lundi 20 septembre 2010

La Mauritanie s’attaque à la menace de l’Aqmi au Sahel : Engagement et questionnement

Une nouvelle offensive mauritanienne a été lancée contre le bastion d’El-Qaîda, durant le week-end pour en finir avec la menace de déstabilisation qui règne sur l’immensité désertique saharo-sahelienne.
Une nouvelle offensive mauritanienne a été lancée contre le bastion d’El-Qaîda, durant le week-end pour en finir avec la menace de déstabilisation qui règne sur l’immensité désertique saharo-sahelienne. De la région de Nema (Est de la Mauritanie), visée le 25 août par un attentat à la voiture piégée, vers la localité malienne de Ras-el Ma (235 km de Tombouctou) les combats ont fait rage pour traquer l’hydre terroriste versé dans le trafic en tous genres, la criminalité internationale, la contrebande et le recours au chantage.
La descente dans l’arène de Nouakchott est l’expression d’un engagement qui souligne « la détermination de notre armée à éradiquer le terrorisme qui a déjà visé notre armée à plusieurs reprises et porté atteinte à notre sécurité», affirme un responsable militaire mauritanien. Deux mois après le raid avorté franco-mauritanien, riche en enseignements en matière de coordination antiterroriste, le retour au langage des armes impose une réadaptation à la réalité du terrain et la définition d’une stratégie régionale efficiente. La France qui est revenue de la bravade chèrement payée par l’otage français, exécuté quelques jours après l’opération de force, se déclare « hors coup » et consent enfin à admettre l’importance du rôle des « Etats de la région et particulièrement la Mauritanien » prêts à assumer pleinement leurs responsabilités. Sur la sellette, Paris qui déclare redouter un attentat sur son sol a fait les frais du brigandage de l’Aqmi procédant de nouveau à l’enlèvement de 7 personnes (un Malgache, un Togolais et 5 français) travaillant au sein du groupe Areva et la Sogeal-Satom, une filiale du BTP de Vinci, évacués en urgence.
La menace terroriste au Sahel est donc l’affaire de tous. Elle ne saurait se satisfaire des égoïsmes de quelques Etats succombant au chantage et apportant de fait la caution politique aux filières de la mort pourvues en moyens financiers conséquents dans son œuvre criminelle.Dans la région sahélienne, la stratégie de lutte commune, mobilisant les capacités militaires et les ressources financières adéquates, souffre de « petite divergence » reconnue par le président malien Toumani Touré qui a rejeté le « tout sécuritaire » pour plaider une « réponse globale » au terrorisme qui se nourrit du sous-développement et de la précarité des populations locales.
Il paraît, en effet, étonnant la non-participation des forces maliennes au combat engagé depuis deux jours sur son territoire. Bamako, sévèrement critiqué pour son rôle dans la libération controversée, en février dernier, de quatre islamistes détenus au Mali, en échange de la remise en liberté de l’otage français Pierre Camatte, affirme l’existence de « deux écoles qui s’affrontent », favorable à la négociation ou, a contrario, opposé au paiement de toute rançon. Face à la menace collective, le Sahel est interpellé pour mettre de l’ordre dans la famille commune.

Larbi Chaabouni
HORIZON JOURNAL OFFICIEL ALGÉRIEN DU 18 September 2010

Est un changement de ton dans la position algérien?
LM

131 commentaires:

Anonyme a dit…

L'algerie officielle temporise après les bilans annoncés par LA DRS !

Filsdubled

Anonyme a dit…

Lu pour A-,
Tu decéleras les contradictions de l'Algerie.
liberté-Algerie.
Le Sahel s’invite à l’élysée
Par : Mounir Boudjema


En gros, comment peut-on prêcher une stratégie et son contraire et tenter par la suite de trouver des amis dans cette région pour sauver des vies humaines françaises ?

Bienvenue au Nouveau Waziristan. Le Sahel est devenu en l’espace de quelques années une zone de non-droit et Paris se retrouve englué dans cette région avec ses propres contradictions. L’Aqmi a piégé Sarkozy dans une logique de confrontation asymétrique.
Après l’affaire Camatte réglée à l’amiable et l’affaire Germaneau qui a donné lieu à un bain de sang, voici l’affaire “Areva” avec ce qu’elle charrie de plus opaque dans les milieux politico-sécuritaires français. Sarkozy, qui s’en est tiré avec un raid d’amateurs, indigne des capacités d’actions de la DGSE, se retrouve embarqué dans ce qui risque d’être une tragédie. 5 otages français, pas de temps, une action militaire à haut risque et une envie de représailles du groupe d’Abou Zeïd. L’équation est insoluble même pour les meilleurs des stratèges.
Car dans le capharnaüm sahélien, Paris n’est pas tout seul et chaque acteur joue sa partition. Et des questions demeurent plus gênantes que les réponses. Comment Paris a-t-il pu négliger la sécurité de ses expatriés, surtout sur le site archi-connu d’Areva à Arlit, seule zone où l’Aqmi peut trouver la plus grande concentration de Français dans le Sahel ?

Anonyme a dit…

suite ...
Pourquoi ce chèque en blanc signé pour le régime d’ATT du Mali alors que son territoire est le théâtre de toutes les manigances : enlèvements, négociations, paiement de rançons et zones de combat ?! Comment peut-on prétendre aider la Mauritanie à se défendre et à mener la lutte antiterroriste à la place des autres États démissionnaires face à l’Aqmi comme Bamako pour les accuser ensuite de bombarder des colonnes du GSPC ?! Pourquoi se méfier tant d’un allié algérien qui rancarde la DST sur des risques d’attentats à Paris et éviter de l’associer dans les opérations militaires au Sahel ? Comment peut-on humainement abandonner les touareg du Mali à leur sort, se faisant affamer par ATT, tout en critiquant les rares touareg qui ont rejoint les rangs d’Aqmi par désespoir ou appât du gain ? En gros, comment peut-on prêcher une stratégie et son contraire et tenter par la suite de trouver des amis dans cette région pour sauver des vies humaines françaises ?
C’est à ses interrogations que le président Sarkozy devra répondre face à son opinion publique qui lui demandera des comptes sur le sort des Français d’Areva. Car ces contradictions ne sont pas au Sahel mais bel et bien à Paris, entre partisans de Sarkozy qui veulent lui éviter le bourbier du Sahel et ses adversaires qui espèrent que la menace sécuritaire, un de ses chevaux de bataille électoraux, soit celle qui lui fermera les portes de 2012.

filsdubled

Anonyme a dit…

Merci LM pour cet article.
La position algerienne est claire: oui pour la lutte contre AQMI mais avec les pays concernés et surtout sans les occidentaux (france et us).
Apparement les francais veulent à tout prix faire briser l'alliance de Tamanrasset. Pourquoi?
Seul A- peut l'expliquer, lui qui a toujours préféré fermer les yeux sur le rôle de paris dans cette manipulation présumée

Anonyme a dit…

A-
Ente matehchem?
Cet article est clair sur la noble position algérienne.
Toi tu préfères les br mensongers de saharamedias et de l'Afp qui citent souvent des "sources anonymes" chères aux barbouzes de ton espèce.
Merr ya el hachman
A ta place j'aurais creusé ma tombe

Anonyme a dit…

Merci Maatala/LM pour avoir envoyé Ould Beheite dans le trou (je ne l'ai pas lu). Un article du Quotidien d'Oran sur nos pertes et il persistent et signent: 10 pertes au mois et 15 (c'est selon). A-
====
Risque d'embrasement au Sahel
par Salem Ferdi, Le Quotidien d'Oran, 19 septembre 2010

Des combats meurtriers ont eu lieu au nord du Mali entre l'armée mauritanienne et des éléments de l'AQMI.

Les Mauritaniens auraient subi des pertes élevées. Les combats sont sans lien avec l'enlèvement des 7 employés - dont 5 Français - au nord du Niger. Le Quai d'Orsay a tenu à le souligner. Politiquement, le président du Mali se livre à des propos polémiques et accuse l'Algérie de repousser «ses islamistes» vers son pays.

Des combats meurtriers ont opposé l'armée mauritanienne à des éléments d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au nord du Mali. Ils interviennent à la suite de l'enlèvement, dans la nuit du mercredi à jeudi, au nord Niger, d'un groupe de 7 personnes dont cinq Français, employés de l'entreprise française Areva et de Sogea-Satom, filiale BTP pour l'Afrique du groupe Vinci. Alors qu'aucune information n'était disponible sur le sort des otages, la France a tenu à souligner qu'elle n'est pas engagée dans les opérations qui opposent l'armée mauritanienne à l'AQMI au nord du Mali. «Il n'y a pas de forces françaises sur le terrain» et ces combats «sont indépendants de l'enlèvement des employés du groupe français Areva», a déclaré un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. La précision paraît s'adresser à l'AQMI, détenteur présumé des otages.

Des forces spéciales françaises avaient participé, fin juillet, avec les forces mauritaniennes, à un raid contre une base de l'AQMI qui s'est «vengé» en tuant l'otage français Michel Germaneau. Alors que les groupes français Areva et Vinci évacuent leur personnel français dans un climat marqué par des soupçons de complicité au sein des forces chargées de sécuriser le site d'Arlit où ont eu lieu les enlèvements, la précision du porte-parole du Quai d'Orsay est destinée à marquer, sans la désavouer, une distance à l'égard de l'opération mauritanienne.

Anonyme a dit…

Swit - La déclaration de guerre de l'algérie contre la RIM et le Mali. A-
===

Des soucis pour Paris
Le timing de l'opération, 48 heures après l'enlèvement, pourrait en effet être préjudiciable aux otages. En marquant clairement qu'elle n'est pas impliquée dans les affrontements au nord du Mali, la France a pour objectif évident de préserver la vie des otages et de marquer une certaine disponibilité à chercher une solution avec les ravisseurs. Le ministre français de la Défense, Hervé Morin, a abrégé sa visite au Canada pour participer à la gestion de l'affaire des otages français. Les responsables mauritaniens ont d'ailleurs confirmé que l'opération contre l'AQMI au nord du Mali était leur propre initiative et n'avait pas de rapport avec l'enlèvement au Niger. «L'opération a été lancée parce que l'occasion s'est présentée. Ce n'était pas planifié longtemps à l'avance», a déclaré un responsable des services de sécurité mauritanien, cité par une agence de presse. L'opération des militaires mauritaniens, qui a consisté en l'encerclement d'une vingtaine de véhicules du groupe de djihadiste, ne semble pas avoir un franc succès. Le bilan «provisoire» des Mauritaniens faisait état de 5 militaires tués, 9 blessés et de 12 éléments de l'AQMI tués.

La bérézina pour l'armée mauritanienne ?
Une source sécuritaire algérienne, citée par AFP sous couvert de l'anonymat, donne un bilan de pertes mauritaniennes «d'au-moins dix morts». «Puisque vous parlez de chiffre, je dis au moins dix. De leur côté, «les islamistes ont perdu pour le moment moins de cinq personnes. Ils ont aussi des blessés. Mais il y a eu de nombreuses victimes parmi les militaires mauritaniens». Le chiffre des pertes mauritaniennes pourrait être de 15 morts. «Au moins cinq véhicules de l'armée mauritanienne sont tombés aux mains des islamistes et le nombre de morts s'élève actuellement à au moins 15», a indiqué par la suite cette source. Des témoignages de nomades cités par un élu du nord du Mali indiquent que «beaucoup de militaires mauritaniens sont morts».

Anonyme a dit…

Swit et fin du rôle de gendarme de l'Algérie.A trop tripatouiller, on perd à la fin. Surtout si on reste le cu cloué au sol pendant que tes cousins se font liquider. A-
===

On est donc loin d'un «encerclement» où l'armée mauritanienne aurait l'initiative sur tous les plans. Si ce bilan des pertes élevées dans les rangs de l'armée mauritanienne se confirme, il faudra s'attendre à de vifs débats à Nouakchott où l'opposition s'est montrée particulièrement critique à l'égard du raid mené avec les forces spéciales françaises au nord du Mali à la fin de juillet dernier. Alors qu'une source diplomatique française se félicitait «que les Etats de la région, et en particulier la Mauritanie, assument leurs responsabilités dans la lutte contre Aqmi», la question «technique» des capacités de l'armée mauritanienne à mener des opérations loin de ses bases est posée.

ATT critique l'Algérie
Au plan politique, le président malien Amadou Toumani Touré, dont le pays est considéré comme le ventre mou dans la région sahélienne, s'est lancé dans des propos polémiques vis-à-vis de l'Algérie dans un entretien accordé à des médias français dont le Monde. Selon ce journal, Amadou Toumani a accusé l'Algérie, «à mots à peine couverts», de repousser «ses islamistes» vers le Sahara malien. «Ceux qui nous accusent n'ont qu'à empêcher les salafistes de venir chez nous. Ces gens-là ne sont pas Maliens. Ils sont venus du Maghreb. Nous n'avons rien à voir avec cette histoire. Depuis neuf siècles, notre islam est ouvert et respectueux de la vie humaine». Le président malien refuse que son pays soit considéré comme un «maillon faible». «Il n'y a pas de chaîne ! Comment voulez-vous qu'il y ait un maillon faible ? Nous avons perdu trop de temps à nous accuser mutuellement. Il est temps de partager les responsabilités». «Le nord du Mali, c'est le sud de l'Algérie, c'est l'est de la Mauritanie, c'est le nord du Niger, il est très difficile d'y trouver une adresse postale, on ne peut pas dire avec exactitude où ils se trouvent, ils se promènent dans toute la bande sahélo-saharienne, aujourd'hui, ils sont là, demain, dans un autre pays», a affirmé le président malien.

Anonyme a dit…

Fils du bled,

Bonne question dans l'article. Et si la France a arrangé les enlevements d'Arlit pour justifier son intervention du côté de la mauritanie? tous ces joueurs ont chacun sa boutique AQMI dans ce no man's land. sinon, je vois mal la France impliquée dans le second raid mauritanien alors qu'elle sait que cela met en danger la vie des 7 otages. Une certitude: Germaneau était bien mort avant le raid de juillet. Le contraire, c'est du bla bla. A-
===


Question interessante de Inimish El Watan d'Alger (La Liberté?):Comment Paris a-t-il pu négliger la sécurité de ses expatriés, surtout sur le site archi-connu d’Areva à Arlit, seule zone où l’Aqmi peut trouver la plus grande concentration de Français dans le Sahel ?

Anonyme a dit…

Ano,

Ah bon? Pour contrôler seul tout le sahel? Dis-nous quel rôle ton Algérie a joué dans l'attaque de Lemgheity? Je ne sais pas comment tu lis les choses en français. Relis encore l'article.

Tu as des nouvelles des US par hasard? Non visible à l'horizon comme ils (NDI) avaient abandonné l'opposition en juin/juillet 2009 et la suite on la connaît: les OVNI de AOD et retour triomphal de Mark Bouleward comme si rien n'était.Pauvre Sidioca: il n'avait rien saisi, même quand il avait été lemdenisé et après il reclamait seulement ses indemnités d'ancien chef d'état.

A-

===
Ano a dit:

Merci LM pour cet article.
La position algerienne est claire: oui pour la lutte contre AQMI mais avec les pays concernés et surtout sans les occidentaux (france et us).
Apparement les francais veulent à tout prix faire briser l'alliance de Tamanrasset. Pourquoi?
Seul A- peut l'expliquer, lui qui a toujours préféré fermer les yeux sur le rôle de paris dans cette manipulation présumée

21 septembre 2010 01:08

Anonyme a dit…

Y en a encore qui a la tête dure, ne fait pas de commentaires et se fixe seulement sur A-.

Je ne lis pas Saharamedia dont je ne connais pas le site et APF je le lis avec des pincettes. Ce que je lis, toi tu n'y a pas accès comme tu lis les coupé-collé sans analyser et réflechir. Dans cette guerre à deux entre nous, c'est moi qui a gagné: mes hypothèses que tu as combattu depuis 3 ans sont maintenant la réalité. Tu es le seul à la traîne et on te connaît avec ton style depuis le blog de x.

====

Le perdu et perdant a dit:

A-
Ente matehchem?
Cet article est clair sur la noble position algérienne.
Toi tu préfères les br mensongers de saharamedias et de l'Afp qui citent souvent des "sources anonymes" chères aux barbouzes de ton espèce.
Merr ya el hachman
A ta place j'aurais creusé ma tombe

21 septembre 2010 01:17

Anonyme a dit…

De Keenan hier sur le kidnapping d'Arlit. En Anglais. A-
===
https://www.menas.co.uk/sahara_focus/news/article/947/Seven_kidnapped_by_local_bandits_in_Arlit_northern_Niger/

Anonyme a dit…

Merci Fild du bled. J'ai relu une deuxième fois et Alger ici pose bien ses propres questions et il a la reponse. Trouver des amis au Sahel, c'est facile: on les achete comme cela a toujours été fait et c'est pour cela que certains pays restent assis à ne rien faire, malgré les centaines de millions de $ deversés par AFRICOM et ses Flintlock 2005 (on a eu lemgheity), 2008 (on a eu le plan pour destabiliser Sidioca depuis mi 2007) et 2010 (les prises d'otages qui s'accentuent depuis 2009 et on ne sais pas où on ira. La france doit aussi nous avoir payé pour faire la guerre avec elle pour recuperer son pre-carré des US et de l'Algérie qui devient trop gourmande. Bon editorial. A-

===

Lel Sahel s’invite à l’élysée
Par : Mounir Boudjema
Lu : (416 fois)

En gros, comment peut-on prêcher une stratégie et son contraire et tenter par la suite de trouver des amis dans cette région pour sauver des vies humaines françaises ?

Bienvenue au Nouveau Waziristan. Le Sahel est devenu en l’espace de quelques années une zone de non-droit et Paris se retrouve englué dans cette région avec ses propres contradictions. L’Aqmi a piégé Sarkozy dans une logique de confrontation asymétrique.
Après l’affaire Camatte réglée à l’amiable et l’affaire Germaneau qui a donné lieu à un bain de sang, voici l’affaire “Areva” avec ce qu’elle charrie de plus opaque dans les milieux politico-sécuritaires français. Sarkozy, qui s’en est tiré avec un raid d’amateurs, indigne des capacités d’actions de la DGSE, se retrouve embarqué dans ce qui risque d’être une tragédie. 5 otages français, pas de temps, une action militaire à haut risque et une envie de représailles du groupe d’Abou Zeïd. L’équation est insoluble même pour les meilleurs des stratèges.
Car dans le capharnaüm sahélien, Paris n’est pas tout seul et chaque acteur joue sa partition. Et des questions demeurent plus gênantes que les réponses. Comment Paris a-t-il pu négliger la sécurité de ses expatriés, surtout sur le site archi-connu d’Areva à Arlit, seule zone où l’Aqmi peut trouver la plus grande concentration de Français dans le Sahel ? Pourquoi ce chèque en blanc signé pour le régime d’ATT du Mali alors que son territoire est le théâtre de toutes les manigances : enlèvements, négociations, paiement de rançons et zones de combat ?! Comment peut-on prétendre aider la Mauritanie à se défendre et à mener la lutte antiterroriste à la place des autres États démissionnaires face à l’Aqmi comme Bamako pour les accuser ensuite de bombarder des colonnes du GSPC ?! Pourquoi se méfier tant d’un allié algérien qui rancarde la DST sur des risques d’attentats à Paris et éviter de l’associer dans les opérations militaires au Sahel ? Comment peut-on humainement abandonner les touareg du Mali à leur sort, se faisant affamer par ATT, tout en critiquant les rares touareg qui ont rejoint les rangs d’Aqmi par désespoir ou appât du gain ? En gros, comment peut-on prêcher une stratégie et son contraire et tenter par la suite de trouver des amis dans cette région pour sauver des vies humaines françaises ?
C’est à ses interrogations que le président Sarkozy devra répondre face à son opinion publique qui lui demandera des comptes sur le sort des Français d’Areva. Car ces contradictions ne sont pas au Sahel mais bel et bien à Paris, entre partisans de Sarkozy qui veulent lui éviter le bourbier du Sahel et ses adversaires qui espèrent que la menace sécuritaire, un de ses chevaux de bataille électoraux, soit celle qui lui fermera les portes de 2012.

Anonyme a dit…

Merci Fild du bled. J'ai relu une deuxième fois et Alger ici pose bien ses propres questions et il a la reponse. Trouver des amis au Sahel, c'est facile: on les achete comme cela a toujours été fait et c'est pour cela que certains pays restent assis à ne rien faire, malgré les centaines de millions de $ deversés par AFRICOM et ses Flintlock 2005 (on a eu lemgheity), 2008 (on a eu le plan pour destabiliser Sidioca depuis mi 2007) et 2010 (les prises d'otages qui s'accentuent depuis 2009 et on ne sais pas où on ira. La france doit aussi nous avoir payé pour faire la guerre avec elle pour recuperer son pre-carré des US et de l'Algérie qui devient trop gourmande. Bon editorial. A-

===

Lel Sahel s’invite à l’élysée
Par : Mounir Boudjema
Lu : (416 fois)

En gros, comment peut-on prêcher une stratégie et son contraire et tenter par la suite de trouver des amis dans cette région pour sauver des vies humaines françaises ?

Bienvenue au Nouveau Waziristan. Le Sahel est devenu en l’espace de quelques années une zone de non-droit et Paris se retrouve englué dans cette région avec ses propres contradictions. L’Aqmi a piégé Sarkozy dans une logique de confrontation asymétrique.
Après l’affaire Camatte réglée à l’amiable et l’affaire Germaneau qui a donné lieu à un bain de sang, voici l’affaire “Areva” avec ce qu’elle charrie de plus opaque dans les milieux politico-sécuritaires français. Sarkozy, qui s’en est tiré avec un raid d’amateurs, indigne des capacités d’actions de la DGSE, se retrouve embarqué dans ce qui risque d’être une tragédie. 5 otages français, pas de temps, une action militaire à haut risque et une envie de représailles du groupe d’Abou Zeïd. L’équation est insoluble même pour les meilleurs des stratèges.
Car dans le capharnaüm sahélien, Paris n’est pas tout seul et chaque acteur joue sa partition. Et des questions demeurent plus gênantes que les réponses. Comment Paris a-t-il pu négliger la sécurité de ses expatriés, surtout sur le site archi-connu d’Areva à Arlit, seule zone où l’Aqmi peut trouver la plus grande concentration de Français dans le Sahel ? Pourquoi ce chèque en blanc signé pour le régime d’ATT du Mali alors que son territoire est le théâtre de toutes les manigances : enlèvements, négociations, paiement de rançons et zones de combat ?! Comment peut-on prétendre aider la Mauritanie à se défendre et à mener la lutte antiterroriste à la place des autres États démissionnaires face à l’Aqmi comme Bamako pour les accuser ensuite de bombarder des colonnes du GSPC ?! Pourquoi se méfier tant d’un allié algérien qui rancarde la DST sur des risques d’attentats à Paris et éviter de l’associer dans les opérations militaires au Sahel ? Comment peut-on humainement abandonner les touareg du Mali à leur sort, se faisant affamer par ATT, tout en critiquant les rares touareg qui ont rejoint les rangs d’Aqmi par désespoir ou appât du gain ? En gros, comment peut-on prêcher une stratégie et son contraire et tenter par la suite de trouver des amis dans cette région pour sauver des vies humaines françaises ?
C’est à ses interrogations que le président Sarkozy devra répondre face à son opinion publique qui lui demandera des comptes sur le sort des Français d’Areva. Car ces contradictions ne sont pas au Sahel mais bel et bien à Paris, entre partisans de Sarkozy qui veulent lui éviter le bourbier du Sahel et ses adversaires qui espèrent que la menace sécuritaire, un de ses chevaux de bataille électoraux, soit celle qui lui fermera les portes de 2012.

Anonyme a dit…

A-
La position de l'Algérie reste la plus crédible car elle consiste à créer une force conjointe de 75000 hommes composée de maliens (du nord), de nigériens, de mauritaniens et d'algériens afin d'éviter des bases militaires françaises et américaines et surtout de combattre les complicités avec les bandes terroristes en associant les populations locales.
Mais apparement cette solution ne plait pas à A-, à ATT et à leurs commanditaires français et ...marocains

Anonyme a dit…

La France prefère le statu quo car il lui permet de continuer à contrôler son pré carré du sahel (mauritanie, mali, niger, tchad et djibouti) de l'atlantique jusqu'à l'océan indien.
Le seul pays qui s'interpose devant cette hégemonie et qui refuse la politique de la france c'est l'Algérie

Anonyme a dit…

La France prefère le statu quo car il lui permet de continuer à contrôler son pré carré du sahel (mauritanie, mali, niger, tchad et djibouti) de l'atlantique jusqu'à l'océan indien.
Le seul pays qui s'interpose devant cette hégemonie et qui refuse la politique de la france c'est l'Algérie

Anonyme a dit…

75.000 hommes pour 100 ou 150 pieds nickelés (AQMI), ça ne va pas. nous on a donné quelques 200 pendant les 2 raids et ils attendaient quoi à rester à faire le voyeur au moins maintenant? Ils ont eu assez de temps et n'ont pas bouger. nous on ne peut pas attendre et y en a marre avec les les tourine, Lemgheity et El Ghallawiya. Faut être débile pour croire que l'algérie peut faire qque chose: 50 milliards tous les ans dans la caisse et le nombre de hittistes ne cesse d'augmenter. Avec les harragas qui fuient leur pays à la nage tous les jours. On ne voit jamais des franças faire le chemin inverse à la nage.

Comme tu es inculte et pour améliorer la capacité de raisonnement dans la famille pour le futur, tu veux envoyer tes enfants à l'université où: Algérie, France ou US? Canalh va te chercher les bourses qu'il faut.
==

Il a dit:

A-
La position de l'Algérie reste la plus crédible car elle consiste à créer une force conjointe de 75000 hommes composée de maliens (du nord), de nigériens, de mauritaniens et d'algériens afin d'éviter des bases militaires françaises et américaines et surtout de combattre les complicités avec les bandes terroristes en associant les populations locales.
Mais apparement cette solution ne plait pas à A-, à ATT et à leurs commanditaires français et ...marocains

Anonyme a dit…

D'accord, mais il faut qu'ils cessent de tripatouiller les salafistes pour les lancer contre nous. Nous n'avions declaré la guerre à personne. A-

===
Il a dit:

La France prefère le statu quo car il lui permet de continuer à contrôler son pré carré du sahel (mauritanie, mali, niger, tchad et djibouti) de l'atlantique jusqu'à l'océan indien.
Le seul pays qui s'interpose devant cette hégemonie et qui refuse la politique de la france c'est l'Algérie

Anonyme a dit…

Hiya l'assaut de nos vaillantes force armées et de securité a cessé, walla? Difficile de suivre les infos. A-

Anonyme a dit…

So what? Et vous, qui est derrière vous? Faire passer vos messages par SITE ne trompe personne. Vive Sarko et Carla.

Les zamis: vous voulez que je vous balance quelque chose sur qui est derrière SITE? C ést toujours le même couscous: manip. Vous savez d'où a été envoyé la declaration de Belaouar après son opération de Lemgheity? Couli et moi on s'arraché la tignasse la dessus avec mon ami Moussa qui est venu à sa rescousse.

A-

====

AQMI accuse la Mauritanie d'être 'l'agent de la France'.


Près d'une semaine après l'enlèvement de cinq ressortissants français au Niger, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a accusé la Mauritanie d'être "l'agent de la France" et a promis des représailles contre Nouakchott après une opération militaire dimanche au Mali.

Dans un communiqué diffusé dans la nuit de lundi à mardi et retranscrit par l'organisation de renseignements sur le terrorisme SITE, AQMI promet de venger deux femmes tuées dimanche lors d'une frappe aérienne mauritanienne au nord de Tombouctou, au Mali. "Le sang de nos deux soeurs martyrs ne sera pas versé en vain", affirme le groupe.

Le communiqué ne fait état d'aucune revendication du rapt de sept étrangers -cinq Français, un Togolais et un Malgache. AQMI accuse en revanche directement le président mauritanien Ould Abdel Aziz d'avoir mené l'opération militaire au Mali pour le compte de la France.



"Nous disons à l'agent de la France, Ould Abdel Aziz, que bombarder des innocents non-armés et partir en guerre pour le compte de la France n'est que folie et imprudence", assure le mouvement terroriste. "Le sang des deux purs martyrs musulmans que vous avez offert au palais de l'Elysée ne restera pas impuni".

AP








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Nouvel Observateur (France)

Anonyme a dit…

11:40La Mauritanie livre des détenus au Mali.

La Mauritanie va remettre au Mali vingt ressortissants de ce pays arrêtés en février et accusés de "trafic de drogue et de soutien" à al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), a appris aujourd'hui l'AFP de source judiciaire. "Les formalités d’extradition de ce groupe vers le Mali, à la demande de ce pays, avancent bien et ils seront livrés sous peu", a indiqué cette source.

Leur extradition coïncide avec la visite à partir de aujourd'hui du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz à Bamako, à la veille du cinquantenaire de l'indépendance du Mali, ex-colonie française, et peu après une intervention militaire de l'armée mauritanienne contre Aqmi en territoire malien, de vendredi à dimanche.

Ces Maliens avaient été arrêtés dans le nord de la Mauritanie en février au cours d'une opération de l'armée mauritanienne contre des trafiquants de drogue qui s'était soldée par la mort de trois de ces trafiquants, selon Nouakchott.

La justice mauritanienne avait accusé ce groupe de "trafic de drogue et de soutien à une organisation terroriste", établissant ainsi un lien entre les activités d'Aqmi et le narcotrafic.

 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : Le Figaro (France)
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 394

----
C'est faisable ça? A-

Bebe BA a dit…

For-Mauritania : Déclaration sur la guerre contre l’AQMI

Depuis quelques temps, notre pays est entré en confrontation contre des éléments de l’organisation extrémiste d’Al kaida. Cette confrontation s’est soldée par la mort de nombreuses victimes dans les rangs de notre armée nationale. Que Dieu les accueille dans Son paradis.

Les derniers épisodes de cette guerre se sont déroulés en juillet dernier et septembre courant entre notre armée et des éléments de cette organisation.

For-Mauritania profite de cette occasion pour appeler les décideurs politiques et notamment les dirigeants du pays à plus de raison en plaçant l’intérêt du pays au dessus de toute autre considérations. Elle les appelle à ne pas précipiter le pays dans une guerre totale contre cette organisation. Une telle guerre ne fera que détourner le peuple de ses véritables préoccupations qui sont la lutte contre la pauvreté et le travail pour le développement économique.



En effet, il est certain qu’avec le faible niveau d’équipement de notre armée et l’absence d’infrastructures adéquates, les seules victimes seront les civils isolés en plus des morts qui se multiplieront dans les rangs de notre armée. Il est préférable que cette guerre soit menée par quelqu’un d’autre. Les victimes de kidnapping ne sont pas mauritaniennes et les kidnappeurs n’ont pas de base sur notre territoire.

Au moment où les raisons des accrochages en cours ne sont pas encore complètement élucidées, il est évident que la Mauritanie n’est pas tenue à s’enfoncer dans le territoire malien pour combattre Alkaida pour libérer des otages français comme l’avait reconnu les responsables de ce pays en juillet dernier lors de la tentative de libération de Germano.

For-Mauritania, dénonce avec force les attaques dont ont été victime par notre armée, nos concitoyens ainsi que les étrangers qui vivent paisiblement sur notre sol ou ailleurs. Elle appelle les Mauritanien à soutenir leur armée qui se doit d’être républicaine. Elle demande à ce que toute opération menée à l’extérieur de nos frontières fasse l’objet d’une autorisation préalable de la part de la représentation nationale et dans un deuxième temps une adhésion de l’opinion du pays.

L’organisation exhorte les forces vives du pays pour qu’elles resserrent les rangs pour défendre les intérêts supérieurs du pays, sa stabilité, sa sécurité. Elle les appelle à éviter de précipiter le pays dans une guerre qui ne le concerne pas en premier lieu et ne lui apportera que misère, destruction et fuite des investisseurs. Cette guerre le détournera de ses véritables préoccupations.

La coordination générale

20-09-2010

Anonyme a dit…

Tiens! Des contre-arguments contre la thèse de la manipulation du GSPC/AQMI par François Gèze et Salima Mellah sur rue89 par un journaliste indépendantou payé. C'est pour donner des minutions à ano foté et les autres anti A-. Mais je vous dis tout de suite que ces contre-arguments ne tiennent pas la route. Je suis au moins très honnête. Que je travaille pour le Maroc ou une autre puissance étrangère, c'est une autre question. Mais il faut toujours m'opposer des contre-arguments au lieu de m'insulter à chaque occasion. Je viens de découvrir cet excellent argumentaire par hasard. Bonne lecture. A-




http://www.rue89.com/2007/10/02/sur-lalgerie-les-theories-du-complot-de-francois-geze

Bebe BA a dit…

Commentaires:

Redigé par, moissabilal 2010-09-21 08:38:10 for-je-ne-sais-quoi,

vous, vous êtes une bande de farceurs. vous avez raté l'occasion de vous taire. non seulement vous vous contredisez dans toute la longueur de votre soporifique communiqué mais vous louvoyez et naviguez entre deux eaux.

ah bon ! "For-Mauritania, dénonce avec force les attaques dont ont été victime par notre armée, nos concitoyens ainsi que les étrangers qui vivent paisiblement sur notre sol ou ailleurs. Elle appelle les Mauritanien à soutenir leur armée qui se doit d’être républicaine" et vous voulez quoi après ça? que l'armée se couche, s'applatisse et se laisse massacrer?

vraiment le ridicule ne tue pas.


Redigé par, batchilyba 2010-09-21 07:50:46 J'espère que ce communiqué confus n'est pas authentique.

Moussa batchily BA

Anonyme a dit…

Lu pour A+,

Ça creuse au block 7 en face de NDB dans l'offshore. La chose est entre 2.800 m et 4.600 m (trois niveaux) avec une estimation entre 400 millons et 780 millions de barils eauivalent de petrole. Juste à coté du bloc 8 (Pelican) avec de millers de milliards de m3 de gaz. Tu les joint ensemble et c'est la bonanza.

Le sol va trembler bientot comme en Guinée: dès qu'il y a eu annonce d'une possibilité de 2 à 4 milliards de barils de pétrole off-shore Conakry, le deuxième tour qui devait faire gagner Cellou Diallo le dimanche passé a été reporté sine die.

azzizzo va se melanger les pattes comme ceux avant lui et les islamistes ou l'utre tendance nationaliste vont lui faire un coup très vite. Il faut qu'il arrete de voyager. Beaucoup ici vont commencer à chanter vive Mollah Dedew ou Vive Hanena.

Yakhouya enta mneine? Tu vas bien?

A plus. A-

=====


Dana Petroleum has begun drilling of the Cormoran-1 exploration well in Block 7 offshore Mauritania, and the well is 2km southeast of its existing Pelican-1 discovery.


The planned total depth of the well is approximately 4,600m and it is being drilled in a water depth of 1,632m.

The company has already drilled the 26 inch hole section down to approximately 2,226m and the current operation is preparing to run 20 inch casing, before drilling ahead.

The well is expected to encounter three discrete zones of interest between approximately 2,890m and 4,600m.

Cormoran is the largest prospect in Dana's 2010 exploration program and, based on 3D seismic mapping, has a target reserves range of between 400 million barrels and 780 million barrels of oil equivalent.

Dana holds a 36% working interest in the Block 7 Production Sharing Contract area.

Anonyme a dit…

Bebe,

Il est où le communiqué de For Mauritania?

Bebe BA a dit…

Il est sur cridem!

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=47566

Anonyme a dit…

je trouve aberrant la proposition algérienne de 75.000 hommes qui peut les payer sauf l'Algérie!

en attendant c'est 75.000 hommes aqmi sera à bamako et Niamey avant de mettre à patte 25.000 hommes!

il faut agir et vite si nos amis algériens veulent en finir.

Déjà le pb touaregue ne trouvera pas de solution à cause de la guerre de leadership entre alger et tripoli.
Aqmi suivra surement car les maliens et mauritaniens ne veulent pas suivre les généraus algériens.

Filsdubled

Anonyme a dit…

Fils du Bled,

Bonne analyse.

Les zamis,

Les français savaient grace à l'indiscretion d'un prefet nigerien. Ils n'ont pas pris les mesures necessaires et il est evident pour moi que les portes etaient ouvertes pour les kidnapeurs qui savaient ou aller exactement. Le boulot a ete fait en 45 minutes sans se presser. Sachant que je vais me faire attaquer, me semble que ce sont les français qui ont enlevé les 7 pour justifier leur intervention dans la zone. Dans tous les cas vive Sarko et Carla. A-

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2010/09/21/la-direction-d-areva-au-niger-avait-ete-prevenue-de-la-menace-d-enlevements_1414302_3212.html#ens_id=1411819

Anonyme a dit…

je confirme le communiqué for mauritanie pas authentique

Anonyme a dit…

la france veut à tout prix maitriser le sahel.
aujourd'hui avec l'appui du mali, du niger et probablement la mauritanie, ils vont créer des bases militaires mobiles.
ces militaires seront payés par des contrats bidons d'assistance technique, et des autorisations de prospection d'or, de petrole, de gaz et d'uranium.
je me demande pourquoi des pays comme le maroc, la tunisie et la libye et l'egypte echappent au terrorisme?
Si l'algerie était derrière aqmi, elle l'aurait envoyé directement pour destabiliser son ennemi juré le maroc.
Je pense que c'est plutot la france avec israel qui utilisent leurs alliés dans la sous région (maroc, mali, burkina) pour destabiliser les pays à tendance progressistes (algerie et mauritanie) afin de se rendre utile pour les combattre

Anonyme a dit…

Ano foté,

Quand tu finiras de lire lárticle du Monde, voici la lettre du Pretet d'Arlit signée le 1er septembre. Areva doit l'avoir reçu vers le 5 septembre. Donc ils savaient et n'ont pas pris les precautions qu'il fallait et pourquoi? Donc l'enlevement ne peut qu'etre fait par un AQMI de circonstance. De là qu'ils se retrouvent au Nord Mali, beaucoup de gouvernements sont complices.

Avec moi, lahi tevter hag. A-


http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/doc/20100921/1414308_5ad7_lettre_prefet_arlit_areva.pdf

Anonyme a dit…

Ano tu as peut-etre raison. Mais comment tu peux dire que la Mauritanie est un pays à tendance progressiste. Hatha on ne sera pas d'accord là-dessus. Depuis quand? Avec les salafistes qui fagocytent l'appareil de l'etat et l'armée?

Autre chose: Aziz n'aurait pas dû aller au Mali. ils peuvent bien le livrer à AQMI à côté de Tamanrasset.
A-

===

Il a dit:
la france veut à tout prix maitriser le sahel.
aujourd'hui avec l'appui du mali, du niger et probablement la mauritanie, ils vont créer des bases militaires mobiles.
ces militaires seront payés par des contrats bidons d'assistance technique, et des autorisations de prospection d'or, de petrole, de gaz et d'uranium.
je me demande pourquoi des pays comme le maroc, la tunisie et la libye et l'egypte echappent au terrorisme?
Si l'algerie était derrière aqmi, elle l'aurait envoyé directement pour destabiliser son ennemi juré le maroc.
Je pense que c'est plutot la france avec israel qui utilisent leurs alliés dans la sous région (maroc, mali, burkina) pour destabiliser les pays à tendance progressistes (algerie et mauritanie) afin de se rendre utile pour les combattre

21 septembre 2010 20:21

Anonyme a dit…

Mauritanie: l'opposition dénonce une guerre "illégitime" menée sans les pays voisins
AFP | 21.09.10 | 17h52


La Coordination de l'opposition démocratique (COD) en Mauritanie a jugé "illégitime" mardi l'offensive de l'armée contre la branche maghrébine d'Al-Qaïda "sur la terre d'un autre pays", le Mali, en évoquant une action menée en coordination avec une "force étrangère".

Dans un communiqué en arabe, la COD se dit "surprise" par l'entrée de la Mauritanie "dans une guerre illégitime, sans fondements légaux, et dénuée de tout consensus national (...)". Elle reproche au pouvoir d'avoir "décidé de façon unilatérale d'engager le pays dans une guerre dont il n'a pas bien calculé les résultats".

"Pourquoi menons-nous cette guerre sur la terre d'un autre pays?", interroge cette coalition des principaux partis de l'opposition au régime de l'ex-général putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz, élu à la présidence en 2009.

"L'on est en droit de s'interroger sur les raisons qui ont amené notre pays à s'engager seul dans cette guerre, sans la participation des pays de la région confrontés au même danger", écrit la COD qui demande: "Sommes-nous capables, seuls, d'être le gendarme chargé de la sécurité de la région?"

La COD juge que la Mauritanie a "préféré coordonner" cette action "avec une force étrangère", semblant faire allusion à la France, près de deux mois après un raid franco-mauritanien contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Mali.

Cependant, elle réaffirme son "soutien" et ses "condoléances" aux forces armées "pour ce qui leur est arrivé durant cette opération".

Selon un bilan officiel, huit soldats mauritaniens sont morts pendant ou après les combats, tandis qu'au moins 12 "terroristes" ont été tués.

Le principal parti d'opposition mauritanien, le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) d'Ahmed Ould Daddah, fait partie de la COD, mais avait publié mardi un communiqué distinct.

Dans son propre texte, le RFD demandait aux autorités de mieux informer le pays sur les "opérations militaires" tout en exprimant son "entière solidarité avec l'armée". Il soulignait également "la nécessité de bâtir un front intérieur, en vue de faire face aux menaces qui guettent la Mauritanie".

Le 12 septembre, le RFD avait annoncé qu'il reconnaissait désormais Mohamed Ould Abdel Aziz "comme président", après avoir vivement contesté son élection. Il avait expliqué que sa décision était "dictée par les nombreux défis auxquels fait face la Mauritanie", en particulier celui posé par les actions d'Aqmi menaçant "l'existence de la Nation et sa stabilité".
---

C'est quelle opposition ça? Les boidiels et consorts. Ahhh! Bravo AOD. Mais azzizzo te reserve toujours un chien de sa chienne, mais l'interêt du pays est au dessus de ça.

A-

Anonyme a dit…

Mauritanie: l'opposition dénonce une guerre "illégitime" menée sans les pays voisins
AFP | 21.09.10 | 17h52


La Coordination de l'opposition démocratique (COD) en Mauritanie a jugé "illégitime" mardi l'offensive de l'armée contre la branche maghrébine d'Al-Qaïda "sur la terre d'un autre pays", le Mali, en évoquant une action menée en coordination avec une "force étrangère".

Dans un communiqué en arabe, la COD se dit "surprise" par l'entrée de la Mauritanie "dans une guerre illégitime, sans fondements légaux, et dénuée de tout consensus national (...)". Elle reproche au pouvoir d'avoir "décidé de façon unilatérale d'engager le pays dans une guerre dont il n'a pas bien calculé les résultats".

"Pourquoi menons-nous cette guerre sur la terre d'un autre pays?", interroge cette coalition des principaux partis de l'opposition au régime de l'ex-général putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz, élu à la présidence en 2009.

"L'on est en droit de s'interroger sur les raisons qui ont amené notre pays à s'engager seul dans cette guerre, sans la participation des pays de la région confrontés au même danger", écrit la COD qui demande: "Sommes-nous capables, seuls, d'être le gendarme chargé de la sécurité de la région?"

La COD juge que la Mauritanie a "préféré coordonner" cette action "avec une force étrangère", semblant faire allusion à la France, près de deux mois après un raid franco-mauritanien contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Mali.

Cependant, elle réaffirme son "soutien" et ses "condoléances" aux forces armées "pour ce qui leur est arrivé durant cette opération".

Selon un bilan officiel, huit soldats mauritaniens sont morts pendant ou après les combats, tandis qu'au moins 12 "terroristes" ont été tués.

Le principal parti d'opposition mauritanien, le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) d'Ahmed Ould Daddah, fait partie de la COD, mais avait publié mardi un communiqué distinct.

Dans son propre texte, le RFD demandait aux autorités de mieux informer le pays sur les "opérations militaires" tout en exprimant son "entière solidarité avec l'armée". Il soulignait également "la nécessité de bâtir un front intérieur, en vue de faire face aux menaces qui guettent la Mauritanie".

Le 12 septembre, le RFD avait annoncé qu'il reconnaissait désormais Mohamed Ould Abdel Aziz "comme président", après avoir vivement contesté son élection. Il avait expliqué que sa décision était "dictée par les nombreux défis auxquels fait face la Mauritanie", en particulier celui posé par les actions d'Aqmi menaçant "l'existence de la Nation et sa stabilité".
---

C'est quelle opposition ça? Les boidiels et consorts. Ahhh! Bravo AOD. Mais azzizzo te reserve toujours un chien de sa chienne, mais l'interêt du pays est au dessus de ça.

A-

Anonyme a dit…

une pensée à toutes les victimes innocentes

http://www.maliweb.net/category.php?NID=65140&intr=

Anonyme a dit…

Chat de Ahmeddou Ould Abdalla sur AQMI. Il connaît et il faut l'écouter et le respecter. Lire sa réponse à la question une et à la dernière.

Ano foté: ça va? Toi pas fatiguer? Cette question est trop importante pour qu'on la traite comme les OVNI d' AOD. C'est lui que je voulais qu'il nous fasse une transition de 2 ans avec azzizzo et elycom pour faire le rang comme tout le monde pour se presenter au suffrage universel. Tout le monde m' a insulté ou presque. Lisez maintenant les mots d' un sage. A-





http://www.lemonde.fr/afrique/article/2010/09/20/otages-au-niger-les-operations-militaires-ne-sont-pas-une-reponse-suffisante_1413741_3212.html

Anonyme a dit…

Cela passe de 15 chez les algeriens à 30 chez les maliens. Eux aussi ont été piegé par Abou Zeid qui leur passe de fausses infos. A-
===


Affrontements AQMI- Armée mauritanienne : Des soldats mauritaniens récupérés par l’armée malienne



L'Aube, 22/09/2010 Commentaires [ 2 ] E-mail Imprimer







En fin de semaine dernière, des affrontements ont opposé l’armée mauritanienne à des éléments d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI). Les combats qui se sont déroulés dans la région de Tombouctou, ont été très violents. Selon nos sources, le bilan serait très lourd du côté de l’armée mauritanienne qui aurait perdu une trentaine d’hommes et enregistré de nombreux blessés. Une dizaine de véhicules de l’armée mauritanienne auraient été détruits.

Quelques heures après les combats, une patrouille de l’armée malienne a récupéré cinq soldats mauritaniens qui s’étaient égarés dans la zone. Visiblement en déroute, ces soldats avaient enlevé leurs tenues. Ils ont été récupérés par la patrouille malienne et conduit à Tombouctou, indique t- on.

Lors de ces affrontements, la grande difficulté des Mauritaniens aurait été leur méconnaissance du terrain, indique une source sécuritaire. En effet, les militants d’AQMI maitrisant parfaitement la zone, ont entrainé les soldats mauritaniens dans un véritable guêpier.



CH. Sylla

Anonyme a dit…

SYLLA NE FAIT QUE CONFIRMER CE QU'ON CONTINUE DE MARTELER.

Une parfaite connaissance du terrain est une gage de réussite incontournable dans ce genre de situations. D'autres armées plus fortes ont d'autres moyens pour compenser l'absence de cette connaissance, nous ne disposons pas de ces autres moyens.

Je crains fort que ce qui s'est passé au Mali a été un véritable désastre dont les édifices n'apparaîtront que plus tard.

Les aventuriers ne doivent pas diriger des nations, surtout des nations fragile à déficit démocratique chronique.

Znagui

Anonyme a dit…

A-
tu n'es pas sensé ignorer que la mauritanie de par sa politique d'arabisation, de ses penchants nationalistes arabes, de sa rupture des relations avec israel, de ses manifestations frequentes pro-palestiniennes pour ne pas dire pro hamas, hezbollah et meme teheran est etiquetée par beaucoup d'occidentaux comme un pays différent des autres pays du sahel qui sont tous fortement encadrés par l'ex métropole.

Tes notions en géopolitique paraissent très limitées et méritent une révision.
Tu lis trop de SAS et c'est mauvais pour les simples d'esprit de ton genre.
Tu me rappelles Elycom et sa culture générale façonnée par les bandes dessinées pour bambins(Zembla...)
Quand on veut jouer dans la cour des grands, il faut avoir les c... pour

Anonyme a dit…

Bizarre quand meme

Le JDD.fr (France)

Niger : Le rapt facilité par l’armée française ?
mardi 21 septembre 2010

L’Observatoire du nucléaire a assimilé lundi l’enlèvement des sept salariés d’Areva et de Vinci au Niger, jeudi dernier, à une manoeuvre tactique de l’armée française, destinée à conserver voire renforcer la mainmise de la France sur les mines d’uranium nigériennes. Dans un communiqué, l’observatoire développe l’hypothèse selon laquelle l’Etat-major français aurait volontairement facilité l’enlèvement des Français, du Togolais et du Malgache, en abaissant son seuil de vigilance, pour ensuite donner l’impression de sévir, et ainsi conserver le monopole de mines convoitées par la Chine. "Bien sûr, personne ne peut penser que les autorités françaises soient elles-mêmes à l’origine de la prise d’otage. Par contre, les faits poussent à se demander si tout n’a pas été fait pour que cette prise d’otage si prévisible puisse se dérouler sans encombre", expose l’observatoire. "Areva et les autorités françaises ont en effet été averties par différents biais que des menaces pesaient sur les salariés des mines d’uranium au Niger. Or, non seulement les mesures nécessaires de protection n’ont pas été mises en oeuvre mais, au contraire, Areva semble avoir refusé l’aide des autorités du Niger", lit-on plus loin. "On ne peut dès lors que noter que cet enlèvement permet à la France d’intervenir militairement dans cette zone et de protéger ainsi son accès aux mines d’uranium. Il faut rappeler que la majorité des réacteurs nucléaires français sont alimentés par l’uranium du Niger. Or la Chine, elle aussi avide d’uranium, a intensifié sa présence au Niger et concurrence la France pour l’accès aux réserves d’uranium", raisonne aussi l’Observatoire du nucléaire, qui plaide pour la fin de l’hégémonie de l’énergie nucléaire en France.

Anonyme a dit…

AFP

Rapt de Français au Niger : la France a demandé l’assistance des Etats-Unis
mardi 21 septembre 2010

WASHINGTON — La France a demandé l’assistance de l’armée américaine pour tenter de localiser les cinq Français enlevés la semaine dernière au Niger et dont le rapt a été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ont indiqué mardi à l’AFP deux responsables américains.

Ces responsables ont toutefois refusé de donner le moindre détail sur l’assistance militaire offerte à l’armée française par les Etats-Unis, qui pourrait selon les experts aller de l’imagerie satellite à l’envoi de drones.

L’enlèvement des cinq Français au Niger a été mené par un groupe conduit par l’Algérien Abelhamid Abou Zeid, a indiqué un porte-parole d’Aqmi dans un message audio revendiquant ce rapt, diffusé mardi par la télévision Al-Jazira du Qatar.

Ces cinq otages, ainsi qu’un Togolais et un Malgache, pour la plupart des employés des groupes français Areva et Vinci, avaient été capturés le 16 septembre sur le site d’extraction d’uranium d’Arlit (nord du Niger).

Ils seraient désormais retenus dans le nord-est du Mali, dans une zone montagneuse du désert, adossée à l’Algérie, selon différentes sources dans la région. L’armée française tente depuis plusieurs jours de les localiser.

Interrogé par l’AFP, un responsable anti-terroriste américain n’a pas souhaité commenter la revendication d’Aqmi, mais il a prévenu que "la filière nord-africaine d’Al-Qaïda est une dangereuse cellule terroriste, capable de perpétrer toute une gamme d’attentats contre des innocents".

"Leurs intentions ne doivent pas être sous-estimées, c’est la raison pour laquelle il est important de contrecarrer leurs projets et leurs activités", a-t-il ajouté.

Anonyme a dit…

Merci ano du 21 septembre 2010 23:05. Je ne suis pas assez intelligent pour comprendre ce que tu dis. Tu as lu l'article du JDD en haut? A-

Anonyme a dit…

Je comprends maintenant ano. C'est toi as dit que la Mauritanie était un pays progressiste. Fallait expliquer sans baver. Ne perds jamais ta contenance quand tu avances des contre-arguments. A-
===
Notre géopoliticien a dit (je vous épargne le reste qui n'est pas tayeb):

A-
tu n'es pas sensé ignorer que la mauritanie de par sa politique d'arabisation, de ses penchants nationalistes arabes, de sa rupture des relations avec israel, de ses manifestations frequentes pro-palestiniennes pour ne pas dire pro hamas, hezbollah et meme teheran est etiquetée par beaucoup d'occidentaux comme un pays différent des autres pays du sahel qui sont tous fortement encadrés par l'ex métropole.

Anonyme a dit…

Interessant et il attendent maintenant pour dire la "verité", alors qu'ils savaient depuis le 17 septembre, un jour après le rapt de 7. A ne pas oublier: Ag Sid'ahmed c'est Alger et Ag Bibi c'es Tripoli. A-
====
La Coalition pour le changement au nord du Mali accuse le Mali de complicité avec l’AQMI :


« Abou Zaid est installé situé non loin d’une caserne de l’armée malienne »

Les sept étrangers enlevés jeudi dernier au Niger, dont cinq français travaillant pour le compte de la compagnie française, Areva, sont détenus par le terroriste Abdelhamid Abou Zaid, a révélé le porte-parole de la Coalition pour le changement au nord du Mali, M. Hama Agh Sid Ahmed, ajoutant que le fief d’Abou Zaid est situé à 70km d’une base militaire de l’armée malienne au nord du Mali.

Selon le même interlocuteur, le gouvernement d’Amadou Toumané Touré, soutient l’AQMI dans son pays. Contacté par nos soins d’El Khabar, le porte-parole du mouvement indépendantiste du nord du Mali a déclaré que les groupuscules de l’ASMI bénéficient de l’appui du gouvernement malien qui leur fournit l’aide nécessaire pour s’installer sur le territoire malien, pour commanditer des opérations terroristes contre les pays voisins, comme le Niger, l’Algérie et la Mauritanie.

Pour appuyer ses arguments, il a cité quelques opérations menées par Al Qaida, entre autres l’assassinat de 11 gardes-frontières en juin dernier, l’assassinat de 7 militaires nigériens en mars dernier et l’explosion à la voiture piégée, ayant eu lieu la semaine dernière, visant une caserne de l’armée malienne près de Tinzaouatine.



Et d’ajouter : « le 17 septembre dernier, un groupe de gardes-frontières mauritanien a été ciblé par une attaque perpétrée par le groupe de Mokhtar Belmokhtar, alias Laouar, l’un des notoires chefs terroristes de l’AQMI, un attentat, soutient-il, planifié à partir du territoire malien. « Les sites des opérations terroristes sont les mêmes utilisés pour la détention des otages occidentaux », a-t-il soutenu. A relever que, la réaction de la Coalition pour le changement au nord du Mali intervient suite aux attaques du gouvernement malien contre les touaregs.

En ce qui concerne le kidnapping des employés d’Areva, le 16 septembre dernier, le même interlocuteur a affirmé que l’opération a été planifiée par Abdelhamid Abou Zaid, à partir du territoire malien. « Les éléments de Abou Zaid sont revenus le lendemain à leur base, soit le 17 septembre, et ils sont passés devant une patrouille de l’armée malienne, conduite par un lieutenant-colonel », a-t-il conclu.

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : El Khabar (Algérie)

Anonyme a dit…

A-
voici un temoignage poignant qui jette tes théories fantaisistes dans les oubliettes de l'histoire

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=47608

Anonyme a dit…

l'analyse d'Ahmedou Ould Abdalla est excellente car elle provient d'un diplomate qui connait bien la région et qui a une très bonne expérience internationale.

Cela fait du bien de lire autre chose que les idioties de A-

Bebe BA a dit…

ça chauffe chez le voisin; pour A-! sorry AP, lol

Deux policiers tués et trois citoyens blessés: Explosion d’une bombe au centre-ville de Bordj Menaïel
(Liberté 22/09/2010)

Une bombe a explosé hier matin à Bordj Menaïel faisant deux morts parmi les policiers alors que trois citoyens ont été blessés. L’attentat a eu lieu vers 6h30 du matin au centre-ville de Bordj Menaïel non loin du marché.

Selon nos informations, la bombe a ciblé une patrouille pédestre de la police qui s’apprêtait à prendre la relève d’une autre équipe de policiers. L’engin meurtrier de fabrication artisanale entreposé dans une poubelle a été actionné à distance. Trois citoyens qui se trouvaient sur les lieux ont été blessés dont un gravement.

Mais tous les trois ont quitté l’hôpital de Bordj Menaïel après avoir reçu des soins appropriés. Par ailleurs, on a appris de sources bien informées qu’un militaire a été tué et deux autres ont été blessés, jeudi dernier, dans un attentat commis vers 1h du matin à Ouled Ameur au sud de Bordj Menaïel. Presque à la même heure, un accrochage entre des militaires et un groupe terroriste a eu lieu à Aïn El-Hamra au nord de Bordj Menaïel mais sans faire de victimes.

Pour rappel, il y a près d’une semaine, une autre bombe a explosé au centre-ville de Bordj Menaïel mais n’a pas fait de victimes. Ainsi après Baghlia, où plusieurs attentats ont été déjà commis ces deux derniers mois, les groupes terroristes se sont déployés dans la région de Bordj Menaïel, une localité qui a connu ces trois dernières années une relative accalmie. Selon nos informations, c’est la seria des Issers, affiliée à katibat El-Ansar, qui serait à l’origine de ces attentats. Cette seria a été pourtant décapitée puisque son “émir” Hachemi, dit Soheïb, a été éliminé il y a un mois environ, à Tadmaït, en compagnie de deux autres “émirs”, dont le chef de la zone 2, Abdelmoumene Rachid, dit Hodheïfa El-Assimi. Ce qui laisse supposer que ces attentats ont été commis pour venger cet “émir” considéré comme l’un des bras droit du chef du GSPC Abdelmalek Droukdel, alias Moussab Abdelouadoud. Par ailleurs, on a appris que les terroristes ont ranimé ces derniers jours leurs réseaux dormants de soutien dans plusieurs localités, notamment dans la région de Sidi-Daoud, Baghlia, Zemmouri et Bordj Menaïel. Un de ces réseaux a été démantelé la semaine dernière à Sahel-Bouberak dans la commune de Sidi-Daoud mais d’autres réseaux sont toujours actifs, affirment nos sources.

Bebe BA a dit…

Suite:

Et c’est grâce aux éléments composant ces réseaux que les terroristes arrivent à commettre les attentats comme ceux perpétrés ces derniers mois à Baghlia et Zemmouri. Des attentats à mettre à l’actif toujours de katibat El-Ansar et katibat El-Arkam. Les deux principales phalanges qui continuent à semer la terreur dans la wilaya de Boumerdès en dépit des coups qui leur ont été assenés par les forces de sécurité. Selon de nombreux observateurs, cette ascension des groupes terroristes dans la wilaya de Boumerdès s’inscrit dans la stratégie du groupe de Droukdel qui vise à desserrer l’étau sur les autres groupes terroristes disséminés dans la wilaya de Tizi Ouzou. Mais le GSPC veut assurément faire des coups d’éclats pour démonter sa capacité de nuisance au moment où ses groupes déployés au Sahara et dans d’autres pays du Sahel sont arrivés à tenir de nombreux pays en haleine avec leurs prises d’otages. Par ailleurs, on a appris hier que les auteurs de l’assassinat du maire de Baghlia ont été arrêtés par les forces de sécurité.
Il s’agit de Mohamed Kamel, alias Abou Tourab, et son frère Abderrahmane, tous deux membres d’un réseau de soutien composé de neuf éléments dénommé Fourssane Ennar. Ce sont eux qui auraient, selon nos sources, planifié l’assassinat du maire de Baghlia, Mohamed Idir, le 6 août dernier. Un des assassins a rejoint les groupes terroristes mais les autres, des jeunes pour la plupart âgés entre 25 et 35 ans, ont été arrêtés par les forces de sécurité et placés sous mandat de dépôt par le procureur près le tribunal de Dellys pour “homicide volontaire avec préméditation, apologie et soutien à un groupe terroriste”.



Par : Madjid. T.

Anonyme a dit…

Ken
La derive mafieuse d'aqmi se precise de jour en jour. Aprés le trafic de cigarette, la cocaine l'immigration clandestine ces illuminés jouent peut etre le bras armé dans la guerre secrete pour le controle des matire premier strategiques
http://zebrastationpolaire.over-blog.com/ext/http://www.edito-matieres-premieres.fr/index.html

Anonyme a dit…

Ken
Excuses

http://zebrastationpolaire.over-blog.com/article-geopolitique-des-ressources-arlit-derriere-l-aqmi-au-niger-la-guerre-pour-le-controle-des-ressources-en-uranium-57361768.html

Anonyme a dit…

Merci d'avoir apprecié la sagesse d'Ahmeddou Ould Abdala. C'est moi que vous l'a balancé. Si l'excellence de ses arguments est appreciée, c'est ce que je cherchai. Qu'est ce que tu penses de sa premiere reponse, ano? A-

===
Il a dit:

l'analyse d'Ahmedou Ould Abdalla est excellente car elle provient d'un diplomate qui connait bien la région et qui a une très bonne expérience internationale.

Cela fait du bien de lire autre chose que les idioties de A-

Anonyme a dit…

Merci Ken,

Le post est excellent et bien informé. En effet la liste des "usual suspects" est exhaustive et il manque probablement la Grande-Bretage. C'est dans ce groupe presqu'exclusivement qui se font enlever. j'ai toujours eu l'impression que les canadiens étaient enlevés par la compétition parceque Fowler et Guay sont allés visiter une mine canadienne avant même de voir Tandia et c'est sur le chemin de retour qu'ils ont été kidnappés. Merci pour le blog. A-

===
Ceci a particulièrement attiré mo attention. Le dernier paragraphe est très correct. L'enlevement d'Arlit n'est pas d'AQMI comme on veut nous le faire croire.

Alors Cui Bono ?

Qui cherche à évincer la France - derrière AREVA - des réserves d'Arlit au profit d'un de ses " poulains " minier ? Qui cherche à y semer le chaos dit " constructif " ?

Les " usual suspects " en matière de nucléaire et de barbouzeries minières peuvent se compter sur les doigts d'une main : Etats-Unis , Russie , Chine , Canada , Israël auquel je rajouterais sans beaucoup de convictions le Brésil de plus en plus intéressé par l'uranium Africain pour obtenir le chiffre de six . La France étant - pour une fois - le dindon de la "farce ".

Si l' AQMI est bien derrière cet enlèvement - il faut toujours des executants - il se pourrait bien
que ses membres soient les " idiots utiles " d'enjeux qui les dépassent !

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

Je peux avoir des problèmes avec le voisin sur certains questions liées à son rôle vrai ou supposé dans la merde qui nous touche. Mais c'est un malheur personnel pour moi quand ils sont attaqués sur leur propre territoire par leur GSPC et que des innocents paient.

Pourquoi ne pas stopper les petits jeux, nous associer pour eliminer le terrorisme au Sahel, proteger leurs frontières sud (Mali, Mauritanie et Niger) pour leur donner le temps de s'occuper de leurs propres terros. A ce rythme, ils perdent et nous perdront à la longue. Mesaahel hier disait que l'algérie connaît qui est derrière AQMI qui a enlevé les 7 et ATT dit à peu près la même chose, mais n'indiquent rien. Ce jeu de cache-cace ne peut pas durer.

Que faire? A-

Anonyme a dit…

Ano,

Avec moi tsahfi mahou khaleg. Tu vas apprendre des choses et t'amuser. Ce n'est pas bon d'être constipé tout le temps. Je suis un griot d'origine. Donc zneygui c'est selon. Shame on you pour le mot enta zneyagui. Je sais que tu est un islamiste/nationaliste. Depuis quand le bled est devenu un pays progressiste?

Amitiés. A-

===

Cela fait du bien de lire autre chose que les idioties de A-

Anonyme a dit…

Lu pour Jemil Mansour. Tu pourras certainement gagner en 2014. Tu peux rever comme tu veux, mais les bases US et française seront déjà établies. Il faut te moderer pour eviter la chasse aux sorcières dans un mois jusqu'en 2013. Si tu penses que les occidentaux vont te laisser faire, tu te trompes. A-

==

Ce que pense la CIA de l'Algérie
Le temps d'Algérie, 20-09-2010

L'agence centrale de renseignement américain a publié hier son rapport annuel et dans sa fiche pays consacrée à l'Algérie, elle avance des propos pour le moins surprenants.

En voici des morceaux choisis: «Le premier parti politique de l'Algérie est le Front de libération nationale (FLN). Il a dominé la vie politique depuis l'indépendance. De nombreux Algériens de la génération post-indépendance n'ont pas été satisfaits de la gestion du pays par le FLN.

Mais ce parti a toujours occupé la scène centrale de la vie politique algérienne.» «Le succès surprenant au premier tour des municipales du Front islamique du salut (FIS) en décembre 1991 a incité l'armée algérienne à intervenir et à reporter le second tour des élections. L'élite laïque craignait l'établissement d'un gouvernement extrémiste. L'armée a commencé une campagne de répression contre le FIS. Les partisans du FIS ont de leur côté commencé à attaquer des cibles gouvernementales.»

«Le gouvernement a ensuite autorisé des élections où étaient en course des partis gouvernementaux et des partis religieux modérés.

Mais cela n'a pas apaisé les militants du FIS qui ont progressivement étendu leurs attaques. L'intense escalade des combats a donné naissance à une insurrection entre 1992 et 1998. Elle a fait plus de 100 000 morts. Les massacres aveugles de villageois ont été attribués aux extrémistes. Le gouvernement prend le dessus à la fin des années 1990 et la branche armée du FIS dissous, l'Armée islamique du salut, a déposé les armes en janvier 2000.»

«Abdelaziz Bouteflika, avec le soutien de l'armée, a remporté la présidence en 1999 lors d'une élection largement considérée comme frauduleuse.

Il a été réélu à une écrasante majorité en 2004. Il a aussi été réélu massivement pour un troisième mandat en 2009 après que le gouvernement eut modifié la Constitution en 2008 pour supprimer la limite des mandats présidentiels.»

«Les problèmes de longue date auxquels fait face le président Bouteflika sont le chômage à grande échelle, la pénurie de logements, la production électrique et de l'eau peu fiable, l'inefficacité et la corruption du gouvernement et les activités (terroristes) des militants extrémistes.

Le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) a fusionné en 2006 avec Al Qaïda pour former Al Qaïda au Maghreb islamique. Il a lancé une série d'enlèvements et d'attentats à la bombe de grande envergure et des attentats suicide ayant causé un grand nombre de victimes.

Il a également ciblé les institutions du gouvernement algérien et les intérêts des pays occidentaux.» «Le système politique est de type socialiste, basé sur le droit français et islamique, le système judiciaire n'accepte pas la juridiction obligatoire de la CIJ.»
B. M.

Anonyme a dit…

Maatala,

J'esperais que tu nous balnce ça de Taqa. Ils sont 8, alors que Abou Zeid dit 15 à 30 pour ses amis à Alger et Bamako. A-

==

Liste des soldats mauritaniens tués au Mali
22-09-2010
Plusieurs blessés ont été rapatriés dans les différents hopitaux du pays, en particulier à Nouakchott. De nombreuses familles se sont précipitées, à l'annonce du raptriement des blessés, vers les structures hospitalières dans l'espoir d'avoir des nouvelles de leurs proches. Elles étaient rassemblées devant les portes de l'hôpital à NKTT mais n'ont pu accèder aux services concernés. Pour le moment le flou demeure quand aux victimes des 2 côtés, militaires et terroristes salafistes, ainsi que le nombre exact de tués civils maliens.

Voici les noms des militaires de l'armée mauritanienne tués pendant les opérations menées contre l'AQMI en territoire malien depuis Vendredi dernier ( source Al Akhbar via kassataya).



Liste provisoire des tués :

Capitaine Mohamed O/ Maham,
S/LieutnantSidaty O/ Moulaye Ismael,
Mohamed mahmoud O/ Boudady,
Sidi El Mokhtar O/ Lemkhaitir,
Mohamed Yahya O/ Dieh
Sidi O/ Laghdaf ,
Ned O/ Mohamed,
Cheikh Sid’Ahmed O/ mohamed.

Source: kassataya.com

Le 21/09/2010

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Guerre contre Al Qaïda : le plan secret du général Ould Abdelaziz


Le vendredi 17 septembre, les troupes militaires mauritaniennes épaulées par des conseillers de l’armée française, s’engouffrent d’une centaine de kilomètres dans le nord du Mali.

Les militaires mauritaniens interceptent une colonne d’Aqmi dirigée par Yahya Abou Hamame, un lieutenant du commandant Abou Zeid. L’affrontement est très violent et fait plusieurs morts de part et d’autres. Les Maliens assistent, en spectateurs. Ils n’engagent pas de troupes dans les combats qui se déroulent sur leur territoire -Ras Al Ma à 250 kilomètres de Tombouctou.

La France quant à elle participe activement à l’opération à travers des avions de reconnaissance de type Mirage F1 CR. Elle fournit également à l’armée mauritanienne des photos captées par les satellites d’observation militaire Helios 2 et Helios 2B. L’intervention militaire mauritanienne change complètement la donne au Sahel.



A travers cette initiative, le président mauritanien prend les commandes dans la région, et tout en faisant cavalier seul, il bénéficie de la complicité du Niger et du Mali, deux pays dans lesquels l’armée de Aziz a les coudées franches. Cela dit, l’activisme militaire de Nouakchott ne plait pas à Alger où la presse a tiré à boulets rouges sur le chef d’Etat mauritanien, l’accusant de jouer au gendarme au profit de la France.

L’Algérie est mécontente parce que les opérations menées par l’armée mauritanienne mettent à mal le projet d’alliance sahélienne concoctée par les dirigeants algériens.

Des sources proches de la présidence mauritanienne affirment que si Aziz a décidé de prendre les devants et de s’imposer en leader du Sahel, c’est qu’il est aujourd’hui convaincu de la duplicité d’Alger. En effet, plusieurs rapports font état de la manipulation par Alger de plusieurs « commandants » d’AQMI à travers le DRS.

Si Aziz ne peut pas affronter directement Alger, il a choisi de mettre à ses côtés les pays du Sahel, la France et les Etats-Unis. Un geste qu’il vient de consolider en se rendant, mardi 21 septembre, à Bamako à la tête d’une grande délégation… Le Sahel aura-t-il enfin trouvé un Napoléon ?


--------------------------------

Il a dit:

"si Aziz a décidé de prendre les devants et de s’imposer en leader du Sahel, c’est qu’il est aujourd’hui convaincu de la duplicité d’Alger".


Dedew aussi dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

mata,
Tous des maures au moins cette fois ci on va pas crier à la discrimination de nos compatriotes du fleuve.

Anonyme a dit…

Maatala,

L'article sur le plan secret de azzizzo est excellent. Je dirai que le Sahel a enfin trouvé un deuxième Paul Kagame: le premier est Blaise et e second pourra bien être lui: pays à petite population, emmerdeur de tout ennemi potential qui ne laisse pas aux autres le temps de l'enquiquiner comme ils sont toujours sur la defensive, petits ou grands. c'est une stratégie à haut risque, mais payante parfois.

A-
===

L'article dit:

Si Aziz ne peut pas affronter directement Alger, il a choisi de mettre à ses côtés les pays du Sahel, la France et les Etats-Unis. Un geste qu’il vient de consolider en se rendant, mardi 21 septembre, à Bamako à la tête d’une grande délégation… Le Sahel aura-t-il enfin trouvé un Napoléon ?

Anonyme a dit…

Interessant, interessant et interessant. A lire definitivement. A-


http://www.temoust.org/au-sahel-un-nouveau-front-a-haut,15158

http://www.temoust.org/niger-c-est-une-entree-en-guerre,15157

Anonyme a dit…

Vient de lire attentivement le blog du Monde Diplo et cette affaire d'enlevement des otages d'Arlit et leur placement au Nord Mali si vite (une journée sans faute et la déclaration d'AQMI aussi vite qu'au paravant). Le post du blog a sa qualité, mais il me semble que l'auteur a mis beaucoup d'eau dans son vin pour rester "meanstream". Des commentateurs et pas de moindres lui ont fait la remarque (ils sont une vingtaine de commentateurs) et on en apprend des choses!

Le lien au blog et il faut lire en entier les commentaires:

http://blog.mondediplo.net/2010-09-22-Au-Sahel-un-nouveau-front-a-haut-risque#forum67170


Commentaire de François Gèze le directeur des éditions la Découverte et éditeur-en-chef de la revue Hérodote:

Cher Philippe Leymarie,

Le ton prudent de votre papier est appréciable, mais je rejoins certains des commentaires précédents soulignant ses lacunes. Il est par exemple étonnant que vous n’évoquiez aucunement le rôle de la Libye de Kadhafi dans l’instrumentalisation de longue date des rébellions tchadiennes et touarègues dans la région, ce qui en fait un acteur important de ce « nouveau front à haut risque ».
Il est plus étonnant encore que vous parliez d’AQMI sans le moindre questionnement, comme si ce groupe islamiste supposé écumer le désert saharien (pour y convertir qui ?) était « tombé du ciel ». Sans même vous interroger sur l’absurdité de cette « menace » de 200 à 500 individus (selon les estimations « officielles ») « activant » dans une zone désertique plus grande que l’Europe… Un discours qui reprend donc sans distance celui des services américains (depuis 2001 et la Global War on Terror de Bush Jr) et français, comme le fait la presse mainstream dont le Diplo entend en principe se démarquer. Cette presse qui reproduit régulièrement par exemple cette carte absurde « Made in CIA » – Le Monde est coutumier du fait – affichant la « zone d’influence » de l’AQMI au Sahel : plusieurs millions de km2, incluant prétendument sept pays (Algérie, Maroc, Libye, Mauritanie, Niger, Mali, Tchad). En bref, du grand « n’importe quoi ».
Pourtant, il ne manque pas d’autres analyses et études montrant les pièges liés à la reprise sans distance de ce discours de propagande et tentant, sur la base d’enquêtes de terrain ou de simples analyses raisonnées des « informations ouvertes » disponibles, de mieux cerner les vrais acteurs qui sont derrière la « menace d’AQMI au Sahel ».
Je vous invite par exemple à lire l’ouvrage assez costaud de l’anthropologue britannique Jeremy Keenan, Dark Sahara : http://us.macmillan.com/thedarksahara
Et aussi certains de ses papiers sur les récentes affaires d’« otages AQMI » au Sahara :
« Al-Qaeda in the Sahel. Jeremy Keenan explains how a Saharan front in the ’global war on terror’ was fabricated » (Al-Jazira 29.8.10).
« The heart of al-Qaeda in the Sahel. French raid to free hostage held in Mali reveals much about key players in the region » (Al-Jazira 29.8.10)
« ’Secret hand’ in French Sahel raid » (Al-Jazira 29.8.10)


Intéressant de savoir qu'il y a d'autres vues que celle distillées sans arrêt par les organes de presse travaillant pour les gouvernement, directement ou indirectement. A-

Anonyme a dit…

Vient de lire attentivement le blog du Monde Diplo et cette affaire d'enlevement des otages d'Arlit et leur placement au Nord Mali si vite (une journée sans faute et la déclaration d'AQMI aussi vite qu'au paravant). Le post du blog a sa qualité, mais il me semble que l'auteur a mis beaucoup d'eau dans son vin pour rester "meanstream". Des commentateurs et pas de moindres lui ont fait la remarque (ils sont une vingtaine de commentateurs) et on en apprend des choses!

Le lien au blog et il faut lire en entier les commentaires:

http://blog.mondediplo.net/2010-09-22-Au-Sahel-un-nouveau-front-a-haut-risque#forum67170


Commentaire de François Gèze le directeur des éditions la Découverte et éditeur-en-chef de la revue Hérodote:

Cher Philippe Leymarie,

Le ton prudent de votre papier est appréciable, mais je rejoins certains des commentaires précédents soulignant ses lacunes. Il est par exemple étonnant que vous n’évoquiez aucunement le rôle de la Libye de Kadhafi dans l’instrumentalisation de longue date des rébellions tchadiennes et touarègues dans la région, ce qui en fait un acteur important de ce « nouveau front à haut risque ».
Il est plus étonnant encore que vous parliez d’AQMI sans le moindre questionnement, comme si ce groupe islamiste supposé écumer le désert saharien (pour y convertir qui ?) était « tombé du ciel ». Sans même vous interroger sur l’absurdité de cette « menace » de 200 à 500 individus (selon les estimations « officielles ») « activant » dans une zone désertique plus grande que l’Europe… Un discours qui reprend donc sans distance celui des services américains (depuis 2001 et la Global War on Terror de Bush Jr) et français, comme le fait la presse mainstream dont le Diplo entend en principe se démarquer. Cette presse qui reproduit régulièrement par exemple cette carte absurde « Made in CIA » – Le Monde est coutumier du fait – affichant la « zone d’influence » de l’AQMI au Sahel : plusieurs millions de km2, incluant prétendument sept pays (Algérie, Maroc, Libye, Mauritanie, Niger, Mali, Tchad). En bref, du grand « n’importe quoi ».
Pourtant, il ne manque pas d’autres analyses et études montrant les pièges liés à la reprise sans distance de ce discours de propagande et tentant, sur la base d’enquêtes de terrain ou de simples analyses raisonnées des « informations ouvertes » disponibles, de mieux cerner les vrais acteurs qui sont derrière la « menace d’AQMI au Sahel ».
Je vous invite par exemple à lire l’ouvrage assez costaud de l’anthropologue britannique Jeremy Keenan, Dark Sahara : http://us.macmillan.com/thedarksahara
Et aussi certains de ses papiers sur les récentes affaires d’« otages AQMI » au Sahara :
« Al-Qaeda in the Sahel. Jeremy Keenan explains how a Saharan front in the ’global war on terror’ was fabricated » (Al-Jazira 29.8.10).
« The heart of al-Qaeda in the Sahel. French raid to free hostage held in Mali reveals much about key players in the region » (Al-Jazira 29.8.10)
« ’Secret hand’ in French Sahel raid » (Al-Jazira 29.8.10)


Intéressant de savoir qu'il y a d'autres vues que celle distillées sans arrêt par les organes de presse travaillant pour les gouvernement, directement ou indirectement. A-

Anonyme a dit…

Vient de lire attentivement le blog du Monde Diplo et cette affaire d'enlevement des otages d'Arlit et leur placement au Nord Mali si vite (une journée sans faute et la déclaration d'AQMI aussi vite qu'au paravant). Le post du blog a sa qualité, mais il me semble que l'auteur a mis beaucoup d'eau dans son vin pour rester "meanstream". Des commentateurs et pas de moindres lui ont fait la remarque (ils sont une vingtaine de commentateurs) et on en apprend des choses!

Le lien au blog et il faut lire en entier les commentaires:

http://blog.mondediplo.net/2010-09-22-Au-Sahel-un-nouveau-front-a-haut-risque#forum67170


Commentaire de François Gèze le directeur des éditions la Découverte et éditeur-en-chef de la revue Hérodote:

Cher Philippe Leymarie,

Le ton prudent de votre papier est appréciable, mais je rejoins certains des commentaires précédents soulignant ses lacunes. Il est par exemple étonnant que vous n’évoquiez aucunement le rôle de la Libye de Kadhafi dans l’instrumentalisation de longue date des rébellions tchadiennes et touarègues dans la région, ce qui en fait un acteur important de ce « nouveau front à haut risque ».
Il est plus étonnant encore que vous parliez d’AQMI sans le moindre questionnement, comme si ce groupe islamiste supposé écumer le désert saharien (pour y convertir qui ?) était « tombé du ciel ». Sans même vous interroger sur l’absurdité de cette « menace » de 200 à 500 individus (selon les estimations « officielles ») « activant » dans une zone désertique plus grande que l’Europe… Un discours qui reprend donc sans distance celui des services américains (depuis 2001 et la Global War on Terror de Bush Jr) et français, comme le fait la presse mainstream dont le Diplo entend en principe se démarquer. Cette presse qui reproduit régulièrement par exemple cette carte absurde « Made in CIA » – Le Monde est coutumier du fait – affichant la « zone d’influence » de l’AQMI au Sahel : plusieurs millions de km2, incluant prétendument sept pays (Algérie, Maroc, Libye, Mauritanie, Niger, Mali, Tchad). En bref, du grand « n’importe quoi ».
Pourtant, il ne manque pas d’autres analyses et études montrant les pièges liés à la reprise sans distance de ce discours de propagande et tentant, sur la base d’enquêtes de terrain ou de simples analyses raisonnées des « informations ouvertes » disponibles, de mieux cerner les vrais acteurs qui sont derrière la « menace d’AQMI au Sahel ».
Je vous invite par exemple à lire l’ouvrage assez costaud de l’anthropologue britannique Jeremy Keenan, Dark Sahara : http://us.macmillan.com/thedarksahara
Et aussi certains de ses papiers sur les récentes affaires d’« otages AQMI » au Sahara :
« Al-Qaeda in the Sahel. Jeremy Keenan explains how a Saharan front in the ’global war on terror’ was fabricated » (Al-Jazira 29.8.10).
« The heart of al-Qaeda in the Sahel. French raid to free hostage held in Mali reveals much about key players in the region » (Al-Jazira 29.8.10)
« ’Secret hand’ in French Sahel raid » (Al-Jazira 29.8.10)


Intéressant de savoir qu'il y a d'autres vues que celle distillées sans arrêt par les organes de presse travaillant pour les gouvernement, directement ou indirectement. A-

Anonyme a dit…

Vient de lire attentivement le blog du Monde Diplo et cette affaire d'enlevement des otages d'Arlit et leur placement au Nord Mali si vite (une journée sans faute et la déclaration d'AQMI aussi vite qu'au paravant). Le post du blog a sa qualité, mais il me semble que l'auteur a mis beaucoup d'eau dans son vin pour rester "meanstream". Des commentateurs et pas de moindres lui ont fait la remarque (ils sont une vingtaine de commentateurs) et on en apprend des choses!

Le lien au blog et il faut lire en entier les commentaires:

http://blog.mondediplo.net/2010-09-22-Au-Sahel-un-nouveau-front-a-haut-risque#forum67170


Commentaire de François Gèze le directeur des éditions la Découverte et éditeur-en-chef de la revue Hérodote:

Cher Philippe Leymarie,

Le ton prudent de votre papier est appréciable, mais je rejoins certains des commentaires précédents soulignant ses lacunes. Il est par exemple étonnant que vous n’évoquiez aucunement le rôle de la Libye de Kadhafi dans l’instrumentalisation de longue date des rébellions tchadiennes et touarègues dans la région, ce qui en fait un acteur important de ce « nouveau front à haut risque ».
Il est plus étonnant encore que vous parliez d’AQMI sans le moindre questionnement, comme si ce groupe islamiste supposé écumer le désert saharien (pour y convertir qui ?) était « tombé du ciel ». Sans même vous interroger sur l’absurdité de cette « menace » de 200 à 500 individus (selon les estimations « officielles ») « activant » dans une zone désertique plus grande que l’Europe… Un discours qui reprend donc sans distance celui des services américains (depuis 2001 et la Global War on Terror de Bush Jr) et français, comme le fait la presse mainstream dont le Diplo entend en principe se démarquer. Cette presse qui reproduit régulièrement par exemple cette carte absurde « Made in CIA » – Le Monde est coutumier du fait – affichant la « zone d’influence » de l’AQMI au Sahel : plusieurs millions de km2, incluant prétendument sept pays (Algérie, Maroc, Libye, Mauritanie, Niger, Mali, Tchad). En bref, du grand « n’importe quoi ».
Pourtant, il ne manque pas d’autres analyses et études montrant les pièges liés à la reprise sans distance de ce discours de propagande et tentant, sur la base d’enquêtes de terrain ou de simples analyses raisonnées des « informations ouvertes » disponibles, de mieux cerner les vrais acteurs qui sont derrière la « menace d’AQMI au Sahel ».
Je vous invite par exemple à lire l’ouvrage assez costaud de l’anthropologue britannique Jeremy Keenan, Dark Sahara : http://us.macmillan.com/thedarksahara
Et aussi certains de ses papiers sur les récentes affaires d’« otages AQMI » au Sahara :
« Al-Qaeda in the Sahel. Jeremy Keenan explains how a Saharan front in the ’global war on terror’ was fabricated » (Al-Jazira 29.8.10).
« The heart of al-Qaeda in the Sahel. French raid to free hostage held in Mali reveals much about key players in the region » (Al-Jazira 29.8.10)
« ’Secret hand’ in French Sahel raid » (Al-Jazira 29.8.10)


Intéressant de savoir qu'il y a d'autres vues que celle distillées sans arrêt par les organes de presse travaillant pour les gouvernement, directement ou indirectement. A-

Anonyme a dit…

Vient de lire attentivement le blog du Monde Diplo et cette affaire d'enlevement des otages d'Arlit et leur placement au Nord Mali si vite (une journée sans faute et la déclaration d'AQMI aussi vite qu'au paravant). Le post du blog a sa qualité, mais il me semble que l'auteur a mis beaucoup d'eau dans son vin pour rester "meanstream". Des commentateurs et pas de moindres lui ont fait la remarque (ils sont une vingtaine de commentateurs) et on en apprend des choses!

Le lien au blog et il faut lire en entier les commentaires:

http://blog.mondediplo.net/2010-09-22-Au-Sahel-un-nouveau-front-a-haut-risque#forum67170


Commentaire de François Gèze le directeur des éditions la Découverte et éditeur-en-chef de la revue Hérodote:

Cher Philippe Leymarie,

Le ton prudent de votre papier est appréciable, mais je rejoins certains des commentaires précédents soulignant ses lacunes. Il est par exemple étonnant que vous n’évoquiez aucunement le rôle de la Libye de Kadhafi dans l’instrumentalisation de longue date des rébellions tchadiennes et touarègues dans la région, ce qui en fait un acteur important de ce « nouveau front à haut risque ».
Il est plus étonnant encore que vous parliez d’AQMI sans le moindre questionnement, comme si ce groupe islamiste supposé écumer le désert saharien (pour y convertir qui ?) était « tombé du ciel ». Sans même vous interroger sur l’absurdité de cette « menace » de 200 à 500 individus (selon les estimations « officielles ») « activant » dans une zone désertique plus grande que l’Europe… Un discours qui reprend donc sans distance celui des services américains (depuis 2001 et la Global War on Terror de Bush Jr) et français, comme le fait la presse mainstream dont le Diplo entend en principe se démarquer. Cette presse qui reproduit régulièrement par exemple cette carte absurde « Made in CIA » – Le Monde est coutumier du fait – affichant la « zone d’influence » de l’AQMI au Sahel : plusieurs millions de km2, incluant prétendument sept pays (Algérie, Maroc, Libye, Mauritanie, Niger, Mali, Tchad). En bref, du grand « n’importe quoi ».
Pourtant, il ne manque pas d’autres analyses et études montrant les pièges liés à la reprise sans distance de ce discours de propagande et tentant, sur la base d’enquêtes de terrain ou de simples analyses raisonnées des « informations ouvertes » disponibles, de mieux cerner les vrais acteurs qui sont derrière la « menace d’AQMI au Sahel ».
Je vous invite par exemple à lire l’ouvrage assez costaud de l’anthropologue britannique Jeremy Keenan, Dark Sahara : http://us.macmillan.com/thedarksahara
Et aussi certains de ses papiers sur les récentes affaires d’« otages AQMI » au Sahara :
« Al-Qaeda in the Sahel. Jeremy Keenan explains how a Saharan front in the ’global war on terror’ was fabricated » (Al-Jazira 29.8.10).
« The heart of al-Qaeda in the Sahel. French raid to free hostage held in Mali reveals much about key players in the region » (Al-Jazira 29.8.10)
« ’Secret hand’ in French Sahel raid » (Al-Jazira 29.8.10)


Intéressant de savoir qu'il y a d'autres vues que celle distillées sans arrêt par les organes de presse travaillant pour les gouvernement, directement ou indirectement. A-

Anonyme a dit…

Voyons ce que racontent les anglo-saxons. C'est le TIME/CNN en dessous.

Ils disent que nos pertes sont 19 au lieu de 8 et je ne sais pas où ils trouvent ces infos. Ils ont peut-être pris les 15 des services securitaires de notre voisin algérien, ajouté les 30 de radio cancan chez nos voisins les maliens et divisé par 2 (15+30=45/2 = 22,5 - déviation standard à la nbingue et on arrive à 19 et c'est la seule logique. Merci vlane de nous verifier). L'article est en anglais, of course, et vaut une lecture.

Ano foté: tu as lu le blog du Monde Diplomatique que j'ai balancé? Faut surtout lire les 21 commentaires. Paraît qu'il y a un agent des services de renseignement français parmi les otages selon un commentateur. Il doit déconner comme moi. Il n'a peut-être pas raison, sauf si les vrais kidnappeurs de sont pas de vrais AQMI, question de gérer les choses en attendant le paiement de la rançon, liberation et quelques attaques ici et là-bas sur les AQMI des autres adversaires de la France.

Bonne journée. A-


http://www.time.com/time/world/article/0,8599,2020830,00.html

Anonyme a dit…

Le JDD.fr (France)

Niger : Le rapt facilité par l’armée française ?
mardi 21 septembre 2010

L’Observatoire du nucléaire a assimilé lundi l’enlèvement des sept salariés d’Areva et de Vinci au Niger, jeudi dernier, à une manoeuvre tactique de l’armée française, destinée à conserver voire renforcer la mainmise de la France sur les mines d’uranium nigériennes. Dans un communiqué, l’observatoire développe l’hypothèse selon laquelle l’Etat-major français aurait volontairement facilité l’enlèvement des Français, du Togolais et du Malgache, en abaissant son seuil de vigilance, pour ensuite donner l’impression de sévir, et ainsi conserver le monopole de mines convoitées par la Chine. "Bien sûr, personne ne peut penser que les autorités françaises soient elles-mêmes à l’origine de la prise d’otage. Par contre, les faits poussent à se demander si tout n’a pas été fait pour que cette prise d’otage si prévisible puisse se dérouler sans encombre", expose l’observatoire. "Areva et les autorités françaises ont en effet été averties par différents biais que des menaces pesaient sur les salariés des mines d’uranium au Niger. Or, non seulement les mesures nécessaires de protection n’ont pas été mises en oeuvre mais, au contraire, Areva semble avoir refusé l’aide des autorités du Niger", lit-on plus loin. "On ne peut dès lors que noter que cet enlèvement permet à la France d’intervenir militairement dans cette zone et de protéger ainsi son accès aux mines d’uranium. Il faut rappeler que la majorité des réacteurs nucléaires français sont alimentés par l’uranium du Niger. Or la Chine, elle aussi avide d’uranium, a intensifié sa présence au Niger et concurrence la France pour l’accès aux réserves d’uranium", raisonne aussi l’Observatoire du nucléaire, qui plaide pour la fin de l’hégémonie de l’énergie nucléaire en France.

Anonyme a dit…

C'est curieux ce commentaire d'un touareg du Niger:

Un tel scénario n’est tout simplement pas acceptable, comment la France ou les responsables de AREVA peuvent-ils simplifier ou "aider" dans la réalisation d’une telle tragedie. C’est une défaillance sécuritaire de la part de l’armée Nigerienne, qui est specialisée dans les exécutions sommaires et autres tortures sur les populations Touaregs de la region. Cette armée est bien imformée de la présence des terroristes dans la region et n’a rien entreprit pour les repousser. Elle est connue aussi pour ses implications dans le trafic de drogue. Nous ne sommes pas contre la souveraineté du Niger, mais Nous populations du Nord avons beaucoup souffert pendant des années des agissements barabres de "notre propre armée". Et nous pensons que nous ne somme pas suffisament proteger car cette armée manque des moyens et n’a jamais eu pour objectif de securiser les populations du nord. Par consèquent la présence d’une force ètrangère peut nous parraître la moins amère des solutions pour notre sécurité. Les Etats Unis et la france doivent coordonnés les actions pour la mise en place d’une force étrangère anti terroriste dans le sahara. C’est difficile mais faisable.

Anonyme a dit…

Je viens de lire le communiqué d'AQMI sur le site Taqadoumy.

Bien que je déteste ces fous de dieux, je trouve que leur communiqué est beaucoup plus détaillé que le communiqué lapidaire sorti par notre ministère de la défense.

Même si AQMI a perdu la bataille sur le terrain, ce qui reste encore à prouver, ils ont gagné au moins la bataille de la communication.

Donc les forces armées sont appelées à communiquer mieux afin de convaincre ceux et celles proches ou lointains qui veulent nous aider à combattre ces malades mentaux d'Alqaida.

Znagui

Anonyme a dit…

Ken
Du point de vue professionnel les cooperants d'arlit n'étaient pas protéges .Exces de confiance d'areva dans le dispositif nigerien? sous estimation du danger , à mois de 200km de l'algerie et du mali? Faire assoire un vigile non armé devant une maison de toubab n'arrete meme pas un vulgaire voleur bien décidé.C'est comme no vieux gardiens qui s'endorment devant la boutique à garder comptant sur le fait que le voleur ne va pas massacrer un pauvre quidam pour quelque sous. Il pouvaient mettre des systèmes d'alarme electroniques des panic-room, des militaires armée, ou même de bons chiens de garde qui vont rameuter toute la ville

Anonyme a dit…

Znagui
Salut,
Ce que vous devez comprendre c'est qu'une armée ne fait jamais de communication tant que les opérations sont en cours ce qui est encore le cas au nord mali.
D'autre part, il y a au moins un point sur le quel les barbus ont menti c'est le bilan des tués donc est ce que nous devons leur croire sur le reste ou non .

Anonyme a dit…

cela sent la manipulation française qui cherche un alibi pour établir une base militaire dans la région pour surveiller ses installations (total, areva...) industrielles d'une part; et détourner l'attention des français sur tous les scandales en cours

Anonyme a dit…

il faut s'attendre à un ou deux attentats en france avant les elections: cela permet d'installer la panique et de faire peur aux français des arabes et des musulmans

Anonyme a dit…

question: les operation de nos miliaires continuent au nord Mali ou non? Pas suivi avec la cacophonie de la presse. A-

Anonyme a dit…

Est-ce que nous avons un droit de poursuite dans le sud algérien? Question juste de raser quelques barbes pour que tout le monde nous prend au sérieux. Ou bien preparer un troisième raid au Mali pour une autre mise aux point. C 'est le meilleur moment car ils croient que c'est fini. Une vingtaine encore ou une trantaine et ils vont se tenir à carreau. Espère qu'ils ont compris que notre deuxième raid est pour laver l'insulte de kamikaze de Nema.

Abou Zeid: tu arrêtes les frais. Sinon c'est ta tante la prochaine fois.

Bebe BA a dit…

Sarkozy demande l’aide de Kadhafi

Mercredi, 22 Septembre 2010 10:21

Dimanche dernier, en toute discrétion, un avion décolle de l’aéroport du Bourget pour atterrir quelques heures après à Tripoli.

Dans l’urgence, l’Elysée venait de dépêcher un émissaire auprès du colonel Mouammar Kadhafi à la recherche d’une aide pour la libration des 7 otages dont 5 français, enlevés la semaine dernière au Niger par un groupe appartenant à Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI). D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que Paris a recours aux services de la Jamahiriya libyenne, à la fois pour préserver ses intérêts stratégiques et pour assurer la sécurité de ses ressortissants dans la région du Sahel. Il y a quelques mois, la France avait déjà demandé l’aide de la Libye après le coup d’Etat intervenu au Niger. Paris voulait sauvegarder les intérêts du géant Areva qui exploite les énormes ressources en Uranium du Niger. Tripoli a vite répondu présente. Les contours du deal n’ont pas été rendus publics, mais d’après des sources bien informées dans la capitale française, Nicolas Sarkozy s’était engagé à soutenir la Libye auprès des institutions de l’Union européenne, et auprès d’autres pays du vieux continent. Ainsi, lors du conflit diplomatique entre la Suisse et la Jamahiriya, la France avait résolument et franchement pris partie en faveur des Libyens, défendant Hanibaal, le fils du guide de la révolution impliqué dans un scandale à Genève. Suite à ce soutien sans failles et en guise remerciements, les Chantiers navals de Saint Nazaire avaient obtenu de la société maritime dirigée par le même Hanibaal, un contrat de 600 millions pour la livraison d’un luxueux paquebot de croisière. Si les 7 otages, récemment enlevés, venaient à être libérés, quel serait le prix que Paris devait payer ? se demande-t-on dans la capitale française.

Anonyme a dit…

Voilà ce qu'on vous disait depuis janvier 2008! Même le Général Ward a dit en Janvier 2010 dans une interview sur RFI que les US étaient présents à Tamanrasset et Gao. Couli et moi on s'est arraché le boubou la dessus (Couli: ça va la tignasse? C'est guéri?).

Thak le vieux Prof Keenan, il faut l'écouter et le respecter. Surtout écouter Gèze, Rivoire, Mellah et Malti sur ces choses. Maintenant, qui peut accuser le Canard Enchainé de mensonges. Personne, car ils en sortiront plus et Rue 24, Bakchich et Mediapart peuvent rentrer dans l'arène et ils sont inattaquables. Ces d'El Watan et lisez les commentaires des algériens lambda. Donc, les idiots manipulés d'AQMI vont être sacrifiés comme il ont justifié la militarisation du coin.

Ano foté: tu me dois des excuses. Je quitte maintenant mes commentaies sur AQMI et bonne chance. Fils du bled et Bebe Ba: vous reprenez le flambeau comme je me retire d'AQMI.

A-

==

http://www.elwatan.com/une/une-base-secrete-americaine-a-tamanrasset-met-sous-ecoute-tout-le-sahel-23-09-2010-91457_108.php

Une base secrète américaine à Tamanrasset met sous écoute tout le Sahel !

le 23.09.10 | 12h25 10 réactions
Selon le Canard Enchaîné, il s’agit d’une base militaire secrète qui compte près de 400 militaires spécialisés dans les télécommunications et la mise sous écoute !
L'Algérie abrite bel et bien une base secrète américaine. C'est le Canard Enchaîné, hebdomadaire français très bien renseigné dans ce domaine, qui le confirme.
Selon le Canard, il s’agit d’une base militaire secrète située à Tamanrasset qui compte près de 400 militaires spécialisés dans les télécommunications. Contrôlée par la National Security Agency (NSA), cette base servirait, selon l'édition du mercredi 22 septembre, aux américains de mettre toute la région du Sahel sous écoute ! Pour l'établir, les américains auraient réussi à obtenir facilement l'autorisation de Bouteflika, souligne encore le célèbre hebdomadaire français.
Et c’est à partir de cette base que les américains comptent apporter de l’aide aux militaires français. "Une aide qui pourrait être décisive si les informations circulent vraiment", note encore le Canard Enchaîné qui nous apprend également que les français espèrent beaucoup de cette aide précieuse des grandes oreilles de l'Amérique dans la région de Tamanrasset.
Mais le plus troublant dans cette affaire, c'est que cette Base se penche également sur les conversations téléphoniques et les services de télécommunications de notre pays ! C'est du moins ce que le Canard Enchaîné a laissé entendre dans cette révélation fracassante en nous expliquant que la NSA surveille de près à partir de notre territoire les agissements et les actions des "DRS". Bouteflika est-il au courant de tout cela ? Pas si sur...
Longtemps tabou, la présence militaire américaine en Algérie revient ainsi sur le devant de la scène. Mais cette fois-ci, elle risque de créer des controverses qui pourraient saper la sécurité de l'Algérie.
Abderrahmane Semmar

Anonyme a dit…

A-
Alors où es la manip d'AQMI par l'Algérie dans tout ça?
D'après ce que tu nous dis maintenant, Alger est la plus determinée à lutter contre le terrorisme car depuis vingt ans elle en est la première victime

Anonyme a dit…

13:50Mouvement aérien inhabituel à l’aéroport de Néma.

L’aéroport de Néma, à l’Est du pays connaît depuis les premières heures de l’aube de ce jeudi 24 septembre, une navigation aérienne inhabituelle, qui n’a pas manqué de susciter les interrogations des habitants qui suivent à la minute les échos des combats opposants l’armée mauritanienne aux dernières poches de résistance de l’AQMI, sur un site situé non loin de Tombouctou.

Selon le site alakhbar, qui révèle ces navettes inaccoutumées, un gros avion militaire français se serait effectivement posé sur le tarmac de l’aéroport de la capitale du Hodh Charghi, suivi quelques minutes après par 3 hélicoptères militaires, ces mouvements seraient incontestablement liés aux dernières évolutions sécuritaires dans la région.

L’armée mauritanienne plus que jamais déterminée à étouffer dans leurs arrières refuges les combattants de l’organisation terroriste, ne lâche pas prise, convaincue que pour être gagnée, cette guerre du destin et de souveraineté territoriale, lâchement abandonnée par les Etats spectateurs voisins, doit être menée jusqu’au bout.

 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : La Nation (Mauritanie)
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 482

---
Parfait.

Anonyme a dit…

A-
Alors où es la manip d'AQMI par l'Algérie dans tout ça?
D'après ce que tu nous dis maintenant, Alger est la plus determinée à lutter contre le terrorisme car depuis vingt ans elle en est la première victime

23 septembre 2010 15:20
---
Je reponds pour A- qui est parti à la retraite: tu dois faire un effort pour lire. Tu fatigues canalh. A- a repondu à toutee ces questions. Tu dois faire un effort. Laisses le vieux dinosaures se reposer. Il a d'autres chats à fouetter.

Anonyme a dit…

A- à la retraite!!!!
Bon débarras
A quand le tour de Couly.
Celui là mérite bien la visite d'un medecin: il sera déclaré en incapacité totale d'écrire
Motif: idiotie chronique et aigue

Anonyme a dit…

La vérité commence à se dessiner
Limam Chafi est un agent des renseignements marocains (et français?)

Voir ce lien:
http://tawary.com/spip.php?article2932

Anonyme a dit…

Chacun son AQMI? Belaouar avant ou après Lemgheity? Avant après l'assassinat des touristes français? Propagande?

====

Mort du gendre de l’Emir Belaouar


Selon des sources journalistiques, les éléments d’AQMI auraient sauvagement tué le gendre de l’un de ses Emirs en l’occurrence l’Emir Belaouar, chef de la Katiba des Moulethemine.

L’homme répondant au nom de Lemeim, a été retrouvé, selon les mêmes sources, les jambes coupées.

Ce geste serait dû a des éléments d’AQMI qui reprocherait à l’homme d’être un agent de renseignement pour le compte de l’armée mauritanienne.












Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Le Véridique (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Et après? Français pas impossible à travers Beau Blaise et le lien avec le Maroc va de soit. Il paraît que Belaouar était ou est un agent des mauritaniens. La barbouzerie est en plein dedans depuis longtemps et c'est imprudent de penser que l'AQMI est venu du ciel.

C'est pour la raison qu'ils n'ont jamais été attaqué avant cette fois-ci. On leur a fait croire que c''etait ok. Qui croierait que les rançons servent à acheter des armes? Après le paiement des rançons et les commissions sont payées aux samsaras offciels et ceux derrière eux, il ne reste plus grand chose. S'il n y avait pas de grosses commissions pour arroser les gens autour, ce commerce serait arrêté depuis longtemps.

Maintenant c'est fini avec azzizzo l'aventurier.

Les militaires occidentaux s'installent pour le durée, avec des changements de présidents ici et là. Des indices de quelques milliards de barils au large de Conakry et les elections sont reportées sine die. Sékouba ou ses copains s'installent, sauf s'ils trouvent un bon Sidioca pour l'enlever après. Nous avons fabriqué un excellent précedent pour les occidentaux.

Il faut remercier Ould Liman Chaafi d'avoir contribué (et Beau Blaise) à faire libérer de otages, même si l'intention première est qu'ils ne devaient pas être sacrifiés comme d'autres ...
====
La vérité commence à se dessiner
Limam Chafi est un agent des renseignements marocains (et français?)

Voir ce lien:
http://tawary.com/spip.php?article2932

23 septembre 2010 22:55

Anonyme a dit…

A- à la retraite? BASTA!!!!!
Idha dheuhebe el himar bi Oummi Amr
vela raja ate, wela raja a, el himar!

maatala a dit…

Salam

Il a dit

"mata,
Tous des maures au moins cette fois ci on va pas crier à la discrimination de nos compatriotes du fleuve"

------------------------------

Mon ami

- Les voix d'or, aucun négro-africains

- Le staff de la garde national, toujours aucun négro-africains

- Le festival de Doha, toujours aucun négro-africain.

Azzizzo a bien dit:

"Je comprends les Négro-Africains. Ils ont connu de douloureux problèmes ces deux dernières décennies. S’ils se sentent exclus, c’est à raison".

Chercher l'erreur (lol).

Mon ami,

Personnellement, je milite pour le respect du " DROITS DES MINORITES" et la fin de l'indépendance dit le fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

Mon ami

déclaration de l'azzizzo dans le Jeune Afrique (N°2588-2589 du 15 au 28 Aout que tu retrouveras dan les page précédente du blog.


maatala

Anonyme a dit…

Un agent de la DST parmi les otages
L'Expression, 23 Septembre 2010

Que cache «la réaction rapide et inconditionnelle» de la France dans la zone du Sahel et la mobilisation d’une centaine de militaires?

«Les actions que mène la France au Sahel commencent à livrer leur secret et l’enjeu devient plus clair», nous ont confié, hier en exclusivité à L’Expression, des sources très au fait du dossier et de ce qui se prépare dans la région. L’énigme révélée par nos sources s’avère «la présence parmi les sept otages enlevés jeudi dernier au nord du Niger, d’un agent des services de renseignements français appartenant à la DST».
La présence de l’agent de la DST parmi les otages change totalement la donne et explique, en partie, la réaction à la fois «furieuse et rapide» des autorités françaises quitte à embraser la région. «L’agent en question a été injecté dans la région dans l’objectif d’infiltrer le réseau terroriste agissant au profit de ce qu’on appelle Al Qaîda au Maghreb islamique», précisent nos sources. «La France a sollicité l’aide des Américains de façon officielle», ajoutent encore nos sources, précisant que «derrière cette approche se cache l’autorisation des Américains aux Français d’intervenir en territoire sahélien, qui va permettre par la suite à ces mêmes Américains de mobiliser leurs troupes dans la région et d’en faire un second Irak ou un second Afghanistan». L’enjeu est donc, toujours selon nos sources, très grave et se traduit par la trahison tout simplement des Accords d’Alger, par la Mauritanie et le Mali. Ces accords ont été convenus dans la capitale algérienne, le mois de mars dernier, et entrent dans le cadre d’une lutte commune contre le terrorisme et le crime organisé regroupant les réseaux qui s’adonnent à tous genres de trafics. Mais il fallait entraîner le Niger dans ce projet qui se concrétise avec cette prise d’otages. C’est dire que les complicités sont d’un très haut niveau, qui vont, non seulement servir les intérêts des réseaux terroristes, des narcotrafiquants et contrebandiers, mais à coup sûr, les intérêts des Occidentaux, les Américains y compris. Sachant parfaitement que la France exploite un gisement d’uranium par le biais de sa compagnie Aréva installée à Arlit au nord du Niger. Le pire que craignent les services de sécurité algériens, consiste en un recrutement «massif de hors-la-loi» au sein des réseaux terroristes, un fait qui intervient systématiquement suite à cette ingérence imposée dans la région.

Anonyme a dit…

Suite comme demandé par A-
===
L’Algérie avait anticipé en regroupant les pays du Sahel pour une action commune et concertée dans la lutte contre le terrorisme dans la bande du Sahel et tenter par tous les moyens légaux d’éviter une ingérence étrangère. Mais, a priori, nos voisins ne l’entendent pas de cette oreille. Fascinés certainement par la présence d’une seconde force jumelée France-USA, la Mauritanie et le Mali livrent la région à une occupation étrangère.
L’Algérie est directement concernée par ce qui se passe, puisque les faits se déroulent dans une région limitrophe. Des renseignements collectés, que nos sources prennent avec beaucoup de réserve, font état aussi que l’on cherche à provoquer une réaction de Mokhtar Benmokhtar, qui reste loin de ce qui se passe, même s’il y est mêlé indirectement, afin de légitimer une intervention militaire occidentale. MBM a échappé à plusieurs reprises aux pièges qui lui ont été tendus par les forces américaines, car non seulement il représente une véritable source d’information, mais aussi parce qu’il contrôle un important nombre de tribus touarègues.
Et c’est dans ce contexte que les ravisseurs affiliés à la présumée branche d’Al Qaîda au Maghreb islamique revendiquent l’opération du rapt perpétré le 16 septembre dernier, soulignant dans un message audio lu par un porte-parole répondant au nom de Salah Abou Mohamed, que les auteurs du kidnapping, Abou Zeïd avec l’aide précieuse d’un certain Ag Amnoukal, allaient faire part à Paris de leurs demandes. Ils mettent en garde, dans le même message, le gouvernement français quant à une tentative d’intervention militaire, comme celle menée pour libérer Michel Germaneau.
Aujourd’hui, la France sollicite, selon des responsables américains, l’aide de l’armée US prétextant une volonté de localiser l’endroit où sont séquestrés les otages par l’imagerie satellitaire.
Aucune autre information n’a filtré à ce sujet, sauf qu’on sait que si cette action est entreprise par les Américains, elle n’épargnera pas l’Algérie du fait que les otages sont maintenus dans un endroit non loin des frontières algériennes.
Toute la panique qui s’est emparée de la France cache bien des dessous, même si de nombreux officiels français ne cessent d’alerter que l’Hexagone fait face à un véritable pic de menace terroriste.
Point également évoqué, hier, par le directeur général de la police nationale française, Frédéric Péchenard. Ce dernier, intervenant sur les ondes de la Radio RTL, souligne, se fiant à l’information rapportée par des sources sécuritaires algériennes, l’existence d’un éventuel attentat-suicide.
«Nous avons des indications sérieuses émanant de renseignements fiables, nous disant qu’il y a un risque d’attentat important» et de poursuivre: «Nous avons actuellement un pic de menace qui est incontestable. A l’heure où je vous parle, il y a une menace spécifique contre les intérêts français» a-t-il averti.
Par ailleurs, l’on sait que lors d’une réunion d’un conseil restreint, mardi, présidé par Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur français a reçu pour mission de se déplacer au Mali dans la soirée.
La France a été rassurée sur la vie de ses ressortissants, selon les dernières informations parvenues à l’Elysée. Et sans aucun doute, elle fera tout pour libérer les otages, surtout que maintenant on sait qu’une grosse pointure figure parmi les sept victimes.

Ikram GHIOUA

Anonyme a dit…

A- à la retraite? BASTA!!!!!
Idha dheuhebe el himar bi Oummi Amr
vela raja ate, wela raja a, el himar!

24 septembre 2010 12:17

==
Il parle espagnol? Son niveau est en tout cas très bas.

Anonyme a dit…

Limam Chafi espion marocain, cela explique les remerciements de l'espagne au Maroc suite à la libération des otages.
Tout devient clair
La France a activé ses connexions (Maroc, Mauritanie, Burkina, Mali, Niger, Tchad) pour renforcer sa présence dans la région et pourquoi pas justifier une base militaire française

Anonyme a dit…

La complicité France-Espagne-Maroc ne date pas d'hier. Ce sont des interets vieux comme le jour.
A Lire:

Opération Ouragan-Ecouvillon: naissance du Polisario?

--------------------------------------------------------------------------------

Des observateurs imputent la naissance du Polisario à la compicité des FAR avec les armées françaises et espagnoles lors de l'opération Ouragan-Ecouvillion.

Info ou intox?
______________________________ ______

C’est un sujet extrêmement sensible qu’aborde Mehdi Bennouna. Un sujet qui lorsqu’il est traité par la presse, conduit quelquefois à la censure comme ce fut le cas et comme l’a annoncé récemment le Premier-ministre dans une émission de télévision pour le défunt "Journal” en décembre 2001. La thèse de Mehdi Bennouna est sans fioritures, le Palais aurait procédé à une alliance avec les colonisateurs pour écraser l’ALN-Sud et se débarasser ainsi des dernières zones de résistances qui menaçaient l’équilibre de la monarchie.

En janvier 1958, les Espagnols dépêchent 10.000 hommes dans le sud du Maroc. Les Français en envoient 6000 et l’aviation pour déloger les éléments “rebelles”. La campagne, abrégée par une sauvage brutalité, ne dure que 15 jours : les villages sont pilonnés par l’aviation, les troupeaux, source de survie des populations, décimés. “La perte d’un cheptel tuait une famille nomade aussi sûrement que si elle se trouvait directement exposée à un bombardement.Isolés et privés de ressources, les combattants de l’ALN sont contraints de se replier. Certains se rendent, d’autres plongent dans la clandestinité”.

Le Palais garant d’une indépendance acquise de haute lutte, n’y trouve rien à redire : l’affaire affaiblit l’ALN, renforce les FAR et l’appareil sécuritaire du régime. Les ex-tuteurs coloniaux continuent à assumer leur rôle de “protecteur” du trône. Fort de cette garantie, celui-ci donne son assentiment et son soutien à cette opération de pacification qui s’inscrit dans la pure tradition coloniale. Pour le prix de sa collaboration, le prince Moulay Hassan se voit rétrocéder par Franco la région de Tarfaya dont il vient prendre possession le 10 avril 1958 à la tête d’une division des FAR conduite par Oufkir.

Anonyme a dit…

La complicité France-Espagne-Maroc ne date pas d'hier. Ce sont des interets vieux comme le jour.
A Lire:

Opération Ouragan-Ecouvillon: naissance du Polisario?

--------------------------------------------------------------------------------

Des observateurs imputent la naissance du Polisario à la compicité des FAR avec les armées françaises et espagnoles lors de l'opération Ouragan-Ecouvillion.

Info ou intox?
______________________________ ______

C’est un sujet extrêmement sensible qu’aborde Mehdi Bennouna. Un sujet qui lorsqu’il est traité par la presse, conduit quelquefois à la censure comme ce fut le cas et comme l’a annoncé récemment le Premier-ministre dans une émission de télévision pour le défunt "Journal” en décembre 2001. La thèse de Mehdi Bennouna est sans fioritures, le Palais aurait procédé à une alliance avec les colonisateurs pour écraser l’ALN-Sud et se débarasser ainsi des dernières zones de résistances qui menaçaient l’équilibre de la monarchie.

En janvier 1958, les Espagnols dépêchent 10.000 hommes dans le sud du Maroc. Les Français en envoient 6000 et l’aviation pour déloger les éléments “rebelles”. La campagne, abrégée par une sauvage brutalité, ne dure que 15 jours : les villages sont pilonnés par l’aviation, les troupeaux, source de survie des populations, décimés. “La perte d’un cheptel tuait une famille nomade aussi sûrement que si elle se trouvait directement exposée à un bombardement.Isolés et privés de ressources, les combattants de l’ALN sont contraints de se replier. Certains se rendent, d’autres plongent dans la clandestinité”.

Le Palais garant d’une indépendance acquise de haute lutte, n’y trouve rien à redire : l’affaire affaiblit l’ALN, renforce les FAR et l’appareil sécuritaire du régime. Les ex-tuteurs coloniaux continuent à assumer leur rôle de “protecteur” du trône. Fort de cette garantie, celui-ci donne son assentiment et son soutien à cette opération de pacification qui s’inscrit dans la pure tradition coloniale. Pour le prix de sa collaboration, le prince Moulay Hassan se voit rétrocéder par Franco la région de Tarfaya dont il vient prendre possession le 10 avril 1958 à la tête d’une division des FAR conduite par Oufkir.

Anonyme a dit…

La complicité France-Espagne-Maroc ne date pas d'hier. Ce sont des interets vieux comme le jour.
A Lire:

Opération Ouragan-Ecouvillon: naissance du Polisario?

--------------------------------------------------------------------------------

Des observateurs imputent la naissance du Polisario à la compicité des FAR avec les armées françaises et espagnoles lors de l'opération Ouragan-Ecouvillion.

Info ou intox?
______________________________ ______

C’est un sujet extrêmement sensible qu’aborde Mehdi Bennouna. Un sujet qui lorsqu’il est traité par la presse, conduit quelquefois à la censure comme ce fut le cas et comme l’a annoncé récemment le Premier-ministre dans une émission de télévision pour le défunt "Journal” en décembre 2001. La thèse de Mehdi Bennouna est sans fioritures, le Palais aurait procédé à une alliance avec les colonisateurs pour écraser l’ALN-Sud et se débarasser ainsi des dernières zones de résistances qui menaçaient l’équilibre de la monarchie.

En janvier 1958, les Espagnols dépêchent 10.000 hommes dans le sud du Maroc. Les Français en envoient 6000 et l’aviation pour déloger les éléments “rebelles”. La campagne, abrégée par une sauvage brutalité, ne dure que 15 jours : les villages sont pilonnés par l’aviation, les troupeaux, source de survie des populations, décimés. “La perte d’un cheptel tuait une famille nomade aussi sûrement que si elle se trouvait directement exposée à un bombardement.Isolés et privés de ressources, les combattants de l’ALN sont contraints de se replier. Certains se rendent, d’autres plongent dans la clandestinité”.

Le Palais garant d’une indépendance acquise de haute lutte, n’y trouve rien à redire : l’affaire affaiblit l’ALN, renforce les FAR et l’appareil sécuritaire du régime. Les ex-tuteurs coloniaux continuent à assumer leur rôle de “protecteur” du trône. Fort de cette garantie, celui-ci donne son assentiment et son soutien à cette opération de pacification qui s’inscrit dans la pure tradition coloniale. Pour le prix de sa collaboration, le prince Moulay Hassan se voit rétrocéder par Franco la région de Tarfaya dont il vient prendre possession le 10 avril 1958 à la tête d’une division des FAR conduite par Oufkir.

Anonyme a dit…

De pire en pis: et de sources marocaines:
Les services secrets israéliens recrutent leurs agents parmi
des Marocaines, particulièrement douées et efficaces.

Espionnes marocaines du Mossad

Mouna Izddine







Teint doré, petite coupe à la garçonne, look exotic-chic, yeux pétillants, regard charmeur, démarche gracieuse et élocution parfaite. Sous ses airs légers et désinvoltes de métropolitaine bien dans sa peau, Nabila F., la quarantaine épanouie, cache remarquablement son jeu.
Nabila est, comme on l'appelle dans le jargon du renseignement, un officier traitant. C'est ce qui ressort des révélations d'une certaine Jocelyne Baini, sur le site www.doubtcom.com.
Polyglotte, instruite, intelligente, perspicace et discrète, c'est l'une des recrues étrangères hautement opérationnelle d'une des plus puissantes agences de renseignement dans le monde, le Mossad israélien. Chargé, à côté du Shabak (ex Shin Bet, sécurité générale intérieure) et de l'Aman (renseignement militaire), de la sécurité extérieure (renseignement, opérations clandestines et lutte anti-terroriste).
Nabila chapeaute un réseau de 12 agents secrets en jupons, toutes Marocaines comme elle, dont sa sœur, engagée à l'âge de 12 ans. Repérée en décembre 2001 par le «sayan» Albert M., un agent dormant du Mossad établi au Maroc, dans une soirée mondaine à Casablanca, celui-ci lui présentera quelques mois plus tard à Paris, Joseph B., chasseur de têtes pour les services secrets israéliens. Nabila, diplômée en sciences politiques et en langues étrangères, hésitante au début, finira par accepter de travailler comme «katsa». Autrement dit, comme officier de renseignement, pour le compte de l'Institut pour les renseignements et les affaires spéciales, moyennant une rémunération initiale alléchante de 70.000 euros par an.
Mais pas seulement. Car, en plus d'un salaire fixe, elle s'est vu proposer, comme nombre d'agents secrets, d'autres émoluments et avantages en nature: prime pour certaines opérations à risque élevé, passeports de plusieurs pays occidentaux, voiture et appartement personnel dans une métropole de son choix, ouverture d'un compte bancaire en Suisse, quelques bijoux précieux et vacances annuelles vers sa destination préférée. Et, bien sûr, augmentation de salaire avec l'expérience et les années passées au service de l'agence. Tous les ingrédients de la motivation étaient là.
Tests psychologiques, entraînement au combat, à la filature, à la résistance à la torture, maniement des armes légères, perfectionnement en informatique, cours de linguistique… Nabila suit une formation intensive et pointue en espionnage pendant plusieurs mois dans la région de Haïfa. Jonglant avec les passeports et les identités. Imitant à merveille les multiples accents orientaux. Au gré des missions, elle est tour à tour journaliste marocaine, beurette bénévole dans l'humanitaire, enseignante tunisienne d'arabe classique.

Anonyme a dit…

De pire en pis: et de sources marocaines:
Les services secrets israéliens recrutent leurs agents parmi
des Marocaines, particulièrement douées et efficaces.

Espionnes marocaines du Mossad

Mouna Izddine







Teint doré, petite coupe à la garçonne, look exotic-chic, yeux pétillants, regard charmeur, démarche gracieuse et élocution parfaite. Sous ses airs légers et désinvoltes de métropolitaine bien dans sa peau, Nabila F., la quarantaine épanouie, cache remarquablement son jeu.
Nabila est, comme on l'appelle dans le jargon du renseignement, un officier traitant. C'est ce qui ressort des révélations d'une certaine Jocelyne Baini, sur le site www.doubtcom.com.
Polyglotte, instruite, intelligente, perspicace et discrète, c'est l'une des recrues étrangères hautement opérationnelle d'une des plus puissantes agences de renseignement dans le monde, le Mossad israélien. Chargé, à côté du Shabak (ex Shin Bet, sécurité générale intérieure) et de l'Aman (renseignement militaire), de la sécurité extérieure (renseignement, opérations clandestines et lutte anti-terroriste).
Nabila chapeaute un réseau de 12 agents secrets en jupons, toutes Marocaines comme elle, dont sa sœur, engagée à l'âge de 12 ans. Repérée en décembre 2001 par le «sayan» Albert M., un agent dormant du Mossad établi au Maroc, dans une soirée mondaine à Casablanca, celui-ci lui présentera quelques mois plus tard à Paris, Joseph B., chasseur de têtes pour les services secrets israéliens. Nabila, diplômée en sciences politiques et en langues étrangères, hésitante au début, finira par accepter de travailler comme «katsa». Autrement dit, comme officier de renseignement, pour le compte de l'Institut pour les renseignements et les affaires spéciales, moyennant une rémunération initiale alléchante de 70.000 euros par an.
Mais pas seulement. Car, en plus d'un salaire fixe, elle s'est vu proposer, comme nombre d'agents secrets, d'autres émoluments et avantages en nature: prime pour certaines opérations à risque élevé, passeports de plusieurs pays occidentaux, voiture et appartement personnel dans une métropole de son choix, ouverture d'un compte bancaire en Suisse, quelques bijoux précieux et vacances annuelles vers sa destination préférée. Et, bien sûr, augmentation de salaire avec l'expérience et les années passées au service de l'agence. Tous les ingrédients de la motivation étaient là.
Tests psychologiques, entraînement au combat, à la filature, à la résistance à la torture, maniement des armes légères, perfectionnement en informatique, cours de linguistique… Nabila suit une formation intensive et pointue en espionnage pendant plusieurs mois dans la région de Haïfa. Jonglant avec les passeports et les identités. Imitant à merveille les multiples accents orientaux. Au gré des missions, elle est tour à tour journaliste marocaine, beurette bénévole dans l'humanitaire, enseignante tunisienne d'arabe classique.

Anonyme a dit…

De pire en pis: et de sources marocaines:
Les services secrets israéliens recrutent leurs agents parmi
des Marocaines, particulièrement douées et efficaces.

Espionnes marocaines du Mossad

Mouna Izddine







Teint doré, petite coupe à la garçonne, look exotic-chic, yeux pétillants, regard charmeur, démarche gracieuse et élocution parfaite. Sous ses airs légers et désinvoltes de métropolitaine bien dans sa peau, Nabila F., la quarantaine épanouie, cache remarquablement son jeu.
Nabila est, comme on l'appelle dans le jargon du renseignement, un officier traitant. C'est ce qui ressort des révélations d'une certaine Jocelyne Baini, sur le site www.doubtcom.com.
Polyglotte, instruite, intelligente, perspicace et discrète, c'est l'une des recrues étrangères hautement opérationnelle d'une des plus puissantes agences de renseignement dans le monde, le Mossad israélien. Chargé, à côté du Shabak (ex Shin Bet, sécurité générale intérieure) et de l'Aman (renseignement militaire), de la sécurité extérieure (renseignement, opérations clandestines et lutte anti-terroriste).
Nabila chapeaute un réseau de 12 agents secrets en jupons, toutes Marocaines comme elle, dont sa sœur, engagée à l'âge de 12 ans. Repérée en décembre 2001 par le «sayan» Albert M., un agent dormant du Mossad établi au Maroc, dans une soirée mondaine à Casablanca, celui-ci lui présentera quelques mois plus tard à Paris, Joseph B., chasseur de têtes pour les services secrets israéliens. Nabila, diplômée en sciences politiques et en langues étrangères, hésitante au début, finira par accepter de travailler comme «katsa». Autrement dit, comme officier de renseignement, pour le compte de l'Institut pour les renseignements et les affaires spéciales, moyennant une rémunération initiale alléchante de 70.000 euros par an.
Mais pas seulement. Car, en plus d'un salaire fixe, elle s'est vu proposer, comme nombre d'agents secrets, d'autres émoluments et avantages en nature: prime pour certaines opérations à risque élevé, passeports de plusieurs pays occidentaux, voiture et appartement personnel dans une métropole de son choix, ouverture d'un compte bancaire en Suisse, quelques bijoux précieux et vacances annuelles vers sa destination préférée. Et, bien sûr, augmentation de salaire avec l'expérience et les années passées au service de l'agence. Tous les ingrédients de la motivation étaient là.
Tests psychologiques, entraînement au combat, à la filature, à la résistance à la torture, maniement des armes légères, perfectionnement en informatique, cours de linguistique… Nabila suit une formation intensive et pointue en espionnage pendant plusieurs mois dans la région de Haïfa. Jonglant avec les passeports et les identités. Imitant à merveille les multiples accents orientaux. Au gré des missions, elle est tour à tour journaliste marocaine, beurette bénévole dans l'humanitaire, enseignante tunisienne d'arabe classique.

Anonyme a dit…

l'ano foté,
A- prend en peu de vacances et voilà que tu tentes de jouer son rôle en nous balançant de l'intox algérienne.

Pourquoi tu nous balances pas l'Article de EL WATAN qui parle d'une caserne de 400 Américains à Tamarassett!

Pour ton information le Mossad ne prend que les meilleurs.
filsdubled

Anonyme a dit…

Qui avait raison? Ano foté et les autres BASTA ou Keenan, Gèze et Mellah? Canalh a parlé de ceci depuis 2008. Relire Keenan en français au moins.



===

Des informations font cas de la présence d’une station d’écoute américaine...


...dans la localité algérienne de Tamanrasset.

Le journal algérien « Al Watan » a, dans son édition du jeudi, rapporté une information du « Figaro » (France) faisant cas de l’existence à Tamanrasset d’une station d’écoute secrète américaine dans la localité de Tamanrasset, sud de l’Algérie.

Le journal a indiqué que la base américaine de Tamanrasset compte près de 400 militaires américains spécialisés dans le domaine des télécommunications et systèmes d’écoute.

Un analyste politique a expliqué pour la chaîne satellitaire Al Jazeera, vendredi soir, les raisons de la divulgation d’un tel secret et sa publication dans le journal « Al Watan » par l’existence d’une tiraillement au sein des institutions militaires et sécuritaires algériennes sur une présence militaire étrangère.



Cet analyste politique a ajouté que la divulgation d’une telle information par le journal Al Watan est la preuve que l’aile pro-occidentale a le dessus en Algérie sur celle qui refuse cette présence.

Le gouvernement algérien a déjà mis en garde, à maintes reprises, les Etats de la sous région contre les conséquences néfastes de l’implication de forces étrangères, notamment française. L’Algérie considère qu’une telle intervention donne un semblant de « légalité » à l’aile maghrébine d’Al Qaeda en avançant qu’elle mène une guerre sainte, un djihad, contre des armées étrangères.










Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Fils du bled (Maroc) alias A-, alias;;;;;

ce n'est un secret pour personne que les soldats américains sont présents en Algérie, en Mauritanie et au Mali.

La différence que toi et tes amis français et marocains voudraient ignorer, c'est que l'Algérie refuse l'installation d'une base étrangère dans la région mais accepte la collaboration avec ces forces étrangères à condition qu'ils acceptent de travailler sous la direction des pays de la région et non de manière solitaire avec tout le risque que cela comporte.
D'où l'utilité de créer un commandement unifié des pays de la région mais qui a été sabordé par le Mali sur des conseils interessés des francais.

Anonyme a dit…

Maata,

Pourquoi n'avez-vous pas signe' votre ecrit du 23 septembre 22:55?
Ma position est la meme. Pour les idiots qui n'ont rien compris, je me repete en leur disant que le terrorisme est un phenomene reel qu'il faut combattre en utilisant des strategies intelligentes. L'Algerie et la Libye sont derriere AQMI. ABDEL AZIZ A DES ESPIONS DES DEUX PAYS DANS SON GOUVERNEMENT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Nos forces arme'es doivent rester en Mauritanie pour assurer la defense de l'integrite' de notre territoire. La strategie actuelle est mauvaise pour les raisons suivantes:
1- Notre pays est le seul qui se bat sur le terrain.
2- L'Algerie profitera de cette situation qu'elle a cree'e pour tenter d'exporter tous ses terroristes vers la Mauritanie. C'est la strategie du SI VOUS POUVEZ LES CONCENTRER EN TERRE ETRANGERE POUR LES COMBATTRE , VOUS N'AUREZ PAS BESOIN DE LES COMBATTRE CHEZ VOUS.
3- Abdel Aziz est entrain de transformer nos forces arme'es en des mercenaires sans s'en rendre compte. On ne doit pas faire le sale boulot des autres. La strategie des autres est extremement cynique car s'ils peuvent avoir des Maures pour aller tuer d'autres Maures et se faire tuer, personne ne parlera de racisme. ABDEL AZIZ EST ENTRAIN DE REPETER LA GRAVE FAUTE D'AL MARHOUM DADDAH, A SAVOIR UTILISER LES FORCES ARME'ES NATIONALES MAURITANIENNES POUR TUER DES MAURES!!!CE N'EST PROBABLEMENT PAS SON INTENTION MAIS C'EST EXACTEMENT CE QUI EST ENTRAIN DE SE PASSER.Soyons prudents!!!! Utilisons d'autres moyens pour neutraliser les terroristes mais les genres d'aventures militaires utilise'es actuellement par le regime Abdel Aziz profitent aux autres MAIS PAS A LA MAURITANIE!!!
IL FAUT PENSER AVEC VOS TETES ET NON AVEC VOS COEURS!!!!Ce n'est pas une question de T'ROWJIL de KHA IVE WALA MANI KHA IVE c'est plutot une question de strategie et d'intelligence!!!

Anonyme a dit…

Lu sur cridem

Les richesses du Sahel, objet de convoitises et de jeux d’influence.

Est-ce le fait du hasard ou d’une malédiction que toute la zone comprise entre le Soudan et la Mauritanie soit instable ? Cet espace qui s’étend sur 6 000 km de la mer Rouge à l’Atlantique recèle des richesses naturelles inestimables et convoitées par au moins trois puissances : les Etats-Unis, la France et la Chine.

Depuis au moins le début des années quatre-vingt-dix, le Sahel qui était le lieu de prédilection de petits trafiquants de cigarettes, de carburant, de voitures et de haschisch, est devenu, à la faveur des guerres ethniques en Côte d’Ivoire, au Burundi, au Rwanda, en RDC, au Soudan, au Tchad, en Somalie et la guerre en Erythrée, ainsi que des rébellions touareg au Mali et au Niger, une plaque tournante du trafic d’armes et de drogues fortes.

Les terroristes traqués au Maghreb, notamment en Algérie, trouveront naturellement refuge dans cet espace de non-droit où les populations sont les laissées-pour-compte des politiques d’exclusion des Etats. Pour, un analyste maghrébin, les dangers de cette situation explosive se manifestent comme suit :



- Explosion conflictuelle engendrant une réaction en chaîne déstabilisant l’ensemble de l’arc sahélien, notre «heartland» (ceinture de sécurité du Sud).

- Constituer un terreau et un sanctuaire pour le terrorisme international : une pépinière où un groupe terroriste pourrait trouver refuge ou des facilités d’entraînement et de recrutement (attentats, enlèvements, piraterie, camps d’entraînement, etc).

- Constituer une zone grise propice à la multiplication des trafics illégaux : armes, stupéfiants, véhicules, matières premières, enfouissement de déchets nucléaires, etc.

- Constitution d’un réseau de diffusion et d’infiltration d’un islamisme radical.

- La source d’une émigration de masse utilisant l’Afrique du Nord comme tremplin (lieu de transit) vers les rivages européens : l’écart économique grandissant et la poussée démographique risquent de provoquer un courant de migration difficilement maîtrisable.

- Le blanchiment d’argent.

- Détournement des ressources stratégiques (pétrole, gaz, uranium, etc.), objets d’une vive concurrence internationale.

Etats-Unis, France, Chine, etc. convoitent les ressources pétrolières de la zone : la récente tentative de déstabilisation du régime tchadien, via le Soudan, transcende de toute évidence les capacités soudanaises et rejoint la stratégie plus imposante à dominante asiatique et vraisemblablement chinoise (jeu de bascule autour de l’enjeu pétrolier).

Anonyme a dit…

Lu sur cridem

Les richesses du Sahel, objet de convoitises et de jeux d’influence.

Est-ce le fait du hasard ou d’une malédiction que toute la zone comprise entre le Soudan et la Mauritanie soit instable ? Cet espace qui s’étend sur 6 000 km de la mer Rouge à l’Atlantique recèle des richesses naturelles inestimables et convoitées par au moins trois puissances : les Etats-Unis, la France et la Chine.

Depuis au moins le début des années quatre-vingt-dix, le Sahel qui était le lieu de prédilection de petits trafiquants de cigarettes, de carburant, de voitures et de haschisch, est devenu, à la faveur des guerres ethniques en Côte d’Ivoire, au Burundi, au Rwanda, en RDC, au Soudan, au Tchad, en Somalie et la guerre en Erythrée, ainsi que des rébellions touareg au Mali et au Niger, une plaque tournante du trafic d’armes et de drogues fortes.

Les terroristes traqués au Maghreb, notamment en Algérie, trouveront naturellement refuge dans cet espace de non-droit où les populations sont les laissées-pour-compte des politiques d’exclusion des Etats. Pour, un analyste maghrébin, les dangers de cette situation explosive se manifestent comme suit :



- Explosion conflictuelle engendrant une réaction en chaîne déstabilisant l’ensemble de l’arc sahélien, notre «heartland» (ceinture de sécurité du Sud).

- Constituer un terreau et un sanctuaire pour le terrorisme international : une pépinière où un groupe terroriste pourrait trouver refuge ou des facilités d’entraînement et de recrutement (attentats, enlèvements, piraterie, camps d’entraînement, etc).

- Constituer une zone grise propice à la multiplication des trafics illégaux : armes, stupéfiants, véhicules, matières premières, enfouissement de déchets nucléaires, etc.

- Constitution d’un réseau de diffusion et d’infiltration d’un islamisme radical.

- La source d’une émigration de masse utilisant l’Afrique du Nord comme tremplin (lieu de transit) vers les rivages européens : l’écart économique grandissant et la poussée démographique risquent de provoquer un courant de migration difficilement maîtrisable.

- Le blanchiment d’argent.

- Détournement des ressources stratégiques (pétrole, gaz, uranium, etc.), objets d’une vive concurrence internationale.

Etats-Unis, France, Chine, etc. convoitent les ressources pétrolières de la zone : la récente tentative de déstabilisation du régime tchadien, via le Soudan, transcende de toute évidence les capacités soudanaises et rejoint la stratégie plus imposante à dominante asiatique et vraisemblablement chinoise (jeu de bascule autour de l’enjeu pétrolier).

Anonyme a dit…

Lu sur cridem

Les richesses du Sahel, objet de convoitises et de jeux d’influence.

Est-ce le fait du hasard ou d’une malédiction que toute la zone comprise entre le Soudan et la Mauritanie soit instable ? Cet espace qui s’étend sur 6 000 km de la mer Rouge à l’Atlantique recèle des richesses naturelles inestimables et convoitées par au moins trois puissances : les Etats-Unis, la France et la Chine.

Depuis au moins le début des années quatre-vingt-dix, le Sahel qui était le lieu de prédilection de petits trafiquants de cigarettes, de carburant, de voitures et de haschisch, est devenu, à la faveur des guerres ethniques en Côte d’Ivoire, au Burundi, au Rwanda, en RDC, au Soudan, au Tchad, en Somalie et la guerre en Erythrée, ainsi que des rébellions touareg au Mali et au Niger, une plaque tournante du trafic d’armes et de drogues fortes.

Les terroristes traqués au Maghreb, notamment en Algérie, trouveront naturellement refuge dans cet espace de non-droit où les populations sont les laissées-pour-compte des politiques d’exclusion des Etats. Pour, un analyste maghrébin, les dangers de cette situation explosive se manifestent comme suit :



- Explosion conflictuelle engendrant une réaction en chaîne déstabilisant l’ensemble de l’arc sahélien, notre «heartland» (ceinture de sécurité du Sud).

- Constituer un terreau et un sanctuaire pour le terrorisme international : une pépinière où un groupe terroriste pourrait trouver refuge ou des facilités d’entraînement et de recrutement (attentats, enlèvements, piraterie, camps d’entraînement, etc).

- Constituer une zone grise propice à la multiplication des trafics illégaux : armes, stupéfiants, véhicules, matières premières, enfouissement de déchets nucléaires, etc.

- Constitution d’un réseau de diffusion et d’infiltration d’un islamisme radical.

- La source d’une émigration de masse utilisant l’Afrique du Nord comme tremplin (lieu de transit) vers les rivages européens : l’écart économique grandissant et la poussée démographique risquent de provoquer un courant de migration difficilement maîtrisable.

- Le blanchiment d’argent.

- Détournement des ressources stratégiques (pétrole, gaz, uranium, etc.), objets d’une vive concurrence internationale.

Etats-Unis, France, Chine, etc. convoitent les ressources pétrolières de la zone : la récente tentative de déstabilisation du régime tchadien, via le Soudan, transcende de toute évidence les capacités soudanaises et rejoint la stratégie plus imposante à dominante asiatique et vraisemblablement chinoise (jeu de bascule autour de l’enjeu pétrolier).

Anonyme a dit…

Des thèses défendables, que confirment les intentions et les rôles sur le terrain, présentent la situation dans le Sahel comme résultat logique d’une rude compétition des puissances étrangères dans la région. D’une part, la France en perte de vitesse et d’influence dans les territoires qui étaient jadis son prolongement géopolitique et géostratégique et d’autre part, les Etats-Unis décidés à avoir la mainmise sur l’espace sahélo-saharien.

La stabilité politique et sécuritaire de cette région ne semble pas arranger les desseins de ces deux puissances auxquelles le géant de l’Extrême-Orient, la Chine, arrache des parts importantes d’un marché d’avenir.

En définitive, l’implantation de l’AQMI dans la région sert les intérêts géostratégiques en jeu et les enlèvements d’Européens ne sont que des dégâts collatéraux à gérer au cas par cas.

La France est déjà présente militairement dans la région, et ce, depuis bien longtemps. Le Tchad constitue à ce titre, pour la France, une base avancée en plus des accords militaires que la France a conclus avec le Niger, le Mali et la Mauritanie.

Les Américains ont implanté une base militaire au Mali pas loin de Tombouctou et espèrent toujours pouvoir convaincre les pays de la région pour que l’Africom élise domicile dans le Sahel. A ce propos, l’opposition farouche de l’Algérie s’exprime également par son offensive pour la mise en place d’une force sahélo-saharienne d’intervention et de lutte contre le terrorisme, le banditisme et le crime organisé.

Par Abdelkrim Ghezali

Anonyme a dit…

La HAPA doit nous foutre la paix. Les Mauritaniennes et les Mauritaniens ne sont pas des bebe's. Ils sont capables de faire la difference entre le vrai et le faux. C'est a' eux de juger la validite' de l'information qu'on leur presente. EST-CE L'INTENTION DE LA HAPA DE SE TRANSFORMER EN UN ORGANE DE CENSURE POUR LE REGIME????

Anonyme a dit…

Ano foté,

MA NOUKEL JIV YEKER NECHERB MAHA!

Nous voulons pas une présence militaire et voilà qu'ils nous font sortir 400 GI'S de TAMARASSET.

Ecoute mon vieux Donne moi un seul pays qui a echappé à l'ire des algériens ils ont commençé par les marocains , les libyiens, les maliens, les tunisiens,les nigeriens et en derniers lieu les mauritaniens.

L'Algerie a un problème sérieux et il est interne se sont les généraux ./

La révolution grandiose de ce grand peuple a été volée par des généraux sans scrupules qui sont devenus les plus grands argentiers d'une europe en crise.

Petite information:
notre aviation continue a pilonné les bases des barbus au nord du mali
filsdubled

Anonyme a dit…

Ano Foté,

Peux tu m'expliquer pourquoi les installations pétrolières et du Gaz en Algérie n'ont jamais été touchées par les islamistes en Algérie?????

FILSDUBLED

Anonyme a dit…

Ano foté,

Voilà ce que pense l'Algérie des derniers affrottements entre L'armée mauritanienne et Aqmi.
C'est du bidon ...
Les affrontements entre la Mauritanie et El Qaïda ne sont pas dans l’intérêt de l’Algérie

Les affrontements entre l’armée mauritanienne et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ne sont pas dans l’intérêt de l’Algérie. Bien que des terroristes sont éliminé de temps en temps, cela permet aussi à l’organisation terroriste de récupérer des quantités importantes d’armes et de munitions.


L’organisation terroriste réussi, selon des rapports, à s’emparer de quantité d’armes et de munition, après chaque confrontation avec l’armée mauritanienne. Le dernier en date était le communiqué publié par AQMI suite à l’opération militaire sur les territoires mauritaniens vendredi dernier, et la récupération d’une importante quantité d’armes et de munition dont 8 kalachnikov deux PK, deux RPG, 3 jumelles, 4 pistolets et 9 gilets pare-balles, etc.


Selon les experts, ces armes sont acheminées par les terroristes vers le nord de l’Algérie où se trouvent les résidus du terrorisme encerclés dans leur fief par les forces de sécurité, pour commettre des opérations terroristes sur le territoire algérien puis retourner au sud où ils vivent en toute quiétude sur le territoire malien.


Malgré les efforts des autorités mauritaniennes dans leur lutte contre l’organisation terroriste sur les frontières maliennes et parfois même sur le territoire malien, ces derniers essuient souvent des revers à cause du manque de moyens. Ce qui rend l’organisation terroriste encore plus forte et les conséquences se répercutent sur la sécurité de la Mauritanie et de Algérie.

Dalila B.
Ennahar, 25/9/2010

Filsdubled

maatala a dit…

salam

Couly a dit:

"Nos forces arme'es doivent rester en Mauritanie pour assurer la defense de l'integrite' de notre territoire"

------------------------------

Comme le font les USA en Irak et en afganistan au nom de la lutte contre le terrorisme.

Tu n'es qu'un pétochard, prêt à baisser le froque, pourvu que Aioun échappe au représailles des rats dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

"Semaine culturelle de la Mauritanie à Doha [Reportage Photos]


La culture de Bilad Chinguetti aux portes du Machrek.

La semaine culturelle de la Mauritanie à Doha s’est déroulée ce jeudi et vendredi au palais de théâtre de Doha au milieu d’une grande mobilisation de la part des qataris mais aussi de la communauté mauritanienne. Durant deux jours les artistes et poètes ont tenu en haleine le public qui en redemandait.

« La Mauritanie est la porte du monde arabe au Maghreb. Elle dispose d’une vaste culture qui a beaucoup de similitudes avec la notre et la semaine culturelle sera l’occasion d’en découvrir quelques volets », a déclaré, jeudi 23 septembre, Dr El Koweiry, le ministre qatari de la culture dans son discours d’ouverture :

« La Mauritanie est un pays riche de son histoire, de sa poésie, et de sa culture islamique », a-t-il poursuivi devant un auditoire attentif, soulignant l’importance de la présence des artistes et poètes mauritaniens dans le cadre des activités de la manifestation Doha capitale de la culture islamique en 2010 ».



Parlant de la communauté mauritanienne vivant au Qatar, il dira : « Même si elle n’est pas très nombreuse la communauté mauritanienne joue un rôle actif dans différents secteurs et mérite estime et respect».

Cissé Mint Boydé : « Quelques exemples vivants de notre culture »

De son côté Mme Cissé Mint Cheikh Ould Boydé, qui était accompagné du ministre de l’enseignement fondamental (en visite de travail) elle a prononcé une importante allocutation dans laquelle elle a souligné le rôle du Qatar qui joue un rôle précurseur pour le rapprochement du monde arabe : « Nous sommes venus de très loin avec des cœurs très proches et plein d’amour pour contribuer au rayonnement de la culture arabe à Doha.

Nous sommes heureux de présenter quelques exemples vivants de notre culture », a-t-elle lancé, avant de souligner l’importance de la culture pour le raffermissement des liens entre les pays. Après ce discours très applaudi les deux ministres ont procédé à l’échange des cadeaux une manière de consolider les relations entre les deux pays
--------------------------------

Commentaire:

Redigé par, djimaris 2010-09-25 16:50:58 OHHHHHHHH arretons la comedie! en quoi ces photos representent culturellement la Mauritanie. c'est vraiment une honte nationale. Meme les semaines culturelles dans des ecoles et institut de l'esterieur est plus riche que ça.

je pense que nous devrions voire toutes les ethnies de la mauritanie representé et ce ceux wui ferra notre force. Il es temps d'arreter de faire croire à la communauté internationale que la Mauritanie est composée qu"une seule ethnie. c'est vraiment domage !!!


Maatala

Anonyme a dit…

Maata:

ESSEUL ENTE' FOYSSID!!!
Ne sais-tu pas que l'Amerique a' les moyens de sa politique?
CHEZ TOI, C'EST TOUJOURS LE COEUR QUI PARLE ET NON LA TETE!!!!

Anonyme a dit…

De quoi fermer la bouche à ano foté. Il lira tout à l'envers comme à son habitude.

Jeune Afrique nous avait fait croire à une attaque de Kidal par les Libyens, via leur mouvement touareg qu'ils appuient. Quelques 3ans après, Keenan informe que c'était plûtot un coup des algériens. Ce que semble confirmer Kadafou comme dirait Maatala.

Keenan et les Gèze ont dit que AQMI est tripatouillé depuis le début par la coalition US-Algérie. Maintenant El Watan le dit en plein jour et se refère à un article du Canard Enchainé. A mon avis si c'était un secret de polichinelle pour l'algérien lambda (lire les commentaires de l'article d'El Watan), c'est devenu secret de polichinelle pour tout le monde maintenant.

Je ne vois pas ce que cela à a voir avec travailler pour le Maroc ou l'algérie.

Ano foté qui est au Maroc doit faire très attention avec ces affaires d'espionnite. Il risque gros.

====

La Libye met en garde contre toute collision avec AQMI.


Le guide libyen Mouammar Kadhafi a mis en garde les chefs des tribus du nord Mali contre les dangers que constituent pour elle l’asile offert à Al Qaeda et aux groupes de trafiquants de drogue et autres hors-la-loi.

Le guide libyen qui s’exprimait au moment où il recevait des délégations de tribus du Nord Mali a déclaré que « si la rébellion et les opérations non acceptables, comme celles qui ont court actuellement, continuent, les USA peuvent bien envisager de venir dans la zone, tout comme la France et même Israël peuvent envisager une telle possibilité, au nom de la protection de la paix et de la vie des ressortissants étrangers », ajoutant qu’ils « ont des sociétés, des ambassades et des intérêts à protéger.

Et le Kadhafi de s’interroger : « pourquoi leur donner un prétexte pour venir occuper nos territoires et je pense que cela est clair pour vous ? »



Le guide libyen a poursuivi son propos en disant que, « en ce qui concerne le commerce des humains, le trafic d’armes et la contrebande, n’ont que le choix du crime qui les pousse à sillonner le Sahara et à s’adonner au grand banditisme ».

)

Anonyme a dit…

Suite - Kadafou pointe le doigt sur Boutef. Si ano fotéa des problemes, il n'a quá telephoner à Kadafou.
===

Kadhafi à par la suite assurer les chefs de tribus que le travail qu’ils mènent pour aider à l’instauration de la paix et de la sécurité dans la zone recevra l’appui du pouvoir libyen à travers l’appui à des programmes de développement dans le nord Mali, de nature à assurer la stabilité même à Bamako et partout ailleurs.

Il leur a lancé : « vous ne regrettez point ce que vous avez fait, quand vous avez accepté de jeter les armes et d’entrer dans le processus de paix ». Kadhafi continue son discours en disant aux chefs de tribus : « vous savez que Moussa (un responsable libyen) a été nommé par nous comme consul à Kidal mais que nos frères algériens s’en sont sentis vexés. A notre étonnement, ils répondent que la présence que ma présence près de leur frontière constitue un étouffement pour l’Algérie ».

Pourquoi faire, s’interroge-t-il ? Et il répond : « j’ai dit aux Algériens de venir eux-mêmes faire le travail que la Libye accompli dans le nord Mali ».

J’ai été contraint d’évoquer le problème avec le président algérien Abdel Aziz Boutefligha qui m’a dit : tes frères algériens t’aiment bien et te respectent, mais ils te craignent aussi ». A la question pourquoi ?, il répondit : parce que tu as une influence sur les Touaregs, les « Barabiches » et les Songay. » Kaddafi dit avoir assuré le président algérien qu’il ne quand même pas armer ces tribus contre lui et qu’il veut tout simplement les aider à vivre en paix en leur construisant des écoles et des dispensaires et en leur creusant des puits. « Viens et fais-le toi-même, si tu le peux », dit Kadhafi avoir lancé à Boutefligha.

Et le guide libyen de poursuivre : « juste après l’installation de Moussa à Kidal comme consul, et après la prière que j’ai dirigé à Tombouctou, notre frère « Hassan Vaghaga » a attaqué Kidal. Nous avons pensé alors que quelqu’un l’a poussé à agir contre la paix. J’ai alors dit à Moussa de rentrer en Libye parce que nos frères algériens sont exacerbés par la présence d’un consulat libyen à Kidal. En attaquant l’armée malienne, notre frère Faghaga qui est de la même région, cherche sans doute à signifier qu’il ne veut pas de cette présence. »

Pour Kadhafi, si « Moussa doit revenir, il faut bien que les populations du nord Mali convainquent Algériens que la Libye de joue pas de rivalité contre eux. Et Kadhafi de rappeler l’aide qu’ils ont apporté à l’Algérie dans sa lutte pour la libération. Il dira que le président Boutefligha est un homme bien mais qu’il est « victime des informations que lui livrent ses services de renseignements »

C’est la première fois que le guide libyen livre, de manière si directe, les divergences qui opposent Libyens et Algériens dans ce nord Mali devenu un nid pour Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) et les trafiquants de tout acabit.

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie

Anonyme a dit…

Kadhafi à par la suite assurer les chefs de tribus que le travail qu’ils mènent pour aider à l’instauration de la paix et de la sécurité dans la zone recevra l’appui du pouvoir libyen à travers l’appui à des programmes de développement dans le nord Mali, de nature à assurer la stabilité même à Bamako et partout ailleurs.

Il leur a lancé : « vous ne regrettez point ce que vous avez fait, quand vous avez accepté de jeter les armes et d’entrer dans le processus de paix ». Kadhafi continue son discours en disant aux chefs de tribus : « vous savez que Moussa (un responsable libyen) a été nommé par nous comme consul à Kidal mais que nos frères algériens s’en sont sentis vexés. A notre étonnement, ils répondent que la présence que ma présence près de leur frontière constitue un étouffement pour l’Algérie ».

Pourquoi faire, s’interroge-t-il ? Et il répond : « j’ai dit aux Algériens de venir eux-mêmes faire le travail que la Libye accompli dans le nord Mali ».

J’ai été contraint d’évoquer le problème avec le président algérien Abdel Aziz Boutefligha qui m’a dit : tes frères algériens t’aiment bien et te respectent, mais ils te craignent aussi ». A la question pourquoi ?, il répondit : parce que tu as une influence sur les Touaregs, les « Barabiches » et les Songay. » Kaddafi dit avoir assuré le président algérien qu’il ne quand même pas armer ces tribus contre lui et qu’il veut tout simplement les aider à vivre en paix en leur construisant des écoles et des dispensaires et en leur creusant des puits. « Viens et fais-le toi-même, si tu le peux », dit Kadhafi avoir lancé à Boutefligha.

Et le guide libyen de poursuivre : « juste après l’installation de Moussa à Kidal comme consul, et après la prière que j’ai dirigé à Tombouctou, notre frère « Hassan Vaghaga » a attaqué Kidal. Nous avons pensé alors que quelqu’un l’a poussé à agir contre la paix. J’ai alors dit à Moussa de rentrer en Libye parce que nos frères algériens sont exacerbés par la présence d’un consulat libyen à Kidal. En attaquant l’armée malienne, notre frère Faghaga qui est de la même région, cherche sans doute à signifier qu’il ne veut pas de cette présence. »

Pour Kadhafi, si « Moussa doit revenir, il faut bien que les populations du nord Mali convainquent Algériens que la Libye de joue pas de rivalité contre eux. Et Kadhafi de rappeler l’aide qu’ils ont apporté à l’Algérie dans sa lutte pour la libération. Il dira que le président Boutefligha est un homme bien mais qu’il est « victime des informations que lui livrent ses services de renseignements »

C’est la première fois que le guide libyen livre, de manière si directe, les divergences qui opposent Libyens et Algériens dans ce nord Mali devenu un nid pour Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) et les trafiquants de tout acabit.

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie

Anonyme a dit…

Kadhafi à par la suite assurer les chefs de tribus que le travail qu’ils mènent pour aider à l’instauration de la paix et de la sécurité dans la zone recevra l’appui du pouvoir libyen à travers l’appui à des programmes de développement dans le nord Mali, de nature à assurer la stabilité même à Bamako et partout ailleurs.

Il leur a lancé : « vous ne regrettez point ce que vous avez fait, quand vous avez accepté de jeter les armes et d’entrer dans le processus de paix ». Kadhafi continue son discours en disant aux chefs de tribus : « vous savez que Moussa (un responsable libyen) a été nommé par nous comme consul à Kidal mais que nos frères algériens s’en sont sentis vexés. A notre étonnement, ils répondent que la présence que ma présence près de leur frontière constitue un étouffement pour l’Algérie ».

Pourquoi faire, s’interroge-t-il ? Et il répond : « j’ai dit aux Algériens de venir eux-mêmes faire le travail que la Libye accompli dans le nord Mali ».

J’ai été contraint d’évoquer le problème avec le président algérien Abdel Aziz Boutefligha qui m’a dit : tes frères algériens t’aiment bien et te respectent, mais ils te craignent aussi ». A la question pourquoi ?, il répondit : parce que tu as une influence sur les Touaregs, les « Barabiches » et les Songay. » Kaddafi dit avoir assuré le président algérien qu’il ne quand même pas armer ces tribus contre lui et qu’il veut tout simplement les aider à vivre en paix en leur construisant des écoles et des dispensaires et en leur creusant des puits. « Viens et fais-le toi-même, si tu le peux », dit Kadhafi avoir lancé à Boutefligha.

Et le guide libyen de poursuivre : « juste après l’installation de Moussa à Kidal comme consul, et après la prière que j’ai dirigé à Tombouctou, notre frère « Hassan Vaghaga » a attaqué Kidal. Nous avons pensé alors que quelqu’un l’a poussé à agir contre la paix. J’ai alors dit à Moussa de rentrer en Libye parce que nos frères algériens sont exacerbés par la présence d’un consulat libyen à Kidal. En attaquant l’armée malienne, notre frère Faghaga qui est de la même région, cherche sans doute à signifier qu’il ne veut pas de cette présence. »

Pour Kadhafi, si « Moussa doit revenir, il faut bien que les populations du nord Mali convainquent Algériens que la Libye de joue pas de rivalité contre eux. Et Kadhafi de rappeler l’aide qu’ils ont apporté à l’Algérie dans sa lutte pour la libération. Il dira que le président Boutefligha est un homme bien mais qu’il est « victime des informations que lui livrent ses services de renseignements »

C’est la première fois que le guide libyen livre, de manière si directe, les divergences qui opposent Libyens et Algériens dans ce nord Mali devenu un nid pour Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) et les trafiquants de tout acabit.

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie

Anonyme a dit…

Ano foté,

S'ils ne voulaient pas de presence etrangère dans la zone, pourquoi acceptr un base US à Tamanrasset? Tu as déjà pris un cour de logique à lecoul? Tu avais toujours dit qu'il n y avait pas de bases et que A- et Fils du bled et d'autres disaient des mensonges. On voit que tu travaille pour quelqu'un comme tu ne fais jamais de commentaires sur une questions donnée. Juste dementir à longueur de journée. Ano foté es une femme, je crois.
===
Ano foté a dit:


Fils du bled (Maroc) alias A-, alias;;;;;

ce n'est un secret pour personne que les soldats américains sont présents en Algérie, en Mauritanie et au Mali.

La différence que toi et tes amis français et marocains voudraient ignorer, c'est que l'Algérie refuse l'installation d'une base étrangère dans la région mais accepte la collaboration avec ces forces étrangères à condition qu'ils acceptent de travailler sous la direction des pays de la région et non de manière solitaire avec tout le risque que cela comporte.
D'où l'utilité de créer un commandement unifié des pays de la région mais qui a été sabordé par le Mali sur des conseils interessés des francais.

25 septembre 2010 12:02

Anonyme a dit…

Gorgui,

Tu aurait dû en parler il y a longtemps. Certain que si tut'étais interessé à cette question depuis longtemps, AQMI aurait été retenu par ses manipulateurs.
==
Le président Wade pour une zone de sécurité en vue d'arrêter la progression des islamistes


Le président sénégalais, maître Abdoulaye Wade, s'est prononcé en faveur de la création "d'une zone de sécurité entre le Sénégal, le Mali et la Mauritanie pour arrêter la progression des islamistes" vendredi soir devant la presse.

Le chef de l'Etat du Sénégal s'exprimait ainsi dans le salon d'honneur de l'Aéroport International Léopold Sedar Senghor de Dakar, au terme d'un voyage à l'étranger. Maître Wade n'a pas donné plus de précisions sur la nature de l'alliance à trois (3) pays visant à contenir la poussée islamiste.

Toutefois, sa proposition tombe un peu plus d'une semaine après l'enlèvement au Nord Niger de 7 employés des entreprises AREVA et SATOM parmi lesquels 5 français et 2 africains. Un acte revendiqué par Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI).



Et quelques jours après de violents combats ayant opposé l'armée mauritanienne à des éléments islamistes au Nord Mali.

Le problème de la coordination entre les Etats de l'espace sahélo-saharien reste une grande faille dans la lutte contre le terrorisme, malgré le droit de poursuite réciproque admis par les uns et les autres.










Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Ils vont se dire les quatre verités, cette fois-ci?

===
Réunion à Tamanrasset du Conseil des chefs d’état-major de l’Algérie, du Mali, de la Mauritanie et du Nigersamedi 25 septembre 2010 / 19 :38

Une réunion du Conseil des chefs d’état-major de l’Algérie, du Mali, de la Mauritanie et du Niger se tiendra ce dimanche au siège du Commandement de la 6ème Région militaire à Tamanrasset, indique samedi un communiqué du ministère de la Défense nationale.



Cette réunion rentre dans le cadre de l’évaluation de la situation sécuritaire prévalant dans la sous-région et dans le sillage des dispositions prises pour la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée, au sein du Comité d’état-major opérationnel conjoint issu de la réunion des chefs d’état-major des pays concernés, tenue à Tamanrasset les 12 et 13 août 2009, précise-t-on de même source.

"Les chefs d’état-major procéderont, à cette occasion, à un échange d’informations et d’analyses à même d’établir un bilan exhaustif des activités et actions effectuées pour la concrétisation d’une stratégie commune de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée", ajoute le communiqué.

Source : APS (agence officielle algérienne)

Anonyme a dit…

A- à la retraite? BASTA!!!!!
Idha dheuhebe el himar bi Oummi Amr
vela raja ate, wela raja a, el himar!
==
Tu vas payer ça

Anonyme a dit…

Couli: for you. Just found and has lots of links. Did not know that Kassataya had an article on our losses (last one). Visit the Moor Next Door as they have some new update of te AQIM mess.

Une bise à la petite Fatimetou.

http://www.horizonsunlimited.com/hubb/sahara-travel-forum/fight-against-al-qaeda-maghreb-49806-10#post306856

Anonyme a dit…

Il faut aussi que tu respectes tes engagements.Tu mens comme tu respires et alors qu'on découvre que tu as une base US à Tamanasset et tu envoies des salafistes faire sauter les couilles à nos généraux à nous. Sois sérieux, Ahmed le Général. Taper sur les couilles, ça fait mal. Tu n'oses pas t'attaquer au Canard Enchainé comme ils ont des preuves solides.


===
Le général Gaïd Salah appelle les pays du Sahel à "respecter leurs engagements"

le 26.09.10


Le chef d'état-major de l'ANP appellent les pays du Sahel a dépasser leurs divergences


L'Algérie demande des actions concrètes à ses partenaires dans le Sahle pour endiguer le terrorisme. Le Le chef d'état-major de l'armée, Ahmed Gaïd Salah, a été on ne peut plus clair sur ce point.

"Je ne saurais trop m'étaler sur l'enjeu qui caractérise cette réunion au regard des évolutions qu'a connues notre région, depuis notre dernière rencontre, ici à Tamanrasset les 12 et 13 août 2009, qui nous interpelle tous à prendre nos responsabilités, à respecter nos engagements et à passer à l'action sur le terrain des opérations", a déclaré dans ce sens le général Gaïd Salah, lors de l'ouverture l'ouverture d'une réunion extraordinaire du Conseil des chefs d'état-major d'Algérie, du Mali, de Mauritanie et du Niger à Tamanrasset.

Pour rappel, cette réunion intervient l'enlèvement au Niger, dans la nuit du 15 au 16 septembre, de sept personnes dont cinq Français, revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Et dans ce contexte, Le chef d'état-major de l'ANP a fait savoir également que cette rencontre permettra surtout "de lever les incompréhensions qui persistent et dégager les solutions idoines en vue de renforcer l'action effective et concertée et atteindre les objectifs tracés dans notre stratégie de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée".

Le général Gaïd Salah s'est dit enfin "persuadé que cette réunion va renforcer notre coopération et les liens de fraternité, de solidarité et de bon voisinage (pour) inspirer de nouvelles impulsions autour de notre objectif de pourchasser et de détruire le terrorisme".

El Watan avec APS

Anonyme a dit…

Ely Ould Sneiba,

Tu as fauté. C'est comme tu ne saisis rien.
===

Le vendredi 17 septembre 2010 à Hassi Sidi, les armes ont parlé, ont chanté la mort : une unité d’élite de notre armée nationale, en mouvement au-delà de notre frontière avec le Mali, a croisé le feu avec un groupe armé appartenant à l’AQMI. Le bilan de cet accrochage, selon qu’on le regarde par le petit ou par le gros bout de la lorgnette, est carrément dramatique.

Le Ministère de la défense nationale, malgré le blackout, concède six morts. C’est lourd à cette échelle. Lourd, surtout pour une armée victime, depuis quelques années, de luttes intestines et leurs lots de règlements de compte, responsables du départ anticipé de ses rangs d’une bonne partie de son encadrement et de ses hommes.

Tendance rehaussée par les attaques signées Al-Qaïda, inaugurées en juin 2005 à Lemgheity, continuées à Alghalaouia, puis à Tourine, et intensifiées aujourd’hui à Hassi Sidi. Une saignée on ne peut plus douloureuse.



Qu’Allah ouvre grandes les portes de son Paradis à nos vaillants soldats, tombés en service commandé. Dulce et décorum est pro patria mori : Il est doux et glorieux de mourir pour sa patrie.

C’est ce que nos deux « objecteurs de conscience » que sont les Généraux Aziz et Ghazouani auraient du accepter. Entre changer la donne militaire sur le front de Lemgheity ou évincer Ould Taya, ils ont fait leur choix. Déboulonner ce dernier. Alors, la traque des jihadistes en plein désert saharien n’est plus folie suicidaire ? Ici l’envie nous prend de reposer pour notre compte la question d’Ernest Hemingway : pour qui sonne le glas?

En tous cas, nous sommes en guerre sans le consentement de notre représentation nationale et sans l’aval, même de pure forme, de la classe politique et des forces vives de la Nation.

Combattre l’Aqmi en territoire malien, seul et en dehors du cadre de coopération militaire signé à Tamanrasset, est porteur de tous les dangers. Ainsi en a décidé le commandant en chef des forces armées, un officier issu du quatrième bureau de l’État-major national. Là où on s’occupe d’autres choses que de l’art de la guerre. Parmi les règles de base de cet art, il est interdit de sous-estimer l’ennemi quelque soit sa taille.

Or, le Général Aziz a publiquement négligé la puissance de feu, la capacité tactique et le capital de nuisance des amis de Ben Laden au Sahara lors du show médiatique organisé au Palais des Congres à l’ occasion du premier anniversaire de son accession au pouvoir. On peut haïr son ennemi, mais le prendre à la légère est une faute monumentale. Les amis français du Général l’ont compris à leur dépens à Dien Bien phu, et pas loin de nous en Algérie pendant la guerre d’indépendance.

Faire la guerre aujourd’hui à Hassi Sidi, c’est comme vouloir la faire hier à Lemgheity. Parce qu’entre temps, notre armée n’a pas amélioré son état, n’a pas renforcé sa combativité, loin s’en faut. Elle a depuis perdu la main, faute d’entrainement et de manœuvres, interdits par reflexe sécuritaire.

A cet égard, la grande muette a besoin de se moderniser. Il est urgent de l’équiper, de former ses effectifs, de mettre à jour son système de renseignement, et de confier son commandement à des officiers compétents, loin de tout copinage et de toute proximité familiale.

Sans efforts de reconstruction sur des bases plus professionnelles, nos troupes ne seront que très peu opérationnelles.

Dans ce cas il vaut mieux changer d’approche et rechercher la paix.

Par Ely Oud Sneiba
Enseignant Universitaire.
Nouakchott, 25 septembre 2010

Anonyme a dit…

A-
On te croyait à la retraite?
Ou alors, c'est l'une de tes interminables manoeuvres dilatoires?
Chassez le naturel, il revient au galop.

Anonyme a dit…

A-

I read it! Thank you!!!
L'essentiel est d'eviter de tomber dans les nombreux pieges tendus ici et la'. Soyons prudents!

Don't pay any attention to the people who want your departure from the forum. They just don't know any better. Ils n'ont aucune capacite' intellectuelle pour defendre leurs positions respectives.

Anonyme a dit…

Les samsaras entrent en jeu. Me demande combien va être payé.


Mali: "J'ai vu les otages, ils sont tous en vie"



27/09/2010

BAMAKO - Une source malienne, généralement impliquée dans les négocations en vue de la libération, des otages, a affirmé dimanche a l'AFP a Bamako, avoir vu les otages français enlevés au Niger et qu'ils étaient tous en vie.

"J ai vu les otages, ils sont tous en vie", a déclaré à l'AFP cette source qui n'a pas souhaité être nommement citée.

Aucun détail n'a été donné sur cette rencontre avec les otages et leurs ravisseurs.

"Il faut un maximum de discrétion. C'est pour rassurer les familles que nous donnons l'information, mais ne nous demandez pas plus", a ajouté la même source.

Dans la nuit du 15 au 16 septembre, cinq Français, un Togolais et un Malgache, pour la plupart collaborateurs des sociétés françaises Areva et Satom (groupe Vinci), avaient été enlevés à leur domicile à Arlit, dans le nord du Niger.

La France, qui pense que les otages enlevés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) sont "en vie" et retenus prisonniers dans le désert aux confins de l'Algérie et du Mali, se dit prête "à discuter" avec leurs ravisseurs.

(©AFP / 27 septembre 2010 01h45)

Anonyme a dit…

Une telle réunion aurait dû avoir lieu à NkTT ou Bamako ou Niamey. Rien de mieux pour dissiper les malentendus et cesser de donner l'image de sous-fiffres aux généraux maliens, mauritaniens et nigeriens. Qu'en pensez-vous les zamis? A-

===

http://www.elwatan.com/une/une-reunion-pour-lever-les-divergences-27-09-2010-92024_108.php

Anonyme a dit…

En tout cas moi je trouve cet "etat-major de Tamanrasset" vraiment bidon,seulement sur papier et rien de plus.Beaucoup de bruits pour rien.

Anonyme a dit…

Beaucoup mieux. A-



12:05Le Mali succède à l’Algérie à la tête du commandement unifié des états-majors...

... des pays du Sahel à Tamanrasset.

Les chefs d’Etats-majors des pays du Sahel viennent d’achever une réunion en Algérie consacrée essentiellement à la recherche de perspectives de mise en œuvre d’une stratégie commune de lutte contre le terrorisme dans la région infestée de combattants d’Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI).

La fin des travaux, dimanche dernier, ont eu comme effet essentiel, de transférer le commandement du comité des états-majors des opérations communes, basé à Tamanrasset, de l’Algérie au Mali.

Ce commandement unifié (Algérie, Mali, Mauritanie, Niger) s’est constitué le 21 avril dernier, après une série de rencontre entre les chefs des armées des pays du Sahel (Algérie, Bourkina Faso, Libye, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) et un conclave des ministres des affaires étrangères de la zone.

La réunion qui vient de s’achever en Algérie a été mise à profit pour, note un communiqué de presse, « échanger les avis et les informations pour arriver à l’évaluation de la situation et des actions menées dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et le crime organisé comme option commune entre ces pays », selon l’agence de presse algérienne.

Le chef d’Etat-major de l’armée algérienne, le général Ahmed Ghayed Saleh, a lancé un appel aux pays membres de ce commandement pour qu’ils « respectent les engagements pris et pensent à agir » sur le terrain pour combattre le terrorisme. Avant l’ouverture de cette réunion, le chef d’état-major de l’armée algérienne, dont le pays est l’initiateur de ce conclave, avait indiqué que la rencontre « donnera l’occasion de débattre de certaines questions essentielles et de lever certaines équivoques en vue de permettre à ces pays d’entrevoir les solutions à mettre en œuvre pour combattre le terrorisme et le crime organisée dans la sous région ».