lundi 4 octobre 2010

La “jurisprudence” Ould Dadde

Vadémécum à l’usage de la diaspora
ou comment ne pas se brûler les ailes au contact du pouvoir


Je ne connais Mohamed Lemine ould Dadde ni d’Eve, ni D’Adam. Jusqu’au coup d’Etat d’Août 2008, j’ignorais jusque son existence et certainement lui, la mienne. C’est autant dire que je ne connais de lui que ce que les medias ont bien pu rapporter suite à sa nomination au Commissariat à la sécurité alimentaire ou à la suite de sa mise en inculpation après une enquête de l’Inspection générale d’Etat.

Nous ne poserons donc pas les questions politico-juridico-sociales sur lesquelles se chamaillent les acteurs de la place mauritanienne ; à savoir s’il est personnellement, ou solidairement, responsable des infractions commises à l’égard des deniers publics ou s’il n’est qu’un « bouc émissaire » dans une gestion d’un service public à la tête duquel il a été nommé.

Qu’importe. Pourvu simplement que justice lui soit rendue.

Mais le fait est là. Mohamed Lemine Ould Dadde est en prison. Quelles leçons en tirer ? Et plus précisément quelles leçons en tirer pour la Diaspora mauritanienne à l’étranger ? Notamment celle qui pense retourner au pays et sans doute occuper de hautes responsabilités ?

En effet, malgré notre méconnaissance de Ould Dadde, une chose est certaine, il a fait longtemps partie d’une diaspora et non pas des moindres. Une diaspora militante et engagée. Une organisation expatriée dans laquelle il a occupé des responsabilités clef, jusqu’au jour où il décida de la quitter pour occuper le poste de Commissaire à la Sécurité alimentaire.

Ce qui arrive actuellement au personnage, malgré son amertume, est cependant riche d’enseignements pour toute la Diaspora mauritanienne. Aussi au vu de ce qui arrive et tenant compte du cheminement pris par les évènements, nous nous devons de faire les constats suivants. En somme, un petit vadémécum à l’usage de la diaspora mauritanienne.

I- Ne jamais soutenir un coup d’Etat : La violence n’engendre que la violence

Ceux qui font des coups d’Etat, le savent. Ils ne sont adeptes que de la force. Même si le bastion qu’ils ont pris légalise leur situation à la tête de l’Etat qu’ils ont violenté, ils restent toujours des putschistes et leurs comportements ne changent pas. Chasser le naturel, il revient au galop.

Dans cette perspective, l’intellectuel, ou celui qui se définit comme tel, ne peut en aucune façon entériner l’assujettissement des nations par la force. Il n’y a point de place pour l’intellect là où se développe la pensée unique. Et lorsque l’intellectuel, par une volte-face que seule sa conscience (que nous ne jugeons pas) lui dicte, il rejoint le camp de la violence institutionnelle, alors il se brûle les ailes. Car à chaque envol son élan se brise. Et sa chute est assurée.

Car qu’est-ce qui justifie la présence d’une pensée libre, ou se voulant comme telle, dans un environnement autoritaire ? Qu’y cherche-t-elle ?

On ne doit soutenir que ce qui est soutenable. L’édifice des coups d’Etat, même légalisés, est en perpétuel effondrement. Et ne se préoccupant que de sa propre survie, sacrifiera autant qu’il le pourra ceux qui, en pensant le rejoindre par « conviction », ne sont en fait que des candidats à l’éviction.

Une éviction qui sera d’autant plus brutale que le régime voulant toujours prouver quelque chose (lutte contre la corruption, contre la pauvreté etc.) fera qu’elle soit la plus douloureuse. Le régime en tire ainsi, au détriment du « sacrifié », quelques jetons de satisfecit auprès d’une masse populaire incrédule pour entretenir sa survie.

Ceux qui arrivent par des coups d’Etat, étaient déjà, au commencement de leurs actes contre l’Etat, prêts à sacrifier des vies humaines pour se saisir du pouvoir. Ils continueront à avoir cette mentalité bien après qu’ils aient pris le pouvoir et qu’ils s’y soient légalisés. Ils utiliseront la même politique. Ils ne lâcheront pas ce qu’ils ont saisi par la force et surtout quand ils savent que le paysage humain mauritanien regorge d’individus malléables et corvéables à merci. Prêts à saisir la moindre opportunité pour « une fiche budgétaire ». A fortiori devenir « haut commis de l’Etat. »

Ould Dadde, était-il de par son cursus personnel intégrable dans ce « paysage humain » ?

Il semblerait qu’il n’était ni en Mauritanie, ni dans les rouages du pouvoir. Il faisait partie d’une diaspora mauritanienne en France qui, a priori, n’avait pas d’accointances avec les putschistes. Une diaspora qui regroupe une importante élite mauritanienne, dont certains membres et groupes avaient rationnellement réagi aux différents coups d’Etat en Mauritanie, soit dans une neutralité soit dans une dénonciation manifeste. Mais les ralliements publics et l’engagement personnels notoires aux faiseurs de coups d’Etat, est exceptionnel de la part d’un militant engagé, à travers son organisation, dans le dialogue, la non violence et les droits de l’homme.

Qu’advient-il d’un intellectuel qui renonce à son organisation militante pour rejoindre un régime putschiste ? Ce qui advient aujourd’hui est une réponse à cela.

Car ce que cet intellectuel ne sait pas c’est qu’il a mis les pieds dans un environnement qui ne peut en aucun cas être le sien. Dans lequel il ne sera jamais vu comme il aimerait qu’on le voit, mais sera l’instrument d’un régime qu’il n’a participé ni à établir, ni à orienter, ni même influencé par ses propres principes, ses idées ou sa façon de concevoir le monde. Et cela aucun intellectuel, que dis-je, aucune personne éprise de droit et de liberté ne devrait l’accepter. C’est en effet enfermer son esprit et sa raison dans la cage du pouvoir en contrepartie d’une visibilité publique qui n’est en fait que l’antichambre d’une pénombre de cachot. C’est en soi un sacrifice dont on aurait pu se passer.

Et l’intellectuel passant dans cette antichambre se rendant compte du tort qu’on lui a fait et de celui qu’il a fait à sa conscience, il se met à s’en vouloir et grever de famine pour qu’on lui rende justice. Mais comme le disait, autrefois, Anatole France : « On croit mourir pour la patrie; on meurt pour des industriels »…En Mauritanie, aujourd’hui, un intellectuel ne doit pas mourir pour des putschistes.

II- Des hautes responsabilités et de leurs conditions

Depuis plus d’une trentaine d’années les sphères politique, économique, administrative et sociale mauritaniennes se sont gangrenées. Elles ont donné naissance à un foisonnement d’individus sans scrupules occupant toutes ces sphères et qui en ont fait leur terrain privilégié où ils exercent, en toute impunité, leurs actes de détournements de malversation et d’accaparation générale des biens publics.

C’est un réseau d’individus qui opère à tous les échelons de l’Etat aussi bien dans la gestion des ressources publiques que dans les rapports de ces gestionnaires avec les lobbies commerçants et banquiers en Mauritanie.

Ils ont développé, les techniques de corruptions passive et active, de fraude, de détournement, de malversation, de concussion, de trafic d’influence à tous les échelons de l’Etat. Ils savent utiliser les circuits politiques, administratifs, économiques, financiers et comptables pour arriver à leurs fins. Circuits qu’ils ont monté, soudoyé ou acquis par les moyens dont ils disposent et qui leurs servent de relais à tous les niveaux pour détourner, falsifier, transférer, dissimuler et se couvrir.

C’est dans cette « soupe » là que Ould Dadde est tombé. Et pas n’importe où. Dans un département par où transitent des moyens financiers et matériels importants et qui, bien avant lui, était la boite à Pandore où gesticulaient des commerçants véreux, des banquiers sans scrupules et une multitude de « fournisseurs », de « transitaires », de « bénéficiaires », « d’intermédiaires », qui formaient la chaine jusqu’au supposé destinataire, mais qui n’était que le justificatif officiel de la « machine à détournement»: le pauvre.

Etre nommé à un tel emploi, comme d’ailleurs tous les emplois faisant intervenir des ressources publiques en Mauritanie, demande plusieurs conditions à mettre rapidement en place.

1) Faire une cartographie (« mapping ») rapide de l’institution à diriger

D’abord « ne pas être tombé de la dernière pluie », et surtout ne pas être fraichement débarqué dans le poste. Les milieux affairistes mauritaniens se saisissent très vite du « novice » et le mettre dans des « conditions idéales » pour s’en servir afin d’atteindre leur but. L’embobinement est une spécialité mauritanienne.

Dès sa prise de fonction, le titulaire n’y verra que du feu. La dissimulation des faits, des documents et du background de chaque collaborateur sera de rigueur. Tout sera fait pour faire paraître au novice qu’il est « tombé dans le meilleur des mondes possibles ». Qu’il sera l’Alpha et l’Omega de tout et que ses collaborateurs sont fidèles à l’infini. L’image qui lui sera renvoyée, d’un soutien généralisé à sa personne et à sa mission, sera telle qu’il se glissera dans une confiance proche de l’endormissement. Il signera sans prêter attention, il accordera la confiance sans se poser des questions, il acceptera ce qui lui est proposé par ses collaborateurs, il n’ira jamais vérifier ce qui se fait dans l’étage en dessous de lui, il évitera de poser des questions gênantes pour ne pas irriter un tel (ami d’un tel, frère d’un tel, cousin d’un tel, comptable de son service). Bref, il aura été mis au formol d’une mafia à visage humain.

Aussi avant d’accepter toute fonction, son titulaire doit bien connaître l’organisation ou le service qui lui est confié, son historique, les ressources humaines, l’environnement public et privé , les réseaux internes de gestion et leur interaction avec l’extérieur (« fournisseurs », commerçants, banques, personnes physiques et personnes morales, personnes publiques et privées). En somme, faire une cartographie de l’institution à diriger pour une « visibilité » optimale de son environnement interne et externe.

Dans cette démarche de cartographie, utiliser toute l’instrumentation formelle et informelle que la culture mauritanienne a mis à disposition. En effet, l’approche classique et rationnelle du renseignement à propos de X ou de Y ne ressort nullement de sa fiche officielle ou administrative de service, mais de l’information croisée et vérifiée obtenue dans le milieu sociopolitique.

En Mauritanie tout se colporte et tout se sait.

Pour mieux comprendre la dynamique interne d’un tel milieu et s’y préparer en conséquence lire ici :

- le manuel à l’usage de ceux qui veulent s’enrichir en toute impunité

- Le monde qui pille les ressources publiques

2) Mettre rapidement en place un tableau de bord de gestion économique et financière


Les financiers vous diront que c’est une erreur, pouvant être fatale, lorsqu’on prend en charge une organisation publique ou privée sans connaitre à l’instant « T » (c’est-à-dire le moment où on prend ses fonctions) ses engagements économiques et financiers (internes et externes).

Un aperçu est généralement obtenu par le nouveau titulaire du poste lors de la passation de service, mais ce n’est parfois que la « vision » de son prédécesseur de sa propre gestion. On comprend donc la part de subjectivité de telles informations.

En Mauritanie, outre que la passation de service est une formalité qui est vide de contenu, surtout quand il s’agit de postes politiques, elle peut cependant être lourde de conséquence.

Aussi, le nommé à ce poste se doit d’affuter lui-même ses propres moyens de vérification de l’état physique (inventaire matériel et immatériel, état des stocks, effectifs du personnel permanent contractuel, en cessation d’activité, en disponibilité et en congé) et financier des lieux (snapshot du budget de l’entité, état préliminaire des engagements et des charges et autres encours financiers, fonds de roulement à la date d’entrée en fonction et un état des pièces et valeurs en caisse).

Un tableau de bord, avec indicateurs des ressources et des charges sur la période budgétaire et comptabilité matière et financière à l’appui présentant les différents postes en mouvement (débit et crédit) pour ledit établissement.

A titre d’exemple lire ici ce que nous avions écrit à propos de la comptabilité des postes diplomatiques et consulaires

Ce tableau de bord établi, charger une personne de confiance (de préférence, personne morale indépendante et n’appartenant pas à l’établissement) de l’alimenter en permanence par les informations fournies par les services de gestion économique, financière et comptable de l’entité gérée et de dégager les « alertes » nécessaires à la prise de décision.

Toutefois, en Mauritanie et pour les raisons citées plus haut (falsification, connivence etc.) : le principe de rigueur doit toujours être : Vérification sur pièce (budgétaire, financière et comptable) sur place (remise de la chose achetée ou acquise) et sur la réalité de l’opération (nature en qualité et en quantité de la chose achetée ou acquise).

Pour cela le tableau de bord doit indiquer les flux physiques et financiers entrants, les flux physiques et financiers sortants sur la période de gestion considérée en s’appuyant sur le triangle : Inventaire-comptabilité-banque. (Etat des stock-reprise comptable-Etat des finances).

Pour bien utiliser ces instruments, le responsable de l’entité se doit de se familiariser avec les techniques de gestion financières et comptables, publiques et privées. Cela demande un savoir qui peut être acquis au préalable sinon avec l’expérience de gestion. Mais dans tous les cas, savoir lire des états financiers et comptables, les recouper avec des mouvements bancaires, budgétaires et de trésorerie, lire un bilan de fin d’exercice et tirer des conclusions d’un simple bordereau mensuel de comptabilité sont des fondements préalables à la direction d’une entité publique ou privée.

Dans tous les cas essayer de s’adjoindre des compétences du secteur privé (bureau d’experts) ou public (experts reconnus) pour mieux surveiller la gestion de l’entité dirigée.

III- Naviguer entre deux eaux : gérer les impondérables

Comme cela a été dit : « si le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument » et il est davantage plus corrompant lorsque celui qui l’acquiert n’en a ni les moyens ni l’expérience, ni le savoir du microcosme politique dominant. Il est à ce moment là pris dans la tourmente du pouvoir.

En Mauritanie, une constante n’échappe à personne : la nomination aux postes publics, notamment les « hauts commis de l’Etat », est d’abord dictée davantage par « une reconnaissance » du pouvoir en place (pour un soutien quelconque à un moment donné de son avènement), elle est ensuite matérialisée par la volonté du nommant d’instrumentaliser le nommé.

Aucun ministre ne pourra certifier qu’il a été nommé pour ses compétences, mais d’abord parce que le pouvoir l’a agrée pour une raison ou pour une autre. Et cette raison est toujours l’adhésion directe ou indirecte au pouvoir en place.

C’est la raison pour laquelle, tout nommé sait qu’il “doit quelque chose” au pouvoir politique et il ne lui échappe pas que cette nomination n’est autre qu’un lien de servitude, non pas à la nation (comme cela est dans les démocraties) mais à celui qui l’a nommé.

Cette allégeance directe à un personnage, souvent titulaire d’un pouvoir qu’il a acquis par la force et qu’il distribue au gré de ses ouailles consentantes et souvent applaudissantes, entraine deux effets contradictoires que le titulaire du poste se doit de gérer sur le « fil du rasoir » :

- Etant nommé par le « chef » lui-même, il ne peut rien refuser au chef et à ses émissaires non plus.

- Etant nommé pour gérer une institution, il se doit de la diriger suivant les règles de bonne gestion et en dehors de toute ingérence.

Le « nommé » est donc dans un état de servitude avec la responsabilité d’un libre-arbitre.

Comment dans ces conditions peut-il allier ce « statut » politiquement servile dû à la nature du régime et cette responsabilité civile, commerciale et pénale du gestionnaire des biens publics ?

C’est là en effet, tout le hic. Ould Dadde n’a certainement pas échappé à ce dilemme. C’est la façon avec laquelle il l’a géré qui a certainement eu les conséquences que l’on sait.

Face à cette situation les « nommés » aux postes de responsabilité adoptent différentes attitudes dont chacune a ses conséquences. Les voici :

- Ceux qui se « refugient » dans leur statut politique, s’occupant tout au long de leur présence dans le poste, de leur environnement politique et laissent la gestion aux cadres de l’entité. L’entité n’est qu’un tremplin, un moyen de leur ambition politique. Ceux-là ont deux types de destinées. La première, s’ils ont un poids politique très important finissent par « grimper » ailleurs, laissant l’entité dans le désastre, mais couverts, impunis, ils continuent leur carrière autrement. La seconde, s’ils n’ont pas de poids politique que relatif (ou conjoncturel), ils sont très vite rattrapés par leur « mauvaise gestion » et finissent en prison pour servir d’exemple de la politique que l’Etat s’est définie (exemple lutte contre la corruption). Mohamed Lemine Ould Dadde fait probablement partie de la seconde catégorie.

- Ceux qui se mettent carrément à piller l’institution (ou le projet ) qui leur est confié en utilisant tout l’environnement malsain et le réseau mafieux en place. Ceux-là ont deux types de destinées. La première : ils ne sont pas inquiétés. Ils font partie du système et couverts par leur réseau et ils monnayent toute volonté influente de les punir (magistrats, fisc, contrôleurs, inspecteurs etc.). La seconde destinée : Ils sont l’objet d’un excès de zèle du pouvoir (toujours au nom de la justification de sa politique) et sont traduits en justice. Souvent, il faut le dire, leur parcours « carcéral » ne dépasse pas la détention préventive et se retrouvent très vite en liberté car tout se monnaye. Et ils ont les moyens de leur liberté.

On voit donc que le dilemme n’est pas en lui-même une gageure et que ceux qui s’y prennent sont forcément sous les feux du pouvoir.

Comment alors Med Lemine ould Dadde s’est retrouvé dans cette situation ?

Certains disent qu’il ne prêtait pas beaucoup attention à la gestion du commissariat et qu’il la laissait à l’interne. Aussi la « mafia » en aurait profité pour se “sucrer” sur les engagements économiques et financiers de l’entité. D’où les détournements, malversations et autres fraudes signalés à propos de l’affaire.

D’autres disent que s’il y a de cela, il reste que ould Dadde aurait, aussi, remis périodiquement d’importantes sommes d’argent à une personne sénatrice proche de ould Abdelaziz et qui les aurait requise au nom de ce dernier.

Mais dans l’une ou l’autre de ces situations ou les deux à la fois), Ould Dadde est bien tombé dans les travers du système.

Ce qui prouve bien que la gestion des entités publiques ne peut se faire que par des personnes averties du milieu sociopolitique et économique mauritanien, capables de mettre en œuvre les moyens techniques et humains pour se prémunir contre la gestion frauduleuse interne.

En somme, naviguer entre deux eaux dominées par deux courants contraires. Le courant montant des impératifs de la gestion saine de l’entité dirigée et le courant descendant du trafic d’influence que le pouvoir-nommant ne manquera pas d’exercer.

En conclusion:

Ce petit vadémécum n’a pas pour ambition de se servir de l’exemple du personnage pour le dénoncer mais tout au contraire de s’en servir pour que d’autres « ould Dadde » ne tombent pas dans le piège du pouvoir. On sait qu’il y’en a potentiellement beaucoup qui comme Ould Dadde aimeraient bien rentrer au pays, exercer une fonction , participer à son développement.

Certains, comme Ould Dadde, pourraient le faire au détriment de beaucoup de paramètres que nous n’avons pas à juger mais d’ores et déjà ce qui advint au personnage n’aura pas servi à rien. Mais à nous éclairer sur l’antinomie entre le libre intellect et la brûlante flamme du pouvoir.

Il ne fait pas de doute, que justice sera un jour faite pour Mohamed Lemine Ould Dadde et qu’il pourra un jour libre, nous dire ce qui s’est passé dans les arcanes du commissariat, celui qu’il a dirigé et celui où il a, malgré lui, séjourné.

Et si face à cette volonté continuelle du pouvoir d’utiliser les intellectuels pour ses ambitions, Ould Dadde en sort indemne, la jurisprudence qui vaudra (pour nous autres de la diaspora) ne sera pas celle de la justice mauritanienne, mais celle des leçons à tirer de l’aventure d’un membre de la diaspora dans les cimes du pouvoir. Dont acte.

Pr ELY Mustapha

133 commentaires:

Anonyme a dit…

bien lu maata

ce texte du prof est excellent

à lire et faire lire

Anonyme a dit…

Lu avec plaisir. Tous les prétendants incompétents doivent le lire et souligner les parties importantes avec du rouge, du jaune et du bleu. A-

Anonyme a dit…

Ceci doit être du vieux. Dana a commencé le forage du bloc 7 (cormoran) depuis presqu'un mois et doivent déjà avoir atteint leur cible (4.000 m +). Depuis lors pas de nouvelles ...

A-
===

Une société britannique compte dynamiser ses activités en Mauritanie...


...dans le domaine de la prospection pétrolière et gazière.

Des sources à l’intérieur du ministère du Pétrole ont indiqué que la société britannique, Dana Petrolium, spécialisée dans le domaine de la prospection pétrolifère, a décidé de dynamiser ses activités de recherche, particulièrement dans le domaine de l’offshore près de Nouakchott.

A cet effet, le Ministre de l'Energie et du Pétrole, Wane Ibrahima Lamine a reçu en audience dimanche à Nouakchott une délégation de représentants de la société Dana Petroleum (opérateur du puits Cormoran-1 en cours) et de la société Maersk (propriétaire) du RIG de forage "Maersk Deliverer" actuellement sur Cormoran-1.

Au cours de la rencontre les membres de la délégation ont présenté le RIG "Maersk Deliverer".



Les deux parties ont notamment abordé l’ensemble des aspects devant permettre de raffermir leurs relations en matière de prospection pétrolifère et gazière.

La même source a indiqué que les membres de la délégation britannique ont présenté, lors de cette rencontre à laquelle ont pris part également des experts mauritaniens du pétrole, des détails sur la stratégie que la société compte mettre en œuvre notamment en ce qui concerne les capacités du RIG de forage "Maersk Deliverer" considérée comme pionnière dans le domaine.

L’objectif de cette opération, ont assuré les experts de Dana Petrolium, est de pouvoir préciser, à court terme, s’il y a du pétrole et du gaz dans la zone prospectée et d’en déterminer les quantités.

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Débat sur le terrorisme sur F3 avec Ould Mohamedou. Lundi 4 octobre 2010. A-


http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/

Anonyme a dit…

prof ould dadde a été nommé commissaire aux droits de l"homme.......et non a la sécurité alimentaire.........

Anonyme a dit…

Le prof le signale sur son blog à la fin de l'article, en note .

Anonyme a dit…

La Mauritanie est considerée par l'AFP comme une non destination? Le pays est soit sous les rouge (ne pas y aller du tout0 ou soit sous le jaune (ne pas y aller si on y a rien à foutre). Une bonne analyse (comme d'habitude) de Kal de moor next door. C'est la carte qui a attiré mon attention avant de lire le blog. Bizarre que le Sahara marocain et l'Algérie ne sont pas colorés. bonne reussite dans l'exportation de la terreur. Sais pas ce que le futur nous garde ...

A-
==


http://themoornextdoor.wordpress.com/2010/10/04/thoughts-on-open-space-and-aqim/#more-5204

Anonyme a dit…

On l'a dit depuis janvier 2008. L'Algérie est derrière AQMI. Sa position après les 2 raids confirment cette thèse. Houma ma yidialou. Sans foi, ni loi. leurs généraux tiennent le peuple en otage. Boutef ne réagit pas, les généraux le droguent à partir de 10heures du matin et se melangent les pattes. Pourquoi leurs sevices sécuritaires augmenent nos pertes? Reflechissez les amis et n'ecoutez pas les crapules comme les ano foté.

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=48038

Anonyme a dit…

A lire sur le blog du prof:

De l’obéissance au gouvernant:

Quels oulémas pour quelle république?

Anonyme a dit…

Anonyme du 3 octobre 22:48

MOI C'EST TROP FASSE' CONTRE TOI. POURQUOI TOI CE ECRIVE' DE MOI: "...ce Malien devenu Mauritanien puis Americain et peut etre Marocain demain." MOI C'EST PAS COMPRI. MOI C'EST TOUZOUR PENSER LA REPUBLIQUE D'AIOUN SE TROUVAIT SUR LE TERRITOIRE D'EL MOURITANE. MOI C'EST NE A AIOUN. MOI ZE SUIS LA NAISSANCE DE AIOUN. TOI COMPRIS. MOI QUITTE' LA REPUBLIQUE DE AIOUN POUR LA REPUBLIQUE DE NOUAKCHOTT. MOI C'EST QUITTE' LA REPUBLIQUE DE NOUAKCHOTT POUR SE INSTALLER DANS LA REPUBLIQUE DE AMERIQUE.TOI TU VU MOI C'EST PROGRESSE'. MOI CE CONNAIT LE VRAI DEMOCRASSI. MOI SE VI DANS LE DEMOCRASSI. TOI PAS BON PASQUE TOI VOULAI AMENER MOI ET TIRER' MOI VERS LE MAROC. MOI C'EST AIME' LE MAROC MAIS AMERIQUE C'EST PUISSANT. MOI DEZA CITOYEN DE AMERIQUE. SI LE ROI VOULAIT FAIRE MOI CITOYEN HONAIRERE DU MAROC MOI C'EST DIT MERCI. BON MOI DIS ALGERIE TERRORISTE. TOI PAS CONTENT, MOI DIS TOI TANPI! MOI SOUMENFOU SOUMENGARDE'BOU!!!!WALLAHI C'EST PAS BON DE ENVOYER LES ZENFANTS DE MOURTANE MOURRRRRIR DANS LE DESERT DU MALI. MOI C'EST FATIGUE'. MOI C'EST DIT AU REVOIR! TOI C'EST TRES CON. MOI C'EST RIRE BOCOU PASQUE LE PRESSIDENT AZIZ LUI SE DIT LE PRESIDENT DE CR C'EST UN VOULEUR. MOI C'EST RIRE. LE PRESSIDENT DE CR LUI C'EST FAIT PRIER AZIZ A' KAEDI, LA CAPITALE DE LIKWAR DERRIERE L'IMAM DIAGANA. MOI C'EST VU PHOTO DE AZIZ FAIRE PRIERE DANS COSTUME ET SOSSURE ET LOUNETTE DU LION.

MOI C'EST DIT AU REVOIR DEZIEME FOIS. LA SABRA DE TEKEYBER C'EST REMPLIE. LA SABRA DE M'LEYKHIR C'EST COMPLETEMENT VIDE. MEME AIR C'EST PLUS ENTRER LA BAS!!!!

Anonyme a dit…

Propagande marocaine. Solutions aussi incongrues que celles ds algériens. A-


Sahel Intelligence

Alger veut le leadership de la lutte anti-AQMI
Samuel Benshimon

lundi 4 octobre 2010

De notre envoyé Spécial à Bamako, Samuel Benshimon Que signifie réellement la réunion des chefs des services de renseignements des pays bordant le Sahel organisée par le Général Mohammed Médiène « Toufik », chef du DRS la semaine dernière ? S’agit-il réellement d’une tentative de coordonner les efforts des maîtres espions régionaux, que l’on disait peu enclins à coopérer ? Ou bien sommes nous encore une fois en présence d ‘une manœuvre tactique algérienne visant à exclure les américains et leur allié marocain du dispositif, afin de tenter de désolidariser le conflit du Sahara Occidental de la question de la lutte contre AQMI ? La réponse est probablement un savant mélange de tout cela, tant le Maroc, qui n’a pas participé à la réunion, était au centre des débats. Curieux pour un pays, qui, selon Alger, ne « borde pas le sahel », et donc ne doit pas participer à une telle entreprise de coordination.

Cependant, il semblerait que les chefs des services des pays subsahariens aient déploré que le Royaume Chérifien ait été exclu, prenant le contre-pied des thèses algériennes en estimant que le conflit du Sahara Occidental est un « facteur favorisant l’expansion d’AQMI ». S’exprimant sous couvert d’anonymat, un responsable des services de renseignement de la région a estimé que le « Maroc, avec lequel tous les pays sahélo-sahéliens entretiennent de bonnes relations, doit contribuer de part sa bonne connaissance des mécanismes, des ressorts du Salafisme et du Djihadisme, sans compter qu’il rassure les américains, qui tiennent ses responsables sécuritaires en haute estime ». Il ya donc une équation à plusieurs inconnues ainsi qu’un dilemme à résoudre pour le « sphinx » Mohammed Médiène « Toufik », tout-puissant inamovible patron du renseignement algérien. Alors que la presse internationale bruisse de ses ambitions présidentielles, l’homme fort de l’Algérie ne doit-il pas s’ouvrir un peu vers l’ouest, afin de se positionner comme celui capable d’améliorer les relations avec le Royaume Chérifien ? En effet, comment faire sans cet allié précieux alors qu’AQMI recrute de plus en plus au sud du sahel, ce qui change la constitution des membres de ses « katibates », ces derniers étant de moins en moins des arabes, et de plus en plus des subsahariens. Seul le Maroc est en effet à même de pouvoir allumer un contre-feu religieux grâce à l’aura de ses confréries soufies, et notamment celle de Ahmed Al Tidjani, très puissante dans la sous-région. Dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel, L’Algérie est certainement à la croisée des chemins, alors même que sa situation interne est loin d’être réglée, avec près d’un attentat d’envergure par mois, le dernier en date datant du dimanche 2 octobre, au moment même où Alger lançait une campagne de promotion de sa politique de réconciliation nationale…

Anonyme a dit…

Le Directeur Général du Budget El Mourtaji vient de démissionner de son poste.

C'est le second Directeur Général des Finances qui démissionne ou qu'on fasse démissionner à cause de l'inaptitude des deux Azinzins qui ont été parachuté à la tête de ce sensible département.

Le MF est en effet entrain d'essuyer la plus calamiteuse équipe de Ministre et de Secrétaire Général de son histoire.

En particulier le second est un phénomène bizarre, qui ne comprend strictement rien.

Znagui

Anonyme a dit…

Salut,


Looooooool, Couly mention spéciale pour le parler français/bambara, je suis en train de rire comme tu dis,
Bien. Trouve!!!!

bl

Anonyme a dit…

"Ils " ont quand même réussi à nous exporter les poux de cette terre.

===
Déploiement d’un important dispositif de sécurité à Nouakchottmercredi 6 octobre 2010 / 09 :44

Un dispositif de sécurité important est déployé depuis lundi dans les rues de Nouakchott, notamment dans les quartiers où sont implantées des ambassades occidentales, a constaté un correspondant de Xinhua.



De nouvelles mesures de sécurités renforcées sont perceptibles dans la zone comprenant les représentations diplomatiques des Etats-Unis, d’Espagne et d’Allemagne.

Des patrouilles de la police sillonnent les rues de Nouakchott où elles effectuent des contrôles d’identité.

Ces mesures de sécurité interviennent à un moment où de unités de l’armée mauritaniennes sont déployées dans le nord malien pour contrecarrer toute tentative d’infiltration de combattants d’Al- Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), selon des sources militaire.

Selon les observateurs, Nouakchott prend au sérieux les menaces proférées par AQMI de s’en prendre "aux intérêts de la France" et ceux de ses alliés dans la sous-région.

Source : Xinhua

Anonyme a dit…

Hathi mouchkila. Ils ne l'ont certainement pas laissé travailler. Rien de plus facile que le boulot d'un directeur du budget. Au Rwanda, le Directeur du Budget est toujours un étranger ( un Ghanaen il y a quelques années) pour éviter les influences locales. Le gouverneur de la banque centrale du Lesotho est de Sierra Leone et tout marche parfaitement bien.

Ano foté: le jour où je serai ministre des finances, c'est ce que je ferai. Un des îles fidji pour la BCM et un de Tuvalu pour le budget. A-


===
URGENT : Démission du Directeur Général du Budgetmercredi 6 octobre 2010 / 11 :55

De sources généralement bien informée, nous apprenons que le direteur général du Budget, El Mourteji Ould El Wafi, aurait présenté sa démission, il y a quelques quelques heures. Aucune raison n’ a été avancée pour le moment.



Toutefois, des sources au ministère des Finances, ont indiqué à Canalrim que les rapports entre le directeur démissionnaire et son ministre, Ahmed Ould Moulaye Ahmed étaient devenus conflictuels.

Il y a quelques mois, l’ancien directeur général des Impôts, en mauvais rapports lui aussi avec le ministre avait été démis des ses fonctions par celui-ci. Le ministre des Finances est, en ce moment, à Washington pour les assemblées générales du FMi et Banque Mondiale qui s’ouvre demain dans la capitale fédérale.

canalrim.info

Anonyme a dit…

Maata,

Ely Ould Krombole' a fait un ecrit publie' sur CRIDEM qu'il faut lire.

Anonyme a dit…

Du n'importe quoi. Vive la Mauritanie. Vive la France. Longue vie à Nicolas et à Carla. Le Mali ne pourra pas survivre avec AQMI soutenus par l'Algérie.





http://www.maliweb.net/category.php?NID=65707&intr=

maatala a dit…

Salam

Lu sur taqadoumy

"Du danger de la politisation religieuse / Momme Ducros
05-10-2010
Je considère cet article comme une suite logique à ma modeste réflexion (cf. Erotisme de la peur du 28.09.10, fr.archive.taqadoumy.com) sur la question du terrorisme dont le péril menace l’existence de notre patrie. Dans ce papier j’ai partagé mon amertume, j’ai exprimé ma crainte et ma grande déception face à cette radicalisation de notre jeunesse, aux mains de ceux que j’ai appelés les « fous de Dieu ». J’ai évoqué rapidement la responsabilité de notre société dans cet endoctrinement religieux radical dont sont victimes nos frères, mais sans entrer dans les détails. C’est pour cela, j’estime qu’il y a une impérieuse nécessité de s’y arrêter quelques instants.

Il est complètement déplorable qu’au moment où le pays est en guerre (je dépasse ici le clivage pour ou contre la guerre avec Aqmi) contre cet ennemi commun, l’on assiste à une politisation du discours religieux. Au moment où le besoin est pressant de garder une certaine autonomie, un certain retrait, une certaine idée, pour reprendre la terminologie gaulliste, de la chose religieuse, du fait religieux en tant que rapport personnel et spirituel avec la divinité.

Le discours religieux est appelé à prendre en compte toutes les aspirations des mauritaniens croyants en une religion qui ne les exclut pas, mais les réunit. L’islam n’est pas une religion de la majorité, l’Islam n’est pas un outil d’hégémonie, l’Islam n’est une religion de régime. La Mauritanie n’est pas l’Iran. Le président de la République n'est pas le Shah. La quête de nom pour baptiser le président au moment où le discours religieux se fait attendre sur l’enseignement des réels préceptes de l’Islam, sur l’esprit de tolérance, sur l’équité devant Dieu…, relève d’une ignominie inacceptable car cruciale, car source de divergences, de clivages entre protagonistes politiques, communautés sociales, ethniques… Et inutile de dire que ce discours religieux politisé a été récupéré par les extrémistes de tous bords pour en faire un fond de commerce.

maatala a dit…

Quelque part dans leur approche, ils ont raison. Parce qu’une brèche a été laissée grandement ouverte. Parce que nos religieux n’ont pas su apporter de réponses à ce désœuvrement de notre jeunesse, des réponses capables d’orienter ces laissés-pour-compte, ces oubliés de la république, faute de réponses économiques et sociales. La religion est une chose sociale, elle est un repère. Nos religieux doivent être capables d’assumer cette fonction sociale qui est la leur, cette responsabilité morale qui leur incombe.

La religion est le seul rempart contre les clivages de quelque nature qu’ils soient. Dans chaque pays il y a un contrat social basé sur un consensus national autour d’une question donnée. Au Maroc voisin cet objet de consensus est la question du Sahara, la religion étant considérée par les berbères comme ‘monarchisée’, comme un outil d’invasion des arabes du temps des conquêtes et de domination par la suite. Mais le consensus autour de la personne du Roi s’est fait à propos de la question du Sahara. C’est le discours nationaliste marocain qui a servi d’outil de consensus national pour désamorcer les tensions. A nous de savoir trouver l’outil de consensus national, garant de l’unité nationale et du patriotisme infaillible.

Il s’agit là de repenser le discours religieux en l’éloignant des clivages et des tiraillements politiques. C’est le seul moyen de souder le front intérieur face au péril salafo-djihadiste, dans un pays où les notions de République et de Citoyenneté demeurent encore virtuelles. Dans un pays où la religion a toujours empêché l’explosion d’émotions et limité les dégâts liés aux douloureux événements ethniques de la fin des années 80 et du début des années 90. Mais c’était du temps d’un certain Feu Boudah Ould Bouseyri, maitre dans l’art de la modération, de l’humilité et de la piété, du consensus et de l’apaisement. Nous sommes aujourd’hui orphelins de lui. Orphelin de cet Islam qu’on a connu en bas âge chez le marabout du quartier et à la maison. Inculqué parfois à coups de chicottes et de fessées maternelles.

Repensons le discours religieux, loin des prises avec le wahhabisme qui plane dans notre ciel. Loin de l’instrumentalisation politique et de l’utilisation perfide et dangereuse, à des fins hégémoniques.

Momme Ducros

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur Kassataya

Qui sommes-nous ?


La Mauritanie appartient aux deux ensembles arabe et africain. Elle a du mal à harmoniser ses positions diplomatiques pour tenir un discours audible. Elle peine à se forger une identité diplomatique en raison d’une absence de ligne de conduite personnelle qui détermine son orientation. Elle est arabe de cœur et africaine de géographie.



Sa diversité culturelle devait être une richesse immense pour son intégration arabo-africaine. En réalité, nous ne voulons pas être ce que nous sommes véritablement ; ce que la chance de la nature et de l’histoire nous a léguée. Notre héritage arabo-africain est indéniable. Notre métissage culturel est d’ordre anthropologique. Les peuples qui ont accepté d’assumer cette loi d’inter pénétrabilité culturelle ont évolué. Ceux qui se sont enfermés dans un égocentrisme vivent le complexe de narcisse et sont condamnés à la sclérose culturelle. Les grandes nations du monde sont un
mélange formidable de tous les apports culturels venus de partout. La grandeur des USA réside dans cette capacité d’absorption des valeurs diverses qui ont été synthétisées et intégrées dans une seule et grande civilisation américaine. La Mauritanie est un pays culturellement divers mais dont les cultures partagent tellement de similitudes qu’il est plus facile aux uns et autres de se comprendre et de se tolérer. L’islam étant par excellence une religion favorisant la rencontre entre des communauté mêmes différentes doit inviter les uns et les autres à se conformer aux prescriptions de la sainte religion pour briser le mur identitaire, se connaître , se tolérer et se respecter dans nos différences qui ne sont que de faible degrés. En 50 ans d’indépendances, nous avons du mal à soigner cette anomalie identitaire qui resurgit à chaque fois qu’il est question de choix politiques. Le système éducatif a souffert dans son essence de ces préjugés culturels qui laminent l’unité nationale. Les conséquences sont là : nous ne savons pas quelle langue parlent nos enfants à l’école. Nos diplomates ont du mal à représenter la Mauritanie dans les grands sommets à cause de notre refus de nous ouvrir à l’universel. Les médias nationaux en particulier les organes officiels loin d’être des canaux de rapprochement entre les composantes nationales creusent le fossé entre elles. Il n’est que de se référer au temps d’antenne attribué aux langues nationales dites « minoritaires » pour on ne sait quelle raison et unité de mesure, pour se rendre compte de cette volonté de marginaliser linguistiquement les autres. Et si on regarde de près la grille des programmes et surtout leur qualité, on se demande pourquoi consacrer sciemment plus de temps à occuper ces moyens d’informations à la récréation plutôt qu’à la construction de l’unité et de la diversité culturelle de ce pays où trop de gâchis a été fait. Il est surtout dommage que les responsables qui dirigent ces médias se prêtent au jeu dangereux de l’exclusion des autres. Cette situation ne profite pas à la Mauritanie dont les fils méritent un traitement égal. Vouloir refuser cette évidence c’est cautionner l’injustice et la marginalisation d’une partie de cette Mauritanie. Aucune raison ne permet cette négation subtile des autres. Il faut réparer de telles comportements qui n’honorent pas ce pays dont l’appellation de Bilad « Si-Nguetti » devenue phonétiquement « chinguit » est un vocable d’origine bien mandingue. La transgression linguistique ne saurait corrompre cette réalité. Nous sommes le fruit de cette chance biologique que nous ne voulons pas exploiter comme i se doit. Qui a honte de l’arabité ? Qui a peur de l’africanité ?

Cheikh Tidiane Dia

Source : Le Rénovateur le 03/10/2010

maatala a dit…

Salam

SOMELEC / Projet de Centrale électrique de Nouadhibou: L’arnaqueur arnaqué!


Une affaire présentée comme scabreuse à la Somelec défraie la chronique ces derniers jours. Il s’agirait d’un gros scandale à la Centrale électrique de Nouadhibou dont on veut faire porter le chapeau au DPI (directeur des Projets et Ingénierie) et au DF (directeur financier). Plusieurs interrogations fusent et l’on est en droit de se poser la question fondamentale: à qui profite le retard de réalisation de cet ambitieux projet?

Premières évidences ! Ce retard accusé ne profite certainement pas aux populations de Nouadhibou qui vivent le calvaire de l’obscurité et des coupures impromptues d’électricité depuis plus de 6 ans (date de lancement du Projet). Il ne profite certainement pas, non plus, au secteur économique de la ville dont les industries existantes sont largement pénalisées et leur développement inenvisageable dans de telles conditions.

Certainement pas à l’Etat qui n’a ménagé aucun effort pour mobiliser les financements et enfin certainement pas à l’Entreprise qui a en charge l’exécution des travaux et qui a tout intérêt à en finir au plus tôt pour rester dans ses prévisions.



Mais il y a certainement des responsables de la Somelec qui, sciemment, ont imposé un bureau d’Etudes allemand, en l’occurrence Lahmeyer International, un bureau déjà black listé par la Banque Mondiale pour corruption (voir fac-similé d’un communiqué de la Banque Mondiale). Dans ce contexte, le choix de Lehmayer International ne peut avoir comme objectif que servir les appétits et velléités de responsables qui croient rester au dessus de tout soupçon.

Il est à rappeler que Lehmayer International. a lui-même élaboré les différentes phases de l’Etude du Projet et a été paradoxalement choisi pour le contrôle des travaux. Ainsi il peut couvrir ses erreurs de conception et les mauvaises estimations de délai qu’il avait défini. Une bizarrerie qui ne dit pas son nom. Car en effet, plus l’exécution du Projet tarde plus l’enveloppe de Lahmeyer International augmente, parce qu’il s’est inscrit dans la durée ; pour preuve, un avenant au marché initial lui a été attribué en janvier 2009 et un marché de gré à gré pour un montant supérieur au marché global lui a été aussi attribué en décembre 2009.

Lehmayer International étant le maître d’ouvrage délégué par la Somelec est tenu pourtant d’approuver les phases d’avancement et de paiement de ce projet, dont tout retard ne peut que lui être imputable et à travers lui ceux pour lesquels il roule… C’est d’autant plus dangereux que cette complicité s’est établie successivement avec quatre staffs à la Somelec. Cela semble être un peu trop de pressions pour un seul projet.

Maintenant que cette machination est devenue flagrante, il est normal que l’on commence à chercher des boucs émissaires en désinformant les hautes autorités de l’Etat qui veulent voir aboutir leurs programmes de réalisations économiques et sociales.

Nous y reviendrons plus en détails

Jedna Deida

Anonyme a dit…

On ne parle pas assez de cette histoire d'esclavage qui defraie presentement la chronique à Rosso parceque l'esclavagiste ould Veijeh et un haratine.
eh oui absolument il y a des haratines esclavagistes dont on en parle peu, parceque la sous culture vehiculée par notre pseudo intelligensia (Black) nous fait croire que l'sclavagiste est toujours blanc. pouah!
Gardien à l'ile de Gorée

Anonyme a dit…

ImprimerEnvoyer cette pageRéagirPartager
FRANCE -  Article publié le : jeudi 07 octobre 2010 - Dernière modification le : jeudi 07 octobre 2010
Un juge d'instruction français va enquêter au Pakistan sur des commissions occultes

Le juge Renaud van Ruymbeke.
AFP
Par RFI
En France, un juge d'instruction, contre l'avis du parquet, va mener une enquête sur des soupçons de corruption dans le dossier visant le paiement de commissions occultes en marge de la vente de sous-marins français au Pakistan en 1994. Les familles de victimes de l'attentat de Karachi en 2002, où furent tuées 15 personnes, dont 11 salariés français de la Direction des constructions navales (DCN), estiment que c'est une victoire considérable pour la recherche de la vérité.

Après des années d'errance, l'enquête sur l'attentat de Karachi pourrait enfin connaître une avancée significative. Le juge Renaud van Ruymbeke a décidé de se saisir des investigations sur le versement de 84 millions d'euros de commissions destinées à des officiels pakistanais.

Le juge d'instruction soupçonne qu'une partie de cet argent serait revenue en France sous forme de rétro-commissions et aurait servi à financer la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995. Le magistrat émet également l'hypothèse que le versement des commissions occultes aux officiels pakistanais aurait cessé en 1995 après l'arrivée de Jacques Chirac au pouvoir. Et en représailles, l'armée pakistanaise aurait commandité l'attentat pour cause du non-versement de pots-de-vin.

Or, cette nouvelle analyse pourrait ébranler le plus haut sommet de l'Etat, car en 1995 Nicolas Sarkozy, aujourd'hui président, était le trésorier de la campagne d'Edouard Balladur. Son nom figure dans des documents bancaires saisis cet été au Luxembourg. Les policiers français ont pris possession de pièces au Conseil constitutionnel montrant que des rapporteurs avaient recommandé le rejet des comptes de campagne d'Edouard Balladur en raison du paiement en espèces de 2 millions d'euros.

Pour le moment, l'Elysée parle de fable. Cependant, si les soupçons du juge van Ruymbeke se précisent, l'enquête pourrait déboucher sur une affaire d'Etat.

TAGS: FRANCE - PAKISTAN
===
Les pakistanais avaient manipulé un islamiste pour se suicider à la bombe pour tuer les 15 ou 11 français. Les services secrets français savaient bien que c'était un retaliation pour non paiement des commissions restantes. Les pakistanais et les français ont fait croire à toutble monde que c'était les barbus. C'est la même chose qui se passe avec AQMI. Faites attention aux apparences ...

A-

Anonyme a dit…

Un juge d'instruction français va enquêter au Pakistan sur des commissions occultes

Le juge Renaud van Ruymbeke.
AFP
Par RFI
En France, un juge d'instruction, contre l'avis du parquet, va mener une enquête sur des soupçons de corruption dans le dossier visant le paiement de commissions occultes en marge de la vente de sous-marins français au Pakistan en 1994. Les familles de victimes de l'attentat de Karachi en 2002, où furent tuées 15 personnes, dont 11 salariés français de la Direction des constructions navales (DCN), estiment que c'est une victoire considérable pour la recherche de la vérité.

Après des années d'errance, l'enquête sur l'attentat de Karachi pourrait enfin connaître une avancée significative. Le juge Renaud van Ruymbeke a décidé de se saisir des investigations sur le versement de 84 millions d'euros de commissions destinées à des officiels pakistanais.

Le juge d'instruction soupçonne qu'une partie de cet argent serait revenue en France sous forme de rétro-commissions et aurait servi à financer la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995. Le magistrat émet également l'hypothèse que le versement des commissions occultes aux officiels pakistanais aurait cessé en 1995 après l'arrivée de Jacques Chirac au pouvoir. Et en représailles, l'armée pakistanaise aurait commandité l'attentat pour cause du non-versement de pots-de-vin.

Or, cette nouvelle analyse pourrait ébranler le plus haut sommet de l'Etat, car en 1995 Nicolas Sarkozy, aujourd'hui président, était le trésorier de la campagne d'Edouard Balladur. Son nom figure dans des documents bancaires saisis cet été au Luxembourg. Les policiers français ont pris possession de pièces au Conseil constitutionnel montrant que des rapporteurs avaient recommandé le rejet des comptes de campagne d'Edouard Balladur en raison du paiement en espèces de 2 millions d'euros.

Pour le moment, l'Elysée parle de fable. Cependant, si les soupçons du juge van Ruymbeke se précisent, l'enquête pourrait déboucher sur une affaire d'Etat.

TAGS: FRANCE - PAKISTAN
===
Les pakistanais avaient manipulé un islamiste pour se suicider à la bombe pour tuer les 15 ou 11 français. Les services secrets français savaient bien que c'était un retaliation pour non paiement des commissions restantes. Les pakistanais et les français ont fait croire à toutble monde que c'était les barbus. C'est la même chose qui se passe avec AQMI. Faites attention aux apparences ...

A-

Anonyme a dit…

copiarpegar,

Les chevres de 2008, c'est dans ton bilan ou le mien? Il y avait un bouc dedans, donc le nombre a augmenté. Yalatif.

===
Le Président de la République déclare ses biens devant la Commission de transparence financière


Le Président de la République Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a remis jeudi en début d'après-midi un dossier complet comportant les documents requis relatifs à la déclaration de ses biens devant la Commission de transparence financière dans la vie publique.

Cette remise du dossier a eu lieu au cours d'une rencontre au Palais présidentiel en présence de M. Seyid Ould Ghailani, président de la Commission, et de MM:

- Mahfoudh Ould Lemrabott, président du Haut conseil islamique, membre de la Commission;
- Sow Adama Samba, président de la Cour des comptes, membre de la Commission;



- L'imam Abdelaziz Sy, membre de la Commission;
- El Mustapha Ould Abdallahi, membre de la Commission;
- Salem Ould Mohamedou, secrétaire de la Commission.

Le président de la république a reçu de la Commission un récépissé de remise de dossier.










Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Agence Mauritanienne d'Information

Anonyme a dit…

bilkiss,

Les blokats rouges, c'est dedans walla? A-

===========

Une société saoudienne s’apprête à réaliser d’importants investissements ...


...dans le domaine immobilier en Mauritanie.


La société saoudienne « Tenmiyat » pour l’investissement et le développement immobilier a annoncé avoir un important projet d’investissement dans le domaine foncier en Mauritanie.

Le président exécutif de la société « Aqtar », branche de « Tenmiyat » en Mauritanie, a indiqué que ce projet « sera lancé parallèlement à la commémoration du cinquantenaire de l’indépendance nationale de la Mauritanie ». La société a indiqué qu’elle va superviser la construction de 100 villas dans le projet de logements à Dubaï land, à partir du dernier trimestre de cette année.

Le deuxième volet de ce projet comporte la construction de 500 villas et de 12 tours à usage d’habitation ainsi que la construction d’un terrain de golf.



La société « Tenmiyat » possède plusieurs projets immobiliers en dehors de l’Arabie saoudite, notamment dans le Moyen-Orient et dans des pays africains comme le Soudan et la Mauritanie.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Anonyme a dit…

Cherche adresse mail Dr Zeinebou mint Haidi. Thanks.

Anonyme a dit…

Le President Mohamed Abdel Aziz vient de declarer tous ses biens devant la commission de transparence financiere. Il est proprietaire d'un territoire de plus 1 mllion de km2, d'une banque centrale, de quelques grandes entreprises dont la SNIM, d'un palais presidentiel, d'une primature, de 25 departements ministeriels, des regions, d'une arme'e, d'une gendarmerie, d'une police, d'une garde nationale,d'une douane, de deux ports, de quelques ambassades et de quelques 3 millions de personnes...etc.
La liste etait tellement longue (MACHALLLAH) que l'Imam Sy qui ne voulait pas rater la priere a demande' au president de resumer sa liste. Apres un moment la liste a ete' resume'e par un seul mot, a' savoir...MAURITANIE!

Anonyme a dit…

Et si le dossier est vide? Le peuple doit avoir accès à ce dossier pour comparer l'incomparable (Ely et Aziz). Pour Ely, on connaît déjà approximativement avec un ancien blog de Prof Ely.

Maatala: comme ta spécialité est la présidence des pauvres, c'est bon de mettre en première page le dossier pour que le peuple voit. Si jamais tu as la chance de mettre la main dessus. Taqadoumy ancien aurait eu le courage de trouver et mettre sur son site. Mais maintenant ...

azzizzo: vaut mieux publier et laisser ton peuple savoir. Au cas ou tes ennemis de la guerre des sables te fabriquent un dossier faux comme celui de Noueigued pour le Mali et le balancent sur le net. Tu seras embarrassé après. Tout mon soutien tant que tu serres le boulon aux manipulateurs.

A-

===

Ould Abdel Aziz fait une déclaration officielle de son patrimoinejeudi 7 octobre 2010 / 16 :43

Le Président Ould Abdel Aziz, a remis, aujourd’hui, un dossier de déclaration de patrimoine, comportant les documents requis relatifs à ses biens, devant la Commission de transparence financière dans la vie publique.



C’était au cours d’une cérémonie officielle au Palais présidentiel en présence de M. Seyid Ould Ghailani, président de la Commission, et de MM :

Mahfoudh Ould Lemrabott, président du Haut conseil islamique, membre de la Commission ;

Sow Adama Samba, président de la Cour des comptes, membre de la Commission ;

L’imam Abdelaziz Sy, membre de la Commission ;

El Mustapha Ould Abdallahi, membre de la Commission ;

Salem Ould Mohamedou, secrétaire de la Commission.

La Commission a délivré au Président de la République un récépissé de remise de dossier.

canalrim.info

Anonyme a dit…

Le coupable était un maure blanc lambda ou un cousin à Boidiel? Ou une taupe des services secrets. L'une des trois options est possible.

===
L’APP réagit au cas d’esclavage impliquant un de ses militantsjeudi 7 octobre 2010 / 17 :12

Une fois encore un cas d’esclavage révélé, il s’agit d’une jeune femme que les vaillants militants de APP ont secouru en ce 03 Octobre 2010, contrairement à ce que on a déclaré dans une certaine presse.



Nous saisissons cette opportunité pour rappeler que :

1- Notre parti APP est un parti qui est toujours resté constant dans ses principes progressistes.

2- Le coupable dans cette affaire est bien militant de notre parti mais il n’y occupe aucune responsabilité à quelque degré que ce soit.

3- Après son audition par la police, il a été aussitôt convoqué par le coordinateur régional qui lui a signifié sa suspension du parti pour actes contraires aux idéaux que nous défendons en attendant son procès et la décision définitive du bureau exécutif.

4- Le coordinateur, les responsables de la section de Rosso et certains militants actifs de notre parti à Rosso étaient à la police pendant la comparution des deux parties, mais leur mobilisation était exclusivement en faveur des victimes.

Ainsi, la coordination régionale du Trarza et toutes ses sections départementales dénoncent avec la dernière énergie ces agissements rétrogrades et répréhensibles d’un autre temps. Par la même occasion, elles rejettent les agissements de certains ennemis qui pensent pouvoir porter atteinte à la crédibilité de ce grand parti de rassemblement et atteindre par des actes irresponsables et par de vraie fausses déclarations à son image et à celle de son Président, le camarade Messaoud Ould Boulkheir qui a toujours été à l’avant grade de tous les combats en faveur des droits de l’homme en général et pour l’éradication de l’esclavage de façon particulière.

Rosso le 04/10/2010

Pour la Coordination de l’APP au Trarza,

Le Coordinateur,

Sidi Ould Messaoud

Anonyme a dit…

Qui a des nouvelles de chebiba?
Est-elle en vie?

Anonyme a dit…

Tu parles mon Amiral! Ben Laden est mort depuis 2002 par la main des services secrets pakistanias selon une interview de Benazir Bhutto sur Al Jazeera avant qu'elle ne soit tuée aussi.

Le deterrer, lui mettre la viande dessus et le tuer encore, c'est impossible. Chiche. Impossible de passer tant d'années sans le retrouver avec Al Zawahiri. Be honest.

A-

===

Ben Laden finira par être retrouvé, assure le chef d’état-major américain.


Le chef d’Al-Qaïda Oussama ben Laden et le numéro deux du réseau, Ayman al-Zawahiri, finiront par être capturés ou tués, a assuré jeudi sur CNN l’amiral américain Michael Mullen, chef d’état-major interarmées, ce qui constituera "une étape très importante".

"Ce serait certainement significatif si nous parvenions à mettre la main et à tuer Ben Laden ou Zawahiri", a affirmé l’amiral Mullen dans un entretien à la chaîne de télévision CNN diffusé jeudi.

"Nous cherchons à y parvenir. Je pense en fait qu’à un moment donné cela va arriver. Et je pense que cela constituera une étape très importante" dans l’offensive actuelle, a-t-il estimé. "Je pense donc que c’est une issue importante".



"Al-Qaïda a été affaibli de manière significative au cours des deux ou trois dernières années, mais d’aucune façon on peut dire qu’ils ne sont plus dangereux", a ajouté l’amiral américain. "Ils prévoient toujours de tuer autant d’Américains que possible, c’est un fait établi", a-t-il jugé. "Donc, nous voulons continuer d’augmenter la pression et certainement chercher à tuer ou capturer les deux principaux chefs d’Al-Qaïda".

Des tirs des drones américains se succèdent chaque jour au Pakistan où Al-Qaïda prépare, selon Washington et l’UE, des attentats en Europe. Les tirs visent les cadres et combattants du réseau d’Oussama ben Laden qui se cachent dans les zones tribales du nord-ouest frontalières avec l’Afghanistan.

Des zones qualifiées par l’amiral Mullen jeudi "d’épicentre du terrorisme dans le monde". En représailles, des talibans attaquent les camions de ravitaillement de la force de l’Otan en Afghanistan.

Plusieurs pays, dont les Etats-Unis ont mis en garde récemment leurs ressortissants voyageant en Europe contre des risques d’attentats, évoquant notamment la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. La guerre en Afghanistan est entrée jeudi dans sa 10e année.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : La Nation (Mauritanie)

maatala a dit…

Salam

Cher a-

Si vous publier la déclaration de patrimoine de l'azzizzo, on vous dira que c'est du voyeurisme.

Alors comment vérifier ses déclarations.

Par contre il a oublier de déclarer:

- Les BR
- Les Emprunts de ces messieurs
- L'utilisation à sa guise des fonds secrets.
-Les licences de péches et autres licences, qu'il distribue à sa guise.

Couly le caniche de service dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Cher a-

Si vous publier la déclaration de patrimoine de l'azzizzo, on vous dira que c'est du voyeurisme.

Alors comment vérifier ses déclarations.

Par contre il a oublier de déclarer:

- Les BR
- Les Emprunts de ces messieurs
- L'utilisation à sa guise des fonds secrets.
-Les licences de péches et autres licences, qu'il distribue à sa guise.

Couly le caniche de service dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Attendons la reaction de notre Couly.

Couly: it is almost Saturday. What is for breakfast tomorrow? Besides eating Maatala for breakfast? Man: your country is caught by the balls instrumentalising every thing under the sun with AQIM. What you have to say? A-

Salam

Cher a-

Si vous publier la déclaration de patrimoine de l'azzizzo, on vous dira que c'est du voyeurisme.

Alors comment vérifier ses déclarations.

Par contre il a oublier de déclarer:

- Les BR
- Les Emprunts de ces messieurs
- L'utilisation à sa guise des fonds secrets.
-Les licences de péches et autres licences, qu'il distribue à sa guise.

Couly le caniche de service dit le fou

maatala

8 octobre 2010 18:38

Anonyme a dit…

2,25 millions d'euros, c'est peu.

===


L'Otan crée un fonds de développement pour la Mauritanie


L'otan (organisation du traité de l'atlantique nord) vient de décider de la création d'un fonds de développement pour la Mauritanie.

Ce fonds doté d'un financement de 2,25 millions d'euros, est destiné, dit un communiqué de l'Otan, à la destruction de vieilles munitions ainsi qu'à la construction de magazins de stockage, au perfectionnement et à la reconversion du personnel de l'armée dans la vie civile.

L'Otan précise également que les retombées d'un tel fonds sont à voir dans le plus de sécurité des populations civiles et la limitation des vols des munitions par des organisations criminelles ou terroristes.



Ce fonds qui, note le communiqué de l'Otan, est l'illustration du partenariat euroméditerranéen, sera lancé d'abord par une enveloppe de 1,46 million d'euros dégagés par l'Italie, le Luxembourg et les Usa.










Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Maata

ESSEUL TENTEU FOYSSIDE!!!!
Nous savons les differentes fonctions que le President Abdel Aziz a occupe'es.Cette declaration de biens doit etre connue par les Mauritaniennes et les Mauritaniens. POURQUOI DOIT-ELLE RESTER SECRETE? QUE CACHE T-ON AU PEUPLE. Nous voulons tout simplement savoir si ses salaires lui ont permis de cumuler les biens declare's. Si la reponse est non, nous voulons bien savoir l'origine des biens presidentiels. SI LES BIENS EXISTENT ET ON NE PEUT PAS EXPLIQUER LEURS ORIGINES ET/OU ONT DES ORIGINES DOUTEUSES, JE DEMANDERAIS QU'ON LIBERE L'ANCIEN COMMISSAIRE MR. MOHAMED LEMINE OULD DADDE'!!!!!!!!

Anonyme a dit…

Il faut: Maata, ESSEUL ENTEU FOYSSIDE!!!

Anonyme a dit…

01:08Le Président de la République dans une déclaration à la chaîne El Jezziraé :

"La Mauritanie n'est pas en guerre contre El Quaida mais en guerre contre des bandes criminelles".

Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz a affirmé que la Mauritanie n'est pas en guerre contre El Quaida mais qu'elle assure sa défense face à des bandes de crime organisé.

Dans une déclaration faite samedi soir à El Jezzira, en marge du sommet extraordinaire arabe dans la ville libyenne de Syrte, le Président de la République a ajouté que " notre pays ne livre pas une guerre ouverte contre El Quaida ni contre quiconque d'autre mais qu'il s'agit plutôt d'une guerre contre des bandes criminelles armées se livrant au trafic de drogue et à des activités subversives contre notre pays".

Il a souligné qu'"une telle chose n'est plus acceptable en République Islamique de Mauritanie qui dispose de tous les moyens nécessaires et requises pour se défendre, même si cela est hors de ses frontières comme c'est le cas actuellement où des patrouilles sont organisées en dehors de ses frontières en vue d'assurer sa sécurité et la protection de son territoire".
 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : Agence Mauritanienne d'Information
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 57

===
azzizzo: eywa bereynak. Ta déclaration est une victoire pour AQMI et ses manipulateurs. Fabriqué pour destabiliser. Faut pas avoir peur d'eux et ils sont seulement une cinquantaine et les rançons ne leur permettent pas d'acheter l'équipement qu'ils ont. Les équipements sophistiqués qu'ils ont viennent de magasins d'armement d'un pays connu. A-

Anonyme a dit…

http://www.centpapiers.com/coke-en-stock-iv-boeing-touaregs…-et-espions/40234/comment-page-1

====
fils du bled et bebe ba: a lire. A-

Anonyme a dit…

Ça coûte si cher? Décidemment les russes ont donné le coup de pied au communisme et sont plus capitalistes que les capitalistes de souche.

Ça nous coûtera combien si azzizzo voudrait emmerder Sudatel question d'emmerder Ely? Et les tunisiens? Franchement un divorce dans le domaine de la téléphonie coûte cher.

A-

===

Vimpelcom menace le gouvernement algérien de poursuites judiciaires

le 09.10.10

Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager
Les Russes de Vimpelcom ont menacé samedi le 09 octobre l’Algérie de poursuites judiciaires si celle-ci décidait de nationaliser Djezzy.

Le rebondissement dans cette affaire est intervenu 48 heures après que Vimpelcom ait exigé pas moins de 8 milliards de dollars pour céder Djezzy au gouvernement algérien.
Le patron de Vimpelcom, Alexander Izosimov, a déclaré au Financial Times qu'il pourrait recourir à une action en justice si le prix offert par l’Algérie pour le rachat de Djezzy reste « insuffisant ».

«Si le gouvernement algérien effectue des mouvements ou extrait des actifs – nationaliser et autres –, nous essayerons de défendre nos intérêts», a-t-il encore précisé.
Le géant russe, nouveau propriétaire d’Orascom Telecom, a fixé mercredi dernier à 7,8 milliards de dollars le prix de vente de Djezzy.
"Nous sommes tout à fait ouverts à une vente si l'acquisition se fait à un prix normal, si cela se fait pour un prix équitable", a déclaré dans ce sens le patron du géant russo-norvégien Vimpelcom, Alexander Izosimov.
Le prix équitable, a-t-il dit, "se situe quelque part aux alentours de 8 milliards de dollars".
"C'est 7,8 milliards de dollars", précisément, a-t-il ajouté, selon l'AFP, en marge des entretiens d'hommes d'affaires russes avec les Algériens dans le cadre du forum russo-algérien organisé à l'occasion de la visite d'une journée du président russe Dmitri Medvedev à Alger.
Mais l'Etat Algérien avait refusé de payer une telle somme estimant que Djezzy ne valait pas plus de 3 milliards de Dollars.

Rabah Beldjenna

Anonyme a dit…

Elle roule pour qui? Ce n'est pas à elle de parler de ça à la CEDEAO. C'est son chef d'etat à dire quelque chose la-dessus.

===

Accusée d’avoir commis des dérives au Mali

La France pointée du doigt


La France serait-elle en train de mettre les pieds dans le plat au Sahel ?
Les autorités françaises semblent très nerveuses ces derniers jours. Leurs troupes militaires stationnées au Niger font des incursions fréquentes au nord du Mali.
Et elles ne le font pas dans la dentelle. Les forces françaises sont accusées par les Maliens d’avoir commis des dérives sur leur sol. Profitant du symposium sur le développement, qui se tient à Ouagadougou, une participante du Mali a interpellé son vice-président, Jean de Dieu Somda, sur son «mutisme face aux dérives» que les forces françaises sont en train de commettre dans le Nord-Mali. «Les interventions militaires de l’armée mauritanienne, appuyées par celle de la France, ont occasionné des victimes», selon certaines sources, a rappelé l’intervenante qui répond au nom d’Aminata Kéita.
Pour elle, la CEDEAO allait tout au moins condamner les actes de la France et de la Mauritanie dont la dernière ne fait pas partie de l’espace. Elle s’est dit «inquiète face à la situation» et demandé que l’institution sous-régionale fasse au moins une déclaration.
Dans sa réponse, le vice-président de la Cedeao s’est contenté de dire que pour l’instant, son organisation n’a pas compétence à intervenir, ni d’armée pour ce faire.
M. T.

Anonyme a dit…

"Cherche adresse mail Dr Zeinebou mint Haidi"
"Qui a des nouvelles de chebiba?
Est-elle en vie?"
Dr Zeinebou mint Haidi" ou Chebiba ou Mneyatou cherche a revenir sur le net aprés sa traversée budgétivore à l'hopital de Ndb.

maatala a dit…

Salam

Couly a dit:


Nous voulons tout simplement savoir si ses salaires lui ont permis de cumuler les biens declare's. Si la reponse est non, nous voulons bien savoir l'origine des biens presidentiels.

---------------------------

Très drôle

J'ai toujours posé la question suivante au sujet des amis de Couly ( N'diaga , Deh, Ely et autres prédateurs....):

D'où proviennent leurs fortunes?

Économies, héritages, Gain au loto ou vente de SNOUFF (cocaine).

Seul le miracle Mauritanien peut permettre à un Directeur du port de finir par être actionnaire principale d'une banque.

Couly montre nous les villas et les comptes de l'azzizzo.

Azzizzo aura beau dire qu'il est un quasi-SDF ou un squatter à la présidence, personne ne le croira.

Personnellement, je propose qu'une commission parlementaire présidée par un magistrat doit vérifier la déclaration de fortune du président de la république.

Couly essak men Alzheimer dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur kassataya


Ould Dedew cherchait uniquement à soigner son image’’

Nos confrères de Sahara Media ont réalisé, jeudi dernier, un entretien avec Khadim Ould Semane. Un présumé jihadiste qui croupit depuis 2008 à la prison civile de Nouakchott et qu’on présente comme étant le chef de l’organisation mauritanienne ‘’Apotres d’Allah Mourabitoune’’. Celle-ci se réclame comme étant la branche nationale d’AQMI. Nous vous proposons une traduction de cet entretien : D’entrée de jeu, Khadim Ould Semane a mis en garde contre ce qu’il appelle ‘’les dangers de la guerre par procuration que le gouvernement mauritanien mène à la place de la France’’.
Par rapport à son procès devant la cour criminelle qui doit être lancé le 13 octobre, il dit ‘’je n’ai pas bésoin d’avocat parce que Dieu est mon tuteur’’, soulignant qu’il avait demandé au juge d’instruction de soigner sa foi en revenant à un Islam réel.
Evoquant les dernières batailles entre l’armée nationale et AQMI, l’émir jihadiste n’exclut pas que les Moujouhines mènent de nouvelles opérations en Mauritanie en représaille aux attaques contre AQMI au Mali.
Dans cette interview, Ould Semane parlait, comme on dit, sans prendre de gants. Particulièrement à propos de l’histoire ou du dialogue entre les prévenus terroristes et les oulémas de la Oumma et qui a été transmis par les medias publics de masse. Ainsi, il attaque sevèrement Cheikh Mohamed El Hacen Ould Dedew à travers sa prestation sur la chaine Al Jazira. Surtout lorsqu’il a parlé de compétition qui était organisé entre oulémas et prisonniers et au cours Dedew avait dit qu’il a convaincu presque tous les jihadistes de la prison. Ould Semane affirme que ‘’cela n’a jamis eu lieu. Il s’agit de la pure imaginantion… Non, ce qu’il a dit est absolument faux’’. ‘’Ce qui est étrange, poursuit-il, est qu’un savant de son gabarit puisse dire de tels propos pour le seul but de faire briller son image’’. D’ailleurs, explique-t-il, nous connaissons ce que dit Ould Dedew et ses amis de nous dans leur réunion internes, mais…
Par rapport à un autre sujet non loin de celui-là, Ould Semane s’enprend durement au courant des frères musulmans en Mauritanie. Il estime que les Islamistes membres de Tawassoul avaient pris les armes sous le règne de Ould Taya, pendant la tentative de putsch de Ould Hanena en 2003, justifiant leur acte par le Jihad. ‘’Depuis qu’on leur avait autorisé la création d’un parti islamiste et certaines associations, ils dénoncent le Jihad et l’assimilent à la violence’’. Il se demande enfin ‘’si les intérêts de ce bas monde justifient l’abadon de l’ancien discours et si l’application de la Chari’a en Mauritanie était un objectif réel pour eux’’.


maatala a dit…

’Utiliser tout pour effrayer’’
Réagissant aux accusations de certains services de renseignements qui estiment qu’il avait actionné des cellules dormantes pour entrer en action contre l’Etat, il répond froidement pour dire que tout ce qui fait peur au Satan doit être entrepris et qu’ils doivent sémer la terreur pour effrayer les mecréants et ennémis de Dieu.
Le chef jihadiste tire sur tout ce qui bouge. Il soutient que certains oulémas étaient jetés en prison pour les mêmes motifs que lui – appartenace à des organisations combattantes- sont tmobés dans le piège du diable après leur sortie de prison, eux, dit-il, ‘’qui nous enseignaient l’obligation du Jihad et qui émettaient des fatwas enjoignant de désobéïr à tout ce lui qui n’applique pas les preceptes de l’Islam’’.
Concernant, les derniers combats entre l’armée et AQMI, Ould Semane estime que c’était l’occasion de honte pour les égarés qui reconnaissent avoir perdu sept personnes et que si l’on ajoute cela au bilan ‘’réel’’ qui est de 19 morts, on se rendra compte que les pertes mauritaniennes s’élèvent à 25 personnes.
Par rapport à la possibilité d’une trçeve dans le combat, Ould Semane explique qu’il n’est qu’un simple soldat d’AQMI et qu’il reçoit ses ordres de telle façon que si elle décide d’attaquer il y va et si elle décide la trêve il l’applique.
Enfin, Khadim Ould Semane a appelé la France à se soumettre au dikatat des ‘’combattants’’ pour garantir la vie en paix. Il conseille par ailleurs les éléments des forces de l’ordre et de l’armée de chercher leur gagne pain ailleurs, tout comme il a demandé à la presse d’observer toute la rigueur dans ce qu’elle publie…

Propos recueillis par SaharaMedias
(Traduction Biladi)

maatala

maatala a dit…

Salam

Semane aurait dit:

"D’ailleurs, explique-t-il, nous connaissons ce que dit Ould Dedew et ses amis de nous dans leur réunion internes."

Cela balance sec chez les Burkator dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu pour vous

Les probables rescapés du remaniement

"Le staff de l’économie mauritanienne peut se frotter les mains. Après le succès de la Table ronde de Bruxelles en juin dernier, la Mauritanie vient d’être gratifiée d’un satisfecit du FMI avec chiffres à l’appui.

A la lumière de ces succès, les analystes pensent que le Gouverneur de la Banque centrale Ould Raïss, le ministre des Finances Ould Moulaye Ahmed et celui des Affaires économiques et de Développement Ould Tah vont probablement échapper à la grande lessive que doit subir l’actuelle équipe gouvernementale et que la rumeur donne pour imminente depuis quelques jours.

Lors d’une interview accordée début septembre à Jeune Afrique, le président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz, a bien prévenu ses ministres : « Les remaniements sont réguliers dans tous les pays. Les présidents sont élus pour une durée déterminée, mais les ministres peuvent ne rester en poste qu’un mois ou deux. Ils doivent toujours s’attendre à un remaniement, c’est le message que je leur envoie ».

Alors qui va partir ? Qui va rester ? Et qui va faire son entrée au gouvernement ? Les spéculations à ce sujet vont bon train, mais les voies du seigneur sont impénétrables.

Il faut reconnaître que depuis le déclenchement de la lutte contre la gabegie, les strapontins ministériels ne sont pas si alléchants que par le passé. L’IGE et les services de renseignements veillent au grain. C’est pourquoi on sent que peu de monde se bouscule au portail.

Être ministre est devenu plutôt source de dépression tellement la marge de manœuvre est étroite voire nulle. Plus de caisses noires, surtout.

Pour le moment, les postes d’ambassadeurs sont de loin les plus cotés en Mauritanie. Là, au moins, on est loin de l’épée Damoclès du pouvoir central. A l’étranger, on broute plutôt mieux, tranquillement et dans la discrétion. Les grands dinosaures de l’ancien PRDS y trouvent en tout cas leur compte.

Ahmed Ould Soueidi

--------------------------------

Il dit:

"L’IGE et les services de renseignements veillent au grain"

Couly ente vem

maatala

Anonyme a dit…

Maata:

ANEU HOWNE!!! J'aimerais savoir ce que le president Abdel Aziz a declare' comme biens. J'espere qu'il n'a pas oublie' le AWDACHE et le ATROUSS que je lui ai donne's durant son passage a' Aioun. M'leykhir egalement lui avait DJONGUIYA et THIEHLY pour Tekeyber. Il avait egalement fait une grande GAZRA qu'on appelle Presidence de la republique avec son bataillon et ses meubles. J'espere qu'il n'a pas oublie' de declarer cette Gazra aussi!!!!!

Allez les amis! D'apres le president Abdel Aziz, le president de CR Ould Dadde' YESRAGUE!!!! LA MARMITE FAMILIALE EST VIDE!!!!!

Anonyme a dit…

bonjour les zamis,

qu'est ce qui font ces ingénieurs dATTM sur les grandes artères de Nouakchott.

Encore des piscines pour la saison de pluie prochaine.
aucun réseau pluvial n'ai prévu les pentes sont très mal respectées. les espaces de stationnement sont limites.

Il suffit de voir le tronçon fait par ATTM sur l'axe NDB-NKTT pour se rendre compte de l'incompétence de cette boite.
filsdubled

Anonyme a dit…

Espère que la RIM et le Niger et l'Algérie et la Libye seront invités à cette réunion pour se dire les quatre vérités et agir de concert. Et arrêter de tripatouiller les choses ici et là. Y en a marre. A-

=====

Sahel : Réunion à la mi-octobre à Bamako du «groupe d’action antiterroriste» du G8
El Watan, 5 octobre 2010

Un «groupe d’action antiterroriste» créé dans le cadre du G8 se réunira à Bamako, les 13 et 14 octobre, pour étudier le renforcement des capacités des pays du Sahel contre la menace terroriste d’Al Qaîda au Maghreb islamique (AQMI), a, selon l’AFP, indiqué hier le ministère français des Affaires étrangères.

«La France participera à la réunion du Counter-terrorism Action Group à Bamako», a dit le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero, interrogé lors d’un point de presse sur cette réunion, dont avait fait part une source diplomatique dans la capitale malienne. Ce groupe a été créé à l’initiative de la France durant la présidence française du G8 en 2003. Il vise le «renforcement des capacités des pays de la région à lutter contre le terrorisme», a expliqué le porte-parole. «La France plaide depuis longtemps pour un engagement accru de ceux-ci et un renforcement de la coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel», a précisé M. Valero.

La branche maghrébine d’Al Qaîda avait revendiqué l’enlèvement de cinq Français, un Togolais et un Malgache – pour l’essentiel des collaborateurs d’Areva et de son sous-traitant, Satom, filiale du groupe français Vinci – capturés à leur domicile, sur le site minier d’Arlit (nord du Niger), dans la nuit du 15 au 16 septembre. Selon des sources maliennes et françaises, ces sept personnes sont détenues dans des collines désertiques du Timétrine, dans le nord-est du Mali, à une centaine de kilomètres de l’Algérie.

Anonyme a dit…

Fils du bled,

ATTM c'est quoi? Une entreprise? Si c'est ça, mieux valait donner aux chinois. A-

Anonyme a dit…

Merci Maatala pour l'article sur Dedew et Ould Semane (Kassataya). Une lecture attentive indique que les moderés et les violents en islamisme politique, sont deux faces d'une même pièce de monnaie. Ils gagneront en 2014,azzizzo fera le difficile et nous tomberons dans le même caca que les algériens avec le FIS en 1992. Wait and see. A-

Anonyme a dit…

J'ai bien apprécié cet article mais je le trouve vain parce que le détournement de deniers publics est un mal incurable en Mauritanie, il est profondément ancré dans la culture collective d'une société qui n'a été nourrie qu'aux mamelles du tribalisme et de la corruption, où l'argent et la tribu passent avant Dieu et la religion depuis 1960.
Les auteurs de ces actes ne raisonnent jamais en citoyens mais en membres de groupuscules politico-tribaux véreux.
Je partageais naguère l’optimisme qui caractérise la teneur de son texte concernant les voies et moyens pour lutter contre ce fléau mais je l’ai perdue au fil du temps parce que c’est qu’en chassant le naturel et il reviendra toujours au galop.

Anonyme a dit…

Bravo ano d'en haut. Bien dit! A-

maatala a dit…

salam

L'ano a dit:

"le détournement de deniers publics est un mal incurable en Mauritanie, il est profondément ancré dans la culture collective d'une société qui n'a été nourrie qu'aux mamelles du tribalisme et de la corruption, où l'argent et la tribu passent avant Dieu et la religion depuis 1960.

---------------------------------

Nos sommes entré dans l'ére du culte du lucre et de la prévarication.

L'éternel a dit:

"La marche du vertueux est semée d'obstacles qui sont les entreprises égoïstes que fait sans fin surgir l'oeuvre du Malin. Bénit soit-il l'homme de bonne volonté qui au nom de la charité se fait le berger des faibles qu'il guide dans la vallée d'ombre de la mort et des larmes car il est le gardien et la providence des enfants qui se sont égarés. J'abattrai alors le bras d'une terrible colère, d'une vengeance furieuse et effrayante sur les impies qui pourchassent et anéantissent les brebis de Dieu , et tu saura pourquoi mon nom est l'Eternel quand s'abattra sur toi la vengeance du Tout Puissant..."

Dieu nous vengera dit le fou


Maatala ( marabout à barbes rochechouart)

Anonyme a dit…

Ils sont fous ces barbus!

C'est pour amuser la galerie et pour nous faire croire que c'est du réel. A-

===
Le Monde.fr avec Reuters


Selon des informations de la chaîne satellitaire arabe Al Arabiya, Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) a réclamé l'abrogation de la loi sur l'interdiction du voile islamique en France, la libération d'activistes et environ sept millions d'euros en échange de la libération des cinq otages français enlevés le 16 septembre au Niger. Lire la suite l'article
Photos/Vidéos liées AQMI réclamerait l'abrogation de la loi sur le voile Agrandir la photo Les otages, qui ont été enlevés dans la nuit du 15 au 16 septembre sur le site d'une mine d'uranium du groupe français Areva, sont détenus dans le nord-est du Mali, près de la frontière algérienne.

La porte-parole du Quai d'Orsay, Christine Fages, n'a pas confirmé cette information. 'Nous ne commentons pas les nombreuses rumeurs qui surgissent depuis l'enlèvement et dont la plupart sont absurdes ou infondées', a-t-elle déclaré dans un point presse, sans répondre à la question de savoir si des exigences étaient ou non parvenues à la France. 'Comme vous le savez, la discrétion est une condition indispensable à l'efficacité de notre action', a-t-elle souligné par ailleurs.

Anonyme a dit…

Reponse d’un chef touareg à une question de la journaliste- vedette Salima Tlemçani d’El Watan:

Y a-t-il une explication à cette propagande ?

La seule explication est à chercher peut-être chez ceux qui n’ont jamais accepté l’algérianité du Sahara. Vous savez que les positions du Mali et du Niger diffèrent totalement de celle de l’Algérie, en ce qui concerne l’ancien colonisateur. Le Sahara algérien est très convoité et ses Touareg dérangent, parce qu’ils se reconnaissent de l’Etat algérien et n’obéissent qu’à l’Etat algérien. Il est important de rappeler que la question du Sahara algérien a été tranchée par nos aînés bien avant l’indépendance de l’Algérie. Ce n’est pas aujourd’hui que nous allons la remettre en cause.

Le lien:

http://www.temoust.org/idebir-ahmed-amenokal-des-touareg,15201
==
Le Sahara algérien s’arrête où? Probablement derrière le mur de la villa d’azzizzo. Celle où il est allé habiter, pendant que M’Baré jouait le rôle de Sidioca II.

Ma petite cabane n’en fait pas partie. Contre vents et marrées …

A-

Anonyme a dit…

Blanchi par la justice française dans l’affaire Mécili
Mohamed Ziane Hasseni nommé ambassadeur d’Algérie en Colombie ENVOYER A UN AMI AJOUTER UN COMMENTAIRE IMPRIMER SIGNALER UN ABUS ibtissem zaoui


Le diplomate Mohamed Ziane Hasseni a été nommé ambassadeur d’Algérie en Colombie, a appris TSA, lundi 11 octobre, auprès d’une source proche de la présidence de la République. « La nomination de M. Hasseni au poste d’ambassadeur à Bogota été faite la semaine passée et il devra prendre ses fonctions dans les prochains jours », selon la même source.

Mohamed Ziane Hasseni a été blanchi par la justice française dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de l’opposant algérien Ali Mécili en 1987 à Paris. La cour d'appel de Paris a accordé le 31 août dernier, un non-lieu au diplomate Mohamed Ziane Hasseni, mis en examen puis témoin assisté dans l'enquête sur l'assassinat à Paris en 1987 de l'opposant Ali Mecili.

M. Hasseni, qui était chef de protocole au ministère des Affaires étrangères, avait été interpellé le 14 août 2008 par la police française à l’aéroport de Marseille. Pour Alger, cette interpellation a été faite en violation de l’immunité diplomatique dont jouissait M. Hasseni.

Anonyme a dit…

TERRORISME AU SAHEL
La France chercherait à écarter l'Algérie de la lutte contre le terrorisme au SahelENVOYER A UN AMI AJOUTER UN COMMENTAIRE IMPRIMER SIGNALER UN ABUS rania slimane


La France ne veut pas que l’Algérie joue un rôle important dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, a affirmé lundi 11 au Forum du quotidien arabophone Al-Chaâb, le directeur par intérim du Centre africain des études et de recherche sur le terrorisme, Lyes Boukra. Des pays occidentaux, dont la France, cherchent à isoler l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel, a-t-il dit.

Il a accusé des parties néocolonialistes de la droite française de travailler à l’isolement de l’Algérie dans cette région devenue le fief d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). L’Occident convoite la région du Sahel en raison de ses richesses naturelles, a ajouté M. Boukra. Il a indiqué que les groupes d’AQMI présents au Sahel sont les plus dangereux que tous les autres groupes du réseau terroriste, en raison de l’argent qu’ils obtiennent en échange de la libération des otages occidentaux. Le Sahel deviendra un autre Darfour, avec des affrontements entre les groupes extrémistes et des luttes entre les groupes d’intérêts et d’influence dans la région, a-t-il averti.

M. Boukra a déploré les divisions qui minent les pays du Sahel dans la lutte contre le terrorisme en raison de leurs liens avec les intérêts des autres pays. Le Sahel échappe au contrôle des gouvernements de ces pays et est passé sous le contrôle des groupes terroristes en raison de la situation sociale difficile des populations locales. Il a estimé qu’aucun pays de la région ne peut vaincre seul le terrorisme au Sahel.

Anonyme a dit…

TERRORISME
Sahel : Les actes terroristes d'AQMI en hausse de 550% depuis 2001ENVOYER A UN AMI AJOUTER UN COMMENTAIRE IMPRIMER SIGNALER UN ABUS ahmed benkrim


Les actes terroristes dans la région sahélo-saharienne se multiplient. Selon un rapport du Centre international des études sur le terrorisme relevant de l’Institut de recherche américain US Potomac, l’activité d’Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI, ex-GSPC), connaît une inquiétante augmentation de 550% depuis 2001. Le rapport, qui a recensé l’ensemble des actions terroristes enregistrées dans la région au cours des neuf dernières années, prévient contre cette menace terroriste grandissante qui risque de « déborder » si des « mesures concrètes et efficaces » ne sont pas prises.

Pour les rédacteurs de ce rapport, les actes d'assassinat et de prises d'otage, revenus au premier plan de l'actualité internationale avec la libération récente de ressortissants espagnols, et la revendication par AQMI de l'enlèvement de cinq Français, d'un Togolais et d'un Malgache travaillant au Niger pour le compte de la compagnie française Areva «démontrent que sans la mise en oeuvre de mesures antiterroristes effectives, la menace de ce groupe terroriste planera à terme sur les Etats-Unis et les pays de l'Union européenne ».

La même inquiétude a été exprimée récemment par le coordinateur- adjoint de la lutte antiterroriste au Département d'Etat, Robert Godec, qui a affirmé qu'Aqmi « pose la plus grande menace à la région du Maghreb et au Sahel et constitue une menace réelle et immédiate aux ressortissants américains et occidentaux ». Plusieurs kidnappings de ressortissants européens ont été opérés dans la région du Sahel et revendiqués par Aqmi. Certains otages, comme les deux coopérants espagnols, ont fini par retrouver leur liberté, tandis que d’autres, comme l’humanitaire français Michel Germaneau, ont été simplement exécutés.

Les pays du Sahel, à savoir l’Algérie, le Mali, le Niger et la Mauritanie, tentent d’endiguer ensemble cette menace terroriste en renforçant la concertation, la coopération et la coordination de leurs efforts. Après la réunion des chefs d’états-majors des armées de ces quatre pays le 26 septembre dernier et celle des chefs des services de renseignement le mercredi 29 septembre (laquelle a permis la mise en place un centre commun de renseignement dans la lutte contre le terrorisme), une autre réunion aura lieu cette fois-ci à Nouakchott les 17 et 18 octobre prochain.

Anonyme a dit…

Nous on en a parlé depuis 2008 et le Calame maintenant.

http://www.lecalame.mr/index.php?option=com_content&task=view&id=3285&Itemid=1

Anonyme a dit…

Seulement les idiots doutaient de sa nationalité. Par où il est passé avec les otages, ce n'est pas à travers la frontière malienne. A-
===
Insécurité au Sahel. Révélations sur l'identité d'un terroriste



Le Malien, 12/10/2010 Commentaires [ 5 ]

La confusion vient d'être levée sur la vraie nationale de ce cadre du Polisario, M. Omar Ould Sidi Ahmed Ould Hamma que beaucoup de médias occidentaux considéraient comme un Malien. D'après le journal espagnol ABC, dans sa livraison du 13 avril 2010, le nommé Omar Ould Sidi Ahmed Ould Hamma a une double nationalité (sahraouie et mauritanienne). Il est né au Sahara Occidental et opère dans la bande Sahélo-saharienne comme mercenaire à côté de l'AQMI. Donc, plus de doute sur la nationalité de cet individu hors pair.


mar Ould Sidi Ahmed Ould Hamma, plus connu sous le nom de "Omar Sahraoui, un haut membre du "polisario", est le mercenaire recruté par "Al Qaïda au Maghreb islamique' (AQMI) pour commettre l'enlèvement en Mauritanie des trois coopérants espagnols, rapporte lundi le journal "ABC".

Cet homme à qui certains médias ont attribué la nationalité malienne est loin d'être un des nôtres. Le voile vient d'être levé sur la vraie origine de Omar Sahraoui par le journal espagnol ABC dans sa parution du 13 avril dernier.

Le mercenaire qui opère avec AQMI est né en au Sahara et possède aujourd'hui la double nationalité (Sahraouite et Mauritanienne).

Le journal espagnol, qui cite "une source consultée par ses soins', affirme que "Omar Sahraoui, qui avait formé une partie de l'organigramme du "polisario", est décrit comme un homme du désert, territoire qu'il connaît très bien depuis des décennies et à travers lequel il se déplace avec grande aisance. Muni de cette connaissance, il a mis son expérience au service des terroristes et autres trafiquants de drogue et d'autres produits de contrebande comme le tabac".

"ABC, qui dresse un portrait de "ce mercenaire recruté par AQMI pour commettre l'enlèvement des trois coopérants espagnols", à l'occasion de son procès en Mauritanie, ouvert le 29 mars dernier, affirme, citant des sources judiciaires mauritaniennes, que "Omar Sahraoui" est accusé "d'attenter délibérément à la vie des personnes, d'enlèvement en contrepartie d'argent, d'utilisation du territoire mauritanien pour commettre des attaques contre des étrangers et d'emploi illégal d'armes et de munitions".

Anonyme a dit…

Suite l'ex-malien Omar Sahraoui. A-

==
Selon le journal espagnol, "Omar Sahraoui" travaillerait pour le compte de Mokhtar Belmokhtar, un Algérien, influent membre de la branche d'Al Qaïda au Maghreb et au Sahel qui retenait comme otages les Espagnols Albert Vilalta et Roque Pascual dans le désert du nord du Mali. D'ailleurs, ajoute "ABC", un mandat d'arrêt international a été lancé par la Mauritanie contre cet Algérien "qui se déplace avec une grande facilité entre les frontières poreuses du Sahel".

Le journal espagnol croit savoir également que "Omar Sahraoui", qui ne formerait pas partie directe de la cellule de Belmokhtar, aurait été chargé, selon des sources proches de l'enquête, de mettre à la disposition d'AQMI les véhicules nécessaires pour échapper aux ratissages de l'armée mauritanienne et traverser la frontière malienne.

Quinquagénaire, "Omar Sahraoui" a été arrêté en mi-février dernier et a comparu le 29 mars devant un tribunal de Nouakchott aux côtés de 21 autres personnes poursuivies dans la même affaire avant d'être inculpé et incarcéré.

Aujourd'hui, plus de doute, l'homme est de nationalité Sahraouite comme l'atteste son certificat de nationalité ci-dessous. Cette précision vient enlever une épine dans les pieds des autorités maliennes. Car, les relations entre le Mali et les Occidentaux risquaient de se détériorer suite à ces enlèvements.

Youssouf Sangaré

Anonyme a dit…

A-
y'a que ano foté et la DRS qui ne veulent pas attendre parler que Oumar est bien saharoui et que les espagnols ont bien passé par la bande sous contrôle de la pseudo armée de la rasd pour rejoindre le mali.
filsdubled

Anonyme a dit…

Of course Fils du bled. On nous insulte quand on dit la verité. Des mata hari, du n'import quoi. l'essentiel est de ne pas perdre le fil.Sur canalh, nous sommes les seuls à dire la verité sans peur et on a compris le jeu depuis 2008. L'opinion nous rejoint. A-

maatala a dit…

Salam

Lu sur taqadoumy

"Les détenus de Lemzereb révèlent les coulisses de l’opération et leur détention..
11-10-2010
Les détenus de l’opération de Lemzereb ont accusé l’armée mauritanienne d’avoir commis contre eux des actes inhumains, y compris les exécutions barbares qui ont coûté la vie à trois d’entre eux, selon Kidal, un site Web malien, citant les anciens détenus.

Détenus qui ont déclaré que l'un des blessés, Maham Ould-Abdallahi, a été étranglé à mort alors que son était très grave, tandis que El Vayda Ould Hamma a été abattu à bout portant pour avoir refusé de se conformer aux ordres de s’asseoir intimés par l'armée.


Les anciens détenus ont expliqué, dans cette première déclaration après leur libération controversée, les circonstances de leur arrestation à Lemzereb, estimant qu’elle est la conséquence de la rivalité entre les réseaux de contrebande et non le résultat d’investigations et de suivi préalables de l'armée mauritanienne.

Ils affirment que l’opération a été menée en collaboration avec les contrebandiers et trafiquants de drogue les plus célèbres de la région, à savoir Issa Ould Taybou et Mimi Ould Baba, concurrents du groupe arrêté.

La transaction telle que racontée par les anciens détenus accordait une part du butin aux informateurs, qu’ils ont effectivement reçus, confirment-ils. Contrairement à la thèse de l’armée mauritanienne qui avait annoncé son incinération.

Pour eux, le problème n'est pas la violation de la souveraineté du Mali (Lemzereb est situé à 160 km dans le territoire malien) mais dans le traitement inhumain auquel ils ont été soumis par l'armée qui les a placés, à poils, dans des pick-up, exposés au soleil, et les a battus sur des parties intimes de leurs corps tels que les organes génitaux.

Ils affirment avoir passé leur premier mois de détention à Nouakchott, sous la torture. Au moins deux fois par jour en moyenne.

-----------------------------

Ils noircissent certainement le tableau, mais nous savons que nos soldats ne sont pas des enfants de coeur.

C'est le risque du métier dit le fou


maatala

Bebe BA a dit…

Cette vidéo défraie la chronique depuis une semaine. On y voit un soldat israélien danser autour d’une prisonnière palestinienne menottée et les yeux bandés. Une jeune Palestinienne dit s’être reconnue sur cette vidéo.


http://observers.france24.com/fr/content/20101012-video-d%E2%80%99humiliation-soldat-israelien-victime-presumee-temoigne-observateurs

Bebe BA a dit…

Les services algériens dénoncent 'l'incompétence' de l'armée malienne.


L'interception d'un camion-citerne par Aqmi, en plein combat dans le désert malien, est utilisée par les services de sécurité algériens pour attaquer l'armée malienne sur son "incompétence" supposée.

Le 18 septembre, en pleine bataille dans le désert malien, un camion-citerne est parti de Tombouctou pour ravitailler des unités mauritaniennes. Problème : il a été intercepté par des combattants d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui l’ont siphonné avant d’y mettre le feu. Les islamistes savaient-ils, par des informateurs bien placés, que du ravitaillement aurait lieu ?

En tout cas, le camion-citerne ne disposait pas de la moindre escorte. Et, aujourd’hui, les services de sécurité algériens s’emparent de cette histoire pour dénoncer « l’incompétence » de l’armée malienne.



Le 25 septembre, le patron de la sécurité algérienne, l’inamovible général Mohamed Médiène, alias Toufik, a dépêché dans la sous-région l’un de ses hommes de confiance, le colonel Ramtane Amari. L’officier s’est rendu au Niger et en Mauritanie, mais a « sauté » l’étape du Mali. Objectif : poser les jalons d’un futur sommet anti-Aqmi, qui se tiendrait non plus à Bamako, comme prévu initialement, mais à Alger.



Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Jeune Afrique |

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

Ce passage dit tout:

Le 18 septembre, en pleine bataille dans le désert malien, un camion-citerne est parti de Tombouctou pour ravitailler des unités mauritaniennes. Problème : il a été intercepté par des combattants d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui l’ont siphonné avant d’y mettre le feu. Les islamistes savaient-ils, par des informateurs bien placés, que du ravitaillement aurait lieu ?

A-

Anonyme a dit…

Lire l'article et les commentaires. A-:

http://www.rfi.fr/afrique/20101014-mali-reunion-groupe-action-anti-terroriste-g8

Anonyme a dit…

Pas d'accord avjec cet article. On a attendu trop longtemps et il y en a marre. A-
----

L’EXPRESSION (ALGÉRIE) 14 OCTOBRE 2010
Le jeu trouble de Bamako au Sahel
LE MALI ABRITE DEPUIS HIER UNE RÉUNION DU G8
jeudi 14 octobre 2010
Désormais, le jeu dans le Sahel ne se limite pas seulement à une rivalité franco-américaine, mais il devient ainsi plus ouvert aux autres puissances occidentales.
Le Mali a ouvert hier ses portes aux puissances occidentales pour « étudier » les moyens de renforcer la lutte contre Al Qaîda au Maghreb islamique dans le Sahel.

En invitant des experts et spécialistes des pays du G8 à discuter des moyens de lutte contre l’Aqmi au Sahel, Bamako ouvre grands les bras aux puissances étrangères pour s’impliquer au Sahel. De ce fait, le Mali invite, indirectement, les Occidentaux à s’ingérer dans les affaires de la région. Or, les pays formant l’alliance anti-Aqmi au Sahel, à savoir l’Algérie, la Mauritanie, le Niger, le Mali ou encore le Tchad, la Libye et le Burkina Faso, adoptent le principe de non-ingérence étrangère dans la bande sahélo-saharienne. Perçu comme le pays le plus puissant de cette zone, l’Algérie considère que la lutte contre cette organisation est l’affaire des seuls pays concernés. C’est la raison pour laquelle, les experts algériens n’avaient pas pris part à cette réunion. Outre les puissances étrangères, des pays qui ne sont liés ni politiquement ni géographiquement à la région y participent, à l’image du Maroc. Ce laxisme de la part du Mali n’est pas sans précédent. Ce pays a manifesté, maintes fois, sa mauvaise foi en tournant le dos à l’Algérie. Selon des sources sécuritaires proches du dossier, Bamako ne s’opposerait pas à une intervention militaire de la France dans la région. Le Mali aurait affiché son souhait de coopérer militairement avec les armées de l’Occident, l’armée française en particulier. La Mauritanie, pays membre de l’alliance, poursuit la même politique que le pays voisin du Sud.

Désormais, le jeu au Sahel ne se limite pas à une dispute franco-américaine, mais devient ainsi plus ouvert aux autres puissances occidentales. Pour revenir à la réunion qui s’achève aujourd’hui, les participants sont unanimes à dire que la menace terroriste reste « constante et inquiétante ». A ce sujet, l’Australien Mike Smith, directeur exécutif du comité contre le terrorisme, de l’ONU, a estimé dans une déclaration reprise par l’AFP, que « Aqmi ne respecte pas plus les frontières qu’elle ne respecte les règles internationales, la souveraineté nationale ou, bien sûr, la vie de gens innocents ». Et de préciser que bien « au contraire, Aqmi exploite l’existence des frontières » en implantant « des abris et des camps d’entraînement dans les coins reculés de la région, d’où elle lance des attaques dans les territoires d’autres pays ». Abordant les solutions envisageables, le même expert affirme que « le seul moyen pour les Etats du Sahel d’être capables de contrer cette menace de manière efficace sur le long terme, c’est d’agir collectivement par une coopération opérationnelle dans des domaines comme le renseignement et le contrôle des frontières ». Voulant montrer la voie aux pays directement concernés, il souligne que la coopération des pays étrangers est nécessaire. Pour preuve, il lance un appel aux pays de la région pour collaborer avec des puissances « en dehors de la région » et à construire « une confiance mutuelle par le biais d’exercices et d’entraînements communs ».

Il s’agit là d’un appel direct à une ingérence étrangère. La coopération régionale seule suffira, de l’avis des observateurs avertis, à venir à bout de ce fléau dans la région. Ces derniers estiment qu’une éventuelle implication militaire étrangère dans la région rendra la situation plus complexe et difficile à maîtriser.

Tahar FATTANI

Anonyme a dit…

lu sur cridem

bravo mr le maire j espere tu peus ben et bien travaillez pour la mauritanie de demain vive hamza est vive la mauritanie unis est prospere

med ould med lemine dit cheikh baby
6838106

je vs aime hamza

Anonyme a dit…

Huh! A-



http://www.temoust.org/terrorisme-au-sahel-le-g8-declare,15204

maatala a dit…

Salam

Lu pour A-

"
La Mauritanie face à Al Qaîda
vendredi 15 octobre 2010 / 10 :31

Entretiens avec Mohamed El Moctar El Shinqiti et Sid Ahmed Tefeil, Chercheurs mauritaniens.



Le procès de 19 Mauritaniens djihadistes présumés s’est ouvert hier à Nouakchott. Les accusés appartiennent pour l’essentiel au groupe mauritanien affilié à Al Qaîda, « Ansarou Allah au pays de Chinguetti ». La Mauritanie, qui a lancé des opérations militaires au Mali pour traquer les groupes armés, fait-elle face à un véritable péril ?

La Mauritanie semble s’engager - à travers notamment deux opérations militaires au Mali - à un bras de fer très dur avec Al Qaîda au Maghreb islamique. Pourquoi un tel engagement armé aussi ferme ?

Sid Ahmed Tfeil. Lors des derniers mois de la présidence de Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya en 2005, une vague d’arrestations a touché plusieurs imams, oulémas et activistes islamistes accusés de terrorisme et d’incitation à la violence. On peut citer parmi les oulémas arrêtés cheikh Mohamed El Hassan Ould Deddou, cheikh Naouaoui et Mohamed Ould Mohamed. Mais il s’agissait en fait d’islamistes modérés. Ces événements ont vite été récupérés par le Groupe salafiste pour la prédication et le combat, qui a transformé ces arrestations en déclencheur pour l’attaque sanglante contre la caserne mauritanienne de Lemghity au nord le 4 juillet 2005. D’ailleurs, les attaques contre les militaires mauritaniens se sont multipliées, surtout après le changement de nom du GSPC en Aqmi et son allégeance à l’organisation d’Oussama Ben Laden. A l’époque, le nombre de Mauritaniens au sein de ce groupe armé ne dépassait pas dix éléments. Et le premier Mauritanien tué par l’armée fut un certain Ahmadou Bemba Ould Baba, alias Abou Mohamed El Djenki, lors de cette attaque de Lemghity. Les opérations contre l’armée mauritanienne se sont donc accélérées (après Lemghity, il y a eu Tourine et El Ghelaouiya), ainsi que des accrochages armés à Nouakchott même, des assassinats et des rapts d’Occidentaux, etc.

maatala a dit…

La Mauritanie a alors décidé de changer sa politique sécuritaire en adoptant une stratégie de « frappes préventives ». L’idée : envoyer les troupes de l’armée attaquer les groupes armés à l’intérieur du Mali, allié de la Mauritanie dans la lutte contre Al Qaîda. Cette nouvelle politique a rencontré une forte opposition exprimée par l’opinion publique et la classe politique qui pensent que cette stratégie ne sert que les intérêts français en priorité. La première opération militaire en terre malienne, qui devait servir à libérer l’otage français Michel Germaneau, a été tout de suite suivie d’un attentat kamikaze contre une caserne à Naâma. La seconde opération mauritanienne, qui a occasionné beaucoup de pertes côté militaire, avait pour objectif de traquer le groupe qui détient les ingénieurs d’Areva. C’est ce qui renforce dans l’opinion publique l’idée que la France mène une guerre par procuration contre Al Qaîda. En plus, l’absence de coordination avec des pays voisins et alliés (l’Algérie et le Mali) et le fait de se contenter de l’aide militaire française consolident cette vision.

Mohamed El Moctar El Shinqiti. Je ne doute pas de la légitimité de la Mauritanie de se défendre face aux attaques - environ 40 militaires mauritaniens ont été tués lors de plusieurs attaques d’Aqmi entre 2005 et 2009 - mais j’ai des réserves sur la manière offensive choisie par les dirigeants mauritaniens et la tentative de combattre cette organisation à l’extérieur de la Mauritanie. Je crois que les dirigeants mauritaniens n’ont pas bien diagnostiqué le phénomène d’Al Qaîda et n’ont pas compris les leçons de la guerre entre les Américains et cette organisation. Le fait que les Etats-Unis aient porté leur guerre contre Al Qaîda en dehors du territoire américain a produit une expansion mondialisée de cette organisation, causant plus de morts et plus de haine. Je suis partisan d’une guerre défensive dans un cadre mauritanien. Parce que si les Européens et les Américains éloignent le danger de leur territoire, nous, nous l’attirons chez nous ! Nous devons dessiner notre propre stratégie suivant nos objectifs et notre contexte qui nous sont spécifiques.

Mais on ne peut pas ignorer que de plus en plus de jeunes Mauritaniens rejoignent les groupes armés dans le Sahel…

Mohamed El Moctar El Shinqiti. Il est vrai que de nombreux jeunes Mauritaniens ont rejoint Aqmi ces dernières années. Je crois qu’une des causes a été le mépris du président Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya envers son peuple dans le cas des relations avec Israël, sa persécution des islamistes de tous bords et la corruption. L’autre raison est ce sentiment d’injustice face à ce que subit la nation islamique. Mais Al Qaîda, issue d’une pensée anarchisto-salafiste, a justement réagi à ces causes de manière anarchique. Les experts américains estiment d’ailleurs que le point faible d’Al Qaîda est le targeting mistakes, cette tendance à déclarer la guerre à tout le monde.

Sid Ahmed Tfeil.

maatala a dit…

Après l’invasion américaine de l’Irak en 2003, la réaction de la rue arabe a favorisé l’émergence d’un discours religieux extrémiste, c’est-à-dire le « salafisme djihadiste » ou le « djihad mondial ». Et la Mauritanie a eu sa part de cette nouvelle donne dans le changement du discours religieux. Une partie de la jeunesse mauritanienne a été séduite par ce discours, d’autant que beaucoup de jeunes ne suivent un cursus scolaire public qu’à moitié et certains étudient l’enseignement religieux traditionnel. Selon les jeunes, désireux de partir rejoindre les djihadistes en Irak, en Afghanistan ou en Tchétchénie, la voie passait par le GSPC algérien, qui devait, selon eux, assurer le déplacement et la prise en charge des nouvelles recrues. C’est ainsi que la plupart des jeunes djihadistes ont rejoint la katiba des moulathamin, commandée par Mokhtar Belmokhtar dit « Le Borgne », activant dans les zones frontalières entre la Mauritanie, le Mali et l’Algérie. Mais la vraie vague de recrutement intensif de Mauritaniens au sein du GSPC dans cette zone a démarré après 2008 : cela coïncidait avec l’arrestation de nombreux jeunes islamistes et le démantèlement de plusieurs cellules actives ou dormantes.

Tous les autres jeunes qui ont pu fuir les services de sécurité mauritaniens se sont réfugiés chez le GSPC. L’accueil de ces nouvelles recrues s’était, selon les milieux salafistes, très bien passé : Al Qaîda au Maghreb islamique avait surtout besoin d’autorités religieuses, d’étudiants en religion pour affronter les arguments des ennemis de cette organisation et pour édicter des fetwas djihadistes et des discours mobilisateurs. Je cite parmi eux, Abou Anas Al Chanqiti, spécialisé dans les appels aux jeunes pour rejoindre Al Qaîda.

Quel danger représente réellement Aqmi pour la Mauritanie ?

Sid Ahmed Tfeil. Depuis l’apparition d’Al Qaîda dans la région, la structure sécuritaire - déjà fragile - et l’économie ont subi beaucoup de dégâts. La Mauritanie est un pays vaste, avec seulement trois millions d’habitants, principalement concentrés sur la côte atlantique, au abords du fleuve Senhadji et au centre du pays. La région la moins habitée est la zone désertique près des frontières avec le Mali et l’Algérie, une zone qui accueillait le rallye Paris-Dakar, source importante à l’époque de dividendes pour la Mauritanie, jusqu’à son arrêt en 2008 suite aux menaces des groupes armés. L’assassinat de Français aussi a été un coup dur pour le tourisme ainsi que les kidnappings qui se multiplient dans la région. Aujourd’hui, le gouvernement mauritanien craint que les installations des hydrocarbures soient la cible d’Al Qaîda, surtout que le rythme des explorations s’accélère.

Mohamed El Moctar El Shinqiti. Malgré les victimes innocentes, Al Qaîda ne constitue pas un grand danger pour la Mauritanie. Cette organisation n’ambitionne pas de prendre le pouvoir comme en Somalie ou de se créer un refuge comme au Mali. Ce que je comprends en lisant les textes d’Aqmi sur Internet est que la Mauritanie n’est qu’une cible collatérale, secondaire. Le risque maintenant est que l’actuelle offensive mauritanienne - inspirée par la France - pourrait pousser Aqmi à développer son ambition vis-à-vis de notre pays.

Source : El Watan (Algérie)





Actualités
Interviews
Analyses
Tribune
Courriers du désert
Sports
Nos Contacts
La Mauritanie face à Al Qaîda
Communiqué du Conseil des Ministres
Le parquet requiert 12 ans de prison contre Ould N’Tahah
Mali : bilan de la réunion du groupe d’action anti-terroriste du G8
Le ministre de la Justice visite la prison de Dar Naim après le décès de plusieurs prisonniers
La porte-parole du Quai d’Orsay : "Nous continuons de déconseiller formellement les déplacements dans les zones rouges, de Mauritanie notamment"
Paris dit n’avoir aucune demande d’Aqmi concernant les otages


maatala

Anonyme a dit…

résultat de trente années de chaos ...
lu sur cridem

bravo mr le maire j espere tu peus ben et bien travaillez pour la mauritanie de demain vive hamza est vive la mauritanie unis est prospere

med ould med lemine dit cheikh baby
6838106

je vs aime hamza

Anonyme a dit…

lu pour A-,
CAUSEUR.FR
Aqmi ou ennemis ?Publié le 15 octobre 2010 à 06h01 •
Une réunion du Groupe d’action antiterroriste des pays du G8 (CTAG) s’est ouverte hier à Bamako, pour discuter de la lutte dans le Sahel contre Al-Qaïda au Maghreb islamique qui détient sept otages dont cinq Français. Participent à cette réunion d’experts des représentants du G8 (Etats-Unis, Russie, Japon, Canada, France, Grande-Bretagne, Italie et l’Allemagne), de l’Union européenne, ainsi que la Suisse, l’Espagne et l’Australie. Plusieurs pays de la région (Maroc, Mauritanie, Niger, Burkina Faso, Sénégal, Nigeria) ont été invités à participer à cette rencontre qualifiée par le ministre malien des Affaires étrangères comme « une marque d’estime et de confiance de la communauté internationale » envers son pays. en revanche, l’Algérie a poliment décliné l’invitation. Pour Alger, la lutte contre Aqmi est l’affaire des seuls pays du Sahel et ne souhaite pas l’implication de pays qui y sont étrangers.

Il suffit de regarder une carte de la région pour comprendre que l’absence de l’Algérie transforme la réunion de Bamako en exercice purement intellectuel. Cette chaise vide démontre qu’Alger n’a pas eu les assurances qu’elle exige depuis longtemps : une reconnaissance sans ambiguïté de sa souveraineté sur son flanc sud -qui renferme l’essentiel de ses richesses gazières et pétrolières. En plus, Alger aimerait prendre la tête de l’effort de «repacification» de la région en s’appuyant sur la position dominante de Touaregs algériens dans l’ensemble de cet ethnie. Sans un compromis satisfaisant pour les Algériens (ce qui veut dire des concessions marocaines sur les questions frontalières) toute velléité d’éradication de l’Aqmi ne pourra être que platonique.

Et nos otages ? Eh bien c’est sans doute un dossier moins urgent…

Anonyme a dit…

Des amis d'ano foté? Une comprehension nulle de ce qui se passe. Le costume et la cravate ne changent rien. A-

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=48345

maatala a dit…

Salam

Lu pour Couly

"Dans la ville de son ami et homme d’affaires Mohamed Ould Bouamatou de la tribu Oulad

Bissbâa , entouré de Dah Ould Abdel Jelil de la tribu Idaouali et de N’Diaye Kane, l’un des deux seuls

gouverneurs négro-mauritanien que compte le pays, Ould Taya disait ceci à propos des Haratine et,

ceci ,dans un hassania très approximatif. Comme tous les Mauritaniens le savent, il parle très mal sa

propre langue maternelle : « Des personnes qui pas plus qu’hier travaillaient pour nous et nous

versaient de l’eau sur les mains (soit pour laver les mains des maîtres d’esclaves ou pour leurs

ablutions) s’absentent pour trois jours ( faisant référence au temps minimale requis pour s’initier à la

prêche) reviennent avec des barbichettes et commencent à faire des Fatwa . »

---------------------

Ceci est aussi valable pour les réfugiés alimentaires qui font office de vigiles devant les crèches au States.

Couly ente vem dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Dans la serie un fils d'idiot ne paut etre qu'idiot

"Histoire de famille chez les fils Kadhafi
Mohamed, «l'ingénieur», règne sur les télécoms. Président du comité olympique et de l'Automobile Club, il possède une équipe de foot qui, en 2004, a battu celle de son frère Saadi. Leurs gardes du corps se sont tiré dessus, faisant plusieurs morts dont l'arbitre.

--------------------------

Couly ente vem dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu pour l'azzizzo

"Comment Louis XIV "tenait" ses courtisans ?
De la cour de Louis XIV on ne retient guère que les aspects négatifs. C'est oublier qu'elle suscita une fascination telle que tous les souverains d'Europe tentèrent de l'imiter. Son règne faisait suite à un siècle de guerres civiles ou de révoltes nobiliaires endémiques, dans lesquelles avait trempé la quasi-totalité de la haute noblesse, y compris son oncle et ses cousins. Son but premier est de les détourner des complots. Il ne peut leur ôter leurs prérogatives militaires, qui ont au moins l'avantage de fournir un exutoire à leur combativité. Mais il leur refuse l'accès au Conseil. La cour ne concerne que 5 à 6 % des nobles, les plus puissants et les plus dangereux. En les fixant auprès de lui, il peut les surveiller, tout en les écartant du pouvoir effectif.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu pour l'azzizzo

"Comment Louis XIV "tenait" ses courtisans ?
De la cour de Louis XIV on ne retient guère que les aspects négatifs. C'est oublier qu'elle suscita une fascination telle que tous les souverains d'Europe tentèrent de l'imiter. Son règne faisait suite à un siècle de guerres civiles ou de révoltes nobiliaires endémiques, dans lesquelles avait trempé la quasi-totalité de la haute noblesse, y compris son oncle et ses cousins. Son but premier est de les détourner des complots. Il ne peut leur ôter leurs prérogatives militaires, qui ont au moins l'avantage de fournir un exutoire à leur combativité. Mais il leur refuse l'accès au Conseil. La cour ne concerne que 5 à 6 % des nobles, les plus puissants et les plus dangereux. En les fixant auprès de lui, il peut les surveiller, tout en les écartant du pouvoir effectif.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"L’indépendance… Un stimulant?


Suffit-il à une nation d’être seulement indépendante pour résorber tous ses problèmes (sociaux, politiques et économiques) et assurer ses indispensables équilibres (justice sociale, système éducatif proéminent) ainsi que sa pleine participation dans son environnement sous régional, régional, continental et international dans un monde réduit à un village planétaire ?

Si tel est le cas, comment doit-on interpréter cette indépendance et quelles considérations doit-on lui attribuer pour qu’elle continue d’affermir l’unité nationale, de stimuler la marche indéfinie vers le progrès du pays et le bien être du peuple ?

Certes, l’indépendance de notre pays est la consécration de la volonté de nos aïeuls qui ne se sont jamais résignés, depuis le premier jour de la pénétration, à la colonisation, et lui ont apposé avec fougue et courage une double résistance, armée et intellectuelle, à jamais consignée, pour la mémoire, dans une page de l’histoire héroïque éblouissante.



Dans son excellent ouvrage « Le tambour des sables / Éditions France-Empire – 1983 » consacré à la Mauritanie, Gabriel Feral illustre joliment, avec une conscience et une honnêteté intellectuelle rares, doublées d’une impartialité exceptionnelle, la culture savante de nos aïeuls dont il a même dégagé brillamment un aspect au cours d’un célèbre face à face organisé par ses soins, à une époque où il était en poste au cercle du Brakna et installé au fort d’Aleg, entre un missionnaire jésuite dépêché par la métropole pour une évangélisation éventuelle des indigènes de Mauritanie et un lettré vite désigné pour ce duel déterminant.

Le niveau intellectuel épatant de Mohamed Abdellahi qui avait ébloui le parrain lui faisant dire « … S’il m’était donné de croire en un Dieu, je croirai sans hésiter à celui de Abdellahi », a laissé étonné un évangéliste humilié, quasiment désarçonné, et qui n’attendant plus ses restes avait demandé à repartir au plus vite à Saint Louis. Quant à La résistance armée, bien évidente, elle peuple suffisamment et brillamment toutes les facettes de notre riche culture, écrite, orale, chantée et versifiée.

maatala a dit…

Les noms inoubliables de nos héros et martyrs, dont la représentativité du pays dans son intégralité est certaine, nous donnent à travers leur opposition héroïque, à méditer aujourd’hui sur des thèmes aussi déterminants et indispensables que :

- Le renforcement de l’unité et de la cohésion, sujets dont ils avaient d’ailleurs en leur temps merveilleusement usé et jouit,

- L’édification de l’Etat moderne de droit dont ils ont pleinement jeté les bases. Cinquante années d’indépendance - soit un demi-siècle - sont passées, offrant ainsi une extraordinaire occasion et un moment favorable pour l’amorce d’un bilan général exhaustif dont les aboutissements doivent épouser l’ère du temps, l’objectivité et l’impartialité étant en cela les dispositifs appropriés.

Tous les problèmes qui fragilisent l’Etat de droit et grippent encore la machine du développement doivent être, sans tabou aucun, appréhendés, ouvertement débattus et trouver les solutions appropriées.

En cela, ce seront les grands efforts engagés depuis peu par l’Etat et sous tendus par une réelle volonté d’émancipation des mauritaniens, qui s’en verront fortement renforcés, et la Mauritanie longtemps meurtrie par des régimes instables, des politiques inappropriées à son cas particulier, l’indifférence de ses intellectuels qui frise l’incompréhensible et la déficience d’une classe politique très portée sur le seul pouvoir de la gouvernance, prendra la voie d’une réforme fortement recommandée en cette fin de la première décennie d’un 21ème siècle hors du commun

Dans quelques jours, notre pays va célébrer avec éclat le cinquantenaire de l’indépendance nationale. Tous les mauritaniens sont interpellés, quelques que soient leurs appartenances ethniques ou leurs divergences politiques, à donner à cet évènement sa juste valeur, à en méditer la signification profonde et à en soupeser l’importance majeure.

Il est certain que quand on célèbre ensemble un évènement commun cher à tous, les voies vers le compromis, l’entente, la concorde et la construction nationale ne peuvent pas être bien loin. Il suffirait pour les emprunter d’une volonté sincère ainsi que d’un amour profond de la patrie.

El Wely O. Sidi Haïba

--------------------------------

Vivement la fin de cette farce dit le fou


maatala

Anonyme a dit…

Maata,

Je suis entrain de rire. Je te repondrai des que je recupere la petite Fatimetou de chez la dame qui s'occupe d'elle.

ESSEUL ENTEU FOYSSIDE!

Anonyme a dit…

Maata:

Le petit jeu des idiots est connu. Ils sont remplis de haine et n'aiment pas les...noirs comme...eux mais ils font semblant d'aimer les noirs. Ils font tout pour batir une carriere a' partir de l'humiliation et de la destruction d'autres noirs comme..eux! Yet ils ont le culot de se presenter comme etant les adeptes de Martin Luther King. Leurs sales vies tournent autour de qu'est-ce qu'on peut faire pour mettre la peur dans les esprits et les coeurs d'autres noirs comme...eux? S'ils constatent que la personne n'a pas peur de leurs actions imbeciles,ils passent au plan B, a' savoir utiliser toutes les strategies batardes et meme mentir pour detruire ladite personne. Maata, tu diras a' tes amis de toutes les regions du monde que je suis pour l'emancipation totale de tous les peuples. ABOVE ALL, JE SUIS POUR L'EMANCIPATION TOTALE DE TOUTES LES POPULATIONS QUI ONT ETE' VICTIMES DE L'ESCLAVAGE!!! Vous etes libre de mentir et de dire ce que vous voulez MAIS SACHEZ QUE JE NE SUIS POINT COMPLEXE' ET JE N'AI ABSOLUMENT RIEN CONTRE MA PROPRE COULEUR. Les declarations imbeciles et les mensonges ne m'interessent pas!!!JE N'AI SURTOUT PAS PEUR DES TENTATIVES BATARDES, MALHONNETES ET IMBECILES CONTRE MA PERSONNE. C'EST LE TEMPS QUI FINI TOUJOURS PAR EXPOSER VOS MENSONGES ET VOS MALHONNETETE'S!!!!

Je suis fier de tout ce que j'ai ecrit a' propos du President Moawiya Ould Sid'Ahmed Taya!!!!!L'HISTOIRE NE MENT PAS!!!! MOAWIYA OULD SID'AHMED TAYA A FAIT PLUS DANS LE DOMAINE DE L'EMANCIPATION HARATINE QUE N'IMPORTE QUEL AUTRE PRESIDENT MAURITANIEN.IL EST LE PREMIER A' NOMMER UN HARTANI GOUVERNEUR EN MAURITANIE (MESSAOUD OULD BOULKHER). IL EST EGALEMENT LE PREMIER A' NOMMER UN HARTANI MINISTRE DE LA REPUBLIQUE (LE MEME MESSAOUD OULD BOULKHER.)

Quelles sont tes preuves que Moawiya a fait la declaration que tu lui attribues. Il faut faire un tour chez les ethnies noires Mauritaniennes pour entendre les betises de la classe "superieure" envers les Mathioudo et les Kome'!!!!

Allez Maata!!! ANEU VETRANE!!!ENTEU MISTEVRAKH!!!!! W'HALE VICHI MOUHIM WOU KHALI ANAKE TES BETISES!!!!

Anonyme a dit…

Maata:

Le petit jeu des idiots est connu. Ils sont remplis de haine et n'aiment pas les...noirs comme...eux mais ils font semblant d'aimer les noirs. Ils font tout pour batir une carriere a' partir de l'humiliation et de la destruction d'autres noirs comme..eux! Yet ils ont le culot de se presenter comme etant les adeptes de Martin Luther King. Leurs sales vies tournent autour de qu'est-ce qu'on peut faire pour mettre la peur dans les esprits et les coeurs d'autres noirs comme...eux? S'ils constatent que la personne n'a pas peur de leurs actions imbeciles,ils passent au plan B, a' savoir utiliser toutes les strategies batardes et meme mentir pour detruire ladite personne. Maata, tu diras a' tes amis de toutes les regions du monde que je suis pour l'emancipation totale de tous les peuples. ABOVE ALL, JE SUIS POUR L'EMANCIPATION TOTALE DE TOUTES LES POPULATIONS QUI ONT ETE' VICTIMES DE L'ESCLAVAGE!!! Vous etes libre de mentir et de dire ce que vous voulez MAIS SACHEZ QUE JE NE SUIS POINT COMPLEXE' ET JE N'AI ABSOLUMENT RIEN CONTRE MA PROPRE COULEUR. Les declarations imbeciles et les mensonges ne m'interessent pas!!!JE N'AI SURTOUT PAS PEUR DES TENTATIVES BATARDES, MALHONNETES ET IMBECILES CONTRE MA PERSONNE. C'EST LE TEMPS QUI FINI TOUJOURS PAR EXPOSER VOS MENSONGES ET VOS MALHONNETETE'S!!!!

Je suis fier de tout ce que j'ai ecrit a' propos du President Moawiya Ould Sid'Ahmed Taya!!!!!L'HISTOIRE NE MENT PAS!!!! MOAWIYA OULD SID'AHMED TAYA A FAIT PLUS DANS LE DOMAINE DE L'EMANCIPATION HARATINE QUE N'IMPORTE QUEL AUTRE PRESIDENT MAURITANIEN.IL EST LE PREMIER A' NOMMER UN HARTANI GOUVERNEUR EN MAURITANIE (MESSAOUD OULD BOULKHER). IL EST EGALEMENT LE PREMIER A' NOMMER UN HARTANI MINISTRE DE LA REPUBLIQUE (LE MEME MESSAOUD OULD BOULKHER.)

Quelles sont tes preuves que Moawiya a fait la declaration que tu lui attribues. Il faut faire un tour chez les ethnies noires Mauritaniennes pour entendre les betises de la classe "superieure" envers les Mathioudo et les Kome'!!!!

Allez Maata!!! ANEU VETRANE!!!ENTEU MISTEVRAKH!!!!! W'HALE VICHI MOUHIM WOU KHALI ANAKE TES BETISES!!!!

Anonyme a dit…

Méranger connaissait bien le parrain Tangérois et Dib le recevait souvent dans sa villa sur le front de mer.
C’est là qu’il a eu l’occasion de rencontrer les personnalités marocaines qui se bousculaient au portillon pour bénéficier des faveurs sonnantes et trébuchantes de H’midou Dib. Réputé pour sa générosité, Dib n’avait d’ailleurs pas hésité, quelques mois à peine après son arrestation, à donner ses anciens amis et protecteurs. Des personnalités dont le rang, la fonction et la renommée constituaient une assurance tous risques pour le parrain.
Dans le lot, des officiers supérieurs, de nombreux notables et des cadres supérieurs du ministère de l’Intérieur. Des aveux qui jettent la lumière sur le système de protection dont ont longtemps bénéficié les barons de la drogue dans le nord du pays.
Une liste impressionnante de hauts fonctionnaires et de responsables avait été dressée. Depuis, les uns ont été discrètement débarqués , les autres se sont refait une virginité.
Aveux
Rattrapés par la malédiction de la drogue, d’autres encore risquent de se retrouver sur le grill.
Les deux frères Perletto, passent aujourd'hui pour les vrais caïds de la pègre toulonnaise, et ils auraient également pris le contrôle du trafic de drogue entre le Var et le Brésil, où ils disposaient de sociétés travaillant dans l'import-export de condiments.
Au mois de juin, le réseau comparaîtra à nouveau devant cette même cour pour un important trafic de cocaïne entre l'Amérique latine et la France.
Voilà pour l’affaire du clan des Perletto.
Pour ce qui est du dossier présenté au parquet de Bobigny le vendredi 2 mai, c’est un Marocain, un dénommé «Mohamed» dont les enquêteurs refusent pour l’instant de dévoiler l’identité, qui menait de main de maître un trafic de drogue lui permettant le blanchissement quotidien de millions d’euros.
Les deux responsables du bureau de change du quartier de la Bourse, à Paris, présentés au juge sont pour leur part accusés de tremper dans un circuit de blanchiment d'argent provenant d'un vaste trafic de cannabis.
C’est la PJ des Hauts-de-Seine qui avait fini, après une longue filature, par mettre la main sur ce réseau de blanchiment. C’est ainsi qu’au début de la semaine dernière, un des passeurs chargés d’acheminer l'argent de la drogue vers le Maroc a été intercepté au péage de Saint-Arnoult, dans les Yvelines, avec plus d’un million d'euros en liquide.

Anonyme a dit…

Arrivé à destination, l'argent était réinvesti dans la production de cannabis ou dans l'immobilier. Une partie de l'or était également revendue aux entreprises locales spécialisées dans la fabrication de bijoux, une activité en proie à l’anarchie la plus absolue au Maroc.
Les trafiquants opéraient tous sous les ordres d'une famille marocaine installée dans les Yvelines et se chargeaient de transformer l’argent de la drogue en lingots d'or, transportés par la suite vers le Maghreb.
Il s’agit de plusieurs dizaines de millions d'euros provenant de la revente de haschich en France et en Belgique. Valeur actuelle, une vingtaine de personnes ont été interpellées lundi dernier et devaient être déférées devant le parquet en vue de leur incarcération.
Transactions
Deux responsables de trois bureaux de change parisiens sont accusés d'avoir accepté de changer chaque semaine plusieurs centaines de milliers d'euros en or, en omettant le plus souvent de répertorier ces transactions dans leur livre de police, un document qui permet normalement de détecter les flux suspects.
Les «blanchisseurs» pouvaient empocher ainsi plus de 100.000 euros par jour. La famille marocaine interpellée dans cette affaire utilisait comme couverture des sociétés-écrans de confection textile.
Les enquêteurs français, qui ont observé des virements d'un total de plus de 5 millions d'euros en direction de comptes suisses, planchent aujourd’hui sur les ramifications de ce réseau au Maroc.
Plus loin encore, cette fois-ci à Auxerre ( dans l’Yonne, toujours en France ) la filature de deux lieutenants du trafic de drogue, deux Marocains prénommés Abdelmalik et Hassan, va permettre à la police judiciaire parisienne de mettre la main sur un fournisseur installé à Herblay. Ce personnage, déjà impliqué dans plusieurs affaires de trafic de drogue, notamment en province, fournissait le réseau auxerrois en cannabis.
L'affaire avait démarré en février dernier. Depuis des mois, les enquêteurs des stups surveillent les allées et venues des trafiquants installés à Auxerre et spécialisés dans l'importation de drogue en provenance du Maroc.
Ils ont l'habitude de convoyer du cannabis en provenance du Maroc, de Belgique, rapportaient de la cocaïne et de l'héroïne et se chargeaient également de blanchir l’argent de ce trafic.
Enquête
Pour clore ce joli tableau, dans l'enquête sur un vaste circuit de blanchiment entre la France et Israël, où on retrouve la trace de Marocains, le juge d'instruction Isabelle Prévost-Desprez a notifié lundi 5 mai 2003 la fin de ses investigations aux quelque 130 personnes -physiques ou morales- poursuivies.
Dans cette affaire, dite de la Société Générale, qui a défrayé la chronique judiciaire et financière en janvier 2002 à Paris, Casablanca et Tel-Aviv, l’enquête avait révélé que les mésaventures dont était victime le président d'American Express France n’étaient que le côté cour d’un vaste trafic de blanchiment d’argent. Il s'agit entre autres d'un invraisemblable écheveau de 2.700 fausses traites qui correspondent à autant de livraisons de marchandises bidons, censées provenir du Maroc.
Avec l’instruction de ces procès à répétition, on en saura plus sur les circuits empruntés par l’argent sale lessivé au Maroc avant de partir pour d’autres cieux.

Anonyme a dit…

Le Maroc vit du trafic de drogue
Depuis que l'Europe et l'Algérie ont renforcé leurs frontières, le Maroc utilise la Mauritanie pour écouler sa production de cannabis dont il est le premier producteur au monde.
Sur ce réseau se sont greffés le trafic de cocaine en provenance de Colombie; les marocains utilisent AQMI pour servir d'escorte et faciliter le transfert de la drogue via la bande sahélo saharienne en passant par le Sahara Occidental (via le mur marocain), la Mauritanie, le Mali, le Niger, la libye et l'Egypte.
Cette drogue alimente les marchés locaux de ces pays mais la grande partie est recuperée par des passeurs qui la revendent en Europe: Italie, Grece, France..;

Anonyme a dit…

le kif (drogue qui vient du maroc)
est distribué dans les collèges et lycées de nouadhibou et nouakchott

maatala a dit…

Salam

lu sur cridem

"Un parti mauritanien dénonce l'attaque menée par un «groupuscule de plumitifs» en Mauritanie


«Cessez la campagne médiatique contre l'Algérie !»

Le parti mauritanien Errafah, présidé par l'ancien commandant Mohamed Ould Fel, a appelé dans un communiqué à la cessation de la campagne médiatique contre l'Algérie, menée dans ce pays.

«Depuis quelques jours, un groupuscule de plumitifs, atteints de l'hystérie de l'hypocrisie, mène une campagne sans relâche contre l'Algérie sœur, contenant tout ce qui cause la fitna et la séparation entre frères (Algérie et Mauritanie)», est-il écrit au début du communiqué.

«Il aurait été utile pour eux (les auteurs de cette campagne médiatique) d'utiliser leur «nationalisme» et sentiment «patriotique» à des fins nobles, au lieu de causer la séparation et polluer l'atmosphère, ce qui ne sert pas l'intérêt du peuple mauritanien, ni celle du peuple algérien, ni celle des peuples du Maghreb, ni les intérêts suprêmes de la nation», ajoute ce parti.



Ce parti accuse «ceux courant derrière leurs intérêts personnels et douteux, sans aucun regard aux vrais intérêts de la patrie et les intérêts de la nation», d'être derrière cette campagne médiatique. Le parti de Mohamed Ould Fel s'adresse directement aux auteurs de cette campagne.

«L'Algérie, vous devez le savoir, et comme l'a prouvé l'histoire, est un allié stratégique à chaque fois que la Mauritanie avait besoin d'un allié stratégique, et ce pays est le premier à nous avoir soutenu matériellement et moralement par son argent, ses enseignants et ses experts, alors qu'elle n'était pas encore sortie de la guerre de l'indépendance, comme en a témoigné le fondateur de l'Etat mauritanien, feu El Mokhtar Ould Daddah».

Ce parti a rafraîchi la mémoire des auteurs de cette campagne par ces écrits, ajoutant que «L'Algérie a été aussi un allié stratégique de la Mauritanie quand la société Miferma a été nationalisée, et l'ancien président algérien, feu Houari Boumediene, était arrivé à Tindouf avec ses forces prêtes à intervenir si un malheur était arrivé à la Mauritanie, comme en a témoigné encore feu El Mokhtar Ould Daddah dans ses mémoires».

Dans ce communiqué, le parti invite les auteurs de cette campagne médiatique à «cesser de provoquer les différends entre frères et de diffuser des rumeurs».

M. A
----------------------------------

Vous direz à cet ignare que l'algérie a envoyé les Sahraouis nous tirés dessus à NKTT et que le dictateur Boumedienne a séquestré Moktar ould Daddah à Tindouf.

Aujourd'hui elle nous exporte ses assassins.

L'agérie refusé l'accréditation du représentant du HCR en Algérie au motif inavoué qu'il était Mauritanien et de surcroît noir.

Les Mauritaniens noirs qui ont fait leur études en Algérie vous disent que c'est l'un des pays les plus raciste au monde.

L'algérie est le pire ennemi de la Mauritanie dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maatala,

Je ne croyais pas qu'ano foté et et ses amis allaient jusqu'à cette saloprise. Nous n'avons jamais attaqué personne et on n'acceptera non plus qu'on nous attaque en tripatouillant AQMI. Merci. A-

maatala a dit…

Salam

Interview


Ould Daddah ne condamne pas la politique antiterroriste du régime


le 15-10-2010 à 15:42

Avec ses commandos d'élite et ses raids sur le territoire malien, la Mauritanie est sans doute le pays sahélien qui combat le terrorisme d'Al-Qaïda avec le plus d'énergie. Qu'en pense le chef de file de l'opposition mauritanienne ? L'éclairage d’Ahmed Ould Daddah, président du RFD, le Rassemblement des forces démocratiques.


RFI : Ahmed Ould Daddah, bonjour!

Ahmed Ould Daddah : Bonjour!

RFI: Comment venir à bout des terroristes d’Al-Qaïda dans le Sahel ?

AOD : Il me semble que le terrorisme a deux fronts : Le front intérieur et le front sécuritaire. Le front intérieur qui est, à mon avis, négligé, c’est la situation socio-économique pour les jeunes. Il faut une politique des jeunes. Il faut absolument couper les sources de recrutement de la jeunesse.

RFI : Et le front sécuritaire ?

AOD : Le front sécuritaire exige de mon point de vue qu’il soit sous-régional voire international.

RFI : Pour votre gouvernement, le Mali est le maillon faible de cette lutte contre Al-Qaïda ?

AOD : Ecoutez le Mali est un pays frère. Je sais que le président ATT est un homme très responsable et que nous devons coopérer avec le Mali. Il n’y a pas le choix.

RFI : Hier à Bamako, l’Algérie a boycotté une réunion internationale de la présence d’experts à cause venus du Maroc, de France et des Etats-Unis. Qu’en pensez-vous ?

AOD : Je pense que dans la mesure où les pays de la sous-région, y compris avec l’Algérie qui est très importante, peuvent, eux-mêmes, régler le problème entre eux, certainement ils peuvent faire beaucoup de choses. Mais dans la mesure où ce n’est pas et c’est le cas, on ne peut guère reprocher à un pays d’essayer de se défendre par tous les moyens.

RFI : Y compris avec des moyens venus d’ailleurs, de France, des USA, du Maroc … ?

AOD : Y compris ces moyens-là. Je ne suis pas personnellement favorable à l’existence de bases militaires. Mais, je crois que la coopération militaire dans le cas particulier est une nécessité.

maatala a dit…

RFI : Selon le président Ould Abdel Aziz de Mauritanie, il y aurait six instructeurs français sur la base mauritanienne d’Atar ?

AOD : Moi, je n’ai pas des informations précises, mais ce que j’entends c’est ce que quand même il aurait plus. L’opération qui a eu lieu dans la zone de Tombouctou, il semble qu’il y a plus de six français qui étaient impliqués.
Je pense qu’on ne doit pas accepter de bases étrangères, mais dans la mesure où ses propres forces ne permettent pas de faire face au terrorisme il ne faut pas hésiter à chercher la coopération là où elle se trouve.

RFI : Donc une présence ponctuelle de militaires français, oui ; une base française non ?

AOD: Une coopération ! Je n’ai pas dit une présence. J’ai dit une coopération et c’est très différent. Je ne définis d’ailleurs cette coopération, mais je ne suis pas favorable à une présence.

RFI : Donc vous ne condamnez pas la politique antiterroriste du régime mauritanien actuellement ?

AOD : Non, je ne la condamne pas. Je voudrais qu’elle soit plus intelligente, qu’elle prenne en compte le front intérieur qui est négligé en ayant une politique des jeunes, une politique de formation et d’emplois.
J’ajoute néanmoins que je vois un risque plutôt qu’un intérêt à ce que l’armée mauritanienne aille au-delà de ses frontières. Ratissages, poursuites, ça je le comprends, mais je vois plutôt des risques à ce qu’elle mène des expéditions bien au-delà de ses frontières. Je préfère que cela soit fait avec les pays voisins, en l’espèce avec le Mali.

RFI : En 2007, on se souvient, au second tour des élections vous aviez été battu d’une courte tête par Sidi Ould Cheikh Abdallahi et beaucoup on dit, à l’époque, que c’étaient les militaires qui vous avez fait perdre. Est-ce que votre handicap, ce n’est pas cela le fait que les militaires ne vous aiment pas ?

AOD : Ecoutez, je pense que c’est vrai. Les militaires ont joué un rôle à l’époque : Ils avaient leur candidat et ils l’ont imposé.

RFI : Avant de le renverser un an plus tard ?

AOD : Oui, avant de le renverser un an plus tard et ils sont d’ailleurs les mêmes. Et je ne pense pas que je sois trop repoussant pour l’armée en général. D’autant que je considère que l’armée est un pilier de la souveraineté du pays, mais je pense que chacun doit être à sa place et que le pouvoir civil doit exercer la politique et assumer les décisions politiques.


Source : rfi.fr –Transcription rim24

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"AQMI et trafiquants de drogue : Une connexion certaine au Sahel


Il ne fait l’ombre d’aucun doute aujourd’hui que les éléments terroristes regroupés au sein de la nébuleuse qu’on appelle pompeusement Al Qaida au Magreb Islamique, ne sont que de vulgaires coupeurs de route qui entretiennent des relations certaines avec les trafiquants en tous genres en général et de drogue en particulier qui écument dans la sous-région sahélo-sahélienne.

L’exemple du réseau international de trafic de drogue que viennent de démanteler les autorités marocaines en est la parfaite illustration. En effet, le ministre marocain de l’Intérieur qui a annoncé la nouvelle, a révélé que ce réseau, dirigé par des Espagnols et des Colombiens, recevait le soutien de trafiquants de drogue marocains et entretenait des relations avec AQMI ainsi qu’avec des cartels d’Amérique latine.

Le responsable marocain a également indiqué que la drogue en provenance de Colombie et du Venezuela arrivait dans le nord du Mali, où elle était stockée. De là, AQMI lui faisait traverser le Sahara - par la Mauritanie ou l’Algérie - pour l’acheminer au Maroc, voire jusqu’en Europe.



Les révélations faites par les autorités marocaines donnent raison aux responsables de notre pays qui ont toujours soutenu que la guerre qu’elles livrent dans nos frontières de l’est du pays et au Mali n’est pas contre Al Qaida mais contre des éléments terroristes qui prêtent main forte aux trafiquants de drogue, d’armes, d’êtres humains et qui protègent les auteurs de crimes transfrontaliers.

Dans sa dernière sortie médiatique sur la chaine qatarie Al Jezzeera, le président de la République monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz l’a clairement exprimé, confirmant de la sorte ce qu’avait dit la veille, sur le plateau de la même chaine, son conseiller chargé de la communication monsieur El Moudir Ould Bouna et que reprendra par ailleurs notre ambassadeur auprès de la Ligue arabe monsieur Sidi Mohamed Ould Boubacar.

Dans ce registre, il convient de rappeler que nos forces armées et de sécurité avaient arrêté à Lemzereb une colonne de ses terroristes qui assuraient la protection à un convoi de trafiquants de drogue.

Maintenant que cette connexion est clairement établie entre ces trafiquants de drogue et ces terroristes qui se prétendent d’AQMI, les pays du Sahel mais également le Maroc et la Libye et dans une moindre mesure la Tunisie, doivent joindre leurs efforts pour venir à bout de ce fléau et de tous ceux qui le protègent.

Les pays d’Europe qui sont en définitive la destination finale de ces importantes quantités de stupéfiants qui font tant de ravages, doivent aussi se mobiliser pour prêter main forte aux pays qui sont réellement décidés à en découdre définitivement avec ces cartels de la rogue et leurs suppôts dans la sous région.

La réunion du groupe d’action anti-terroriste des pays du G8 (Etats-Unis, Russie, Japon, Canada, France, Grande-Bretagne, Italie et l’Allemagne), ainsi que de l’Union européenne, la Suisse, l’Espagne et l’Australie, et plusieurs pays de la région (Maroc, Mauritanie, Niger, Burkina Faso, Sénégal, Nigeria notamment), constitue un signe encourageant que les dirigeants de ces pays sont désormais conscients de la nécessité d’une action commune et coordonnée entre ces Etats pour éradiquer ce fléau.

En attendant, les pays comme la Mauritanie qui est résolument décidée, dans une approche préventive, à aller frapper l’ennemi dans ses bases où qu’elles se situent, doit être vigoureusement soutenue par les autres pays en renseignements, en logistique, en formation, etc.

De fait, si chaque pays de la sous région adoptait cette même approche musclée, il ne resterait plus devant ces terroristes qu’une seule alternative, fermer boutique et s’auto-dissoudre. Ni plus, ni moins !

La Rédaction



Source : Le Véridique (Mauritanie)

maatala

Anonyme a dit…

Soit des fous ou soit un acte de diversion. La sécurité doit tout surveiller et même tout boucler. A-

==

La Gendarmerie encercle une zone à partir de laquelle des coups de feu ont été tirés sur une voiture
16-10-2010
Des informations de Rosso, capitale de la wilaya du Trarza, affirment que la Gendarmerie nationale encercle une zone située à environ 37 km de Rosso. Selon notre correspondant dans la région, la voiture de type R 21 qui passait par cette zone a essuyé des tirs nourris, de l'intérieur des arbres touffus situés sur les bords du bitume.

Le conducteur de la voiture a réussi à réchapper malgré les nombreux les nombreux impacts de projectiles sur la caisse de sa voiture qui transportait une grande quantité de fruits.

Notre correspondant affirme que le conducteur a été transporté à l'hôpital et que les gendarmes se sont dirigés vers le lieu des tirs pour l’assiéger.


Pages vues: 83

Anonyme a dit…

Maatala
C'est un jugement très grave que tu portes.
Accuser tout un peuple de racisme c'est grave.
Quant à l'épisode de Boumedienne et Daddah, l'histoire a démontré que l'algérien avait raison de dissuader son ami de s'engager dans une guerre inutile et interminable. Ce qui fut le cas.

Anonyme a dit…

Ano,

Je ne crois que Maatala acccuse le peuple algérien de racisme, mais les généraux et leur presse. Je t'en envoyer quelques copies où le ton raciste est lisible. Combien de fois quand leur voeu ne tient pas la route, ils accusent les autres "d'africains". Pourquoi l'Algérie (pas le peuple, mais le gouvernement) n'a jamais accepté de tenir cette réunion sécuritaire qu'ATT a demandé? Ce sont eux qui nous tapent dessus depuis la saga d'El Weli (Allah yarhmou), y compris Lemgheity, Tourine et El Ghallawiya au moins. Ils ont refusé de recevoir deux de nos PM, faisant poireauter l'un dans son hotel et l'autre à l'aéroport (Ould Waghef et Ould Guig).Ne pas nous respecter, c'est hors de question. Et l'implication du Polisario dans nos malheurs ces derniers temps, ce n'est non plus acceptable. Aussi augmenter nos pertes via leurs sources sécuritaires. Ou on est mauritanien ou on ne l'est pas ...

A-

Anonyme a dit…

A-

Comme vous l'avez si bien dit, le peuple Algerien est ami au peuple Mauritanien et n'a rien contre notre pays. Les nombreux problemes du Maghreb et du Sahel viennent de vieux generaux et autres officiers superieurs Algeriens qui ont ete' abrutis par la guerre de liberation contre la France. Ils prennent en otage la classe politique de leur pays. Abdel Aziz doit regarder du cote' du Maroc pour trouver des solutions pour la paix et la stabilite' de la Mauritanie. Kadafi a probablement de bonnes intentions, de temps a' autre, MAIS IL EST COMPLETEMENT FOU, CE QUI FAIT QUE C'EST DIFFICILE DE PREVOIR SES ACTIONS. Ablay Wade ROUWEYSSOU M'DEGUEDEGUE!!! ATT est tres prudent, pargmatique et realiste. J'allais ecrire quelques mots a' propos d'Abdel Aziz mais que n'ai-je pas dit a' propos de lui???? De la tortue fache'e au President Abdel Aziz, cela veut dire que ma position a evolue' par rapport a' ce Mr. qui au lieu de marcher sur ses deux pieds, marche sur ses emotions. Nous avons en commun Tekeyber que j'aime bien. Pourquoi???? Je ne sais pas! ALLAH YAALEM. Moawiya, Tekeyber, Sidi Ould Cheikh Abdallahi et le General Ghazouani sont dans la categorie des personnes que j'aime bien. Pour Moawiya et Sidi, les raisons sont connues. Pour les autres I am still asking myself the following question: Why do I like them????

Anonyme a dit…

Salut le cousin d'amerik! Aime qui tu veux sans donner de raison.

Things are somehow ok now home since we do not hide to say what we think, be it right or wrong.

N.B: paraît qu'il a plu beaucoup a Nktt ce soir.

A-

Anonyme a dit…

A- enteu t es ou? a nktt ou magtaalahjar

maatala a dit…

Salam


Cinquantenaire de l’imposture et de la dépendance...


On attend avec impatience ce jour improbable où la Mauritanie sera aux mains d’une élite éclairée et décomplexée qui saura gouverner la Mauritanie en lui reconnaissant ses spécificités, au lieu toujours de copier coller ce qui se fait ailleurs sans réfléchir une seconde car penser, innover c’est fatiguant pour un esprit adepte du coup de pied de l’âne à la moindre tentative de réflexion.

On nous tympanise avec ce présumé cinquantenaire d’indépendance qui ne correspond à rien ! D’abord, les seuls qui peuvent fêter l’indépendance c’est les militaires qui sont indépendants depuis le 10 juillet 1978. Depuis ce jour-là, ils ne dépendent d’aucune constitution, d’aucun pouvoir civil, d’aucune république démocratique présumée ou sur le chemin de le devenir.
Les militaires ont le droit de fêter, chaque 10 juillet, leur indépendance !

Quant aux civils ! Ils n’ont été indépendants que 18 ans ! Depuis ils vivent sous la colonisation de l’armée qui décide quand elle veut comme elle veut de créer et défaire les présidents de la république en préservant le vernis démocratique à l’aller mais en se gardant toujours le droit au coup d’état pour le retour à sa place de l’élu !

Cela c’est notre réalité ! Comment dans ces conditions fêter un quelconque cinquantenaire de l’indépendance ? Et indépendance par rapport à quoi ? Si c’est par rapport aux français, c’est là encore un copier coller de la réaction d’autres peuples qui peuvent fêter la libération comme les algériens même si ensuite ils sont passés comme chez nous à la colonisation de l’armée , pas la leur, l’armée tout simplement car ces armées ne sont pas celles des peuples vu qu’elles les font vivre dans le règne de la soumission lamentable.

De plus, il faudra un jour accepter de reconnaître que sans la France, la Mauritanie n’existerait pas tout simplement alors vouloir fêter l’indépendance par rapport à elle, c’est une ineptie car la nation mauritanienne lui doit jusqu’à son existence sinon nous serions aujourd’hui marocains, algériens, maliens, sénégalais.

Ensuite, de quelle indépendance parlons-nous ? De Gaulle, que certains intellectuels africains limités vénèrent, est le premier ennemi des africains et des peuples libres : c’est lui qui a compris qu’au lieu de tenir des colonies, il valait mieux leur offrir l’indépendance puis ensuite les déstabiliser, les piller loin de la métropole et sans aucun bruit ; de là la françafrique digne héritière de la colonisation.

maatala a dit…

Enfin, cette façon de vouloir fêter cette fausse indépendance, c’est perpétuer pour l’éternité un souvenir qui finalement n’a duré que peu chez nous à savoir la colonisation dont la pacification n’a laissé que peu de traces pénibles; c’est l’après colonisation officielle qui fit le plus mal car elle contribua à détruire les fondements d’un état juste pour nourrir les délires les militaires ignorants, sans vision qui firent que ce pays est à genoux depuis que les militaires ont pris leur indépendance un 10 juillet.

Aujourd’hui l’homme du 18 est là, et veut bien faire, effacer lui ce que firent ses frères d’armes ou cousins d’armes en trente ans ! Il doit donc reprendre l’indépendance là où elle fut brisée c’est-à-dire le 10 juillet 1978 et fêter le 18eme ou les 19 ans de l’indépendance quoique cela ne signifie rien car on vit sous la colonisation de l’armée qui peut prendre Aziz demain et le remplacer par un autre taya, qui pourra dire un mot quand on peut faire tomber un tyran et un président élu sans un coup de feu ?

C’est donc bien que la peur est partout jusque dans les gênes !

Tout ça pour dire que le cinquantenaire de l’indépendance qu’on s’apprête à fêter est une imposture historique ! C’est condamner ce peuple pour l’éternité à croire qu’il fut dépendant depuis l’éternité avant ce 28 novembre comme les haratines qui subissent déjà cette imposture qui les présente en descendants d’esclaves comme si leurs ancêtres n’ont jamais été libres !

Si on veut vraiment fêter une forme d’indépendance par la petite porte, il faut fêter le 3 Août ! Et changer l’année de l’indépendance chaque fois qu’un tyran videra les lieux jusqu’au jour où l’armée retournera définitivement dans ses casernes car en face elle craindra d’avoir affaire à un peuple debout et armé.

A ce titre : Aziz aura fait quelque chose pour ce pays, le jour où quittant le pouvoir il aura réveillé la jeunesse de sorte que le prochain président militairement élu ait en face un peuple débout prêt à en découdre jusqu’au bout afin que plus jamais aucun pouvoir comme aujourd’hui n’ait tant de mépris pour les civils, pour la constitution, pour la liberté d’expression.

Entre-temps, il n’y a rien à faire qu’à regarder Aziz faire ! Qu’il fasse donc puisqu’il ne craint que les armes et que son peuple est désarmé, affamé, volé. Nous verrons bien si comme je le crois Aziz est un mâle nécessaire…



Publié par vlane

maatala

Anonyme a dit…

A 50 km de magtaa lahjar profiter d'el khriv. Ça va à Nktt? Jamais vu ou entendu de tant de pluie. C'est le changement climati=que walla? rien dans la presse sur ce malheur qui touche ce pays. La dernière fois Sidioca fait une prière et Tintane est sous l'eau. L'azzizzo fait une prière à Kaedi, et c'est tout le pays qui est sous l'eau !

A-


====
Il a dit:

A- enteu t es ou? a nktt ou magtaalahjar

17 octobre 2010 21:00

Anonyme a dit…

Quoi 50 Kms de Maghtalahjar ? A- cesse de mentir please t'es pâs en RIM, t'es en Italie!
tu passeras mon bonjour a maata dicko et les autres. je trouve leur silence radio petit aprés le cas d'esclavage dont s'est rendu coupable un haratine (ould veijeh) contre ses esclaves à Rosso/ Même sidi Oud Messaoud de l'App a tenté dans n premier temps de proteger le negrier et esclavagiste noir Ould Veijeh.
Pourquoi vous fermez mos museaux taillées sinon vos claqpets sur cette affaire
Zemmour

Anonyme a dit…

Tous des trafiquants ou des coupeurs de route. Sans exception, arabe ou pas arabe. J'espère qu'ils ne sont pas morts quand même. De quel apaisement de l'azzizzo ils parlent? S'ils veulent de l'apaisement, qu'ils cessent de traficoter avec l'AQMI fabriqué. Faites divorcer vos filles avec ces barbus méchants et donnez-leur des coups de pieds derrière pour aller chez eux plus au nord. Les mauritaniens sont des brigands et les attaquer c'est jouer avec le feu. Ils ont perdu 2 gars dans le desert et ils nous ont fait perdre une quarantaine de nos soldats. maintenant c'est oeuil pour oeuil et dent pour dent. Sahet nvess hag!

A-
=
Mali : Des Arabes inquiets pour 2 des leurs arrêtés par l’armée mauritanienne.


Une communauté arabe de la région malienne de Tombouctou (Nord-ouest) s’est "inquiétée" hier du sort de deux de ses membres arrêtés, selon elle, en septembre par l’armée mauritanienne après des affrontements avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en territoire malien.

"Un mois après l’arrestation de deux de nos parents par l’armée mauritanienne sur notre territoire, nous sommes sans nouvelles (d’eux). Nous avons une grande inquiétude", indique un communiqué transmis hier à l’Afp. "Sont-ils morts ? Ont-ils été torturés ? Où sont ces deux pauvres bergers", poursuit le texte.

MM. Med Fadel Ould Abba Ousrass et Med Elher Ould Saleck ont été "arrêtés dans la région de Tombouctou les 18 et 19 septembre derniers après des affrontements meurtriers entre l’armée mauritanienne et Al-Qaïda. Aujourd’hui, on n’a pas de nouvelles. On est très inquiet.Certains disent qu’ils sont peut-être morts", a précisé à l’Afp un élu de la région de Tombouctou, Sidi Med Ould Khattri.



"Pourtant, lors de son dernier passage au Mali, le président mauritanien avait promis à la communauté arabe de Tombouctou de prendre des mesures d’apaisement", a ajouté la même source.

Venu assister aux festivités du cinquantenaire de l’indépendance du Mali le 22 septembre, le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, avait rencontré à Bamako une délégation arabe du Mali.

lesoleil.sn








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : La Nation (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Salam

Lu sur cridem

Dans la série on vous emmerde:

"Source sécuritaire : Ould Semane refuse d’aller au tribunal s’il n’est pas autorisé ...

Le chef salafiste Khadim Ould Semane a refusé ce lundi d’aller à la cour pénale de Nouakchott rejoindre ses compagnons Taki Ould Youssouf et Maarouf Ould Haiba où s’ouvre ce lundi leur procès.

Une source sécuritaire a révélé à Sahara média que Khadim Ould Semane refuse de se présenter devant ses juges s’il n’est pas autorisé à porter des vêtements particuliers. La source n’a pas précisé la nature de l’accoutrement voulu par Ould Semane mais l’on pense qu’il pourrait s’agir d’habits où figurerait la référence à Al Qaeda.

Maarouf Ould Haiba a, quant à lui, adressé une question au parquet demandant s’il est vraiment nécessaire de la juger une seconde fois, après qu’il ait été accusé du meurtre de touristes français en 2007, s’interrogeant « s’il y a une peine plus lourde que celle de la condamnation à mort ».

On s’attend également à ce que le salafiste Ould Homedy soit présenté ce lundi devant le tribunal.

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Jemil Mansour : 'Il est inconcevable de mener des raids conjoints avec la France'.


Mohamed Jemil Mansour est le président du Rassemblement national pour la réforme et la démocratie (RNRD) ou Tawassoul. Ouvert et modéré, Ould Mansour doit sa réputation surtout à sa maitrise du verbe en Hassaniya, en Arabe et même en Français.

Nourri à la sève de la pensée de réformistes islamistes tels que Hassen Atourabi et Rachid Ghanouchi, depuis son engagement précoce en politique, le président de Tawassoul, malgré son jeune âge a réussi à s’imposer dans les rangs des Islamistes.

Et continue de marquer des points sur la scène politique, naviguant avec souplesse et pragmatisme et évitant à tout prix la confrontation avec le pouvoir. En un seul mot, lui et ses amis, font la politique et ont un objectif clair à atteindre…



Jemil, comme on l’appelle dans l’opinion, a bien voulu répondre aux questions de Biladi, relatives à la situation politique, sécuritaire, économique et sociale du pays…

Biladi : L’accord de Dakar avait suscité beaucoup d’espoir. Mais une année après sa signature, le pays reste encore à la case départ. Y-a-t-il aujourd’hui espoir de voir la Mauritanie sortir de la crise dans un proche avenir?

Mohamed Jemil Mansour : À Dakar il y a eu un consensus entre tous les acteurs de la scène politique pour sortir de la crise. Donc nous croyons que c’est important d’organiser un dialogue sur la base de l’accord signé dans la capitale sénégalaise. C’est vrai que comme mauritaniens comme partenaires politiques, nous avons le droit de mettre l’accent sur des points autres que ceux cités dans ce document mais le respect de l’accord cadre de Dakar est un impératif qui s’impose à tous les acteurs de la scène politique nationale.

Il faut organiser un dialogue politique, afin de discuter de grandes questions de l’heure, d’asseoir un climat politique positif, de dégager les voies et les moyens capables d’assurer une politique d’alternance pacifique au pouvoir dans notre pays et de déterminer, de façon définitive, le rôle de l’armée.

Cela dit, nous gardons toujours l’espoir de voir le pays sortir de la crise. Le pouvoir tout comme la coalition des partis organisés au sein de la Coordination de l’opposition démocratique a fait part de son ouverture au dialogue. Reste à en nouer le fil.

Nous demandons au pouvoir en place, au président de la République qui a été élu par le peuple mauritanien d’initier un dialogue politique avec tous les partis, tous les partenaires politiques, pour que tous participent à l’émergence d’une nouvelle Mauritanie, incha allah.

Biladi : En tant que parti ayant adopté une position médiane, comment Tawassoul compte-t-il s’y prendre pour contribuer à sortir le pays de la crise ?

Mohamed Jemil Mansour : C’est vrai que nous ne sommes pas membres de la Coordination de l’opposition démocratique, mais nous sommes membres de l’Institution de l’opposition démocratique et donc un parti de l’opposition. Mais une opposition qui tient un discours positif et qui essaye de trouver un terrain d’attente entre les acteurs de la scène politique.

maatala a dit…

On a entrepris des contacts en vue de rapprocher les positions. Mais les relations entre la Coordination de l’opposition démocratique et les partis de la majorité étant malheureusement tendues, il semble bien qu’il faut encore du temps pour trouver un terrain d’attente entre les différends acteurs de la scène politique nationale, favorable à la tenue d’un dialogue.

Biladi : Le président Ould Abdel Aziz vient de réaffirmer que la Mauritanie n’est pas en guerre contre Al Qaïda. Que vous inspire cette déclaration ?

Mohamed Jemil Mansour : Nous ne voulons pas rentrer dans une querelle de mots. Ce que nous constatons ce qu’il y a une guerre, qu’il y a une situation sécuritaire difficile pour notre pays, que notre armée est entrée dans le territoire d’un pays frère pour engager des combats avec Al Qaïda. Nous sommes très attachés à la sécurité du pays, à sa stabilité, et nous sommes pour la lutte contre le terrorisme qui constitue un danger pour la Mauritanie.

Nous croyons que nos formes armées ont un rôle à jouer dans la défense de la sécurité nationale, dans la défense de sa stabilité, dans la défense de la sécurité de nos hôtes, mais qu’elles ne doivent pas évoluer en dehors de nos frontières que dans le cadre d’une coordination avec les pays de la sous-région. Nous sommes contre tout aventurisme, et l’utilisation de nos forces armées pour un agenda qui ne sert pas les intérêts du pays. Les déclarations que nous avons publiées étaient claires là-dessus.

Ce que nous demandons aujourd’hui c’est une révision de notre stratégie sécuritaire. Il faut coordonner avec les pays de la sous-région en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme, et éviter tout aventurisme nuisible aux intérêts du pays.

Biladi: Tout en affirmant votre soutien à l’armée dans la lutte contre le terrorisme, vous mettez en garde contre un agenda étranger. Derrière les raids menés par l’armée mauritanienne verriez-vous la main de la France, comme les partis réunis sous la bannière de l’opposition démocratique ?

Mohamed Jemil Mansour : Derrière le premier raid mené contre les positions terroristes au Mali, il y a la main de la France, c’est indéniable. Il faut être très clair, nous croyons que la relation avec la France est importante pour la Mauritanie. Que la France est l’un des pays d’Europe qui a des relations privilégiées avec notre pays. Mais pour autant ce n’est pas de notre rôle de libérer ou d’essayer de libérer Germaneau.

Il est inconcevable de mener des raids conjoints avec la France, en faisant fi de la coopération des pays limitrophes. Cela nous évitera de nous enfermer dans l’isolement. Nous pensons que la lutte contre le fléau qu’est le terrorisme doit s’inscrire dans le cadre d’une coordination d’avec les pays de la sous-région, le Mali, l’Algérie, le Niger…

Biladi : Vous avez formez des alliances avec l’UPR lors des sénatoriales passées et aucune avec l’opposition. Est-ce là un prélude à une entrée dans la majorité présidentielle ?

Mohamed Jemil Mansour : Premièrement pour votre information, lors des sénatoriales passées il y a eu des alliances avec l’UPR à Nouakchott et à Tintane, mais il y a d’autres coalitions avec les partis de l’opposition surtout à Aleg et autres localités. Ces alliances ont été nouées en fonction de la ligne politique du parti. Cela dit, on ne parle pas d’une rentrée à la majorité présidentielle. Nous sommes un parti représenté au parlement, un parti opposant.

C’est vrai qu’après la présidentielle, on a reconnu les résultats, on a reconnu le président de la République actuel, nous travaillons pour un climat politique positif. Nous le disons et répétons que nous sommes un parti d’opposition avec un discours modéré choisi par ses instances, qui essaye d’une façon constructive d’aider à créer un climat politique apaisé.

maatala a dit…

Biladi : Quelle lecture faites vous aujourd’hui de la situation politique économique et sociale du pays ?

Mohamed Jemil Mansour : Il est indéniable que quelques domaines ont connu des progrès, construction d’infrastructures routiers, lute contre une certaine gabegie. Mais globalement nous ne sommes pas satisfaits de la situation politique, économique et sociale du pays. Nous sommes un pays qui a derrière lui une cinquantaine d’années d’indépendance, possède d’énormes richesses, entretient des relations privilégiées avec des pays donateurs dans le monde.

Mais malgré ces énormes atouts nous n’avons pas connu des avancées considérables sur les plans économique, culturel et social. Nous croyons qu’il est temps de changer la manière de gérer les affaires publiques.

Il faut donner la chance à tous les acteurs à participer au développement. Nous demandons, et nous le répétons, au président de la République qui gère le pays actuellement d’adopter un esprit d’ouverture, de créer un climat consensuel pour gérer les dossiers importants de ce pays : unité nationale ; développement économique ; social ; culturel ; problème de l’esclavage et ses séquelles… Tout cela demande un climat politique consensuel, un climat d’ouverture, de dialogue.Ce n’est plus le moment d’une gestion unilatérale de la part d’un parti ou d’une coalition, ici on parle de la politique générale et pas d’une question de gouvernement.

Biladi : D’un côté vous appelez à l’abolition de l’esclavage, mais de l’autre vous semblez minimiser la pratique de l’esclave. «L’esclavage existe toujours en tant que pratique d‘une manière limitée dans certaines régions du pays», ce c’est que vous avez écrit dans le document publié récemment et intitulé « La vision de Tawassoul de l’esclavage et ses séquelles en Mauritanie » Finalement n’avez pas le sentiment de faire le jeu du pouvoir qui, aujourd’hui, a tendance à minimiser, voire nier la pratique de l’esclavage sur nos terres?

Mohamed Jemil Mansour : Malheureusement certains acteurs de la société civile ont fait des commentaires dans ce sens. Mais la réalité est tout autre. Nous ne jouons pas le jeu du pouvoir ni des Beydanes. La pratique de l’esclavage a baissé d’intensité. Aujourd’hui elle n’est pas ce qu’elle était il y a 40 ans ou 20 ans, mais le phénomène et ses séquelles existent encore. Cela dit nous avons initié un programme intitulé programme de Tawassoul pour l’élimination du phénomène de l’esclavage et ses séquelles et nous invitons tous les mauritaniens, descendants de couches esclavagistes y compris, à se mobiliser dans ce sens.

Nous demandons à nos frères qui s’intéressent à cette question de dépasser les querelles politiques, et d’éviter les commentaires peu amènes sur les positions des uns et des autres. Le combat pour l’élimination de l’esclavage doit dépasser les clivages sociaux et politiques. Il doit être le combat des tous les mauritaniens et cesser d’être considéré comme le combat d’un parti ou d’une couche. Nous allons travailler pour l’élimination de l’esclavage, c’est notre devoir, sans rentrer dans les querelles politiques qui ne servent à rien.

Propos recueillis par Samba Camara

-----------------------------------

Jemil

LI CHEGUER CH IDIR CHI VEBELOO DIT LE FOU

maatala

Anonyme a dit…

Ken
L’attitude de Mr Mansoor me rappelle celle des populations bambaras, songai... du sud&centre Mali non touchées par les terroristes qui les ménagent ,ils veulent absolument que personne ne vienne chercher ces gens qui eux n'hesitent pas à quitter leue fief du nord Mali pour tuer ,rançonner, enlever... Jamil n'est pas une cible de ces gens et il tient à le rester,il ne sera pas derangé outre mesure si ces terroriste tuent des militaires ou des etrangers .Le cas échéant il attendra quelques jours pour condamner , mollement.
Si la Mauritanie veut exister elle doit etre dure avec ces malades.

Anonyme a dit…

depuis le temps qu on en parle sur canal pour dire que nouakchott 2011 c est une honte en oubliant les grandes villes, voila que le ministere se reveille et pique nos idees face leur incompetence

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=48437

voleurs !!!!!!

Anonyme a dit…

Comprend plus Hanevi. Est-il passé avec armes et bagages chez Ould El Hadi?

maatala a dit…

salam

lu sur rim 24

"
Nouakchott


Découverte d'une ceinture explosive dans un dépôt d'ordues à El Mina
le 19-10-2010 à 13:14

Une ceinture explosive équipée d’une minuterie a été découverte ce matin aux environs de 10 heures dans un dépôt de déchets de la société de ramassages des ordures ménagères Pizzorno. C’est grâce à des femmes et à des enfants qui fouinaient dans ce dépôt que l’alerte fut donnée.

Des éléments de la gendarmerie et de l’unité antiterroriste accompagnés de chiens dressés se sont rendus rapidement sur les lieux du côté de la Kebba « Lemrabett » d’El Mina.

Une enquête aurait été ouverte pour déterminer les origines de cette ceinture explosive. D’aucuns pensent qu’il s’agit, peut-être, de l’acte de désistement d’un kamikaze.

rim24.info

------------------------------

Imaginer une femme manipulé portant cette ceinture autour de sa taille faisant l'accolade à l'azzizo.

Rien que pour gagner les 70 mecs au paradis.

La parité le vaut bien dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Le parquet demande la peine de mort à quatre salafistes.


Le parquet a demandé que 4 salafistes jugés en ce moment par la cour pénale de Nouakchott dans ce qui est connu sous le nom de « fusillades du Centre émetteur » soient passés par les armes.

Les salafistes jugés par cette requête du parquet sont Khadim Ould Semane, Taki Ould Sidi, Maarouf Ould Haiba et Sidi Ould Sidina. Les deux derniers ont aussi été condamnés dans l’assassinat des touristes français fin 2007, près de la ville d’Aleg.

Une peine de 20 ans de prison ferme avec travaux forcés et séquestration des biens, a été requise contre le reste des salafistes concernés par le procès en cours actuellement.



Khadim Ould Semane, considéré comme le chef de la branche mauritanienne d’AQMI, a déclaré que l’organisation « va couper la tête du procureur de la République après avoir pris le contrôle du pays », selon ses propos.


Source : Sahara Medias (Mauritanie)

-----------------------------------

Il ne faut surtout pas le tuer mais lui couper sa langue de vipère et lui crever les yeux dit le fou.

maatala

David CABAS a dit…

Le jour où la cours constitutionnel a étonnement validé les compte de Chirac, Balladur ...

C'est le même jour où la cours constitutionnel n'a pas validé les compte de campagne de Jacques Cheminade !

http://www.cheminade2012.fr/Quinze-ans-apres-la-verite-s-invite-dans-la-presidentielle
...
Mobilisons nous pour connaitre la vérité !

David CABAS
david.cabas.over-blog.fr

maatala a dit…

Salam

Lu sur cridem pour le Caniche Couly

"Le chef terroriste détenu Ould Semane : « l’ex-président mauritanien a conclu une trêve...


... avec Belmokhtar ».

Les services de sécurité mauritaniens et le chef de l’AQMI, Mokhtar Belmokhtar, alias Khaled Abou El Abbes, entretiennent des relations discrètes, a révélé l’un des chefs de l’AQMI en Mauritanie, actuellement détenu en Mauritanie, ajoutant que Belmokhtar lui a informé personnellement que l’armée mauritanienne a conclu un accord avec lui, obligeant les deux parties à observer une trêve, suite à un ordre émanant de l’ex président du pays, Mouaouya Ould Sid Ahmed Atayaa, soulignant que ce dernier a fini par violer la trêve.

La déclaration d’Ould Semane pourrait être interprétée comme un consentement de la part de Belmokhtar, après la proposition faite par des autorités mauritaniennes, remontant à l’époque de l’ex président mauritanien, et selon laquelle Belmokhtar s’engageait à ne pas frapper les intérêts mauritaniens afin de pouvoir faire face au régime algérien.



Selon ce chef terroriste détenu en Mauritanie, lors des opérations lancées par les unités de l’armée mauritanienne, l’AQMI a donné des instructions de ne pas s’attaquer à eux et de riposter uniquement dans le cas où les éléments des groupes de l’AQMI se trouvaient dans des situations les obligeant à se défendre.

Répondant à une question portant sur les accusations portées contre lui, Ould Semane a reconnu qu’il avait des liens directs avec l’AQMI et qu’il était responsable de plusieurs opérations sanglantes dont certaines d’autres qui ne sont pas encore commisses


Source : El Khabar (Algérie)

maatala

Anonyme a dit…

Je ne prendrai pas Ould Semance au sérieux comme il travaillait probablement pour les services securitaires de Ould Taya, à la lumière de ce qui a été dit il y a longtemps. Les algériens ont-ils retourné Belaouar contre Ould Taya ou il était déjà double agent depuis le départ? Cette info d'El Khabar maintenant me semble bizarre. Ould Taya a t-il demandé à Belaouar d'attaquer Lemgheity? Je ne crois pas. Les services secrets de plusieurs pays étaient impliqués dals l'instrumfentalisation du GSPC/AQMI, pas de doute pour moi. Mais allons-nous connaître la verité ces jours-ci?

A-

Anonyme a dit…

les zamis si vous voulez bien rire

http://www.surfauto.power-heberg.com/commequirigole/35/caricatures.htm

Anonyme a dit…

Pourquoi ne pas avoir redressé Air Mauritanie?

a-
===

Deux Boeing 737 et un ATR pour Mauritanie Airlines International.


La compagnie aérienne Mauritanie Airlines International (MAI) serait sur le point de finaliser l’acquisition de deux avions moyen- courrier Boeing 737-800 de 160 sièges et un avion turbopropulseur court- courrier ATR de 66 places.

L’opération d’achat de ces trois avions a été pilotée par le duo Taleb Abdivall- Hassena Ould Ely. Le premier est Administrateur Directeur Général (ADG) de la Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM) et président du conseil d’administration de la MAI. Le second est directeur général de cette compagnie aérienne nationale dont le premier vol inaugural est prévu pour le 28 novembre prochain.

La SNIM a injecté 34 millions de dollars américains dans le capital de la nouvelle société qui aura besoin de toute la « baraka » de Taleb Abdivall (notre photo) pour réussir sa rampe de lancement dans un contexte marqué par les inextricables difficultés du transport aérien.



L’acquisition de l’ATR permettra à Mauritanie Airlines International de couvrir son réseau intérieur et d’étendre ses opérations vers les pays de la région grâce à des avions réputés par leur grande fiabilité, de plus de 99,5% en moyenne et par leur grande flexibilité pour opérer sur des pistes courtes.

Mauritanie24

Anonyme a dit…

Aujourd’hui le 20.10.2010, le 18 est de retour !

Le 18 magique ou tragique, en tout cas lunatique, on ne sait plus, avait disparu depuis quelques temps et aujourd’hui ce jour qui donne deux fois 2010 2010 devait bien nous annoncer quelque chose !

Dans deux ans pour 2011 et 2012 plus aucun de nous ne verra ces jours qui reviennent ainsi depuis 10 ans ! Car à partir de 2013 vu qu’il n’y a pas de 13eme mois, on ne verra jamais 20132013 et ce jusque dans 100 ans ou presque, 2101 c’est-à-dire le 21 janvier 2101, on aura 21012101

On n’y sera plus dieu merci !

En attendant retournons à nos calculs

Pour celles et ceux qui débarquent de la lune et qui ont raté tous les calculs qui sont passés de cridem à tout le web mauritanien en ce qui concerne Sidioca et le 19 magique ou encore en ce qui concerne Aziz , partout aussi jusque dans la presse papier avec « à transmettre à Aziz par tous les moyens « paru à la une de la Sirène;

il faut croire qu’Aziz ne l’a que trop reçu car son comportement en début de mandat ressemblait à s’y méprendre aux symptômes de la crise mystique « light » : rapprochement et cadeaux politiques sans précédent aux « islamistes » etc. d’ailleurs on dirait qu’il s’en est sorti… car ce n’est jamais très évident à encaisser ce genre de chose, il faut une foi tranquille ! Adi ! Adi ! sinon gare au chopage de melon !

Pour ceux-là donc, un peu de google, voir les archives de canal ou chercher un exemplaire de la sirène

Quant à nous reprenons :

aujourd’hui donc : 20/10/2010

20102010 x 18 = 3618(3618)0
3618 deux fois !
3618= 201x18
Et 3+6+1+8= 18 !
36183818 : 3x6x1x8x3x6x1X8= 20736
20736 : 2+O+7+3+6= 18 !
Et 20736= 1152x18

La date autrement :2010-2010

2010x 2010= 4040100 = 224450X 18
Mais 4040100x18= 7272(18)00
7272-1800 : 72X72 =5(18)4 dont la som fait 18
et 5184= 288x18
même 5184x18= 93312 dont la som fait 18
et la multiplication 18x9

peu importe

la date encore autrement :

20x10x2010= 7236300
7236300 : 7+2+3+6+3+0+0= 18
Mais 7x2X3X6X3= 756 dont la som fait 18 !
7236300x 18 = 130253400
Dont la som fait 18
Et la multi des chiffres = 18x 20 !
Excellente chute pour le jour du 20 !

Conclusion et interprétation : voir Ould Dedew ! il vous dira s’il sait quelque chose…

allez ciao et dîtes à aziz que 18 s'écrit 666 !

had mayeu sma mate euv'ou lol

Anonyme a dit…

dîtes lui aussi que c'est un ingrat et que le diable l'emporte !

Anonyme a dit…

ça devait bien arriver Aziz est né un 20 décembre 1956

et comme chacun sait

2x1x2x1x9x5x6 = 1080 !

ça ne s'invente pas

que lui arrive-t-il le 2012 2012 ?

Anonyme a dit…

petite coquille sorte de faute d'orthographe lol , ne dit-on pas que la précipitation est l'oeuvre du malin lol

la preuve

7236300 : 7+2+3+6+3+0+0= 18 !

tout le reste est juste !

d'ailleurs on peut continuer, l'erreur guide ! look !

7236300 dans l'autre sens

0036327 ! = 18x 2018,... lol

Anonyme a dit…

info

tous les calculs du jour ont été revus à relire sur le blog , avec tout plein de nouveautés notamment sur la naissance d'aziz

20 12 1956 look:

mais aussi 20x12x1956= 469440 et 4x6x9x4x4 = 3456 dont la som fait 18 !

mais le plus effrayant c'est que 469440 = 18x 26080 !

26080 ne voyez vous rien ?

déplacez le zéro! 20608! né le 20 pour le 6/08 et quelle 6 ? le 6 aout , le 6/08, jour du coup d'état incroyable !

formidable non ?

ciao ciao

Anonyme a dit…

Je suis contre la peine de mort, mais tu leur donne la perpète et tu auras des enlevements encore et leur demande de liberté en plus d'une rançon. Que faire? Merci vlane pour ta reflexion la-dessus.

Le resultat de masser ces gens dans le sens du poil, de Ould daddah à l'azzizzo ...

A-
==

Khadim Ould Semane, Sidi Ould Sidina et Maarouf Ould Haiba, condamnés à mortmercredi 20 octobre 2010 / 21 :44

Trois jihadistes mauritaniens ont été condamnés à mort aujourd’hui par la Cour criminelle de Nouakchott, notamment pour participation à une fusillade au cours de laquelle un policier avait été tué à Nouakchott en 2008, a constaté un journaliste de l’AFP.



"Sont condamnés à mort Khadim Ould Semman, Sidi Ould Sidna et Maarouf Ould Haiba", a déclaré la Cour. Ces deux derniers ont déjà été condamnés à mort pour l’assassinat de quatre touristes français fin 2007 à Aleg (sud de la Mauritanie). Khadim Ould Semman est le chef de l’organisation "Ansarou Allah" (sympathisants de Dieu), affiliée à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Huit prévenus ont été condamnés à des peines allant de deux à quinze ans de prison ferme. Un seul a été acquité, l’unique étranger, un Tunisien parmi le groupe des 19 prévenus membres de "Ansarou Allah". Les autres, en fuite, font toujours l’objets de mandats d’arrêts internationaux.

Le parquet avait requis hier la peine de mort pour sept prévenus jugés pour leur appartenance à "Ansarou Allah" et actes "terroristes", dont la mort d’un policier à Nouakchott en 2008 au cours d’une fusillade.

Anonyme a dit…

Bebe Ba enti vem? Evident que l'azzizzo ne voudra pas la transparence sur les contrats d'exploration comme son predecesseur Ely (Sidioca dormait ou n'osait pas toucher au dossier comme celui de la drogue).

Avec toutes les compagnies écrans dont on voit la liste à chaque conseil des ministres, il n y a pas espoir.

A+ enta mneine? Même sauce: pas de changement avec le secret qui entoure ce secteur. Dana Petroleum doit avoir fini il y a des semaines avec l'exploration de Cormoran (bloc 7). Pas de nouvelles et cela veut dire qu'il y a eu découverte. Si c'était négatif, on l'aurait su. Tu as vu les touristes malaisiens (coup Petronas)?


A-

===

ITIE: Le processus de validation de la Mauritanie piétine.


Acceptée en novembre 2007 en tant que pays candidat à l’ITIE, la Mauritanie échine à se faire valider. Initié en janvier 2010, le processus de validation n’arrive toujours pas à voir le bout du tunnel.

Magnanime, le conseil d’administration de l’ITIE internationale a accordé pourtant au pays une prolongation le 7 mars 2010. Une seconde chance qui serait en train de s’effriter en raison du désordre qui règne au sein du comité national.

Depuis 10 mois, ce dernier reste bloqué sur des rapports annuels qu’il n’arrive plus à produire depuis juillet 2007.



En effet, la Mauritanie devait soumettre son dossier le 9 septembre dernier, mais rien ne fut fait en ce sens. Pourtant, la volonté politique de transparence du pays est réelle. Alors où réside le problème ?

rim24.info

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : RIM 24 (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Mestour Hal,

Elle est où le pecherie promise par Hassena Ould Ely? Comme je te l'avais dit, c'était du blabla. Il est maintenant dans l'aviation (voir le lien ci-dessous) et l'azzizzo va lui tendre un piège comme Ould Daddeu. Vous avez des nouvelles de Ould Daddeu?

Ano foté: enta mneine? Tu vois maintenant la réalité? Les Généraux d'Alger (via El Khabar) disent que c'est Ould Taya qui a tout monté avec Belaouar, question de s'éloigner du tripatouillage d'AQMI qui gene tout le monde, y compris les généraux eux-même. A quand les mémoires de Ould Taya?

A-


http://www.cridem.org/C_Info.php?article=48502

Anonyme a dit…

Me demande si l'emprisonnement de ce gars est légal. Il y a deux ans au moment ou il a été jugé, il n y avait pas d'état, mais un putsh. qu'est-ce qu'il a fait au juste? A-

===
Ahmed Ould Khattry passe des examens médicaux à la clinique Kissi


Sahara média a appris de sources généralement bien informées, que le prisonnier Ahmed Ould Khattry, a été conduit ce mercredi de la prison civile de Nouakchott à la clinique Kissi pour y subir des examens médicaux demandés par son médecin personnel pour s’assurer qu’il n’a pas été atteint par la maladie qui a fait des ravages, ces derniers jours, dans la population carcérale de la prison de Dar Naim.

Ces sources ont indiqué que l’ancien directeur national de la Procapec (Agence pour la promotion des caisses d’épargne et de crédit) souffre, depuis un certain temps, de troubles de santé qui nécessite un examen médical pour en connaître la nature et le degré de gravité ou non.



Le parquet général avait ordonné l’emprisonnement d’Ahmed Ould Khattry, voilà près de deux ans, pour des détournements de fonds qu’il a toujours réfuté mettant en avant la volonté de certains à lui coller de tels agissements.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Mechallah. Essaha. Vivement un impact sur les hittistes pour abandonner la violence parmi eux. A-
==
HYDROCARBURES

27,6 milliards de dollars de recettes au premier semestre

Merouane mokdad


Les recettes issues de l’exportation des hydrocarbures au cours du premier semestre 2010 ont atteint 27,6 milliards de dollars. Selon le rapport annuel de la Banque d’Algérie, présenté mercredi matin par son gouverneur Mohamed Laksaci devant l’APN, ces recettes ont augmenté de 38% comparées à la même période de 2009.

Au premier trimestre 2010, ces recettes étaient de 14 milliards de dollars, selon un communiqué rendu public en avril par le ministère de l’Energie et des Mines. La balance des paiements, d’après M. Laksaci, a enregistré un solde positif de 7,1 milliards de dollars. Globalement, les exportations d’hydrocarbures ont engrangé 44, 4 milliards de dollars en 2009.

Du premier semestre 2009 au premier semestre 2010, le prix du baril du pétrole sur les cours mondiaux a augmenté de 25 dollars pour se stabiliser autour de 78 dollars.