lundi 29 mars 2010

Contribution à la solution du problème de l’esclavage

Le débat sur l’esclavage est toujours d’actualité. Un débat ancien mais qui refait toujours surface à chaque moment que les deux parties reviennent au dialogue de sourds. D’un coté, il y a ceux qui nient catégoriquement toute existence du phénomène si ce n’est dans l’imaginaire de quelques empêcheurs de tourner en rond, tels Boubakar Ould Messaoud, Biram Ould Dah Ould Abeid ….

Les tenants de cette thèse soutiennent que parler de l’esclavage, c’est chercher à ternir l’image du pays. Ils réduisent le phénomène à un simple fonds de commerce pour ceux qui en parlent encore pour, disent-ils, semer la zizanie et endommager le tissu social.

De l’autre côté, l y a ceux qui confirment, sans grande peine, l’existence du fléau dévastateur, tout en se considérant militants d’une cause noble et juste. Ils soutiennent que l’Etat mauritanien est l’héritier légitime et naturel d’un système tribal esclavagiste traditionnel qui s’est transformé, d’ailleurs sans transition, en un mode de gouvernance qui consacre une ou plusieurs tribus aux commandes de la destinée de la chère Nation.
Les adeptes de cette cause vont plus loin en considérant que l’Etat, sous sa forme actuelle, apparaît comme un patrimoine entre les mains d’une entité assimilée, détenant résolument le pouvoir économique et par conséquent, celui de décider, en solitaire, du devenir du pays. Toute atteinte à l’image du pays est alors perçue comme étant une atteinte à l’arabité, à l’histoire et aux “valeurs” de cette entité.

Dans le but de trouver une solution à cette épineuse problématique, je voudrais apporter ma modeste contribution qui, à priori, ne plaira guère aux partisans de la non existence de l’esclavage, mais ira, en définitive, dans le sens de l’intérêt commun : arriver au moment où l’Etat deviendra réellement un Etat pour tous

L’esclavage est un crime contre l’humanité commis, avec atrocité et sans scrupule, par les ancêtres. Les grands-pères l’ont perpétué durant leurs époques et les descendants continuent malheureusement à le commettre dans leurs pratiques ou, pire encore, dans leur silence coupable et leur indisponibilité à fournir un effort, aussi minime qu’il soit, pour se purifier de ce crime odieux.

Admettons, aveuglément, que l’esclavage ne soit plus exactement aujourd’hui comme il l’était dans des générations passées non lointaines. Mais, ses séquelles sont là, ses blessures saignent encore et ses douleurs sont nettement sensibles. Et pourquoi pas, puisque l’on sait que le phénomène a fait naître un complexe irréparable chez plus de la moitié de ce peuple à qui on a toujours voulu faire avaler la honte et le mépris ? Y a-t-il de plus ignoble que l’esclavage?

Et, plus grave encore, on avance l’Islam comme étant à l’origine du phénomène. Mais hélas ! on se trompe profondément. C’est plutôt l’Islam qui a combattu avec véhémence ce crime horrible à l’aide d’une psychopédagogie adaptée qui allait l’éradiquer depuis très longtemps si tout le monde avait suivi, à la lettre, les préceptes du Saint Coran et de la Sunna.

Comment peut-on comprendre et accepter qu’une infime entité, n’atteignant pas le tiers de ce peuple, détienne toutes les richesses et tous les pouvoirs de la Nation? Comment expliquer que les Haratines qui représentent plus de la moitié de la population, n’ont droit qu’au tout petit peu, alors qu’on chante la fraternité sur tous les toits? Pourquoi n’ont-ils même pas le droit d’exprimer leur amertume née de la marginalisation au risque d’être taxer de racistes, de sectaires et de divisionnistes?

De quelle division parlez-vous, chers frères? Et sur quoi voulez-vous vous unir avec vos “frères” victimes de ce passé- présent? Tout le monde doit savoir qu’il est temps de rectifier le tir et de soigner les blessures toujours béantes.

Cela incombe, tout a d’abord, à ceux qui gouvernent par les moyens que nous connaissons tous. C’est à eux que je parle : vous devez fournir un grand effort pour juger l’histoire et dédommager ces victimes qui sont restées à la traîne. Les Harratines ont beaucoup souffert et n’admettent plus cela, quel qu’en soit le prix !!

D’aucuns disent que le pouvoir mauritanien a été contraint d’accepter de rétablir des relations diplomatiques avec Israël. En contre partie, l’Occident cesse de lui brandir les problèmes des droits de l’homme, notamment les questions liées à l’esclavage. Autant le prix est alléchant, autant la marchandise est indésirable !!

Nos frères maures s’intéressent aux causes palestinienne et irakienne plus qu’ils ne prennent la peine de se pencher sur une question cruciale qui touche l’intégrité et la cohésion de leur patrie. La cause principale s’est révélée être le complexe d’arabité et le spectre de l’originalité que nos Maures drainent depuis belle lurette !

A travers l’histoire, ont-ils entrepris une action visant à soutenir leurs “frères” Harratines dans leur combat? Au contraire, on a vu plusieurs actions de solidarité envers la Palestine, le Liban et l’Irak (des fatwas, des sit-in, des marches, de la poésie, des cotisations et des associations etc.)

Nous, Harratines de Mauritanie, considérons que l’esclavage est une honte nationale dont tous les Maures sont responsables, sauf ceux qui s’en démarquent solennellement et par des actions claires et concrètes visant à combattre, sans aucune complaisance, le phénomène sous toutes ses formes. Ceux qui continuent à pratiquer la politique de l’autruche assumeront, toute entière, la responsabilité de tous les dérapages qui compromettraient l’avenir du pays !

A tous, je signale, enfin, que ce que vous reprochez à Israël, vous le faites subir à vos frères esclaves et anciens esclaves. Ya-t-il de plus ignoble que de déposséder quelqu’un de sa qualité d’homme ? Si la relation avec Israël était une trahison de la cause arabe, l’esclavage est une haute trahison de la cause humaine.

Je tiens ici à féliciter ceux qui combattent à nos côtés pour mettre fin à ce statut inconfortable conféré aux esclaves et aux Harratines de façon générale.

Enfin, pour conclure cette modeste contribution, je tiens à formuler les remarques suivantes :

- Nous mettons en garde contre toute tentative visant à sanctionner Monsieur Biram Ould Dah ou n’importe quel autre militant de cette cause. Nous pensons comme ils pensent. Il ne s’agit pas d’une personne mais d’une conscience !

- La solution du problème de l’esclavage doit être aujourd’hui la priorité des priorités et c’est la responsabilité de tous. Nous estimons que, désormais, cette solution constitue une condition sine qua non de la stabilité, de la sécurité, de la cohésion et de l’avenir de ce pays.

- Aujourd’hui, il faut impérativement nous présenter des excuses et nous accorder des réparations. Il faut, de mon point de vue, trois choses essentielles pour éradiquer complètement l’esclavage et traiter conséquemment ses séquelles :

1- Le président de la République doit demander des excuses au nom de tous les Mauritaniens pour les crimes liés à l’esclavages, au cours d’une cérémonie officielle à laquelle assistent les faqihs et les imams qui ont, par le passé, légiféré sur ces pratiques ;

2- Mettre en œuvre une politique claire basée sur la discrimination positive dans les domaines de l’éducation, de l’agriculture, de la pêche et de la fonction publique, pour ouvrir une grande porte à cette couche sociale et l’intégrer définitivement dans ce pays ;

3- Il faut impérativement que l’Etat cherche les voies et moyens de dédommager tous les esclaves et les anciens esclaves, en leur attribuant, non seulement des enveloppes financières mais également des terres cultivables et d’autres ressources.

Brahim Ould Bilal Ould ABEID
Professeur de Philosophie,
Vice Président de SOS DISCRIMINES

maatala

143 commentaires:

maatala a dit…

Salam

Il a dit:

"Comment peut-on comprendre et accepter qu’une infime entité, n’atteignant pas le tiers de ce peuple, détienne toutes les richesses et tous les pouvoirs de la Nation?"

-------------------------------

Ten youssouf gueye a été assassiné pour avoir tenu les mêmes propos dit le fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

Il a dit aussi

"Nos frères maures s’intéressent aux causes palestinienne et irakienne plus qu’ils ne prennent la peine de se pencher sur une question cruciale qui touche l’intégrité et la cohésion de leur patrie. La cause principale s’est révélée être le complexe d’arabité et le spectre de l’originalité que nos Maures drainent depuis belle lurette !

----------------------------------

Triste vérité dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Il a dit aussi

"Ceux qui continuent à pratiquer la politique de l’autruche assumeront, toute entière, la responsabilité de tous les dérapages qui compromettraient l’avenir du pays !

---------------------------------

Voila la menace fantome dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Il a dit aussi

"A tous, je signale, enfin, que ce que vous reprochez à Israël, vous le faites subir à vos frères esclaves et anciens esclaves. Ya-t-il de plus ignoble que de déposséder quelqu’un de sa qualité d’homme ? Si la relation avec Israël était une trahison de la cause arabe, l’esclavage est une haute trahison de la cause humaine.

---------------------------------

On ne décrète pas le bonheur des gens à leur place dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Il a dit aussi

"Nous mettons en garde contre toute tentative visant à sanctionner Monsieur Biram Ould Dah ou n’importe quel autre militant de cette cause. Nous pensons comme ils pensent. Il ne s’agit pas d’une personne mais d’une conscience !

--------------------------------

Une menace à peine voilée dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Le Chairman de Ciprochimie et Cie rompt le silence : « Trop, c’est trop » !

Il n’est pas du tout content Hadya Kaou Diagana, PDG de la société Ciprochimie et Compagnie, un industriel spécialisé dans la fabrication des produits chimiques en général, des pesticides agricoles et ménagers en particulier.

Motif de son ras-le-bol, le manque de sérieux dans l’attribution des marchés publics de l’Etat, surtout ceux du ministère du développement rural pour lesquels il a toujours soumissionné mais a toujours été mis out, accusant un manque de transparence dans les procédures d’attribution.

De 2001 à 2009, dans le cadre des campagnes agricoles annuelles, Ciprochimie n’a bénéficié d’aucun marché du développement rural alors que ses soumissions sont les moins disantes.



« Depuis 1990 je remarque des comportements et des attitudes négatives du ministère du développement rural à l’encontre de notre société. A mon avis ces comportements n’ont aucune raison valable et objective. Cela ne devrait pas avoir lieu entre des partenaires dont le souci cardinal ne devrait avoir pour but que de contribuer à l’amélioration du niveau de vie de nos populations », lance t-il écoeuré.

L’homme qui parle ainsi, n’est pas n’importe qui dans le milieu des affaires. Vice-président de la chambre du commerce depuis 5 ans, membre du Bureau Exécutif du patronat, membre de la fédération des industries de Mauritanie, médailler d’honneur en 1969 et Chevalier de l’ordre du mérite national en 1971, Hadiya Kaou Diagana n’y va pas du dos de la cuillère pour dénoncer les irrégularités dans les attributions des marchés publics du ministère du développement rural.

« Quand bien même nous sommes la seule entreprise nationale agréée par décret n° 81.119 (bis) et spécialisée dans le domaine de la fabrication des produits chimiques, des pesticides agricoles et ménagers, nous n’avons jamais enregistré de commandes du ministère du développement rural malgré les invasions répétées de criquets pèlerins, des sautereaux et autres déprédateurs », ajoute HKD

Une volonté manifeste de nuire ?

Le PDG de Ciprochimie s’étonne ! Alors même que les donateurs incitent les autorités du département « protection des végétaux » à acheter directement de la société, elles s’arrangent toujours par des manœuvres pour contourner cela.




Exemple, dit-il : « dans le cadre de la coopération mauritano-japonaise, des sociétés nippones qui souhaitaient acheter des poudres avec notre société à cause de leur qualité et de leur compétitivité n’ont pu le faire, parce qu’entre temps, le ministère avait procédé à la suppression pure et simple des poudres malgré les demandes incessantes des associations villageoises. Surtout, et je tiens à le préciser, cette poudre est efficace et son utilisation maîtrisée par la population avec des moyens de lutte rudimentaires ».




Selon lui, ces produits d’utilisation facile pour les paysans, sont remplacés par des produits liquides (appareils de traitement, véhicules, carburant, avions avec ses heures de vol onéreuses) qui ne sont pas à la portée des agriculteurs.

En plus du coût d’application des produits liquides, HKD dit que ces insecticides ULV sont souvent formulés avec des solvants légers non appropriés en Mauritanie à cause des conditions climatiques comme les tempêtes de vents qui font rater la cible visée.

maatala a dit…

« Nous avons des certificats de conformité délivrés par des laboratoires anglais, français et allemands. Depuis 1983 nous assurons la formulation pour les sociétés japonaises adjudicataires du KR2. Malheureusement, depuis 1989, cette formulation a été détournée vers d’autres pays de la sous-région. Ce qui a conduit les adjudicataires à multiplier leurs prix par trois privant ainsi notre pays de deux tiers des produits poudres dont il aurait dû bénéficier si la formulation était effectuée en Mauritanie, précise t-il.

Pire, ajoute t-il, « pour acheter ces produits en Mauritanie, des appels d’offre et des consultations restreintes de complaisance sont lancés sans tenir compte de la spécialité ni de la branche d’activité des soumissionnaires ». Pourquoi ?

Là, il laisse le soin à ces autorités d’en donner les raisons. « Ma langue, c’est moi qui paie son impôt. Ce que je remarque dans cela, c’est que des commissionnaires agissant pour le compte des sociétés étrangères concurrentes, des papetiers, des vendeurs de pièces détachées, des calligraphes, pour ne citer que ceux-là, soumissionnent dans un domaine hors de leur compétence. Je n’ai pas besoin de prouver cela, c’est clair » !

Selon lui, les marchés gré-à-gré sont toujours usités. Pour le PDG de Ciprochimie, ce sont des sociétés cartables à qui on attribue ces marchés alors que dans la réalité, elles n’existent pas. Si ces manœuvres persistent, explique t-il, elles auront pour conséquences inéluctables l’effondrement des jeunes industries mauritaniennes qui ne peuvent se maintenir et se développer que grâce à un arbitrage juste et équitable des autorités étatiques.

Il précise que la protection des industries nationales constitue un frein à l’hémorragie des devises qui sapent l’économie du pays. Le PDG de Ciprochimie propose qu’un rapport définitif d’évaluation soulignant le motif de l’exclusion soit élaboré et transmis à chaque fois aux soumissionnaires. « Connaissez-vous à combien bénéficie notre parapluie salarial sans compter les autres charges ? 500 personnes en vivent pour 100 employés, à raison de 5 membres par famille. Donc ce n’est pas rien », estime KHD.

En plus de la création d’une main d’œuvre locale, indique le PDG, Ciprochimie participe à la revalorisation de nos ressources naturelles (gypse), qu’elle achète auprès de la SAMIA et qu’elle transforme en matière inerte qui rentre dans ses formules d’insecticides poudres pour un taux de 97 % utilisé dans la lutte contre les criquets pèlerins et sautereaux. Hadya Kaou Diagana est « convaincu » que le pays est dirigé par un homme juste et par une équipe juste. Selon lui, ce qui se passe dans ces attribuons de marché n’est que des incidents de parcours auxquels il est sûr on mettra fin.

Espérons que ce vœu soit exaucé car la corruption est l’obstacle majeur à la bonne gestion des ressources (financières, humaines et matérielles) et à la bonne gouvernance, elle est à la base de presque tous les problèmes de développement. Lutter contre la corruption c’est permettre non seulement une gestion saine des ressources et une meilleure gouvernance, mais aussi le respect d’autrui par le biais de l’établissement ou du rétablissement des droits de tous les citoyens.

Moussa Diop

Info source : Le Quotidien de Nouakchott

maatala

maatala a dit…

Salam


Réactions à l'article précédent

Bravo Monsieur Diagana. Je ne puis que confirmer vos déclarations. Pöur avoir soumissionné plusieurs fois à des marchés je sais de quoi vous parlez. J'ai souvent été le moins cher et pourtant jamais retenu.


Pire les gens qui étaient retenus venaient après acheter leur matériel chez moi, beaucoup plus cher. je sais trop quelles commissions occultes ils ont touchés. Tout cela bien sur aux frais des mauritaniens.... quand ce pays deviendra t il sérieux?????.


Rédigé par Oulamaou, lundi, 29-03-10 15:15 Mr Diagana, vaut mieux tard que jamais, voilà ce qu’on attendait de vous depuis des années, en restant debout et en dénonçant profitant de votre statut d’opérateur économique le seul, ou faut il ajouter Kane Amadou Baba ? Pour dire les deux dans un océan d’opérateurs économiques Beydanes promus par l’exclusion de tous les autres négro-africains du pays.


Oui à force de vous contenter de broutilles et de ne rien avoir pour votre communauté, le regret ou l’impression de rater une vie - sa vie – vous assaillent au crépuscule de la vie. Mais hélas c’est trop tard !


Ce pays est bâti ainsi sur l’exclusion sur le racisme d’Etat, tu n’as pas eu de marchés publics dignes de ce nom sous o/ Taya qui les monnayait contre votre silence et votre participation à ses objectifs, tu n’en auras pas sous Aziz, car ce dernier n’est pas très sûr que tu n’as pas soutenu Ely pendant les dernières présidentielles.


A l’arrivée, c’est vrai qu’il n’est jamais trop tard, mais c’en est pour l’acquisition des marchés juteux tels les routes, la sécurisation des documents officiels, l’environnement etc., car ce président des pauvres a une logique : ma famille d’abord, mes amis et puis tous les autres, si tu suis bien, cette manière de faire n’est elle pas la manifestation d’un dogme religieux que nous adorons tant !


Maintenant toi et tous les autres soyez sourds, muets, aveugles en attendant votre tour. Et c’est tout !

maatala

maatala a dit…

salam

lu sur cridem

"De l’arabisation en Mauritanie.

Les propos du premier ministre et celui du ministre de la culture sur la primauté de l’arabe en Mauritanie et les réactions d’indignation qu’ils ont soulevées dans la société civile mauritanienne et, plus bruyamment encore au campus de l’université de Nouakchott, viennent nous rappeler que le débat sur la politique linguistique n’est pas encore clos :

n’en déplaise à ceux qui, pour clore tout débat, agitent les dispositions de l’ordonnance constitutionnelle du 20 juillet 1991, dont l’article 6 dispose que «Les langues nationales sont l'arabe, le poular, le soninké et le wolof; la langue officielle est l'arabe».

La légitimité de ce qui est communément appelé «la politique d’arabisation» résiderait dans le fait que l’arabe serait:



• La langue de la majorité des Mauritaniens ;
• La langue liturgique et unitaire des Mauritaniens ;
• Une langue nationale à dimension internationale.

Ces arguments sont, sans aucun doute, pertinents pour accorder une place de choix à la langue arabe, mais ne donnent pas de réponse à d’autres questions, non moins importantes.

Un statut officiel proclamé est-il nécessaire ?

• Un statut officiel exclusif est-il justifié ?
• La majorité a-t-elle le droit de violer les droits des minorités ?
• L’argument religieux est-il pertinent ?
• La dimension internationale n’a-t-elle pas des limites ?

1) Un statut officiel n’est pas nécessaire :

Nos arguments relèvent ici de simples observations empiriques : tous les pays n’estiment pas indispensable de proclamer ou de donner un statut juridique à leur(s) langue(s) :

Les Etats-Unis d’Amérique, première puissance du monde, n’ont pas proclamé de langue officielle dans leur constitution de 1787; l’anglais n’est la langue officielle que de quelques Etats fédérés.

Dans certains de ces Etats, les tentatives de proclamation officielle de l’anglais ont été purement et simplement rejetées[1].

Pourtant, la langue anglaise ne s’est pas moins imposée dans la vie politique et sociale des Etats-Unis où elle cohabite avec d’autres langues minoritaires. A l’opposé de ce système de libre compétition linguistique, l’expérience, en Mauritanie, est celle d’un Etat interventionniste et dirigiste, qui a jeté son dévolu sur l’ arabe, comme langue officielle unique, à l’exclusion de toute concurrence.

maatala a dit…

Cette option se justifie-t-elle ?

2) Un statut officiel exclusif n’est pas justifié :

Au regard des traditions institutionnelles, voire constitutionnelles,de nombre de pays abritant des groupes ou nationalités différent(e)s, la pratique est à la reconnaissance de plusieurs langues officielles, soit à l’échelle nationale, soit à l’échelle régionale ; faute de statut officiel pour toutes les langues, certains Etats centralisateurs et non moins démocratiques, ouvrent néanmoins un espace de vie et d’expression pour les langues minoritaires qui ont un statut institutionnel.

a) Cas de pays ayant reconnu plusieurs langues officielles :

a.1) Langues officielles à l’échelle nationale :

L’Irak : l’article 4 alinéa 1 de la Constitution irakienne dispose : « L'arabe et le kurde sont les deux langues officielles de l'Irak. Le droit des Irakiens d'instruire leurs enfants dans leur langue maternelle est garanti, comme le turkmène, le syriaque et l'arménien, dans des établissements d'enseignement publics, conformément aux directives éducatives, ou en toute autre langue dans des établissements d'enseignement privés ».

L’alinéa 2 de l’article précise les effets immédiats de cette proclamation et les droits qui en découlent.

La Suisse : Deux articles de la constitution régissent le statut des langues :

Article 4 : « Les langues nationales sont l'allemand, le français, l'italien et le romanche ».

Article 70 alinéa 1 : « Les langues officielles de la Confédération sont l'allemand, le français et l'italien. Le romanche est aussi langue officielle pour les rapports que la Confédération entretient avec les personnes de langue romanche ».

On notera que l’article 70 alinéa 2, donne à tous les cantons le droit de choisir leurs langues officielles, dans le respect scrupuleux des « minorités linguistiques autochtones ».

L’Ethiopie : l’égalité des langues nationales est garantie par l’article 5 de la constitution qui stipule que : « 1. Toutes les langues éthiopiennes jouiront de la reconnaissance égale de l'État.

2. L'amharique est la langue de travail du gouvernement fédéral.

3. Les membres de la Fédération peuvent, conformément à la loi, déterminer leurs langues de travail respectives ».

L’Erythrée : le principe est ici aussi la reconnaissance de l’égalité linguistique.
L’article 4 alinéa 3 de la constitution érythréenne proclame que : « L'égalité de toutes les langues érythréennes est garantie ».

L’Israël: Pays officiellement sans constitution (théocratie oblige), l’Etat hébreu reste régi au plan linguistique par l’ordonnance britannique du 10 octobre 1922 (Palestine Order in Council) qui fait de l’anglais, l’hébreu et l’arabe les trois langues officielles du pays.

Ainsi l’article 82 de l’ordonnance dispose : « Toutes les ordonnances, tous les avis et actes officiels du gouvernement, de même que tous les avis officiels des autorités locales et municipales dans les zones prescrites en vertu d'un décret du Haut Commissaire, seront publiés en anglais, en arabe et en hébreu. Les trois langues peuvent être utilisées dans les débats et les discussions du Conseil législatif et peuvent être assujetties à tout règlement qui, à l'occasion, est adopté par les services gouvernementaux et les tribunaux. »

maatala a dit…

L’insertion d’un article 15 b a toutefois réduit les langues officielles à deux ; ce texte dispose que désormais : « Toute disposition juridique requérant l'usage de la langue anglaise est abrogée ».

Les tentatives visant à faire de l’hébreu la langue de l’Etat n’ont, elles, pas abouti[2].

a.2) Langues officielles à l’échelle régionale.

Certains pays, bien que proclamant une langue officielle de l’Etat, n’en concèdent pas moins aux autres idiomes nationaux un statut officiel à dimension régionale.

(france)

L’Espagne : la constitution de 1978 dispose dans son article 3 que :

«1) Le castillan est la langue espagnole officielle de l'État. Tous les Espagnols ont le devoir de le connaître et le droit de l'utiliser.

2) Les autres langues espagnoles sont également officielles dans les différentes Communautés autonomes en accord avec leurs Statuts.

3) La richesse des particularités linguistiques de l'Espagne est un patrimoine culturel qui doit faire l'objet d'une protection et d'un respect particuliers ».

La Russie : la constitution du 12 décembre 1993 dispose dans son article 68 que :

« 1) La langue officielle de la fédération de Russie sur l'ensemble du territoire est le russe.

2) Les républiques ont le droit d'établir leurs langues officielles. Dans les organismes du pouvoir de l'État et les organismes des collectivités locales, les établissements d'État de la république, elles sont utilisées parallèlement à la langue officielle.

3) La fédération de Russie garantit à tous ses peuples le droit au maintien de la langue maternelle, l'établissement de conditions permettant son étude et son développement ».

b) Protection non constitutionnelle des langues.

Sans accorder un statut officiel aux différentes langues qu’ils abritent dans leur espace géographique et culturel, certains Etats centralisateurs n’en accordent pas moins des droits à l’expression culturelle, scientifique et éducative.

La France : Les langues autres que le Français, seule langue officielle, disposent d’un cadre institutionnel incarné par le conseil académique des langues régionales régi par le décret du 31 juillet 2001.

Les langues régionales sont ainsi dispensées dans une perspective bilingue en immersion.

L’article 2 de l’arrêté du 19 avril 2001 dispose ainsi que : « Dans les écoles, collèges et lycées «langues régionales», l'enseignement bilingue selon la méthode dite de l'immersion est dispensé dans le respect des horaires et des programmes fixés par la réglementation en vigueur.

L'enseignement bilingue par la méthode dite de l'immersion se caractérise par l'utilisation principale de la langue régionale, non exclusive du français, comme langue de l'enseignement. La pratique de la langue régionale est encouragée dans la vie quotidienne des écoles et établissements «langues régionales».

La Mauritanie : Une première expérience de l’enseignement des langues nationales est promue par la création de l’Institut des Langues nationales par le décret n° 79.348/PG/MFS du 10 /12/1979 qui lui fixe la mission suivante : « la mise en place d’"un système éducatif assurant l’indépendance culturelle, où l’arabe sera la langue unitaire parlée par l’ensemble des mauritaniens, et fondé sur les principes suivants :

officialisation de toutes les langues nationales, transcription des langues pulaar, soninke et wolof en caractères latins, création d’un Institut des langues Nationales, enseignement dans nos langues nationales qui, a terme, doivent donner les mêmes débouchés que l’arabe».

maatala a dit…

Après cette expérimentation de l’enseignement des langues nationales, dont la réussite a été saluée par différentes missions d’évaluation de l’Unesco, la Mauritanie a adopté une énième réforme de son système éducatif par la loi n° 99- 012 qui préconise la suppression, par voie d’extinction, du « système des filières » et remplace « l’Institut des Langues Nationales » par un département chargé des langues nationales et de la linguistique, directement rattaché à la Faculté des Sciences Humaines : les langues nationales sont, de ce fait, reléguées au statut de langues de laboratoire.

L’enseignement est conçu selon un schéma dit bilingue : les matières scientifiques sont dispensées en français et les autres matières en langue arabe.

1. 3) L’argument de la majorité démographique et le droit des minorités linguistiques.

Les promoteurs et défenseurs de la langue arabe comme unique langue de l’Etat mauritanien avancent souvent un argument démographique pour justifier la vocation et le statut de cette langue.

Nous avons vu infra que de nombreux pays - pourtant parmi les moins démocratiques et les plus pauvres au monde – accordent aux groupes linguistiques minoritaires des droits qui garantissent l’expression de leur génie culturel et l’usage de leurs langues, dans leurs rapports au quotidien avec l’autorité publique.

Par ailleurs, au-delà de toute volonté unilatérale des autorités de ces pays, il y a lieu d’appliquer les dispositions de la convention de l’UNESCO du 14 décembre 1960 concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l’enseignement qui déclare à son article 5 :

« 1. Les États parties à la présente Convention conviennent:

a. Que l'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales et qu'elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix;

b. Qu'il importe de respecter la liberté des parents et, le cas échéant, des tuteurs légaux :

1° de choisir pour leurs enfants des établissements autres que ceux des pouvoirs publics, mais conformes aux normes minimums qui peuvent être prescrites ou approuvées par les autorités compétentes; et

2° de faire assurer, selon les modalités d'application propres à la législation de chaque État, l'éducation religieuse et morale des enfants conformément à leurs propres convictions; qu'en outre, aucune personne ni aucun groupe ne devraient être contraint(s) de recevoir une instruction religieuse incompatible avec leurs convictions;

c. Qu'il importe de reconnaître aux membres des minorités nationales le droit d'exercer des activités éducatives qui leur soient propres, y compris la gestion d'écoles et, selon la politique de chaque État en matière d'éducation, l'emploi ou l'enseignement de leur propre langue, à condition toutefois:

(i) Que ce droit ne soit pas exercé d'une manière qui empêche les membres des minorités de comprendre la culture et la langue de l'ensemble de la collectivité et de prendre part à ses activités, ou qui compromette la souveraineté nationale;

(ii) Que le niveau de l'enseignement dans ces écoles ne soit pas inférieur au niveau général prescrit ou approuvé par les autorités compétentes; et

(iii) Que la fréquentation de ces écoles soit facultative.

2. Les États parties à la présente Convention s'engagent à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer l'application des principes énoncés au paragraphe 1 du présent article ».

maatala a dit…

4) L’argument religieux et unitaire .

Il est courant, dans l’argumentaire des promoteurs de la suprématie de la langue arabe en Mauritanie, de recourir à l’argument ultime et autoritaire de l’unité organique et spirituelle entre la langue arabe, parlée par une partie des Mauritaniens et le Coran, livre et message divin de l’Islam, religion d’Etat.

En vérité, l’assimilation de l’arabe à l’islam est quelque peu spécieuse et ne saurait convaincre que les fanatiques et les esprits étroits. La religion islamique reconnait la diversité et ne professe pas l’obligation de l’apprentissage de l’arabe pour être musulman. Elle s’accommode bien de la diversité linguistique de nombreux peuples qui l’ont embrassée : la république islamique d’Iran, pourtant porte-voix de l’Islam militant, ne hisse pas la langue arabe au statut de langue officielle.

L’article 15 alinéa 1 de la constitution iranienne dispose ainsi que : « La langue et l'écriture officielles communes à tout le peuple iranien sont le persan et l'écriture persane. Les documents, les correspondances et les textes officiels, ainsi que les livres scolaires doivent être rédigés dans cette langue et avec cette écriture ».

Pour être un pays musulman idéologiquement islamiste, l’Iran n’en a pas moins choisi de faire sa scolarisation en persan, quelque grands soient ses égards pour le coran.

L’article 16 de la constitution dispose ainsi que :

« Dans la mesure où la langue du Coran, des sciences et des connaissances islamiques est l'arabe et que la littérature persane en est complètement imprégnée, cette langue [l’arabe] devra être enseignée après l'école primaire et jusqu'à la fin du cycle secondaire dans toutes les classes et dans toutes les disciplines.»

Le rapport des « persophones » musulmans vis-à-vis de langue originelle du coran n’est guère très éloigné de l’attitude des « pulaarophones », des «soninképhones » et des « wolofophones », qui ne confondent pas « arabisme » et religion musulmane.

1. 5) L’argument du rayonnement international de l’arabe et ses limites.

Le dernier argument des défenseurs du « Tout arabe » tiendrait au fait que c’est la seule langue nationale à dimension internationale et scientifique (sic).

Le rayonnement international et historique de cette langue ne souffre en effet aucune contestation ; mais des limites sérieuses à cet argumentaire caractérisent l’expérience de l’enseignement de cette langue en Mauritanie.

1. a) Des moyens très dérisoires.

L’expérience de l’enseignement de l’arabe dans les différents cycles scolaires et universitaires a montré une réelle insuffisance de ressources humaines compétentes et de moyens matériels adéquats : manuels scolaires, ouvrages scientifiques suffisants et adaptés etc.

Ces lacunes patentes, auxquelles on ne pouvait continuer à faire l’impasse, participent sans aucun doute au processus qui a abouti à la dernière réforme du système éducatif, qui dénie désormais à l’arabe toute prétention à véhiculer le savoir scientifique dans l’Ecole mauritanienne. Aussi, la vocation scientifique de l’arabe, qui justifiait aux yeux des idéologues de l’arabisme la suprématie de cette langue sur les autres langues nationales, s’en trouve-t-elle flétrie.

maatala a dit…

1. b) L’alibi politique et idéologique.

La vocation de l’arabe est de s’étendre à tout l’espace politique, administratif et social de la Mauritanie. Conçue et pensée comme un instrument d’unité et de repersonnalisation de l’homme mauritanien, l’arabe n’en est pas moins perçue par nombre de Mauritaniens (de culture non arabe) comme un instrument de domination et de discrimination.

Cinquante années d’indépendance nationale et d’école mauritanienne ne semblent pas démentir ces craintes : une pratique de politiques de recrutement à la fonction publique et dans les corps constitués très favorables aux arabophones, la mise au chômage technique de cadres francophones dans certaines administrations, telle que la Justice avec des effets collatéraux pour les auxiliaires obligés de s’adapter ou disparaître (avocats, huissiers,…).

Pourtant, dans certaines administrations, la langue arabe éprouve encore des difficultés à s’imposer : les agents publics se complaisent ou se résignent à se morfondre dans une véritable ambiance de schizophrénie :

- Concevoir et rédiger en français avant de traduire en arabe, avec les moyens du bord ;

- Concevoir et prendre des notes en français avant d’exposer en Hassanya (l’arabe local) ;

- Tenir des réunions dans lesquelles le Hassanya est utilisé majoritairement par ses locuteurs maternels et le français par les rares négro-mauritaniens.

Cette situation ordinaire et banale dans l’administration mauritanienne, a eu un retentissement public, ces derniers jours, au gré d’une conférence presse du chef du gouvernement, au cours de laquelle il a répondu en arabe à une question posée en français par un journaliste local : lorsque M Diagana dit n’avoir pas compris la réponse du chef du gouvernement, celui-ci est pris d’un irrépressible accès de colère et lance arrogamment à la figure du journaliste non arabophone : « la Mauritanie est un pays arabe ! ».

Ce qui est troublant est que ce qui aurait pu être mis sur le compte d’un simple dérapage verbal fait écho à la diatribe quelques semaines avant, de la ministre de la culture du même gouvernement qui s’en est prise aux langues nationales, qualifiées de « dialectes entravant le développement de la langue arabe ».

Le modus vivendi semble clair : la langue arabe continuera, envers et contre tous, son expansion inique. Dans la violence et le rejet des autres. Ce qui n’est pas le meilleur viatique pour bâtir une nation. A bon entendeur !

Maître Moctar Touré

[1] L'Amendement 31 officiellement intitulé English Language Education for Children in Public Schools est rejeté dans l’Etat du Colorado le 5 octobre 2002; abrogation en 1993 de la Dade County (Miami) Anti-Bilingual Ordinance, entrée en vigueur dans l’Etat de Floride en 1980 en vue de contrer la concurrence de la langue hispanique.

[2] Le projet de Loi fondamentale no 9 de 1988 proclame l’Hébreu comme langue de l’Etat ; l’article 3 alinéa 2 de ce texte proclame toutefois : « Les publications officielles paraîtront également en arabe. La langue arabe aura un statut spécial en ce qui concerne les autorités de l'État, les autorités publiques et les questions d'enseignement et de culture ».

Info source : Kassataya

maatala

Esseghnass a dit…

El Moudir Ould Bouna, nommé conseiller chargé de la communication à la présidence de la république


La Présidence de la République a rendu public le communiqué ci-après: "Par décret en date de ce jour, est nommé conseiller chargé de la communication au cabinet du Président de la République: M. Sidi Mohamed Ould Bouna, dit El Moudir."

Il est à noter que El Moudir Ould Bouna, qui était jusque-là directeur général de l'AMI depuis le 12/08/2008, remplace Mohamed Mahmoud Ould Brahim Khlil, nommé ambassadeur de Mauritanie à Bruxelles.
ani.mr

maatala a dit…

salam

Pourquoi une telle offensive pour l'arabisation intégrale:

La peur d'une l'exigence celle de la compétence.

Azzizzo impose que toute nomination doit être basée sur la compétence, il est de notoriété publique que la majorité des arabisants sont des incompétents.

Pour faire oublier celle-ci, il joue sur l'arabisation, seul domaine ou ils savent qu'ils sont les meilleurs.

Nous vous livrerons prochainement la liste des ministre qui envoient leurs enfants dans des écoles françaises.

il va y avoir du sport dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Les deux article ( arabisation et esclavagisme)sont la preuve que :

Le voile est en train de se lever au dessus de ce pays ou d'occultation des problèmes est un sport national.

Ces deux articles viennent nous rappeler qu'il y a des problèmes qu'il faut régler et vite car il y va de la survie du pays.

Croire que la force peut tout résoudre est une grave erreur.

Azzizzo attention à l'avis de tempête dit le fou.

maatala

TITAN a dit…

Je reconnais volontiers que les haratines et les anciens esclaves des autres ethnies ont souffert et continuent de souffrir des effets abjectes de cette pratique insoutenable.
Il me parait par ailleurs utile de rappeler que la confrontation n'est pas la meilleure voie pour régler cette question et réparer les préjudices énormes subies par ces franges. Parce que tout simplement la grande majorité de ces victimes est encore refractaire à tout changement et reste accrochée au tissu social traditionnel (tribu, ethnie...) soit par ignorance ou par peur de l'inconnu.
Je suis complètement d'accord sur la discrimination positive à condition qu'elle soit réelle et non basée sur le clientélisme politique (genre ould yali et ould borboss).
Je pense surtout que le droit à l'éducation doit être garanti et encouragé par l'octroi de bourses d'études à tous les enfants d'anciens esclaves.

Anonyme a dit…

On l'avait suggere ici du temps de Sidioca parceque Belaouar avait fait le coup de Lemgheity. Mais Moussa a dit non. On avait donc raison. Je souris quand le journal dit que les otages ont ete envoye au nord mali sans etre reperes. Il y a eu complicite quelque part et les kidnappeurs sont des militaires. Faut relire Keenan sur rue89. A-
--

Nouakchott émet un mandat d’arrêt contre Bellaouar La justice mauritanienne, chargée du dossier de la drogue, a émis un mandat d’arrêt contre Khaled Abou El Abass Bel Mokhtar, alias Bellaouar, chef du bataillon des « Moulethemines » (enturbannés), qui élit son domicile dans le grand Sahara, d’où il dirige ses opérations contre les ressortissants étrangers et les unités militaires des Etats de la région. Le mandat d’arrêt contre Bellaouar, qui manifestement, reflète une plus grande perspicacité de Nouakchott à aller jusqu’à bout dans sa lutte contre le terrorisme, ce lui a valu d’ailleurs, une véritable brouille diplomatique avec Bamako, intervient suite à des accusations portées contre ce chef, dont sa participation à des actes terroristes commis ces dernières années sur des intérêts mauritaniens. Cette décision des autorités judiciaires du pays, a été prise, dans le cadre de l’imminent procès d’Oumar Sahraoui, premier suspect de l’enlèvement des trois otages espagnols sur le territoire mauritanien, le 29 novembre dernier. Des sources proches du palais de justice, indiquent que le cerveau présumé du kidnapping des ressortissants espagnols, Oumar Sahraoui est apparu très abattu, après des enquêtes élargies et longues, menées conjointement par la police mauritanienne, en collaboration avec des experts déployés dans la région du Sahara.Ce que les autorités mauritaniennes qualifient de grand succès sécuritaire, de nature à pousser davantage leurs actuels efforts de lutte contre le terrorisme vers l’optimum, pour mieux sécuriser le pays et les frontières. Ces dernières étant demeurées jusqu’à une date récente, un espace poreux, incontrôlable et très fréquenté par les réseaux de trafic de la drogue et par les terroristes dans leurs constants déplacements dans la région.Les récents rapts des européens, dont les 3 espagnols, ont été jugé par des spécialistes du terrorisme des plus spectaculaires, avec des enlèvements faits en plein jour, dans le centre des Etats (sur la route Nouadhibou-Nouakchott), suivis de leur acheminement réalisé dans la plus grande discrétion, jusqu'au nord du Mali, soit un parcours d’environ 2.000 km en un temps record, sans éveiller le moindre soupçon des nombreux postes de contrôle.Jusqu’à une date récente, plusieurs sources indiquent que les six otages étaient répartis entre deux groupes d'Aqmi, dont l’un est dirigé Mokhtar Belmokhtar alias Bellaouar, qui fait aujourd’hui l’objet d’un mandat d’arrêt de la justice mauritanienne. Nouakchott y parviendra-t-elle, sans le concours du Mali, qui envisage une relecture des accords de coopération entre lui et l’Algérie, mais surtout entre ce pays et la Mauritanie.

Anonyme a dit…

Article pertinent de maître Touré qu'il faut absolument lire.
Nous mauritaniens nous sommes vraiment les damnés de la terre, peu nombreux moins de 3millions, ressources immenses, territoire vaste, mais accumulons les pires tares de la terre avec l'esclavage qui continu a sévir, des soit disant errudis qui s'interressent a ce qui se passe a l'étranger plûtôt que sous leur tentes..pourquoi pas une Fatwa contre l'esclavage au lieu d'amuser la galerie avec des conférences bidons qui ne changeront pas la face du monde .

Anonyme a dit…

Monsieur Brahim,

je partage parfaitement votre point de vue que l'esclavage est à combattre sans état d'âme et que l'Etat doit mener une politique de discrimination positive en faveur des mauritaniens d'ancêtres esclaves; Ce que par contre je ne comprend pas est de vouloir endosser la responsabilité de l'esclavage aux génération d'ajourd'hui alors qu'elles n'y ont pas contribué, tout simplement parceque leurs parents sont esclavagistes. Ca c'est de la forfaiture et ne va certainement pas contribuer à résorber l'esclavage et ses conséquences.

Je suis par ailleurs tout à fait d'accord avec vous que beaucoup de mauritaniens manifestent beaucoup plus d'intérêts et d'engagement politique pour appuyer la lutte palestinienne qu'à leur propre destin politique, sinon comment expliquer qu'un peuple ne réagisse pas à la précarité de sa vie alors qu'il sort en masse quand un colon juif tabasse des manifestants palestiniens.

Sanhaji

maatala a dit…

salam

"
L’Edito de ''La Tribune'' Par Mohamed Fall O Oumère.

«Ces pseudo-intellectuels qui alignent des mots pour dire leur mépris de l’autre, pour cracher leur racisme, déverser leur haine. Sous prétexte tantôt de défendre l’identité culturelle mauritanienne, tantôt de vouloir sauver une frange du joug exercée par une autre. Les mêmes discours ont préparé février 1966, avril 1989… ont justifié les affres qui s’en sont suivis. Que nous préparent les présentes campagnes ?»

C’est la question que nous nous posions il y a deux semaines dans ces pages. Nous avons la réponse en partie. D’une part, il y a cet affrontement de l’université qui rappelle les douloureux événements de février 1966. Qui avaient aussi commencé dans le milieu scolaire. Heureusement que nous ne sommes pas en 1966. Ni d’ailleurs en 1989. Nous avons aujourd’hui un espace de débats qui empêche l’intoxication et la rumeur.

Eléments à la base de la culture de la haine qui a alimenté ces deux dates. «Ceux qui ne peuvent se rappeler le passé sont condamnés à le répéter» (George Santayana).



C’est ce qui nous arrive pour avoir ignorer le devoir de mémoire. Pour avoir voulu faire l’économie de pans entiers de l’histoire récente du pays. Nous avons voulu faire semblant d’oublier au moment où on ne faisait que reporter sine die. De dépasser alors que nous ne faisions que contourner…

On en est à nous retrouver cycliquement confrontés aux mêmes problèmes. Y compris celui des langues. Constamment (ré)animé par les mêmes groupes politiques qui en font un fonds de commerce et un moyen de pression… heureusement que les démagogues n’ont plus l’influence qu’ils avaient… ils n’ont plus que la parole… une parole en l’air… même si elles font revenir le débat en arrière… et le pays avec.

Espérons que ces tentatives fassent partie des derniers soubresauts des forces centrifuges qui ont empêché ce pays d’avancer. Et de régler certains de ses problèmes. Tout comme l’allégeance de certaines figures politiques au guide la révolution libyenne. Elle fait partie de ces manifestations qui ajoutent à la confusion et à la peur qu’on veut entretenir pour remettre à plus tard le changement promis.

maatala a dit…

On a vu des chefs de partis et deux députés au moins prêter allégeance publiquement au chef de la révolution arabe version libyenne. Les discours des «sujets» sont clairs. Nonobstant ce qu’ils peuvent représenter, ces acteurs ont posé problème au pays par leur acte d’allégeance. Comment faut-il réagir ?

Il y a ceux qui préconisent une forte réaction du pouvoir, «l’application de la Constitution pour sévir». Ceux qui disent que les pôles politiques doivent réagir d’abord. On a vu la réaction de la coordination de l’opposition (COD), mais pas celle de la majorité. Certains observateurs demandent aux deux pôles d’exclure ceux parmi leurs alliés qui ont participé à l’acte d’allégeance.

Quoi qu’on en dise, cette allégeance refait sortir la problématique de la relation avec l’étranger. Quelle relation entretenaient les Baaths avec l’Irak de Saddam Hussein ? ceux de l’Alliance pour une Mauritanie démocratique (AMD) avec le Maroc ? ceux du Front de libération des africains de Mauritanie (FLAM) avec le Sénégal et la France ? ceux des Islamistes avec l’Arabie Saoudite ? et surtout jusqu’où peut-on aller dans des relations avec l’extérieur ?

Dans un pays comme le nôtre – longtemps contesté dans ses frontières, relations extérieures déterminées par les rapports internes, politique du ventre dominante dans les prises de position… - dans un pays comme celui-là ne devrait-on pas être plus regardant, plus prudent, plus modéré… ?

Quand on suit l’émission d’Al Jazeera sur les coups d’Etat en Mauritanie, on est frappé par l’irresponsabilité des acteurs, la désinvolture… Ould Mohamed Salek qui refuse de faire le constat de la prise de pouvoir par l’Armée. Ould Haidalla qui refuse d’avoir un mot de regret vis-à-vis de ceux qui ont souffert des effets néfastes des premières années de braise qui correspondent à ses années de règne. Ould Hanenna qui oublie que «sa» rébellion a provoqué la mort de 17 personnes dont le chef d’Etat Major de l’époque, unanimement apprécié…

Un peu d’humilité aurait été salutaire à nos putschistes qui nous ont causé tant de torts. Qui nous en causent encore en refusant d’avoir une pensée pour nos morts, nos blessés, nos symboles… en refusant aussi de reconnaitre le rôle qu’ils ont eu dans le déraillement du projet Mauritanie.

En les regardant, je me disais que le pays a bénéficié d’une baraka. La situation aurait été pire. Heureusement pour le pays que la première génération de ces officiers n’a duré que le temps qu’elle a duré. C’est déjà assez pour déstructurer. Heureusement que les jeunes n’avaient pas pris le pouvoir. on sait aujourd’hui ce qui nous attendait. Finalement on s’en tire à bon compte.


Info source :

maatala

Anonyme a dit…

[PDF] Chroniques de la rupture - [
Formato de archivo: PDF/Adobe Acrobat - Versión en HTML
ABDEL KADER OULD MOHAMED. Mauritanie: chroniques de la rupture ... IV- Repenser l'unité nationale. - http://www.journaltahalil.com/pdfArticles/Chroniquesdelarupture.pdf

Anonyme a dit…

je n'ai pas bien compris ce que veut dire l'éditorialise Ould Oumère dans cette phrase:
"En les regardant, je me disais que le pays a bénéficié d’une baraka. La situation aurait été pire. Heureusement pour le pays que la première génération de ces officiers n’a duré que le temps qu’elle a duré. C’est déjà assez pour déstructurer. Heureusement que les jeunes n’avaient pas pris le pouvoir. on sait aujourd’hui ce qui nous attendait. Finalement on s’en tire à bon compte."

merci de nous éclairer si vous avez compris!!

Bebe BA a dit…

Le paiement des rançons, une forme déguisée de financement du terrorisme, estime un expert
(Xinhuanet 30/03/2010)

Le directeur par intérim du Centre africain d'étude et de recherche sur le terrorisme (CAERT), Lyes Boukra, a affirmé à Madrid que le paiement des rançons en échange de la libération de personnes enlevées par des terroristes est une "forme déguisée de financement du terrorisme", a rapporté lundi l'agence de presse algérienne APS.

"C'est pour cela que l'Union africaine (UA), qui est pleinement engagée dans la lutte contre le terrorisme internationale, partage l'idée de criminaliser le paiement des rançons, parce que ce sont nos Etats et nos sociétés qui en payent le prix", a-t-il déclaré à l'agence APS.

M. Boukra a assisté à Madrid à un séminaire du Collège européen de police (CEPOL), organisé par la Présidence espagnole de l'UE, et consacré aux "Menaces globales sur la sécurité intérieure".

Invité à donner des précisions sur la perception africaine sur les menaces globales qu'il a présentée lors de cette rencontre internationale, M. Boukra a affirmé d'emblée que "tous les pays sont confrontés aux mêmes menaces que sont le terrorisme et le crime organisé".

Mais, l'Afrique connaît aujourd'hui, a-t-il dit, "d'autres menaces qui lui sont spécifiques, que l'Europe ne connaît pas", citant à titre d'exemple le paiement des rançons qu'il a qualifié de "menace très importante et une forme déguisée de financement du terrorisme".

Il a également évoqué la menace de l'ingérence étrangère qui " complique dans nos pays l'équation sécuritaire", dans la mesure où "elle peut conférer aux groupes terroristes une légitimité, celle de groupes combattant l'occupation étrangère", a-t-il expliqué, en se référant aux situations en Irak et en Afghanistan.

"Les groupes terroristes veulent justement provoquer une intervention étrangère", a-t-il affirmé.

Selon lui, "à chaque fois qu'un pays européen s'ingère pour défendre ses propres intérêts égoïstes au détriment de la logique antiterroriste, il fait le jeu des groupes terroristes", alors que les pays occidentaux sont eux aussi menacés par le terrorisme.

"Nous faisons donc face à la même menace et ces pays sont obligés, de ce fait, de prêter aide et assistance dans la lutte contre ce fléau, en partageant l'information et la formation, dans un cadre défini et très clair et qui soit bénéfique à l'ensemble des Etats", a-t-il conclu.

Le Centre africain d'étude et de recherche sur le terrorisme ( CAERT) est basé à Alger. Inauguré en octobre 2004 par le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Il a été créé conformément aux dispositions du Plan d'action de l'Union africaine pour la prévention et la lutte contre le terrorisme.

Mis en place par l'Union africaine, sous la tutelle du Conseil de paix et de sécurité de l'UA, le CAERT se veut un instrument de gestion des actions en matière de prévention du terrorisme.

Esseghnass a dit…

Lu sur crdem pour mmaatala
Pouvoir/Opposition : Où sont passés les 50 millions destinées à la sécurité ?

«Cette somme a été logée dans un compte à la banque centrale de Mauritanie. Elle est gérée par deux signatures différentes de deux membres du gouvernement» a déclaré Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Lemine, président de l’UPR, dans un entretien à Al Akhbar. La somme, c’est 50 millions de dollar offerts par l’Arabie Saoudite à la Mauritanie pour la lutter contre « l’extrémisme religieux. »

Le Président de l’UPR répondait à l’opposition qui s’inquiète de la destination réelle de cet argent. Ould Mohamed Lemine accuse l’opposition de « propagation de contre-vérités ». Tout en acceptant le principe d’une enquête sur la question, le président de l’UPR menace l’opposition de « poursuites judiciaires » et affirme que « le gouvernement ne restera pas les bras croisés face « aux agissements antinationaux de cette opposition.»

La coordination de l’opposition démocratique, dans un communiqué en date du 29 mars 2010 a vite réagi aux menaces du principal parti de la majorité en ces termes « Le langage du dénigrement, de l’invective et des menaces adopté par le régime en place - et malheureusement par ses soutiens – est une réponse dérisoire face à la vérité des faits et à la pertinence des arguments, comme style authentiquement démocratique.

C’est, aussi, une preuve irréfutable de l’absence de vision chez le pouvoir et de son incapacité structurelle à affronter les problèmes et les crises qui menacent le pays. Nous ne trouvons aucune explication aux réactions crispées du régime sinon l’exigence par l’Opposition d’éclaircissements sur certaines questions objectives :

(i) Les cinquante millions de dollars en question qui ne figurent sur aucun des exercices budgétaires successifs de 2008, 2009 et 2010 ; laissant ainsi planer le doute sur leur destination ; »

(ii)La COD enfonce le clou en rappelant « le non respect de la loi sur la transparence financière, qui oblige les fonctionnaires à déclarer leur patrimoine au moment d’accéder aux hautes charges de l’Etat ;

(iii) l’interrogation au sujet des tonnes de cocaïne saisies récemment par les autorités et dont le sort demeure à ce jour inconnu. »

Une enquête sur le veritable sort des 50 millions sera seule à même de lever toute suspiscion dans l’opinion. Sur les tonnes de cocaine siasies, la réponse du gouvernement est également attendue. Un gouvernement dont le principal cheval de bataille est la lutte contre la gabegie.

Esseghnass a dit…

suite cridem pour maatala
Communiqué


Sur sa page du 28 mars 2010, le site Alakhbar a publié une interview du président de l’UPR, dans laquelle celui-ci menace de traduire les leaders de l’opposition devant les tribunaux, suite à l’évocation par certains d’entre eux de la question des 50 millions de dollars, don d’un pays frère à nos institutions de sécurité.

Il se pourfend également en mises garde contre la « persistance de l’opposition dans cette voie antinationale et immorale », sinon dit-il « le gouvernement ne restera pas les bras croisés ». Assumant pleinement ses responsabilités vis-à-vis du peuple mauritanien, la Coordination de l’Opposition Démocratique réaffirme ce qui suit :

Le langage du dénigrement, de l’invective et des menaces adopté par le régime en place - et malheureusement par ses soutiens – est une réponse dérisoire face à la vérité des faits et la pertinence des arguments, comme style authentiquement démocratique. C’est, aussi, une preuve irréfutable de l’absence de vision chez le pouvoir et de son incapacité structurelle à affronter les problèmes et les crises qui menacent le pays.

Nous ne trouvons aucune explication aux réactions crispées du régime sinon l’exigence par l’Opposition d’éclaircissements sur certains questions objectives :

(i) Les cinquante millions de dollars en question qui ne figurent sur aucun des exercices budgétaires successifs de 2008, 2009 et 2010 ; laissant ainsi planer le doute sur leur destination ;

(ii) le non respect de la loi sur la transparence financière, qui oblige les fonctionnaires à déclarer leur patrimoine au moment d’accéder aux hautes charges de l’Etat ;

(iii) l’interrogation au sujet des tonnes de cocaïne saisies récemment par les autorités et dont le sort demeure à ce jour inconnu.

Se sentir gêné par l’évocation de ces sujets procède d’une tentative de placer le gouvernement au-dessus du contrôle et de la loi et témoigne de l’incapacité du pouvoir à donner des réponses précises et convaincantes aux questionnements légitimes de l’Opposition sur la gestion des affaires publiques.

L’Opposition démocratique réaffirme son droit d’exercer un contrôle politique et moral et suivre la gestion de l’ensemble des secteurs de l’Etat, sans exception aucune. Ni les menaces, ni les intimidations ne l’empêcheront d’assumer pleinement sa responsabilité nationale.

Elle rappelle ses prises de positions publiques sur les crises graves et multidimensionnelles, mettant l’accent sur les problèmes sécuritaires, économiques, sociaux et politiques, qu’il est impossible de résoudre sans engager un dialogue franc et sérieux entre l’ensemble des acteurs nationaux, en vue de leur trouver les solutions appropriées.

Les attaques contre les leaders de l’Opposition démocratique, les tentatives de ternir leur image et de créer un climat de tensions négatives sont des manœuvres grotesques pour camoufler des échecs patents et chaque jour plus graves, dus à l’incurie dans laquelle se débat le régime en place.

L’Opposition démocratique assumera, face à cette situation, sa responsabilité entière vis-à-vis du peuple mauritanien.

Nouakchott, le 29 mars 2010
La Commission de Commun



Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Info source : Le Quotidien de Nouakchott

Anonyme a dit…

J'ai lu l'ecrit de Maitre Toure' sur CRIDEM et je viens de le relire pour une seconde fois ici sur canalh. Je tiens a' rappeler les faits suivants:

1- Il n' y a jamais eu de loi en Mauritanie pour dire que les langues nationales sont interdites et personne ne dit aux Halpulars, aux Soninkou et aux Wolofs de ne pas parler leurs langues respectives.

2- En evoquant les cas de l'Espagne, de la France, de la Russie, de l'Iran, de l'Irak et des USA; nous ne pouvons que dire que Maitre Toure' compare les oranges et les pommes. En d'autres termes, il compare l'incomparable. La Mauritanie a des specificite's qui ne sont pas necessairement celles des pays cite's plus haut.

3- Je refuse de croire que l'arabisation vise a' eliminer les autres cultures Mauritaniennes.

4- Les aspects culturels et socio-economiques lie's au debat sont certes importants et je n'ai nullement l'intention de les minimiser mais je tiens a' repeter qu'il n'est pas de l'interet de notre pays d'avoir un systeme educatif a' plusieurs vitesses. Nos enfants doivent etre soumis aux memes programmes pedagogiques.

5- Le Francais est certes la langue officielle de la France mais les enfants des ecoles Francaises sont expose's a' plusieurs langues etrangeres. Je ne vois pas la raison pour laquelle on ne generalise pas l'utilisation de l'Arabe dans tout le systeme educatif Mauritanien tout en exposant nos enfants a' toutes nos langues nationales.

6- En tant qu'educateur, administrateur de l'education et specialiste de l'enseignement de l'Anglais comme seconde langue, je dirai que plusieurs etudes ont demontre' que les enfants qui parlent deux langues ou plus, tendent a' realiser les meilleurs scores aux examens, ont une meilleure capacite' de resoudre les problemes, sont tolerants et discipline's et ne sont pas complexe's.

7- L'Amerique n'a certes pas de langue officielle mais il n'est un secret pour personne que le chemin le plus court pour la realisation du reve Americain passe par la maitrise de l'Anglais. Le commerce, les affaires, les ecoles, l'administration et les signes routiers sont en Anglais.
E Pluribus Unum (de plusieurs un). Ce Unum contient l'Anglais.

To make a long story short, je crois fermement que l'interet a' long terme de notre pays exige a' ce qu'on commence a' generaliser des a' present l'utilisation de l'Arabe dans les tous etablissements scolaires et tous les services de l'administration. Ceci etant dit, il faut encourager la promotion des langues nationales et exiger que nos enfants apprennent le Francais et l'Anglais comme des langues secondaires.

Esseghnass a dit…

once again crivem pour maatala
Marchés publics de l’Etat : recrudescence des coups tordus !

Lancement d’appels d’Offres sans respect des règles d’usage, des commissions d’évaluation peu compétentes mises en place pour évaluer des soumissions – font tout sauf la mission qui leur est assignée- des marchés gré-à-gré qui ont repris du poil de la bête. Décidemment la bonne gouvernance économique et financière ne semble pas pour demain.

Derrière ces entorses se cache la corruption. Or ce phénomène grave qui sape les fondements de l’économie nationale ne date pas d’aujourd’hui. Il a cours depuis l’accession du pays à la souveraineté nationale par l’octroi de prébendes à une clientèle politique.

Les récompenses dépendaient des fidélités politiques, pour être nommés au sein d’un gouvernement ou à des postes clefs de l’économie. Sans doute des privilèges qui donnaient aux heureux élus, accès aux ressources publiques pour en faire ce qu’ils voulaient. Aujourd’hui, la pratique n’est pas sans conséquence pour le pays. Un quart de siècle de gabegie et de détournement de deniers publics, sont ancré dans des mœurs qui mettent à mal le développement du pays.

Les indicateurs sociaux dénoncent des progrès insuffisants. L’indice de développement humain du PNUD n’est que de 0.55, et la Mauritanie est classée au 137è rang sur 177 pays. Tout ceci, parce que la corruption a atteint des proportions graves au point qu’elle soit devenue un frein à la bonne gestion des ressources financières, humaines et matérielles et à la bonne gouvernance.

Il suffit de voir comment certains appels d’Offres sont traités en ce moment pour comprendre les enjeux. Le marché d’Appel d’Offres du ministère de l’intérieur et de la Décentralisation pour sécuriser les documents nationaux d’identification continue de faire grincer des dents. Une dizaine d’entreprises étrangères ont soumissionné dont notamment les deux entreprises françaises Gemalto et Sagem, la chinoise ZTE, les pakistanais et six autres entreprises étrangères.

Esseghnass a dit…

suite

L’offre de Gemalto oscillerait entre 17 et 18 millions d’euros, Sagem entre 13 et 14,5 millions d’euros et la chinoise ZTE entre 9 et 10 millions d’euros hors taxe. Une commission ad hoc a été créée par la primature avec pour mission : « une assistance technique aux structures du projet de fiabilisation et de sécurisation des documents nationaux d’identification ; d’élaboration du projet ; de préparation technique et matérielle des activités liées au projet ; de suivi de l’exécution des actions du projet ; de fournir l’assistance technique et l’expertise nécessaire à la Commission Centrale des Marchés dans le cadre de l’évaluation du projet de fiabilisation ; de contribuer à la planification de la communication du projet ». Clair comme l’eau de roche !

Dans la pratique, au regard des expériences passées en la matière, les connaisseurs du domaine, estiment que la mise en place de ce type de commission sent le coup fourré. De sorte qu’il est attendu qu’elle torde le cou aux règles pour favoriser la soumission la plus chère au détriment de la moins disante ou vice versa. C’est selon, dit-on.

Le marché d’appel d’offre de la Somelec pour la centrale électrique de 30 mégawatt, un jeu pas clair est signalé sur la manipulation de l’offre. Tout récemment, le PDG de Ciprochimie s’insurgeait dans les colonnes du Quotidien de Nouakchott contre les pratiques de la commission d’évaluation du ministère du développement rural. Dénonçant les attributions de marchés à la pelle à des sociétés cartables, les attitudes et comportements négatifs à l’encontre de sa société etc..

Force est de reconnaître la difficulté de détecter une corruption dans ce genre d’affaires. Elle est caméléonesque. Elle peut prendre diverses formes, non seulement au niveau de l’identification et de la conception des projets, mais aussi au niveau de la publicité, la pré qualification, la préparation et la soumission des offres ; l’évaluation des offres, l’attribution des contrats ; l’exécution, l’administration et le suivi des dits contrats. Pourtant Ould Abdel Aziz n’a cessé de clamer haut et fort sa volonté ferme de combattre la corruption. Mais les faits auxquels on assiste en ce moment contredisent cette volonté.

Moussa Diop
cridem.org

mballal a dit…

La cause principale s’est révélée être le complexe d’arabité et le spectre de l’originalité que nos Maures drainent depuis belle lurette
--------------------
Une connerie de dérapage d`expression, caractéristique
aux porteurs du germe de haine.

Il veut faire l`équilibré, mais il n`arrive pas, il dérappe.

mballal a dit…

Azzizzo impose que toute nomination doit être basée sur la compétence, il est de notoriété publique que la majorité des arabisants sont des incompétents.
----------------------
Maatala,

de quelle source maatala tire sa
notoriété publique- majorité d`arabes mauritaniens sont des incompétents?

Tu en as fait le teste, toi maata, à cette majorité arabe mauritanienne d`incompétents?

Maata, évite s`il te plait, de sombrer dans des affirmations gratuites non étayées par des faits objectifs, sans haine ni exclusivisme.

maatala a dit…

salam

L' arabisation du système scolaire a été un échec reconnu par tout le monde.........

L'écrasante majorité de ceux qui travaille dans le privé ont des diplômes non arabes.

La majorité des fonctionnaires nommés en conseil des ministres ont des diplômes non arabes.

Le problème avec les arabisants c'est que leurs diplômes sont obtenus dans des instituts et des universités dont personne n'a jamais entendu parlé.

Le pays a besoins d'autre chose que de théologiens , de poètes et d'exégètes dit le fou.

maatala

maatala a dit…

salam

M'ballal

L' arabisation du système scolaire a été un échec reconnu par tout le monde.........

L'écrasante majorité de ceux qui travaille dans le privé ont des diplômes non arabes.

La majorité des fonctionnaires nommés en conseil des ministres ont des diplômes non arabes.

Le problème avec les arabisants c'est que leurs diplômes sont obtenus dans des instituts et des universités dont personne n'a jamais entendu parlé.

Le pays a besoins d'autre chose que de théologiens , de poètes et d'exégètes dit le fou.

maatala

maatala a dit…

salam

"Arabes coûte-que-coûte… Nègres vaille-que-vaille.

D’après un article de l'encyclopédie libre Wikipédia, les Arabes constituent un groupe ethnique d'individus anthropologiquement différents les uns des autres. Ils s’identifient par des liens linguistiques ou culturels. Ils sont répartis sur une vaste zone s’étendant d’Oman à la Mauritanie.

En cela, nul ne devrait contester que les maures de Mauritanie, parlant le hassaniya, un dialecte très proche de l’arabe classique, comptent parmi les 280 millions de personnes dont l’arabe est la langue maternelle et qui représentent 2% de la population mondiale.

Autant il serait injustifié de leur refuser soit d’être descendants d'anciennes tribus d'Arabie, soit d’appartenir aux ethnies arabisées le long des siècles, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, autant il est aberrant de vouloir plaquer l’arabité comme identité exclusive d’un pays regroupant d’autres groupes ethniques forcément jaloux de leur différence.



Aussi, la controverse, née des interventions du Premier ministre et de la ministre des sports de Mauritanie appelant tous les deux à une réhabilitation de la langue arabe sous prétexte que celle-ci est menacée par les dialectes et langues locales, risque-t-elle de mettre le feu aux poudres dans un espace qui a du mal à se stabiliser avant tout pour bien des raisons autres qu’identitaires.

C’est quoi être arabe.

Pour en revenir à l’article de Wikipedia, nous retiendrons que l’identité arabe peut reposer sur un ou plusieurs critères. Le premier est celui de la généalogie. Est arabe celui qui situe ses ancêtres dans l’une des tribus d’Arabie. Ibn Khaldoun avait adopté cette définition au Moyen âge.

maatala a dit…

Le deuxième critère repose sur la nationalité faisant de tout citoyen ressortissant d’un des 22 pays membres de la Ligue arabe un arabe. Et dans ce cas précis, environ 350 millions de personnes seront ainsi considérés car les Coptes, Syriaques, Berbères et même les négro-africains se trouvent être, entre autres, des composantes des populations de pays naturellement ou artificiellement arabes.

Le troisième critère, le plus évident certainement, est celui de la langue. Et, d’après wikipedia, ce critère se retrouve chez toute personne dont la langue maternelle est l’arabe. « Les parlers locaux, appelés à tort arabe dialectal, ne se comprennent pas entre eux », indique l’article qui explique que cette définition réduit considérablement le nombre d'arabophones. Le linguiste Mohammed Benrabah, cité par wikipedia souligne d’ailleurs que certaines personnes arabophones, notamment au Maroc et en Algérie, ne se reconnaissent pas dans ces définitions et se considèrent comme des Berbères arabisés.

Faut-il alors se fier à la conception de l’arabité qu’a prescrite Sati al Housri, un des pères du nationalisme arabe ? Pour celui-ci : « est Arabe celui qui parle arabe, qui se veut Arabe et qui se dit Arabe. » Au quel cas, la problématique de l’arabité en Mauritanie se fera l’écho de cette volonté d’arabisme et d’arabisation entreprise par certains groupes idéologiques au risque d’entamer la cohésion et l’unité du pays.

Identité en crise.

Comme si l’histoire était en train de se répéter, il y a eu un mouvement d’humeur d’étudiants consécutif aux propos tenus par le Premier ministre et par la ministre des sports relativement à la perspective d’arabisation intégrale du système éducatif et du reste de l’administration mauritanienne. Conséquence de cette manifestation : des interpellations dans les rangs des étudiants suite à des frictions avec la police. Dans le rapport de l’information, certains sont allés vite en besogne pour dire qu’il y a eu affrontement ethniques.

Il n’en était rien. Bien au contraire, les étudiants ont dans leur communiqué daté du 24 mars précisé que leur « manifestation n’est pas l’affaire d’une communauté ou d’une race mais de tous ceux qui craignent pour le devenir des enfants Mauritaniens dont la langue de formation est le français » et qu’ « il ne faut pas perdre de vue que l’école Mauritanienne est constituée depuis plus de 20 ans d’une éducation en langue arabe et d’une éducation en langue française (maures et négro confondus). »

Une déclaration qui barre ainsi la route à toute implication nationaliste extrémiste de quelque bord qu’il fut car des étudiants arabophones ont rendu visite à leurs camarades francophones appréhendés par la police. Geste d’apaisement ou dictée mystérieusement politicienne ? En attendant que la rentrée de vacances de deuxième trimestre s’avère édifiante, un souvenir, un égrenage à rebours de l’histoire.

A la recherche d’un moi impossible.

En 1966, quand Moktar Ould Daddah décidait de se retirer de l’organisation commune africaine et malgache (OCAM), le pays était sous la pression des syndicats d’enseignants arabophones issus de la communauté arabe. Leur revendication : officialisation de la langue arabe et son intégration dans le système éducatif.
Autant on pouvait alors croire que la décision du président de la République d’alors était perçu par certains comme une extraction de l’espace Ouest africain et un éloignement de la France, autant ce choix était l’occasion pour d’autres d’exprimer les velléités nationalistes. Un certain manifeste des 19 dont les signataires sont des négro-africains débouche sur des arrestations sur fond de grève et même de conflits ayant pris une tournure de confrontation interethniques.

Selon certains témoignages, le pouvoir en a profité pour incarcérer en même temps des nationalistes arabes. Parmi eux de grandes figures converties aujourd’hui. Il semblerait que ceci a donné l’occasion aux nationalistes des deux bords de se parler.

maatala a dit…

En prison, aussi bien le groupe des 19 que celui des nationalistes arabes ont choisi de créer ensemble un mouvement unioniste. Ce qui donnera naissance à leur sortie au Mouvement Démocratique National (1968) dont les membres deviendront ces fameux Kadihines à partir de 1973 et initiateurs du Mouvement Nationaliste Démocratique.

Le souci des acteurs de ce mouvement était la prise en compte et la reconnaissance de la diversité culturelle de la Mauritanie. ceux qui se souviennent de cette époque citent Ahmedou Ould Abdel Kader, Me Ichidou, Moustapha Ould Bedredine, Bâ Mahmoud, entre autres acteurs d’une vision unitaire d’une Mauritanie multiculturelle.
Mais était-ce sans compter avec la pression de la revendication d’arabisation qui a commencé au début des années 70. Le Cours d’Initiation à l’Arabe consacre la première réforme du système éducatif. L’enseignement de la langue arabe était donc intégré dès la première année du primaire. L’option était qu’au bout de 8 années, l’école mauritanienne soit à base arabe où les matières scientifiques étaient enseignées en français. Le coup d’Etat du 10 juillet 78 bouleversera cette lancée.

Et, en 1979, le ministre de l’éducation d’alors décide par la fameuse circulaire 02, de faire augmenter les coefficients de l’arabe et de l’IMCR au baccalauréat. Réaction : des grèves se traduisent par des affrontements ethniques. Et ce peu avant la dispartution d’Ould Bouceif.

Ould Haidalla, arrivé aux affaires, met en place une commission dont les membres passent aux yeux de certains pour être l’incarnation des extrémismes de tous bords. Cette commission est chargée de penser la seconde réforme. Résultat : une école bicamérale ; avec unes série arabe et une série bilingue. Comme si seuls les enfants des négro-africains devaient être les seuls à subir la filière bilingue à dominante francophone, à la rentrée 1979-1980, les directeurs d’écoles reçoivent instruction de ne pas accepter les enfants issu de l’élément arabe dans la filière bilingue.

L’école mauritanienne était partie alors pour refléter deux mauritanies qui se regardent en chien de faïence. Les autorités, presque les mêmes toujours, Ould Taya ayant fait partie du CMRN, du CMSN qui ont dirigé le pays, mettront vingt ans à réaliser l’ampleur des dégâts. En 1999, réalisme oblige, on passe à la troisième réforme.

Cette fois-ci, l’arabe est la langue d’enseignement de toutes les matières littéraires et culturelles tandis que le français est réservé pour les matières scientifiques. Dans la balance, cela correspondait à quatre contre trois. Cette réforme avait pour avantage de remettre tous les mauritaniens dans les mêmes classes et ses défenseurs était encore ceux qui avaient été là plusieurs décennies auparavant. Des responsables nassériens ont tenu des discours très laudatifs à l’égard du président de la République Ould Taya pour lui signifier «la pertinence de ses orientations en matière de système éducatif ».

Au moins trois réformes ont été connues par le système éducatif. Mais celui-ci, en cinquante ans n’a fait que dégringoler. Miné par les idéologies il n’est finalement pas parvenu à produire le modèle de citoyenneté et de patriotisme escompté. On le sait, un institut des langues nationales fut mis en place. Option promouvoir le soninké, le pular et le wolof à travers des écoles expérimentales pour former les enfants dans leurs langues dites maternelles.

maatala a dit…

Ceci s’est soldé par un échec cuisant dont n’auront pas été victimes les enfants des ‘bourgeois’ parmi les initiateurs de cette option. A l’image d’ailleurs de l’éducation nationale laissée, voire abandonnée, aux seuls pauvres pendant que les enfants des décideurs sont formés pour la plupart dans des écoles ni l’arabe, ni le programme mauritanien n’ont pas de présence si infime soit-elle.

Arabité ou négritude, ni à manger ni à boire.

Si le multipartisme né à partir des années 90 peut avoir contribué à atténuer les tendances nationalistes qui quelques années plus tôt furent à l’origine d’exactions (1986, 1987, 1989, 1991), force est de reconnaitre que les volontés politiques successives ont échoué à trouver la bonne formule pour promouvoir l’unité nationale. On l’a vu, en 2005, le président du CMJD avait refusé d’aborder ou de prendre en charge cette question. Le président élu à l’issue de cette transition a prononcé un discours et organisé les journées de concertation qui ont débouché sur un retour organisé des réfugiés victimes des événements de 1989.

Et comme il fallait s’y attendre, les nationalistes arabes essayent de saper cette dynamique. Sous prétexte que le pays risque de recevoir des étrangers sur son sol, toutes les questions sont posées. Le pouvoir de Sidi Ould Cheikh Abdellahi fait long feu. Mais son tombeur, cherchant peut-être à rassurer l’élément négro-africain, engage une nouvelle formule de solution du passif humanitaire.

Un discours à Kaédi consacre une sorte de pardon par procuration et le retour des réfugiés se poursuit au grand dam des organisations de droits de l’homme opposées au coup d’Etat. Quand arrive l’élection présidentielle rendue possible par les accords de Dakar, la crise politique prend la forme d’une revendication de dialogue.

Et l’opposition, sans donner l’impression de faire feu de tout bois, ne rate plus une occasion pour dénoncer les agissements du pouvoir : l’affaire BCM/hommes d’affaires, l’affaire Hanefi, les prix, le coût de la vie, les indemnités, etc. mais aussi les options diplomatiques avec en toile de fond la gestion des problèmes de sécurité, sont autant d’ingrédients pouvant servir une opposition à la recherche de la faille chez ‘l’ennemi’.

Arrive alors ce fameux discours commémoratif de la journée de la langue arabe du PM et celui de sa ministre de la culture et des sports. Des discours saisi au vol par des nationalistes arabes qui, il y a au moins cinq mois s’étaient réjoui et sentis revigorés par la visite d’un certain Abdellahi Alahmar Vice SG du parti Baath syrien. On se rappelle à l’époque que celui-ci avait été reçu en haut lieu et par de grandes figures de l’opposition.

Qu’à cela ne tienne, tandis que les effets négatifs du discours du PM sont vécus en Mauritanie, il s’est trouvé des responsables de partis politiques dont Saleh Ould Hanna, Khalil Ould Tiyyib, Ethmane Aboul Maali pour aller faire allégeance à un certain Mouammar Khaddafi, lui signifiant leur volonté de s’unir par sa volonté autour de l’essentiel : leur arabité.

Au-delà du caractère anticonstitutionnel de pareil comportement de personnalités qui ont eu à briguer la magistrature suprême du pays, quelle signification peut-on donner à ce pas vers le roi des rois d’Afrique dans un contexte de controverse identitaire servi à des populations en proie aux menaces de toute sorte : famine, insécurité, terrorisme, etc.

Ni à manger ni à boire, arabité ou négritude… Laquelle de ces deux remplit le mieux la marmite du Mauritanien ?

Kissima

maatala

Anonyme a dit…

Khalil Balla Gueye ou KBG OU maatala,

Il faut t’occuper de toi de tes soins avant de vouloir semer la zizanie entre les Mauritaniens.

Vomis ta rancune ailleurs.

Les intellectuels de ce peuple s’ils sont vraiment honnêtes doivent par leurs écris chercher a rassembler et non diviser.

Les internautes de canalh votre rôle est de vouloir souder les fissures entre ce peuple quant a vos critiques, ils faut les dirigés vers l’autorité du pays à son travail, aux résultats obtenus du développement.

Quand il ya guerre entre un sel peuple il ya pas de gagnant mais par contre nous seront tous perdant puisqu’il y aura le sang qui va coulé.
Essayons ensemble de ne pas refaire d’autres bêtises.

Vive la RIM unies et Prospère.

SS

maatala a dit…

Salam

Il a dit:

"Khalil Balla Gueye ou KBG OU maatala,

Il faut t’occuper de toi de tes soins avant de vouloir semer la zizanie entre les Mauritaniens.
--------------------------------


L'ami

Il faut savoir à qui tu poses la question (lol).

L'occultation systématique des problèmes est une lâcheté dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

"lettre aux maures"

sur haut et fort

Anonyme a dit…

Je remarque que Diagana utilise la...marmite sans mon autorisation. (rire)

Allez les amis! WOUHLOU VICHI MOUHIM.

Anonyme a dit…

salut ,

si chaque pays a sa langue officielle quelle est alors la notre ?

en fait c'est pour les touristes qui découverent la mauritanie car entre nous on sait comment s'exprimer .

vers une impasse belge ?


rimo

Anonyme a dit…

allégence de quelques leaders politiques à Kadafou, imaginez seulement des leadears négro-africains qui vont allégence à Jacob zuma ou un quelconque autre chef d'état....

Anonyme a dit…

Pour être réaliste il faut analyser le types d'esclavage et sequelles existants et situer les responsabilités et les remedes pour chaque type.
Les esclaves effectifs satisfaits.
Les esclaves effectifs rebels
Les esclaves libres intégrés des villages.
Les esclaves libres des adwabes.
Les esclaves libres des villes
Les esclave vivavant de la cause.
Les esclaves libres riches
Les esclaves riches intégrés.
J'en oublie peut être.
Mais chaque groupe a ses problemes propres. La responsabilité de l'esclave lui même, qui essaie de profiter de son état à sa façon et au detriment de son intérêt et l'intérêt du groupe. Certains maures blancs sont beaucoup plus à plaindre vu leur pauvreté, leur mantalité et leur castes ou groupe sociale. Déjà il y a l'hierarchie des tributs et à l'intérieur des tributs il y a un classement qui fait que 80% des maure blancs n'ont pas droit au chapitre.

Anonyme a dit…

Hallucinant, classifier des Hommes en différent type d'esclaves!!
il faut appliquer la loi et punir tous les esclavagiste, la loi rien que la loi. la loi universelle et la loi en Mauritanie criminalisant l'esclavage c'està dire l'asservissement de l'Homme par un autre Homme.
Nous méritons vraiment le statut de pays et de peuple arriéré.

Anonyme a dit…

Brahim Ould Abdel Aziz:

Je viens de donner un nouveau nom a' l'auteur de l'ecrit intitule' " Contribution a' la solution du probleme de l'esclavage." Je trouve une contradiction entre la pense'e qu'il pretend avoir et le nom Abeid. ABEID est une maniere impolie de dire ABD qui signifie ESCLAVE. Si le frere tient au nom ABD, il faut qu'il soit suivi d'Aziz ou Allah pour des raison que la ministre de la culture vous expliquera.( Franchement je suis entrain de rire en pensant a' la pauvre dame. Je dis a' ma soeur Cisse' Mint Cheikh Ould Boyda et au President de la republique de BANGOU que LIKWAR FLAM KATILHOUM LIVSEYIDE! HOUMA FOYSDINE!!!!)
J'ai ferme' ma parenthese sans demander aux imbeciles qui attaquent les cadres arabisants de me donner le nom d'un seul pays francophone Africain qui a une bonne economie. They all have fucked up economies. Il faut donc cesser de blamer la langue Arabe.

Pour revenir a' Brahim Ould Abdel Aziz, je dirai que j'ai des problemes avec demander des excuses au nom de tous les Mauritaniens car ce ne sont pas tous les Mauritaniens qui ont pratique' l'esclavage. Je suis pour une discrimination positive en faveur des couches Haratine.
Il ne faut pas generaliser en disant nos freres maures sont tous ceci ou cela. Je connais plusieurs Maures qui sont pour l'emancipation totale des couches Haratines. Si je ne me trompe pas, Beder Dine ou SINE (rire), Ould Mowloud, Gemal Ould Yessa et bien d'autres sont dans cette categorie.
La question Palestinienne est une drogue nationale. C'est tout le pays qui a la maladie de la ...Palestine. MOI, JE DIS MERDE A' LA PALESTINE. JE DIS LA MAURITANIE D'ABORD!!! Pour nos malades mentaux, je suis un traitre.

JE SUIS D'ACCORD AVEC MON FRERE BRAHIM POUR DIRE QUE L'ESCLAVAGE EST UNE HONTE POUR TOUTE L'AFRIQUE.

Biram Ould Dah???

A suivre, je dois faire quelque chose.

Anonyme a dit…

Je me trouve tjrs en traitement a la clinique psychiatrique fermee.les sorties sont rares, le traitement lourd et long, dur dur .salut a tous we essimah.

Khalil Balla Gueye

Anonyme a dit…

Ce sera le complot crié haut et fort, des pendaisons et la chasse aux negro-mauritaniens dans la rue. Rien n'a changé, sauf que Ould Taya n'est plus là.

===

Il a dit:

allégence de quelques leaders politiques à Kadafou, imaginez seulement des leadears négro-africains qui vont allégence à Jacob zuma ou un quelconque autre chef d'état....

Anonyme a dit…

Chapeau bas pour Maata,

à ta place j'aurais déjà abandonné la gestion du blog, gérer un blog et se taper quotidiennement les anneries de couli c'est fort en café....
Maata respects.

Anonyme a dit…

Biram Ould Dah???

Il serait preferable de ne rien dire MAIS JE DEFIE QUI QUE CE SOIT DE ME DONNER LE NOM D'UNE GRANDE VILLE NEGRO-AFRICAINE (Peul, Soninke ou Wolof) EN MAURITANIE DONT LE MAIRE N'EST PAS MEMBRE DE LA CLASSE "SUPERIEURE?"
Qui ne sait pas la raison pour laquelle Timera a perdu son poste de Ministre?
LES ESCLAVAGISTES, LES DEFENSEURS DE LA CAUSE FEODALE, LES FEODAUX, LES ETHNOCENTRISTES, LES RACISTES SONT TRES TRES TRES TRES NOMBREUX PARMI LES POPULATIONS NEGRO-AFRICAINES EN MAURITANIE.
Ce sont d'autres noirs comme moi qui font toujours appel a' la constitution pour me dire: "toi, petit Bambara, tu n'es meme pas Mauritanien. Tu la fermes!" (KHALIL BALLA GUEY ENTE' VEM!)
Le FLAM n'est une fausse lutte pour que les membres de la classe "superieure" Negro-Africaine retrouve leur position pour exploiter les autres noirs. Pourquoi dois-je verser une goutte de larme pour vos M'BADA, ANKHOUBARE', ET NANGADEFFE sachant que vous ne reconnaissez meme pas l'existence de mon ethnie en Mauritanie?

YIL MINEKOUM KH'LEB HOUWA SAHIBNA. D'ici la', je suis le fier fils de Kardidy et je dis TAARIBE CHAMILE!!!(rire)

Anonyme a dit…

Il faut lire: "...Le FLAM n'est qu'une fausse lutte." C'est tellement beau a' dire que je vais le repeter: LE FLAM N'EST QU'UNE FAUSSE LUTTE.

Anonyme a dit…

KBG

Le docteur est...malade.

Anonyme du 31 mars 13:19
Maata dit KBG n'a pas d'ide'e pour ecrire. Il peut continuer a' lire pour nous. Tout comme il peut censurer. He just doesn't know any better.
Qu'est-ce toi tu attends pour creer un blog et de taper des CHEVRERIES DE...? C'est toujours facile de pousser les autres tout en se cachant.
KATILEKOUM LIVSEYIDE!

Esseghnass a dit…

lu pour maatala

Université de Nouakchott: Après la grogne, place aux examens.

Une semaine après la grogne des étudiants francophones du SNEM, contre les propos jugés « discriminatoires » du PM, Ould Laghdaf et de son ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, Mme Cissé Mint Boide, le calme semble revenu aujourd’hui dans les couloirs de l’Université de Nouakchott.

Pour cause, les examens viennent de débuter dans les différentes facultés. Le sit-in du 23 mars des étudiants francophones de l’Université de Nouakchott continue de faire des vagues et des remous dans le milieu estudiantin.

Si leurs confrères du Maroc, de la France et du Sénégal continuent de marteler leur ire, et leur désapprobation ; les examens semblent adoucir les tensions à Nouakchott. Mais, derrière ce climat trompe-l’œil, les couloirs de l’Université de Nouakchott semblent gardés en mémoire, l’ire des grévistes.

Faculté des Sciences juridiques et économiques, il est 10 heures. Sous une température supérieure à la normale saisonnière, les bus de transport des étudiants servent d’abri, contre les rayons solaires. Dans le but d’atténuer leurs complaintes d’antan, de vieux bus, stationnés devant l’Université, attendent impatiemment les étudiants.

Ces tas de ferrailles, loués par les autorités depuis plus de deux mois, semblent calmer, aujourd’hui les ires des étudiants de l’annexe de la faculté des sciences juridiques et économiques du ksar. Chaque bus semble avoir son propre itinéraire, sa propre destination, au grand bonheur des étudiants.

Dans cette matinée du mardi 30 mars 2010, les étudiants francophones comme leurs compères arabophones suivent les différentes épreuves des examens de première session. Des tests qui sont à coup sûr déterminants pour leur carrière, mais qui demeurent aux yeux de certains étudiants « un jeu burlesque ».

Selon un étudiant en première année sous couvert de l’anonymat, les tests en arabe de cette année, ont été arrangés de manière à pénaliser les francophones. Il l’explique par le fait que les questions de Terminologie (études des dénominations des concepts et des objets utilisés dans tel ou tel domaine du savoir) soient en français et que les réponses soient exigées en arabe. Martelant son ire, il déclare qu’il n’espère pas avoir 05 points sur les 20 demandés et qu’il va valider cette matière pour se concentrer sur d’autres, beaucoup plus importantes à ses yeux.

A côté de lui, ses camarades de classe, font eux aussi, grise mine. Sous un air triste et déboussolé, ils s’indignent contre cette menace « d’arabiser l’administration », qui constitue, selon eux, une menace à leur avenir. S’offusquant contre les propos du PM, Ould Laghdaf, ils témoignent que les épreuves en français des arabisants, étaient beaucoup plus faciles que les leurs.

Selon eux, cette matière devait être remplacée par l’anglais ou l’informatique, car elle n’est pas importante. S’inquiétant de leur avenir, ils se demandent, ce qu’ils vont devenir, si toutefois, cette menace « d’arabiser l’administration » se concretise. Criant leur désarroi, ils déclarent avoir peur pour leur avenir, car « ce sont des années de sacrifice et de labeur qui risquent de s’envoler en fumée. » tonnent t-ils.

Quelques mètres plus loin, leurs camarades arabes semblent plus joviaux. Selon eux, les épreuves en français n’étaient pas difficiles, « on nous demandait juste de compléter les points par des mots », dira un étudiant. Loin des grognes et des scènes de joie, les bus de transport des étudiants ont permis de réunir tout ce beau monde, dans une même symbiose, rappelant par hasard qu’ils ont les mêmes défis, les mêmes objectifs : celle d’amener la Mauritanie, dans le panthéon des pays développés.

Dialtabé
cridem.org

Anonyme a dit…

Interview de Camatte sur RFI. Les barbus communiquent par Thuraya tout le temps, donc facile à capter et localiser. Pourquoi on les prend jamais?

connecté maintenant. A-
==

http://www.temoust.org/l-ex-otage-francais-au-mali-pierre,14126

Anonyme a dit…

Declaration du President Abdel Aziz a' la Television Mauritanienne



MOI C'EST VISITE' TELEVISION. MOI C'EST VU BOCOU CASSETTE PARLE' DE MOI. MOI CE PAS AIME'. TOI TELEVISION C'EST PARTIR. MOI PENSER FAIRE DE BERLISKONI. LE CHEF DE ITALI. MOI RESTER PRESSIDENT MOI CHEF DES MILITAIRES. MOI PATRON DE CHAINES PRIVE'ES. MOI CONTROLER MILITAIRE. MOI CONTROLER ARZAN. MOI CONTROLER IMAGES. MOI SEF DE TELEVISION. MOI MONTRER FOU APLAUDI DISCOURS DE KADAFI. LUI VENIR DIRE COUP D'ETAT C'EST BON. LUI TRO FOU MAIS MOI SOU MENFOU. TOI VOI MOI PRENDIRE AMI DE KADAFI LUI TRO FOR LUI DIRIZER POLITIQUE DE MONDE ETRANZER DE MOURITANE. MOI SOU MENFOU. MOI MAINTENANT TRES OCUPE' COURIRE APRES TERRORISTE .LUI CHAMO ENCORE TRES RAPIDE QUE VOITURE DE MOI. MOI SOUMENFOU. KADAFI TERRORISTE MAIS MON MINISTRE MONDE ETRANZE' NAHA SOUMENFOU DE KADAFI. BARKA SERIGN LOUGA. BARKA ABLAY WADE AL VARTASS MOI SOU MENFOU. MOI REGARDE' TELEVISION .MOI PAS AIME'. 30 MINUTES WALAHI MOI PRENDIRE TELECOMANDE. MOI COURIRE COURIRE JUSQU'A' ATTRAPER AL ZAZIRA. LUI PARLE DE LKWAR MOURITANE FACHE' PASQUE PRESIDENT DE BANGOU LUI PREMIER MINISTRE DE MOI DIRE MOURTANIE ARABE. WOUI, MOI DIT MOURITANE ARABE. MOI MINISTRE CISSE' FILS DE COLONEL DE ZENDARMORI, LUI PAPA CHEF DE TOUS LES ZANDARMES. LUI AUSSI DIRE LANGUES DES AUTRES MENACES DE LANGUE DE ARABES. WALAHI MOI D'ACCOR. TOI ENTENDIRE BAMBARA DIRE TENE TARATA, ARABA, ALAKHAMOUSSA, ALDJOUMA, SIBIRI POUR DIRE MOTS DE ARABE LUNDI MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI. WALAHI MOI VOI DECLARATION DE MON MINISTRE DE MOI CISSE' . LANGUE DE BAMBARA PREMIERE DE LANGUE DE REPIBLIQUE DE NEMA MENACE CONTRE LANGUE DE ARABE. LIKWARE PRIERE LUI DIRE WALADALINA. IMAM MAKA ARABIE SAOUDITE VENIR PRIERE BAMAKO LUI ENTENDIRE IMAM MOSQUE' DE MALI BALLA KALLE' LIRE CORAN. WALAHI LUI PENSE' BALLAKALE' PARLE BAMBARA.
BON MOI FATIGUE' KBG TROP CON. MAATA TROP BETE. FLAM TRO CRIMINEL. MOI PARTIR PROMENER JUSQUA DEMAIN.
AU REVOIR DE TOUT LE MOUNDE.
VIVE ARABOU. VIVE ARABOU. VIVE ARABOU.
TOI FACHE' TANPIS. TOI VIS CONSTITUTION DE MOURITANE. MOI PAS VIS BAMBARA. MOI SOUMENFOU. MOI DIS CE QUE ZE VE. TOI RIRE PAS RIRE MOI SOU MENFOU. MOI DIRE PENSE'E DE MOI.
MOI DEZA TROUVE' NOM DE TELEVIZION DE NOUVELLE DE MOURITANE:
TELEVISION AL BAGRA
TELEVRIR AL KEBCH
VAKROUNE TV. MOI AIME' BOCOU VAKROUNE
TELEVISION POUR CONS
CANCRE TV
KADAMEJNOUNE TV
SOUMENFOU TV
COMMENT FAIRE UN COUP D'ETAT TV
MILITARO-PRIVATISATION TV
INKHILAB TV
GUIDE ECLAIREEUR ET ECLAIRE' TV
EXTREMISTES TV
MOI SOUMENFOU! MOI PARTIR.

Anonyme a dit…

Il n'ya pas d'histoire de flamiste qui tient la route, Une frange de la communauté maure sous l'influence des services secret
( dont fait partie couli ) ont suivi les mensonges du sanguinaire taya (maître de couli)
Cette fois ça marchera plus, les mauritaniens ont compris l'entreprise qui était derrière les balivernes de la crapule: un génocide.
Un vieil adage dit que la pute peut se faire avoir une seule fois(la première fois)...le deuxième raound tu payes d'abord!!!

Anonyme a dit…

couly
Il fait honte à l'afrique et à toute l'humanité.
Désolé mais l'air de canalh devient irresponsable avec tant de betises et d'aneries.
Je vous dis adieu malgré moi mais je n'arrive plus à supporter de tels messages.
Mes excuses pour cette faiblesse mais c'est plus fort que moi, j'ai horreur des faux types.
Adieu

Anonyme a dit…

Hatha chinhou. A-
---

Des conférences religieuses données à Atar

Le centre culturel de la commune d'Atar a abrité mardi matin des conférences religieuses organisées par l'Ecole militaire interarmes (EMIA) au profit des élèves officiers en stage à l'EMIA.


Le démarrage de ces conférences a été supervisé par le wali mouçaid chargé des affaires administratives, M. Mohamed Lemine Ould Abdel Kader, en présence des responsables militaires et municipaux, des membres du bureau régional de l'association des oulémas, des imams des mosquées et des représentants des organisations de la société civile.
Dans un mot prononcé pour la circonstance, le colonel Mohamed Lemine Ould Mohamed, commandant de l'EMIA a insisté sur l'importance de cette activité scientifique pour les cadres de l'EMIA.
La première journée de ces conférences a été marquée par une conférence sur la tolérance de l'Islam présentée par Cheikh Mohamed El Hacen Ould Deddow, président du centre de formation des oulémas et président de l'Association " El Moustakbal" pour la culture et le prêche.
Une autre conférence sur l'extrémisme, le dialogue dans l'Islam, l'armée républicaine et le Jihad devait être donnée aujourd'hui également.
Les conférences sont présentées par Cheikh Mohamed El Hacen Ould Deddow et Cheikh Mohamed Fadel Ould Mohamed Lemine.
AMI

Anonyme a dit…

Yakhouti hatha le G15 chinhou? Azzizzo y est invité? Bismillahi. A-
==

Visite en Algérie du ministre iranien des Affaires étrangères
31 March, 2010 07:27:00
ALGER - Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, est arrivé mercredi à Alger pour une visite de deux jours, porteur d'une invitation adressée au président Abdelaziz Bouteflika à participer au prochain sommet du G15, a rapporté l'agence algérienne APS.


L'Algérie est "un des pays importants du G15 qui a décidé de mettre en place des programmes pour renforcer la coopération entre eux", a déclaré M. Mottaki à son arrivée à Alger, selon APS.
Le G15, qui réunit en fait 19 pays en grande majorité d'Amérique latine, d'Asie et d'Afrique et que préside actuellement l'Iran, doit se réunir à la mi-mai à Téhéran.
M. Mottaki a qualifié de "solides" les relations entre l'Algérie et l'Iran, qui ont institué une haute commission mixte, selon APS.
Ses entretiens avec les responsables algériens porteront sur "les derniers développements au Maghreb arabe, au Sahara occidental, en Afrique et dans les pays voisins de l'Iran, notamment en Irak, en Afghanistan et en Palestine", a-t-il ajouté.
Ils porteront également "sur l'évaluation du plan de travail arrêté entre les deux pays" à l'occasion d'une réunion en décembre 2009 à Téhéran", qui comprend "un programme de renforcement de la coopération dans les domaines de l'enseignement supérieur, de l'industrie, de la construction et de l'agriculture", selon APS citant des sources du ministère algérien des Affaires étrangères.
M. Mottaki s'est entretenu tout d'abord avec le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel.

Ennaharonline/ AFP

Anonyme a dit…

Interview de la Ministre de la Culture Madame Cisse' Mint Cheikh Ould Boyda

Cette interview a ete' realise'e par Voulani Foysside du journal Ankhoubare' Ould Wolof

voulani Foysside: Madame la Ministre, etes une raciste?

Cisse' Mint Cheikh Ould Boyda: Boujour Voulani Foyssid!
V.F.: Etes-vous une raciste?
CMCB: Bonjour Voulani Foyssid!
V.F.: Il faut repondre a' ma question.
CMCB: Je ne suis pas raciste.
V.F.: Bonjour Madame la ministre.
CMCB: Voulani Foysside, etes-vous un raciste?
V.F.: Qu'avez-vous dit a' propos de la langue Arabe?
CMCB: Il faut repondre a' ma question.
V.F.: Je n'aime pas les TIAPATO et je suis un FLAMISTE mais cela ne fait pas de moi un raciste.
CMCB: Pourquoi es-tu contre les TIAPATO?
V.F.: ALLAH BONI TIAPATO DEDADO.
CMCB:Ce n'est pas bon d'insulter!
V.F.: Les Maures blancs ne sont pas des personnes. Meme mon ami qui s'appelle Sarakhole' Tourinte' m'a dit que si tu dis a' un Sourakhe'(Maure), ANKE' TA YAGHOU, il te dira YAGHOU CHINHOU! Mon ami Wolof Kamtatifi aussi me repete quotidiennement que chaque NAR (Maure) a 25 FCFA et que chaque piece de 25 FCFA est meilleure qu 'un NAR.
Comme tu le vois je ne suis pas raciste. ALLAH BONI TIAPATO DEDADO.
CMCB: Si vous continuez a' insulter, j'arrete.
V.F.: Bon, continuons mais est-ce que les Maures sont des personnes?
CMCB: Oui!
V.F.: Est-ce que les Maures sont des Mauritaniens?
CMCB: Les maures de l'inchiri et de Dakhlet Nouadhibou sont Sahraoui, ceux de l'Adrar sont Marocains, ceux du brakna et du Trarza sont Senegalais, ceux des deux Hodh et de l'Assaba sont Maliens. Ceux du Tagant disent KRA I AL ARBI MA YOUTA WOU THANI VOWGOU CHREYWITA. Ils sont tous Senegalais par le canal d'EBAYA NIASS.
V.F.: Quelle est la nationalite' des Voulane?
CMCB: Ils sont Africains.
V.F.: Tu es raciste. Pourquoi tu ne les appelles pas Mauritaniens?
CMCB: Bon ils sont Mauritaniens mais je ne vois pas le mot Mauritanie dans FLAM.
V.F.:La constitution a mis fin aux revendications culturelles des Bambara. Cheikh Omar Tall a detruit leurs fetiches pour les convertir a' l'Islam. Bon eux, ils ne sont pas Mauritaniens.
CMCB: Il y a une famille Bambara a' Nema, une deuxieme a' Aioun, une troisieme a' Kiffa, Une quatrieme a' M'bout et une cinquieme a' Nouakchott. Il y a donc 5 familles Bambara dans toute la Mauritanie.
V.F.: Je vous prie d'arreter votre liste parce que j'ai l'impression que vous ajoutez une autre ethnie noire pour faire oublier la cause des Voulane.
CMCB:LE PRESIDENT ABDEL AZIZ QUI VIENT DE LA REPUBLIQUE DE LOUGA et son premier ministre qui vient de la republique de Bangou sont pour le principe mais ils tiennent a' ce que les BAMBARA cessent de dire TENE' , TARATA, ARABA, ALAKHAMOUSSA, DJOUMA ET SIBIRI pour dire lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi et samedi. Comme vous le voyez, le fait qu'ils ne savent pas comment dire ces mots arabes, represente de graves menaces contre la langue arabe.
V.F.: Que pensez-vous de la photo de Bakar Ould Soued'Ahmed?
CMCB: Cet emir...ARABE etait noir comme du charbon. Je l'ai toujours aime'.
V.F: Tu n'est donc pas une raciste.
CMCB: Je ne l'ai jamais ete'.
V.F.: Je commence a' t'aimer mais pour t'aimer plus, il faut dire que l'Arabe represente une menace contre les langue nationales Mauritaniennes. Mes amis Sarakhole' Tourinte' et Wolof Kamtatifi et moi meme allons t'aider a' continuer a' nier l'existence des Bambara en Mauritanie mais il faut cesser ton discours qui nous rappelle que l'Arabe est la langue officielle de la Mauritanie. Il faut surtout nous aider a' rehabiliter notre institut des langues nationales sans le Bambara.
CMCB: On verra bien. D'ici la' je vous dis au revoir Voulani Foysside.

Anonyme a dit…

Anonyme du 31 mars 16:37

TOI PARTIR MOI SOU MENFOU. TOI RESTER MOI SOUMENFOU. MOI PAS APPRENDIRE RIEN DE TOI.TOI DIRE MAATA CESURER MOI. MOI TROUVER REPOS ET VACANCES DE PAQUES. MOI PAS FATIGUER DE REPONDIRE DE BETISE DE TOI.
TOI PARTIR. BON DEBARRRA ET SANS REGRRRET. ALLER, VAS-Y.
TOI YA DIT CISSE' RACISTE. ELLE PAS RACISTE MAIS TOI RACISTE. LAISSE AFRIQUE. AFRIQUE DEJA HONTIE DE COUP D'ETAT, DE OPPRESSION ET DE MAUVAIZE ZESTION. ECONOMIE AFRIQUE FUCKED UP. TOI PENSER TOI INTELLIZAN. TOI CONNAIS RIEN. TOI PENSER TOI SERIEU. TOI PAS SERIEUX. TOI FAISEUR DE MALLLIN. TOI VA DIABLE. TOI DIT MAATA DIT KBG CENSURER MOI. MOI SOU MENFOU. TOI ET MAATA MALADE DANS CERVAU.
MOI DIT AU REVOIR DE TOI. TOI PENSER TOI CONNAI LANGUE DE FRANCE. TOI CONNAI RIEN.
MERDE DALOSSS!!!!!

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Le Premier Ministre devant des journalistes Mauritaniens

Incompréhensions autour des propos tenus sur l’arabe.


Dimanche, en milieu de journée, le Premier ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf avait invité, à la Primature, trois journalistes de la presse privée pour discuter avec lui, à bâtons rompus, de toutes les questions de l’heure : la controverse autour de la place de l’arabe et de celle qu’il faut accorder aux autres langues nationales, la rencontre de Bruxelles, l’absence de dialogue entre la majorité et l’opposition, la flambée des prix, le terrorisme, l’agriculture, la libéralisation des ondes, etc.

Si les journalistes présents à cette conférence de presse restreinte ont profité de l’aubaine pour s’informer et informer leurs lecteurs, le Premier ministre, lui, a eu l’occasion de répondre à certaines interrogations et, surtout, de rectifier le tir sur certains aspects de son propos controversé d’il y a quelques jours sur la langue arabe. Compte rendu.

Au sujet de la langue arabe.



La grève des étudiants négro-mauritaniens, consécutive à ce qu’ils ont perçu, dans les propos du Premier ministre, comme une décision de faire revenir en force l’arabe, synonyme de leur marginalisation, a été la première question à laquelle Moulaye Ould Mohamed Laghdaf devait répondre en premier.

Pour le Premier ministre, il faut bien commencer par préciser le contexte dans lequel cette déclaration, incriminée à tort, a été faite. Et Ould Mohamed Laghdaf de se poser cette question : de quoi s’agit-il en fait ?

maatala a dit…

Il y a vingt deux pays qui commémoraient, le 1er mars, la journée de la langue arabe, suite à une décision de la Ligue arabe dont la Mauritanie est membre à part entière depuis 1973. Nous avons fêté cette journée comme tous les autres pays membres, affirme le Premier ministre, et je n’ai rien dit d’autre que ce que dit la Constitution, à savoir que l’arabe est la langue officielle de la Mauritanie et qu’elle doit avoir, en fonction de ce statut consacré par la Constitution, sa place – toute sa place – Et aussi qu’un pays, n’importe lequel, ne sera complètement indépendant que si sa langue officielle a la place qu’elle mérite.

Bien sûr que toutes les autres langues du pays, martèle le Premier ministre, demandant à ce que cela soit clair dans tous les esprits, doivent jouir de la même attention de la part du gouvernement. La Mauritanie est un pays qui a plusieurs racines, arabe et africaine et le renforcement de l’arabe doit être accompagné également par celui des autres langues nationales (pulaar, soninké, wolof). Et puisqu’on célébrait la journée de la langue arabe, on se devait de parler cette langue en ce jour, c’est cela le sens qu’il fallait donner au propos que j’ai tenu, explique le Premier ministre, Moulay Ould Mohamed Laghdaf.

Concernant une question sur le retour possible de l’Institut des langues nationales, revendiqué depuis le milieu des années 80, le Premier ministre dira qu’il n’y voit aucun inconvénient et que cela peut même entrer dans le cadre de la stratégie d’affirmation de l’identité multiple de la Mauritanie. Cette grande identité culturelle faite d’arabité et d’africanité.

Il dira également que, mieux que tout cela, le ciment de notre unité a toujours été l’Islam, ensuite l’arabe. Et le Premier Ministre d’ajouter : je dirai même que dans le monde actuel, nous avons plusieurs identités, on a plusieurs langues, mais il faudra d’abord se convaincre qu’il y a une langue officielle dans ce pays. Et c’est étonnant de remarquer que dire cette vérité connue pourtant de tous, choque certains. Parce que je n’ai rien dit de plus que ce qui est dans la Constitution de notre pays, je le répète encore une fois, précise Ould Mohamed Laghdaf. Ceci dit, je pense que toutes les composantes de notre pays doivent se réclamer de l’arabe, du pulaar, du soninké et du wolof. Dire que l’arabe doit avoir la place qu’il mérite n’est pas exclusif.

A la question de savoir si la réaction aux propos du Premier ministre relève d’une mauvaise interprétation, celui-ci a répondu que son discours était pourtant clair. La langue arabe est la langue officielle du pays, le dire ne doit pas réveiller, à chaque fois, de vieux soupçons.
---------------------------------

La question qu'ils ne lui ont pas posée: c'est ou étudient ces enfants dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Chers amis (Sanhaji et citoyenne)

Vous ne souhaitez pas que nos amis utilisent leurs pseudo pour intervenir sur cet espace de liberté, je peux néanmoins vous assurer que nous ne laisserons pas ce blog à la merci des immatures.

J'attends vos réactions dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Maatala,

Il faut instaurer le pseudo pour l'acces a canslh. autrement, ce nést pas bon.

lmleserieux a dit…

Chers amis, franchement ce n'est pas compliquer de créer un pseudo pour intervenir dans ce bloc, ceux qui ne veulent pas faire cet effort n'ont certainement pas suffisament de motivations pour nous offrir leurs contributions.

lmleserieux a dit…

L'école militaire Emia d'Atar qui organise des conférences avec tenez vous bien les islamistes, Azizo j'espère que tu expliqueras rapidement tes stratégies...... là ça devient inquiétant!!

LM® a dit…

bonjour

lmleserieux,

puisque c'est pas compliquer de créer un pseudo sur ce blog pourquoi ne pas te choisir un autre?

celui là peut prêter à la confusion.

Anonyme a dit…

Maata:

Il faut censurer ceux qui refusent de prendre des pseudo. QU'est-ce que tu attends?

des racistes, des ethnocentristes et des extremistes qui veulent se presenter comme des donneurs des lecons.

Je vous fais lire ce que vous ne voulez pas lire. Quand vous attaquez la pauvre Ministre de la culture et faites tout pour la presenter comme une raciste, nous avons tous l'obligation morale de vous dire que vous mentez. Je n'ai jamis supporte' le premier Ministre Moulay mais je sais, d'apres plusieurs sources, qu'il n'est pas raciste. Quand vous attaquez le General Ndiaga d'etre implique' dans le commerce illegal de la drogue, je vous trouve irresponsables et haineux. Votre haine contre Moawiya n'est plus a' demontrer. Qu'est-ce que vous n'avez pas dit de moi? Je suis un imbecile, ne j'ai aucune maturite', j'etais envoye' par le regime Maure pour espionner les noirs Mauritaniens aux USA, je suis une honte de l'Afrique, je suis ignorant, je suis ceci et je suis cela...etc. Toute cette haine contre ma personne a pour origine mon refus de vous laisser me dicter une conduite. Je fais mes propres analyses de la situation sociale, politique et economique de notre pays et je vous donne mon honnete opinion.Pour ton information, je ne m'attends a' quoi que ce soit de qui que ce soit. J'agis par obligation morale envers les vaillantes populations Mauritaniennes. PERSONNE NE ME DIS D'ECRIRE ET PERSONNE NE ME PAIE POUR MES ECRITS.

Tu seras surpris de savoir que je participe dans plusieurs blogs. Je ne le fais pas pour la publicite'.

Maata,Je ne te laisserai jamais m'imposer une condition quelconque. Tu imposeras ta dictature ailleurs.
Vous n'avez aucune tolerance dans votre coeur. C'est la haine, l'extremisme, la brutalite', la violence, l'intimidation et l'extremisme. Yet, vous avez le culot de dire que les autres sont racistes.

PS.

Cet ecrit n'a pas de pseudo mais tu sais exactement de qui il vient. LIKHOUWEYMEU KHOUWEYMTAKE. TU PEUX FAIRE D'ELLE CE QUE TU VEUX!!!!

Anonyme a dit…

Maata:

Il faut censurer ceux qui refusent de prendre des pseudo. QU'est-ce que tu attends?

des racistes, des ethnocentristes et des extremistes qui veulent se presenter comme des donneurs des lecons.

Je vous fais lire ce que vous ne voulez pas lire. Quand vous attaquez la pauvre Ministre de la culture et faites tout pour la presenter comme une raciste, nous avons tous l'obligation morale de vous dire que vous mentez. Je n'ai jamis supporte' le premier Ministre Moulay mais je sais, d'apres plusieurs sources, qu'il n'est pas raciste. Quand vous attaquez le General Ndiaga d'etre implique' dans le commerce illegal de la drogue, je vous trouve irresponsables et haineux. Votre haine contre Moawiya n'est plus a' demontrer. Qu'est-ce que vous n'avez pas dit de moi? Je suis un imbecile, ne j'ai aucune maturite', j'etais envoye' par le regime Maure pour espionner les noirs Mauritaniens aux USA, je suis une honte de l'Afrique, je suis ignorant, je suis ceci et je suis cela...etc. Toute cette haine contre ma personne a pour origine mon refus de vous laisser me dicter une conduite. Je fais mes propres analyses de la situation sociale, politique et economique de notre pays et je vous donne mon honnete opinion.Pour ton information, je ne m'attends a' quoi que ce soit de qui que ce soit. J'agis par obligation morale envers les vaillantes populations Mauritaniennes. PERSONNE NE ME DIS D'ECRIRE ET PERSONNE NE ME PAIE POUR MES ECRITS.

Tu seras surpris de savoir que je participe dans plusieurs blogs. Je ne le fais pas pour la publicite'.

Maata,Je ne te laisserai jamais m'imposer une condition quelconque. Tu imposeras ta dictature ailleurs.
Vous n'avez aucune tolerance dans votre coeur. C'est la haine, l'extremisme, la brutalite', la violence, l'intimidation et l'extremisme. Yet, vous avez le culot de dire que les autres sont racistes.

PS.

Cet ecrit n'a pas de pseudo mais tu sais exactement de qui il vient. LIKHOUWEYMEU KHOUWEYMTAKE. TU PEUX FAIRE D'ELLE CE QUE TU VEUX!!!!

Anonyme a dit…

Maata:

Il faut censurer ceux qui refusent de prendre des pseudo. QU'est-ce que tu attends?

des racistes, des ethnocentristes et des extremistes qui veulent se presenter comme des donneurs des lecons.

Je vous fais lire ce que vous ne voulez pas lire. Quand vous attaquez la pauvre Ministre de la culture et faites tout pour la presenter comme une raciste, nous avons tous l'obligation morale de vous dire que vous mentez. Je n'ai jamis supporte' le premier Ministre Moulay mais je sais, d'apres plusieurs sources, qu'il n'est pas raciste. Quand vous attaquez le General Ndiaga d'etre implique' dans le commerce illegal de la drogue, je vous trouve irresponsables et haineux. Votre haine contre Moawiya n'est plus a' demontrer. Qu'est-ce que vous n'avez pas dit de moi? Je suis un imbecile, ne j'ai aucune maturite', j'etais envoye' par le regime Maure pour espionner les noirs Mauritaniens aux USA, je suis une honte de l'Afrique, je suis ignorant, je suis ceci et je suis cela...etc. Toute cette haine contre ma personne a pour origine mon refus de vous laisser me dicter une conduite. Je fais mes propres analyses de la situation sociale, politique et economique de notre pays et je vous donne mon honnete opinion.Pour ton information, je ne m'attends a' quoi que ce soit de qui que ce soit. J'agis par obligation morale envers les vaillantes populations Mauritaniennes. PERSONNE NE ME DIS D'ECRIRE ET PERSONNE NE ME PAIE POUR MES ECRITS.

Tu seras surpris de savoir que je participe dans plusieurs blogs. Je ne le fais pas pour la publicite'.

Maata,Je ne te laisserai jamais m'imposer une condition quelconque. Tu imposeras ta dictature ailleurs.
Vous n'avez aucune tolerance dans votre coeur. C'est la haine, l'extremisme, la brutalite', la violence, l'intimidation et l'extremisme. Yet, vous avez le culot de dire que les autres sont racistes.

PS.

Cet ecrit n'a pas de pseudo mais tu sais exactement de qui il vient. LIKHOUWEYMEU KHOUWEYMTAKE. TU PEUX FAIRE D'ELLE CE QUE TU VEUX!!!!

Anonyme a dit…

Maata:

Je m'excuse aupres des lecteurs pour avoir publie' le meme ecrit a' trois reprises. Mon petit Maata, tu peux utiliser ton amour de la...CENSURE pour effacer deux des ecrits.

Sorry guys!

Anonyme a dit…

Je tends a' croire qu'il serait preferable de placer les Affaires Maghrebines et les Affaires Africaines sous la personne qui est charge'e de diriger les Ministere des Affaires Etrangeres. En arrachant l'Afrique et le Maghreb du MAEC, je ne vois pas ce qui reste de ce departement.
Il y a certes eu de graves erreurs dans l'interpretations de la liberation de Mr. Camatte mais cela n'est pas une raison pour dementeler un important ministere. Il fallait tout simplement confier un autre ministere a' Naha ou la ramener a' la presidence de la republique comme ministre d'etat.

Le depart de Mr. Kane etait previsible. Il s'est fait plusieurs ennemis.

Anonyme a dit…

Je viens d'ecouter les chansons suivantes d'Enrico Macias:
- Les gens du nord
- Je suis le mendiant de l'amour
- Qu'elles sont jolies les filles de mon pays
- Habibi Ya Aini
- J'ai quitte' mon pays
- Juif Espagnol
- Enfants de tous pays

Allez les amis! Enrico Macias sur You Tube vous permettra d'oublier les attaques personnelles.

Ɔopiarpegar a dit…

bravo les autorités thak mazbout.eiwa mazal chi qui est derrière le trafic d'opium en Mauritanie???
__________________

lu pour les dealers

Incinération de 9,5 tonnes de drogues, saies au cours de l’opération de Lemzarrab


Les autorités mauritaniennes ont procédé à l’incinération de neuf tonnes de drogues, saisies, il ya de cela, Quelques semaines au cours de l’attaque de Lemzarrab, ayant opposé les force mauritanien à un groupe armé, aux environs de Lemzarrab, au nord du pays, sur la frontière avec le Mali.


Cette opération d’incinération s’est déroulée au km 45 sur l’axe Nouakchott-Akjoujt, sous la supervision des ministres de la justice, de la défense, de la communication et des relations avec le parlement et de l’intérieur et en présence du procureur de la république.
Plusieurs officiers des différents corps de sécurité ont été également présents à cette occasion, notamment le directeur du génie militaire, le commandant de la brigade de gendarmerie de Nouakchott, du directeur de la police judiciaire, ainsi que le directeur du bureau national de lutte contre les stupéfiants
Plusieurs journalistes de la presse internationale et internationale ont été conviés à cette circonstance.
Selon un communiqué du parquet, cette opération intervient dans le cadre des efforts du parquet et des organes de sécurité et de défense dans la lutte contre la prolifération du trafic de drogue, du terrorisme et du crime organisé.
Auparavant, l’opposition mauritanienne, avait émis des doutes sur le sort réservé à ces quantités importantes de drogue saisie par l’armée mauritanienne.
ani.mr

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"La saga des prédateurs de l’opposition

Dans un remake des ‘’prédateurs’’ qui ont sévit au cours des années de braise sous les différents régimes de l’impunité, nous commençons notre saga par la série discordante de par sa nature hybride, mais soudés dans la prédation et l’adversité contre le projet de société de la Mauritanie nouvelle.

Dans sa configuration actuelle, l’opposition réunit sous son label des politiciens dont l’expérience a permis aux générations de la Mauritanie nouvelle d’établir la théorie de la prédation à la mauritanienne, qui revêt les différents faciès de la délinquance financière.

Si dans le règne animal la prédation correspond à une logique naturelle de l’équilibre de la nature, dans la politique, elle est symptomatique d’une soif de pouvoir, d’une avidité, et d’une pauvreté intrinsèque, voire originelle.



Ahmed Ould Daddah : une gestion opaque pour un serial perdant

En commençant par le leader de l’opposition, Ahmed Ould Daddah, la prédation qui le caractérise est synonyme de grande soif du pouvoir présidentiel qu’il attend toujours ; ce président- qui se rate à chaque élection- a la particularité de mêler opportunisme et narcissisme exacerbé: dans son délire paranoïaque, lorsqu’il dit ‘‘nous’’, il pense ‘‘je’’ en grand.

Frère d’un grand homme d’Etat dont il ne tire aucune légitimité, Ahmed Ould Daddah continue de gérer l’institution de l’opposition démocratique en toute opacité, et sans jamais rendre compte aux citoyens.

Dans sa munificence qui a fait fuir de nombreux compagnons politiques, Ould Daddah semble ne jamais avoir compris que la grandeur ne se décrète pas, son degré étant lié à l’être humain lui-même.

Sous le régime de l’ancien président Ould Cheikh Abdallahi, Ahmed Ould Daddah, en tant que président de l’institution de l’opposition démocratique, avait obtenu que son budget soit doublé.

Actuellement, il gère dans les ténèbres de cette institution de l’opposition, des sommes colossales ;

Il serait souhaitable qu’en ces temps bénis de transparence, d’obligation de rendre compte, de lutte contre la prédation et le détournement systémique de deniers publics, l’institution de l’opposition fasse l’objet d’un contrôle rigoureux de l’Inspection générale de l’Etat et fasse la lumière sur la gestion de Ould Daddah.

Notons qu’ Ahmed Ould Daddah, dans son parcours historique, a déjà servi à la Banque Centrale ainsi qu’un très bref passage au Ministère des Finances, dont il ne serait pas sorti indemne selon certaines rumeurs de l’époque…

Messoud Ould Boulkheir, une gestion controversée à l’ombre du perchoir


Messoud Ould Boulkeir, du haut de son perchoir, gère depuis son accession à la chambre basse du Parlement un budget faramineux de plusieurs centaines de millions d’ouguiyas. Malgré un nouveau train de vie pompeux et une grande prodigalité, Ould Boulkeir n’a jamais fait l’objet d’un contrôle.

Icône défraîchie d’un mouvement identitaire dont il s’est éloigné(?), Massoud Ould Boulkheir intrigue dans sa gestion du budget faramineux de l’Assemblée Nationale, et mérite que le contrôle de l'assemblée nationale fasse la lumière sur sa gestion controversée par de nombreux parlementaires, toutes obédiences confondues.

Yahya Ould Waghef, le fossoyeur d’Air Mauritanie et auteur des scandales du PAM, du PARSEA, et du CSA

maatala a dit…

Focus sur Yahya Ould Waghef, qui a été nommé par Ould Cheikh Abdallahi deux fois Premier Ministre : il a un passé sombre. Très sombre.

En effet, Ould Waghef est bien connu dans la haute sphère de la prédation et de la délinquance financière, depuis son parcours initiatique au Programme Alimentaire Mondial (PAM), où il aurait été reconnu auteur de malversations selon une enquête diligentée par le siège de cette organisation onusienne.

En effet, le PAM avait mis en évidence de graves irrégularités et des dysfonctionnements. Ce langage « politiquement correct » cachait une réalité banale qui s'appelle: détournement.

Le PAM a conseillé à notre indélicat Yahya Ould Waghef une sortie honorable avec un départ volontaire.

Nommé Directeur Général de la Société Mauritaniennes de Gaz (SOMAGAZ), Ould Waghef, loin de se ranger des voitures en devenant un gestionnaire scrupuleux de la chose publique, sera une nouvelle fois, cité dans une sombre affaire dite de la "Raffinerie de Pétrole".

Quittant le navire de la Somagaz qui commençait dangereusement à sombrer, notre barbare des temps modernes se voit nommé Directeur du Projet d’Appui à la Réforme du Secteur de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Energie (PARSEA).

Au cours des deux années de règne au PARSEA, de 2003 à 2004, Ould Ahmed Waghef va plonger inexorablement dans les fonds abyssaux troubles de la délinquance financière et de la gabegie multiforme avec plus de 80 millions UM dépensés en produits d’entretien !

Les scandales liés à sa gestion douteuse de Air Mauritanie, et du Commissariat à la sécurité alimentaire avec son "riz avarié" en disent long sur cet homme libéré du centre pénitencier de Nouakchott, par la grâce de quelques hommes d'affaires.

Mohamed Yehdhih Ould El Hacene : auteur d’une fraude de 14 millions UM à la Somelec

Mohamed Yehdhih Ould Hacene, président en mal de légitimité d’un parti politique qui cherche désespérément des adhérents, est actuellement au cœur d’un scandale des plus inédits : habitant dans une villa cossue de Tevragh Zeina, et propriétaire terrien bien connu, il a été démasqué par les services de contrôle de la Somelec ; en effet, les releveurs de la Somelec, intrigué par la facture bimensuelle de 2000 UM, ont eu la surprise de constater l’existence d’un dispositif sophistiqué de fraude, consigné par M. Yehdhih dans une pièce sur le toit de sa belle villa…

Les contrôleurs de la Somelec, qui ont les preuves de cette fraude, par une série de photos scandaleuses, viennent de prendre la main dans le sac ce politicien qui a une curieuse conception du renouveau démocratique.

Mohamed yehdhih Ould El Hacene, qui devra rembourser à la Somelec, le préjudice induit de 14 millions UM grossit bien les rangs des prédateurs de l’opposition. Rien d'étonnant: qui se ressemble s’assemble !

maatala a dit…

Boidel Ould Houmeid, rembourse à la CNAM 102 millions UM

Celui qui est surnommé ‘’l’ogre de Keur Macene ’’, s’est distingué par son remboursement, illico presto, des sommes "détournées" à la Caisse Nationale d’assurance Maladie (CNAM), à la première mise en demeure de l’IGE.

Voici un geste qui ne laisse aucune ombre de doute, sur une gestion des plus calamiteuses au sein de la CNAM.

Mais Boidel Ould Houmeid, surnommé ‘’M VX’’ est aussi un prédateur bien connu dans son parcours sous les années de tourmente de Ould Taya, où il s’est enrichi vertigineusement.

Mohamed Ould Maouloud, la taupe de Ould Taya

Le président de l’UFP, traîne un passé trouble dans ses relations avec le système de Ould Taya : considéré comme une ‘’taupe’’ grassement payé pour ses ‘’rapports dans l’ombre’’ au service de la dictature, il dérange dans son militantisme décrié ; on est en droit de se demander combien il aurait touché pour ce travail de taupe de Ould Taya, qui est politiquement incorrect et moralement inacceptable ?

On se rappelle aussi qu'au lieu d'honorer ses engagements en votant Sidi Ould Cheikh Abdallahi, il avait donné aux militants de son petit parti l'ordre de voter Ould Daddah contre la volonté de la majorité des membres de son bureau national. C'est pourquoi beaucoup d'entre eux l'avaient quitté tels que Hammoud Ould Abdi, les députés de Tijigja et bien d'autres. Comment peut-il parler de démocratie, lui, qui fait primer la décision de la minorité sur celle de la majorité?

Et ses écarts de langage envers le président! ignore-t-il qu'il est passible d'emprisonnement?

La liste est très longue au sein de l’opposition, qui n’a décidément rien de démocratique, et qui semble voguer à contre courant du projet de société de la Mauritanie nouvelle.

Ahmed Ould Daddah, Messoud Ould Boulkheir, Ould Waghef, Boidel et les autres copains et coquins de l’opposition devraient savoir que ‘’ les biens communs et les deniers publics sont sacralisés, tout détournement et toute utilisation indue de biens publics seront sévèrement sanctionnés selon la loi, quel qu'en soit l'auteur’’. Avec Ould Abdel Aziz, nul n’est au dessus de la loi.

Amadou Samba Sy

Nktt Mauritanie


maatala

maatala a dit…

Salam

Couly le Harki

On te demande de prendre un pseudo, tu fais passer cela pour de la censure.

Pour un espion de la tayie, c'est vraiment fort de café dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur ani

"Remaniement du Gouvernement: Cinq (5) nouveaux Ministres pour quatre (4) partants

Un remaniement gouvernemental vient d’être opéré, touchant sept départements ministériels. Ainsi, par décret présidentiel et sur proposition du Premier Ministre, ont été nommés :

1- Ministre de la Justice: Maître Abdine Ould Khaire. Avocat, il a été membre de la CENI de la première période de transition (2005-2007). Ould Khaire remplace M. Baha Ould Ameida à la Justice.
2- Ministre des Finances: Ahmed Ould Moulay Ahmed qui occupait jusque-là le portefeuille de Ministre de l’Energie et du Pétrole. Il remplace Kane Ousmane aux Finances.
3- Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement: Maître Hamdi Ould Mahjoub. Ancien bâtonnier, ancien maire, il était jusque-là vice-président de la dernière CENI (2009). Ould Mahjoub remplace Mohamed Abdellahi Ould Boukhary.
4- Ministre de l’Energie et du Pétrole: Wane Ibrahima, précédemment directeur au même Ministère.
5- Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration: Mati Mint Hamadi. Précédemment Commissaire à la Promotion des Investissements, elle remplace Coumba Ba qui devient Ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée des Affaires Africaines,
6- Ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Environnement et du Développement Durable: Ba Housseinou, précédemment Secrétaire général du Ministère délégué auprès du premierministre chargé de la modernisation de l'Administration et des Tic. Il remplace Dr Idrissa Diarra.
7- 7- Ministre de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et des Technologies Nouvelles: Mohamed Ould Khouna.
8- Ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée des Affaires Africaines : Coumba Ba, précédemment Ministre de la Fonction Publique et de l’Emploi.

Les partants:
Baha Ould Ameida (Justice), Kane Ousmane (Finances), Mohamed Abdellahi Ould Boukhary (Communication), Dr Idrissa Diarra (Environnement).

Les permutants:
Coumba Ba passe de Ministre de la Fonction Publique et de l’Emploi à celui de Ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée des Affaires Africaines.
Mohamed Ould Khouna, son Ministère de la Formation Professionnelle s’offre l’Emploi et les Technologies Nouvelles pour devenir Ministre de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et des Technologies Nouvelles.

Les deux Nouveaux Ministères:
7- Ministre de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et des Technologies Nouvelles: Mohamed Ould Khouna.
Ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée des Affaires Africaines: Coumba Ba.


maatala

Anonyme a dit…

Azzizzo a mis un maîtrisard en droit sur une fameuse agence chargée de la préparation de ces dossiers. Le tandem MAED et cette agence ont t-ils des atomes crochus pour faire le boulot? La sottise de Sidioca (restructurer les ministères n'importe comment)qui continue à faire ses effets. A-

====

Table ronde de Bruxelles en voie d'être reportée!

Des informations selon lesquelles, le gouvernement mauritanien aurait reçu un courrier de l'Union Européenne pour demander le report de la table ronde au mois de septembre prochain.

Prévue initialement à Bruxelles la mi- avril, cette table ronde a pour objectif de négocier des financements pour réaliser des programmes de développement , chers au Président de la République.

Il semblerait que les raisons avancées portent sur la qualité des dossiers qui ne sont pas bien préparés.







Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : GPS (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Conscience et Résistance sort de l’ombre
21-03-2010
Au lendemain de la présidentielle du 18 juillet 2009, l'organisation Conscience et Résistance (CR, gauche écologiste et laïque) annonçait un délai de six mois, avant de se prononcer sur le pouvoir en place et éventuellement décliner son positionnement sur l'échiquier partisan.

Avec deux mois de retard, CR sort de son silence par le communiqué, dessous, où l’Organisation se livre, dans son style désormais singulier, à une analyse sans concession du système Aziz :


Six mois après, notre position

Délibération de Conscience et Résistance



Au lendemain de l’investiture de Mohamed Ould Abdel Aziz à la Présidence de la République, Conscience et Résistance (CR) accordait, aux nouvelles autorités de la Mauritanie, un délai probatoire d’un semestre. Le terme échoit à présent d’où l’actualité d’un bilan et la pertinence d’une prise de position dépourvue d’ambiguïté.

En un semestre à l’épreuve de l’intérêt public, le résultat, mitigé, appelle à l’insatisfaction et suscite le scepticisme sur l’aptitude des dirigeants à mener la Mauritanie vers la rupture – tant différée - d’avec ses pesanteurs structurelles :

1. Le clan par le sang, l’esprit de corps et la manie du compromis organisent toujours le champ politique, avec leurs corollaires de complaisance viscérale et d’ententes occultes au dessus de la loi. Avec Mohamed Ould Abdel Aziz, le défi de l’égalité demeure l’enjeu le plus consubstantiel à l’existence même de la Mauritanie. Sans équivalence de traitement de citoyens par le droit, la continuité du pays relève d’une incertitude quotidienne où prévalent la tricherie, la fraude et la contrainte. Ici, rien n’a changé ; les mêmes oppriment les mêmes, sans espoir de recours devant des magistrats dont la prévarication et les préjugés féodaux excluent l’impartialité; une ethnie continue à détenir, hors de toute perspective de partage, l’essentiel des ressources et le monopole de la violence. Le noyau de la dictature de Ould Taya résiste aux contrecoups de l’instabilité et renouvelle ses défenses immunitaires au point de recouvrer son fondement par régénération spontanée. Les complexes de supériorité dus à la naissance continuent à entretenir le parasitisme et l’indigence d’une partie de la population. Il en résulte la dévaluation du travail manuel encore prégnante comme distinction de race ; en découle, aussi, le recours banalisé à la fraude sur les documents administratifs et les diplômes ; partout, à n’importe quel échelon de l’échange dans la cité, règne la fraude et la quête du raccourci vers l’enrichissement, rapide et sans effort.

2. Le Gouvernement du lendemain de l’élection présidentielle du 18 juillet 2009 concentre un tel degré d’incompétence et d’incohérence que la poursuite d’un fonctionnement à peu près acceptable des institutions relève aujourd’hui du miracle. Malgré de salutaires mesures d’assainissement et la promptitude des évictions de fonctionnaires pour faute lourde, l’administration abrite encore un personnel rarement qualifié, sous-payé et dont la promotion ou le maintien dépendent d’ententes segmentaires, de sollicitations tribales, bien à l’abri des critères rationnels de récompense et de sanction au regard du mérite. Par formation mentale et restriction du sens critique, ces individus reflètent les tares de l’environnement et ne sauraient donc y vulgariser le primat de l’intérêt général. La tension vers d’endiguement de la terreur religieuse et du transit de la drogue butte sur la vénalité des services de sécurité et leur infiltration conséquente par les deux réseaux ; enfin, certains officiers hauts gradés et guère anonymes, selon la nécessité ou l’appât du lucre, vendent, à l’encan des insurrections dans l’espace sahélo-saharien, des munitions et du matériel de l’armée. A l’instar de son prédécesseur civil, Ould Abdel Aziz sait l’ampleur du gâchis et s’en accommode, pour l’instant, encore trop soucieux de se prémunir du putsch programmé.

source taqadoumy

Anonyme a dit…

suite source taqadoumy
3. Faute de règles universelles applicables à tous, la transparence dans la compétition économique n’a connu aucune amélioration. Aussi bien à la Commission Nationale des Marchés qu’en amont lors de la définition des termes de référence d’un projet d’équipement public, les procédures d’adjudication confortent la contrefaçon, la falsification et le délit d’initié, moyennant rétributions immédiates et rétro faveurs. Les personnalités, auteurs et receleurs de tels trafics, ont pignon sur rue et s’offrent, non seulement la complicité sociale mais de protections sûres au sommet. L’exemple le plus récent - point encore consommé, certes – tient à la réforme d’un ensemble de titres administratifs dont le passeport, pour un montant de quelques milliards d’ouguiyas. A contrevent de la norme et de l’usage, afin de parvenir à un quasi gré-à-gré, le cahier de charge a été publié au profit tacite mais exclusif d’une entreprise de cartes à puces, partenaire du groupe Ehl Ghaddé, cousins et partisans de Ould Abdel Aziz, de notoriété dans la vente de la nourriture et des articles domestiques. D’ailleurs, la plupart des autres candidats à la transaction se retirent devant l’énormité de la tricherie. L’on s’interroge aussi sur les présomptions de népotisme et de concurrence déloyale qui ponctuent l’influence grandissante du groupe d’affaires Bouamatou Société Anonyme (BSA) dans tous les secteurs de l’économie. L’on risque ainsi d’aliéner un pan sensible de la souveraineté, à des considérations d’épicerie et de parenté primitive. Des situations comparables et de gravité identique prolifèrent durant les 6 mois révolus ; il en ressort la certitude qu’en matière d’accumulation illicite, une dose de subjectivité tribale caractérise déjà le régime ; le trait pourrait s’accentuer, dans des proportions similaires aux 15 dernières années de Ould Taya.

4. Au credo de la lutte contre la gabegie, en dépit de débuts encourageants, le désenchantement s’impose. Manifestement, Mohamed Ould Abdel Aziz souhaitait entrer dans l’histoire de la Mauritanie par une authentique opération « mains propres » mais lui manquait le courage d’aller à contrecourant d’une « Mauritanie des profondeurs » dont il a bien perçu le paroxysme de corruption. L’enquête sur le détournement de fonds d’un compte secret de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM) démontre une curieuse perversion morale ; l’opinion plaint les prévaricateurs, l’homme de religion s’entremet pour les sortir de prison et le Chef de l’Etat finit par céder, en contrepartie d’un accord de remboursement des sommes « dues ». Tout rentre dans l’ordre habituel de l’hypocrisie où le voleur d’un bœuf, bien installé sur sa monture à bosse grasse, se moque du voleur d’œuf trainé en maréchaussée sous la vitupération de la foule. Dans le paradoxe mauritanien, le dégât au bien public ne provoque qu’une indignation sélective, parmi quelques fractions de l’élite lettrée, encore aptes à la mauvaise conscience. La multitude, première victime, se résigne à la fatalité du jour.

Anonyme a dit…

suite
5. Sur le versant des droits humains, la circonspection s’explique par le statu quo et la permanence du surplace. Les infrastructures carcérales menacent ruine, le recrutement au sein des instances de répression consacre l’immunité raciste, la méthode de coercition se dilue dans l’amateurisme, la pratique systématique de la torture contre les détenus islamistes et de droit commun devient un réflexe et ne provoque même plus le débat. Au lieu de la réparation promise des sévices et tueries de masse à motif discriminatoire, la loi d’amnistie de 1993 continue à couvrir les assassins dont la majorité bénéficie de postures de décision dans les forces armées et de sécurité. Le retour des réfugiés négro-africains en provenance du Sénégal et du Mali se poursuit dans des conditions meilleures mais nombreux ne parviennent pas à recouvrer la propriété de leurs biens immobiliers, désormais dévolus, par force majeure, à d’autres mauritaniens rapatriés en 1989. Entre les deux groupes, les conflits fonciers se multiplient tandis que l’administration territoriale, invariablement, s’oppose à toute remise en question du désordre établi. La décision, par le gouvernement, en fin de l’année 2009, de suspendre la production de la carte d’identité, entrave le processus de réintégration des rapatriés dans leurs droits de libre circulation, civiques et politiques. De même, à cause de la connivence ouverte entre l’Administration territoriale et les juges d’une part et les anciens maitres de l’autre, aucune requête en justice contre les pratiques esclavagistes n’a donné lieu à une instruction ; les deux aspects de la discrimination socio-ethnique comportent un potentiel ascendant de violence, à anticiper, de près.

6. Notre diplomatie, livrée à de prévisibles cuistres, sombre dans la médiocrité et l’aventurisme. Un jour Chavézienne, un autre compromise avec l’autoritarisme iranien, probablement déjà en pourparlers à Pyongyang, elle exhibe le crescendo, d’une chute vertigineuse de crédit, contrepoint du prestige et de la constance antérieurs à l’avènement des militaires, dès 1978; des malades chroniques, des femmes marchandes de chiffons et de bimbeloterie, des marabouts féticheurs ou de parfaits paresseux aux mains oisives préemptent nos ambassades et réduisent notre niveau de représentation à une parodie de buvette d’un horaire aléatoire. Là, le délabrement des aîtres, des symboles, la dégradation des gestes, de la tenue et l’incurie offusquent l’hôte ; la tolérance des actes de mauvaise gestion et le choix de diplomates à rebours des qualités requises alimentent des négociations périodiques, à Nouakchott, entre le centre d’autorité et les forces centrifuges. A ce niveau du bilan, le désastre s’avère complet.

Anonyme a dit…

suite
7. Depuis la détention du journaliste Hanevy Ould Dehah, Directeur de publication du site électronique Taqadoumy, l’illégalité et l’esprit de revanche semblent se substituer, assez vite, aux visées réformistes du candidat Mohamed Ould Adel Aziz ; ce dernier a entrepris de régler des comptes personnels avec un homme de plume, libre et talentueux; parce qu’en marge de la pression ambiante et rétif à la persuasion par l’argent, il fallait taire l’auteur de la voix discordante, jusqu’au prix de le garder en prison après l’expiration de sa peine. Par son attitude de ressentiment, le premier édile de Mauritanie déméritait sa fonction et ne forçait le respect.

Conclusion

En termes d’orientation globale, Mohamed Ould Abdel Aziz affiche un volontarisme en apparence sincère qui se traduit, hélas, par la dispersion et l’improvisation ; en écologie, santé et éducation, le déficit de vision d’un projet créateur de mieux être matériel et source d’élévation éthique se ressent au travers d’un discours de la rectification équidistant du bon sentiment et de la piété populaire mais encore hanté par la phobie de déranger les usages. Le dilemme se traduit, ici, par l’inaction tantôt et l’agitation fébrile l’instant d’après. Le sens de l’initiative cède le pas à la réaction événementielle, dénuée de ligne et de logique. Ould Abdel Aziz tarde à comprendre que toute ambition de réforme sur l’espace mauritanien doit se réaliser, d’évidence, envers la société et ses valeurs conservatrices, nécessairement contre et sans le personnel compromis dans la dictature de Ould Taya. A défaut de s’éveiller au postulat, Ould Abdel Aziz tâtonne et tergiverse au milieu d’un gouvernement d’ombres qui inaugure, en boucle, des chantiers aussitôt à l’abandon.

Anonyme a dit…

suite
Pour les motifs exposés dessous, Conscience et Résistance, au terme de son moratoire :

A/ Note des avancées modestes dans la gestion publique, en particulier la rationalisation du patrimoine de l’Etat et de sanction de certains cadres véreux;

B/ S’inquiète de leur remise en cause par la résistance du camp réactionnaire et dénonce l’implication des prédateurs et tortionnaires de l’époque Ould Taya, dans la diplomatie, l’appareil administratif, les forces de sécurité et autour de Mohamed Ould Abdel Aziz;


C/ Les déclare insuffisantes et de nul effet sur la reproduction du système d’hégémonie en vigueur, notamment ses caractéristiques d’impunité et de préférence, par quoi les pratiques de l’esclavage et ses séquelles suscitent encore le déni officiel, d’où la collusion, avec les maîtres, des fonctionnaires et agents en uniforme;


D/ Déplore l’imperméabilité du nouveau pouvoir à l’enjeu crucial de la désertification et réclame la prohibition progressive du commerce de charbon de bois, vecteur criminel de la catastrophe ;

E/ Engage les autorités à une révision de la doctrine diplomatique qui favorisera la réintégration de la Mauritanie à la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’adhésion sans réserve aux protocoles de la Cour Pénale Internationale (CPI) ;


F/ S’installe dans l’opposition frontale et pacifique au pouvoir du moment mais prendrait acte de toute évolution de nature à recouper les objectifs de l’Organisation tels qu’exposés dans le Manifeste des Justes, sa charte fondamentale.

Nouakchott, le 21 mars 2010

source taqadoumy

Anonyme a dit…

Suite

Source: tadadoumy

Anonyme a dit…

Maata:

J'ai deja explique' les raisons pour lesquelles je ne prends pas de pseudo.
Qu'attends-tu pour signer ton vrai nom? Ton probleme est de te croire plus intelligent que les autres.

PS.

Tu n'as pas besoin de m'insulter. Il faut que le debat soit civilise'.

J'espere que les grandes gueles qui viennent de faire perdre au Soninkou un departement au profit des Halpular, vont convaincre la hierarchie "superieure" Soninke' ou les feodaux Soninkou a' faire de Dr. Diarra le MAIRE DE WOMPOU.

IL NE FAUT PAS FAIRE LE SALE BOULOT DES AUTRES.

Anonyme a dit…

Le President de CR Mr. Mohamed Lemine Ould Dade' est charge' des Droits de l'Homme et de la lutte contre la Pauvrete'pour le regime actuel du faiseur de deux coups d'etat Mohamed Abdel Aziz. CR MAJROUHE! Ces membres MA YI CHEHDOU devant un juge. Il n'y a que Gemal Ould Yessa qui a des principes au sein de cette association. Tous les autres membres de CR attendent une opportunite' pour quitter le bateau. (Maata ente' vem)!

Anonyme a dit…

Quel débile ce couly, ce n'est pas la faute des grandes gueules mais d'Azizo car c'est ce dernier qui décide

"J'espere que les grandes gueles qui viennent de faire perdre au Soninkou un departement au profit des Halpular, vont convaincre la hierarchie "superieure" Soninke' ou les feodaux Soninkou a' faire de Dr. Diarra le MAIRE DE WOMPOU.

IL NE FAUT PAS FAIRE LE SALE BOULOT DES AUTRES.

Anonyme a dit…

ps

depuis ce matin en prévision d'un anniversaire fameux, je fais le tri dans 15 ans de papiers et la o surprise, je retrouve cet acrostiche écrit pour habib yarahmou qui fut publié à l'époque au calame parmi tous les hommages, mais je me souviens que l'animal qui s'occupait de la mise en page ne devait pas savoir ce qu'est un acrostiche alors il fut publié tout tordu, illisible

je l'avais oublié celui-là, à l'époque je maîtrisais moins l'exercice, mais le coeur y est je crois

Acrostiche en mémoire d’un homme droit

Habib Ould Mahfoudh a rejoint le paradis
A jamais loin des corps, pour toujours près de Dieu
Béni soit son envol au royaume des esprits
Il découvre sa demeure au sein des génies
Blottis dans le silence et la beauté des cieux

Où règne l’envergure d’un cœur généreux
Unique comme l’éclat d’un esprit brillant
Libre par sa pensée, géant par son talent
De poète engagé aux écrits vertueux

Maintenant qu’il n’est plus, il nous reste l’exemple
Avis aux consciences animées de justice
Honorez cette âme qui des cieux vous contemple
Faîtes que le peuple voit son combat survivre
Otez de son regard les rubans d’injustice
Un jour, inch’allah, sa démocratie va vivre
Dieu délivre les siens pour bénir leur courage
Habib est des plus purs, il nous laisse sa rage

Anonyme a dit…

Anonyme du 1 avril 14:31

C'est bien triste de constater que la derniere crise sur les langues a ete' declenche'e par un jounaliste Soninke' du nom de Diagana.
La cause FLAM n'est ni Mauritanienne ni Soninke'. Ce sont quelques extremistes, ethnocentristes et racistes Halpulars qui veulent creer la merde dans notre pays. Ces extremistes ne sont pas representatifs des vaillantes populations Halpulars. Le FLAM a dans ses rangs quelques Soninkou perdus de Kaedi qui sont entrain de porter prejudice aux interets de la communaute' Soninke'. Les vieux, les notables et les sages Soninkou doivent se mobiliser pourqu'on ne sacrifie pas les interets de leur communaute' au profit d'une autre communaute'.

Les Maures ont un grand respect pour les Soninkou. Il ne faut pas que que le journaliste Diagana et d'autres petits flamistes mettent fin a' ce respect.

Dr. Diarra a quitte' le gouvernement. Avec ce depart, les Soninkou perdent une place au profit des Halpulars. Combien de Halpulars ont ecrit sur CRIDEM, ici sur canalh ou ailleurs pour protester cette injustice et pourtant on les voit regulierement proptester contre les nomminations au conseil des ministres parce qu'ils pensent qu'on oublie les negro-Africains. QUAND IL S'AGIT DES HALPULARS PRENDRE LES POSTES MINISTERIELS DES AUTRES GROUPES ETHNIQUES MAURITANIENS, ILS NE PROTESTENT JAMAIS.

Mes amis Diagana Boubacar Tidjane, Hamza Diagana, Walde Mangassouba et tous les autres Soninkou, je vous dis tout simplement que vous etes implique's dans un marche' de dupes. It's time for you to get out. CESSEZ DE FAIRE LE SALE BOULOT POUR LES AUTRES.

Je ne blame pas le President Abdel Aziz parce que je suis convaincu qu'il est confus et n'a aucune ide'e de ce qu'il fait. Il suffit de savoir qu'il veut faire passer Belmoctar le terroriste Algerien devant la justice Mauritanienne pour comprendre qu'il n'est ni realiste ni pragmatique. Demain il lancera un mandat d'arret international contre Ossama Ben Laden. Je me demande ce qui se passe dans certaines tetes. C'est triste de constater que personne ne dit a' Abdel Aziz que certaines choses depassent les capacite's de la Mauritanie et/ou qu'il y a d'autres meilleures manieres de faire certaines choses.

Franchement j'admire la premiere dame Tekeyber because she has to put up with Abdel Aziz.

YA EHEL MOURITANE RAIS ABDEL AZIZ MEJNOUNE!!!!!!!!!!!! IL A LE POUVOIR DEPUIS AOUT 2005 ET IL NE SAIT TOUJOURS PAS CE QU'IL FAUT FAIRE.

Anonyme a dit…

ps du ps cadeau à l'A.P

Jeune imprudent à peine à ton aurore,
Tu veux déjà connaître la douleur.
Le rossignol qui ne fait que d’éclore
Doit-il si tôt songer à l’oisoleur ?

Savoure encor le parfum de la vie
Elle commence : à quoi bon la flétrir ?
Par l’amitié quelle soit embellie,
Laisse le fiel à ceux qui vont mourir.

Dis-moi : pourquoi sur l’humaine faiblesse
Vouloir porter un regard scrutateur ?
Ferme les yeux, ta précoce sagesse
Te vaudra-t-elle un moment de bonheur ?
L’homme est injuste, ingrat, capricieux.
Il est méchant, je le sais, mais écoute.
Qui devant lui peut dire « je vaux mieux » ?

Calme il est temps , la vague inquiétitude
Qui porte une ombre à tes moindres désirs
On fait trop tôt cette funeste étude
Où sont fixés tes imprudents désirs

Fuis les soupçons, dans l’homme vois un frère
Sois bon, mais fort, juste, mais généreux
Et reste enfant dans les bras de ta mère
Voilà, crois-moi, le secret d’être heureux

Lacenaire ( conciergerie 5 janvier 1836 )

4 jours avant d’être guillotiné

ciao ciao

Anonyme a dit…

Interview avec le President Abdel Aziz. Cette interview a ete' realise'e par Sewal Ould Chaab.

Sewal Ould Chaab: Bonjour Mr. le President!
President Abdela Aziz: Bonjour Sewal!
SOC: Quel est le bilan de votre lutte contre le terrorisme?
President Abdel Aziz: On va les prendre et va leur casser la gueule.
SOC: Ou' sont-ils?
President Abdel Aziz: Ils sont quelque part au Mali, quelque part en Mauritanie, quelque part en Algerie et quelque part au Sahara Occidental. On les prendra.
SOC: Comment?
President Abdel Aziz: Nous allons acheter des voitures plus rapides que les chameaux volants qu'ils ont. Nous conseillerons au pere terroriste Kadafi de cesser de les financer et nous insisterons aupres createurs des terroriste Abdel Aziz Bouteflika de cesser de les fabriquer et nous demanderons au demandeur d'argent Amadou Toumani Toure' de cesser de prendre l' argent des terroristes.
SOC: Mr. le president, votre travail n'est pas facile.
President Abdel Aziz: Ce n'est pas fini. Nous allons aussi demander a' l'opposition de cesser de s'opposer. Nous demanderons aux FLAMISTES d'etre des Arabes. Nous demanderons aux bailleurs de fonds de nous preter plus d'argent. Nous demanderons aux militaires de rester...republicains. Nous demanderons aux vendeurs de drogue de cesser leur commerce. Nous demanderons aux Mauritaniens de ne fumer que notre MONEYJA.
soc: Mr. le President, votre travail est colossal.
President Abdel Aziz: Je n'ai pas fini. Nous demanderons a' la SNIM d'exporter toutes nos montagnes. Nos poissons auront le privilege de boire du petrole. Nous sommes determine's a' "petrolifier" le poisson Mauritanien. Nous allons privatiser la presse. L'opposition ne peut plus nous harceler avec leur revendication relative a' leur "droit" de mentir a' la television/radio.
SOC: C'est un travail enorme.
President Abdel Aziz: Ce n'est pas fini. Chaque jour j'irai a' Hay PAUVRE leur dire que je suis un pauvre milliardaire et amis des milliardaires. J'ai deja attache' avec des cordes les affaires maghrebines et Africaines a' la primature. je vais attacher les affaires Americaines et Europeennes au ministere de l'economie et des finances, je vais attacher les affaires du golf au ministere des affaires islamiques. Je vais attacher avec des cordes, les affaires asiatiques au ministere des sports. Une fois que je vide le ministere des affaires etrangeres, je vais attacher ce departement avec des voiles pour une seconde fois a' Naha Mint Mouknass.
SOC: Votre travail est grand.
President Abdel Aziz: Ce n'est pas fini. Je vais renvoyer tous les Mauritaniens qui sont espions pour la libye, l'Algerie, l'Arabie Saoudite, le Maroc, le Senegal et la France...etc. Une fois que ces espions sont partis il y' aura un vide total dans toutes les administrations de notre pays. Meme au sein de l'opposition nous n'aurons que Ladji Traore' et Beder Dine.
SOC: Le travail est grand.
President Abdel Aziz: Oui il l'est! Ce n'est pas fini. Une fois que je renvoie tout le monde, je me renvoie parce que je sais je suis deja contamine' par ceux qui seront renvoye's. Je laisserai les chameaux, les moutons, les chevres et les anes gouverner la Mauritanie. Je suis sure qu'ils sont meilleurs que tous ceux qui pretendent connaitre la politique.
SOC: Au revoir Mr. le President!
President Abdel Aziz: Ils sont meilleurs que toi aussi. Tu peux aller car je ne veux nullement te voir.

maatala a dit…

salam

Lu sur taqadoumy

Aziz traite O. Bedde et Kane d'incompétents, avant de limoger le dernier
01-04-2010
Pendant qu'il assistait à un diner officiel, le ministre des finances Ousmane Kane a reçu un appel sur son téléphone portable ; son interlocuteur lui apprend que la Présidence vient de publier un décret portant sur un remaniement partiel du gouvernement dont il fait les frais, parmi d’autres évictions.

Les voisins immédiats du Ministre surprennent, sur son visage, l’ombre de sa perplexité douloureuse. Il leur confie, manifestement crédible, ne pas comprendre la cause de son limogeage. Rapidement, un attroupement faussement compatissant se regroupe autour de lui afin de le consoler, cependant qu’en aparté, le directeur d'un établissement public explique, à un convive, sur le ton de la confidence gênée, que la décision était très attendue ; il étaye son propos par une anecdote :

« Lors d’un récent conseil des ministres, Ould Abdel Aziz s'est mis à engueuler tous, en particulier Ousmane Kane et Ismaël Ould Bedde Ould Chiekh Sidiya – respectivement Polytechnicien et Centralien – sur le ton du reproche menaçant : "les mauritaniens, plus ils sont bardée de diplômes, plus ils sont nuls et incompétents". Il ajoutera, à l’adresse, de l’assistance, que nul, ici, ne pourra lui cacher quelque chose ni comploter dans son dos, impunément. Ould Abdel Aziz, d’où sa colère, découvrait, ce jour-là, la perpétuation d’une pratique irrégulière, longtemps tolérée, par les précédents ministres des finances. »

Le remaniement concerne la ministre de la fonction publique Coumba Bâ qui se voit déléguer, auprès du premier ministre, la charge, toute neuve, des affaires africaines. La remplace la commissaire chargée de la promotion des investissements Mati Mint Hamadi.

L'universitaire Abidine Ould Khairy reçoit le maroquin de la justice alors que l'ex membre de la Commission nationale électorale indépendante (CENI, version 2009) Mohamed Ould Khouna est envoyé à l'emploi et à la formation professionnelle.

Le titulaire du pétrole Ahmed Ould Moulaye Ahmed accède aux finances ; l'avocat Hamdi Ould Mahjoub, ex n°2 de la CENI-2009, accède à la communication et aux relations avec le parlement, à la place de Abdallahi Ould Boukhary, congédié.

Et enfin, le secrétariat d’Etat chargé des technologies nouvelles perd son statut de ministère. Il est désormais rattaché à l’Emploi.
---------------------------------

maatala a dit…

Réactions de lecteurs lu sur taqadoumy

c'est normal, quand on est nul, on ne otlère pas à ses c^tés des crak de centrale et de polytechnique et autres docteurs dans tous les domaines!! C'est dommage pouyr la Mauriitanie. mais c'est bien fait tous ces gens-là, ils ne connaissaient pas aziz, ils sont partis pour profiter de ses largesses, comme s'il en avait, ils l'apprennent aux dépend du petit poste ministriel qu'ils avaient gagné comme recompense de leur engagement§! Mais ce Mr est un incompétent qui cache un dictateur qu'il ne paut même pas assumer!! Il est égaré, il ne sait pas où aller, c'est la Mauritanie qui est perdante dans tout celà.Ecrit par Sara Jaaje (Visiteur)
---------------------------------
INCOMPETENT !

Le premier incompetent c'est Ould Abdelaziz le mécanicien complexé

Et Ould Laghdaf le citoyen du Roi belge après avoir été eleveur de chèvre à Bangou

Et Cissé Mint Bambara, descendante d'une ancienne esclave des soninkés revendu a Cheikh Boyde

CE PAYS PART EN VRILLEEcrit par Badr (Visiteur)
------------------------------

"alors takadoumy fait du journalisme et arreter les bruits de couloir! kane est bardé de diplome certes mais il peut etre un maivais ministre!
fait une enquête sur son parcours et ceux qu'il a apporter au ministère. mais je peux vous dire que moi aussi ayant beaucoups travailler a l'etrangé mon retour fut douloureux! travailler avec une bande incompétant vous prive de vos moyens!le travail c'est un groupe pas un individu aussi doué qu'il soit.Ecrit par le zigue (Visiteur)17. 01-04-2010 14:08je suis de tekhane et sais que ousmane kane n'a eu que ce qu'il merite, il se croyait tout permis. et surtout denigrait auprés de aziz tous ses fréres halpularens qui pouvait jouer un role actif au sein de l'etat, il voulait etre le seul de la vallée a briller, quelle erreur diougo wotho fobhatah. il est d'une arrogance hors paire. ingrat jusqu'au bout des ongles. à present à ingrat, ingrat et demi. maintenant rentre à thiagaye tes chevres t'attendent.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lorsque Kane a démissionné de BAD pour protester contre sa nomination comme conseiller du gouverneur de la BAD, ces compatriotes mauritaniens travaillant dans cette institution ont fêtés son départ.

Ceux qui l'ont côtoyés vous disent que c'est un polytechnicien avec un égo sur-dimensionné et qui se croit sortie de cuisse de Jupiter dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Je suis très content des propos tenus par le Surveillant Général à la TVM et j'en ai vu hier l'impact positif.

Je suis aussi très heureux de la nomination de Wane Ibrahima Lamine, qui est un digne fils de ce pays qu'il a bien servi depuis une trentaine d'années.

Ce n'est que justice que confier le Département du Pétrole à ce brillant cadre à l'expérience riche et qui a mis la prospection pétrolière sur la rails en Mauritanie.

Aziz si tu continues comme ça tu risque de nous convaincre, surtout ta punition des applaudisseurs des putsch est une grande oeuvre.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Je suis d'accord avec Abdel Aziz pour dire que les "intellectuels" sont les plus mauvais. Ce sont eux qui creent tous les problemes dans notre pays. Les Mauritaniennes et les Mauritaniens ordinaires sont mille fois meilleurs que ces faux intellectuels. Ils confondent les debats academiques avec resoudre des simples problemes des citoyennes et des citoyens. For example, pour resoudre le probleme d'eau et d'electricite' a' Nouakchott, ils font sortir les vieux livres de Kant, Marx et d'autres philosophes pour les aider a' prendre une decision. D'autres lisent les poemes arabes pour decider quelle politique etrangere pour la Mauritanie.

ALLEZ ABDEL AZIZ, IL FAUT RENVOYER TOUS CES ESPIONS ET FAUX TYPES QUI FOUTENT LA MERDE DANS NOTRE PAYS.
ILS PEUVENT TOUS ALLER DEBATTRE LEURS POSITIONS RESPECTIVES A' L'UNIVERSITE' DE NOUAKCHOTT ET LAISSER NOTRE PEUPLE RESPIRER.

A L'imbecile qui s'attaque a' Madame Cisse' Mint Cheikh Ould Boyda:

You just d'on't know any better. Tu peux dire ce que tu veux. LA DAME N'EST PAS RACISTE!!!!!!ELLE EST TRES BIEN!!!!!

Esseghnass a dit…

pour maatala

Communiqué du Conseil des ministres


Le Conseil des Ministres s'est réuni le Jeudi 1er Avril 2010 sous la Présidence de Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République. Le Conseil a examiné et adopté les projets de décrets suivants:

- Projet de décret portant approbation des Statuts de la société nationale d'aménagement de terrains, de développement de l'habitat et de promotion et de gestion immobilières dénommée ISKAN.

Le présent projet de décret a pour objet l'approbation des statuts de la Société Nationale d'Aménagement de Terrains, de Développement de l'Habitat et de Promotion et de Gestion Immobilière ISKAN, créée par le décret n° 2010- 079 du 23 mars 2010.

L'approbation de ces statuts permettra l'opérationnalisation rapide de cet important outil de la nouvelle politique nationale en matière de développement de l'habitat et de la promotion immobilière pour répondre à la demande croissante dans ce domaine et plus particulièrement aux besoins des ménages à faible revenu.

- Projet de décret portant approbation du Statut de la société des Transports Publics (STP).

Le présent projet de décret a pour objet l'approbation des statuts de la Société des Transports Publics, créée par le décret n° 2010- 046 du 01 mars 2010.

L'approbation de ces statuts ouvre la voie au démarrage des activités de l'entreprise dans les meilleurs délais, ce qui permettra à terme de fournir aux populations des services de transport de qualité à des prix abordables.

- Projet de décret portant nomination des membres du Conseil d'Administration de Mauritanian Airlines International (MAIL).

Le Ministre des Affaires Economiques et du Développement, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération par intérim, a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Enfin, le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes :

Premier Ministère

Commission Nationale des Droits de l'Homme

Secrétariat Général

Secrétaire Général : Madame Irabiha Mint Abdel Wedoud, précédemment Directrice Générale Adjointe de Radio Mauritanie.

Ministère des Finances

Administration Centrale

Direction Générale du Budget

Directeur Général : Monsieur El Mourtegi Ould Sidi, précédemment Directeur Général de la SONIMEX, en remplacement de Monsieur Yahya Ould Abd Dayem.

Direction Générale des Domaines et du Patrimoine de l'Etat.

Directeur Général : Mohamed El Hacen Ould Boukhreiss, précédemment Directeur des Financements et de l'Evaluation au Ministère des Affaires Economiques et du Développement en remplacement de Monsieur Mohamed Cherif.

Ministère de la Communication

Etablissements Publics

Agence Mauritanienne d'Information

Directeur Général : Monsieur Cheikna Ould Nenni, précédemment Consul Général à Dakar.

Radio Mauritanie

Directeur Général Adjoint: Monsieur Mohamed Lemine Ould Moulaye Ely, titulaire d'une Maitrise en Sciences de l'information, en remplacement de Madame Irabiha Mint Abdel Wedoud, appelée à d'autres fonctions.

AMI
ani.mr

maatala a dit…

Salam

Visiteurs ou Canalheur surtout:

Ne jamais critiquer un Aiounois, même si c'est une crapule notoire.

Ne jamais critiquer un ami de couly: N'diagua Dieng, Ould deh... tous des chics types.

Ne jamais critiquer un prédateurs notoire du style Nouéguid, car c'est pour Couly la crème de l'entrepreneur dynamique et intègre.

Enfin ne jamais critiquer les idoles et maîtres de couly: Les puissants d'hier (taya ely Sidioca)et d'aujourd'hui (Azziz le mécano de louga)

De demain aussi, pendant que tu u y es dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maawiya enta vem? Un bon eleve, azzizzo. A-
==

Communiqué du Conseil des ministres

Le Conseil des Ministres s'est réuni le Jeudi 1er Avril 2010 sous la Présidence de Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République. Le Conseil a examiné et adopté les projets de décrets suivants:

- Projet de décret portant approbation des Statuts de la société nationale d'aménagement de terrains, de développement de l'habitat et de promotion et de gestion immobilières dénommée ISKAN. Le présent projet de décret a pour objet l'approbation des statuts de la Société Nationale d'Aménagement de Terrains, de Développement de l'Habitat et de Promotion et de Gestion Immobilière ISKAN, créée par le décret n° 2010- 079 du 23 mars 2010.

L'approbation de ces statuts permettra l'opérationnalisation rapide de cet important outil de la nouvelle politique nationale en matière de développement de l'habitat et de la promotion immobilière pour répondre à la demande croissante dans ce domaine et plus particulièrement aux besoins des ménages à faible revenu.



- Projet de décret portant approbation du Statut de la société des Transports Publics (STP). Le présent projet de décret a pour objet l'approbation des statuts de la Société des Transports Publics, créée par le décret n° 2010- 046 du 01 mars 2010.

L'approbation de ces statuts ouvre la voie au démarrage des activités de l'entreprise dans les meilleurs délais, ce qui permettra à terme de fournir aux populations des services de transport de qualité à des prix abordables.

- Projet de décret portant nomination des membres du Conseil d'Administration de Mauritanian Airlines International (MAIL).

Le Ministre des Affaires Economiques et du Développement, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération par intérim, a présenté une communication relative à la situation internationale.

Le Ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Enfin, le Conseil a pris les mesures individuelles suivantes :

Premier Ministère
Commission Nationale des Droits de l'Homme

Secrétariat Général
Secrétaire Général : Madame Irabiha Mint Abdel Wedoud, précédemment Directrice Générale Adjointe de Radio Mauritanie.

Ministère des Finances
Administration Centrale

Direction Générale du Budget
Directeur Général : Monsieur El Mourtegi Ould Sidi, précédemment Directeur Général de la SONIMEX, en remplacement de Monsieur Yahya Ould Abd Dayem.

Direction Générale des Domaines et du Patrimoine de l'Etat.
Directeur Général : Mohamed El Hacen Ould Boukhreiss, précédemment Directeur des Financements et de l'Evaluation au Ministère des Affaires Economiques et du Développement en remplacement de Monsieur Mohamed Cherif.

Ministère de la Communication
Etablissements Publics

Agence Mauritanienne d'Information
Directeur Général : Monsieur Cheikna Ould Nenni, précédemment Consul Général à Dakar.

Radio Mauritanie
Directeur Général Adjoint: Monsieur Mohamed Lemine Ould Moulaye Ely, titulaire d'une Maitrise en Sciences de l'information, en remplacement de Madame Irabiha Mint Abdel Wedoud, appelée à d'autres fonctions.


AMI

Anonyme a dit…

Maata:

J'ai l'impression que vous n'avez jamais lu mes ecrits a' propos de Mohamed Abdel Aziz.Rien qu'aujourd'hui j'ai fait un ecrit qui n'est pas tendre envers lui.
Quelqu'un m'a dit qu'Abdel Aziz est tres poli. La personne n'a aucune raison de me mentir. Je tends a' croire qu'il a de temps a' autre des coups de colere qui lui font perdre la raison. Ce sont certainement durant quelques unes desdits coups de colore qu'il a fait deux coups d'etat. Il a le pouvoir mais il ne sait toujours pas ce qu'il faut en faire.

Les "intellectuels" malhonnetes qui ont applaudi les deux coups d'etat pour occuper des postes strategiques autour d'Abdel Aziz, avaient et ont toujours d'autres agendas qui n'ont rien a' voir avec les interets superieurs du peuple Mauritanien. C'EST BON QU'ON COMMENCE A' LES VIDER!!!!

N'diaga, Ould Deh et Ould Noueguedh sont 1000 fois meilleurs que les mediocres qui empechent notre peuple de respirer depuis 2005.
Tes amateurs et opposants PROFESSIONNELS NE SAVENT PAS GOUVERNER.
Moawiya est le meilleur president que la Mauritanie a connu.
Ehel Noueguedh ont cre'e des milliers d'emplois. Peux-tu nous dire le nombre d'emplois cre'es par tes faux docteurs en economie?
SIDIOCA est tres sage. Vous l'avez convaincu a' accepter le coup d'etat pourque vous puissiez presenter un candidat a' sa place. Ou' se trouvent vos principes?
Ould Deh est tres sages, tres courageux et tres patriote.
Ely etait piege' par le coup d'etat d'Abdel Aziz. Il a sacrifie' l'amitie' pensant qu'il pouvait rester au pouvoir. Il s'est rendu compte que c'etait une erreur. Ceci etant dit, c'est un homme qui connait tres bien tous les grands dossiers nationaux. Je conseillerais qu'on trouve un moyen pour utiliser ses expertises.

PS.

Vous pouvez Cheikhna Ould Nenni et Mohamed Lemine Ould Dadde a' la liste. Les nombreuses attaques de Lakhbar tebgue Vi Dar contre CON (je suis entrain de rire) et l'eleveur de CH...(rire), ont fait que j'ai developpe' une pitie' pour les deux.

J'ai beau rire losque j'ai lu que CON est desormais Directeur de l'AMI.

La pauvre Bilkiss a ete' ecarte' de la Radio. Aux Droits de l'Homme (il faut bien rire), elle peut continuer a' voyager, avoir un salaire de 300 000 UM par mois et defendre les coups d'etat militaires.

ALLEZ LES AMIS WOUHLOU VI CHI MOUHIM!!!!

Je ne vous empeche pas de critiquer les Aiounois et EHEL CHARG en general. Je vous demande tout simplement d'avancer les preuves de ce que vous dites. YOU PUT UP OR YOU SHUT UP!!!

Je ne defends pas Abdel Aziz mais je trouve qu'il faut etre tres ignorant pour s'attaquer a' sa specialite'. Il n'y a absolument rien de mauvais dans etre specialise' dans le domaine de la mecanique. Ce sont les meilleurs eleves Mauritaniens qui sont oriente's vers le lyce'e technique. Ai-je besoin de vous dire le nom et la specialite' de la personne qui a dirige' la revolution polonaise pour instaurer une democratie dans cet ancien pays du bloc communiste?

Ɔopiarpegar a dit…

hatha devrait rappeler de bons souvenirs à certains...saydat eydikoum
________________


Vers la création d’une Coordination des sages des Idawaly du Tagant, de l’Adrar, du Trarza et l’Assaba

A l’instar des femmes Alaouites, (qui se sont engagées à soutenir la politique et le programme du gouvernement du Président Mohamed Ould Abdel Aziz, lors de leur réunion, tenue au début du mois courant, au domicile de Fatimetou Mint Iyaye), les sages de la majorité, ressortissants des villes de Tidjikja, El Ghidia, Moudjeria, Chinguiti, R’kiz, Cankoussa et bien d’autres, se sont donnés rendez-vous à la maison de l’avocat –homme d’affaires Abdou Ould El Hachème.

L’objectif de cette réunion est d’exprimer leur soutien et adhésion au pouvoir actuel sous la direction de Ould Abdel Aziz. Les organisateurs se sont engagés à s’investir pour mener une large campagne de sensibilisation pour défendre les objectifs et orientations de la « Mauritanie Nouvelle ».

Cette Mauritanie qui assure à tous ses citoyens et citoyennes, sans discrimination aucune, les mêmes droits et où sont bannies la faim, la gabegie ainsi que toute autre pratique de mauvaise gestion des biens public et des mœurs

Cette volonté devra se traduire sur le terrain par des campagnes d’information en vue d’une adhésion massive des populations de ces villes à l’UPR. Des caravanes de plus de 60 véhicules se lanceront dés jeudi le 01/04/2010 en direction de l’intérieur sous l’appellation : Caravanes NASR .

Des réunions, meetings et autres manifestations seront également organisés au niveau de chacune de ces villes. Pour inscrire dans la durabilité leur engagement politique, une « Coordination des Sages » sera créée sous la présidence du maitre Abdou Ould Hachème. La participation à cette Coordination est ouverte à tous les sympathisants de la majorité

Cette réunion qui a été tenue le jeudi 25 mars 2010 à partir de 18 h, a vu la participation de plus de 125 sages (hommes d’affaires, hauts cadres, Hommes de presse et de Culture…). en plus du Coordinateur de la campagne d’implantation de l’UPR de la Wilaya du Tagant et son Staf, Monsieur Diallo Daouda.

Ould Mohamed Elmamy
cridem.org

Anonyme a dit…

A-

Je vous conseille de lire un ecrit intitule' " La situation politique et securitaire au nord
Enquetes sur le terrorisme Sahelo-Saharien: Au coeur de l'empire Salafiste" par Adam Thiam du journal Republicain du Mali. Ledit ecrit a ete' publie' par Maliweb ce 2 avril 2010. Il suffit d'aller a' africatime.com . Vous choisirez le Mali. Au niveau de la presse nationale, choisissez maliweb.
J'ai trouve l'article tres interessant.

Anonyme a dit…

Je n'arrive pas à dormir et je suis en train de rire tout seul comme un fou à cause de ce commentaire de lefeilih copiar-pegar
--------------------------

Ɔopiarpegar a dit...
hatha devrait rappeler de bons souvenirs à certains...saydat eydikoum
________________


Vers la création d’une Coordination des sages des Idawaly du Tagant, de l’Adrar, du Trarza et l’Assaba

A l’instar des femmes Alaouites, (qui se sont engagées à soutenir la politique et le programme du gouvernement du Président Mohamed Ould Abdel Aziz, lors de leur réunion, tenue au début du mois courant, au domicile de Fatimetou Mint Iyaye), les sages de la majorité, ressortissants des villes de Tidjikja, El Ghidia, Moudjeria, Chinguiti, R’kiz, Cankoussa et bien d’autres, se sont donnés rendez-vous à la maison de l’avocat –homme d’affaires Abdou Ould El Hachème.

L’objectif de cette réunion est d’exprimer leur soutien et adhésion au pouvoir actuel sous la direction de Ould Abdel Aziz. Les organisateurs se sont engagés à s’investir pour mener une large campagne de sensibilisation pour défendre les objectifs et orientations de la « Mauritanie Nouvelle ».

Cette Mauritanie qui assure à tous ses citoyens et citoyennes, sans discrimination aucune, les mêmes droits et où sont bannies la faim, la gabegie ainsi que toute autre pratique de mauvaise gestion des biens public et des mœurs

Cette volonté devra se traduire sur le terrain par des campagnes d’information en vue d’une adhésion massive des populations de ces villes à l’UPR. Des caravanes de plus de 60 véhicules se lanceront dés jeudi le 01/04/2010 en direction de l’intérieur sous l’appellation : Caravanes NASR .

Des réunions, meetings et autres manifestations seront également organisés au niveau de chacune de ces villes. Pour inscrire dans la durabilité leur engagement politique, une « Coordination des Sages » sera créée sous la présidence du maitre Abdou Ould Hachème. La participation à cette Coordination est ouverte à tous les sympathisants de la majorité

Cette réunion qui a été tenue le jeudi 25 mars 2010 à partir de 18 h, a vu la participation de plus de 125 sages (hommes d’affaires, hauts cadres, Hommes de presse et de Culture…). en plus du Coordinateur de la campagne d’implantation de l’UPR de la Wilaya du Tagant et son Staf, Monsieur Diallo Daouda.

Ould Mohamed Elmamy
cridem.org

Anonyme a dit…

Ano du 2 avril 2010 02:35,

J' ai bien lu l' article d' Adam Thiam et merci. Adam a mal redigé son article, plein de fausses infos, mais avec de petits détails interessants (anecdotes).

Je pense que l' article de Jeremy Keenan dans Rue89 dit mieux la réalité que ce que dit Thiam. Pour ceux qui lisent anglais, il faut chercher et lire les articles de Keenan dans the Review of African Political Economy (ROAPE) et il y en a plusieurs. Mieux pour ceux qui ne se debrouillent qu' en français, il faut lire le Monde Diplomatique de février 2005 sur El Para ou le très riche document de 76 pages de Gèze et Mellah "l'étrange histoire du GSPC" que tu trouveras dans le site Algeria-Watch. Le reste qui s' écrit, c' est khtil moulana owra lehchich. Si vous lisez ces references, il est aisé de savoir qui est derriere AQMI et à quel jeu on joue depuis longtemps.

Keenan, Gèze et Mellah, ce n' est pas du n' importe quoi.

Le lien à Jeremy Keenan en français est ci-dessous:

http://www.rue89.com/2010/02/05/otage-au-mali-pierre-camatte-sera-t-il-sacrifie-136443

A-
====

Ano a dit.

A-

Je vous conseille de lire un ecrit intitule' " La situation politique et securitaire au nord
Enquetes sur le terrorisme Sahelo-Saharien: Au coeur de l'empire Salafiste" par Adam Thiam du journal Republicain du Mali. Ledit ecrit a ete' publie' par Maliweb ce 2 avril 2010. Il suffit d'aller a' africatime.com . Vous choisirez le Mali. Au niveau de la presse nationale, choisissez maliweb.
J'ai trouve l'article tres interessant.

2 avril 2010 02:35

Anonyme a dit…

Quand même assissiné sur "ordre ".

===

NON-LIEU REFUSÉ
La justice française s’acharne sur le diplomate Hasseni
Par : A. OUALI
Lu : (2840 fois)

Inculpé depuis bientôt trois ans, le diplomate algérien vient d'être reconnu étranger à l'assassinat d'Ali Mecili. Le juge d'instruction qui a conclu à son innocence refuse pourtant de lui rendre toute sa liberté. Fût-ce pour cela rendre une décision sans précédent qui contrevient au code de procédure pénale. Au lieu de la relaxe demandée par les avocats de Mohamed-Ziane Hasseni et requise par le procureur de la République, le juge d'instruction a rendu avant-hier une ordonnance de “dé-mise en examen” (ou dés-inculpation), un terme inconnu de la législation française.
Par cette “bidâa”, le juge d'instruction affirme bien que le diplomate n'est pas coupable des charges qui ont été retenues contre lui, mais il refuse de prononcer la relaxe. Il a préféré suivre la partie civile qui a demandé le placement de M. Hasseni sous le statut de “témoin assisté”, au motif que l'affaire est “complexe” et nécessite des investigations en Algérie.
Or, seul le mis en examen peut, au terme du Code de procédure pénale, demander le “déclassement” du statut de mis en examen à celui de témoin assisté. “L'ordonnance du 30 mars 2010 est manifestement contraire aux dispositions du Code de procédure pénale”, ont observé les avocats de M. Hasseni qui ont décidé de faire appel devant la Chambre d'instruction. L'ordonnance du juge d'instruction apparaît à leurs yeux illégitime en droit et fortement contradictoire en fait. L'article 177 du Code de procédure pénale prévoit qu'“en présence de charges insuffisantes contre une personne mise en examen, c'est le non-lieu qui s'impose”. Mais bien plus qu'une insuffisance de charges, c'est bien de leur absence totale qu'il s'agit ici. Depuis son interpellation à Marseille le 14 août 2008, le diplomate s'est plié à toutes les demandes de la justice. Après avoir présenté tous les documents attestant qu'il n'était pas Rachid Hassani qui avait signé un ordre de mission au meurtrier présumé Abdelmalek Amellou, il a accepté les tests ADN, les analyses graphologiques et la confrontation avec son seul accusateur qui, lui, avait refusé de se rendre en France.
Après plusieurs heures de confrontation par visioconférence le 4 juin, l'ex-officier Mohamed Samraoui perdait ses certitudes. “J'ai des doutes”, concluait-il. Et en droit, le doute doit bénéficier au mis en cause. En l'occurrence Mohamed Ziane Hasseni qui, lui, n'en a pas sur son innocence. En refusant de le relaxer, le juge fait de lui l'otage de sa volonté de ne pas fermer un dossier pour l'instant vide de pièces à conviction.

Esseghnass a dit…

lu pour maatala

Révoqué, Birame ould Abeid s'emporte contre tout y compris le rite malékite

Des sources généralement bien informées, indiquent que le nouveau président de la commission nationale des droits de l'Homme, M. Bâ Mariem Koita, vient de licencier Birame o/ Abeidi après son retour d'une tournée qui l'a conduit notamment en Europe et au Sénégal.

Les mêmes sources précisent également que Birame o/ Abeidi se livre ces derniers temps à des sorties intempestives de plus en plus virulentes.

La dernière en date remonte à hier où dans un quartier périphérique de Nouakchott, il a tenu des propos malveillants à l'égard du pouvoir en place, de Ould Maouloud, Ould Bedredinne, de Jemil Ould Mansour, fait appel au soulèvement et surtout tenu un discours blasphématoire, à l’encontre de la religion musulmane notamment du rite malékite lors d’un meeting organisé à l’occasion.

GPS




Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Info source : GPS (Mauritanie)

Esseghnass a dit…

pour maatala

video

Anonyme a dit…

Lu pour Esseghnass,

C'est quoi ça? Azzizzo doit mettre ces gens en taule. Sauf s'il est impliqué dans l'affaire lui aussi. KBG avait vite abandonné comme il avait un parent impliqué en plein dedans. C'est le pays des faceurs. Ould Yali a de beaux jours devant lui pour brouter sa commission.

===


Mauritanie : des doutes sur le projet de raffinerie de pétrole

La société canadienne Winfield Resources tente de faire avancer le projet de raffinerie de pétrole de 3 milliards de dollars en Mauritanie, en dépit des doutes croissants parmi les responsables gouvernementaux sur la possibilité d'obtenir le soutien des investisseurs.

La société de Vancouver a obtenu une licence en 2008 pour construire une raffinerie d'une capacité de traitement de 300 000 barils par jour dans la capitale, Nouakchott.

« Ce n'est pas un secret que Winfield a besoin de partenaires pour financer un projet de cette envergure », a déclaré son porte-parole, Maître Bouna Elhacen.

« La société est en négociations avec plusieurs bailleurs de fonds financiers privés, notamment des banques internationales », a-t-il ajouté.

« Soit Winfield retire sa licence, soit elle révise son projet de raffinerie avec des propositions plus raisonnables et plus réalistes », a déclaré Ahmed Ould Zein, conseiller chargé des affaires juridiques au Ministère de l'énergie.

La Mauritanie dispose, dans la ville portuaire Nouadhibou, d'une raffinerie de 20 000 barils par jour qui fonctionne généralement à moins d'un cinquième de sa capacité.

Source: www.lesafriques.com

maatala a dit…

salam

lu sur taqadoumy : réactions aux limogeage des ministres

"Bonjour tout le monde,

Messieurs personne au monde ne peut nier que le degres d\'intelligence d\'Aziz est en dessous de zero.

Personne aussi ne peut nier que Ould Bedde et Kane sont intellectuels mais est ce que leur niveau suffit a` lui seul pour faire d\'eux des hommes hors paires non.

Messieurs ces deux bons a` rien se sont reveles les plus grands gabegistes de la Mauritanie et pour parvenir a` leurs desseins, ils se sont metamorphoses en laquets fidels a` Aziz et comme on le sait le laquet c\'est comme le torchon, on s\'essuit avec et quand sa salete commence a` apparaitre, on le jete a` la poubelle.

Demandez a` notre honorable intellectuel Kane ou` sont passes les 50 millions de dollars Americains que Sidi avait laisse dans la banque Centrale gouvernee en ce temps par Mr kane.

Seuls lui et Aziz peuvent dire aux Mauritaniens ou` est passee cette somme qui s\'est volatilisee subitement des comptes de la BCM.

En outre demandez au meme Kane pourquoi a` son depart de la banque, il n\' y avait plus de devises et on se rappele en ce temps que l\'Euro dans le marche noire a atteint 1000 um pour un Euro.

Lorsque lui et Aziz ont balaye les trefond de la BCM, ce dernier l\'a envoye a` la SNIM POUR RAMENER SES DEVISES de l\'exterieur apres le refus de son predecesseur de le faire.
Mais arrive a` la SNIM, Kane a bute sur le veto des bailleurs de fond qui ont refuse que leur argent soit dilapide par lui et Aziz et ils ont exige son depart.
Devant donc leur intransigence Aziz a cede et l\'a ramene au Ministere des finance et la` Kane a` arnaque les pauvres fonctinnaires Mauritaniens(cf indemnite de transport).

Et voyant que la grogne commence a` se faire entendre au niveau des centrales syndicales, Aziz a sacrifie son Doungourou alias Ousmane Kane.

Voila les raisons du limogeage de Kane et Kane est tenu maintenant de dire aux Mauritaniens ou est passe leur argent 50 millions de dollars Americain.

Quand a` sa haine, je n\'en sais rien mais du cote racisme bcp en parlent.

-----------------------------------

LE DECRYPTAGE:

- Ousmane Kane fait les frais du complexe de Mohamed Ould Abdelaziz a l'égard des diplômés. Kane en tirera amertume puis sourde révolte. Aziz le fera attendre puis tentera de le caser quelque part. Ce sera trop tard et le mal est deja fait. L'humiliation n'était pas nécessaire.

- Coumba Ba est enlevée de la Fonction Publique ou elle a échoué lamentablement. Aziz ne peut la limoger comme Kane (il le voudrait) parce qu'elle tient trop de secrets sur lui. La création d'un pittoresque et raciste "ministère déléguée des affaires africaines" est une bizarrerie qui sera corrigée rapidement. Naha et Coumba se détestant comme toutes les femmes mauritaniennes et comme la majorité des mauresques et des négro-mauritaniennes, Coumba est donc affiliée a l'incompétent Premier Ministre avec lequel elle s'entend bien (quelques affaires communes). Mais l'échec la aussi est programmé et le vortex de la primature avalera tout cela dans son immense médiocrité.

- Si le nouveau ministre des finances, ex-pétrole, a un infractus (Dieu l'en preserve), sa famille saura a qui en vouloir : Aziz qui l'envoi d'un ministere difficile a un ministere impossible.

- Le fait que l'incompétent PM, la (***) de Maec, l'hypocrite du Maed, le nullisime Mint, la clown de la culture, le voleur des droits de l'homme et les autres aient échappés pour l'instant (ils font la fete depuis hier) demontre la betise, et rien que la betise, de Mohamed Ould Abdelaziz.

Ce dernier quitte le désastre des sept mois pour entamer la catastrophe du premier anniversaire.

Que Dieu accélère sa chute.Ecrit par mohamed (Visiteur)

maatala

maatala a dit…

Salam

Réactions suite:

"Aziz ne peut rien faire de bien tant qu'il n'a pas vidé l'état et l'armée et la police des serviteurs zélés de ould taya. Tant qu'il n'arrive pas à cette conclusion il continuera à tourner en rond et perdra son petit crédit président réformateur. C'est toute une classe de cadres corrompus qui doit revenir à la rue et céder la place à une génération plus propre.

--------------------------------

C'est dommage pour la Mauritanie. Ce remaniement constitue un signe negatif pour tous les cadres qui veulent rentrer pour contribuer au developpement de leur pays. L'avenir de Mr Kane et des siens est plus que largement assure materiellement. C'est par besoins d'estime qu'il est rentrer pays pour contribuer au developpement de son pays. En 6 mois au Ministere des finances, il a contribue a faire croire au mauritaniens qu'ils peuvent s'ensortir en comptant sur eux-meme chacun balait devant sa porte et respecte les autres. La lutte pour la dignite de tous les mauritaniens continue. Vive la MauritanieEcrit par Juste mauritanien (Visiteur)

maatala

Anonyme a dit…

Quel connard ! A quoi sert un secretariat de l'UMA quand rien ne va et on ne sait pas lequel des pays membre de ce machin nous fourgue des salafistes et des prises d'otages. Meskina la mauritanie. Général vladimir enta vem? Est-ce que la peine de mort par pendaison des parties d'en bas est légale chez nous?

A-


===

Pourquoi le secretariat d'Etat chargé de l'UMA a t il été "enfoui "dans celui des Affaires Africaines?

A chaque fois que l'on croit l'entourage du Président au sommet de son emprise bureaucratique sur les decisions présidentielles pour les adapter à ses desseins multiples et variés, nous sommes surpris de voir des réactions inattendues de Ould Abdel Aziz qui viennent rappeler à cet entourage envahissant qu'il ne perd pas de vue sa vision primaire de réaliser la plénitude du citoyen mauritanien arabe et africain.

Quand des milieux profitent d'une fête de l'usage de la langue arabe en Mauritanie ,suivi d'ailleurs de la fête de la francophonie dans notre pays, pour y voir une tentative d'exclusion d'une partie de la population mauritanienne, Ould Abdel Aziz, nous surprend en supprimant le secretariat d'Etat du Maghreb Arabe et la création en lieu place du secretariat d'Etat chargé des Affaires Africaines.

A ce moment precis où le débat s'engage spontanément sur l'identité nationale mauritanienne ,sujet sensible s'il en ait, il annonce la libération très prochaine des ondes dans le pays.



Ould Abdel Aziz veut bousculer tous les tabous dans un climat serein et responsable. Est ce que les politiques mauritaniens seront à la hauteur des responsabilités qui soutendent la mise en oeuvre de ce nouveau pan de la liberté d'expression, première manifestation de l'exercice démocratique et élement fondamental des droits humains?





"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.










Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : egaleur

Anonyme a dit…

Le bio du nouvel ministes des finances. A-

Biographie
Nom et Prénom:Ahmed OULD MOULAY AHMED
Né en 1966 à Chinguitty




FORMATION:

1. Troisième Cycle en Finances Publiques - Fiscalité (mars 1996 Université Mohamed V - Maroc) ;
2. Deuxième Certificat d’Etudes Supérieures en finances Publiques (août 1992 ; Université Mohamed V - Maroc).
3. Premier Certificat d’Etudes Supérieures en Sciences Politiques ; (Août 1991, Université Mohamed V - Maroc),
4. Maîtrise de droit public ; Juin 1989, Université Mohamed V - Maroc.
5. DEUG en droit ; Juin 1987, Université Mohamed V - Maroc.
6. Baccalauréat lettres modernes 1985.

Expérience PROFESSIONNELLE:

1. Novembre 2008- Août 2009 : Directeur la Caisse Nationale d’Assurance Maladie ;
2. Juin 2007- Octobre 2008 : Président de la Commission Centrale des Marchés, Conseiller du Premier Ministre ;
3. Depuis novembre 2006, Président Directeur Général du Bureau Mauritanien d’Etudes et de Conseil (BUMEC) ;
4. Août 2004 – novembre 2006, Directeur des Services Administratifs de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM) ;
5. février 2001 - juillet 2004, Directeur Général du Bureau Mauritanien d’Etudes et de Conseil ;
6. Juin 1998 – janvier 2001 : Directeur Administratif et Financier à Air Mauritanie ;

1. Mai 1996 – juin 1998 : Directeur du Contrôle de Gestion et de l’Audit Interne à Air Mauritanie ;
2. Mai 1993 – mai 1996 : Cadre à la Banque Centrale de Mauritanie ;
3. Novembre 1992 – mai 1997 : Vacataire chargé de cours à la faculté de droit de Nouakchott et à l’ENA.

Langues :Arabe ; Français et Anglais.

Anonyme a dit…

merci amigo,
l'affaire winfield mouchkila apparement c un melange explosif ya3tina ew yati l'azzizzo de maatala el3avia

un big merci emmolli pour l'ano de l'autre jour 30 mars 2010 12:07; relisez le doc: http://www.journaltahalil.com/pdfArticles/Chroniquesdelarupture.pdf

Esseghnas

Anonyme a dit…

Merci Essghnass pour ce travail de l'ancien ministre qui semble lier Islam et etat de droit, ce qui est a demontrer. On lira et on fera des commentaires. Musulman laic enta vem? A-

Anonyme a dit…

Lu pour musulman laic,

Tu as vu les arguments contre Birame? Avec ces arguments, Birame a toujours raison. Que d' idiots dans ce bled!. A-
===

Arrêtez ce voyou…

Biram ould Abeidy, cet activiste médiatisé, trop médiatisé… est en train de semer la zizanie au sein de notre paisible société. Il est vrai qu’en Mauritanie, il y a beaucoup d’injustice et d’oppression pratiquées contre nos frères « haratines », pulars, wolofs et même certaines couches faibles de Beydanes…

Mais est-ce une raison de s’attaquer aux pactes fondateurs de notre société, notamment la doctrine « maliqite » qui a été cette fois-ci la cible de ce voyou.

Biram, Il professe, dans son dernier discours dans la mouqata’a de Riyad, que : « al fiqh el maliqi : la jurisprudence maliqite, représente la base arrière à la quelle se réfugient les maîtres pour rabaisser les esclaves, afin de satisfaire à leurs détestable désirs… » Fin de citation. Et là, je tiens à clarifier aux lecteurs les points suivant :

1) La doctrine malikite est la doctrine la plus reconnue et la plus célèbre partout dans le monde islamique, son fondateur est Malik ibn Eness né en l’an 90 après l’émigration du prophète Mahomet en Médine.

2) Ni la doctrine maliqite, ni aucune autre doctrine islamique, n’a jamais prêché ou encouragé l’esclavage, bien au contraire toutes les écoles et doctrines en islam insistent sur la libération de l’ « âme croyante ». Dans ce contexte, il faut rappeler que le coran, dans plusieurs passages exige de franchir un esclave contre le moindre pêché commis par le maître.

A titre d’exemple, quand un homme assimile, pour une raison ou une autre, le dos de sa femme à celui de sa mère, sa sœur ou autre femme mahram , il doit, dans ce cas expier ce pêcher, en affranchissant un esclave : « Ceux qui comparent leurs dos au dos de leurs mères , puis reviennent sur ce qu’ils ont dit , doivent affranchir un esclave avant d’avoir aucun contact conjugal avec leur femme » , verset 3 de la sourate Al moujadalah : « la discussion »

3) Et quant il s’agit d’un homicide voici la sentence proposée par le coran : « Il n’appartient pas à un croyant de tuer un autre croyant, si ce n’est par erreur. Quiconque tue par erreur un croyant , qu’il affranchisse alors un esclave croyant et remette à sa famille le prix du sang ( Eddiya), à moins que celle-ci n’y renonce par charité. Mais si (le tué) appartenait à un peuple ennemi à vous et qu’il soit croyant, qu’on affranchisse alors un esclave croyant.

S’il appartenait à un peuple auquel vous êtes liés par un pacte, qu’on verse alors à sa famille le prix du sang et qu’on affranchisse un esclave croyant » Verset 92 de la sourate des femmes (Ennissa). Il est à remarquer que dans ce seul verset, le mot « affranchir un esclave » a été cité trois fois… Ce qui signifie l’importance accordée par le coran à la liberté et à la dignité humaine.

Le verset parle d’un cas bien précis : celui d’un homicide involontaire, c'est-à-dire que l’islam considère que la libération d’un homme ou une femme est équivalente à une nouvelle vie qui remplacera celle qui vient de disparaitre par homicide…


Voilà, en partie, la conception de l’islam aux droits des haratines que défend ce Biram… Notre patrie n’a pas besoin d’autres déchirures ; il y en a déjà suffisamment….

En fin, OUI pour la défense de droits des opprimés, oui pour la libération de tous les esclaves en Mauritanie. Mais DEFENSE DE TOUCHER à NOS VALEURS FONDAMENTALES et D’INSULTER NOS SAVANTS.




"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.









Toute reprise d'article ou extrait d'ar

maatala a dit…

Salam

Je lu le CV du nouveau ministre des finances

Je trouve cette partie du CV intéressante:

Langues :Arabe ; Français et Anglais.

-------------------------------

En 2010 tout mauritanien se doit de maîtriser ces trois langues, tout le reste n'est que facteur d'exclusion dit le fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

Eéaction a l'article:

"Arrêtez ce voyou… Biram"

Rédigé par officieusement, samedi, 03-04-10 09:15 Où avez vous vu une paisible société????


Ce qui vous mets dans cet état, c'est le fait de voire un mouvement fort ébranler vos privilèges, votre impunité, votre société esclavagiste raciste discriminatoire, hypocrite, ségrégationniste.

Défense de toucher vos valeurs fondamentale vous dite? Et à vos savants... Si ce sont ces hypocrites aux barbes kilométriques qui sont vos savants allez bruler en enfer Monsieur. Parce que ces barbus sont des hypocrites qui au lieu de se soucier des souffrances de leurs frères sur leur terre, préfèrent appeler à manifester contre l'interdiction de minaret en Suisse ou pour soutenir le dictateur sanguinaire Oumar El Bashir!


Vos savant comme vous les appelez ne se sont jamais solidarisé des mauritaniens victimes d'exécution extrajudiciaires encore moins des mauritaniens déportés ou des mauritaniens victimes de l'esclavage. Et bien dites nous pour quoi?

En tout cas, le jour où vous toucherez à Biram, ne serait ce que le toucher ce sera la fin prématurée de votre dominations qui je dois vous le rappeler est entrain de toucher sa fin!!!!

------------------------------

Arrêter ce voyou........ et il y aura du sport comme semble dire l'ano.

Gare au pompiers pyromane dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur taqadoumy

"K. Touré à Al Watan : "Le pouvoir encourage les conflits interethniques entre Noirs et Arabes"
21-03-2010
Dans une interview accordée au quotidien algérien Al Watan, le Porte-parole des Forces de libération africaines de Mauritanie (FLAM) Kaaw Mouhamadou Touré dénonce les "propos irresponsables et ethnofascistes de l’actuel Premier ministre" Moulaye Ould Mohamed Lagdhaf. Pour Touré, ces "propos qui nous rappellent le discours du despote déchu Maouya Ould Sid’Ahmed Taya".

Les FLAM fêtent leur 27e anniversaire. Un triste événement qui marque de longues années d’exil et de résistance.

Al Watan : Depuis un mois vous dénoncez de manière plus virulente l’esclavage pratiqué dans votre pays…

K. Touré : L’esclavage est, malheureusement, une réalité et dans les mentalités de la plupart des Mauritaniens. L’administration, hélas, hésite à le combattre, elle n’a d’ailleurs jamais œuvré réellement pour son éradication. Des mesures juridiques rigoureuses et fermes n’ont jamais été prises contre les tenants de cette pratique. Il est impensable et inacceptable qu’au XXIe siècle, des hommes puissent être considérés comme des bêtes de somme.

Les dernières élections demeurent-elles une controverse en Mauritanie ?

Elles ont été plus ou moins acceptées par les différents candidats même s’il y a eu des doutes sur leur transparence. Aziz est maintenant le président de fait et nous avons admis comme tout le monde son élection. L’essentiel réside dans la résolution de la question nationale et sociale en Mauritanie, c’est-à-dire le combat contre le racisme d´Etat et l´esclavage dans notre pays.

Où sentez-vous le plus l’émergence du conflit Noirs et Arabes ?

maatala a dit…

Il n’y a pas de conflit Noirs-Arabes. Mais depuis l’indépendance, des politiques à caractère racistes et assimilationnistes tendent à gommer l’identité négro-africaine de la Mauritanie, créant ainsi un problème de coexistence. Le pouvoir cherche à diviser le peuple en exacerbant les préjugés interethniques via une politique volontairement et exclusivement panarabiste. La question est, depuis deux semaines, encore à la une de la presse mauritanienne, dans la rue, dans les salons et les forums mauritaniens du fait des propos irresponsables et ethnofascistes de l’actuel Premier ministre, propos qui nous rappellent le discours du despote déchu Maouya Ould Sid’Ahmed Taya.

Cette période est pourtant terminée…

On croyait cette tentative d’oppression culturelle finie, mais, hélas, les démons du panarabisme ravageur et ethnogénocidaire sont de retour avec la complicité des médias d’Etat où la composante négro-mauritanienne est quasi absente. Les déportés qui sont rentrés et qui réclament leurs terres de culture sont arrêtés et emprisonnés sans autre forme de procès et l’expropriation des terres des paysans négro-mauritaniens continue de plus belle. Le dossier du passif humanitaire (assassinats de plus de 600 cadres civils et militaires négro-africains) est tombé dans l’oubli, et comble de provocation, les tortionnaires notoires sont promus, pour dit-on assurer la sécurité du pays. On assiste à un glissement vers un retour au parti-Etat et au monopole des médias d’Etat. Les menaces contre l’opposition sont devenues monnaie courante. L’espoir qu’avait suscité l’élection du général auprès de certaines couches défavorisées est en train de se dissiper.

Est-ce que la Mauritanie doit se rapprocher du Maghreb ou de l’Afrique ?

A ma connaissance, le Maghreb n’est pas un continent mais une région de l´Afrique. Pour nous la Mauritanie doit se tenir à équidistance entre le monde arabe et le monde négro-africain, sans quoi les proclamations tant de fois répétées de « trait d’union » ne seraient que vains mots. Nous avons toujours regretté de voir les autorités mauritaniennes se détourner de l’Afrique noire, ignorant de ce fait que le caractère arabo-berbère et négro-africain du pays leur imposait un équilibre entre les mondes arabe et négro-africain. Les propos irresponsables du Premier ministre tendent justement à l’éloigner davantage de cet équilibre indispensable.


Par Faten Hayed


© Al Watan (Algérie) - Mars 2010

maatala

Anonyme a dit…

Maata

Vous direz a' Kaw Toure' que "JE N'AIME PAS Ould Taya" ne peut jamais etre un programme politique.
La Mauritanie est Maghrebine et le Maghreb est Africain. What else do you want?

Le Premier Ministre Moulay Ould Mohamed Laghdaf et la Ministre de la Culture Cisse' Mint Cheikh Ould Boyda ne sont pas racistes. Vous faites tout pour les diaboliser parce que vous avez une haine contre Ehel Chargue. Bien avant la declaration du premier ministre (declaration qui n'est point raciste),on a vu des ecrits qui sont contre le fait que le premier ministre soit toujours du Chargue. Tout indique que vous avez oublie' que Moawiya et Haidallah avaient occupe' le poste de premier ministre et ils sont tous deux du nord. Yahya Ould Waghef aussi etait premier ministre et il est du Tagant. Sidi Mohamed Ould Boucar qui a egalement occupe' le meme poste est du Brakna (GUIBLA).
Votre haine est contre le Chargue. Vous avez tout fait pour detruire les relations entre le Mali et la Mauritanie. Votre plan est bien connu. L'un de vos buts etait de faire de Kane Ousman Premier Ministre. Franchement je n'ai rien contre lui. Je dirai tout simplement qu'il est comme tous les autres criminels qui travaillent pour les institutions financieres internationales et qui ont detruit nos pays. Sa fidelite'est pour les institutions financieres criminelles et non pour la Mauritanie. Brother Kane Ousman, don't hold it against me but you know deep down how these financial institutions are destroying poor countries. As far as I am concerned, you all are nothing but criminals and experts in debt collection.

Je vais quitter avant de me facher. A chaque fois que je vois "il veut faire revenir les amis de Taya", je me demande ce qui se passe dans certaines tetes. Certaines personnes ne savent toujours pas qu'Abdel Aziz est ce qu'il est a' cause d'Ould Taya.

Allez les amis! Les marmites familiales sont toujours vides.

Je conseille vivement a' ce qu'on rattache les affaires Africaines au MAEC.

Esseghnass a dit…

pour maatala

Kane Ousmane était « mécaniquement » incompétent

maatala a dit…

Salam

Mersci Essghenass

Lu pour vous sur le blog du prof

"
Le mécano et le polytechnicien

Lorsqu’ un mécanicien auto de tuc-tuc militaire qualifie un polytechnicien d’incompétent sur des dossiers financiers, quelles conclusions en tirer ? Où il s’agit d’une comédie de boulevard, ou d’une tragédie humaine. Quand un tel acte se joue au sommet de l’Etat, c’est une comédie tragique pour la crédibilité et la gestion de l’Etat.

Il est probable que Aziz ayant confondu « mines » antipersonnel et Ecole des mines a maintenu Kane Ousmane dans son giron.

Mais Kane Ousmane, est probablement pour quelque chose dans ce qui lui arrive. Non pas qu’il soit incompétent ou malhonnête. L’homme ne figure pas dans ce profil loin de là. Mais simplement en acceptant de figurer si longtemps dans le giron et dans le gouvernement d’un président putschiste légalisé, il cautionnait la dérive du pouvoir et de son inconséquence. Il vient d’en tirer les leçons et c’est tant mieux. Mieux vaut tard que jamais.

Le mécanicien-général-président-putschiste-légalisé, continuera longtemps à faire tourner son gouvernement-moteur à explosion (économique et sociale), tant qu’il trouve des pièces détachées dans l’intelligentsia mauritanienne pour crédibiliser sa mécanique du pouvoir. Kane Ousmane en fut une. S’il ne prend garde, il sera nommé ailleurs. A moins qu’il n’ait pris conscience qu’il est l’homme qu’il fallait, à la place où il ne devait pas être.

Le système est ainsi fait, depuis la « révolution à reculons» des mœurs et des valeurs en Mauritanie, que l’homme est instrumentalisé tant qu'il peut servir les bas intérêts des dirigeants, au nom d’une classe, d’un clan, d’une ethnie ou d’une tribu, puis il est rejeté s’il n’est pas spolié de ses biens ou piétiné .

maatala a dit…

Le cas de Kane Ousmane, grand commis de l’Etat, a été l’exemple même de ce qui peut advenir aux intellectuels mauritaniens qui par amour de leur pays, renoncent à des privilèges acquis dans des organisations internationales prestigieuses pour venir joindre leurs efforts à son développement. Mais c’était sans compter sur la nature même du pouvoir en Mauritanie, qui n’est pas là pour servir le pays, mais pour aider des hommes à se servir. Et dans cette logique, il est dérisoire de croire que tout individu, quel que soit son niveau intellectuel, technique ou scientifique y est le bienvenu.

Alors , quelles leçons peut-on en tirer pour l’intelligentsia mauritanienne ?

La première leçons, malgré tout , ce n’est pas de renoncer à aider son pays et à œuvrer en tout point du globe à son rayonnement . En effet, si nous devions faire des statistiques de la valeur ajoutée quantitative et qualitative de l’apport au pays, de l’intelligentsia mauritanienne à l’étranger, on se rendra donc qu’elle dépasse de loin et de très loin toute la gesticulation des trois quarts de l’administration publique mauritanienne.

La diaspora mauritanienne a une forte présence dans les grandes instances internationales et exerce au sein d’administrations et d’entreprises publiques et privées de nombre pays amis et frères et du reste du monde. L’image qu’elle donne du pays a précédé et continue à précéder les médiocres performances de notre administration des affaires étrangères.

La seconde leçon, c’est de ne pas se fermer au dialogue constructif sans pourtant devenir un suppôt du système et céder aux sirènes de l’assimilation à la mauvaise conscience. Savoir dire et redire sans relâche, sur tous les fronts et tous les medias, ce que l’on pense juste et profitable pour le pays.

Enfin, troisième leçon, ne pas renoncer à aider quantitativement (dons, projets, aides, bourses etc.) et qualitativement (expertise, formation, appui scientifique etc.) le pays. Car la Mauritanie n’appartient pas à une personne mais à tous ses enfants. Et il ne faudrait pas que la cavalcade malsaine du politique mauritanien, rebute notre intelligentsia de participer économiquement et financièrement au développement du pays. Les dirigeants, comme leurs actes et leurs discours sont éphémères. La Mauritanie reste.

Pr ELY Mustapha

Publié par Pr ELY Mustapha

maatala

maatala a dit…

Salam

Couly Le HARKI

En tant qu'espion de la Tayie tu as été programmé dans l'unique but de répondre au FLAM.

De grâce, fais toi même tes commissions.

Je ne suis pas ton télégraphiste dit le fou

matala

maatala a dit…

Salam

Couly le HARKI

Médite cette phrase du prof Ely ( celui qui nous aide à mourir moins idiots que nous sommes).

Cette phrase résume à elle seule la TAYIE

"Le système est ainsi fait, depuis la « révolution à reculons» des mœurs et des valeurs en Mauritanie, que l’homme est instrumentalisé tant qu'il peut servir les bas intérêts des dirigeants, au nom d’une classe, d’un clan, d’une ethnie ou d’une tribu, puis il est rejeté s’il n’est pas spolié de ses biens ou piétiné .

Nous somme à l'heure du bilan, en attendant que le mécano de Louga ne nous mène tout droit dans le mur.

Biram aurait pu dire:

Ce pays de merdeux , prétentieux, arrogants et incultes c'est n'est rien que du "tu me niques ".

La meilleur c'est que se sont les enculés qui payent la vaseline dit le fou

maatala

Ps: désolé mais cela fait du bien de le dire

maatala a dit…

salam

lu sur cridem

La fièvre de l'exclusion mutuelle par la langue est elle guérissable en Mauritanie ?

Le mauritanien moyen qui représente la majorité silencieuse de ce pays ne se retrouve pas encore dans cette fièvre d'exclusion mutuelle par la langue que semble promouvoir des milieux "nationalistes" de part et d'autre dans un décor de déjà vu qui tire sans nul doute sa source peut être lointaine dans les manipulations d'antan.

Mais à y voir plus clair,que vaut cette reforme provisoire instaurée en 1979 qui donnait le choix aux négro-mauritaniens entre la langue française et la langue arabe pour leur scolarisation et imposait de fait aux maures la langue arabe, créant une évolution parallèle de générations entières de mauritaniens durant vingt ans, c'est la durée de la reforme provisoire ?

Nous sommes adeptes de solutions simples voire simplistes et nous nous complaisons dans les compromis provisoires qui deviennent définitifs. Notre responsabilité est entière dans la mise en oeuvre de solutions qui n'en sont pas unes.



Pourquoi, notre système educatif n'impose pas un bilinguisme actif et intégral au lieu de vouloir se cantanner dans une position d'équilibriste éternel? Notre système educatif a tangué aux grés des vagues de la matérialocratie jusqu'en perdre sa substance.

Il a crée une segmentation linguistique qui fait son petit bonhomme de chemin entretenue par une indifférence due à l'insouciance que procure l'abondance relative des moyens de subsistance et surtout ce rêve de réussite économique réputé à la portée de quiconque dans un système libéral ouvert. Pourquoi, c'est seulement en ce moment precis que l'on songe à faire etat de ses preferénces linguistiques alors que la reforme définitive a été scellée en 1999 puis réactualisée quelques années après sans le moindre commentaire de qui que ce soit ?

Ce sont autant de questions qui nous laissent perplexes sur les vrais intentions des pourvoyeurs de ces déclarations extrêmes de part et d'autres en ce moment précis de l'évolution de notre pays. Le retrait du parapluie "israelien" que d'aucuns disent déterminant en la matière, serait il une cause profonde de cette fronde linguistique et émancipationniste à grandes échelles.

Rien ne peut être exclu,ni moins les allégeances solennelles au dernier dépositaire de l'unité arabe sacrée de partis de la majorité et de l'opposition mauritanienne au grand dam de la souveraineté nationale, sans que cela ne puisse émouvoir quelque peu les pouvoirs publics. C'est dire que l'annonce de l'organisation des Etats Généraux de l'education peut, elle aussi, avoir son effet de boule de neige interne et externe.

Dans toutes ses tentatives de cerner les réelles motivations des commanditaires de ces tranchées linguistiques et "émancipationnistes" légitimes tout le temps, nous n'avons pas pu énoncer une seule raison objective pour le choix du Timing sinon la dégradation de la situation économique de masses habituées à des trains de vie somptueux qui ne leur laissaient point le moindre temps pour se préoccuper des choix éducatifs ou "émancipationnels".

Les mauritaniens excellent dans l'art du mélange des genres pourvu que celà puisse rapporter le temps d'une traversée circonstancielle d'une dèche minime soit elle et qu'advienne que pourra !

Info source : fureteur

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Droits de l’Homme : Les dérives racistes de l’Ira !

Nous étions probablement peu nombreux à se féliciter, au lendemain de son annonce, de l’arrivée sur la scène des droits de l’Homme, d’une nouvelle organisation appelée l’Initiative (Ira). Nous conjurions le scepticisme, alors opposé, par la prise en charge de l’organisation par un jeune homme présenté comme un véritable militant des droits de l’Homme.

Mais notre désenchantement est aujourd’hui trop grand pour continuer d’observer le silence face à ce qui parait comme un racisme patent contre une communauté, doublé d’une croisade contre notre sainte religion l’Islam et sa manifestation à travers notre rite malékite.

Mais quelle réaction des militants des droits de l’Homme face aux dérives racistes du président de l’Ira ? Faut-il craindre que Biram dise tout haut ce que certains membres du Fonadh pensent tout bas? Pourquoi ce silence assourdissant face au racisme affiché par Biram contre la communauté maure?



Je me rends à l’évidence que l’ambition du jeune «militant » s’est muée en activisme chevronné pour stigmatiser une partie juste pour la différence de sa couleur de peau. Et c’est cela le racisme la définition même du racisme que birame oud abeid disait combattre. Il en est diamétralement opposé aujourd’hui.

Le parcours récent de l’individu trahit sa propre quête d’une affirmation politique qu’il croit aujourd’hui asseoir en radicalisant son discours. Je commence à comprendre son cheminement tortueux et son discours contradictoire.

De son soutien à ZZ, nommé premier ministre par Sidioca, à ses accointances actuelles avec les Flam, la création de l’Ira semble avoir misé expressément sur pied pour servir ses desseins politiques inassouvis et matériels insatiables.

Je vois aujourd’hui l’Ira, comme on nous avait mis en garde, comme une tentative de biram de s’affranchir de ses ainés qui sans verser dans le racisme ont porté haut la cause des esclaves dans ce pays.

Info source : majliss

---------------------------------

Biram s'insurge contre le clergé qui justifie l'esclavagisme et le voila pris pour un hérétique.

Ils attendent quoi pour prononcer la Fatwa de sa mise à mort dit le Fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Noueigheidh construira un nouvel immeuble pour la BNM

Le ministre du commerce, de l'artisanat et du tourisme, M. Bamba Ould Dermane a supervisé mercredi à Nouakchott la pose de la première pierre du nouveau siège de la Banque Nationale de Mauritanie (BNM).

Le directeur général de la banque, M. Mohamed Ould Noueighedh a, à cette occasion, souligné l'importance de la construction de cette infrastructure composée de huit étages dont les répercussions seront d'un grand apport en terme de lutte contre le chômage et la pauvreté.

Il a ajouté que les services de cette institution couvrirons plusieurs domaines économiques dont la pêche et l'agriculture entre autres. La cérémonie d'inauguration s'est déroulée en présence du gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie, des représentants des missions diplomatiques accréditées à Nouakchott, de plusieurs opérateurs économiques nationaux ainsi que d'importantes personnalités.

Info source : Agence Mauritanienne d'Information

---------------------------------

Les retrouvailles de la SMALA

Âpres nous l'avoir joué " le temps du massacre", il nous l'a joue Cosa Nostra.

Tout y est : les commerçants et les banquiers véreux, les politiciens tordus et le tout sous la bénédiction du grand chamane DEDEW.

On croit rêver en voyant la photo, mais malheureusement ce n'est que du encore et encore une énième manifestation du "tu me niques" dit le fou.

maatala (inconsolable devant tant d'hypocrisie)

maatala a dit…

salam

Dans la serie : vidange du Mécano

Kane ousmane

La raison du départ de Kane serait la mésentente entre lui est l'incolore et L'indolore pompier pyromane lagdaf.

Ce dernier souffrirait de la compétence avéré de Kane qui laisse apparaitre son abyssale médiocrité (lagdaf).

L'arbitrage du mécano se serait fait à l'avantage du médiocre.

Confirmant ainsi l'adage: "entre médiocres on se comprend"

Dommage pour la Mauritanie qui perd un cadre de haut niveau et qui n'a plus rien à prouver et dont le seul défaut et son ego sur-dimensionné.

Ce n'est le conseil de ministre mais celui de la réunion des cancres, car Kane était le seul a avoir une crédibilité aux yeux des institutions internationales.

Ces derniers ayant débloquer les sous, il devient un produit jetable, inutile et nuisible dans la mesure ou l'impétrant dirait comment utiliser cet l'argent.

En somme il avait besoin de lui pour faire venir l'argent dans les caisses , mais pas pour leur dire comment le dépenser, car pour cela , ils ont un savoir faire ancestral et des Damitudes voraces (Mint Tolba, l'épouse de Ely, la maréchale et autres " fashion victims").

---------------------------------

Ba Comba

le rôle de marionnette du mécano lui va comme un gant, car accepter le sous poste inouï et ubuesque qu'on ne retrouve nul part ailleurs semble ravir à cette princesse de la médiocratie.

Ministre déléguée aux affaires africaines (SKY MA YOU HASALE..)

Question du fou.........

Cette attribution lui donne-t-elle compétence sur l'espace maghrébin qui jusqu'à ce jour est situé géographiquement en afrique.

Question au mécano:

Le maghreb fait-il partie de l'afrique

Le Mécano de Louga est en train de nous refaire le remake de taya.

Il oublie seulement que les mauritaniens préféreront toujours l'original à la copie dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Bravo Maatala et pas de carton rouge pour dire qu'on est niqué sur toute la ligne par cette association de mafiosis. J'ai envie de leur dedier la chanson nique ta mère. Qu'est ce qui arrive à azzizzo? Il cherche à tuer Ould Taya avec une crise cardiaque, walla?

Je ne siggne pas cette fois-ci.

===
Maatala a dit:


On croit rêver en voyant la photo, mais malheureusement ce n'est que du encore et encore une énième manifestation du "tu me niques" dit le fou.

Anonyme a dit…

Maata:

La photo est jolie!!!
Ta haine t'empeche de voir les nombreux boulots qui seront cree's par cette construction du siege de la BNM. Ould Dedew est un religieux qui a joue' un important role dans la reconciliation entre Abdel Aziz et les hommes d'affaires qui sont les vrais moteurs economiques de notre pays.

Pouvez-vous nous donner les statisques a' propos des boulots cre'es par vos experts en economie?

Maata, MAWVALAKE, tu sais qu'on n'insulte pas ici. Pouquoi s'acharner contre la pauvre Coumba?

PS.

Savez-vous que Kane Ousmane est plus VILAIN que le general Hady? Je n'ai jamais vu un Halpular vailain comme KO.(rire)

maatala a dit…

Salam

Couly le harky

Pour une fois on est d'accord sur Kane ousmane......on ne peut pas tout avoir........C'est vraiment Alain DELOIN.............

Quand à tes capitaines d'industrie, dans un pays civilisé, comme les States (lol), ils se seraient retrouvés au GNOUFS pour plusieurs vies..............

Je comprends toujours pas pourquoi des innocents acceptent de rembourser, ce qu'ils ne doivent pas.

Cette photo, je l'a dédie au cocus de l'opposition ( Daddah ente vem).

Quand aux emplois créés, puisque tu as l'air de savoir le role économique de ces pirates, éclaire nous sur le nombre d'emplois qu'ils ont crées en déduisant de ce nombre toute la pârentéle tribale et alliances (les maris des cousines , des niéces, des filles , des tantes .....)

Pendant que tu y es aussi comboien d'emplois auriont nous créer avec l'argent piqué par la Tayie.....

Pour ta gouverne , je ne suis pas comptable des faits et actes des gouvernants successifs que tu connais pour etre leur férvent serviteurs et laudateur.

DOUM SEMOROM DIT LE FOU

maatala

Anonyme a dit…

entre nous mauritanien en nous regardant devant une glace, nous savons que Birane Ould Abeid dit la vérité concernant le imams et cadis qui sont les garant de la tradition esclavagiste .
Pendant les événements de 89 mis à part Boudah Yarahmou, aucun Imam ne l'a ouvert.

Anonyme a dit…

Thé ou café chez LM

Régulièrement , quelques anonymes de canalh se retrouvent d’abord pour mettre un visage sur des commentaires puis pour entretenir une sympathie partagée. On ne remerciera jamais assez canalh de nous avoir permis de rencontrer des gens formidables qui ne se seraient jamais rencontrés autrement.

Aujourd’hui, j’ai eu la grande surprise : j’ai entendu maata ! Et tous ceux qui étaient là aujourd’hui aussi. Je dis bien surprise car j’étais persuadé que maata n’existait pas ! Je suis bien désolé de l’avouer mais j’étais persuadé que maata c’était L.M !

Eh oui ! je ne pouvais imaginer que L.M soit l’unique bloggueur au monde quasiment absent de son blog surtout occupé par maata ! un maata invisible et si présent ! J’étais donc persuadé que maata c’était L.M. Je trouvais cela bien amusant !

Hélas non ! maata n’est pas L.M. maata pour ceux qui le lisent c’est quelqu’un d’extraordinaire aussi. Comme d’ailleurs tous ceux qui interviennent ici, c’est impossible de les imaginer dans le monde réel à partir de leurs commentaires. Je dis bien impossible !

Maata et ses écrits un peu secs malgré un humour apprécié ne vaut pas la voix de maata et son rire ! Sa voix rocailleuse et railleuse est inimaginable ! C’est un farceur fini ! comme tous les autres.

Sanhaji, est un personnage aussi extraordinaire ! quand on le lit , il paraît aussi un peu sec, aigri mais faut le connaître, entendre son rire, il rit de tout d’un rire franc et joyeux et débat en mettant de l’huile sur le feu et défendant l’indéfendable pour le plaisir !

Savez-vous que bebe ba, je l’ai rencontrée un jour par hasard au C.C.F, avec une de ses lectures ! eh oui ! pendant que certains téléchargent des films, elle , elle télécharge la mythologie grecque par entier épisode.

L’A.P est le symbole même du type bien, rangé amoureux fou de littérature, ancien arabisant, il a lu presque toute la bibliothèque du C.C.F sans parler du reste.
Lambda que je viens de découvrir n’échappe pas à la règle de ces gens de canalh, formidable et sain surtout

Même ablaye, j’ai pu le rencontrer grâce à L.M, ablaye c’est aussi un personnage serein d’une rare politesse, fin , cultivé sans être pédant, espiègle et engagé à sa façon hors du temps, mais il n’était pas là cette fois

Je ne vous dis rien de L.M qui nous a reçu avec l’adorable madame mais pour tout dire : qui à part L.M peut laisser un tel blog en activité en étant en mauritanie alors que même taqadoumy filtre !

A sa place , je n’oserais pas

Merci à canalh de m’avoir permis de rencontrer tous ces personnages incroyables par la diversité de leur personnalité et qui jamais ne se seraient rencontrés sans L.M et canalh. Merci.

L.M ou maata pouvez-vous mettre ceci en blog

Ciao ciao

P .S une pensée à couli, qui me fait bien rire malgré sa démagogie et sa faculté incroyable à aimer sincèrement quiconque tient le pouvoir, sans doute un défaut d’anonymat car que dirait-il s’il était anonyme ? peut-être la même chose tellement on ne se refait pas ou si peu…

Une pensée aux autres qu’on espère rencontrer un jour : A-, B.L, A+, bilquis, m’ballal, titan, citoyenne ect car on imagine mal qu’ils ne soient pas aussi extraordinaires que les autres.

Moralité : la mauritanie est un pays extraordinaire tombé pendant trop longtemps entre les mains de gens ordinaires qui ont un pouvoir extraordinaire, pourvu que le changement ne soit pas ordinaire et qu’il rende aux pays sa face extraordinaire…

Sanhaji lui-même avoue que Aziz commence à lui plaire !
Est-ce juste parce que les soutiens du mouvement rectificatif sont sur le carreau ou est-ce parce que Aziz veut le bien du pays

Demandez-le à sanhaji, je lui laisse le dernier mot !

maatala a dit…

Salam

L'ami

Notre grand Chamane Dedew inaugurant le futur siège d'une banque de tenardiers qui fait du RIBBA ( taux d'interet à 30 %) est tout simplement une honte et une vaste hypocrisie digne de notre société du MASLAHA et de l'occultation permanente.

Les Harnos en n'ont marre d'être pris pour des cons dit le fou

maatala

mballal a dit…

Ɔopiarpegar a dit...

hatha devrait rappeler de bons souvenirs à certains...saydat eydikoum
----------------

Ɔopiarpegar, anta iyak manek gordiguén?

maatala a dit…

salam

bonsoir

Anonyme a dit…

Very rapidly this site will be famous amid all blog visitors,
due to it's nice articles

my web blog - african mango australia