dimanche 28 novembre 2010

L’après cinquantenaire

A cinquante ans, on est normalement un homme mûr et en dernière phase de l’évolution qui doit conditionner définitivement le reste de notre existence! Ceci est-il vrai quand nous nous transposons à l’échelle historique des états ? Ceux qui s’attendent, par la suite, à une réponse à cette question seront déçus ; le seront également ceux qui s’attendent à une réflexion sociopolitique sur les parcours historiques qui nous ont conduit à ce que nous sommes aujourd’hui ; et le seront d’autant plus ceux qui espèrent trouver une analyse rétrospective du processus de développement du pays.

Ce travail a pour modeste ambition, simplement, d’engager un débat franc, à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance de notre pays, sur les voies et moyens de rectifier sa trajectoire dont rien ne présage avec exactitude à quel port le mène-t-elle.
D'emblée saisissons les termes de ce débat afin de circonscrire notre champ d'analyse et de limiter nos ambitions conceptuelles. Nous dégagerons donc, sans s’adonner à la fixion, les axes futurs qui, selon nous, permettront à notre pays de se positionner sur une nouvelle orbite - celle du développement. Pour se faire, nous nous baseront sur les enseignements que nous pouvons tirés des enjeux de son passé moderne en sondant les grandes lignes de son évolution politique et institutionnelle.

Il est important de préciser qu’il s’agit là d’une opinion et donc d’une prise de position, parfois très révolutionnaire, sur des sujets tels que le régime constitutionnel que nous nous sommes choisi ou le mode de notre gouvernance ou la fiabilité de nos institutions ou encore sur des questions comme celles de la citoyenneté ou des droits de l’Homme.

Nous nous proposons en définitive, de dégager quelques aspects d’une vision future dont les lignes directrices dessineront les contours de ce que nous appellerons par la suite «La reconstruction d’une Mauritanie Nouvelle».

Certes, il nous incombe d’opérer une rupture historique avec un certain passé qui conditionne déjà notre devenir. Certes, il nous importe d’envisager la révision de certains dogmes qui stigmatisent notre culture politique et notre sens de la citoyenneté. Certes, il nous convient de voir dans quelle mesure certains rendez-vous aient été manqués et d’évaluer l’importance et l’opportunité de certains choix parfois difficiles et de lourdes conséquences sur le destin de notre nation.
Certes, il nous appartient, en fin, de rêver d’un changement radical et profond à travers des réformes concertées, participatives, efficaces et durables, prônant la culture de la démocratie, du dialogue et de l’égalité des chances.

La démarche portera, tout d’abord, à démontrer qu’après avoir été pendant longtemps en face de défis non relevés et d’espérances déçues, notre société doit s’inventer les moyens d’opérer un tournant décisif dans sa démarche historique. Les modalités de ce positionnement méritent d’être analysées en opérant une véritable halte sur ces cinq décennies de prise en main de notre destinée.

Non pas pour regretter notre passé - ne soyons pas nihilistes - ou pour égrener les échecs de tous ordres qui ont jalonné notre parcours, mais plutôt pour en tirer des leçons utiles pour l'avenir. Il s’agirait, en fait, de questionner notre présent avec pertinence et de dessiner notre lendemain avec plus de lucidité, de réalisme et d’objectivité. Ce serait l’objet de la première partie de ce travail.

Dans une deuxième partie, il sera explicité l’importance et la profondeur de la transformation de notre Etat et de notre Société. Nous tenterons de décliner les axes majeurs de « La reconstruction d’une Mauritanie Nouvelle» en refondant les leviers de l’évolution d'un certain nombre de paramètres et d'agrégats qui impacteront l’avenir de chacun. Il s’agit, en somme, de mettre l’accent sur les facteurs de notre vision et sur ses objectifs qui se résument, en fait, en un seul: le changement. Nous déclinerons une approche globale pour une nouvelle république, avec des institutions paramétrées, des pouvoirs équilibrés et des méthodes concertées.

I - L’état des lieux.

Cinquante années d’événements souvent difficilement vécus, parfois violement, laissant généralement des souvenirs douloureusement marquants, font la grande partie de l’histoire de notre pays. Je veux citer les événements de 1966, la guerre du Sahara, les dérives totalitaires de 1989 à 1991 et les récurrentes incursions terroristes sanglantes de ces dernières années sur notre sol national.

Des transformations significatives du paysage politique et de la physionomie socioculturelle et économique de notre pays sont entrain de modifier profondément sa consistance. Cet état « musulman, arabe et africain » dont la structure définitive n’est que fraichement ancrée dans les esprits, s’est construit, au grès des circonstances, durant ce demi siècle d’indépendance, sur de sérieuses menaces de tensions culturelles et religieuses et de clivages raciaux, ethniques, sociopolitiques et géostratégiques importants.

Contexte religieux et socioculturel.

La Mauritanie est un pays d’essence, fondamentalement, islamique. Il est d’obédience Sunnite et rituellement Malékite tout en renfermant de minuscules pochettes telles que les Tablighiyin et les Salafistes jihadistes récemment effervescents à cause des appuis de la nébuleuse El Qaïda. Bien que toutes les lois aient pour source le droit musulman, la Charia n’est pas - ou n’est plus - appliquée. La justice est rendue par un attouchement, sans choc, entre les lois islamiques et les règles de droit positif. La Mauritanie échappe ainsi d’être dans l’œil du cyclone de l’occident en demeurant dans la grâce du Seigneur.
La simplification des contradictions majeures, aussi bien sociales qu’économiques, au sein de notre peuple, cachent la fragilité de la cohésion de la nation. Les slogans, maintes fois répétés par la sphère politique – au pouvoir ou non- mettent l’accent sur ce qui unit : la religion et la communauté de destin. Celles-ci ont toujours servi, il est vrai, d’ingrédients à une coexistence pacifique séculaire entre les différentes communautés, mais en sera-t-il toujours ainsi ?

Contrairement aux premières années d’indépendance, l’ère des régimes militaires est venue à bout des idéologies prêchant la construction des grands ensembles régionaux. Ce fut donc le recul des discours unificateurs du panafricanisme et du panarabisme. L’avant-garde politique prône désormais la primauté de la famille, de la tribu et de l’ethnie en mettant en exergue, par tous les moyens, l’importance du rôle de ces acteurs traditionnels dans l’unité nationale, le développement économique et la sécurité sociale.

Si les politiques continuaient d’inscrire leur militantisme dans des mouvements idéologiques (nasséristes, baasistes, islamistes, nationalistes négro-africains ou haratines) c’est seulement dans l’optique d’élargir et de mieux organiser leurs clans. Clanisme, qui donna lieu, d’ailleurs, à des affrontements, parfois sans merci, pour s’assurer le contrôle de l’appareil d’état.

Rappelons, à cet effet, les répressions récurrentes des années 80 contre les mouvements idéologiques où les forces coercitives de l’Etat ont été le plus souvent manipulées par un adversaire politique contre un autre. C’est ainsi qu’un mur de silence s’était dressé entre les Mauritaniens durant toute la période des régimes d’exception de 1978 à 1990 et pendant ce que nous pouvons appeler la deuxième république de 1991 à 2005.

Une rupture profonde, exacerbée par les chauvinismes des uns et des autres, s’est installée progressivement entre les différentes composantes de notre société. Elle ne fut pas seulement d’ordre racial, ethnique, ou religieux, mais elle était aussi une rupture au sein des classes sociales, entre les générations et entre l’état et le citoyen. Elle était encore d’ordre culturel et linguistique ; entre la langue Arabe qui tire sa prépotence du coran et le Français qui symbolise l’unique legs du colonialisme.

Dans ces conditions, il n’est guère étonnant de constater que tous les événements qui apparaissaient, au fil du temps, divisaient, sans l’avouer, le peuple Mauritanien. L’exemple du retrait de la CEDEAO était le plus éloquent. Cette décision a été considérée par certains, en son temps, comme une volonté des autorités de s’ouvrir d’avantage sur le monde Arabe au détriment de l’Afrique noire! Par la même occasion, il s’est posé aussi le problème de l'équilibre ethnique – prédominance du maure sur le négro-africain ! - et celui des clivages linguistiques - primauté de l’arabe sur le français.

C’est ainsi qu’un sentiment « d’oppression culturelle et de marginalisation» fût ressentit par la communauté négro-africaine. Ce sentiment renaitra plus tard aussi avec les discours du premier ministre et de la ministre de la culture en mars dernier sur la question de l’arabisation.

Contexte géopolitique et stratégique.

La politique de voisinage adoptée, parfois difficilement, par les autorités durant les premières années de notre indépendance, se singularisait par le fait d’avoir toujours un pied en Afrique de l'Ouest et un autre au Maghreb. Le père de la nation aimait d’ailleurs à dire : "La Mauritanie est un trait d'union entre le monde arabe et l'Afrique noire ». Il s’activa durant tout son pouvoir à la construction du Maghreb arabe tout en conservant une présence dynamique et engagée au sein de l’Unité Africaine.
Cette politique d’équilibre n’enchantait pas ses prédécesseurs à en juger par la nature - tantôt froide, tantôt conflictuelle - des différents moments qui ont marqué nos relations avec nos voisins. Jusqu’au jour où l’on tourna le dos à celui qui, pourtant, nous était le plus proche et avec qui nous entretenions de véritables échanges: la CEDEAO.
D’un autre côté, l’héritage de la guerre du Sahara a été difficile à gérer et confrontait nos autorités, le plus souvent, à des situations géopolitiques confuses. Après avoir été partie prenante au conflit, la Mauritanie adopte désormais une position de neutralité depuis la signature des Accords d’Août 1979 avec le Polisario.

Il faut justement rappeler à ce titre qu’une solution de ce dossier sans la Mauritanie aura de graves conséquences sur l’équilibre interne de notre pays et compromettra l’efficacité de notre action dans la construction du Maghreb arabe. Le premier coup d’état dans le pays, qui consacra définitivement l’entrée des militaires dans le jeu politique national, n’avait pas prévu la conduite géostratégique que nous devons adopter vis-à-vis de l’évolution de ce dossier.

La lutte contre le terrorisme de l’AQMI nous incombe, elle aussi, de maintenir un équilibre des rapports politiques - autre défi géostratégique majeur- avec nos voisins, surtout le Mali et l’Algérie. Car, toute tension avec l’un ou l’autre mettrait en péril toute action sécuritaire efficace et de nature à apporter des résultats tangibles.


Risques contemporains.
C’est bien sur notre territoire qu’ont été commis des attentats terroristes inédits dans cette région d’Afrique. Aujourd’hui encore, dans un état qui réunit à la fois les facteurs et les instruments de la menace avec un niveau précaire de contrôle et de sécurité, le risque demeure élevé d’une nouvelle atteinte à des citoyens, des intérêts ou des symboles occidentaux.

La guerre au Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC), né en Algérie et transformé en Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) et les efforts d’éloigner ses activités (trafic de drogue et d’armes, kidnappings, etc.) de notre territoire est un devoir national face auquel la formation d’un front intérieur est vitale pour le salut de notre nation.

Il ne faut, ce pendant pas, agir en solitaire car ce phénomène tend ses tentacules dans tous les états de la sous région et par conséquent tous nos voisins sont concernés et doivent contribuer à son éradication.
Au-delà de la menace terroriste, la déportation des grands circuits de trafic de drogue, chassés de l’Amérique du sud vers les pays sahéliens dont le notre, est préoccupante.

A cela s’ajoute les risques induits de l’émigration qui menassent la sécurité dans nos villes et la fiabilité de notre état civil.
Risques sanitaires ensuite, dans un contexte d’ouverture et de déplacements à grandes échelles avec la recrudescence de maladies contagieuses et transmissibles comme la tuberculose, le choléra et le Sida.

Risques environnementaux, en fin, qu’illustrent déjà l’avancé du désert, la menace de submersion de notre capitale, l’ensablement progressif du fleuve Sénégal, les stress hydriques un peu partout dans le pays, l’engorgement incontrôlée des zones urbaines, la déforestation criminelle et l’extension de la pollution à notre faune marine et à nos espaces naturels, désormais, vastes réservoirs pour les déchets toxiques liés aux industries extractives de compagnies installées chez nous et peu enclins aux rigueurs de leur métier.

Enjeux structurels.
La Mauritanie connait une sécheresse accrue affectant sa croissance, une mal gouvernance gangrenant son administration - malgré les énormes efforts entrepris pour lutter contre-, un privé archaïque et informel et un laissé aller asphyxiant et paralysant toutes les initiatives de développement. L’économie Mauritanienne reste insuffisamment diversifiée avec un tissu d’entreprises encore peu intégré et des performances à l’exportation qu’il convient d’améliorer.

Ces risques et ces handicaps structurels, qui sont des recules, doivent constituer, dès lors, autant de priorités à cibler pour les partenaires du pays et surtout pour son gouvernement. Le renforcement de la sécurité, le développement des infrastructures et des systèmes financiers, l’intégration régionale, le renforcement des capacités de l’état, la promotion du partenariat avec le secteur privé, la redynamisation des échanges commerciaux et l’encouragement de l’initiative et de la créativité sont autant de défis qu’il est nécessaire de relever avec urgence et pertinence.

Ce pendant, la bonne gouvernance politique et économique reste la clef d’un développement durable dans notre pays. Car, en réalité, dans le contexte mondialisé du siècle qui commence, la rupture n’est plus seulement entre richesse et pauvreté. Elle est désormais celle qui s’installe entre des pouvoirs immobiles ou incompétents, peu transparents ou corrompus et une population souvent laissée à son propre destin et animée d’une volonté parfois violente de changement.

Elle correspond dans le fond à l’émergence d’un conflit entre l’état et le citoyen. Le vrai risque est dès lors celui qui consisterait à alimenter, ou maintenir, la contradiction entre la stabilité du premier (le pouvoir) et les aspirations du second (la population). Désormais, la pérennité d’un pouvoir dépend bien, de façon étroite et immédiate, de la durabilité du développement et de la stabilisation de ceux là même qui, grâce aux quels, il est en place.

Pour quelle gouvernance ?
Dans un contexte d’absence de contenu et de continuité dans les programmes d’un gouvernement, quel sens peut-on donner à la gouvernance ? Pour répondre à cette question, ne faut –il pas en poser d’autres : Qui doit gérer l’état ? Pour quelle fin et au bénéfice de qui ?
Le gouvernement est rarement la seule source du pouvoir dans notre pays ; c’est toute une sphère politique qui en est le détenteur. Par ailleurs, c’est souvent cette sphère politique -et pas exclusivement le gouvernement- qui est l’auteur de la mal gouvernance.

Or, si la sphère politique englobe, au delà de l’administration, des acteurs en dehors des circuits officiels, dans quelle mesure peut-il exister une bonne gouvernance et de quelle façon l’autorité publique, au sein de l’appareil de l’état uniquement, la gère-t-elle? Quand les fonctionnaires font si abusivement usage de mesures et de décisions arbitraires et qu’ils se révèlent incapables de faire appliquer les lois ou quand ils agissent sous les ordres de personnes se trouvant en dehors des circuits administratifs classiques, cette situation n’est-elle pas révélatrice de la faiblesse de l’état ?

Dans ce contexte, généralement, le problème de gouvernance s’exprime à travers des crises de légitimité et, parallèlement, la volonté des détenteurs du pouvoir de maîtriser à leur avantage les recompositions sociopolitiques. La gouvernance politique tient, dans ces cas, beaucoup plus du nationalisme de mauvais aloi ou du retour aux forces traditionnelles qui cachent mal une volonté de contourner la démocratie.

Mieux, derrière le paravent des institutions formelles et des adhésions verbales aux principes de multipartisme, des droits de l’Homme et de la démocratie, on constate souvent un maintien plus ou moins déguisé de la censure, de l’intimidation, du harcèlement ou de la déstabilisation des partis d’opposition (soit par la désignation de leurs dirigeants ou achats des consciences, soit par la brimade et la répression) et du monopole des médias publics.

La priorité des dirigeants n’est plus la recherche du développement politique et démocratique, mais la création d’un statuquo qui se réduit au maintien de l’ordre et à la survie. L’essentiel est de durer et de se maintenir au pouvoir. Si stabilité il y a, il s’agit d’une stabilité plus personnelle qu’institutionnelle puisqu’elle repose avant tout sur le sens politique du leader et sur sa capacité à créer et à gérer une coalition autour de sa personne.

La nature de l’Etat relèverait ainsi du néopatrimonialisme qui englobe non seulement le clientélisme, mais aussi le népotisme, le tribalisme et la corruption, qui sont des éléments constitutifs de l’Etat sous-développé. Une profonde confusion s’installe et fait disparaître toute distinction pratique entre la conduite des affaires publiques proprement dites (gouvernance) et l’usage institutionnel de la force pour, simplement, se maintenir au pouvoir. Dans ces conditions, le sous-développement menace de devenir une condition permanente plus qu’un stade transitoire.

En Mauritanie, l’aspiration à la bonne gouvernance coïncide avec la fin de la deuxième moitié de cette décennie, moment où il y eut eu un certain élan de libéralisation politique et économique. En effet, une certaine idée de la bonne gouvernance, celle qui questionne les capacités de réaction et de responsabilité de l’Etat et de ses agents, commence à émerger dans notre pays. Elle est encore timide et rencontre d’énormes difficultés, car, paradoxalement, l’état chez nous consolide son pouvoir au delà de la sphère publique.
Cela favoriserait obligatoirement l’émergence de pôles d’intérêt et de lobbies au dessus des lois. Ces intouchables canalisent généralement les circuits d’accès aux services publics et à la décision et s’interposent entre le citoyen et l’état, affaiblissant ce dernier et relativisant son action.
Or, un état faible doit affronter simultanément une multitude de difficultés : infrastructure sociale qui se dégrade, affaiblissement du jeu politique, déclin des relations entre les communautés, élargissement du fossé entre l’état et la société et entre celui qui gouverne et celui qui s’oppose et la lenteur ou absence de la décision.

Dans de tels cas, la gouvernance traite moins de la gestion administrative – actions spontanées et coûteuses pour l’état, entreprises publiques trop encombrées d’un personnel pléthorique, laisser-aller, clientélisme, népotisme et absence ou désorientation du contrôle d’état - que de la gestion politique.

Plus conséquent encore, l’implication de la corruption dans le secteur public est l'un des symptômes d'une gouvernance déficiente et déphasée par rapport aux exigences économiques de notre pays. Si, en fait, la notion de gouvernance n'est que le reflet des méthodes à travers lesquelles le pays est administré, le processus par lequel ses agents sont cooptés ou les voies par lesquelles ils sont surveillés et contrôlés et l’aptitude du gouvernement d'élaborer et d’appliquer des plans d’action efficaces, nous sommes toujours du mauvais coté de la plaque.

Processus de décision.
Le premier pouvoir de l’indépendance de 1960 à 1978, avec un parti unique et une assemblée nationale orientés vers un conformisme d’état, se donnait la lourde tâche de la construction, du développement et de la modernisation du pays tout en régulant simultanément son fonctionnement politique, économique et administratif. Cet état-administration paternaliste ne jugeait pas nécessaire de porter la concertation au-delà des sphères publique et politique qui se télescopent et se confondent quant à la gestion des affaires de l’Etat et à l’élaboration du processus de décision.

Durant la période des régimes militaires de 1978 à 1991, le pays a connu l’hégémonie de la Présidence et les pouvoirs absolus du Chef de l'Etat. Il est seul maître à bord, il nomme et révoque le Gouvernement dont les membres sont responsables uniquement devant lui et dispose, seul, du pouvoir de nomination et de destitution aux emplois civils et militaires. Il a aussi le dernier mot sur toutes les transactions économiques, financières et bien entendu politiques, ralentissant ainsi le processus de décision et créant par la même occasion des intermédiaires véreux et des circuits opaques entre l’administration et le citoyen.

La période dite démocratique qui s’achevait en 2005 et qui n’est, grosso modo, qu’une continuité de la précédente, connût l'émergence de pôles de pression politico-¬ administratifs. La démocratie de façade en réponse au discours de la Baule de Juin 1990 qui nous arrimait parmi "ceux qui franchiront le pas avec courage", introduit des formes de clientélisme électoral. La politique de « qui n’est pas avec moi est mon ennemi» ou plus encore celle de «celui qui n’est pas l’ennemi de mon ennemi est mon ennemi» plongea l’espace public dans la servitude d’un cercle limité.

Certains ensembles régionaux, ethniques ou tribaux, supposés favorables à l’adversaire politique du moment, seraient entièrement écartés des avantages et des services de l’état. La prévarication au sommet est justifiée par la perpétuelle stratégie d’anéantir l’adversaire politique et de limiter son cercle de sympathie, même s’il fallait pour cela priver une partie du territoire national du strict minimum de développement.

La révision de la constitution, après le coup d’état de 2005, ne toucha pas aux pouvoirs du président de la république, pourtant jugés trop importants et accusés d’être à l’origine de toutes les dérives totalitaires. Les mêmes difficultés pratiques, liées à la déconcentration du processus de décision et à la décentralisation en général, persistent, malgré le vœu du peuple mauritanien et de sa classe politique de voir cela changer.

L'opacité de fonctionnement, la manipulation des règles et la personnalisation des relations administratives sont restées les maîtres mots du jeu politico administratif dans notre pays.

Le changement, la reconstruction et le renouveau ne sont pas encore au rendez vous et les méthodes ont guère ou peu changé. Pourtant, s’il n’advienne pas un processus profond et complexe de transformation des habitudes et des mentalités, la « Mauritanie Nouvelle » tant chantée, demeurera dans les faits, l’apanage d’une ambition irréaliste ou, pire encore, un slogan populiste de campagne ou un thème à la mode dans les discutions de salons et autres types de rencontres d’oisifs.


Rendez vous manqués.
Le parcours de notre pays est jalonné de rendez vous manqués, de rêves irréalisés et d’ambitions refoulées. L’un d’eux retient particulièrement notre attention : la révision de la constitution de 1991 en 2006. Le " consensus " national obtenu au lendemain des journées de concertation sur les termes de référence de la reforme constitutionnelle ne proposait pas une modification substantielle du régime constitutionnel qui était en vigueur dans le pays.

La réforme abroge et remplace certains articles considérés comme étant à la base du monolithisme de l'ancien régime et de l'impossibilité d'une quelconque alternance. L'essentiel a porté sur le Président de la République : son âge, la limitation de son mandat et l’exclusivité de sa fonction.

Or, les forces démocratiques et citoyennes du pays aspirent à plus ; le but recherché était d’adapter nos institutions à la soif de démocratisation des populations. La révision profonde de notre régime présidentiel, pour rompre avec le spectacle récurrent des coups d’état qui semblent avoir pour cause essentielle le despotisme du Président de la République dont les pouvoirs que lui confère la constitution sont énormes, était fortement souhaitée. Mais, encore une fois, une main « invisible » s’est dressée vivement devant nous pour tordre le cou à nos espoirs !

Le vote en faveur du «oui» l’emporta, non seulement à cause des réformes proposées, qui représentaient certes une revendication indéniable, mais surtout parce que si le « non »l’emportait cela signifierait la prolongation de la transition et, en conséquence, le maintien du régime militaire avec, bien sûr, le risque de s’installer confortablement dans la durée. La classe politique ne voulait pas prendre ce risque et contribua fortement au succès du scrutin, comme d’ailleurs, elle ferma les yeux sur les candidatures indépendantes qui, pourtant, vont à contre-sens de l’histoire et à contre-pied de la culture démocratique.

La crise qui surviendra, un peu plus d’un an après l’élection présidentielle, n’était que prévisible car le régime politique porte en son sein le germe de l’instabilité. Une fois encore, le coup de force du 06 Aout 2008 ou « mouvement rectificatif » venait stopper l’élan des pouvoirs démesurés du Président de la République et son implication dans le fonctionnement des autres institutions constitutionnelles !

L’élection présidentielle de juillet 2009, suite aux accords de Dakar, qui mettait fin à la crise institutionnelle, devrait être le point de départ pour de nouvelles perspectives afin d’assainir la scène politique du pays, poser les fondements de sa reconstruction nationale et revoir quel régime et quelles institutions pour une nouvelle république démocratique et stable.

Le dialogue inclusif qui devrait se poursuivre entre les différents protagonistes et qui est l’unique espoir de voir cette Mauritanie en marche, est-il entrain de naître des antagonismes, parfois virulents, entre les différents acteurs politiques nationaux, ou ne sera-t-il qu’un autre rendez vous manqué ?


II- « La Reconstruction d’une Mauritanie Nouvelle ».

Pour bon nombre de ceux que j’ai côtoyé, même brièvement, ce pays leur semble à l’écart du reste du monde. Hypnotisés par des images encore fraiches dans les mémoires, de coups d’états, de révolutions de palais, de sous développement, de mal gouvernance ou de pratiques peu enclin au minimum de bon sens et de civisme, ils en conservent une représentation à mi chemin entre fatalisme et indifférence.

La Mauritanie est-elle un pays condamné au perpétuel sous développement ? Sera-t- elle toujours soumise aux mêmes exigences sociopolitiques d’une autre époque ? Notre état est-il encore très jeune et en très fragile construction, ou sommes-nous, au contraire, sur la voie d’un état contemporain qui va de l’avant ? Sommes-nous stables et à l’abri des alternances musclées, ou entendrons-nous, une fois encore, le bruit des bottes retentir sur le marbre du palais ocre ? Qu’avons-nous fait pour empêcher cela ? Institutionnellement ?

Durablement ? Aurons-nous la stabilité dans la quelle couvent et éclosent, nécessairement, les dynamiques du progrès social et du développement économique, ou seront-nous éternellement à l’écart du mouvement du monde ? Qu’il s’agisse de responsables politiques ou d’hommes de la rue, l’approche générale qui en est faite du pays, reste majoritairement définie par la consternation, le désespoir et l’amertume.

Pourtant, alors même que nous nous voilons d’un pessimisme croissant, la volonté et le dynamisme des chefs du moment imposent une autre lecture de la situation et des perspectives de ce pays, dont ses richesses, sa jeunesse et sa croissance, en constante augmentation, laissent supposer un avenir plus prometteur.

Certes, l’avancée est encore hésitante puisque tout est à refaire, à paramétrer et à refonder et on ne sait par où commencer. Car, oser la reconstruction nationale pour « une Mauritanie Nouvelle » suppose d’abord une rupture totale, profonde et parfois brutale avec un certain passé politique et social. En suite, elle suggère un changement de mentalité, une modification des habitudes et une ouverture des perspectives encore ignorées. Elle impose, en fin, une concertation à large spectre entre les forces politiques et citoyennes du pays de manière sincère et responsable.

A ce moment là, nous pouvons nous autoriser de décliner les axes majeurs de la reconstruction nationale à travers un ensemble de paramètres dont le socle est la réforme multidimensionnelle de l’état et de la société. La reforme politique

La réforme politique commence, en effet, par la loi fondamentale. Certes, les amendements de la constitution opérés en 2006 constituaient une forte revendication populaire mais ils ne marquent pas, pour autant, une rupture avec le passé et ne constituent donc pas une quelconque amélioration de la gouvernance politique. De fait, la crise politique survenue au cours de la parenthèse Sidi Mohamed O/Cheikh Abdallahi, soulève à la fois les failles institutionnelles, l’insuffisance des amendements apportés à la constitution et l’urgence de rompre avec le système que nous nous sommes imposé.

Il est vrai que le CMJD avait, sans concertation ni débat d’ailleurs, engagé des réformes qui ont permis, quelque part, d’assainir l’environnement politique, tels que les amendements constitutionnels portant essentiellement sur le Président de la République, la réforme du mode de scrutin, le statut de l’opposition, la fiabilité du fichier électoral, la création d’une commission électorale indépendante provisoire et le nouveau cadre légal exigeant la présence des femmes sur les listes électorales à un niveau leur permettant d’accéder aux assemblées représentatives. Mais l’essentiel n’était-il pas ailleurs ?

" Le régime présidentiel fait des petits rois dans les Républiques africaines" dira le Pr. Mamadou Coulibaly en préconisant la rupture avec le régime présidentiel adopté par la plupart des Etats africains au lendemain des indépendances. Faut-il, pour notre cas, souhaiter un changement de cadre institutionnel ou « oser une nouvelle voie » à l’instar d’autres pays africains? Le modèle démocratique tel qu'il nous a été parachuté n'est pas adapté à nos réalités sociopolitiques.

En effet, le régime présidentiel se caractérise, théoriquement, par la séparation stricte des organes et leur confinement dans leurs fonctions reparties par la Constitution. Or, c’est dans la répartition de ces compétences que « le diable se cache » et que l’on pourrait déceler les faiblesses de ce régime. Pour des pays africains comme le nôtre où la culture démocratique n’est pas encore intériorisée, les failles du système sont entretenues par les hommes politiques qui sont chargés d’animer les institutions.

Le régime présidentiel tel que nous le pratiquons peut tendre, ou mieux encore, a toujours tendu vers une sorte de dictature parce qu’on a tendance à donner beaucoup de pouvoir- tous les pouvoirs d’ailleurs - au chef de l’État. Cette aptitude du Président de la République à être le seul maître à bord de l’exécutif a été responsable de bien de dérives dont nous payons encore les pots cassés.

Les solutions souvent improvisées- les coups d’état militaires - se sont avéré de lourdes conséquences pour notre stabilité, notre image de marque, notre développement et même notre cohésion nationale. Ne faut-il pas préconiser des méthodes concertées qui auront l’avantage d’avoir des contre-pouvoirs et de mettre en place des institutions qui peuvent constituer des freins en fragmentant le pouvoir et en le répartissant entre plusieurs mains et ainsi institutionnaliser des mécanismes équilibrés dans les rapports entre ces différents pouvoirs ?

Toutefois, nous ne faisons l’éloge ni du régime parlementaire (moniste ou dualiste) ni du régime semi-présidentiel et nous considérons qu’il n’ya pas de préférence particulière pour tel ou tel type de régime comme il n’y a pas de régime angélique. Il existe des régimes politiques et c’est le respect des règles qui conduit à leur stabilité. C’est pourquoi il est préférable de nous interroger sur les conditions de production des textes juridiques et d’associer le peuple, au préalable, à leur élaboration en engageant des débats de grande étendue avant de les proposer au référendum.

La reforme sociale.

Au-delà de la célébration annuelle de la journée dite de réconciliation nationale, l’Etat doit s’intéresser d’avantage aux communautés discriminées socialement, culturellement, économiquement et donc politiquement. Il doit s’ériger contre toutes les pratiques qui ont conduit aux fractures encore béantes entre les composantes de notre peuple et entre elles et l’Etat. Je veux rappeler toutes les formes de servitude, d’exclusion, de violation, de marginalisation et d’esclavage.

Instaurer la confiance perdue entre l’Etat et la société passe nécessairement par la réparation de tous les torts causés, durant ce demi-siècle d’indépendance, par une administration souvent inexpérimentée et très peu préparée à l’exercice de ses fonctions. La révision immédiate de certains pouvoirs qui lui sont confiés et leur attribution définitive aux conseils municipaux issus du peuple doit être imminente; vingt cinq années d’existence est un temps largement suffisant pour donner à nos communes la latitude de s’occuper des problèmes administratifs de leurs localités.

Le retour organisé des réfugiés est un pas important sur la voie de la réparation des dommages du passif humanitaire, mais ce sont seulement des mesures fortes et concertées qui permettront de résoudre durablement les crises nées de cet état de fait.

La multiplication des gestes symboliques est nécessaire pour enraciner la culture d’un vouloir vivre ensemble codifié sur de nouvelles bases où les rôles impartis aux institutions de l’Etat et aux citoyens sont délimités afin d’asseoir une nation moderne, responsable, démocratique et libre. Le caractère, aujourd’hui, trop institutionnel des rapports entre l’Etat et les populations se caractérisant par un déficit de concertation et d’implication, ne permet pas que l’administration soit plus attentive aux pulsions d’une société en profonde mutation.

Nos acquis, tant sur le plan de l’unité nationale que sur celui de nos réalisations démocratiques, restent vulnérables et il convient de s’armer de courage et de lucidité pour reconnaitre l’insuffisance criante et prévoir bâtir un consensus fort autour de certaines questions nationales importantes pour assainir les bases de « La Reconstruction d’une Mauritanie Nouvelle ».


La reforme citoyenne.

La citoyenneté reste à construire en Mauritanie. Le modèle d’un citoyen jaloux de ses prérogatives et prêt à se battre pour conserver sa liberté et recouvrer ses droits est un stade de citoyenneté que nous n’avons malheureusement pas encore atteint. La démocratie dans son entendement social fait du citoyen une personne souveraine et respectée et les grandes démocraties se sont construites à travers des batailles d’idées centrées sur des projets de société reposant essentiellement sur la citoyenneté.

Dans notre pays, force est de constater que la redéfinition du contrat social se pose de plus en plus en raison d’une réelle crise de légitimité des institutions due au caractère obsolète du « contrat de confiance » entre l’Etat et le citoyen censé structurer tout fonctionnement démocratique. En effet, le dysfonctionnement des pratiques démocratiques, la permanence de certaines plaies encore ouvertes, le vouloir frauder, transgresser l’ordre et contourner la loi à tout prix et le sectarisme ambiant - qu’il soit ethnique, religieux ou culturel- freinent l’émergence d’une véritable citoyenneté et contribuent à la décomposition du ciment fédérateur national.

Ainsi, dans notre pays, le modernisme, le développement des communications et des infrastructures et le progrès de l’urbanisation n’ont pas encore permis d’ébaucher une société détribalisée, citoyenne et nationaliste.

Néanmoins, saluons le dynamisme de notre société civile au sein de la quelle les femmes ont trouvé d’ailleurs une scène d’expression et d’organisation. L’organisation de la société civile constitue donc un espoir là où les régimes conservent une capacité de redéploiement de leur pouvoir de coercition.

Sur un plan économique, la gouvernance dans notre pays doit être revue non plus à l’aune des institutions mais de la citoyenneté. Il faudrait donc placer le développement de la citoyenneté et des contrôles citoyens au centre des processus de la bonne gouvernance car la question de la citoyenneté doit être le critère pour vérifier que cette gouvernance fonctionne. Il ne faut pas, cependant, oublier que gouvernance n’est pas démocratie- le standard des règles peut varier d’un pays à un autre- et que l’Etat de droit est l’application du droit de cet état tel qu’il se l’est donné.

Or le contrôle du standard du niveau de démocratie d’un pays dépend bien du degré d’exigence de ses citoyens vis-à-vis de leurs institutions. Est-il possible, dès lors, de parvenir à un renforcement ou à l’émergence d’une citoyenneté participative ? C’est cet aspect là qu’il faut cultiver à l’avenir.

Sur un plan politique, le pacte de confiance entre l’Etat et la société doit donner naissance à un compromis entre celui qui gouverne et celui qui s’oppose à travers, tout d’abord, une concertation permanente sur les questions d’intérêt national et ensuite par la création d’un nouveau cadre légal exigeant un quota des nominations des opposants dans les emplois de la fonction publique et des sociétés d’Etat à un niveau permettant leur accession aux plus hautes sphères de la décision.

C’est de cette manière seulement que nous serons capable, non seulement, de rationnaliser notre administration mais de moraliser nos pratiques politiques et ainsi instaurer une nouvelle culture citoyenne. Les démocraties occidentales, dans un souci d’implication et de participation de toutes les forces politiques dans l’élaboration de la décision, ont inventé des processus où les minorités politiques sont présentes dans l’exercice du pouvoir. Le cabinet fantôme ou shadow cabinet en Angleterre est un exemple édifiant.

Pour notre cas, une démocratie avec une majorité qui gouverne et une opposition qui s’oppose n’est-elle pas une autre faiblesse de notre régime constitutionnel?

La réforme administrative.

En plus de l’adoption de la déclaration sur la décentralisation et le développement local, ainsi qu’un code des collectivités qui prévoit l’érection de la région au rang de collectivité locale, l’Etat doit favoriser la mise en œuvre d’une grande politique de réaménagement du territoire soucieuse de revoir de façon plus équitable le découpage administratif et régional. A cet égard, nous préconisons un redécoupage inspiré des spécifications socioéconomiques du pays et qui tienne compte des réalités culturelles des entités ainsi décentralisées.

Notre projection pour « La Reconstruction d’une Mauritanie Nouvelle» prévoit trois grandes régions résumant, en somme, la partition administrative du pays : une région à vocation industrielle au nord du pays (comprenant Nouadhibou, Tiris Zemour, l’Adrar et l’Inchiri), une autre à vocation agricole au sud (comprenant le Trarza, le Brakna, le Gorgol et leGuidimagha) et une troisième à vocation pastorale à l’est (comprenant, le Tagant, l’Assabaet les deux Hods).
Nouakchott demeurant une agglomération où résident les affaires politiques et administratives centralisées du pays. Une telle option mérite d’être approfondie et développée dans un processus politique prévoyant l’élection de conseils régionaux disposant de pouvoirs décentralisés pour la gestion des affaires courantes de la région.

La réforme institutionnelle.

Nos institutions sont-elles adaptées et capables de contribuer à la modernisation de notre société ? Sont-elles efficaces, utiles, suffisantes et pertinentes ? Nous estimons que les institutions dont nous nous sommes doté sont d’inspiration coloniale du XIX siècle - Etat jacobin avec les idéologies du centralisme administratif républicain - et par conséquent inadéquates quant aux exigences et aux aspirations de notre société.

S’agissant de l’exécutif, nous l’avons dit, la concentration de tous les pouvoirs en une seule main est source de dérives et de despotisme. Des réaménagements sont donc nécessaires tant sur le plan des responsabilités que sur celui des compétences. Le premier ministre, par exemple, qui est responsable aussi bien devant le Président de la République - qui le nomme - que devant le Parlement - qui vote sa politique - doit disposer de pouvoirs propres qu’il exercera suivant un programme économique et social et, en conséquence, il doit choisir la composition de son propre gouvernement qu’il soumet au vote du parlement.

S’agissant du législatif, le Sénat est un organe qui surcharge le pouvoir législatif aussi bien sur le plan de la représentativité (les sénateurs représentent les mêmes circonscriptions administratives que les députés) que sur celui du processus du vote (les lois sont votés dans les mêmes termes). Notre vision pour «La Reconstruction d’une Mauritanie Nouvelle »propose sa suppression, car le bicaméralisme est un luxe dont nous n’avons pas les moyens de se payer.

La mise en vacances du parlement deux tiers de l’année pose aussi le problème de la rationalisation de ces institutions qui apparaissent plus comme un ornement de la République que comme moyens de contrôle et de surveillance de l’action du gouvernement.

Une réforme du pouvoir judiciaire est aussi impérative dans un contexte d’ouverture et de partenariat avec le monde car l’insécurité juridique des affaires freine la croissance et altère les processus de développement économique. Un pouvoir judicaire indépendant est aussi un gage de l’épanouissement de nos libertés et de nos rêves.

S’agissant des autres institutions - constitutionnelles ou non -, « La Reconstruction d’une Mauritanie Nouvelle » suggère certains aménagements qui sont de nature à les rendre plus fonctionnelles et donc plus utiles :

• Le Conseil Economique et Social est une institution qui doit être convertie en un Conseil régional élu par les populations locales (suivant la logique du découpage administratif prévoyant trois grandes régions) et qui doit être une sorte de parlement régional acteur dans le développement local ;

• Le Haut Conseil Islamique doit faire ses preuves et donc prouver son utilité ou être dissous ;

• Le médiateur de la République est une institution importante qui a été vidée de sa consistance. Elle doit être dirigée par un conseil dont la composition doit revenir au Sénat, à l’Assemblée Nationale et à l’Institution de l’opposition pour répondre sans équivoque à sa véritable vocation;

• La CENI, dont l’organisation doit s’inspirer de la composition de la scène politique, est un instrument de la transparence électorale. Son rôle doit être élargit à l’organisation, la supervision et le contrôle des élections. Elle doit avoir un caractère permanent et non pas attendre que des consultations électorales soient convoquées pour être mise en place ;

• La HAPA, doit être le symbole du pouvoir qu’elle représente, celui de l’information. Elle doit être capable de garantir la liberté des médias et conduire le pays vers la libéralisation immédiate des ondes. Nous sommes le seul pays de la région ou peut être du monde à n’avoir qu’une seule radio et une seule chaîne de télévision et bientôt l’unique à avoir une agence d’information nationale et un titre apparaissant à son nom. La composition de la HAPA doit comprendre un représentant de l’institution de l’opposition démocratique pour garantir l’accès de l’opposition aux médias publics et permettre des débats contradictoires.

• L’Armée Nationale en fin, dont la présence sur la scène politique -tantôt acteur, tantôt instrument- a conditionné la trajectoire du pays pendant plus de trente ans, doit s’interdire constitutionnellement le jeu politique qui est du ressort des civils dans un état démocratique et se consacrer, une fois pour toutes, aux nobles missions qui lui sont assignées et ainsi définir le rôle qui doit lui être réservé dans les hautes sphères d’un pouvoir dont la légitimité revient désormais au peuple.

Notre vision de « La Reconstruction d’une Mauritanie Nouvelle» propose, au bout de ces constats divers, une réforme constitutionnelle majeure touchant toutes les facettes de la vie politique nationale. Elle passe bien sûr par le dialogue politique entre les différents acteurs. Dialogue, qui ne doit pas être seulement une revendication de l’opposition, mais au-delà, une nouvelle culture politique et citoyenne et une forme de civilité.

En effet l’évidente insuffisance de la communication politique, la carence du dialogue et de la concertation entre les formations politiques nationales, en leurs seins et entre elles et l’Etat, aussi bien dans la majorité qu’à l’opposition, et l’étouffement des nouvelles opinions pour ne pas dire le conformisme de la classe politique en général, sont de sérieux freins pour la mise en place de solides fondements d’une future reconstruction nationale.

Au-delà des thèmes développés plus haut, la réforme doit s’étendre sur des sujets comme le code électoral (associer les partis politiques et la société civile dans son élaboration), la proportionnelle (en limitant la diversité politique des conseils municipaux) et les conditions d’éligibilité (minimum d’instruction pour les maires, députés et sénateurs). Elle doit aussi toucher la question des candidatures indépendantes et des « changements de vestes » des élus politiques qui vont à l’encontre des nobles enseignements de la culture démocratique.

Aussi sur un plan social, la montée fulgurante des inégalités, l’urbanisation galopante et incontrôlée et l’émergence de nouvelles dynamiques sociales révolutionnant notre société, posent le problème de notre cohésion nationale et suggèrent la mise en place de mécanismes concertés pour la consolider et la renforcer.

En fin, le dernier constat de cette série, réside dans l’intégration nationale, sans la quelle, le développement se heurtera à de terribles difficultés et, en tout cas, se trouvera retardé. En effet, sans une véritable intégration économique, le sous développement, au lieu d’être un stade transitoire, risque d’être définitif.

L’unité nationale se déploie nécessairement dans la diversité au sein de laquelle nous devons trouver les fondements d’une intégration viable et durable. L’étouffement des élans de notre diversité engendre au sein de la société une profonde crise d’identité affaiblissant l’État et vouant à l’échec tout effort d’intégration économique ou politique.

Le grand défi de cette intégration est alors de trouver des formules permettant aux communautés de fleurir sans pour autant s’opposer à l’État, car, même faible, il reste une réalité incontournable.

Notre volonté pour « La Reconstruction d’une Mauritanie Nouvelle», consciente du rôle actif que l’Etat peut jouer dans l’intégration nationale, propose que soit attribuée aux trois grandes régions (suivant le redécoupage administratif préconisé plus haut) une souveraineté dans la gestion de leurs affaires économiques et sociales à travers une sorte de pouvoir régional. Alors seulement l’État pourrait-il s’engager efficacement dans la voie de l’intégration, dont les conditions passent obligatoirement par la promotion du local qui repose sur une conception plus communautaire que nationale de la souveraineté.


par Deddahi El Ghailani
28-11-2010

218 commentaires:

1 – 200 sur 218   Suivant›   Les plus récents»
maatala a dit…

salam

Indépendance 50 ans, et après ?

Même si les critiques pleuvent sur la situation de mon pays, je l'aime autant et souhaite son développement durable. Ce beau pays aux mille et une nuits. Des milliers de poètes pour apaiser les douleurs.

Une diversité unique en son genre car on y retrouve des Harratines, des Peulhs, des Soninkés, des Wolofs, des Maures et des Bambaras. Si un jour ce métissage se réalisé vous verrez et vivrez la plus belle population du monde.

L'Afrique du Sud n'est-elle pas l'incontournable exemple de la diversité africaine ? Ce pays là n'a ni fui ni eu peur de son métissage alors que le miens peur de regarder la réalité en face
INDÉPENDANCE 50 ANS, ET APRÈS ?

Que sommes nous devenu ?
- Nous sommes cette population laissée au désarroi
- Nous avons vu défiler des chefs putschistes fort en physique et nul en esprit Nous n'avons pas vu le meilleurs mais juste le moins pire peut-être

NOTRE RÉPUBLIQUE FÊTE 50 ANS D'INDÉPENDANCE,

Et jamais nous avons vu et pu nous réunir sur une place symbolisant notre indépendance. Juste des avenues, l'une appelée Mocktar ould Daddah et l'autre Mohamar Kadhafi. La première est symbolique mais sans sincérité car élections obligent. La deuxième salit toutes nos avenues car elle encourage la dictature

PASSONS À LA SANTE MAURITANIENNE 50 ANS APRÈS:

Tout est presque privatisé et le seul centre hospitalier existant ne répond pas à l'attente des populations. Certains médecins sont dans des cliniques privées et préfèrent l'argent que de sauver de pauvres malades sans moyens, et d'autres sont mis aux oubliettes par ce qu'ils n'ont pas de bras long ou ne viennent pas d'une grande tribu influente

PARLONS ÉDUCATION

La Mauritanie est analphabète dans sa plus grande partie, une volonté manifeste des gouvernements afin de garder la main mise sur la majorité Harratine à qui on prive volontairement tout éveil qui pourrait mener à la prise de conscience et la revendication contre un système anarchique et injuste instauré en Mauritanie depuis l'indépendance

maatala a dit…

50 ANS APRÈS L'INDÉPENDANCE

La RIM n'a même pas une université digne de ce nom; un grand espace avec des bâtiments non loin de la présidence symbolise notre université ou s'entasse nos vaillants étudiants. Pour un Étudiant mauritanien l'université de Nouakchott reste le plus grand calvaire de sa carrière

50 ANS APRÈS L'INDÉPENDANCE

On constate une totale méfiance entre les différentes ethnies qui composent notre pays, chacune se croit plus noble ou plus importante que l'autre Résultat, la Mauritanie est divisée et vit l'esclavage, le racisme, la haine et le tribalisme. A quand cette unité nationale qui nous empêche tous de dormir ? Si chaque communauté déteste l'autre, c’est bien la volonté réussit du système mis en place depuis l'indépendance

50 ANS APRÈS L'INDÉPENDANCE

Il est honnête de dire que la Mauritanie est une bombe à retardement. Les événements de 1986,1989 en passant par les exécutions arbitraires du 28 novembre 1990 seront toujours présent dans les cœurs et esprits car la justice n'a jamais été faite de façon honnête.

Ces questions là feront surement trembler certains mais elles méritent d'être poser:

- Ou est la justice ?
- Pourquoi l'esclavage est encore présent en Mauritanie ?
- Devrions-nous laisser le racisme d'état continuer ?
- A quoi sert l'élite religieuse ?

LES SOLUTIONS A NOS PROBLÈMES SONT POSSIBLES:

Que justice soit rendue aux nombreuses veuves, orphelins et autres victimes des sanglants événements de 1986, 1989, 1990, 1991. Que le Maures respect son frère Peulh, que le Soninké, le Wolof, le Bambara se respectent mutuellement et respectent les autres.

- Que l'état cesse sa politique discriminatoire
- Que le citoyen remplisse ces devoirs et qu'on lui rende ces droits que l'on mette les Hommes qu'il faut à la place qui leur convient d'où la taylorisation de notre administration
- Que nos chefs religieux cessent d'être des politiques et qu'ils vivent la religion dans sa vraie valeur et qu'ils lui laisse sa vraie place, celle de l'amour, du respect de l'autre, de l'égalité entre les Hommes et qu'ils servent d'organe régulateur de notre société

Par: Khally Diallo

salam

Anonyme a dit…

ImprimerEnvoyer cette pageRéagirPartager
AFGHANISTAN / RELIGION -  Article publié le : dimanche 28 novembre 2010 - Dernière modification le : dimanche 28 novembre 2010
Deux Afghans convertis au christianisme risquent la peine de mort

Din Mohammad Quraishi, le procureur en charge de l'affaire dans son bureau de Kaboul, le 28 novembre 2010.
AFP PHOTO/Massoud HOSSAINI
Par RFI
En Afghanistan, Musa Sayed, un employé de la Croix-Rouge de 45 ans, et Ahmad Shah, 50 ans, sont emprisonnés depuis maintenant six mois. Le crime de ces deux Afghans, qui appartiennent à l'ethnie minoritaire hazara, est de s'être convertis au christianisme. Ils risquent la peine de mort ou la détention à vie.

Avec notre correspondant à Kaboul, Luc Mathieu

Depuis deux mois, Musa Sayed et Ahmad Shah sont incarcérés dans la même cellule de la prison centrale de Kaboul. Mais selon Din Mohammad Quraishi, le procureur chargé de leur cas, ils n'ont pas la même stratégie de défense.

« Lors de l'enquête et pendant les interrogatoires, Musa Sayed a déclaré qu'il avait étudié la Bible, qu'il savait ce qu'il faisait et qu'il refusait de se reconvertir à l'islam. Ahmad Shah, lui, a dit qu'il était musulman, qu'il était victime d'une fausse accusation ».

L'Afghanistan est signataire de la Déclaration des droits de l'homme, qui prévoit la liberté de culte. Mais, comme l'explique Din Mohammad Quraishi, la loi islamique, la charia, est appliquée en priorité.

« Lorsque des pays musulmans adoptent des traités internationaux, comme la Déclaration des droits de l'homme, ils ne les appliquent pas tels quels, il y a des conditions. Selon la Constitution afghane, si des points de ces traités sont contraires à la charia, ils deviennent eux-mêmes anticonstitutionnels. »

Depuis son arrestation, Musa Sayed a reçu la visite de plusieurs diplomates occidentaux. Des pressions qui ont abouti au report de son procès. Un supplément d'enquête a été ordonné.

TAGS: AFGHANISTAN - RELIGION
FICHE PAYS :

----
Lu pour le frère Mohramed Cheikh. yakhouya enta meine?

A-

Anonyme a dit…

Mohamed cheikh enseigne le droit penal
------------------

Lu pour le frère Mohramed Cheikh. yakhouya enta meine?

A-

Anonyme a dit…

Eywa hatha lu pour le Général vlad: yabouya OBL est mort depuis fin 2001. On lui fabrique un message (au debut de cet article centpapiers)sur l'attentat de Karachi, alors qu'on sait aujourd'hui que ce sont les services pakistanais qui avait fait exploser le bus des français et mis tout sur le barbus. A-

http://www.centpapiers.com/ben-laden-avait-revendique-l%e2%80%99attentat-de-karachi/12736

Anonyme a dit…

Merci de nouvelles de Mohamed Cheikh. A-

Anonyme a dit…

A-
Ayman Adhawary est-il mort lui aussi?
A ma conaissance seul Moustapha Abou el Yezid le N0 3 est bien mort, les deux principaux chefs vivent au Swatt- Wazistan et Kunar. Mefions nous de la parano sinon on pourra dire que le 11 septembre était une manipluation judeo-crhetieno -imperialo- capitalisto- occidentalo je ne sais quoi. Menfin on peut bien choisir de mourir idiot.
Au juste, peux tu nous balancer un lien video sur Aldo Maccionne?
Parfois y en a marre de parler azizzo, eclavage, et barbus hein Prosper?
VLAD

maatala a dit…

Salam

"Si le FMI recrute Zein Ould Zeidane, le spécialistes des faux chiffres, c’est sans doute pour...


...l’envoyer à Athènes ou Dublin où il pourrait faire étalage de tout son art de fourberie pour aider à résoudre ces crises qui donnent du souci à la communauté internationale.



MEMORANDUM.

Objet : Candidature de M. Zeine Ould Mohamed Ould Zeidane, ancien Premier Ministre de la République Islamique de Mauritanie, à un poste d'économiste au Fonds Monétaire International (FMI).

Nous venons d'apprendre que le sieur Zeine Ould Zeidane est candidat à un poste d'Economiste au FMI. Il nous parait donc utile d'éclairer cette honorable institution, qui doit demeurer irréprochable compte tenu du rôle très sensible qu'elle joue sur la scène internationale et des responsabilités éminentes qui sont les siennes, sur la véritable nature de ce personnage.



M. Zeine Ould Zeidane, après des études très laborieuses, sanctionnées par un doctorat en Mathématiques obtenu somme toute à l'usure, est devenu un agent de renseignements pour le régime de Maaouya OULD-TAYA, qui a présidé aux destinées de la Mauritanie entre 1984 et 2005 et dont le bilan économique désastreux est connu des services du FMI et de la communauté internationale en plus de son passif en matière de droits de l'Homme et des minorités ethniques.

Il a commencé, alors qu'il travaillait au Bureau local de la Banque Mondiale à Nouakchott (Mauritanie), par informer les services mauritaniens sur les faits et gestes de ses collègues et sur les orientations internes de l'Institution qui l'employait. Il finit par monter en grade et avoir comme officier traitant la propre épouse du Président OULD-TAYA, Mme Aicha Mint Ahmed-Tolba, qui avait la haute main sur les secteurs économiques et qui gérait un réseau de corruption à ciel ouvert, dont Zeine devait devenir par la suite le pivot.

maatala a dit…

De trahison en perfidie, il finit par quitter le Bureau local de la Banque Mondiale pour occuper le poste de Conseiller Economique à la Présidence. Dans cette fonction, il s'est illustré par les mesures coercitives et injustes contre les opérateurs économiques, accusés à tort de spéculer contre la monnaie nationale, mais qui en réalité ne payaient pas "la dîme au taux voulu".

Récompensé de son zèle par la charge de Gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), il s'est illustré par sa volonté de faire accepter aux services du FMI de fermer les yeux sur les faux chiffres que la Mauritanie leur a communiqués pendant une vingtaine d'années.

Au cours de cette période, il fit signer au Ministre des Finances de l'époque (OULD MOHAMED-KHALED) une convention par laquelle l'Etat mauritanien prenait à sa charge un montant de plus de 133 milliards d'Ouguiya (1 dollar des Etats-Unis = 280 Ouguiya environ) correspondant aux détournements de fonds opérés par la BCM au profit du Président OULD-TAYA, de sa famille, de sa parentèle et accessoirement des membres du gouvernement de l'Institut d'émission.

Les receleurs ont fini par reconnaître devant le juge d'instruction leur forfait et ont remboursé une partie des montants perçus, dont Zeine voulait les exonérer, moyennant "l'on sait quelle contrepartie".

En outre, il procéda à une grande opération de changement des billets de banque en circulation dans le but de se constituer un capital de départ. Cette "accumulation primitive" lui aurait rapporté 10 milliards d'Ouguiya environ. Le scandale des faux chiffres (Missreporting) et les fausses écritures devaient se continuer jusqu'à la chute du Pouvoir de son mentor, OULD-TAYA, le 03 Août 2005.

Le réseau et l'argent ainsi tissé et accumulé ont permis à notre personnage,dans un environnement permissif, de devenir Premier Ministre et de s'illustrer par son dirigisme économique intéressé, dont l'une des manifestations les plus connues est la garantie publique qu'il accorda à une entreprise d'Import-export pour un montant de 48 millions de dollars des Etats-Unis, dans le but de rembourser ses dettes de campagne à l'égard d'un homme d'affaires impliqué dans divers scandales financiers et p........., M. Mohamed OULD-NOUEYGUEDH.

Les informations fournies ci-dessus sont vérifiables, y compris auprès des services du FMI, et ne représentent qu'une infime partie du passif du sieur Zeine Oul Zeidane. Mais nous avons voulu nous en tenir à des affaires, dont le caractère délictueux voire criminel a déjà été confirmé lors de procédures judiciaires, car nous savons que "tout ce qui est excessif ou non vérifiable est insignifiant".

Le FMI, gardien de l'orthodoxie et de la morale dans la gestion des affaires publiques, mérite des recrues d'un autre "calibre moral".

Boukhari Ould bouh
Journaliste mauritanien

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu pour couly

Quand Mokhtar Ould Daddah nous racontait l’aventure…

La Tribune : Parce qu’on a parlé de «revanche historique», estimez-vous aujourd’hui que la Mauritanie est la négation de ce que vous aviez entrepris ?

MOD : Est-ce que la Mauritanie d’aujourd’hui est la négation de celle d’hier ? Cette question m’a donné l’idée d’un tableau révélateur mais seulement indicatif.

Unité et Démocratie jusqu’en 1978 Unité et Démocratie depuis 1978

-Lutte contre le tribalisme et le régionalisme

- Retour en force du tribalisme et du régionalisme

-Lutte contre toute forme de népotisme et de clientélisme, et contre la corruption - Népotisme et clientélisme sont les bases du pouvoir actuel. La corruption..

Source : La Tribune (Mauritanie)

--------------------------------

Le caporal ente vem dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

"La Gabegie grand G dans l’Education . Esquisse de solution au coût Zéro.


Le discours du Président Aziz à l’occasion de l’inauguration de la Route de la Résistance contre le colonialisme et la gabegie, laisse entendre que le dossier de l’éducation sera la priorité des priorités après l’éradication du phénomène des Gazras.

Nous dépensons, chaque année, des dizaines de milliards d’Ouguiyas dans un système pédagogique importé de l’extrême nord de l’Europe qui détruit l’avenir de 98 à 100% ( qui n’admettent pas au Bac ou ne terminent pas correctement leurs études universitaire).

En zone des Oasis ce drame est confirmé par le tableau statistique récapitulatif et comparatif des bacheliers des 3 lycées publics Aoujeft, Chinguetti et Ouadane et lycée Oughoul El Ouahat ( Cerveaux des Oasis ) de Maaden El Ervane daté du dressé par la Direction des Examens et Evaluation du Ministère de l’Education Nationale.



Le document officiel montre que le nombre d’admis du Bac des 3 lycées publics réunis était inférieur à celui du Lycée privé de Maaden El Ervane. Une évaluation plus approfondie de ces statistiques incluant les rapports coûts/résultats que nous ne pouvons développer ici permet de tirer la conclusion que le système pédagogique de Maaden est100 fois plus performant et 100 000 fois moins coûteux que le système officiel.

Les lycéens étaient au comble de leurs joies parce qu’ils étudiaient chez eux gratuitement et réussissaient au Bac au terme de 3 ans en moyenne (au lieu de 6 ans), après le Concours d’Entrée en 6éme. Les élèves et leurs professeurs étaient souvent pris en charge pour leur nourriture , leurs soins, leurs habits en blouses (2 à 3 mois par an) par le Lycée.

Tous les anciens élèves ont acquis une intelligence prématurée (grâce à la prééminence des maths du système) et maitrisaient l’anglais en plus du français et de l’informatique et ont surfé dans l’internet pour parfaire virtuellement leurs connaissances dans les salles de classes du Lycée de l’Oasis où ils sont nés.

maatala a dit…

Ce qui explique leurs succès aux universités étrangères avec mentions d’excellence et dans le travail au retour au pays ( 10 ingénieurs des mines en activités, 2 professeurs d’universités devenus chefs de départements, 2 médecins en fins d’études, deux chefs de départements bancaires, un pilote, plusieurs officiers de l’armée et de la marine…), tous sortant d’une école primaire qui avait passé auparavant 20 ans (1978 à 1997) sans donner un seul bachelier pour cause de la déperdition scolaire de 100% que connaissent encore de nombreuses écoles voisines et dans le reste du pays.

Le secret et la force du système pédagogique de Maaden est qu’il est à la fois anglo-saxon par le système de module, cartésien par la prééminence des maths, asiatique par l’intensité : 2000 h/an au lieu de 750 h/an dans le système public officiel et mahdhari par l’enseignement du coran, la gratuité et la continuité 11 mois sur 12).

Le système pédagogique novateur de Maaden El ervane apporte une solution à toutes les contraintes du système éducatif officiel relatives au choix des langues arabe ou français, aux infrastructures, au manque de personnel et leurs émoluments, au programme enseigné, à la dispersion et multiplicités des petites écoles, au manque de tables, livres, cartables, véhicules de services…. Tous les besoins actuels seront économisés à 70% ou réduits à néant et les performances multipliées de 10 à 100.

Si le Président Aziz et nos cadres bienfaisants se donnent le temps de découvrir le système pédagogique de Maaden El Ervane ( sûrement le plus performant du monde) au coût zéro à l’Etat et aux parents d’élèves puis de se mobiliser pour sa vulgarisation, pour le bonheur altruiste de nos fils et de nos jeunes frères, je gage que la Mauritanie rattrapera et dépassera en 6 ans seulement tous les pays occidentaux et asiatiques qui nous arrachent nos ressources minières (par défaut de l’éducation de nos fils) en nous concédant contractuellement des commissions scandaleuses de 1% portées récemment de 10%, grâce à « la poigne » du Président Aziz.

NB : Le Lycée Cerveaux des Oasis de Maaden est créé par arrêté conjoint N° 114/ME/MINT du 24 avril 1995 est en arrêt provisoire depuis 2008 pour cause de difficultés financières et problèmes santé de son promoteur bienfaisant qui l’a financé 15 années scolaires (11 mois sur 12) successives sans arrêt.

Nouakchott le 29 Novembre 2010
Cheikhany Ould Sidina 2138559
Expert en développement
Promoteur bienfaisant du système des Cerveaux des Oasis.


maatala

maatala a dit…

Salam

Wikileaks, feuilleton diplomatique de l’année

L’annonce par Wikileaks, le 28 novembre, de la diffusion prochaine de 251 287 câbles diplomatiques internes au département d’Etat américain a mis toutes les chancelleries en émoi. Au premier chef aux Etats-Unis, où la secrétaire d’Etat Hillary Clinton s’est insurgée contre « une attaque contre les intérêts diplomatiques américains [et] la communauté internationale ». S’il ne faut pas s’attendre à trouver dans ces documents la vérité, le site donne à connaître à chaud une version « brute » du point de vue de diplomates américains et de leur perception du monde, ainsi que la transcription de leurs conversations avec leurs alliés et d’autres leaders.

On avait vu lors du Sommet de Copenhague sur les changements climatiques comment un piratage informatique pouvait conduire à répandre sur la place publique l’intégralité de communications privées (celles des chercheurs impliqués dans l’étude des changements climatiques), provoquant un effet de sidération devant des « révélations ». Dans le cas d’espèce, il n’y avait pas de révélation, mais le déballage des courriels professionnels avait atteint son but, en déstabilisant la communauté scientifique à un moment crucial. Cependant, il ne s’agissait là que de messageries d’universitaires. Avec les communications du département d’Etat, on est entré dans une nouvelle dimension du cambriolage informatique. Pirater Siprnet, le réseau privé de la diplomatique américaine, et montrer ainsi que même les Etats-Unis ne peuvent garantir la confidentialité de leurs communications, c’est sans aucun doute le casse du siècle...

Après son premier coup de maître — la publication de documents sur la banque islandaise Kaupthing Bank —, l’organisation du journaliste australien Julian Assange avait récidivé en publiant la vidéo d’une « bavure » américaine en Irak, puis avec les rapports sur l’Afghanistan (lire « Rapports explosifs sur la guerre en Afghanistan ») et l’Irak : dans ces deux derniers cas, une publication en masse de rapports de terrain illustrant le quotidien de ces guerres américaines. Cette fois, Wikileaks semble avoir changé sa stratégie de divulgation. Frustré par un écho médiatique qui se bornait bien souvent à parler du fonctionnement du site lui-même ou de la personnalité controversée de son leader charismatique, et non du fond, Assange souhaite maîtriser le rythme de dévoilement de ses documents, et s’est associé à des journaux prêts à travailler sur chacun d’eux, en les diffusant au compte-gouttes : « Les communications des ambassades seront diffusées par étapes au cours des prochains mois. Les sujets couverts par ces câbles sont d’une importance telle, et leur couverture géographique si étendue, que procéder autrement ne rendrait pas justice à ces documents. »

Dans les premiers jours, les cinq journaux associés à Wikileaks ont pu analyser des communications montrant combien les dirigeants de plusieurs pays arabes pouvaient se montrer critiques de l’Iran, employant dans leurs discussions avec les diplomates américains un vocabulaire et des arguments totalement différents de ceux qu’ils servent à leurs peuples. Les câbles diplomatiques ont aussi révélé les ordres donnés par Mme Clinton à son personnel diplomatique pour espionner les cadres de l’Organisation des Nations unies, prenant leurs empreintes biométriques, « noms, titres et autres informations contenues sur les cartes de visite ; numéros de téléphone fixes, cellulaires, de pagers et de fax ; annuaires téléphoniques et listes d’emails ; mots de passe internet et intranet ; numéros de cartes de crédit ; numéros de cartes de fidélité de compagnies aériennes ; horaires de travail » (Le Monde, 28 novembre)... La presse populaire s’est, elle, plutôt amusée de voir la façon dont les fonctionnaires américains qualifient les dirigeants européens, russes ou libyens.

maatala a dit…

Il est trop tôt pour faire un bilan de ce qui pourrait devenir un feuilleton inédit et de longue durée — d’autant qu’Assange a aussi promis de s’attaquer prochainement au secteur des entreprises privées, avec des révélations sur « une grande banque américaine ». L’historien trouvera à se pencher sur des documents d’histoire en train de se faire, le sociologue y lira le quotidien de l’information qui circule dans un ministère très particulier, le spécialiste du Burkina Faso ou des réseaux de télécommunications découvrira l’intérêt de Washington pour les « spécifications, vulnérabilités, capacités et projets d’amélioration des infrastructures nationales de télécommunication et des systèmes d’information publics ou privés » des pays d’Afrique de l’Ouest, etc.

Pour illustrer ce que peuvent apporter ces documents, Le Monde diplomatique s’est penché sur l’un d’eux, qui apporte un éclairage complémentaire à l’actualité récente. Il s’agit du câble « Tegucigalpa 000645 » portant sur le Honduras. Où l’on voit que, si le département d’Etat a, de fait, laissé se dérouler le renversement du président Manuel Zelaya, le 28 juin 2009, son ambassadeur au Honduras, M. Hugo Llorens, avait pour sa part été catégorique : il s’agissait d’un coup d’Etat.

Le 24 juillet 2009, donc, près d’un mois après les évènements, M. Llorens envoie un câble à divers interlocuteurs, dont M. Thomas Shannon, l’actuel ambassadeur des Etats-Unis au Brésil, qui occupait à l’époque le poste de secrétaire d’Etat adjoint américain aux affaires du continent américain : « L’analyse de l’ambassade ne fait aucun doute, écrit-il. Le 28 juin, les forces armées, la Cour suprême et le Congrès ont conspiré dans le cadre de ce qui constitue un coup d’Etat illégal et anticonstitutionnel contre le pouvoir exécutif (tout en reconnaissant qu’il puisse, à première vue, y avoir des éléments indiquant que Zelaya se soit mis dans l’illégalité et qu’il ait violé la Constitution). Il ne fait aucun doute non plus que la prise du pouvoir par Roberto Micheletti [président de facto à partir du 28 juin 2009] ait été illégitime. »

maatala a dit…

Non sans un certain amusement, le diplomate liste « les arguments, souvent ambigus » avancés par les putschistes pour justifier la légalité de leur manœuvre et, parfois, les commente : « Zelaya s’est mis hors la loi (une supposition jamais étayée) ; Zelaya a démissionné (une invention) ; Zelaya avait l’intention d’allonger la durée de son mandat (une simple supposition). » M. Llorens conclut : « Selon nous, aucun de ces arguments n’a la moindre valeur selon la Constitution hondurienne. Certains sont tout simplement faux. D’autres se basent sur des suppositions ou la rationalisation a posteriori d’une décision manifestement illégale. »

Observant que « nombreux sont les officiels honduriens, y compris des présidents, depuis le premier gouvernement élu sous la Constitution de 1982, qui ont proposé d’autoriser la réélection d’un président sortant » et qu’« il n’a jamais été estimé nécessaire de les destituer de leur poste pour autant », le diplomate américain résume : « Les évènements du 28 juin ne peuvent être considérés que comme un coup d’Etat du pouvoir législatif – avec le soutien du pouvoir judiciaire et des Forces armées – contre le pouvoir exécutif. »

Pourtant, comme nous le signalions le 28 juin 2010, « l’administration américaine se contenta de suspendre le versement d’une fraction réduite de l’aide qu’elle allouait au pays (pour un montant de 31 millions de dollars). Mme Hillary Clinton, proche du lobbyiste Lanny Davis – qui se mit rapidement au service des putschistes honduriens –, en annonça la reprise le 4 mars 2010. Le même jour, elle invitait l’Organisation des Etats américains (OEA) à reconnaître le gouvernement de M. Porfirio Lobo, vainqueur, le 29 novembre 2009, d’un scrutin illégitime (puisque organisé par un gouvernement illégitime), et en fonctions depuis le 27 janvier 2010. Elle le félicitait par ailleurs d’avoir “restauré la démocratie” au Honduras. »

Depuis l’arrivée au pouvoir de M. Lobo, plusieurs avocats ont été enlevés ou intimidés. Neuf journalistes ainsi que des dizaines de paysans et de militants politiques ont été assassinés.

Renaud Lamb

Anonyme a dit…

Merhbeu non maréchal vlad. Je ne parle pas d'El Zawahiri, mais d'OBL. Quand "ils" lieront El Zawahiri à notre AQMI fabriqué, je vais chercher le gus pour prouver autre chose. J'insiste qu'OBL est mort en décembre 2001 et il n y a rien à négocier avec lui.

J'ai ri à ce que tu as dit: "Mefions nous de la parano sinon on pourra dire que le 11 septembre était une manipluation judeo-crhetieno -imperialo- capitalisto- occidentalo je ne sais quoi". Tu pourras mettre en doute ça en regardant cette vidéo d'une heure +:

http://dailymotion.virgilio.it/video/xarnky_fr-national-security-alert-le-penta_news

Plaisir de te lire. A-

Anonyme a dit…

Maatala,

Il doit y avoir des gens qui ne dorment plus avec cette histoire de Wikileaks. En cliquant un peu sur la carte interactive du Guardian, on se rend compte que les messages ont augmenté à partir de 2006 à 2009. Inchallah il n y a le nom de personnes comme il faut mettre derrière les sottises de la crise Sidioca-Aziz. Rien de mieux que d'être honnête et ne pas trop détruire la vie privée des gens. Si on pouvait retourner en arrière et faire les cchoses mieux !
A-

Anonyme a dit…

Non. ZZ n'est pas recruté par le FMI. Mais par une autre organisation. ZZ ne peut pas entrer au FMI

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=49798

Anonyme a dit…

A-

Wikileaks a fait une attaque directe contre la defense et la diplomatie de mon pays d'adoption. Le danger est enorme et les consequences sont incalculables.

I really hope that all the necessary measures are being taken so that the people behind wikileaks will not get away with such attack against the National security of our country. I do believe in the freedom of expression, but what wikileaks has done is undermining our diplomatic efforts and endangering the lives of our diplomats, our allies, and our friends. I did write that sometimes, it could be difficult to draw a line between censorship and freedom of expression/the right to know, but wikileaks' actions have gone beyond antything a rational mind could have imagined. Wikileaks has tried to create a trust problem between our country and our allies and it has embarrassed the same allies. No matter what anyone would say, wikileaks has tried to undermine our diplomatic efforts around the world, thus weakening our national security. Wikileaks must pay a price for displaying such arrogance and lack of concern for our national security!!!!!!!!!!!

Mon cher A-, il y a bien des noms!!!!

Maata, je vous remercie pour avoir partage' avec nous quelques mots de Daddah.

Anonyme a dit…

Couli,

T'en fais pas. Cela nous apprend un peu comment la diplomatie se fait. De bonnes études de cas pour notre ENA. Pour la RIM/US, pas de soucis comme personne n'est mort de quoi que ce soit. Certain que ton pays s'en sortira agrandi et evitera certaines erreurs. Qui ne fais pas d'erreurs? Il ne faut pas condamner Assange aussi: il a donné ce que le monde doit savoir. It is one-off thing anyway. Take care. A-

Anonyme a dit…

Couli,

Lis ça. Le gars de Wikleaks est intouchable légalement. A la lecture de cet article, il a d'autres documents plus létaux qui seront lâchés dès qu'on lui touche un cheveu. Ce n'est pas Londres qui va l'emmerder, ni les autres pays européens et il ne sera jamais extradé aux USA. C'est ma conclusion avec mes rudiments de droit que j'ai appris à Kebett Lekhnazir University.

Nous assistons à une nouvelle forme de journalisme et il faut l'encourager dans certains cas.

Il n y a que les imbéciles qui ne changent pas d'idées ...

A-

Anonyme a dit…

Couli,

L'article est là. J'ai oublié de le coller au mesage au dessus. A-
==

http://www.lemonde.fr/international/article/2010/11/30/julian-assange-fondateur-mediatique-de-wikileaks-l-icone-traquee_1447151_3210.html#ens_id=1446739

Anonyme a dit…

A-

Le Monde est libre d'ecrire ce qu'il veut mais Julian Assange l'imbecile de patron de Wikileaks sera arrete'!!!! Pour ton information, il est desormais sur la liste de l'Interpol MOST WANTED. Il se cache. Sooner or later we will get him!!!!!!

Anonyme a dit…

Couli,

Mahou owvalak! Lis ce que dit Ann Woolner de Bloomberg. Tu liras tout son artcile dans le lien après ces coupures. Avec la meilleur constitution au monde, tu ne peux rien contre le free speech. Un point à la ligne.

Regarde une partie de ce que dit Ann;

Any prosecution of Assange would come up against First Amendment issues. How can you criminalize speech, especially political speech, especially on matters of grave public importance? That would seem to fly in the face of the Constitution’s promise of a free press and free speech.

Et celle-là aussi:

Out of Reach

Yes, Congress can pass new laws and amend old ones, and would no doubt be happy to do so if it meant locking up Assange. But it wouldn’t.

New laws can’t criminalize past conduct. The Constitution clearly bans so-called ex post facto laws so that the government can’t toss someone in jail for something that was legal at the time it was done.

Besides, even if current law were sufficient, how would authorities bring Assange, an Australian native in hiding outside the U.S., into this country to stand trial?

Don't give up your sleep. Assange is safe. A-

====

http://www.bloomberg.com/news/2010-12-01/wikileaks-founder-lurks-beyond-grip-of-u-s-law-commentary-by-ann-woolner.html

Anonyme a dit…

A-

I am very familiar with the arguments that you are referring to. I want you to be advised that conspiracy is defined as an agreement between 2 or more people to commit a crime. We all know that government employees promised to keep the nation's secrets. The unthorized release of the secret diplomatic cables is a clear indication that the employees who had access to the cables conspired with Julian Assange to break the U.S. laws. Although I am not a lawyer nor am I an expert in legal matters, I taught Civics and U.S. government. I am confident that a jury will find Assange and his coconspirators guilty.

I do not believe that one can speak about the freedom of expression in this case. Wikileaks is not a member of the media. It has declared war against our country. We should and will deal with it the same way that we deal with all of our enemies.

P.S.

There is a rape allegation against Julian Assange. He will be arrested as soon as he is seen!!!!!!!

Anonyme a dit…

Couli,

Je crois que tu n'as pas lu Ann Woolner. Elle est juriste et syndicated columnist avec Bloomberg.Ils auraient dû attrapper Assange et le mettre en tôle avec les Iraq et Afghanistan files qui me semblent plus difficiles. Dans tous les cas de figure, la constitution US est la meilleure au monde. On á coupé-collé la française et regarde ce qui se passe avec les coups d'état et ce qui se passe actuellement en Guinée et en Côte d'Ivoire. Et pourtant il y a quelques années en lisant le Goorman Report (disparu), l'université de Paris I avait la meilleure faculté de droit au monde ...

Les conclusions d'Ann Woolner sont tenaces. Tu peux créer toutes les lois, mais tu ne pourras jamais toucher au principe sacro-saint du free speech et la protection des sources. Les lawyers de Wikileaks vont trouver quelque chose pour prouver que Wikileaks est bien un "journal'. Il semble avoir un cabinet d'avocats londoniens très solides derrière lui et vont prendre le cas comme pro bono (gratis) pour redorer encore plus leur blason. Watch out! Les US ce n'est pas une république bananière.


A-

Anonyme a dit…

Morrr hag. Une des catastrophes de Sidioca. El kelb mayiroum mahou ekhannagou (le caniche n'aime que celui qui l'étrangle).
==

Le parti Adil quitte la COD et intègre la majorité présidentielle.


Le parti « Adil » que préside l’ancien Premier ministre Yahya Ould Ahmed Waghef, vient d’annoncer, officiellement, son retrait de la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD) et son adhésion à la coalition de la majorité présidentielle soutenant l’action politique du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Le parti a pris cette décision, attendue depuis un certain temps par nombre d’observateurs de la scène politique mauritanienne, lors d’une réunion tenue dans la nuit du mercredi par son bureau permanent et qui s’est prolongée jusqu’aux premières heures du jour.

Les discussions étaient très chaudes entre deux camps dont l’un, conduit par Ahmed Ould Sidi Baba et Maloukif Ould El Hacen, appelle au maintien du parti au sein de la COD alors que l’autre, sous la houlette du président du parti, œuvre pour l’ancrage à la majorité.



Le parti Adil a été créé à l’époque du président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi et a déjà vécu une première crise ayant conduit au retrait de son premier vice-président, Boidieil Ould Houmeid, qui a créé un autre parti dénommé « Al Wiam ».








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Incroyable mais pourtant vrai!
Une epidemie de fièvre hémorragique probablement de la vallée du Rift qui a dèja fait par le passé d'innombrales pertes humaines , et qui resurgit actuellement dans le nord du pays avec la même ferocité.
Quelle soit Fièvre de la vallée du Rift ou de Crimée-Congo ou bien de n'importe quelle autre virose hémorragique, l'attitude de nos autorités en la matière est des plus lamentables sinon irresponsables.
Rassurer la population avec une visite inopinée de deux ministres est tout simplement une blague de mauvais goût!
Non ce qui nous rassure, c'est que ces deux ministres restent , mangent et boivent avec la population sinistrée et bien sûr restent le plus longtemps possible j'usqu'a endiguer l'epidemie totalement.
C'est ça rassurer! Souvenez vous de Docteur Brahim et bien d'autres, ceux là ont donné de leurs vies et pourtant ils ont été oubliés.
Faisons au moins en sorte que leurs sacrifice ne soit pas vain et que leur memoire soit immortaliséé au moins dans nos esprits.

Anonyme a dit…

Vlad : Aldo maccione dit "Aldo la classe " .
en effet , autrement plus interessant... ella chi ilouh ev chi.

ouldmauritanie a dit…

Salam,


«On veut (les) résultats, on veut pas Gbagbo.» Voilà ce que scandaient ce jeudi matin plusieurs centaines de jeunes, descendus dans les rue de Bouaké. Réunis dans le fief de l'ex-rébellion ivoirienne des Forces nouvelles (FN), ils demandaient la publication des résultats du second tour dont le délai est pourtant dépassé.

La commission électorale ivoirienne «continue de travailler», avait affirmé son président Youssouf Bakayoko, à quelques minutes de la fin du délai fixé à minuit heure locale (1 heure en France). Il avait alors demandé aux Ivoiriens «d'être patients, d'être compréhensifs, et puis de nous laisser le temps de travailler en toute sérénité».

Les appels se sont multiplés dans le monde

L'ONU, l'Union européenne et l'Elysée avaient montré des signes d'impatience mercredi dans l'après-midi, exigeant la publication des résultats. L'ONU a exhorté la commission électorale à annoncer les résultats «sans délai, dès mercredi ». Il est «essentiel que la Commission électorale indépendante (CEI) annonce les résultats dans le délai prévu, c'est-à-dire avant ce soir», a fait savoir le président français. «En participant en très grand nombre au second tour de l'élection présidentielle le 28 novembre, les Ivoiriens ont démontré une nouvelle fois leur attachement à la démocratie et leur souhait que la Côte d'Ivoire retrouve durablement la paix, la stabilité et la prospérité», explique l'Elysée dans un communiqué.

D'autres instances internationales ont fait part d'inquiétudes. La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a quant à elle demandé que la «volonté du peuple ivoirien soit entièrement respectée». Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine a appelé au respect du «verdict des urnes» en Côte d'Ivoire, où des violences sont redoutées à l'annonce prévue des résultats.



Voila le résultat d'une élection présidentielles à 200 millions d'euros.



Ould Mauritanie.

Anonyme a dit…

Pourquoi un remaniement? A-

==
Pas de remaniement avant la mi-décembrejeudi 2 décembre 2010 / 17 :19

La rumeur a enflé durant toute la semaine au sujet d’un remaniement ministériel imminent. Pour l’instant, seul le Président de la République, unique détenteur de cette "arme", sait à quel moment il faut la déclencher.



Selon nos informations et pour des raisons de calendrier, le Président de la République doit se rendre en Tunisie vers le 6 décembre, recevoir l’Emir du Qatar qui visitera la Mauritanie vers le 10, ensuite le Président se rendra au Sénégal vers le 12 décembre.

Donc, s’il y aura un changement, ce sera aux alentours de la mi-décembre.

canalrim.info

Anonyme a dit…

Les barbus, le pèze et le sexe: jamais l'un sans les autres. A-
==

Le DAF du Ministère de l’Orientation Islamique démissionnejeudi 2 décembre 2010 / 17 :01

Le directeur des affaires administratives et financières au ministère de l’Orientation Islamique et à l’enseignement originel a rendu le tablier ce matin.



Selon des sources concordantes, les raisons de cette démission seraient consécutives au refus du directeur démissionnaire de "valider des actes de détournement de deniers publics" qui minent le département.

Face à des allégations aussi graves, l’IGE devra ouvrir une enquête.

canalrim.info

Anonyme a dit…

Salam

Lu sur cridem

"Quand Béchir Ben Yahmed pretend avoir libérer Ould Daddah.


Dans une entrevue accordé a son propre journal BBY est catégorique: il est l'artisan de la libération de feu Ould Daddah. Je vous invite a lire ce passage parue dans Jeune Afrique où on apprend des choses intéressant sur notre défunt président et les dessous de sa libération.

Y a-t-il des gens que Jeune Afrique a aidés à sortir de prison ?

Oui, il y en a certainement. Dès 1960, nous avons aidé la Mauritanie, et d’une manière assez efficace, je crois. Elle était menacée par le Maroc, et c’est le président Bourguiba qui, le premier, l’a soutenue contre ce qui apparaissait alors comme de l’hégémonisme marocain.



Je ne connais pas ses motivations, mais il nous a inculqué cela. La Mauritanie était une sorte de protégée de la Tunisie, et moi, je voulais connaître Moktar Ould Daddah. Je suis allé là-bas, il m’a décoré – à l’époque c’était une mode et Senghor l’avait fait avant lui, ainsi que le maréchal Tito de Yougoslavie. Depuis, je me suis fait une règle de n’accepter aucune décoration. Moktar Ould Daddah et moi sommes devenus amis.

En 1978, victime d’un coup d’État, il a été enfermé dans un fort très éloigné de la capitale. Par chance, à ce moment-là, j’ai rencontré Giscard avec quatre ou cinq de mes collaborateurs, dont Hamid Barrada et Siradiou Diallo, alors condamnés à mort dans leurs pays, ce qui a horrifié Giscard quand je le lui ai révélé.

Il m’a demandé à la fin de l’entretien : « Qu’est-ce que je peux faire pour que l’opinion africaine se rende compte du rôle positif de la France ? » Il s’apprêtait à se rendre en Guinée pour sceller la réconciliation avec Sékou et voulait que Jeune Afrique soutienne sa démarche.

Je lui ai dit : « Il y a une initiative facile que vous pouvez prendre. Un chef d’État respecté, intègre, Moktar Ould Daddah, que des militaires ont déposé, croupit actuellement dans un cachot.La France a les moyens de le sortir de là et de l’héberger. » Je lui ai dit : « Vous pouvez même faire cela avec le président Bourguiba, qui est actuellement hospitalisé en Allemagne. » Il l’a fait dans la semaine.

Ould Daddah a été libéré. Il est arrivé à Paris en plein hiver, en boubou, et sans même un sous-vêtement ! Je me souviens que Jacques Foccart, qui n’était plus en fonction à l’époque, est allé lui acheter un costume. Moktar Ould Daddah­ était malade et a été opéré au Val-de-Grâce.

Après un ou deux mois, les militaires mauritaniens de l’époque ont regretté leur geste et ont eu le mauvais goût de dire à Giscard : « Maintenant que les soins médicaux sont terminés, vous nous le ramenez. » Giscard a eu une très belle réponse : « La France n’est pas une annexe des prisons mauritaniennes. » Il a donc refusé. Plus tard, Giscard, Houphouët et Hassan II ont pensé le faire revenir au pouvoir. Ils l’ont même convoqué à une réunion. Mais il n’a pas marché. « Je ne suis pas David Dacko », leur a-t-il dit, se référant à l’homme que Giscard a installé à la place de Bokassa."

Source: Jeune Afrique

maatala

maatala a dit…

salam

lu sur le net

Le président sortant Laurent Gbagbo a remporté l'élection du 28 novembre avec 51,45% des suffrages, a proclamé l'institution, dirigée par un proche du chef de l'État ivoirien.

"l a «annulé» les votes dans sept départements du nord, sous contrôle ex-rebelle depuis 2002, où selon le camp Gbagbo le scrutin avait été «frauduleux».

-------------------------------

Un prix nobel Américain parlant de l'Afrique noire avait dit: il n'y a rien à faire avec ses gens , car la seule chose qu'ils savent faire que s'entre tuer, c'est selon lui génétique chez .......................

Azzizzo pourra enfin expliquer au boulanger GBAGBO comment contourner l'embargo de la communauté internationale dit le fou.

Anonyme a dit…

Maatala,

En CI, le genocide va commencer. Laurent a marié en seconde noce une nordique. Dans nordique, il ya nique. Donc, pas de pitié. Azzizzo a fait un precedent que les autres vont utiliser. Tu verras: la françafrique va donner raison au mari à Simone. C

Anonyme a dit…

J'ai toujours peur quand je suis d'accord avec Maata!!!!
J'ai un copain Americain qui me conseille vivement de cesser de parler de politique Africaine.Il prefere que je me repose. Je suis entrain de mediter sur la requete.

Bien a' tous!!!!

Anonyme a dit…

A- seumeu gayn!
Je te file le lien sur Aldo. T'as pas voulu le faire.T'es trop collé à tes barbus poueux. Moi aussi. Mais parfois j'ai envie de rigoler.
VLAD
--------------------

http://www.youtube.com/watch?v=EaKw7LGvzdE


Hahahahahaha, yallalemak yaannaa!!

Anonyme a dit…

Vlad,

Hathou les salopards de salafistes poueux, faut toujours les surveiller.Assel houwa ce n'est pas fini comme leurs manipulateurs n'ont pas encore eu ce qu'ils cherchaient et c'est seul canalh aui est leur wikileaks

Je surveille comme la marmite à Couli ce qui sortira des cables sur le bled. En lisant le communiqué de l'ambassade US, je lis que certaines infos qui sortiraient des cables de Wikileaks seraient fausses. Alors pourquoi cabler de fausses infos?

Merci pour la musica italienne. Je connais seulement Ennio Moriconne et ses mor eaux dans les deux fils: les colts chantèrent la mort et cd fut le temps des massacres ou bien le bon, la brute et le truand.

A-

Anonyme a dit…

Couli,

En parlant de boletig africaind, tu es de quel côté? Gbagbo ou Ouattara? A-

Anonyme a dit…

A-,
des revélations sur youssef silla tu en sais quelques choses.
Cet ancien député aura surement des os avec aziz.

filsdubled

Anonyme a dit…

A-

Alassane Ouatara a gagne'! La volonte' du peuple doit etre respecte'e. G'bagbo a fait plusieurs fautes graves et son epouse est implique'e dans de nombreuses vilations des droits de l'Homme en Cote d'Ivoire. Nous sommes dans une situations ou' le couple presidentiel et leurs supporters pensent que le pouvoir est devenu une question de vie ou de mort. La question est de savoir comment les convaincre de quitter ledit pouvoir tout en leur donnant les garanties necessaires qu'aucun mal ne leur arrivera apres leur depart. Je ne perds pas de vue qu'il y a aussi des interets economiques et ideologiques qui sont en jeu. Les vendeurs d'armes aussi sont a' la recherche de marche' sur le continent Africain. CE SONT NOS PEUPLES QUI SONT LES VICTIMES!!!!

Anonyme a dit…

Fils du bled. Je viens de voir ce machin. J' ai vite regardé l' original et je ne crois pas que ce soit de wikileaks. Laisse-moi verifier. Je suis très honnete en general (pas tout le temps quand je mets au défi parmi vous). C' est très grave, cette accusation. Tant que je n' ai pas vu le cable lui-meme, je ne crois pas à cette histoire. L' anglais que j'ai lu sur cette affaire n' est pas americain ...
A-
===

Wikileaks-Mauritanie : Affaire Youssouf Sylla à la une !


Selon des documents divulgués par Wikileaks, le sénateur de Mbout Youssouf Sylla, fervent opposant au coup d’Etat contre Sidi Ould Cheikh Abdellahi, aurait sollicité l’ambassade d’Israël à l’époque pour l’aider à évincer Mohamed Ould Abdel Aziz, auteur du putsch.

D’après le site libanais source du site al akhbar , le sénateur aurait entrepris plusieurs démarches auprès de l’ambassade des Etats Unis d’Amérique pour les dissuader de soutenir Ould Abdel Aziz et pour aider un front dont il se serait autoproclamé chef, à démettre le général de ses fonctions de chef de l’Etat. Dans la même perspective, il se serait rendu en France, en Espagne et au Portugal.

D’après cette note confidentielle, émanant du chargé d’affaires à l’ambassade des Etats unis, en date du 9 avril 2009, Youssouf Sylla aurait suggéré la destitution de Mohamed Ould Abdel Aziz pendant la période de la campagne électorale où il serait sensé se déplacer sans la garde présidentielle.



Selon la même note, Youssouf Sylla aurait souhaité une rencontre avec l’ambassade d’Israël à Nouakchott pour soutenir son front. D’après lui, cinq véhicules tout terrain, quelques armes de type kalachnikov, une arme lourde et une cinquantaine d’hommes suffiraient à destituer Mohamed Ould Abdel Aziz et faire revenir Sidi Ould Cheikh Abdellahi, précisant que les généraux Ould Ghazouani et Ould Hadi prendraient la fuite aux premiers coups de feu.

Selon une autre note confidentielle de l’ambassadeur des Etats unis, Youssouf Sylla qui se serait présenté comme étant le chef du groupe aurait pris contacts avec des groupes maliens, sans les nommer pour aider son front dans l’attaque armée qu’il aurait envisagée sur Nouakchott pour destituer Mohamed Ould Abdel Aziz.

Comme il aurait annoncé vouloir se rendre en Algérie pour obtenir une aide militaire et financière. Il aurait aussi pris contact avec des membres du Flam au Sénégal dont il serait moins confiant de part la position du Président Wade par rapport à la crise politique en Mauritanie à l’époque. En réponse à cette proposition, l’ambassadeur aurait fait savoir au sénateur que les Etats Unis d’Amérique ne cautionnent pas un changement issu d’une guerre civile.

On retiendra par ailleurs que le soutien de Youssouf Sylla à ce même Président, Mohamed Ould Abdel Aziz après sa victoire à la présidentielle, avait fait la une !

GPS

Anonyme a dit…

M' excuse. C' est bien des fameux cables. Se sont les sommaires qui m' ont induit en erreur. Plus de commentaire à ce sujet.

Bilkiss: tu as été à la guetna? Dis-nous.

A-

http://www.al-akhbar.com/ar/node/216552

Anonyme a dit…

Couli,

Toi et moi on aura beau aboyer pour la démocratie en Cote d' Ivoire, mais les jeux sont faits. Gbagbo ne bougera plus. On est back to square one. A-

Anonyme a dit…

Salam

Après les terroristes

Abordé en marge des travaux de la 16e session de la commission ministérielle maghrébine chargée de la sécurité alimentaire, le ministre mauritanien de l’Agriculture, Ould Mbarek Ould Mohamed, a salué, à Alger, le projet de création de la zone de libre-échange maghrébine.

De son avis, la zone devra booster les échanges des produits agricoles entre les pays maghrébins. Il indiquera, à cette occasion, que son pays recèle d’importantes capacités dans le domaine des ressources animales et dispose d’importantes superficies dans le secteur agricole.

La Mauritanie est favorable pour le lancement d’investissements dans le secteur agricole par des opérateurs économiques des autres pays de l’UMA.

A propos de l’impact attendu de cette zone de libre-échange maghrébine, il a exprimé son enthousiasme quant à la possibilité d’augmenter les échanges commerciaux dans le domaine agricole.

L’Algérie pourra par exemple importer de la viande à partir de la Mauritanie, dans le cadre de ces échanges.

Source : Le Temps DZ via Le Véridique le 03/12/201

maatala

Anonyme a dit…

Azzizzo: vivement Nebghouha à l'education. Tu l'a coupé court avec ton coup. A-


http://www.cridem.org/C_Info.php?article=49902

Anonyme a dit…

Salam


"DECLARATION DE SIMONE GBAGBO: le désaveu diplomatique du FPI
Ecrit par La Rédaction · septembre 23, 2008 @ 9:00
Commentaires fermés

Il faut revisiter les accords de Ouagadougou. C’est en substance la teneur de la déclaration de Simone Gbagbo, lors d’une de ses tournées de la précampagne électorale. Coutumière de ces genres de propos incendiaires, l’épouse du chef de l’Etat ivoirien a, comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, tout écrasé sur son passage. Alors qu’en Côte d’Ivoire, tout comme au Burkina, et ailleurs dans le monde, on vit dans l’espérance d’une sortie définitive de crise, la dame de fer a choisi de tenir des propos plutôt angoissants qui pourraient bien remettre en cause tant d’acquis.

Ne sont-ce pas ces mêmes accords politiques de Ouagadougou qu’elle décrie aujourd’hui qui ont permis à Simone de se rendre dans le Nord de la Côte d’Ivoire sans être inquiétée alors que Henriette Diabaté, n°2 du RDR, a été séquestrée dans son hôtel lorsqu’elle était en territoire acquis au FPI ? Ne sont-ce pas ces mêmes accords de Ouagadougou qui, aboutis, doivent permettre à son époux de revêtir les habits d’un véritable président et par ricochet redorer sa couronne de première dame ?

Simone Gbagbo a été mal comprise. C’est le désaveu diplomatique que lui a infligé son parti, le FPI, par la voix de son président Pascal Affi N’Guessan. Celui-ci était, signe du destin, en visite à Ouagadougou, berceau des accords malmenés par celle qui avait signifié clairement qu’elle préfère que la Côte d’Ivoire soit dirigée par un Vietnamien plutôt que par un "Mossi", c’est-à-dire un Burkinabè (allusion faite à ADO, le leader du RDR). Il faut déjà relever que le premier désaveu a été servi à Simone par sa tendre moitié qui a lancé, après sa déclaration inopportune, le processus d’identification, sur la terre de paix de Yamoussoukro.

Le seul mérite qu’on pourrait concéder à cette déclaration de Simone Gbagbo, c’est d’attirer l’attention de la communauté internationale sur les promesses qu’elle a faites en vue d’accompagner, financièrement et matériellement la Côte d’Ivoire. Abidjan, il faut le reconnaître avec l’autre moitié de Laurent Gbagbo, n’est pas en mesure de supporter à elle seule le poids financier de la reconstruction.

Si Simone Gbagbo a été mal comprise, c’est parce qu’elle s’est mal exprimée. Si Simone Gbagbo a été mal comprise, c’est parce qu’elle n’est point la personne indiquée pour faire de telles déclarations. Si Simone Gbagbo a été mal comprise, c’est simplement parce qu’elle n’en est pas à son premier coup dans sa marche à contre-courant du mouvement d’ensemble de la paix que la Côte d’Ivoire s’est imprimé. Les primes des ex-rebelles, les effectifs et les grades dans l’armée, et autres, constituent des arbitrages à faire, et pour cela, des cadres ont été définis par… les accords politiques de Ouagadougou.

Les déclarations à l’emporte-pièce de Simone Gbagbo, ce n’est ni plus ni moins qu’une gaffe et le FPI l’a compris en cherchant à rectifier le tir. Il est temps que Laurent Gbagbo, s’il n’a pas fait de sa femme son porte-voix, fasse preuve de fermeté et montre que c’est lui qui porte la culotte au palais de Cocody.

Par Morin YAMONGBE

Si vous avez aimé La maréchal , vous adorerez Simone Gbagbo dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Bonsoir A-, Bonsoir Couli!

A- dhehaktni hhhhhh j'ai jamais vu l'Adrar surtout la guetna...lol

et j'aime pas les dattes de la RIM, je prefère celles d'algérie!!!

Couli, tu vas bien??? et les filles hein???

A- cette affaire wikileaks khatira elle n'est pas prête apparement de finir, le Ministre Besson l'a interdite en France c peine perdue looooooool!!!

Couli, suis dans l'opposition dorenavant ce Azziz et le prototype de Taya, rien de changer, suis révoltée ..lol

la RIM n'a decidément pas de chance mseykine je remets les compteurs à zéro, jusqu'aux prochaines elections présidentielles en esperant que ce ne sera pas la cote d'ivoire ni Gbagbo!!!

je crois qu'il faut une grande révolution ( genre Juillet 1789) pour débuter sur de bonnes bases
sinon faut pas se fatiguer ça sert à rien!!!!

chérs amis, suis triste pour la RIM et nos compatriotes et tous ceux qui subissent la dictature, le clientèisme, la corruption...etc de nouveau!!!

Good Luck chère Mauritanie,

Bilkiss,
dans l'opposition mais pas chez le groupe de faux et archi-faux de la coallition

Amicalemment

Anonyme a dit…

Salam

Elle aurait dit:

"elle préfère que la Côte d’Ivoire soit dirigée par un Vietnamien plutôt que par un "Mossi", c’est-à-dire un Burkinabè (allusion faite à ADO, le leader du RDR).

-----------------------------------

J'en connais qui préfère, que la mauritanie soit dirrigée par GUERVAVE comme couly, que par un négro dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maatala
En quoi tu trouves un problème d'exporter notre viande à l'Algérie.
C'est une bonne chose je pense pour notre pays.
Sauf si tu n'es pas mauritanien

Anonyme a dit…

Eywa les cas Sylla resolu. Soit il divrai, soit il dit faux. Lui seul connaît. Hankins a dit dans son cable que Sylla pourrait Voir été une cheval de troie pour impliquer les US dans une fausse manoeuvre (false flag) preparée par les ex-putshistes pour prouver l'ingérence extérieure.


En lisant les cables, on se rend compte qu'azzizzo croyait à ce qu'il faisait et etait parvenu à la conclusion que Sidioca ne faisait pas l'affaire et avait un entourage qui n'etait pas trop honnete. C'etait à peu près l'avis de tout le club diplomatique.


Mais à mon humble avis, azzizzo et ses amis n'auraient pad dû tripatouiller l'election de Sidioca.

A-
------

02:45Urgent Révélations de Wikileaks : Le sénateur de Mbout réagit

Dans les pages de révélations de secrets diplomatiques des Etats unis par le site wikileaks, figurent des paragraphes sur la Mauritanie qui accablent, entre autres, le sénateur de Mbout, Youssouf Tidjani Sylla.

«Au moment de la lutte contre le coup d’Etat du 06 aout 2008, le sénateur de Mbout aurait demandé un appui armée d’Israël pour « capturer ou liquider physiquement » le général Mohamed Ould Abdel Aziz. » C’est ce qui, en substance, est contenu dans le compte rendu de Dennis Hankins révélé par wikileaks.

Nous avons joint le sénateur de Mbout. Il a réagi en ces termes : « je me suis énergiquement opposé au coup d’Etat de 2008. Je me suis opposé démocratiquement pour le retour à la démocratie. Les choses ont évolué. Mohamed Ould Abdel Aziz a été élu président de la République.

Je soutien son action et je ne veux prendre part a aucune polémique. Les relations entre la Mauritanie et les Etats Unis sont normales. Il faut qu’elle le reste. »

Khalilou Diagana
Pour Cridem



 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : Khalilou Diagana Pour Cridem
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 19

Anonyme a dit…

Couli,

C'est quoi même? Assange accusé par les suedois de ne pas avoir utilisé des capotes dans 2 actes sexuels consensuels? A vougous, ils ne vendent pas de capotes à la pharmacie. Tu dis quoi? A-



Attorney: Assange Accused for Not Wearing Condom During Consensual Intercourse

A former attorney for WikiLeaks founder Julian Assange has revealed that the sex assault allegations against Assange in Sweden center around his allegedly not using a condom. James Catlin says Assange has been accused of not using a condom during consensual sex with the two accusers. Catlin says Sweden’s justice system is likely to become the
"the laughingstock of the world" if the case proceeds. An international arrest warrant was issued for Assange this week.

Anonyme a dit…

Maatala est bien mauritanien. Déjà en 1982 nous avons proposé l'exportation de la vuande en Algérie. Pas de duite because chez nous il y a eu cette tendance de nommer les cousins qui viennent juste de terminer des études avec de mauvaises notes. Regardez le laboratoire des TP depuis 2000. A-

Anonyme a dit…

Azzizzo: l'effet de l'augmentation du prix du carburant. C'est mortel pour les elections de 2014

22:47Les prix grimpent.

YAu moment où les mauritaniens fêtaient le cinquantenaire de l’indépendance nationale de leur pays , les prix des denrées de première nécessité continuaient leur montée en flèche et ce apparemment dans l’indifférence totale. L’augmentation qui est constatée est substantielle comme on peut le remarquer ci dessous :

-Le prix du sac de 50 kg de sucre est passé de 8 000 Ouguiyas en décembre 2009 à 10 000 Ouguiyas en Juillet 2010 et à 12 100 Ouguiyas en novembre 2010,

-Le bidon de 20 litres d’huile de cuisine de 5 600 Ouguiyas en décembre 2009, à 6 350 Ouguiyas en Juillet 2010, puis à 7 500 Ouguiyas en novembre 2010,

- Les 50 kilogrammes de blé de 3 400 Ouguiyas en décembre 2009, à 4 400 Ouguiyas en Juillet 2010 et à 6 000 Ouguiyas en novembre 2010,

- Le sac de lait en poudre est passé de 21 000 Ouguiyas (UM) en décembre 2009, à 29 000 UM en Juillet 2010 puis est revenu à 27 000 UM en novembre 2010,

-Le sac de farine de blé dont le prix était de 5 800 UM en Juillet 2010, est vendu à 8 100 UM en novembre 2010.

- Le carburant aussi Le prix du litre d’essence est passé de 334 ,9 à 340,4 ; celui du gasoil se vend à 276,8 au lieu de 272,5.

Le rythme de cette hausse est de plus en plus exponentiel : en moins de deux mois, le prix de ce produit de base a connu trois augmentations, soit huit hausses en une année.

Elle a suscité l’inquiétude des usagers qui se plaignent déjà de la cherté de la vie, à cause de ses répercussions sur le prix des produits de première nécessité et du transport urbain. Une autre augmentation de cinq ouguiyas avait été ajoutée au prix de ce produit précieux au mois de mars dernier, dans pays où le seuil de la pauvreté est estimé à 46%.

La hausse fait suite à une augmentation de 50 % de certains taxes et impôts sur les véhicules, comme la vignette. Elle fait également suite à l’augmentation du coût du dédouanement des voitures d’occasion.

 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 

Anonyme a dit…

Bilkiss,
Tes petites soeurs te disent bonjour. Elles vont bien!!!

Plus Mohamed Ould Abdel Aziz devient Moawiya Ould Sid'Ahmed Taya plus je l'aime.J'aime deja Tekeyber et ses enfants mais leur pere doit attendre. The jury is still out for his case.

A-

Avec TIVKHAW tu n'as pas besoin de condom. ( A VERY BAD JOKE!!! JE PRESENTE MES EXCUSES A' TOUS LES LECTEURS DE CANALH.)

Maata,

CHI TAYIB!!! La Mauritanie a deja connu un president NEGRO!!! A mes connaissances le M. qui a assure' l'interime du pouvoir a' la demission de Mohamed Abdel Aziz, n'etait pas un BLANC. IL EST UN VOULANI NOIR!!!!!!!
Le cas Ivoirien est tres triste mais il me fait rire. C'EST UNE PREUVE CONCRETE QUE PLUSIEURS PAYS AFRICAINS SONT DITIGE'S PAR DES HOMMES QUI SONT MENTALEMENT MALADES!!!!!

Anonyme a dit…

La presse ne dit pas tout parfois pour une raison ou une autre, d'où la necessité de toujours aller à la source.

Deux choses que ce journal a oublié de citer:

- Sidioca a dit qu'il n'est pas au courant du plan de Youssouf Sylla et qu'ils n'ont jamais parlé de contre-coup violent. Il a dit JAMAIS et il a rassuré Hankins.

- L'ambassade avait des doutes sur la sincerité de Youssouf et a émis l'hypothese que Sylla travaillait peut-être pour la junte avec l'objectif d'entraîner les US dans le plan de destabilsation violente, avoir le lendemain la presse sur le dos et la junte parler d'interference.

Autrement, cet article donne l'impression que sidioca faisait partie du plan du contre-coup violent. Ce qui n'est pas vrai et les 2 cables sont ci-dessous. Il ne faut jamais mentir quand il s'agit de l'histoire du pays.


Cable 1:
http://www.al-akhbar.com/ar/node/216554

Cable 2:
http://www.al-akhbar.com/ar/node/216550

L'article via Cridem:

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=49955

maatala a dit…

Salam

Mon frangin a- a dit:

"Maatala est bien mauritanien"

------------------------------

Je précise que je ne suis pas fier de l'etre parce que :

Parce que tant que ce putain de Bled sera esclavagiste , je ne vois pas de quoi, etre fier d'etre mauritanien.

Dites moi une seule chose qui ferait que l'on soit fier d'etre mauritanien

Dieu a crée la terre, non les etats dit le fou

maatala

maatala a dit…

salam

lu sur cridem

"Passif humanitaire : Selon Mohamed Ould El Kowry...


...'Mohamed Ould Abdel Aziz n’est pas responsable'."Mais, si !", lui rétorque Isselmou Abdel Khadr.


Lorsqu’on parle du passif humanitaire, cela peut vite virer à la polémique, à la passion ou à des échanges aigres-doux. Vendredi, lors d’un colloque sur la citoyenneté organisée par le Fonadh et Open Society Foundations, Isselmou Abdel Khadr qui animait un thème sur la citoyenneté, effectivité et non-discrimination déclare :

"La surenchère politique, malheureusement, surtout, en ces moments, fait que certains s’accaparent de slogans, d’idées saugrenues pour s’en servir comme rampe de lancement. Il n’est pas permis de jouer sur le sentiment des citoyens, leur naïveté et sur leur degré de manque de culture pour aboutir à des objectifs politiques personnels en compromettant l’unité d’un pays".



Et Isselmou Abdel Khadr d’ajouter : "Il n’est pas permis de parler du passif humanitaire parce qu’on veut avoir des voix, des adhérents ou dépasser telle crise économique ou financière. On a déjà tué les gens. Ce n’est pas la peine de les exhumer pour des raisons tout à fait personnelles, banales et politiciennes".

Ces phrases ont semblé déplaire à Mohamed Ould El Kowry, chargé de la communication à l’Agence Nationale d’Appui et d’Insertion aux Réfugiés. "Il y’a une véritable volonté politique de la part de Mohamed Ould Abdel Aziz de régler le problème du passif humanitaire", dit-il comme pour balayer d’un revers de la main les affirmations d’Isselmou Abdel Khadr.

D’ailleurs, celui-ci va revenir à la charge et lancer à l’endroit de Mohamed Ould El Kowry : "Je n’ai pas parlé de Mohamed Ould Abdel Aziz. J’ai dit qu’il ne faut pas traiter le problème du passif humanitaire de manière politique et politicienne. C’est un passif dont nous sommes tous responsables. Vous, Mohamed Ould Abdel Aziz et Mâaouiya Ould Sid’Ahmed Taya sont autant responsables que moi".

Mohamed Ould El Kowry l’interrompt : "Mohamed Ould Abdel Aziz n’est pas responsable. Par contre, vous et Mâaouiya Ould Sid’Ahmed Taya, vous êtes responsable". "Mais, si. Mohamed Ould Abdel Aziz est responsable. Je peux vous dire comment et pourquoi. Je soutiens Mohamed Ould Abdel Aziz à faire la lumière et à résoudre le problème du passif humanitaire", lui répond Isselmou Abdel Khadr.

Babacar Baye Ndiaye pour Cridem
----------------------------------

Il a dit:

"Mais, si. Mohamed Ould Abdel Aziz est responsable. Je peux vous dire comment et pourquoi."

Enfin cela devient interressant dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Frerot maatala,

Il n y a que 2 mauritaniens vrais dans ce foutu monde: twa et mwa. On va lutter pour rendre les choses plus vivables pour les autres avec nos claviers. On ne fera pas de la violence comme AQMI et le senateur (je ne crois pas qu'il pensait faire ce qu'il a dit - il hablait seulement et les amricains ont compris son jeu: il travaillait pour l'ex-junta qui était coincée). Le passé est le passé. Faut regarder devant et convaincre azzizzo de nettoyer serieusement. De s'occuper plus serieusement de l'esclavage et de penser à une conférence verité et reconciliation très vite. Tout le reste c'est du bullshit comme dirait Couli.

A-

Anonyme a dit…

Maatala,

Pour Mohamed Ould El Kory, quelqu'un dit qu'il tire sans comprendre dès qu'il entend le nom Mohamed Ould Abdel Aziz. Comme au temps de Ould Taya.

L'autre a dit qu'il a vu Ould Taya pleuver à l'evocation du nombre de victimes et que lui-meme n'etait pas au courant. C'etait quand il traversait le desert pendant que ould Taya etait encore là. Donc tout ce qu'il dira, il faut le prendre avec une pincée de sel. Je crois qu'il hable parfois sur les bords, mais son accusation que le BASEP etait composé en partie de touaregs semble etre confirmé dans l'un des cables de Wikileaks (de la bouche de Ould Maouloud qui n'a pas ete dementi par Hankins).

maatala a dit…

Salam

lu sur cridem
Wikileaks : L'accord de Dakar, Ould Cheikh Abdallahi et la France.


La France considérait Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallhi, l’ancien président mauritanien comme un obstacle pour l'accord de Dakar. C’est ce qui ressort d'une analyse livrée par l’ambassade des Etats-Unis à Paris dans un "mémo" classé confidentiel en date du 18 juin 2009 obtenu par WikiLeaks et examiné par Elmejlisse.

Le télégramme rapporte les confidences de Romain Serman, ancien conseiller diplomatique à la présidence française chargé notamment de la préparation du sommet des chefs d’Etats Afrique-France.

Ould Cheikh Abdallahi lâché par la France.



Romain Serman révéle que le président mauritanien renversé Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi est opposé à l’accord de sortie de crise signé à Dakar entre le Front national pour la défense de la démocratie (FNDD), le Rassemblement des forces démocratiques (RFD, opposition) et la majorité parlementaire soutenant le général Mohamed Ould Abdelaziz.

Mais que la France appelle les autres pays à “stopper” le processus de pression sur la junte militaire et voudrait que l’accord de Dakar soit mis en oeuvre “avec ou sans l’accord et la participation” de Ould Cheikh Abdallahi.


Source : ElMejlisse (Mauritanie

maatala a dit…

Salam

Simone la clone féminin de pol-pot aurait dit à son brigand de mari: "si tu laches, je saurai que tu n'es pas un garçon".

Ceux qui ont copter SIDIOCA savait que Khattou ne pourrait pas faire une telle déclaration à son mari.

Par ce que dans le couple Sidioca, c'est elle qui avait des couilles, mais l'élu c'etait lui.

Pas de chance dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maatala et A-
Vous ne nous avez pas expliqué comment il est économiquement viable d'exporter des moutons au Sénégal et pas en Algérie ou au Maroc?
Qu'est ce qui vous gene si tant dans ces pays

Anonyme a dit…

Ce sera un grand gain pour la RIM si elle exportait le mouton ou la viande au Maroc ou en Algerie. L'Algerie a en principe le revenus qu'il faut (pétrole)et le Maroc est aussi une excellente opportunité (population et demande). Le Sénégal, on ne peut pas ne pas vendre (nos voisins et marché de nos cousins du Charg), même en Cote d'Ivoire (même chose).

Le probleme que nous avons est que nous avons des incompetents dans nos ministeres, surtout celui de l'agriculture et de l'elevage. Je te dis que l'idée était déja avancée depuis 1982 quand tu étais encore bébé. Il n y a pas eu de suite parceque dans ce ministere, personne ne comprend le principe de marketing des produits agricoles et d'élevage. Aussi, les nominations se font sur une base tribale/communautariste et la disponibilité sexuelle de la soeur ou la cousine du nominé/pistonné.

Le parallele avec le laboratoire national des TP? Contre la salinité des sols à Nktt, ce sont les populations elle-meme qui sont arrivées à la conclusion qu'il faut mettre du plastique sous la fondation pour lutter contre la salinité. Pas les petits ingénieurs nommés à la tête de cette institution sur la base tribale ou les fesses de la soeur ou de la cousine.

Maatala: à toi. Je te laisse de finir ça.

A-
===
Il a dit:


Maatala et A-
Vous ne nous avez pas expliqué comment il est économiquement viable d'exporter des moutons au Sénégal et pas en Algérie ou au Maroc?
Qu'est ce qui vous gene si tant dans ces pays

5 décembre 2010 21:44

Anonyme a dit…

Mata,
Sidi ould cheikh abdallahi n'est plus président ni homme politique.
et je pense qu'il a trop payé la petite année de vie publique.
On doit le laisser traquille.

la Isabik Sidi couly enta vem..
filsdubled

Anonyme a dit…

Maatala,

Allah yaatik ennar. On avait oublié ta maréchale.



A-
==
Maatala a dit:

Salam

Simone la clone féminin de pol-pot aurait dit à son brigand de mari: "si tu laches, je saurai que tu n'es pas un garçon".

Ceux qui ont copter SIDIOCA savait que Khattou ne pourrait pas faire une telle déclaration à son mari.

Par ce que dans le couple Sidioca, c'est elle qui avait des couilles, mais l'élu c'etait lui.

Pas de chance dit le fou

maatala

5 décembre 2010 20:25

Anonyme a dit…

A,
Tu sais pour outtara ne peut pas être président de la cote d'ivoire parcequ'on l'appelle ADO.
Chez nous AOD c'est pareil tu ne penses pas! C'est trois lettres on un problème avec l'investiture.

filsdubled

Anonyme a dit…

Là je soutiens le Polisario. De toutes les façons il y aura secession entre le nord et le sud.

Pourquoi les sudistes doivent subit la charia, alors qu'ils sont chretiens et animistes. Bechir ne pete plus trop haut et tout le monde l'evite. Bravo abdel aziz le sahraoui. A-

===
Soudan: Un responsable du Polisario encourage Salva Kiir à la partition du pays.


Le chargé d’affaires de l’ambassade du Soudan à Nouakchott, Ahmed Tijane Siwar, a accusé une personnalité du Polisario (son ambassadeur en Afrique du Sud) d’avoir pris langue récemment avec le leader des séparatistes du sud-soudan, Salva Kiir, pour l’encourager à la partition du Sud lors du référendum prévu le 5 janvier prochain dans cette région.

Le chargé d’affaires de l’ambassade du Soudan s’exprimait lors d’une rencontre organisé par l’Association des Journalistes mauritaniens à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de l’Indépendance nationale.

Plusieurs personnes ayant pris part à la conférence corroborent les déclarations du responsable de l’ambassade soudanaise à Nouakchott.



Contacté par le Quotidien de Nouakchott, le diplomate soudanais, qui a précisé que la rencontre organisée par l’Association des journalistes mauritaniens n’avait pas de rapport avec le sujet, a toutefois confirmé cette déclaration précisant que des médias soudanais et même étrangers en avaient fait écho.

Notons enfin que des informations font état du report éventuel du référendum prévu au sud-soudan en raison de difficultés organisationnelles et alors que les 1.3 millions d’électeurs éventuels ne font pas preuve d’empressement pour s’inscrire sur les listes électorales.

JD

Anonyme a dit…

Entierement d'accord avec toi. Ces trois lettres c'est la guigne.

Miskineu Simone: son mari l'a cocufiée avec une nordique et elle n'a d'autre option que s'accrocher au pouvoir de son garçon qui a un deuxième bureau. A-

=====
A -
Tu sais pour outtara ne peut pas être président de la cote d'ivoire parcequ'on l'appelle ADO.
Chez nous AOD c'est pareil tu ne penses pas! C'est trois lettres on un problème avec l'investiture.

filsdubled

5 décembre 2010 22:38

Anonyme a dit…

Lu pour couli. A-


Wikileaks founder Julian Assange releases 100,000 encrypted secret files as insurance policy
by Greig Box-Turnbull, Daily Mirror 6/12/2010

WikiLeaks founder Julian Assange has sent out 100,000 encrypted copies of secret diplomatic cables as an insurance policy against being silenced.

The file is encrypted with a code so strong it is deemed unbreakable.

Mr Assange, 39, vowed if anything happens to him or the site a key to unlock the files will be released.

He took action in the face of attempts to crush his website, death threats and an arrest warrant.

Advertisement - article continues below »

He said online: “We are taking the appropriate precautions to the degree we are able when dealing with a superpower.”

It came as Wikileaks was forced to move its website to Switzerland after it was effectively taken off the internet when the US firm that translates its address withdrew its services.

Mr Assange is hiding in Britain to avoid sexual assault allegations in Sweden, which he denies.



http://www.mirror.co.uk/news/top-stories/2010/12/06/wikileaks-founder-julian-assange-releases-100-000-encrypted-secret-files-as-insurance-policy-115875-22764412/

Anonyme a dit…

Boutef ne va quand même pas mentir! Il y a des problèmes avec ATT. C'est l'accuser d'être un petit truand. Et Dieu sait que les algérienns sont informés!

Si Youssouf Sylla n'a pas dit du faux, discuter une tentative de soulevement avec le voisin, c'est grave. Selon lui, il en a aussi parlé avec les algériens. Espérons que Sylla dira que tout ce qu'il a dit aux américains, c'était pour les piéger. Donc du faux.

Vlad enta vem? Ce Wikileaks lahi yekhlineu.

A-


===

Révélations de WikiLeaks

Bouteflika : « le président malien ne peut pas être ami des voleurs et des victimes »



Le président Bouteflika a fortement critiqué l’attitude du président malien Mamadou Toumani Touri par rapport à lutte contre les terroristes qui agissent dans le Sahel saharien. « Le président malien ne peut pas être ami des voleurs et des victimes en même temps », a déclaré le président algérien lors d’une audience, en novembre 2009, accordée au général américain William Ward, patron du commandement militaire pour l’Afrique (Africom). Bouteflika a demandé au responsable américain que son gouvernement le fasse savoir clairement au chef d’Etat malien. Bouteflika a relevé qu’au moment où l’Algérie demandait à mener des interrogatoires avec des suspects, le Mali menait des négociations avec des organisations terroristes pour libérer ces mêmes suspects. « Il est difficile de coopérer dans de telles conditions », a-t-il dit.

Le président algérien s’est félicité du soutien accordé par les Etats-Unis au Mali et il a rappelé que l’Algérie a également apporté son assistance à son voisin du Sud. Il a plaidé en faveur d’une coopération entre les pays du Sahel pour contrer la menace terroriste ». Bouteflika n’utilise à aucun moment l'appellation Al Qaida.

Anonyme a dit…

Eyweu ano foté,

Il y avait surveillance ou pas de surveillance?. Tu peux nous dire par où sont passés les otages espagnols de NDB au nord Mali? C'est clair que tout se surveille par satellite, mais nos partenaires ne bougent pas et laissent la situation pourrir.Ne me dis pas que les satellites et autres equipements de surveillance surveillent seulement l'Algérie!

A-

====


Révélations de Wikileaks

A Alger, la CIA dispose de sa propre cellule de surveillance aérienne des groupes

yazid slimani



Pour les Etats-Unis, l'Algérie est devenue ces dernières années le partenaire numéro 1 dans la lutte anti-terroriste au Sahel contre Al Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). C'est ce qui ressort des derniers documents diplomatiques révélés par Wikileaks. « Aucun pays n'est plus important que l'Algérie dans la lutte contre Al Qaida au Sahel et au Maghreb », affirme ainsi l'ambassadeur américain à Alger David Pearce dans une note du 6 janvier 2010, soit juste après l'inscription de l'Algérie sur une liste des pays à risque par l'Administration américaine pour la sécurité dans les transports.

Les diplomates américains saluent l'intensité grandissante de la coopération politique, sécuritaire et économique avec l'Algérie. Mais ils se disent frustrés de la réticence des autorités algériennes pour partager leurs renseignements sur les groupes terroristes qui activent dans le pays et reprochent aux forces de sécurité de ne pas avoir transmis les informations qui auraient pu éviter les attentats de décembre 2007 contre les Nations Unies à Alger.

La coopération dans le domaine du renseignement se fait aussi par l'intermédiaire d'une base active de la CIA qui possède sa propre cellule de surveillance aérienne des groupes terroristes armés sur le territoire algérien via l'Africom. Cette présence de la CIA en Algérie n'a été publiquement révélée qu'en 2009 après l'affaire Warren, l’espion qui avait violé deux algériennes après les avoir droguées.

D'ailleurs un câble datant du 1er février 2009 publié ces derniers jours par le quotidien libanais Al Akhbar, révèle que l'Etat algérien a fait pression sur la presse pour qu'elle cesse de couvrir cette affaire. Deux jours après la révélation du scandale, « il avait complètement disparu de la presse. L'absence quasi totale de couverture dans la presse publique montre bien que le gouvernement préfère que cette histoire s'apaise », est-il rapporté dans le même mémo.

Anonyme a dit…

A un commentaire que j'ai fait recemment sur la situation sanitaire catastrophique dans le nord du pays , et qui concerne la population en entier et qui nous appelle à réagir d'une manière rapide et efficace pour limiter le massacre et apaiser les esprits, nos chers internautes de Canal H ne sont apparemment pas concernés! ne mangent- ils pas la viande ? ou bien ne boivent- ils pas le lait frais de chamelle? peut être vegétariens sont- ils? ou tout simplement des exilés et par conséquent non concernés par la santé et le quotidien de leurs compatriotes au bled!
Mais revers de la medaille, ils réagissent d'une manière éclair à toute vindicte entre hommes politiques mauritanien ou etranger . Affaire Wikileaks, Obama, Sarkozy ,Gbabgo et Alassane Ouattara et j'en passe, sont à priori les plus interessants pour l'instant, alors que nos propres citoyens sont dans l'impasse et cherchent d'une manière solidaire à lutter contre une des viroses des plus redoutables de nos jours.

A bon entendeur salut!

Anonyme a dit…

Notre ami sur la mort du betail a raison. On avait cru que tous les veterinaires et les docteurs du bled y sont allés pour voir et trouver un moyen de regler ce fleau. Une petite impression que 2 facteurs sont responsables:un virus et la pollution des exploitations minieres.

Merci cher ami de nous balancer juste les liens aux articles sur ce sujet et je te promet personnellement de remuer ciel et terre pour faire bouger les choses. Chaque fois que tu estimes qu' un probleme demande l' attention de canalh, tu nous le balance et ewva min lakhbar. Il y a nous ici et il y a vlane pas loin. Excuses. Tu as parfaitement raison. A-

Anonyme a dit…

Couli,

Des news de Wikileaks en anglais? Faut pas avoir peur: le free speech est garanti par ta constitution. Toutes les constitutions. A-

Anonyme a dit…

50 ans! ca nous a pas suffit a nous les descendent de mourabitoun de eradique les negre de la terre de yahya ibn yasin, boubakr inb amir e j 'en passe; donc au armee citoiyen pr ns debarasse des c sous homme de lespece de,WIL SIRE,SARR IBRAHIMA,SAMOURY IL3ABD,TT LES FLAMISTE DON TT LES NEGRE,SILLA, ISELALE,ET IL3BEYDE IL 3ABIQ BIRAM, TU VA VOIRE BIENTOT...
VIVE LA MAURITANIE ARABE 100% SANS TACHE NEGRE HARTANI=KOWRI.
VIVE LE AZZIZ IL FAUT CASTRE Y.SILLA. COMME AU BEAU VIE TEMPS DE TAYA.
LES NEGRE AU SENEGALE AU MALIE AU JEHENAMA PLUS DE PLACE PR VS NETTOIYAGE GENERALE DU PAYS.

ouldmauritanie a dit…

Triste nouvelle 50 ans « lâcher l’âge qui vous lâche »

Un 28 novembre, une ex-colonie française, une élection présidentielle, 2 président mais il y a pire en France deux miss mais il y’a pire encore,
L’opportuniste pas communiste pas capitaliste Mohamed Ould Maouloud.
Dans une interview publiée par Le Calam

Il dit :

Les rares téléspectateurs de la TVM ont du relevé la volonté du pouvoir de tronquer l’histoire de notre pays en ne retenant que deux moments : celui du père de l’Indépendance, Moktar Ould Daddah et celui de la Mauritanie Nouvelle, Mohamed Ould Abdel Aziz. Que pense l’historien que vous êtes de ce traitement de l’histoire d’une nation ?


C’est lamentable et puéril. Entre le fondateur de l’Etat indépendant, Moktar Ould Daddah et le président Mohamed Ould Abdel Aziz, la Mauritanie n’est quand même pas tombé dans un coma profond! Pourquoi ignorer la contribution de la jeunesse patriotique des années 1970 ? Pourquoi passer sous silence les centaines de kilomètres de routes bitumées et autres infrastructures réalisées avant le 6 août 2008 ? Pourquoi laisser croire que la plupart des projets inaugurés à l’occasion du cinquantenaire sont à verser au mérite du pouvoir actuel, alors qu’ils avaient été lancés par ses prédécesseurs. Exemples : le projet Aftout es-Sahli, nappes du Dhar, projets miniers pour ne mentionner que les plus importants. Il est donc regrettable de constater la persistance d’un réflexe propre à tous les régimes autoritaires, qui consiste à déformer l’histoire et en extirper tous les prédécesseurs indésirables. Un tel discours sur le passé n’a vraiment pas grand-chose à avoir avec l’histoire. C’est plutôt de la propagande à l’ancienne qui joue sur l’ignorance des simples gens et prône le culte de la personnalité. Notre pays ne mérite pas, cinquante ans après, de retomber à ce niveau. La sagesse populaire ne recommande-t-elle pas de savoir « lâcher l’âge qui vous lâche ». Pourquoi revenir aux vielles méthodes si l’on prétend construire « une Mauritanie nouvelle » ?


Pour faire un tel souhait, il faut être bien opportuniste !

1ere) Souhait de notre opportuniste « glorifier le règne de Ould Taya>
2eme) Souhait la mort d’Ahmed ould daddah ben oui A qui s'adresse-t-il ?
Quand il dit :
La sagesse populaire ne recommande-t-elle pas de savoir « lâcher l’âge qui vous lâche ». Pourquoi revenir aux vielles méthodes si l’on prétend construire « une Mauritanie nouvelle » ?

« lâcher l’âge qui vous lâche » « une Mauritanie nouvelle » AOD ente vem.

Madame de Fontenay lâcher l’âge qui vous.

Ould Mauritanie.

maatala a dit…

Salam

Désolé pour notre ami du nord

Le bétail est empoisonné par le RAKEUL périmé ou autres produits contaminés que nos margoulins de commerçants déversent dans le bled.

Voici un bon sujet d'investigation

maatala

Anonyme a dit…

Azzizzo,

C'est plutoôt dans l'autre sens qu'il faut: 70% pour le privé et 30% pour l'état. Tu peux même réduire à 20%. Faire gérer une société par des fonctionnaires véreux de ministères t'amenera des problèmes en 2014, au moment des elections. Puis le capitalisme, y a bon. A-

===

Adoption des mesures de restructuration de la SMCP.


L'Assemblée générale de la société mauritanienne de commercialisation du poisson (SMCP) a, dans la session qu'elle a tenue dimanche à son siège à Nouadhibou, adopté les mesures de restructuration de la société.

La nouvelle restructuration a pour effet de donner à l'Etat 70% du capital de la société, les 30% restant étant laissés au secteur privé mauritanien.

Au terme de cette restructuration, l'Etat mauritanien va céder, dans une phase ultérieure, 15% de ses parts au secteur privé mauritanien ou étranger.



L'assemblée générale s'est déroulée sous la présidence du secrétaire général du ministère des finances et en présence du président du conseil d'administration de la société et de son directeur général ainsi que du chargé de mission auprès du ministre des pêches et de l'économie maritime et du directeur de la programmation, de la planification et de la coopération au même ministère.

L'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Agence Mauritanienne d'Information

Anonyme a dit…

Les zamis,

Ça dit quoi, les wikileaks?

Des gens sont entrain d'en faire une récupération politique. Il faut lire comme un roman de John Le Carré et oublier le passé. Il y a à boire et à manger pour tout le monde dans le futur. Azzizzo doit continuer à serrer les boulons en matière de gestion, donner un coup de pouche aux anti-esclavagistes vrais ou faux et organiser une conférence nationale verité et reconciliation avec comme Président Desmond Tutu qui est à la retraite depuis quelques semaines. Il faut éloigner les foukaha de ça.

A-

ouldmauritanie a dit…

Salam,

Commission des affaires étrangères
Mardi 4 novembre 2008
Séance de 11 h 30
Compte rendu n° 9
Présidence de M. Axel Poniatowski, président


Audition de M. Messaoud Ould Boulkheir, Président de l’Assemblée nationale de la République islamique de Mauritanie

La séance est ouverte à onze heures trente





M. Messaoud Ould Boulkheir, président de l’Assemblée nationale de la République islamique de Mauritanie. Monsieur le président, mesdames, messieurs les députés, permettez-moi tout d’abord de vous dire tout le plaisir et toute la fierté qui m’animent en cette occasion exceptionnelle où j’ai l’insigne privilège d’être reçu en ce prestigieux palais de la nation, le Palais bourbon, siège de l’auguste assemblée nationale française, la plus célèbre d’entre toutes. Ce plaisir et cette fierté sont à peine tempérés par la grande émotion qui m’étreint et par le profond regret que j’éprouve au constat que cette première rencontre entre ma modeste personne et ce haut lieu, symbole de la France de 1789, intervient bien malheureusement consécutivement à la remise en cause, chez moi, en République islamique de Mauritanie, de ce que 219 ans de luttes s’étaient acharné à construire : les droits de l’homme et du citoyen et la démocratie.

Aussi, qu’il me soit d’entrée de jeu permis, monsieur le président, mesdames et messieurs les députés, de vous remercier du fond du cœur, au nom du peuple mauritanien et en mon nom personnel. Ces remerciements vont d’abord à l’honorable président de votre illustre institution, M. Bernard Accoyer, pour m’avoir très solennellement accueilli hier et pour m’avoir accordé un entretien des plus utiles, à vous-même, honorable président Poniatowski, ainsi qu’à tous les respectés membres de votre célèbre commission, la Commission des affaires étrangères, pour cette possibilité de partage que vous m’offrez. Il va sans dire qu’à travers vous, très dignes représentants du peuple, c’est la France et tous les Français que nous respectons et saluons.



Franchement baybé ould nané ne peut pas rivaliser.





Ould Mauritanie.

Anonyme a dit…

C'est ce que je disais tout de suite dans ma note à Azzizzo. Faut pas se fatiguer avec les sociétés d'état avec des fonctionnaires qui gèrent. Il faut PRIVATISER. A-


====

Arrestation du Secrétaire général de la Fédération mauritanienne de football 'FFRIM'.


La police chargée de la criminalité économique aurait arrêté le secrétaire général de la Fédération mauritanienne de football, après son refus de rembourser 31 millions d’ouguiyas, dont l’IGE l’accuse d’en être responsable, après la disparition de ce gros montant des caisses de la société des forages dont il est comptable.

Selon le site alakhbar qui révèle l’information, le secrétaire général de la FFRIM était soumis hier aux interrogatoires d’officiers de la police, soulignant que son dossier pourrait être déféré à la justice, en prélude à son emprisonnement durant les prochaines heures, s’il persiste à ne pas avouer les montants précités ou à rembourser une partie.

Le site n’écarte pas que l’instruction en cours, puisse conduire à l’arrestation de hauts responsables de la société ou du ministère de l’hydraulique, évoquant l’existence de grandes malversations qui auraient touché la majorité des programmes de cette société au cours cette dernière période.











Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Le Véridique (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Donc, c'est Hankins qui a menti dans son message. Cas clos.
===

Déclaration - بسم الله الرحمن الرحيم


J'ai été surpris par les informations diffusées par les sites électroniques locaux citant wikileaks, selon lesquelles ils existeraient une relation sécrète ou publique entre moi et l’Etat d’Israël et une tentative d'assassinat.

J’ai été, bien sur membre du FNDD opposé au coup d’état du 6 aout contre le président civil élu Sidi Ould Cheikh Abdellahi. J’étais parmi les premiers qui avaient protesté le jour même du coup d’état en réclamant le retour à l’ordre constitutionnel et à la vie démocratique pour mettre une fin effective à toute prise de pouvoir illégale ne s’appuyant pas sur le libre choix du peuple.

Et je suis resté sur cette position jusqu’à la signature de l’accord de Dakar qui a mis fin à la crise politique et institutionnelle et a permis l’organisation des élections consensuelle suite auxquelles le Président Mohamed Ould Abdel Aziz a été élu président de tous les Mauritaniens.



J’ai rencontré Ould Abdel Aziz. Je l’ai félicité et j’ai appuyé son programme en intégrant un parti de la majorité présidentielle.

Sur la base de ce qui précède :

1. Je confirme qu’aucune relation qu’elle soit sécrète ou publique n’existe entre moi et l’état d’Israël ;

2. Je n’ai rien avoir avec toute tentative d’assassinat d’une personne

3. J’appelle tous les acteurs politiques mauritaniens, et à leur tête le Président Aziz a la vigilance attention et éviter tout complot à l’intérieur ou à l'extérieur qui tentera de créer un climat de tensions et de blocages, dont nous n'avons pas besoin à un moment où les forces politiques ont tendance à surmonter les différences qui ont caractérisé la phase précédente de l’accord de Dakar.

Je suis convaincu que les acteurs politiques, qu’ils soient dans la majorité ou dans l'opposition, sont conscients que la Mauritanie appartient à tous ses fils. Elle a besoin de nous tous pour sa construction et son développement pour qu’elle soit stable et prospère loin de toute atmosphère de rumeurs et de règlement de comptes.

Wa Sallamou Aleykom Wa Rahmatoulah

Le Sénateur Youssouf Tidjane Sylla


Traduit de l’arabe par Djibril Diallo

ouldmauritanie a dit…

Monsieur le président, mesdames et messieurs les députés, depuis le 6 août 2008, la République islamique de Mauritanie et ses institutions sont prises en otage par l’ex-chef de la sécurité présidentielle, le général Mohamed Ould Abdelaziz, dans l’unique dessein de donner un coup d’arrêt fatal à un processus démocratique pourtant unanimement salué à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, et dont les premières réalisations avaient été la consolidation de l’unité nationale, souvent remise en cause par le passé, l’adoption d’une loi incriminant l’esclavage, la réouverture du dossier des tragiques événements de 1989 et l’organisation du retour des déportés – avec des perspectives réelles de réparation de tous les préjudices subis par les victimes et leurs ayants droit.
...

M. Messaoud Ould Boulkheir, président de l’Assemblée nationale de la République islamique de Mauritanie. De mon point de vue, le coup d’État est intervenu parce que, depuis le coup d’État de 2005, le général Abdelaziz avait en tête d’occuper lui-même le poste de Président, sans le concéder à quiconque, militaire ou civil. En effet, dès sa prestation de serment, le Président de la République a subi une vaste campagne de déstabilisation orchestrée – tout le monde le sait aujourd’hui – par la garde présidentielle, c’est-à-dire par Mohamed Ould Abdelaziz lui-même. L’élection présidentielle a malheureusement coïncidé avec une situation internationale difficile, dont les conséquences – renchérissement des prix du blé, du riz, du pétrole – ont été mises sur le compte du chef de l’État nouvellement installé. De telles difficultés ne sont pourtant pas nouvelles en Mauritanie, pays connu pour son austérité et sa rudesse, et dont la population, qui se contente de très peu, est toujours prête à manifester pour tout, sauf pour le pain. Cette fois-ci, cependant, elle a été manipulée au point que des émeutes – heureusement pas trop graves – sont survenues à l’intérieur du pays, suscitant le premier mort « à cause du pain » depuis l’indépendance du pays.




entre l'autre qui rend hommage aux " centaines de kilomètres de routes bitumées et autres infrastructures réalisées avant le 6 août 2008" par Ould taya et lui qui nous dit tout simplement que la qualité de vie des esclaves est meilleure dans notre pays depuis "l’adoption d’une loi incriminant l’esclavage, "

j'ai juste envie de dire "Au nom des esclaves de la Mauritanie merci "

Ould mauritanie.

Anonyme a dit…

Depuis deux jours, des informations prêtées à Wikileaks alimentent les sites mauritaniens et suscitent des réactions de la sphère politique de l'opposition et de la soi-disant majorité.

J'ai beau cherché dans le site Wikileaks ces informations là, sans y parvenir, car elles ne font tout simplement pas partie des informations divulguées par ce site.

Ce site ne comporte d'ailleurs que deux messages qui sont en rapport avec la Mauritanie, le premier est déjà connu depuis les premiers jours et il concerne certaines informations que les représentations diplomatiques doivent collecter pour le Department of State et le second émane de l'ambassade des USA à Paris et il relate la manière avec laquelle les français voulaient bouder Ould Cheikh Abdallahi dehors à la veille de l'accord de Dakar.

Donc faîtes gaffe aux mensonges et à l'intoxication, spécialités indiscutables du régime du Surveillant Général Aziz.

Znagui

Anonyme a dit…

Celui qui veut vérifier ce que je viens de dire peut le faire en accédant à wikileaks sur ce link:

wikileaks.de

et chercher soi-même des câbles sur la Mauritanie. Il ne trouvera que ce que je viens de relater.

Je rappelle que wilileaks.org n'est plus accessible.

Znagui

Anonyme a dit…

A- ente ech halak m'a wikileaks?

Anonyme a dit…

A-

Je n'ai nullement l'intention d'aider Julien Assange a' propager ses bassesses contre mon pays d'adoption les USA. Comme je l'ai deja souligne', Assange a fait une atteinte grave contre notre securite', notre defense, notre diplomatie et la vie de nos diplomates.

Mr. A- DON'T COUNT ON ME TO DO ANYTHING THAT COULD DIRECTLY OR INDIRECTLY UNDERMINE THE UNITED STATES OF AMERICA!!!! IT IS MY COUNTRY AND I LOVE IT WITH ALL MY HEART!!!!!WHATEVER IS GOOD FOR AMERICA IS GOOD FOR ME AND WHATEVER IS BAD FOR AMERICA IS BAD FOR ME!!!!!

Anonyme a dit…

Yakhay labass. Etfou be thak kamel. Si tout ce beau monde se concentrait sur les bonnes choses, on aurait avancé de beaucoup. Une chose que je découvre: nos compatriotes sont respectbles et tiennent à coeur le bled. Que ce soit les militaies, l'opposition et ceux ui sont au milieu. Quelques erreurs certes, mais ça va. On est beaucoup miux que les ivoiriens. A-
=
Il a dit:

A- ente ech halak m'a wikileaks?

Anonyme a dit…

Znagui,

Bizarre que tu sois le seul qui ne trouve pas les cables de wikileaks. Au moins un lieu ou tu en trouve d'anciens sur la RIM. Mais cherche aussi sur le Maroc, Algérie et France et il y en plein. Depuis au moins 3 jours les gens lisent sans arrêt sur nous. trouve quelqu'un pour t'en envoyer ou balance ton email ici et tu vas suffoquer avec ls cables eux-même. Très interessants ...

A-
===

Cable 1:
http://www.al-akhbar.com/ar/node/216554

Cable 2:
http://www.al-akhbar.com/ar/node/216550

Anonyme a dit…

A-

Alakhbar n'est pas Wikileaks.

Merci

Znagui

ouldmauritanie a dit…

Salam,

Selon des documents divulgués par Wikileaks, le sénateur de Mbout Youssouf Sylla, fervent opposant au coup d’Etat contre Sidi Ould Cheikh Abdellahi, aurait sollicité l’ambassade d’Israël à l’époque pour l’aider à évincer Mohamed Ould Abdel Aziz, auteur du putsch



Accusations de trahison

Rien de tout cela ne s’est finalement produit mais depuis sa diffusion, le télégramme révélé par WikiLeaks fait parler dans les salons de Nouakchott. « Comploteur », « pro-américain », « traître »… Certains racontent même que Mohamed Ould Maouloud prévoyait un coup d’État avec Washington. « Quand même, de la part de quelqu’un comme lui ! Il incarne le combat contre l’impérialisme, alors, qu’il puisse aller dans les bras des Américains ! », m’explique, l’index tendu, le conseiller du ministre.

Qu’en pense Mohamed Ould Maouloud ? Rencontre le 6 décembre au siège de son parti. « Il n’y a rien d’embarrassant pour moi dans WikiLeaks », dit-il. Le président de l'UFP confirme le contenu de sa discussion avec Dennis Hankins telle que rapportée par le site. « Dennis Hankins venait régulièrement ici », poursuit-il en montrant un fauteuil à l’autre bout de son grand bureau. Mais les bavards sont ensuite allés vite en besogne. Dans les salons de Nouakchott, l’entretien au conditionnel avec un diplomate s’est transformé en complot de coup d’État. Une discussion avec un diplomate américain est devenue une alliance avec Washington.

Mohamed Ould Maouloud a hésité puis renoncé à faire une conférence de presse pour rectifier. « Inutile de faire une conférence de presse contre un paravent », dit-il. « Paravent » ? Il s’explique : « C’est le pouvoir qui est derrière cette déformation. » Quelles sont ses preuves ? « Je suis au courant », argumente-t-il. Et voilà que les déformations et amalgames entraînés par la diffusion des télégrammes diplomatiques deviennent le fruit de manigances ourdies en haut lieu.


humm! Communiste???

Ould Mauritanie.

Anonyme a dit…

Fledmarshall A-
TRES URGENT
Combats violents le 7/12/2010 entre l'armée mauritanienne et un groupe armé à 170 kms au nord de GAO (Mali).DETAILS SUIVRONT.Stop et fin.
Gl Vladimir

Anonyme a dit…

salut,

trés bonne Année de l'Hégire!!!

c notre nouvel an à nous les musulmans, on le fête comme il se doit!!!

on débutant par simah et les voeux, je suis la première à le demander ( simah ) même à Sanhaji...lol

tous mes voeux, les meilleurs à ma chère Famille de Canalh!!

encore une fois trés bonne Année de l'Hégire!!

Bilkiss,
tjs militante dans l'opposition

Anonyme a dit…

Fledmarshall A-
Allah yenaal hathou les AQMI. En lisant wikileaks tès attentivement, j'ai commencé à mettre de l'eau dans mon vin (Mohamed Cheikh enta vem? Je sais que tu nous lis) au sujet du tripatouillage de ces connards. J'ai lu avec toute l'attention requise les cables d'Alger et de Rabat et je n'ai rien trouvé de bizarre). Tu nous surveille la marmite comme je voyage ce soir et tu nous informe dès que tu trouve quelque chose.

Coincidence très facheuse commme l'émir du Qatar vient en visite comme j'ai lu. Comme Blaise a dit de Ould Taya au sujet de l'accusation d'être derrière les coups à Hanena & Co, quelqu'un cherche azzizzo et saboter notre marche vers le futur et l'oubli du passé. Surveille thik la marmite mon Général. Yikhalik enneu.

Ould Mouritanie: nous comptons sur toi aussi. On ne va pas laisser le pays aux charognards. Les marocains, selon wikileaks t comme les algériens, ont dit aussi que nous sommes le ventre mou de tout ça. C'est inacceptable. Je compte sur toi.

Yaharag kilheu chweiklat beyyou !

A-

===



TRES URGENT
Combats violents le 7/12/2010 entre l'armée mauritanienne et un groupe armé à 170 kms au nord de GAO (Mali).DETAILS SUIVRONT.Stop et fin.
Gl Vladimir

7 décembre 2010 17:20

Anonyme a dit…

Bilkiss,

Merhbeu. Tu nous a manqué. Ne bouge jamais. Mahou awvalik, tu n'est pas une chergawiya comme Couli. Il faut avoir un visage de tenguerda et accepter sportivement les petites mesquineries de nos compatriotes qui manquent d'arguments.

Bebe Bâ: tu as disparu. C'est seul sur canalh où on peut se lâcher. Merci LM et Maatala.

Anonyme a dit…

Znagui,

Les cables ne sont pas de Alakhbar. C'est de wikileaks et ils les ont placés là comme tous les journeaux et il faut les remercier. La recuperatin politique des cables par nos gens, c'est autre chose. Thouk les cables ont dit vrai sur ce qui s'est passé. Selon Mediapart, ils representent vers les 10% de ce qui est reellement dit. Il faut les lire et non les articles de nos saffaga/peshmarga. Lis-moi car je suis honnête et je ne suis pas achetable.

A-

Znagui a dit:

Alakhbar n'est pas Wikileaks.

Merci

Znagui

7 décembre 2010 14:03

Anonyme a dit…

A-,

j'insiste que ce qui est publié sur Alakhbar n'émane pas de Wikileaks et donc si c'est un leak il doit concerner un autre tuyau.

Znagui

maatala a dit…

Salam

S'il y a une espèce qui doit être protégé comme étant un patrimoine de l'humanité c'est incontestablement: le mauritanien.

Le maître étalon de l'entrisme politique Mouloud est le premier a crié que nous sommes devenu des supplétifs des Français et que il n'y pas plus sacré que notre souveraineté et autres foutaises du genre.

Néanmoins vla-ti que le même mouloud ne moufte pas un mot quand des zonards( hanana and Co) vont prêter allégeance à Kadaffou.

Mais la meilleur c'est que le même Mouloud expert dans la manip, demande à Amérique l'allié naturel d'israel de l'aider à virer l'azzizzo.

Quel tartuffe.......

Ou est celui qui créer à l'ingérence, ou est son anti-impérialisme génétique.

Kaddem Bedoun la célèbre folle de Nktt qui accouché tous les 2 ans, disait que les homme l'appeler ainsi le jour et la nuit vatimetou.

A la place de l'azzizzo, j'inviterai mouloud et sylla a la présidence rien que pour se marrer un coup.

je lui conseille aussi de demander l'asile politique à la corée du nord ou à Lemden dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

A ceux qui croit encore à la grande nation arabe et la coopération régionale pour lutter contre les salafistes

lu pour vous, bande de nazes et de trou duc.................

"Wikileaks : l'Algérie a autorisé des avions de reconnaissance américains à survoler son territoire.


L'Algérie qui a longtemps brandi sa souveraineté comme un principe non-négociable ne tenait pas le même discours en coulisses avec les Etats-Unis, la première puissance Mondiale.

En effet, un câble diplomatique, qui date de décembre 2009, révèle que les avions américains ont été bel et bien autorisés à survoler le territoire Algérien !

En fait, il s'agit des avions de reconnaissance de type EP-3 qui ont survolé la région du sud-ouest de notre pays ainsi que la bande frontalière avec la Mauritanie et le Mali. Les survols de ces avions s’effectuent depuis la base aéronavale américaine de Rota, située dans le sud de l’Espagne.



Une autre note obtenue par Wikileaks révèle que le feu vert donné par l’Algérie aux avions américains de survoler son territoire a été confirmé par le général major Abdelmalek Guenaizia en recevant, en octobre 2009, le Sous-secrétaire adjoint pour l'Afrique au bureau du Secrétaire de la Défense, Vicki Huddleston.

Selon ces télégrammes, l'Algérie partageait avec les services américains de nombreuses informations recueillies par ces avions de reconnaissance équipés de caméras et d'appareils photos. Par ailleurs, les itinéraires de ces vols et leurs objectifs sont, à chaque fois, communiqués aux autorités Algériennes 14 jours avant le début leurs missions.

Abderrahmane Semmar

Source : El watan

Maatala

Anonyme a dit…

Maatala,

Ces avions ont survolé la RIM et le Mali et les infos étaient parrtagées avec Alger et Rabat. Donc les coucous US savaient exactement qui bougeait et ou. Quelqu'un doit avoir vu par où les otages espagnols sont passés et qui a donné un coup de main aux kidnappeurs. Selon le New York Times, les US ont suivi les perpetrateurs de Tourine et n'ont pas voulu aider le junte pour les eliminer soit-disant parceque le coup d'état était anti-constitutionnel. Avec mes recentes lectures, J'ai l'impression qu'il y a au moins 2 niveaux de secrets: celui des diplomates et celui des militaires, sans lien entre les 2. Il faut donc lire wikileaks et toujours refléchir.

Mon dieu! Les maliens sont en plein dans le narco-trafic avec des complicités à un très haut niveau. Mansouri, le chef espion du voisin marocain ou un de ses adjoints a dit que " les régimee précedents en Mauritanie étaient en plein dans le narco-trafic".

Faut tout lire avec attention ....

A-

Anonyme a dit…

J'ai peut-être beaucoup tapé sur notre voisin. Je crois qu'ils ont raison.


http://www.algeria-watch.org/fr/article/pol/geopolitique/algerie_critique_mali.htm

Anonyme a dit…

Lisles cables de wikileaks en anglais et non les articles en arabe de cette feuille de choux. C'est là où on ne s'entend pas. Je vais toujours à la source des sources des choses.

A-

----
A-,

j'insiste que ce qui est publié sur Alakhbar n'émane pas de Wikileaks et donc si c'est un leak il doit concerner un autre tuyau.

Znagui

7 décembre 2010 19:56

maatala a dit…

Salam

Lu sur kassatay

"La campagne de dénigrement orchestrée par certains cercles du pouvoir contre l’UFP et son Président est rentrée dans une phase nouvelle avec la publication des premiers documents du site « Wikileaks ».

C‘est ainsi que certains médias –instrumentalisés pour cette campagne-se sont employés à associer le nom du président du parti à ce qu’elles appellent une tentative de coup d’état contre la junte et à le mêler à de prétendus appels en faveur d’une intervention militaire israélienne.

En effet un rapport routinier, dont la responsabilité incombe à ses concepteurs et rédacteurs et relatif à une rencontre entre le président du parti (président à l’époque du FNDD) et un responsable américain ,s’est transformé en un alibi pour toutes sortes de suspicion et d’invectives.

Même si le rapport ne comporte aucune allusion ni au coup d’état ni à une demande de soutien de la part du FNDD aux autorités américaines, le président de l’UFP et même le FNDD n’ont jamais caché et surtout lors des préparatif des élections unilatérales du 6/6 leurs intentions de faire échouer la stratégie de la junte putschiste devant légitimer leur son pouvoir.

Il s’agissait en fait dans ces entretiens d’expliquer la lecture que se faisait le FNDD quant aux évolutions probables de la situation dans le cadre d’une vaste campagne diplomatique déployée par l’envoi de plusieurs délégations à l’extérieur avec comme objectif d’isoler la junte et de favoriser la mise en œuvre de la résolution de l’UA portant sur les sanctions individuelles à l’encontre des putschistes et de leurs soutiens pour les contraindre à s’assoir autour d’ une table de négociations. D’ailleurs la junte a pris des initiatives similaires qui sont aussi publiées dans les révélations de Wikileaks.

maatala a dit…

• Pourquoi donc cet acharnement sur l’UFP et son Président ?
• Pourquoi faire fi des appels pieds du chef de la junte qui cherchait par tous les moyens la bénédiction des américains allant jusqu’à nier son intention de rompre les relations avec Israël?
• Pourquoi ignorer la nomination de hauts responsables détenant des nationalités étrangères dans le but d’influencer les positions de la communauté internationale ?
• Pourquoi ignorer l’intervention d’un pays voisin en vue de normaliser les rapports de la junte avec les Etats Unis d’Amérique ?
• Et pourquoi passer sous silence le rôle de la France dans la planification et l’exécution du coup d’état ? Autant de révélations qui figurent pourtant sur le site en question.

Il est compréhensible que l’on passe sous silence de tels faits révélateurs de toutes sortes de complots fomentés de l’intérieur comme de l’extérieur contre notre pays car ce qui préoccupe les initiateurs de cette campagne c’est moins d’éclairer l’opinion publique nationale que d’établir un lien même fictif entre l’UFP et des parties étrangères auxquelles eux-mêmes doivent tout.

L’UFP, qui a toujours été fidèle à ses principes dont le refus absolu des coups d’états, comme moyen d’accéder au pouvoir :

.condamne énergiquement le recours à la falsification et aux montages grossiers pour leurrer l’opinion publique dans le but de mettre en ouvre des plans conçus par des officines vouées à la manipulation et à l’intoxication ;

.appelle les médias soucieux de garder un minimum de crédibilité à faire la part des choses entre ce qui relève de leur droit de chercher à faire sensation et ce qui procède de l’acharnement coupable et constitue une transgression flagrante de la déontologie ;

.assure l’opinion publique qu’il restera vigilant vis-à-vis des tentatives œuvrant à ternir son image et prêt à y faire face quels que soient les procédés vulgaires et ignobles auxquels ont recours leurs auteurs.

Nouakchott, 06/12/2010

La Commission de Communication de l'UFP
-----------------------------------

• Pourquoi donc cet acharnement sur l’UFP et son Président ?

gnat, gnat, cui, cui et cui cui

Putain mec tu es pris la main dans le sac, yo man surtout tu ne l'a ramène pas.

Tu fais profil bas et tu rases les mur man

SA WIYAMA TEP , HOLETOWI FENADE TEP dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maata,

Comme disent les Halpulars: " M'BOUROU FOFE KO FARINE!" Le gouvernement Mauritanien est rempli d'espions qui travaillent pour les gouvernements etrangers. Presque tous ces faux nationalistes travaillent pour les renseignement Libyiens, Irakiens (au temps de Sadam), Syriens, Senegalais et autres. Il faut donc laisser le pauvre Ould Mowloud respirer!!!! Nous avons tous travaille' pour le retablissement des institutions de notre republique. A ce point ci, l'essentiel est d'avancer. Ce que le president Abdel Aziz a fait n'est un secret pour personne. A deux reprises, il a renverse' les institutions de notre republique et a pris en otage notre pays. N'ayons pas peur de dire que ce qu'il a fait etait plus grave que ce qu'on attribue a' Ould Mowloud!!!!! On dit que ce dernier avait l'intention de faire un coup d'etat mais on oublie de dire qu'Abdel Aziz a fait au vu et au su du monde entier deux coups d'etat.

PERSONNE NE FERA LA MAURITANIE A VOTRE PLACE!!!!!! LES AUTRES VONT TOUJOURS DEFENDRE LEURS INTERETS RESPECTIFS!!!!! EST-CE QUE VOUS ETES CAPABLES DE DEFENDRE LES INTERETS DE LA MAURITANIE?????

La marmite de M'LEYKHIRE est vide et celle de Tekeyber est bien remplie!!!!!!!!!


TOP SECRET! TOP SECRET!

Je propose a' Abdel Aziz de faire un coup d'etat contre lui meme. Je le nommerai comme puissant Premier Ministre, la Defense ira a' Ghazouani, Moawiya et SIDIOCA seront respectivement le President et le Vice-President. (rire)

Anonyme a dit…

Ben Ali qui tombe dans un piège à la Ould Maouloud sur le Sahara et l'algérie. Lisez, pour les commentaires surtout. Cocasse. Sacré wikileaks! A-

http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/ben-ali-accuse-l-algerie-d-etre-responsable-de-l-impasse-actuelle-au-sahara-occidental_13242.html

Anonyme a dit…

Bonjour.
Pour des raisons professionnelles, de disponibilité et de santé aussi, les publications de mon blog sont suspendues pour une période que je présume déjà fort longue .Et cela après une brève reprise, l'espace de 2 articles, sans plus.

Bonne continuation aux autres bloggers de la blogosphère en commençant par leur doyen Canalh .
Cela dit,je vous lis assidûment et avec plaisir .
KBG

Anonyme a dit…

Je viens de lire la declaration de M. Biram. Franchement je n'ai pas de detail pour porter un jugement sur ladite declaration mais je tends a' croire que le lycee militaire de Sebkha n'est rien d'autre qu'un prytanee' militaire. Le premier prytanee militaire qui a vu le jour en France avait pour but de "... instruire la jeunesse et la rendre amoureuse des sciences, de l'honneur et de la vertu, pour etre capable de servir au public."

En ma qualite' de GARAYE et ADMINISTRATEUR DE L'EDUCATION, je suis contre la fermeture du lycee militaire de Sebkha. J'encourage vivement a' ce que les conditions d'admission permettent a' la population estudiantine d'etre compose'e des eleves qui viennent de toutes les couches ethniques/sociales Mauritaniennes. S'IL FAUT UTILISER LA DISCRIMINATION POSITIVE POUR ATTEINDRE CE BUT, N'HESITEZ PAS!!!!!

Ribat Bahr n'a rien de raciste. C'est tout simplement another TEVRAGH ZEINA pour les riches. M'LEYKHIRE RESTERA DANS SA CASE AVEC UNE MARMITE VIDE!!!! TEKEYBER AURA D'AUTRES NOUVELLES VILLAS AVEC PLUSIEURS AUTRES MARMITES BIEN REMPLIES!!!!!!!
Allez les amis, cessez de voir le racisme dans tout ce qui bouge!!!!!

Khalil Balla Gueye a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Quand j'ai dit que la suspension serait "pour une une période que je présume fort longue" cela friserait dans mon esprit le DEFINITIF carrément en fait .

L'enthousiasme, la pêche, la motivation et l'inspiration des débuts me faisant cruellement défaut et l'écriture en devient de plus en plus laborieuse.Une corvée.
Je m'en suis rendu compte en m'essayant à l'écriture de mes 2 derniers billets.N'éprouvant plus aucun plaisir à animer un blog autant alors raccrocher pour de bon les gants .Ce que je viens de faire sans regret aucun .Je n'ai plus le coeur à l'ouvrage tout banalement.
Autant de temps et d'énergie d'épargner à consacrer à ma famille; à l'éducation des enfants et à mon activité professionnelle .
Voilà vous savez tout ou presque .
D'ailleurs, j(ai envoyé un email collectif de ma liste de diffusion annonçant la nouvelle publiée également sur le blog sous forme de posting .

Bonne continuation à tous les autres bloggers dont l'ardeur ne s'est pas encore émoussée comme c'est bien mon cas, hélas .
KBG

Anonyme a dit…

Autant de temps et d'énergie d'épargnés *(d'épargner**) à consacrer à ma famille; à l'éducation des enfants et à mon activité professionnelle

Anonyme a dit…

KBG
Sache que nous autres anonymes nous te serons toujours reconnaissant pour la richesse de tes interventions et la qualité de tes écrits.
Canalh qui est entrain de perdre en qualité meriterait de te garder au moins en tant que commentateur.
Bonne "retraite" bien méritée

Anonyme a dit…

Yakhouti hatha le communiqué de l'UFP est plus long que les 2 mémos ou les 2 cables de Hnkins ou de Boulware. Que pasa? Recupération et de-récuperation politiques? C'est de bonne guerre. Hatta azzizzo a menacé Sidioca de verser du sang s'il ne retirait pas sa décision de limogeage. Le passé est le passé et il faut aller de l'avant.

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=50065

Anonyme a dit…

Vient d'être publié sur le blog!!!
*****************
vendredi 10 décembre 2010

Fermeture définitive du blog "Vox populi" de Khalil Balla Gueye

Lis moi avec webReader

Hier j'annonçai la suspension des publications du blog "vox populi" pour raisons professionnelles, en fait , compte tenu aussi de problèmes de santé persistants et récurrents, je me vois dans l'obligation de FERMER définitivement ce blog . N'étant plus en mesure de l'animer régulièrement pour les différentes raisons précitées . Par la même occasion, je mettrai un terme à toutes cyberactivités dans les médias nationaux ou internationaux .Autant de temps et d'énergie que je compte consacrer désormais à ma famille et à mes activités professionnelles . Merci à tous .
Publié par Khalil Balla Gueye

Anonyme a dit…

Annonce de fermeture définitive déjà publiée sur plusieurs sites et Facebook .

Je suis très fatigué psychiquement et au bout du rouleau, je n'ai pas les nerfs qu'il faut pour continuer sur le net .D'où mon retrait définitif et par ailleurs je suis persuadé que l'on planifie de m'assassiner .
Je ne demande désormais qu'à vivre en paix et en toute sécurité avec ma famille loin de toute cyberactivité .
Je demande pardon à tous ceux que mes écrits auraient pu heurter ou aller à l'encontre de leurs intérêts éventuellement, à mon insu .
Je suis très fatigué vraiment et j'ai peur pour ma vie .
KBG

Anonyme a dit…

En une année je n'ai écrit que 2 articles moyens, on ne va pas me tuer pour cela.J'ai bien montré que je savais me priver du net , toute une année et cette fois ci DEFINITIVEMENT et irrévocablement.Je serais même disposé à supprimer carrément mes blogs si cela devait contenter ceux qui veulent ma mort .
Qui que vous soyez laissez moi vivre evdouli oumri car je suis père de famille nombreuse avec enfants en bas âge à l'étranger et support de famille en mauritanie aussi .
KBG

Anonyme a dit…

Communique' du Conseil des Ministres:

Les ministres se sont unis pour reunir tous les ministres pour parler du conseil qui leur permettra de communiquer avec le president et le premier parmi les ministres ou le premier ministre a' propos de comment Cheikhna Ould Neni a decide' que le NISRANI de cridem ET LES NON N'SARA QUI veulent savoir ce qu'on vend a' chaque conseil des ministres DOIVENT PAYER POUR LIRE LA TRAHISON HEBDOMADAIRE. Ould NENI NOUS DIT QU'ON DOIT PAYER POUR SAVOIR LES BETISES DES BETISES DES CONSEILS DES MINISTRES ESPIONS QUI TRAVAILLENT POUR TOUS LES SERVICES DES RENSEIGNEMENTS ETRANGERS ET QUI NE TRAVAILLENT JAMAIS POUR LA MAURITANIE. CHEIKHNA OULD NENI, CROIS-TU VRAIMENT QUE JE DOIS PAYER POUR SAVOIR QUE LES PROJETS DE DECRET ONT ETE' ACCEPTE'S, ADMIS, MIS, DECRETE'S POUR FAIRE BOIRE LE PETROLE AUX POISSONS MAURITANIENS, CROIS-TU VRAIMENT QUE JE DOIS PAYER POUR SAVOIR COMMENT LES MONTAGNEDS DU TIRIS ZEMOUR SONT VENDUES POUR REMPLIR LES POCHES DES MINISTRES? CROIS TU VRAIMENT QUE JE DOIS PAYER POUR SAVOIR TOUTES CES DETTES QU'ON CONTRACTE AU NOM DE NOTRE PAYS???? DOIS-JE payer pour savoir comment les blokates ont ete' detruits pour permettre AUX IMBECILES de venir construire et occuper toute la mauritanie. ALLEZ LES MINISTRES, DETRUISEZ TOUT. MEME L'AIR DE LA MARMITE DE M'LEYKHIR DOIT DISPARAITRE. VENDEZ TOUTES LES TERRES DE LA VALLE'ES!!!! VENDEZ TOUTES LES SOCIETE'S PUBLIQUES!!!! PRIVATISEZ LES ET METTEZ L'ARGENT DE LA VENTE DANS VOS POCHES ET CELLES DU PRESIDENT!!!!!VENDEZ TOUTE LA MAURITANIE. ALLEZ-Y ,DONNNEZ, LOUEZ, METTEZ EN LOCATION TOUTE LA MAURITANIE POUR UNE PERIODE DE 50 A' 100 ANS. NOUS SERONS TOUJOURS JEUNES POUR VOIR LES EXCELLENTS RESULTATS DE VOS EXCELLENTS TRAVAUX!!!!
C'EST DE LA MERDE!!!!!!
ON DETRUIT NOTRE PAYS!!!!ON CONTINUE A' DETRUIRE NOTRE PAYS!!!!!MAINTENANT L'AMI EST DEVENUE UNE PROPRIETE' PRIVE'E!!!!!LE CONSEIL DES MINISTRES EST POUR QUI???? POUR QUI TRAVAILLENT LES MINISTRES????? COMMENT PEUT-ON AVOIR LE CULOT DE PENSER POUVOIR CENSURER UNE INFORMATION DE CE GENRE??????

FRANCHEMENT J'AI ENVIE D'INSULTER!!!!!

CHEIKHNA OULD NENNI, JE T'ARRACHE LE NOM CHEIKHNA PARCE QUE CHEIKHNA AHMEDA HAMAHOULLAH (MON CHEF RELIGIEUX), MON PERE (YOUBA) ET TOI NE POUVEZ PAS PORTER LE MEME NOM!!!!!JUSQU'A' NOUVEL ORDRE JE TE DONNE LE NOM PREFERE' QUE LAKHBAR TEBGUE VI DAR T'A DONNE, A' SAVOIR: CON!!!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

"problèmes de santé persistants et récurrents" vous voulez savoir de quoi il s'agit ?
derrière cette expression se cache de lourds troubles psychuques qui m'ont valu plusieurs hospitalisations en psychiatrie en moyenne 2 à 3 voire plus certaines années par an ici même en allemagne .3 cette année slmt .Je suis sous une lourde thérapie et je vois mon psychiatre toutes les 2 semaines en moyenne .Je suis également l'objet d'un suivi jusque dans la maison par le biais d'assistants sociaux qui viennent s'enquerir de mon état et s"assurent que je suis bien ma thérapie tous les mois à la maison car j'appartiendrais à un groupe à risque selon leurs critères.
Ce mal a commencé en irak où j'ai perdu la raison, perte de raison aggravée par l'inexistence de soins en irak sous embargo on m'a électrocuté le cerveau en guise de toute thérapie .évacué en syrie j'ai été traité dans une clinique psychiatrique spécialisée.j'en suis moi même le 1er étonné car mes facultés intellectuelles sembleraient relativement bonnes malgré mon lourd passif psychiatrique .Tout le monde au maec et dans mon entourage connait mes antécédents mentaux et même sur ce blog c'était la 1ère chose que l'on m'a jeté à la face en arrivant .J'ai des périodes de rémission et des périodes de rechute grave qui necessitent invariablement des hospitalisations .une procédure me déclarant "arbeitunfahig" cad inapte au travail est en cours et a été déjà approuvée par mon psychiatre alors je bénéficierai d'une petite pension.
Certaines de mes interventions sur ce blog même attestent de la fragilité de mon équikibre psychique prêt à se rompre à tout moment .
De grâce n'exécutez pas un malade mental qui ne tient le coup qu'au prix d'un lourd et contraignant suivi psychiatrique .

Anonyme a dit…

Signé KBG

Anonyme a dit…

Je crois aussi que mes antécédents mentaux auront été à l'origine de mon incompréhensible rappel de l'amb en chine un jour après mon arrivée ou en tout cas ont facilité la tâche aux nouegued qui voulaient maintenir un conseiller-representant commercial à eux .
Jamais je n'aurai cru bénéficier d'affectation compte tenu de mes antécédents mentaux.J'ai été le 1er étonné de voir que mes pistons ont abouti mais j'ai été vite rattrappé par mon passé de malade mental .D'où mon rappel sans autres formes de procès .
En désespoir de cause je n'ai eu d"autre choix que de me rabattre sur l"allemagne, un fou n(ayant aucun avenir parmi les bien-portants
KBG
KBG

Anonyme a dit…

Les deux derniers articles que j'ai écrit ne sont en fait que des copier-coller d'anciens articles.Je n'ai eu aucun mérite à les maquiller de nouveau, ce fut très facile.Au jour d'aujourd'hui vu mon état psychique je suis incapable de produire quoique ce soit d"interessant, mon mental est à zero et ne suit pas .
les 2 articles maquillés en question sont ;razzia-social-démocratie :une alternative? et majorité-opposition:ni ligne-maginot fortifiée ni monolithisme .

n'ayant pas la capacité de produire du nouveau je me suis contenté de remanier et de réchauffer ces 2 articles simplement.avec mon état d'anxiété permanente, je suis incapable actuellement de la moindre production qui vaille . Allez vérifier ces 2 articles vous même et vous vous apercevriez bien vite de la supercherie .

Wejehtelkoum erssoul ew lebzazil la teketlouni an ewleidati we ehli .
Je vous en conjure ne commettez pas l'irréparable en m'assassinant ce faisant vous ne faites que tuer un fou soumis à de lourds traitements et une surveillance socio-médicale étroite .

Je vous en prie épargnez moi et je vous présente toutes mes excuses pour les errements que le déséquilibré mental que je suis a fait
KBG

Anonyme a dit…

Qu'est-ce qui se passe encore? Si la lutte contre AQMI est si sérieux que ça, pourquoi les US et l'Algérie ne donnent pas un coup de main? A quoi servent tous ces vols de surveillance? A-

===

Le département d'Etat met en garde les Américains se rendant ou travaillant en Mauritanie


Le département d'Etat (affaires étrangères) a mis en garde, hier jeudi, les ressortissants américains se rendant ou travaillant en Mauritanie contre ce que Washington considère comme une grande menace d'Al qaeda au Maghreb islamique (AQMI).

Cette mise en garde adressée par les USA à leurs ressortissants, et publiée par PANA Press à New York, serait liée au démarrage de la saison touristique en Mauritanie qui voit déferler des vagues d'étrangers vers le nord du pays.

Le Département d'Etat demande ainsi aux Américains d'observer la plus grande prudence en se rendant en Mauritanie et “notamment lors de leurs voyages, et d'éviter de se rendre dans les zones habitées“. La mise en garde du State Département est également adressée aux organisations américaines du secours catholique qui peuvent faire l'objet de menaces directes liées à leur activité.



Il est également demandé aux ressortissants américains d'éviter de se déplacer la nuit et d'entrer en Mauritanie uniquement par les points de passage fixés par les autorités de Nouakchott.

Pour les autorités américaines, qui ont pris soin de rappeler la prise en otages de 5 Français, et l'assassinat à Nouakchott de l'un de leurs ressortissants, l'année dernière, cet avertissement remplace celui du 2 août 2010.










Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Excellent papier pour nous et nos gradés. A-

http://africacenter.org/wp-content/uploads/2010/11/AfricaBrief_8_French.pdf

Anonyme a dit…

Je partage rarement les analyses de Couli, mais là le bougre a raison, c'est fort en café de vouloir vendre le vide des conseils des sinistres

il n'à peur de rien Choueikna ould CON

Anonyme a dit…

Voilà comment on m"a condamné à mort en direct sur ce blog.Un intervenant anonyme fait un commentaire louant mes capacités intellectuelles confirmant de la sorte mon intégrité psychique et donc que je suis "apte pour l'exécution".il donne ainsi son feu vert à mon assassinat et conclue son commentaire en me souhaitant "une bonne « retraite » méritée" entendez une bonne et imminente exécution car il prend soin de mettre retraite entre guillemets soit la MORT.Voici ledit commentaire attestant de mon aptitude de candidat sain d'esprit bon à être assassiné, soit mis à la "retraite bien méritée" comprenez l'exécution.Le tout sous dehors élogieux trompeurs .
**********
KBG
Sache que nous autres anonymes nous te serons toujours reconnaissant pour la richesse de tes interventions et la qualité de tes écrits.
Canalh qui est entrain de perdre en qualité meriterait de te garder au moins en tant que commentateur.
***Bonne ***"retraite" bien méritée*****
**************
Et A- qui fait un unique commentaire juste à la suite, en réponse au 1er dit du "vu bon à tuer" où il parle de "verser du sang" comme pour dire que les dispositions pratiques de mon exécution sont prises, on va verser mon sang.Ils communiquent entre eux à mots voilés pour coordonner leurs actions l'anonymat étant la règle en la matière.Voici le commentaire annonçant le "versement de mon sang" sous le couvert des menaces prétendument faites par le président Aziz alors démis par sidioca.Jugez en vous mêmes du caractère tortueux de ce mode de communication organisant l'exécution de KBG bon à tuer et sain d(esprit comme en témoignent ses 2 articles copier-coller d'anciens en fait;Voici le commentaire réponse au commentaire précédent dit "vu KBG bon à tuer" puisque intelligent et sain d'esprit .Le caractère "élogieux" dudit commentaire ne devrait pas vous tromper.En fait emzeki we embeyah ghatli.Je suis peut être fou mais j'ai tout compris.yedoulahe vowgha eydihoum la hawle wela ghouwte illa billahi al aliou al adhim .
**********
Yakhouti hatha le communiqué de l'UFP est plus long que les 2 mémos ou les 2 cables de Hnkins ou de Boulware. Que pasa? Recupération et de-récuperation politiques? C'est de bonne guerre. Hatta azzizzo a menacé Sidioca de ****verser du sang*** s'il ne retirait pas sa décision de limogeage. Le passé est le passé et il faut aller de l'avant.

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=50065

10 décembre 2010 10:19
KBG

Anonyme a dit…

Je vais défendre ma peau, je ne vais pas me laisser égorger comme ça.Je ne souhaite pas être le 1er mauritanien à être assassiné à l'étranger juste à cause de mes capacités intellectuelles jugées au dessus de la moyenne par des gens qui n'admettent pas qu'il y ait des esprits brillants dans ce pays même s'ils ont des antécédents et un présent psychiques aussi comme moi.Comme c'est bien mon cas.Qu'ai je fait pour mériter une telle haine mortelle allant jusqu'à mon assassinat planifié et annoncé?

L'hiver dernier j'ai échappé à 2 tentatives d'assassinat sur le chemin de l'hopital psychiatrique où j'étais interné.la 1ère fois Je n'ai dû mon salut qu'à un concours de circonstances exceptionnelles.En voyant les tueurs me barrer la route d'un air menaçant , j'ai fait demi tour tallonnés par les tueurs qui courraient pour me rattraper.J'ai pris un taxi qui était heureusement stationné sur mon chemin, les tueurs de type est-européen se sont arrêtés net devant le taxi, impuissants et dépités ils ne pouvaient plus me toucher devant témoins.Ils ont raté cette occasion et en voyant leurs gesticulations de coordination on pouvait constater leur grand dépit de m'avoir raté cette fois ci.J'ai dit au taximan de filer droit au 1er commissariat de quartier et là les policiers m'ont accueilli avec le plus grand sérieux et après plus de 2 heures d'échanges continus entre eux et la centrale à dusseldorf, l'ordre est donné de me raccompagner sous bonne escorte chez moi car selon la police de la sûreté de l'état les menaces sur ma vie sont bien réelles selon leurs sources .un peu trop long à expliquer et la police de la sûreté de l'état a exigé du psychiatre de téléphoner chaque jour à la centrale pour s'assurer que je suis bien en securité derrière les murs de l'hôpital psychiatrique.Malgré mon hospitalisation psychiatrique les policiers n'ont eu aucun doute sur le sérieux des menaces pesant sur moi .àl'hôpital on m'a interdit de sortir tout seul mais slmt en groupe .C'était les consignes que la police avait donné à l'adm de l'hôpital.le fait que je sois menacé de mort est pris très au sérieux par la police allemande qui semble avoir ses propres convictions indépendemment de mes informations .Les services de renseignements sont sur les dents et semblent bien connaitre leur affaire .on m'a conseillé la plus grande prudence dans mes déplacements .
KBG

Anonyme a dit…

La seconde tentative a eu lieu quelques jours plus tard alors que je rentrais à la maison à la faveur d'une permission de 6 heures .Aux abords de la petite gare qui se trouve dans le quartier de l'hôpital, j'ai surpris le geste d'un homme de type est-européen en train de me montrer du doigt à 2 autres à côté de lui; Comme pour leur dire tiens le voilà qui arrive c"est celui là, manifestement il était le seul à pouvoir identifier la "cible' du meurtre que je suis .Ayant remarqué le manège des tueurs qui se mettaient en position pour me ceuillir à l'angle mort de la gare, je fis demi tour poursuivi par les tueurs qui ne prenaient même plus la peine de cacher leurs velleités d'agression à mon endroit.Là aussi je me suis engouffré dans un taxi opportunément trouvé dans la station taxi jouxtant la gare et ai filé droit à la maison .J'ai raconté au téléphone mes déboires à mes "correspondants" de la sûreté de l'état qui m'avaient donné un numéro direct des officiers traitants de mon cas .Ils ont rappliqué dare dare à la maison pour recueillir mon témoignage.L'ambassade d'allemagne à nktt est sûrement informée des menaces d'assassinat pesant sur moi.
Je suis sûr d'une chose : mon assassinat ne restera pas impuni et ses auteurs seront démasqués rapidement.Sans compter son incidence et ses implications politiques graves, imprévisible et insondables pour la mauritanie et sa nouvelle démocratie.
KBG

Anonyme a dit…

Compte tenu des implications graves et imprévisibles que pourrait avoir mon assassinat sur notre nouvelle démocratie, je demande aux services de sécurité du président Aziz aide et assistance et protection pour déjouer les menaces d'assassinat pesant sur ma personne.Car, je sais que les commanditaires sont mauritaniens et le complot a des ramifications sinon sa source même à l'intérieur du pays .
Je prie toute personne ayant lu ces mots de les rapporter au plus vite aux services de sécurité du pays car il en va de l'intérêt du pays et de sa sécurité aussi .
Je ne me laisserai pas égorger sans me défendre même si j'ai renoncé à toutes activités sur le net depuis un an exceptés les deux articles copier-coller dont l'un a fait la une de Canalh, il y a 3 ans déjà celui de la razzia-social_démocratie. et le second aura été écrit l'année derniere, plus d'un an donc je n'ai rien écrit de nouveau et j'en suis même incapable compte tenu de mon état psychique déplorable et en constante détérioration .et les menace de mort n'arrangent rien en ce qui me concerne
KBG

Anonyme a dit…

Le plus curieux dans tout cela, c"est que je ne suis même pas un opposant déclaré au nouveau régime dont j'ai reconnu la légitimité au lendemain même des résultats.Et cela en publiant un article consacrant la victoire du président Aziz et cela malgré mon appartenance au FNDD d'alors .Je me suis désolidarisé à ce sujet des chicaneurs et pinailleurs qui invoquaient toutes sortes d'allégations fantaisites, y compris chimiques comble de l'absurde, pour remettre en cause la victoire d'Aziz.
Depuis ce jour tous mes articles ont revêtu le cachet d'une forte empathie envers le régime du jeune président élu qui est aussi de ma génération et dont nombre de collaborateurs proches sont mes amis, intimes parfois .
Ceux qui veulent m'assassiner voudraient donc créer un problème au président Aziz et à son régime qui seront vite indexés d"éliminer les ex-opposants désormais rangés .Quelle sacré coup de pub pour le nouveau régime que ce serait là.
Ce n'est pas ma faute si j'ai tjrs été un fort en thème, un crac.D'ailleurs les universités et établissements que j'ai fréquenté en témoigneraient facilement; ENA Paris I panthéon Sorbonne et IIAP, les deux derniers la même année, 89 et cumulativement!
Ce n'est pas ma faute aussi si je souffre de sérieux trouble mentaux .
On voudrait me tuer pour ce que j'ai appris à la lumière des bougies ?
On peut être dérangé mentalement et cultivé, c'était le cas de Nietsche par exp .le grand philosophe allemand fou dont on dit à tort qu'il aurait inspiré les nazis avec son concept du Surhomme.
Oui, je le reconnais volontiers si l'on devait sélectionner 10 personnes parlant bien le français en maurit, je serais bien en tête de la selection mais cela n'effacerait pas d'un coup mes troubles psychiques pour autant.

Tuez moi, edowrou tegharvou!!!

Anonyme a dit…

Tu chasses le naturel et il revient su galop. Notre cher ami KBG qui s'écrit des felicitations, scanne tout ce qui bouge et fabrique une théorie du complot contre sa minable personne. En lisant son histoire à la "mémoire dans la peau" de Bourne pouchassé par des tueurs, il me rappelle mon fils de 3 ans qui a tenté de sauter d'une fenêtre du 12ème etage, parcequ'il se pensait Bateman. Heureusement cette fois-ci, il ne s'est pas insulté pour mettre cela sur le dos de quelqu'un comme toutes les fois la dernière fois.

KBG, redescend sur terre! Personne n'en veut à ta minable personne et il faut continuer à te soigner. Manak merhbeu. Depuis que les gens t'ont connu, tu leur apporte le malheur.

Anonyme a dit…

Allah yihachmou houwa hatha. Mahou regaje. Il croit qu' azzizzo va l'écouter. Azzizzo n'a rien pour toi. Quelque chose va sortir de ce KGB de merde dans Wikileaks.
-------


Le plus curieux dans tout cela, c"est que je ne suis même pas un opposant déclaré au nouveau régime dont j'ai reconnu la légitimité au lendemain même des résultats.Et cela en publiant un article consacrant la victoire du président Aziz et cela malgré mon appartenance au FNDD d'alors .Je me suis désolidarisé à ce sujet des chicaneurs et pinailleurs qui invoquaient toutes sortes d'allégations fantaisites, y compris chimiques comble de l'absurde, pour remettre en cause la victoire d'Aziz.

Anonyme a dit…

J'en ai assez d'être pourchassé par les tueurs et je vais vous aider à m'exécuter enfin pour en finir une bonne fois pour toutes.
Mardi 14 dec j'ai rendez-vous avec mon psychiatre à 15h45 , je sortirai de la maison à 15h30 pour rejoindre à pied la clinique distante de 700m env de mon domicile.Direction hocdahlermarkt. Il sera alors très facile de me flinguer en cours de route à l'aller ou au retour.
J'en ai assez de cette torture autant une balle dans la tête et en finir, je vis cloitré chez moi sans pouvoir sortir.Ce n'est pas la peine d'essayer de m'avoir avant mardi car je ne sortirai pas d'ici là du tout de la maison.
KBG

Anonyme a dit…

Je jure sur la vie de mes 11 enfants qui vont bientôt être orphelins si l'on m'assassine de ne plus écrire le moindre mot sur le net pour le restant de mes encore incertains jours.Je regrette infiniment les 2 copier-coller d'anciens articles que j"ai commis, les seuls pendant toute cette année.
Je jure de ne plus me mêler de politique en écrivant, à part un email de réponse je jure de ne faire rien d'autre sur le net, pas un article ni même le moindre commentaire sur les sites.
Je ne demande qu'à vivre pour mes enfants et ma vieille mère qui ont tellement besoin de moi .
Je consacrerai le reste de mes jours à me soigner pour recouvrer en partie mon intégrité psychique perdue.
Au moment où j'écris ces mots, j'ai besoin d'une hospitalisation mais j'ai peur des assassins qui ont failli me tuer dans les abords de l'hopital psychiatrique il y a quelques mois.

Je vous en supplie et vous en conjure épargnez la vie du père de famille éprouvé par la vie et miné par la maladie, l'une des pires qui soient cad la maladie mentale.
Je regrette tout et présente à tous et à toutes mes déferentes excuses pour le tort que j'aurai porté imputable surtout à ma santé mentale précaire et fragile.

Je vous en supplie la etytmou mes 11 enfants et ma vieille mère.
Je promets de m'enterrer vivant dans le silence pour le restant de mes jours, je vous en supplie ne m'assassinez pas, je ne suis en définitive qu'un grand malade mental qui essaie de vivre sa maladie au mieux et objet d'une lourde et contraignante thérapie.
Je jure d'observer profil bas comme il sied au malade mental que je suis qui n'a pas sa place dans le débat des personnes saines d'esprit que vous avez tous la chance d'être .
On ne tue pas un malade mental comme moi, on le soigne.
Vous ne savez pas dans quel état de profond désarroi je me trouve actuellement.
Je vous en supplie acceptez toutes mes excuses et comprenez ma situation mentale qui explique bien de mes errements.Epargnez ma vie dont dépend celle de mes 11 enfants et ma mère.Je jure de ne plus intervenir sur le net national.
Epargnez moi svp, je sais que je suis à votre merci et j'ai des enfants en bas âge ici en RFA et leur mère ne parle pas allemand.Ils ont besoin de moi pour le suivi scolaire.
Je jure de ne plus intervenir sur le net sous quelque forme que ce soit, épargnez moi de grâce .Enejde ya lekhout, ana ella ewledkoum, we lahme illa khanzet yetwalaha ella moulaha!
De grâce épargnez moi, laissez moi vivre pour espèrer guerir un jour de ce terrible mal qui me ronge et qui a changé ma vie et mon comportement du tout au tout .
Je ne veux pas mourir à la fleur de l'âge, j'accepte tout pourvu qu'on épargne ma vie.
KBG

Anonyme a dit…

A M. Oumar Ould Med Zaid

Je viens de lire votre ecrit publie' par CRIDEM. Je comprends votre etat d'esprit mais sachez que plusieurs facteurs sont pris en consideration au moment de determiner la pension de retraite. Je citerai entre autres, la contribution du retraite', le taux plein, le taux reduit, la majoration et bien d'autres facteurs.

Il y a 20 ans entre ceux qui sont partis a' la retraite en 1990 et ceux qui partent a' la retraite en l'an 2010. la grille des salaires a change' et l'Ouguiya a connu des devaluations. L'officier de la gendarmerie d'aujourd'hui contribue plus que l'officier de la gendarmerie des anne'es 1990 aux fonds de la retraite et/ou a' la CNSS. Il va sans dire que la pension de retraite pour les nouveaux retraite's doit etre plus eleve'e que celle des anciens retraite's.

La pension de retraite avait pour but de permettre aux retraite's de vivre dignement pendant les quelques 10 a' 15 ans qu'ils avaient a' vivre apre la retraite (avant de quitter ce monde. )Aujourd'hui avec les progre's de la medecine, les retraite's REFUSENT DE MOURIR. (rire)!!!!!IL FAUT DONC LES AFFAMER KANEHOUM YIMOUTOU. (RIRE, RIRE ET RIRE!!! JE SAIS QUE C'EST UNE MAUVAISE FARCE.)

To make a long story short et pour etre serieux, je recommande vivement une majoration du montant de la retraite pour tous les gendarmes. Nos anciens doivent avoir des pensions qui leur permettront de vivre dignement. D'ici la' nos anciens gendarmes doivent se contenter de la compagnie de M'LEYKHIRE qui a une marmite VIDE!!!!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

Pour finir de vous convaincre que je suis en prise avec une grave et handicapante maladie mentale, la contre-expertise du département du travail effectuée par un panel de psychiatres a confirmé le diagnostic antérieur de mes médecins en me prononçant "Arbeitunfähig" cad inapte au travail.Avec tout ce que cela comporte comme conséquences cad une mise d'office en pension.Modique pension car je n'ai pas beaucoup travaillé et cotisé à cause justement de mes problèmes mentaux .La procédure est en cours et devrait aboutir dans les prochains jours.

Je suis interdit de conduite en dépit de mon permis allemand remontant à plus de 20 ans (service diplomatique en RFA en 1990-93)à cause des mêmes problèmes .

Pour couronner le tout les services de la famille se sont mêlés de ça car je suis considéré comme malade mentale grave et la loi voudrait que ces services me rendent visite régulièrement pour s'assurer que ma vie de famille ne se ressent pas de ma maladie (meurtre, viol et violences domestiques des malades mentaux graves...).Une quasi mise sous tutelle mais malgré ma maladie, je suis un père modèle et rien ne m'a été reproché dans ce sens .Au contraire.Mais les visites continuent qd même d'abord bimensuelles puis mensuelles maintenant .
Comme de prévisible j'ai pris bcp de poids à cause des médicaments 110kg et mes photos sur le net ne refletent guère ma physionomie bouffie actuelle.
Cela dit mon acuité intellectuelle est quasiment sauve en dépit de certains fréquents trous de mémoire.J'en suis le 1er étonné et ceux qui ne me connaissent qu'à distance aussi à travers mes écrits ont du mal à réaliser l'ampleur de ma maladie .

Donc au vu de cette revue intime que j'ai fait bien à contrecoeur, je vous prie de réaliser à votre tour l'ampleur de ma maladie et de ne pas m'en tenir rigueur en m'assassinant.Ce faisant vous supprimez un malade qui a plutôt besoin de soins.ce que je m'efforce de faire en suivant les prescriptions de rigueur de ma thérapie qui m'aident à tenir le coup tant bien que mal.Avec des hauts et des bas.
De grâce ne m'assassinez pas .
KBG

Anonyme a dit…

Je suis interdit de conduite en dépit de mon permis allemand remontant à plus de 20 ans (service diplomatique en RFA en 1990-93)à cause des mêmes problèmes . ***Somnolence et inattention au volant due aux médicaments que je prends.

Khalil Balla Gueye a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Le mot de la fin sera pour l'être qui me connait le mieux sur cette terre , en l'occurrence ma femme.Elle ne cesse de répéter à tout bout de champ ceci : tu es certes très intelligent mais tu es vraiment fou aussi .

J'espère que ceux qui projettent mon assassinat ne passeront pas à l'acte après avoir pris connaissance des ressorts intimes de ma personnalité .

Sur ce je vous laisse à vos discussions et de grâce encore une fois épargnez ma misérable vie qui n'en vaut vraiment pas la peine :celle d'un malade mental grave.

Merci de le faire et de m'écouter car j'aurai livré en public la vérité sur ma personne tout en sachant le grand discrédit que je jette sur moi même ce faisant.
yagheyr ma yetkhale mahou essirag.
KBG

Anonyme a dit…

Nous sommes au max aved 5 mémos de wikileaks et déjà des remous. Il y en a encore 400 et plus. Un avantage avec wikileaks: stopper l'espionnite chez nous. Journalistes ou pas journalistes. A-
------

17:31Quand les journalistes se rendent à l’ambassade américaine à Nouakchott…

Les câbles mis en ligne par le site Wikileaks ne représentent que 0.5 pour cent du volume dont il dispose. Les informations qui concernent notre pays ont alimenté les discussions dans les salons et font la une de la presse et des sites d’information.

Selon une source bien informée bientôt d’autres câbles seront mis en ligne et une bonne partie de ces câbles concernerait la Mauritanie. Elles porteront sur des rencontres entre des journalistes mauritaniens et des diplomates américains dans les locaux de l’ambassade américaines en Mauritanie.

Ces câbles mettent en cause bon nombre de journalistes de la presse privée et publique qui « rendaient compte » à l’ambassade américaine et allaient même jusqu’à demander le soutien de celle-ci.

Le plus grave dans ces affaires est que ces journalistes aux cotés « d’importantes » personnalités au dessus de tout soupçon sont prêtes à tout pour arriver à leurs fins personnelles.

Les journalistes en question sont des donneurs de leçon et se prennent souvent pour des modèles. Malheureusement pour eux la vérité finit toujours par triompher et l’opinion publique découvrira leur vrai visage. Un visage hideux et hypocrite.

 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : Le Véridique (Mauritanie)
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 288

Anonyme a dit…

A ma soeur Noubghouha Mint Tlamid:

Je viens de lire a' propos dans le website CRIDEM. Je tenterai de voir s'il y a possibilite' de savoir puis dire le nom de la personne qui est entrain de porter atteinte a' votre honneur.

Stay strong! Du courage dans votre mission!!! Nous sommes et nous serons toujours fiers de vous!

P.S. Le visage n'a toujours pas change'. La photo qui accompagne l'ecrit de CRIDEM, doit dater de notre temps comme eleves au lycee d'Aioun. (rire)

Anonyme a dit…

Il faut lire: "...je viens de lire a' propos de VOUS..."

Anonyme a dit…

www.wikileaks.nl ou www.wikileaks.ch. Pour lire les cables à la source et éviter de s'accuser à la suite d'articles de presse chez nous.

Anonyme a dit…

Le mémo dit clairement que ce senateur n'etait pas credible avec son plan, avec la possibilité de travailler pour la junte pour pieger les americains: la presse qui risquait d'en parler en associant les US avec Israel et le june d'accuser l'ambassade us d'interference entrangere. C'est la conclusion du memo. Ils ont apres laissé tomber le senateur en ne le rencontrant plus et disant qu'il serait une alternative pire que les putshistes. Et s'il travaillait pour les libyens?
--21:45Un dirigeant de l’UDP : 'Nous avons décidé de suspendre le sénateur Youssouf Sylla ...

...suite aux révélations de Wikileaks'

Un dirigeant de l’Union pour la démocratie et le progrès (UDP), parti que dirige la ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Naha Mint Mouknass, a indiqué que sa formation a décidé de suspendre le sénateur Youssouf Sylla, suite aux déclarations que Wikileaks lui a attribuées, il y a quelques jours, et qui évoquent un plan de liquidation du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, lors de la campagne présidentielle de 2009 et ce avec l’aide des renseignements israéliens.

Le sénateur de M’Bout avait toutefois réfuté de telles informations, mettant en garde contre les risques de division qu’un tel sujet peut entraîner.

Il avait indiqué qu’il n’a aucun rapport avec les Israéliens, précisant qu’il s’était bien opposé au pouvoir de l’actuel président, au cours de cette période, mais qu’aucun lien de cette nature avec les Israéliens n’a été entrepris par lui.

Wikileaks a publié des dizaines de documents sur la situation en Mauritanie après la destitution du président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, provoquant de la sorte une vive polémique dans le pays.

 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : Sahara Medias (Mauritanie)
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 207

Anonyme a dit…

Ce n'est pas du repentir, ça. Il faut faire des efforts quand on a sur le dos le meutre d'innocents touristes par association avec les tueurs. Avant ou après.

Qu'importe. A-
==

Al Majlissi : j’ai été arrêté deux fois depuis ma libération par grâce présidentielle.


Le salafiste Mohamed Salem Ould Mohamed Lemine dit « Al Majlissi », a déclaré que toutes les conférences et cours qu’il dispense dans le Cercle « Boudah Ould El Bousseiri » se déroulent sous les yeux des services de sécurité mauritaniens, ajoutant que parmi ceux qui assistent de manière régulière à ses sorties, figurent bon nombre « d’indicateurs de la police ».

El Mejlissi a aussi affirmé, dans un entretien avec Sahara média, qu’il est continuellement sous surveillance, ajoutant qu’il a été arrêté à deux reprises, à chaque fois qu’il se trouve à côté d’une caserne militaire, depuis sa sortie de prison suite à la grâce présidentielle accordée aux salafistes repentis par le président Ould Abdel Aziz.

Al Majlissi a aussi indiqué qu’il traverse une situation difficile du fait qu’il n’arrive pas encore à obtenir des papiers d’état-civil lui permettant de se mouvoir en toute liberté et d’effectuer les transactions qu’un homme ordinaire est appelé à faire dans sa vie.



L’homme a également révélé qu’une partie de sa bibliothèque personnelle a été détruite, quand il était détenu à la prison centrale de Nouakchott, et qu’il s’est vu contraint de divorcer à cause de ses conditions d’incarcération. Il a ajouté qu’il s’est remarié, à sa sortie de prison, de manière légale, mais non administrative puisqu’il ne dispose pas de pièces d’état-civil.

Al Mejlissi qui a été libéré en nombre dernier, dans le cadre de la deuxième grâce présidentielle accordée aux prisonniers salafistes repentis, à l’occasion de la fête de Id El Vitr et de Id El Adha, a été arrêté en 2007, suite à une fatwa avalisant l’atteinte à la vie des ressortissants occidentaux à Ould Chabarnou et ses compagnons et qui a eu comme résultat l’assassinant de quatre touristes français près de la ville d’Aleg. Condamné à trois ans de prison ferme, il ne lui restait alors que 4 mois quand la grâce présidentielle a été prononcée.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Le grand inconvénient des agissements d'Assange à travers Wikileaks, c'est que tous les menteurs et manipulateurs utilisent ce dernier pour faire passer leurs mensonges.

Je répète à tout celui qui veut l'entendre (A- Ente vem) que sur Wikileaks il n'y a que 4 documents relatifs à la Mauritanie dont aucun émane de l'ambassade des US à Nouakchott.

Cette vérité que je n'ai cessé de marteler va apparaître sous peu au grand jour.

Znagui

Anonyme a dit…

Février 2009 était avant l'initiative anti-corruption, je présume. Mais comment signer un contrat quand on ne lit pas la langue dans laquelle le contrat est rédigé? A-

===

Scandale au MAED : Le département se mettrait au Chinois !


Au moment où les nations unies lancent une nouvelle convention mondiale contre la corruption, en la date du 9 décembre, où à Nouakchott le parti de la majorité commémore cette journée, notre confrère tawary publie un scandale au ministère des affaires économiques et du développement.

Alors que le chef de ce même département annonçait jeudi dernier que le gouvernement mauritanien a adopté une stratégie de lutte contre la corruption qui mettra fin à l’impunité.

Dans cette publication le site Tawary précise qu’au moment où l’on indique qu’il y’a une volonté manifeste de la part du Président de la République, Mohamed Abdel Aziz d’imposer la transparence et la bonne gouvernance, on découvre des documents qui prouvent le contraire et qui montrent que le Président Ould Abdel Aziz et certains responsables du pays ne parlement guère le même langage.



A cet effet, certains ministres de son gouvernement et hauts responsables compromettent l’avenir du pays par la signature de contrats hasardeux au profit de leurs intérêts personnels, et ce parfois dans le non respects des procédures administratives.

Dans ce cadre, notre confrère a mis en ligne un contrat entre le ministre des affaires économiques et du développement et un partenaire chinois, signé dans la langue du partenaire.

Selon les informations de Tawary, aucune traduction de cette convention n’est disponible au ministère des affaires économiques, ce qui est contraire à la loi. D’autant plus que la plupart des fonctionnaires de ce département ignorent le contenu du texte, signée le 7 février 2009. Date à laquelle la Mauritanie vivait une situation particulière, où chaque ministre faisait attention de peur de perdre son poste.

Seulement, Tawary ne semble pas détenir une confirmation de l’implication directe du ministre, précisant qu’il pourrait s’agir aussi de l’exécution des collaborateurs de celui-ci.

Serait-ce une nouvelle menace pour la francophonie en Mauritanie ?










Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : GPS (Mauritanie)

Anonyme a dit…

JE JURE SUR LE SAINT CORAN OUKSSIMOU BILLAHI de ne plus intervenir sur le net et de ne plus me mêler de politique ou de débat politique sous quelque forme que ce soit !
Conformément à mon engagement de ne plus intervenir sur le net, je viens de supprimer les 2 billets copier-coller d'anciens .
Ainsi le blog restera en l'état d'il y a une année.
Je demande à tous et à toutes pardon pour le tort éventuel que mon esprit détraqué aurait pu occasionner à mon insu.
Je ne veux pas mourir car j'ai des enfants en bas age , une vieille mère et en tout 11 enfants .
Je vous prie de mettre sur la balance ma maladie mentale grave reconnue et prise en charge même par les services sociaux allemands (visites régulières à la maison Etc...)

Je vous en supplie épargnez la vie du malade mental sous lourde thérapie que je suis.
Je me roule à terre à vos pieds en implorant votre pardon.
MERCI BEAUCOUP
KBG

Anonyme a dit…

PS
Et je suis un fervent musulman pratiquant ne ratant aucune prière donc mon YEMIN est sincère et compte beaucoup pour moi.
Epargnez moi, je vous en supplie chers compatriotes et coréligionaires dans notre belle religion du pardon et de la paix l'Islam.

Bonne journée et merci beaucoup

KBG

Anonyme a dit…

Voici la pétition de mes enfants demandant la vie sauve de leur père adoré Khalil Balla Gueye.

Nous les enfants de Khalil Balla Gueye venons par la présente pétion implorer la grâce et le pardon pour notre père.Nous ne voulons pas être orphelins.Merci d'épargner la vie de notre père qui nous élevé de manière exemplaire conformément aux précepte de l'Islam et de la morale musulmane.

Signés:
1)Abdallahi ould Khalil
2)Tahya mint Khalil
3)Lemina mint Khalil (handicapée mentale de naissance malheureusement)
4)Hindou mint Khalil
5)Marième mint Khalil
6)Cheikh el wali ould Khalil
7)Hemy mint Khalil
8)Mohamed ould Khalil
9)Aichetou mint Khalil
10)Zeinebou mint Khalil
11)Ahmed ould Khalil

Ma mère et mon épouse sont également signataires de la pétition :
Hemy mint Ahaimed Le3yassi
Chiva Verges

NB:vous aurez remarqué que les noms de mes enfants sont tous en "ould" ou "mint" ce qui en dit long sur mon appartenance culturelle.
KBG
EPARGNEZ NOTRE PERE SVP

Anonyme a dit…

Znagui,

Il y a déjà quelques 90 pages de cables wikileaks sur la Mauritanie seule qui circule dans les e-mails privés entre amis - un cable après l'autre - d'origine Nouakchott, Rabat, Alger, Paris et Madrid. On ne parvient pas à les compter tellement leur contenu est impressionnant. Tous vrais et venant des ambassades US. Ne nous dis pas que les ambassadeurs US ont fabriqué dew mensonges entre 2000 et 2010 pour couler quelques gens en 2008-2010. Il y a seulement quelques 1140 cables analysés sur les 250 lâchés par wikileaks, en dehors de ceux de l'Irak et de l'Afghanistan. Avant cela, il y avait des dizaines de milliers lâchés et comprennent des rapports secrets de l'ONU, le tripatouillage des banques et la crise subprime et d'autres, comme le profiling des hommes d'état d'Europe. Il y a même 2 ou 3 mémos sur Ould Sidi Baba et son fils Mohyedine du MAED qui sont partis dire ce qu'ils pensent à l'ambassade US et je ne trouvecpas ça méchant. Pourquoi accepter un coup d'état?

Sois patient et les cables wikileaks du Monde petit à petit et il y en a encore plus de 400 sur le bled qui arrivent. Tu te souviens de ce que je disais en 2008 sur Aqmi qui s'exportait chez nous depuis le nord Mali et personne à Canalh a cru? En particulier Moussa? J'avais raison parceque je faisais mes recherches.

Porte-toi bien, jeune frère. A-


-----

Znagui a dit:

Le grand inconvénient des agissementLe grand inconvénient des agissements d'Assange à travers Wikileaks, c'est que tous les menteurs et manipulateurs utilisent ce dernier pour faire passer leurs mensonges.

Je répète à tout celui qui veut l'entendre (A- Ente vem) que sur Wikileaks il n'y a que 4 documents relatifs à la Mauritanie dont aucun émane de l'ambassade des US à Nouakchott.

Cette vérité que je n'ai cessé de marteler va apparaître sous peu au grand jour.

Znagui

12 décembre 2010 09:38

Anonyme a dit…

Znagui,

Ce n'est pas 250 cables lachés, mais 250.000. Assange en a 100.000 de nucléaires qui seront lâchés s'il lui arrive quelque chose . Donc la RIM n'est pas seule dans cette affaire. Tu t'imagine déjà 90 pages de mémos sur notre bled avec seulement 1200 mémos? Il en reste encore 400 plus dur nous seulement!

Va sur wikileaks.ch ou wikileaks.nl et cherche tout ce qui arrive de Rabat sur la Guinée. Je vais faire ma prière maintenant.



A-

Anonyme a dit…

Tu sais A- dans les différents "câbles" de Wikileaks quand un pays est concerné par une information, le rédacteur mentionne un Tag correspondant à ce pays. Le Tag correspondant à la Mauritanie est MR.

Si tu cherches par ce Tag sur wikileaks.ch ou wikileaks.nl tu ne trouveras que 4 documents relatifs à la Mauritanie. Ceux que j'ai évoqué auparavant.

Znagui

Anonyme a dit…

Nous de l'opposition n'avons jamais caché que nous avons combattu l'arrivée au pouvoir d'Aziz. On ne s'en cache et ça ne nous fait pas honte.

Mais le point n'est pas celui-ci. Il s'agit tout simplement de renseigner l'opinion public que beaucoup de ces fameux documents prétendument de Wikieaks n'ont rien à voir avec celui-ci.

Znagui

Anonyme a dit…

Z'nagui,

A vous mes salutations!!!!

Les attaques contres les pauvres journalistes, les dirigeants politiques et ceux de la societe' civile n'ont aucun sens. Ce que les journalistes qui sont indexe's par le Veridique disent, est connu. J'ai une ide'e deedits car Leurs ecrits sont connus!
IL NE FAUT PAS QUE LES UNS ET LES AUTRES UTILISENT LES BASSESSES DE L'IMBECILE JULIEN ASSANGE POUR RENDRE LA PRESSE PRIVEE SILENCIEUSE!

La verite' est connue!!!! LES FAUX NATIONALISTES QUI FINISSENT TOUJOURS PAR ETRE MEMBRES DU GOUVERNEMENT SOUS L'ANGLE DE PRO-TEL PAYS ET PRO-TEL AUTRE PAYS NE SONT RIEN D'AUTRES QUE DES ESPIONS POUR LESDITS PAYS. CE SONT DONC LES ESPIONS QUI SE TROUVENT DANS LE GOUVERNEMENT ET D'AUTRES NIVEAUX ELEVE'S DU PAYS. Quand vous les voyez crier la cause PALESTINIENNE au moment ou' nous avons des crises institutionelles en Mauritanie, ne cherchez pas a' comprendre, ce sont leurs maitres des ambassades etrangeres et des pays etrangers qui exigent a' ce qu'ils fassent ces declarations imbeciles. SI ON VOUS DIT VLANE EST PRO-SADDAM, PRO-KADHAFI, PRO-SENEGALAIS, PRO-FRANCAIS, PRO-CHINOIS...ETC, NE CHERCHEZ PAS A' COMPRENDRE, CE SONT DES ESPIONS AU SERVICE DESDITS PAYS. ILS VOUS VENDENT, ILS VENDENT VOTRE PAYS,ILS VENDENT TOUTES VOS RESSOURCES, ILS CONTRACTENT LES DETTES EN VOS NOMS ET ILS SONT DEVENUS MILLIARDAIRES SUR VOS DOS (AVEC LEURS SALAIRES DE FONCTIONNAIRES, allez-y savoir comment). HOUMA H'WEYGRINE KOUM ET N'ONT AUCUN RESPECT POUR VOUS!!!!!

ILS SONT PRO-TOUT MAIS ILS NE SONT JAMAIS PRO-MAURITANIENS!!!!!!

Ce n'est un secret pour personne que nous avons des chefs d'etat Africains qui travaillent directement pour les services des renseignements Occidentaux et plus particulierement pour les renseignements Francais pour plusieurs pays de l'Afrique de l'ouest!!!!! Tout comme nous savons que pour etre Premier Ministre, Ministre de l'economie, du Plan et des Finances; il faut avoir la benediction du FMI, de la Banque Mondiale et d'autres institutions financieres internationales. Maintenant il faut avoir la benediction des memes institutions pour etre Directeur du Budget, du Plan,de la Douane et du Tresor!!!!

IL FAUT OUBLIER LES BASSESSES DE JULIEN ASSANGE. IL FAUT REGARDER LE MANQUE DE RESPECT, LA CORRUPTION ET LA MISERE QUE LES IMBECILES DE DIRIGEANTS AFRICAINS IMPOSENT A' LEURS PROPRES PEUPLES!!!! LEURS IMBECILITE'S NE SONT MEMES PAS CACHE'ES, ELLES SONT FAITES AU VU ET AU SU DU MONDE ENTIER.

Ce que les Youssouf Sylla, les Ould Mowloud et les journalistes du secteur prive' ont fait ou n'ont pas fait, ne m'interesse pas!!!!!!IL FAUT PLUTOT ANALYSER ET MEDITER SUR LA MANIERE UTILISE'E PAR LES FAUX PRESIDENTS POUR DETRUIRE, VENDRE ET SEMER LA MERDE DANS LEURS PROPRES PAYS!!!! VOUS N'AVEZ PAS BESOIN DES BASSESSES DE JULIEN ASSANGE POUR SAVOIR QUOI QUE CE SOIT, IL SUFFIT D'OUVRIR LES YEUX POUR VOIR CE QUE LA CLASSE "DIRIGEANTE" FAIT COMME BETISE!!!!! ELLE DIT MERDE AU PEUPLE!!!! ELLE DIT AU PEUPLE D'ALLER AU DIABLE!!!!!! TANT QUE LE MONDE EXTERIEUR ACCEPTE LEURS BETISES, C'EST TOUT CE QUI COMPTE!!!!!!

CES PAUVRES DIABLES QU'ON ACCUSE N'ONT TRAHI PERSONNE!!!! CE SONT VOS PRESIDENTS AFRICAINS EUX MEMES QUI ONT TRAHI LEURS PEUPLES!!!!!!!!


LES INDEPENDANCES DE NOS PAYS ONT LAMENTABLEMENT ECHOUE'!!!! CE QUI SE PASSE AUJOURD'HUI EST PIRE QUE CE QUI A EU LIEU AU TEMPS COLONIAL!!!!!

ALLEZ LES AMIS, LA PLUS GRANDE TRAHISON EST DE FAIRE CROIRE A' CES PEUPLES QUE LEURS PAYS SONT TOUJOURS INDEPENDANTS!!!!!
ALLEZ-Y DEMANDER A' M'LEYKHIRE QUI A UNE MARMITE PLUS QUE VIDE DE VOUS DIRE L'EXPLICATION DU MOT INDEPENDANCE!!!!!!!!

Anonyme a dit…

Il faut lire: "...J'ai une idee desdits journalistes car leurs ecrits sont connus."

Anonyme a dit…

buy tramadol online buy tramadol overnight shipping - tramadol online no prescription mastercard

Anonyme a dit…

where to buy xanax online xanax overdose mg - xanax 3

Anonyme a dit…

generic xanax xanax bars vs pies - order xanax online no prescription

Anonyme a dit…

buy tramadol online tramadol withdrawal loperamide - purchase tramadol generic ultram

Anonyme a dit…

generic xanax xanax withdrawal after 3 days - xanax price

Anonyme a dit…

buy tramadol online tramadol first time dosage - tramadol get high off

Anonyme a dit…

order tramadol no prescription tramadol high erowid - buy tramadol egypt

Anonyme a dit…

carisoprodol 350 mg zanaflex vs carisoprodol - carisoprodol 350 mg tablet what

Anonyme a dit…

buy tramadol online cheap tramadol online no prescription - tramadol withdrawal for dogs

Anonyme a dit…

xanax online xanax online us pharmacy - xanax high bp

Anonyme a dit…

tramadol 50mg tramadol purchase online no prescription - buy tramadol online echeck

Anonyme a dit…

buy tramadol online tramadol hcl uses - tramadol overdose much does take

Anonyme a dit…

buy carisoprodol cod carisoprodol maximum dose - carisoprodol soma side effects

Anonyme a dit…

buy tramadol online tramadol addiction treatment centers - tramadol hcl painkiller

Anonyme a dit…

carisoprodol 350 mg how to buy carisoprodol - carisoprodol soma alcohol

Anonyme a dit…

buy tramadol online purchase tramadol no prescription - tramadol buy usa

Anonyme a dit…

generic xanax does xanax pills look like - generic name xanax bars

Anonyme a dit…

buy tramadol online tramadol buy usa - tramadol hydrochloride 50mg side effects dogs

Anonyme a dit…

buy tramadol online buy tramadol online us - buy tramadol online with american express

Anonyme a dit…

discount xanax xanax and caffeine effects - xanax bars x 56 65

Anonyme a dit…

buy carisoprodol cod carisoprodol drug family - carisoprodol (soma) vs cyclobenzaprine (flexeril)

Anonyme a dit…

buy carisoprodol carisoprodol how to abuse - carisoprodol 350 mg images

Anonyme a dit…

cialis online buy real cialis online - best online pharmacy cialis

Anonyme a dit…

xanax mg side effects of xanax for anxiety - alprazolam merck 0 5 mg

Anonyme a dit…

cialis online secure tabs online cialis 20 mg - buying cialis online legal

Anonyme a dit…

buy cialis online cialis 20 online - cialis and nitrates

Anonyme a dit…

cialis online cialis 800 - cheapest cialis online us

Anonyme a dit…

xanax online many 1mg xanax equal bar - buy alprazolam powder china

Anonyme a dit…

buy xanax xanax taper schedule - xanax online safe

Anonyme a dit…

order cialis no prescription order cialis us - cialis wiki

Anonyme a dit…

buy cialis cheap cialis usa - want order cialis

Anonyme a dit…

http://landvoicelearning.com/#21906 buy tramadol online overnight cod - tramadol 50mg (generic ultram)

Anonyme a dit…

learn how to buy tramdadol buy tramadol 6914 - tramadol dosage women

Anonyme a dit…

buy tramadol tramadol withdrawal one week - tramadol ultram dosage

Anonyme a dit…

learn how to buy tramdadol high on tramadol - tramadol hcl muscle relaxer

Anonyme a dit…

buy tramadol good place buy tramadol online - buy tramadol cheap online no prescription

Anonyme a dit…

buy tramadol where to buy tramadol online usa - best place buy tramadol online reviews

Anonyme a dit…

http://landvoicelearning.com/#30896 tramadol addiction and suboxone - can take 100mg tramadol one time

Anonyme a dit…

http://landvoicelearning.com/#97734 tramadol next day - tramadol for dogs safe

Anonyme a dit…

buy tramadol tramadol yahoo - tramadol withdrawal hydrocodone

Anonyme a dit…

buy tramadol online tramadol no prescription buy - tramadol online international

Anonyme a dit…

buy tramadol online with mastercard tramadol 50 mg para que sirve - tramadol 100mg 2 ml

Anonyme a dit…

http://blog.dawn.com/dblog/buy/#34852 buy tramadol echeck - tramadol 325 mg high

Anonyme a dit…

buy tramadol tramadol for dogs human use - tramadol for dogs dose rate

«Les plus anciens ‹Précédent   1 – 200 sur 218   Suivant› Les plus récents»