samedi 20 novembre 2010

Les jeunes dirigeants remettent en cause les traditions en Mauritanie

Les membres de ce qu'il convient d'appeler la "Génération Facebook" doivent lutter contre la notion traditionnelle selon laquelle c'est l'âge qui détermine les aptitudes. Les jeunes de Mauritanie sont prêts à prendre les commandes. Ils prennent de plus en plus de responsabilités, défiant l'opinion traditionnelle selon laquelle "les anciens ont toujours de meilleures capacités que les jeunes", quelles que soient leurs compétences.

Aujourd'hui, de nombreux Mauritaniens âgés d'une vingtaine d'années sont professeurs à l'université, médecins, ingénieurs, responsables militaires, journalistes et même chefs de partis politiques face à des responsables politiques plus âgés. Certains analystes voient ce phénomène comme "un signe fort du besoin de revoir l'héritage culturel local".

Jiddou Ould Ahmed, président de l'Union des jeunes démocrates (UJD), a expliqué à Magharebia que son parti cherche à supprimer "toutes les coutumes et les attitudes qui marginalisent les jeunes, notamment l'idée selon laquelle les jeunes ne sont pas qualifiés pour diriger du fait de leur âge, et que les leaders plus âgés seront toujours meilleurs".



"La majorité des jeunes dans la Mauritanie d'aujourd'hui sont diplômés des universités et d'instituts nationaux et internationaux, tandis que l'ancienne génération ne dispose pas des mêmes qualifications et que ses membres n'ont, pour la plupart, reçu aucun enseignement universitaire", a expliqué Ould Ahmed.

"La nouvelle génération est prête à traiter avec l'ancienne avec tout le respect et l'appréciation nécessaires, au-delà des idées préconçues", a expliqué le président de l'UJD. "Nous leur apportons de l'énergie et ils nous apportent leur expérience."

Ould Ahmed a expliqué chercher à "renouveler la classe politique dans le pays et à ce que les jeunes soient plus présents au parlement et au gouvernement, ainsi qu'à plusieurs postes de décision". "Nous savons que certains jeunes peuvent considérer la voie de l'extrémisme par suite de leur marginalisation par l'ancienne génération, et c'est la raison pour laquelle nous cherchons à construire une couche sociale de jeunes aux idées libérales", a-t-il expliqué à Magharebia.

Mais tous les membres de l'ancienne génération ne sont pas pour autant disposés à confier aux jeunes les clés du pouvoir. "La responsabilité est une chose importante, qui demande une maturité qu'une personne ne peut avoir avant l'âge de 40 ans", a déclaré l'administrateur Dah Ould Mohamed, âgé de 58 ans. "Les jeunes se caractérisent par leur témérité, leur caractère impulsif, leur passion et leur amour de l'aventure, qui ne sont pas des choses désirables en matière de leadership et peuvent avoir des conséquences catastrophiques."

"L'ancienne génération est sage et possède une riche expérience qui la rend plus sensible aux diverses dimensions de la prise de décision et de l'adoption de positions en situation d'urgence", a-t-il ajouté. "Le fait que les jeunes aient un bon niveau d'éducation, qui soit de qualité, ne leur permet pas de prendre le statut de l'ancienne génération qui a porté et porte encore la nation mauritanienne."

Lemrabott Ould Lemine, étudiant en sociologie, a expliqué à Magharebia qu'il est normal qu'existe une sorte de conflit entre les deux générations, parce que la génération de l'Indépendance est celle qui tient les rênes des diverses institutions en Mauritanie, créant un sentiment d'injustice parmi les jeunes qui sont impatients de diriger.

"Par essence, la culture mauritanienne a tendance à glorifier les anciens et à dénigrer les jeunes et leurs rêves, et il est probable que de nombreux adages populaires témoignent encore de cette mentalité, a-t-il expliqué. "Par exemple, un proverbe affirme : "Une personne âgée courbée peut voir des choses qu'une personne jeune bien droite ne peut voir", voulant dire que la bonne vision des choses revient aux anciens, et non l'inverse", a-t-il ajouté.

Mariam Mint Elbou, une historienne, explique cette question d'un point de vue historique, en affirmant que cette différence est due aux modifications des conditions de vie., "Le problème est que la communauté a été déplacée du désert vers les villes, et que le style de vie a changé, mais pas les mentalités. Dans l'inconscient collectif, les anciens restent la pierre angulaire de toute mobilité sociale, économique et même du développement, et l'image des jeunes reste celle qu'ils avaient dans le désert il y a des décennies."

"Le chômage en Mauritanie frappe toujours dans les rangs des jeunes, et non des anciens, un phénomène qu'il convient d'étudier comme moyen de contenir certaines mentalités qui n'ont pas leur place dans le développement économique et social de l'Etat mauritanien", a-t-elle ajouté.

Par Mohamed Yahya Ould Abdel Wedoud pour Magharebia à Nouakchott

13 commentaires:

maatala a dit…

Salam

Il a dit

"Aujourd'hui, de nombreux Mauritaniens âgés d'une vingtaine d'années sont professeurs à l'université, médecins, ingénieurs, responsables militaires, journalistes et même chefs de partis politiques"

--------------------------------

Prof d'université ou médecins à vingt, cela fait parti du miracle mauritanien dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Dans le genre plus con que moi tu meurs:

"Boidjel Ould Houmeid : 'Malgrè ses aspects positifs, le multipartisme a divisé les mauritaniens".

maatala

femmes seules a dit…

C'est absolument normal.

Anonyme a dit…

Maatala,

Houwa el mouchkila c'est la qualité de la formation de ces medecins, ingenieurs, militaires, science politiciens à 20 ans.Il n'attendent pas d ávoir de l'expérience, mais d'avoir tout de suite des responsabilités qu'ils ne pourront pas assumer.Ils sont pistonnés côté famille et c'est tiswit.
===

Maatala a réagi;

Il a dit

"Aujourd'hui, de nombreux Mauritaniens âgés d'une vingtaine d'années sont professeurs à l'université, médecins, ingénieurs, responsables militaires, journalistes et même chefs de partis politiques"

--------------------------------

Prof d'université ou médecins à vingt, cela fait parti du miracle mauritanien dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Femmes seules merhbeu. Qu'est-ce qui est absolument normal?
===
Les femmes seules ont it:

C'est absolument normal.

20 novembre 2010 17:23

Anonyme a dit…

Tentative assassinat d’un Officier de la sécurité d’Etat à Abaradjou



Lafia Révélateur, 19/11/2010 Commentaires [ 8 ] E-mail Imprimer









Ce jeudi 18 novembre 2010, il est 20H 15mn à Tombouctou des coups de feu retentissent dans un quartier (Abaradjou) c’est l’attaque du Domicile du Lt OUL KOULY.


Cet officier de renseignement de l’armée malienne était dans le collimateur de ses détracteurs depuis la mort du colonel Lamana. A cause de cette menace les chefs hiérarchique l’on muté à l’intérieur du pays (Ségou) pour sauver sa vie.

Il est de retour dans la cité des 333 Saints pour fêter avec ses parents qui sont à quelques Kilomètres de la ville de Tombouctou. Vers 20H 15mn un individu mal intentionné est venu tendre un guet-apens aux abords de son domicile. Un frère du lieutenant sortait de la concession et juste au niveau de la porte d’entrée il s’est arrêté pour fumer sa cigarette, d’un coup il reçoit des coups de rafales (9 Cartouches) d’un fusil d’assaut. Dieu merci il est sorti indemne. L’auteur des coups de feu a pris la fuite, l’alerte a été donnée par l’un de ses proches à la police qui débarqua immédiatement sur les lieux, ensuite les éléments de l’armée, de la gendarmerie et de la garde Nationale les regagnaient.

Le Lieutenant Ooul Kouly n’était pas de retour de la brousse où il était partie fêter avec ses parents.




BABA OULD

Anonyme a dit…

'est quoi cette interview de ATT? En tout cas Sidi n'était pas à la hauteur ni de la présentation encore moins de la conduite du débat. Manque de professionalisme notoire.

Anonyme a dit…

Maata,

KHALI ANAKE nos gifted children!

Femme Seule,

Il suffit d'avoir un ordinateur pour avoir la compagnie de...Maata. Just be careful car il n'utilise l'ordinateur qu'a' deux heures du matin.


Qu'est-ce qu'on attend pour liberer Ould Dade'? Il a une bonne place sur la liste de Roumouz Al Vassad. Cela suffit comme sanction pour le President de Sans Conscience!.

Anonyme a dit…

Je commence à accepter le gars, s'il ne fait pas de conneries avec AQMI et ses fabricants. Znagui enta maayeu walla maa? Deygoul a dit qu'il n y a que les imbéciles qui ne changent pas d'idées. J'avais esperé ZZ faire la même chose le premier mois de son investiture comme PM. Mais il a choisi de faire du gré-à-gré d'abord avec sa parentèle et le reste après était zéro. Et pourtant à la lecture de son message de campagne j'étais pour lui.

azzizzo: esss. Pas de faux pas.

A-

-----


Le président de la république est arrivé à Nbeiguett Lehwash.


Le Président de la République Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz est arrivé dimanche matin à la moughataa de N'Beiket Lahouach relevant de la wilaya du Hodh Charghi.

Le Chef de l'Etat était accueilli à son arrivée par le ministre de l'habitat, de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire, M. Ismail Ould Bodda Ould Cheikh Sidiya; le commandant de la 5ème région militaire, Colonel Sidiya Ould Mohamed Bouya Ould Sidi Haiba; le hakem de la moughataa, M. Abde Dayem Ould Moustapha; le capitaine Ahmed Ould Ameyin, commandant du 1er Groupement de la Garde nationale; les autorités administratives, militaires et sécuritaires locales, des élus, cadres et notables de la zone.

Le Président de la République aura à superviser l'inauguration d'un certain nombre d'installations dans cette moughataa qui a été créée récemment pour favoriser un début de stabilisation dans cette zone pastorale riche en ressources et en cheptel.



Les populations de la zone du "Dhar" ont réservé au Président de la République un accueil populaire massif avec au premier rang un grand nombre de chameliers. Les habitants des environs ont dressé des pancartes, levé haut des banderolles et scandé des slogans de soutien au Président de la République et aux "orientations en faveur du changement constructif" pour les efforts consentis en faveur de l'amélioration des conditions de vie des populations en particulier dans le terroir.

Ils aussi apprécié le souci du Chef de l'Etat de rapprocher l'administration du citoyen et de rendre disponibles les services sociaux de santé et d'éducation dans tous les coins de la Mauritanie.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Agence Mauritanienne d'Information

Anonyme a dit…

Lu pour twa Maatala. C'est ton rayon. Ould Horma a vraiment besoin d'un auditeur externe indépendant. Sinon, il va rejoindre Ould Daddeu. A-

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=49477

Anonyme a dit…

Lu pour Couli. Sur les Baathístes de ce bas monde. Tu crois qu'ils reviendront? En tout cas, ils sont plein dans l'UPR. Même avec Tawassoul. Tu gagnes un election et ils sont déjà là. Ils collent comme du chewing-gum et vive la catastrophe ...

A-

http://themoornextdoor.wordpress.com/2010/11/20/notes-re-the-mauritanian-ba%ca%bfth/#more-5339

Anonyme a dit…

Lu pour couli sur les twareg (pas la voiture). De Jeremy Keenan et d'hier seulement sur Al Jazeera in English. Essak min etoukhma ya Couli: je te fais lire trob. A-
==

http://english.aljazeera.net/indepth/briefings/2010/11/201011112161535322.html

Anonyme a dit…

Les zamis,

Pris sur TSA. Ils 28 cde plus à deserter AQMI. Source AFP et c'est d'aujourd'hui. Vous voyez? Manip ou pas, c'est ce qu'il faut faire.

A-
===

Terrorisme au Sahel

28 Mauritaniens quittent Aqmi et se rendent à l'armée


Vingt-huit jeunes Mauritaniens membres d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont fait défection des camps de l'organisation dans le Sahara et se sont rendus à l'armée mauritanienne, ont affirmé dimanche à l'AFP des sources militaires dans le nord du Mali. "Vingt huit jeunes Mauritaniens ont fui les bases d'Aqmi dans le Sahara et sont actuellement en route vers la Mauritanie", a affirmé à l'AFP une source militaire mauritanienne, contactée par téléphone dans le nord du Mali, à la frontière entre Mali et Mauritanie.

"Ils sont très jeunes et ont été endoctrinés. Certains ont même 14 ans. Leur retour est le fruit d'un travail sur le terrain", a ajouté la même source qui a tenu à ajouter: "Nous ne voulons pas trop médiatiser l'affaire. Il faut protéger ces jeunes qui ont encore mineurs". "Certains ont été battus dans les camps par Aqmi", a affirmé la même source. Une source militaire étrangère sur le terrain a également assuré qu'"une trentaine de jeunes, très jeunes Mauritaniens", avaient fait "défection des rangs d'Aqmi" et se dirigeaient vers la Mauritanie. Au début du mois, les mêmes sources avaient annoncé que six jeunes Mauritaniens avaient fui les bases d'Aqmi.

L'infiltration d'Aqmi par des éléments dépêchés par l'armée mauritanienne aurait notamment permis d'obtenir ces défections, selon ces sources. Une nouvelle loi sur le terrorisme, adoptée en juillet par le Parlement mauritanien, avait ouvert la voie du repentir aux combattants islamistes, pour tenter de contrer l'expansion d'Aqmi dans les pays du Sahel. Ce texte offre aux extrémistes qui se rendent aux autorités "avant leur arrestation" des conditions spéciales pouvant aller jusqu'à leur mise en liberté sous contrôle.

Un forum sur le terrorisme et l'extrêmisme organisé le mois dernier à Nouakchott avait pris une résolution encourageant cette procédure, afin d'inciter la jeunesse "égarée" à revenir à la raison et "ré-épouser l'islam modéré en vigueur" en Mauritanie.