dimanche 16 janvier 2011

il faut revoir la definition du mot opposition en Mauritanie.

Regardons de pres les elements suivants:
1- 2005 il y a eu coup d'etat. Les opposants de toujours ont fait le tour du monde pour faire accepter le coup d'etat.
2- Une election presidentielle a eu lieu malgre' le president du CMJD. Sidi Mohamed a ete' elu.
3- Messoud qui n'a que 5 depute's devient le President du Parlement.
4- le Chef d'etat Major Particulier du nouveau President democratiquement elu, fait une alliance avec les depute's de la majorite'...presidentielle pour faire un coup d'etat.
5- Le chef de l'opposition accepte le coup d'etat parce qu'il a toujours pense' que c'est lui qui devrait etre le President de la republique.
6- Les anciens opposants et une partie du parti presidentiel deviennent la nouvelle opposition.
7- A la surprise du monde entier, les opposants au nouveau coup d'etat acceptent les accords de Dakar qui ecartent definitivement le president qui est democratiquement elu.
8- Plusieurs dirigeants de l'opposition au coup, sont eux memes candidats pour remplacer le president qui est democartiquement elu.
9- Le General qui a fait le coup d'etat s'est fait elire. Il avait demissionne' tout en restant au milieu de son bataillon militaire a' la presidence. Le President du Senat qui assurait l'interime n'a jamais quitte' son bureau du president.
10- Ai-je oublie' de vous dire que le chef officiel de l'opposition etait du cote' du militaire qui est devenu president elu?
11- Avec le temps, memes les anciens amis de Sidi Mohamed ont developpe' des strategies pour manger dans la main du general, president democratiquement et militairement elu.
12- Aujourd'hui le Genral et son parti politique sont devenus un camion balayeur. Ils ramassent tout sur leur trajet.
13- Abdel Aziz sait que son parti est inodore, incolore et sans saveur. Il prend la forme du recipient qui le contient. SUIS-je entrain de parler des qualite's de l'eau potable? Il faut tout simplement dire que le parti d'Abdel Aziz n'est pas potable. Il applaudirait le premier qui fera un coup d'etat contre...Abdel Aziz.
14- Plusieurs des opposants actuels ne sont rien d'autres que des vieux autocrates qui refusent d'aller a' la retraite. Plusieurs des jeunes qui sont dans l'opposition, le sont parce qu'Abdel Aziz refuse de leur tendre la main pour des raisons que seul Abdel Aziz connait.
15- Nous avons certainement quelques vrais opposants au regime en place mais on les compte sur les bouts des doigts.

LE VRAI CHANGEMENT VIENDRA DE LA RUE! CEUX QUI SONT AU POUVOIR ET CEUX QUI PARLENT AU NON DE L'OPPOSITION, ONT LA STRATEGIE DU VENTRE ET/OU DE LA POCHE. LES MAURITANIENNES ET LES MAURITANIENS ORDINAIRES SONT LES DINDONS DE LEUR INTERMINABLE FARCE.

Ben Aly n'a jamais pense' que la fin de son regime allait venir d'un chomeur du nom de Mohamed Bouazizi qui ne cherchait qu'a' vendre quelques fruits pour survivre. TOUT CE QUE NOS PEUPLES DEMANDENT ET TOUT CE QUE NOUS DEMANDONS AU NOM DE NOS PEUPLES, EST QUE CES REGIMES CRIMINELS ET IMBECILES QUI GOUVERNENT LES PAYS AFRICAINS ACCEPTENT DE RECONNAITRE L'HUMANITE' DE L'AFRICAINE ET CELLE DE L'AFRICAIN.

Prof Coulibaly ( réfugié alimentaire au USA)

14 commentaires:

Bebe BA a dit…

Bidé, lol

l'opposition et la société civile mauritanienne auraient dû prendre exemple la société civile guinnéene ou recement sur ce qui s'est passé en tunisie!
Mais les evenements passés montrés qu'ils ne s'opposaient que quand leurs intérêts sont en jeu et qu'ils pouvaient se montrer très opportunistes.
En fait, c'est qu'ils n'avaient aucun éthique! c'est triste
La solution à ce problème est de changer toute la classe politique mauritanienne, we toff

Bebe BA a dit…

La Mauritanie remporte cinq prix à l'Exposition Universelle de Changhai
(Agence mauritanienne d'info 14/01/2011)

La Mauritanie a remporté le prix d'or de l'exposition universelle de Changhai 2010 décerné par le Bureau International des Expositions (BIE) pour être le pays qui a répondu le mieux à la thématique de l'expo; le prix du pavillon donné par le bureau de la coordination de l'Exposition; le prix d'excellence au niveau du pavillon Afrique et enfin le prix du public (ou le prix visiteurs) qui était unanime pour décréter le pavillon mauritanien celui de l'amabilité, de la courtoisie et de la gentillesse et qui a demandé un tel prix pour ce pavillon.

A cette importante occasion le ministère du commerce de l'artisanant et du tourisme représenté par le commissariat chargé des expositions a organisé mercredi à Nouakchott dans les locaux du ministère une cérémonie marquant l'évènement et destinée à primer les lauréats du pavillon mauritanien à cette Exposition universelle qui a drainé près de 22 millions de visiteurs.

Une expo qui a remporté le record de la participation avec 210 pays participants et une quarantaine d'organisations internationales et de visiteurs avec plus de 72 millions de visiteurs, un autre record jamais atteint depuis que l'exposition universelle a vu le jour.
Cette cérémonie intervient pour apprécier les efforts des participants qui se sont distingué dans le pavillon mauritanien lors de l'Exposition Unniverselle 2010 de Changhai, efforts qui ont permis à la Mauritanie d'obtenir 5 médailles dont une médaille d'or.
Le ministre du commerce de l'artisanant et du tourisme, M. Bamba Ould Dermane a, au cours de la cérémonie, receptionné ces prix des mains du commissaire général aux expositions, M. Oumar Ould Abidine Sidi qui a précisé que ce succès est le résultat de la bonne participation de la Mauritanie.
C'est ainsi que le pavillon mauritanien a englobé des exemples de notre potentiel touristique diversifié et de notre patrimoine ainsi que de nos traditions populaires spécifiques qui ont suscité l'admiration du public qui a dépassé les 22 millions de visiteurs".
Le ministre a, de son côté, indiqué que "cette manifestation internationale a constitué une occasion pour la Mauritanie de faire connaître la richesse et la diversité de son potentiel touristique et culturel ainsi que de son patrimoine mais aussi de jeter la lumière sur les opportunités d'investissement existant dans le pays".
Le ministre a su gré au gouvernement et au peuple chinois pour l'accueil et l'hospitalité généreuse dont les participants au pavillon Mauritanie ont été l'objet et pour le succès de cette manifestation internationale.
Pour sa part, l'ambassadeur de la République Populaire de Chine accrédité à Nouakchott, SEM. Chen Gonglai s'est dit heureux de prendre part à cette cérémonie "appréciant la réussite du pavillon mauritanien suivant les témoignages de tous dans cette manifestation internationale qui a donné lieu à la participation de quelque 250 pays et dont les expositions ont été suivis par un million 300 mille visiteurs".
Le diplomate chinois a présenté, au nom de la République Populaire de Chine, ses remerciements au gouvernement et au peuple mauritaniens pour avoir pris part à cette manifestation internationale.
Au cours de la cérémonie de distribution des prix, des attestations ont été distribués aux lauréats.
La cérémonie marquant l'évènement s'est déroulée en présence du chargé de mission au ministère ainsi que du directeur de l'artisanat et d'autres personnalités.

maatala a dit…

Salam

Lu pour Momo dit tiris

"Condamnation de Mint Bakar Vall à Six mois de prison ferme.


Le tribunal des mineurs de Nouakchott a condamné à 6 mois de prison ferme, Mme Oumoulmoumnine Mint Bakar Vall reconnue coupable d’exploitation de mineurs.

Mme Oumoulmoumnine Mint Bakar Vall, est jugée depuis le 1 3 janvier pour « exploitation de mineur », en même temps que les mères des deux mineures de 10 et 17 ans, poursuivies pour « participation à l’exploitation de mineurs », lesquelles ont été également condamnées à six mois de prison avec sursis.

Dans son réquisitoire, le parquet avait requis une année de prison ferme contre Mint Bakar Vall et six mois de prison contre les deux autres femmes.

---------------------------------

Azzizzo a comprit que s'il voulait la paix et la préservation du système , il fallait donner des gages et des exemples.

Le pouvoir pourra toujours se targuer de dire qu'il n'a pas condamner Biram parce qu'il lutte contre l'esclavagisme , mais parce qu'il a agressé des flics.

Sauf qu'il vient de créer une jurisprudence et Biram une fois dehors fera la chasse aux esclavagistes et autres exploitateurs de gamines.

Tiris ente vem dit le fou


maatala

maatala a dit…

Salam

Bravo Biram et respect

Moulconnasse mint Bakar a dut être révoltée, sonnée par le verdict.

Jouer à la bienfaitrice des gamines et se retrouver en taule.

Elle a du se dire que ce pays est devenu ingrat.

La chasse aux Thénardiers est ouverte dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

ah ! maata quel salaud !

j'ai bien ri !

mon pauvr couli, maata est jaloux de ton génie lol

Anonyme a dit…

vous etes disqualifiez pour donner des conseils ou faire des jugements car vous croulez sous le poids d'un mulitanitisme egoiste pesant et privant de toute forme de lucidité pour parler du droit et de l'homme

La recherche de bouc emissaire nous eloigne davantage de la justice et de la cohesion sociale et mine le tissu social. Non a l'ajout du malheur au malheur pour faire plaisir aux ongs du malheur qui cherchent plus le reglement de compte et le racisme qu'une solution pertinnente qui passe forcement par une elevation ciblé du niveau de vie et une obligation reelle d'instruction pour tous les enfants du pays.

En effet, le problème est foncièrement économique, plus précisément une répartition très inégalitaire des richesses, du savoir, du pouvoir et une absence voulue et entretenue de l’état. Le formalisme supposé d’un état centralisé contraste vulgairement avec la réalité d’une économie essentiellement informelle et donc reflétant toujours les anciennes féodalités. Contrairement aux rhétoriques ambiante le statut social en Mauritanie comme partout n’est pas figé mais en perpétuel changement selon la position patrimoniale car les humains sont par essence et naissance égaux.

Cette dernière et idéale réalité est pervertie par l’avidité, l’ambition et l’égoïsme qui pousse à l’aberration à l’exploitation et la domination pour s’accaparer des richesses et par conséquent le pouvoir. La solution n’est pas de polariser davantage les positions mais des politiques ciblées permettant de rehausser significativement le niveau de vie des franges importantes de la population pour les éloigner de la dépendance et la misère qui les rendent vulnérables. Sans cette remise à niveau du pouvoir d’achat aucun salut n’est possible.

Cette politique se fait sur le terrain au quotidien par un état qui se met au niveau de la population loin de la conception élitiste actuelle où l’état se résume à des bureaucrates incompétents enfermés dans des bureaux climatisés ignorant systématiquement la réalité des populations qu’ils méprisent royalement.

mouhamed

Anonyme a dit…

Il n'est pas du tout difficile dans une societé traditionnelle voire feodale de mettre à jour des pratiques esclavagistes ou d'exploitation des mineurs, pour etre honnete il suffit tout simplement d'ouvrir les yeux dans n'importe quelle rue ou ruelle de nouakchott ou d'ailleurs sans avoir besoin de fracas ou de franchir la porte d'une maison. En effet, les rues sont plein des enfants qui travaillent comme charettier, soudeur, mecanicien, planton , etc dans des conditions abominables et inhumaines et privés de l'ecole sous la pression de leur parents ou leur tuteurs ou oppresseurs etc. Mais quand l'objectif est le reglement de compte, la haine le racisme et non les droits de l'homme on a forcement affaire avec certains ONGs telles que ira-flere-sos esclavage-fondah etc. qui font un tapage mediatique malsain pour des cas anecdotiques, ciblés et repondant forcement aux criteres de leur guerre de couleur pour que le spectacle du mepris continue.

mouhamed

Anonyme a dit…

Maata,

Le titre d'Aiounois, ne' et grandi en Mauritanie, GARAY aux USA et devenu citoyen de la grande et la premiere puissance du monde aurait ete' meilleur.(Je suis entrain de rire parce que je suis sur le point de battre le long titre de: Capitaine Breika Ould M'bareck, membre du CMSN, Commandant de la sixieme region militaire et President de la Commission regionnale des structures d'education des masses pour le district de Nouakchott.)Frankly, I AM STILL LAUGHING!!!Mon cher Maata, you just don't know any better.

Sur un tout autre plan, je pense que c'est l'interview accorde'e par Ladji Traore' qui doit etre ici. Ladite interview est publie'e par cridem.


Bebe Ba,

Comme je l'ai dit, nous avons des hommes et des femmes qui sont bien et qui ont des principes.Ils croient fermement qu'on peut faire mieux en Mauritanie. Le grand diplomate Ahmedou Ould Abdallah, le communiste Beder Dine ou SINE, le revolte' Ladji Traore', mon ami de DSF Ahmed Ould Saleck,mon professeur Sall Ibrahima,le revolte' Gemal Ould Yessa, mon beau frere Thiam Samba, le fou qui dit la verite' Biram Ould Dah, le sage Ould Mowloud, K.M. Diallo, Habibi Habeytou Mint Meydah et bien d'autres se trouvent dans cette categorie.

MESSAOUD EST SINCERE! IL EST ET RESTERA PARMI LES MEILLEURS DIRIGEANTS DE LA MAURITANIE!!!!!

Ce ne sont pas les competences qui manquent en Mauritanie BUT THE WILLINGNESS TO DO WHAT IS RIGHT!!!!

Je crois fermement que Moawiya Ould Sid'Ahmed Taya,Mohamed Khouna Ould Haidallah, Ely Ould Mohamed Vall et Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi peuvent toujours apporter une tres grande contribution a' la paix, au developpement et a' la stabilite' de la Mauritanie. Le President Abdel Aziz doit trouver des moyens pour se reconcilier avec eux.

maatala a dit…

Salam

Momo

Les tribunaux mauritaniens (sic) ont condamnés "Moulconasse".

Ils ont donc reconnus l'exploitation des mineurs qui pour nous est un fait d'esclavagisme.

Il y a des lois, il faut les appliquer.

"Leveulseve" sur la société mauritanienne et ces tares ce n'est que de la masturbation intellectuelle qui n'a qu'un seule objectif, faire de la diversion.

Biram t'embrasse dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Couly a dit:

"le fou qui dit la verite' Biram Ould Dah"

Cette phrase me comble de joie

Thank a lot dear couly

maatala

maatala a dit…

salam

"'Peut-être on partira, mais on brûlera Tunis'.


Cet homme n'est ni grand ni petit. On ne peut pas le décrire. Il n'a pas de nom. Il faut lui en inventer un : Zyed. Il se terre dans une maison du quartier Bardo, à Tunis, qu'il fait surveiller depuis la rue par de jeunes parents, les nerfs à fleur de peau. "Je change d'endroit toutes les heures", dit-il en refoulant des larmes.

Conseiller de Zine El-Abidine Ben Ali au palais de Carthage, il avait pris contact de sa propre initiative quelques jours avant la chute de l'ex-président parce que, disait-il, il ne voulait pas "être complice des massacres". Pour le rencontrer, ce dimanche 16 janvier, il faut suivre des émissaires à travers un dédale de rues.

Zyed tente aujourd'hui de fuir la Tunisie, mais son passeport français, qu'il exhibe trop brièvement, est faux.



Son récit, souvent interrompu par le bruit de tirs tout proches qui le font violemment sursauter, met en scène les intrigues d'un clan familial sclérosé et une fin de règne agonisante bien avant le début, le 17 décembre 2010, des émeutes en Tunisie. "Il régnait une atmosphère délétère au palais, souligne-t-il. En septembre, il y a eu un accrochage très sérieux entre le président et sa femme, et, à partir de là, la présence de son frère Belhassen et de son fils Imed est devenue de plus en plus forte."

L'ancien conseiller avance aussi le nom de Slim Chiboub, marié à Dorsaf Ben Ali, la fille de l'ancien président, mais écarte celui d'un autre gendre, très en vue, Sakhr El-Materi, décrit comme "un requin qui n'a pas de dents".

"Qu’il crève"

maatala a dit…

En octobre, ce clan aurait mis au point, selon lui, un scénario "diabolique" consistant à laisser "le président en poste jusqu'en janvier 2013, puis sa démission aurait été annoncée pour raison médicale, suivie d'un appel pour des élections". Les partis "amis" auraient été instrumentalisés pour créer une polémique en présentant de faux candidats. Des manifestations organisées un peu partout par le RCD, le parti du pouvoir, se seraient conclues par une "manif monstre d'un million de personnes à Tunis pour réclamer la candidature de Leïla".

Mais, le 17 décembre, le suicide de Mohamed Bouazizi, immolé par le feu, change tout. "Ben Ali était totalement indifférent, il a dit quelque chose comme : 'Qu'il crève'. A ce moment, Abdelwahab Abdallah est devenu le véritable régent, et Abdelaziz Ben Dhia le filtre sans qui rien ne passait." Ali Sériati, le chef de la garde présidentielle, fait partie du dispositif.

L'ancien conseiller décrit des acteurs de plus en plus fébriles au fur et à mesure que le mouvement de révolte prend de l'ampleur dans le pays. Le 29 décembre, au lendemain du premier discours du président, il assiste à une réunion de crise. "Abdallah a dit : 'Il faut que tout ça soit manipulé par un groupe affilié à Al-Qaida au Maghreb islamique. Pour nos amis français, c'est la seule solution.' Ce à quoi a répondu Ben Ali, très cynique: 'AQMI en Tunisie, c'est la mort du tourisme, on va se suicider'."
Des appels d'Eric Raoult.

Aux Américains, un même argument devait être présenté : Kasserine, la ville où les manifestations ont été les plus durement réprimées, était un "foyer islamiste". "Il y a eu un air de fête après les déclarations de Michèle Alliot-Marie lorsqu'elle a proposé d'aider à former des policiers tunisiens, poursuit Zyed. Et Eric Raoult appelait tout le temps pour dire qu'il ne fallait pas ouvrir la brèche aux islamistes ; Abdallah l'avait surnommé la 'passerelle'."

Contacté, M. Raoult reconnaît avoir "appelé souvent", mais, assure-t-il, "des amis comme Charfeddine Guellouz ou Habiba Massabi [députée RCD], pas la présidence, ce n'est pas de mon niveau".

La situation, cependant, s'aggrave en Tunisie. Le conseiller, qui révèle que l'ancien chef de l'Etat s'était réfugié dans sa propriété d'Hammamet avant de quitter le pays et avait préenregistré son dernier discours, rapporte cette dernière réunion : "Sériati a prévenu que les militaires, ces 'fils de bâtards', a-t-il dit, fraternisaient avec la population.

Il a ajouté: 'Peut-être on partira, mais on brûlera Tunis : j'ai 800 bonhommes prêts à se sacrifier. Dans deux semaines, les mêmes qui manifestent vont nous supplier de reprendre les choses en main.'" Zyed, alors, est parti de son côté.

Isabelle Mandraud

Source : Le Monde (France)

maatala a dit…

Salam

Lu pour couly

La famille Ben Ali aurait fui avec 1,5 tonne d'or, selon Le Monde
La famille du président déchu Zine El Abidine Ben Ali se serait enfuie de Tunisie avec 1,5 tonne d'or, selon le journal Le Monde, qui cite des sources à la présidence française.


L'Elysée soupçonne la famille Ben Ali d'avoir fui la Tunisie avec 1,5 tonne d'or", affirme le grand quotidien français daté de mardi.

Le Monde indique que la présidence "se fonde sur des recoupements des services secrets français" qui "essaient de comprendre comment s'est achevée la journée de vendredi 14 janvier, qui a vu le départ du président et de sa famille et la chute de son régime".

Selon les services secrets français cités par Le Monde, Leïla Trabelsi, la femme du président, "se serait rendue à la Banque centrale de Tunisie chercher des lingots d'or", et aurait essuyé un refus du gouverneur, avant qu'il ne cède sous la pression de Zine El Abidine Ben Ali.

à lire aussi
dans actualité :
Une ex-Première Dame contestée
Le portrait de Leïla Trabelsi sur Wikipedia
Un neveu de Ben Ali tué
Imed Trabelsi victime d'une blessure à l'arme blanche
Ben Ali réfugié en Arabie Saoudite
Lâché par Paris, le président et sa famille ont été accueillis au royaume
Le film des événements
Comprendre comment la "Révolution de Jasmin" a mis fin à Ben Ali
"Il semblerait que la femme de Ben Ali soit partie avec de l'or (...) 1,5 tonne d'or, cela fait 45 millions d'euros", a déclaré au journal un responsable politique français. Une information émanant de "source tunisienne" qui "a l'air relativement confirmée", selon un conseiller de l'Elysée, en dépit de dénégations officielles de la Banque centrale de Tunisie, ajoute Le Monde.

Zine El Abidine Ben Ali a fui vendredi son pays pour l'Arabie Saoudite, après un mois de manifestations réprimées dans le sang qui ont mis fin à 23 ans d'un règne sans partage.

Sa seconde épouse, Leïla Trabelsi, et la famille de cette dernière, se sont accaparé les richesses du pays en utilisant l'appareil d'Etat, usant d'alliances, de corruption, de menaces. Depuis trois jours, les membres du clan sont pourchassés en Tunisie, arrêtés ou tués, et leurs somptueuses villas saccagées.

maatala

Anonyme a dit…

cet article a été repris sur boolumbal.org avec la mention " réfugié alimentaire " lol

http://www.boolumbal.org/Il-faut-revoir-la-definition-du-mot-opposition-en-Mauritanie_a5628.html