jeudi 21 octobre 2010

Interview exclusive avec Bios Diallo : La Mauritanie nouvelle se fera avec l’apport de tous ses fils

Construit entre Kidye, lieu de départ d’une répression ; Juuga, un camp de réfugiés quelque part au Sénégal ; Seeno, une escale dans une capitale de sable et Waalafendo, la France, Une vie de sébile (Edition L’Harmattan), premier roman de Bios Diallo est une fiction sur la Mauritanie. De sa construction, c’est autant un roman historique qu’un roman d’interrogations sur le quotidien d’une cohabitation.

Bios Diallo, Moussa de son vrai prénom, explore là une écriture sur la mémoire. Il interroge les traumatismes ayant affecté notre pays. Si le texte peut paraître dur, quoi que la réalité le soit plus, les dialogues n’en sont pas moins sincères ; car visant à trouver les moyens à extraire le cancer de la méfiance entre les Mauritaniens. Bios piste les voies par lesquelles ses compatriotes vont pouvoir faire le deuil de leurs années de blessures.

On peut dire, alors, que l’amour tumultueux entre Bayel et Haame, les deux tourtereaux du roman, est celui de la quête pour la réconciliation. La paix et le pardon passent par la liberté de la parole. Nommer les choses, c’est les guérir dit l’auteur.



Dans cette interview exclusive, nous avons rencontré un Bios Diallo qui a déjà à son actif 2 recueils de poésies ; Les pleurs de l’arc-en-ciel (L’Harmattan, 2002) et Les os de la terre (L’Harmattan, 2009) ; 1 essai, De la naissance au mariage chez les Peuls de Mauritanie (Ed Karthala, 2005. Préface de Cheikh Hamidou Kane). Sans oublier que celui qui a eu le bonheur de rencontrer le chantre de la négritude, Aimé Césaire dont il dit être proche par l’ardeur de l’écriture, a participé à un certain nombre d’ouvrages collectifs dont justement Césaire et Nous (Cauris Editions, 2004) et Les Paris des Africains (Cauris Editions, 2002).

Avec Une vie de sébile, Bios Diallo dit boucler une trilogie sur la Mauritanie des deuils. Aujourd’hui, confie-t-il, il nourrit un réel espoir de transition vers la Mauritanie nouvelle, celle dont nous rêvons tous, apaisée et prospère.

Nouakchott-Info : Une vie de sébile, pourquoi ce roman ?

Bios Diallo : Il s’agit de la version, en prose, écrite en même temps presque que les recueils de poésie Les pleurs de l’arc-en-ciel et Les os de la terre. Et, comme vous le savez, la prose est plus assujettie à la migration des lieux. J’ai alors nourri mes personnages au gré de mes mouvements. Ainsi ils ont voyagé de Kidye à Waalafendo, en passant par Juuga et Seeno. Avant de revenir au point de départ.

Nouakchott-Info : Votre vie au fait !

Bios Diallo : Non, pas vraiment ! J’ai juste prêté mes pérégrinations, de la Mauritanie à la France, à Haame qui poursuit l’amour de sa vie, Bayel.

Nouakchott-Info : Bayel, l’héroïne de ce roman, est un personnage très attachant.

Bios Diallo : Oui, une Amazone aussi ! Ecorchée vive, c’est une vraie militante. Cela se voit à travers ses actions dans les camps de réfugiés, comme en France où elle court les cercles des droits de l’homme pour sensibiliser sur le sort des siens. Elle essaie, en même temps, de mobiliser ses compatriotes pour la Mauritanie de ses rêves. Elle est éprise de justice, surtout. Ce qui aura son prix pour elle.

Nouakchott-Info : Pensez-vous que la plaie de 1989 soit cicatrisée, pour en parler aujourd’hui ?

Bios Diallo : Je pense qu’il n’y a pas un temps pour dire l’horreur. J’avais été tenté, pendant longtemps, de ne pas publier le texte. Des amis, qui l’ont lu, ont estimé le contraire. Avec comme unique objectif que les gens, après lecture, se disent plus jamais ça ! L’homme ayant souvent la mémoire courte, il faut lui faire voir ou rappeler ses errements. Surtout quand ceux-ci écorchent l’honneur et la chair humaine.

Cela dit, ma conviction est que les drames de 1989 ont affecté le pays tout entier. Je dirai même que ceux qui en avaient planifié le dessein ont été les plus surpris. Surpris par l’ampleur des excès. Puisque au départ, c’est ma lecture, ils pensaient à un simple éloignement de quelques personnes gênantes ou ambitieuses. Parmi celles-ci, des soldats qui prenaient des galons dans les forces armées, mais aussi des personnes qui commençaient à se construire dans l’empire économique. Mais, en voulant faire barrage à ces personnes, on a donné du lait au serpent de la violence qui peut sommeiller en chacun de nous. Du coup, ceux qui étaient dans l’ombre et pensaient fermer des portes à leurs concurrents, ont provoqué une violence inconnue de notre esprit religieux. Mais comment arrêter une action, qu’on a provoquée, sans se dédire ?

Nouakchott-Info : Une chose est surprenante, chez vous. Gai, souriant, vos écrits sont tout votre contraire ! Les pleurs de l’arc-en-ciel, Les os de la terre et maintenant Une vie de sébile, tous des textes très durs, voire pénibles à lire, tellement il y a peu de place au rire !

Bios Diallo : Bon, votre constat ! Jovial ? Peut-être que j’ai besoin de ça, pour supporter la vie ! Et l’écriture est une autre maison dans la vie, un autre monde. Vous savez, on ne peut s’adonner ni au rire, ni à l’humour béat, quand le cœur saigne. Voilà pourquoi, au moment de la conception de ces écrits, alors que j’étais au lycée et ne devais être porté que vers l’ambiance joviale du scolaire, ma plume elle s’était laissée aller dans les phalanges de peines tues. Je n’ai rien inventé, j’ai juste été attentif à ce qui se dessinait tout au tour. Autrement dit, être jeune n’empêche pas d’être sensible à certains faits. Ce que fût, en partie, la période 1980-1991.

Nouakchott-Info : Vous n’avez pas peur ?

Bios Diallo : De quoi ?

Nouakchott-Info : En écrivant sur ces sujets sensibles ?

Bios Diallo : Je n’ai commis aucun crime moi ! Le roman est nourri par des témoignages recueillis. Puis il y a eu la construction des personnages. Donc s’il a invention c’est juste la mis en fiction. Et il a cessé, le sensible, depuis août 2005 ! Et même avant, puisque le régime précédent avait commencé à desserrer l’étau autour de ce que lui-même avait créé. Une fois de plus, agir au grand jour, aurait été se dédire. Du coup, il recherchait des voies et moyens en évitant de se remettre en cause. Or on ne recouvre pas de terre une plaie, on la soigne. Sinon on court le risque d’assister à quelque chose de plus fâcheux, comme dans le cas d’une récidive, d’une rechute de maladie.

Je viens de commander un livre du neuropsychiatre français, Boris Cyrulnik, auteur de Je me souviens… qui évoque une enfance sous occupation. Cette fois il s’agit de Mourir de dire la honte, publié chez Odile Jacob, qui explore ou va des crimes isolés aux crimes de masse. Etant des humains, nos blessures sont toujours diversement ressenties. Et c’est là qu’est tapi ce qu’il appelle que chacun de nous a connu la honte, que ce soit deux heures ou vingt ans. Il ajoute que ce poison de l'existence ne crée pas, pour autant, un destin inexorable. D’où l’acte qui permet à tout en chacun de se surpasser, un effort sur lui-même, afin de transcender l’ignominie.

Et je crois que nous sommes à ce stade en Mauritanie. Voilà pourquoi il n’est plus tabou de parler de quoi que ce soit, puisque le pardon et la réconciliation passent par là aussi. Parler libère, quitte à mourir de dire la honte. Et ce que dit le roman, Une vie de sébile, c’est que la Mauritanie couve une mémoire timorée, blessée. J’en veux, pour preuve, que tous les présidents après août 2005 ont tenté d’aller dans le sens de la rectification. Et chacun, Ely Ould Mohamed Vall, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, Mohamed Ould Abdel Aziz, a posé à sa manière sa gerbe! Mais le corps est si atteint qu’aucun ne voudra brutalement s’attaquer au tronc. Or, nommer les choses c’est déjà les guérir pour la cohésion nationale.

Nouakchott-Info : C’est l’exercice auquel se livrent vos personnages !

Bios Diallo : Absolument, à travers la radicalité des dialogues. Et la confrontation est sciemment faite entre Haame et Bayel. Cette dernière, d’ethnie pulaaar, meurtrie par le drame ayant frappé sa famille, revendique la vengeance. Ce que Haame, métis maure et halpulaar, et dont une partie des siens est désignée comme fer de lance de la machine répressive, refuse. Au fait il essaie de raisonner Bayel, en lui expliquant que l’affrontement, voire la vengeance, n’a jamais apaisé un peuple, une nation.

Nouakchott-Info : Haame n’est pas le seul à prêcher pour cette morale

Bios Diallo : En effet, il y a Tevrag. Cette femme arabe, mauresque si vous voulez, porte un nom qui symbolise l’espoir. Avec elle, on pense à la formule Ye vrag, kilchi yevrag, toute chose connaît ou connaîtra une fin. Allusion est faite au règne de l’arbitraire. Elle le dit, avec la poigne qu’il faut, à son mari Coumba qui symbolise la division, la ségrégation. Tevrag dira qu’on doit laisser tous les enfants de la Mauritanie vivre ensemble, mélanger leur sang, se tenir les mains. L’idéal auquel nous aspirons tous !

Nouakchott-Info : C’est sympa, ce que vous dites. Mais les dirigeants aspirent-ils à cet équilibre ?

Bios Diallo : La réalité pourrait parler contre moi, peut-être. Mais je demeure convaincu que sans le chauvinisme de certains affamés du gain, il n’y a pas de place pour la haine dans le cœur des Mauritaniens. Les Négro-mauritaniens et les Arabes ont toujours été frères et sœurs, des siècles durant. Ils s’étaient toujours aimés et respectés. Chaque famille peule ou soninké avait son Maure, et chaque concession maure son kowri, pularr, soninké ou wolof. Le tissu s’est subitement abîmé qu’en 1989. Et tel un volcan, qui arrive sans prévenir, nombre de Mauritaniens n’ont été que les spectateurs d’une instrumentalisation malheureuse.

Nouakchott-Info : Autrement dit…

Bios Diallo : Je perçois votre insistance. Et c’est pour éviter la récidive que je publie ce roman. Tout en maintenant que les exactions, à l’encontre de la communauté noire, ne sont ni la complicité ni le fait de tous les Maures. C’est l’acte d’une poignée de personnes, même si la voix de la majorité ne s’était pas faite audible. Et, pendant les événements, bien des Maures ont ouvert les portes de leurs maisons et pris la défense de compatriotes éprouvés. Grâce à ceux-là, que j’appelle les justes, bien des débordements ont été circonscrits. Donc, avec ceux-là, de tous les hameaux et villes du pays, et ceux qui se sont repentis après avoir été acteurs ou simples exécutants, reconstruisons ensemble une nouvelle Mauritanie.

Nouakchott-Info : Avez-vous des indices sur l’avènement de cet idéal ?

Bios Diallo : J’exhorterai simplement les acteurs politiques à œuvrer à cela. Avec Ely Ould Mohamed Vall il y a eu l’ouverture démocratique, avec des journées nationales de concertation ayant occasionné des confessions difficilement soutenables en d’autres temps. Sidi Ould Cheikh Abdallahi a ouvert la porte du retour aux réfugiés. Et Mohamed Ould Abdel Aziz, l’actuel président, poursuit l’œuvre et, nous dit-on, d’ici à fin décembre tous les anciens réfugiés retrouveront leur pays. Puis, il y a cet acte louable, lorsqu’il est allé le 25 mars 2009 présider la prière à l’absent à Kaédi. Ce geste vaut le pardon. Les mots ont leur pesant, certes, mais je préfère qu’on positive les choses, qu’on évite les polémiques non constructives. C’est la nation qui en sortira victorieuse. Et ma conviction est que le bonheur sera impossible sans une organisation solidaire.

Nouakchott-Info : C’est Bios !

Bios Diallo : Oui, le sens de ce surnom que je porte depuis que j’ai eu la conscience de l’écriture. Mon parti politique à moi se trouve dans Bios !

Nouakchott-Info : Tout un programme

Bios Diallo : Un rêve possible, sinon nécessaire pour la nation plurielle, notre arc-en-ciel !

Nouakchott-Info : Qui a fait l’illustration du roman ?

Bios Diallo : Mokhis, un artiste mauritanien ! Je lui ai expliqué le sujet, et il m’a remis sa copie une semaine après ! J’avoue que le tableau m’a si frappé, que j’ai eu l’impression qu’il a été conçu avant le texte ! Tellement la couverture, à elle seule, suffit pour lire l’impasse.

Le choix d’illustrer par un peintre mauritanien, je l’avais fait aussi avec Les os de la terre qui portait la signature d’Amy Sow. Plus qu’une collaboration, c’est une manière de montrer le talent de nos artistes !

Nouakchott-Info : Sur quoi porteront vos prochains écrits ?

Bios Diallo : Une vie de sébile boucle, je l’espère, mes périodes de sanglots, de douleur. A l’avenir je rêve d’écrire des choses gaies, à l’image de la Mauritanie nouvelle où les enfants de la nation plurielle, multiethnique, chalouperont ensemble. Alors, refaisons de notre pays la plus belle toile de l’Afrique. Et c’est possible. Il suffit de petits efforts sincères, et des politiques et des peuples composant la République.

Propos recueillis par Bakari Guèye

63 commentaires:

Anonyme a dit…

Le 18 magique ou tragique, en tout cas lunatique, on ne sait plus, avait disparu depuis quelques temps et aujourd’hui ce jour qui donne deux fois 2010 2010 devait bien nous annoncer quelque chose ! Dans deux ans pour 2011 et 2012 plus aucun de nous ne verra ces jours qui reviennent ainsi depuis 10 ans ! Car à partir de 2013 vu qu’il n’y a pas de 13eme mois, on ne verra jamais 20132013 et ce jusque dans 100 ans ou presque, 2101 c’est-à-dire le 21 janvier 2101, on aura 21012101

On n’y sera plus dieu merci !

En attendant retournons à nos calculs

Pour celles et ceux qui débarquent de la lune et qui ont raté tous les calculs qui sont passés de cridem à tout le web mauritanien en ce qui concerne Sidioca et le 19 magique ou encore en ce qui concerne Aziz , partout aussi jusque dans la presse papier avec « à transmettre à Aziz par tous les moyens « paru à la une de la Sirène; l faut croire qu’Aziz ne l’a que trop reçu car son comportement en début de mandat ressemblait à s’y méprendre aux symptômes de la crise mystique « light » : rapprochement et cadeaux politiques sans précédent aux « islamistes » etc. d’ailleurs on dirait qu’il s’en est sorti… car ce n’est jamais très évident à encaisser ce genre de chose, il faut une foi tranquille ! Adi ! Adi ! sinon gare au chopage de melon !

Pour ceux-là donc, un peu de googlage, voir les archives de cridem, de canal ou chercher un exemplaire de la sirène

Quant à nous reprenons : aujourd’hui donc : 20/10/2010

20102010 x 18 = 3618(3618)0
3618 deux fois !
3618= 201x18
Et 3+6+1+8= 18 !
36183818 : 3x6x1x8x3x6x1X8= 20736
20736 : 2+O+7+3+6= 18 !


La date autrement :
2010x 2010= 4040100 = 224450X 18
Mais 4040100x18= 7272(18)00
(7272)1800 :
7272 : 7+2+7+2= 18 !
7272= 18x401
et 72X72 =5(18)4 et 5+1+8+4= 18
et 5184= 288x18
même 5184x18= 93312 et 9+3+3+1+2= 18
et la multiplication 18x9

peu importe, pas extraordinaire, un peu tiré par les veuch, voyons ailleurs !

la date encore autrement :
20x10x2010= 7236300
7x2X3X6X3= 756 et 7+5+6= 18 !
7236300x 18 = 130253400 et 1+3+0+2+5+3+4+0+0= 18 !
Et la multi des chiffres = 18x 20 !
Excellente chute pour le jour du 20 !

Conclusion et interprétation : voir Ould Dedew ! il vous dira s’il sait quelque chose…

Quant à moi , je dis à Aziz de se méfier car 18 s’écrit aussi 666 dont la somme fait 18 !

Le djihad perso est le lot de tous les croyants qui se battent contre eux-mêmes vers la lumière , c’est le lot des juifs , des chrétiens et des musulmans et de tous ceux qui croient en la dualité des forces : le bien et le mal en chacun de nous…

Mais had mayeu sma mate ev’ou

Voij’a !

d'ailleurs ça devait bien arriver car Aziz est né un 20. 12. 1956

et comme chacun sait

2x1x2x1x9x5x6 = 1080 !

mais aussi 20x12x1956= 469440 et 4x6x9x4x4 = 3456 dont la som fait 18 !

mais le plus effrayant c'est que 469440 = 18x 26080 !

26080 ne voyez vous rien ?

déplacez le zéro! 20608! né le 20 pour le 6/08 et quelle 6 ? le 6 aout , le 6/08, jour du coup d'état incroyable !

élu un 18 ! etc voir tous les autres calculs sur le net et dans la presse

ça ne s'invente pas

que lui arrivera-t-il le 2012 2012 ?

la kheir

inchallah !

Publié par vlane A.O.S.A à l'adresse 20:46

Bebe BA a dit…

Le chef d’un groupe mauritanien affilié à Al-Qaïda, jugé avec 18 autres islamistes devant la Cour criminelle de Nouakchott pour "appartenance à une organisation terroriste", a menacé mercredi la France de "nuits noires" et de "liquidations physiques d’apostats" en Mauritanie.

"Je veux le leur promettre ici, des nuits noires attendent la France de (Nicolas) Sarkozy", a lancé à la Cour Khadim Ould Semman, chef de l’organisation "Ansarou Allah" (sympathisants de Dieu), affiliée à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
Le procureur a requis mardi devant la Cour la peine capitale contre sept membres de cette organisation dont Ould Semman et deux autres en fuite, faisant l’objet de mandats d’arrêt internationaux.
Le verdict est attendu mercredi, selon des sources proches de la Cour. Ould Semman a déclaré que lorsque les moujahidines prendront le pouvoir en Mauritanie, "les mécréants" parmi lesquels il a cité les Français, devront payer la dîme comme prévu par la charia (loi islamique). Il a annoncé des "opérations de liquidation physique d’apostats et de mécréants" en Mauritanie.
S’adressant à la Cour avant son retrait pour délibération, il a affirmé : "je suis un moujahidine. J’ai voué ma vie à cette mission et je demande à la Cour de prononcer ma mort et de me découper en petits morceaux. Cela agrandira ma rétribution dans l’au-delà". Le procureur avait également requis mardi 20 ans de prison ferme avec travaux forcés contre sept autres jihadistes présumés parmi le groupe de 19 accusés jugés pour leur appartenance à "Ansarou Allah" et actes "terroristes", dont la mort d’un policier à Nouakchott en 2008 au cours d’une fusillade.
Les avocats des accusés ont estimé que le réquisitoire était "très sévère et disproportionné", affirmant que "l’accusation n’a apporté aucune preuve matérielle", selon Me Fatimata MBaye, avocate de l’unique étranger du groupe, le Tunisien Abdel Karim Faraje. Mme Mbaye et les autres avocats ont dénoncé des "mauvais traitements et tortures subis" par leurs clients pour "leur extorquer des aveux les incriminant". "J’ai souvent trouvé mon client ligoté, cela m’a choquée et j’en suis révoltée", a indiqué Mme M Baye.

Source : AFP via Google

mercredi 20 octobre 2010 / 13 :55

Bebe BA a dit…

A-,

Normal que cela piétine et faut trop compter sur les rapports avec ce qu'il a comme véreux la bas! on devrait leur envoyer l'IGE.
Faudrait pas aussi "publiez ce que vous payez" qui devient un vrai repère de malfaiteur, lol

**********************************************************************

A- a dit:


Bebe Ba enti vem? Evident que l'azzizzo ne voudra pas la transparence sur les contrats d'exploration comme son predecesseur Ely (Sidioca dormait ou n'osait pas toucher au dossier comme celui de la drogue).

Anonyme a dit…

Le 18 magique ou tragique, en tout cas lunatique, on ne sait plus, avait disparu depuis quelques temps et aujourd’hui ce jour qui donne deux fois 2010 2010 devait bien nous annoncer quelque chose ! Dans deux ans pour 2011 et 2012 plus aucun de nous ne verra ces jours qui reviennent ainsi depuis 10 ans ! Car à partir de 2013 vu qu’il n’y a pas de 13eme mois, on ne verra jamais 20132013 et ce jusque dans 100 ans ou presque, 2101 c’est-à-dire le 21 janvier 2101, on aura 21012101

On n’y sera plus dieu merci !

En attendant retournons à nos calculs

Pour celles et ceux qui débarquent de la lune et qui ont raté tous les calculs qui sont passés de cridem à tout le web mauritanien en ce qui concerne Sidioca et le 19 magique ou encore en ce qui concerne Aziz , partout aussi jusque dans la presse papier avec « à transmettre à Aziz par tous les moyens « paru à la une de la Sirène; il faut croire qu’Aziz ne l’a que trop reçu car son comportement en début de mandat ressemblait à s’y méprendre aux symptômes de la crise mystique « light » : rapprochement et cadeaux politiques sans précédent aux « islamistes » etc. d’ailleurs on dirait qu’il s’en est sorti… car ce n’est jamais très évident à encaisser ce genre de chose, il faut une foi tranquille ! Adi ! Adi ! sinon gare au chopage de melon !

Pour ceux-là donc, un peu de googlage, voir les archives de cridem, de canal ou chercher un exemplaire de la sirène

Quant à nous reprenons : aujourd’hui donc : 20/10/2010

20102010 x 18 = 3618(3618)0
3618 deux fois !
3618= 201x18
Et 3+6+1+8= 18 !
36183818 : 3x6x1x8x3x6x1X8= 20736
20736 : 2+O+7+3+6= 18 !


La date autrement :
2010x 2010= 4040100 = 224450X 18
Mais 4040100x18= 7272(18)00
(7272)1800 :
7272 : 7+2+7+2= 18 !
7272= 18x401
et 72X72 =5(18)4 et 5+1+8+4= 18
et 5184= 288x18
même 5184x18= 93312 et 9+3+3+1+2= 18
et la multiplication 18x9

peu importe, pas extraordinaire, un peu tiré par les veuch, voyons ailleurs !

la date encore autrement :
20x10x2010= 7236300
7x2X3X6X3= 756 et 7+5+6= 18 !
7236300x 18 = 130253400 et 1+3+0+2+5+3+4+0+0= 18 !
Et la multi des chiffres = 18x 20 !
Excellente chute pour le jour du 20 !

Conclusion et interprétation : voir Ould Dedew ! il vous dira s’il sait quelque chose…

Quant à moi , je dis à Aziz de se méfier car 18 s’écrit aussi 666 dont la somme fait 18 !

Le djihad perso est le lot de tous les croyants qui se battent contre eux-mêmes vers la lumière , c’est le lot des juifs , des chrétiens et des musulmans et de tous ceux qui croient en la dualité des forces : le bien et le mal en chacun de nous…

Mais had mayeu sma mate ev’ou

Voij’a !

d'ailleurs ça devait bien arriver car Aziz est né un 20. 12. 1956

et comme chacun sait

2x1x2x1x9x5x6 = 1080 !

mais aussi 20x12x1956= 469440 et 4x6x9x4x4 = 3456 dont la som fait 18 !

mais le plus effrayant c'est que 469440 = 18x 26080 !

26080 ne voyez vous rien ?

déplacez le zéro! 20608! né le 20 pour le 6/08 et quelle 6 ? le 6 aout , le 6/08, jour du coup d'état incroyable !

élu un 18 ! etc voir tous les autres calculs sur le net et dans la presse

ça ne s'invente pas

que lui arrivera-t-il le 2012 2012 ?

la kheir

inchallah !

Publié par vlane A.O.S.A à l'adresse 20:46

Anonyme a dit…

Et qui va reconstruire la vie des dizaines de milliers de Maures dont les vies ont été otées sinon brisés à Dakar lors des evenements de 89?
Personne! nous avons le droit d'avoir un autre regard

Bebe BA a dit…

Ils n'ont qu'à porter plainte contre le gouvernement Sénégalais;
--------------------------------------------------------------------------

Ano a dit:

Et qui va reconstruire la vie des dizaines de milliers de Maures dont les vies ont été otées sinon brisés à Dakar lors des evenements de 89?

Anonyme a dit…

Le 18 magique ou tragique, en tout cas lunatique, on ne sait plus, avait disparu depuis quelques temps et aujourd’hui ce jour qui donne deux fois 2010 2010 devait bien nous annoncer quelque chose ! Dans deux ans pour 2011 et 2012 plus aucun de nous ne verra ces jours qui reviennent ainsi depuis 10 ans ! Car à partir de 2013 vu qu’il n’y a pas de 13eme mois, on ne verra jamais 20132013 et ce jusque dans 100 ans ou presque, 2101 c’est-à-dire le 21 janvier 2101, on aura 21012101

On n’y sera plus dieu merci !

En attendant retournons à nos calculs

Pour celles et ceux qui débarquent de la lune et qui ont raté tous les calculs qui sont passés de cridem à tout le web mauritanien en ce qui concerne Sidioca et le 19 magique ou encore en ce qui concerne Aziz , partout aussi jusque dans la presse papier avec « à transmettre à Aziz par tous les moyens « paru à la une de la Sirène; il faut croire qu’Aziz ne l’a que trop reçu car son comportement en début de mandat ressemblait à s’y méprendre aux symptômes de la crise mystique « light » : rapprochement et cadeaux politiques sans précédent aux « islamistes » etc. d’ailleurs on dirait qu’il s’en est sorti… car ce n’est jamais très évident à encaisser ce genre de chose, il faut une foi tranquille ! Adi ! Adi ! sinon gare au chopage de melon !

Pour ceux-là donc, un peu de googlage, voir les archives de cridem, de canal ou chercher un exemplaire de la sirène

Quant à nous reprenons : aujourd’hui donc : 20/10/2010

20102010 x 18 = 3618(3618)0
3618 deux fois !
3618= 201x18
Et 3+6+1+8= 18 !
36183818 : 3x6x1x8x3x6x1X8= 20736
20736 : 2+O+7+3+6= 18 !


La date autrement :
2010x 2010= 4040100 = 224450X 18
Mais 4040100x18= 7272(18)00
(7272)1800 :
7272 : 7+2+7+2= 18 !
7272= 18x401
et 72X72 =5(18)4 et 5+1+8+4= 18
et 5184= 288x18
même 5184x18= 93312 et 9+3+3+1+2= 18
et la multiplication 18x9

peu importe, pas extraordinaire, un peu tiré par les veuch, voyons ailleurs !

la date encore autrement :
20x10x2010= 7236300
7x2X3X6X3= 756 et 7+5+6= 18 !
7236300x 18 = 130253400 et 1+3+0+2+5+3+4+0+0= 18 !
Et la multi des chiffres = 18x 20 !
Excellente chute pour le jour du 20 !

Conclusion et interprétation : voir Ould Dedew ! il vous dira s’il sait quelque chose…

Quant à moi , je dis à Aziz de se méfier car 18 s’écrit aussi 666 dont la somme fait 18 !

Le djihad perso est le lot de tous les croyants qui se battent contre eux-mêmes vers la lumière , c’est le lot des juifs , des chrétiens et des musulmans et de tous ceux qui croient en la dualité des forces : le bien et le mal en chacun de nous…

Mais had mayeu sma mate ev’ou

Voij’a !

d'ailleurs ça devait bien arriver car Aziz est né un 20. 12. 1956

et comme chacun sait

2x1x2x1x9x5x6 = 1080 !

mais aussi 20x12x1956= 469440 et 4x6x9x4x4 = 3456 dont la som fait 18 !

mais le plus effrayant c'est que 469440 = 18x 26080 !

26080 ne voyez vous rien ?

déplacez le zéro! 20608! né le 20 pour le 6/08 et quelle 6 ? le 6 aout , le 6/08, jour du coup d'état incroyable !

élu un 18 ! etc voir tous les autres calculs sur le net et dans la presse

ça ne s'invente pas

que lui arrivera-t-il le 2012 2012 ?

la kheir

inchallah !

Publié par vlane A.O.S.A à l'adresse 20:46

Anonyme a dit…

Lu pour ano foté, sams commentaire particulier. A-
==
Focus : La connexion AQMI-Polisario se précise.


Les experts et analystes sont formels : Al Qaïda au Maghreb islamique, bien que nuisible comme toute organisation terroriste, n'est pas ce géant qu'on tenterait de faire croire à travers une certaine presse.

C'est un regroupement de quelques hommes, en majorité des Algériens, anciens combattants du Groupe Islamique Armé (GIA) et du Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC). Cette centrale terroriste tire sa principale force de la collaboration -forcée ou rémunérée - de populations nomades de la bande sahélo-saharienne et des zones maghrébines contrôlées par le Front Polisario.

L'argent de la drogue et des trafics illicites de toutes sortes, ajouté aux revenus des rançons encaissées lors d'échanges d'otages, constituent un bon trésor pour financer n'importe quelle opération en faisant appel à des services de mercenaires.



Plusieurs tonnes de cocaïne, d'héroïne, de chanvre indien, de cannabis venus de Colombie, transitent par l'Afrique de l'Ouest, pour être acheminés par des relais liés à AQMI, vers l'Europe, via la Mauritanie, l'Algérie et le Maroc. Le beau coup de filet que vient de réaliser la police marocaine, en démantelant un réseau par l'arrestation de 34 personnes, en est une preuve suffisante. Le modus operandi des trafiquants est actuellement éventré et tout confirme l'implication active de cellules d'AQMI.

Il était ainsi facile pour des pays comme l'Algérie d'ostraciser les populations Touarègues en les accusant d'être de connivence avec AQMI pour faciliter les opérations terroristes qui couvrent - aujourd'hui c'est clair- un vaste trafic de drogue. Fausses allégations qui ont poussé aujourd'hui ce peuple du Nord-Mali, blessé dans sa chair par ces fausses informations, à défendre son territoire envahi de plus en plus par des gens indésirables qui entravent toute activité de développement.

Une situation qui est en train d'accélérer la mise en place d'unités spéciales de l'armée malienne dans lesquelles seront engagés, aux côtés des forces gouvernementales, d'anciens combattants de la rébellion touarègue, conformément aux dispositions de l'accord de paix signé à Alger entre l'Alliance pour la Démocratie et le Changement (ADC) et le gouvernement malien, en juillet 2006.

Anonyme a dit…

Swite pour ano foté.

===
Ces unités spéciales devraient être placées sous le commandement de l'armée régulière malienne, qui devra assurer ainsi leur formation et encadrement. Ces jeunes Touarègues, qui connaissent parfaitement le désert, seront d'un appui déterminant pour l'armée malienne dans la lutte contre AQMI.

D'ailleurs, indisposés par les agissements de groupuscules qui se réclament d'AQMI et ne sont en réalité que des trafiquants de drogue, les Touarègues ont décidé de nettoyer la zone. C'est ainsi que des hommes de l'ex-chef rebelle touarègue, Ibrahim Ag Bahanga, ont abattu la semaine dernière 12 narcotrafiquants qui tentaient de faire passer de la cocaïne en provenance du Maroc et à destination de l'Égypte via le Sahara.

Au même moment, Peter Pham, le premier vice-président du Comité national pour la politique américaine, affirme que "le groupe terroriste Al-Qaïda dans le Maghreb Islamique (AQMI) a de plus en plus recours aux mercenaires du Polisario pour mener ses opérations criminelles dans la région du Sahel ". Ainsi, a-t-il précisé : "Durant ces deux dernières années, AQMI a recruté des mercenaires du Polisario, qui sont des combattants aguerris, capables d'assurer le succès des opérations menées par ce groupe terroriste", a souligné cet expert US, dont les propos sont rapportés par la radio Voice of America.

Ce recrutement, a-t-il tenu à préciser, "se fait sur la base de considérations pragmatiques et non idéologiques, car il s'agit d'exécuter des opérations de prise d'otages ou encore de protéger le passage du trafic de drogues transitant par la région du Sahel".

De toute façon , le cas d'Oumar dit Le Saharaoui, arrêté en Mauritanie pour le rapt de quatre Européens, avait reconnu ne pas être un membre actif d'AQMI, mais un simple mercenaire payé par des chefs terroristes pour capturer des otages.

Autant de choses qui ne laissent aucun doute à la connexion entre AQMI et le Front Polisario. Les experts américains avaient avancé cette hypothèse depuis deux ans. Aujourd'hui elle se précise, surtout qu'il se dit que, sous le prétexte d'un soulèvement contre la pratique du paiement de rançons aux terroristes, des opérations pro AQMI sont en préparation à partir des zones contrôlées par le Polisario.

Amadou Bamba Niang
L'Indépendant

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : L'Indépendant via Maliweb

Anonyme a dit…

Bravo Bebe Ba. L'IGE à l'ITIE? Faut pas y compter. Trop de gens impliqués dans des affaires pas trop catholiques avec le raportage sur les revenus petroliers entre la transition, la période Sidioca et la saga HCE. C'est de la vieille histoire maintenant. Même el marhoum KBG s'est arrêté net comme un monsieur de chez lui était impliqué dans la sordide affaire de Winfield.

Anonyme a dit…

Hatha c'est final walla azzizzo va leur pardonner? Ould Semane est fou et il ne jouit pas de ses facultés mentales. On ne peut pas tuer un fou. A-

===

El khadim Ould Semane affirme ne pas vouloir interjeter en appel contre le verdict...


...le condamnant à mort.


Le prisonnier salafiste El Khadim Ould Semane vient d’affirmer ne pas vouloir interjeter en appel contre le verdict le condamnant à mort pour sa participation à une fusillade avec les forces de l’ordre connue maintenant sous le nom de dossier « Centre émetteur ».

Ould Semane, âgé de 36 ans, considéré comme le chef de la cellule « Ansar Allah Al Mourabitoune vi bilad Chinguitt », branche mauritanienne d’AQMI (Al qaeda au Maghreb islamique), accusé d’atteinte à la sécurité publique et d’attaque contre les biens de l’Etat, a dit ne pas prendre en considération « un jugement qui n’est prononcé au nom d’Allah », selon son propos.

Et selon des sources judiciaires, Ould Semane devient, de par sa position refusant de faire appel, le premier condamné à agir de la sorte en Mauritanie laissant libre cours à un verdict prononcé en jugement de première instance.



Le chef salafiste a même accueilli la sentence par dix invocations du nom d’Allah, lancé depuis la cage de fer servant de box des accusés, avant d’étreindre son compagnon et lieutenant Sidi Ould Sidina.

A signaler que la session ayant traité du dossier numéro 465/08 concernant les accrochages du Centre Emetteur, a condamné à mort 3 chefs salafistes (Khadim Ould Semane, Marouf Ould Haiba et Sidi Ould Sidina) alors que Taki Ould Youssef a écopé de 15 ans de prison ferme avec travaux forcés et une amende de 3000000 d’ouguiyas.

D’autres salfistes ont été condamnés à des peines moindres allant de 2 à 10 ans de prison ferme. Deux salafistes jugés par contumace, Teyib Ould Sidi Aly et Vewaz dit Ibrahim ont vu leurs verdicts différés.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Média (Mauritanie)

Anonyme a dit…

C'est le SG du Ministère! A-
===
http://www.cridem.org/C_Info.php?article=48537

Anonyme a dit…

Fils du bled enta vem? Reponse du berger à la bergère ou vice-versa. Depuis quand Ag Bahanga roule pour les algériens? Je croyais qu'il roulait pour Tripoli !

Je crois maintenant les deux: il fuit avec le Mali à ses trousses, passe par Tamamrasset et se retrouve à Tripoli. Pendant qu'officiellement Alger lui faisait aussi la chasse, dans le cadre de l'assistance au Mali en application aux accords d'Alger!

Lui confier maintenant la chasse à AQMI, quelque soit pour qui il roule, c'est se foutre le doigt dans l'oeuil.J'avais crû cette saga terminée depuis longtemps. Mais c'est non, il me paraît.

Be careful, azzizzo !

Ano foté enta veum? Prends pas personnellement comme ton nom est anonyme.

A-

===

http://www.maliweb.net/category.php?NID=66332&intr=

Anonyme a dit…

L'article d'El Watan qui fait voir rouge aux maliens. L'article, objet de la reaction ci-haut.

http://www.temoust.org/les-ex-rebelles-touareg-se,15212


Ano foté: faut suivre et ne pas lacher le fils. sinon en ne comprenant pas la trame, tu continueras à insulter A- qui n'arrêtera pas.

A-

maatala a dit…

Salam

Lu sur kassataya

"Un des petits-fils du souverain saoudien vient d’être condamné à la prison à vie pour le meurtre d’un domestique, retrouvé étranglé dans une chambre d’hôtel en février dernier.

Reconnu coupable du meurtre d’un de ses domestiques par la justice britannique, Saoud Ibn Abdelaziz Ibn Nassir Al Saoud a été condamné à une peine d’emprisonnement à vie par le tribunal d’Old Bailey, à Londres, mercredi 20 octobre.

Ce petit-fils du roi Abdallah d’Arabie saoudite âgé de 34 ans, s’est rendu coupable du meurtre d’un de ses employés le 15 février dernier, au cours d’une soirée alcoolisée « à connotation sexuelle », selon la cour. Sa sentence est assortie d’une peine incompressible de 20 ans.

La victime, Bandar Abdallah Abdelaziz, 32 ans, avait été retrouvée étranglée dans la chambre d’un luxueux hôtel, le Landmark, qu’elle partageait avec le prince. Son visage portait des marques de morsures, et son corps de nombreuses traces de coups. Le prince et son domestique revenaient d'une soirée arrosée pour la Saint-Valentin lorsque le meurtre a eu lieu. Il avait déjà battu son serviteur à plusieurs occasions, dont au moins une fois filmée par les caméras de sécurité de l'hôtel, en janvier.

Égalité devant la loi

Pour sa défense, le prince saoudien a tenté d’invoquer l’immunité mais le ministère des Affaires étrangères a tranché en sa défaveur. À la lecture du verdict, le juge a déclaré : « Je commettrais une erreur si je vous condamnais soit plus lourdement soit plus légèrement en raison de votre appartenance à la famille royale saoudienne. […] Personne dans ce pays n'est au-dessus de la loi. »

Durant le procès, qui a duré deux semaines, l’accusation a démontré que le domestique avait été agressé à de nombreuses reprises avant de subir ces violences fatales. Elle a aussi évoqué un « élément sexuel » dans le crime, apportant la preuve que le prince avait à plusieurs reprises payé des prostitués masculins et consulté des sites pour des « massages gays ».

Al Saoud a néanmoins nié toute homosexualité, et toute agression sexuelle sur son employé, affirmant qu’ils étaient « amis et égaux ». Des témoins ont cependant comparé le traitement dont il faisait l’objet à de l’esclavage.

Source: Jeune Afrique


maatala

Anonyme a dit…

Bravo. Si le groupe armé touareg est celui dirigé par Ag Bahanga, il ne faut pas trop s'éloigner. A-

====


Grand exploit de l’armée : les réseaux terroristes chassés à plus de 600 km de leurs anciens QG.


Au cours de la réunion qu’il a tenu hier avec les autres leaders des partis politiques de la Coordination de l’Opposition Démocratique, le chef de file de l’opposition, est revenu sur des aspects de son récent tête-à-tête avec le président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz.

Selon le président du Rfd Ahmed Ould Daddah, les échanges entre les deux hommes n’avaient pas eu trait à la situation politique qui prévaut actuellement dans le pays, mais avaient surtout porté sur la guerre menée par l’armée mauritanienne contre les réseaux terroristes, pirates et narcotrafiquants dans le nord du Mali.

Ould Daddah aurait également indiqué que le président de la République l’a informé des dernières évolutions sur le terrain des combats, précisant que les troupes mauritaniennes, dont des premiers convois sont arrivés aujourd’hui à Néma, faisant l’objet d’accueils chaleureux et enthousiastes, avaient contraint les lesdits réseaux à se retirer de leurs anciennes positions à plus de 600 km, dans le désert.



Une heureuse nouvelle, qui conjuguée à la puissante disponibilité des tribus touaregs de combattre l’Aqmi, montre si besoin est que l’armée mauritanienne est sortie triomphante d’une guerre décisive, que certains ennemis de la Mauritanie tiennent à tout prix, mais sans succès à travestir et à étouffer.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Le Véridique

Anonyme a dit…

Il faut que les mauritaniens commencent à respecter l'esprit des contrats. Aussi aux notaires de bien rediger leurs actes. Par deux fois j'ai vu deux actes notariés (les seuls que j'ai vu dans ma vie)de chez des notaires de la place et chaque fois les actes notariés sont pleins de fautes d'ortographe et à la legalité parfois pas très certaine. Si l'acte a été mal ficelé, la plaignante doit aussi voir du côté du notaire. A-
====
A propos de l’article concernant l’hôtel Emira paru dans Le Quotidien de Nouakchott n° 621 ...


...du lundi 18 octobre 2010.


Me Brahim Ould Ebetty réagit : « le contrat est signé et déposé chez le notaire par les trois parties pour être classé au rang des minutes du notaire».

Me Brahim Ould Ebetty avocat de deux ressortissants espagnols, notamment M. Carmelo Agustin Gonzalez Santana et M. Eugenio Hernandez Leon dans une affaire judiciaire en cours de jugement au tribunal du commerce à Nouakchott, a dit avoir été surpris de lire par voie de presse, les déclarations de Mme Chimini Mint Hamam relatives au contrat dûment signé avec ses clients pour la gestion de l’hôtel « Emira».

A ce titre, il apporte la réponse qui suit pour rétablir certaines vérités.



« Le contrat est signé et déposé chez le notaire par les trois parties concernées pour être classé au rang des minutes du notaire, M. Ishagh Ould Ahmed Miske. L’acte de dépôt pour reconnaissance d’écriture et de signature date du 2 mai 2010. Ce contrat est conclu pour une durée de 15 ans devant prendre effet à compter de la date en entête, c'est-à-dire le 1er mai 2010. Les parties contractantes l’ont déposé chez le notaire le 2 mai 2010. Les deux espagnols sont payés à hauteur de 40 % des bénéfices bruts de l’hôtel. Ce qui signifie que si la propriétaire de l’hôtel accepte une telle clause et offre son hôtel, elle avait besoin d’un partenaire étranger pour le gérer.

Dans le contrat, il n’y a aucun engagement des gérants de l’hôtel de payer un montant déterminé –qu’il soit mensuel ou trimestriel- à la propriétaire de l’hôtel, mais seulement des pourcentages des bénéfices après le paiement de la prime de gestion payable au gérant, prélevé sur le bénéfice brut et avant toute autre distribution. De plus, il n’y a aucun engagement des gérants d’investir un quelconque montant dans l’hôtel, mais de le gérer moyennant la prise en charge par la propriétaire, d’un fond de roulement de l’ensemble des frais et notamment des impôts.

Dès la signature du procès-verbal de contrat, le propriétaire a remis les clefs de l’hôtel -clés en main- aux gérants qui ont commencé à organiser sa comptabilité qui n’existait pas. Ses relations avec l’extérieur et après cinq mois de travail, la propriétaire se présente et soutien qu’il n’y a jamais eu de procès-verbal de réception de l’hôtel et que le contrat n’est jamais entré en vigueur. Argument surprenant parce qu’il s’agit d’un contrat authentique passé devant le notaire dont l’objet (l’hôtel), a été remis aussitôt.

A supposer que la propriétaire a commis une erreur pour n’avoir pas exigé un procès-verbal de réception avant la remise de l’hôtel, elle ne doit pas occulter l’application du principe : « nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude » qui sied bien à ce cas d’espèce.

Par ailleurs, l’article 16.1 du contrat stipule : « En cas de divergence sur l’interprétation ou l’accomplissement du présent contrat, les parties se soumettent à la connaissance et aux compétences des tribunaux de Nouakchott, avec le renoncement de tout autre qui pouvait lui correspondre ».

Ce qui n’a pas été le cas du propriétaire de l’hôtel dans cette affaire contrairement à mes clients qui s’en sont remis aux juridictions compétentes pour le jugement de ce différend.

Propos recueillis par Moussa Diop








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Le Quotidien de Nouakchott

Anonyme a dit…

Hatha interessant. A-

http://www.canalrim.info/spip.php?article1434

maatala a dit…

Salam

Réunion du Conseil des ministres


- Projet de décret portant cession provisoire d'un terrain à Nouakchott au profit de Bouamatou Société Anonyme " BSA ".

- Projet de décret portant cession provisoire d'un terrain au profit du Groupement Mauritanides Voyages S.A. et Point Afrique

---------------------------------

Qui peut m'expliquer que veut dire cession provisoire.

Depuis quand Bouamatou ne peut plus acheter un terrain dans ce repère à Ratons( les salafiste).

Cession provisoire ou mise à disposition dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur Kassataya

Le sexe, best-seller insoupçonné des librairies musulmanes

"« Comment acquérir les faveurs de ton mari ? », « 57 procédés pour raffermir l'amour de ton mari », « Comment faire face au désir », « Recommandations d'une mère à sa fille à la veille de ses noces »…



Non, ce ne sont pas les titres de la section « sexologie » de la Fnac, mais des ouvrages proposés par les libraires musulmanes de France.
La première chose qui frappe lorsqu'on pénètre dans une librairie islamique, c'est la place exorbitante prise par ces petits opuscules, au prix relativement modeste (entre 5 et 10 euros) qui traitent tous de la même chose : le sexe.

« Ce sont les ouvrages qui se vendent le mieux, confie cet imam marseillais qui tient l'une des plus grandes librairies musulmanes de la ville. Ils partent comme des petits pains. »

En deux mots : dans l'univers musulman français, le sexe peut rapporter gros. Généralement édités en Belgique, ces livres sont des traductions d'ouvrages arabophones rédigés par des théologiens ou des juristes d'obédience salafiste, ce courant littéraliste né en Arabie Saoudite.

Mais, contrairement à une idée reçue, ces opuscules ne sont pas achetés exclusivement par des adeptes de cette mouvance, très minoritaire en France.

D'autres jeunes musulmans croient y trouver l'orthodoxie religieuse en matière de sexualité, de rapports hommes/femmes et de relations matrimoniales.

« Où est la fierté arabe et où l'esprit viril de l'Islam ? »

La lecture de cette littérature religieuse a de quoi effrayer, légitimant une interprétation machiste, homophobe et culpabilisante de la vie en société. Avec dénonciation radicale de la mixité, présentée comme le « mal suprême » des sociétés occidentales.

« La mixité entre femmes et hommes qui se divertissent est une erreur, ceci n'est pas permis. Comment la femme peut se mêler aux hommes et jouer avec eux et eux avec elle ? Où est la fierté arabe et où l'esprit viril de l'Islam ? […]

maatala a dit…

Ceci par Allah, n'est pas permis, ni du point de vue de la Loi islamique ni du point de vue de la virilité arabe », peut-on lire dans un recueil de Fatwas saoudiennes diffusé en français à plusieurs milliers d'exemplaires dans nos librairies islamiques.

Ces ouvrages consacrent la domination masculine sur le mode le plus trivial. Leur majorité prône l'équité de l'homme envers la femme, mais toujours pour célébrer la supériorité du sexe fort sur le « sexe doux » comme disent les savants.

L'homosexualité est unanimement dénoncée comme un signe majeur de la décadence occidentale. Et le sida en serait le châtiment divin :

« Dernièrement Allah éprouva ceux qui Lui ont désobéi par l'épidémie du sida qui s'est propagée et se propage encore à un rythme exponentiel.

Ainsi, ceux auxquels la maladie se transmet quotidiennement au niveau mondial atteignent le nombre de 10 000 personnes. […]

Il reste à savoir que 73 % des personnes atteintes de cette maladie sont homosexuelles. »

Le missionnaire, « la meilleure position »

Au-delà du statut de « gardiens de la morale », les théologiens s'improvisent volontiers sexologues. Avec foule de détails sur les « bonnes » pratiques sexuelles au sein du couple musulman : préliminaires, position idéale (missionnaire), fellation, prohibition de la sodomie…

« La meilleure position que l'homme doit adopter pour aborder son épouse est de se mettre sur elle après l'avoir allongée sur le dos, après les préliminaires et les baisers. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle fut appelée “lit”, comme a dit le Prophète.

[A l'inverse], la plus mauvaise position est que la femme se met sur l'homme, c'est l'inverse de la position naturelle à laquelle Allah a prédisposé l'homme et la femme. »
S'il est très difficile de mesurer l'influence réelle de ce type de littérature, une chose est sûre : à trop la consulter, on risque de devenir schizophrènes. Ou, pire, obsédés sexuels !

Illustration : El Diablo.

Par Vincent Geisser
Source: RUE89


maatala

Anonyme a dit…

Maatala,

Nous sommes pire. Une amie sénégalaise me disait qu'elle avait un ami mauritanien qui travaillait aux nations unies dans les années 80. Chaque fois qu'il la penetrait, il disait bismillah et reciatait un verset. Le sexe et la religion chez nous, c'est cu et chemise. Elle a 5 enfants avec un congolais et elle est heureuse et épanouie. Le gars a certainement perdu son boulot et doit être entrain de faire la queue quelque part pour chercher une nomination.

Anonyme a dit…

Les zamis,

Un sommaire sur ce qui se passe dans la région. De Kal du blog "The Moor Next Door". C'est la qualité, genre précision suisse. On peut ne pas être d'accord sur certains points, mais ça aide à reflechir correctement. N óubliez pas aussi de lire les commentaires. C'est en anglais, mais il y a une vidéo d'Al Jazeera avec Beddredine.

Ano foté: tegra lenglizia? Il te le faut sinon tu loupes tout.

Couly: c'est le weekend and there is no excuse. This is high stuff. Bises à la petite Fatimetou. J'espère que tu n'as pas perdu le fil (el kheit) et merci de l'attacher sur son mignon poignet. Son futur mari est à côté entrain de jouer avec son wii.

A-

http://themoornextdoor.wordpress.com/2010/10/19/data-dump-re-political-positioning-in-the-maghreb-sahel/#comment-3352

Anonyme a dit…

Mark,

Tu as dit:

"J'espère que j'ai réussi durant les trois dernières années à soutenir et à renforcer les relations de coopération entre les Etats-Unis et la Mauritanie"

Tu as oublié de dire que tu as tout fait pour saboter la démocratisation du pays et on a compris ton jeu après. Même l'instrumentalisation de Hanevi en cette période chaude, qui a finalement réjoint Ould Hadi comme un caniche. On sait tout cela.

Allez bon vent, bonne retraite et une longue vie pour regretter ce que tu as fait contre les voeux du peuple mauritanien. You are a heck of a gamer: crossing, double-crossing and trying to come clean with this statement. You think fooling who? Shame on you.

Adieu. A-

==
Mark Boulware décoré par le président de la République
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien
Politique - Mauritanie

Jeudi, 21 Octobre 2010 18:45 Écrit par kassataya 0 Commentaires
Mark Boulware
Le président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz a décoré mercredi l’ambassadeur des Etats-Unis à Nouakchott, Mark Boulware, de la médaille de Commandeur de l’Ordre du Mérite National. A sa sortie de la cérémonie de décoration, qui lui a permis de faire ses adieux au président Mohamed Ould Abdel Aziz, Mark Boulware a fait la déclaration suivante à l’Agence mauritanienne de presse :

"J'ai eu l'honneur d'être reçu par le président Aziz auprès duquel j'ai pris congé au terme de mon mandat en ma qualité d'ambassadeur des Etats-Unis d'Amérique en Mauritanie. Le président m'a honoré par cette distinction qui restera une source de fierté pour moi durant toute ma vie.
J'espère que j'ai réussi durant les trois dernières années à soutenir et à renforcer les relations de coopération entre les Etats-Unis et la Mauritanie.
Pendant mon séjour dans ce merveilleux pays, je crois que j'ai réussi à comprendre quelques uns des aspects de la culture, de l'histoire et surtout des moeurs de ce peuple fier. Pour ne rien vous cacher, j'ai aimé ce pays et j'ai aimé ce peuple.
J'ajouterais que je ne peux jamais oublier l'accueil, l'hospitalité et l'ouverture d'esprit que j'ai reçus des mauritaniens et de tous les mauritaniens, à l'est, à l'ouest, au sud et au nord.
Je profite également de l'occasion qui m'est offerte pour remercier infiniment chaque mauritanien et pour lui dire que je serai toujours son ambassadeur et celui de la Mauritanie où que je me trouve.
En fin de compte, j'espère que j'aurai d'autres possibilités de visiter ma deuxième patrie, la Mauritanie ".

Le diplomate américain dont la mission se termine en Mauritanie sera remplacé par Mme Joe Ellen Powel qui a été nommée le 15 juillet dernier par le président Barack Obama.

rim24.info

Anonyme a dit…

Bon. Avec ça, je colle la paix à Hanevi. Il faut qu'on sache les petites choses et il n y a rien de grave à les dire. azzizzo est au pouvoir jusqu'en 2014 et on fera avec. Pas de soucis, mais il ne faut pas faire la pipe à qui que ce soit. Je suis le seul courageux à dire cela en ces termes. Il faut me comprendre: je veux du changement et je m'en fous qui est assis sur le trône. A-

====

Le Conseil des Ministres cède des terrains à des parents du Président
22-10-2010
Des sources ont indiqué que le Conseil des ministres de ce jeudi n’a pris aucune mesure individuelle. Ces mêmes sources ont confirmé que ce Conseil a accordé temporairement des terrains à des proches du Président, en l'occurence l’homme d'affaires Mohamed Ould Buamatou qui a bénéficié de deux terrains, tandis qu’un autre terrain a été cédé au Groupement Mauritanides Voyages.

Ces mesures sonneraient comme un clin d'oeil au richissime homme d'affaires, qui se trouveraient à l'extérieur du pays depuis quelque temps, en legère friction avec son cousin président à qui il apporta un soutien crucial dans son éléction.

Ould Bouamatou avait également été décoré le 28 novembre dernier, chevalier de la légion d'honneur.

Anonyme a dit…

Maatala,

Sur le chapitre libido et Islam. sexe et religion: toujours de pair.

==
Querelle de ménage au palais du président gambien à Banjul : Yaya Jammeh offre une dot de 75 millions FCFA à sa seconde épouse, sa première femme, Zeinab s'exile et demande le divorce



Bamako Hebdo, 23/10/2010
Le bruit courait dans les rues de Banjul depuis quelque temps et finalement un communiqué de la présidence gambienne l’a confirmé : le président Yaya Jammeh a convolé en seconde noce. L'heureuse élue est une jeune gambienne, fille de l'ambassadeur du pays en Arabie Saoudite, Omar Gibril Sallah. Seulement voilà : après avoir versé une dot faramineuse de 75 millions FCFA à sa seconde épouse, sa première femme Zinab a abandonné le palais de Banjul pour s'installer aux Etats-Unis. Elle réclame le divorce.

Lady Alima Yahya Jammeh, c'est le nom que prendra désormais la nouvelle épouse de Yaya Jammeh, de son vrai nom Alima Sallah. L'information est contenue dans un communiqué de la présidence de la République gambienne qui tient à préciser que : "Ceci sert aussi de notification officielle à toutes les missions diplomatiques accréditées dans le pays, à nos ambassades à l'étranger, à tous les pays du monde, mais aussi aux amis et sympathisants de la Gambie". Puisque nous sommes de ces amis, nous prenons acte et par la même occasion ferons passer la nouvelle partout où besoin sera.

Rappelons qu'auparavant, le président Jammeh avait épousé puis divorcé d'avec une gambienne, Madame Tuti Faal, avant de se marier avec Zineb, une Maroco-Guinéenne qui porte actuellement le titre de Première dame. Yaya Jammeh en est donc à son troisième mariage.

Mais comment le protocole parviendra-t-il à gérer deux femmes de chef d'Etat ? Dès le départ, le communiqué diffusé par les services présidentiels précise que la deuxième épouse "ne devra pas être appelée Première dame parce que, d'après le protocole, il ne peut y avoir qu'une seule Première dame et dans ce cas, il s'agit de Madame Zineb Yahya Jammeh".

Il faut retenir que la dot offerte par le président Yaya Jammeh à sa seconde épouse, Alima Sallah, s'élève à 125 000 dollars soit 75 millions de francs et il s'engage à couvrir de cadeaux sa nouvelle épouse. Il a aussi promis de financer les études des frères de Alima jusqu'au doctorat, s'ils le souhaitent.

L'arrivée de la deuxième épouse a projeté le président Jammeh dans une querelle de ménage car Zineb, la première épouse, n'est plus à Banjul depuis plus d'un mois. Elle a préféré se rendre à New York avec plusieurs gardes et servantes. Elle demande tout simplement le divorce "car ne voulant pas partager son mari". Il faut souligner que ce genre de querelle n'est pas une première entre la première dame et son mari car, il y a quelques années de cela, Zineb était parvenue à casser l'union entre Jammeh et une autre gambienne. Y parviendra-t-elle une nouvelle fois ? Rien n'est moins sûr car selon des informations en provenance de Banjul et circulant via Internet, les Gambiens semblent mieux apprécier la nouvelle mariée, jugeant leur actuelle Première dame "méprisante". Lady Alima Yaya Jammeh semble donc avoir le vent en poupe pour dompter à suffisance le lion de Banjul qui n'est pas prêt de reculer cette fois-ci.

Il se dit que malgré les interventions de chefs religieux gambiens, la marocaine est restée ferme sur sa décision, menaçant même de confisquer les biens de Jammeh au Maroc et en Guinée. En plus, elle veut assurer la garde des enfants.

Rappelons que la Gambie, un pays de plus d'1,5 million d'habitants, incrusté dans le Sénégal au plan géographique, est dirigée par Yahya Jammeh depuis que ce dernier a réussi le coup d'Etat du 23 juillet 1994 contre Daouda Kaïraba Diawara. Il s'est fait élire au suffrage universel le 27 septembre 1996 avant d'être réélu le 18 octobre 2001 et le 22 septembre 2006.

Amadou Bamba NIANG

maatala a dit…

Salam

Lu pour A-

"11:16
Mohamed Sifaoui : 'Aqmi est le premier employeur au nord du Mali'.


Mohamed Sifaoui enquête sur Al-Qaïda depuis plusieurs années. Dans un livre qu’il vient de publie, il décrit la montée en puissance d’Al-Qaïda au Maghreb islamique, cette branche saharienne de l’organisation terroriste islamiste qui donne aujourd’hui du fil à retordre aux Etats du Sahel.

Question : Dans votre livre, vous décrivez la montée en puissance d’Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Mohamed Sifaoui : Depuis plusieurs années, le GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat), qui est né en Algérie, a tenté de recruter en Tunisie, au Maroc ou en Libye. Des salafistes venus de différents pays maghrébins ont rejoint le GSPC au début des années 2000.



Ces recrues n’étaient pas nombreuses et le GSPC a voulu passer à une autre dimension pour augmenter ses effectifs. Le groupe a donc choisi de se donner une image plus régionale, en intégrant dans sa stratégie l’idéologie d’Al-Qaïda.

Question : À propos des deux chefs d’Aqmi, Droukdel et Belmokhtar, vous allez à l’encontre de l’idée selon laquelle, le premier serait un « pur » islamiste et l’autre un chef de bande.

Mohamed Sifaoui : Je m’étonne de la facilité avec laquelle les médias ont intégré dans leurs analyses la propagande des États du Maghreb et du Sahel, qui ont intérêt à vider de toute substance idéologique ou religieuse les groupes d’Aqmi, afin de les réduire à de simples groupes de bandits. Ce sont des terroristes et des intégristes. L’autre soir, lors de l’émission Complément d’enquête, l’ancien otage français Pierre Camade a confirmé que ses ravisseurs étaient bel et bien des islamistes, une espèce de moines guerriers, pour utiliser une terminologie occidentale.

En France comme à l’étranger.

maatala a dit…

Question : Selon vous, la prise d’otages au Niger et la menace d’attentats qui pèse sur la France a déjà eu un précédent : l’affaire de l’Airbus d’Air France et la vague d’attentats de 1995.

Mohamed Sifaoui : J’ai observé, depuis le 24 juillet dernier sur les forums djihadistes, un discours qui ressemble étrangement à celui que l’on pouvait lire ou entendre après l’intervention du GIGN sur l’aéroport de Marignane, pour libérer les otages de l’Airbus détourné à Alger en décembre 1994. Cette affaire a été suivie en 1995 par la vague d’attentats qui a touché Paris. Certains spécialistes opérationnels français ont, eux aussi, fait ce rapprochement. Aqmi veut s’attaquer ainsi aux intérêts français, à l’étranger comme en France.

Question : Votre livre confirme que le Mali est bel et bien le chaînon faible dans la lutte contre Aqmi au Sahel.

Mohamed Sifaoui : La situation économique ou politique, la faiblesse de l’armée malienne peuvent l’expliquer. Il y aussi une absence de volonté politique de s’attaquer au problème. Le pouvoir malien ne se sent pas concerné par Aqmi et ses pratiques. On remarque que, depuis 2003, tous les otages, quel que soit l’endroit où ils ont été capturés, ont été retenus prisonniers dans le nord du Mali, véritablement sanctuarisé par les terroristes. Les négociations se déroulent sur le territoire malien. C’est aussi dû aux liens noués entre les salafistes et les tribus locales. Abou Zeid ou Belmokhtar ont épousé des femmes de cette région.

Aqmi opère aussi une redistribution des richesses engrangées grâce aux rançons et à différentes activités. Aqmi est devenu le premier employeur au nord du pays, ce qui explique qu’il a pu ainsi obtenir de nombreuses complicités.

Avoir une ligne ferme.

Question : Que peut faire la France ?

Mohamed Sifaoui : Payer des rançons n’est pas une solution. Je ne veux pas dire que la vie humaine ne vaut rien, mais en donnant de l’argent, on ouvre la voie à tous les chantages. On valide un fond de commerce et dans six mois, les preneurs d’otages recommenceront. Je pense qu’un État doit avoir une ligne ferme et envoyer un message clair aux ravisseurs en fixant les limites qu’il ne peut franchir.

Question : Existe-t-il un « front intérieur » d’Aqmi en France ?

Mohamed Sifaoui : Il y a des sympathisants dont le nombre est estimé, selon les services spécialisés, entre 250 et 300 personnes. Mais combien sont-ils capables de passer à l’action ? Ceux qui représentent un danger sont entre 30 et 40, et ils sont connus et surveillés.

Le danger pourrait plutôt venir de membres d’Al-Qaïda recrutés en Afghanistan ou au Pakistan ou au Sahel, aguerris au combat et au maniement des explosifs. Ils pourraient s’infiltrer en France et recevoir un soutien logistique de sympathisants. Il y a un autre danger : que les membres d’Aqmi agissent dans des pays voisins, comme l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne ou les Pays-Bas, où des réseaux passeraient à l’action.


Source : La Nation (Mauritanie)

maatala

maatala a dit…

Salam

Sifaoui a dit:

"Je pense qu’un État doit avoir une ligne ferme et envoyer un message clair aux ravisseurs en fixant les limites qu’il ne peut franchir"

---------------------------------

Après 35 mort il était tant de montre les limites à ces rats du désert.

Il y a encore des Pleutre-tarlouzes de chez nous, qui pensent qu'ils faut être neutre, voir négocier avec la mal comme l'avait fait le Mother fucker Taya.

Béni soit le jour ou je pisserai sur sa tombe dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur Kassataya

Pour la liberté, suivez la route jusqu’à Bahreïn

"Tous les ans à la fin du jeûne du ramadan, de nombreux Saoudiens vont passer les fêtes dans le royaume voisin, où les contraintes sociales et religieuses sont moins pesantes.

Dernière nuit du ramadan : je suis en train de préparer le repas de rupture de jeûne pour la famille quand j’entends sonner le téléphone. C’est ma copine Noura. Elle m’appelle pour me poser, comme chaque année, la question rituelle : “On va à Bahreïn pour l’Aïd [la fête] ?” Les années précédentes, la réponse a toujours été oui sans hésiter. Mais, cette fois-ci, ce sera non. J’en ai décidé ainsi avec mon mari et mes enfants. Noura n’insiste pas. Elle sait qu’elle ne réussira pas à me faire changer d’avis. Bahreïn est un pays ami et son peuple nous est cher. Mais les raisons pour lesquelles j’y allais ont pour ainsi dire disparu. Avant, j’y allais pour acheter des livres interdits en Arabie Saoudite. Or, maintenant, des librairies ont ouvert leurs portes partout en Arabie puisque la censure a été abolie et que le ministère de la Culture garantit la liberté d’expression, permet le pluralisme des opinions et ne contrôle plus les médias.

Phare culturel

Avant, je me rendais à Bahreïn pour conduire ma voiture et pouvoir faire mes courses sans avoir l’impression d’être suivie par les agents de la Commission pour la promotion de la vertu et la répression du vice [police religieuse] susceptibles de me priver d’un de mes droits les plus fondamentaux, à savoir me sentir en sécurité dans mes déplacements. Or, depuis, le ministère de l’Intérieur a organisé leur reconversion professionnelle et, au lieu d’espionner la vie privée des citoyens, ils traquent désormais les terroristes et les trafiquants de drogue. Avant, j’allais à Bahreïn pour jouir de sa liberté religieuse, puisqu’on peut y visiter les lieux de culte de n’importe quelle religion – église, mosquée chiite ou sunnite [ainsi qu’une synagogue] – afin d’améliorer ses connaissances et d’apprécier la beauté d’autres rituels. Mais, maintenant, l’Etat saoudien s’est converti à la tolérance, à la suite d’un décret royal instaurant la liberté religieuse.

maatala a dit…

Avant, j’allais à Bahreïn pour participer aux activités de la société civile, notamment celles des organisations de défense des droits de l’homme et des associations qui proposaient des stages de formation sur le militantisme pacifique. Mais, maintenant, en Arabie Saoudite, les associations sont autorisées et il existe une Ligue des droits de l’homme. De même, on peut former des partis politiques et des syndicats afin de défendre les droits aussi bien des nationaux que des résidents étrangers. Par ailleurs, le ministère du Travail a abrogé le système des “garants” [wakil, qui enferme le travailleur immigré dans une relation de dépendance vis-à-vis de son employeur] et a établi une charte des droits des travailleurs. Avant, j’allais à Bahreïn afin d’assister aux activités culturelles, pour aller au cinéma et pour participer à des festivals, croiser des artistes, écrivains et intellectuels du monde entier. Or, désormais, c’est l’Arabie Saoudite qui est le phare culturel du Moyen-Orient. Elle est à l’avant-garde de la poésie et du roman arabe, elle a ouvert des musées et des théâtres, et les cinémas font partie intégrante de la vie sociale. Et plus personne n’a besoin d’envoyer ses enfants étudier dans une école ou une université de Bahreïn depuis que le ministère de l’Education a réformé l’enseignement.

“L’exception saoudienne”

Avant, j’allais à Bahreïn parce qu’une femme pouvait s’y sentir adulte et libre. Mais, depuis, en Arabie Saoudite, on a aboli l’obligation du tuteur mâle et promulgué une nouvelle loi de la famille, ce qui me permet de vivre dans un pays où je suis respectée et traitée comme un être humain.

Je me retourne dans mon lit. C’est la sonnerie du téléphone qui me réveille. Je suis encore à moitié dans ce beau rêve qui illumine cette matinée du jour de l’Aïd. Je décroche et c’est Noura qui est au bout du fil. Elle m’appelle pour parler de notre projet de partir trois jours à Bahreïn en famille, avec maris et enfants, afin d’échapper au contrôle social pesant et aux inquisiteurs moraux qui harcèlent les gens au nom de “l’exception saoudienne” et de la religion. Je me lève, prépare les bagages et charge la voiture de nos valises. Puis, c’est la route pour rejoindre le pont du roi Fahd, qui relie notre pays à l’île voisine. Comme chaque année, l’affluence est telle qu’on en aura pour des heures d’embouteillages. Cela me laisse le temps de me replonger dans mon rêve, le rêve du jour où mon pays aura évolué de telle sorte que je n’aurai plus envie de passer l’Aïd ailleurs.



Repère
Environ soixante-dix mille Saoudiens auraient passé la fin du ramadan à Bahreïn, selon le ministère de l’Intérieur du pays. Pourtant, ils n’y sont pas toujours bien vus. Plusieurs voitures saoudiennes ont été incendiées ces derniers mois. On accuse notamment les Saoudiens de provoquer des accidents de la route, sous l’effet de l’alcool qui n’y est pas interdit.

Par ­Wajiha Al-Huwaider

Source: Courrier International


maatala

Anonyme a dit…

Maatala,

La seule chose sensée que ce Sifaoui a dit est celle que tu as commentée. Elle suit la ligne d'Alger. Le reste est inodore, mais colored à l'eau d'une certaine presse en Algérie. Je vais acheter et lire Sifaoui, mais je garde mes distances ...

ça doit être une bonne lecture pour les ano fotés de ce bas-monde.

A-

Anonyme a dit…

Il n' y a pas de plaies à cicatriserm Bios le peshmerga de la TVM les flam ont tenté de nous exterminer on les a ratatiné, certains harnos aigris veulent les imiter, on les attend au virage
Vive AZIZ!!!!!!
UPRsbaiste

Anonyme a dit…

En reaction à l'ano ci-dessus, pourquoi le Senegal ne commence pas à regarder pour compenser les senegalais d'origine mauritanienne qui ont subit ce qu'on connaît. La RIM fait ce qu'elle peut et c'est un problème interne maintenant.

La position de l'ano d'en haut me fait reellement peur. Des commentaires honnêtes là-dessus? Cherchons la paix entre nous et la concorde.

A-

Anonyme a dit…

Piqué de Taqadoumy et lu pour Maatala. La corruption c'est ton rayon.

500.000 UM un reçu pour une distribution qui n'aura jamais lieu, c'est visible.

azzizzo: tu as de réels problèmes. Ton ministre de l'habitat n'a aucune notion des principes rudimentaires de la micro-économie que l'on enseigne pourtant dans les écoles d'ingenieurs. Il faudra verifier s'il a reellement eu le diplome de son école ou bien il faisait le zouave en France. Il a dit qu'il allait resoudre le probleme des quartiers precaires en un an. Un bon ingenieur sorti d'une soit-disante grande ecole ne dit pas des sottises pareilles. C'est impossible. La preuve: cette affaire de Bouhdida ...

A-
===
Vente de reçus de Gazras avant la distribution à Bouhdida
23-10-2010
Taqadoumy a appris de sources locales et de témoins oculaires que descommerçants vendent des reçus provisoires accordés par les agents recenseurs à la population comme preuve de possession de gazra, en préparation des opérations de lotissement. Ces commerçants profitent du fait que ces reçus ne portent aucun signe d’identité, ce qui facilite sa vente à qui en voudrait. Ces reçus sont vendus à des montants élevés, le reçu d’une cabane pouvant atteindre
près d'un demi-million d’ouguiyas.

Ces mêmes sources locales rapportent que ces commerçants sont arrivés à collecter une grande quantité de reçus par des transactions suspectes avec les enquêteurs au cours du recensement. Certains citoyens se sont plaint des pratiques arbitraires de l’un des ecenseurs du Ministère de l’Habitat, nommé Mokhtar Ould Habih en charge de la distribution des reçus.

Le journaliste Khalil Ould Sidi a déclaré à Taqadoumy qu’il a étébattu hier par des gendarmes pendant qu’il filmait ce recenseur en train de distribuer des reçus. En plus, il a été victime de violence
verbale et de détention pendant des heures, affirme-t-il.

Il a ajouté qu’ils ont confisqué son appareil photo qu’ils ont rendu hier nuit à une heure tardive après avoir détruit toutes les photos stockées.

Anonyme a dit…

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2010/10/22/irak-l-horreur-ordinaire-revelee-par-wikileaks_1429990_3218.html#ens_id=1429641

Anonyme a dit…

A-,
la restructuration des quartiers précaires de la ville de Nouakchott ne peut pas être achevé en une année.
Mais pour information le reçu numeroté et joint à un dossier avec la photo en famille du bénéficiaire.
Mais par contre ce qui est vendu c'est la baraque avant l'arrivée des agents ce qui permet à l'acheteur de ramener sa famille.
une fois il a son quitus, la même baraque est revendue à un autre.
Comme quoi ce pays est un carrefour de faussaires hors pair aucune loi ni régle ne peuvent venir au bout allah GHALEB...
filsdubled

Anonyme a dit…

Merci Fils du bled pour l'info. Hathou nos frères et soeurs au bled sont vraiment forts: se faire des sous sans beaucoup d'efforts en speculant sur des terrans pour les pauvres et vendant même leurs mères par dessus le marché. Hchouma. Je suggère vivement aux canalheurs d'acheter seulement leur petit lopin halal et de faire tout de suite un titre foncier. Autrement, on est pas à l'abri d'un saisie pour interêt public, qui se transforme en acquisition privée pour quelqu'un d'autre après l'élection de 2014 quand les islamistes seront au pouvoir. Azzizzo enta vem? Fis attention!

min nahiyetoun ou tin oukhra comme dirait x (wallah ella yewgui), je passe une nuit blanche sur les documents de wikileaks sur l'Iraq. Le site ci-dessous a tout et vous n'aurez pas besoin de lire 400.000 rapports:

http://owni.fr/2010/10/22/wikileaks-warlogs-irak-application-interface-visualisation/

Ano foté: tu vois? Regarder l'autre côté pendant que des amis tripatouillent le GSPC/AQMI depuis 2004 et notre silence coupable pendant des années ne fera qu'amener les forces étrangères à s'installer chez nous. Je crois qu'il est même trop tard pour faire marche arrière. C'est notre faute et il faut qu'on cesse de jouer aux sous-developpés comme les maliens. L'aventure d'azzizzo là-bas, c'est ce qu'il faut et j'espère que nos soldats vont retourner à Tombouctou. Autrement on est dans la mierda. Je te suggère vivement de te joindre au reste de canalh pour lire ce qu'il y a sur le site ci-dessus. Je ne travaille pas pour les dirhams ou les dinars, ni les ouguiyas.

A-

Anonyme a dit…

J'ai ici tendance a être d'accord avec Alger. Voir dernier paragraphe.Azzizzo découvre des quantités immnenses de pétrole et de gaz dans Taoudeni et nous le cache (dernier Para aussi). A-
==

La région fait l’objet de fortes convoitises

Le Sahel otage d’une géopolitique du chaos
El Watan (Algérie) 24 octobre 2010

dimanche 24 octobre 2010

Vu de Bamako, le problème posé par AQMI à Tombouctou paraît insignifiant ou, du moins, on ne lui accorde pas du tout le même intérêt que lui porte le voisin algérien.

Bamako (Mali). De notre envoyé spécial

Le président malien, Amadou Toumani Touré, n’est même pas d’avis à parler de terrorisme. Dans une allocution prononcée à Bamako, le 14 octobre dernier, devant les participants à la conférence biannuelle du Forum des éditeurs africains (TAEF), il laisse même entendre que cette question ne le concerne pas au premier chef dans la mesure où son pays n’est pas responsable de la situation. En décodé, cela voudrait dire que c’est à l’Algérie qu’il revient de « faire le ménage » puisque les terroristes viennent de chez elle. Si le chef de l’Etat malien ne rate plus aucune occasion pour se dédouaner de l’évolution prise par la situation au Sahel, il n’hésite plus également à déclarer ouvertement son désaccord avec Alger concernant la démarche mise en place pour contrer AQMI.

La tenue, le 14 octobre dernier, à Bamako même, d’une rencontre du G8 appuyée par Paris, consacrée au terrorisme au Sahel, à laquelle ont été conviés le Maroc et les pays de la région — l’Algérie n’y a pas participé — en est la meilleure preuve. A ceux, d’ailleurs, qui accusent le Mali d’être le « maillon faible » de la lutte antiterroriste au Sahel, ATT répond avec un certain amusement qu’« il n’y a même pas de chaîne ». Une déclaration qui n’ira certainement pas sans provoquer des grincements de dents à Alger, surtout que les autorités algériennes ont investi beaucoup d’efforts et de moyens pour mettre sur pied une coordination régionale en matière de lutte antiterroriste et restent opposées à l’idée d’une intervention militaire étrangère au Sahel. L’Algérie redoute, en effet, que les étrangers, que Bamako veut appeler à la rescousse, trouvent là un prétexte pour s’y implanter durablement.

Anonyme a dit…

Suite - d'accord avec Alger et azzizzo nous cache le tresor de Taoudenni. A-

==
L’avis d’ATT sur la question du Sahel n’est toutefois pas partagé par certains médias maliens qui attirent régulièrement l’attention sur les dangers que présente AQMI. C’est le cas, par exemple, du quotidien privé Nouvel Horizon qui a publié, dans son édition du 15 octobre dernier, une étude à faire dresser les cheveux sur la tête et qui prête l’intention à AQMI d’établir un émirat islamique dans le nord du Mali. Le journal le Monde-Duniya évoque, pour sa part, dans son édition parue le même jour, une volonté des Américains et des Français de créer un « Afghanistan africain » pour mettre la main sur les richesses souterraines de la région. Et la mise en place de ce scénario passerait, selon ce titre, par une manipulation d’AQMI. Les journaux maliens ne sont pas les seuls à avancer de telles analyses.


Les spécialistes de la région sont aussi de plus en plus nombreux à admettre le fait que depuis la récente découverte de grands gisements de pétrole, d’uranium et de fer dans le bassin de Taoudéni (une zone de 1,5 million de kilomètres carrés allant de la Mauritanie au Niger en passant par le Mali et l’Algérie), d’importants intérêts économiques cherchent à se servir d’AQMI comme alibi pour légitimer une présence militaire étrangère au Sahel. Bien entendu, l’objectif final recherché par ces intérêts est de s’assurer une part appréciable de ce nouvel eldorado minier. Autrement dit, le Sahel est pris dans l’engrenage infernal d’une géopolitique compliquée qui risque, à tout moment, de le précipiter dans le chaos. Une géopolitique dont les enjeux, ressort-il, sont perçus différemment dans la région. Et c’est probablement de là que pourraient découler les divergences constatées actuellement entre Alger et Bamako sur la question d’AQMI. Et comme toujours, les populations de la région paraissent, encore une fois, bien loin de s’imaginer de ce qui se trame derrière leur dos.

Zine Cherfaoui

Anonyme a dit…

Si la Grande-Bretagne est reticente pour aider le Mali, la Mauritanie et le Niger dans la lutte contre le terrorisme, pourquoi donc avoir rencontré azzizzo? Et pourquoi, selon Jeremy Keenan, ils ont un poste de Scotland Yard à Tombouctou ou Gao? Attendent-ils un feu vert d'Alger?

Les zamis: comme l'a dit El Watan hier ou aujourd'hui, le bassin de taoudeni est plein de gaz, de pétrole et probablement d'uranium. Est-ce l raison de la réunion du G8à Bamako? Il faut être très vigilant à partir de maintenant.

A-

=

L’Union européenne étudie les moyens d’aider les pays du Sahel vendredi 22 octobre 2010 / 22 :00

Bruxelles — Les pays de l’Union européenne vont étudier lundi pour la première fois au plus haut niveau les moyens d’apporter une aide aux pays du Sahel confrontés au terrorisme d’Al-Qaïda au Maghreb, notamment pour la formation des forces de sécurité locales.



Le sujet est à l’ordre du jour d’une réunion des ministres des Affaires étrangères à Luxembourg. Ils "vont examiner diverses options possibles sur le rôle que peut jouer l’UE afin d’aider à stabiliser la région" composée notamment du Niger, de la Mauritanie et du Mali, souligne une source diplomatique.

"Ce rôle pourrait combiner la politique étrangère de l’UE, sa politique de sécurité et ses outils d’aide au développement dans le cadre d’une approche cohérente", ajoute-t-elle.

Aucune décision sur des mesures concrètes n’est attendue lundi. Il s’agira d’un premier tour de piste "pour montrer que c’est une priorité de l’Union européenne" à présent, après les enlèvements d’otages européens, souligne un diplomate européen. "On veut tirer la sonnette d’alarme", ajoute-t-il.

"Il y a aussi un risque systémique avec le danger d’une propagation vers l’Est de l’Afrique et un arc de crise qui rejoindrait la Somalie", estime-t-il.

Sept otages, cinq Français, un Togolais et un Malgache, ont été enlevés mi-septembre au Niger par la branche maghrébine d’Al-Qaïda et sont aux mains de leurs ravisseurs dans le Sahel.

A terme, parmi les idées concrètes possibles figurent l’envoi d’une mission d’instructeurs pour aider à la formation de douaniers ou de forces de police dans les pays concernés, ou encore l’envoi d’experts pour améliorer le fonctionnement des administrations locales et du système judiciaire, souligne le diplomate.

"Une chose est sûre il n’est en aucun question d’envoyer des soldats européens sur place", indique-t-il.

Mais même une mission de formation dans le cadre de la politique de sécurité de l’UE ne sera pas facile à décider, en raison des réticences de plusieurs pays, à commencer par la Grande-Bretagne, selon une source diplomatique.

AFP via Google

Anonyme a dit…

A-
Le mecano de Louga c'est l'agent provisoire des francais. ils sont peut être en train de changer d'avis. Ely ente vem?

Anonyme a dit…

azzizzo: Boidiel et AOD sont toujours sous la main. Faut juste oublier les 100 millions et laisser AOD jouir du salaire de chef de l'opposition. Le problème c'est Messaoud et Maouloud.

Pour Ould Maouloud, doone-lui 1 ou 2 postes dans ton gouvernement, et il y met un cousin ou deux. Il lá fait avec Sidioca. Messaoud est plus sérieux et il faut le respecter.

A-
==

Le prnésident Ould Abdel Aziz ouvre le «Débat national sur le terrorisme...


... et l’extrémisme au Sahel».


Le président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz vient de donner le coup d’envoi du «Débat national sur le terrorisme et l’extrémisme au Sahel» qui se tient au palais des congrès de Nouakchott du 24 au 28 octobre courant.

Cette rencontre qui regroupe intellectuels, Ouléma, hommes politiques et hommes de culture, est une réflexion tout azimut sur le phénomène du terrorisme et l’extrémisme, tout en prospectant les voies et moyens de parvenir à une stratégie globale concertée et consensuelle en vue de lutter contre ce fléau.

Dans le mot qu’il a prononcé à cette occasion, le président Ould Abdel Aziz a réaffirmé la détermination de la Mauritanie à défendre le caractère sacré du territoire national et sa stabilité.



Il est à noter que plusieurs personnalités de l’opposition tels Ahmed Ould daddah, le chef de file de l’institution de l’opposition et président du RFD, Boidiel Ould Houmeid, président du parti ElWiam et Yahya Ould Ahmed El Waghf, président du parti Adil ont assisté à l’ouverture officielle de cet évènement.

Par contre l’APP, l’UFP et les Forces du changement boycottent ce «Débat national sur le terrorisme et l’extrémisme au Sahel» organisé par le Ministère de la Défense Nationale sous le haut patronage du président de la République.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : ANI (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Ano,

Wallah je ne sais pas. Le facteur Ely est un problème. Je ne veux pas qu'ils changent d'avis commme je soutiens azzizzo pour son aventure à Timbouctou. Le gars a des couilles. Mon appui jusqu'en 2014.

ElyCom: il faut repeindre la villa et mettre un beau jardin devant. Sinon, les gens continueront à penser que tu as laissé tomber. On sait que tu n'as pas du tout laissé tomber. L'image est importante. Donc utilise l'eau de l'Aftout Es Saheli pour faire un beau jardin devant chez toi. Les palmiers rabougris devant chez soi, ce n'est pas bon.


A-
===

Il a dit:

A-
Le mecano de Louga c'est l'agent provisoire des francais. ils sont peut être en train de changer d'avis. Ely ente vem?

24 octobre 2010 14:07

Anonyme a dit…

A+ enta vem? Les problèmes vont commencer. La RIM est très riche. A-

http://www.algeria-watch.org/fr/article/pol/geopolitique/ventre_mou.htm

Anonyme a dit…

azzizzo,

Tu as mon appui total. C ést ça ou la muerta. Avec ce qu'on a lu dans les documents de Wikileaks, faut pas s'amuser.

Ne torture personne, mais tire d'abord avant de poser des questions. C'est la seule option que nous avons: que le camp adverse ait peur.


A-

====
Ould Abdelaziz s’engage à maintenir la guerre contre le terrorisme au Sahel


Le président Mauritanien, M. Mohammed Ould Abdelaziz, a affirmé que son pays est en guerre contre ce qu’il a qualifié d’agresseurs, allusion faite à l’organisation d’Al-Qaïda au Sahel.

Ould Abdelaziz a indiqué que Nouakchott a décidé de transférer la bataille aux camps d’Al-Qaïda, après la série d’attentats qui ont ciblé les citoyens et étrangers dans les territoires de la république mauritanienne.

Le gouvernement mauritanien prépare actuellement une Stratégie nationale de Lutte contre le Terrorisme (SNLT). Dans cette perspective, un large débat sur le phénomène du terrorisme islamiste tient ses assises à Nouakchott à partir de dimanche, sous la présidence d’honneur du président Mohamed Ould Abdel Aziz, avec la participation de plusieurs centaines d’acteurs issus du gouvernement, des organisations de la société civile, des ulémas, de la presse...



Le président Ould Abdelaziz a indiqué dans un discours adressé aux participants à la conférence animée sur le terrorisme et l’extrémisme, que la Mauritanie qui fut un pays où régnait la sécurité a décidé d’affronter ces terroristes quels que soient les sacrifices et les peines, faisant allusion aux attentats perpétrés par Al-Qaïda sur le sol mauritanien.

Afin de réussir la bataille contre le terrorisme et Al-Qaïda, le président Oueld Abdelaziz a appelé les mauritaniens à ne pas lâcher prise et à se préparer à affronter les risques du terrorisme. Il a, également, indiqué que ces terroristes ont semé la zizanie et tenté de convaincre les gens à embrasser leur fausses doctrine et à les éloigner de l’esprit pacifique de l’Islam, doctrine des mauritaniens depuis plusieurs siècles.

Cette conférence sur la lutte antiterroriste est la première de son genre qui se tient en Mauritanie. A ce propos, des sources locales ont indiqué qu’elle vise à aboutir à un consensus national sur la nécessité d’affronter le terrorisme et l’extrémisme. Des partis politiques et des représentants de la société civile ont prit part à cette conférence, a ajouté la même source.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : El Khabar (Algérie)

Anonyme a dit…

maatala,

C'est pour toi.

===

http://www.centpapiers.com/coke-en-stock-vii-en-mauritanie-meme-avion-meme-procede/42672

Anonyme a dit…

Je viens de lire un article paru 25 min de cela (sur Yahoo.fr news en premiere page)qui m' a choqué .Je savais pas qu'on pratiquait jusqu'a present cette methode de gavage avec des produits chimiques pour les animaux.Quelle honte surtout en lisant les commentaires .
"Mauritanie,les femmes victimes de gavage.
En Europe comme en Afrique, le poids reste une question ô combien importante. Si dans certains pays du Nord, les femmes minces sont admirées, ce n’est pas le cas du Sud, et notamment de la Mauritanie. Là-bas, les bourrelets sont considérés comme un atout. Plus la flèche de la balance penche vers la droite, plus la femme en question sera respectée. Car être en surpoids, en Mauritanie, est un signe de richesse et de bonne santé. Alors pour éviter les mauvaises langues, certaines familles n’hésitent pas engraisser littéralement leurs filles. LeParisien.fr évoque le nombre de 38% de Mauritaniennes, âgées entre 15 et 49 ans, qui auraient été gavées de force, en 2008. Pour les « faire grossir », des produits chimiques à l’origine destinés aux animaux seraient utilisés. Résultat : de plus en plus de femmes souffrent de graves maladies telles que l’hypertension, le diabète et ont des problèmes cardiaques. Mais à présent, le gouvernement mauritanien tire la sonnette d’alarme. Ainsi, une grande campagne d’information a été lancée dans le pays pour informer la population des risques encourus avec de telles pratiques.
« Social Solidarity » avance à ce sujet, un chiffre pour le moins inquiétant : 75% des petites filles mauritaniennes seraient nourries de force dans les campagnes.
Khadija Moussou Le 25/10/2010 ""
yahoo-source journal ELLE

Anonyme a dit…

Très grave. Ahmedinejad donnait des millions à ce connard de Karzai pour le maintien du jardin et les masseuses.

Azzizzo: les 10 millions, c'est donc vrai. Arrête la sottise et n áccepte plus de sous de cet Ahmedinejade porte pas de cravate et probablement pas de slip. Mahou ewvalak.

A-

==
http://www.bbc.co.uk/news/world-south-asia-11618969

maatala a dit…

Salam

Occupations anarchiques d’espaces : Pourquoi les opérations de déguerpissement sont un échec ?

"La capitale pullule de constructions anarchiques et les opérations de déguerpissement ont toujours été un leurre. L’autorité de l’Etat, personne n’y croît et n’entend obtempérer à ses injonctions, fussent-elles des plus nobles. Pourquoi une telle frénésie à vouloir tourner en dérision le respect de la légalité et des bonnes manières ?

L’habitude est une seconde nature, dit-on. Les mentalités étant ce qu’elles sont, le comportement peu honorable auquel on assiste, surtout ces temps-ci de la part des citoyens, pourrait à terme avoir raison des ambitions modernistes des autorités afin de mettre un terme à l’anarchie et au laisser-aller qui règne dans la capitale.

Raison pour laquelle d’ailleurs, depuis quelques mois, les communes d’arrondissement sont dans le viseur de la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN) en collaboration avec ses différents maires, le ministère de urbanisme et de l’habitat et ses démembrements et le ministère de l’intérieur et de la décentralisation.



Ainsi, les baraques, commerces et autres magasins situées aux abords des rues, grandes artères et autres lieux déclarés d'utilité publique du District de Nouakchott, sont dans le collimateur de l’administration.

Ces autorités ministérielles et élus locaux, certainement pour des questions d'assainissement de leurs cités respectives, et dans l'optique de faire respecter le schéma directeur de la ville de Nouakchott, ont procédé au déguerpissement des commerçants exerçant aux abords des artères principales. Mais ces déguerpissements ne concernent que le centre ville où se localise l’un des plus vieux marché de la capitale et dont les abords regorge d’occupants illégaux qui y ont installé leurs commerces.

L’usure par la récidive permanente.

Chaque fois, c'est toujours le même scénario, mais le résultat escompté n'est pas atteint. Pour s'en rendre effectivement compte, il suffit d'aborder les grandes artères. Les commerçants déguerpis il y a quelques jours seulement ont repris du service là où ils avaient été initialement chassés, entravant de la sorte, la libre circulation des personnes et des biens. Sans oublier son corollaire d'insalubrité, qui donne un visage des plus hideux à une capitale censée célébrer le cinquantenaire de l’indépendance le 28 novembre prochain. Faisant ainsi de Nouakchott un no man's land où chacun s'installe où il veut et comme il veut.

Pis, ces personnes qui occupent ces lieux, même déguerpis, récidivent de plus belle. Motif de cette volte-face, celles-ci prétextent qu'elles ne savent pas où s'installer après leur déguerpissement et crèchent difficilement dans la ville.

« Les gens nous chassent sans pour autant nous trouver de nouveaux sites de recasement et ils pensent que nous allons rester comme ça à ne rien faire. Tant qu'on ne trouve pas un endroit où nous pourrons exercer nos activités qui nous permettent d'être à l'abri du besoin, les maires et les ministres en charge de l'embellissement de la ville nous trouveront toujours sur les trottoirs », explique tout de colère, Brahim, un petit commerçant à la sauvette.

« Sachez que nous ne sommes pas là pour affamer les uns et les autres. Si nous avons agi comme nous l'avons fait, c'était tout simplement pour privilégier l'intérêt public, l'intérêt national », fredonne t-on au ministère de l’intérieur et de la décentralisation.

maatala a dit…

L’illégalité, un créneau pour les riches.

Quant au ministère de l’urbanisme et de l’habitat, on dénonce que l’occupation illégale d’espaces soit devenu un créneau pour les riches. Ainsi, marmonne t-on sous le sceau de l’anonymat, que de hauts gradés de l’armée, des avocats, des magistrats et des hauts fonctionnaires de l'administration auraient bâti des résidences, des villas de haut standing sur des terrains domaniaux de manière illégale.

La zone en question que nos interlocuteurs se refusent à situer, serait devenue par leur volonté un vaste chantier sur lequel pullulent toutes sortes de constructions illégales, irrégulières et dangereuses du point de vue urbanistique, architectural et environnemental. Le drame dans toute cette affaire, c'est que ces personnes censées respecter la loi, construisent au mépris de toutes les règles de l'art.

Il ressort également que du constat sur le terrain, que ces riches ne respectent pas les décrets déclarant d'utilité publique certaines zones à l'instar des espaces domaniaux. Ne peut-on pas trouver une solution définitive à ce problème de déguerpissement des populations et des commerçants qui fait couler tant d'encre et de salive et permet tous les coups tordus?

L’équation du recasement, c'est là, la préoccupation légitime qui concerne l'ensemble des personnes déguerpies dans le District de Nouakchott que ce petit commerçant lance à travers ce cri de coeur. En réalité, c'est tout le noeud gordien de cette affaire. Et c'est cela la raison fondamentale qui fait que les déguerpies reviennent sur les lieux, malgré la violence qui accompagne le plus souvent ces déguerpissements.

L'impression qui se dégage, c'est qu'il y a un certain laxisme au niveau des maires et des autorités étatiques. Il est vrai que les gens ont du mal à se loger à Nouakchott. Mais, lorsqu'un individu vient à s'installer de façon anarchique à un endroit déclaré d'utilité publique et qu'aucune autorité ne dit mot dans le sens d'arrêter le flot de gens qui viennent par la suite, on assiste à un boom urbanistique.

maatala a dit…

Cela devient par la suite un problème social qu'il faut à tous les coups régler en termes de recasement de ces populations, ça devient compliqué.

Quelle solution à la problématique ?

Il faut l’avouer, face à une situation aussi étriquée, des interrogations ne manquent pas de tarauder les esprits. Mais, la plus essentielle demeure celle-ci : faut-il au nom de l'intérêt national priver son pain quotidien aux pauvres gens quand on sait que s'offrir une maison ou même un box dans un marché pour exercer une activité lucrative est un luxe que le pauvre ne peut se donner en ces temps de vache très maigre ? Or c'est l'exemple de nombreuses victimes qui ne savent plus à quel saint se vouer.

« On était initialement installé dans le grand marché, mais on a préféré venir mettre nos étalages à l'entrée du marché, parce que pendant que nous sommes là haut dans nos box que nous louons à prix d'or, il y a de petits marchands qui nous volent nos clients puisqu'ils leur proposent en bordure de route, les mêmes marchandises que nous et parfois à moindre coût. Entre temps, nous souffrons, car rien ne marche et il nous faut payer le loyer au risque de se faire chasser par la mairie », se plaint une jeune dame, commerçante au grand marché de la capitale.

Comme pour dire que la concurrence déloyale du fait de petits marchands installés aux abords des marchés est aussi une des causes qui a emmené les grands commerçants à utiliser des satellites pour s’emparer des trottoirs et autres grandes artères de Nouakchott pour y installer leurs étalages.

Ce qui montre d'une certaine manière qu'il y a autant de circonstances déconcertantes qui contribuent à l'échec des opérations de déguerpissement. Cependant, pour être mené à bien, il urge de prendre en compte un certain nombre de préoccupations dont le recasement des populations déguerpies. Ce, par la construction de logements sociaux, de nouveaux marchés et la surveillance des trottoirs pour éviter les installations anarchiques.

Et veiller dans le même temps à la régulation du secteur de l'immobilier. De la sorte, si les uns et les autres peuvent se loger ou acquérir des places à bas prix, la question de l'occupation anarchique de certains espaces serait en partie réglée et tout le monde y gagnerait.

Moussa Diop


Le véridique

maatala a dit…

Salam

APP : Conspiration contre Messaoud Ould Boulkheir ?


Dans une déclaration, rendue publique le 16 octobre courant, le Bureau Exécutif de l’Alliance Populaire Progressiste (APP) s’en est pris, avec virulence, à Samory ould Bèye, Secrétaire général de la confédération libre des travailleurs de Mauritanie (CLTM), et membre du Conseil national du parti, pour des propos tenus aux lendemains de l’élection présidentielle de juillet 2009.

Le leader syndicaliste accusait tous les partis en lice, singulièrement les maures blancs, en complicité avec les négro-africains, d’avoir conspiré contre Messaoud ould Boulkheir, un haratine, candidat à la présidentielle, au titre du Front national pour la Défense de la Démocratie (FNDD). Une question se pose. Si les propos d’ould Bèye sont si gravissimes, comme l’indiquent la déclaration, pourquoi l’APP a mis autant de temps pour réagir ?

Conspiration contre Messaoud ould Boulkheir ? La question peut paraître incongrue, mais elle mérite d’être posée.



En accusant un de ses membres les plus éminents, de surcroît leader syndical qui s’est illustré, tout le temps, par la proximité de ses positions avec celles de son parti, le Bureau Exécutif de l’APP a-t-elle visé la bonne cible ? Difficile de réponde !

En tenant les propos en cause, aujourd’hui, ould Bèye ne s’attendait, sans doute, pas à une si vive condamnation de la part de sa famille politique. Peut-être qu’il a sous-estimé la portée sous-jacente de ses déclarations qui, maintenant, commencent à rejaillir sur le parti, dont il est l’un des grandes figures. Les dégâts provoqués doivent être très importants obligeant ainsi le Bureau Exécutif à sortir de ses gonds, en publiant une déclaration au vitriol.

Faisant une revue de l’action de sa formation, l’APP, qui s’est distinguée, selon la formule de la déclaration, par « ses positions courageuses et ses nobles objectifs pour l’enracinement de la démocratie, la justice et l’égalité entre toutes les composantes du peuple mauritanien dans sa diversité culturelle et ethnique », tout en louant son leader Messaoud ould Boulkheir qui s’est « illustré par le courage de son combat contre l’esclavage, le racisme et toute autre forme de discrimination », qui s’est « consacrée, au cours des élections présidentielle de 2009, quand le FNDD, avec tout ce qu’il regroupe de partis politiques et de personnalités nationales de marque, l’a choisi comme son candidat », le Bureau Exécutif rappelle que « tout le monde a été surpris par les déclarations et les prises de positions d’une certaine personnalité membre du parti ».

maatala a dit…

Pour le BE, les déclarations « nihilistes du membre du Conseil national, M. Samory ould Bèye, ont provoqué un choc pour tous les observateurs de la scène politique national et essentiellement pour les militants du FNDD qui ambitionnaient d’adhérer au parti ».

Choc d’ambitions sur fonds de vestiges El Hor.

La déclaration semble, au moins, lever un coin du voile. Elle serait intervenue face au constat que le parti n’a pas capitalisé l’immense élan suscité par les positions d’Ould Boulkheir pendant la lutte contre le putsch militaire, et la mobilisation autour de lui pendant la campagne pour l’élection présidentielle.

La faute aux déclarations d’Ould Biyé ? C’est ce que semble dire le Bureau Exécutif de l’APP, qui croit que les propos du syndicaliste sont à l’origine de la désaffection des militants du FNDD qui ambitionnaient d’adhérer au parti, dépités par les accusations portés contre eux. La thèse est séduisante, mais il reste à démontrer qu’elle ne cache pas un choc d’ambitions sur fonds de vestiges El Hor.

Surtout, lorsque le Bureau Exécutif rappelle que M. Messaoud ould Boulkheir est « le leader, le président, le porte-parole et le responsable de la politique intérieure et extérieure du parti ». Condamnant « vivement les déclarations et agissements ignobles opérés par Samory ould Bèye, qui confirment la « conspiration » qu’il ourdit contre le parti.

En filigrane, n’y aurait-il pas une lutte de positionnement, comme l’indiquerait l’intrusion d’un autre dirigeant du parti, en l’occurrence, Abdellahi ould Iyahi, qui a eu l’outrecuidance de demander au président de l’Assemblée nationale de démissionner de la présidence de l’APP, et de créer une autre formation.

De ce côté-là, d’aucuns soupçonnent l’ancien vice-président du parti, figure du nassérisme, le député El Khalil ould Teyib, d’agir dans l’ombre, par certains amis idéologiques interposés, avec la bénédiction du pouvoir, dans le but de causer la désintégration du parti.

En tous cas, l’APP est dans une passe difficile qui, si ses dirigeants ne font pas preuve de tact politique, en gérant cette affaire de manière dépassionnée, peut provoquer de sérieux remous.

D’autant qu’elle se sait dans le collimateur du pourvoir qui ne raterait, pour rien au monde, toutes occasions propices à sa dislocation, après s’être attiré, récemment, les grâces du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD), un parti membre de la Coordination de l’Opposition démocratique (COD), tout en continuant à snober l’Union des Forces de Progrès (UFP), un des partis clé du rassemblement de l’opposition.

TMA pour GPS


Source : GPS (Mauritanie

maatala a dit…

Salam

Aziz se daddahise! AOD se militarise! L'Aqmi s'en gargarise


A force de rencontrer, à sa guise, l’as des virages à toute allure, maître Daddah, qu’on ne présente plus en la matière, Aziz semble avoir été touché par cette technique qui, mine de rien, permet à A.O.D de rester le chef de l’opposition même après avoir été putschiste à l’heure du crime parfait où les militaires ne pouvaient terriblement espérer soutien plus constructif en matière de coup d’Etat.



Ainsi, après nous avoir démontré, morts à l’appui, que notre pays était en guerre contre le terrorisme, le général civilisé, jamais trop prudent quand il finit par ouvrir les yeux après sa fougue souvent réactionnaire, a donc déclaré sur El jézira que son pays n’était pas en guerre contre Al Qaïda mais en guerre contre des bandits et trafiquants de toutes sortes qu’on trouve dans le coin.

Ensuite, revirement aujourd’hui où notre excellence préside le débat national au sujet du terrorisme et des moyens de faire face. D’abord : à quoi servent les députés dépités et l’assemblée rassemblée pour rien ! Ensuite il fallait plutôt organiser un débat au sujet des bandits et des trafiquants de toutes sortes ce qui aurait l’avantage de viser quelques personnalités qui assistent au débat car il y a au palais des congrès une sacré charrette de R.V…

C’eût été l’occasion de donner un nouveau souffle à la lutte contre la gabegie qui est en train de devenir une lutte contre le terrorisme alors qu’il n’y a pas de terrorisme mais juste des bandits, des trafiquants et des illuminés !

Cela dit, Ould Semane, qu’on ne sait plus dans quelle catégorie le classer selon le dernier visage de la communication présidentielle car il y manque le terme « illuminé » ! Vu qu’il n’y a pas de terrorisme vu qu’il n’y a pas d’al Qaïda, vu qu’il n’y a que des bandits, des trafiquants et…

…Ould Semane and co qui vient de surprendre la politique de l’apaisement de la communication des oulémas en disant qu’il refuse de faire appel de sa condamnation à mort ! Que reste-t-il au pouvoir ? Le tuer ? Il en sortirait, si j’ose dire, illuminé du titre de martyr ayant choisi la mort. L’envoyer dans les couloirs de la mort pour perpétuité, c’est ouvrir la voie à de nouvelles demandes d’échanges des ravisseurs… Le garder jusqu’à être gracié après 8 ou 15 ans, c’est en faire après un maître terroriste qui n’aura définitivement plus rien à faire de la vie sans parler de son nom qui circulera sur toutes les bouches des apprentis terroristes.

Dans tous les cas, Ould Semane en gardant ou perdant la vie, gagne toujours la guerre de la communication.

Aziz et le pouvoir doivent savoir qu’aucun pays au monde, du plus puissant ou plus faible, n’a jamais rien gagné en voulant instrumentaliser les « islamistes ».

La seule chose à faire est d’être juste et déterminé.

Est-ce le cas actuellement ? Apparemment, même si on peut estimer que certains ont écopé que de 5 ans pour avoir participé à des actes terroristes or y participer revient à être complice d’assassinat ou tentative d’assassinat, dans un cas comme dans l’autre, écoper de 5 ans c’est du jamais vu au prix de la vie des victimes…

Vlane

Source : chezvlane.blogspot le 24/10/2010

maatala a dit…

Salam

Vlane a dit:


Dans tous les cas, Ould Semane en gardant ou perdant la vie, gagne toujours la guerre de la communication.

---------------------------------

Ce Semane un vrai boulet

Le tuer c'est lui rendre service dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur taqadoumy

"Un jeune homme provoque tumulte admiration au Palais des congrès
25-10-2010
Un jeune mauritanien nommé Abdallahi Ould Mekki Ould Ahmed Mahmoud a vivement protesté pour ne pas avoir à prendre la parole suite à la conférence de l’érudit Abdallahi Ould Beya.S’adressant au Ministre des Affaires islamiques et de l’enseignement originel M. Ahmed Ould Nnini, il a protesté pour ne pas avoir la parole en tant que jeune concerné par la question à l’ordre du jour, jugeant inadmissible d’ignorer les jeunes et de limiter les échanges aux moins jeunes.


Il a ajouté que la politique de bâillonnement n'est plus acceptable.

Dans son discours, Ould Mekki a dit que la cause de l'extrémisme est l'injustice infligée par le pays à ses fils et dont lui-même en avait déjà été victime, ajoutant que ce qui conduit à la perte de dévouement à la patrie, c’est cette injustice subie par les jeunes qui se présentent à des concours d’entrée dans l'armée sans les faveurs d'un parent général, ou qui postulent à une bourse, sans le soutient de
bras longs.

Face à cette protestation, le Ministre lui a donné la parole sous les applaudissements chaleureux du public présent dans la salle. Au cours de son discours, le jeune homme a bénéficié d’un grand intérêt du public et de son admiration, après l'agitation qu’il a soulevée dans la salle par

maatala

Anonyme a dit…

Le sujet majeur d'actualité est certainement cette conférence sur le terrorisme.

A ce sujet il y a un constat quand même à faire, c'est celui de l'hypocrisie maladive du clergé mauritanien, qui condamne tout haut ce qu'il encourage tout bas.

Le deuxième point qui suscite l'attention qui est aussi un autre d'hypocrisie sinon au moins d'opacité, c'est la position du Surveillant Général qui tantôt nie toute volonté de combattre AQMI et il utilise les menaces les plus fortes à l'attention de cette organisation de malfrats.

En tout cas pour ma part je soutien fermement la décision du COD de boycotter cette mascarade, libres à AOD, Boidiel et Waghf d'enrichir les rangées des applaudisseurs eux mêmes désoeuvrés du pouvoir azizien.

Znagui

Anonyme a dit…

Le final sur les analyses sur Wikileaks. Interessant de lire. A-

http://owni.fr/2010/10/22/wikileaks-warlogs-irak-application-interface-visualisation/

Anonyme a dit…

Bien dit, znagui. A-
===

A ce sujet il y a un constat quand même à faire, c'est celui de l'hypocrisie maladive du clergé mauritanien, qui condamne tout haut ce qu'il encourage tout bas.

Le deuxième point qui suscite l'attention qui est aussi un autre d'hypocrisie sinon au moins d'opacité, c'est la position du Surveillant Général qui tantôt nie toute volonté de combattre AQMI et il utilise les menaces les plus fortes à l'attention de cette organisation de malfrats.

Anonyme a dit…

Tarek Aziz !
Tarek Aziz était un diplomate remarquable et apprécié ! Le voilà condamné à mort par le régime fantoche mis en place par les USA en Irak ! Ce n'est pas une condamnation de justice mais un crime ! Il fallait qu'il soit condamné à mort parce qu'il en sait trop sur la duplicité des USA et il ne faut surtout pas qu'il puisse parler ! Où sont nos intellectuels et penseurs pétitionnaire ? Leur silence est assourdissant, alors que la famille de ce diplomate très apprécié des pays du monde entier, à l'exclusion bien sûr des USA, avaient depuis des années demandé de l'aide internationale pour le faire libérer, c'était bien évidemment sans compter sur la lâcheté des pays européens et sans compter sur l'acharnement des USA qui veulent le faire taire à jamais ! Tarek Aziz sera donc exécuté par les fantoches des USA mis en place en Irak, après avoir détruit ce pays de 27 millions d'habitants qui ne s'en remettra certainement jamais pourtant berceau de la civilisation sumérienne ! Mais que signifie pour les USA la civilisation ? Rien puisqu'ils ne l'ont jamais connue ! .

Anonyme a dit…

Ano,

Ça tombe mal ton appel. Au même moment où FLAM demande qu'on restitue les corps des 28 pendus à leurs familles. Le 28 novembre, ce n'est pas loin. Malheureusement tout a une fin.

Mais l'Irak n'est pas un bon exemple: ni avant, ni après ses invasions. Pour s'en rendre compte, il faut voir ce que wikileaks a revelé depuis vendredi. Il suffit d'aller sur YouTube pour voir les tortures que faisaient les irakiens et ce sont des vidéos difficiles à voir.

Dommage pour lui et j'espère de tout mon coeur qu'il échappe à cette sentence injuste. Malgré qu'il a soutenu le régime de Saddam, Aziz était un diplomate pepère.


http://flamnet.info/petition_flam_impunite_html

Anonyme a dit…

Ano,

Y en a pas, si tu veux dire intellectuels et pétitionnaires muritaniens. ils sont occupés ... à autre chose de plus important: Comment intégrer l'UPR et laisser tomber la COD.

Tout a une fin.Personne n'a jamais été interessé par le sort des amis de Saddam et de Hitler. Un point à la ligne.

Tu as une parenté avec Tarek aziz? sinon, laisse tomber et occupe-toi d'autre chose.

===
Il a dit:

Où sont nos intellectuels et penseurs pétitionnaires ?