dimanche 2 mai 2010

Discrirmination et armes à feu

1. Les faits

Dans la soirée du mardi 20 avril 2010, au quartier de Dar Naim, sur la voie publique et sous les yeux d'une foule de témoins, Heddi ould Savra, ouvre le feu contre des enfants Hratin, mineurs de surcroît.

Ould Savra, un homme d'environ une quarantaine d'années, sort, ce jour-là, de sa maison, très en colère et décidé à corriger les deux garçons Hratin Abeid Ould Omar et Taki ould El Id – respectivement 15 et 16 ans - qu'il soupçonne d'avoir fait du mal à son fils, lors d’une partie de jeux commune à leur cercle d’amis. Heddi se contente d'abord de lapider les enfants avec tout ce qui lui tombe sous la main. Il atteint ainsi, à la tête, Taki ould El Id dont le sang se mit à couler, abondamment ; insatisfait néanmoins de l'exemplarité de la correction, il revient dans sa maison et en émerge, armé d'un revolver ; il tire ensuite sur Abeid Ould Omar, lequel échappe de justesse à la mort lorsque la balle effleure son menton.

Très vite, les deux blessés parviennent à l'hôpital, par les soins et leurs parents qui portent plainte. La police perquisitionne le domicile de l'agresseur, plusieurs heures après le forfait ; elle y découvre un fusil d’assaut Fal, des munitions et une autorisation de port de cette arme, au nom de Heddi, document en date du 14 mars 2010, sous le numéro 237.

2. La réaction de l’autorité

Le même soir, Hedi et son fusil sont transférés à la brigade des mineurs au Ksar quartier de la capitale. Selon Madame Aicha Mint Ethmane, inspectrice de police en charge de l’établissement pénitentiaire, le procureur de la République près le Tribunal de Nouakchott lui ordonnera, dès les premiers instants de la saisine, de réserver un traitement particulier à Heddi ould Savra, donc d’éviter son maintien en garde à vue, dans les lieux où croupissent pourtant des prisonniers dont les actes délictuels s’avèrent, de loin, d’une gravité inférieure à ceux du prévenu. En conséquence, selon les instructions du parquet, il recouvre la liberté, immédiatement; choqué par la désinvolture discriminatoire des décisions du juge devant une aussi grave violation des textes, les parents des victimes s'adressèrent à l'ONG IRA-Mauritanie.

Mercredi 21 avril, vers 11 heures le matin, le président de IRA-Mauritanie Biram Ould Dah Ould Abeid, accompagné de membres de l’association, arrive à la brigade des mineurs. Derrière les grilles du commissariat, des détenus, tous de race noire, goûtent, en préalable, leur punition. Dans un autre bureau, se déroulent, rythmés de va et vient, des conciliabules entre plusieurs hommes membres de la famille de Ould Savra et d'autres segments de tribus arabo-berbères. Là, on conspire contre le droit, dans le dessein de soustraire l’un des leurs au scandale de l’égalité avec ses victimes.

Le lieu, assez bien meublé et climatisé constitue, selon des éléments de la police et certains assistants sociaux, qui s’expriment tous sous couvert de l'anonymat, un havre de tranquillité, au profit exclusif de prévenus d'un certain renom. A l'heure où nous arrivions, Heddi, les notabilités tribales et hommes d'influence qui l'entouraient, exerçaient la pression sur les parents des victimes pour les amener à retirer la plainte; ainsi, comme à l'accoutumée, le retrait escompté servira d’alibi, au ministère public, pour stopper toute action judiciaire contre une classe de mauritaniens, toujours à l’abri du droit.

3. L’épilogue

Le dimanche 25 avril, le Directeur Général de la Sureté Nationale, le général Mohamed Ould ElHadi confie, à l'un de ses collaborateurs, que Heddi Ould Savra agissait en légitime défense car les enfants Hratin ont sauté dans sa demeure l’obligeant à se préserver par l’usage du tir de balles, en l'air !!! La déformation explicite du récit dénote le souci par les autorités, à l'échelon supérieur, d'entretenir, au prix de la fraude et du mensonge, une justice inversée où les crimes des uns trouvent toujours une excuse, un moyen de circonscrire la loi.

Alors, grandit, ici, la crainte de voir l’instruction aboutir à une relaxe pure et simple, comme souvent dans de tels cas, malgré les graves actes dont est présumé coupable Ould Savra ; la récurrence de l’impunité des faits d’agression commis par des arabo-berbères contre leurs compatriotes Hratin ou négro-africains, n’autorise pas l’optimisme quant à l’éventualité d’un traitement équitable du contentieux. Depuis ces 15 dernières années, le « négrocide » et le « hartanicide », politique ou de droit commun, sont devenus une banale chronique mauritanienne.

En l’espèce, la délivrance sélective des autorisations de port d’armes au bénéfice systématique des arabo-berbères, accorde, au système d’hégémonie, un fondement militaire, d’ordre privé, d’où découlent des abus, parfois mortels. L’affluence aux concours de tir à la cible et la médiatisation de ceux-ci démontre la mono ethnicité de l’exercice et le potentiel de violence qu’il renferme par cette unilatéralité. De tels embryons de milice, racialement homogènes, comportent une grosse virtualité de menace à l’ordre public.

4. Recommandations

Notre association presse, les autorités de la République Islamique de Mauritanie, de procéder, rapidement, au recensement puis à la collecte des armes individuelles, en vue d’en interdire l’usage privé sur l’ensemble du territoire ; outre sa dimension civique, la mesure contribuera à amoindrir les risques de dérive guerrière dans les conflits entre individus et communautés ; enfin, elle permettra de mieux contrôler les circuits d’approvisionnement des groupes terroristes et de protéger la faune sauvage décimée par les excès d’une chasse sans saison ni règles.

Il convient de le souligner, ici, en guise d’alerte, depuis les troubles ethniques de 1989, des centaines de fusils de l’armée mauritanienne circulent, en toute illégalité, parmi les populations arabo-berbères du Brakna, du Trarza, du Guidimakha et du Gorgol ; à l’époque, il fallait, selon Ould Taya et ses émules, instaurer une terreur préventive aux frontières Sud. Cet arsenal d’armes individuelles peut sévir à tout moment.

Il importe d’abord, en vertu du principe de précaution, de réglementer, sévèrement, les activités et centres de tir afin de limiter la vente, le convoyage et la détention des armes à feu, hors des lieux et agenda des compétitions. Du désarmement des tribus, dépend l’avenir de la paix civile, avant que ne se déclenche, dans notre espace, un refus de la fatalité démocratique, à l’image des milices Janjawides du Soudan ; l’essor de la revendication des anciens esclaves, maintenant résolus à arracher leurs droits civiques, se heurte à l’incompréhension des franges les plus réfractaires à l’égalité, parmi l’opinion arabo-berbère. Nous souhaitons alerter le gouvernement mauritanien sur le potentiel destructeur d’une acrimonie aussi ancrée dans le patrimoine mental de cette communauté.


Nouakchott, le 1er mai 2010
Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA)

165 commentaires:

Anonyme a dit…

Le ridicule ne tue plus depuis qu’on essaie en vain de chercher l’excellence dans la médiocrité, la machination fait vivre et crée même une philosophie, philosophie vile. On ne peut pas créer une grande âme de si vils agissements. On ne peut dignement espérer avoir à faire à une vraie organisation ou association chargée de promouvoir les droits de l’Homme si ses fondations sont les sédiments des débris des slogans recyclés dans l’ignorance, l’adversité, les rancunes et la démagogie.

mouhamed

maatala a dit…

Salam

Ils ont dit:

"le procureur de la République près le Tribunal de Nouakchott lui ordonnera, dès les premiers instants de la saisine, de réserver un traitement particulier à Heddi ould Savra, donc d’éviter son maintien en garde à vue, dans les lieux où croupissent pourtant des prisonniers dont les actes délictuels s’avèrent, de loin, d’une gravité inférieure à ceux du prévenu.

-----------------------

Tout dans ce pays reléve du traitement particulier dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Le President du Parlement Mr. Messaoud Ould Boulkher doit retirer ses propos et presenter ses excuses au peuple Mauritanien pour avoir fait appel a' un coup d'etat pour changer le regime en place.

Anonyme a dit…

Si les faits sont tels que présentés par cette organisation, tous les responsables impliqués dans cette injustice doivent être sévèrement sanctionnés.

Le problème est que l'écrit de cette organisation verse clairement dans la manipulation et l'émotionnel donc il n'est tout simplement pas crédible.

Il est aussi important que les enfants de certains milieux Haratins ont tendance à violenter leur frères Bidhanes ce qui n'est non plus pas défendable. Ces enfants haratins ne sont certainement pas fautifs car souvent mineurs. Ils sont cependant souvent manipulés par des cercles extrêmistes haratins qui leurs apprennent la haine de leur concitoyen.

Sanhaji

maatala a dit…

Salam

Mouhamed

Je suis indigné par ton manque d'indignation.

Le problème n'est pas l'association sur laquelle tu fais une fixation.

Elle est plus fréquentable que les minables pieds nickelés qui sont partis prêter allégeance à Kadaffou.

Cette association lutte contre les violations des droits de l'homme.

Commence par condamner les faits et te demander comment un salopard face à une querelle de bambins sort un calibre et se met à tirer sur des enfants.

Si ton frère avait reçu des balles dans le crane, tu aurais réagis autrement dit le fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

Sanhaji mon ami tu dis:

"Le problème est que l'écrit de cette organisation verse clairement dans la manipulation et l'émotionnel donc il n'est tout simplement pas crédible"

-------------------------------

Sous d'autres cieux, le Hamas et le Hezboulah font dans l'émotionnel et dans la manipulation et pourtant ils sont credible à vos yeux.


L'IRA dénonce un incident autour duquel on cherche à éttoufer l'affaire....

Suite à cet incident l'IRA met en exergue le fait que des armes de guerres soient détenus par des civils et demande à ce que l'état y mettre fin.

C'est du civisme ni plus ni moins dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Cher maatala,

Si les faits sont avérés, je condamne énergiquement et je demande comme tous l’application de la loi avec le maximum de rigueur. Le problème provient précisément de cette organisation IRA qui a montré par les passée ses intentions mesquines et son constant souci de manipulation animée par des objectifs très terre à terre loin des droits de l’homme, de la fraternité et de la justice et très proche de la rancune, de la vengeance et l’envie. En outre, pour ton information, je suis et je serai toujours contre la lucidité sélective c’est une victime qu’elle soit mon ami ou mon ennemi. Dhak wadeh

mouhamed

maatala a dit…

Salam

Sanhaji mon ami tu dis:

"Il est aussi important que les enfants de certains milieux Haratins ont tendance à violenter leur frères Bidhanes"

------------------------------

Une querelle de bambins reste une querelle de bambin.

Si un fils de beydane traite un enfant de haratine de "ABD" imitant en cela ses parents, pas étonnant que l'autre lui foute une rouste bien méritée.

Ce n'est pas une raison pour le parent maure de sortir le GUN.

Face au père du bambin Haratine , il ne faut s'étonner qu'il sorte le char ou l'avion de combat dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Mouhamed

Peu m'importe les intentions de l'IRA, ce qui compte à mes yeux c'est la cause qu'elle défend et la véracité des faits qu'elle porte à la connaissance du public.

Si sur ces deux points, si tu as des objections à émettre , je suis tout ouïe..

Quand au "complot" ourdi par L'IRA contre la communauté, je pense que cela relève du fantasme et de la victimisation dont la communauté arabophone se drape pour couvrir les excès de sa domination.

Marre du bourreau qui se prend pour la victime dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maata:

"...Pour une fois je suis d'accord avec...."

Signe' Maata 21 avril 2010 23:17


"...Pour une fois, je suis d'accord avec..."

Signe' Maata 2 mai 2010 13: 09

Je suis entrain de rire parce que Maata a une nouvelle definition du chiffre 1 qui est un element neutre pour la multiplication.
Pour Maata:
1 fois 1 = 1
1 fois 2 = 1
1 fois 3 = 1
1 fois 4 = 1
1 fois 5 = 1
YA Maata, tu n'es pas oblige' de dire que tu es d'accord avec moi.
H'NEU EHEL T'WYMIRITE MIT'ARVINE!!! Tu es un supporter de coup d'etat (tu as bien supporte' le deuxieme coup d'etat d'Abdel Aziz et tout indique que tu as probablement soutenu son premier coup d'etat aussi). Tu n'as rien d'un democrate dans la mesure ou tu n'acceptes jamais une opinion qui est differente de la tienne.

Allez Maata, 6 fois 1 = 1
ESSEUL ENTE' FOYSSID!

maatala a dit…

Salam

L'IRA dit

" A l'heure où nous arrivions, Heddi, les notabilités tribales et hommes d'influence qui l'entouraient, exerçaient la pression sur les parents des victimes pour les amener à retirer la plainte; ainsi, comme à l'accoutumée, le retrait escompté servira d’alibi, au ministère public, pour stopper toute action judiciaire contre une classe de mauritaniens, toujours à l’abri du droi"

-------------------------------

En somme nous sommes dans la justice des riches et des puissants.

Depuis quand, le retrait d'une plainte empêche une justice de poursuivre son action.

Nous sommes dans une tentative d'homicide (bordel de merde).

La justice ne doit pas être une affaire d'individus mais de la stricte application de la loi qui fut bafouée par un salopard.

C'est quoi ce pays ou on tire sur les enfants dans l'impunité dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Couly

Chaque fois que je suis d'accord avec toi, j'ai la chiasse et des trous de mémoire (lol).

maatala

maatala a dit…

Salam

Couly tu dis:

"tout indique que tu as probablement soutenu son premier coup d'etat aussi".

--------------------------

Ce fut un véritable AID

A cette occasion, j'ai tué un mouton et fait la sur-teuf dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Cher maatala,

Moi je suis persuadé que l’IRA ne travaille pas pour l’intérêt de la communauté dite haratine pour suivre ta logique et simplifier à l’excès car cette typologie est loin d’être parfaite et cache en elle-même beaucoup des préjugés et des non-dits et sa validation engendrera d’autres classifications plus mesquines. La solution idéale serait à mon humble avis de considérer qu’on est d’un état très fragile ayant hérité un lourd fardeau des féodalités préexistantes à sa création qu’il doit défaire sincèrement mais intelligemment pour préserver le vivre ensemble et la paix sans exacerber les rancunes et le racisme.

mouhamed

Anonyme a dit…

C'est la guerre des tranchées qui commence. Mwa
===

MAURITANIE: Missions occidentales à Nouakchott : les hassanophones exclus
Posté le 02 May 2010 à 16:58:59


Missions occidentales à Nouakchott : les hassanophones exclus
Les missions occidentales en place (en Mauritanie) exercent, pour la plupart, une politique d’exclusion discriminatoire à l’égard des hassanophones et des musulmans de Mauritanie, en matière d’emploi et de l’action humanitaire. Celui qui rend visite aujourd’hui aux locaux des missions diplomatiques, consulaires ou des représentations résidentes des organes et institutions internationales (et similaires) observe l’absence quasi-totale des hassanophones. La plupart des employés de ces missions ont été choisis d’une seule composante négro-africaine. Pour s’enquérir sur place de l’information sur le terrain, il suffit de se rendre dans les ambassades des pays occidentaux, notamment celles de France, de l’Allemagne, dans les ONG internationales comme World Vision, Caritas, GTZ …etc. et même chez les banques françaises fraichement installées à NKTT. De même les projets exécutés par ses acteurs en Mauritanie donnent, de loin, l’impression de suivre une politique d’exclusion contre les hassanophones du pays, car on les trouve financer et exécuter des projets et des dons au profit des villages négro-africaines au sein d’un même département, tout en négligeant les villages du voisinage et les EDEBAYE hassanophones plus nombreux et plus vulnérables.

Donc ces institutions s’intéressent seulement à cette composante et négligent les autres, tant pour l’emploi que pour l’assistance et l’aide, bien que les hassaphone ne sont pas moins pauvres ni moins aptes pour le travail, pour servir comme chauffeurs, secrétaires, guides, plantons, gardiens ou autres. Pour les diplômés hassanophones, ils se sentent de plus en plus exclus chez ces institutions occidentales depuis plutôt une décennie, surtout que les concours et les appels à candidatures à résultat illusoire, restent vains pour eux, car ces opportunités les excluent d’office. Avec le temps, la plupart d’entre eux ont perdu la confiance à l’équité et à l’égalité des chances chez ces missions et dédaignent s’y présenter. Essayant de trouver une explication à cette politique d’exclusion


Emjad.net

Anonyme a dit…

Donc la présence americaine dans le grand nord malien est bien confirmée dans cet article. Ils depensent beaucoup de sous, mais ne voient pas les barbus preneurs d'otages avec tout l'équipement electronique qu'ils ont. Ils doivent avoir surveillé le mouvement des otages espagnols. Ceci confirme aussi leur presence à Tamanraset comme l'a dit en janvier le General d'AFRICOM sur RFI. Pourqui donc l'Algérie crie au loup et ne dit pas un mot sur la presence americaine entre Tamanrasset et Gao? A quel jeu on joue là? Donc toutes cs prises d'otages ont des mains gouvernementales derrière.

Azzizzo: on joue quelle part dans ce jeu? Moi je n'invente rien comme c'est écrit noir sur blanc par le journal sans se rendre compte qu'il met des doutes sur le sérieux de l'initiative des algériens avec cette OTAN de Tamanrasset. Purquoi aucun état n'en parle?

Général vladimir: tu as relu l'article de Jeremy Keenan dans Rue89? Tu peux relire t y croire à 80%, ce qui n'est pas mal déjà.


C'est ceci qui a retenu mon attention (où sont les French, Couli?):

"Dans les contingents, on remarque quand même la présence de militaires américains. Ce qui laisse croire qu’il s’agit du début de l’opérationnalisation d’AFRICOM dans les zones Nord."

A-
===
Accident grave d’un convoi militaire à Tombouctou : 8 morts et de nombreux blessés


L'indicateur Renouveau, 28/04/2010

Un des véhicules d’un contingent militaire en mission dans les zones nord du pays a fait jeudi dernier un tonneau à quelques kilomètres à l’ouest de Ber (60 Km de Tombouctou). Le bilan est lourd : 8 personnes tuées et 6 grièvement blessées.

Même si la grande muette ne pipe (officiellement) mot du drame, nous apprenons de sources militaires que l’accident est dû à une mauvaise manœuvre du chauffeur qui s’est hasardé à escalader une dune gigantesque. Le véhicule a alors fait plusieurs tonneaux avant de se retrouver au flanc du tas de sable. On a mis des jours pour identifier les corps. Les populations de Tombouctou dénoncent aujourd’hui le recrutement des chauffeurs dans l’armée qui ne tient nullement compte de la connaissance du terrain par les chauffeurs.

Depuis quelques jours, on observe une intense activité militaire dans la zone de Salam à quelques centaines kilomètres de la Cité mystérieuse. La présence inhabituelle des militaires armés dans les rues de ville laisse les habitants perplexes et craintifs surtout que le silence du commandement militaire n’aide pas à apaiser les rumeurs les plus folles. Dans les contingents, on remarque quand même la présence de militaires américains. Ce qui laisse croire qu’il s’agit du début de l’opérationnalisation d’AFRICOM dans les zones Nord.

Mise en place par les américains pour surveiller les mouvements terroristes et lutter efficacement contre la nébuleuse Al-Qaïda, cette organisation est actuellement installée à Fribourg en Allemagne après le refus des pays africains d’accueillir sur leurs territoires.

AZIZ

L'indicateur Renouveau, est seul responsable du contenu de cet article

maatala a dit…

Salam

Pauvre mouritanie

la paralysie continue, on n'arrive pas à vraiment avancer ou alors sans réelle planification ce qui peut s'avérer catastrophique.

Pour L'azzizzo

l'exercice du pouvoir s'avérer plus difficile que prévu...on navigue à vue et ne réalise que des projets qui ne s'intègrent pas dans un plan global.

Ce n'est pas une raison pour appeler au coup d'état dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

12 ans de réclusion pour une mauritanienne en Espagne
le 25-04-2010 à 11:30



La famille mauritanienne qui a maille à partir avec la justice espagnole depuis 2007 suite "au mariage forcé" de leur fille, mineure à l’époque, continue d’alimenter la polémique.

Après une première condamnation à 17 ans et demi de réclusion, la maman de la fillette a vu sa peine réduite à 12 ans. Elle est incarcérée depuis vendredi dernier à la prison de porto III après confirmation du verdict par la Cour suprême.

Toutefois, son avocat, Me Jose Alvarez, a introduit une demande auprès de la justice espagnole pour que sa cliente puisse purger sa peine en Mauritanie en vertu des accords entre l’Espagne et la Mauritanie.

Il est a noté que le mari de la fillette avait été condamné à 13 ans et demi pour "agression sexuelle" et le père à 1 an et demi pour "menaces" contre sa fille.

Rappelons que la fille, née en 1992 à Puerto Real près de Cadix, porte la nationalité espagnole.

En Mauritanie, l'opinion publique nationale juge que l'État mauritanien n'a pas fait grand chose pour venir en aide à cette famille victime d'une cabale infernale dans un pays étranger.

rim24.info

maatala a dit…

Salam

Couly fait référence à ce posting
-----------------------------------
Couly a dit:

"Messaoud Ould Boulkher a indirectement fait appel au coup d'etat pour deposer le regime en place. Les propos ne sont pas democratiques et ils choquent parce qu'ils viennent du president du parlement du regime en place. Si Messaoud est convaincu de ses declarations, il doit donner l'exemple en demissionnant de son poste.

-------------------------------

Pour une fois, je suis d'accord avec Couly le pseudo intello traditionnelle au service de la bourgeoisie.

Je trouve que l'azzizzo a du sang froid, car ces opposants appellent à la séditions. De tels propos même dans les pays les plus démocratiques tombent sous le coup de la loi.

Ces adversaires appellent aux renversement du régime par la force.

Après avoir fait appel à l'union européenne pour dénoncer le manque de dialogue inclusif, l'UE refusant d'entendre leurs jérémiades, il ne leur reste qu'à appeler au soulèvement.

Demander à l'armée de débarquer azzizzo est une faute politique inexcusable.

Ces politicards se sont déshonorés et disqualifiés aux yeux des démocrates que nous sommes.

L'irresponsabilité dont il font preuve éclaire l'opinion sur la nature véritable sur leurs ambitions sans limites: le pouvoir suprême et à tout prix.

A la retraite dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maatala,

d'accord Messaoud a fait une erreur, mais toi mon cher ami depuis quand tu es contre les coups d'Etat. Tu en déjà soutenu au moins deux.

Tu fais la même erreur que Messaoud, la politique de deux poids deux mesures, les bons coups d'Etat et les mauvais coups d'Etat.

Soyons conséquent, mon cher ami.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Mon Dieu! Quels efforts pour noyer le poisson. A-
===

Le quiproquo qui vaudrait la tête de la ministre !
le 03-04-2010 à 20:20



La ministre mauritanienne de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, dont les déclarations à l’occasion de la célébration de la journée de la langue arabe ont réveillé de vieux démons communautaristes, n’incriminait pas en fait les langues nationales négro-africaines (Pulaar, Soninké et Wolof).

Mint Boida indexait plutôt les dialectes proches de la langue arabe à l’image du Hassaniya dont l’usage très répandu met à rude épreuve le puritanisme de la langue arabe classique.

Toutefois, le quiproquo a fait couler beaucoup de salives et d’encre. Certains sont allés même jusqu’à demander la démission de la ministre. Pas moins que ça !

Pourtant, la ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports adore la langue de Molière dans laquelle elle a fait toutes ses études supérieures. Mieux, elle est, elle-même, un peu française du côté de sa mère. En fait, c’est une métisse. Alors, où est le problème ?

La 6 mars dernier, la ministre faisait allusion au Hassaniya et autres dialectes parlés en Egypte et partout dans le monde arabe, n’a aucune dent contre le français - et moins contre les langues nationales - et à toutes les raisons d’aimer l'arabe, langue du Coran, comme toute mauritanienne ou mauritanien, au-delà des origines ou de la couleur de la peau.

Anonyme a dit…

Je viens de lire l'ecrit intitule' "Discrimination et armes a' feu." de l'IRA.
Je tends a' croire la version du General El Hadi. Je pense que Ould Savre' avait l'intention de faire peur mais il ne voulait point tuer. Si son intention etait de provoquer la mort, je ne vois pas comment il a pu rate' deux personnes qui se trouvaient a' quelques metres de lui. Si on croit la version de l'IRA, Mr. Savre' doit etre un tres mauvais tireur. Ce ci etant dit, je pense que le Mr. ne devrait jamais utiliser son arme pour faire peur aux enfants. Je ne suis pas un juriste et je ne sais pas ce que les lois Mauritaniennes disent dans ce cas ci mais meme si les parents retirent leur plainte, les lois en vigueur doivent etre applique'es.

L'IRA doit cesser de voir le racisme dans tout ce qui bouge. Je ne vois pas pourquoi parler de "Negrocide" et "Hartanicide" dans cette affaire qui est potentiellement criminelle et non raciste. Je dis que l'affaire n'est pas raciste parce que nous savons tous que les Maures ont toujours utilise' les armes pour regler les problemes entre eux memes.

IRA exagere en allant jusqu'a' demander a' ce qu'on retire les armes des populations ordinaires. Sous presque chaque tente nomade on trouve au moins un ou deux fusils. C'est le moyen de protection que les nomades ont. En cette periode de terrorisme, de traffic de drogue et de grand banditisme, on ne doit en aucun cas retirer les moyens de protection que les populations ordinaires des brousses et des campement ont.
Meme l'Amerique qui est la premiere puissance et la premiere democratie du monde a le second amendment de sa constitution qui donne aux citoyennes et aux citoyens Americains le droit d'avoir des armes. J'ai un ami du boulot qui a sept fusils chez lui.Je n'ai jamais eu d'arme a' feu par choix!!!!!!!!
IL FAUT SEULEMENT ETRE UNE PERSONNE RESPONSABLE ET SAVOIR QUAND ET COMMENT UTILISER TON ARME A' FEU.

Je cherche toujours a' savoir pourquoi on parle de JENJEWID dans cette affaire. Peut-etre qu'on saute du coq a' l'ane.

P.S.

La cause Haratine est une cause noble. Mr. Biram peut encore apprendre plusieurs choses en analysant les strategies utilise'es par les pionniers du mouvement comme Messaoud Ould Boulkher, El Keyhel Ould Mohamed EL Abd, Achour, Oumar, Sghair et bien d'autres.
Je tends a' croire que les alliances de l'IRA sont base'es sur la couleur de la peau. Elles ne sont pas strategiques!!!!
C'est par strategie que Messaoud a un certain ould Tiyib comme vice-president de l'APP. Il y a une majorite' Beidane (les progressistes qu'ils soient baathistes ou nasseristes) qui est oppose'e a' l'existence des classes et des tribus. Je pense qu'il faut chercher a' composer avec eux afin qu'ils aident pour atteindre l'emancipation totale de la couche Haratine.
Seuls les militants LIKWAR du MND sont conscients de la question Haratine. Les autres FLAMISTES et compagnie FOYSSDINE et plus feodaux et plus racistes que les Maures qu'ils qualifient de racistes.
To make a long story short, je pense que Biram doit revoir sa strategie!!!!

Anonyme a dit…

contrairement à vous, je pense que l'appel au coup d'état est légitime quand on sait que la seule façon de prendre le pouvoir se fait d'abord par coup d'état

les immigrés arabes ont fait un coup d'état sur les peuples berbères et noir

ensuite la france a fait un coup d'état contre le pouvoir ces tributs devenues arabo-berbères

ensuite elle a mis un président qui n'était pas démocratiquement élu par le peuple mauritanien car la nation était en construction

ensuite les militaires ont fait et continuent de faire des coups d'état

donc depuis que la mauritanie existe, elle n'existe que par coup d'état alors accuser messoud d'être irresponsable c'est s'accuser soi-même d'être impuissant

messoud et le RFD marque un terrible coup en disant aux militaires, si vous faites un coup d'état on vous suit

c'est terrible , comment voulez-vous ainsi que aziz ou un autre dorme tranquille

c'est je crois là un coup terrible porté par l'opposition et le jour où toute la classe politique civile décidera de jouer in fine de cette menace-là alors aziz ou un autre sera obligé de faire doucement

pour ma part,je n'espère pas du tout un coup d'état car ce serait vraiment l'aventure avec aziz on a au moins la liberté d'expression demain qui nous dit qu'un fou furieux ne prendra pas sa place et personne ne pourra dire un mot

mais cela ne m'empêche pas de voir les choses clairement et dire que la réclamation du coup d'état par les civils est un coup terrible fait à aziz ou un autre, c'est une arme politique car de toute façon l'armée républicaine dans une démocratie sert aussi à faire des coups d'état provisoire quand les civils agissent en dictateurs

oui il y a des bons et des mauvais coups d'état

bravo à messoud et à l'opposition d'oser rompre le dialogue, le but de toute opposition est de faire tomber un régime mais pourquoi donner à leur mot d'ordre autant d'importance

y a-t-il du coup d'état dans l'air?

que dieu nous en préserve

mais ce qui est sûr c'est qu'avec une opposition qui réclame un coup d'état et une majorité de courtisan, l'armée a désormais un pouvoir de plus sur aziz, le voilà désormais presque le azizioca des généraux !

ajib!

Anonyme a dit…

au fait ahmed ould soueidi n'a rien à voir avec vlane car vlane c'est ould soueid ahmed, je le dis car certains confondent, c un honneur mais enfin lahac!

Anonyme a dit…

ps: au sujet de cette affaire, je rejoins les avis de biram et son indignation mais j'aimerais aussi savoir pourquoi dans le texte il dit que le coup de feu part d'un révolver et ensuite il n'est plus question de d'un fusil fal

où est l'arme du crime ou n'y a-t-il jamais eu de révolver mais un fusil

au sujet des armes en circulation: biram peut toujours rêver

mais au sujet de la chasse, ce qui se passe est très grave, il n'y a d'ailleurs plus rien à chasser car ces braconniers qui ne sont pas tous que arao-berbères mais négo-mauritaniens aussi, haratines aisés , libanais ainsi que des touriste du golfe qui viennent s'amuser et au passage ce marier pour une nuit avec des vierges de 9 à 12 ans

pourquoi autoriser la chasse avec des armes de guerres et pourquoi accepter aussi que les concours de tirs se fassent à l'arme de guerre

est-ce un entraînement permanent à la guerre civile ou est-ce un souvenir de l'âge d'or de la conquête?

mais biram se trompe les arobo-berbères ne sont plus les seuls à êtres armés c du flan, du temps de la tayie tout se vendait et désormais tout le monde est armé

à bon entendeur

la bichor

Anonyme a dit…

un nouveau terme à canalh " azizioca" , je le dédie à bl

maatala a dit…

Salam

Couly a dit:

"Je tends a' croire la version du General El Hadi. Je pense que Ould Savre' avait l'intention de faire peur mais il ne voulait point tuer."

--------------------------------

On ne préte qu'aux riches dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

Les leaders islamistes mauritaniens appellent à l’unité.

Extrait

"Ainsi pour dire, dans leurs activités de sensibilisation pour dissiper les nuages de tension, les leaders de Tawassoul, dont son président Mohamed Jemil Mansour, ont expliqué à leurs interlocuteurs que la langue arabe doit rester la langue officielle, de travail et de l’administration, ajoutant, que ces mesures doivent être accompagnées d’autres parallèles, portant sur le développement des langues locales, en vue de leur donner la place qui leur sied.
-------------------------------

"la langue arabe doit rester la langue officielle, de travail et de l’administration"

"le developpement des autres langues" ou le loch Ness.

Pourquoi ne pas demander aux concernés ce qu'ils en pensent?

Ou est la différence avec la déclaration de l'indolore et l'incolore PM dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Couly

Tu dis:

"Ce ci etant dit, je pense que le Mr. ne devrait jamais utiliser son arme pour faire peur aux enfants"

------------------------------

Entre tirer et faire peur, il y a de la marge.

Si ton voisin avait tiré sur ta gamine, tu n'aurais pas tenu de tels propos mi-figue mi-raisin(lol).

Tu aurais dis que cet enculé doit être embastillé à Guintanamo et tu serais déjà chez ton putain de conseil à demander de putains de dommages et intérêts à cet "assaul" pour avoir traumatisé ta gosse pour le restant de sa vie.

Hadi c'est ton prof d'espionnage, je ne vois pas comment tu peux le contredire.

Biran lutte encore pour libérer aussi des gens comme toi.

Les Harkis du système féodal et conservateur dit le fou.

maatala (furax à mort)

Anonyme a dit…

au sujet des langues le pouvoir a agit comme des lâches

d'abord on envoie le PM qui débite des conneries et au lieu d'être professionnel et régler ça avec esprit, le voilà le pouvoir et le PM qui s'enferment chacun dans son mutisme par pur mépris

ensuite quand ça a commencé à dégénéré d'abord pour la ministre de la culture qui s'en est pris plein la gueule c'est la cas de le dire car on l'a accusé sur cridem à prés de mille lecture de se blanchir la peau et de renier ses ancestres

ensuite que fait le pouvoir, il envoie un pauvre ministre de l'enseignement régler les conneries du PM

c'est lâche

au sujet des partis politiques qui ont fait allégeance au guide, là encore par lâcheté pas un mot du pouvoir mais quand un judas quitte l'opposition au nom du guide, voilà que le pouvoir le reçoit comme un héros pour donner indirectement raison aux autres partis

c'est lâche

la vérité c'est que les partis savent que le pouvoir n'osera jamais s'attaquer à quelqu'un qui fait allégeance au guide

c'est lâche

un gouvernement de lâches et un pouvoir qui aime les traîtres pas de quoi faire la mauritanie nouvelle mais la mauritanie sans ailes , une mauritanie dirigée par la peur du coup d'état permanent comment voulez-vous avancer quand vous passez votre temps à surveiller vos alliés, mépriser vos soutiens et corrompre la racaille de vos ennemis pour quelle se joigne à votre cour ?

ce n'est pas une vie, ce n'est pas un pays, c'est une vaste prison où des matons se passent les clés, où la classe politique a droit à quelques libertés et où le reste ne pense même plus qu'on peut vivre sans les uns et les autres cad les matons et la classe politique

qu'ils fassent ce qu'ils veulent mais la vérité , on la leur fera entendre

maatala a dit…

Salam

Il a dit:

"qu'ils fassent ce qu'ils veulent mais la vérité , on la leur fera entendre"

------------

Tu peux compter sur nous dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

toi, tu fais allegeance à quoi, le vide ?

+++++++++++++++
il a dit,
au sujet des langues le pouvoir a agit comme des lâches
2 mai 2010 19:07
-------------------------

Anonyme a dit…

Quand je vois les arguments des adversaires de la primauté de langue arabe en Mauritanie, je me rassure sur son avenir.

Quand je examine le discours de Biram leader et prétendue lumière et conscience de la race noir, je mesure l’ampleur du travail réalisé par l’intelligentsia et la diaspora noir capable de réduire l’identité et l’être à sa couleur principalement à condition qu’il ne soit pas ou ne se dit arabe.

mouhamed

Anonyme a dit…

Pourquoi ne pas en profiter pour récupérer le français septuagénaire et les 2 otages espagnols ?

Il a dit Belkhadem : Interrogé dernièrement à l'occasion d'une conférence de presse tenue à l'issue des travaux du comité central du FLN, Belkhadem avait déclaré que «l'Algérie ne paiera pas de rançon et récupérera son ressortissant».

A-

====
Terrorisme: L'Algérien enlevé au Niger libéré
par Yazid Alilat, Le Quotidien d'Oran, 2 mai 2010
Rebondissement dans l'affaire du kidnapping d'un Algérien et d'un Français dans le nord du Niger. Le ressortissant algérien, d'origine «targuie», a été libéré jeudi, alors que le Français est toujours aux mains de ses ravisseurs, un groupe d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Selon des sources sécuritaires nigériennes citées par l'AFP, «l'otage français est dans le désert côté malien avec ses ravisseurs». La semaine dernière, le gouvernement nigérien avait confirmé l'enlèvement des deux hommes par un «groupe armé non identifié» dans la région frontalière du Mali et de l'Algérie, où opère le groupe d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Selon des sources proches du dossier, l'Algérien était le chauffeur du Français, qui serait un touriste septuagénaire.
Visiblement, les terroristes d'Aqmi ont libéré le chauffeur du ressortissant français pour ne pas avoir de problèmes avec les tribus touarègues, et éviter d'entrer directement en conflit avec eux, ce qui les aurait incités à les pourchasser et les chasser définitivement de cette large bande sahélienne où ils ont plusieurs repaires. L'enlèvement du Français, en plein désert du Niger, confirme une fois de plus que cette zone reste largement dominée par les groupes d'Aqmi, qui y opèrent presque en terrain conquis. A la suite du rapt du ressortissant français et son chauffeur algérien, le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valero, avait indiqué que «nous sommes pleinement mobilisés, tant à Paris que sur le terrain, pour obtenir la libération de notre compatriote». «En raison de l'aggravation du risque d'enlèvements et de la menace terroriste dans certaines régions du Sahel, il est plus que jamais recommandé aux Français résidents et de passage de respecter strictement les consignes de prudence et de vigilance, notamment pour les déplacements dans certaines régions du Mali, du Niger et de la Mauritanie», a-t-il ajouté, avant de préciser que «l'enlèvement s'est produit dans une zone dite rouge pour laquelle existait une recommandation formelle de ne pas s'y rendre émanant du Quai d'Orsay».

Anonyme a dit…

Suite - Belkhadem peut faire quelque chose et nous permettre de ne liberer aucun barbu sous la contrainte. A-
==

Le groupe de terroristes qui a libéré le ressortissant algérien, a déjà libéré le 16 avril dernier dans cette zone un couple d'Italiens qu'il séquestrait depuis quatre mois. Mais, il détient toujours deux otages espagnols, enlevés fin novembre en Mauritanie. Auparavant, un ressortissant français, fortement soupçonné d'être un agent du contre-espionnage, avait été enlevé par Aqmi au Nord du Mali, puis libéré contre une rançon de plusieurs millions de dollars, et, surtout, la libération de plusieurs membres de ce groupe qui étaient emprisonnés au Mali. Leur libération après un simulacre de procès a provoqué la colère de plusieurs pays de la région, dont l'Algérie qui avait demandé au Mali l'extradition de certains de ces terroristes membres de l'ex-GSPC. Et puis, le dernier rapt d'un ressortissant européen intervient une semaine après la réunion à Alger des chefs d'état-major des pays du Sahel pour mettre au point une stratégie commune de lutte contre les bandes criminelles qui écument le Sahel.
Pour autant, certaines voix dans cette région déplorent la propension des Etats européens dont les ressortissants s'aventurent au risque de leur vie dans cette zone à payer des rançons aux ravisseurs, au détriment d'une solution concertée avec les pays riverains et concernés par la lutte antiterroriste. Interrogé dernièrement à l'occasion d'une conférence de presse tenue à l'issue des travaux du comité central du FLN, Belkhadem avait déclaré que «l'Algérie ne paiera pas de rançon et récupérera son ressortissant».

Anonyme a dit…

La pression est entrain de monter sur Béchir. Aucun chef d'état, sauf notre azzizzo national, n'a le courage d'être vu avec lui.

http://www.nytimes.com/2010/05/02/world/africa/02sudan.html?ref=world

Anonyme a dit…

Maata:

ENTE' T'CHIFF!!!!!

Anonyme a dit…

MAURITANIE: Missions occidentales à Nouakchott : les hassanophones exclus
Posté le 02 May 2010 à 16:58:59 CEST par redaction



Missions occidentales à Nouakchott : les hassanophones exclus
Les missions occidentales en place (en Mauritanie) exercent, pour la plupart, une politique d’exclusion discriminatoire à l’égard des hassanophones et des musulmans de Mauritanie, en matière d’emploi et de l’action humanitaire. Celui qui rend visite aujourd’hui aux locaux des missions diplomatiques, consulaires ou des représentations résidentes des organes et institutions internationales (et similaires) observe l’absence quasi-totale des hassanophones. La plupart des employés de ces missions ont été choisis d’une seule composante négro-africaine. Pour s’enquérir sur place de l’information sur le terrain, il suffit de se rendre dans les ambassades des pays occidentaux, notamment celles de France, de l’Allemagne, dans les ONG internationales comme World Vision, Caritas, GTZ …etc. et même chez les banques françaises fraichement installées à NKTT. De même les projets exécutés par ses acteurs en Mauritanie donnent, de loin, l’impression de suivre une politique d’exclusion contre les hassanophones du pays, car on les trouve financer et exécuter des projets et des dons au profit des villages négro-africaines au sein d’un même département, tout en négligeant les villages du voisinage et les EDEBAYE hassanophones plus nombreux et plus vulnérables.

Donc ces institutions s’intéressent seulement à cette composante et négligent les autres, tant pour l’emploi que pour l’assistance et l’aide, bien que les hassaphone ne sont pas moins pauvres ni moins aptes pour le travail, pour servir comme chauffeurs, secrétaires, guides, plantons, gardiens ou autres. Pour les diplômés hassanophones, ils se sentent de plus en plus exclus chez ces institutions occidentales depuis plutôt une décennie, surtout que les concours et les appels à candidatures à résultat illusoire, restent vains pour eux, car ces opportunités les excluent d’office. Avec le temps, la plupart d’entre eux ont perdu la confiance à l’équité et à l’égalité des chances chez ces missions et dédaignent s’y présenter. Essayant de trouver une explication à cette politique d’exclusion


Emjad.net

Anonyme a dit…

MAURITANIE: Missions occidentales à Nouakchott : les hassanophones exclus
Posté le 02 May 2010 à 16:58:59 CEST par redaction



Missions occidentales à Nouakchott : les hassanophones exclus
Les missions occidentales en place (en Mauritanie) exercent, pour la plupart, une politique d’exclusion discriminatoire à l’égard des hassanophones et des musulmans de Mauritanie, en matière d’emploi et de l’action humanitaire. Celui qui rend visite aujourd’hui aux locaux des missions diplomatiques, consulaires ou des représentations résidentes des organes et institutions internationales (et similaires) observe l’absence quasi-totale des hassanophones. La plupart des employés de ces missions ont été choisis d’une seule composante négro-africaine. Pour s’enquérir sur place de l’information sur le terrain, il suffit de se rendre dans les ambassades des pays occidentaux, notamment celles de France, de l’Allemagne, dans les ONG internationales comme World Vision, Caritas, GTZ …etc. et même chez les banques françaises fraichement installées à NKTT. De même les projets exécutés par ses acteurs en Mauritanie donnent, de loin, l’impression de suivre une politique d’exclusion contre les hassanophones du pays, car on les trouve financer et exécuter des projets et des dons au profit des villages négro-africaines au sein d’un même département, tout en négligeant les villages du voisinage et les EDEBAYE hassanophones plus nombreux et plus vulnérables.

Donc ces institutions s’intéressent seulement à cette composante et négligent les autres, tant pour l’emploi que pour l’assistance et l’aide, bien que les hassaphone ne sont pas moins pauvres ni moins aptes pour le travail, pour servir comme chauffeurs, secrétaires, guides, plantons, gardiens ou autres. Pour les diplômés hassanophones, ils se sentent de plus en plus exclus chez ces institutions occidentales depuis plutôt une décennie, surtout que les concours et les appels à candidatures à résultat illusoire, restent vains pour eux, car ces opportunités les excluent d’office. Avec le temps, la plupart d’entre eux ont perdu la confiance à l’équité et à l’égalité des chances chez ces missions et dédaignent s’y présenter. Essayant de trouver une explication à cette politique d’exclusion


Emjad.net

Anonyme a dit…

Comment Béchir a été fabriqué.

Au Soudan, Omar Al-Bachir rattrapé par ses guerres
LE MONDE | 29.04.10 | 15h17 • Mis à jour le 29.04.10 | 15h18
Johannesburg Correspondant régional


Pour être élu au Soudan sous le regard international, après vingt et un ans d'un pouvoir arraché à l'origine lors d'un coup d'Etat, il a fallu que le président Omar Al-Bachir renonce à la couleur verte. Celle de l'armée soudanaise et de son uniforme, une teinte qu'il décrivait comme sa "couleur politique" lorsqu'il avait été propulsé à la tête de la junte qui venait de prendre le contrôle à Khartoum, le 30 juin 1989.


Omar Al-Bachir, alors, avait tenté de se donner les airs du grand leader égyptien Nasser, discours nationaliste et accents "révolutionnaires" à l'appui. Mais les cerveaux de l'opération étaient les membres des cellules secrètes du Front national islamique (NIF). On avait choisi au dernier moment l'officier parachutiste alors qu'il passait par Khartoum, en route vers l'Egypte, où il avait achevé sa formation militaire, allant jusqu'à prendre part à la guerre du Kippour, en 1973.

Pourquoi lui ? Omar Al-Bachir n'est pas le plus brillant des officiers de sa génération, mais il a montré qu'il pouvait agir de manière implacable sur le front de la guerre avec la rébellion sudiste, qui avait repris en 1983. Lorsqu'ont éclaté les combats avec l'Armée de libération des peuples du Soudan (SPLA), le colonel Al-Bachir s'est replié depuis ses positions dans l'Etat du Haut-Nil, future zone d'extraction pétrolière, vers le nord, au Kordofan (centre du pays).

De là, il a dirigé les opérations, appris à jouer des divisions entre sudistes et à mener sans trembler la très sale guerre, devenue un "djihad". Les recrues nordistes qui meurent pensent tomber en martyres. On leur apprend que leur corps exhalera des parfums tandis qu'ils monteront vers le paradis et ses délices. La SPLA laisse leurs corps se putréfier au soleil pour montrer que la guerre ne sent pas la rose et ne mène pas au paradis, mais à l'enfer créé par des milices gouvernementales aux méthodes terrifiantes.

Entre sudistes, parallèlement, on ne rechigne ni à trahir, ni à détourner l'aide alimentaire, ni à affamer les populations rivales. Deux millions de morts en vingt ans, une minorité seulement tombée dans les combats. Il n'y a, à l'époque, aucune juridiction internationale pour sanctionner les chefs d'Etat et les chefs de guerre responsables de ces abominations.

Une perspective de négociation est-elle avancée par le pouvoir civil ? En 1989, les islamistes prennent le pouvoir en poussant devant eux une poignée d'officiers de rang intermédiaire, dont Omar Al-Bachir, le plus gradé d'entre eux, l'homme en vert. La couleur est aussi celle de l'islam. Le major Al-Bachir appartenait, en toute discrétion, à la mouvance islamiste.

Anonyme a dit…

Suite - Béchir

Natif d'un village poussiéreux du nord de Khartoum, il appartenait avant tout à l'armée, et aux Ja'aliyin, l'une des trois tribus qui monopolisent le pouvoir au Soudan depuis l'indépendance, en 1956. Pour le reste, il obéissait aux théoriciens du front islamique, particulièrement à l'homme qui tire les ficelles, Hassan Al-Turabi. Celui que ses fidèles appellent respectueusement le "Sheikh" pense créer un nouveau pôle mondial de la révolution islamique. Il fait venir des pasdarans iraniens pour former les milices du régime, soutient, en 1990, l'Irak de Saddam Hussein.

A sa grande surprise, Hassan Al-Turabi sera finalement neutralisé par Omar Al-Bachir en 1999. L'officier à l'élocution maladroite a su s'entourer des rivaux du "Sheikh". Sa chute coïncide avec l'année où le brut soudanais est exporté pour la première fois depuis le terminal de Port-Soudan, grâce à des compagnies chinoises. Une nouvelle ère commence, songe Omar Al-Bachir. Les islamistes ont soif de pétrodollars. Une réconciliation avec les Etats-Unis s'impose.

Des négociations avec la SPLA sont engagées. Elles aboutissent, en janvier 2005, à la signature d'un accord qualifié d'"historique" dans la mesure où il met fin à deux décennies de guerre. Le texte accorde un lot de concessions inattendues aux rebelles : partage des recettes pétrolières, possibilité d'accéder à l'indépendance, droit de conserver leur armée. Le Soudan espère y gagner une "normalisation", l'honneur et des investisseurs. Quant aux victimes du conflit, elles sont oubliées.

Seulement, depuis 2003, de nouvelles rébellions sont apparues au Darfour. Le pouvoir a relancé sa machine à atrocités, rodée au Sud. Les temps ont changé, mais le président Bachir ne le décèle pas. Il n'y aura donc pas de "normalisation" au Soudan, seulement des poursuites pénales de la part de la CPI, qui l'accuse en 2009 de crimes contre l'humanité.

Le voici à présent accaparé par ses dernières batailles. Ne pas finir dans un cachot à La Haye, malgré une élection triomphale, en avril, minée par les fraudes, les intimidations et le chaos lors du premier scrutin multipartite organisé depuis 1986. Tout en bataillant pour tenter de faire geler le mandat d'arrêt de la CPI, Omar Al-Bachir doit se préparer à une autre épreuve : le référendum d'autodétermination qui pourrait conduire à la sécession du Sud-Soudan.

Jean-Philippe Rémy
Article paru dans l'édition du 30.04.10

maatala a dit…

Salam

Couly

Si quelqu'un avait tiré sur mon enfant, je ne dirais pas que Hadi qui tente de lui sauvait la mise a raison.

Mais à chacun son maître, j'ai utilisé votre vulgarité légendaire pour me faire comprendre.

Tirer sur des enfants est un crime dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

URGENT: Envoyer une sorba en France pour voir ce qui na va plus aussi bien que naguère.
Conseil: l'émissaire ne doit pas être le marabout co-généralisé par notre Cher Président (Raiss Aziz). Surtout ne pas oublier l'adage du plus sage de notre faune politique: ETTELBA YATTELBA!
Les marabouts et les toubab sont peut être des "PARANTs".

Azizophile Un Peu Inquiet
--------------
Les déclarations de "Parant".

Les confidences du conseiller du président français chargé des affaires africaines, André Parant, publiées par le journal ‘’Le Républicain Lorrain", continuent de provoquer des vagues.
(...)
Jusqu’ici, il n’y a pas eu de réactions officielles de la partie mauritanienne.
(...)
En attendant, les observateurs se demandent s’il s’agit d’excès de langage d’un conseiller ou d’une fuite “orchestrée” qui prépare une nouvelle approche de l’Elysée dans sa politique africaine.

(...)

André Parant est devenu, il y a peu de temps, le monsieur Afrique de l’Elysée. Il travaille sous l’autorité du conseiller diplomatique, Jean David Levitte. Au cours d’une rencontre informelle avec des journalistes diplomatiques, il aurait tenu des propos, off the record, comme on dit quant on ne veut pas assumer publiquement des propos.

Mais, généralement, quand on raconte des propos à des journalistes, ce n’est pas pour leur faire seulement des confidences, on cherche plutôt à ce qu’ils les publient.
(....)
Nous nous limiterons à ceux proférés contre le président de la République, gratifié de son grade de militaire et accusé d’être arrivé au pouvoir par la fraude. «Le Général Aziz est un dictateur peint en démocrate. Il a organisé des élections frauduleuses. On a simplement fermé les yeux» aurait confié André Parant.

Une déclaration qui va à l’encontre de l’entente parfaite, voire la complicité qui existait entre certains milieux influents de la politique étrangère de la France et les auteurs de rectifications en Mauritanie. Le numéro deux de la junte militaire qui a renversé Ould Cheikh Abdellahi, Mohamed Ould Ghazouani, général chef d’état major de l’armée nationale, a été reçu fréquemment par celui qu’on présente comme étant le vice président français, Claude Guéant, officiellement secrétaire général de l’Elysée.
(....)

En diplomatie, comme en politique, il n’y a pas de positions éternelles!

Mohamed Mahmoud Targui

Hamid a dit…

Mattala a dit:

"Une querelle de bambins reste une querelle de bambin.

Si un fils de beydane traite un enfant de haratine de "ABD" imitant en cela ses parents, pas étonnant que l'autre lui foute une rouste bien méritée.Ce n'est pas une raison pour le parent maure de sortir le GUN."


C'est simplement bien dit mon ami.

Mina7iyetin oukhra, le 1er mai est passé sous silence pour les commentaires sur ce blog alors je m'en vais dire que j'etais ecoeuré par les participante au défilé: la plupart d'entre eux etait habillée eh haillons, on dirait des gueux qui mendiaient, c'etait lamentable, pathetique..

je me suis approché pour voir leur banderoles, c'etait pateil pour tous:revendications sur les augmentations de salaire, sur les conditions de travail, sur les prestations sociales, sur la securite de l'emploi, sur le regularisation des licencies abusivement, des travailleurs sans contrat etc....
Je mes suis dit que Aziz a vraiment des problemes qu'il doit resoudre en priorité

Comme des milliers, je fut seduit et j'ai voté Aziz, today avec le recul et l'implantation a outrance de l'UPR, du choix illogique des cadres de l'etat, du clientelisme qui sevit encore, de la marginalisation d'une frange de la population, je me pose vraiment des questions.

Anonyme a dit…

Eski. Vlad enta vem?

===

DANS LES COULISSES DE LA RÉUNION DES CHEFS D’ÉTAT-MAJOR DU 13 AVRIL DERNIER
Comment alger a évité le clash
03 Mai 2010 - Page : 3

«Les Mauritaniens n’y sont pas allés avec le dos de la cueillère dans une attaque en règle contre la délégation malienne», a confié une source sécuritaire ayant assisté à la dernière rencontre entre les chefs d’état-major des pays du Sahel, qui a eu lieu le 13 avril dernier à Alger. «Pour Nouakchott, la question était entendue. Il fallait, selon les Mauritaniens, condamner le geste de Bamako et les tractations qui ont précédé la mise en liberté de l’otage français en mars dernier avant de signer quoi que ce soit», a ajouté la même source précisant que l’intransigeance des Mauritaniens n’a pas baissé d’un cran tout au long des travaux et elle a failli provoquer un incident diplomatique entre les deux pays, n’était l’intervention de la délégation algérienne. Cette dernière a réussi, in extremis, à tempérer les ardeurs des uns et des autres.
En coulisses, on n’a pas hésité à accuser Bamako de faire le jeu de la France pour des raisons purement électoralistes. «Pour les Mauritaniens, qui sont allés jusqu’à menacer de quitter la réunion, il était primordial de dénoncer le jeu malsain des Français en Afrique. Selon eux, c’est une question de principe», note encore notre source.
Cependant, pour l’ensemble des autres parties participantes, y compris l’Algérie, l’urgence était plutôt de réunifier les rangs et de rectifier le tir avant qu’il ne soit trop tard. «Connaissant parfaitement les rouages de la politique française en Afrique, au Sahara occidental, aux îles Comores, l’Algérie a opté pour l’apaisement afin d’éviter que le bloc sahélien ne se fissure».
En se pliant aux exigences des ravisseurs, les Maliens n’ont pas hésité à tourner le dos aux appels des Algériens et des Mauritaniens qui réclamaient les terroristes détenus à Bamako et dont Al Qaïda voulait la libération.
Pour Alger, il y a des lignes rouges qu’il ne faut en aucun cas dépasser lorsqu’il s’agit de traiter avec des terroristes. «Ces lignes rouges ont été tout simplement ignorées par les autorités maliennes dans le seul objectif de satisfaire les désirs d’une ex-puissance coloniale, même si cela doit se faire au détriment des principes et des impératifs sécuritaires», a regretté la même source selon laquelle l’élargissement par le pouvoir malien des terroristes réclamés par Alger et Nouakchott, a fait beaucoup de dégâts.
Cette décision irréfléchie a ouvert une énorme brèche dans le front sahélien de lutte contre le terrorisme et le grand banditisme.
C’est dire que l’Algérie a déployé d’énormes efforts diplomatiques pour recoller les morceaux d’une entité qui n’avait pas le droit de se fissurer, surtout en ces moments particuliers de la lutte contre Al Qaida et contre l’ingérence des forces étrangères qui convoitent de plus en plus la région. Dans ce contexte, le message que l’Algérie a envoyé à tout le monde se résume comme suit: «Il faut unir les rangs face à un ennemi mortel et très mobile sur une bande frontalière qui s’étale sur des milliers de kilomètres de désert.» A priori, et avec le retour au calme à la fin de la réunion, le message des Algériens a été entendu.
Même si sur un autre volet et toujours dans les coulisses, un pays comme le Burkina Faso est accusé aussi de faire de la sous-traitance au profit de la France, Algériens, Mauritaniens et Nigériens ont exprimé leur ferme décision de maintenir la cohésion au sein de l’ensemble en axant le travail principalement sur les points de convergence. Selon nos sources, «toutes les questions qui fâchent ont été différées et seront traitées ultérieurement, lorsque les conditions seront réunies». Pour le moment, la première urgence est de pouvoir sécuriser au maximum un territoire cinq fois plus grand que la France, remédier aux éventuelles failles et faire face aux tentatives d’infiltration sous toutes leurs formes.

Anonyme a dit…

Suite - eski. A-
==
En dépit de toutes ces divergences, la lutte antiterroriste au Sahel continue de susciter tout l’intérêt de l’Algérie, du Mali, de la Mauritanie et du Niger.
Mobilisés déjà sur le plan de la stratégie et de la collaboration en matière d’échange du renseignement depuis l’installation à Tamanrasset d’un quartier général, ces quatre pays comptent, sur une durée de deux ans, renforcer leurs effectifs en fonction de la situation qui prévaudra et du degré de la menace. Dans deux ans, l’effectif affecté à cette mission, comptera 75.000 soldats dont la composante sera évidemment mixte. C’est à titre préventif que cette démarche a été entreprise, notamment pour mieux contrôler le terrain très vaste mais aussi, ont indiqué des observateurs, pour préserver la souveraineté des pays du Sahel et faire reculer toute tentative d’intervention étrangère.
Des sources bien informées ont indiqué que pour l’Algérie, le choix des soldats qui seront affectés se fera selon certains critères exigeant l’expérience avant tout, des compétences, des soldats rodés et très bien entraînés. La démarche est lancée avec l’idée de ne jamais sous-estimer l’ennemi.
Cette stratégie de renforcer l’effectif intervient également dans le but de mettre fin aux kidnappings opérés presque régulièrement par les réseaux d’Al Qaîda.
Et il semble que la nébuleuse y ait pris goût, depuis l’affaire Pierre Camatte. La libération scabreuse de ce dernier otage d’origine française, enlevé le mois de novembre par Al Qaîda, continue de livrer ses secrets au fil des événements sécuritaires qui ont eu lieu au Sahel.
Après le Mali, accusé nommément par les Mauritaniens, c’est au tour du Burkina Faso de subir les critiques émanant de deux pays du Sahel. Le front sahélien de lutte contre le terrorisme, qui se constitue laborieusement, risque de se fissurer devant la multiplication d’accusations graves selon lesquelles tel ou tel pays ne fait qu’assurer le rôle de sous-traitant au profit de la France.
Malgré les efforts immenses consentis par l’Algérie, on ne peut pas encore dire que la confiance règne totalement entre des partenaires qui n’arrivent pas à accorder leurs «violons».
Quoi qu’il en soit, à Alger, Nouakchott ou à Bamako, il est cependant nécessaire d’unir les rangs afin d’éviter, comme souligné plus haut, une intervention étrangère. Et avec tout ce qui se passe au Sahel et la menace jugée importante par des stratèges bien avertis, l’Agence européenne de coordination du renseignement annonce dans un rapport que les actes terroristes ont décru de 187 à 110 entre 2008 et 2009 concernant les réseaux islamistes.
Mais cela ne représente en aucun cas la réalité sur le terrain, selon nos sources.

Ikram GHIOUA

Hamid a dit…

Lu sur ANI
-------------
Le projet « Aftout Sahli » achevé à 96 %


Le projet Aftout sahli qui devra raccorder la ville de Nouakchott au réseau d’eau fluviale est achevé à 96%.
C’est ce qu’ont affirmé les responsables dudit projet en présence du premier ministre Moulay Ould Mohamed Laghdhaf, qui effectuait, dimanche, une visite au niveau des installations d’Aftout Sahli.


Sur le Chemin de Bneinadji(Keurmacen) où se trouve la principale station de pompage réalisée dans le cadre de ce projet, le premier a marqué un arrêt au PK17 de la route Nouakchott-Rosso où il a pu visiter le réservoir d’eau d’une capacité de 129 m3 avec station de pompage et de traitement, dernière étape dans la chaîne, avant la distribution à travers le réseau de la SNDE.
Selon les responsables du projet, ce réservoir permet une autonomie, en eau potable, de 48 heures, dans le cas où des pannes sont enregistrées au niveau de la station de pompage du fleuve.
------------------------------

Alors expliquez moi comment on continue a acheter une citerne d"eau de 6T à 8500 UM et le fut de 200 L à 400 UM?

On attend vivement l'achevement à 100%

Anonyme a dit…

Le futur gouvernement est prévu comme suit:
PM:Yahya Ould Waghef
Defense:Kaba Ould Elewa
Justice:Sghaier O Mbarek
Interieur: Lemprabett Sidi Mahmoud
Finances: Boidjel O Houmoid
Economie:Camara ly Gueladio
Peches: Abdellahi Ould Bennane
Petrole et Mines:Zeidane Ould Hmeida
Sante:Ahmed Salem Ould Ndary
Commerce: Ahamdy Ould Hamady
Education:Hasny Ould Didi
Equipements: Didi OULD biye
BCM:SidelMoctar Ould NAJI
Industrie:Kane Mostapha
Ce gouvernement tiendra ses reunions à la prison civile de nouakchott

Anonyme a dit…

De quoi deplaire Alger s'ils ne sont pas de meche avec flintock. L'Otan de Tamarasset sera un flop. Déjà Alger s'attaque à Ouagadougou à travers l'article que je vous ai balancé (chapeau: eski - General Vlad enta mneine?).

Les US n'ont jamais bougé du Nord Mali et me demande pourquoi tout ce theatre, a part barrer la route aux chinois.

General Vlad et moi sommes perdus dans ce eu. mais une chose est certaine: ça manipule et je crois que l'avion cargo de cocaine etait vide. Probablement tout ça pour attirer l attention sur la dangerosité de la zone et justifier la creation d'une ou deux bases militaires franco-US et nous jouons un jeu pas clair. Autrement tout ça ne tient pas la route.

A-

===

APA-Bamako (Mali) -01-05-10

Les manœuvres militaires « Flintlock 10 » débutent lundi au Mali
lundi 3 mai 2010

Les manœuvres militaires « Flintlock 10 » débutent lundi au Mali

APA-Bamako (Mali) Les forces spéciales américaines entendent éprouver leur interopérabilité avec les unités et états-majors des armées de pays partenaires lors de manœuvres militaires « Flintlock 10 » qui débutent, lundi au Mali.

L’évènement sera marqué par une cérémonie officielle au 33ème bataillon des Commandos parachutistes de Djikoroni Para, banlieue ouest de la capitale, ont indiqué les services de l’ambassade des Etats-Unis à Bamako.

Les manœuvres au Mali seront planifiées à partir du Centre de Coordination Multinationale (MCC) de Ouagadougou (Burkina Faso), et synchronisées avec des opérations militaires au Sénégal, en Mauritanie et au Nigeria.

Le contexte des opérations sera celui d’un partenariat de « lutte contre le terrorisme dans la région transsaharienne »,a-t-on précisé de source américaine.

Les manœuvres seront doublées d’actions humanitaires et mobiliseront, pendant trois semaines, un effectif total de 1.200 hommes, dont 350 seront déployés au Mali.

AT/od/APA 01-05-2010

Anonyme a dit…

De l'ancien et plein de faux. L'auteur mounir B. roule pour le DRS. Utile de lire pour separer le vrai du faux. Contrairement à ce que dit l'article, la libye et le burkina étaient bien derrière le coup contre Ould Taya.

===

L’énigme Belmokhtar et le jeu de la Mauritanie
Le Quotidien d'Oran, 13 juin 2005

Un numéro de carte grise et un camion. Les preuves contre le GSPC, notamment l’émir Mokhtar Belmokhtar, brandies par l’armée mauritanienne pour expliquer l’attaque de la caserne de Lemghity semblent bien minces. Nouakchott qui accuse le mouvement salafiste algérien, a choisi une stratégie à hauts risques pour occulter ses problèmes politiques internes.

Le porte-parole de l’état-major mauritanien, Alioune Ould Mohamed, se voulait catégorique en exhibant une carte grise immatriculée à la wilaya d’Adrar sous le n° 013229701 au nom de Ben Moktar Litimi, né en 1963, l’attribuant arbitrairement à l’émir du GSPC, Mokhtar Belmokhtar. Ce dernier, qui fait l’objet d’un mandat de recherche national et d’Interpol, est pourtant né le 1er juin 1972 et ne répond pas au nom de Litimi de par son père (Mohamed Belmokhtar), ni à celui de sa mère (Chemkha Z.). Selon des sources en contact avec sa famille, «Belmokhtar ne se trouve pas en Mauritanie actuellement» et serait même localisé dans la région de Boukhil, à Djelfa, au nord de Ghardaïa, sa région natale. Les autorités mauritaniennes annoncent également avoir abattu deux proches de Belmokhtar, à savoir Abdel Khedim qui est le principal artificier du groupe. Ce dernier est gravement atteint aux yeux des suites d’un incident de manipulation d’explosifs et traditionnellement, il ne participe pas au combat selon les Mauritaniens. Selon des sources algériennes, Abdel Khedim a été depuis longtemps un «proche lieutenant de Belmokhtar mais s’est séparé de lui dernièrement lorsque Belaouer est remonté vers le nord». Le second proche de Belmokhtar qui a été tué lors de l’accrochage est Abdel Aziz, considéré comme le «médecin chirurgien» du groupe, et appartenant à la zone 5 du GSPC (Aurès).

Sur ce plan, les affirmations mauritaniennes sont assez vagues. Accréditant la thèse du GSPC, Nouakchott veut faire prévaloir la déstabilisation dont elle fait l’objet. Si les Mauritaniens ont accusé les Libyens d’avoir financé le coup d’Etat avorté contre le président Ould Taya, ils pointent du doigt le GSPC algérien comme principale source de tension. En annonçant également un nombre d’assaillants de «150 éléments», l’armée mauritanienne accrédite la présence d’un foyer salafiste dans le nord-est dont elle était au courant depuis des mois. Or, selon d’anciens membres des phalanges de Belmokhtar, repentis, «Belmokhtar n’a aucun intérêt à attaquer les Mauritaniens d’autant plus que c’est la seule zone où les salafistes peuvent encore circuler à pied». Des sources sécuritaires algériennes nous confirmeront également que Belmokhtar est à la tête d’un groupe qui ne dépasse pas les «30 éléments» et, par conséquent, les auteurs de l’attaque de Lemghity sont cinq fois plus nombreux, ce qui suppose une forte présence d’islamistes mauritaniens.

L’hypothèse d’un groupe mauritanien armé autonome est étrangement absente des thèses officielles mauritaniennes, autant que celle des «cavaliers du changement». Depuis le coup d’Etat de 2004, le régime Ould Taya a réussi à arrêter, abattre ou traduire en justice la majorité des militaires mutins, sauf pour quelques officiers mauritaniens réfugiés dans le nord ou au Burkina Faso.

Anonyme a dit…

Suite - lemgheity selon Mounir B.
==

Sur ce plan, les Mauritaniens n’ont pas mis en exergue le fait que la caserne de Lemghity pouvait avoir été prise par des mutins qui ont facilité l’attaque des islamistes dans une alliance logique observée depuis deux années en Mauritanie. Tous les experts militaires savent pertinemment qu’une attaque efficace et de cette envergure n’aurait pu se faire sans la complicité agissante de militaires au sein de l’enceinte. Expérience constatée en Algérie même, puisque aucune attaque d’une garnison n’aurait pu se produire sans des complicités internes de militaires acquis aux islamistes. D’autres indices troublants viennent mettre en relief la légèreté des accusations mauritaniennes. L’histoire du camion Man, avec une inscription «Ben Mokhtar» sur une portière, ressemble à une mauvaise caricature d’un crime signé. Le véhicule est un camion de contrebande et le nom de Ben Mokhtar, assez répandu dans le désert algérien, peut appartenir à une famille connue d’Adrar qui fait dans la contrebande de cigarettes. Le fait que l’armée mauritanienne étale une carte grise d’un homonyme et un véhicule «signé» est en soi peu sérieux. D’ailleurs, même les experts antiterroristes internationaux, dont le spécialiste Richard Labevière, auteur du «Dollars du Djihad», sont sceptiques sur la thèse du GSPC: «selon des témoignages locaux, les 150 assaillants parlait l’assania, l’un des dialectes du nord-est de la Mauritanie et disposaient visiblement de complicités - peut-être familiales - à l’intérieur même de la base militaire dont le PC-Radio a été immédiatement détruit. Ces assaillants ont fait main basse sur un important dépôt d’armes et auraient voulu, surtout, neutraliser un check-point militaire réputé pour pratiquer le racket sur l’ensemble des activités de la région», confie-t-il sur RFI. La thèse du modus operandi est par contre assez proche du GSPC. Certains experts algériens estiment que la présence d’anciens membres du groupe de Abderezak Al-Para et de Belmokhtar n’est pas à exclure surtout dans l’encadrement et l’entraînement des islamistes mauritaniens. Mais l’attaque en elle-même et sa signification stratégique arrange aussi bien les salafistes algériens que mauritaniens. Pour le GSPC, qui subit une importante hémorragie dans ses rangs suite aux effets de l’amnistie, puisqu’on évoque 50 repentis en 2004, et on prévoit le double pour cette année, sur un effectif qui n’excède plus les 300 éléments dont une majorité n’est «même pas armée», l’opportunité de Lemghity lui permet de sortir provisoirement la tête de l’eau. De ce fait, le double communiqué revendiquant l’attaque de Lemghity est une opération psychologique essentielle pour cimenter un groupe salafiste en pleine déliquescence dans les maquis. Pour les islamistes mauritaniens, l’attaque de Lemghity est une extraordinaire démonstration de leur capacité à frapper le régime mauritanien et son armée avec efficacité. Les salafistes qui voulaient prouver leur présence dans les villes, à travers l’organisation de manifestations dénonçant le régime autocrate d’Ould Taya et la visite du ministre israélien des Affaires étrangères, Shlomo Ben Ami, ont été laminés par une campagne de répression d’une grande brutalité. Cette attaque d’une base militaire leur donne, sur le modèle du GSPC, un levier puissant pour le recrutement et le ralliement des jeunes militants islamistes à la «lutte armée». Ainsi, la Mauritanie qui désigne un mouvement en perdition en Algérie veut certainement s’attirer la sympathie américaine et éventuellement ses crédits pour la lutte antiterroriste.

Sur ce plan, les Américains, par la voix d’un responsable de haut rang de l’Eucom, sont allés dans le même sens en indiquant que «le moment avant l’attaque, on croyait à une manipulation, que Ould Taya a créé ses propres problèmes. Cette attaque prouve que c’est un acte terroriste par un groupe international. La préoccupation de Ould Taya est vraie». Nouakchott a de ce fait gagné son pari.

Mounir B.

Anonyme a dit…

Une des "morts" De Belmokhtar. Tout faux.
===

Belmokhtar mort à Ménéa
El Khabar, 19 février 2008

Des sites électroniques Djihaddistes d’Al Qaïda ont annoncé, hier, la mort du terroriste Mokhtar Belmokhtar, émir de la neuvième région de l’ex Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat GSPC. Il a été abattu dans un accrochage qui a eu lieu en Janvier dernier dans une région Saharienne près de Ménéa, wilaya de Ghardaïa.
Un des sites Djihaddistes a indiqué: « notre frère Abou Abbés, l’Emir du Sud algérien est tombé en martyr dans un violent accrochage qui a duré deux jours, dans la région de Ménéa. Que son âme repose en paix, lui et nos frères Moudjahidines».
Ce forum proche des groupes terroristes a rapporté les détails de cette opération qui se serait déroulée au mois de Janvier dernier aux environs de Ménéa. Ce site a été informé de cette nouvelle par « des frères venus de la région de l’accrochage à Ménéa, il y a quelques jours de cela ». Des parties en rapport avec le terrorisme au Sahara n’ont pas démenti ce qui a été rapporté par ces deux sites Internet, sur la mort du terroriste Mokhtar Belmokhtar connu sous le nom de « Khaled Abou Al Abbés », émir de la 9ème région du GSPC.
Ces mêmes sites Djihaddistes ont indiqué qu’un groupe terroriste est toujours encerclé dans la région de Ménéa. C’est ce qui a été confirmé par la présence des troupes militaires dans la région de « Oued mia », au cours des six dernières semaines, pour des raisons encore inconnues.



19-02-2008
Par M. Ben Mohammed/ Rubrique Traduction

Anonyme a dit…

Saie de Belmoktar. Tout faux encore. Ne jamais croire les sources securitaires qui demandent l'anonymat. soit du fabriqué, soit une incompétence notoire.

==

Belmokhtar se trouve entre les mains des services de sécurité et son interrogatoire prendra du temps
El Khabar, 26 avril 2008

Une source sécuritaire a indiqué que le terroriste Mokhtar Belmokhtar, « émir » de la neuvième région de l’ex-Groupe Salafiste pour la prédication et le combat, se trouve actuellement entre les mains des services de sécurité.
Elle a indiqué qu’il subissait un interrogatoire qui pourrait durer un an ou plus. Elle a ajouté que les informations qu’il va donner vont permettre d’affaiblir l’activité de l’organisation d’Al Qaïda dans la région du Sahel.
La même source a déclaré à El Khabar que le fait que Belmokhtar connu sous le nom de Khaled Abou Abbès ne soit plus dans le Sahara depuis plus d’un an signifie qu’il est entre les mains des hommes de sécurité.
Il a ajouté que le chef de katibate El Moulathamine ne bénéficiera de l’élargissement dans le cadre des dispositions de la charte de réconciliation qu’après un examen long et minutieux de ce dossier lourd lié à son activité terroriste depuis son retour d’Afghanistan en 1993.
Les enquêtes des services de sécurité au sujet de Abou Abbès indiquent qu’il traçait un plan pour étendre l’activité du groupe Salafiste vers les pays de la région du Sahel africain. Ce plan a été élaboré avec l’ex-« émir » Hassan Hattab appelé Abou Hamza.
Les nouvelles informations concernant l’émir terroriste qu’Al Qaïda a remplacé par son conseiller militaire Yahia Abou Amar, interviennent quelques semaines après la fuite d’informations indiquant la présence des fidèles de Belmokhtar dans un camp dressé pour eux par l’armée, dans la région de Hassi Bou Bernous située à 800 kms au sud-est de la ville de Tindouf.
La source d’El Khabar a assuré que l’ex-commandant de Katibate El Moulathamine ne se trouve pas actuellement dans le camp de Hassi Bou Bernous qui est surveillé par les forces de l’armée.



26-04-2008
Par A. Brahim/ Traduit par F.L

Anonyme a dit…

Ce Mounir B. est quelque chose. Il dit indirectement que Aziz est d'obedience islamiste et que le coup de 2005 était l'oeuvre de militaires pro-islamistes, donc azzizzo.C'est ce que fabriquaient les algériens ppour mieux taper sur la RIM en cas d besoin.

===

Le Mossad, le GSPC et Ould Taya
Le Quotidien d'Oran, 4 août 2005

Personne ne sait où se trouvent les bureaux du Mossad israélien à Nouakchott. Les services secrets israéliens étaient censés protéger, physiquement, le président mauritanien Ould Taya, conformément à des accords secrets avec Tel Aviv. Or, à trop vouloir ignorer la pénétration islamiste au sein de l’armée, Ould Taya s’est fait réellement piéger par le coup d’Etat d’hier.

Les putschistes du 3 août se revendiquent du Conseil militaire pour la justice et la démocratie (CMJD). Certainement un euphémisme pour désigner le caractère islamiste de ce putsch tant les forces armées mauritaniennes sont travaillées par le courant salafiste. Malgré les nombreux avertissements (Coups d’Etat de juin 2003, septembre et octobre 2004), le président Ould Taya a négligé la capacité de noyautage des institutions militaires mauritaniennes par des éléments islamistes, au point que c’est sa propre garde présidentielle qui est à la tête de ce nouveau coup d’Etat.

Etant membre de la Ligue arabe et ayant des relations diplomatiques normalisées avec Israël, Ould Taya pouvait se targuer d’avoir été soutenu par les grandes puissances occidentales (Etats-Unis et France) du fait de son volontarisme affiché pour entretenir des liens actifs avec les Israéliens. Ayant trouvé un allié de choix dans la région du Maghreb/Sahel, les Israéliens n’ont pas fait les choses à moitié pour protéger le président mauritanien. Les Israéliens ont délégué leurs propres hommes, une trentaine, pour encadrer, dès 2002, la garde présidentielle, second cercle d’élite, après la protection rapprochée de Ould Taya, qui se trouvait en sa compagnie en Arabie Saoudite.

Le Mossad israélien avait demandé à Nouakchott de pouvoir disposer de locaux en Mauritanie avec d’importants moyens technologiques pour protéger Ould Taya. Le journal libanais El Nahar avait rapporté en 2001 que les services secrets israéliens fournissaient au président mauritanien l’essentiel des transcriptions téléphoniques des officiers de l’armée mauritanienne, notamment les éléments soupçonnés de complot, qui lui permettaient d’effectuer des purges au sein des forces armées.

Le journal israélien Haareetz avait rapporté, pour sa part, que l’antenne du Mossad en Mauritanie comportait pas moins de 100 agents chargés d’encadrer le président mauritanien. Ces éléments ont été renforcés après l’impression produite lors du coup d’Etat de juin 2003, lorsqu’une frange de l’armée avait tenté de déloger Ould Taya sans y parvenir, alors que ce dernier a gardé, intacte, sa capacité à communiquer avec l’extérieur.

La dernière visite du ministre israélien des Affaires étrangères, Silvyan Shalom, a indéniablement induit un processus de maturation dans ce coup d’Etat. Les observateurs avaient déjà noté que malgré le déploiement militaire mauritanien, supervisé par les agents israéliens qui craignaient un attentat spectaculaire contre leur MAE, les manifestants qui protestaient contre cette visite, durant trois jours, avaient pu exploiter des failles inhabituelles dans le dispositif.

Des murs proches du palais présidentiel ont été tagués par des inscriptions anti-israéliennes, et rien ne dit que la garde présidentielle qui avait ordre d’intervenir en cas de coup dur, n’a pas eu de ressentiment à l’égard d’un président qui a eu pour obsession ces derniers mois à faire la chasse, au Niger, Mali et Sénégal, à tous les membres des «Cavaliers du changement». Reste à savoir si les putschistes se réclament de ce mouvement.

Anonyme a dit…

Suite - azzizzo accusé d'être un islamiste en 2005. Son rapprochement avec l'Iran et Tawassoul peut bien être utilisée pour faire croire que azzizzo est un barbu en uniforme/costume smalto. Quel menteur ce Mounir B. !

==

La seconde erreur de Ould Taya est d’avoir focalisé sur les salafistes algériens pour accréditer la thèse d’un complot extérieur. En juin 2003, il n’avait pas hésité d’accuser le Burkinabé Blaise Compaore et le Libyen Muammar Al Kadhafi, d’avoir financé et aidé les putschistes à tenter de le renverser.

Depuis, la vague de répression qui s’est abattue sur les militaires putschistes, des opposants politiques et des membre d’ONG, Ould Taya a trouvé dans le GSPC la parfaite diversion au niveau international pour susciter une aide militaire et financière dans le cadre de la lutte antiterroriste, mais également élaguer le débat sur l’infiltration islamiste au sein de son armée.

L’attaque de la base de Lemghity en est d’ailleurs l’illustration la plus troublante. Trois mois après cette attaque, plusieurs détails démontrent que Nouakchott a voulu exagérer la menace salafiste algérienne au détriment de celle des «Cavaliers du changement» (mouvement militaro-islamiste) et occulter d’autres détails. Le ministère mauritanien de la Défense n’a, jusqu’à ce coup d’Etat, pas pipé mot des prisonniers qui auraient été enlevés par les assaillants de Lemghity.

La disparition simultanée d’officiers et hommes de troupes, que les autorités mauritaniennes supposent prisonniers, accrédite la thèse d’une complicité élaborée à l’intérieur de la caserne. Au-delà du fait que les témoins indiquaient tous que les terroristes parlaient assania ou l’ajimi tourague et non l’arabe, Nouakchott avait, lors des faits, oublié de préciser que cette attaque ressemblait fort à une opération de simulation qui servait d’entraînement, quasiment, aux forces mauritaniennes dissidentes.

En minimisant cette infiltration et tentant d’exploiter médiatiquement cette attaque, Ould taya a donné des idées aux putschistes qui étaient en première ligne pour observer les lacunes et cafouillage du clan présidentiel.

Le complot était prêt depuis un certain moment et sa rapidité d’exécution saute aux yeux. Comment les putschistes ont-ils réussi à prendre Nouakchott aussi rapidement, notamment les centres névralgiques, alors que Ould Taya n’était absent du pays que depuis 36 heures ? Cela suppose une préparation exceptionnelle et une projection de professionnels de l’armée du fait que les putschistes n’avaient pas de timing. La mort du roi Fahd n’étant pas programmable.

Les putschistes ont certainement tiré des enseignements du ratage du coup d’Etat de juin 2003. Grâce à l’apport des forces spéciales marocaines, notamment des unités de blindés mobiles et des parachutistes, et l’encadrement israélien, relayés par les moyens d’écoutes, de télécommunication et de localisation américaines, Ould Taya a réussi à protéger sa vie et sauvegarder son pouvoir. Le coup d’Etat du 3 août intervient alors que Ould Taya se trouvait à l’étranger, ce qui évite aux putschistes une effusion de sang et une condamnation unanime et rapide de la communauté internationale.

En évitant la mort à Ould Taya, atterri à Niamey au Niger, les putschistes voulaient également éviter une opération militaire internationale du type de juin 2003 qui les forcerait à des combats fratricides avec des forces mieux équipées qu’eux. Un calcul judicieux qui mettrait sur la touche Ould Taya et permettrait de ne pas se mettre à dos la communauté internationale. Exactement ce qu’a fait Ould Taya en 1984.

Mounir B.

Anonyme a dit…

Ce Mounir B. délire complètement. On était là le 8 juin 2003, on a vu ni forces marocaines ni forces isréliennes.

Que du mensonge

Sanhaji

Anonyme a dit…

Pour tous ceux qui ont été au lycée national, l'Association des anciens de cet Etablissement vous invite pour un thé aujourd'hui à 10 heure, dans son enceinte.

La présence de tout le monde est vivement souhaitée.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Pour tous ceux qui ont été au lycée national, l'Association des anciens de cet Etablissement vous invite pour un thé aujourd'hui à 10 heure GMT, dans son enceinte.

La présence de tout le monde est vivement souhaitée.

Sanhaji

Anonyme a dit…

Herr fledmarshall A-

Flint 10 et Tamanrasset c'est pas contradictoire! S'il n y avait pas eu Pansahel puis Transaharian et enfin africom il n y aurait pae eu l'inter-operationnalité à Tamanarasset. Ce qui se passe à Ouaga c'est de l'entrainement la coordination du renseigenement et les exercices conjoints . Ce qui va se passer à Tamanarasset c'est la direction effective d'operations de combat . presque tout ceux qui sont à tamanraseet sont egalement à Ouaga. On ne peut dire aux Amerloques " Stop your war against terrorism because algeria is going to do it".Seuls les algeriens champions de la manip font croire qu'ils ont financé Tamanrasseet pour eviter l'intervention etrangere et il se trouve qu'il y a bien des idiots qui gobent cela.
Pourtant il y a bien une base US Tamanrasset. Dans ce sale dossier il y a que nous qui jouions franc jeu avec ces faux jetons.
Et nous on est francs avec les autres et faux jetons entre nous. bien fait pour frimousses

General vladimir

Anonyme a dit…

Yakhouti hatha chinhou? Il paraît que le chauffeur algérien a été deposé à coté de nos frontières avec le Mali et l'Algerie. Ça doit être le triangle d'El Hank, dont le mec vient d'Algérie comme il est impossible de traverser tout le Mali en état d'alerte maximale, comme dans un taxi tout droit. Ces journeaux n'ont pas de machoires. Certainement un autre mensonge pour eviter toute idée que l'otage français et son chauffeur soient passés par l'Algérie et ce dernier déposé dans le triangle d'El Hank. Quelque chose ne tourne pas rond dans cette affaire. Soubhana Allah.La Mauritanie dans ces affaires devient lehweit legsayr. Azzizzo fait attention yakhouya.

Voilà ce que dit l'article:

"L’agence de presse « Reuters » a rapporté les déclarations du parlementaire Malien dans lesquelles il a affirmé la libération du chauffeur algérien, kidnappé en plus d’un touriste français, avant d’être retrouvé abandonné dans le Sahara malien près des frontières de ce pays avec la Mauritanie et l’Algérie. Chose qui montre que les éléments d’Al-Qaida peuvent se déplacer, en deux jours seulement, du Mali depuis les frontières avec le Niger jusqu’à l’Ouest aux frontières avec la Mauritanie."

A-

===

Les députés alertent contre le recrutement des habitants par Al-Qaida


Le parlementaire Malien Abbés Ag Antala, représentant de la région de Kidal, au nord du Mali a mis en garde le gouvernement malien contre ce qu’il a qualifié de pressions permanentes d’alliés présumés, allusion faite au mouvement d’Al-Qaida et à la population de la région du nord du mali, tribus arabes et Touaregs.
En exposant la situation sécuritaire dans le nord du mali, notamment l’activité des groupes terroristes, ce parlementaire a indiqué : « ils ne sont pas nombreux mais sont armés jusqu’aux dents et possèdent des armes très sophistiqués ». Abbés Ag Antala a préféré l’option de développement de cette région sur la solution militaire en arguant que le développement empêcherait l’organisation d’Al-Qaida d’influencer matériellement les jeunes maliens.

Anonyme a dit…

Suite - mensonge innocent ou manip? Je vais chercher l'article de reuters. A-
==

L’agence de presse « Reuters » a rapporté les déclarations du parlementaire Malien dans lesquelles il a affirmé la libération du chauffeur algérien, kidnappé en plus d’un touriste français, avant d’être retrouvé abandonné dans le Sahara malien près des frontières de ce pays avec la Mauritanie et l’Algérie. Chose qui montre que les éléments d’Al-Qaida peuvent se déplacer, en deux jours seulement, du Mali depuis les frontières avec le Niger jusqu’à l’Ouest aux frontières avec la Mauritanie.
Suite au kidnapping des deux otages français et algérien, des sources algériennes ont indiqué que cela est arrivé après que les deux touristes algérien et français ont enfreint les directives sécuritaires interdisant aux étrangers de se déplacer sans escorte sécuritaire. Des sources ont également révélé que ce seraient les mêmes terroristes qui se seraient attaqués aux chasseurs Saoudiens, il y a quelques mois et que ces terroristes appartiennent aux rangs d’un groupe terroriste inconnu, activant dans les monts d’Akadès, au nord du Niger, ayant des liens avec le groupe de « Hamid Soufi » ou d’Abou Zeid, émir de l’escadrille de Tarek Ibn Ziad. Il est à noter que le ressortissant algérien travaillait comme guide au niveau d’une agence touristique. Quant au ressortissant Français, né en 1932, s’appelle Michel Germano, est retraité et président d’une association caritative qui s’intéresse aux africains et qui possède une école au nord du mali.

Anonyme a dit…

El Khabar a menti. Le chauffeur a été retrouvé à la frontière maliano-algérienne. J'ai retrouvé l'article de reuters (en anglais). Frontière mauritanienne akhbarha !

Qu'on le retrouve là et d'où il est passé, n'est pas le problème de la Mauritanie.

Azzizzo: be careful. Sors-nous de cet imbroglio.

A-

http://www.reuters.com/article/latestCrisis/idUSLDE63S25Z

Anonyme a dit…

salut ,

A-,

merci à toi d'avoir toujours eu de l'interêt pour les documents que je poste .

il n'est pas encore disponible le numéro sur les moines de tibhirines .

cependant je te propose de regarder le numéro consacré à la drogue en mauritanie , taqadoumy en a déjà parlé .

tu dois télécharger tous ces liens , après tu les dézippes .

http://www.megaupload.com/?d=7ML2FV7E

http://www.megaupload.com/?d=7W7Z3HZK

http://www.megaupload.com/?d=CALHEMHI

http://www.megaupload.com/?d=FEPR8ZN2

http://www.megaupload.com/?d=T2QQKW8F

http://www.megaupload.com/?d=UH8XNLOA

ça vaut le coup !


rimo

Bebe BA a dit…

André Parent : "Le Général Aziz est un dictateur peint en démocrate"
03-05-2010
Les confidences du conseiller du président français chargé des affaires africaines, André Parent, publiées par le journal "Le Républicain Lorrain", continuent de provoquer des vagues entre son pays et certains chefs d’Etat africains. Ces propos, peu amènes, concernent des présidents dont Mohamed Ould Abdel Aziz.

Jusqu’ici, il n’y a pas eu de réactions officielles de la partie mauritanienne. Mais, contrairement à la représentation diplomatique française à Dakar qui avait tenu à démentir de tels propos, l’ambassade de France à Nouakchott est restée discrète et n’a fait jusque là aucun commentaire.

En attendant, les observateurs se demandent s’il s’agit d’excès de langage d’un conseiller ou d’une fuite "orchestrée" qui prépare une nouvelle approche de l’Elysée dans sa politique africaine.

Ancien ambassadeur de son pays à Dakar et, tout dernièrement, à Beyrout, André Parant est devenu, il y a peu de temps, le monsieur Afrique de l’Elysée. Il travaille sous l’autorité du conseiller diplomatique, Jean David Levitte. Au cours d’une rencontre informelle avec des journalistes diplomatiques, il aurait tenu des propos, of the record, comme on dit quant on ne veut pas assumer publiquement des propos. Mais, généralement, quand on raconte des propos à des journalistes, ce n’est pas pour leur faire seulement des confidences, on cherche plutôt à ce qu’ils les publient. Surtout, si l’on est nouveau dans sa profession, comme c’est le cas de monsieur Afrique de l’Elysée. Mais au-delà de la polémique, quels sont les présidents qui étaient cités et jugés par le conseiller indiscret ?

A tout seigneur tout honneur, il y a d’abord le président Abdoulaye Wade, accusé de vouloir semer la pagaille dans son pays en voulant se présenter pour un nouveau mandat à son âge et en cherchant à imposer son fils, Karim, aux sénégalais. A côté du doyen Wade, des propos acerbes auraient été tenus contre le président Aziz, le Président Denis Sassou Ngesso du Congo, Faure Eyadéma du Togo et Ali Bongo du Gabon. Nous nous limiterons à ceux proférés contre le président de la République, gratifié de son grade de militaire et accusé d’être arrivé au pouvoir par la fraude. «Le Général Aziz est un dictateur peint en démocrate. Il a organisé des élections frauduleuses. On a simplement fermé les yeux» aurait confié André Parant.

Une déclaration qui va à l’encontre de l’entente parfaite, voire la complicité qui existait entre certains milieux influents de la politique étrangère de la France et les auteurs de rectifications en Mauritanie. Le numéro deux de la junte militaire qui a renversé Ould Cheikh Abdellahi, Mohamed Ould Ghazouani, général chef d’état major de l’armée nationale, a été reçu fréquemment par ce qui qu’on présente comme étant le vice président français, Claude Guéant, officiellement secrétaire général de l’Elysée.

Dans les milieux de l’opposition, on va même jusqu’à accuser la France d’avoir provoqué le putsch, couvert et soutenu ses auteurs. L’un des négociateurs de l’accord de Dakar explique que l’ambassadeur de France à Nouakchott faisait beaucoup de manœuvres pour maintenir Aziz en selle. Il est allé jusqu’à dire que son pays reconnaitra l’élection de Aziz si les autres acteurs boycottent le scrutin ou en cas de non signature d’accord mettant fin à la crise. Un grand pays qui a consenti tous ses efforts va-t-il laisser tomber son "champ en défriche" aussi simplement. Difficile à croire en effet que les français puissent laisser tomber aussi facilement le président Aziz, même si certains analystes estiment que Sarkozy a paniqué après les mauvais résultats de la droite aux régionales et les intensions de vote en chute libre promues par les sondages.

Bebe BA a dit…

Les révélations du Républicain lorrain par rapport aux propos désobligeants du conseiller Afrique de l’Elysée par rapport au président Aziz sont tombées pendant le weekend. On ne sait même pas si le gouvernement en a encore pris connaissance et on ne sait pas non plus s’il va ou non réagir en exigeant des excuses ou au moins des explications. Même si cette méthode ne fait partie de nos pratiques diplomatiques. Surtout si les appréciations faites par le conseiller de l’Elysée ne dépassent pas l’analyse personnelle d’un ancien diplomate qui connait bien le continent. Mais la question est de savoir s’il n’a pas été mandaté pour tenir un message aux amis. Cela, dit-on, est d’autant plus probable que le chef d’orchestre de la France Afrique, Claude Guéant, chercherait à quitter son poste. Des milieux de la presse française soutiennent qu’il avait laissé échapper exprès le dossier de Rachida Dati que la famille Sarkozy accuse d’être derrière les informations reprises sur la vie de leur couple.

Envisagée, sous cet angle l’affaire prendrait une autre allure, car tous les chefs d’état cités appartiennent au cercle de la France Afrique animé par l’avocat robert Bourgi et compagnons sous l’œil vigilant de l’omniprésent secrétaire général de l’Elysée. Si son départ se confirmait, tout peut arriver dans la politique africaine de la France. Y compris l’option de lâcher ses anciens amis qu’elle avait aidée un moment à contrôler le jeu politique chez eux. En diplomatie, comme en politique, il n’y a pas de positions éternelles !


Mohamed Mahmoud Targui

Anonyme a dit…

Merci Rimo. Assel houma lahi you telecharjaw et seront visionnés 3 ou 4 fois pour me faire une idée nette sur ce qui nous arrive. On est devenu lehweit legsayr et ce n'est pas acceptable.

Bébé Ba vient de nous balancer un article sur les indiscrétions d'un André Parent sur le cas de juillet 2009 avec les ovnis d'AOD. Si ce n'est pas un jeu, la France est fachée et azzizzo risque d'avoir des problèmes. Pour mettre de l'huile sur le feu, l'Algérie nous entraîne dans une logique de confrontation avec le Mali voisin avec l'article ci-dessous et ce n'est pas bon. Quelque chose est etrain de tourner mal et on nous exporte un AQMI manipulé. Par qui? Wallah je ne sais pas. L'Algérie, les US et la France ella vem baad. Je ne sais pas à quel jeu joue notre azzizzo dans tout ça. Est-il sous chantage pour quelque chose? Allah yaalem.

A-
http://www.cridem.org/index.php?id=82&no_cache=1&tx_ttnews[tt_news]=43366&tx_ttnews[backPid]=36&cHash=d4cb7cf26f

Anonyme a dit…

Comment azzizzo peut dire ça contre les français, alors que toute la françafrique sarkozienne + le cousin banquier et son zami le libanais Bourgi l'ont aidé à avoir le pouvoir qu'il cherchait depuis 2005?

====

En coulisses, on n’a pas hésité à accuser Bamako de faire le jeu de la France pour des raisons purement électoralistes. «Pour les Mauritaniens, qui sont allés jusqu’à menacer de quitter la réunion, il était primordial de dénoncer le jeu malsain des Français en Afrique. Selon eux, c’est une question de principe», note encore notre source.

Anonyme a dit…

Ligne rouge!!!

Il y a des individus (genre matalla) et des associations (genre IRA) qui jouent avec le feu et sont dangereux pour l'unité du pays.car comment un fait divers (un fou qui ouvre le feu sur des mineurs) pourrait interprété comme les agissements quotidiens d'une communauté entière contre une autre?Et si le tireur était noir et les victimes étaient blancs ou gris,y aurait-il eu tout ce boucan?veut-on nous faire croire que tous les maures de ce pays sont porteurs d'armes,sont influents,des riches,des privilégiés et n'ont jamais goûté aux géoles de la prison?Quel naif pourrait croire à ces mensonges?.S'l vous plait arrêtez de manipulez les faibles esprits et sachez que les subsides que vous recevez de l'étranger en contrepartie de ce travail sordide pourrait entraîner purement et simplement votre disparition et celle de votre pays (si vous êtes mauritaniens)...

L'observateur

Anonyme a dit…

oui il ne faut pas généraliser .

quand moi je me faisait tabasser par des haratines plus agés que devant moi un halpular militaire qui faisait des racket ,tabassait des maures je me dis que c'est une histoires entre gangsters sans plus .

et c'est dommage de recuperer ça .


rimo

Anonyme a dit…

Mémoire sélective et lucidité biaisée

Les arguments peu convaincants des adversaires de la primauté de langue arabe qui renvoie au dialecte arabe le plus parlé en Mauritanie soit 95% de la population, se résument à cette utopique ouverture à l’extérieur qu’ils subordonnent principalement à la dévalorisation du patrimoine linguistique indigène méprisé et jugé obsolète. Cette approche ne s’arrête pas en si bon chemin en affirmant que le seul salut possible pour rester propre, authentique, intelligent et manger à sa fin en Mauritanie « par des rations alimentaires acheminées forcement par la volonté bienveillante de l’occident désintéressé et altruiste » conduit nécessairement et exclusivement au dénie de soi par l’éblouissement induit par le progrès technique actuel assimilé à l’occident. Cette conduite bien que ignorante, illogique et surtout décevante semble constituer le socle idéologique des soldats inconnus de l’arabo-phobie actuelle en Mauritanie.
Ces déviations poussant à la mémoire sélective et à la lucidité biaisée sont reprises par des organisations telles que AFMAF - AHME - AJD/MR - ARMME - APP - AVOMM - CAMME - CSDM - FLAM - GMR - OCVIDH – PLEJ - IRA et par les agissements d’une soi-disant ’intelligentsia et d’une diaspora démagogique dite noire capable de réduire l’identité à son absence et l’être à sa couleur principalement à condition qu’il ne soit pas ou ne se dit arabe. Pourtant cette typologie opposée à la langue n’a réellement rien de commun est loin d’être parfaite et cache en elle-même beaucoup des préjugés et des non-dits et sa validation engendrera d’autres classifications plus mesquines. La solution idéale serait à mon humble avis de considérer qu’on est d’un état très fragile ayant hérité des langues et culture riche à promouvoir mais aussi un lourd fardeau des féodalités préexistantes à sa création qu’il doit défaire sincèrement mais intelligemment pour préserver le vivre ensemble et la paix sans exacerber les rancunes et le racisme.


mouhamed

Anonyme a dit…

Grogne au centre national d’Oncologie

Lundi, 03 Mai 2010 12:53

En signe de protestation contre une sanction infligée à leur collègue, les infirmiers du Centre National d’Oncologie ont organisé, dimanche 02 mai, un sit-in devant leur direction. Demba Gandéga est le major du Centre National d’Oncologie. Il vient d’être mis à la disposition du Ministère de la santé. On lui reproche notamment d’être l’instigateur d’une lettre de doléances des infirmiers qui réclament de meilleures conditions de vie et de travail. Cette sanction que les infirmiers trouvent injuste a déclenché un mouvement de protestation organisé, ce matin, devant l’administration. A noter que les infirmiers ont plusieurs fois adressé des correspondances à la direction pour l’amélioration de leurs conditions. Mais ils n’ont jamais reçu un écho favorable. Les manifestants ont déclaré à cette occasion que ce mouvement est une première action qui sera suivie par d’autres conformément à la procédure prévue par la loi, jusqu’à la réintégration de leur collègue dans ses fonctions. Ils ont aussi affirmé leur refus de dialoguer avec le Directeur Général du Centre tant que leur collègue ne retourne pas à son poste et que leurs demandes légitimes resteront lettres mortes. C’est la première action du genre organisé par le personnel de ce centre.

Source: saharamedias.net

Anonyme a dit…

A- je suis de son coté

La CLTM appelle à la « mauritanisation » des emplois

Dimanche, 02 Mai 2010 17:24

« Notre pays se trouve aujourd’hui au bout du gouffre », a laissé entendre Samory Ould Bèye, lors de la célébration du 1 er mai, fête du travail. A en croire, le secrétaire général de la Confédération libre des Travailleurs de Mauritanie (CLTM), « l’Etat nation est dans une tourmente dévastatrice : toutes nos richesses(mines, pétrole, poissons… etc.) sont soit pillées par les multinationales avec la complicité de l’Etat, soit bradées par les gouvernants qui n’ont de souci que de renflouer les poches alors que la population crève de faim, de maladie, de précarité, de pauvreté extrême et du chômage ». C’est un véritable réquisitoire des plus sombres que le dirigeant de la CLTM a dressé. Le tableau est de plus en plus sombre : « Ces marchands, sans scrupule exposent aujourd’hui notre pays et la Nation au rabais et au plus offrant et menacent plus que jamais l’unité et la cohésion nationales ». Une allusion à peine voilée à l’allégeance de certains leaders politiques au guide libyen. Ould Bèye appelle les forces syndicales à être en avant-garde et à se mobiliser afin de « défendre l’unité de notre pays » et à « faire échouer toutes les visées étroites et obscurantistes ».

Réagissant à la situation des travailleurs, Ould Bèye s’émeut des conditions de travail et de survie de cette frange confrontée à la faiblesse du pouvoir d’achat, à la hausse vertigineuse des prix, à la précarité de l’emploi ; les inégalités énormes et l’exclusion sociale…

Il dénonce les licenciements abusifs et massifs des travailleurs, le traitement dégradant et les sanctions abusives. L’Etat reste absent et demeure incapable à assurer la protection nécessaire et de garantir un pouvoir d’achat minimal permettant de faire face aux multiples problèmes et aux méfaits pervers de la crise dont sont victimes les travailleurs ».

La situation sociale reste, de l’avis de Ould Bèye, préoccupante. Le chômage et la précarité frappent, dit-il, de plein fouet, n’épargnant aucune frange. Ainsi, la CLTM exige que la « priorité d’embauche soit accordée aux nationaux « et de procéder sans tarder à la mauritanisation des postes en vue d’endiguer le chômage et la pauvreté ».

Enfin, la CLTM, dans son cahier de doléances, s’insurge contre le « noyautage de l’action syndicale » et sa « politisation ». Elle appelle à l’ouverture immédiate d’un dialogue social, à l’augmentation substantielle des salaires ; à la révision à la hausse des indemnités de transport et de logement…

Source: saharamedias

maatala a dit…

Salam

L'observateur

Ta saillie aurait été crédible si tu avais commencé par condamner cet acte et demander que justice se fasse avec la plus grande sévérité.

Puisque tu joue au plus fin:

- On aurait dit quoi si c'était des négros qui avaient fait allégeance à Wade.

- On aurait dit quoi si les partisans du français avaient défiler pour appeler à son retour

Tu dis:

"sachez que les subsides que vous recevez de l'étranger en contrepartie de ce travail sordide pourrait entraîner purement et simplement votre disparition et celle de votre pays (si vous êtes mauritaniens)..."
--------------------

Tu as des preuves de ce que tu avances?

La théorie du complot est dépassée mon pote, la mauritanie n'intéresse personne........

l'impunité conduira ce pays à sa perte dit le fou.

Maatala

maatala a dit…

Salam

Cher Mouhamed

tu as dit:

"Par contre 95% du pays parle le hassaniya un dialecte arabe"

--------------------------------

Mon ami

Refaisons l'histoire :

Des chefs de tributs Maures, poulars, soninkés et wolofs se rencontre pour faire la Mauritanie.

On arrive au choix de la langue: le maure dit puisque nous sommes tous musulmans, je propose l'arabe.

Le Peul lui dit, on refuse l'arabe car "le hassaniya est un dialecte arabe" dont vous aurez un avantage sur nous.

Le peul dit je propose le français car c'est une langue qui est indépendante des langues ethniques de notre future nation.

Ainsi nos aurons les mêmes chances car elle aura l'avantage de ne favoriser aucune ethnie par rapport à l'autre.

La Hassaniya, le wolof et le bambara se sont imposés d'eux même dans leur pays ( Mali, sénégal et mauritanie) nul besoin de remettre une sur-couche d'arabisation avant de faire un audit de l'arabisation forcée.

Laisse les négros faire leur choix au lieu de décider à leur place.

Aprés cinquante années de coexistence, je ne parierai pas que si on leurs demande de refaire le "PACS", ils le referont.

Les faits sont parfois têtus dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Cadeau pour maatale,
« Je n’apprends ni parles WOLOF car la langue officielle au Sénégal est le français »
Réponse de :
Jean-Christophe Rufin est médecin, écrivain et diplomate français. Ancien président d’Action contre la faim, il est actuellement ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie. Il est membre de l’Académie française depuis 2008. //
Edition journal Afrique de 18h 30 GMT , RFI, le 03 /05/2010

maatala a dit…

Salam

"Le Sénégal est un pays où le pourcentage de musulmans atteint 85 à 90 % de la population. La religion musulmane est fortement ancrée dans la vie des sénégalais depuis leur bas âge, aussi bien dans les familles musulmanes que dans les structures religieuses à savoir, les mosquées et les écoles coraniques appelées « Dahira ». Les conséquences sont manifestes :

-La doctrine et la culture islamiques sont prônées dans les familles, les médias, les transports et dans les centres commerciaux avec les photos des marabouts, chefs religieux honorés et vénérés, affichées, ça et là

-Promouvoir l’islam par tous les moyens par la formation des marabouts qui vendront leur service au Sénégal et partout ailleurs.

-Gagner plusieurs à l’islam, tout simplement.


Pourtant: "la langue officielle au Sénégal est le français" et le wolof s'est imposé de lui même comme le hassaniya chez nous dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Maatala,

T'en fais pas: tu as raison. Les arguments des autres ne font pas le poids. Arabe/français 50/50, c'est ce qu'il faut. Le reste c'est du veyavi. A-

Anonyme a dit…

Mes felicitations a' mon frere Cheikh Ahmed Ould Zahaf. Je lui souhaite une bonne chance dans son nouveau poste d'Ambassadeur de la Mauritanie a' Geneve.
Allez son excellence Mr. l'Ambassadeur, le lieu de naissance de Karl Marx n'est plus loin de de vous. (rire)
Je constate sur la photo publie'e par CRIDEM que tous tes cheveux sont devenus gris.(rire)

J'ai beau rire en lisant la reaction d'un certain "Magicman" a' votre nommination. Pour lui, nous n'etes pas Negro-Africain!!!
Qui peut dire que Maata et LIKWAR FLAM ne sont pas FOYSSDINE? Comment peut-on regarder la photo de ce noir de Ain Farba et dire qu'il n'est pas noir.

Allez les amis, je suis fatigue'.
Mon cher Cheikh Ahmed, j'ai toujours a' l'esprit de debat a' Sebkha chez Soueilka Ba entre toi et moi a' propos du communisme et du capitalisme. Il va sans dire que le temps m'a donne' raison. Le communisme est mort!!!!! c'est tellement beau a' dire que je vais me repeter. LE COMMUNISME EST MORT!!!L'AMERIQUE EST LA PLUS GRANDE PUISSANCE DU MONDE ET LA PREMIERE DEMOCRATIE.
Allez Cheikh Ahmed, KHALI ANAKE LA LUTTE DES PAYSANS D'EL GHABRA.(RIRE)! Il faut acheter des villas, des voitures et n'oubliez surtout pas d'avoir des sommes colossales dans vos comptes bancaires. (Frnchement je suis entrain de rire.) ALLAH YARHAM LE COMMUNISME!!!!!
MEME KADAFI A OUBLIE' LA LUTTE DES JAMAHIRYA POUR SE DECLARER LE ROIS DES ROIS D'AFRIQUE.(RIRE)

P.S.

Kane Hamidou Baba attend toujours!
Biram peut habiter chez vous durant son prochain voyage a' Geneve. (rire)Je tends a' croire que son dernier voyage dans ce pays a quelque chose a' voir avec cette nommination. Ceci etant dit, vous etes tres competent et vous maitrisez parfaitement l'Arabe et le Francais.

La marmite familiale est toujours vide!!!!

Anonyme a dit…

A-

Je pensais qu'on avait fini avec ces histoires de langues.
L'Arabe doit etre la langue de l'administration et celle de l'education. Le Francais et l'Anglais doivent etre enseigne's comme langues secondaires dans tout le systeme educatif. Le 100% arabisation doit etre atteint sur une periode de 15 ans. Cela permettra aux anciens fonctionnaires d'aller a' la retraite et aux jeunes fonctionnaires d'arabiser leurs connaissances.

ʁᵎᵚᵒ a dit…

salut ,

la partie du reportage qui concernait le pays est ici sous le titre dossier drogue

Anonyme a dit…

Rimo:

Je vous remercie for the video. Je suis toujours entrain de digerer certaines choses.
Une voiture en Mauritanie n'est pas necessairement une preuve. Nous savons que les voitures de fonction sont conduites par les membres de la famille, les amis et autres personnes..etc. La question qu'il faut poser est: Qui etait au volant de la voiture. Il n'est egalement pas honnete d'accuser quelqu'un tout en restant anonyme. L'accuse' doit avoir le droit de connaitre ceux qui l'accusent.
There are many questions that one needs to answer before reaching a conclusion.

Anonyme a dit…

Du nouveau de la Tribune de Geneve. Ils sont là ! Vlad, Bebe, Titan et fils du bled: à lire. A-
===
Manoeuvres africano-euro-américaines contre "terrorisme" et trafics
le 03-05-2010 à 16:1

Des manoeuvres militaires réunissant des soldats de plusieurs pays d'Afrique et d'Europe sous supervision américaine ont été lancées lundi depuis Ouagadougou, en vue de renforcer la lutte contre le "terrorisme" et la criminalité dans la région sahélo-saharienne.

Des manoeuvres militaires réunissant des soldats de plusieurs pays d'Afrique et d'Europe sous supervision américaine ont été lancées lundi depuis Ouagadougou, en vue de renforcer la lutte contre le "terrorisme" et la criminalité dans la région sahélo-saharienne.

Dénommé "Flintlock 10", l'exercice militaire dont le centre de commandement est établi dans la capitale burkinabè se déroulera jusqu'au 22 mai au Sénégal, au Mali, en Mauritanie, au Tchad, au Nigeria et au Maroc.

Neuf pays africains (Algérie, Burkina, Mali, Maroc, Mauritanie, Nigeria, Sénégal, Tchad et Tunisie) et cinq pays d'Europe (Belgique, Espagne, France, Pays-Bas, Royaume-Uni) prennent part à l'opération dont le commandement est assuré par les Etats-Unis et le Burkina.

Environ 1.200 soldats participeront à l'exercice, dont 600 des forces spéciales américaines, plus de 400 Africains et 150 Européens.

Ces opérations se déroulent en grande partie dans la zone sahélo-saharienne, investie depuis quelques années par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) - qui y pratique des prises d'otages occidentaux - et théâtre de nombreux trafics (êtres humains, drogue, cigarettes...).

Cet exercice "facilitera la coopération régionale en matière de sécurité et de lutte contre les organisations terroristes", a déclaré le commandant adjoint des activités civilo-militaires d'Africom (commandement militaire américain pour l'Afrique), Anthony Holmes.

"Il s'agit de poursuivre la mise en oeuvre d'une véritable vision stratégique pour les pays de la zone sahélo-saharienne avec tous les voisins les plus proches, afin de parvenir à l'éradication du terrorisme et de la criminalité transfrontalière sous toutes ses formes", a estimé le ministre burkinabè de la Défense, Yéro Boly.

Devant la presse, le ministre a saisi l'occasion pour affirmer que "le Burkina Faso ne s'est jamais proposé d'accueillir une base militaire américaine ou d'abriter le siège militaire d'Africom", en réponse à certaines rumeurs courant depuis quelque temps à Ouagadougou.

"Nous n'avons pas demandé au gouvernement burkinabè d'abriter une base d'Africom", a souligné Anthony Holmes, indiquant que "la position du gouvernement américain est que la base d'Africom va rester en Allemagne parce qu'il (y) existe des ressources, des infrastructures".

Washington avait tenté d'implanter sur le continent le QG d'Africom, créé en 2007, mais avait essuyé des refus de plusieurs capitales africaines, dont Alger et Lagos.

Tribune de Genève

Anonyme a dit…

Merci Rimo pour les vidéos. C'est instructif.

Couli: tu n'as pas besoin de defendre a ou b. fais comme nous: regarde et fais-toi ta petite idée. Ce qui est certain, le pays va devenir un narco-état comme la guinée-Bissau et un autre pays dont je ne citerai pas le nom pour le moment et ce n'est pas la Mali dont je parle.C'est le pays dont un bateau supposé contenir des produits agricoles a été saisi une fois au port de Nouakchott et qui a disparu. Les trafics en tout genre ont permi de nourrir le GSPC et autre AQMI depuis des années et il est évident qu'il y avait la force publique derrière. Déjà signalé dans les 2 rappports sur le sahara par le International Crisis Group (IGC) disponible sur leur site. Pour ton info, vces rapports disent ouvertement que la crise du Sahara pourra ne jamais être résolu parcque les services securitaires des pays plus ou moins concernés par ce conflit feront tout pour ne pas aider à le regler du moment que la paix va influer sur ce trafic qui genere des benefices pour des gens hauts placés. Ce rapport date d'au moins 4 ans avant cette video. ICG est preside par un ancien premier ministre de la finlande, prix nobel de la paix il a y a je crois 2 ans. Donc inattaquable.

A-

A-

Anonyme a dit…

Tout sur Flintock 10 par la presse malienne. L'Algérie n y participe pas, contrairement à ce qu'a dit Jeune Afrique dans un article de ce matin ou d'hier. Le Maroc y participe. Interssant de savoir s'il y a un lien entre Flintock 10 et le centre de Tamanrasset dont la RIM, le Mali et le Niger font partie. La presse algérienne est silencieuse ce matin sur Flintock 10 et c'est inhabituel. A-

http://www.maliweb.net/category.php?NID=60073

Anonyme a dit…

Un article d'El Khabar sur des exercices de l'armée algérienne à Tamanrasset, avec les mauritaniens, les maliens et les nigeriens comme observateurs seulement. Pas de mention de flintock 10. Quelque chose ne tourne pas rond.

TITAN: enta vem? Il faut parfois écouter les fouineurs de la brigade anti-salafiste de canalh. Tout ce qu'on cherche, c'est qu'on arrete de nous tirer dessus. nous n'avns declaré la guerre à personne.

A-

===
Alors que les pays du Sahel décident d’augmenter le nombre de leurs troupes
Des manœuvres militaires communes prévues prochainement


Quelques centaines de soldats algériens prennent part, depuis quelques jours, à une série d’exercices militaires dans le cadre d’une opération militaire dans le Sahara, avec des munitions réelles, suite à la décision des chefs des armées des pays du Sahel, portant programmation des exercices communs d’incursion, d’encerclement et de ratissage dans quelques régions sahélo-sahariennes, dans les quelques mois à venir.
A cet effet, les forces d’intervention spéciales algériennes appuyées par des brigades aériennes ont entrepris des exercices sur le débarquement dans une zone militaire au nord de Tamanrasset. A relever que des officiers maliens, nigériens et mauritaniens sont venus pour assister à ces exercices en tant qu’observateurs. Dans le même sillage, des unités d’élite de l’armée malienne, mauritanienne et algérienne participeront, prochainement, aux manœuvres communes sur les combats contre les bandes criminels sillonnant le Sahara, dans une zone désignée par les chefs militaires réunis à Alger, le mois dernier. Selon une source bien informée, les exercices militaires en cours constituent un prélude pour une incursion contre les groupes terroristes dans l’une des pays du Sahel.
Selon la même source, les exercices ont pour objectif l’amélioration du rendement des forces des armées des pays du Sahel dans leurs combats contre les groupes terroristes, ce qui laisse croire que des opérations militaires sont probables pour l’été prochain, une saison difficile pour les groupes criminels et les terroristes dans le Sahara. En prévision des ces vraisemblables opérations, le Mali, la Mauritanie et le Niger ont décidé d’augmenter le nombre de leurs troupes, et ce conformément à l’accord d’Alger.

Anonyme a dit…

Kadafi toujours à la recherche de poux là ou il n y en pas pas. A-


http://www.africanouvelles.com-04-05-10

Khadafi : "Cinq milliards par an de l’UE pour arrêter les clandestins"
mardi 4 mai 2010

Rome, 3 mai 2010. " L’ UE devrait verser à la Lybie cinq milliards d’euro par an pour un fond spécial destiné à combattre l’immigration illégale". C’est le devis présenté par le leader libyen Muammar al-Khaddafi à la Commission Européenne, qui n’exclut pas de signer avec la Lybie un accord anti-clandestins comme il a déjà fait avec l’Italie.

" Nous avons un plan bien défini pour résoudre ce problème" explique le Colonel dans interview au hebdomadaire allemand Der Spiegel. Ceci inclurait " les projets d’installation et d’occupation dans les Pays africains dont proviennent les réfugiés, de sorte qu’ils puissent y rester". " De même nous ferons pour ceux qui sont déjà en Lybie, de façon à lui donner une hospitalisation et une occupation. Dans ajoutée à tout cela, nous renforcerons la sûreté des frontières de terre et de mer avec des modernes appareils radar et avec rapidité.

La Lybie dit de tirer cinquante milliards de dollars par an de ses ressources pétrolifères. Der Spiegel demande donc à Khadafi parce que son Pays ne paye pas tout seul ces interventions : " Il ne nous touche pas de payer pour l’Europe ! il s’agit de choses dont l’Europe tire avantage" conclut le nord-africain

Anonyme a dit…

Good luck. Des problèmes de destabilisation en perspective. Inchallah tout cet iranium et cette bauxite se transforme en eau.

Couli: demane à ton Cheikh de proteger les maliens.Ils en auront besoin très tôt.

A-

===

Xinhua-http://www.afriscoop.net-04-05-10

Le Mali bientôt producteur d’uranium et de bauxite
mardi 4 mai 2010

L’uranium et la bauxite vont bientôt jouer les premiers rôles dans l’exploitation minière au Mali, aux cotés de l’or, selon un document publié par la Direction nationale des Mines et de la Géologie du Mali.

Ce document signale l’existence d’un grand potentiel d’uranium et de bauxite dans la commune rurale de Faléa (région de Kayes) située à l’ouest du Mali. La production annuelle d’uranium dans cette localité est estimée à 5 000 tonnes dans une vallée de 150 km2, près de la frontière du pays avec le Sénégal et la Guinée- Conakry.

La Société canadienne Delta exploration Inc. (par la suite intégrée à Rockgate Capital Corp) a obtenu depuis 2007 un permis d’ exploration et d’exploitation des ressources de la commune de Faléa. L’activité d’exploration dans la zone concernée devrait durer jusqu’à la fin de cette année. Elle aura lieu en même temps que l’étude d’impact environnemental.

Pour ce qui est de la bauxite, les travaux de la société Camec (Central African Mining & Exploration Co, Royaume Uni) ont mis en évidence une réserve évaluée à plus de 420 millions de tonnes, toujours dans la commune de Faléa. La société Camec envisage ainsi la construction d’une usine qui produirait annuellement 3 millions de tonnes d’alumine (un dérivé de la bauxite) à partir 2015. Ce qui ferait du Mali le premier exportateur d’alumine en Afrique de l’ouest devant la Guinée-Conakry qui produit environ 750 000 tonnes par an.

Pour l’approvisionnement de l’usine en électricité, la société britannique projette aussi de construire une centrale électrique de 80 mégawatts (MG). Les investissements nécessaires s’ élèveraient à environ 3,5 milliards de dollars US.

La société, selon la DNGM, explique son engouement pour les mines de cette zone par le fait que, en plus d’un sous-sol extrêmement riche, « le Mali offre un environnement propice pour les investisseurs étrangers ». Mais, déjà, les populations de Faléa s’organisent pour que leur cadre de vie ne soit pas affecté par l’ exploitation des minerais dont regorge leur localité. Un combat qu’ elles comptent mener au sein de l’Association des ressortissants et amis de la commune de Faléa (ARACF) qui a vu le jour depuis le 28 avril 2008.

La première activité envisagée par cette association apolitique est la réalisation d’une cartographie initiale du niveau de rayonnement gamma à la surface du sol avant l’ exploitation des minerais afin d’en mesuser les pollutions potentielles. La ville de Genève (Suisse) a décidé de contribuer à cette action en la parrainant. Elle a déjà fait un don de 25 000 euros à l’ARACF pour couvrir les frais de formation et l’achat d’ équipements appropriés. (Xinhua)

En savoir plus !

En encore !

Et encore !

Anonyme a dit…

A-

Je ne nie pas que nous avons un probleme de traffic de drogue en Mauritanie. Tout comme je suis convaincu qu'il y a des cellules terroristes dans notre pays. Ce que je vous demande est d'utiliser des strategies intelligentes et surtout d'eviter des accusations gratuites contre des personnes parce que tout simplement vous n'aimez pas leurs positions politiques respectives.
C'est bien l'image du General N'diaga que des personnes malhonnetes ont tente' et continuent de tenter de detruire. Il ne s'agit pas de dire j'ai vu la voiture de Jean ou Paul. LICENSE PLATE ou plaque d'immatriculation???? Vous ne savez pas que n'importe qui peut les fabriquer? Les vendeurs de drogues ont de puissants moyens pour fabriquer une plaque et avoir une voiture semblable a' celle du Directeur General de la Douane.
Si le Mr. etait au cafe' du centre culturel Francais, comment n'a t-il pas ete' arrete' par les hommes du commissaire Francais charge' de la formation des policiers specialise's dans la lutte contre le commerce de la drogue.

Allez les amis, I have to go to work. La marmite familiale est toujours vide!

Bebe BA a dit…

Très intérressant!

Monsieur le président du parti,



Par l’olivier, par le figuier et par le mont Sinaï!

Je m’en vais m’exercer à un art que je ne maîtrise point et m’évertuer à écrire ce à quoi je ne suis pas habitué. Vous êtes très grand et moi si petit mais le monde est ainsi fait qu’il faut de tout pour faire justement… un monde.

D’emblée, il sied de distinguer au moins deux mondes : en premier lieu, le monde réel, c’est-à-dire le monde normal dans lequel vit tout le… monde; celui du kouzounouzou, de la couscousseuse Issellem Arbiha et du responsable aux cent poches. Et en second lieu, notre monde à nous; c’est-à-dire le monde des politiciens, des supporteurs, des souteneurs, des initiateurs, des fan’s clubeurs, des applaudisseurs des princes du moment et autres détenteurs de la moindre parcelle de pouvoir.

Ces précisions liminaires faites, j’en viens maintenant à l’objet de ma lettre que j’aurais voulu ouverte mais connaissant la propension des autres – surtout la presse qui nous aime peu et les opposants qui n’arrivent pas à se relever de la raclée du 18 juillet 2009 – je préfère la fermer. La lettre, pas ma bouche; bien que celle-ci, sagement, est restée close devant bien des injustices et des évènements d’importance nationale. Mais s’il fallait, à chaque fois, dire ce que nous pensons, nous ne serions pas ce que nous sommes, et ç’aurait été dommage et pour nous et pour tous ceux que nous avons soutenus, glorifiés, sanctifiés au zénith de leur soleil avant de les traîner plus bas que terre et de cracher sur leur sillage, en écho à TVM-la-muette-qui-vocifère et son cousin «ChaabHorizons» à la langue pendue sur les genoux. Que voulez-vous qu’on fasse d’un Zoul Quarneïn tombé de cheval ou d’un Nabuchodonosor sans banquet? On peut compter sur nous, même pour statufier des trous, à condition qu’il y ait assez de matière pour les combler. Etre de l’arrière ban dans bien des préséances ne nous empêche pas de camper dans le voisinage des bancs de leurs excellences qui convient (du verbe convier) au banquet et aux festins des grands soirs.

Vous m’excuserez de m’éloigner ainsi du sujet mais vous nous connaissez : nous sommes des tourneurs sans pareil autour du pot, surtout si celui-ci est de miel, et pour une fois que j’ai l’occasion de parler… euh… euh… d’écrire à une personne incomparable comme vous, je ne peux m’empêcher de faire durer le plaisir.

Bebe BA a dit…

Monsieur le président,

Vous avez sans doute compris que la présente lettre se rapporte à la mise en place des structures de base de notre incomparable parti; le seul à prendre en compte les aspirations de notre grand peuple pour booster l’action du Président – celui que j’écris avec un grand P; en opposition au président du parti (vous) que j’écris avec un petit p, ce qui ne diminue en rien votre incommensurable mérite, chanté de l’embouchure du Fleuve Sénégal aux confins du Kordofan. Gloire à vous, et mort à tous vos ennemis – qui sont aussi les ennemis de la Mauritanie! Que Dieu raccourcisse les plus longs poils de leurs barbes, eux qui ne savent pas, parlant de vous, que «Koullou Kaakin mou dawwarin, laa kinna leyssa koullou mou dawwarin kaakin» (wonaa conndi fof muuDee, disent les Halpulaar – «Tout gâteau est rond mais tout ce qui est rond n’est pas un gâteau»). Vous m’excuserez toutes ces digressions mais c’était juste une qawss (parenthèse) pour vous rappeler l’étendue de ma culture qui pourrait, s’il plaît au parti, me valoir le poste de Directeur de la SONADER ou, au moins, de gérant d’un plant de «naanaa Toujounine».

Permettez-moi, avant tout, de vous rappeler que les opérations d’implantation ont démarré comme notre équipe nationale de football, les Mourabitoune, c’est-à-dire très mal. Mais pour une fois, ce n’était pas de la faute de l’opposition qui, malgré ses vociférations et ses airs de géo-trouve-tout, n’arrivait pas à suivre, quoi que tout se faisait à grand renfort de tamtam; mais on travaillait la nuit, pour ne pas dire au noir. A dire vrai, si le démarrage a eu des ratés, c’est bien à cause de ce vaurien de Mr Rouddoul Lakhbaar et sa voisine, la glapissante Mme Emmby Sy, qui avaient détourné la dernière cargaison de poisson surgelé destiné aux pauvres du quartier. Les choses étaient tellement mal engagées que Mr Reg-Reg Boudian, l’ancien animateur de Khoummbeul, avait cru bon de promettre à la populace une distribution de dattes et de carcasses de moutons saoudiens. Idée à laquelle j’avais refusé de me rallier, estimant qu’il était du devoir de tous d’être pour une fois honnêtes et de s’éloigner des pratiques honnies du passé. Pour avoir été l’adjoint du sous-chef de la sous-section du PPM à Ndillêe-On-Ndillata, puis suppléant du heykel de Kebbet-ed-Douyoûk et, plus tard, «micro-central» des meetings du PRDS (wallaahi elleeeh itfou!), j’essaie maintenant, dans la Mauritanie Nouvelle (haaaaaaaaaah, euski!!), de me racheter de tant de noirceur d’une âme politique qui ahane. On nous a dit qu’il fallait de la transparence, c’est pourquoi j’ai tenu à ce que tout puisse se voir comme à travers un «mbarass»… euh… euh… un grillage.



Monsieur le président,

Ce qui est inquiétant c’est que, autant le démarrage de l’implantation fut poussif, autant il s’avéra quasi impossible de maîtriser le volant une fois le moteur lancé : les adhérents venaient de partout, qui à pieds, qui à dos de chameau, qui par «tout droit», qui par mandat donné au leader de leur patelin. On recensa, on recENSA, on RECENSA, comme jamais on n’avait eu à recenser sous cette terre qui a, pourtant, vu bien des recensements : on recensa des personnes physiques, des personnes chimiques (je n’ai pas dit toxiques), des personnes géographiques, des personnes historiques, des vivants, des morts-vivants, des vivants-morts… l’essentiel étant que la carte d’identité nationale de l’intéressé fut présentée. Que voulez-vous, Monsieur le président, on ne peut, à cette période de l’année, exiger de nos militants de se déplacer en personne. On les croit sur parole s’ils nous disent qu’ils sont occupés. Après tout, ils ne sont pas comme les gens de l’opposition qui ne font que s’épancher dans la presse ou organiser des meetings…

Bebe BA a dit…

Si le peu d’empressement des militants à venir se recenser nous avait inquiété au début; c’est surtout le résultat final du nombre des inscrits qui plongera, après, toute l’opposition (gnaw!) dans la plus noire des inquiétudes : alhamdou lillah, le nombre de nos inscrits dans le quartier avait dépassé de loin celui des inscrits dans la liste électorale de la dernière présidentielle. C’est dire combien l’enthousiasme et la mobilisation étaient au rendez-vous pour montrer toute notre détermination à chasser du quartier, par notre âme et par notre sang, les ennemis du peuple qui se compromettent avec la Sionie pour entraver la marche inéluctable vers la victoire finale de la Mauritanie Debout.

C’est le lieu, ici, Monsieur le président, de féliciter et de remercier l’ensemble des frères qui, avec courage et abnégation, ont tenu à montrer la solidité de leur soutien aux idéaux incarnés par le parti de tous les dignes fils de ce pays.



Enfin, Monsieur le président, je ne voudrais pas qu’on m’accuse de collision avec Ahmed Daddah qui parlait d’ «objets votants non identifiés», mais il faut reconnaître que nos cartes d’identité à nous, bien que réelles, étaient si déterminées qu’elles partaient, toutes seules, partout, s’inscrire pour prouver leur amour indéfectible pour le parti… Quoi? Hein? Est-ce que ces cartes avaient des pattes pour se déplacer? Ben, elles chaussaient des patins, sans doute fournis, à notre insu, par l’opposition pour mieux faire patiner notre implantation. Ces ennemis de la nation perdent quand même leur temps : le train est lancé et, à l’image du programme nucléaire de nos amis iraniens, il n’a ni frein, ni marche arrière.

De toute façon, «la caravane aboie, les chiens passent».



Rachid LY

La Nouvelle Expression n°84

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Boycott de lit suivi de coups"

La Brigade Mixte de Gendarmerie a déferré lundi dernier un couple, un soldat et son épouse a-t-on appris de source judiciaire. Au parquet, ils ont été entendus. Le Procureur confie le dossier au Juge du 6e Cabinet qui les entend à son tour.

La ‘bonne’ dame se plaint d’être maltraitée et de recevoir régulièrement des coups sans aucune raison. Le soldat reprochait à son épouse de refuser à se soumettre quand elle est au lit et que cela a duré bien qu’il ait tout fait pour qu’elle change. C’est ce qui l’aurait poussé à la corriger, selon ses expressions.

Interrogée, la femme, reconnaît ce que son mari a dit, mais elle se justifie en disant : «je suis une personne et non une bête ». «J’ai besoin de me reposer de temps en temps » rétorque la dame. Les propos furent enregistrés et classés dans le dossier. Le militaire relâché sous contrôle judiciaire et l’affaire qui semble être délicate serait confiée à un Cadi.

Au palais de Justice, le militaire et son épouse, chacun d’eux traînait derrière lui une foule de supporters qui s’échangeaient des sales paroles a indiqué un policier chargé de la sécurité.

Info source : La Tribune n°499 via barrada.unblog
-----------------------------

Le bougre a bien dit:

"qu’il ait tout fait pour qu’elle change"

Il n'a pas encore compris que certaines femmes chez nous n'ont pas de limites dans leurs tétes.

Khattou ente vem dit le fou.

maatala a dit…

Salam

Notre cadi pourra toujours s'inspirer de l'histoire suivante pour régler les problèmes hormonaux de notre vaillant soldat:

Une femme alla voir le Cadi pour se plaindre de son mari, car ce dernier jamais satisfait lui demandait de remplir ses devoirs conjugaux toute la journée.

Le cadi trouva l'arrangement suivant: 5 fois par jour.

Après une semaine le mari insista lourdement pour dépasser le quota, la femme lui signala qu'il ne respectait pas les termes de l'accord conclu devant le Cadi.

Il proposa à son épouse de lui faire crédit sur le son quota de demain.

C'était pour le Fun dit le fou

Maatala(conseiller matrimonial à Barbes)

Anonyme a dit…

Bonjour Matalla.
Tu dis:
------------------------------
Salam

L'observateur
Ta saillie aurait été crédible si tu avais commencé par condamner cet acte et demander que justice se fasse avec la plus grande sévérité.
---------------------------
Je suis à l'opposé de ce que tu penses,car je ne défends pas une communauté contre une autre;ce que justement je te reproche à toi et à quelques autres intellectuels dont le rôle à mon sens devrait être,d'éviter tout ce qui divise et se concentrer sur ce qui unit nos communautés.célà étant précisé,il va sans dire que je condamne avec énergie l'acte criminel de ce malade mental et que je demande qu'il soit sévèrement puni pour son acte odieux...

et tu ajoutais:
----------------------------
Puisque tu joue au plus fin:

- On aurait dit quoi si c'était des négros qui avaient fait allégeance à Wade.

- On aurait dit quoi si les partisans du français avaient défiler pour appeler à son retour
---------------------------
Pour la 1ere question on aurait dit,comme pour ceux qui ont fait allégenace à Kaddafou,stop il est interdit de comploter contre son pays en permettant l'ingerance d'un pays étranger dans nos affaires intérieures.
Pour la seconde question,on aurait dit:pourquoi defilez vous pour une langue étrangère?.

et tu ajoutais:
----------------------------------
Tu dis:

"sachez que les subsides que vous recevez de l'étranger en contrepartie de ce travail sordide pourrait entraîner purement et simplement votre disparition et celle de votre pays (si vous êtes mauritaniens)..."
--------------------

Tu as des preuves de ce que tu avances?

La théorie du complot est dépassée mon pote, la mauritanie n'intéresse personne........

l'impunité conduira ce pays à sa perte dit le fou.

----------------------------------
Pour les subsides,je destinais mes propos aux associations et pas à toi.et s'il faut à chaque fois avancer des preuves,ne penses tu que tu devras cesser tes sorties enflammées contre tous ceux que tu connais...sans preuves.
Pour terminer,la Mauritanie,si elle ne t'interresse pas (tu le dis plus haut) interesse encore beaucoup de ses fils,ceux qui ne compltent jamais contre elle et oeuvrent toujours à son unité nationale.
L'observateur

Anonyme a dit…

zeidane ould soueid ahmed vient d'être arrêté au service des crimes économiques

vous aurez bientôt les détails de cette affaire avec tous les noms impliqués et pas des moindres

la peur s'est installée, on y trouve un colonel, des proches d'aziz qui se servent de cette proximité pour influencer la justice

le procureur est la république est pris entre le marteau est l'enclume

c'est la mafia à grande échelle

je vous dirai tout bientôt qu'importe la suite mais cette fois il n'y aura pas de retrait d'article

cioa ciao

Anonyme a dit…

ps: cette fois rien ne sera écrit sans l'aval du concerné , l'essentiel étant que toutes les parties de cette affaire sortent de l'ombre et qu'au plus sommet de l'état personne ne pourra dire qu'il n'est pas au courant

ainsi, nous saurons définitivement si aziz a ou non des cousins et amis dans l'exercice de ses fonctions ou s'il combat tous ceux qui se servent de leur proximité avec lui pour faire toute sorte d'entorse à la justice

à plus

Anonyme a dit…

Le continent africain invité à se départir de son ‘’égo linguistique’’

04/05/2010 11:46 GMT

Dakar, 4 mai (APS) – L’écrivain et journaliste mauritanien, Bios Diallo, a invité, mardi à Dakar, les Africains à se départir de leurs ‘’égos linguistiques’’ et à adopter une langue commune à l’échelle continentale, afin de sauver ‘’l’unité économique et éventuellement politique’’ du continent


S’exprimant à l’occasion d’un colloque international sur la vie et l’œuvre d’Alioune Diop, fondateur de la revue ’’Présence africaine’’, M. Diallo a estimé que ‘’le panafricanisme passe par un panalinguisme nécessaire à la sauvegarde de notre unité économique et qui sait politique’’.

‘’C’est indispensable. Et puisque nous ne faisons toujours pas corps avec notre langue propre, après l’échec des tentatives du swahili et de l’haoussa, ne boudons pas celles qui s’offrent à nous’’, a-t-il indiqué dans sa communication portant sur le ‘’Panafricanisme et le monde noir’’.

‘’Pourquoi ne devrait-on pas trouver une langue commune par laquelle on pourrait travailler dans n’importante quelle partie du continent ?’’, s’est-il interrogé, affirmant : ’’On ne peut pas réussir le panafricanisme si l’on ne communique pas et si l’on ne se comprend pas’’.

Selon lui, il ne serait pas ‘’blessant’’ de prendre le français, l’anglais ou même l’arabe comme support linguistique à l’échelle du continent. ‘’Ce sont des langues que nous utilisons le plus communément’’, a-t-il expliqué.

‘’Le bras tendu aux autres langues n’exclut pas que l’on œuvre pour la survie de nos langues propres. En Mauritanie et au Sénégal, on connaît des expériences réussies de l’enseignement des langues dites nationales’’, a fait valoir M. Diallo.

A cet égard, il a invité les Africains à se ‘’départir de leurs égos linguistiques et patriotiques, et aller a l’essentiel unitaire’’.

Il a ajouté : ‘’Cela aura pour avantage de permettre à tout Africain de travailler sans difficulté partout où il se trouvera sur le continent, une fois l’option panafricaine admise. Sans que cela ne fasse jamais de nous des Français, Espagnols, Portugais encore moins des Anglais de souche’’.

‘’Les langues nationales sont d’or. Depuis 50 ans, aucune communauté n’a voulu céder une seule syllabe de sa langue pour emprunter celle de l’autre, fut-il un Etat. Il serait cependant nécessaire que nous acceptions de renforcer nos connaissances des langues ayant déjà un parcours de commerce’’, a-t-il ainsi préconisé.



AKS/ASG

mouhamed

Anonyme a dit…

Le 23 Mai 2010 : 12e commémoration des victimes de l’esclavage colonial
Place de la Basilique à Saint-Denis, de 10h à 23h

Le 23 mai est, en France, la Journée dédiée à la mémoire des victimes de l’esclavage colonial. En mémoire des souffrances que subirent les esclaves africains, antillais, guyanais et réunionnais, le 23 mai est également une journée contre le racisme et l’esclavage qui sévit encore dans certains pays d’Afrique. Organisée par le CM98 et de nombreux partenaires, elle sera célébrée, cette année, sur la Place de la Basilique à Saint-Denis, de 10h à 23h. Au programme : films et débats sur l’esclavage, exposition des noms donnés aux Guadeloupéens et aux Martiniquais en 1848, prestations de groupes de musique...

--------------------------------------------------------------------------------

mardi 4 mai 2010
--------------------------------------------------------------------------------
Une journée en mémoire des victimes de l’esclavage colonial

Depuis la circulaire FILLON du 2 mai 2008 [1] , le 23 mai est la date commémorant en France hexagonale les victimes de l’esclavage colonial. La journée du 23 mai est à la fois un temps d’hommages religieux et républicains que les Antillais, les Guyanais et les Réunionnais rendent à leurs aïeux esclaves, et une grande fête populaire au cours de laquelle sont mis en valeur l’histoire de l’esclavage colonial (débats, films), les coutumes vestimentaires et culinaires des DOM, ainsi que leurs musiques traditionnelles.

Une journée contre le racisme et l’esclavage

En mémoire du martyre que subirent les esclaves africains, antillais, guyanais et réunionnais parce qu’ils étaient noirs, le 23 mai est également une journée contre le racisme et l’esclavage qui sévit encore en Afrique. Le 23 mai est l’élan de solidarité des descendants d’esclaves originaires des DOM envers ceux qui subissent des discriminations raciales (notamment en France), ceux qui sont encore esclaves (les Haratines de Mauritanie), et enfin, ceux dont l’humanité a été bafouée (le génocide arménien, la Shoah, le génocide des Tutsi…).

Le 23 mai est en France la commémoration de l’esclavage la plus fréquentée et la plus populaire ! Environ 10 000 Antillais, Guyanais et Réunionnais y participent chaque année.

Au programme : Films et débats sur l’esclavage, exposition des noms donnés aux Guadeloupéens et aux Martiniquais en 1848, prestations de groupes de musiques traditionnelles (gwoka, bèlè, mizik rasin haitienne, maloya) défilé des groupes de tambours au Champs Elysées et dans la ville de Saint-Denis, restauration antillaise, atelier de généalogie, dépôt de gerbes, célébration œcuménique à la Basilique de Saint-Denis, fête de la solidarité Lanmèkannfènèg animée par des artistes tels que Jocelyne Beroard, Bams, D de Kabal, Joyshanti, Krys, Loubaki, Majad, Neggüs, WRK.

Organisateur : Le Comité Marche du 23 mai 1998 (CM98), association antillaise créée en 1999 et implantée en Ile-de-France, est connu pour ses actions mémorielles et d’éducation populaire, mais aussi pour son atelier de généalogie et d’histoire des familles antillaises.

Partenaires : La mairie de Saint-Denis, le conseil régional d’Ile-de-France, le conseil général de la Seine-Saint-Denis, une quarantaine d’associations d’originaires des DOM. Cette année, conformément à ses engagements lors de la campagne électorale des Régionales, Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France, fait du 23 mai un événement régional.


[1] Circulaire FILLON : « La date du 23 mai sera, pour les associations regroupant les Français d’outre-mer de l’Hexagone, celle de la commémoration du passé douloureux de leurs aïeux qui ne doit pas être oublié ».

Anonyme a dit…

في اجتماع قادة جيوش دول الساحل: موريتانيا منزعجة من السياسة الفرنسية في افريقيا
الثلثاء 4 أيار (مايو) 2010

قائدا جيوش موريتانيا ومالي

تحدثت مصادر أمنية، شاركت في اجتماع قادة جيوش دول الساحل بالجزائر يوم 13 ابريل الماضي، أن الوفد الموريتاني شن هجوما عنيفا خلال الاجتماع علي الوفد العسكري المالي، منتقدا سياسة مالي في مجال مكافحة "الإرهاب". فبالنسبة لموريتانيا فانه علي قادة جيوش دول الساحل إدانة تصرفات مالي التي أدت إلي تحرير الرهينة الفرنسي، ابيير كامات، شهر مارس الماضي، وذلك قبل التوقيع علي أي بيان او اتفاق للتنسيق بين القادة العسكريين.

وأكد المصدر الأمني –الذي نقلت عنه صحيفة "l’Expression" هذه المعلومات- أن "العناد" الموريتاني لم يضعف طيلة أشغال الاجتماع، وكاد أن يتسبب في صدام دبلوماسي بين البلدين لولا تدخل قائد الجيش الجزائري الذي استطاع بصعوبة خفض حدة السجال بين الطرفين. وفي الكواليس كرر قائد الجيش الموريتاني اتهام باماكو تنفيذ أجندة فرنسا لغايات انتخابية بحتة. "بالنسبة للموريتانيين، الذين وصلوا حد التهديد بمغادرة الاجتماع، فإن الأولوية قبل كل شيئ هي إدانة التصرفات السيئة للفرنسيين في إفريقيا، لأن القضية مسألة مبدأ"، حسب مصدر الصحيفة الفرنسية.

وبالنسبة لبقية الوفود المشاركة –بما فيها الجزائر- فان الأكثر استعجالا هو رص الصفوف وتصحيح المسار قبل فوات الأوان. فالجزائر "تقر بخطورة السياسة الفرنسية في افريقيا، في الصحراء الغربية، في جزر القمر، وأن الماليين أداورا الزهر لدعوات الجزائر وموريتانيا بعدم الاستجابة لمطالب القاعدة بتحرير مواطنيهم مقابل تحرير الرهائن.. لكنها تفضل التهدئة لتلافي انهيار التعاون بين دول الساحل". فالجزائر تعتبر أيضا بان هناك خطوط حمراء لا يجوز لأي طرف تجاوزها حين يتعلق الأمر بإبرام الصفقات مع "الإرهابيين"، "هذه الخطوط الحمراء تم تجاهلها ببساطة من طرف الجانب المالي لأجل هدف واحد هو إرضاء قوة استعمارية سابقة".

Bebe BA a dit…

Vlane,

Tiens nous au courant!

Trundrumbalind a dit…

pan! sur le bec.

Anonyme a dit…

Il ne faut rien retenir. c'etait une erreur de retenir l'article ou de demander à Maatala et LM de le retirer. Yakhouya pendant que tu dors,"ils" sont capables de violer tes chevres et azzizzo n sait pas ces choses. Pisse tout et on s'occupe du reste. A-

===

zeidane ould soueid ahmed vient d'être arrêté au service des crimes économiques

vous aurez bientôt les détails de cette affaire avec tous les noms impliqués et pas des moindres

la peur s'est installée, on y trouve un colonel, des proches d'aziz qui se servent de cette proximité pour influencer la justice

le procureur est la république est pris entre le marteau est l'enclume

c'est la mafia à grande échelle

je vous dirai tout bientôt qu'importe la suite mais cette fois il n'y aura pas de retrait d'article

cioa ciao

4 mai 2010 17:08

Anonyme a dit…

si ça ne tenait qu'à moi
je sais ce qu'il faut faire pour que cela arrive aux oreilles de aziz très vite car je n'ai rien à perdre et tous ces amis de aziz ou pas amis, procureur général colonel ou général, je m'en tape royalement, on ne craint que dieu

mais les autres ont encore des familles et les gens sont puissants, sangue de petits escrocs qui officient en bande et qui détruisent la vie des gens en prenant en verre de thé gros et gras à force de sucer ce pays et mépriser les mauritaniens sans appui,

pour l'instant, la bichor

on verra

merci à tous

Anonyme a dit…

Général vladimir,

J n'ai vu ton message que mainteant. Je la ferme. Tu as tout compris.Je t'ai lu entre les lignes et tu as compris et j'ai compris mieux qu'avant. Je la ferme hag hag. Je vais mourir moins idiot.

fledmarshall A-


===

Mon général a dit:

Herr fledmarshall A-

Flint 10 et Tamanrasset c'est pas contradictoire! S'il n y avait pas eu Pansahel puis Transaharian et enfin africom il n y aurait pae eu l'inter-operationnalité à Tamanarasset. Ce qui se passe à Ouaga c'est de l'entrainement la coordination du renseigenement et les exercices conjoints . Ce qui va se passer à Tamanarasset c'est la direction effective d'operations de combat . presque tout ceux qui sont à tamanraseet sont egalement à Ouaga. On ne peut dire aux Amerloques " Stop your war against terrorism because algeria is going to do it".Seuls les algeriens champions de la manip font croire qu'ils ont financé Tamanrasseet pour eviter l'intervention etrangere et il se trouve qu'il y a bien des idiots qui gobent cela.
Pourtant il y a bien une base US Tamanrasset. Dans ce sale dossier il y a que nous qui jouions franc jeu avec ces faux jetons.
Et nous on est francs avec les autres et faux jetons entre nous. bien fait pour frimousses

General vladimir

3 mai 2010 10:16

maatala a dit…

Salam

L'observateur

tu as dit;

" travail sordide pourrait entraîner purement et simplement votre disparition et celle de votre pays (si vous êtes mauritaniens)..."

--------------------------------


-Dénoncer l'esclavagisme

-Dénoncer l'impunité

C'est selon toi un "Un travail sordide"

Ceux qui le subisse doivent selon toi au nom de la survie de la mauritanie continuer à subir.

Dans ce pays ce sont toujours les victimes qui doivent faire des sacrifices au nom de l'intérêt suprême.

L'intérêt et le poids économique de la mauritanie frise le moins l'infini dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Maata:

Tu es un expert dans ce domaine dans la mesure ou' tu es la seule personne qui peut utiliser l'ordinateur de sa voisine a' 2 heures du matin.

Anonyme a dit…

Je suis d'accord avec Mr. Samory Ould Bey pour dire que les dockers doivent avoir de meilleures conditions de travail et doivent etre mieux paye's. Franchement je ne peux pas m'aventurer a' fixer un prix quelconque pour decharger la tonne parce que ma connaissance dans ce domaine est tres limite'e. Nous avons tout un departement ministeriel, des employeurs,des employe's,un parlement et des syndicats pour arriver a' une decision qui sera accepte'e par toutes les parties.

C'est extremement important d'humaniser le developpement. Ces pauvres dockers vivent dans les Kebat ou' la pauvrete' est omnipresente et la misere est generale. Le capitalisme sauvage, la corruption et l'affairisme ne sont bons pour personne. Don't get me wrong, je suis un capitaliste mais mon militantisme est pour un capitalisme a' visage humain.

Comme je l'ai souligne' plus haut, je n'ai pas de solution a' ce probleme. Cependant, j'ai les questions suivantes:
1- Que dit le code du travail a' propos des contrats gre' a' gre'?
2- Est-ce que le gouvernement et le parlement doivent intervenir en faisant passer des nouvelles lois qui determineront comment et combien les dockers Mauritaniens doivent etre paye's?
3-Est-ce que l'etat a un systeme qui permet aux dockers qui tombent malades de continuer a' percevoir un salaire?
4-Est-ce qu'il y a un systeme en place qui leur permet d'avoir quelques jours de repos par an?
5- Faut-il laisser le marche' de l'emploi decider?

C'est important de travailler ensemble pour repondre a' plusieurs questions afin de mettre fin a' cette situation de frustration et d'injustice.

La marmite familiale Mauritanienne est toujours vide!!!!!

Anonyme a dit…

Si le lien AQMI-FARC, les airs cocaine chez notre voisin et les prises d'otages sont fabriqués pour en arriver là, je leur tire mon chapeau. Tout ce boucan pour justifier la militarisation de l'Afrique pour barrer la route aux chinois. On profite aussi de la mort de Ya'Ardua du Nigeria (qui était contre l'installation de bases en Afrique) pour inclure ce pays, fallait y penser. Espère que les protestations de l'Algérie, ce n'est pas de la fumée. J'espère que je me trompe. Vais relire keenan. A-

===
Manoeuvres africano-euro-américaines contre "terrorisme" et trafics.

Des manoeuvres militaires réunissant des soldats de plusieurs pays d'Afrique et d'Europe sous supervision américaine ont été lancées lundi depuis Ouagadougou, en vue de renforcer la lutte contre le "terrorisme" et la criminalité dans la région sahélo-saharienne.

Dénommé "Flintlock 10", l'exercice militaire dont le centre de commandement est établi dans la capitale burkinabè se déroulera jusqu'au 22 mai au Sénégal, au Mali, en Mauritanie, au Tchad, au Nigeria et au Maroc.

Neuf pays africains (Algérie, Burkina, Mali, Maroc, Mauritanie, Nigeria, Sénégal, Tchad et Tunisie) et cinq pays d'Europe (Belgique, Espagne, France, Pays-Bas, Royaume-Uni) prennent part à l'opération dont le commandement est assuré par les Etats-Unis et le Burkina.



Environ 1.200 soldats participeront à l'exercice, dont 600 des forces spéciales américaines, plus de 400 Africains et 150 Européens. Ces opérations se déroulent en grande partie dans la zone sahélo-saharienne, investie depuis quelques années par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) - qui y pratique des prises d'otages occidentaux - et théâtre de nombreux trafics (êtres humains, drogue, cigarettes...).

Cet exercice "facilitera la coopération régionale en matière de sécurité et de lutte contre les organisations terroristes", a déclaré le commandant adjoint des activités civilo-militaires d'Africom (commandement militaire américain pour l'Afrique), Anthony Holmes.

"Il s'agit de poursuivre la mise en oeuvre d'une véritable vision stratégique pour les pays de la zone sahélo-saharienne avec tous les voisins les plus proches, afin de parvenir à l'éradication du terrorisme et de la criminalité transfrontalière sous toutes ses formes", a estimé le ministre burkinabè de la Défense, Yéro Boly.

Devant la presse, le ministre a saisi l'occasion pour affirmer que "le Burkina Faso ne s'est jamais proposé d'accueillir une base militaire américaine ou d'abriter le siège militaire d'Africom", en réponse à certaines rumeurs courant depuis quelque temps à Ouagadougou.

"Nous n'avons pas demandé au gouvernement burkinabè d'abriter une base d'Africom", a souligné Anthony Holmes, indiquant que "la position du gouvernement américain est que la base d'Africom va rester en Allemagne parce qu'il (y) existe des ressources, des infrastructures".

Washington avait tenté d'implanter sur le continent le QG d'Africom, créé en 2007, mais avait essuyé des refus de plusieurs capitales africaines, dont Alger et Lagos.

AFP

Anonyme a dit…

Rimo,

Pour toi. C'est Flintock 2009. Depuis lors on a pris 5 otages chez nous, negocié leur liberation par ATT contre du cash, et AFRICOM continue à depenser des centaines de millions de $ sur les armées africaines. Je crois qu'Africom a eu c qu'il voulait et les français sont aussi "embedded" dedans comme les journalistes avec l'armée US lors de la dernière guerre en Irak. Avec Flintock 10, c'est terminé: les bases seront là pour toujours et les nigeriens commencent déjà à enquiquiner les chinois. Pour ceux qui lisent anglais, je vous passe le lien d'un site "Sahelblog" où on trouve des choses interessante. Tout est à lire avec intelligence bieb sûr. La vidéo ressemble à un film d'intrigue. C'est mon impression. Je crois que ATT ne joue pas franc jeu.

A-

http://www.youtube.com/watch?v=M-6mg1srnVY&feature=player_embedded#!

Anonyme a dit…

Le lien à Sahelblog ci-dessous . Il y a un post sur la Chine et le Niger et un autre sur Flintock 10. Je vais lire attentivement ces posts pour mieux saisir quelques nuances. Tout ce que je ne souhaite pas est que nous devenons une cible si les iraniens et les occidentaux ne s'entendent pas sur le programme nucléaire de ce pays. Où va t-on? A-

http://sahelblog.wordpress.com/

Anonyme a dit…

Bebe Ba:

Je declare Rachid Ly successeur d'AL MARHOUM Habib Ould Mahfoudh.
Croyez-moi si je vous dis que suis toujours entrain de rire.
Je vous remercie d'avoir partage' avec nous cet excellent ecrit de Mr. Ly.

Anonyme a dit…

Excellent article du Financial times. Donne des infos sur le potentiel energetique du pays (uranium, petrole, gaz) et la justification pour la militarisation de l'Afrique par la coalition US-quelques pays de l'UE. Les enjeux sont très gros, d'où la necessité pour les grands de tenir une partie de l'Afrique entre des tenailles. Déja, il y a le fameux Trans-Saharan Gaz Pipeline (TSGP) qui ira du Nigeria, passant via le Niger pour se connecter sur les terminaux algériens. Ce gazoduc de 1.400 kms servira à approvisionner l'europe en gaz à partir de 2015. Pour securiser ce gazoduc et mettre la main sur le petrole, l'uranium et le gaz, il faudra tout securiser du Nigeria, Niger, Mali jusqu'en Algérie. Tout en esperant me tromper ici, tout ce tam-tam autour des trafics, terrorisme et lien entre AQMI et les FARC, c'était pour trouver une justification pour cette operation grandissante de Flintock d'aujourd'hui. L'égorgement de l'otage britanique par AQMI, l'assassinat de l'americain à Nouakchott et l'assassinat des touristes français à Aleg faisaient-il partie de ce plan?

Comme le dit cet excellent article du Financial times (But Beijing is thinking in decades - Beijing pense en decennies), cette coalition pense t-elle en decennies aussi? J'espere qque je me trompe. Si j'avais le temps, je pourrai écrire la-dessus un gros volume. Ceci ne peut se faire sans la complicité des algériens qui ont en main la carte maitresse de tout ce jeu: faciliter l'approvisionnement de l'Europe en gaz vers 2015. Keenan a probablement raison.

J'espere reellement que je me trompe. Il faut etre honnete avec soi-meme. Bonne nuit. A-

http://blogs.ft.com/beyond-brics/2010/05/03/africa-a-coup-in-niger-raises-questions-about-chinas-tactics/

Anonyme a dit…

L'aticle de Keenan. Le seul en français. A-

http://www.rue89.com/2010/02/05/otage-au-mali-pierre-camatte-sera-t-il-sacrifie-136443

Anonyme a dit…

A-

Yekhouya SEMI!!!
Il n'y a absolument rien d'extraordonaire dans sahelblog.
L'audit n'a rien a' voir avec la Chine.
Aucun pays ne veut du mal a' la Mauritanie mais si on developpe des relations avec des pays qui n'ont aucun respect pour les droits de l'Homme et qui sont connus pour leurs activite's terroristes, il faut dire qu'on se cree des problemes. Soyez intelligents dand vos strategies et vos alliances. Ne soyez surtout pas suicidaires!!!!!
Le Mali defend ses interets. La Mauritanie ne doit pas hesiter de faire la meme chose.
Je conseille vivement de devolopper de tres solides relations avec le Maroc.

Anonyme a dit…

Interessants arguments contre Gèze et Mellah, mais pas convainquants. A lire de toutes les façons par ceux que les théories du complot semblent idiotes. Je n'en fait pas partie. A-

http://www.rue89.com/2007/10/02/sur-lalgerie-les-theories-du-complot-de-francois-geze

Anonyme a dit…

Sr la militarization de l'Afrique. Des vidéos. A-

http://zeroanthropology.net/2010/03/27/africom-human-terrain-empire-and-anthropology/

Bebe BA a dit…

Ould Abdelaziz manipulé par Alger ?
Mercredi, 05 Mai 2010 09:01

L’Algérie ne décolère pas contre le Mali. Depuis la libération par Bamako, en mars dernier, de membres d’Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) qu’elle détenait suite à un “deal” négocié au plus haut niveau avec la France, Alger multiplie les remontrances à l'encontre de son voisin du Sud.


En accueillant, le 13 avril dernier, le sommet des chefs d’état-major des sept pays du Sahel, l’Algérie a sous-traité le « sale boulot » à la Mauritanie. Connaissant l’animosité que nourrit l’actuel pouvoir mauritanien envers le Mali, des missi dominici algériens ont promis à Nouakchott de l’épauler si jamais elle s’attaquait frontalement à la Mauritanie lors du sommet. Les Mauritaniens n’ont pas eu besoin de beaucoup se faire prier. Dès l’entame du conclave, la délégation envoyée par Ould Abdelaziz a eu des mots très durs à l’encontre des Maliens, les accusant de faire le jeu des Français et de fricoter avec les réseaux terroristes. Choqués, les Maliens menacent alors de se retirer et de faire capoter la réunion. C’est alors que les Algériens interviennent pour calmer le jeu et rassurer la délégation malienne en insistant sur la réunification des efforts de tous les pays concernés. Les Mauritaniens n’en
revenaient pas du double langage tenu des officiels algérien, qui en coulisses les remontaient contre Amadou Tooumani Touré et en plénière gardaient leurs distances avec la colère de Nouakchott.
Les dirigeants mauritaniens se sont enfin rendus comptes qu’ils ne pouvaient pas continuer à attaquer le Mali, soutenu par la France, sans subir les foudres de Paris.


Maghreb Intelligence

Bebe BA a dit…

Zein Ould Zeidane et son groupe chez Adil ?
le 05-05-2010 à 00:20

Ce serait imminent ! Le groupe de l’ancien premier ministre Zein Ould Zeidane va, dit-on, rejoindre la coalition formée des partis Adil, l’Alternative et le RPM.

Dans une seconde phase, cette coalition envisage de se ranger résolument du côté des autres partis de l’opposition.

Rappelons que Zein Ould Zeidane a soutenu lors de la dernière présidentielle Ahmed Ould Daddah. Après l’annonce du scrutin, il a envisagé un moment s’écarter de la politique.

Mais, selon nos informations, l’ancien premier ministre et d’autres cadres ont finalement décidé « de ne pas démissionner de leurs responsabilités au moment où le pays traverse une mauvaise passe ».

Ould Zeidane, qui jouit d’une bonne réputation d’intégrité morale, est, aussi, un excellent technocrate dont les compétences sont très appréciées des institutions de Brettons-Wood. On a encore en mémoire son jackpot en décembre 2007 lors de la réunion avec les partenaires au développement à Paris.

Lors de son passage au Premier ministère, il avait eu des démêlées avec la plupart de ses soutiens politiques qui espéraient tirer profit de ses prérogatives. Ces derniers ont fini par le quitter pour d’autres émules.

Son départ de la primature a fait pousser, à l’époque, un ouf de soulagement du côté du cercle proche de l’ex-premier dame. Il laissait enfin la voie libre aux prédateurs. La suite tout le monde la connaît.

aos/rim24

Bebe BA a dit…

Pour A-,

Trois islamistes armés tués au sud de Tizi Ouzou
(Xinhuanet 05/05/2010)

Trois islamistes armés ont été abattus par des éléments des forces de sécurité, mardi vers 14 heure locale (13 heures GMT), à Draa El Mizan, à 40 kilomètres au sud de Tizi Ouzou (nord-est), a rapporté le quotidien francophone El Watan sur son site internet.

Ces éléments du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) qui étaient à bord d'une voiture de marque Renault Clio immatriculé à Boumerdès (à une cinquantaine de kilomètres à l'est d'Alger), ont été filés par des policiers en civil avant d' être tués à l'entrée de la ville de Draâ El Mizan, plus précisément à la cité EPLF, selon El Watan.

Les corps de ces islamistes armés ont été transportés vers la morgue de l'hôpital Krim Belkacem de la même ville, où ils sont actuellement en cours d'identification.

Par ailleurs, une vieille femme de 60 ans a été blessée, mardi à 11 heures, dans l'explosion d'une bombe de fabrication artisanale près du village Boumansour, commune de Yakourène, à une soixantaine de kilomètres à l'est de Tizi-Ouzou, rapporte El Watan.

La victime qui était en train de garder ses moutons dans un champ à proximité de la forêt, a marché sur une bombe enfouie sur la terre, selon des sources locales. Elle a été blessée au niveau de la jambe après la déflagration de l'engin explosif, ajoutent les mêmes sources qui précisent également que la victime a été évacuée à l'hôpital d'Azazga où elle est toujours en observation médicale.

Anonyme a dit…

Je pense que le probleme entre le Mali et la Mauritanie a ete' regle'.
Abdel Aziz agit en fonction de ses emotions, ce qui est tres grave pour notre pays. Il serait preferable d'avoir des hommes et des femmes capables de lui dire la verite'. La Mauritanie et l'institution presidentielle sont beaucoup plus importantes que la personne Abdel Aziz.
Le conseil le plus important que j'ai pour lui est de ne prendre aucune decision pendant ses moment d'emotions.

Le Mali n'est pas l'ennemi. La merde vient de l'Algerie. L'AQMI EST UNE CREATION ALGERIENNE.Maintenant nous faisons le mercenaire pour eux.
Faisons attention aux nombreuses foutaises qu'on veut imposer a' la Mauritanie. Quelques operations de la police plus la collaboration des populations locales peuvent bien neutraliser les cellules terroristes en Mauritanie. Il ne faut absolument pas accepter a' ce qu'on transforme notre pays en une zone de guerre comme l'Irak ou l'Afghanistan. BE EXTREMELY CAREFUL. C'EST L'EXISTENCE MEME DE LA MAURITANIE QUI EST EN JEU. IL Y A CERTAINE CHOSES QUE LA MAURITANIE NE PEUT PAS SUPPORTER!!!

Anonyme a dit…

Merci Bebe Ba pour cet article ci-dessous. C'est très grave. Je crois que azzizzo est sous chantage par les algériens. Ou bien il est dans un jeu depuis le début. A-




===

Ould Abdelaziz manipulé par Alger ?
Mercredi, 05 Mai 2010 09:01

L’Algérie ne décolère pas contre le Mali. Depuis la libération par Bamako, en mars dernier, de membres d’Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) qu’elle détenait suite à un “deal” négocié au plus haut niveau avec la France, Alger multiplie les remontrances à l'encontre de son voisin du Sud.


En accueillant, le 13 avril dernier, le sommet des chefs d’état-major des sept pays du Sahel, l’Algérie a sous-traité le « sale boulot » à la Mauritanie. Connaissant l’animosité que nourrit l’actuel pouvoir mauritanien envers le Mali, des missi dominici algériens ont promis à Nouakchott de l’épauler si jamais elle s’attaquait frontalement à la Mauritanie lors du sommet. Les Mauritaniens n’ont pas eu besoin de beaucoup se faire prier. Dès l’entame du conclave, la délégation envoyée par Ould Abdelaziz a eu des mots très durs à l’encontre des Maliens, les accusant de faire le jeu des Français et de fricoter avec les réseaux terroristes. Choqués, les Maliens menacent alors de se retirer et de faire capoter la réunion. C’est alors que les Algériens interviennent pour calmer le jeu et rassurer la délégation malienne en insistant sur la réunification des efforts de tous les pays concernés. Les Mauritaniens n’en
revenaient pas du double langage tenu des officiels algérien, qui en coulisses les remontaient contre Amadou Tooumani Touré et en plénière gardaient leurs distances avec la colère de Nouakchott.
Les dirigeants mauritaniens se sont enfin rendus comptes qu’ils ne pouvaient pas continuer à attaquer le Mali, soutenu par la France, sans subir les foudres de Paris.


Maghreb Intelligence

Anonyme a dit…

Couli est maintenant de mon avis.Il a lu Keenan. Le plus dur reste TITAN.

====
Couli a dit:

Le Mali n'est pas l'ennemi. La merde vient de l'Algerie. L'AQMI EST UNE CREATION ALGERIENNE.Maintenant nous faisons le mercenaire pour eux.

Anonyme a dit…

Lu sur LE CALAME:
Admed Ould Cheikh a dit:
"attention au retour de manivelle!"

YA LATIF!
==============

L’information, relayée par le journal français «Le Républicain Lorrain», n’a pas encore fini de faire parler d’elle. Les propos, probablement off the record, accordés au journaliste français Philippe Waucampt, par le «Monsieur Afrique » de l’Elysée, André Parant, continuent de faire des vagues, entre la France et certains pays africains.
(....)

peut-on parler de révélations ? Petit florilège: «Il existe, au Sénégal, un risque certain d’instabilité» et «un projet de succession monarchique non avoué. […] Gbagbo est de la pire des espèces. Avant, il était boulanger mais, maintenant, c’est un pâtissier. […]

Ali Bongo est un bambin à qui l’on a donné une sucette déjà consommée. […] Le général Aziz est un dictateur peint en démocrate. Il a organisé des élections frauduleuses. On a, simplement, fermé les yeux». Et autres aménités du même genre, sur Faure Gnassingbé, président du Togo, et Denis Sassou Nguesso, du Congo.Mais quelle mouche a piqué Parant pour se répandre, ainsi, dans la presse, brisant la sacro-sainte «retenue diplomatique»?

A-t-il parlé pour lui ou exprime-t-il, en off, les craintes de certains diplomates français, inquiets des dérives de la Françafrique?
(...)
Que faut-il en déduire, pour nous Mauritaniens?

Que la France ne tient pas en haute estime Ould Abdel Aziz? Qu’elle a sciemment fermé les yeux sur notre dernière élection truquée? Il est avéré que l’élu du 18 Juillet 2009 reste sous surveillance à Paris comme à Bruxelles, sans doute selon des critères différentes. Paris pense sécurité, alliance américaine et investissements pétrolier, gazier, Total et autres.

Bruxelles pense chapitre VII des accords de Dakar. En refusant tout dialogue avec l’opposition, le président de la République court le risque d’avoir à partager crédibilité et interlocuteur avec ses opposants de plus en plus entendus ailleurs qu’au palais et faute du palais…

Mais il reste que pendant l’année putschiste, une poignée d’irréductibles ont préféré l’intérêt de la France – et le leur – à celui de la Mauritanie. Que leur pays soit médit, que leur petit calcul d’épicier ne soit rentable qu’à court terme, ils n’en ont cure. Pour eux, seul le profit immédiat compte. Mais attention au retour de manivelle! Chez nous et ailleurs.

Ahmed Ould Cheikh

Anonyme a dit…

A propos de l'acronyme UPR:

UPR = Union des Prédateurs Recyclés

Qui dit mieux ?

KIDAM

Anonyme a dit…

UPR = Union des Prostituées de la République


rimo

Anonyme a dit…

LE MALI n'est et ne sera jamais l'ennemi de la Mauritanie, mais un peuple frere et pacifique. il y'a une complementarité vitale pour nos deux peuples pour ne pas dire le meme peuple au-dela des nos pietres politiciens.

mouhamed

Anonyme a dit…

UPR = Union de Politicards Rapaces

UPR = Un Parti de Requins

UPR = Unis Pour Raqueter

Sanhaji

Bebe BA a dit…

L'équilibre de la terreur!

************************************************************

La police arrête plusieurs dockers
La police a arrêté ce matin 5 mai 2010 plusieurs dizaines de dockers suite à l’agitation que connaît actuellement cette profession.

Les interpellés se trouvent actuellement au commissariat de police de Tevragh Zeina en face du siège des Nations unies à Nouakchott. D’autres « meneurs » feraient l’objet d’opération de recherche.

Alerté, le Secrétaire général de la CLTM, Samory Ould Bey, s'est rendu dans les locaux du commissariat de police. Il serait venu de son propre chef s’enquérir des raisons de l’arrestation des porteurs affiliés à son organisation syndicale.

Rappelons que la section du syndicat professionnel des porteurs affiliés à la CLTM avait remis lundi dernier au wali de Nouakchott une plateforme revendicative assortie d’un ultimatum de grève générale.

Aujourd’hui, il était prévu de tenir avec le Hakem de la moughataa une réunion élargie à l’ensemble des délégués syndicaux de la section professionnelle des porteurs.

rim24.info

Anonyme a dit…

UPR = Union des Poux Rangées
UPR = Union des Poules Rouges
UPR = Union des Pauvres Redoublants

Anonyme a dit…

Bizarre: rien dans la presse algérienne sur Flintock 10.

Pour vous amuser un peu, une bombe à la Sarr de Taqadoumy sur un gouverneur plus rapide que Khattou:


Nouveaux visage de la corruption sous Aziz : un Wali achète une villa à 52 millions UM (PHOTOS)
05-05-2010
En Mauritanie, le Wali (gouverneur) est responsable de la gestion publique et du maintien de l’ordre dans une région et le pays en compte 13. Il est nommé par le conseil des ministres et dépend directement de celui de l'intérieur. Son salaire, toutes indemnités comprises, ne dépasse pas 290.000 ouguiyas par mois.


Récemment, Zeinebou Mint Ahmednah, Wali du Brakna, a acheté une villa et un terrain de 600 mètres carrés situés à Tevragh Zeina (module-I), au prix de 52 millions ouguiyas, ce qui correspondrait à 15 ans de salaire d'un Wali ; or, Madame Mint Ahmednah a été nommé juste après le coup d'État du 6 août 2008.

D'où lui vient cette fortune soudaine ? Taqadoumy a enquêté et quelques pistes se dégagent : selon des sources au sein du ministère de l'intérieur, peu après son arrivée au Brakna, le Wali a mis en place un système de détournement qui lui permet d’accaparer, en plus des crédits allouées à la Wilaya, les ressources transférées aux communes par le canal du Fonds régional de développement (FRD), les aides humanitaires aux populations et les secours d’urgence.

Pour y parvenir, elle a tissé, courant 2008-2009, de solides relations avec le directeur du budget de l'époque Zeini Ould Ahmed Elhadi et le secrétaire général du ministère de l’intérieur Macina Mohamed Elhadi. Ce avait été nommé à ce poste lors de la transition 2005-2007. Il s'est rendu celèbre en devenant le premier fonctionnaire à effectuer un remboursement au Trésor public suite à une enquete de l'Inspection Générale de l'État (IGE) qui lui réclamait 47 millions ouguiyas.

De connivence, les deux fonctionnaires élaborent un système de détournement et d’escroquerie dont la mécanique est aujourd’hui bien huilée ; il implique :

- Des maires ravis de pouvoir mettre dans leurs poche plus de 30% des fonds alloués à leurs communes par l'État, surtout qu’ils sont, en contrepartie, affranchis du contrôle dont la charge revient à l’Administration territoriale ;

- Des commerçants locaux qui servent de circuit de liquidation du matériel volé, de l'aide et de l'assistance non monétaire... etc.

- Enfin Ahmed Ould Ahmed Salem, un inamovible trésorier régional, sur place depuis plus de vingt ans et dont l’expérience cumulée défie toutes les investigations et décourage l’intelligence la plus fouineuse.

Depuis le limogeage de l'ex directeur du budget, son rôle direct semble désormais se poursuivre sous la supervision du secrétaire général du ministère de l’intérieur, aidé, dans ses manœuvres, par Ali Ould Mohamed Salem, un conseiller à la Présidence lequel, à son tour, reçoit sa part du pactole.

Le mécanisme génère d’importants volumes de ressources dont le partage reste à élucider. Au niveau actuel de notre information, il est établi que les communes du Brakna reçoivent plus de 270 millions ouguiyas annuels de l'État, par le canal du FRD. Le volume global des aides, toutes formes et origines confondues, est estimé à plus de 900 millions ouguiyas par an.

Le total exact de la manne générée et sa répartition entre les divers acteurs est en cours d’estimation. Les résultats des travaux en cours seront publiés prochainement, par Taqadoumy.

D'autres activités suspectes dans les autres Wilaya suscitent une attention soutenue et des efforts de recoupement par l’équipe de Taqadoumy. Leur publication suivra dès l’achèvement des conclusions.

Anonyme a dit…

Une intéressante emission sur le journalisme en mauritanie sur la television nationale se passe en ces moments .

Anonyme a dit…

UPR: Union des pots rouillés

UPR: Union des poltrons ratés

UPR: Union des ploucs ruinés

Anonyme a dit…

les zamis, il paraît que sur un site en arabe un article est sorti au sujet de l'affaire de trafic d'influence dont zeidane ould soueid ahmed fait encore les frais en passant une nuit de plus au service des crimes économiques

il paraît aussi que l'autre partie court dans les rédactions avec leur version

demain inch'allah, après 48h , le procureur général devra ordonner soit une relaxe soit renouveler l'ordre de le garder derrière 4 murs soit l'envoyer en prison

je suis en train de voir au plus près l'affaire d'un point de vue purement juridique et c'est accablant pour la justice de la mauritanie nouvelle

ne parlons même pas de tous ces gens qui tirent les ficelles, je crois que c'est un piège et qu'on veut nous envoyer faire la diffamation présumée car il faut des preuves même quand on sait qui est derrière

nous verrons plus tard s'il faut lâcher tous les noms et expliquer les liens des uns avec les autres

pour l'instant nous nous contenterons de mettre le procureur général face à la loi, il devra bien s'expliquer s'il peut en croyant qu'on vit encore sous la dictature et si nous ne vivons plus sous le règne de l'arbitraire nous le saurons et personne ne pourra dire " je ne savais pas "

cela arrivera inch'allah aux yeux et oreilles d'Aziz et nous verrons bien ce qu'il décidera surtout qu'il s'agit de gens qui savent faire tourner la machine judiciaire à leurs profits financiers mafieux le tout sur le dos de l'amitié azizienne

le droit rien que le droit preuve à l'appui et la justice

je remercie tous les webmasters et journalistes , les anonymes ou non prêts servir de voix à la justice

ce qui se joue là c'est savoir si on va éternellement se laisser écraser par les mafieux ou s'il est temps de dire définitivement " plus jamais ça"

ciao ciao

Anonyme a dit…

ciao ciao

6 mai 2010 00:18

6*5*2010= 18* 3350

fameux 6 : 3350= 18*186,...

ajib

on ne craint que dieu

Anonyme a dit…

ps: je viens d'apprendre à l'instant qu'il vient en pleine nuit de recevoir la visite " des flics" et on lui ordonne de livrer " les clès de la société " , où on le jette en prison

par dieu, je le jure ici devant vous que demain je vais voir au plus près ce qu'il en est juridiquement afin que tout droit de réponse soit condamné à être vide

et que les fumiers qui sont derrière cette affaire seront connus du grand publique quoi que cela nous coûte et Aziz sera mis face à ses amis et sa justice

il faudra alors nous enfermer aussi

Anonyme a dit…

UPR = Union des Plongeurs Perdus
UPR = Union des Poupées et des ramssis

Anonyme a dit…

Lettre a' un Mort du nom de Habib Ould Mahfoudh:

Mon cher Mort,

C'est le vivant Rachid Ly qui vient vous deranger du fin fond de votre tombeau. C'est bien lui qu'il faut blamer et non moi. Il travaille au journal que vous avez cree' et il est entoure' de plusieurs de vos anciens amis qui n'ont toujours pas votre talent. Rachid est different, j'ai bien l'impression qu'il est votre enfant illegitime que vous avez cache'. Il marche, s'habille et ecrit comme vous. Comme vous, il est harcele' par la politique Mauritanienne. J'aurais bien voulu associer les mots politique Mauritanienne et evolution mais je ne peux pas. Nous avons toujours Boulkheroide et Daddahoid qui datent de l'age de la pierre taille'e, ils continuent a' s'allier, se separer, s'allier, se separer, s'allier puis se separer et finir par s'allier pour savoir qui peut tromper qui.

Mon cher Mort, vous auriez du^ vous passer de cette missive mais je ne vois aucune raison d'avoir pitie' de vous, du fin fond de l'obscurite' de votre tombeau. Comme vous l'avez certainement constater, je suis entrain de m'inspirer de votre "lettre au chameau" pour vous choquer afin de vous ramener dans le monde des "vivants." Je ne me trompe pas en utilisant les guillemets, franchement je ne sais plus la difference entre le monde des opprime's, des affame's et des marmites vides que nous sommes et celui des morts qui se caracterise par la profondeur du tombeau et l'obscurite'. Aujourd'hui, nos maisons, nos cases et nos tentes sont devenues nos tombeaux et l'obscurite' est presente dans tous les secteurs publiques qui sont sense's nous servir.

Mon cher mort, je t'ecris pour pleurer ma marmite familiale Mauritanienne qui est toujours vide. C'est bien con de ma part d'ecrire a' un mort mais ne vous inquietez pas car mes betises sont devenues legendaire. Seule ma grand mere pense que je suis intelligent.

Mon cher Mort, notre Hajab national est un natif de Louga. Il a fait recule' notre pays du Moyen age intellectuel qui etait l'age d'or de votre chameau au moyen age "faminal". Il ne s'agit plus de consommer ce que nous ne produisons pas. Il s'agit tout simplement de ne plus consommer. Nos chapelets d'aujourd'hui font peur, nos dechets toxiques ne se limitent plus aux dunes. Maintenant on les rencontre dans les eaux de nos cotes aussi. Nos poissons sentent...petrole, nous attendons toujours la couleur de l' argent de notre gisement. Nous ne savons toujours pas quelle langue faut-il utiliser pour notre administration et nos ecoles et le PRDS a recule' pour devenir le PRDR. Il a connu une renaissance et a evolue' pour devenir UPR. Il ressemble a' un gros camion balayeur qui ramasse tout sur son chemin. Ces cellules de plantation ou d'implantation (allez-y chercher le mot),utilise de nouvelles methodes qui ne sont pas connues des meilleurs experts en statistiques. On compte puis on recompte. Si on n'est pas satisfait des chiffres on compte puis on recompte encore. On finit toujours par ajouter quelques morts aux listes du parti avant de proclamer les resultats. Mon cher mort, j'ai proteste' contre l'existence de ton nom sur la liste UPR mais on m'a fait comprendre qu'il s'agit d'un autre Habib Ould Mahfoudh qui a cree' le Calame et qui est mort depuis plusieurs anne'es.

a' suivre

P.S. cet ecrit n'est rien d'autre
qu'une mauvaise adaptation de lettre a' un chameau par feu Habib Ould Mahfoudth

Anonyme a dit…

Vlane,

On attend des infos de ta part. Je te l'avais dit: pendant que tu dors, ils te violent tes chevres et la grand-mère du voisin. Prepare bien ton info. S'ils ont tord, canalh ira derrière leurs c, s'ils ont raison on ne fera pas de cadeau à ton frère. On te crois plus qu'eux. A-

Anonyme a dit…

Vladimir enta vem? Les british sont dans le flintock 10 et non dans le centre de Tamanrasset.

===
Les relations Algéro-britanniques sous les travaillistes
Un dynamisme sans précédent
Par : Samia Lokmane-Khelil
Lu : (277 fois)

Les attentats du 7 juillet 2005 à Londres ont rapproché le Royaume-Uni de l’Algérie. Il la considère depuis comme un partenaire stratégique dans la lutte contre le terrorisme.

Jamais sans doute les relations algéro-britanniques ont connu autant de dynamisme, comme aujourd’hui. Faisant preuve d’un forcing diplomatique sans précédent, le Royaume-Uni ne cache plus son intention de rivaliser avec la France, en avançant ses propres pions. Les Anglais se plaignent d’ailleurs que notre pays continue à être considéré comme une chasse gardée hexagonale. Ce qui n’est pas le cas à leurs yeux.
Le décrivant comme un partenaire majeur, ils multiplient les initiatives de rapprochement avec lui. Cette proximité inédite est à mettre sur le compte de la formation travailliste au pouvoir. Après plusieurs années de défiance, d’incompréhension et d’hostilité parfois, le parti de Tony Blair et Gordon Brown a découvert que l’Algérie pouvait être l’amie du Royaume-Uni, son allié. Les attentats dans les transports londoniens en juillet 2005 ont contribué à la transformation de l’attitude des dirigeants britanniques.
Le pays venait de découvrir le terrorisme, une tragédie dont l’Algérie a longuement souffert mais que les Anglais n’avaient jamais admis auparavant. Totalement acquis à la thèse du “Qui tu qui ?”, la Grande-Bretagne fermait les yeux face au drame qui se déroulait chez nous. La capitale britannique avait été baptisée le Londonistan, pour avoir servi de refuge aux islamistes algériens et à leurs mentors du Moyen-Orient. Malgré les protestations de l’Algérie, les Anglais continuaient à tendre le micro aux commanditaires des massacres contre les civils. Mais tout a changé après la mort d’une cinquantaine de leurs compatriotes, au cours des attaques kamikazes à Londres. Pour avoir combattu le terrorisme, l’Algérie est hissée au rang de partenaire. La coopération sécuritaire entre les deux pays s’accroît. Elle constitue l’un des principaux volets de la visite d’État effectuée par le président de la République au Royaume-Uni, en juillet 2006.
Au cours de son séjour, Abdelaziz Bouteflika est reçu par la reine Elizabeth II. Il a eu également des entretiens avec Tony Blair, Premier ministre de l’époque. Les deux hommes mettent sur les rails un partenariat stratégique et multiforme. En matière d’entraide judiciaire, les responsables algériens et britanniques procèdent à la signature d’une convention d’extradition. D’aucuns y voient un prélude au transfèrement du milliardaire déchu, Abdelmoumen Rafik Khelifa.

Anonyme a dit…

Suite pour vladimir- la presse plus sovietique en Algérie que chez nous.
==

Mais l’accord permet avant tout au Royaume Uni de se débarrasser d’activistes islamistes algériens qui constituent une menace pour sa sécurité. Au plan politique, le Royaume-Uni et l’Algérie mettent en place un haut comité mixte pour encadrer la coopération bilatérale et la promouvoir. Quatre sessions se sont tenues jusque-là. La dernière a eu lieu à Londres en mars dernier, sous la direction de Abdelkader Messahel, ministre délégué aux Affaires maghrébines et africaines, et Ivan Lewis, ministre d’État au Foreign Office. La création d’un groupe d’experts des questions sécuritaires couronne les travaux. Entre les deux pays, existe une entente parfaite sur la manière d’appréhender la menace d’Al-Qaïda. Contrairement à la France et aux États-Unis, la Grande-Bretagne s’abstient d’inscrire l’Algérie sur une liste noire de pays dont les ressortissants représentent une menace pour sa sécurité aérienne. “Pour les Britanniques, l’Algérie est un pays qui est à l’avant-garde de la lutte antiterroriste et pas un pourvoyeur du terrorisme. Sur cette question, nous nous sommes bien compris et bien entendus”, observe M. Messahel.
Sa visite à Londres est suivie par celle de son collègue de l’Énergie et des Mines. Chakib Khelil qui s’est entretenu avec ses homologues sur la possibilité d’augmenter le volume des approvisionnements en gaz. Actuellement, notre pays est à la troisième place, parmi les plus grands fournisseurs de gaz au Royaume-Uni. De son côté, la Grande-Bretagne est le premier investisseur étranger dans notre pays, à travers British Petroleum. D’autres secteurs d’affaires captent l’attention des Britanniques. La HSBC s’est installée en Algérie depuis deux ans. Des perspectives de partenariat existent dans les domaines pharmaceutique, de la construction, de l’aérospatial… mais aussi de la défense.
Des informations persistantes évoquent la signature d’un contrat de vente d’équipements militaires à l’ANP. En 2008, le gouvernement de Gordon Brown nommait un attaché militaire au sein de son ambassade à Alger. Une première. Depuis, des officiels britanniques se sont rendus en Algérie, dont le prince Andrew, Duc d’York et deuxième fils de la reine. Au moment où la France multiplie les provocations à l’égard de l’Algérie, la Grande-Bretagne la caresse dans le sens du poil. Le 28 avril dernier, le Home Office acceptait l’extradition de Khelifa, une semaine plus tôt, le département de la Justice acceptait d’indemniser Lotfi Raïssi, un pilote algérien injustement accusé de terrorisme.

Anonyme a dit…

Affaire MIXTA : Les investisseurs espagnoles accusent l’ancien DG de tentative d’escroquerie
*
Source www. tawary.com

عندما عينت الشركة الأم لميكستا
موريتانيا ومقرها في برشلون إسبانيا مديرا جديدا لفرعها في موريتانيا بادر المدير المعزول حسب المصادر القريبة من الطرف الاسباني وبتواطؤ من صديقين له أحدهما رجل أعمال إلى خطة للتحايل على ممتلكات الشركة وبالأخص على عمارتين إحداهما تقع على جادة الشارع الذي يربط بين مستشفى صباح والبحر المحيط وفي مساحة عشرة آلاف متر مربع وتتألف من خمسة وعشرين شقة

و قام المدير المعزول حسب هذه المصادر بتسجيل عقد عند موثق عقود معتمد لدى المحاكم الموريتانية أنه باع هذه البنايات للسيد الحافظ ولد أحمد فال بمبلغ رمزي وهو أربعة عشر مليونا 14,000,000

بدأت الأمور تتجه للتعقيد عندما رفض المدير المعزول تسليم الإدارة للمدير الجديد وهذا الأخير موريتاني متزوج من إسبانية وأحضر معه رسالة تعيين من الشركة الام وبعد أيام من المماطلة رفع المدير المعين شكوى ضد المدير المعزول.

وفي مساء الثلثاء تم توقيف المدير المعزول من طرف مفوضية تفرغ زينة 2 وقد أدعى على لسان محامييه أنه باع باسم الشركة هاتين العمارتين بوصفه المدير المنفذ وكانت شركة ميكستا قد خولته كل الصلاحيات ووقعت له على ذالك عند موثق معتمد.

و تطرح هذه المسألة مشكلة حماية الاستثمارات الاجنبية في موريتانيا

Anonyme a dit…

on ne comprend rien à ce texte

une chose est sûre pourquoi mixta refuse ne remettre les pieds en mauritanie ?

deux : au tribunal du commerce, la partie adverse a apporté une lettre issue d'un conseil d'administration faux ! usage de faux ! je l'ai appris tout dernièrement

pourquoi le tribunal du commerce a donné raison à zeidane et que l'autre partie devant le faux qu'ils ont sortie, ils ont pris la fuite pour passer directement par le procureur général

pourquoi le procureur de la république dit que nul ne peut l'arrêter et qu el'ordre vient d'en haut

quel est l'enjeu de cette affaire?

récupérer le projet " cité aziz "

il existe un petit secret au sujet de cette fameuse mixta connu que zeidane et bouchériain

je m'en vais voir les avocats , vous saurez tout tout à l'heure preuve à l'appui

zeidane ne s'occupait d'aucune comptabilité, un espagnol était ici pour cela

à tout à l'heure

Bebe BA a dit…

Le président du Nigeria est mort (L'Express 06/05/2010)

Le président nigérian Umaru Yar'Adua, éloigné du pouvoir depuis des mois par la maladie, est mort mercredi soir à l'âge de 58 ans.
Souffrant de problèmes rénaux depuis des années, il n'exerçait plus ses fonctions et son vice-président, Goodluck Jonathan, avait officiellement été chargé d'assurer l'intérim le 9 février.
Umaru Yar'Adua n'avait plus été vu en public depuis novembre 2009. Le gouvernement a fait savoir qu'il s'était éteint dans sa résidence présidentielle.

Souffrant de problèmes rénaux depuis des années, il s'était rendu fin 2009 en Arabie saoudite pour y soigner une péricardite, inflammation de la membrane enveloppant le coeur.

Yar'Adua, qui était rentré au Nigeria en février, n'exerçait plus ses fonctions et son vice-président, Goodluck Jonathan, avait officiellement été chargé d'assurer l'intérim le 9 février.

Suivant la Constitution, ce dernier, qui est âgé de 53 ans, va être proclamé président de la nation la plus peuplée d'Afrique et mènera l'actuel mandat présidentiel à son terme, en avril 2011.

La présidence a annoncé que Yar'Adua serait inhumé jeudi dans son Etat natal de Katsina (nord). "La nation est en état de choc, la nation est en deuil. Le président provisoire a décrété sept jours de deuil pendant lesquels le drapeau nigérian sera amené à mi-mât", a précisé le porte-parole de la présidence, Ima Niboro.

TOURNANT HISTORIQUE

Né le 16 août 1951 à Katsina, une ville du nord du Nigeria, Umaru Yar'Adua était issu d'une famille très impliquée dans la vie politique du pays.

Son père avait été ministre dans le premier gouvernement formé après l'indépendance, en 1960; son frère était numéro deux du gouvernement militaire dirigé par Olusegun Obasanjo entre 1976 et 1979. Chimiste de formation, Yar'Adua s'était à son tour lancé en politique après un détour par le monde des affaires.

Elu gouverneur de l'Etat de Katsina en 1999, il avait été désigné en 2007 candidat du Parti démocratique du peuple (PDP) par le président Olusegun Obasanjo, dans l'incapacité constitutionnelle de briguer un troisième mandat successif, pour lui succéder.

Son triomphe à l'élection présidentielle d'avril 2007 marquait un tournant dans l'histoire du Nigeria indépendant, parsemée de coups d'Etat militaires: pour la première fois, le pouvoir passait d'un président civil à un autre.

A sa prise de fonction, en mai 2007, Yar'Adua s'était engagé à poursuivre la politique de libéralisation économique initiée par son prédécesseur.
Il avait également dressé une liste de "priorités nationales" couvrant notamment le renforcement des approvisionnements en énergie, la relance de l'agriculture, la réduction de l'insécurité alimentaire, la lutte contre la corruption et l'amélioration du niveau de l'enseignement.

Mais ses séjours fréquents à l'étranger pour raisons de santé avaient progressivement sapé la confiance placée dans sa présidence.

La principale réalisation de sa présidence est à chercher dans le Delta du Niger, coeur de l'industrie pétrolière et gazière du pays. La proposition d'amnistie qu'il avait présentée en 2008 aux groupes armés a conduit des milliers de miliciens à déposer les armes et permis à cette région de connaître plus de six mois d'un calme relatif.

Le Mouvement pour l'émancipation du Delta du Niger (MEND), principale organisation militante de la région, s'est dit attristé par l'annonce de sa mort.


Par Reuters, publié le 06/05/2010
Avec Randy Fabi et Nick Tattersall, Henri-Pierre André pour le service français

Anonyme a dit…

(Suite de Lettre a' un Mort)

Mon cher Mort,

Ton petit neveu a grandi puis vieilli, aujourd'hui il souffre de la maladie qui frappe tous les intellectuels Mauritaniens de 30 a' 80 ans. Il ne se trouve plus au Senegal. Il est rentre' au pays pour presider la republique. Il s'inspire du Roi des Rois Traditionnels de l'Afrique, Khadafi est mort et vive le Roi. Il ne faut pas rire car le monde des vivants a demontre' que le stade supreme de la revolution communiste est... le royaume. Fidel Castro, Hafez AL Assad et Kim Ill Sing ont tous passe' le trone a' un frere ou a' un fils. Avec la periode de la secheresse des ide'es et celle des affairismes et de la pauvrete' endemique, etre inspire' par le Roi des Rois Traditionnels de l'Afrique rapporte gros. Preter serment pour propager et defendre les idees de lumiere et la philosophie politique du Roi Eclaire' des Rois Traditionnels Cons, vous donne droit a' des millions.

Mon cher Mort, depuis quelques temps notre pays connait un phenomene nouveau appele' le terrorisme. Je ne te harcelerai pas avec ce sujet, je me limiterai a' decrire les chameaux speciaux qu'ils ont. Eh oui, il faut oser le dire. Ils/elles sont quelques 250 quelques choses qui se promenent entre l'Aouker et la Majabat Al Koubra. Ils ont des chameaux volants et violents qui peuvent facilement disparaitre dans nos dunes. Aujourd'hui, les policiers et les gendarmes ne veulent plus savoir si les chameliers ont des assurances et/ou peuvent clignoter les yeux de leurs chamaeux. Ils veulent tout simplement savoir si le chameau du chamelier est un animal terroriste avec des bombes et de la drogue dans la cervelle. Notre pays la Mauritanie est entrain de mobiliser 25 000 soldats bien arme's pour participer a' une force de 75 000 soldats super arme's afin de mener une lutte sans pitie' contre les 250 chameaux volants et violents. Mon cher Mort, comme tu le vois, nous sommes plus que cons car s'il faut 75 000 soldats pour combattre 250 CVV, pourquoi ne pas engager les 250 chameaux volants et violents et licencier les 75 000 soldats. Cela nous sauvera des sommes colossales. Avec l'evolution actuelle de la situation, dans peu de temps tout sera qualifie' de terroriste, ce qui donnera un pretexte de cibler et abattre tous les ennemis du Hajab National de Louga.
Mon cher Mort, j'aurais bien voulu vous inviter a' revenir sur terre pour constater nos anciennes zones montagneuses qui ne sont plus que des cuvettes, nos poissons "petroliferes" et "petrolifie's" qui remplaceront bientot nos gisements de petrole, nos intellectuels aux cerveaux vides MACHLLAH,nos dockers qui reclament plus de 2 dollars pour decharger la tonne et ton AMI qui ne dit jamais la verite', est desormais presider par un certain CON. 8 Sur 10 titres de l'AMI sont consacre's aux audiences et aux photos du Hajab National. Les deux autres titres sont consacre's a' la couleur de ses chaussures qui n'est pas tres differente de sa vision.
Mon cher Mort, tu n'as rien rate' depuis ton depart sauf des une misere de plus en plus impitoyable, des intellectuels de plus en plus malhonnetes, des politiciens plus cons qu'avant et coupe's des realite's du monde et des marmites familiales qui ont pris la premiere place dans le domaine du...vide. Meme l'air refuse nos marmites Mauritaniennes.
Mon cher Mort, nous continuons de sombrer et ton neveu de chameau est plus que perdu et moi je suis con. Nous attendons tes aides et surtout une reponse a' la question suivante qui se trouve sur toutes les levres: AYNA AL MAVAR?

Mes sinceres salutations a' tous tes amis morts! J'aurais bien voulu terminer cette lettre avec les mots magiques "TRES HAUTE ET FRATERNELLE CONSIDERATION" mais on vient de me dire que seul le Hajab National peut les utiliser.

Allez mon ami Mort, la marmite familiale est toujours vide!

maatala a dit…

Salam

Couly a dit:

"Le capitalisme sauvage, la corruption et l'affairisme"

-------------------------------

Ce capitalisme sauvage, la corruption et l'affairisme voila l'héritage du caporal Taya.

Couly ente vem dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Vlane

Tu peux compter sur nous, tu diras à la famille nos amitiés et notre soutien.

Seul le régne de dieu est éternel dit le fou

Fraternellement

maatala

Anonyme a dit…

Chaque être humain lésé doit recouvrir tous ses droits. Cette réalité doit être indivisible et constante et non un cheval de bataille aux grès de circonstances.


« Qui chérit à l'excès sait haïr à l'excès. » [Aristote]


« Il n'y a guère au monde un plus bel excès que celui de la reconnaissance. » [Jean de La Bruyère]


« Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé. « Envoyer à un ami » [Nelson Mandela]


« Les excès de passion sont toujours regrettables c'est le contraire de l'intelligence." [Michel Audiard]


« L'excès de sévérité produit la haine. L'excès de l'indulgence affaiblit l'autorité. Sachez garder le milieu et vous ne serez exposé ni au mépris ni aux outrages. » [Mocharrafoddin Saadi]


« Il ne faut se permettre d'excès qu'avec les gens qu'on veut quitter bientôt. » [Pierre Choderlos de Laclos]

mouhamed

saidechinguity a dit…

Bonjour cher ami Vlan;

J'ai mis en ligne le texte en arabe en indiquant la source pour permettre à votre famille de réagir face à ces accusations

Said

Anonyme a dit…

Saidchinguity

Tu devrais traduire le texte en français pour ton ami VLAN qui est à 100% francophone (il est poète,dans cette langue,lol).

L'observateur

Anonyme a dit…

En Mauritanie, il est rare, q’une fonctionnaire femme face un détournement de denier public mais vois-là que ça arrive en fin… une Gouverneur achete une maison au prix de 15 ans de labeur. L’une de nos Gouverneurs achète une maison à 52 millions UM. La marmite est resté vide pour acheter la maison!!!! ?

Cher A- , comment la gouverneur a pu trouver cette somme???

Anonyme a dit…

Ne le libérez pas ! Pendez-le !

Au sujet de l’affaire mixta, je n’écrirai plus rien !

Ils ont des avocats, qu’ils se débrouillent

Ce que j’ai dit, je l’ai dit et le redit, ce n’est que la pure vérité
Vous allez me dire qu’un article sorti sur canalh et d’autres blogs parlant du procureur général mêlé à une affaire de trafic d’influence, les renseignements n’en ont pas entendu parler

Ni le procureur, c’est donc qu’ils sont bien mal renseigné

Tu parles !

Le procureur est très bien au courant et Aziz aussi
C’est de l’impunité lamentable
Le procureur général n’a aucun idée des conséquences d’une affaire pareille sur l’image de la justice de aziz

Le procureur devrait aller enfermer l’autre partie qui est venue devant le président du tribunal du commerce avec un procès verbal d’un conseil d’administration un faux grossier qui devrait valoir à ces auteurs la prison au lieu d’enfermer zeidane

Que les journalistes qui s’intéressent à cette affaire aillent demander au président du tribunal du commerce, et pourquoi le procureur de la république dit et affirme que rien de légal ne peut autoriser cette arrestation

C’est le procureur général et hamadi ould bouchraya qui joue avec la justice
Son neveu, le neveu de bouchraya a voulu travaillé chez mixta et zeidane a refusé sentant que c’était un cheval de troie, la suite lui a donné raison
Bouchraya veut in fine prendre « la cité d’aziz » point, dans quelques temps vous n’entendrez plus parler des espagnols. Pourquoi ont-ils peur de venir ici et défendre leurs droits ?

Pour ma part, tout ce que je peux faire pour l’avenir c’est de quitter une quelconque forme de soutien direct ou indirect à aziz et à moins de sombrer dans un dégoût silencieux, je mettrais toute ma verbe et le talent présumé que dieu m’a donné pour lui faire entendre une musique d’opposant dont il n’a pas idée ni lui ni son parti ni ses courtisans

Ils n’ont absolument rien pour m’atteindre que dalle ! je vis en marginal loin de la société. Ils ne peuvent m’atteindre de nulle part par aucune pression que ce soit d’autre économique ou familial

Ah mon frère ! enfermez-le et enfermer tout le monde et moi avec . Ou mieux ne l’enfermez pas : il faut le pendre comme vous savez si bien faire ! prenez-le pendez-le et jetez-le dans un trou en pleine nuit et c’est tout. La famille va pleurer comme d’autres familles ont pleuré ensuite la peur , le silence et presque l’oubli.

A quoi sert un tribunal du commerce si dès que le président du tribunal se rend compte du faux et de l’usage de faux, on court faire intervenir le procureur général ! au sujet d’une affaire commerciale soi-disant qui porte atteinte à l’image du pays !...

Anonyme a dit…

Teyarkoum que savez-vous de cette société et de ses espagnols ? Qui nous dit que ce n’est pas une société d’escrocs étrangers qui veut se faire passer « d’utilité publique » ? Combien de fois de ely à sidioca en passant par aziz n’ont-il pas reçu la visite d’escrocs, des vessies qu’ils ont pris pour des lanternes jusqu’à ce que la presse électronique leur montre l’imposture
La vrai imposture c’est de se servir du service des crimes économiques pour faire des crimes économiques ! pourquoi cet empressement ? pourquoi ces menaces de prison pendant qu’en face vous avez un usage flagrant de faux et d’usage de faux en écriture et en tout

Allez allez faites votre lamentable besogne ! Mais que le procureur général sache bien qu’il a été peut-être lui-même berné ou qu’il est mouillé jusqu’au cou ! Et qu’il sache qu’il fait démarrer une affaire qui si elle tombe dans les oreilles de l’opposition fera un mal terrible à Aziz et ses belles phrases

A quelque chose, malheur est bon , nous savons dans quel pays nous vivons et que la lutte contre la gabegie n’est rien qu’une lutte pour briser l’opposition ( sic) sauf si les concernés rejoignent votre pouvoir, à cela s’ajoute que cette lutte est devenue par cette affaire une lutte pour la gabegie car on se sert d’un procureur général et du service des crimes économiques pour commettre un crime économique politique et social

passons

mais vous allez savoir qu’on ne vous soutenait pas par appât du gain et qu’ayant préférer ce maudit régime à bien d’autres, on vous donnera la preuve de notre liberté de conscience, en vous combattant avec cette liberté d’expression dont vous vous dîtes les chantres de sorte qu’on vous obligera à faire tomber le masque de l’hypocrisie pour montrer à la face du pays la face hideuse d’un régime dictatorial à la taya l’ingratitude et l’intelligence avec des puissances étrangères en plus, et ce au détriment de la nation et juste pour le profit d’un clan et ses satellites assoiffés de régner sous le règne de l’impunité déguisée en démocrassie. Vaste programme de la mauritanie nouvelle que celui de vouloir berner toutes les nations de la terre en jouant les uns avec les autres et les uns contre les autres sans savoir qu’à terme c’est la mauritanie vendue qui subira le dernier mot de cette lamentable aventure politique où un clan au pouvoir ne sert que de wogave à des puissances étrangères qui dépècent ce pays ou y régleront leurs comptes par crimes interposés

la preuve : aujourd’hui c’est le procureur général qui est hors la loi !

Anonyme a dit…

L'observateur,

Nous avons un ami qui a un problème et ce n'est pas le temps de s'amuser. Ne fais pas ça. On peut aussi nous occuper de toi. Souhaite bonne chance à vlane et laisse la justice faire son boulot. Qu'est-ce que tu penses de l'article sur Naha et son voyage à Cuba? Vlane est definitivement un ami à nous tous. Meme si on se tire sur la tignasse sur des questions de divergences politiques et idéologiques. Tu es aussi un ami et ne laisse pas Maatala gagner le débat.

A-

===

L'observateur a dit:

Saidchinguity

Tu devrais traduire le texte en français pour ton ami VLAN qui est à 100% francophone (il est poète,dans cette langue,lol).

L'observateur

6 mai 2010 12:25

Anonyme a dit…

Les fonctionnaires femmes detournent toujours. Parfois en utilisant leur charme. L'autre sexe rend fou les hommes. Tu te souviens de César et de Cléopatre?
==

ELLE a dit en mentant:

En Mauritanie, il est rare, q’une fonctionnaire femme face un détournement de denier public mais vois-là que ça arrive en fin… une Gouverneur achete une maison au prix de 15 ans de labeur. L’une de nos Gouverneurs achète une maison à 52 millions UM. La marmite est resté vide pour acheter la maison!!!! ?

Cher A- , comment la gouverneur a pu trouver cette somme???

Anonyme a dit…

Des niqueuses


Les autorités pénitentiaires interdisent les visites aux femmes voilées

Selon des sources de la prison centrale de Nouakchott, les autorités pénitentiaires ont interdit toute visite aux femmes voilées, dans une mesure visant une meilleure sécurité de cet établissement où sont détenus plus de 60 prisonniers présumés salafistes.

Cette mesure a été prise, en même temps qu’une relève générale des unités de la garde nationale responsables auparavant affectée à la prison centrale pour être remplacées par de nouvelles unités du même corps.

Selon les détenus salafistes , « cette disposition n’augure pas de l’équité de leur procès » , dont l’ouverture est prévue le 16 mai prochain.







Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : ANI (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Des barbus doivent se grater le c à cause de ces dollars qui marchent (walking dollars). Les barbus ne se grattent jamais le tête parcequ'ils ne pensent pas.

==
Une caravane de santé, organisée par l'ambassade des Etats Unis d’Amérique en Mauritanie et comprenant des médecins mauritaniens et américains, parcourt, présentement, la région du Trarza.

Cette Caravane a entamé son périple à partir de Keur Madiké, une bourgade située à l’est de la vile de Rosso et va sillonner la Chemamma dans l’objectif de venir en aide à environ 300 personnes tous les jours et ce durant la semaine d’actions sanitaires programmée et au cours de laquelle il s’agira de soigner aussi bien les personnes malades que les animaux.

Pour donner un cachet particulier à cette initiative, Mark Boulware, ambassadeur des Etats-Unis d'Amérique a procédé au démarrage de cette caravane, dans l’enceinte même du poste de santé du village.



Les consultations menées par la caravane portent sur les domaines de la gynécologie, de l’ORL et des pathologies bucco dentaires. Dans le cadre de ces consultations, les patients reçoivent gracieusement les médicaments qui leur sont prescrits tout comme est prévue la distribution de plus de 2000 moustiquaires imprégnées au profit des populations.

Après la bourgade Keur Madiké, la caravane doit se rendre au village de Tounguène situé à proximité de l’ancien lycée de Rosso dit lycée Xavier Coppolani. Il est à noter que cette action rentre dans le cadre de la coopération entre la Mauritanie et les Etats-Unis d’Amérique matérialisée par de nombreux programmes, dont AWARE II (qui couvre la santé de reproduction et la lutte contre le VIH/SIDA) évalué à 30 millions de dollars – la Mauritanie en bénéficie avec 21 autres pays-.

En outre, l’USAID continue de financer «Counterpart International», pour la mise en œuvre du programme de sécurité alimentaire et de nutrition, projet évalué à 20 millions de dollars pour une durée de cinq ans.







Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : Sahara Medias (Mauritanie

Bebe BA a dit…

L’Opposition perd ses députés : Le tiers de l’Assemblée Nationale a rejoint l’UPR


La saison des migrations politiques semble continuer au sein des députés. L’UPR, parti au pouvoir, en a déjà drainé 26, soit près du tiers de la chambre basse du Parlement qui compte 95 élus.


Les partis de l’opposition sont les plus touchés par cette hémorragie. Le RFD qui comptait 16 députés au scrutin législatif de 2006 n’a plus que 6, avec le départ de 9 députés : Kane Hamidou Baba (Nouakchott), Zeine Ould Ahmed Salem et Mohamed Ould Babana (Barkéol), Mohamed Ould Boilil (Keur Macène), Mohamed Salem Ould Mohamed Lemine et Mohamed Abderahmane Ould Tolba (R’Kiz), Cheikh Ould Hamadi (Nouadhibou), Sid’Ahmed Ould Ahmed (Moudjéria) et Mohameden Ould Mohamed Alem (Rosso).

Sur ses 7 députés, le Prdr ne compte plus, aujourd’hui, que deux députés : Ghrini Ould Mohamed Vall et Mintata Mint Hedeid (liste Nationale). Cinq de ses élus ont rallié l’UPR : Lalla Mint Hacena (Nouakchott), Khaddad ould Moctar (F’Dérick), Hamadi Ould Meimou et Ahmed Taleb Ould Babbah (Kobeni), et Mohamed Moctar Ould Zamel (Aoujeft).

Hatem, parti d’opposition qui vient d’intégrer la majorité, qui comptait 4 députés n’a plus qu’un seul élu : Saleh Ould Hanena (Liste nationale). Deux ont frappé à la porte du parti au pouvoir : Moulaye Ould Brahim et Mohamed Moustapha Ould Mohamed Salem (Maghtaa Lahjar), le troisième a rejoint le RFD : Abderrahmane Ould Mini.

L’UFP semble le mieux résister avec 2 départs sur ses 9 députés : Hbib Ould Diah (Monguel) et Ghleyouha Mint Hdhana (Tijikja).

L’APP qui avait 5 élus, a vu le départ de 2 députés : Khalil Ould Tiyib (Nouakchott), Sall Saidou (Zouérate).

L’Alternative et l’UCD qui avaient chacun un député se retrouvent sans élus : Abdelaziz Ould Ahmed Mekki (député d’Akjout, élu sur une liste de l’Alternative) ayant fait deux bonds : en ralliant le Prdr, puis en rejoignant l’UPR et Bâ Houdou, député de M’Bagne, élu de l’UCD, qui a rejoint le Prdr, parti de la majorité.



canalrim.info

Anonyme a dit…

Hatha de la farce. Purquoi on s'emmerde? C'est du fabriqué. La preuve azzizzo est allé à Copenhagen quand les espagnols ont été pris. Kif-kif ATT dont l'entourage bouffe dans les rançons. Les svions cocaine, c'est du pipau. Azzizzo n'a pas bougé le nombril à la suite de spécial investigation sur la drogue chez nous. Hatha blavaida. Flintock et l'Otan de Tamanrasset c cu et chemise. L'attaque de Parent, l'article de Naha et le Cuba, la manipulation de azzizzo par boutef, c'est du flan. La militarisation de chez nous et chez ces connards de maliens est en marche. Faut pas se faire de soucis.


===
Al-Qaida revendique le rapt d'un Français au Niger
LEMONDE.FR avec AFP | 06.05.10 | 14h02


e groupe Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) a revendiqué le rapt d'un Français dans le nord du Niger en avril, a indiqué la chaîne de télévision Al-Jazira du Qatar jeudi 6 mai. Al-Jazira, citant un communiqué de l'AQMI publié sur un site islamiste, ajoute que le groupe a demandé à "la France et à ses alliés dans la région la libération de ses détenus" en contrepartie de celle du ressortissant français. Le 19 avril, ce dernier, âgé de 78 ans et dont l'identité n'a pas encore été communiquée par les autorités françaises, avait été enlevé avec un Algérien qui a quant à lui été libéré fin avril.



Interrogé lors d'un point-presse sur cette revendication et les exigences des ravisseurs, le porte-parole du ministère français des affaires étrangères, Bernard Valero, s'est limité à déclarer que la "mobilisation" de la France "restait totale afin de parvenir à sa libération". "Je vous rappelle que cette affaire doit être traitée avec discrétion, dans un souci d'efficacité de notre action et de sécurité de notre compatriote", a-t-il souligné.

Le 29 avril, des sources sécuritaires nigériennes avaient affirmé que l'otage français était "dans le désert côté malien" avec ses ravisseurs. Les enlèvements d'Occidentaux sont courants dans la vaste zone désertique à cheval entre le Niger, le Mali et l'Algérie, territoire où opère l'AQMI.

Anonyme a dit…

Afrique de l'Ouest : Des Ulémas et prêcheurs pour l’avènement d’une culture du dialogue

Jeudi, 06 Mai 2010 15:58



Des ulémas et prêcheurs mauritaniens mènent une campagne de sensibilisation et de formation dans la sous région à propos des techniques permettant d’instaurer une culture de dialogue et d’ouverture vers l’autre. Cette campagne de formation porte, en outre, sur les voies et moyens d’évoluer vers une prêche de nature à améliorer la perception par rapport l’Islam et de faire face aux campagnes qui visent à déformer l’Islam et la civilisation islamique. Cette campagne tend aussi à favoriser des échanges d’expériences et notamment en ce qui concerne la prêche du vendredi. S’agissant de la formation prévue à Abidjan en cote d’ivoire, elle est organisée par l’organisation internationale islamique pour l’éducation et la culture et l’organisation internationale islamique durant la période allant du 11 au 13 mai 2010 et vont y prendre part des ulémas et prêcheurs venant de Mauritanie, du Sénégal, du Mali, de la Guinée, du Bénin, du Burkina, du Togo, du Niger, du Tchad et de la cote d’ivoire.

source: saharamedias

Anonyme a dit…

Afrique de l'Ouest : Des Ulémas et prêcheurs pour l’avènement d’une culture du dialogue

Jeudi, 06 Mai 2010 15:58



Des ulémas et prêcheurs mauritaniens mènent une campagne de sensibilisation et de formation dans la sous région à propos des techniques permettant d’instaurer une culture de dialogue et d’ouverture vers l’autre. Cette campagne de formation porte, en outre, sur les voies et moyens d’évoluer vers une prêche de nature à améliorer la perception par rapport l’Islam et de faire face aux campagnes qui visent à déformer l’Islam et la civilisation islamique. Cette campagne tend aussi à favoriser des échanges d’expériences et notamment en ce qui concerne la prêche du vendredi. S’agissant de la formation prévue à Abidjan en cote d’ivoire, elle est organisée par l’organisation internationale islamique pour l’éducation et la culture et l’organisation internationale islamique durant la période allant du 11 au 13 mai 2010 et vont y prendre part des ulémas et prêcheurs venant de Mauritanie, du Sénégal, du Mali, de la Guinée, du Bénin, du Burkina, du Togo, du Niger, du Tchad et de la cote d’ivoire.

saharamedias

Anonyme a dit…

Ya sahbi,

Quand tu parles des oulémas, c'est la berezina. A-
--

Des ulémas et prêcheurs mauritaniens mènent une campagne de sensibilisation et de formation dans la sous région à propos des techniques permettant d’instaurer une culture de dialogue et d’ouverture vers l’autre. Cette campagne de formation porte, en outre, sur les voies et moyens d’évoluer vers une prêche de nature à améliorer la perception par rapport l’Islam et de faire face aux campagnes qui visent à déformer l’Islam et la civilisation islamique. Cette campagne tend aussi à favoriser des échanges d’expériences et notamment en ce qui concerne la prêche du vendredi. S’agissant de la formation prévue à Abidjan en cote d’ivoire, elle est organisée par l’organisation internationale islamique pour l’éducation et la culture et l’organisation internationale islamique durant la période allant du 11 au 13 mai 2010 et vont y prendre part des ulémas et prêcheurs venant de Mauritanie, du Sénégal, du Mali, de la Guinée, du Bénin, du Burkina, du Togo, du Niger, du Tchad et de la cote d’ivoire.

Anonyme a dit…

Hiya Naha est partie pour Cuba ou non? Makhsar khabrik yakhti. Amene nous un cigare baad. A-

maatala a dit…

Salam
Lu sur cridem

"Centre Hospitalier National de Nouakchott


Direction Générale
Il est mis fin aux fonctions de M. Mohamed Ould Ayé, Médecin, précédemment directeur Général du Centre Hospitalier de Nouakchott.

--------------------------------

Secrétariat Général
Il est mis fin aux fonctions de M. Dieng Abou Bekrine, précédemment Secrétaire Général du Ministère du Développement Rural.

---------------------------------

C'est Bagdad sur Beyrouth dit le fou

maatala a dit…

Salam

"Nouveaux visage de la corruption sous Aziz : un Wali achète une villa à 52 millions UM (PHOTOS)
05-05-2010
En Mauritanie, le Wali (gouverneur) est responsable de la gestion publique et du maintien de l’ordre dans une région et le pays en compte 13. Il est nommé par le conseil des ministres et dépend directement de celui de l'intérieur. Son salaire, toutes indemnités comprises, ne dépasse pas 290.000 ouguiyas par mois.


Récemment, Zeinebou Mint Ahmednah, Wali du Brakna, a acheté une villa et un terrain de 600 mètres carrés situés à Tevragh Zeina (module-I), au prix de 52 millions ouguiyas, ce qui correspondrait à 15 ans de salaire d'un Wali ; or, Madame Mint Ahmednah a été nommé juste après le coup d'État du 6 août 2008.

D'où lui vient cette fortune soudaine ? Taqadoumy a enquêté et quelques pistes se dégagent : selon des sources au sein du ministère de l'intérieur, peu après son arrivée au Brakna, le Wali a mis en place un système de détournement qui lui permet d’accaparer, en plus des crédits allouées à la Wilaya, les ressources transférées aux communes par le canal du Fonds régional de développement (FRD), les aides humanitaires aux populations et les secours d’urgence.

Pour y parvenir, elle a tissé, courant 2008-2009, de solides relations avec le directeur du budget de l'époque Zeini Ould Ahmed Elhadi et le secrétaire général du ministère de l’intérieur Macina Mohamed Elhadi. Ce avait été nommé à ce poste lors de la transition 2005-2007. Il s'est rendu celèbre en devenant le premier fonctionnaire à effectuer un remboursement au Trésor public suite à une enquete de l'Inspection Générale de l'État (IGE) qui lui réclamait 47 millions ouguiyas.

De connivence, les deux fonctionnaires élaborent un système de détournement et d’escroquerie dont la mécanique est aujourd’hui bien huilée ; il implique :

- Des maires ravis de pouvoir mettre dans leurs poche plus de 30% des fonds alloués à leurs communes par l'État, surtout qu’ils sont, en contrepartie, affranchis du contrôle dont la charge revient à l’Administration territoriale ;

- Des commerçants locaux qui servent de circuit de liquidation du matériel volé, de l'aide et de l'assistance non monétaire... etc.

- Enfin Ahmed Ould Ahmed Salem, un inamovible trésorier régional, sur place depuis plus de vingt ans et dont l’expérience cumulée défie toutes les investigations et décourage l’intelligence la plus fouineuse.

Depuis le limogeage de l'ex directeur du budget, son rôle direct semble désormais se poursuivre sous la supervision du secrétaire général du ministère de l’intérieur, aidé, dans ses manœuvres, par Ali Ould Mohamed Salem, un conseiller à la Présidence lequel, à son tour, reçoit sa part du pactole.

Le mécanisme génère d’importants volumes de ressources dont le partage reste à élucider. Au niveau actuel de notre information, il est établi que les communes du Brakna reçoivent plus de 270 millions ouguiyas annuels de l'État, par le canal du FRD. Le volume global des aides, toutes formes et origines confondues, est estimé à plus de 900 millions ouguiyas par an.

Le total exact de la manne générée et sa répartition entre les divers acteurs est en cours d’estimation. Les résultats des travaux en cours seront publiés prochainement, par Taqadoumy.

D'autres activités suspectes dans les autres Wilaya suscitent une attention soutenue et des efforts de recoupement par l’équipe de Taqadoumy. Leur publication suivra dès l’achèvement des conclusions.


maatala

Anonyme a dit…

sur kassataya.com

le procureur général mêlé à un affaire de trafic d'influence

version revue et corrigée

on attend que d'autres sites reprennent aussi

cridem a refusé

j'espère que hanevy que j'ai soutenu de toute mes forces à l'époque reprendra aussi l'article sinon il faut désespéré du genre humain

les policiers viennent de débarquer chez mon père pour une perquisition qui ne dit pas son nom

pourquoi ne pas aller directement chez zeidane

intimidation quand tu nous tiens!