dimanche 14 mars 2010

De la responsabilité de la femme mauritanienne dans le devenir du pays

Derrière chaque grand homme dit-on il y a une femme. Mais hormis le regretté Mokhtar Ould Daddah, et quelques figures historiques d’avant l’indépendance, les grands hommes, en Mauritanie, il n y en a pas eu.

Des hommes qui ont pillé le pays, qui ont réduit l’Etat à une succession de coups d’Etats, qui ont terni l’image interne et externe du pays, ceux-là on en trouve à la pesée. Mais pourquoi en sont-ils arrivés là ?

Par quelle mécanique ont-ils été mus ? Plusieurs facteurs propulseurs de cette mécanique ont été ici débattus. De l’opportunisme politique au clientélisme débridé en passant par l’alliance du ventre et la dissolution des principes et des valeurs, tout a été vu et revu dans la dynamique autoentretenue de cette mécanique destructrice de l’Etat et de la Nation. Cependant, jusque là les acteurs manipulant ses leviers furent tous identifiés par leurs fonctions : militaires, politiques, commerçants, fonctionnaires… Et , aussi évident que cela soit-il, ils ont un dénominateur commun : ce sont tous des hommes.

La Mauritanie a des maux qui sont des mâles ?

Cela signifie-t-il que tous les malheurs politico-socio-économiques de la Mauritanie, viennent du genre masculin ?
Nul ne nierait en effet, que la politique mauritanienne et la gestion des affaires publiques a été et continue à être une affaire d’homme. Le genre masculin est aux commandes de l’Etat et monopolise ses structures de gouvernance et de gestion. Mais derrière cette apparence, l’homme est-il seul aux commandes?

En d’autres termes, les comportements criminels de pillages, d’enrichissement sans cause, de détournement des biens publics, de corruption etc. sont-ils nés de la simple volonté du genre masculin ou y a-t-il d’autres facteurs qui l’ont poussé, sinon contribué, à ce qu’il les commette ?
L’homme mauritanien est-il né naturellement un rapace des biens de la collectivité nationale ? Non.

Sa religion le lui permet-il ? Non.

Son Education en fait-il un être socialement enclin à cela ? En principe, Non.
Alors, si le genre masculin mauritanien est devenu le rapace public, y a-t-il d’autres facteurs latents, invisibles, non apparents, mais qui ne sont cependant pas sans une influence notable sur le comportement de l’homme mauritanien face aux biens publics et aux biens d’autrui? Qu’elle est alors l’influence qu’il a subie dans son entourage. Et du plus proche de son entourage : la femme mauritanienne.
La femme mauritanienne y est-elle pour quelque chose ?

La question pourrait être posée. Car s’il est vrai que c’est souvent l’homme qui est au devant de la scène, il n’en demeure pas moins que c’est une éminence grise, la femme, qui pourrait influencer et interagir sur le comportement (Ô combien répréhensible) de l’homme mauritanien dans la gestion de la Nation.
Quelle part de responsabilité supporte la femme mauritanienne dans le déclin social, politique et économique du pays ?

Il serait illogique de faire de la femme mauritanienne une personne étrangère au comportement de l’homme mauritanien dans toutes les sphères de la vie de la nation.
En serait-elle même l’instigatrice et le maître d’œuvre ? Serait-ce une forme de vengeance sociale (II) sur ce que l’homme mauritanien lui a fait subir(I) ? Et quelles conséquences cela a-t-il eu sur la gestion de l’Etat mauritanien (III)? Et comment la femme mauritanienne peut-elle contribuer à sauver la Nation (IV)?

La femme mauritanienne : victime de l’homme mauritanien

La femme mauritanienne a subit durant tant d’années les caprices de l’homme mauritanien, qui,profitant de son statut matrimonial, en avait fait un être de « rechange », qu’il épousait, répudiait et désertait de son plein grès.
L’homme mauritanien est, dans sa généralité, un être irresponsable matrimonialement. Il a profité des largesses de la tradition et des facilités du divorce musulman, pour faire défiler à son gré des épouses, en chapelets et les répudier quand bon lui semble. Il suffisait qu’il ait les moyens de son divorce (parfois dérisoires) et les moyens de son remariage (souvent lourds) pour convoler d’épouse en épouse.
Première règle donc : plus l’homme est aisé plus il divorçait.
Sa capacité de se re-re-remarier était proportionnelle au volume de sa bourse (sans jeu de mots), et inversement proportionnelle à son sens de la responsabilité familiale.

Il lui fallait donc moins de jugeote sociale, et plus de moyens pour assouvir ses desseins.
Se marier n’était plus, avec la détérioration des valeurs socioculturelles de ces dernières années qu’une question de moyens matériels et financiers.
Plus il se mariait plus l’homme se sentait reconnu par ses pairs. Mais pour cela il devait être riche. Et pour être riche, il fallait hériter, travailler ou…voler.
Hériter dans un pays pauvre c’est rare comme l’eau.
Travailler n’est plus une valeur sociale.

Le vol étant, lui, applaudi et encouragé, on comprend alors l’origine de la dot.
Dans cette masculinité de l’homme mauritanien qu’il mesure au nombre de ses mariages, qu’est-il advenu de la femme mauritanienne ?
Répudiée dans une gestuelle aussi simple que de boire du thé, la femme mauritanienne, se retrouve rejetée de son « foyer », souvent enceinte ou trainant une ribambelle de bambins qui iront crécher chez leurs grands parents ou peupler les trottoirs de la grande ville.

Répudiée sans moyens et sans droits, la femme mauritanienne a souffert l’enfer de la mère sans famille. Sans foyer. Elle a vu ses enfants sans père, et a connu les affres de la mère divorcée.

Il n’est pas un foyer mauritanien, qui ne compte bon nombre de filles divorcées, souvent à la fleur de l’âge et une pléiade d’enfants qui n’ont pas connu leur père. Non pas qu’il ait disparu, mais parce que l’homme mauritanien, comme les tortues, ne s’occupe pas de sa progéniture.

En divorçant, il abandonne la femme et les enfants à leur sort. On comprend alors l’ampleur du désastre. La femme, se réfugiant chez ses parents, n’ayant souvent pas les moyens de subvenir à leurs besoins s’en remet à son sort
La femme mauritanienne, a donc capitalisé tout au long de ces années de souffrances, des leçons pour sa survie post-matrimoniale. Elle a compris que :

Le mariage, n’est pas une fin en soi.
Le mariage n’est pas sécurisant, tout comme le mari lui-même.
Le mariage est une simple « promotion » sociale pour l’homme.
Le mariage est aussi éphémère que le mari lui-même.

Conséquence :
Sachant qu’il n’est pas une fin en soi, lui trouver une fin quelconque.
Sachant qu’il n’est pas sécurisant, se protéger en accumulant les moyens.
Sachant que c’est une simple promotion sociale, ne pas s y accrocher.
Sachant qu’il est éphémère, savoir être prévoyante.

L’attitude de la femme mauritanienne, vis-à-vis du mariage et du mari, notamment après maints divorces, commençait à ressembler à celle du prisonnier qui découvre que ses chaines pouvaient aussi servir à étrangler son geôlier.
Le mari étant si éphémère, insécurisant et volatile, elle se devait de trouver la contre-attaque. Et cette contre-attaque la femme la trouva dans la course avec le temps dans l’accumulation la plus rapide possible de moyens lui permettant de faire face à l’inéluctable : sa répudiation.

Il fallait qu’elle puisse dans le laps de temps du « mariage », tirer du mari les moyens qui lui permettront de survivre après son départ. Ni le mariage, ni le mari ne sont désormais une finalité. Ce qui l’est c’est son sort après son divorce et la sécurité matérielle de la progéniture que le mari ne manquera pas de lui laisser, souvent sans état d’âme, sur les bras.

Cela se résume en une phrase : « s’il veut rester qu’il reste, s’il s’en va je ne serai pas démunie ». Une forme d’instinct de conservation. Instinct que la femme mauritanienne a su développer face aux aléas de son statut et à l’irresponsabilité matrimoniale de l’homme mauritanien. Apte à se marier, apte à procréer, mais incapable de conserver son foyer.

D’ailleurs, le divorce en Mauritanie est une gymnastique, qui a d’ailleurs pris une telle ampleur qu’il est entré dans les mœurs, comme un état naturel conséquent du mariage. Et ceux qui en pâtissent ne sont hélas que les femmes et les enfants.

La vengeance de la femme mauritanienne : l’homme-tirelire
L’accumulation de tant d’années de spoliation de ses droits, d’assujettissement et de répudiation la jetant dans la misère, elle et sa progéniture, la femme mauritanienne a compris que sa survit dépendait de sa capacité à tirer de son partenaire tout moyen lui permettant de faire face aux aléas de sa vie de divorcée potentielle.

Le mari n’est plus une fin, mais un moyen. L’exploiter n’est que juste cause pour préparer l’avenir. C’est ainsi que la femme mauritanienne devient exigeante, réclame et déclame, quand il le faut, ses besoins permanents, en moyens matériels et financiers. Besoins auquel le mari éphémère se doit de souscrire. Exploitant ainsi une caractéristique de la « vantardise » socioculturelle de l’homme mauritanien l’amenant à se couper en quatre pour répondre aux exigences de son épouse . Et cela au risque d’y laisser son boubou et son salaire pour dix ans, pourvu qu’il ne soit pas traité "d’incapable".

D’où la loi du zèle qui peut s’énoncer ainsi : le zèle du mari à satisfaire les exigences matérielles et financières de son épouse (au prix de sa vie) est inversement proportionnel au temps qui s’est écoulé depuis la célébration du mariage. Ainsi plus la date du mariage est récente plus le mari est enclin à vendre sa chemise pour sa dulcinée, plus cette date s’éloigne plus le zèle diminue et le divorce pointe à l’horizon.

Une telle loi du zèle marital n’échappera pas à la femme qui aura su « gérer » le temps et les moyens de son mari en prévision de sa sortie qu’elle voudrait la moins pénible pour son confort chez ses parents.

C’est ainsi que face à un mariage, initié par un individu guidé par des instincts autres que ceux de fonder un foyer durable et sécurisant, d’élever et d’éduquer ses enfants dans la dignité, la femme mauritanienne se venge chaque jour de cet homme matrimonialement irresponsable.

Les conséquences sur l’Etat et la gestion publique
Si la femme mauritanienne a développé face à l’injustice qu’elle subit, des moyens adaptés pour se défendre, les conséquences d’une telle attitude sont souvent désastreuses lorsqu’il s’agit de la gestion des biens de la nation.
En effet, l’Etat mauritanien est gangréné, depuis des dizaines d’années par toutes les formes de soustraction de ses biens. Ceux de la collectivité nationale. Corruption, malversation, détournements, fraude etc., sont devenus des signes distinctifs de la gestion publique.

Ceux qui ont réalisé de tels actes l’ont fait pour s’enrichir, mais beaucoup sous l’impulsion de leurs congénères. Peut-on dire que la femme d’un responsable public ou privé qui a érigé le vol des biens publics (financiers et matériels) en activité permanente, est absolument non concernée par son activité ?

La notoriété des personnes appelées « roumouz el vessad » ne doit pas, dans un sens de stricte logique de société mauritanienne (où tout se dit et tout se sait), échapper à leurs compagnes. La question est de savoir si leurs compagnes ont été pour quelque chose dans leur activité criminelle ?

Si l’on s’en tient au comportement de "vengeance" développé par la femme mauritanienne, il est probable que le mari réponde à la « loi du zèle » précédemment mentionnée.

Les moyens sont connus et la femme n’hésiterait pas à pousser son conjoint à lui fournir toujours plus. Et ce dernier n’hésite pas non plus, dans le fameux élan de « virilité démonstrative» et de « m’as-tu-vu » propre à la plupart des hommes mauritaniens, dans une société qui vénère le « le tape-à l’œil », d’aller jusqu’au bout de ses exigences. Il doit être à la « hauteur » de son image. N’est-il pas « Voulan ibnou Voulane » ? Il se remémore alors les propos de sa compagne :
« Pourquoi « un tel » est ministre et pas toi ? Cet idiot qui vient d’être nommé est-il plus compétent que toi ? Pourquoi a-t-il une VX et pas toi ? Pourquoi sa femme est mieux habillée que moi ? Pourquoi il a des villas partout et pas toi? Etc. »
Et voilà l’homme qui se met à vouloir prouver quelque chose. Pour aller plus vite, il devient un courtisan du pouvoir. S’il gère une caisse, il va commencer à se servir. S’il n’a pas de caisse mais de l’autorité, il fera du trafic d’influence. Et s’il a une brigade, il fera un coup d’Etat.

A en croire (soit dit en passant) , certaines informations, les épouses de certains putschistes auraient été à l’origine des coups d’Etat en Mauritanie. En son temps un certain X ould Y en avait fait la démonstration (voir son blog ).

On comprend l’influence de la femme mauritanienne à l’échelle d’épouse de chef d'Etat, de ministre, de PDG de société nationale, de chefs de projets, de comptables publics etc. Sa vengeance est donc un putsch permanent.

Comment la femme mauritanienne peut sauver la nation.
Aragon disait que « la femme est l’avenir de l’homme » (n’en déplaise à certains de nos oulémas bornés). En Mauritanie, aujourd’hui et plus que jamais, la femme mauritanienne doit venir à la rescousse de l’homme mauritanien. La faillite de ce dernier mène le pays au désastre. Le masculin-pluriel est en souffrance. Le féminin-pluriel est ardemment sollicité.

La femme mauritanienne, est appelée à aider à reconstruire les valeurs sociales en dépérissement depuis une trentaine d’années.
En effet, s’il peut y avoir un catalyseur de cette prise de conscience par l’homme de ces actes, c’est bien la femme. Elle pourra efficacement contribuer à redresser les travers acquis par son congénère durant ces longues années qu’a traversées la Mauritanie et qui l’ont réduit en un pilleur, sous l’effet des systèmes sociopolitiques corrompus qui ont dirigé le pays.

Pour cela, il faudrait que la femme mauritanienne, se débarrasse de tant de pratiques éculées qui ont fait d’elle un être qui vît à l’ombre d’un autre et qui dans cette pénombre lutte pour sa survie à l’encontre même des intérêts de son congénère.

Cette lutte sourde enrobée des us et coutumes sociaux et travestie dans une relation économique dans laquelle l’opulence de l’homme est l’alpha et l’oméga de l’avenir de la femme, se doit de trouver son terme.
Mais s’il est urgent que la femme mauritanienne intervienne pour aider à rejeter les non-valeurs qui minent le pays, il faudrait que tout le système matrimonial mauritanien soit revu et corrigé dans le sens de donner à la famille, et à ceux qui la compose les mêmes droits et les mêmes obligations.

Il est vrai que tant que l’Etat mauritanien ne fait pas de la « cellule familiale », le creuset dans lequel se bâtit l’avenir de la nation, il n’ ya point de salut.
Tant que l’homme ne voit dans le mariage qu’une cérémonie festive et dans la femme un « objet à usage jetable ». Tant qu’il n’est pas civilement et pénalement responsable de sa famille à laquelle il doit subsistance et protection ; tant que l’épouse n’est pas protégée dans son foyer et dans ses droits de compagne et de mère, alors l’homme continuera ses actes irresponsables.

Par ses épousailles sans limites, il a contribué et continue encore à contribuer à l’éclatement des foyers, à l’enfance malheureuse, aux femmes désespérées et sans soutien, en somme à tous les ingrédients d’une société sans avenir. Une société dont les enfants sont sans éducation et dont les mères sont abandonnées à leur sort, va nécessairement vers la faillite sinon l’éclatement et la violence.

Si l’homme mauritanien à détruit l’Etat, par le pillage, le vol et la corruption, il tire nécessairement sont comportement de l’absence de responsabilité qu’il développe déjà dans ses relations sociales. Et si la Femme mauritanienne a bien compris cela, il est nécessaire qu’elle intervienne auprès de l’homme mauritanien pour aider à réhabiliter les valeurs sociales perdues, car, plus que nulle part ailleurs, la femme mauritanienne occupe une place considérable dans « l’emploi du temps » de l’homme mauritanien.

Il faut qu’elle transforme sa vengeance latente , en un combat privé et public visant la conscientisation de son partenaire sur ses actes destructeurs en commençant par se refuser elle-même à le pousser à de telles actes.

En définitive, pour mieux comprendre la faillite et le devenir de l’Etat mauritanien, sa gestion doit être saisie dans ses deux aspects : en genre (masculin/féminin) et en nombre .

Cette approche est bien plus édifiante et rend mieux compte de ses difficultés. En effet, jusque-là les maux de l’Etat mauritanien s’accordaient au masculin-pluriel, en nombre d’hommes (« roumouz el vessad »), il est désormais important qu’ils s’accordent aussi au féminin-pluriel pour comprendre sa pénible réalité.
Toutefois, les considérations de cet article ne concernent que celles et ceux qui s’y reconnaissent. La femme mauritanienne et l’homme mauritanien, pris dans leurs particularismes, ne peuvent être ramenés à ce schéma global. Il y a des couples heureux, des familles soudées, il y a des hommes mauritaniens qui sont responsables et des femmes mauritaniennes qui développent les valeurs et les essaiment.
Ce n’est, en vérité, que lorsque le matérialisme galopant frappe la société ou que la soif du pouvoir domine des clans entiers et que la cupidité sonne aux portes des postes publics, que l’homme devient ce qu’il est. Et il est certain que derrière certains actes de certains hommes, il y a la main mise de certaines femmes. Et il est certain qu’au point où en est l’Etat et la société, le salut ne viendra que de ces dernières dans chaque catégorie sociale, dans chaque poste public, dans chaque foyer de Mauritanie.

Pr ELY Mustapha
Publié par Pr ELY Mustapha à l'adresse 12:43

300 commentaires:

1 – 200 sur 300   Suivant›   Les plus récents»
maatala a dit…

Salam

Cher prof

Mint Tolba (reine rapator) a appeler le directeur de la gendarmerie pour lui signifier de lui céder gratuitement of course, un vaste terrain appartenant à cette institution, face à son refus , elle a fait intervenir le caporal.

La damitude D'Ely le pirate a été poursuivie en justice pour appropriation illégale d'un terrain situé à coté du palais des congrès, qui au dernière nouvelles aurait été vendu ( Cf Taqadoumy).

- Certaines épouses de cadres intègres ont poussés leurs maris à se servir et faire comme les maris de leurs copines.

Les économistes retiendront que Mint-Tolba, l'épouse de Ely et La maréchale et quelques unes de leurs copines peuvent être scientifiquement considérées comme étant des facteurs de sous-développement.

L'arme de la migraine chronique a encore de beau jour chez nous dit le fou

maatala

Tidinit a dit…

Huit partis politiques insistent sur la primauté de l'arabe
le 14-03-2010 à 10:12



Huit partis politiques mauritaniens et quelques institutions de la société civile ont donné samedi à Nouakchott un point de presse conjoint sous le thème « primauté de l'Arabe doit être absolue et perpétuelle».

Les formations politiques en question sont celles de Hatem, Sawab, Démocratie Directe, El Vadhila, El Emel, El Wehdawi, Ravah et l'Alliance Populaire Progressiste.

Les partis ont suggéré la mise en place d'une équipe parlementaire pour veiller sur l'application intégrale du contenu de l'article 6 de la Constitution et de faire de l'année 2010, une année où l’arabe sera la langue de l'administration et du travail.

En marge de la conférence, les partis politiques ont distribué à la presse une déclaration appelant tous les segments de la société quelque soit la diversité de leur appartenance politique ou idéologique à œuvrer pour la promotion de l'arabe en tant que « trésor de nos valeurs et mœurs et garant de la préservation de notre identité culturelle et civilisationnelle ».

Les partis ont conclu que toute action tendant à marginaliser les cadres arabophones ne conduira que vers davantage de sous développement et de dépendance.

ainrim.com

Tidinit a dit…

Pourquoi pas au niveau des Cefs d'état à Bamako comme ATT avait demandé?. Et pourquoi le maroc n'est pas invité?

Général vladimir: tu crois que cette réunion aura lieu? Decidemment, l'Algérie ne veut pas donner le leadership sur cette question à aucun état. Aurait été gentil d'inviter le sénégal. Je ne vois pas de différence entre celle de Tamanrasset l'année passé après laquelle rien n'a été fait et celle de mardi.
=======

AFP / 13 mars 2010 15h11

Algérie : "conférence sur le terrorisme" dans le Sahel mardi à Alger
samedi 13 mars 2010

ALGER - L’Algérie accueillera mardi une conférence ministérielle de coordination entre les pays de la région sahélo-saharienne sur "la recrudescence du terrorisme", a indiqué samedi le ministère algérien des Affaires étrangères.

Les ministres des Affaires étrangères du Burkina Faso, de la Libye, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad prendront part à cette rencontre, selon la même source.

La conférence sera consacrée "à une évaluation de la situation qui prévaut dans la région, en particulier sous l’angle de la recrudescence des actes terroristes et de la menace que représente ce fléau et ses connexions avec le crime transnational organisé et les trafics de tous genre, sur la paix, la sécurité et la stabilité de la région", a précisé le ministère dans un communiqué, cité par l’agence algérienne APS.

La conférence doit permettre aux pays participants d’"examiner et arrêter les mesures, au plan bilatéral et régional, pour éradiquer ce fléau ainsi que les voies et moyens de la relance du développement économique au profit des populations de cette région", a ajouté la même source.

La région du Sahel connaît depuis quelques années une recrudescence des activités des groupes islamistes qui se réclament d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Ces groupes maintiennent une certaine pression sur les forces de sécurité algériennes, régulièrement visées par des attentats dans certaines zones du pays.

Plusieurs ressortissants étrangers ont également été enlevés ou détenus au Mali et au Niger ces derniers mois, des actions revendiquées par Aqmi.

Une otage espagnole Alicia Gamez a été libérée le 10 mars par un groupe d’Aqmi mais quatre Européens, deux de ses compatriotes et deux Italiens sont toujours détenus dans le Nord du Mali.

Un Français, Pierre Camatte a également été libéré le 23 février peu après la remise en liberté par le Mali de quatre hommes - deux Algériens recherchés dans leur pays, un Mauritanien et un Burkinabé, soupçonnés de terrorisme. Alger et Nouakchott avaient alors protesté contre ces libération, rappelant leur ambassadeur respectif pour consultations.

Vendredi, le Rassemblement national démocratique (RND) du premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a exprimé son "rejet de toute velléité d’ingérence extérieure" dans la région africaine du Sahel.

Le RND a également exprimé sa "profonde préoccupation" devant la propagation du danger terroriste dans la région du Sahel, "phénomène accompagné et nourri, par des trafics multiples, y compris le trafic de drogue".

Cette région du Sahel est également l’objet de trafics et de contrebande en tous genres de la part de groupes relevant de la criminalité organisée, dénonce aussi régulièrement Alger.

Bebe BA a dit…

La branche française de l'organisation For-Mauritania qui s'est illustrée dans l'opposition au coup d'Etat survenu le 6 août 2008 en Mauritanie vient de nous faire parvenir un communiqué dans lequel elle dément formellement les accusations faisant état d'un rapprochement avec l'Union Pour la République, principal parti de la majorité au pouvoir. Les rumeurs voulaient que les négociations aient été menées en février dernier par le sénateur Boubacar Ould Ghadour réputé proche ami du président Ould Abdel Aziz. Selon nos sources le dernier séjour de ce dernier en France remonterait à septembre 2009. Lire le communiqué

Le bureau de For-Mauritania France se compose de:

- Mohamed Baba Ould Saïd ;
- Ahmed Amou Ould Moustapha ;
- Abdoulaye Diagana ;
- Abdoullah Ould El Mounir ;
- Maréga Baba ;
- Omar Ould Dedde.



Communiqué

Dans sa livraison du 1 mars, le site électronique Anbaa publiait une « analyse » selon laquelle un sénateur proche du pouvoir viendrait en France pour entamer des négociations avec des membres du bureau de For-Mauritania dans ce pays en vue d’une future adhésion de ces derniers au parti du pouvoir, l’Union Pour la République (UPR). Le sénateur, selon ce site, ramènerait dans ses bagages trois membres de notre bureau en contre partie d’avantages individuels. Quelques jours plus tard, la version française du site Taqadoumy reprenait des éléments de cet article et les commentait.

Le bureau de For-Mauritania en France dément catégoriquement ces rumeurs et affirme qu’il n’y a eu aucune négociation ni à titre individuel ni au nom de For-Mauritanie en vue d’une quelconque adhésion à l’UPR.

Le bureau de For-Mauritania en France renouvelle sa confiance en l’ensemble de ses membres et réaffirme, en direction de l’ensemble des militants et sympathisants de For-Mauritania de par le monde ainsi qu’en direction des Mauritaniens, sa disponibilité à continuer à remplir, aux côtés des autres bureaux, la mission qu’il s’est assignée au service de la Démocratie.

Le bureau de For-Mauritania en France

Paris le 13 mars 2010

Bebe BA a dit…

Ksentini lors d’une émission télévisée: “La libération des terroristes emprisonnés au Mali est un acte terroriste”
(Liberté 13/03/2010)

Le président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme (CNCPPDH) a dénoncé, dans une émission à l’ENTV, le versement d’une rançon pour libérer l’otage français au moment où l’Algérie a été classée sur la liste noire par l’Administration d’Obama. Me ksentini a également critiqué la politique de la France dans la région du Sahel.

“Pour nous, le versement de la rançon est un acte qui encourage le terrorisme dans la région”, avant de condamner la libération des terroristes prisonniers au Mali.
Me Ksentini a fait remarquer aussi qu’“au moment où la France négociait le versement de rançon et la libération des terroristes emprisonnés au Mali exigé par Al-Qaïda, l’Algérie qui lutte contre ce phénomène et qui a milité pour la mise en place d’un arsenal juridique international pour l’interdiction de versement de rançons aux groupes terroristes se trouve classée comme un pays exportateur du terrorisme !”
Il a également tenu à rappeler que les USA et la France hébergeaient les terroristes du GIA et GSPC, alors que l’Algérie qui a été frappée d’un embargo militaire combattait seule le terrorisme.

Abondant dans le même sens, Majeed Naâma de la revue Afrique Asie, intervenant à partir de Paris, considère que la liste noire reflète un échec des services de sécurité américains et aussi un conflit au sein de ces mêmes services. Pour lui, “au lieu de sanctionner les responsables de l’échec des mesures sécuritaires des aéroports, ils ont préféré établir cette liste et le classement des pays comme l’Algérie qui ont lutté contre le phénomène du terrorisme et aussi l’Irak qui est pourtant toujours sous l’occupation américaine”.

Par : NEïLA B.

vlane A.O.S.A a dit…

à lire chez moi

" l'U.P.R et le logo de l'union contre la république"

cliquez ici pour lire l'article

j'ajoute que cette histoire d'arabité arrive à un moment où le pouvoir sent le réveil des haratines qui ne veulent plus servir un camp contre l'autre, ne plus être accusés d'être le bras armé et sanglant du pouvoir arabo-berbère

alors comme le pouvoir sait que les noirs haratines et négro-mauritaniens sont la majorité obsolue

on ressort l'arabité pour s'attirer les haratines et les mettre face aux néro-mauritaniens

c'est une attitude criminelle qu'il faut dénoncer

Tidinit a dit…

Mon Dieu quelle diplomatie! Je serai Ouane, je n'irai pas à Alger.

===

Le chef de la diplomatie malienne à Nouakchott, Mint Mouknass à Alger
le 14-03-2010 à 12:58



Le ministre malien des Affaires Etrangères, Moctar Ouane est arrivé ce matin à Nouakchott, porteur d’un message du président malien, Amadou Toumani Touré, à son homologue, le Président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Pour sa part, la ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, Naha Mint Mouknass a été reçue aujourd’hui à Alger. Dans une déclaration à son arrivée, Mint Mouknass a indiqué qu'elle était porteuse d'un message du président mauritanien au président Bouteflika qui s'inscrit dans le cadre « des excellentes relations entre les deux Etats et peuples frères algérien et mauritanien ». Elle a, par ailleurs, formé le vœu de voir « ces relations historiques se renforcer au mieux des intérêts des deux peuples et des deux Etats ».

Il est à rappeler que la libération de certains prisonniers islamistes par les autorités maliennes en échange d’un otage français avait créé une brouille entre le Mali et ses deux voisins, la Mauritanie et l’Algérie, qui avaient rappelé leurs ambassadeurs à Bamako.

Par ailleurs, l’Algérie a convoqué une réunion, mardi prochain à Alger, les pays du Sahel (Algérie, Mali, Niger, Mauritanie, Tchad, Libye, Burkina Faso) pour discuter des problèmes de terrorisme dans la région.

mck/ainrim.com

kimporte a dit…

à voir sur yahoo

http://fr.cars.yahoo.com/11032010/387/bugatti-16c-galibier-concept.html

la dernière bugatti

la perfection à l'état pur, ce n'est pas une voiture, c'est une oeuvre d'art

c très rare de pouvoir quelque chose de pareil, fantastique

la ligne, les couleurs, le compact de la chose, 2 million d'euro ce n'est rien pour un objet pareil, ça vaut le plus cher tableau au monde

le toubab n'est pas petit

Tidinit a dit…

CEN-SAD = Kadafi ou Kadafi = CEN-SAD. C'est comme quand KBG s'insulte et le met sur le dos de quelqu'un.
===

Crise diplomatique entre le Mali et la Mauritanie: La CEN-SAD sollicite l’appui de Kadhafi

L’Hôtel de l’Amitié abrite, depuis hier (jeudi dernier, ndlr) les travaux de la deuxième session ordinaire de la 2ème mandature du Conseil économique, social et culturel de la CEN-SAD. Du haut de la tribune du rendez-vous de Bamako, le président du Conseil économique, social et culturel de la CEN-SAD, Moussa Balla Coulibaly, a sollicité l’appui de Mouammar Kadhafi pour dissiper les divergences de vue diplomatique entre le Mali et la Mauritanie.

Dans son discours de bienvenue, le président du Conseil économique, social et culturel de la CEN-SAD, Moussa Balla Coulibaly, a indiqué que le thème du rendez-vous de Bamako porte sur le "développement rural et l’intégration" dans l’espace CEN-SAD. Il a souligné l’importance et l’enjeu qu’il représente pour sa communauté. Moussa Balla Coulibaly a adressé au Mali et à la Mauritanie, deux pays frères liés par l’histoire et la géographie, pour qu’ils dépassent les contingences actuelles.

Pour ce faire, il a sollicité l’appui du Frère Guide de la révolution libyenne. Moussa Balla Coulibaly espère que la connaissance des deux pays par le Secrétaire général de la CEN-SAD et son expérience feront dissiper les divergences de vue diplomatique entre les deux pays.



Dans son intervention, le Secrétaire général de la Communauté, Mohamed Al-Madani Al-Azhari, a expliqué que le choix de ce thème répond pleinement aux attentes des instances de la CEN-SAD dont une des préoccupations majeures est d’asseoir un développement intégré du monde rural.

A le croire, la capacité de développement de l’Afrique en général et celle de son espace communautaire, en particulier, est tributaire de la volonté de nos Etats à conjuguer leurs efforts et à mutualiser leurs énergies et leurs ressources, face aux défis communs.

Tidinit a dit…

Suite - CEN-SAD c'est comme KBG.
==

«L’occasion nous est, dès lors, donnée pour faire une évaluation en ayant à l’esprit notamment les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) ; la stratégie de Syrte du 27 février 2004 sur les défis du développement intégré et durable de l’agriculture et des ressources en eau en Afrique et la Déclaration de Maputo sur l’agriculture et la sécurité alimentaire adoptée, le 12 juillet 2003, en vue d’un développement agricole harmonieux en Afrique », a-t-il déclaré.

Réagissant à la crise diplomatique entre le Mali et la Mauritanie, Mohamed Al-Madani Al-Azhari a indiqué qu’il ferra sienne l’appel lancé par Moussa Balla Coulibaly.

Pour sa part, le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, Dr. Badara Macalou a assuré la Communauté de l’accompagnement et du soutien sans réserve des autorités maliennes dans la construction d’une organisation des peuples.

Selon lui, en décidant de consacrer cette session au développement rural et à l’intégration dans l’espace CEN-SAD, les membres de l’organisation ont fait le choix de rester en phase avec les autres Institutions de la Communauté et mieux éclairer leurs actions avec des avis pertinents sur les priorités de développement de l’espace.

Le ministre a expliqué que dans le contexte sahélo-saharien et au regard des potentialités agricoles de certains Etats de l’espace CEND-SAD, le développement rural restera encore longtemps en tête dans la hiérarchie des priorités de développement. Il a rappelé que, c’est conscient de cette réalité et conformément à son engagement pour la réalisation de l’intégration africaine que le Mali a décidé de mettre à la disposition de la CEND-SAD, 100 000 ha de terres cultivables dans la zone de l’Office du Niger.

Convaincu qu’il était, le ministre Macalou a soutenu que le développement de nos potentialités agricoles dans le cadre d’un marché ouvert et d’une libre circulation des personnes, des biens et des facteurs de production, constitue le meilleur facteur d’accélération de l’intégration dans l’espace CEND-SAD.

"Le gouvernement du Mali réaffirme avec force que les potentialités du Mali sont à la disposition de tous les Etats africains qui acceptent de s’engager résolument dans la voie de l’intégration africaine", a-t-il souligné.

Tidinit a dit…

Kimporte,

Si Haidallah etait au pouvoir aujourd'hui, le petit Sidi Mohamed l'aurait achetée,la Bugatti. Le petit Sidioca n'aurait pas pu. Donc bichôr Maatala ala la Marechale.

Tidinit a dit…

Je pouffe de rire. L'Algérie qui a de la peine à developper ses hittistes, se propose de developper ses voisins.
==

une réunion ministérielle se tiendra le 16 mars prochain
Conclave des pays du sahel à Alger
Par : Merzak Tigrine
Lu : (1777 fois)

Les récents événements survenus dans la région du Sahel ont fait l’objet de concertation entre les responsables des sept pays concernés, lesquels ont convenu d’une rencontre ministérielle à Alger, dont le but sera de coordonner les efforts pour éradiquer la menace terroriste sans intervention étrangère.

Suite à une initiative du gouvernement algérien, les ministres des Affaires étrangères de l’Algérie, du Burkina Faso, de la Libye, du Mali, de la Mauritanie, du Tchad et du Niger se réuniront le 16 mars prochain dans la capitale algérienne pour faire un point de situation sur les derniers événements qui se sont produits dans la région du Sahel. En effet, la recrudescence d’actes terroristes et la menace que présentent ce fléau et ses connexions avec le crime transnational organisé et les trafics en tous genres sur la paix et la stabilité de la région rendent nécessaire une concertation entre les dirigeants des pays concernés.
L’on notera la fort probable participation du Niger, concerné au plus haut point par ce qui se passe au Sahel, en dépit des développements positifs de la situation politique dans ce pays après le coup d’État qui a renversé le régime de Mamadou Tandja, même si l’Algérie tient au respect de sa position condamnant les prises de pouvoir par la force. Selon une source bien au fait du dossier, l’objectif est de prendre les mesures qui s’imposent pour sécuriser le Sahel avec les moyens propres aux pays de la région.
Le souci des gouvernements des pays sahéliens est de veiller à ce qu’aucune partie étrangère ne vienne s’immiscer dans ce dossier sensible afin d’éviter son internationalisation, ce qui ne ferait que nuire à l’image des États souverains que sont le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Tchad, la Libye, le Burkina Faso et l’Algérie. Le fait que le sommet de Bamako, attendu depuis novembre 2008, n’ait pu se tenir pour diverses raisons rend nécessaire une prise en charge urgente du dossier à la lumière des derniers développements jugés graves. À partir de là, la réunion d’Alger sera consacrée à la mise en œuvre des accords conclus entre les différents pays sahéliens, qui permettront d’assurer la sécurité de tous, à travers l’exécution des mécanismes arrêtés en concertation entre toutes les parties, que ce soit dans un cadre bilatéral ou multilatéral. Notre source soulignera qu’il suffit que chaque pays respecte ses engagements vis-à-vis des autres, conformément aux accords existants, pour que la situation soit maîtrisée.

Tidinit a dit…

suite - developpement des voisins
==

Il est recommandé que chaque pays applique à la lettre les conventions internationales en matière de lutte antiterroriste, en refusant de négocier avec les groupes terroristes, ni de céder à leur chantage ou de leur verser des rançons, pour que la situation soit maîtrisée. L’autre aspect important de l’opération est d’impliquer les populations dans la lutte antiterroriste. Il est notamment précisé qu’il ne sera pas question, à Alger, de faire porter le chapeau à une quelconque partie, mais de resserrer les rangs pour venir à bout du fléau terroriste qui demeure la véritable menace. Ainsi, l’occasion sera mise à profit pour recentrer les efforts sur la lutte antiterroriste, maintenant que l’autre question, celle des Touareg qui préoccupait les responsables de certains pays, particulièrement le Mali, est en voie de règlement grâce aux accords d’Alger.
À ce sujet, notre source nous indiquera que l’Algérie continue et continuera à apporter son concours pour l’application de ces accords entre les parties concernées pour le plus grand bien de son voisin.
Dans le même ordre d’idées, notre interlocuteur nous révélera que l’Algérie, qui accorde une importance primordiale au développement, meilleur moyen de stabilité, veille à la concrétisation des projets qui permettront une intégration économique rapide de la région. L’on apprendra qu’il ne reste que 220 km de route à réaliser pour finaliser la transsaharienne, qui reliera Alger à Lagos, dont les effets bénéfiques sur tous les pays de la région ne sont plus à démontrer, tellement elle facilitera le déplacement des personnes ainsi que les échanges économiques.
L’Algérie apporte sa contribution, y compris financière, pour la concrétisation des projets, ajoutera notre source, car elle estime que c’est la meilleure solution pour vaincre les problèmes dont souffrent les peuples de la région. Les autres projets de gazoduc et de la fibre optique qui traverseront toute la bande sahélienne sont également d’une importance vitale. Les pays du Sahel devront donc, le 16 mars prochain,
aboutir à l’engagement de tous à s’impliquer sans retenue dans cette lutte antiterroriste à travers le respect des accords les liant, que ce soit dans un cadre bilatéral, régional ou international pour terrasser l’hydre terroriste, qui constitue la plus grande menace à leur stabilité.

Esseghnass a dit…

Lu pour maatala
Sommes-nous des sujets de sa Majesté ?
14-03-2010
Il y a cinq jours, le premier ministre Moulaye Ould Mohamed Lagdhaf et le ministre de la santé Cheikh Ould Horma inauguraient un scanner d’imagerie par résonance magnétique (IRM), à l'hôpital de Nouakchott. Tout le gouvernement était là, y compris des ministres dont le rapport à l'évènement n'est pas évidement, comme celui de la défense ou celle des affaires étrangères.

Le premier ministre présente l'appareil : l’outil va permettre, à la Mauritanie, de ne plus dépendre de l'étranger pour effectuer des diagnostics ; déjà, le pays disposait, auparavant, de compétences humaines et lui manquait surtout les moyens matériels.

Ould Horma abonde dans le même sens ; s'ensuit la présentation d’une vingtaine de médecins mauritaniens, "les meilleurs" de leurs catégorie ; grâce à eux, la machine va permettre, aux malades, d'obtenir l’optimum de soins, sans recourir aux praticiens et hôpitaux de l'étranger.

L'assistance se disperse en supputant l'identité du futur responsable de la gestion du scanner. Si personne ne pouvait prédire de nom de l'heureux élu, tous s'accordaient à la conclusion qu’après les discours des autorités sur la compétence de nos médecins, le poste reviendrait à mauritanien.

Deux jours après l'évènement, le ministère de la santé annonce le nom de l'heureuse élue, une marocaine spécialement embauchée pour ce poste. Son salaire atteint 1 million 500 mille ouguiyas par mois, pratiquement le double des émoluments d’un ministre.

Le contrat prévoit, également, le payement, par la Mauritanie, d'un billet aller retour Nouakchott-Casablanca, au moins une fois tous les deux mois en plus d’une série d'avantages en nature : maison et véhicule de fonction, charges afférentes (eau, électricité, carburant, téléphone... etc).

Lors d'un appel lancé il y a de cela quelques semaines, le ministre Ould Horma demandait, aux médecins mauritaniens établis à l'étranger, de revenir exercer chez eux ; il leur promettait des salaires intéressants.

Après la sujétion affichée par le Président Ould Abdel Aziz envers le Maroc et l'amalgame de Ould Horma entre les médecins des deux pays, il convient de rappeler, à l’un et l’autre, que la Mauritanie n'est pas (pas encore?) la 17ème Wilaya du Royaume Chérifien, un voisin, de poids, auquel nous lie une histoire féconde mais de qui notre raison de vivre nous dicte de se distinguer, toujours. La leçon vaut, à titre préventif, pour notre ministre des affaires étrangères, Naha Mint Moknass.

En diplomatie, la confusion des préférences privées et de la doctrine d’un État mène sûrement à la fusion ; les mauritaniens ne se sont pas encore prononcés sur le rattachement à la Couronne Alaouite, laquelle, d’ailleurs, se passerait bien d’un tel boulet.
taqadoumy-fr.com

maatala a dit…

Salam

Ya Essghenass

La maladie est une chose sérieuse

Un notable de NKTT s'est fait faire un scanner à NKTT, puis alla à las palmas consulter un spécialiste avec entre les main les résultat de son scanner.

Le spécialiste examina le scanner et le compte rendu, puis il dit à son patient qu'il manquait quelque chose dans son bilan:

" une partie de l'interprétation des résultats"

Il ne suffit pas d'acheter du matériel, mais de savoir l'utiliser et comprendre les résultat pour en faire un compte rendu fidèle et complet pour que le praticien puisse faire un bon diagnostic dans l'intérêt de son patient.

Ce qui me choque dans cette affaire c'est que notre ministre ai choisie une marocaine.
Ce qui est en cause e ce n'est pas sa compétence , mais le fait que notre ministre exerçait au maroc.

Qui a parlé de transparence dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Birame ould Dah ould Abeid déstabilisé à Genève lors du Festival du Film et...

...Forum International sur les Droits Humains.


Au cours d’un débat sur le thème : " l’esclavage des noirs en Mauritanie : ça continue " organisé par l’université populaire africaine de suisse, le 10 mars 2010 en marge du festival du film sur les droits humains, Birame s’est emporté devant un auditoire peu nombreux venu l’écouter pour l’occasion.

Cela s’est produit en réaction aux interventions de quelques mauritaniens présents à ce débat.

En effet face aux affirmations mensongères de Birame sur l’existence de l’esclavage en Mauritanie, sur le rôle de l’islam et des oulémas mauritaniens dans sa perpétuation et sur celui de la communauté arabo-berbère , M. Cheikh Tourad ould Abdel Malik, Ahmed ould Moctar ould Bouceif, Mohy Dine ould Cheine ont tour a tour démontré devant l’assistance que le discours chauvin, foncièrement raciste et xénophobe de Birame n’était pas fondé.



Chose qui a irrité ce dernier qui s’est énervé et accuser ses concitoyens présents de mouchards au service du régime de Nouakchott.

Encore une fois : « A beau mentir, qui vient de loin », c’est ce que cette soirée débat a révélé à quelques genevois venu écouter Birame à cette occasion.

Conseillère Chargée de la Communication( CCC )
CDHAHRSC

---------------------------------

Le cas de Oumoul Khairy n'existe pas pour les esclavagistes.

Nier toujours nier, Couly ente vem dit le fou

maatala

maatala

Tidinit a dit…

Réaction d'un compatriote sur le rapport sur la drogue mis en ligne pat Taqadoumy. Depuis quand un rapport d'enquête contient de la prose?


===

Commentateur no. 2 a dit:

ce rapport est confus, fastudieux et inexploitable, tant sur le plan judiciaire qu'administratif.
il est trop long, répétitif, mal agencé et mal écrit.
la forme est monotone et le fond monocorde.
lire ce rapport est une corvée; le lecteur le plus endurci s'en sort avec des migraines.
les auteurs de ce rapport ne méritent qu'une chose : être sanctionnés à la place des prétendus responsables.
le propre d'une enquête c'est d'éclairer le juge et lui permettre de situer les responsabilités. or, ce rapport est un étalage de lieux communs qui en rajoute à la confusion.
il aurait été beaucoup plus sage de confier l'enquête aux services de la gendarmerie à défaut de pouvoir la refiler à la police dont certains responsables sont soupçonnés d'être en collision avec les malfrats.
n'est pas enquêteur qui veut et malgré sa compétence supposée, un inspecteur général de l'état n'a pas les mêmes prédispositions qu'un flic ou un pandore.
si j'étais taqadoumy, je préserverais mes lecteurs d'un rapport aussi assommant, ou si je tiens coûte que coûte à le leur faire avaler, je prévois une tisane, un hamac et un coussin.
... ça ce n'est pas un rapport; c'est peut-être un suppositioire.

Tidinit a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Tidinit a dit…

Mokrane Chebbine-Le Midi Libre-14 Mars 2010

Face à la recrudescence de l’insécurité au Sahel, Alger convoque une réunion d’urgence
dimanche 14 mars 2010

Cette conférence de coordination des pays sahélo-sahariens, convoquée à l’initiative de l’Algérie suite à une « recrudescence des faits et actes », traitera de la lutte antiterroriste et des crimes connexes qui minent la sous-région du Sahel.

Sept pays de la sous-région sahélo-saharienne, la Libye, la Mauritanie, le Niger, le Mali, le Burkina Faso, le Tchad en plus de l’Algérie se réuniront, mardi prochain, à Alger pour étudier et analyser les récents développements survenus dans la région.

L’annonce a été faite hier par le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale. « Il s’agit d’une réunion de coordination et de concertation d’urgence convoquée par l’Algérie, afin de coordonner une riposte commune de ces pays face à la menace sécuritaire de plus en plus grandissante », a expliqué Abdelkader Messahel.

Donc, cette conférence de coordination des pays sahélo-sahariens, convoquée à l’initiative de l’Algérie suite à une « recrudescence des faits et actes », traitera de la lutte antiterroriste et des crimes connexes qui minent la sous-région du Sahel, mais aussi des projets de développement communs qui ne sauraient se concrétiser dans un climat d’insécurité.

« Il s’agira de formuler des recommandations concrètes et urgentes pour amorcer des actions communes avec l’implication de tous les pays voisins dans le sens de combattre un fléau transfrontalier », a ajouté le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, tout en rappelant que les pays en question ont des engagements sécuritaires et militaires à respecter dans le cadre des conventions signées en la matière.

Et de rappeler les cadres de concertation et de coopération bilatérale dont les conventions signées avec le Mali et le Niger ainsi que les grandes commissions mixtes avec la Libye et la Mauritanie.

Concrètement, Abdelkader Messahel a cité le plan biannuel de 10 millions de dollars octroyé aux populations du nord du Mali pour l’amélioration de certains services aussi vitaux que la santé, l’eau et la formation professionnelle, et la route transsaharienne, dont il ne reste à réaliser que 200 km sur le territoire nigérien pour un coût estimé à 180 millions de dollars.

« Il faut que la paix et la stabilité reviennent dans la sous-région du Sahel », a-t-il soutenu, tout en rappelant le principe de non-ingérence dans les affaires internes des autres pays, tel que prôné par l’Algérie, la doctrine nationale en matière de voisinage dans ladite région et qui repose sur trois constantes pertinentes, en l’occurrence le triptyque "démocratie, sécurité et développement".

C’est en somme les enjeux qui entourent la conférence d’urgence des pays sahélo-sahariens convoquée par Alger pour mardi prochain, dans une tentative de remédier à une situation qui semble dégénérer dans la région.

Mokrane Chebbine 14 Mar 2010

Tidinit a dit…

Tripoli - Pana 14/03/2010

Libye-USA : Les développements dans les relations à la Une
dimanche 14 mars 2010

La rencontre du guide Mouammar Kadhafi avec la délégation des sultans, émirs, chefs traditionnels et notables des tribus Touaregs, Sanghai, Al-Brabich, Kounta et Bambara du Nord-Mali, les relations libyo-américaines et la situation dans le monde arabe sont les sujets ayant retenu l’attention de la presse libyenne cette semaine.

Le journal Al-Jamahiriya a rapporté des extraits du discours du guide Kadhafi devant cette délégation touarègue membre de la Ligue populaire et sociale des tribus du grand Sahara, relatifs à la nécessité d’œuvrer pour le règne de la paix et de la stabilité dans la région.

Le même journal a indiqué que le leader Kadhafi a affirmé que "nos problèmes, qu’ils soient politiques, économiques ou sociaux, doivent être réglés entre nous".

Sous le titre "les arabes et les défis contemporains", le journal Al-Zahf Al- Akhdhar a écrit que "toutes les données politiques et économiques imposent aux arabes d’abandonner les politiques infructueuses, d’autant plus que les défis futurs et actuels exigent la révision profonde de plusieurs politiques qui ne font que détériorer la situation du monde arabe".

Al-Zahf Al-Akhdhar a affirmé aussi que l’opportunité existe actuellement pour les arabes de surmonter les divisions qui ont marqué "leur nation" lors du sommet de la Ligue arabe qui sera abrité par la Libye fin mars, et appelé les arabes à s’unir et à avoir une seule position.

De son côté, Al-Fajr Al-Jedid a écrit que les excuses du porte-parole du département d’Etat américain pour ses commentaires sur le discours du guide Mouammar Kadhafi à l’occasion de la commémoration du Maouloud est une "nouvelle victoire" au profit de la partie libyenne.

Le même journal a ajouté que l’acceptation par la partie libyenne des excuses claires pourrait fermer la page du sévère différend entre Washington et Tripoli, "étant donné que ce différend aurait pu handicaper le développement des relations bilatérales entre la Libye et les Etats-Unis d’Amérique".

Tidinit a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Tidinit a dit…

http://www.temoust.org/un-reseau-international-a-ete,13884

Tidinit a dit…

De quoi facher les Algériens. Sacrés maliens ! Il n y a pas de différent, mais un petit jeu de 2 pays contre 1. Si l'Algérie, la mauritanie, les US et la France ne peuvent pas retrouver les 4 salafistes liberés pour sauver la vie d'un otage, espion fût-il, tout le monde a un problème. Ils ne se sont pas volatilisés et tout le monde sait exactement où ils sont, à quelques milimetres près. Et tout le monde saura exactement où seront les 4 de chez nous qui seront liberés. La RIM doit cesser de jouer ce jeu qui n'est pas le sien. Le coup d'état a marché et il est temps d'arrêter ce jeu. Nous avons d'autres chats à fouetter.

==========

CEN-SAD : Khadafi réglera-t-il le différend entre le Mali et la Mauritanie


Le Républicain, 15/03/2010



Le guide libyen a été sollicité pour régler le différend diplomatique entre notre pays et la Mauritanie. En effet, vendredi dernier, dans leurs recommandations, les participants à la 2ème mandature du Conseil économique, social et culturel (Cesc) de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (Cen-Sad), qui clôturaient leurs travaux, à l’Hôtel Laïco l’Amitié, ont invité le mali et la Mauritanie à garder leurs relations de bon voisinage.

Cette résolution fait suite à l’appel lancé au Mali et à la Mauritanie par le président du Cesc de la Cen-Sad, Moussa Balla Coulibaly ‘’ pour qu’ils dépassent les conjonctures actuelles parce que c’est deux pays frères que tout lie, l’histoire, la géographie... Monsieur le secrétaire général de la Cen-Sad, avait dit Moussa Balla Coulibaly, je crois que nous ne pouvons avoir meilleur porteur de ce message que vous-même. Compte tenu de votre connaissance profonde de ces deux pays frères et de l’intérêt que vous portez à tous les membres de la Cen-Sad, je suis certain aussi qu’avec l’appui du frère guide de la Jamahiria, notre appel sera entendu. ‘’ A cet effet, le secrétaire général de la Cen-Sad, Mohamed Al-Madani Al-Azhari, avait indiqué qu’il avait fait sien l’appel lancé par Moussa Balla Coulibaly concernant les rapports entre notre pays et la Mauritanie. ‘’ C’est à nous, avait-il dit, de veiller au respect des textes en vigueur, la charte de la sécurité et les textes de notre communauté. Il faut éviter tout problème surtout entre nos Etats. ‘’ Il avait précisé qu’il ne manquera pas de transmettre les sollicitations au Guide libyen Mouammar El Khadafi.

De ce fait, les participants ont tenu compte de ces appels pour les mentionner dans leurs recommandations. Le secrétaire général de la Cen-Sad a, pour sa part, lancé un appel aux deux pays pour ‘’qu’ils gardent leur sérénité. ‘’ Il a ajouté que l’espace sahélo saharien doit être un espace de solidarité des Etats pour leur sécurité. Le combat, a dit Mohamed Al-Madani Al-Azhari : ‘’ c’est comment aider nos masses et faire de cet espace, un véritable espace de solidarité, d’intégration, de fraternité, où nous vaincrons tous les obstacles.‘’

Au demeurant, les recommandations de cette 2ème mandature du Conseil économique, social et culturel de la Communauté des Etats sahélo sahariens, qui portait sur le thème du développement rural et intégration, ont fait état du développement de l’agriculture, de la réduction de l’insécurité alimentaire, de la résolution des problèmes d’eau et de l’investissement dans les infrastructures et l’équipement des agriculteurs, dans l’espace communautaire.

Baba Dembélé

Tidinit a dit…

De quelles puissances asiatiques Mounir B se refere t-il. Soubhana Allah!


Mounir Boudjema-Liberte Algérie-13-03-10

Capharnaüm
dimanche 14 mars 2010

L’ingérence des puissances occidentales ou asiatiques n’arrange pas les choses puisque chacun se donne le droit d’intervenir comme si le Sahel était le jardin de ses fantasmes néocoloniaux.

Alger a-t-il finalement décidé d’agir en tant que leader régional ? C’est du moins ce qui apparaît dans l’initiative de l’Algérie de réunir sept pays du Sahel qui vit actuellement l’une des périodes les plus troubles de son existence.

Car depuis ces dernières semaines, le Sahel est devenu un véritable capharnaüm où se mélangent pêle-mêle prises d’otages, attaques terroristes, affaires d’espionnage, manœuvres militaires, trafic de cocaïne, caravanes de contrebande, rebellions touarègues, course aux gisements de pétrole et d’uranium et autres coups d’État. Aucun des sept pays du Sahel n’est épargné par cette multiplication d’événements qui polluent une région subsaharienne devenue motif d’inquiétude et d’interventionnisme.

Au-delà de l’Afghanistan, le Sahel est devenu l’endroit où l’on se doit d’être. C’est au nord du Mali qu’Al-Qaïda Maghreb a décidé de s’installer avec la complicité des tribus barabiches et le silence de Bamako. C’est dans l’est de la Mauritanie que les terroristes kidnappent des otages occidentaux. C’est dans le nord-ouest du Niger que les salafistes s’attaquent aux garnisons nigériennes. C’est dans cet arc de l’un des déserts les plus pauvres au monde que se développe une zone de non-État qui semble convenir à beaucoup d’acteurs. Des terroristes aux exploitants d’uranium en passant par les trafiquants de la coke colombienne.

Le sahel est devenu une “zone grise” qui est en train de s’obscurcir davantage. L’ingérence des puissances occidentales ou asiatiques n’arrange pas les choses puisque chacun se donne le droit d’intervenir comme si le Sahel était le jardin de ses fantasmes néocoloniaux. Au mépris de la souveraineté d’États sahéliens fragiles qui passent leur temps à s’entre-déchirer et à s’accuser mutuellement. Le début de solution ne peut venir que de ces États. C’est apparemment le message de la diplomatie algérienne qui a finalement décidé de prendre le taureau par les cornes, après la série d’événements troublants dans cette région. Une solution qui ne peut venir que de la solidarité et l’entraide entre voisins.

M. B.

TITAN a dit…

Si c'est cette rémunération se confirme, le Ministre de la santé doit s'expliquer afin de nous donner les raisons de ce choix et les conditions de selection de cette spécialiste

Khalil Balla Gueye a dit…

A l,intention de mes ASSASSINS d,ici et d,ailleurs

Je me trouve actuellemen en therapie a l,hopital pychiatrique bien conn de mes assassins pour m,y avoir suivi lusieurs et tente de m,assassiner dans es environs immediat.

Je me rends quodiennement au oit d,nternet du kiosque du coplexe psychiatrique et rien de plus facile de reconnaitre le grand noir parmi les blancs pour le flinguer.

pourquoi avoir pris la mesure du compte google obligatire?
Surement pour mettre au vert Couly et ien d,autres qui prendront de ce fait la releve pour concretiser le projet de mon ASSASSINAT deja initie par d,autres complices comme A-et etc....

De toutes les facons, je ne compte que sur l,aide de ALLAH pour mettre en echec cet odieux, barbarbare et anachronique complot d,assassinat d,un pere de famlle livre seul a la haine gratuite d,un groupe d,individus aux intentions et professions inavouables mais et evidentes aux yeux de tous.
La hawlw li wela ghouweta illa billahi al aliyou el adhim.
Enfin je demande au noveau president et a ses services competents aide et protection contre la machination de l,assassanat gratuit ou plutot retribue d,un intello connu pour sa probite et son soutien total au nouveau president et cela s,est reflete dans mes ecritts tant dans la presse nationale, etrangere que sur mon blog des le lendemain de la proclamation de la brillante elecion du president Mohamed Ould Abdel Aziz.

Yedou allahou vowgha eyadi les assassins.

Khalil Balla Gueye - Düsseldorf

Khalil Balla Gueye a dit…

Precision:
Je me trouve actuellement depuis samedi a l,hopital psychitrique bien connu de mes assassins pour m,y avoir suivi plusieurs fois et tente de m,assassiner dans ses environs immediats, il y slmt quelques semaines de cela.
En cinq mis j,aurai fait 3 sejours en psychiatrie sous la pression constante des menaces de mort et d tentatives de meurtre.Je n,ai fait pour meriter un tel traitement barbare dans tous les cercles civilises

Cette pratique barbare est "passee de mode" partout meme dans les pires dictatures.Que dire donc d,un cercle qui se voudrait inetllectuel?

citoyenne a dit…

Cher KBG,
Nos pensées et nos brakattes sur vous.
Cher frère, prend tes médicaments et repose toi bien et tout ira dans le bon sens, incha Allah.
Mahou valek manek lahi tejber yekoune elkhayer.

Tidinit a dit…

Moussa/UPR,

On dit quoi? Qui avait raison? A- ou twa ? Faut aller au lien ci-dessus. Il n’y a pas d’autre solution que de donner ces djihadistes contre la vie sauve d’otages innocents. Aziz profite de cette mierda pour se débarrasser de tous les barbus de ce monde, quitte à leur faire la chasse avec tout le monde. Dans le processus de libération de tout ce monde au Mali et en Mauritanie et ailleurs, on laisse filer ceux qui savent qui les payaient ou manipulaient.

Moussa mon zami, relis Jeremy Keenan.

http://www.temoust.org/lutte-anti-al-qaida-au-sahel-tout,13905

Avant-goût ou lancement comme on dit pour les films.
« Or, aux dernières nouvelles, ce week-end, le gouvernement mauritanien, contre toute attente, a engagé des négociations avec le Burkina Faso en vue de la libération des 67 membres d’Al Qaïda pour le Maghreb islamique incarcérés à Nouakchott, ou d’une partie d’entre eux dans un premier temps, contre celle des deux ressortissants espagnols et du couple italien, encore otages de cette organisation terroriste. Selon des « sources informées » citées par le journal espagnol El Pais, tel a été l’objectif de la visite, vendredi à Ouagadougou, du secrétaire général de la présidence mauritanienne, Adama Sy, qui a été reçu par le président Blaise Compaoré. »

Si cette se termine comme ça, deux contents: vlane et A-. Général vladimir enta vem? Aziz met adel et il ne va quand même pas avoir la vie d'innocent sur la conscience! Les tueurs de l'UPR, mourrou !

Tidinit a dit…

Lu pour KBG. C'est qui ce maître Bouna El Hacen?. Je croyais que la farce était finie, mais les conneries sont là pour rester chez nous.

KBG: tu suis cette affaire et je t'interdis d'abandonner si un gars de chez toi est impliqué. Prend les medicaments double dose pour guerir rapidement.

A- m'a demandé de te passer ce message.
===

Doubts grow over Mauritania oil refinery project

Mon Mar 15, 2010 3:12pm GMT

NOUAKCHOTT (Reuters) - Small Canadian firm Winfield Resources is pressing ahead with a proposed $3 billion oil refinery in Mauritania despite growing doubts among government officials it will find investor backing.

The Vancouver-based company won a license in 2008 to build a 300,000 barrel per day plant in the capital Nouakchott, among the biggest refinery projects currently proposed for the continent, but said it is still lacking funds to proceed.

"It is no secret that Winfield needs partners to finance a project of this scale," said Winfield spokesman Maitre Bouna Elhacen. "The company is negotiating with several private financial backers including international banks."

Mauritania produces just 10,000 barrels of crude oil per day -- enough to keep a 300,000 bpd refinery running for less than an hour -- meaning crude would need to be imported.

The country also has an existing 20,000 bpd refinery in the northern port city of Nouadhibou which generally runs at less than a fifth of capacity due to years of underinvestment.

"Either Winfield withdraws its license, or it revises its refinery project with more reasonable and realistic proposals," said Ahmed Ould Zein, an adviser in charge of legal affairs at Mauritania's energy ministry.

The head of Mauritania's Extractive Industries Transparency Initiative and economic adviser to the Prime Minister's office, Sidi Ould Zein, said he also thought Winfield's plan was overreaching.

Winfield has proposed similar refining projects elsewhere in Africa, including Tunisia and Rwanda.

Tidinit a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Tidinit a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
TITAN a dit…

TIDINIT
Tu continues à nous prendre pour des cons et c'est ce qui m'enerve le plus c'est toi surtout avec tes théories fictives que tu fabriques pour faire plaisir à qui tu sais.

A-, Vladimir et Tidinit c'est le même personnage qui pollue ce globe avec ces théories dont on ne connait que trop les objectifs.

Quant à la libération d'islamiste, tu peux toujours courir, seule la justice est habilitée à se prononcer et elle ne prononcera pas en faveur des djihatistes confirmés. En Mauritanie, on n'est plus comme une certaine république bananière chère à ton ami Couly.

Tidinit a dit…

Lu pour vlad

http://www.temoust.org/apres-avoir-saborde-l-initiative-d,13898

kimporte a dit…

" Aziz s’ennuie et réclame l’affrontement démocratique"

à lire chezvlane

Tidinit a dit…

TITAN,

Tu pête les plombs pour ça?

Source: http://www.temoust.org/lutte-anti-al-qaida-au-sahel-tout,13905


"... Or, aux dernières nouvelles, ce week-end, le gouvernement mauritanien, contre toute attente, a engagé des négociations avec le Burkina Faso en vue de la libération des 67 membres d’Al Qaïda pour le Maghreb islamique incarcérés à Nouakchott, ou d’une partie d’entre eux dans un premier temps, contre celle des deux ressortissants espagnols et du couple italien, encore otages de cette organisation terroriste. Selon des « sources informées » citées par le journal espagnol El Pais, tel a été l’objectif de la visite, vendredi à Ouagadougou, du secrétaire général de la présidence mauritanienne, Adama Sy, qui a été reçu par le président Blaise Compaoré.
La conviction que quelque chose de ce genre a eu lieu, les déclarations de l’émissaire du président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, dans la capitale burkinabé, vont le confirmer.
« Tout sera fait pour parvenir à un bon résultat », dit-il en allusion aux tractations actuelles autour de l’opération « échange de prisonniers terroristes contre les otages ».
Le doute s’installe donc sérieusement quant aux intentions du gouvernement mauritanien, si l’on considère encore que c’est le conseiller du président Blaise Compaoré, un Mauritanien, qui est à l’origine de la libération mardi d’Alicia Gamez, l’une des trois otages catalans. Ou encore que le président burkinabé, en bon allié de la France, obéit au doigt et à l’œil à Nicolas Sarkozy.
Seulement 24 heures après la visite de Adama Sy à Ouagadougou, 14 des 67 terroristes dont le présumé auteur de l’enlèvement des trois otages espagnols ont été présentés au parquet à Nouakchott. C’est exactement ce scénario qui a été mis en scène,
le 23 février, à Bamako avec un simulacre de procès de 4 terroristes d’Aqmi libérés en échange de l’otage français. Plus exactement encore, le lendemain même de la visite du ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, dans la capitale malienne."

C'est un article de Temps d'Algérie. Au lieu de ça, tu prefère qu'on te dorlote avec les discours de Ould mohamed Laghdaf sur l'arabité exclusive de la mauritanie? Pour le cas de Winfield, c'est du très sérieux Reuters. Bechar ala rassak car ce que tu ne veux pas entendre va te polluer l'existence ici sur canalh. Je verifie de quoi tu parles depuis un certain temps.

Tidinit a dit…

Le contrat est déjà signé et c'est par ton ton propre camp que tu defends avec acharnement depuis le fameux coup d'août 2008. On te l'avais dit.Toi et ton groupe, vous vous etonnez toujours quand la verité est dite. Comme chercher de la prose dans un rapport-PV sur la drogue de NDB. Tu as un cousin touché dans ce rapport. Dis-nous entre toi et Allah.

===
TTAN a dit:

Si c'est cette rémunération se confirme, le Ministre de la santé doit s'expliquer afin de nous donner les raisons de ce choix et les conditions de selection de cette spécialiste

15 mars 2010 11:44

Tidinit a dit…

Lu pour TITAN,

Voilà ce que tu me reproches. On informe sur la mission secrete de Sy Adama auprès de beau Blaise (Le Temps d'Alger) et après on attaque (La Liberté d'Alger). Elle fait quoi la Naha à Alger? Pas malin de commanditer un article pareil le jour de la réunion d'Alger. J'ai bien peur que le Mali et la Libye n'y seront pas.

Elle est où la théorie fumeuse?
.
====

Al-Qaïda s’impose à la réunion ministérielle des pays du Sahel
La région de toutes les convoitises
Par : Azzeddine Bensouiah
Lu : (391 fois)

La réunion des chefs de la diplomatie des pays du Sahel, qui se tiendra aujourd’hui à Alger, devrait débattre essentiellement de la situation sécuritaire dans la région et de la nécessité de coordonner les efforts des pays de la région, au moment où la nébuleuse terroriste s’emploie à s’installer durablement dans ces contrées, encouragée par les rançons versées par les pays occidentaux et la facilité d’y faire tous genres de trafics.

Le dernier communiqué d’Al-Qaïda est porteur de deux messages dangereux : le premier étant de confirmer l’intention de l’Internationale terroriste de faire de la région du Sahel son terrain de chasse privilégié et, probablement, un futur Afghanistan. En s’adressant aux dirigeants des pays du Sahel, Al-Qaïda joue sur la faiblesse de ces États et leur hésitation à combattre fermement le terrorisme. On l’a vu avec le Mali qui, malgré toutes les aides militaires et logistiques, et malgré tous ses engagements, n’a pas pu résister à la pression française pour libérer des terroristes réclamés par l’Algérie contre un otage français que l’on dit rouler pour les services de renseignement de son pays. On le voit présentement avec le Burkina Faso qui aurait accepté de “dealer” avec les terroristes pour la libération contre rançons des otages italiens et espagnols.
Malgré tous les efforts fournis par l’Algérie en vue d’amener les pays de la région à unir leurs efforts pour combattre ensemble le terrorisme, et malgré le fait que le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté une résolution criminalisant le payement des rançons, des dirigeants des États du Sahel ont du mal à résister aux pressions exercées par des pays occidentaux en vue de négocier la libération de leurs otages contre des rançons ou des terroristes emprisonnés.

Tidinit a dit…

Suite - Elle est où la théorie fumeuse TITAN. C'est pour t'aider à reflechir.

=========
C’est, donc, à partir de ce constat que les groupes terroristes agissent en toute confiance dans cette région, sachant que des pays européens sont toujours prêts à payer la libération de leurs otages et sachant que des pays du Sahel sont toujours prêts à jouer les intermédiaires. À partir de là, les groupes terroristes veulent accentuer la division des rangs des pays du Sahel en lançant un appel aux dirigeants de ces pays dont le contenu est le suivant : laissez-nous faire notre business, qui est le kidnapping d’Occidentaux, et occupez-vous des négociations, cela pourrait vous rapporter des dividendes et vous éviter des problèmes avec nos troupes.
Le second message dangereux contenu dans le message d’Al-Qaïda constitue un coup d’État non déclaré à Abdelmalek Droukdel. Ce dernier, même s’il reste officiellement le numéro un de la nébuleuse terroriste, est de plus en plus menacé sur son trône par Mebrek Yazid, alias Abou Youcef Al-Annabi. Ce dernier, un transfuge du GIA, qui s’occupait jusque-là du comité des notables, aurait pris les commandes du GSPC. D’ailleurs, Droukdel, qui avait l’habitude et la prérogative de s’exprimer au nom de l’organisation terroriste, n’a plus donné signe de vie depuis la fin de 2008.
Al-Annabi, connu pour être un adepte de la pensée du “takfir”, rêve de devenir l’“émir” des sanguinaires et conforter, ainsi, la mainmise des anciens du GIA sur le GSPC.
Mais son appel aux dirigeants des pays du Sahel, au-delà du fait qu’il signe l’arrêt de mort de la dimension maghrébine que Droukdel voulait donner à son entreprise terroriste, constitue un aveu d’impuissance de la part de l’organisation terroriste acculée, dans ses fiefs, par les forces de sécurité, et obligée à faire dans le trafic de drogue et les kidnappings pour continuer à survivre.
Les dirigeants des pays du Sahel, jusqu’à preuve du contraire, se sont tous engagés à lutter en commun contre le terrorisme et ont tous exprimé le rejet de voir leurs territoires transformés en terrains de joutes entre groupes terroristes et forces d’intervention étrangères. C’est pourquoi la réunion qui s’ouvre aujourd’hui à Alger se doit de mettre fin à toutes les hésitations, à toutes les compromissions et à toutes les incertitudes en matière de lutte commune contre le terrorisme.

Khalil Balla Gueye a dit…

Chere Citoyenne
Merci pour les mots de reconfort que tu as eu a mon adresse et qui me sont alles droit au coeeur.hadhe emnasseb we emkhali essdaguiye:

En retour je vous demandrai a Bebe Ba et a toi autre autres meneurs et soutiens de la cabale pour le meurtre froid et calcule de l,innocent KBG de bien vouloir renoncer a cet acte insense aux consequences IMPREVISIBLES et INCALCULABLES pour les 2 parties.

Je vous en conjure, we emtelebelhe ENACCDE BILLAHI ew LEBAZIL de me laisser la vie sauve en renoncant a cet acte boite de Pandore.Oui LEBAZIL!

Enfin, je suis peut etre moyennement intelligent mais on m,a tjrs dit khassetni laghme min min la3ghal ajoutez a cela ma sante mentale fragile et mauvaise chronique objet de mon actuelle hospitalisation en psychiatrie..Treykti ew ma mere vsslin viye comme tout le monde sait.
Je le reconnais volontiers ma ni 3aghel et presente tous mes regrets sinceres a tous et toutes et suis pret au rachat par tous les moyens possibles et imaginales.
NECHDE EW LEBZAZIL encore une fois.
Merci a tous et toutes de le faire

Khalil Balla Gueye du complexe psychiatrique

Khalil Balla Gueye a dit…

Chere Citoyenne
Merci pour les mots de reconfort que tu as eu a mon adresse et qui me sont alles droit au coeeur.hadhe emnasseb we emkhali essdaguiye:

En retour je vous demandrai a Bebe Ba et a toi autre autres meneurs et soutiens de la cabale pour le meurtre froid et calcule de l,innocent KBG de bien vouloir renoncer a cet acte insense aux consequences IMPREVISIBLES et INCALCULABLES pour les 2 parties.

Je vous en conjure, we emtelebelhe ENACHDE BILLAHI ew LEBAZIL de me laisser la vie sauve en renoncant a cet acte boite de Pandore.Oui LEBAZIL!

Enfin, je suis peut etre moyennement intelligent mais on m,a tjrs dit khassetni laghme min min la3ghal ajoutez a cela ma sante mentale fragile et mauvaise chronique objet de mon actuelle hospitalisation en psychiatrie..Treykti ew ma mere vsslin viye comme tout le monde sait.
Je le reconnais volontiers ma ni 3aghel et presente tous mes regrets sinceres a tous et toutes et suis pret au rachat par tous les moyens possibles et imaginales.
NECHDE EW LEBZAZIL encore une fois.
Merci a tous et toutes de le faire

Khalil Balla Gueye du complexe psychiatrique

Sanhaji a dit…

Le dernier discours du Hijacker de la Mauritanie, son excellence le Surveillant Général Mohamed Ould Abdelaziz, édifie tout le monde sur les véritable intentions dictatoriale de celui qui préside indésirablement à notre destin aujour'hui au moins.

Le Monsieur à défaut de pouvoir faire l'apologie de sa politique, au moins insensée, s'acharne sur l'opposition qui n'a en effet fait que son travail.

En 20 ans de Ould Taya, celui là n'a jamais attaqué verbalement l'opposition. Qui est alors le vrai dictateur?

Les UPRistes derniers vestiges de la Tesfagmania, disent tout bas que le Monsieur leur au moins antipathique, quant ils ne versent pas dans sa critique acerbe.

A travers la grève grandement respectée et une intensification progressive de l'activité contestatrice de l'opposition, il ne restera plus à notre ami que la porte qui lui est grandement ouverte.

Bonne journée

Tidinit a dit…

Lu pour Sanhaji.
==

Editorial: Sueurs froides
10-03-2010 (160 lectures)
Le Premier ministre a parlé. Dans une conférence de presse. «Enfin!», serait-on tenté de dire. Quelques mois après sa déclaration de politique générale devant le Parlement, qui n’a pas laissé un souvenir impérissable, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, donné pour partant, il n’y a pas longtemps, est monté au créneau, jeudi dernier. Pour se rappeler à notre mauvais souvenir et nous mijoter son ultime recette, toujours à base d’une langue de bois qu’on croyait éculée. Et il n’est pas allé avec le dos de la louche. Si l’on en croit le primus inter pares – le premier d’entre ses pairs (dans l’ordre protocolaire, sans plus) – nous vivons dans le meilleur des mondes. Où l’on construit des routes à tout bout de champ. Où les délestages d’électricité ne seront plus que mauvais souvenirs, dans quelque(s) temps. Où l’on refuse de négocier avec les terroristes, «preneurs d’otages et tueurs d’innocents». Où les fonctionnaires ne doivent pas se plaindre, puisqu’ils touchent, désormais, 3000 UM d’indemnités de transport. Où le Conseil constitutionnel a le dernier mot. Où une direction nationale, éclairée, veille sur tout. Les journalistes présents qui ont, chacun, leur petite idée sur la situation que vit réellement le pays, n’ont pas manqué de rire sous cape. Les téléspectateurs et les auditeurs aussi, probablement. Confrontés à un quotidien de plus en plus difficile, ils n’ont, certainement, pas compris grand-chose, à un langage aussi abscons, à mille lieues de la réalité. Et, comme pour contredire le premier de nos ministres, les prix des hydrocarbures se sont envolés de quelques ouguiyas supplémentaires, au lendemain même de cette conférence de presse. Si ce n’est pas un coup tordu, ça y ressemble étrangement.
Mais pourquoi Ould Mohamed Laghdaf est-il, si subitement, sorti de sa réserve? Il y a quelques jours, lors d’une entrevue avec le comité directeur de son parti, le président avait reproché à sa majorité d’abandonner l’espace médiatique à l’opposition. Depuis, les soutiens d’Ould Abdel Aziz font feu de tout bois. Une conférence de presse de l’UPR, organisée, à la va-vite, en réponse aux accusations portées contre le pouvoir par le leader de l’opposition, a été suivie de l’annonce de la naissance d’une coordination des partis de la majorité. Avant que le Premier ministre ne se fende d’un premier bilan de son gouvernement post-élection présidentielle.
Ces sorties ont-elles, pour autant, convaincu une opinion publique qui voit son horizon s’assombrir de jour en jour? A part la longue litanie de promesses de lendemains meilleurs, auxquelles nous sommes désormais habitués, que nous a servi Ould Mohamed Laghdaf? Si le propre d’un Premier ministre est de servir de fusible en cas de dysfonction dans l’application du programme présidentiel, le nôtre ne devrait pas tarder à passer à la trappe. Avec l’écrasante majorité de son équipe, dont certains se demandent, encore, et se demanderont, toujours, tant leurs carences sont criantes, sur quelle planète ils ont atterri.
La gestion d’un pays, pour paraphraser Clemenceau, est une affaire trop sérieuse pour être confiée à des néophytes. Nous avons longtemps souffert des atermoiements de nos dirigeants. Si l’on doit y ajouter l’incurie, l’incompétence et l’insouciance, il y a de quoi avoir des sueurs froides. Mon Dieu, protégez-nous !
Ahmed Ould Cheikh

яimσ a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
яimσ a dit…

salut ,

j'ai voulu poster une vidéo en réaction au commentaire de sanhaji sur le discours de Aziz puis une autre sur l'arabisation de la mauritanie .

Le post n'a pas marché je vais essayer demain

maatala a dit…

Salam

Lu pour azzizzo sur rue 89

Weston, Smalto, Marithé & François Girbaud, Dior

La Sape, c'est avant tout les griffes et pas n'importe quelles griffes : Weston, Smalto, Marithé & François Girbaud, Dior etc. Car à l'origine, ce phénomène issu du Congo Brazzaville indépendant vient de ceux qui, émigrés en France, retournaient au pays en arborant des vêtements de luxe. Vêtements qui devaient signifier une réussite qui ne se résumait bien souvent qu'au seul fait d'être allé en Europe.

Le phénomène a perduré et les « sapeurs » ont fait leur une mode à l'origine occidentale. Il y ont ajouté leurs codes, leurs formes et leurs couleurs.

J'ai eu envie d'aller voir à Paris, deuxième ville de la « Sape », ce que devenait cette mode. C'est à Château Rouge que j'ai rencontré Jocelyn Armel dit « le Bachelor » dans son magasin Connivences.

« Le Bachelor » est un personnage original et reconnu dans le milieu de la « Sape » à Paris et pour cause : il est le premier sapeur à avoir créé sa griffe.

Puisque les Congolais aiment la Sape et sont prêts à dépenser beaucoup pour s'habiller, pourquoi ne pas profiter de ce marché ? Et puisque l'élégance n'est pas l'apanage des Européens, pourquoi ne pas créer sa propre ligne de vêtements ?

La Sape une vitrine du Congo ?

Connivences est né, il y a un peu plus de dix ans, sur ces idées. Évidemment, se faire accepter des amateurs d'Yves Saint-Laurent n'est pas chose facile. Surtout quand on est africain, dixit le Bachelor. Il raconte qu'à ses débuts, certains clients qui venaient lui acheter des costumes s'empressaient de les glisser dans un sac de marque plus connue avant de sortir…

La Sape est autant admirée que critiquée. On reproche aux sapeurs de ne pas être utile au Congo et de donner une image de l'Europe trop idyllique aux jeunes restés au pays.
Le Bachelor est lui-même critique sur la sape : les « défis » et les « danses des griffes » (défilés des sapeurs pendant lesquelles leurs démarches particulières donnent à voir les marques qu'ils portent) l'amusent autant qu'ils l'exaspèrent quand ils virent à l'excès. Mais il s'insurge quand on dit des sapeurs qu'ils ne servent à rien. Lui « milite » pour que la Sape devienne une vitrine du Congo et une source de développement économique et culturel.


Maatala





Pour le plaisir, parce que la Sape est d'abord « l'art d'être élégant », voici une petite présentation de la « touche » du Bachelor par lui-même. (Voir la vidéo)

Bebe BA a dit…

Naha Mint Mouknass ne parle-t-elle pas arabe ?

Cette question mérite d’être posée parce qu’au sortir de son audience avec le roi Mohamed VI, sa déclaration à la presse a été doublée par une traductrice en arabe, comme si elle parlait en français. La TVM, qui a diffusé cette déclaration, a laissé tout juste le début et la fin de la déclaration par la voix de notre ministre des affaires étrangères. Ceux qui ont suivi le JT de la TVM n’auront, très certainement pas, manqué de relever cela. Que se passe-t-il dans ce pays? Voudrait-on réveiller les démons de la fameuse circulaire 02, publiée en 79, qui rendait obligatoire et exclusif l’enseignement de l’arabe dans nos établissements? Ceux qui, au lendemain de la prise de pouvoir par le général Ould Abdel Aziz redoutaient le contrôle, par certains groupuscules extrémistes, de l’appareil étatique, comme ils l’avaient fait avec la police, la garde et la magistrature, auraient-ils raison? En tout cas, le subit regain d’intérêt pour la langue arabe et l’attitude du PM, face à l’interpellation d’un journaliste, suffisent, amplement, à susciter le trouble, dans l’esprit de certains mauritaniens. Alors, le prochain recensement de la population serait-il un autre prétexte, pour achever la sale besogne, entamée par les extrémistes, en 1987, à savoir, la dénégrification du pays?

LE CALAME

TITAN a dit…

Le calame doit mettre un peu d'eau dans son vin et éviter de tomber dans le piége de "Radio mille collines" qui a conduit aux massacres au Rwanda et au Burundi.
Faire tout ce tapage pour la traduction en arabe d'un mot de notre MAEC c'est trop vite aller en besogne.
L'arabe est et restera toujours la langue officielle mais pas au détriment du français (langue de communication) ni des langues nationales (à encourager et à developper).

Bebe BA a dit…

Titan,

Sur ce coup, le Calame a raison! Naha parle très mal l'Arabe!

Encore un pétit scoop du Calame; Ils ont mangé du lion today, lol:

Le professeur Lô Baidy remplacé sans l’avis de son ministre?

«A se taire ou à démissionner». La très célèbre formule du président François Mitterrand vient de se vérifier en Mauritanie. En effet, selon des sources dignes de foi, le ministre de la Santé, le docteur Cheikh Ould Horma vient d’en vivre l’amère expérience, avec le limogeage du professeur Lô Baidy, de son poste de directeur général de l’Institut National de Recherche en Santé Publique (INRSP) qu’il a porté sur les fonts baptismaux, il y a quelques années. A en croire ses propres confidences, le ministre n’aurait appris le remplacement de son directeur qu’en conseil des ministres, au moment précis de l’annonce des mesures individuelles. C’est, donc, très confus et dépité qu’il aurait rencontré son ex-Dg et désormais inspecteur, pour lui avouer qu’il n’y était pour rien; mieux ou pire: qu’il jugeait tout à fait inutile son «remplacement», surtout par un fonctionnaire qualifié, au ministère, de «pas indiqué», pour ne pas dire incompétent, à ce poste.
Le professeur Lô Baidy est un biologiste de formation, ancien chef service du laboratoire du CHN, avant sa désignation à la direction du Centre National d’Hygiène (CNH), puis à celle de l’INRSP. Très discret, pas du tout politique, l’homme est un de nos meilleurs spécialistes en biologie. Il va devoir, désormais, ronger ses freins à l’inspection générale du ministère de la Santé. Maigre consolation, au moment où le ministre demande, aux médecins mauritaniens, de rentrer au bercail, parce que la Nation a besoin d’eux. De telles décisions n’encourageront certainement pas ceux qui officient à l’étranger de prendre le chemin du retour. Quel gâchis!

LE CALAME

яimσ a dit…

salut ,

discours de aziz

débat en arabe sur l'arabisation du pays


on est tous contre ?

kimporte a dit…

bôjôr

" peut-on gouverner ce pays sans gabegie?"

à lire chezvlane

Trundrumbalind a dit…

Vlane, tu vaux mieux que ca. J'en suis persuadué. Toute cette lèche à longueur de posts.

kimporte a dit…

bôjôr

" peut-on gouverner ce pays sans gabegie?"

à relire chezvlane

Tidinit a dit…

Melanger une histoire de spematozoides de Kadafi avec nos problèmes, ça fait pas sérieux. SAWAB, c'est toujours Ould Horma?

===

Le parti SAWAB en Mauritanie appelle les arabes à retirer leurs dépôts des banques suisses

Le parti SAWAB en Mauritanie a appelé les pays arabes qui se réuniront au sommet fin mars en Libye à retirer leurs dépôts « à chiffres planétaires » des banques suisses » et à suspendre leur coopération avec ce pays, a constaté APA mardi à Nouakchott.

La tenue de ce sommet offre « une importante occasion pour adopter une position arabe ferme vis-à-vis de cet Etat raciste et véreux », a indiqué le parti à penchants nationalistes, mardi dans un communiqué. Le texte parvenu à APA à Nouakchott a invité les arabes à réaffirmer que l’interdiction par la Suisse de la construction de minarets représente « une déclaration de guerre contre les sentiments et les croyances ».

Il a considéré la mesure suisse comme s’inscrivant dans le cadre des « provocations continues émanant de l’Occident chrétien et sioniste ».



Selon lui, ces « provocations » comprennent également les « insultes » proférées au Prophète Mohamed au Danemark et « l’occupation de l’Irak et de l’Afghanistan ». Pour le parti SAWAB, c’est « un retour du colonialisme dramatique et de la conquête des peuples et des pays ».







Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : Agence de Presse Africaine

Tidinit a dit…

Merci Rimo pour les vidéos. Le débat sur Al Jazeera est très interessant.

TITAN a dit…

Vlane
Je suis tout à fait d'accord avec ton analyse.
Certes les temps sont durs mais plus qu'hier pour les gens ordinaires.
Pour les gabégistes c'est une autre histoire.
Aziz doit assainir rapidement l'administration (surfacturation, détournements, fonctionnaires fictifs...) afin de répartir les économies effectuées sur les salaires et autres services de base.
Quant aux emprunts exterieurs ils sont indispensables pour developper le pays mais ils doivent s'accompagner d'une grande vigilence en matière de gestion.

Tidinit a dit…

Réponse du berger à la bergère?
==

«Tindouf serait un vivier pour Al Qaîda» : Le dernier délire du Maroc

Les prises d’otages européens par les terroristes de l’Aqmi (Al Qaîda au Maghreb islamique), vont transformer les camps de réfugiés de Tindouf en un terreau pour la nébuleuse Al Qaîda.

C’est le message qu’a voulu faire passer lundi dernier l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’Organisation des Nations unies à Genève. Pour éviter de répondre à la question récurrente des droits de l’homme dans les territoires occupés du Sahara occidental et à la véritable chasse à l’homme qui est actuellement menée dans les villes rebelles de Dakhla et d’El Aâyoune, Rabat tente de focaliser l’attention de la communauté internationale sur les camps de réfugiés de Tindouf.

Une situation dont il porte l’entière responsabilité historique autour de laquelle est tissé un tissu de mensonges et sont élaborés des mises en scène et des scénarios d’où sont propagés, distillés, des discours de propagande destinés à la consommation interne et externe. La désinformation est devenue une spécialité marocaine.



Les Sahraouis des camps de Tindouf seraient donc de potentiels et vulgaires terroristes qui adhéreraient, les yeux fermés, à une nébuleuse terroriste pour laisser tomber le combat le plus noble que puisse mener un peuple colonisé: son indépendance.

Voilà ce que revendiquent les réfugiés sahraouis des camps de Tindouf, ce que veulent faire entendre les cris opprimés, étouffés, des populations sahraouies de Dakhla, d’El Aâyoune...

Voilà ce que le Maroc tente de faire oublier à une communauté internationale de plus en plus remontée et outrée par les violentes répressions exercées contre elles par les forces d’occupation du Royaume.

Le diplomate marocain n’a pas eu froid aux yeux en évoquant le risque de déstabilisation auquel la situation dans les camps de Tindouf expose la région. «Les derniers enlèvements de ressortissants européens par les terroristes de l’Aqmi (Al Qaîda dans le Maghreb islamique) ont confirmé les inquiétudes du Maroc que le désespoir dans les camps, les violations des droits de l’homme et l’absence de l’autorité du pays hôte allaient transformer ces camps en un terreau pour la nébuleuse Al Qaida », a déclaré Omar Hilale, selon une dépêche répercutée par l’agence de presse officielle marocaine Map.

«C’est pourquoi le Maroc dénonce l’attitude irresponsable de l’Algérie qui, pour mettre en oeuvre son agenda hégémonique sur la région, met en péril la paix et la sécurité régionales et internationales», a ajouté l’ambassadeur marocain qui avait pris la parole à l’occasion de la tenue de la 13e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève. Où se trouvaient les responsables marocains lorsque la voix de l’Algérie s’est élevée pour protester contre le marché conclu entre Paris et les terroristes d’Al Qaîda pour faire libérer Pierre Camatte, l’otage français détenu au Mali?

C’était le moment propice pour Rabat de montrer sa bonne foi et sa solidarité envers les peuples du Maghreb et algérien en particulier, qui a mené une lutte implacable contre les hordes terroristes.

La capitale marocaine a préféré se taire en échange du soutien que lui apporte Paris dans le conflit du Sahara occidental. L’oppression et la colonisation du peuple sahraoui sont ses préoccupations de l’heure. Il est vrai que dans ce domaine, la France a un passé qui peut servir d’exemple.

Tidinit a dit…

Suite

Le Maroc peut se révéler comme étant un élève surdoué en la matière. En ce sens, la déclaration du président de la Rasd sonne comme un témoignage qui en dit long sur les souffrances endurées par son peuple depuis trente-cinq ans. Elle résume à elle seule tout son drame et la responsabilité historique des autorités marocaines dans ce conflit.

«Le Maroc a non seulement violé les exigences du droit international en occupant par la force le Sahara occidental, le 31 octobre 1975, alors que sa présence aujourd’hui est une présence illégale en tant que puissance occupante, mais il persiste également dans la violation du droit international humanitaire et de l’Organisation des nations unies par rapport aux pays et aux peuples coloniaux, comme le Sahara occidental», a tenu à rappeler Mohamed Abdelaziz dans un message adressé à l’Union européenne.

Il l’exhorte à intervenir afin de parvenir à l’organisation d’un référendum d’autodétermination qui puisse permettre au peuple sahraoui de se prononcer librement quant à son avenir. En revenant à l’actualité et au problème de la sécurité dans la région, Rabat s’est soudainement offusqué de ne pas avoir été invité à la conférence d’Alger sur la sécurité au Sahel. Une position qui déconcerte.

Peut-on, en effet, accuser un pays voisin de vouloir déstabiliser son propre territoire, puis lui proposer sa contribution dans le cadre de la lutte contre le terrorisme? Lors de l’affaire de la militante des droits de l’homme, Aminatou Haïdar, qui avait été expulsée vers l’île de Lanzarote aux Canaries et qui n’est rentrée chez elle à El Aâyoune qu’après une grève de la faim de plus d’un mois et une mobilisation sans précédent de la communauté internationale, Khalid Naciri n’a pas mâché ses mots.

«Un complot systématique, méthodique, ourdi par l’Algérie », avait accusé le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement marocain. Comment vouloir après, s’asseoir à la même table comme si de rien n’était? Rabat n’est certainement pas à une inconséquence près et Alger est loin d’avoir la mémoire courte.

Mohamed TOUATI

Esseghnass a dit…

Pourquoi la Mauritanie à laquelle je pense n’est pas pour demain, Par Oumar Diagne
Date : 17/03/2010 à 20:50:50

Plus, dans un pays,
les femmes et les hommes
tendront vers la justice et la solidarité,
plus il fera bon d’y vivre.

C’est en analysant ce qui se passe sur la scène mauritanienne de Paris que l’idée d’écrire cet article nous est venue à l’esprit.
En observant et en écoutant de nombreux Mauritaniens, nous nous sommes rendu compte de la faiblesse de la place qu’occupe la réflexion dans leur espace. L’émotionnel, le subjectif sont au cœur des rencontres, des comportements et des pensées, des relations. Ainsi, les passions polluent toutes les tentatives de construction sereine. Ce qui est désespérant est que, même ceux qui sont supposés constituer l’élite d’aujourd’hui et de demain n’y échappent pas.

En de nombreux lieux et circonstances, au sein des espaces mauritaniens, ce ne sont ni les valeurs, ni les idées qui comptent, mais la personne qui parle, les appartenances ethnique, sociale, les relations, parfois, traficotées, négociées dans l’obscurité de l'opaque nuit des esprits malfaisants, du diable qui ruine et envenimine. Par conséquent, ce ne sont ni le projet d’un futur meilleur, la justice, la paix qui sont au centre des préoccupations de la plupart des Mauritaniens mais l’expression de leur subjectif ego.
Nous pensons avoir une explication à ce comportement. La société mauritanienne est, traditionnellement, une société où le groupe a toujours pesé sur les individus. Ainsi, dans le subconscient des Mauritaniens, il y a cette tendance au rattachement au corps : je suis du côté de telle personne, j’appartiens donc à tel corps. Ce corps me permet de me sentir exister, d’être protégé, ainsi je peux rester l’idiot qui mange, protégé, à qui on fait semblant d’accorder une considération mais qui a renoncé à sa liberté.

Esseghnass a dit…

En fait, accepter de penser, c’est prendre le risque de la solitude, de se tromper, de se perdre ; c’est aussi assumer sa liberté. Cette démarche fait peur à de nombreux Mauritaniens, habitués à leur dissolution dans le groupe. Ils préfèrent donc faire partie de tel ou tel autre troupeau, marqué au fer rouge de Puular, Toroodé, Boghééen, Oulad, tel, proche de tel, ainsi de suite, larguant aux oubliettes leur esprit qui leur a été donné pour être utilisé.

Une des conséquences très grave des pesanteurs sociales en Mauritanie est que des personnes instruites et parfois même très cultivées, ce qui ne se trouve pas en abondance dans ce pays, renoncent à leur conscience, leurs convictions intimes, de peur de ne pas être acceptées.
Dans une société où les gens marchent comme des hordes et n’ont pas appris à ouvrir leurs yeux et à utiliser leur esprit pour se déterminer en fonction de critères objectifs et de leur conscience, la vie collective ne peut être que d’un niveau médiocre. L’esprit critique est à la base de tout progrès.
Dans ce type de société où l’on pense, essentiellement, en fonction des appartenances figées par la naissance, de la stratification sociale moyenâgeuse, les relations interindividuelles et collectives sont parasitées par des éléments négatifs qui entrainent des injustices.
Sur le plan purement individuel, d’une part, des personnes ne sont pas reconnues pour leurs qualités, leur travail, leur mérite, leur intégrité. Cela peut faire naître chez de nombreux individus une frustration, une révolte ou une perte de confiance. D’autre part, des êtres ayant peu de mérite sont valorisés.

Esseghnass a dit…

Nous donnons un exemple simple pour nous faire comprendre. Dans de nombreuses situations, les personnes issues de la féodalité négro-africaine auront le droit d’avoir des positons qu’elles ne doivent normalement pas occuper alors que celles issues des basses couches, quels que soient leur mérite et compétences, ne peuvent accéder à certaines fonctions (mairie de village, par exemple). Ce même problème se retrouve aussi au sein des associations villageoises en France. Nombreuses parmi elles sont celles où ce qui compte n’est pas ce que la personne propose, mais qui le propose. Dans ce contexte, on aura tendance à plus tenir compte des propos d’un Camara ou d’un Kane, issu des familles dirigeantes, quel que soit son degré d’intelligence, que d’un Traoré, Diarra, Coulibaly ou Barry, issu des familles d’esclaves.
Chez les Arabo-berbères, on retrouve ce travers, assez marqué, au sein de la société mauritanienne qui consiste à ne pas mettre en avant la valeur intrinsèque de la personne. A titre d’exemple, l’homme ou la femme issu de la noblesse maure sera toujours considéré comme étant au-dessus de celui ou celle issu des basses couches, sans prendre en compte le mérite respectif de chacun d’entre eux. Cette manière de voir des Maures privilégiés se reflète sur la scène politique mauritanienne.
Sur le plan collectif, ce mode de fonctionnement constitue une sérieuse entrave au progrès. « Le progrès est l'action d'aller vers l'avant, de s'accroître, d'être meilleur.
Pour une société ou pour l'humanité, le progrès est l'évolution dans le sens d'une amélioration, sa transformation progressive vers plus de connaissance et de bonheur.

La notion de progrès est une idée moderne qui s'oppose à celle de stabilité qui dominait dans le passé. Les anthropologues constatent la difficulté qu'ont eues les sociétés primitives et les anciennes civilisations à appréhender cette idée. Même les grecs n'en avaient qu'une perception limitée. C'est surtout au XIXe siècle que le progrès est devenu une notion économique ou scientifique. »1

Sur la scène politique mauritanienne à Paris, les considérations d’ordre subjectif, passionnel, racial, ethnique, tribal, de caste, etc. prennent souvent le dessus sur les idées de progrès. Il en est de même à Nouakchott, à Rosso, Sélibaby, etc. Inconsciemment, c’est encore le corps qui fonctionne. Avec un tel état d’esprit, l’individu se confond facilement avec ses idées, les passions deviennent sous-jacentes, les personnes se haïssent, refusent de débattre ensemble, en viennent aux mains, parce que, simplement, ils ne sont pas d’accord. Tu es de mon camp, sinon, nous sommes ennemis. Je dois t’abattre par la calomnie, le mensonge, etc.

Esseghnass a dit…

Dans les pays développés, on trouve des inégalités fondées sur les origines sociales, sexuelles, etc. Elles font l’objet de vives critiques de la part d’intellectuels, de militants, de la masse, au nom d’idéaux et non d’appartenances particulières, etc. C’est cette masse qu’il faut avoir en Afrique en général et en Mauritanie, en particulier, ce qui permettra de faire avancer les choses peu à peu.
Dans des pays comme la Mauritanie, le manque d’ancrage de l’idée d’égalité entre les hommes, de la notion de citoyenneté, empêchent le développement de luttes collectives pour faire progresser d’une manière significative le pays dans l’intérêt de tous.
Une société dans laquelle tous les individus sont d’accord, ne peut-être que médiocre et dangereuse, car il s’agit d’une collectivité où l’on ne pense pas, où l’on est dissous dans le ON heideggérien de la déchéance. On assiste à un commerce affectif qui n’apporte rien à l’avenir. Pour cette raison, nous demeurons très sceptiques quant à l’avenir proche du pays. Le changement des mentalités est une nécessité absolue. Il ne se fera que grâce à l’éducation

Un autre problème qui nous paraît grave est celui de la difficulté, même à Paris, que ce soit dans le milieu étudiant ou celui du militantisme, de faire travailler ensemble, sur la base d’idéaux, des Maures, des Négro-africains, des Harratines. Les associations sont, essentiellement, négro-africaines, arabo-berbères ou harratines. Nous nous trouvons dans une situation où le mode de fonctionnement environnant et le niveau d’éducation n’influencent guère la manière d’agir et de penser.
Les soupçons sont toujours là. Un nombre important de Maures se croient, au moins inconsciemment, toujours plus rusés que les Noirs ou supérieurs à eux. De nombreux Négro-africains ne peuvent faire confiance à un Maure. Des Harratines soupçonnent les Négro-africains de vouloir les utiliser. Des Négro-africains ne considèrent pas les Harratines comme des êtres humains égaux, victimes de l’esclavage. Des Harratines voient en tout Maure un manque de sincérité. Le Maure méprise le Harratine.
A l’intérieur de chaque communauté, existent des discriminations. Chez les Négro-africains, les descendants des anciens esclaves continuent à faire l’objet de mépris. On trouve par exemple chez les Soninkés, des pratiques ignobles : « Au niveau social, ils ne sont jamais associés aux décisions du village et se contentent plutôt de les exécuter. Au niveau politique, les dernières élections municipales et législatives ont mis à nu le système social au Guidimakha. Le pouvoir politique se confond avec la chefferie traditionnelle. Ne peuvent être maires ou députés que les candidats issus de familles régnantes. Les descendants d’esclaves et les artisans sont exclus du jeu politique.

Esseghnass a dit…

Cette logique a engendré des situations conflictuelles dans plusieurs localités notamment à Sélibaby, Bouanze, Boully et Diadié Biné où des descendants d’esclaves et des artisans ont brigué les différents postes électifs. Le pouvoir politique, en l’occurrence celui de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya, qui a toujours nié l’existence de l’esclavage, s’est fortement appuyé sur cette hiérarchie sociale esclavagiste pour promouvoir les cadres de la société soninké.

Au niveau religieux, un descendant d’esclave ou un artisan ne peut prétendre être imam ou simplement diriger une prière même s’il est un érudit. Par contre, un descendant de marabout même s’il est analphabète a le droit de diriger la prière. La ségrégation dans l’espace villageois est flagrante. L’un des goulots d’étranglement en milieu soninké est l’existence dans tous les villages de quartiers pour nobles (au centre du village) et de quartiers pour esclaves (à la périphérie), de mosquées pour nobles et de mosquées pour esclaves et jusqu’à très récemment de cimetières pour nobles et cimetières pour esclaves.
»2
Cette situation nous rend très peu optimiste quant à un avenir immédiat. A notre humble avis, le vrai problème de la Mauritanie est celui de la rareté de son élite. L’élite, comme le dit Joseph Ki-Zerbo, « devrait être au-dessus du commun des gens du point de vue juridique, mais aussi au plan éthique et morale qui fonde la légitimité. »3
La plupart de ceux qui sont allés à l’école reproduisent le système féodal. Les militants, les politiques sont parmi les plus dangereux, car ils manipulent les populations, jouent un jeu pervers de division, de fragmentation, de séparation, s’appuyant souvent sur les valeurs féodales. Tout cela donne peu d’espoir, relativement à des changements à court et à moyen terme.
Ce n’est donc pas l’instruction qui fonde l’appartenance à l’élite, mais le fait d’être porteur de valeurs qui font avancer l’humanité.
En l’état actuel, il nous semble donc difficile de rêver à une Mauritanie où les appartenances seraient secondaires, où les uns et les autres travailleraient ensemble pour réfléchir à un avenir commun juste et solidaire. La Mauritanie a besoin d’une masse de personnes qui se détachent de leurs appartenances particulières et qui défendent des valeurs de justice et d’égalité, d’une masse qui défende le droit de chaque citoyen lésé dans ses droits. Le chemin sera long mais, mais toutes les démocraties on pu fonctionner grâce à des individus qui défendent des valeurs d’égalité de justice.
Oumar Diagne, Ecrivain
mauritanie-web.com

Esseghnass a dit…

maatala chof hawn

Ces gens-là : L’arabisation et moi : non coupable.

Tidinit a dit…

Esseghnass,

Hatha ould Mohamed Lagdhaf jabbenna mouchkila. Andi annou mahou d'une grands probité intellectuelle, s'il a dit ce qu'il a dit. Nebghouha avait dit, il me semble, la même chose une fois quand un journaliste lui a demandé de traduire un peu ce qu'elle a dit en arabe. Je crois qu'on doit faire la même chose que les canadiens: bilinguisme Français - English et nous Arabe-Français et cela arrangerait beaucoup de choses. Les autres langues nationales, je n'ai aucune idée de ce qu'il faut faire.

Je vois quelqu'un commenter tout de suite sur ce que tu as balancé et il ne réflechis pas beaucoup et pour lui l'arabe seule comme langue officielle, c'est naturel. Il viendra tout de suite ...

Tidinit a dit…

En parlant comme un mathematicien, la bonne gestion est une condition essentielle, mais nonm suffisante. Il faut la compétence qui devra aller avec. Les emprunts extérieurs coûtent et il faut bien les monter et les suivre pour assurer leur impact. Emprunter de l'argent ou en recevoir comme don et le surveiller tout le jour et la nuit avec une loupe ne fera pas pousser des ponts, allonger des routes ou faire pousser des bananiers.

===
Quelqu'un a dit quand même bien:

Quant aux emprunts exterieurs ils sont indispensables pour developper le pays mais ils doivent s'accompagner d'une grande vigilence en matière de gestion.

leserieux a dit…

L'optimisme que nous avons tous embrassé depuis les élections est mis a mal par des comportements irresponsables des autorités du pays. Donner la parole et suivre Dedew et quelques Imams souvant obscurentistes, nous ménera vers la dictature de Taya, (le fils après avoir tué le père est en train de restituer le système de Taya)
Si le Pm et Cissé mint Boydé se sont permis de réveiller la bête imonde,ça ne peut être que sur ordre de Aziz...sinon il les vire..
c'est lui que les mauritaniens ont élu et pas ses deux petites personnes
.......aziz entevem......

Tidinit a dit…

Bebe Ba,

Merci et c'est inhabituel que le Calame écrive la dernière phrase de cet article comme il l'a fait. On ne peut pas être MAE si on ne parle pas Arabe? Et si on n'y met quelqu'un qui ne parle autre chose que l'arabe?
===

Naha Mint Mouknass ne parle-t-elle pas arabe ?

Cette question mérite d’être posée parce qu’au sortir de son audience avec le roi Mohamed VI, sa déclaration à la presse a été doublée par une traductrice en arabe, comme si elle parlait en français. La TVM, qui a diffusé cette déclaration, a laissé tout juste le début et la fin de la déclaration par la voix de notre ministre des affaires étrangères. Ceux qui ont suivi le JT de la TVM n’auront, très certainement pas, manqué de relever cela. Que se passe-t-il dans ce pays? Voudrait-on réveiller les démons de la fameuse circulaire 02, publiée en 79, qui rendait obligatoire et exclusif l’enseignement de l’arabe dans nos établissements? Ceux qui, au lendemain de la prise de pouvoir par le général Ould Abdel Aziz redoutaient le contrôle, par certains groupuscules extrémistes, de l’appareil étatique, comme ils l’avaient fait avec la police, la garde et la magistrature, auraient-ils raison? En tout cas, le subit regain d’intérêt pour la langue arabe et l’attitude du PM, face à l’interpellation d’un journaliste, suffisent, amplement, à susciter le trouble, dans l’esprit de certains mauritaniens. Alors, le prochain recensement de la population serait-il un autre prétexte, pour achever la sale besogne, entamée par les extrémistes, en 1987, à savoir, la dénégrification du pays?

LE CALAME

Tidinit a dit…

Soit azzizzo n'a pas saisi le sens de caisse de sécurité sociale quand on ne bosse pas et on ne peut y contribuer (comme son PM avec les indemnités), ou bien ce sont des promesses electorales comme les 100.000 logements de ZZ.

Si les diplomés chômeurs n'ont pas compris l'une ou l'autre de ces impossibilités, ils ont eu leurs diplomes où? L'Etat-Providence n'existe plus et c'est la galère si on ne prend pas d'initiative de se créer un emploi ou en attraper sur le marché, en battant la concurrence.
===


Marche des diplômés chômeurs
18/03/2010

Une marche a été organisée dans la matinée du jeudi 18 mars 2010 aux environs de la Communauté urbaine vers l’ilôt L par un groupe de diplômés chômeurs en protestation contre le « refus des autorités d’ouvrir une caisse de sécurité sociale » pour cette catégorie, nous a déclaré Hamdi Ould Ahmed, l’un des organisateurs de la marche.

«Nous organisons cette marche pour demander une rencontre avec le Président de la République et lui expliquer notre problème » indiquait-il au cours de la marche. Selon les marcheurs, le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz avait demandé lors d’une sortie l’ouverture d’une caisse de sécurité sociale pour aider les diplômés chômeurs toute catégorie confondue. Cependant, «jusqu’à nos jours, cette promesse n’a pas été tenue et nous sommes sans emploi et sans protection sociale».
Les organisateurs de la marche promettent de rencontrer les autorités compétentes pour les sensibiliser sur leur situation et les exhorter à appliquer la promesse du président.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com

Tidinit a dit…

Lu pour canalh.
===
Un ex-général américain lie Srebrenica aux gays dans l'armée néerlandaise
AFP | 18.03.10 | 17h39

Un ancien général américain du corps des Marines et ex-commandant de l'Otan a affirmé jeudi que l'incapacité des Casques bleus néerlandais à empêcher le massacre de Srebrenica en 1995 s'expliquait en partie par la présence d'homosexuels dans leurs rangs.

John Shehaan s'exprimait lors d'une audition parlementaire consacré à la loi baptisée "Don't ask, don't tell" ("Ne rien demander, ne rien dire"), qui impose aux militaires homosexuels américains de ne pas dévoiler leur orientation sexuelle, et que le président Barack Obama a promis d'abroger.

Après la chute de l'Union soviétique, "des pays comme la Belgique ou les Pays-Bas croyaient fermement qu'il n'y avait plus besoin de capacités de combat", ce qui a débouché sur "une libéralisation de leurs forces armées, y compris l'ouverture aux homosexuels déclarés, et le fait de se concentrer sur les opérations de maintien de la paix", a déclaré le général retraité.

"En conséquence les forces armées étaient mal préparées à la guerre", a-t-il souligné, en donnant l'exemple de Srebrenica (est de la Bosnie).

"Quand les Néerlandais ont reçu l'ordre de défendre Srebrenica contre les Serbes, le bataillon était sous-équipé, faiblement dirigé, les Serbes sont arrivés en ville, ont menotté les soldats à des poteaux téléphoniques et ont emmené les Musulmans pour les exécuter", a raconté le général quatre étoiles.

Or, selon lui, le chef d'état-major de l'armée de Terre néerlandaise de l'époque lui a affirmé que la présence de soldats homosexuels dans ce bataillon était "une partie du problème".

Le 11 juillet 1995, près de 8.000 hommes et garçons musulmans ont été tués après la prise de l'enclave bosniaque de Srebrenica par les forces serbes de Bosnie, malgré la présence de Casques bleus néerlandais mandatés par l'ONU pour protéger ces civils.

"Les dirigeants néerlandais vous ont-ils dit que c'est parce qu'il y avait des homosexuels dans l'armée?", a demandé le sénateur Carl levin, président de la Commission sénatoriale des forces armées.

"Oui", a confirmé M. Shehaan, provoquant l'indignation du sénateur.

Les Néerlandais "étaient entraînés pour des missions de maintien de la paix", a concédé M. Levin, mais "de glisser ensuite sur l'idée que les homosexuels ne sont pas de bons combattants... C'est complètement faux", a-t-il martelé.

kimporte a dit…

une pensée à couly qui subit l'embargo de maata

maata il faut ouvrir les commentaires, tu étouffes canal, on se croirait partout ailleurs, c nul

fantastique sortie du l'ancien maire aioun sur cridem, il faut tout de même oser dire des trucs pareils, je n'ai aimé que la chute, le malheureux a dû bien souffrir

" J’ai en même temps claqué la porte du parti Etat, le PRDS, me réduisant à l’état de « vagabond » à Nouakchott. C’était le prix de mon rejet de la dictature. D’ailleurs, l’ancien ministre de l’intérieur Lemrbott Sidi Mahmoud en sait quelque chose, pour avoir, lui même ordonné aux policiers de mettre à la fourrière ma voiture qui se trouvait à Nouakchott.

NB : Je demande à tout celui qui voudra réagir par rapport à cette lettre de bien vouloir décliner son identité.

Cheikh Sid’Ahmed Ould Amar Beyou,
ancien maire central d’Aïoune"

Ɔopiarpegar a dit…

hi amigo A-, mon zami Lemrabout Sidi Mahmoud Ould Cheick Ahmed est nommé directeur général de l'Ecole Nationale d'Administration, du Journalisme et de Magistrature.C'est vraiment rigolo(Bilkis ente mneyn?)

Tidinit a dit…

Copiarpegar,

Lemrabott, c'est même niveau que KBG. Sauf que Lemrabott est né avec un techghlitt en or dans la bouche.

Maatalla: ouvre le machin. Coui nous manque.

kimporte a dit…

" de la société si vile à la société civile"

à lire chezvlane

Esseghnass a dit…

Maatalla, va y avoir du sport walla? I heard a knock on the door eftah khali Couli yedkhil.

maatala a dit…

Salam

Chers amis

Si Couly avait un temps soit peu de la considération pour vous et un minimum de respect pour cet espace de liberté qui lui a permis de cracher sa bave, il aurait à mon avis pris un pseudo pour rejoindre ses amis afin de les aider à lutter contre la pensée unique et l'esprit de "Maslaha".

Une société ou les victimes et les faibles n'ont pas de voix ni de droits dit le fou.

Maatala

Tidinit a dit…

Couli,

Ouvre un pseudo. Ça ne va pas augmenter tes taxes.

Tidinit a dit…

Kimporte,

Faut jamais croire les ex-PRDS. Ce ex-maire avait certainement jeté l'éponge pour une question de sous. Ils sont tous pareils.

===


" J’ai en même temps claqué la porte du parti Etat, le PRDS, me réduisant à l’état de « vagabond » à Nouakchott. C’était le prix de mon rejet de la dictature. D’ailleurs, l’ancien ministre de l’intérieur Lemrbott Sidi Mahmoud en sait quelque chose, pour avoir, lui même ordonné aux policiers de mettre à la fourrière ma voiture qui se trouvait à Nouakchott.

Tidinit a dit…

Copiapegar et Esseghnass
Vous ne savez pas la caution c'était kem?
===

Libération sous caution du Dr Abdallahi Ould Horma Ould Babana


Selon des sources bien informées, Dr Abdallahi Ould Horma Ould Babana, ancien coordinateur du programme de lutte contre le sida en Mauritanie a été remis en liberté provisoire sous caution, jeudi.


Le 16 octobre Dr Abdallahi Ould Horma Ould Babana a été arrêté et mis sous mandat de dépôt dans le cadre de l' enquête sur le détournement de 4 millions de dollars au détriment du programme national de lutte contre le sida en Mauritanie, menée par la police des crimes économiques.

Tidinit a dit…

Une pensée à Bilkiss.

Tidinit a dit…

Inchallah. Ça petera dans 1-2 mois. Quand on manipule, on manipule toujours. Lu spécialement pour TITAN.
===
Sept pays condamnent le chantage et les concessions
18 Mars 2010 - Page : 24

Les pays du Sahel appellent au respect des résolutions du Conseil de sécurité et au non-paiement de rançons aux terroristes.

Une mise en garde contre le terrorisme et la misère. Les pays du Sahel ont décidé de sévir en matière de lutte antiterroriste. Aucun «cadeau» ne sera fait ni aux groupes armés ni aux puissances occidentales. Désormais, les pays de la région ne se soumettront plus au chantage des terroristes ni aux pressions exercées par l’Occident.
Telle est l’une des décisions prises par les ministres des Affaires étrangères et les représentants des pays qui ont pris part à la conférence tenue avant-hier à Alger, à savoir l’Algérie, le Burkina Faso, la Libye, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Cette décision a été prise après l’affaire de «l’otage» français, Pierre Camatte.
Les terroristes avaient revendiqué au gouvernement malien la libération de quatre terroristes, dont deux Algériens recherchés, pour libérer l’otage français. Bamako a fini, sous la pression de Paris, par céder au chantage des terroristes. Cette affaire a servi de leçon aux pays de la région. C’est ainsi qu’ils ont décidé de condamner le paiement de rançon.
Au niveau bilatéral, les ministres ont mis l’accent sur le renforcement de la coopération entre les Etats de la région par la mise en ouvre, notamment de mécanismes et accords bilatéraux. Ils ont appelé, également, tous les pays membres des Nations unies au respect et à l’application «pleine et entière» des résolutions du Conseil de sécurité et l’adoption de mesures répressives à l’égard de personnes et entités listées pour leurs liens supposés avec des activités terroristes en vertu des résolutions (1373, 1267, 1904) du Conseil de sécurité ainsi que la Convention internationale de 1979 sur la prise d’otages et la Convention internationale de 1989 pour la répression du financement du terrorisme.

Tidinit a dit…

swit pour TITAN. Quand je t'avais dit qu'i n y avait pas de petrole apres l'intermede du CMJD, tu as crié au scandale. Comme le cas de Moussa quand je disais qu'il fallait surveiller le grand frère du Nord et le Nord malien.
===
Globalement, les ministres des Affaires étrangères mettent l’accent sur l’importance de renforcer les mécanismes d’assistance judiciaire mutuelle, fondés sur les conventions judiciaires bilatérales existantes, les conventions régionales et internationales en lien avec le terrorisme et sur les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité. La réunion d’Alger se veut une occasion pour les ministres des Affaires étrangères de faire une évaluation sur le plan politique et surtout pour impliquer l’ensemble des pays du voisinage dans une stratégie d’action. A ce propos, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, a souligné: «La réunion s’est déroulée dans la franchise du fait que c’était une occasion pour échanger nos points de vue, non seulement sur les préoccupations communes mais aussi et, particulièrement, sur ce que furent nos faiblesses et nos points forts pour faire face (aux) menaces.» Le ministre a expliqué que la réunion s’est déroulée sous le signe de la responsabilité «parce que nous avons tous une responsabilité en tant qu’Etats, de lutter contre ces phénomènes (le terrorisme et ses connexions avec le crime transnational organisé et les trafics de tous genres), d’abord dans nos pays, ensuite sur un plan bilatéral et, enfin, sur un plan sous-régional». Il a ajouté que la réunion a été marquée par une détermination du fait, a-t-il précisé, que «nous sortons d’Alger avec un consensus total, non seulement sur ces préoccupations mais avec des actions».
D’autres points relatifs au développement de la région ont été abordés. Il s’agit, notamment, de l’importance de réaliser des programmes de développement durable pour l’amélioration des conditions de vie des populations et leur réinsertion socio-économique, ainsi que le renforcement des actions humanitaires pour faire face aux différentes situations d’urgence. Ils ont enfin réaffirmé leur soutien aux grands projets structurants à vocation régionale. Ce volet a été qualifié de prioritaire par les participants.

Tahar FATTANI

Tidinit a dit…

Général vladimir,

Des news des otages espagnols et italiens? Le problème reste entier. Ils ne seront pas tués because quelque chose doit se passer. Le voisin du Nord va bientôt verser sa bile sur nous. Just watch.

TITAN a dit…

Lu pour Tidinit

"Après le meurtre d'un policier mardi soir dans une fusillade en Seine-et-Marne, le président Nicolas Sarkozy a souhaité jeudi 18 mars que la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine incompressible de trente ans soit appliquée de façon "systématique" aux meurtriers des forces de l'ordre en France."

Que pense tu de ce "deux poids-deux mesures".
Est ce que la vie des élements des forces de l'ordre en France est plus chère que celle de nos hommes de troupe en Afrique.
Pourquoi Sarkozy demande t-il à ATT de libérer des assassins de militaires mauritaniens alors qu'il demande des "peines incompressibles de trente ans au moins" pour le meurtre d'UN policier français.
A toi Tidinit de juger puisque tu défends becs et ongles la libération de terroristes pour faire plaisir à des dirigeants européens sans scrupules.

TITAN a dit…

Couly ne présente aucun apport positif pour ce blog; il présente plus la déchéance d'une certaine jeunesse victime du régime de Taya qui l'a poussé dans l'exil sans armes ni bagages.
Il en ait résulté pour certains (dont Couly) une acculturation et un manque de reconnaissance pour leur pays d'origine.
Le comble du ridicule c'est que ce réfugié de la faim (couly) continue de soutenir aveuglément son tyran de géolier.

Tidinit a dit…

Pour deux gouvernement qui s'insultent à longueur de journée, je trouve bien bizarre qu'ils continuent à négocier. Particulièrement lu pour TITAN qui trouve bizarre que toute idée ou interprétation de manipulation secrète des choses est saugrenue. Avec le TSGP, la France et l'Algérie deviennent incontournables dans la zone sahara-sahel. Pourquoi l'Algérie continue à nous tympaniser avec ses fachages? TITAN: on dit quoi?

===

Merouane Mokdad-http://www.tsa-algerie.com-18-03-10

Areva voudrait transporter l’uranium du Niger par l’Algérie
vendredi 19 mars 2010

Areva, qui exploite les gisements d’uranium du Niger depuis quarante ans, envisage de revoir sa stratégie de transport. “L’achèvement de la route entre Tamanrasset et In Guezzam a encouragé Areva à étudier la possibilité d’évacuer le minerai à travers l’Algérie au lieu de le faire par le Sud”, a annoncé Mohamed Ayadi, secrétaire général du Comité de liaison de la route transsaharienne, invité jeudi de la chaîne 3 de la radio nationale. “C’est important. Cela veut dire que ce groupe va solliciter des moyens de transport ou des équipements pour les mines. C’est un résultat de l’aménagement de la route”, a-t-il soutenu.

Areva, qui a dépassé le seuil des 100 000 tonnes d’uranium extrait au Niger, soit la moitié de la production du pays, évacue habituellement le minerai par les ports du Sénégal. Le Niger est le troisième producteur mondial d’uranium après le Canada et l’Australie. Selon Mohamed Ayadi, la route Tamanrasset- In Guezzam, sur 400 km, a été revêtue. "Il ne reste que 400 km qui sont à aménager entre Tamanrasset et la frontière du Mali. Il faut aussi noter que la route entre In Salah et Tamanrasset a été reprise”, a-t-il dit. L’Algérie et la France sont liées par un accord nucléaire. Areva souhaite exploiter les gisements d’uranium du grand sud algérien.

Tidinit a dit…

TITAN,

Je te pose la même question: pourquoi Sarko n'a pas réagi quand azzizzo a entamé des négociations avec les meurtriers presumés des touristes français? Sarko n'a jamais bougé le petit doit pour ces pauvres gars. C'est seul Ould Dadda qui leur a construit quelque choses dans le lieu de leur tuerie. Yabouya hatha Sarkozy mahou une reference. Ce que je cherche est de sauver une vie innocente et Camatte ne nous a rien volé. Comme les 2 espagnols et les 2 italiens.'Cette affaire sent la magouille à cent lieux. Les français et les americains cherchent à installer une base pour contenir les chinois et les russes. Pour convaincre tout le monde, nous faisons de la sale besogne de prpagande pour eux. Tous ces avions qui atterissent, redecollent et ces millions de $ que se partagent les supposés barbus et les samsaras très proches des services de renseignement, tu ne vois pas? Les 100 taines de millions d'aide ici et là, c'est pour faire taire ceux qui connaissent et en particulier les top de nos grandes muettes.
===

Pourquoi Sarkozy demande t-il à ATT de libérer des assassins de militaires mauritaniens alors qu'il demande des "peines incompressibles de trente ans au moins" pour le meurtre d'UN policier français.

maatala a dit…

Salam

Chers amis

Une petite précision, ni moi ni LM (le tolier) n'avons bloqué techniquement l'accès de Couly au blog, même si nous l'aurions voulu, nous n'aurions pas pu le faire.

Nous lui demandons simplement de faire comme vous, s'inscrire sur google pour avoir un pseudo.

Comme tout espion du parano taya (sic) il ne veut pas laisser de trace.

Vous aurez remarqué que KBG du fond de sa cellule psychiatrique continu à nous part des ses états d'âmes.

Comme l'a si bien dit Titan couly c'est zéro, rien que de la manipulation et de la malhonnêteté intellectuelle.

Si n'était pas un lâche, il aurait pris un pseudo, ce maître espion manipulateur préfère faire passer ses adversaires pour des censeurs dictateurs.

Couly est un dégonflé dit le fou.

maatala

Tidinit a dit…

Couli,

Take an address like everyone else. What is wrong with you?

Tidinit a dit…

Azzizzo,

comment ATT va t'inviter en novembre 2008 quand tu n'avait ps encore trompé l'opposition, avec l'UA qui tergiversait entre toi et Sidioca. Fais attention: a force de vouloir plaire à Boutef, tu risques de perdre ta credibilité.

Lemgheity, Tourine et El Ghallawiya, tu n'as pas encore resolu et risque une surprise. Naha: dis-lui.

===

Nouakchott émet des réserves sur la tenue à Bamako d’un sommet sur la paix, ...

...la sécurité et le développement.


La Mauritanie a exprimé des réserves sur la tenue, dans la capitale malienne, d’un sommet des pays du Sahel et du Sahara sur la paix, la sécurité et le développement, a appris APA de source officielle vendredi à Nouakchott.

Nous sommes d’accord sur le principe de la tenue de ce sommet mais nous considérons que la fixation de son lieu est encore « prématurée », a précisé le ministère mauritanien des Affaires étrangères et de la Coopération, dans un communiqué.

Une réserve similaire a été émise par la Mauritanie sur les résultats d’une réunion ministérielle tenue à Bamako en novembre 2008 pour n’y avoir pas été invitée, ajoute le communiqué dont APA a reçu copie.



Les deux points objet de réserve de la partie mauritanienne sont contenus dans le communiqué final d’une réunion, tenue la semaine dernière à Alger, par les chefs de la diplomatie de la Mauritanie, de l’Algérie, du Mali, de la Libye, du Niger, du Tchad et du Burkina Faso.

Par ce geste, la diplomatie mauritanienne semble dire son mécontentement envers le Mali auquel elle reproche la libération d’un ressortissant mauritanien réclamé par Nouakchott en contrepartie de la relaxe d’un otage français, Pierre Camatt, détenu par Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI).

En représailles, la Mauritanie avait vite fait de rappeler pour consultations son ambassadeur à Bamako.

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : Agence de Presse Africaine

Tidinit a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Tidinit a dit…

Nahti,

Tu t'es fait avoir. ATT a invité le premier et l'Algérie est bloquée maintenant. Fais attention: faut pas tirer plus vite que Pecos. Tourne la langue 100 fois avant de parler. Fais attention: le Mali, c'est Ehl charg et leur vote compte. Il faut eviter de s'attaquer à leurs parents maternels. L'arabité, ce n'est pas gagnant.
===
Sommet de Bamako: Le président malien invite la Mauritanie à participer
19/03/2010

Le président malien Amadou Toumani Touré a invité vendredi 19 mars à Ouagadougou la Mauritanie à participer à Bamako au sommet des chefs d’Etat de la zone sahélo-saharienne malgré les réticences des autorités mauritaniennes. "Je profite de cette occasion pour inviter la Mauritanie...




...à venir à Bamako pour participer à cette réunion (sur la sécurité dans la zone sahélo-saharienne)", a déclaré le président Amadou Toumani Touré lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue burkinabè Blaise Compaoré. "Je pense que cela est important pour la sous-région, pour la Mauritanie et pour le Mali", a poursuivi le président malien peu avant de terminer une visite de 24 heures au Burkina Faso. Le président Touré s’exprimait après que Nouakchott eut désapprouvé le choix de la capitale malienne pour abriter le prochain sommet sécuritaire sahélo-saharien décidé par les ministres des Affaires étrangères de sept pays de la région lors d’une réunion à Alger. Aucune date n’a été avancée. "Nous comprenons le pays qui n’a pas adhéré mais ce qui est certain je pense que cela ne changera absolument rien dans l’amitié et la fraternité que les pays ont", avait indiqué le président Malien au début de la conférence de presse. Nouakchott avait rappelé en février son ambassadeur à Bamako après la libération de quatre islamistes, dont un Mauritanien, en échange d’un otage français. Concernant les quatre otages européens (deux Espagnols et deux Italiens) toujours détenus par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), le président Compaoré a indiqué que Bamako et Ouagadougou travaillent "solidairement" pour leur libération. "Effectivement nous avons travaillé depuis ces dernières semaines avec le Mali pour voir comment libérer, sauver des vies dans le Sahara", a rappelé M. Compaoré soulignant que la zone sahélo-saharienne est "un espace difficile et vaste".

"Il s’agit de parler souvent à des hommes qui bougent beaucoup, donc c’est vous dire que nous n’avons pas la maîtrise du temps, nous n’avons pas la maîtrise des conditions", a assuré M. Compaoré.

A son arrivée jeudi 18 mars à Ouagadougou, le président malien avait félicité M. Compaoré pour son implication dans la libération le 10 mars de l’otage espagnole Alicia Gamez. (Afp)

maatala a dit…

Salam

Il est ou le HARKI-Bambara si fier a tel point d'avoir peur de se faire un simple pseudo.

Rien qu'une lopette dégonflée, avec rien dans la culotte dit le fou

maatala

kimporte a dit…

bôjôr

" Messoud accuse le pouvoir de recel présumé de cocaïne"

à lire chezvlane

TITAN a dit…

Tidinit
Tu continues à défendre l'indéfendable et à soutenir l'insoutenable.
Il apparait clair maintenant que la France avec ses alliés ou ses pions (Burkina, Mali et dans une moindre mesure le Maroc) fait tout pour torpiller la lutte contre le terrorisme.
Il est clair que l'Algérie (qui a serieusement souffert du terrorisme) gêne les plans des français.
Le Mali d'ATT apparait (comme Compaoré et avant eux Taya) avoir signé un deal avec les terroristes narco traficants en contrepartie d'une certaine "paix" et certainement des montants frais échappant à tout contrôle.
Aziz refuse de jouer à ce jeu et c'est tout à son honneur.
J'espère seulement qu'il prenne le maximum de précautions pour éviter un sale coup de ces salopards qui sont prêts à tout pour perpétuer leur sale besogne.
PS:
Merci Maâta pour ce baptême du Harki-Bambara alias le Tirailleur de Ségou

Tidinit a dit…

vlane,

Le chili de l'ex-pinochet? La route doit-être l'europe. Ajib.Comme tu l'a dit, l'UPR va aboyer à partir de ce soir/demain comme ils n'ont rien d'autre à faire. Messaoud en general ne parle pas en l'air. Mais le chili yakhouya?

===

Les autorités chiliennes ont arraisonné un navire islandais en provenance de la Mauritanie .

Les autorités chiliennes ont arraisonné un navire islandais en provenance de la Mauritanie transportant plus de 3 tonnes de cocaïne dissimulés dans de sacs des farines de poissons au large des côtes chilienne.

Le propriétaire du navire enregistré à Panama a été arrêté au Chili. Le bâtiment de la marine nationale a repéré jeudi le navire à 260 km (160 nautiques), pendant que 9 des membres de l’équipage, dont 4 islandais, se préparaient à jeter par dessus bord un conteneur plein de cocaïne dissimulés dans de sacs des farines de poissons.

Le Ministère chilien a indiqué qu’un des marins avait déjà été arrêté pour trafic de cocaïne lorsqu’il travaillait à bord d’un navire sud africain saisi par les autorités libériennes en 2005.



Cette dernière saisie fait partie d’une opération impliquant les autorités espagnoles Guardia civil et l’agence européenne de police Europol.

Tidinit a dit…

TITAN,

Bichôr. Tu n'a rien vu encore avec les vrais salopards qui font semblant de se faire la guerre.

===
TITAN a dit:

J'espère seulement qu'il (il parle d'azzizzo)prenne le maximum de précautions pour éviter un sale coup de ces salopards (ceux qui ont fait Lemgheity, Tourine et El Ghallawiya?) qui sont prêts à tout pour perpétuer leur sale besogne.

TITAN a dit…

Vlane
Si cette déclaration se confirme cela veut dire que l'opposition est vraiment tombée très bas.
En effet depuis quand l'exécutif procède à l'incinération de preuves devant servir à prouver un flagrant délit de présumés coupables. Il est évident dans cette affaire qu'il faut attendre que ces prévenus (les trafiquants terroristes) soient présentés devant la justice avec la drogue saisie, alors là seul un juge compétent peut autoriser et superviser l'incinération des produits saisis.
D'autre part depuis quand transporte t-on la cocaine de l'Afrique vers l'Amérique Latine.
Messaoud doit réviser ses leçons de géographie.
En hassaniya cela s'appelle "Ervoud lehjar lel kidya" (transporter des pierres vers la montagne).

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taqadoumy

"Ely liquide
19-03-2010
L'ancien Chef de l'État Ely Ould Mohamed Vall aurait vendu un marché qu'il possède à Nouakchott, à son cousin l'homme d'affaires Bahaye Ould Ghadde, pour 510 millions d'ouguiyas. C'est ce que vient de confier, à Taqadoumy, une source proche de la transaction. La même source indique que Ould Mohamed Vall cèderait également deux de ses villas, sur la route de Nouadhibou, au mari de sa nièce Mohamed Bouya Ould Edhem.


Notre source évoque également une transaction immobilière relatée récemment par la presse ; elle concerne un terrain de 20.000 m2 situé dans la zone dite "Soukouk".

Durant la transition de 2005-2007, le Chef d'État de l'époque, le Colonel Ely Ould Mohamed Vall, avait attribué tout un secteur de cette zone à un homme d'affaires proche de l'ancien dictateur Ould Taya. En contrepartie, Ould Mohamed Vall recevait 20.000 m2 du même terrain. Auparavant, Ould Mohamed Vall exigeait que sa part jouxtât l’avenue, ce qui en augmentait la valeur marchande.

C'est ce terrain que Ould Mohamed Vall vient de vendre à un homme d'affaires mauritanien d'origine saoudienne, pour la modique somme de 400 millions d'ouguiya comme Taqadoumy l'avait noté.

Ould Mohamed Vall liquiderait actuellement ses biens immobiliers, en vu d'accompagner des investisseurs du Qatar, qui souhaitent se lancer dans le marché du BTP européen.

Lesdits investisseurs seraient sur le point d'acheter un grand groupe espagnol de construction qui rencontrerait actuellement quelques difficultés de trésorerie.

Sur la possibilité d'une liquidation volontaire de patrimoine, en vue de prémunir Ould Mohamed Vall contre d’éventuelles poursuites judiciaires pour détournements, notre source s'est refusée à tout commentaire.

Lors d'un meeting à Akjoujt, fief des deux cousins issus de germains, l'actuel Chef de l'État Mohamed Ould Abdel Aziz déclarait que la période de transition - conduite par Ould Mohamed Vall - avait occasionné la disparation de plus de 400 millions de dollars des caisses de l'État.
----------------------------------

Le RAT quitte le navire dit le fou

maatala

Tidinit a dit…

Pour la premiere fois je suis d'accord avec TITAN: hiya la drogue doit aller en Europe et non lehjar waedin el kidya.

maatala a dit…

Salam

Ely le rat sait que si on touille la merde, on remontera jusqu'à lui.

Puisque la merde c'est lui dit le fou

maatala

Tidinit a dit…

Maatala,

On avait que lecoup de 2005 était tribal.Le rapport de l'International Crisis Group sur la transition l'avait dit.Rien pour sauver le pays, mais sauver le bateau et se sucrer au passage. Sidioca n'avait rien compris ou avait si bien compris qu'il a mis, à travers la marechale, sa main dans la jarre. Le reste est evident ...

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

Dans la serie plus con qu'un mécano, tu meurs:

"Ladji Traoré au sujet du dialogue Pouvoir /Opposition :

«On a le sentiment qu’Aziz n’a jamais lu les accords de Dakar qui lui ont permis de transformer un coup d’état militaire en coup d’état démocratique»

--------------------------------

L opposition n'a jamais compris mécanique est une science des fluides dit l'azzizzo

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"21:13
Mauritanie/ Politique : Aziz est-il complice de la médiocrité ?

Cet article est une contribution au débat national pour l'avènement d’une Mauritanie nouvelle. Son auteur n’est ni mu par un désir d'accéder à un porte feuille ministériel ni proposer quelqu’un à ce poste.

De nombreux observateurs sont unanimes à constater la léthargie ambiante qui sonne comme un échec de la politique de redressement promise par le Président Mohamed Ould Abdel Aziz pourtant porteur d’espoir de plus d’un mauritanien désabusé.

Plus de sept mois après la prise de pouvoir de ce dernier les promesses tardent à se concrétisées du fait d’une équipe gouvernementale incompétente et expérimentée à plus d’un titre. Les membres de ce rafistolage gouvernemental ont tous montré leur incapacité à gérer les dossiers qui leur sont confiés. Dans les temps qui courent, c’est peu de dire que les secteurs ultrasensibles de l’éducation et de la santé sont en mauvaise posture.



La grogne sociale liée à la mauvaise répartition de la prime du transport et celle du logement tout comme les nombreux problèmes qui se posent au niveau de la santé avec la priorité accordée à l’imagerie au détriment de la santé de base , sont des signes de diversion qui ne trompent plus personne aujourd’hui.

Autant le Président des pauvres avaient fait nourrir de nombreux espoir qu’il tenait mordicus à traduire dans les actes autant l’équipe qu’il a choisi s’est distinguée par son incapacité à donner de la forme à cette volonté et ce désir de construire une Mauritanie nouvelle avec des hommes nouveaux.

Ici, il est utile de valoriser la clairvoyance , l’entregent, et la perspicacité du Président Mohamed Ould Abdel Aziz qui est parvenu à ravir la vedette à l’opposition en lui piquant tous ses chevaux de bataille et la rendant irascible et inconséquente ( contre toute attente, on a vu l’opposition soutenir les causes qu’elle rejetait)

Pourtant ce contre pouvoir a sa place dans notre processus démocratique en se rendant utile pour restaurer, sans perversion, les principes de démocratie. Mais faut-il encore qu’elle accepte la main tendue et qu’elle s’invite au dialogue inclusif sans qu’elle ne soit mue par le seul désir d’aller à la soupe.

De son côté le Président de la république doit impérativement et ce, dans les meilleurs délais procéder au remaniement de son équipe gouvernemental incapable à la fois de mettre en œuvre son programme électoral et de le défendre face à une opposition intraitable.

Ahmed Ould Bettar

maatala

kimporte a dit…

bien vu titan!

c'est tout de même très grave des accusations pareilles venant du président de la C.O.D

parler de "prétendus terroristes" et autres

même si au sujet de la drogue dans ce pays, c clair qu'il y a encore de la lumière à faire et des prisons à remplir car si la mauritanie est classée plaque tournante, ce n'est pas pour ces zigs dont on nous parle

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

Des centaines de mauritaniens marchent à Nouakchott contre Israël

Des centaines de mauritaniens ont marché vendredi à Nouakchott pour protester contre les travaux de construction conduits depuis quelque temps par les autorités israéliennes au voisinage de la mosquée Al Aqsa à Al Qods, a constaté APA à Nouakchott.

Sortis de la Mosquée saoudienne après la prière du vendredi, les manifestants se sont dirigés vers l’ambassade de Palestine à Nouakchott, environ un kilomètre plus loin. Ils scandaient des slogans comme « non à la judaïsation d’Al Qods », « Al Qods c’est pour nous » ou encore « Avec le sang nous protégerons Al Qods ».

La marche est convoquée par l’Initiative estudiantine de lutte contre l’infiltration sioniste et de défense des questions justes qui avait demandé à faire de cette semaine une « semaine de colère pour Al Aqsa et pour les autres lieux saints ».



Elle avait également appelé le gouvernement mauritanien, les partis politiques et les organisations de la société civile à se joindre à ce mouvement de protestation, dénonçant « l’impassibilité officielle en Mauritanie envers d’Al Qods en tant que cause première des musulmans ».

-----------------------------------
----------------------------------
Rédigé par Cheikh-TijaneBathily, vendredi, 19-03-10 20:27 Et si, au lieu de celle qui est dans l'œil de ton lointain voisin, tu t'occupais plutôt de la paille qui brûle ton l'œil, voire les deux?

----------------------------------
Rédigé par rimka, vendredi, 19-03-10 19:26 quelle hypocrisie, certains de nos compatriote son tellement en mal de reconnaissance vis a vis du monde arabe qu'il sont prés a manifestés pour un conflit qui ne concerne en rien le peuple mauritanien. alors que d'autres evenements survenuents recement dans notre pays aurais merité une manifestation.


je parle ainsi de cas d'esclavage de la pauvre oumoukheir,ou les propos zenophobe de notre premier ministre et son ministre de culture contre les langues de certains de nos compatriotes.

----------------------------------
Rédigé par saheli, vendredi, 19-03-10 18:53 Très bien nous sommes tous avec le peuple Palestinien et contre Israël.

Maintenant j'espère que demain ces mêmes marcheurs marcheront contre les expulsions des noirs-mauritaniens de leurs terres de la vallée et autre discrimination systématique a leur encontre.

Aussi pour la fin de la discrimination et exploitation de la population haratine de Mauritanie.

maatala

TITAN a dit…

Elycom est à surveiller de prés.
Son silence ne présage rien de bon.
Vingt ans à défendre le tyran cela laisse des traces...indélebiles

maatala a dit…

Salam

TITAN

Ely le rat va se mettre au vert avec l'oseille, puis se mettre à déballer les petits secrets de famille.

Le RAT ne digère pas le fait que la HELLA ait choisie le mécano-azzizzo contre la raclure qui se prenait pour TOUMANI.

Le rat sait mieux que quiconque que le mécano est imprévisible et a surtout tendance a être pluton général que président dit le fou.

maatala

kimporte a dit…

maata tes commentateurs exagèrent

ces marcheurs ont raison de marcher pour cette cause même s'il y en a d'autres

il ne faut pas jouer de la concurrence des causes

mais au sujet de la palestine, ils pouvaient aussi marcher vers l'Égypte et son mur des lamentations... qui tuent gaza encore plus

ces tunnels fruits de tant de génie de la survie que font-ils passer? des vivres, des médicaments, un peu de contrebande ou de quoi faire ces roquettes préhistoriques pour se défendre et se croire armé

c honteux, ce mur comme tous les murs d'ailleurs

pour le reste peut-être que les autres causes ne passent pas sur jézira

laissez aux gens leurs fantasmes et leur foi en une cause, s'ils marchent pour une cause juste, nul ne doit les attaquer pour cela

vive la liberté d'expression

avez-vu la photo de barack hussein obama en palestinien, j'ai bien ri, ces sionistes ont des siècles d'avance en communication

quant aux constructions, qu'attendent les musulmans milliardaires pour aller à la course à l'achat car les sionistes rachètent pas mal

qu'attendent-ils pour faire construire aussi , c'est vrai que pas un sou ne peut arriver en palestine sans passer par les baques de l'état hébreu

ce qui se passe là-bas, c l'impuissance à l'état pur d'un monde qui regarde sans pouvoir rien faire

il faut dire que les usa ayant massacré des millions d'indiens pour ensuite devenir le symbole de la statue de la liberté sont assez bien placé pour comprendre politiquement ce que fait l'état hébreu

la solution là-bas ne viendra que des juifs du monde, déjà ça commence à l'aipac on se divise, on a marre de la tyrannie d'israel à qui on doit tout passer

les juifs régleront le problème de l'impunité d'israel et s'ils n'y arrivent pas, l'occident saura régler le problème car si il y a bien un lieu où juif furent humiliés c'est bien en occident

on se souviendra de mohamed V qui fut le seul chef d'état a refuser de livrer les juifs marocains aux nazis

ce qui est sûr, c'est que pour un peuple qui a tant souffert, on s'attendait à plus d'humanité

syndrôme de Stockholm quand tu nous tiens

Tidinit a dit…

Lu pour vous. c malhonnete: le mali n'avait pas invité le maroc.
===
Conférence sur le terrorisme en Algérie : Alger exclut le Maroc et envoie sa horde de terroristes sur le Mali et la Mauritanie

Aurore, 19/03/2010

Au moment où se tient à la conférence ministérielle sur le terrorisme, des centaines de djihadistes d’AQMI (Al-Qaeda au Maghreb islamique) ont d’ores et déjà pris position dans le Nord du Mali et de la Mauritanie.

De sources proches d’Alger (information confirmée par Nouakchott), ce sont plusieurs centaines de combattants djihaidistes jadis installés dans le maquis algérien, qui ont décidé de déménagé avec armes et munitions au Mali et en Mauritanie. L’Agence de presse mauritanienne indique en effet que le « Nord du Mali et de la Mauritanie sera le prochain champ de bataille à mesure qu’un nombre croissant de terroristes algériens rejoignent Al-Qaïda au Maghreb dans cette région ».

Pur hasard ? Bamako en doute. Ce mouvement de troupes survient après la libération par le Mali de terroristes présumés algériens en échange de celle de l’otage français Pierre Camatte. Toute chose à l’origine d’incident diplomatique entre algériens, Mauritaniens et Maliens. Les deux premiers ont tout simplement décidé de rappeler leurs ambassadeurs respectifs « pour consultations ». En clair, les Algériens n’ont pas du tout apprécié l’attitude de Koulouba qu’ils accusent d’accointances avec les groupes armés.

A l’heure actuelle, prennent part à cette conférence les ministres des Affaires étrangères du Burkina Faso, du Tchad, de la Libye, du mali, de la Mauritanie et du Niger.

Bouteflika est-il de bonne foi ? Hélas, Alger s’est plusieurs fois montré rancunier et plutôt egocentrique à l’endroit de ses voisins. A titre illustratif, à cause de ses contingences historiques avec le Rabat, elle s’est tout simplement refusé d’inviter le Maroc à la conférence ministérielle qui se tient en ce moment sur son sol. Le Royaume Chérifien, dans un communiqué largement diffusé rappelle qu’il avait pourtant «»exprimé, officiellement, sa disponibilité à prendre part à cette réunion et à contribuer activement à son succès et avait saisi, dans ce sens, son hôte, l’Algérie …Le royaume du Maroc déplore la réaction négative des autorités algériennes et regrette cette attitude d’exclusion face à une menace pourtant commune et identifiée», indique le même communiqué.

Pour sa part, Bamako a déploré sa réticence, voire son refus à prendre part à une conférence des chefs d’Etat sur le même sujet sur son initiative. Mais voilà qu’elle (Algérie) prend l’initiative à son compte et comme par hasard, au moment où une horde de terroristes d’origine Kabyle, qui, depuis l’extrême nord, traversent le pays en longueur sans être inquiétés pour se retrouver dans le septentrion malien et mauritanien.

Ces manœuvres des généraux algériens ont manifestement pour objet de consolider la suprématie algérienne dans la sous-région.

B.S. Diarra


Aurore, est seul responsable du contenu de cet article

Tidinit a dit…

Lu pour bl qui nous manque. La liberté d'expression, c'est l'avantage que les européens ont sur nous.

http://www.rue89.com/2009/12/09/suisse-jai-construit-ce-minaret-pour-protester-129353

Tidinit a dit…

Maatala,

Vaut mieux laisser Ely partir, sinon on va se retrouver avec des affaires sbai-sbai qui vont nous plomber la vie. Cela vaut la peine de perdre les 400 millions de $. Avec Ely dehors, cela fait aussi de la pression sur azzizzo pour travailler bien et cesser de faire le zouave.

Sur la mécaique, nos enfants bac scientifique qui font cette spécialité dans les grandes écoles c ...hient du goudront avec les maths et la physique. Faire spécialité mécanique dans une académie militaire, ce n'est pas donné: visiter les cours de génie mécanique à Polytechnique Palaiseau et on tremble. Ely n'est pas le seul rat: ils le sont tous nos politiciens et nos imams.
==

Le RAT ne digère pas le fait que la HELLA ait choisie le mécano-azzizzo contre la raclure qui se prenait pour TOUMANI.

Khalil Balla Gueye a dit…

Je viens d,echapper a une tentative de meurtre et-ou enlevement. 10 personnes se sont relayees sur moi de la clinique , certains m,ont couru apres alors que j,accelera le pas.ils me suivraient a la trace partout dans le parc de la clinique, dans le bus et dans le train.ils echangeaient des signaux discrets qui ne m,ont pas echappes.vraiment des sales gueules de KILLERS.pour me debarrasser de cette engeance menacante, j,ai ete amene a prendre un taxi a la gare a leur grand depit visible.Manifestement quelqu,un secret de polichinelle a mis apres oi ces killers en mettant ma tete a pris.je ne me fais plus guere d,illusions:MES JOURS SONT COMPTES.
Je ne croyais pas que blogger pouvait amene a la mort comme c,est mon cas.
La hawle li wela ghouwete illa billahi al aliyou al adhim.
Avant de me tuer.pensez aux orphelins et a la pauvre veuve seule a elever des enfants sans connaitre la langue du pays.Pensez aussi au role irremplacable de pere educateur que je suis.
Rien que pour les enfants je vous implore a genoux d,epargner ma vie.
Par ailleurs, l,assassinat politique n,a jamais ete dans nos mours et ne devrait commencer sous notre nouvelle democratie initiee et voulue par le president Aziz.quelle mauvaise publicite ce serait vraiment pour notre democratie que d,entamer le meurtre, le mien.de grace pour la bonne reputation de notre prometteuse democratie mettez fin a ces tentatives repetees d,assassinat politique etrangeres encore une fois a nos moueurs politiques.
enfin j,en appelle au president que j,ai soutenu et que je soutiens tjrs et ses services competents de venir au secours de l,intello desarme menace gratuitement de mort.
Je ne demande que le droit a la vie pour elever dignement mes enfants et prendre soin de ma vieille mere.
Khalil Balla Gueye-Düsseldorf

Tidinit a dit…

Sacré KBG!

Tidinit a dit…

Qui va nous taper dessus maintenant? Le Maroc? Ce n'est pas une vie.
==
Rabat s’en prend à Alger
20 Mars 2010 - Page : 24
Lu 1155 fois

Mohammed VI n’a visiblement pas encore digéré la non-participation de son pays au Sommet d’Alger consacré à la sécurité dans la région sahélo-sahélienne.

«Que l’Algérie ait pris soin d’empêcher le Maroc de participer à la réunion consacrée à la région sahélo-sahélienne, en dit long sur l’esprit de responsabilité des dirigeants algériens», a déclaré à la presse, le ministre marocain de la Communication à l’issue d’un Conseil de gouvernement. Le Royaume marocain ne digère pas son éviction de la rencontre d’Alger qui a réuni sept pays (Lybie, Mauritanie, Niger, Mali, Tchad, Burkina Faso et Algérie) dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.
Rabat, qui s’en était lavé les mains auparavant, s’est soudainement senti concerné par cette question. Il en a fait même son cheval de bataille pour justifier l’échec des négociations entre le Maroc et le Front Polisario.
Un échec sur lequel le gouvernement marocain porte l’entière responsabilité en s’opposant à la tenue d’un référendum d’autodétermination qui permettrait, en vertu des résolutions (1754, 1783, 1813, 1871) adoptées par le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies, au peuple sahraoui de s’exprimer librement quant à son indépendance.
Les autorités marocaines, sans aucun doute à bout d’arguments, se sont ainsi justifiées aux yeux de l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies qui est en tournée dans la région.
Christopher Ross a été reçu jeudi par l’héritier du trône alaouite à Tétouan dans le nord du Maroc. L’émissaire de Ban Ki moon n’a pas fait de déclaration publique.
Le ministre marocain de la Communication et porte-parole du gouvernement s’est, par contre, chargé d’en tirer quelques conclusions pour le moins hallucinantes. «Nous attendons que l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, M.Christopher Ross, le secrétaire général lui-même et le Conseil de sécurité soient encore plus convaincus que par le passé, que le Royaume du Maroc reste un pays résolument désireux de tourner la page du blocage dans lequel la diplomatie algérienne nous a posé pour pouvoir aller de l’avant.» Christopher Ross, qui est chargé de renouer les fils du dialogue interrompus et bien ténus entre les deux belligérants, le Maroc et le Front Polisario, est édifié.
La partie sera difficile, ardue. Si elle n’est pas déjà perdue d’avance avec des arguments aussi fallacieux qui témoignent de la constante mauvaise foi affichée par les négociateurs marocains à chaque fois qu’il est question de la tenue d’un référendum d’autodétermination. «Si cela dépendait du Maroc, je peux vous assurer que l’affaire serait résolue», a ajouté sans broncher le porte-parole du gouvernement marocain. Chiche! Serait-on tenté de lui rétorquer.

Tidinit a dit…

Suite -être entre la marteau et l'enclume.

==

La réponse est à la mesure de l’animosité que porte le gouvernement marocain à la position constante de l’Algérie sur le dossier du Sahara occidental: la tenue d’un référendum libre qui laisserait le peuple sahraoui décider librement de son avenir. «Le comportement de la diplomatie algérienne est d’une stérilité historique et inégalée», a lancé sans sourciller Khalid Naciri. A travers de telles déclarations, le ministre marocain de la Communication ne pourra convaincre, certainement, que son cercle le plus proche. Les courtisanes et les courtisans. Et tous ceux qui cultivent la culture de la soumission.
«Cela nous conforte dans notre conviction et nous amène effectivement à considérer que les grandes puissances, au premier rang desquelles les USA, ont la lourde responsabilité de rappeler à l’ordre tous ceux qui considèrent que la politique avec les petits calculs et les petites stratégies peuvent construire une véritable politique» a-t-il ajouté. Le porte-parole du gouvernement marocain semble avoir attribué d’office le rôle de gendarme aux Etats-Unis, dans la région. Reste à la diplomatie américaine, qui s’en est toutefois officiellement défendu, de le démentir à nouveau. Quant à l’Algérie, elle est prête à toutes les éventualités sauf à celle de courber l’échine.

Mohamed TOUATI

Tidinit a dit…

Un éditorial virulent du fameux Mounir B.contre ATT. Bamako a demandé officiellement avant-hier la tenue de la Conférence chez les maliens sur le securitaire, avant l'Algérie. Au Burkina. La RIM ne pourra pas refuser, malgré les tergiversations de notre Naha.

P.S: je lis actuellement pour TITAN un livre que j'ai acheté aujourd'hui: la mort des Ceausecu -La vérité sur un coup d'état communiste. Lecture fortement recommandée comme c'est un cas d'école de manipulation de l'info. Je crois "qu'on" nous a servi la même sauce en 2005 et en 2008. Les auteurs sont Catherine Durandin et Guy Hoedts (du journal Bakchich), Bourin éditeur, 2010.
===
Paris-Bamako
Par : Mounir Boudjema
Lu : (1744 fois)

Que dire de Bamako qui, aidé par Paris et Washington, veut à tout prix obtenir le droit d’organiser un sommet sur le Sahel ? Il est vrai que les occidentaux veulent sauver le soldat ATT, mais il ne faut pas pousser le bouchon trop loin.

La réussite de la rencontre antiterroriste des sept pays du sahel à Alger n’a pas fait que des heureux. Si Bamako tient toujours à son sommet, Paris dit qu’il attend du concret. Ou comment saboter le consensus sahélien.
La France a réagi avec son habituel double langage. Si elle salue la tenue de cette rencontre qui vise à mettre en œuvre une stratégie commune de lutte contre l’Aqmi et aider une des régions les plus pauvres d’Afrique, elle dit attendre des actes et du concret. Une déclaration qui dresserait les cheveux à n’importe quel diplomate. Car il faut être sacrément présomptueux pour avancer de telles déclarations. Que veut dire Paris par du concret, alors qu’il vient faire la démonstration la plus honteuse de l’ingérence politique au Sahel ?
Il faut dire qu’en matière de “concret”, Paris sait y faire. Libérer un otage, faux humanitaire et vrai espion, en renflouant les caisses des salafistes de la région, en bafouant les règles de l’ONU. Forcer le président malien à libérer quatre terroristes qui sont demandés par leurs pays. Applaudir aux coups d’État au Niger pour préserver les gisements d’uranium d’Areva. Jouer aux marionnettistes au Tchad pour renflouer les rebellions locales. Déstabiliser le Soudan dans la région du Darfour. Tout cela est du concret à mettre au crédit des héritiers de la “FranceAfrique”. Alors, quand le Quai d’Orsay distille ce genre de commentaires, on s’enfonce dans le dédaigneux le plus cynique.
Que dire de Bamako qui, aidé par Paris et Washington, veut à tout prix obtenir le droit d’organiser un sommet sur le Sahel ? Il est vrai que les occidentaux veulent sauver le soldat ATT, mais il ne faut pas pousser le bouchon trop loin. Si le Mali, pays qui sert de base avancée de l’Aqmi au Sahel, abrite les camps d’entraînement des terroristes, sous-traite les cartels de la drogue et de contrebande les plus puissants de la région et opprime les Touareg qui n’ont rien demandé que de lutter contre le terrorisme, veut un sommet, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Il n’y a qu’à inviter Droudkel à assister à ce sommet tout en sachant qu’il ne risque rien comme ses acolytes.
Plus sérieusement, il faut que l’axe Bamako-Paris arrête de prendre les pays sahéliens pour des États sans consistance et sans souveraineté. Les actes ne supposent pas seulement des engagements verbaux et creux sur la lutte contre le terrorisme.

M. B.

Tidinit a dit…

Les gars, j'ai balancé avant de lire. Paris demande du concret à la suite de la réunion d'Alger. Du concret, il y en aura pas. Comme le concret après la même reunion en 2009 à Tamanrasset à laquelle Nergi a assisté. Depuis lors, le danger terroriste chez nous a augmenté.

Question encore: ils sont passés par où les otages espagnols?

Tidinit a dit…

Kadafi, c'est le Roi des Rois d'Afrique et non "le roi des africains" ou "roi des rois africains". Notez les minuscules, en dépit de la sottise de Kadafi avec ce titre. C'est ce pays qui veut gerer la crise terroriste au sahel.
==
Alors qu’il prône la fédération des États africains sous sa houlette
Kadhafi estime que le Nigeria doit se couper en deux !
Par : Djamel Bouatta
Lu : (1204 fois)

Le “rois des africains” rattrapé par ses saillies politiques. Le Nigeria a rappelé son ambassadeur à Tripoli après les propos “irresponsables” du dirigeant libyen. Kadhafi a suggéré une partition du Nigeria entre deux États, un chrétien et un musulman, pour mettre fin aux violences communautaires.


Le politiquement correct n’a jamais été la tasse de Kadhafi. Le père de la révolution verte, qui s’est affublé du titre de “roi des rois africains”, a réuni des étudiants africains inscrits dans son pays pour leur faire part de sa solution pour le géant africain, le Nigeria aux prises avec une grave et insurmontable crise intercommunautaire. Il a proposé aux dirigeants d’Abuja la partition de leur pays en deux États, l'un chrétien et l'autre musulman. Rien que cela.
Pour argumenter son ordonnance, le leader libyen a ergoté sur le modèle de la partition qui a donné naissance en 1947 au Pakistan, qui s'est détaché de l'Inde, faisant fi des problèmes, dissensions, tensions et conflits qui n’ont pas arrêté d’empoisonner ces deux puissances atomiques, travaillées au corps par l’extrémisme. Islamabad par les islamistes radicaux et New Delhi par des ultras hindous, violemment islamophobes.
Kadhafi, qui aime pérorer, a fait un parallèle pour souhaiter la venue d’un Mohamed Ali Jennah qui avait fondé le Pakistan pour mettre fin aux massacres entre hindous et musulmans dans le sous-continent indien. “La seule chose qui pourrait faire cesser les violences au Nigeria est l'apparition d'un autre Mohamed Ali Jinnah, qui établisse un État pour les musulmans et un autre pour les chrétiens”, a-t-il martelé. Le dirigeant libyen, président de l'Union africaine il y a encore quelques semaines, a appelé l'ex-président du Nigeria Olusegun Obasanjo, qu’il considère, apparemment, comme l’homme fort du Nigeria, à jouer le rôle de Mohamed Ali Jinnah côté chrétien. Pour lui, redessiner la carte d’un pays est simple. Désarmant pour un chef d’État qui a failli mettre le feu aux poudres pour des arpents de terre avec ses voisins, dont le Niger récemment à qui il dispute le nord, gorgé de pétrole.
Le Nigeria est invité à fixer “dans un climat cordial” les frontières de chaque État en veillant à partager les ressources “de manière pacifique et par la négociation fraternelle” ! Naïveté ou cynisme ? Il n’en fallait pas plus pour le numéro deux du Nigeria, le président du Sénat David Mark, qualifie Kadhafi de “fou” devant la Haute Assemblée du pays. Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec environ 150 millions d'habitants, a revécu la semaine dernière des violences communautaires meurtrières dans l'État du Plateau (centre).
Et c’est vrai que le pays est comme divisé au centre entre le Nord musulman et le Sud chrétien et animiste. L'État du Plateau avec sa capitale Jos où se déroulent les violences, constitue la ligne de démarcation entre le nord et le sud. La reprise de heurts a été provoquée par la construction d'une mosquée dans le quartier majoritairement chrétien de Nassarawa Gwom.
Quelque 3 000 habitants ont été déplacés en raison des violences durant lesquelles des maisons ont été brûlées. En novembre 2008, des centaines de personnes avaient été tuées en deux jours à Jos au cours d'affrontements religieux.
Le Nigeria est une fédération et la charia est appliquée dans plusieurs États musulmans du Nord, plus pauvres que ceux du Sud assis sur le pétrole.

TITAN a dit…

Tidinit
Il faut reconnaitre que ce journaliste algérien a bien mis les points sur les i de cette politique d'ingérence de la France en Afrique.
J'ai apprécié:

Il faut dire qu’en matière de “concret”, Paris sait y faire. Libérer un otage, faux humanitaire et vrai espion, en renflouant les caisses des salafistes de la région, en bafouant les règles de l’ONU. Forcer le président malien à libérer quatre terroristes qui sont demandés par leurs pays. Applaudir aux coups d’État au Niger pour préserver les gisements d’uranium d’Areva. Jouer aux marionnettistes au Tchad pour renflouer les rebellions locales. Déstabiliser le Soudan dans la région du Darfour. Tout cela est du concret à mettre au crédit des héritiers de la “FranceAfrique”. Alors, quand le Quai d’Orsay distille ce genre de commentaires, on s’enfonce dans le dédaigneux le plus cynique.
Que dire de Bamako qui, aidé par Paris et Washington, veut à tout prix obtenir le droit d’organiser un sommet sur le Sahel ? Il est vrai que les occidentaux veulent sauver le soldat ATT.

C'est magnifiquement bien dit.

TITAN a dit…

Tidinit
J'attends avec impatience les conclusions de ton nouveau livre de chevet.
Ceaucescu cela me rappelle sa triste fin avec Helena son épouse

Bebe BA a dit…

maatala, titan, c'est pas sympa de griller (lol) mister Couli des usa, alors qu'il n'est pas là pour vous répondre!
s'il ne veut pas prendre un pseudo, c'est son droit le plus absolu, vous devez l'accepter
la democratie commence d'abord par accepter le choix d'autrui mais pas d'imposer le votre!!

Tidinit a dit…

TITAN,

Le problème n'est pas la personalité de Ceausescu et Elena et leur crimes. Mais comment le coup a été fait. Et en beauté. Faut l'acheter pour lire aussi comme je ne pourrai pas te le resumer. J'ai aussi oublié de te recommander un autre sur la dynastie de Ben Ali par 2 journalistes de Bakchich, Nicolas Beau et Catherine Graciet: La régente de Carthage - Main basse sur la Tunisie, Editions la Découverte, 2010.

Concernant l'ingérence,c'est d'accord pour l'Algérie, mais pas d'accord pour la France. J'ai bien noté. Bonne nuit.

Bebe BA a dit…

Le Nigeria rappelle son ambassadeur en Libye en réaction aux propos de Kadhafi (Xinhuanet 19/03/2010)

Le Nigeria a rappelé jeudi son ambassadeur en Libye, Isa Aliyu Mohammed, pour consultations sur les propos du leader libyen Mouammar Kadhafi, selon lesquels le Nigeria devrait être divisé en deux nations, l'une chrétienne et l'autre musulmane.

"Le gouvernement fédéral du Nigeria a rappelé son ambassadeur en Libye pour consultation", a indiqué un communiqué parvenu jeudi à Lagos en provenance du ministère nigérian des Affaires étrangères à Abuja.

Le gouvernement a également exprimé formellement ses réserves et sa profonde déception sur l'appel de Kadhafi à la division du Nigeria, a ajouté le communiqué. 

Le président du Sénat du Nigeria David Mark a aussi condamné la déclaration de Kadhafi, en affirmant que la déclaration incendiaire de celui-ci ne devrait pas être prise au sérieux.

M. Kadhafi a proposé mardi au Nigeria de résoudre ses violences religieuses et sectaires perpétuelles par la séparation du pays en deux nations chrétienne et musulmane, selon l'agence de presse officielle JANA. 

L'assmblée nationale nigériane a exhorté le gouvernement nigérian à informer les Nations unies afin de faire pression sur Kadhafi pour arrêter son appel à la division du Nigeria.

Le Parlement nigérian demande une enquête sur la déclaration de Kadhadi

L'Assemblée nationale du Nigeria a ordonné jeudi l'ouverture par le gouvernement du pays d'une enquête sur la déclaration du leader libyen Mouammar Kadhafi à propos des dernières violences dans le nord du Nigeria.

Le colonnel Dadhafi avait déclaré mardi que le Nigeria doit être coupé en deux pays pour mettre fin aux violences sectaires entre musulmans et chrétiens qui ont fait des centaines de morts.

Le journal local Nest a rapporté jeudi que David Mark, président du Sénat, avait réagi avec colère à la déclaration du leader libyen.


2010-03-19 08:55:39 xinhua

TITAN a dit…

Bebe Ba
C'est tout à ton honneur de défendre la liberté de Couly.
Je tiens seulement que la démocratie commence d'abord par le respect des régles en vigueur ce que notre "ami" n'a jamais fait.
On le provoque un peu afin de l'amener à quittet cet anonymat qui nuit sérieusement au blog.
Seulement les barbouzes n'aiment pas évoluer en terrain découvert.

citoyenne a dit…

Chère Bébé Ba, vous avez parfaitement raison, on ne peut pas se considérer démocrate et imposer ses règles à d'autrui. La règle sacrée de la démocratie est le respect de droit à la différence. Donc, il est inacceptable, cher Maata de continuer cet embargo sur notre frère Couli. Cher frère Maata, cette attitude est tout simplement antidémocratique et injustifiable, pour ne pas dire que c'est un chantage pratiqué sur cet espace qualifié "libre".

kimporte a dit…

bôjôr

" un jour la majorité assumera ses droits"

à lire chezvlane

TITAN a dit…

Merci Vlane pour ce coup de gueule
Etant progressiste de culture, j'ai horreur de l'injustice.
Mais quelque soit le système politique en vigueur, les opprimés en général ne doivent compter que sur eux mêmes.
Pour s'affranchir réellement et prendre une revanche sur l'histoire, les haratines doivent lutter d'abord contre l'ignorance et la pauvreté car ce sont les véritables chaines de ce siécle.

kimporte a dit…

merci titan, désolé pour les coquilles je viens de corriger

quant à couli, pourquoi maata ne lui passerait pas son autre pseudo " marie-jo" lol

Ɔopiarpegar a dit…

hatha mayhajelkoum quelque chose?lol

lu pour couli we maatala

La majorité répond aux accusations de l’opposition et exclut « tout partage du pouvoir »

La coalition des partis de la majorité a organisé, samedi soir, à Nouakchott, un meeting populaire, au niveau de la place de la mosquée Ibn Abbass, présidé par le vice-président de l’UPR, M. Oumar Ould Matalla et auquel ont pris part les dirigeants de partis constituant cette majorité, en plus de nombreuses populations venues de tous les quartiers de la capitale.


Au cours de ce meeting, marqué par la présence du Premier ministre, Dr. Moulaye Ould Mohamed Laghdhaf et celle de plusieurs membres de son gouvernement, les dirigeants de cette coalition de la Majorité, ont tour à tour, pris la parole pour défendre le programme du Président Mohamed Ould Abdel Aziz contre ce qu’ils ont appelé «les allégations qui lui sont portées par l’oppositions».
Ils ont également salué les réalisations déjà accomplies par l’homme à la tête du pays et ont appelé à leur préservation.
Les intervenants ont été unanimes sur «le caractère étonnant» des critiques avancées par l’opposition, notamment celles concernant la loi contre le terrorisme, les indemnités de logement et de transport, qui, selon le vice président de l’UPR, Oumar Ould Matalla, «ont été les mêmes choses qu’elle avait réclamé auparavant !».
Pour sa part, Mme Naha Mint Mouknass, ministre des affaires étrangères et de la coopération (MAEC) et présidente de l'UDP, a rappelé que «la majorité est en place grâce à la confiance placée en elle par le peule», avant de souligner qu’«il n’y a aura pas de partage de pouvoir avec l’opposition».
ani.mr

Tidinit a dit…

copiarpegar,

Je n'aurai pas lu l'article si tu ne l'avais pas placé ici. C'est du nouveau en fait et nous rappelle la vieille tactique: affamer l'opposition et l'amener à se diviser et une grosse partie joindre au convoi de la "majorité". Que fait la ministre des AE dans ce crowd? Elle a d'autres chats plus importants à fouetter, tel que faciliter la libération des 4 otages italiens et espagnols. N'est-ce pas? Une pensée à ces otages et une frousse à l'idée que l'Algérie devienne le modèle des amis de TITAN. Avec des milliards en caisse, la rang des hittistes que ne finit pas de s'allonger, me demande ce que TITAN trouve de so sexy avec les généraux d'Alger.

TITAN a dit…

Tidinit
Je t'ai déja dit que je m'en fous de l'Algérie que j'ai déjà combattu (armes à la main), étant un ancien de la guerre du sahara.
Le quotidien des algériens et la gestion de leur politique intérieure m'importe peu. Ce qui m'importe c'est qui VEUT m'aider à combattre ce fléau du terrorisme et du trafic de drogue. Il se trouve que parmi tous les pays qui gesticulent le seul qui ait véritablement interet à faire face à ces bandits c'est l'Algérie.
Pour la petite histoire, je tiens à rappeler qu'en ma qualité d'ancien militaire, je ne pardonnerai jamais à la France et au Maroc d'avoir entrainé mon pays dans une guerre pour laquelle il n'était pas préparé avec tout son lot de malheur et surtout de nous avoir abandonné dès qu'ils ont senti que nous étions le maillon faible (coup d'état de 78).
Je sais de quoi je parle, et je prie le bon dieu que personne ne vive ce que nous avons vécu à cette époque.

Bebe BA a dit…

Titan,
Je ne pas mister Couli des usa mais je ne trouve pas normal que vous continuez à l'insulter alors que vous savez qu'il ne peut vous repondre!
Les règles en vigueur dans un blog, c'est le respect des autres et surtout pas d'insultes!
Il faut respecter ceux qui choisissent l'anonymat, du moment que ce n'est pas un blog privé!
je pourrais comprendre qu'on ferme le blog aux anonymes s'il y'a dérapages mais ce n'est pas le cas!
Vous insultez mister Couli des usa et il vous repond, we toff!
Du reste, mister Couli des usa n'a pas besoin de pseudo car tt monde reconnait son style (le digne fils de la mnie! qui n'aime pas les usa, je ne l'aime pas! je suis en train de rire!)

Tidinit a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Tidinit a dit…

TITAN,

Mes respects. Je ne savais rien de ton passé. Nous avons le même objectif: qu'on ne nous prenne pour des idiots et qu'on nous colle la paix. Jusqu'à preuve du contraire, je crois que l'Algérie était derrière Lemgheity, Tourine et une complicité derrière la prise des otages espagnols et italiens. Avec de la complicité intérieure, bien sûr.

L'entrainement de la RIM dans la guerre des sables, c ést la faute à Ould Daddah, Boumedienne et Hassan II et ils sont morts (Allah yarhamhoum, malgré les fautes des uns et des autres). J'ai peur que azzizzo ne nous entraîne dans la même erreur en essayant de plaire au Maroc ou à l'Algérie. Pour ce qui est certain, c'est l'agérie qui exporte sa sale guerre de 92 et mettre la responsabilité sur ses voisins. ATT est très corrompu et il est évident que son entourage se sucre avec les rançons et la Libye et l'Algérie l'on piègé dans cette affaire où il basse la culotte à chaque occasion. Je ne veux pas que cela arrive à azzizzo et à nous. On doit rester neutre dans cette guerre Maroc-Algérie autour de la question sahraouie. Les états n'ont pas d'amis, mais des interêts. Il est éviedent avec ce que nous savons maintenant que la France et les US sont impliqués dans ce qui se passe depuis 2002 dans la sous-régions sahara-sahel. Ces 4 sont tellement impliqués dans la structure du pouvoir en RIM et au Mali qu'ils peuvent commanditer un coup d'état sans peine. Il ne aut pas trop compter sur la Libye: elle trouvera que tout est contre son interêt et elle destabilisera tout le monde demain ou après-demain. Je peux mettre ma main au feu la-dessus. Rien qu'à lire ce qu'il dit sur le Nigéria est un prélude et il va passer à l'acte un jour.

Observons les 2 semaines qui arrivent. Naha doit mettre un peu d'eau dans son vin concernant le Mali. La conférence securitaire aura lieu au Mali parceque le Mali l'a demandé avant l'Algérie et en diplomatie, la première invitation ne peut être refusée. D'autant que le Burkina et la France appuient le Mali. Imagine Wade pousser pour cela (il n'a pas d'autre choix). A bientôt.

21 mars 2010 11:19

Tidinit a dit…

Maatala,

Ça c'est pour toi. Messaoud qui verse sa bile sur azzizzo. Où sont AOD et Maouloud?

http://www.cridem.org/index.php?id=82&no_cache=1&tx_ttnews[tt_news]=41984&tx_ttnews[backPid]=36&cHash=45f9111a52

Khalil Balla Gueye a dit…

VIVE AZIZ et la democratie.
Vive Canalh symbole de la liberte d,expression polie comme aurait dit la sage BL.
Vive tous les les canalheurs,LM,Maata les impartiaux, mention speciale et excuses ala sage et reserve BL, mention speciale Bebe Ba a Bebe Ba la dignite sereine, mention speciale a Citoyenne la sensible et compatissante:
Yanis la correction faite homme, Mballal mon vieil ami,Belkis l,enthousiaste,, A- l,expertsecuritaire pointu, Vladimir le pertinent cultive, Vlane le poete analyste,, Dr Kleib le patient, Couly le fougueu a defendre ses idees et tous les autres Canalheurs anonymes que je n,ai citer .

VIVE le PRESIDENT AZIZ ET VIVE CANALH au service de la liberte d,expression et la democratie.

Khalil Balla Gueye-Düsseldorf

Tidinit a dit…

TITAN,
Grayt hatha l'article. Comme cet article, je n'ai rien vu de concret de cette réunion d'Alger. Les algériens sont pressés de faire la paix et éviter de rendre caduc le fameux "accord d'Alger". Maintenant, il font la paix avec le Mali car il n y a pas d'autre solution pour éviter Kadafi de foutre la mierda dans le plan algérien. Je crois que personne n'a preté l'attention requise à ce qu'à dit Ouane le MAE du Mali et on s'est empressé de faire le sourd. Maintenant l'Algérie fait la paix sans nous consulter avec le Mali, pendant que nous on condamne pour faire plaisir à Alger. Entretemps ATT demande que la conference securitaire se fasse chez lui personne ne peut refuser) à partir de chez l'incontournable beau blaise et on a l'air d'être des idiots.

Qu'est-ce que tu en penses.
==


Dégel dans la tension diplomatique entre le Mali et l'Algérie : Retour imminent de l'ambassadeur algérien à Bamako

L'Indépendant, 21/03/2010


C'est notre confrère Le Temps d'Algérie, qui donne l'information dans son édition du mercredi 17 mars : l'Ambassadeur d'Algérie au Mali, rappelé dans son pays après la libération de quatre terroristes d'AQMI par la justice malienne, va rejoindre son poste à Bamako incessamment. Citant M.Abdelkader Messahel, ministre algérien délégué aux Affaires maghrebines, le journal précise que "le différends entre l'Algérie et la Mali a trouvé sa solution à l'occasion de la Conférence des ministres des Affaires étrangères de sept pays de la bande sahélo-saharienne sur le terrorisme" qui vient de se tenir dans la capitale algérienne.



'est le Temps d'Algérie qui, dans son édition de mercredi 17 mars, annonce la nouvelle : l'ambassadeur d'Algérie au Mali, rappelé par son gouvernement pour punir Bamako d'avoir libéré quatre terroristes d'Al Qaïda en échange - selon la vision algérienne - de la libération du Français Pierre Camatte, " doit regagner son poste incessamment ".



Citant M. Abdelkader Messahel, ministre délégué aux Affaires maghrébines, le journal précise que " le différend entre l'Algérie et le Mali a trouvé sa solution à l'occasion de la conférence des ministres des Affaires étrangères sur le terrorisme " dans la bande sahélo-saharienne qui vient de se tenir dans la capitale algérienne.



Si cette information est confirmée, elle serait l'unique résultat tangible de cette rencontre. En effet, le communiqué de presse qui l'a sanctionnée laisse apparaître clairement qu'aucune décision concrète n'a été prise par les participants s'agissant du sujet à l'ordre du jour. Ceux-ci y déclarent " condamner sans équivoque la prise d'otages et le paiement de rançons aux entités terroristes ". Ils réitèrent "leur ferme condamnation du terrorisme et leur détermination à éradiquer le phénomène pour redonner à la région sahélo-saharienne sa vocation d'échanges, de paix, de stabilité et de coopération féconde ".

Tidinit a dit…

Suite - on a 'air d'être des idiots.
===

Pour prévenir et lutter contre le terrorisme, ils préconisent " une approche intégrée, coordonnée et solidaire " qui n'exclut pas cependant " la responsabilité de chaque Etat de mener une lutte efficace " à son propre niveau. L'impératif d'une " coopération bilatérale et régionale structurée, exclusive et de bonne foi " a été souligné dans le texte.



On le voit comme le nez au milieu du visage, la Conférence d'Alger, convoquée à grand renfort médiatique, n'a abouti à aucune décision concrète de nature à circonscrire ou faire reculer le fléau du terrorisme dans un délai prévisible. La montagne a bien accouché d’une souris. En fait, cette conférence marque même un recul par rapport à plusieurs autres qui l’ont précédée- même si ce n’était pas toujours à un niveau ministériel-où des recommandations pertinentes ont été adoptées sans être jamais appliquées. Principalement à cause de la mauvaise foi algérienne. C’est cet état de fait, qui a porté un lourd préjudice à la lutte contre le terrorisme et le banditisme transfrontalier sous toutes ses formes dans la bande sahélo-saharienne que nous dénoncions dans un article intitulé «Une conférence pour rien...». Un titre bien inspiré pour le moins. A voir la précipitation avec laquelle cette conférence a été organisée et l’absence de décision concrète qui en a résulté, on a le sentiment qu’Alger a voulu tout simplement réaliser un formidable coup diplomatico-médiatique qui le ferait apparaître aux yeux de la communauté internationale comme la puissance régionale qui a décidé de reprendre les choses en mains devant les turpitudes constatées chez des voisins, en particulier le Mali, qui risquent de compromettre la lutte contre le terrorisme et les réseaux criminels.

Notre confrère algérien cité à l'entame de cet article nous renseigne que les choses sérieuses sont programmées pour avril prochain avec la tenue à cette période d'une conférence des ministres de l'Intérieur et une réunion des états-majors des pays ayant participé à cette rencontre d'Alger. Parions qu’elles ne seront pas plus productives que celle qui vient de se clore.

Deux autres révélations, faites par notre confrère d’Alger, retiennent toutefois notre attention : l'Algérie, qui a, jusque-là, privilégié le démantèlement des groupes terroristes par le seul usage de la force armée, est, semble t-il, désormais acquise à l'idée d'actionner une sorte de Plan Marshall d'urgence pour le développement socio-économique des populations démunies de la région sahélo-saharienne. Mieux, à entendre Abdelkader Messahel cité par le journal, " l'apport et l'appui de ces populations dans la lutte contre le terrorisme et les autres formes de criminalité transfrontalière est un grand atout ".

On croirait entendre le président ATT plaider pour sa conférence sur la paix, la sécurité et le développement dont le sort paraît scellé à jamais.



Saouti Labass HAIDARA

L'Indépendant, est seul responsable du contenu de cet article

Tidinit a dit…

Comme quelques-uns, haut et bas l'avaient prédit ici, la conférence securitaire aura donc lieu à Bamako. C'est ce que je lis au dernier paragraphe de cet article de PANA, venu de Tripoli. La Libye et le Burkina sont donc pour, si je ne me trompe pas. Tout rentrera dans l'ordre entre la RIM et le Mali comme la liberation de Camatte ne peut-être un grieef valide. Déjà que ATT l'a demandé à plusieurs reprises et avait invité Sidioca. Il ne pouvait pas inviter après azzizzo comme il était occupé à enteriner son coup et depuis lors il n y a jamais eu de cas d'invite à cette conférence.

=====
Syrte - Pana 21/03/2010

Libye : Entretien Kadhafi-Toumani Touré
dimanche 21 mars 2010

Le guide libyen Mouammar Kadhafi, président en exercice de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD) s’est entretenu, samedi soir à Syrte (centre de Libye), avec le président malien Amadou Toumani Touré, en visite de trois jours dans le pays.

L’entretien a porté sur les moyens de consolider la sécurité, la paix et la stabilité dans la région du Sahara, selon une source libyenne.

Le guide Kadhafi et le président Toumani Touré ont, selon la même source, poursuivi l’examen de plusieurs dossiers africains et de la coopération entre les deux pays lors d’un dîner offert par le leader Kadhafi, en présence du secrétaire du comité populaire général libyen, Dr Baghdadi Mahmoudi, le secrétaire du comité populaire général libyen des Relations extérieures et de la Coopération internationale Moussa Koussa, du ministre malien de l’Artisanat et du Tourisme N’Diaye Bah, et du secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre malien chargé du développement intégré de la zone de l’Office du Niger, Abou Sow.

Le guide Mouammar Kadhafi a, rappelle-t-on, conduit plusieurs médiations entre les rebelles touaregs qui s’activent au nord du Mali et le gouvernement malien, ayant abouti à un accord de réconciliation entre les deux parties et à l’arrêt des actes de violence dans la région nord du pays.

Le Mali oeuvre actuellement à l’organisation d’un sommet sur la sécurité dans la zone sahélo-saharienne, décidé par la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de la région du Sahara, tenue dernièrement à Alger, en Algérie.

Syrte - Pana 21/03/2010

Tidinit a dit…

copiarpegar et esseghnas,

Hatha le pouvoir mahou sawi. CR crache sa bile sur azzizzo (Taqadoumy) et a sifflé la fin de la recreation. Va y avoir du sport comme dit Maatala.

Heureusement que hna on est bien avec nos mi'iz.

http://www.taqadoumy-fr.com/index.php?option=com_content&task=view&id=2984&ac=0&Itemid=29

maatala a dit…

Salam

Chére bébé Ba

Couly le harki préfère battre en retraite au lieu de prendre un simple pseudo.

Il est la honte de l'ethnie Bambara, car chez ces gens , battre en retraite devant un lion et une honte, à plus forte raison devant un pseudo.

Ces fiers bambara aurait dit au pleutre HARKI COULY:"ibésira", "ibe doguo mousso kofé" "fougari"

MRRRRRRRRRR HACHEMAK, YA DENIIII.

Rien qu'une grande gueule qui se permet de donner des leçons et des conseils.

Comme t'aurai dit Aboubacar Camara chanteur de bembéya Jazz dans la chanson "regard sur le passé": "demande à ton épouse , elle te montrera le chemin de l'honneur" à défaut celui des pseudo.

Couly n'est qu'un vulgaire ersatz d'espion dégonflé en perdition au States par nécessite alimentaire d'où son allusion fréquente à la marmite vide.

Un piètre espion atteint d u syndrome de "marminites aiguës" dit le fou

maatala

Sanhaji a dit…

Voilà enfin la république talibane que le Général Motors nous a promis.

Ce mécanicien pas très vareh, fait tout et son contraire, il dit tout et son contraire.

L'autre jour à Arafatt, il nous a parlé comme le feraient un certain Mohamed Sans pitié devant le cinéma oasis aux année quatre vingt: s'ils veulent la ddimoughrati, voilà nous sommes les élus du peuple, si cependant ils préfèrent la dictature, il n'y a pas mieux que nous pour la faire. Et ça c'est ça c'est un président ça ???!!!!

Il disait tantôt aussi toujours à Arafatt, que s'il fallait mettre tout les biens du pays à dispositions des militaires pour prétend il sécuriser le territoire il le ferait. En d'autres termes Général Motors signifie aux civils, circulez! circulez! je n'ai rien à foutre de vos gueules, je crains seulement les militaires qui peuvent me déloger.

Merci Général Motors, tu as donné un excellent leçon aux applaudisseurs qui te détestent comme la peste, mais qui pourtant ils t'organisaient hier un meeting somptueux pour te déclarer prophétique.

maatala a dit…

salam

lu sur taqadoumy

L'Horreur (suite)

"Le cas de Selekha" fille de Oumoul khairy

Aujourd’hui, Selekha profitant, nous révèle-t-elle, de l’absence de Vouyah parti en voyage, a pu tromper la vigilance de la personne qui veillait sur elle et contacté nos éléments ; ces derniers l’ont mise dans une voiture pour Nouakchott où elle est venue rejoindre sa mère.
Elle est parmi nous, nous pouvons affirmer que c’est une enfant.

Selekha, la fille ainée de Moulkheir, a vécu deux ans dans la famille de Mohamed Lemine Ould Abdel Jelil Ould Kleïb, un gendarme à la retraite dit-elle; elle a été ainsi séparée de sa mère et accompagnait sa maitresse Khdeïja Mint Abdallahi Ould Boulemsak, épouse de Mohamed Lemine, pour la servir en qualité de domestique (ménage, lessive, commissions variées), sans aucun salaire, bien entendu.

Ceux-ci ne l’ont pas inscrite à l’école ; ils lui ont appris par cœur quelques versets de Coran qu’elle ne récite pas très bien ; elle ne sait ni lire ni écrire.

Au même moment où la gendarmerie a séparé Moulkheir des Ehel Boulemsack, quelqu'un est venu, en pleine nuit, prendre Selekha pour la déposer, à Yaghrev, auprès de sa mère.

Depuis 2008, Selekha est exploitée par Vouyah Ould Mayouf ; au départ, il lui promettrait un salaire de 15 000 UM, selon elle effectivement versé le premier mois ; depuis, il ne lui aurait jamais plus donné aucun sou, pendant prés de deux ans.

Elle a subi toutes les humiliations ; comme sa mère et ses petites sœurs, elle a été battue

Elle affirme avoir été violée par Vouyah, tout le long de ces deux années. Toutes sortes manipulation auraient été menées, par lui, pour masquer son forfait : en 2009, quand Selekha s’est avérée enceinte de lui, il a voulu la donner en mariage à un berger du nom de Youba, Hartani des Lechiakh mais celui-ci s’est rendu compte de son état et a refusé. Après le refus de Youba de rentrer dans son jeu, Vouyah a tout simplement mis Selekha et sa mère dans la caisse de son véhicule Pick up pour les conduire, en pleine nature, durant plus d’une heure de cascades et d’acrobaties ; selon Moulkheir, l’avortement de Selekha à l’hôpital d’Atar résulte de cet acte prémédité.

Selon Selekha, Vouyah n’a jamais cessé d’abuser d’elle et cette nouvelle affaire de mariage a servi de prétexte pour ne pas la remettre à sa mère par la gendarmerie avec les autres enfants.

Pour Selekha, enfin venue à Nouakchott rejoindre sa mère le 11 mars, le mariage dont Vouyah, les gendarmes et le Ministre semblent tant tenir compte n’a été contracté que sept jours plus tard.

En effet, Selekha raconte son sort quelques jours après le départ de sa mère vers Nouakchott : Vouyah l’a appelée pour lui dire qu’elle est maintenant mariée avec son nouveau berger recruté depuis deux mois. Il se nomme Mboïrik Ould Limam, originaire de Timbédra où il aurait laissé son épouse. Selekha soutient, qu’avant cette annonce par Vouyah, personne ni lui, ni ce berger n’est venu la consulter encore moins demander sa main.

Après qu’elle a passé une semaine à dormir chaque nuit avec cet homme, Vouyah a remis à Selekha 10 000 UM au titre de dot. Deux jours plus tard, le berger reprend son rythme normal de travail de cinq jours avec les animaux dans les pâturages pour ne revenir pratiquement que deux jours par semaine. Pendant ce temps, Vouyah continuerait à coucher avec cette enfant, âgée tout au plus de 15 ans selon sa mère et son oncle Mbarek.

Interrogées, les autres filles Mbarka (environ 12 ans) et Fatma dite Kounadi (environ 10 ans) affirment que Vouyah a abusé d’elles. Sa préférée serait Kounadi car de teint clair comme Selekha.

maatala a dit…

A ce niveau de nos démarches, nous estimons le cas typique d’esclavage par ascendance ; Moulkheir et ses enfants l’ont subi, doublé d’une situation de traite des personnes et de violences sexuelles.

Ici, dans un contexte de criminalisation de l’esclavage, l’on ne comprend pas que les pouvoirs publics ne s’impliquent pas de manière conséquente afin de traiter au moins les cas évidents qui leur sont soumis et mieux connaitre et publier la vérité, sans complexe ni mauvaise foi.

En effet, il nous paraît inconcevable qu’un Ministre la République, devant un contentieux de 2007 déjà, ne puisse pas comprendre qu’il se trouvait face à un cas de faux mariage, contracté dans le but de travestir la vérité, pour circonvenir le décideur !!! Manifestement, nous observons, de la part des autorités mauritanienne, un refus d’intervenir équivaut, de facto, à la complicité avec les auteurs de pratiques esclavagistes.

A la lecture des déclarations de Selekha et des trois filles de Moulkheïr, il apparait qu’elles ont été victimes de :

-spoliation de biens (les chèvres de Moulkheir)
-pratique de travail forcé ;
-travail d’enfants ;
-non inscription à l’école ;
-abus sexuels sur enfants mineurs ;
-mariage forcé.

Il est certain, qu’en 2007, les gendarmes et les autorités locales de l’Adrar sont susceptibles d’avoir caché, sciemment des pratiques d’esclavage et gêné la manifestation de la vérité ; il s’agirait, en l’occurrence, de connivence expresse avec les auteurs de crime qualifié dont l’Etat mauritanien porterait une part de responsabilité, en sa qualité de garant du respect des lois.

Aussi, appelons-nous les partenaires économiques de la Mauritanie et les institutions spécialisées dans le monde, à se pencher, de près, sur le refus, par le gouvernement, d’appliquer les instruments de droit international ratifiés en l’espèce, de même que la loi de 2007 portant répression de l’esclavage. Nous en appelons au sens moral de toutes les personnes pour qui réduire un humain à la servitude constitue encore un motif d’indignation et de solidarité.


Boubacar Messaoud Président de SOS-Esclaves
Nouakchott le 22 mars 2010

---------------------------------

Quand je pense que certains disent que l'esclavagisme n'existe plus en Mauritanie.

Pire que Biram ould Abeid est un pompier pyromane.

Ils auraient tenus un autre discours, s'il s'agissait de leur mére, soeur ou parente.

Il faut caster les auteurs de tels crimes dit le fou.

maatala

Esseghnass a dit…

A- hiya Naha jenit walla?

Scoop JSSNews. “C’est fini.” Voilà ce qu’un diplomate israélien de haut rang vient de confirmer à JSSNews sans trop de précisions. “Nous retirons tous nos investissements et toutes nos aides seront coupées. Il n’y aura jusqu’à nouvel ordre aucune coopération scientifique ou stratégique. Nous n’aiderons plus le gouvernement à se battre contre les islamistes qui veulent renverser le pouvoir. A quoi bon aider un pays qui préfère continuer à sombrer ?“

De son côté, la ministre mauritanienne des Affaires étrangères, déclare officiellement que son pays avait rompu définitivement ses relations avec Israël. “Que tout le monde le sache ici, la Mauritanie a rompu ses relations diplomatiques avec l’Etat hébreu de façon définitive”. Elle a appelé l’opposition “à cesser les surenchères sur cette question, car, elle a été défintivement tranchée”. L’opposition islamiste légale accusait le régime “de maintenir ses relations diplomatiques avec l’ennemi sioniste, tout en affirmant d’une manière pédagogique qu’il les a rompues”.
Entendons nous bien, dans ce pays situé à 6.000 km d’Israël et ou aucun juif ne vit, Israël est le centre de toutes les préoccupations politique. “Puisque la question centrale des prochaines élections est notre lien avec l’Etat Hébreu, sachez que nous n’avons plus aucun lien avec eux. C’est claire, franc et définitif.” Impressionnant ! Après tout, la famine, la pauvreté et le terrorisme ne sont rien par rapport au “sionisme” ! Exaspérant
jssnews.com

Tidinit a dit…

Esseghnas,

J'ai lu en effet à la source. C'est journal ou site bizarre. Quand meme etonné par la declaration du diplomate israelien si ce qu'il a dit est vrai: aide contre la prise du pouvoir par les islamistes. Comme le Mossad est très fort dans les affaires d'espionnage, c'est peut-etree vrai. J ái lu les commentaires sur ce site a la suite de cet article et j'ai ete sideré. Je croyais que les gens pas sérieux etaient seulement ailleurs. Cela vaut un detour. Merci esseghnas.


http://jssnews.com/2010/03/21/scoop-jss-coupure-definitive-des-liens-entre-israel-et-la-mauritanie/

Tidinit a dit…

De mieux en mieux: ATT tend la main pour azzizzo de la prendre. Il faut deux main pour applaudir. Rendez-vous à Bamako.

===

Editorial : Nouackchott ne plie donc pas


Le Républicain, 22/03/2010
Si Boutef, le Malien d’Alger, a apparemment décoléré, le président mauritanien, lui, n’est pas près de choisir le Mali pour ses prochaines vacances. Il ne souhaiterait même pas venir à Bamako pour un sommet de quelques heures contre le terrorisme.

Même si de Ouaga le président Touré cherchant visiblement à dédramatiser le contentieux a cru devoir renouveler l’invitation à son homologue à participer au sommet de Bamako dont le principe a été retenu lors de la rencontre d’Alger du 18 mars. Les voies diplomatiques sont insondables, et il est probable que Nouackchott s’assouplisse. Mais, dans le cas contraire, quel scénario aurons-nous au niveau régional ?

L’Algérie partante pour une stratégie régionale et la Mauritanie s’en démarquant ? Même en fiction, ce schéma est difficile à imaginer. D’autant qu’en dépit de la colère des autorités, la Mauritanie reste bel et bien le pays où ces derniers mois, il y a eu le plus d’enlèvements d’otages. Et peu importe les circonstances qui les ont rendus possibles. Le fait est que le bornage des frontières n’y changera rien, que les turbans dans l’Akla, la vaste zone qu’elle partage avec le Mali, ont les mêmes couleurs.

Que dans ces « pays-frontières, » avant la lettre, les cartes d’identité nationales sont secondaires voire interchangeables. Bamako a le devoir de ramener son voisin à de meilleurs sentiments car les frustrations liées à l’affaire Camatte opposent deux camps : celui qui ne peut pas dormir en sachant qu’un otage innocent peut à chaque moment payer et celui qui pense qu’un terroriste de libéré, c’est cent innocents de tués. La mécanique, malheureusement, est plus complexe. Mais pour l’instant nous devons regarder dans deux directions : les quatre otages encore détenus et l’accolade prochaine entre ATT et Abdel Aziz.

Adam Thiam

Tidinit a dit…

Interessant la position des US. Toujours caches entre Gao et Tamanrasset, depensant des centaines de millions sur des soldats qui ne parviennent pas a piger le contenu de la formation, toujours du cote de l'Algerie quand il s'agit de la lutte contre le terrorisme, incapable d'attrapper un seul barbu, regarde de l'autre cote quand les jihadistes sont juste a cote. Mais se fait tirer dessus par l'Algerie tous les jours par voie de presse interposee. Que pasa avec les US? Couli tu as une idee?
__

La Situation politique et sécuritaire au Nord
En représailles de la libération des éléments de AQMI : Les Etats-Unis menacent de suspendre leur aide au MCA  Inter De Bamako, 16/03/2010
Après leur communiqué de condamnation de la libération de ceux qu'ils considèrent comme terroristes, les Etats-Unis qui interviennent dans un vaste projet de développement dans notre pays, seraient sur le point de geler leur financement.   Après la libération des quatre éléments de Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l'Algérie et la Mauritanie, les voisins de l'est et de l'ouest du Mali, ont rappelé leur ambassadeur pour consultations. Pour ces deux pays, le Mali venait de se plier au diktat de la France qui ne souhaitait pas que l'Aqmi exécute son ressortissant, Pierre Camatte, détenu par le groupe terroriste depuis son enlèvement le 26 novembre dernier à Menaka. Les Etats- Unis se sont contentés d'un communiqué de condamnation. Mais aujourd'hui, il semble que les choses bougent du côté de Washington.   Le pays de l'Oncle Sam, qui a fait de la lutte contre le terrorisme depuis les événements du 11 septembre 2001, menace de suspendre son aide financière au Millenium Challenge Account (MCA), projet du gouvernement américain pour lutter contre la pauvreté dans les pays les plus démunis de la planète.   D'un coût de plus de 200 milliards de F CFA, le MCA intervient dans le domaine de l'agriculture, des transports, etc. Il est prévu l'aménagement de 16 000 ha dans l'Office du Niger ainsi que la construction des pistes rurales. L'aéroport de Bamako deviendra un aéroport digne de ce nom grâce à l'argent du MCA.   Selon des sources concordantes, les Etats- Unis, qui n'ont pas apprécié ce geste du Mali à l'endroit des terroristes, comptent mettre la pression sur notre pays à travers le Millenium Challenge en bloquant le reste du financement
.
Yoro SOW

Khalil Balla Gueye a dit…

YELALI, YELALI ELIHGOUNI.ANA JENEIT, wejehtelkoum erssoul e3touni verssa ekhra wllahi matleit en3lhe.
necheftoukoum billah ew lebzazil khalouli oumri.
YELALI, YELALI ELIHGOUNI.ANA JENEIT, wejehtelkoum erssoul e3touni verssa ekhra wllahi matleit en3lhe.

ANE MANI YEKOUN UN IRRESPONSABLE MAJNOUN, on ne tue pas les fous on les soigne, je regrette profondement les errements de mon esprit malade.ecrire moyennement bien le francais nmest pas suffisant pour etablir la bonne sante de mon esprit malade.

rien qumune seconde chance pour me racheter

YELALI, YELALI ELIHGOUNI.ANA JENEIT, wejehtelkoum erssoul e3touni verssa ekhra wllahi matleit en3lhe.

signe Khalil Balla Gueye et enfants AHMED Aichetou et zeinebou plus madame chiva.

LEBZAZIL we ENECHDE BILLAHI,
je suis un irresponsable fou a soigner
Dusseldorf

Khalil Balla Gueye a dit…

Comme a dit Mballal une fois a mon sujet : ibnou bintou el ghawmi mine el ghawmi.
ana ella ewledkoum et culturellement je vous appartiens

LEBZAZIL we ENECHDE BILLAHI,
je suis un irresponsable fou a soigner

Bebe BA a dit…

Etonnant plaidoyer de Robert Ménard, ancien président de Reporters sans frontières, en faveur de la peine de mort, dimanche lors de l’émission de Pierre Weill C’est demain la veille.

Alors qu’on l’interroge sur la possible exécution de Hank Skinner, un condamné à mort au Texas qui réclame des tests ADN pour prouver son innocence, Ménard reconnaît qu’il est favorable à la peine capitale "dans certains cas".

"Etre partisan de la peine de mort, ça ne fait pas de vous un monstre qui serait lui même exclu de l’humanité bien pensante, convenable, estime-t-il. Je pense que sur un certain nombre d’affaires, comme celle de Dutroux, je ne suis pas sûr que je mettrais beaucoup d’énergie à éviter à Dutroux qu’on lui coupe le cou (...). La peine de mort, ça n’est pas un problème."

http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/robert-menard-est-pour-la-peine-de-25685

яimσ a dit…

salut ,

couli ,

alors content pour la sécu ?!

Tidinit a dit…

KBG,

Tu farces? C 'est apprecié, mais arrête.

Tidinit a dit…

Bebe Ba,

Je ne siais pas. Je crois avoir lu que ménard est un type un peu particuler. Ripoux sur les bords. Il a fait quelque chose chez nous, mais je ne me souviens pas. Il doit emarger avec la SDECE ou la CIA. Faut chercher sur le web pour trouver ce que j'ai lu sur lui il y a un siècle. Apprécier la coupure d'une tête, surtout que le gars demande un test ADN, faut avoir bu un whisky de trop.

Espère qu íl ne dit pas ça pour plaire à notre UPR.

Tidinit a dit…

A quoi joue Tahalil? Les rapports de l'ex-IGE sont très précis, s'ils ne touchent pas un cousin (il en a touché aucun et je veux être corrigé) Pourquoi Tahalil ne publies pas l'autre rapport? Pouquoi ne pas dire que c'est Taqadoumy qui les a publiés. Je suis naif peut-etre (TITAN enta vem?), mais je n'aime pas quand on manipule l'info. Tout le monde doit être d'accord que nos securitaires étaient impliqués dans le trafic. Le pass;e est le passé, mais il faut arreter. Vieira de la Guinée-Bissau était en plein dedans et il semble que la Gambie n'est pas loin. Faut arreter.

==


Le rapport de l’Ige sur la drogue:«velléités machiavéliques», selon un ex-enquêteur
21/03/2010
La récente publication par un site électronique d’un rapport de l’ex-inspecteur général d’Etat (IGE) a suscité de vives réactions et a fini par apporter des éclairages inconnus jusqu’ici.Déjà, au chapitre des réactions, les lecteurs n’ont pas semblé, en majorité, avoir accepté les conclusions...

...inquisitoires du dit rapport, qui cherchait avec un acharnement systématique, quoi que boiteux , à incriminer des responsables sécuritaires et les agents de l’Asecna, ayant eu relation avec la gestion de l’atterrissage de l’avion de Nouadhibou en mai 2007.
Ce que les lecteurs ne savaient pas aussi, c’est que le dit rapport n’était pas du tout celui de TOUTE la commission d’enquête, mais de quelques uns de ses membres.
Plusieurs autres membres de la dite commission d’enquête avaient purement et simplement refusé de signer le fameux rapport, lui opposant des griefs de fond et de forme en estimant qu’il était calomniateur et vide de substance.
Un membre de la commission d’enquête a dressé un vif réquisitoire contre le dit rapport soulignant que les débats au sein de la commission avaient négligé l’essentiel et se passaient entre deux réseaux de renseignements frères ennemis où l’un cherchait chicane à l’autre, car il ne lui pardonnait pas de l’avoir chassé de son «Eden» (allusion à la Direction de la Surêté de l’Etat (DSE).
«Vouloir mettre tout le monde au ban des accusés refléterait des velléités machiavéliques» affirme de son coté, un membre de la commission qui avait rejeté la méthodologie et les conclusions du rapport de l’ex-IGE publié récemment sur le Web. On comprend dés lors, les réticences des autorités à exploiter les conclusions d’un rapport plutôt tapageur et s’inscrivant dans une logique assez particulière


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com

Tidinit a dit…

Sincerement, je ne crois pas trop à ça. Naif comme je suis, je n y comprend rien.Bebe Ba: ton avis.


Déclaration commune
21/03/2010

De nos jours les services de renseignements de l’État mauritanien liés au Bureau d’études et de documentation (BED), fomentent un scénario mensonger dont la finalité consiste à l’orchestration de l’agression ou l’élimination physique du défenseur des droits de l’homme Biram Ould Dah Abeid...




...cette démarche mafieuse vise à justifier son arrestation ou imprimer à son agression ou assassinat un faux mobile d’indignation populaire ou individuelle, causée, disent les esprits maléfiques, par ses prises de position contre les idées reçues d’une société mauritanienne esclavagiste et raciste.
Pour ce faire les appareils de sécurité et les agents de la Gendarmerie procèdent au dressage et à l’intimidation de certains citoyens humbles et fragiles pour les instrumentaliser à ce dessein et ces menées sordides sont diligentées par le général Ndiga Dieng, chef d’État Major de la gendarmerie mauritanienne. Notons que ce dernier s’est révélé comme l’un des principaux hommes de main de l’ex-dictateur Maawiya ould Sid Ahmed Taya durant l’épuration ethnique qui a endeuillé les la communauté nègro -mauritanienne entre 1986 et 1992.
Le président de IRA-Mauritanie, membre de SOS.Esclaves Biram ould Dah ould ABEID vient de participer au Festival International du film, et Forum des droits humains tenu à Genève où il a dévoilé la situation d’injustice dont sont victimes les esclaves et les descendants d’esclaves (Hratin), le racisme que subissent les Noirs et le rôle joué par l’État consistant à imposer la domination d’une minorité ethnique par le denis des droits fondamentaux de la majorité.
Nonobstant la participation d’une délégation officielle mauritanienne présidée par le ministre des droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la société civile Mohamed Lemine Ould Dadde, le directeur des Droits de L’homme Cheikh Tourad Ould Abdel Malik,le chargé d’affaires de l’ambassade de la Mauritanie en Suisse Ahmed Ould Mokhtar Ould Bouceif et devant un auditoire composé d’intellectuels, d’artistes et de décideurs de différentes nationalités, ces derniers furent écrasés par la pertinence du raisonnement et des preuves que le conférencier Biram Ould Dah Abeid a avancé mettant à nue la duplicité de l’État mauritanien et de ces élites dirigeantes concernant les grandes questions des droits humains qui gangrènent la vie inter et intracommunautaire, plombent le développement et mettent en péril la paix civile.
Le pouvoir de la pseudo-démocratie en Mauritanie, frustré d’égrener échec sur échec depuis sa tentative d’empêcher le voyage de Biram ould Dah ould ABEID à Genève force, de lui retirer le soutien d’un bon nombre d’imams ou religieux acquis à son combat qui prône la déconstruction idéologique et religieuse de l’esclavage et ses corollaires de discriminations contre les Noirs en Mauritanie; après ces différents échecs, suivi de la débâcle de Genève, le pouvoir mauritanien tente de se rabattre sur l’inventivité de ses tristement célèbres services de renseignements et de sécurité régler l’équation Biram Ould Dah Ould ABEID.
Les signataires interpellent les opinions nationale et internationale sur ce complot qui se déroule au grand jour contre un homme qui a refusé les compromis et les compromissions pour que les principes des droits humains en Mauritanie trouvent enfin droit de cité.
Nouakchott, le 20/03/2010

Les signataires

-La Commission Nationale de Soutien à Biram Ould Dah Ould Abeid
-IRA- Mauritanie
-SOS DISCRIMINES
-Association LEMALMINE arabe
-Moniteur de Dialogue entre Jeunesse Mauritanienne pour Dissoudre Les Différences Sociales.
-Institut de Hratine pour le Promotion et le développement

Tidinit a dit…

Lu pour TITAN et Nahti. Le paragraphe 5 (sous le lien) dit beaucoup.
===

http://themoornextdoor.wordpress.com/

5. It looks more and more like both sets trust Ould Abdel Aziz on the terrorism issue, seeing him as taking the terrorism problem more seriously than he actually does. This idea that Ould Abdel Aziz is “tough on terror” was a part of his presidential campaign, and has remained a fixture of his public rhetoric. Because so much of the reporting on the region and Mauritania has been focused on terrorism, the larger picture seems to escape the reality: that for Ould Abdel Aziz “fighting terrorism” is more of a bumper sticker than a course of action, much like fighting corruption. He uses it as a bone to throw at foreign observers he hopes to scratch some cash out of or to justify restrictive legislation meant to strangle domestic opponents. His anti-terror law, discussed here, was recently thrown out by the Mauritanian high court for violating the constitution. Many took the Mauriatnians’ recalling their Mali ambassador over that country’s prisoner exchange at face value. In doing this (effectively adopting the Algerian position) Ould Abdel Aziz looked to make himself appear as a hardliner against terrorism, but many others will note his own plans to release jailed Islamists with links to AQIM and his having given these men a public forum to express their ideas to the whole country. Others will recall that it was Ould Abdel Aziz who was so strongly indignant as to start plotting a coup at the idea that his special unit be sent to Tiris ez-Zemour to pursue the GSPC in 2005; or that the most significant security breaches related to AQIM have taken place when it was his (or his close associates) responsibility to prevent them, whether under the Abdellahi government (recall the Battle of Tavregh Zeina) or in the post-2008 coup period. And it must be further noted that since his election the number and intensity of AQIM attacks inside the country has grown like never before as he has focused mainly on undermining local political opponents or excluding major parts of civil society from governance, again, while offering marginal extremists public platforms.

Tidinit a dit…

Cet article de Moor Next Door a été balancé pour faire plaisir à Couli.

Couli: ta reputation is a stake. Lis tout, fabrique un pseudo et dis nous ce que tu penses de tout ça. Take it easy and respect Maatala.

maatala a dit…

Salam

Lu sur taqadoumy

"Large mouvement dans la diplomatie
22-03-2010
Après l’annonce, par elle, de la rupture "complète et définitive" des relations diplomatiques avec Israël, la ministre des affaires étrangères Naha Mint Mouknass a procédé à un large mouvement dans la diplomatie qui concerne des délégations en Afrique, Asie et Europe. Ainsi, l'ambassadeur de Mauritanie au Maroc Cheikh El Avia Ould Mohamed Khouna est muté à Tunis. Le remplace Mohamed Ould Tolba, jusqu’ici au Caire.

L'actuel délégué diplomatique en Espagne Sidi Mohamed Ould Boubacar partira En Egypte tandis que le notaire Mohamed Lemine Ould Haycene s’installe à Washington où le poste est vacant depuis la démission de Ibrahima Dia en signe de protestation contre le putsch du 6 août 2008.

L'actuel ambassadeur en Gambie Yahya Ngam va à Tokyo et Diagana Moussa (actuellement consul à Paris) ira à Berlin.

Seul entrant, Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Lemine, ancien ministre de l'intérieur sous la transition (et frère de l'actuel chef du parti au pouvoir) occupera la toute nouvelle ambassade de Mauritanie en Turquie.

Selon nos sources, la ministre a également décidé de fermer les consulats de Mauritanie dans les villes où il existe des ambassades. Sont donc concernés, de facto, Paris et Dakar.

Les représentations en Gambie, Espagne et Suisse seront également concernées par le mouvement. Notre source évoque, également, l'ouverture d'une ambassade à Téhéran où, comble de l'ironie, siègerait Sid'Ahmed Ould Tegeuddi, l'ancien ambassadeur de Mauritanie en Israël.

----------------------------

Ils disent:

la ministre des affaires étrangères Naha Mint Mouknass a procédé à un large mouvement dans la diplomatie.

Tiens donc NAHA "procède", alors que tout le monde sait que les ambassadeurs sont nommés par celui qui a des difficultés à renter dans le costume de président.

maatala

citoyenne a dit…

Wellahi Maata, tu as raison. Selon notre constitution, les ambassadeurs ne peuvent être nommés que par le président de la république, parce que tout simplement, ils sont ses représentants dans les pays étrangers.
Meskina Naha, chit3eyenne, avec ses sorties médiatiques et ses attaques à la libyenne, sameha Allah!!!
Mais Cher Maata kavic min embargo sur notre cher Couli. Etre têtu sur une petite chose n'est bon pour les hommes, sma3t Maata et c'est une femme qui te le dit. Espérons que tu n'as pas oublié nos coutumes et la place de la femme dans notre société mauritanienne!!!

maatala a dit…

Salam

Chére citoyenne

Peux-tu demander à Couly de prendre un pseudo comme tout le monde.

Celui lui prendra cinq minutes chrono.

Ce n'est pas à la victime de présenter ses excuses dit le fou

maatala

Esseghnass a dit…

2008-2010 : Dérives dictatoriales en Françafrique...

Tidinit a dit…

Esseghnass,
Merci pour cet article qui fait le point sur ce qui se passe aux alentours. J'avais oublié la françafrique et les Bourgi ...

Tidinit a dit…

Citoyenne,

Si couli ne veut pas prendre un pseudo, il faut le laisser. Il faut respecter les decisions des webmasters de cet espace.

Bebe BA a dit…

A vos marques, prêts? partez!! lol


Au nom de l'interactivité qui en est le principe fondateur, kassataya propose à toutes les personnes qui se sentent l'âme d'un artiste de participer au concours de réalisation de son logo.
Le concours est doté d'un prix symbolique de 100$US.
Lire le règlement sur le site www.kassataya.com

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Vive polémique entre la majorité et l’opposition: Sur fond de crise tous azimuts.

Une vive polémique a éclaté entre le camp de la majorité et celui de l’opposition. Le coup d’envoi de cette guéguerre aussi malvenue qu’inutile a été donné par nul autre que le président de la République en personne, lors de son meeting d’Arafat le 13 mars dernier qui, en faisant haro sur l’opposition, ouvre la voie à ses troupes de la majorité qui s’empressent d’en faire autant.

D’ailleurs, il n’a jamais fait mystère là-dessus, Mohamed Ould Abdel Aziz a jugé son camp (parlementaires, maires, leaders politiques, cadres) trop tiède envers l’opposition qui a bien donné du fil à retordre au gouvernement durant la précédente session parlementaire. Pourquoi tirer à bouler rouges sur l’opposition tout simplement parce que celle-ci exerce son droit protégé par la Constitution, qui est de s’opposer à la majorité qui gouverne ?

Pourquoi cette dernière s’en offusque, au point que cela lui pose autant de problèmes pour qu’elle durcisse le ton et cherche à discréditer le camp adverse ? Et ce d’autant plus qu’aucune élection ne pointe à l’horizon.



En Mauritanie aujourd’hui, la vie politique est dominée par deux questions : la mainmise de la majorité sur tous les leviers de l’Etat et le durcissement de cette dernière aussi bien par rapport à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Tous les sujets d’actualité se trouvent traités par rapport à la majorité, ses activités, ses déclarations, ses meetings, ses projets, et le plus souvent en lien avec le renforcement de la majorité et de l’affirmation de sa prépondérance, à travers la radicalisation de son discours et de ses méthodes.

La dérive anti-démocratique.

L’essentiel ici est de souligner le discours anti-démocratique et intolérant de la majorité au pouvoir. D’une part, le suffrage universel est dénaturé. Aziz s’affirme davantage comme président de la majorité que comme président de tous les mauritaniens, d’une Mauritanie unie et réconciliée avec elle-même. Les sénatoriales sont l’occasion de plébisciter Aziz. L’Assemblée nationale, le Sénat, les 213 communes et la scène politique sont dominées par le parti au pouvoir, l’UPR.

C’est clair, Aziz veut garder le pouvoir à tout prix. Contrairement à ce que la propagande du HCE avait laissé entendre, le coup d’état du 6 juin 2008 visait bien la prise de pouvoir par la force puis la reconversion "civile" du régime militaire à travers une élection présidentielle "téléguidée" et la consolidation de ce pouvoir par le maintien de la majorité et son élargissement à toutes les forces vives de la nation. C’est-à-dire rien mois que la récupération de tous les cadres de l’Etat.

L’habillage démocratique d’un putsch.

Le pouvoir se déplace avec Aziz. Il peut passer avec une aisance déconcertante de président du Haut Conseil d’Etat, suite à un putsch, chef de l’Etat, à la présidence de la République, suite à une élection sans réel enjeu, la probabilité de l’alternance du pouvoir, fondement d’une démocratie réelle, étant hautement improbable. Aziz peut réussir ce tour de maître, aux dépens de tout un pays et des Accords de Dakar, tout simplement parce qu’il est le chef d’une organisation toute-puissante et qu’il détient tous les leviers pour se faire obéir. Il n’est même plus besoin de recourir aux institutions et aux engagements pris dans le cadre des Accords de Dakar.

Toutes les institutions publiques ont été systématiquement affaiblies, voire vidées de toute substance, elles ne sauraient être un obstacle. Ni le Parlement, ni le Conseil constitutionnel, n’existent indépendamment de la volonté du président. La moindre critique est perçue comme un cinglant affront.

maatala a dit…

Les Accords de Dakar, un strapontin ?

Pour faire accepter ce tour de passe-passe institutionnel, le régime avait besoin de s’assurer de quatre conditions indispensables : des institutions publiques vidées de leur autorité (la politique du fauteuil vide suivie par le camp opposé au putsch et la mainmise de la majorité sur le Parlement y ont largement contribué) ; la légitimation du coup d’état à travers des Accords de Dakar aussi éphémères que désincarnés ; le contrôle du champ médiatique ; des acteurs économiques et sociaux prêts à accepter le "contrat" du pouvoir, qui consiste à se soumettre à certaines règles pour pouvoir fonctionner tranquillement.

Depuis le début, l’objectif de l’équipe au pouvoir est de limiter le pluralisme, la concurrence et la critique dans le domaine politique comme dans les affaires économiques. Le scandale de la BCM, la reconquête de l’espace politique et les affaires étrangères sont trois éléments indissociables d’un phénomène d’ensemble : la concentration du pouvoir par la désertification de la sphère publique.

Un quatrième facteur nourrit l’autoritarisme et se nourrit de lui : une société "incivile", c’est-à-dire indifférente à la politique, individualiste et prête à tolérer la régression des libertés et droits fondamentaux.

La chasse à toute forme d’opposition publique s’intensifie à mesure que la majorité se raffermit et prend ses marques. Tous les hauts cadres, issus des rangs de l’opposition seront dégommés, remplacés par les hommes-liges du pouvoir, à moins d’être débauchés et redéployés au sein du dispositif anti-opposition.

Un paysage politique en camaïeu.

Le constat est consternant. La mise au pas totale des médias publics (télévision, radio, agence d’information) donne au pouvoir le contrôle de l’information politique et sociale auprès de 80% des ménages. En effet, l’écrasante majorité des mauritaniens sont otages de la télévision officielle car ils n’ont accès ni à l’internet, ni aux chaînes satellite, ni à la presse critique indépendante.

Le camp du pouvoir détient donc seul les centres de décision, et les pouvoirs pour dicter les grandes politiques de l’Etat. Le citoyen ordinaire se persuade alors du bon "choix" du gouvernement, dans un contexte médiatique non concurrentiel en l’absence totale de TV et de radios privées, et n’a d’autre option que d’y souscrire. Il se trouve otage d’une pensée unique, et d’une élite dirigeante unique, ayant écarté toute alternative sérieuse.

maatala a dit…

Il n’en faut pas plus pour mettre les consciences en sommeil et les corps au pas. Tous deviennent comme des automates : De toute façon, quoi que l’on dise, quoi que l’on fasse, quoi que l’on dépose dans l’urne en cas d’élection, " ils" gagneront toujours. Alors pourquoi voter contre ? Pourquoi croire que l’on peut inverser le cours de l’histoire ?

Premièrement, tant que la rente économique fondée sur les ressources publiques se maintiendra, le régime continuera à suivre la même voie autoritaire, mais avec des déséquilibres de plus en plus marqués, et de moins en moins de capacité d’arbitrage entre les groupes influents.

Ni les élites, ni la société ne s’opposeront aux règles du jeu actuel. Le spectre d’une révolution orange ne plane pas sur la Mauritanie aujourd’hui. La déstabilisation viendrait plutôt de l’opposition et du Club de Paris, en l’absence de conflits durs entre les quelques clans qui détiennent le pouvoir politique et économique.

Durcissement à l’intérieur comme à l’extérieur.

Deuxièmement, la politique étrangère de la Mauritanie est très directement déterminée par les évolutions intérieures du pays. Le durcissement interne accompagne le durcissement du discours et de l’action en politique internationale. Nouakchott sera de plus en plus désagréable avec les pays riverains.

Il est donc urgent de consolider tous les canaux de communication avec les populations, les acteurs économiques, les associations, les élites alternatives, sans attendre un improbable dégel au sein du camp au pouvoir.

La fin de la trêve s’est avérée houleuse. La majorité a rabattu son masque, montrant sa face la plus sombre. Ce faisant, elle exacerbe les tensions, excite les sensibilités, nourrit les préjugés, agrémente le débat d’un zest d’intolérance et de refus de comprendre les arguments de l’autre. Au final, on en finit au même point... "Tu ne m’aimes pas, moi non plus"...


Info source : Le Rénovateur Quotidien (Mauritanie)

maatala

kimporte a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem pour mon ami Sanhaji

"Pourquoi notre opposition est-elle si pernicieuse, si véreuse …?

J’avais publié en 2008 un article sur le comportement dangereux de certains dirigeants de l’opposition en Mauritanie, parce que je m’expliquais mal l’acharnement sinon la haine, le mépris perceptibles dans leurs discours et dans leurs actions à l’adresse de tous les citoyens opposants à leur opposition.

En reprenant les discours, déclarations et communiqués des dirigeants du RFD et de l’UFP vous constateriez aisément le narcissisme affiché de leurs dirigeants. Ils ne parlent, ne manifestent que pour leurs propres comptes ou pour répondre à des attaques sur fond de querelles, d’inimitiés ou de rancunes. Aucune autre ambition ne semble animée ces faux opposants qui s’opposent par leur comportement, à l’émancipation du peuple plus qu’au pouvoir en place.

Vous constateriez également qu’ils se précipiteront à me répondre à moi comme ils l’ont fait au Dr Cheikh El Moctar Ould Horma Ould Babana ou à répondre à quiconque oserait leur dire la vérité mais jamais ils ne réagiront quand il s’agit de l’intérêt général. Les innombrables réalisations, au profit du peuple, concrétisées par le président Aziz en si peu de temps, les importent peu.



Ils sont incapables de reconnaître à autrui ses efforts, ils ne le feraient qu’au prix d’une rançon sournoisement négociée. C’est pourquoi, ils continuent de réclamer le fameux dialogue inclusif pour trouver l’occasion de dire sans scrupules donnez-nous quelques choses et l’on vous fout la paix. Cette manière de faire la politique ils l’ont hérité depuis Ould Taya.

En effet, pendant le long règne de Ould Taya, ces soi-disant leaders d’opposition bénéficiaient de prébendes distribués par le pouvoir en contrepartie ils étaient investis de l’odieuse mission qui consistait à agir en faveur de l'émiettement du front social et à la désintégration de toutes les institutions et organisations manifestant des velléités d’autonomie, ainsi ils trompaient le peuple et offraient en même temps au pouvoir une certaine légitimité démocratique.

maatala a dit…

Ils se sont mis à contenir les masses et à les détourner du véritable combat qu’elles devraient mener pour accéder à leurs multiples revendications légitimes. Il suffit de constater que de 1992 jusqu’à 2009 l’opposition n’a absolument rien apporté au peuple, aucun acquis ne figure dans le palmarès de cette opposition nulle.

Durant deux décennies l’opposition s’est appropriée tous les dossiers de réclamations citoyennes dans l’unique objectif d’atténuer la verve de leur pertinence, le passif humanitaire par exemple n’a réellement jamais constitué un danger pour le régime Taya parce que l’opposition s’érigeait en véritable imposteur comme plaideuse de la cause des populations de la rive du fleuve ce qui lui a permis l’extorsion du dossier des mains des ayants-droits pour finalement ne rien faire avec pendant vingt ans,

il a fallu l’arrivée de Aziz en 2009 pour que enfin ce dossier trouve un dénouement heureux au grand dam de ces fripons d’opposants qui en faisaient un commerce juteux. D’autres causes récupérées par l’opposition ont également trainé sans issues, celle-ci ayant toujours privilégié faire la cour à la diaspora et quémander auprès des dirigeants arabes au nom de ces causes au lieu de développer des méthodes et moyens modernes de revendication pouvant forcer la main du pouvoir.

Par ailleurs, ces infatigables opposants pour pérenniser leurs sales besognes et pour continuer à occuper seuls la scène politique opposante n’ont pas hésité à tenté toutes les alliances politiques, tantôt avec les progressistes tantôt avec les islamistes, les nationalistes ou les conservateurs. On arrive plus à définir une ligne politique constante de l’opposition. Elle est devenue au fil des ans un fourre-tout qui ne se soucie guère de la souffrance et des préoccupations quotidiennes du peuple.

Comment voudriez-vous donc que l’on respecte cette opposition dont le souci majeur est d’étouffer le souffle du peuple et de barrer la route à l’émergence d’une nouvelle classe politique.

Osons dire à ces dirigeants faux opposants que leur temps est révolu, Ould Abdel Aziz veut bâtir une réelle démocratie avec une majorité qui gouverne à coté d’une opposition constructive, honnête et citoyenne. Allez-circuler, laissez la place à d’autres fils de la nation, moins compromettants que vous.

Info source : Haroun Ould Rabbani

maatala

maatala a dit…

Salam

Les amis

Messaoud s'est allié avec SIDIOCA par pur détestation de Daddah, les voir aujourd'hui allié contre Azzizzo c'est leur manière à eux de nous prendre pour des cons.

Pauvre de nous dit le fou

maatala

kimporte a dit…

bôjôr

un peu de respect pour les lecteurs, couly ente vem ton pseudo aussi, je reviens corriger, g écrit ça tout à l'heure en prenant la fuite d'un cyber, ct illisible

salut maata

je rajoute que ce n'est pas ce genre de mouvement qu'il faut à notre diplomatie, arrêtez de vouloir faire du neuf avec du croulant , en boucherie on appelle cela de la "remballe"

il faut envoyer tous ces gens se reposer

pourquoi aziz ne croirait-t-il pas en ses soutiens , en ces jeunes comme l'ancien ministre des affaires étrangères et autres

pourquoi tient-il à recycler la clique de taya, de sidi de ely

du courage Aziz, de l'audace, encore et toujours,

on dirait qu'il n'a pas confiance en lui, il a pris à taya son palais, son armée, même ses amis

la bichor! il y a dans et hors de ce pays des gens très valables et fidèle, pourquoi ne pas croire en eux et en soi? c vrai que taya prenait des gueux pour en faire des leux à base de gabegie, comment aziz se fera-t-il ses leux sans gabegie? en recyclant ceux de taya

c là une certaine façon de lutter contre la gabegie lol, mais il se trompe, les tayistes adorent et adoreront taya jusqu'à la mort car il était généreux avec eux et ne leur demandait rien ni d'être compétent rien que faire taire les leurs en leur distribuant un bout de la Mauritanie pour qu'il protège son règne

aziz veut être adoré par les mêmes en luttant contre la gabegie... c l'histoire de la truite qui lutte contre la rivière et qui tôt ou tard se trouve accroché à un hameçon en se disant " ai-je démérité?"

ajib!

kimporte a dit…

-----------

kassataya ne devrait pas changer de logo , ce rouge est très bien

il suffit de mettre un simple K au milieu de ce rouge et mettre au-dessus de la pointe du K , trois barres de réseau, c tout, ce serait simple moderne , ainsi kassataya passerait de kassataya à K comme de nike on est passé à la virgule etc

éwa, je fais don des cents euros présumés à kassataya si mon idée est prise

pour le reste , excellent logo de la rencontre citoyenne, c frais , simple net clair doux, bravo

la phrase du jour:

aziz , le zénéral et les zénéros lol

merci à aziz de nous donner la liberté d'expression. Taya passait son temps et la fortune du pays à vouloir savoir ce que les gens pensaient même si plus personne ne pensait à rien même son départ était devenu impensable

notre ami aziz lui a compris qu'il vaut mieux laisser les gens dire ce qu'ils pensent quitte ensuite à les écarter ou les carcarrer discrètement

mais un conseil d'ami, khalou aneukoum la bolitic

il n'y a rien à gagner sinon des ennemis pour 25 ans, regarder les daddahistes, génération marmite vide qui ne peut plus servir qu'à sonner le gong de la débâcle

comme dit couli hoh'lou veshi mouhim cad allez remplir la marmite car personne ne le fera pour vous

ciao ciao

ps: excellente sortie de C.R, c'est un texte magnifique, taillé au scalpel, une œuvre chirurgicale je me demande combien de gens au pouvoir peuvent pondre un papier pareil

je demande à aziz de faire un tel concours via ses soutiens que chacun lui envoie un bilan, mais saura-t-il apprécier le style

le style comme la culture c ce qui reste disait l'autre quand on a tout oublié

celui qui a écrit ce texte est un esprit supérieur, pour une fois C.R ne sombre pas dans la démagogie

gâchis quand tu nous tiens

brava! bravi! bravo, mille fois bravo

ce ketab dégueune klam toubab bakhabakh

ce texte est une œuvre d'art! billahi, la dernière fois que j'ai lu un papier pareil ct un défendeur de messoud pendant la crise qui écrivait je crois à un magistrat, g jamais su qui ct

un texte encore plus extraordinaire que celui de C.R car C.R nous a écrit du balzac, l'autre ct du dumas ( l'a.p ente vem)l'âme en plus de l'esprit, la grâce en plus de la force

enfin passons

un conseil à notre MAEC , il ne faut jamais dire fontaine je ne boirai jamais de ton eau , en diplomatie c'est une erreur

il faut dire " les relations sont gelées, ou congelées, ou tétanisées, hypnotisées, sont khoudioumées , sont lyophilisées, il faut tout dire sauf " définitivement rompues"

car il faut laisser une chance au rêve du processus de paix isréolo-palestinien

dire " définitivement rompues"

cela signifie que quoi qu'il arrive rien ne fera changer la Mauritanie de position

ce n'est pas constructif cela

voilà

kimporte a dit…

pendant que j'y suis, je voulais en faire un blog " aziz guérira-t-il du coup 2005"

mais j'en ai un peu marre de la bolitic je m'en vais écrire un poème

mais avant je tiens à vous dire chers zamis, que je crois que c là le nœud de l'affaire, le noeud du revirement, le nœud du retour à la léthargie, le nœud du retour au tayisme light

vous le savez, aziz l'a démontré, c certainement pas quelqu'un de mauvais, on l'a vu comment il libérer les uns après les autres après leur avoir fait peur, c même je crois quelqu'un de bien qui a de l'humour si on en croit son sourire le soir de la victoire sur france 24 quand on lui a demandé s'il avait triché ou du moins une formule du genre

mais ç'a dû être terrible de virer taya, ce fut une trahison terrible quand ce monsieur vous a fait jusqu'à vous donner la responsabilité de sa sécurité

même pendant la campagne quand aziz a tiré sur ely cela a dû être terrible

cela fut une déchirure , déchirure dont on l'en remercie mais au fond de lui, entre lui et lui-même , il sait qu'il a trahi, une trahison équivalente au meurtre du père

voilà qui explique pourquoi il a un faible pour tous les gens qui trahissent, voilà pourquoi il veut que les barons du taysime, que les amis de Ely soient de son côté pour lui permettre d'encaisser sa propre trahison

j'espère que cela est juste une thérapie et qu'il s'en sortira sinon il deviendra taya pas à cause de lui mais à cause de ce système qu'il veut recycler et qu'il ne peut combattre

voilà

salut

Esseghnass a dit…

Bebe Ba chofi thik une proposition de Esseghnass pour les 100$

Naha hatha le lien pour toi

Libye: des dizaines d'islamistes libérés, dont les chefs d'un groupe armé

Tidinit a dit…

Lu pour Naha, dans la même lignée que ce que disent Esseghnas et Kimporte.Faut aller à Bamako et convaincre Alger d'y participer. Ou bien Blaise et Kadafi et d'autres pays s'y rendront, même si Alger n'y vient pas. Tourne ta melhfa cette fois-ci.Une fois de plus ne gâte pas la sauce.

===
MDD - 23/03/2010-http://www.journaldumali.com

Ouaga-Tripoli : Le ballet diplomatique d’ ATT
mardi 23 mars 2010

Le président Malien revient de deux voyages importants en Libye et au Burkina Faso. ATT recherche t-il de nouveaux soutiens pour la question sécuritaire au Nord Mali ?

C’est un véritable ballet diplomatique que le chef de l’état Malien vient d’effectuer en l’espace de quelques jours dans deux pays. D’abord le Burkina Faso, où il a rencontré son homologue le Président Blaise Compaoré, puis en Libye où le guide Mouammar Kaddafi l’a accueilli. S’agissait-il seulement de simples visites d’amitié, rien n’est moins sur, quant on sait qu’elles font suite à la conférence des ministres d’Alger relative à la sécurité dans la bande sahélo-saharienne.

Ballet diplomatique

L’on ignore pas que le président Malien reste attaché à son idée d’un sommet sur la sécurité dans la bande sahélo-saharienne ? ATT cherche t-il le soutien de Ouaga et de Tripoli, face à la frilosité d’Alger et de Nouakchott ? Avec le Mali, la Mauritanie, l’Algérie et le Niger sont les principaux pays touchés par la menace sécuritaire mais leurs dirigeants demeurent insensibles à la tenue de ce sommet tant réclamé par le président Malien, un sommet qu’ATT ne saurait orchestrer seul. Est-il donc allé chercher du soutien du côté de Ouaga ? Quant on connait les qualités de médiateur de Blaise Compaoré dans la plupart des conflits de la sous-région(Guinée, Côte d’Ivoire) et même dans la libération d’otages détenus par Al Qaeda, la question mérite d’être posée. Le président Burkinabè aurait même joué un fin rôle de négotiateur dans la libération de l’otage espagnole Alicia Gamez de concert avec Madrid et travaillerait activement à celle de sa compatriote Philomène Kaboré. Alors on peut se demander si ATT, qui souffre d’une image ternie, après l’affaire Camatte, est allé prendre quelques leçons de médiation chez son homologue Blaise, au delà des questions habituelles de coopération et de développement économiques sous régionales.

ATT enfin soutenu ?

Le président Blaise lui est pour la tenue de ce sommet. Et il préconise Bamako pour la circonstance. D’un point de vue géographique, le Nord Mali reste le lieu de détention de la plupart des otages d’AQMI(Al Qaeda au Maghreb Islamique). Après la conférence d’Alger qualifiée de simulacre par beaucoup, qu’apporterait enfin ce sommet voulu par ATT ? "

Tidinit a dit…

Suite - Pour Nahti
===
La définition de mesures sécuritaires de poids, le concours d’experts, la prise de décision unanimes, une avancée dans le processus et non un semblant de huit-clos dont on sait que l’issue n’aura rien apporté de nouveau à la question du terrorisme, mis à part un réchauffement des relations diplomatiques entre le Mali et ses voisins directs ", affirme un observateur. ATT malgré tout persiste dans son initiative et aurait lancé un vibrant appel à son homologue mauritanien depuis Ouagadougou et en dépit de la récente brouille diplomatique entre les deux pays. Son appel sera t-il enfin entendu ?

Tripoli impliqué ?

De retour de libye, ce lundi soir, des sources affirment qu’outre les intérêts économiques qui lient les deux pays, le président Touré et le Frère Guide auraient évoqué le sujet brûlant de l’insécurité dans la bande sahélo-saharienne avec son lots de prises d’otages, de trafics en tout genre. Kaddafi sera t-il sensible au sort d’otages, quant on connait le passé peu glorieux de la libye en matière de terrorisme et de prises d’otages. Peut-on faire confiance au guide pour apporter une aide, un début de solution à ces questions sécuritaires. ’Le Mali et la libye sont des pays amis et partagent des intérêts’, juge un éditorialiste Malien de la place. Reste à savoir ce qu’ATT a pu dire au guide dans la perspective d’une implication hypothétique de la Libye dans la tenue de ce futur sommet ? Ce qui reste sûr, c’est que la question des investissements a été remise sur la table, avec la présence du ministre du Tourisme dans la délégation d’ATT.

La longue croisade du président Malien

Si ATT arrive à organiser ce sommet, cela sera au bout d’un longue croisade. Quant on voit les multiples sommets organisés ça et là, pour des raisons moins urgentes que le terrorisme au Nord Mali, on se demande pourquoi il a tant de mal à organiser cette conférence du seul fait de son influence ? Justement, c’est peut être là que la bât blesse. Quant un Compaoré arrive à réunir autour d’une même table, des frères rivaux (Soro vs Gbagbo vs Alassane dans le cas de la Côte d’Ivoire) ou (Forces vives de Guinées vs CNDD pour la Guinée), on ose imaginer qu’il peut être un fin médiateur dans la question sahélo-saharienne, en réunissant à la même table, les dirigeants des pays de la bande sahélo-saharienne. Mais son influence va t-elle aussi loin ? Alger a la dent dure et la Mauritanie idem. Quant à ATT, il lui faudra user de patience et de ruse pour convaincre ses pairs. L’on attend de voir...

Tidinit a dit…

Article un peu plus gos sur Tilwa/Niger. Ressemble à notre Tourine. Un lien?
==
Cinq soldats tués lors d'une attaque d'Al-Qaïda
09/03/2010 à 14h:16 Par AFP
Des combattants d'Aqmi dans le Sahel (archive)
© AFP

Au moins cinq soldats nigériens ont été tués, et vingt autres blessés lundi, lors d'une attaque surprise menée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) contre un poste militaire dans l'ouest du Niger, à la frontière malienne.

"C'est Al-Qaïda qui a fait ça. Ils sont venus avec au moins douze voitures (véhicule 4X4) à Tilwa. Ils ont attaqué les militaires. Ils ont tiré. Tout le monde a quitté" le poste, a expliqué à l'AFP un élu de Anderamboukane, localité malienne située à la frontière avec le Niger.

Des soldats aux mains d'AQMI

"J'étais à Tilwa. Il y a une voiture de Al-Qaïda qui a pris feu. Ça a tué des militaires nigériens. J'ai vu 20 blessés", a ajouté cette source sous couvert de l'anonymat.

"Après, les mêmes gens ont tiré. Ils ont pris des prisonniers, ils ont pris les armes des militaires, et ils sont repartis", a ajouté la même source.

"Ce qui s'est passé est très grave. Ce sont des représailles d'Aqmi contre l'armée nigérienne à Tilwa. Il y a eu au moins cinq morts dans les rangs de l'armée nigérienne, et plus de quinze blessés. C'est une attaque-surprise", a déclaré de son côté à l'AFP, une source sécuritaire dans la zone.

"C'est l'attaque la plus meurtrière d'Aqmi contre une position de l'armée nigérienne", a ajouté cette source.

Un communiqué de l'armée nigérienne était attendu plus tard dans la journée.

Aqmi opère dans cette zone frontalière entre Mali et Niger. Quatre touristes européens (deux Suisses, un Allemand et un Britannique) avaient notamment été enlevés dans cette région en janvier 2009.

Aqmi, qui avait revendiqué l'enlèvement, avait annoncé en juin avoir tué le touriste britannique, tandis que les trois autres otages avaient été libérés.

La rébellion touareg nigérienne est également présente dans cette zone.

Tidinit a dit…

Un peu fort pour l'ami de azzizzo.
==
Moreno-Ocampo compare El-Béchir à Hitler
23/03/2010 à 16h:17 Par La rédaction web de Jeune Afrique

Le président soudanais Omar el-Béchir, le 3 février 2010 à Addis Abeba.
© AFP Le procureur général de la Cour pénale internationale (CPI) a fait savoir ses craintes quant au bon déroulement du scrutin prévu au Soudan en avril prochain. Selon lui, la priorité est d'arrêter Omar el-Béchir, poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Le maintien des élections nationales au Soudan, du 11 au 13 avril prochains, n'en finit pas de faire des vagues. Alors que l'opposition soudanaise souhaite le report du scrutin et que la Fondation Carter -qui a dépêché sur place une mission américaine d'observation- estimait la semaine dernière qu'un ajournement était probable compte tenu de l'état d'avancement du processus électoral, les autorités soudanaises ont fermement démenti qu'une décision en ce sens soit étudiée par le gouvernement.

Mardi 23 mars, c'est au tour du procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo, de tirer la sonnette d'alarme. "C'est comme surveiller une élection sous Hitler", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Bruxelles, dans une claire allusion au défi que représentait le contrôle du scrutin par l'Union européenne, elle aussi présente sur place. Moreno-Ocampo a estimé qu'il appartenait en premier lieu "au gouvernement soudanais" d'arrêter Omar el-Béchir.

Mandat d'arrêt international

Le président soudanais, candidat à sa propre succession est sous le coup d'un mandat d'arrêt international émis par la CPI le 4 mars 2009. Il est accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, des chefs d'accusation auxquels le procureur voudrait voir s'ajouter celui de génocide. Début février, la chambre d'appel de la CPI a ordonné que les juges qui n'avaient pas retenu le chef d'accusation de génocide, alors qu'il était réclamé par l'accusation, réexaminent leur décision.

Les élections nationales et générales (législatives, régionales et présidentielle) seront les premières consultations multipartites depuis 1986. Ce scrutin est aussi un des piliers de l'accord de paix signé en 2005 après vingt ans d'affrontements civils entre le Nord musulman et le Sud majoritairement chrétien. Il s'agira donc d'un véritable test pour Omar el-Béchir, arrivé au pouvoir en juin 1989 à la faveur d'un coup d'Etat militaire.

Tidinit a dit…

AG ABANINE

Rapt d’occidentaux dans la bande saharo sahélienne : Constats et interrogations
lundi 22 mars 2010

Les enlèvements à répétition d’occidentaux, sont un phénomène récent dans la bande saharo sahélienne (décennie 2000). Cinq pays (Algérie, Mali, Niger, Mauritanie, Tunisie) constituent le théâtre de cette pratique macabre qui porte atteinte de la façon la plus abjecte à la dignité humaine. Aucune cause, aucune idéologie, aucun positionnement géostratégique ou géopolitique ne saurait justifier et encore moins légitimer une telle pratique.

Le phénomène dévient en fait récurrent, de plus en plus insupportable pour les opinons publiques des pays, notamment, de la lisière sud du Sahara (Mauritanie, Mali, Niger).

Sans faire une analyse détaillée, il y a aujourd’hui des constats établis mais aussi des interrogations qui reviennent fréquemment ;

1. Hormis, le cas ‘’Camate’’, qui est très récent (enlevé fin novembre 2009 au Mali trois jours avant les espagnols en Mauritanie), tous les enlèvements ont été opérés en dehors du territoire malien, alors même que des occidentaux circulent au Mali dans des zones dites à risques pendant que le Mali n’a pas mis en place un dispositif de sécurité particulier par rapport à ce qui existe chez ses voisins (Mauritanie, Niger, Algérie),

2. Le constat le plus évident est qu’après chaque rapt, les otages sont exclusivement ‘’planqués’’ au Mali. Jusque là, c’est une constante que personne ne peut nier.

3. Tous les enlèvements d’occidentaux depuis 2003 ont connu leur dénouement au Mali. Tout porte à croire que les cas des espagnols et italiens enlevés en Mauritanie et du français enlevé au Mali seront aussi dénoués au Mali.

4. Le Mali a été toujours au centre des négociations et a toujours affirmé officiellement en concert avec les pays dont sont ressortissants les otages, qu’aucune rançon n’a été payée… même si tout le monde sait que la réalité a plutôt le bruit d’espèces sonnantes et l’obscurité des dessous de table… la pratique inavouée officiellement par les Etats, vient d’être criminalisé par la ‘’vénérable institution onusienne’’ sur la base de la résolution n°1904 du Conseil de sécurité en date du 17 décembre 2009.

5. Les négociateurs en chef sont tous dans l’entourage direct des Chefs d’Etat (malien, nigérien et burkinabé), ils s’agit généralement de conseillers ‘’occultes’’ qui ne sont jamais mandatés publiquement. Cela reste troublant, même si on peut arguer du souci de sécurité.

6. Il est enfin établi que de nombreux enlèvements ou assassinats d’occidentaux, plusieurs attaques d’unités militaires, notamment mauritaniennes, se sont produits après la découverte d’un débarquement de cargaison de drogue, soit en Mauritanie ou au Mali. Depuis la série funeste d’enlèvements d’occidentaux en Mauritanie et au Mali, l’affaire de l’avion chargé de stupéfiants ayant atterri dans le nord du Mali a été ‘’oubliée’’.

Tidinit a dit…

7. L’installation du GSPC devenu AQMI a été concomitante avec un afflux sans précédent de barbouzes occidentales, en particulier, américaines, essentiellement, à Tombouctou et dans une moindre mesure à Gao… parallèlement à celles de bases militaires américaines dans la région de Tombouctou, à Gao et à Kidal. Ces bases assurant diverses missions (instructeurs militaires américains et appuis logistiques à l’armée malienne dans le Nord, surveillances aériennes avec des drones….).

Dans la ville de Tombouctou, ces agents et instructeurs occidentaux côtoient allégrement les islamo narco trafiquants avec lesquels ils partagent souvent les mêmes indics, goûtent à la saveur du thé saharien et à la mousse de la bière, pratiquement aux mêmes sources….

8. Depuis l’installation du GSPC sur son territoire, le Mali n’a jamais autant bénéficié de la générosité du frère Algérien et des grandes puissances occidentales, USA en particulier… mais si cette aide est justifiée par l’objectif de chasser le GSPC / AQMI, c’est le résultat inverse qui est plutôt atteint,

Sur la base de ces constats, qui sont loin d’être exhaustifs, quelques interrogations émergent :

Pourquoi, c’est au Mali seulement que les ravisseurs se planquent alors même que les territoires des autres pays où s’opèrent les enlèvements, présentent les mêmes caractéristiques géographiques – vastes étendues désertiques et formations rocheuses- ?

Pourquoi les pays ‘’victimes’’ de rapts d’occidentaux continuent-ils à vouloir principalement empêcher les enlèvements (ce qui est l’idéal mais presque impossible, au regard de l’immensité des territoires et de la porosité des frontières, mais aussi de la faiblesse des moyens) au lieu d’obtenir la coopération des autres Etats et au premier rang desquels, le Mali, pour traquer les ravisseurs dans les bases de repli au Mali. Si tous ces Etats sont sur la même longueur d’ondes sur la question du terrorisme, ils devraient sans aucune difficulté trouver un modus vivendi pour coopérer efficacement tout en préservant la souveraineté de chacun.

Pourquoi, le Burkina Faso se prononce t-il, seulement, officiellement sur cette question, que maintenant alors que le ‘’plus célèbre conseiller’’ du Président Compaoré, a toujours mouillé dans toutes les négociations et facilitations pour dénouer tous les enlèvements qui sont intervenus jusque ici…. Le seul fait que les deux italiens se rendaient au Burkina et que l’une d’entre eux est originaire du pays des hommes intègres, suffit il à fonder tant d’optimisme et de confiance dans une rapide libération des otages italiens de la part du Gouvernement burkinabé, alors que ce pays n’est pas sur la ‘’ligne de front’’.

Pourquoi AQMI qui aurait des cellules dormantes dans ces pays, fait il appel à des sous-traitants plutôt qu’à ces cellules si tant est que celles ci existent ?

Pourquoi, un pays comme la Mauritanie, qui a démontré une incontestable efficacité dans la lutte contre l’extrémisme religieux sur son territoire et obtenu des résultats probants dans le démantèlement des cellules islamistes n’a pas bénéficié de la générosité ni des américains, ni des algériens, ni des français… alors que tout le monde y compris les pays voisins clament à haute voix qu’en matière de lutte contre ce fléau c’est le maillon faible de la chaîne ?

Pourquoi les américains et les français qui disposent de moyens adéquats et surtout des informations en temps réel sur tout ce qui bouge dans le Sahara sont peu pro actifs et surtout discrets par rapport aux comportements de certains Etats de la sous région et de l’entourage de certains Présidents ? Espèrent ils que le seuil chaotique soit atteint afin de convaincre les Etats de la sous région de l’indispensabilité du siège de AFRICOM dans l’un de ces pays ?

AG ABANINE
==
Pas bêtes, les questions du touareg.

Tidinit a dit…

Bebe Ba,

Les constats et questions du touareg, c'est pour toi, fils du bled et au généralissime vladimir. C'est comme si c'est moi-même qui ai écrit ces quelques notes. Mêmes questions et constats que Jeremy Keenan.

Tidinit a dit…

Ould Taya va avaler de travers son verre de thé à la lecture de ça. ely doit rire sous cape.

Moderou hatta jusqu'au coup mortel et ne soyez pas surpris. Ces gens ne veulent que le pouvoir et ils l'auront à ce rythme. C'est la démocratie anyway s'ils passent par les urnes comme tout le monde. Bakhna.

===

OUverture du forum des organisations islamiques modérées en Afrique de l'Ouest

D

Les travaux du forum des organisations islamiques modérées en Afrique de l'Ouest , ont été ouvert, mardi à Nouakchott , sous la superviserions de l'association "El Moustaqbal" pour la prêche, la culture et l'enseignement.


Le forum a été ouvert par M. Mohamed El Hacen Ould Dedew, président du conseil d'administration de l'association par un mot dans lequel il a souhaité la bienvenue aux délégations participantes soulignant la fraternité en Islam notamment en Afrique de l'Ouest.
Il a ajouté qu'il convient que l'Islam médian ait un discours qui met à nu l'erreur par l'argumentation et montre que la position de l'Islam modéré se trouve justement entre deux extrêmes, deux positions erronées.
Sept pays prennent part à ce forum: l'Algérie, le Maroc, le Mali, la Gambie, le Sénégal, le Bénin et la Côte d'Ivoire.

Bebe BA a dit…

Un détenu mauritanien de Guantanamo blanchi par un juge fédéral américain



Un juge fédéral américain a innocenté Mohammedou Ould Slahi, un Mauritanien actuellement détenu à Guantanamo, qui avait pourtant été présenté par l'administration Bush comme ayant des liens avec les attentats du 11-Septembre, a-t-on appris mardi de source judiciaire.


Dans une notice tenant en deux lignes publiée sur le site du tribunal fédéral de Washington, que l'AFP a consultée, le juge James Robertson donne raison à M. Slahi qui contestait sa détention à Guantanamo, selon la procédure au civil dite d'Habeas corpus. Le juge précise qu'un argumentaire expliquant sa décision sera rendu public quand il aura été déclassifié par les services de renseignement.

En mars 2005, M. Slahi avait déposé son premier recours rédigé à la main en anglais devant le tribunal fédéral de Washington. L'administration Bush lui reprochait notamment d'avoir participé à la "cellule de Hambourg ", liée aux attentats du 11-Septembre, le Mauritanien ayant passé plusieurs années en Allemagne après son retour d'Afghanistan en 1992.
Dans son recours, M. Slahi expliquait s'être présenté de lui-même aux autorités mauritaniennes après les attentats du 11-Septembre 2001.

Selon la transcription par un officier américain des débats lors de l'examen à Guantanamo des charges pesant contre lui, qui n'est pas datée, M. Slahi a passé après son arrestation huit mois en Jordanie, où il a été interrogé. "Ils m'ont rendu fou pour que j'admette avoir quelque chose à voir avec" le complot pour organiser un attentat en 1999 contre l'aéroport de Los Angeles. "Il y avait tellement de pression et de mauvais traitement que je l'ai admis", avait-il ajouté.

Après les attentats du 11-Septembre, les Etats-Unis ont transféré pour interrogatoires certains suspects de terrorisme, dit de "haut intérêt" dans des pays étrangers, soit dans des prisons secrètes de la CIA, soit confiés aux autorités locales. Tous ont témoignés avoir été torturés.

Les audiences qui ont conduit à la décision du juge Robertson se sont tenues en décembre à huis clos pour des questions de secret-défense.

Les avocats de Mohamedou Ould Slahi avaient dénoncé en mars 2008 les "tortures sévères" subies par leur client, en Jordanie puis à Guantanamo. Ils avaient assuré que son dossier était "tellement sale et insoutenable" qu'un procureur militaire chargé de l'instruction "a dû renoncer, eu égard aux formes cruelles de tortures pratiquées contre lui", à le poursuivre en justice.

Malgré les graves accusations pesant contre lui, M. Slahi n'a en effet jamais été renvoyé devant un tribunal militaire d'exception.

Il s'agit du 34e détenu de Guantanamo blanchi par un juge fédéral depuis que la Cour suprême leur a donné le droit de contester leur détention devant la justice de droit commun. Mais cette décision du juge Robertson ne signifie pas pour autant que M. Slahi va être libéré de sitôt. Une dizaine de détenus "libérés" sont encore emprisonnés à Guantanamo, soit parce que le gouvernement a fait appel, soit parce qu'aucun pays tiers n'a été trouvé pour les recevoir.

Source: AFP

Bebe BA a dit…

Un détenu mauritanien de Guantanamo blanchi par un juge fédéral américain



Un juge fédéral américain a innocenté Mohammedou Ould Slahi, un Mauritanien actuellement détenu à Guantanamo, qui avait pourtant été présenté par l'administration Bush comme ayant des liens avec les attentats du 11-Septembre, a-t-on appris mardi de source judiciaire.


Dans une notice tenant en deux lignes publiée sur le site du tribunal fédéral de Washington, que l'AFP a consultée, le juge James Robertson donne raison à M. Slahi qui contestait sa détention à Guantanamo, selon la procédure au civil dite d'Habeas corpus. Le juge précise qu'un argumentaire expliquant sa décision sera rendu public quand il aura été déclassifié par les services de renseignement.

En mars 2005, M. Slahi avait déposé son premier recours rédigé à la main en anglais devant le tribunal fédéral de Washington. L'administration Bush lui reprochait notamment d'avoir participé à la "cellule de Hambourg ", liée aux attentats du 11-Septembre, le Mauritanien ayant passé plusieurs années en Allemagne après son retour d'Afghanistan en 1992.
Dans son recours, M. Slahi expliquait s'être présenté de lui-même aux autorités mauritaniennes après les attentats du 11-Septembre 2001.

Selon la transcription par un officier américain des débats lors de l'examen à Guantanamo des charges pesant contre lui, qui n'est pas datée, M. Slahi a passé après son arrestation huit mois en Jordanie, où il a été interrogé. "Ils m'ont rendu fou pour que j'admette avoir quelque chose à voir avec" le complot pour organiser un attentat en 1999 contre l'aéroport de Los Angeles. "Il y avait tellement de pression et de mauvais traitement que je l'ai admis", avait-il ajouté.

Après les attentats du 11-Septembre, les Etats-Unis ont transféré pour interrogatoires certains suspects de terrorisme, dit de "haut intérêt" dans des pays étrangers, soit dans des prisons secrètes de la CIA, soit confiés aux autorités locales. Tous ont témoignés avoir été torturés.

Les audiences qui ont conduit à la décision du juge Robertson se sont tenues en décembre à huis clos pour des questions de secret-défense.

Les avocats de Mohamedou Ould Slahi avaient dénoncé en mars 2008 les "tortures sévères" subies par leur client, en Jordanie puis à Guantanamo. Ils avaient assuré que son dossier était "tellement sale et insoutenable" qu'un procureur militaire chargé de l'instruction "a dû renoncer, eu égard aux formes cruelles de tortures pratiquées contre lui", à le poursuivre en justice.

Malgré les graves accusations pesant contre lui, M. Slahi n'a en effet jamais été renvoyé devant un tribunal militaire d'exception.

Il s'agit du 34e détenu de Guantanamo blanchi par un juge fédéral depuis que la Cour suprême leur a donné le droit de contester leur détention devant la justice de droit commun. Mais cette décision du juge Robertson ne signifie pas pour autant que M. Slahi va être libéré de sitôt. Une dizaine de détenus "libérés" sont encore emprisonnés à Guantanamo, soit parce que le gouvernement a fait appel, soit parce qu'aucun pays tiers n'a été trouvé pour les recevoir.

Source: AFP

Bebe BA a dit…

Le président confirme son souhait de se faire succéder par son fils : Wade verse dans l’hystérie

En dépit d’avoir tenté d’en faire le maire de Dakar, puis le président du Sénat, aux dernières locales, le président Wade avait, jusque-là, était opaque sur la volonté qu’on lui prête de vouloir se faire succéder par son fils. Il n’écarte plus l’idée, comme en atteste sa dernière sortie, dans laquelle il confirme son souhait. Mais son obsession à dépeindre Karim comme le meilleur au monde pourrait bien l’emporter. Wade a, encore, prouvé dans sa dernière sortie au journal télévisé de Africa 24, dont il était l’invité pour ses dix ans passés au pouvoir, qu’il est devenu vraiment hystérique, à cause de son fils.

Le président Wade n’écarte plus l’idée de se faire succéder par son fils, même par des méthodes dignes des dictateurs et autocrates, comme Joseph Kabila, Nyassingbé Eyadema et Omar Bongo. Mais, si les fils de ces derniers sont parvenus au pouvoir après les décès de leurs pères, Wade veut lui avoir la faveur accordée à Georges Bush : assister à l’intronisation de son fils. Car, il a laissé entendre devant les caméras de la chaîne d’informations africaines, Africa 24, que : « Si je veux mettre mon fils, je sais comment on fait. Autour de nous, regardez, en Afrique, aux Etats-Unis. Mais, j’ai dit pour l’instant, ce n’est pas mon intention ». Il répètera : « J’ai(bien) dit pour l’instant ».

Le président Wade est devenu plus clair. Il lui reste d’être catégorique sur ses intentions connues. Car, tout au début, il était formel : son remplaçant sera celui que les Sénégalais se choisiront. Il est vrai qu’à l’occasion de la pose de la première pierre de la grande mosquée des Mourides de Dakar, il avait déclaré que Touba, qui fait, selon lui, les présidents, l’avait investi à volonté. Et qu’il passera le témoin à qui il voudra, quand il sera fatigué de régner. C’était, à la fois, le début d’un délire et d’un plan qu’il avait ourdi.

Deux choses qui continuent. Car, le président Wade en a rajouté face à Africa 24, parlant, toujours et encore, de son fils : « Je peux le laisser se présenter aux prochaines élections. Je peux le laisser, je ne vois pas parmi les gens de l’opposition qui peut le battre ». Un véritable délire. Car, Wade ne se souvient pas que son fils a été battu même dans le bureau de leur quartier, où il a voté. Il a été battu à la tête de la mairie de Point E par Malick Diop de l’Alliance des forces de progrès, en dépit des milliards mis à sa disposition par son père. Pourtant celui-ci, qui est dans l’opposition, n’avait que ses ressources, qu’il tire de sa profession de Docteur. Des fils d’opposants, aux moyens réduits, ont pu devenir maires : Bamba Dièye, à Saint Louis, Barthélemy Dias à Sacré-Cœur-Mermoz.

Bebe BA a dit…

Le fils du président n’est aimé et estimé que par son père, qui ne peut se retenir de citer son nom partout, au Sénégal comme à l’extérieur. Il le sublime, car le croyant le seul Sénégalais « intelligent », l’unique ministre capable de gérer quatre départements à la fois. Karim est le seul capable de faire entrer l’argent au Sénégal, crie son père Wade partout. Il est devenu si hystérique qu’il ne veut pas entendre parler des frasques de son fils. Dans le cadre des chantiers de l’Anoci, qu’il lui avait confiés, comme pour lui faire un clin d’œil, il lui avait dit :« Je dirai à ta mère que tu as bien travaillé », avant même que celui-ci ne démarre les travaux, comme oublieux du temps. Au finish, Karim profitera, goulûment, des 476 milliards de l’Anoci, démontrant qu’il était plus doué pour spolier ses compatriotes : il se tapera un bureau à 750 millions, une lampe à dix millions, construira un kilomètre de route à 7 milliards, un faux tunnel à 10 milliards de francs Cfa, etc. Mais il suffit d’évoquer ses scandales pour voir son père piquer une crise de rage.

Pourtant, Karim ne l’a jamais défendu, ni en sa qualité de fils, ni en tant que son ministre, quand bien même que son père lui a tout donné et le défend même quand siffle, simplement le vent. Comme un vieux père, devenu gâteux, il ne voit que son fils. Mais, Wade est si obnubilé par l’unique garçon de Mme Viviane Wade, qu’il oublie qu’il est le président du Sénégal. Il est le chef de l’État élu, mais c’est son fils qui gouverne à tel point qu’il baisse les bras quand celui-ci va à l’encontre de ses décisions : il ne peut plus nommer ou renvoyer ses collaborateurs. C’est son fils qui a ce pouvoir. L’opposant se voulait démocrate. Parvenu au pouvoir, il s’est avéré un autocrate. À 86 ans il a perdu la tête. Ce qui pourrait l’emporter ! Déjà il ulcère les Sénégalais, l’opinion et les bailleurs. Sa mégalomanie fait, même, les choux gras de la presse occidentale. Partout, on doute de sa santé mentale, dont il confirme, à chacune de ses sorties, la détérioration très avancée.

Pour le plumer, ses courtisans tressent des lauriers à son fils, alors ils repartent comblés de cadeaux, tirés des trésors sénégalais. Les Wade sont arrivés au palais pauvres. Aujourd’hui ils sont aveuglés par le pouvoir et les ors. Wade veut les transmettre à son fils, qui est devenu sa fixation. Il l’idolâtre à la limite ; contrairement à la tradition sénégalaise, où le fils est écarté par son père loin des yeux. Mais, Wade lui est charmé par son fils, qu’il juge être le plus beau, le plus fort, le plus capable et le plus surdoué de tout le Sénégal, etc. Mais, son réveil risque d’être très brutal.

La Redaction de Jeune Afrique

Ɔopiarpegar a dit…

URGENT : heurt à la fac de Nouakchott, entre étudiants Bidhane et négro-mauritaniens (page sous MAJ*
24-03-2010
La faculté des sciences de l'université de Nouakchott est actuellement en état de siège. Tout a commencé en fin de matinée, lorsque des étudiants négro-mauritaniens sont arrivée à proximité du périmètre de l'université, en brandissant des pancartes hostiles à la volonté d'arabiser l'administration, telle qu'exprimée lors d'un précédent discours du premier ministre.

Peu après, des étudiants de l'ethnie Bidhane (arabo-berbères) arrivent du coté opposé, en brandissant d'autres pancartes soutenant le premier ministre. L'affrontement était inévitable.

Les force de police anti-émeute sont arrivé sur place et ont aspergé les insurgé de grenade lacrymogène et ont procédé à l'arrestation de 5 étudiants.

Les négro-africains se sont alors réfugié à l'intérieur de la faculté des sciences ou la police continue de les asperger de grenade, selon le correspondant de Taqadoumy sur place.

La police leurs a signifié qu'il leur est interdit de sortir groupé et que seul les sorties individuelles sont autorisé. Le face à face est toujours en court.

Taqadoumy a pu entrer en contact avec un délégué du Syndicat national des étudiants mauritaniens (SNEM, non-autorisé), auquel appartient les manifestants négro-africains. Il déclare que cette manifestation intervient suite à un courrier resté son réponse, adressé par le syndicat au recteur de l'université, dans lequel les étudiants s'inquiétaient des retombées négatives de l'arabisation sur leur avenir.

(* Page sous mise à jour)
taqadoumy.com

Esseghnass a dit…

Maatala,

0 quoi joue le gouvernement ould laghdaf?

maatala a dit…

Salam


Essghenass

L'incolore et indolre PM joue avec le feu.

Il a répondu à des journalistes qui lui posaient des questions en français qu'il ne répondrait qu'en arabe.

A la place des journalistes , je ne lui poserait plus des questions qu'en Poular, Soninké ou Wolof, car se sont bel est bien des langues nationales et par ailleurs j'invite les députés à faire de méme.

Un mauriatanien vivant en 2010 se doit de maitriser l'arabe, le français et l'anglais.

Le reste n'est qu'une vaste fumisterie qui vise à exclure une fois de plus certaines partie de nos concityens.

L'arabisation est un faux probléme dit le fou.

maatala

Sanhaji a dit…

Chers amis de Canal,

j'ai décidé de prendre congé de cet espace qui m'est très chères, jusqu'à le dictateur Webmaster Maatala, revienne à la raison et autorise les commentaires anonymes, tantque des raison extraordinaire ne soient là pour exiger de lui de prendre cette mesure.

Canal n'est pas propriété de Maatala ou de quelqu'un d'autres et Coulibaly doit avoir le droit de publier ces contribution en anonyme s'il le désire.

Bye

Tidinit a dit…

Esseghnass/Maatala,

j'espère qu'on ira pas à 1966 avec ces histoires de langues. C'est inquietant.

maatala a dit…

Salam

Cher ami Sanhaji

Vouloir une fois de plus me faire passer pour un censeur est une malhonnêteté intellectuelle, mais avec les pro-Taya, il faut toujours s'attendre au pire.

Couly le HARKI se targue de ne pas être un anonyme, pourquoi a-t-il tant peur de prendre un pseudo.

Ici tu es chez toi, libre à toi d'aller et de revenir.

Fraternellement

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Arabisation, politique, société et islam.

Le véritable problème de la Mauritanie serait en fait la conséquence d’une discrimination qui aurait ciblé une communauté. La marginalisation et le chômage en seraient des résultantes. Jeunes désœuvrés, qui n’ont plus vraiment de repère dans l’échelle dite sociale, se sentent pris en otage.

Ne pouvant leurs obtenir du travail, suite à une discrimination développée dans tous les secteurs de l’état, les instances dirigeantes de ce pays, qui ne cessent d’encourager cela, préfèrent remuer le chiffon de l’arabisation. Le problème de l’arabisation permettrait au gouvernement d’occulter la question sociale pour se forger « une certaine cohésion ».

En un mot, le culturel masquerait une certaine incompétence des autorités. Une stratégie qui fonctionne très bien. Car les médias arrivent à captiver l’opinion publique sur le sujet arabisation.



Et là, on fait du tort à la langue et culture arabe. Si la langue et la culture arabe sont merveilleuses, beaucoup d’arabes sont cependant négrophobes et arabe ne veut pas dire forcement musulman.

Lors de son dernier sermon le prophète a dit : "O vous le peuple ! Allah dit : " Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle et nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux". Un arabe n’a plus de mérite qu’un non-arabe, ni un blanc qu’un noir, ni un noir qu’un blanc que par sa piété."

Mais hélas, la plupart des arabes n’ont rien compris de tout cela. Se sentant inférieur à "l’éthno-caucasien" l’Arabe se sent obligé de se sentir supérieur au noir afin de se sentir rassuré de sa frustration sur "le visage pâle". Oui, certains arabes sont racistes ! Et certains noirs aussi? En tout cas, la stupidité et l’ignorance n’ont ni couleur, ni dogme. La sagesse religieuse a toujours défini l'homme comme étant un être doué de raison; c'est-à-dire capable de bien juger et de distinguer le vrai du faux.

Cette extraordinaire puissance qu'est la raison lui permet de comprendre autant que possible, le Monde dans lequel il vit et de ne pas tomber dans l'illusion. Ainsi défini, il est difficile de comprendre certains entêtements de nos politiques… Alors qu'est ce qui dicte de ne pas aimer les autres? Est-ce leur race? Est-ce leurs coutumes?

Leur façon de se vêtir? Peur qu'ils amènent du mal dans le pays? Quoi donc? Et si vous ne trouvez rien, bien rechercher alors ce que vous aimez d'eux ; Et exprimer-le ! « L'homme bon tire de bonnes choses du bon trésor de son cœur et le méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor; car c'est de l'abondance du cœur que la bouche parle ».

Salam

Info source : nedo

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"18:05
Africa N°1. Le forum des organisations islamiques éxige la rupture des rélations diplomatiques...

...entre la Mauritanie et la Suisse !



Des dizaines d’organisations islamiques ont exigé mardi soir, lors d’une conférence dans un grand hôtel de la capitale politique mauritanienne la rupture des relations diplomatiques entre la Mauritanie et la fédération suisse pour atteinte à l’islam et offense aux musulmans.

La conférence animée par des érudits dont Hamdén Ould Tah, hommes politiques, intellectuels, universitaires, dont des anciens ministres de culture et orientation islamique, était organisée à l’initiative du forum général des organisations non gouvernementales arabes et africaines, dirigé par l’ancien président soudais Mohamed Souwar Ehdhéb.

Les conférenciers ont condamné l’interdiction des minarets, décidée par la fédération suisse, récemment, à l’issue d’un referendum.



A Nouakchott, les participants ont appelé à la mobilisation des pays islamiques en vue de faire front commun pour contre-carrer les agissements des ennemis de la sainte religion. Les délégués veulent que la Mauritanie soit le porte-drapeau de cet engagement.

Ils appellent avec instance le gouvernement mauritanien à rappeler tous ses diplomates présents à Genève et procéder à la fermeture de la chancellerie. Le même appel a été lancé à tous les opérateurs économiques arabo-musulmans de boycotter les produits suisses et rapatrier leurs fonds dans les banques de ce pays.

Le forum avait pour thême central : la cohabitation des religions, cultures et civilisations. Le président du forum général des organisations non gouvernementales arabes et africaines en mauritanie, s’appelle : Mohamed Sidaty.

Africa N°1 Nouakchott,
Salem Mejbour Salem.

Info source : Africa N°1

---------------------------------

Pourquoi ces esclavagistes pédophiles ne se prononcent-ils pas sur le cas de Oumoul khairy au lieu de nous les casser avec la suisse.

Ces crétins ne comprendront jamais qu'il n'y aura des minarets en Suisse que lorsqu'il y aura des nouvelles églises en mauritanie, en Egypte etc.................

Rien que des d'hypocrites dit le fou.

maatala

maatala a dit…

salam

lu sur cridem

Des étudiants francophones demandent la démission du premier ministre.

Des étudiants francophones de l’université de Nouakchott ont organisé une manifestation contre les récentes déclarations du premier ministre et du ministre de la culture au sujet de l’arabisation.

Ces étudiants, en partie affiliés au SNEM (syndicat national des étudiants mauritaniens) se sont regroupés devant la faculté des sciences juridiques et économiques de Nouakchott mercredi 24 mars vers 11 heures. Ils demandent la démission du premier ministre et du ministre de la culture.

Les manifestants ont été dispersés par la police à coup de grenades lacrymogènes.Le premier ministre mauritanien, dans un récent discours à l’occasion de la journée mondiale de la langue arabe, avait fait état de la généralisation de cette langue dans l’Administration mauritanienne.



Moulaye Ould Mohamed Laghdaf a enfoncé le clou en déclarant dans une conférence de presse : « La Mauritanie est un pays arabe. » La ministre de la culture, elle, avait parlé de « dialectes menaçant l’arabe. » en Mauritanie. Les étudiants francophones s’inquiètent de leur avenir. « Une arabisation de l’Administration mauritanienne serait synonyme de chômage pour nous » a dit l’un des manifestants.

Info source : Khalilou Diagana Pour Cridem
-----------------------------------

Rédigé par minteye, mercredi, 24-03-10 21:50 pourquoi la Mauritanie se dit arabe alors que les arabes ne considérent pas la Mauritanie comme un pays arabe, les pays du magrheb n'ont aucune considération pour la Mauritanie. je vais pas aller loin d'ailleurs cet été y'a que les mauritaniens qui ont été contrôlés à l'aeroport de Cassablanca.


laissez l'arabe là où il est je le respecte parceque c'est la langue du coran mais à part ça cette langue ne sert absolument à rien. vouloir arabiser l'administration c'est juste trouver une fois de plus un moyen pour cioncer les negros mauritaniens c'est tout.

---------------------------------

Rédigé par doum, mercredi, 24-03-10 21:46 Une question que je me pose. Les autres mauritaniens de dialectes autre que l'arabe et qui sont fierts d'etre mauritaniens sont ils les palestiniens de la mauritanie?


Je m'explique c'est pas parcequ'ils sont minoritaires donc en infériorités de force que l'autre composante doit forcement utiliser sa force pour ecraser.


Ils ne sont pas une menace. Nous avons tous la meme Foie.


Si on veux défendre des droits comme celle légitime du peuple palestinien, on doit se montrer en exemple chez soit.

--------------------------------

maatala a dit…

Rédigé par nimaba, mercredi, 24-03-10 21:40 Ceux là qui Prônent l'utilisation de l'Arabe dans l'administration, sont dans leur grande majorite des boutiquiers, Imams, vendeurs de betails, de gomme arabique ou de sel etc...

Ce sont des personnes qui sont aux antipodes de la modernite.

Ils preferent vivre à l epoque de la pierre, ne realisant pas que le monde est devenu un village planetaire.

et seuls seront laisses en rade, les mediocres parresseux , et anarchistes.
----------------------------------
Rédigé par hoddam, mercredi, 24-03-10 21:29 (PM et son gouvernement) vous n'avez pas honte de dire ce genre de propos.

----------------------------------
Rédigé par hoddam, mercredi, 24-03-10 21:27 il me semble que l'etat mauritanien a montré son incapacité vis àvis de son peuple ,il n'arrive pas à stabiliser son education et n'en parlons pas des autres secteurs comme la culture, la santé, l'agriculture, l'elevage etc.....

---------------------------------
Rédigé par elzodi, mercredi, 24-03-10 21:21 farnchement , du n'importe koi dans ce pays ki est la mauritanie, en tt cas ce serait une autre forme de discrimination et le premier ministre il ne repéte k ce k son lui ordonne il est un vrai subordonné , mais malheureusement on a president ki est entouré par des conseillers ki ne visent k leurs intérets.


donc non à " l'arabisation de l'administration" et fo pas oublier k notre chére mauritanie souffre de tous les maux .

----------------------------------

Rédigé par nedo, mercredi, 24-03-10 21:17 Les autorités, se rendant compte de toutes les difficultés qu'il ya pour redresser ce pays, préfèrent, pour masquer leur échec et détourner l'opinion nationale et internationale des problèmes de l'heure, brandir la politique de l'arabisation pour faire diversion.


Avec la conséquence de rendre définitive et irreversible cette cassure sociale.


Qu'Allah ait pitié de tous ceux qui aiment leur pays la Mauritanie.

---------------------------------

Rédigé par negremen, mercredi, 24-03-10 21:09 c'est un bon geste de départ de la part des manifestants . il faut aller jusqu'au sommet et perdurer ces mouvements de révolte car vous allez avoir un ralliement énorme de notre part. mais évitez toute sorte de violence , manifestez mais avec modération.

du courage mes frères ALLAH EST AVEC NOUS

---------------------------------

Rédigé par bleil, mercredi, 24-03-10 20:27 Ils ont raison ... Le pays a besoin de son unité façe à l'adversité et au flux ininterrompu de la médiocrité. Le zozo doit retourner faire autre chose que de se foutre de la gueule des gens !

maatala

citoyenne a dit…

Maata a dit:
"Couly le HARKI se targue de ne pas être un anonyme, pourquoi a-t-il tant peur de prendre un pseudo."
.......
Je n'arrive pas à comprendre l'attitude de notre frère Maata envers Couli !! Ya Maata ce qui doit vous intéresser ce n’est pas le courage ou la peur de Couli, mais ses idées et ses analyses, point-tiret. Le fait de continuer, encore à l’attaquer, alors que vous le priver de l’opportunité de vous répondre, sous prétexte de prendre un pseudo, est une injustice pour ne pas dire un chantage.
Enfin, si vous continuer à le censurer, la moindre des choses est de le laisser tranquille et lui coller la paix. Ya khouye issetra we t’halguime ma yekhoul6ou.

«Les plus anciens ‹Précédent   1 – 200 sur 300   Suivant› Les plus récents»