et publique, le leader salafiste Ould Semane, entouré d’une soixantaine de détenus jihadistes, n’a pas hésité à dire que son groupe respecte «l’aura des oulémas, mais qu’il tient à ce que les notions de Jihad (guerre sainte) soient discutées, avant de souligner que l’opinion de la oumma (communauté) islamique a le droit de savoir ce qui se passe dans ce pays».
Après avoir rappelé des propos accusant les salafistes d’«ignorance», tenus par des intervenants à l’occasion du colloque organisé la semaine dernière à Nouakchott sur la question de l’extrémisme et suite auquel les oulémas ont recommandé aux autorités d’ouvrir ce dialogue, il s’est dit, en même temps que ses camarades, prêt à échanger des idées avec les parties prenantes du dialogue pour que la vérité triomphe enfin.
Au cours de cette première séance du dialogue avec les salafistes jihadistes, le Ministre de l’Orientation islamique a indiqué que ce dialogue vise à mettre un terme au dossier du terrorisme, dont la menace continue à peser sur la paix sociale en Mauritanie.
Il a également rappelé que l’Etat qui a opté pour la solution sécuritaire pour garantir son intégrité territoriale cherche aussi à ouvrir un dialogue sérieux et franc avec toutes les parties concernées par ce dossier et ce conformément aux préceptes de la Charia (loi islamique) qui constitue la première référence pour tous les mauritaniens lutter contre l’extrémisme.
Les séances d’échange entre les oulémas et les détenus salafistes devront avoir lieu du 18 au 20 janvier, sous la direction du président du Centre de Formation des Oulémas, le Cheikh Mohamed El Hacen Ould Dedew, une personnalité de renommée internationale très écoutée dans les milieux islamistes.
Selon les spécialistes des groupes islamistes en Mauritanie, ce dialogue mené par les oulémas les plus écoutés du pays, devra conduire à des avancées importantes dans le cadre de la recherche de solution pour le problème de la violence terroriste que connait la Mauritanie depuis 2005.

Anonyme a dit…

Vous avez vu Ould Sidna entre les salafistes à la rencontre? C' est sur canalh. Qu 'on me dise qu' il n y a jamais eu de manip pour se debarraser de Sidioca qui n' a jamais rien compris. C' est confus tout ça. azzizzo pro salafiste? Non. Il pense les pieger, mais eux vont l' avoir en douce. A-

Anonyme a dit…

Ould Sidna c' est sur Cridem et nonr canalh. Mes excuses. A-

Anonyme a dit…

c'est surraliste, sur tvm, les images des criminels qui ont du sang sur les mains entrain de narguer le similacre d'une republique bananiere qui organise un dialogue dans le bagne..A dieu mauritanie, bonjour l'azizanie..incapable de juger les terroristes , ce regime qui terrorise un journaliste qui n'a que sa plumes, se defroque devant des barbares qui ont semé la panique , armes à la main, dans les rues de nkt; à coté d'aleg ;;

Anonyme a dit…

bravo ano 21h 24

un nouveau mot dans le lexique de canalh: l'azizanie lollllll

unepenséeà BL

Anonyme a dit…

écrit thiaptel sur taqadoumy

" Bouamatou est un ogre tentaculaire !
Ceux qui chantent aujourd’hui ses mérites oublient que c’est le pauvre con de Taya (Ahmed et Maouiya) qui a force de ce voir lécher le c… par lui ont décidé de s’en servir comme écran pour gérer leur sous volés au pauvres Mauritanien.
L’écran s’est élargi et est devenu si opaque que l’on croit aujourd’hui que c’est l’image d’origine et non un vilain reflet d’une autre image.
Le tentaculaire maitrise aujourd’hui toute votre vie pauvres Mauritaniens :
Distribution : cogitrem, copral, il est de ce fait tous les jours dans vos marmites et dans vos panses.
Energie : Total, BSA Gaz : dans vos voitures et dans vos maisons
Banques : GBM : dans vos poches, dans vos sous,
Transport : Boua3amatou Airways, GSA (NISSAN) dans vos routes et dans vos aires
Poison et consorts : Marlboro, Congress… Coke, Chanvre… dans vos poumons et dans vos veines via vos narines
Télécommunciation et jassoussie : MATTEL, et réseau privé de safag : dans vos secrets les plus intimes, dans vos oreilles tous les jours….
Ciment et TP : dans vos murs, routes, bâtiments
Médecine : fondation Bou3amatou, quelques cliniques privées… dans vos yeux, tous vos organes, votre malheur lui fait gagner du fric…. La charité il ne connait pas puisque l’on sait qu’il ne croit pas en dieu et qu’il ne prie pas.
BSA consulting : conception de cartes, études : dans la manière de vous planifier et de vous présenter à l’Etat et aux bailleurs….
Il est partout….. Vous n’êtes nulle part. Dieu est grand, d’un simple boutiquier (Wegaf) le monsieur est devenu le maitre absolu de ce pays. Il est dans vos cœurs par envie, par jalousie, par haine…. Par amour……… aucun de vos sentiments n’échappe à l’intromission insidieuse et sournoise de votre tentaculaire ogre et maitre."

maatala a dit…

Salam

En effet c'est lamentable, car nos fascistes verts sont le bras armés d'une nébuleuse qui veut instaurer le califat en azzizzanie......


Néanmoins, vu que nous sommes d'un une partie d'un jeu de massacres intitulé : "l'attrapes couillons " je tend à croire que c'est peut être une manoeuvre de l'azzizzo pour dire après la pendaison de Semane qu'il aura tout fait pour éviter le pire.

Le crime des paisibles victimes d'Aleg ne doit en aucun cas rester impuni.

Il y a eu mort d'hommes et non celle d'insectes dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Presque tout sur azzizzo et les raisons derriere ses nogociations avec les barbus (en anglais chez Kal de moor Next Door). Il semble que Bechir qui l' a convaincu de negocier. Bientot des pendaisons pour un petit verre au restaurant chinois et des fouets pour port de pantalon sous la melhfa. Les belles robes d' el koriyat bientot interdites. Vivement la burqa !

A-

http://themoornextdoor.wordpress.com/2010/01/18/clean-from-the-purpose-of-the-things-themselves/

Anonyme a dit…

Lisez le commentaire d' ano du 18 janvier 2010 19:18. Lui a tout compris. Thank you ano. Je crois que la mierda va commençer plutot que prévu. A-

Anonyme a dit…

Je relis ça pour comprendre assez sur nos wahabistes-salafistes et le jeu de azzizzo n' est pas très clair pour moi. en attendant, je lis. A-

http://themoornextdoor.wordpress.com/2008/09/23/the-interrogation-of-a-salafi-alim/


http://themoornextdoor.wordpress.com/2008/10/12/salafism-aqim-and-rural-mauritania/


http://themoornextdoor.wordpress.com/2008/09/21/aqim-mauritania-quite-saharan-in-fact/

Anonyme a dit…

D'apres Khadim Ould Semane lui et son groupe ne sont pas mecreants et n'ont pas tort. Ce qui veut tout simplement dire que ce sont les autres qui sont mecreants et ont tort.

L'exploit des salafistes est de transformer la prison centrale de Nouakchott en un palais des congres. J'aurais bien voulu que le debat soit ouvert a' tous les prisonniers qui s'y trouvent parce que si les petits voleurs, les petits bandits et les autres criminels qui s'y trouvent, comprennent bien l'Islam, cela ne peut que "renforcer" la paix civile. (franchement, je suis entrain de rire)Abdel Aziz enferme les oulema et avec les salafistes a' la prison centrale sous pretexte qu'ils sont en conference. Je pense que cet exemple doit etre reproduit dans toutes les villes et tous les villages Mauritaniens ou' il y a des prisons. Les islamistes peuvent rester dans ces prisons pendant toute l'anne'e pour discuter de tout ce qu'ils veulent. Ceci permettra aux populations ordinaires de vivre en paix.
J'aurais bien voulu commenter sur la photo de Khadim Ould Semane mais je prefere continuer a' rire.

Pour etre serieux, je dirais que si l'etat Mauritanien n'a rien contre Khadim et compagnie, il doit les liberer mais s'ils ont commis des crimes, ils doivent etre juge's et punis conformement aux lois en vigueur. S'ils sont deja juge's et condamne's, ce serait une erreur de faire ces genres de rencontres a' la prison.
Je n'aime pas speculer parce que je ne sais pas la strategie qu'Abdel Aziz a en tete. La ligne officielle de plusieurs pays est de ne pas negocier avec les terroristes mais la realite' est differente. Si l'actuel dialogue permet d'assurer la securite' sur tout le territoire national et eliminer definitivement les actes terroristes en Mauritanie, il serait bon de le continuer. More importantly Khadim et compagnie doivent s'engager a' ne plus participer directement ou indirectement a' aucun acte terroriste dans le monde.

Mes salutations a' Sanhaji, A-, Citoyenne, Bebe BA, Maata, LMr, Yanis le roi, KBG et tous les autres. Je continue a' vous lire mais je prefere me retirer definitivement.Too many I got you games that I don't feel like playing anymore. J'ai egalement vieilli, il faut donc que je laisse la place aux jeunes.

Bonne et heureuse anne'e a' tout le monde.

P.S.
Ces quelques minutes de participation etaient pour la photo de Khadim Ould Semane. Je retourne dans mon silence.

Anonyme a dit…

Couli a dit:
"J'aurais bien voulu que le débat soit ouvert a' tous les prisonniers qui s'y trouvent parce que si les petits voleurs, les petits bandits et les autres criminels qui s'y trouvent, comprennent bien l'Islam, cela ne peut que "renforcer" la paix civile. Abdel Aziz enferme les oulema et avec les salafistes a' la prison centrale sous prétexte qu'ils sont en conférence. Je pense que cet exemple doit être reproduit dans toutes les villes et tous les villages Mauritaniens ou' il y a des prisons. Les islamistes peuvent rester dans ces prisons pendant toute l'année pour discuter de tout ce qu'ils veulent. Ceci permettra aux populations ordinaires de vivre en paix".
...........
...............
Frère Couli, merci, moi, aussi, suis entraine de rire et j'espère que les autres ne ratons pas l'occasion de rigoler un peu. Je pense que ça nous permettra de dégager, un peu, l'angoisse et l'incertitude sur l'avenir du pays.
Cher frère wellah ella t'wahechnak. Je vous en supplie ne nous privez pas de votre contribution, dans ces débats et commentaires libres que nos frères, LM et Maata, ont voulu bien nous offrir, we letti nechkourouhoume 3eleyha kethiren.

Citoyenne

Anonyme a dit…

lu sur cridem ça vient de sortir

Le président Aziz demande pardon aux hommes d'affaires.

Après avoir tenté de régler ses comptes avec les trois hommes d affaires les plus grosses fortunes en Mauritanie, Aziz s’amble avoir regretté son Bras de fer avec les patrons de Nouakchott, la question pourquoi Aziz est il tombé si bas ?

Le président a rapidement corrigé ses erreurs en invitant au palais présidentiel les trois principaux acteurs économiques du pays il s’agit du président du conseil d'administration de la Banque Al-wafa mauritanienne islamique (Bamis), et le patron du groupe M.A.O.A le troisième employé en Mauritanie.

Chriv Ould Abdallahi, et du PDG de la plus grande banque mauritanienne, Banque nationale de Mauritanie Mohamed Ould Noueigued et de l'homme d'affaires Abdou Maham, a table aussi le grand marabou et prédicateur célèbre Cheikh Dedew .
Les habitants de Nouakchott on constatées les flambées de prix des matières de premier nécessité ce qui été insupportable pour les pauvres de Nouakchott et leur président, Au diner Aziz a demande pardon aux patrons sur fameuse affaire de la banque centrale mauritanienne, à demande aussi leurs aides pour le développement du pays, Après trois heures de discussion Ils ont tombée d’accord de retourne la page du passé et ouvrir une nouvelle époque.

Med Salem El Kabad

---------------

hélas sanhaji avait raison, apparemment c'est cela l'esprit militaire, on ne comprend que les rapport de force, les banquiers les salafistes

pendant ce temps, on s'acharne sur un pauvre webmaster

c'est lamentable, je crois que aziz a ds tayistes comme conseillers c'est la seule explication

Bebe BA a dit…

Comment des rebelles ivoiriens sont protégés au Mali. Interpol et de hautes personnalités cités . Des milliards investis dans des banques . Les révélations d’un journal malien
(L'Inter 19/01/2010)

Grâce à la couverture dont ils bénéficient, ces individus sans scrupule ne se cachent plus pour accomplir certains actes, ils ouvrent des comptes sous leurs identités réelles sans être inquiétés. Abdoulaye Traoré dit AB « Waraba » dont il s’agit, est un maillon de cette Camorra. Malheur a qui ose s’attaquer à eux car ils ont de solides attaches dans toutes les hautes sphères sensibles de l’Etat malien. Depuis son arrestation le 22 décembre 2009 dernier, par les éléments de la Brigade de Recherche de la BIJ dirigée par le jeune et vaillant inspecteur PAPA MAMBI KEITA, l’étau semble se resserrer de jour en jour sur AB, allant même jusqu’à perturber le sommeil de ses Protecteurs. Ainsi, deux des nombreuses victimes (Maliens) de la barbarie du chef rebelle ont refait surface et jurent de le poursuivre devant les tribunaux jusqu’à ce que justice soit faite. A. Coulibaly et D. Sacko, tous deux opérateurs économiques en Côte d’Ivoire au moment de la rébellion, ont subi les pires humiliations de la part de AB. Ils ont été d’abord arrêtés, séquestrés, déshabillés en public puis dépouillés du fruit de 25 ans de dur labeur par le chef rebelle ABDOULAYE Traoré dit AB « Waraba », commandant incontesté de la zone militaire de Man à l’époque. Selon A. Coulibaly, exploitant forestier à Biankouma, AB lui aurait arraché son véhicule de marque Toyota LAND Cruiser flambant neuf garé dans son chantier, et comme si cela ne suffisait pas, AB ordonna à ses éléments de lui régler son compte. Mécontent du refus de ses éléments à donner une parfaite correction à A. Coulibaly, qui non seulement connaissaient l’homme en question pour sa générosité, mais estimaient que le chef rebelle dépassait les bornes, fouetté dans son orgueil de chef, AB sortit son pistolet et tira sur l’opérateur économique qui fut invulnérable à ses balles. Et comme si cela ne suffisait pas, AB le jeta dans le coffre de son véhicule pour un lieu de torture. Par la grâce de Dieu et l’intervention de la communauté malienne résidant dans la localité, A. Coulibaly, après avoir subi ses durs revers rejoignit son pays natal le Mali les mains vides. AB s’empara ainsi de tous les biens de A. COULIBALY à savoir : chantier d’exploitation, bois coupés, machines, scies, engins, le tout pour une valeur de plus 318.000.000.f CFA, et deux chargements de remorques d’environ 45 tonnes chacun appartenant à D. Sako, d’une valeur de 94 millions de francs CFA, qu’il revendit en guinée voisine. WARABA au pays de A. Coulibaly et de D.Sako Après tous ces forfaits commis sur des individus, Abdoulaye Traoré dit AB « Waraba » et ses éléments ont ensuite braqué la succursale de la BCEAO de MAN pour se réfugier au MALI avec une forte somme d’argent estimé à 5 milliards de nos francs, selon nos informations.

Bebe BA a dit…

Informés de la présence de AB au Mali, les deux infortunés Adama Coulibaly et Dramane Sako ont fini par rencontrer leur malfaiteur pour la première fois dans un grand cafeteriat de la place. Ce dernier, sans détour, reconnut les faits et s’engagea à restituer leurs biens. Après plusieurs rendez-vous restés infructueux, une solution à l’amiable de restitution des biens fut trouvée : AB proposa à Adama Coulibaly un bon de 8 millions et deux petites voitures en compensation de sa LAND Cruiser neuve double cabine. Et comme négociant ou facilitateur Mamadou Z. SIDIBE à l’époque Inspecteur à l’Interpol, aujourd’hui commissaire. Toute chose que la victime refusa. Bien avant son arrestation le 22 décembre dernier par Papa Mambi et son équipe, Abdoulaye Traoré dit AB « WARABA » tout en reconnaissant ses forfaits, refusait de restituer les biens de ses victimes et continuait à se promener librement à travers la ville de Bamako, de quartier en quartier sans domicile fixe et sous la protection de quelques hautes autorités moins que rien du pays, toujours prêtes à vendre le pays pour quelques pièces. La protection du vulgaire rebelle, à en croire certaines sources, était assurée nuit et jour par l’ex-inspecteur d’Interpol Mamadou Z. Sidibé. Au moment où nous mettions sous presse, Waraba médite sur son sort derrière les grilles de sa cellule de la BIJ depuis près d’un mois, sur plusieurs chefs d’accusations qui sont entre autres des crimes et délits, tentative d’assassinat, coups et blessures, violences, tortures, vol, extorsion, dépossession frauduleuse de bien d’autrui prévus et puni par les articles 199, 252,272 et 3 du Code pénal malien. On espère que justice se fera car le procureur en charge de l’affaire a promis de faire passer à la barre tous ceux qui ont de près ou de loin protégé Abdoulaye Traoré dit AB « WARABA » sur le sol malien, pour ses crimes et délits commis sur ses compatriotes. Source : La Révélation

Bebe BA a dit…

App, la CAF avait été avertie des ménaces mais elle n'a pas réagi et ce sont les togolais qui se sont retrouvés sous les feu des mitraillettes! Resultat: deux morts par négligeances

**********************************************************************

L'ancien directeur des sports au Minjes et ancien président de la Fédération camerounaise de football, aujourd'hui âgé de 63 ans. C'est le 10 mars 1988 à Casablanca que Issa Hayatou a été élu président de la CAF. Depuis il trône, disent ses détracteurs ! Le Camerounais Issa Hayatou, à la tête du football continental depuis presque 22 ans, avait été reconduit à la tête de la Confédération africaine de football (CAF) à l’issue de son 31ème assemblée générale tenue à Lagos, au Nigeria.

Seul candidat à sa propre succession, il avait été reconduit pour la cinquième fois (après 1992, 1996, 2000 et 2004) pour un mandat de quatre ans. Ce qui lui permet de trôner à la tête du football continental jusqu’en 2013.

Issa Hayatou n'a pas que des amis, avec les joueurs togolais décédés va-t-il enfin démissionner, clament tout haut déjà ses détracteurs !

Selon des informations parvenues à la rédaction de Réveil-FM et confirmées par d'autres confrères, la FIFA aurait préalablement averti la CAF des menaces pesant sur l’organisation des matches de la CAN 2010 dans l’enclave angolaise de Cabinda. Une nouvelle qui relance les débats sur la responsabilité de cette institution dans l’attaque du bus de la sélection nationale togolaise ayant coûté la vie à deux joueurs togolais et le chauffeur du bus de la délégation togolaise.

« Le président de la Fifa (Joseph Blatter) avait reçu une lettre de la représentation cabindaise en Suisse qu’il m’avait fait suivre, le 27 octobre, et j’ai envoyé une copie de ce courrier à la Confédération africaine de football. On avait reçu l’information de cette menace qui planait sur toute personne qui se rendrait dans cette région », a expliqué Jérôme Valcke, secrétaire général de la Fifa dans un entretien avec des journalistes, diffusé par France Bleu.

Le 8 janvier, le bus transportant les Eperviers du Togo a été attaqué par des deux groupes séparatistes dans l’enclave de Cabinda. Stan O’cloo et Amélété Abalo ont été tués alors que le 2e gardien, Obilalé Kodjovi et le défenseur Serges Akakpo ont été blessés. Une situation qui a poussé le Togo à se retirer de cette compétition.

La CAF a rejeté la responsabilité sur les dirigeants togolais arguant n’être pas au courant de la tension dans cette région. Mais, le FLEC-PM et le FLEC-FAC qui ont revendiqué l’attaque ont toujours clamé avoir averti l’institution des menaces qui planaient sur l’organisation des matches dans cette enclave riche en pétrole.

Cette nouvelle révélation jette le discrédit sur la CAF, après celle du président du comité local d’organisation de la Coupe du Monde, Afrique du Sud 2010, Danny Jordan.

Il y a lieu de se demander pourquoi la CAF avait maintenu le groupe B à Cabinda. Pour des intérêts personnels inavoués ou pour les beaux yeux des Angolais et de leurs autorités.

Selon des sources concordantes, les autorités togolaises auraient refusé à la CAF d’envoyer une délégation aux cérémonies d’hommage national aux deux victimes de cette « barbarie ». Une manière de manifester leur colère indescriptible contre l’institution dirigée par le Camerounais Issa Hayatou, président de la CAF depuis 22 ans.

Reste à savoir si Lomé exploitera tous ces éléments et révélations accablants, pour porter plainte contre la CAF. « Ce serait de bonne guerre pour la mémoire des deux victimes, de leurs familles et du peuple togolais qui pleurait déjà, dans l’indifférence total de la CAF, les morts du crash de Lungi et les victimes de la méchanceté des supporters béninois », estime un responsable sportif sous couvert de l’anonymat.

lewonni a dit…

bôjôr

à lire chezvlane

" aziz est-il conseillé par des tayistes? "

cliquez ici

Anonyme a dit…

Lewonni,

Avant gaá de te lire, je te dis oui: rien n'a changé sauf ould Tasya n'est plus là et Ehl Noueigued ne font plus le gros dos. Assel houwa il a des conseillers tayistes. C'est pour cela que ça flanche. A-

Anonyme a dit…

Lewoni,

Je change d' idée. Je viens de lire qque choses sur Cridem. Je ne dois pas en parler, mais je balance l'article après ce message. Conseillers tayistes comme les ulemas qui ont rendu visite aux salafistes. J'ai été quand meme qu'il n y a pas un alem kori. Deux choses l'une: le salafisme c'est l'affaire des beidhanes ou les salafistes toutes tendances confondues pensent que les kwars ne connaissent pas le livre.A-

Anonyme a dit…

L'article le voil`a et il est bon. A-
===

http://www.quotidien-nouakchott.com/

« Une foire des complots en vue de ternir l’image des moujahidines. » C’est que pense Khadim Ould Semane du colloque scientifique sur l'Islam et la problématique de la modération et de l'extrémisme dans l'interprétation et le comportement. Il l’a dit aux initiateurs du dialogue avec les extrémistes au cours de leur visite à la prison civile de Nouakchott.

Dès la clôture du 1er colloque scientifique sur l'Islam et la problématique de la modération et de l'extrémisme dans l'interprétation et le comportement, organisé par le Ministère de l’Orientation Islamique et placé sous le haut patronage du président Mohamed Ould Abdel Aziz, des rumeurs persistantes sur l’ouverture d’un dialogue avec les prisonniers salafistes, ont fait le tour de la ville.

Très vite, cela s’est concrétisé par une série de rencontres quasi officielles entre les deux bords. C’est donc en application de cette recommandation que lundi 18 janvier les portes de la prison civile de Nouakchott se sont ouvertes devant les journalistes pour assister à la cérémonie d’ouverture de ce dialogue.



Cotés oulémas et faqih il y avait : Hamden Ould Tah, Mohamed El Mokhtar Ould Mballé, Ethman Ould Cheikh Abou El Maaly, Abdallahi Ould Eminou, Ahmed Mezid Ould Abdel Hagh, Bouna Oumar Ly, El Yedaly Ould Hadj Ahmed, Isselmou Ould Sid’El Moustaph, Abderrahmane Ould Veten, Oumar Ould Maatalla et Mohameden Ould Mahmouden. Face à eux, une cinquante de prisonniers apparemment tous bien portants et dont certains méticuleusement enturbannés.

Anonyme a dit…

Suite - imams tous blancs et article sensé. A-

====

Imam pas bienvenu.

Dès l’entrée des premiers prisonniers et à la vue de l’imam de la mosquée saoudienne, Ahmedou Ould lemrabott, Sidi Ould Sidina s’adressa à l’assemblée en disant qu’il n’était pas le bienvenu car il avait selon lui injustement accusé les salafistes. Cependant, c’est l’entrée de Khadim Ould Semane qui retient toute l’attention des journalistes présents.

Dès son entrée celui que certains considèrent comme l’émir des salafistes mauritaniens a brandi un Tee shirt blanc sur lequel il avait dessiné une grenade et une kalachnikov avec l’inscription Al Qaida en Arabe.

Sans prêter la moindre attention à la délégation officielle conduite par le Ministre de l’orientation islamique Ahmed Ould Neini, Ould Semane improvisa une conférence de presse dans laquelle il dit notamment qu’il se félicitait de la présence de tout ce que compte la Mauritanie de Faqih et de Alem(singulier de Ulema) et que son groupe était prêt à engager avec eux le débat pour savoir lequel d’entre eux avait tort ou était sur la bonne voie.

Pour ce faire a-t-il dit je les invite à laisser la presse retransmettre librement les débats pour que le peuple mauritanien sache ce que les uns et les autres préconisent. Ould Semane s’en est pris au colloque qu’il a qualifié de foire des complots en vue de ternir l’image des moujahidines. Selon lui les ulémas participant à ce colloque ont prétendu que les salafistes accusent tous les mauritaniens d’apostasie or dit- il « nous n’accusons que les gouvernants » et nous sommes prêts à confronter nos arguments aux vôtres.

Puis il s’installa entre Maarouf Ould Haiba et Sidi Ould Sidina tenant toujours son tee-shirt drapeau entre les mains. Puis ce fut le tour du détenu Cheyakh qui lut des versets coranique avant de céder la place à Ould Neini pour prononcer son discours officiel qui fut suivi par la prise de parole par Abdallahi Ould Sidiya Ould Bouh qui à son tour s’adressa à l’assemblée en disant que le discours de Khadim Ould Semane ne les engageait pas et que lui et un groupe de 47 prisonniers étaient prêts au dialogue avec les autorités.

Ould Semane reprit la parole pour confirmer qu’en fait il ne parlait qu’au nom des jeunes « qui portent les armes » (une vingtaine). Sans doute énervés par la diatribe de Semane, les gardes firent évacuer sans ménagement la salle qui les jours prochains devrait abriter les débats.

Pour libérer les otages européens.

Mais ce qu’il ne faut pas perdre de vue, c’est que ce dialogue est surtout un débat théologique sur les différents courants de pensées islamiques. Le vrai dialogue c’est celui qui sera mené par des représentants de l’Administration et qui pour certains observateurs n’est qu’une préparation de terrain pour les négociations en vue de l’élargissement des otages européens détenus par Aqmi. Mais dans ce cas, Aqmi n’est intéressée que par la libération des irréductibles.

Rappelons que le colloque qui a comporté des conférences et des interventions d'un certain nombre d’oulémas visait à mettre en exergue une interprétation, partant d'une vision islamique basée sur le Coran et la Sunna du prophète, mais dans une société optant pour la modération comme mode de vie et de pensée. Le colloque a été sanctionné par un rapport final qui cite les principaux axes qui ont été traités par les participants et qui se veut une demonstrandum du rejet de la religion de l’extrémisme et du terrorisme.

Les participants aux colloques ont aussi fait un certain nombre de recommandations appelant, entre autres, à adopter une stratégie étudiée pour la propagation de la pensée de la modération et à ouvrir la porte du dialogue avec ceux qui ont des idées extrémistes en vue de les amener à se repentir.

MSS

Anonyme a dit…

Du nouveau. A-

===

Lutte antiterroriste au Sahel : L’UE veut mettre en place une politique de sécurité commune
Les ministres de l’Intérieur de l’Union européenne (UE) devraient se rencontrer demain à Tolède (Espagne) pour discuter de « la mise en place d’une politique commune de sécurité dans des zones à risque comme le Sahel », où Al Qaîda au Maghreb détient six otages européens. Au cours justement d’une rencontre hier avec la presse, le secrétaire d’Etat espagnol à la Sécurité, Antonio Camacho, a soutenu lui-même « la nécessité d’une politique européenne au Sahel ».




« L’Espagne ne prône pas uniquement une stratégie de lutte contre le terrorisme, mais aussi la mise en place d’une politique d’investissement qui permet de contrôler des régions qui ne sont parfois même pas contrôlées par leur propre gouvernement », a ajouté M. Camacho, selon une information diffusée hier par l’AFP. La même source a indiqué en outre que la secrétaire américaine à la Sécurité intérieure, Janet Napolitano, participera à cette importante réunion et qui sera présidée par le ministre espagnol de l’Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, dont le pays assure depuis le 1er janvier la présidence tournante de l’UE. L’initiative prise par Madrid de convaincre les autres capitales de l’UE d’aller sans plus tarder vers une approche sécuritaire commune au Sahel devrait ainsi certainement être perçue d’un bon œil par le gouvernement algérien dans la mesure où celui-ci est souvent apparu irrité par les interventions maladroites et souvent intéressées de certains pays européens dans la région.

Des interventions qui ont même fini, selon certains observateurs, par saper tout effort régional destiné à coordonner la lutte contre le terrorisme au Sahel. Les pays du Maghreb et du Sahel auront l’avantage, si l’Espagne parvient à convaincre ses pairs de la pertinence de sa démarche, d’avoir à l’avenir un interlocuteur identifié et, surtout, capable d’adopter une même attitude et de tenir un même discours sur le terrorisme au Sahel. Au-delà, il n’est pas inutile de préciser que même si les pays du Sahel plaident pour une pleine coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, ceux-ci soutiennent cependant l’idée que la prise en charge de ce dossier est d’abord leur affaire. A rappeler que l’AQMI a enlevé, il y a quelques semaines, trois humanitaires espagnols, deux Italiens et un Français.




Par Zine Cherfaoui

Anonyme a dit…

Moi je ne voyage pas. Algerie fschisé contre amerique. A-

===
Sécurité des USA: Leur scanner provoque des cancers, malformations et paralysies….
12.01.2010 Par Zinelabidine Djebara/Zineb A.
Taille de police :

Des experts et spécialistes algériens mettent en garde contre le danger de soumettre les algériens au scanner sur toutes les parties du corps au niveau des points de contrôle des aéroports des États-Unis d’Amérique. Ils assurent qu’il y a de fortes probabilités d’atteintes de leucémies, de stérilités, de malformations fœtales pour les femmes enceintes, de paralysies partielles ou totales pour les personnes qui portent des pacemakers ou des prothèses.

Le professeur, Mustapha Khiati, président de l’organisme national pour la promotion de la recherche, et l’évolution de la santé, assure que le scanner « Total body » utilisé depuis peu dans les aéroports, contrairement au scanner médical, modifie les cellules du corps, du sang particulièrement, en cellules cancéreuses par exposition répétée aux rayons X et Gamma très concentrés de ce type d’appareil.

Le professeur Khiati indique que la catégorie qui voyage souvent des ou vers les pays utilisateurs du nouveau scanner, tels les hommes d’affaires, les employés d’Air Algérie, sont les plus susceptibles d’avoir un cancer. Khiati insiste pour que les femmes enceintes évitent le « Total body » ou, reportent leurs déplacements après leur accouchement car les rayons provoquent des malformations. Le tout début de la grossesse est la période la plus sensible car ignorée par la femme qui ne pense pas à se prémunir.

Le doyen des médecins algériens, le docteur Berkane a déclaré que le scanner au niveau des aéroports était un réel danger qui viole les règles de l’éthique d’utilisation, selon des normes et dans un cadre défini, de ce type d’appareils. Par exemple, le scanner médical limite les effets néfastes des rayons X et Gamma, qui sont orientés vers une partie bien déterminée du corps, et le secret médical est de rigueur sur tout ce que peut dévoiler le scanner, affirme, le docteur Berkane.
Il a aussi assuré que les experts de l’Organisation Mondiale de la Santé ont présenté les mêmes avertissements aux États-Unis d’Amérique, quand ces derniers ont décidé par mesures de sécurité, de contrôler au scanner les ressortissants de 12 pays dont l’Algérie pour s’assurer qu’aucun ne transportait des explosifs ou des armes.

L’Algérie a officiellement protesté contre cette décision de la Maison-Blanche, de porter notre pays comme fournisseur de terroristes sur la liste noire des américains.

Nombre de lectures : 1428

Anonyme a dit…

Toujours faché. A-
==

Leurs contrôles ciblent en priorité les passagers Algériens: A quoi jouent les Américains?
04.01.2010 Par Halima Nine
Taille de police :

Les Etats-Unis viennent de se positionner officellement vis à vis de l’Algérie en matière de sécurité aérienne . leur décision de renforcer le contrôle sur les passagers algériens au niveau de leurs aéroports est désormais assumée et publiquemnt annoncée.Ces mesures sécuritaires, qui devaient dans un premier temps rester confidentielles , sans cette bourde sur leur site officiel, avaient été décidées bien longtemps avant l’attentat manqué contre le vol Amsterdam-Detroit de la compagnie Northwest Airlines.


Le Département d’Etat américain a classé Cuba, l’Iran, le Soudan et la Syrie comme les pays sponsorisant le terrorisme. L’Algérie figure dans la liste des pays concernés. Cette dernière inclut l’Afghanistan, l’Irak, le Liban, la Libye, le Nigeria, le Pakistan, l’Arabie Saoudite, la Somalie et le Yémen en plus de l’Algérie.

Les voyageurs originaires ou en provenance de ces pays seront soumis à une fouille corporelle ainsi qu'à une inspection manuelle de leurs affaires personnelles.

Dévoilé par erreur par l'Agence nationale américaine de sécurité dans les transports (TSA), en décembre dernier, un manuel d’exploitation classe l’Algérie avec d’autres pays dont les ressortissant doivent subir un filtrage additionnel dans les aéroports américains.

Cela intervient alors que Washington avait accepté de proroger le visa pour les Algériens à deux ans contre trois mois. Chose qui était censée être inscrite dans l'ordre logique d'une facilitation en direction des voyageurs algeriens. cela s'est ensuite averé n'etre qu'un leurre de la part de l'administration US qui modifie ses strategies au gré des circonstances. Comment donc croire que les Américains sont crédibels quand tantôt ils considèrent par voix officielles que l'Algérie demeure un partenaire respectable notamment de par son précieux capital expérience en matière sécuritaire.
Nombre de lectures : 6362

Anonyme a dit…

Dr Sall
A l'heure où nous sommes, nous avons besoin de pshycatres pour nous dire quel type de folie conduise à accepter , avec plasir,de se faire narguer à la tres officielle tvm par des vulgaires assassins tels que ould Seman et ould sidina pendant que le pacifique journaliste hanefi croupisse, injustement, en prison?
Nous avons besoin d'une consultation d'un psychatre pour nous dire les raisons de cette folie collective des ulemas qui se sont deplacés à la prison sous la conduite d'un ministre des affaires islamiques qui cite le coran et ould abdel aziz pour justifer un dialogue de fous et de faux devots ?
Mon dieu qu'est ce qui nous arrive?

Anonyme a dit…

"Grain de Sel", votre nouvelle émission du dimanche sur Kassataya, a pour but de vous informer, vous sensibiliser et entendre vos opinions face à différents phénomènes qui vous entourent et vous touchent de près ou de loin. Nous vous donnons l'occasion d'apporter votre "grain de sel " tous les dimanches à 18h T.U en compagnie de Zeinabou N'gaidé.
Ce dimanche 24 janvier 2010, à 18h T.U, nous parlerons de l'environnement, de sa problématique, ses enjeux, particulièrement dans le contexte africain; ainsi que de la conférence de Copenhague; en compagnie de notre invité Monsieur Amath Pathé Sène, chargé de programme au Programme des Nations Unies pour l'Environnement à Nairobi.
Nous vous attendons en grand nombre!"

Zeinabou N'gaidé

maatala a dit…

Salam

Semane le dingo a dit que:

"son groupe était prêt à engager avec eux le débat pour savoir lequel d’entre eux avait tort ou était sur la bonne voie"

---------------------------------

Pourquoi les autorités nous privent-elles d'un tel débat?

Car vous y verrez et comprendrez les véritables intentions de ces illuminés.

Un tel pari doit être tenu.......car le refus d'un tel débat ne fera que les conforter dans leurs dérives.

Il a dit:

" nous n’accusons que les gouvernants » et nous sommes prêts à confronter nos arguments aux vôtres."

-----------------------------

Les gouvernants (azzizzo ente vem).

Celui qui a eu l'idée d'une telle reddition doit être décoré (lol).

Par contre, je tire mon chapeau à ces enrhumés du cerveau, car ils viennent de faire la démonstration qu'ils sont sévèrement burnés et un reste de méninges encore en vie pour tourner l'azzizzanie en dérision.

Croire dur comme fer que l'on peut négocier avec le diable est une faiblesse et une lâcheté.

Par ailleurs, mélanger ces fauves avec les autres prisonniers et la meilleur façon de leur permettre d'avoir de nouvelles recrues.

Pendant qu'on caresse les fauves et les honorables voleurs dans le sens du poil, hanevy dort en prison dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Et si les otages espanols se trouvaient en Mauritanie? Impossible qu' ils soient au Mali. A-

Mauritania-web - 17/01/2010

Le terrorisme à la Une de la presse mauritanienne
mardi 19 janvier 2010

Le terrorisme à la Une de la presse mauritanienne Date : 17/01/2010 à 13:27:55

Nouakchott (PANA via Mauritanie-web)- La presse parue à Nouakchott cette semaine a consacré le plus gros de ses titres au terrorisme islamiste qui frappe ce pays et toute la sous région sahélo-saharienne, avec, récemment, des rapts d’occidentaux en Mauritanie et au Mali, suivis d’une mini tournée dans la sous région du ministre italien des affaires étrangères, Franco Frattini.

Le quotidien « Biladi » du mercredi 13 janvier annonce à la « une imminente ouverture de dialogue entre pouvoir et islamistes ». Ainsi, rapporte le même organe « le président Mohamed Ould Abdel Aziz aurait décidé d’explorer une autre voie que celle de la répression » dans le traitement du dossier des extrémistes islamistes et prévoit « un dialogue avec les détenus salafistes » présumés, membres de la nébuleuse Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) à laquelle sont attribués les derniers rapts.

Le même organe semble remettre en question l’idée de la présence, au Nord Mali, des 3 espagnols victimes de rapt le 29 novembre dernier, s’interrogeant : « Et si les otages espagnols se trouvaient encore en Mauritanie », à la faveur de « certaines sources algériennes qui continuent d’évoquer l’hypothèse que les otages espagnols soient présents en territoire mauritanien ».

Pour sa part, le quotidien « Rénovateur » du mercredi 13 janvier pose la question de savoir « s’il faut négocier avec les salafistes » et remarque au passage que « le pouvoir n’exclut pas le dialogue », expliquant toutefois que, « face à la menace dangereuse du terrorisme » qui frappe la Mauritanie depuis prés de 5 ans, le président de la République « prend conscience que toutes les guerres dans le monde (menées par les grandes puissances occidentales) n’ont pu stopper le phénomène ».

D’où l’obligation de « tâter le terrain de la négociation avec les cellules dormantes ».

Parlant de la position des autorités religieuses, le « Rénovateur » ajoute qu’elles sont pour "le pardon, si les salafistes renoncent au fanatisme et à la violence ».

Le quotidien « l’Authentique » du jeudi 14 janvier publie les témoignages d’anciennes victimes de rapts sous la manchette « Comment Al Qaida traite ses otages », s’inspirant d’un article paru dans le quotidien espagnol « El Pais ».

Le premier tableau brossé sur la vie de ces « prisonniers d’un genre bien particulier, fait ressortir un environnement fait de « chaleur et fraîcheur, scorpions et serpents, parfois de manque cruel de nourriture", non sans mettre un nom sur certains visages d’otages, tels Gabriel Barko (d’origine suisse), Alicia et Albert Roki (espagnols), Edwin Dear (anglais), etc

Anonyme a dit…

bravo maata bien parlé!

maatala a dit…

salam

Lu sur cridem

"Un réquisitoire sans précédent

J’ai lu avec intérêt la réaction du compatriote Dr Sall sur votre site et ce, consécutivement à l’appel lancé par le président de la république à nos médecins exerçant à l’étranger pour qu’ils reviennent au pays. J’y ai ressenti un dilemme poignant. Le même message aurait pu concerner nos compétences dans d’autres domaines, aussi.

A lire sa correspondance, on en déduit que notre médecin aime son pays et qu’il souhaiterait le servir de toutes ses forces, comme il voudrait voler au secours des siens que malmène un quotidien de plus en plus intenable. Il sait aussi que bien des choses restent à changer pour que ses collègues soient suffisamment rassurés pour envisager un retour au pays.

Sans douter de la sincérité de l’appel lancé par notre premier magistrat, j’aimerais, tout de même, reconnaître à Alhousseynou que ses inquiétudes sont assez légitimes. Il ne suffit pas seulement de formuler un vœu, faut-il créer les conditions de sa réalisation, c’est-à-dire, du retour tant souhaité.



En cela, chacun devra jouer sa partition. Un cadre ne peut offrir - ni plus ni moins - que ses compétences et sa ferme détermination à servir sa patrie. L’Etat, quant à lui, devra garantir de meilleures conditions de travail et une équité dans le traitement de l’ensemble de ses citoyens. Il n’y a pas de plus frustrant que de se savoir chez soi et discriminé.

Pour mieux comprendre nos «cadres-expatriés», il faudrait, ne serait-ce qu’un instant, se mettre à leur place. Certains d’entre eux ont été «échaudés». Ils avaient cru qu’ils feraient mieux, aussitôt leurs études achevées, de rentrer servir leur pays. Ils sont venus. Ils ont tout vu, tout subi. Quand ce n’était pas le chômage, ce fut l’arrogance de certains chefs moins qualifiés qu’eux ou bien des injustices assez criantes comme si ce «bout de terre» n’appartenait qu’à certains et non à d’autres.

Et puis, ceci n’est que la partie visible de l’iceberg. D’autres ont très vite compris que les études ne rimaient plus à rien et qu’il fallait être un commerçant ou jouer au trafic d’influences quand on ne peut arnaquer tout le monde afin d’obtenir les fameux 10% prélevés sur les commandes passées au nom de l’Etat.

Les diplômes n’ont plus de sens parce que l’on peut être docteur d’état, ès «ce que l’on veut», sans jamais faire d’études. Nous avons des médecins qui ont obtenu leur doctorat après deux années d’études, certains après trois ans et d’autres qui ont suivi un cursus normal de sept (7) ans après le baccalauréat. La «fonction publique» est devenue une vraie passoire, aussi bien pour une équivalence que pour une authentification. Chez nous, deux types de commerce peuvent être extrêmement juteux : les faux médicaments et les faux diplômes. Il suffit de s’y adonner

maatala a dit…

Oui, je disais donc qu’il ne suffisait pas de lancer un appel à l’endroit de nos «cadres», il faut aller au-delà des vœux. Convenons en toute objectivité que ceux auxquels nous faisons appel sont dans leur écrasante majorité des «françissants», or il se trouve que leurs concitoyens de «l’école française» sont marginalisés et subissent la «solidarité des médiocres».

A la télé, pour vous donner un «exemple d’exclusion discriminatoire», vous verrez passer de piètres cadres qui n’ont que des «bobards» à raconter quand l’Autorité dans le domaine a été sciemment écartée sous prétexte qu’elle ne parle pas arabe. Il n’y a pas d’émissions en français donnant l’occasion à nos compatriotes de savoir qu’ils ont de hauts cadres dans de multiples domaines dont ils peuvent être fiers.

La vérité, c’est qu’il faut cesser de se voiler la façon. On ne vit pas que de poésies comme on ne s’identifie pas seulement à Chinguetti, ville dont nous sommes tous fiers pour le rôle qu’elle a joué et continue de jouer à travers notre histoire, mais sachons, par ailleurs, qu’il existe encore d’autres villes anciennes non moins prestigieuses, Walata, Ouadane, Tichitt et Aoudaghost, la capitale de l’Empire du Ghana.

«Il y a donc loin de la coupe aux lèvres.» Reconnaissons que nous avons cruellement besoin de nos médecins, de nos ingénieurs, de nos enseignants, pour ne citer que ceux-là, mais admettons aussi que bien des pratiques devront changer pour freiner cette hémorragie. de matière grise. Des mesures incitatives devront être minutieusement bien étudiées.

A défaut d’égaliser celles proposées en Occident, elles devront être compétitives sur le plan sous-régional. Et puis, on ne le dira jamais assez, il faut impérativement instaurer un climat détendu, propice à tout développement, à toute quiétude. Opposition et pouvoir devront cesser de se faire peur et engager un vrai dialogue de nature à nous faire surmonter les défis qui se posent déjà et qui exigent notre unité.

Je ne terminerais pas sans renouveler le même appel à mes concitoyens expatriés, à défaut de revenir au pays comme nous le souhaitons, d’œuvrer où qu’ils se trouvent à aider leur pays à lever les défis auxquels il fait face. Louons et c’est le lieu de le faire tous ceux de nos cadres qui sont restés parmi nous malgré les offres alléchantes que leurs proposaient certaines contrées beaucoup plus nanties.

Que Dieu guide nos pas vers le droit chemin et qu’il nous préserve des affres des guerres et du terrorisme que déversent tous les soirs nos petits écrans dans nos salons. Amen !

Cheikh Abdel Kader Diawara
Directeur de publication
De cross-cultures.com

maatala

maatala a dit…

Salam

Il a dit:

"il se trouve que leurs concitoyens de «l’école française» sont marginalisés et subissent la «solidarité des médiocres»"

-----------------------

Sous le Califat de Dedew et son élève spirituel Semane, ils ne seront pas marginalisés , mais traiter d'agent du Sionisme dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

La guerre ouverte pour la passation des pouvoirs en Algerie est ouverte.On s'attaque au clan Boutef, comme on l'a fait ici popour Sidioca. Le DRS ne fait pas d'enquetes sur les affaires financieres.Casse-tete de plus dans la region ...

A-

====

Le DRS sort de l’ombre
El Watan, 18 janvier 2010

Longtemps confiné dans la seule lutte contre le terrorisme, le Département du renseignement et de la sécurité (DRS), l’ex-Sécurité militaire, se voit ces derniers mois confier de plus en plus d’enquêtes sur la corruption et les scandales financiers.


La médiatisation des activités de ce service, habitué à agir dans l’ombre et commandé depuis le début des années 1990 par le général de corps d’armée Mohamed Mediène dit Toufik, a débuté avec l’enquête ouverte l’an dernier sur la gestion du complexe sidérurgique d’El Hadjar, ArcelorMittal, et de certains de ses sous-traitants tels que la firme indienne Grant Smity Works (GSW), spécialisée dans la récupération, le traitement et la vente de la ferraille massive. L’investigation qui y avait été menée alors par les éléments du Centre territorial de recherche et d’investigation (CTRI) de Annaba, une structure qui dépend directement du DRS, avait permis de faire éclater au grand jour une vaste entreprise de corruption et de détournement de devises fortes dans laquelle étaient impliqués d’importants cadres locaux et étrangers d’ArcelorMitall et de GSW. Le PDG de cette dernière et son superviseur seront eux aussi condamnés, en juin 2009, à 3 ans de prison ferme par la cour de Annaba. L’enquête qui a rendu compte de l’existence d’une corruption tentaculaire à l’est du pays n’a pas encore livré, à ce jour, tous ses secrets. Avant de se voir confier (ou de s’autosaisir) l’enquête sur les contrats illégaux de Sonatrach qui a, entre autres, débouché mercredi dernier sur la mise sous contrôle judiciaire du PDG et l’arrestation de deux vice-présidents de la compagnie, les enquêteurs du DRS se sont autosaisis du très explosif dossier du projet de l’autoroute Est-Ouest d’une valeur de près de 13 milliards de dollars dans lequel un bataillon de hauts cadres et d’anciens ministres sont accusés d’avoir, moyennant d’importantes commissions, aidé une compagnie chinoise à rafler une part du marché.

Le choix de confier au DRS le traitement des grandes affaires de corruption peut correspondre à une volonté en haut lieu de donner un grand coup de pied dans la fourmilière pour essayer d’enrayer le phénomène de la corruption qui a atteint la cote d’alerte. La corruption s’est tellement propagée que celle-ci a fini par devenir un véritable sport national et mode de gouvernance. A l’instar de certaines nations du Sud ou en voie de développement, l’Algérie est régulièrement citée par les organismes internationaux comme étant l’un des pays les plus corrompus et les moins transparents au monde. En décidant d’appeler à la rescousse le DRS (une structure qui, il faut le souligner, n’a cessé de tirer la sonnette d’alarme concernant l’étendue du mal) dans le traitement des grandes affaires de corruption qui se sont empilées sur son bureau ces dernières années, le gouvernement confirme ainsi l’idée que les autres services de sécurité n’ont pas une marge de manœuvre suffisante pour prendre en charge des dossiers aussi sensibles. La remarque est surtout valable pour la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) dont certains responsables sont soupçonnés de « rouler » au profit de personnalités politiques impliquées dans les scandales financiers que le DRS vient de faire éclater au grand jour et de défendre des intérêts de groupes d’hommes d’affaires hors-la-loi. Beaucoup d’observateurs expliquent aussi l’apparition du DRS comme le principal fer de lance de la lutte contre la corruption par l’inefficacité du système judiciaire algérien. Pour étayer leur argumentaire, ces derniers rappellent que la justice s’est rarement autosaisie d’une grande affaire de corruption. Cela même quand celle-ci saute aux yeux.


Par Zine Cherfaoui

Anonyme a dit…

A-
étant legaliste je cesse mes tribulations sur les barbus car du moment que Aziz discute avec eux cela veut dire que ce sont des gens cool. des gens plus fréquentables en tous cas que l'opposition democratique(dont la faute est d'etre democratique?)
A-
et si toi et moi nous devenions barbus?
Vladimir

lewonni a dit…

bôjôr

à lire chezvlane

" Saharamedia-cridem : les bousiers de la désinformation"

cliquez ici

désolé des coquilles et autres , j'écris d'un cyber, je publie sans relire , ce n'est que plutard que je reveins pour relire et corriger d'où les mots qui manquent des fois et autres la pour le

ciao ciao

Anonyme a dit…

Il va oû même, notre cher azzizzo? Turquie d'accord, mais le reste? Ce n'est pas le moment yakhouya. Tu risques de ne pas revenir comme Ould Taya et nous refaire repartir à août 2005. On est fatigué. Et si l'aile dure des salafistes (fabriquée et manipulée par qui tu sais) attaquait comme ils ont fait la semaine passée à Kaboul? A-

=======

Mauritanie : Mohamed Ould Abdel Aziz attendu en Iran et en Turquie.

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz se rendra à partir du 22 janvier en Turquie puis en Iran, a-t-on appris, mardi, de sources diplomatiques à Nouakchott.

Selon les sources, le chef d’Etat mauritanien effectuera une visite officielle en Turquie à partir du 22 janvier et en Iran à partir du 27 janvier. Nouakchott, Téhéran et Ankara constituent, en plus de Damas, un nouvel axe né à partir du dernier sommet arabe et islamique de Doha, contre la normalisation avec Israël.

En septembre 2009, une délégation d’hommes d’affaires et d’ industriels turcs avait séjourné à Nouakchott dans le but d’ évaluer les opportunités offertes en Mauritanie pour l’ investissement privé turc.

En août dernier, M. Menou Chahr Motaki, chef de la diplomatie iranienne a, au cours d’une courte visite de travail à Nouakchott, transmis au président Mohamed Ould Abdel Aziz une invitation de son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Xinhua



Info source : AfriScoop

Anonyme a dit…

Bonne suggestion vladimir. On fera de l'epargnes sur les lames à raser et c'est plus commode pour notre brigade anti-jihadiste.

Tu as vu l'article d'El Watan sur l'incurie de Boutef? Cela fait 2 semaines que quelques journeaux proches de l'armée mord l'ami Boutef à la fesse. Je commence à croire à l'article de Saad Lounès sur la guerre entre Boutef et ses généraux. L'histoire semble donner raison à Selima Mellah et François Gèze.


Vladimir a dit:
A-
et si toi et moi nous devenions barbus?

Anonyme a dit…

Je vous offre une dernière chance pour lire. Lisez !. A-
==========
La guerre ouverte pour la passation des pouvoirs en Algerie est ouverte.On s'attaque au clan Boutef, comme on l'a fait ici popour Sidioca. Le DRS ne fait pas d'enquetes sur les affaires financieres.Casse-tete de plus dans la region ...

A-

====

Le DRS sort de l’ombre
El Watan, 18 janvier 2010

Longtemps confiné dans la seule lutte contre le terrorisme, le Département du renseignement et de la sécurité (DRS), l’ex-Sécurité militaire, se voit ces derniers mois confier de plus en plus d’enquêtes sur la corruption et les scandales financiers.


La médiatisation des activités de ce service, habitué à agir dans l’ombre et commandé depuis le début des années 1990 par le général de corps d’armée Mohamed Mediène dit Toufik, a débuté avec l’enquête ouverte l’an dernier sur la gestion du complexe sidérurgique d’El Hadjar, ArcelorMittal, et de certains de ses sous-traitants tels que la firme indienne Grant Smity Works (GSW), spécialisée dans la récupération, le traitement et la vente de la ferraille massive. L’investigation qui y avait été menée alors par les éléments du Centre territorial de recherche et d’investigation (CTRI) de Annaba, une structure qui dépend directement du DRS, avait permis de faire éclater au grand jour une vaste entreprise de corruption et de détournement de devises fortes dans laquelle étaient impliqués d’importants cadres locaux et étrangers d’ArcelorMitall et de GSW. Le PDG de cette dernière et son superviseur seront eux aussi condamnés, en juin 2009, à 3 ans de prison ferme par la cour de Annaba. L’enquête qui a rendu compte de l’existence d’une corruption tentaculaire à l’est du pays n’a pas encore livré, à ce jour, tous ses secrets. Avant de se voir confier (ou de s’autosaisir) l’enquête sur les contrats illégaux de Sonatrach qui a, entre autres, débouché mercredi dernier sur la mise sous contrôle judiciaire du PDG et l’arrestation de deux vice-présidents de la compagnie, les enquêteurs du DRS se sont autosaisis du très explosif dossier du projet de l’autoroute Est-Ouest d’une valeur de près de 13 milliards de dollars dans lequel un bataillon de hauts cadres et d’anciens ministres sont accusés d’avoir, moyennant d’importantes commissions, aidé une compagnie chinoise à rafler une part du marché.

Anonyme a dit…

Suite - Boutef lui bartir comme Sidioca. A-
===

Le choix de confier au DRS le traitement des grandes affaires de corruption peut correspondre à une volonté en haut lieu de donner un grand coup de pied dans la fourmilière pour essayer d’enrayer le phénomène de la corruption qui a atteint la cote d’alerte. La corruption s’est tellement propagée que celle-ci a fini par devenir un véritable sport national et mode de gouvernance. A l’instar de certaines nations du Sud ou en voie de développement, l’Algérie est régulièrement citée par les organismes internationaux comme étant l’un des pays les plus corrompus et les moins transparents au monde. En décidant d’appeler à la rescousse le DRS (une structure qui, il faut le souligner, n’a cessé de tirer la sonnette d’alarme concernant l’étendue du mal) dans le traitement des grandes affaires de corruption qui se sont empilées sur son bureau ces dernières années, le gouvernement confirme ainsi l’idée que les autres services de sécurité n’ont pas une marge de manœuvre suffisante pour prendre en charge des dossiers aussi sensibles. La remarque est surtout valable pour la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) dont certains responsables sont soupçonnés de « rouler » au profit de personnalités politiques impliquées dans les scandales financiers que le DRS vient de faire éclater au grand jour et de défendre des intérêts de groupes d’hommes d’affaires hors-la-loi. Beaucoup d’observateurs expliquent aussi l’apparition du DRS comme le principal fer de lance de la lutte contre la corruption par l’inefficacité du système judiciaire algérien. Pour étayer leur argumentaire, ces derniers rappellent que la justice s’est rarement autosaisie d’une grande affaire de corruption. Cela même quand celle-ci saute aux yeux.

Par Zine Cherfaoui

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Sur-médiatisation du Dialogue avec les présumés terroristes en Mauritanie :

Attention à l’appel d’air !



Sur demande des oulémas et Imams, le gouvernement mauritanien a entamé un dialogue avec des salafistes présumés auteurs d’actes terroristes. Cadre de ce dialogue : la prison civile de Nouakchott.

Les acteurs : une soixantaine de présumés terroristes islamiste, des oulémas et Imams et des représentants du gouvernement mauritanien. Le dialogue a été lancé lundi 18 janvier à grand renfort de journalistes, de cameramen et de photographes.

Cette sur médiatisation ne pourrait-elle pas provoquer une sorte d’appel d’air à l’endroit de la jeunesse mauritanienne. Une salle confortable a été aménagée à la prison civile de Nouakchott pour abriter le lancement de ce dialogue.



Les présumés auteurs d’actes terroristes, joliment parés de boubous Bazin bleus ou blancs flambant neuf, avec des barbes biens entretenus, ont reçu la visite d’une délégation officielle comprenant le ministre de l’orientation islamique et une vingtaines d’imams et d’oulémas.




De la présence des caméras, photographes et journaliste, les détenus ont pleinement profité. «Nous exigeons la présence massive des médias à toutes séances de dialogue entre nous et les oulémas, pour que la vérité se dévoile au grand jour» a déclaré Khadim Ould Semane.

Devant la presse nationale (privée et publique), les correspondants des medias étrangers en Mauritanie, Kadim Ould Seman, présumé commanditaire de l’attaque contre l’ambassade d’Israël en Mauritanie en février 2009, s’empare du micro et brandit un t-shirt avec l’inscription Al Qaida. Ould Semane parle de complot contre les moudjahiddines et dit être convaincu d’avoir emprunter le bon chemin. Le lendemain matin, mardi 19 janvier, Khadim est à la Une de toute la presse mauritanienne.

Les adolescents mauritaniens qui cliquent sur les sites islamistes dans les cyber-cafés de Nouakchott ne pourront-ils pas voir en Khadim, une sorte de Ben Laden local? La sur médiatisation du dialogue avec les salafiste ne va-t-elle pas provoquer chez ces jeunes adolescents une sorte d’appel d’air? Une envie de recevoir la visite de grands oulémas et Imam accompagnés d’un ministre ? L’envie d’être sur Al Jazzera? Les actes terroristes commis en Mauritanie, ce n’est pas seulement la fait d’étrangers venus de loin.

Le premier attentat Kamikaze sur le sol mauritanien a été commis par…un jeunes mauritanien. Moussa Ould Beina Ould Zeidane, 24 ans, a fait exploser sa ceinture de sécurité le 08 août 2009 à coté de l’ambassade de France de Nouakchott. Son attentat a été revendiqué par Al qaida. Les photos de l’auteur principal des attentats du 11 septembre sont affichées dans certains salons de coiffure ou certaines boutiques, dans les taxis de la capitale mauritanienne.

maatala a dit…

Dans les cybercafés de Nouakchott, de jeunes adolescents naviguent souvent dans les sites à forte teneur de propagande djihadistes pour lire les faits d’armes «de martyres.» Les collégiens de Nouakchott, souvent, pendant leur mouvement de grève pour absences des profs ou autres raisons, en brûlant des pneus, en lançant des pierres, crient «Allah Akbar.»

Cette assimilation de l’invocation divine aux actes de vandalisme doit susciter inquiétude et réflexions. Doit susciter réflexion aussi certains discours «limites» chaque vendredi. Doit susciter réflexion aussi la confusion entre kamikaze et martyre. Dans le manuel des collégiens mauritaniens de la quatrième année, il y a un texte sur les taximen de Tokyo qui conduisent dangereusement comme des Kamikazes.

A la question : Qu’est-ce qu’un kamikaze ? Un prof de français répond : « C’est celui qui se suicide, qui se donne la mort pour une cause quelconque » Pour expliquer, un élève ajoute : comme les djihadistes. Une grosse pagaille s’installe dans la classe. Certains élèves ont failli en venir aux mains avec celui qui a qualifié les « martyres » de « suicidaires ». Le pauvre prof, lui, face à ce débat inattendu, était complètement désarmé.




Avant la prison civile, les Imams et Oulémas ne devaient-ils pas aller d’abord prêcher la modération dans les collèges et lycées ? Convaincre ces adolescents, n’est-il pas plus facile que pousser au repentir des «illuminés» en instance de jugement ?

Khalilou Diagana







Qu’en pense Tawassoul ?

Le dialogue entamé par les autorités mauritaniennes avec les présumés auteurs d’actes terroristes n’a suscité aucune réaction au sein de l’opposition. L’opposition s’est fortement mobilisée pour dénoncer « la dérive sécuritaire » après l’adoption par l’assemblée nationale d’une loi anti-terroriste. Elle s’est également fortement mobilisée pour la libération des hommes d’affaire poursuivis pour malversation financière.

Sur le dialogue engagé avec les salafistes, elle n’a pipé mot. Les réactions de l’UFP, de l’APP, de Adil…sur l’opportunité de ce dialogue sont attendues. Plus attendue, la réaction du RNRD (Tawassoul). L’opinion publique mauritanienne a hâte de savoir ce que pense le parti islamiste modéré de l’entame d’un dialogue avec des islamistes djihadistes.


Info source : Le Quotidien de Nouakchott

maatala

Anonyme a dit…

Vladimir, Bebe Ba et Maatala entouma vem? Les mensonges d'etat, on les reconnait quand on les voit. Qu'est ce qui se passe. Am short on this comme dirait copiarpegar. A-


====

Dialogue avec les «salafiste»: Ould M’Balla promet des résultats encourageants.

«Nous promettons des résultats encourageants à l’issu de ce dialogue que nous menons actuellement avec les détenus de la prison centrale de Nouakchott», a indiqué, mercredi Mohamed Elmoctar Ould M’Balle, porte parole de la commission des oulémas.

«Ould M’Balle qui a tenu, brièvement, un point de presse au ministère de l’orientation, a souligné que la commission des oulémas chargée de diriger ce dialogue ouvert avec cette « jamaâ » ne considère pas qu’il s’agit de « criminels » ou de « terroristes ». Cela a –t-il précisé relève du rôle de la justice. Il poursuivra :

« Nous prenons contact avec tous les groupes dans le but de pouvoir éclairer les gens sur certains points où ils auraient fait une mauvaise interprétation de la loi et de la pensée islamique ».



Et Ould M’Balle d’ajouter : « Notre objectif principal est de pouvoir ramener ces gens à la vérité et au repentir ». Par ailleurs, il a expliqué que le terrorisme est un problème international que les Etats traitent diversement. Les autorités mauritaniennes, que nous remercions, a-t-il souligné, ont opté pour l’ouverture du dialogue pour cultiver la compréhension en vue de réaliser la paix.

Ould M’Balle a souligné, à la fin de son propos que la commission des oulémas promet des résultats probants et encourageant qu’elle soumettra, au grand jour, à l’opinion à l’occasion d’une prochaine rencontre avec la presse.





Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : ANI (Mauritanie)

Khalil Balla Gueye a dit…

Après m'être couché, j'ai dû redémarrer mon pc à cause de mon état d'agitation et d'insécurité m'empêchant de trouver le sommeil.

J'en suis à CONJURER ceux qui planifient mon ASSASSINAT d'épargner ma VIE.

Je présente mes sincères excuses et profonds regrets à tout ceux qui auront eu à essuyer les conséquences de mon déséquilibre psychique patent et chronique.Ce soir j'ai dû augmenter les doses de Zyprexa et de Risperdal pour calmer en vain mon esprit hanté par la mort et le projet de mon assassinat en ligne.

Les médecins parmi vous vous confirmeront que lesdits médicaments sont pour le traitement de la SCHIZOPHRENIE.

Et si je tiens à ma vie, ce serait à cause des charges familiales qui m'incombent tant ici en RFA qu'au pays et ailleurs aussi.Père de familles nombreuses.

Je fonde d'immenses espoirs aussi sur notre nouveau pouvoir et son chef le président Mohamed Ould Abdel Aziz dont je pense le plus grand bien pour m'offrir la protection necessaire contre les menaces venant du pays.

Je vous remercie tous et toutes d'entendre l'appel d'un homme aux abois tant physiquement que psychiquement surtout.Et après tout, nous sommes tous des frères et soeurs musulmant, donc ESSIMAH à tous et à toutes.

Khalil Balla Gueye a dit…

PS:
A noter, que j'ai été l'objet de 3 tentatives avérées d'assassinat ici en RFA pendant mon séjour à l'hopital ce mois ci et fin décembre aussi .

Alors encore une fois toutes mes sincères excuses et profonds regrets.

ERROUH, DOUWNHE YASSER et n'a jamais été une solution mais plutôt un expédient des plus inefficaces et reprouvables, vi edenye ew lakhre.

Anonyme a dit…

à 23:52 KBG prend sa dose et pond une hallucination pas du tout marrante..moi je prefere les clodos qui ont de l'humour...faut il que les potes de canalh organisent un dialogue avec KBH..

M mint D a dit…

Sur Kassataya ce jeudi 21 Janvier 2010 : excisions, mutilations, violences faites aux femmes .

dans "d'ici et d'ailleurs" Mariem mint DERWICH reçoit Mme Mar JUBERO, chargée du programme Genre au Fonds de Nations Unies pour la Population et travaillant sur les questions des violences faites aux femmes, notamment les violences sexuelles, les pratiques néfastes (mariage précoce, MGF et gavage) et sur les droits des femmes (code de statut personnel, CEDEF…).

"D'ici et d'ailleurs" Jeudi à 21 H 00 heure de Paris, 20 H 00 TU.

Vous pourrez intervenir en direct en appelant le pseudo skype kassataya.

Vous pouvez aussi poser vos questions à l'avance en me contactant à l'adresse mail suivante :

mderwich@kassataya.com

Anonyme a dit…

kbg merci de laisser ton fils loin de tout ça, sa photo n'a rien à faire ici, ne deviens pas minable stp

Anonyme a dit…

Aziz prepare encore un petit coup à sa maniere. A-


Un forum sur le thème "quelle gouvernance pour la Mauritanie après 50 ans d'indépendance", organisé par les partis de la majorité présidentielle et parlementaire, recommande "une révision de la constitution, la poursuite du débat politique et l'élargissement de la participation" dans un document final publié jeudi.

La révision de la constitution vise à réaliser "l'équilibre entre les objectifs d'un état fort et l'équilibre des institutions". En fait, au cours du forum de plusieurs jours, les participants ont constaté un déséquilibre des pouvoirs au sein de l'exécutif.

Le Premier ministre, pourtant responsable devant le Parlement, est en réalité pourvu de prérogatives insuffisantes, ce qui crée un déséquilibre au sein de l'Exécutif avec des pouvoirs exorbitants accordés au président de la République.



Ce même déséquilibre est constaté dans les rapports entre le pouvoir Exécutif et le Législatif au détriment de la représentation nationale.

Le forum recommande également "l'interdiction" des candidatures indépendantes, des mesures pour limiter la transhumance politique et "la mise en place de politiques publiques efficaces d'une feuille de route pour la bonne gouvernance".

Les journées de réflexion de la majorité ont par ailleurs recommandé la tenue des Etats généraux de la Justice sur la base du constat de nombreux dysfonctionnements de l'appareil judiciaire.







Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : PanaPress

lewonni a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
lewonni a dit…

bôjôr

à lire chez-vlane

acrostiche à K.D

cliquez ici

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taqadoumy

Dans la série Foutaises et balivernes

"Résultats "encourageants" pour le dialogue avec les jihadistes détenus
21-01-2010
Les contacts établis à la prison centrale de Nouakchott entre les présumés jihadistes détenus et des théologiens musulmans mandatés par le gouvernement mauritanien donnent des résultats "encourageants", a affirmé mercredi le président de la commission chargée de ce dialogue.

"Les résultats des premiers contacts dans le cadre du dialogue sont encourageants, très satisfaisants", a affirmé Mohamed Moctar Ould M'Balla (photo), président et porte-parole de la commission qui conduit les débats depuis lundi dans la prison.

Soixante-sept hommes soupçonnés d'être impliqués dans des actes terroristes y sont détenus en instance de jugement, parmi lesquels les Mauritaniens poursuivis pour les assassinats de quatre touristes français en décembre 2007 à Aleg (sud) et d'un Américain en juin 2009 à Nouakchott.

La commission - comprenant un conseiller à la présidence, des fonctionnaires aux ministères des Affaires islamiques, de la Justice ou de l'Intérieur, ainsi que divers théologiens et imams de mosquée - a délégué cinq oulémas pour un dialogue spirituel avec les prisonniers. Ces échanges sont menés à travers des conférences-débats sur différents thèmes.

"J'en suis sûr, ces résultats seront favorables et profitables à tous", a affirmé M. Ould M'Balla, ajoutant que le dialogue se poursuivait avec les prisonniers.

La commission n'entend pas "incriminer qui que ce soit (parmi les prisonniers), ce sera le rôle de la justice", a assuré ce conseiller à la présidence. Il s'agit plutôt, selon lui, "de convaincre et d'apporter les éclaircissements spirituels et le message théologiques qui permettent à tous d'aller sur le bon chemin".

"Rares sont les pays qui ont pris cette voie associant le dialogue idéologique aux solutions sécuritaires. Notre pays l'adopte après mûres réflexions et je pense que cela est très positif et pourra faire école", a-t-il déclaré.

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué ces dernières années une série d'actions meurtrières en Mauritanie. Aqmi retient actuellement en otages trois Espagnols et deux Italiens enlevés en Mauritanie en novembre et décembre.


© AFP - Janvier 2010

------------------------------

Pauvres Cons

Les ennemis de la Démocatie des sables ne rêvent que d'une chose : l'air libre pour ne pas commettre les mêmes erreurs face à un Etat qui vient de montrer sa faiblesse en leur donnant de l'importance et de la considération.

Ces égarés du bulbe ont bien étés libérés par SIDIOCA, pourquoi ont -ils récidivés?.

De qui se moque-t-on?

A croire qu'ils auraientt étés libéré pour l'affaiblir............

Quel est le médiocre qui croit que nous allons négociés avec les fauves puis les libérés et aprés cela demander aux occidentaux ( la france) de faire comme si leurs morts étés des victimes collatérales.......

Puis après cela tendre la gamelle pour avoir de l'aide.

Que fait-on de la douleur des parents des victimes, ou comme d'hab, nous allons que considérés que les mécréants n'ont pas d'ame et que leur mort est semblable à celle d'insectes..................

MRRRRRRRRRRRRRRRR AZZIZZO dit le Fou.

maatala ( vénére)

Anonyme a dit…

Saludos de A-,

Houwa azzizzo est parti en Iran? Que pasa? Avec cette histoire de forniquage avec les salfistes, en meme temps l'amitie avec les "mecreants" selon les termes du cousin Ould Semane, rien ne tient plus la route. Ce meme Semane qui on sait avec quelques certitudes etait gere du temps de Ould Taya et du CMJD.On a tous vu sur Jazeera que ce meme Semane pretendait etre torture, alors ce n'etait pas visible. Le gars est en prison depuis des annees et pourquoi le torturer et laisser ces videos out? Il y a une logique que nous ne suivons pas.

Anonyme a dit…

Les journees de reflexion ont omis un sujet cher aux travailleurs et aux pauvres qui est les grands salaires des ministres des deputes des directeurs non justifies. Sujet que tous veulent passerer sous silence. En Mauritanie un salaire de 500 000 d 1 million de 2 millons costitue u pillage legalise qu il faut arreter.

Anonyme a dit…

Vladimir et Bebe Ba entouma vem? ATT a failli dire quel pays sont derrière les salafistes et qui refusent de coopérer. Si j'etais lui, j'aurai balancé les noms. Mrrrr ATT. Faut blinder tes couilles sinon ils vont t'avoir. Moi je connais de quels pays il parle, mais je molli à la pensée de me faire attaquer comme ATT la dernière fois qu'il a fait une interview (publié sur Taqadoumy). Le jour suivant, un gros boum sur la gueule par Al Qaida fabriquée et manipulée.

A-


===

ATT expose les divergences dans la lutte contre Aqmi
Le président malien, Amadou Toumani Touré.

AFP / F. MontefortePar RFI

Mercredi 20 janvier 2010, le Mali célébrait le 49e anniversaire de son armée. L'occasion pour un imposant défilé militaire à Kati, à 15 kilomètres de Bamako. A cette occasion, le président malien, Amadou Toumani Touré, s'est exprimé notamment sur les problèmes de sécurité dans la bande sahélo-saharienne. Ce qui a donné lieu à quelques piques à destination des pays voisins du Mali, et à l'affirmation de la défense du territoire national.

Dans son intervention, le chef de l’Etat malien a promis de mettre à la disposition de son armée tous les moyens nécessaires pour combattre l’insécurité dans la bande sahélo-saharienne. « Nous leur donnerons tous les moyens nécessaires, en nombre, en matériel et tout ce qu’il faut. Aucun sacrifice ne sera épargné dans ce sens, parce que je connais leur patriotisme », a affirmé Amadou Toumani Touré.

Mais à l’endroit de certains pays voisins, qui estiment que le Mali est le maillon faible de la lutte contre l’insécurité dans le désert commun à plusieurs pays, le président malien ajuste sa casquette et déclare : « Le Mali n’est pas le seul autour de cette bande. Toutes les menaces qui sont dans la bande sahélo-sahélienne ne sont pas nées au Mali mais les menaces sont venues d’ailleurs. Que les gens sachent et acceptent de prendre les responsabilités. Nous, en tout cas, pour ce qui nous concerne, nous prendrons la nôtre ».

De quels pays voisins parle le président de la République du Mali ? « Il y a des vérités que je ne dirais pas ici par respect pour certains », lance-t-il.

En fait, le président ATT expose publiquement pour la première fois les divergences dans la lutte contre al-Qaïda dans la zone. Il a toujours estimé que la lutte doit être commune, avec des troupes communes, alors que certains pays voisins du Mali sont certes pour des échanges d’informations, mais souhaitent que chacun combatte sur son territoire l’ennemi commun : Aqmi, al-Qaïda au Maghreb islamique.

lewonni a dit…

à lire chezvlane

" le PM est-il soumené? "

cliquez ici

Anonyme a dit…

De El khabar, Algerie. A-

===

la une



Nouvelles tentatives pour la libération des otages européens
Des salafistes et un journaliste arabe ont contacté les membres d’Al-Qaida au Maghreb


Une source bien informée a révélé qu’un journaliste arabe jouissant d’une grande crédibilité auprès d’Al-Qaida au Maghreb, avait donné son accord pour participer à des négociations avec les membres de l’organisation en vue d’une libération prochaine des otages espagnols et sauver la vie de l’otage français détenu, depuis novembre dernier, par une des phalanges de l’organisation et dont le sursis de vingt jours accordée, avant son exécution, touche à sa fin. Le journaliste qui est entré en contact avec des salafistes de Nouakchott et Ni’ma en Mauritanie est en effet le seul à avoir pu rencontrer un terroriste de cette phalange, dan, un endroit situé à la frontière Mauritano-malienne.
Nos sources indiquent, par ailleurs, que des salafistes mauritaniens, dont des prisonniers, sont également entrés en contact avec des terroristes mauritaniens affiliés à Al-Qaida au Maghreb. Lles pays européens espèrent qu’ils pourront convaincre les terroristes mauritaniens qui représentent 30 à 40% du total des membres du groupe.
Les informations recueillies par El Khabar indiquent que les services de sécurité occidentaux qui supervisent les négociations avec les terroristes et qui avaient remis de grosses sommes d’argent à des intermédiaires du nord du Mali mais qui n’avaient pas réussi à faire avancer les négociations, avaient décidé de restreindre les contacts à deux diplomates maliens, dont l’un travail en Arabie Saoudite et l’autre en Algérie.

Anonyme a dit…

lewonni, quelle est la signification de ce nom et de quelle il dérive...lewonni?

Anonyme a dit…

Sur le blog du prof:

"Raison et déraison:

D'un extrémisme à l'autre"

Bebe BA a dit…

A-, pétit dejeuner:

L’imam de la grande mosquée estime que le dialogue avec les salafistes est une réussite


« Le dialogue avec les détenus salafistes de la prison centrale de Nouakchott est une entreprise positive réussie » a révélé, dans sa sermon du vendredi, Ahmedou Ould Lemrabott Ould Habibou Rahmane, imam de la grande mosquée de Nouakchott.


Et Ould Habibou Rahmane d’ajouter que les lettre déjà publiées par ces détenus, dans lesquelles ils se sont déclaré loin de tout fanatisme et du « takfir » ( négation de la foi d’autrui), constitue une preuve éloquente en ce sens.
Il a également souligné que les interventions des détenus ont été constructives.
Ce dialogue ouvert, officiellement, depuis le 18 janvier par le ministre de l’orientation islamique a été émaillé d’échanges de points de vue entre oulémas et détenus , dont les temps forts sont diffusés par la TVM.

Anonyme a dit…

lm tu as oublié de désactiver ici

Anonyme a dit…

Lu pour l'ano qui me demande de faire autre chose dans la vie.A-

==

Afrique en ligne - 28/01/10

Achat des terres africaines : L’UA veut que l’Afrique se prononce
vendredi 29 janvier 2010

La commissaire au Commerce et à l’Industrie de l’Union africaine, Elisabeth Tankeu, a exhorté jeudi à Addis-Abeba, Ethiopie, les pays africains à définir une position commune sur l’acquisition massive des terres agricoles africaines par des personnes physiques ou morales étrangères, estimant qu’il s’agit d’un enjeu d’avenir.

"Des pays arabes et africains ont jeté leur dévolu sur les terres agricoles pour assurer leur sécurité alimentaire. Pour l’heure, il n’y a pas de position commune africaine sur cette question pourtant cruciale", a-t-elle dit, lors d’une conférence de presse.

Anticipant sur la position africaine, Mme Tankeu a souligné l’importance pour l’Afrique d’assurer sa sécurité alimentaire.

"La dernière crise alimentaire a montré à quel point nous ne pouvons pas nous appuyer sur les excédents des autres pour nous nourrir. Il faut donc produire nous-mêmes suffisamment pour nourrir nos populations", a ajouté la commissaire de l’Union africaine.

Selon une étude de l’Institut international pour l’environnement et le développement, un organisme de recherche britannique, l’Ethiopie, le Ghana, Madagascar, le Mali et le Soudan ont déjà cédé, à eux seuls, près 2,5 millions d’hectares agricoles.

Seules les organisations de la Société civile africaine ont pris ouvertement position contre ce phénomène, insistant sur les dangers qu’il présente pour l’agriculture familiale africaine.

Les ONG africaines assimilent par ailleurs l’acquisition des terres arables africaines par de grands groupes étrangers dont des groupes européens à une forme de "néo-colonialisme".

Addis-Abeba - Pana 28/01/2010