jeudi 3 mars 2011

Lettre d’avertissement à la diaspora tentée par le retour…

En un mot comme en mille, n’écoutez jamais ce que vous racontent vos amis qui sont ici et qui vous parlent du pays, du bonheur d’être chez soi et toutes les autres salades. N’en croyez jamais ni vos yeux ni vos oreilles parce que vous êtes venus ici quelques jours ou un mois ou deux. N’écoutez rien de ce que vous racontent le pouvoir et le reste au sujet du retour ici ; toutes ces belles phrases au sujet du service à rendre à la nation.
Tu parles !
Écoutez bien ceci : Si vous avez des enfants en bas âge et que vous n’avez pas d’autre nationalité que la nationalité mauritanienne, ne rentrez jamais ici ne serait-ce que pour pouvoir les soigner et leur offrir une éducation. Ici au niveau santé nous vivons dans un monde où règne la plus effroyable inconscience : il existe deux ou trois pharmacies dont on se refile les noms pour être sûr de ce qu’on avale sinon on peut prendre n’importe quoi de trafiqué soit surdosé ou sous-dosé soit un placebo quelconque.
Quant au système éducatif, il est dans le même état que le reste ; entièrement détruit d’où la course pour celles et ceux qui le peuvent d’envoyer leurs enfants au lycée français ce qui ne manque jamais de leur attirer les foudres de ceux qui ne peuvent pas.
Quant aux hôpitaux, il y a des médecins confirmés mais il faut les connaître et les faire appeler sinon n’espérez rien et là encore en cas de complications reste grâce à Dieu toujours inchallah.
Au niveau divertissement, culture, vous allez mourir d’ennui sauf si vous aimez vous immoler à l’eau de feu et encore. Au niveau de votre nourriture, vous aurez droit si vous en avez les moyens à des épiceries qui vous refourgueront des produits limites périmés ou tout comme sinon on vous vendra à des prix prohibitifs tout l’arsenal des hard-discount.
Quant au niveau professionnel, si vous avez la chance d’exercer une profession libérale, vous vous en sortirez inchallah mais si vous avez le malheur de devoir travailler pour l’état, vous mettrez alors les pieds dans un monde qu’il vous faut mieux éviter si vous pouvez.
Vous attend un métier soit d’ennui mortel soit de surmenage pour un salaire misérable. Très vite vous comprendrez la folie d’être rentrés ici car malgré vous, d’une façon comme d’une autre vous vous mêlerez de politique et là au-delà des apparences vous découvrirez vite l’envers du décor : une dictature pour l’instant civilisée, avec les pouvoirs aux mains d’un homme seul qui veut tout gérer en n’ayant aucune compétence pour et personne pour lui résister.
Vous apprendrez vite combien la société est si vile et l’opposition à genoux sans plus aucune crédibilité. Ensuite vous chercherez à mieux saisir les intellectuels et là vous serez surpris de voir que ceux qui ont le plus voyagé et qui se prennent pour les plus cultivés sont les plus chauvins, les plus obtus, les plus conservateurs et les plus introduits dans un monde et un système qu’ils vous diront combattre mais qui les fait vivre d’une façon ou d’une autre car ici chacun a un contact avec le pouvoir et chacun surveille tout le monde.
Au milieu de tant de minables qui détiennent pour la plupart le pouvoir sous toutes ses formes, on trouve ici et là tout un peuple, toute une classe moyenne qui essaye de survivre comme ils peuvent en cachant soit leur misère et leurs malheurs soit en vendant leur âme au diable d’une façon ou d’une autre, soit en faisant mille acrobaties pour essayer de joindre les deux bouts. Mais ces gens n’ont aucun pouvoir politique ni économique.
Ce sont des consommateurs, des observateurs mais d’acteurs, ils ne sont pas !
Qu’allez-vous donc venir faire ici ? Pour le pays ? Le pays ne pourra pas bénéficier de vos talents si vous en avez car en face quel que soit votre domaine d’activité vous attend la confrérie des médiocres qui vous mettra des bâtons dans les roues proportionnellement à votre talent. Cette puissante confrérie s’en fout du pays sauf pour le piller. Sinon comment expliquer l’absence d’action politique décisive ?
Ici c’est le royaume de la survie. Vivre c’est ailleurs. Ceux qui détiennent le pouvoir politique économique et militaire veulent garder le pays en l’état avec un peuple coupé du monde comme s’il nous fallait rester au moyen-âge car, eux, la modernité ils y ont accès car ils voyagent comme ils veulent, vivent ici avec tous les passe-droits possibles et imaginables et font vivre le peuple sous le joug de media préhistoriques où la propagande les élève comme des chèvres et des boucs.
Alors les zamis, écoutez bien, si vous n’avez plus les moyens de vivre ailleurs rentrez chez vous, ici au moins on vous dira bonjour dans les rues, mais si vous êtes à l’abri du besoin ailleurs restez-y jusqu’à ce que vos enfants fassent leurs études. Venez ici en vacances mais ne rentrez jamais ce serait de la folie pure.
Quant à la qualité de vie psychologique, à moins d’être nés dans l’hypocrisie la plus fine et que cela ne vous fait rien de savoir que c’est l’air qu’on respire, vous n’avez rien à espérer d’autre ici : l’hypocrisie à l’état pur, la jalousie en tout, quelque chose de mort partout au fond des yeux.
Si vous vivez en couple mixte, fuyez encore plus vite ce monde infernal ; les couples mixtes tiennent rarement ici car le mauritanien vit depuis tout petit dans un monde fourbe et sournois qui est la norme or quiconque le suivrait ici devra apprendre ce que lui sait depuis toujours, sa compagne aura le choix entre le prendre pour un fou ou découvrir l’articulation d’une société presque entièrement sordide : fais pas ci , fais pas ça.
Pourtant en surface, que de sourires, que d’accueil chaleureux des gens du pays qu’ils soient mauritaniens ou étrangers vivant ici depuis des lustres mais derrière tout cela, ne règne que la psychologie des petits villageois sournois, jaloux de tout, faux. Les premiers d’ailleurs qui vous accueilleront sont demandeurs, il s’agit souvent des pires, car le meilleur est toujours caché.
Méfiez-vous de l’empathie que peuvent vous inspirer ces gens-là, tout cela n’est que de l’abjecte comédie où les pauvres sont pires que les riches. Que de masques, que de malheurs et chacun sourit comme il peut…
Et ce avec beaucoup de mérite…
machallah

Publié par vlane A.O.S.A

53 commentaires:

maatala a dit…

Salam

Mon très cher Vlane

Merci pour ce sublime texte

Maatala

maatala a dit…

Salam

J'invite tous nos amis de la diaspora qui nous lisent de nous donner leurs impressions aprés la lecture de ce texte

Merci d'avance

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Lu sur opération leakspin


attention aux voleurs de révolution

J’aimerai bien apporter ma solidarité avec ces jeunes tunisiens, égyptiens et libyens qui ont montré un degré de maturité extraordinaire et non égalé ces derniers jours. Les tunisiens et les égyptiens ont pu renverser les dictateurs les plus répressifs du monde. Les libyens vont certainement faire de même. Ils ont tous fait preuve d’un courage mythologique.

Mais, attention, attention, il ne faut pas lâcher prise et il faut aller jusqu’au bout, au risque de voir votre révolution détourner ou même avorter. Nous avons payé les frais en Algérie, cache et très chère. Nous avons tenté la même chose, un 05 octobre 1988. Nous avons même obtenu quelques acquis. Mais, malheureusement, mis à part quelques têtes qui ont sauté à cette époque et que Bouteflika a rappelées aux commandes du pays 20 ans après, le régime est resté le même. et aujourd’hui nous n’avons même pas pu conserver ces acquis, minimes soient-ils. Actuellement, nous somme dans une situation, le moins que l’on puisse dire, est qu’elle est pire que celle que nous avons bien voulu changer.

Les voleurs de révolution existent partout dans le monde, et le risque de voir votre révolution détourner à des fins autres que celles qui vous ont fait sortir, reste élevé. Il faut demeurer très vigilant.

Comment faire pour éviter ce risque me diriez vous ? Pas de recette magique, mais selon notre expérience, il ne faut pas lâcher prise, il faut aller jusqu’au bout, jusqu’à ce que toutes les personnes qui ont participé, de prés ou de loin, dans la gestion politique de vos pays soient complètement écartées. Je ne vais aller jusqu’à vous demander de les juger, c’est votre problème interne, mais ne les laisser surtout pas revenir au commande de vos pays quelle que soit sa forme. Vous ne pourrez jamais faire du neufs avec du vieux. Nous avons déjà tenté cette expérience, et ça n’a pas marché.

Sauvez votre révolution par faire confiance aux gens propres, qui n’appartiennent pas aux régimes précédents. Ne les cherchez pas parmi les gens qui ont géré le pays sous prétexte qu’ils ont de l’expérience. C’est faux, l’expérience s’acquière mais l’honnêteté est quelque chose d’inné.


dessin pris sur le blog philosophique connaissance de soi.
Je suis certain que ces gens existent. Il suffit de les chercher pour les trouvez. C’est très simple, vaut mieux confier votre avenir à des gens neufs, propres et sans expériences, ils peuvent bien l’acquérir par la suite, que de le mettre entre les mains de ceux qui n’ont fait que jouer avec pendant des années durant.

Bon courage.

maatala

Anonyme a dit…

Excellent texte de Vlane...mais qui fout les jetons.
je vis en France depuis plus de vinht ans et comme tout immigré, je caresse le rêve de poursuivre ma carrière au pays. après plusieurs séjours et projets théorique, j'ai franchi le pas, ce n'est pas évident mais j'ai espoir...
pour la scolarité des petits ils ont la nationalité Française donc scolarité au lycée théodore Monod. J'avoue que sans cette scolarité je n'aurais pas franchi le pas.

Leserieux

Anonyme a dit…

Pour mon intégration professionnel,après Beaucoup de contacts et de visites pour découvrir "la Mauritanie pro" j'ai décidé de me mettre à mon compte .
Pour l'alimentaire j'ai trois taxis que je gère d'une façon quotidienne sinon c'est un investissement pour les chauffeurs et garages de réparation. Mon bussness commence tout juste à prendre. Le fait que je puisse m'échapper sans passer par les récherches humiliantes de Visas a contribué a mon retour au pays.

Je sais que la majorité écrasante de mes compatriotes exilés rêvent de retourner chez eux, c'est d'autant plus injuste et insuportable que nous avons beaucoup de richesses .


Leserieux

maatala a dit…

Salam

Vlane a dit:

"Le bonheur d'être chez soi"
--------------------------------

Un nègre qui a quitté le Bled, il y a plus de 20 ans, en y revenant croira qu'il s'est trompé de pays.

Il remarquera que les pouvoirs successifs ont tout fait pour que le bled ne soit plus le trait d'union, mais une fade bourgade arabe toujours en extension folle, à cause de la frénésie " bétonneuse", ceci au mépris de la grande vague qui submergera tôt ou tard NKTT.

Tout dans ce putain de bled, lui fera comprendre que le pays se construit à son détriment, qu'il n'est plus que toléré et il aura surtout intérêt à faire profil bas et raser les murs.

Ceci d’autant plus que même dans son village tout a changé de main, il ne lui reste plus que caveau familiale de l’ancien cimetière du village, ou avec un peu de chance, il pourra y trouver un petit carré pour un éventuel repos éternel, car les boutiquiers ont de grands projets pour le village de ses ancêtres .

L’arabo-berbère quant'à lui se croira envahi par les étrangers de passage vers l'Europe et réclamera plus d’arabisation pour faire la différence.

Tu parles d'un bonheur d'être chez soi dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Vlane a dit:

" N’écoutez rien de ce que vous racontent le pouvoir et le reste au sujet du retour ici ; toutes ces belles phrases au sujet du service à rendre à la nation."
--------------------------------

Vlane a tout à fait raison:

On m'a présenté un riche Soninké vivant au Nigéria qui à rencontré le caporal via une de ses ministres, ce dernier voulait investir dans son pays en y ouvrant une banque.

Ce dadet voulait faire de l'ombre aux cousins, il attends toujours l'agrément.

Ceux qui ont pillé nos richesses halieutiques et qui ont investit les profits en Espagne, au Maroc et en France ont par contre rendu un grand service à la nation.

Ce pays est pris en otage par le système militaro-mafieu qui nous bassine avec "HOUBOU LEWATTAN".

Dire que ces nous qui payons la vaseline dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Vlane a dit:

Ici au niveau santé nous vivons dans un monde où règne la plus effroyable inconscience : il existe deux ou trois pharmacies dont on se refile les noms pour être sûr de ce qu’on avale sinon on peut prendre n’importe quoi de trafiqué soit surdosé ou sous-dosé soit un placebo quelconque.

-------------------
Pourtant, il suffit que l'on crée tout simplement un petit labo au port pour vérifier la nature de ces produits, afin d'éviter des drames.

-----------------------------------
Quant au système éducatif, il est dans le même état que le reste ; entièrement détruit d’où la course pour celles et ceux qui le peuvent d’envoyer leurs enfants au lycée français ce qui ne manque jamais de leur attirer les foudres de ceux qui ne peuvent pas.

--------------

Qui est responsable de ce désastre ?

Si on interdit le lycée français aux mauritaniens, les décideurs se pencheront enfin sur ce désastre.


-----------------------------------


Quant aux hôpitaux, il y a des médecins confirmés mais il faut les connaître et les faire appeler sinon n’espérez rien et là encore en cas de complications reste grâce à Dieu toujours inchallah.

---------------

C'est le loto dans la jungle, pourtant ce sont les impôts des mauritaniens qui ont payés les études de ces boutiquiers de la santé.

Le pire c'est qu'ils se trompent souvent dans leurs prescriptions dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

A+,

Entièrement d'accord avec toi. C'était l'essence de mon message, sauf si j'ai mal redigé. Msakine, cette jeunesse ne demande que le pouvoir se reveille et fasse les, choses correctement. Je les félicite pour ne pas avoir cassé quoi que ce soit et que le pouvoir n'a pas cherché à casser leur mouvement. En effet, en faisant pression ainsi, ils aident le pouvoir à se corriger etlui éviter de se Tayiser ou de s'Eliser. Quelle pourriture azzizzo a choisi! A-
---
A+ a dit:


A-
attention aux accusations hatives!n'oublie pas que les mauritaniens sont connus pour leur malhonnêteté intellectuelle:ils trouvent toujours l'argument pour discréditer ceux qui ont une opinion différente de la leure!!!
C'est pour dire qu'en fait ces jeunes qui manifestent,quelle que soit leur origine ou provenance sont porteurs de revendications on ne peut plus légitimes:ils veulent du boulot,une vie digne,l'éradication de la gabégie,du népotisme et du tribalisme...
Ils veulent une mauritanie unie et conviviale,celle que nous n'avons pas pu leur offrir!!!
La moindre des choses est de les soutenir même moralement dans leur recherche pacifique de leurs droits,n'est pas monsieur A-?
La satisfaction de leur revendication va dans l'interêt du regime,du pays et de tout le monde...

A+

Anonyme a dit…

En un mot ne revenez que pour mourir.

Et pourtant tout ce qui ont essayé d'exercer un métier liberal reussissent ou presque!

conseil à la diaspora si vous aimez tirer la queu du diable vous n'avez rien à faire en Mauritanie parce que devant vous une file indienne dont certains sont là depuis l'indépendance du pays a tirer cette queu qui est invisible pour nouveaux.

Mais par contre si vous avez un projet et surtout son financement c'est l'occasion a condition que vous travaillez de la même façon qu' à l'étranger.

Ce pays reussit a deux types de personne les combatifs et les tricheurs à vous de choisir votre camp!

filsdubled

Anonyme a dit…

Vlane
Super! c'est pas pour rien que j'ai envie de changer depuis longtemps de pays, de nationalité et même de religion!
Vlad

Anonyme a dit…

Bravo vlane. Il serait idiot pour un emigré mauritanien de revenir sans un plan a et un plan b: faire des affaires et securiser son financement. autrement travailler dans un minsitère ou une société d'état ne nourrit pas son bonomme. Comme l'a dit fils du bled, il faut faire les choses professionnellement si on pense rentrer dans un créneau et surtout éviter des coups de pouces ou de cadeau de la classe politique.

Vlad: houma les fours marchent walla? Cela fait quelque temps que je pense aller dans le pain, avec les augmentations de 10 UM ici et là et de temps à autre.

A-

Anonyme a dit…

S'il remboursait le milliard qu'il a detourné avec le PRDS, cela pourrait bien aider à resorber le deficit.
==

Ould Moctar El Hacen : Les réserves en devises du pays ne garantissent que deux mois d’importation


Le vice-président du parti « Wiam », Mohamed Yedhih Ould Moctar El Hacen, a indiqué que les réserves en devises du pays ne garantissent que deux mois d’importation. Il a ajouté que le budget de l’Etat est largement déficitaire mais le volume d’une telle catastrophe n’est connu que par le président Ould Abdel Aziz qui gère seul les affaires de l’Etat.

Ould Moctar El Hacen qui s’exprimait lors d’un meeting organisé par son parti, ce jeudi, dans le cadre du lancement de sa campagne d’implantation, a ajouté que « les conditions graves que traverse le pays sont celles qui ont poussé les jeunes à manifester », appelant à les soutenir dans ce combat légitime.

Il a enfin appeler à traiter la question de l’esclavage « en prenant en compte tous les aspects de ce problème et non pas comme une carte à jouer de manière épisodique », selon son expression












Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Bravo Vlane!parfaitement d'acc avec toi.Pas un mot de tout ce que tu as dit concernant notre pauvre mauritanie n'est faux,ni exagéré.C'est cette mauritanie là que nous devons tous chercher à sauver de l'abîme,avant qu'il ne soit trop tard!!!.
Soutenons les jeunes des blokat qui ne demandent que ça et sachons que notre silence sur ce qui arrive à notre pays vaut soutien à la classe des gabegistes qui se complait dans cette situation chaotique....
A+

Anonyme a dit…

Le tunisien arrêté en route pour l'Algérie. Trop de coincidences. A-
Le tunisien Bachir Simoun arrêté à Gao sur le pont de Wabaria : Et si ATT était allé trop vite en besogne en limogeant le DG de la S.E ?
 Le Combat, 04/03/2011   E-mail Imprimer
Il a fallu moins de 48 heures à Bachir Simoun, le présumé terroriste et auteur de l’attentat à  l’Ambassade de France au Mali pour atteindre Gao à environ un millier de kilomètres de la capitale. C’est en effet ici qu’il a été arrêté par la Gendarmerie alors qu’il s’apprêtait à se rendre en Algérie voisine. Selon les informations disponibles, le suspect était déguisé et s’apprêtait à traverser le pont de Wabaria pour rejoindre la ville de Gao. C’est là qu’il a été appréhendé par les gendarmes en poste.

Cette arrestation suscite par ailleurs beaucoup de commentaires. De nombreux  observateurs s’interrogent d’ores et déjà sur la décision plutôt précipitée de limoger le Directeur Général de la Sécurité d’Etat, Mambi Coulibaly (et non Keïta comme nous l’annoncions dans notre précédente livraison). Et pour cause, ils évoquent un possible complot contre le maître des lieux. ATT aurait-il cédé trop facilement à la panique ? C’est en tout cas ce qui ressort du constat de certains de ses proches. Il aurait surtout craint la réaction des occidentaux et de certains pays voisins qui ont récemment cité le Mali comme le « maillon faible » de la lutte contre le terrorisme dans le sahel. Une évasion qui aurait, à ses yeux réconforté ses détracteurs. 

Force est d’admettre que l’ex D.G a fait ses preuves au niveau de ce service où il a même reçu plusieurs fois les félicitations d’ATT lui-même suite à l’affaire du Boeing transportant de la cocaïne. Par ailleurs, nous signale-t-on, le désormais ex directeur de la S.E aurait mis en place un réseau très efficace adapté à la situation du moment. Son limogeage dans un contexte de troubles dans la sous-région ne risque-t-elle pas de porter préjudices ? Enfin, admettons que l’Etat est effectivement une continuité et le vide a déjà été comblé.

B.S. Diarra   

 

 

---

Anonyme a dit…

Azzizzo dans la tourmente nord-malenne. Son ami dit quelque chose et le journal dit le contraire. La présence mauritanienne a réduit l'efficacité d'AQMI au Mali. A-
---
http://www.maliweb.net/category.php?NID=72024

Anonyme a dit…

Ag Bahangs donne un coup de main à Kadafou? Ce journal est sérieux? A-


http://www.maliweb.net/category.php?NID=72027

Anonyme a dit…

Salam

Place des blocs rouges : Plus d’un millier de jeunes revendiquent des réformes sociales et politiques


Ils étaient plus d’un millier de jeunes, toute tendances confondues, à se rassembler sur la place des blocs rouges pour revendiquer des réformes touchant à tous les aspects de la vie, notamment celle du système politique mis en en place par Mohamed Ould Abdel Aziz.

Les manifestants de la place des blocs rouges, avaient commencé à converger vers cette place après la prière du vendredi. Ils ont érigé une multitude de banderoles sur lesquelles ont pouvait lire des slogans comme :

« Du pain, nous avons faim », « La richesse du pays est suffisante pour le peuple », « Le peuple veut la reforme du système politique », « Nous voulons de la justice, de l’emploi et la paix et «nous exigeons la démission du gouvernement et du parlement».



Selon le discours véhiculé par ces jeunes, il s’agit d’un mouvement qui se démarque des partis et tendances politique. « Nous ne sommes ni de l’opposition, ni de la majorité, nous voulons une Mauritanie libre où règne la justice. Nouas voulons que les militaires se mettent à l’écart de la politique ».

Il faut noter qu’au cours de ce rassemblement, des jeunes de l’UPR ont dressé des banderoles revendiquant la reforme et la transparence au sein de ce parti. Ces mêmes banderoles ont été déchirées par de jeunes manifestants qui ont estimé qu’il s’agit d’ « un opportunisme Malveillant »

----------------------------------

L'armée dégage voila qui a du sens dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Inutile de chercher à décrypter le cerveau de Kadhafi

S’interroger ouvertement sur la santé mentale du colonel Mouammar Kadhafi est peut-être devenu un exercice à la mode, mais il est inutile de cataloguer ou de tenter de prévoir son comportement, avertissent des psychiatres.

"Quand le comportement de certains individus sort de notre cadre normal de pensée, d’une manière qui menace ou nuit aux autres, nous sommes tellement déconcertés que nous essayons de trouver une manière de l’expliquer", note Nigel Eastman, professeur de psychiatrie à l’université St George’s de Londres.

"Mais il existe un écart insurmontable entre notre besoin de les comprendre et notre faculté de parvenir à une interprétation valide." Peu de personnes contestent que le comportement de Kadhafi est par moment erratique. Dans l’un de ses discours prononcés depuis le début de l’insurrection en Libye, le "guide" libyen a accusé les rebelles d’être des jeunes gens nourris de lait et de café en poudre corsé aux pilules hallucinogènes.



Les gardes du corps féminines (ses célèbres "amazones"), l’habitude de dormir sous une tente bédouine sont autant de signes arborés par l’extravagant dirigeant libyen qui n’a par ailleurs jamais hésité à réprimer brutalement ses opposants. "A l’évidence, c’est un homme très étrange et malfaisant", reconnaît le professeur Eastman.

Ibrahim Dabbachi, représentant adjoint de la Libye aux Nations unies passé dans le camp de la rébellion, a prédit la semaine dernière que Kadhafi mourrait les armes à la main ou se suiciderait plutôt que d’être chassé du pouvoir.

Pour Kingsley Norton, spécialiste des troubles de la personnalité au West London Mental Health Trust (WLMHT, fondation de l’ouest de Londres pour la santé mentale), le calme affiché parfois par Kadhafi, dans son interview à la BBC et à ABC en début de semaine par exemple, peut être la preuve que le dirigeant libyen connaît déjà la fin de l’histoire.

"Les gens sous pression (...) deviennent calmes en apparence lorsqu’ils ont comme une certitude intérieure à propos de leur propre sort. Cela peut venir d’une croyance religieuse profondément ancrée ou du fait qu’ils ont un ’plan B’, comme le suicide ou la fuite vers un endroit sûr", dit-il.

Les psychiatres se méfient cependant de tout "diagnostic". La tendance à vouloir étiqueter les maladies mentales en dit plus sur le besoin de nos sociétés à trouver une explication à certains comportements que sur les patients eux-mêmes, disent-ils. "On voit des gens lancer des diagnostics à partir d’un discours ou d’un comportement, mais tout cela ne fait qu’ajouter à la stigmatisation des maladies mentales", déplore Michael Phelan, consultant de la WLMHT.

"Si quelqu’un accomplit quelque chose de vraiment héroïque, quelque chose d’irrationnel qui a sauvé des vies, personne n’osera le qualifier de fou. Ce ne sont que les mauvaises choses qui sont étiquetées comme relevant de la folie."

Sur un autre plan le gouvernement libyen a accepté le plan vénézuélien de recherche d’une solution négociée à la crise en Libye, a annoncé jeudi un porte-parole du président Hugo Chavez. Le ministre de l’Information, Andres Izarra, a également confirmé l’intérêt de la Ligue arabe pour le plan Chavez. Pour sa part, le journal libyen en ligne Yosberides donne la même information, sans donner de source.

Ce journal, qui a pris la succession de Khourina, ajoute que le plan vénézuélien a aussi été approuvé par la Ligue arabe. Le chef de l’Etat vénézuélien propose l’envoi d’une mission de médiation internationale formée de représentants de pays d’Amérique latine, d’Europe et du Proche-Orient pour tenter de négocier une issue entre le régime libyen et les insurgés.

Anonyme a dit…

Rappel des événements en Libye, en proie depuis le 15 février à une révolte contre un régime au pouvoir depuis près de 42 ans.

3 mars: Frappe aérienne de l’armée à Brega (est de Tripoli). L’opposition affirme avoir capturé une centaine de combattants lors des affrontements de la veille à Brega. Trois militaires néerlandais sont faits prisonniers dimanche par l’armée libyenne (ministère néerlandais de la Défense). Kadhafi, ses fils et de hauts dirigeants visés par une enquête de la CPI pour "crimes contre l’humanité".

Entrée en vigueur des sanctions européennes -notamment gel des avoirs et interdictions de visas- à l’encontre du clan Kadhafi. Pont aérien mis en place par les Européens pour évacuer de Tunisie vers le Caire des milliers d’Egyptiens. Quelque 90.000 personnes ont traversé la frontière tuniso-libyenne depuis le 20 février (ONU à Tunis).

- 2 mars: Contre-offensives des forces pro-Kadhafi appuyées par l’aviation et l’artillerie lourde à Brega (12 morts, selon une source médicale) et raids aériens sur Ajdabiya. Kadhafi promet des "milliers de morts" en cas d’intervention militaire des Occidentaux. L’ex-ministre libyen de la Justice présidera le "Conseil national" mis en place par les insurgés qui contrôlent l’est du pays, annonce le porte-parole des institutions provisoires à Benghazi.

L’opposition réclame des frappes de l’ONU contre les mercenaires pro-régime. Plusieurs navires de guerre, américains, français, canadiens notamment, en route vers la Libye. 6.000 morts (3.000 à Tripoli, 2.000 à Benghazi) depuis le début du soulèvement (Ligue libyenne des droits de l’Homme).

- 1er mars: L’opposition contrôle tout l’Est et de nombreuses villes de l’Ouest, Tripoli et ses environs restant sous le contrôle des forces pro-Kadhafi. Kadhafi, "politiquement mort", doit quitter le pouvoir, affirme une source au Kremlin. L’opposition annonce la création d’un conseil militaire à Benghazi.

- 28: Après l’ONU et les Etats-Unis, l’Union européenne adopte un embargo sur les armes et gèle des avoirs du clan Kadhafi.

- 27: Poursuite des évacuations massives d’étrangers (près de 100.000 personnes), travailleurs égyptiens et tunisiens principalement.

- 26: Le président américain Barack Obama affirme que Kadhafi doit "partir maintenant".

- 23 au 25: Zouara (ouest de Tripoli) aux mains des opposants (témoins). La région orientale pétrolière contrôlée par les insurgés.

- 20 au 22: Massacres et tirs à l’arme lourde à Benghazi (témoins). Heurts sanglants à Al Baïda. Défection de hauts responsables libyens, ministres, diplomates. A la télévision, Kadhafi assure qu’il se battra jusqu’à la mort, menace les manifestants et appelle ses partisans à le soutenir.

- 18 et 19: Violences à Benghazi où l’armée repousse à balles réelles des manifestants. Affrontements à Al Baïda. Heurts sanglants à Misrata (est de Tripoli). Des "mercenaires africains" tirent sur la foule (témoins).

- 15 au 17: Six morts à Benghazi, deux à Al Baïda (est) lors de la "Journée de la colère" lancée sur Facebook après la violente dispersion par la police d’un sit-in contre le pouvoir à Benghazi (est), deuxième ville du pays et bastion de l’opposition.

Reuters/Afp

maatala

Anonyme a dit…

"Le groupe de haut niveau pour le règlement de la crise en Côte d'Ivoire créé au terme du communiqué de la 259ème réunion du conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union Africaine, tenue à Addis Abéba le 28 anvier 2011 a tenu sa troisième réunion à Nouakchott, le 4 mars 2011. Tous les membres du groupe ont pris part à cette réunion.

Le groupe a procédé à une évaluation approfondie de la situation en Côte d'Ivoire sur la base des interactions qu'il a notamment eues avec leurs excellences MM. Laurent Gbagbo et Alassane Dramane Ouattara lors de la visite qu'il a effectuée à Abidjan, les 21 et 22 février 2011, ainsi que des développements intervenus depuis cette date.

Le groupe de haut niveau a noté avec une vive préoccupation l'évolution dramatique de la situation en Côte d'Ivoire en particulier le nombre croissant de pertes en vies humaine ainsi que l'escalade de l'esprit de confrontation.

Il réitère l'appel pressant de l'UA aux parties ivoiriennes pour qu'elles fassent preuve de la plus grande retenue, s'abstiennent de tous actes et mesures de nature à saper les efforts en cours, y compris les campagnes médiatiques incitant à la haine et à la violence.

Le groupe demande également l'arrêt immédiat des tueries et exactions provoquant des pertes en vies humaines, ainsi que de manifestations, marches populaires et autres activités susceptibles de dégénérer en troubles et en violence. Il appelle instamment les parties à la cessation de toutes formes d'hostilités, ainsi qu'à la levée du blocus imposé à l'hôtel du Golf.

Le groupe a décidé de tenir sa prochaine réunion dans les meilleurs délais à une date et en un lieu qui seront annoncés incessamment, aux fins de parachever l'accomplissement du mandat qui lui a été confié par le CPS. Le groupe invite à cette réunion leurs excellences Alassane Dramane Ouattara et Laurent Gbagbo ainsi que le président du conseil constitutionnel de Côte d'Ivoire.

Le groupe de haut niveau est en contact avec le Président de la République Fédérale du Nigéria qui assure la présidence du CPS pour le mois de mars 2011, en vue de la tenue immédiatement après sa 4ème réunion, d'un sommet du CPS au cours duquel il présentera un rapport sur ses activités et les résultats auquels il sera parvenu ".

Anonyme a dit…

Laghdaf le chimique,

C'est une goutte d'eau dans un canari. Tu aurais dû rester dans ton poste pepère de consultant de l'UE à Bruxelles et ne pas aller politique. Maintenant azzizzo va te fusibler. A-
-----
La fonction publique mauritanienne va recruter 250 cadres

La fonction publique mauritanienne va recruter courant mars 250 nouveaux cadres, au titre de l’année 2011-2012, a appris APA vendredi à Nouakchott.

Selon le Premier ministre mauritanien, les recrutements auront lieu par concours et ils s’adressent aux administrateurs des régies financières, aux magistrats, aux conseillers pour les affaires étrangères et aux journalistes. Les recrutés bénéficieront d’une formation à l’Ecole nationale d’administration, de journalisme et de magistrature.

Il s’agit du plus grand recrutement au sein de la fonction publique depuis l’élection du président actuel, Mohamed Ould Abdel Aziz. L’annonce de ce recrutement intervient dans un contexte particulier marqué par l’émergence de mouvements de contestation motivés par la dégradation des conditions de vie des populations et le courant de révolte qui secoue le monde arabe.

Depuis le début des contestation à Nouakchott, le 25 février 2011, le gouvernement mauritanien multiplie les gestes d’apaisement à travers le recrutement de 1000 jeunes dans le secteur de la pêche, l’embauche par la SNIM des travailleurs journaliers, la construction de logements et la réduction des frais de dédouanement.



 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : Agence de Presse Africaine
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 352

Anonyme a dit…

Le maire de la commune d’Aoujeft, localité du nord de la Mauritanie, Mohamed Moctar Ould Hmein Amar, a pris part ce vendredi à la manifestation à laquelle a appelé le regroupement de la « jeunesse du 25 février » sur la place des Anciens blocs.

Maatala,

De Saharamedia, je crois. Ton grand zenemi Ould Hmein Amar qui essait de recuperer le mouvement de la Jeunesse Facebook. Vas-y doucement avec lui: faut pas trop le cabosser.

Azzizzo a fait le con en faisant comme Sidioca: recuperer la lie du PRDS. Il va commencer à payer cherement maintenant. N'est pas MOST qui veut.


A-
-----
Ould Ahmein Amar qui est présentement le seul homme politique à avoir déclaré ouvertement son engagement au côté de cette jeunesse qui a lancé, il y a quelques semaines, un mouvement sur facebook, a déclaré à Sahara média qu’il est venu « soutenir les jeunes parce que leurs revendications sont légitimes et il est impératif de changer la situation actuelle », selon ses propos.


Le maire d’Aoujeft a ajouté que ces manifestations de jeune viennent « aider les citoyens à faire face aux problèmes qu’ils rencontre, tels le chômage, les difficultés au niveau de la santé, de l’éducation et autres services de base », toujours selon les propos de Ould Hmein Amar. Et cet élu de poursuivre : « avant d’être maire, je suis un citoyen qui vit les problèmes de sa moughataa et de sa wilaya et je soutiens toutes les revendications de la jeunesse allant dans le sens de la réforme et je demande au président Aziz de venir aux populations pour se rendre compte de la réalité de la situation ».

Anonyme a dit…

Ehl ghaddeu ne pourront plus construire leurs blokats. Azzizzo rembourser.

Bilkiss, ça va? Hatha le pays jamais tranquille.

A-
---
Place des blocs rouges : Plus d’un millier de jeunes revendiquent des réformes sociales et politiques


Ils étaient plus d’un millier de jeunes, toute tendances confondues, à se rassembler sur la place des blocs rouges pour revendiquer des réformes touchant à tous les aspects de la vie, notamment celle du système politique mis en en place par Mohamed Ould Abdel Aziz.
 

Les manifestants de la place des blocs rouges, avaient commencé à converger vers cette place après la prière du vendredi. Ils ont érigé une multitude de banderoles sur lesquelles ont pouvait lire des slogans comme : « Du pain, nous avons faim », « La richesse du pays est suffisante pour le peuple », « Le peuple veut la reforme du système politique », « Nous voulons de la justice, de l’emploi et la paix et «nous exigeons la démission du gouvernement et du parlement».
Selon le discours véhiculé par ces jeunes, il s’agit d’un mouvement qui se démarque des partis et tendances politique. « Nous ne sommes ni de l’opposition, ni de la majorité, nous voulons une Mauritanie libre où règne la justice. Nouas voulons que les militaires se mettent à l’écart de la politique ».
Il faut noter qu’au cours de ce rassemblement, des jeunes de l’UPR ont dressé des banderoles revendiquant la reforme et la transparence au sein de ce parti. Ces mêmes banderoles ont été déchirées par de jeunes manifestants qui ont estimé qu’il s’agit d’ « un opportunisme Malveillant »
 

Anonyme a dit…

Une connerie en préparation. Ehl ghaddeu peuvent bien attendre 6 mois encore avant dé commencer la construction. Commencer à construire maintenant, c'est dire el keujj à la generation facebook et ils vont reagir mal. Blokat square c'est comme jasmin square pour la jeunesse. A
----
15:17Les soutiens du pouvoir décident de faire une démonstration de force à leur tour sur la place...

...des Anciens Blocs.

Un groupe de jeune soutenant le président Mohamed Ould Abdel Aziz ont décidé d’occuper ce samedi soir, à leur tour, la place des anciens blocs pour donner la réplique à ceux qui contestent l’action du gouvernement et demandent des réformes radicales.

Ce groupe de jeunes qui se prénomme « la révolution du 18 juillet 2009 », date d’élection de Mohamed Ould Abdel Aziz à la présidence de la République, ont dédié leur manifestation à la « préservation des acquis notamment dans la lutte contre la gabegie, le clientélisme et le trafic d’influence ».

Le groupe a affirmé sa volonté de préserver à la Mauritanie sa diversité culturelle et a appelé au renouvellement de la classe politique » pour que, dans « ce moment crucial de l’histoire de la Mauritanie, les jeunes puissent faire entendre leurs voix et faire connaître sa révolution à la face du monde ».

 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : SaharaMedias (Mauritanie)
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 43

Anonyme a dit…

El hamdoulillah. En realité, ce senateur travaillait pour la junte pour piéger le jeune Hankins et parler ensuite à la presse des US tentant de faire un coup contre les putshistes avec l'aide d'Israel. Youssouf, tu ne fais plus de conneries pareilles. Dans ton affaire à dormir débout, tu as accusé les algériens, les maliens et les sénégalais (les Flam et c'était visible que tu faisais l'amalgame entre Gorgui et les Flam -Couli enteu vem?). On accepte l'histoire comme ça et on oublie les autres détails. Yewgui be tout sourire d' alligator. A-
----
17:06Urgent : levée de la suspension du sénateur de Mbout.

Selon une source, proche de l’UDP, le bureau politique de ce parti, réunis samedi 05 février, a levé la suspension du sénateur de Mbout, Youssou Sylla.

En Décembre 2010, l’UDP (union pour la démocratie et le progrès) avait décidé de suspendre de ses rangs le sénateur de Mbout. Cette suspension est intervenue suite aux déclarations attribuées par le site Wikileaks à Monsieur Sylla. Selon ce site, le sénateur avait fait part à un responsable de l’ambassade des Etats Unies à Nouakchott, de son « intention de liquider physiquement Mohamed ould Abdel Aziz pendant la campagne présidentielle de 2009. »

Le sénateur de Mbout, selon Wikileaks, entendait ainsi, faire échouer le coup d’Etat du 06 aout 2008 et rétablir la légalité constitutionnelle.

Youssouf Sylla est candidat à sa propre succession pour le poste de sénateur de Mbout concerné par le renouvellement partiel du sénat dont le premier tour aura lieu le 24 avril prochain.

Khalilou Diagana

 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : Khalilou Diagana Pour Cridem
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 83

Anonyme a dit…

Le boumerang qui revient. A-
---
17:47A la veille du renouvellement du Sénat : Un conseiller municipal vaut 2 millions UM.

Comme d’habitude, à chaque fois que des élections sénatoriales pointent à l’horizon, les conseillers municipaux voient leur côte de popularité monter en flèche. Ils sont en effet, de plus en plus sollicités par ceux qui souhaitent se faire élire à la chambre haute du Parlement car ce sont eux les grands électeurs qui ont la lourde tâche de choisir les futurs sénateurs.

Ces derniers sont décidés à mettre la main à la poche pour s’accorder les faveurs des conseillers municipaux. Résultat : les prix montent et aujourd’hui, il semble que certains élus déclarent à qui veut les entendre qu’ils ne monnayeront leur voix qu’à la rondelette somme de 2 millions UM. Au minimum !

Cette situation est due au fait que certains conseillers ont été choisi sans que des critères logiques comme la loyauté au parti soit observé chez eux. Ainsi pour quelque menu fretin, un conseiller peut voter pour un candidat qui n’est pas forcément celui de son parti.

Il convient de lutter contre ce phénomène d’achat de conscience qui ne contribue guère à la promotion de la démocratie en faisant perdre le titre à tout élu qui ne respecte pas les consigne du parti sous le label de qui il a été élu.

 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : Le Véridique (Mauritanie)
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 35

Anonyme a dit…

A-

ANNEU HOWNE!
Je prefere lire et mediter.
Je sus bien fache' parce que je viens de celebrer mes 49 ans ce 28 fevrier passe' et ma fille Bilkiss a oublie' de m'envoyer ses voeux. (rire)!!!!

Allez les amis, le papa de Bilkiss est vieux. Je pense sincerement a' mettre fin a' mes ecrits. I AM OLD AND TIRED!!!!!!

Anonyme a dit…

Il faut lire" "...Je SUIS bien fache'..."

Anonyme a dit…

Salam

Couly a dit:

"Je pense sincerement a' mettre fin a' mes ecrits. I AM OLD AND TIRED!!!!!!
----------------------------------

Happy Birthday

A part faire l'apologie du caporal, des USA et des Israéliens, je ne vois pas les intérêts de tes saillies.

Tu peux toujours hiberner dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Hatha le problème n'a pas été resolu? A-
----
54 hectares de titres fonciers à Nouakchott aux noms des enfants d’Ely Ould Mohamed Vall
dimanche 12 juillet 2009

Lu dans le Journal Officiel n° 1111 du 30-01-2006.

Au moment où la Mauritanie vivait la première transition de 2005/2007 son chef d’état de l’époque Ely Ould Mohamed Vall n’avait pas de temps à perdre. Il devait mettre de côté le maximum possible de biens lui permettant de se prémunir contre les mauvais coups du sort et surtout lui permettre d’accumuler un trésor de guerre pour son retour programmé à la Présidence dans un scénario à la ATT.

Ely ould Mohamed Valll s’affairait à mettre au nom de ses enfants et sa sœur d’énormes propriétés foncières à Nouakchott, dont les détails extrait du Journal Officiel de la République Islamique de Mauritanie N°1111 (pages 254 et 255) en date du 30 janvier 2006 se présentent comme suit :

 Réquisition N°1756 : Lemliha mint Mohamed Vall : un terrain d’une contenance de 07 ha connu sous le nom du Lot N°3 situé à Nouakchott / Toujounine.

 Réquisition N°1757 : Mohamed Lemine Eleya Ely : un terrain d’une contenance de 07 ha et 07 ar connu sous le nom du Lot N°4 situé à Nouakchott / Toujounine et borné au nord par le terrain de Mariem Eleya Ely.

 Réquisition N°1758 : Yousef Eleya Ely : un terrain d’une contenance de 20 ha connu sous le nom des Lot N°1 et N°2 situés à Nouakchott / Toujounine et borné au sud par le terrain de Mohamed Lemine Eleya Ely.

 Réquisition N°1759 : Mariem Eleya Ely : un terrain d’une contenance totale de 20 ha, 86a 50 ca connu sous le nom des Lot N°s/n situés à Nouakchott / Toujounine et borné au nord par la conduite d’eau d’Idini.

L’énorme superficie de ses terrains attribués à des enfants pour la plupart mineurs est en elle-même suffisamment flagrante pour attirer l’attention de la justice, mais elle est surtout choquante parce ce que ces 54 hectares cumulés sont assez vastes pour abriter les habitants d’un bidonville complet de Nouakchott.

Le plus grave est que ces 540 000 m2 ne sont qu’une infime partie des biens fonciers du « candidat de tous ». Rien d’étonnant alors que notre capitale ne respire plus, car elle n’a plus de place pour les parcs ou les espaces verts ni les d’équipements sociaux.

Abuser de son statut de Chef d’Etat pour s’approprier des dizaines d’hectares alors que 60% des habitants de la ville de Nouakchott vivent entassés dans des bidonvilles et dans des conditions dégradantes est une honte avant d’être un crime contre son peuple.

Accumuler des titres fonciers par simple appât du gains et désir de spéculation immobilière alors que 90% de nos forces armées et des employés des notre administration n’ont aucun terrain à Nouakchott ni ailleurs et oser par la suite demander aux habitants de ces bidonvilles de voter pour Ely ould Mohamed Vall est d’un cynisme qui repousse les limites du tolérable.

Moussa Ouatara

Source : Cridem

Anonyme a dit…

Salam

KASSATAYA-6 mars 2011.

Pour l’abrogation de la limite d’âge pour les recrutements au sein des Institutions de l’Enseignement Supérieur (IALARIES)

Il y a presqu'un an, des universaitaires mauritaniens expatriés saisissaient les autorités de leur pays pour demander l'aborgation de la limitation d'âge en vue d'entrer dans les institutions de l'enseignempent supérieur. Les signataires de l'initiative rééditent l'opération cette année au motif que "la situation de certains d'entre eux s'est aggarvée". Ils entendent adresser un courrier directement au président de la République pour l'interpeller sur le sujet. La pétition est disponible à l'adresse suivante: http://sites.google.com/site/ialarunsite/

Lire le texte intégral de la pétition.

Cette initiative avait été lancée il y a un an jour pour jour. Nous avons récemment été informés que la politique de limite d’âge pour les recrutements au sein des Institutions de l’Enseignement Supérieur faisait de plus en plus de ravage au sein des cadres de la diaspora nouvellement rentrés au pays. Par conséquent ; nous avons décidé de relancer l’opération espérant que nous serons entendus et ce pour le bien de notre pays.
Au moment où le gouvernement mauritanien lance un appel aux médecins mauritaniens de la diaspora leur demandant de rentrer servir leur pays; plusieurs cadres de la diaspora issus du monde universitaire et industriel se trouvent, eux, bloqués par une politique inadaptée qui consiste à limiter l’âge du recrutement au sein des Institutions de l’Enseignement Supérieur. Une telle politique a été appliquée lors du dernier recrutement au sein de l’Université de Nouakchott. Plusieurs cadres compétents n’avaient pu, de ce fait, candidater à cause de cette politique absurde de limite d’âge.
En matière de recrutement au sein des Institution de l’Enseignement Supérieur, les textes exigent des futurs Maître Assistant ou Maître de conférences d’être âgés de moins de 40 ans. Cette limite est de 45 ans pour les futurs Professeurs des Universités. Ainsi, selon cette politique, un Mauritanien, déjà Professeur d’Université dans une Institution étrangère et âgé de 46 ans ne pourrait être titularisé et servir son pays. C’est cette absurdité que nous voulons dénoncer à travers cette Initiative.
Nous, signataires, demandons l’abrogation pure et simple de cette politique contre productive de la limite d’âge pour les recrutements au sein des Institutions de l’Enseignement Supérieur. Cela permettra à toutes les compétences mauritaniennes de venir servir le pays.
Par ailleurs, nous pensons que le recrutement au sein des Institutions de l’Enseignement Supérieur doit se focaliser sur la qualité de la candidature plus que sur l’âge de la candidate ou du candidat.
Nous, signataires, sollicitons le soutien et l’adhésion de tous les compatriotes, de l’intérieur et de l’extérieur, à notre cause puisqu’elle concerne le développement et la prospérité de notre pays.
Pour se joindre à nous, prière de bien vouloir nous envoyer un email et nous indiquer votre nom, prénom, profession, ville et pays de résidence à: ialarun.rim@gmail.comCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Initiateurs

L’initiative vient d’un groupe d’universitaires mauritaniens résidants a l’étranger ; il s’agit de :

Pr AHMEDOU Mohameden (Ould), University of Giessen (ALLEMAGNE)

Pr BABA Mohamed, Université de Clermont-Ferrand (FRANCE)

Pr DIAGANA Toka, Howard University, Washington DC (USA)

Dr EL MOCTAR Ahmed (Ould), École Polytechniques de Nantes (FRANCE)

Dr TANDIA Bouna Moussa, Université Libre de Bruxelles (BELGIQUE)

Premiers signataires

1. Pr AHMEDOU Mohameden (Ould), University of Giessen (ALLEMAGNE)

2. Pr BABA Mohamed, Université de Clermont-Ferrand (FRANCE)

3. Dr BOUH Kamal (Ould), Benghazi University (LYBIE)

4. Pr DIAGANA Toka, Howard University, Washington DC (USA)

5. Dr EL MOCTAR Ahmed (Ould), École Polytechniques de Nantes (FRANCE)

6. Dr HAMIDOU Djah Sidi, Qassim University (ARABIE SEOUDITE)

7. Dr MAALOUM Aboubekrine (Ould), Quasem University (ARABIE SEOUDITE)

8. Ing MOHAMED Ismail, Schlumberger Middle East (ARABIE SEOUDITE)

9. Pr MOHAMEDEN Mohamedou (Ould), Université de Nouakchott (MAURITANIE)

10. Dr TANDIA Bouna Moussa, Université Libre de Bruxelles (BELGIQUE)





11. AGHRABAT Fatimettou, Le Havre (FRANCE)

12. AHMED Mohamed, New York (USA)

13. Dr AHMED MAHMOUD Sid Ahmed (Ould), Aljouf University (ARABIE SEOUDITE)

14. Pr BARO Mamadou, The University of Arizona, Tucson (USA)

15. CAMARA Kodoré, Senior Statisticien, Eli Lilly and Company, Indianapolis, Indiana (USA)

16. Dr COULOUBALY Samba, University of Medicine and Dentistry, New Jersey (USA)

17. Dr DIAKITÉ Mohamed Lamine, Maître de Conférences, Université de Nouakchott (MAURITANIE)

18. Dr SALL Alhousseynou, Agence National de Sante Publique du Canada, Ottawa (CANADA)

19. Dr WAGUÉ Cheikhna, Docteur en histoire moderne et contemporaine et chercheur associé au Centre d'Études des Mondes Africains de Paris 1 Panthéon Sorbonne (FRANCE)

20. Dr WAGUÉ Hamadi Gatta, Attaché d'enseignement et de recherche à l'université Paris 13 (FRANCE)

Anonyme a dit…

21. Dr BA Mohamadou Samba, Département de Chimie, Faculté des Sciences de Gabès, Gabès (TUNISIE)

22. BABA AHMED Marouf Ould, Doctorant en Biochimie en cotutelle Québec - Canada et Caen (FRANCE)

23. FALL Malick, Expert en Entrepreneuriat et TIC, Rose Hill (ILE MAURICE)

24. GUEYE Souleymane, Technicien chimiste, Paris (FRANCE)

25. Pr KANE Hamdjatou, Université du Québec (CANADA)

26. KOITA Kaourou, Étudiant, Chicago, Illinois (USA)

27. OUMAR Mamadou, Microbiologiste, Cincinnati, Ohio (USA)

28. Ing SAMBA Maouloud (Ould), Ingénieur Qualiticien-Microbiologiste, Rennes (FRANCE)

29. SOW Oumar A., Gestion patrimoine culturel, Universite de Barcelona (ESPAGNE)

30. YOUBA Mohamed, IT MANAGER, Nouakchott (MAURITANIE)





31. Dr BAGGA Mohamed Abdoullah (Ould), Enseignant contractuel à la Faculté des Sciences de Gabès (TUNISIE)

32. BEIDA Ahmed Chbih, Master méthodes numériques et géométriques, Faculté des sciences de Tunis (TUNISIE)

33. BOYE Mokhtar, MPA Student, Long Island University, New York (USA)

34. Dr CAMARA Moctar Ould Daddah, Consultant, Nouakchott (MAURITANIE)

35. DIAGANA Elimane Khalilou, Kansas City, Missouri (USA)

36. Pr KAMARA Cheikh Saad Bouh, Sociologue, Université de Nouakchott (MAURITANIE)

37. Dr LOULY Mohamed Salem, Pau (FRANCE)

38. LY Amadou, Chercheur, Paris (FRANCE)

39. Dr TANDIA Aliou Kissima, Dakar (SENEGAL)

40. Dr TIDIANE Amadou, Université de Tunis (TUNISIE)







41. Dr AHMED KHALIFA Khalil (Ould), Consultant senior en éco-conception (FRANCE)

42. BOUHA EL MOUSTAPHA Ahmed, Étudiant en DEA de Mathématiques à l’Université de Pau (FRANCE)

43. DIA Daouda Moussa, Attaché de recherche Departement de préhistoire et d'archéologie, Université de Liège (BELGIQUE)

44. Dr KONE Makan Djibril, Docteur en Électronique appliquée Aux Télécoms.(T.T.S.A.P), Informaticien :DÉVELOPPEUR JAVA//J2EE,ORACLE (FRANCE)

45. Dr M LEMINE Mohamed Abdellah (Ould), Al-Imam University (ARABIE SAOUDITE)

46. Dr NAGEM Mohamed, Biostatistician, US Food and Drug Administration (FDA), Washington DC (USA)

47. SEYE Mamadou, Directeur departement Audit Interne, WORLD VISION MAuritanie-Nouakchott (MAURITANIE)

48. SIDI Mohamed Mahmoud (Ould), Chargé de recherche INRA FRANCE, Avignon (FRANCE)

49. Dr SY Mohamed Baba, Observatoire du Sahara et du Sahel, Tunis (TUNISIE)

50. TALL Ousmane, Adjoint Technique, Fontenay-le-Fleury, Yvelines (FRANCE)





51. BA Aliou, Étudiant à l'Université Paris Est Créteil (FRANCE)



52. DADAH Brahim, Étudiant en DEA de Mathématiques a l'Université de Pau (FRANCE)



53. Dr DEDAH Cheikhna, Louisiana State University, Baton Rouge, Louisiana (USA)



54. DIA Alassane, Maître assistant, Université de Nouakchott (MAURITANIE)

55. EL BOUKHARY Mohamed (Ould), Doctorant en Mathématiques et Vacataire à la FST de l'Université de Nouakchott (MAURITANIE)

56. Pr EL MEHDI O. JIYED Khalil (Ould), Université de Nouakchott (MAURITANIE)

Anonyme a dit…

21. Dr BA Mohamadou Samba, Département de Chimie, Faculté des Sciences de Gabès, Gabès (TUNISIE)

22. BABA AHMED Marouf Ould, Doctorant en Biochimie en cotutelle Québec - Canada et Caen (FRANCE)

23. FALL Malick, Expert en Entrepreneuriat et TIC, Rose Hill (ILE MAURICE)

24. GUEYE Souleymane, Technicien chimiste, Paris (FRANCE)

25. Pr KANE Hamdjatou, Université du Québec (CANADA)

26. KOITA Kaourou, Étudiant, Chicago, Illinois (USA)

27. OUMAR Mamadou, Microbiologiste, Cincinnati, Ohio (USA)

28. Ing SAMBA Maouloud (Ould), Ingénieur Qualiticien-Microbiologiste, Rennes (FRANCE)

29. SOW Oumar A., Gestion patrimoine culturel, Universite de Barcelona (ESPAGNE)

30. YOUBA Mohamed, IT MANAGER, Nouakchott (MAURITANIE)





31. Dr BAGGA Mohamed Abdoullah (Ould), Enseignant contractuel à la Faculté des Sciences de Gabès (TUNISIE)

32. BEIDA Ahmed Chbih, Master méthodes numériques et géométriques, Faculté des sciences de Tunis (TUNISIE)

33. BOYE Mokhtar, MPA Student, Long Island University, New York (USA)

34. Dr CAMARA Moctar Ould Daddah, Consultant, Nouakchott (MAURITANIE)

35. DIAGANA Elimane Khalilou, Kansas City, Missouri (USA)

36. Pr KAMARA Cheikh Saad Bouh, Sociologue, Université de Nouakchott (MAURITANIE)

37. Dr LOULY Mohamed Salem, Pau (FRANCE)

38. LY Amadou, Chercheur, Paris (FRANCE)

39. Dr TANDIA Aliou Kissima, Dakar (SENEGAL)

40. Dr TIDIANE Amadou, Université de Tunis (TUNISIE)







41. Dr AHMED KHALIFA Khalil (Ould), Consultant senior en éco-conception (FRANCE)

42. BOUHA EL MOUSTAPHA Ahmed, Étudiant en DEA de Mathématiques à l’Université de Pau (FRANCE)

43. DIA Daouda Moussa, Attaché de recherche Departement de préhistoire et d'archéologie, Université de Liège (BELGIQUE)

44. Dr KONE Makan Djibril, Docteur en Électronique appliquée Aux Télécoms.(T.T.S.A.P), Informaticien :DÉVELOPPEUR JAVA//J2EE,ORACLE (FRANCE)

45. Dr M LEMINE Mohamed Abdellah (Ould), Al-Imam University (ARABIE SAOUDITE)

46. Dr NAGEM Mohamed, Biostatistician, US Food and Drug Administration (FDA), Washington DC (USA)

47. SEYE Mamadou, Directeur departement Audit Interne, WORLD VISION MAuritanie-Nouakchott (MAURITANIE)

48. SIDI Mohamed Mahmoud (Ould), Chargé de recherche INRA FRANCE, Avignon (FRANCE)

49. Dr SY Mohamed Baba, Observatoire du Sahara et du Sahel, Tunis (TUNISIE)

50. TALL Ousmane, Adjoint Technique, Fontenay-le-Fleury, Yvelines (FRANCE)





51. BA Aliou, Étudiant à l'Université Paris Est Créteil (FRANCE)



52. DADAH Brahim, Étudiant en DEA de Mathématiques a l'Université de Pau (FRANCE)



53. Dr DEDAH Cheikhna, Louisiana State University, Baton Rouge, Louisiana (USA)



54. DIA Alassane, Maître assistant, Université de Nouakchott (MAURITANIE)

55. EL BOUKHARY Mohamed (Ould), Doctorant en Mathématiques et Vacataire à la FST de l'Université de Nouakchott (MAURITANIE)

56. Pr EL MEHDI O. JIYED Khalil (Ould), Université de Nouakchott (MAURITANIE)

Anonyme a dit…

57. Dr LEMRABOTT Habiboullah (Ould), Maître Assistant des Universités Africaines (CAMES) en Sciences de l'Ingénieur, Enseignant Chercheur au Département Télécommunication de l'École Supérieure Multinationale des Télécommunications de Dakar , Responsable des Classes Prépas pour les Grandes Écoles (SENEGAL)

58. SOW Mamadou, Capitaine au long cours, cadre dans le courtage d'affrètements maritimes à Paris, doctorant au CDMO de l'Université de Nantes (FRANCE)



59. THIAM Ghaly, MCSchools, Memphis, Tennessee (USA)



60. TOURÉ Alhousseynou, Doctorant à la Faculté des Science de Tunis et Monastir (TUNISIE)









61. BABA Sadegh (Ould), Économie et Gestion du Transport Maritime et des Pêches, Maersk Line Mauritanie, Nouakchott (MAURITANIE)

62. DEDAH Bekaye, Senior Statistician, Eli Lilly and Company, Indianapolis, Indiana (USA)

63. Dr DEMBA Moussa, Aljouf University (ARABIE SEOUDITE)

64. Dr DIAGANA Cheikhna Khalilou, Médecin de santé publique, Directeur de l'École de Santé Publique de Kiffa (MAURITANIE)

65. Dr IDRISS Ahmed (Ould), FST, Nouakchott (MAURITANIE)

66. KANE Amadou, Ministére du Revenu du Québec (CANADA)



67. Dr MOHAMDI Ahmed Khalifa, Biologiste (FRANCE)



68. Dr. NGAIDE Abderrahmane, Spécialité d’Histoire moderne et contemporaine, Maître-assistant, Université Cheikh Anta Diop, Dakar (SENEGAL)



69. Ing NGOM Amadou, Ingénieur en construction management, Cincinnati, Ohio (USA)



70. Dr SY Mamadou Harouna dit Masta SY, Docteur en Mathématiques appliquées à l’informatique, Université Paris XI Orsay (FRANCE)











71. BASS Oumar, Étudiant en sciences politiques, Cincinnati, Ohio (USA)



72. Dr BEIBA El Moctar (Ould), King Khaled University (ARABIE SEOUDITE)



73. Dr N’DIAYE Mamadou, Educateur Spécialisé, Psycho Pathologue et Consultant, Paris (FRANCE)


74. Dr SOW Abdoul Ifra, King Khalid University, Abha (ARABIE SEOUDITE)



75. THIAM Guéladio Aly, Agronome spécialiste du développement rural, Rome (ITALIE)



76. Dr WAGUÉ Ousmane, Titulaire d'un doctorat en sociologie du Développement, Maitre assistant à l'ISM de Tunis, en détachement actuellement en Mauritanie (MAURITANIE)



77. OULD MED SALEM OULD BOUKHARY Ali (Ould), Directeur de l'enseignement supérieur - Pr en Biologie Moléculaire et Biochimie - Responsable du laboratoire de Biotechnologies, Nouakchott (MAURITANIE)



78. SALECK Maïmouna (Mint), Directrice du Village de Biodiversité de Nouakchott - Secrétaire Générale du Club des Amis de la Nature (MAURITANIE)



79. Ambassadeur HAMODY Mohamed Saïd (Ould), écrivain-journaliste - ancien secrétaire général de la Présidence - ancien représentant permanent auprès de l'ONU à New York - ancien Conseiller et chargé de mission du ministre des affaires étrangères - ancien ambassadeur auprès des Etats Unis d'Amérique - ancien président de la Commission nationale des Droits de l'homme (MAURITANIE)



80. Dr HAMEd Mohamed Nedhirou (Ould), Consultant International en Santé publique et en Economie de la santé - Directeur du BAC-Santé Mauritanie (MAURITANIE)





81. BAH Mohamed Fall (Ould), Expert Comptable, Nouakchott (MAURITANIE)

82. BABA AHMED Mariem (Mint), Doctorante anthropologie (MAURITANIE)

83. Dr EL MOKHTAR Mohamed El Mokhtar (Ould), Laboratoire Systemes Dynamiques (SDA), Université de Tlemcen (ALGERIE)

84. AHMED Mohamed (Ould), Enseignant vacataire à la faculté des sciences économiques de l'université de Nouakchott (MAURITANIE)

85. AININA Hindou (Mint), Nouakchott (MAURITANIE)

Anonyme a dit…

Salam

L'Azzizo se plaint que la mauritanie manque de ressources humaines et pourtant il ne fait rien pour attirer ceux qui se sont illustrés à l'étranger.

La médiocratie veille au grain dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Kwa? Je pars regarde Russia Times. Des choses bizarres. A-
---
16:08Saif el Islam Kaddafi en visite en Israël.

Selon Nizar Abboud, le très sérieux et fiable correspondant aux Nations Unies du quotidien libanais Al Akhbar, il est fait état aujourd’hui d’une visite effectuée par le fils de Kaddafi en Israël, il y’a deux jours environ, afin de solliciter l'aide de l'Etat hébreu.

Durant sa visite, Saif el Islam aurait demandé à de hauts responsables israéliens une aide militaire en termes de munitions, de surveillance de nuit et de surveillance satellitaire, s’engageant à développer en retour les relations politiques et économiques entre les deux pays.

Il a également sollicité des israéliens qu’ils utilisent leur crédit aux États-Unis pour sauvegarder les fonds déposés et investis par sa famille, moyennant un partage des bénéfices.

Saif el Islam entretient depuis longtemps des relations étroites avec Israël, où l’on n’a pas oublié que depuis le début de la révolution libyenne il utilise les services d’une célèbre entreprise de ‘’sécurité’’ qui le fournit en mercenaires du Tchad et d’ailleurs, réalisant des profits vertigineux (des salaires de 1.000 à 2.000 dollars par jour étant servis à ces mercenaires).

 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : Al-Akhbar/Traduction AB. Hamoud pour Cridem

Anonyme a dit…

Salam

A_

La larve de Kaddaffou chez les sionistes, comme dirait l'autre "AKIROU ZAMANN", ces enculés ne reculerons devant rien pour garder leur coffre fort à 75 milliards de dollars par an.

Les nasséristes mauritaniens doivent l'avoir mauvaise.

Couly va se noyer dans la Deuf-beer de travers dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

salam

lu sur kassataya

Les leçons à tirer du mouvement des jeunes manifestants des Blocs

Contrairement à la semaine dernière, le rassemblement organisé par les jeunes facebookistes, vendredi dernier dans la grande place dite des Blocs a drainé beaucoup plus de monde. Certains observateurs parlent de plusieurs milliers de personnes ayant pris d’assaut très tôt cet espace.



Sur le plan organisation également, le mouvement a connu un plus grand succès. Personne n’a besoin de grosses lunettes pour voir la forte mobilisation de cette jeunesse qui a follement envie de s’exprimer. Que veulent ces jeunes ? Quelles sont leurs aspirations ? Autant de questions qui taraudent l’esprit de tout un chacun et auxquelles il convient de trouver réponse le plus rapidement possible.

Ce qui est sûr, c’est que cette frange de la population a quelque chose à dire et ce serait une grossière erreur de considérer que ce mouvement est déclenché tout simplement par de jeunes désœuvrés qui clonent ce qui se passe dans certains pays de la sous-région du monde arabe (Tunisie, Egypte, Algérie, Jordanie, Yémen, Libye, etc.) et veulent le plaquer à notre pays. Ou encore qu’il s’agit de petits groupes manipulés par des partis politiques.

De fait, un regard rapide et objectif sur la composition du rassemblement des jeunes montrent qu’il s’agit d’un mouvement auquel souscrivent des jeunes de différents bords politiques. D’ailleurs, l’un des slogans phares de la manifestation est : « Ni parti, ni syndicat ». Autant dire que dans un bel élan de solidarité, les jeunes ne manifestaient sous aucun parapluie politique. D’ailleurs, l’une des choses qu’ils dénonçaient c’était l’échec de la classe politique, aussi bien la Majorité que l’Opposition. En manifestant de la sorte, ces milliers de jeunes voulaient transmettre un message dont il faut tirer au moins deux leçons.

D’abord, le premier enseignement à tirer de ce mouvement est que les jeunes ne voulaient pas contester le pouvoir. Dans leur majorité, ils ne réclamaient pas son départ mais exigeaient de lui qu’il entame des réformes en profondeur le plus rapidement. Des revendications du reste légitimes car en rapport direct avec l’amélioration des conditions de vie quotidienne des populations. En effet, dans les banderoles brandies fièrement on pouvait lire des slogans du genre : « Nous exigeons plus d’emplois pour les jeunes », « Non à la hausse des prix », « Pour la hausse des salaires », « Oui à la justice sociale », « Pour une réforme de l’enseignement », « haro sur la gabegie », etc.

Ensuite, les jeunes n’entendaient guère semer le désordre qui peut mener vers une situation que personne ne peut plus contrôler. Le deuxième message des jeunes est qu’ils réclament pacifiquement des revendications légitimes par des voies pacifiques garanties par la constitution. En effet, en l’absence visible des forces de l’ordre aucun incident n’a été déploré contrairement à la première manifestation au cours de laquelle certains jeunes s’en étaient pris violement à des policiers en fonction pour réguler la circulation routière ou encore à des voitures stationnées sur le bord du trottoir.

Pour l’intérêt supérieur de la nation et pour la cohésion sociale, il est nécessaire que les revendications des jeunes soient prises en compte et examiné sérieusement par qui de droit ; tout comme du reste la proposition avancée récemment par le parti islamiste Tewassoul. En somme, toute proposition d’où qu’elle vienne doit être étudiée, ses points positifs pris en compte et ses points négatifs rejetés. Il en va de l’intérêt supérieur de la Mauritanie, de sa stabilité et de sa cohésion.

Source : Le Véridique le 05/03/2011

Anonyme a dit…

Salam

Politique : El Hor renait-il de ses querelles?

Alors que son père fondateur, le président de l’Assemblée nationale et président de l’Alliance populaire progressiste martèle à qui veut l’entendre que la période de clandestinité est révolue, un communiqué reproduit par nos confrères de l’Ani, assure que El Hor renait de ses querelles.





Mais c’est à demander qui se cache derrière ce dernier communiqué?

Les clivages entre le leader charismatique des haratines, aujourd’hui président de l’Assemblée nationale et président du parti Alliance populaire progressiste connaissent-ils un nouveau feuilleton avec la publication d’un groupe, non encore identifié, d’un communiqué rendu public par nos confrères de l’Ani? La question mérite d’être posée d’autant plus que l’initiateur du mouvement d’émancipation haratine s’était clairement démarqué de certains de ses lieutenants qui cherchaient à «récupérer » ce mouvement pour leur trajectoire politique. Le torchon entre les tenants de la paternité de ce mouvement risque de brûler de plus belle.
Décembre l’année dernière, lors des journées de réflexion organisée par l’APP, Messoud Ould Boukheir n’est pas allé par quatre chemins pour rappeler à ses anciens lieutenants, entrés en «dissidence » contre lui, que personne ne pouvait plus se prévaloir du discours du mouvement El Hor qu’il avait créé. Pour lui, le temps de la clandestinité était révolu. En ces termes, le président de l’APP s’était clairement prononcé : «C’est moi qui ai créée le mouvement EL HOR lorsqu’il était interdit de faire la politique et, c’est parce qu’à l’époque, mes amis et moi avions peur que nous avions recouru à la clandestinité politique, menant nos activités en secret, pour défendre notre cause qui était de libérer les esclaves et ce n’est plus aujourd’hui Messaoud et ses amis qui mènent ce combat mais plutôt tout le monde demande, y compris ceux qui disaient que c’est une affaire de laquelle nous nous servions comme fonds de commerce.

Anonyme a dit…

Ce sont eux maintenant qui sont en première ligne pour exiger l’émancipation des esclaves et défendent les droits des Haratines». Il apparaît évident pour le président de l’Assemblée nationale, que la cause de l’émancipation des couches des anciens esclaves ne pouvait plus être l’apanage d’un groupe mais bien une question nationale. A l’époque, le président de l’Alliance populaire progressiste, au-delà de l’auditoire, adressait son message à certains de ses amis de parcours politique comme Ould Yali et Samory Ould Beye, qui n’étaient plus en odeur de sainteté avec le dirigeant charismatique du mouvement El Hor. Mais c’est certainement, Samory Ould Beye, devenu entre temps, parton de la Confédération Libre des Travailleurs Mauritaniens (CLTM) qui s’est illustré dans un conflit ouvert avec Messoud Ould Boulkheir. Ce dernier fut d’ailleurs l’objet d’attaques personnelles visant à le décrédibiliser aux yeux des masses qui se reconnaissaient en lui.
Mais, en apparences, les divergences n’étaient pas diluées entre les deux hommes. Samory Ould Bèye se hisse de plus en plus comme l’adversaire le plus acerbe contre le président de l’Alliance populaire progressiste dont il conteste aujourd’hui la place sur cet échiquier. Mais quoi qu’il en soit, les adversaires du président de l’Alliance populaire progressiste, seul ministre haratine à démissionner pour inscrire son combat dans la politique, dès l’ouverture démocratique, savent que ce combat contre Messoud Ould Boulkheir n’est pas gagné d’avance. L’homme est connu pour son franc-parler et son refus de compromission sur les efforts en matière d’émancipation des haratines.
Alors qu’à l’heure actuelle, l’on ne sait pas encore qui sont les signataires du communiqué rendu public par l’Ani, le regard se tourne indéniablement vers les adversaires du président de l’Assemblée nationale qui tenteraient de mettre ce dernier devant le fait accompli par une médiatisation de leur «renaissance». Le conflit larvé sort aujourd’hui au grand jour. Quelle riposte pourrait faire le président de l’APP, qui s’attendait probablement à cette tournure des événements de la part de ses adversaires ? Une chose est sûre, le fait d’avoir Messoud Ould Boulkheir contre eux entamerait forcément leur crédit auprès des masses visées.
Ce conflit entre les dirigeants de l’ancien mouvement El Hor risque de charrier des incompréhensions profondes sur le discours propagé.

maatala

Anonyme a dit…

Revenge de Kadafi après la déclaration de Naha ou tripatouillage de nos cousins les algériens? Fatigués de ces idiots d'AQMI.

A-
==

Mobilisation sécuritaire à Ouadane après le passage d’hommes armés dans la région.


Selon des sources locales, les appareils de sécurité locaux vivent une situation d’alerte élevée, et la mobilisation a été déclenchée, après qu’on ait observé le passage de véhicules suspects à quelques kilomètres de la ville.

Les organes de sécurité ont renforcé leurs contrôles à proximité de la préfecture, des services administratifs de la ville, et de la gendarmerie locale. Un hélicoptère a également été aperçu, survolant la région, pour l’observation de la zone, et un compte rendu des mouvements.

La ville connait actuellement un calme mêlé d’appréhension, au milieu d’informations faisant état du passage de véhicules suspects, lourdement armés, qui seraient passés à quarante cinq kilomètres au nord-est de la ville.



Les organes de sécurité poursuivent leurs efforts, afin de retrouver les véhicules, ou d’obtenir des informations précises les concernant.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Al Akhbar, traduction A.B Ould Hamoud

Anonyme a dit…

Salam

Communiqué : Revendications de For Mauritania

Sept points cardinaux pour bâtir un Etat moderne en Mauritanie

1- L’affectation exclusive de l’Armée à sa noble mission et son éloignement définitif de la politique ;

2- La séparation effective entre les trois pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire

3- Renforcement de l’unité nationale et création d’une Agence Nationale pour l’Eradication de l’Esclavage

4- Profondes modifications constitutionnelles et réforme du système électoral

5- Réforme et application effective de la loi sur la transparence

6- Suppression du poste de « Hakem » administratif et transfert de ses prérogatives au Maire

7- Election des hauts responsables des établissements de l’audiovisuels et des grands établissement publics et l’interdiction de leur nomination et de leur révocation par décision individuelle du Président de la République

Le 06/03/2011

Anonyme a dit…

MAATA,

TOI C'EST ECRIVE' ET MOI C'EST LIRE! MOI C'EST DIT FONCTION PUBLIQUE PAS CHANGE' LOI DE FONCTION PUBLIQUE DE ENTRER POUR DE TRAVAILLER. TOI CE PAS CONTENT ET TOI C'EST CENSURER LE ECRITURE DE MOI. MOI SOUMENFOU.
TOI C'EST AIME' KADAFI PASQUE MOI C'EST ECRIVER LUI C'EST CON ET LUI C'EST PARFECTEMENT ET PARFAIT LOSE/LOSE SITUATION POUR LUI LE BATARD, LE CHIEN, LE CORROMPU, LE SANGUINAIRE PASQUE LUI PREND LE ARMEE ET LES MERCENAIRE DE LUI POUR TUER LE PEUPLE DE LUI, LES VILLES, LES VILLAGES DE LUI,LES AEPORTS DE LUI, LES ROUTES DE LUI. MAATA C'EST PLUS QUE FOU. LUI C'EST FOU COMME TOI.
ALLAH YIKTILE KHADAFI! MOI CE VEU TOI ET TOUS LES LECTEURS DE CANALH CE DIT AMINE!!!!

Anonyme a dit…

L'heure du départ de tous les populistes a sonné et on espère que notre surveillant général usurpateur le comprenne.

Quand on observe le comportement de ce dernier et on le compare à Kaddafou, on est choqué par les innombrables similitudes entre les deux:

1. Ils sont tous les deux populistes qui caressent le peuple dans le sens du poil en agissant tous bas comme les pires ennemis de celui-ci;

2. Ils disposent tous les deux de milices où le poids d'étrangers naturalisés est expressément encouragé;

3. Ils n'hésitent pas à utiliser le terrorisme pour s'attirer l'assentiment du peuple le support des puissances étrangères;

4. Ils sont tous les deux parvenu au pouvoir par la complicité de puissances occidentales (USA pour Kaddafou et France pour le SG);

5. Ils sont seuls maîtres à bord dans leurs pays respectifs en mettant en veilleuse toutes les institutions sensées copiloter l'Etat (Comité populaires en Lybie, parlement, organes exécutifs et judiciaires en Mauritanie);

6. Ils sont tous les deux issus de l'armée où ils ne se sont pas fait particulièrement fait remarqué par leurs qualités (sauf celle de grande gueule) avant leur accès au pouvoir.

Que dieu préserve la Mauritanie.

Znagui

Anonyme a dit…

Maatala,

Qu'est ce qui se passe? On ne comprend pas ce qu'a fait l'ancien DG de la SONIMEX. A-
==
http://mauritanieproject.blogspot.com/2011/03/de-la-tentative-desesperee-des.html

Anonyme a dit…

Salam

De la tentative désespérée des autorités de ternir l’image d’un des meilleurs cadres de ce pays
La Direction des Crimes Economiques, une unité rattachée a la direction Générale de la Police, continue de harceler Moulaye Al-Arbi Ould Moulaye M’hamed, l’ancien Directeur General de Sonimex, dans une tentative désespérée d’atteindre à l’image d’un homme hors soupçon dont le seul crime est d’avoir choisi de mettre ses hautes qualifications au service de son pays et refusé de se compromettre en contrepartie. Cette affaire met à nu les prétentions des autorités actuelles en matière de lutte contre la gabegie et accrédite l’idée que notre pays est gouverné par une bande d’arrivistes sans foi, ni loi, pour lesquels l’intérêt national et les droits des individus n’ont aucun sens.

Moulaye Al-Arbi Ould Moulaye M’hamed pour ceux qui ne le connaissent pas est l’un des meilleurs cadres de sa génération. Major au Bac C, élève au lycée préparatoire aux grandes écoles en France, sortant de l’école centrale de Paris, sa carrière était tracée en France et dans le reste du monde. Il a choisi de revenir et de servir son pays premièrement comme cadre de la SNIM, ensuite comme consultant expert en contrôle de la qualité, avant d’être nommé par le gouvernement de transition de Sidi Mohamed O Boubacar comme directeur général de Sonimex. Il a été démis de ses fonctions durant la vacance constitutionnelle qui a suivi le coup d’Etat militaire d’Aout 2008. Son profile technique et professionnelle ne lui est jamais monté a la tête comme c’est souvent le cas dans notre pays. Il est resté modeste, serein, et disponible pour toute contribution au bien-être de ses compatriotes.

La Direction des Crimes Economiques est une structure créée par l’ancien Chef de l’Etat Ould Taya, à la fin de son régime pour se donner bonne conscience. Elle n’a jamais été plus qu’une structure en plus dans un dispositif de contrôle des finances publiques qui a depuis longtemps cessé d’être fonctionnel. Elle ne doit sa notoriété qu’a son triste zèle dans des affaires ou le caractère politique l’emporte sur le souci de justice et de défense de l’intérêt public, montrant ainsi qu’elle n’est autre qu’un instrument aux mains de l’autorité en place pour intimider les opposants et rallier les corrompus au sein de la soi-disant majorité présidentielle. Même dans ce rôle peu flatteur, ses résultats sont médiocres ; de tous ceux qu’elle a instruit les dossiers, seuls ceux qui ne jouissent pas de solide soutiens au sein du "systeme" comme Ould Dadda, ancien commissaire aus droits de l'homme et Ould Khattri, l’ancien directeur de CAPEC, sont en prison pour des raisons certainement non liées aux charges qui leurs étaient adressées.

Anonyme a dit…

Son acharnement sur Moulaye M’hamed indique que celui-ci reste dans le collimateur des autorités dont la détermination sans précèdent à user de tous les instruments à leur disposition pour intimider tous ceux qui ne marchent pas à leurs pas est ahurissante. Cette manière de gouverner a déjà montré ses limites dans notre pays et ses conséquences se déroulent sous nos yeux en Libye et dans une moindre mesure en Egypte and Tunisie. Les autorités se trompent complètement s’ils croient qu’ils vont assujettir le peuple mauritanien de cette façon. Pour les hommes comme Moulaye, cette stratégie ne payera pas.

Le Président de la République, si république il y a, seul commandant a bord d'un bateau en derive, doit méditer les defaites cuisantes infligées aux dictateurs arabes. La révolte de ceux auxquels n’a pas été donné aucun autre choix est un phénomène historique dont on ne peut encore apprécier les développements futurs dans les Etats concernés mais qui changera fondamentalement la perception des peuples arabes de leurs gouvernements. Ce qui se passe en Libye est particulièrement intéressant pour notre pays. « Notre ami » Gaddafi - auquel il faut rappeler la Mauritanie a été livrée pendant quelques jours pour jouer son show traditionnel et saboter les efforts des Mauritaniens pour construire un système démocratique de gestion collective – est entrain de livrer une bataille militaire contre son peuple pour conserver un pouvoir qu’il a exercé pendant 42 ans, justifiant le qualificatif de « mad dog of the Middle East » (le chien enragé du moyen Orient) que lui attribuait Président Reagan. Ce « chien enragé » a beaucoup d’émules dans les cercles du pouvoir dans notre pays, certains lui ont même déclaré publiquement leur allégeance sans pudeur et sans que cela ne soulève d’indignation, ni a fortiori de condamnation.

L’ère des dictatures et des présidents à vie est a jamais révolue. Une réalité que le Chef de l’Etat doit comprendre et agir en conséquence, avant qu’il ne soit trop tard. Le Président doit savoir que l’Etat ne lui appartient pas même si il a forcé son entrée dans le palais présidentiel. Il a intérêt pour la continuité de son pouvoir et la préservation de l’unité nationale à entreprendre les efforts qu’il faut pour que les Mauritaniens ne soient pas obligés comme leurs frères en Tunisie, Egypte et, avec moins de chance, en Libye a forcer à leur tour leur entrée au palais présidentiel.

La Mauritanie n’est pas un cas isolé comme veulent bien la présenter le thuriféraire du régime. Son peuple ne peut continuer à accepter qu’une bande s’accapare le pouvoir et l’exerce à sa façon sans foi, ni loi.

A bien entendeur salut.

Anonyme a dit…

Ce Monsieur BC ou Madame BC rédige bien et donne des clarifications sur cette nouvelle affaire de l'ex-DG de la SONIMEX. Comme la corruption c'est ton rayon, merci de nous édifier. Nous avons le droit de savoir. La BNM emmolli dedans. Ça ne va pas, là.

A-

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=53085

Anonyme a dit…

Ça n'a pas l'air de tenir la route cette déclaration. Pourquoi attendre 2010 ou 2011 pour enquiquiner ce jeune, après avoir quité la SONIMEX depuis 2008. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Maatala?

====
L’AFCD solidaire de son vice-président Moulaye El Arby Ould Moulaye Mohamed


Dans un communiqué de presse dont copie est parvenue à ANI, le Bureau Exécutif de l’AFCD exprime sa «condamnation des injustices et agressions manifestes et répétées, en violation des règles judiciaires, orchestrées à l’encontre de son vice président Moulaye El Arby Ould Moulaye Mohamed sous l’impulsion d’une haute autorité de l’Etat».

Et d’ajouter qu’il prend l’opinion nationale à témoin pour «l’acharnement honteux et désespéré dont fait l’objet son vice-président Mr. Moulaye El Arby Ould Moulaye Mohamed».
Voici le texte intégral de ce communiqué:

Avant garde des Forces de Changement Démocratique
Communiqué de presse

Au moment où le régime est confronté à des difficultés monstres liées à une gestion désastreuse des affaires publiques, au moment où le mécontentement social et le blocage politique s’imposent à l’évidence comme devant conduire inéluctablement à la chute du régime de Mr. Ould Abdel Aziz, le pouvoir dans un reflexe ultime de survie recycle le fiasco lamentable de la lutte sélective contre la gabegie qui s’est révélée relevant littéralement de la volonté de décrédibiliser les opposants les plus déterminés.
L’acharnement honteux et désespéré dont fait l’objet Mr. Moulaye El Arby Ould Moulaye Mohamed, vice-président de l’Avant-garde des Forces de Changement Démocratique (AFCD) est la parfaite illustration de cette chasse aux sorcières.
Acharnement aveugle, car les Mauritaniens ont bien envie qu’on leur explique pourquoi tant d’obstination contre un gestionnaire dont les performances ont permis en trois ans de transformer une société, vache laitière d’un système maffieux l’ayant rendu complètement déficitaire en une entreprise largement bénéficiaire. L’explication est simple : il a osé dire NON au réseau hyperpuissant, corrupteur et corrompu, plutôt habitué aux directeurs marionnettes qui jouent le jeu de la mafia politico-financière creusant ainsi, chaque jour un peu plus, l’abime des déficits des entreprises publiques.

Anonyme a dit…

Suite déclaration.

===

Le régime autoritaire aux commandes dans notre pays et ses suppôts d’opérateurs économiques ne s’accommodent pas de cette indépendance venant d’un haut cadre formé dans la prestigieuse école française, Centrale Paris et dont les compétences et la droiture ont été reconnus de manière unanime, tout autant que son attachement inaliénable à la protection de l’intérêt public.
A ce titre L’Avant-garde des Forces de Changements Démocratique prend l’opinion nationale à témoin et tient à porter à la connaissance du public ce qui suit :
• Sa condamnation des injustices et agressions manifestes et répétées, en violation des règles judiciaires, orchestrées à l’encontre de son vice président Moulaye El Arby Ould Moulaye Mohamed sous l’impulsion d’une haute autorité de l’état.et qui rappelle le dossier du vice-président du RFD faisant intervenir les mêmes antagonistes et se caractérisant par la même vacuité.

• Dénonce l’instrumentalisation des services de l’état et la soumission de l’appareil judiciaire ainsi que l’intrusion de la France-Afrique, dans cette affaire, sous le masque d’un « pseudo auditeur » international à des fins de règlement de compte et de violence politique.

• Appelle le peuple Mauritanien, les partis politiques et les mouvements de jeunes à exprimer leur solidarité au vice-président de l’AFCD, Moulaye El Arby Ould Moulaye Mohamed contre ces actes d’injustices et d’intimidations visant à briser l’initiative et à annihiler le dynamisme politique constructif et prometteur chez les jeunes.

• Exhorte les victimes parmi les fonctionnaires, les opérateurs économiques et toutes les composantes de la société à dénoncer les collusions d‘intérêts politico-financiers des cercles rapprochés du pouvoir installé depuis le coup d’état de 2005 avec documents et preuves à l’appui.

Le bureau exécutif,
Nouakchott, dimanche 6 mars 2011.

Anonyme a dit…

Salam

Mon cher A-

La BNM c'est tout simplement la banque du crime organisé.

Un audit de cette pieuvre s'impose dit le fou

maatala