dimanche 13 mars 2011

Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (ira- Mauritanie) : Déclaration

L’affaire dite d’Arafat1 dont, normalement, les protagonistes devaient être IRA- Mauritanie en tant qu’organisation des droits de l’homme prenant en charge la défense des deux mineures Nana et Salma, d’une part, et leur présumée esclavagiste Mouloumnine mint Bakar Vall, d’autre part, avait hélas fini par connaître une tournure rocambolesque inattendue, du fait de la partialité des autorités nationales dans toutes les phases du processus : forces de police, gendarmerie, médias officiels, Ministère de la justice et Présidence de la République .

Ainsi, très vite, ce qui aurait du être, en toute logique, perçu comme un crime coupable, selon les dispositions des textes en vigueur, a été absurdement transformé, lundi 13 Décembre 2010, en une véritable affaire d’Etat, au grand dam du droit et de la justice.

Par cette attitude répréhensible, qui tenait à prendre à tout prix la défense des maîtres d’esclaves pour leur assurer l’impunité, le régime en place tentait de contribuer à la pérennisation d’un système anachronique au mépris de toutes les conventions et traités internationaux ratifiés ; étant entendu que l’objectif de ces manœuvres flagrantes, est l’intimidation et, par-delà, la dissuasion des militants abolitionnistes afin d’assurer l’intériorisation de l’esclavage et l’ancrage de l’idéologie du silence.



Ces agissements que nous avons toujours dénoncé, mettent à nue l’obstination du système esclavagiste bicéphale (administratif et oligarchique) à consacrer un état de fait préjudiciable à l’édification d’une nouvelle société mauritanienne démocratique et unie, où prévalent les valeurs d’équité, de droit et où l’impunité n’aura plus droit de cité. Ce sont là des manœuvres dilatoires qui visent l’atermoiement de l’application de l’arsenal juridique. .

La campagne médiatique de diffamation tous azimuts enclenchée par le tandem régime et famille Oulad Bacar Vall (présumée esclavagiste), caporalisant les médias publics (radio et télévision), aussitôt après l’exécution de leur pathétique scenarii d’invasion du commissariat de la police d’Arafat1 par les militants des droits de l’homme, l’agression contre ces derniers et leurs tortures, révèlent ensemble la vulnérabilité du système. Celui-ci n’avait plus d’autre choix qu’à recourir à l'affabulation décriée par tous les partis politiques, les organisations de la société civile, les organismes et ongs internationaux.

D’autre part, l’affaire d’Araft1 est venue mettre en exergue de graves dénis de justice, notamment au sujet des libertés d’associations et de manifestation que confère la constitution, sans compter les nombreux vices de formes ayant entaché le dossier.

La grâce présidentielle décrétée par Mohamed Ould Abdel Aziz n’est qu’une machination pour bloquer tout recours éventuel dans cette affaire devant les juridictions sous-régionales et internationales. Néanmoins un acquis historique aura été réalisé. Il s’agit, en l’occurrence, de la poursuite en justice, pour la première fois dans l'Histoire de notre pays, d’un auteur de pratiques abjectes d’esclavage et sa condamnation, contre vents et marées, à six mois de prison ferme.

Sachant que cela n’aura pas été réussi n’eût été la synergie des efforts des antiesclavagistes de tout bord, la détermination des détenus à ne céder sous aucune forme de pression ou de compromis, nous IRA- Mauritanie tenons à exprimer ce qui suit :

1- Nos plus vifs remerciements, notre reconnaissance et gratitude à l’ensemble des partis politiques, les organisations des droits de l’homme nationales et internationales, le corps diplomatique accrédités dans le pays, les élus et tous le reste du conglomérat des intellectuels et journalistes nous ayant exprimé leur solidarité et leur soutien indéfectibles tout le long de cette épreuve difficile ; nos remerciements vont, entre autres, à l’endroit du collectif des avocats lequel a pris avec courage et détermination la défense de nos détenus d’opinion et dont le remarquable travail eut pour impact la transformation de la parodie de justice en véritable procès de l’esclavage ;

2- Notre engagement et détermination à poursuivre le combat par tous les moyens pacifiques que nous confère la constitution jusqu’à l’éradication totale de toutes les formes d’esclavages, du racisme, de l'exclusion et de la marginalisation sous lesquelles ploient de larges couches de nos concitoyens

3- Notre appel aux politiques, à la société civile et à toutes les forces vives à contribuer à ce combat qui appartient à toutes les composantes sans distinctions de race, de langue ou d’ethnie ;

4- Notre invitation à tout le monde, surtout les juristes, à la mobilisation jusqu’à l’initiation des décrets d’application des lois promulguées sans quoi la juridiction restera éternellement nulle et non avenue ;

5- Notre exigence que le budget alloué au libellé pompeux de « lutte contre les séquelles de l’esclavage » soit orientée vers la prise en charge et le soutien des esclaves nouvellement libérés pour leur garantir l’indépendance et l'affranchissement économique.

Nouakchott, le 12 mars 2011







مبادرة انبعاث الحركة الانعتاقية في موريتانيا بيان

إن ما بات يعرف بـ"قضية عرفات1" التي كان من اللازم أن يكون طرفاها المبادرة الانعتاقية، بوصفها منظمة لحقوق الانسان متكفلة بالدفاع عن القاصرتين النانه وسلمه، من جهة، والمتهمة باسترقاقهما اميلمنين بنت بكار فال من جهة أخرى، انتهت للأسف باتخاذ منعطف لافت وغير متوقع بسبب انحياز السلطات الوطنية في كل مراحل المسلسل: من قوى الشرطة، مرورا بالدرك، ومن ثم الإعلام الرسمي، وصولا إلى وزارة العدل، فرئاسة الجمهورية. وهكذا، وبسرعة فائقة، تحول، يوم الاثنين 13 دجمبر 2010 – وبشكل سخيف- ما كان من اللازم منطقيا أن ينظر إليه كجريمة مدانة وفقا لإجراءات النصوص المعمول بها،


إلى قضية تتبناها دولة على حساب القانون والعدالة. وبهذا الموقف المستهجن، الذي يصر بأي ثمن على التكفل بالدفاع عن أسياد العبيد ليضمن لهم النجاة من العقوبة، فإن النظام القائم حاول أن يشارك في ديمومة نظام عفا عليه الزمن، استهتارا بكل المعاهدات والاتفاقيات الدولية المصادق عليها. وهي مناورات سافرة تهدف إلى الترويع، ومن وراء ذلك إحباط المناضلين الانعتاقيين بغية ضمان تثبيت العبودية في المنظومة الاجتماعية وترسيخ أيديولوجيا الصمت. هذه الفعلة، التي طالما شجبناها، تكشف عن عناد النظام الاسترقاقي ذي الرأسين (الإداري والأوليغارشي) على تجسيد حالة قائمة مضرة ببناء مجتمع موريتاني ديمقراطي وموحد، تسود فيه قيم الإنصاف والقانون ويختفي فيه التسيب. إنها مناورات معوقة تهدف إلى المماطلة في تطبيق الترسانة القانونية. إن الحملة الإعلامية القائمة على القذف المتشعب الاتجاهات التي أطلقها الرديفان (النظام وأسرة أهل بكار فال)، مستغلان الإعلام العمومي (الإذاعة والتلفزة) مباشرة بعد تنفيذ مسرحيتها المثيرة للشفقة بخصوص غزو مفوضية عرفات1 من طرف مناضلي حقوق الانسان،


وما أعقبه من اعتداء على المناضلين وتعذيبهم، لتكشف كلها عن ضعف النظام الذي لم يعد أمامه من خيار سوى الفبركة التي نددت بها كل الأحزاب السياسية ومنظمات المجتمع المدني والهيئات الدولية. من جهة أخرى فإن قضية عرفات1 سلطت الضوء على خروقات عدلية خطيرة خاصة في ما يتعلق بحرية الروابط والتظاهر التي يضمنها الدستور، بغض النظر على النواقص الشكلية العديدة التي شابت الملف. وليس العفو الرئاسي الذي أصدره ولد عبد العزيز إلا تلاعبا أريد منه الحيلولة دون أية استجارة محتملة في هذه القضية بالقضاء الدولي أو القضاء في شبه المنطقة. غير أن إنجازا تاريخيا قد تحقق. يتعلق الأمر (ولأول مرة في تاريخ بلادنا) بمتابعة استرقاقي صريح والحكم عليه، رغم كل مد وجزر، بستة أشهر نافذة. وانطلاقا من علمنا أن شيئا من هذا القبيل ما كان ليتحقق لولا تضافر جهود مناهضي الرق من كل حدب وصوب، وتصميم المعتقلين على عدم الخضوع لأي شكل من أشكال الضغوط أو الحلول الوسطة، فإننا في مبادرة انبعاث الحركة الانعتاقية في موريتانيا نعبر عما يلي: 1

- تشكراتنا الخالصة وغبطتنا وعرفاننا لكل الأحزاب السياسية ومنظمات حقوق الانسان الوطنية والدولية والسلك الدبلوماسي المعتمد في البلاد والمنتخبين وكل المثقفين والصحفيين الذين عبروا لنا عن تضامنهم ومساندتهم اللامشروطة على مدى هذه المحنة الصعبة؛ كما نوجه تشكراتنا للفيف المحامين الذي تكفل، بشجاعة وتصميم، بالدفاع عن معتقلينا، والذي كانت نتيجة عمله الرائع تحويل سخرية العدالة إلى محاكمة حقيقية للعبودية (كقضية).

2- التزامنا وإصرارنا على متابعة الكفاح بكل الوسائل السلمية التي يخولها لنا الدستور حتى القضاء التام على كل أنواع الرق والعنصرية والإقصاء والتهميش التي ترزح تحتها شرائح عريضة من مواطنينا.

3- نداءنا للسياسيين، وللمجتمع المدني، وكل القوى الحية، للمشاركة في هذا الكفاح الذي يعني كل المكونات دون تمييز في العنصر أو اللغة أو العرق.

4- دعوتنا للجميع، خاصة القانونيين، إلى التعبئة لتطبيق القوانين الصادرة التي من دونها سيظل القضاء باطل المفعول أبدا.

5- مطالبتنا بأن يعاد توجيه الميزانية المخصصة لأرجوزة "مكافحة مخلفات الرق" الرنانة، نحو التكفل بالعبيد المحررين ودعمهم لنضمن لهم الاستقلالية والتحرر الاقتصادي. نواكشوط 12 مارس 2011


Source : IRA (Mauritanie)

38 commentaires:

Anonyme a dit…

Lu pour Toujoursla Ould Bruquement à titre de bienvenue. C'est sur le air cocaine du Mali. A-

==

http://www.maliweb.net/category.php?NID=72388
http://www.20minutes.fr/ledirect/684004/monde-affaire-air-cocaine-pilote-francais-arrete-mali
http://www.maliweb.net/category.php?NID=70075
http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Un-pilote-francais-arrete-dans-l%E2%80%99affaire-Air-Cocaine-_6346-1720829-fils-tous_filDMA.Htm
http://www.bamanet.net/index.php/actualite/info-matin/6636-air-cocaine-de-gao-le-ndqb-312-est-un-faux.html
http://www.malijet.com/rebellion_au_nord_du_mali/air_coca_ne_les_v_rit_s_du_mali.html




http://www.frenchleaks.fr/IMG/pdf/PAF.pdf

Anonyme a dit…

Salam


Affaire Sonimex : Y a-t-il encore un pilote à BCM ?


Pour les mauritaniens qui suivent les derniers développements de l’affaire SONIMEX, une grande interrogation se pose aujourd’hui. Elle ne concerne pas le contenu du rapport de l’audit français qui, dans le cadre d’une mission qui a duré 5 mois, entre septembre 2010 et janvier 2011, a enfin mis au jour l’arnaque de 49.000.000 USD dont la BCM a été victime en 2008.

Elle ne concerne pas non plus la mise en cause de l’ex Directeur Général de la SONIMEX, Moulaye El Arby Ould Moulaye Mohamed.

C’est en effet lui qui a signé la Convention du 22 avril 2008 aux termes de laquelle la BCM a consenti à la SONIMEX une ligne de crédit de 49.000.000 USD, pour financer des importations avec comme obligation première, de domicilier les recettes sur le compte de la société ouvert à la Banque Centrale.



C’est encore lui qui, comme le démontre le rapport de l’audit, a mis en place dès le départ, à partir de mai 2008, un détournement des recettes sur le compte de la SONIMEX à la BNM, réduisant ainsi un découvert de 2 milliards UM et permettant à la banque commerciale de continuer à mener des opérations en bénéficiant de frais et commissions importants, prélevés sur les recettes destinées à la Banque Centrale.

C’est toujours lui qui a mis en place le système qui est à l’origine de la faillite de la SONIMEX et du fait que la BCM ne sera jamais remboursée des 49.000.000 USD accordés sous forme de simple découvert bancaire. Non, pour les mauritaniens soucieux de l’utilisation de l’argent public, leur interrogation porte sur un autre point.

Dans les milieux assez bien informés du dossier, il apparaîtrait que le Gouverneur de la BCM aurait refusé de se constituer partie civile dans l’affaire SONIMEX en arguant que c’est au Ministère des Finances de le faire puisque celui-ci aurait garanti en avril 2008 l’opération dont la Banque Centrale supporte actuellement l’intégralité du préjudice.

Anonyme a dit…

Affaire Sonimex : Y a-t-il encore un pilote à BCM ?


Pour les mauritaniens qui suivent les derniers développements de l’affaire SONIMEX, une grande interrogation se pose aujourd’hui. Elle ne concerne pas le contenu du rapport de l’audit français qui, dans le cadre d’une mission qui a duré 5 mois, entre septembre 2010 et janvier 2011, a enfin mis au jour l’arnaque de 49.000.000 USD dont la BCM a été victime en 2008.

Elle ne concerne pas non plus la mise en cause de l’ex Directeur Général de la SONIMEX, Moulaye El Arby Ould Moulaye Mohamed.

C’est en effet lui qui a signé la Convention du 22 avril 2008 aux termes de laquelle la BCM a consenti à la SONIMEX une ligne de crédit de 49.000.000 USD, pour financer des importations avec comme obligation première, de domicilier les recettes sur le compte de la société ouvert à la Banque Centrale.



C’est encore lui qui, comme le démontre le rapport de l’audit, a mis en place dès le départ, à partir de mai 2008, un détournement des recettes sur le compte de la SONIMEX à la BNM, réduisant ainsi un découvert de 2 milliards UM et permettant à la banque commerciale de continuer à mener des opérations en bénéficiant de frais et commissions importants, prélevés sur les recettes destinées à la Banque Centrale.

C’est toujours lui qui a mis en place le système qui est à l’origine de la faillite de la SONIMEX et du fait que la BCM ne sera jamais remboursée des 49.000.000 USD accordés sous forme de simple découvert bancaire. Non, pour les mauritaniens soucieux de l’utilisation de l’argent public, leur interrogation porte sur un autre point.

Dans les milieux assez bien informés du dossier, il apparaîtrait que le Gouverneur de la BCM aurait refusé de se constituer partie civile dans l’affaire SONIMEX en arguant que c’est au Ministère des Finances de le faire puisque celui-ci aurait garanti en avril 2008 l’opération dont la Banque Centrale supporte actuellement l’intégralité du préjudice.

Si tel est le cas, alors les mauritaniens sont en droit de se demander si le Gouverneur a bien conscience de la portée de sa décision. D’abord parce que le rapport aujourd’hui entre les mains de la justice mais dont on parle beaucoup, met en évidence que la garantie à laquelle se réfère le Gouverneur et qui date du 7 avril 2008, concerne uniquement un prêt de 40.000.000 USD que la BCM envisageait d’obtenir auprès de la BID.

Anonyme a dit…

Dans la mesure où le prêt de la BID ne s’est pas concrétisé, la garantie n’a plus lieu d’être puisqu’elle est juridiquement et administrativement privée de la base sur laquelle elle reposait. Il devient donc difficile de soutenir sérieusement que la garantie du 7 avril 2008, prise au demeurant en l’absence de décret ou texte de loi, pourrait être reportée sur la ligne de crédit accordée par la BCM à la SONIMEX le 22 avril 2008.

Ensuite et surtout, puisque le rapport de l’audit a établi que les recettes ont bien été détournées du compte BCM vers le compte BNM en violation des engagements pris au nom de la SONIMEX par Moulaye El Arby Ould Moulaye Mohamed, la Banque Centrale ressort être la victime directe de ce type d’agissement puisqu’elle n’a plus aucun espoir de se faire rembourser les 49.000.000 USD.

Aussi, quand la Banque Centrale d’un pays se voit privée du quart de ses réserves dans le cadre de ce qui s’avère être une véritable arnaque, il est difficile de ne pas se poser de questions face à un Gouverneur qui, ne voulant pas être partie civile, exprimerait de ce fait son désintérêt vis à vis du dossier, autrement dit du désastre qui en résulte.

Et ce a fortiori, lorsque ramené au PNB mauritanien, le désastre engendré par l’affaire SONIMEX est comparable à dix fois celui du Credit Lyonnais qui dans les années 90 a secoué le monde bancaire et politique français.

Jusqu’ici il était permis de penser que la Gouvernance de la BCM avait fait preuve d’une certaine négligence en 2008 en ne défendant pas au mieux ses intérêts puisque c’est avec une certaine facilité que les49.000.000 USD ont été sortis de ses caisses pour être aussitôt et définitivement détournés.

En revanche, ne rien faire en 2011 pour faire prévaloir un statut de victime avéré, interpelle lourdement, au point de se demander s’il y a encore un pilote à la BCM, et le cas échéant, quel est le cap réellement suivi ?

C'est tout simplement de l’irresponsabilité et de l’inconscience c'est encore plus grave que la période des SE04 (autorisations d’achat de devises) en effet plusieurs spécialistes pensent que c’est la situation actuelle qui a conduit a l’affaiblissement de l’ouguiya de plus de 25% en moins de deux ans, occasionnant une inflation matérialisée par montée vertigineuse des prix des produits de première nécessité.

En tout état de cause, les citoyens de ce pays sont déterminés à ne plus rester les bras croisés en spectateurs dociles devant ce véritable pillage des ressources nationales qui encore et toujours est supportés par les contribuables qu’ils sont.

B.C

Anonyme a dit…

salam

Il a dit:

"C’est encore lui qui, comme le démontre le rapport de l’audit, a mis en place dès le départ, à partir de mai 2008, un détournement des recettes sur le compte de la SONIMEX à la BNM"

----------------------------------

Azzizzo doit nationaliser cette banque, car c'est une banque mafieuse

Couly ent evem dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maata,

Il faut nous les crimes de la BNM avant de demander a' ce qu'elle soit nationalise'e. Il ne faut surtout pas oublier que cette banque etait entre les mains de l'etat mais elle a ete' privatise'e parce que ses resultats etaient mauvais. Il faut remercier Ehel Noueiguedh pour avoir accepte' d'engager leurs capitaux pour sauver cette institution bancaire et les centaines de boulots qu'elle cree.

Anonyme a dit…

Lire: "...Il faut nous dire les crimes de la BNM..."

Bebe BA a dit…

Un féticheur prédit une année sanglante et des problèmes accrus pour les journal

Posté le 09 March 2011 à 13:33:00 CET par redaction

Un féticheur prédit une année sanglante et des problèmes accrus pour les journalistes, mais...
Devant une foule médusée en face de la polyclinique, la traditionnelle cérémonie divinatoire a été encore une occasion pour le féticheur banbara Issakha de faire des prédictions-sombres-qui lui sont dictées par les esprits. Beaucoup de sang sera versé chez les jeunes alors que les journalistes poursuivront leur chemin de croix s'ils ne sacrifient pas un taureau rouge, pour protéger toute la corporation.
Isakha de passage à Nouakchott, le célèbre esprit des féticheurs banbaras a prédit une année extrêmement dure pour la presse Mauritanienne, s'est permis de livrer les résultats de ses nouvelles consultations. de sombres prémonitions du féticheur, qui prévient que ce n'est pas lui qui parle, mais qu'il est simplement "l'interprète des esprits de (ses) ancêtres". En effet, selon le divinateur: "l'année en cours sera une année très dure où beaucoup de sang sera versé du côté des jeunes qui vont être les principales victimes des événements à venir".c'est ainsi qu'il met en garde les jeunes, garçons comme filles, à faire «particulièrement" attention et à se méfier, "pour ne pas faire partie des victimes des événements qui vont survenir». Allant plus loin dans ses sombres révélations, Issagha donne des détails sur la façon dont vont se dérouler ces événements malheureux: "il y aura beaucoup de gens qui vont s'entretuer. les plus forts qui vont écraser les plus faibles. les politiciens vont aussi s'entre-déchirer.

ça va chauffer de toutes parts et les difficultés seront une préoccupation pour tous». Complètement en transe, le féticheur, qui était comme possédé, s'est subitement mis à pleurer de chaudes larmes, au moment de faire cette terrible prémonition. "C’est la gravité des événements que j'ai vus qui m'ont fait pleurer", a expliqué le féticheur sur un ton effrayant, après avoir retrouvé ses esprits. une prédication qui fait d'autant plus peur que le féticheur a soutenu, de manière péremptoire, qu'il n'existe aucun sacrifice capable d'empêcher que ce malheur tombe sur la tête des Mauritaniens. "tout ce que je peux faire, c'est essayer de limiter les dégâts", a déclaré Issagha devant une foule médusée.
le féticheur de prévenir sur un autre registre pour dire que beaucoup d'accidents et des vents violents vont créer des malheurs au sein des populations. les journalistes ne sont pas encore sortis de l'auberge, si on l'en croit. «tant qu'ils ne sacrifieront pas un taureau tout rouge, les difficultés auxquelles ils sont confrontés vont perdurer", indique le féticheur Issagha.

Ould Wah

Anonyme a dit…

Maatala,

La machine marche walla? On est bloqué sur le commentaire de notre soeur Bebe Be depuis des heures. J'ai envoyé 2 ou 3 messages qui ne sont pas sortis. Tu es à Benghazi walla? A-

Anonyme a dit…

Donc ça marche avec mon message. Bardon, Maatala. A-

Anonyme a dit…

Assez grave. A-
----
Les Affaires étrangères libyennes : ' Nous avons .arrêté le chef des frères musulmans en Mauritanie. '

.Le vice ministre libyen des Affaires étrangères, Khaled Al Kaim a déclaré aujourd’hui dimanche que les forces restées fidèles au colonel Kadhafi ont arrêté, dans le ville de Zaouia, Mohamed Hamady, le chef des frères musulmans en Mauritanie et que la Libye a reçu une demande de Nouakchott pour que cet homme lui soit remis.

Le responsable libyen a ajouté, dans une conférence de presse à Tripoli, qu’ils ont « arrêté des terroristes islamistes » dans la ville de Zaouia » que l’armée de Kadhafi a réussi à reprendre aux insurgés la semaine dernière.


 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : SaharaMedias (Mauritanie)
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 2

Anonyme a dit…

Salam

Communiqué : IRA Europe dénonce le silence complice de l’élite mauritanienne au sujet de l’esclavage.

Le combat infatigable que mènent les activistes et sympathisants de IRA contre l’esclavage et la marginalisation des Hratin(esclaves et anciens esclaves) en Mauritanie, traduit le degré de la prise de conscience et la haute détermination d’une nouvelle génération de cadres et militants patriotes qui n’ont de but autres que la construction d’une nation égalitaire, juste et unie en Mauritanie.

Face á une administration négationniste, commandée par une féodalité esclavagiste, les membres de notre organisation ont beaucoup d’espoir dans les ONG des Droits Humains, dans les médias, dans les partis politiques et les élus du parlement, pour faire avancer la lutte contre l’injustice et l’impunité.

Après l’affaire de Arafat, où nos camarades ont payé cher pour leur engagement, voila que les autorités nous surprennent encore une fois avec leurs manipulations habituelles et l’incapacité d’appliquer la loi dans un nouveau cas d’esclavage avéré sur la jeune fille Hasnya Mint Bebe (13 ans).

IRA-Mauritanie a été informée par différentes personnes qui sollicitent l’anonymat, sur le calvaire dont un jeune couple d’ethnie arabo-berbère, fait subir à une fillette du groupe servile de Mauritanie (les hratin). Ces témoignages concordants ont convaincu l’ong de saisir les autorités compétentes dans le département d’Arafat (quartiers périphérique de Nouakchott). La mission de IRA, dirigée par son président Biram Dah ABEID se présenta devant le préfet du département, Ahmed ould Sweidi, le 27 février 2011 vers 12 h 30 mn. Le président de IRA décrivit la situation de la fillette, le travail qui lui est imposé, sa non-scolarisation, sa séparation d’avec sa mère, le domicile, les noms et les identités des présumés esclavagistes.

Le préfet ordonna au commissaire de police d’Arafat 1(Iselmou) de diligenter l’enquête. Celui-ci, en compagnie d’élément de sa brigade se déplaça sur les lieux et constata la présence de Hasniya entre les mains de ses bourreaux. Et après que Hasniya reconnu qu’elle est bien l’esclave par ascendance du médecin et qu’elle voudrait bien retourner vivre avec sa mère et reprendre ses études à l’école, le commissaire et ses agents arrêtèrent le médecin et son èpouse qu’ils conduisirent immédiatement à la brigade spéciale de police chargée des mineurs en conflit avec la loi.

Le maitre de Hasniya, nomé Mohamd Cheikh, un notable de la tribu Ijoummane, a arraché la fillette à l’école de son village (1252 km à l’Est de Nouakchott), et à sa mère, du nom Bebe, pour l’envoyer, en compagnie d’un autre esclave, cousin de Hasniya( Bougar ould Hawa, âgé de 20 ans), au service du Médecin Dr Ahmed Ould Cheikh Ould Mohamed Hamady dit Ahmed ould Mini.

Ce dernier, fonctionnaire au ministère Mauritanien de la santé, fils de Mohamd Cheikh, venait d’avoir un enfant (une fillette) née de son union avec sa cousine Youma mint Nani ; la pauvre Hasniya, esclave par ascendance, est affectée, conformément à la coutume et aux pratiques esclavagistes, à la garde du nouveau-né, petite fille de son maitre et son héritière éventuelle.

IRA-Europe dénonce le rôle du député à l’assemblée nationale, Khatri Ould Ely, élu de Néma et cadre du parti au pouvoir,UPR, donc exécuteur et main droite du chef de l’Etat, le général Mohamed Ould Abdel Aziz.

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Couly

Quand on parle d'un scandale financier comme par hasard la BNM est dans le cogne.

Nouéguid le big raptor a décidé que tous ce pays devait lui appartenir.

Dans aucun pays au monde, tu ne trouveras une banque propriétaire de boutiques, de sociétés de ventes de voitures et de marmites.

Si les Raptors sont si innocents que cela, qu'ils publient tous leurs avoirs, ce qu'ils ont faits des licences de pêches et la liste des marchés que le cousin taya leurs a refilés.

Ils peuvent dire merci au boni-menteur Azziz, celui qui nous a vendu la lessive avariée.

La chasse aux prédateurs dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Maata,

Il ne faut pas insulter ma tortue fache'e! Franchement, je suis entrain de rire. Que signifie "boni-menteur" ?

Dans cette affaire de la SONIMEX, j'ai l'impression que Moulay El Arbi Ould Moulay M'hamed est probablement une victime.

Anonyme a dit…

Salam

Lu pour Couly

"Dérivé de l'argot bon(n)ir, « raconter (de bonnes histoires) » pour créer une illusion.

Un bonimenteur est une personne qui utilise la parole en affirmant des qualités qui séduisent, accentuant certaines pour tromper le public, généralement pour vendre des produits ou des services, des choses ou des idées. Il donne à des illusions un caractère authentique et contourne les possibilités de clarification en usant de supercherie.

maatala

Anonyme a dit…

salam

Dans une tribune parvenue à Canalrim, l’ancien Directeur Général de la Sonimex, Moulaye Arbi Ould Moulaye M’Hamed, arrêté puis relaxé, il y a quelques jours, donne sa version des faits de "l’affaire Sonimex/BCM".

En voici le texte intégral :

Par devoir de vérité

Plusieurs articles parus dans des journaux, sur Internet, ci et là parlent d’un montant de 11,5 milliards d’Oguiyas ou 49 millions de dollars qui se seraient envolés de la Banque Centrale de Mauritanie à travers la SONIMEX.

Pour ceux qui veulent être édifié sur la vérité et lever tout équivoque sur tous les amalgames évoqués, je souhaite apporter les précisions suivantes : Le 22 avril 2008, une convention fut signée entre la SONIMEX et la BCM pour permettre à la SONIMEX d’honorer ses engagements liés au Programme Spécial Intervention (PSI) lancé officiellement le 06 avril 2008.

Le 22 juillet 2008, la convention de Mourabaha entre la BCM et la BID fut signée pour un montant de 43 millions de $.

Après le coup d’Etat du 06 août 2008, comme beaucoup d’autres bailleurs, la BID n’a pas décaissé les fonds. La BCM n’avait plus d’alternatives que de payer les fournisseurs sur ses propres réserves.

Les commandes effectuées dans le cadre de cette convention ont totalisé 48,7 millions de $ soit l’équivalent de 11,5 milliards d’ouguiya. Les produits concernés sont : le blé avec 53 430 tonnes pour une valeur d’achat de 5,7 milliards d’Ouguiya ; le riz avec 29 150 tonnes pour 5,2 milliards d’Ouguiya ; les huiles alimentaires avec 54 610 bidons de 20L pour 353 millions d’Ouguiya ; et les engrais avec 1000 tonnes pour 255 millions d’Ouguiya.

Au 26 octobre 2008, date de mon départ de la SONIMEX, sur les 11,5 milliards d’Ouguiya d’importations financées par la BCM, j’avais opéré la vente de l’équivalent de 4,9 milliards d’Ouguiya d’achats et laissé en stock ou en cours de livraison l’équivalent de 6,6 milliards d’Ouguiya d’achats.

Par conséquent, je ne peux répondre ni de la vente ni de l’encaissement de ces 6,6 milliards.

Quant aux produits vendus pendant ma période de gestion, les ressources disponibles au 26 octobre 2008 correspondant à ces ventes étaient de 5,175 milliards d’Ouguiya :

- Comptes SONIMEX (Trésor & Banques primaires)= 2,067 milliards UM

- Créances sur le CPSSA (vente de blé dans le cadre du PSI) = 1,768 milliards UM

- Ventes en cours d’encaissement = 1,340 milliards UM

Tous les payements provenant du trésor pour la vente de blé au CPSSA étaient orientés directement à la BCM. Le 22 juillet 2008, un premier chèque de 1,884 milliards a été envoyé au trésor public pour opérer le transfert de ce montant sur le compte de la SONIMEX à la BCM.

Après plusieurs relances téléphoniques sans succès, le premier septembre 2008 j’ai décidé d’écrire au trésorier général de la République pour attirer son attention sur la non exécution de ce transfert. Malheureusement, jusqu’à mon départ le 26 octobre 2008 ce transfert n’a pas été fait.

Partant d’une situation de départ en septembre 2005 marquée par un déficit de trésorerie de plus de 4,8 milliards d’Ouguiya, la SONIMEX était enfin en équilibre en octobre 2008. Elle disposait de plus de 17 milliards d’Ouguiya de ressources entre stock de produits (9,3 mds), créances sur l’Etat (4,7 mds), créances sur clients (1,5 mds), et trésorerie disponible dans les comptes bancaires (2,0 mds).

Moulaye El Arbi Ould Moulaye M’hamed

Ex Directeur de la SONIMEX

maatala

Anonyme a dit…

Salam

CIPROCHIMIE ET CIE A DU PLOMB DANS LES AILES, A QUI LA FAUTE

En mars de l’année 2010, on en parlait encore dans nos colonnes sous le titre «"Le Chairman de Ciprochimie et Cie rompt le silence : « Trop, c’est trop » !

CIPROCHIMIE, une société d’industrie agro chimique de la place, agréée par décret 75066, pour la fabrication et la commercialisation des détergents en poudre, liquides, et des insecticides agricoles et ménagers, n’est pas au mieux de sa forme.

Première industrie privée dans l'histoire de la MAURITANIE crée en 1975, la société a du plomb dans les ailes. Et pour cause, malgré qu’elle soit la seule société à capitaux 100 % Mauritaniens spécialisée dans la fabrication des pesticides agricoles et ménagers, elle ne semble pas bénéficier de l’attention des pouvoirs publics de par ses démembrements compétents. Toute vérité n’est pas bonne à dire, mais HADYA KAOU DIAGANA, PDG de la société, ne compte pas aller du dos de la cuillère pour dénoncer cette situation calamiteuse qui menace son industrie. Motif de son ras-le-bol, le manque de sérieux dans l’attribution des marchés publics de l’Etat, surtout ceux du ministère du développement rural pour lesquels il a toujours soumissionné mais a toujours été mis out, pointant du doigt le manque de transparence dans les procédures d’attribution. Dans le cadre des campagnes agricoles annuelles, Ciprochimie a été exclu des marchés importants du développement rural durant les années 2002-2008, alors que ses soumissions sont les moins disantes.
L’homme n’est pas n’importe qui dans le milieu des affaires. Vice-président de la chambre du commerce depuis 6 ans, membre du Bureau Exécutif du patronat, membre de la fédération des industries et mines de Mauritanie, médailler d’honneur en 1969 et Chevalier de l’ordre du mérite national en 1971, HADYA KAOU DIAGANA refuse de taire le tort que l’on porte à sa société par des attributions irrégulières des marchés publics du ministère du développement rural à des sociétés cartables.
Le PDG de Ciprochimie s’étonne ! Alors même que les donateurs incitent les autorités au ministère de développement rural à acheter directement à la société, les agents chargés de l’évaluation des marchés s’arrangent toujours par des manœuvres pour contourner cela.

maatala

Anonyme a dit…

salam


dimanche 13 mars 2011
Face à la société féodale, le néo-FNDD débloque place des blocs...

De même qu’à l’époque du fameux front, on nous avait tympanisés sur le net avec les succès fantômes du front, de même aujourd’hui on est surpris de la puissance de l’intox des révolutionnaires du clavier. On ne parle plus que de « ces jeunes » comme s’il s’agissait de la jeunesse mauritanienne sortie significativement dans les rues ou même de groupuscules prometteurs... Quand on vit ailleurs qu’en Mauritanie, on peut être intoxiqué, mais nous autres ici nous sommes allés voir et rien de ce que nous avons vu ne peut être qualifié de mouvement quelconque.
Sans étaler la composition de « ces jeunes » pour ne pas nuire à l’élan dans ce qu’il a de sacré quels qu’en soient les atomes, on peut dire tout simplement que peut-être naît, là, la future opposition à Aziz. Peut-être parmi ces jeunes y a-t-il le futur AOD ou le futur Messoud version 2.0. Peut-être que de là part quelque chose… Inchallah car on ne peut que se féliciter de voir des jeunes s’intéresser sérieusement à la vie politique et être prêts à affronter les forces du désordre…
A part ce rêve hypothétique de voir renaître de là, l’opposition saine afin d’être efficace dans 15 ou 25 ans, on ne peut savoir ce qu’on peut espérer de pareil hypothétique embryon de tout et probablement de rien sinon attendre qu’il s’y passe quelque chose or la seule chose qui puisse s’y passer pour changer la donne c’est un regrettable incident… Certains politicards en rêveraient… voir un ou deux jeunes perdre la vie suite à un coup de matraque mal ajusté ou autre.
Voir « ces jeunes » subir une manipulation des vieux renards de la politique prêts à tout, ça c’est vraiment dangereux. Mais n’oublions jamais ce qu’a dit Aziz à Jeune Afrique, jadis, quelque chose comme « en Mauritanie le pouvoir ne se décrète pas par la rue ». Il en sait quelque chose et l’histoire de la Mauritanie le prouve…
Comment voulez-vous que dans une société féodale si hiérarchisée dans les délires fantasmagoriques des uns et des autres où de partout tout est fait pour montrer les différences, les accentuer et s'en servir pour vivre les uns loin des autres, les uns ignorant les autres, les uns dominant les autres, les uns haïssant les autres, les uns sans les autres : comment voulez-vous que ces uns-là aillent risquer leur vie pour ces autres-là ou qu’ils aillent ensemble pour faire bloc quand tout dans leur vie les sépare sans que cet ordre antisocial ne dérange personne finalement sauf quelques idéalistes ou quelques militants sincères mais impuissants ?
Le pouvoir en Mauritanie ne changera jamais par la rue car la rue ce n’est pas les intellectuels de la classe moyenne, la rue puissante par le nombre c’est les très pauvres qui sont majoritairement des harratines alors si un jour le changement doit venir de la rue, il ne pourra venir que des harratines…
Mais qui de l'armée ou de la société civile voudrait de ce changement-là ?
C’est là toute la question

Publié par vlane

Anonyme a dit…

Salam


Lu sur leakspen


les manifestations au Bahreïn sont essentiellement le fait de la majorité chiite (70% de la population) qui proteste contre les discriminations dont elle est victime dans un pays gouverné par une monarchie sunnite, la famille Al-Khalifa. Bien sur le roi Bahreïni en profite pour dire que les manifestants sont manipulés par l’Iran et faire jouer ainsi le soutien de l’Arabie Saoudite. Les Etats-Unis, qui ont une base navale au Bahreïn, suivent avec attention la situation et Robert Gates, le secrétaire à la défense, a qualifié « d’insuffisantes » les réformes annoncées par le gouvernement Bahreïni, pressant le roi de faire des concessions pour apaiser la population de peur que la contestation soit instrumentalisée par l’Iran. C’est ainsi qu’après avoir envoyé une douzaine de chars au Bahreïn, l’Arabie Saoudite déploie 1000 hommes armés pour aider le petit royaume vassal à rétablir l’ordre, en clair cogner sur les Chiites, histoire de les faire taire une bonne fois pour toute. Officiellement, l’Arabie Saoudite intervient dans le cadre du Conseil de Coopération des Etats Arabes du Golf (GCC) qui prévoit une intervention militaire en cas d’attaque étrangère, des troupes en provenance des Etats des Emirats-Arabes Unis sont aussi attendues sur place. En réalité, l’Arabie Saoudite craint que le vent de contestation se répande dans les régions majoritairement chiites jouxtant le Bahreïn,très riches en pétrole. Elle était déjà intervenue en 1994 dans un contexte similaire. Si vous voulez en savoir plus sur les enjeux géopolitiques au Bahreïn, regardez l’excellente vidéo du Caspian Report en Anglais.

Le gouvernement saoudien semble oublier la répression des mouvements d’opposition au Bahreïn est déjà d’une violence inouïe, la police tire à armes réelles sur les manifestants, utilise comme au Yemen des gazs paralysant qui détruisent les voies nerveuses, et pratique aussi la torture d’enfants. Comme l’operation leakspin l’avait déjà souligné, les enfants prisonniers sont passés à tabac, violés et n’ont le droit à aucune visite y compris de leurs parents. Al Jazeera a diffusé des images tout simplement édifiantes de la répression particulièrement violente des manifestations au Bahreïn. La police tire sur tout ce qui bouge, on voit même un policier achever un manifestant blessé avec un fusil.


Dans la vidéo, Hussein Shobokshi, éditorialiste pour le journal asharq alawsat qui est un journal saoudien pan-arabe, en réponse à la journaliste qui lui demande si on a affaire à une situation de crise, déclare que les tensions inter-religieuses vont être accrues par cette intervention militaire, concluant « oui c’est une crise« .

Il est à rappeler que les tensions inter-religieuses sont souvent évoquées par le monarque bahreïni ou l’Arabie Saoudite, les groupes d’oppositions chiite qui manifestent, scandent au contraire des slogans d’unions nationales comme « Sunnite, Chiite, nous sommes tous unis ». La famille Al-Khalifa au pouvoir au Bahreïn n’aura cessé d’instrumentaliser les tension religieuses, en faisant d’abord appel à des mercenaires sunnites, essentiellement du Pakistan, et maintenant en faisant intervenir l’armée saoudienne. Sur twitter, qui a été particulièrement actif hier y compris à des heures tardives (pas mal de tweet entre une et deux heures du matin heure, local, ce qui correspond à 23h-minuit heure française), la présence de « voyous armés » (armed thugs en Anglais) est très présente dans les tweets. Les groupes d’opposants pointent la présence d’individus étrangers:

Confirmé: beaucoup de blessés à Saar à cause de tirs d’individus masqués, qui avaient un autre accent arabe (pas barheïni)
Saar est une ville résidentielle huppée du Bahreïn. Les forces de l’ordre Bahreïnies, expulsent avec un grand empressement les manifestants quand ils sont dans les quartiers riches. Depuis avant-hier, des manifestants sont présents dans le quartier financier de Manama.

Anonyme a dit…

Contacté hier soir par l’operation leakspin sur twitter, un opposant bahreïni du nom d’Anmarek nous a répondu (traduction littérale des tweets de l’Anglais vers le Français):

@opleakspin merci de votre soutien. Des dizaines de milliers de manifestants étaient dans les environs de lulu [NDLR: le quartier du centre-ville de Manama, la capitale proche du centre d'affaires et du quartier des ambassades]. Un bon nombre reste encore ici pour la nuit.

@opleakspin les troupes saoudiennes sont entrées au Bahreïn… Mais ils n’ont encore rien fait … Les voyous du régime attaquent les gens dans différents quartiers du Bahreïn.

@opleakspin les manifestants bloquent toute la rue de Lulu au centre d’affaires.
Aujourd’hui, une manifestation a été organisée devant l’ambassade d’Arabie Saoudite à Manama pour réclamer le départ des troupes étrangères. On signale encore des attaques par des bandes armées dans différents quartiers de Manama ainsi que plusieurs villages. Des appels à l’aide visant la communauté internationale ont été formulés par les opposants qui décrivent une situation chaotique et un état très précaire des hôpitaux qui peinent à soigner les manifestants. Au moment où j’écris, le centre de soin de Sitra subit une attaque de l’armée qui depuis le début de la contestation essaie d’empêcher les manifestants blessés d’être hospitalisés. La situation étant particulièrement confuse, il est difficile de dresser un bilan du nombre de morts et de blessés. Les témoignages qui arrivent évoquent des tirs sur la foule. Un Bahreïni résume ainsi la situation:

Bahreïn est devenu un zoo! Pire, c’est une jungle ! Des citoyens pacifiques non armés sont attaqués par des forces armées brutales !



manifestation devant l'ambassade saoudienne à Manama le 15 mars, les manifestants scandent "Dégagez! Dégagez! envahisseurs!" ou encore "la révolution jusqu'à ce que gagnons notre liberté"
Que faire quand un peuple ne ploie pas sous la répression? Cogner encore plus dur, tel ce que font les gouvernements en Libye, au Yemen et à Bahreïn. Les gouvernements autoritaires n’ont pas compris que l’accroissement de la répression ne fera pas taire un peuple excédé, au contraire, le sentiment de haine s’accroit encore plus et les mouvements de contestation peuvent devenir encore plus violents. L’intervention militaire saoudienne n’a fait qu’éveiller un ressentiment encore plus vif vis à vis du gouvernement en place. L’Arabie Saoudite qui voulait contenir l’influence iranienne ne fait au contraire qu’accroitre les tensions religieuses. Une intervention militaire iranienne est peu probable en raison de la présence d’une base navale américaine au Bahreïn. Néanmoins, le climat géopolitique va inévitablement se détériorer, ce qui pourrait avoir des conséquences dramatiques notamment sur le plan humain et aussi économique, le prix du pétrole va encore monter pénalisant encore plus une économie mondiale en crise.


manifestation de personnels soignants contre les meutres perpétrés par les forces de l'ordre au Bahreïn, il est écrit sur la banderole: "AUCUNE EXCUSE POUR TUER". photo du groupe facebook operation bahrain
La communauté internationale doit condamner cette intervention militaire inique qui ne fait qu’empirer la situation. Vous pouvez signer une pétition contre les violences policières au Bahreïn ici. La situation est particulièrement critique, il ne faut pas oublier le Bahreïn et agir le plus vite possible afin de mettre fin aux massacres. Cessons de penser à l’Iran qui de toute façon n’interviendra pas. Tous les Hommes sont égaux en droits et doivent être traités dignement, qu’ils soient chrétiens, athées, musulmans chiites ou sunnites, juifs, animistes, noir, blanc, jaune, petit, grand, etc…

maatala

Anonyme a dit…

J'ai bien lu et relu differents ecrits a' propos de cette affaire SONIMEX. Je suis arrive' a' la conclusion que l'ancien Directeur Moulay Arbi Ould Moulay M'hamed est probablement victime. J'ai regarde' sa photo de tres pres, le Mr. ne ressemble pas a' quelqu'un qui peut faire du mal au point de detourner 49 millions de dollars. De toutes les manieres si un fonctionnaire quelconque peut detourner un tel montant, cela veut dire que la presidence, la primature et les ministeres concerne's ne font pas leurs boulots respectifs.

Anonyme a dit…

Couli,

Voilà ce que dit El Arby sur son cas. Article sur Cridem presque passé inaperçu à cause de son titre.

N.B: on dit quoi? Kadafi a semble t-il gagné. C'est la deuxième fois qu'il survit. Obama est pro-Kadafi. Sacrés démocrates! Et twa?

A-


http://www.cridem.org/C_Info.php?article=53369

Anonyme a dit…

Salam

Dans la serie couly fait de la voyance:

"J'ai regarde' sa photo de tres pres, le Mr. ne ressemble pas a' quelqu'un qui peut faire du mal au point de detourner 49 millions de dollars"

-----------------------------------

Couly

"L'ESTIKHARA" c'est le métier que j'exerce dans mon cabinet de voyance à barbes.

Pourtant j'ai serré la "faucheuse"( la main) du raptor Abdallahi ould Nouéguid. Rien chez ce vieillard ne vous indique qu'il a bu le sang de ce pays.

Je t'envoie la photo de Dedew ( ton futur gendre), tu nous diras ce que tu y vois dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

salam

lu sur tvidar

"Programme national de lutte contre le SIDA : bonjour la gabegie !

On sait que ce projet a déjà fait l’objet d’un détournement de plusieurs dizaines de millions de dollars que la Mauritanie a remboursés rubis sur ongle , au fond global qui accorde les financements .
Son directeur de l’ époque , monsieur Ould Horma fut emprisonné , puis libéré sans jugement , aucun .
Mais voilà qu’aujourd’hui, le même projet est dirigé par Aminata Ball qui n’ est pas partie par mille chemins , pour puiser dans l’ argent destiné au soins des malades du SIDA .
Elle s’est fixé un salaire mensuel d’ un million cinq cent milles ouguiyas . Du jamais vu dans toutes les coordinations de projets existants en Mauritanie, même au PDIAIM de Dendou Ould Tajedine ou au projet OASIS !
Si madame touche un million et demi d’ouguiyas, que reste-il aux malades séropositifs ?
Les limiers du fond global, sont extrêmement efficaces et renseignés et peuvent venir à tout moment , procéder à une inspection détaillée pour savoir la destination finale de chaque ouguiya dépensée .
Apparemment, la directrice du Sida n’ pas appris la leçon du destin de son prédécesseur :!
Comment se fait il que le fond global accorde un financement de puiseurs millions de dollars, le tout destiné au bien être des malades du fléau, alors que la maladie se propage et la prise en charge est quasi- inexistante ?
Comment peut-on accepter la dernière crise du préservatifs , alors que les fonds sont là ?
Madame Ball , quant à elle , passe tout son temps à caresser les billets neufs qu’ elle se fait payer , chaque mois ..
Avec la conduite de madame la directrice aigrefin du projet , notre pays est menacé d’extinction , par la dissémination du SIDA .
Il parait qu’elle surfacture aussi le frais des consultants, pour la pluparts bidons. Elle recrute des fonctionnaires et des marabouts comme Hamden Ould Tah , pour l’ aider à faire des rapprochements entre les préceptes de l’ Islam et la distribution des préservatifs aux filles en Jeans qui sortent danser le soir , avec les coopérants occidentaux qui fréquentent la boite de nuit de Kane Elimane .
Décidemment, le projet SIDA n’a pas de chance ! Affaire à suivre.


maatala

Anonyme a dit…

Maata,

Personne n'est pour Khadafi mais les choses ne sont aussi simples que tu ne les penses. Khadafi ne peut en aucun cas gagner de cette situation!!!!!!! It is a perfect lose/lose situation for him! Les forces arme'es de Khadafi sont entrain de bombarder les villes et villages Libyens. L'aviation de Khadafi est entrain de detruire les grandes infrastructures et les installations petrolieres Libyennes. L'argent Libyen est entrain d'etre utilise' pour massacrer les populations Libyennes et detruire la Libye. KHADAFI NE SORTIRA POINT GAGNANT DE CETTE SITUATION!!!!!
Le fou peut tres bien etre renverse' et la Libye peut etre occupe'e militairement par les forces etrangeres ET APRES QUOI????
QU'ALLONS NOUS FAIRE? N'AVONS-NOUS RIEN APPRIS DE L'OCCUPATION DE L'IRAK? ALLONS-NOUS PLONGER LA LIBYE DANS LE DESORDRE TOTAL? ALLONS-NOUS DIVISER LA LIBYE EN ZONES MILITAIRES CONFIE'ES AUX ARME'ES ETRANGERES? EST-CE QUE L'UNION AFRICAINE ET LA LIGUE ARABE PEUVENT GERER LA LIBYE? ALLONS-NOUS CONFIER LA LIBYE A' LA GESTION DE L'ONU? EST-CE QUE LES NATIONALISTES LIBYENS ACCEPTERONT UNE OCCUPATION ETRANGERE DE LEUR PAYS?
Je suis oppose' a' une intervention militaire etrangere a' cause des nombreuses questions qui existent toujours et qui n'ont pas de reponse.

Maata,

ENTEU M'NESSESSE! Je conseillerais au vieux Abdallahi Ould Noueguedh de laver sa main 7 fois parce que tu l'as serre'e!

Anonyme a dit…

Il est où le centre de Tamanrasset? Keenan avait tout dit.

A-

----
ALGERIE-FOCUS.COM
Exclusif. Pour surveiller le surarmement provoqué par El Kadhafi : Alger et Washington créent un « Groupe de contact » au Sahel
mardi 15 mars 2011
La coopération militaire algéro-américaine s’est renforcée d’avantage, début mars, par la création d’une nouvelle structure conjointe créée par l’ambassadeur US à Alger, Daniel Benjamin, et le conseiller auprès du Président Bouteflika chargé des questions liées au terrorisme Kamel Rezag Bara, a appris « Algérie-Focus.Com » de sources fiables.

Il s’agit de ce qui est désormais appelé l’« algerian-american bilateral contact group for cooperation on conterterrorism », qui, comme son nom l’indique, est un groupe de contact mixte. Ses missions : Suivre à la trace le mouvement des mercenaires maliens, Touaregs notamment, engagés par El Kadhafi dans sa répression de la révolte populaire en Libye.

L’Algérie et les Etats-Unis s’inquiètent en effet du surarmement que provoque la stratégie d’El Kadhafi dans la Région du Sahel. Alger et Washington craignent une vraie déstabilisation de la Région, notamment après le règlement de la question libyenne et se posent des questions sur l’avenir des mercenaires maliens qui rentreront chez eux munis de toutes sortes d’armes à feu. Pour sa part, l’Algérie craint surtout que ces éléments aillent renforcer les rangs d’AQMI ou ravir la flamme de la rébellion Touareg dans la Région.

Le Groupe créé conjointement par les Américains et les Algériens aura pour but de suivre l’évolution de la situation et de guetter les mouvements des mercenaires issus de la région malienne.

Yasmina B.

Anonyme a dit…

Salam

Les amis

J'ai de l'admiration et du respect pour ce grand peuple Nippon.

Banzaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

La terre tremble sous leurs pieds, ils meurent par milliers sous un déluge.

Pourtant pas un mot, pas un cri, "ni yalali, pas feram boni, ni "woye sema ndey" ni "mpére mbono" rien que de la dignité à en revendre.

Un peuple stoïque qui fait face à son destin sans céder à la panique et au découragement.

Tous nous oppose à ce peuple vaillant, courageux, discipliné, déterminé, laborieux et digne.

Tout simplement différent de bled gouverné par les caprices des clones de Khattou.

Banzaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Affaire Sonimex ?
Le seul endroit ou l'ont peut se faire au temps d'argent sans fumée c'est a Mauritel Sa.Labas pas de Aziz c'est le roi qui commande .
Il y a une bande de Mauritanien qui sont passé en 1O ans de mendiant à milliardaire.
Et les salariés de misére en misére.Aziz qu'en tu recoit ton pécule annuel tu ne sent pas que ton boutiquier wagaf'Mauritel' ta aranaqué sur toute la ligne ouvre les yeux.Il suffit de diligenté une petite enquete et tu saura qui se sucre sur ton dos.Et les Marocain je n'en parle même pas Bouzbras est plus riche que sa Majesté Mohamed iv et Chedadi et et et ............

Anonyme a dit…

A-

Les Touareg sont au Niger, au Mali, au Burkina Faso, en Algerie et en Libye. Plusieurs des elements qui combattent dans les rangs de Khadafi viennent de ce group. Il va sans dire que la fin des combats en Libye ne signifiera point la resolution du problem Touareg.Il est facile de conclure que les mercenaires Touareg de Khadafi reviendront avec leurs armes pour destabiliser le Mali et le Niger mais nous avons tendance a' oublier trois des cinq pays cite's plus haut. Je crois fermement que le probleme Touareg est transnational et ne peut etre resolu que dans le cadre de la sous-region. D'ici la' chacun des pays concerne's doit tenter de voir comment accorder une autonomie aux regions habite'es par les Toureg.

Anonyme a dit…

Là tu as raison Couli. A-

----
Couli a dit:

Je crois fermement que le probleme Touareg est transnational et ne peut etre resolu que dans le cadre de la sous-region. D'ici la' chacun des pays concerne's doit tenter de voir comment accorder une autonomie aux regions habite'es par les Toureg.

Anonyme a dit…

Décision sage du gouvernement. Faut pas jouer avec un espace à 600.000 UM le m2. Bilkiss enti meine?

General Vlad et moi allons acheter à credit les perimetres pour la BCM et la SNIM. Azzizzo: plus de cousins, please! Essaha pour Euhl Ghaddeu qui ont financé ta campagne, mais ehl Azizi on fait qwa au juste?

Azzizzo: Tant que tu la serres à AQMI, tu n'a pas de problème avec mwa. Si tu veux survivre après 2014, occupe-toi du reste. Vivement les robinets de Toujounine. J'ai regardé Nktt sur Google Map et c'est merdique notre kebitale côté organisation spatiale. La seule solution est de donner les terrains et faciliter l'octroi des titres fonciers aux gens avec photo de leurs gueules dans une base de données. Fais attention à la mafia qui retarde l'octroi de ces titres de propriété car ils se sucrent au passage. Paraît 50.000 UM pour chaque larbin qui signe les papiers.

A-
==
Le pouvoir autorise le droit de manifester aux jeunes du 25 février

Les autorités auraient donné le feu vert au groupe des jeunes du 25 février pour manifester, conformément à leur intention de vouloir organiser vendredi prochain un meeting pacifique pour faire étalage de leurs revendications.

Cette décision semble très logique dans la mesure où le président de la république Mohamed Ould Abdel Aziz a indiqué récemment ne pas être au courant de répressions policières sur des manifestants.

Par contre, on apprend que l’autorisation de manifester a été accordée sur le site public continu à l’assemblée nationale, vraisemblablement ce parc situé entre l’hôtel Mercure et le siège de la chambre basse.

La place des blokat n’a pas été autorisée car c’est un espace appartenant à des privés, selon ces mêmes sources.

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Le Véridique (Mauritanie)

Bebe BA a dit…

Seif el-Islam prétend que la Libye a financé la campagne de Nicolas Sarkozy

Le président français n’est plus dans les bonnes grâces de la Libye depuis qu’il a reconnu les révolutionnaires et soutenu une intervention étrangère. Seif el-Islam Kaddafi le qualifie de "clown" et lui demande de "rendre l’argent" qu’il aurait perçu pour sa campagne de 2007.

Alors que les forces armées loyales à Mouammar Kaddafi gagnent du terrain sur les révolutionnaires en Libye, son fils, Seif el-Islam, a fait montre d’une confiance retrouvée lors d’une interview accordée à Euronews, mardi 15 mars.

Questionné sur les pays étrangers qui appelaient à une intervention armée en Libye, il a notamment fustigé le comportement de Nicolas Sarkozy, le président français. Il a été le premier à « soutenir » l’opposition libyenne, en reconnaissant la légitimité du Conseil national de transition et en réclamant des sanctions contre le régime. Sarkozy a aussi soutenu l’idée d’une résolution de l’ONU en faveur d’une zone d’exclusion aérienne en Libye.

« Nos forces sont presque à Benghazi. Quelle que soit la décision, ce sera trop tard », a-t-il affirmé hier, assurant que « dans quarante-huit heures, tout sera fini ».

Bebe BA a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Bebe BA a dit…

Le président français n’est plus dans les bonnes grâces de la Libye depuis qu’il a reconnu les révolutionnaires et soutenu une intervention étrangère. Seif el-Islam Kaddafi le qualifie de "clown" et lui demande de "rendre l’argent" qu’il aurait perçu pour sa campagne de 2007.

Alors que les forces armées loyales à Mouammar Kaddafi gagnent du terrain sur les révolutionnaires en Libye, son fils, Seif el-Islam, a fait montre d’une confiance retrouvée lors d’une interview accordée à Euronews, mardi 15 mars.

Questionné sur les pays étrangers qui appelaient à une intervention armée en Libye, il a notamment fustigé le comportement de Nicolas Sarkozy, le président français. Il a été le premier à « soutenir » l’opposition libyenne, en reconnaissant la légitimité du Conseil national de transition et en réclamant des sanctions contre le régime. Sarkozy a aussi soutenu l’idée d’une résolution de l’ONU en faveur d’une zone d’exclusion aérienne en Libye.

« Nos forces sont presque à Benghazi. Quelle que soit la décision, ce sera trop tard », a-t-il affirmé hier, assurant que « dans quarante-huit heures, tout sera fini ».

Sarkozy "nous a déçus"

« Tout d’abord, il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale », a lancé Seif el-Islam. « C’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. La première chose que l’on demande à ce clown, c’est de rendre l’argent au peuple libyen. Nous lui avons accordé une aide afin qu’il œuvre pour le peuple libyen, mais il nous a déçus. » Avant de promettre : « Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents, et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement. »

Déjà, il y a peu, l’agence officielle libyenne Jana avait promis de rendre public un « grave secret », affirmant que cette révélation entraînerait la chute du président français.

Mouammar Kaddafi s’en était lui aussi pris au président français plus tôt dans la journée, estimant qu’il était « devenu fou », et qu’il souffrait « d’une maladie psychique ».

Interrogée par l'AFP, la présidence française a démenti l’existence d’un financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007 par la Libye. (avec AFP)

Anonyme a dit…

Maata,

La sagesse Mauritanienne dit: "LIM DEREGUE BI LEYAM ARIANE". Mr Boydjel Ould Houmeid a retrouve' son argent!!!!!!!!!!!!! Qu'allez-vous faire de toutes vos fausses accusations contre ce Mr? J'espere que tu auras le courage de retirer toutes les betises que tu avais ecrites contre Boydjel!!!!! C'EST BEL ET BIEN UN REGLEMENT DE COMPTES ET NON UNE AFFAIRE DE DETOURNEMENT!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

Couli,

De quelles fausses accusations tu parles au sujet de Boidiel? Il a reconnu et qu'il a même financé de faux frais médicaux pour Cheyakh Ould Ely. Rembourser Boidiel est une façon pour l'azzizzo de l'acheter en cette periode ou l'opposition est un vrai danger avec les emmerdes de la generation facebook. Il faut appeller un chat, un chat.

Anonyme a dit…

salam

lu sur kassataya

"Dans un entretien accordé au site haratine.com, le président de l’Ocvidh Diagana Mamadou Youssouf livre son point de vue sur l’esclavage en milieu soninké»,



qu’il décrit d’emblée comme un phénomène social qu’il ne faut pas nier, ayant existé par le passé et continue de persister dans certains milieux soninkés et Négro-Africains. Ci-après son avis : « Pour s’attaquer fondamentalement à ce fléau, il faut parfaitement le faire comprendre de la manière la plus explicite à nos compatriotes. Il n’y aura jamais dans mon esprit une quelconque volonté d’esquiver votre question sur l’esclavage en milieu soninké et au-delà en milieu Négro-Africain. Mon combat contre ces injustices m’interdit tout amalgame. De prime abord, il n’y a et il n’y aura jamais d’esclavage meilleur que d’autre comme on a tendance à l’affirmer souvent! C’est ma première conviction. Etre esclave ou considéré comme tel, est une négation de l’homme par l’homme. Pour ce qui concerne mon ethnie Soninké que je connais parfaitement et plus particulièrement la question au niveau de Kaédi, je l’affirme sans risque de me faire contredire que l’esclavage a bien existé dans notre milieu. L’esclave, sur le plan de la servitude et de l’exploitation de l’homme par l’homme, l’homme soumis à son maître et corvéable à volonté, n’existe ni en théorie ni en pratique en milieu soninké de Kaédi. L’esclavage a été pratiqué par nos ancêtres à leur époque et personne ne peut le nier mais de ma génération et je dirai même de la génération de mes grands frères, l’esclavage n’existe que par le nom ! Les enfants dits « esclaves » de ma génération ont fréquenté les mêmes écoles (coraniques et modernes) que moi. Chaque génération de kaédiens a eu ses promotionnaires d’école issus de cette classe « d’esclaves ». Comme je l’ai dit tantôt, je ne pourrai dire avec la mêm exactitude comment la question de l’esclavage est vécue dans les autres milieux Négro-Africains en dehors de cette communauté soninké qui était mon milieu naturel. J’insiste encore pour réaffirmer que dans la pratique, l’esclavagisme en milieu arabo-berbère est d’une férocité incalculable et diffère fondamentalement de celui que nous vivons dans le milieu soninké ; Et c’est ce type d’esclavagisme que nous combattons farouchement par sa brutalité et son inhumanité.

Anonyme a dit…

Il a existé effectivement une timide relation d’anciens maitres à anciens esclaves de par une certaine génération de nos pères en milieu soninké à kaédi mais du temps de ma génération cette relation n’a jamais existé et il n’y en a jamais eu d’où l’inexistence de soumission ni de corvée ou toute autre forme d’exploitation ou de privation de liberté. Je mets au défi quiconque qui me contredira ou démontrera le contraire. Je ne pourrai jamais dire de manière formelle que l’esclavage n’existe pas dans certains milieux négro-africains mais dans mon Kaédi natal, je ne connais pas un seul cas. D’ailleurs, cette appellation en soninké du mot « komé » qui veut dire esclave est tabou dans ma ville de Kaédi. Personne ne peut se permettre de le prononcer ni publiquement ni en aparté sans qu’il n’y ait réprimande. La lutte contre cette tare sociale est un combat que je mène farouchement. Il est tellement gênant, voire révoltant de voir une personne devant soi qui souffre de l’esclavage psychologique qu’il ressent comme une humiliation de la nature. Et ce sont ces séquelles qu’il faut maintenant s’attaquer par l’information et la sensibilisation des consciences. L’esclavage en milieu soninké de Kaédi qui persiste est beaucoup plus dans les mentalités que dans la pratique. Dans les comportements au quotidien d’où le complexe d’infériorité ou de supériorité du fait que l’autre est issu de la grande féodalité ou que ses grands parents avaient comme esclaves telles familles d’où souvent ou un climat d’alliance et d’entraide réciproque ou un climat de méfiance, de haine, de rivalité ou de frustration etc.
Faut-il qualifier ces faits évoqués d’esclavage ou de séquelles ? Quel que soit le qualificatif que l’on donnera à ces pratiques et à leurs relations d’anciens maitres à anciens esclaves, la lutte pour briser l’humiliation voire l’appellation « komé » qui veut dire esclave en soninké ne doit plus exister. C’est pourquoi, pour aider les populations victimes de ces pratiques d’esclavage féroce et brutal afin qu’elles accèdent à leur émancipation totale et à tourner les pages sombres de cette histoire humaine douloureuse, il incombe à l’Etat de prendre sa responsabilité pour l’éradiquer. Je finirai votre question en disant que je combats sans réserve toutes les formes d’esclavage, comme pour mon engagement dans la lutte contre la torture. Il n’y a pas de petite ou grande torture et il ne peut y avoir non plus de bon ou mauvais esclavage! Le Combat contre l’esclavage et dans toutes ses coutures doit être l’engagement de toutes et de tous.

Source : OCVIDH

maatala