vendredi 20 mai 2011

IRA- Mauritanie :Communiqué de presse

Grâce aux rudes batailles menées contre l’idéologie du silence et le culte de l’impunité, Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste, est parvenue, en peu de temps, à vaincre les velléités de réticence et mettre fin à plusieurs siècles de règne de la culture de la peur et du fatalisme exubérant confinant les esclaves dans l’indécence de l’assujettissement.
Cette situation a placé IRA à l’avant-garde, devenant un des principaux porte-étendards des hommes épris de justice et de liberté. On en a pour preuve le flux massif des adhérents et sympathisants de tous les horizons. Tous viennent répondre à l’appel de la conscience et soutenir les causes on ne peut plus justes d’une organisation que ne sauraient entamer les pernicieuses campagnes de diabolisation et de vindicte publique tous azimuts, orchestrées par le pouvoir à travers l’instrumentalisation des organes de presse officielle et la mobilisation des aboyeurs de service.
Notre persévérance aura permis de remporter de précieuses victoires contre l’axe Etat- système oligarchique. C’est pourquoi, nous cristallisons aujourd’hui tous les espoirs des laissés-pour-compte, au premier rang desquels les Hratin, les populations noires et les segments progressistes de la communauté arabo-berbère. Animés, en effet, par le rêve de refondre et de rebâtir la patrie sur des bases saines et justes, les hommes libres, toutes obédiences confondues, expriment solennellement leur aspiration à la déconstruction socioculturelle et idéologique totale des fondements de l'injustice, du racisme, de l'esclavage, et des germes cancéreux qui gangrènent les différents corps incarnant l’État.

Ces réalisations font suite à la manifestation du le 13 Décembre 2010 suscitée par la lassitude de IRA vis-à-vis des manœuvres dilatoires des autorités résolues à dissimiler et nier l’existence de l’esclavage. Les leaders et les militants de IRA initièrent au grand jour une manifestation devant la porte du commissariat d’Araft1 ; institution de l’Etat et symbole de l’iniquité et l’impunité des esclavagistes. Cet événement historique, le premier de son genre en ce 21éme siècle, après la marche organisée en 1979 par ELHOR, inaugura, de fait, une nouvelle phase de nos rapports avec les autorités dans le traitement des cas d’esclavage.

Ces avancées n’auraient été réalisés, n’eut été notre capacité de diagnostic et d’appréhension des maux et faits de la société, libres de toute complaisance ou compromission ; loin encore des discours obscurantistes, conformistes et délétères. Pour cette raison, notre organisation a toujours refusé que le système politique, social et religieux, ne lui limite son seuil d’action et de pensée. Aussi avons-nous adopté comme principe fondamental le refus des stéréotypes et le rejet des tabous, sachant que c’est grâce à la vocation de mouvement d’idées et d’actions, que IRA continuera a éclabousser les habitudes et faire table rase des anachronismes qui font effet de dogmes.
IRA, qui constitue le creuset d’idées et de synergies des efforts, a jeté les bases réelles et irréversibles d’un mouvement de droits civiques mauritaniens qui inscrit en faux avec la démocratie de façade taillée à la mesure d'un régime étatique et social dominé par la race et la naissance.
Compte tenu de cette phase cruciale de l’histoire de la Mauritanie et de notre combat, IRA :

1- Rappelle que son combat est porté contre l’esclavage et les esclavagistes, le racisme et les racistes, et, leurs parrains dans les institutions de l’Etat ;
2- Engage le pouvoir à mettre fin aux manœuvres de diversion qui constituent une caution des crimes de l’esclavage et de ségrégation, et, un mépris cinglant des lois et conventions en vigueur, notamment, la loi N° 0048-2007, autres conventions des Nations-Unies ratifiées par la Mauritanie.
3- Condamne les agissements du pouvoir qui se traduisent par les partis pris injustifiables des organes officiels (radio et télévision) en faveur des esclavagistes dès qu’un cas d’esclavage est révélé à l’opinion publique ;
4- Exige que la HAPA intervienne pour qu’IRA- Mauritanie puisse recouvrer ses droits à accéder à la radio et la télévision pour exprimer librement ses positions et exercer ses droits dans l’information, l’explication, la sensibilisation au cours des débats contradictoires qui portent sur ses domaines de compétence.
5- S’engage à lutter contre toutes les formes d’injuste et l’impunité pacifiquement tout en usant d’instruments de combat non-violents.
6- Rappelle à la communauté nationale et internationale l’arbitraire et l’attitude répressive du régime du général Mohamed Ould Abdel Aziz qui prive IRA-Mauritanie et les mauritaniens qui y adhèrent, du droit à l’expression, à l’association et à l’action civiles.
Nouakchott, le 15 Mai 2011




بيان صحفي


نتيجة لنضالاتها الكلفة التي خاضتها ضد سياسة الصمت و اللاعقاب، تمكنت المبادرة من أجل انبعاث الحركة الإنعتاقية، و خلال فترة وجيزة، من الانتصار على وهن الإرادة وعلي التردد، كما نجحت في وضع حد لعدة سنوات من تحكم ثقافة الخوف و الخيلاء التي حصرت العبيد في كنف الذل و الخنوع.
هذه الحالة وضعت المبادرة في الطليعة، حيث أصبحت أحد أهم حملة لواء دعاة العدالة و الحرية، و كدليل على ذلك هذا الإقبال المنقطع النظير الذي تشهده المنظمة من طرف المنتسبين و المناصرين من كل الجهات، كلهم يأتون استجابة لنداء الضمير ولمساندة منظمة أثبتت دفاعها عن قضية عادلة بالرغم من الحملات المغرضة التي يقودها النظام ضدها من خلال وسائل الإعلام الرسمية و تعبئة المؤلفة قلوبهم من عبدة المال و متصيدي الوظائف.
لقد مكنت مثابرتنا من كسب معارك ضد محورثلاثية الدولة ـ النظام ـ العشيرة، لهذا السبب فإننا اليوم نمثل طموح كل المهمشين ، و في مقدمتهم لحراطين، و مجتمعات السود و كذلك الأجزاء التقدمية من المجتمع العربي ـ البربري، كما يحدونا أمل كبير في إعادة بناء المجتمع على أسس سليمة و عادلة. فإن الرجال و النساء الأحرار من كل المشارب، يعبرون علنا عن آمالهم في تفكيك البناء الاجتماعي الثقافي و الإيديولوجي الذي يؤسس للظلم و العنصرية و العبودية و كل الأوبئة السرطانية التي تحدق بجسم الدولة.
إن هده الفتوحات بدأت تتلاحق منذ التظاهرة التي حدثت يوم 13 دجمبر 2010 التي تعبر عن ملل المبادرة من أجل انبعاث الحركة الإنعتاقية من الممارسات المخزية التي تقوم بها السلطة المصرة على إخفاء و نكران و جود الرق. لقد قام قادة و مناضلي ألمبادرة بتظاهرة أمام مفوضية عرفات 1، إحدى مؤسسات الدولة التي ترمزا لي الانحياز و اللاعقاب في صالح أللاستعباديين. هذا الحدث التاريخي الأول من نوعه في هذا القرن بعد المسيرة التي نظمت حركة الحر سنة 1979، فإن هذا العمل يدشن في الواقع، مرحلة جديدة من مراحل كفاحنا ضد السلطة علي كيفية معالجتها لجريمة الاسترقاق.
إن هذه النجاحات ما كان لها أن تتحقق لولا قدرتنا الفائقة علي التحمل و التصدي وكذا التشخيص الدقيق و الصرامة في الإحاطة والوقوف علي أمراض وواقع المجتمع، في تجرد تام من المجاملة و الانحياز، بعيدا أيضا من الخطابات التضليلية المقرضة
لهذه الأسباب، فإن منظمتنا ترفض باستمرار أن يحد النظام السياسي الاجتماعي والديني، من أفق عملها أو تفكيرها. و قد اعتمدنا كمبدأ أساسي رفض الأشكال الرمزية و إلغاء الطابوهات، التزاما منا بنزعتنا كحركة أفكار و أفعال،هذه الصفة التي ستخول للمبادرة ان تواصل بواسطتها الضغط على العادات و الإطاحة بالقيم المنافية للزمان والحال التي تحل بفرط التحريف محل العقيدة.
إن المبادرة من أجل انبعاث الحركة الإنعتاقية التي تمثل تلاقي أفكار و انصهار الجهود لمناضلين كثر ، قد وضعت الأسس الحقيقة و الثابتة لحركة من أجل الحقوق المدنية للموريتانيين الذين يرفضون ديمقراطية الواجهة التي هي على مقاس نظام للدولة و المجتمع اللذين يتحكم فيهما معياري العرق البشري و الطبقة الاجتماعية.
انطلاقا من كل ما سبق و بالنظر إلى هذه المرحلة الحاسمة من تاريخ موريتانيا و تاريخ نضالنا، فإن المبادرة من أجل انبعاث الحركة الإنعتاقية:
1ــ تذكر بأن نضالها موجه بالأساس ضد الاسترقاق و الإسترقاقيين و العنصرية و العنصريين و حماتهم في مؤسسات الدولة والمجتمع
2ــ تطالب الدولة بوضع حد لعمليات التضليل ولفت الأنظار عن العبودية هذه العمليات التي تمثل تشريعا لجرائم العبودية و التمييز، في احتقار مخزي للقوانين الوطنية و النظم الدولية المعمول بها، و خاصة القانون رقم 0048 ـ 2007 و كذلك مواثيق الأمم المتحدة المصادق عليها من طرف موريتانيا.
3ــ تندد بتدخلات الدولة التي تتجسد في انحيازها اللامبرر للاستعباديين من خلال وسائل الإعلام الرسمية ( الإذاعة و التلفزة كلما طرحت حالة استرقاق أمام الراي العام.
4ــ تطلب من الهيئة العليا للصحافة و السمعيات البصرية التدخل لصاح لصالح القانون كي تحصل المبادرة من أجل انبعاث الحركة الإنعتاقية على حقها في التغطية الإعلامية في الإذاعة و التلفزة، من أجل القيام بدورها في الإعلام و التعبئة و الشرح خلال النقاشات ذات الآراء المتعلقة بميادين اختصاصها.
5ــ تلتزم بالنضال ضد كل أشكال الظلم و اللاّعقاب بكل الطرق السلمية المتاحة.
6ــ تذكر المجموعة الوطنية و الدولية بأن المواقف التعسفية القمعية لنظام الجنرال محمد ولد عبد العزيز تحرم المبادرة من أجل انبعاث الحركة الإنعتاقية في موريتانيا و الموريتانيين المنتسبين إليها من حقهم في التعبير، و التنظيم و العمل المدني.

نواكشوط في 16 مايو 2011

IRA - Mauritanie


Commission de communication

182 commentaires:

Anonyme a dit…

Salam

Le président fantôme, la justice fantôme et les morts-vivants...





Les perles de la république de cette semaine sont attribuées à trois hautes personnalités politiques de notre cher pays qui, a défaut de croire aux vivants, se sont mis du côté des fantômes.



La perle de bronze

Elle revient à Ahmed Daddah. Après son fameux “pas de chasse aux sorcières”, sous la transition (CMJD), puis sa fameuse trouvaille “ la démocratie rectifiée” suite au second coup d’Etat (HCE), voilà qu’il croît maintenant au président fantôme: “La Mauritanie vit sans Président” a-t-il déclaré.(Voir Source ici). On le savait, depuis longtemps, le seul président qui ne soit pas un fantôme c’est le Président du RFD. CQFD.



La perle d’argent

Elle revient à Ould Abdel aziz lui-même. Le président promet à Mme Ould Khattry la libération de son époux (source ici). Un président qui promet de libérer un détenu supposé l’avoir été pour délinquance cela ne peut signifier qu’une chose: c’est en fait lui qui le détient. Et la Justice ? C’est un fantôme. Après tout un “président fantôme” (dixit Ahmed Daddah), ne peut avoir qu’une justice fantôme (dixit Ould Abdel Aziz).

La perle d’or

Elle revient, sans conteste et haut la main, au ministre des affaires islamiques, Ahmed Ould Neiny .

"Une source du ministère des affaires islamiques a indiqué à Sahara média que le ministre Ahmed Ould Neiny, a informé les fonctionnaires et agents du département que le président Mohamed Ould Abdel Aziz « lui a demandé d’ouvrir un pont de contact entre les vivants et les morts » (source ici).

Mais pourquoi Ould Abdel Aziz a-t-il demandé à ce ministre, très spirituel, d’ouvrir un pont avec les morts? Pour que les morts débarquent chez les vivants? Pour que les morts-vivants viennent donner une coup de main à Ould Abdel Aziz qui ne croit plus aux vivants?

Voilà une bonne infrastructure spirituelle. Après le goudron, le pont.

Le goudron des pauvres. Le pont des morts. Et si le goudron allait vers le pont?

Pr ELY Mustapha

Source : haut-et-fort.blogspot le 18/05/2011

maatala

Anonyme a dit…

salam

Aux morts on doit le respect , aux vivants on doit la vérité .

Ces derniers temps , se développe à Nouakchott une stratégie tous azimuts pour déstabiliser le régime en place .
Après avoir utilisé le problème de l’esclavage, puis celui des réfugiés au Sénégal, voilà qu’un nouveau fond de commerce macabre surgit !
Les ayant-droits exigent la localisation des tombes de leurs parents exécutés, dans le cadre des différentes justices expéditives qui ont émaillé l’histoire du pays, depuis l’indépendance à nos jours.
Au-delà des facteurs religieux qu’exige cette identification des tombeaux pour que les parents puissent s’y recueillir et les visiter régulièrement, il ya une autre chose que les initiateurs de ce projet visent : après l’identification des tombes, il faut rendre public les membres du peloton d’exécution, s’ils sont encore vivants .
Donc, d’un problème strictement religieux, on risque de s’acheminer vers une crise politique grave et sans lendemains.
Les honnêtes hommes et femmes qui constituent les parents des victimes, ne sont peut être pas conscients qu’ils sont instrumentalisés par des mains malhonnêtes anti- mauritaniennes, pour semer la haine entre d’ une part, nos forces armées et les populations et entre les ethnies, d’ autre part.
L’Etat a pris sa décision en faveur de la requête des parents des victimes, mais il doit savoir que c’est lui même qui est visé dans son unité nationale et sa cohésion sociale !
Certains pensent que l’idée est venue d’un certain phénomène du nom de Biram Leabeid , grâce à ses conseillers sionistes qui cherchent à anéantir la Mauritanie d’ aujourd’hui , pour avoir osé les chasser de son territoire .
Les juifs feront longtemps pour oublier ce geste de rupture des relations diplomatiques, une décision hautement courageuse et symbolique. Que Biram et ses acolytes sachent que la liberté a ses limites et ils le sauront un jour …

Publié par Lakhbaar Tebgue Vi Dar

Anonyme a dit…

Salam

le sourire de DSK...



ce qui est sûr
c’est que l’affaire de la femme écrivain censurée par les media n'existe pas
ce qui est sûr c’est que DSK est juste "insistant " avec les femmes selon une formule bien parisienne qui rappelle à l’occasion que femme vaut mieux ne pas se retrouver seule avec lui

ce qui est sûr, c’est que le torse griffé
DSK déjeune tranquille avec sa fille

ce qui est sûr c’est que les avocats de DSK
commencent à parler de rapport consenti
Ah ! quel homme !
Ah ! quel socialiste !

une pensée à Badinter
qui dans un remake de 81
prend un air dégoûté
pour dire
" sans cravate !"

oh quel drame !

en ferait-il autant si DSK n’était pas juif
faut demander à vincent monteuil
ce qu’il pense du grand badinter
preuves à l’appui

on aimerait qu’il pense un peu
à la victime présumée
qui sera cette fois bien violée
pendant le procès à venir
car ces loups d’avocats
vont la briser
face à son petit avocat
commis d’office

alors si elle n’est pas victime
c’est super
mais dans le cas contraire
que vont-ils faire d’une soubrette du bronx
face à un tel homme puissant et fortuné

alors question :
la plus vile des putes
a-t-elle le droit d’être violée en toute impunité ?

en passant
une pensée pour le sofitel
qui emploie des misérables
pour nettoyer les merdes des milliardaires
dans des suites à 3000 dollars la nuit
c’est déguelasse ça aussi
mais c’est partout pareil dans le luxe
les employés sont des misérables
traités comme des esclaves

DSK n’a réagi qu’une fois face au 2eme juge
rien n’a bougé de son visage
face aux accusations du procureur
mais à un moment
son avocat lui dit un mot dans l’oreille
et là fallait voir le sourire esquissé de DSK
c’est pas le sourire d’un ange !
c’est le sourire OJ simpson !
tout le monde l’a vu

quant au procureur
il est nul à chier
et si ça continue comme ça
DSK même coupable
sortira acquitté
l’avocat de DSK
géant du barreau à W
arrive en jouant le petit
pour ne pas froisser le juge tout jeune
ne pas lui montrer qu’on cherche à lui en imposer
l’avocat se fait petit
timide
tout l’inverse de ce qu’on imagine
venant d’un tel calibre
et ça marche
faut pas froisser les petits du coin

le procureur lui
nerveux
lit un texte à côté de la plaque
vu l’exposé de l’avocat juste avant
pourquoi tant de nervosité
ce qu’il sait mérite-t-il tant de rage
ou veut-il juste la peau de DSK ?
comment le procureur a-t-il débité
de tels arguments nuls
quand il a oublié de dire
ce que nous savions
à savoir
que l’appart loué par sinclair
est à un bloc de l’ambassade de france !

je pense que DSK méritait une liberté sous surveillance
mais qu’on arrête de nous faire croire qu’il est forcément innocent
on verra
mais cet homme a un problème avec le sexe et l’argent
et surtout le sexe des autres qui ne veulent pas du sien !

quant à la mère sinclair
quelle classe !
mais ne souffre-t-elle pas du syndrome de Stockholm ?
face à un tel monsieur
un truc bizarre
je me souviens qu’il y a quelques années
on avait entendu parler
d’une affaire de DSK
avec une autre soubrette
en amérique latine
je crois
puis rien
j’arrive pas à trouver le lien
la gauche est débarrassée de ce monsieur c’est excellent pour la gauche et pour la france
non ! il ne me fait pas pitié

j’irais même jusqu’à dire
qu’il n’est pas impossible
que suite à ses 4h avec son avocat
suite auxquelles il a signé sa démission
il n’ait pas été question
de démission contre la liberté surveillée
un coup de fil au juge et si vite arrivé
mais DSK a toujours démissionné
quand la justice le poursuit
dont acte !

Publié par vlane A.O.S.A

Anonyme a dit…

Salam

La loupe du Rénovateur : Le « Safori nafori » de Aziz ou l’effet Birame?


Le président Mohamed Ould Abdel Aziz, a-t-on appris, a donné ordre de recenser les sépultures des disparus depuis 1960.

Entendez par là des militaires essentiellement morts en guerre ou à la suite de coups d’Etat réels ou imaginaires et probablement d’opposants politiques disparus. Le passif humanitaire doit en toute vraisemblance occuper le devant de cette initiative.

Cela est d’autant plus urgent et nécessaire que depuis des années cette demande est formulée par beaucoup de mauritaniens, particulièrement les familles des victimes réclamant qu’on leur montre les lieux d’enterrement des leurs.



La mise en œuvre de cette décision aiderait à localiser les lieux où reposent des corps ensevelis dans l’immense étendue d’un territoire vaste et difficile d’accès surtout dans ses zones désertiques notamment sahariennes. A ce sujet, le département des affaires islamiques et de l’enseignement originel a reçu des consignes fermes de mettre en place un plan visant à établir la cartographie des emplacements des lieux de sépultures des morts concernés par ce plan.

Le président a-t-il voulu couper l’herbe sous les pieds de Birame Ould Dah Ould Abeid, le chef de l’IRA qui a annoncé sa décision de se recueillir sur les tombes des 28 militaires noirs exécutés à Inal en 1990-1991 par leurs frères d’armes sous la dictature de Taya.

Plus de 500 militaires ont été victimes d’assassinat à caractère génocidaire et aucune enquête sérieuse n’a été diligentée pour mettre la lumière sur les faits. Les organisations des droits de l’homme, les collectifs des rescapés et les familles des victimes n’ont cessé de demander le devoir de mémoire et de vérité sur ces tueries abominables.

Les seules réponses apportées jusque-là sont la prière de l’absent organisée il y a une année à Kaédi par le président Aziz et une modique somme remise aux familles en guise d’indemnisation. Certains ont vu en ce geste un début de règlement de ce dossier, d’autres ont, au contraire désapprouvé l’approche adoptée visant à solder de manière politique le passif humanitaire en occultant la dimension judiciaire.

A ce propos, les militants des droits de l’homme ont accusé le pouvoir d’utiliser l’argent pour sacrifier le droit et la justice. Loin de baisser les bras, les activistes des droits de l’homme reviennent à chaque fois à la charge pour demander que justice soit faite et dénoncent une volonté de protéger les coupables.

Le président Aziz a, dans ce dossier, préféré sans doute utiliser un raccourci sans se référer à l’expérience de certaines organisations comme le Fonadh, qui dispose de précieux documents et d’imminents consultants en mesure d’aider à trouver des solutions à la résolution de ce dossier.

D’autres approches moins stigmatisant mais aussi non complaisantes pourraient bien être appliquées dans le contexte mauritanien pour solder le passif de façon juste et équitable. En tout état de cause, si ce plan de localisation des sépultures vise à rendre leurs droits aux familles, et contribuer à atténuer leurs souffrances, cela constitue un pas important dans le sens du respect et de la dignité.

Mais si c’est une décision qui résulte du requiem de Birame Ould Dah, elle reste subordonnée aux contingences politiques. Ce qui risque de limiter les chances de son aboutissement. Encore faudrait-il que la commission soit bien à la hauteur de cette mission.

Pourvu que cela ne soit pas du Safori nafori, littéralement et de manière approximative, (un arrangement bien calculé où les uns et les autres trouvent leurs comptes) et qui viserait à mettre dans le même panier plusieurs choses …

Cheikh Tidiane Dia

Anonyme a dit…

Les pays sahéliens mettent en place une patrouille du désert
19/05/2011
Mali, Mauritanie, Niger et Algérie ont décidé de mettre en place une force conjointe pour sécuriser la sous-région saharo-sahélienne. Cette force pourra atteindre 85.000 hommes, a annoncé vendredi le ministre des Affaires étrangères malien. A l’issue...


...d’une réunion à Bamako avec ses homologues, Soumeylou Boubeye Maiga a précisé que cette force serait opérationnelle dans un délai de 18 mois avec mission de patrouiller dans cette vaste zone et combattre le crime organisé transfrontalier. Les quatre pays s’efforcent de coopérer pour contrôler la sous-région où opèrent Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), des contrebandiers, des rebelles et des gangs criminels.
----
18 mois, c'est après le départ d'ATT. En attendant, on laisse pourrir la situation en laissant AQMI s'installer durablement . Me demande quels arguments ont été avancés par les algériens pour convaincre les mauritaniens, les maliens et les nigeriens pour attendre si longtemps. Cela fait quelques 12 mois que la keykla du groupe de Tamanrasset parlait de cette force de 85.000 hommes, mais rien.

A-

Anonyme a dit…

Tout faux. La volonté n y est pas. A-
---
http://www.maliweb.net/category.php?NID=75887

maatala a dit…

Salam

Lu chez Vlane


vendredi 20 mai 2011
Aziz, l’homme qui murmure à l'oreille des ânes…



Depuis qu’on a appris avec stupéfaction que le général civilisé aurait demandé au ministre des affaires islamiques de prendre les dispositions pour faire un pont entre les morts et les vivants, on s’étonne que personne, pas même un Oumeir, pourtant distingué par le patron, n’ait dit que ce vœu pieux d’Aziz est tout simplement impossible à réaliser sans faire parler directement ceux qui sont impliqués directement ou indirectement dans la mise à mort des pendus d’Inal, pour ne parler que de ceux-là.
Et ce, pour une raison simple ! S’il est facile d’avoir la liste de tous les disparus depuis 1960 suite à la guerre ou aux divers événements qui ont secoué les vivants et les morts depuis l’indépendance, reste qu’il sera impossible aux familles des victimes des peines capitales extrajudiciaires de faire leur deuil comme il se doit car jamais on ne pourra leur indiquer la tombe des leurs car cela reviendrait à savoir dans quelle fosse commune ils gisent or comment le savoir sans savoir de qui on le sait ?
D’ailleurs même le sachant et protégeant la source pour éviter de remonter à la raison d’état ainsi nommée à l’époque par les chauvins qui estimaient que les pendus étaient un mal nécessaire pour éviter aux maures de subir le même sort si par malheur ces noirs-là de cette mouvance-là arrivaient à faire un coup d’état racial, comment être sûr que la terre indiquée serait la bonne et pas un tas de sable sous lequel ne reposerait rien !
Ira-t-on jusqu’à creuser pour trouver des ossements et prendre les dispositions nécessaires pour faire des recherches via l’ADN pour savoir qui est qui ? Jamais cela ne sera fait de sitôt ! Alors il faut arrêter de faire croire à certaines familles que demain elles pourront prier sur les tombes véritables des leurs ! Ce sera impossible sans creuser, sans savoir qui gît là ou si quelqu’un y gît ou pas...

maatala a dit…

Pour le reste, Aziz met là un doigt dangereux sur la tombe des autres et peut-être même sur la sienne sauf s’il n’est pas sérieux quand il fait de pareilles déclarations comme lorsque qu’il annonce quelque chose qui n’arrive jamais ; les exemples ne manquent pas et nous ne les citerons pas de peur de les juxtaposer à un malheur plein de cris de larmes et de sang.
C’est pourtant là une méthode de gouvernance par la parole d’Aziz ! Parler pour tout dire en ne pouvant rien faire ou si peu. Pas à cause de lui certainement mais surtout à cause de la puissance des forces du refus qui ont des racines profondes dans les mentalités rétrogrades tout aussi vivaces que puissamment armées de peurs, de préjugés et de la haine qui est leur moindre effet collatéral.
Aziz verbalise beaucoup, casse les tabous d’abord par le verbe ce qui n’est déjà pas mal ! On a vu cela pour des choses moindres comme faire rêver les citoyens de voir les ondes libéralisées mais retarder toujours la chose comme par un aveu d'impuissance face au danger que cela représente de livrer ainsi au destin la possibilité d’une radio des mille collines surtout qu’on entend ici et là de plus en plus des groupes qui se battent pour une race ou une caste car en face on leur a bien fait sentir qu’ils sont dominés par une race ou un petit lot de tribus dont le génie est à l’image de l’état du pays.
De même on l’a vu avec l’esclavage : une forme d’action réduite à la portion congrue malgré le verbe de la promesse porté à l’extrême puissance du stérile cancan. Ainsi comme une sorte de thérapie contre l’esclavage mais à base de rodomontades, le pouvoir fait arrêter des esclavagistes puis les fait libérer juste pour lancer un signal fort aux autres pour qu’ils sachent que le pouvoir ne pourra pas rester longtemps complice des mentalités et qu’il faudra bien avancer face aux forces du progrès qui se font de plus en plus entendre.
De même tout récemment, voilà Aziz encore, pour ce qui nous occupe, qui brise le silence par le verbe soi-disant qu’il serait suivi par l’acte que nous avons prouvé impossible à mettre en place entièrement hors des cas de guerre. Plusieurs voix ont rappelé que Aziz n’agit là encore que dès que les forces vives ont une belle idée pacifique inattaquable ainsi que l'a formulée Birame en annonçant qu’il irait avec celles et ceux qui veulent prier à Inal le 28 novembre prochain ! On s’étonne que personne n’ait pensé à cela avant lui car c’est ainsi qu’il faut agir, pacifiquement avec des idées invincibles !
On s’étonne que depuis tout ce temps, personne n’ait acheté un terrain même dans Tevrag-zeina pour y faire un monument aux morts oubliés ! Pourquoi toujours accuser le pouvoir d'inaction quand nous-mêmes nous ne faisons rien ?
Aziz veut bien faire, il n’y a plus de doute. Pourvu que touchant à la racine du mal, le mal ne l’emporte pas pour renaître sur ses cendres. Que ferions-nous alors si demain nous venait un Dadis Camara borné, sanguinaire avec une équipe violente, ignorante dans la pure tradition des milices du tiers-monde ? Nous n’aurions plus qu’à nous taire et subir car si face à un tel Aziz ami de la liberté d’expression nous n’arrivons pas à dire les choses, ni nous rassembler pour faire avancer les choses sans les politicards fossilisés, alors sans lui, nous retournerions à l’époque de la peur, de la mendicité intellectuelle, pour tout dire, l’époque de la décadence morale, culturelle, spirituelle, intellectuelle dans laquelle nous avons encore une bonne partie du corps et de l’âme car Aziz arrive à peine….
Voilà pourquoi je dis: Aziz, l’homme qui murmure à l'oreille des ânes…
A bon entendeur...
Hi Han !

Publié par vlane A.O.S.A

Anonyme a dit…

Vlane,

On se demande de plus en plus combien Aziz t'a donné pour retourner ta veste comme ça.

Vraiment c'est regrettable. Tes articles sont puants.

Anonyme a dit…

Salam

Rien que pour le fun


Nouvelles d'ailleurs: Hypocrisies… - Par: Mariem mint DERWICH
publié le 9 avr. 2011 02:09 par el moudir
Et voilà! On s’ennuyait ferme, à NKTT Plage. Comme d’hab, me direz vous. Mais je pense que, dans notre sublissime capitale des mondes connus et inconnus, on s’ennuie de façon bien particulière. Je mets au défi quiconque de me trouver un autre bled où l’ennui est, à ce point, institutionnalisé. Nous, on s’ennuie avec art. Certains tentent de nous copier mais leur ennui n’arrive pas à la cheville du notre.
Bref, on s’em… à 100 UM l’heure. De temps à autre, on fait la pause clope et thé et l’on retrouve un petit peu d’animation. On papote, comme de vrais Nous Z’Autres: salutations, re-salutations, petits réajustements de vêtements, grattage de gorge, puis passage aux choses sérieuses. Pendant la pause-coupure d’ennui, on fait dans la conversation typique du moment: la dureté de nos vies de bédouins rectifiés, tout va mal (wallahi!), les prix sont trop hauts (wallahi!), l’essence coûte les yeux des voitures (re-wallahi!), y’a pas d’argent (wallahi! wallahi!), tout est bloqué (wallaaaaaaaaaaaaahi !), y’a pas de travail (re-re-wallahi), fait trop chaud, fait trop froid, etc. Passés les trois verres de thé, chacun range ses récriminations dans ses poches et retourne s’ennuyer, attendant, avec fatalisme, la nouvelle pause blabla.

C’est ainsi, chez les Nous Z’Autres : on s’ennuie, on pause, on se re-ennuie, et l’on re-pause. Bref, c’est la vie merveilleuse des Mauritaniens réunifiés et rectifiés. Et révolutionnaires de la première heure, ne l’oublions pas.

Depuis quelques jours, un évènement de renommée internationale est venu, à notre grand soulagement, rompre toute cette belle monotonie. Je ne parle pas de la joyeuse sauterie, entre maires francophones, réunis chez les Nous Z’Autres, le temps de quelques vacances. Non, je parle du limogeage du mois passé, le seul, l’unique, celui de notre MAEC. Les limogeages, on est habitué: à chaque conseil des ministres – potentiellement futurs ex, au rythme où vont les grandes lessives – on regarde qui est envoyé dans la grande charrette des condamnés à la disgrâce royale et l’on commère à la pause-ennui-thé-m’burru/beurre-thiaffs.

Mais ce limogeage-là comporte une particularité qui a déclenché, contre toute attente, des commérages à la hauteur de la féminité de la dame éconduite: grandioses. Et nous voilà embarqués dans un feuilleton romantico-politique, sur fond de crise libyenne. La dame est accusée de tout et on a tous les ingrédients d’un film d’espionnage: vrai-faux passeport diplomatique, amours avec un libyen, simple fait d’être une femme dont la nomination avait déclenché l’ire de certains «islamistes»…

Anonyme a dit…

NKTT adore le croustillant et quand les sentiments se mêlent à la politique, rien de plus jouissif, pour nos blablateurs qui s’en donnent à cœur joie. La presse électronique s’est emparée de «l’Affaire» et voilà Naha insultée, traînée dans la boue, quasiment traitée de putain de la République. Un site a, même et sans vérifier la source ni la véracité des assertions, publié un soit disant témoignage des services de renseignements français où Naha serait au cœur d’un roman d’espionnage. Mais vu que ce site est habitué de la chose, personne n’a bronché et tout le monde, partant du principe que, puisque que le site francophone en question l’a publié, c’est donc vrai (ça, c’est la théorie des petits beurre, avec ses quatre coins fameux).

Il paraît que nous aimons les femmes. Et, vu le nombre de «cavaleurs» incapables de tenir leur seroual, c’est sûrement vrai. Même si l’amour que nos hommes éprouvent, pour tout ce qui est féminin, ne s’arrête, souvent, qu’à l’assouvissement de fantasmes extra-conjugaux, c’est de l’amour, quand même, pour ces mâles coqs de village et volages, par atavisme. Ce serait trop long d’aller leur expliquer que l’amour, c’est autre chose.

Bref, voilà tous nos moralisateurs vrombrissant, comme des mouches sur une m… de chameau. La vie de Naha est passée au crible, on gausse ses amours, on gausse son talent; voilà une femme, devenue ex, qui a tenté de mener, malgré tout, une politique extérieure qui ne brille pas par sa lisibilité: une fois, notre sultan va caresser Chavez; une fois, il fait des ronds de jambes chez Sarko; une autre fois, il se fâche avec la sous-région; entre cela, il fait un tour, à l’intérieur du pays, puis s’envole, pour Abidjan, afin de jouer au roi Salomon, une autre fois – tout cela en même temps : n’oubliez jamais, notre sultan est superman, il peut tout – il s’occupe de trouver une solution à la crise libyenne, fait l’ouverture de la TVM, etc.

Et le Nous Z’Autres de base, s’il aime les femmes – la sienne et ses multiples bureaux – rappelle, quand même, qu’en politique, le défaut premier est d’être femme. Malgré tous les discours et les bonnes intentions. Et quand on est une femme, on est, obligatoirement, accusée de sombres et louches affaires de sexe. N’a-t-on pas dit que Naha avait couché avec notre sultan? Et, pour faire bonne mesure, on lui rajoute d’autres liaisons, bien croustillantes; car le sexe, sans croustillant, c’est triste…

C’est Françoise Giraud, je crois, qui disait qu’une société parviendra à l’égalité hommes/femmes le jour où l’on nommera autant de femmes incompétentes qu’on nomme d’hommes incompétents. Alors je remercie Naha qui, par son limogeage, vient de nous rappeler que nous sommes une société de ragots, de rumeurs, de cancans abjects; une société qui a fait, de ses femmes, des putains de la République, pour pouvoir vomir toutes ses hypocrisies. Que la rumeur ne demande pas à un ministre ou à un président des comptes sur ses innombrables maîtresses: être homme protège; que naître femme, dans ce magnifique pays, est une tare; qu’une femme transporte, avec elle, un pseudo indélébile péché originel.

L’affaire Naha révèle ce que je déteste par-dessus tout, chez les Nous Z’Autres rois du monde: nous sommes hypocrites. Nous sommes une société où tout se fait et qui, pour faire semblant, crache sur ses femmes, simplement parce qu’une femme n’est pas considérée comme un être humain à part entière.

Nous sommes toutes des Naha. Salut,

Source: Le Calame

Maatala

Anonyme a dit…

Salam

Ma soeur M mint D a dit:

"Il paraît que nous aimons les femmes. Et, vu le nombre de «cavaleurs» incapables de tenir leur seroual, c’est sûrement vrai. Même si l’amour que nos hommes éprouvent, pour tout ce qui est féminin, ne s’arrête, souvent, qu’à l’assouvissement de fantasmes extra-conjugaux, c’est de l’amour, quand même, pour ces mâles coqs de village et volages, par atavisme. Ce serait trop long d’aller leur expliquer que l’amour, c’est autre chose."

---------------------------------

Ma chére

Ce pays de merde n'est rien d'autre qu'un gigantesque bordel à ciel ouvert ou les jeunes sont devenus accroc au viagra en visionnant les films pornos de "Rocco sigfredy"


je comprends maintenant pourquoi certains ont des reflets bleus dans leurs yeux dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Déclaration

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE
(IRA-MAURITANIE


Ahmed Ould Neinny, ministre Mauritanien des Affaires Islamiques et de l’Enseignement Originel, a déclaré, ce mercredi 18 Mai 2011, avoir reçu des instructions du chef de l’Etat Mohamed Ould Abdel Aziz, de procéder au marquage et à l’identification des sites et des victimes des disparitions forcées des exécutions extrajudiciaires et procès inéquitables depuis 1960. Cette décision vient immédiatement après la conférence de presse organisée par Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste en Mauritanie (IRA- Mauritanie), lundi 16 Mai 2011 à l’Hôtel Mercure.
Au cours de cette conférence de presse, Biram Dah Abeïd, président d’IRA- Mauritanie, a réclamé de manière claire et sans équivoque, l’enclenchement d’un processus qui vise le rétablissement dans leur dignité et leurs droits, des populations noires de Mauritanie, endeuillées par la tentative de génocide orchestrée par l’Etat, et qui s’est échelonnée sur plusieurs années, entre 1986 et 1992. Aussi a-t-il rappelé, son rejet catégorique de l’ensemble des décisions unilatérales prises par l’axe Etat- système oligarchique en vue d’étouffer et de taire les revendications des ayant droit des victimes et les voix des justes lesquelles appellent à la recherche de la vérité, à la fin de la soustraction des présumés coupables à la loi, à l’équité dans les réparations, à la réhabilitions des martyrs et la remémoration de ces pages sombres de l’histoire de notre pays.
Dans cet ordre des choses, IRA considère la loi d’amnistie votée en faveurs des présumés tortionnaires en 1993 par le parlement monolithique, et la mascarade de prière de l’absent, mise en scène par le général Mohamed Ould Abdel Aziz en 2010 à Kaédi, comme des tentatives d’obstruction à la vérité, à la justice et à la réconciliation en Mauritanie.
IRA- Mauritanie a aussi saisi cette occasion pour situer la responsabilité de l’axe Etat- système dominant et ses hommes de service, dans la prolongation de la souffrance et misère des victimes et ayants droit, le maintien de l’état de l’impunité dont jouissent toujours les génocidaires, auteurs des crimes d’épuration commises à l’endroit des personnalités et cadres, civils et militaires, Noirs Mauritaniens. S’adressant à l’opinion publique nationale et internationale, Biram Dah Abeïd a affirmé que : « Nous voudrions que la communauté internationale braque ses regards sur Inâl. Nous voudrions toucher la conscience des justes, des peuples, des organisations de défense des droits de l’Homme, des organismes internationaux pour que justice soit faite, car nous avons un devoir vis-à-vis des morts".

Anonyme a dit…

Biram Dah Abeïd a en outre, annoncé la volonté d’IRA de commémorer en 2011 à Inâl (localité du nord de la Mauritanie, théâtre d’exécutions barbares de plusieurs dizaines de militaires mauritaniens d’ethnie peulh), les 27 et 28 Novembre, en souvenirs de ses martyrs sacrifiés sur l’autel de la haine, au nom des dieux du racisme.
C’est dire que cette nouvelle manœuvre prise par le régime de Ould Abdel AZIZ, connu pour être rompu au populisme et à l’improvisation, vise à divertir les mauritaniens et saborder notre initiative annoncée.
L’élaboration d’une cartographie des fosses communes et d’une liste identifiant les victimes, avant la reconnaissance du génocide et la mise en place d’une commission nationale indépendante d’enquête, est un geste de désespoir qui relève du mécanisme d’impunité visant à épargner les présumés criminels ; présumés qui se comptent parmi les piliers du régime actuel en ce sens qu’ils continuent à occuper des postes qui symbolisent et incarnent le peuple et l’Etat.
Nous affirmons, sans risque de se tromper, que cette manœuvre, ne saura guère clore ce dossier ni tourner la page noire de notre histoire contemporaine.
A cette occasion, notre organisation IRA- Mauritanie tient à préciser à l’opinion publique nationale et internationale qu’elle :

1-Exige l’éviction des charges publiques et de la représentation du peuple de toutes les personnes identifiées ou accusées par les victimes ou leurs ayant droits comme ayant participé de près ou de loin, activement ou passivement, à cette épuration ethnique.

2-Exige l’arrestation immédiate de tous les auteurs des crimes génocidaires et leurs traductions devant la justice qu’ils soient décideurs, exécutants ou idéologues.

3-Engage l’Etat à procéder à des enquêtes ADN pour identifier les sépultures et les remettre à leurs familles respectives.

4-Rappelle que l’établissement d’une cartographie des lieux et dépouilles est une initiative dépourvue de toute importance si elle n’est pas précédée par la recherche de la vérité, l’application de sanctions et l’octroi de réparations.

5-Propose d’élever les victimes de ce génocide aux rangs de martyrs de la patrie.

6-Demande que leur droit de mémoire soit célébré à travers la commémoration d’une journée nationale dite « journée nationale des martyrs ».

Nouakchott, le 20 Mai 2011

La Commission de la Communication

Anonyme a dit…

Maatala,

Je crois que c'est pour twa. A-
-----
15:39Détournements : 3 milliards d’Um volatilisés au Crédit agricole.

Selon un rapport rendu public à Rosso, et basé sur des documents officiels d’enquêtes, des détournements à une large échelle, portant sur près de trois milliards d’ouguiyas ont été opérés au détriment du Crédit agricole. Ces informations sont contenues dans un rapport d’enquête rédigé par une commission diligentée par l’Union nationale des caisses de crédit agricole et d’épargne en Mauritanie, victime du préjudice.

Selon cette commission, ces trois milliards ont été accordés dans des conditions obscures, qui font naître de fortes suspicions de détournements et d’actes illicites.

Selon le rapport de Rosso, le conseil d’administration de l’UNCACEM a désigné une commission de trois membres pour se mettre en rapport avec les débiteurs de cet organisme, qui ont toutefois refusé d’apposer leur signature sur un mémorandum d’accord sur ces montants.

La commission était formée de MM. Abdel Wedoud Ould Mohamdi, Président, Mohamedou et Niang, membres. Les commissaires ont remarqué que les montants prêtés l’ont été dans des conditions en contradiction claire avec les procédures normales, et ont été soustraites en dehors d’accords avec le Crédit agricole, et avec l’UNCACEM.

De même, il n’existe pas de dossiers ou de base légale à ces soustractions de fonds, ce qui complique la procédure visant à renvoyer les auteurs ou complices de délit devant une juridiction pénale ou correctionnelle. La commission a néanmoins été priée de contacter onze organismes ou individus, en vue de leur faire restituer ces montants.

Il s’agit de :

- SAG Leamer : 247.188.230 Um
- BOMAB : 292.962.514 Um
- KAW : 325.593.023 Um
- GSA.HF : 293.521.395 Um
- Md . O. Jouly : 79.245.227 Um
- S.M. O. Vayda : 15.000.000 Um
- Areco (Md Yehdih) : 60.000.000 Um
- Dialadé (Lam Abdurahman) : 65.000.000 Um
- Pool Boghé : 58.273.323 Um
- Pool Kaédi : 495.141.686 Um
- GSA Rosso : 950.371.106 Um

TOTAL : 2.882.276.504 Um

La majorité de ces débiteurs ont réfuté les montants qui leurs sont réclamés, certains d'entre eux prétendent que d'autres personnes qu'elles mêmes ont bénéficié de ces fonds, et quelques uns reconnaissent avoir reçu une partie des fonds qui leurs sont attribués.


Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.
----------------------------------------------

NOTE CRIDEM

A ceux qui nous ont déjà appelé et pour ceux qui voudraient le faire : Il est inutile de nous contacter afin de nous demander de retirer cet article, car il ne plairait pas à "certains"... . Nous faisons une revue de presse et cet article émane du site d'information Essirage. Le lien conduisant à la source en arabe est indiqué à la fin de la publication.

Et pour le confrère (homonyme de l'un de nos collaborateurs) qui l'a demandé à l'un de nos reporters journalistes en affirmant que nous supprimerions des articles moyennant finance, nous l'invitons à nous apporter des éléments prouvant ces affirmations qui sont non seulement injurieuses à notre égard, mais aussi et surtout diffamatoires.

Evitez, de grâce, de prêter aux autres ce qui peut, peut-être, relever de vos propres turpitudes, habitudes ou réflexes... 

Le webmaster,
Claude K.

 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 

Anonyme a dit…

Vlane,

Bienvenue au club. Du courage. A-

----
Il a dit:

Vlane,

On se demande de plus en plus combien Aziz t'a donné pour retourner ta veste comme ça.

Vraiment c'est regrettable. Tes articles sont puants.

21 mai 2011 20:53

Anonyme a dit…

15:39Détournements : 3 milliards d’Um volatilisés au Crédit agricole.

Selon un rapport rendu public à Rosso, et basé sur des documents officiels d’enquêtes, des détournements à une large échelle, portant sur près de trois milliards d’ouguiyas ont été opérés au détriment du Crédit agricole. Ces informations sont contenues dans un rapport d’enquête rédigé par une commission diligentée par l’Union nationale des caisses de crédit agricole et d’épargne en Mauritanie, victime du préjudice.

Selon cette commission, ces trois milliards ont été accordés dans des conditions obscures, qui font naître de fortes suspicions de détournements et d’actes illicites.

Selon le rapport de Rosso, le conseil d’administration de l’UNCACEM a désigné une commission de trois membres pour se mettre en rapport avec les débiteurs de cet organisme, qui ont toutefois refusé d’apposer leur signature sur un mémorandum d’accord sur ces montants.

La commission était formée de MM. Abdel Wedoud Ould Mohamdi, Président, Mohamedou et Niang, membres. Les commissaires ont remarqué que les montants prêtés l’ont été dans des conditions en contradiction claire avec les procédures normales, et ont été soustraites en dehors d’accords avec le Crédit agricole, et avec l’UNCACEM.

De même, il n’existe pas de dossiers ou de base légale à ces soustractions de fonds, ce qui complique la procédure visant à renvoyer les auteurs ou complices de délit devant une juridiction pénale ou correctionnelle. La commission a néanmoins été priée de contacter onze organismes ou individus, en vue de leur faire restituer ces montants.

Il s’agit de :

- SAG Leamer : 247.188.230 Um
- BOMAB : 292.962.514 Um
- KAW : 325.593.023 Um
- GSA.HF : 293.521.395 Um
- Md . O. Jouly : 79.245.227 Um
- S.M. O. Vayda : 15.000.000 Um
- Areco (Md Yehdih) : 60.000.000 Um
- Dialadé (Lam Abdurahman) : 65.000.000 Um
- Pool Boghé : 58.273.323 Um
- Pool Kaédi : 495.141.686 Um
- GSA Rosso : 950.371.106 Um

TOTAL : 2.882.276.504 Um

La majorité de ces débiteurs ont réfuté les montants qui leurs sont réclamés, certains d'entre eux prétendent que d'autres personnes qu'elles mêmes ont bénéficié de ces fonds, et quelques uns reconnaissent avoir reçu une partie des fonds qui leurs sont attribués.


Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.
----------------------------------------------

NOTE CRIDEM

A ceux qui nous ont déjà appelé et pour ceux qui voudraient le faire : Il est inutile de nous contacter afin de nous demander de retirer cet article, car il ne plairait pas à "certains"... . Nous faisons une revue de presse et cet article émane du site d'information Essirage. Le lien conduisant à la source en arabe est indiqué à la fin de la publication.

Et pour le confrère (homonyme de l'un de nos collaborateurs) qui l'a demandé à l'un de nos reporters journalistes en affirmant que nous supprimerions des articles moyennant finance, nous l'invitons à nous apporter des éléments prouvant ces affirmations qui sont non seulement injurieuses à notre égard, mais aussi et surtout diffamatoires.

Evitez, de grâce, de prêter aux autres ce qui peut, peut-être, relever de vos propres turpitudes, habitudes ou réflexes... 

Le webmaster,
Claude K.

 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : Essirage/ Traduction A.B O. Hamoud pour Cridem
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 946Cliquez ici pour imprimer l'article :

Anonyme a dit…

Salam

Lu sur Kassataya

Dix idées reçues que les hommes ont des femmes

1. Une femme est obsédée par son poids !


L’influence des médias et les propositions d’images idéales du corps ont une influence indéniable sur la façon dont les femmes abordent leurs corps.

Néanmoins, il ne serait pas juste de faire de toutes les femmes des « obsédées du poids » et des anorexiques en puissance !

Les femmes portent naturellement une attention à leur silhouette. Cela fait partie des registres de séduction universels.

Ceci étant, lorsque l’on est un homme il faut faire attention aux cadeaux liés à l’amincissement. Ils peuvent apparaître comme un message indirect laissant entendre un début de perte de charme.


2. Les femmes sont toutes des victimes

Leur sensibilité exacerbée se manifeste par cette capacité à montrer d’elles ce que les hommes cachent la plupart du temps.

D’où l’idée largement répandue que les femmes sont toujours en train de se plaindre et de se considérer comme victimes continuelles des vicissitudes de la vie, de leurs problèmes hormonaux et…des hommes !

De là à en faire des victimes perpétuelles il n’y a qu’un pas que certains franchissent allègrement.

Cette idée reçue est pourtant à mettre définitivement au placard.

Les femmes ne sont pas des victimes ni automatiquement des hystériques d’ailleurs !

Il est à noter que l’hystérie est aussi bien masculine que féminine, soit dit en passant.

Elles expriment plus facilement leur désarroi et leurs peines que les hommes mais elles peuvent aussi trouver en elles la force et la fougue des combattantes.


3. Le cerveau des femmes est plus petit que celui des hommes

Voici une idée reçue qui remontent au moyen-âge !

Que l’on soit homme ou femme c’est le même cerveau ! Les grands esprits de ces derniers siècles avaient le même cerveau que leurs contemporains.

Lorsqu’Albert Einstein est mort on lui a ouvert le cerveau pour comprendre en quoi son esprit et son intelligence étaient supérieurs à ceux du commun des mortels. Il fallut déchanter : Entre Albert Einstein et nous c’est le même bloc cérébral !

En un sens, c’est rassurant …

Alors d’où viennent les différences ?

De la manière d’utiliser cet outil merveilleux et complexe tout simplement !

Et à ce niveau-là, c’est sûr, hommes et femmes fonctionnent différemment.

4. Les femmes portent un jugement dur sur les hommes

Certaines femmes ont des attentes tellement précises quant à ce que doit être une bonne relation à deux que quand cela ne fonctionne pas elles en accusent automatiquement les hommes.

Ceux-ci se sentent alors pris au piège d’un système à l’intérieur duquel ils ne savent pas comment agir.

Dans ces moments là le jugement féminin est dur, il faut bien l’admettre et il est sans compromis possible. Il faut être « ceci » ou « cela » et rien d’autre !

« Que veulent-elles ? » disent-ils ! Et ils ne trouvent pas de réponse !

Lorsque les femmes parlent des hommes elles évoquent souvent leur incapacité supposée à faire vivre la relation, à l’entretenir.

C’est vis-à-vis de cette incapacité qu’elles peuvent être dures. Sinon elles parlent des hommes avec tendresse, compréhension et, souvent, une dimension maternante déconcertante, et qui en dit long sur elles et sur les hommes.


5. Les femmes pensent que les hommes doivent être des héros

Des héros, oui mais des héros de la relation !

Ce que veulent les femmes c’est un investissement émotionnel, factuel et comportemental dans la relation.

Anonyme a dit…

Le héros n’est plus celui qui vient les sauver des griffes du méchant monstre…ou de leur père trop présent ! Il n’a plus besoin, ce héros, d’être fort et beau et de sentir bon le sable chaud ! (encore que ce ne soit pas perçu comme un défaut).

Il doit être moderne c'est-à-dire viril et doux à la fois. Entreprenant et libre. Courageux et fragile.

Ce qui ne veut pas dire que, de temps en temps, il n’est pas nécessaire de revêtir sa vieille armure de chevalier et d’aller affronter les dragons intérieurs et imaginaires de sa Belle !

Cette idée reçue a donc encore quelques beaux jours devant elle.


6. Les femmes parlent mieux de leurs sentiments que les hommes

Lorsque l’on sait que tant de grands auteurs romantiques sont des hommes, on doute !

Les hommes peuvent parler de leurs sentiments ! Certes ils le font mieux de manière littéraire que de façon directe mais l’expression des sentiments n’est plus l’apanage des femmes.

Il y a toutefois un sentiment que les hommes ont du mal à exprimer, c’est la tristesse.

7. La femme d’aujourd’hui préfère les hommes féminins

L’époque du macho intégral est révolue.

Mais sensibilité masculine ne veut pas dire « féminité masculine ».

La mode de l’ambigüité sexuelle représentée par David Beckam ou le personnage de Jack Sparrow joué par Johnny Depp dans « Pirates des Caraïbes » ne touche que certaines personnalités du show biz

Certes ces personnalités sont représentatives d’une certaine tendance mais les « métrosexuels » ne se rencontrent pas à tous les coins de rue !

Il ne sert donc à rien d’essayer d’être ce que l’on n’est pas sous prétexte que c’est ce qui plairait aux dames, ce qui n’est d’ailleurs pas nécessairement le cas.

L’homme doit accepter sa virilité, la montrer et la défendre. Cela ne veut pas dire mettre de côté ses sentiments ou ses émotions.

8. Les femmes veulent avoir un orgasme à chaque rapport sexuel

Pour une femme le climat, le scénario, en bref l’environnement donnent sens et qualité aux moments sexuels. Bien sûr l’orgasme est important mais il n’est pas absolument primordial à chaque fois.

Il est toutefois difficile d’avoir une idée précise tant les témoignages féminins sont divers sur ce sujet.


9. Les femmes rêvent toutes d’être mères

C’est moins évident que ça …

La réalisation d’une femme n’est pas dans le fait d’être mère mais dans l’expression de son identité et la maternité n’est qu’un des éléments de cette identité.

Il est certain qu’une femme de 35 ans qui n’a pas encore d’enfant se posera la question de la maternité avec plus d’acuité qu’une jeune fille de 22 !

Anonyme a dit…

La femme contemporaine a construit de nouveaux modes de représentation de sa féminité et avoir des enfants n’est plus le nec plus ultra de son accomplissement. Elle se rêve ailleurs, dans la relation à l’homme certes, mais en tant que femme jouant un rôle d’épouse, d’accompagnatrice et de partenaire.

10. Les femmes ne savent pas ce qu’elles veulent

Beaucoup d’hommes n’arrivent pas à saisir la psychologie féminine car ils ont l’impression que les femmes ne savent pas ce qu’elles veulent.

En fait les choses sont plus subtiles que cela et l’exigence féminine répond à plusieurs critères.

Tout d’abord une femme ne se contente que rarement de ce qu’elle a.

Elle est beaucoup moins casanière que l’homme.

Une femme en veut toujours plus et lorsqu’elle a ce qu’elle désire il lui faut autre chose. Il y a en elle comme une insatisfaction structurelle et il est bien d’en tenir compte lorsque l’on est un homme.

Le deuxième point important, corollaire du premier, est ce besoin de sécurité qui crée beaucoup de malentendus relationnels car il accompagne un besoin de changement perpétuel.

En fait c’est d’un changement dans la sécurité dont les femmes ont besoin.

Ce n’est ni une recherche de tranquillité ni un souci d’aventures effrénées. C’est juste d’une vie tranquille et aventureuse.

Contradictoire ? Certes, mais passionnant et exaltant aussi !

Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Au fait, qu’est-ce qu’une idée reçue ?
Une idée reçue n’est pas obligatoirement une « fausse idée ».
Car il y a aussi des « erreurs reçues » ...
En fait c’est une idée que nous ne nous donnons pas le temps de vérifier suffisamment et que nous enregistrons comme une vérité acquise.
Qui l’a démontrée ?
Est-elle le fruit d’une enquête sérieuse ?
Tout cela nous ne le savons pas et, pourtant, nous accréditons ce qui, parfois, peut ressembler à une simple rumeur
Il faut donc savoir faire la différence entre l’erreur reçue et l’idée reçue, même si le langage courant ne la fait pas, la crédibilité d’une idée reçue n’étant pas obligatoirement douteuse.
En fait, cela dépend fortement de la manière dont (et de qui) on la reçoit et donc de la confiance qu’on lui porte et aussi de la manière dont elle nous arrange!

Source : La Sénégalaise le 22/05/2011

Anonyme a dit…

Salam

Lu sur kassataya

Source des femmes : Grève d’amour, que veulent les femmes ?

Des femmes revendiquant leurs droits, ne sachant pas trop faire, elles entament une grève d’amour. Les hommes n’ont plus dans cette jolie perspective le droit à l’affection, à la chaleur humaine, à la sensibilité féminine.

Les théâtres de cette belle histoire se déroulaient dans une ville Magrébine. Il s’agit là d’une idée géniale mise en scène dans un film intitulé ‘la source des femmes’ du franco-romain Radu Mihaleanu .

Il raconte le combat d’une femme, plutôt des femmes, voulant avoir un meilleur statut, leurs mouvements de contestation ont commencé par une rébellion d’une certaine Leila contre la corvée d’eau imposée aux femmes face à l’indifférence des hommes. ‘La source des femmes’ est un plaidoyer pour l’égalité de genre, de sexe.

D’où l’éternelle question : que veulent les femmes, ou plutôt que veut une femme ? Peut-être que la question est détestable et d’une légèreté inouïe. Ce qui sous-entend pour les uns ce que nous voulons des femmes.

Voyons, la réponse me semble difficile. Elle n’est point question d’une thématique immédiate.

Superficiellement, les femmes mauritaniennes veulent des crédits téléphoniques. Pourquoi faire, je ne sais point. Et quoi d’autres…aux femmes de bien vouloir me répondre. Si je pouvais lire leurs pensées, je pourrais bien apporter des éclaircissements, toutefois, elles veulent des choses matérielles pour embellir leurs physionomies, leurs images, leurs statuts, leurs…

Ironie du sort, je répondais à une femme souhaitant lui acheter des cartes téléphoniques, que je voulais bien être une carte inépuisable afin que je puisse transpercer les cœurs de nos femmes.

Une autre femme occidentale me disait, qu’elle veut la paix, une situation matrimoniale plus stable, plus d’amour et de stabilité. J’en déduis que le vouloir féminin dépend et tend vers une liberté d’action, une liberté de pensée et une large autonomie, face à une rareté de plus en plus constatée du genre masculin dans les différentes contrées hormis bien sûr le cas chinois.

Mohamed Fouad Barrada

Source : La Tribune via barrada.unblog le 21/05/2011

maatala

Anonyme a dit…

salam

"Il a dit:

"Des femmes revendiquant leurs droits, ne sachant pas trop faire, elles entament une grève d’amour. Les hommes n’ont plus dans cette jolie perspective le droit à l’affection, à la chaleur humaine, à la sensibilité féminine"

----------------------------

Si je comprend bien Fouad:

Dans la sexualité il n'y a que l'homme qui prend son pied.

La sexualité est un échange de plaisir.

Il faut pourtant reconnaître qu'avec les congélateurs qu'on se tape, il faut y aller au challimot pour les dégivrés à cause de cette éducation nihiliste sur le plan sexuel et les mutilations génitales.

Elle n'ont retenues qu'une chose, tu n'es pas là pour jouir , mais pour fabriquer des moutards.

La grève risque de réjouir nombre de maris qui trouverons là un alibi à leurs frasques extra-conjugales.

Pourtant, l'islam interdit à une femme de se refuser à son mari dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Une analyse qui tient la route. A-


http://www.lexpressiondz.com/article/5/2011-05-22/89588.html

Anonyme a dit…

Aurait pu rester à la banque mondiale ou continuer ses études pour un MBA ou autre chose.


Nomination d’Isselmou Ould Louleid DAF de l’ANAIR.


Isselmou Ould Louleïd Ould Weddad a été nommé Directeur Administratif et Financier de l’Agence Nationale d’Appui et d’Insertion des Réfugiés (ANAIR). Titulaire d’un Bachelor en management du California State University, Isselmou Ould Louleïd a travaillé comme consultant à la Banque Mondiale à Washington. Au niveau de la Division de développement du Secteur Privé, Région Afrique, il a été Responsable de la gestion du portefeuille du département, en terme d'assurer la qualité de chaque projet.

Isselmou Ould Louleïd a été aussi membre des équipes chargées de mener les dialogues et négociations avec les responsables des gouvernements du Niger et du Bénin sur leurs programmes de privatisation.

Il a eu à gérer les activités quotidiennes d'un cluster de projets du secteur privé dans différents pays : Bénin, Cameroun, Ghana et Mali. Il a été aussi consultant à la Direction des Financements au Ministère des Affaires Economiques et du Développement.



Le nouveau DAF de l’ANAIR maîtrise les langues suivantes : l’Arabe, le Français et l’Anglais. Il remplace Moustapaha Ould Eleya, promu directeur général de la SAMIA (Société Arabe des Industries Métallurgiques), filiale du groupe SNIM.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : ANAIR (Mauritanie

Anonyme a dit…

Ceci ne fait plus la Une de nos journeaux. AQMI nous a été importé et il faut faire avec maintenant. De tous les pays victmes, c'est seule la Mauritanie qui combat le terrorisme sérieusement. Les autres, c'est selon. Très bonne idée d'interdire le passation dans le fameux couloir. Il faut tirer d'abord et refléchir après. Nous sommes menacés, les zamis.

Ne pas donner de l'espoir à la réunion de Bamako:ils ont fait une pareille quelque part l'année passée et aucun résultat.


A-
==

Un membre présumé d’Aqmi tué, un autre arrêté
dimanche 22 mai 2011/ 10:21

Un homme a été tué et un autre capturé par l’armée mauritanienne jeudi 19 mai 2011 à l’extrême nord-est du pays, dans la zone sous contrôle militaire. Ces deux hommes sont suspectés d’être des membres d’Al-Qaida au Maghreb Islamique.

Selon une source militaire, un véhicule suspect a été intercepté jeudi à 5h du matin (heure locale) alors qu’il circulait sans autorisation en pleine zone militaire, à l’extrême nord-est du pays, non loin de la frontière malienne. Les deux occupants auraient ouvert le feu sur la patrouille qui tentait de les arrêter. Au terme de l’accrochage, l’un aurait succombé à ses blessures, l’autre aurait été capturé et serait actuellement en route pour Nouakchott afin d’être interrogé.

Toujours d’après la même source, l’homme décédé aurait été identifié et figurerait sur une liste de membres présumés d’Aqmi, Al-Qaida au Maghreb islamique. En revanche, son compagnon serait inconnu des services de renseignements. Son interrogatoire devrait permettre de confirmer que les deux hommes sont bien des terroristes et non des trafiquants.

Cette zone est en effet connue pour être un couloir de passages transfrontaliers pour trafics en tous genres. En février et décembre 2010, l’armée mauritanienne y avait intercepté des convois de trafiquants de drogue lourdement armés. Mais l’endroit est aussi un point d’entrée possible pour les membres d’Aqmi basés au nord Mali.

« S’il est confirmé que ces deux hommes sont liés à Aqmi, alors ils étaient vraisemblablement en mission de repérage », indique une autre source militaire à Nouakchott. « Seulement deux hommes dans un véhicule sans logistique, cela ne ressemble pas à une opération, plus à un test du dispositif de sécurité », explique la source, avant d’ajouter : « Terroristes ou trafiquants, ce qui importe c’est que justement, le dispositif ait fait ses preuves : ils ont été arrêtés ».

Depuis février 2010, un vaste corridor de 600 km sur 350 au nord-est du pays a été déclaré zone militaire, sous contrôle notamment de groupements spéciaux d’intervention.

Rfi

Source : Pressafrik

Anonyme a dit…

Couli,

On ne te lit plus. Tu as été menacé? A-

Anonyme a dit…

Maatala,

J'ai posté l'affaire du crédit agricole 2 fois et il a apparu une fois, disparu. Envoyé une deuxième fois et pas apparu. Merci de verifier si personne ne nous joue des tours avec cet article. Je te le renvoie encore. Mwa je n'abandonne jamais. Ce pays a besoin de toute notre attention, boletig mise à part.

A-

Anonyme a dit…

Les paroles ont l'air d'être bonnes, mais espère qu'il n y a pas une sorte de Blé Goudé en fabrication. Avec l'inexpérience et pas beaucoup d'études, on risque d'avoir des saffagas et de petits roumouz, pire que leurs ainés. Mais qui ne risque rien, n'a rien. Max 40 ans, tu perds la mémoire institutionnelle et l'expérience. God bless Mauritania dans tous les cas.

A-
===


Le Chef de l’Etat reçoit le coordinateur du parti des jeunes.


Le président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz a reçu, dimanche 22 mai 2011, au Palais présidentiel, Abderrahmane Ould Deddi, coordinateur d’Al-Asr, un nouveau parti en phase de finalisation regroupant des jeunes cadres ayant soutenu le programme du président Aziz lors des dernières élections présidentielles de juillet 2009.

C’est la troisième rencontre entre les deux hommes en moins de deux mois. « Le futur parti bénéficiera de la membrane protectrice du président de la République» précise Ould Deddi.

Selon lui, « les objectifs du futur parti sont essentiellement l’instauration d’une culture de créativité et d’innovation, en plus de la promotion de l’action politique à travers sa modernisation par le renouvellement du personnel politique dirigeant en Mauritanie ».













Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Mauritanie 24

Anonyme a dit…

Maatala,

Pour Twa? A-
====

Détournements : 3 milliards d’Um volatilisés au Crédit agricole.

Selon un rapport rendu public à Rosso, et basé sur des documents officiels d’enquêtes, des détournements à une large échelle, portant sur près de trois milliards d’ouguiyas ont été opérés au détriment du Crédit agricole. Ces informations sont contenues dans un rapport d’enquête rédigé par une commission diligentée par l’Union nationale des caisses de crédit agricole et d’épargne en Mauritanie, victime du préjudice.

Selon cette commission, ces trois milliards ont été accordés dans des conditions obscures, qui font naître de fortes suspicions de détournements et d’actes illicites.

Selon le rapport de Rosso, le conseil d’administration de l’UNCACEM a désigné une commission de trois membres pour se mettre en rapport avec les débiteurs de cet organisme, qui ont toutefois refusé d’apposer leur signature sur un mémorandum d’accord sur ces montants.


La commission était formée de MM. Abdel Wedoud Ould Mohamdi, Président, Mohamedou et Niang, membres. Les commissaires ont remarqué que les montants prêtés l’ont été dans des conditions en contradiction claire avec les procédures normales, et ont été soustraites en dehors d’accords avec le Crédit agricole, et avec l’UNCACEM.

De même, il n’existe pas de dossiers ou de base légale à ces soustractions de fonds, ce qui complique la procédure visant à renvoyer les auteurs ou complices de délit devant une juridiction pénale ou correctionnelle. La commission a néanmoins été priée de contacter onze organismes ou individus, en vue de leur faire restituer ces montants.

Il s’agit de :

- SAG Leamer : 247.188.230 Um

- BOMAB : 292.962.514 Um

- KAW : 325.593.023 Um

- GSA.HF : 293.521.395 Um

- Md . O. Jouly : 79.245.227 Um

- S.M. O. Vayda : 15.000.000 Um

- Areco (Md Yehdih) : 60.000.000 Um

- Dialadé (Lam Abdurahman) : 65.000.000 Um

- Pool Boghé : 58.273.323 Um

- Pool Kaédi : 495.141.686 Um

- GSA Rosso : 950.371.106 Um

TOTAL : 2.882.276.504 Um

La majorité de ces débiteurs ont réfuté les montants qui leurs sont réclamés, certains d'entre eux prétendent que d'autres personnes qu'elles mêmes ont bénéficié de ces fonds, et quelques uns reconnaissent avoir reçu une partie des fonds qui leurs sont attribués.





Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source :
Essirage/ Traduction A.B O. Hamoud pour Cridem

Anonyme a dit…

13 prisonniers salafistes transférés vers une destination inconnue.


Selon une source bien informée, 13 détenus salafiste, dont des condamnés à mort, ont été transférés, dans la nuit du dimanche à lundi, vers une destination inconnue, par le groupement de la garde chargé de la sécurité de la prison centrale de Nouakchott.

De même source, on indique que cette opération de transfert, qui avait commencé à 3 Heures du matin, a concerné :

-Khadim Ould Semane, condamné à mort
-Sidi Ould Sidina , condamné à mort
-Mohamed Ould Chabrnoux, condamné à mort



-Marouf Ould Haiba, condamné à mort
-Mohamed Abdallahi Ould Ahmednah, condamné à mort
-Mohamed Ould Abdou, condamné à mort

-Abderrahmane Ould Arda, condamné à mort
-Mohamed Ould Chbih, condamné à mort
-Amar Ould Mohamed Saleh, alias Albattar, condamné à 10 ans de prison

-Taghi Ould Youssef, condamné à 15 ans de prison
-Salem Ould hemmed, condamné à 10 ans de prison
-Teyeb Ould Salek, condamné à 7 ans et 5 ans de prison(soit un total de 12 ans)
-Dahoud Ould Sebty condamné à 10 ans de prison








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : ANI (Mauritanie) | Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 99Haut de page
Cliquez ici pour imprimer l'article : Ajouter un commentaire
Adding an entry to the guestbookMessage * Liste des commentairesIl n'y a aucun commentaire pour cet article.


Poster un commentaire
Pour poster un commentaire il faut être membre .



Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .



Vous n'êtes pas membre .
Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .




En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .





Cliquez ICI pour poster un commentaire .

Anonyme a dit…

21:35Les 13 salafistes transférés de la prison centrale auraient embarqué à bord de 2 avions militaires

Selon des sources dignes de foi, les treize (13) détenus salafistes transférés de la prison centrale de Nouakchott dans la nuit du dimanche à lundi, vers une destination inconnue auraient été embarqués à l’aube de ce matin, à bord de deux avions militaires.

Il est à noter que cette opération de transfert de la prison centrale de Nouakchott qui aurait commencé aux environs de 03H du matin, a concerné 8 condamnés à mort ainsi que d’autres prisonniers dont les peines varient entre 8 et 15 ans de réclusion.

De même que les familles de ces détenus salafistes ont, dans cette journée de lundi, fait le tour de certaines organisations de droits humains, notamment l’AFCF, la Croix rouge internationale, pour mobiliser l’opinion sur le sort «encore inconnu» qui a été réservé à leurs fils, dont au moins un, avait été amené sur une civière, selon sa famille.

Les treize (13) transférés sont:

1- Khadim Ould Semane, condamné à mort
2- Sidi Ould Sidina , condamné à mort
3- Mohamed Ould Chabrnoux, condamné à mort
4- Marouf Ould Haiba, condamné à mort
5- Mohamed Abdallahi Ould Ahmednah, condamné à mort
6- Mohamed Ould Abdou, condamné à mort
7- Abderrahmane Ould Arda, condamné à mort
8- Mohamed Ould Chbih, condamné à mort

9- Amar Ould Mohamed Saleh, alias Albattar, condamné à 10 ans de prison
10- Taghi Ould Youssef, condamné à 15 ans de prison
11- Salem Ould Hemmed, condamné à 10 ans de prison
12- Teyeb Ould Saleck, condamné à 7 ans et 5 ans de prison (soit un total de 12 ans)
13- Dahoud Ould Sebty condamné à 10 ans de prison.

Anonyme a dit…

Appuie les mamans pour leur inquiétudes pour les gosses salafistes. Mais ce sont des truands tournés violents et il n y a rien à faire. Espère qu'il ont été amenés pour les donner aux salafistes dans le nord malien pour se débrouiller. Pas de peine de mort chez nous. Des brebis perdues.

Anonyme a dit…

Les terrains, c'est l'object. Prêt à la construction, ce sera individuel. Pourquoi le gouvernement s'emmerde?

---
03:20L’Union professionnelle de l’Enseignement supérieur installe le bureau d’une section ...

...à la Faculté de médecine.

L’Union professionnelle de l’Enseignement supérieur (UPES) a procédé ce lundi à l’installation d’un bureau d’une section à la Faculté de médecine de Nouakchott.

D’après des informations recueillies au téléphone auprès de l’un des membres de ce syndicat professionnel, c’est le professeur Sidi Ali Ould Salihi dit Cheyakh, qui devient Secrétaire général de la dite section qui comprend trois autres membres (les professeurs Ahmed Ould Moulay Driss, Cheikh Moustapha Ould Mohamed Lemine et Diagana Mouhamedou Ould Boubacar).

Toujours d’après cette source, 22 professeurs ont pris part à l’élection du bureau de la section de la Fac de médecine de Nouakchott, en présence du président du Bureau exécutif de l’UPES qui a félicité les membres élus et appelé tous les autres professeurs à adhérer à leur organisation syndicale.

« L’ Union professionnelle de l’Enseignement supérieur a beaucoup fait dans l’action qui a conduit le Gouvernement a attribué 632 parcelles aux professeurs de l’Enseignement supérieur », indique le responsable de la Formation au niveau du Bureau exécutif de l’Union, ajoutant que la prochaine étape « sera de pousser plus loin cette action pour trouver une formule pour la construction de logements et parvenir à la régularisation de la situation des professeurs de la Faculté de médecine, en termes d’avantages et de salaires déjà octroyés à leurs collègues des autres facultés ».

 

Anonyme a dit…

13 salafistes dans deux avions cet info n'est pas credible, un seul avion aurait suffit.
Ces tueurs ne méritent aucun égard......

imaginez que ces Talibans arrivent aux pouvoir un jour en Mauritanie:

...comme dirait notre fou "Il y'aurait de l'éxil massif..."

Anonyme a dit…

salam

Rebondissement dans le feuilleton judiciaire « Mohamed Lémine ould DADDE »

KASSATAYA le 24/05/2011. Après plus de 6 mois d'enquête et 245 jours de préventive pour Mohamed Lémine ould DADDE, ex Commissaire aux Droits de l'Homme accusé de détournements présumés de fonds et défendu par Maître Ebetty, l'enquête vient de connaître un nouvel épisode.





Après réception des enquêtes dilligentées par l'IGE, par la Cour des Comptes et par la Brigade Financière et après auditions et commissions rogatoires où membres du Commissariat et fournisseurs ont été entendus par les enquêteurs, le Juge en charge du dossier avait transmis l'affaire au Procureur.

Ce dernier, après étude, a de nouveau renvoyé le dossier au Juge.

Nouveauté dans cette affaire qui défraie la chronique et qui a fait couler beaucoup d'encre : les mises en demeure envoyées à 8 nouvelles personnes : 4 membres du Commissariat aux Droits de l'Homme et 4 fournisseurs. Mises en demeure assorties d'une obligation de réponse sous huitaine. 8 personnes dont on ignore les noms.

Selon un proche de la famille, ces mises en demeure « changent la donne ».

« Selon nous », a dis cette source à Kassataya , « ces mises en demeure qui arrivent un peu tard rendent caduques l'accusation de détournement pour laquelle Mohamed Lémine croupit en prison depuis 244 jours. Dès le départ nous avons dénoncé une enquête à charge, visant personnellement Mohamed Lémine. Nous ne savons pas les montants réclamés maintenant aux 8 personnes désignées par la justice. Nous ne savons pas si la justice réclame toujours un remboursement à Mohamed Lémine. C'est la loi du silence. Regardez tout ce temps perdu! Pourquoi l'IGE n'a pas pointé du doigts les agissements de membres du Commissariat? Pourquoi seul Mohamed Lémine a t'il été -chargé- par les inspecteurs de l'IGE, lui et lui seul? Pourquoi les rapports de la Cour des Comptes et de la Brigade Financière pointent ils des sommes différentes et moindres? Beaucoup de questions et peu de réponses. Nous espérons maintenant que justice sera rendue et que Mohamed Lémine sera lavé de toute accusation au regard de ces nouvelles mises en demeure ».

De fait, ce dossier soulève plus de questions qu'il n'apporte de réponses.

En particulier sur le premier rapport, celui de l'IGE, le plus sévère, et qui n'avait mis en cause que le seul Commissaire aux Droits de l'Homme.

Anonyme a dit…

La rédaction de Kassataya possède les rapports des enquêtes menées par l'IGE, la Cour des Comptes et la Brigade Financière, ainsi que les réponses apportées pour sa défense par Mohamed Lémine ould DADDE.

Ces rapports interpellent à plusieurs points : la différence des sommes présumées détournées ( « présumées » tant que l'affaire n'a pas été jugée), les différences d'appréciations des méthodes qui auraient été utillisées pour ces présumés détournements, les hommes ou les organismes pointés du doigt, etc....

Les variations des sommes réclamées sont un des points d'interrogations :

l'IGE accuse l'ex commissaire aux Droits de l'homme d'avoir détourné à son profit pour un montant de 271 millions d'UM


la Cour des comptes réduit ce montant à 161 millions bd'Um


la brigade Financière parle, elle, d'un montant de 149 millions d'UM




A la lecture de ces 3 rapports et après les nouvelles mises en demeure adressées à 8 autres personnes, Kassataya a relevé que seules la Brigade Financière et la Cour des Comptes ont approfondi leurs enquêtes et ont signalé que l'ex Commisaire aux Droits de l'Homme ne pouvait être tenu responsable seul pour tout ce qui se passait sur le terrain, et laissaient entendre que d'autres membres du Commissariat et certains fournisseurs pouvaient s'être « entendus » sur le terrain, sans que l'ex Commissaire n'ait été au courant.

C'est, d'ailleurs, la ligne de défense de l'ex Commissaire aux Droits de l'Homme qui, dans ses réponses adressées aux différentes enquêtes, a insisté sur le fait qu'il n'était pas présent sur le terrain et qu'il n'apposait sa signature sur les chèques, auprès des signatures du DAF et du Coordinateur de Projet concerné, qu'après réception des courriers des bénéficiaires de services , courriers attestant les services faits et après reception des bordereaux de livraisons et que , donc, il ne peut être tenu pour responsable de détournements.

Beaucoup de questions, donc, en particulier sur le premier rapport et sur la fiabilité du travail effectué par les enquêteurs de l'IGE, rapport un tant soit peu discrédité par les 2 suivants.

Y aura t'il, à la lecture de ces nouveaux éléments, une nouvelle demande de remise en liberté formulée par la famille de Mohamed Lémine ould DADDE?

Pour rappel, il y a quelques jours, le Quai d'Orsay ( France),dans son point de presse habituel, s'était dis "attentif" au sort de l'ex Commissaire aux Droits de l'Homme et espérait un "procès juste et équitable", rappelant que l'Ambassadeur de France en Mauritanie suivait le dossier de trés prés.



KASSATAYA

Anonyme a dit…

A- serait le premier à s'exiler, une fois les barbus au pouvoir. A-

===
Il a dit correctement:

13 salafistes dans deux avions cet info n'est pas credible, un seul avion aurait suffit.
Ces tueurs ne méritent aucun égard......

imaginez que ces Talibans arrivent aux pouvoir un jour en Mauritanie:

...comme dirait notre fou "Il y'aurait de l'éxil massif..."

24 mai 2011 11:11

Anonyme a dit…

L'article de Kassataya sur Ould Daddeu: on avait dit que Mauritanie24 avait fait une saloprise en ne fouillant pas trop cette affaire. A-

Anonyme a dit…

C'est cette Verges que l'azzizzo envoie pour convaincre les islamistes? Peine perdue. C'est elle l'IGE? Conflit d'interêt. A-
==

Les Femmes de l’UPR, en meeting à El Mina

mardi 24 mai 2011/ 09:28

Dans une allocution prononcée au cours d’un meeting organisé, hier à El Mina, Aicha Vall Vergès, membre du bureau exécutif et présidente de la commission nationale des femmes de l’UPR a rappelé l’importance considérable accordée par le parti à la femme, avant de louer cet intérêt traduit dans tous les programmes du changement constructif dirigés par le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz "visant à impliquer la femme dans l’oeuvre de construction nationale", a-t-elle dit.

Lalla Aicha Vergès a appelé également les militantes de l’UPR à accompagner avec sincérité et détermination cette marche ainsi qu’à participer activement dans la lutte contre la gabegie et de préserver les acquis réalisés dans les domaines de la santé publique, de l’enseignement, de l’urbanisme, de l’habitat, de la voirie et de l’emploi.

Elle a appelé aussi les sympathisantes du parti à soutenir le climat de paix et de sécurité ainsi qu’à appuyer tout ce qui est de nature à consolider l’unité nationale et l’attachement à notre sainte religion, l’Islam, mettant en exergue les grands pas franchis par les autorités dans ce domaine, comme la création d’une Radio de diffusion du Coran, le recrutement de 500 Imams, l’instruction donnée pour l’impression du Coran, l’ouverture d’une université des sciences islamiques.

Anonyme a dit…

Ils vont crever là à petit feu.

===

Les détenus salsfistes seraient transférés vers la base Salah Eddine (Nord du pays).


Des sources dignes de foi ont indiqué à ANI que les treize (13) détenus salafistes transférés de la prison centrale de Nouakchott dans la nuit du dimanche à lundi, puis embarqués à bord de deux avions militaires ont été transférés vers la base militaire Salah Eddine, sise dans le Nord du pays.

Ces mêmes sources ont ajouté que cette base sert de quartier général pour les forces militaires mauritaniennes anti-terroristes déployées dans le Nord et l'Est du pays.












Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : ANI (Mauritanie

Anonyme a dit…

Une sorte de Tamazmart. A-

Anonyme a dit…

Salam

Couly aurait été embauché par les pro-Gbagbo pour leurs servir d'éditorialiste pour leur propagande sectaire et haineuse.

Un véritable expert en révisionnisme et en tahlil du caporal dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maata, YAKHOUYA SEMI! M'AS-TU VU DEFENDRE GBAGBO QUELQUE PART? Je suis entrain de rire. You just don't know any better!!!!

Anonyme a dit…

Rien de mieux que pour faire sortir Couli de son trou douillet à Amerika City, comme l'a fait Maatala.

Couli: where have you been man?

Cheers. A-

Anonyme a dit…

Salam

Maimouna Alpha Sy : Pourquoi ils ont été tués ? Qu’est ce qu’ils ont fait ?


Sur instruction du président de la République « l'Etat lancera, dans les jours à venir, une opération visant à localiser les tombes des Mauritaniens décédés dans des circonstances ambiguës. » Il s’agit, comme annoncé par le ministre chargé des affaires islamiques « d’élaborer un plan topographique permettant de localiser et de marquer les tombes de tous les disparus mauritaniens depuis l'indépendance jusqu'à nos jours.»

L’objectif, toujours selon le ministre chargé des affaires islamiques est de « consolider les liens d'union, d'entente et de solidarité entre toutes les franges du peuple mauritanien et permettre aux parents des défunts de visiter leurs tombes qui seront désormais connues et clairement marquées.»

Les victimes des événements de 1989 et d’autres périodes de violations massives des droits de l’Homme se prépare à répondre à cette initiative. CRIDEM a recueillis pour ses lecteur une série de réactions de ces victimes et des ONG de défenses des droits de l’Homme.



La première réaction est celle de Maimouna Alpha SY, secrétaire général du collectif des veuves des militaires disparus. Elle est la veuve de Baidy Alassane Ba, contrôleur des douanes, exécuté à Nouadhibou en 1990. Suivront les réactions de Me Diabira Maroufa, président du GERDDES, Lalla Aicha Sy, présidente du comité de solidarité avec les victimes des violations des droits humains.

Anonyme a dit…

CRIDEM : Le Président de la république a pris la décision d’identifier les tombes de toutes les personnes disparues dans des « conditions ambiguës » de 1960) nos jours. Que représente cette décision pour vous ?

Pour le collectif des veuves dont je suis la secrétaire générale, c’est une bonne initiative. C’est une décision qui a toujours fait partie de nos revendications. Les autorités avaient toujours refusé. Donc, nous ne pouvons que nous en réjouir. Ensuite si la décision concerne toutes les victimes des manquements aux droits humains, en tant que militante des droits de l’homme, je m’en félicite.

Concernant le passif humanitaire qui nous concerne nous les veuves des militaires disparus, je pense qu’il y a au préalable un processus à suivre. Ce processus comportera des étapes : une commission indépendante qui sera composée des représentants des victimes, des ONG des droits de l’homme qui ont toujours pris en charge ce problème, du commissariat aux droits de l’homme de nations Unies, des personnes réputées sage et honnêtes et de l’Etat mauritanien. Une fois cette commission mise en place, suivront les devoir de vérité, de justice, de mémoire dont on parle actuellement et de réparation.

C’est en ce moment seulement que l’on pourra effectivement parler de réconciliation nationale, d’unité nationale. Tant qu’il n y a pas ces étapes avec l’association des victimes, on aboutira a des demis solutions. Une fois ces étapes franchis le pardon suivra. Le pardon des victimes car personne ne peut le faire à notre place.

Etablir la vérité sur les faits est une étape incontournable. Pourquoi les gens ont été tués, qu’est ce qu’ils ont fait. Et les criminels qui se promènent ? Nous les connaissons, nous les rencontrons. Nous voulons qu’ils soient jugés. On ne demande pas que des têtes soient coupées. Nous voulons la justice pour que ça ne se reproduisent plus.

CRIDEM : Par rapport à cette recherche de tombe au niveau du collectif des veuves, beaucoup d’entre vous ne savent pas ou leurs maris ont été enterrés. Le fait que l’on vous ouvre cette possibilité de savoir, quel sentiment ça a suscite chez vous ?

Effectivement, je fais partie de ces veuves. Mon mari a été tué à la brigade de gendarmerie de Cansado à Nouadhibou en novembre 1990. Je ne peux pas dire ou il a été enterré. D’ailleurs est ce qu’il a été enterré ? Je me pose la question depuis plus de vingt ans. Donc si l’on arrive a identifier les tombe, chaque veuves reconnaitra la tombe de son mari. Et, nos consciences seront un peu tranquilles. On pourra faire notre deuil en tant que musulmanes comme il faut.

CRIDEM : Depuis que l’initiative a été annoncée, est ce que vous avez rencontré un responsable de l’Etat pour en discuter ?

Jusqu’au moment où je vous parle, nous n’avons rencontré personne. Aucun représentant de l’Etat n’a pris contact avec nous. C’est a travers les médias que nous avons appris que le président de la République à pris cette mesure.

Propos recueillis par Khalilou Diagana Pour CRIDEM

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Au jeune qui a perdu son père est droit de demander:

- Pourquoi mon père est mort?
- Qui a tué mon père et comment ?
- Il est enterré ou?

Cette tentative de république doit lui répondre.

Par ailleurs, il va bien falloir un jour expliquer aux négros qui ont été massacrés pour avoir imaginés dans leurs têtes une tentative de coup d'état pourquoi Hanana qui a du sang sur les mains a eu la sienne sauve.

Pourquoi deux poids deux mesures?

Certains négros ont la haine et cherchent des réponses à leurs questions.

Ne vous fiez surtout pas à la résignation qu'est les a conduit au "WIRD".

Le ressentiment et les rancoeurs sont vivent dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

A-

Je suis entrain de deranger ailleurs!!! QUE'EST-CE QU'ON VA FAIRE? likweyri FOYSSIDE!!!!

Anonyme a dit…

Salam

Couly

Que dirais-tu au jeune qui poserai ces questions?

maatala

Anonyme a dit…

Bon travail.Pas besoin de se justifier ou donner des raisons. Vous tirez d'abord et vous reflechissez après. La zone est un no man's land et il est interdit d'y circuler: un point à la ligne.

A-

===

L’armée rend publiques les détails de l’opération de jeudi à Lemzerreb


L’Etat-major de l’armée mauritanienne a rendu publics les détails d’une opération qui s’est déroulée jeudi dernier au petit matin, et qui a opposé une patrouille de l’armée à deux individus circulant à bord d’un véhicule de type Toyota Land Cruser, à proximité de Lemzerreb, à quelques deux cent kilomètres au nord de Lemghaity.

L’Etat-major de l’armée précise, dans un communiqué reçu par Sahara Médias que les suspects ont ouvert le feu en premier sur la patrouille de l’armée, qui a répliqué en ouvrant à son tour le feu sur le véhicule agresseur, causant son immobilisation, et blessant grièvement l’un des 2 individus qui s’y trouvaient, qui y perdra la vie par la suite.

Selon le communiqué, l’individu tué dans l’attaque, qui sera inhumé sur les lieux de l'opération, s’avère être l’un des auteurs de l’attaque de Lemghaity de 2005, et se prénommerait Hassane, et l’autre personne, arrêtée selon l’armée, sera remise aux autorités compétentes.



Le communiqué ajoute qu’une mitrailleuse a été saisie sur le véhicule, avec des caisses de munitions, et une grande quantité de carburant, et précise que la patrouille n’a subi ni perte, ni dommages dans l'opération.

Traduction A.B O. Hamoud

Anonyme a dit…

Tu as vu azzizzo? L'Afrique profonde est mieux que le Machrek superficiel. Tout arab, c'est problématique. Regarde Kadafi qui subit le m6eme sort que Saddam. Ils ne veulent pas le tuer avant de savoir où il a mis les sous!

A-

===

La Mauritanie réaffirme son attachement aux nobles idéaux et principes de l'Union Africaine


La Mauritanie a célébré, mercredi, à l'instar des pays memres de l'Union Africaine, la journée de l'Afrique. A cette occasion, le ministère des affaires étrangères et de la coopération a rendu publique la déclaration suivante:

" A l'instar des autres Etats africains, la République Islamique de Mauritanie célèbre aujourd'hui, 25 mai 2011, la journée de l'Afrique sous le thème " Accélérer l'autonomisation des jeunes". L'épanouissement de la jeunesse est un objectif cardinal de nos dirigeants africains qui l'ont choisi pour le thème de leur 17eme sommet ordinaire prévu en juin 2011 à Malabo (Guinée Equatoriale).

La république Islamique de Mauritanie, qui a inauguré une nouvelle ère de son histoire, sous la conduite du Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed ould Abdel Aziz, tient, à cette occasion, à réaffirmer son indéfectible attachement aux nobles idéaux et principes qui avaient inspiré les pères fondateurs de notre chère Organisation.

Anonyme a dit…

Maata,

Je ne me suis jamais oppose' a' une conference verite' et reconciliation a' la Sud Africaine!

Tu connais ma position. Pourquoi voulez-vous que je repete la meme chose? Allez Maata, let's talk about something else!

Anonyme a dit…

Salam

Dans la serie: si on voulait les libérer, on ne fairait pas mieux.

--------------------------------

Treize détenus salafistes jugés « très dangereux » ont été transférés de la prison centrale de Nouakchott dans la nuit du dimanche à lundi, vers la grande base militaire « Salah Eddine », au nord du pays.

Cette base est surtout un poste de commandement (PC) national de lutte contre le terrorisme. Parmi les transférés figurent Khadim ould Semane, le chef d’Al Qaïda en Mauritanie, ainsi que Sidi Ould Sidna, Mohamed Ould Chabarnoux et Maarouf ould Haïba, déjà condamnés à mort le 25 mai 2010 pour le meurtre de quatre Français à Aleg (centre de la Mauritanie) en 2007. Parmi les transférés figure aussi Mohamed Abdellahi Ould Ahmed Salem Ould Ahmednah, condamné à mort le 15 mars 2011 pour l’assassinat à Nouakchott du ressortissant américain Christopher Leggette en 2009.

« Ce transfert des détenus salafistes, déjà jugés par les juridictions mauritaniennes, à plus de mille kilomètres au nord de Nouakchott prouve que le pays, malgré ses multiples frontières et son immense superficie, est désormais totalement sécurisé. Le redéploiement des unités anti-terroristes permet aujourd’hui à la Mauritanie de mieux tenir ses frontières terrestres » précise Mohamed Ould El Kory, responsable de la Commission Politique de l’Union Pour la République (UPR, parti au pouvoir). M.S, épouse d’un détenu transféré évoque « le calvaire des familles » avant d’ajouter : « nous avons pris contact avec plusieurs organisations de droits humains, notamment la Croix Rouge Internationale et l’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme pour nous permettre de visiter nos époux, frères et pères et pour qu’elles puissent amener les autorités à revenir sur cette décision de transfert ».

L’on se rappelle qu’en janvier 2010, le gouvernement du président Mohamed Ould Abdel Aziz a engagé un dialogue avec les détenus salafistes. Ce dialogue s’est terminé avec le repentir annoncé de plus de 75% des détenus.

Source : Mauritanie24 le 24/05/2011

Anonyme a dit…

Salam

Lu sur rue 89

Tristane et Nafissatou : perdantes, forcément perdantes



Par Hélène Larrivé | prof de philo et éditrice

Contrairement à ce qu'on lit parfois, Tristane Banon et sa mère ne sont pas incohérentes. Ou plus exactement leurs hésitations « portera/portera pas plainte » semblent plutôt de bon augure : il ne faut voir nulle stratégie ici. Mais une situation inextricable d'où il faudra pourtant sortir. D'un côté, il y a la culpabilité de ne pas avoir agi légalement lors de la première affaire, ce qui a permis à M. Bip de, peut-être, réitérer d'une pire manière ses actions.

Voilà à présent ces deux femmes avec l'obligation morale de réagir : les médias qui n'avaient pas bronché lorsque Tristane avait parlé – car elle l'avait fait – s'engouffrent à présent dans le créneau. Et le procureur américain ne va évidemment pas lâcher Tristane.

De l'autre côté, si la jeune femme porte plainte à présent, elle aura l'air de « céder », de participer à une curée d'autant plus sordide que d'autres politiques, des amis (et non des moindres) savaient aussi et vont se trouver injustement accusés de complaisance. C'est par ailleurs pourquoi ils le nient à présent.

Tristane, qui fait partie du sérail, sera en faute


Reste que l'homme est à terre : lui porter l'estocade semble inélégant. Même si Tristane avait prévu de toutes manières de faire appel à la justice, quel gâchis ! De toutes les manières que l'on prenne le dilemme, elle sera en faute. N'oublions pas qu'elle fait partie, à un moindre niveau, du sérail : la solidarité politique, toujours, demeure primordiale… Voilà le résultat, quelques années après. Et ça, ce n'était pas prévu.

Ne rien faire, c'est se désolidariser de Nafissatou D., femme de chambre, qui est tout simplement accusée de prostitution dans certains commentaires de Rue89. Toute l'affaire, selon un perspicace de service, se résumerait à un simple différend au sujet des tarifs ! Tristane sera elle aussi, à coup sûr, harcelée par les avocatissimes de Bip, de grands spécialistes dans des cabinets de détectives, armés de budgets hollywoodiens.

Des hésitations et volte-face parfois déroutantes


Porter plainte maintenant pour se reconstruire tombe soit trop bien, soit trop mal. Peut-être Tristane ne se sent-elle pas épaules. Rappelons que c'est sa « famille » qui est visée. Une victime, par définition, est fragilisée, ce qui explique ses hésitations et volte-face parfois déroutantes qu'on lui reproche à tort : c'est son dol même qui obère sa force morale.

Pour porter le cas en place publique, il en faut, de l'énergie ! N'être pas cru, être moqué ou accusé en retour, est presque aussi dur à subir que le viol ou l'agression eux-mêmes. Celui qui a montré de quoi il était capable fait peur : le dos au mur, il bombarde sa défense tout azimuts.

Anonyme a dit…

On se croirait revenus vingt ans en arrière

Ça commence déjà : Tristane a été accusée d'être trop jolie, trop décolletée, trop souriante, allumeuse en somme. Elle a été accusée de vouloir se faire un nom avec ce drame, alors que le talent littéraire compte peu bien peu en ces cas, un tel événement phagocyte tout ce qui l'entoure. Eût-elle été laide qu'on l'eût accusée de mythomanie, voire pire.

Un grand classique que l'on pensait définitivement aboli il y a vingt ans revient en force. On se tuait à expliquer que « non, ça ne veut pas dire oui » ; et pourtant, pour certains, c'est l'agressée ou la violée qui est responsable dans tous les cas. Le violeur aurait fait « un écart compréhensible, voyons, voyons, vous n'allez pas en faire une maladie, il n'y a pas mort d'homme à la fin ! »

D'homme non, de femme, pas si sûr, le suicide étant un des risques majeurs après un viol.

Tristane Banon embarrasse son monde

Cette affaire démontre aussi qu'une femme violée ou malmenée sexuellement par un proche – ici, l'ex-mari de sa marraine – est souvent, quelque soit le milieu social, aussi voire plus mal lotie qu'une agressée par un « étranger ». Le viol par un proche est un inceste symbolique, un univers qui s'écroule.

Si Nafissatou D. est soutenue par sa communauté qui fait bloc, Tristane Banon embarrasse tout le monde, tout son monde. Le milieu politique est d'une incroyable férocité, y compris envers les siens, en cas de problème et sait faire preuve d'un pragmatisme pugnace inégalé. Combien d'Iphigénie ont été sacrifiées par les « leurs » dans l'indifférence générale ?

Qu'elle soit homme ou femme, du sérail ou étranger, qu'importe : c'est toujours la victime qui dérange. Car en parlant, elle dévoile les silences, les lâchetés, des complicités indifférentes qui éclaboussent l'ensemble des protagonistes. Le coupable, lui, reste bien vu. Et effraie d'autant plus sa victime.

Porter plainte, une question d'honneur


Malgré les critiques qui seront dures et le malaise indéniable, il faut néanmoins que Tristane Banon porte plainte maintenant. Déjà pour elle-même, pour retrouver quelque chose qui lui a été enlevé et que visiblement on lui enlève encore tous les jours un peu plus. Puis, parce que c'est la loi. Et enfin, pour d'autres femmes, moins favorisées qu'elle, peut-être.

Dans cette situation, porter plainte est une question – le mot est fort mais c'est le seul qui vienne à l'esprit –, une question d'honneur. L'erreur de Tristane est rattrapable : il faut qu'elle en appelle à la justice. Et surtout, qu'on l'y aide.

rue 89

Anonyme a dit…

Salam

Femme de chambre à la loupe : micro-trottoir ordinaire à Harlem

Par Daniel Schneidermann |
Partager:

Qu'on se le dise : la défense américaine de DSK va désormais avoir pour première tâche de décrédibiliser le témoignage de Nafissatou Diallo pour accréditer l'idée d'un rapport consenti, voire, dans la suite 2806 du Sofitel, d'une tentative d'extorsion ou de chantage, de la part de la femme de chambre.

Cela doit être vrai, puisque les initiés l'assurent, et que la presse le répète en boucle, multipliant les reportages sur les terribles détectives américains, pour qui tous les coups sont permis. Prenons notre respiration, et préparons-nous à accorder, à la défense de DSK, la présomption d'innocence de cette sordide entreprise.

Après tout, ce n'est pas parce que toute la presse répète la même chose que cette chose est vraie, et les DSK-Sinclair vont peut-être, sait-on jamais, imposer à leur défense une autre stratégie, que celle de démolir la plaignante. Mais si ce pronostic s'avérait exact, il sera intéressant d'observer comment y réagiront tous les chers amis parisiens de DSK.

Si ce pronostic s'avérait exact, encore une fois, nul doute que la défense de DSK pourra s'appuyer sur un certain nombre de reportages publiés en France, qui ont allègrement commencé, loupe en main, à mener l'enquête de personnalité autour de Nafissatou Diallo.

« Elle était consentante, la plupart pensent comme nous »


Le pompon, jusqu'à maintenant, a été décroché par Marion Van Renterghem, du Monde, dans un remarquable article (lien payant) du journal daté du 24 mai. La reporter a travaillé sérieusement. Son reportage s'ouvre par le témoignage de deux Guinéens rencontrés sur un trottoir de Harlem qui, admettent-ils d'emblée, ne connaissent pas Nafissatou Diallo. L'un des deux est pourtant catégorique :


« C'est une frivole. »


L'autre renchérit :


« Je travaille dans un grand hôtel et je vous le dis : on ne peut pas violer une femme dans un grand hôtel. Si tu as été violée, tu dois crier, te défendre. Pourquoi est-ce qu'elle a tellement attendu avant de prévenir la police ? »


C'est tout ? Non.


« Elle était consentante, et la plupart pensent comme nous. »


D'ailleurs, circonstance aggravante, ne s'est-elle pas portée volontaire, pour travailler ce jour-là au 28e étage ?

C'est tout le reportage, qu'il faut lire pour avoir une idée de l'incrustation profonde du mal dans les têtes de certains journalistes français.

Cette même presse qui, des années durant, a maintenu un silence de bon aloi sur la si réjouissante, si gauloise, si française, paillardise de DSK, va maintenant multiplier les micro-trottoirs diffamatoires sur la jeune femme de ménage, à qui aucune présomption d'innocence, ou de véracité, ne sera reconnue. L'envoyée spéciale du Monde pronostique, lucide, dans le même article :


« La défense de DSK ne reculera devant rien pour anéantir son témoignage. »


Encore une fois, ne préjugeons pas. Attendons, et lisons

Anonyme a dit…

Mes voeux de prompt retablissement a' Dimi Mint Abba! Sa belle voix a fait de la Mauritanie une meilleure place pour les Mauritaniennes et les Mauritaniens. Elle est et restera l'une des meilleures chanteuses du monde Africain et Arabe! Dimi Mint Abba, je ne me trompe point en disant nous les Mauritaniennes et les Mauritaniens t'aimons bien!!!!

Seydou Coulibaly
Philadelphia, Pennsylvania
USA

Anonyme a dit…

08:08Berlusconi dément la mort d'un fils Kadhafi considéré tué par l'Otan

Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a démenti mercredi soir la mort d'un des fils du leader libyen Mouammar Kadhafi, Seif al-Arab, 29 ans, qui était généralement considéré comme victime d'un raid de l'Otan effectué le 30 avril.

Evoquant cette mort présumée, Silvio Berlusconi a affirmé que "la coalition n'était pas impliquée, que c'était de la propagande, qu'en fait le le plus jeune fils de Kadhafi n'était pas en Libye et qu'il vivait dans un autre pays, et que l'histoire des trois petits-enfants était également infondée".

"Ce sont les informations de nos services", a-t-il ajouté, évoquant vraisemblablement les services secrets militaires italiens.

Seif al-Arab, 29 ans et trois des petits-enfants du dirigeant, Seif (2 ans), Carthage (2 ans) et Mastoura (4 mois), ainsi que des amis et voisins, ont été tués lors d'un raid de l'Otan sur Tripoli le 30 avril dernier, selon le gouvernement libyen.



 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 
Source : TF1 News (France)
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 315

----
Berlusconi me semble dire la verité ici.

Anonyme a dit…

C'est ignoble!
Mauritanie24 c'est Mohamed Ould El Kory. Le gars gere ce site, se fait des interviews avec lui même et les balance sur le Web. Minable comme d'hab.En plus il est directeur à l'ANAIR et cadre à l'UPR . Il était au PRDS du temps de la Tayie.Un vrai Ould Ahmedouah le mec
---------------------------------

Salam

Dans la serie: si on voulait les libérer, on ne fairait pas mieux.

--------------------------------

Treize détenus salafistes jugés « très dangereux » ont été transférés de la prison centrale de Nouakchott dans la nuit du dimanche à lundi, vers la grande base militaire « Salah Eddine », au nord du pays.

Cette base est surtout un poste de commandement (PC) national de lutte contre le terrorisme. Parmi les transférés figurent Khadim ould Semane, le chef d’Al Qaïda en Mauritanie, ainsi que Sidi Ould Sidna, Mohamed Ould Chabarnoux et Maarouf ould Haïba, déjà condamnés à mort le 25 mai 2010 pour le meurtre de quatre Français à Aleg (centre de la Mauritanie) en 2007. Parmi les transférés figure aussi Mohamed Abdellahi Ould Ahmed Salem Ould Ahmednah, condamné à mort le 15 mars 2011 pour l’assassinat à Nouakchott du ressortissant américain Christopher Leggette en 2009.

« Ce transfert des détenus salafistes, déjà jugés par les juridictions mauritaniennes, à plus de mille kilomètres au nord de Nouakchott prouve que le pays, malgré ses multiples frontières et son immense superficie, est désormais totalement sécurisé. Le redéploiement des unités anti-terroristes permet aujourd’hui à la Mauritanie de mieux tenir ses frontières terrestres » précise Mohamed Ould El Kory, responsable de la Commission Politique de l’Union Pour la République (UPR, parti au pouvoir). M.S, épouse d’un détenu transféré évoque « le calvaire des familles » avant d’ajouter : « nous avons pris contact avec plusieurs organisations de droits humains, notamment la Croix Rouge Internationale et l’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme pour nous permettre de visiter nos époux, frères et pères et pour qu’elles puissent amener les autorités à revenir sur cette décision de transfert ».

L’on se rappelle qu’en janvier 2010, le gouvernement du président Mohamed Ould Abdel Aziz a engagé un dialogue avec les détenus salafistes. Ce dialogue s’est terminé avec le repentir annoncé de plus de 75% des détenus.

Source : Mauritanie24 le 24/05/2011

Anonyme a dit…

Le prof Mohamed Baba Ould Said a tort de quitter son poste. L'ecole des Mines a bien sa place a' Akjoujt ou Zoueratt ET NON a' Nouakchott!!!! JE CROIS FERMEMENT QUE MEME LA CAPITALE DOIT ETRE DEPLACE'E VERS LE CENTRE DU PAYS. LES RISQUE DE TSUNAMI EXISTENT POUR L'ACTUELLE CAPITALE. Les amis, soyons prudents! TOUT NE PEUT PAS ETRE CONCENTRE' A' NOUAKCHOTT!

Anonyme a dit…

Salam



Mauritanie : Le parti « Sawab » demande à Messaoud à « s’opposer à la mise à mort de l’arabe »...

...au sein du Parlement.


Le président du parti « Sawab », Abdesselam Ould Horma, a adressé une lettre au président de l’Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheir, de « s’opposer à la mise à mort de l’arabe au sein de l’Assemblée nationale », précisant que « la défense de cette langue est un devoir constitutionnel et national, ne concerne pas un courant plus qu’un autre ».

Ould Horma disait également dans cette lettre dont Sahara média a reçu une copie, que ce qu’il a appelé « la mise à mort de la langue arabe » est arrivé jusqu’au Parlement, au point qu’un député a considéré que le français « fait partie de notre patrimoine national ».

A signaler qu’au cours de la séance plénière du lundi dernier, des députés ont protesté contre le fait que des conventions de financement entre la Mauritanie et la Chine leur aient été remises en français et chinois seulement, ce qui a poussé certains élus à demander à ce que l’arabe, qui est la langue officielle du pays, soit prise en considération.

Le député Khalil Ould Tiyib a même menacé de voter contre ces conventions, « malgré son soutien au président Ould Abdel Aziz », alors que le député Kane Hamidou Baba a considéré, lui, que la langue française « fait partie du patrimoine national », selon ses propos.


Source :

SaharaMedias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Réactions à l'article:

enahouw 2011-05-26 18:38:07

najoorebonde

Tes propos nauséabonds comme ton pseudo sur la Mauritanie et la langue arabe donnent une bonne idée de ton racisme et ignorance!

Cridem ne devait pas publier un commentaire qui qualifie la Mauritanie d'insignifiante et l'arabe de ringarde! Trop c'est trop.

Que des personnes défendent des langues autres que l'arabe se manifestent ne choque pas mais que des ignorants viennent nous dire que telle ou telle langue est dépassée ou morte ou encore démodée, là je dis STOP!

Ces gens qui critiquent l'arabe l'ignorent et en prenant la défense du français ils ne l'honorent pas, car celui qui maîtrise une langue cherche toujours à apprendre d'autres et les respectent toutes les langues.

Le wolof, le pular, le soninké sont des langues nationales mentionnées dans la constitution de la République. J'ai pris la défense de Mr Sarr quand il s'est exprimé en sa langue maternelle, j'aime bien le français et la France mais ceci ne m'empêchent pas de dire que le français n'est pas ni langue nationale ni officielle. C'est certes la langue de la France mais la plupart de mauritaniens ne le comprennent même pas!

Une République qui se respecte doit valoriser sa culture, la préserver, la protéger tout en s'ouvrant sur le monde. Quand un parlement doit statuer sur un texte il est obligatoire de présenter celui texte dans la langue officielle de la République. Que d'autres réclament une traduction ici au moins en France cela leur coûtera leurs postes et les exposer à des poursuites judiciaires!

Vive la République Islamique de Mauritanie
----------------------------------
Redigé par, tiris1

2011-05-26 14:56:21

Le choix malveillant peu nationale et loin de toute rationalité ou responsabilité d'imposer de facto la langue française à un peuple raffiné pour mépriser sa culture et son identité et son ancrage civilisation a semé le désordre et la mésentente et mis en échec toute tentative de se libérer de cette culture coloniale dominante devenue désuète et nuisible ne conduisant qu’à plus d’isolement et marginalisation au niveau international.

Cette situation a conduit à une confusion pour produire une génération des déracinés, malaisés, violents et stupides qui patauge dans les complexes et la pauvreté spirituelle.

Cette génération perdue et déboussolée prétend que la promotion de la culture française en lieu et en place de leur propre culture leur garantirait une prétendue ouverture sur l’extérieur alors qu’elle l’enferme dans un horizon réduit à la France et son petit pré-carrée insignifiant .

Ils veulent imposer cet petit horizon en régression à une population libre et authentique possédant un patrimoine culturel et civilisationnel suffisamment riche pour prétendre fonder un modèle influent au niveau international.

Ainsi le choix stratégique permettant de maintenir l'identité du pays et de sa culture est la langue de l'arabe et l'anglais comme un choix rationnel permettant de tirer le maximum dans les échanges avec le reste du monde, sans autre considération et en application du libre choix et du principe de la rationalité.

Anonyme a dit…

Redigé par, Ko min

2011-05-26 13:41:30

Je suis d'accord avec Kane Hamidou Baba, le français fait parti de notre patrimoine national c'est incontestable. Faut fou et ignorant pour refuser cela. C'est l'histoire qui en avait décidé ainsi.
----------------------------------
Redigé par, mdslhb

2011-05-26 11:50:42

Il est vrai que l'Arabe, langue nationale officielle doit jouer un rôle important. Mais Sawab devait aussi se rappeler des autres langues nationales, qui sont justement menacées de mort par les partisans de Saddam Houssein, qui continuent à entretenir un parti ethniciste.

Le Français, langue de formation et travail de plusieurs cadres Mauritaniens doit aussi, avoir sa place. Si j'ai bonne mémoire, l'écrasante majorité des députés et Ministres interviennent en Arabe durant les débats à l'Assemblée. Mais, ce que veut Sawab et qu'il a peur d'assumer tout haut, c'est l'exclusion : qu'aucune autre langue que l'Arabe ne soit utilisée dans le pays.

A l'image de leur idole retrouvée dans un trou (hole) de souris (qui n'a pas osé se suicider comme Hitler son alter ego), c'est des poltrons.

---------------------------------
Redigé par, hilal

2011-05-26 11:27:52

c'est du n'importe quoi, L'arabe reste la langue officielle de la Mauritanie, malgrés que ce qui la defende ne la maitrise même. les documents officiels doievent refleter la realité socioculturelle du pays.

Tant qu'il n'aura pas une reforme appronfondie du sysreme éducatif de l'ecole mauritanienne cette question de l'identite mauritanienne restera tjr posée.

en attendant l'arabe et le français resteront faisant partie à part entière dans notre poitrimoine culturel, c'est une vairité n'en deplaise au parti sawab
-------------------------------

Anonyme a dit…

Redigé par, gaynaako

2011-05-26 11:09:02

C’est triste que tous les pays s'ouvrent au monde, la Mauritanie reste recroquevillée sur une langue qui n'a qu'apporter division et marginalisation d'une couche de la population. Qu’on le veuille ou pas l'arabe reste de loin derrière par rapport aux autres langues étrangères.

Si ces députés se réfugient derrière un article inique de la constitution pour défendre une langue moribonde, je crois que leur combat est perdu d'avance. Sinon comment comprendre qu'on dise que l'arabe est une langue nationale au même titre que les autres, et on la donne une faveur de langue officielle au détriment des autres, comme si dieu l'a donnée une suprématie pour mériter un tel titre.

La Mauritanie est assise sur un volcan qui peut exploser à tout moment
----------------------------------

Redigé par, Ksaleh

2011-05-26 10:34:50

On se croirait dans une cours de récréation au lycée, en 66, 72,79, 89, 2001 ! Donc cette situation ne changera pas, c'est structurel, il faut voir la réalité en face et prendre d'autres mesures plus probants. A vivre dans le mensonge chroniquement, on n'a pas de place sur terre, moins encore dans les cieux.

----------------------------------
Redigé par, najoorebonde

2011-05-26 10:30:16

On le voit bien: la Mauritanie est assise sur un volcan dévastateur qui va précipiter très prochainement sa perte définitive!

C'est cette histoire d'arabisation forcée de ce pays, toujours en proie à une malédiction historique qui va engendrer le séisme ravageur que tout le monde attend, stoiquement!

Comment dans un monde globalisé, dans lequel même les nations du Golfe véritablement arabes abandonnent très clairement et progréssivement leur langue arabe maternelle au profit de la langue de shakepeare, l'insignifiante Mauritanie peut-elle s'offrir le luxe de soulever un débat pueril, dangereux et compromettant sur la sottise de tenter de faire triompher la ringarde langue arabe?

Dans ce qui tient lieu de "parlement", je dis que plusieurs langues, notamment les langues nationales devaient faire leur entrée depuis belles lurettes déjà! Mais la mystication du peuple à laquelle on est soumis finira par avoir raison de la Mauritanie, à coup sûr!

Anonyme a dit…

Salam

Entre « failles » et « fractures » !

« C’était la tentation du Désespoir ; et le jeune homme la combattit de toutes ses forces. Comme une ombre triste, il allait et venait dans ces bâtiments, il plaidait, il argumentait, il exigeait avec colère, d’être reçu, jusqu’à ce que se fasse entendre le « Non » définitif ; jusqu’à ce que les hommes jettent dehors le perturbateur, lui reprochant d’être stupide, déraisonnable, sans jugement, de se rebeller en vain contre la loi divine.





Alors, de cette vision de splendeur, toute la gloire lentement s’évanouit, abandonnant derrière elle la terre grise et sévère qui roulait sans fin, accablée par son sombre désespoir. Même les mains pleines de gentillesse qui se tendaient vers lui des profondeurs de ce matin morne semblaient appartenir au royaume des ombres pourpres. Il les regardait avec froideur, et demandait : ‘’Pourquoi devrais-je lutter par une grâce spéciale, alors que le chemin qui mène au monde est fermé ?’’ », WEB Du Bois, Les âmes du peuple noir, Paris, La Découverte, 2007, p. 2009.



Il est temps d’accepter « l’existence […] de fractures ou de lignes de failles dans la topographie de [la filiation] » entre les Haratin et les Négro-mauritaniens pour sortir de ce que j’appelle désormais le « mensonge utile ». Ce sont ces « lignes de faille » et ses différentes « fractures » que nous voulons nous dissimuler qui constituent pour moi la définition fondamentale de ce que j’entends par la notion de « mensonge utile ». Il ne s’agit pas de nier les possibilités voire ce que nous appelons l’obligation d’union des luttes pour vaincre une oppression commune qui provient d’une communauté singulière : les Safalbe. Il ne s’agit pas aussi de nier que l’ensemble haratin est composé de membres d’origine ethnique diverse. Il ne s’agit pas de nier qu’en procédant à une archéologie sociale qu’on puisse tomber sur une strate qui renvoie à l’ensemble noir ouest-africain. Il ne s’agit pas de refuser qu’une union est possible. Il ne s’agit pas de cela. Il s’agit d’autre chose de plus sérieux et qui mérite un arrêt. Il s’agit de ne pas prendre à la légère les situations d’ambiguïtés culturelles et identitaires car cette posture de simplification fausse la volonté et annihile l’esprit.

L’union est une intelligence et non une simple volonté guidée par les « pulsions » sentimentales. Les similitudes « culturelles » n’ont de sens que quand elles sont fondées sur la base d’une profonde réflexion politique et non seulement sur le registre d’un rappel et d’une énumération statistique, chromatique ou « originelle ». Toute attitude qui dénie à la politique sa force vitale donc son essence d’unir les contraires sur la base de compromis solides et discutés. Il me semble, là j’exagère mes propos et à dessein, que la posture des Négro-mauritaniens ressemble à une volonté non déclarée « d’élever et d’éclairer » la communauté haratine, c’est-à-dire la « réveiller » comme pour lui faire amorcer un « retour » problématique vers son substrat ethnique pluriel, divers et difficilement identifiable aujourd’hui. Rappelez-vous la création du Libéria, les volontés de Marcus Garvey…. Il m’est impossible de procéder ainsi sinon nous nous perdrons dans les dédales des origines fantasmatiques. L’entreprise est hasardeuse et le constat empirique de leur appartenance passée aux différentes ethnies ouest-africaines ne mérite pas mention car elle est évidente.

Anonyme a dit…

Ce qui n’est pas encore évident c’est le projet de société envisagé avec les Négro-mauritaniens. C’est cela le problème. Cette tentative de « repersonnalisation » arrogante ressemble à ce désir inhumain de continuer à les maintenir dans les chaînes de l’esclavage. Voilà pourquoi je suis contre cet amalgame improductif qui structure ce « mensonge utile » que nous véhiculons et que nous entretenons, sur la base de leurs lointaines origines, depuis quelques années.

D’ailleurs nous pouvons bien dater l’introduction du volet esclavage dans le discours de revendication des Négro-mauritaniens. Cette thématique n’a pas encore d’épaisseur historique dans notre vocabulaire de lutte et mérite, à mon sens, qu’on en discute sérieusement sinon nous perdons notre temps dans des proclamations dont les lendemains n’auront aucune incidence sur nous ; si aucune modalité de réflexion sur un projet de société commune n’est envisagée. Cependant chacun est libre, certes, d’interpréter comme bon lui semble, mais cela ne changera en rien les « lignes de faille » et les « fractures » réelles qui rompent les continuités culturelles supposées et complexifie les luttes. J’ai même envie d’aller plus loin dans le soupçon en disant que si tel est le cas : les Haratin sont haalpulaar, soninke ou wolof que faire des anciens esclaves dans ces mêmes communautés ? Quelle est leur origine ethnique ? Et s’ils devaient revendiquer leur retour dans leurs ethnies d’origine que faire ? Attention dey ! La Guinée est en train d’en souffrir à cause des jeux politiques. En effet, beaucoup d’anciens esclaves de la société peule tentent, depuis que la démocratie est là, d’opérer un retour vers leurs ethnies d’origine et cela engendre des conflits internes dans la société peule du Fuuta Jaloo. C’est d’ailleurs très dramatique car les mémoires sont têtues. J’en veux pour preuve cette association de Endam Billali qui rassemble d’anciens esclaves du Fuuta « sénégalais » qui tiennent « un congrès annuel » et qui revendiquent leur place dans l’exercice du pouvoir local et leur visibilité tout court. Toutes ces choses doivent nous informer pour que cet amalgame disparaisse de nos discours et qu’on travaille sérieusement le projet du vivre ensemble avec nos différences.

La couleur commune que les Haratin et les Négro-mauritaniens partagent ne constitue nullement un motif d’union et leurs revendications sont totalement différentes même s’ils luttent contre un même système. Ces deux éléments ne sont pas susceptibles de les « relier entre eux, comme par magie…. ». La Mauritanie est devenue trop complexe car les luttes ont pris de nouvelles trajectoires, de nouveaux acteurs sont là avec leur tactique et leurs objectifs à court, moyen et long terme, une nouvelle mentalité est en gestation et sa gestion me semble plus difficile à appréhender. Il suffit d’un petit tour en Mauritanie, ou bien de nous lire dans les Forums pour se rendre compte de toutes ces incertitudes dans le langage, les stratégies divergentes à adopter, des jalons difficiles à poser et qui méritent d’être interrogés par nous. Le dernier événement en date en Mauritanie [l’identification des sépultures des disparus de 1960 à nos jours] connait déjà des fortunes diverses qui méritent aussi notre attention avant qu’il ne soit virer dans les caniveaux de sa forte politisation.

En définitive, on ne doit pas « détruire une vérité et inventer l’histoire » pour reprendre les termes de James Baldwin qualifiant le discours de Malcom X [Lire James Baldwin, Malcom X, Martin Luther King, Nous, les Nègres. Entretiens avec Kenneth B. Clark, Paris, La Découverte, p. 42]. Il faut donc accepter ces « failles » et ces « fractures » une fois pour toute et réfléchir sur les Assises des Nègres de Mauritanie.


Abderrahmane NGAÏDÉ (Bassel)

Dakar le 24/05/2011

Source : haratine.blogspot.com le 25/05/2011

Anonyme a dit…

Salam

Dans la serie: cela fait du bien de le dire

La seule chose qui fait courir les mauritaniens, c'est le culte du béton.

Ces poètes arrogants ne construisent pas leur pays, mais leurs maisons.

A l'image du Mécano azziz la seule infrastructure qui les intéresse c'est le goudron pour faire rouler leurs voitures.

Se donner l'illusion d'exister

Regardez autour de vous: le maroc, le sénégal, la tunisie, même l'algérie, tous ces pays soignent et éduquent mieux que nous les leurs.

Cherchez l'erreur?

A force de faire la course au béton, on risque de vendre en plein désert le sable au prix de l'or.

Ce pays n'est rien d'autre qu'un plantage magistrale et aucune chance de s'en sortir car on nage en pleine hypocrisie, arrogance et mensonge.

le pire c'est que l'on sait qui est responsable de ce merdier: notre incapacité à nous adapter à la vie moderne qui fait que nous resteront d'éternels mendiants.

Quand vous attirer l'attention de vos frères sur ce gâchis hors concours, ils vous balancent des jugements de valeurs qui vous font comprendre que chez ces gens là, on se noie dans une logique unique au monde.

Quand vous discutez avec ces péteux, leurs réponses dépassent tout entendement, rien que des certitudes, des jugements de valeur, la réflexion et l'auto-critique c'est du compliqué pour eux.

Votre première impression est que vous étés soit bête, ou pas au bon endroit.

C'est véritablement l'exoplanète.

Baptisée la grosse merde dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Editorial : Gare à la soudanisation !

Lors d’un point de presse improvisé, Ahmed Ould Neinny, le ministre des Affaires islamiques et de l’Enseignement originel, a déclaré que le président de la République a demandé, à son département, de dresser la cartographie des sépultures des personnes disparues, depuis l’indépendance, et dont leurs familles ignorent le lieu d’inhumation. Ce plan vise, selon lui, à mettre un terme aux souffrances des familles et à réhabiliter les victimes, notamment les auteurs du coup d’Etat avorté du 16 mars 1981 et les Négro-africains de 1989-1990, victimes d’exécutions extra-judicaires.

L’initiative est louable, nul n’ayant le droit d’empêcher quiconque de se recueillir sur la tombe d’un défunt, à plus forte raison sur celle d’un parent. La presse, les organisations des droits de l’Homme et les familles des disparus n’ont eu de cesse de réclamer cette réhabilitation. Des centaines de mauritaniens exécutés, victimes de l’arbitraire et de la bêtise humaine, ne peuvent passer pour pertes et profits. Un pays ne peut se tourner vers le futur, avant d’avoir soldé les comptes du passé. Mais attention! Un sujet aussi sensible a besoin de beaucoup de tact et de diplomatie. De peur de réveiller les démons de la division. Les extrémistes des deux camps sont à l’affût et ne rateront pas une si belle occasion de mettre de l’huile sur le feu.

Déjà, l’Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA) exige, dans un communiqué, «l’éviction, des charges publiques et de la représentation du peuple, de toutes les personnes identifiées ou accusées, par les victimes ou leurs ayant droits, comme ayant participé, de près ou de loin, activement ou passivement, à cette épuration ethnique», ainsi que «l’arrestation, immédiate, de tous les auteurs des crimes génocidaires et leur traduction devant la justice, qu’ils aient été décideurs, exécutants ou idéologues». Elle engage, également, l’Etat à «procéder à des enquêtes ADN, pour identifier les dépouilles et les remettre à leur famille respective». Ces requêtes ont-elles une chance d’être entendues? Il y a de fortes chances que ce vœu restera pieux. Ould Abdel Aziz n’acceptera, jamais, d’ouvrir cette boîte de Pandore, les auteurs des exactions étant, tous, des militaires. Et même s’il le voulait, rien n’indique que ses frères d’armes le laisseraient agir. Il y va, donc, de son intérêt à s’en tenir à la «prière de l’Absent» et aux indemnisations qu’il a, déjà, consenties aux familles des victimes, lesquelles auront, enfin, la possibilité de connaître où les leurs sont enterrés. Certes, il est encore possible de faire mieux, en rendant, solennellement, hommage aux disparus, en demandant pardon, au nom de la Nation, ou en décrétant une journée des martyrs, par exemple. Mais sans trop tirer sur la corde. Notre pays a traversé une sombre période. Faisons en sorte de soigner ses plaies, toujours béantes, pour la dépasser sans passion. Il y va de notre survie. Personne n’a intérêt à ce que notre Etat, fragile, traverse de nouvelles zones de turbulences. Nos ennemis guettent nos moindres mouvements et gestes. Et ne manqueront aucune occasion de nous tourner en nouveau Soudan.


Ahmed Ould Cheikh

Anonyme a dit…

Salam

Le conflit ethnique en Mauritanie entre politique de différenciation et société clientéliste


Le conflit ethnique en Mauritanie ne cesse d’interpeller les chercheurs en sciences humaines. L’anthropologue français, Francis De Chassey, fin connaisseur de la société mauritanienne et ses rouages politiques a animé une conférence à l’université de Nancy 2 (France) sous le thème « Qu’appelle-t-on ethnie ? Pourquoi des conflits ethniques en Afrique ? Le cas de la Mauritanie ? Au cours de laquelle, il a pris le temps réactualiser ses hypothèses à propos des théories fondées sur l’ethnie et tous leurs corolaires dans les sociétés africaines contemporaines.

Le chercheur, aujourd’hui à la retraite, a voulu partager avec le public composé d’enseignants-chercheurs, d’étudiants notamment mauritaniens à Nancy, un certain nombre d’interrogation au tour de cette thématique ainsi que les résultats de ses travaux sur la Mauritanie.

Cultiver le dialogue

L’ouverture de cette conférence a été faite par l’intervention de Bâ Sileye, le secrétaire général de l’association Nancéienne des étudiants Mauritaniens ( ANEM) lequel a fait savoir qu’en organisant cette conférence avec le département de sociologie de l’université de Nancy 2, l’objectif de l’ANEM est « celui de développer une culture de dialogue scientifique entre jeunes mauritaniens et faire découvrir les réalités que cachent l'histoire des conflits interethniques en Afrique, en l’occurrence la Mauritanie ». Monsieur Bâ a précisé que cette conférence vient à point nommé en faisant allusion à la période de turbulence que traverse la Mauritanie. Cette période est caractérisée par la recrudescence des affrontements interethniques à l’université de Nouakchott et de la revendication d’une justice sociale par toute la jeunesse mauritanienne. Il a aussi rappelé que les nouvelles déclarations du ministre des affaires islamiques et de l’enseignement originel sur le recensement des sépultures des victimes civils et militaires depuis l’indépendance à nos jours doivent être intégrées dans le dialogue pour la réconciliation nationale. Et que cette conférence constitue une ébauche d’une réflexion anthropologique des conflits ethniques contemporains visant à traiter, à notre sens, de trois groupes de questions : En ce qui concerne les différents groupes, partie prenante du conflit en question, elle devrait décrire les processus de formation de leur identité ethnique, ainsi que l'évolution de leurs relations avec des groupes voisins, puis, elle devrait décoder la logique ethnique justifiant le recours à la violence ; et enfin, lors des rapports des différents groupes ethniques avec l’État.

Anonyme a dit…

L’Etat-nation et la politique de la différenciation

Prenant tout de suite la parole, De Chassey a déclaré, il s’agit d’abord pour comprendre cette thématique de procéder à définition en premier lieu qu’est qu’une ethnie ? Pourquoi tant de conflits ethniques en Afrique qui sont parfois « interminables, violents et sanglants ». Pour répondre à toutes ces questions, De Chassey a entamé son intervention par justifier l’objet de ses recherches sur la Mauritanie, tout en signalant, qu’il admet la « déconstruction » depuis trente ans de la notion admise des ethnies qu’il avait proposé et que ses « hypothèses » sur des ethnies et leurs conflits sont de nos jours « démenties » par les faits. Car, il déclare avoir vécu en Mauritanie le contraire de ce qu’il pensait pouvoir montrer. Il affirme avoir été le témoin du déclenchement du conflit ethnique en Mauritanie. C’est par une voix grave que l’ancien professeur de philosophie à Nouakchott livre : « Je regardais de ma fenêtre une bagarre, c’était une pure manipulation. Certains élèves negro-mauritaniens ayant éclaté le conflit étaient mes propres élèves. Mes élèves furent transférés à Walata. J’avais de la trouille de voir un conflit à coup de couteau dans une scène où l’on reclamé la peau d’un cuisinier négro-mauritanien que je connaissais pris comme Sénégalais ».


Ba Sileye

Anonyme a dit…

Un commentateur sur le site Taqadoumy a écrit:
Mohamed fadel ould hadrami
ou bien Mrabih ould EL WELY

ce patron de\'état civil ne doit-il pas faire un\état civil pour lui même et avoir un seul nom
je crois que Mohamed vadel ould hadrami est le nom de son grand frére qui est décedé et qu\'il a pris son diplome et ses papier pour se recruté avec
comme ça il s\"est trouvé avec deux noms vachement différent
nous Mauritanien le Terwam des vaches ont le fait partout et sur tout et dans tout
on rawwom les lois
on rawwom la chéria\'a
on rawwom les diplomes
on rawwom les numéros de chassis
on rawwom tenez vous bien les présidents de la république

sidi est mourawwom à la présidence mais ça n\'a pas marché

le terwam est processus compléxe
à l\'origine on le fait généralement pour une vache dont le petit est mort
on va forcer sa carte mére standart à accepter
un autre petit

donc cette pauvre vache serait soumise à beaucoup de truc on met le sel (chlorure de sodium) quelque part...on ligotte les 4 pattes
savez-vous messieurs que la police nationale est pleine de grade de commissaires mourawmine le sel de quelque commissaire n\'est pas de bonne qualité et n-ont pas pu touver le grade
attention il des capitaines de la gn qui sont mourawmine mais avec du bon sel

Cétait pour vous dire que notre société est bedouine par excellance
tout est tiré à partir d\'une civilisation nomade qui n\'a rien de fondé
tout est dépliable et facile
on rawwom maintenant les budgets les decrets
puisqu\'on peut voler ou détourner.

Anonyme a dit…

Edito / Ton pied, mon pied


Que pasa les amis? On les laisse se promener sans problème. Si ce n'est pas de la manip, je ne sais ce que c'est. A-

====
Le Républicain, 27/05/2011

La nébuleuse jihadiste ne se découvre qu’à son corps défendant. Or depuis l’annonce de la mort de Ben Laden, selon des sources autochtones convergentes, les hommes de Droudkel sillonneraient les marchés de la Région Tombouctou, achetant et sacrifiant des bœufs pour des populations en carence de protéines et leur demandant, en retour, de prier pour le martyr saoudien.

Mais l’article de notre confrère tombouctien, le Lafia Révélateur nous coupe le souffle. Aqmi n’est pas dehors que pour le repos de l’âme de Ben Laden. On n’a pas besoin d’être un expert en sécurité pour comprendre que les jihadistes sahéliens ne « téléchargent » pas le grief de la « Base ». Confrontés à leurs propres enjeux, à des milliers de kilomètres de Tora-Bora, c’est ce qui se passe à Bamako, Niamey, Alger ou Nouakchott qui les concerne.

Or Bamako, justement, sonnait le tocsin contre eux. Ils savent maintenant que soixante quinze mille hommes - même si c’est plus une proposition qu’une décision adoptée- pourraient les affronter dans un avenir proche. En attendant, ils sortent une partie de leur arsenal, traversent les villes et les prés, campent et distribuent des friandises à des enfants sans doute séduits. Déjà un mauvais message ! Ensuite, ils réaffirment que leur objectif n’est ni l’armée ni les populations du Mali, mais les Occidentaux.

Une communication insidieuse en direction de nos soldats, donc un autre mauvais message ! Puis, comme le discours officiel les présente plutôt comme des tire-au flanc plus intéressés par le trafic et la prise d’otage que le prosélytisme, ils se mettent à prêcher et à chercher à recruter. Enfin, ils décident de battre en brèche la croyance populaire selon laquelle, ce ne sont que des Algériens en cherchant à démontrer qu’au contraire ils sont une internationale solidaire du salafisme. Entre Aqmi et nos Etats, la bataille de la communication a donc déjà commencé, en attendant d’en découdre militairement.

Adam Thiam





Le Républicain, est seul responsable du contenu de cet article

Anonyme a dit…

Ils se tirent même dessus en plein jour et au vu/su de nos services securitaires. A-

====
Western au Sahel / Echange de tirs entre trafiquants de drogue dans le Sahel

Le Républicain, 27/05/2011


Au moins trois personnes ont été tuées jeudi lors d’échanges de tirs entre trafiquants de drogue dans une région située aux confins du Mali, de la Mauritanie et de l’Algérie, a appris l’AFP de sources maliennes dont une a évoqué «quelques tonnes de drogue en jeu».

«C’est entre trafiquants de drogue qu’il y a eu des tirs. Ca s’est passé dans le désert» près des frontières entre le Mali, l’Algérie et la Mauritanie, a déclaré une source des services maliens de sécurité. «Il y a pour le moment trois morts et plusieurs blessés», a-t-elle ajouté.

Selon cette source, les affrontements ont opposé «un réseau de trafiquants sahraouis contre un réseau de trafiquants maliens». «Les Sahraouis qui vivent entre les camps de Tindouf (extrême sud-ouest de l’Algérie) et les déserts malien et mauritanien étaient surarmés», a-t-elle affirmé.

Un responsable du gouvernorat de Kidal, dans le nord-est du Mali, a confirmé cette information. «Il y a quelques tonnes de drogue en jeu. C’est beaucoup d’argent, et chacun veut défendre son territoire», a-t-il expliqué.

L’Afrique de l’Ouest est considérée par les agences internationales de la lutte contre la drogue comme un point de transit important dans le commerce de stupéfiants, essentiellement de la cocaïne, venant d’Amérique latine et destinés à l’Europe.

Plusieurs bandes de trafiquants, certaines liées à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), sévissent dans le Sahara, de l’Algérie à la Mauritanie en passant par le Mali et le Niger

BAMAKO, 26 mai 2011 (AFP)

Anonyme a dit…

Salam


La leçon de Nafissatou Diallo : Être Peul !

Le peuple Peul est suffisamment enraciné dans l’Histoire de l’humanité que peu d’historiens s’aventurent encore dans une définition qui, même si elle se veut la plus exhaustive possible, ne sera en aucun cas digne de ces princes issus des plus nobles lignages et ce, de l’antiquité jusqu’aux nos jours.

Cependant , certains disent qu'il est d’origine grecque, d’autres affirment qu'il est descendant des princes égyptiens ou indiens, quoi qu‘il en soit, il lui suffit , aujourd’hui, d’être le peuple de Nafissatou.Une gloire acquise qui s’additionne, donc, à tant d’autres héritées. Car, en femme d’honneur, Nafissatou n’honore pas seulement les femmes Peules mais, au-delà, toutes les femmes du monde et pour cause .

Qui l’aurait cru? La nouvelle Rosa Parks de la condition féminine serait une femme musulmane, pratiquante et qui, de surcroît, n’a jamais fréquenté les bancs de l’École moderne! Armée uniquement des rudiments d’une éducation traditionnelle coranique interrompue, souvent, par les tumultueuses gesticulations de sa Guinée natale, Nafissatou a pu tenir tête au Prince du fonds monétaire international, le tristement célèbre Dominique Strausse-Kahn.




Ce prince très en vogue dans l’aristocratie byzantine qui, maintenant, règne en maître absolu sur Paris et sa proche banlieue avait, paraît-il, et depuis longtemps, décrété, au vu et au su de tout le monde, le droit de cuissage sur les femmes françaises. Sans doute, le légendaire mépris gaulois pour les femmes.

Car, ravagées, humiliées et exhibées comme de la vulgaire chair fraîche entre le stand du fromage et celui de l’automobile, ces dernières se sont depuis longtemps résignées à toutes les conditions dégradantes et avilissantes. Au point de tout concéder à ce mal blanc suffisamment malin pour leur faire croire que leur émancipation passe, sans transition aucune, de “l’inflation” à “l’économie“ selon les dires de la plus lobotomisée d’entre elles : Rachida Dati. Est-ce la revanche de la femme musulmane, cible favorite en France de cette même aristocratie décadente et corrompue?

Peut-être. Ce qui est sur ce que Nafissatou a montré, elle, que la femme musulmane est digne, combative et, surtout, qu‘elle a le bon ordre de priorités. En femme intègre, noble et maître de son destin, elle a réduit au néant par un simple geste tous les clichés réchauffés que l’on nous sorte de temps à autre sur la prétendue soumission de la femme musulmane.

Et, du fond de sa détresse subie, Nafissatou a adressé un message sans équivoque à toutes les femmes du monde. Soyez maître de vous, surtout de vos corps. Ne vous laissez plus endormir par ces flûtes enchanteresses que l’Occident vous joue afin de vous ramenez d’un abîme à un autre. Soyez, en somme, Peul

cide

Anonyme a dit…

C'est une affaire de crime/justice qui n'a rien a' voir a' la race/ethnie. J'ai supporte' la jeune femme a' travers plusieurs de mes ecrits et je continuerai a' la supporter parce que IT IS MY OPINION qu'un crime a ete' commis a' son endroit. Il ne sert a' rien d'etre fier et/ou content de la souffrance des autres. La femme est certes une victime mais ne perdons pas de vue que la femme et les enfants de DSK sont egalement les victimes de leur pere. C'est bien tragique!!!! La justice sera rendue then let's move on!

Anonyme a dit…

Maatala,

Pour twa. Un commentaire de znagui welcome. On revient à la situation de départ. Azzizzo un élève de MOST?

Ano foté: on continue à être niqué par les généraux algériens à la suite de la réunion de Bamako avec le MAE du Mali travaillant pour eux comme notre ex-MAE travaillait pour les libyens. Tu dis quoi même?

A-

===


La SNIM dans les bras de la BNM ?


Il semble que l’actuel ADG de la SNIM Monsieur Abdallahi Ould Oudaâ, a donné des instructions fermes à ses services financiers ainsi qu’à ceux de toutes les filiales de la SNIM de ne travailler désormais qu’avec la BNM de Mohamed Ould Noueigued.

Si d’aventure cette information s’avérait vraie, ce ne sera que dans la droite ligne de ce que faisait Mohamed Saleck Ould Heyine à l’époque de Ould Taya, sauf que Ould Heyine traitait d’égal à égal avec ce groupe alors que Abdallahi Ould Oudaa qui était un agent du groupe AON ne peut avoir qu’une relation de subordination eut égard à son passé au sein de ce conglomérat.

Bien sûr on ne peut écarter l’hypothèse que Ould Oudaa n’est venu grossir les rangs des nombreux « disciples » de Serigne Mohamed Ould Noueigued.



Bien sûr le fait que Ould Noueigued ait trempé dans toutes les magouilles qui ont défrayé la chronique ces vingt dernières années ne semble pas effaroucher outre mesure l’ADG.





"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité

Anonyme a dit…

Salam

Couly a dit

"La femme est certes une victime mais ne perdons pas de vue que la femme et les enfants de DSK sont egalement les victimes de leur pere. C'est bien tragique!!!! La justice sera rendue then let's move on!"

---------------------------

La justice sera rendue, mon coco tu n'en dis pas autant au sujet du caporal taya.

Duplicité quand tu nous tiens dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

De quoi inciter à rester chez soi. Ça ne va plus en Europe.


A-

http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/05/27/si-je-ne-trouve-pas-de-travail-cette-annee-je-quitte-l-espagne_1528569_3214.html

Anonyme a dit…

On ne peut rien faire de cepas. Déjà à payer les mendiants pourcqu'ils mendient ...

----
15:33Les virés du Programme de lutte anti-mendicité manifestent.

D’anciens bénéficiaires du Programme de lutte contre la mendicité ont manifesté devant la Présidence de la République ce dimanche 29 mai, pour protester contre ‘’l’injustice qui leur est faite’’, demander qu’il y soit mis fin par leur réintégration, et le rappel des sommes dues depuis leur départ.

Selon les manifestants, au nombre de 48, et qui ont bénéficié du Programme à partir de 2001, l’ancien Commissaire aux droits de l’Homme Mohamde Lemine Dadde [actuellement en détention préventive dans une affaire de détournement, ndT] les auraient ‘’remplacé par des parents et des alliés’’, à qui il aurait alloué des revenus ‘’vingt fois supérieurs’’ à ceux que touchaient les personnes évincées.

Selon le porte-parole des protestataires Cheikhata Ould Hassen, l’ancien Commissaire continuerait, depuis sa cellule de la Prison civile à s’opposer à la résolution de leurs problèmes, se servant de la protection que lui procure le Premier Ministre Mohamed Laghdaf, ce dernier ayant demandé au Ministère de la Famille d’adopter un accord avec les droits de l’Homme par lequel ‘’des proches de Dadde et du Premier Ministre seraient les bénéficiaires du Programme’’.

Les protestataires soupçonnent, dans une lettre adressée au Président Mohamed Ould Abdel Aziz l’actuel Commissaire Adjoint aux Droits de l’Homme, le Directeur des affaires sociales, et le Coordinateur du Programme auprès du Premier Ministre de mauvaise gestion et de gabegie dans l’administration du Programme de lutte contre la mendicité. Ces manifestants demandent l’intervention urgente du Président de la République, en vue de les protéger, ainsi que les leurs des ‘’agissements’’ de la ‘’bande du Premier Ministre’’.

Les manifestants ont emmené avec eux leurs enfants qui brandissaient des pancartes ‘’N’affamez pas les enfants !’’, "le Commissaire adjoint est repu, et les enfants des employés du programme meurent de faim !", ou encore ‘’Le Premier Ministre s’implique pour nous affamer !’’, et ‘’Est-il possible que nos papas ne reçoivent rien depuis 24 mois ?’’

 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
 

Anonyme a dit…

Hiyeu tombat ala 200.000 dollars? De 990.000 dollars? Travail initial baclé de l'IGE. Mauritanie24, entoumeu vem? A-

====

Des personnalités mauritaniennes sommées de rembourser un million de dollars américains


Un juge d’instruction chargé de la répression des infractions à caractère économique du tribunal de Nouakchott a envoyé des mises en demeure à huit responsables du Commissariat aux droits de l’Homme et à l’Action humanitaire et à quatre fournisseurs pour leur demander de rembourser un montant de 270 millions d’ouguiyas, soit environ un million de dollars américains, dans un délai de huit jours, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Parmi eux figurent un ancien commissaire, Mohamed Lemine Ould Dadde, en détention préventive depuis la fin du mois d’août dernier pour un détournement présumé de 200.000 dollars américains.

Un rapport initial de l’Inspection générale d’Etat (IGE) avait imputé la totalité du détournement présumé à l’ancien commissaire dont la validité de la détention préventive a été prorogée de six mois, il y a quelques semaines.



Les autres mis en cause sont en liberté en attendant les résultats des mises en demeure.

Cette mise en demeure concerne également Mohamed un ancien président de Conscience et Résistance (CR), Lemine Ould Dadde, qui avait soutenu le coup du 6 août 2008.










Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : PanaPress

Anonyme a dit…

Un gaspillage: + ou - 6 millions par mois. Juste pour parler et s'opposer. Ne comprend certainement pas le salaire mensuel et autres arachides de bouche pour AOD. Mseikinine ehl el kebbeu.

x ould y: enteu yakhouya mneine? Rien n'a changé depuis ta retraite.



A-

===

L’institution "Chef de File de l’Opposition" reçoit la première tranche de sa subvention
dimanche 29 mai 2011/ 10:24

Le 16 mai dernier le Trésor Public a procédé au règlement de la première tranche de la subvention allouée au "Chef de File de l’Opposition", une institution présidée par Ahmed Ould Daddah, chef du RFD.

Cette année cette subvention, inscrite au Budget de l’Etat, est d’un montant total de 73 millions d’UM.

canalrim.info

Anonyme a dit…

Veulent pas aller à Aioun. C'est clair. A-
==

Des étudiants perturbent le déroulement des examens à l’ISERI
dimanche 29 mai 2011/ 11:16

Ce matin, un groupe de scolaires a forcé l’entrée des salles d’examen de l’Institut des Etudes et Recherches Islamiques (ISERI), perturbant le déroulement de la première phase des examens de fin d’année.

L’établissement traverse de nombreuses crises ces derniers mois, suite à une décision des autorités de créer une université islamique à Aioun (Hodh Gharbi).

canalrim.info

Anonyme a dit…

A-
YITAYARHOUM!!!! Aioun aussi ne veut pas d'eux!!!! CETTE UNIVERSITE' SERA OUVERTE A' AIOUN!!!!!!!!!!!!!!!Ceux qui ne sont pas contents de cette decision peuvent aller au diable! J'APPLAUDIS LE PRESIDENT MOHAMED ABDEL AZIZ POUR SA COURAGEUSE DECISION! IL FAUT CONTINUER LA DECENTRALISATION. MEME LA CAPITALE DOIT ETRE DEPLACE'E VERS LE CENTRE DU PAYS!!!!!

Anonyme a dit…

Salam

Les Mauritaniennes divorcées bénéficient d'un pouvoir inhabituel

Dimanche, 29 Mai 2011

Une Mauritanienne arrive à la soirée pour fêter son divorce
Un divorce s'accompagne en général de larmes et de peine. En Mauritanie, au moins pour les femmes, c'est l'occasion d'une fête.







La Mauritanie dépasse ses voisins du Maghreb en matière d'égalité entre les genres. La polygamie y est rare. Les femmes détiennent des postes à haute responsabilité au gouvernement. Elles peuvent également divorcer et se remarrier aussi souvent qu'elles le souhaitent.

Ce sont les hommes qui sont le plus inquiets.

Quatre mariages sur dix en Mauritanie se terminent par un divorce, souvent parce que le mari ne peut subvenir aux besoins du ménage. Un chômage élevé complique encore la situation. Pour les hommes qui envisagent de se marier et pour ceux qui souhaitent conserver leur épouse, les temps sont durs.

Les Mauritaniennes, en revanche, font la fête. Amis et parents de la nouvelle célibataire se joignent aux célébrations.

Aucune stigma social n'est lié à un mariage raté. Si une femme est malchanceuse une première fois, elle a toujours la possibilité d'essayer à nouveau.

"Selon les coutumes mauritaniennes, la femme divorcée est reçue avec des trills de joie et un grand bonheur par sa famille, ses amis et ses voisins, ce qui lui évite la peine et lui donne confiance pour tenter de bâtir un autre nid après l'échec du premier", explique le sociologue Ahmed Ould Abdellatif.

"La lénience excessive de la société à l'égard des femmes divorcées et l'importance de la dote sont à l'origine de nombreux cas de divorce dans la société mauritanienne", explique-t-il à Magharebia.

"Aucune honte ni aucune tristesse n'est liée à l'échec d'un mariage", explique-t-il. "Dans certaines régions du pays, des coups de feu sont tirés en l'air pour accueillir le retour de la divorcée."

Aminetou Mint El Moustaffa s'est mariée à 18 ans, a donné naissance à un fils, puis a souhaité divorcer. Avant ses 20 ans, elle avait un nouveau mari.

"J'étais certaine que j'allais me remarier, et alors ?", rit-elle. "Le mariage est entre les mains de Dieu. Il l'accorde à qui Il le souhaite et quand Il le souhaite. C'est le destin et un décret divin !"

Comme l'explique Meimoune Bint Taher, une ménagère : "En tant que Mauritaniennes, nous sommes fières de cette coutume et la respectons, parce que nous la considérons comme une coutume humaine, qui ne s'oppose ni à la religion ni à la morale."

"Dans d'autres pays, certaines femmes sont la proie de leur mari, et c'est la société qui est derrière cela", explique-t-elle. "C'est injuste et inhumain, et cela porte atteinte au coeur-même de la liberté des femmes", souligne-t-elle.

Plus de 70 pour cent des Mauritaniennes divorcées se sont remariées, et près de 55 pour cent une troisième fois. Elles ne redoutent aucun stigma social.

"Les hommes mauritaniens comprennent parfaitement l'état psychologique et social des femmes divorcées", explique-t-elle avec un sourire.

Anonyme a dit…

La Mauritanie diffère également de certains autres pays arabes en ce que la polygamie y est peu courante. Comme l'explique le sociologue Moktar Ould Alyen : "La norme dans les contrats de mariage est d'ajouter la phrase suivante : "Aucune épouse avant, aucune épouse après, et si tel est le cas, la décision revient à la femme", ce qui implique la dissolution du mariage si le mari épouse une autre femme."

"Les femmes de Mauritanie ont acquis tous leurs droits sans vraiment se battre, contrairement à leurs soeurs de nombreux pays arabes et musulmans", ajoute-t-il. "Elles sont présentes dans le ministère le plus important, celui des Affaires étrangères, occupent tous les postes et se présentent même à la présidence."

Tout bien considéré, conclut-il, "les Mauritaniennes sont gâtées. Et le leblouh, l'engraissement, en est la preuve."

Certains hommes du pays s'alarment de ce qu'ils appellent "le pouvoir des femmes", faisant valoir qu'il fait peser sur les hommes une menace économique, psychologique et sociale.

Mohamed Ould Zein El Abidine a lancé en 2008 une organisation non gouvernementale pour défendre les droits des hommes. Âgé de la cinquantaine, il paraît fatigué et épuisé, et la sueur coule sur son front.

Cela a été un long combat, cette bataille pour "protéger les hommes de l'oppression des femmes et créer un ministère pour la protection des droits volés aux hommes", explique-t-il.

"Les femmes ont tout pris aux hommes dans ce pays", affirme-t-il. "Les tribunaux sont favorables aux femmes, tout comme l'est la société, et les ministères sont tous occupés par des femmes !"

Anonyme a dit…

"Lorsque j'ai tenté de lutter contre cette réalité en déposant une demande d'autorisation pour fonder une association de défense des droits des hommes, un groupe de femmes secrétaires du ministère de l'Intérieur a bloqué ma demande pendant neuf mois dans les arcanes du ministère", explique-t-il.

Le ministère des Affaires sociales comprend un service des conflits familiaux. Magharebia a interrogé le conseiller juridique du ministère, Sidi Athman Mohamed, sur la position d'Ould Zein El Abidine affirmant que les hommes sont dans une situation si difficile qu'ils leur faut leur propre ONG pour protéger leurs droits.

"Je crois simplement que cet homme n'est jamais venu au ministère", explique Mohamed à Magharebia. "Il est manifeste qu'il a des préjugés. Peut-être a-t-il des problèmes personnels avec certaines femmes et qu'il tente de les généraliser."

Il ajoute : "Le ministère est ici pour servir les deux sexes, en toute égalité et justice, et pour participer à la résolution des conflits familiaux, pas uniquement au bénéfice des femmes."

"Les femmes doivent certes bénéficier de tous leurs droits, mais cela ne s'est jamais fait, et ne se fera jamais, au détriment des hommes", explique Mohamed.

De nombreuses femmes s'enorgueillissent d'avoir plusieurs ex-maris, considérant ces mariages en série comme une preuve de leur beauté et de l'attirance qu'elles suscitent.

"Certaines femmes se vantent du nombre de fois où elles se sont mariées", explique le militant social El Mamy Ould Mohamed. "Nous entendons souvent certaines d'entre elles dire qu'elles se sont mariées quatre ou cinq fois, comme s'il s'agissait de la meilleure preuve de leur beauté, de leur lignée et de leur féminité, qui lui permettent d'attirer de nouveaux maris."

Cela signifie aussi qu'un divorce peut être salué avant même d'être prononcé, explique ce militant, "ce qui a des conséquences négatives sur la société en général", précise-t-il à Magharebia.

"Nous disons souvent 'la chose honnie la plus autorisée pour Dieu est le divorce'", ajoute-t-il. "Mais simplement, je ne vois aucun vainqueur dans un divorce, quel qu'il soit."

Mohamed Yahya Ould Abdel Wedoud

Source : Magharabia le 27/05/2011

Anonyme a dit…

"Ils"sont entrain d'installer AQMI tranquillement. Sais pas à quel jeu azzizzo et ATT sont entrain de jouer. A-

===
Nord-Mali : Appel à ATT contre l’insécurité croissante

Le Républicain, 30/05/2011

Un appel non signé posté, la semaine dernière sur Kidal Infos, appelle l’Etat malien « à prendre ses responsabilités vis à vis de la situation actuelle de la présence de plus en plus visible du mouvement extrémiste Aqmi » dont il signale le regain d’activité dans les villages et les campements des Régions-Nord.

L’appel se préoccupe surtout du prosélytisme dont les Salafistes font de plus en plus montre. «Aujourd’hui avec le recrutement de plusieurs milliers de Maliens toutes ethnies confondues, nous ne comprenons pas la politique des yeux fermés de l’Etat malien qui prend le risque de voir l’Histoire de l’Algérie du FIS et du GIA s’écrire en lettres de sang sur notre territoire », redoutent les pétitionnaires.

Prosélytisme

Invitant incessamment le président Touré à réagir à cette nouvelle situation, l’appel demande « la création d’une zone de «containement» des mouvements de Aqmi à 300 km au delà de toute zone d’habitation afin que les populations puissent vivre sans crainte de gens qui commencent à dicter à ces dernières les lois de nouvelles pratiques religieuses contraires à nos pratiques et à nos rites malékites ». Ce n’est pas tout.


La pétition anonyme propose que l’Etat crée « des commandements militaires mixtes sur le modèle qui a permis de stopper la dernière rébellion avec les moyens et les hommes précieusement sélectionnés pour mettre en place cette stratégie ». L’appel estime que le manque de moyens généralement excipé est un prétexte. Il recommande vivement « une tournée générale de tous les gouverneurs des 3 régions accompagnés des préfets, chefs des services techniques, maires et chefs religieux sur toute l’étendue du territoire afin de discuter avec les populations pour les rassurer et prendre note de leurs préoccupations et de leurs conditions de vie ». Enfin un avertissement : « si l’Etat malien ne fait rien, nous nous déchargeons de toute responsabilité et nous nous verrons dans l’obligation d’adhérer massivement à Aqmi et de profiter » de ses largesses.

Anonyme a dit…

Suite: "Ils" sont entrain d'installer AQMI
==

Salafisme et guerre de gang

Un article Afp du 20 mai dernier depuis Tombouctou rapporte la visibilité de plus en plus grande d’Aqmi en ces termes « signalée récemment par des témoins dans le nord-ouest du Mali et dans une zone de ce pays près de la Mauritanie, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) semble s’ancrer au Sahara, même si certains prédisent son affaiblissement après la mort d’Oussama Ben Laden ».

L’article poursuit : « ces derniers jours, des hommes se présentant comme membres d’Aqmi ont débarqué, un jour de marché, à Tichist, localité située à 100 km au nord de Tombouctou (nord du Mali) ». Même scène le 17 mai au marché de Zouéra, autre localité désertique de la région de Tombouctou, où ils sont venus dans une vingtaine de véhicules contenant des armes lourdes ». Pour le reporter de l’Afp, les Salafistes se trouveraient également « vers la forêt du Wagadou (ouest du Mali) proche de Nara.

La semaine dernière, six véhicules d’islamistes seraient venus grossir les rangs des éléments d’Aqmi déjà sur place, selon des sources de services de sécurité régionaux, qui évoquent l’existence d’un dépôt clandestin de carburant alimenté à partir de la Mauritanie ». Ce qui a inspiré à un animateur du Forum Nord-Mali toujours sur Kidal Infos ce commentaire cinglant : « pendant que le chef de la diplomatie malienne parcourt le monde et multiplie des annonces médiatiques, les barbus adoptent une nouvelle stratégie comme pour dire «on n’en a rien à faire!».

Pour exemple, ces dernières semaines les recrutements de populations à visage découvert dans la zone de Nampala-Dogoferi (cercle de Niono) n’ont évoqué aucune réaction des autorités maliennes ».
Quelques jours plus tard, une dépêche Afp informait d’un clash entre deux groupes de narcotrafiquants, toujours au Nord du Mali. C’est la troisième guerre de gangs relatée par les médias depuis l’enlèvement en 2009 du maire d’Anefis. Mais de sources concordantes, c’est souvent que les gangs en arrivent à découdre par les armes à feu.

Adam Thiam

Le Républicain, est seul responsable du contenu de cet article

Anonyme a dit…

L'opposition solidaire de n'importe quoi! Ou sont les massacrés? Etfou. A-
===

Les parlementaires de l’opposition solidaires des familles des 14 salafistes transférés

Les familles des 14 salafistes: "Où sont nos fils?"

Les députés de l’opposition ont organisé, mardi soir, une conférence de presse, dans les locaux de l’assemblée nationale, au cours de laquelle ils ont exprimé leur solidarité avec les familles des 14 salafistes transférés récemment vers une base militaire au nord du pays, notamment dans leur droit d’être informées sur le sort réservé à leurs fils.


Las parlementaires ont d’abord écouté quatre représentantes des familles des 14 familles, lesquelles avaient déploré, le mauvais traitement qui leur a été réservé par les ministres de la justice, qu’elles ont qualifié d’ « inhumain ».
Selon elles, les familles ont été renvoyées par le ministre de la justice qui avait, auparavant déclaré, en séance plénière de l’assemblée national son intention de leur donner suffisamment d’information sur les 14 salafistes déplacés.
Les députés ont, à leur tour pris la parole pou critiquer l’attitude du gouvernement par rapport à la gestion du dossier des salafistes transférés, ainsi que dans ses rapports avec les parlementaires.
« Le traitement réservés à ces détenus est le plus cruel jamais connu dans l’histoire de ce pays », a clamé le député RFD Abderrahmane Ould Mini. Mini ajoutera qu’il s’agit « d’une opération d’enlèvement de détenus, dont certains sont dans un état de santé critique ».
Pour sa part, le député UFP Moustapha Ould Bedr Dine a renouvelé l’engagement des parlementaires de l’opposition à faire tous les recours possibles pour avoir des informations sur le nouveau lieu de détention des 14 salafistes. Il a ajouté que le comportement du gouvernement face au parlement, notamment en ce qui concerne l’engagement manqué du ministre de la justice, dénote du mépris affiché à l’égard de cette institution et à l’égard de l’opinion nationale et internationale.
« Nous sommes aujourd’hui face à un cas particulier d’une opération d’enlèvement sous le couvert de la justice », a conclu le député Bedr Dine.

Anonyme a dit…

Une connerie qui n'ira pas loin. Quelle perte de temps.
==

La Mauritanie et l’Iran veulent impulser leurs relations bilatérales

Wahidi reçu par le président Aziz(Photo AMI)

Les relations entre les deux pays (Iran et Mauritanie) connaissent une impulsion dans tous les domaines, notamment économique et politique», a indiqué, lundi à Nouakchott, Ahmed Wahidi, ministre iranien de la Défense.


Ahmed Wahidi, a indiqué avoir eu des entretiens avec le président Aziz concernant, entre autres, l'ouverture des ambassades des deux pays à Téhéran et à Nouakchott.
Il a ajouté que « les relations entre les deux pays connaissent une impulsion dans tous les domaines, notamment économique et politique, insistant sur l'importance de la Mauritanie et de l'Iran dans leurs régions respectives et le climat approprié existant pour dynamiser leur coopération ».
Les relations entre la mauritanien et l’Iran se sont développées depuis la décision prise en 2008 par le président Aziz de rompre toute relation diplomatique avec Israël saluée par Téhéran.
Téhéran a apporté une aide importante à Nouakchott sous forme de don de plus de 400 bus et voitures de transport urbains pour contribuer à la résolution du problème du transport en Mauritanie.
En janvier 2010 l’Iran et la Mauritanie ont conclu à Téhéran deux accords de coopération portant sur les domaines technique, géologique et minier, ainsi que sur les infrastructures de base, en marge de la visite officielle du président mauritanien en Iran.

Anonyme a dit…

hello everyone! i miss you all!

l'ano de terwam

je voudrais savoir comment inguid nrawwom un diplome? repond moi vite stp, j'en ai vraiment besoin

copiarpegar

Anonyme a dit…

Salam


BLAGUES SUR LES HOMMES: Attention nos hommes ne vont pas aimer !


L'homme et son intelligence. Comment appelle-t-on un homme qui a perdu son intelligence ? 
Un veuf.

Pourquoi un homme beau et intelligent ne peut pas exister ? 
Parce que ce serait une femme !

Pourquoi les hommes sont comme les crabes ? 
Parce que tout est bon, sauf la tête

Pourquoi les hommes ont-ils la conscience tranquille? 
Parce qu'ils ne l'utilisent jamais...





L'homme et sa voiture.

Pourquoi les hommes aiment-ils autant les voitures et les motos ? 
Celles-là au moins, ils peuvent les manipuler.

Pourquoi la majorité des femmes conduisent mal ? 
Parce que la majorité des moniteurs sont des hommes...

Quelle est la différence entre un homme et une batterie ? 
La batterie a au moins un côté positif !


L'homme et le sexe.

Quelle est la différence entre un homme et une tempête de neige ? 
Aucune : on ne sait jamais combien de centimètres il va y avoir et combien de temps ça va durer...

Comment savoir si un homme a eu un orgasme ? 
Il roule sur le côté et commence à ronfler.


L'homme et ses vêtements.

Pourquoi les hommes portent-ils la cravate ? 
Parce que c'est plus chic qu'une laisse.

Quelle est la différence entre un homme, une cravate et une ceinture ? 
La ceinture serre la taille, la cravate serre le cou, l'homme sert à rien.


Vérité ou contre-vérité, à Noir au féminin, on adore !

L'homme et le mariage.

Quelle est la différence entre un mari et un amant ? 
20 minutes.

Quel est le point commun entre les hommes qui fréquentent les bars pour célibataires ? 
Ils sont tous mariés.

Pourquoi les femmes ne veulent-elles plus se marier ? 
Parce qu'elles préfèrent avoir du bacon dans le frigidaire plutôt qu'un gros porc dans le salon.

L'homme idéal.

Les mensurations idéales d'un homme ? 
80 - 20 - 42 (80 ans, 20 millions d'euros sur le compte en banque et 42 degrés de fièvre).

Les hommes, c'est comme la lettre Q. 
Un gros zéro avec une petite queue.

Pourquoi les hommes sont la preuve que la réincarnation existe ? 
On ne peut pas devenir aussi con en une seule vie.


L'homme et son corps.

Pourquoi les hommes ont-ils les jambes arquées ? 
Les choses sans importance sont toujours mises entre parenthèses.

Les hommes, c'est comme de l'essence… 
Des pieds à la ceinture, c'est du super, de la ceinture aux épaules, c'est de l'ordinaire, et des épaules à la tête, c'est du sans plomb.

L'homme à la maison.

Quelle est la différence entre un homme et un chat ? 
Aucune, tous deux ont très peur de l'aspirateur.

Combien d'hommes faut-il pour changer un rouleau de papier toilette ? 
Personne ne sait : ça n'est jamais arrivé.

Pourquoi les hommes sont comme les micro-ondes ? 
Parce qu'ils chauffent en 15 secondes...

Quelle est la différence entre un homme et une tasse de café ? 
Il n'y en a pas : les deux tapent sur les nerfs.

Source : NoirAuFéminin via La Sénégalaise

Anonyme a dit…

Merci Rowwom, j'ai trouvé ce lien chez le Prof Ely

haut-et-fort: Etes-vous Docteur, docteur?

Enjoy your reading!

Anonyme a dit…

Je presente mes condoleances a' la famille de Dimi Mint Aba.
INA LILAHI WA INA ILEYHI RAJI OUNE!

Aujourd'hui est bien triste pour la Mauritanie. Dimi Mint Aba etait une tres grande chanteuse adore'e par les Mauritaniennes et les Mauritaniens. Elle a fait connaitre la musique Mauritanienne au-dela de nos frontieres nationales. Dimi etait la meilleure AMBASSADRICE des cultures Mauritaniennes. Son militantisme en faveur des droits de l'Homme est connu a' travers sa celebre chanson contre le racisme en Afrique du Sud.

Le gouvernement Mauritanien doit oeuvrer pour preserver toutes les contributions de Dimi Mint Aba a' notre patrimoine.

QUE LE TOUT PUISSANT ALLAH ACCUEILLE NOTRE SOEUR DIMI MINT ABA DANS SON PARADIS. INA LILAHI WA INA ILEYHI RAJI OUNE!!!

Seydou Coulibaly
Philadelphia, Pennsylvania
USA

Bebe BA a dit…

N MEMORIAM: DIMI la voix de l'art
par Abdel Kader Ould Mohamed

Symbole de la chanson mauritanienne, Dimi vient de disparaitre mais la voix de l’art ( Sawtu al fanni) qu’ elle nous a leguée retentira dans la légende des siécles jusqu’au jour du jugement...…En 1976 , l’illustre poéte Ahmedou ould Abdel Kader composa, dans l’une de ces envolées magiques dont il a le secret ,quelques vers intitulés, justement , ‘’ Sawtu al fanni’’ . Ces beaux vers devraient, pour les Mauritaniens de ma géneration incarner une nouvelle independance du pays…A Carthage, carrefour de toutes les civilizations et de tous les ages, Dimi avait porté , en toute beauté, cette fabuleuse ‘’ voix de l’art’’ laquelle atteint, dans son eloquante formulation, le sommet de l’emancipation artistique…’’.Quand les visions se brouillent, quand l’imagination s'épuise, quand l’aspiration s’enlise dans le territoire de l’impossible, la chanson prend des ailes, et en toute ivresse, nage dans le defilé des espoirs …en nous interpellant , tidinit à l’appui, si notre ’existence a , réellement, un sens, quand elle ne comprend pas pas la vocation et la competence artistique ?’’
La cause est , alors, entendue dans l’envoutante voix de Dimi, il y’avait celle de toutes les grandes causes, celle de l’independance qu’elle chanta ( Ya Mouritan alik Mbarek lastklal) …il y’avait , aussi celle des sans voix dont l’illustration parfaite resultait de son impecable requisitoire contre l’Apartheid ..( ya rabi lapartayd ati tyah mntin) …un imploration sacrée contre l’injustice, le racisme, l’intolerence et l’opression….
Avec un immense talent, la voix de l’art, sut concilier donc , dans son chant, la masse et l’elite , la nostalgie et l’ouverture… Elle sut , aussi, couvrir avec le voile de la beauté ( Goul limalhati dhati al khimari al asouadi) la laideur de nos faubourgs et la misére de nos jours….Elle sut, encore, concilier le sacré et le profane, en chantant l’abreuvoir du prophete (Hodh nabi) au bord duquel se ressent la forte envie d’entendre la mélodie qui coule, sensblement, dans les veines ( Muchtag al hassan hag al hol)…et au fond duquel , l’amour , en tant que voile entre l’aimant et l’aimé, chanté , par la voix de l’art, retentit encore…et encore.
Il faut dire qu’elle avait, en la matiére , de quoi et de qui tenir. Heritiére d’une prestigieuse tradition artistique remontant au fabuleux Sedoum ould Ndiartou dont le diwan est une clé de l’Histoire de notre pays…Fille du grand Sidati ould Abba qui composa la version instrumentale de l’hymne national de la Mauritanie et dont la mythique voix porta ‘’la voix de la republique’’ dans les campements les plus reticents vis-à-vis de la suspecte modernité, naguére, incarnée par ‘’ce machin de Radio Mauritanie’’…Fille de la grande dame Mounina mint Eidda qui fut courronée par l’envoutant ‘’chor d’aftout’’…Elevée dans un milieu naturel dont la physionomie constitue , en elle méme, un tableau d’art , celebré dans l’imaginaire collectif par l’inspiration spirtualiste du poete ould Addouba . et qui renvoie à l’image esthetique la plus raffinée de la vie dans ce desert bien rude ( Bel Mguil al bidhan … tenzah wa Azawan) , DIMI fut l’artiste qui chantait , par l’art accompli, la voix de notre vie nationale…Saurions nous chanter sa voie ? Allahuma Arhamha wa Aghafir laha wa tajawaz an ha…….

Anonyme a dit…

Salam

Cher ahmed ould Abba

A travers toi, je présente mes Condoléances à toute la famille suite au décès de notre soeur Dimi mint Abba.

Fraternellement

maatala

Anonyme a dit…

Salam


Le Premier Ministre, Dr. Moulaye Ould Mohamed Laghdhaf admis à l’hôpital militaire ...
...de Nouakchott suite à un malaise.


Des sources dignes de foi ont indiqué à ANI que le Premier Ministre, Dr. Moulaye Ould Mohamed Laghdhaf a été transporté tard dans la nuit d’hier, à l’hôpital militaire de Nouakchott suite à un malaise.

Ces mêmes sources ont précisé que le Premier Ministre serait victime d’une intoxication alimentaire et qu'il est encore à l'hôpital militaire où il est gardé sous surveillance médicale.

Bonne guérison à l'indolore et incolore PM dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

salam


La tragédie de la famille Ehel Bouna se poursuit en Espagne.

Selon des sources de la colonie mauritanienne en Espagne, la justice de ce pays vient d’ordonner à Mohamed Ould Abdallahi Ould Bouna de se rendre aux autorités carcérales pour purger une peine de deux ans et six mois prononcée à son encontre par un tribunal catalan.

Mohamed est le père de Sellemha Mint dont les parents et le mari croupissent depuis des années dans les prisons espagnoles, après avoir donné en mariage leur fille « mineure » à son cousin mauritanien. Après avoir passé quatre ans sous surveillance judiciaire en péninsule ibérique, il doit, selon l’ordre judiciaire, se rendre à la prison avant le 14 juin prochain.

Avec l’emprisonnement de Mohamed, toute la famille d’Issellemha est, au grand complet, embastillée en Espagne. Moctar Salem, le mari est en prison depuis quatre ans, en même temps que Hawa, a belle mère.



Auparavant, des sources avaient affirmé que les gouvernements mauritaniens et espagnols étaient tombés d’accord pour l’extradition, vers Nouakchott, de la famille Ehel Bouna. Ce qui n’a pu se faire, jusqu’à présent, à cause du non payement des amandes liées à l’exécution de cet acte dont le montant s’élève à 15 000 euros. Un tribunal espagnol a émis un acte pour constater l’incapacité de la famille à payer le montant en question.

La tragédie de cette famille immigrée mauritanienne a commencé en 2007, quand les deux parents de Isselmha furent arrêté par la justice espagnole, en même temps que le mari de leur fille pour « mariage forcé de mineure ». Commença alors un cycle infernal de procès qui se terminera par la condamnation à 12 ans d’emprisonnement de la mère et du mari, cependant que le père a écopé de deux années six mois de réclusion.

La famille Ehel Bouna continue à appeler le gouvernement mauritanien à intervenir pour la sauver des affres que lui fait subir la justice du royaume d’Espagne.

---------------------------------

Il a dit:

"mauritanien à intervenir pour la sauver des affres que lui fait subir la justice du royaume d’Espagne"

Ils auraient du y penser avant de livrer une gamine de 13 ans au pédophile.

En là livrant au vicelard qui a pensé aux affres qu'elle aurait à subir?

Quand on vit dans un pays étranger, il faut respecter ses lois sinon retourner dans son désert de merde.

Dedew ente vem dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Sur le blog du prof

Une « griotte » s’est tue.

http://haut-et-fort.blogspot.com

Anonyme a dit…

Mes condoléances à la famille Ehl Abba. A-

Anonyme a dit…

Holly shit! Qu ést-ce qu'on a fait contre le bon Dieu!

azzizzo: ce sera la ligne rouge entre twa et mwa. Recevoir un ministre de la defense iranien recherché par l'interpol a la suite de l'attentat de Buenos Aires en 1994, ce n'est pas malin. Il a été obligé de fuir un pays sud-americain juste acvant de venir te voir. Tu leur rembourse leur 10 millions de l'autre fois pour qu'on ai la paix. Tu ne peux pas faire l'équilibriste, une fois avec Kadafi et une fois avec Ahmedinejad. C'est nonet on ne va pas te laisser contribuer à waziristaniser le bled de nos ancêtres. Thak ma vih el eyara.
A-

====

Menace sur le Maghreb : L’Iran veut s’implanter en Mauritanie

05/06/2011

Le masque des mollahs en Afrique, Aqmi, risque de se renforcer et de s’étendre même. En effet, le ministre iranien de la Défense, Mohammad Vahidi, a affirmé lundi dernier à Nouakchott qu'il existe « un climat approprié pour dynamiser la coopération » entre la Mauritanie et l'Iran, à l'issue d'une audience avec le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz.En général lorsque Téhéran parle de « coopération », il s’agit uniquement d’intégrisme et de terrorisme.


Quand les pasdarans débarquent, en l’occurrence Mohammad Vahidi, c’est toujours en emmenant dans leurs bagages la Force Qods, le bras armé qui saigne à blanc notamment l’Irak, le Liban, le Yémen, Gaza ou la Syrie, dans la répression actuelle des manifestations. La Force Qods experte en prise d’otages et attentats en tout genre agit elle-même comme c’est le cas en Irak, ou entraîne et arme des groupuscules qu’elle aura eu soin de former en Iran et de relâcher ensuite dans la nature avec des objectifs précis et les noms les plus divers. On remarque que ce n’est pas le premier coup d’essai du régime iranien en Mauritanie. Ce qui est nouveau par contre, c’est qu'il l’annonce aussi ouvertement. Il n’est pas nécessaire de parler le persan pour traduire le sens de « coopération » en langue des mollahs. C’est un mot qui sent la poudre, le sang et la douleur. Il sent aussi le chantage à plein nez dirigé contre les gouvernements occidentaux. « Les relations entre les deux pays connaissent une impulsion dans tous les domaines, notamment économique et politique », a déclaré le ministre iranien, insistant sur « l'importance de la Mauritanie et de l'Iran dans leurs régions et sur le climat approprié existant pour dynamiser leur coopération ».Entre l’économie sous-développée de la Mauritanie et celle ie en ruine iranienne on reste dubitatif.

Anonyme a dit…

Suite - azzizo: arrête la déconne avec les iraniens. A-

===
Certes la Mauritanie a des banques dans lesquelles les mollahs chercheront à contrer les sanctions internationales. Elle a aussi des ports où il pourra faire passer des marchandises frappées par ces mêmes sanctions, avant de les renvoyer vers Téhéran, via mille chemins détournés. Mais ce n’est pas un point stratégique, comme le Golfe d’Aden où il a implanté des missiles, ou encore une autoroute du pétrole. Par contre c’est un carrefour vers le Maghreb et les pays africains francophones, où les intérêts français sont bien installés. Là on voit mieux se dégager une perspective et des raisons d’investir de la part des mollahs. Les deux pays ont signé un accord portant sur la construction en Mauritanie par l'Iran d’un port de pêche avec des unités de traitement des poissons fin 2010. On s’attend plutôt à voir fleurir comme d’ habitude des associations culturelles, des dispensaires et des écoles, voire des universités, qui servent de véritables viviers aux alevins terroristes et à des structures inféodées à la dictature religieuse. Les mollahs vont bientôt débarquer pour lancer leur filet sur les candidats à la formation intégriste aptes à être envoyés à Qom et ailleurs dans des casernes en Iran pour y recevoir l’ABC du parfait commando preneur d’otages et poseur de bombe sans état d’âme. Il faut donc s’attendre sous peu à une nette reprise des troubles et de l’instabilité dans cette région du monde, et des débordements chez ses voisins. (Iran Manif)

Le Rénovateur (Mauritanie) www.le-renovateur.com

Anonyme a dit…

Salam


La directrice du Tourisme de Mauritanie se fait voler 2 millions : le coupable est-il un officiel ?

La directrice de l’Office du tourisme de la Mauritanie, Khadidiatou Mint Doua, a été victime de vol lors de la cérémonie de clôture du Salon international du tourisme des industries culturelles et de l’artisanat d’art ( Ticaa) .


Selon le journal Le populaire, alors qu’elle s’était levée de sa place pour aller remettre un cadeau à son ministre du Tourisme, qui devait à son tour le remettre au Premier ministre du Sénégal, Souleymane Ndéné Ndiaye, le chapardeur a dérobé son sac, avant de se fondre dans la nature. Les recherches entreprises par la gendarmerie ont permis de découvrir que le coupable n’est pas allé loin. Le sac a été retrouvé dans les toilettes provisoires. Les documents de la dame ont été retrouvés, mais l’argent a disparu.

Source: seneweb
----------------------------------

Pourquoi cette Damitude se ballade avec 2 millions dans son LV de sac dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

De Maata: "Quand on vit dans un pays étranger, il faut respecter ses lois sinon retourner dans son désert de merde."

HAHAHA que Dieu te garde pour continuer a pigmenté ce Blog.

Anonyme a dit…

Salam

Fatoumetou Sow Dieyna, journaliste à Africa 7 : « J’ai envie d’enlever le voile ».

A Dakar pour rencontrer son chanteur Ballago, Fatoumetou Sow Dieyna dépose son savoir-faire à la chaine Africa 7 qui démarre ses programmes au mois de juillet 2011.

Seule présentatrice noire de la chaine nationale mauritanienne, Fatoumetou Sow Dieyna n’en est pas moins une admiratrice du chanteur sénégalais Thione Ballago Seck. Seulement, elle ne savait pas qu’en rendant visite à ce dernier, Fatoumetou Sow Dieyna s’installerait définitivement au Sénégal.

« J’étais venue au Sénégal par admiration pour Thione Ballago Seck. J’avais passé un contrat avec lui pour une prestation en Mauritanie. Une fois à Dakar, je me suis dit pourquoi ne pas travailler au Sénégal.

Je pensais à une chaine comme la TFM mais comme là-bas on parle assez souvent Wolof et qu’il n’y a pas vraiment de journal, j’ai pensé voir ailleurs », dit-elle. C’est ainsi qu’elle fera la connaissance d'Oumou Wane, directrice d’Africa 7 par l’entremise du journaliste sénégalais Cheikh Yérim Seck. « Le contact s’est fait vraiment de façon immédiate. J’ai été recrutée en deux secondes », s’enthousiasme-t-elle dans une interview avec Weekend Magazine parcourue par Lerat.net.

Et Fatoumetou promet de crever l’écran en enlevant le voile. Et le « meulfeu ». Autre chose : Fatoumetou Sow Dieyna est un cœur à prendre et espère rencontrer l’homme de sa vie avec le lancement de la télévision Africa 7 dont elle sera l’une des présentatrices vedettes du journal télévisé. A vos yeux !

---------------------------------

La tuile

Une des rares filles "tirable" de ce pays se casse.

Cela sent le sauve qui peut dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Je ne comprends plusd mon pays l'IGE doit être indépendant du plitique.L'azzizzo est entrain de reproduire un mélange de Ould Taya - Ely - Sidioca et je ne sais quoi d'autre. Ce n'est pas une route gagnante. A-

====
Les limiers de l’IGE passeront -ils au peigne fin le bilan de l’ex Dg de la TVM ?


A peine limogé, l’ex patron de la TVM Mohamed Moctar Ould Iyahi a encore devant quelques mois pour pouvoir partir sans grandes inquiétudes, après son passage écourté à la tête de l’un des plus importants organes officiels d’information, où son départ n’augure pas des airs de satisfaction, sinon comment expliquer sa rapide disgrâce ?

L’IGE dont les limiers travaillent sans répit, même si récemment leur chef Mme Aicha Vall Verges, s’était quelque peu trouvée débordée par la supervision des meetings politiques organisés dans les quartiers de la capitale Nouakchott par la commission nationale des femmes de l’UPR, peut bien aujourd’hui passer au peigne fin les comptes de la TVM, pour s’assurer de leur régularité.

Une tradition utile et nécessaire permettant de mettre en garde les responsables qui nommés pensent pouvoir agir à leur gré et qu’une fois leurs délits de gestion débusqués, ils peuvent être démis sans risquer d’être poursuivis pour leur bilan, même catastrophiques. Autres temps, autres mœurs.



Avec une rétroactivité dynamique de la machine de contrôle de l’IGE, vaut mieux adopter un profil correct de bout en bout pour éviter de se retrouver derrière les verrous. Une humiliation qui peut durer longtemps eu égard aux cas similaires dont les auteurs croupissent encore entre les taules.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Le Véridique (Mauritanie

Anonyme a dit…

A-
t'es trop important pour comenter un article du torchon denommé: "le verididique"

On voit où cet article peshmerga veut en venir : jeter l’ex DG de TVM en pâtures aux incompétents de l’IGE. Et pourquoi l’IGE ne s’intéresse pas au Ministère de l’Intérieur du temps de Mohamed Oud Mouawiya, à la fiscalité de Ciment de Mauritanie, de Top Technology, Top Lait au trafic d’influence du site « Mauritanid » qui rackette et accuse les autres de le faire
Bouna

Bebe BA a dit…

Libye: ' Kadhafi ne peut plus diriger ' le pays, selon le président mauritanien

Nouakchott — Le colonel Mouammar Kadhafi "ne peut plus diriger la Libye" et "son départ devient une nécessité", a estimé le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz lors d'un entretien accordé à l'AFP à Nouakchott.

"Quoi qu'il arrive, il y aura une solution négociée, même avec le temps. Dans tous les cas, Kadhafi ne peut plus diriger la Libye. Son départ devient une nécessité", a déclaré M. Ould Abdel Aziz.

M. Ould Abdel Aziz a cependant douté de l'efficacité des frappes menées par l'Otan en Libye, en particulier sur sa capitale Tripoli. "Les frappes de l'Otan ont peut-être permis de diminuer l'intensité des actions menées par les forces gouvernementales à l'époque mais, en tout cas, cela ne semble pas régler le problème et cela ne pourra pas le régler", a-t-il estimé lors de cette interview donnée lundi après-midi.

"C'est l'Etat et le peuple libyens qui en souffrent. Il faut alors le faire partir (Kadhafi) sans faire plus de dégâts. En tout cas, l'avenir appartiendra à son peuple", a-t-il estimé.

Le président mauritanien préside un comité de chefs d'Etat de l'Union africaine (UA) chargé de trouver une solution négociée au conflit libyen.

L'UA s'est engagée dans une délicate médiation pour faire accepter par les protagonistes libyens une "feuille de route" prévoyant un cessez-le-feu dans les meilleurs délais, un acheminement de l'aide humanitaire et l'instauration d'une période de transition et de dialogue conduisant à des élections démocratiques.

Le régime de Mouammar Kadhafi a très rapidement accepté les propositions de l'UA, mais les rebelles ont posé comme préalable un départ du colonel Kadhafi et de ses fils.

(AFP)

Anonyme a dit…

Je crois qu'il n y avait rien dans le boeing cocaine. Raison que ça traîne jusqu'au départ d'ATT en 2012. Tout fait pour justifier la militarisation de la zone Sahara-Sahel.

LEs généraux algériens sont cu et chemise avec les généraux US et les français ne sont pas loin. Y en a marre. A-


http://pubs.usgs.gov/fs/2010/3006/pdf/FS10-3006.pdf

Anonyme a dit…

Salam

Question

Pourquoi, il y a des TV et des radios privés au Mali, au Sénégal et pas chez nous.

Dire que ces mendiants arrogants se croient plus intelligents et démocrates.

Toujours péter plus haut que son cul dit le fou.

Maatala

Anonyme a dit…

Salam

Dans la serie: je suis sous le charme ou KO debout, stone, amouré dingue, sama yaram dawne, madame fait tes valises car j'ai eu un coup de foudre pour une photo


Fatimétou Sow Deyna réagit à propos de l’article publié sur Leral et repris par Cridem.








A la suite de l’article publié sur elle, Fatimétou Sow Deyna a tenu à faire les précisions suivantes :

"Je suis Mauritanienne et fière de l’être. J’ai travaillé au sein de la Télévision de Mauritanie (TVM) pendant 4 ans. J’ai eu mon contrat de travail en 2010. Il y’a des moments dans la vie où l'on a envie de gravir des échelons. Plusieurs journalistes ont quitté la TVM... .

Je ne suis pas la première et surement pas la dernière. Je veux seulement dire à tous ceux qui m’ont soutenu, qui ont cru en moi que Fatimétou Sow Deyna restera toujours celle que vous avez connue en Mauritanie, souriante et qui aime son travail. Je vous laisse découvrir par vous-même si je ne saurai représenter mon pays.



Pour ceux qui adorent critiquer, je ne suis pas celle qu’on peut facilement déstabiliser. Le prophète Mohamed (Psl) avait des ennemis. Je ne suis que Fatimétou Sow Deyna, celle qui faisait le plaisir de plusieurs téléspectateurs et qui lui resteront fidèles où qu’elle se trouve… avec son Meulf."




Source :

Babacar Baye Ndiaye Pour Cridem


-----------------------------------

Il a dit:

Redigé par,

S.M.S.SARL

2011-06-07 19:29:13

Le Père de la République Islamique de Mauritanie, Feu Moctar ould Daddah a qualifié le Sénégal et la Mauritanie de frères siamois.
Le Président Abdoulaye Wade a dit que la Mauritanie et le Sénégal, c’est un grand et même qui a deux états.
Le Président Mohamed ould Abdel Aziz, a parlé Wolof sur la tribune officielle à Dakar.

Fatimétou,

Que tu sois à Dakar ou à Nouakchott, tu es chez toi.
Que tu travailles à Nouakchott ou à Dakar, c’est du kif-kif.

La Sénégalo-Mauritanienne de Services (S.M.S) est dirigée par un Mauritanien et son siège est au cœur de Dakar. Nous t’y invitons d’ailleurs pour passer un moment parmi tes sœurs et tes frères sénégalais et mauritaniens. Tout comme nous t’invitons à nos bureaux de Nouakchott quand tu seras de l’autre côté.

Nous te proposons également d’adhérer à l’Association de Fraternité Mauritano-Sénégalaise en cours de création.

Quant à ta tenue vestimentaire et à ta vie privée nous n’ajoutons rien aux deux commentaires de CONSELLER BENEVOLE que nous avons lus sur les deux articles et que nous partageons entièrement.

Fraternellement

La Sénégalo-Mauritanienne de Services (S.M.S.) SARL
21,Rue MohamedV x Carnot
BP 23525 Dakar-Ponty (République du Sénégal)
Tel. +221 33 848 74 55
Fax +221 33 842 24 44

BMD N°345
BP 2116 Nouakchott (République Islamique de Mauritanie)
Tel. +222 22 68 93 35
Fax +222 45 25 44 60

E-mail : sen.mau.services@orange.sn
E-mail : sen.mau.services@gmail.com

Anonyme a dit…

Me suis trompé sur le lien à mon message du 7 juin 2011 18:23. Le lien est plutôt celui-ci, repris par Cridem de l'AFP ou de Maliweb.


http://www.cridem.org/C_Info.php?article=56510

Mais quand même le premier lien est quand même utile et explique beaucoup les interférences et autres destabilisations en jeu dans la région Sahara-Sahel.

Morrons moins idiots, comme le dit toujours Maatala.

A-

Bebe BA a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Bebe BA a dit…

Piqué sur Haratine:

Affrontements ethniques, à Atar, entre des Hratins et Oulad Memma et les autorités se dérobent

Selon des sources émanant des organisations des droits humains, le commissariat de police d’Atar a procédé à des arrestations dans les rangs de « voyous hratin » dit Hratin d’Ehl Memma. Cette rafle fait suite au refus du Jeune Ghaythy Ould Cheikh ould Memma de se rendre à la police, après avoir donné à ses esclaves l’ordre de lyncher le nommé Haroune Oud Baba lequel se trouve être le neveu d’un ancien diplomate mauritanien à Washington. La victime a été violemment traînée par ses agresseurs dans la cours de la confrérieأرسل إلى صديق ( Dayra) où elle fut copieusement molestée ; puis remise à la police où elle est allée passer la nuit.

Selon Haroune Ould Baba, l’incident est survenu quand le petit-fils de Ely Cheikh Ould Memma (Ghaythy) lui a barré la route lui bloquant le passage avant, d’aller délibérement, faire heurter sa voiture contre la sienne. L’aile de son véhicule en est sortie complètement endommagée. Mais les choses ne se sont pas arrêtées à ce niveau. Ghaythy viendra le voir et l’injurier. Ses insultes étaient racistes : « Espèce d’esclave, ce sont tes semblables que je t’enverrai pour te corriger. ».Alertés, les Hratins Ehel Hemmody ont intervenu pour sauver Haroune. Ils menacent de le venger. Un sit-in, organisé par les anciens esclaves de Ehel Hemmody est en cours devant le commissariat d’Atar par les anciens esclaves de de Ehil Hemmody. Ces derniers brandissent des slogans qui appellent à la justice sociale et a l’égalité entre les citoyens.

Il est cependant surprenant que les autorités reste coites et que le procureur de la République et le président du tribunal se dérobent en ce moment précis et refusent de se saisir du dossier qui leur a été pourtant transmis en bonne te due forme par la police. Le seul prétexte jusqu’ici avancé et qui n’est pas, du reste, en odeur de sainteté est le procureur se prépare pour un voyage en dehors de la ville et que le président du tribunal est malade et jouissant, de surcroît, de repos médical. Voilà qui sera un motif pour transférer le dossier à Nouakchott.

A noter que la famille Ehiel Momma jouit d’une grande notoriété au sein de l’administration. C’est ce qui explique le laxisme et l’attitude on ne peut plus suspecte des deux responsables qui se murent dans le silence et la nonchalance.

initi.net

Anonyme a dit…

L'autre question:où sont leur victimes?

----
00:26Où sont les Salafistes ?

A cette question qui taraude depuis quelques temps les parents des 14 prisonniers Salafistes transportés nuitamment par les autorités mauritaniennes vers un lieu tenu secret, le président Mohamed Ould Abdel Aziz vient d’apporter quelques éléments de réponse dans une interview qu’il a accordé à l’agence France presse.

Selon le président, les 14 prisonniers en détention préventive, jugés très dangereux par le président sont dans un lieu sûr dans une zone isolée. Selon lui, ces 14 détenus même en prison ont gardé des contacts avec les réseaux terroristes.

Selon Aziz, ils recevaient régulièrement de l’argent et procéder à l’enrôlement de nouvelles recrues. .

Synthèse de Sneiba                                                                        
                                                                                                      
                                                                                                        
 

Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Anonyme a dit…

Maatala,

Birame est dans l'abolitionisme ou dans le syndicalisme? Il mélange trop les genres et cela risque de lui être fatal. A-
===
Initiative de Résurgence pour le mouvement Abolitionniste (IRA- Mauritanie) : Communique de presse


Une délégation de IRA- Mauritanie a visité, Mardi 7 Juin 2011, le Port de l’Amitié de Nouakchott, sur invitation de certains militants du mouvement pour les informer sur les conditions de travail des dockers.

Sur place, la délégation a organisé un meeting où se sont succédés les intervenants exprimant le soutien et la solidarité indéfectibles du mouvement abolitionniste et son leader Biram Ould Dah Ould Abdeïd aux dockers exposés à des conditions de vie misérables et de travail physique éreintant.

Le porte-parole de la délégation M. Brahim Ould Bilal Ould ABEID, a rappelé que « IRA, étant une organisation des droits humains, vise à défendre les droits de tous les opprimés que l’abjection et la barbarie humaine réduisent arbitrairement à l’état d’esclavage. Ainsi considère-t-elle les pratiques iniques sous lesquelles ploient ces travailleurs comme une nouvelle forme d’esclavage exercé, à travers BEMOP, par le pouvoir. »



Ces sévisses auxquelles font face, aujourd’hui, l’ensemble des dockers suscitent tant l’indignation que l’inquiétude des observateurs. En effet, il n’y qu’à voir l’état d’avilissement des hommes parquées par milliers dans une cours située en dehors du port et dans laquelle ils sont, quotidiennement, condamnés à rester et attendre que l’autorisation leur soit accordée pour aller transporter des faix afin de gagner ainsi leur pain.

Ces travailleurs pacifiques, ayant foi à la nécessité de préservation de la sécurité et la paix civile, souffrent de toutes les formes d’injustice, du favoritisme et de maltraitance au grand mépris de l’Etat lequel est, en réalité, le principal responsable des abus qui leur sont réservés sur le môle pour les avoir livrés comme des bêtes de somme à Mohamed Ould Cheikhna, directeur du bureau BEMOP, ses parents et ses mercenaires qui les sucent à blanc.

Tout en tirant sur la sonnette d’alarme pour tout ce qui peut découler de l’exploitation de plus de 5000 travailleurs sur le dock du port, IRA exprime :

- Son soutien inconditionnel aux dockers dans cette épreuve tragique qui constitue un signe indéniable d’esclavage traditionnel mais également une preuve cinglante de l’esclavage moderne ;

- Appelle les autorités à intervenir rapidement pour améliorer les conditions de cette frange sociale que l’ingratitude du temps a entraînée dans de si misérables conditions qui ne sauraient être combattu en dehors de la réactivation de la loi du travail, de la convention sociale et les textes adventices ;

- Exige le renvoi immédiat de Mohamed Ould Cheikhna du bureau et permettre aux travailleurs de procéder à l’élection, en toute liberté et transparence, de celui qui aura en charge de les diriger, loin des considérations politiques et les autres formes d’allégeances étroites ;

- Appelle l’opinion générale nationale et publique, tout comme les partis politiques, les organisations de la société civile, les organismes internationaux et toutes les forces vives à se mobiliser pour sauver la sécurité et la paix civile dans un pays où la composante Haratin s’expose, de façon particulière, à toutes les formes d’exclusion et de favoritisme. Cette situation qui dure encore est de nos jours est devenue inconcevable ;

- S’engage à ne ménager aucun effort pour mettre terme, par tous les moyens pacifiques, à cette situation tragique dont souffrent les travailleurs du port, pour que la préservation de l’unité nationale ne soit plus de simples slogans politiques vaseux.

Nouakchott, le 08 Juin 2011
Commission de communication

IRA- Mauritanie 2011

Anonyme a dit…

Des nouvelles du fonds SIDA si les sommes soustraites ont été remboursées. Notre voisin le Mali semble être dans le même problème ou même un peu pire. A-

===
http://www.maliweb.net/category.php?NID=76712

Anonyme a dit…

El hamdou lilah, les maliens bougent le petit c...
A-
==
Région de Tombouctou : Devant la démonstration de force de l’armée malienne, AQMI a cédé le terrain

Lafia Révélateur, 09/06/2011

En réaction à la présence ostentatoire d’AQMI dans la région de Tombouctou entre le 18 et le 25 mai 2011, l’armée malienne a déployé les grands moyens sur le terrain. Et AQMI a plié bagage en se retirant dans les montagnes de Tigargar dans la région de Kidal.


Quatre avions dont deux avions de reconnaissance (tétra) et deux hélicoptères de combat équipés de missiles, une quatre vingtaine de véhicules 4x4 (BG) tous équipés en armements lourds avec à bord des soldats bien armés. Parmi ces soldats, des éléments de l’ETIA4 et 6 (Echelon Tactiques Inter Armées), un détachement des commandos parachutistes et l’armée de l’air. Tel est l’arsenal visible qui avait été déployé par l’armée malienne pour en découdre avec AQMI devenue vraiment audacieuse ces derniers temps dans la région de Tombouctou.

N’eut été cette démonstration de force, tout le monde à Tombouctou avait cru à un aveu d’impuissance du Mali face à AQMI. Mais c’était sans savoir la discrétion du Général Président malien qui, en bon militaire, tente d’éviter la guerre par tous les moyens sans et pourtant oublier de la préparer. A tel point que des pays voisins ont, certainement à tord, déclaré à qui veut l’entendre que le Mali est le maillon faible de la lutte contre AQMI dans la bande sahélo-saharienne. Cette démonstration de force de l’armée malienne la semaine dernière a démenti toutes ces déclarations.

Selon nos sources, l’armée a fait un ratissage général de la région qui est parti de Tombouctou ville à la frontière algérienne en passant par Agouni, Araouane et Taoudénit et de la ville de Tombouctou à la frontière mauritanienne en passant par les cercles de Goundam et de Niafunké. La méthode était la suivante: les avions de reconnaissance surveillaient tout depuis la haut et les véhicules fouillaient les coins et les recoins du territoire. Ainsi de suite jusqu’à la frontière algérienne d’une part et jusqu’à la frontière mauritanienne d’autre part. Et AQMI a été introuvable ! Où est-elle passée alors ?

Apparemment, AQMI avait reçu les bons renseignements et a vite compris qu’elle ne pouvait pas faire face à cet arsenal déployé par l’armée malienne. C’est pourquoi elle a préféré abandonner la zone au profit de ses vrais propriétaires. Au passage, nous déplorons la manière de certains confrères qui donnent des informations sur les sorties de l’armée avant que l’opération ne s’achève. Car n’oublions pas que cela peut être exploité par l’ennemi. Pour notre part, nous avons mis entre parenthèse la liberté tous azimuts d’informer au profit de la responsabilité et de l’intérêt national en nous taisant sur le grand manœuvre de ratissage qui était en cours. Maintenant que l’opération est finie, nous informons les maliens pour qu’ils sachent qu’ils ont une armée sur laquelle ils peuvent compter.

Anonyme a dit…

Suite - Mali lui bouger. A-
===

Revenant au lieu de cache d’AQMI, c’est dans les montagnes de Tigargar dans la région de Kidal. Là où s’étaient cachés Hassan Fagaga, Ibrahim Bahanga et leurs hommes après leurs forfaits du 23 mai 2006. C’est de gigantesques montagnes en sorte de tunnel. Selon nos sources, on peut joindre la Libye à partir de ces montagnes. C'est-à-dire on peut rentrer dans ces montagnes au Mali et aller sortir en Libye. C’est aussi le malheur du Mali avec ces lieux de cachette sûrs pour les malfaiteurs.

Les instituteurs américains retournés sains et saufs !
Il faut savoir que ce grand manœuvre de ratissage a bouclé la formation des éléments de l’ETIA6 et 4 (Echelon Tactiques Inter Armées), un détachement des commandos parachutistes et des éléments de l’armée de l’air. Et c’est des militaires américains qui étaient chargés de cette formation. C’est ces militaires américains que guetteraient justement AQMI comme pour venger la mort de Ben La Den en assassinant ou en prenant en otage au moins deux parmi eux. Alerté sur cette intention inavouée des éléments d’AQMI de faire des otages parmi les soldats américains qui étaient venus formés nos soldats, les autorités ont transféré dare-dare ces instituteurs américains à l’hôtel colombe qui avait été sécurisé pour la circonstance.

Aujourd’hui, les formations suivies du grand manœuvre ont pris fin et les instituteurs américains sont retournés chez eux sains et saufs. D’ailleurs, le Chef d’Etat Major Général des Armées, Général Gabriel Poudiougou était présent à Tombouctou pour la circonstance.
Maintenant qu’AQMI a reculé devant l’armada de l’armée malienne, nos autorités doivent maintenir ce cap. Ne plus s’absenter sur le terrain pour ne plus permettre à AQMI de s’installer. Et accélérer la mise en œuvre des activités du PSPSDN.
BABA OULD

Lafia Révélateur, est seul responsable du contenu de cet article

Anonyme a dit…

Je crois que le gars a bouffé. Rien ne sert de politiser cette affaire. Il a bouffé, il a bouffé.

Avant-garde des Forces du Changement Démocratique : Communiqué.


L’Avant-garde des Forces de Changement Démocratique dénonce vigoureusement l’arrestation de son vice président Mr. Moulaye El arbi ould Mohamed dans un contexte de dérapage prégnant du régime, de diversion politique constante et futile. Rappelons à l’intention de l’opinion publique nationale ce qui suit :

• Les manœuvres d’intimidations et de violences politiques qui interviennent cycliquement pour masquer les difficultés patentes du régime à résorber la situation de crise complexe que connaît le pays, compromettent toute perspective de dialogue politique.

• Les pratiques funestes n’entameront en rien notre détermination à continuer la résistance politique pacifique jusqu’à la chute de la dictature. Notre combat continuera jusqu’à l’abolition de la prime à l’incompétence qui assure les rentes de situation de la dictature à travers la promotion des mauvais gestionnaires et le pillage systématique des établissements publics.



• Appelons toutes les forces politiques à dénoncer énergiquement les excès et les dérives autoritaristes basées sur la personnalisation du pouvoir et l’instrumentalisation de toutes les institutions et en particulier la justice, à refuser la capitulation politique et la compromission avec un régime n’ayant pour toutes réponses aux multiples défis que le pays doit relever, que le populisme et le harcèlement par la violence politique dirigée contre les opposants politiques jusqu'à friser l’absurde et le ridicule puisque finissant par s’en prendre à une personnalité aussi digne, valeureuse et irréprochable que ne l’est le vice président de l’AFCD, Mr Moulaye El Arby Ould Moulaye Mohamed.

• Réitérons notre exigence que toute la lumière soit faite en toute indépendance et neutralité sur la gestion d’ensemble de la SONIMEX afin que les responsabilités des uns et des autres soient établies.

Nouakchott le 07/06/2011
Le bureau exécutif

Anonyme a dit…

Salam

Nostalgie quand tu nous tiens:

--------------------------------
lundi, octobre 23, 2006


LES VŒUX D’X.

chacun ses problèmes je ne m'adresse qu'à mes concitoyens, il n'y aura donc pas de voeux pour la paix dans le monde ou des conneries comme ça, comme d'habitude je vais parler sincerement, pour la langue de bois vous vous êtes trompé de blog.

les mauritaniens se divisent en trois catégories, dont deux minorités et une majorité :

la première minorité est constitué de mes amis, à ceux là je souhaite une bonne fête de "3id el vitr el moubarak", je demande à Allah le tout puissant de leurs accorder une longue vie, pleines de joie, de réussite et de bonnes choses, à eux et à ceux qu'ils aiment, je Lui demande aussi de bien vouloir accepter leurs jeûne, et de leurs doubler la recompense, Amin.

la seconde minorité, ce sont mes ennemis, à eux je souhaite la mort, ou alors un longue vie faites de souffrance, d'echecs et d'engoisse, Amin.

la majorité, c'est à dire cette masse silencieuse qui souffre, à ceux là je souhaite evidament la même chose qu'à mes amis, je souhaite aussi une rapide emancipation, qui les sort des carcans de l'ignorance, source de tous les avatars.

n'ayant jamais fait le moindre mal à quiconque qui ne le mérite pas (ou alors à de très rares exceptions, et dans ces cas je me suis déja excusé), je ne demande pardon à personne.
naturellement, à ceux qui m'ont fait souffrir, je ne pardonne rien et je dit ceci :

ma vengance n'est qu'à ses débuts, alors prenez note, ceci est un moment de grande franchise :

billahi lledhi la ilaha illa houé, je vous promet, sur mon honneur, que vous allez tous payer, jusqu'au dernier, et dans cette vie.

c'est une promesse.

ceci est pour les vivants.

pour les morts, je demande à Allah le tout puissant d'accorder sa miséricorde et son paradis à mes morts, à ceux de mes amis ainsi qu'à ceux de la majorité qui souffre en silence.

les morts de mes ennemis, qu'ils crament tous en enfer pour les siècles des siècles.

Amin.

posted by X Ould Y

De temps à autre je vais me ressourcer chez mon mentor dit le fou

Que Dieu te protège dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Cher X tes amis:

1- Yanis le R.
2- X Ould Y
3- LM
4- Vlan
5- Cheikh
6- Veten
7- Azawane
8- Abou Zayd
9- Eurotanien
10- La crevette
11- Ould-ejjembe
12- RIM
13- Abdallah OMS (Alchimiste)
14- Alioune O. Ahmed
15- Maatala
16- Tah
17- O. El Bou
18- Pacco
19- Anissa
20- Lezard
21- Ahmed Salem
22- Lemlahlah
23- Lambda
24- mohamedelymbareck@yahoo.fr
25- Crapulus
26- Le rêve
27- Sidi
28- Aigledor
29- Peter_pan_mr
30- Le modéré
31- Limam
32- Taher Sidi Brahim
33- M. Diallo
34- ELY Mustapha
35- Cyberjuste
36- Mohmed Salem O. Abdessalam
37- MMS
38- Chinguitti
39- Presse sucrée!
40- X Ould Mauritanie (XOM)
41-Nana
42- Baynour
43- The next episode
44- Mohamed Fall O. Oumère
45- Tarek OULD MARRAKCHY
46- ATE (Amoureux du Trab Elbidhan)

T'embrasse et te souhaite longue vie et surtout ne te diront jamais assez merci

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Un nouveau membre du club

maurichronique


Quoi, donc ? Tout simplement un blog qui essaie de faire connaître l'homme qui tient le pays depuis 2005. De gauche à droite, de droite à gauche, des riches aux pauvres, tous les Mauritaniens ont été trompés par cet homme qui excelle dans l'imposture. Il croit qu'en fustigeant le voleur, il devient un homme juste et probe.


Chronique sur mon Président


Je m’efforcerai, à travers cette chronique, à m’interroger et à interpeler les lecteurs sur le premier citoyen public du pays, Mohamed Ould Abdel Aziz. J’aborderai, en premier lieu, ses rapports circonstanciés avec ses partenaires politiques, l’opposition, ensuite sa majorité, en essayant de faire la lumière sur sa relation avec ses collaborateurs de l’administration publique. Je ne manquerai pas d’évoquer ses tendances d’ubiquité, son rapport avec l’argent et bien d’autres faces cachées de l’homme.
L’on est en droit, en ces jours de grands questionnements, de se poser la question sur les méthodes de l’homme. Quel est le secret qui fait la force de Mohamed Ould Abdel Aziz ?
Mohamed Ould Abdel Aziz régente la République depuis 2005. Il a traîné, en laisse, toute la classe politique. Pas un seul leader politique n’a échappé à ses turlupinades. Tour à tour, nos honorables leaders hommes politiques ont défilé dans le cirque de ce militaire, d’abord, colonel, puis général, ensuite chef d’Etat putschiste et enfin président de la République. Chacun a, à un moment donné, servi, gracieusement, le dessein de cet homme qui tient, aujourd’hui, le pays d’une main de fer. De Messaoud à Ahmed Ould Daddah, d’Ahmed Ould Sidi Baba à Moussa Fall, de Mohamed Yehdhih Ould Moctar El Hassen à Louleïd Ould Weddad, de Jemil Mansour à Ould Mouloud, de Boidiel Ould Hoummeid à Dah Ould Abdel Jelil, la liste des comparses est longue, difficile à dérouler intégralement.
Certains, parmi ceux-ci, ont été roulés plus d’une fois. Ils seraient, peut-être, même, disposés à se faire ratatiner une autre fois, puis une autre. Mais, ce qui est surprenant chez le général c’est qu’il est parvenu à rassembler dans l’adversité deux entités, historiquement, opposées ; et qu’il s’est toujours permis de s’approprier les deux slogans brandis, naguère, par l’une à l’encontre de l’autre. Il ne se gêne pas, par exemple, de se mettre dans la peau, d’un Ould Daddah ou Messaoud, sous le règne de Maaouya, pour fustiger la gabegie de Louleid Ould Weddad ou Boidiel Ould Hommeid. Envers Ould Daddah et Messaoud, il répète, sans gêne, aucune, en s’inspirant de la même époque, des expressions comme opposition irresponsable et contreproductive. La prouesse c’est qu’il paraît, dans pareille posture, comme un esprit hors du commun. C’est comme s’il venait d’ailleurs. Du ciel. C’est, en quelque sorte l’image d’un Saint Esprit, exempt de tout soupçon. Un homme parfait, en somme ! Alors qu’il est le produit du même système dont il accable, aujourd’hui, ceux qui en furent les clients. Il est même, serait-on tenté de dire, un peu plus qu’un produit. C’est un pilier de ce système. Si, ceux qu’il se plait à appeler les roumouz El Vessad (symboles de la gabegie) devraient lui rendre la monnaie, ce ne sont pas les pièces, ni les liasses, qui feraient défaut...
A suivre…
Publié par mouna mint ennass


Bon vent dit le fou

maatala a dit…

Salam

Lm

tu as un message sur ta boite mail

fraternellement

maatala

maatala a dit…

Salam

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE
EN MAURITANIE - (IRA-MAURITANIE)

الـمبـادرة من أجـل انـبـعـاث الـحـركـة الإنـعـتـاقـيـة
Communiqué de presse


Le jeudi 06 mai 2011, donnant le coup d'envoi de l'opération d'enrôlement des populations, Mohamed Ould Abdel Aziz a présenté ses papiers personnels au responsable de l'état civil de Sebkha avant de laisser son empreinte digitale, de se faire photographier et de s'inscrire.
Et pourtant, chaque jour, se sont des dizaines de personnes, identifiées par leur appartenance ethniques et leur naissance, qui subissent d’énormes tracasseries dans ce même centre de Sebkha avant d’être éconduites, sans pouvoir s’enregistrer comme a pu le faire, avec facilité, Mohamed Ould ABDEL AZIZ.
En effet, une lecture rapide de la fiche de recensement révèle une volonté manifeste des autorités de réduire à néant les communautés noires de Mauritanie (hratin, peulh, soninké et wolof) : les hratin sont confinés dans le même groupe que les arabo-berbères, sous le vocale « arabe » pendant que les peulh sont divisés en deux (2) sous groupes - fulbé et Halpular. Or aucun argument plausible, fût-il ethnique, linguistique ou culturel ne peut justifier une telle décision à motivation politicienne et aux visées calculatrices et hégémonistes qui dénote la volonté pernicieuse de la minorité arabo-berbère à phagocyter les communautés négro-mauritanienne. Cela est d’autant plus vrai que les Hratin qui, à eux seuls, représentent un peu plus de la moitié de la population nationale sont paradoxalement maintenus contre toute logique au sein du groupe dénommé « arabe », dans la prétendue fiche de renseignement, malgré la revendication maintes fois affirmée par les Hratin exprimant leur désir d’être recensés séparément de l’ensemble arabo-berbère. En effet beaucoup de facteurs dont la race, le passé historique et socioculturel justifient une telle requête. Ceci permettra de démystifier les équilibres artificiels du système de domination à caractère ethnique qui, tout en instrumentalisant le poids démographique des Hratin, condamnent ces derniers à l’esclavage, la marginalisation, l’exclusion, l’ilotisme et la paupérisation.

maatala a dit…

Toutes ces manœuvres, consistant à diviser les uns et ignorer les autres, s’inscrivent dans la logique raciste et ségrégationniste du système de domination qui voudrait faire prévaloir, à tous les niveaux, la suprématie d’une minorité au détriment de la majorité.
Eu égard aux informations recueillies depuis l’amorce de ce processus, lesquelles nous amènent à constater que le déroulement desdites opérations d’enrôlement manquent de transparence et s’assimilent plutôt à des opérations d’épuration et d’anéantissement numériques des populations noires, IRA-Mauritanie:
§ Dénonce et condamne avec la dernière énergie la composition raciste et égocentriste de la commission constituée de 11 arabo-berbères et d’un noir ne jouissant, par ailleurs, d’aucune intégrité morale ;
§ Appelle les populations exclues à plus de vigilance et de courage pour se dresser devant les visées racistes et exclusivistes des autorités ;
§ Met en garde contre les risques de tensions que pourraient engendrer le détournement et la réduction d’une opération d’une importance capitale en une entreprise qui vise le renforcement et l’accélération de la dérive ethnique du pouvoir ;
§ Exige la séparation de jure des Hratin, de l’ensemble arabo-berbère, comme elle a toujours était de fait, dans le domaine matrimoniale, économique, sociale, et leur recensement comme il se doit comme un ensemble indépendant ;
§ Engage les autorités de renoncer à la division tant absurde qu’inacceptable de la communauté Peulh en fulbé et Halpular ;
§ Exige des autorités la révision des procédures d’enrôlement afin d’assurer à tous les citoyens un égal accès à l’Etat civil,
§ Recommande une communication/sensibilisation large et sincère sur tout le processus d’enrôlement des citoyens,
§ Appelle tous les partis politiques, les organisations de défense de Droits humains, les élus et toutes les forces vives du pays à s’engager pour faire échec à cette farce administrative qui, si elle est menée à terme, portera un coup fatal à l’unité de notre peuple et à la stabilité du pays.
Nouakchott, le 05 juin 2011
Commission de communication

Anonyme a dit…

Salam


Redigé par, chourahbil sur cridem

2011-06-12 14:36:56

qui est dans ce pays ne surfacture pas le contribuable mauritanie, regadez la solenelec, le directeur adjoint (metier officieux faire le foutig avec aziz) à une liste de prents de aziz dont leurs usines de congelation ; et leurs sociétés et leurs villa ne payent pas l'electricités, des pertes qui avoisineent les milliards au détriment de la somelec une société surendetté et en faillite.

ils suffit de verfiet les permits des usines de co,gelations et les comparere avec leurs factures d'electricité pour se rendre compte de l'autenticité de de l'infon je peut meme siter des noms celèbres.

Chiche dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam


Silence gouvernemental sur l’état de santé du Premier Ministre

Selon le site Al Akhbar, le Premier Ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf se remet dans un établissement hospitalier de Belgique, après avoir été sujet à des problèmes de santé dont la nature n’a pas été divulguée.

Sujet selon ces sources à des douleurs abdominales aigues, le Premier Ministre a vu son état s’améliorer ces jours derniers, après avoir dans un premier temps été admis à l’hôpital Militaire de Nouakchott, où il a reçu des soins, avant d’être, selon Al Akhbar, évacué vers la Belgique pour, semble-t-il des soins et examens complémentaires.

Le Gouvernement mauritanien a, jusqu’à présent passé sous silence la maladie de son chef, et son éventuelle évacuation vers l’étranger, laissant le champ libre aux rumeurs sur la possibilité d’un retour rapide de l’intéressé et sur sa capacité à reprendre ses fonctions dans un délai rapproché.



M. Moulaye Ould Mohamed Laghdaf exerce les fonctions de Premier Ministre depuis le changement du 6 août 2008, date à laquelle il était en poste à Bruxelles comme ambassadeur, et a été confirmé comme Premier Ministre par le Président Aziz après son élection en juillet 2009, en dépit des secousses qui ont ébranlé à diverses reprises le gouvernement mauritanien, et la faiblesse du rendement de son cabinet, qui a rejailli négativement sur la vie des citoyens mauritaniens, selon l’appréciation qu’en porte l’opposition, et certains soutiens du Président Mohamed Ould Abdel Aziz.
----------------------------------


L'indolore c'est tellement goinfré qu'il en est tombé malade.

Malade mon cul dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam

5 réflexes à avoir lors de la réception d’un courriel



1. N’ayez pas une confiance aveugle dans le nom de l’expéditeur

N’importe qui peut vous envoyer un courriel en se faisant passer pour un autre ! Cela n’est pas beaucoup plus compliqué que de mettre un faux nom d’expéditeur au verso d’une enveloppe.

Soyez donc attentif à tout indice mettant en doute l’origine réelle du courriel, notamment si le message comporte une pièce jointe ou des liens : incohérence de forme ou de fond entre le message reçu et ceux que votre interlocuteur légitime vous envoie d’habitude, par exemple. En cas de doute, contactez votre interlocuteur pour vérifier qu’il est à l’origine du message.

Et même si l’expéditeur est le bon, il a pu, à son insu, vous envoyer un message infecté.

Vous devez admettre que dans le domaine de la messagerie électronique, il n’existe pas d’expéditeur a priori de confiance.

2. Méfiez vous des pièces jointes

Elles peuvent contenir des virus ou des espiogiciels.

Assurez vous régulièrement que votre anti-virus est activé et à jour.

Si votre poste a un comportement anormal (lenteur, écran blanc sporadique, etc.), faites-le contrôler.

3. Ne répondez jamais à une demande d’informations confidentielles

Les demandes d’informations confidentielles, lorsqu’elles sont légitimes, ne sont jamais faites par courriel (mots de passe, code PIN, coordonnées bancaires, etc.). En cas de doute, là encore, demandez à votre correspondant légitime de confirmer sa demande.

Car vous pouvez être victime d’une tentative de filoutage, ou phishing. Il s’agit d’une technique utilisée par des personnes malveillantes, usurpant généralement l’identité d’un tiers ou simulant un site dans lesquels vous avez a priori confiance (une banque, un site de commerce, etc.) dans le but d’obtenir des informations confidentielles, puis de s’en servir.

Anonyme a dit…

Maatala,

Je suis aussi un ami de x. Sinon le meilleur. A-

Anonyme a dit…

Maata et tous ceux qui aiment xouldy ESSEUL ETFOU BIKOUM!!!!

Messaoud a probablement raison. Soyons prudents et ne tentons pas de le diaboliser. Il y a une sagesse dans sa position. MESSAOUD EST UN VRAI DIRIGEANT POLITIQUE AVEC UNE ASSISE BIEN SOLIDE! Je me rappelle de sa position par rapport aux deux coups d'etat d'Abdel Aziz. Ceci etant dit, je le crois sincere! Le poste ne l'interesse pas! IL FAUT L'ECOUTER ET TENTER DE LE COMPRENDRE!!!!

Anonyme a dit…

Ken


http://www.liberation.fr/monde/01012342664-la-revolution-de-la-gifle

Anonyme a dit…

Salam

Cher A-

Désolé

J'ai simplement repris une liste sur le blog de X.

Maata

Anonyme a dit…

Salam

Couly

Tu es un ane

La seule chose qui intéresse Messaoud c'est de faire perdre l'opposition.

C'est le pire ennemi de l'alternance.

Il a soutenu Couilles molles ( Sidioca) pour un strapontin de président de l'assemblée.

C'est la chose qui compte pour celui dont le seul objectif c'est de pérenniser l'armée d'occupation au pouvoir.

Messaoud s'achète des costard à 800 Euros.

Pour lui la cause Haratine c'est du FLAN dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Lu pour Couly


Ould Boulkheir : Rame t-il a contre courant ou vise t-il un autre dessein ?

Que cherche Ould Boulkheir ? Garder son perchoir ? Préserver la Mauritanie des démons de la violence ? Assurer une aura pour son parti ? Démolir la Coordination de l' opposition démocratique ? Donner du fil a retordre a ses détracteurs internes et externes ?

Ce sont la quelques unes des questions que se posent en ce moment les observateurs de la scène politique mauritanienne pour cerner le mobile de l’activité récente du Président de l’APP et de l’Assemblée Nationale. Messaoud Ould Boulkheir persiste et signe qu’il est toujours a l’opposition et quelle opposition ? Celle selon lui qui ne transige pas en termes de paix sociale en Mauritanie !

Est-ce qu’il fait le bon choix ? il pense que oui . Jusqu’ ici tous ses exploits politiques n étaient que l’aboutissement d une dissonance fièrement assumée par ce septuagénaire rompu aux tactiques politiques.



Conduira t il les autres acteurs politiques de l opposition a lâcher du lest et s engager dans le dialogue propose par le pouvoir ou sera-t-il déçu par ses contradicteurs de la Majorité présidentielle a telle point qu’il se rappellera les caciques de la COD?

D aucuns pensent que la particularité de Messaoud est qu’il n accepte pas a s’engager en seconde main. C' est directement avec Ould Abdel Aziz qu’il traitera, ce qui laissera très peu de place a l' UPR et a tous les autres électrons de la Coalition de la Majorité Présidentielle.

Le choix viscéral de la non violence que Messaoud Ould Boulkheir vient de rappeler est de nature a renforcer la stature d homme d' état largement concédée auparavant a travers des résultats électoraux incontestables. S’ il continue ses succès dans ses choix particuliers et responsables ,il risque de tendre vers une posture profondément Mandelaenne que nous pouvons lui décerner des maintenant, si cela ne tenait qu’ aux patriotes mauritaniens et fiers de l’être.


maatala

maatala a dit…

Salam

A lire sur init.net

http://initi.net//images/poly%20chine%20china.pdf

Nous importeront prochainement notre poisson de chine dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Décryptage de la convention chinoise signée avec la Mauritanie sous G.H.B...


Avant de lire cette convention criminelle entre une société chinoise et la Mauritanie consommée sous G.H.B, je pensais que l’opposition en faisait trop comme à son habitude. Les députés de la majorité ont voté ladite convention mais à ce jour personne ne nous avait clairement indiqué en quoi cette convention est un crime économique avec précédent au pays du million de voleurs en boubous blancs.


Avec ça, c’est terminé les blabla de la Mauritanie nouvelle…

Le site Initi.net, vous permet de lire ladite convention et je n’en reviens pas ! En clair, pour 100 millions de dollars d'investissement, la société chinoise devra créer, pour son compte, ( 25 ans) un complexe pour traiter le poisson sous diverses formes et l’exporter en totalité si bon lui semble et où bon lui semblera sans payer aucune taxe ni impôts sur les produits manufacturés exportés, aucun impôt ni taxe sur rien sinon sur les bénéfices. Article 14.

Elle aura droit, article 13, à des licences de pêches pour faire venir les bateaux de son choix pendant 25 ans, comme le funeste Lafayette, pour faire tourner son usine destinée au marché qu’elle voudra ; pour ce faire elle emploiera 2463 personnes, article 10, sans rien qui fixe le % de mauritaniens à embaucher ! de plus 30% des emplois totaux d'encadrement et de maîtrise pourront n'avoir aucun permis de travail !, bonjour l'immigration choisie et l'exploitation par roulement !

En clair quasiment tous les postes à responsabilités seront choisis sans mauritanien malgré un maigre mot disant qu’elle pourra choisir un mauritanien d’abord s’il a les compétences requises alors que c’est la société qui devra fixer les compétences.

En cas de litige, article 21, tenez-vous bien ! Il faudra régler la chose à l’amiable et si les parties n’y arrivent pas alors aucun tribunal mauritanien ne sera compétent pour régler le différent car il faudra s’adresser à un tribunal international.

En plus, l’état mauritanien donne pour 25 ans à la société chinoise un terrain de 60.000 m2 avec la possibilité d’une extension en cas de besoin sans que la société ne débourse un ouguiya de plus pour l’extension sinon pour le rendre viable « article 12 ».

Que gagne la Mauritanie ? Elle gagne quelques emplois de seconde main, une misère. Quant aux poissons, elle les offre à la société chinoise pendant 25 ans au nom de 100 millions de dollars que la société investit dans sa propre affaire ! C’est incroyable ! La société investit pour transformer du poisson dont elle a le droit de faire ce qu’elle veut !

Si dans ce pays il y avait la moindre justice, Sidi ould Tah devrait avoir affaire à la police des crimes économiques ainsi que tous les députés qui ont voté cette convention du crime économique à défaut d’avoir affaire au peuple souverain en furie devant leur porte. Mais dans ce pays, on peut fusiller des émirs et se balader tranquille dans les rues sans risquer de représailles. L’impunité dans sa forme la plus achevée.

maatala a dit…

A moins de commissions occultes, si la Mauritanie voulait s’acheter le droit de Veto chinois pour l’avenir qu’elle ne s’y serait pas prise autrement sans parler des accords de coopération militaire et financière ; par exemple, mettre son argent chez les chinois plutôt qu'en Europe ou aux USA pour ne jamais risquer les gels des avoirs…

Avec une telle convention, au moins nous sommes assurés d'une chose: ni Nouakchott ni Nouadhibou ni aucune surface de Mauritanie ne seront jamais inondées car le niveau de la mer va baisser définitivement...


lire la convention cliquez ici

( G.H.B : L'acide 4-hydroxybutanoïque ou gamma-hydroxybutyrate ou GHB est un psychotrope dépresseur, utilisé à des fins médicales ou à des fins détournées (parfois comme « drogue de viol »).
Le GHB ou drogue du viol est un produit stupéfiant " incolore, inodore et sans saveur"que les consommateurs utilisent pour favoriser des relations sexuelles " forcées ". Les hommes y trouveraient une relative stimulation sexuelle, les femmes verraient leur sexualité exacerbée, avec des relations multiples, involontaires et dont elles garderaient inconstamment le souvenir. Le produit serait parfois mis dans les boissons à l'insu des consommatrices. Il s'ensuivrait des relations sexuelles " consentantes " et débridées.
http://www.medecine-et-sante.com/maladiesexplications/ghb.html )

Quelques articles de la convention pris au hasard :

Article 6 ou l’art de contourner la loi ! On n’est jamais trop prudent :


« ...Au cas où une disposition de la présente Convention se révélerait juridiquement nulle et non avenue ou inapplicable en totalité ou en partie, les autres dispositions resteront valables et les signataires s’emploieront sans délai à remplacer par voie d’amendement ladite disposition par un texte approprié, qui respectera, dans toute la mesure juridiquement possible, l’intention initiale des parties, de façons à permettre la réalisation des objectifs communs prévus…»

maatala a dit…

Article 8 : Au-delà de toutes les autres libertés délirantes, l’investisseur a le droit d’exporter TOUTE sa production selon les circuits dont il a le choix ! En d’autres termes si ça lui plaît la Mauritanie peut n’en voir pas un seul poisson :

« ...Il ne sera appliqué à l’investisseur pendant la durée de la présente convention, aucune mesure restrictive, limitant, de quelque manière que ce soit, les conditions que lui accorde la législation en vigueur lors de la signature de la présente Convention qui l’autorise ce qui suit :


-liberté de choix de ses fournisseurs ;


-la liberté d’importation des matériels, équipements de production, matière d’emballage, assaisonnement, pièces de rechange et autres produits, voitures, pièces détachées, et matières consommables quelle qu’en soit la nature et la provenance ;


- La liberté d’exporter toute sa production suivant les circuits dont il a le choix,


- La liberté de fixer ses prix et de conduire sa politique commerciale...»

Article 14 d : les travailleurs étrangers pourront travailler sans permis de travail !

« ...d) en matière d’emploi des expatriés : Pendant les cinq premières années d’exploitation, l’entreprise est autorisée à employer jusqu’à 30% des effectifs totaux de l’encadrement ou de maîtrise sans besoin d’autorisation ni de permis de travail…"




Article 15 "...Les augmentations de capital seront exonérés de tous droits et taxes y compris de timbres et d’enregistrement..."

Article 19 : une merveille de soif comme si de meilleurs avantages étaient possibles...

« ...Dans le cas où un nouveau code des investissements ou tous autres textes législatifs ou réglementaires devrait prévoir des avantages supplémentaires ou des conditions plus favorables, l’investisseur, sous réserve de son respect de la présente convention , en bénéficierait automatiquement. Toutefois ces nouveaux avantages ne pourront, en aucun cas, se cumuler à ceux dont il bénéficiait auparavant »

Article20 permet à la société de ne pas respecter ses engagements en toute impunité ! Vu que la partie mauritanienne n’a rien à faire dans l’affaire sinon signer les lois en blanc !


« Lorsque l’une des parties est dans l’impossibilité d’exécuter ses obligations conventionnelles, ou ne peut les exécuter dans les délais en raison d’un cas de force majeure, l’inexécution ou le retard ne seront pas considérés comme une violation de la présente convention, à condition toutefois que le cas de force majeure invoqué ( sic !) soit la cause de l’empêchement ou du retard… »

Article 22 deissane :


« ...La présente convention est conclue pour une durée de vingt-cinq ( 25 ) ans et prend effet à partir de sa promulgation...»

article 13 : Le pire : Où sont les avenants ! Nous n’avons pu lire que la convention

« ...Les avenants à la présente convention en constituent une partie intégrante. Ils sont revêtus de la même force juridique…"

Publié par vlane A.O.S.

maatala a dit…

Salam


Le concept de la "Mauritanité" profite à qui ?


dimanche 12 juin 2011
popularité : 37%





La Mauritanie est un pays où la cohabitation intercommunautaire doit être gérée avec la plus grande responsabilité aussi bien par les décideurs que par les politiques de toutes les sensibilités.On ne badine pas avec l’unité nationale.Quiconque tente de la compromettre commet le crime le plus abominable.Et doit répondre de ses actes et de son arrogance aveugle.Nous savons combien cela nous coûté et de quelle façon cela continue d’affecter les bons rapports entre les mauritaniens.

Sans unité nationale point de paix et sans paix, point d’épanouissement. Nous avons mis du temps à ramener la concorde entre nous après des années de terreur dont les plaies ont du mal à se cicatriser .Et à peine nous sommes en train de repartir de nouveau que des comportements que l’on croyait révolus réapparaissent mettant l’Etat devant ses responsabilités. Cet état de fait rappelle qu’en Mauritanie, le système de l’Etat dans l’Etat continue de tenir lieu de mode de gouvernance. L’exemple le plus frappant et le plus fragrant est le recensement à vocation d’état civil en cours. Une opération qui est conduite avec la plus grande irresponsabilité de la part de ceux qui ont été désignés apparemment pour statuer sur le sort de l’Etat civil mauritanien et auquel mandat a été donné de jouer au flic , au juge et aux « généticiens ». Les méthodes utilisées indiquent clairement que ce recensement est une occasion encore plus grave d’utiliser le concept dangereux de la « Mauritanité » pour priver une majorité de citoyens de leurs droits. Et les agents d’état civils utilisent cette arme redoutable avec tellement de maladresse qu’il peuvent provoquer un clash au sein du centre de recensement. Avoir le zèle de demander à un mauritanien possédant toutes ses pièces comment il a pu les acquérir ou encore de quelle ethnie il est issu, frise de la surenchère de la part d’agents dont le rôle est de vérifier les documents et d’appliquer les procédures. Les citoyens ayant subi des manquements graves de la part de ces agents véreux qui se confondent avec l’appareil répressif d’antan ne cesse de pousser à un ras-le-bol lourd de conséquences. Etre mauritanien signifie avant tout jouir de ses actes de reconnaissance officiels dûment établis par l’autorité. Mais obtenir un tel droit constitue l’une des plus redoutables épreuves chez la communauté non arabe du pays. Non seulement cette injustice est flagrante et constitue une violation grave des droits humains, mais elle continue d’être une règle, pire, une arme d’exclusion qui entame la crédibilité des opérations de recensement en cours. Les mauritaniens doivent être traités sur un même pied d’égalité et avec les mêmes égards sans considération de couleur et de langue. Ce principe est malheureusement sacrifié à l’autel de préjugés raciaux et de l’exclusion communautaire. Il y a des faits qui expliquent bien les intentions qui sous-tendent de telles pratiques. Dans tous les centres de Nouakchott les agents qui supervisent les opérations ont été choisis à dessein pour agir de façon incivique et irresponsable à l’ encontre des bonnes mœurs et des principes républicains.

Cheikh Tidiane Dia

Anonyme a dit…

Maata, enteu matihchim pour ecrire une telle betise a' propos de Messaoud!!
LAHGAKE TIKBIRE!

Anonyme a dit…

Salam

Couly

Relis tout ce que Messaoud a dit au sujet du licenciement de couilles molles et ses propos sur le fils de taya: azziz.

Messaoud est pion à la solde pour les militaires dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maata,

Je te demande de balancer ce que Messaoud a dit ici!!!! Ma position n'a pas change' et je connais la position du Mr. Donnons a' Cesar ce qui appartient a' Cesar.

maatala a dit…

Salam

Lu pour couly


Messaoud au Calame : Le Général peut être un dictateur, mais jamais un président légitime de la République


mercredi 18 mars 2009
par admin


Messaoud Ould Boulkheïr, Président de l’Assemblée Nationale et principal opposant au putsch des Généraux a accordé une interview-fleuve à Ahmed Ould Cheikh et Dalay Lam, journalistes au Calame. Il y distille la confidence de ses rencontres avec Ould Cheikh Abdellahi, Ould Abdel Aziz et Kadhafi mais aussi la motion de censure, le coup d’état et les perspectives de la crise en Mauritanie.

"La position ostentatoirement partisane du président de l’Union Africaine (UA), mandaté par la communauté internationale pour trouver un agenda consensuel entre les différentes parties de la crise mauritanienne, signe l’échec de cette médiation"

Farouchement opposé au coup d’Etat du 6 août dernier ayant renversé le pouvoir du président élu, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, qu’il a soutenu, lors du deuxième tour des présidentielles de 2007 – occasion d’un tollé, général, des opposants au régime d’Ould Taya, avec, en tête, Ahmed Ould Daddah, ultime challenger, désigné par les urnes, de Sidioca – le président de l’Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheïr garde, tout entier, verve et franc-parler... L’homme reste convaincu que le coup d’Etat du général Aziz échouera et que la démocratie triomphera.

maatala a dit…

La suite sur le lien

http://www.ufpweb.org/fr/spip.php?article1964


Propos recueillis par Ahmed Ould Cheikh et Dalay Lam

Le Calame n°679, du Mardi 17 mars 2009

© Le Calame - Mars 2009

maatala a dit…

Salam

lu pour couly


Ould Boulkheir : « je suis contre les coups d’Etat, mais je ne pleurerai pas le départ de Ould Abdel Aziz par un putsch».






Toujours critique de l’actuel régime, Messaoud semble ne plus accorder de clémence à celui-ci, quand, il s’adresse à ses milliers de partisans, en disant :« je suis totalement opposé aux coups d’Etat, cependant je ne verserai pas des larmes, si Ould Abdel Aziz s’en va à cause d’un putsch ».

Le président de l’Assemblée Nationale et leader de l’App, Messaoud Ould Boulkeir, continue les bains de foule avec les militants de son parti et ses nombreux sympathisants dans les quartiers de la capitale.

Après El Mina, le leader de l’App a organisé un second meeting à Riadh, qui s’inscrit dans le cadre des séries de rassemblements populaires et d’activités de sa formation politique, visant à donner une image claire de la situation qui prévaut dans le pays.

Toujours critique de l’actuel régime, Messaoud semble ne plus accorder de clémence à celui-ci, quand, il s’adresse à ses milliers de partisans, en disant :« je suis totalement opposé aux coups d’Etat, cependant je ne verserai pas des larmes, si Ould Abdel Aziz s’en va à cause d’un putsch ».

Ould Boulkheir a également indiqué que Ould Abdel Aziz est en train de mener le pays vers le gouffre, précisant qu’il n’a pas honoré la moindre promesse de ses engagements et qu’il accorde plus d’importance à la réalisation de routes bitumées qu’aux autres projets de développement national, dans le seul but de sous-louer ses voitures et équipements.

Pour le leader de l’App, le peuple a d’autres priorités que la construction de ces routes, dont l’approvisionnement en eau potable, les médicaments, l’amélioration des conditions de vie………

source : Emjad
via cridem

maatala a dit…

Salam

Lu pour Couly

Messaoud Ould Boulkheïr, Président de l'Assemblée Nationale et principal opposant au putsch des Généraux a accordé une interview-fleuve à Ahmed Ould Cheikh et Dalay Lam, journalistes au Calame.



Il y distille la confidence de ses rencontres avec Ould Cheikh Abdellahi, Ould Abdel Aziz et Kadhafi mais aussi la motion de censure, le coup d'état et les perspectives de la crise en Mauritanie.



"La position ostentatoirement partisane du président de l’Union Africaine (UA), mandaté par la communauté internationale pour trouver un agenda consensuel entre les différentes parties de la crise mauritanienne, signe l’échec de cette médiation"

Farouchement opposé au coup d’Etat du 6 août dernier ayant renversé le pouvoir du président élu, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, qu’il a soutenu, lors du deuxième tour des présidentielles de 2007 – occasion d’un tollé, général, des opposants au régime d’Ould Taya, avec, en tête, Ahmed Ould Daddah, ultime challenger, désigné par les urnes, de Sidioca – le président de l’Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheïr garde, tout entier, verve et franc-parler... L’homme reste convaincu que le coup d’Etat du général Aziz échouera et que la démocratie triomphera.

la suite sur ce lien:

http://fr.taqadoumy.com/index.php?option=com_content&task=view&id=1422&Itemid=34

maatala

maatala a dit…

salam


Edito : recensement national de la population, illusio et culture du travail bâclé.

Dans le lexique bourdieusien l’illusio correspond à cette tendance à adhérer à un champ qu’on s’empresse de mettre à l’abri de la discussion. Dit rapidement, c’est un peu comme s’inventer une histoire tout droit sortie de notre imagination et qu’on finit par prendre pour vérité indiscutable.

C’est un exercice dans lequel excellent les décideurs mauritaniens. Ainsi, construisent-ils des routes recouvertes d’une matière noirâtre que l’on considère comme du bitume. Tombées les premières pluies, les automobilistes slaloment entre les crevasses en cherchant les traces de ce qui dans une autre vie ressembla à une route bitumée. Normal : le plus important n’était pas d’avoir une route de qualité mais bien de pouvoir dire que l’entrepreneur a livré une route en contrepartie de l’argent empoché et le politique est contant de pouvoir pavaner lors de l’inauguration. Idem pour les ponts : on se souvient du feuilleton du pont de Kamour fait et refait dans la précipitation et qui s’effondre à répétition.


Avec de mauvaises données on ne prend que de mauvaises décisions.


Et voilà que le gouvernement confie le recensement national de la population à une commission dirigée par une personne contestée. Au vu du déroulement dudit recensement, on est en droit de penser que les réserves émises sur les compétences et la composition de la commission sont loin d’être injustifiées. Un recensement, dans son principe, permet de compter pour savoir combien nous sommes ? Comment se répartit la population ? Combien de jeunes ? De femmes ? D’enfants ? De personnes âgées ? D’émigrés ? Etc.… Il a pour objet d’aider le décideur à quantifier, à identifier les besoins, à répartir l’enveloppe des ressources disponibles en connaissance de cause, à planifier ses actions… D’où l’importance de disposer d’informations fiables. Avec de mauvaises données on ne prend que de mauvaises décisions.


Tout ne peut pas être instrumentalisé, politisé.

maatala a dit…

Or, de nombreux témoignages dont ceux de députés, montrent que nous assistons à un véritable sabotage des opérations d’enrôlement. Des agents posent aux citoyens venus se faire enrôler des questions suspectes et humiliantes : connaissez-vous le nom de l’épouse de tel notable ? Parlez-vous telle langue ? Savez-vous réciter le Coran ?... Les agents de recensement ont-ils vocation à se substituer au juge et à décider de la mauritanité d’un citoyen qui présente les documents requis ? De même, ils refusent de recenser les personnes de moins de 45ans. Les heureux élus doivent pour leur part présenter leurs parents s’ils sont en vie. Si vous êtes fâchés avec vos parents, tant pis pour vous, vous ne serez pas recensés ; à moins de faire la paix pour les besoins de l’enrôlement. Pour compliquer les choses, le recensement ne se fait que dans les chefs-lieux de département, avec parfois des distances de plusieurs centaines de kilomètres à parcourir en plusieurs jours pour les plus déterminés. Les mauritaniens nés à l’étranger ne sont pas enregistrés. Quant à ceux fixés à l’étranger, leur cas ne semble intéresser personne. Résultat des courses : de nombreuses personnes ne peuvent pas se faire enrôler. Et comme pour finir de jeter un voile de suspicion légitime sur le processus, tout se déroule de façon confidentielle, comme si quelque part, quelqu’un avait intérêt à ce que les choses se déroulent en petit comité. Qui a intérêt à saboter ainsi les statistiques du pays ? Pour quels sombres desseins ? Pourquoi les plus hautes autorités laissent-elles faire ?


Imaginons un père de famille donnant la dépense quotidienne à son épouse en faisant semblant d’ignorer la présence de quelques membres de la famille ! Comment peut-il s’étonner que le repas ne suffise pas aux besoins de tous surtout quand des visiteurs imprévus (ils ne le sont pas souvent chez nous) se sont retrouvés dans la maisonnée opportunément à l’heure du repas ?


Ce recensement a réussi le tour de force de mobiliser contre lui presque tous les mauritaniens. Les négro-africains crient à la tentative de marginalisation. Les arabo-berbères s’insurgent contre les embuches semés sur leur chemin comme pour les dissuader de se recenser. C’est un scandale ! En 1998, l’organisation était autre ; l’esprit aussi. Plus de dix ans après, la Mauritanie avance à grands pas. A reculons.


Avec ce recensement, on (dés) organisera notre état-civil de même que le fichier électoral. On fera alors semblant d’avoir des papiers mauritaniens ; on fera semblant aussi de voter comme le font ceux qui font semblant de croire en la démocratie. Après tout, chez nous, on fait toujours semblant. Semblant de solder les assassinats extrajudiciaires, les crimes et les déportations en les nommant « passif humanitaire » ; semblant de minimiser la gravité d’un coup d’Etat militaire en l’appelant « rectification » ; semblant de vendre une entourloupe gigantesque en l’appelant « démocratie », semblant de construire un pays en l’appelant « Mauritanie ». Et interdiction formelle de remettre tout ça en cause ou même d’en douter : « Aux questions sur les raisons de l'appartenance, de l'engagement viscéral dans le jeu, les participants n'ont rien à répondre en définitive, et les principes qui peuvent être invoqués en pareil cas ne sont que des rationalisations post festum destinées à justifier, pour soi-même autant que pour les autres, un investissement injustifiable. » (Bourdieu, Méditations pascaliennes). Tout est dit.

Abdoulaye DIAGANA


KASSATAYA.COM

Anonyme a dit…

Un article de notre " Mauritanie ou Nouakchott Hebdo"primé ailleurs. Bravo. A-

===

http://www.maliweb.net/category.php?NID=77008

Anonyme a dit…

salam


Mauritanie : l’identité nationale sous haute surveillance.

L’opération d’enrôlement des populations et des titres sécurisés se poursuit en Mauritanie sur fond de crise d’identité nationale avec en toile de fond des dispositions humiliantes et dégradantes pour les citoyens et comportements provocateurs de la commission du recensement administratif 2011.

C’est du moins le constat de Kadiata Malick Diallo députée de l’UFP ( Union des Forces du Progrés) à l’Assemblée nationale après six semaines de démarrage de l’opération dont le coup d’envoi avait été lancé par le président Ould Aziz le 5 mai dernier à Nouakchott.

Pour les observateurs ce recensement dont le coût est estimé à plus de 13 milliards d’ouguiya est un véritable gâchis et ne répond pas aux aspirations et encore moins aux attentes des populations. Ses résultats pourraient compromettre la cohésion sociale et l’unité nationale.

Anonyme a dit…

L’opération d’enrôlement des populations lancée il y a plus d’un mois par le chef de l’Etat Ould Aziz dans la capitale mauritanienne a très tôt viré au cauchemar pour les citoyens qui doivent se lever à 5 heures du matin pour faire la queue dans les Moughataas. Certains veillent au grain en passant même la nuit pour obtenir la meilleure place. Et au final le candidat devra répondre à une enquête policière digne d’un Sherlock Holmes et avec beaucoup de chance pour être inscrit sur la liste des prétendants à la carte d’identité.

Un véritable parcours de combattant qui n’a rien avoir avec un recensement normal administratif mais au contraire un recensement taillé sur mesure selon le bon vouloir d’un super administrateur de l’Agence National du Registre des Populations et des titres sécurisés cautionné par le gouvernement de Ould Laghdaf. Une gestion des ressources humaines qui n’a pas manqué d’avoir des incidences néfastes sur le terrain à cause de l’opacité des tractations de la commission de recensement.

C’est clair depuis le début les populations sont confrontées tant à l’intérieur du pays qu’à Nouakchott à des dispositions humiliantes et dégradantes selon les propres termes de la députée de l’UFP ( Union des Forces du Progrés) qui interpellait récemment le ministre de l’intérieur à l’assemblée nationale. La représentante d’un des partis de l’opposition ne mâche pas ses mots. Elle parle même de provocation du régime de Ould Aziz qui profite de cette opération pour régler les problèmes de nationalité sur un fond de lutte contre le terrorisme et la mise en place d’un système biométrique de l’Etat-civil.

Source :

Baba Kane

Anonyme a dit…

Bonjour chers ami du havre de brain sturming que constitue Canal.

Le thermomètre de la politique commence fort heureusement à grimper après presque 2 ans d'accalmie pourtant injustifiée.

L'apprenti président qui s'est fait mal élire commence à se dévoiler petit à petit à tous. Pour nous autres il a été compris dès ses premiers tâtonnements.

La gabegie qu'il a tant décriée se trouve être son sport préférée. Il n'échappe plus à personne le turbo-aspirateur des fonds publics qu'il a monté à travers ATTM et COVEC et la logistique du transport de ces entreprises qu'il monopolise en leur accordant la quasi exclusivité de projets bidons de routes. Ces avenues de Nouakchott ne servent à strictement rien sauf peut être enjoliver une ville qui a besoin de beaucoup plus pour être jolie et qui de toutes manières n'a pas encore besoin d'être jolie tantque M'Boyrika à Fassala ne se soigne pas convenablement et qu'elle ne dispose pas d'école digne de ce nom où sa petite Meymouna peut être correctement éduquée.

Aziz est une véritable catastrophe pour le pays car la quasi totalité de ces citoyens ne réussit plus à mettre régulièrement sa marmite sur le feu.

Aziz a conduit à la paupérisation systématique d'une assez large classe moyenne, qui pourtant commençait petit à petit à se former.

Aziz a détruit toutes les amitiés utiles de la Mauritanie à travers le monde et gaspille notre argent dans des voyages inutiles pour le pays comme le B FASO, le Niger, le Tchad, la Lybie kaddafouenne.

Aziz n'a aucun respect pour les citoyens mauritaniens qu'il considère tous voleurs comme lui il est.

Aziz doit partir le plus vite possible, sinon la Mauritanie risque une sacré de vilain virage.

Znagui

Anonyme a dit…

Si le gars a bouffé, le lignage ne sert à rien.


Déclaration : remerciements


Les familles Ehel Baba Ainine, Ehlel Moulaye D’Khil et la plus part de la communauté des Chorfa de la cité de Néma, remercient vivement les partis politiques qui ont soutenu moralement leur fils Moulaye El Arby Ould Moulaye M’Hamed Ould Baba Ainine Contre l’inculpation incompréhensible don il a fait l’objet.

Fait à Nouakchott le 14 juin 2011

Moulaye M’Hamed Ould Moulaye d’Khil ( ed Dakhil)
Ancien Député, Ancien Ministre, Ancien Membre du Bureau Politique National de l’ex Parti du Peuple Mauritanien





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Anonyme a dit…

Znagui merhbeu. En effet, nous avons l'impression que twil le'emer fait beaucoup d'erreurs, intentionnels et non intentionnels. Le contrat de pêche avec la société chinoise est une farce et c'est certain que Ould Tah a été ous pression du twil le'emer ou un proche pour signer cette sottise.

Bon, les goudrons ça ne se mange pas. Mais le beau, c'est bon, même si c'est ephemère.

En tout cas ce twil le'emer est plus actif que ses predecesseurs et il tient les salafistes par les couilles pour le moment et cela merite même les 50% des contrats pour les sociétés que tu dis.

Bilkiss: enti mneine? Twahachnak. bôjour Bebe Ba. Nos filles mneine? Et bonjour à tout le monde.

Anonyme a dit…

Je suis entrain de rire parce que j'allais demander a' mon frere Ould Adde' de m'envoyer un nouveau passport Mauritanien. Je me suis rappele' que je suis citoyen AMERICAIN depuis plusieurs anne'es et mon passport AMERICAIN est beaucoup plus joli que le passport Mauritanien. (RIRE)!!!!
Allez mon frere de la tribu des MESSOUMA, JE VOUS SOUHAITE UNE TRES BONNE CHANCE DANS VOTRE NOUVELLE MISSION!!!!!

Maata, Messaoud Ould Boulkher est sage! Il faut l'ecouter. Le Mr. n'a besoin d'aucun poste politique pour dire la verite'!!!! J'aime bien Moawiya et j'en suis fier et je connais la position de Messaoud par rapport au meilleur President de la Mauritanie. Ceci ne m'empeche pas de reconnaitre l'honnetete', la franchise et la valeur de plusieurs positions que le President du parlement a tenues.

Anonyme a dit…

salam

Vlane a dit:


Bloggeur un jour, bloggeur toujours…


Cette formule me vient de LM de canalh qui est l’un des rares sinon le seul à me contacter pour me demander pourquoi je veux en finir avec cet exercice citoyen fatigant. Plusieurs fois, j’ai essayé de raccrocher, persuadé que cela ne servait à rien de se battre contre des moulins à vent souvent seul contre tous de l’opposition au pouvoir en cherchant toujours à rester objectif au milieu de cette guerre des gangs où personne n’est propre.

Suite à cette affaire du crime économique halieutique, j’ai été très secoué par tant de soif d’appât du gain venant de ceux qui ont signé la convention, ce terrible sentiment d’impunité invincible, le tout validé par une majorité de complices. C’était comme une sanglante trahison face à tous les slogans de lutte contre la gabegie.

Il a fallu encaisser, c’est très dur d’accepter que la Mauritanie n’existe plus depuis longtemps, elle a été assassinée à 18 ans, en 1978 ; depuis plusieurs croque-morts se sont emparés de sa dépouille et de ses biens. Ainsi, pour les plus célèbres, nous avons eu la Haidallatanie, la tayatanie, aujourd’hui nous avons la Azizatanie. C’est d’ailleurs ce qu’on devrait inscrire sur nos passeports, c’est plus sain que d’écrire république islamique de Mauritanie, ce qui est un blasphème face à la réalité de notre quotidien.

Que faire alors ? Fermer le blog ? C’est laisser la place à l’hypocrisie, aux laudateurs et surtout à ceux qui sont pires que le régime à savoir les civils corrompus, impuissants, ennemis jurés les uns des autres ayant la trahison de la conscience nationale en commun à force de connivence avec les forces du mal ; c’est laisser la place aux autres tous aussi responsables de ce que nous vivons : barons du journalisme vendus, as de la rétention d’information, racketteurs ; c’est laisser la place à tous les autres imposteurs et mystificateurs : intellos de la société si vile !

Que faire donc ? Devenir opposant avec tous ces gens-là qui ne sont que la face civile d’une pièce militaire ? J’ai vu dans leurs visages le plaisir de voir un azizien tirer sur son régime et revenir vers eux ? Eh bien ! Non ! Vous vous trompez ! Inch’allah, Je ne serai jamais de cette opposition-là ! Et même n’étant plus azizien, je n’en serai que plus opposant à tout le reste !

Anonyme a dit…

Nous ne dirons plus rien d’outrancier sur ce régime car rien n'est plus ridicule qu'une attaque tolérée ! Nous ne sommes pas des députés nourris logés blanchis pour porter ce combat dans les règles des convictions et non ce que l’on voit à savoir les règles du ventre ou de la lâcheté. Nous ne sommes pas directeur d’un canard ayant pignon sur rue depuis des années à force de connivence et qui intoxique le peuple avec ses salades insipides. Nous ne sommes pas les leaders d’ONG protégés par leur statut et leur carnet d’adresse !

Nous sommes des citoyens lambdas avec sans autre protecteur que Dieu ! Et plus d’ennemis que tous ces gens-là de la confrérie de la connivence à quelques rares exceptions près.

Avant nous, avant le net, les journaleux et les politicards avaient le monopole des moyens de communication publique. Ils s’arrangeaient entre eux, critiquaient le pouvoir ou le défendaient entre eux sans jamais risquer d’avoir affaire à des tirs venant d’un camp hors du bain des pieds du système où ils pataugent presque tous !

C’est vers eux désormais que nous concentrerons notre effort de vérité tant que ces fossiles squatteront la place, en espérant que viennent au monde dans cette fange de vrais héros de la cause commune que nous défendrons.

Mais il est hors de question de laisser la place à l’éternelle guerre entre ceux qui bouffent avec le pouvoir et ceux qui gueulent car ils sont interdits de table !

La politique est une chose trop sérieuse pour la laisser aux mains de ces gens-là, civils vendus, politicards dangereux, menteurs, de mauvaise foi, chargés d’un lourd passif qui devrait les envoyer dans leurs chaumières pour le restant de leur vie.

Quant au régime en place, rien ne sert de l’attaquer ; nous n’en avons d’ailleurs aucun moyen ; aucun de nous n’a l’âme d’un de ces arabes qui font trembler et sombrer les vieilles tyrannies qui chaque jour meurent en chantant sous les yeux fiers de leurs mères ! Nous sommes des mauritaniens et à ce titre chacun sait à quoi s’en tenir.

Chez nous le pouvoir ne se prend jamais de front, mais toujours par un poignard dans le dos. C’est notre façon de faire. L’hypocrisie chez nous est une arme culturelle et politique bien aiguisée et redoutable. C’est elle qui fait et défait les régimes. Laissons ce régime à la tradition militaire en ce domaine : le changement viendra par derrière.

En attendant, essayons juste de pousser à la retraite ces anciens qui ont pris en otage l’opposition. Ce serait déjà une grande victoire car n’est-ce pas insupportable d’entendre leur mauvaise foi, leur vieille recette qui réclame de quoi remplir la marmite de la corruption ? Nous ne pouvons pas avoir d’un côté un régime tyrannique et de l’autre des civils qui ne valent pas mieux !

Assez ! Assez ! Assez !

Publié par vlane

Anonyme a dit…

Salam

Lu pour Tiris


La Mauritanie soutient la candidature française à la direction du FMI

Le gouvernement mauritanien soutient la candidature de Mme Christine Lagarde, actuelle ministre française de l’Economie, à la direction générale du Fonds monétaire international (FMI), indique un communiqué de la Banque de mauritanie publié jeudi.

Ce soutien a été exprimé par une délégation conduite par le ministre des Finances, Thiam Diombar, à l'occasion de la 46ème assemblée annuelle de la Banque africaine de développement (BAD), tenue les 10 et 11 juin dernier à Lisbonne (Portugal), précise le communiqué.

Le FMI, rappelle-t-on, est au centre des enjeux pour la réforme de la gouvernance mondiale.
---------------------------------

Tiris

Tu peux te brosser dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Messoud a été très clair à Atar ;
Le fou de maata dira:
touche pas mon pote! grâce à lui je serai le président du prochain parlement...
filsdubled

Anonyme a dit…

Salam

Mon frère

Je suis un "annonceur d'alerte"

Ce putain de pays va tout droit dans le mur à cause de notre hypocrisie congénitale.

Dis nous plutôt ce que tu penses du recensement concocter par les Nasséro-baathistes.

Une merveille comme d'hab dit le fou.

Fraternellement

maatala

Anonyme a dit…

Il prend les gens pour des cons. On lu la convention. A-

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=56950

dialdiali a dit…

Quand le mal de vivre devient la vie elle même et que les chemins des questionnements griffent la peau, que devient la femme de larmes?
Vers qui se tourner pour crier, à s'en casser la voix, ses douleurs? Comment mettre en mots les écorchures et les brisures?
Comment casser les murs... S'envoler jusqu'à la déraison des choses et planer enfin, couler le long des vents, arrimer son corps aux étoiles, fermer les yeux et, enfin, renaître.
Regarder le miroir de tous les masques et briser le sortilège des retenues.
Courir comme une enfant, libre, bouche ouverte aux vents des rêves de petite fille et tourner et tourner encore en riant comme on jette une offrande.
Mourir petite fille et naître femme... Mourir femme et naître petite fille. Recto verso, toi, moi, nous.
Ce nous pluriel des femmes déchues, des femmes crispées.
Enfanter, s'enfanter, ventre immémorial d'où toute chose vient et où toute chose revient.
N'être plus que ce ventre, ce fruit, ce vallon des vanités. Poser ses mains en coupe, ployer le cou, fermer les yeux et pleurer.
Femme de douleurs dans une société de pudeurs...
Sculpter son corps aux sables de l'oubli, se poser sur une dune, laisser le sable couler doucement entre ses lèvres, souffler sur le scarabée, s'enfoncer et s'enfoncer encore, comme dans la bouche de sa mère ou le cou de son amant.
Oublier toutes les manipulations, oublier ce que les autres ont fait de vous, l'image qu'ils ont créé de vous, les murs de la perception des regards autres.
Oublier les perfidies et les mensonges, et les blessures, et les non dits qui laminent et écorchent.
Ne plus être femme des autres mais femme intime, femme seule, femme unique.
Être celle qui ne supplie plus, qui ne demande plus. Qui ne mendie plus et qui donne jusqu'à en oublier qu'elle existe.
Oublier son corps qui lâche et n'être plus que pur esprit, intemporel, posé là sur la dune où elle s'enterre dans la douceur de l'envol.
Mourir petite fille et naître femme.
Mourir femme et naître petite fille....
A jamais renouvelée, à jamais regardée, à jamais redessinée.
Mon éternité, ma solitude, mes chaînes....
Salomé
Publié par dialdiali à l'adresse 04:50

Anonyme a dit…

bizarre ce parti. Il ne faisait pas partie de la CENI qui a fait gagner Sidioca sur un capot de land-rover de l'armée? Je lis et retiens toujours.

Maatala et Znagui: c'est quoi cette histoire? Un gars du CENI pro-bidasse qui se retrouve avec un contrat avec un hopital militaire et qui se fait vider, because son patron de parti n'a pas pu justifier où sont partis les milliards de la Sonimex. Bizarre ce pays.

Une question honnête. A-



L’administration de l’hôpital militaire met fin au contrat de travail du professeur et opposant....


...Otoma Soumaré.


Selon des sources informée, l’administration de l’hôpital militaire a procédé , mardi, de façon inattendue, à l’annulation d’un contrat de travail liant cet établissement au professeur chirurgien et opposant Otoma Soumaré.

Selon une source proche du parti de l’Avant-garde du changement, auquel appartient le Pr Soumaré, ce dernier a été convoqué, ce matin, par le directeur de l’hôpital militaire qui lui notifia que, conformément aux instructions émanant de hautes autorités, il est mis fin à tout contrat le liant à cet établissement.

Ces mêmes sources ont ajouté que le chirurgien a fait savoir à l’administration de l’hôpital qu’il a déjà programmé des opérations chirurgicale pour des malades.



Ce qui n’a pas empêché le directeur de cet établissement de revenir pour insister sur le caractère irréversible de la décision prise à son encontre et qu’il ne peut plus traiter des malades à l’hôpital militaire. Le Pr Otoma Soumaré est membre de la direction politique du parti d’opposition de l’Avant-garde du changement, dont le vice président, Moulay El Arby Ould Mhamed, ancien DG de la SONIMEX, actuellement en prison, est en attente de jugement pour « abus de confiance et escroquerie ». .








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : ANI (Mauritanie

Anonyme a dit…

Fils du bled enteu chhalak. Même salut à tout le monde. Ne me prenez pas au mot. Quand ça a l'air d'être malhonnête, je parle.

A-

Anonyme a dit…

Mestour,

Tu es où même, comme dirait Gbagbo. Ces histoires de pêche nous emmerdent. Tu as des nouvelles de Salene, la sud-africaine des pêches? Elle n'a jamais existé et c'était des mensonges. maintenant avec ces chinoiseries, ça fait pas trop sérieux. Tu as des infos? A-
==

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=56997

Anonyme a dit…

Lu sur kassataya
Affaire ould Dadde, les amis du commissaire emprisonné expriment leur agacement et appellent à manifester.
KASSATAYA, le 20 juin 2011- Les proches de l’ancien commissaire mauritanien aux droits de l’homme, détenu depuis 9 mois suite à une enquête de l’IGE, commencent à trouver le temps long. Dans un communiqué parvenu à KASSATAYA, ils appellent à une manifestation le 26 juin 2011 devant l’ambassade de Mauritanie à Paris, pour « demander que Mohamed Lemine Ould Dadde bénéficie de toutes les garanties de procédure, ainsi que d’un procès juste et équitable ». Le communiqué invoque « l’inconsistance du dossier d’accusation, ainsi que les graves irrégularités de procédure » pour conclure à une volonté claire de maintenir l’ancien commissaire en prison sans jugement.

Outre l’ancien commissaire, huit responsables du Commissariat ainsi que des fournisseurs avaient reçu des mises en demeure adressées par un juge d’instruction. Mais le 22 mai 2011 la Chambre d’Accusation de la Cour d’Appel de Nouakchott rendait un arrêt les annulant.

Pour rappel, l’ex Commissaire aux Droits de l’Homme Mohamed Lemine Ould Dadde est en détention depuis près de 9 mois sous le chef d’inculpation de détournements de fonds dont les montants varient : plus de 270millions d’ouguiyas selon l’IGE, 160 selon la Cour des Comptes et 140 selon la Brigade Financière. L’accusé ne cesse depuis de clamer son innocence.

KASSATAYA

Voici le communiqué des proches d’Ould Dadde


Mohamed Lemine Ould Dadde, ancien Commissaire aux Droits de L’Homme en Mauritanie, est en prison depuis 9 mois sans avoir été jugé.

L’inconsistance du dossier d’accusation, ainsi que les graves irrégularités de procédure expriment clairement la volonté de le garder en prison, c'est pourquoi nous appelons à manifester :

Le 26 Juin 2011 à 15h

Afin de demander que Mohamed Lemine Ould Dadde bénéficie de toutes les garanties de procédure, ainsi que d’un procès juste et équitable.

Lieu de la manifestation :

Ambassade de Mauritanie
5 Rue Montévideo
Paris 16 XVIème

Métro : Porte Dauphine

Source: Kassataya
***

Eheu, comme quoi, il n'est jamais trop tard pour s'intéresser aux manifestations et à la mobilisation citoyenne. Bienvenue au club et bon courage

Anonyme a dit…

APRÈS L’ACCROCHAGE ENTRE LES FDS ET LE GROUPE DE "BANDITS ARMÉS" UN EX-CHEF DE FRONT APPRÉHENDÉ
Aïr Info (Niger)

vendredi 17 juin 2011

Dans les jours à venir, on en saura certainement un peu plus sur la véritable identité du groupe de "bandits" lourdement armés qui a eu un accrochage, le 12 juin dernier, avec un détachement des forces de défense et de sécurité (FDS), en patrouille dans le nord d’Arlit (Agadez). Le mystère quant à leur identité va se dissiper, avec l’arrestation hier par l’armée, à une trentaine de km d’Agadez, append-on, du chef d’un exfront de la dissidence armée qui a sévi dans la région d’Agadez en 2007.

Il s’agirait notamment de Abta Hamaïdi Mohamed, le chef du Mouvement des Jeunes Arabes de Tassara (région de Tahoua), qui avait rejoint, on se rappelle, le Mouvement nigérien pour la justice (MNJ) de Aghali Alambo dans la dissidence, avant de se retirer avec ses hommes et déposer officiellement les armes au cours d’une cérémonie officielle organisée dans la région de Tahoua. C’est cet homme, qui avait pourtant promis de ne plus reprendre les armes contre son pays, que l’armée a interpellé alors qu’il tentait de regagner certainement la ville d’Agadez, après avoir fait perdre ses traces lors de la course poursuite engagée contre "les bandits armés" par les éléments des FDS. Officiellement, on indique qu’il faisait office de guide pour les bandits. Son audition permettra de savoir qui sont exactement ces hommes armés, d’où venaient- ils et que faisaient-ils sur le territoire nigérien ? L’impressionnante armada et les fonds en leur possession (un véhicule 4X4 bourré d’armes et d’explosifs, des tenues militaires et quelque 90.000 dollars américains ont été récupérés avec eux par l’armée), laisse croire qu’il ne s’agit pas de simples bandits qui écument cette région. La piste de terroristes d’Al- Qaïda au Maghreb islamique n’est pas à écarter dans les investigations. Tout comme celle d’éléments loyaux à Khadafi, le guide libyen, que l’Occident cherche à chasser du pouvoir par la force depuis le mois de mars, à travers les frappes arériennes de ses installations militaires et stratégiques. Au demeurant, certains analystes avisés n’ont pas attendu longtemps pour sonner l’alerte selon laquelle l’agression occidentale visant à chasser coûte que coûte Khadafi du pouvoir aura immanquablement des répercussions sur la paix et la stabilité dans certains pays du Sahel comme le Niger et le Mali. La porosité de la longue frontière entre la Libye et le Niger aidant, la crainte était de voir des armes volées dans les dépôts de ce pays atterrir chez ses voisins disposant de vastes étendues désertiques difficiles à contrôler. C’est connu aussi de tous. Ces vastes étendues désertiques sont devenues ces dernières années des terres de prédilection pour AQMI, qui y mène périodiquement des prises d’otages occidentaux qu’il dépose dans sa base implantée dans le nord malien. Actuellement, quatre Français, employés du groupe nucléaire civil français Areva, enlevés depuis le mois de septembre 2010 sur le site d’Arlit, sont toujours entre les mains d’AQMI. Les personnes prises en otage étaient initialement au nombre de sept, rappelle-t-on. Pour revenir sur le bilan de cet accrochage du 11 juin, il faut signaler qu’il s’était soldé par un mort de chaque côté, six blessés dans les rangs des FDS, qui ont pu s’emparer malgré tout du véhicule 4X4 des bandits bourrée d’armes, d’explosifs et d’argent, rappelle-t-on.

Anonyme a dit…

APRÈS L’ACCROCHAGE ENTRE LES FDS ET LE GROUPE DE "BANDITS ARMÉS" UN EX-CHEF DE FRONT APPRÉHENDÉ
Aïr Info (Niger)

vendredi 17 juin 2011

Dans les jours à venir, on en saura certainement un peu plus sur la véritable identité du groupe de "bandits" lourdement armés qui a eu un accrochage, le 12 juin dernier, avec un détachement des forces de défense et de sécurité (FDS), en patrouille dans le nord d’Arlit (Agadez). Le mystère quant à leur identité va se dissiper, avec l’arrestation hier par l’armée, à une trentaine de km d’Agadez, append-on, du chef d’un exfront de la dissidence armée qui a sévi dans la région d’Agadez en 2007.

Il s’agirait notamment de Abta Hamaïdi Mohamed, le chef du Mouvement des Jeunes Arabes de Tassara (région de Tahoua), qui avait rejoint, on se rappelle, le Mouvement nigérien pour la justice (MNJ) de Aghali Alambo dans la dissidence, avant de se retirer avec ses hommes et déposer officiellement les armes au cours d’une cérémonie officielle organisée dans la région de Tahoua. C’est cet homme, qui avait pourtant promis de ne plus reprendre les armes contre son pays, que l’armée a interpellé alors qu’il tentait de regagner certainement la ville d’Agadez, après avoir fait perdre ses traces lors de la course poursuite engagée contre "les bandits armés" par les éléments des FDS. Officiellement, on indique qu’il faisait office de guide pour les bandits. Son audition permettra de savoir qui sont exactement ces hommes armés, d’où venaient- ils et que faisaient-ils sur le territoire nigérien ? L’impressionnante armada et les fonds en leur possession (un véhicule 4X4 bourré d’armes et d’explosifs, des tenues militaires et quelque 90.000 dollars américains ont été récupérés avec eux par l’armée), laisse croire qu’il ne s’agit pas de simples bandits qui écument cette région. La piste de terroristes d’Al- Qaïda au Maghreb islamique n’est pas à écarter dans les investigations. Tout comme celle d’éléments loyaux à Khadafi, le guide libyen, que l’Occident cherche à chasser du pouvoir par la force depuis le mois de mars, à travers les frappes arériennes de ses installations militaires et stratégiques. Au demeurant, certains analystes avisés n’ont pas attendu longtemps pour sonner l’alerte selon laquelle l’agression occidentale visant à chasser coûte que coûte Khadafi du pouvoir aura immanquablement des répercussions sur la paix et la stabilité dans certains pays du Sahel comme le Niger et le Mali. La porosité de la longue frontière entre la Libye et le Niger aidant, la crainte était de voir des armes volées dans les dépôts de ce pays atterrir chez ses voisins disposant de vastes étendues désertiques difficiles à contrôler. C’est connu aussi de tous. Ces vastes étendues désertiques sont devenues ces dernières années des terres de prédilection pour AQMI, qui y mène périodiquement des prises d’otages occidentaux qu’il dépose dans sa base implantée dans le nord malien. Actuellement, quatre Français, employés du groupe nucléaire civil français Areva, enlevés depuis le mois de septembre 2010 sur le site d’Arlit, sont toujours entre les mains d’AQMI. Les personnes prises en otage étaient initialement au nombre de sept, rappelle-t-on. Pour revenir sur le bilan de cet accrochage du 11 juin, il faut signaler qu’il s’était soldé par un mort de chaque côté, six blessés dans les rangs des FDS, qui ont pu s’emparer malgré tout du véhicule 4X4 des bandits bourrée d’armes, d’explosifs et d’argent, rappelle-t-on.

Anonyme a dit…

salam


Le Président Aziz interrompt un jeune le mettant en garde contre les 'flatteurs'.


Lors de sa visite mardi à Rosso, le Président Mohamed Ould Abdel Aziz a coupé la parole à un jeune militant de l’Union pour la République, lorsque celui-ci l’a mis en garde contre les ‘’laudateurs’’ (flatteurs), et contre le mode de gouvernement du Président Taya, dans sa façon d’appréhender les problèmes auxquels le peuple est confronté.

A quoi le président Aziz a répondu : ‘’Si vous ne voulez pas parler des problèmes de l’agriculture, vous pouvez reposer le microphone’’. Le jeune militant a alors répliqué : ‘’Les graines des citoyens mauritaniens ont autant d’intérêt que les graines des cultures agricoles…Les habitants de Rosso vivent la soif depuis trois mois…’’

Le jeune Ould Taleb ajoute : ‘’Du temps du Président Taya, les thuriféraires (applaudisseurs) dirigeaient le Président vers un coin perdu entre les dunes, et lui disaient : ‘’ceci est le paradis…’’, conseillant : ‘’M. le Président, vous devrez faire du bon travail au service de la population, et éviter d’écouter ce qu’on vous racontera, car il s’agira de mensonges…’’



Ould Taleb milite au sein de l’Initiative de Rosso, qui soutient le Président Ould Abdel Aziz.

Traduction A.B O. Hamoud pour Cridem

Anonyme a dit…

salam

Selon des sources informée, l’administration de l’hôpital militaire a procédé , mardi, de façon inattendue, à l’annulation d’un contrat de travail liant cet établissement au professeur chirurgien et opposant Otoma Soumaré.

Selon une source proche du parti de l’Avant-garde du changement, auquel appartient le Pr Soumaré, ce dernier a été convoqué, ce matin, par le directeur de l’hôpital militaire qui lui notifia que, conformément aux instructions émanant de hautes autorités, il est mis fin à tout contrat le liant à cet établissement.
Ces mêmes sources ont ajouté que le chirurgien a fait savoir à l’administration de l’hôpital qu’il a déjà programmé des opérations chirurgicale pour des malades. Ce qui n’a pas empêché le directeur de cet établissement de revenir pour insister sur le caractère irréversible de la décision prise à son encontre et qu’il ne peut plus traiter des malades à l’hôpital militaire.
Le Pr Otoma Soumaré est membre de la direction politique du parti d’opposition de l’Avant-garde du changement, dont le vice président, Moulay El Arby Ould Mhamed, ancien DG de la SONIMEX, actuellement en prison, est en attente de jugement pour « abus de confiance et escroquerie ».

Source: ANI

Anonyme a dit…

Salam

Vers une procédure de destitution d'Ahmadinejad?

La bataille pour le pouvoir en Iran, entre d'un côté le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad et de l'autre le Leader suprême de la République islamique, l'Ayatollah Ali Khamenei, devient de plus en plus âpre.

Et elle tourne en défaveur du Président, accusé d'avoir voulu mettre à l'écart les religieux et d'avoir voulu instituer un pouvoir personnel. Le Parlement iranien, dont une large majorité est acquise à Khamenei, se dirige même, selon le Guardian, vers le lancement d'une procédure de destitution à l'encontre de Mahmoud Ahmadinejad.

D'ores et déjà, une autre procédure de destitution a été lancée cette fois contre le ministre des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi. On lui reproche d'avoir choisi Mohammad Sharif Malekzadeh, qui ferait partie du complot mené par Ahmadinejad contre les religieux, comme adjoint. Ali Akbar Salehi a été contraint de démissionner et ne sera pas resté en poste plus de trois jours.

Mais la cible principale des partisans de l'Ayatollah Khamenei est le chef de cabinet du Président iranien, Esfandiar Rahim Mashaei. Il est accusé à la fois d'avoir trop d'influence sur Ahmadinejad et de chercher par tous les moyens à mettre au pas les religieux.

Selon Ali Motahari, un député qui s'est exprimé sur le site Khabaronline, une procédure de destitution de Mahmoud Ahmadinejad sera lancée dans les dix jours. «Lors d'une réunion avec les parlementaires religieux, nous avons décidé de lancé une motion de destitution du président dans les 10 jours».

L'Ayatollah Ali Khamenei a remporté une première victoire contre Ahmadinejad en annulant publiquement la décision du Président de limoger le ministre des Renseignements. Un peu plus tard, la décision de Mahmoud Ahmadinejad d'occuper lui-même le poste de ministre du Pétrole a été jugée illégale par la Cour constitutionnelle du pays. Enfin en mai, un autre proche d'Ahmadinejad, Hamid Baghai, a été accusé de malversations et interdit d'occuper une fonction officielle pendant quatre ans.

Malekzadeh, Baghai et Mashaei ont tous trois travaillé pour l'Organisation pour l'héritage culturel et le tourisme qui est considérée comme le bastion des proches d'Ahmadinejad à qui on reproche d'avoir des vues déviantes sur l'islam et la place de l'Iran dans le monde.

Dernière illustration des menaces pesant sur le Président iranien, les déclarations à l'agence de presse semi-officielle Mehr News de Mojatba Zolnour, le représentant de l'Ayatollah Khamenei auprès des Gardiens de la Révolution, la garde prétorienne du régime: «Certaines personnes expliquent que si nous séparons Ahmadinejad de Mashaei, tout va rentrer dans l'ordre. Il est impossible de séparer Ahmadinejad de Mashaei…»

Photo: Iran Bombed / AZRainman via Flickr by LicenceCC

Anonyme a dit…

Salam

Lu sur le net

Le pouvoir du peuple
Patrice Bertin - 7 janvier 2010


A première vue, le publicitaire Jacques SEGUELA n’a pas forcément tort quand il dit tout le mal qu’il pense d’internet. Le mot saloperie est sans doute excessif mais bon il y en a d’autres qui viennent à l’esprit à la lecture de certains blogs. Par exemple l’appel à la démission du chef ce l’état signé à ce jour par 350 000 personnes réunis sur FACE BOOK et sous la bannière du « No SARKOZY Day ».

Voulant imiter le mouvement anti BERLUSCONI qui fait florès en Italie, les nouveaux spontanéistes de masse canal hystérique tendance blogosphère appellent à manifester partout en France le 27 mars à 14 heures pour exiger la démission du président, qu’ils accusent de bafouer quotidiennement les libertés élémentaires. Les organisateurs se présentent comme de simples citoyens membres d’aucun parti ou syndicat et concluent leur manifeste par ces mots : « le pouvoir du peuple comme but, le pouvoir du peuple comme chemin ».

Voilà. Tout est dit. Le programme tient en trois mots : pouvoir du peuple. Quand on sait les combats, les vrais ,qui ont été menés (et pas toujours gagnés) pour établir ce pouvoir populaire qui s’appelle démocratie, quand on pense aux milliers de vraies manifs rassemblant de vrais militants de tous bords avec de vraies revendications et d’authentiques convictions qui ont écrit les plus belles pages de l’histoire républicaine et syndicale, on n’est pas loin d’avoir honte pour eux et on se dit qu’on atteint ici le degré zéro du débat d’idées.

Le pouvoir du peuple est une ambition trop précieuse pour être confiée à cette nouvelle génération spontanée de faux penseurs qu’on appelle bloggeurs et qui par la grâce d’internet disposent du redoutable pouvoir (le plus souvent anonyme) d’écrire n’importe quoi, n’importe comment et n’importe quand.


maatala

Anonyme a dit…

Salam

Du bon usage de l’affaire DSK
Patrice Bertin - 17 juin 2011


A première vue, il est urgent de relativiser « l’affaire DSK ». Maintenant que la procédure judiciaire est lancée aux USA et que de ce coté ci de l’Atlantique, le temps de ce qu’on a appelé « la sidération » est écoulé ce n’est pas forcément du luxe que de faire la part des choses.

La chronique Patrice Bertin (2'04")




--------------------------------------------------------------------------------

On est en présence d’une affaire de droit commun. Peut être criminelle. Peut être moins grave. La justice US devra trancher. Mais ca restera du droit commun. L’affaire n’a rien de politique, sauf dans ses conséquences. Un favori qui déclare forfait avant le départ comme au PMU. Mais ca s’arrête là. Et heureusement. Le PS s’en remettra, si ce n’est déjà fait. Sarkozy n’en tirera pas magiquement bénéfice. Et contrairement à ce qu’on a pu dire sottement, la France, « l’image de la France » n’a jamais souffert de ce scandale individuel et portatif, sauf dans la presse caniveau américaine ce qui, évidemment n’a guère d’importance.

Sur le plan sociétal aussi, il serait urgent de sortir d’un certain « délire DSK ». Dire que « rien ne sera plus comme avant » est outrancier. Laisser entendre que la vie politique fourmille de « petites affaires DSK », que le tout Paris est un vaste lupanar, peuplé de harcèlements, de pince fesses, de promotions canapés et de parties carrées est faux. Conclure les machos font la loi et que toutes les femmes sont victimes potentielles de tous les hommes puissants est caricatural.

Précieux à cet égard est le témoignage de Cécilia, l’ex première dame de France rappelant à la télé américaine que l’érotisation du pouvoir touche aussi les femmes et qu’il y a un féminin au mot « harceleur ».

Enfin prenons garde à tous ceux qui prêcheront ou le font déjà un « retour à l’ordre moral ». Fouiller dans les poubelles, regarder par les trous de serrure et soulever les draps sont des remèdes pires que le mal. Ce n’est pas parce qu’une sale affaire « de droit commun » s’est produite au Sofitel de New York qu’il convient de mener une croisade en faveur du puritanisme anglo-saxon, lequel est une survivance anachronique de l’obscurantisme

Anonyme a dit…

Salam

lu pour les potentiel fugitifs

Le député André Gerin crée la polémique au PCF en critiquant l'immigration

LEMONDE.FR | 21.06.11


"Non, l'immigration n'est pas une chance pour la France." Dans la bouche d'un élu communiste, la phrase surprend et crée la polémique. Elle est signée André Gerin, député du Rhône, qui l'a glissée dans un billet dénonçant le "sabordage" de son parti qui soutiendra à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon, qui n'est pas issu du PCF. La saillie n'est pas passée inaperçue sur certains sites d'extrême droite, dont celui des jeunes identitaires lyonnais Rebeyne, qui propose ironiquement de faire de M. Gerin leur "ambassadeur".





Le long développement d'André Gerin, partisan d'une réduction de l'immigration légale, lui a surtout attiré les foudres du porte-parole du PCF, Olivier Dartigollles : "Les déclarations d'André Gerin sur l'immigration sont indignes", a-t-il dit dans un communiqué mardi.



"JE NE PASSERAI PAS SOUS LA GUILLOTINE"

Mais le député et maire de Vénissieux ne lâche rien : "Je ne passerai pas sous la guillotine d'Olivier Dartigolles", lance-t-il dans une lettre adressée mardi à Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste. Joint par Le Monde.fr, le PCF dit ne pas envisager de sanction pour l'heure mais précise que le courrier a bien été reçu.

Concrètement, André Gerin estime que la gauche devrait totalement changer de cap sur l'immigration : "La gauche a épousé les thèses du grand patronat avec ce discours irresponsable où il faudrait régulariser tous les sans-papiers, elle prône l’immigration comme le demandent Laurence Parisot et Christine Lagarde pour une main-d’œuvre à bon marché." Il estime aussi que le PCF a "sa part de responsabilité" dans la montée du Front national.

"Aujourd’hui limiter y compris l’immigration régulière devient vital face une situation intenable et explosive dans des centaines de villes populaires. C’est la seule manière d’endiguer le Front national en démontrant que la situation n’a rien d’inéluctable et surtout qu’il n’y a aucune raison d’accepter une fatalité du déclin démographique en France et en Europe", affirme l'élu. Cette proposition rappelle celle du ministre de l'intérieur, Claude Guéant, qui avait été fustigée par la gauche.

"ANDRÉ GERIN S'EST PERDU"



Pour le porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles, "André Gerin s'est perdu" : "Par ses luttes et ses engagements, le Parti communiste Français a toujours combattu de tels discours."

En réponse, André Gerin, lui, se défend en marquant sa différence avec l'extrême droite et son "combat impitoyable" contre le FN en tant que maire de Vénissieux, jusqu'en 2009. Dans son premier billet, il plaide pour des actions de coopération avec les pays arabes et pour une réindustrialisation de la France.

A Pierre Laurent, dirigeant du PCF, André Gerin demande un vrai débat sur l'immigration. Il réclame aussi la publication d'un droit de réponse au communiqué du porte-parole du parti.

André Gerin s'était distingué en 2009 a dirigé avec le député UMP Eric Raoult une "mission d'enquête sur la pratique du port de la burqa et du niqab sur le territoire national". Un choix que certains au PCF lui reprochent aujourd'hui.

Totalement opposé à la politique de la direction pour 2012, le député communiste soupçonne, lui, Jean-Luc Mélenchon, ancien du PS, de vouloir "négocier un ministère avec Martine Aubry". Il n'exclut pas de se présenter lui-même à la présidentielle.

Alexandre Piquard

Anonyme a dit…

salam

La zone franc et le franc CFA, un système hérité de la colonisation

La zone franc et sa monnaie le franc CFA constituent le seul système monétaire colonial au monde à avoir survécu à la décolonisation. La mise en place progressive de ce système est le résultat de choix stratégiques de la France mettant l’entreprise de colonisation au service des intérêts économiques français. Les monnaies africaines sont supprimées et des banques privées appartenant aux colons mais contrôlées par la France sont créées.

La puissance coloniale exploite les matières premières des colonies pour alimenter l’industrie française et utilise les colonies comme débouchés pour les produits français. Suite à la crise de 1929, la France accentue son repli sur l’empire colonial pour protéger son économie et son commerce extérieur. La création de la zone franc en 1939 offre le moyen de pérenniser cette stratégie : les échanges avec des pays extérieurs à la zone franc sont interdits, ce qui cimente les liens économiques et commerciaux entre la France et son empire. La monnaie franc CFA (Colonies Françaises d’Afrique) est quant à elle créée en 1945 afin que la dévaluation du franc français au sortir de la guerre n’affecte pas les marchés des possessions africaines de la France. Celle-ci conserve ainsi le leadership dans le commerce extérieur des colonies et réaffirme sa suprématie sur son empire.

Anonyme a dit…

Au moment des indépendances, la quasi-totalité des anciennes colonies françaises d’Afrique subsaharienne décide de rester dans le giron de la France en signant des accords de coopération monétaire et en adhérant de ce fait à la zone franc. Le franc CFA est d’ailleurs renommé franc de la Communauté Française d’Afrique en 1958. Mais la Guinée refuse cet assujettissement monétaire et sort de la zone franc dans un coup d’éclat. Le président Sékou Touré veut une réelle indépendance politique et économique pour la Guinée, et pour ce faire crée le franc guinéen et quitte la zone en 1960. Au Togo, ancienne colonie allemande membre de la zone franc depuis 1949, des voix s’élèvent également contre le franc CFA en la personne du président Sylvanus Olympio. La sortie de la zone est prévue pour 1963 mais Sylvanus Olympio est assassiné juste avant que l’indépendance monétaire du pays ne soit acquise. Ce n’est que dix ans plus tard, en 1973, que la zone connaît de nouvelles modifications avec la sortie de la Mauritanie et de Madagascar.
C’est également à la période des indépendances que des banques centrales dont seulement la moitié des administrateurs sont des représentants africains sont créées pour émettre le franc CFA. Les présidents de ces institutions sont néanmoins français et restent maîtres de toute décision. Pendant les années 1970 la zone franc connaît des ajustements à la fois techniques et symboliques : révision des accords de coopération monétaire, déménagement des sièges des banques centrales de Paris à Dakar et Yaoundé, diminution du nombre de représentants français au sein des Conseils d’Administration. D’autre part deux nouveaux pays signent des accords de coopération avec la France et adoptent le franc CFA : la Guinée Équatoriale en 1985 et la Guinée-Bissau en 1997. Malgré ces changements, la France garde la mainmise sur la politique monétaire de la zone franc dont les pays subissent des choix économiques et monétaires dictés par les intérêts français. La France va même jusqu’à décider unilatéralement de la dévaluation du franc CFA en 1994.




La zone franc : une gestion et des principes au service des intérêts français

La zone franc englobe donc aujourd’hui quinze pays : huit pays d’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina-Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo), six pays d’Afrique centrale (Cameroun, République Centrafricaine, Congo-Brazzaville, Gabon, Guinée Equatoriale, Tchad) et les Comores. C’est une organisation financière, monétaire et économique, dont le cœur est la France et l’instrument principal le franc CFA. Cette organisation, gérée par la France, s’appuie sur des institutions africaines : la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), la Banque des Etats d’Afrique Centrale (BEAC), la Banque Centrale des Comores (BCC).
Le système franc CFA est basé sur quatre grands principes : la centralisation des réserves de change au Trésor public français, la fixité de la parité franc CFA/euro, la libre convertibilité du franc CFA à l’euro, et la libre circulation des capitaux entre la France et les pays africains de la zone franc. A ces principes s’ajoutent la participation française aux instances de direction des banques centrales africaines, pièce maîtresse du système CFA puisqu’elle garantit l’application sans faille des quatre principes précédemment cités.

Anonyme a dit…

La centralisation des réserves de changes : un principe qui bloque l’économie des pays de la zone franc

Chaque banque centrale de la zone franc possède un compte d’opérations au Trésor public français et doit y déposer une partie de ses réserves de monnaie. Depuis 2005, 50% des réserves de change doivent être stockées sur le compte d’opérations en France (jusqu’en 2005 ce pourcentage était de 65). Il y a donc actuellement environ 8000 milliards de francs CFA venant de la BCEAO et la BEAC stockés au Trésor public, soit plus de 12 milliards d’euros. C’est autant d’argent qui est amputé du budget des États de la zone franc. La France rémunère les banques centrales africaines en intérêts, tout en se servant au passage grâce à des placements privés (des sommes dégagées au profit de la France qui se comptent en centaines de millions d’euros). Pire, la part d’intérêts versée aux banques centrales est comptabilisée dans l’Aide Publique au Développement ! Dépouillés de la moitié de leurs recettes, les pays africains de la zone franc se retrouvent ainsi dans une situation économique et sociale très difficile, d’autant plus que la France leur impose une rigueur budgétaire (c’est-à-dire une baisse des dépenses publiques) pour que l’approvisionnement du compte d’opérations soit garanti.




La parité fixe franc CFA-euro : une entrave à la compétitivité des économies africaines dans le monde

Hier lié au franc français, le franc CFA est aujourd’hui arrimé à l’euro, c’est-à-dire que la valeur du franc CFA sur les marchés mondiaux dépend de celle de l’euro. Autrement dit, les pays africains de la zone franc n’ont pas le contrôle de leur politique de change et subissent les fluctuations du cours de la monnaie unique européenne. Les recettes de leurs exportations doivent être converties en euro avant de l’être en franc CFA, ce qui signifie que si la conversion entre l’euro et les monnaies étrangères fluctue, les recettes des pays africains de la zone franc fluctuent également. Actuellement la valeur de l’euro se renforce par rapport aux monnaies étrangères. Par conséquent, la compétitivité des pays de la zone euro, et donc de la zone franc, diminue par rapport au reste du monde. Une baisse de la compétitivité signifiant une plus grande difficulté à vendre ses produits sur le marché mondial, les conséquences pour les pays africains de la zone franc d’un arrimage à une monnaie forte comme l’euro sont considérables : les économies restent faibles, et les population se paupérisent car les matières premières qu’elles produisent ne peuvent ni être exportées ni être transformées.




La libre convertibilité franc CFA/ euro et la libre circulation des capitaux ou comment légaliser la fuite des capitaux

La libre convertibilité s’applique des pays africains de la zone franc à la France et inversement, mais ne concerne pas les échanges entre les trois zones du système CFA. Ce principe facilite les investissements français en Afrique, le rapatriement des capitaux, et l’importation par la France de matières premières, mais bloque les échanges inter-africains.
Les principes de libre convertibilité et libre circulation des capitaux favorisent également la fuite des capitaux de l’Afrique vers la France. Les entreprises françaises installées dans les pays africains de la zone franc peuvent rapatrier librement leurs liquidités vers la France et les transferts d’argent entre la France et l’Afrique s’opèrent sans entraves au profit des élites françafricaines.

Anonyme a dit…

La participation française à la gestion des banques centrales africaines

Dans les trois banques centrales de la zone franc, des administrateurs français siègent aux Conseils d’Administration (CA). Dans les faits, la présence d’administrateurs français garantie par les statuts des banques centrales confère à la France un droit de veto lors de la prise de décision. Au CA de la BCC, 4 administrateurs sur 8 sont français alors que les décisions doivent être votées à la majorité. A la BCEAO seuls 2 administrateurs sur 16 sont français, mais l’unanimité est requise pour toute décision majeure (et notamment la modification des statuts). La situation est la même à la BEAC avec 3 administrateurs français sur 13. Le pouvoir de la France dans ces institutions est donc considérable et la présence de représentants français garantit la mise en œuvre de tous les principes centraux du système CFA.




Un système monétaire qui constitue une entrave à la souveraineté des États africains de la zone franc

Le franc CFA est un liant qui cimente les relations économiques entre la France et les pays africains de la zone franc. Ces pays ne sont pas libres de la gestion de leur politique économique et monétaire, domaine pourtant constitutif de la souveraineté d’un État. Preuve en est la dévaluation de 1994 décidée unilatéralement par la France.
Malgré le passage à l’euro, la France garde la mainmise sur la zone franc, alors même qu’elle n’est plus émettrice de la monnaie d’arrimage. L’adoption de l’euro aurait pu se traduire par une disparition du pouvoir tutélaire de la France sur ses anciennes colonies, or la France a obtenu que les accords de coopération monétaire de la zone franc ne soient pas affectés par l’intégration européenne.
Cinquante ans après les indépendances, la politique monétaire de la zone franc reste donc décidée par la France en fonction de ses intérêts propres. Cinquante ans pendant lesquels cette politique a été complètement déconnectée des vrais enjeux du développement africain tout en permettant à la France de contrôler économiquement et politiquement ses anciennes colonies au profit de son économie nationale, et au préjudice du développement des relations entre pays africains. Le modèle imposé par le système franc CFA induit une verticalité des échanges (Nord-Sud) au détriment d’une coopération horizontale (Sud-Sud). Un tel système financier, au service des intérêts économiques et politiques de la France, ne peut pas être le vecteur de l’autonomie monétaire et du développement. Il perpétue les relations asymétriques et néocoloniales entre la France et les pays de la zone CFA.


Source : Survie

Anonyme a dit…

Hatha le petit mec, ils l'ont trouvé walla?

Il confiera son sac à un groupe qui le lui remettra le jour J. Comme la dernière fois pour le gars qui s'est fait exploser devant l'ambassade.

Ou bien il n'a pas de sac et on lui en fournira un le jour J, le déposera devant un building et quelqu'un actionnera le téléphone pour le boum. Comment ce gars est parvenu à entrer?

A-
====
Mauritanie : le service antiterroriste recherche un kamikaze infiltré par AQMI
mercredi 22 juin 2011/ 10:26

Le service de sécurité mauritanien cherche un kamikaze d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) qui se serait infiltré en territoire mauritanien pour exécuter un attentat, indique-t-on mardi, à Nouakchott, de source sécuritaire.

De même source, on apprend que le service de sécurité est sur la piste d’un jeune originaire du nord malien qui serait entré en territoire mauritanien avec une ceinture explosive.

Le portrait robot du jeune homme a été diffusé au niveau des points de contrôle sur les différents accès de la capitale.

Al-Qaïda au Maghreb islamique a tenté, à trois reprises d’ exécuter des attaques kamikazes en Mauritanie, notamment en 2009 contre l’ambassade de France en Mauritanie, qui sera suivi d’un autre attentat avorté à la porte d’une caserne à Néma, dans l’est du pays.

Les forces mauritaniennes avaient également fait échouer un troisième kamikaze à l’entrée ouest e Nouakchott, en février dernier.

Source : Xinhua

bidhani facho a dit…

les seuls terroristes de la mauritanie son ira de biram negre terroriste e ces accolytes de service(diko e maa3ta)
we salam

Anonyme a dit…

LM et Maatala,

Je crois que l'éditorial de AOC sur l'accord de pêche merite d 'être mis ici pour débat. A-


http://www.lecalame.info/contenu_news.php?id=504