lundi 16 août 2010

De nos rapports avec la France

Depuis quelques temps j’écoute, je lis des prises des positions qui ont trait à nos rapports avec la France. Depuis que nous sommes territoire, puis colonie, puis Etat indépendant, nos rapports avec la France ont toujours connu des hauts et des bas mais ils ont toujours été fondamentalement solides.

La Mauritanie a été colonisée pour des raisons uniquement stratégiques. « L’ensemble mauritanien » non administré de façon centralisée pouvait constituer une source d’instabilité pour les colonies françaises du Maghreb et celles d’Afrique noire à cause de sa position géographique. Les recettes des impôts perçus uniquement sur le cheptel mauritanien ne couvraient pas les charges et le peu d’infrastructures sur ce vaste territoire.

Plus tard, la découverte, dans les années cinquante, de la mine de fer et les revenus que tiraient les pécheurs français de la cote mauritanienne ajoutaient un regain d intérêt. Mais, tout cela ne constituait pas un enjeu suffisant pour justifier, à lui seul que la France s'opposât farouchement au phagocytage de la Mauritanie par ses vieilles colonies dont elle tire tant d’avantages pour elle-même que pour ses opérateurs économiques.



La présence française, ici, a toujours fait débat depuis que la Mauritanie a été érigée en colonie et ce, jusqu’à l’indépendance et quelques fois bien après. La résistance est restée vivace par les arguments et les armes jusqu’en 1932. Après cette date, d’autres tentatives de résistance, ont vu le jour sous la forme de groupes politiques: l’Entente, la JM, la Nahda, la section mauritanienne du RDA.

Ceux qui ont cautionné l'occupation française ont largement justifié leur choix tout comme ceux qui l’ont combattue ont justifié le leur. Ce débat est partout présent en Afrique sous diverses formes : politique, économique et culturelle. Il n'est pas un particularisme mauritanien.

Il n’empêche que dans le cas de la Mauritanie et malgré les formes de résistance et d’acceptations citées plus haut, la France a toujours été aux côtés de notre pays dans les périodes difficiles. Les considérations stratégiques ont toujours pris le pas sur les intérêts économiques. La France a juste administrée la Mauritanie.

J’ai dit que, malgré des hauts et des bas, le soutien de la France ne nous a jamais fait défaut. Les événements ci-dessous relatés en sont une parfaite illustration.

1956: Au plus fort de la contestation de la présence française par les groupes politiques mauritaniens, NAHDA, JM, le mouvement syndical naissant et pendant que le Jeich Tahrir, (armée de libération) venant du Maroc, était aux portes d’Atar, à l’époque la plus grande ville de Mauritanie, la France monta l’opération "Ecouvillon" à partir de Dakar et mit en déroute les colonnes venues du nord, alors encerclées dans la montagne de Teguel. A l'époque l’armée mauritanienne n’était pas encore constituée. Les quelques officiers; sous-officiers et hommes de troupes mauritaniens servaient encore sous l'uniforme français.

1961 : une guérilla menée par des mauritaniens et installée au Mali par le Maroc, ayant des cellules dormantes et des dépôts d'armes sur tout le territoire, provoque l’émoi dans le pays nouvellement indépendant (attentats, assassinats, soulèvements à l’Est et migrations de pans entiers de tribus vers le Mali voisin). L’armée mauritanienne venait juste de naitre. La France mit à sa disposition les meilleurs instructeurs et officiers de renseignements (dont le célèbre commandant Léger, officier français exfiltré d’Algérie où il aurait monté l’opération "bleuité" entraînant une guerre fratricide entre certains des chefs militaires de la révolution algérienne). Avec l’armée mauritanienne naissante, ils ont opéré un quadrillage du pays et démonté toutes les cellules dormantes et les dépôts d’armes.

1966 : la France a prépositionné les troupes de Dakar au cas où la situation deviendrait grave en Mauritanie. Feu Moktar et l’armée mauritanienne purent maitriser la situation grâce aux seuls moyens mauritaniens.

1977 : la Mauritanie avait rompu tous les accords qui la liaient à la France depuis 1972 y compris l’accord de défense. La guerre de guérilla menée par le Polisario tenait la Mauritanie comme maillon faible de l’axe Rabat-Nouakchott. Avec un territoire immense, une armée manquant cruellement de moyens, des installations économiques situées a l’intérieur des zones des combats, tous les mauritaniens étaient inquiets sur le sort de leur pays qui pliait inexorablement sous les coups de boutoir répétés du Polisario et ce, malgré les efforts de nos officiers et hommes de troupes. Les installations économiques étaient toutes asphyxiées ou détruites. La France, sollicitée, mit rapidement en opération les avions Jaguar et les Breguet-Atlantic de surveillance. Elle plaça aussi des officiers d’assistance technique à l’Etat-major de l’Armée. La situation fut maîtrisée rapidement.

2007-2010 : le meurtre de quatre français sur l’axe d’Aleg, l’annulation du célèbre rallye Paris-Dakar, les attaques contre des garnissons de l’armée, le meurtre d’un américain à Nouakchott, les prises d’otages répétées, les cellules qui tuent à Nouakchott et les kamikazes qui se font exploser, tout cela mit le pays dans une situation inconfortable, sur tous les plans. La France met alors à la disposition de la Mauritanie des instructeurs spécialistes dans les différents domaines militaires de lutte anti-terroriste.

En 2010, notre armée sera la première de la région, et même du continent peut-être, à prendre l’initiative de mener une opération commando réussie à des milliers de kms de son commandement central. Rien de tout ce que je viens d’évoquer ne met en péril l’honneur du pays, ni sa capacité de décision. Il est légitime que l’Arabie saoudite, plus riche, ou la Jordanie, fassent la même chose avec les Anglais si le besoin s’en fait sentir. Que l’Inde, le Pakistan en fassent de même avec l’Angleterre, rien de cela n'est déshonorant.

Les transferts de technologie et les échanges de connaissance sont plus productifs entre gens parlant la même langue et ayant les mêmes référentiels. Ils peuvent être de nature militaire, culturelle ou sociale. Je ne vois là rien qui puisse donner lieu à un tapage médiatique ou politique. Ce sont des relations normales de coopération entre Etats amis et que les conjonctures internationale et régionale imposent.

Ceux qui connaissent ma génération diront voilà ce que pensent les « TIYAB NASSARA » (les repentis des français), les fils des interprètes et des hommes des troupes coloniales.

Les fils d’interprètes et des hommes des troupes coloniales, ont fait le Coran la grammaire, le Figh, la poésie épique et l'histoire arabe avant de venir à l’école française. Ils sont férus de culture arabe et européenne de façon générale et spécialement française. Ils ont fait leurs humanités dans les meilleures universités du monde et sont, en général, au moins parfaitement bilingues sinon polyglottes. Ils ont vu fonctionner correctement des administrations et admirer l'ordre et la discipline des casernes.

Ils ont appris à respecter le drapeau et les symboles de l’Etat. Ils ont profité d'un enseignement de qualité et d'une organisation administrative léguée par la France et fondée sur les concepts de méritocratie et de méthodologie. Cela les a prédisposés, jusque date récente, à être les piliers de l’Etat ; tout au moins pour ceux d'entre eux qui n'ont pas été dévoyés par la rigueur qu'exige le service public.

En un mot, cette génération est l’essence même de ce qui nous reste de tradition administrative républicaine.

Malgré le legs colonial, ils n’ont jamais émargé aux officines coloniales anciennes ou nouvelles, ils n'ont jamais été décorés de médailles pour « services rendus ». Leurs rapports avec les européens et particulièrement les Français sont décomplexés et imprégnés d’un respect mutuel.

J’ai longtemps entendu la litanie contre les « TIYAB NASSARA » ressassée par une "certaine élite". Désormais dégagé de la contrainte de réserve du service public, je tiens à briser cette omerta, lever les tabous et les sous-entendus imposés par l'absence de culture et de savoir-faire de ceux-là même qui ne trouvent leur compte que dans le règne de la médiocrité pour justifier leur présence dans notre système administratif.

Nouakchott août 2010

Brahim Salem Ould Bouleiba

55 commentaires:

maatala a dit…

Salam

Il a dit:

"Les fils d’interprètes et des hommes des troupes coloniales, ont fait le Coran la grammaire, le Figh, la poésie épique et l'histoire arabe avant de venir à l’école française. Ils sont férus de culture arabe et européenne de façon générale et spécialement française. Ils ont fait leurs humanités dans les meilleures universités du monde et sont, en général, au moins parfaitement bilingues sinon polyglottes. Ils ont vu fonctionner correctement des administrations et admirer l'ordre et la discipline des casernes.

Ils ont appris à respecter le drapeau et les symboles de l’Etat. Ils ont profité d'un enseignement de qualité et d'une organisation administrative léguée par la France et fondée sur les concepts de méritocratie et de méthodologie. Cela les a prédisposés, jusque date récente, à être les piliers de l’Etat ; tout au moins pour ceux d'entre eux qui n'ont pas été dévoyés par la rigueur qu'exige le service public.

En un mot, cette génération est l’essence même de ce qui nous reste de tradition administrative républicaine

------------------------------
Taya est bien le pére de la médiocratie et non de la démocratie dit le fou

Anonyme a dit…

Bien parlé Maatala (Bouleiba). J' ai lu et je ne trouve pas le texte sexy.C' est un cousin marabout je crois à sa façon de raconter la petite histoire du pays

Sur un autre sujet, les USA peuvent au moins nous rendre service: surveiller ou va Sahraoui apres le paiement de la rançon et la liberation des otages. Avec un phrase du New York Times, Echourouk fait un gros article sur AQMI.A-

===

Les USA intensifient les opérations de renseignements dans la région : des commandos et des équipements sophistiqués pour surveiller El Qaïda dans le Sahel
15.08.2010 Par Mohamed Meslem/ version M-.C. Lachichi
Taille de police :

Le New-York Times vient de révéler dans sa dernière livraison la volonté américaine d’élargir ses opérations en Afrique du nord et dans le sahel. Aprés surveillance des activités des groupes terroristes activant dans la région, à savoir le GSPC, et qui a fait du Sahara son sanctuaire pour fuir les coups assenés par les services de sécurité et l’armée algérienne.

Dans un dossier spécial publié, hier, sous le titre « le secret de l’offensive contre les terroristes sur les deux continents », le quotidien New-yorkais a indiqué que le renforcement de l’activité du renseignement s’inscrit dans le cadre de la guerre menée par les USA contre l’organisation « Al Qaida » et ses alliés dans différentes régions du monde. Le but étant d’annihiler ce fléau ou de réduire tout au moins les risques encourus pour l’oncle Sam.

D’après ce dossier réalisé par trois journalistes en l’occurrence Scott Shane, Mark Mazzetti et Robert F. Worth, cette nouvelle opération a été déclenchée par les forces américaines le 25 mai dernier par un raid aérien tenu secret dans le désert yéménite. Ce raid a causé la mort d’un haut responsable local qui essayait, d’après les officiels yéménites, de faire déposer les armes à un groupe terroriste. Selon cette publication, l’administration Obama mènerait actuellement une guerre secrète contre El Qaïda et ses alliés.

Une offensive qui concerne douze pays à travers le monde. Sans être explicitement cités, ces pays pourraient se situer dans le Sahara à l’image de l’Algérie ou encore le Pakistan. Il y a, semble-t-il, également des pays de l’ancien bloc soviétique minés actuellement par des guerres ethniques et religieuses. Pour mener ces opérations l’armée américaine s’est dotée, d’après le New-York Times, d’équipements technologiques ultrasophistiqués et d’équipes de commandos spécialisés. De même qu’elle a eu à recruter des compétences en matière d’espionnage et de collecte de l’information sur le terrorisme.

La coopération avec l’Europe n’est pas en reste. Elle s’est manifestée notamment au cours de l’opération conjointe Franco- Mauritanienne à l’effet de libérer un otage français retenu dans le sahel. Cette opération se conclura par un fiasco retentissant et par l’assassinat de l’otage français. Le journal a indiqué que la maison blanche a donné son feu vert à la CIA à l’effet d’utiliser les drones et d’effectuer des raids d’aviation secrets au Pakistan et en Somalie. Il ressort du dossier du «New- York Times» la mise en œuvre, dans le plus grand secret, d’une nouvelle stratégie de lutte contre le terrorisme. Les actions U.S menées secrètement au Yémen semblent faire partie de son contenu opérationnel.

Nombre de lectures : 438

Anonyme a dit…

A-

KH'SARTAKE VIH!!! COMMENT OSEZ-VOUS COMPARER LE GORGOL AU HODH AL GHARBI??? IL VA SANS DIRE QUE LE HODH ET L'ASSABA SONT 1000 FOIS MEILLEURS QUE LE GORGOL. (RIRE)

La liberation d'Omar le Sahraoui et les consequences de ladite liberation signifient qu'il faut privilegier le volet renseignement de la lutte contre le terrorisme. L'option militaire doit rester sur la table mais elle ne doit etre utilise'e que dans des cas tres particuliers.

Maata:

Moawiya est BIEN LE PERE DE LA DEMOCRATIE MAURITANIENNE!

Les relations entre la France et la Mauritanie sont et seront toujours solides malgre' les quelques difficulte's ici et la'.

Anonyme a dit…

au secours
A- et Couly continuent de polluer ce blog l'un au profit du Maroc et l'autre pour les ricains.
Pour certains, le mercenariat est une seconde nature.

Anonyme a dit…

Ano foté,

c' est la dernière fois que tu auras le privilège d 'etre repondu. A-

Anonyme a dit…

Ils l' ont reçcu ou non? A-

==

Un Malien, extradé par Nouakchott sera au plus tard mardi au Mali


16/08/2010
AFP | 16.08.10 | 19h09 - Un Malien, condamné pour avoir enlevé trois humanitaires espagnols en Mauritanie et les avoir remis à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), sera extradé au Mali "ce soir ou demain matin" mardi, a affirmé lundi à l'AFP une source haut placée à Nouakchott.

"Il sera livré à son pays ce soir ou demain matin", a affirmé cette source sans préciser s'il se trouvait déjà à la frontière entre les deux pays ou s'il était encore à Nouakchott.

"Nous avons accepté de le livrer au Mali parce que nous ne pouvons rien refuser à nos frères maliens auxquels nous lient d'excellentes relations", a expliqué cette source, précisant que l'extradition se fera suivant "les accords judiciaires liant nos deux pays depuis 1963".

Il "doit purger sa peine dans les prisons maliennes et les autorités de ce pays disposeront désormais de son sort", a ajouté la même source.

Une source judiciaire mauritanienne avait indiqué dimanche à l'AFP que le Malien avait été extradé vers son pays par voie terrestre et qu'il avait été remis aux autorités maliennes. Des sources judiciaires et de sécurité maliennes avaient affirmé lundi qu'il ne se trouvait pas en territoire malien.

Omar Sid'Ahmed Ould Hamma, surnommé "Omar le Sahraoui" et âgé de 52 ans, était accusé d'avoir agi comme "mercenaire" pour le compte d'Aqmi qui l'avait payé pour enlever trois Espagnols sur la route reliant Nouakchott à Nouadhibou (nord), le 29 novembre 2009. Ils avaient ensuite été transférés au Mali.

Début mars, Aqmi avait libéré Alicia Gamez, 39 ans, après trois mois de captivité.

Les autres otages, deux hommes, Albert Vilalta, 35 ans, et Roque Pascual, 50 ans, sont toujours séquestrés dans le nord du Mali.

Leurs familles ont reçu une preuve de vie des deux otages, a assuré lundi l'ONG Barcelona Accio Solidaria pour laquelle ils se trouvaient en mission au moment de leur enlèvement.

Des nouvelles rassurantes quelques jours après une information selon laquelle la branche radicale d'Aqmi dirigée par l'Algérien Abdelhamid Abou Zeïd, qui a revendiqué l'exécution de deux otages britannique et français, faisait pression sur un autre groupe d'Aqmi qui détient les Espagnols afin qu'il les exécute.

AFP

Anonyme a dit…

La Mauritanie veut ouvrir une enquête
L'Expression, 15 Août 2010

Plusieurs jours après son assassinat, les circonstances de la mort du ressortissant français Michel Germaneau ne sont pas encore élucidées.

Des sources sécuritaires rapportent que des responsables mauritaniens menacent de faire d’autres révélations sur le dossier en question. Des zones d’ombre et des questionnements entourent cette affaire qui n’a pas encore livré tous ses secrets.
Que s’est-il réellement passé lors de l’intervention des forces françaises en territoire malien, la fin de juillet dernier? Quels sont les tenants et les aboutissants d’une expédition dont le but affiché était la libération de l’otage retenu par des terroristes d’Al Qaîda? Pourquoi certains cercles occultes veulent-ils absolument mêler l’Algérie à cette histoire pour le moins encore obscure...? Et pourquoi, aujourd’hui, la Mauritanie veut-elle ouvrir une enquête sur ce qui s’est passé à l’issue d’un raid de commandos exécuté comme au temps révolu du colonialisme? Pour répondre à toutes ces questions, les analystes et les spécialistes du dossier Sahel sont en train de décortiquer tous les indices en leur possession, en attendant bien sûr des révélations émanant de parties non identifiées.
Une première version concernant la mort de l’otage français privilégie la thèse de la bavure. Selon cette version, les membres du commando français auraient été piégés par le groupe des ravisseurs, et c’est ce qui a entraîné la mort de Michel Germaneau, touché par des tirs provenant d’un des appareils ayant participé à l’opération. Une seconde version évoque une tentative de manipulation des troupes mauritaniennes par la France.
En effet, quelques jours avant le début de l’opération, des sources proches des services secrets français auraient mis en garde la Mauritanie contre d’éventuelles attaques d’Al Qaîda en territoire mauritanien. Selon cette seconde version, des doutes planent toujours sur la véritable identité de l’otage. Dans un autre contexte, les terroristes d’Al Qaîda auraient vraisemblablement découvert la véritable personnalité de Michel Germaneau.
Pris à leur propre piège, les Français ont voulu négocier pour tenter de sauver les «meubles»; mais vu la tournure prise par les événements, ils ont tout fait pour impliquer les Mauritaniens dans un sale coup. Acculée, la France aurait opté pour la liquidation pure et simple de l’otage. Ayant compris les craintes françaises, Al Qaîda aurait préféré jouer le jeu, en adoptant une position qui permette à la France d’«arranger» les choses.
Sentant le coup fourré, les Mauritaniens se sont rebiffés sous les coups de boutoir donnés par leur opposition. Aujourd’hui, ils veulent tout savoir à propos d’une opération qui reste entourée de zones d’ombre. Qui est Michel Germaneau? Dans quelles circonstances a été décidée l’opération commando? N’ayant jamais abandonné l’idée d’un Sahel complètement acquis, une sorte de chasse gardée française, l’Elysée vient de se rendre compte que les Américains ont pris sérieusement les choses en main.
Harcelées par Al Qaîda, du Tchad jusqu’en Mauritanie, les «taupes» françaises sont en train de tomber l’une après l’autre. Selon certains observateurs, toute la région est actuellement menacée d’afghanisation et il n’y a que l’Algérie qui reste en mesure d’éviter cette inquiétante perspective.
Si les Américains se gardent de tout commentaire, les Français eux, multiplient les gaffes et les bavures dans le but d’entraîner Alger dans une nouvelle guerre des sables mouvants. Diviser pour régner, c’est ce que veut instaurer la France aujourd’hui pour semer la zizanie entre les différents pays du Sahel, quitte à sacrifier ses propres barbouzes!

Ikram GHIOUA

Anonyme a dit…

C'est devenu un véritable nids d'espions ce blog.
LM et Maatala doivent interdire l'anonymat afin de mettre un peu d'ordre dans cet honorable espace.
Il est connu que les taupes ont horreur de la lumière.

Filsdubled a dit…

Bonjour A-
j'ai lu le message de ABOU Anass echinguitti, il parait de la lecture de son message que AQMI a subit plus que ce qu'on croit!

Autre lecture : vu les recrues tuées il parait Qu'AQMI recrute de plus en plus des arabes du MALI.Les trois jeunes ont integrés les Troupes en 2009 l'un d'eux n'a même pas un mois de service.

Anonyme a dit…

A-

Je suis entrain de rire. Il ne faut pas vous facher contre le Mr. qui nous qualifie d'etre des espions. HE JUST DOESN'T KNOW ANY BETTER. J'aime tres bien le royaume du Maroc et je ne m'en cache pas.Je ne sais pas comment il a fait pour rater ce point. Je n'ai rien contre le vaillant peuple Algerien. J'aimerais tout simplement a' ce que ses dirigeants changent de comportement a' l'endroit des pays voisins.
La Mauritanie et les USA sont mes pays. Ils me sont extremement chers et je continuerai a' les defendre jusqu'a' ma mort.Je n'ai d'excuse a' presenter a' qui que ce soit sur ce plan!

NB.

Cet ecrit ne vient pas d'un anonyme. Il est fait par un Aiounois qui est devenu un citoyen...AMERICAIN du nom de Seydou Coulibaly. Il habite dans la ville de Philadelphie. Les mots "Aiounois qui est devenu un citoyen Americain," sont tellement agreables a' dire que je vais me repeter. L'ecrit est donc fait par Seydou Coulibaly, un Aiounois qui est devenu un citoyen Americain.

WOUHLOU VI CHI MOUHIM!!!!
Vous pensez que tout n'est qu'un roman policier. Vous pouvez aller au diable avec vos imbecilite's de VLANE JASSOUSSI. VLANE EST PRO CECI OU PRO CELA. J'ai deja ecrit a' mille reprises que ma personne ne doit pas etre le centre de vos attentions. Je vous balance des ide'es pour vous aider a' faire sortir notre peuple de cette MERDE que vous lui imposez!!!!

Allez les amis! La marmite familiale est bien vide!!!!!!

Anonyme a dit…

la marmite de couly c'est elle qui la poussé à traverser l'atlantique!
COULY khali anak elbeki ela kerchak!
Tu es actuelllement citoyen US tu vis dans l'abondance.

Anonyme a dit…

un véritable cauchemar ce Couli.
Tout ce que la nature humaine a d'exécrable.
Léche bottes, menteur, déraciné, mercenaire.
Pour ce petit job à philadelphie, il a vendu son âme au diable

Anonyme a dit…

A- est l'un de ces proxenetes qui se vendent pour le premier venu.
Depuis quelques temps le Maroc multiplie les conquetes de cette race (ou racaille) avide de dirhams.
C'est ainsi qu'on a vu des Ministres, des notables, des fonctionnaires, des déoutés, des journalistes, des responsables d'ONG défendre becs et ongles sa "Majesté" et sa vision "lumineuse" en matière de Sahara...marocain.
Je me demande en quoi ils sont concernés: ils ne sont ni sahraouis ni marocains à ce que je sache...sauf s'ils vont suivre un certain Hamada Ould Derwich.
Comme lui beaucoup de "mauritaniens" émargent pour les renseignements marocains: Jedna Deida le journaliste, Ould Horma le ministre, Ould Abdelaziz le député, Saharamédias le site électronique, Ould Zouein président d'une association fantomatique et j'en passe.

Anonyme a dit…

Anonyme du 17 aout 01:01

Je vous remercie pour vos aimables mots!!!!
My dear A-, you will have to forgive him because he just doesn't know any better!!!

NB.
Mes chers lecteurs de canalh, cet ecrit ne vient pas d'une personne anonyme. Il vient du
Leche bottes, menteur, deracine' et mercenaire connu sous le nom de Seydou Coulibaly.Il est Aiounois et il est devenu un citoyen...AMERICAIN!!!

Allez mon petit con, je ne repondrai plus a' tes ecrits afin que tu puisses avoir le temps de lire des romans SAS!!!!
ESSEUL ENTE' FOYSSIDE!!!!

Anonyme a dit…

L'article du New York Times qui confirme que les US ont contribué au raid. L'article indique aussi que les US ont contribué à arrêter quelques jihadistes (para 2 et/ou 3). Lesquels chez nous ou au Mali? That is the big question. Ont-ils contribué à arrêter Sahraoui? Pas certain et peut-être oui. Qui sait?

Ma grande question est la suivante: a quoi servent les centaines de millions de dollars des Flintlock si à la fin on ne parviens pas à réduire la menace terroriste. Les barbus sont entre 150 et 400 selon la presse ou les services secrétaires. Disons gaa mille. 4 armées et 2 puissances ne parviennent pas à neutraliser ces gens? Ce ne sont pas les Abou zend ou les Belaouar que nous avons vu dans des djellabas en plein désert dans la vidéo de France 24 qui organisent toute cette mascarade depuis 2003. Ce groupe ou çes groupes reçoivent définitivement un appui extérieur au groupe lui-même. Mais qui, diantre?

A-

P.S: l'article vaut la peine d'être lu pour se rendre compte que les drones et autres satellites de surveillance peuvent bien suivre et localiser cet AQMI qui nous déclare la guerre.



http://www.nytimes.com/2010/08/15/world/15shadowwar.html?ref=world

Anonyme a dit…

Couli,

Ne prête pas d'attention au provocateur. J'ai assez discuté avec lui. C'est un bambin. A-

Anonyme a dit…

Merci Fils du bled. Ce que tu dis confirme ce qu'à dit Jeremy Keenan: il y a eu des attaques, une franco-mauritanienne et l'autre franco-algérienne et sur 2 sites différents. Il faut juste le relire très attentivement et la version en anglais est meilleure comme les nuances de la version originale n'ont pas été capturés par la traduction française. La manip ne va pas s'arrêter. Déjà des doutes sur le chemin pris par les otages de NDB au Nord Mali et même Les espagnols n'ont rien dit la-dessus. Espérons que tous les otages ne sont pas de faux otages comme aiment à le dire la presse algérienne pour le cas de Camatte et Germaneau (hier dans la prese). J'espère que c'est faux, sinon on arriverait à la conclusion que ceux qui ont perdu la vie (les touristes, l'américain, le britannique et le français) ont été sacrifiés pour faire croire au sérieux de notre AQMI et la essuyé de militariser la zone saharo-sahélienne. Déjà la menace AQMI suit plus ou moins la route du Trans-Saharan Gas Pipeline, c' est-à-dire, Algérie, Mali, Niger jusqu'au Nigeria, avec les pays environnants inclus comme la RIM et le Burkina et bientôt la Côte d'Ivoire, la Guinée et je ne sais quel autre pays dans le futur. mais ça c' est une autre histoire (et d' autres hypothèses qui ne nous concernent pase qui ne nous concernent pas. ce qu' on doit vouloir est qu'on nous foutte la paix. C' est très simple. restons très vigilants et ce n' est pas fini.



A-

Anonyme a dit…

Lu pour vous.
A-
==
Après six mois d'absence pour consultation : L'ambassadeur de la Mauritanie regagnera bientôt son poste à Bamako après celui de l'Algérie


L'Indépendant, 17/08/2010

Avec le retour de l'ambassadeur de la Mauritanie au Mali après celui d'Algérie, l'on peut soutenir que c'est désormais la fin de la brouille diplomatique entre ces deux pays du Maghreb et le Mali. Ces deux pays avaient rappelé, en février dernier, leurs ambassadeurs au Mali pour consultation afin de protester contre la libération par Bamako de quatre terroristes d'Aqmi, en échange, de leur point de vue, de celle de l'otage français Pierre Camatte.

Cinq mois après cette brouille diplomatique, l'ambassadeur d'Algérie, Ayadi Noureddine a regagné son poste à Bamako. A cette occasion, nous avions posé la question de savoir si le diplomate algérien sera suivi prochainement par celui de la Mauritanie.

La réponse est aujourd'hui, sans équivoque : l'ambassadeur de la Mauritanie va bientôt, à son tour, regagner son poste à Bamako.

L'information est du président de la République islamique de Mauritanie, Mohamed Ould Abdelaziz, qui l'a livrée au cours d'une interview qu'il a accordée à notre confrère de Jeune Afrique, publiée dans son n° 2588 - 2589 du 15 au 28 août 2010.

Selon certaines sources diplomatiques à Bamako, c’est un nouvel ambassadeur de la République islamique de Mauritanie qui viendra à Bamako.

A la question de notre confrère de Jeune Afrique de savoir s'il entretient de bonnes relations avec le président du Mali, Amadou Toumani Touré, le président mauritanien, Mohamed Ould Abdelazie a répondu : "Il est vrai que lorsqu'il a libéré un djihadiste mauritanien (avec un Burkinabé et deux Algériens, en février 2010, ndlr), en échange de l'otage français Pierre Camatte, nous l'avons très mal pris. Nous sommes toujours à la recherche de ce terroriste. Il a regagné Aqmi dans le Nord-Mali. Mais, nous ne pouvons pas camper sur cette position. Nous comprenons aussi l'attitude des Maliens. Leur vision des choses ne cadre pas avec la nôtre, mais nous devons la respecter. J'ai souvent rencontré le président malien depuis".

Ainsi, avec ces propos du président Mohamed Ould Abdelaziz, la Mauritanie met beaucoup d'eau dans son vin en abandonnant l'aversion qu'elle avait pour le Mali pour avoir libéré quatre terroristes en échange de l'otage français Pierre Camatte.

Cette volte-face du président mauritanien a amené notre consœur de Jeune Afrique, Marianne Meunier à poser la question suivante au président Mohamed Ould Abdelaziz : "Dans ce cas, quand votre ambassadeur, que vous avez rappelé, en février, retournera-t-il à Bamako ? " "Bientôt" répond le président mauritanien qui a soutenu que "la coopération entre les deux pays n'a jamais pâti de cette absence".

A la question de savoir si le diplomate mauritanien va reprendre son poste à Bamako début 2011, le président répond : "Peut-être même avant".

Alassane DIARRA

Anonyme a dit…

Hiya agbet tathan? Les maliens aussi étaient au courant raid comme les algériens selon l'interview d'azzizzo qui ne va quand même pas mentir ! Pourquoi nos 2 voisins continuent à dire qu'ils n'ont pas été mis au courant.C'est comme s'ils ne veulent pas qu'on regle ce probleme

. A-
===

Edito .: Abdel Aziz dans le texte


Le Républicain, 17/08/2010

L’interview de Mohamed Ould Abdel Aziz (JA du 15 au 28 août) n’est pas pour décanter une affaire dans laquelle le seul acquis semblait être la participation des troupes françaises dans le raid anti Aqmi du 22 juillet dernier, au Nord du Mali. Or même là, le président mauritanien ne fait pas de concessions. La France n’a accordé que quelques renseignements et moyens logistiques à cette opération destinée à prévenir une attaque salafiste -ce qui aurait relevé de l’absurde- contre une base mauritanienne solidement défendue. Aziz, par ses « éclairages » jette plus d’ombre sur la France officielle qui, dans cette affaire, n’aura été ni de totale clarté ni de grande cohérence.

Mais le Mauritanien va plus loin en soutenant, alors que les Maliens restent encore interloqués par le baroud aussi méprisant qu’infructueux, qu’ATT était informé et à temps. La révélation, pour peu qu’elle soit crédible, -donc pas de la même veine que la réfutation un peu trop grosse de la participation de troupes françaises- peut avoir pour objectif de causer un double dégât.

D’abord, montrer aux Maliens que le silence officiel de leur président tient de l’embarras. Ensuite, retourner Aqmi contre des « objectifs » spécifiquement maliens, en la persuadant d’une sorte de duplicité de Bamako. C’est d’abord une contradiction sur la « variable Mali ». Aziz avait assuré, le 24 juillet, qu’il usait de son droit de suite conclu entre les états riverains de la menace salafiste.

Or en l’occurrence, il ne pouvait y en avoir car il n’y avait pas d’action de poursuite, mais d’une action préventive, comme il continue de le dire lui-même. Ensuite, vu le discours mauritanien tendant à faire du Mali plus un problème qu’une solution dans la lutte antiterroriste, que Bamako ait été dans le coup. A moins que le discours hostile de certains de nos voisins n’ait pour but de cacher leur déficit démocratique criard.

Notamment à Nouakchott dont l’establishment, dans son complexe arabo-maghrébin atavique, continue à faire très peu cas de sa composante négro-mauritanienne. Mais bravo tout de même au président mauritanien pour l’opération de com qui séduit des occidentaux aveuglés par la cataracte Aqmi. Au point de n’avoir pas vu l’interview dans le même temps du chef emprisonné de la branche mauritanienne d’Aqmi du fond de sa cellule, promettant l’enfer à Sarkozy pour l’affront du 22 juillet !

Adam Thiam

Anonyme a dit…

Elhamdou Lillahi. Bon débarras. Plus jamais ça. A-
===

Omar Sahraoui remis hier aux autorités maliennes.

Comme nous l’avions indiqué dans l’un de nos précédents postings le prisonnier Omar Sahraoui accusé d’être à l’origine du rapt des otages espagnols, a été extradé à son pays d’origine en l’occurrence le Mali. Cette remise aux autorités maliennes s’est déroulée hier soir.

En effet, le prisonnier accompagné d’un commissaire et de deux agents de notre police a foulé le sol malien où les services de sureté de son pays l’ont accueilli.

Il s’est rendu au Mali à bord du vol régulier de Mauritanie Airways qui assure la liaison Nouakchott-Bamako.











Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Le Véridique (Mauritanie)

Anonyme a dit…

A-

C'est le temps qui est entrain de me donner raison. J'ai ecrit ici meme que ce sont des Maliens qui sont a' l'origine de l'instabilite' qui existe dans le nord de leur pays. J'ai bien dit que c'est l'arme'e Malienne qui doit mener cette guerre sur son territoire et non l'arme'e Mauritanienne. Les Forces Arme'es Nationales Mauritaniennes doivent se contenter de leur role de protection de l'integrite' territoriale de la Mauritanie. Elles doivent donc proteger nos frontieres nationales et non aller se combattre en territoire etranger a' la place des forces arme'es du pays concerne'. En d'autres termes, nos enfants ne doivent pas mourir a' la place des autres. Les faibles ressources financieres Mauritaniennes doivent etre utilise'es pour proteger le pays et resoudre les besoins pressants de nos populations et non a' faire la guerre des autres.
Don't get me wrong, le terrorisme existe et il faut le combattre mais la lutte contre ce phenomene doit etre intelligente. Je ne suis point contre les actions preventives mais il faut etre tres precis et savoir exactement ce qu'on fait.Les Algeriens ont exporte' quelques uns de leurs terroristes au Mali. Si on ajoute a' ce fait les tribus arabes et Touaregue finance'es par la Libye, qui luttent contre le regime de Bamako depuis plusieurs anne'es pour des raisons politiques, on peut voir ce qui se passe. It is my opinion que quelques responsables Maliens trouvent une part de l'argent paye' pour la liberation des otages. IT IS A BIG MESS AND IT IS NOT CLEAN. LA MAURITANIE DOIT DONC SE MEFIER POUR NE PAS TOMBER ET /OU ETRE PIEGE'E DANS CE SALE JEU!!!!!
IL Y A AUSSI LE GRAND BANDITISME QUI EXISTE.

La marmite de Tekeyber est bien remplie et celle de M'LEYKHIR EST BIEN VIDE!!!!

Anonyme a dit…

A-
Morr, tu avais bien affirmé que Omar Sahraoui est membre du Polisario.
Alors pourquoi il est extradé au Mali.
Tes mensonges commencent à être découverts.
Ou plutôt dis à tes contacts marocains de te livrer des mensonges qui ne vont pas t'eclabousser au nez à la première incartade.

Couly le déraciné;
Aioun pleure et regrette d'avoir un jour accueilli une racaille de ton espèce.
Nous n'oublierons jamais ta défense éhontée du dictateur Taya et de ses vampires: Cheikh Elavia, Elycom,Ba Sileye, Camara Gueladio, Sow Deina...

Anonyme a dit…

Anonyme du 17 aout 23:04

esseul ente' zouweyguile!!!!!!!!!!!

ente' v'tarte pour ecrire des betises. ALLAH LA YAKHBEL SAWMAK!

Anonyme a dit…

Le plus grand attentat qu'on a commis contre les USA (mieux que le 11 sept) c'est de lui avoir balancé Couly la "guigne".

Anonyme a dit…

Anonyme du 18 aout 00:36

Il faut continuer a' ecrire tes betises SABIGUE S'HOURE! ESSEUL ENTE' ZOUWEYGUILE WOU FOYSSIDE!!!!!
ALLAH YAKHBEL SAWMAKE!!!!MEVEYSDAKE!!!!

Anonyme a dit…

Ramadan Moubarak a' tout le monde!!!!
ILA LIKHA apres ce mois de Ramadan.

Anonyme a dit…

vlane sur agoravox.fr à lire " quand du désert revient lacenaire "

Anonyme a dit…

Ken
Vraiment, bon débarras. J'espère de tout coeur que les maliens puissent le changer contre les espagnols capturés chez nous le lendemain de notre fête nationale.Le pouvoir malien est tres liés au trafiquants.Ils pourront toujours soutirer des euro en cachettes aux espagnol. Ces tribues du nord mali, qui sont mes parents, vivent dans une autre logique qui n'a rien avoir avec l'humanisme, meme s'ils sont musulmans: leur devise est l'adage maure qui dit 'Khabta mahi vik, kiv li vi jder'..Ils ont tués des dixaines de mauritaniens...mais c'est déjà oublié.

maatala a dit…

Salam

Lu pour A-

"La CIA et la lutte antiterroriste au Sahel: La révélation du New York Times.


Des groupes de commandos et des espions en opération depuis l’année dernière.


Dans son édition de lundi dernier, le prestigieux quotidien américain, New York Times, a fait certaines révélations sur la manière avec laquelle les Américains mènent la lutte antiterroriste au Sahel. Le journal a rapporté que les Américains ont opté pour une nouvelle stratégie de lutte contre le terrorisme.

Il s’agit du mode furtif qui consiste en des opérations au «scalpel» abandonnant le mode de guerre traditionnel trop coûteux pour l’administration Obama. C’est la CIA qui se charge de cette mission. «Depuis le début de l’année, la CIA multiplie les missions secrètes pour combattre les forces d’Al Qaîda et ses alliés», note le quotidien reprenant un entretien avec le chef de la lutte antiterroriste aux Etats-Unis, John Barnier.

Mais la révélation qui a surpris les observateurs est contenue dans le passage qui suit: «Les Etats-Unis frappent où ils soupçonnent pouvoir trouver des factions d’Al Qaîda: au Pakistan, en Somalie, au Kenya et même en Algérie, avec l’aide des services français.» Cette dernière précison «l’aide des services français», laisse perplexe.



En effet, comment faire l’impasse sur la collaboration avec les services de renseignement algériens plus aguerris et expérimentés? De ce point de vue, ces propos méritent d’être clarifiés par le département d’Etat. Car une collaboration avec du matériel sophistiqué, des moyens technologiques et avec du renseignement, ne sera que la bienvenue. Depuis dix ans, l’Algérie appelait à cette collaboration dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. L’autre révélation du New York Times, est la présence sur le terrain des commandos américains. Or, les responsables américains en visite à Alger soutiennent le contraire.

Le 26 juillet dernier, le coordonnateur de la lutte antiterroriste au département d’Etat américain, Daniel Benjamin, avait nié toute implication des troupes de son pays dans le raid mené par les commandos français, contre une base d’Al Qaîda au Maghreb islamique (Aqmi) au Mali pour libérer l’otage français Michel Germaneau, dont l’exécution a été confirmée par les autorités françaises. «Les Etats-Unis se sont toujours engagés dans la région du Sahel en termes d’assistance avec d’autres pays mais nous n’avons pas de troupes», a souligné Daniel Benjamin qui a récemment animé une conférence de presse au siège de l’ambassade des Etats-Unis à Alger.

«Nous prêtons assistance à ces pays car nous pensons que ce sont eux qui connaissent le terrain, les moeurs et la culture de la région», a insisté le responsable américain. Sur un autre plan, les Américains ne tarissent pas d’éloges sur l’Algérie. Selon le dernier rapport du département d’Etat, l’Algérie n’est plus inquiétée dans la mesure où cette organisation transnationale n’a plus de soutien populaire.

«Les succès de la lutte antiterroriste des services de sécurité algériens, combinés avec le refus du terrorisme exprimé par les populations semblent avoir réduit l’efficacité d’Al Qaîda au Maghreb Islamique (Aqmi) durant ces deux dernières années», lit-on dans ce rapport publié avant-hier sur le site du département d’Etat. Avec les mêmes éloges la sous-secrétaire d’Etat adjoint américaine pour le Golfe et le Maghreb, Mme Janet Sanderson, a salué le combat des forces de sécurité algériennes contre le terrorisme en Afrique du Nord et dans la région du Sahel.

«L’Algérie fait du bon travail en matière de lutte antiterroriste et ses efforts lui ont permis de contrecarrer le problème du terrorisme», a souligné Mme Sanderson, en juillet dernier, dans un entretien au journal Al-Hayet, au Caire.

Brahim Takheroubt


maatala

Anonyme a dit…

à lire et entendre chezvlane

" Liu Wei : Le courage c’est n’est pas le, c’est liui ! "

Anonyme a dit…

Merci Maatala. Le New York Times n' a pas dit tout ce que lui faire dire çet article. Sur un article de 9 pages d'y New York Times sur les opérations secrètes de la CIA dans le monde contre Al Qaida en général, il y a seulement 2 petites phrases sur ces opérations en Afrique du Nord qui indique l'assistance des US dans le raid. Les 2 phrases n'ont pas parlé d'appui à la France ou à la Mauritanie ou à l'Algérie. Donc le journaliste n'a pas lu le New York Times et a été publié le samedi 14 et non le lundi 16 août. Donc l'article lui a été écrit pour que le journal puisse publier. L'article du New York Time parle plutôt dEs opération s secrètes de la CIA au Yemen et la nouvelle politique anti-terroriste d'Obama.

J'en arrive à la conclusion que le contenu de l'article de ce Brahim Takheroubt est un message d'Alger à son public pour éviter tout quiproquo sur la participation d'Alger dans le raid. il paraît qu'azzizzo a dit dans son interview avec Jeune Afrique qu'Alger et Bamako étaient bien informés du raid quelques 2 jours avant l'opération. ce qu' a dit Keenan. Le jour après le raid. Azzizzo ne va quand même pas mentir. Me demande pourquoi les algériens et les maliens sont si fâchés contre nous et disent des choses insensées à travers leur presse. Pour lutter contre le terrorisme, il faut agir et non rester assis comme ces deux pays voudraient qu'on le fasse. Et puis 150 à 400 petits pieds nickelés de barbus ne peuvent pas tenir tête à 5 armées. Tout le monde est entrain de mentir sur ces affaires d'AQMI, nous compris. Vous ne trouvez pas bizarre que le gouvernement permette à Ould Semane de faire une interview et de menacer à mort la France qui a aidé ce même gouvernement à taper sur le camp d'AQMI l'autre jour? On est certainement entrain de fabriquer des choses avec les français, les US et même les maliens et les algériens qu'on ne connaitra probablement jamais.

Au contraire à ce que dit l' article de ce Brahim Takheroubt, il y a bien des bases US en Algerie et au Mali (Tamanrasset et Gao et le général Ward l'a bien dit dans une interview avec RFI en janvier 2010 - Couli et moi on s' est arraché la tignasse la-dessus et je l' ai fait taire en lui donnant le lien de l' interview.

Pour celles et ceux qui lisent anglais, vous pouvez chercher l'article du New York Times qui a pour titre " secret assaut on terrorism bidents on tao continents". Ne prenez pas pour du Coran ce que disent notre presse. Il faut toujours faire sa propre recherche. A-

Anonyme a dit…

Merci Maatala. Le New York Times n' a pas dit tout ce que lui faire dire çet article. Sur un article de 9 pages d'y New York Times sur les opérations secrètes de la CIA dans le monde contre Al Qaida en général, il y a seulement 2 petites phrases sur ces opérations en Afrique du Nord qui indique l'assistance des US dans le raid. Les 2 phrases n'ont pas parlé d'appui à la France ou à la Mauritanie ou à l'Algérie. Donc le journaliste n'a pas lu le New York Times et a été publié le samedi 14 et non le lundi 16 août. Donc l'article lui a été écrit pour que le journal puisse publier. L'article du New York Time parle plutôt dEs opération s secrètes de la CIA au Yemen et la nouvelle politique anti-terroriste d'Obama.

J'en arrive à la conclusion que le contenu de l'article de ce Brahim Takheroubt est un message d'Alger à son public pour éviter tout quiproquo sur la participation d'Alger dans le raid. il paraît qu'azzizzo a dit dans son interview avec Jeune Afrique qu'Alger et Bamako étaient bien informés du raid quelques 2 jours avant l'opération. ce qu' a dit Keenan. Le jour après le raid. Azzizzo ne va quand même pas mentir. Me demande pourquoi les algériens et les maliens sont si fâchés contre nous et disent des choses insensées à travers leur presse. Pour lutter contre le terrorisme, il faut agir et non rester assis comme ces deux pays voudraient qu'on le fasse. Et puis 150 à 400 petits pieds nickelés de barbus ne peuvent pas tenir tête à 5 armées. Tout le monde est entrain de mentir sur ces affaires d'AQMI, nous compris. Vous ne trouvez pas bizarre que le gouvernement permette à Ould Semane de faire une interview et de menacer à mort la France qui a aidé ce même gouvernement à taper sur le camp d'AQMI l'autre jour? On est certainement entrain de fabriquer des choses avec les français, les US et même les maliens et les algériens qu'on ne connaitra probablement jamais.

Au contraire à ce que dit l' article de ce Brahim Takheroubt, il y a bien des bases US en Algerie et au Mali (Tamanrasset et Gao et le général Ward l'a bien dit dans une interview avec RFI en janvier 2010 - Couli et moi on s' est arraché la tignasse la-dessus et je l' ai fait taire en lui donnant le lien de l' interview.

Pour celles et ceux qui lisent anglais, vous pouvez chercher l'article du New York Times qui a pour titre " secret assaut on terrorism bidents on tao continents". Ne prenez pas pour du Coran ce que disent notre presse. Il faut toujours faire sa propre recherche. A-

Anonyme a dit…

Soubhan Allah. Ressemble à de la propagande marocaine, mais croyable. A-

===

Maghreb Intelligence

Omar Ould Hamma « Sahraoui », le cadeau algérien à l’Espagne
jeudi 19 août 2010

Depuis des mois, La hantise d’Alger est que les deux otages espagnols Albert Vilalta et Roque Pascual détenus par AQMI soient exécutés par leurs ravisseurs.

Alger a peur que l’opinion publique espagnole commence à adhérer aux thèses marocaines sur la possible implication des membres du Polisario dans les activités terroristes d’Al Qaïda si les ressortissants espagnols venaient à être tués.

D’autant plus que le principal organisateur du rapt n’est autre que Omar Sid’Ahmed Ould Hamma, un « Sahraoui » condamné à 12 ans de prison par la justice mauritanienne et a qui on a fabriqué une identité malienne sur le tard. Devant l’intransigeance de la justice mauritanienne qui a démontré l’implication de Omar le « sahraoui » dans le rapt des « humanitaires » espagnols, l’Algérie a augmenté sa pression sur Nouakchott pour que celle-ci le relâche. Dans un premier temps le président mauritanien aurait opposé un niet catégorique au Algériens. C’est alors que les proches du Polisario très présents en Mauritanie ont commencé une campagne de harcèlement contre le pouvoir de « Aziz » l’accusant d’être un agent à la solde des Marocains. Celui-ci a fini par céder aux pressions algériennes. Une issue « honorable » aurait été trouvée et à la quelle les Maliens ont été associés. Il y a quelques jours, le ministre de la Justice mauritanien Abidine Ould Elkheir a été envoyé à Bamako pour négocier une éventuelle extradition de Omar le « Sahraoui » vers le Mali dont il est citoyen. Le dimanche dernier, Omar Ould Hamma a été exfiltré de sa prison mauritanienne et se dirigerait actuellement, sous bonne escorte, vers les frontières maliennes où les autorités de ce pays le récupérerait avant de qu’il ne soit livré à AQMI en échange de la libération des otages espagnols. Aujourd’hui, une course contre la montre est engagé dans le Sahel. Les Algériens veulent que les otages espagnols soient libérés avant qu’il ne leur arrive quoi que se soit. C’est vraisemblablement une question de vie ou de mort pour le Polisario.

Anonyme a dit…

Pardon Maatala avec les typos. Difficile de s'habituer à l'ecran tactile d'un iPAD, surtout quand on a des doigts gros comme des elephants. Bonne journée. A-


http://www.nytimes.com/2010/08/15/world/15shadowwar.html?_r=1&scp=1&sq=widens&st=cse

Anonyme a dit…

à lire sur agoravox.fr par vlane

" liu wei, le pianiste virtuose joue avec les pieds "

Anonyme a dit…

Isselmou Ould salihi doit arreter de mentir. Depuis quand Es-Sahraoui est un guide hors pair pour AQMI? Tu contribue à lui fabriquer une nationalité malienne en disant qu' il est seulement marié à une sahraouie. Comme la couverture que fabriquent les "spécialistes" pour Belaouar en disant que par mariage avec les " arabes " du Mali, il fait ce qu' il veut. Depuis quand un beau-frère trafiquant et d' origine allogène qui tue le tourisme, la majeure source de revenus des touaregs, peut manipuler une tribu ou des tribus de toute une contrée pour de l' argent. Va au Tagant créer un réseau de drogue ou de trafic quelconque ou des emmerdes à la Belaouar, et les gens du Tagant vont te pendre, avec tous les Salihi de ce monde. Ce sera encore pire chez tes beau-parents. La culture des gens du nord Mali et chez nous est la meme: un allogène qui seme une merde pareille sans appui de sa tribu (qu' il n' a pas), est mort d' office s' il ne quitte pas les lieux pour toujours. On le force à divorcer la fille avec un fusil sur sa tempe.

Il faut etre serieux Isselmou.


====
Otages d'Aqmi: l'extradition du responsable de l'enlèvement des Espagnols pourrait aider à leur libération.

L'extradition par Nouakchott vers son pays de "Omar le Sahraoui", Malien condamné pour l'enlèvement de trois Espagnols en 2009, dont deux sont toujours retenus par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), est perçu comme un geste qui pourrait aider à la libération des otages.

"Pour Aqmi, le fait qu'Omar soit transféré au Mali est une victoire. La Mauritanie a fait un geste. C'est très important", affirme au Mali une source proche du dossier des otages espagnols, détenus dans le nord malien.

La Mauritanie a toujours fait preuve d'une grande fermeté à l'égard d'Aqmi et ses relations s'étaient considérablement tendues avec le Mali quand ce pays avait libéré quatre islamistes en échange de la libération d'un otage français en février, Pierre Camatte.

S'il n'en est pas un combattant, Omar Sid'Ahmed Ould Hamma, surnommé "Omar le Sahraoui", est cependant lié à Aqmi: c'est pour son compte qu'il avait enlevé trois Espagnols (Alicia Gamez, 39 ans, Albert Vilalta, 35 ans, et Roque Pascual, 50 ans) en Mauritanie le 29 novembre 2009.

Alicia Games, seule femme du groupe, a été libérée en mars, mais ses deux compagnons restent aux mains d'un groupe d'Aqmi dirigé par l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, alias Belawar, qui avait payé "Le Sahraoui" pour les enlever. Moins d'une semaine après la confirmation en appel le 11 août de sa condamnation à Nouakchott à 12 ans de prison et de travaux forcés pour ces enlèvements en tant que "mercenaire" d'Aqmi, il était mis dans un avion pour Bamako.

Anonyme a dit…

Suite - du sereieux Isselmou-
==

Il n'était pas menotté pendant le voyage et a été récupéré par les forces maliennes de sécurité qui l'ont emmené vers une destination inconnue. "Où va t-il purger sa peine ? Ira-t-il en prison ? Fera t-il des travaux d'utilité publique ? Sera-t-il mis en résidence surveillee ? A toutes ces questions, nous n'avons pour le moment pas de réponse", reconnaît une source au ministère malien de la Justice.

Marié à une femme originaire du Sahara occidental, "Omar le Sahraoui", 52 ans, est avant tout un commerçant, fin connaisseur de l'ensemble des pays de la région sahélienne qu'il avait l'habitude de parcourir de long en large et où il a su tisser des liens avec les diverses tribus qui la composent.

"Son extradition répond à plusieurs exigences, dont la plus importante pour Aqmi est d'abord le rôle de guide expérimenté d'Omar dans ce grand désert, la chaîne de relations bâtie dans ces différentes contrées", affirme Isselmou Ould Salihi, directeur du journal mauritanien Tahalil Hebdo, spécialiste des organisations islamistes.

Cette expertise du Sahel présente "des avantages incalculables dont tout le monde pourrait profiter", ajoute Ould Salihi. Son extradition "est peut être significative dans le processus de libération des Espagnols", selon lui. Abou Al Maali, expert mauritanien des questions islamistes du journal Nouakchott Info, souligne "l'importance" que représente l'extradition de "Omar Le Sahraoui" pour Belmokhtar. Il peut ainsi "montrer aux mercenaires et aux trafiquants qui travaillent avec lui qu'il leur assure protection" et "renforcer son audience parmi les tribus locales avec lesquelles il demeure très lié", souligne-t-il.

Si Belmokhtar est considéré par les experts d'Aqmi comme un homme d'argent plus que comme un religieux, des sources au Mali ont récemment affirmé qu'il était "sous pression" d'une branche radicale d'Aqmi dirigée par un autre algérien, Abdelhamid Abou Zeïd. Ce dernier, responsable de la mort deux otages occidentaux, le Britannique Edwin Dyer et le Français Michel Germaneau, exigerait de Belmokhtar l'exécution des Espagnols en représailles à un raid militaire franco-militaire mené le 22 juillet pour tenter de retrouver Germaneau, qui avait tué sept de ses hommes.









Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : AFP via Google

Anonyme a dit…

Autre chose decouvert sur Maghreb Intelligence. Houma l' helicoptere et les pilotes français liberés par Sidioca mneine? C' etait le silence. Maatala enta vem?
==

Ould Haidallah joue la fraternité pour libérer son fils
Mercredi, 23 Juin 2010 09:04
L’ancien chef d'Etat mauritanien, Mohamed Khouna Ould Haidallah est inconsolable. Son fils, Sidi Mohamed, continue de purger une peine de sept ans de prison au Maroc pour trafic de drogue, et il s’en morfond.

L’ex-président, arrivé au pouvoir en Mauritanie en 1980 à la faveur d’un coup d’Etat avant d’être renversé à son tour en 1984, aurait demandé à de vieilles connaissances d’intervenir auprès des autorités marocaines pour la libération de son fils aîné, âgé de 35 ans. Parallèlement à ses demandes d’entremises, Ould Haidallah a lancé des appels publics pour la libération de son fils, en avançant des raisons humanitaires. Il prétend pêle-mêle que son rejeton subit les pires brutalités en prison, puis invoque les relations «fraternelles et historiques» entre la Mauritanie et le Maroc pour demander une libération pure et simple du détenu ou, du moins, son extradition à Nouakchott.
Des arguments qui, manifestement, ont peu de chances d’être entendus, Ould Haidallah fils ayant été condamné pour avoir été pris, en juillet 2007 à Agadir, en possession de 18 kg de cocaïne qu’il comptait écouler dans la ville balnéaire marocaine.
Sidi Mohamed Ould Haidallah était déjà recherché par Interpol après la saisie, en mai 2007 à l’aéroport de Nouadhibou, deuxième ville de Mauritanie, de 629 kg de cocaïne en provenance du Venezuela, et dont le fils de l’ex-président était le destinataire.
Il s'agissait de la plus importante saisie de cocaïne en Mauritanie. Au total, les autorités mauritaniennes avaient réussi à mettre la main, en plus des 629 kg de cocaïne, sur 5 voitures appartenant toutes à Sidi Mohamed Ould Haidallah, 820 000 euros, 150 téléphones portables, un hélicoptère et un petit avion à hélices.
A cette époque, Sidi Mohamed Ould Haidallah, cerveau d’une bande bien structurée, faisait aussi l’objet d’intenses recherches de la part de la justice mauritanienne, avec d’autres complices, notamment Marocains.

Anonyme a dit…

A-
arrete ton cirque
tu n'arrives pas à la cheville du talentueux Isselmou Ould Salihi qui est un véritable spécialiste des groupes terroristes.
En plus d'être un piètre espion qui laisse des traces partout (vlad, cpt ndb, ...), tu es également un "hassad" de première catégorie.

Anonyme a dit…

A-
medite un peu !
à la question de jeune Afrique:" Y a-t-il des combattants affiliés à AL-Qaïda sur le territoire mauritanien ?"
Azzizo a repondu:
"Oui, mais ils sont en prison"
-------------------
Et oumar Essahraoui, il est où? dirait le fou de Maata

Anonyme a dit…

Ano,

Azzizzo parlait de Ould Semane. Porquoi ce petit a acces a la presse? Tu as lu l'article de Maghred intelligence?

A-

Anonyme a dit…

A-
tu n'as pas repondu j'ai pas parlé de Semane!
ou etait oumar essahraoui?
et qu'est-il devenu?
certains terroristes ne sont donc plus en prison.un point. barre.

Anonyme a dit…

une chose est sure, le rapt des espagnols, ne pouvait se faire qu'avec l'aide des saharouis.

- la Zone du rapt n'est qu'a 180km des postes de combattants sahraouis.

- jouer une carte dans la liberation des catalans peut apporter gros pour les saharouis.

- jouer un rôle pour perturber les passages entre le sahara occidentale et la mauritanie arrange plus la position du polisario.

- Montrer aux mauritaniens d'une autre manière leur mécontentement du rapprochement entre Rabat et Nouakchott.

- Cette association à des projets au MAROC qui sont très mal vus par le POLISARIO

filsdubled

Anonyme a dit…

Mon Dieu! Général vladimir enta vem? Maatala: hatha à lire. Je ne savais pas que les marocains étaient nocifs en reglement de compte. Soubhana Allah. A-

===

http://www.temoust.org/eclairage-algerie-la,15097

Anonyme a dit…

Ano 20 août 2010 00:09,

Tu m'a mis une puce à l'oreille! C'est possible que ce ne soit pas seulement Essahraoui qui a été barré, quelques-uns probablement. Houma ils sont combien en fait en prison chez nous?



Fils du bled: entierement d'accord avec toi. Le Polisario est la clé. Si tu regardes les choses maintenant, "ils" nous ont exporté AQMI et on est en plein dans la mierda. Comment s'en debarrasser? That is the 1 million dollars question. Faut pas compter sur les "coalisés" de flintlock, ni sur tamanrasset: on est en plein dedans et personne ne pense à trouver une solution pour nous en sortir. Ce n'est pas fini et ils vont noyus taper encore au moment où l'on ne s'y attend pas. azzizzo n'y peut rien comme ceux qui sont derriere tiennent tout le monde par les c...

Si ano foté pouvait nous aider à reflechir au lieu de tirer comme un fou sur tout celui qui essaie de comprendre.

Allah yichetetna maa hathou ennass. Cela fait bien depuis 2008 qu'on crie à canalh et personne n'a écouté. Et pourtant ils nous lisent bien.

A-

Anonyme a dit…

Les zamis,

Je viens de lire cet article assez fouillé. Son intention est d'embarasser les algériens avec leurs petits jeu de puissance régionale. Mais à travers ma lecture, je me rends compte que les US sont dans toutes les sauces et de manière très discrete. Ils doivent savoir qui fait quoi dans ces affaires louches d'AQMI. Personne ne parle comme ils remplissent la bouche des armées avec beaucoup de dollars. Je cropis que la these de Keenan se confirme encore plus. Surtout quand on voit cette poussée pur la milittarisation du continent, là où il y a des reserves energetques. Ça donne à reflechir tout ça. A-

http://www.temoust.org/eclairage-algerie-la,15097

Anonyme a dit…

A-
Tu prends les canalheurs pour des cons mais tu t'es vraiment découvert:
Cet article que tu nous presente est fait par le jounal Marocain l'Opinion (du parti l'Istiqlal qui continue à revendiquer la Mauritanie) et bizarrement il expose toute la thèse présentée par A- moins depuis deux ans sur ce blog et qui s'avère comme par coincidence la thèse des services secrets marocains (avec Jeremy Keenan et tous les autres barbouzes de l'espèce de A-)

Anonyme a dit…

A-
vlad, fils du bled et tout le cirque que tu fais pour te dédoubler ne trompe plus personne.
Change de disque.
Le dirham est très mal coté en Mauritanie.
Seuls les dealers, les receleurs de véhicules volés, les prostituées et certains agents secrets de ton espèce sont interessés

Anonyme a dit…

C ést le style de Ould Mouritanie, ce gus qui ne signe pas

Anonyme a dit…

غناسيو سامبريرو – جريدة الباييس يوم الجمعة 20 أغسطس
ترجمة ماء العينين لكحل

دعا كريستوفر روس المغرب لقبول مناقشة مقترح البوليساريو وبأن يكون متساهلا أكثر مع الصحراويين الداعين للإستقلال. جريدة الباييس تكشف الوثيقة السرية للمبعوث الشخصي لبان كيمون.

بعد 19 شهرا من تعيينه مبعوثا شخصيا للأمين العام الأممي للصحراء الغربية، هاهو كريستوفر روس يرسم مشهدا قاتما للوضع ويطلب الدعم من القوى العظمى، ومن اسبانيا، من أجل إنعاش مفاوضات سلام مسدودة من جديد.

وقد حث كريستوفر روس المغرب من جديد لمناقشة مقترح جبهة البوليساريو حول الإستفتاء، مثلما قبلت الحركة الصحراوية في شهر فبراير الماضي مناقشة مقترح الرباط للحكم الذاتي، وطالب الرباط كذلك بأن تحسن من احترامها حقوق الإنسان بهذه المستعمرة الإسبانية القديمة.

وكان كريستوفر روس، أياما قليلة قبل جولته التي تمت بداية شهر جويلية، للعواصم الخمس لما يسمى "مجموعة أصدقاء الصحراء الغربية" (واشنطن، باريس، مدريد، لندن وموسكو)، قد وجه مراسلة سرية لحكومة بلاده، وتحصلت جريدة الباييس على نسخة منها. وفي الوثيقة طرح روس تقييما للمرحلة الماضية منذ تعيينه في شهر يناير 2009. "كان ذلك بمثابة صرخة استغاثة موجهة للولايات المتحدة الأمريكية، فرنسا واسبانيا"، كما يقول أحد مساعدي بان كيمون.

"إن الأمين العام وأنا لم نتمكن من إقناع كل طرف بالتخلي عن تمسكه التام برفض مقترح الطرف الآخر"، يقول روس في الوثيقة. "نحتاج لدعم واضح من طرف مجلس الأمن ومن مجموعة الأصدقاء (...)"، يضيف. وللتذكير فكل الدول أعضاء هذه المجموعة هم من الأعضاء الدائمين في مجلس الأمن باستثناء اسبانيا.

فهل كان المغرب يريد أن يكون الدعم الذي تقدمه له اسبانيا متضمنا لدفع كريستوفر روس نحو مقترح الحكم الذاتي؟ وهل حاول المغرب فرض هذا التوجه على اسبانيا بإظهار هشاشة الوضع في مدينة مليلية؟ هنا تكمن بعض الحسابات التي يجريها الدبلوماسيون الإسبان في تحليلهم للتوتر الأخير مع الرباط حول المدينة.

الحكومة الإشتراكية الإسبانية كانت قد نظرت بتعاطف لمقترح الحكم الذاتي الذي قدمته الرباط سنة 2007، لكنها كانت دائما حذرة في تصريحاتها العلنية، وكان كريستوفر روس قد أجرى لقاءا مع وزير الخارجية الاسباني، ميغيل انخيل موراتينوس، بداية شهر يوليو بمدريد.

Anonyme a dit…

بعد تعيينه شهر يناير 2009، قام كريستوفر روس في شهر مارس بجولته الثالثة والأخيرة للمغرب العربي. كما نظم جولتين من المفاوضات غير الرسمية، كانت الأخيرة في شهر فبراير بويتشستر كاونتي (بنيويورك). وهناك طلب من كل وفد أن يقبل مناقشة مقترح الوفد الآخر. وعكس سلفه في نفس المهمة، بيتر فان والسوم، لم يعط روس الأفضلية للعرض المغربي على طاولة المفاوضات.

"بالرغم من أن للطرفين إرادة سياسية في الجلوس وجها لوجه، إلا أنهما وحتى الآن لا يملكان الإرادة السياسية لإجراء مفاوضات حقيقية حول مستقبل الصحراء الغربية ولا لإعطاء عناية وأولوية لإجراءات تعزيز الثقة" التي يجب أن يجرياها بينهما، يشكو روس في رسالته السرية.

ويواصل روس في رسالته الكشف عن أن المغرب هو من يرفض بذل الجهود المطلوبة. "في آخر الاجتماعات غير الرسمية، بويتشستر كاونتي، قامت جبهة البوليساريو بمجهود متواضع لما يمكن تسميته بمفاوضات حقيقية بدراستها لبعض الجوانب من مقترح المغرب الأخير للحكم الذاتي"، يقول روس، مضيفا "المغرب رفض، من جهته، مناقشة مقترح البوليساريو"، "وكنتيجة لذلك رفضت البوليساريو الاستمرار".

بعد هذه الجولة، استقبل وفد البوليساريو لأول مرة من طرف مسؤولة رفيعة المستوى من وزارة الخارجية الأمريكية، ربما للثناء على مرونة الطرف الصحراوي، فقبل أن يكون مبعوثا شخصيا لبان كيمون، كان روس دبلوماسيا ذا وزن كبير في الولايات المتحدة الأمريكية.

الرباط وجبهة البوليساريو، يواصل روس "مطالبتان بإيجاد سبل لدراسة ومناقشة مقترح كل طرف بعمق أكثر مما فعلوا في ويتشستر كاونتي". "إن دراستها ومناقشتها لا تعني بالضرورة القبول بها، بل إظهار الإحترام للطرف الآخر".

وإذا كان الطرفان غير مستعدين للقيام بذلك، بالدخول في نقاش حقيقي، "فليس هناك داع" للقيام بجولات تفاوض جديدة، يقول روس. "بل بالعكس، فإن لقاءات متكررة دون إحراز تقدم ملموس قد يضع مصداقية الأمم المتحدة، ومجلس الأمن والمبعوث الشخصي، محل شك".

"إن وضعية الجمود غير مقبولة على المستوى البعيد"، يؤكد روس وهو يحذر من مخاطر هذه الوضعية. "إن خطر تحول الشباب الصحراوي للتطرف أو لأنشطة إجرامية يتزايد"، يؤكد روس وهو يقول بأن بعضهم قد يسقط في فخ الإرهاب. "إن خطر أن تتحول مغامرة عسكرية أو شبه عسكرية إلى مواجهات شاملة في تزايد ما دامت الدبلوماسية لا تعطي نتائج"، يضيف، "كما أن إطالة عمر المعاناة الإنسانية في مخيمات اللاجئين الصحراويين هو أمر فظيع"، يقول روس في ختام رسالته السرية.

وفي انتظار ذلك، يضيف كريستوفر روس، فقد تحولت قضية حقوق الإنسان "إلى المظهر الأكثر إثارة للنقاش داخل مجلس الأمن وفي الهيئات الأخرى". "ومنذ تعييني اقترحت على مخاطبي المغربيين بأنهم إذا أرادوا أن تقبل جبهة البوليساريو برؤيتهم لحكم ذاتي في الصحراء فعليهم أولا إظهار نواياهم الحسنة وأن يكونوا أكثر تساهلا مع النشطاء الصحراويين الراغبين في الإستقلال بدل تقييد حريتهم في التحرك والتعبير".

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Droit de réponse


Monsieur Mohamed ould MBareck,
J’ai bien lu votre réponse à l’invite que Biram ould Abeidi a adressé aux Haratines en leur demandant de descendre dans la rue et d’entrer en confrontation contre les Beidanes. Je condamne avec vigueur cette initiative de mettre aux empoignes les communautés, situation aussi déplorable que non souhaitée qui déconstruit plus qu’elle ne résout.

J’estime que, pour résoudre nos problèmes, le bon sens et la raison privilégient plutôt les armes de l’argumentation que l’argumentation des armes, mais si la voix de la raison se tait, c’est celle des armes qui sauve, souhaitons de toutes nos forces de ne pas en arriver là.

Pour éviter ce drame, il faut instaurer et renforcer la culture du dialogue, de la tolérance, de la compréhension, de la reconnaissance de l’autre et du partage- avec équité et justice, en dehors de tout racisme, de toute exclusion, de tout mépris et de toute dénégation des valeurs comme de l’identité de l’autre.



L’oppression ne s’est jamais éternisée dans le temps et dans l’espace : ou bien elle est combattue par les armes, ou bien elle est combattue par le remords qui replace les esprits sur la voie de la raison c’est-à-dire dans la logique du dialogue et de la concertation. Mais si le racisme et l’exclusion sautent, étant des situations passagères qui s’usent avec le temps, ils seront certes un jour balayés; non pas par la négociation ou le dialogue , mais par l’argumentation des armes.

Monsieur Mohamed,
vous dites que les Haratines sont Beidanes vous faites honte en disant cela; sachez à partir d’aujourd’hui que Haratine n’est pas Beidane et vice versa; tout comme Halpulaar , Soninké ou Wolof ne sont pas Beidanes.

Chacun demeure ce qu’il est et restera ce qu’il est, pour préserver cette diversité qui constitue sans nul doute la richesse pluriculturelle de cette Mauritanie. Avec tout le respect que j’éprouve pour vous, je ne pourrai m’empêcher de vous traiter de complexé.

Vous êtes Haratine, restez Haratine, et défendez où que vous soyez votre Haratinité, car vous constituez une entité dont le devoir de préserver l’existence, de contribuer à l’eternisation et de défendre les valeurs, vous incombe en tant qu’intellectuel éclairé et imbu de son ‘’moi’’ profond. Un tronc d’arbre a beau rester longtemps dans l’eau, il ne se transformera jamais en caïman.

maatala a dit…

L’homme ne vient pas au monde avec la culture, il l’apprend et l’acquiert au fil du temps, tandis qu’il naît avec sa race, il peut rejeter sa culture en faveur d’une autre, assimiler cette autre culture ou s’assimiler et se noyer en sa profondeur, mais jamais ne peut se défaire de sa race : peaux noires, masques blancs comme disait Frantz Fanon.

Un Beidane peut rejeter sa Beidanité pour la Halpulaarité, la Haratinité, la Soninkinité ou la Wolofinité, mais il restera toujours Beidane de race. La transhumance transculturelle est chose possible, mais la transhumance interraciale est chose impossible, en dehors de toute interaction ou de toute implication biologiques.

Vous avez dit dans votre article que nous sommes frères dans l’islam pour nous laisser envoûter par les déclarations extrémistes de Biram ould Abeid, et nous entraîner vers des confrontations auxquelles il nous convie, certainement d’après le saint Coran tous les musulmans sont frères. Mais qu’étaient devenus les frères dans l’islam des négro-mauritaniens, quand ces derniers se faisaient massacrer en 1989 ?

Où était passée cette fraternité dans l’islam qui a toujours fermé les yeux sur le massacre des milliers de citoyens innocents en désacralisant un Ramadan et un vendredi saint comme on a désacralisé le 28 Novembre 1990 avec la pendaison à Inal de 28 militaires pour commémorer le trentième anniversaire de notre indépendance ?

Pour que cette fraternité dans l’islam ne soit pas un bluff sur les livres des Mauritaniens, il faut réparer les injustices subies durant les années de braise d’abord et lutter ensuite contre le racisme, l’exclusion et l’esclavage sous toutes ses formes, qui constituent encore le vécu quotidien des noirs dans ce pays.

Pour terminer, je dirai que cette Mauritanie nous appartient tous : Halpulaars , Beidanes , Haratines, Soninkés et Wolofs, et que tout doit être mis sur la table et partagé avec équité et justice, pour éviter des frustrations éventuelles pouvant plus tard être source de confrontations plutôt physiques que verbales.

Nouakchott, le 17 Août 2010,

Sall Mamadou Amadou
Directeur d’école privée
El-Mina

maatala

Anonyme a dit…

sur agoravox aujourd'hui vlane

" le théâtre de marianne et du caid de neuilly "

maatala a dit…

Salam

"Mauritanie : La solitude du milliardaire


Il est difficile d’être riche en Mauritanie. À Nouakchott, le grand bourgeois – le plus souvent parvenu à ce statut par le commerce – ne trouve ni golf, ni boutique de luxe, ni restaurant ruineux pour satisfaire son appétit de consommation.

Ses seules solutions pour dépenser sa fortune in situ : acquérir chez un concessionnaire local un 4x4 de marque allemande (au demeurant fort utile pour affronter les rues cahoteuses de Nouakchott) et faire construire d’imposantes villas, avec terrasse, à Tevragh-Zeina, « le » quartier huppé de la capitale.

Les sacs à main, les larges lunettes de soleil griffés Prada ou Gucci et les écrans plats, c’est ailleurs qu’il les achète : à Paris, Dubaï, Las Palmas, Madrid, où il se rend régulièrement, en classe affaires, pour des séjours associant business et vacances.



Toutefois, le vrai repos, celui qui ressource, c’est au pays qu’il le prend : dans un campement en brousse, où les journées se passent à méditer, deviser et manger du mouton, rarement accompagné d’alcool dans cette République islamique.

Une vie dorée qui, toutefois, dépend des relations que le milliardaire – en ouguiyas – entretient avec le pouvoir présidentiel en place : mieux vaut pour ses affaires que sa tribu soit dans les petits papiers du palais et qu’il ait généreusement participé à la campagne électorale.

Par Marianne Meunier

maatala