jeudi 26 août 2010

Birame Ould Abeid:‘’La communauté des Maures doit s’arranger à hisser les justes parmi ses fils,

‘’La communauté des Maures doit s’arranger à hisser les justes parmi ses fils, dans les cercles de décisions, pour qu’il leur incombe la tâche, historique, urgente et ô combien délicate, de désamorcer la bombe de l’explosion communautaire qui couve dangereusement en Mauritanie’’

Biram Ould Dah Ould Abeid est devenu, depuis quelques temps, l’icône de la lutte contre l’esclavage et de toute forme de ségrégation en Mauritanie.

Reprenant le flambeau des organisations pionnières comme El Hor et SOS Esclaves, l’homme pense que le temps est venu de passer à la vitesse supérieure, quitte à déplaire et à déranger le pouvoir en place et les esclavagistes. Un combat qui lui a causé quelques ennuis: refus de lui renouveler son passeport de service, pour l’empêcher de voyager et, donc, de propager son discours; limogeage de son poste à la Commission nationale des droits de l’Homme. Très virulent, BDA «tire presque sur tout ce qui bouge», explique un journal de la place, ce qui lui a valu injures et menaces. A-t-il peur pour sa vie? Non, répond-il, parce que la liberté n’a pas de prix. Ses modèles locaux: Messouad Ould Boulkheir et Boubakar Ould Messaoud, membres fondateurs d’El Hor. Ailleurs dans le monde, il se réfère à Nelson Mandela et à Martin Luther King. Son bureau, situé non loin de l’école 7, est devenu le lieu de refuge des démunis et autres victimes de l’esclavage à qui il consacre des heures pour écouter et tenter de trouver des solutions. Le Calame l’a rencontré.



Le Calame: Certaines rumeurs font état d’une rencontre secrète que le ministre de l’Intérieur, Ould Boilil, aurait organisée entre vous et le président de la République. S’agit-il de simples supputations? N’auriez-vous pas été approché avant, par le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz?

Biram Ould Dah Ould Abeid: Je ne suis pas au courant d’une telle initiative de rencontre. Et ça m’étonnerait fort que le pouvoir actuel et ses sbires songent à une telle démarche, vu leur acharnement à m’affamer, m’isoler et me salir. Cependant je demeure, conformément à ma nature d’intellectuel et de militant de droits de l’Homme, ouvert à toute entreprise sincère et respectable qui puisse aider à poser les jalons de règlements sérieux et définitifs des fléaux de l’esclavage et du racisme dont les Haratines et les Noirs ont durement pâti. Par ailleurs, le pouvoir en place m’a approché plusieurs fois, avant les élections consécutives aux accords de Dakar, mais jamais après.


Votre irruption, dans l’arène de lutte contre l’esclavage, a conféré, à la question, une autre dimension. Votre position est qualifiée de radicale, par certains qui n’hésitent pas à vous qualifier d’«extrémiste», voire de «pyromane». En quoi votre mouvement est-il différent des autres organisations, comme El Hor ou SOS Esclaves, en charge de la question?

Il faut réfléchir à la dénomination de IRA. Toutes ces organisations que vous avez citées ont joué et jouent toujours un rôle important, dans la dénonciation du problème. Mais, à notre niveau, nous estimons que la problématique demande, aujourd’hui, une action beaucoup plus profonde, pour ne pas dire radicale. En effet, malgré le changement des mentalités et la prise de conscience dans le rang des Haratines, le système beydhane, né d’une volonté de domination et d’exploitation, refuse d’évoluer et de se départir de préjugés et pratiques obsolètes. Le pouvoir concentré dans les mains de l’élite féodale et ethniciste arabo-berbère, insensible aux souffrances humaines et sourde aux injonctions du Droit, ce pouvoir lui sert, hélas, d’outil pour perpétuer cette vilénie séculaire qu’on appelle esclavage et le racisme qui lui est collatéral. Ceci étant, à chaque situation et à chaque étape, sied un discours et un moyen de lutte adaptée. IRA est la réponse à l’entêtement et la persévérance dans le mépris du droit des Haratines, des Noirs ou de tout Mauritanien humble, de la liberté, de l’égalité et de la justice sociale. C’est aussi l’expression de la conscience haratine. C’est la cristallisation de notre volonté et celle de notre intelligentsia. Laissez les larbins, les nègres de service. Il y en aura toujours dans chaque communauté.



Quelles relations entretenez-vous avec ces organisations?

Je pensais avoir répondu à cette question précédemment. Mais, pour être clair et ne pas laisser lieu aux équivoques dont raffolent les pêcheurs en eaux troubles, je veux dire les esclavagistes, les racistes et l’ensemble des forces réactionnaires, sachez que IRA est la suite logique de ce combat! Car, après tout, l’homme que je suis est le produit d’El Hor et de SOS Esclaves. Je suis fier de le dire.



Depuis que vous avez pris en charge la question, vous ciblez, particulièrement, la composante maure blanche du pays. On est tenté de vous demander: le Hartani et le Maure sont- ils différents? Que signifient, pour vous, les vocables : Maures blancs, Maures noirs? La composante blanche serait à l’origine des malheurs des autres composantes nationales?

Parlez-vous hassaniya? Dans ce dialecte, beydhane veut dire blanc. C’est un vocable chargé. Il est racial. Donc les Haratines ne peuvent aucunement s’y identifier. D’ailleurs, pourquoi vouloir, bon an, mal an, «beydhaniser» les Haratines? Les blanchir? Tout en les maintenant, au mieux, à la marge; au pire, en dehors de la société beydhane. C’est injuste, hypocrite, c’est de l’instrumentalisation pure et simple. Ceux qui continuent à instituer et à pérenniser la gouvernance et l’idéologie racistes et esclavagistes, au nom et au profit de la composante arabo-berbère, ne sont pas, seulement, à l’origine des malheurs des autres composantes nationales mais, auss,i du devenir sombre et bourbeux de ce pays dont l’avenir est de plus en plus incertain. Le socle sur lequel ils ont bâti l’Etat, c’est celui de l’iniquité la plus totale et abjecte, de l’aveuglement suicidaire. Qui est le responsable de l’esclavage et de sa pérennisation, si ce n’est le maître qui utilise, à cette fin, tous les stratagèmes et toutes les manœuvres, à travers l’instrumentalisation, à la fois, du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel qui sont en sa possession? Et le maître c’est qui, sinon l’arabo-berbère? D’autre part, pour moi, il n’y a pas de Maures blancs ni de Maures noires; il y a des Maures ou Beydhanes, c'est-à-dire Blancs, comme ils aiment s’appeler, par opposition à Soudanes, c'est-à-dire Noirs, Haratines ou esclaves (abid), comme ils nous ont toujours appelé, de leur propre gré, depuis la nuit des temps. Donc le terme «Maure noir» est une forme d’instrumentalisation des Haratines et de négation de leur condition de méprisés, d’intouchables, d’esclaves…



Certains maures vous accusent de vouloir «éloigner» les Maures noirs des Maures, afin de remettre en cause la majorité ethnique. Où se situerait, alors, l’IRA, par rapport aux Maures blancs et aux Négro-mauritaniens?

Les relations entre Maures et Haratines sont, bien avant Biram et depuis les plus lointaines origines, fondées sur des rapports inégaux de suprématie, d’humiliations, d’esclavage… et ne peuvent être, de nos jours, à l’abri d’épreuves et de convulsions dues aux contextes historiques et universels qui imposent, fatalement, le renversement des rapports de forces né de la revendication ou de l’exigence de droits. L’unité entre ces deux groupes, très distincts par la volonté des Beydanes, n’a jamais été vraie, juste et volontaire, elle a toujours été imposée, au détriment des Haratines; c’est une unité de façade, un marché de dupes, clairement explicité par les sorties, sporadiques et sur commande, de groupes et d’individualités, parmi les esclaves à col blanc – les Haratines du système – contre ceux parmi nous – IRA,SOS-ESCLAVES,EL HOR – qui tirent la sonnette d’alarme pour solder les comptes, humaniser et pacifier les rapports. Préserver cette fausse unité, ce marché de dupes, au sein duquel la vraie unité joue le rôle du dindon de la farce, dans le statu quo, les Haratines n’en n’ont pas besoin; c’est une majorité au sein de laquelle nous sommes, toujours, marginalisés, sachant, pourtant, que nous somme la majorité de la majorité. Donc, c’est un catalogage dans une majorité, destiné à nous utiliser pour écraser d’autres victimes du même système, les Noirs de Mauritanie. Les Haratines n’ont plus besoin de support et leur statut est clair, aujourd’hui; faut-il que nous, Haratines, soyons éternellement considérés comme une sorte d’appendice, rien que pour faire et défaire des majorités? Non. C’est fini, ce temps où l’on se servait de nous. L’heure est venue de reconnaître qu’avec ou sans les autres, nous sommes la majorité. Et c’est à nous de définir notre propre identité et, partant, nos attaches. L’identité ne se décrète pas par décision politique, décision, de surcroît, très partisane et intéressée, parce qu’elle est celle de ceux qui ont décrété notre esclavage, décret qu’ils maintiennent toujours en vigueur, au vu et au su de tous. C’est à nous, aussi, de situer notre place sur l’échiquier national et ce, conformément à notre rôle de principal agent de développement du pays et, surtout, à notre poids démographique qui n’est pas à démontrer. En réalité, c’est ce qui dérange tous nos détracteurs, entre autres ceux qui veulent nous maintenir dans les fers de l’exploitation, faisant croire, au monde entier, que nous sommes des mineurs pour justifier leur tutelle. C’est fini, ce jeu. Il est découvert et plus personne n’y croit. IRA considère, enfin, que la communauté des Maures doit s’arranger à hisser les justes parmi ses fils, dans les cercles de décisions, pour qu’il leur incombe la tâche, historique, urgente – à l’instar de celle de Frederick De Clerk – et oh combien délicate, de désamorcer la bombe de l’explosion communautaire qui couve dangereusement, en Mauritanie. Et nous considérons que les Noirs se retrouvent, avec les Haratines, dans le camp des victimes, dans le camp des misères.



Ne pensez-vous pas que l’intelligentsia hartani porte une grande part de responsabilité dans la lutte contre ce drame humain?

Effectivement. La part de responsabilité de l’intelligentsia haratine est incontestable. Elle a, d’ailleurs, été à l’avant-garde. El Hor, porte-étendard et symbole de cette lutte, fut fondé par l’élite. C’est elle qui a conduit la bataille que nous comptons poursuivre. Aujourd’hui, encore plus que jamais, ce sont les cadres et les intellectuels haratines qui s’opposent à l’esclavage, dans les associations, les forums, les colonnes des journaux, les interviews… Ils portent le combat aux plus hauts niveaux, développant, ainsi, un discours clair qui ne prête à aucune équivoque, dans une synergie d’efforts sans précédent. Cette intelligentsia tranche avec les habitudes opportunistes d’une poignée qui court derrière des postes éphémères. Cette intelligentsia consciencieuse grandit, chaque jour plus, et range, autour d’elle, les masses. Les positions idéologiques et politiques sont loin de pouvoir les diviser. Croyez-moi, j’en sais beaucoup, moi, en tant que président de IRA.



Votre virulence vous a valu menaces et injures sur le Net. N’avez-vous pas de craintes pour votre sécurité?

Comme tous mes congénères, j’ai une cause que je suis prêt à défendre, au prix même de ma mort. Les injures et les menaces, j’en ai connues, comme tous mes aînés qui ont été incarcérés dans les geôles des régimes esclavagistes. Je ne peux pas prétendre relever le défi de mettre fin à plusieurs siècles de servilité et d’iniquité et ne pas être prêt à payer le prix de la liberté. Qu’est-ce que Mandela a enduré pour inhumer l’apartheid? Et Malcom X, Martin Luther King et autres, qui se sont battus contre le racisme d’Etat! Je dis: qu’est-ce qu’il a fallu, à Messaoud Ould Boulkheïr et Boubacar Ould Messaoud, à Omar Ould Yali et bien d’autres, pour que le système féodal et esclavagiste les accepte, en tant qu’êtres fréquentables? Tout ce monde a couru des risques! Mais que les ennemis des Haratines et de leur émancipation sachent que mort, mon ombre les poursuivra au fin fond de leur tombe.



Jusqu’ici, vous semblez mettre au second plan la question des Négro-mauritaniens qui ont vécu des drames, entre 89 et 91. Pourtant IRA est une des rares organisations à qualifier ces drames de «génocide». Ne pensez-vous pas que les Hartanis et les Négro-mauritaniens sont victimes du même problème de cohabitation, entre les composantes nationales?

Je suis épris de justice et d’égalité. La première chose voudrait qu’on soit franc et sincère. Cela permet d’avoir la conscience tranquille. J’ai, toujours, dénoncé, haut et fort, les drames que les Négro-mauritaniens ont subis. C’est bien un génocide. Il suffit de se référer à la signification de ce mot et voir les faits pour le constater. C’est nous qui avons décidé de ne faire la moindre concession aux forces du Mal, concessions que les autres, par défaitisme, ont pu accepter, tentant d’amadouer et de mettre à l’aise le système, dans le diagnostic des faits, lourds et historiques, dont les communautés ont été victimes, par ce même système racial et esclavagiste qui gère la Mauritanie, depuis cinquante ans. Mais il y a des organisations de victimes qui appellent les déportés «réfugiés» et nomment le génocide «passif humanitaire». C’est une pudeur indigne qui en dit long sur la détermination de ceux qui devaient être le fer de lance de cette cause juste. Pourquoi donc interpeller IRA pour ce qu’elle fait déjà mieux que tous, alors que des victimes symboles et des leaders emblématiques, comme ce chef de parti que vous connaissez tous, acceptent, publiquement, de rivaliser avec les laudateurs d’un chef d’Etat qui n’a même pas daigner le réhabiliter de sa condamnation par un tribunal raciste; un leader et une victime, qui a accepté d’oublier la chaîne qui le liait à son beau-père, même quand l’un ou l’autre voulait aller aux toilettes. Et d’autres gens, avec lui, qui ont accepté de traiter avec le général qui n’a jamais songé revenir, à travers ses pelletons de députés et de sénateurs, sur la loi hors-la-loi qui amnistie les crimes de sang commis, contre les cadres civils et militaires négro-mauritaniens, ni inquiéter les idéologues et exécutants de l’épuration ethnique qui continuent à infester les rouages du système.

Mais évitez la banalisation des souffrances des communautés. C’est vouloir réduire l’esclavage que de le présenter comme un problème de cohabitation entre les communautés. D’ailleurs, je ne vous en veux pas, parce que seul l’esclave sait ce que veut dire que d’être privé de sa liberté, être chosifié, animalisé, exclu, marginalisé et ne pas figurer, en tant qu’être à part entière, dans la Constitution nationale qui reconnaît, à chaque communauté, ses droits, sa spécificité et ses différences. Il y a tant de choses relatives aux Haratines à régler, avant d’en arriver à la cohabitation. Celle-ci est l’apothéose d’un très long processus que les torpilleurs tentent, sciemment, de torpiller, au grand dam de la justice, seule soupape de sûreté et de sécurité nationale, si le pouvoir y tient vraiment.



A votre avis, qu’est-ce que les uns et les autres – les 3 composantes – doivent faire pour «pacifier leur cohabitation»? Le pouvoir du président Ould Abdel Aziz vous semble-t-il dans de bonnes dispositions pour trouver des solutions réelles à la question nationale?

A mon avis il y a lieu de reconnaitre, d’abord, l’existence des dérives, graves, qui exposent le pays à tous les risques d’insécurité voire d’implosion. Seule la négation des problèmes, notamment l’esclavage qui est la mère des offenses et insultes, sur fond de racisme d’Etat déguisé en exclusion et en marginalisation, en est responsable. Il faut une volonté réelle d’éradication de l’esclavage, de reconnaissance de la dignité de l’Homme, quelqu’il soit, instaurer toutes les communautés dans leurs droits respectifs, conformément à des critères objectifs. A cela s’ajoute l’arrêt total des manœuvres d’aliénation des communautés, telles que la campagne d’assimilation culturelle forcée visant les Haratines, pour les transformer en Beydhanes alors qu’ils ne le sont et ne le seront jamais; l’arabisation à tous vents des Négro-africains mauritaniens, contre leur gré; faire la lumière, de manière solennelle et officielle, sur ce qu’ils ont subi, appliquer la justice aux coupables, réparer les préjudices et entamer un vrai travail de mémoire. Il faudra, par ailleurs, que toutes les communautés puissent voir leur image dans toutes les institutions du pays: militaires, judiciaires, gouvernementales, bancaires, etc. La Mauritanie doit devenir la Mauritanie de tous les Mauritaniens et non la Mauritanie du système de domination arabo-berbère. Voilà les véritables gages de la pacification et de la cohabitation, si l’on en veut vraiment. Mais j’en doute encore.

Quant à la seconde partie de votre question, je dis que le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz qui refuse, même, de nommer l’esclavage et qui a rangé dans les tiroirs son dossier, avec le refus, pur et simple, de réactiver l’application de la loi criminalisant l’esclavage et les pratiques esclavagistes, qui devait sanctionner les nombreux contrevenants, ce pouvoir est loin d’être dans de bonnes dispositions, pour trouver des solutions réelles à la question nationale. Qu’est devenu l’argent soi-disant attribué, par le pouvoir, à la lutte contre l’esclavage? Et l’office qui devait être fondé à cette fin? En avez-vous entendu parler, dans le programme du gouvernement? Les Haratines n’ont jamais été autant exclus et marginalisés. Ce n’est pas de cette version de pouvoir beydhane, dirigé par Ould Abdel Aziz qu’il va falloir attendre le salut.



Vous vous rendez, souvent, dans ce qu’on appelle, chez nous, les adwaba. La lutte contre la pauvreté, menée par le CSA et le commissariat aux droits de l’Homme et à l’action humanitaire, a-t-elle un impact sur la vie de ces communautés Hartani? Sinon, où sont allés les milliards investis par les deux départements?

Le CSA et le commissariat aux droits de l’Homme et à l’action humanitaire ne sont, aucunement, au service des Haratines. Taillés sur mesure, ils sont au service de ceux qui les dirigent. Leurs milliards ne vont pas au peuple encore moins aux Haratines. Tout le monde sait que près de 300.000 Mauritaniens font face à la famine. Les S.O.S. ont été lancés par les organisations internationales. Sur ces 300.000, l’écrasante majorité est haratine, appauvrie et maintenue dans le dénuement, par 50 ans de politique d’exclusion et de paupérisation. Et c’est la minorité arabo-berbère qui gère les départements devant s’occuper de sortir les Haratines – esclaves et affranchis – de la misère accumulée par six siècles d’usurpation de leurs terres et de tous leurs droits à l’héritage. A quoi est-ce qu’on peut s’attendre, sinon au détournement des milliards soi-disant mobilisés pour amortir les souffrances?

Pas de propriété foncière au profit des Haratines, pas de digue; pas de crédit agricole. Pas d’assistance technique. Un kilo ou un sac de je ne sais quoi, en guise d’aumône C’est exactement ce qu’il faut pour maintenir les Haratines dans la dépendance. Le CSA et ledit commissariat aux droits de l’Homme ne sont que des mannes ou aubaines octroyées à ceux qui soutiennent le régime en place. Ceux qui les dirigent et leurs collaborateurs cooptés ne se soucient point des misérables. La preuve est qu’ils ne conçoivent nulle politique visant, à court ou à long terme, l’autonomie des citoyens. Et qui s’interrogent sur les destins des milliards qui serviront à engraisser les maîtres ou la féodalité?



La position des oulémas et des leaders d’opinion religieux, sur la question de l’esclavage, ne vous satisfait pas. Que leur reprochez-vous?

La position de la quasi-totalité des Ulémas et les leaders d’opinion religieux, sur la question d’esclavage, ne satisfait aucun haratine, ni aucun autre mauritanien parmi les justes. Que cela soit clair pour tout le monde. Moi, je dis, haut et fort, ce que beaucoup de gens murmurent tout bas. J’assumerai, jusqu’au bout, cette confrontation contre ce clergé corrompu, digne d’un autre âge, contre ces imams et ulémas de poche et de ventre. Ce sont des hommes qui entretiennent le flou et refusent de condamner, en termes sans équivoque, l’esclavage. Ils se réfugient derrière des jeux de mots et des astuces, pour pérenniser des pratiques injustifiées et injustifiables. Je condamne, au passage, la duplicité de Tawassoul, le parti des mahadra ou écoles religieuses traditionnelles, et leur dis que tant que leurs guides et symboles spirituels continuent de pourvoir, en fatwa et autres décisions d’indulgence, des bourreaux comme Omar El Béchir, le pouvoir et les esclavagistes mauritaniens, nous prendrons la défense des victimes et nous nous dresserons, éternellement, sur leur chemin.

Je reproche à ces oulémas et leaders d’opinion religieux leurs connivences, tantôt tacites, tantôt explicites, avec les maîtres; comme je combats, avec autant de détermination, la Gauche mauritanienne, une Gauche esclavagiste et au discours pernicieux; comme nous luttons et lutterons, à mort, contre les factions nationalistes arabes dont le fascisme rivalise avec leur esclavagisme. Je n’ai aucun problème avec l’Islam. Mon problème, c’est avec les lectures que les autres en font, pour justifier les souffrances d’autrui. Je ne peux pas concevoir que nos théologiens, nos faqihs, ne soient pas capables, plus de quatorze siècles après l’Hégire, de décréter une fatwa, pour mettre fin à une polémique désobligeante, sur un sujet que toutes les autres religions monothéistes ont déjà tranché. Quelle infamie, quelle opprobre éprouvons-nous, Musulmans, lorsque, pour évoquer l’interdiction de l’esclavage, il nous faut nous rabattre sur des conventions internationales de droits de l’Homme, comme l’a déclaré Youssef El Qardawi. Qu’est devenu el ijtihad ?



En novembre prochain, notre pays va célébrer son cinquantenaire de l’indépendance. Qu’attendez-vous des pouvoirs publics, pour marquer l’évènement? A en croire certaines rumeurs, le président de la République pourrait réhabiliter les 28 militaires négro-mauritaniens pendus le 28 novembre 1991, à Inal? Qu’en pensez-vous?

J’attends, des pouvoirs publics, une demande de pardon, au nom de l’Etat, à toutes les victimes d’exaction ou d’esclavage. Que tous les coupables soient punis. Que des instructions soient données, à l’administration territoriale, aux autorités judiciaires et à leurs agents, pour traquer tous les esclavagistes et mettre en application la loi. Que l’Etat reconnaisse, aux Haratines, leurs droits et cesse de protéger les criminels. Qu’ils jugent les tortionnaires. Car la prière de l’absent ne restitue les droits des veuves et des orphelins. Qui a tué les leurs? Pourquoi? Où ont-ils été inhumés? Les restants des dépouilles sont-ils les leurs? Autant de questions qui torturent les parents des victimes négro-mauritaniennes du génocide et auxquelles ils n’ont point de réponse. La prière de l’absent n’est point un prétexte à l’impunité, quelque soit le tortionnaire.


Propos recueillis par Sneiba et Dalay Lam- LE CALAME

158 commentaires:

Anonyme a dit…

Voila la naissance d'un grand, un symbole sur lequel la mauritanie se retrouvera un jour.

oH Intellos à suivre et à mediter

maatala a dit…

Salam

Une petite Biramitude de temps à autres pour faire la nique aux cons.

Ils se reconnaîtront dit le fou

maatalement votre

Anonyme a dit…

Aziz n'est pas au pied du mur. Il trouvera une solution. Germaneau est mort avant le raid. Du n'importe quoi. A-
===
Terrorisme en Mauritanie : Abdel Aziz dos au mur.


Décidément, le mois de Ramadan n’est pas un panneau de stop aux exactions d’AQMI. Et le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz l’a appris à ses dépens, avec ce véhicule bourré d’explosifs détruit de justesse devant une des casernes de son pays, ce mercredi 25 août 2010. Une Mauritanie devenue le terrain de jeu favori de terroristes qui y font des blagues pas du tout drôles.

Après l’attentat-suicide à Nouakchott contre l’ambassade de France en août 2009 et l’enlèvement le 29 novembre de la même année de trois otages espagnols, AQMI, puisqu’il est fortement soupçonné, revient avec cette tentative. Un an après son investiture comme président (386 jours exactement), Mohamed Ould Abdel Aziz doit sans doute se rendre compte que la promesse qu’il avait faite le jour de son investiture de lutter contre le terrorisme ne sera pas du tout facile à tenir.

Et la situation devient de plus en plus inquiétante, son pays étant devenu le lieu où les terroristes enlèvent des otages, se réfugient pour négocier et sortent pour lancer des bombes et autres explosifs et ce, avec une aisance certaine.



Une aisance qui prouve que le pays de l’ex-général n’est pas encore en mesure d’endiguer ce flot de terreur qui prend chaque jour un peu plus de force, de puissance, d’efficacité et de pugnacité.

Abdel Aziz ne peut donc, en tout cas jusqu’à preuve du contraire, que reconnaître qu’il est acculé. Mais cette position est d’autant plus inconfortable que le président du pays des Mourabitounes est pratiquement seul à ferrailler contre les tentacules impitoyables de la pieuvre insaisissable. L’implication récente de la France a été temporelle et avec des résultats désastreux, notamment la mort de l’otage Michel Germaneau le 22 juillet dernier.

L’Algérie, le pays voisin qui pouvait lui venir en aide, s’est retranchée dans son coin, cantonnée dans sa bouderie et ses rancœurs contre les méthodes utilisées récemment par la Mauritanie et le Mali pour libérer Roque Pascual et Albert Vilalta, les ex-otages espagnols. Mais cette tentative d’attentat en plein milieu de Ramadan prouve, s’il en est encore besoin, qu’il faut maintenant une action conjuguée pour lutter contre cette force invisible.

Une force qui traverse aisément les frontières du Niger, du Mali, de la Mauritanie et de l’Algérie et qui, elle, ne tergiverse pas sur les moyens et les manières pour frapper son ennemi. La preuve, elle passe du rapt à l’attentat sans plus se poser de question et autant que cela l’arrange. Se battre en se cachant derrière son seul bouclier et en brandissant son unique lance sans associer remparts et flèches que peuvent ajouter ces compagnons d’infortune, face à un ennemi autrement plus fort, ne peut que conduire à la défaite.

Abdel Aziz, son homonyme Bouteflika, Amadou Toumani Touré, et même n’importe quel autre chef d’Etat africain, car on ne sait où et quand cette terrible menace peut déposer ses guêtres, ont besoin de se donner la main. L’Algérie n’avait pas mieux fait lorsqu’elle en était l’hôte. Abdel Aziz, qui l’est actuellement, est le dos au mur. Combien de cavalcades esseulées tomberont-elles encore avant qu’on ne se rende à l’évidence de l’union salutaire ?

Abdou Zoure






Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : AfriqueActu

Anonyme a dit…

Maata:

J'ai fait un ecrit a' propos de l'attaque contre la caserne de Nema que tu viens de censurer. Tu n'es absolument pas serieux et tu es intellectuellemnt tres malhonnete. Au moment ou' je fais mes ecrits, tu les lis en meme temps. Tu as change' de sujet sachant que j'etais entrain d'ecrire parce que tu n'aimais pas ce que tu etais entrain de lire. ESSEUL ENTE' FOYSSIDE WOU ZOUWEYGUILE!!!!! TON PROBLEME EST DE CROIRE QUE CE SONT LES AUTRES QUI SONT CONS. NOUS VOULONS BIEN VOUS AIDER AVEC NOS MODESTES IDE'ES MAIS NOUS CONSTATONS QUE VOUS ETES MECHANTS, CONS, IMBECILES ET JALOUX. CE SONT VOS PROPRES PETITES IDE'ES IMBECILES QUI VOUS INTERESSENT!!!!!
Je n'ai pas de temps a' perdre avec le petit l'imbecile que tu es!!!!!
LE PETIT POUVOIR QUE TU PENSES QUE TU AS, JE VAIS TE L'ARRACHER. YOU CAN TRUST ME BECAUSE I KNOW HOW TO DO IT!!!!!!

Anonyme a dit…

DO IT COULI

Anonyme a dit…

Du calme Couli. C'est peut-être le système. Faut respecter Maatala, car sans lui pas de vie sur canalh. Vous pouvez avoir vos differences, mais bichor.

Un article de RFI pour vous. A-

===
Burkina Faso, le nouveau médiateur du Sahel
RFI

jeudi 26 août 2010

La libération ce week-end des otages espagnols enlevés par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) est à mettre à l’actif du Burkina Faso. Ce n’est pas la première fois que Ouagadougou intervient dans ce genre d’affaires. Au fil des années, le président Blaise Compaoré s’est imposé comme un médiateur incontournable pas seulement à Lomé ou à Conakry mais aussi dans le désert.

Avec la libération des deux derniers otages détenus au Mali ce week-end, les humanitaires Roque Pascual et Albert Vilalta, le Burkina Faso s’affirme une nouvelle fois sur le terrain des médiations.

Avant de s’occuper du dossier des Espagnols, le Burkina avait œuvré pour les deux italiens Sergio Cicala et Philomène Kabooree enlevés en Mauritanie en décembre 2009 et libérés en avril 2010. C’est aussi grâce à la médiation burkinabé que Robert Fowler, le diplomate canadien envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU enlevé au Niger en décembre 2008, a pu être libéré en avril 2009.

Blaise Compaoré s’est s’entouré de conseillers qui connaissent le désert du nord-Mali, qui ont su tisser leur réseau, et qui s’appuient sur des notabilités locales maliennes et de grands commerçants incontournables dans la région…

Dans les médiations burkinabé on retrouve plus particulièrement un homme, un émissaire que Blaise Compaoré appelle son « homme du désert ». Il est présent parfois aux côtés des otages à qui il apporte des médicaments. C’est lui qui généralement va aussi les récupérer dans le désert une fois la libération négociée.

Relations troubles

Malgré les relais de terrain dont dispose le Burkina Faso, les médiations ne sont pas toujours évidentes. Il aura fallu 9 mois pour que les espagnols rentrent chez eux. Il y a parfois aussi une forme de concurrence diplomatique entre le Mali et le Burkina sur un même dossier. A titre d’exemple, dans le cas particulier de l’otage canadien Robert Fowler, deux médiations, malienne et burkinabé étaient lancées, et c’est finalement celle menée par Ouagadougou qui a abouti à la libération, donnant ainsi une forme de légitimité par la suite aux burkinabé sur le dossier.

Aux yeux de certains experts du dossier, le Burkina Faso jouit d’une place de choix par rapport au Mali, pris en tenaille entre les pressions des pays occidentaux d’où sont originaires les otages, et al-Qaïda au Maghreb islamique qui a installé ses bases dans le nord du pays. Un contexte qui permet à Ouagadougou d’asseoir peu à peu sa position, au détriment parfois de Bamako.

Les médiations menées par le Burkina dans le désert malien ne font cependant pas l’unanimité. Sur le terrain, certains pointent le rôle occulte des médiateurs qui œuvrent pour Ouagadougou, voire les relations troubles que certains entretiennent avec les ravisseurs.

Anonyme a dit…

Du calme Couli. C'est peut-être le système. Faut respecter Maatala, car sans lui pas de vie sur canalh. Vous pouvez avoir vos differences, mais bichor.

Un article de RFI pour vous. A-

===
Burkina Faso, le nouveau médiateur du Sahel
RFI

jeudi 26 août 2010

La libération ce week-end des otages espagnols enlevés par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) est à mettre à l’actif du Burkina Faso. Ce n’est pas la première fois que Ouagadougou intervient dans ce genre d’affaires. Au fil des années, le président Blaise Compaoré s’est imposé comme un médiateur incontournable pas seulement à Lomé ou à Conakry mais aussi dans le désert.

Avec la libération des deux derniers otages détenus au Mali ce week-end, les humanitaires Roque Pascual et Albert Vilalta, le Burkina Faso s’affirme une nouvelle fois sur le terrain des médiations.

Avant de s’occuper du dossier des Espagnols, le Burkina avait œuvré pour les deux italiens Sergio Cicala et Philomène Kabooree enlevés en Mauritanie en décembre 2009 et libérés en avril 2010. C’est aussi grâce à la médiation burkinabé que Robert Fowler, le diplomate canadien envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU enlevé au Niger en décembre 2008, a pu être libéré en avril 2009.

Blaise Compaoré s’est s’entouré de conseillers qui connaissent le désert du nord-Mali, qui ont su tisser leur réseau, et qui s’appuient sur des notabilités locales maliennes et de grands commerçants incontournables dans la région…

Dans les médiations burkinabé on retrouve plus particulièrement un homme, un émissaire que Blaise Compaoré appelle son « homme du désert ». Il est présent parfois aux côtés des otages à qui il apporte des médicaments. C’est lui qui généralement va aussi les récupérer dans le désert une fois la libération négociée.

Relations troubles

Malgré les relais de terrain dont dispose le Burkina Faso, les médiations ne sont pas toujours évidentes. Il aura fallu 9 mois pour que les espagnols rentrent chez eux. Il y a parfois aussi une forme de concurrence diplomatique entre le Mali et le Burkina sur un même dossier. A titre d’exemple, dans le cas particulier de l’otage canadien Robert Fowler, deux médiations, malienne et burkinabé étaient lancées, et c’est finalement celle menée par Ouagadougou qui a abouti à la libération, donnant ainsi une forme de légitimité par la suite aux burkinabé sur le dossier.

Aux yeux de certains experts du dossier, le Burkina Faso jouit d’une place de choix par rapport au Mali, pris en tenaille entre les pressions des pays occidentaux d’où sont originaires les otages, et al-Qaïda au Maghreb islamique qui a installé ses bases dans le nord du pays. Un contexte qui permet à Ouagadougou d’asseoir peu à peu sa position, au détriment parfois de Bamako.

Les médiations menées par le Burkina dans le désert malien ne font cependant pas l’unanimité. Sur le terrain, certains pointent le rôle occulte des médiateurs qui œuvrent pour Ouagadougou, voire les relations troubles que certains entretiennent avec les ravisseurs.

Anonyme a dit…

Du calme Couli. C'est peut-être le système. Faut respecter Maatala, car sans lui pas de vie sur canalh. Vous pouvez avoir vos differences, mais bichor.

Un article de RFI pour vous. A-

===
Burkina Faso, le nouveau médiateur du Sahel
RFI

jeudi 26 août 2010

La libération ce week-end des otages espagnols enlevés par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) est à mettre à l’actif du Burkina Faso. Ce n’est pas la première fois que Ouagadougou intervient dans ce genre d’affaires. Au fil des années, le président Blaise Compaoré s’est imposé comme un médiateur incontournable pas seulement à Lomé ou à Conakry mais aussi dans le désert.

Avec la libération des deux derniers otages détenus au Mali ce week-end, les humanitaires Roque Pascual et Albert Vilalta, le Burkina Faso s’affirme une nouvelle fois sur le terrain des médiations.

Avant de s’occuper du dossier des Espagnols, le Burkina avait œuvré pour les deux italiens Sergio Cicala et Philomène Kabooree enlevés en Mauritanie en décembre 2009 et libérés en avril 2010. C’est aussi grâce à la médiation burkinabé que Robert Fowler, le diplomate canadien envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU enlevé au Niger en décembre 2008, a pu être libéré en avril 2009.

Blaise Compaoré s’est s’entouré de conseillers qui connaissent le désert du nord-Mali, qui ont su tisser leur réseau, et qui s’appuient sur des notabilités locales maliennes et de grands commerçants incontournables dans la région…

Dans les médiations burkinabé on retrouve plus particulièrement un homme, un émissaire que Blaise Compaoré appelle son « homme du désert ». Il est présent parfois aux côtés des otages à qui il apporte des médicaments. C’est lui qui généralement va aussi les récupérer dans le désert une fois la libération négociée.

Relations troubles

Malgré les relais de terrain dont dispose le Burkina Faso, les médiations ne sont pas toujours évidentes. Il aura fallu 9 mois pour que les espagnols rentrent chez eux. Il y a parfois aussi une forme de concurrence diplomatique entre le Mali et le Burkina sur un même dossier. A titre d’exemple, dans le cas particulier de l’otage canadien Robert Fowler, deux médiations, malienne et burkinabé étaient lancées, et c’est finalement celle menée par Ouagadougou qui a abouti à la libération, donnant ainsi une forme de légitimité par la suite aux burkinabé sur le dossier.

Aux yeux de certains experts du dossier, le Burkina Faso jouit d’une place de choix par rapport au Mali, pris en tenaille entre les pressions des pays occidentaux d’où sont originaires les otages, et al-Qaïda au Maghreb islamique qui a installé ses bases dans le nord du pays. Un contexte qui permet à Ouagadougou d’asseoir peu à peu sa position, au détriment parfois de Bamako.

Les médiations menées par le Burkina dans le désert malien ne font cependant pas l’unanimité. Sur le terrain, certains pointent le rôle occulte des médiateurs qui œuvrent pour Ouagadougou, voire les relations troubles que certains entretiennent avec les ravisseurs.

Anonyme a dit…

Algérie fachée comme pas possible et ne veut plus coopérer. azzizo: envoie-une sorba. A-

====

LA FRANCE ET L’ESPAGNE TORPILLENT LE FRONT DU SAHEL
L’Algérie seule face à Al Qaîda
26 Août 2010 - Page : 3
Lu 2867 fois


«Tous les termes de la coopération antiterroriste avec les six pays de la région seront revus de fond en comble.»

Toutes les démarches entamées, depuis deux ans, tous les efforts des six pays du Sahel pour combattre Al Qaîda viennent d’être réduits à néant.
A cause de leurs démarches unilatérales, la France et l’Espagne ont torpillé le Front du Sahel laissant l’Algérie seule face à Al Qaîda. Qu’à cela ne tienne. Des sources sécuritaires en charge du dossier du Sahel ont affirmé hier à L’Expression que «l’Algérie reste sur sa position et refuse de participer à l’alimentation des réseaux d’Al Qaîda par le paiement des rançons» car, estiment les mêmes sources, «cet argent va servir à l’achat d’armes et de munitions qui seront dans quelque temps utilisées contre les pays mêmes qui ont versé de l’argent dans les caisses d’Al Qaîda». «Concernant ses engagements envers d’autres pays, elle aura tout à revoir», ont estimé nos sources. Ce qui est désormais sûr est que même l’Europe n’est pas prête à faire face au terrorisme international. Aucun pays n’a jugé nécessaire de respecter la décision de l’ONU concernant justement la criminalisation des versements de rançon aux terroristes
La libération des deux Espagnols lundi dernier contre une rançon de 8 millions d’euros et l’extradition de Omar le Sahraoui le cerveau de l’opération de l’enlèvement, qui a eu lieu en novembre dernier en Mauritanie, vers le Mali, vont à coup sûr encourager Al Qaîda au Maghreb islamique à perpétrer plus d’attentats et à opérer plus de kidnappings, notamment contre les ressortissants européens.
Et c’est une certitude pour les services de sécurité algériens, qui confient avoir suivi avec beaucoup d’attention le déroulement des derniers événements. Soit depuis le raid franco-mauritanien lancé après l’échec des négociations entre la France et Al Qaîda et la libération des deux otages espagnols contre une rançon de 8 millions d’euros. Ces mêmes services se disent outrés par la façon avec laquelle les Européens prétendent combattre le terrorisme. On a accordé trop d’importance à cette organisation criminelle.
A présent, elle revient au- devant de la scène pour donner des leçons à la France. Tout le monde rappelle le rôle de la France dans ce scénario d’otages au Sahel. Elle a exercé une pression sur le Mali pour qu’il se soumette aux exigences d’Al Qaîda. De ce fait, quatre terroristes ont retrouvé le chemin de la liberté dont deux Algériens revendiqués par les services de sécurité.
Le tout en échange de Pierre Camatte, un otage français. Madrid a-t-elle aussi exercé une pression sur la Mauritanie pour qu’elle fasse extrader Omar le Sahraoui vers le Mali? Pour nos services de sécurité, ce qui se passe dans cette zone est vraiment confus.

Anonyme a dit…

Suite - Algérie vraiment fachée. A-
===
Le Mali semble avoir trouvé de bonnes affaires grâce à Al Qaîda et en aucun cas il ne raterait cette occasion, ces propos ne sont pas exagérés, ni démesurés, puisque on sait pertinemment que de hauts cadres de la société malienne et responsables ont mis à la disposition des terroristes un important lot d’armes entre 2007 et 2010, et on sait aussi que c’est Mokhtar Ben Mokhtar qui tire toutes les ficelles, sachant que celui là même a bien réussi à s’imposer dans cette région en tissant des liens de parenté avec les plus importantes tribus touarègues. En tout cas pour nos services de sécurité, la coopération antiterroriste dans la région du Sahel ne sera plus fructueuse dans ces conditions.
Le premier pays menacé est la France, accusé par Al Qaîda d’avoir fait capoter les négociations et d’avoir été à l’origine de la neutralisation de six des siens. Al Qaîda menace la France de représailles et se vante d’avoir donné une leçon aux services secrets de cet Etat après l’échec du raid franco-mauritanien et qui a conduit à la mort de l’otage français Michel Germaneau.
La France a refusé de commenter les propos d’Al Qaîda rapportés par la presse. Dans ce contexte, Bernard Valero, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a souligné qu’il ne commente pas les déclarations de terroristes.
Et de poursuivre: «Nous avons appris avec soulagement la libération des deux otages espagnols. Nous nous associons à la joie de leurs familles et des autorités espagnoles.» S’alignant ainsi avec l’Espagne pour partager la joie des familles des otages libérés, la France affirme par contre, qu’il n’y a jamais eu de négociations avec Al Qaîda pour la libération de Michel Germaneau. «Jamais, nous n’avons eu la possibilité d’entrer en contact avec Al Qaîda pour la libération de Michel Germaneau», a déclaré récemment Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée et principal collaborateur du président Nicolas Sarkozy.
«Lorsque la vie d’un Français est en jeu, la France est toujours prête à négocier, c’est ce qui s’est passé avec un précédent otage, Pierre Camatte», a assuré Claude Guéant, en précisant que les deux hommes n’étaient pas détenus par le même groupe au sein d’Al Qaîda.
Après ce qui vient de se passer, l’Algérie va certainement adopter un comportement de méfiance vis-à-vis des pays voisins quant à la lutte antiterroriste car, a priori, cette lutte ne semble pas avoir le même sens.

Ikram GHIOUA

Anonyme a dit…

Biram un autre style pour arriver à la table .

Une grande gueule qui une fois bien servit s'aplatira comme d'autres.

les marchands de souffrance sont de toutes les époques et Birame ne dérogera pas à la régle.

Filsdubled

Anonyme a dit…

Lu pour A-
les algériens ne sont pas contents du tout..
Le Jour d'Algérie : Le jeu sécuritaire de qui ?

Par Aïssa Khelladi
On parle encore du mécontentement d’Alger (sa diplomatie, ses généraux comme sa presse) suite aux tractations entre le Mali et la Mauritanie ayant permis la libération des otages espagnols. L’Algérie aurait donc une nouvelle religion, celle de se mettre à dos toutes les opinions publiques de la planète. Non seulement, elle dénoncerait le principe du paiement de rançon mais aussi les Etats étrangers qui s’y adonneraient pour sauver la vie de leurs propres ressortissants. Tout cela, pour obéir à une espèce de raisonnement dont la logique serait : Si vous acceptez le système des rançons vous allez soutenir les terroristes et par conséquent vous devenez nos ennemis ! Absurde serait une pareille diplomatie – qui plus est implique des non diplomates, militaires ou journalistes. Le Mali, la Mauritanie ou la France font ce qu’ils veulent, hors notre territoire. Ils connaissent la position algérienne sur cette histoire de rançon, mais sont assez grands pour décider par eux-mêmes. Il nous appartient, quant à nous, de mieux surveiller nos frontières et d’assurer la sécurité à nos citoyens. Pourquoi l’Algérie serait-elle contre un événement qui réjouit toute l’Espagne ? Toutes ces fuites organisées autour du mécontentement d’Alger visent à salir une politique de principe que partagent d’ailleurs bien d’autres nations. Lutter contre le terrorisme, oui, mais ne pas être plus royaliste que le roi. Nous n’avons en la matière de leçon à donner à personne, contrairement à ce qui se dit ici et là. Les faits se passent dans des pays voisins avec lesquels nous tentons de coopérer en vue de lutter contre un ennemi commun, qui a pour nom l’Aqmi. Il n’est pas question de laisser croire que, pour des raisons d’influence et autres bêtises de ce genre, nous prenions prétexte de cette lutte pour assouvir des ambitions autres. Si la position de principe algérienne est juste, les premiers à payer le prix de ces marchandages avec le terrorisme, ce ne sera pas l’Algérie, mais tous ceux-là qui ont accepté de le faire. L’Algérie n’a rien à craindre, pour peu que ses responsables soient soucieux de toujours améliorer sa sécurité, d’un autre pays, fut-il voisin ou puissance. Demain, et déjà aujourd’hui, le Mali est devenu un sanctuaire pour l’Aqmi. Déjà, il ne fait pas bon être au Sahel quand on est Européen. Ainsi de suite. Comme on le voit, la logique qui consiste à arrêter le phénomène en commençant par ne plus payer de rançons s’impose d’elle-même. Ce serait une erreur que l’Algérie tente de l’imposer aux autres : elle n’en a ni les moyens ni la vocation – ni même un quelconque intérêt, au contraire. Notre pays en l’occurrence n’a pas besoin, pour plaire à quelque politique américaine ou autre, de s’ingérer dans des pays dont il n’attend, au demeurant, aucune aide particulière.

Anonyme a dit…

Maata:

Vous etes les terroristes et vous etes prets a' foutre la merde dans notre pays pour DES RAISONS QUI VOUS SONT PROPRES. Les vies humaines n'ont aucune importance pour vous. DE QUELLE SOLUTION MILITAIRE PARLEZ-VOUS???? VOUS NE POUVEZ MEME PAS METTRE UNE CEINTURE DE SECURITE' AUTOUR DE NEMA!!!! COMMENT POUVEZ-VOUS METTRE UNE CEINTURE DE SECURITE' AUTOUR DE NOS FRONTIERES QUI SONT LONGUES DE PLUSIEURS MILLIERS DE KM? VOUS ETES LES TERRORISTES ET VOUS ETES LES FABRICANTS DE TERRORISTES. VOUS AVEZ FOUTU NOTRE PAYS DANS LA MERDE!!! VOUS CONTINUEZ A' DETOURNER A' COUP DE MILLIARDS D'UM. PENDANT CE TEMPS, NOS JEUNES SONT LAISSE'S A' EUX MEMES ET N'ONT AUCUN ESPOIR!!!! ILS SONT AU POINT OU' JOINDRE LES RANGS TERRORISTES POUR DETRUIRE L'ODRE ACTUEL EST FAISABLE PARCE QU'ILS SE SONT DITS QU'ILS N'ONT ABSOLUMENT PLUS RIEN A' PERDRE!!!!!!
Le terrorisme c'est aussi imposer des politiques de developpement qui ne tiennent point compte des vies humaines qu'on est entrain de detruire. Ce que je veux bien appeler la TERRORISATION EXISTE PARCE QUE NOUS AVONS DES PAYS ETRANGERS QUI SONT DETERMINE'S A' EXPORTER LEUR TERRORISME VERS LES PAYS FAIBLES COMME LA MAURITANIE POUR LES TRANSFORMER EN DE ZONES DE COMBAT CONTRE LE TERRORISME!!!!!JE VOUS DIS MERDE AND FUCK YOU ALL!!!! ALLEZ ET FAITES TOMBER LE CIEL. JE VOUS DIS MERDE AND FUCK YOU ALL PARCE QUE JE VOIS CETTE DETERMINATION A' TRANSFORMER LA MAURITANIE EN UNE ZONE DE COMBAT OU' DES MILLERS DE MAURITANIENNES ET DE MAURITANIENS PERDRONT LEURS VIES!!!!!!!ON NE PEUT PAS RESTER SILENCIEUX DEVANT CE PLAN CRIMINEL QUI EXISTE POUR LA MAURITANIE. Il faut que l'option militaire reste sur la table mais il ne faut pas la privilegier!!!!! IL FAUT NEGOCIER!!!!!!!!!NOUS AVONS DES ENFANTS MAURITANIENS PARMI CES TERRORISTES. QU'EST-CE QU'ON VA FAIRE?????DIRE A' NOS PROPRES ENFANTS QU'ON NE NEGOCIE PAS AVEC EUX POUR SORTIR DE LA CRISE?????? LA MAURITANIE N'EST PAS UNE PROPRIETE' PRIVE'E D'ABDEL AZIZ. NOUS SOMMES TOUS CONCERNE'S PAR CE QUI SE PASSE!!!!!! IL Y A UN SALE JEU CONTRE LA MAURITANIE ET NOUS NE POUVONS EN AUCUN CAS LE SUPPORTER!!!!! L'ALGERIE A FABRIQUE' AQMI ET SES SERVICES DES RENSEIGNEMENTS CONTINUENT A TRAVAILLER AVEC CETTE ORGANISATION!!!! KADAFI FINANCE LES MOUVEMENTS TERRORISTES!!!!!LE REGIME DE BAMAKO PROFITE FINANCIERE D'EUX!!!!!!!!!PRESQUE TOUS LES PAYS DU MONDE NEGOCIENT AVEC LES ORGANISATIONS TERRORISTES.MON PAYS D'ADOPTION LES USA, NEGOCIE OFFICIELLEMENT AVEC L'IRA QUI EST UNE ORGANISATION TERRORISTE POUR TROUVER UNE SOLUTION AU PROBLEME IRLANDAIS. NOUS AVONS DES MILLIERS DE SOLDATS AMERICAINS EN AFGHANISTAN ET LE PRESIDENT AFGHAN HAMID KARZAI NEGOCIE OUVERTEMENT AVEC LES TALIBANS!!!!! EST-CE QU'IL PEUT AGIR AINSI SANS LA BENEDICTION DE MON PAYS D'ADOPTION????

NOUS SAVONS EGALEMENT QUE CERTAINES DES PERSONNES IMPLIQUE'ES SONT SIMPLEMENT DE GRANDS BANDITS INTERESSE'S PAR L'ARGENT. LA POLITIQUE NE LES INTERESSE POINT!!!!!!!!!!!FAITES TRES ATTENTION !!!!!LA PENTE EST TRES TRES GLISSANTE!!!!!!!!!!!

IL FAUT HUMANISER LE DEVELOPPEMENT EN CREANT DES EMPLOIS POUR FAIRE SORTIR NOS POPULATION DE LA MISERE!!!NOUS N'AVONS PAS BESOIN DE VOS DISTRACTIONS IMBECILES, BATARDES ET CRIMINELLES POUR NOTRE PEUPLE!!!!IL NE FAUT PAS OUBLIER POURQUOI ON S'EST RETIRE' DE LA GUERRE DU SAHARA OCCIDENTAL!!!!!LA GUERRE CONTRE LE TERRORISME EST PIRE!!!!LA MAURITANIE EST LE MAILLON FAIBLE!!!! ELLE EST FAIBLE ET IL Y A DES COUPS QU'ELLE NE PEUT PAS SUPPORTER!!!!!!!!SI VOTRE FAUSSE FIERTE' ET VOTRE FOLIE VONT VOUS POUSSER AU SUICIDE, ALLEZ-Y TOUS SEULS!!!! N'ENTRAINEZ PAS NOTRE PEUPLE AVEC VOUS!!!!!
RIEN QU'EN TENTANT DE MOBILISER 75 MILLE SOLDATS POUR COMBATTRE QUELQUES 450 BANDITS, ON SAIT QUE LE JEU EST SALE!!!!!!!!!

MAATA, ETFOU ELA CH'FEYGAKE!!! ANA H'WEYGRAKE!!!!!!!!TU PEUX CENSURER CET ECRIT AUSSI. ESSEUL V'CHEYCHE BIKE!!!!!!!

Anonyme a dit…

Maata:

Vous etes les terroristes et vous etes prets a' foutre la merde dans notre pays pour DES RAISONS QUI VOUS SONT PROPRES. Les vies humaines n'ont aucune importance pour vous. DE QUELLE SOLUTION MILITAIRE PARLEZ-VOUS???? VOUS NE POUVEZ MEME PAS METTRE UNE CEINTURE DE SECURITE' AUTOUR DE NEMA!!!! COMMENT POUVEZ-VOUS METTRE UNE CEINTURE DE SECURITE' AUTOUR DE NOS FRONTIERES QUI SONT LONGUES DE PLUSIEURS MILLIERS DE KM? VOUS ETES LES TERRORISTES ET VOUS ETES LES FABRICANTS DE TERRORISTES. VOUS AVEZ FOUTU NOTRE PAYS DANS LA MERDE!!! VOUS CONTINUEZ A' DETOURNER A' COUP DE MILLIARDS D'UM. PENDANT CE TEMPS, NOS JEUNES SONT LAISSE'S A' EUX MEMES ET N'ONT AUCUN ESPOIR!!!! ILS SONT AU POINT OU' JOINDRE LES RANGS TERRORISTES POUR DETRUIRE L'ODRE ACTUEL EST FAISABLE PARCE QU'ILS SE SONT DITS QU'ILS N'ONT ABSOLUMENT PLUS RIEN A' PERDRE!!!!!!
Le terrorisme c'est aussi imposer des politiques de developpement qui ne tiennent point compte des vies humaines qu'on est entrain de detruire. Ce que je veux bien appeler la TERRORISATION EXISTE PARCE QUE NOUS AVONS DES PAYS ETRANGERS QUI SONT DETERMINE'S A' EXPORTER LEUR TERRORISME VERS LES PAYS FAIBLES COMME LA MAURITANIE POUR LES TRANSFORMER EN DE ZONES DE COMBAT CONTRE LE TERRORISME!!!!!JE VOUS DIS MERDE AND FUCK YOU ALL!!!! ALLEZ ET FAITES TOMBER LE CIEL. JE VOUS DIS MERDE AND FUCK YOU ALL PARCE QUE JE VOIS CETTE DETERMINATION A' TRANSFORMER LA MAURITANIE EN UNE ZONE DE COMBAT OU' DES MILLERS DE MAURITANIENNES ET DE MAURITANIENS PERDRONT LEURS VIES!!!!!!!ON NE PEUT PAS RESTER SILENCIEUX DEVANT CE PLAN CRIMINEL QUI EXISTE POUR LA MAURITANIE. Il faut que l'option militaire reste sur la table mais il ne faut pas la privilegier!!!!! IL FAUT NEGOCIER!!!!!!!!!NOUS AVONS DES ENFANTS MAURITANIENS PARMI CES TERRORISTES. QU'EST-CE QU'ON VA FAIRE?????DIRE A' NOS PROPRES ENFANTS QU'ON NE NEGOCIE PAS AVEC EUX POUR SORTIR DE LA CRISE?????? LA MAURITANIE N'EST PAS UNE PROPRIETE' PRIVE'E D'ABDEL AZIZ. NOUS SOMMES TOUS CONCERNE'S PAR CE QUI SE PASSE!!!!!! IL Y A UN SALE JEU CONTRE LA MAURITANIE ET NOUS NE POUVONS EN AUCUN CAS LE SUPPORTER!!!!! L'ALGERIE A FABRIQUE' AQMI ET SES SERVICES DES RENSEIGNEMENTS CONTINUENT A TRAVAILLER AVEC CETTE ORGANISATION!!!! KADAFI FINANCE LES MOUVEMENTS TERRORISTES!!!!!LE REGIME DE BAMAKO PROFITE FINANCIERE D'EUX!!!!!!!!!PRESQUE TOUS LES PAYS DU MONDE NEGOCIENT AVEC LES ORGANISATIONS TERRORISTES.MON PAYS D'ADOPTION LES USA, NEGOCIE OFFICIELLEMENT AVEC L'IRA QUI EST UNE ORGANISATION TERRORISTE POUR TROUVER UNE SOLUTION AU PROBLEME IRLANDAIS. NOUS AVONS DES MILLIERS DE SOLDATS AMERICAINS EN AFGHANISTAN ET LE PRESIDENT AFGHAN HAMID KARZAI NEGOCIE OUVERTEMENT AVEC LES TALIBANS!!!!! EST-CE QU'IL PEUT AGIR AINSI SANS LA BENEDICTION DE MON PAYS D'ADOPTION????

NOUS SAVONS EGALEMENT QUE CERTAINES DES PERSONNES IMPLIQUE'ES SONT SIMPLEMENT DE GRANDS BANDITS INTERESSE'S PAR L'ARGENT. LA POLITIQUE NE LES INTERESSE POINT!!!!!!!!!!!FAITES TRES ATTENTION !!!!!LA PENTE EST TRES TRES GLISSANTE!!!!!!!!!!!

IL FAUT HUMANISER LE DEVELOPPEMENT EN CREANT DES EMPLOIS POUR FAIRE SORTIR NOS POPULATION DE LA MISERE!!!NOUS N'AVONS PAS BESOIN DE VOS DISTRACTIONS IMBECILES, BATARDES ET CRIMINELLES POUR NOTRE PEUPLE!!!!IL NE FAUT PAS OUBLIER POURQUOI ON S'EST RETIRE' DE LA GUERRE DU SAHARA OCCIDENTAL!!!!!LA GUERRE CONTRE LE TERRORISME EST PIRE!!!!LA MAURITANIE EST LE MAILLON FAIBLE!!!! ELLE EST FAIBLE ET IL Y A DES COUPS QU'ELLE NE PEUT PAS SUPPORTER!!!!!!!!SI VOTRE FAUSSE FIERTE' ET VOTRE FOLIE VONT VOUS POUSSER AU SUICIDE, ALLEZ-Y TOUS SEULS!!!! N'ENTRAINEZ PAS NOTRE PEUPLE AVEC VOUS!!!!!
RIEN QU'EN TENTANT DE MOBILISER 75 MILLE SOLDATS POUR COMBATTRE QUELQUES 450 BANDITS, ON SAIT QUE LE JEU EST SALE!!!!!!!!!

MAATA, ETFOU ELA CH'FEYGAKE!!! ANA H'WEYGRAKE!!!!!!!!TU PEUX CENSURER CET ECRIT AUSSI. ESSEUL V'CHEYCHE BIKE!!!!!!!

Anonyme a dit…

Je n'ai pas encore lu Birame. Tout ce que je crois, c'est que ce n'est pas le moment. Malgré qu' il dit des choses vraies. On doit d'"abord en finir avec AQMI et on aura tout le loisir de se tirer les tignasses. A-

Anonyme a dit…

OULD DADDE LIMOGE

Anonyme a dit…

OULD DADDE LIMOGE

Anonyme a dit…

pourquoi ce limogeage?
pour détournement ou quoi?

Anonyme a dit…

pourquoi ce limogeage?
pour détournement ou quoi?

Anonyme a dit…

Maata:

FILS DE CHIEN! TU AS CENSURE' LA VERITE' QUI TE DERANGE!!!!
TU OSES DIRE QUE TU ES POUR LA DEMOCRATIE ET LES DROITS DE L'HOMME!!!! IL FAUT ALLER TE FAIRE VOIR AILLEURS. POUR TOI IL N'Y A DEMOCRATIE QUE SI TU ARRIVES A' IMPOSER TES IDEES BATARDES ET IMBECILES!!!!!
FUCK YOU MOTHER MOTHER!!!!!
TU AS UN PLAN CRIMINEL POUR LA MAURITANIE. TU NE SERAS CONTENT QUE SI TU VOIS DES MILLIERS DE MAURITANIENNES ET DE MAURITANIENS FROIDEMENT ASSASSINE'S!!!!!!!!
FILS DE CHIEN, WE ARE OPPOSING YOU AND WILL CONTINUE TO DO SO!!!!

MOTHER FUCKER, CENSURE CET ECRIT AUSSI!!!!
ANA H'WEYGRAKE WOU NOUWEYKHZAKE!!!!!

Anonyme a dit…

LU POUR A-
Le Calame : Cohésion

Par Ahmed Ould Cheikh


Parmi les nombreux paramètres susceptibles d'assurer l'efficacité de la lutte contre Al Qaïda au Maghreb, la cohésion entre les Etats régionaux concernés n'est pas le moindre. En soutenant que le président malien avait été informé, à temps, du raid anti-AQMI du 22 juillet, le président mauritanien rappelait-il cette évidence ou cherchait-il à lui nuire, lors de son dernier entretien avec " Jeune Afrique " ? Notre confrère malien Adam Thiam, dans son éditorial du 17 août, in " Le Républicain ", opte pour la seconde hypothèse. Est-ce bien raisonnable ?


C'est, en tout cas, renforcer la thèse qu'un des maillons faibles - sinon, "le" maillon faible - de la lutte anti-terroriste se situe dans l'ambiguïté des relations mauritano-maliennes. Ce faisant, on conforte la position d'AQMI au Nord-Mali, qui joue, non seulement, sur la carte de la " paix ethnique " malienne mais, aussi, sur celle de la diversité des priorités entre les Etats de la région, notamment le Mali et la Mauritanie.


Ainsi que le soulignait Ian Mansour de Grange, dans notre édition du 04 août 2010 (" Réflexions saharo-musulmanes ") l'implantation d'AQMI au Sahara repose sur, au moins, un demi-siècle de " cécité politique ", notamment dans le règlement de " l'affaire touareg ". On ne peut pas dire qu'avant ATT, le Mali se soit distingué par une approche constructive d'un sujet qui, il est vrai, nécessitait et nécessite, toujours, une concertation intelligente et compréhensive entre, au moins, cinq Etats de la région (Algérie, Burkina Faso, Libye, Mali, Niger). Mais ne polémiquons pas. Disons, simplement, que la politique d'ATT nécessite une patience dont profite, conjoncturellement, AQMI.Les liens qui se sont tissés, entre la cellule saharienne de celle-ci et les résistances touaregs, au Nord-Mali, rendent une opération militaire malienne politiquement périlleuse. Les Mauritaniens peuvent le comprendre mais ne peuvent pas, pour autant, accepter que de nombreux crimes commis sur son territoire depuis quelques années - près d'une quarantaine d'assassinats de militaires mauritaniens ou de civils étrangers, diverses attaques à main armée, des prises d'otages, avec de graves répercussions sur son économie touristique - restent impunis. Il fallait envoyer un message, fort, à l'AQMI. Tout bien considérer, la Mauritanie a fait ce que le Mali ne pouvait, actuellement, pas faire.
On peut ergoter, longtemps, sur l'opportunité choisie, son efficacité et le rôle de la France. Il n'est pas interdit de le faire intelligemment, au service d'une paix sociale pas si simple à établir, sinon à préserver. On notera ici, en passant, qu'on voit mal la France s'être engagée dans une action militaire au Mali sans qu'au moins ATT en fût averti… Mais, bref, une chose est certaine: le Nord-Mali, c'est au Mali. Imaginons que la situation fût inverse, que la cellule d'AQMI s'installât au Nord de la Mauritanie et accomplît un certain nombre de crimes au Mali. Comment réagiriez-vous, cher confrère, à une intervention de votre pays, si le nôtre éprouvait quelque difficulté sociopolitique à extirper le foyer infectieux? Accordons donc, un tant soit peu, nos violons et critiques: c'est la moindre de nos contributions journaleuses à un effort de cohésion qui nous interpelle tous, Maghrébins, Sahariens et Sahéliens.
Le Calame, 25/8/2010
FILSDUBLED

Anonyme a dit…

LU POUR A-
Le Calame : Cohésion

Par Ahmed Ould Cheikh


Parmi les nombreux paramètres susceptibles d'assurer l'efficacité de la lutte contre Al Qaïda au Maghreb, la cohésion entre les Etats régionaux concernés n'est pas le moindre. En soutenant que le président malien avait été informé, à temps, du raid anti-AQMI du 22 juillet, le président mauritanien rappelait-il cette évidence ou cherchait-il à lui nuire, lors de son dernier entretien avec " Jeune Afrique " ? Notre confrère malien Adam Thiam, dans son éditorial du 17 août, in " Le Républicain ", opte pour la seconde hypothèse. Est-ce bien raisonnable ?


C'est, en tout cas, renforcer la thèse qu'un des maillons faibles - sinon, "le" maillon faible - de la lutte anti-terroriste se situe dans l'ambiguïté des relations mauritano-maliennes. Ce faisant, on conforte la position d'AQMI au Nord-Mali, qui joue, non seulement, sur la carte de la " paix ethnique " malienne mais, aussi, sur celle de la diversité des priorités entre les Etats de la région, notamment le Mali et la Mauritanie.


Ainsi que le soulignait Ian Mansour de Grange, dans notre édition du 04 août 2010 (" Réflexions saharo-musulmanes ") l'implantation d'AQMI au Sahara repose sur, au moins, un demi-siècle de " cécité politique ", notamment dans le règlement de " l'affaire touareg ". On ne peut pas dire qu'avant ATT, le Mali se soit distingué par une approche constructive d'un sujet qui, il est vrai, nécessitait et nécessite, toujours, une concertation intelligente et compréhensive entre, au moins, cinq Etats de la région (Algérie, Burkina Faso, Libye, Mali, Niger). Mais ne polémiquons pas. Disons, simplement, que la politique d'ATT nécessite une patience dont profite, conjoncturellement, AQMI.Les liens qui se sont tissés, entre la cellule saharienne de celle-ci et les résistances touaregs, au Nord-Mali, rendent une opération militaire malienne politiquement périlleuse. Les Mauritaniens peuvent le comprendre mais ne peuvent pas, pour autant, accepter que de nombreux crimes commis sur son territoire depuis quelques années - près d'une quarantaine d'assassinats de militaires mauritaniens ou de civils étrangers, diverses attaques à main armée, des prises d'otages, avec de graves répercussions sur son économie touristique - restent impunis. Il fallait envoyer un message, fort, à l'AQMI. Tout bien considérer, la Mauritanie a fait ce que le Mali ne pouvait, actuellement, pas faire.
On peut ergoter, longtemps, sur l'opportunité choisie, son efficacité et le rôle de la France. Il n'est pas interdit de le faire intelligemment, au service d'une paix sociale pas si simple à établir, sinon à préserver. On notera ici, en passant, qu'on voit mal la France s'être engagée dans une action militaire au Mali sans qu'au moins ATT en fût averti… Mais, bref, une chose est certaine: le Nord-Mali, c'est au Mali. Imaginons que la situation fût inverse, que la cellule d'AQMI s'installât au Nord de la Mauritanie et accomplît un certain nombre de crimes au Mali. Comment réagiriez-vous, cher confrère, à une intervention de votre pays, si le nôtre éprouvait quelque difficulté sociopolitique à extirper le foyer infectieux? Accordons donc, un tant soit peu, nos violons et critiques: c'est la moindre de nos contributions journaleuses à un effort de cohésion qui nous interpelle tous, Maghrébins, Sahariens et Sahéliens.
Le Calame, 25/8/2010
FILSDUBLED

Anonyme a dit…

LU POUR A-
Le Calame : Cohésion

Par Ahmed Ould Cheikh


Parmi les nombreux paramètres susceptibles d'assurer l'efficacité de la lutte contre Al Qaïda au Maghreb, la cohésion entre les Etats régionaux concernés n'est pas le moindre. En soutenant que le président malien avait été informé, à temps, du raid anti-AQMI du 22 juillet, le président mauritanien rappelait-il cette évidence ou cherchait-il à lui nuire, lors de son dernier entretien avec " Jeune Afrique " ? Notre confrère malien Adam Thiam, dans son éditorial du 17 août, in " Le Républicain ", opte pour la seconde hypothèse. Est-ce bien raisonnable ?


C'est, en tout cas, renforcer la thèse qu'un des maillons faibles - sinon, "le" maillon faible - de la lutte anti-terroriste se situe dans l'ambiguïté des relations mauritano-maliennes. Ce faisant, on conforte la position d'AQMI au Nord-Mali, qui joue, non seulement, sur la carte de la " paix ethnique " malienne mais, aussi, sur celle de la diversité des priorités entre les Etats de la région, notamment le Mali et la Mauritanie.


Ainsi que le soulignait Ian Mansour de Grange, dans notre édition du 04 août 2010 (" Réflexions saharo-musulmanes ") l'implantation d'AQMI au Sahara repose sur, au moins, un demi-siècle de " cécité politique ", notamment dans le règlement de " l'affaire touareg ". On ne peut pas dire qu'avant ATT, le Mali se soit distingué par une approche constructive d'un sujet qui, il est vrai, nécessitait et nécessite, toujours, une concertation intelligente et compréhensive entre, au moins, cinq Etats de la région (Algérie, Burkina Faso, Libye, Mali, Niger). Mais ne polémiquons pas. Disons, simplement, que la politique d'ATT nécessite une patience dont profite, conjoncturellement, AQMI.Les liens qui se sont tissés, entre la cellule saharienne de celle-ci et les résistances touaregs, au Nord-Mali, rendent une opération militaire malienne politiquement périlleuse. Les Mauritaniens peuvent le comprendre mais ne peuvent pas, pour autant, accepter que de nombreux crimes commis sur son territoire depuis quelques années - près d'une quarantaine d'assassinats de militaires mauritaniens ou de civils étrangers, diverses attaques à main armée, des prises d'otages, avec de graves répercussions sur son économie touristique - restent impunis. Il fallait envoyer un message, fort, à l'AQMI. Tout bien considérer, la Mauritanie a fait ce que le Mali ne pouvait, actuellement, pas faire.
On peut ergoter, longtemps, sur l'opportunité choisie, son efficacité et le rôle de la France. Il n'est pas interdit de le faire intelligemment, au service d'une paix sociale pas si simple à établir, sinon à préserver. On notera ici, en passant, qu'on voit mal la France s'être engagée dans une action militaire au Mali sans qu'au moins ATT en fût averti… Mais, bref, une chose est certaine: le Nord-Mali, c'est au Mali. Imaginons que la situation fût inverse, que la cellule d'AQMI s'installât au Nord de la Mauritanie et accomplît un certain nombre de crimes au Mali. Comment réagiriez-vous, cher confrère, à une intervention de votre pays, si le nôtre éprouvait quelque difficulté sociopolitique à extirper le foyer infectieux? Accordons donc, un tant soit peu, nos violons et critiques: c'est la moindre de nos contributions journaleuses à un effort de cohésion qui nous interpelle tous, Maghrébins, Sahariens et Sahéliens.
Le Calame, 25/8/2010
FILSDUBLED

Anonyme a dit…

LU POUR A-
Le Calame : Cohésion

Par Ahmed Ould Cheikh


Parmi les nombreux paramètres susceptibles d'assurer l'efficacité de la lutte contre Al Qaïda au Maghreb, la cohésion entre les Etats régionaux concernés n'est pas le moindre. En soutenant que le président malien avait été informé, à temps, du raid anti-AQMI du 22 juillet, le président mauritanien rappelait-il cette évidence ou cherchait-il à lui nuire, lors de son dernier entretien avec " Jeune Afrique " ? Notre confrère malien Adam Thiam, dans son éditorial du 17 août, in " Le Républicain ", opte pour la seconde hypothèse. Est-ce bien raisonnable ?


C'est, en tout cas, renforcer la thèse qu'un des maillons faibles - sinon, "le" maillon faible - de la lutte anti-terroriste se situe dans l'ambiguïté des relations mauritano-maliennes. Ce faisant, on conforte la position d'AQMI au Nord-Mali, qui joue, non seulement, sur la carte de la " paix ethnique " malienne mais, aussi, sur celle de la diversité des priorités entre les Etats de la région, notamment le Mali et la Mauritanie.


Ainsi que le soulignait Ian Mansour de Grange, dans notre édition du 04 août 2010 (" Réflexions saharo-musulmanes ") l'implantation d'AQMI au Sahara repose sur, au moins, un demi-siècle de " cécité politique ", notamment dans le règlement de " l'affaire touareg ". On ne peut pas dire qu'avant ATT, le Mali se soit distingué par une approche constructive d'un sujet qui, il est vrai, nécessitait et nécessite, toujours, une concertation intelligente et compréhensive entre, au moins, cinq Etats de la région (Algérie, Burkina Faso, Libye, Mali, Niger). Mais ne polémiquons pas. Disons, simplement, que la politique d'ATT nécessite une patience dont profite, conjoncturellement, AQMI.Les liens qui se sont tissés, entre la cellule saharienne de celle-ci et les résistances touaregs, au Nord-Mali, rendent une opération militaire malienne politiquement périlleuse. Les Mauritaniens peuvent le comprendre mais ne peuvent pas, pour autant, accepter que de nombreux crimes commis sur son territoire depuis quelques années - près d'une quarantaine d'assassinats de militaires mauritaniens ou de civils étrangers, diverses attaques à main armée, des prises d'otages, avec de graves répercussions sur son économie touristique - restent impunis. Il fallait envoyer un message, fort, à l'AQMI. Tout bien considérer, la Mauritanie a fait ce que le Mali ne pouvait, actuellement, pas faire.
On peut ergoter, longtemps, sur l'opportunité choisie, son efficacité et le rôle de la France. Il n'est pas interdit de le faire intelligemment, au service d'une paix sociale pas si simple à établir, sinon à préserver. On notera ici, en passant, qu'on voit mal la France s'être engagée dans une action militaire au Mali sans qu'au moins ATT en fût averti… Mais, bref, une chose est certaine: le Nord-Mali, c'est au Mali. Imaginons que la situation fût inverse, que la cellule d'AQMI s'installât au Nord de la Mauritanie et accomplît un certain nombre de crimes au Mali. Comment réagiriez-vous, cher confrère, à une intervention de votre pays, si le nôtre éprouvait quelque difficulté sociopolitique à extirper le foyer infectieux? Accordons donc, un tant soit peu, nos violons et critiques: c'est la moindre de nos contributions journaleuses à un effort de cohésion qui nous interpelle tous, Maghrébins, Sahariens et Sahéliens.
Le Calame, 25/8/2010
FILSDUBLED

Anonyme a dit…

LU POUR A-
Le Calame : Cohésion

Par Ahmed Ould Cheikh


Parmi les nombreux paramètres susceptibles d'assurer l'efficacité de la lutte contre Al Qaïda au Maghreb, la cohésion entre les Etats régionaux concernés n'est pas le moindre. En soutenant que le président malien avait été informé, à temps, du raid anti-AQMI du 22 juillet, le président mauritanien rappelait-il cette évidence ou cherchait-il à lui nuire, lors de son dernier entretien avec " Jeune Afrique " ? Notre confrère malien Adam Thiam, dans son éditorial du 17 août, in " Le Républicain ", opte pour la seconde hypothèse. Est-ce bien raisonnable ?


C'est, en tout cas, renforcer la thèse qu'un des maillons faibles - sinon, "le" maillon faible - de la lutte anti-terroriste se situe dans l'ambiguïté des relations mauritano-maliennes. Ce faisant, on conforte la position d'AQMI au Nord-Mali, qui joue, non seulement, sur la carte de la " paix ethnique " malienne mais, aussi, sur celle de la diversité des priorités entre les Etats de la région, notamment le Mali et la Mauritanie.


Ainsi que le soulignait Ian Mansour de Grange, dans notre édition du 04 août 2010 (" Réflexions saharo-musulmanes ") l'implantation d'AQMI au Sahara repose sur, au moins, un demi-siècle de " cécité politique ", notamment dans le règlement de " l'affaire touareg ". On ne peut pas dire qu'avant ATT, le Mali se soit distingué par une approche constructive d'un sujet qui, il est vrai, nécessitait et nécessite, toujours, une concertation intelligente et compréhensive entre, au moins, cinq Etats de la région (Algérie, Burkina Faso, Libye, Mali, Niger). Mais ne polémiquons pas. Disons, simplement, que la politique d'ATT nécessite une patience dont profite, conjoncturellement, AQMI.Les liens qui se sont tissés, entre la cellule saharienne de celle-ci et les résistances touaregs, au Nord-Mali, rendent une opération militaire malienne politiquement périlleuse. Les Mauritaniens peuvent le comprendre mais ne peuvent pas, pour autant, accepter que de nombreux crimes commis sur son territoire depuis quelques années - près d'une quarantaine d'assassinats de militaires mauritaniens ou de civils étrangers, diverses attaques à main armée, des prises d'otages, avec de graves répercussions sur son économie touristique - restent impunis. Il fallait envoyer un message, fort, à l'AQMI. Tout bien considérer, la Mauritanie a fait ce que le Mali ne pouvait, actuellement, pas faire.
On peut ergoter, longtemps, sur l'opportunité choisie, son efficacité et le rôle de la France. Il n'est pas interdit de le faire intelligemment, au service d'une paix sociale pas si simple à établir, sinon à préserver. On notera ici, en passant, qu'on voit mal la France s'être engagée dans une action militaire au Mali sans qu'au moins ATT en fût averti… Mais, bref, une chose est certaine: le Nord-Mali, c'est au Mali. Imaginons que la situation fût inverse, que la cellule d'AQMI s'installât au Nord de la Mauritanie et accomplît un certain nombre de crimes au Mali. Comment réagiriez-vous, cher confrère, à une intervention de votre pays, si le nôtre éprouvait quelque difficulté sociopolitique à extirper le foyer infectieux? Accordons donc, un tant soit peu, nos violons et critiques: c'est la moindre de nos contributions journaleuses à un effort de cohésion qui nous interpelle tous, Maghrébins, Sahariens et Sahéliens.
Le Calame, 25/8/2010
FILSDUBLED

Anonyme a dit…

en plus d'etre déraciné, vendu, idiot et barbouze, Couly apparait comme un ivrogne.
Certains de ses écrits ne peuvennt pas être de quelqu'un qui jouit de tous ses moyens.
Alors soit il est fou, soit c'est un accro à la bouteille.
Déraciné comme lui cela ne me surprendrait pas.
Et dire qu'il viennt d'Aioun

Anonyme a dit…

Si on me demande mon avis, je ne suis pas d'accord avec AOD. Ce qu'a fait azzizzo est la meilleure açon de faire. On ne peut quand meme pas rester assis pendant que d'autres nous font la guerre.Il état très visible qu'AQMI s'installait chez nous. A-
===


Attaque de Néma, Ould Daddah se démarque jeudi 26 août 2010 / 16 :06

Le RFD a dénoncé, hier, un communiqué publié au nom de la Commission de la Communication de la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD) relatif à l’attentat contre la garnison militaire de Néma "sans que le Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD), membre important de la COD, ait été informé alors même que toute décision ou déclaration est prise à l’unanimité selon un usage consacré".



Le RFD indique que "sans vouloir entrer dans les détails du contenu de ce communiqué", il "rejette par principe toute décision ou déclaration auxquelles il n’aura pas été associé".

"Par conséquent, notre Parti ne se considère nullement engagé par les termes dudit communiqué" a ajouté le RFD qui "fera connaître incessamment son propre point de vue sur cette question", selon un communiqué de presse publié hier par le parti d’Ahmed Ould Daddah.

Ci-après le communiqué attribué la COD :

Mercredi 25 août, Al Qaïda a procédé à une attaque armée contre la caserne militaire de Néma, blessant quelques personnes, portant atteinte aux biens des populations et à leurs habitations.

La Coordination de l’Opposition Démocratique (COD) condamne vivement cette action terroriste d’Al Qaida et en appelle au sursaut de l’ensemble des Mauritaniens de tous les horizons et de toutes les conditions pour y faire face.

La politique militaire du Chef de l’État, consistant à engager la Mauritanie dans des actions militaires soumises aux intérêts de la France, en territoire étranger, est une politique aventuriste et anti-constitutionnelle qui, entre autres, ne pouvait qu’entraîner pareilles conséquences.

La COD lance un appel pressant à l’ensemble des Mauritaniens pour débattre de la situation grave et dangereuse que traverse le pays, et convenir de mesures concertées et consensuelles susceptibles d’assurer la paix et la sécurité à notre pays.

Anonyme a dit…

Tu vois Couli? Il ne t'a pas censuré comme il n'a pas censuré tes insultes. Calme-toi et ce que tu dis n'est pas necessaire. Je crois tu dois lui demander des excuses.

Je vois que Ould Dadde a été remercié. Pourquoi avant le remaniement s'il y a lieu? A quoi sert d'être ministre? Il en a vu de toutes les couleurs, durant son engagement avec les militaires!Mahou sawi.

A-

Anonyme a dit…

A-

Je presente mes excuses aux lecteurs de canalh. Maata m'a bien censure' a' deux reprises!!!!
Notre pays traverse les plus graves menaces de son histoire. Nous ne pouvons pas etre silencieux devant la fuite en avant qui ne peut qu'engendrer des consequences catastrophiques pour notre peuple!!!!Le monde exterieur defend ses interets. Tout ce que je vous demande est de defendre les interets du peuple Mauritanien.
NEGOCIEZ AVEC LE DIABLE ET HUMANISEZ VOS PROGRAMMES DE DEVELOPPEMENT!!!! Nos imams ont tente' une reconciliation, il faut avancer rapidement et cesser de dire qu'on attend la justice." A JUSTICE DELAYED IS A JUSTICE DENIED!" Il faut les juger et les gracier. Ce sont la reconciliation et la paix qui nous interessent. Les salafistes se connaissent entre eux. IL FAUT DONC TRANSFORMER CES JEUNES PERDUS EN DES AMIS QUI AIDERONT LA MAURITANIE DANS SA LUTTE POUR LA PAIX ET LA SECURITE' SUR TOUTE L'ETENDUE DE SON TERRITOIRE NATIONAL!!!
Les uns et les autres peuvent dire ce qu'ils veulent mais la realite' est differente. Je peux vous donner des exemples concrets qui demontrent que presque toutes les grandes democraties occidentales ont negocie' avec des organisations terroristes!!!!
Soyez prudents parce que ceux qui pretendent aider dans la lutte contre le terrorisme , sont presque tous des fabricants et/ou des exportateur du terrorisme. Le regime Algerien fabriquent les terroristes et les exporte vers les pays voisins. Les Libyens les financent. Le regime de Bamako profite de l'argent des prises d'otages. LE JEU EST TRES SALE!!!!Si Abdel Aziz et son gouvernement ne font pas attention, la Mauritanie serait transforme'e en une zone de combat et ce sont des milliers de Mauritaniennes et de Mauritaniens qui risquent de perdre leurs vies.

P.S.

Ould Dadde' a quitte'. Je pense que Cheikh Ould Bouassrya doit pouvoir remplir la mission. Si pour une raison ou une autre Abdel Aziz prefere une autre personne, je conseillerais vivement a' ce qu'on pense a' Gemal Ould Yessa ou Biram Ould Abeid!!!!

Anonyme a dit…

A-

Je presente mes excuses aux lecteurs de canalh. Maata m'a bien censure' a' deux reprises!!!!
Notre pays traverse les plus graves menaces de son histoire. Nous ne pouvons pas etre silencieux devant la fuite en avant qui ne peut qu'engendrer des consequences catastrophiques pour notre peuple!!!!Le monde exterieur defend ses interets. Tout ce que je vous demande est de defendre les interets du peuple Mauritanien.
NEGOCIEZ AVEC LE DIABLE ET HUMANISEZ VOS PROGRAMMES DE DEVELOPPEMENT!!!! Nos imams ont tente' une reconciliation, il faut avancer rapidement et cesser de dire qu'on attend la justice." A JUSTICE DELAYED IS A JUSTICE DENIED!" Il faut les juger et les gracier. Ce sont la reconciliation et la paix qui nous interessent. Les salafistes se connaissent entre eux. IL FAUT DONC TRANSFORMER CES JEUNES PERDUS EN DES AMIS QUI AIDERONT LA MAURITANIE DANS SA LUTTE POUR LA PAIX ET LA SECURITE' SUR TOUTE L'ETENDUE DE SON TERRITOIRE NATIONAL!!!
Les uns et les autres peuvent dire ce qu'ils veulent mais la realite' est differente. Je peux vous donner des exemples concrets qui demontrent que presque toutes les grandes democraties occidentales ont negocie' avec des organisations terroristes!!!!
Soyez prudents parce que ceux qui pretendent aider dans la lutte contre le terrorisme , sont presque tous des fabricants et/ou des exportateur du terrorisme. Le regime Algerien fabriquent les terroristes et les exporte vers les pays voisins. Les Libyens les financent. Le regime de Bamako profite de l'argent des prises d'otages. LE JEU EST TRES SALE!!!!Si Abdel Aziz et son gouvernement ne font pas attention, la Mauritanie serait transforme'e en une zone de combat et ce sont des milliers de Mauritaniennes et de Mauritaniens qui risquent de perdre leurs vies.

P.S.

Ould Dadde' a quitte'. Je pense que Cheikh Ould Bouassrya doit pouvoir remplir la mission. Si pour une raison ou une autre Abdel Aziz prefere une autre personne, je conseillerais vivement a' ce qu'on pense a' Gemal Ould Yessa ou Biram Ould Abeid!!!!

maatala a dit…

Salam

"Exclusif « Mauritanie24 » : Pourquoi Mohamed Lemine Ould Dadde a été relevé de ses fonctions


Mohamed Lemine Ould Dadde a été relevé, ce 26 août 2010, de ses fonctions de commissaire aux droits de l'homme, à l'action humanitaire et aux relations avec la société civile par un décret de la Présidence de la République.

Une mission de l’Inspection Générale de l’Etat (IGE) qui a entrepris de s’intéresser aux marchés publics relevant du CDHAHRSC a rendu un premier rapport jugé accablant. En jeu : des distractions de fonds publics sous diverses formes et selon diverses modalités, se chiffrant à quelque trois milliards d’Ouguiya .

Mis en cause : l’ancien commissaire Mohamed Lemine Ould Dadde, le directeur administratif et financier du CDHAHRSC, le directeur du Projet d’Eradication des Séquelles et de l’Esclavage et plusieurs autres cadres de ce commissariat. Depuis la publication de ce rapport, Ould Dadde a compris qu’il est en sursis et que la membrane protectrice de Moulaye Ould Mohamed Laghdaf ne vaut rien devant le combat du Président de la République contre les détournements de deniers publics.



Des auditeurs de la Cour des Comptes qui ont aussi épluché les comptes du CDHAHRSC ont confirmé les conclusions de la mission de l’IGE conduite par Sidi Mohamed Ould Boyda. Depuis, Ould Dadde a perdu tout son crédit auprès de son administration et auprès des autres structures de l’Etat.

Le 24 août dernier, et sans coordonner avec le comité interministériel chargé d'apporter l'aide et l'assistance aux familles sinistrées, suite aux dernières pluies, il préside dans la zone d'accueil des populations déplacées située dans la moughataa de Riyadh une opération de distribution d'une quantité de produits alimentaires et d'un certain nombre de tentes et de moustiquaires au profit des 500 familles déplacées de la zone de "Leghreiga" à El Mina.

Ces mêmes familles ont déjà bénéficié d’une distribution similaire du Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA). Mais pour Ould Dadde, l’essentiel était de lire un discours qui puisse lui éviter les labyrinthes de la prison de Dar-Naïm.

maatala a dit…

Agité, il déclare : « Ces aides s'inscrivent dans le cadre de l'exécution du programme fixé par le comité interministériel chargé d'apporter l'aide et l'assistance aux familles sinistrées, suite aux dernières pluies, en application des orientations du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz visant à accorder l'intérêt nécessaire aux populations déplacées et à leur accorder aide et assistance ».

Et Ould Dadde d’ajouter : « les moustiquaires distribuées ont été produites par des anciens mendiants qui sont actuellement dans les centres d'accueil et de formation relevant du programme de lutte contre la mendicité. Cette expérience qui a permis à des mendiants de devenir des propriétaires d'ateliers de production et de venir en aide à des personnes nécessiteuses est unique de son genre en Mauritanie et peut être même dans le monde ». (De grâce, il ne faut pas rire)…

La nomination de Ould Dadde en août 2008 comme commissaire aux droits de l’homme, à l'action humanitaire et aux relations avec la société civile, a été véritablement une erreur de casting. Sans aucun niveau et n’ayant aucune expérience, très vite, ses carences se passaient de commentaires.

Aujourd’hui, le contexte a changé. Après le succès de la table ronde organisée par la Mauritanie à Bruxelles, notre pays et ses partenaires ont convenu d’un mécanisme de suivi des résultats de la Table ronde, qui concernera essentiellement l'organisation d'une réunion d'information et de coordination avec les partenaires au développement, tous les six mois, sur le niveau d'exécution du troisième plan d’action du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté. Exit donc Mohamed Lemine Ould Dadde.

La logique de bonne gouvernance ne permet pas qu’on puisse confier l’exécution du plan d’action du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté à Ould Dadde, impliqué dans l’attribution des marchés gré à gré de plusieurs centaines de millions d’ouguiya au CDHAHRSC.

Le combat du Président de la République contre les détournements de deniers publics sera poursuivi sans relâche. Le Président Mohamed Ould Abdel Aziz l’a répété, ce 26 août 2010, plusieurs fois, en conseil des ministres.

Source : Mauritanie 24 |

maatala a dit…

Salam

Lu sur Cridem

"A la Une : Aqmi poursuit sa démonstration de force.


Avec hier, l’exécution d’un otage algérien, un douanier qui a avait été enlevé en juin dernier et une tentative d’attentat à la voiture piégée contre une caserne en Mauritanie... « Décidément, le mois de Ramadan n’est pas un panneau de stop aux exactions d’Aqmi », relève Le Pays au Burkina.

Le Pays qui en appelle à « une action conjuguée pour lutter contre cette force invisible. Une force, poursuit-il, qui traverse aisément les frontières du Niger, du Mali, de la Mauritanie et de l’Algérie et qui, elle, ne tergiverse pas sur les moyens et les manières pour frapper son ennemi. »

Et le quotidien burkinabé d’interpeller les chefs d’Etat de la région : « le Mauritanien Abdel Aziz, l’Algérien Bouteflika, le Malien Amadou Toumani Touré, et même n’importe quel autre chef d’Etat africain (car on ne sait où et quand cette terrible menace peut déposer ses guêtres), ont besoin de se donner la main.



L’Algérie n’avait pas mieux fait lorsqu’elle en était l’hôte. Le président mauritanien, Abdel Aziz est le dos au mur. Combien de cavalcades esseulées tomberont-elles encore avant qu’on ne se rende à l’évidence de l’union salutaire ? », s’interroge Le Pays.

Un plan Marshall ?

Le Républicain au Mali renchérit : « Tant que les pays sahélo-sahariens, en synergie plutôt qu’en solo, ne mesureront pas la gravité du péril salafiste pour eux-mêmes d’abord et pour les autres ensuite, il n’y aura pas de réponse durable et efficace contre cet ennemi qui n’est pas l’ennemi de tout le monde. Déverser des tonnes d’armes ne suffira pas. Les communautés, et le plus souvent les communautés pauvres, doivent être de la partie, affirme le quotidien malien. Al-Qaïda ne s’implantant que par la stratégie de la proximité, elle ne peut être défaite que par la même méthode. Or pour l’instant et pour ces communautés démunies (…), la providence c’est plus Belmokhtar et Abuzeid (les émirs d’Aqmi) que Bamako, Nouakchott, Niamey ou Alger. »
Pour Le Républicain, les Etats de la région et la communauté internationale doivent donc « jouer franc jeu » et libérer les moyens pour établir une sorte de « Plan Marshall de la sécurité » au Sahel. Et pour ce qui est des déclarations de Nicolas Sarkozy hier sur la lutte contre le terrorisme international, le quotidien malien reste sceptique : « s’ils lui permettent de faire amende honorable, les propos guerriers de Nicolas Sarkozy ne modifieront pas fondamentalement la donne. »

D’autres raids ?

maatala a dit…

Le 22 Septembre, autre quotidien malien, estime, lui, qu’une intervention militaire directe de certains Etats, dont la France, au Sahel, est possible et s’en inquiète… « Déjà, la France et la Mauritanie ont mené un raid contre les terroristes sur notre territoire, relève le journal, usant du droit de poursuite accordé par Bamako à Nouakchott. Le ton est-il déjà donné ? », s’interroge-t-il. « Paris est même allé jusqu’à annoncer que la lutte contre Aqmi se ferait avec ou sans le Mali. Alors, alerte ou intoxication ? », se demande encore Le 22 Septembre.

« En tout cas, cette annonce, vu la faiblesse de notre pays face à ces éléments indésirables, pourrait signifier une volonté d’intervention de certaines puissances internationales sur notre territoire, même contre notre gré, affirme le quotidien malien. Cela reviendrait à réduire le Mali à une colonie, au moment même où il fête les 50 ans de son accession à la souveraineté nationale et internationale. »

Et Le 22 Septembre d’en appeler lui aussi à une solution inter-régionale : « Dans la lutte contre le terrorisme, la solution est de nous aider à créer un cadre sahélo-saharien efficace, doté des moyens militaires humains et matériels nécessaires, appuyé par un échange de renseignements franc et régulier. C’est là que Paris et Washington doivent intervenir en priorité. »

De son côté, la presse algérienne continue de fustiger l’attitude des Européens face à Aqmi, à l’instar de Liberté :« l’Europe se barricade derrière ses frontières, écrit-il, paye les rançons pour libérer ses ressortissants otages mais elle ne contribue pas pour ainsi dire à la lutte contre le terrorisme. Bien au contraire, elle contribue à augmenter le niveau de la menace par le renforcement de ses moyens de frappe. Aqmi vient-elle, d’ailleurs, relève le quotidien algérien, à peine deux jours après la libération des deux otages espagnols, de lancer son message macabre. Une exécution et une tentative d’attentat kamikaze ! »

Encore !

Enfin, au Togo, de nouveaux ennuis pour le journaliste Didier Ledoux, ce reporter-photographe qui avait eu maille à partir le 10 août dernier avec un officier français. Cette fois, le journaliste a été passé à tabac par des gendarmes. Le quotidien togolais Liberté , pour lequel il travaille, explique que Didier Ledoux a été pris à partie par les forces de l’ordre alors qu’il effectuait un reportage près du Palais de justice de Lomé.

« Conduit vers le camp de la gendarmerie, le journaliste a été relâché à côté de la Grande-Poste, raconte le journal. Une relaxe intervenue grâce à l’intervention de certains confrères parmi lesquels des responsables d’organisations de presse. Conduit à l’hôpital, le journaliste a reçu des soins et restera en observation pour quelques jours. » Pour ce qui est des raisons de ce matraquage, aucune explication pour l’instant de la part des autorités.



Source : Radio France Internationale | Education,

maatala a dit…

Salam

Couly

Par ce mois béni, je t'accorde mon pardon, mais je ne peux le faire au nom de ma mère.

J'embrasse Néné (notre mère) tout en lui souhaitant bon ramadan et longue vie.

Nous n'avons pas les mêmes valeurs.

Shame on you dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maata:

Tu sais tres bien ce que tu as fait. ESSEUL ANEU MA JEYTAKE INDORE SIMAHE!!!!!J'ai deja dit et je me repete ici, que je n'ai que respect et admiration pour votre mere que je considere egalement comme ma mere. Les insultes sont exclusivement pour toi. Si je prends mon temps pour ecrire a' propre d'un probleme tres serieux qui peut avoir des consequences catastrophiques sur notre Mauritanie bien aimee', il ne faut pas me censurer. IL FAUT QUE LES DECIDEURS POLITIQUES MAURITANIENS SACHENT COMMENT CERTAINS DES INTELLECTUELS MAURITANIENS PENSENT DE LA SITUATION. NOUS NE POUVONS QUE DONNER NOS OPINIONS!!!!!LE RESTE DEPENDRA D'EUX!!!!!LA MAURITANIE NOUS EST TRES CHERE ET CE QUI SE PASSE CHEZ NOUS N'EST PAS UNE AFFAIRE POUR ABDEL AZIZ SEUL!!!!!!!!Le probleme est serieux et le debat doit etre ouvert!!!!!! Nous ne pouvons pas permettre a' ce qu'on entraine notre peuple dans cette aventure nefaste parce qu'on veut plaire a' la France et/ou se maintenir au pouvoir!!!!!!

Anonyme a dit…

biram salete de negre! j veu te dire une seul chose! la tech teriyene il3abde ila we el 3asa ma3ahou ve ine il3abide le injasoun menaqidou. pr toi et pr maata! et aussi kh balla gey le pedophile. oui pr la mauritanie arab sans tache!! et vive aziz,

Anonyme a dit…

maata,
tu exagéres avec les commentaires aux propos de BIRAME.
il ne nous interesse nullement c'est une autre gueule qui se refermera vite.

l'ecart dans ce pays est educatif les négros l'ont bien compris.

filsdubled

Anonyme a dit…

Bismillahi Rahmani Errahimi. Birame derange si fort? A-

Anonyme a dit…

Couli dit que les intellectuels de ce pays doivent s'exprimer et il se met dedans. J'ai peur pour ce que je risque d'entendre quand je vois que les "intellectuels du pays" c'est Couli et des comme lui (voir les insultes). Je me suis toujours méfié de ceux qui pensent qu'à partir du moment où ils savent écrire et lire ils sont "intellectuels".
Sans rancunes.

Maata, tu nous casses les bonbons avec tes histoires de Biram

maatala a dit…

Salam

Désolé les amis , mais mon intention était de partager avec vous ces réactions.

Ceux qui veulent les lires pourront les retrouver sur Taqadoumy

Veuillez agréer mes plus plates excuses

Maatala (Zen addict)

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Aziz à ses ministres : ' tout ministre sera puni pour les actes répréhensibles qu'il aura commis '


Au cours de la réunion du gouvernement, hier, le président de la République a averti les ministres : « je frapperai d’une main de fer tout auteur de crime économique, de malversation financière, de faute administrative ou de comportement immoral, même s’il est ministre ».

L’ire présidentielle serait consécutive au limogeage du Commissaire aux Droits de l’Homme, Mohamed Lemine Ould Dadde, remercié dans la journée.

Cette réunion est la première rencontre du conseil des ministres après les vacances gouvernementales.


maatala

Anonyme a dit…

Lu pour ano foté. C'est de la propagande, maisle role du Poliario devient de plus en plus evident. Tu dis quoi? A-


Otages espagnols : l’hypothèse du troisième homme


Le voile épais entourant les circonstances de l’enlèvement des trois espagnols en Mauritanie en novembre 2009 commence à se lever peu à peu depuis la libération de Pascual et Vilalta, faisant émerger un scénario assez éloigné des schémas qui ont été véhiculés par les médias jusque là.

En effet, les deux otages qui étaient jusqu’à il ya peu entre les mains de l’émir d’Al Quaïda au Maghreb Islamique (AQMI) Mokhtar Belmokhtar, ont fait l’objet d’un débriefing approfondi de la part des services de renseignement espagnols (CNI), où il apparaîtrait que le rôle d’un « troisième homme » aie été curieusement sous-dimensionné par les enquêteurs mauritaniens, peut être en vue de négocier un « deal » précoce qui aurait conduit à la libération de l’otage féminin Alicia Gamez le 10 mars dernier.

D’intenses spéculations avaient alors vu le jour en Espagne autour d’une rançon qui aurait été versée en échange de la libération de la jeune femme, auxquelles avait répondu évasivement José Luis Rodriguez Zapatero, estimant qu’il s’agissait là de sujets à traiter par la « commission des secrets officiels ».



Selon des informations fiables que « Sahel Intelligence » a pu obtenir auprès de sources sécuritaires opérant dans la région sahélienne, un troisième homme, relaxé lors du procès de Nouakchott, aurait joué un rôle clef dans l’enlèvement des trois espagnols, et sa libération aurait fait l’objet d’un accord secret visant à entériner l’accord conclu pour la libération d’Alicia Gamez.

Cette dernière aurait en effet été libérée contre une rançon de 2 millions d’euros, ainsi que la promesse que Sleima E’rguibi Mohammed Ali -un militaire sahraoui d’une soixantaine d’années de la tribu des R’guibate - serait libéré lors des procès de Nouakchott. Qu’est ce qui a pu pousser AQMI à demander à ce que Sleima E’rguibi Mohammed Ali fasse l’objet d’une relaxe lors du procès de Nouakchott ?

En effet, plusieurs témoignages, dont celui crucial d’un autre accusé-un conducteur de 4x4 du nom de Mohamed Jama’h Erregragui- indiquaient que Sleima était au cœur de la décision du kidnapping « au même titre qu’Omar Sahraoui ». Selon les mêmes sources, la libération de Sleima été le signal du déclenchement de la deuxième vague de négociations, qui a permis la libération des deux otages encore aux mains d’AQMI.

Sleima E’rguibi Mohammed Ali aurait été reconduit vers les campements du front Polisario grâce à l’entregent de son frère, un haut gradé du mouvement qui dispute au Maroc la souveraineté du Sahara Occidental.









Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahel Intelligence

Anonyme a dit…

Du n'importe quoi. Lalla etki ferait mieux. Miskine Ould Dadde. A-

====

Breika Ould Mbareck serait-il le futur Commissaire aux Droits de l’Homme ?


Le poste de Commissaire chargé des Droits de l’Homme, de l’Insertion et des Relations de la société civile, resté vacant depuis le limogeage fracassant de Mohamed Lemine Ould Dadde est aujourd’hui fortement convoité.

Plusieurs personnes font du lobbying pour être nommé à ce poste. Parmi les noms qui pourraient être choisi par le président de la République celui du capitaine Breika Ould Mbareck figure en bonne place.

L’ex-officier jouit d’un bon capital de confiance auprès des autorités mais également bénéficie d’un large crédit auprès des populations généralement ciblées par les actions de cette institution de lutte contre la pauvreté.



L’homme a d’ailleurs toujours choisi de vivre au milieu de cette frange de la population démunie sans doute pour leur venir en aide à tout moment. Son penchant à la solidarité nationale l’a poussé à s’investir de plein dans la société civile. Président d’une ONG, il est également membre actif de la Commission nationale des Droits de l’Homme.

A rappeler que depuis le règne d’Ould Haiddalla où il occupait des postes de hautes responsabilités le capitaine Breika a montré ses capacités d’homme d’action et de terrain. C’est aussi l’un des brillants officiers qui ont participé à la guerre du Sahara.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Le Véridique (Mauritanie

maatala a dit…

Salam

Lu sur le blog du prof

"ça IRA plus , si ça va mieux


J’ai rencontré Biram Ould Dah Ould Abeid (BDA) durant son passage à Tunis. Curieusement l’homme n’est pas au rendez-vous de l’image que les medias mauritaniens donnent de lui. Il n’est ni vindicatif, ni agressif ni porté sur la polémique. Très posé, j’ai pu m’entretenir avec lui à bâtons rompus sur toute la thématique qui traverse son discours et ses prises de position qui ont fait les points d’orgue de la sphère médiatique et les bémols de la critique politique .

Voici ce que nous avons retenu de son attitude et de ses positions ( I ) et les idées partagées avec lui ( II )



I- Un homme de conviction : ça IRA, si ça va pas.
BDA, est profondément attaché à son pays et aux hautes valeurs que prône la société mauritanienne. Seulement BDA, n’est pas un conformiste, il préfère mettre les pieds dans le plat politique et renverser la gamelle de ceux qui en voudraient les miettes.

En cela son discours, ne plait pas. Il s’attaque à des “impondérables” et surtout à des “tabous” que certains ont érigés en juteux placements pour leur “carrière” religieusement politique ou politiquement religieuse. Au choix du moment et du revers de la veste.

Nul doute que BDA dérange. Pour preuve ces “têtes à majorité” qui s’attaquent à son discours comme si, en le faisant, elles prouvaient qu’elle valent mieux que celui qu’elles dépècent.

En vérité, l’entretien avec BDA a permis de comprendre la dérive dans laquelle se placent les médias et les détracteurs politiques. Il y a en effet, une réelle confusion entre l’homme, ce qu’il est ou ce qu’il fut et les idées qu’il véhicule. L’amalgame est facile et ceux qui le critiquent sont davantage portés sur sa personne que sur les fondements de ce qu’il prône.

Ces idées les voici:

- l’esclavage existe en Mauritanie, il doit être éradiqué

- l’éradication de l’esclavage est contrée par une mentalité ancrée dans des préceptes auto-entretenus par une minorité religieuse;

- L’Etat est handicapé par un chapelet d’oulémas qui lui enlèvent toute volonté de combattre, dans une vision objective basée sur le droit positif, notamment les ordonnances en vigueur, le phénomène esclavagiste;

- Le citoyen mauritanien est pris au piège d’uen société mauritanienne qui n’arrive pas à se libérer du carcan politico-militaro-religieux qui l’assujettit à sa volonté et empêche son libre arbitre dans un Etat moderne et laïc.

- Le pouvoir politique manipule et “achète” des franges de la société et notamment une part de l’intelligentsia mauritanienne (y compris des haratines) pour assujettir les contestataires de la communauté harratine et en fait ses suppôts pour faire échouer sa cause;

- La guerre contre le terrorisme est une manipulation du pouvoir (en connivence avec une puissance étrangère) pour “accaparer” l’opinion nationale et brandir des arguments “sécuritaires” pour noyer toutes les causes légitimes, notamment la cause harratine, et les multiples revendications du peuple et de ses représentants.

- La communauté harratine est la plus démunie et la moins instruite. Une politique entretenue par le pouvoir en place pour continuer à l’assujettir.

Pour développer ses idées , BDA utilise un argumentaire appuyé sur une approche méthodologique spécifique (voir l’article “Spartacus au pays de l’opium”) et n’hésite pas à s’inscrire en faux par rapport au milieu politqiue ambiant. Seulement si l’on a bien compris BDA et les idées qui sous-tendent son élan, il n’en demeure pas moins que par certains aspects il y a des élèments essentiels à prendre en considération qui détermineront l’avenir de son mouvement.

maatala a dit…

II- Un mouvement en deux temps: ça ira, si ça va mieux.
Lors de notre entretien, j’ai pu partager avec BDA, mon opinion sur son mouvement. Cette opinion tient dans les quelques appréciations suivantes.

Le “hic” du mouvement, c’est son enfermement de fait sur une frange de la population: les harratines. Bien qu’il soit certain que des membres d’autres communautés l’aient rejoint, il n’en demeure pas moins que ce flux reste peu significatif pour mettre ce mouvement dans une orbite nationale lui permettant de défendre une cause à forte assise politique.

la stratégie du mouvement se devraient de prendre en considération les deux éléments suivants:

- drainer les membres des autres communautés nationales (Maures “blancs”, négromauritaniens) pour accroitre l’assise populaire du mouvement.

- Elargir le programme politique à des objectifs nationaux de développement ( Genre, Education, Economie, social etc.) transcendant et se juxtaposant à la cause défendue.

A travers cette approche, le mouvement revisera les modalités de son action et inscrira sa cause dans une approche intégrative d’opinions nationales, proches ou sympathisantes, qui y trouveront matière à adhésion.

Les bénéfices de cette stratégie sont multiples.

D’abord à travers un programme politique étoffé, le mouvement pourra prétendre à plus de dynamique institutionnelle et à plus d’émancipation par rapport à son statut actuel de mouvement fermé sur une cause (escalavagisme) qui le place sous le régime d’une ONG à envergure limitée.

Ce mouvement restant encore tributaire des conditions de sa naissance est encore lié à son environnement partisan (El Horr, APP, SOS Esclaves, etc…) et il ne pourra s’en détacher que s’il développe une stratégie d’autonomie institutionnelle (Statutaire et politique), s’il élargit sa base à des communautés autres que harratines qui adhèrent à sa cause et justifient donc son universalité en Mauritanie.

Cette stratégie permettra alors de contrer les critiques portées actuellement au mouvement. Notamment son caractère sectaire, son isolement par rapport au reste des communautés et son discours “secessionniste” et non partagé.

Enfin, dans cette optique, les idées que développe BDA, ne seront pas celles d’un homme pris singulièrement comme tel (un harratine “revanchard”), ni celle d’une communauté à velleïté spécifique (les harratines) mais de tout un mouvement à différentes composantes, développant un programme national (dans lequel s’inscrit la lutte anti-esclavagiste) et qui draine des militants de tous bords.

Il est vrai que, face à la structure sociale et politique en Mauritanie, il est vain de vouloir se battre et gagner à l’échelle nationale en étant le porte-étendard d’une communauté spécifique, sans rencontrer les infranchissables barrières des autres communautés qui, elles, n’échappent pas à des convictions tout aussi fortes que celles que véhiculent leurs “mentors” ou que leur impose, par l’autorité et les moyens, le pouvoir en place.

Certes, un mouvement basé sur une idée force (abolition de l’esclavage), développant une communication aggressive à propos de cette problématique à haute teneur humanitaire (l’esclavage) s’attirera la sympathie et sans doute le soutien (moral ou financier) d’une communauté internationale, mais il ne sera entendu que comme une ONG et n’aura jamais l’envergure qu’il doit avoir et qu’il recherche: devenir un mouvement politique visant à bâtir, une société meilleure par une participation effective et programmée à l’exercice du pouvoir.

Pr ELY Mustapha

Anonyme a dit…

La page LAKHATATE HAYA!

Cheikh Sidi Tahar Ould Boud Boud:

Je viens de regarder votre photo sur CRIDEM.
Ou' sont les cheveux?
Je remarque que le style du boubou n'a pas change'.
Comme vous etes entrain de prendre les dons Algeriens, je serai un peu plus tendre envers eux. (rire). LA MARMITE FAMILIALE EST TOUJOURS IMPORTANTE. (rire)
J'espere que tu continues a' faire le trajet AIOUN-TICHITT a' pied. POUR CEUX QUI NE LE SAVENT PAS, VOTRE DIRECTEUR DES STOCKS AU CSA A BEL ET BIEN FAIT LEDIT TRAJET A' PIED.
J'espere que ma fille Bilkiss t'a remis les 100 000 UM que tu m'as prete'es depuis plus de 14 ans. (Je suis entrain de rire parce SAHBAKE LIKWEYRI MAW M'SEGUEM!!!!)
Si Bilkiss n'a rien fait, tu demanderas a' notre mere Mariem et au vieux Jeyab de payer a' ma place. (rire)
Du courage dans ta mission!!!!!
J'ai l'impression qu'il n'y a toujours pas un ministre de...TICHITT. (rire)

Allez mon cher Cheikh, je t'aime bien. Tu passeras mes salutations a' tous les amis. I MISS YOU ALL!!!!

Anonyme a dit…

L,article du prof resume tout. J,espere qu, on va beaucoup le lire en RIM

Prof s,il vous plait; mettez vos articles sur cridem et taqqadoumy.

Anonyme a dit…

à lire chezvlane

" Ould dadde de C.R à R.V "

Anonyme a dit…

Il y a certes plusieurs verite's dans le discours de BDA mais je lui conseille vivement de s'eloigner de cette diabolisation du...Maure Blanc. Il y a des centaines de milliers de Maures Blancs qui vivent dans la pauvrete' et la misere. Dans avons les membres de la classe feodale noire qui vivent dans l'opulence et leurs enfants, memes mediocres, occupent des postes eleve's dans l'administration.
Il faut travailler pour l'emancipation totale de la couche Haratine. Sachons tout simplement que le probleme va au-dela de la race.

Anonyme a dit…

Vlane,
Ould Dadda n'a probablement pas volé. Il n' est pas un financier et il a certainement fait du gré-a-gré pour faire des choses rapidement et il s'est planté. Ça arrive tout le temps. Mauritanie24 a fait un article abject contre le gars. A-

Anonyme a dit…

A-
Tu défends O Dadde becs et ongles avant de savoir ce qui lui est reproché.
C'est ce qu'on appelle un parti pris flagrant et/ou interessé.
Saches que c'est la première fois qu'un ministre est démis de la sorte suite à trois contrôle contradictoires. Cela signifie que sa responsabilité est sans équivoque.
Si tu as bénéficié de largesses de sa part ou si tu as fait de la fausse facturation; prépare toi à rembourser et peut être à visiter le penitencier de Dar Naim

Anonyme a dit…

A-
Tu défends O Dadde becs et ongles avant de savoir ce qui lui est reproché.
C'est ce qu'on appelle un parti pris flagrant et/ou interessé.
Saches que c'est la première fois qu'un ministre est démis de la sorte suite à trois contrôle contradictoires. Cela signifie que sa responsabilité est sans équivoque.
Si tu as bénéficié de largesses de sa part ou si tu as fait de la fausse facturation; prépare toi à rembourser et peut être à visiter le penitencier de Dar Naim

Anonyme a dit…

Ano qui ne signe pas et qui gueule contre Ould Dadde,

Dis-moi ou azzizzo a mis les 70.000.000 de dollars des saoudiens (50.000.000) et des yankees (20.000.000) mobilises par Sidioca. On attend encore sa declaration de patrimoine. Il fait quoi avec les 400.000.000 de dolars qu'il a accuse ElyCom d'avoir bouffe + les centaines d'hectares qu'il a usurpe pour sa famille? Les blokats, azzizzo les a donne a qui? Ne me sort pas les sottises de Bilkiss qui dit que c'est un projet avec le Qatar ou une autre place lointaine. Projet my ass.

Soutien entier a azzizzo contre les barbus tueurs, mais la gabegie il faut lutter contre et commencer par soit-meme.

Ma reaction etait contre le ton de Mauritanie 24 qui faisait du leche-cu. On condamne deja le gars avant meme que la justice ne le condamne.

241 millions d'UM c'est moins qu'1 million de dollars.Tu compares au detournement du beau frere du PM et frere du ministre de la sante + les milliards que les banquiers-boutiquiers qu'il a laisse filer.

Je ne parle jamais de corruption, mais faut pas trop me provoquer.

Anonyme a dit…

lu sur kassataya:
Ould Dadde, les dessous d'un limogeage!
eudi 26 Août 2010 : « Il est mis fin aux fonctions » du Commissaire aux Droits de l'Homme, Mohamed Lémine ould Dadde. Le décret est lapidaire. Il est lu à la TVM aux informations du soir.

Et, comme d'habitude dans notre pays, la machine à rumeurs s'emballe.

« L’innovation » n’est pas dans « la nouvelle ». Les mois précédents nous ont fourni d'autres noms de « limogés de la journée », le plus célèbre d'entre eux étant Mr Ousmane KANE alors Ministre des Finances. Le style est toujours le même : un décret sec, sans explication aucune quant aux motifs du « licenciement ». « L’innovation » est dans la formulation qui glisse du « relevé de ses fonctions » à « a été mis fin aux fonctions de ... ». Peut être une subtilité des conseillers en communication... Motif supposé –à défaut de toute explication officielle- de la sanction : le rapport de l'Inspection Générale d’Etat (IGE).

Ce rapport justement parlons-en. Selon les informations recueillies par KASSATAYA, il est reproché au Ministre des surfacturations et des dossiers fictifs.

Remontons un peu dans le temps : il y a maintenant quasiment trois mois le Commissaire aux Droits de l'Homme reçoit, comme c’est de coutume, le rapport sanctionnant l'enquête menée par l'Inspection Générale de l'Etat dans son département, le but étant de donner au service inspecté l’occasion de réagir. Le Commissaire aux Comptes mène alors sa propre enquête dont KASSATAYA a lu les conclusions fin juin 2010. Il y est écrit que l’enquête ne révèle ni irrégularité ni détournement mais seulement des erreurs minimes ne pouvant conclure à des manoeuvres frauduleuses.

Que trouve t'on dans le rapport de l'IGE ? N’étant pas parvenu à y accéder KASSATAYA s’est rapproché d’une source proche du dossier qui confie qu’il y est fait mention de paiements indus comme, par exemple, un achat de grillage que le Commissariat aux Droits de l'Homme aurait payé 231UM alors que, selon l'inspecteur, le mètre de grillage ne valait que 230UM. Un peu plus loin, l’inspecteur aurait épinglé ould Dadde au sujet du prix réel ou supposé de tentes ayant servi à abriter des familles nécessiteuses. Il est reproché au commissaire d'avoir acheté des tentes à 120 000UM alors qu'après enquête le prix d'une tente ne serait que de 20 000UM. Dans sa réponse ould Dadde aurait spécifié qu'il avait fait le choix d'acheter des tentes d'une superficie de 64 m² à 120 000UM et non celles de 20 m² à 20 000. Et ainsi de suite...

Anonyme a dit…

Lu sur kassataya
Ould Dadde, les dessous d'un limogeage!
eudi 26 Août 2010 : « Il est mis fin aux fonctions » du Commissaire aux Droits de l'Homme, Mohamed Lémine ould Dadde. Le décret est lapidaire. Il est lu à la TVM aux informations du soir.

Et, comme d'habitude dans notre pays, la machine à rumeurs s'emballe.

« L’innovation » n’est pas dans « la nouvelle ». Les mois précédents nous ont fourni d'autres noms de « limogés de la journée », le plus célèbre d'entre eux étant Mr Ousmane KANE alors Ministre des Finances. Le style est toujours le même : un décret sec, sans explication aucune quant aux motifs du « licenciement ». « L’innovation » est dans la formulation qui glisse du « relevé de ses fonctions » à « a été mis fin aux fonctions de ... ». Peut être une subtilité des conseillers en communication... Motif supposé –à défaut de toute explication officielle- de la sanction : le rapport de l'Inspection Générale d’Etat (IGE).

Ce rapport justement parlons-en. Selon les informations recueillies par KASSATAYA, il est reproché au Ministre des surfacturations et des dossiers fictifs.

Remontons un peu dans le temps : il y a maintenant quasiment trois mois le Commissaire aux Droits de l'Homme reçoit, comme c’est de coutume, le rapport sanctionnant l'enquête menée par l'Inspection Générale de l'Etat dans son département, le but étant de donner au service inspecté l’occasion de réagir. Le Commissaire aux Comptes mène alors sa propre enquête dont KASSATAYA a lu les conclusions fin juin 2010. Il y est écrit que l’enquête ne révèle ni irrégularité ni détournement mais seulement des erreurs minimes ne pouvant conclure à des manoeuvres frauduleuses.

Que trouve t'on dans le rapport de l'IGE ? N’étant pas parvenu à y accéder KASSATAYA s’est rapproché d’une source proche du dossier qui confie qu’il y est fait mention de paiements indus comme, par exemple, un achat de grillage que le Commissariat aux Droits de l'Homme aurait payé 231UM alors que, selon l'inspecteur, le mètre de grillage ne valait que 230UM. Un peu plus loin, l’inspecteur aurait épinglé ould Dadde au sujet du prix réel ou supposé de tentes ayant servi à abriter des familles nécessiteuses. Il est reproché au commissaire d'avoir acheté des tentes à 120 000UM alors qu'après enquête le prix d'une tente ne serait que de 20 000UM. Dans sa réponse ould Dadde aurait spécifié qu'il avait fait le choix d'acheter des tentes d'une superficie de 64 m² à 120 000UM et non celles de 20 m² à 20 000. Et ainsi de suite.

Qui ment? Qui dit la vérité?

Anonyme a dit…

Lu sur kassataya, Ould Dadde, les dessous d'un limogeage


C'est trop long, je mets seulement une partie ceux que ça intéresse peuvent aller sur www.kassataya.com pour l'intégralité:

"Ce rapport justement parlons-en. Selon les informations recueillies par KASSATAYA, il est reproché au Ministre des surfacturations et des dossiers fictifs.

Remontons un peu dans le temps : il y a maintenant quasiment trois mois le Commissaire aux Droits de l'Homme reçoit, comme c’est de coutume, le rapport sanctionnant l'enquête menée par l'Inspection Générale de l'Etat dans son département, le but étant de donner au service inspecté l’occasion de réagir. Le Commissaire aux Comptes mène alors sa propre enquête dont KASSATAYA a lu les conclusions fin juin 2010. Il y est écrit que l’enquête ne révèle ni irrégularité ni détournement mais seulement des erreurs minimes ne pouvant conclure à des manoeuvres frauduleuses.

Que trouve t'on dans le rapport de l'IGE ? N’étant pas parvenu à y accéder KASSATAYA s’est rapproché d’une source proche du dossier qui confie qu’il y est fait mention de paiements indus comme, par exemple, un achat de grillage que le Commissariat aux Droits de l'Homme aurait payé 231UM alors que, selon l'inspecteur, le mètre de grillage ne valait que 230UM. Un peu plus loin, l’inspecteur aurait épinglé ould Dadde au sujet du prix réel ou supposé de tentes ayant servi à abriter des familles nécessiteuses. Il est reproché au commissaire d'avoir acheté des tentes à 120 000UM alors qu'après enquête le prix d'une tente ne serait que de 20 000UM. Dans sa réponse ould Dadde aurait spécifié qu'il avait fait le choix d'acheter des tentes d'une superficie de 64 m² à 120 000UM et non celles de 20 m² à 20 000. Et ainsi de suite.

Qui ment? Qui dit la vérité?"

maatala a dit…

Salam

Lu sur Kassataya

"Les deux anciens chefs d’Etats, Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya et Ely Ould Mohamed Vall se seraient rencontrés à Doha au Qatar autour de la table du ftour (rupture du jeûne) de l’Emir du Qatar, a rapporté, hier, le site arabophone Tawary. Le 13 aout dernier, Hamed Ben Khalifa Al Thani s’était entretenu, au téléphone, avec le président Mohamed Abdel Aziz, "dans le cadre d’un échange de voeux à l’occasion du mois béni du ramadan", selon les médias qataris

---------------------------------

Le dictateur et le voleurd dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Quel est le role du conseil d'administration?

Pouquoi Ould Dade' a decide' d'exercer la fonction de Cheikh Ould Bouassrya? Si je ne me trompe pas c'est bien mon jeune frere Cheikh Ould Bouassrya qui est l'ordonnateur du budget et non Ould Dade'. Au niveau des ministeres, ce sont les secretaires generaux qui exercent cette fonction.

Je ne l'accuse de rien parce qu'il faut attendre le proce's (si proce's il y aura) pour entendre ce qu'il a a' dire mais d'ici la' je dirai tout simplement qu'il n'a pas ete' prudent dans certaines de ses actions.


Je suis entrain de rire parce qu'Abdel Aziz limoge Ould Dade' au moment ou' Lakhbar tebgue vidar est en vacances.J'espere qu'on ne parlera plus de jaguar ou Vaghou de l'ancien commissaire.

P.S.

Si on met fin a' tes fonctions, on peut toujours t'utiliser ailleurs mais si on te releve de tes fonctions, les choses sont un peu plus difficiles. Les juristes et les experts de la fonction publique savent la difference.

Anonyme a dit…

Tous les mêmes!
"Mis en situation" comme aurait dit l'existentialiste JP Sartre, ils se muent invariablement en vulgaires razzieurs des deniers publics.

Ould Dadde ne déroge point à la règle.Un voleur ne sera jamais qu'un voleur nonobstant son affiliation politique et idéologique.

Navrant, triste et attristant de la part de l'intelligentsia kleptocrate de ce pays mis en sac même par les plus insoupçonnables.

Tous les mêmes et interchangeables, le combat contre la gabegie n'est près d'être gagné.

Anonyme a dit…

16:49

Plusieurs Mauritaniens animent une vidéo d'Aqmi.

Aqmi vient de diffuser une nouvelle vidéo, qui se veut, visiblement, une démonstration de force, où apparaissent combattants, véhicules et armes.

L’enregistrement effectué le 12 du ramadan courant est titré : « Le combat vous a été prescrit » voit pour la première fois une forte présence d’éléments Mauritaniens. Dans la vidéo, les intervenants s’en prennent violemment aux autorités françaises et aux régimes arabes dans la région et promettent une « guerre infernale » contre les intérêts de la France et les pouvoirs qui la soutiennent en réponse à son « arrogance et à son agression ».

Hamada Ould Mohamed Khairou, un mauritanien libéré par les autorités maliennes en échange de l’otage français Pierre Camatte, est présenté comme le « prisonnier modèle libéré par la force des armes ». Il lit des poèmes en hassaniya provoquant une forte hilarité au sein de ses compagnons avant de s’en prendre à certaines figures du courant salafiste en Mauritanie.

Emprisonné en avril 2005, quelques mois avant la chute d’Ould Taya, il s’évada, en 2006, avec deux ses compagnons, Sidi Ould Habott et Khadim Ould Semane, ce dernier accusa à l’époque dans une déclaration sur Al Arabiya, Ely Ould Moamed Vall d’avoir félicité sa fuite. Ould Mohamed Khairou sera arrêté en aout 2008 par les autorités maliennes à Kayes. Un autre Mauritanien, Abdallahi al chinguitti, le seul à apparaitre le visage découvert durant l’enregistrement, suivi d’un autre, Abou Jelbaal chinguitti lit un poème en hommage au kamikaze tué lors de l’attentat contre l’Ambassade de France à Nouakchott, Abou Oubeida Moussa al Basri.

La vidéo cite les noms de Mauritaniens tués au cours des opérations :

1 - Abou Mohammed Al Jekeni (Ahmedou Bamba) de la ville de R’Kiz.

2 - Mohamedou Ould Magham, de la tribu Idab Lehssen.

3 – Isselmou Ould Abdellahi Ould Oubeid, de la tribu Tagounanet.

4 – Limam Ould R’Hal dit Oumère alias Abou Esma.

Une menace claire est adressée au président français Nicolas Sarkozy à qui les orateurs promettent « davantage de leçons ».

Quatre autres éléments de l’organisation prennent la parole au cours de l’enregistrement, en plusieurs dialectes africains : Hassan Foullany, en peulh, Omar Targui en touarègue, un bissau-guinéen en portugais et un nigérien en haoussa.

canalrim.info



Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Anonyme a dit…

16:49

Plusieurs Mauritaniens animent une vidéo d'Aqmi.

Aqmi vient de diffuser une nouvelle vidéo, qui se veut, visiblement, une démonstration de force, où apparaissent combattants, véhicules et armes.

L’enregistrement effectué le 12 du ramadan courant est titré : « Le combat vous a été prescrit » voit pour la première fois une forte présence d’éléments Mauritaniens. Dans la vidéo, les intervenants s’en prennent violemment aux autorités françaises et aux régimes arabes dans la région et promettent une « guerre infernale » contre les intérêts de la France et les pouvoirs qui la soutiennent en réponse à son « arrogance et à son agression ».

Hamada Ould Mohamed Khairou, un mauritanien libéré par les autorités maliennes en échange de l’otage français Pierre Camatte, est présenté comme le « prisonnier modèle libéré par la force des armes ». Il lit des poèmes en hassaniya provoquant une forte hilarité au sein de ses compagnons avant de s’en prendre à certaines figures du courant salafiste en Mauritanie.

Emprisonné en avril 2005, quelques mois avant la chute d’Ould Taya, il s’évada, en 2006, avec deux ses compagnons, Sidi Ould Habott et Khadim Ould Semane, ce dernier accusa à l’époque dans une déclaration sur Al Arabiya, Ely Ould Moamed Vall d’avoir félicité sa fuite. Ould Mohamed Khairou sera arrêté en aout 2008 par les autorités maliennes à Kayes. Un autre Mauritanien, Abdallahi al chinguitti, le seul à apparaitre le visage découvert durant l’enregistrement, suivi d’un autre, Abou Jelbaal chinguitti lit un poème en hommage au kamikaze tué lors de l’attentat contre l’Ambassade de France à Nouakchott, Abou Oubeida Moussa al Basri.

La vidéo cite les noms de Mauritaniens tués au cours des opérations :

1 - Abou Mohammed Al Jekeni (Ahmedou Bamba) de la ville de R’Kiz.

2 - Mohamedou Ould Magham, de la tribu Idab Lehssen.

3 – Isselmou Ould Abdellahi Ould Oubeid, de la tribu Tagounanet.

4 – Limam Ould R’Hal dit Oumère alias Abou Esma.

Une menace claire est adressée au président français Nicolas Sarkozy à qui les orateurs promettent « davantage de leçons ».

Quatre autres éléments de l’organisation prennent la parole au cours de l’enregistrement, en plusieurs dialectes africains : Hassan Foullany, en peulh, Omar Targui en touarègue, un bissau-guinéen en portugais et un nigérien en haoussa.

canalrim.info





Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Anonyme a dit…

Cher Rimo,

Tu peux nous donner le lien pour cette vidéo? Nous ne devons pas laisser canalh aux saboteurs. Même appel à Yanis, Bebe Ba, Citoyenne, bl, bilkiss et les autrees. A-

++
Aqmi vient de diffuser une nouvelle vidéo, qui se veut, visiblement, une démonstration de force, où apparaissent combattants, véhicules et armes.

L’enregistrement effectué le 12 du ramadan courant est titré : « Le combat vous a été prescrit » voit pour la première fois une forte présence d’éléments Mauritaniens. Dans la vidéo, les intervenants s’en prennent violemment aux autorités françaises et aux régimes arabes dans la région et promettent une « guerre infernale » contre les intérêts de la France et les pouvoirs qui la soutiennent en réponse à son « arrogance et à son agression ».

Hamada Ould Mohamed Khairou, un mauritanien libéré par les autorités maliennes en échange de l’otage français Pierre Camatte, est présenté comme le « prisonnier modèle libéré par la force des armes ». Il lit des poèmes en hassaniya provoquant une forte hilarité au sein de ses compagnons avant de s’en prendre à certaines figures du courant salafiste en Mauritanie.



Emprisonné en avril 2005, quelques mois avant la chute d’Ould Taya, il s’évada, en 2006, avec deux ses compagnons, Sidi Ould Habott et Khadim Ould Semane, ce dernier accusa à l’époque dans une déclaration sur Al Arabiya, Ely Ould Moamed Vall d’avoir félicité sa fuite. Ould Mohamed Khairou sera arrêté en aout 2008 par les autorités maliennes à Kayes. Un autre Mauritanien, Abdallahi al chinguitti, le seul à apparaitre le visage découvert durant l’enregistrement, suivi d’un autre, Abou Jelbaal chinguitti lit un poème en hommage au kamikaze tué lors de l’attentat contre l’Ambassade de France à Nouakchott, Abou Oubeida Moussa al Basri.

La vidéo cite les noms de Mauritaniens tués au cours des opérations :

1 - Abou Mohammed Al Jekeni (Ahmedou Bamba) de la ville de R’Kiz.

2 - Mohamedou Ould Magham, de la tribu Idab Lehssen.

3 – Isselmou Ould Abdellahi Ould Oubeid, de la tribu Tagounanet.

4 – Limam Ould R’Hal dit Oumère alias Abou Esma.

Une menace claire est adressée au président français Nicolas Sarkozy à qui les orateurs promettent « davantage de leçons ».

Quatre autres éléments de l’organisation prennent la parole au cours de l’enregistrement, en plusieurs dialectes africains : Hassan Foullany, en peulh, Omar Targui en touarègue, un bissau-guinéen en portugais et un nigérien en haoussa.

canalrim.info

Anonyme a dit…

A- et Kassataya même combat
Les cellules dormante de conscience et résistance sortent de leur hibernation car leur président chéri vient de sortir par la petite porte, limogé pour avoir piqué dans la caisse et pire pour avoir démontré ses limites.
Les grandes gueules vivant de rmi et donneurs de leçons pour l'eternel ont perdu ici l'occasion de perpetuer l'arnaque du parfait expert venant de l'exterieur.
Pour Ould Dadde tout le monde sait qu'il n'a aucune compétence ni expérience particulière et que les procédures au Commissariat étaient son dernier souci.
Il recrutait à tour de bras (sans aucun concours) des "cadres" aussi nuls que lui.Son DAF (frere de Abdellahi Ould Hormtallah) exclu de la Tunisie, il s'est fabriqué un diplôme je ne sais où pour se voir confier la co-gestion avec Ould dadde de fonds considérables où le gré à gré et les "trois devis" fictifs étaient monnaie courante.
Ces jeunes sont la honte de ce pays et surtout de la jeunesse qu'ils representaient

Anonyme a dit…

Je vais m'interesser au cas Ould Dadde comme je me suis interesse au cas AQMI depuis janvier 2008. Mauritanie 24 est dans ma mire comme Tahalil Hebdo quand ça déconne question AQMI. Ici le QI c'est 400.Faut respecter les canalheurs.

Ano foté: quelle est ton analyse de l'aide algérienne? Le Polisario est in deep shit. Mon voeux le plus sincère est que tout le monde s'en sorte la tête haute et cesser les jeux d'enfants. Même conseil à azzizzo d'arrêter la zouaverie avec ses "amis" de la region, les US, la France, l'UE et le reste. A-


Que trouve t'on dans le rapport de l'IGE ? N’étant pas parvenu à y accéder KASSATAYA s’est rapproché d’une source proche du dossier qui confie qu’il y est fait mention de paiements indus comme, par exemple, un achat de grillage que le Commissariat aux Droits de l'Homme aurait payé 231UM alors que, selon l'inspecteur, le mètre de grillage ne valait que 230UM. Un peu plus loin, l’inspecteur aurait épinglé ould Dadde au sujet du prix réel ou supposé de tentes ayant servi à abriter des familles nécessiteuses. Il est reproché au commissaire d'avoir acheté des tentes à 120 000UM alors qu'après enquête le prix d'une tente ne serait que de 20 000UM. Dans sa réponse ould Dadde aurait spécifié qu'il avait fait le choix d'acheter des tentes d'une superficie de 64 m² à 120 000UM et non celles de 20 m² à 20 000. Et ainsi de suite...

Anonyme a dit…

Du mauritanie 24. De la pure crapulerie.Cellule dormante du PRDS. Un journal qui condamne un ministre pour un histoire de depenses de quelques 800.000 dolars US alors qu'il est chargé de donner du concret aux pauvres et il a fait du gré-à-gré pour faire vite. Je ne connais pas Ould Dadde, mais suis contre le principe de s'attaquer à une personne juste parcequ'il a trahi ses copains et c'est son problème. De quel droit Mauritanie 24 condamne le gars sur la base de rapports dont on ne connait pas le contenu?

==
La crapule de Mauritanie 24 a dit:

A- et Kassataya même combat
Les cellules dormante de conscience et résistance sortent de leur hibernation car leur président chéri vient de sortir par la petite porte, limogé pour avoir piqué dans la caisse et pire pour avoir démontré ses limites.
Les grandes gueules vivant de rmi et donneurs de leçons pour l'eternel ont perdu ici l'occasion de perpetuer l'arnaque du parfait expert venant de l'exterieur.
Pour Ould Dadde tout le monde sait qu'il n'a aucune compétence ni expérience particulière et que les procédures au Commissariat étaient son dernier souci.
Il recrutait à tour de bras (sans aucun concours) des "cadres" aussi nuls que lui.Son DAF (frere de Abdellahi Ould Hormtallah) exclu de la Tunisie, il s'est fabriqué un diplôme je ne sais où pour se voir confier la co-gestion avec Ould dadde de fonds considérables où le gré à gré et les "trois devis" fictifs étaient monnaie courante.
Ces jeunes sont la honte de ce pays et surtout de la jeunesse qu'ils representaient

28 août 2010 20:05

Anonyme a dit…

Qui es-tu A- pour tenir Mauritanie 24 en ligne de mire?
T'as deja ecrit un article, fourni une analyse, fait une presentation autre que tes petits copiés collés precedés de deux lignes ?
T'es juste un petit mec qui a lu un ou deux livres et qui s'est approprié des eculubrations d'orientalistes.
Avec l'affaire de Ould Dadde tu te decouvres comme un allié des racleurs des deniers publics. Tu t'en ai approprié une partie du magot sniffé par l'eleveur de ch... certainement pour des etudes bidons ou des fournitures factices.
alors tu rales pour faire diversion.
Had Hwegrak

Anonyme a dit…

http://www.ufpweb.org/opinion/Debats/conscience.htm

Anonyme a dit…

COMMUNIQUE : Le Conseil d´Evaluation (CE) de l´Organisation Conscience et Résistance, réuni en cession extraordinaire le 19 mars 2003, communique :

1- en application de sa charte, de son règlement intérieur et de ses statuts et, notamment, des articles relatifs à la préservation des secrets de l´Organisation ainsi que ceux traitants de la rectitude morale et de la vénalité, Monsieur Abdel Nasser Ould Othman Sid´Ahmed Yessa, jusque là porte-parole de Conscience et Résistance, est déchu de ses fonctions et définitivement exclu de l´Organisation.

2- Conscience et Résistance réitère son engagement indéfectible aux côtés de ses partenaires dans l´opposition pour réunir les conditions et hâter l´avènement d´une transition radicale en Mauritanie. Elle réaffirme, notamment, que, dans l´immédiat, le principal obstacle à cette transition demeure le verrouillage systématique de la vie politique et de la légalité au profit de groupes e t factions mus par l´unique souci de se succéder à eux-mêmes. Conscience et Résistance se met à la disposition de l´ensemble de l´opposition pour faire de l´alternance l´objectif de cette année électorale.
Pour le CE :
Med Baba Med Mahmoud Ould Maaloum
Abdallahi Ould Horamtallah
Med Ould Med Asker

Anonyme a dit…

cr c'était des gamins plein de fougue et d'idéalisme mais qui se sont vite essoufflés face aux dures réalités de la realpolitik

Anonyme a dit…

Je constate que canalh est entrain de devenir un lieu de combat entre les membres de CR.
Si Ould Dade' a fait ce qu'on lui reproche, je dirai tout simplement qu'il est devenu une autre victime de la societe'. Avec les salaires de misere que nous avons en Mauritanie, je ne vois pas comment un fonctionnaire peux satisfaire ses depenses familiales et celles de ses parents, amis et connaissances sans detourner. Ce sont la structure sociale et les salaires qui creent la corruption. Il faut donc attaquer le mal a' partir de sa racine.

P.S.

Comme Cheikh Ould Bouassrya est deja dans la boite et tout indique qu'il n'est point responsable de ce qui est arrive' et il sait bien le circuit, il serait preferable de lui confier la mission. Si pour une raison ou une autre on ne veut pas lui Commissaire de Droits de l'Homme et de la Lutte contre la Pauvrete', je conseillerais de choisir entre Gemal Ould Yessa et Biram Ould Dah Ould Abeid.Il y a plusieurs cadres qui peuvent faire le boulout. Je citerai entre autres Aly Fall Ould Jidou qui est conseiller juridique a' la presidence et le depute'/president de la haute cour Sidi Mohamed Ould Maham.

Anonyme a dit…

Couly eternel courtisan.
Donner des noms d'amis, de cousins, de généreux donnateurs, des collègues barbouzes juste pour ne pas rater l'occasion de se décredibiliser davantage.
Pouah, j'ai envie de vomir

Anonyme a dit…

Comme disait Coluche: "la différence entre les hommes politiques et les oiseaux c'est que ces derniers s'arretaient de temps en temps de voler".
Il parlait certainement des hommes politiques mauritaniens (Ould Dadde ente vem)

Anonyme a dit…

Anonyme du 29 aout 00:01

ESSEUL CHEINLEKHLAGUE LAKE!!!!
QU'EST-CE QUE TU ATTENDS POUR VOMIR?????

Tous ceux que j'ai cite'es peuvent exercer la fonction de Commissaire aux Droits de l'Homme. What's your problem?????

Anonyme a dit…

couly, c'est dégueulasse ce que tu fais, l'ano a raison: cesse de faire le lèche bottes à chaque occasion

Anonyme a dit…

lu pour A-,
liberté-algerie

Le dérapage malien et le silence algérien
Par : Salim Tamani
Lu : (522 fois)

Du coup, l’Algérie se retrouve isolée ne pouvant ni réagir à la gravissime opération militaire franco-mauritanienne du 22 juillet dernier ni commenter le déroulement honteux du processus de libération des Espagnols comme si l’on cédait peu à peu à une fatalité qui n’a aucun sens en diplomatie.

Le feuilleton de la scandaleuse affaire des otages espagnols semble s’inscrire dans la durée et met chaque jour en lumière un lot de révélations aussi graves les unes que les autres, mettant en cause encore une fois l’État du Mali. Car dans ce dossier qui est loin d’être clos, il n’y a pas que la rançon qui semble constituer la principale problématique. Le rôle obscur joué par le Burkina Faso dans les pourparlers avec les ravisseurs, sa quote-part dans la rançon payée par Madrid et la complaisance de Bamako avec les terroristes d’Al-Qaïda sont, aujourd’hui, autant d’éléments qui peuvent permettre de reconstituer l’énigmatique puzzle sahélien.
On comprend mieux les choses maintenant et surtout la facilité déconcertante des Maliens à céder aux revendications aussi bien de la France et de l’Espagne qu’à celles de l’Aqmi qui, selon les révélations du négociateur burkinabais, est confortablement installée dans le nord de ce pays. Pire, ce conseiller de Blaise Compaoré s’est déplacé plus d’une dizaine de fois aux bases terroristes pour parler des modalités et des conditions pour la libération des prétendus humanitaires espagnols. Ainsi, au-delà de ce geste, qui peut s’inscrire dans les traditions de coopération entre États dans ce genre de crise, c’est toute la stratégie de lutte antiterroriste élaborée et validée par les pays de la sous-région qui tombe à l’eau.
Du coup, l’Algérie se retrouve isolée ne pouvant ni réagir à la gravissime opération militaire franco-mauritanienne du 22 juillet dernier ni commenter le déroulement honteux du processus de libération des Espagnols comme si l’on cédait peu à peu à une fatalité qui n’a aucun sens en diplomatie. Pourtant, Alger a toujours été aux côtés des États du Sahel ; du règlement de la rébellion touarègue jusqu’aux aides humanitaires dont la plus récente est allée à la Mauritanie. Mais en contrepartie, quel retour d’ascenseur pour Alger ? La réponse est d’une évidence même.

DATTES ET TENTES EN CONTREPARTIE DE QUOI!
voilà tout est dit...

filsdubled

Anonyme a dit…

lu pour A-,
liberté-algerie

Le dérapage malien et le silence algérien
Par : Salim Tamani
Lu : (522 fois)

Du coup, l’Algérie se retrouve isolée ne pouvant ni réagir à la gravissime opération militaire franco-mauritanienne du 22 juillet dernier ni commenter le déroulement honteux du processus de libération des Espagnols comme si l’on cédait peu à peu à une fatalité qui n’a aucun sens en diplomatie.

Le feuilleton de la scandaleuse affaire des otages espagnols semble s’inscrire dans la durée et met chaque jour en lumière un lot de révélations aussi graves les unes que les autres, mettant en cause encore une fois l’État du Mali. Car dans ce dossier qui est loin d’être clos, il n’y a pas que la rançon qui semble constituer la principale problématique. Le rôle obscur joué par le Burkina Faso dans les pourparlers avec les ravisseurs, sa quote-part dans la rançon payée par Madrid et la complaisance de Bamako avec les terroristes d’Al-Qaïda sont, aujourd’hui, autant d’éléments qui peuvent permettre de reconstituer l’énigmatique puzzle sahélien.
On comprend mieux les choses maintenant et surtout la facilité déconcertante des Maliens à céder aux revendications aussi bien de la France et de l’Espagne qu’à celles de l’Aqmi qui, selon les révélations du négociateur burkinabais, est confortablement installée dans le nord de ce pays. Pire, ce conseiller de Blaise Compaoré s’est déplacé plus d’une dizaine de fois aux bases terroristes pour parler des modalités et des conditions pour la libération des prétendus humanitaires espagnols. Ainsi, au-delà de ce geste, qui peut s’inscrire dans les traditions de coopération entre États dans ce genre de crise, c’est toute la stratégie de lutte antiterroriste élaborée et validée par les pays de la sous-région qui tombe à l’eau.
Du coup, l’Algérie se retrouve isolée ne pouvant ni réagir à la gravissime opération militaire franco-mauritanienne du 22 juillet dernier ni commenter le déroulement honteux du processus de libération des Espagnols comme si l’on cédait peu à peu à une fatalité qui n’a aucun sens en diplomatie. Pourtant, Alger a toujours été aux côtés des États du Sahel ; du règlement de la rébellion touarègue jusqu’aux aides humanitaires dont la plus récente est allée à la Mauritanie. Mais en contrepartie, quel retour d’ascenseur pour Alger ? La réponse est d’une évidence même.

DATTES ET TENTES EN CONTREPARTIE DE QUOI!
voilà tout est dit...

filsdubled

Anonyme a dit…

Mauritanie24 représente tout ce que le métier de journaliste honni. Comment peuvent-ils commettre des articles qui suent la haine à ce point et qui défient toutes les lois de la rigueur, de l'honnêteté, de la distance, de la relations des faits? Dans ce torchon on ne distingue pas l'information du reste. Et que vient faire cette petite crotte dans cette grosse merde: De grâce il ne faut pas rire? C'est du journalisme ça?! Quand on ne sait pas il faut au moins être un peu prudent dans les formulations! On voit qu'il y a de la haine, de l'envie, de la jalousie et rien d'autre! Avec ça la libéralisation des ondes ça va être une boucherie.
Quant à ould Dadde qu'il ne compte pas sur moi pour le défendre. Politiquement il a fait des choix qui l'accablent et qui le discréditent et c'est le seul point sur lequel je puis m'exprimer en plus de son terne bilan. Concernant les sous, il faut que la justice s'exprime. S'il a volé qu'il paie jusqu'au dernier khoums et qu'il aille dormir à Dar Naim. Sinon de grâce arrêtons les tribunaux populaires et les lynchages sans preuves. Et dire qu'il y a quelques mois sur ce blog même c'était Zeidane qui était victime de lynchage et de contre-campagne très intéressée et objective n'est-ce pas?! La roue tourne les gars!

Anonyme a dit…

Anonyme du 29 aout 02:27

You lost the mind game. Why don't you try something else. Ce n'est pas un petit imbecile comme toi qui va m'imposer une conduite a' suivre. You really think that I would allow an ignorant person to tell me how to think, what to say and what not to say. That's too much power to be given to someone else!!!!
ALLEZ MON PETIT IMBECILE, TU PEUX ALLER AU DIABLE!!!!

Anonyme a dit…

Bizarre. Chavi connaît la localisation des camps salfistes auxquels il a rendu visite une dizaine de fois au vu et au su de tout le monde. Quel rôle le Burkina joue? Dans un autre article de liberté (voir sur temoust - http://www.temoust.org/comment-j-ai-negocie-avec,15115), Alger semble accuser Ould Chavi d'être derrière l'enlevement des occidentaux!Ça se complique, mais la preuve qu'AQMI est instrumentalisé se confirme.A-

===

Liberté (Algérie) 29 août 2010

Le dérapage malien et le silence algérien
samedi 28 août 2010

Du coup, l’Algérie se retrouve isolée ne pouvant ni réagir à la gravissime opération militaire franco-mauritanienne du 22 juillet dernier ni commenter le déroulement honteux du processus de libération des Espagnols comme si l’on cédait peu à peu à une fatalité qui n’a aucun sens en diplomatie.

Le feuilleton de la scandaleuse affaire des otages espagnols semble s’inscrire dans la durée et met chaque jour en lumière un lot de révélations aussi graves les unes que les autres, mettant en cause encore une fois l’État du Mali. Car dans ce dossier qui est loin d’être clos, il n’y a pas que la rançon qui semble constituer la principale problématique. Le rôle obscur joué par le Burkina Faso dans les pourparlers avec les ravisseurs, sa quote-part dans la rançon payée par Madrid et la complaisance de Bamako avec les terroristes d’Al-Qaïda sont, aujourd’hui, autant d’éléments qui peuvent permettre de reconstituer l’énigmatique puzzle sahélien.

On comprend mieux les choses maintenant et surtout la facilité déconcertante des Maliens à céder aux revendications aussi bien de la France et de l’Espagne qu’à celles de l’Aqmi qui, selon les révélations du négociateur burkinabais, est confortablement installée dans le nord de ce pays. Pire, ce conseiller de Blaise Compaoré s’est déplacé plus d’une dizaine de fois aux bases terroristes pour parler des modalités et des conditions pour la libération des prétendus humanitaires espagnols. Ainsi, au-delà de ce geste, qui peut s’inscrire dans les traditions de coopération entre États dans ce genre de crise, c’est toute la stratégie de lutte antiterroriste élaborée et validée par les pays de la sous-région qui tombe à l’eau.

Du coup, l’Algérie se retrouve isolée ne pouvant ni réagir à la gravissime opération militaire franco-mauritanienne du 22 juillet dernier ni commenter le déroulement honteux du processus de libération des Espagnols comme si l’on cédait peu à peu à une fatalité qui n’a aucun sens en diplomatie. Pourtant, Alger a toujours été aux côtés des États du Sahel ; du règlement de la rébellion touarègue jusqu’aux aides humanitaires dont la plus récente est allée à la Mauritanie. Mais en contrepartie, quel retour d’ascenseur pour Alger ? La réponse est d’une évidence même.

Anonyme a dit…

bonjour rimo,

Je cherche depuis hier la vidéo Koutiba Aleykoum Ghital. Merci de nous le balancer STP.

c'est qui "cet ingénieur Ould Salihi" remis aux americains. Moi qui dit qu'ils sont incapables de mettre a main sur un seul salafi, malgré les centaines de millions qu'ils depensent dans flintlock!

Merci d'avance yakhouya rimo pour cet effort. Je ne crois plus à la presse ces jours-ci. Il est où le site des barbus? A-
===


Forte présence de Mauritaniens dans une démonstration de force virtuelle !


L’organisation AQMI a diffusé sur son site le vendredi un nouveau film intitulé « Koutiba Aleykoum Ghital » qui signifie à peu prés « le combat est une obligation ». Ce documentaire de quelques 10 minutes était l’occasion pour l’organisation cette organisation de faire une démonstration de force au cours de laquelle elle avait exposé un impressionnant matériel de combat et des séances d’entraînement dirigées vraisemblablement par de jeunes mauritaniens.

Les différents intervenants dans ce film ont prononcé des mots trop durs à l’encontre de la France et les pouvoirs arabes qui lui sont « soumis ». Le nombre de personnes qui sont apparue dans ce documentaire est estimé à 200 individus.

Hamada Ould Mohamed Khairou, le mauritanien qui avait été libéré des prisons maliennes en échange de l’otage français Jean Camatte est apparu sur ce documentaire. Il a été présenté comme un exemple de prisonnier libéré par la force des armes. Hamada a animé une séance de poésie en hassaniya dans laquelle il avait fait l’éloge du salafisme.



L’orateur a fait les éloges de son rite et n’a pas manqué de souligner la bravoure de ses « collègues » mauritaniens salafistes et dénoncé avec force certains d’entre eux déclarant au passage qu’il regrettait profondément la période qu’il avait passé avec eux dans le pays. Il a dénoncé les comportements des mauritaniens durant le mois sacré appelant à une intifada.

Ensuite, est arrivé le tour d’un autre mauritanien surnommé « Abdallahi El chinguitty » qui de parler du Jihad et de sa place dans l’Islam. Abdallahi n’avait pas le visage couvert et était en tenue militaire, il s’est longuement attardé sur son thème sous-tendant par des versets coraniques et des Hadidh. L’homme a fait l’apologie du « Kittal ». El Chinguitty était particulièrement entouré d’hommes armés jusqu’aux dents.

Les intervenants sont revenus sur l’opération menée par l’armée mauritanienne et qui avait couté la vie à 7 terroristes. Ils ont rendu un hommage appuyé à Abou Med El Jekeny, Mohamedou ould Magham, Iselmou ould Abdoullah et Limam ould Lerhal, jurant de venger « l’ingénieur Ould Salihi » de ceux qui l’ont livré aux USA.

Un autre hommage a été rendu au Kamikaze de l’ambassade de France « Al Basri » Ce documentaire a été présenté comme étant le résultat de deux jours de « festivités ».








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Le Véridique (Mauritanie)

Anonyme a dit…

"Le Djihad ne peut être fait que sous l’autorité d’un chef d’Etat, même si ce dernier est injuste". Moi je trouve que c'est une anêrie de dire ça.

S'ils veulent faire comme les saoudiens, il faut qu'ils sachent que cela coûte très cher et que 2% de ceux "guerris" ont rejoint Al Qaida au Yemen. Le role de Dedew et de Tawassoul ira grandissant gr6ace aux frappes d'AQMI. Tawassoul gagnera les elections en 2014. Et là, azzizzo fera comme les généraux d'alger en 1992 avec le FIS. C'est la raison de la mierda qu'on subit aujourd'hui. Il faut déchanter: les islamistes politiques des deux c6otés cherchent le pouvoir. Une trève avec eux est impossible. C'est le pouvoir ou rien.

A-
===
Le ministre mauritanien des Affaires islamiques annonce la poursuite du dialogue avec les salafistes


Le ministre mauritanien des Affaires islamiques et de l’Enseignement originel, Ahmed Ould Neini, a annoncé que le dialogue engagé en janvier dernier entre les ulémas et les détenus salafistes de Mauritanie se poursuivra prochainement.

Le ministre qui donnait une conférence dans le cadre d’une réunion-débat organisée par le parti au pouvoir (l’Union pour la république) vendredi soir à Nouakchott a précisé que des séances de discussions seront tenues à ce sujet dans nombre de wilayas (régions) du pays.

Lors du dialogue précédent, l’écrasante majorité des détenus avaient reconnu le tort de leur démarche et leur mal compréhension du Djihad. Cependant, et contrairement aux attentes de certains ulémas, aucune mesure d’indulgence de la part du gouvernement envers les détenus n’a suivi ce dialogue.



« Le Djihad ne peut être fait que sous l’autorité d’un chef d’Etat, même si ce dernier est injuste », a déclaré Ould Neini pendant la réunion-débat organisée en commémoration de l’anniversaire de Gouzwat Bedr, première bataille remportée par le prophète Mohamed sur les Qoraich mécréants et qui coïncide avec le 17ème jour du mois de Ramadan.

Selon le ministre, les jeunes mauritaniens embrigadés par Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) « ne comprennent pas la notion du Djihad et sont plutôt mus par leurs seuls sentiments ».

Nouakchott est confrontée depuis quelque temps à des menaces sérieuses d’AQMI qui à lancé, mercredi dernier, une attaque à l’explosif avortée contre une caserne dans l’est du pays. Cette attaque s’était soldée par la mort de son auteur et par 3 blessés parmi les soldats mauritaniens.






Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Agence Mauritanienne

Anonyme a dit…

decidemment Ould Dadde a fait beaucoup d'ennemis. Et des sordides ! Il demande qu'on manifeste et qu'on abandonne l'idée du Commissariat. Birame enta vem? A-
==

Chers Amis


Le Président de la république, Mohamed Ould Abdel Aziz a relevé Mohamed Lemine Ould Dadde par décret de la Présidence de la République, ce 26 août 2010, de ses fonctions de commissaire aux droits de l'homme, à l'action humanitaire et aux relations avec la société civile.

Nous sommes tous fiers de cette décision qui dénote d’une réelle volonté de préserver la nature d’une Mauritanie en proie aux coups, aux contrecoups et de ce que nous appelons communément « al Gazra » ou « Légal Bassbé ». Mais depuis hier, plusieurs commentateurs envahissent les médias et les sites pour nous dire que « tout ministre sera puni pour les actes répréhensibles qu’il aura commis ».

Ils répandent leur propagande et ils se préparent même,dit-on, à manifester pour féliciter cette décision courageuse dont ils ignorent vraiment ses raisons. Pour montrer à Mohamed Ould Abdel Aziz que son choix est le bon et qu’il peut en être fier, je vous invite à lui envoyer, en très grand nombre des lettres de félicitations pour son honnêteté, sa fidélité et sa sincérité.



Au fait, il peut y avoir un commissaire pour des goudrons ou pour le maintien de l’ordre mais conserver dans une Mauritanie nouvelle le poste de commissaire aux droits de l'homme, à l'action humanitaire et aux relations avec la société civile serait, sans nul doute, un aberration.




Je compte sur vous chers amis pour féliciter le Chef d’Etat.


Foex_good





Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : foex_good

Anonyme a dit…

ano tu as marché sur ma langue comme on dit et on ne peut pas mieux dire. Beaucoup de journalistes aiment el rakaka. Merci. A-

===

Mauritanie24 représente tout ce que le métier de journaliste honni. Comment peuvent-ils commettre des articles qui suent la haine à ce point et qui défient toutes les lois de la rigueur, de l'honnêteté, de la distance, de la relations des faits? Dans ce torchon on ne distingue pas l'information du reste. Et que vient faire cette petite crotte dans cette grosse merde: De grâce il ne faut pas rire? C'est du journalisme ça?! Quand on ne sait pas il faut au moins être un peu prudent dans les formulations! On voit qu'il y a de la haine, de l'envie, de la jalousie et rien d'autre! Avec ça la libéralisation des ondes ça va être une boucherie.
Quant à ould Dadde qu'il ne compte pas sur moi pour le défendre. Politiquement il a fait des choix qui l'accablent et qui le discréditent et c'est le seul point sur lequel je puis m'exprimer en plus de son terne bilan. Concernant les sous, il faut que la justice s'exprime. S'il a volé qu'il paie jusqu'au dernier khoums et qu'il aille dormir à Dar Naim. Sinon de grâce arrêtons les tribunaux populaires et les lynchages sans preuves. Et dire qu'il y a quelques mois sur ce blog même c'était Zeidane qui était victime de lynchage et de contre-campagne très intéressée et objective n'est-ce pas?! La roue tourne les gars!

29 août 2010 03:32

Anonyme a dit…

Fils du bled,

Les articles de Tlemçani sont de messages directs du gouvernement algérien. Cela fait quand même depuis 2004 que cette histoire perdure et rien n'a été fait. Ils auraient dû profiter de l'établissement du centre de Tamarasset pour faire quelque chose. Si les burkinabès savent exactement où sont les camps de barbus, comment les algériens ne le savent pas? Même question aux français et aux americains. A force de trop jouer la carte de la detabilisation pour une raison ou une autre, les burkinabès leur ont volé l'initiative. A travers quelques lectures, je crois que les maliens n'ont pas géré le dossier es-sahraoui: c'est blaise et moustapha et il est probable qu'es-sahraoui n'est même pas passé par les autorités maliennes. Peut-être une partie e la rançon donnée aux anciens samsara du mali pour les faire taire et donner de fausses informations.

A-

Anonyme a dit…

ano de Mauritanie 24,

Enta hweiguerni parceque j'ai dit qu'il n'est pas correct pour un journal de condamner un ministre qui a mal geré 800.000 $? Ce n'est pas moi qui cherche des sous, mais plutôt Mauritanie 24 et c'est clair. C'est aussi très crapule.

Moi, je ne suis pas journaliste et je n'écris pas d'articles ou du couper-coller. Je donne mon point de vue sur la menace et ce que je dis tient mieux la route que tous vos articles.

Ahmed Ould Cheikh, Ould Oumeir, Isselmou de Tahalil, Kissima Diagana et d'autres font du journalisme et nous donnent à reflechir même si parfois on est pas d'accord sur une question ou deux de temps à autre. Mais condamner une personne parcequ'il a mal geré ou detourné une partie sans lui donner la possibilité de se defendre hakatha! shame on you.

allez petite crapule va! A-


====

Qui es-tu A- pour tenir Mauritanie 24 en ligne de mire?
T'as deja ecrit un article, fourni une analyse, fait une presentation autre que tes petits copiés collés precedés de deux lignes ?
T'es juste un petit mec qui a lu un ou deux livres et qui s'est approprié des eculubrations d'orientalistes.
Avec l'affaire de Ould Dadde tu te decouvres comme un allié des racleurs des deniers publics. Tu t'en ai approprié une partie du magot sniffé par l'eleveur de ch... certainement pour des etudes bidons ou des fournitures factices.
alors tu rales pour faire diversion.
Had Hwegrak

28 août 2010 21:26

Anonyme a dit…

Lu pour la petite crapule de Mauritanie 24: c'est comme ça qu'on presente les faits et on peut ajouter des détails sans aller dans le sordide. C'est de ANI.

A-

===

Ould Dadde relevé de ses fonctions


Un décret présidentiel renu public jeudi soir, a mis fin aux fonctions de M. Mohamed Lemine Ould Dadde, commissaire aux droits de l'homme, à l'action humanitaire et aux relations avec la société civile.


Le limogeage de Ould Dadde intervient sur fond d’un gap de 271 millions d’ouguiyas, constaté par l’IGE dans le cadre d’un contrôle de gestion du programme spécial d’intervention

Anonyme a dit…

Ça c'est du journalisme.Ça vous donne envie de cliquer sur canalrim matin et soir. Bravo canalrim, car vous forcez le respect. A-


===
Comment Ould Dadde a été remercié : les dernières heures du Commissairevendredi 27 août 2010 / 11 :51

Jeudi, en début de matinée, les services de la police chargée de la répression des crimes économiques tentent de joindre, en vain, Mohamed Lemine Ould Dadde dans son bureau. Drôle d’absence si l’on sait que c’est la journée du premier conseil des ministres de la rentrée gouvernementale.



Les services du Commissariat aux Droits de l’Homme, à l’Action Humanitaire et aux Relations avec la Société Civile (CDHAHRSC) affirment que leur patron est « souffrant » et qu’il serait en route pour son lieu de travail.

En début d’après-midi, il reçoit une mise en demeure, de la police économique, pour le remboursement de 271 millions UM, indument dépensés.

A la fin du conseil des ministres, Ould Dadde est convoqué par le Premier ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf qui l’informe que par « décret présidentiel, il est mis fin à ses fonctions ». C’est la première fois que la procédure constitutionnelle est appliquée en Mauritanie. Jusqu’ici les ministres étaient remplacés.

Soumis à un contrôle de l’IGE, depuis plusieurs mois, le Commissariat aux Droits de l’Homme souffrait déjà d’énormes dysfonctionnements. Le Commissaire-adjoint, Cheikh Ould Bouassriya, ordonnateur délégué des crédits de ce département, selon un usage perpétué depuis la création du commissariat en 1999, s’est vu retirer cette charge par Ould Dadde, histoire de « s’occuper lui-même de sa propre gestion, car le Président ne badine pas avec la mauvaise gestion » avait-il confié, un jour, à un de ses proches.

En poste depuis plus de deux ans, Ould Dadde n’a réuni le conseil de surveillance (organe délibérant du Commissariat, une sorte de conseil d’administration), qu’il préside d’ailleurs, qu’à deux reprises.

La dernière fois, il avait sollicité les membres de ce conseil à l’effet d’approuver des « dépenses d’urgence ». Ce qu’ils avaient refusé au motif que les dépenses en question ont été effectuées depuis plusieurs mois et qu’il y a un contrôle en cours de l’IGE au niveau du département.

canalrim.info

Anonyme a dit…

Ça c'est de la crapulerie sordide. Plus de ça à Mauritanie 24, please. Vous devez laisser ça à lakhbar tebgue vidar qui est fait pour ce genre de choses et qui amusent nos vieilles mamans. A-

===

La nomination de Ould Dadde en août 2008 comme commissaire aux droits de l’homme, à l'action humanitaire et aux relations avec la société civile, a été véritablement une erreur de casting. Sans aucun niveau et n’ayant aucune expérience, très vite, ses carences se passaient de commentaires. Aujourd’hui, le contexte a changé. Après le succès de la table ronde organisée par la Mauritanie à Bruxelles, notre pays et ses partenaires ont convenu d’un mécanisme de suivi des résultats de la Table ronde, qui concernera essentiellement l'organisation d'une réunion d'information et de coordination avec les partenaires au développement, tous les six mois, sur le niveau d'exécution du troisième plan d’action du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté. Exit donc Mohamed Lemine Ould Dadde. La logique de bonne gouvernance ne permet pas qu’on puisse confier l’exécution du plan d’action du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté à Ould Dadde, impliqué dans l’attribution des marchés gré à gré de plusieurs centaines de millions d’ouguiya au CDHAHRSC. Le combat du Président de la République contre les détournements de deniers publics sera poursuivi sans relâche. Le Président Mohamed Ould Abdel Aziz l’a répété, ce 26 août 2010, plusieurs fois, en conseil des ministres

Anonyme a dit…

Redigé par, hachmi 2010-08-28 22:52:06 Ils sont comme ça ces mauritaniens, sans scrupule. Il n’y a même pas de présomption d’innocence pour ce monsieur.

Mr Boumouzouma faisait encore la semaine dernière le pied de grue à sa porte pour des faveurs à son ONG, avec laquelle il raquette tout le monde depuis le temps du dictateur Taya. Qu’as-tu fait dans la vallée de développement depuis que tu as tous les crédits par tes entrées chez les puissants de cet état et la vente de ta coquille vide d’ONG.

A regarder de près dans cette enquête on trouvera, comme ce fût le cas dans le programme SIDA, que le gaspillage a été l’arrosage de ces ONG qui n’ont qu’un emblème et une entête pour le besoin des fausses factures.

Alors Mr Boumouzouma, même si vous êtes un laudateur de Ould Abdel Aziz patenté et reconnu, il ne faut pas aller vite en besogne. Faites attention o/ Daddé est un intellectuel, il n’est pas bête, il a langui plusieurs années à l’étranger, alors qu’il pouvait faire comme vous, en venant saccager la vallée et raconter des histoires à Ould Taya. Attention !

Respectez ce qu’on appelle la présomption d’innocence, une enquête de l’IGE n’est pas un verdict du tribunal ! C'est sûr qu'il ne vendra pas sa peau à ce vil prix.

Anonyme a dit…

Bravo. Il faut que l'armée communique avec nous autres sur les aspects securitaires.la vigilance de la polpulation aide beaucoup. A-

====

Le kamikaze de Néma serait un activiste de l’Aqmi.


Dans un entretien qu’il a accordé à « Chaab », le Commandant de la 5e région militaire, le Colonel Sidna Ould Sidi Haiba a affirmé que les informations disponibles sur le récent attentat suicide raté de Néma, laissent beaucoup penser que le kamikaze tué par les militaires est un activiste de l’AQMI.

Le Commandant a également indiqué que les explosifs utilisés au cours de l’opération suicide manquée étaient du type « très puissant », de catégories diverses, aux impacts forts, ajoutant que l’armée à l’œil vigilant, qu’elle est consciente de ses responsabilités et de la gravité de la menace terroriste « qu’il faut à tout prix affronter », soulignant que c’est cette grande attention des forces armées qui avait permis de faire échouer l’opération suicide.

Enfin, le Commandant a appelé les citoyens à avoir le sentiment sécuritaire, précisant que les objectifs ciblés par les terroristes ne se limitent pas seulement aux casernes et aux édifices publics, rappelant que l’attentat-suicide a eu lieu au centre de la ville de Néma.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : La Nation (Mauritanie)

Anonyme a dit…

A-

Est-ce que vous etes un membre de CR? jE SUIS ENTRAIN DE RIRE PARCE QUE VOUS VOUS ATTAQUEZ A' lakhbar tebgue vi dar. J'aime bien le style de ce website. Il y a plusieurs verite's dans ce qu'il dit. Est-ce qu'il n'appartient pas a' des personnes qui sont tres implique'es dans le pouvoir?
Je sais tres bien que Lakhbar tebgue vi dar a toujours ecrit a' propos d'Ould Dadde sous un angle negatif. Mon professeur Mohamed Salem Ould Merzoug a toujours ete' son enfant aime'. IL FAUT TOUT SIMPLEMENT DIRE QUE C'EST UN CONFLIT D'INTERPRETATION DES FAITS ENTRE DES PERSONNES DE LA MEME GENERATION.

Je n'ai pas lu le rapport de l'IGE mais je tends a' croire que c'est a' contre coeur que le President Abdel Aziz s'est separe' de quelqu'un qui a tout fait pour defendre les coups d'etat dans notre pays. JE SUIS CONTRE TOUS LES FAUX INTELLECTUELS QUI ONT DEFENDU LES DEUX DERNIERS COUPS D'ETAT EN MAURITANIE!!!!!!!!

Franchement je pense que tres probablement, une partie de l'argent qu'on reproche a' Ould Dadde' a tout simplement ete' utilise' pour quelques besoins de la campagne d'Abdel Aziz. C'est la' ou' on fait les fausses factures et autres betises pour avoir de l'argent liquide. Si on agit ainsi pour la campagne du patron, on croit que tout est permis. C'est en ce moment qu'on pense a' sa propre personne. Comme vous le constatez, ce n'est qu'une speculation de ma part. Il faut lire le rapport de l'IGE, connaitre la version d'Ould Dadde' et attendre le resultat du proces, si proces il y aura, pour avoir une tres bonne idee' de ce qui a eu lieu. D'ici la' je dirai sans aucune hesitation qu'il y a eu une negligence de la part d'Ould Dadde'. En tant que patron de la boite, son role etait de donner une vision globale des choses aux membres de son equipe. Il ne devait point se meler de certains petits details financiers. En jouant le role d'ordonateur du budget (un role qui revient au commissaire adjoint), il s'est expose'. Ce qui fait qu'il endosse toutes les malversations financieres dont l'IGE parle.

Anonyme a dit…

J'ai vu que quelqu'un probablemebt A- le negatuif a ecrit ici que le kleptomane Ould Daddé est un intellectuel. Cela m'a beaucoup faire rire! Ould Daddé intelllo? on va où , es gars?
Parait que les chiots sont contents! Ils étaient abandonnés les pauvres

Anonyme a dit…

Cher ano29 août 2010 17:15 : j'ai dit seulement qu'il est incorrect pour un journal de condamner Ould Dadde à la place de la justice. Un point à la ligne et je prie Allah que cela ne t'arrive pas.Je n'ai jamais commenté sur ses qualités intellectuelles comme je ne le connais ni d'adam, ni d'eve. Je prie aussi qu'AQMI ne te prenne comme otage comme les touristes occidentaux vont se faire rares.La perspective de se faire égorger par ces connards manipulés n'est pas à souhaiter.

Couli: je ne suis pas un lecteur de lakhbar Tebgeu Vidar. Tard le soir avant de dormir pour rire un peu, je demande à ma mère de me le lire à haute voix.

Autre chose: je tombe sur l'avis de la cour internationale de justice sur la marocanité ou la mauritanité du sahara. L'avis dit que le sahara n'appartient ni à l'un, ni à l'autre. Vous cliquez sur le lien et vous l'avez. Cela vous evite d'interpreter ce que disent les peshmergas sur le sahara.


http://www.icj-cij.org/docket/files/61/11693.pdf



A-

Anonyme a dit…

L'IGE doit faire comme la cour internationale de justice: publier ses rapports au lieu de les cacher. vivement la période du premier IGE. A-

Anonyme a dit…

j ái envoyé un petit message pour repondre à mon ami qui s'acharne contre moi et je ne le vois pas. certainement le systeme.

quelqu'un a t-il le site de l'IGE? ça fait longtemps que je ne l'ai pas visité comme il a perdu son sex-appeal depuis le depart de ould horma et de ould jeilany. A-

maatala a dit…

Salam

Lu pour A- sur Kassataya

"Les négociations avec les ravisseurs des deux otages espagnols se sont déroulées pendant neuf mois sur le territoire malien. Le principal médiateur révèle qu’il s’est déplacé pas moins de 10 fois dans les camps de l’Aqmi basés au nord du Mali où il a négocié la libération des otages “directement avec Belmokhtar”. Le médiateur principal dans cette affaire dévoile son rôle. Mustapha Ould limam Chafi a confirmé qu’il avait mené personnellement les négociations entre l’organisation terroriste Aqmi et les autorités espagnoles pendant les neuf mois qu’aura duré cette prise d’otages, la plus longue jamais réalisée par l’Aqmi. “Je me suis déplacé pas moins de 10 fois dans les camps de l’Aqmi, c’était difficile et long”, raconte Mustapha dans un entretien accordé au journal espagnol ABC. Il ajoute qu’il a négocié avec Mokhtar Belmokhtar, alias Khaled Abou El-Abbas (Laâouer), ex-“émir” du Sahara qui s’est replié depuis l’année 2004 au nord du Mali avec sa femme, issue de la tribu de Barabicha (arabe du Mali) où il a tissé des relations avec des responsables maliens, selon ses proches.
“J’ai dit à Belmokhtar que l’Espagne désapprouve le raid français” Il a également révélé qu’il s’était déplacé dans les camps de Belmokhtar une semaine seulement après l’enlèvement. “Je leur ai ramené des médicaments pour l’otage Albert Vialta, qui était atteint de trois balles au pied lors de son enlèvement en Mauritanie” et l’a convaincu de libérer l’otage femme sans pour autant fournir le moindre détail.

maatala a dit…

Le médiateur a précisé que l’attaque franco-mauritanienne menée contre l’Aqmi dans le territoire malien, le 22 juillet passé, pour tenter de libérer l’otage français Michel Germaneau – qui s’est soldée par un échec – a été “le moment le plus difficile” de sa mission, d’autant que les ravisseurs étaient sur le point d’exécuter les deux otages espagnols. “Nous les avons considérés presque pour mort. Nous croyions que c’était une cause perdue”, a-t-il ajouté. Mustapha Chafi affirme qu’il s’est alors efforcé de convaincre Belmokhtar qu’il fallait “dissocier les cas français et espagnols”. “Je leur ai expliqué que non seulement l’Espagne n’a pas participé à l’opération militaire, mais aussi qu’elle la désapprouvait”, a-t-il confirmé. Il a tenu à saluer “l’effort considérable” du gouvernement espagnol et leur service de renseignement pour leur “sagesse et compréhension”, comme il n’a pas manqué de critiquer le gouvernement mauritanien qui a posé, selon lui, des obstacles. Ce qui a tardé la libération des otages avant qu’il décide enfin d’extrader le mercenaire malien Omar le Sahraoui qui était présent lors de la libération des otages. Le gouvernement mauritanien a vainement tenté de convaincre le gouvernement espagnol que “les enlèvements de l’Aqmi dans la région du Sahel sont planifiés par Mustapha Chafi qui l’a accusé en échange d’une part de la rançon”. Ce que nie totalement ce dernier, tout en affirmant qu’il était médiateur pour la libération des otages seulement. “je n’ai rien à voir avec la rançon”, a-t-il dit. D’ailleurs, il explique dans cet entretien que “le plus important pour libérer les otages était d’éviter la publication des photos et les vidéos montrant les otages. Ces vidéos étaient en notre possession, nous les médiateurs, pour les remettre au gouvernement espagnol dans le cadre des négociations, preuve de leur vie, la publication porte atteinte au gouvernement espagnol et au peuple”. Pour ce médiateur, les négociations “difficiles” devaient se dérouler en sagesse loin de la médiatisation et la pression de l’opinion publique. Même cas après leur libération où le mot d’ordre a été donné pour ne pas divulguer la nouvelle jusqu’à ce que les otages soient en sécurité, d’autant que ces derniers ont dû parcourir des centaines de kilomètres à travers le désert jusqu’à la frontière sud de Burkina Faso. Un hélicoptère burkinabé les a récupérés dans la région de Menaka, pour les transporter à Gorom puis à Ouagadougou, de crainte qu’ils ne tombent entre les mains d’autres mercenaires attirés par l’odeur de la rançon.

maatala a dit…

“Les orientations” du médiateur Chafi avoue que les revendications de l’Aqmi étaient exagérées. “Belmokhtar avait exigé auparavant la libération de Ould Essamen et 14 autres détenus en Mauritanie”, a-t-il déclaré mais “grâce” à la médiation, Belmokhtar s’est contenté de récupérer le mercenaire en plus d’une rançon estimée à 7 millions d’euros, selon la presse espagnole. Pour rappel, Khedim Ould Essammen est l’“émir” de l’Aqmi de Chenkiti (Mauritanie) et serait le commanditaire de l’assassinat de 4 touristes français à Alleg en Mauritanie en 2007. Mustapha Chafi ou le Bob Dinar Africain… principal négociateur de Belmokhtar Des sources proches des négociations précisent que c’est Belmokhtar, et non le gouvernement espagnol, qui avait choisi Chafi comme médiateur au vu de son “expérience”. Il avait notamment déjà négocié la libération de deux diplomates canadiens en 2009 en échange de 2 Mauritaniens détenus au Mali dont un spécialiste en explosifs, et l’otage français Pierre Camette en échange de 4 détenus au Mali. Il aurait des relations avec des hauts responsables au Mali et en Libye. Il est issu d’une des plus grandes tribus à l’est de la Mauritanie tout comme sa belle famille est des touareg. Il est le conseiller africain du président burkinabé, on le nomme “Bob dinar Africain”.

Belmokhtar toujours actif ? Alors que l’on croyait Mokhtar Belmokhtar, en trêve, dans le Sahara, et qu’on évoquait des négociations en vue de son éventuelle reddition, l’homme refait surface par ces enlèvements. Mokhtar Belmokhtar s’était retiré du GSPC après l’affiliation de ce groupe à Al-Qaïda. Droudkel l’a remplacé par Yahia Djouadi, “émir” du Sahara et du Sahel. L’affaire des otages espagnols l’a fait sortir de l’ombre et a dévoilé sa stratégie dans le Sahel, alors que les enlèvements des étrangers sont attribués à son rival Abou Zeïd qui détenait l’otage français Germaneau et qui avait exécuté, en 2009, le Britannique Edwin Dyer. Mais voilà que l’Aqmi revendique ses kidnappings. Y a-t-il alors une nouvelle alliance entre les deux ex-“rivaux” ? Belmokhtar s’est replié au nord du Mali depuis 2004, selon une source proche de sa mère, qui lui rend souvent visite dans ce pays. Il a installé des camps d’entraînements selon les aveux des terroristes arrêtés en Mauritanie qui ont confirmé qu’ils ont été entraînés dans ces camps qui existent depuis des années. Mustapha Chafi le réaffirme aussi alors que Bamako n’a jamais mené des opérations militaires ciblant ces bases.

Source: Sahara medias

Bebe BA a dit…

Pourquoi Ould Dadde a-t-il été limogé ?

C’est par décret présidentiel rendu public le jeudi dernier que les mauritaniens ont appris le limogeage fracassant du désormais ex-Commissaire chargé des Droits de l’Homme, de l’Insertion et des Relations avec la société civile. L’homme serait victime d’un rapport accablant de l’Inspection général de l’Etat. En effet, les limiers de cette Institution qui s’intéresse depuis quelques mois à la gestion du Commissariat ont remarqué que d’énormes entorses ont été commises. Certaines sources parlent de plusieurs millions d’ouguiyas qui seraient partis en fumée. D’après les informations que Le Véridique a pu glaner l’ex-Commissaire aurait reconnu avoir commis des malversations financières et serait même, indiquent les mêmes sources, disposé à payer les montants réclamés par l’Inspection générale de l’Etat. Mais ces remboursements sont-ils suffisants ? En réalité dans un Etat de droit qui se respecte on ne doit pas se contenter de limoger les hauts fonctionnaires en leur demandant de rembourser ce qu’ils ont dilapidé. Pareil cas exige que le présumé coupable soit jugé par un tribunal et alors par la suite accusé en cas de faute ou blanchi complètement en cas d’innocence ? Il faut rappeler que des hommes croupissent en prison depuis un certain temps déjà pour les mêmes accusations sans être jugés…

Le veridique

Bebe BA a dit…

On doit accorder à Dadde le bénéfice du doute en attendant que l'IGE publie son rapport à moins qu'il ne fasse comme Bodjeil, lol

Bebe BA a dit…

Le rabbin Yossef invoque Dieu pour faire disparaître les Palestiniens

Dimanche 29 août 2010

Le fameux rabbin israélien Ovadia Yossef, a invoqué Dieu, samedi soir, dans son prêche hebdomadaire à Jérusalem AlQuds occupée, pour qu'il fasse disparaitre le président palestinien Mahmoud Abbas et son peuple.

"Que tous ces méchants qui haïssent Israël, comme Abou Mazen (le président palestinien Mahmoud Abbas) et tous les Palestiniens, disparaissent de notre monde, que la peste les frappe!", a lancé le chef spirituel du parti Shass, dans des propos diffusés par la radio de l'armée d’occupation israélienne.

Interrogé à la radio militaire sur les propos de Yossef, le député du Shass Nissim Zeev a tenté d'expliquer qu'en fait ce dernier avait cité le Talmud pour exprimer le voeu que Dieu fasse disparaître les ennemis d' « Israël ».

Le rabbin Yossef a fait ces déclarations alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et Abbas doivent se rencontrer mercredi à Washington, sous les auspices du président américain Barack Obama, pour engager des négociations directes de paix, suspendues depuis 20 mois.

Notons que le parti Shass est l'un des piliers de la coalition gouvernementale de Netanyahu, avec onze députés sur un total de 120 à la Knesset (Parlement).

Anonyme a dit…

Bebe Ba:

A ce point ci, l'IGE ne doit pas publier ses rapports pour plusieurs raisons et on ne sait toujours pas si cette affaire ira devant un juge ou non.
Je suis sure qu' Ould Dadde' a une copie dudit rapport. S'il se sent innocent, il peut passer une copie du rapport a' la presse independante.
J'ai deja dit ce que je pense de cette affaire. En conclusion, il faut tout simplement dire: IT'S ALL TOO HUMAN!!!!!

Anonyme a dit…

En repondant aux questions d'un journaliste Africain le 21 septembre 2008, voici ce qu' Ould Dadde' a dit a' propos du coup d'etat du 6 aout contre le president democratiquement elu son excellence Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi:

"...Ce qui s'est passe' en Mauritanie n'est pas un coup d'etat. C'est un changement de parcours pour preserver la democratie."
IL NE FAUT PAS RIRE CAR LE PRESIDENT DE CR EST TRES SERIEUX!!!!!

Le journaliste lui posa la question suivante:

Est-ce que cette mise en residence surveille'e de SIDIOCA n'est pas une atteinte a' la liberte' individuelle de l'ancien president?

Ould Dadde': "Pas du tout!"

VOUS AVEZ TOUS MON AUTORISATION POUR... RIRE.

Anonyme a dit…

Couly: cynique, faux, leche bottes et dayer ewjeh min tenguerda
A ta place je creuse ma tombe de mes propres mains et je disparais à jamais

Anonyme a dit…

Couly: cynique, faux, leche bottes et dayer ewjeh min tenguerda
A ta place je creuse ma tombe de mes propres mains et je disparais à jamais

Anonyme a dit…

Couli,

On avait oublié cette interview de Ould Dadde. Franchement j'ai ri.fou b boletig.A-

maatala a dit…

Salam

A-

Couly ne reproche pas à Dedde les malversations, mais son combat contre le caporal.

En plus d'être vulgaire, il a la rancune tenace dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maata:

Je n'ai aucune preuve pour parler de malversations financieres. Je lui donne donc le benefice du doute.

Il ne faut pas melanger les choses! TU SAIS TRES BIEN QUE JE PARLE DU COUP D'ETAT CONTRE LE PRESIDENT DEMOCRATIQUEMENT ELU SON EXCELLENCE SIDI MOHAMED OULD CHEIKH ABDALLAHI. Ceci etant dit, ma position a' propos du coup d'etat contre Moawiya aussi n'a absolument pas change'!!!!
Je n'ai aucune rancune contre qui que ce soit, j'ai seulement rappele' certaines declarations d'Ould Dadde' pour demontrer combien il s'etait eloigne' de la realite' et du droit chemin. Abdel Aziz lui meme a reconnu qu'il s'agissait bien d'un coup d'etat mais le president de CR a eu le courage de dire a' nous autres... IGNORANTS qu'il ne s'agissait pas d'un coup d'etat.
Sachant qu'il etait Commissaire aux Droits de L'Homme, je ne sais toujours pas quelle mouche l'a pique' pour oser dire qu'arreter un president democratiquement elu et le mettre en residence surveille'e, n'est pas une atteinte a' sa liberte' individuelle.

Maata, CHI TAYIB!!!! TU SAIS TRES BIEN QUE JE NE SUIS PAS VULGAIRE. (rire)

Anonyme du 29 aout 22:05
BISMILLAHI RAHMANI RAHIM!!!!!
YEKHOUYA SEMI!!!!!
ENTE' MALAKE!!!!!

LES ACTIONS D'OULD DADDE ARE ALL TOO HUMAN!!!!!

Anonyme a dit…

Ano voté,

Il semble que oumar le biznessman n'est pas malien, mais bien sahraoui. A-

Anonyme a dit…

à lire chezvlane

" quand un ministre délire à force d'applaudir "

Anonyme a dit…

Rimo et les zamis,

J’ai trouvé la fameuse vidéo. C’est très sérieux et ils sont irrécupérables. Une chose est certaine : on ne fait jamais tomber un pouvoir à travers la guérilla. La guérilla sert à faire pression sur un gouvernement pour le faire assoir à table et négocier le partage du pouvoir. Qui négocie maintenant avec le gouvernement en attendant les élections de 2014 ? Vous le savez. La vidéo a deux parties ; partie 1 et 2 et il faut cliquer l’un après l’autre. Trouvé via le site de Kal « The moor Next Door » (en anglais) qui fait aussi une analyse intéressante de cette vidéo et de l’attaque de Nema.

http://azelin.wordpress.com/2010/08/21/new-video-release-from-al-andalus-media-on-the-occasion-of-ramadan-fighting-is-ordained-for-you/

Comme je suis intraitable sur certaines hypothèses, cette vidéo est-elle pour prouver que les émirs d’AQMI ne sont pas seulement d'une seule nationalité? On me manipule difficilement depuis décembre 2007.

A-

Anonyme a dit…

Lecture rapide du sommaire sur le contenu des 2 vidéos par Nasser Weddady (en anglais). Il rejoint mon analyse re: prouver que les emirs d'AQMI ne sont plus algériens seulement. Verité ou propagande? Sais pas. Ano foté enta vem? C'est fort, n'est-ce pas mon ami?

Bonne journée. A-

===

Summary and Analysis of al-Qā’idah in the Islamic Maghreb’s new video release “On The Occasion of Ramadan Fighting is Ordained for You”
Posted on August 22, 2010 by azelin| 1 Comment

Friend of the blog Nasser Weddady, a native Mauritanian, summarized and provided local knowledge analysis of AQIM’s most recent video release “On The Occasion of Ramadan Fighting is Ordained for You” to me through twitter. He said:

watching the video the dudes in the first minutes are Mauritanians with a clear Hassaniya accent..figures we’re more literary
one of the guys was reciting a hassaniya poem
it’s funny to see Mauritanians reciting Qur’an in Hafs instead of warsh.. so alien to us.. clearly Saudi influence in action
minute 30, showing an Afro-Mauritanian preaching in Halpulaar (fulani) very worrying sign..
minute 33 a Touareg preaching in his language face uncovered.. another alarm sign
minute 41, Guinean preaching in Portuguese..
min 43 AQIM dude preaching in .. Haussa..
part one of the new video is basically AQIM bragging about the diversity of its recruits and a show of success recruiting touaregs
beginning of video 2 AQIM emphasizing their diversity i.e trying to spread the msg & grow it beyond Arabs
min 43, in the hassaniya poem the guy says in rhyme that the group in that location has 14 fighters.
the Hassaniya poem in part 2 shows a good deal of sophistication trying to appeal to Moorish youth. psy-ops
the propaganda is designed to appeal to young moors warrior ethos.. not to be confused with jihadism..much more complex sociology
minute 60 of the video: gives previously unknown names of 4 Muaritanian AQIM members gone KIA.
Obviously one cannot take everything in a propaganda video at face value, at the same time, AQIM is trying to show it has diversified its ranks and is no longer a strictly Arab movement or for that matter completely run by Algerians. As Weddady mentions above this is a worrying sign because it opens the playing field to operations and potential safe havens in other countries. It appears that although AQIM was fairly silent on the media front in 2009, over the past several months they have stepped up their media operations. Something to look for in future statements or video messages is whether AQIM is able to infiltrate networks in Morocco and recruit Moroccans. Also, whether there is a shift in messaging to more a Global Jihadist ideology where they focus less on local and regional issues and more on reclaiming territory occupied by Spain since in the past it was part of Muslim territory (al-Andalus).

Anonyme a dit…

Lu pour mon zami ano foté. Omar es-sahraoui est bien un sahraoui selon ce document. Il est peut-etre fabriqué par les marocains. Tu nous edifie, please. A-

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=46843

Anonyme a dit…

Le Kenya justifie l'accueil accordé au président soudanais Omar el-Béchir
Créé le 2010-08-30 05:42
Par RFI
Kenya / Soudan
0
Les autorités kenyannes ont défendu leur décision de ne pas arrêter le président du Soudan, Omar el-Béchir, lors de sa visite au Kenya, vendredi 27 août 2010. Signataire du traité instituant la Cour pénale internationale (CPI), le Kenya avait l'obligation d'arrêter le président soudanais, poursuivi pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre, commis au Darfour.

Le médiateur de la crise kenyanne et ancien secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, a fait savoir sa surprise dans un communiqué publié dimanche 29 août. Surprise et mécontentement, pouvait se lire sur son visage durant la cérémonie organisée vendredi pour promulguer la nouvelle constitution kenyanne. Pour manifester leur désaccord, certain diplomates, notamment européens, ont boycotté le déjeuner offert par le président Mwai Kibaki à la résidence présidentielle.

Critiques au sein de gouvernement

Après les organisations des droits de l’homme, c’est désormais au sein même du gouvernement kenyan que les protestations se font entendre. Le mouvement démocratique Orange, parti de Raila Odinga, a fait savoir que le Premier ministre n’était pas au courant de la visite du soudanais Omar el-Béchir. Cependant, c’est bien le ministre du Tourisme et membre du même parti, qui a accompagné le chef de l'Etat soudanais à la tribune du parc Uhuru.

La stabilité régionale

Le ministre des Affaires étrangères a, de son coté, souligné qu’il était du devoir du Kenya de remplir son rôle d’hôte et de suivre la décision de l’Union africaine de s’opposer aux poursuites engagées par la CPI contre le président soudanais. « Il y va de la stabilité du pays et de la région », a-t-il ajouté. Lors du dernier sommet de l'organisation, qui s'est tenu dans la capitale ougandaise Kampala, en juillet, l'Union africaine avait de nouveau demandé une suspension des poursuites et invité les Etats à ne pas déférer Omar el-Béchir à la Cour pénale internationale.

maatala a dit…

salam

lu sur cridem

"Le ministre de l'hydraulique informe le staff de son département des instructions rigoureuses...


...du Président de la République sur la gestion des biens publics.

M. Mohamed Lemine Ould Aboye, ministre de l'hydraulique et de l'assainissement a affirmé que la rigueur dans la gestion des biens publics est un choix irreversible.

Le ministre qui parlait au cours d'une réunion tenue dimanche à Nouakchott avec les responsables de son département a précisé que le président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz a donné ses instructions au gouvernement pour que les biens publics soient respectés et que la transparence dans la gestion soit observée.

Il a ajouté que le Président de la République a insisté sur le fait qu'il n'y aura pas d'exception dans ce domaine, que l'inspection de l'Etat jouera son rôle avec serieux et rigueur et que tous ceux qui auront commis des dépassements seront sanctionnés, quelles que soient leurs positions ou leurs responsabilités.



Le ministre a rappelé que la lutte contre la gabegie et la corruption constitue un axe essentiel dans le programme électoral du Président de la République, soulignant qu'il n' y aura aucune complaisance vis-à-vis des actions contraires aux principes de la transparence et de la bonne gouvernance, notamment en ce qui concerne les marchés publics et la gestions des ressources financières.

La réunion s'est déroulée en présence du secrétaire général du ministère de l'hydraulique et de l'assainissement, M. Brahim ould Chadhly.
-------------------------------

La peur change de camp


maatala

maatala a dit…

Salam

Les salopards de l'Aqmi doivent être en train de réfléchir à la manière dont, ils vont terroriser les mauritaniens.

Je ne serai pas étonner que dans les jours ou les mois qui viennent que l'on apprenne que tout un village à été massacré à l'algérienne.

Ceci pendant que la majorités des sous-doués que nous sommes abreuvés par l'intox des chaînes arabes croient que ces connards sont nos parents ou nos enfants.

Il va certainement y avoir du sang et des larmes. C'est le moment que choisiront les faux-culs de service , pour dire qu'on aurait du négocié avec les fascistes verts .

Dans ce pays, les "il faut, y'a qu'à" ne vous donneront jamais la solution, mais ramèneront toujours leurs fraises pour dire qu'on pouvait faire autrement.

La mauritanie a été agressée, elle doit se défendre.

L'ennemie est identifié, lui et ses complices de coeurs, il va falloir leur apprendre le respect et les bonnes manières.

Azzizzo doit leurs péter la race et pour leur monter sa détermination, il doit commencer par pendre par les couilles la bande à Semane et chabarno.

Pas de quartier dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem pour A-

"Mises en garde des renseignements espagnoles contre des accords entre Al Qaida et les mercenaires.


Le centre national des Renseignements espagnole a mis en garde contre d’éventuels opérations de kidnapping, qu’Al Qaida au Maghreb Islamique prépare depuis le mois de mars dernier, ciblant des ressortissants occidentaux dans la région du Sahel. Les Renseignements espagnoles ont qualifié la Mauritanie, le mali et le Niger de pays extrêmement risqués en terme de kidnapping, alors qu’ils ont qualifié l’Algérie, et le Burkina Faso de pays à risque «élevé».

Suite aux renseignements qu’il a pu réunir dans la région et des renseignements français et des pays amis, le centre national de renseignements espagnols a indiqué que les terroristes sont parvenus, le printemps dernier, à des compromis avec ceux qu’il a qualifié de « mercenaires », pour qu’ils se chargent d’enlever des occidentaux, comme se fut le cas des bénévoles humanitaires espagnoles, kidnappés en Mauritanie, le 29 novembre dernier sur la route reliant Nouadhibou et Nouakchott et qui ont prévu de les remettre ensuite à Al-Qaida contre des sommes d’argent.

Les espagnoles pensent que Mokhtar Belmokhtar, allias « Belaouar » est en mesure de nouer des contacts avec plusieurs « mercenaires du Sahara », en plus de ses liens actuels avec les grands commerçants et trafiquants.



Le centre national des renseignements en Espagne a indiqué qu’il détient des renseignements indiquant l’augmentation du nombre « d’indicateurs » d’Al-Qaida dans la région, auxquels revient la mission de faire le choix sur des cibles potentielles à kidnapper. A la lumière de ces renseignements, le ministère des affaires étrangères espagnoles a déconseillé ses ressortissants de se rendre vers certaines destinations, notamment en Mauritanie, au Niger et au Mali.

maatala

Anonyme a dit…

Entierement d'accord avec toi sur la possibilite d'egorgement de tout un village pour faire peur et precipiter le transfert du pouvoir a Tawassoul sans coup ferir parceque des connards diront que c'est la seule solution.

General vladimir et Cpt NDB: vous avez watcher les 2 videos?. J'ai trime dur pour les trouver comme Rimo est encore a la guetna.

Azzizzo: alik b les couilles de ces gens.

A-

Anonyme a dit…

Ano foter: tu as regarder la carte d'identite de el sahraoui qui comme business les prises d'otages? Si tu ne reagis pas, cela veut dire que c'est vrai que le gars n'est pas malien.

A-

Anonyme a dit…

Maata:

Il n'y a pas de solution militaire au probleme du terrorisme. La Mauritanie est un pays faible qui ne peut pas supporter certains coups. L'Algerie qui est plus puissante que la Mauritanie n'arrive pas a' eradiquer le mal. D'autres pays ont investi des milliards de dollars et le phenomene persiste. Je ne dis pas de baissser les bras mais il faut choisir des methodes qui sont intelligentes.

C'est justement pour eviter des massacres d'innocents villageois a' l'algerienne qu'on doit etre prudent. Quelques uns des terroristes sont bien des Mauritaniens. Ne fermons pas les yeux sur la realite'. Le dialogue entrepris par les oulema doit continuer et donner des resultats. La justice doit trancher rapidement. Tous ceux qui sont recuperables et qui acceptent la paix et la reconciliation, doivent etre gracie's.

Il faut etre extremement prudents!!!!Tous ceux qui vous disent que l'option militaire est la meilleure solution, ont d'autres plans et d'autres interets qui n'ont rien a' voir avec les interets, la paix et la securite' en Mauritanie.

Si Abdel Aziz a son bataillon bien arme' pour le proteger, nos pauvres villageois de Koubeny, wompou, Bagodine et Ain Farba n'ont aucune protection. C'est a' eux qu'il faut penser!!!!

Anonyme a dit…

Maatala,

l'article sur les conseils du centre espagnol est juste pour noyer le poisson et ce n'est pas écrit pour nous du canalh. Le contenu, on le connais. L'article pousse l'idée de mercenaitres qui enlevent et vendent des otages, alors que c'est archi-faux. C'est fait sciemment avec des commandos formés militairement. Si tu pouvait lire toute la saga des deux canadiens enlevés au Niger. C'etait des soldats! A-

Anonyme a dit…

Ah Maatala, j'allais oublier: c'est la même technique utilisée pour enlever les 2 diplomates canadiens qui a ete utilisée pour les espagnols. Meme chose. Nos gars de la securidad doivent savoir cela car ils ont certainement cuisiné Es-Sahraoui. Mais ils se taisent de peur de represailles ... A-

Anonyme a dit…

Quelques articles et interviews sur la saga des canadiens. Du Globe & Mail du Canada. A-

==


http://www.theglobeandmail.com/news/national/the-robert-fowler-interview/article1279904/

http://www.theglobeandmail.com/news/national/fowler-relives-gritty-details-of-kidnapping/article1279905/

maatala a dit…

salam

lu sur cridem

"Des ministres dans la ligne de mire du président.


Le dernier conseil des ministres s’est enfin tenu, après des vacances du gouvernement annoncées par les analystes les plus avertis du paysage politique à la fin tumultueuse. C’est vrai si l’on sait qu’un repos annuel des hauts responsables de l’Etat, surtout des ministres doit sanctionner un travail laborieux et efficace à la cause publique et à la réalisation du projet de société du Président de la République.

Mais, Mohamed Ould Abdel Aziz, qui suit à la lettre l’action de ses hommes, est convaincu que certains membres du gouvernement ne lui font pas honneur et que certains membres de « l’équipe » œuvrent même pour la noyer, en recourant à des « blocages » du changement comme la mauvaise gestion. Des sources généralement bien informées ont confirmé au « Véridique », que le Président de la République n’est point satisfait de l’action du gouvernement dont les tares se sont faites jour, au cours de leur.

Même si certains d’entres eux ont tout fait pour dissimuler leurs mauvaises occupations et leur flagrant manquement au mot d’ordre de Mohamed Ould Abdel Aziz, appelant à la lutte contre le détournement des biens publics et à ériger la bonne gestion dans leurs fonctions, à s’éloigner du tribalisme, du régionalisme et autres grands maux sous lesquels ploient un jour ou l’autre les ambitions des chefs.



D’ailleurs, la dernière nomination du président de la Cour suprême M Seyid Ould Ghailany à la tête de la Commission de la Transparence Financière de la vie publique, illustre à bien des égards la ferme volonté du Président de la République de passer à un stade avancé de son projet d’assainissement du service public.

Notre source confirme que de nombreux ministres seraient auteurs de détournements de deniers publics à l’instar du Commissaire chargé de l’action humanitaire, Mohamed Lemine Ould Dadde, et seraient bientôt remerciés et s’exposeront à des poursuites engagées par les services chargés des délits économiques. Ces responsables dont la liste est déjà sur le bureau du président de la République n’auront plus que quelques heures à vivre au gouvernement et quelques autres heures de liberté.

Notre source a confirmé que les choses vont aller trop vite et que les ministres « détourneurs » ont déjà été sommés de rembourser les biens de l’Etat.

Source : Le Véridique (Mauritanie)

maatala

Anonyme a dit…

La proposition faite par l'Ambassadeur Americain a' Nouakchott Mr. Mark Boulware est excellente! Les Oulema et les hommes politiques peuvent et doivent jouer un grand role dans le renforcement des liens entre la Mauritanie et les USA. Les visites et les echanges culturels permettront aux uns et aux autres de comprendre que l'Amerique est un pays, de paix, de justice et de tolerance. Nos oulema pourront constater que nous avons des mosque'es dans toutes les grandes villes Americaines et que les musulmans qui se trouvent sur le territoire Americain pratiquent librement leur religion. nos oulema et nos hommes politiques peuvent aider a' une meilleure comprehension des USA.

P.S.

Je suis Mauritanian-American et je suis extremement fier des deux pays!!!!

Anonyme a dit…

à lire chezvlane

" si tu peux arrêter de fumer, tu seras un hommes mon fils"

texte de notre ami l'A.P

Bebe BA a dit…

Le kamikaze de Néma identifié :Idriss Ould Yarba

Selon des sources bien informées du nord du Mali, le kamikaze ayant pris pour cible la caserne de Néma, jeudi dernier, est un membre des katibas d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) issus des camps du nord du Mali.


Il s’agit, on précisé ce source d’un certain Idriss Ould Yarba( notre Photo), de nationalité mauritanienne, auparavant résident à Elmina et originaire de Kiffa, wilaya de L’Assaba.
Ould Yarba a rejoint les camps d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique du nord du Mali depuis 2005. Ila eu auparavant à prendre part à plusieurs attaques, notamment celle dite de « Lehjeira » contre l’armée algérienne en 2005. Il a également pris part à des escarmouches ayant opposé les combattants e l’AQMI à des touaregs du nord du Mali.
Au moment où il était arrivé dans les camps de l’AQMI, le futur kamikaze était accompagné de Ahmed Ould Radhi(mort en 2008 dans l’attaque de Tevragh Zeina), Sidina Ould Khattary(auteur d’une opération kamikaze de Bouira en 2008 en Algérie)et de Mohamed Abdellahi Ould Ahmednah, actuellement en détention à la prison centrale de Nouakchott.
Ould Yarba est apparu récemment dans le dernier enregistrement diffusé par AQMI sur internet, consacré au « combat saint », où il jouait le rôle d’animateur et de présentateur, établissant des liaisons entre les différentes séquences de cet enregistrement.
Jeudi dernier, a caserne de la 5ème région militaire de Néma a été prise pour cible par un kamikaze. Cette attaque s’est soldée par trois blessés militaires et la mort du kamikaze.


Ani.mr

Anonyme a dit…

Vlane, arrête de nous les casser avec tes articles que personne ne lis. Reste chez toi, je t'asure que nous connaissons l'adresse et que si nous avons envie de tuer le temps on passera. Mais si tu veux nous parler du passage de Zeidane en prison pour avoir une idée de ce qui attend Ould Dadde why not?
Ould Dadde fait pitié: se sacrifier comme ça et se faire hara kiri sans crier gare! S'il finit comme Waghf ou le gars du procapec ce sera ndeysane.

Anonyme a dit…

LU POUR A-
Le Mali est sur la ligne de mire des Algériens.
l'Etat Major de TAM. risque de voler en éclats.

ce pays est devenu une base arrière de l’islamisme armé
Le Mali, une fausse note dans la lutte antiterroriste
Par : NEÏLA B.
Lu : (81 fois)

Belmokhtar alias Khaled Abou El-Abbas, connu sous le sobriquet “Laouar”, est “un terroriste qui active toujours”. Une source bien informée nous confirme que l’ex-“émir” du Sahara est toujours en activité au nord du Mali avec une quarantaine d’hommes de nationalité algérienne, mauritanienne et malienne. Sa zone d’action s’étend sur le nord du Mali, la Mauritanie et le Niger. Sa stratégie, enlèvement des étrangers pour deux objectifs : récupérer ses compagnons détenus et empocher la rançon. Ils se retrouvent ainsi dans les camps de l’Aqmi au nord du Mali sous la “protection” bienveillante des autorités maliennes.

Au regard des derniers événements qui ont vu la libération scandaleuse des otages espagnols, il s’agit de savoir où en est la coopération du Mali dans le cadre de la lutte antiterroriste, considérée comme une “préoccupation sécuritaire majeure” dans le Sahel. Cette interrogation est d’autant plus sérieuse surtout après que le mercenaire Omar Sahraoui, jugé en Mauritanie et condamné à 12 ans de prison ferme, eut été extradé vers le Mali où il a été non seulement remis en liberté mais il a été renvoyé dans la zone de l’Aqmi au nord du Mali. Il a même participé à la remise des deux otages espagnols. Ce que confirme le médiateur burkinabé, Mustapha Chafi, qui a affirmé, dans le journal espagnol ABC, s’être rendu une dizaine de fois dans les camps de Belmokhtar au nord du Mali et négocié directement avec le chef terroriste. Belmokhtar, recherché depuis 1993 en Algérie, n’aurait jamais implanté ses “bases” dans cette région étendue s’il n’avait pas bénéficié de la passivité, voire même de la complicité de certains responsables maliens à un haut niveau de l’État. Il jouit d’une telle estime au sein du pouvoir malien qu’on affirme qu’il n’aurait jamais planifié des enlèvements sans la consultation avec certains rouages de l’État. “Tout se fait avec la planification de l’État qui est profitable aux intermédiaires gravitant au sein du pouvoir malien”, affirment ses proches. Un ancien de ses compagnons a révélé avoir vu “des responsables du gouvernement malien prendre du thé dans les camps d’Aqmi dans le désert lors de visites de courtoisie à un dirigeant du groupe”. Il a indiqué à l’agence Reuters qu’“un officier de l’armée malienne avait cédé au chef Mokhtar Belmokhtar deux mitrailleuses lourdes “Douchka” de fabrication russe en échange d’un véhicule tout-terrain Toyota”.

Anonyme a dit…

suite...
Mais aujourd’hui, la question se pose sur la présence même du Mali au sein du comité d’état-major opérationnel qui réunit l’Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger installé à Tamanrasset. De sérieux doutes existent sur la volonté de ce pays à lutter contre le terrorisme. Pis encore, Bamako semble fuir et laisse entendre que le Mali fuit ses engagements en laissant l’Aqmi se renforcer sur son propre territoire “tant que ses actes ne touchent pas les intérêts du Mali”.
Certains responsables maliens sont en train de bâtir leurs empire et fortune en défiant la communauté internationale. Dans ce contexte, on est aussi en droit de s’interroger sur la non-condamnation de la communauté internationale de la position du Mali.
Il est intéressant aussi de savoir qui est “derrière” le Mali d’autant qu’il agit dans l’impunité totale tant qu’il n’est pas inquiété même par ces pays qui payent les rançons sans réagir ou condamner l’existence des camps de l’Aqmi. Le Mali constitue actuellement une menace pour la sécurité dans toute la région y compris l’Europe d’autant qu’il est devenu une zone de transit de la cocaïne. D’ailleurs c’est le groupe de Mokhtar Belmokhtar qui se charge de la sécurité des convois qui tracent leurs routes vers l’Égypte ou le Maroc. Selon l’Office de l’ONU contre la drogue et le crime (ONUDC), des trafiquants sud-américains sont parvenus à acheminer de la cocaïne au Mali, depuis le Venezuela, à bord d’un avion cargo Boeing. L’affaire du crash du cargo bourré de cocaïne a surtout révélé l’existence des connexions entre des hauts responsables maliens au niveau de l’État, les réseaux de la drogue colombiens et les terroristes de l’Aqmi.

Vers “l’afghanisation”
du Sahel ?
Les observateurs avertissent d’une éventuelle “afghanisation” de la région. Le Mali n’est pas actuellement une “priorité” pour l’Aqmi à cause de raisons tactiques. L’organisation terroriste sait faire la priorité des choses mais la situation au Pakistan, qui a manipulé les islamistes avant qu’ils se retournent contre le pouvoir, nous renseigne sur l’avenir de la région. Si le Mali continue à “protéger” les terroristes, “le jour où il décidera d’arrêter la machine du terrorisme radical, il sera trop tard”, nous explique-t-on. L’Algérie compte-elle toujours sur le Mali pour la lutte antiterroriste dans la région du Sahel selon le comité opérationnel ? Rien ne l’indique d’autant que le Mali est considéré comme “la fausse note” dans cette lutte.
La Mauritanie, certes, a cédé à la pression espagnole en extradant Omar Sahraoui mais après l’avoir jugé et condamné. Le Mali lui n’a pas hésité à saisir l’occasion pour le libérer dans l’immédiat sans même étudier son cas. Ce n’est pas le cas pour la Mauritanie qui a affiché sa volonté à combattre le terrorisme vu la série des opérations militaires menées. Le Niger aussi, malgré ses moyens militaires rudimentaires, a attaqué plusieurs bases de l’Aqmi. Le Tchad est également partie prenante dans cette lutte. Preuve qu’il a attaqué la base d’Abderezzak El-Para et neutralisé 15 terroristes. Quant au Mali, sa complaisance avec le terrorisme devient par la force des choses de la complicité.


filsdubled

Anonyme a dit…

Vlane, arrête de nous les casser avec tes articles que personne ne lis. Reste chez toi, je t'asure que nous connaissons l'adresse et que si nous avons envie de tuer le temps on passera. Mais si tu veux nous parler du passage de Zeidane en prison pour avoir une idée de ce qui attend Ould Dadde why not?
Ould Dadde fait pitié: se sacrifier comme ça et se faire hara kiri sans crier gare! S'il finit comme Waghf ou le gars du procapec ce sera ndeysane.

Anonyme a dit…

Vlane, arrête de nous les casser avec tes articles que personne ne lis. Reste chez toi, je t'asure que nous connaissons l'adresse et que si nous avons envie de tuer le temps on passera. Mais si tu veux nous parler du passage de Zeidane en prison pour avoir une idée de ce qui attend Ould Dadde why not?
Ould Dadde fait pitié: se sacrifier comme ça et se faire hara kiri sans crier gare! S'il finit comme Waghf ou le gars du procapec ce sera ndeysane.

Anonyme a dit…

à lire chezvlane

" à quand un général hartani en mauritanie? "

Anonyme a dit…

Fils du bled,

Cet article de Neila B sur le Mali me fait peur. Dans tout cet imbroglio, le mali fait mine de truand et il est le maillon faible dans out ça et non la Mauritanie. mon attention a été particulièrement attirée par cette partie de l'article:

"...Ce que confirme le médiateur burkinabé, Mustapha Chafi, qui a affirmé, dans le journal espagnol ABC, s’être rendu une dizaine de fois dans les camps de Belmokhtar au nord du Mali et négocié directement avec le chef terroriste. Belmokhtar, recherché depuis 1993 en Algérie, n’aurait jamais implanté ses “bases” dans cette région étendue s’il n’avait pas bénéficié de la passivité, voire même de la complicité de certains responsables maliens à un haut niveau de l’État. Il jouit d’une telle estime au sein du pouvoir malien qu’on affirme qu’il n’aurait jamais planifié des enlèvements sans la consultation avec certains rouages de l’État. “Tout se fait avec la planification de l’État qui est profitable aux intermédiaires gravitant au sein du pouvoir malien”, affirment ses proches. Un ancien de ses compagnons a révélé avoir vu “des responsables du gouvernement malien prendre du thé dans les camps d’Aqmi dans le désert lors de visites de courtoisie à un dirigeant du groupe”. Il a indiqué à l’agence Reuters qu’“un officier de l’armée malienne avait cédé au chef Mokhtar Belmokhtar deux mitrailleuses lourdes “Douchka” de fabrication russe en échange d’un véhicule tout-terrain Toyota”.

Le Mali ne bouge pas et semble avoir fait un deal avec AQMI. Autement, il est inimaginable qu'un état qui se dit victime fasse une chose pareille. Nous devons quand m6eme faliciter azzizzo pour avoir fait condamner le sahraoui avant de le lacher pour faire liberer les otages espagnols et avoir frappé très dur AQMI avec la france.

Sur un autre sujet, j'ai regardé entièrement la vidéo des mauritaniens salafistes. Ils essaient de nous fire peur et ce sont des tigres en papier. Ce groupe est appuyé par un état voyou et de leur message, j'ai eu l'impression de lire une partie de la declaration de Tombouctou. A eux seuls avec leur niveau d'éducation (c'est évident à les entendre), ils ne peuvent pas monter une telle video d'eux-meme. ça se complique, mais il faut perseverer. Je ne sais pas ce que les US et la France ont reellement derriere la tete si la lutte contre le terrorisme est quelque chose de serieux. Je crois qu'il faut donner le benefice du doute aux algeriens dans cette affaire dans laquelle ils commencent a perdre l'initiative. C'est aussi de leur faute.

A-

Bebe BA a dit…

A-, libérer les detenus islamistes sauve peut être la vie des otages, mais c'est aussi un grand risque car une fois libres, ils recommencent leur sale bésogne!

=================================================================================================

Le kamikaze de Néma a fait partie des détenus d’AQMI élargis par le Mali contre la libération des otages canadiens

Des sources concordantes ont affirmé à l’ANI que l’auteur du kamikaze déjoué de Néma a é auparavant détenu et libéré par le Mali contre des otages canadiens.


Ces mêmes sources ont ajouté que Ould Yarba, de nationalité mauritanienne, originaire de Kiffa, a été arrêté en 2008 dans une mosquée à Tombouctou(nord du Mali) par l’officier malien Lamana Ould Elbou, avant d’être libéré par AQMI dans un échange contre des otages canadiens Robert Fuller envoyé spécial des Nations Unis au Niger et son adjoint Louis Guaya ancien ambassadeur du Canada au Gabon enlevés en décembre 2008 au Niger.
Il été libéré en même temps que Teyeb Ould Sidi Ali, Hammada Ould Mohamed Keirou et Belghacem Zaidi, alias Abou Oussama l’algérien.
Après sa libération, Ould Yarba a été à la tête du commando d’AQMI ayant assassiné, en représailles à son arrestation, l’officier malien Lamana Ould Elbou, à Tombouctou le 10 juillet 2009.
Ould Yarba a rejoint les camps d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique du nord du Mali en 2005. Il a eu à prendre part à plusieurs attaques, notamment celle dite de « Lehjeira » contre l’armée algérienne en 2005. Il a également pris part à des escarmouches ayant opposé les combattants e l’AQMI à des touaregs du nord du Mali.

Ani.mr
Date publication : 31-08-2010 02:22:35 Lecture N°: 14

Anonyme a dit…

A-
أو آ الناقص

دع عنك فلان وشأنه فهو مبدع وذكي على العكس منك،إنه يقدم بأسلوب راق أفكارا جيدة

أما أنت فتضجرنا دوما بالقص واللصق ثم إن بلادتك تبدو جلية وأنت تعلق على ما تجلبه من المواقع الأخرى

أنصحك بالكف عن ما تقوم به حفاظا على كرامتك

Anonyme a dit…

Filsdubled:

C'est ridicule de dire que le Mali favorise le terrorisme au Sahel.
Le probleme du nord Malien existe depuis les annees 1960. ATT a eu a' gerer ce dossier durant sa transition.Il etait meme parvenu a signer un pacte de paix avec les mouvements unifie's de l'AZAWAD en 1992. Malheureusement, tous les projets qui etaient prevus par les accords n'ont pas ete' realise's parce que les bailleurs de fonds n'ont pas tenu leurs promesses respectives.
Les rebels ont repris les armes avec les soutiens Algeriens et Libyens. Il n'est un secret pour personne que Sidi Mohamed Ag Ichrach le patron de l'ARLA et qui exercait la fonction de coodinateur de MFUA etait installe' au Burkina. Durant ce temps, Blaise etait l'homme de Kadafi dans la region. Ibrahim Bahanga est soutenu pas les Libyens. (Chaafi qui est conseiller de Blaise peut bien aller la' bas 1000 fois sans etre inquiete' parce que lui et les anciens rebels devenus terroristes se connaissent tres bien.)

Le Front Islamique Arabe de l'AZAWAD etait soutenu par l'Algerie.

Les terroristes que nous avons au sahel viennent du GSPC qui lui meme est le bebe' de Hassan Hattab qui ne voulait plus du GIA. Lorsque Hassan a decide' de se reconcilier avec le gouvernement Algerien, le GSPC est tombe' sous le control de Para qui a des liens avec les rebels touaregue par le canal de ses trois femmes qui sont....TOUAREGUE.
La meme Algerie avait arme' Bahanga et cree' un conflit arme' entre lui et PARA pour se debarrasser de ce dernier.
Aujourd'hui Moctar Bel Moctar et Bahanga sont des amis.
NOUS AVONS DONC DES BANDITS ET DES TERRORISTES QUI TRAVAILLENT ENSEMBLE POUR... TERRORISER ET SOUTIRER DES SOMMES COLOSSALES. Lesdits bandits et terroristes ont bien les soutiens de quelques etats de la region.Nous avons certes des jeunes Mauritaniens implique's mais je tends a' croire que c'est par ignorance.
ABDEL AZIZ ET SON GOUVERNEMENT DOIVENT ETRE TRES PRUDENTS POUR NE PAS ENTRAINER NOTRE PAYS DANS CETTE MERDE. C'EST UN SALE JEU QUI SE DEROULE SOUS NOS YEUX. Les uns et les autres ont leurs propres strategies et leurs plans mais n'ayons pas peur de dire que les strategies et les plans en question, ne sont pas necessairement bons pour la Mauritanie.

Anonyme a dit…

Filsdubled:

C'est ridicule de dire que le Mali favorise le terrorisme au Sahel.
Le probleme du nord Malien existe depuis les annees 1960. ATT a eu a' gerer ce dossier durant sa transition.Il etait meme parvenu a signer un pacte de paix avec les mouvements unifie's de l'AZAWAD en 1992. Malheureusement, tous les projets qui etaient prevus par les accords n'ont pas ete' realise's parce que les bailleurs de fonds n'ont pas tenu leurs promesses respectives.
Les rebels ont repris les armes avec les soutiens Algeriens et Libyens. Il n'est un secret pour personne que Sidi Mohamed Ag Ichrach le patron de l'ARLA et qui exercait la fonction de coodinateur de MFUA etait installe' au Burkina. Durant ce temps, Blaise etait l'homme de Kadafi dans la region. Ibrahim Bahanga est soutenu pas les Libyens. (Chaafi qui est conseiller de Blaise peut bien aller la' bas 1000 fois sans etre inquiete' parce que lui et les anciens rebels devenus terroristes se connaissent tres bien.)

Le Front Islamique Arabe de l'AZAWAD etait soutenu par l'Algerie.

Les terroristes que nous avons au sahel viennent du GSPC qui lui meme est le bebe' de Hassan Hattab qui ne voulait plus du GIA. Lorsque Hassan a decide' de se reconcilier avec le gouvernement Algerien, le GSPC est tombe' sous le control de Para qui a des liens avec les rebels touaregue par le canal de ses trois femmes qui sont....TOUAREGUE.
La meme Algerie avait arme' Bahanga et cree' un conflit arme' entre lui et PARA pour se debarrasser de ce dernier.
Aujourd'hui Moctar Bel Moctar et Bahanga sont des amis.
NOUS AVONS DONC DES BANDITS ET DES TERRORISTES QUI TRAVAILLENT ENSEMBLE POUR... TERRORISER ET SOUTIRER DES SOMMES COLOSSALES. Lesdits bandits et terroristes ont bien les soutiens de quelques etats de la region.Nous avons certes des jeunes Mauritaniens implique's mais je tends a' croire que c'est par ignorance.
ABDEL AZIZ ET SON GOUVERNEMENT DOIVENT ETRE TRES PRUDENTS POUR NE PAS ENTRAINER NOTRE PAYS DANS CETTE MERDE. C'EST UN SALE JEU QUI SE DEROULE SOUS NOS YEUX. Les uns et les autres ont leurs propres strategies et leurs plans mais n'ayons pas peur de dire que les strategies et les plans en question, ne sont pas necessairement bons pour la Mauritanie.

Anonyme a dit…

Ce sont les risques dui metier. Il vaut mieux sauver la vie d'otages innocents et liberer des farceurs. Qyuitte à les rattrapper après par la peau des fesses et ils peuvent. Ould Chavi leur a rendu visite pour 10 mois et ils étaient à la même place. Nos états, y conmpris leurs alliés, ne veulent pas les prendre et je ne sais pas pourquoi. Ils jouent tous un jeu macabre et ce sont nous autres les moutons qui trinquons.

===


Bebe Ba a dit:

A-, libérer les detenus islamistes sauve peut être la vie des otages, mais c'est aussi un grand risque car une fois libres, ils recommencent leur sale bésogne!

Anonyme a dit…

Couli,

Moi maintenant je suis d'avis que le Mali favorise le terro au Sahel. Les gens sont bien assis et donnent la commission des rançons à des gens bien en vue: un ancien consul du Masli en Arabie Saoudite et un maire. Tout le monde connaît. Avant j'ai toujours crû que ce pays était victime de son ogre de voisin, mais les algériens disent une part de verité quand même. Voyons les choses en face et disons-nous la verité. A-

===
couli a dit à Fils du bled:


C'est ridicule de dire que le Mali favorise le terrorisme au Sahel.

Anonyme a dit…

Un article de la liberté qui semble tirer encore sur le Mali. Je vais le lire attentivement.

Mais yisselmhoum la Liberté ment trop. A lire avec toute l'attention requise. On a parfois l'impression qu'une cellule de propagande leur écrit certains articles à publier. A-
==

http://www.temoust.org/le-mali-une-fausse-note-dans-la,15117

Anonyme a dit…

JE VIENS d'ecouter une tres belle chanson de GEORGE WASSOUF que je dedie à MON FRERE MAATALA.
ch

Anonyme a dit…

Hmettou
C'est bizarre, qu'au nom de l'Islam un assassin avéré (il a tué un officier malien) ,s'embarque dans une ambulance volé( a un état musulman) pour se faire sauter en plein Ramadan avec l'espoir de tuer le maximum de soldat (musulmans).Et apres on s'etonne de voir l'Islam malmené en Occident..Il est foulé au pied chez sans que cela etonne outre mesure...Déja en voyant les singeries de Kadaffi au nom de l'Islam on se demande si ce n'est pas pour ridiculiser notre religion

Anonyme a dit…

Excellent edito de Ould Oumère. Il a juste oublié de demander aux US à quel jeu ils jouent. A-
==
Editorial d'Ould Oumere.

Des derniers événements, il y a des leçons à tirer. Pour l’avenir, mais pour le présent aussi. La Mauritanie est bien une cible dans la guerre que les groupes terroristes mènent dans cet espace sahélo-saharien. Nous n’avons pas attendu la déflagration de Néma pour le dire. La guerre est déclarée à notre pays depuis juin 2005. Elle est sans merci. Elle est surtout cruelle.

Pour les armes utilisées : des jeunes mauritaniens engagés avec détermination dans un projet de chao global, en rupture avec leur société qui a été incapable de «consommer» leur ferveur ou de leur fournir des idéaux autres que ceux de l’autodestruction.

Pour l’absurde de l’objectif : cette guerre qui est imposée à la Mauritanie n’a pas d’objectifs ou de justificatifs rationnels. Dans leurs communiqués, dans leurs prêches largement diffusés sur le net, rien de précis.



Juste une volonté de faire régner «l’ordre d’Allah» sur «cette terre d’Islam» et, au-delà, sur la terre entière. Pour cela «nous allons vous égorger comme des porcs»… Aucun projet de monde meilleur, de monde plus juste, plus équitable, plus supportable, plus humain…

Comme dans toute entreprise irraisonnée, on finit par commettre le crime le plus odieux sans tenir compte des préceptes de l’idéologie – ou de la religion dans le cas d’espèce – qui est supposée inspirer. On finit par confondre les causes – qui peuvent être nobles au moins dans leur énonciation - et les appétits qui sont l’expression de ce qui reste en nous de bestialité.

Ne nous étonnons point que AQMI a fini par échanger les otages espagnols contre quelques sept millions d’euros et la libération d’un trafiquant notoire, en l’occurrence Oumar Sahraoui. L’enlèvement est devenu une activité commerciale – très lucrative d’ailleurs – dans un espace abandonné aux trafics de toutes sortes. Depuis le début des années 2000, nous assistons à une somalisation progressive de cet espace sahélo-saharien.

Aux tous premiers jours de l’enlèvement des humanitaires espagnols, AQMI avait exigé le versement de cinq millions d’euros et la libération de 13 terroristes présumés emprisonnés à Nouakchott. Tous mauritaniens, ayant participé à des actions de meurtre ou tenté de le faire. Refus des autorités mauritaniennes qui ont compris depuis quelques temps que le nerf de la guerre est toujours l’argent.

L’enlèvement et l’exfiltration de Oumar Sahraoui ont été l’acte essentiel de cette guerre qui reste, malgré ce qu’on en souffre, invisible pour l’essentiel. Pour AQMI, l’intermédiaire trafiquant est plus important que tous ses éléments mauritaniens. Ceux-ci peuvent croire qu’ils sont investis d’une mission «sacrée», ils ne sont rien aux yeux de leurs commanditaires qui ont d’autres calculs, d’autres objectifs que ceux annoncés. Dans ce jeu, AQMI a fait la démonstration publique de ses véritables soucis : le magot, pour parler western.

Anonyme a dit…

Suite edito Ould Oumère. A-
--

A la demande initiale de cinq millions, il faut ajouter deux petits millions comme compensation par rapport aux autres exigences, et le tour est joué. Où va cet argent ? Il alimente des circuits désormais bien huilés. D’abord immédiatement, intermédiaires sahariens, sous-traitants des enlèvements, indicateurs locaux… plus loin, les apparatchiks véreux des mouvements et des pouvoirs de la zone, des généraux qui organisent les trafics (drogue, voitures, cigarettes, armes…) dans la zone et qui ont besoin d’échanges de bons procédés avec AQMI, aux entourages influents dans les capitales d’Etats… quelques broutilles à la population locale privée de tout… Mais l’essentiel va au financement de cette guerre qui se nourrit d’elle-même.

Les sept millions qui ont été versés par l’Espagne alimenteront en partie les caisses des terroristes agissant en Algérie. Cet argent frais permettra de soudoyer ici, de payer un explosif là, un voyage en Afghanistan, en Irak pour les combattants les plus déterminés… il sera utilisé pour perpétrer des attentats dans la région, peut-être même en Europe ou en Amérique.

Quand la France fait pression sur le Mali pour sauver un Pierre Camatte, en libérant cinq activistes dont un mauritanien, elle fait semblant d’oublier que ce mauritanien avait été formé pour frapper l’Ambassade de Mauritanie et les intérêts français en Mauritanie. Si demain Bowbe Ould Nafé – c’est son nom – se fait exploser en emportant avec lui quelques citoyens français, que devrons-nous penser de la France et de Pierre Camatte ? Quand l’Espagne verse sept millions d’euros, elle alimente un trésor de guerre qui sert dans tous les théâtres d’opération où parfois des militaires espagnols sont impliqués. AQMI fait partie de cette nébuleuse qui agit de l’Afghanistan à la Mauritanie. Les différents foyers s’alimentent entre eux en moyens humains et matériels.

La guerre est totale et globale. La réponse devrait être totale et globale. Aucun pays ne peut à lui seul faire face à ces groupes. Aucun pays n’est à lui seul menacé par ces groupes. L’espace sahélo-saharien est la porte sud de l’Europe. Le devoir moral de l’Europe – surtout de l’Espagne, la France et l’Italie – est de s’engager franchement aux côtés des Etats de cet espace pour s’éviter le pire. Non de financer le terrorisme.

Anonyme a dit…

Hmettou
C'est bizarre, qu'au nom de l'Islam un assassin avéré (il a tué un officier malien) ,s'embarque dans une ambulance volé( a un état musulman) pour se faire sauter en plein Ramadan avec l'espoir de tuer le maximum de soldat (musulmans).Et apres on s'etonne de voir l'Islam malmené en Occident..Il est foulé au pied chez sans que cela etonne outre mesure...Déja en voyant les singeries de Kadaffi au nom de l'Islam on se demande si ce n'est pas pour ridiculiser notre religion

Anonyme a dit…

A-:

J'ai deja ecrit que quelques dirigeants Maliens profitent des prises d'otages. Ceci etant dit, ce pays a une strategie en place pour tout faire pour empecher les Algeriens et les Libyens qui tiennent a' le destabiliser en utilisant des Maliennes et des Maliens du nord. Le Mali a bien tendu la main a' tous ses enfants du nord pour ramener la paix au pays. C'est dans ce cadres que plusieurs anciens rebels ont ete' recrute's dans les forces arme'es et d'autres structures Maliennes. Il va sans dire que quelques uns parmi eux ont accepte' de deposer les armes et integrer les rangs de l'arme'e Malienne par strategie.

Bahanga est un bandit qui est finance' et soutenu militairement par la Libye et l'Algerie. Le meme Bahanga s'est reconverti dans le terrorisme parce que c'est plus lucratif. L'Algerie sait la' ou' se trouve Para parce qu'elle avait arme' Bahanga pour le combattre.

To make a long story short, le jeu est tres sale!!!! Tous les pays qui appartiennent a' cette structure de lutte contre le terrorisme au Sahel, savent exactement la' ou' sont les terroristes. Ils refusent d'enovoyer leurs soldats les combattre pour des raisons qui sont tres connues. L'Algerie a sa forte arme'e et ses services de securite' mais elle n'arrive pas a' eradiquer le terrorisme sur son territoire. C'est l'une des raisons pour lesquelles elle tient a' exporter son TERRORISME vers les pays voisins et utiliser les arme'es voisines comme des mercenaires qui les aideront a' combattre le phenomene!!!
JE DIS HAUT ET FORT AU PRESIDENT ABDEL AZIZ, AU PREMIER MINISTRE MOULAY, AUX MEMBRES DU GOUVERNEMENT AINSI QU'A' TOUTE LA CLASSE POLITIQUE MAURITANIENNE QUE NOS FORCES ARME'ES NATIONALES MAURITANIENNES NE DOIVENT EN AUCUN CAS ETRE UTILSE'ES COMME DES MERCENAIRES POUR COMBATTRE LA GUERRE DES AUTRES!!!!!!!!! Don't get me wrong, nous avons quelques uns de nos enfants qui sont implique's et le phenomene terroriste nous touche parce que certains l'ont voulu ainsi pour nous entrainer dans leur sale guerre. SOYONS PRUDENTS ET UTILISONS DES METHODES QUI SONT INTELLIGENTES!!!!!
REMEMBER, VOS VIES NE COMPTENT PAS. ILS ONT DES STRATEGIES EN PLACE ET SEULS LES RESULTATS QUI LEUR SONT FAVORABLES LES INTERESSENT!!!!! TOUT LE RESTE EST SECONDAIRE!!!!

A-, I have an idea of who you are. Let's be careful not to mess up the lives of innocent people!!!!

Anonyme a dit…

A-:

J'ai deja ecrit que quelques dirigeants Maliens profitent des prises d'otages. Ceci etant dit, ce pays a une strategie en place pour tout faire pour empecher les Algeriens et les Libyens qui tiennent a' le destabiliser en utilisant des Maliennes et des Maliens du nord. Le Mali a bien tendu la main a' tous ses enfants du nord pour ramener la paix au pays. C'est dans ce cadres que plusieurs anciens rebels ont ete' recrute's dans les forces arme'es et d'autres structures Maliennes. Il va sans dire que quelques uns parmi eux ont accepte' de deposer les armes et integrer les rangs de l'arme'e Malienne par strategie.

Bahanga est un bandit qui est finance' et soutenu militairement par la Libye et l'Algerie. Le meme Bahanga s'est reconverti dans le terrorisme parce que c'est plus lucratif. L'Algerie sait la' ou' se trouve Para parce qu'elle avait arme' Bahanga pour le combattre.

To make a long story short, le jeu est tres sale!!!! Tous les pays qui appartiennent a' cette structure de lutte contre le terrorisme au Sahel, savent exactement la' ou' sont les terroristes. Ils refusent d'enovoyer leurs soldats les combattre pour des raisons qui sont tres connues. L'Algerie a sa forte arme'e et ses services de securite' mais elle n'arrive pas a' eradiquer le terrorisme sur son territoire. C'est l'une des raisons pour lesquelles elle tient a' exporter son TERRORISME vers les pays voisins et utiliser les arme'es voisines comme des mercenaires qui les aideront a' combattre le phenomene!!!
JE DIS HAUT ET FORT AU PRESIDENT ABDEL AZIZ, AU PREMIER MINISTRE MOULAY, AUX MEMBRES DU GOUVERNEMENT AINSI QU'A' TOUTE LA CLASSE POLITIQUE MAURITANIENNE QUE NOS FORCES ARME'ES NATIONALES MAURITANIENNES NE DOIVENT EN AUCUN CAS ETRE UTILSE'ES COMME DES MERCENAIRES POUR COMBATTRE LA GUERRE DES AUTRES!!!!!!!!! Don't get me wrong, nous avons quelques uns de nos enfants qui sont implique's et le phenomene terroriste nous touche parce que certains l'ont voulu ainsi pour nous entrainer dans leur sale guerre. SOYONS PRUDENTS ET UTILISONS DES METHODES QUI SONT INTELLIGENTES!!!!!
REMEMBER, VOS VIES NE COMPTENT PAS. ILS ONT DES STRATEGIES EN PLACE ET SEULS LES RESULTATS QUI LEUR SONT FAVORABLES LES INTERESSENT!!!!! TOUT LE RESTE EST SECONDAIRE!!!!

A-, I have an idea of who you are. Let's be careful not to mess up the lives of innocent people!!!!

maatala a dit…

Salam

Merci CH

J'écoute souvent le best of Georges Wassouf et surtout "ANA ASSIF": un régal.

j'ai un seul regret, c'est celui de ne pas lire et comprendre l'arabe.

La faute à qui dit le fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

Couly

les enfants qui tirent et font exploser des bombes contre leurs mauritaniens ne sont pas nos enfants.

Rien que de la racaille et de la vermine qu'il faut pendre par les couilles dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Couely a dit:

"SOYONS PRUDENTS ET UTILISONS DES METHODES QUI SONT INTELLIGENTES!!!!!

----------------------------------

Lesquelles ?

Dans la vie, il y a les enculés et les enculeurs :Choisit ton camp Gringo.

Un mauritanien digne de ce nom ne baisse jamais le froc dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Nécrologie : Gawad n’est plus.

Il est l’un des premiers Magistrats du pays. Il est l’un des hauts fonctionnaires qui ont donné tant à ce pays. Et ce dès les premières heures de l’indépendance. Son parcours est celui d’un homme qui s’est fait.

Par son intelligence, son tact, son profond ancrage social, son sens de l’écoute, sa mesure, ses capacités de discernement, sa grandeur d’âme… Gawad Ould Ahmed Bannane nous a quittés à l’aube du samedi 28 août 2010 dans une clinique à Tunis où il a été transféré une semaine avant depuis Nouakchott

Cridem

"Condoléances à la familles"

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taqadoumy

Dans la serie: Le cancer hérité de la Tayie sevit toujours.

"ANAC : dispute autour d’un chèque de 20 millions
30-08-2010
Taqadoumy a appris de sources proches de l’agence nationale de l’aviation civile que le directeur général de cet établissement et son directeur administratif et financier ont eu une vive altercation dimanche.
L’objet de cette dispute selon les mêmes sources : le refus de Ahmedou Ould Abdellahi , DAF à l’ANAC d’accéder à la demande de Saleck Ould Mahfoudh, DG de l’ANAC. Celui-ci aurait demandé à son DAF de signer un chèque d’une vingtaine de millions d’ouguiyas. Visiblement le DG avait voulu faire croire à son DAF que cette somme était destinée à des fournisseurs de la l’agence en équipements et matériels divers. Ce à quoi le DAF aurait rétorqué qu’il s’agissait de fournitures fictives et que rien ne justifiait qu’un tel montant soit débloqué.


----------------------------------

Réaction

Commentaires (12)
1. 30-08-2010 14:11voila une autre occasion de prouver encore une fois de plus que ce monsieuir SALEK OULD MAHFOUD directeur de cette institution ANAC qu'il a transformé en ARNAQUE est en train de piller cette agence comme si nous sommes encore au temps du PRDS de TAYA les malversations de ce monsieur ne se limitent pas à ça seulement , les recrutements abusifs , les reclassements non jusifiés , les deplacements à longueur du mois , les coupures injustifiées des salaires du personnel, le manque de considération pour les agents , le clientélisme notoire poussé jusqu'au racisme à certains degrés , le favoritisme en un mot le PRDéisme de l'encien TAYISME voile une petite image de ce que c'est que l'ANAC depuis le débarquement de ce budjetivore qui et dès son arrivée s'est dit intouchable car tres lié au président AZIZ dit il à qui veut l'entendre ( je fais ce que je veux car je suis protégé )ayant livré sur un plateau d'argent l'honneur de la MAURITANIE en donnant(vendant) ses prérogatives d'autorisations de survol et d'attérrissage à un homme de la place ayant participé et d'une façon active à l'enterement de la feue (AIR MAURITANIE )cet homme et apres ses déboires au NIGER où il a été relevé suite à une gréve orchestrée par des éléves qu'ils enseignait parait- il , envoyé à DAKAR toujours dans le cadre de l'ASECNA où il a été renvoyé suite à un détournement de fonds, reduit en conseiller (garage)où il attendais paisiblement à ce qu'il débarque à l'ANAC pour la reduire en cendres. de sources proches de l'ANAC , il ne s'entend pas du tout avec son président du conseil d'administration monsieur ELKORY OULD ABDEL MOWLA. selon des sources il est parti retirer le certificat de transporteur aérien d'un francais travaillant pour la société (TAZIAZETT ) pour le donner à son ami ou parent qui est à l'aéroclub et ce sans aucune raison et son ami faisant du transport aérien sans aucune autorisation préalable du ministre des transport pour lequel il parait que le DG de l'ANAC n'a aucun respect car ( protégé par le président )selon les dires. il est souhaitable qu'une enquete minutieuse et rapide soit menée pour tirer au claire cette affaire et d'appliquer la sanction la plus exemplaire à ce DG s'il est fautif afin de donner une leçon aux autres DG car je suis sur que l'ANAC n'est qu'une petite image de toutes les autres institutions.Ecrit par maghadilou

maatala

Anonyme a dit…

C'est avec une tres grande tristesse que j'apprends le dece's de notre pere Gowad Ould Ahmed Bonane. J'adresse mes condoleances a' mon ami Cherif Ahmed Ould Moussa, mes freres et soeurs Moime', Eby, Tete, Cheikhna ainsi que tous les autres membres de la famille.

Gowad etait un excellent homme qui avait un amour profond pour la Mauritanie. Je me rappelle bien que durant l'un de mes derniers passages a' Nouakchott, j'etais dans la famille avec mon ami Cherif Ahmed Ould Moussa. Al Marhoum Gowad nous a rejoints dans son salon. Apres les saluations, il me demanda quels etaient mes plans. Le juge qu'il etait, remarqua un moment d'hesitation et de confusion dans mon esprit. Pour me sauver de...moi meme, il enchaina en disant: " Il ne faut pas qu'on te trompe avec les yeux doux de l'autre cote'. Il faut terminer tes etudes et revenir servir ton pays."
Pere Gowade, je n'ai certes pas suivi votre conseil mais grace aux hommes et femmes comme vous, votre enfant que je suis, a quitte' le village mais avant de quitter, il a pris tout le village et l'a mis dans son coeur. Vous pouvez dormir tranquillement car la Mauritanie est eternellement dans mon coeur!!!

Pere Gowad,Les Mauritaniennes et les Mauritaniens en general et les habitants du Hodh Al Gharbi en particulier vous remercient et vous sont reconnaissants pour les nombreux services que vous leur avez rendus.

INA LILAHI WA INA ILEYHI RAJI OUNE!!!

Seydou Coulibaly
Philadelphia, Pennsylvania
USA

Anonyme a dit…

Maata svp l'interview de Boidiel a la place de celle de Birame .Il lui fait une leçon d'histoire qui n'est pas sans intérêt

Anonyme a dit…

quand est-ce qu'on va arrêter de tricher? A-
==

Un député et un consul indéxés par une femme
28/08/2010
Une saoudienne Khadijettou mint Meyaba est présentement en Mauritanie pour exposer un grave problème qui l’a mis aux prises avec un député du parlement mauritanien et le consul mauritanien en Arabie Saoudite. L’affaire a éclaté quand un mauritanien cousin proche du député Mohamed Ould Bebbana...




...et du consul s’est fait une identité le rendant fils de la famille de la plaignante, sur la base de faux témoignages.

Selon Mint Meyaba le député Ould Bebana aurai fait recours à ses relations au sein de la police mauritanienne pour l’intimider en la faisant interpeller durant une journée et aurait même planifié de l’assassiner. Plusieurs responsables mauritaniens ont évité de rencontrer la dame par peur du député et de ses relations. Elle a été finalement été reçue par le ministre de la justice et le président de l’assemblée nationale lequel a écrit une lettre au président de la République pour lui exposer le problème.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com

Anonyme a dit…

Anonyme du 31 aout 19:36

L'interview est excellente!!! Boidjel est un homme de principe qui dit la verite'. Ne comptez pas sur Maata pour reproduire une telle interview ici parce qu'il a son agenda qui n'est pas toujours conforme aux interets de la Mauritanie.