lundi 7 juin 2010

Le Goudron peut-il nourrir des bouches ?

Lorsqu'Aziz avait pris le pouvoir, il avait promis (moi j'y croyais fermement) d'assainir la gestion du patrimoine et des deniers publics. Certes, lutter contre la gabegie participe de cela, ainsi que la rationnalisation des dépenses publiques par un train de mesures raisonnables et justes.

Mais cela ne vaut pas dire couper des avantages à ceux qui le méritent même s'il y'a d'autres qui franchement, n'en ont aucun droit et qui malheureusement font légion dans notre administration. C'est, il faut le reconnaitre, le lourd héritage du regime de O Taya.

A titre d'exemple, ce n'est pas rare de voir une simple secrétaire dactylo, possedant un logement avec un taux de 40 à 70 000 UM gracieusement consenti par l'Etat, tandis que son collégue cadre superieur et chef de service de la même Direction, peine à en trouver. Cela n'est pas juste et necessite qu'on y remédie avec équité et justice, mais ce n'est pas non plus un motif pour tout remettre en cause et mettre bon nombre de fonctionnaires dans la rue qui n'ont pas pu construire pour eux mêmes un propre toit pendant des années de dure labeur.



Il n'y a jamais eu de politique sociale de logemements ces 25 dernieres années ,pour permettre aux fonctionnaires de l'Etat et du privé de beneficier chacun d'une maison qui lui soit personnelle .C'est pourquoi , cela n'etonne personne de voir de simples agents profiter du désordre établi pour voler et se construire des tas de maisons.

Et que dire de ceux qui occupent de hautes responsabilités au sein de l'Administration ou des Sociétés d'Etat?!!! Oui ,il faut frener tout cela pour le salut de l'Etat mais surtout du peuple. Mais construire des goudrons dans tous les quartiers de la capitale c'est une bonne chose ,mais à condition que le peuple trouve d'abord de quoi se nourrir correctement.

Nous pensons que la bonne gouvernance ,c'est surtout savoir identifier les besoins du peuple,puis les hierachiser en ordre de priorité.Si vous ne faites pas manger quelqu'un , il n'a besoin pas qu'on lui donne un joli et couteux boubou, il n'en a cure, puisque c'est possible qu'il ne puisse tenir sur ses jambes parcequ'il est affamé.

Aujourd'hui , on trouve des milliers d'employés qui attendent 3 mois ou 4 mois d'arriérés de salaires. Comment vivent-ils dans l'intervalle ?En tout cas , ils sont frustrés de voir chaque jour des goudrons pousser pendant qu'on leur dit qu'il n'y a pas d'argent dans les caisses de l'Etat.

Il faut que le gouvernement et le Chef de l'Etat se ressaisissent et revoient leur politique. Autrement , les premieres contestations et soubresauts risquent de venir du côté des plus fervents soutiens de Aziz ,parcequ'ils ont été longtemps privés du lait de la vache nourriciére de laquelle ils tiraient tout et n'importe comment. Alors , les autres suivront ,et bonjour les dégâts. Je crois qu'il est temps de rectifier le tir

Info source : NgaariNgenaar

23 commentaires:

maatala a dit…

Salam

Mon pote mouhamed a dit:

"Une marmite spirituelle en surchauffe par une gênante sous-surveillance assurée inconsciemment par la puissante, mystérieuse terrible doctrine du conformisme établi"

--------------------------------

Tu as fait l'ENA ou Polytec..

En français facile cela donne quoi dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Cher mouhamed

je me permets de t'emprunter ton texte du 7 juin 2010 02:03 sur le précédent blog.

Cela donne

"Merci, pour l’ensemble du peuple mauritanien épris de justice et d’humanisme pour cette honorable manifestation de solidarité pour honorer la mémoire du DARFFOUR.

Leur seul crime est d’avoir voulu apporter pacifiquement des médicaments et de la nourriture à un peuple privé de nourriture et de liberté victime d'un sadique génocide. L’état du Soudan massacre des populations civiles avec un silence indigne et même complice de toute la communauté arabe.


Pourtant, la cause du darfour symbolise la vertu de la dignité humaine face aux dérives esclavagistes.

Merci pour le dernier rempart contre cette calamité au service du mépris qui fait encore la lutte, la lutte du peuple du Darffou symbole de la conscience et la liberté humaine.

mouhamed

----------------------------------

Cher momo

les manifestants que tu félicite ont la mémoire et les causes sélectives.

Il est inimaginable pour eux de défendre ceux qu'ils considèrent comme des esclaves.

Certains faux naïfs parmi eux vous diront que le Darffour c'est sur la planète Véga.

EWA "MOLLI" VEGA c'est loin dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

cher maatala,

Où sont l’audace et l’esprit épris de justice et sans compromission !! L’audace serait-elle en fonction des sujets et des circonstances et du modèle de tabou régnant, le fou serait-il subitement devenu sage malgré lui ?

La question palestinienne contrairement au Darfour inhibe l’ardeur du militant humaniste fou de justice et d’égalitarisme.

Quand le présumé oppresseur est le soudan ( noir en arabe ) et autres du même acabit le spectre de l’autocensure disparait magiquement, les langues se délient instinctivement.


Attention il y’a une lecture qui prétende que les palestiniens de GAZA sont semi-sémites, sinon demi-attention sans attention.

mouhamed

Anonyme a dit…

Merci, pour l’ensemble du peuple mauritanien épris de justice et d’humanisme pour cette honorable manifestation de solidarité pour honorer la mémoire des martyrs de la flottille de la liberté.
Leur seul crime est d’avoir voulu apporter pacifiquement des médicaments et de la nourriture à un peuple privé de nourriture et de liberté sous un sadique strict blocus. L’état d’Israël impose cet ignoble blocus aux populations civiles de cette exiguë bande transformée en grand prison avec un silence indigne et même complice de toute la communauté internationale et son gadget le CPI.


Pourtant, la cause palestinienne symbolise la vertu de la dignité humaine face aux dérives racistes de la thèse sioniste du prétendu peuple élu. Le triomphe de cette obscure nébuleuse réduirait l’humanité à un sombre dessein mise à la merci d’une prétendue élite divine chargée de réaliser une étrange et sacrée mission. L’achèvement de cette mission permettrait au malheur et la stupidité inhumaine d’anéantir simplement toute posture menant à l’égalité et la justice. Merci pour le dernier rempart contre cette calamité au service du mépris qui fait encore la lutte, la lutte du peuple palestinien symbole de la conscience et la liberté humaine.


mouhamed

Anonyme a dit…

cher maatala,


Le socle conceptuel de la bonté et des valeurs vertueux de l’humanité a été et continue d’être ébranlé par la culpabilisation collective imposée, établie et entretenue par les souvenirs sacrés de l'horreur indiscutables et continuellement rappelés et mis à jours du grand génocide de référence selon un puissant modèle de hiérarchisation des souffrances au point de légiférer pour prévenir les dérives racistes et surtout antisémites. La peur bleue à l’évocation des souffrances de gaza ………; on s'accomode facilement """ ;… on préfère parler d’autres choses plus légères …. ;;;;;;

mouhamed

Anonyme a dit…

Le socle conceptuel de la bonté et des valeurs vertueux de l’humanité a été et continue d’être ébranlé par la culpabilisation collective imposée, établie et entretenue par les souvenirs sacrés de l'horreur indiscutables et continuellement rappelés et mis à jours du grand génocide de référence selon un puissant modèle de hiérarchisation des souffrances au point de légiférer pour prévenir les dérives racistes et surtout antisémites. La peur bleue à l’évocation des souffrances de gaza ………; on s'accomode facilement """ ;… on préfère parler d’autres choses plus légères comme le goudron, pourtant ici on s'adresse à toute l'humanité!!!!

Anonyme a dit…

Houwa le prix du riz a augmenté 2 fois en Mauritanie entre janvier et mars selon cet article qui a fait le tour du globe? Goudron, c'est bon. Mais d'ici septembre ou novembre on risque encore de voir les gens descendre dans la rue comme il l'on fait pour Sidioca en 2007 ou 2008.Donner hakatha les mines d'uranium aux cousins seulement ne sauvera pas la stuation. C'est l'heure de la marmite vite de Couli qui se pointe à l'horizon.
===

Surging costs hit food security in poorer nations

Posted: Jun 06, 2010 6:56 PM
Updated: Jun 07, 2010 6:23 PM

By JOE McDONALD
AP Business Writer

Families from Pakistan to Argentina to Congo are being battered by surging food prices that are dragging more people into poverty, fueling political tensions and forcing some to give up eating meat, fruit and even tomatoes.

Scraping to afford the next meal is still a grim daily reality in the developing world even though the global food crisis that dominated headlines in 2008 quickly faded in the U.S. and other rich countries.

With food costing up to 70 percent of family income in the poorest countries, rising prices are squeezing household budgets and threatening to worsen malnutrition, while inflation stays moderate in the United States and Europe. Compounding the problem in many countries: prices hardly fell from their peaks in 2008, when global food prices jumped in part due to a smaller U.S. wheat harvest and demand for crops to use in biofuels.

Majeedan Begum, a Pakistani mother of five, said a bag of flour for bread, the staple of her family's diet, costs three times what it did two years ago in her hometown of Multan. She can no longer afford meat or fruit.

"My domestic budget has been ruined," said Begum, 35.

The U.N. Food and Agriculture Organization's food price index - which includes grains, meat, dairy and other items in 90 countries - was up 22 percent in March from a year earlier though still below 2008 levels. In some Asian markets, rice and wheat prices are 20 to 70 percent above 2008 levels, it says.

Many governments blame dry weather and high fuel costs but critics in countries such as India, Argentina and Egypt say misguided policies are makingshortages worse and collusion by suppliers might be pushing up prices.

No single factor explains the inflation gap between developing and developed countries but poorer economies are more vulnerable to an array of problems that can push up prices, and many are cropping up this year.

Farmers with less land and irrigation are hit harder by drought and floods. Civil war and other conflicts can disrupt supplies. Prices in import-dependent economies spike up when the local currency weakens, as Pakistan's rupee has this year.

Costs also have been pushed up by a rebound in global commodity prices, especially for soy destined for Asian consumption. That has prompted a shift in Argentina and elsewhere to produce more for export, which has led to local shortages of beef and other food. The global financial crisis hurt food production in some countries by making it harder for farmers to get credit for seed and supplies.

In Mauritania in West Africa, rice prices doubled over the first three months of the year, according to the World Food Program. Over the same period, the price of corn rose 59 percent in Zimbabwe and 57 percent in neighboring Mozambique.

In Kinshasa in the Democratic Republic of Congo, Mami Monga pays $25 for a box of fish that cost $10 a year ago. The price of a 25-kilogram bag of rice has doubled to $30.

Anonyme a dit…

Suite - les marmites vides chantèrent la mort
==

"Today I am obliged to buy half the food I used to buy mid-last year," said Mami, a mother of five.

Kinshasa shopkeeper Abedi Patelli said prices rise when the exchange rate of Congo's currency falls. "But when our currency improves against the U.S. dollar, prices don't fall," he said. "They remain steady."

WFP spokesman Greg Barrow said poorer countries can suffer a "ratchet effect" that locks in price rises due to high transportation costs and limited competition.

"Prices dropped fairly dramatically toward theend of 2008 on international markets but we found prices remained relatively high in many local markets in developing countries," said Barrow.

After the cost of food rises, "it tends to take a long time to go down," he said.

The FAO said the double blow of the global recession and high food prices has pushed 100 million people into poverty.

Opposition parties have organized protests in Pakistan. In Egypt, a 50 percent jump in meat prices in recent weeks has helped to fuel demonstrations outside parliament over wages and other economic issues.

"I am afraid that I will wake up one day and not able to get enough bread for my 12-member family," said Aboulella Moussa, a doorman at a Cairo apartment building.

People interviewed in a number of countries said they are coping not just by cutting out expensive items but by eating less - a trend that has stirred concern about malnutrition.

In the 2008 inflation spike, WFP found families in some countries skipped meals or switched to eating corn husks or other low-quality produce. "Over the long term, this would lead to the effects of chronic malnutrition," Barrow said.

"It's expensive, so we eat less," said Seema Valmiki, 35, who is raising three children in New Delhi with her husband on his 6,000-rupee ($135) monthly income as a driver.

Valmiki can no longer afford meat, fruit or fish and has put off buying her children new school uniforms, toys and a bicycle.

"If we buy them fruit, we can't buy them food" like rice, dal and vegetables, she said.

In China, food costs rose 5.9 percent in April over a year ago - a modest rate for a country that suffered 20 percent-plus inflation in 2008. But it was enough to prompt the communist government to try to reassure the public with pledges that prices will ease as the spring harvest comes in. It also threatenedto punish price gouging in a new effort to cool inflation.

Anonyme a dit…

suite et fin - les marmites vides chantèrent la muerta. Ça vient.

==

Even in moderately prosperous nations such as Venezuela, shoppers say they can no longer afford meat and scour markets for bargains.

In Argentina, soy production has taken over more than 32 million acres (13 million hectares) of grassland once used to raise cattle and replaced less profitable wheat and corn as well, driving up prices in supermarkets.

Argentina's government has responded with higher taxes, export limits, controls on supermarket prices of meat, wheat and corn, subsidies to food producers and pay hikes of 30 percent for union workers. The moves have temporarily eased the pain but beef producers have thinned their herds in response to government intervention and the price of meat has doubled in the last year.

"Before, we would eat meat three times a week. Now it's once, with luck," said Marta Esposito, a 45-year-old mother of two in Buenos Aires. "Tomatoes, don't even talk about it. We eat whatever is the cheapest."

Venezuela's 30.4 percent inflation is among the world's highest. The oil-rich country is a major food importer and its bolivar has tumbled against the dollar, forcing up prices in local markets. In April, food prices rose 11 percent over the previous month.

The Venezuelan government has imposed price controls and arrested some shopkeepers for violating them. But the controls have led to shortages of beef, sugar, corn meal and butter, forcing the government to allow some prices to rise by 20 percent this year.

Elsewhere, rising prices highlight a more basic problem: making sure farm productivity keeps pace with burgeoning populations.

India's food prices were up 17 percent in April over a year earlier but the government hopes normal rainfall this growing season will increase supplies. The rise has been driven in part by growing demand from the rural poor, whocan afford to spend more on food thanks to government debt-relief and job-creation programs.

Longer term, experts say India, with more than 1 billion people, has to speed up growth in farm production if it is to keep up with demand.

"Our capacity to feed every Indian is systematically declining with time," said Harsh Mander, who was appointed by India's Supreme Court to monitor hunger. "World markets can't bail us out."

___

McDonald reported from Beijing. AP Business Writer Erika Kinetz in Mumbai, researcher Bonnie Cao in Beijing and Associated Press Writers Debora Rey in Buenos Aires, Salah Nasrawi in Cairo, Sebastian Abbot in Islamabad, Fabiola Sanchez in Caracas, Patrice Chitera in Kinshasa and Tran Van Minh in Hanoi contributed to this report.

Copyright 2010 The Associated Press. All rights reserved. This material may not be published, broadcast, rewritten or redistributed.

Anonyme a dit…

Ya Bilkiss,

Dis-moi les yeux dans les yeaux, qu'est-ce qu'il est entrain de faire notre kheneral? Les blokats ça passe difficilement. Maintenant donner tout l'uranium à BSA et au groupe AZIZI ça fait un peu trop. Et ma part? A-
===
Le groupe Azizi crée une filiale en Mauritanie avec OSEAD France

OSEAD, société minière française développant des technologies très innovantes dans le domaine de l’extraction, a annoncé, aujourd’hui la création de sa filiale en Mauritanie, en partenariat avec le Groupe Azizi et la Compagnie Minière de Touissit (CMT), société marocaine.

Le Groupe Azizi est dirigé par Ahmed Baba Ould Azizi Ould Mamy, président de la Confédération nationale du patronat mauritanien (CNPM). La nouvelle filiale doit s’occuper de l’exploration et l’exploitation des mines d’uranium en Mauritanie.

Le groupe français a justifié le choix de son partenariat avec le groupe mauritanien en raison qu’il est l’opérateur minier Mauritanien qui détient, au travers de ses filiales Macoba et ID-Geoservices, le plus grand nombre de permis miniers (uranium, or et fer) en Mauritanie, un pays disposant de gisements d’uranium parmi les plus prospères du monde.



L’avantage d’un partenariat avec le Groupe Aziz tient au fait qu’en plus d’être l’un des groupes les plus en vue du pays, ses filiales mines (ID-Geoservices), peuvent compter sur l’appui stratégique de ses filiales spécialisées dans des domaines complémentaires comme la Logistique intégrée, le BTP, le Transit et la Consignation, ont souligné les nouveaux partenaires.

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : Canal RIM (Mauritanie

Anonyme a dit…

Lu ppour azzizzo. Ça grogne dans la grande muette au Mali. A-
==

http://www.maliweb.net/category.php?NID=61568

Anonyme a dit…

OTAGES ESPAGNOLS SÉQUESTRÉS PAR AQMI EN MAURITANIE

Benmokhtar mène des négociations secrètes
mardi 8 juin 2010

La bande sahélo-saharienne est devenue pour Al Qaîda au Maghreb islamique un sanctuaire pour le commerce des otages et le trafic de drogue.

L’émir de la zone VI d’Al Qaîda au Maghreb, Mokhtar Benmokhtar, mène des négociations secrètes par l’intermédiaire des autorités espagnoles. Deux membres de l’ONG Barcelona Accio Solidaria sont toujours détenus par l’émir d’Aqmi, Mokhtar Benmokhtar, alias Laâouar (le borgne), selon des sources concordantes. Enlevés depuis le 29 novembre dernier, Albert Vilalta et Roque Pascual, pour lesquels une forte rançon a été réclamée, selon une source proche du dossier, sont toujours séquestrés. Aussi, selon des observateurs, les responsables espagnols s’inquiètent au plus haut niveau du sort de leurs deux ressortissants détenus par Al Qaîda. Benmokhtar réclame, en plus d’une rançon, la libération de ses acolytes écroués à Nouakchott. Dans ce contexte, le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, a effectué dimanche dernier une visite surprise de quelques heures à Nouakchott. Le diplomate espagnol s’est entretenu pendant une heure avec le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz. Aucune indication n’a filtré quant à la teneur de l’entretien même si des observateurs soutiennent que le sort des otages espagnols détenus par Al Qaîda a été au centre des débats. Jusqu’à présent, le gouvernement espagnol se refusait à tout commentaire sur la situation des deux otages espagnols, appelant seulement à la « prudence et à la discrétion ». Une Espagnole et une Italienne d’origine burkinabée, retenues en otage par la branche maghrébine d’Al Qaîda au Mali, ont été libérées au cours du mois de mars dernier. Cette branche d’Al Qaîda détient toujours trois Européens, à savoir deux humanitaires espagnols et un touriste italien, tous enlevés en Mauritanie. En outre, depuis le 19 avril, Abou Zayed, lieutenant de Benmokhtar, tient dans ses griffes une nouvelle proie : un touriste français de 78 ans, Michel Germaneau, enlevé au Niger. Un autre otage, le Français Pierre Camatte, a été libéré le 23 février dans le nord du Mali, suite aux pressions exercées par la France sur le Mali. Toutefois, il a été libéré suite à l’élargissement par le Mali de quatre terroristes d’Al Qaîda au Maghreb (Aqmi). Plus d’une cinquantaine d’otages occidentaux ont été enlevés dans la bande sahélo-saharienne dont Al Qaîda au Maghreb islamique veut faire un sanctuaire pour le commerce des otages et le trafic de drogue. La justice mauritanienne a, le 25 mai dernier, condamné à mort trois Mauritaniens affiliés à Al Qaîda qui sont accusés de l’assassinat de quatre touristes français, fin 2007 dans le sud-est de la Mauritanie. Par ailleurs, selon des sources yéménites citées par « Radio-Orient », les autorités yéménites ont arrêté, ces deux derniers mois, plus de trente étrangers parmi lesquels figurent plusieurs Africains originaires, notamment, du Mali et du Niger. L’un des Français arrêtés, suivait des cours dans la même école que le Nigérian Umar Farouk Abdul Mutallab, le terroriste d’Al Qaîda qui avait tenté de faire exploser l’avion américain assurant le vol Amsterdam-Detroit, le 25 décembre dernier. Mohamed BOUFATAH

L’EPRESSION DZ.com (Algérie) 8 juin 2010

Anonyme a dit…

De Waf la poisse. Espère qu'azzizzo s'est excusé de l'avoir mis au gnouf. Morrr

==
Ould El Waqf : « Le Président de la République est prêt pour le dialogue et la concertation »

Dans une déclaration faite à la presse suite à l’audience présidentielle aujourd’hui, le président d’Adil et dernier premier ministre de Sidi Ould Cheikh Abdellahi, Yahya Oud Ahmed El Waqf a déclaré que « l’entrevue avec le Président de la République a porté essentiellement sur la question du dialogue entre les forces politiques nationales.

Le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz s’est dit prêt totalement à dialoguer avec toutes les forces politiques mauritaniennes et m’a chargé de transmettre ce message aux dirigeants de l’opposition ».

Le Président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz, entend ainsi décrisper une scène politique marquée ces dernières semaines par une radicalisation de la terminologie politique des principaux dirigeants de la majorité et de l’opposition.


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : Mauritanie 24

Anonyme a dit…

Rien n'a changé. Sauf Ould Taya parti. A-
===
Radio Mauritanie censure une émission consacrée à l’esclavage


Des sources bien informées ont affirmé à l’ANI que la direction générale de Radio Mauritanie a décidé de censurer une émission hebdomadaire consacrée à un documentaire sur l’esclavage en Mauritanie.


Selon ces mêmes sources, le journaliste responsable de cette émission a déjà réalisé des interviews avec des personnalités, dont des militants de droits humains et des juristes ; notamment Aminettou Mint Elmoctar présidente de l’AFCF, Boubacar Ould Messaoud présient de SOS esclaves et le professeur Didi Ould Salek membre de la CNDH.
Le journaliste en question devrait interviewer le commissaire chargé des droits de l’homme et des relations avec le parlement.
Après avoir essayé, à plusieurs reprises de joindre le commissaire, le journaliste présentateur a été convoqué par la direction de la radio pour lui notifier que cette émission est « censurée et qu’il doit changer de sujet ».
Par ailleurs, on apprend de sources informées que le sujet de l’émission en question alimente un différend entre le journaliste Abdellahi Ould Mohamedou coordinateur des programmes et la direction de Radio Mauritanie.
Le coordinateur considère que la censure de cette émission est en flagrante contradiction avec les engagements de l’établissement à donner aux journalistes toute la liberté de traiter les sujets choisis sans censure aucune.

Anonyme a dit…

Très efficaces, les chinois. 100 millions de $ pour eux, ce n'est rien. Pour nous c'est beaucoup. A-
---

Accord entre la Mauritanie et la Chine sur la pêche et l'énergie

Le ministre mauritanien des Affaires économiques et du Développement, Sidi Ould Tah, et le président du conseil d'administration de la société chinoise Poly Hondon/Pelagic Fishery, Lan Pingyong, ont signé mardi une convention cadre dans les domaines de la pêche et de l'énergie, a appris la PANA de sources officielles.

En vertu de la nouvelle convention, l'entreprise chinoise va construire en Mauritanie des usines de traitement de poissons pour une enveloppe de 100 millions de dollars américains.

Quant au volet énergie, il permettra l'alimentation en énergie solaire de 24 collectivités locales, pour un montant dont le coût n'est pas précisé.

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : PanaPress

Anonyme a dit…

Dialoguer sur quoi? Faire un gouvernement d'union nationale? azzizzo n'acceptera pas. Il a le PRDS kamel. A-
===
Actualités
« L’opposition prend note du message (de Aziz) transmis par Ould El Waghf »


« Tout dialogue sérieux doit, impérativement avoir comme base les accords de Dakar » a déclaré, mardi, le leader de l’opposition démocratique t président du RFD Ahmed Ould Daddah, à l’issue d’une réunion de quelques heures avec les membres de la COD tenue au siège d son parti.


En outre, Ould Daddah a précisé que « l’opposition prend note du message (de Aziz) transmis par Ould El Waghf, président du parti Adil », avant de noter que « tout dialogue sérieux doit se référer, à la base, à l’accord cadre de Dakar signé le 04 juin 2009 entre les différents pôles politiques concernés par la crise politique née du coup d’Etat du 06 aout 2008 ».
L’accord cadre de Dakar prône un dialogue « inclusif » avec l’opposition politique et son« implication dans la gestion des affaires publiques ».
En outre le président en exercice de la coordination de l’opposition démocratique(COD) a précisé que : « Le président de la République saisir, directement, la COD pour l’entame de tout dialogue.» Ould Daddah a exigé que le gouvernement fasse part à l'opinion publique de ses intetions liées au dialogue, afin de la prendre pour témoin.
Lundi dernier, l’ancien premier ministre mauritanien (2007-2008) Yahya Ould Ahmed Elwaghf a indiqué, à l’issue d’un rencontre avec le président Aziz que ce dernier s’est dit « entièrement disposé à ouvrir le dialogue avec l’opposition», a l’issue d’une audience ce du chef de l’Etat mauritanien.

Date publication : 08-06-2010 20:30:50 Lecture N°: 51

Anonyme a dit…

A-

Je pense qu'il serait preferable d'aller a' You Tube ecrire Bouna Ould Boina click on it pour comprendre le discours de tonton Daddah. I'd rather listen to Bouna Ould Boina on You Tube.

Les accords de Dakar sont une vieille histoire depasse'e et qui n'est pas bien ecrite.

Ce n'est pas par hasard que Ould Waghef a ete' choisi. Abdel Aziz comprend bien les nombreuses divisions au sein de l'opposition.
N'oublions pas ce que Louleid et Boidjel viennent de lui faire. Je ne serai pas surpris si on me dit qu'Adil a rejoint la majorite' presidendentielle. Si on oublie le coup d'etat, on peut dire que c'est le meme camp.

Une Declaration publique pour faire quoi. Ould Wakhef a ete' charge' de la mission et nous savons qu'il n'a pas menti. Soyons humbles.
Je vous conseille vivement de tenter d'avoir toutes les aides financieres internationales que vous pouvez avoir. Il ne faut absolument pas saboter les chances de notre pays pour des raisons politiques individuelles.
Il faut savoir avancer. A mes yeux, les accords de Dakar n'ont jamais eux de valeur.Ils ont force' la main a' un president democratiquement elu.
Maintenant qu'Abdel Aziz est president a' cause de vos mauvais calculs et de vos trahisons, LET'S MOVE ON!!!!!!

ALLEZ AU DIALOGUE MAIS DANS CE CAS PRECIS, NE POSEZ PAS DE CONDITION!!!!

Anonyme a dit…

Lu pour Général Vladimir, mais en anglais. Sur la militarisation du sahara-Sahel par un groupe d'universitaires independants (Concerned Africa Scolars:US Militatization of the Sahara -Security, Space & Imperialism).

Kliki alla le tout et enjoy le reading.

Interdit à Couli de lire pour la raison evidente qu'il ne vas pas imprimer et lire les 90 pages de ces spécialistes hors-pair (sur un domaine qu'il ne connait pas)et il va tout de suite nous dire qu 'il n y a pas de fabrication AQMI et qu'il faut eviter de lire les mauvaises choses.

TITAN: enta tegra l'inglizia? Quand on te dit que tu n'est probablement pas informé, tu n'a pas le temps de trop chercher et lire les spécialistes qui n'écrivent pas en arabe ou en français.

azzizzo twil le'emer: ella bichôr avec ces gens. Ma yi djallou et les enjeux sont plus importants que les trois millions de poêtes que nous sommes. On comprend la situation dans laquelle tu es. Tu as mon appui sur ça, mais pas sur le reste (boletig).

Les zamis de canalh: suis obligé de continuer à suivre cette affaire AQMI parcequ'on a fait du mal à mon pays qui n'a declaré la guerre à personne. On arrête d'instrumentaliser mes compatriotes et les tuer dans des affaires qui ne nous concernent pas et on leur lâche les baskets. Autrement la brigade anti-salafiste de canalh va continuer son boulot. Votre brigade a déjà une idée à peu près claire sur ce qui se trame derrière les otages, mais garde le silence pour obeir aux instructions du ministre de la defense de ne pas trop parler. Tahalil Hebdo doit lire ce document pour eviter de dire des bobards, surtout quand il cite des sources securitaires anonymes. On invente rien: On vous donne ce que d'autres disent ou lisent sur nos pays et le terrorisme.

Bonne journée les zamis.

A-
===

http://concernedafricascholars.org/docs/bulletin85.pdf

Anonyme a dit…

Entierement d'accord avec toi: faut appaiser les choses et aider la RIM à trouver des sous, meme si on ne mange pas le goudron. Fatiguant cette classe politique que nous avons. Comme tu l'as si bien dit, l'opposition est devisée et azzizzo twil le'emer est entrain de pieger AOD. Azzizzo et AOD/Messaoud, c'est comme Tom & Jerry: jamais fatigués de se faire la chasse. Azzizzo faut faire avec jusqu'aux prochaines elections.

A-

Anonyme a dit…

Les services de sécurité soupçonnent encore Al Majlissi d'etre le chef de la cellule de la socogim? Aux dernières nouvelles (en 2008), il était le sous-émir AQMI en Mauritanie, étant chapeauté par les émirs algériens.

Mais, beaucoup de desinformation sur cette question.Surtout quand on entend "source securitaire anonyme".

Quelque chose sur El Majlissi en 2008 de Moor Next Door:

http://themoornextdoor.wordpress.com/2008/09/23/the-interrogation-of-a-salafi-alim/

A-
===

Remise en liberté de trois personnes qui étaient soupçonnées de liens avec le terrorisme

Selon des sources judiciaires, trois personnes sur les huit interpellées à la socogim et qui étaient soupçonnées de liens avec le terrorisme, ont été libérées pour absence de faits établissant leur culpabilité.

S’agissant des cinq autres, elles ont été mises sous mandats de dépôt en attendant leurs jugements.

Les services de sécurité soupçonnent « El Mejlissi », en prison pour liens avec le terrorisme, d’être le cerveau de la cellule de la socogim.

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Info source : Sahara Medias (Mauritanie

Anonyme a dit…

Plus sur Al Majlissi et cette mauvaise affaire d'Aleg. A-

===

http://themoornextdoor.wordpress.com/2008/10/12/salafism-aqim-and-rural-mauritania/

http://themoornextdoor.wordpress.com/2008/09/21/aqim-mauritania-quite-saharan-in-fact/

Anonyme a dit…

Mes excuses à ma seconde patrie: Bertrand Fessard de Foucault
Mauritanien de cœur et d’adoption , je voudrais apporter un bémol à la polémique médiatique, aux dires et aux écrits des uns et des autres, à propos de ce que j’aurais pu écrire sur ma seconde patrie, la Mauritanie.
Depuis quelques temps, dans la presse mauritanienne, je découvre l’horreur et la bêtise – contre vérités de notre époque – par les messages sur ma prétendue haine ou mon engagement politique déplacé contre ce pays que j’aime, que je respecte, contre le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a impulsé une nouvelle dynamique de développement avec une volonté politique réelle, dont j’ai conscience en tant qu’humaniste,en tant qu’apôtre de la liberté et de la démocratie .
En réalité, ma longue histoire avec la Mauritanie, se conjugue avec mon parcours historique dont je tire une immense fierté pour m'avoir permis de devenir le compagnon de Moktar Ould Daddah qui me surnomma affectivement Ould Kaîge (Mars 1974).
Malgré toutes les contre vérités que l’on me prête sur une vision biaisée de la Mauritanie que je continue à porter dans mon cœur et dans mes pensées, mon seul souci a toujours été l’intérêt supérieur de ce pays, depuis mon service national français effectué à l’Ecole Nationale d’Administration mauritanienne (février 1965- avril 1966).
Je tiens à le dire publiquement et avec toute la force de ma conviction d’ancien diplomate français (premier ambassadeur de France au Kazakhstan, conseiller économique et commercial près les ambassades françaises au Portugal, Bavière, Grèce, Brésil, Autriche) : je n’appartiens à aucun mouvement d’aucune confession ni à aucun parti politique. Je ne suis qu’un citoyen français humaniste, qui tire ses sources d’inspiration de sa chrétienté et de la passion du dialogue. C’est bien là toute la quintessence de mon engagement, de ma mauritanité.
Dans ma quête de la vérité sur ma deuxième patrie, la Mauritanie, j’ai été l’objet de calomnies biscornues à travers différents courriers et témoignages dont je n’ai jamais été l'auteur, dont une prétendue correspondance à M. Stefano Manservici, Directeur Général pour le Développement à la Commission européenne,et à l’Elysée.
Comment concevoir que dans mon parcours de libre penseur, avec une démarche spirituelle et politique, et tenant compte des valeurs mauritaniennes d’abnégation et d’humilité que m’a transmises le Président Moktar, j’ai pu jeter un trouble par mes écrits ou calomnier la Mauritanie ?
En s’inspirant de mes réflexions ‘’l'existence monastique impossible à décrire ou apprécier de l'extérieur’’ et ‘’la lecture du Coran - sourate XLI . Les versets véridiques’’ ou encore ‘’mon cœur ne craint que ta parole - textes du jour’’, les mauritaniens comprendront ma démarche toute dédiée à la dignité humaine.
Je me félicite que la Mauritanie soit enfin sortie des ténèbres et des affres des années de braise, et de la souffrance des vingt années sous Taya.
Actuellement, et à quelques jours du grand rendez- vous de la réunion de Bruxelles, tous les espoirs semblent être retrouvés, avec une stabilité politique et un nouvel essor économique et social.
Le Président Mohamed Ould Abdel Aziz, dont nul ne saurait faire fi de sa légitimité démocratique et dont je reconnais humblement les qualités, a un parcours qui l’honore et les grands chantiers des reformes, sont une preuve d’un véritable changement annonciateur de la nouvelle Mauritanie.

Anonyme a dit…

Par ces lignes , je voudrais signifier à tous mes frères mauritaniens mais aussi à tous ceux qui me prêtent des mauvaises intensions que je porte dans les tréfonds de mon cœur, le respect le plus sincère et l’admiration pour cette terre d’hospitalité légendaire. Le doute ne devrait avoir aucune place sur ma sincérité.
Je ne me permettrai jamais de m’ingérer d’une manière aussi machiavélique dans les affaires intérieures d’un Etat souverain et encore moins un Etat aussi proche que la Mauritanie qui m’a profondément marqué. Ma conscience est tranquille et ma fidélité demeure intacte envers les mauritaniens.
Je reste ouvert au dialogue dans le respect des principes de démocratie et d’amour du prochain.
Mû par ma dévotion à la mémoire de mon ami Moktar Ould Daddah, je me défendrai contre les ennemis de la Mauritanie. Que Dieu, disent nos frères d’Islam, t’enveloppe de Sa miséricorde. Nous sommes sûrs de cette miséricorde.

b.fdef@wanadoo.fr