dimanche 4 septembre 2011

Le Mécano et son gouvernement


Un analyste politique d'un hebdomadaire a dit : «Azziz navigue à vue». Depuis qu'il a endossé l'habit présidentiel, et qu'il a lâché ses oripeaux de général, Mohamed Ould Abdel Aziz ressemble à un alchimiste qui mélange mixtures et molécules, au hasard.

En effet le Mécano commence à se rendre compte que gérer un pays, ce n'est pas gérer le Basep, il navigue entre les forces rétrogrades, les lobbies, la tribu, les clans, les Oulémas, les courtisans …… Il prend beaucoup d'initiatives, dont les trois quart sont approximatives et hasardeuses. Il ne veut pas être inactif, résultat des courses, il en fait trop. Il doit s'affranchir de trop longue proximité du Caporal Taya, il doit faire sa révolution culturelle, comprendre que le pays est multiculturel, il a une vision unipolaire de la réalité nationale, face aux questions de cohabitation et de cohésion nationale, il réagit souvent de manière épidermique .Il a surtout du mal à laisser des opinions trop différentes de la sienne de s'exprimer. Il doit prendre de la hauteur et cesser de gérer le pays comme un militaire. Il est impulsif, c'est un mélange de DSK et de Sarkozy.

Les ministres

Ceux qui sortent du lot

-Hydraulique

-Energie et mines

-Habitat

Ils font votés des lois et lancent surtout des projets d'infrastructure qui marchent.
Les moyens :
- Santé : Bonne volonté, découvre le secteur, il est en phase d'apprentissage

-Ministres des affaires économiques : il gère sans vague, de bonne relation avec les bailleurs, mais il n’oubli pas de se servir au passage, c'est un omni ministre.

- Environnement : Il n'est pas du secteur, il gère le quotidien.

- Développement rural: bonne volonté, c'est la voix de son maitre, il gère un ministère sinistré.

Les cancres:

- L'éducation nationale, il est là pour là folklore, il est sensé gérer deux systèmes parallèles.
Il n’a pas compris que tant qu'on n'aura pas résolu dans quelle langue, il faut étudier, lui et son ministère ne serviront à rien.

- Ministre de la culture : la « cancresse » nationale, elle confond culture et confiture, la seule à croire que parler l’arabe fait de vous un savant.

- Commerce, tourisme, l'artisanat...: qu'il soit là ou pas cela ne change rien, un placébo…….

- La justice: une présence inutile, il ne sert à rien.

- Défense: un illustre anonyme

- Etrangères: un gars sérieux, il n'a pas le gabarit pour gérer la diplomatie, plus consultant que diplomate…..il ne paie pas de mine.

- Intérieur: c'est un super SG, aucune initiative, il gère le quotidien en suivant scrupuleusement les instructions du Mécano Aziz........il gère bien, les dossiers que la présidence lui laisse……

- Ministre des finances: un autre SG du président, car c'est ce dernier qui gère les dossiers.

Les inutiles :
- Fonction publique, affaires familiales et autres ministères de remplissage, on cherche encore à justifier leur existence.

Le prix Nobel

L’indolore et incolore premier ministre Lagdaff dit « Raymond Domenec ». Il ne gère rien, c’est le plus mauvais coach de tout pays.
Il ne coordonne rien, il est désordonné et mal entouré, il donne l'impression que les affaires du pays ne l’intéressent pas, hormis les comm……..
Sans aucune consistance, le maitre étalon de la médiocratie.

Maatala

161 commentaires:

Anonyme a dit…

Il raconte des bobards, ce ministre cousin. Naha a tout dit dans le cable de Wikileaks,


===
La crise libyenne a créé une menace supplémentaire au Sahel (ministre).

La crise libyenne a créé une menace supplémentaire au Sahel, déjà confronté au terrorisme et au crime organisé, avec la circulation d'armes et l'exode massif des ressortissants provenant de ce pays, a déclaré dimanche le ministre algérien chargé du Maghreb et de l'Afrique, Abdelkader Messahel.

"Une situation nouvelle a été créée par la crise libyenne" a déclaré le ministre algérien chargé des affaires maghrébines et africaines lors d'un point de presse annonçant la tenue d'une conférence régionale de deux jours mardi et mercredi sur cette question à Alger. Les ministres des affaires étrangères de Mauritanie, du Niger et du Mali sont attendus ainsi que des experts de l'Union européenne et des représentants des pays membres du Conseil de sécurité de l'Onu.

Selon lui cette situation peut avoir "des répercussions sur la sous-région notamment à travers deux phénomènes, à savoir la circulation des armes et le retour massif de personnes chez elles".

"Cela devient une source de préoccupation pour ces pays qui n'ont pas les moyens de faire face à cette situation", a-t-il dit en se référant au Mali, à la Mauritanie et au Niger voisins où opèrent les hommes d'Al-Qaïda du Maghreb islamique (Aqmi). Le ministre a confirmé la fermeture des frontières avec la Libye où les nouveaux dirigeants restent en butte à une résistance et recherchent le dirigeant déchu Moammar Kadhafi et deux de ses fils.

Depuis l'éclatement de la rébellion en février, l'Algérie qui partage avec la Libye environ un millier de kilomètres de frontières, à dénoncé l'entrée d'armes venant de ce pays. Cette conférence, a expliqué le ministre, permettra aux pays de cette région d'échanger, d'analyser et mieux s'organiser pour "faire face" à ce nouveau défi.

Cette conférence de deux jours se tiendra à Alger au Palais des Nations. Son objectif est "d'organiser le partenariat à travers, entre autres, la création de synergie entre les partenaires des pays de la région et d'une plus grande complémentarité entre les différentes stratégies et partenariats en direction du Sahel", selon un communiqué du ministère.

Agence France-Presse



Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : AfreekElection
| Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 86

Anonyme a dit…

C'est dommage Maatala, que tu aies pris tout ce temps pour te rendre compte que le mécano n'est bon à rien.

Pourtant cette gouvernance d'Aziz sur laquelle tu branches les projecteurs maintenant était bien prévisible.

La comparaison avec Sarko et DSK est tout au moins hasardeuse.

Znagui

Anonyme a dit…

matalla

Je ne vois pas tu leur trouves de bien,ces trois minitres (habitat,energie,hydraulique).Ils sont aussi inutiles que leurs collègues!.
NKT a encore soif alors que l'eau de l'aftout est à ses portes (ministre hydraulique).
La pauvreté sevit partout alors que les sociétés étrangères pillent nos mines (ministre mines) avec des contrats à la con...

Anonyme a dit…

Là Boulware a tapé à côté de la plaque dans sa dernière conclusion au sujet de ce qu'à dit Naha sur les tripatouillages du grand frère du nord. Les diplomates sont humains et se trompent souvent ..


http://www.wikileaks.ch/origin/82_9.html

Anonyme a dit…

Bien fait pour sa gueule, cet idiot. On ne s' attaque pas a un haut dignitaire, que se soit au pays ou a l' exterieur. Azzizzo doit le pendre pas les couilles en lui tapant sur ces couilles avec un willebrequin. Ehl guerrou, collez-nous la paix.
===
Justice : Abdel Kader Ould Mohamed Yahya en prison

Abdel Kader Ould Mohamed Yahya, l’ex conseiller de l’ambassadeur de Mauritanie à Tunis arrêté en fin de semaine dernière, a été déferré hier devant le parquet.

Après audition, il a été transféré quelques heures plus tard au commissariat de police de Tevragh Zeina 2 pour complément d’enquêtes sur les faits portés contre lui à propos de l’agression du ministre des affaires étrangères.

Après complément d’informations sur son dossier, Ould Mohamed yahaya a été écroué ce matin à la Maison d’Arrêt de Dar Naim.





Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : Alakhbar (Mauritanie

Anonyme a dit…

Salam

Mon cher Znagui

Il faut donner du temps au temps .....On juge le tâcheron à l'ouvrage...

DSK/Sarkosy c'est un mélange de : séduction de brutalité et beaucoup agitation.

J'ai soutenu azziz par défaut dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Nouadhibou : SOS esclaves révèle 3 cas présumés d’esclavage

"Trois cas présumés d'esclavage dont une mineure ont été révélés, le 1 septembre dernier, à Nouadhibou,par SOS esclaves" a déclaré El Hadj Ould Yargh, représentant de cette ONG dans notre capitale économique.

De passage à Alakhbar,Ould Yargh, a dit que l’affaire a commencé lorsque Rabiaa 23 ans, la plus âgée des trois soeurs exploitées, s'est présentée au commissariat de police au 3e Robinet pour informer la police de sa situation et de celle de ses sœurs. Rabiaa a déclaré à la police qu’elle ne veut que sa liberté et celle de ses deux cadettes. Elle a aussi précisé « qu’elles rejettent toute forme de poursuite contre leurs esclavagistes ».

"Notre organisation détient des preuves que justifient ces trois cas d'esclavage"dira Ould Yargh. Il ajoutera que d'autres cas plus graves existence à l'intérieur du pays.

Source : Al Akhbar le 05/09/2011

Anonyme a dit…

Salam

Lu pour Tiris

Le Ministre Français menace la Mauritanie de rétorsion

Le journal français Le Figaro rapporte, dans son édition du vendredi 2 septembre 2011, que Monsieur Claude Guéant, Ministre de l’Intérieur a sommé huit pays de rapatrier leurs concitoyens en situation irrégulière ;



il s’agit, notamment, de la Mauritanie, du Mali la République démocratique du Congo, de l’Angola, du Pakistan, du Bengladesh et du Sénégal.

Le quotidien précise que ces Etats avaient reçu des demandes explicites en ce sens, de la part de Paris. Le Ministre a exigé la collaboration pleine des consulats concernés, qui doivent munir leurs ressortissants de documents devant permettre de les identifier pour les les expulser. Enfin, Claude Guéant met l’accent sur l’importance de la coopération entre la France et les pays en cause ; il évoque des mesures contre les Etats récalcitrants, sans se risquer à davantage de détail sur la nature de celles-ci.

initi

Anonyme a dit…

salam

Pakistan: Un commandant d'Al Qaida (mauritanien?) capturé par les américains

Un haut responsable d'Al-Qaïda, un certain Younis Al Mauritani, a été capturé par les services de renseignement dans le sud-ouest du Pakistan avec l'aide de leurs homologues américains, a annoncé l'armée pakistanaise lundi.

Al-Mauritani --probablement un nom d'emprunt qui laisse supposer qu'il est de nationalité mauritanienne-- avait notamment été chargé personnellement par Oussama ben Laden de planifier des attentats visant des cibles économiques importantes aux Etats-Unis, en Europe et en Australie, a assuré l'armée dans un communiqué.

Son nom ne figure sur aucune des listes des responsables d'Al Qaïda rendues publiques par le FBI ou le Trésor américain, qui promettent de fortes récompenses contre tout renseignement permettant de les localiser.

maatala

Bebe BA a dit…

Le mecano (piétre mecano d'ailleurs, d'après znagui) doit nommer les ministres aux postes qui leur convient.
Comment peut on nommer un expert en télécommunication au ministère de la santé?
Ou une dentiste à la fonction publique?
Quant au ministére de la culture, de la jeunesse et du sport, je propose qu'il soit supprimé parce que dans ce pays où le sport sont minimisé, je ne vois pas son utilité!!!

Bebe BA a dit…

Znagui mon ami, tu avais raison!! la thérapie de groupe commence à faire ses effets sur Maatala; maintenant, il reste le cas de vlane, lol

Ɔopiarpegar a dit…

Merhba Bebe Ba comment vas tu? ou est ta soeur Bilkiss elle me manque tellement?

Anonyme a dit…

salam maatala

je te propose de creer un groupe canalh sur facebook c tres pratique

copiarpegar

Ɔopiarpegar a dit…

22:57La loupe du Rénovateur : Pleurer le présent et s’apitoyer sur l’avenir !

En Mauritanie, chaque jour qui passe apporte avec lui un lot de questions. Mais en l’absence d’un débat constructif permanent de nature créer un cadre de rencontre citoyenne, les mauritaniens ne se parlent pas, ne se comprennent pas.

Cela est valable pour les hommes politiques, les intellectuels de façon générale. L’avenir de la Mauritanie se trouve ainsi mis en danger par le refus d’apporter des réponses à des questions aussi graves qui menacent l’unité nationale. Nos divisions et contradictions se manifestent à travers le rejet voire le mépris que se vouent les uns les autres.

Nous préférons jouer aux faux –semblants que de chercher à régler les divergences qui nous éloignent tous les jours.

Nous habitons dans un seul pays mais nous ne vivons pas ensemble les mêmes réalités. Ne partageons pas ensemble les mêmes droits, ne bénéficions pas des mêmes privilèges minimaux en tant que citoyens d’un même pays.

Comment être dans un seul pays sans volonté de vivre ensemble, de partager , de se découvrir et de s’aimer . Quand nous continuons de raisonner en termes de tribus, de castes, de région, de couleur, de langue, nous sommes loin de réaliser le concept de citoyenneté. Nous cultivons des idées sectaires, ségrégationnistes, esclavagistes, comment entrer dans la modernité avec civilité ?

La peur de l’autre développe le réflexe méfiance envers autrui et se prolonge sur le repli sur soi. Cette situation est malheureusement en train de perdurer par la volonté hypocrite d’un pouvoir politique qui dresse les uns contre les autres grâce à ses lobbies, ses cercles démoniaques, ses sbires …cette question de nationalité qui alimente les rancœurs et entretient la confusion dans les esprits est provoquée hélas par la main maladroite d’un régime qui est en train de montrer ses faiblesses.

Oser introduire dans un enrôlement des notions aussi « lépénistes » et outrageuses, c’est la démonstration la plus flagrante d’une gestion calamiteuse d’un pays aussi fragile que le nôtre miné par des décennies de déchirures, traversé par des crises interminables.

On a l’impression de revivre une Mauritanie plus hostile envers ses diversités culturelles celles que les chauvins impitoyables voudraient voir se réaliser. Le pouvoir a franchi le Rubicon en « touchant » à la nationalité de mauritaniens dont l’appartenance à cette terre ne fait l’ombre d’aucun doute.

Au lieu d’éviter de troubler l’unité nationale par des mesures aussi irrespectueuses de la dignité d’une partie de la Mauritanie, les autorités actuelles jettent l’huile sur le feu. Avons-nous honte de cette diversité culturelle et linguistique que l’histoire nous a léguée depuis des siècles et qu’aucune décision officielle ne saurait remettre en cause. En quoi un seul visage de ce pays représenterait –il un motif de fierté ou une chance de développement.

L’avenir de la Mauritanie n’est pas entre les mains d’un groupe, d’une entité tribale, ethnique, il est dans la synthèse de toutes ses valeurs et il se fera avec l’apport de tous ses fils valeureux pour qui compte une seule chose : la construction d’un Etat fort et moderne où les archaïsmes n’auront plus leur raison d’être en ce 21 siècle. On ose croire que ceux qui veulent de ce projet sont les nombreux !

Cheikh Tidiane Dia
cridem.org

copiarpegae

Bebe BA a dit…

Merhbe bik, Ɔopiarpegar, tu nous as manqué! tiens tu parles correctement maintenant? tu mélanges plus? lol

Bilkiss a carrement disparu!! d'après A-, elle s'est mariée à un barbu, lol

Il y'a déja un groupe canalh sur facebook mais y'a presque personne!!!

Ɔopiarpegar a dit…

essoul je melange encore,Je suis très content, parce que bilkiss a enfin décider de se marrier avec un barbu et lui souhaite un petit jemil mansour et trois ben laden.

bidhani facho yebouyé enteu manek mitneswi

copiarpegar

maatala a dit…

Salam

Le Nazillon

La déconne à des limites, le seul ici que tu peux insulter nuit et jour c'est le cuisto( maatala)

Un vrai maure même arabisé n'insulte jamais les femmes.

Retourne à ton bac à sables dit le fou

maatala

Ɔopiarpegar a dit…

bebe blance moi stp le lien de ce groupe

Anonyme a dit…

Oui Bebe Ba: merci de nous balancer le lien facebook de canalh.

Merhbeu bik copiarpegar. La photo de ta mascotte, c'est un moundriche ou quoi?

Bilkiss me semble être rangée. Houma les barbus, c'est possessif avec les femmes. Vivement un petit jemil et 4 ben laden.

A-

Ɔopiarpegar a dit…

A-; suis mort de rire ! la mascotte c'est le petit de neyreb elibouh moudrich.

couli, hiya la marmite n'ga3rit walla?

Bebe BA a dit…

Voiçi le lien mais depuis la création il n'y a que 02 membres.

http://www.facebook.com/groups/199132963453258/

maatala a dit…

Salam

Lu pour le Mécano

Kiffa: "Esclavage sur mineure"

A propos de sa lutte contre l'esclavage,Biram Ould Dah Ould Abeidi, président du mouvement de l'Initiative pour la Résurgence en Mauritanie a déclaré à Alakhbar que son mouvement a découvert ce matin, un cas de pratique esclavagiste sur Beibala, une mineure de 12 ans, à Kiffa.





Cette mineure est exploitée par Sleila Mint Mohamed.

Biram indique que « la police avait arrêté la femme en flagrant délit, après une dénonciation faite par Boubacar Ould Mohamed Alaabd, président de la section d’IRA en Assaba , mais sur ordre du procureur la femme a été relâchée ».
Ould Abeid a également appelé tous les militants de son mouvement à Kiffa à se rassembler massivement devant le commissariat de police pour que justice soit rendue à la victime.

Ould Abeid a lancé un appel à la communauté internationale pour « exercer des pressions sur la minorité arabo-berbère, afin que la pratique esclavagiste et ségrégationniste contre les harratins cesse en Mauritanie".

Source : Al Akhbar le 05/09/2011

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

maatala

maatala a dit…

Salam

Le gouvernement mauritanien "corrompu" (Wikileaks)

La corruption est "pratiquée à grande échelle en Mauritanie". Elle touche autant "le gouvernement que la société", selon un câble diplomatique américain, publié par Wikileaks.

Le document, daté le 09 mars 2006, est signé par Joseph Evan LeBaron, ambassadeur américain à Nouakchott (2003–2006).

D'après le document, la corruption intervient notamment dans les "dépenses d'équipements, recrutements, prêts bancaires, attribution de licences de pêche, distribution de terre, payements de taxes". (Intégralité du document)

Les Hommes d'affaires et cadres du gouvernement sont "privilégiés par les autorités": ils sont "exemptés de certaines taxes et octroyés des terrains". Ils bénéficient aussi d'un "traitement de faveur" lors des appels d'offre.

"À tous les niveaux", les travailleurs, nationaux et étrangers, "ne payent pas de taxes et bafouent la législation du travail, et ne remplissent pas de formulaire de demande".

Cette "propagation de la corruption" a privé l'Etat d'une importante source de revenue. Elle a "réduit" encore ses capacités d'offre de services nécessaires.

Le document reconnaît l'existence de mesures de luttes contre la corruption, mais affirme que celles "manquent d'efficacité". Il ajoute que "donner ou recevoir de pot-de-vin ne constitue pas un acte criminel selon les lois en vigueur en Mauritanie".

En outre, le document estime que l'Etat ne mène "pas systématiquement d'audits annuels" des comptes publics. El le "seul organisme de transparence opérant en Mauritanie c'est le suisse SGS". Cependant, le pays a affiché une "intention" d'adhérer à l'Extraction Industry Transparency Initiative. Une intention qui fait suite à "une demande pressante" de la Banque Mondiale, du FMI, conclue le document.

Joseph Evan LeBaron est, depuis le 18 juillet 2008, l'ambassadeur des Etats-Unis au Qatar.

Source : Al Akhbar le 06/09/2011

kowri a dit…

Pour dire non aux opérations d’enrôlement visant à exclure les franges importantes de la population mauritanienne en l'occurrence les noirs (haratine, halpoular, soninké, wolof, et bambara), les organisations, mouvements et partis politiques mauritaniens organisent :

Le Samedi 10 septembre 2011 une marche de protestation allant de la place du Trocadéro à l'ambassade de la Mauritanie à partir de 14 heures.

Un appel solennel à la mobilisation est donc lancé à toutes les organisations des droits humains, aux mouvements politiques, aux partis politiques et acteurs de la société civile préoccupés par l’inquiétante question de l’enrôlement et à tous les mauritaniens sans exception.

Nos slogans :


MAURITANIE:
1- Touche pas à ma nationalité.
2- Je ne négocie avec personne ma mauritanité.
3- Arrêtez ce recensement dans ces conditions.
Lisez la suite sur www.ocvidh.org
notre mail :ocvidh001@...

kowri a dit…

Il y a tellement des prises de positions des uns et des autres sur le racisme des nouvelles autorités, que je salue pour leur victoire contre le tyran El Kedafi, libyennes que personnes ne s'est élevé à ce jour sur les révolutions nord africaine attribuées à tort au monde arabe. Je ne vois par en quoi cette région est considéré comme monde arabe car historiquement et géographiquement elle fait partie du continent africain et non du monde arabe qui lui ce trouve dans un autre continent appelé le golfe arabique.

Est ce par le fait que les différents dialectes arabes parlés dans ce s/continent africain soies majoritaires ou par le fait qu'il sont musulmans majoritairement ? Si c'est cela; c'est un leurre vis à vis des opinions nationaux de cette région, de l'opinion internationale et constitue un alignement contre nature sur les positions des états frappés de myopie, de cécité et d'autisme. Cela c'est aussi conforter la position si chère au laïque Irakien Michel Afnak qui voulait construire un monde arabe de toutes pièces que la donne islamiste a transformé en monde arabo-islamo- baathiste conjuguée avec la manipulation bassement politique et économique des uns et des autres.

Quelle a été la position des partisans de la démocratie et de la liberté des peuples unis dans la diversité politique, identitaire et linguistique sauvagement réprimées par les régimes dictatoriaux des pays nord africains.

Sait-on posé la question sur le futur projet de société des trois pays qui viennent de se libérer en payant un lourd tribu? Je crois que non; car aux dernières nouvelles reçues; l'identité, langue et culture amazigh sont frappées du même dénie que dans les précédents régimes illégaux. De ce racisme qui ne dit pas son nom et qui risque à la langue de créer des problèmes, personne n'en parle à moins que ce silence ne soit calculé et dépendant de certaines positions gouvernementales européennes et autres à des fins sournois comme le partage du gâteau pétrolier et autres richesses

Ce raisonnement ne veut nullement dire que part le fait de l'histoire, de la formation des peuples et du brassage ethniques qu'il n'y a pas émergence à travers les temps des peuples issus d'horizon divers formant une seule nation unie dans un pays unique;à l'exemple de la Suisse, du Canada, etc...Pourquoi ce ne serait pas le cas dans les pays nord africain unis dans la diversité et la pluralité identitaire,linguistique et culturelle qui sont l'arabe et tamazight

Anonyme a dit…

Mseikina notre première dame: les barbus l'accusent d'être Une Laila Benali-Traboulsi. Tant que l'azzizzo les sert à AQMI, elle peut depensr ce qu'elle veut.

Les zamis: espère que vous suivez la conférence sécuritaire d'Alger. Me demande quelle souris cette montagne va accoucher. Esperons que les généraux d'Alger vont cesser de tripatouiller AQMI, une fois pour toutes.

Couli: General Ham of AFRICOM will attend this conference. He has to promise to stop the nonsense of helping the Algerians fuck-up everything in the Sahara-Sahel zone. A-

===
Oumra de la Première Dame à la Mecque : Les Saoudiens choqués par l’étalage de richesses

Selon le site "anbaa.com" qui rapporte l’information, la Oumra que vient d’effectuer l’épouse du président Mohamed Ould Abdel Aziz, durant le mois de Ramadan passé à la Mecque, serait digne d’un conte des Mille et Une nuits. Arrivée à bord d’un vol spécial qui serait resté cloué au sol à l’aéroport de Djeddah jusqu’à son retour, la Première Dame aurait été accompagnée par une véritable cour de courtisans. Les Ulémas saoudiens d’origine mauritanienne auraient ainsi été particulièrement frappés face à un tel étalage de fastes. Ils tenteront pourtant de chercher une sortie honorable juridique pour atténuer l’impact que cela pourrait avoir sur le mental des hôtes. En effet, ce rite religieux qui inspire la soumission à Dieu devrait, selon l’orthodoxie musulmane, être empreint d’humilité et de sobriété. Certains se sont demandé finalement si l’épouse de Mohamed Ould Abdel Aziz est réellement consciente qu’elle provient d’un pays où l’écrasante majorité de sa population vit en dessous du seuil de la pauvreté ? Mieux, ils se demandent si la Première Dame est consciente qu’elle est l’épouse du "Président des Pauvres ", le champion toute catégorie de la lutte contre la gabegie ? JOB. L'AUTHENTIQUE

Anonyme a dit…

Copiarpegar,

Merhbeu et welcome back. merci d'eviter a ton neureub qui tire sur tout ce qui bouge de s'approcher de tes chevres: leur lait pourrait tarir.

Manquent a l'appel Rimo, General Vlad, bl, mestour (wikileaks a bien dit que serene fishing c'etait un gros mensonge de Hacena Ould Ely), yanis, znagui, fils du bled, etc..

A-

Ɔopiarpegar a dit…

Ne t inquete pas mon zami
__________________
Le dernier rebondissement dans l’affaire de la drogue en dit long sur la confusion et la cacophonie avec lesquelles ce dossier a été géré.







En son temps, votre journal avait dénoncé les libérations en cascade prononcées par le tribunal, soulevant beaucoup de points d’interrogations sur la véritable identité de ces "puissants" qui soutiennent les filières de la poudre blanche et de la coke en Mauritanie.

En effet, il sautait aux yeux qu’une affaire si grave qui compromettait la souveraineté d’un pays, déstabilisait son économie et tuait la crédibilité de l’Etat et des ressortissants mauritaniens partout à travers le monde, ne pouvait pas se solder par un acquittement pur et simple de tous les impliqués. Mieux, nous avions dit en son temps que la grâce présidentielle accordée à l’un des accusés présumés, qui était supposé commettre ´son forfait sous le couvert de sa qualité d’officier chargé justement de traquer ces filières, sapait la crédibilité de l’institution de la Présidence de la République, surtout que le mic mac du passe-droit était aussi évident que flagrant dans l’adoption de cet élargissement.

L’opinion, très remontée , aussi bien contre la fameuse grâce présidentielle (qui soit dit en passant est refusée à Ould Khattry pour on ne sait quelles raisons inavouées) que contre la décision de la Chambre criminelle, avait fini ou presque par être convaincue que la drogue est une véritable peste qui gangrène notre société et que les arrestations que l’on exhibe, de temps en temps, par ci et par là, ne visent que les petits voleurs d’oeufs. Les magnats, eux, se la coulent douce, jouissent de privilèges, assoient leurs empires tentaculaires et se reconvertissent, facilement en rabatteurs de devises, en distributeurs de marchandises en gros, en importateurs de véhicules de tout calibre. Mieux, ils s’érigent même en notables tribaux, en dignitaires politiques ou en mécènes irréprochables ! Parfois, ils sont même

Les conseillers occultes des ténors du système qui repose, en grande partie, dans la sombre partie de ses finances sur les ristournes qu’ils font en faveur de la "Formation" ou du groupe. En réalité, l’argent de la drogue avait remplacé les immenses "liquidités" que le régime de Saddam Hussein et les folies de Kadhafi déversaient, par diverses voies, sur la Mauritanie. D’où, peut-être, l’impossibilité d’étrangler "le flux" par la force de la loi et la rigueur de l’Etat !

Ɔopiarpegar a dit…

suite
_____
Autre preuve de la cacophonie qui contribue à faire diversion en faveur de certains "gangs" presque autorisés, le Parquet vient de "renoncer" à son verdict en décidant de rouvrir le dossier.

Malheureusement, ils s’y sont pris de manière assez maladroite en n’interpellant qu’un seul accusé. En l’occurrence, l’accusé le plus faible et le moins "protégé", tribalement parlant ! Les autres se promènent pourtant librement à Nouakchott, jouissant, eux, de la protection du "Clan" au sens large du terme. Ici aussi, malheureusement, notre justice et notre système d’Etat est mis à rude épreuve : comment couvrir un officier d’une grâce présidentielle pour le couvrir, et interpeller, manu militari, à la veille de la fête, un seul accusé de la bande ?

Plus grave, si l’on en croit la défense du malheureux, il n’aurait jamais été présenté à un juge d’instruction, des policiers ayant parfaitement joué le rôle, ce qui est une violation flagrante de la procédure et des droits de l’accusé !

Ce que les mauritaniens veulent et attendent du pouvoir en place, est qu’il ouvre le dossier de la drogue et mène des enquêtes sérieuses et fiables pour remonter toutes les filières, civiles, militaires, administratives et sécuritaires qui couvent les criminels. Tous ces pans de la société sont concernés, et l’ancien chef de l’Etat Mohamed Khouna Ould Haidalla l’avait bien souligné dans une déclaration rendue publique l’an dernier qui ciblait plus particulièrement une filière entretenue par des hauts officiers de l’armée nationale.

Sans l’ouverture volontaire, intransigeante, transparente, résolue et claire du dossier de la drogue, nous ne le dirons jamais assez, la lutte affichée n’est qu’une simple poudre aux yeux. Au mieux, c’est de l’opium pour hypnotiser ceux qui attendent tant que la poudre blanche disparaisse de notre circuit économique vital !

Amar Ould Béjà

Source : L'Authentique le 06/09/2011

www.kassataya.com

Anonyme a dit…

Merci copiarpegar pour ce cri de Ould Béja. Il a raison. On avait cru comprendre qu'un ex-DG de la douane passé général depuis, je crois, gérait le réseau de la drogue. C'était une émission française que nous avons discuté ici et Ould Béja le dit entre les lignes.

En lisant wikileaks, il y est dit que les sénégalais et les français ne voulaient pas juger Mika le français ni en France, ni au Sénégal et ils ont préfereé le passer aux mauritaniens comme le gars était bien protegé. Par qui? Les français et sénégalais ont-ils mis Aziz dabs un piège?

Pourquoi Aziz fait ça? Il y a des choses qui ne sont pas permises, même pour un putshiste passé président.

kowri a dit…

le général Mohamed Ould Abdel Aziz mobilise ses nègres de service depuis Paris.

=====
Le général Mohamed Ould Abdel Aziz mobilise ses nègres de service depuis Paris.
Selon les informations fiables et vérifiables, le général Aziz n’est rentré en Mauritanie que vendredi 02 septembre 2011 en début d’après midi. Après l’accueil particulier qui lui a été réservé par les mauritaniens résidents en France lors de la Conférence sur la Libye organisé par Paris et Londres à l’Elysée. Initialement le Baathiste-Nassérien moustachu ne devait rester qu’une petite journée, Il devait repartir à Nouakchott juste après le diner offert par le couple Sarkozy. Seulement pouvait-il le faire après l’humiliant accueil que la diaspora lui avait réservé.
Avant hier midi, c’est dans une ambiance très morose, faite de rictus et de grande sueur que s’est déroulé le cocktail de bienvenue offert au Président putschiste Aziz et à sa délégation par le corps diplomatique mauritanien accrédité à Paris dans un des salons de l’Hôtel le Meurice. On raconte que l’Ambassadeur était allé au petit coin plusieurs fois avant que Ould Abdel Aziz ne se résolve à prendre les choses mains en demandant à l’un de ses conseillers d’aller demander aux manifestants de lui envoyer quatre délégués pour discuter.
Le pauvre, complètement troublé par cette mission confiée par le faux général esclavagiste, s’en ouvre à l’Ambassadeur ostensiblement indisposé, et lui demande de lui désigner une ou deux personnes parmi les manifestants. L’Ambassadeur appelle Kane Alhousseynou dit Kane Longo à Orléans. Kane lui propose Un certain Kane Harouna et monsieur Soumaré Abdoul Aziz. Une information vérifiable à 100 %.
Quand le Conseiller de Ould Abdel Aziz a reçu les deux noms et s’est présenté aux Officiers français pour sa périlleuse mission, il était déjà trop tard, Guéant avait ordonné à la police d’évacuer les manifestants et de les mener dans les commissariats des 1er et 2ème arrondissements.
Hier matin, 2 septembre, on nous a appris que Ould Abdel Aziz le négrophobe a rencontré discrètement en urgence quatre personnes pour nous mettre le bâton dans les roues. Nous vous livrons trois noms, le reste suivra dès que nous en saurons plus.
Kébé Abdoulaye, natif d’Aéré Gonléré, ancien député d’AC (action pour le changement) et ex-gendarme. Kébé Abdoullaye refuse de participer aux différentes manifestions qu’organise la diaspora, mais va en cachette rencontrer Aziz le raciste-Esclavagiste
Kane Alhousseynou dit Kane Longo, natif de Kaédi, bras droit du tortionnaire et l’actuel chef d’état major de la gendarmerie nationale NDiaga Dieng.Yongane Djibril Le couard, le peureux. L’Ami de Ould Hadi .
Nous appelons nos partenaires à plus de vigilance en restant déterminé sur l’objectif qui est : Soit l’arrêt immédiat des opérations du recensement raciste en cours qui exclut les noirs ou le cas contraire recenser tous les citoyens mauritaniens de l’intérieur comme à l’extérieur sans tracas sous aucune condition.
nous avons eu des soupçons qui se confirment qu’il roule pour les renseignements généraux de Nouakchott en vu de sabotage de nos actions et manifestations contre l’enrôlement raciste, xénophobe en cours.

Anonyme a dit…

Le combat de l'adversité.

Certains commentateurs sont extrêmement décevants et très superficiels en croyant que critiquer certains agitateurs zélés relève du racisme.
Car évoquer les apparences pour discriminer est tellement banale voire vulgaire et ne pouvant constituer le socle d'une pensée sensée. cette culture des préjugés et des idées fixes tend méthodologiquement à stigmatiser certains en mettant en cause leur essence en indiquant que leur patrimoine traditionnel, culturel et linguistique n'a pas de poids et ne peut avoir de sens et que le salut c'est de le renier pour le substituer par la leur qui en apparence aurait un essence.
Cette substitution d'une essence par des apparences réduirait le sens à une seule essence correspondant au manque sens pour certain réduit à une apparence comme essence.
L’ensemble de maure qu'il soit noir, jaune, blanc parle un seul dialecte qu'on appelle hassanya, à priori un bien commun et aucun groupe ne peut être exclu de l'héritage de cette langue ou minimiser son apport. Aucune partie ne peut s'approprier la propriété de ce dialecte fruit de la sédimentation d'un complexe et longue processus de composition et d'échange. Aucune caractéristique physique des individus ou groupes ne peut être significative dans ce processus exclusivement culturel et cognitif.
Cette attitude raciste est malheureusement très rependu et tend à réduire volontairement automatiquement l'apport des certains en supposant qu'ils ne peuvent être que neutre voir négatif dans toute entreprise humaine riche en couleur: déni de droit de créativité, de propriété et d'imagination et même exclusion du réservoir cognitif de l'humanité.
Toujours selon cette hérésie de la décadence, l'esclavage ou l'exploitation de l'homme par l'homme suivrait un déterminisme selon lequel une seule couleur serait l'adresse unique sur laquelle doit s'exercer l'ignominie humaine.
Cette fixation sur le banal, l'épiderme au lieu d'explorer l'univers inhibe la lumière de l'âme et produit un corps hostile à son essence enfermé dans une lutte destructive qui l'isole davantage. Le racisme se nourrit spirituellement de cette attitude inconsciente de mépris de soi qui conduit aux malheurs, à l'adversité et puis la violence pour aboutir à cette constante haine des autres par envie, jalousie en espérant extirper cette insoutenable souffrance auto entretenue.
La justice ne conçoit pas dans l'adversité, être militant de droit de l'homme exige une conception de l'homme qui dépasse l'engagement partial pour une caractéristique humaine donnée chargée négativement par des résidus importés de certains cultures matérialistes totalement étrangères à la notre. Ainsi, une centaine de militants des droits de l’homme, regroupée au sein du Fonadh ne pesant pas plus de 2 octets et dont la valeur morale avoisine le zéro appelle au communautarisme et au repli.
Quel sens humaniste peut porter ces petites succursales de la vision égoïste, personnelle, villageoise et communautaire sauf la méfiance intercommunautaire. Mais méfiance et la confiance s'exclut mutuellement, alors dites plutôt droit de la communauté, village voire "race" ou taisez-vous ?
De même, les propos de Biram et ses vidéos qui sont disponibles sur internet et suffisent largement pour dégoutes les plus grands laxistes, et il s'en cache pas, il le dit clairement et exprime clairement ses intentions.

Anonyme a dit…

La Mauritanie n'est pas du tout raciste et elle ne peut l'être, mais une société traditionnelle et très féodale, et ça seule l'éducation obligatoire et la réduction de la pauvreté peuvent l'éradiquer, le reste c'est de la démagogie et l’acharnement, la recherche du passionnel etc. les races, la guerre des couleurs, ce sont des concepts étrangers importés par certains de nos piètres intellectuels et la démocratie qualitative de façade imposée comme dogme aux états défaillants et sans âme.
Car l'islam authentique est largement suffisant pour donner l'homme sa vraie valeur et de dignité mais on en est très loin car on vit un islam traditionnel empreint de féodalité et du paganisme.

tiris.

Anonyme a dit…

kowri:

quant on est vulgaire raciste pitoyable comme toi,on voit dans le monde que la couleur les races. on ne produit que le mensonge et la haine.

La complexité du monde est expliqué par une seule varaible qui monopolise la conscience pas loin de son epiderme et aneantit definivement la spiritualité et la creativité que la haine et la lamentation.

tiris.

Anonyme a dit…

la mauritanie est un pays arabe et le restera.

et pour l'éternite.dit le fou

Anonyme a dit…

C'est celui-la qui faisait trembler tout le monde? Soyons serieux. Lire la premiere partie aussi. Quand ils cesseront de mentir, ils pourront s' occuper serieusement d' AQMI.


http://www.cridem.org/C_Info.php?article=59724

Anonyme a dit…

Je ne vois vraiment pas pourquoi ceux qui s'activent à l'exterieur comme à l'interieur insistent pour que le recensement soit élargi à toute personne qui se dit mauritanienne sans que l'on ait la possibilité de s'assurer de l'authenticité des documents présentés par cette personne,qu'elle soit blanche,noire ou jaune...
Ce dont a besoin un mauritanien digne de ce nom,c'est un recensement fiable qui determine la population réelle du pays,gage d'élections fiables,de distribution appropriée de revenu national ,etc.
Pas normal en effet qu'un pays comme la mauritanie ne sait pas exactement le nombre de ses citoyens!!!
C'est pourquoi,j'encourage les autorités,une fois n'est pas coutume de continuer dans cette oeuvre afin de determiner la population de notre pays.
Ceux qui sont contre ne sont pas mauritaniens ou bien ils ont un objectif inavoué...
J'ai été me faire recenser et ai été l'objet de plusieurs questions et un complément de dossier m'a été demandé et rien de plus normal à mes yeux pour avoir quelque chose de fiable...

Bon week end.

Anonyme a dit…

ano du 8 septembre 2011 13:54,

Si le gouvernement expliquait ce recensement en vos termes, pas de problème. Mais que l'on rejette des gens comme quoi leur nom ne sonne pas trop mauritanien, comme une Ouédraogo de mère mauritanienne, née en Mauritanie et qui ne connaît même pas le Burkina, ça ne tient pas la route. Comme faire repartir le Dr. Bâ Bocar Alpha sans qu'il ne se recense.

Pourquoi si je suis né à l'étranger de père mauritanien et de mère zoulou, avec un certificat de nationalité datant de 1968 (pendant que Aziz faisait des culbutes dans une chambre à Louga), fonctionnaire de l'État depuis une quarantaine d'années, on me dit d'attendre, de faire d'abord un certificat bidon chez un cadi pour 2.000 UM avec des témoins de la rue que je ne connais pas.

L'article de Ahmed Jiddou Aly est à relire sans passion.

Bon weekend, cher ami.

kowri a dit…

mercredi 7 septembre 2011
Urgent : une Boucherie humaine contre les militants de droit de l’homme est en cours dans la ville de Nouadhibou à 470 Km de Nouakchott.



Violente attaque contre des militants de droit de l’homme en sit-in pacifique devant le tribunal de Nouadhibou suite à un cas avéré d’esclavage dont les autorités mauritaniennes refusent d’introduire la procédure judiciaire. Selon les informations, il y a eu plusieurs blessés graves et la police continue la chasse contre les militants dans la ville de Nouadhibou (ancienne port Etienne). Depuis la déclaration publique du général Aziz le 05 aout dernier niant l’existence de l’esclavage en Mauritanie, le regain de violence contre les abolitionnistes s’intensifie tous les jours. La police n’hésite pas à matraquer les femmes en ceintes, les enfants, les malades et les vieillards pour dissuader les victimes de l’esclavage à porter plainte contre leurs bourreaux esclavagistes maures blancs. Cela s’explique du fait le soutien inconditionnel qu’apporte le général Mohamed Ould Abdel Aziz aux esclavagistes. Une conférence de presse d’urgence est en préparation pour donner plus d’information sur cette affaire gravissime. Mobilisation générale pour stopper les agissements barbares de la police sur des paisibles citoyens qui raclement l’application de la loi incriminant l’esclavage dans le pays.
Merci.

Anonyme a dit…

Et si c'etait la coalition? Ils ont fait presque en Iraq.


Libye : un tiers des réserves d'or manque à l'appel
PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART
Théoriquement, la Libye était la 24e réserve d'or au monde avec 143,8 tonnes. Or, la Banque centrale de Libye vient de révéler que 29 tonnes d'or avaient été vendues à des marchands locaux, en avril et mai, et en dinars libyens. Au cours de l'or, cela représente quand même 1,4 milliard de dollars.

Anonyme a dit…

Quelle solution preconisee par la conference d' Alger contre ceci? Rien?

====


Les habitants des villages jouxtant la forêt de «Wagadou» parlent de mouvement de véhicules d’AQMI

Des sources provenant du nord Mali ont indiqué à Sahara média qu’au début du mois d’août, des groupes d’Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) avaient réinvesti des lieux bien protégés dans la forêt de Wagadou.

Une source malienne à Bamako a confirmé de telles informations à Jeune Afrique, précisant que des centaines de combattants d’AQMI ont repris possession de cette forêt, en plus de groupes armés que l’on soupçonne être revenus de Libye.

La source indique que ces groupes armés s’entraînent avec toutes sortes d’armes et qu’un tel fait a poussé les populations civiles de la zone à fuir vers d’autres lieux plus sûrs.





Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : Sahara Médias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Salam

Mon zami A-

Raser la foret au Napalm et surtout dire aux mauritaniens qu'avec ces cafards, il y aura du sang et des larmes.

Faire croire ou donner l'illusion que nous arriverons à éliminer le club des refoulés, c'est de la pure vanité qui frise l'inconscience.


Ils ont fait leur marché en libye et il va y avoir du sport.

Autant le dire dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Dedew et aller faire la bise à Ganouchi en Tunisie.

Ces liberticides ont certainement du affinés le projet qu'ils ont pour les autres et non de celui que les Tunisiens souhaitent pour eux même : La liberté.

Ben à vie ou Ganouchi c'est choisir entre la peste ou le choléra dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Au President Mohamed Abdel Aziz:

Je vous conseille vivement de donner des instructions aux autorite's charge'es du recensement pourqu'elles recensent toutes celles et tous ceux qui sont en Mauritanie. Si des cas isole's doivent etre etudie's, ils peuvent l'etre quelques jours et/ou quelques semaines apres mais l'agent recenseur qui vient dans une famille, doit tout simplement donner le benefice du doute au pere et/ou a' la mere de la famille et recenser tous les membres de ladite famille. S'il a de serieux doutes, il peut toujours faire des NB. sur ses documents (une investigation discrete de la police peut donner une reponse aux doutes de l'agent recenseur) mais ledit agent ne doit en aucun cas exiger des preuves de la mauritanite' des membres de la famille.
Ce sont de simples problemes qui ont de simples solutions. La fuite en avant ne nous menera nulle part.
LA HAINE DES EXTREMISTES DES DEUX BORDS EST L'UNIQUE MARCHANDISE QU'ILS TIENNENT A' VENDRE DEPUIS PLUS DE 20 ANS. REFUSEZ DE LEUR DONNER L'OPPORTUNITE' DE CONTINUER A' PORTER ATTEINTE A' L'IMAGE DE LA MAURITANIE.

QU'ALLAH PROTEGE LA MAURITANIE!!!!

Anonyme a dit…

A-

Je suis absolument oppose' a' l'utilisation des armes chimiques dans cette foret car les consequences d'une telle utilisation peuvent durer des decennies! IL FAUT CERTES LUTTER CONTRE LE TERRORISME MAIS LA METHODE DOIT ETRE INTELLIGENTE!!!

Anonyme a dit…

Bravo a ce canadien de chez nous, Ahmedou Vall Diene. Il a tout couche en des termes simples et limpides. Merci Ahmedou Vall. Un mechoui t' attend quand tu viens en vacances.

A-

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=59822

Anonyme a dit…

Maatala,

Il y aura du sport, comme tu le dis. Nulle part je vois une declaration d' Alger (conference securitaire). Tout ce qui sort comme information est du pur mensonge. Ton ami kadafou est dans le pays ou sa fille a donne naissance a un suppose bebe (on n' accouche pas a 8 mois). Plus a ce sujet plus tard.

General vlad: tu as lu l' article de Der Speigel sur El Mauritani? Du pur mensonge et dommage que Der Speigel fait du couper-coller et boit ce que les services pakistanais balancent. On est encore revenu a une periode de desinformation. AQMI va nous taper dessus encore et j' espere que l' azzizzo en est conscient. Naha, dans un cable wikileaks, avait tout dit.

Moussa enteu veum? Tu vois que j' avais raison? On nous prend pour des couillons.

===
Mon zami A-

Raser la foret au Napalm et surtout dire aux mauritaniens qu'avec ces cafards, il y aura du sang et des larmes.

Faire croire ou donner l'illusion que nous arriverons à éliminer le club des refoulés, c'est de la pure vanité qui frise l'inconscience.


Ils ont fait leur marché en libye et il va y avoir du sport.

Autant le dire dit le fou

maatala

10 septembre 2011 15:50

Anonyme a dit…

Couli,

Il n y a pas d' autre solution. Autrement, on est nique. Tu as lu ce que ton representant a la conference d' Alger a dit? Il a dit qu' ils aident, mais restent de cote. Normal: ils ne peuvent pas liquider les groupes qu' ils tripatouillent avec le grand voisin. Donner des centaines de millions de $ aux bidasses pour ne rien faire, c' est ce qu' ils font depuis 2005. Tu crois qu' ils n' etaient pas au courant et impliques dans la nique de Lemgheity? Think again.
====
A-

Je suis absolument oppose' a' l'utilisation des armes chimiques dans cette foret car les consequences d'une telle utilisation peuvent durer des decennies! IL FAUT CERTES LUTTER CONTRE LE TERRORISME MAIS LA METHODE DOIT ETRE INTELLIGENTE!!!

10 septembre 2011 16:38

harnoos a dit…

Birame Ould Dah Ould Abeid taille en pièces Ould Abdel Aziz et le compare à Pieter Willem Botha


Birame Ould Dah Ould Abeid taille en pièces Ould Abdel Aziz et le compare à Pieter Willem Botha
Le président de l’IRA-Mauritanie Birame Ould Dah Ould Abeid a comparé mercredi soir Mohamed Ould Abdel Aziz à Pieter Willem Botha, ancien chef d’Etat sud-africain. Pieter Willem Botha fut l’avant-dernier président de la République du régime d’apartheid.
« Mohamed Ould Abdel Aziz personnifie le pouvoir esclavagiste. Il est le protecteur des esclavagistes et des pratiques esclavagistes. Il est le garant du système esclavagiste de par sa position et par l’usage qu’il fait de la force publique, par l’influence qu’il exerce sur la justice. Ould Abdel Aziz est le représentant de toute la communauté des esclavagistes. C’est leur porte-parole. C’est lui qui les défend. C’est lui qui mène la guerre en leur nom contre les militants abolitionnistes », a accusé Birame Ould Dah Ould Abeid, lors d’une conférence de presse.
« La question de l’esclavage et du racisme doit faire l’objet d’un dialogue. Tout dialogue qui élite ces questions est un dialogue à protéger les privilèges illicites des racistes et des esclavagistes », a-t-il ajouté.

Anonyme a dit…

Lu pour l' armee. Certain qu' ils nous lisent quand meme!

Il semblerait que les missiles sol-air disparus de la libye serviraient a tirer sur l' aviation maurtanienne si elle attaquait encore la foret de Wagadou. Les salopards ont trouve la replique et ils sont manipules et proteges comme avant. Tres serieux ce que dit Andrew Lebowich, un specialiste securitaire sur son blog. Lire du debut a la fin.

A-

===

http://thewasat.wordpress.com/2011/09/08/the-impact-of-libyas-missing-missiles/

Anonyme a dit…

Le gang casse Air Mauritanie pour creer a sa place Mauritania Airways. En plus il creee un probleme avec le Mali sur la question des transports de personnes entre Bamako et Nouakchott, juste pour permettre a Mauritania Airways d' ameliorer son chiffre d' affaires.

Le gang n' a aucune notion des regles de la competition et ils se basent seulement sur du tieb-tib. Maintenant Mauritania Airways est morte par manque de vision de son concepteur et son incompetence dans le business sans politique et Air mauritanie aussi pour cause de pratique mafieuse. Sidioca s' est fait baiser comme un bleu en ne faisant pas restructurer Air Mauritanie.

Bravo wikileaks.

http://wikileaks.ch/cable/2008/11/08NOUAKCHOTT693.html

Anonyme a dit…

Salam

Couly a dit:

"IL FAUT CERTES LUTTER CONTRE LE TERRORISME MAIS LA METHODE DOIT ETRE INTELLIGENTE!!!"

-------------------------------

On attend que tu nous proposes cette méthode si intelligente.

On attend avec impatience ta science...épate nous.

Prouve nous que tu n'es pas seulement cette grande gueule de la Tayie......

Ces faschistes vert prendront tôt ou tard, toute une ville en otage.

Tous les frustrés et leurs maîtres spirituels ( dedew ente vem) les suivront, car tous ces attardés pensent que le Mécano est un supplétif de la France dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

salam

Un sommet sur la sécurité au Sahel s'intéresse aux armes libyennes

2011-09-09

L'agitation politique en Afrique du Nord a créé de nouveaux défis pour la région du Sahel. Les leaders mondiaux débattent des meilleurs moyens de les relever.

Par Nazim Fethi pour Magharebia à Alger – 09/09/11

[Nazim Fethi] Le ministre nigérian des Affaires Etrangères Mohamed Bazou déclare que le Sahel est devenu "une poucrière" en résultat de la crise en Libye.


Les participants réunis lors de la Conférence Ministérielle sur la Sécurité au Sahel ont annoncé, le jeudi 8 septembre, que les états du Sahel-Sahara et leurs partenaires internationaux avaient convenu de resserrer la coopération en matière de formation, d'armement, de renseignements et de développement.

Les ministres des Affaires Etrangères d'Algérie, du Mali, de Mauritanie et du Niger ont participé à cet évènement de deux jours à Alger, rejoints par les états-membres du Conseil de Sécurité de l'ONU, de l'Union européenne, des Etats Unis et de spécialistes de l'anti-terrorisme et de la lutte contre le crime organisé.

"Nous sommes heureux d'accueillir les dirigeants d'un grand nombre de nations qui désirent contribuer aux efforts livrés pour s'attaquer à des questions actuelles, comme le développement durable et la sécurité, et c'est donc une opportunité cruciale offerte à toutes les parties d'exposer leurs points de vue et leurs plans à cet égard", a déclaré aux journalistes Mourad Medelci, ministre algérien des Affaires Etrangères.

Le choix d'Alger comme ville d'accueil de ce Sommet était délibéré.

"L’Algérie a une expérience, une compétence et une légitimité incontestable en matière de lutte antiterroriste", a déclaré à M. André Parant, conseiller diplomatique adjoint du président français, Nicolas Sarkozy.

Le général Carter Ham, Haut commandant des forces américaines pour l’Afrique (Africom), a de son côté salué le rôle "leader" de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme".

Le conférence s'est déroulée dans les inquiétudes croissantes nées de la circulation des armes libyennes dans les pays du Sahel et de leur effet sur la stabilité régionale. Au coeur des entretiens, les moyens mis à disposition pour aider les pays de la région à conduire leurs propres campagnes anti-terroristes et à combattre le trafic transfrontalier.

Anonyme a dit…

"Nous devons développer nos moyens car notre sécurité nous devons l’assurer nous-mêmes", a déclaré Abdelkhader Messahel, Ministre algérien des affaires du Maghreb et Africaines. Cependant, nous avons besoin d’un partenariat. Nous avons besoin de financement. Nous avons besoin de formation d’équipements et de renseignements."

"La lutte antiterroriste relève avant tout de la responsabilité des pays de la région et "nul ne peut se substituer à eux et décider à leur place", a dit Parant.

Le Conseiller sur l'anti-terrorisme du Premier Ministre britannique a salué les opréations anti-terroristes menées par la Mauritanie et le Mali qui ont montré que "maintenant, les partenaires régionaux peuvent réussir à entreprendre l’initiative tactique". Robin Vincent Searby a par ailleurs ajouté que son pays continuerait à se tenir avec détermination aux côtés des pays du Sahel dans leur lutte contre le terrorisme.

Mme Shira Villarosa, membre du bureau de coordination antiterroriste du département d’Etat américain, a estimé dans ce contexte que les capacités militaires et les opérations de renseignement ne pourront pas toujours résoudre les défis du terrorisme à long terme. "Nous avons aussi à traiter des aspects économiques et sociaux" a-t-elle dit.

Autre sujet d'inquiétude : le financement du terrorisme. Les participants ont convenu de la nécessité de "fermer toutes les sources de financement du terrorisme" et d'éliminer ses connexions avec le crime organisé transnational.

"Nous travaillons étroitement avec l’Algérie dans les forums internationaux et nous continuerons à encourager tous les États à maintenir une position de non-paiement de rançons," a indiqué le représentant du Royaume-Uni. h

"Ces revenus permettent en effet aux groupes terroristes d’acquérir des armes, d’attirer de nouvelles recrues et de se procurer des moyens logistiques et d’intendance", a observé M. Messahel.

Sur le sujet de la crise libyenne, les participants ont traité de la question inquiétante de la proliferation des armes qui affecte la région du Sahel dans son entier.


maatala

Anonyme a dit…

salam

Le risque terroriste "élevé" en Mauritanie, "extrême" en Algérie

2011-09-07

Une étude publiée récemment met en exergue l'activité terroriste accrue en Mauritanie.

Par Jemal Oumar pour Magharebia à Nouakchott – 07/09/11



[Jemal Oumar] Les affrontements récents entre les troupes mauritaniennes et Al Qaida soulignent le risque accru posé par le terrorisme dans le pays.


Selon un rapport publié récemment par un cabinet britannique spécialisé, la Mauritanie est à un niveau de "haut risque" concernant les attentats terroristes.

L'indice du Risque Terroriste 2011, publié le 3 août par Maplecroft, place la Mauritanie dans la seconde catégorie la plus élevée en termes de risque, avec, entre autres, le Maroc, l'Egypte, l'Arabie Saoudite et la Turquie. Selon cette étude, les pays sont "moins risqués, mais encore dangereux". La Mauritanie n'était évaluée qu'en tant que pays "à risque moyen" concernant l'éventualité d'attentats terroristes sur son sol dans le rapport de l'année passée.

Maplecroft a catégorisé les pays en fonction de leur vulnérabilité face aux attentats. L'étude examine la pénétration du terrorisme dans les pays, en termes de planification, de menaces, de morts et d'attentats à la bombe dans 197 pays.

Selon l'Indice, malgré les inquiétudes en Mauritanie, l'Algérie voisine se classe encore plus haut en termes de risque. L'Algérie rejoint le groupe, avec 19 autres pays, de la catégorie du "risque extrême", allant de la Somalie à la Colombie. L'Algérie accueille cette semaine une conférence internationale sur la sécurité au Sahel qui a pour objectif de s'attaquer à la menace posée par les extrémistes sur sa frontière sud.

Le rapport de Maplecroft note que ce sont quatre pays qui regroupent 75% des personnes décédées au cours d'attentats terroristes: l'Irak (avec 3 456 morts), l'Afghanistan (3 423 morts), le Pakistan (2163 morts ) et la Somalie (1 385 morts).

Selon le rapport, les pays "à risque moyen" sont la Tunisie, la Libye, la France, le Niger et le Mali. L'Australie, l'Allemagne, le Canada et les Etats Unis, entre autres, rejoignent les catégories à "risque faible" ou "relativement sûr".

Selon les auteurs de l'étude, le rapport a pour objectif de permettre aux hommes d'affaires d'identifier et de contrôler les risques posés par le terrorisme pour les actifs, les capitaux et les personnels, sur la base de la fréquence des incidents terroristes enregistrés au cours des 12 derniers mois ainsi qu'au cours des cinq dernières années. L'étude prend également en considération la proximité des pays avec les zones sensibles.

Anonyme a dit…

Maplecroft révèle également que le nombre d'attentats terroristes a augmenté globalement de 15% entre le mois d'avril 2010 et mars 2011 (dénombrant 11 954 attentats), en comparaison avec la période qui courait d'avril 2009 au 31 mars 2010 (durant laquelle 10 394 attentats terroristes avaient été enregistrés). Mais le bilan meurtrier a cependant été moins important au cours de l'année passée, tombant à 13 492 morts contre 14 578 l'année d'avant.

Les responsables mauritaniens s'inquiètent de l'impact que l'étude pourrait avoir sur les séjours des étrangers. Le responsable du Ministère du Tourisme, Mohamed Ould Brahim, déclare que les autorités prennent le rapport en compte, car il serait susceptible "d'avoir un impact négatif sur le niveau du tourisme".

Il ajoute que la classification du pays se base sur la peur, et que la situation est moins pire que certains pourraient l'imaginer. Comme preuve d'une situation sécuritaire qui s'est stabilisée, il cite une baisse de la fréquence des attaques.


Articles liés



Un rapport américain salue les efforts antiterroristes du Maghreb

2010-08-16

Al-Qaida se tourne vers le Sahel pour trouver de nouvelles sources de financement

2010-11-10

Enlèvements et trafic de drogue, principales activités d'AQMI

2010-12-08

Le sommet de la Ligue arabe face aux menaces à la sécurité en Afrique

2010-03-26

La conférence d'Alger promeut le rôle de la société civile dans la lutte contre le terrorisme

2008-03-28

"Nous souhaitons une reclassification de la Mauritanie dans le groupe des nations sûres l'année prochaine, afin que le tourisme puisse à nouveau prospérer, et nous avons confiance en cela parce que les agences chargées de la sécurité font des efforts redoublés pour contrer les risques d'un attentat terroriste, et c'est un défi qu'elles ont déjà relevé avec succès au cours des deux dernières années", dit Ould Brahim.

Aggravant encore les inquiétudes portant sur le tourisme, le rapport coïncide avec la diffusion par l'Ambassade française de Nouakchott de mises en garde contre d'éventuels risques terroristes. L'ambassade a ainsi envoyé des courriels à ses ressortissants le 31 août, leur demandant de prendre des précautions et d'éviter de séjourner ailleurs que dans les grandes villes du pays.

Jacques Benou, citoyen français, dit à Magharebia que le message vient renforcer les avertissements émis auparavant par le Ministère des Affaires étrangères contre des zones qu'il avait précédemment identifié comme dangereuses.

"En ce qui me concerne, j'ai toujours pris des précautions, j'évite de voyager seul, et je m'assure de sélectionner des contacts et des amis, et de refuser un certain nombre d'activités", dit-il.

Anonyme a dit…

salam

Lu pour Couly et autres négationnistes

--------------------------------

L'armée mauritanienne indemnisera les victimes des abus de l'armée

2011-09-06

L'armée mauritanienne cherche à laisser les abus survenus dans des périodes antérieures définitivement derrière elle et à indemniser les victimes.

Par Jemal Oumar pour Magharebia à Nouakchott – 06/09/11

[Jemal Oumar] Les victimes d'injustices passées causées par l'armée mauritanienne reçoivent des indemnisations financières de la part des autorités.


Le Ministère mauritanien de la Défense a commencé, le mois dernier, la mise en oeuvre d'un programme visant à indemniser les victimes des violations aux Droits de l'Homme commises par l'armée.

Cette initiative suit la décision prise par le Président Mohamed Ould Abdel Aziz d'indemniser les personnels militaires noirs qui ont été victimes d'abus ou arbitrairement renvoyés dans la période courant entre 1981 et 2004.

Le Ministère de la Défense a promis d'indemniser les victimes des personnels portés disparus, ajoutant que cette mesure porterait sur presque mille soldats de grades différents. Les autorités ont ainsi prévu un budget de 8.5 milliards d'ouguiyas (21 millions d'euros) pour ce programme qui a commencé le 28 août.

"Ces décisions ont été prises dans le cadre d'un ultime accord qui a pour objectif de mettre définitivement un terme à cette page obscure de l'histoire des violations des Droits de l'Homme en Mauritanie, où l'injustice a été imposée à des individus et à des familles entières dans la société," dit Thiam Ousman, frère d'un soldat exécuté, accusé d'avoir pris part à un coup d'Etat au début des années 1990.

Pour sa part, le Général Ahmed Ould Bekrin, secrétaire-général du Ministère de la Défense, explique dans des déclarations à la presse que l'indemnisation a été précédée par la création d'une liste de personnes décédées ou portées disparues suite à différentes actions de l'armée mauritanienne.

"Elle inclue tous ceux qui ont été affectés par les évènements qui se sont déroulés en Mauritanie en 1981, 1982, 1989, 1990, 1991, 2003 et 2004 dans l'armée, dans la gendarmerie et la garde nationale", affirme le Général. "A travers cela, nous tentons de faire un règlement global et ultime du dossier de cet héritage humain porté au niveau de l'institution militaire".

L'armée mauritanienne indemnisera les victimes des abus de l'armée

2011-09-06

L'armée mauritanienne cherche à laisser les abus survenus dans des périodes antérieures définitivement derrière elle et à indemniser les victimes.

Par Jemal Oumar pour Magharebia à Nouakchott – 06/09/11








[Jemal Oumar] Les victimes d'injustices passées causées par l'armée mauritanienne reçoivent des indemnisations financières de la part des autorités.


Le Ministère mauritanien de la Défense a commencé, le mois dernier, la mise en oeuvre d'un programme visant à indemniser les victimes des violations aux Droits de l'Homme commises par l'armée.

Cette initiative suit la décision prise par le Président Mohamed Ould Abdel Aziz d'indemniser les personnels militaires noirs qui ont été victimes d'abus ou arbitrairement renvoyés dans la période courant entre 1981 et 2004.

Anonyme a dit…

Le Ministère de la Défense a promis d'indemniser les victimes des personnels portés disparus, ajoutant que cette mesure porterait sur presque mille soldats de grades différents. Les autorités ont ainsi prévu un budget de 8.5 milliards d'ouguiyas (21 millions d'euros) pour ce programme qui a commencé le 28 août.

"Ces décisions ont été prises dans le cadre d'un ultime accord qui a pour objectif de mettre définitivement un terme à cette page obscure de l'histoire des violations des Droits de l'Homme en Mauritanie, où l'injustice a été imposée à des individus et à des familles entières dans la société," dit Thiam Ousman, frère d'un soldat exécuté, accusé d'avoir pris part à un coup d'Etat au début des années 1990.

Pour sa part, le Général Ahmed Ould Bekrin, secrétaire-général du Ministère de la Défense, explique dans des déclarations à la presse que l'indemnisation a été précédée par la création d'une liste de personnes décédées ou portées disparues suite à différentes actions de l'armée mauritanienne.

"Elle inclue tous ceux qui ont été affectés par les évènements qui se sont déroulés en Mauritanie en 1981, 1982, 1989, 1990, 1991, 2003 et 2004 dans l'armée, dans la gendarmerie et la garde nationale", affirme le Général. "A travers cela, nous tentons de faire un règlement global et ultime du dossier de cet héritage humain porté au niveau de l'institution militaire".

Ould Bekrin ajoute que les autorités se sont accordées avec les familles des portés disparus et de ceux qui avaient été limogés sur les termes de ce règlement, disant qu'ils avaient pour but de former "un consensus et une ultime solution".

Pour sa part, le colonel à la retraite Niang Abdelaziz, président de la Ligue des Retraités de l'Armée mauritanienne, déclare qu'il "était très heureux qu'une telle demande humanitaire, qui avait été toujours soulevée par des esprits bienveillants au sein de la société mauritanienne avant même les familles des victimes, ait été réalisée".

"Je félicite tous les mauritaniens, en particulier le Président Mohamed Ould Abdel Aziz, pour cette décision collective et courageuse qui mettra un trerme une fois pour toute à ce dossier", ajoute-t-il.

Anonyme a dit…

Aisata Diallo, épouse d'une victime disparue en 1990, explique que "c'est très difficile de compenser la mort de quelqu'un qui est cher à nos coeurs, comme un mari ou un fils, et en particulier quand c'est le résultat d'une injustice".

"Mais aujourd'hui, je me sens heureuse pour la première fois depuis la disparition de mon mari dans des circonstances complexes. Recevoir une indemnisation financière me donne le sentiment que le Gouvernement actuel se préoccupe de l'épreuve que nous avons vécue et qu'il tente de réparer les erreurs qui ont été commises dans le passé," dit Diallo.


Articles liés



Les violences en Libye choquent les voisins du Maghreb

2011-02-27

La tentative d'assassinat avortée par AQMI suscite le débat en Mauritanie

2011-02-09

Les membres des familles d'autres victimes éprouvent, eux aussi, ce soulagement. "Cette démarche est une sorte de réhabilitation de tous ceux qui ont disparu dans des circonstance ambiguës, et ce même s'ils n'étaient coupables de rien," déclare Amadou Sow, dont le père a été tué. "Ce sont les erreurs de l'ancien régime, mais ceux qui pardonnent sont généreux, et l'oubli est une grâce octroyée par Dieu".

"La décision du Gouvernement actuel de découvrir les tombes des victimes et de donner une aide financière à leurs enfants et à leurs femmes, et d'indemniser ceux qui ont été renvoyés, c'est un geste généreux qui nous donne le sentiment que la Mauritanie est un pays pour tous, malgré les différentes cultures et ethnies", ajoute-t-il.

Mais tout le monde ne se satisfait pas de cette démarche de conciliation. Un groupe de personnel militaire noir, victime d'abus au cours des années 1990, dénoncent, selon leurs termes, la "nature discriminatoire" de ce règlement.

"L'accord dans lequel le Gouvernement mauritanien s'est engagé ne comprend que 5 à 10% des victimes" de la période courant de 1987 à 1991, déclare Mansour Ba, qui fait partie des protestataires. Il ajoute avoir soumis une liste comprenant les noms d'autres victimes mais qu'elle n'a pas été correctement prise en compte.

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Couly

Bekrine a dit:

"Elle inclue tous ceux qui ont été affectés par les évènements qui se sont déroulés en Mauritanie en 1981, 1982, 1989, 1990, 1991, 2003 et 2004 dans l'armée, dans la gendarmerie et la garde nationale", affirme le Général.

--------------------------------

Selon toi qui était le tyran de l'époque?......................

Ce qui nous intéressent ce n'est pas l'indemnisation, mais la description de ces événements, les auteurs et enfin la justice.

Il faut pendre certains par les couilles avant de donner l'aumône dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam



Le Sahel menacé par la propagation des armes libyennes

Extrait:

"La victoire rebelle soulève toutefois un embarras sécuritaire pour le Mali, inquiétude motivée par le fait que les armes que possédaient les touaregs pourraient se retrouver entre les mains des terroristes.

"Puisque la plupart des rapatriés touaregs ont signé un accord de paix avec le Gouvernement malien il y a quelques années, cela les obligera à se débarrasser des armes qu'ils ont amené avec eux, et ils les vendront rapidement au plus offrant, qui sera probablement Al Qaida au Maghreb Islamique," dit Agdal.

Abdelrahman Ould Mohamed, chef tribal dans la ville frontalière mauritanienne de Fassala, indique à Magharebia qu'il a des amis touaregs qui ont férocement combattu en Libye pour Kadhafi, et que la plupart d'entre eux sont revenus du front à la fin du mois d'août.

"Ils avaient avec eux de larges quantités d'armes françaises et russes de pointe, qui sont rares en général dans le Sahel", raconte-t-il. "Parmi ces armes tombées entre les mains des touaregs, il y a des lance-roquettes, des fusils d'assaut, des mitrailleuses et des armes antichar Milan que les troupes françaises avaient fait parvenir aux rebelles libyens dans les montagnes occidentales du pays".

Fin juin, la France avait parachuté des armes dans les Montagnes de Nafusa. Selon le porte-parole des forces armées françaises, Thierry Burkhard, ces livraisons aériennes étaient "humanitaires" parce que "la situation humanitaire empirait et qu'il avait semblé, à un moment, que les conditions de sécurité devenaient menaçantes pour des civils qui n'avaient pas les moyens de se défendre".


Articles liés



Les touaregs maliens reviennent de Libye

2011-09-05

Kadhafi se répand en invectives

2011-03-10

Le parti au pouvoir en Mauritanie souhaite l'unité dans la lutte contre AQMI

2010-07-28

Un rapport américain salue les efforts antiterroristes du Maghreb

2010-08-16

Les avancées des rebelles mettent les forces de Kadhafi sous pression

2011-08-17

La région du Sahel-Sahara est en train d'assister à "une propagation d'armes sans précédent ", dit Mohamed Salem Ould Mouloud, commerçant mauritanien dans l'alimentaire et qui s'est rendu plusieurs fois dans le nord du Mali.

"Il y a d'importants groupes qui se sont engagés dans la vente ou le transfert d'armement dans le coeur du Sahara, après le déclin du commerce des stupéfiants," poursuit-il. "Ces groupes se connaissent entre eux et ils sont liés par de fortes relations d'affaires avec les divers camps d'Al Qaida au Maghreb Islamique".

Ils représentent "une menace réelle pour les habitants de la zone, car ils tuent tous ceux qui tombent entre leurs mains, les accusant d'espionnage au profit des services de renseignements des pays avoisinants, en particulier de l'armée mauritanienne - hormis ceux appartenant à Al Qaida."

"L'ouverture des réserves d'armes telle qu'elle a été faite par le régime de Kadhafi a mené à un commerce d'armes en plein essor dans le nord du Mali et au Sahara en général", conclut-il"

-------------------------------

Il va y avoir du sport dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

LE NEGRE DE SERVICE A ABATTRE.

Boidiel Ould Houmeid : Les Haratines font partie intégrante de la composante...

...de la communauté maure.


Au cours d’un imposant meeting populaire organisé le jeudi dernier à la moughataa de Sebkha, par son parti El Wiam, monsieur Boidiel Ould Houmeid a déclaré que les Haratines sont une composante à part entière de la communauté maure et ne saurait en aucun cas être considérée comme une frange à part entière.

Il a encore critiqué les groupes qui cherchent à semer la zizanie au sein du peuple mauritanien et a appelé à la cohésion de l’ensemble du peuple. Il a en particulier invité les auteurs de telles pratiques à se reprendre pour éviter dresser les unes contre les autres les composantes de ce peuple en particulier la communauté maure qui est unie par la langue, les us et les coutumes.

Le président du parti El Wiam a en outre indiqué que l’esclavage n’existe plus en Mauritanie, même une petite minorité continue cette pratique éhontée en cachette, loin des regards.

S’agissant du dialogue politique qui doit débuter la semaine prochaine, il a précisé que la participation de son parti à ce processus ne signifie pas son rapprochement du pouvoir mais traduit plutôt le souci du parti El Wiam de trouver des solutions aux problèmes du pays par voie pacifique loin de la surenchère.

Il a encore déclaré que El Wiam est un parti beaucoup ancré à l’opposition que certains autres partis de l’opposition qui ne vont pas au dialogue, ajoutant toutefois que son parti a choisi l’opposition responsable et constructif, l’opposition aux programmes pas celles des individus. Il a précisé que l’opposition est une action politique qui vise à gagner la confiance des électeurs et à participer à toutes les consultations électorales.

Anonyme a dit…

c boideil nous fait honte.Voila bien un homme que tous les Hratines, tous les noirs et en fin tous les mauritaniens noirs comme bazanés doivent renier et desaouer jusquà la fin de sa vie, car c'est un homme sans honneur.

Anonyme a dit…

Salam


Pourquoi les complotistes sont des ennemis de la démocratie

Publié le 09-09-11 à 10:48 Modifié le 10-09-11 à 16:53

Dix ans après, le seul complot qui émerge de l’affaire du 11 septembre, c’est celui des conspirationnistes qui empoisonnent la mémoire de ce cruel évènement.


Dix ans après, les citoyens internautes attachés aux valeurs démocratiques devraient au moins se mettre d’accord sur un point : le seul complot qui émerge de l’affaire du 11 septembre, c’est celui des conspirationnistes qui empoisonnent la mémoire de ce cruel événement et cherchent à faire passer le gouvernement américain de l’époque, fort critiquable par ailleurs, pour une bande d’assassins cyniques et irresponsables.

On dira que c’est déjà faire la part belle à ces délires que de leur consacrer un article. Peut-être, mais lorsque l’on tape "11 septembre" sur le moteur de recherches Google - qui devrait avoir honte de sa complaisance, hypocritement cachée derrière une soi-disant neutralité technique - la moitié des occurrences qui apparaissent sur la première page émanent de groupes ou d’auteurs qui remettent en question l’explication raisonnable et étayée de l’événement, au profit d’élucubrations louches et insinuantes. Il faut donc revenir encore une fois sur ce dossier pour en rappeler les données de base fournies par l’examen froid des éléments factuels.



1) Les contestataires parlent d’une "thèse officielle". Avant de l’examiner, il faut rappeler avec force que ce vocable a pour fonction unique de nier la légitimité des enquêtes effectuées, non seulement par les autorités américaines, mais aussi par une multitude de journalistes indépendants et reconnus, travaillant dans les meilleurs journaux, et par une myriade d’experts respectés qui n’ont aucun intérêt dans l’affaire, ni le moindre lien avec le gouvernement de Washington. Il faut aussi dire très haut que les contempteurs de la « thèse officielle » sont infiniment moins crédibles que ceux qui la défendent. Il suffit pour s’en convaincre de se remémorer leurs incroyables errements.

Anonyme a dit…

Le plus connu des négationnistes s’appelle Thierry Meyssan. Il a acquis la célébrité en niant qu’un avion de ligne se soit jamais écrasé sur le Pentagone. Armé de deux ou trois photographies de débris, mesurant la brèche faite dans le mur du bâtiment, nettement plus étroite que l’envergure de l’avion projeté sur le siège du ministère américain de la Défense, Meyssan a proclamé à tous vents que le Pentagone avait été endommagé non par l’avion du vol American Airlines 77, mais par un missile bourré d’explosif.

Une fois cette baliverne exposée – et vendue à des centaines de milliers d’exemplaires dans le monde - l’imagination pouvait battre la campagne : si on avait menti sur la nature du projectile, suggérait-il, c’est qu’on cherchait à camoufler une vérité monstrueuse, à savoir que l’attaque contre le Pentagone avait été perpétrée, non par Al Qaida, mais par une organisation militaire agissant secrètement. Et quelle organisation pouvait mener à bien cette opération au cœur des Etats-Unis, sinon l’armée américaine elle-même ? Ainsi, à partir de deux ou trois arguments techniques non-vérifiés, on formulait l’accusation décisive qui allait devenir le leitmotiv explicite ou implicite des négationnistes du 11 septembre : le gouvernement américain a lui-même organisé les attentats du 11 septembre pour justifier les guerres d’Afghanistan et d’Irak.

Or, au moment même où Meyssan développait son argumentation délirante, les agents du FBI retrouvaient dans les décombres du Pentagone les corps déchiquetés des passagers du vol 77, rassemblaient les objets personnels des victimes pour les rendre à leur famille et ramassaient un à un les débris de l’appareil, y compris les boîtes noires de l’avion dont les négationnistes affirmaient qu’elles n’existaient pas. Pour quiconque examine honnêtement le dossier, l’évidence s’impose : le vol 77 a bien été détourné et il s’est bien écrasé sur le Pentagone, là où des dizaines de témoins l’ont vu voler en rase motte avant de percuter le mur d’enceinte. Les noms des victimes sont connus, leurs familles apparaissent régulièrement dans des émissions consacrées au 11 septembre, les preuves de l’attentat du Pentagone sont surabondantes et incontournables. Et la largeur du trou ? Dans un choc de cette violence, l’appareil se désintègre entièrement, ce qui explique fort bien l’étroitesse de la brèche au point d’impact.

Autrement dit, non seulement Meyssan trompait les millions de téléspectateurs qui l’ont vu déblatérer sans contradicteur à l’invitation de Thierry Ardisson – jour noir dans l’histoire de la télévision française – mais il insultait aussi les familles des victimes, frappées par un deuil aussi absurde que cruel pour être ensuite niées et salies par un escroc intellectuel sans foi ni loi. Ceux qui pourraient encore douter de la réalité de cet événement se reporteront au documentaire réalisé pour France 3 par Daniel Leconte et diffusé jeudi dernier.

2) Cet exemple n’est pas choisi au hasard : la technique de Meyssan se retrouve peu ou prou dans tous les articles, les livres ou les films issus des milieux négationnistes. Au lieu d’aborder sans préjugé l’ensemble du dossier et de rechercher les faits les plus sûrs pour explorer ensuite les zones d’ombre, on inverse le processus. On passe sous silence les preuves les plus flagrantes et on se concentre sur quelques éléments bizarres, inexpliqués ou douteux, de manière à jeter la suspicion sur l’ensemble de l’affaire. Meyssan fait abstraction des passagers, de l’itinéraire de l’avion, des débris retrouvés, de la personnalité du pilote, des témoins qui ont vu l’avion.

Il se contente de mesurer un trou dans un mur et de reproduire des photos chipées sur Internet. Une fois ces éléments isolés, il range tous les autres arguments, quelle que soit leur évidence factuelle, sous l’étiquette dépréciative de "thèse officielle", version par définition mensongère, bien moins excitante, de surcroît, que l’hypothèse d’un complot ténébreux.

Anonyme a dit…

Depuis que Mouammar Kadhafi est en fuite, de nombreuses découvertes bizarres ont été faites dans ses différentes résidences et palais. Des objets décadents, bling-bling ou même presque mignons comme cet album de photos de Condoleeza Rice ont été trouvés par les rebelles.

Mais la dernière trouvaille se rapproche plutôt du sinistre: un repaire sous-terrain sous la plus grande université de Tripoli avec un lit, un jacuzzi et une salle d’opération équipée de matériel de gynécologie.

Dans une vidéo diffusée par BBC News, le nouveau doyen de l’université guide une équipe de journalistes à travers le bunker, construit juste en dessous d’un amphithéâtre utilisé pour enseigner la révolution libyenne de Kadhafi. Seuls l’ancien leader et ses plus proches collaborateurs avaient accès au repaire.

Le doyen de l’université, Faisal Krekshi, a du mal à cacher son dégoût face au matériel gynécologique:

«Je suis choqué. Je suis vraiment choqué. C’est quelque chose qui confirme nos soupçons, que cet endroit a peut-être été utilisé pour faire des choses illégales… Je ne veux pas parler de viol, mais de comportements sexuels.»

Le site américain Daily Beast écrit:

«Derrière des portes fermées à clé, il y a une chambre avec un lit double douillet, des tapis à fleur et des petites lampes qui diffusent une lumière orange tamisée. Dans une salle de bains adjacente, il y a un jacuzzi avec des jets d’eau. Certains membres de la faculté affirment que le dictateur y amenait ses maîtresses, d’autres se demandent s’il y a violé des étudiantes.

Et ce n’est pas fini. Une paire de portes plus loin, il y a une salle d’examen gynécologique entière. «Il y a un lit de gynécologie ici, qu’est-ce que cela fait ici?» demande Krekshi, un docteur en gynécologie qui travaille à l’université depuis 14 ans mais n’avait jamais entendu parler de la salle d’opération. 'Je pense qu’elle est là pour des avortements illégaux.'»

Les combattants rebelles qui ont pris le campus universitaire ont également découvert une prison improvisée et un bureau utilisé par le chef du renseignement de Kadhafi, souligne le Daily Beast. Des documents listaient notamment les noms des membres de l’administration qui étaient susceptibles d’être pris pour cible lors d’une éventuelle purge.

Les nouveaux leaders de l’université ont maintenant la lourde de tâche de reconstruire l’institution au milieu des vestiges de son passé, et de décider quoi faire avec les membres de la faculté qui étaient loyaux à Kadhafi.

Anonyme a dit…

Kadafou tire tout ce qui bouge. Dangereux avec la gente feminine. En reference a ce qui a ete balance juste en haut.

Anonyme a dit…

Bourgi, petit connard. Dis-nous: tu as eu combien, toi et François Léotard et Balkany, quand tu as sabordé la seule tentative démocratique de la RIM? Même si elle était tripatouillée par l'armée. P'tit con va.

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=59880

Anonyme a dit…

Maata,

Boidiel a parfaitement raison. les Haratines sont une partie integrante de la societe' Maure. Tenter de nier la culture d'une personne, c'est tout simplement tenter de nier son existence. Ils sont certes noirs et ils en sont fiers mais ne tentons nullement de leur dire qu'ils ne doivent pas etre fiers de leur culture Maure qui les determine.

Je n'ai nullement l'intention de continuer ce dialogue de sourds a' propos des evenements! Ton but n'est pas la recherche de la verite' qui est devant toi mais de dire a' certains milieux noirs qui ne savent rien des realite's nationales Mauritaniennes que je suis "contre" les noirs! C'est devenu un fonds de commerce pour toi et tes semblables. C'est de cette maniere que vous rammassez ici et la' des petites sommes miserables pour continuer a' detruire l'image de la Mauritanie. TOI ET MOI SAVONS QUE LES EXTREMISTES ETHNOCENTRISTES COMME...TOI, N'AIMENT PAS LES MEMBRES DES AUTRES ETHNIES NOIRES. VOUS N'AIMEZ QUE LES MEMBRES DE LA CLASSE SUPERIEURE DE VOS PROPRES ETHNIES!!!!

tiris a dit…

Monsieur Bodiel, cette position découle du respect de la vérité et de soi et de la fierté justifiée sans égale ? elle est profondément basée sur l’essence et de la pertinence en privilégiant la quintessence.

Contrairement au démagogique combat futile de vernis, La meilleure façon de concevoir le combat de l’égalité, la fraternité et la justice sociale pour l’ensemble des mauritaniens et non une mission sacrée à essence raciste pour une prétendue partie contre une autre et d’éviter :

- de prôner la violence : Par une propagande raciste et sectaire pour éveiller les rancunes et les hostilités ;

- concevoir l’homme au sens d’une entités indivisible et ne pas se laisser obnubiler par des futilités dépassées telles les prétendues « races », et autres prétendues classifications basés sur les de couleurs, les apparences et autres caractéristiques physiques des gens Pour réfléchir à l’abri de cette folle et bête emprise qui réduit l’horizon et conduit à cette terrible haine et lamentation qu’on observe chez certains excités pitoyable

- de juger l’histoire : se focaliser sur une lecture linéaire simpliste culpabilisante et erronée qui érige par démagogie les imperfections et injustices hérités des rapports traditionnelles en système de domination à connotation raciale ;

- de classer les malheurs : comme mépriser la cause palestinienne victime d’un apartheid pour des raisons qui restent à élucider pourtant il y’avait heureusement unanimité à soutenir les africains du sud lors du triste épisode de l’apartheid ;

- de ressusciter les lectures ethnocentriques communautaires voire épidermiques : mettre des critères de sélection et surtout d’exclusion pour créer les conditions fondant, pérennisant et accentuant les inégalités et pourquoi pas en ajouter des nouvelles ;

- d’avoir des visions villageoises des questions nationales : interdire la perspective d’un véritable état nation en encourageant le communautarisme et repli sur soi etc. ;

- de polariser les chagrins : créer un climat obligeant la population à se séparer dans des camps forcement opposés par affinité optique de couleur comme ultime élément définissant un homme par rapport à un autre pour nourrir les rivalités.

tiris

Anonyme a dit…

Pour la première fois d'accord avec RIM24 sur cette analyse et les dangers avec les missiles sol-air. Mais qui les a fourni en douce et a permis à AQMI d'aller dans la forêt de Wagadou?

A-

==
Tucano contre missiles Sam 200.


L’avion de l’armée mauritanienne qui avait crashé près de Chinguitty (Nord du pays) est un Tucano. Son pilote, un lieutenant, Boukhary Ould Mohamed Ahmed, est mort sur le coup. L'aéronef faisait partie d’un lot d’appareils de même type que la France avait cédés récemment à la Mauritanie dont quatre servent à la formation des pilotes de l’école d’Atar.

Avant leur retrait, ces avions se trouvaient à l'école de Salon-de-Provence. Des modifications ont permis de les équiper de roquettes. D’ailleurs, les Tucano auraient participé efficacement aux dernières opérations contre l’AQMI. Néanmoins, l’armée de l’air mauritanienne reste très sous-équipée.

A l’heure actuelle, elle ne compte que quatre hélicoptères et des avions de reconnaissances dont le plus performant a été offert par l’Espagne. Il s’agit d’un avion CASA C212 200. c’est évident, ces équipements restent dérisoires face aux armes sophistiquées qui seraient maintenant entre les mains des combattants de l’AQMI. en faveur de la crise libyenne.



En effet, les services de renseignements occidentaux laissent entendre que AQMI et les rebelles touaregs ne se sont pas privés: de véritables arsenaux militaires ont été subtilisés de la Libye avant de s’évanouir dans le Sahara. Ces armes lourdes et autres stocks de missiles sol-air pourront faire pencher le rapport des forces du côté du terrorisme transfrontalier si rien n’est fait pour renforcer les capacités des armées les plus vulnérables (Mauritanie, Mali et Niger).


En tous cas, les Tucano ne seraient plus suffisants pour relever le défi face à l'entrée en action des missiles Sam 200.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Rim24 (Mauritanie

Anonyme a dit…

Hatha plus clair que le communiqué du minstère public.Dommage pour ce juge à qui on a certainement donné des instruction de faire libérer les trafiquants et ils se sont rendus compte de l'erreur. Mais celui de l'interpol a été grâcié par azzizzo, non?

Fils du bled; arrête un peu les vacances et dis nous ce qui se passe avec cette histoire.Important parcequ'il ne faut pas laisser le pays devenir un narco-état. Déjà qu'on nous fourgue de l'AQMI tout fabriqué avec des missiles sol-air et l'azzizzo qui fait semblant de ne rien comprendre.

A-
==


Mauritanie - Un juge radié pour avoir acquitté des étrangers accusés de trafic de drogue.


Le conseil de discipline de l’autorité judiciaire mauritanienne a radié du corps des magistrats un juge qui a récemment acquitté plus d'une dizaine d’accusés dans une affaire de trafic de drogue, a rapporté Xinhua citant une déclaration qui lui a été faite hier dimanche par une « source judiciaire ».

Le juge Mohamed Lemine Ould Ninni, précise l’agence de presse, présidait la cour de cassation de Nouakchott et parmi les personnes qu’il avait acquittées figuraient un officier d'Interpol et plusieurs ressortissants étrangers soupçonnés d’implication dans des réseaux internationaux de trafic de drogue.

Le parquet de Nouakchott avait fait appel de son verdict qui a été annulé par la cour suprême. Suite à cette annulation, le parquet avait ordonné aux services de sécurité mauritaniens de rechercher les personnes acquittées.



Selon la source citée par Xinhua, le conseil de discipline a également rétrogradé les quatre autres membres de cette cour de cassation.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Maghreb Emergent

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

C'est quoi ça même? Un petit problème avec RIM 24 qui fait la pompe au nouveau président de cette institution qui ne marche pas. Tu casses le naturel et il rvient au galop. RIM24: soyez corrects.

A-
===

Découverte d’un nouveau cas de malversations au niveau de l’ONG "PCQVP"
lundi 12 septembre 2011/ 13:19

Un scandale portant sur un montant de 3,4 millions UM secoue de nouveau la section mauritanienne de la Coalition Publiez Ce Que Vous payez. Il s’agit d’un montant que l’ex bureau a retiré sur le reliquat d’un financement de la coopération française déjà l’objet d’un premier détournement.

Le nouveau bureau élu il y a deux mois semble déterminé à faire la lumière sur toutes ces affaires de malversations quitte à recourir aux tribunaux.

Des lettres de mise en demeure ont été envoyées à l’ex-président et à son trésorier.

En tous cas, le nouveau président de la Coalition, Me Mine Ould Abdoullah (photo), fait de l’assainissement de la gestion de l’ONG sa priorité. (Affaire à suivre).

Source : rim24

Anonyme a dit…

Qu'est-ce qui se passe? Un jour après la fin de la conference d'Alger, rien: ni declaration de la conference, ni une declaration un jour après. Nous allons continuer ce jeu jusqu'à quand? Bizarre!

A-

===
Les habitants des villages jouxtant la forêt de Wagadou parlent de mouvement de véhicules d’AQMI
vendredi 9 septembre 2011/ 23:13

Des sources provenant du nord Mali ont indiqué à Sahara média qu’au début du mois d’août, des groupes d’Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) avaient réinvesti des lieux bien protégés dans la forêt de Wagadou.

Une source malienne à Bamako a confirmé de telles informations à Jeune Afrique, précisant que des centaines de combattants d’AQMI ont repris possession de cette forêt, en plus de groupes armés que l’on soupçonne être revenus de Libye.

La source indique que ces groupes armés s’entraînent avec toutes sortes d’armes et qu’un tel fait a poussé les populations civiles de la zone à fuir vers d’autres lieux plus sûrs.

SaharaMedias

Anonyme a dit…

Mohamed Salem Ould Bouhoubeini,

Tu ne peux pas continuer toute ta vie à défendre des crapules.

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=59901

Anonyme a dit…

J' espere que Kadafi n' est pas chez nous. Reste le Mali ou l' Algerie. Difficile de croire que lui et Seif sont encore en libye.

===
Libye: 32 proches de Kadhafi arrivés au Niger depuis le 2 septembre.

Niamey - Trente-deux proches de l'ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, dont Saadi, un de ses fils, sont arrivés au Niger depuis le 2 septembre, a affirmé lundi le Premier ministre nigérien, Brigi Rafini.

Il s'agit de 32 personnes au total que nous avons chez nous, dont un des fils du Guide libyen en la personne de Saadi, et aussi trois généraux, a indiqué M. Rafini, faisant le point devant des diplomates étrangers accrédités à Niamey. Ces personnes sont entrées en quatre groupes et sont reçues au Niger pour raisons humanitaires, a-t-il souligné.

Le dernier groupe comprenant Saadi et huit autres proches de son père a été intercepté dimanche dans le nord du Niger par les Forces de défense et de sécurité nigériennes, a dit M. Rafini dans des propos diffusés par la radio publique.

Des sources jointes lundi en milieu de matinée par l'AFP dans le nord ont indiqué que Saadi n'avait pas encore atteint (la capitale régionale) Agadez et serait quelque part dans le désert. A notre connaissance, parmi les 32 personnes présentes au Niger, aucune ne fait l'objet de mandat d'arrêt ou de poursuites par les instances (judiciaires) internationales, a assuré le chef du gouvernement.

Le Niger, qui a officiellement reconnu le Conseil national de transition (CNT) libyen, a assuré qu'il respecterait ses engagements auprès de la justice internationale concernant des pro-Kadhafi recherchés et présents sur son sol.

Selon Niamey, les trois généraux libyens actuellement au Niger sont Al-Rifi Ali Al-Sharif, chef de l'armée de l'air libyenne avant la chute du régime, Ali Khana, garde du corps de Kadhafi et chef des forces libyennes d'Obari, dans le sud de la Libye, à 200 km au nord du Niger, et Mahammed Abydalkarem, du commandement de la région militaire de Murzuk, dans l'extrême sud de la Libye.

Mansour Daw, chef des brigades sécuritaires de Kadhafi, est également au Niger depuis le 4 septembre. M. Rafini a réaffirmé les risques que fait planer le conflit en Libye voisine sur son pays - déjà sous la menace des jihadistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) -, qui constituent pour lui une grosse préoccupation.

Tous les dépôts d'armes dans ce pays frère ont été ouverts, beaucoup de personnes se sont servies et beaucoup d'armes ont traversé les pays voisins de la Libye pour des fins qui ne sont certainement pas pacifiques, a-t-il alerté. Les nouvelles autorités libyennes recherchent toujours en vain l'ancien homme fort de Libye et d'autres de ses fils, comme Seif al-Islam, qui fut présenté comme son successeur potentiel.

AFP

Anonyme a dit…

Combien Bourgi a été payé dans notre affaire? Combien aussi à François Léotard et Balkany? Vraiment degueulasse les classes politiques ... partout.


http://www.bakchich.info/La-Francafrique-eclairee-a-la,13019.html

Anonyme a dit…

salam


La hantise du retournement des haratines : un fantasme noir, une nuit blanche…


Bodiel, le noble hartani, a estimé comme un oracle que les haratines font partie de la communauté maure. On pourrait lui rétorquer « oui mais à quel titre ? » ; au titre de haratines ! Ce genre de déclaration venant d’un noble hartani fait chaud au cœur à deux légions de mauritaniens : le hartani complexé et le maure inquiet.

Pour le hartani complexé, cela lui apporte le même plaisir qu’ont certains singuliers afro-américains à se croire W.A.S.P, la communauté blanche de leurs anciens maîtres. C’est hélas ridicule ! Le hartani, comme l’afro-américain, est un noir africain de sang qui a perdu sa culture d’origine et qui désormais n’en a plus d’autre que celle à laquelle il est assimilé.

C’est une tragédie de l’histoire qui peut être dépassée par l’appartenance commune à un état de droit vu que toute marche arrière est impossible car on ne devient pas un autre que soi-même, tout au plus peut-on faire l’effort culturel de transcender les fers psychologiques par une culture générale qui permet de relativiser d’abord, apaiser ensuite, et libérer enfin…



Pour le maure inquiet, et dieu sait qu’ils sont nombreux, le hartani conscient de l’évidence de son identité, distincte de tout autre que la sienne, est un danger pour la communauté maure comme la communauté négro-mauritanienne en a fait les tragiques frais lors de divers événements dont les derniers en date sont les sanglants événements de 1989. Ainsi, un H libéré psychologiquement serait un H capable de tout.

C’est là un profond mépris de la hartanité de la plus grande communauté de ce pays comme si finalement les haratines étaient des bœufs ou des ânes à la merci du premier Birame, ou du premier Bodiel ou du dernier Messoud ou de n’importe qui leur dirait « debout haratines ! on vous spolie ! on vous exploite ! ». Les haratines, comme tout un chacun ayant les yeux au milieu de la tête, valent mieux que cela.

Anonyme a dit…

D’ailleurs les faits parlent pour cette évidence que le racisme light ou pas de la majorité de l’intelligentsia leur renie. Combien de voix a pu réunir le grand Messoud historique à l’assemblée ? ou même à la présidentielle ? Combien de haratines rassemble Birame et tous ses discours sans quartier ? Rien ou si peu face à la plus grande communauté de ce pays qui devrait pourtant les suivre dans sa majorité vu qu’elle est dans un tel état ! Alors il faut une fois pour toute cesser de prendre les haratines pour ce qu’ils ne sont pas.

De plus, comme dit l’autre, la culture étant ce qui reste quand on a tout oublié, la majorité hartanienne étant culturellement maure ses liens sont plus tout vis-à-vis des maures que de la communauté négro-mauritanienne qui a elle-même ses propres haratines. Voilà d’ailleurs un dilemme pour l’union des haratines que tout le monde craint ! Hélas ce n’est pas demain la veille ! Comme ce n’est pas demain la veille l’union des maures, ni l’union des négro-mauritaniens, ni l’union des travailleurs, ni l’union des consommateurs, ni l’union pour la république !

Cela n’empêche pas qu’il faille bien commencer quelque part et ce quelque part-là doit être un point définitif asséné aux mensonges et à l’enfumage. En ce qui concerne les haratines tous sont métis culturellement, de sang nègre et de culture maure ou négro-mauritanienne ; certains ont aussi du sang maure ou du sang négro-mauritanien, cela ne les empêche pas d’avoir en commun d’être des descendants d’esclaves de maures et/ou de négro-mauritaniens.

Ce qui n’est pas rien dans une société encore féodale où en vérité les seuls castés sont celles et ceux qui pensent en termes de castes ; les vrais nobles, si tant est que ce terme soit d’une dignité quelconque alors qu’il ne représente souvent que l’exploitation et l’impunité, les vrais nobles sont ceux qui pensent au-delà de ces préhistoriques clivages d’un autre temps partout au monde sauf dans le tiers-monde quoiqu’en réalité un esclave ayant de l’argent, une belle situation peut épouser la fille d’un noble fauché ou non ; c’est dire que seuls sont véridiques les fantasmes de complexés de tout bord.

A quand un général Hartani ? en voilà une question qui devrait réunir tout le monde et les haratines au premier chef, c’est le cas de le dire ! Le reste : hartani maure ou pas, de quel camp es-tu ?

Quiconque a réduit les miens à l’esclavage m’a exclu de sa communauté et de son humanité ; à moi les miennes, à lui les siennes, à nous notre religion commune où tout le monde est esclave de Dieu et où le plus noble est le plus pieux !

Vlane

Anonyme a dit…

ur rue 89

Les cousins de TIRIS:

La France rêvée de militants FN : « Quand Marine sera au pouvoir »

Par Nolwenn Le Blevennec | Rue89 | 12/09/2011 | 11H55

Rue89 a demandé à des frontistes de décrire comment Marine Le Pen, si elle était élue présidente, changerait la France.




(De Nice) L'ambiance est molle dans l'amphithéâtre où se tiennent les « conférences ». Samedi, cela saute aux yeux, il n'y a pas beaucoup de monde aux journées d'été de Marine Le Pen de Nice. Le premier rang, celui des officiels, est souvent vide. Ils sont occupés à l'extérieur avec les journalistes.

Chaque année, les militants assistent à l'université d'été du FN à leurs frais. Ne sont donc venus que les plus motivés. Ceux pour qui cela valait le coup, vrais fans et impliqués. Ces militants pensent que la vie, si Marine Le Pen était élue, serait merveilleuse.

Je leur demande de nous la décrire. Ils voient une société qui ressemble à celle des années 70-80, industrialisée et sans trop de mixité. Rencontre avec huit nostalgiques.


Marie, 62 ans : l'immigration des années 80

Une France plus jeune de trente ans, c'est ce dont rêve Marie, Niçoise de 62 ans, ancien cadre administratif à la retraite.

Dans le bus, samedi matin, en allant au palais des Congrès, elle vante tout haut le « courage » de Marine Le Pen. Elle m'explique qu'elle aimerait vendre son appartement niçois, et retourner vivre à Paris, mais qu'il « péréclite » à cause de l'immigration.

Avant, quand elle était jeune, la France était blanche. Elle pense que Marine Le Pen doit mobiliser l'armée pour faire peur aux immigrés délinquants.

► Catherine, 56 ans : la France sans kebab

Dans les couloirs de l'Acropolis, le Palais des congrès, une autre femme se promène avec un air flottant et une obsession de l'immigration. Catherine, 56 ans, a pris l'avion de Rennes. Elle ne supporte pas le mélange, la « miscibilité » [capacité des liquides à se mélanger, ndlr]. Les femmes voilées qu'elle croise « au Carrefour City » la rendent nerveuse : « Elles vous invectivent ostensiblement », dit-elle avec dégoût.


« Depuis qu'un kebab a ouvert près de chez moi, les trottoirs ressemblent à ceux du Caire. Une flaque d'huile. Et je sais de quoi je parler, j'ai travaillé en Egypte. »


Catherine veut rétablir « une vraie police » aux frontières. « Vraie », à entendre dans le sens de virile, très armée.

► Blanche, 27 ans : revenir sur la loi Veil de 1975

Blanche et Maxime sont l'un des seuls couples des journées d'été. Blanche a 27 ans et une formation d'infirmière. Maxime, ingénieur en imprimerie, s'inquiète des délocalisations en Inde. Ils ont un enfant, Louis, trois mois, qu'ils emmènent à chaque fois aux meetings politiques, dans sa poussette rouge.

Maxime, secrétaire départemental du Front national, voudrait que Marine Le Pen soit élue, pour ne plus avoir peur de perdre son boulot. Sa femme aimerait que la présidente du FN remporte les élections, pour recevoir un revenu parental – pourcentage du smic – qui lui permettrait de rester à la maison, après la naissance de son deuxième enfant.

Dans le monde idéal de Blanche sous l'ère Marine Le Pen, la loi Veil sur l'IVG – promulguée en 1975 – dont « on pourrait se passer », serait supprimée.

Anonyme a dit…

► Gilbert, 63 ans : les fondamentaux de la IIIe République

Après sa conférence de presse, ce samedi, Gilbert Collard veut juste boire et fumer. « On ne peut pas être cinq minutes tranquille ! »

Puis, d'un coup, il change d'avis et se plie à l'exercice. Le nouveau directeur de campagne de Marine Le Pen, avocat marseillais médiatique, appuie son raisonnement sur des « c'est très simple » qui compliquent tout.

La France de Marine consiste en un « retour » de l'Etat : le service public au service du public (« Au fondement de la IIIe République, il y avait la notion de service public. Il faut y revenir »). Il souhaite aussi le retour de sa neutralité :


« Bertrand Delanoë n'a pas à rompre le jeûne à la fin du ramadan, ou alors il honore toutes les autres fêtes. »


Enfin, il pense que Marine Le Pen redonnerait de la « liberté » aux Français, en s'attaquant aux problèmes d'insécurité.


► Catherine, 55 ans : la qualité textile d'il y a 25 ans


Sa boutique s'appelle Apollon. Catherine Martin vend des vêtements à Villeneuve-sur-Lot. Tout le monde la connaît là-bas, cette grande gueule locale a fait un bon score aux dernières élections, dans le canton sud.

En dénonçant la petite délinquance enquiquinante de sa commune, elle a atteint le score de 39%.

Catherine Martin imagine avec enchantement la France de Marine Le Pen : c'est l'espoir d'un retour de l'industrie textile française de qualité, celle qui existait encore il y a dix ans.

La candidate aux cantonales dit aussi que, si « Marine était élue », la France« rayonnerait » à nouveau « sur le monde ». Elle pense, par exemple, qu'on reparlerait français à Ibiza, son lieu de vacances « régulier » :


« Aujourd'hui, il n'y en a que pour l'allemand et l'anglais. Les Français, ils peuvent se noyer. »

► Guy, 61 ans, producteur de film amateur : la promenade des Anglais des années 70

Guy porte la carte de France sur son torse, mais un accent anglais (ou belge ? ) affleure. Tout s'éclaire quand il nous raconte qu'il est né à Cambrai, puis a grandi en Angleterre. Aujourd'hui, il vit dans la cité des Moulins à Nice. Il porte des lunettes à aimants et une casquette qui, pense-t-il, lui donne un look de réalisateur américain.

Comme la Niçoise Marie, il déteste les immigrés qui, par leur présence, gâchent la promenade des Anglais, alors qu'elle était si attractive dans les années 70. Il n'est pas certain que Marine Le Pen puisse faire quelque chose, dit-il, contre « les élans de nourriture » des étrangers de sa cité des Moulins.

Comme il s'apprête à déménager, cela ne lui semble plus être une priorité. Il compte néanmoins sur Marine Le Pen pour fermer les portes « à une certaine Europe », celle du Sud qui ne nous « ressemble » pas.

► Anthony, 22 ans, conseiller technique automobile : les vacances de sa jeunesse

Il est responsable FNJ de l'Ain. La fédération a implosé après l'élection de Marine Le Pen à la présidence du Front, une nouvelle équipe plus jeune a pris le relais. Anthony, 22 ans, en fait partie.

Le jeune frontiste dit qu'ils ne sont pas nombreux, dans cette « fédé », parce qu'ils s'en prennent « plein la gueule » tous les jours. Mais Anthony tient bon pour son « idéal ».

Anthony pense que dans un monde dirigé par Marine Le Pen, il gagnera plus d'argent. Il pourra partir en vacances plus loin et plusieurs fois par an, comme quand il était jeune.

Anonyme a dit…

Salam

Une planète antiterroriste

les années post-11 septembre ont connu un accroissement exponentiel des dispositifs de lutte antiterroriste. Certains existaient déjà. En France, l’arsenal législatif existait depuis 1986, lorsqu’une vague d’attentats touche le pays. La “loi fondamentale relative à la lutte contre le terrorisme” institue une justice d’exception pour les affaires terroristes : un corps de juges d’instruction et de procureurs spécialisés est créé, “la 14e section du parquet”.

En 1996 est introduit un nouveau délit, “l’association de malfaiteur en relation avec une entreprise terroriste”, clé de voûte de l’antiterrorisme à la française, fondé sur la justice préventive. Un délit spécifique à la législation française, très critiqué. “Il ouvre la voie à l’arrestation, l’interpellation, la détention sur simples suspicions. Aucun acte matériel n’est nécessaire” explique Patrick Baudouin, avocat spécialisé sur les questions terroristes et président d’honneur de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH).



Au cœur des années de plomb, l’Italie s’était déjà dotée d’une législation antiterroriste. Dès 1975, la loi Reale consacre la prépondérance de la police sur la magistrature dans les enquêtes et les accusés peuvent être interrogés sans avocat. Des dispositifs similaires sont mis en place en Espagne pour lutter contre ETA, le groupe indépendantiste basque : renforcement des effectifs policiers, augmentation des contrôles sur les routes en 1983, introduction en 1984 du statut du repenti pour les prisonniers ayant commis des actes terroristes, régime pénitentiaire spécial en 1991. En Inde aussi, le Terrorist and Disruptive Activities Act de 1985 institue une justice d’exception pour les actes terroristes.

Alibi

La lutte antiterroriste a servi d’alibi aux régimes autoritaires, rappelle la FIDH. La Tunisie de Ben Ali, Égypte de Moubarak ou la Russie de Medvedev et Poutine, entre autres, s’appuient sur des lois antiterroristes “pour conforter le pouvoir politique déjà en place” dénonce le vice-président de l’ONG, Dan Van Raemdonck.

En 2003 est votée à Tunis la loi antiterroriste “relative à l’appui aux efforts internationaux de lutte contre le terrorisme et le blanchiment de l’argent.” Elle institue une justice d’exception pour les actes terroristes et permet de protéger l’identité des agents de la Direction de la Sécurité de l’État. “Une caricature”, selon Patrick Baudouin, de la répression politique des militants ou opposants au nom de la lutte contre le terrorisme.

Après le 11 septembre, même les démocraties traditionnellement très protectrices des libertés individuelles ont aussi adopté des législations antiterroristes. Le Patriot Act, voté aux États-Unis 40 jours après les attentats, et son équivalent britannique Anti-terrorist Act en sont les symboles. D’autres pays leur emboîtent le pas : le Canada, l’Australie ou encore l’Allemagne.

Anonyme a dit…

Medecin apres lamort

====
Tawassoul condamne la répression contre les militants de IRA et «Touche pas à ma Nationalité».

Le Président du Rassemblement National pour la reforme et le développement (Tawassoul) a dans un communiqué de presse en date du 11 septembre 11, condamné la répression brutale menées par les forces de la police sur les jeunes de «Touche pas à ma Nationalité », qui manifestaient à Nouakchott contre le recensement civile ainsi que ceux du mouvement abolitionniste d’IRA à Nouadhibou.

A cet effet Ould Mansour a affirmé que «le droit de manifester et d’exprimer ces revendications est un droit qui est garanti par la constitution mauritanienne pour tous les citoyens sans exception».

Par ailleurs, le président de Tawassoul a demandé aux autorités de réviser les objectifs de cet enrôlement civil, qui « visera à corriger les déséquilibres et à rassurer tous les citoyens » de même que « l’application de l’ensemble des textes condamnant la pratique de l’esclavage et ses séquelles, au lieu de procéder à l’ignorance des doléances ou à la répression ».






Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : Essirage (Mauritanie

Anonyme a dit…

Sarko dit du bien de Bourgi. A-

====
http://www.rue89.com/2011/09/12/quand-nicolas-sarkozy-honorait-robert-bourgi-son-ami-de-28-ans-221573

Anonyme a dit…

Vlane,

Tu es azizien, donc.

Anonyme a dit…

Une deuxième rencontre eut lieu cette fois-ci entre les ministres des affaires étrangères des pays du sahel toujours à Bamako à la fin du mois de mai dernier. Lors de cette rencontre, les quatre pays avaient désigné l’Algérie comme chef de file dans le dialogue avec les partenaires extrarégionaux. C’est ce qui est jugé par l’Union Européenne comme une avancée importante pour pouvoir tenir un langage commun avec les quatre pays du champ. La troisième rencontre élargie aux partenaires extrarégionaux tenue les 7 et 8 septembre en Algérie précise les soutiens dont les pays du champ auront besoin. A savoir : la formation, l’information et l’équipement des quatre pays du sahel engagés dans la lutte contre le terrorisme. Malgré toutes ces rencontres aucune action militaire commune n’a été encore engagée par les pays du champ. Pourtant lors de la rencontre d’Alger avec les partenaires extrarégionaux, le ministre nigérien des affaires étrangères a souhaité que le Comité d’Etat Major Opérationnel Conjoint mène une action concrète sur le terrain. En tout cas, la seule opération menée par le Mali et la Mauritanie pour déloger AQMI de la forêt de Wagadou s’est soldée par un grave disfonctionnement au cours de son exécution. La rencontre de Nouakchott prévue en décembre prochain qui sera réservée exclusivement aux pays du champ est beaucoup attendue par les observateurs. Elle doit corriger les lacunes de cette coopération et mettre sur orbite les premières opérations du Comité d’Etat Major Opérationnel Conjoint basé à Tamanrasset dans le sud de l’Algérie tant attendu par tous si l’on se tient au propos de certains officiels. En tout pour l’heure sur le terrain, les pays du champ ont du mal à mener la moindre opération digne de ce nom.






Baba Ahmed




Le Combat, est seul responsable du contenu de cet article

Anonyme a dit…

KEN
http://www.youtube.com/watch?v=agy4VJcAxDU&feature=player_embedded

lahrach a dit…

moi je soutiens aziz pour l'opération qu'il mene actuellement en vue de doter les citoyens de papiers non falcifiables. et je suis contre l'enrolement des maliens et senegalais parceque quelques negro mauritaniens ou leur appartenance à ce pays est douteuse se sont manifestés. c'est pas par les manifestations et l'ecriture sur des morceaux de tissu que nous allons octroyer nos papiers d'idendité a des non mauritaniens.

lahrach

Anonyme a dit…

Ils ne bougent que quand il y a quelque chose à gagner: drogue caché quelque part, rançons, etc.. jamais à la recherche des kidnappeurs une fois les rançons payées. Tiens des photos de trafiquants sortent comme par magie. A-

===
Mali-Algérie-Niger-Sahara-drogue-armée : Le Mali traque dans le désert des trafiquants de drogue et leur marchandise

15/09/2011
(AFP) - Les forces de sécurité du Mali traquent dans le désert sahélo-saharien des trafiquants de drogue et leur marchandises, une tonne de cocaïne et de haschich, a appris mercredi l'AFP auprès de l'armée malienne.


"Nous avons déployé les troupes nécessaires pour traquer une tonne de drogue et des trafiquants dont certains viennent d'être libérés et font d'une partie du désert malien un lieu de transaction et de passage de la drogue", a déclaré par téléphone un responsable de l'armée malienne dans le nord du Mali.



Selon lui, la tonne de drogue recherchée était au centre d'un différend qui opposait depuis plusieurs jours une "filière sahélienne", composée de trafiquants maliens et nigériens, à une "filière saharienne" composée de trafiquants issus du Front Polisario, mouvement qui combat pour l'indépendance du Sahara occidental (sud du Maroc).



Ce différend a donné lieu à des affrontements entre ces deux bandes rivales qui ont provoqué la mort de quatre trafiquants dans une zone désertique à la frontière entre le Mali et l'Algérie, avait précisé lundi une source du gouvernorat de Tombouctou (nord du Mali).


Un conseiller de ce même gouvernorat a indiqué mercredi que des photos des trafiquants avaient été obtenues et distribuées dans la région.


Le désert malien est un lieu de passage de la drogue, qui transite par le Mali pour prendre la direction de la Libye via le Niger, le Tchad, une autre partie de la drogue étant amenée au Maroc via le sahara occidental, selon des experts.
Plusieurs bandes de trafiquants, dont certaines liées à la branche maghrébine d'Al-Qaïda (Aqmi), sévissent dans le désert du Sahara, de l'Algérie à la Mauritanie en passant par le Mali et le Niger.

AFP

Anonyme a dit…

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=59987

Vlane, tu fais du lechage de cu. Tu ecris long et c' est chiant

Anonyme a dit…

On l'avais dit, mais personne n'a écouté.


http://www.maliweb.net/category.php?NID=80780

Anonyme a dit…

http://www.maliweb.net/category.php?NID=80779&intr=

maatala a dit…

Salam

Chers amis

Ce soir j'ai fait une plongée dans ma "musitek" (lol), pas moins de 60 giga de music.

Entre autres:

Arétha franklin, mozart, zz top, nathalie cole, samba jiby doro, wilson picket, al green, al jarreau, christophere cross......music classique pour le cinéma, bob james, acoustic alchimy, ali farka touré, toumani djabté, bembéya jazz, Kompas, Edith lefel, kassav, jakson michael, michael buble,percy sledje, bob marley et tant d'autres artistes.......


Une pensée et une priére à notre soeur Dimi national dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

LA PEUR S'INSTALLE!!!!!


15:45

Vaste mouvement au niveau des commissariats de police

Le Directeur général de la sûreté le général Mohamed Ould El Hady, a effectué un vaste mouvement dans le secteur de la police.

Ce mouvement s’est caractérisé des précédents par la division de Nouakchott en trois zones de sécurité dont chacune coiffe, désormais, quatre commissariats. Et selon les sources de Sahara média, cette répartition de Nouakchott se présente comme suit :

A - Zone sécuritaire n°1 : Tevragh-Zeina-Ksar-Teyarett : Commissaire principal Mohamed Yahya Ould Mohamed Mahmoud.

- Commissariats :

- Tevragh-Zeina 2 : Commissaire Mohamed El Hady Ould Mohamed ;
- Tevragh-Zeina 3: Cheïkhna Ould Joula;
- Ksar 1: Commissaire Mohamed Ould Kbeid;
- Teyarett 2: Commissaire Yall Boubacar;

B – Zone sécuritaire n°2: Commissaire principal Chriv El Moctar Ould El Moctar

- Commissariats :

- El Mina 2 : Commissaire Mohamed Lehou ;
- Sebkha 1 : Commissaire Ahmed Baba Ould Mohamed ;
- Sebkha 3: Commissaire Mohamedou Ould Ahmed Salem;
- Riad 2: Commissaire m’Bodj Oumar;

C – Zone sécuritaire n°3: Commissaire principal Mohamed Kaber Ould Sidi

- Commissariats :

- Arafat 1 : Commissaire N’Diaye Housseinou ;
- Toujounine 2 : Commissaire Mohamed Fadhel Ould Mohamed El Hacen
- Dar Naim 2 : Commissaire Mohamed Lemine Ould Toueïleb

Anonyme a dit…

Salam

Lu pour couly et tiris

Au moment où le régime caverneux du colonel sanguinaire et mafieux ould Sid'Ahmed Taya atteint son crépuscule, nous nous devons de rappeler à tous, les bonnes raisons que nous avons de nous rassembler au sein d'une opposition radicale, déterminée et résolue à mettre fin aux abus en cours. A mon avis nous nous sommes abondamment exprimes (mais certes pas assez) sur les crimes de sang et la sentence est sans appel : ce régime est génocidaire et doit être traîné devant les tribunaux pour s'être mis au banc de l'Humanité.

Mais nous convenons aussi, et ce n'est un secret pour personne, qu'il n'a pas été auteur "que" d'assassinats, de déportations massives, d'exécutions extrajudiciaires, de torture... Il a également favorisé et laissé courir la pratique moyenâgeuse et ignominieuse de l'esclavage (quels que soient les douces formules, les voiles pudiques, les masques honteux, les paravents révérencieux, les habillages trompeurs ou les précautions verbeuses dont on peut se prémunir pour qualifier cette horreur). Et ce n'est pas parce que le phénomène de poussée urbaine ou de "métropolisation" tend à noyer ce fléau dans les méandres de l'anonymat pernicieux et le silence complice des grandes villes qu'il viendrait à l'esprit (humainement sain) de nier l'existence de cette pratique avilissante! En s'accaparant de tous les leviers de l'économie et en obstruant toutes les issues à certaines couches de la population (en vérité toutes celles qui s'éloignent de la tribu du chef de la mafia) le pouvoir leur ôte par la même tout moyen de s'affranchir de la tutelle des anciens maîtres. En effet l'esclavage n'est pas seulement asservissement par la contrainte physique d'un homme par un autre qui bénéficie, sur l'instant tout au moins, d'un rapport de forces en sa faveur. L'esclavage est avant tout (pour ne pas dire essentiellement) affaire de moyens économiques. On a beau faire comprendre au dominé que son entrée au paradis ne dépendait pas, le moins du monde, de sa soumission à un maître qui cherchera le jour du jugement dernier à sauver sa propre âme ( laa youdhirou waadhiran widhra oughra), il ne consentira à s'en éloigner que quand il aura la certitude de pouvoir manger à sa faim comme il en avait l'habitude chez son maître. Dans ces conditions, il parait évident qu'aucun décret, aucune loi ne peut faire disparaître l'esclavage du jour au lendemain. Il faut, pour qu'elle soit suivie d'effet, que la décision juridique soit suivie d'une volonté politico-économique. Il faudrait imaginer un moyen de mettre sur place un dispositif tendant à réinsérer économiquement et socialement les anciens esclaves en en faisant une priorité. Ceci passe à mon avis par une politique assurant l'éducation à ces populations fragiles et à une sorte d'affirmative action leur accordant la priorité (mais attention : à compétences égales) face à un concurrent issu d'un groupe plus nanti pour l'attribution des postes. Cette politique est aussi valable pour les populations négro-africaines défavorisées et celles rassemblées dans le terme générique de "castés". Il ne restera alors qu'un seul problème qu'aucune loi ne pourra résoudre : une fille issue d'une famille dite noble aura bien le droit de refuser de s'unir à un ancien esclave pour un mariage sans qu'il n'y ait de recours possible. Là, seule l'Histoire avisera et un rôle de premier plan devra être joué par les leaders d'opinions, les intellectuels et tous ceux qui jouissent d'un tant soit peu d'audience au sein de la population. Il est certain qu'il s'en trouvera qui argueront de la reconnaissance de l'esclavage par l'Islam. Mais ces médiocres connaisseurs de la religion, des obscurantistes "éclairés", maîtres dans l'art de l'amalgame et de la diversion ne vous diront pas ce que l'Islam désigne par esclave.

Anonyme a dit…

http://www.maliweb.net/category.php?NID=80779&intr=

Le nord ne sera plus malien, au rythme où vont les choses.

Anonyme a dit…

Salam


Deux femmes esclaves bouques émissaires : Hayjara et Vatimetou

Peut-on continuer d’affirmer de nos jours que l’esclavage n’existe plus dans notre pays comme le prétend son excellence Ould Abdel Aziz « le sauveur de la nation traumatisée, Ou encore juridiquement inexistant comme l’a affirmé avec force Bodiel Ould Homeid ?

De telles considérations ne peuvent être tolérées alors que des centaines d’esclaves hommes et femmes peuplent nos villes et campagnes avec des conditions pires que celles réservées aux animaux. Et cela malgré l’existence de la loi 2007-048, unanimement votée par les deux chambres de notre parlement et promulguée par la présidence de la république, incriminant cette pratique honteuse et avilissante.

Que cette loi existe, est le meilleur des démentis pour les quelques concitoyens qui encore pour des intérêts égoïstes et des calculs politiciens refusent de voir l’évidence : la persistance du honteux et abject phénomène de l’esclavage chez nous sous ses formes les plus cruelles.



Cet état de fait claire comme le jour dément nos gouvernants et les interpelle à plus de sens de la responsabilité. Au lieu de prendre part dans un combat qui oppose des bourreaux à des citoyens épris d’égalité, nos actuels gouvernants devaient s’atteler à travailler pour l’édification d’une société juste et égalitaire où tous les citoyens, quelque soit leur origine ou statut social répondront sans entrave de leurs actes répréhensibles devant la justice. A fin que sachent certains des nôtres que la couleur de la peau et l’origine sociale ne peuvent en aucun cas être gage d’impunité ou rempart contre la justice des hommes.

Nous sommes tous aujourd’hui dans ce pays, à quelque niveau où l’on se trouve interpellés par ces cas récurrents d’esclavage constamment dénoncés par les organisations de défense des droits humains. Des personnes au 21éme siècle maintenues par d’autres personnes comme elles à un statut de sous hommes dont le seul rôle dans ce bas monde, serait seulement d’obéir et de servir les autres et ce au vu et au su de tout le monde, sans que personne ne pipe un seul mot et surtout pas ceux au pouvoir pour la simple raison qu’ils sont pour leur grande majorité issus des groupes esclavagistes dominants et ne sont pas prêts à renoncer à ce qu’ils considèrent comme des droits légitimes.

Anonyme a dit…

Aujourd’hui encore c’est les cousines Hayjara et vatimetou mint Mawloud (notre photo) qui viennent solliciter l’assistance de l’IRA pour se libérer du fardeau de l’esclavage. Ces deux innocentes créatures sont jusque là privées des droits les plus fondamentaux de l’être humain : droit de disposer d’eux même, le droit au savoir, droit d’avoir un travail rémunéré et j’en passe.

Ces deux femmes esclaves étaient supposées appartenir à la collectivité des CHOURVE de Nouagour , de laquelle est issu leur maître le sieur Mohamed Sidi Ould Mawloud (il n’existe aucun lien de parenté entre les esclaves et leur maître sauf que leurs grand père porte le nom de l’un de ses maîtres, l’un des arrières grands père de Mohamed Sidi). Ce cas irréfutable est un exemple édifiant parmi d’autres prouvant incontestablement que l’esclavage existe et persiste chez nous dans ses formes les plus abominables qui soient.

Connue sous le nom de Tesslem, Hayjara mint Mohamed Mawloud n’a jamais obtenu ou bénéficié d’un papier d’état civil pouvant déterminé avec exactitude son âge, aurait environ trente ans et sa cousine vatimetou mint Mawloud qui serait, elle âgée de 25 ans, vivaient jusque là toutes les deux à Nouagour chez leur maître pour qui elles travaillaient constamment sans salaire (département de Rkiz, commune de Boutalhaya).

La première, Tesslem, déclare avoir été marée de force par son maitre à un homme beaucoup plus âgé qu’elle alors qu’elle était une toute petite fille. Chose qu’elle était obligée d’accepter par ce qu’il s’agit d’une décision émanant de son maître qui a sur elle droit de vie et de mort.

D’abord victime d’un mariage précoce, c'est-à-dire avant l’âge fixé par le Code du Statut Personnel en son article 06 :« La capacité de se marier est accomplie pour toute personne douée de raison et âgée de 18 ans révolus.». Ensuite d’une tentative de compromission de mariage par son maître, acte qui est passible d’une sanction conformément à l’article 09 de la loi2007-048, en fin, les deux cousines ont fait l’objet d’un interrogatoire de la brigade de Gendarmerie de Rkiz dans «les conditions les plus inhumaines » selon leurs dires , le 14septembre passé à 4h du matin, suite à une plainte déposée par Mohamed Sidi Ould Mawloud contre ses deux esclaves Tesslem et Vatimetou pour tentative d’avortement et ceci pour masquer la diffamation qui a circulé, selon laquelle « la fille de leur maître …était enceinte et aurait interrompu sa grossesse non désirée ».

Après avoir rejeté ces accusations dénuées de tout fondement, les deux esclaves se sont plaintes au prés des représentant locaux de l’IRA afin que cette organisation les assiste au prés de la justice.

Ces deux victimes ont déclaré que par ces mensonges qui leur sont attribués, leur maître chercherait tout bonnement à dissimuler l’avortement devenu rependu de sa propre fille, dans la localité mais aussi pour lui redonner après cet affront, son prestige social et sa place dans la tribu chourve.

Face à cette situation qui certainement n’honore pas la réputation de notre pays et susceptible de perturber la stabilité sociale, nos dirigeants sont interpellés afin qu’ils aident ces pauvres citoyennes victimes de l’arbitraire à recouvrer leur droit et dignité depuis toujours bafoués par la volonté d’une seule famille et ce au mépris des lois en vigueur dans le pays.

Yacouba Mohamed Lebkam et Mohamed Lemine Dieng
Pour la Coordination de l’IRA Rosso

Source : Yacoub lo Yacoub

Anonyme a dit…

Salam


Au secours, ils veulent que je retourne avec mon mari qui m’a séquestré pendant 3 ans.


L’affaire Adja Bineta Diallo, cette jeune fille de 18 ans qui a été séquestrée pendant trois ans par son mari, Amadou Dia, connait de plus en plus une tournure inédite.

Samedi, l’avocat de l’Association des Femmes Chefs de Famille (Afcf), Me Bezéid, qui assure la défense d’Adja Bineta Diallo, a accusé le brigadier-chef du commissariat II d’Arafat, Mohamed Vall, ainsi que le Procureur de la République de forcer la main de sa cliente, mise sous pression pour retourner vivre avec son mari. "Ils pensent qu’elle est une propriété privée d’Amadou Dia", s’est indigné Me Bezéid, jugeant leur attitude "inacceptable".

Au début du mois de septembre, Amadou Dia avait porté plainte contre Adja Bineta Diallo, à la Brigade Spéciale chargée des enfants en conflit avec la loi. Le Procureur de la République a renvoyé, ce dimanche, cette affaire devant le juge des mineurs chargé de l’instruction des affaires où il y’a une affaire de mineurs.



Selon Me Bezéid, le Procureur de la République aurait demandé qu’Adja Bineta Diallo soit détenue au Centre de détention pour les mineurs de Ksar jusqu’à ce que le Tribunal d’Arafat juge cette affaire.

"C’est sans fondement. Et, c’est très grave. Cela n’a pas de sens. Amadou Dia est en train d’instrumentaliser la police et la justice pour faire revenir sa femme", a affirmé Me Bézeid. "Ma cliente a le droit de refuser de ne pas retourner avec son mari", a-t-il précisé.

"Je préfère mourir en prison que de retourner avec mon mari", a soutenu, de son côté, Adja Bineta Diallo, qui est convoquée ce dimanche au Tribunal de Nouakchott.

Babacar Baye Ndiaye
Pour Cridem

Anonyme a dit…

Salam

En juin, j'enquêtais sur Claudy Siar, nouveau délégué interministériel pour l'égalité des chances des Français d'outre-mer. Je cherchais à me faire une idée de la façon dont il était perçu par la communauté ultramarine. Devant la boîte de nuit antillaise « Titan » de la place de Clichy (Paris), j'alpaguais des gens.

Christophe, ambulancier martiniquais dans un hôpital de banlieue parisienne, ne pensait pas grand-chose de Claudy Siar. Mais il m'a dit :


« J'ai plein de collègues antillais autour de moi à l'hôpital qui vont voter FN. C'est nouveau. »


Deux hypothèses à vérifier : le vote FN montait en milieu hospitalier ou dans la communauté antillaise. Ou les deux.

Il y a trente ans, il y avait des Bretons et des Antillais


J'ai exploré la première hypothèse, en passant l'après-midi à l'hôpital Louis-Mourier de Colombes. Un centre à taille humaine avec ses problèmes, les autres hôpitaux ne vivent peut-être pas du tout la même chose.

Ici, personne ne peut assurer que le vote FN est en progression. Mais tout le monde admet qu'il se passe quelque chose, que « des idées » – xénophobes, identitaires – circulent dans les couloirs.

Le personnel hospitalier a changé ces dernières années. Il y a trente ans, à l'hôpital, il y avait surtout des Bretons, des Normands et des Antillais, dit Daniel Dalin, Martiniquais, agent hospitalier et syndicaliste CFDT de l'hôpital. Celui qui est aussi président du collectif DOM explique :


« En plein boom économique, ces métiers n'intéressaient pas les autres. Au même moment, le taux de chômage aux Antilles était délirant : notamment parce que la coupe de la canne avait été automatisée. Ils ont organisé notre venue en France en promettant l'eldorado. »


Puis, il y a eu des Portugais et des Espagnols « avec la même culture chrétienne ». Depuis, une dizaine d'années, des jeunes issus de l'immigration, d'origine africaine ou maghrébine, ont commencé à être embauchés à l'AP-HP.

L'hôpital a toujours été un lieu de mixité, les nouvelles arrivées ne dérangent pas. Mais depuis quelques années, des tensions apparaissent et des clans se forment.

Les Antillais râlent pendant le ramadan


Le contexte économique est difficile. La restructuration de l'AP-HP crispe les relations. L'hôpital Louis-Mourier, par exemple, a découvert ce qui l'attendait en 2008. Depuis, l'hôpital a entamé sa fusion avec quatre autres établissements d'Ile-de-France, pour créer un pôle d'activité « aux compétences transversales ».

Les départs à la retraite ne sont pas remplacés. De source syndicale, environ 160 postes ont disparu et il n'y a plus qu'un DRH pour 8 500 personnes. S'il y a un problème avec une fiche de paye, il faut aller à l'hôpital Beaujon.

Daniel Dalin :


« Alors, l'ambiance est tendue et le personnel se fout sur la gueule. »

Anonyme a dit…

Au centre de long séjour de Louis-Mourier, les conditions de travail sont particulièrement difficiles. Pas un jour ne se passe sans un incident communautaire. Une infirmière du Cap-Vert engueule une Portugaise (lui rappelant les désastres de la colonisation). Une autre traite une infirmière de singe.

Les aides-soignants d'origine maghrébine pestent contre les congés bonifiés des Antillais. Les Domiens s'énervent du rythme de travail amoindri de ceux qui font le ramadan.

Des patientes ne veulent pas être soignées par des hommes


D'autre part, côté patients, la laïcité est de plus en plus bousculée au sein de l'hôpital. C'est sans doute la cause de ras-le-bol numéro un, qui finit par se répercuter sur les relations entre les personnels d'origines différentes.

Il y a des conflits avec des conjoints, qui ne veulent pas que leurs femmes se fassent soigner par une femme noire – par racisme – ou un homme.

Un technicien se souvient d'être entré dans une chambre en néonatalogie pour réparer une ligne téléphonique. Un homme a caché le visage de sa femme et lui a demandé de partir. Il s'en est ensuite pris à l'infirmière qui lui avait promis qu'il n'y aurait aucune présence masculine dans la pièce.

Christelle, cadre administratif de garde à l'hôpital, se souvient :


« J'ai été confrontée à un couple musulman dont l'épouse était en crise d'éclampsie, son pronostic vital était engagé ainsi que celui de son enfant. Elle ne voulait pas se faire soigner par l'aide-soignant masculin qui était de garde à cause de son mari. J'ai dû expliquer longuement au mari qu'il y avait un risque de décès. Il a fini par entendre raison. »


A la maternité, on voit arriver de plus en plus de femmes voilées des pieds à la tête, ce qui inquiète les infirmières, et « des Témoins de Jéhovah qui ne veulent pas de péridurale », explique une syndicaliste de la CGT.

Une aide-soignante du service maternité :


« Il y a une recrudescence du voile intégral chez les jeunes femmes. Cela nous met mal à l'aise, quand il faut leur demander de tout enlever. On trouve ça pas normal de ne pas savoir à qui on a affaire. Entre collègues, on en parle. »

Anonyme a dit…

Tout le personnel rencontré pense que l'administration doit prendre ses responsabilités et imposer des règles claires. Isabelle Lévy, formatrice en hôpital, a écrit un livre sur le sujet. Elle pense que le non-respect de la laïcité entraîne un vrai ras-le-bol du personnel hospitalier et entrave de plus en plus le soin (des extraits de son livre sont souvent repris pas des sites FN).

« L'euro nous a mis dedans »

En repensant à la phrase de Christophe, on se demande si au sein de l'hôpital, le personnel antillais est particulièrement sensible aux idées de Marine Le Pen. Une aide-soignante guadeloupéenne du local CGT :


« J'en parle avec des collègues de l'hôpital. C'est vrai, il y en a de plus en plus qui adhérent aux idées. Pas forcément au parti. Il se passe quelque chose.

Moi-même, quand je suis en colère, j'y pense, certaines idées sur l'insécurité ou la sortie de l'euro me parlent. C'est l'euro qui nous a mis dedans. »


Maryse, aide-soignante martiniquaise, toute petite avec un chignon grisonnant :


« On entend beaucoup dire : “Il faudrait que Marine Le Pen passe pour six mois, pour faire le ménage et après elle pourrait laisser la place à quelqu'un d'autre.” Il y a un vrai mal-être, un ras-le-bol au sein de la communauté. Mais ce n'est pas propre à l'hôpital. Au contraire, les Antillais de l'hôpital sont plus tolérants. On a l'habitude d'être mélangés. Ici, les Antillais fêtent l'aïd par exemple. »


Francette : « Je vais voter une sanction de la France »


C'est finalement une infirmière de nuit de l'hôpital Corentin-Celton (Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine) de 57 ans, rencontrée quelques jours plus tard, qui nous parle de Marine Le Pen avec espoir. Mais elle n'est pas d'accord avec tout : elle ne pense pas, par exemple, qu'on puisse sortir de l'euro.

Sa bouche tremble. Elle est scandalisée par le « gâchis » dont elle est témoin à l'hôpital. Elle considère que la Sécurité sociale est mal gérée : « On garde des jours et des jours des gens qui n'ont rien à faire dans les services. » Elle regrette qu'il n'y ait plus beaucoup d'Antillais à l'hôpital, le personnel a changé.

Elle estime enfin qu'on ne peut pas « continuer à faire entrer des gens qui n'ont pas de quoi vivre et cassent les boîtes aux lettres » :


« On en a marre d'être amalgamés avec eux alors qu'on est français. En 2007, j'ai voté Sarkozy. Cette fois, je vais voter une sanction de la France. On sera beaucoup à faire pareil. »

Anonyme a dit…

salam

L'article précédent est tiré de rue 89

Dans les couloirs d'un hôpital, la tentation du Front national

Anonyme a dit…

Excellente place à 113eme. La RIM est a la queue et non a la tete. Le pays doit être bien derrière la France, les US et la GB avec ce qu'ils font actuellement en libye et leurs programmes de rendition qu'on lit dans les cables de wikileaks!

A part quelques cas qui vont se resoudre, on n'etripe pas les gens pour leurs opinions ici au bled. Quelques cas qui se resoudront avec le temps. Il faut donner le temps au temps. Espere qu'azzizzo fera de bonnes choses avec le dialogue.

Je ne suis pas azizien come vlane, mais honnête. A-
===
lu sur Cridem;

La Mauritanie chapeaute le peloton des régimes autoritaires.


Dans le classement mondial de la gouvernance 2011 publié par le journal britannique « The Economist», la Mauritanie qui figure au 113ème rang mondial chapeaute le peloton des régimes autoritaires.

Un seul pays africain s’est adjugé une place au soleil « des démocraties recensées ». Il s’agit de l’ Île Maurice qui se trouve à la 24ème place mondiale.

Les trois places du podium mondial sont occupées respectivement par la Norvège, l’Islande et le Danemark.



L’indice de démocratie est basé, entre autres, sur les critères de transparence des élections, d’indépendance de la justice, des libertés civiles, de presse, d’opinion et d’expression, sur le pluralisme, le fonctionnement du gouvernement et la participation politique.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Rim24 (Mauritanie

Anonyme a dit…

Trafic de drogues au nord Mali : Le gouvernement en simple spectateur



Le Combat, 17/09/2011 Commentaires [ 4 ] E-mail Imprimer








Cette semaine, le nord Mali a été le sujet de tous les médias internationaux et pour cause de violents affrontements entre trafiquants de drogues sur notre territoire. Le trafic de stupéfiants a tellement prospéré que les gangs se livrent à des prises d’otages et à une bataille sans merci. Et cela au vu et au su des autorités du pays comme s’il y avait une complicité en haut lieu.


Le lundi dernier, une dépêche fait état d’un énième affrontement violent entre trafiquants de drogues maliens et le Polisario au nord du pays. Il y eu mort d’hommes. À l’origine de cet affrontement, une quantité considérable de drogues. L’info a fait le tour des salles des rédactions de beaucoup de journaux et télévisions du monde entier. En réalité, le gouvernement du Mali se trompe en présentant le nord Mali comme un vaste espace vide. En effet, il se déroule dans ces localités une activité très intense. Un dangereux trafic de drogues a pris la place des caravanes de chameaux qui transportaient le sel gemme de Taoudéni et autres marchandises naguère. Pourtant face à ce dangereux nouveau trafic, le gouvernement malien semble faire la sourde oreille.


La manne financière en jeu serait de taille, environ une tonne de drogue. Tout comme le Boeing de la cocaïne qui a été retrouvé en 2009 près de Tarkint dans la région de Gao, cette affaire de drogues dont il est question cette semaine n’est que la partie visible de l’iceberg de la quantité de la drogue qui transite par le Mali. Et tout comme au début de l’histoire de l’avion de Tarkint, le gouvernement du Mali adopte la même stratégie. Un silence plat autour d’une situation aussi grave qui se déroule sur son territoire comme pour dire « le chien aboie la caravane passe ». Morts d’hommes, trafics de drogues, terrorismes tout passe et repasse en violant la souveraineté d’une nation comme le Mali, comme si le pays était sans autorité. Pourtant, début 2011 des câbles de l’Ambassade des Etats-Unis à Bamako rendus publics par le site Wikileaks révélaient que le Boeing 727 de la coke avait bénéficié d’une « protection depuis le sommet». Toute chose qui met une fois de plus de sérieux doutes sur le silence du gouvernement malien face à cette situation de trafic de drogues.
B. Ahmed

maatala a dit…

salam

Les amis

Afin d'éviter la confusion, nous vous prions d'utiliser vos pseudo.

Merci

maatala

maatala a dit…

Salam

De notre ami Vlane


Nationalité de l’union à la déchirure : analyse de tous les points de suture…

Que de surprises en comparant l’ancien code de la nationalité de 1961 modifié en vigueur jusqu’en 2010 et les articles modifiés par l’administration Aziz. Maître Touré nous a parlé de l’article où la modification n’a consisté qu’à sacrifier le Hassanya, le Bambara et le Français, nous en verrons les lamentables effets mais saviez-vous que nous sommes passés du jour au lendemain du droit du sol et du sang au droit du sang quasiment exclusif ?

Saviez-vous que ce qu’on nous raconte au sujet de la double nationalité à savoir qu’Aziz aurait amélioré le dispositif, c’est faux et c’est même l’inverse ? Saviez-vous que par des phrases, de l’ancien code, supprimées ici et là on a privé un nombre incalculable de mauritaniens du droit d’office à la nationalité notamment certains enfants nés à l’étranger ?

Saviez-vous que depuis cette modification et surtout la suppression d’un article, les parents, de mauritaniens, décédés avant 1961 ne sont plus reconnus mauritaniens d’office même s’ils ont vécu sur cette terre d’où les complications pour l’enrôlement de leurs enfants ?

maatala a dit…

Vous saurez tout. Voyons cela tranquillement, preuves à l’appui. Rassurez-vous, ce n’est pas indigeste à lire même si ça paraît long. D’abord hasard du calendrier ou humour noir de l’histoire, à 49 ans de distance, deux Ould Mohmed Laghdaf ont signé le code de la nationalité. En 61, Cheikhna le ministre de la justice de l’époque signe avec Moctar Ould Daddah le 20 juin 1961, puis le 11 février 2010 Moulaye le premier ministre signe avec Aziz.

Nous verrons comment au sujet de la double nationalité, nous avons assisté au plus incroyable enfumage national dont furent victimes de grands journalistes et sans doute même Aziz qui semble n’avoir jamais lu entièrement le code de la nationalité avant modification sinon il ne dirait jamais ce qu’il a dit. Comment une telle omerta a-t-elle pu être possible ? Comment les députés de l’opposition n’ont-ils pas haut et fort démontré ce fumeux tour de passe-passe, ni alerté l’opinion face à des changements radicaux dans ce code de la nationalité. C’est à croire que l’opposition n’a pas pris le temps de lire l’ancien code et le comparer aux modifications.

Le dernier juriste en date à s’être frotté aux textes est le sympathique maître Touré du barreau de Versailles qui a écrit un admirable article survolant le sujet avec quelques atterrissages sans aller jusqu’à l’articulation des motivations ni atteindre toutes leurs dramatiques conséquences malgré le sourire satisfait qu’il a joint à son article. Disponibles à la fin de son article les liens PDF vers les divers documents à savoir le code de la nationalité ancien et les modifications de l’administration Aziz.

maatala a dit…

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=58815
13 articles ont été modifiés parmi les 73 de l’ancien code et certains abrogés. Voyons quels sont les articles choisis pour être modifiés et pour quel résultat : 4, 9, 13, 15, 16, 18, 19, 21, 23, 31, 33, 37 et 58.

-L’article 4 nouveau, c’est juste pour dire que désormais la majorité est fixée à 18 ans alors que jusque-là elle était fixée à 21 ans.

-L’article 9 abrogé signe la fin du droit du sol en Mauritanie tout simplement. Le saviez-vous ? Avez-vous déjà lu un article annonçant la fin du droit du sol ? Ces modifications ont eu lieu, il y a presque 1 an et demi et pas plus tard qu’il y a juste trois mois, nous en parlions sur kassataya avec le représentant du RFD à Paris et un ancien patron de l’IGE sans parler des autres chroniqueurs, personne ne pouvait dire où on en était et certains étaient persuadés que le droit du sol était encore en vigueur.

J’en veux pour preuve que nous en parlions car le fameux M’Rabih, administrateur directeur général de Agence Nationale du Registre des Populations et des Titres Sécurisés, venait de lâcher le morceau en disant qu’en Mauritanie c’est le droit du sang qui est en vigueur.

Personne sur le plateau ne voulait y croire et l’ancien patron de l’IGE l’a accusé de mensonge. Pourtant avec l’article 9 abrogé c’est bien la fin du droit du sol en Mauritanie mais n’eût été la déclaration de ce M’Rabih, qui en aurait parlé dans la presse clairement ? Pourtant ces modifications ont été validées silencieusement par le parlement…

Le feu l’article 9 stipulait « est mauritanien l’enfant né en mauritanien d’un père qui y est lui-même né. L’enfant né d’une mère qui y est elle-même née, sauf la faculté de répudier cette faculté dans l’année précédent sa majorité. Les dispositions du premier article ne sont pas applicables aux enfants nés en Mauritanie des agents diplomatiques et consulaires de nationalité étrangère. »

- Comme l’article 9 a été abrogé, il fallait bien effacer partout toute trace de droit du sol. On arrive donc à l’article 13 nouveau où par rapport à l’ancien, tout ce qu’ils ont fait c’est qu’ils ont supprimé sur 3 lignes les deux dernières à savoir la possibilité d’opter pour la nationalité mauritanienne dans l’année précédent sa majorité, l’enfant né en Mauritanie de parents étrangers. Jusque-là ça va vu que le droit du sol est aboli mais pourquoi supprimer la ligne qui permet d’opter pour la nationalité un enfant adopté par une personne de nationalité mauritanienne ? C’est inhumain ! Ainsi si vous ne pouvez pas avoir d’enfant, il vous est interdit non pas d’en adopter mais de donner à votre enfant votre nationalité !

Comme nous allons le voir partout, ces modifications ont été faites à la hache comme si le législateur était sous le coup d’une instabilité nerveuse face à une certaine réalité démographique ou juste sous l’effet d’un fanatisme culturel injustement dominateur, ennemi de toute Mauritanie plurielle apaisée. Aucun souci ni d’humanité ni de cohérence car avec de telles coupes on aboutit à des bêtises pour ne pas dire des crimes légaux.

maatala a dit…

Voyez par exemple au sujet de cet article 13. Ils n’ont fait que supprimer deux lignes et ils ont gardé la première ainsi on obtient ceci :

Article 13 (nouveau) : « peut opter pour la nationalité mauritanienne dans l’année précédent sa majorité :

- L’enfant né à l’étranger d’une mère mauritanienne et d’un père de nationalité étrangère ».

Point. Exit le cas d’un enfant né à l’étranger d’un père mauritanien et d’une mère de nationalité étrangère. Et toujours ce « OPTER ». Ça leur coûte quoi de dire simplement au sujet des enfants nés à l’étranger ou pas qu’ils sont automatiquement mauritaniens s’ils sont de parents mauritaniens ou d’un des parents mauritanien ? Quel mépris pour la vie ! Quel mépris jusque dans les liens du sang ! Et toujours cette hantise de « l’étranger » venant d’un peuple venu d’ailleurs !

Sachant bien qu’en droit si un article dit une chose et qu’un autre article nuance cette chose, vous ne pouvez tenir compte du premier sans le second. Ainsi, au lieu de simplifier les choses et ce même dans le code ancien, sont privés de ce « OPTER » et sont mauritaniens celles et ceux qui répondent aux critères de l’article 8 pas modifié étant entendu qu’il sera nuancé par l’article 13 dont nous venons de parler et qui vient après (voyez bien à la 3 ème ligne le « en Mauritanie ») :

« Article 8 : Est mauritanien :

- L’enfant né de père mauritanien

- L’enfant né de mère mauritanienne, d’un père sans nationalité ou de nationalité inconnue

- L’enfant né en Mauritanie d’une mère mauritanienne et d’un père de nationalité étrangère sauf la faculté de répudier cette faculté dans l’année précédent sa majorité »

Là encore qu’en est-il de l’enfant né en Mauritanie d’un père mauritanien et d’une mère de nationalité étrangère ? Si cela semble aller de soi, pourquoi ne pas se limiter, comme nous l’avons dit, à « est mauritanien l’enfant né de parents mauritaniens ou d’un des parents mauritanien » ? Si cette 3 ème ligne est là pourquoi pas la 4 ème dont nous parlons. C’est à croire que de 1961 à nos jours ceux qui ont bidouillé ces articles étaient des gens limités qui ont fait de leur mieux ou pas.
Passons. Continuons.

-Article 15 (nouveau) : Là comme si nos vœux étaient exaucés, on arrive à un article qui parle enfin quasiment d’automatisme du droit à la nationalité pour des enfants mais c’est un leurre car il ne s’agit pas du cas d’enfants de mauritaniens « de souche » mais d’étrangers ayant acquis la nationalité mauritanienne étant entendu que pour acquérir cette nationalité, ils devront franchir toutes les nouvelles barrières où l’arbitraire est quasiment roi voire à ce propos l’acquisition de la nationalité.

maatala a dit…

Ainsi il va de soi que de tels élus ne devraient plus avoir de problème ni eux ni leurs enfants à moins qu’ils ne subissent l’article 13 nouveau que nous venons de voir sous la vigilance de l’article 8 ; ainsi l’article 15 nouveau donnant ce luxe est tempéré par d’autres articles. De toute façon, on voit bien le peu de cas que le législateur fait d’enfants mauritaniens nés soit à l’étranger soit d’un des parents étrangers au point de leur refuser d’office la nationalité mauritanienne comment alors lire sans sourire cet article 15 nouveau :

« devient de plein droit mauritanien au même titre que ses parents, l’enfant mineur dont le père ou la mère acquiert la nationalité mauritanienne » d’ailleurs cet article n’a rien de nouveau sinon qu’ils ont supprimé cette ligne, car à l’époque la majorité étant à 21 ans et non à 18 ans le terme mineur n’avait pas le sens d’aujourd’hui vu qu’il pouvait alors avoir 18 ans même 9 ans : « le présent article n’est pas applicable à l’enfant mineur marié ni à celui qui sert ou a servi dans les armées de son pays d’origine ».

- L’article 16 nouveau met un terme à l’acquisition d’office de la nationalité mauritanienne par une étrangère à partir du mariage comme ce fut le cas jusqu’à la modification. Mais là encore de l’ancien code au nouveau, il n’est pas question de savoir le droit en la matière d’un étranger épousant une mauritanienne. Toujours ces articles boiteux, où le législateur ne prend pas la peine de considérer tous les cas de figures afin de limiter au maximum la marge d’interprétation et le vide juridique surtout que le législateur n’oublie pas toujours d’être compétent. Quand il s’agit de créer la pagaille ou faire des tours de prestidigitateur comme au sujet de la double nationalité, il sait faire à merveille ; nous verrons ça.

- Quand on parle du loup, il montre la queue ! Enfin un article complet où il est question du cas de mariage d’étrangers à une mauritanienne ou un mauritanien. Ouf ! Comme quoi, le législateur n’est pas définitivement nul ! Apparemment, il se soigne. Ainsi cet article 18 nouveau parle de la naturalisation et vu que le droit du sol a été aboli, il fallait effacer toute trace de cette hérésie partout.
Jadis l’article 18 stipulait que pour être naturalisé il fallait être en Mauritanie depuis 5 ans, l’article 18 nouveau fait passer ce délai de résidence à 10 ans !

et là où le droit du sol évitait tout délai à quiconque né en Mauritanie, l’article 18 nouveau glisse un délai de 5 ans pour ceux nés en Mauritanie, ceux qui ont rendu à la Mauritanie des services exceptionnels ou ceux mariés conformément à la Chariaa ( la naturalisation après mariage sans chariaa est impossible or il existe des mauritaniens chrétiens notamment des libanais donc que vient faire la chariaa entre ces derniers épousant des étrangers chrétiens, ou autres gens du livre non musulmans ; ceux-là ne pourront jamais naturaliser leur promise ou promis étranger ).

- Ah ! Nous arrivons à l’article 19, qui est aussi un incroyable coup de vice de cette modification. C’est là où la haine ingrate du français, sans lequel les frontières mauritaniennes seraient autres, la Mauritanie n’existerait pas, ni l’administration, ni l’organisation de l’armée, ni les institutions etc., atteint son paroxysme sans parler du complexe vis-à-vis du hassanya qu’on efface à tout prix alors que c’est la langue que parle la majorité du pays ( maures et haratines ) quand ceux qui parlent arabe sont une minorité.

maatala a dit…

On en veut pour preuve que même le chef de l’état chantre de l’arabité s’exprime à la télé en hassanya et même là, on l’a vu lors de sa fête du trône, il ne peut s’empêcher de glisser un mot ou deux mots en français quand il a du mal à trouver une traduction en hassanya que dire en l’arabe ! Ne parlons pas des ministres qui, de l’avis d’arabisants, ne mystifient en la matière que le chef de l’état !

Ainsi dans ce fameux article 19 nouveau voilà comment on s’attaque au français au hassanya et même au Bambara : Dans l’ancien code, ne pouvait être naturalisé quiconque ne parlait pas couramment : « l’une des langues suivantes : toucouleur, Sarakolé, ouolof, bambara, hassanya, arabe et français ». C’était jadis un article permettant de ne pas créer de difficultés à celles et ceux qui épousent un ou une étrangère ne parlant par exemple que couramment le français ou une chinoise ne parlant couramment que le hassanya, ou une malienne ne parlant couramment que le bambara. C’était compter sans l’administration Aziz qui vint avec son article 19 nouveau pour Mauritanie nouvelle on l’aura compris et là, ceux qui ne parlent couramment que le hassanya, le français ou le bambara ne pourront plus être naturalisés.

Seuls ceux parlant les langues nationales que sont « l’Arabe, le Poular, le Soninké et le wolof ». Apparemment au parlement c’est chacun pour sa pomme, tout le monde n’était donc pas lésé car il n’y avait apparemment personne pour défendre le Bambara, le français ou même le hassanya… Bravo !

- L’article 21 nouveau, ce n’est rien , la majorité ayant été fixée à 18 ans dès l’article 4 nouveau, il va de soi, qu’il fallait bien en finir avec l’article 21 ancien qui disait qu’un mineur ne pouvait demander sa naturalisation qu’à l’âge de 18 ans or la majorité ayant changé l’article 21 nouveau stipule que le mineur ne peut demander sa naturalisation.

- L’article 23 nouveau est une perle car il n’y a aucune modification mais vraiment aucune par rapport à l’article 23 ancien si ce n’est un pluriel pour un singulier au sujet de la possibilité pour un naturalisé d’exercer une fonction ou un mandat électif à moins qu’un décret ne lève ladite incapacité. De l’article 23 ancien au nouveau toute la nouveauté c’est que dans l’ancien les mots « fonction et mandat électif » sont au singulier et ils passent au pluriel dans le nouveau. Un avocat peut alors faire estimer que l’article 23 nouveau permet au naturalisé, même sans décret levant l’incapacité, d’exercer une fonction ou un mandat électif mais pas plusieurs.

- Ah ! Nous y voilà au sujet de l’affaire douteuse de la double nationalité. Nous voilà donc enfin à l’article 31 nouveau. C’est cet article que toute la presse brandit même notre avocat maître Touré du Barreau de Versailles. C’est cet article qui fit dire à Aziz en public qu’il a amélioré l’affaire juridique de la double nationalité car grâce à lui désormais on peut conserver la nationalité mauritanienne sur décret à condition d’en faire la demande quand jadis avant Aziz, quiconque prenait une autre nationalité perdrait d’office sa nationalité mauritanienne sans autre forme de nuances et c’était terminé, point.

maatala a dit…

Relisons cet article d’un journaliste et pas des moindres, un ami qui a déjà reçu plusieurs prix pour son talent, je lui ai même dédié un acrostiche, j’ai nommé K.D, son article a été repris partout à l’époque jusqu’à l’OCVIDH d’où je le retrouve :




-----------------------------------------------------------------------------------




« Double nationalité : Le législateur mauritanien autorise la double nationalité

La loi 61 112 du 2 juin 1961 privait, automatiquement, de sa nationalité, tout mauritanien titulaire par naturalisation d’une nationalité étrangère.

L’assemblée nationale mauritanienne, réuni en plénière vendredi 25 décembre, a abrogé la disposition rendant impossible la double nationalité. L’article 31 (nouveau) dispose : « un mauritanien, même majeur, ayant une nationalité étrangère, peut être autorisé, sur demande à garder la nationalité mauritanienne.»

Cette disposition sera bien accueillie par les milliers de mauritaniens expatriés titulaires, de fait, de la double nationalité.

K.D pour Cridem »

http://www.ocvidh.fr/actualite-1521-double-nationalite-le-legislateur-mauritanien-autorise-la-double-nationalite.html

Pourtant c’est là peut-être la plus grande mystification de cette modification et tout le monde, moi le premier jusqu’à hier, je pensais vraiment qu’il s’agissait là d’une avancée notoire. Hélas, le diable est toujours dans les détails. Je demeure persuadé qu’Aziz croyait vraiment avoir amélioré la chose ; mais y a-t-il de quoi s’en féliciter quand on découvre le tour de passe-passe ou plutôt le coup de vice. Aziz a-t-il pris le temps de lire les 73 articles pour voir en quoi consistaient ces modifications ou a-t-il fait une confiance aveugle à une clique d’incompétents retors qui coupèrent à la hache pour lui présenter à la fin ce fameux article 31 nouveau que tout le monde récite « « un mauritanien, même majeur, ayant une nationalité étrangère, peut être autorisé, sur demande à garder la nationalité mauritanienne.» ?

Eh bien voilà : depuis cette affaire, de la double nationalité, qui a déjà entendu parler de l’article 30 qui n’a pas été modifié ? Seul Maître Touré le survole« La preuve de la nationalité est établie, jusqu'à démonstration contraire, sur production du certificat de nationalité délivré conformément aux dispositions des articles 64 et suivants du code (art.56 in fine du code).

La preuve contraire pourrait éventuellement être rapportée par un binational considéré comme ayant perdu sa nationalité par application de l'article 30 du code, si celui-ci produit l'extrait du décret l'autorisant à garder sa nationalité mauritanienne conformément aux dispositions nouvelles de l'article 31 du code. »

Pourquoi diable maître Touré ni personne ne cite cet article 30 quand lui-même et tous ne citent que l’article 31 soi-disant nouveau ? Pourtant l’article 30 apporte une nuance de taille ; voyons d’abord d’où sort cet article 31 nouveau et qu’a-t-il de nouveau qui permette à K.D et à tous de le citer comme une réussite à mettre au bénéfice de l’administration Aziz ?

En réalité, l’article 31 nouveau est PIRE que l’article 31 ancien car les aziziens ont fait un tour de passe-passe d’une fourberie remarquable. Ils n’ont fait que changer deux termes et soudain ce qui était automatique dans l’ancien devient une faveur de décret dans le nouveau ! Pour ce faire, ils ont remplacé « même mineur »par « même majeur » et surtout juste « perdre » par « garder » ! Incroyable : tout le monde n’y a vu que du feu. Ainsi dans l’ancien article 31 « un mauritanien, même mineur, peut être autorisé sur SA demande à PERDRE la nationalité mauritanienne, cette autorisation est accordée par décret » : cela devient dans l’article 31 nouveau « un mauritanien, même majeur, peut être autorisé à GARDER… » .

maatala a dit…

Dans l’ancien code, sans Sa demande expresse, le mauritanien ne perd rien, dans l’article nouveau le fait de devoir demander pour garder crée une perte d’office. C’est un coup d’Etat juridique ou un mouvement de rectification c’est selon. C’est ce procédé que certaines nations utilisent pour priver certains fils d’immigrés de leur nationalité en estimant que s’ils ne se manifestent pas l’année de leur majorité pour dire qu’ils veulent garder leur nationalité, ils la perdent d’office.

C’est le même principe que combattent ceux qui se battent pour le don d’organe en voulant créer le principe d’accord présumé ; ainsi si vous ne voulez pas donner vos organes, il faut le dire alors qu’aujourd’hui c’est l’inverse, il faut s’inscrire sinon on estime que vous ne voulez pas. Aziz n’a rien apporté de nouveau bien au contraire…

C’est là qu’intervient, diront-ils, l’article 30 non modifié dont presque personne ne parle car censé être tempéré par l’article 31 mais cela ne change rien, nous venons de montrer le tour de passe-passe qui fit passer le pire pour le meilleur. La meilleure c’est qu’en permettant de jouer à déchoir un mauritanien de sa nationalité et le réintégrer par décret sans qu’il n’ait subi une condamnation, le pouvoir se met hors la loi ! Car l’article 28 qui n’a pas été modifié stipule :

« Ne peut être réintégré l’individu qui a été déchu de sa nationalité mauritanienne à moins que, dans le cas où la déchéance a été motivée par une condamnation, il n’est obtenu la réhabilitation judiciaire ».

L’aberration d’une telle situation vient de ce que le code nouveau a tranché à la hache en changeant un terme ici et là sans se soucier de l’équilibre précaire de l’édifice. Ainsi dans l’ancien code très nuancé, déchoir quelqu’un de sa nationalité est un événement exceptionnel, de là que toute réhabilitation devient impossible sauf en cas d’erreur judiciaire ayant motivée ladite déchéance ; de là que l’article 31 ancien parle de « Perdre » par décret quand le nouveau le transforme en « garder » par décret , se flattant ainsi de pouvoir réintégrer en oubliant de modifier l’article 28 qui interdit pareil droit sauf dans un cas précis qui n’a rien à voir avec la déchéance suite à l’acquisition d’une nationalité étrangère.

- De là notre article 30 qui vient avant le fameux article 31 qui tout le monde ânonne. Pourquoi n’a-t-il pas été modifié :

« L’article 30 : perd la nationalité mauritanienne, le mauritanien majeur qui acquiert volontairement une nationalité étrangère ». C’est tout de même autre chose : d’abord deux mots, car en droit même une lettre peut créer un cas particulier, « majeur » et « volontairement ».

Rien que ces deux mots font qu’un mineur peut avoir la double nationalité et même majeur la garder s’il a acquis la nationalité involontairement ! Quels sont les cas involontaires, ils sont légion. D’abord tous les métis car ils sont nés métis et si un de leurs parents est français par exemple ils sont français de droit à la naissance et on ne peut pas dire qu’ils sont nés volontairement métis !

De même tous ceux qui même sans être métis ont droit d’office à une autre nationalité comme c’était le cas en Mauritanie où jusqu’à la modification l’étrangère qui épouse un mauritanien devenait mauritanienne dès le mariage. D’autres pays le permettent.

maatala a dit…

Ainsi vu que cet article 30 n’a pas été modifié, sans la pagaille de l’article 31 nouveau d’Aziz, les métis auraient droit d’office à la double nationalité ainsi que tous ceux qui ont acquis une autre nationalité involontairement par effet collatéral.

Quant à Aziz et son article 31 nouveau, voyez toute l’entourloupe, pas de quoi être fier…

- Nous arrivons à la fin des articles modifiés, l’article 33 nouveau n’apporte aucune nouveauté par rapport à l’ancien sinon qu’il fait passer de 10 à 20 ans le délai à partir de l’acquisition de la nationalité mauritanienne par un individu après lequel il peut en être déchue. Crimes entraînant une peine supérieure à 5 ans et autres crimes et délits contre la sûreté de l’Etat ou actes avec des puissances étrangères préjudiciables aux intérêts de la Mauritanie.

- L’article 37 nouveau enfonce le clou quant à la soi-disant manœuvre positive face à double nationalité, la preuve là encore le nouveau législateur n’a fait en la matière que remplacer au sujet du décret « Perdre » par « Garder » car il s’agit de l’article stipulant que les décrets en question seront publiés dans le journal officiel.

- l’article 58 nouveau fait partie de la série inhumaine, il ont retiré les mots filiation et surtout adoption pour ne garder que « naissance et mariage » ce qui donne « la naissance et le mariage ne produisent effet en matière de nationalité que s’ils sont établis par acte d’état civil » mais ils ont là encore supprimé toute trace du droit du sol, l’article 9 ayant été abrogé, en retirant cette ligne « toutefois, est présumé remplir la double condition de naissance prévue par l’article 9-1 celui qui a sa résidence habituelle en Mauritanie et qui jouit de façon constante de la possession de l’état de mauritanien »

- Ensuite vient le reste pour peaufiner, l’article 16 modifié ne permettant plus à la femme qui épouse un mauritanien de devenir mauritanienne dès le mariage, l’article 2 de la nouvelle loi abroge le chapitre du titre en question et le remplace par la chapitre suivant.

maatala a dit…

- Enfin l’article 3 de cette nouvelle loi abroge les « dispositions transitoires » de l’ancien code, on comprendra pourquoi : il s’agit des articles de 67 à 73.

1- Les articles 67 et 68 ne sont plus d’actualité, ils devaient être abrogés, de toute façon ils étaient déjà caduques à cause des délais impartis.

2- Là où cela devient intéressant, on imagine pourquoi, c’est ceci : parmi toutes les dispositions transitoires abrogées, se perd l’article 70 dans lequel les parents de mauritaniens décédés avant la promulgation de la loi de 1961 étaient réputés avoir eu la nationalité mauritanienne mais comme le droit du sol a été aboli en abrogeant l’article 9 remplacé par rien, voici un cas particulier qui fait que les enfants de ces gens-là ne peuvent plus juridiquement estimer que leurs parents sont mauritaniens ce qui implique les difficultés à prétendre soi-même à la nationalité mauritanienne vu la tournure de l’enrôlement actuel.

Avoir retiré cet article en tranchant à la hache, c’est gravissime et on s’étonne que personne n’en parle. Quelqu’un a-t-il lu le code la nationalité au parlement ? Cet article 70 disparu mérite d’être intégralement cité « pour l’application de l’article 8 (voir plus haut) de la présente loi, sont réputés avoir eu la nationalité mauritanienne, les ascendants directs au premier degré décédés à la date de promulgation de la présente loi, qui remplissaient de leur vivant les conditions prévues par l’article 9. »

3- De même, l’article 71 perdu permettait à une étrangère ayant épousé un mauritanien de conserver sa nationalité d’origine et de décliner la nationalité mauritanienne qu’elle avait d’office au mariage selon l’ancienne loi, pendant la première année.

4- Enfin, l’Article 72 perdu permettait à une mauritanienne ayant épousé un étranger de répudier sa nationalité mauritanienne ; on en revient on fameux décret pour « perdre » sa nationalité, transformé par Aziz en décret pour « garder ». A première vue comme lorsqu’on regarde le soleil on pense que c’est lui qui bouge, ainsi le décret pour « garder » au lieu de « perdre » semble faire bouger le droit à la double nationalité dans le bon sens or c’est le contraire : on perd un lever de soleil prometteur pour un coucher de soleil sans lendemain…

Voilà tout est dit !

Moralité : tout ce pavé n’a aucun sens dans un pays comme le nôtre car la loi respectée par tous ou censée l’être par tous n’est pas la loi républicaine importée de chez les français, du moins cette loi n’est pas la loi absolue ; il existe au-dessus d’elle une loi incarnée par un homme qui fait la loi et peut même faire sa loi ; cet homme comme le prochain à sa place est l’incarnation et l’émanation de cette loi suprême ; la loi de l’arbitraire permettant à la volonté d’Aziz d’avoir force de loi, c’est le cas de le dire. Tout n’est pas perdu, à défaut d’avoir un droit, il faudra espérer une faveur…

Vlane.a.o.s.a

Bebe BA a dit…

bebe ba a laissé un nouveau commentaire sur le message "Le Mécano et son gouvernement":

L'histoire est entrain de s'écrire, j'ai les larmes aux yeux vous voir réunis et protester pour défendre la cause noble l'injustice, l'inégalité, le racisme d'Etat beydans sous toute ses angles, le recensement discriminatoire j'en pleurs parceque je suis absent Courage courage on y est arrivé !!!!
-----------------------------------------------------------------------
j'espere que vous comprenez que ce commentaire n'est pas de moi!!!

Anonyme a dit…

Maatala,

Ouvre canalh. Pas besoin de restreindre les autres qui ne veulent pas de noms ano. Tu es entrain de te faire niquer par vlane. C'est une taupe d'Aziz.

vlane: c'est toi donc lakhbar tebgue vidar.

flamiste a dit…

Encore une autre trouvaille du régime ethnofasciste de Nouakchott, selon les renseignements de l´appareil répresif de Nouakchott, le mouvement TOUCHE PAS A MA NATIONALITÉ serait à la solde du MOSSAD si l´on en croit au site Taqadoumy; des accusations fantaisistes qui nous rappelent curieusement les années de braise sous Colonel Ould Taya le maître à penser et ex-patron du Général-président qui traitaient les prisonniers Flamistes de "sales juifs" et ils nous disaient "comme avec les juifs sous le nazisme on va nettoyer la Mauritanie de ses sales nègres" et vous connaissez la suite: arrestations, viols, déportations et génocide mais la lutte continue de plus belle et avec détermination juska la victoire, le regne de beydans et bientot terminé pour l'éternite.
les beydans on va vous jetes dan l'atlantique, bands de raciste tous paraille sur le canalh comme en mauritanie minable beydan raciste.
flamiste qui deteste les thiapatou

Anonyme a dit…

Yoo alla mawniin denntal men amiin

Anonyme a dit…

J'ai ecoute' l'interview du President Mohamed Ould Abdel Aziz. J'etais content des explications qu'il a donne'es mais je conseillerais toujours a' ce qu'il aille un peu plus loin en donnant des instructions pourqu'on recense toutes celles et tous ceux qui se declarent Mauritaniennes et Mauritaniens. Les etrangers aussi doivent etre recense's pourqu'on sache leur nombre, leurs ethnies respectives, les travaux qu'ils exercent et leurs pays d'origine. Toutes ces informations sont importantes pour l'elaboration des plans de developpement en Mauritanie.

Si les agents recenseurs doutent de certaines informations qu'on leur donne, ils ne doivent pas arreter l'operation pour demander des documents. Ils doivent finir toutes les questions et ecrire toutes les reponses. Leurs doutes peuvent etre retransmis a' une unite' de la police, de la gendarmerie, de la grade ou aux notables de la ville et/ou du village pour confimer ou infirmer les reponses donne'es par la personne recense'e.

Il faut eviter la fuite en avant. Le fait de reculer dans ce cas precis, ne signifie pas qu'on a peur mais qu'on est sage!

Que le tout puissant Allah protege le vaillant peuple Mauritanien!


Seydou Coulibaly
Philadelphia, Pennsylvania
USA

BIDHANI FACHO a dit…

reponse a c caffard de flamiste:
---------------------------------

le peuple maure doit se preparer pour arreter ces singes de negro à leur limite car apparement le gouvernement et meme l'etat n'est pas à la hauteur du defis car ces etrangers senegalais racistes et xenophobes veulent avoir notre nationalité a tout pris pour avoir une majorité absolue et imposer une africanisation de la mauritanie et mettre a l'eau tous les acquis de 1989 car depuis cette date ces primates negro ont eu une belle correction qui a permis d'avoir la paix depuis lors mais avec l'arrivéé de aziz ils ont eu trop et trop c'est trop a commencer par souidioca qui aregreté a rosso pour terminer avec la priere de aziz sur les ames des imbeciles genre ten youssouf gueye allah la yarham tekitou
la mauritanie doit fermer ses frontieres avec le senegal et imposer un visa a ses citoyens qui sont soit des voleurs,des drogués ou des prostitués
le pays doit expulse au diable ces caffard, vous allez voire bandes de sous hommes.

on va nettoyes le blad de toute les tache négre, pour les cent mille ans avenire inchalla.

BIDHANI FACHO

Anonyme a dit…

Bonjour Maatala,

Ne lache pas ton initiative: chaque commentateur doit avoir un nom/pseudo. Autrement ce blog aura des problemes. Bebe Ba et moi sommes victimes. Probablement les Mouhamed/Tiris/KBG qui font du hacker en herbe.

A-

Anonyme a dit…

Humeur.
Je suis écoeuré par ces enurguménes qui inondent le net de leurs mensonges en taxant les maures de racistes et d’esclavagistes,la mauritanie d’apartheid et l’Etat de « beydane ».
Ces individus ,soit ignorent la réalité de la mauritanie,soit sont des malhonnêtes intellectuels,soit les deux à la fois car en réalité ce sont plus de 90% des maures qui vivent dans la misère,n’ont jamais pratiqué l’esclavage et sont victimes comme leurs compatriotes des autres ethnies de l’injustice et de l’incurie de l’Etat.
Traiter les maures des kebbas,des banlieues,des villages et des campements de racistes et de favorisés par rapport à leurs compatriotes des autres ethnies est tout simplement injuste et criminel.
Il est vrai que les hauts fonctionnaires (maures ou negro-mauritaniens) ont depuis 1960 à nos jours favorisé leurs parents et cousins et tous ceux qui n’ont pas de parents bien placés dans l’administration sont restés privés de leurs droits (recrutements,bourses,marchés publics,etc) au profit de ceux qui ont les « bras longs ».C’est pourquoi il existe aujourd’hui plusieurs tribus qui n’ont jamais ou très peu profité des prébendes de l’Etat du fait de la quasi absence de hauts fonctionnaires issus de ces tribus au sein de l’administration. En cela l’Etat ou l’administration peuvent être traités de tribalistes ou népotistes mais pas de « beydanes »,comme se plaisent à le repeter les menteurs du net.
Il résulte de ce qui précède que les allégations d’apartheid,d’Etat « beydane »,de maures racistes et esclavagistes sont infondées et ces faits n’existent que dans les petites têtes des extrémistes travaillant le plus souvent à gages et qui n’ont d’autres objectifs que de créer les conditions favorables à la guerre civile dans notre pays et de ternir l’image de ce dernier à l’étranger.
A+

Anonyme a dit…

BIDHANI FACHO
Tu ne trompes personne;tu n'es pas bidhani et c'est à voir même si tu es mauritnanien!c'est une technique bien connu chez les lâches du net pour jeter l'huile sur le feu,mais saches que les communautés mauritaniennes ne te lisent pas et qu'elles n'ont rien à faire de tes cochonneries...

Anonyme a dit…

Salam

A+ a dit:

"il existe aujourd’hui plusieurs tribus qui n’ont jamais ou très peu profité des prébendes de l’Etat du fait de la quasi absence de hauts fonctionnaires issus de ces tribus au sein de l’administration."

----------------------------

En effet, mais :

Ce qui est anormale, c'est que ces laissés pour compte ne militent pas avec ceux qui luttent contre l'exclusion et l'injustice.

Ces exclus défileront avec ceux qui manifestent contre Israel, mais pas avec ceux qui luttent contre l'esclavagisme et le recensement de la honte.

Il non pas une conscience de classe dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Mali-Maroc-Qaïda-Europe-défense : Aqmi cherche à tout prix à s'implanter au Maroc



24/09/2011 Commentaires [ 9 ] E-mail Imprimer








(AFP) - Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) "cherche par tous les moyens" à s'implanter au Maroc pour atteindre "plus facilement" l'Europe, indique une note d'analyse des services de sécurité du Mali que l'AFP a pu consulter vendredi.


"Aqmi cherche par tous les moyens à s'incruster au Maroc pour déstabiliser ce pays, mais aussi pour atteindre plus facilement l'Europe", plus particulièrement "des pays comme la France et l'Espagne", souligne cette note.
"Le Maroc a jusque là fait barrage à l'installation d'Aqmi sur son territoire. Mais les islamistes armés sont décidés à s'installer dans le royaume, pour le déstabiliser, et en faire une base arrière pour attaquer l'Europe", ajoute-t-elle.


La "seule manière" de contrecarrer le plan des terroristes, est non seulement de renforcer la lutte entre pays riverains, mais en y incluant le Maroc qui a une expérience avérée dans le domaine de la lutte contre le terrorisme", affirme le texte.


Les services maliens estiment que, "de par sa position, le Mali doit également développer sa coopération avec des pays comme le Niger, le Nigeria, et le Tchad, et ne pas laisser l'exclusivité de la lutte à l'Algérie".
"Les liens entre Boko Haram du Nigeria et Aqmi doivent amener le gouvernement malien à diversifier ses relations, ses méthodes de lutte", notent-ils.


Membre de la secte islamiste nigériane Boko Haram, Mamman Nur, cerveau présumé de l'attentat contre l'ONU à Abuja le 26 août (au moins 23 morts), a des liens avec Al-Qaïda, avait affirmé fin août la police secrète du Nigeria. Il était récemment revenu de Somalie.


La Mauritanie, le Mali et le Niger sont parmi les pays les plus touchés par les activités d'Aqmi, de même que l'Algérie où cette organisation a ses racines. De ses bases dans le nord du Mali, elle organise des attentats et des enlèvements - essentiellement d'Occidentaux - ainsi que divers trafics.

Anonyme a dit…

A+

You make too much sense! Pour les esprits tordus, etre un Maure est en lui meme un crime! QUE FAIRE QUAND LA HAINE NE PERMET PLUS DE VOIR? Les differentes techniques utilise'es sur le net pour faire dire aux Maures ce qu'ils n'ont pas dit et pour les diaboliser, sont bien connues. L'essentiel est de savoir comment et quand repondre aux uns et aux autres. N'oubliez surtout pas que certains ecrits ne meritent pas de reponse!

Anonyme a dit…

En effet Maatala. Les maures, toutes tribus confondues, sont accusées de racisme et autres maux et là A+ a raison. Vous êtes tous les 2 honn6etes.

Aussi, durant le putsh les negro-mauritaniens se sont presque tous alignés tout de suite derrière les putshistes en considérant la lutte pour le pouvoir une affaire bidhano-bidhane et leurs leaders ont perdu leur credibilité dans cette affaire. Cas de Sarr et de Kane qui ont tout fait pour enteriner le putsh et s'associer avec les flingueurs des negro-mauritaniens, avec lesquels ils nous ont bassiné les oreilles pendant des années.

Maintenant, les bidhanes ne semblent pas interessés par le recencement et il est très facile de les tourner contre les negro-mauritaniens quant ça pête quelque part. Comment amener les 2 communautés à se parler et construire la confiance entre eux pour preserver ce pays.

Au rythme ou vont les choses (les troubles a Kaedi), il n'est pas impossible si Wade ou les généraux algériens le veulent d'appuyer un mouvement de liberation au sud. C'est cela qui fait peur et je ne vois pas de probleme si 10% de la population s'insere comme mauritanienne (maliens, senegalais, gsambiens, etcc).

Sur un autre point, Birame a deconné avec son discours à Dublin (voir sur Tahalil Hebdo) et je l'abandonne.

A+: hereux de savoir que tu lis canalh et tu es bien portant. Cpt Ndb, copiarpegar, général vlad, bilkiss (inchalah divorcée de son islamiste), Mestour, fils du bled, yanis, rimo, bint leksar (espère qu'elle va à la mosquée moins) nous manquent. Qu'est-ce qui se passe les filles? Vous avez été nommés ou kwa comme x ould y?

KBG:ça roule?
Couli: howdy! Without you and Maatala we are irrelevant in this world. Missing your attacks.

A-

Anonyme a dit…

Nos cousins du nord Mali. Espèrent qu'ils ont compris qu'aider AQMI à attaquer la RIM ne paie plus. Pour ça, je soutiens Aziz à 200%. Mais il faut qu'il arrête la deconne avec ce recensement.

A-

http://www.maliweb.net/category.php?NID=81055

Anonyme a dit…

Lu pour azzizzo, AOD et Messaoud. A-

===
http://www.maliweb.net/category.php?NID=80819&intr=

Anonyme a dit…

Pas suffisant, petit connard.
==
Opération d’enrôlement : le Premier ministre a accepté la révision de la commission nationale


Le premier ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf a accepté la révision de la commission nationale chargée des opérations d’enrôlement en cours en Mauritanie. C’est ce qui ressort d’un communiqué de l’AJD/MR rendu public le 24 septembre.

Dans ce communiqué publié en réaction aux heurts entre forces de l’ordre et manifestants à Kaédi, il est écrit : « L’AJD/MR rappelle aux autorités son insistance pour la suspension de l’opération d’enrôlement des populations et la révision de la commission nationale chargée de ce dossier déjà acceptée par le chef du gouvernement mais qui n’a pas encore connu un début d’exécution.»

Cette demande de révision de la commission chargée des opérations d’enrôlement émane des partis de la majorité, nous a précisé Sarr Ibrahima, président de l’AJD/MR. Les opérations de recensement sont à l’origine de manifestations de jeunes négro-africains qui les jugent discriminatoires.



Ils estiment aussi que la Commission nationale chargée de la supervision de ces opérations, n’est pas représentatives des différentes communautés de la Mauritanie.

Khalilou Diagana
Pour Cridem

Anonyme a dit…

Je déclare ma solidarité entière avec la brave jeunesse de Kaédi pour sa contestation légitime de recensement ridicule actuel.

A quand Akjoujt,Atar,Nouadhibou,Nouakchott, Guerou,Kiffa,Aioun,Selibaby,Tamchekett,Rosso,Aleg,Tintane,Timbedra,Nema?

Znagui

Anonyme a dit…

Qu'a dit Naha dans Wikileaks?

Anonyme a dit…

Ce qu'a dit Naha dans wikileaks? Que les généraux algériens tripatouillent AQMI, de long et en large.

Anonyme a dit…

Ce qu'a dit Naha. Merci Couli de traduire.

http://www.wikileaks.ch/cable/2009/12/09NOUAKCHOTT818.html

-A- a dit…

elhamdoulilah.
cette fois ci, il faut nettoyes le pays de tous les caffard négre sans exception.
il faut les éradiquer, pour tjrs.
aziz il faut finir le boulot de ma3awiye,extermine ces caffard, dans le desert.
wil hadi sois sans pitie avec les caffard.

bidhani qui deteste les sous hommes(négre).

Anonyme a dit…

Ano du 27.09-11.28
Tu n'es pas bidhani!Tu es juste un con qui prends les autres pour des cons en pensant qu'il vont croire qu'il existe des mauritaniens comme toi...Il n'ya que les malades mentaux et les cons qui pensent comme toi...
aujourd'hui tu te prends pour bidhini pour insulter gratuitement les negromauritaniens;demain tu te prendras pour un negromauritanien pour jeter ta haine sur les maures...

A+

Anonyme a dit…

A+,

C'est le style de KBG.

Anonyme a dit…

Salam

Lu sur Avom


Où sont les frères arabo-berbères ? par Oumar Diagne


Où sont les Omar Ould Dedde, les Beddy Ould Ibnou, les Ould Yessa, etc.? C’est avec consternation que nous constatons l’attitude des militants arabo-berbères à Paris. A différentes occasions, ils se sont mobilisés aux côtés des Noirs de Mauritanie pour défendre la démocratie, les droits de l’Homme ou des maures victimes d’injustice. Comment expliquer leur absence face à la question d’un recensement qui vise à exclure les Négro-mauritaniens ?

Ce constat est, à nos yeux, grave. Il nous donne le sentiment qu’il n’y a pas une réelle volonté de la part de nos compatriotes arabo-berbères de défendre la Justice pour tous. C’est comme si, pour eux, la notion de justice ne s’appliquait point aux Négro- mauritaniens et aux Harratine.

Aujourd’hui, nous avons la preuve de l'inexistence d’une conscience trans-ethnique, du mépris du Maure à l’égard du Noir, de la lâcheté des lettrés mauritaniens, particulièrement, dans ce cas, des lettrés maures. Il s’agit d’un vrai sujet sur lequel, il faudrait se pencher. Nous avons la confirmation que le Mauritanien, d’une manière générale, n’a pas intégré la notion de justice et d’égalité des Hommes.

Nous pensons que l’on ne peut guère envisager de construire ainsi une Mauritanie d’avenir.

Dans nos articles précédents, nous avons souvent parlé de l’absence d’une élite en Mauritanie. En ce qui concerne, les Arabo- berbères, nous croyons qu’il y a un consensus, au moins inconscient, qui vise à réduire le Noir à moins que rien. Cette attitude n’encourage pas à dépasser les frontières des appartenances.

Les nations démocratiques se sont construites grâce à l’adhésion des individus à des valeurs au-delà de leur particularisme. Il est peut-être temps que Maures et Noirs, dépassent leur cadre étroit pour combattre toute forme d’injustice. C’est la condition pour la construction d’une Mauritanie moderne, démocratique et égalitaire. Si l’on continue la politique actuelle, il surgira, un jour ou l’autre, un conflit ethnique qui risque d’être sanglant. Le ras de bol commence à se faire sentir dans la communauté noire. Les extrêmes et la haine s’expriment de plus en plus. Il est temps d’agir avant que le chaos n’émerge.

Anonyme a dit…

La politique d’exclusion des Noirs depuis 1960 et avant pèse sur les consciences noires et répand des aigreurs. Les manifestations actuelles en Mauritanie témoignent de l'agacement des Négro-mauritaniens. Ils marquent aussi un progrès : les dominés commencent à se prendre en charge au risque de leur vie. Cela est important car aucun peuple ne peut se libérer que par lui-même. Il faudra surtout éviter la récupération politique. Car certains mouvements, se réclamant détenteurs de la seule vérité, ont toujours empêché l’unité.

Ce mouvement naissant doit se perpétuer. Il est impératif qu’il s’organise, organise les masses et s’inscrive dans la durée pour faire pression sur le pouvoir. Il serait illusoire qu'il se contente de petites concessions. Il est nécessaire qu'il se poursuive jusqu'à ce que la question noire soit définitivement réglée, car il est certain que l’objectif des Maures est de maintenir leur domination. La seule façon d’y mettre fin, c’est la lutte permanente. Aucun dominant ne lâche prise par conscience. Il y est contraint par un rapport de force.

Le pouvoir maure est déterminé à arriver à ses fins. Il faut comprendre qu’il ne les atteindrait que grâce à la lâcheté des Noirs. Le mouvement « Ne touche pas à ma nationalité" doit impérativement aller le plus loin possible. Il doit être fédérateur, en dehors de toute idéologie. Il doit avoir comme ciment la reconnaissance des droits des Noirs.

Il faudra aussi qu’il évite d’être exclusif, tout en bannissant la récupération. Il est utile aussi qu’il entre en contact avec la diaspora qui lutte. La cause harratine et toute autre cause injuste doit concerner les Négro-mauritaniens. Les Harratine sont des victimes comme eux. Une certaine maturité est indispensable, et il devra accepter le soutien de Harratine sincères. L’une des grandes erreurs des Négro-mauritaniens est de ne pas avoir soutenu la cause harratine. Cela s’explique par l’esprit féodal qui traverse la société négro-mauritanienne.

On peut comprendre qu’un mouvement soit spécialisé mais il doit s’ouvrir à d’autres personnes victimes d’injustice.

Anonyme a dit…

Enfin, il faudra veiller à la corruption du mouvement ou des leaders.

Nous devons prendre comme exemple Aimé Césaire qui était un « brasseur de souffrances et prenait sur lui tout ce sang, il s'affirme fondamentalement solidaire de tous les peuples piétinés " Il disait, « moi je parle de sociétés vidées d'elles-mêmes, de cultures piétinées, d'institutions niées, de terres confisquées, de religions assassinées, de magnificences artistiques anéanties ". Autant de paroles qui se conjuguent avec l’ébranlement d'un vaste mouvement émancipateur des peuples humiliés à la recherche d'un nom pour leur patrie comme le prophétisait son contemporain Jean Amrouche. »1

Ces remarquables mots de ce grand Nègre sont touchants et édifiants: « Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir […] il n’y a pas dans le monde un pauvre type lynché, un pauvre homme torturé en qui je ne sois assassiné et humilié. »
Une grande lucidité et un courage s’imposent aux Noirs afin qu’ils trouvent leur place et leur dignité en Mauritanie. Il est indispensable d’éviter une politisation idéologique et sectaire du mouvement car sur le long terme, il le rendrait stérile. Ce qui doit rassembler c’est la lutte contre les injustices.

Je laisse, ceux qui prendront le temps de lire ce texte, méditer sur les paroles de ce géant noir qu’est Martin Luther King :

« J'ai un rêve qu'un jour, sur les collines de terre rouge de la Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d'esclaves pourront s'asseoir ensemble à la table de la fraternité.
J'ai un rêve qu'un jour même l'Etat de Mississippi, un désert étouffant d'injustice et d'oppression, sera transformé en un oasis de liberté et de justice. »

La lutte doit continuer sans mépris de l’autre, animée par un esprit de justice et dans l’unité.

1 A.K, Ainsi parlait Césaire, in
http://wwwjohablogspotcom kaouah.blogspot.com/2011/04/ainsi-parlait-cesaire


Oumar Diagne
Ecrivain

Anonyme a dit…

Salam


Blagues à part… : «Je ne négocie point mon droit à la nationalité m… ».



Assis sous un arbre devant sa demeure familiale, Thahirou est dans tous ses états et a du mal à contenir sa colère noire contre l’Etat mauritanien. En effet, il sue abondamment et est devenu tout rouge comme une tomate.

«Si je ne suis plus Mauritanien, vais-je partir dans quel pays à mon âge-là?», s’interroge-t-il sans cesse. Dans une réponse du berger à la bergère, son grand-frère, qui vient de se faire enrôler sans problèmes, a laissé entendre: «Petit frère, tout est ta faute, parce que si tu avais lancé un cri des morts entre les mains de la sage-femme maure juste après ta naissance…., tu ne serais certainement pas dans cette situation de merde aujourd’hui. Car, elle aurait pu se rappeler de ton geste pas trop catholique dans un pays musulman et témoigné en ta faveur que tu es bel et bien un national mauritanien».

Et le petit frère de couper court en ces termes : «Je comprends ce que tu es en train de me dire, mais je ne négocie point mon droit à la nationalité mauritanienne. Et je n’ai besoin de personne pour prouver que je suis Mauritanien. Si c’est vrai que les étrangers sont devenus des Mauritaniens, à qui la faute ?Ne serait-il pas mieux pas d’aller fouiller dans les casiers des agents de l’Etat civil ? Ce sont eux qui vendent à vil prix les pièces d’état civil mauritaniennes aux étrangers, non».




Des questions qui méritent des réponses venant des tenants du pouvoir et pourquoi pas des hommes et des femmes qui ont travaillé ou qui continuent à travailler dans les locaux des services de l’Etat-civil mauritanien. Quant à Thahirou du moins Thahirou Ould, d’ailleurs pour dire étranger, il tient, pourtant, entre ses mains un trésor incommensurable attestant sa «mauritanité», le carnet de santé de sa défunte maman. Un carnet qui a été établi depuis 1969 et numérote 69 38/C et qui est dénommée «Protection maternelle et infantile».

Dans ledit carnet de santé, il est clairement écrit noir sur blanc que Thahirou ….est né le 24 février 196… au Centre pilote de protection infantile et d’éducation maternelle de Nouakchott. Ce, malgré toutes ces pièces, le bonhomme, âgé de 42 ans, a du mal à se faire enrôler pour motif qu’il n’a pas le certificat de décès de sa mère.

S’il n’est pas allé prendre ce «maudit» papier, c’est parce que le pauvre est toujours sous le choc depuis la brusque disparition de sa mère aimée et craint que ses larmes qui coulent à flots n’effacent les écritures du papier des Blancs.

Camara Mamady

Anonyme a dit…

Salam


Kaédi : Aziz a encore trouvé le parfait bouc émissaire !



Mardi 27 Septembre 2011 - 02:55
























Ainsi le directeur de la sûreté a été limogé, faut-il s’en satisfaire ? Ceux qui ont reçu les coups, certainement. Mais nous autres, loin des faits, qui ne disposons que des dépêches de presse, on ne peut se satisfaire de pareil feu de diversion connaissant la manie du pouvoir à trouver des boucs émissaires par pur cynisme !






Les exemples sont légion depuis la rectification : On se souvient du procureur qui a été limogé pour avoir fermé Taqadoumy, Aziz était alors en campagne, il a fini ensuite par enfermer le webmaster de Taqadoumy pour le garder en prison après qu’il eût purgé sa peine. On se souvient alors d’Aziz assurant, à ce propos, qu’il n’était au courant de rien car c’est une affaire qui regarde la justice ; déjà il commençait à s’exercer à la langue de bois doublée de mauvaise foi, le tout avec un piètre succès car Aziz apparemment est trop franc pour parler comme un politicard, mais il apprend vite. On se souvient du lamentable coup d’état aux impôts par lequel le directeur général a été limogé pour avoir réclamé des impôts aux intouchables. On se souvient du général limogé suite à la prise d’otages des espagnols avant qu’il ne soit amadoué.

On se souviendra enfin du directeur de la sûreté de Kaédi limogé alors que le problème c’est l’arrogance et le mépris du pouvoir face à un problème d’enrôlement dénoncé par toutes les forces vives du pays sauf l’aile courtisane de la majorité présidentielle. A chaque fois, un homme a payé pour une erreur politique, économique ou sécuritaire du système au pouvoir.

En ce qui concerne Kaédi, que doit-on comprendre ? Le directeur de la sûreté a-t-il été trop cool ? N’a-t-il pas maté la révolte comme il faut dans l’œuf ? On se pose des questions car ce qui s’est passé là-bas n’est pas clair du tout. Bien sûr il y a eu la violence de la police, ce n’est pas une nouveauté en la matière mais il a été aussi question de policiers blessés, de bâtiment administratif incendié, de pillage ; à cela s’est ajouté, à ce que nous avons tous lu, un souci de dialogue de la police. Nous avons lu cela sous des plumes originaires de Kaédi…

Anonyme a dit…

Encore une fois, comme avec les salafistes qui ont été graciés et qui ont reçu chacun 3 millions pendant qu’un soldat blessé au front n’a lui rien reçu, le pouvoir en limogeant le directeur de la sûreté donne raison à la loi de la force. C’est très dangereux mais le message est passé. Il faudra assumer le jour où il y aura un accident mortel pendant ces manifestations où seule la violence semble entendue.

Pourquoi le pouvoir fait-il la sourde oreille face à ce problème d’enrôlement dénoncé par tout le monde sauf quelques nationalistes égarés qui pensent qu’Aziz compense ainsi son manque de nationalisme qu’ils lui reprochent toujours. Nous avons lu le code de la nationalité modifié et nous avons prouvé qu’il s’agit là d’une ânerie écrite par des incompétents qui ont un problème sérieux avec l’unité nationale et les enfants des autres. Pourquoi Aziz n’ordonne-t-il pas qu’on lui fasse signer un article qui dise tout simplement « est mauritanien, né à l’étranger ou pas, tout enfant de parents mauritaniens ou d’un, des parents, mauritanien » ? Qu’attend Aziz pour mettre cet article dans son code de la nationalité truffé d'inepties juridiques ?

cliquez ici

C’est là où le bât blesse ! Au lieu de ça, on nous présente une révision du code de la nationalité soi-disant moderne alors qu’il s’agit d’une nullité juridique, pleine d’aberrations à base du seul souci de créer des difficultés aux mauritaniens qui n’ont aucun piston.

On dirait que le pouvoir ne cherche qu’à diviser éternellement les mauritaniens pour nous éviter de penser ensemble aux affaires qui tuent ce pays ! La convention chinoise du crime économique, le bradage de nos ressources or et autres pour ne citer que les dernières en date. Tout cela est lamentable. Messieurs du pouvoir, vivez, servez-vous mais laissez mauritaniens nos enfants, c’est tout ce que nous vous demandons ! Est-ce trop demander ? Eh bien, si vous êtes si nuls au point de ne pas savoir, sans le martyriser, profiter d’un peuple pacifique qui depuis plus de 30 ans a abandonné ce pays à vos profits égoïstes, souffrez alors qu’on en appelle à Dieu pour donner à chaque père la force et le courage de défendre l’identité de son fils quel qu’en soit le prix !

A.O.S.A

maatala a dit…

Salam

Chers amis

Une rumeur inquiétante parcoure en ce moment la Diaspora............

On parle de machettes, de haches...de représailles.....

Il est de notre devoir de dire à nos frères négros que malgré la légitimité de leur revendication, ils ne doivent en aucun cas s'en prendre en guise de représaille à leurs frères maures.

Ne tombez pas dans le piège tendu par des "nationalistes égarés" comme à dit Vlane.

Anonyme a dit…

Ken
A ceux qui crient gare: les termes "négros", "beydanes"...sont des machettes immatérielles. On peut s'exprimer sur tout , autrement...

Anonyme a dit…


Messieurs les modérateurs du blog, notamment Matalla

Canalh est devenu puant. Il se résume maintenant à une série d'insultes, d'appel à la haine et à la violence, de racisme, etc..
Je vous demande de le modérer ou le fermer.
Les règles d'usage de blogger sont claires.
Le cas échéant, j’entamerai personnellement la procédure de fermeture de canalh.blogspot.com, sans avertir, et dans les limites de 48 heures à venir.
MMS

maatala a dit…

salam

Cher MMS

Fermer le blog, c'est le but de notre parasite.

Imposer l'utilisation d'un compte google pour éviter toute confusion, Couly criera à la censure.

Google ente vem dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

les amis

Jusqu'à nouvel ordre , le couvre feu est instauré sur Canalh.

J'effacerai tout les commentaires puants

maatala

maatala a dit…

Salam



Drôle de dialogue politique en Mauritanie

mardi 27 septembre 2011/ 11:41


Hier soir, la TVM a diffusé une émission consacrée au "dialogue entre la Majorité et l’Opposition", en cours depuis quelques jours.


Les invités étaient, pour la Majorité : Mohamed Mahmoud Ould Jaavar (secrétaire politique de l’UPR et président de la commission centrale des marchés), Fatimetou Mint Khattri (membre du directoire d’Adil, ancien parti de Sidi Ould Cheikh Abdellahi) ; et pour l’Opposition : Abdesselam Ould Horma (président de Sawab, parti d’obédience bâathiste irakien), Abderahmane Ould Mahmoud (Secrétaire Général Adjoint de l’APP et vice-président de la Communauté Urbaine de Nouakchott).

Les téléspectateurs avaient, visiblement, des difficultés pour situer les camps à travers les invités, surtout la "Majorité" qui a voté Aziz. Petit retour sur le parcours de ces « représentants » de la Majorité et de l’Opposition.

Mohamed Mahmoud Ould Jaafar, ancien ministre, sorti du néant, en 2000, lors d’une visite-carnavalesque d’Ould Taya au Guidimagha, et qui le reçut dans une de ses haltes festives, à Mesyel Lehbech (le ruisseau des pintades), un bourg de quelques dizaines d’habitants. Comptable de formation, profession connue en Mauritanie sous le sobriquet de « 10% », ces deux dernières décennies, en raison des commissions sollicitées par ces argentiers publics, Ould Jaafar est présentement président de la commission centrale des marchés et « chef politique » du parti d’Ould Abdel Aziz au pouvoir et qui a voté, Ahmed Ould Daddah, lors de la dernière présidentielle.

Fatimetou Mint Khattri, ancien ministre sous Sidioca, membre du directoire d’Adil et du FNDD, mouvement anti-putsch en 2008 et dont le parti (Adil), il y a seulement quelques mois, c’était scindé en deux groupes, le premier a rallié la Majorité et le second est resté à l’opposition.

Abdesselam Ould Horma, président du parti Sawab qui avait soutenu le coup d’Etat du 6 aout 2008 et qui au cours du scrutin présidentiel avait rejoint Ahmed Ould Daddah.

Abderahmane Ould Mahmoud, SG de l’APP de Messaoud Ould Boulkheir dont le rapprochement avec le pouvoir, ces derniers mois, avait altéré ses rapports avec ses vieux compagnons de l’Opposition (COD), au point qu’ils le soupçonnent, parfois ouvertement, de n’être plus qu’une copie du pouvoir.

Durant les débats, pas assez contradictoires, puisque tout le monde était d’accord, les invités, qui dissertaient sur l’avenir politique du pays, partageait un point essentiel : aucun d’eux n’a jamais remporté le moindre suffrage populaire, même pour un poste de conseiller d’une commune rurale. Une exception, le représentant de l’APP est conseiller municipal à Nouakchott, au moins.

canalrim.info

maatala a dit…

Salam


Mahfoudh Ould Bettah, ancien ministre de la Justice : "La Mauritanie vivra bientôt une implosion"

samedi 11 juin 2011/ 14:30


L’absence notoire de vision en matière de politique économique, la faillite des secteurs de l’éducation et de la santé, combinées à une instrumentalisation de la justice et un déni flagrant des acquis démocratiques constituent aujourd’hui, entre autres maux, le ferment d’une implosion imminente en Mauritanie.


Pis, au regard de la paralysie qui frappe les rouages politiques et socio-économiques du pays, le pouvoir tatillon de Nouakchott a fini de démontrer son incapacité à satisfaire les aspirations légitimes du peuple. C’est, en tout cas, le sombre tableau peint par Me Mahfoudh Ould Bettah, le président de la coordination démocratique de l’opposition (Cod).

Dans l’entretien qu’il nous a accordé, cet ancien Bâtonnier de l’ordre des avocats de Mauritanie revient également sur le blocage du dialogue politique, les prochaines échéances électorales, etc.

Wal Fadjri : Pouvez-vous nous présenter la coordination de l’opposition démocratique ?

Mahfoudh Ould Bettah : La coordination de l’opposition démocratique, comme l’indique son nom, est un regroupement des partis de l’opposition de la Mauritanie. Elle compte actuellement neuf partis politiques. Certains sont très anciens et très enracinés sur le champ politique mauritanien. Notamment des formations politiques comme l’App, le Rfd. D’autres sont plus récents. A travers cette coalition, nous avons créé ce qu’on appelle la coordination des forces de l’opposition qui fait aujourd’hui face à l’actuel pouvoir.

En termes de stratégie, qu’est-ce que vous avez pu apporter en tant que responsable de cette entité dans le sens d’une unification efficiente des différentes approches prônées par les membres ?

La coordination de l’opposition s’articule autour d’un objectif qui est essentiel : celui de relever le défi de la démocratie dans ce pays. Je ne prétends pas que, au sein de notre coordination, nous sommes d’accord sur tout. Il arrive parfois que certaines formations politiques arrivent à exprimer leurs spécificités et je pense que, pour l’essentiel, les partis de la coordination de l’opposition demeurent donc très unis.

En ce qui me concerne, j’ai introduit un certain nombre d’actions qui me semblent vraiment être utiles pour notre coordination. Notamment, j’ai initié une démarche auprès du pouvoir dans le sens d’une prise en compte du droit de l’opposition mauritanienne à accéder aux médias publics. J’ai interpellé la Haute autorité de la presse et de l’audiovisuel (Hapa).

Et à ce niveau, j’avoue que nous avons obtenu des promesses très fermes, puisque la démocratie constitue aujourd’hui le champ public de la presse et que cette presse doit très prochainement ouverte à tous les partis de l’opposition mauritanienne. J’ai également été reçu, dans le cadre de mes responsabilités de président de la coordination, par le Premier ministre actuel. Nous avons donc beaucoup discuté des conditions de dialogue.

Et nous attendons que le pouvoir, après cette première prise de contact, prenne un certain nombre de mesures en vue de faciliter le climat dans lequel devrait donc se dérouler ce dialogue dans notre pays.

maatala a dit…

Comment s’organise aujourd’hui la coordination de l’opposition démocratique en perspective des prochaines échéances électorales ?

La coordination envisage d’exprimer des positions communes. Nous exigerons un code électoral consensuel qui permet de s’assurer de la transparence et de la crédibilité des prochaines élections. Nous allons donc rapidement mettre toutes les actions pour que nous parvenions à cet objectif qui nous semble très essentiel. Mais, je dois vous dire que, avant cela, nous exigeons des pouvoirs en place un certain nombre de mesures qui vont donner un minimum de crédibilité au comité de dialogue et surtout à l’assouplissement d’un certain nombre de positions prises par le pouvoir vis-à-vis de l’opposition.

Puisque nous avons l’impression que, jusqu’à présent, le pouvoir est toujours dans sa propre logique de pouvoir autoritaire lié à l’existence d’une opposition politique dans un cadre démocratique. Nous allons donc travailler à ce que ce code électoral soit un code essentiel pour que nous puissions aller aux élections législatives prochaines. Des élections qui seront transparentes, qui ne seront pas truquées et surtout des élections très apaisées.

Que recouvre pour vous le concept de dialogue politique ? Pourquoi l’opposition et le pouvoir n’arrivent-ils pas à s’entendre au moins sur les questions d’intérêt national alors que la Constitution dispose pourtant d’un statut pour le chef de l’opposition ?

J’avoue qu’il y a eu des avancées s substantielles en ce qui concerne le cadre institutionnel dans lequel s’exerce l’activité des forces politiques dans ce pays. Notamment, pendant la période de transition entre 2005 et 2007. Il avait, en ce temps, été prévu un statut spécial pour le chef de file de l’opposition.

Mais, après le coup d’Etat de 2008 qui avait vu l’arrivée au pouvoir de l’actuel chef de l’Etat, des institutions qui ont été mises en place ont été purement et simplement ignorées ; les textes qui avaient aussi été pris pendant toute cette transition ont été complètement foulés au pied et mis au placard par les tenants du pouvoir actuel. Le manque de consensus et d’accord entre l’opposition et le pouvoir en place, sa responsabilité qu’il cherchait auprès du pouvoir qui a signé les accords de Dakar comme vous le savez.

Des accords qui avaient prévu une élection présidentielle faite d’ailleurs dans des conditions tout à fait chaotiques sur le plan de la transparence, de la crédibilité… Mais, que l’essentiel de l’opposition avait reconnu la légalité dans l’espoir que le reste des dispositions de l’accord de Dakar soient enfin abordées dans un cadre de dialogue inclusif.

Ces points, j’avoue que le pouvoir en place de Mohamed Ould Abdel Aziz n’a jamais accepté de les aborder. Il a même renié publiquement son engagement qu’il avait pourtant souscrit à Dakar en présence de la communauté internationale. C’est cette position-là qui affecte aujourd’hui la sérénité du débat politique dans le pays. C’est cette position-là donc qui empêche toutes les forces vives de ce pays de convenir d’un consensus de l’ensemble des questions essentielles concernant l’avenir de la Mauritanie.

Evidemment je ne conteste pas que l’actuel pouvoir sorte parfois des propos de nature à exprimer une certaine disponibilité de sa part au dialogue. Mais je dois dire que cela reste de la poudre aux yeux. Nous n’avons pas entrevu auprès du pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz de réelles volontés de dialogue pour que le pays sorte du pouvoir autoritaire qu’il conduit depuis 103 ans. Le pouvoir actuel n’est pas du tout différent du pouvoir militaire que nous avions obtenu où un chef d’Etat a été porté à la tête de l’Etat par un coup d’Etat.

maatala a dit…

Et le pouvoir actuel, dirigé par Mohamed Ould Abdel Aziz, n’est pas du tout différent du pouvoir militaire que nous avions connu. Ce pouvoir a fait un semblant d’élection pour se donner une légitimité sur le plan international qu’il ne mérite nullement.Pour l’essentiel, le régime que nous avons en place reste et demeure un régime très autoritaire. Ce qui est vraiment révolu aujourd’hui.

)Sur le plan économique et social, une certaine grogne est de plus en plus perceptible face à la détérioration du pouvoir d’achat des ménages. Qu’est ce qui explique, selon vous, cette situation difficile pour les populations mauritaniennes ?

C’est la gestion désastreuse du pays. C’est aussi cette incompétence de ceux qui ont aujourd’hui en charge les secteurs de l’économie. C’est la faillite de tous les secteurs de l’économie. Si on y ajoute la crise internationale, on trouve une explication tout à fait évidente de la situation difficile et honteuse dans laquelle se trouvent tous les ménages du pays. Il y a un effondrement sans précédent des revenus de nos ménages suite à cette crise économique.

Une crise qui est très profonde mais également accompagnée d’un chômage très endémique surtout dans toutes les catégories de jeunes du pays. Il s’y ajoute cette hausse vertigineuse des prix. Toutes choses qui font que les populations sont désemparées et sont trop pressées de se séparer de ce régime dictatorial qui a vraiment prouvé ses limites en deux ans de gestion d’un Etat.

Le pouvoir a certes auparavant voulu donner l’impression qu’il s’occupait de la situation du Mauritanien lambda avec cette mise en place des boutiques de solidarité. Mais, là aussi, l’échec était très patent. Puisque tout le monde sait que cette expérience a échoué parce qu’elle n’avait pas la vocation de toucher l’ensemble de la population.

Ensuite, c’est que, assez souvent, ces boutiques que l’on considérait comme des boutiques de solidarité ne sont pas approvisionnées en marchandises de telle sorte que les populations avaient du mal à trouver les denrées souhaitées et qui étaient excessivement chères contrairement aux prix faciles annoncés par les tenants du pouvoir. A cet effet, nous avons rencontré beaucoup de commerçants qui se sont sentis ignorés par la gestion de ces magasins. Une injustice évidente, ont-ils laissé entendre parce que le choix des commerçants auxquelles ces boutiques ont été accordées était purement politique.

Et je suis persuadé que si des mesures de baisse des prix des denrées ne sont pas appliquées, et que le régime en place continue de tout politiser pour s’éterniser au pouvoir, il est évident que sous peu la Mauritanie vivra bientôt une implosion. Ce que nous ne souhaitons pas. Et pour ne pas y arriver, il urge qu’il y ait un dialogue et que ce régime descende ses pieds sur terre. L’actuel président de la République et son équipe doivent savoir qu’ils sont toujours en phase d’apprentissage.

Ils viennent tous d’être portés, pour la première fois de leur vie, à la tête d’une République. Qu’ils n’aient pas donc honte de solliciter conseil. Quand on ne sait pas où l’on va, on retourne d’où on était venu. (…) Si cela continue, nous risquons d’arriver comme je l’ai dit à un soulèvement populaire. Puisque, ventre affamé n’a point d’oreille, selon notre adage.

maatala a dit…

Quels sont, aujourd’hui, les grands chantiers de la coordination démocratique de l’opposition ?

C’est d’assurer une alternance pacifique dans ce pays. C’est de confiner l’armée dans sa mission première de défense du territoire mauritanien. C’est de lui assigner, donc, d’arriver à un pouvoir civil et légitime. Nous pensons très sérieusement que le peuple mauritanien est en train de cesser d’accepter de se confiner dans la résignation et qu’il y a des potentialités énormes à démettre le pouvoir pour exiger du régime en place une concession nécessaire pour gagner ce défi d’arriver à mettre en place des institutions républicaines. Le peuple mérite, quand-même, ce respect-là. Et nous faisons, chaque jour que Dieu fait, plus pour changer l’image peu reluisante de notre pays qui a perdu toutes ses valeurs.

En son temps, vous aviez toujours refusé de reconnaître Mohamed Ould Abdel Aziz comme étant le président élu démocratiquement. Et aujourd’hui vous exigez un dialogue avec ce dernier. Cela veut dire que vous le reconnaissez finalement ?

Je dois dire que les partis de l’opposition ont, pour l’essentiel, à deux exceptions près, reconnu la légalité du régime en place. Ce, en prenant acte de la décision prise par le Conseil constitutionnel qui a donc validé les élections de 2009. Ceci étant dit, certains partis ont considéré que la légitimité doit être une conquête permanente (…). Et puisque il y a aujourd’hui un besoin urgent, il me semble important que tous les acteurs politiques du pays se retrouvent autour d’une table de négociation pour régler les choses essentielles. A savoir, sortir le pays de ce marasme économique créé par les nouveaux dirigeants et tous ces dictateurs qui étaient là et ont fini de ruiner notre pays.

Durant toute sa campagne électorale Mohamed Ould Abdel Aziz s’était affublé du slogan ‘le candidat des pauvres ’. Deux ans après, qu’en est-il ?

Tout ce qu’il faisait, ce n’était que du populisme. Je me rappelle que ce thème avait auparavant été utilisé par le roi du Maroc. Et je pense que les pauvres sont devenus, en Mauritanie, davantage des prolétaires c’est-à-dire plus pauvres. Les riches se sont véritablement appauvris également. De ce point de vue-là, j’accepte qu’il est le vrai candidat des pauvres. Aujourd’hui, sur le plan économique et social, le pouvoir actuel a ramené ce pays dans les bas-fonds. Le chômage est endémique, la pauvreté est systématique.

Les Mauritaniens s’expatrient de plus en plus parce qu’il n’y a plus d’issue. L’horizon reste sombre pour tous ces jeunes qui empruntent maintenant la mer. Dans tous les secteurs de l’économie (la pêche, l’agriculture, l’élevage, l’industrie, etc.) rien ne va. Et ce n’est pas moi qui le dis. Ce sont ces jeunes, ces femmes, ces personnes âgées qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts. Jamais la Mauritanie n’a connu une situation économique et sociale comparable à celle que le peuple vit aujourd’hui.

Propos recueillis à Nouakchott par Abou Kane

Source : Walfadjri (Sénégal

maatala a dit…

Salam

Kaédi: une délégation ministerielle visite les blessés des heurts


Le Ministre de la santé Bâ Housseinou Hamady a effectué ce matin une visité aux blessés à l'hôpital de Kaédi, suite aux affrontements opposant forces de sécurité et manifestants contre l'enrôlement de la population en cours.

A l'occasion, le ministre de la santé a pris l'engagement de prendre les blessés en charge. La délégation est parti pour à Maghama, pour présenter ses condoléances aux familles des victime et constatés les dégâts causés par les dites manifestations.

Le ministre de la santé est accompagné de Sy Adama, ministre Secrétaire Général de la Présidence, de Mohamed Ould Khouna, Ministre délégué auprès du Ministre d'Etat à l'Education Nationale chargé de l'emploi, de la Formation Professionnelle et des Technologies Nouvelles et d'Ousmane Sanghott, sénateur de Maghama
-----------------------------------

En israël'armée tire sur les palestiniens et on soignent ces derniers dans les hôpitaux israéliens.

Ce bourricot d'azziz ne pourra pas dire qu'il n'a pas été prévenu du malaise que suscitait ce recensement de la honte.

En bon goumier qu'il est, drapé autour de son orgueil de merde, il doit se dire qu'un soldat ne recule jamais.

Quel gâchis dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Alakhbar (Maghama) Au moment où les commerçants de la ville sont en réunion avec les autorités administratives et sécuritaires afin de leur assurer la sécurité de leurs boutiques pour qu'ils ouvrent et vendent aux populations, la boutique de Mohamed Lemine Ould Saleh a été saccagé et pillé par des manifestants et deux autres sont incendiées par trois jeunes de la ville.

Ces incidents ont eu lieu dans les environs de 22heures 20mn dans la nuit du vendredi 30 septembre.

Notons que les boutiques et le marché de Maghama sont restés trois jours fermés suite aux affrontements qui ont opposé militants de TPN et forces de sécurité.

Les trois jeunes auteurs de ces incendies sont arrêtés et se trouvent dans les locaux du commissariat de police.

Source: Alakhbar

---------------------------------

Les responsable de ces actes doivent être punit sévèrement dit le fou

maatala

. a dit…

chers zamis

mes condoléances les plus attristées à notre chère Bebe ba qui vient de perdre sa maman/

que dieu l’accueille en son saint paradis

amin.

leserieux a dit…

Toutes mes condoléances à Bébé Ba
Perdre une personne proche, est une épreuve que seul le temps qui passe permet d'atténuer.

leserieux a dit…

De Maata "En bon goumier qu'il est, drapé autour de son orgueil de merde, il doit se dire qu'un soldat ne recule jamais."

malheureusement c'est un mauvais soldat pour la RIM, qui risque si on y prend garde de nous plonger dans la merde.

De grâce ne versez plus le sang de nos enfants.

maatala a dit…

Salam

Chére bébe Ba

Sincères condoléances.

Maatala