lundi 7 mars 2011

Bonne féte maman

Le réglement du mari

Article 1er : Le mari a toujours raison.

Article 2 : le mari est toujours chef de famille,
même s’il ne travaille pas.

Article 3 : La femme avant de se coucher
doit demander à son mari, de même avant
de lui tourner le dos.

Article 4 : Si le mari porte la main sur la
femme et qu’arrive un visiteur, celle-ci doit
sourire, comme si rien ne s’était passé.

Article 5 : Le mari est toujours chef et dirige
les opérations, même au lit.

Article 6 : Même si la femme a raison, l’article
1er s’applique.

Article 7 : la femme avant de se coucher
doit être sans robe de nuit, laissant la porte
ouverte à toutes les éventualités du mari.

Article 8 : le mari n’a jamais menti, mais il
éclaircit.

Article 9 :Quand le mari gronde, la femme
reste debout et fixe sans rien dire.

Article 10 : La femme doit toujours attendre
le mari avant de prendre une décision.

Article 11 : Le mari ne rentre jamais en retard,
il est en réunion de service.

Article 12 : Le mari ne sort jamais le jour de
repos. Il est appelé en conseil de famille.

Article 13 : La femme attend son mari avec
ses idées personnelles et prend celles du
mari quand celui-ci est de retour.

Article 14 : La femme ne se rend au bureau
de son mari que pour un cas urgent ou sur
invitation de ce dernier.

Article 15 : La femme ne doit jamais faire
de dépenses sans consulter son mari,
même si c’est son argent propre.

Article 16 : La personne ne doit pas beaucoup
travailler la journée, de peur de se fatiguer
rapidement la nuit.

Article 17 : Les disputes doivent toujours
se régler à deux dans la maison sans témoin
et à l’avantage du mari.

Article 18 : La femme ne doit jamais refuser
de manger, même si elle est en colère.

Article 19 : La femme n’a pas d’ordre à
donner à son mari, mais le reçoit de celui-ci.

Article 20 : La femme doit respecter les ordres
de son mari à la lettre.

Article 21 : La femme doit limiter la jalousie
et ne pas la manifester en public.

Article 22 : la femme ne doit rendre visite à
ses parents et à sa belle-famille que sur autorisation
du mari, et, parfois, en compagnie
de ce dernier.

Article 23 : La femme ne peut sortir que sur
autorisation préalable de son mari.

Article 24 : Seule la femme peut prendre
un crédit et avec un carnet de pharmacie
les médicaments.

Article 25 : Si le père et la belle mère (belle-famille)
viennent à la maison et lancent
des paroles odieuses, la femme ne peut
rien faire et doit attendre la réaction de
son mari.

Article 26 : La femme ne doit jamais écouter
les on-dit.

Article 27 : La femme doit toujours considérer
son mari comme un élément complémentaire
non égal, et l’homme ne peut
considérer sa femme comme adversaire.

Article 28 : la femme doit recevoir des visiteurs
de son mari sans distinction de sexe
et avec grande politesse.

Article 29 : La femme n’a pas de rivales,
mais les amis

Etabli par Mme Marthe Dupurenez


maatala

10 commentaires:

maatala a dit…

salam

Le règlement du mari

Etabli par Mme Marthe Dupurenez, morte à l’âge de 104 ans, après 82 ans sous le toit conjugal, qui dit ceci : « Je sais que les jeunes filles seront pas d’accord, mais celle qui mettra en pratique ce règlement, sera la plus heureuse de toutes et fera bon foyer ».

maatala

Anonyme a dit…

"La femme est un tresor

Donne lui du plaisir, elle te donnera un bebe.
Donne lui une maison, elle en fera un foyer.
Donne lui un baiser, elle te donnera un sourire.
Donne lui un sourire, elle te donnera un coeur.
Donne lui ton coeur, elle te donnera son amour.
Donne lui ton amour, elle te donnera le bonheur.
Donne lui le bonheur, elle te donnera tout, y compris le salut.

Elle multiplie, fortifie et embellit tout ce qu'on lui donne.

Donc, si tu lui donnes de la merde...t'etonne pas qu'elle te fasse chier!!!!"

Allez les amis, cette citation m'a ete' envoye'e par une amie.
Je souhaite une bonne fete a' toutes les femmes du monde! Une pense'e particuliere a' l'epouse de Maata qui doit souffrir de la compagnie de ce...fou d'epoux qu'elle a!

Anonyme a dit…

Lu pour la brigade anti-djihadiste de canalh. Preuve qu'un pays et le Polisario traficotent AQMI. A-

=====
AQMI : Un otage malien libéré

Le Combat, 08/03/2011

Les jours se suivent et se ressemblent désormais au sein du réseau AQMI (Al Qaida au Maghreb Islamique). Après la libération des trois otages, la semaine dernière, la bande vient de libérer un malien. Mohamed Yahya Ould Hamid, présumé complice de l’armée Mauritanienne. Il a passé presque trois mois aux mains de ses ravisseurs.

Après la libération, le 24 février dernier, au Niger, du Malgache Jean-Claude Rakotorilalao, du Togolais Alex Awando, et de la Française Françoise Larribe, c’est au tour du Malien Mohamed Yahya Ould Hamid de recouvrir la liberté.

Cette libération du Malien de la tribu d’Oulad Sleimane a été effectuée dans la nuit du mercredi au jeudi dernier par les éléments de la nébuleuse dans le nord de la ville de Tombouctou.

Si les trois otages précédant d’AQMI ont été accueillis par des hautes personnalités suite à leur libération, le Malien Mohamed yahya Ould Hamid, lui a été accueilli par son frère. Comme quoi, les otages n’ont pas les mêmes qualités selon leur pays d’origine.

Le désormais ex-otage d’AQMI se trouve actuellement dans sa ville natale de Tombouctou. Sa libération a été effective grâce à l’implication des grandes personnalités du Nord Mali qui ont voulu rester dans l’anonymat.

Selon des sources bien informées, ce sont des notabilités du nord plus précisément de la région de Tombouctou qui ont en effet permis cette libération. Et cela, après plusieurs tentatives de médiation avec la nébuleuse d’Al Qaida.

Il faut rappeler que Mohamed Yahya Ould Hamid a été pris en otage par Al Qaida au Maghreb Islamique depuis l’année dernière, lors des représailles de l’arrestation par la Mauritanie d’Oumar Sahraoui, un complice de la nébuleuse.

AQMI a pris en otage Mohamed yahya Ould Hamid parce que soupçonné d’ être le complice des autorités mauritaniennes dans l’arrestation d’Oumar Sahraoui.

Ainsi, après la libération de Sahraoui au Mali (en échange des deux otages espagnols d’AQMI en Août 2010), le djihadiste de retour dans le fief de la nébuleuse a bien reconnu que c’est Mohamed yahya Ould Hamid qui était à l’origine de son arrestation par la Mauritanie.

Dès lors, les éléments d’AQMI ont reconnu Ould Hamid, comme leur ennemi juré. Ainsi la nébuleuse d’Al Qaida avait menacé à l’époque de couper sa main droite et son pied gauche.
Par ailleurs, il faut rappeler qu’Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) détient toujours quatre autres otages français enlevés depuis le 15 septembre 2010 dans la ville d’Arlit au Niger.
D’après les dernières revendications d’Al Qaida, le sort de ces otages français est lié au retrait des troupes françaises opérant au compte de l’OTAN en Afghanistan.
Baba Ahmed

Le Combat, est seul responsable du contenu de cet article

Anonyme a dit…

Maatala,

Je crois que c'est à la BNM de rembourser illico presto les 49 millions de $ à la BCM. L'ex-directeur de la Sonimex ne sachant pas apparamment les règles de gestion des entreprises (il est ingénieur en quoi au juste? Construction de latrines?).

S'apparente au cas Ould Daddeu: incompétence en matière de gestion, mais grand "parler" en politique.

Une leçon dans tout ça: ne jamais recruter un chef d'entreprise sur la base d'appuis politiques, mais de compétition parmi des postulants. Les blancs sauf sarkozy le font depuis longtemps et ça marche. Pourquoi pas nous? Une idiotie du clan Sidioca-ZZ qui a mis ce jeune homme sans expérience en danger. Comme l'équipe azzizzo - laghdaf le chimiste qui ont rasé Ould Daddeu pour le restant de sa vie. Sais pas où est le Ould Horma, maîtrisard en droit de l'université de Nktt, responsable de l'agence chargée de présparer les dossiers de milliards d'investissements suite à la bonne pêche à Bruxelles. Je crois que le gars ne fout rien, parcequ'il ne sait pas comment faire. Il aurait été plus sage de donner cette fonction à cet El arbi, au lieu de le mettre entre les dents de la parentèle du duo Taya-Aziz.

Ben aussi azzizzo qui ne donne les contrats "uranium" qu'à ses cousins dans l'opacité totale. Les 54 hectares d'ElyCom à Toujounine, toujours pas parler.

Je n'ai personnellement pas de problème avec notre azzizzo parceque il s'est attaqué de front à ces connnards d'AQMI, ce qui est plus important que voler des sous ici et là au profit de sa parentèle (assel essaha mes parents maternels, à la mémoire de mon arrière, arrière grand mère Fatma Mbarka Mint El Khanoussi yarhamha).

Eyweu, les mauritaniens étant ce qu'il sont, je crois qu'il faut demander à la BNM de rembourser la BCM et liberer ce jeune El Arbi.

A-

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=53145

Anonyme a dit…

A-

Je prefere ne rien dire a' propos d'un dossier que je ne connais pas. Ceci etant dit, je ne vois pas comment on peut accuser une banque prive'e d'etre responsable du fait que le gouvernement Mauritanien a nomme' quelqu'un qui n'etait pas a' la hauteur de la mission qu'on lui avait confie'e'. Franchement je ne sais meme pas s'il s'agissait d'un cas d'incompetence ou de corruption. J'aimerais bien savoir la version de l'ancien Directeur General de la SONIMEX et celles de toutes les parties concerne'es avant d'arriver a' une conclusion.

Il faut demontrer qu'il y a eu un complot entre le Directeur et la BNM pour detourner $49 000 0000 avant d'accuser cette banque de quoi que ce soit.

Quel est le role de la BCM?
Quel est la responsabilite' de la presidence, de la primature, du gouvernement et des agences charge'es du controle des finances de l'etat?????
WHAT DID EACH ONE OF THE INSTITUTIONS MENTIONED PREVIOUSLY KNOW AND WHEN DID THEY KNOW IT?????
AND MORE IMPORTANTLY, WHAT DID THEY DO AFTER LEARNING ABOUT WHAT WAS GOING ON?????

Les amis, soyons prudents avec nos conclusions. Nous savons que plusieurs de nos cadres ne sont pas qualifie's pour les postes qu'ils occupent! La politique du "IT'S NOT WHAT YOU KNOW, BUT IT IS WHO YOU KNOW," est bien vivante chez nous.

Anonyme a dit…

Lu sur cridem:
http://www.cridem.org/C_Info.php?article=53169

Les entreprises mauritaniennes de manutention menacées.

Depuis quelque temps une rumeur circule selon laquelle une bataille sourde entre une société étrangère (MAERSK) et des entreprises nationales (MTM, VOTRA, SOGECO, TRANSMA, SMPN et SAMMA) qui s’étaient organisées en 1990, en une Société d’Equipements Portuaires (SEP) à la faveur de la concession de la manutention du Port Autonome de Nouakchott (PANPA).
Les entreprises disposant d’agrément, s’étaient donc ainsi regroupées pour acheter un matériel onéreux, notamment, des grues dont certaines coutent des centaines de millions d’ouguiyas. Depuis lors, la SEP s’est convenablement occupée de la manutention accordée par concession sur la base d’un cahier de charges signé avec le PANPA.
Il s’agit d’une gestion privée d’un service public, effectuée dans le respect de certaines conditions : (prix, qualité). Il n’y a jamais eu de défaillances de la part de la SEP depuis 1990 jusqu’en 2011. Le cahier de charges est respecté. Les tarifs sont appliqués au même titre, tant, pour les actionnaires qu’aux clients.
Toutes les marchandises qui débarquent au PANPA ont toujours été déchargées convenablement et un plan d’investissement était établi chaque année. Mais qu’à cela ne tienne. La société MAERSK a ses propres objectifs : reprendre le monopole auquel l’Etat avait renoncé au profit de sociétés de manutention qui se sont regroupées à l’époque dans une société d’outillages pour éviter que chacune d’entre elle n’aura à investir lourdement pour les mêmes équipements.
Il faut rappeler à ce titre la campagne menée des opérateurs présentant la SEP comme monopolistique, alors que cette dernière avait seulement demandé aux opérateurs désirant y adhérer d’acquérir des actions à leur valeur actualisée. Ces opérateurs voulaient acquérir des actions au prix de celles-ci en 1990. Il y a 20 ans de cela !!!
Mais c’est le cas de MAERSK-Mauritanie qui est nettement plus grave. La filiale mauritanienne de MAERSK (une multinationale Danoise) avait rejoint la SEP grâce à des actions d’une société mauritanienne ayant cessé d’exister . Les entreprises mauritaniennes qui ont accueilli MAERSK-Mauritanie au sein de la SEP ne pouvaient imaginer que cette dernière allait un jour œuvrer à les phagocyter, et leur livrer une concurrence déloyale.
D’abord en s’accaparant de 60% du trafic des conteneurs, objet de la manutention terre et qui représente 35% du trafic global du PANPA ; le reste du trafic du PANPA (75%) ne fait pas l’objet de manutention. Ensuite en quittant la SEP et en fournissant ses services avec un matériel propre. Il est clair que l’objectif visé n’est autre que celui de tuer la SEP et l’expertise nationale dans ce secteur.
Pourtant dans les faits, MAERSK-Mauritanie n’a pas fait baisser les tarifs malgré les promesses faites en ce sens. Elle n’a fait qu’aligner ses prix sur ceux de la SEP notamment pour les conteneurs 20 et 40 pieds .
Aujourd’hui nous sommes dans une situation quasi monopolistique à la faveur de MAERSK-Mauritanie. Situation que la SEP avait refusé en fixant des conditions pour l’acquisition de ses actions et en acceptant en son sein une entreprise étrangère. Les entreprises mauritaniennes de manutention se retrouvent ainsi sérieusement menacées par «un cheval de Troie» et risquent de mettre clé sous paillasson.

Anonyme a dit…

Plus de commentaires. Ce qui a été dit, a été dit. A-
===
Ou est passée Al Qaïda au Sahel ?


Depuis le déclenchement des événements en Libye, Al Qaïda au Maghreb Islamique se fait de plus en plus discrète. Alors qu’AQMI avait tenu en haleine tous les observateurs pendant deux années avec des actions terroristes au Niger, au Mali et en Mauritanie, voilà que son activité baisse d’une manière spectaculaire depuis le déclenchement des révoltes populaires dans le monde arabe.

Les spécialistes de la question ont noté le calme relatif qui règne dans le Sud algérien alors que celui-ci a été vidé des forces de sécurité déployées dans les grandes villes du pays et dans l’Algérois.

En outre, une grande partie de l’armée aurait été affectée à la surveillance des frontières tunisiennes et libyennes afin de contrôler les flux des réfugiés en provenance de ces voisins instables.



Plusieurs chercheurs en géostratégie ainsi que les responsables sécuritaires maliens, nigériens et mauritaniens n’ont pas manqué lors de leur passage à Paris de souligner à leurs interlocuteurs français cette coïncidence étrange. D’après des sources diplomatiques dans la capitale française, si le régime de Kadhafi chute, les Algériens risquent de se trouver dans de mauvais draps. « Ils ont trop de casseroles avec le guide », prévient un connaisseur de la question.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Maghreb Intelligence

Anonyme a dit…

L'approche azzizzo commence à porter fruit. Si les pays prennent au sérieux cette affaire, ils vont la gagner cette guerre. Conséquence de la Libye et l'Algérie occupés avec les intifadas chez eux? Peut-être ...

A-
----



Deux Mauritaniens d'Aqmi abattus alors qu'ils tentaient de faire défection

Deux Mauritaniens membres d'A-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont été abattus en territoire malien par d'autres membres de l'organisation alors qu'ils tentaient de faire défection, a appris mardi l'AFP de source sécuritaire malienne.

Un autre Mauritanien, également membre de la branche maghrébine d'Al-Qaïda, a en revanche réussi à faire défection en "rentrant en territoire mauritanien" après avoir abandonné son véhicule à la frontière entre le Mali et la Mauritanie, côté malien, a précisé cette source.

La semaine dernière, deux autres combattants d'Aqmi de nationalité mauritanienne, qui tentaient de faire défection, avaient également été abattus par d'autres combattants de cette organisation, selon la même source.

Le gouvernement du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz encourage le repentir des extrémistes musulmans liés à Aqmi et envisage de mobiliser des financements au profit des repentis pour les réinsérer dans la vie active.

Une loi mauritanienne sur le terrorisme, adoptée en juin 2010, offre aux extrémistes qui se rendent aux autorités avant leur arrestation des conditions spéciales pouvant aller jusqu'à leur mise en liberté sous contrôle.

La Mauritanie est l'un des pays les plus touchés par les activités d'Aqmi qui a des bases au Mali et opère dans le Sahel où elle commet attentats, enlèvements, essentiellement de ressortissants occidentaux, et divers trafics.

 

AFP

Anonyme a dit…

Pas une priorité pour le moment, comme cette ambassade pourrait être construite après la crise qui s'annonce.

Cet argent sera mieux utilisé pour secourir les pauvres, comme créer des robinets ou autres investissements qui reduisent la souffrance des pauvrres.
A-

==

Le Président de la République visite le site sur lequel sera construite l'ambassade de la Mauritanie ...


...à Addis Abeba.


Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz a effectué jeudi matin à Addis Abeba une visite au site sur lequel sera construite l'ambassade de la République Islamique de Mauritanie dans la capitale Ethiopienne.

Au cours de cette visite, le président de la République était accompagné par son directeur de Cabinet, M. Cheyakh Ould Ely, le chargé de mission à la Présidence de la République, M. Melainine Ould Tomy et notre ambassadeur à Addis-Abeba, SEM Mohamed Ould Saleh Ould R'Zeizim.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Agence Mauritanienne d'Information

Anonyme a dit…

Affaire libyano-touareg. Lu pour fils du bled et Bebe Ba. A-
==
Des élus maliens affirment que Mousa Al-Koni est "un imposteur"



09/03/2011


BAMAKO (AFP) 13:42 - 09/03/11 - Mousa Al-Koni, l'ancien diplomate libyen représentant de la communauté touareg, réfugié à Paris d'où il a appelé mardi les Touareg à combattre le colonel Mouammar Kadhafi, est "un imposteur", ont affirmé des élus du nord du Mali à l'AFP.

Consul général de Libye au Mali depuis 2005, M. Al-Koni, qui a quitté discrètement Bamako le 1er mars pour Paris et annoncé sa démission, est "un imposteur, un opportuniste", a affirmé Abdoul Salam, président de l'Assemblée régionale de Kidal (nord-est du Mali).

"C'est lui qui a envoyé dans le nord (du Mali) 150 millions de FCFA (près de trois millions d'euros) pour les premiers recrutements de Touareg pour combattre dans les rangs de Kadhafi. Aujourd'hui après avoir disparu avec la plus grosse somme de l'opération, il change de veste", a-t-il accusé.

Un autre élu du nord malien, Bajan Ag Hamatou, député de Ménaka (nord), qui est également un des responsables de la Ligue des tribus du grand Sahara, structure mise sur pied par Kadhafi, a accusé M. Al-Koni d'avoir "retardé de tout temps le règlement des problèmes des Touareg" au Mali.

"Aujourd'hui, il se lève pour dire qu'il veut défendre la cause touareg. Pour nous, ce monsieur ne représente que lui-même", a ajouté cet élu.

Ces mêmes élus avaient affirmé que le régime libyen, confronté à une insurrection populaire, recrutait des centaines de Touareg maliens et nigériens, dont des ex-rebelles, ce dont ils s'étaient inquiétés, craignant qu'à leur retour, ils ne déstabilisent à nouveau leurs pays.

Dans une interview à l'AFP réalisée à Paris, Moussa Al-Koni a demandé aux touareg "de se ranger" aux côtés du peuple libyen "pour combattre Mouammar Kadhafi".

Communauté nomade d'environ 1,5 million de personnes, les Touareg sont répartis entre le Niger, le Mali, l'Algérie, la Libye et le Burkina Faso.

Des rebellions touareg ont sévi au Mali et au Niger dans les années 1990 et au début des années 2000, avec une résurgence de 2006 à 2009. Plusieurs dizaines de milliers d'entre eux se sont réfugiés en Libye pour fuir ces conflits.

AFP