mardi 31 août 2010

Boidel Ould Houmeid, président du parti El Wiam : « L’esclavage est une affaire sociale...

...mais aussi une affaire économique. Si vous libérez quelqu’un et que vous ne lui donnez pas à manger, il est obligé de retourner auprès de son ancien maître ».


Figure emblématique du paysage politique mauritanien, Boidel Ould Houmeid est connu pour son franc-parler et la force de caractère. Le Véridique l’a rencontré et a eu avec lui l’entretien que voici :

Le Véridique : l’issue de votre audience avec le président de la République en votre qualité de président de la COD, vous aviez déclaré qu’Ould Abdel Aziz est sincère dans sa volonté d’amorcer le dialogue. Puis après votre parti a été signataire d’un communiqué de la COD accusant le même chef de l’Etat d’être hostile au dialogue. Que s’est-il passé pour que vous ayez ces deux attitudes contradictoires ?

Boidel Ould Houmeid : J’avais effectivement déclaré à l’issue de l’entretien que j’ai eu avec le président de la République monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz en tant que président de la COD et en tant que président d’El Wiam que j’ai constaté une volonté d’ouverture sincère et une disponibilité pour le dialogue mais j’avais ajouté que j’avais constaté qu’au cours de mes discussions avec lui que l’accord de Dakar n’était pas un handicap. Je lui avais dit que l’accord de Dakar se résume en un certain nombre de question et il m’avait répondu qu’il était prêt à les discuter.



Par la suite, il y a eu l’intervention du Premier ministre à l’Assemblée nationale dans laquelle il avait déclaré que l’accord de Dakar était déjà exécuté. Je pensais qu’il s’agissait d’une disposition au dialogue et j’avais alors dit à mes collègues de la COD qu’on pouvait amorcer des discussions sur cette base.

Mais l’entretien accordé par Ould Abdel Aziz à l’occasion de la commémoration du premier anniversaire de son investiture, a montré que l’accord de Dakar n’était pas à l’ordre du jour. C’est ce qui a emmené la COD dont je suis membre et à l’époque son président, à publier le communiqué auquel vous faites allusion.

Dans ce communiqué dont je suis solidaire, la COD faisait le constat que le dialogue ne pouvait avoir lieu dans la mesure où pour le pouvoir l’accord de Dakar est caduc. Mais en même temps, j’assume entièrement la responsabilité des déclarations que j’avais faites à l’issue de ma première audience avec le président de la République.

Le Véridique : Vous avez également pris part à l’un des Ftours offert par le président de la République à certains dirigeants politiques et à deux anciens Chefs de l’Etat. Peut-on savoir sur quoi, ont porté vos entretiens ?

Boidel Ould Houmeid : j’ai effectivement partagé ce Ftour mais je dois dire qu’on n’a pas discuté de questions politiques. C’était une occasion religieuse et nous sommes restés dans les généralités.

Le Véridique : On parle d’un probable remaniement ministériel. Au cas où le président décide une ouverture à certains partis politiques, El Wiam serait-il prêt à participer à un tel gouvernement ?

Boidel Ould Houmeid : Par rapport à cette question, j’ai été clair avec le président de la République. Je lui ai déclaré au cours de notre entretien, que El Wiam un parti politique ancré dans l’opposition. Une opposition responsable et démocratique qui ne s’oppose pas aux personnes mais à leur programme. Nous pensons que dans une démocratie, il faut qu’il y’ait une opposition et une majorité qui gouverne.

Pour El Wiam, la participation à un gouvernement d’union nationale n’est pas à l’ordre du jour. Ce que nous souhaitons, c’est qu’il y ait une opposition responsable et qui jouit de toutes les libertés d’expression, qui puisse utiliser en toute liberté les médias pour expliquer à l’opinion son programme et expliquer ses divergences avec ceux qui dirigent le pays. Notre objectif en tant que parti d’opposition n’est pas de participer à un gouvernement où nous n’avons pas de majorité parlementaire.

Le Véridique : Vous appartenez à une frange de la population sur laquelle le débat est controversé entre ceux qui estiment que cette frange continue à subir les affres de l’esclavage et ceux qui pensent le contraire. Ou vous situez-vous par rapport à cette question ?

Boidel Ould Houmeid : Les Haratines sont une composante de la population maure.il ne faut pas penser que tous les Haratines sont nés dans les mêmes conditions, ont grandi dans les mêmes conditions. Il y a donc haratine et haratine. C’est comme si vous parlez des maures, vous avez des guerriers, des marabouts, des zanagas.

Parmi les Haratines, il y’en a aussi qui ont joué un rôle important dans l’histoire de ce pays. Dans le Nord du pays, feu Hamody a joué un rôle extrêmement important et il était chef traditionnel des Oulad Besbaa. Au sud, la famille Boidel est très connue pour avoir joué un rôle pour l’ensemble de la Mauritanie et en particulier pour l’ensemble des Tendgha auquel elle appartient.

Si vous prenez à l’Est, la famille Sbaghou, c’est la même chose. Egalement, chez les Zombotty, la famille de mon ami Dina, a joué un rôle important dans l’histoire de ce pays. Il ne faut donc pas faire l’amalgame entre les différents éléments de cette communauté. Si cette situation est claire pour les Mauritaniens, on peut parler du problème de l’esclavage. Quelqu’un qui a vécu ce drame humanitaire, n’est pas comme celui qui n’a jamais été victime de cette pratique.

Cependant, le problème des Haratines en tant que problème politique reste posé, mais si vous observez l’émancipation politique, vous remarquerez certains figures haratines ont joué un rôle important avant même l’indépendance du pays. Par exemple, l’Emirat du Trarza ne pouvait pas exister sans les Hratin Edekhen qui étaient les faiseurs des rois et qui occupaient les plus hautes charges au sein de cet Emirat. Quelqu’un qui veut parler des Haratines doit avoir à l’esprit toutes ces données de l’histoire.

Pour vous illustrez mes propos, je vous prends mon propre cas : je suis parent à toutes les grandes familles du Trarza avec lesquelles je suis lié par une filiation maternelle. J’appartiens à une fraction qui a toujours dirigé les siens depuis 1800 et quelques. Le dernier chef traditionnel de cette fraction est mon oncle Doum Ould Boyé, payé par l’administration en tant que tel. Je peux vous citer les dix chefs traditionnels qui l’ont précédé et qui étaient des chefs traditionnels sous la colonisation.

Parler des Haratines ne veut pas dire qu’il faut mettre tout le monde dans le même panier. Si vous voulez parler de la situation des Haratines, moi je fais effectivement partie des gens qui ont posé ce problème très tôt. J’ai appartenu pendant très longtemps à la direction du mouvement El Hor. J’ai été emprisonné pour cela. J’ai été jugé puis arrêté une deuxième fois parce que je crois à cette question. Je me rappelle toujours d’une question qui m’a été posé par le procureur de la cour spéciale de justice. Il m’avait demandé pourquoi moi qui appartenait à une famille connue, je pose le problème de l’esclavage ?

Je lui avais répondu que je ne le posais pas en tant que tel mais parce que je suis un mauritanien soucieux de l’intérêt supérieur de la Nation ? J’avais alors donné l’exemple d’un journaliste portugais qui avait écrit que les mauritaniens condamnent la colonisation en Guinée Bissau et dans colonies portugaises alors que chez eux ils continuent à vendre et à exploiter l’homme. J’avas dit en cette occasion que le jour où tous les mauritaniens seraient prêts à poser le problème des haratines, il n’y aurait plus de raison à ce qu’il y ait un mouvement comme El Hor et je crois que nous sommes arrivés à cette situation aujourd’hui.

Tous les mauritaniens condamnent l’esclavage même s’il y’a des cas qui persistent. La divergence entre moi et les autres, c’est que moi je dis qu’il y a des séquelles et eux disent qu’il s’agit de pratiques d’esclavage. Je dis qu’il y a des séquelles parce que ceux qui ont des esclaves ne peuvent pas le dire publiquement, ils s’en cachent. Le gendarme, le policier ou toute autre force publique est contraintes de traiter cette question dans le sens de la loi.

L’autre jour dans la moughataa de Riadh, j’ai vu certains cas d’esclavage, lesquels doivent être résolus au plus vite mais cela doit se faire dans le strict respect de l’unité nationale. Dans certains pays, il existe une discrimination positive. Je pense que les haratines doivent bénéficier de cette discrimination. Je sais que les haratines sont culturellement des maures, ce qui les différencie est un problème social. Je ne vais pas me mettre à les dénombrer mais je sais que c’est une frange importante, active et qui a besoin de discrimination. L’esclavage est une affaire sociale mais aussi une affaire économique. Si vous libérez quelqu’un et que vous ne lui donnez pas à manger, il est obligé de retourner auprès de son ancien maître.

Le Véridique : En votre qualité d’ancien ministre des Finances, quel jugement portez vous sur la situation économique du pays ?

Boidel Ould Houmeid : je pense que pour porter un jugement objectif sur la situation du pays, il faut disposer d’un certain nombre d’éléments. Ce que moi, je n’ai pas. D’une manière générale, la situation économique n’est pas bonne dans les pays développés à plus forte raison dans les pays en développement. En Mauritanie, nous subissons les effets négatifs de cette situation plus que les autres pays pour la simple raison que nous dépendons de l’extérieur.

Tout ce que nous consommons est importé. Nous exportons peu, à part le fer et le poisson et vous connaissez la situation de ces deux secteurs. Il faut voir le panier de la ménagère, c’est le meilleur baromètre de la situation économique du pays. Il faut dire que les partenaires ne sont pas tout à fait rassurés car pour qu’il y ait investissement il faut que la situation politique soit apaisée. Ce qui n’est pas le cas dans le pays aujourd’hui.

Le Véridique : Le pays est en chantier dans plusieurs domaines. Quel commentaire cela vous inspire-t-il ?

Boidel Ould Houmeid : Ce qui est grave pour un pays, c’est de faire de l’improvisation. Il faut que les investissements soient programmés à l’avance. On a constaté qu’en termes d’infrastructures routières Nouakchott est en chantier mais il nous a été également donné de constater lors des dernières pluies que ces routes ne sont pas bien étudiées. L’accent est mis chez nous sur le secteur tertiaire, or pour assurer le développement d’un pays il faut mettre l’accent sur le secteur primaire. Ce que nous sommes en train de faire se résume à mettre la charrue avant le bœuf.

Le Véridique : Certains de vos détracteurs estiment que votre décision de créer El Wiam procède du souci de vous rapprochez sans intermédiaire du président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz. Qu’en dites-vous ?

Boidel Ould Houmeid : Ecoutez, moi je n’ai pas besoin d’un parti politique pour me rapprocher de Mohamed Ould Abdel Aziz parce que ce dernier lorsqu’il a effectué son coup d’état, la première personne qu’il a convoqué c’était moi ? Nous avons discuté au BASEP et ma position était très claire. Elle se résume en ceci : je n’ai rien contre la personne d’Ould Abdel Aziz mais que je ne pouvais pas collaborer avec quelqu’un qui arrive au pouvoir par un coup d’état. C’est une question de principe.

Lorsque le lendemain, il s’est rendu à la Présidence, il m’a appelé et il a continué à le faire pratiquement tous les jours avant de former son gouvernement. Donc si j’avais besoin de le rapprocher, j’allais le faire. Ensuite, quand il a été élu, il m’a de nouveau reçu et je lui ai exprimé mes répréhensions sur la manière dont il a été élu et nous avons discuté de l’ensemble des problèmes de la manière la plus correctement possible.

Propos recueillis par Haiba

maatala

126 commentaires:

maatala a dit…

Salam

Bodiel

L'esclavagisme est un fait social non une affaire sociale.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Ould Dadde a 15 jours pour restituer 271 millions d’Ouguiya.


L’ancien commissaire aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la société civile, Mohamed Lemine Ould Dadde, a reçu, le jeudi 26 août 2010, de la direction de la police chargée de la lutte contre les crimes économiques et financiers que dirige le commissaire divisionnaire Mohamed Ould Brahim Siyed, une mise en demeure de l’Inspection Générale de l’Etat (IGE) de restituer 271 Millions d'Ouguiya dans un délai n’excédant pas quinze jours.

En d’autres termes, si Mohamed Lemine Ould Dadde ne restitue pas l’intégralité de ce montant au trésor public avant le 9 septembre 2010, il passera la fête d’El Fitr dans la Prison de Dar-Naïm.

Cette mise en demeure fait suite à un rapport d’une mission de l’IGE, conduite par Sidi Mohamed Ould Cheikh Ould Boydé, qui a entrepris de s’intéresser aux marchés publics relevant du CDHAHRSC.

---------------------------------



On reproche à ould dada qu'il a procedé a l'attribution des marchés publique par methode gré à gré, alors qu'il doit passer par la commission des marchés. mais en faite dade ne peut pas atribue un marché de gré à gré sans laval et la signature du premier ministre.


Qui est le Dindon de la farce dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

L'IGE au Port de Nouadhibou et au Marché du Poisson de Nouakchott.


L’affaire Ould Dadde semble faire effet boule de neige. Au lendemain du limogeage de l’ex-Commissaire aux droits de l’homme à l’action humanitaire et à la société civile, les services de contrôle de l’Inspection Générale d’Etat (IGE) ont déjà ouvert les portes du Port Autonome de Nouadhibou, de la société du Marché du Poisson ; le CSA en fn de contrôle a déjà reçu le rapport d’observation des inspecteurs.

La semaine dernière, le président Aziz avait donné des instructions au services d’inspection de l’Etat en vue d’intensifier les contrôles au niveau de tous les services publics, avec cette mention "personne n’est au dessus de la loi, même s’il est ministre et chacun payera pour la faute qu’il aura commise".

-----------------------------

Il va y avoir du sport dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

"Il s’agit, on précisé ce source d’un certain Idriss Ould Yarba( notre Photo), de nationalité mauritanienne, auparavant résident à Elmina et originaire de Kiffa, wilaya de L’Assaba"

--------------------------

Les Haratines servent aussi de chaire à bombes dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

à lire chezvlane

" à quand un général hartani en mauritanie ? "

Anonyme a dit…

d'où vient ce bodiel ???

Anonyme a dit…

Bodiel est un homme qui est connu pour son honnetete' intellectuelle.
Tout ce qu'il a dit dans son interview est vrai et sage. Qui peut nier qu' Ehel Hemody de l'Adrar sont des Haratines qui ont leurs propres...Haratines. Ceux qui veulent ramener le tout sous un angle racial, refusent de reconnaitre que parmi les Barikallah, nous avons des Maures BLANCS qui sont...HARATINES! Tous les exemples evoque's par Boydjel sont vrais!!!!! AI-JE OUBLIE' DE PARLER A' PROPOS DE LA CLASSE FEODALE QUI EXISTE DANS TOUTES LES ETHNIES NEGRO-AFRICAINES EN MAURITANIE?

J'ai toujours ecrit et je me repete ici en disant que la couche Haratine doit beneficier des programmes de discrimination positive pour pouvoir s'emanciper.

Notre probleme est de payer les compensations aux anciens maitres et non aux anciens esclaves. La pauvrete' est endemique chez nous. Therefore, toutes les Mauritaniennes et tous les Mauritaniens meritent d'etre aide's mais IL FAUT PRETER UNE ATTENTION PARTICULIERE A' CERTAINES COMPOSANTES DE LA COUCHE HARATINE PARCE QUE CE SONT ELLES QUI SOUFFRENT LE PLUS.


P.S.

Sakho, Abdallahi Ould Kebd, Gemal Ould Yessa, Bechir Hassan et les autres CR, tout indique que vous ne resistez pas a' l'argent. Je vous conseille de reviser votre liste de ROUMOUZ AL VESSAD POUR TROUVER UNE BONNE PLACE POUR LE PRESIDENT DE CR. C'est tellement beau a' dire que je vais me repeter: REVISEZ LA LISTE DE ROUMOUS AL VESSAD POUR TROUVER UNE BONNE PLACE POUR LE PRESIDENT DE VOTRE MOUVEMENT.

Anonyme a dit…

à lire chezvlane

" Bodiel ce noble hartani à ne pas mettre dans le même panier qu’un Messoud… "

Anonyme a dit…

Interessante sortie de Boidiel ou tout sonne faux. Je lui souhaite quand meme bonne chance.

A-

Anonyme a dit…

Ken
Aziz doit
1-refaire ses service de renseignement s'il veut reussir contre le grand banditisme: la drogue et les bandes armees du sahel(aqmi n'est qu'une couverture ).Le BED et les autres services ne sont depuis longtemps que des agences de voyage à l'étranger ou pour le commerce de terrains voir le vol tout simplement.Un peu comme les commissariats de police qui reçoivent une partie des "collectes" des agents.Ce type d'administration incapable, et honni par le peuple au point ou certains le qualifient d'institution 'Kafr'...n'a pas ça place. Sinon Aziz va donner de l'eau au moulin des recruteurs-precheur-de-haine qui agissent librement à Nktt,
2-terroriser les terroriste en empêchant leurs proches de servir de base morale et logistique...
3-ne pas se fier aux officiers et technocrates 'charlie' bien connu pour ne briller que par la quantité de cette crême qu'ils mettent sur leur peaux-
4-Autoriser des radios libre mais bien encadrées, la radio est l'un des meilleurs outils de développement (et le plus disponible) et il n'est pas normal qu'une radio étrangère peut dire ce quelle veut chez nous en FM alors qu'il nous est interdit d'avoir le moyen de parler
...

Anonyme a dit…

Terrible. C'est seulement les haratines qui sde suicident. De la minution pour Birame. Vous avez vu le blog de prof sur Birame?

Me demande si copiarpegar, esseghnas, rimo, citoyenne, vladimir, bebe ba, bl, bilkiss et quelques autres sont encore en vacance. Vous nous manquez les filles!
=====

Aqmi décline l’identité du kamikaze de Néma mercredi 1er septembre 2010 / 05 :46

Dans un enregistrement vidéo repris par de nombreux sites électroniques proches d’Aqmi, le mouvement terroriste a décliné l’identité du kamikaze de l’attentat de Néma, perpétré le 25 aout dernier, peu après minuit.



Selon le document, l’auteur de l’attentat s’appelle Idriss Ould Mohamed Lemine alias Abou Ishaq al Chinghuitty. Le véhicule de l’opération transportait une charge explosive d’une tonne 200 kg, a ajouté le communiqué.

Le document prétend que l’attentat a été filmé par un autre groupe d’Aqmi.

Il est à rappeler que l’armée mauritanienne avait déjoué un attentat-suicide lorsqu’un véhicule avait tenté de forcer l’entrée de la base de la 5° Région Militaire à Néma qui n’a pas fait de victimes, hormis le kamikaze, mort sur le coup.

Selon les autorités, les sentinelles, assurant la garde de l’entrée, après sommation ignorée par le kamikaze, ont tiré des rafales en sa direction le blessant mortellement.

Mortellement blessé, la voiture du kamikaze a défoncé l’entrée en direction de la cour principale de la garnison avant d’exploser laissant derrière elle des dégâts au niveau des immeubles alentours et éparpillant dans toutes les directions les morceaux du corps du kamikaze et les débris de la voiture qu’il utilisait salissant les lieux qui étaient destinés aux cours d’éducation physique et d’instruction civique et morale.

Rappelant que le terroriste a profité du moment de repos des habitants de la ville après la prière de Tarawih (prière du soir pendant le ramadan) au moment où les gens s’apprêtaient à prendre le repas ou à préparer le Souhour pour se faufiler, à travers le carrefour principal, devant la wilaya et tenter de tromper, en vain, la vigilance des sentinelles de la 5ème région militaire.

canalrim.info

Anonyme a dit…

On est menacé et le gars fait la pipe au général. Un ancienne histoire. On ne sais pas où sont nos priorités.

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=46911

Bebe BA a dit…

Correspondant à NDB, du boulot pour toi!

Meurtre à Accra (dans le quartier Khairan) Nouadhibou.


Accra n'est pas la capitale du Ghana mais une zone située dans un quartier de Nouadhibou appelé Khairan. Accra, parce que des ghanéens et d'autres immigrés y habitent en attendant parfois de trouver un passeur qui les mènera vers l'eldorado qu'est l'Europe. Nouadhibou est une porte d'entrée pour les migrants clandestins qui y séjournent parfois dans des conditions d'insécurité totale.

C'est ainsi que le jeune originaire de Mbagne a perdu la vie le 30/08/2010 dans la dite zone qu'il avait l'habitude de fréquenter sûrement: la débauche, la boisson alcoolisée appelée "choumchoum" y coule à flot.

Le jeune originaire de Mbagne a eu une rixe avec l'un des immigrés ( il semblerait qu'ils étaient tous les deux sous l'emprise de produits psychotropes), qui lui assena un coup de couteau mortel.



Amené à l'hôpital espagnol le constat fut amer, le jeune a rendu l'âme. ce meurtre de trop suscite la polémique de l'insécurité et la recrudescence de banditisme dans cette ville naguère tranquille et paisible mais qui est malheureusement une porte d'entrée et plaque tournante des immigrés candidats à l'immigration clandestine et qui se trouvent parfois piégés dans ses méandres en s'adonnant pour certains au pire banditisme.

Bebe BA a dit…

Interpellation de 11 trafiquants de drogue en possession de 40 cornets de chanvre indien
(CRIDEM 01/09/2010)

Une source digne de foi, indique que le Bureau National chargé de la répression du trafic de drogue en Mauritanie vient de procéder à l’interpellation de 11 trafiquants de drogue en possession de 40 cornets de chanvre indien.

Selon la source, l’opération a été menée en deux temps. La première phase a conduit à la saisie de 9 kg de cette substance nocif et la seconde phase a permis aux éléments de la police de mettre la main sur 32kg de la même substance. Parmi les principaux suspects figurent près de huit mauritaniens et quelques ressortissants étrangers.

A noter que le Bureau National chargé de la répression contre le trafic de drogue en Mauritanie a été très sollicité ces derniers temps notamment en menant de nombreuses opérations du même genre qui ont permis la saisie d’une quantité importante de drogue dans le pays.



La dernière opération en date remonte à la fin du mois dernier avec notamment la saisie de 18 kilogrammes de cocaïne et l’arrestation de 3 suspects.

GPS


Source : GPS (Mauritanie)

Bebe BA a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Bebe BA a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Bebe BA a dit…

A-, un futur "mort vivant", lol! ca ils réapparaissent toujours!

**************************************************************************

Il était derrière l’attentat contre l’école supérieure de la GN: L’“émir” Soheïb abattu après 17 ans de cavale
(Liberté 01/09/2010)

Le chef terroriste abattu avec trois autres à Tadmaït, dans la wilaya de Tizi Ouzou, a été identifié. Il s’agit du nommé Hachemi El-Hachemi alias Soheïb, “émir” de la phalange Ali-Ben-Abi-Taleb qui activait dans la zone centre du GSPC. Selon notre source, Soheïb était en compagnie de Hodeïfa (Abdelmoumen Rachid), chef de la commission militaire et Athmene Belaïd, responsable de la logistique.

Ce dernier est le fils de l’ex-chef de la commission médicale abattu dans son domicile aux Issers en 2008, avant qu’ils ne soient tous abattus avec leur chauffeur dans une embuscade des forces spéciales de l’ANP.

Ce terroriste vétéran, âgé de 41 ans et natif des Issers, avait rejoint le GIA en 1993. Il est le commanditaire de plusieurs attentats dans la wilaya de Boumerdès dont l’attentat kamikaze qui a ciblé l’École supérieure de la Gendarmerie aux Issers, et qui avait causé la mort de 48 victimes dont la plupart étaient de jeunes universitaires licenciés.

Il a été désigné, depuis six mois, à la tête d’une nouvelle phalange Ali-Ben-Abi-Taleb créée par Hodeïfa qui l’a chargé de la coordination et de la logistique pour commettre des attentats dans la capitale.

On apprend que les services de sécurité dans les wilayas de Boumerdès, Tizi Ouzou et Alger ont reçu des instructions pour plus de vigilance afin de déjouer tout attentat en représailles à cette lourde perte au sein du GSPC, d’autant que cette opération est un coup dur pour Droukdel qui a déjà perdu ses proches et hommes de confiance dans plusieurs wilayas.

Par : NEÏLA B.

Anonyme a dit…

Eh oui Bebe Ba!. Comme Belaouar qu'ils ont tué 3 ou 4 fois lors d'affrontements entre l'ANP et le GSPC. Pour le voir re-apparaître lors de l'attaque de Lemgheity et ensuite dans toutes les affaires de prises d'otages et le gus est tout de suite retrouvé 10 fois par Ould Chavi pour negocier la rançon des espagnols. belaouar est bien assis dans son campement et ne se cache apparamment pas. On le trouve illico presto quand il y a rançon à payer et se partager (et prouver que le sahel est une zone dangereux qui a besoin d'une presence militaire extérieure pour cause d'incompétence de nos soldats). Tu as remarqué qu'on ne retrouve plus ces barbus avant la prochaine prise d'otage. C'est tout manipulé comme je le dis depuis 2008.

Bonne journée. A-

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

Cette source securitaire a parlé trop et trop tôt. Cet article est d'avril 2008, apres l'assassinat des touristes français que les PV de l'interrogatoire de Chabarnou et de Ould Sidna (laché au journal français Sud-ouest par nos "services" - qui d'autre et c'était très commode pour faire tomber Sidioca)disent que l'assassinat était géré par ce même Belaouar. Imagine ma rage en avril 2008 quand j'ai lu cet article et me suis rendu compte que les français ne cherchaient m6même pas à le recuperer pour le juger!

Pourquoi El khabar cite une source securitaire si ce n'est pas vrai?

A-

=====

Une source sécuritaire révèle à El Khabar

Belmokhtar se trouve entre les mains des services de sécurité et son interrogatoire prendra du temps
El Khabar, 26 avril 2008

Une source sécuritaire a indiqué que le terroriste Mokhtar Belmokhtar, « émir » de la neuvième région de l’ex-Groupe Salafiste pour la prédication et le combat, se trouve actuellement entre les mains des services de sécurité.
Elle a indiqué qu’il subissait un interrogatoire qui pourrait durer un an ou plus. Elle a ajouté que les informations qu’il va donner vont permettre d’affaiblir l’activité de l’organisation d’Al Qaïda dans la région du Sahel.
La même source a déclaré à El Khabar que le fait que Belmokhtar connu sous le nom de Khaled Abou Abbès ne soit plus dans le Sahara depuis plus d’un an signifie qu’il est entre les mains des hommes de sécurité.
Il a ajouté que le chef de katibate El Moulathamine ne bénéficiera de l’élargissement dans le cadre des dispositions de la charte de réconciliation qu’après un examen long et minutieux de ce dossier lourd lié à son activité terroriste depuis son retour d’Afghanistan en 1993.
Les enquêtes des services de sécurité au sujet de Abou Abbès indiquent qu’il traçait un plan pour étendre l’activité du groupe Salafiste vers les pays de la région du Sahel africain. Ce plan a été élaboré avec l’ex-« émir » Hassan Hattab appelé Abou Hamza.
Les nouvelles informations concernant l’émir terroriste qu’Al Qaïda a remplacé par son conseiller militaire Yahia Abou Amar, interviennent quelques semaines après la fuite d’informations indiquant la présence des fidèles de Belmokhtar dans un camp dressé pour eux par l’armée, dans la région de Hassi Bou Bernous située à 800 kms au sud-est de la ville de Tindouf.
La source d’El Khabar a assuré que l’ex-commandant de Katibate El Moulathamine ne se trouve pas actuellement dans le camp de Hassi Bou Bernous qui est surveillé par les forces de l’armée.



26-04-2008
Par A. Brahim/ Traduit par F.L

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

Une des "morts" de Belaouar. Toujours d'El Khabar. A-
==

Belmokhtar mort à Ménéa
El Khabar, 19 février 2008

Des sites électroniques Djihaddistes d’Al Qaïda ont annoncé, hier, la mort du terroriste Mokhtar Belmokhtar, émir de la neuvième région de l’ex Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat GSPC. Il a été abattu dans un accrochage qui a eu lieu en Janvier dernier dans une région Saharienne près de Ménéa, wilaya de Ghardaïa.
Un des sites Djihaddistes a indiqué: « notre frère Abou Abbés, l’Emir du Sud algérien est tombé en martyr dans un violent accrochage qui a duré deux jours, dans la région de Ménéa. Que son âme repose en paix, lui et nos frères Moudjahidines».
Ce forum proche des groupes terroristes a rapporté les détails de cette opération qui se serait déroulée au mois de Janvier dernier aux environs de Ménéa. Ce site a été informé de cette nouvelle par « des frères venus de la région de l’accrochage à Ménéa, il y a quelques jours de cela ». Des parties en rapport avec le terrorisme au Sahara n’ont pas démenti ce qui a été rapporté par ces deux sites Internet, sur la mort du terroriste Mokhtar Belmokhtar connu sous le nom de « Khaled Abou Al Abbés », émir de la 9ème région du GSPC.
Ces mêmes sites Djihaddistes ont indiqué qu’un groupe terroriste est toujours encerclé dans la région de Ménéa. C’est ce qui a été confirmé par la présence des troupes militaires dans la région de « Oued mia », au cours des six dernières semaines, pour des raisons encore inconnues.



19-02-2008
Par M. Ben Mohammed/ Rubrique Traduction

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

Une station d'écoute à Tamanrasset depuis 2003 et qui ne parvient pas à capter les communications de jihadistes. Même Ould Taya durant le coup de 2003 a été capable d'écouter ce que disaient les putshistes avec el marhoum Ould Ndeyane. Assumons que les US soient partis (départ dementi par le Général Wald dans une interview sur RFI en janvier 2010), ils laisseraient ces équipements au moins si la lutte contre le terro est une chose sérieuse. Toute cette lutte contre le terro est une blague. A-


===

http://www.algeria-watch.org/fr/article/pol/us/station_armee_us.htm

Anonyme a dit…

A- et Bebe
c'est pas parcequ'un peshmerga algerien a ecrit dans un torchon que Belaouar serait mort que ce sont les services qui le lui ont dit.Il arrive que Belaouar lui même lance ce genre d'infos pour avoir du repit.
c'est pas parcque "sud ouest" a publié les PV de sidna qe ce sont les services qui laché l'info.
Vous devriez être soigné de la paranoia . Vous voyez des manip partout à votre tour vous vous manipullez inconsciement les canalhableurs

Anonyme a dit…

Ano,

Quand El Khabar dit qu'elle a reçu des infos des services securitaires, elle les a reçu. Tiens, il y a un autre article sur l'une des 'morts" de Belaouar, mais tu peux le chercher. Et il est "mort" 3 à 5 fois et il est bien vivant aujourd'hui kaabou shah.

Tu nous envoies les soins pour la paranoia comme on en a vraiment besoin. N'avoir comme source que de toi et les "services", y a de quoi avoir cette foutue paranoia.

A-

Anonyme a dit…

Lu pour ano d'en haut. A-
===

Traque d'Al Qaïda au Maghreb islamique : Un détachement de l'armée française occupe le nord du Mali


Le Matin, 02/09/2010 Commentaires [ 26 ] E-mail Imprimer







Après l'exécution de l'otage français, Michel Germaneau dans le vaste désert malien, l'Elysée est passé à la vitesse supérieure. D'abord par un raid qu'il a mené au nord du Mali en complicité avec la Mauritanie, pour dit-on, traquer Al Qaïda, puis par une occupation du terrain.

Le président français, Nicolas Sarkozy, apparemment très fâché après l'échec des négociations avec Al Qaïda au Maghreb islamique, qui a conduit à l'exécution de l'otage, Michel Germaneau, n'a trouvé mieux que de marquer à la culotte cette branche islamiste et spécialiste d'enlèvements d'occidentaux. Selon nos sources, le détachement de soldats français envoyé au nord du Mali proviendrait du contingent français stationné depuis fort longtemps à Djibouti. Les soldats qui fouillent le désert malien de fond en comble seraient à la recherche des traces d'Al Qaïda au Maghreb islamique, cette branche même qui a osé défier la France en tuant son ressortissant.

A Bamako, comme à l'accoutumée, on opte pour l'omerta sur cette présence française au nord du Mali alors qu'aucun accord militaire de ce genre ne lie notre pays à la France. La coopération militaire qui existe concerne seulement la formation des troupes. Rappelons que le Mali n'a jamais accepté la présence de troupes étrangères sur son territoire depuis l'indépendance, même si certains estiment que le pays n'était pas dans les plans des puissances étrangères.

Alhassane H.Maïga

Anonyme a dit…

Ano d'en haut. pour toi encore. La reponse du berger à la bergère. A-
===

Libération des deux otages espagnols : Alger dédouane Nouackchott, accable Bamako et se tait sur ses propres échecs


L'Indépendant, 02/09/2010

Le Président algérien Abdel Aziz Bouteflika



Le Mali, une fausse note dans la lutte anti-terroriste". C'est sous ce titre fort expressif que le journal Liberté, dont la ligne éditoriale recoupe nettement celle du gouvernement algérien sur la question de la lutte anti-terroriste dans la bande sahélo-saharienne, se livre à une nouvelle attaque contre notre pays. Cette fois-ci, le prétexte est la libération des deux otages espagnols, jugée "scandaleuse". Peu importe, pour notre confrère algérois, que la Mauritanie soit le point de départ de cette libération. S'il reconnaît qu'elle "a, certes, cédé à la pression espagnole en extradant Omar Sahraoui" il s'empresse de la dédouaner en ajoutant que cette extradition n'est survenue qu'après que le preneur d'otages eut été "jugé et condamné".

Nouakchott est donc en phase avec la ligne de fermeté qui a été adoptée au cours de la réunion ministérielle sur la sécurité dans la bande sahélo-saharienne, tenue en avril dernier à Alger. Cette pirouette ne trompe guère. La vraie fermeté n'aurait-elle pas consisté à résister aux pressions du gouvernement espagnol et à maintenir Omar "le Sahraoui" en prison jusqu'à ce qu'il purge totalement les douze années d'incarcération auxquelles il a été condamné par le tribunal de Nouakchott ?

Au lieu de cela, le Général Abdel Aziz et son appareil judiciaire aux ordres se sont vite débarrassés de l'encombrant colis qu'ils détenaient en l'extradant vers son pays d'origine, le Mali, qui n'était pas demandeur. La responsabilité première dans la libération du terroriste incombe donc bien à la Mauritanie mais cela, notre confrère ne le voit pas ou plutôt feint de ne pas le voir.

Liberté d'Algérie évoque également le rôle joué par le médiateur burkinabe, Moustapha Chafi, pour rappeler qu'il a affirmé, dans le journal espagnol ABC "s'être rendu une dizaine de fois dans les camps de Belmoktar au nord du Mali et négocié directement avec le chef rebelle".

Cette information prouve bien une chose : c'est le Burkina Faso, donc le président Blaise Compaoré, qui a directement piloté les négociations pour la libération des deux otages espagnols. Au demeurant, c'est de l'aéroport de Ouagadougou que ceux-ci ont regagné Madrid. Mais pas un seul mot à ce sujet dans l'article.

Il n'y en a que pour le Mali dont le crime, inexpiable aux yeux du pouvoir algérien et de ses porte-voix, est d'abriter des camps d'AQMI. C'est oublier un peu trop vite ou faire semblant d'oublier que le théâtre principal des opérations d'AQMI n'est pas le Mali, mais l'Algérie dans toute sa totalité.

Anonyme a dit…

Suite - Le berger qui bêle hag. A-
==

L'organisation terroriste, née en Algérie sous l'appellation de Groupe salafiste de prédication et de combat (GSPC) pour revendiquer sa victoire électorale qui lui a été volée par le FLN toujours accroché au pouvoir après presque d'un demi-siècle d'une gestion calamiteuse et paupérisante, frappe quand elle veut et où elle veut sur l'immense territoire algérien.

Sa cible préférée est la capitale elle-même, périodiquement secouée par les bombes et leur cortège de victimes déchiquetées et mutilées. Et le plus souvent, celles-ci sont les policiers et les militaires eux-mêmes, chargés d'endiguer le terrorisme. Celui-ci a causé des dizaines de milliers de morts en Algérie mais ni les poseurs de bombes dans les quartiers surpeuplés d'Alger ou d'Oran ni les groupes armés qui lançaient des assauts meurtriers contre les postes de sécurité ne venaient du territoire malien.

C'est à une période toute récente qu'AQMI a commencé à opérer à partir du territoire malien qui, à cause de sa vaste étendue, échappe au contrôle d'une armée mal outillée, en particulier pour la lutte anti-terroriste dans le désert. C'est bien pourquoi le Mali a offert le droit de poursuite sur son sol à tous ses voisins victimes d'attaques de la part de terroristes ou autres criminels qui se seraient refugiés à l'intérieur de ses frontières. Le Niger a fait bon usage de ce droit de poursuite. La Mauritanie, appuyée par la France, ne s'en est pas privée pour tenter de libérer le malheureux Michel Germaneau.

Force est de constater que l'Algérie n'en a pas fait un usage abusif. Lorsque onze de ses militaires ont été récemment massacrés dans la partie de Tinzawatten se trouvant sur son territoire, on s'attendait à une riposte appropriée de l'armée algérienne. Elle n'a pas bougé.

Voilà donc un pays qui ne fait rien pour éradiquer le terrorisme ni chez lui ni chez ses voisins et qui pousse des cris d'orfraie chaque fois qu'un otage est libéré au moyen de la négociation.

En procédant, au début de cette semaine, à la relève des chefs des zones militaires frontalières de la Mauritanie, du Mali et du Niger, le gouvernement algérien a fait un aveu de taille : l'inefficacité affligeante de son armée à endiguer le fléau du terrorisme. Il est douteux que leurs remplaçants puissent faire mieux tant qu'il n'y aura pas une réelle volonté des plus hautes autorités algériennes à s'engager dans cette voie.

Les tirades moralisatrices, les propos injurieux et condescendants, les accusations dénuées de tout fondement, les coups bas diplomatiques et les campagnes de dénigrement médiatiques doivent laisser la place à l'action sur le terrain. Surtout une action concertée de tous les Etats se partageant l'espace sahélo-saharien.

Saouti Labass HAIDARA

Anonyme a dit…

On doit lui demander de quitter gentiment le pays et de rentrer au pays. On ne doit plus prendre de risques. A-


http://www.cridem.org/C_Info.php?article=46972

maatala a dit…

Salam

"Vastes changements dans les rangs des comptables de nos représentations diplomatiques


Selon certaines sources, le ministère des affaires étrangères et de la coopération aurait procédé hier à de nouvelles nominations dans les rangs des comptables au niveau de nos représentations diplomatiques à l’étranger.

Cette décision intervient suite à des rumeurs faisant états de corruption et les dernières sorties des autorités du pays pour accentuer la lutte contre la corruption. Dans ce cadre, on se souvient que le commissaire aux droits de l’homme avait été relevé récemment de ses fonctions après des soupçons de corruption qui pesaient sur lui.

Le President de la Republique, Mohamed Ould AbdelAziz avait donné de nouvelles instructions dans tous les départements ministériels pour lutter énergiquement contre ce phénomène faute de sanction. Notons que certains se plaignent beaucoup de la gestion des ressources de nos ambassades à l’étranger.



A plusieurs reprises, on a assisté à des mouvements d’humeur des étudiants qui se disent boursiers et ne perçoivent rien depuis plusieurs mois. Il faut préciser que la dernière vague de nomination des comptables remonte à 2007. La particularité de cette année c’est la nomination de 5 femmes comme comptables dans les ambassades de la Mauritanie à Washington, Rome, Koweït, Alger et à Genève.

Voici la liste de nouveaux comptables dans ces représentations diplomatiques, telle que la rapporte une source :

- Sidi Mohamed Ould Aly : Tokyo
- Sidi Mohamed Ould Yemh : Dakar
- Mohamed Yahya Ould Baba Ahmed : Bruxelles

- Chrif Ould Saleck: Rabat
- Ahmed Ould Khattat: Tripoli
- Mohamed Ould Abdouly: Abu Dhabi

- Sid’Ahmed Ould Boubacar: Brésil (frère de l’ex-PM)
- Sidi Mohamed Ould Maarouf: Le Caire
- Moustapha Ould Sidi Mohamed Ould Ould Enahah: Bamako
- Aminetou Mint Dihiya: Washington

- Barikalla Ould Abdallahi: Moscow
- Mohamed Mahmoud Ould Abdallahi: Berlin - Wali Ould Saadbouh: Abuja

- Mohamed Mahmoud Ould Sidi Othman: Jeddah
- Khady Mint El Boukhary: Genève
- Ousman Wagué: Abidjan

- Bettah Ould Mohamed Abdallahi: New York
- Hamath Ould Barke: Pretoria
- Yahya Kane: Paris
- Fatma Mint Mohamed Saleck: Rome

- Youssouf Ould Mohamed Mahmoud: Ankara
- Cheikh Ould Oumar: Damas
- Mohamed dit Ahmeid Ould Mohamed Chrif: Addis-Abeba
- Mohamed Ould Bouaraf

- Ahmed Ould Alioune: Niamey
- Mohamed Ould Ahmeid Ryadh
- Fatma Mint Hamni: Koweït

- Chiekh Ould Baba: Doha
- Abdallahi Ould Mourad: Khartoum - Mahjoub Ould Ely: Madrid
- Mohamed Ould Saadbou: Sana’a

- Sidi Ould Lemine: Banjul
- Aminetou Mint Mohamed Abdallahi Ould Brahim: Alger
- Yahya Ould Dahah: Bissau
- Sidi Mohamed Ould Bellahi: Las Palmas
- Diop Abderrahmane Seki: Libreville

GPS

--------------------------------

Redigé par, rajeul 2010-09-02 13:14:56 34 comptables, on en recense 3 noirs, 2 seulement... Aziz ose encore parlé d'égalité, de justice, de démocratie et surtt de corruption. n'est-il pas là une forme de gabégie ?

pfffffffffffffffffff a quand le changement Mr le Président ? à quand la parité ? à quand l'égalité ?



maatala

maatala a dit…

Salam

Lu pour Couly le caniche de ces messieurs sur taqadoumy

"Taya insulte Ely
02-09-2010
Selon des sources bien informées, le président déchu en 2005, Maaouiya Ould Sid’ahmed Taya a proféré des insultes dégradantes à l’égard de son tombeur, Ely Ould Mohamed Vall invité de l’Emir du Qatar. Selon ces mêmes sources, Taya aurait traité Ely de « chien » avant que n’intervienne l’Emir du Qatar pour calmer le jeu entre les deux ennemis. L’altercation aurait été telle, que les autres conviés à la réception aurait commencé à prêter attention à ce qui se passait entre les deux hommes.

Le jour de son renversement par son directeur de sureté et homme de confiance pendant 19 ans, Ely Ould Mohamed Vall, Maaouiya avait déclaré par une voix abattue sur les ondes de RFI « dieu préserve moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge ».

--------------------------------

Entre le dictateur et le voleur, la rancune est tenace dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

A croire les maliens ou ne pas les croire? Ils pointent le doigt sur qui? moi je ne les crois plus beaucoup. A-

====
Le véhicule du kamikaze de Nema ne viendrait pas du Mali


Le véhicule utilisé le 25 août à Néma en Mauritanie lors d’une tentative d’attentat revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) n’était "pas immatriculé" au Mali, a affirmé jeudi 2 septembre une source militaire malienne, démentant une information de source mauritanienne.

"Je déments formellement. Le véhicule de Néma n’était pas du tout immatriculé au Mali", a déclaré à l’Afp un responsable militaire malien haut placé.

Le Mali en a assez des procès d’intention!

Une source militaire mauritanienne avait indiqué la semaine dernière que le véhicule portait une immatriculation malienne. Le Mali en a "assez des procès d’intention", ont voulu faire savoir jeudi plusieurs hauts-gradés de l’armée malienne rencontrés par l’Afp.



"La lutte contre le terrorisme n’est pas l’affaire du Mali seul", a renchéri une autre source sécuritaire. "On nous accuse d’être le maillon faible de cette lutte. Mais d’où viennent les terroristes, quel est leur passé, quels sont leurs complices? Le Mali n’a pas à avoir honte. Pour nous, la lutte est globale ou ne sera pas", a ajouté cette source.

Ces derniers mois, le Mali avait plutôt fait le choix de ne pas répondre aux accusations de ses détracteurs dans la région, notamment les militaires de pays voisins qui l’accusaient "de faiblesse dans la lutte contre Aqmi".








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Tahalil Hebdo (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Eywa el hamdoullilahi. Il faut essa fermer cette boutique definitivement. A-
===
La saignée au sein de l’organisation terroriste se poursuit
Reddition de 3 “émirs” du GSPC
Par : NEïLA B.
Lu : (8399 fois)

Près de trois mois après la reddition de l’“émir” Touati Othmane, alias Abou El-Abbas, juge et mufti du GSPC et bras droit de Droukdel, trois “émirs” viennent de se livrer aux autorités cette semaine à Bouira, Aïn Defla et Tipasa dont l’“émir” de katibat El-Farouk qui s’est rendu hier, tôt dans la matinée, aux services de sécurité dans la wilaya de Bouira, apprend-on de sources sécuritaires.

Le chef terroriste Oukad Attia, alias Abou Djendel, 43 ans, s’est finalement rendu après 15 ans passés au maquis. Il a activé au sein de différents groupes terroristes du GIA, avant de rejoindre, plus tard, Hassen Hattab qui venait de créer le GSPC. Il a été convaincu par le dernier appel du juge et mufti du GSPC, en l’occurrence Abou Abbas, qui s’est rendu, lui aussi, en fin du mois de mai aux services de sécurité. Abou Djendel aurait répondu à l’appel lancé à travers les ondes de radio Coran par Abou El-Abbas qui avait exhorté les terroristes encore en activité à se rendre.
Ainsi, selon notre source, Abou Djendel aura suivi les derniers “conseils” de reddition de ce mufti à travers ses appels lancés à travers radio Coran la semaine passée. Cette radio est largement suivie au sein des maquis islamistes. Les chefs terroristes le permettent en raison du contenu religieux de ce média. À ce propos, la phalange d’El-Farouk est considérée comme la plus importante katibat du GSPC qui écume plusieurs maquis à Boumerdès, Bouira et Tizi Ouzou. Le chef de cette phalange aurait bénéficié d’une “promotion” puisqu’il a été nommé, il y a quelques mois à peine, comme “émir” après la reddition de son ex-“émir” Mansouri Ahmed, alias Abdejabbar. Sa reddition a été suivie aussi par celle de Grik Ahcene.
Droukdel visait par cette nomination à renforcer la direction de l’organisation terroriste d’autant que Abou Djendel est connu comme un terroriste radical du GIA qui a succédé à d’anciens chefs.
La reddition de ce terroriste porte un coup dur à l’organisation puisque les phalanges El-Ghouraba, El-Moutaâhidoune, El-Houda et El-Forqane ont rallié tour à tour El-Farouk qui tente de résister à l’action antiterroriste devant le recul du recrutement et la vague de redditions qui touche de plus en plus le GSPC.

Anonyme a dit…

A-,
les maliens veulent nous dire par là que oui leur territoire servent de rempart aux djihadistes mais que ce sahara sans les mauritaniens et algériens qui forment les troupes d'Aqmi est un havre de paix.

Garder vos enfants est le Nord malien ne fera pas de mal à personne.

En réalité ils ont à moitié raison sauf que les troupes d'Aqmi sont de de plus constituées des arabes de MALI.
FILSDUBLED

Anonyme a dit…

lu pour A-,
Edito : Abdel Aziz dans le texte


Le Républicain, 17/08/2010

L’interview de Mohamed Ould Abdel Aziz (JA du 15 au 28 août) n’est pas pour décanter une affaire dans laquelle le seul acquis semblait être la participation des troupes françaises dans le raid anti Aqmi du 22 juillet dernier, au Nord du Mali. Or même là, le président mauritanien ne fait pas de concessions. La France n’a accordé que quelques renseignements et moyens logistiques à cette opération destinée à prévenir une attaque salafiste -ce qui aurait relevé de l’absurde- contre une base mauritanienne solidement défendue. Aziz, par ses « éclairages » jette plus d’ombre sur la France officielle qui, dans cette affaire, n’aura été ni de totale clarté ni de grande cohérence.

Mais le Mauritanien va plus loin en soutenant, alors que les Maliens restent encore interloqués par le baroud aussi méprisant qu’infructueux, qu’ATT était informé et à temps. La révélation, pour peu qu’elle soit crédible, -donc pas de la même veine que la réfutation un peu trop grosse de la participation de troupes françaises- peut avoir pour objectif de causer un double dégât.

D’abord, montrer aux Maliens que le silence officiel de leur président tient de l’embarras. Ensuite, retourner Aqmi contre des « objectifs » spécifiquement maliens, en la persuadant d’une sorte de duplicité de Bamako. C’est d’abord une contradiction sur la « variable Mali ». Aziz avait assuré, le 24 juillet, qu’il usait de son droit de suite conclu entre les états riverains de la menace salafiste.

Or en l’occurrence, il ne pouvait y en avoir car il n’y avait pas d’action de poursuite, mais d’une action préventive, comme il continue de le dire lui-même. Ensuite, vu le discours mauritanien tendant à faire du Mali plus un problème qu’une solution dans la lutte antiterroriste, que Bamako ait été dans le coup. A moins que le discours hostile de certains de nos voisins n’ait pour but de cacher leur déficit démocratique criard.

Notamment à Nouakchott dont l’establishment, dans son complexe arabo-maghrébin atavique, continue à faire très peu cas de sa composante négro-mauritanienne. Mais bravo tout de même au président mauritanien pour l’opération de com qui séduit des occidentaux aveuglés par la cataracte Aqmi. Au point de n’avoir pas vu l’interview dans le même temps du chef emprisonné de la branche mauritanienne d’Aqmi du fond de sa cellule, promettant l’enfer à Sarkozy pour l’affront du 22 juillet !

Adam Thiam

Anonyme a dit…

lu pour A-,
Edito : Abdel Aziz dans le texte


Le Républicain, 17/08/2010

L’interview de Mohamed Ould Abdel Aziz (JA du 15 au 28 août) n’est pas pour décanter une affaire dans laquelle le seul acquis semblait être la participation des troupes françaises dans le raid anti Aqmi du 22 juillet dernier, au Nord du Mali. Or même là, le président mauritanien ne fait pas de concessions. La France n’a accordé que quelques renseignements et moyens logistiques à cette opération destinée à prévenir une attaque salafiste -ce qui aurait relevé de l’absurde- contre une base mauritanienne solidement défendue. Aziz, par ses « éclairages » jette plus d’ombre sur la France officielle qui, dans cette affaire, n’aura été ni de totale clarté ni de grande cohérence.

Mais le Mauritanien va plus loin en soutenant, alors que les Maliens restent encore interloqués par le baroud aussi méprisant qu’infructueux, qu’ATT était informé et à temps. La révélation, pour peu qu’elle soit crédible, -donc pas de la même veine que la réfutation un peu trop grosse de la participation de troupes françaises- peut avoir pour objectif de causer un double dégât.

D’abord, montrer aux Maliens que le silence officiel de leur président tient de l’embarras. Ensuite, retourner Aqmi contre des « objectifs » spécifiquement maliens, en la persuadant d’une sorte de duplicité de Bamako. C’est d’abord une contradiction sur la « variable Mali ». Aziz avait assuré, le 24 juillet, qu’il usait de son droit de suite conclu entre les états riverains de la menace salafiste.

Or en l’occurrence, il ne pouvait y en avoir car il n’y avait pas d’action de poursuite, mais d’une action préventive, comme il continue de le dire lui-même. Ensuite, vu le discours mauritanien tendant à faire du Mali plus un problème qu’une solution dans la lutte antiterroriste, que Bamako ait été dans le coup. A moins que le discours hostile de certains de nos voisins n’ait pour but de cacher leur déficit démocratique criard.

Notamment à Nouakchott dont l’establishment, dans son complexe arabo-maghrébin atavique, continue à faire très peu cas de sa composante négro-mauritanienne. Mais bravo tout de même au président mauritanien pour l’opération de com qui séduit des occidentaux aveuglés par la cataracte Aqmi. Au point de n’avoir pas vu l’interview dans le même temps du chef emprisonné de la branche mauritanienne d’Aqmi du fond de sa cellule, promettant l’enfer à Sarkozy pour l’affront du 22 juillet !

Adam Thiam

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"L’opposition doit changer de visage…..


Alors que les présidents du pays ont changé de gré ou de force, que la majorité présidentielle s’est désintégrée au fils des évolutions politiques locales, voilà que nous constatons que l’opposition présente invariablement les mêmes visages, les mêmes personnes et, surtout, les mêmes approches stratégiques face au pouvoir et à l'avenir de la Mauritanie.

Comble du ridicule, un leader et non des moindres vient de donner récemment dans le cadre d’une interview accordée à une publication étrangère, l’explication de sa longévité à la tête du parti qu’il dirige sans partage depuis plus d’une décennie, voire plus…

La raison a dit ce dirigeant « c’est que les militants sont des mordus de leur Chef ! ». Vous avez compris peut être qu’il s’agit du Chef de l’APP, M. Ould Boullkheir.



Autre exemple, et non des moins choquants, c’est le cas du RFD, dirigé sans partage par Ahmed Ould Daddah depuis près de vingt ans, l’homme dont les convictions politiques, l’expérience …et l’âge, n’ont pas réussi à le convaincre de céder sa place à un autre cadre de son parti pour donner du sang neuf et surtout pour recréer une base populaire aujourd’hui plus que disparate.

Les autres partis de moindre poids ne donnent guère un meilleur exemple : c’est le cadre du PRDR, de l’AJD, de l’UFD, toujours logés à la même enseigne dirigeante, les mêmes personnes, les mêmes comparses, pour ce qui est de leurs équipes frontales.

Comment expliquer alors que notre opposition réclame constamment le changement auprès du pouvoir et dans leurs messages politiques alors que ses leaders se maintiennent en place contre vents et marées. En dépit de leurs échecs aux élections et aux différents scrutins nationaux majeurs?

La question est bien là et c’est ce qui explique probablement le cumul des déceptions à l’issue des différents rendez vous électoraux du pays. Convaincus qu’ils sont des leaders historiques inchangeables, qu’ils sont porteurs de légitimité populaire pour la vie éternelle, les Chefs politiques de l’opposition ont commis une erreur de jugement et de stratégie politique fatale.

Mais le plus grave est que cette stratégie d’un autre âge a porté préjudice, non seulement, à leurs militants, sans cesse acculés à digérer leur échec politique, mais elle a aussi contribué à créer la prédominance des nouveaux venus sur la scène politique. Le cas de Ould Abdel Aziz est bien là pour l’illustrer.

Le candidat de 2009 à la présidentielle au nom de l’UPR a joué le changement… Et il l’a emporté haut la main. Ses challengers, eux, ne pouvaient jouer cette carte, car le changement, eux, ils ne pouvaient l’apporter, alors qu’ils se maintiennent tous pratiquement depuis près de deux décennies à la tête de leurs partis. Dans ces conditions, il est évident, que ces différents leaders se doivent de tirer des conclusions dans l’intérêt bien compris de leurs formations politiques et dans l’intérêt de la démocratie mauritanienne.

Il est bien évident aujourd’hui que ces « chefs traditionnels » de notre scène politique ont perdu la main, accrochés qu’ils sont à diffuser constamment des signaux politiques tournés vers le passé, incapables d’innover un idéal national porteur de popularité, et fatalement déphasés par rapport aux réalités de notre époque et, surtout, des réalités de notre pays.

L’orientation à prendre devra être de redéfinir de nouveaux règlements internes au seins de leurs formations et recruter ainsi de nouveaux leaders politiques en leur sein, leaders charismatiques, à même de susciter un engouement national et surtout capables de mobiliser les foules lors des futurs scrutins politiques.

Source : KANTAKI

maatala

Anonyme a dit…

un déluge sur nktt ce soir.
esperons qu'il n y ait pas de victimes

Anonyme a dit…

lu pour A-,

Décidement Aziz s'en sort à merveille pouvoir satisfaire français et espagnol en même temps ;
Pour les français preter une main pour liberer le vieux germaneau et pour les espagnols liberer sahraoui en catimini le resultat ne se fait pas tardé.

Alkhabar.com
Madrid vend à la Mauritanie un avion à 100 euros seulement
Nouakchott récompensée pour son aide dans la libération des otages espagnols


Des sources médiatiques ont indiqué que le conseil des ministres espagnoles a accepté, hier, de céder au gouvernement mauritanien un avion de contrôle maritime à un prix symbolique de 100 euros.
La même source a indiqué que l’avion est de type S212 et appartenait à l’aviation espagnole basée à Swan San Juan à Majorque.
Selon le gouvernement espagnol, cette concession s’inscrit dans le cadre de l’application des conventions ratifiées avec la Mauritanie dans le cadre de la guerre contre l’immigration clandestine et le terrorisme. Elle s’inscrit, également, dans le cadre du protocole ratifié entre les deux ministères de la défense Mauritanien et Espagnole.
Cependant, des sources bien informées des questions du Sahel ont qualifié cette transaction de reconnaissance de la part de l’Espagne au gouvernement et au président Mauritanien, M. Oueld Abdelaziz, qui a été derrière le succès de l’opération d’échange des otages avec Mokhtar Belmokhtar.
Il est à rappeler que la Mauritanie a répondu aux exigences d’Al-Qaida au Sahel portant l’extradition d’Omar Es Sahraoui au Mali sous prétexte qu’il est recherché par le gouvernement d’Amadou Toumani Touré. Une information qui s’est, ensuite, avérée infondée, après la libération des deux otages espagnols après que le gouvernement espagnol ait versé une rançon estimée entre 7 et 8 millions d’euros.
Cette transaction a représenté, pour les espagnols, un grand succès diplomatique comparé aux français qui ont échoué à libérer l’otage français Germaneau des mains d’Abou Zeid, le 22 juillet dernier au Sahel.

filsdubled

Anonyme a dit…

Salam

Des sources médiatiques ont indiqué que le conseil des ministres espagnoles a accepté, hier, de céder au gouvernement mauritanien un avion de contrôle maritime à un prix symbolique de 100 euros."

--------------------------------

Merci au noms des cocus dépressifs

Cependant il y a une question qui me questionne (lol):

Sommes nous en mesures de payer les 100 E ?

Vu les circonstances, un planeur de surveillance maritime cela ne règle pas nos problèmes du moment: le surveillance du désert à la recherche des cafards qui s'y pavanent.

1OO E c'est La HCHOUMA dit le fou.

maatala

Bebe BA a dit…

Affaire Omar Es-sahraoui : des journaux algériens accuse la Mauritanien d’avoir empoché le prix de sa transaction avec l’Espagne pour la libération des deux humanitaires qui étaient retenus par AQMI
Les journaux algériens ont qualifié l’octroi par le gouvernement espagnol d’un avion de reconnaissance à la Mauritanie au prix symbolique de 100 euros « de reconnaissance de la part de Madrid au président Ould Abdel Aziz » pour le rôle joué par Nouakchott dans la transaction avec Moctar Belmoctar alias Belaour ayant conduit à la libération des deux humanitaires espagnols. »
Pour le journal « Al Khabar », la livraison de cet avion entre dans le cadre de la libération d’Omar Es-sahraoui et son « extradition » vers le Mali.
Le journal algérois n’a pas hésité d’accuser la Mauritanie d’avoir « accepté les conditions d’Al Qaeda en acceptant de transférer Omar Es-Sahraoui au Mali sous prétexte qu’il est réclamé par le gouvernement d’Amadou Toumani Touré, ce qui s’est révélé par la suite être sans fondement, les deux otages ayant été libérés contre le payement d’une rançon comprise entre 7 et 8 millions d’euors », selon ce journal.

Le journal qualifie la transaction de succès diplomatique pour l’Espagne par rapport à l’approche de la France qui a échoué dans sa tentative de libération de Michel Germaneau qui était détenu par Abu Zeid. Pour « Al Khabar », l »e succès du gouvernement Zapatero dans cette affaire est derrière le soutien militaire que Madrid vient d’octroyer à la Mauritanie.

SAHARA MEDIAS

Anonyme a dit…

Pourquoi gêné? Avec la prostition du Mali rt de l'algérie, le burkina reprend les choses en main. Bamako: y en a marre. A-

Bamako gêné par l’accusation portée contre certains maliens d’être en connivence avec AQMI.


Un responsable sécuritaire malien a révélé que son pays est indisposé par les accusations de connivence avec Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) que certains n’hésitent pas à lui porter. Et ce responsable de dire que le « Mali est le maillon faible et tout le monde l’accuse, mais il est de notre droit de nous demander quels sont les maliens en relation avec AQMI ? ».

Le responsable malien a nié, dans une déclaration à l’Agence France Presse, le fait que la voiture utilisée par le kamikaze dans l’opération de Néma, le 25 août dernier, porte une immatriculation malienne, ajoutant qu’il ne s’agit que « d’allégations ».

Un général américain en activité à Africom (commandement en Afrique) avait déclaré récemment à l’agence Reuters à Londres que Bamako joue un rôle important dans l’existence de conditions favorables à l’action d’AQMI dans la zone.



Il a ajouté que le Mali est allié avec Al Qaeda pour faire chantage à l’Europe, précisant que « le payement de rançons encourage AQMI à continuer son activité et ouvre son appétit vers un développement qui peut être plus dangereux ».

Le général américain a même laissé entendre que le payement des rançons « ne doit pas être considéré seulement comme une manière de sauver la vie d’otages en danger mais un grand risque que l’on fait peser sur celle de tous les ressortissants étrangers se trouvant au Sahel. »

Anonyme a dit…

Les ikhwan moderés? Mon oeuil. Je ne cliquerai amais sur ikhwanbook. A-

===


Bientôt une réplique musulmane de Facebook

Samedi, 04 Septembre 2010 19:09

Les Frères Musulmans, principal groupe de l'opposition en Egypte, projette d'apporter la réplique au célèbre réseau "Facebook" à partir du mois de septembre prochain, pour promouvoir un Islam modéré, selon l'Agence France Presse, reprise la semaine dernière par le journal "Le Figaro".

Le nouveau réseau sera formellement lancé en septembre prochain "après les travaux techniques sous l'appellation de Ikhwanbook".


Il vise à "promouvoir un Islam modéré, faire comprendre aux gens et éclairer sur ce que nous sommes" selon Mohamed Morsi, membre du Bureau Politique des Frères Musulmans.

Le même haut responsable avertit que la constitution "de groupes indécents" grâce au nouveau réseau ne sera pas permise.

Dans le passé, rappelle-t-on, les Frères Musulmans ont déjà imité des sites à succès tels que You Tube ou Wikipédia.

Cependant, le projet "Ikhwanbook" est la cible de critiques au sein de la mouvance politique, certains estimant notamment "qu'il va isoler la confrérie".

Facebook est un réseau social qui rassemble des personnes proches ou inconnues.

Il compterait 500 millions de membres actifs à travers le monde depuis décembre 2009.

Cet outil permet à de vieilles connaissances de se retrouver après plusieurs années d'absence de contacts.

Toutefois, dans l'utilisation de Facebook on note parfois quelques dérives dont sont victimes les individus d'un âge jeune.

Le non « Frères Musulmans » désigne un groupe politique de l'opposition égyptienne fondé en 1928, avec au programme "la renaissance islamique et la lutte contre l'influence occidentale".

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

Ne prete pas beaucoup à la presse chez nous. Chaque journal travaille pour un pays. Les vraies info, il faut les chercher dans les blogs. Les blogs en anglais sont plus libres, mais faire attention: ils me connaissent et ne me font pas trop chier parcequ'ils savent que les mauritaniens savent mieux qu'eux. Fais attention à ce qu'on publie chez nous: ce sont tous des peshmergas. Les plus serieux sont plus faux. A-

Anonyme a dit…

Ano foté,

Tu l'a bouclée. Les gens se rendent compte maintenant que tu es un imbécile. Ne m'attaque plus jamais sur ce que je dis sur mon pays. Otherwise, I will fuck you real good. Tu es un imbécile. A-

Anonyme a dit…

A-
si les jouneaux mauritaniens sont peshmergas(qui ne l'est pas?) pourquoi ne crées-tu pas un journal au lieu de recommander des blogs de merde Tu ne fais pas mieux que les journux avec tes copiés collés et tes pirouettes . Chaque fois qu'un idiot publie une idée quelque part, hop! tu l'as pique! le lendemain tu vois une autre idée ailleurs et hop tu l'as repiques. T'as pas d'idées toi! t'es un plagieur copieur colleur hableur peshmerdeur et surtout emmerdeur
Abou Zeid

Anonyme a dit…

Bonjour les amis,

la Mauritanie toussote,
est alitée, grelote

Je suis entrain d'être libéré ce soir le 27 Ramadan. Les chaîne m'ont beaucoup fait souffrir durant le Ramadan.

Bonne fin de Ramadan

Znagui (ancien Sanhaji)

Anonyme a dit…

Bonne fin de Ramadan à toi aussi znagui ex-Sanhaji. Si tu es znagui, nous le sommes tous ici et avec "pride". Bonne fin de Ramadan à tous les zamis ici. A-

Anonyme a dit…

Abu Zeid enta tu est tombé sur la tête walla? Depuis quand tu es journaliste? Moi je ne suis pas journaliste et ne coupe pas et colle: je prends, je balance et fais mon commentaire. Libre à toi et à tes amis de la presse d'être d'accord ou pas. Et pourtnt je vous lis tous les jours.Si ce que je balance ici d'ailleurs est de la mierda, ce n'est pas mon problème comme ce n'est pas moi qui l'a écrit. Je fais mes commentaires et un point à la ligne.

Reflechis un peu: combien d'articles d'ailleurs que vous avez coupé et collé sans reflechir depuis disont 2002 pour mettre l'opinion publique sur la mauvaise piste, face au danger que le pays court? Des milliers? Ma position est que je veux du journalisme responsable et pas du peshmarguisme. Par ailleurs, avec la majeure partie d'entre vous, vos histoires et analyses ne tiennent jamais la route. Soit tu me lis mal, soit tu n'es pas honnête avec toi-même.
Si je dis une chose sur laquelle tu n'es pas d'accord, il y a deux options: dire son contraire ou se taire. Bonne fin de Ramadan Mubarak et évites des sorties de ce genre. C'est contre-productif. A-

=======
Alioune a dit:

A-
si les jouneaux mauritaniens sont peshmergas(qui ne l'est pas?) pourquoi ne crées-tu pas un journal au lieu de recommander des blogs de merde Tu ne fais pas mieux que les journux avec tes copiés collés et tes pirouettes . Chaque fois qu'un idiot publie une idée quelque part, hop! tu l'as pique! le lendemain tu vois une autre idée ailleurs et hop tu l'as repiques. T'as pas d'idées toi! t'es un plagieur copieur colleur hableur peshmerdeur et surtout emmerdeur
Abou Zeid

Anonyme a dit…

Trois mois de salaire comme indemnité de départ, c'est peu. Sauf si on a fait quelque chose comme un an au poste.

Pourquoi ould Khattri l'ex-DG n'est pas jugé ou liberé? Personne n'en parle comme pour le cas de Oum El Khairy. Quelqu'un l'a certainement oublié en prison. De la minution pour Birame. A-

=====

Procapec : Option de départ volontaire pour 400 employés sur 800


L’agence pour la Promotion des Caisses d’Epargne et de Crédit (Procapec) a ouvert la porte à ses travailleurs pour un départ volontaire contre le payement de trois mois de salaires.

La direction de cette structure de microcrédit cherche ainsi à ramener le nombre de ses travailleurs de 800 actuellement à 400, en privilégiant le départ volontaire avant d’être contrainte à établir elle-même la liste de ceux dont elle juge devoir se passer de leurs services.

Cette mesure a soulevé de vives protestations au niveau des syndicats des travailleurs qui ont menacé de se dresser contre l’application de la volonté de la direction de Procapec qui « risque de provoquer le désarroi de plusieurs familles et d’augmenter le rang des chômeurs dans le pays », selon les propos d’un leader syndical.












Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Sur Droukdel. Vrai ou faux? Seul abou zeid connaît. A-
====

http://www.algeria-watch.org/fr/article/mil/groupes_armes/reddition_compromise.htm

Anonyme a dit…

Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération
Secrétariat Général

Secrétaire Général : Hasni Ould Fqih, Professeur de l'Enseignement Supérieur.

------------------------------

Prof de quoi dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Obama peut-il ou doit-il se retirer de l'irak en ce moment? Les mots d'un prix nobel:

«Nous avons amené la torture, les bombes à fragmentation, l’uranium appauvri, d’innombrables assassinats commis au hasard, la misère, la dégradation et la mort au peuple irakien, et on appelle ça apporter la liberté et la démocratie au Proche-Orient.»

Harold Pinter (Prix Nobel de littérature)

A-

Anonyme a dit…

Salam

Cher Znagui

Bon retour à la Casa

maatala

Anonyme a dit…

Courageux mauritanie 24
==

Les dérives de la presse algérienne


Le gouvernement espagnol, réuni le vendredi 04 septembre 2010, sous la présidence de José Luis Rodriguez Zapatero, a accepté de céder au gouvernement de notre pays, un avion de reconnaissance à un prix symbolique de 100 euros. L’aéronef est de type S212 et appartenait à un régiment de l’armée de l’air espagnole basé à Swan San Juan dans les îles Baléares. Cette concession entre dans le cadre de l’application des conventions bilatérales ratifiées entre les deux pays. Elle s’inscrit, également, dans le cadre du protocole ratifié entre les deux ministères de la défense. D’ailleurs, depuis mars dernier, plusieurs pilotes mauritaniens de la DIRAIR, ont séjourné en Espagne, le but étant de les familiariser avec ce nouveau type d’appareil. Et le Président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a fait du développement et de la modernisation de l’armée mauritanienne une priorité des priorités dès son arrivée au pouvoir, a tenu avant tout à “muscler” l’armée de l’air face à la montée du terrorisme. Mais cette concession a été l’occasion pour le quotidien algérien « Al-Khabar » , proche d’une officine des renseignements, de s’en prendre à la Mauritanie et à son Président, dans son édition du samedi 04 septembre 2010. Selon ce journal, "Nouakchott est récompensée pour son aide dans la libération des otages espagnols". Cette « information » pourrait être mise sur le compte des nombreuses dérives de la presse algérienne. Que dirait « Al-Khabar » des rumeurs persistantes faisant état de manipulations d’Al Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) par les services spéciaux algériens, qui bénéficiaient d'agents infiltrés au sein du mouvement. La présence d'anciens militaires et de gendarmes algériens déserteurs au sein des cercles dirigeants d’Aqmi est de nature à entretenir de telles rumeurs. Et puis le GSPC n'a jamais, à titre d’exemple, perturbé en rien la ruée vers l'or noir en Algérie: jamais un mètre de pipeline de la SONATRAC n'a explosé, jamais un expatrié n'a été effrayé, jamais un attentat n'a été perpétré contre une installation, ni une menace proférée contre la sécurité du personnel étranger de la société pétrolière algérienne. Bien que le lien entre le GSPC et les services spéciaux algériens fût depuis longtemps soupçonné, l’attaque de Lemgheyti a réaffirmé ce lien. Ajoutant à cela, le fait qu’une centaine d’hommes armés puissent disparaître au milieu du Sahara sans que les autorités algériennes ne puissent les localiser est un autre indice du lien étroit entre le régime algérien et le GSPC qui n’est autre qu’une pure création du pouvoir algérien qui voulait isoler le GIA en y créant une dissidence. Aujourd'hui ce qu'on appelle AQMI qui est lui même une émulation du GSPC lui même une autre émulation du GIA Algérien est aujourd’hui subdivisé en 4 groupes : "El Moulethemine", "Taregh ibn Ziyad", "El Vourghane" ,"Al Ansar ” et "El Vourghane" C’est à cette dernière qu’appartenait le peloton d’élite d’Aqmi qui a été détruit par l’armée mauritanienne dans son raid fin juillet au nord du Mali. Cela a, parait-il, fait mal à certains…

Mauritanie24

Anonyme a dit…

Courageux Mauritanie 24. Bravo. Hna lahi nakhlaw si on dit la verité? A-
==

Les dérives de la presse algérienne


Le gouvernement espagnol, réuni le vendredi 04 septembre 2010, sous la présidence de José Luis Rodriguez Zapatero, a accepté de céder au gouvernement de notre pays, un avion de reconnaissance à un prix symbolique de 100 euros. L’aéronef est de type S212 et appartenait à un régiment de l’armée de l’air espagnole basé à Swan San Juan dans les îles Baléares. Cette concession entre dans le cadre de l’application des conventions bilatérales ratifiées entre les deux pays. Elle s’inscrit, également, dans le cadre du protocole ratifié entre les deux ministères de la défense. D’ailleurs, depuis mars dernier, plusieurs pilotes mauritaniens de la DIRAIR, ont séjourné en Espagne, le but étant de les familiariser avec ce nouveau type d’appareil. Et le Président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a fait du développement et de la modernisation de l’armée mauritanienne une priorité des priorités dès son arrivée au pouvoir, a tenu avant tout à “muscler” l’armée de l’air face à la montée du terrorisme. Mais cette concession a été l’occasion pour le quotidien algérien « Al-Khabar » , proche d’une officine des renseignements, de s’en prendre à la Mauritanie et à son Président, dans son édition du samedi 04 septembre 2010. Selon ce journal, "Nouakchott est récompensée pour son aide dans la libération des otages espagnols". Cette « information » pourrait être mise sur le compte des nombreuses dérives de la presse algérienne. Que dirait « Al-Khabar » des rumeurs persistantes faisant état de manipulations d’Al Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) par les services spéciaux algériens, qui bénéficiaient d'agents infiltrés au sein du mouvement. La présence d'anciens militaires et de gendarmes algériens déserteurs au sein des cercles dirigeants d’Aqmi est de nature à entretenir de telles rumeurs. Et puis le GSPC n'a jamais, à titre d’exemple, perturbé en rien la ruée vers l'or noir en Algérie: jamais un mètre de pipeline de la SONATRAC n'a explosé, jamais un expatrié n'a été effrayé, jamais un attentat n'a été perpétré contre une installation, ni une menace proférée contre la sécurité du personnel étranger de la société pétrolière algérienne. Bien que le lien entre le GSPC et les services spéciaux algériens fût depuis longtemps soupçonné, l’attaque de Lemgheyti a réaffirmé ce lien. Ajoutant à cela, le fait qu’une centaine d’hommes armés puissent disparaître au milieu du Sahara sans que les autorités algériennes ne puissent les localiser est un autre indice du lien étroit entre le régime algérien et le GSPC qui n’est autre qu’une pure création du pouvoir algérien qui voulait isoler le GIA en y créant une dissidence. Aujourd'hui ce qu'on appelle AQMI qui est lui même une émulation du GSPC lui même une autre émulation du GIA Algérien est aujourd’hui subdivisé en 4 groupes : "El Moulethemine", "Taregh ibn Ziyad", "El Vourghane" ,"Al Ansar ” et "El Vourghane" C’est à cette dernière qu’appartenait le peloton d’élite d’Aqmi qui a été détruit par l’armée mauritanienne dans son raid fin juillet au nord du Mali. Cela a, parait-il, fait mal à certains…

Mauritanie24

Anonyme a dit…

A-
Ente zreyrit we akhbarek yassre.

Anonyme a dit…

il a dit:

A-
Ente zreyrit we akhbarek yassre.

7 septembre 2010 00:57

------------
Manek tayeb

Anonyme a dit…

Bonne fin de Ramadan pour vous tous et particulièrement pour mon frère Sanhaji, qui parait-il était enchainé avec les génies durant tout ce mois béni.
Pour mon frère Maata, Hasni, nouveau SG du MAEC est prof de philo. IL était conseiller chargé des affaires culturelles pendant plus de 10 ans en Algérie, puis 1er conseiller en Tunisie 2007 et dernièrement en Egypte 2010. Ce type est sérieux, son choix n'est pas du tout mauvais.
Je ne peux terminer sans remercier mon frère A-, qui a toujours montré son attachement pour la famille CANALH et en particulier pour ses "Roses".

Citoyenne

Anonyme a dit…

S'il a felicité son remplaçant, il est civilisé. A-

===

Ould Dadde félicite son successeur


L’ex commissaire aux droits de l’Homme, à l’Action humanitaire et aux Relations avec la Société civile, Mohamed Lemine Ould Dadde, s’est abstenu d’infirmer ou de confirmer les rumeurs qui courent à son propos depuis plus d’une dizaine de jours.

Pas un traite mot sur le passage de l’IGE, ni sur la mise en demeure qui le sommerait à reverser au Trésor public 271 millions UM et moins sur son soi-disant refus de débourser quoi que ce soit à qui que ce soit. Sur ces points, le silence de l'homme est de plomb.

Par contre, Ould Dadde se dit serein et se considère tout simplement comme un ministre qui a été remercié. Pour lui, rien du tout n'a changé. Il reste fervent partisan du changement qui s’est opéré il y a deux ans en Mauritanie et un soutien actif et fidèle au président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz.



L’ancien père de la Cyber opposition mauritanienne a comme un moral de fer. La preuve ? Il a téléphoné hier nuit à son successeur à la tête du Commissariat pour le féliciter et lui souhaiter plein succès dans ses nouvelles responsabilités.

Ahmed Ould Soueidi








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : RIM 24 (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Tu as dit: A-
Ente zreyrit we akhbarek yassre.

7 septembre 2010 00:57
===
Ma reponse: Choukran. Je ne sais pas pourquoi tu perds les pédales à cause de ce que disent les autres. Cela ne te convient pas? Soit tu sautes les commentaires idiots, soit tu donnes ton point de vue ou tu te tais. Je crois que c'est toi qui a écrit le mot pour ano foté et tu as signé à ma place. Ça ne trompe pas, on a des gens comme toi tout le temps et on est vacciné ici. Bonne fête de Ramadan.

A-
==

Si tu cherches à imposer tes points de vues ici sans que quelqu'un les debate, tu perds ton temps.

Tu me liras ce motto de canalh ci-dessous. Le clientelisme fait partie des crimes jugés ici:

"Un groupe d'amis qui partagent certaines idées. C'est aussi simple que ça. Ces idées sont assez utopiques : croire en la possibilité d'avoir un pays libre, démocratique, prospère, uni dans lequel chacun, d'où qu'il vienne, aura droit de cité. Un pays où la corruption, le vol du bien public, le clientélisme seront ce qu'ils sont ailleurs : des délits et des crimes. Personne ne cherche à imposer ses points de vue, mais personne n'accepte de céder la moindre parcelle de sa liberté".

Anonyme a dit…

Tout le plaisir est pour moi, Citoyenne, ma rose. Bonne fin de ramadan à toi et à nos autres soeurs Bebe Ba, bl, Bilkiss (tu as laché ton mari de barbu walla?)MD, qui sans elles, ce canalh serait vraiment ennuyant. Sayanora. A-

Anonyme a dit…

A- tu traites maintenant Mauritanie 24 de "courageux"! toi qui le qualifiait hier de "crapule" quand il attaquait l'eleveur de chiots ould Daddé
A- tu me fais pitié. un jour tu es sur jupiter le lendemain tu es sur Saturne. Sois constat à moins que ce soit je presume "l'effet bibine"

Anonyme a dit…

Ano,

Il n y a que les imbéciles qui ne changent pas d'idées. Si un article me plaît, je commente positivement. S'il ne me plait pas, je commente negativement. Mauritanie 24 a gravement fauté en condamnant Ould Daddé avant même son jugement par une cour quelconque. A-

Anonyme a dit…

A-,

il est bizarre ce mec, zappe ses msgs khalih yehchim.

Anonyme a dit…

Abou Zeid,

Je ne suis pas le seul à prendre au sérieux la presse extérieure. Azzizzo est appramment très faché avec cette histoire de 100 euros, le coucou espagnol et Oumar le sahraoui. Avec photos à l'appui. A-

==

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=47132

Anonyme a dit…

A-
أو آ الناقص

أنت تخترع أشخاصا من نسج خيالك المريض كي يتجاذبوا معك أطراف النقاش على هذه المدونة وكل ذلك من أجل أن تعطي أهمية للترهات التي تكتبها

أنت تستخدم القص واللصق ولم يحدث في تاريخ هذه المدونة أن أثرت عنك ومضة عبقرية بل على العكس من ذلك فأنت تكره الأشخاص المتميزين وتهاجمهم متخفيا وقد فعلت هذا مع خليل بللا غي ومع فلان أيضا

لو كنت مكانك لالتزمت جنب الحائط وثابرت على تكرار: سترك يا رب

Anonyme a dit…

Sur Ould Daddé et les 250 millions et quelques. Paraît qu'une grosse partie a été utilisée pour la campagne electorale et que Ould Daddé n'était pas si proche de azzizzo. Aussi que Ould dadé est virable parcequ'il n'a pas derrière lui une tribu forte politiquement. Bizarre; c'est cette tribu qui a donné les kadihines. De Kal du blog "Moor Next Door". A-

====

1. Human rights minister fired. Mauritania’s, Human Rights Minister, Mohamed Lamine Ould Daddah was dismissed and promptly replaced by Mohamed Abdellahi Ould Khatr. The Minister is accused of embezzling something like $1 million from his ministry, which the government would like him to return. Interestingly, informed sources relate that much of that money was used to fund Ould Abdel Aziz’s presidential campaign. Ould Dadde was at one time the head of one of Mauritania’s most important (and secretive) opposition groups, but took to spying on his partners for the regime and was rewarded with dominion over the Human Rights Ministry. Unfortunately for him, though, it seems his graft became conspicuous too quickly and at the wrong time: the president is on a personal mission against corruption and the targets tend to be those low in the pecking order and outside of his inner circles. Additionally, it is important to note that Ould Dadde has close to no tribal backing whatever, meaning he was practically expendable. Had he come from a larger, more powerful tribe his firing would have been more difficult. It is often the case that ministers or commissioners from larger tribes can get away with more corruption than those from smaller ones. In cases such as Ould Dadde’s, removal on grounds of embezzlement of a man from tiny or political inconsequential tribe comes with low risk and medium returns for a leader looking to make a point.

Anonyme a dit…

Lu pour maatala, de Kal du blog 'Moor Next Door". Sur le mouvement des comptables et leurs façon de faire avec les ambassadeurs. Des choses qu'on connaît. La corruption, ce n'est pas mon rayon car il y en aura toujours tant que les politiquement forts sont intouchables.

Ceux rappelés le sont par qui? Demander à un comptable public d'être honnête avec les sous? Impossible avec les salires officiels qu'ils gagnent.A peine suffisant pour louer leurs appartements. Il faut bien nourrir la famile, eduquer les enfants et se soigner.

A-
==

2. Changes in embassy accountants. In a display of force designed to illustrate the president’s commitment to combating corruption, the government replaced a whole slew of accountants in Mauritania’s foreign missions . Sources close to and in the Foreign Ministry have communicated that this is meant to send a message to the public and to ambassadors and others with sticky fingers to control themselves. The objective here, as with Ould Daddah’s dismissal, is to make a loud public stance against systematic official corruption at as low a cost as possible. Corruption is thoroughgoing in Mauritania’s public and private sectors; it is likely that measures targeted at middle management and in everyday instances of corruption may have some impact in addressing the problem. It is also likely that anti-corruption measures will continue to be undertaken for appearances or revenge while ignoring the big fish — and usually without long-term planning.

Embassy accountants are employees of the Mauritanian Ministry of Finance and are responsible for managing budgets and accounts; an ambassador cannot initiate any initiative at all — including paying employees — without the compliance of his (or her) accountant. It is a commonplace for ambassadors and their accountants to enter various get-rich-quick schemes. An ambassador and an accountant will, for instance, connive a story to justify withholding employees’ pay checks for months at a time while these monies sit in an account somewhere earning interest. At the right time, the money will be withdrawn and disbursed to the embassy’s employees while the ambassador and his accountant split the interest between themselves. Similarly, an embassy may acquire imaginary friends (usually fictitious local help) whose salaries subsidize the higher ups’ luxury fittings.

Anonyme a dit…

Lu pour maatala, de Kal du blog 'Moor Next Door". Sur le mouvement des comptables et leurs façon de faire avec les ambassadeurs. Des choses qu'on connaît. La corruption, ce n'est pas mon rayon car il y en aura toujours tant que les politiquement forts sont intouchables.

Ceux rappelés le sont par qui? Demander à un comptable public d'être honnête avec les sous? Impossible avec les salires officiels qu'ils gagnent.A peine suffisant pour louer leurs appartements. Il faut bien nourrir la famile, eduquer les enfants et se soigner.

A-
==

2. Changes in embassy accountants. In a display of force designed to illustrate the president’s commitment to combating corruption, the government replaced a whole slew of accountants in Mauritania’s foreign missions . Sources close to and in the Foreign Ministry have communicated that this is meant to send a message to the public and to ambassadors and others with sticky fingers to control themselves. The objective here, as with Ould Daddah’s dismissal, is to make a loud public stance against systematic official corruption at as low a cost as possible. Corruption is thoroughgoing in Mauritania’s public and private sectors; it is likely that measures targeted at middle management and in everyday instances of corruption may have some impact in addressing the problem. It is also likely that anti-corruption measures will continue to be undertaken for appearances or revenge while ignoring the big fish — and usually without long-term planning.

Embassy accountants are employees of the Mauritanian Ministry of Finance and are responsible for managing budgets and accounts; an ambassador cannot initiate any initiative at all — including paying employees — without the compliance of his (or her) accountant. It is a commonplace for ambassadors and their accountants to enter various get-rich-quick schemes. An ambassador and an accountant will, for instance, connive a story to justify withholding employees’ pay checks for months at a time while these monies sit in an account somewhere earning interest. At the right time, the money will be withdrawn and disbursed to the embassy’s employees while the ambassador and his accountant split the interest between themselves. Similarly, an embassy may acquire imaginary friends (usually fictitious local help) whose salaries subsidize the higher ups’ luxury fittings.

Anonyme a dit…

est ce que A- n'est pas ould Daddé le kleptomane eleveur de chiots?

Anonyme a dit…

Bruler le Coran, la Bible ou tout autre ouvrage religieux n'est pas à conseiller. Comme par ailleurs un drapeau d'un pays etranger.Ceci s'adresse à tous les extremistes religieux. Le dégat a déjà été fait, rien qu'en annonçant cette intention. A-

====

Un groupe évangélique veut brûler en public un Coran le 11 septembre
Des manifestants indonésiens du groupe islamique Hizbut Tahrir protestent à Jakarta, le 4 septembre 2010, contre le projet du pasteur Terry Jones de brûler un Coran en public.
REUTERS/SupriPar RFI
Le général américain David Petraeus s'inquiète pour ses troupes en Afghanistan. Des chrétiens évangéliques de Floride envisagent de brûler un Coran en public pour commémorer le 9e anniversaire des attentats du 11 septembre. Un projet qui pourrait avoir des répercussions en Afghanistan et dans l'ensemble du monde musulman.

L'église baptiste qui veut mettre de l'huile sur le feu porte pourtant un nom poétique : « Atteindre un monde de paix ». Comment ? En organisant un autodafé.

Ces fondamentalistes chrétiens parlent de l'islam comme d'une religion diabolique. Ils ont donc prévu de livrer aux flammes le livre sacré des musulmans, le 11 septembre prochain, en public dans la petite localité de Gainesville en Floride.

Cette communauté évangélique ne compte qu'une cinquantaine de membres mais son projet suscite déjà l'indignation un peu partout dans le monde. Des manifestations ont été organisées à Kaboul, les églises chrétiennes d'Indonésie demandent à Barack Obama d'intervenir pour empêcher un geste digne du Moyen Age. L'Iran a prévenu : la provocation déclenchera des réactions incontrôlables.

On se souvient du tollé et des violences qui avait suivi la publication au Danemark en 2005 des caricatures de Mahomet. Mais le pasteur américain qui est à l'origine de cette initiative, Terry Jones, semble déterminé. « Nous devons envoyer un message clair aux radicaux musulmans. Nous ne seront plus dominés et contrôlés par la peur et les menaces », dit-il.

Anonyme a dit…

Ano qui ecrit en arabe: mon clavier est en français. Je ne sais pas où tu as pris l'info que j'ai croisé le fer avec vlane.

Pour le reste, tu as droit à tes opinions.

Bonne journée et Id Moubarak.

Anonyme a dit…

Problème sérieux pour une si bonne intiative du NEPAD. A force de laisser AQMI s'installer pour assoir un pouvoir géo-stratégique qui n'existera jamais et guerroyer entre nous, une opportunité fiche le camps. Reprise de l'initiative dans 20 ans, quand nous seront fatigués de tripatouiller avec l'islamisme politique radical et saboter la démocratie?

Eywa ejghvou.

A-
====

Trans-Sahara gas pipeline 'in trouble'

Published: Sept. 1, 2010 at 11:40 AM

Lien:
http://www.upi.com/Science_News/Resource-Wars/2010/09/01/Trans-Sahara-gas-pipeline-in-trouble/UPI-22741283355619/

Anonyme a dit…

A- le manipulateur de canalh, tu es découvert;
Tu n'as plus besoin d'inventer des personnages pour renforcer tes thèses sordides tirées des caniveaux des services secrets marocains.
Effev!!!!
Tu empestes l'espion à mille miles.
Tu es le parfait entremetteur, le dealer sans foi ni loi, bref la racaille du siècle, on n'en trouveras plus un comme toi avant l'an 2100 (heureusement pour l'humanité).
En t'attaquant aux meilleurs bloggeurs de canalh, tu as signé non seulement ton arrêt de mort, mais tu as également prouvé ta haine pour ce qu'il y a de mieux pour ce pays: ces intellectuels.
A-
Ton genre de psychopate a existé dans certains pays et resulte d'une succession d'echecs qui se transforme en haine viscérale contre la société et merite soins et compréhension. Par contre l'anonymat des blogs constitue un cadre aggravant car le malade se sentant protégé par l'ignorance des lecteurs de sa personnalité s'acharne à détruire la reussite de tout ce qui l'entoure.
A-
Je m'excuse si j'ai été parfois un peu brute, mais je pense que c'était nécessaire pour rétablir la vérité.
Si le coeur t'en dit et si cette petite explication ne t'a pas convaincue, je me permets de te promettre de faire des revelations sur ton identité qui expliqueront davantage ta personnalité et ton historique sur le net.
Salut

Anonyme a dit…

"tripatouiller avec l'islamisme politique radical et saboter la démocratie?" bien dit Monsieur A-! Mais tu avais bien avalisé le sabotage de la democratie. Hajeuleuk? eywa bien fait pour nos frimousses
quelle diffrence entre un sani Abacha ou un mollah ould semane? rien pardi

Anonyme a dit…

Ah bon? Houwa A- est devenu psychopathe et espion des marocains? Emchi thak el mechi.

Anonyme a dit…

A- le psychopathe
l'heure de vérité a sonné
Alors qu'en penses tu

Anonyme a dit…

Content qu'on me lise et qu'on m'attaque. C'est une joie d'être une vedette une fois dans sa vie.

Ano qui me haît tant, pourquoi tu ne dévoiles pas mon identité? Tu divagues!

Anonyme a dit…

A-
Segri ank l'ano très remonté sur toi.

FILSDUBLED

Anonyme a dit…

FILSDUBLED/A-/Citoyenne/Cpt Ndb/Vlad...
tu es démasqué(e)

Anonyme a dit…

Ano

semi layahma rassak utilise ton imagination fichimouhim par exemple le nombre de mgassir laamar fe l'UPR.

moundrich

Anonyme a dit…

lu sur ani.mr pour mon cheikh Maatala et mon amigo A-,

moundrich

°°°°°°°°°°°°°°
Urgent :Grâce présidentielle décrétée en faveur de 35 « salafistes »


Prison centrale de Nouakchott
Une grâce présidentielle a été décrétée, mercredi soir, en faveur de trente quatre(35) détenus « salafistes » de la prison centrale de Nouakchott, dont 20 ont été déjà jugés. Il s’agit de :


Mohamed lemine Ould Bneijara, Cheikhna ould mohamed Mouslim , Ahmed Ould Isselmou, moulay Elhacen Ould yahya, Haroun Ould habib, Mohamed Salem Ould Abderrahmane Ould Bih, Ahmed Ould Hadda,Abdellahi Ould Mohmed Sidiya, Brahim Ould Ahmed, Mohamed Elmoustapha Ould Abdelkader, Mohamed Salem V Mohamed Lemine, Cheikh Brahim Ould Hamoud, Sid’Ahmed Ould Slama, Elhacen Ould Benich, Brahim Ould Ely Ould Daoud, Elmamy Ould Mohamed Ethmane, Cheikh Ould Sabar, Hadrami Ould Brahim Ould Baya, Mohamed Abdallahi Ould Mohamed Ould Habib, Teyeb Ould Sidelmoctar, Momma Ould Mohmed Ould Ali, Mohmed cheikh Ould Mohamed , dit Cheyakh, cheikh Bah Ould Amadou Bâ, Lemrabott Ould Mohamed vall, Ali Ould Ahmedou Ould Mohamed Ghoulam, Mohamed Lemine Ould Elvadhel, dit Lemana, Ebaye Ould Mohamed Lemine, Cheikh Ould Mohamed Lemine Ould Sbai, Beyay Ould hdikh Ould H’Meimed, Ahmed Ould Tijani, Hafedh Ould Chikh, Ahmedou Ould Mohamed, Mohamed Ghali Ould Yengé, Sidi Baba Ould Sidi Mohamed.

maatala a dit…

Salam

Lu sur Taqadoumy

Birame Ould Abeid : Discours d’Espagne
08-09-2010
Allocution du président d’Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste de Mauritanie à l’occasion du forum-conseil général du Parti Radical non-violent transnational et transpartis à Barcelone, Espagne, du 03 au 05 septembre 2010.

Je saisis cette occasion pour exprimer solennellement mes plus chers remerciements aux organisateurs de cet imposant forum du Parti Radical non-violent Transnational et Transparti et qui ont bien voulu m’inviter pour participer aux activités de leurs travaux dont les résultats sont attendus avec beaucoup d’espoir par l’ensemble des victimes de l’iniquité à travers le monde. Je citerai particulièrement le président Marco Pannella et madame Emma Bonino vice-présidente du sénat italien. Ce conseil général de votre parti, constitue pour le militant des droits de l’homme que je suis un cadre idéal pour faire connaître l’ampleur de l’injustice instaurée dans mon pays la Mauritanie, depuis bientôt cinquante ans, c’est-à-dire, un demi siècle durant, par le système de la minorité arabo-berbère qui impose une gouvernance raciste et esclavagiste à la barbe du monde libre et nargue la communauté et la justice internationales.

Loin de toutes valeurs humaines de justice et d’égalité, les haratines (esclaves et anciens esclaves de Mauritanie) groupes prédominants au plan démographique avec un 50 % de la population nationale sont en grand nombre soumis à l’esclavage, à l’exclusion et à la marginalisation systématique.

Le racisme d’Etat s’érige en loi et en mentalité auxquelles les noirs, c’est-à-dire la majorité écrasante de la population, sont opiniâtrement et aveuglement soumis pour défendre des privilèges indus au nom du chauvinisme, du fascisme et de l’ethnicité arabe aux relents d’un nazisme exacerbé.



• Diagnostic :



Cependant, pour plus de clarté, permettez-moi, Mesdames et Messieurs les participants, de procéder à un rapide diagnostic de la situation en République Islamique de Mauritanie que caractérisent, en l’occurrence, deux grandes formes d’injustices et de violations des droits de l’homme qui affectent hélas aujourd’hui tous les niveaux de la vie des Noirs : politiques, économiques et socioculturels. Or une telle analyse ne saurait être complète que lorsqu’elle s’axe sur deux points : d’abord, l’esclavage ; ensuite le racisme d’Etat.

maatala a dit…

1- l’esclavage :

Il y a lieu de rappeler, de prime abord, que la République Islamique de Mauritanie est le pays qui détient le record des absolutions de l’esclavage à travers le monde. C’est aussi l’Etat qui possède l’arsenal juridique le plus impressionnant mais qui reste envers et contre tout, rangé dans les tiroirs au grand bonheur des esclavagistes qui pullulent.



Plus d’un demi millions de personnes demeurent soumis à l’esclavage grâce à la diligence entre les maîtres arabo-berbères et les autorités publiques. En effet les uns et les autres sont deux faces pour une même monnaie. Ayant soumis depuis plusieurs siècles les haratines, ils s’évertuent à les garder dans les fers du servage pour garder des privilèges ataviques et logiquement indus.

Ainsi s’affairent-ils à innover de manœuvres pour maintenir l’esclavage à travers le ralentissement du rythme de l’émancipation de plus en plus fatale et inexorable. Et pour arriver à ce dessein, l’Etat n’hésite pas, cependant, au blocage pur et simple de l’application des lois existantes, à multiplier les insinuations par le truchement du système judiciaire et ses auxiliaires qui se voient contraints de faire office de protection des contrevenants au préjudice des victimes, lesquelles sont soumises à toutes les formes de pressions (intimidation, chantage, arnaque, etc.).

A cet effet, force est de vous énumérer quelques uns des très nombreux cas de dossiers détenus par IRA- Mauritanie et qui du fait de la connivence entre les autorités judiciaires, sécuritaires et administratives avec les propriétaires d’esclaves n’ont fait l’objet d’aucun règlement.

Ils se heurtent à un non recevoir du à l’identification de l’Etat à la seigneurie esclavagiste dont sont issue presque la totalité des fonctionnaires administratifs et judiciaires. Cette réalité doublée de la nonchalance manifeste vis-à-vis du règlement des cas soumis est un secret de Polichinelle. Il suffit de se référer aux innombrables rapports des organisations internationales des droits de l’homme pour s’en rendre compte. Car l’absence de volonté politique en matière d’éradication de ce fléau ne fait l’ombre d’aucun doute.

2- Le racisme d’Etat :

Avec la discrimination tous azimuts qui frappent les Noirs : Haratines (esclaves et affranchis), tout comme les ensembles Négro-africains (Pulaar, Soninké et Ouolf, Bambara) seuls 20 % de beydhanes (blancs ou arabo-berbères) s’isolent de façon démesurée et flagrante avec tous les pouvoirs : politique, judiciaire, sécuritaire, militaire, financier.

maatala a dit…

Les quelques noirs vus çà et là en guise de coloration sont l’arbre qui cache la forêt. En effet, sur les 30 ministres que compte aujourd’hui le gouvernement 23 sont blancs, pour ne citer que cela. Les recrutements des fonctionnaires dans les corps civils (administration, justice…) et les officiers dans les corps militaires et paramilitaires (armées, gendarmerie, garde, police et douanes) sont soumis à des critères discriminatoires qui excluent de façon quasi-totale les Noirs.

Ils sont en général arbitrairement bloqués au tableau d’avancement de manière à justifier la prédominance des arabo-berbères aux hauts postes de responsabilité.

Il est arrivé que cette stratégie de barrage systématique nourrisse des parenthèses de sang en 1986 puis 1987 ; mais surtout le cycle d’épuration raciale en 1989 sanctionné par la déportation des Négro-africains au Sénégal et au Mali.

Mais l’apothéose fut le génocide perpétré entre 1990 et 1991 par le système dominant Beydhane et dont les véritables mobiles se résumaient à deux points ; d’abord une politique de vidage visant à susciter un déséquilibre ethnocentrique défavorable aux ensembles noires ; puis à défaut de bloquer les revendications identitaires des communautés négro-africaines et haratines les affaiblir par l’enclenchement d’une forte dynamique d’arabisation dont le but est l’aliénation culturelle en vue de faciliter l’assimilation pure et simple des Noirs et préserver l’hégémonie arabo-berbère. A cet effet les pouvoirs ont toujours compté et comptent, aujourd’hui, encore sur une synergie d’efforts entre les mouvements nationalistes arabes et islamistes esclavagistes, et, la féodalité, lesquels partagent le désir commun de pérenniser l’assujettissement des Noirs et les soumettre à leur reflex de domination. Pour concrétiser ce projet hégémonistes, le système dominant instrumentalise systématiquement tous les médias publics (radios, télévisions et journaux), après avoir embastillé l’écrasante majorité de la presse privée en vue d’atrophier l’image du Blanc au préjudice de celle du Noir.

maatala a dit…

Dans ses stratégies soigneusement copiées aux régimes racistes de l’ex-Irak, la Syrie et le Soudan, on assiste actuellement, comme par le passé, à une institutionnalisation systématique de la discrimination. Un racisme d’Etat est instauré. Et la situation, n’augure d’aucune volonté de changement ni dans le court, ni dans le long terme.

Eu égard aux défis dangereux et grandissimes qui jalonnent la voie de l’éradication de l’esclavage et du racisme d’Etat rampants, dans ce qui constitue inéluctablement, aujourd’hui, l’un de leurs derniers grands bastions, la Mauritanie, IRA se propose de fonder un partenariat avec la société civile et politique européenne devant avoir pour objet l’ensemble des problème dont souffre notre pays et lesquels constituent, de plus en plus, une source évidente d’instabilité et d’insécurité dans un Etat déjà en proie à de graves tensions et dans une sous-région en bute à une montée vertigineuse du crime transnational et organisé.

• Ce partenariat doit avoir pour objectifs de :

 Susciter chez les autorités mauritaniennes une volonté sincère et sans équivoques de lutte contre les deux fléaux dont sont victimes les haratines en particulier et les noirs en général, à savoir, l’esclavage et le racisme d’Etat, lesquels sont l’un et l’autre des formes abjectes de discriminations et partant des violations graves des conventions et lois internationales ;

 Créer de véritables pôles de pression sur le régime en Mauritanie pour appliquer toutes les conventions et lois internationales ratifiées sur l’esclavage et la discrimination ;

 Organiser des visites périodiques des partenaires étrangers afin d’apprécier la situation de l’esclavage et évaluer les actions menées par IRA ;

 Lever le blocus sur l’application de l’arsenal juridique national et œuvrer en vue de les améliorer ;

 Sensibiliser les pouvoirs publics européens sur les proportions démesurées d’atteintes par les violations graves des droits de l’homme en Mauritanie et leur anachronisme qui en fait le dernier refuge de l’esclavage primitif et de l’hégémonie raciste et raciale ;

maatala a dit…

 Fournir de l’expertise à IRA-Mauritanie pour dynamiser, mobiliser et redéployer ses cadres pour une meilleure exploitation de nos ressources humaines ;

 Accorder un appui financier et logistique qui permettra à IRA- Mauritanie de faire face aux défis dus à l’hostilité et surtout au désengagement de l’Etat qui parraine la domination des segments arbo-berbères à travers l’acharnement et le torpillage de toutes nos actions. Ceci permettra de financer des microprojets en faveur des esclaves et anciens esclaves.

 Aider IRA- Mauritanie à créer des antennes, des points focaux et des PC sur l’ensemble du territoire (départements, régions et adwaba, c’est-à-dire agglomérations exclusivement peuplées par les esclaves et les anciens esclaves) ;

 Concevoir une stratégie efficiente pour une communication régulière entre les différents responsables de IRA- Mauritanie, mais aussi entre notre organisation ses autres partenaires ainsi que l’opinion publique nationale et internationale ;

 Elaborer une stratégie de capitalisation des actions de IRA (enregistrement) ;

 Créer des outils pour le renforcement des capacités organisationnels d’IRA- Mauritanie.

Un tel partenariat né d’une volonté sincère motivée par le désir de contribuer à la défense des droits individuels et collectifs des populations soumises à l’injustice constituera, nous en sommes convaincus, un appui considérable non seulement à IRA- Mauritanie dont le but est l’édification de l’Etat de droits, mais encore à tous les assujettis du pays qui font aujourd’hui l’objet de pratiques esclavagistes et traitements racistes d’un système de domination préétabli sur le principe de ségrégation raciale.



Je vous remercie de votre attention.



Biram Dah ABEID

Président d’IRA-Mauritanie

maatala a dit…

Salam

Azzizzo serais dans l'embarras, car ses féticheurs lui conseil de proclamer la fête de l'aid pour le jeudi et non le vendredi, car la fête un vendredi c'est mauvais présage pour son règne.

Commencer avant la France et fêter avant elle, cela doit valoir un prix nobel d'astronomie dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Biram a dit:


"l’Etat n’hésite pas, cependant, au blocage pur et simple de l’application des lois existantes"

Voila l'origine de lka contestation dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Urgent :Grâce présidentielle décrétée en faveur de 35 « salafistes »

Prison centrale de Nouakchott

Une grâce présidentielle a été décrétée, mercredi soir, en faveur de trente quatre(35) détenus « salafistes » de la prison centrale de Nouakchott, dont 20 ont été déjà jugés. Il s’agit de :


Mohamed lemine Ould Bneijara, Cheikhna ould mohamed Mouslim , Ahmed Ould Isselmou, moulay Elhacen Ould yahya, Haroun Ould habib, Mohamed Salem Ould Abderrahmane Ould Bih, Ahmed Ould Hadda,Abdellahi Ould Mohmed Sidiya, Brahim Ould Ahmed, Mohamed Elmoustapha Ould Abdelkader, Mohamed Salem V Mohamed Lemine, Cheikh Brahim Ould Hamoud, Sid’Ahmed Ould Slama, Elhacen Ould Benich, Brahim Ould Ely Ould Daoud, Elmamy Ould Mohamed Ethmane, Cheikh Ould Sabar, Hadrami Ould Brahim Ould Baya, Mohamed Abdallahi Ould Mohamed Ould Habib, Teyeb Ould Sidelmoctar, Momma Ould Mohmed Ould Ali, Mohmed cheikh Ould Mohamed , dit Cheyakh, cheikh Bah Ould Amadou Bâ, Lemrabott Ould Mohamed vall, Ali Ould Ahmedou Ould Mohamed Ghoulam, Mohamed Lemine Ould Elvadhel, dit Lemana, Ebaye Ould Mohamed Lemine, Cheikh Ould Mohamed Lemine Ould Sbai, Beyay Ould hdikh Ould H’Meimed, Ahmed Ould Tijani, Hafedh Ould Chikh, Ahmedou Ould Mohamed, Mohamed Ghali Ould Yengé, Sidi Baba Ould Sidi Mohamed.

maatala

Anonyme a dit…

les liberations des prisonniers salavist vont consolider l'unité nationale mise à rude epreuve par des emprisonnements arbitraires. vive le president, vive l'unité nationale

Anonyme a dit…

Fils du bled,

L'ano yissegri rassou et qu 'il cesse ses enfantillages.

Je vois qu'azzizzo a liberé les salafistes. Thak houwa vih el kheir inchallah. C'est certainement un proposition de Dedew comme les saoudiens l'ont fait, mais avec traitement psychologique à la clé et cela a couté une centaine de millions de $. Quelque 2 ou 3 ont rejoint Al Qaida au Yemen. Je vais maintenant lire la liste de maatala. Porte-toi bien. A-
===
Fils du bled a dit:

A-
Segri ank l'ano très remonté sur toi.

FILSDUBLED

8 septembre 2010 17:05

Anonyme a dit…

Selon Tahalil, il en reste encore une trentaine derriere les barreaux. Voyons si la solution Dedew va marcher. J'ai mes doutes, mais quelle est la solution? La grande question est que faut-il faire du reste en prison et la dizaine dans le nord malien?

De tout ça, c'est Tawassoul qui gagne en faisant son bon bout de chemin vers la victoire electorale en 2014. azzizzo va t-il leur remettre le pouvoir? j'en doute.

A-

===
tahalil a dit:

Il est à noter qu’une autre trentaine de détenus salafistes est restée en prison malgré ces libérations et que des dizaines de jeunes salafistes mauritaniens sont encore présents dans les camps d’Aqmi du Sahel- Sahara.

Anonyme a dit…

Ce que dit le Monde ce matin sur la liberation des 35 salafistes.

Question; le prêtre de Floride refuse de sursoir à sa décision de bruler le Coran le 11 septembre. Ces liberés vont-ils rester à la maison le 11 septembre ou non? Je vois des manifestations le 11 ou 12septembre par Tawassoul pour protester. Obama doit vite trouver un crime contre ce prêtre -pédophilie, évasion fiscale ou autre - pour l'enfermer entre aujourd'hui ou demain. Bruler le coran passera difficilement. A-

===

Mauritanie/Qaïda: le président gracie 35 islamistes détenus pour terrorisme
AFP | 08.09.10 | 23h29

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a gracié mercredi 35 islamistes détenus, condamnés ou en instance de jugement dans des affaires de terrorisme, à la veille de la fête de fin du mois de jeûne musulman de Ramadan, a annoncé le ministre de la Justice.

Les prisonniers ont pu quitter la prison centrale de Nouakchott, mercredi, à la rupture du jeûne quotidien.

"Je vous apporte l'heureuse nouvelle: le président de la République a accordé sa grâce à des personnes qui étaient condamnées ou en détention préventive à la prison, pour des cas liés au dossier du terrorisme", a annoncé Abidine Ould Elkheir, au cours d'une conférence de presse.

Ces hommes graciés sont présentés comme les plus modérés des islamistes en détention, qui se seraient engagés à "se conformer à l'islam sunnite tolérant" au cours d'un dialogue mené en janvier au sein de la prison par des théologiens mandatés par le gouvernement.

Le ministre a précisé que cette grâce bénéficiait à 35 hommes: 15 déjà condamnés et 20 en détention préventive.

Selon lui, ces libérations ont concerné "presque 50%" des détenus pour terrorisme. Il en resterait donc plus de 35 à la prison de Nouakchott.

La Mauritanie tente de mener simultanément différentes stratégies de lutte contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui a multiplié ces dernières années les attaques sur son territoire et dans le Sahel.

Dans un entretien publié début septembre par l'hebdomadaire Jeune Afrique, le président Ould Abdel Aziz avait déclaré à propos des détenus ayant officiellement exprimé leur "repentir": "Nous comprenons la situation de ces jeunes. Ils sont perdus et ont été embarqués dans des combats qui ne les concernent pas". Puis il avait ajouté: "Libre à moi de les gracier en tant que président".

Le chef de l'Etat avait en revanche réaffirmé qu'il restait "opposé à l'élargissement de prisonniers en échange de la libération d'otages".

Cependant, le 16 août, Nouakchott avait extradé vers Bamako le Malien "Omar le Sahraoui", condamné par la justice mauritanienne pour l'enlèvement des trois Espagnols fin 2009. Cette extradition avait été perçue comme un geste pour aider à la libération des deux otages espagnols restants (la 3e avait déjà été libérée), qu'Aqmi avait relâchés la semaine suivante.

Aqmi a récemment revendiqué une tentative d'attentat menée, le 25 août, par un jeune kamikaze mauritanien contre une caserne de l'armée, à Nema (sud-est de la Mauritanie). Dans sa revendication, Aqmi a affirmé que cet attentat-suicide constituait une riposte au raid franco-mauritanien mené le 22 juillet contre une de ses unités en territoire malien.

Anonyme a dit…

A-

Il y a quelqu'un qui vous aime bien.(rire)Toutes ces insultes pour vous seul MACHALLAH.

Je pense qu'Abdel Aziz a bien fait de s'orienter vers la reconciliation avec nos freres perdus. Tous ceux parmi eux qui n'ont pas tue' d' innocents etrangers qui se trouvaient en Mauritanie et qui acceptent d' abandonner la violence et respecter les lois nationales, doivent etre pardonne's.
Il n' y a pas de solution militaire au phenomene. Il faut tenter d'autres methodes.

Anonyme a dit…

Couli mon zami d'Amerique,

Tous ces gens sont nos frères et on connait leurs familles pour la plupart à travers leurs noms. Cette affaire n'est pas seulement celle d'azzizzo, mais nous tous. Je ne me souviens pas de mauritaniens violents et je crois que l'entourage familial des liberés doivent leur parler pour qu'ils cessent ces actes de violence. C'est la faute aux saoudiens avec leurs financements de mosqués et l'introduction de l'ideologie wahabite dans nos moeurs. Tu te souviens d'un gars de vougous (aioun)qui peut tuer une mouche? Tu diras non. Quand j'ai vu les noms de jeunes mauritaniens tués ici et là pour un combat perdu d 'avance, cela m'a reellement fait mal. On ne prend jamais le pouvoir avec un guerilla.

Anonyme a dit…

L'élargissement par grâce présidentielle des prévenus salafiste est une mesure appropriée et à haute portée pédagogique .
Dans le même registre, il y aurait lieu d'envisager également de commuer la peine de mort frappant certains terroristes si celle ci est confirmée à l'issue de leur procàs en appel.
Et ce ne serait sûrement pas la france snobe et abolitionniste de sarko qui trouverait à y redire d'une telle éventuelle commutation de la peine de mort des assassins fussent-ils ceux de ses ressortissants.
La peine de mort n'est qu'un expédient , jamais une solution.
Franchement et sans vouloir jouer au bel esprit, il y aurait lieu de continuer à respecter le moratoire qui ne dirait toujours pas son nom sur l'application de la peine de mort prévalant depuis plus de 20 ans en RIM, à défaut d'une abolition pure et simple de ce traitement atroce, dégradant et humainement barbare qu'est la peine de mort.
Maintien donc du moratoire et commutation des peines de mort.

Anonyme a dit…

Ken
Moi je ne considere plus la plupart de ces gens comme des freres, mais comme de dangereux delinquants malgré l'image de regiliosite qu'il essaient de faire passer .la plupart avec leur cheveux ,leurs habits (made in china, et non cousu par eux),leurs montres(made in taiwan) au bras droit leur turbans blancs et leur pantalons à la mode afghane,, leurs paroles :qui à le droit de vous traiter de kafr(quelles que soient les bêtises que vous faites tant que vous restez dans le cercle), de prononcer le verdict et de passer à l'acte?. Ils ressemblent plus à des loubard de nimporte quelle banlieu rêvant d'un ordre nouveau, pour eux, et surtout ne proposant que desordre et desolation pour y arriver..
Enfin certains ont sur leurs mains du sang mauritaniens et ne doivent pas être libérés de la sorte.De toute façon ils reviendront, que Dieu nous preserve.Ceux qui devaient beneficier de cette mesure sont helas restés en prison.Je suis sure que certain parmi eux en sortiront plus désabusés et plus agressifs...La prison chez nous est la meilleure école du crime

Anonyme a dit…

Allocution du président de l'IRA à Barcelone - :::Journal Tahalil ... - [ Traducir esta página ]
Allocution du président de l'IRA à Barcelone 05/09/2010. Ci-dessous l'allocution prononcée le 3 septembre par M Biram Ould Dah Ould Abeid président ...

---------------
Biram, tebra wi fichak dhak!

Anonyme a dit…

Ken,

J'avais cru que ceux qui ont été liberés etaient ceux qui n'avaient pas participé directement aux assassinats comme Lemgheity, Tourine, etc..

Vont-il arreter? Certains certainement, mais d'autres vont continuer. Il ne faudra pas leur donner une deuxieme chance. A-

Anonyme a dit…

A-

Vous avez parfaitement raison de dire que la violence religieuse telle qu'on la connait aujourd'hui, n'est pas Mauritanienne. Comme vous l'avez si bien dit c'est l'introduction de l'islam radical de certains pays arabes bien connus, qui est a' l'origine du phenomene. On peut ajouter a' cette cause d'autres causes comme le chomage galopant, la pauvrete' endemique, la mauvaise comprehension des politiques occidentales et les medias qui continuent a' nous bombarder avec des images qui ne peuvent que nuire au dialogue des cultures.

Seuls ceux qui ne comprennent pas que les interets economiques dictent ce qui se passe, peuvent penser qu'il s'agit d'une guerre contre la religion. Les uns et les autres defendent leurs interets economiques et politiques. La religion est secondaires dans leurs yeux. Lorsque le regime de Gemal Abdel Nasser (le pere du nationalisme arabe)faisait arreter et tuer les freres musulmans Egyptiens, il n'avait rien contre la religion. Il voulait plutot preserver le regime. Le Guide de la revolution Libyenne a fait la meme chose dans son pays. Nous savons tous que Kadafi n'est pas contre l'Islam. Il a investi 40 milliards de dollars en Italie et non en Mauritanie parce qu'il est plutot interesse' a' ses interets economiques.
Les occidentaux aussi protegent leurs interets politiques et economiques. Ils ne sont pas contre la religion musulmane.
Malheureusement, la presse met l'accent sur quelques elements ou quelques faits isole's qui ne representent point les valeurs occidentales. Par exemple, nous avons un pasteur en Floride qui veut bruler le Coran. C'est la presse entiere qui parle de lui. La meilleure solution etait d'ignorer L'IGNORANT QUI NE COMPREND RIEN DES IMPLICATIONS DE SON ACTION ET QUI NE COMPREND ABSOLUMENT RIEN DE L'ISLAM. IL NE SAIT MEME PAS QU'IL A DES COMPATRIOTES COMME MOI MEME QUI N'AIMONS POINT QUE LE CORAN SOIT BRULE'. IL NE SAIT PAS CE QUE LE CORAN REPRESENTE DANS NOS VALEURS. LE PRESIDENT AMERICAIN OBAMA, DES GENERAUX ET PLUSIEURS HOMMES POLITIQUES ET AUTRES ONT DEMANDE' A' CE QU'IL NE BRULE PAS LE CORAN. EUX ET MOI SOMMES CONSCIENTS DE CE QUE LE CORAN REPRESENTENT POUR LES MUSULMANS MAIS NOTRE IGNORANT PASTEUR EST TOUT SIMPLEMENT UN IGNORANT.
Les extremistes musulmans qui sont ignorants comme ...le pasteur, pensent que ce pasteur represente les USA. Ils pensent que l'Amerique est contre l'Islam et mene une guerre contre l'Islam. CE QUI N'EST POINT LE CAS. NOUS SOMMES QUELQUES 3 MILLIONS DE MUSULMANS AMERICAINS. L'ISLAM EST NOTRE RELIGION ET L'AMERIQUE EST NOTRE PAYS ET NOUS SOMMES FIERS DES DEUX. Le pasteur peut faire cet acte ignoble parce qu'il a la protection du first amendment (the freedom of expression) MAIS CELA NE SIGNIFIE POINT QUE NOUS AIMONS SON ACTION. IL INSULTE QUELQUES TROIS MILLIONS DE SES PROPRES COMPATRIOTES, IL NE SAIT PAS QUE DES MUSULMANS AUSSI SONT MORTS LE 11 SEPTEMBRE. TOUT COMME IL IGNORE QUE DES SOLDATS MUSULMANS AMERICAINS SONT ENTRAIN DE COMBATTRE AUX COTE'S D'AUTRES SOLDATS AMERICAINS D'AUTRES CONFESSIONS RELIGIEUSES POUR GAGNER CETTE GUERRE CONTRE LE TERRORISME. Tout comme il ignore que plusieurs pays musulmans soutiennent l'Amerique dans cette guerre contre le terrorisme.
To make a long story short, IL FAUT TOUT SIMPLEMENT DIRE QUE L'IGNORANCE EST A' L'ORIGINE DE PLUSIEURS DE NOS PROBLEMES.

Il faut continuer a' jouer la carte de la reconciliation. LIBEREZ CEUX QUI SONT LIBERABLES!!!!

A-, vous avez raison de dire que memes les mouches ont leurs droits dans la republique de Vougous. (rire).

ALLEZ LA AMIS! BONNE FETE!!!!
LA MARMITE FAMILIALE EST TOUJOURS VIDE!!!!!!!

Anonyme a dit…

A-

Vous avez parfaitement raison de dire que la violence religieuse telle qu'on la connait aujourd'hui, n'est pas Mauritanienne. Comme vous l'avez si bien dit c'est l'introduction de l'islam radical de certains pays arabes bien connus, qui est a' l'origine du phenomene. On peut ajouter a' cette cause d'autres causes comme le chomage galopant, la pauvrete' endemique, la mauvaise comprehension des politiques occidentales et les medias qui continuent a' nous bombarder avec des images qui ne peuvent que nuire au dialogue des cultures.

Seuls ceux qui ne comprennent pas que les interets economiques dictent ce qui se passe, peuvent penser qu'il s'agit d'une guerre contre la religion. Les uns et les autres defendent leurs interets economiques et politiques. La religion est secondaires dans leurs yeux. Lorsque le regime de Gemal Abdel Nasser (le pere du nationalisme arabe)faisait arreter et tuer les freres musulmans Egyptiens, il n'avait rien contre la religion. Il voulait plutot preserver le regime. Le Guide de la revolution Libyenne a fait la meme chose dans son pays. Nous savons tous que Kadafi n'est pas contre l'Islam. Il a investi 40 milliards de dollars en Italie et non en Mauritanie parce qu'il est plutot interesse' a' ses interets economiques.
Les occidentaux aussi protegent leurs interets politiques et economiques. Ils ne sont pas contre la religion musulmane.
Malheureusement, la presse met l'accent sur quelques elements ou quelques faits isole's qui ne representent point les valeurs occidentales. Par exemple, nous avons un pasteur en Floride qui veut bruler le Coran. C'est la presse entiere qui parle de lui. La meilleure solution etait d'ignorer L'IGNORANT QUI NE COMPREND RIEN DES IMPLICATIONS DE SON ACTION ET QUI NE COMPREND ABSOLUMENT RIEN DE L'ISLAM. IL NE SAIT MEME PAS QU'IL A DES COMPATRIOTES COMME MOI MEME QUI N'AIMONS POINT QUE LE CORAN SOIT BRULE'. IL NE SAIT PAS CE QUE LE CORAN REPRESENTE DANS NOS VALEURS. LE PRESIDENT AMERICAIN OBAMA, DES GENERAUX ET PLUSIEURS HOMMES POLITIQUES ET AUTRES ONT DEMANDE' A' CE QU'IL NE BRULE PAS LE CORAN. EUX ET MOI SOMMES CONSCIENTS DE CE QUE LE CORAN REPRESENTENT POUR LES MUSULMANS MAIS NOTRE IGNORANT PASTEUR EST TOUT SIMPLEMENT UN IGNORANT.
Les extremistes musulmans qui sont ignorants comme ...le pasteur, pensent que ce pasteur represente les USA. Ils pensent que l'Amerique est contre l'Islam et mene une guerre contre l'Islam. CE QUI N'EST POINT LE CAS. NOUS SOMMES QUELQUES 3 MILLIONS DE MUSULMANS AMERICAINS. L'ISLAM EST NOTRE RELIGION ET L'AMERIQUE EST NOTRE PAYS ET NOUS SOMMES FIERS DES DEUX. Le pasteur peut faire cet acte ignoble parce qu'il a la protection du first amendment (the freedom of expression) MAIS CELA NE SIGNIFIE POINT QUE NOUS AIMONS SON ACTION. IL INSULTE QUELQUES TROIS MILLIONS DE SES PROPRES COMPATRIOTES, IL NE SAIT PAS QUE DES MUSULMANS AUSSI SONT MORTS LE 11 SEPTEMBRE. TOUT COMME IL IGNORE QUE DES SOLDATS MUSULMANS AMERICAINS SONT ENTRAIN DE COMBATTRE AUX COTE'S D'AUTRES SOLDATS AMERICAINS D'AUTRES CONFESSIONS RELIGIEUSES POUR GAGNER CETTE GUERRE CONTRE LE TERRORISME. Tout comme il ignore que plusieurs pays musulmans soutiennent l'Amerique dans cette guerre contre le terrorisme.
To make a long story short, IL FAUT TOUT SIMPLEMENT DIRE QUE L'IGNORANCE EST A' L'ORIGINE DE PLUSIEURS DE NOS PROBLEMES.

Il faut continuer a' jouer la carte de la reconciliation. LIBEREZ CEUX QUI SONT LIBERABLES!!!!

A-, vous avez raison de dire que memes les mouches ont leurs droits dans la republique de Vougous. (rire).

ALLEZ LA AMIS! BONNE FETE!!!!
LA MARMITE FAMILIALE EST TOUJOURS VIDE!!!!!!!

Anonyme a dit…

A-,
J'espère que les 35 élargis vont rester à la maison. S'ils arrivent qu'ils s'évanouissent dans la nauture ils réviendons surement sous forme d'explosifs.

filsdubled

Anonyme a dit…

A Tous
Bonne fête AID MABROUK WA SIMAH

FILSDUBLED

maatala a dit…

Salam

15:43
Un ex gendarme se plaint du comportement du Hakem du Ksar.


M. Bamba Ould Ahmed Ould Taher, ancien gendarme est propriétaire d’une maison située non loin de l’élevage (extension Nord).

Il se trouve que les voisins qui occupent la maison contigüe à celle de Bamba ont construit un garage dont une partie sur le mur même de Bamba (environ 6 rangés de briques et des poteaux). N’habitant pas dans sa maison qui est en location, ce dernier finit tout de même par découvrir cette annexion illégale.

Il décida de porter l’affaire devant les autorités et alla voir le Hakem à qui il exposa son problème. Depuis, il fait régulièrement la navette entre son domicile et les bureaux de la Moughataa où le Hakem lui fixe rendez-vous sur rendez-vous, sans jamais vouloir régler son problème.



Après quatre mois de tergiversations, le Hakem finit par se rendre sur les lieux où il put constater de visu l’objet de la plainte. Et à la grande stupéfaction de M. Bamba, le Hakem demanda à ce dernier : « Pourquoi vous ne vendez pas cette maison à ces gens là. »

Piqué au vif M. Bamba fit comprendre à l’honorable administrateur qu’il n’avait pas besoin de son avis sur ce plan. Selon le plaignant, le Hakem est de mèche avec les voisins mis en cause avec qui le lie une relation de parenté. De ce fait, M. Bamba dénonce vivement ce comportement indigne d’une autorité qui se respecte et qui est censée être là au service de tous les citoyens. Il en appelle aux autorités pour que justice soi faite.

B.G
------------------------------

"le Hakem demanda à ce dernier : « Pourquoi vous ne vendez pas cette maison à ces gens là"

Ce pays est bati sur le deni perpétuel de justice.......il y aura un jour du GOUM ANI dit le fou

Bon aid a tous

maatala

maatala a dit…

salam

Au président de la République et à une certaine jeunesse mauritanienne!


Mohamed Lemine Ould Dadde, un presque ministre vient d’être limogé à la suite d’un rapport accablant, signé IGE. Le relativement jeune commissaire a, toujours, durant sa longue vie antérieure, d’homme de gauche, revendiqué un peu plus de justice et d’équité pour son pays. Il fustigeait sans cesse ce qu’il se plaisait à appeler : l’hégémonie Beïdane.

Il luttait contre l’oligarchie qui, selon lui, avait mis la Mauritanie à genoux. Dans son jargon, il appelait ça : Le Combat des Justes. Parmi, les fondements de ce combat figure, en priorité, chez l’ancien président de Conscience Résistance, la lutte contre l’Impunité. Et, l’on ne peut que donner raison à un tel combat.

Pendant sa récente expérience- deux années à la tête du Commissariat aux Droit de l’Homme et à l’Action Humanitaire- l’homme s’est déployé à se voir, se montrer, partout, où il devrait être. Aux côtés des plus démunis, on l’a vu, discourir, serrer des mains, et rappeler à chaque fois, qu’il était, ici, ou là, pour accomplir une mission si chère au président de la République.



Des promesses, il en a faites. Et, il les a tenues. Certes. Or, la manière dont il a conçu l’exécution de tous ces projets ne suivait aucune forme, selon le rapport de l’IGE. L’exécution des marchés se serait faite d’une manière unilatérale, dit-on. Quand un autre responsable, au même grade que lui, dirigeant le Commissariat à la sécurité Alimentaire (CSA), annonçait publiquement, à travers la presse locale, un avis d’appel d’offres pour la fourniture d’un lot de tentes ; et que par la suite un concurrent gagne le marché grâce à son prix moins disant, moins de trente mille ouguiya l’unité, Mohamed Ould Dadde se permettrait d’attribuer un marché pour deux mille tentes, à son fournisseur attitré, pour un montant de cent trente mille ouguiyas. Une plus valu avoisinant les deux cents millions d’ouguiyas.

maatala a dit…

Personnellement, j’ai connu Mohamed Lemine Ould Dadde, en France. J’avoue que j’ai été toujours charmé par son engagement en faveur le combat pour lequel il s’était engagé. Plus tard, quand il a été coopté par les putschistes, un espoir énorme m’a gagné. Ce même espoir m’a conduit à reconsidérer ma position vis-à-vis de la nouvelle équipe de Nouakchott. Aujourd’hui, et aujourd’hui, seulement, c’est-à-dire, pas hier, ni le mois dernier, ni l’année qui vient de s’écouler, je deviens perplexe.

Car, je connais, au moins une personne crédible à l’Inspection Générale de l’Etat qui m’a, hélas- j’hésite à y croire, confirmé toutes ces choses, que, moi-même, je me suis efforcé, ci-haut, à rapporter au conditionnel.

La confirmation de ces malversations me fait craindre le pire. Pourquoi ? Ce n’est pas le premier détournement qui s’opère dans ce pays, certes. Pourquoi donc tant d’alarmisme ? C’est vrai. Mais, Mohamed Lemine Ould Dadde, quels que soient les reproches que pourraient lui coller certain, symbolise une certaine jeunesse. Une certaine manière de voir chez la jeunesse. Et, si cette affaire de détournement s’avère authentique, ce serait une souillure, une tâche dans l’histoire de toute la jeunesse.

Certains, pourrait se dire : " Vous déliriez, qui serait Mohamed Lemine Ould Dadde, pour représenter un quelconque idéal pour la jeunesse ?" D’autres iraient, jusqu’à dire, "Ould Dadde ne serait qu’un infime et infâme clochard parisien qui ne se prendrait même pas au sérieux." Aux uns et autres, je dirais : Mohamed Lemine Ould Dadde a porté, avec beaucoup d’autres, l’étendard d’une jeunesse avant-gardiste. Il a dit non quand d’autres jeunes ont acquiescé vilement et se sont courbés pour picorer dans le régal princier.

Je ne saurais terminer, avant de lancer deux appels. Dont un adressé au président de la République, au nom d’une jeunesse qui croit encore aux valeurs cardinales ; et l’autre adressé à cette dernière.

Au président de la République je demande une déclaration publique de la part des autorités compétentes pour affirmer ou infirmer cette affaire. A cette jeunesse-là, je lui dis de continuer à croire à la morale de la vertu ; et ce quelque soit l’aboutissement de cette affaire.

Moustaph Kane
moustaph.kane@gmail.com


Source : Moustaph Kane

maatala

maatala a dit…

Salam

Kane a dit:

"Il a dit non quand d’autres jeunes ont acquiescé vilement et se sont courbés pour picorer dans le régal princier"

COULY ENTE VEM DIT LE FOU

maatala a dit…

salam

lu sur taqadoumy

"Edito: Le tout du Président
09-09-2010

«Faites ce que je vous demande de faire. Ne faites pas ce que je fais et surtout ne dites pas ce je fais». Ce sont là les paroles d’un homme d’Etat très loin de nous. «Je vois tout. Je sais tout. Je fais tout». D’autres paroles d’un autre homme d’un Etat pas aussi loin de notre pays. «Je suis obligé de suivre ce qui se passe avec précision. Il a souvent manqué à ce pays un Président qui se soucie des détails.

C’est ainsi qu’on a laissé faire la gabegie et la corruption. Je dois tout contrôler moi-même. (…) pour surveiller la gestion, il faut être au plus près. C’est pour moi une manière de remettre de l’ordre dans le pays». Il s’agit là, ce sont les propos de notre Aziz national, notre Président, le Président des pauvres. En filigrane, on peut comprendre que la justice c’est moi, le gouvernement c’est moi, l’Assemblée c’est moi et … le peuple c’est moi. Le totalitarisme, l’absolutisme ou l’expression radicale de la dictature. Pardonnez-moi le pléonasme, la superfluité ou la redite… c’est que ce type de pouvoir, on l’a déjà connu avec un autre Président qui s’appelait – s’appelle toujours – Ould Taya. Il est parti mais son système est resté; un système qui a encore de beaux jours devant lui car l’homme qui dit vouloir se battre contre cette école est lui-même un bon élève de cette institution, un pur produit de ce système, d’où son penchant pour l’absolutisme. C’est un constat : en voulant tout faire, ou pensant pouvoir tout faire, on ne fait finalement rien du tout ou parfois on devient le dindon de la farce. Car au moment où on pense tout connaître, les collaborateurs les plus immédiats se payeront votre tête en vous faisant entendre ce que vous voulez, en vous faisant passer pour un messie capable de tout et tout de suite. Peut-être parce qu’ils ont la trouille de vous contredire, parfois pour encourager l’instabilité et l’anarchie; situations propices pour faire prospérer leurs affaires qui ne font, bien sûr, pas les affaires du pays… Aziz, très sûr de lui, aurait-il commencé par la fin? En tout cas, aujourd’hui, son combat se résumerait – ou pourrait être comparé – à celui d’un homme qui, constatant que la ceinture de son «thiaya» (séroual - pantalon traditionnel) avait cédé et que le regard de tous était braqué sur lui, ne sait plus s’il faut cacher sa nudité par devant ou par derrière; un pantalon sans ceinture ayant toujours la fâcheuse manie de glisser des mains. En pareille circonstance, l’homme au pantalon sans ceinture finit toujours par s’asseoir en attendant le secours des autres. Nous ne voulons pas passer pour des oiseaux de mauvais augure mais au rythme où vont les choses, Abdel Aziz risquerait de baisser les bras sous l’immensité du boulot à abattre et sous le poids mort d’un gouvernement engourdi et des conseillers peu utiles. Le Président des pauvres, élu sur son slogan de campagne contre la gabegie, se retrouve même gêné aux entournures par les mains baladeuses de certains de ses soutiens qui, au moment où le pays semble s’appauvrir, se remplissent la poche honteusement et s’engraissent. A voir le train de vie de certains responsables, on se demande si les nouveaux moufcidines ne seraient pas plus dodus que les anciens. A moins de virer très vite un gouvernement qui a déjà fait largement «ses preuves», Ould Abdel Aziz risque de ne pas voir de sitôt ses belles promesses se concrétiser; pire, il risque de passer du statut de «Président des pauvres» à celui de «président de la pauvreté».

La Nouvelle Expression N°97

maatala a dit…

Salam

Azzizzo a dit :

"C’est ainsi qu’on a laissé faire la gabegie et la corruption. Je dois tout contrôler moi-même. (…) pour surveiller la gestion, il faut être au plus près. C’est pour moi une manière de remettre de l’ordre dans le pays».

----------------------

C'est l'ancien gardien du temple de la tayie qui s'exprime.

Couly ente vem dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maata:

Je remarque que tes attaques continuent meme le jour de la fete!
YAKHOUYA SEMI!!!
J'ai toujours su CR des ses premiers jours. L'un de mes amis etait membre de cette organisation. Je ne dirai pas plus.

J'espere que tu n'ignores pas que deux de ses presidents (Gemal Ould Yessa et Ould Dadde') ont ete' accuse's par...CR d'espionnage contre...CR au profit des militaires.
Je n'ai pas besoin de revenir sur ce que j'ai dit a' propos de ce mouvement depuis le temps du blog du vagabond national xouldy.
Tu es libre de dire de moi ce que tu veux mais tous ceux qui me connaissent savent que je n'ai occupe' aucun poste important en Mauritanie. J'irai un peu plus loin en disant que j'ai connu trois ans de chomage apres ma maitrise mais cela ne m'empeche point de reconnaitre les nombreux projets realise's par le President Moawiya. J'aime Moawiya pour son patriotisme et pour ce qu'il a fait pour notre pays la Mauritanie.
J'aimerais bien que tu dises ce que j'ai "picore' dans le regal princier."

Abdel Aziz a fait ses deux coups d'etat et CR a supporte' par...opportunisme et non par patriotisme. Si Abdel Aziz se declare "le surveillant General" de la Mauritanie (pour utiliser les mots de Sanhaji), il ne sera tout simplement pas en mesure de faire la mission qu'il s'est confie'! Je l'ai deja dit ici et ailleurs. Je suis entrain de rire parce que Maata de CR utilise les mots "l'ancien gardien du temple de la Tayie." pour tenter de ridiculiser la personne qu'il a toujours soutenue. Mon cher Maata, c'est la politique de la marmite familiale vide que le president Abdel Aziz est entrain d'appliquer a' CR, qui vous fait parler. It's all too human!!! WELCOME TO THE CLUB!!!!J'ai plusieurs amis et connaissances qui ont oublie' leurs discours vides des qu'ils ont ete' nomme's a' des postes importants.

ALLEZ LES AMIS! LA MARMITE DE TEKEYBER EST BIEN REMPLIE ET CELLE DE M'LEYKHIR EST VIDE!!!!! CR SIGNIFIE: CROIRE A' RIEN ou CONS REUNIS!!!!

Anonyme a dit…

chers amis

c'est avec consternation que je viens d'apprendre le décès d'un ami de canal, à la fleur de l'âge

bison du ksar vient de nous quitter suite à un accident de voiture

une pensée à sa famille

que dieu l'accueille en son saint paradis

amin

simah à tous et à toutes

la vie c'est vraiment veyavi

Anonyme a dit…

mais qui etait bison du ksar pour qu'on prie pour lui?
on peut pas dire Allah yarham bison, c'est ridicule

Bebe BA a dit…

Toutes mes condèleances à la famille de Bison de Ksar!

Anonyme a dit…

Je me joins à Bebe Ba et aux autres bonnes ames ici pour transmettre mes condoleances a la famille eprouvée de Bison du Ksar. Inna Lillahi we Inna Illeyhi Rajioune. A-

Anonyme a dit…

Gorgui est vraiment devenu senile. Lisez cette histoire. Me rappelle la blague vraie de Akbar z...le pakistanais. Bonne fete les zamis.
A-
===


GOUVERNEMENT: Des Ministres SDF sans bureau


Un fait rare dans l’actuel Gouvernement. Plus de quatre Ministres ou plus n’ont pas encore de bureau. La plupart sont des femmes qui viennent de faire leur entrée dans le Gouvernement. Face à cette situation, elles errent dans les couloirs de la présidence ou de la primature pour rendre compte aux grands patrons.

Ce qui est à l’origine de tout cela c’est que de nouveaux Ministères ont été crées. Or, bien avant leur création, le Gouvernement avait un problème de local. L’ancienne Ministre du Biocarburant, Mme Thérése Coumba Diop était obligée de s’installer à l’immeuble Yoro Lam prés du marché Sandaga. Certains membres de son Ministère occupaient les couloirs de cet immeuble sans bureau. Le Ministre d’Etat, Innocence Ntap Ndiaye occupe toujours ses bureaux situés derrière les locaux de la DIC. Aminata Lô Dieng, Ndeye Mbow et Coumba Gaye seraient dans cette même situation.

www.seneweb.com

Anonyme a dit…

Une histoire vraie

====

Akbar Zeb est un diplomate pakistanais qui souhaitait être nommé ambassadeur du Pakistan en Arabie Saoudite. Mais il n'en a pas reçu l'autorisation du fait que son nom, dans la langue arabe, signifierait "grosse bite".

Akbar Zeb avait déjà été proposé au poste d'ambassadeur aux Émirats arabes unis et au Bahreïn, mais la demande n'avait pas abouti pour les mêmes raisons.
http://fr.news.yahoo.com/55/20100204/tod-arabie-saoudite-lambassadeur-du-paki-17baed7.html

Anonyme a dit…

certains salafistes graciés seraient en route pour les bases d'AQMI au Mali d'autres pensent à un Aleg Bis.
Bonne fete les gars et specialement pour A- et les autres griots de Aziz sur Canalh

Anonyme a dit…

Merhbeu ano et yewgui b thak eddeymin. J'ai attaqué azzizzo ici quand il a fait son coup jusqu'à son election. J'ai changé d'idée comme il m'a impressionné avec le piège qu'il a tendu à l'opposition qui n'a rien vu venir. Il faut faire avec azzizzo maintenant du moment qu'il est assis sur le trone jusqu'en 2014. Tu ne vois pas qu'il a divisé l'opposition en leur coupant l'herbe sous les pieds? Eywa on peut faire quoi avec nos claviers? Rien mon zami. Je l'appelle de temps à autre twil le'emer pour eviter qu'il ne me jette en prison.

On en est le cas de Ould Khattri de l'ex-PROCAPEC? Pas jugé, pas d'explication.

Bonne fete de ramadan ya ano et eloigne-toi un peu du clavier aujourd'hui pour feter avec ta famille.


A-

Anonyme a dit…

Ano foté: c'est quoi encadrer un juge? Je croyais qu'on encadrait seulement les juges chez nous. C'est au sujet des moines et j'ai l'impression que les services secrets français ont un peu trop encadré le juge Bruguière sur cette affaire. Dis-nous ton avis.

===

L'enquête sur les moines de Tibéhirine relancée
Isabelle Mandraud, Le Monde, 09.09.10

L'ancien ambassadeur de France en Algérie, Michel Lévêque, devait de nouveau être entendu jeudi 9 septembre par le juge antiterroriste Marc Trévidic, chargé de l'enquête sur l'assassinat des sept moines de Tibéhirine, en Algérie. Quatorze ans après les faits, le magistrat cherche toujours la vérité dans ce dossier et à démêler certaines ambiguïtés. Or, les documents sur lesquels le secret-défense a été levé en ont apporté de nouvelles.

Dans ceux remis par le ministère des affaires étrangères figurent les fax cryptés transmis par l'ambassadeur à sa hiérarchie après la découverte, le 30 mai 1996, sur le bord d'une route, près de Médéa, des têtes des moines dont les corps n'ont jamais été retrouvés. Dès le lendemain, M. Lévêque s'est rendu à l'hôpital militaire d'Aïn Nadja, à Alger, pour identifier les restes des religieux.

Le 2 juin 1996, il rédige une note de deux pages sur les constatations faites, écrit-il, par "le médecin de gendarmerie de (l')ambassade qui m'avait accompagné". Les remarques sont d'ordre médical. Elles relèvent des indices, "les boîtes osseuses ne portent aucune trace de projectile", ou bien soulignent la trace d'une fracture particulière sur l'un des crânes, "laissant à penser que les décapitations ont été effectuées par une arme blanche et lourde."

Deux autres témoins
La note se conclut par une évaluation de la date du décès : "Les différentes constatations visuelles effectuées par le médecin de la gendarmerie conduisent à penser que le décès des sept moines pourrait remonter à une période située entre le 16 et le 21 mai (date de revendication de l'assassinat des moines par le GIA)." Ces écrits sont en tout point conformes aux déclarations faites dix ans plus tard, le 12 avril 2007, par M. Lévêque lors de son audition par le premier juge antiterroriste chargé du dossier, Jean-Louis Bruguière.

Anonyme a dit…

Suite 1 - encadrer un juge pour ano foté

===

Mais deux autres témoins sont venus récemment contredire la version de l'ambassadeur. Le 24 juin 2010, le médecin chef des armées, Tantely Ranoarivony, qui exerçait la fonction de médecin de la gendarmerie à l'ambassade de France à Alger en 1996, a été pour la première fois entendu. Agé alors de 26 ans, spécialisé dans la chirurgie maxillo-faciale, il était bien présent le 31 mai 1996 à l'hôpital d'Aïn Nadja pour aider à identifier, d'après des photos, les moines qu'il ne connaissait pas et dont il découvre sur place, "interdit", qu'il n'y a que les têtes dans les cercueils. Ses souvenirs, avec le temps, sont imprécis, mais, surprise, il affirme ne pas être l'auteur des constats. "Je ne me souviens pas avoir donné à l'ambassadeur ces indications qui paraissent très précises et très techniques", déclare-t-il au juge Trévidic, comme le rapporte le procès-verbal consulté par Le Monde.

"Je n'ai pas donné d'indication sur la datation des décès, car je ne suis pas médecin légiste", ajoute-t-il. M. Ranoarivony précise au passage qu'il lui avait été demandé de tenir secret l'absence des corps.

Cassettes intriguantes
Le 24 août, entendu pour la première fois à son tour, l'ancien consul de France, François Ponge, également présent à l'hôpital ce 31 mai 1996, abonde dans le même sens. "Je lui ai posé la question de la date du décès, il n'a pas pu me répondre, dit-il à propos du médecin gendarme. Je ne me souviens pas d'autres questions en ma présence." D'autres médecins auraient-ils pu faire les constatations ?
Ces éléments trouveront peut-être une réponse mais ils contribuent au trouble qui continue d'entourer l'assassinat des moines - revendiqué par le GIA. D'autant que des cassettes vidéo de terroristes repentis, transmises par les autorités algériennes et découvertes sur le tard par le juge Trévidic dans le coffre du bureau de son prédécesseur, ne laissent pas d'intriguer. Récemment traduites, elles confirment en effet que des opérations militaires ont été menées dans la zone où étaient détenus les moines, contrairement aux promesses faites par Alger à Paris.

En juin 2009, l'ancien attaché de défense à l'ambassade de France, François Buchwalter, avait déjà jeté un pavé dans la mare en évoquant des tirs d'hélicoptères de l'armée algérienne, qui auraient mitraillé le camp où se trouvaient les religieux. "On progresse pas à pas, et on obtient de plus en plus d'éléments du côté français, se félicite Patrick Baudoin, l'avocat de la partie civile. L'objectif, maintenant, est de rassembler le maximum de connaissances pour pouvoir se tourner du côté algérien et obtenir qu'ils se dévoilent plus qu'ils ne l'ont fait jusqu'à présent."

Anonyme a dit…

Suite pour ano foté

Mais deux autres témoins sont venus récemment contredire la version de l'ambassadeur. Le 24 juin 2010, le médecin chef des armées, Tantely Ranoarivony, qui exerçait la fonction de médecin de la gendarmerie à l'ambassade de France à Alger en 1996, a été pour la première fois entendu. Agé alors de 26 ans, spécialisé dans la chirurgie maxillo-faciale, il était bien présent le 31 mai 1996 à l'hôpital d'Aïn Nadja pour aider à identifier, d'après des photos, les moines qu'il ne connaissait pas et dont il découvre sur place, "interdit", qu'il n'y a que les têtes dans les cercueils. Ses souvenirs, avec le temps, sont imprécis, mais, surprise, il affirme ne pas être l'auteur des constats. "Je ne me souviens pas avoir donné à l'ambassadeur ces indications qui paraissent très précises et très techniques", déclare-t-il au juge Trévidic, comme le rapporte le procès-verbal consulté par Le Monde.

"Je n'ai pas donné d'indication sur la datation des décès, car je ne suis pas médecin légiste", ajoute-t-il. M. Ranoarivony précise au passage qu'il lui avait été demandé de tenir secret l'absence des corps.

Cassettes intriguantes
Le 24 août, entendu pour la première fois à son tour, l'ancien consul de France, François Ponge, également présent à l'hôpital ce 31 mai 1996, abonde dans le même sens. "Je lui ai posé la question de la date du décès, il n'a pas pu me répondre, dit-il à propos du médecin gendarme. Je ne me souviens pas d'autres questions en ma présence." D'autres médecins auraient-ils pu faire les constatations ?
Ces éléments trouveront peut-être une réponse mais ils contribuent au trouble qui continue d'entourer l'assassinat des moines - revendiqué par le GIA. D'autant que des cassettes vidéo de terroristes repentis, transmises par les autorités algériennes et découvertes sur le tard par le juge Trévidic dans le coffre du bureau de son prédécesseur, ne laissent pas d'intriguer. Récemment traduites, elles confirment en effet que des opérations militaires ont été menées dans la zone où étaient détenus les moines, contrairement aux promesses faites par Alger à Paris.

En juin 2009, l'ancien attaché de défense à l'ambassade de France, François Buchwalter, avait déjà jeté un pavé dans la mare en évoquant des tirs d'hélicoptères de l'armée algérienne, qui auraient mitraillé le camp où se trouvaient les religieux. "On progresse pas à pas, et on obtient de plus en plus d'éléments du côté français, se félicite Patrick Baudoin, l'avocat de la partie civile. L'objectif, maintenant, est de rassembler le maximum de connaissances pour pouvoir se tourner du côté algérien et obtenir qu'ils se dévoilent plus qu'ils ne l'ont fait jusqu'à présent."

Anonyme a dit…

Suite 2 et file pour ano foté. C'est le Monde du 9 septembre. Id Mouarak. Ton ami A-

====

Le général Rondot à nouveau convoqué par le juge, avec ses carnets
Isabelle Mandraud, Le Monde, 09.09.10

C'est un personnage clé, dans l'enquête sur l'assassinat, en 1996, des moines de Tibéhirine, que le juge antiterroriste Marc Trévidic s'apprête à entendre. Le 27 septembre, le général Philippe Rondot, qui était au coeur des discussions avec Alger, devra dire ce qu'il sait du rôle joué par les services secrets algériens. Numéro deux de la DST à l'époque, M. Rondot avait déjà été entendu par le juge Jean-Louis Bruguière en décembre 2006, sans se livrer. Mais cette fois, il ne devrait plus pouvoir s'abriter derrière le secret-défense.
Le juge Trévidic dispose en effet de documents déclassifiés, à sa demande, par la commission consultative du secret de la défense nationale, dont trois notes du général Rondot, plus une copie de ses fameux carnets personnels - rendus célèbres dans le cadre de l'affaire Clearstream.

Ancien responsable à la DST, puis à la DGSE, cet expert en diplomatie secrète y consignait quasiment au jour le jour, en style télégraphique, ses entrevues, contacts et notes. Or, dans les écrits qui couvrent la période, de 1997 à 2005, figurent plusieurs références curieuses sur Tibéhirine.

Ainsi, à la date du 23 décembre 2002, le général, parti à la retraite fin 2005, note à propos du déplacement de Jacques Chirac en Algérie : "Voyage du PR (président de la République) à Alger (...) Double jeu de la DRS (Département du renseignement et de la sécurité algérienne)." Suit une double flèche désignant, d'une part, les "services français", d'autre part, le "GIA" (Groupe islamique armé). Nouvelle flèche. "Ex. : l'affaire des moines de Tibéhirine."

Spécialiste du monde arabe, M. Rondot avait, dans ses fonctions, tissé des relations étroites avec les services algériens, notamment Smaïn Lamari, le patron de la direction du contre-espionnage (DCE), aujourd'hui décédé. Dans les trois notes déclassifiées parvenues au juge, le général français faisait état de ses contacts réguliers avant d'émettre des réserves.

Surtout, il donne en partie corps à la thèse d'une "bavure" de l'armée algérienne avancée par l'ancien attaché militaire à l'ambassade de France, François Buchwalter, lors de son audition le 25 juin 2009. M. Rondot cite ainsi M. Lamari à propos d'"opérations de ratissage engagées dans la zone". Mais de ses doutes ou interrogations, le général n'en a jamais fait part jusqu'ici à la justice. Tout au contraire. Dans ses carnets, il écrit : "Déj du 22.01.04 à la popote. Juge Bruguière. P. du Bousquet (Pierre de Bousquet de Florian, patron de la DST de 2002 à 2007) + JF Clair (son adjoint). Examen des dossiers. Tibéhirine. Seurat." Une flèche. "Encadrer le juge."

Anonyme a dit…

Suite 2 et file pour ano foté. C'est le Monde du 9 septembre. Id Mouarak. Ton ami A-

====

Le général Rondot à nouveau convoqué par le juge, avec ses carnets
Isabelle Mandraud, Le Monde, 09.09.10

C'est un personnage clé, dans l'enquête sur l'assassinat, en 1996, des moines de Tibéhirine, que le juge antiterroriste Marc Trévidic s'apprête à entendre. Le 27 septembre, le général Philippe Rondot, qui était au coeur des discussions avec Alger, devra dire ce qu'il sait du rôle joué par les services secrets algériens. Numéro deux de la DST à l'époque, M. Rondot avait déjà été entendu par le juge Jean-Louis Bruguière en décembre 2006, sans se livrer. Mais cette fois, il ne devrait plus pouvoir s'abriter derrière le secret-défense.
Le juge Trévidic dispose en effet de documents déclassifiés, à sa demande, par la commission consultative du secret de la défense nationale, dont trois notes du général Rondot, plus une copie de ses fameux carnets personnels - rendus célèbres dans le cadre de l'affaire Clearstream.

Ancien responsable à la DST, puis à la DGSE, cet expert en diplomatie secrète y consignait quasiment au jour le jour, en style télégraphique, ses entrevues, contacts et notes. Or, dans les écrits qui couvrent la période, de 1997 à 2005, figurent plusieurs références curieuses sur Tibéhirine.

Ainsi, à la date du 23 décembre 2002, le général, parti à la retraite fin 2005, note à propos du déplacement de Jacques Chirac en Algérie : "Voyage du PR (président de la République) à Alger (...) Double jeu de la DRS (Département du renseignement et de la sécurité algérienne)." Suit une double flèche désignant, d'une part, les "services français", d'autre part, le "GIA" (Groupe islamique armé). Nouvelle flèche. "Ex. : l'affaire des moines de Tibéhirine."

Spécialiste du monde arabe, M. Rondot avait, dans ses fonctions, tissé des relations étroites avec les services algériens, notamment Smaïn Lamari, le patron de la direction du contre-espionnage (DCE), aujourd'hui décédé. Dans les trois notes déclassifiées parvenues au juge, le général français faisait état de ses contacts réguliers avant d'émettre des réserves.

Surtout, il donne en partie corps à la thèse d'une "bavure" de l'armée algérienne avancée par l'ancien attaché militaire à l'ambassade de France, François Buchwalter, lors de son audition le 25 juin 2009. M. Rondot cite ainsi M. Lamari à propos d'"opérations de ratissage engagées dans la zone". Mais de ses doutes ou interrogations, le général n'en a jamais fait part jusqu'ici à la justice. Tout au contraire. Dans ses carnets, il écrit : "Déj du 22.01.04 à la popote. Juge Bruguière. P. du Bousquet (Pierre de Bousquet de Florian, patron de la DST de 2002 à 2007) + JF Clair (son adjoint). Examen des dossiers. Tibéhirine. Seurat." Une flèche. "Encadrer le juge."

Anonyme a dit…

Suite 2 pour ano foté. En encadrant un juge, les French ont manipulé aussi cette histoire de moines.

Amicalement. A-
===

Le général Rondot à nouveau convoqué par le juge, avec ses carnets
Isabelle Mandraud, Le Monde, 09.09.10

C'est un personnage clé, dans l'enquête sur l'assassinat, en 1996, des moines de Tibéhirine, que le juge antiterroriste Marc Trévidic s'apprête à entendre. Le 27 septembre, le général Philippe Rondot, qui était au coeur des discussions avec Alger, devra dire ce qu'il sait du rôle joué par les services secrets algériens. Numéro deux de la DST à l'époque, M. Rondot avait déjà été entendu par le juge Jean-Louis Bruguière en décembre 2006, sans se livrer. Mais cette fois, il ne devrait plus pouvoir s'abriter derrière le secret-défense.
Le juge Trévidic dispose en effet de documents déclassifiés, à sa demande, par la commission consultative du secret de la défense nationale, dont trois notes du général Rondot, plus une copie de ses fameux carnets personnels - rendus célèbres dans le cadre de l'affaire Clearstream.

Ancien responsable à la DST, puis à la DGSE, cet expert en diplomatie secrète y consignait quasiment au jour le jour, en style télégraphique, ses entrevues, contacts et notes. Or, dans les écrits qui couvrent la période, de 1997 à 2005, figurent plusieurs références curieuses sur Tibéhirine.

Ainsi, à la date du 23 décembre 2002, le général, parti à la retraite fin 2005, note à propos du déplacement de Jacques Chirac en Algérie : "Voyage du PR (président de la République) à Alger (...) Double jeu de la DRS (Département du renseignement et de la sécurité algérienne)." Suit une double flèche désignant, d'une part, les "services français", d'autre part, le "GIA" (Groupe islamique armé). Nouvelle flèche. "Ex. : l'affaire des moines de Tibéhirine."

Spécialiste du monde arabe, M. Rondot avait, dans ses fonctions, tissé des relations étroites avec les services algériens, notamment Smaïn Lamari, le patron de la direction du contre-espionnage (DCE), aujourd'hui décédé. Dans les trois notes déclassifiées parvenues au juge, le général français faisait état de ses contacts réguliers avant d'émettre des réserves.

Surtout, il donne en partie corps à la thèse d'une "bavure" de l'armée algérienne avancée par l'ancien attaché militaire à l'ambassade de France, François Buchwalter, lors de son audition le 25 juin 2009. M. Rondot cite ainsi M. Lamari à propos d'"opérations de ratissage engagées dans la zone". Mais de ses doutes ou interrogations, le général n'en a jamais fait part jusqu'ici à la justice. Tout au contraire. Dans ses carnets, il écrit : "Déj du 22.01.04 à la popote. Juge Bruguière. P. du Bousquet (Pierre de Bousquet de Florian, patron de la DST de 2002 à 2007) + JF Clair (son adjoint). Examen des dossiers. Tibéhirine. Seurat." Une flèche. "Encadrer le juge."

Anonyme a dit…

Maatala,

Pour twa. A-
====

Afrique : La création des Etats unis d’Afrique est inéluctable
PANA

vendredi 10 septembre 2010

Tripoli, Libye - L’intégration africaine à travers la formation d’un gouvernement fédéral sur la voie de l’édification des Etats unis d’Afrique est inéluctable, a déclaré le président malien, Amadou Toumani Touré, mercredi soir, à Tripoli, devant le 2ème forum des rois, sultans, émirs, cheikhs et leaders traditionnels africains. Le chef de l’Etat malien, qui s’exprimait en présence du guide Mouammar Kadhafi, a indiqué que l’intégration des pays africains était une aspiration des populations du continent.

Il a rappelé que la Constitution de son pays contenait des dispositions stipulant que le Mali pouvait concéder une partie de sa souveraineté dans le cadre de l’intégration africaine.

Selon lui, le Mali est près, dès demain, à abandonner une partie de sa souveraineté au profit d’un gouvernement fédéral africain.

Le président malien a salué, à cet égard, les efforts déployés par le guide Mouammar Kadhafi pour promouvoir le processus unioniste africain et réaliser l’intégration et la complémentarité entre les pays de l’Union africaine (UA).

Il a affirmé qu’il était témoin de la volonté et de l’action du leader libyen en faveur de l’unité de l’Afrique.

Il s’est félicité de l’initiative de ce forum, estimant qu’il rompait d’avec la routine des rencontres des chefs d’Etat.

Le président Amadou Toumani Touré a salué le rôle des leaders traditionnels au niveau de la gouvernance locale et de la préservation des traditions et de la culture, rappelant que l’histoire de son pays est riche en royaumes traditionnels qui ont contribué à enrichir la civilisation mondiale.

Il a indiqué que le Mali avait accordé un grand intérêt au rôle des chefferies traditionnelles et indiqué que les traditions ne s’opposaient pas à la démocratie, citant à titre d’exemple le royaume traditionnel malien de Soundjata Keïta qui a élaboré le premier document qui s’apparente à une Constitution.

Anonyme a dit…

Le cinema de Kadafi continue!!!!!
Combien d'Africains ont ete' renvoye's de la Libye durant cette anne'e 2010? Combien d'entre eux etaient des Maliens?
Ce qu'ATT a dit a' propos de la constitution Malienne, est vrai. Un etat federal Africain est tres probablement le reve de plusieurs Africaines et Africains mais est-ce que les dirigeants Africains sont prets pour abandonner les petits pouvoirs qu'ils continuent a' imposer a' nos peuples?
Je pense qu'il faut d'abord et avant tout consolider les organisations regionales et sous-regionales avant de penser a' avoir un etat federal. Sachez egalement que ceux qui ont toujours tire' d'enormes benefices du morcellement du continent Africain, ne vous faciliteront pas le travail.

P.S.

Bebe Ba et Ould Mouritanie:
Est-ce que Bison du ksar est vraiment mort? J'espere que vous n'etes pas entrain de creer un para pour canalh.(Seul Allah sait a' combien de reprises, Para a ete' tue' par les services Algerien.)