mercredi 5 octobre 2011

Mauritanie: Un entêtement dangereux!


Le sang a coulé et, si l'on y prend garde, des jours torrentiels peuvent s'ensuivre. Ce n'est pas faire preuve de pessimisme que de le dire.

La seule issue pour apaiser la tension palpable partout en Mauritanie est la renonciation sans appel au recensement en cours, lequel recensement vaut négation de citoyenneté pour une large partie de la population. Le pouvoir n'en fait qu'à sa tête, il ne veut pas entendre les cris d'indignation et de révolte légitime qui proviennent de la rue. Il fonce tête baissée, sûr de son bon droit. Il a choisi l'aveuglement et la surdité.

Sait-il seulement où cela peut conduire? Sans être alarmiste, je dis que nous sommes en train de réunir les ingrédients indigestes pour l'explosion, comme si, volontairement, nous précipitons notre perte en tant que nation et culture.



Et que la seule solution qui nous est offerte réside dans le dépassement des mesquineries et des combines et, surtout, dans la prise en considération que la Mauritanie est bien notre richesse commune. Elle ne doit pas appartenir à des clans idéologiques prêts à tout pour se la partager. Or le recensement en cours est une volonté inavouée et sournoise de certains milieux qui veulent mettre sous verrou l'avenir du pays en s'octroyant, par tous les moyens, la majorité sociologique. Le pouvoir aurait grandement tort de ne pas entendre les fureurs qui se déchaînent et qui, non apaisées, peuvent mener à tout !

Un jeune homme est mort, il est mort parce qu'on lui refusait l'héritage de ses ancêtres, il est mort parce que, du jour au lendemain, on a voulu faire de lui une personne de nul part. Oui, il est mort. Vivant, il était mauritanien. Mort il l'est encore plus, car par il n'a pas hésité à donner sa vie pour ce qui avait plus de valeur à ses yeux : sa nationalité.

Les événements actuels ne sont que le résultat de mille et une frustrations accumulées pendant plusieurs décennies par la communauté noire méprisée. Ceux qui manifestent leur réprobation sont ceux qui ont toujours été écartés de la vie nationale et qui, dans l'espoir d'avoir la place qui leur revient de droit, ont, comme un seul homme, voté pour l'actuel président.

Mal leur en a pris! Car il ne leur a pas fallu beaucoup de temps pour s'apercevoir qu'on leur a vendu du sable en plein désert. Ceux qui caressaient le vieux rêve d'une Mauritanie majoritairement arabe étaient à l'affût. L'année 1989 fut l'année de leur gloire. Par le meurtre organisé, ils faillirent réaliser leur rêve et les assassins courent toujours, ils se pavanent à travers le pays, narguant les familles des victimes. Le départ de Taya ne marque pas la fin du mépris.

C'est être naïf que de croire cela. N'a t-il pas été remplacé par un de ses sbires, Ely O. Mohamed Vall, le héros qui n'en était pas un! N'était-il pas au coeur des sanglants événements de 1989 en tant que chef de la sûreté? Il ne pouvait rien ignorer du complot ourdi contre les négro-mauritaniens! Mais l'histoire a prouvé que les peuples aiment applaudir les oppresseurs. Les Congolais ne regrettent-ils pas Mobutu.

N'entend-on pas souvent à Nouakchott des phrases telles que" il n'y a plus d'argent dans le pays" ou "c'était bien au temps de Maouiya" ou encore " on était mieux avant". On va même jusqu'à trouver des circonstances atténuantes à Taya qui était un bon président mais fort mal entouré. Bien entouré ou mal entouré, je sais simplement que le poisson pourrit par la tête.

Alors que de 1984 à 2005, il n'y a pas eu de gouvernement en Mauritanie mais une succession d'associations de malfaiteurs qui, aujourd'hui encore,exhibent leur butin sans la moindre pudeur. Reconnaissez que dans un pays où chaque année les gens se disent" on était mieux l'année dernière" est un pays tout de même curieux! Je dois à la vérité et à l'honnêteté de dire que jamais le nom de l'actuel président n'a été cité parmi les acteurs des événements de 1989. Je vais plus loin en affirmant que son élection est tout ce qui a de plus valide.

Il avait accompli un geste fondateur en organisant une prière à la mémoire des victimes, avait demandé pardon au nom de la nation mauritanienne. Ce geste lui avait valu les voix de toute la vallée. La suite est une autre histoire.Mais qui ne serait pas tombé dans un tel piège?

L'idéal de la nébuleuse, que nous sommes en droit de combattre, est de vivre dans une Mauritanie dans laquelle les Noirs occuperaient des places de subalternes taiseux. Et des décennies durant, les Noirs se sont tus! Mais aujourd'hui les muets parlent, leur insolence les pousse même à crier, à vociférer leur indignation et à faire siffler les oreilles qui ne veulent pas entendre. Face à la situation, le moins qu'on puisse dire est que le pouvoir a choisi la voie la moins intelligente.

Il a choisi la fuite en avant. Au lieu d'arrêter net cette opération d'enrôlement, de revoir sa méthode, de procéder à un travail pédagogique, de purger les inquiétudes pour que chaque mauritanien accepte de se faire recenser en toute confiance.

Il a choisi de vaincre et non de convaincre. Des Noirs, qui ne représentent qu'eux-mêmes, ont été dépêchés- je devrais dire "envoyés en mission de servilité "- pour faire accepter le principe du recensement en l'état aux populations contestataires. Stratagèmes échus! On prend quelques "nègres de service", on leur dicte ce qu'ils doivent dire et l'on croit que le tour est joué. Faut-il en vouloir à ces gens-là? Je ne sais. Mais il est évident qu'ils n'agissent pas par convictions mais pour des raisons alimentaires; leur survie en dépend ! Le pouvoir doit reculer et cela n'a rien d'humiliant.

Car ce qui est en jeu, c'est l'identité de milliers de femmes et d'hommes qui, chacun à la place qui est la sienne, ont contribué à l'édification du pays. Quelle ingratitude, doivent-ils se dire ! Il y a plus urgent que le recensement. Car pendant que le pouvoir courent après la suprématie numérique, la majorité sociale,elle,se languit.

Le pouvoir serait bien avisé de s'occuper du sort de cette majorité. La majorité sociale, ce sont ces Mauritaniens qui se réveillent le matin en se posant la question de savoir ce qu'ils vont manger dans la journée. La majorité sociale,ce sont ces femmes et ces hommes qui travaillent pour leur pays et qui ne peuvent assurer un avenir à leurs enfants. Il 'est jamais trop tard pour recenser la population en bonne et due forme.

L'urgence, c'est de reformer notre système éducatif qui est le plus lamentable du continent africain. La majorité sociale ne continuera pas à accepter sa condition. Elle est au bas de l'échelle et, peut-être, que le jour n'est plus loin où il voudra en découdre avec ceux qui sont en haut, les tenant pour responsables de sa détresse. Son premier souci est de manger et, après seulement, de se faire recenser !

La Mauritanie, à cause de faux problèmes, est en deçà de ce qu'elle doit être, en deçà du rang qu'elle doit occuper dans dans le concert des nations. Cela par la volonté néfaste de ceux qui pensent que cette terre est à eux. Et à seul ! Mauritanien antique, je ne laisserai ni ceux qui prétendent être venus avant moi ni ceux qui sont venus après m'empêcher, par des coups politiques, de me rendre au cimetière où reposent depuis des siècles mes ancêtres !

Mamadou Boubou Sakho.



Source :

Abibou Dramé

189 commentaires:

maatala a dit…

Salam

Classe

Merci dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Classe a dit:

Les événements actuels ne sont que le résultat de mille et une frustrations accumulées pendant plusieurs décennies par la communauté noire méprisée.

Puis

"il ne leur a pas fallu beaucoup de temps pour s'apercevoir qu'on leur a vendu du sable en plein désert.

Ceux qui caressaient le vieux rêve d'une Mauritanie majoritairement arabe étaient à l'affût.L'année 1989 fut l'année de leur gloire. Par le meurtre organisé, ils faillirent réaliser leur rêve et les assassins courent toujours, ils se pavanent à travers le pays, narguant les familles des victimes".

------------------------------

Pendant que le pays est au bord de l'implosion, des Guignols sont en train de discuter au Palais des congrès de la sexualité des Mulets dit le fou.

Maatala

maatala a dit…

Nouvelles d’ailleurs: Désespérances et cécités... par Mariem Mint Derwich

Un recensement mal ficelé, un défaut d'explication, des mémoires non apaisées et, au bout du chemin, la mort d'un garçon de 20 ans, Lamine Mangane.

Kaédi, Maghama, Nouakchott... Des gendarmes qui tirent à balles réelles et c'est tout un pan de notre Mauritanie qui s'emballe.

Ceux qui vantaient, depuis des mois, la « merveilleuse » Mauritanie rectifiée, ceux qui nous la vendaient comme on vend une voiture, ceux qui la bradaient dans des discours et des communiqués élogieux, ceux là font preuve, maintenant, d'un silence gêné.

Comment n'ont-ils pas vu et senti, tous nos politiques, de n'importe quels bords qu'ils soient, que rien n'allait chez nous. Que la désespérance des années 89 et 90 était telle qu'elle méritait mieux qu'une prière des morts à Kaédi, et un retour des rapatriés.

Que cette désespérance n'avait pas trouvé de réponses de la part de ceux qui sont censés améliorer, proposer, gouverner, apaiser.

Comment ont ils pu être aveugles, et sourds, et hermétique au bon sens?

1989 fut une fracture, tous les pardons du monde n'y changeront rien et n'auront aucun sens si les politiques ont pris la désespérance à l'envers, croyant la soigner à coups de placebos stériles et dangereux.
Comment nos politiques n'ont-ils pas pris, réellement, la mesure des traumatismes de 1989? Pourquoi et comment?

Que ce recensement en cours soit réellement exclusif ou non, telle n'est plus la question. Le cœur des manifestations, c'est bien le ressenti d'une partie des mauritaniens face à ce recensement, nos compatriotes de la Vallée, eux qui traînent, depuis plus de 20 ans, la mémoire sanglante des années de sang et de braise.
Eux à qui, sous Taya, on a refusé toute citoyenneté. Que l'on a tués. Que l'on a emprisonnés. Que l'on a assassinés, que l'on a déportés, que l'on a chassés des futurs.

Cette jeunesse qui manifeste est la descendante de ces années là. Elle est porteuse de toutes les rancœurs et souffrances. Elle est désespérance.

Nos politiques, dans un grand exercice d'amnistie des mémoires et des assassins, ont tout fait à l'envers : une prière des morts, une demande de pardon, des réfugiés installés sur des terres qui n'étaient pas leur et, zou, tout était réglé. Les morts au placard...

maatala a dit…

Avant de mettre en place un recensement somme toute obligatoire et normal, il fallait prendre le temps nécessaire pour expurger ces mémoires de doutes et de deuils. Ne pas faire l'économie de la prise de conscience.

Laisser la parole se libérer. Permettre aux victimes de parler. A leurs descendants d'interroger. Il fallait, quitte à ce que à ce que ça prenne des années, revenir sur les drames de 1989.

Et, surtout, rendre la justice. Débusquer les assassins, les voleurs de terres, de bétail, de vie. Les juger. Les punir. Montrer que la justice de notre pays n'est pas qu'un grand machin vide de sens, aux ordres, tétanisée par un pouvoir personnel, aveugle et sourde, soumise aux clans familiaux et aux lobbys de l'argent. Il fallait gérer et non pas simplement entériner.

Quand les jeunes manifestants se sont trouvés face à des forces de gendarmerie à Maghama et qu'ils ont été tirés comme des lapins, ils rappelaient à la Mauritanie entière que son histoire est bancale.

Qu'être noir aujourd'hui chez nous fait de vous un citoyen qui fait « tache » sur l'arabité inventée et imposée depuis des décennies. Qu'être noir aujourd'hui, c'est être un citoyen de seconde zone. Qu'ils sont juste tolérés par des politiques qui, à force de regarder vers le monde arabe, en ont perdu, sciemment, le sens des choses et des réalités.

Ces politiques qui ont séparé, de fait, la Mauritanie des Pères Fondateurs, en 2 blocs communautaires qui se regardent en chiens de faïence. Un fleuve d'incompréhension....

Il fallait, de la part du pouvoir, des gestes forts, pas simplement une prière des morts médiatisée et exploitée.
Il fallait un Président et des ministres qui parlent, simplement. Qui comprennent la désespérance.

Il fallait interdire les partis politiques apôtres d'une arabité à tout crin, arabité exclusive, ceux qui sont allés, par exemple, s'aplatir devant Kadhafi.

Il fallait, pour l'opposition, ne pas accepter la « raison d'Etat » et faire comme si....Et exiger réparation.
Et si, par le biais de la justice, tout l'appareil militaro politique des 30 dernières années avait été envoyé en prison, tant pis!

Des politiques ne peuvent demander la paix quand les auteurs des violences sont issus de leurs rangs.
L'armée ne peut exiger l'ordre quand elle abrite encore les assassins.

Malheureusement, au vu des déclarations rigides de notre ministre de l'Intérieur et le retour de la théorie du complot (ce sont des « étrangers » qui encadraient les manifestations de Touche Pas à Ma Nationalité, etc., etc...), il semble que la cécité soit de mise. Par volonté gouvernementale.

Alors, une pensée à Lamine Mangane, mort de désespérance, rêve d'une Mauritanie pacifiée, retrouvée, réinventée.....
Salut

Mariem mint DERWICH

KASSATAYA

maatala a dit…

Salam

Ma soeur a dit:

"Le cœur des manifestations, c'est bien le ressenti d'une partie des mauritaniens face à ce recensement, nos compatriotes de la Vallée, eux qui traînent, depuis plus de 20 ans, la mémoire sanglante des années de sang et de braise.
Eux à qui, sous Taya, on a refusé toute citoyenneté. Que l'on a tués. Que l'on a emprisonnés. Que l'on a assassinés, que l'on a déportés, que l'on a chassés des futurs.

Cette jeunesse qui manifeste est la descendante de ces années là. Elle est porteuse de toutes les rancœurs et souffrances. Elle est désespérance".

---------------------------------

Ce sont pourtant ceux-là même qui refusent au négros leurs droits élémentaires qui exige qu' Israel de payer le prix du sang dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Mariem a dit:

Qu'être noir aujourd'hui chez nous fait de vous un citoyen qui fait « tache » sur l'arabité inventée et imposée depuis des décennies. Qu'être noir aujourd'hui, c'est être un citoyen de seconde zone. Qu'ils sont juste tolérés par des politiques qui, à force de regarder vers le monde arabe, en ont perdu, sciemment, le sens des choses et des réalités.


Yo sister dit le fou


maatala

maatala a dit…

Salam

Chérs Mariéme et Sakho votre amitié est un honneur pour moi

maatala

samenheid a dit…

ken
Merci pour tes creation merveilleuses.
Dors en paix, Steve Jobs.

samenheid a dit…

Ken
dors en paix Steve Jobs..
Merci pour tes inventions merveilleuses..

maatala a dit…

Salam

Le prof Ely a dit:

Fallait-il vraiment un recensement administratif en Mauritanie ? La réponse est non. Nous l’avions dit ici très tôt, bien avant que des victimes ne tombent sous les balles Si l’on nous avait écoutés, des vies auraient été épargnées et bien des familles ne pleureraient pas leurs enfants. Hélas ! La bêtise, dit-on n’épargne pas les rois.



Si ce recensement administratif est vicié à la base, c’est parce qu’il est bâti sur des idées préconçues qui sont les suivantes :

Il y a des « mauritaniens » qui ne sont pas mauritaniens ;


Il y a des sénégalais, des maliens et autres clandestins qui veulent devenir mauritaniens;


On ne distingue pas les mauritaniens des étrangers.


Et si on veut trouver, à travers le recensement, des réponses à ces idées préconçues c’est pour une même et simple raison : on ne veut plus que les étrangers (particulièrement les sénégalais) mangent le pain des mauritaniens et convoiter leur nationalité.

Or ces idées sont basées sur des postulats qui sont faux (I) et veulent utiliser un outil inadapté (le recensement administratif) pour trouver une solution à ce qui demande d’autres outils plus efficaces. Il faut renverser le raisonnement et raisonner non pas du côté du national (« qui est national et qui ne l’est pas ») comme le fait si égoïstement l’Etat, mais de faire que celui qui n’est pas national, n’ait pas besoin de recourir à la nationalité mauritanienne (II).

I- Des préjugés et de la mauvaise foi

Ce qui est curieux (et que personne ne peut contester puisque c’est notoire) le recensement est présenté comme un moyen de séparer la graine de l’ivraie. Tamiser le peuple pour en extraire le « vrai » mauritanien du « faux », l’étranger « travesti en Mauritanien », « l’apatride » qui vient de l’autre côté du fleuve (comme s’il venait de Mars !), le « mécanicien » forcément sénégalais (ou président de la République), le « blanchisseur » forcément malien, le « banabana » forcément non mauritanien, le boutiquier sans culotte forcément mauritanien, le forgeron forcément mauritanien, le Président de la République qui est forcément mauritanien et personne ne sait comment, etc.

Que de préjugés qui sous-tendent ce recensement et qui en font une mascarade à nulle autre pareille !

Qu’on le sache, le Sénégalais n’a pas envie d’être mauritanien ! Tout comme les autres ressortissants de pays voisins, il tient à la sienne. Pourquoi irait-il se présenter à un bureau de recensement pour avoir la nationalité mauritanienne ?

Il ne le fera que pour deux raisons :

soit qu’il se considère Mauritanien, alors il a forcément les preuves pour cela;


soit il veut obtenir la nationalité en dissimulant la sienne.


Dans le premier cas c’est un mauritanien et il n’a donc pas à le prouver devant un comité de recensement qui est redondant, puisque le registre de la mairie suffit pour lui renouveler ses documents.

Soit, dans le second cas, il veut dissimuler sa nationalité pour avoir la nationalité mauritanienne et à ce moment-là, il faut savoir pourquoi. Et ce n’est pas le recensement qui va y apporter une réponse.

La question n’est donc pas de savoir qui EST Mauritanien mais de savoir qui VEUT l’être.

Le recensement administratif est donc l’anti-solution à cette question, et il aggrave la situation car il cherche à démontrer l’existence de ce qui existe et l’inexistence de ce qui n’existe pas. D’où son inestimable inutilité.

Aussi curieusement que cela puisse paraitre, le Mauritanien n’aura droit à sa nationalité que si l’étranger en Mauritanie a droit à un statut d’étranger respectable et respecté.

La solution ce n’est donc pas de mettre des barrières à la nationalité, c’est de faire que les étrangers en Mauritanie ne sentent pas le besoin de l’acquérir. Et ce n’est pas le recensement qui apporte les solutions.

.com

maatala a dit…

II- Renverser le raisonnement : rendre l’acquisition de la nationalité une non-nécessité pour l’étranger.

Au lieu de chercher à identifier le Mauritanien qui lui ne saurait renier sa nationalité ni y renoncer (n’en déplaise à l’Etat, fusse-t-il par le sacrifice en manifestant) au nom des liens du “jus solis” ou du “jus sanguinis” (voir nos articles précédents : l’Etat sans nation et Le président mauritanien est-il Mauritanien ? ), il convient de mettre en place des structures qui sont les véritables outils de préservation de la nationalité.

On ne protége la nationalité dans un pays que lorsque l’étranger s’y sent aussi bien respecté dans ses droits, sa personne et ses biens que le national lui-même.

Aucun étranger, à moins qu’il tisse des liens locaux nouveaux ( famille, liens sanguins ou du sol), ne cherchera à acquérir la nationalité de son pays d’accueil s’il y trouve les conditions nécessaires à son épanouissement économique et social. Dans de telle conditions il contribuera de la même manière, sinon mieux que le national, à la prospérité du pays, à sa sécurité et son développement.

Comment faire pour arriver à une telle situation ?

Ce n’est, certes, pas à travers un recensement administratif d’exclusion ou l’on cherche des poux sur la tête d’un chauve. Mais à travers une politique de l’immigration claire et appliquée.

Cette politique de l’immigration devra permettre :

De créer des structures administratives encadrant les étrangers en Mauritanie afin de leur dispenser l’accueil nécessaire, les orienter et les informer.


De délivrer des cartes de séjours et des contrats adaptés à la demande de séjours temporaires, permanents, de travail, d’investissement, de coopérations etc.

maatala a dit…

D’assurer une veille sur les flux migratoires, sur leur contribution au développement du pays.


De faciliter leurs actes administratifs (pour leurs familles), financiers (leurs comptes, transferts, investissement etc.)


de leur garantir leurs droits, les protéger dans leurs personnes, leurs biens et leur dignité.


Bref, les traiter tout comme des nationaux. Et c’est ainsi qu’ils n’auront pas besoin d’être des nationaux. Car pourquoi vouloir être Mauritanien, si ce n’est bénéficier de ce dont bénéficie le Mauritanien ?

Et de quoi veut-il bénéficier ?

Le séjour, la stabilité du travail, la protection, la sécurité et la reconnaissance de ses droits.

Si cela n’est pas assuré, l’étranger cherchera pour y arriver à acquérir une nationalité mauritanienne, sans rejeter la sienne. Et à cela aucun recensement n’y pourra rien.

Le recensement actuel même s’il devait arriver (et le doute est permis) à séparer la graine de l’ivraie, n’effacera jamais la nature corrompue de l’actuelle administration mauritanienne. Et demain les certificats de nationalité se vendront comme des petits pains. Car si les soi-disant documents délivrés sont « infalsifiables », il n’en est pas de même de l’intégrité de notre administration ni de ceux qui la dirigent.

Alors au lieu de vouloir identifier le « Mauritanien », dans un recensement dont l’inefficacité est criante, il serait plus efficace de développer une politique de l’immigration respectueuse et protectrice des droits des immigrés. C’est à ce prix que la Mauritanie :

Bénéficiera de l’inestimable apport économique et financier des investisseurs étrangers;


Mettra à contribution pour son développement une force de travail étrangère qualifié pour son développement.


Et ultime objectif (que ce recensement administratif n’a pu réaliser) :

Protéger la nationalité de ses ressortissants, que nul ne voudra contester ou acquérir pour des raisons économiques, financières ou sociales.


Mais qui en Mauritanie parmi nos dirigeants a pu un jour penser que l’étranger n’a pas besoin de la nationalité mauritanienne, si ce n’est pour ce qu’elle lui offre ; et qu’en lui offrant ce qu’elle offre aux nationaux (en termes de droits et d’obligations), il ne la demandera pas.

Le recensement administratif, c’est vouloir apporter une solution à un problème qui est mal posé. Le problème n’est pas de savoir qui est Mauritanien. Le problème est de savoir qui veut le devenir et pourquoi.

Or le recensement administratif, réponse à une préoccupation politique, n’apporte pas de solutions à ce qui, au-delà du politique, est une interrogation sur la coexistence avec l’étranger et l’existence d’une nationalité. L’erreur du recensement est de vouloir établir l’existence (de la nationalité) au détriment de la coexistence (avec l’étranger). Or aucune ne vaut sans l’autre. Et c’est en assurant d’abord la bonne coexistence, que l’existence devient possible.

C’est autant dire que l’Etat a saisi le problème à l’envers. Le recensement ne s’en trouve donc que plus renversé. Renversant.

Pr ELY Mustapha

maatala a dit…

Salam

Le prof Ely a dit:

"le « mécanicien » forcément sénégalais (ou président de la République)"

LOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOl

-----------------------------


"le Président de la République qui est forcément mauritanien et personne ne sait comment, etc."


l'azzizo est né à louga son nom de guerre est: Moussa


------------------------------

Le prof a dit:

Le recensement actuel même s’il devait arriver (et le doute est permis) à séparer la graine de l’ivraie, n’effacera jamais la nature corrompue de l’actuelle administration mauritanienne. Et demain les certificats de nationalité se vendront comme des petits pains. Car si les soi-disant documents délivrés sont « infalsifiables », il n’en est pas de même de l’intégrité de notre administration ni de ceux qui la dirigent.

--------------------------------

En effet qui vend les papiers mauritaniens?

Qui signent les passeport?

Comment se fait-il que des libyens et des salafistes ont des passeports diplomatiques( Naha enti vem).


Ce recensement de l'exclusion c'est l'oeuvre de frustrés pyromanes en mal d'identité qui cherche des poux sur la tète d'un chauve comme a dit le prof ELY

maatala

maatala a dit…

Salam


Signature d'un accord sur la suppression réciproque de visas sur les passeports diplomatiques...









...entre la Mauritanie et l'Espagne.

Le ministre des affaires étrangères et de la coopération, M. Hamadi Ould Hamadi et l'Ambassadeur du Royaume d'Espagne en Mauritanie, SEM Alonso Dezcallar Y. Mazarredo ont signé jeudi à Nouakchott d'un accord sur la suppression réciproque de visas sur les passeports diplomatiques entre les deux pays.

L'accord permet aux citoyens de deux pays, détenteurs de passeports diplomatiques non expirés l'entrée du territoire de l'autre pays sans visa de séjour de 90 jours (3 mois), à condition qu'ils n'exercent pas une activité rémunérée au cours de cette période et qu'il ne s'agisse pas d'une entrée réalisés à des fins d'accréditation.

Cet accord s'applique de manière provisoire à partir de la date de sa signature et entre en vigueur au dernier jour du mois suivant.



Le ministre des affaires étrangères et de la coopération a loué cet accord qu'il estime être le premier de son genre signé entre l'un des pays de l'Union Européenne visant à faciliter la circulation de détenteurs de passeports diplomatiques entre les citoyens de deux pays.

Il a souligné par ailleurs la solidité des relations de coopération commerciale et économique entre la Mauritanie et l'Espagne en raison de leur atout de pont de liaison entre les peuples espagnol et mauritanien.

De son côté, l'Ambassadeur espagnol SEM Alonso Dezcallar Y. Mazarredo a indiqué qu'en plus de la facilitation de la circulation des citoyens des deux pays, cet accord renforce les relations de coopération entre la Mauritanie et l'Espagne. La cérémonie de signature de l'accord s'est déroulée en présence du secrétaire général du ministère des affaires étrangères et de la coopération.
----------------------------------

J'en connais qui vont se faire de la Tune avec le commerce des passeports diplomatiques.

Un nouveau "Trabando" dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Une source à l’intérieur de l’atelier du Code électoral dans le cadre du dialogue national en cours depuis trois semaines, a révélé que les représentants de la Majorité disent comprendre la volonté de l’opposition d’arriver à la limitation des prérogatives du Président au profit du Premier ministre et du Parlement.



La source, qui a préféré garder l’anonymat, a déclaré à Sahara média que la proposition de l’opposition, sur ce point, donne au Premier ministre le rôle de chef du Gouvernement qui sera nommé, désormais, par la majorité parlementaire, « même s’il appartient au camp de l’opposition » et avec des prérogatives élargies.

Mais la source indique que les représentants de la Majorité ont refusé la proposition de l’Opposition à propos de l’Agence indépendante chargée de l’organisation des élections, de l’enregistrement jusqu’à la proclamation des résultats, avec le recours au ministère de l’Intérieur dans certains cas.

La majorité propose plutôt l’organisation des élections par le ministère de l’Intérieur en collaboration avec l’Agence, ce que l’opposition a refusé de manière catégorique.

En ce qui concerne la mise à l’écart de l’armée de la politique, l’opposition propose que le Basep soit rattaché à l’armée et que la sécurité présidentielle dépende de la gendarmerie. Cette proposition a également été rejetée par la Majorité.

Source : Sahara Media

-------------------------------

Quand on parle au mécano(azziz) de domenec (lagdaf), il répond quel PM.

De quel pays dit le fopu

maatala

Tidinit a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
maatala a dit…

salam

Depuis les incidents de Kaédi, le quotidien arabe Elhayat publie systématiquement en Une le slogan "Non à la naturalisation des étrangers et à leur emploi au détriment des mauritaniens besogneux" pour camper son interprétation des protestations par certains individus de l’enrôlement en cours.

Le journal a aussi sorti de ses tiroirs une apologie vétuste en plusieurs épisodes du "martyr" Saddam Hussein. Il n’est pas nécessaire de rappeler ici le rôle néfaste joué par le dictateur irakien dans ce qui aurait pu être la solution finale pour l’extermination des noirs non arabes de Mauritanie.

Mais l’incitation à la haine raciale et aux affrontements communautaires a franchi un nouveau palier dans le numéro 282 paru le dimanche 2 octobre 2011. La première phrase renvoie vers des affrontements la veille entre des manifestants nègres et des arabes bruns [haratines NDLR] au centre-ville de Nouakchott qui ferait craindre un remake des événements de 1989.

Toujours en Une, deux bandeaux contrastés blanc sur noir attirent le regard des passants aux alentours des kiosques. Le premier indique que les étrangers sont impliqués dans les violences et conteste la mauritanité de deux leaders noirs, le second annonce la flambée du prix des …armes à feu !

Au dessus de ce dernier bandeau déjà ardent, une photo d’un revolver pointé illustre la blessure par balles d’un officier de l’armée à Aleg, faisant croire au lecteur crédule à une propagation des récents événements de Kaédi, Maghama et Nouakchott vers la région du Brakna. Mais en page intérieure on découvre que l’officier s’est blessé tout seul en manipulant son arme, cela n’a aucun rapport avec l’opération d’enrôlement. Par cet agencement malintentionné de l’information, la rédaction distille un message sans équivoque : installer un climat d’insécurité dans le pays en faisant porter la responsabilité aux noirs non arabes et inciter à un remake des événements de 1989 en instrumentalisant les haratines. Il est important de souligner que leur ligne éditoriale est singulière et n’est pas partagée par la majorité des journaux en langue arabe.

maatala a dit…

Il est vrai que Elhayat n’est disponible qu’en kiosque à 200 ouguiyas l’unité, un prix suffisamment dissuasif pour la grande majorité des citadins, et ses articles ne sont pas relayés sur le net, mais il a pignon sur rue par sa Une surlignée et bien visible: pas besoin d’acheter le journal pour saisir le perpétuel appel du jour : il faut chasser les noirs étrangers ! Ce sont eux qui manifestent, ce sont eux qui sèment le désordre et le chaos, ce sont eux qui inondent les centres d’accueil citoyen pour s’enregistrer frauduleusement dans le registre sécurisé des populations, c’est à se demander où sont passés les noirs vraiment mauritaniens.

Et pourtant quand par exemple on manifestait contre l’attaque de la flotille de Gaza par Tsahal, il y avait des arabes étrangers parmi les manifestants venus montrer leur solidarité, ont-ils été arrêtés, emprisonnés, torturés ?

D’ailleurs pourquoi les noirs étrangers seraient-ils interdits de manifester contre l’enrôlement ? Ils sont concernés par les prochaines étapes de cette opération. Tout comme les noirs mauritaniens qui veulent la même procédure pour tous les citoyens, eux aussi voudront le moment venu être traités sur le même pied d’égalité que l’étranger arabe, européen, asiatique, américain…Ils peuvent crier dès maintenant « TOUCHES PAS A MA CARTE DE SEJOUR », ce serait visionnaire car les problèmes identitaires en Mauritanie ont un volet épidermique qui transcende les frontières.

Les étrangers n’aspirent qu’à vivre en paix car ils sont sensibilisés sur l’alibi qu’ils pourraient offrir à une certaine idéologie dont le dessein serait la déafricanisation de ce pays, la dénégrification étant hors de leur portée dans ce bled peuplé principalement de noirs et curieusement appelé Trab Elbeydan, la terre des blancs. C’est cela l’énigme de la Mauritanie que les nouvelles générations doivent résoudre de préférence sans repasser par les événements de 1989. Elles doivent aussi faire l’économie d’expériences à la libanaise, rwandaise, somalienne…Penser au coût de la reconstruction quand un pays recule d’un demi siècle de développement après seulement deux années de conflit.

maatala a dit…

Plus surprenante est la contestation dans ce numéro de la nationalité de deux leaders politiques halpulaars qui tombe comme un cheveu dans la soupe. L’un d’eux avait déjà été accusé dans le précédent numéro (N°281 de jeudi dernier) d’être un sénégalais ayant acquis la nationalité mauritanienne frauduleusement. On n'est trop loin de la thèse d'El Wafi disant que "tous noirs en Mauritanie sont descendants de tirailleurs sénégalais que les français ont emmené avec eux pour coloniser le pays", fussent-ils aujourd'hui élus ou parlementaires. Mais les temps ont changé, il faut dire la même chose mais en l'enrobant autrement.

Interpellé vendredi sur les preuves de ces allégations, le Directeur de publication Ali Mohamed Ould Ebnou, a signifié dans une conversation téléphonique son étonnement que de telles affirmations soient dans les colonnes d’Elhayat, « notre ligne éditoriale est pour l’unité nationale et la cohésion sociale, je vais lire le numéro et faire mon enquête». Il a fini par dire qu’il n’ont fait que reprendre l’information sur un site électronique, regrettant au passage que son collaborateur n’ait pas indiqué sa source au bas de son article. Il s’était engagé à publier des excuses en indiquant l’adresse du site, et malgré plusieurs relances, on attend toujours…

Etait-ce une pirouette d’acrobate ? Ould Ebnou doit savoir que le délit de presse a été abrogé mais, d’après un avocat de la place, la diffamation demeure punie par la loi. Pour prouver sa bonne foi et son engagement pour une Mauritanie unie, il peut au moins retirer son slogan d’appel à la chasse aux étrangers et mettre en veilleuse son apologie de Saddam Hussein. On risque d’attendre longtemps, le temps que cette opportunité de diviser la Mauritanie qu’est l’enrôlement se dissipe, …disparaisse !

En conclusion, il faut être optimiste pour l’avenir de ce pays car la vérité est que la plus grande partie des maures blancs, où du moins leurs élites, ont compris que le pouvoir politique doit être progressivement transféré aux noirs mais en négociant une sortie honorable à la sud-africaine, c’est-à-dire en lâchant le moins possible sur le partage des richesses, leur pouvoir économique serait la garantie de leur conservation. Ceux là ne sont pas pour une confrontation intercommunautaire violente à l’issue incertaine, surtout si on tient compte de la montée des revendications pour la reconnaissance dans la constitution de l’identité haratine, une communauté qui veut se situer à égale distance des maures blancs et des noirs non arabes. C’est pourquoi les haratine refuseraient d’être à nouveau le bras armé du système dominant, ils aspirent maintenant à gouverner. La prise de conscience de leur poids démographique, et donc de leur légitimité pour présider ce pays, grandit tous les jours. Il n’y aura pas de remake des événements de 1989, en cas d’instabilité les haratine joueront leur partition sans harmoniser avec un quelconque chef d’orchestre. L’opportunisme libérateur n’est pas honteux, c’est une fenêtre de l’histoire à saisir.

Source: Ciré KANE- Nouakchott le 5 octobre 2011

maatala a dit…

salam


Pourquoi ce recensement doit être au moins suspendu !

N’eut été le côté dramatique de la situation, il serait presque attendrissant de voir avec quel acharnement le gouvernement tente d’imposer une opération contre laquelle se liguent tant de voix. Son entêtement fait penser à la matrone s’employant à ramener à la vie un bébé presque mort-né.

Mais pourquoi le gouvernement s’entête-t-il donc à vouloir imposer envers et contre tout cette opération d’enrôlement dans sa déclinaison actuelle ? Pourquoi ignore-t-il les revendications de mauritaniens de plus en plus nombreux à rejeter, au moins sur sa forme, ce qu’ils appellent « enroulement » ? Pourquoi, en dépit du bon sens, refuse-t-il d’engager une discussion franche et ouverte sur les points de désaccord ?

Au détour d’une question-commentaire que nous lui adressions lors de l’entretien qu’il avait bien voulu nous accorder, le président Ould Abdel Aziz minimisait le ressenti de ceux qui manifestent contre l’enrôlement, mettant alors leur opposition sur le compte d’un manque de compréhension et de communication.



La bataille de la communication définitivement perdue

Malgré les efforts déployés ces derniers temps pour « vendre » l’enrôlement aux mauritaniens réfractaires, les manifestations ne faiblissent pas. Elles prennent même de l’ampleur avec des tournures violentes (Nouakchott et Kaédi) et tragiques (un mort et des blessés par balles à Maghama).

L’Administrateur Directeur Général Mohamed Fadel Ould Hadrami aligne les énormités dans une interview accordée à nos confrères de Sahara médias et Al Alkhbar. Il dit par exemple qu’il est indispensable de poser des questions aux candidats pour savoir qui est résident et qui est visiteur, « que cela dérange ou pas » (très raffiné pour l’opération de communication).

Je suis personnellement né dans le Hodh El Gharbi parce que mon père y servait le pays. J’en suis parti à l’âge de deux ans pour ne plus jamais y retourner. Que voulez-vous que je puisse vous dire d’Aioun ? L’ADG ajoute par ailleurs qu’ « on ne peut pas communiquer avant d’avoir commencé une opération ». Il a intérêt à revoir toutes les procédures de la conduite de projet. La communication ce n’est pas seulement se saisir d’un micro et se mettre devant une caméra.

C’est préparer les esprits, affiner une stratégie à l’aide d’une étude préalable, c’est envoyer des signaux, c’est donner dans le symbole pour emporter l’adhésion. Les communiqués de presse et les spots publicitaires ne sont que les maillons les plus faibles de la chaine de communication. Pour preuve, l’agitation des derniers temps n’a que peu d’effets sur les manifestants.

C’est qu’une fois une opinion installée dans le subconscient des citoyens, elle devient presqu’impossible à combattre. Or, le gouvernement a réagi par le silence et le mépris quand les premiers signes de rejet commençaient à se faire entendre à travers les interventions au parlement de Mohamed Jemil Ould Mansour, El Ghassem Ould Bellal, Kadiata Malick Diallo.

Le même mutisme répondra aux articles publiés par des intellectuels de tous bords qui pointaient les insuffisances de cette opération. En la matière, le gouvernement a réagi comme sous la dictature d’Ould Taya : aux chiens qui aboient on oppose le mépris des grands seigneurs de la caravane.

maatala a dit…

Qui a été mordu par le serpent craint la corde

Or, dans un pays qui a connu de graves crises identitaires depuis l’indépendance (1965-66, 1979 puis surtout entre 1989 et 1991), c’est faire preuve d’irresponsabilité et de légèreté que de croire possible le lancement d’une opération aussi sensible sans prendre quelques dispositions. Il est d’ailleurs surprenant et paradoxal de constater que Ould Abdel Aziz qui revendique des actes forts envers la communauté négro-africaine (prière de Kaédi, parachèvement du retour des déportés, indemnisation des victimes même si les conditions en sont controversées…) puisse rester à ce point indifférent devant tant de désapprobations.

Il a sans doute mal mesuré les frustrations et les méfiances qui se sont accumulées le long des années. Les négro-africains gardent en mémoire, en plus des événements cités plus haut, les sorties du premier ministre au sujet de la place prépondérante de l’arabe. Ils n’ont pas oublié non plus celle de la ministre de la culture pour qui les langues nationales sont « les plus graves menaces pour la langue arabe » (sic). Dans ces conditions, confier une opération aussi sensible que celle de la refonte de l’état civil à une commission composée presqu’exclusivement d’une seule communauté relève, au mieux, de l’amateurisme, au pire, de la provocation.

Et à ce sujet, la justification apportée par l’ADG tourne carrément au naufrage et doit être consignée dans les annales de la communication publique : le comité de pilotage compte un négro-africain sur 13 parce qu’il est désigné selon le critère de compétence, il faut des « capables ». Il n’existe donc pas de négro-africains compétents en Mauritanie. Il a fallu chercher partout pour en trouver un ou deux, ce n’est pas la faute de l’ADG. Que répondre à l’injure ?

Enfin, l’on entend accuser les manifestants négro-africains de s’en prendre aux biens publics ou appartenant à des citoyens paisibles. Le reproche est justifié. On n’a pas besoin de brûler un palais de justice ou la voiture d’un pauvre citoyen pour se faire entendre. C’est valable pour les manifestants négro-africains comme pour leurs compatriotes arabes qui incendiaient la mairie et le seule ambulance de Fassala il y a quelques mois sans être accusés d’être des criminels venus de l’étranger. Et tout ça ne justifie ni n’excuse des tirs à balles réelles sur des manifestants désarmés.

Ce sont les maladresses et les fautes de goût de cet ordre qui installent le doute dans la tête des populations qui manifestent contre l’enrôlement. Parce que « chat échaudé craint l’eau froide ». Elles ont vécu des événements douloureux et sursautent au plafond dès qu’ils voient une corde. La morsure d’un serpent venimeux ne s’oublie pas de sitôt. Il eut suffit aux autorités de tenir compte de cette vérité pour étouffer les soupçons dès leur naissance en jouant la carte de la transparence et de la concertation.

Au point où nous en sommes l’apaisement portera un prix. Les simples communiqués et les émissions radio et télévisées ne serviront à rien. Tout au plus seront-elles perçues comme de nouvelles tentatives « d’en-rouler » les populations dans la farine. Les positions se sont cristallisées et des solidarités sont nées entre victimes réelles ou supposées. Même les communautés arabes qui vivent les mêmes vexations d’une opération mal ficelée hésitent à protester.

Parce que les choses prennent un caractère identitaire. Un cauchemar pour l’unité nationale et pour tout gouvernant qui doit d’abord aspirer à gouverner un peuple uni et regardant dans la même direction. En politique le ressenti compte autant que le réel.

Abdoulaye Diagana

Source : Kassataya (France)

maatala a dit…

Salam

Importé d'Arabie saoudite, au gré des relations commerciales avec ce pays, l'islam wahhabite gagne du terrain au Mali. Mosquées aux imams intégristes, femmes voilées de noir ou en niqab en sont les signes les plus visibles. Mais les islamistes, qui revendiquent de plus en plus ouvertement l'application de la charia dans un pays traditionnellement laïque, sont aussi parfois prêts à en venir aux mains.

Lundi 26 septembre, 4 heures du matin. Un groupe d’individus hurlant des « Allah akbar, astakfir » fait irruption dans la petite boîte de nuit de l'hôtel Flamboyant, dans le quartier de Kalaban Coura, à Bamako. Ils incendient le bar et disparaissent comme ils sont arrivés.

L’acte est isolé, mais pas anodin. Depuis plusieurs années, régulièrement, des incidents plus ou moins violents impliquant des islamistes émaillent la vie nocturne de la capitale malienne. Une tension autour des bars et des lieux de rencontre qui est indissociable de la montée en puissance des partisans d’un islam dur au Mali. Mais aussi de l'ambiguïté des autorités maliennes, qui redoutent la mobilisation des islamistes contre le gouvernement, comme cela a été le cas en 2009 contre la réforme du Code de la famille, qui attend toujours une deuxième lecture à l'Assemblée nationale.

« Lorsque j'ai commencé à avoir des problèmes avec les fidèles de la mosquée Sabilou Rachad, l'Office malien de l'hôtellerie m'a dit d’élever le mur du patio pour cacher ce qui se passe à l'intérieur. Ce que j’ai fait. Peu après, j’ai dû changer l’entrée de la boîte de nuit. Mais malgré ça, ils sont venus tout casser », indique M. Dembélé, le propriétaire de l'hôtel Flamboyant.

Décret imprécis et source de tension




Au Mali, les religieux s’appuient souvent sur un décret de 2006, pris après la nuit de violences du 27 mars 2005 (voir encadré ci-contre). Celui-ci interdit la présence de débits d’alcool à côté des lieux de culte, mais sans préciser la distance minimale devant être respectée. Or la population de Bamako croît à grande vitesse : elle est passée d’environ un million d’habitants en 1998 à près de deux millions en 2011. Conséquence : les mosquées, dont on estime désormais le nombre à plusieurs centaines dans la capitale, ont presque triplé depuis les années 2000. Et les conflits - plus ou moins latents - se multiplient avec les bars qui s'ouvrent un peu partout.

maatala a dit…

D’autant que dans les nouveaux quartiers de Bamako se construisent de plus en plus de mosquées qualifiées de « wahhabites » par la population. « Les gens nous désignent comme cela, car nous croisons les bras en priant, nous ne faisons pas de « fatiha » [vœu après la prière collective, NDLR] et nous n'acceptons pas le port de grigris », explique Ibrahim Maiga, l'imam adjoint de la grande mosquée du quartier de Magnambougou, qui se félicite de « compter au moins 10 mosquées » de même tendance que la sienne dans la capitale malienne.

Âgé de 35 ans, il a fait ses études en Arabie saoudite pendant 4 ans « après avoir rejoint [son] père, émigré » dit-il. Les pays du Golfe financent parfois des études, des pèlerinages, des équipements comme « les tapis de la mosquée », confie Maiga, mais aussi, souvent, le bâtiment religieux lui-même. « Nous avons eu des soutiens de la part de l'ONG Alpharouk, qui trouve de l'aide en provenance des pays extérieurs », explique Mohamed Fofana, le muezzin adjoint de la mosquée Diamiou Ali Ibn Abitaleb, du quartier de Lafiabougou.

"Celui qui n'est pas musulman n'est pas mon frère"

Au siège de ladite ONG, dans le quartier chic de Hamdalaye ACI, se trouve une mosquée wahhabite du nom de Al- Muntada al-Islami, réputée pour son caractère ultra-conservateur. « Celui qui n'est pas musulman n'est pas mon frère, même si nous sommes frères de lait », lance l'imam, Ousmane Traoré...

Retour à Kalaban Coura, où la boîte de nuit du Flamboyant a été vandalisée (voir photo ci-contre). « Les mosquées wahhabites poussent en grand nombre ici », indique fièrement Cheik Ali Fofana, enseignant dans une medersa située dans la cour de la mosquée Sabilou Rachad, dont les fidèles sont soupçonnés d’être à l’origine de l’attaque du 26 septembre. « Nous accueillons chaque année à la rentrée une moyenne de 80 nouveaux élèves », précise-t-il.

Autre quartier, même tableau. Située à Yirimadjo, la « mosquée de Daoud » est réputée proche du Pakistan. Âgé d'à peine 30 ans, l'imam se nomme Mohamed Togola mais se fait appeler Mohamed Ben Mokhtar. « Nous ne nous définissons pas comme wahhabites, explique-t-il, mais plutôt comme des sunnites ». Tendance rigoriste, bien-sûr. Pas de bars, ni de boîtes de nuits dans les parages, mais « si jamais ces choses viennent ici, nous ne les accepterons pas, pas plus nous que les cinq autres mosquées du quartier », menace Ben Mokhtar.

Même le traditionnel « bal poussière » malien, où les filles et les garçons se rencontrent, est menacé. « Nous allons nous organiser avec les autres jeunes des mosquées pour empêcher ce genre de manifestations dans nos rues », affirme le muezzin adjoint de la mosquée de Lafiabougou. Après une rencontre portant sur le sujet à la grande mosquée de Bamako, le 2 octobre 2011, la ligue des imams et des érudit pour la solidarité islamique a publié un communiqué de presse appelant à la tolérance et à la paix. Tout en restant ferme sur les principes pour donner des gages à son aile dure. « Les musulmans respectent tout le monde, mais ne craignent personne quand il s’agit de dire la vérité dans le domaine de la religion ».


Source: Jeuneafrique.com

maatala a dit…

Salam

Lu pour Couly L'HMAR

Selon O. Daddah: «les mains d’Ely Ould Mohamed Vall sont tachées du sang des Négro Africains»


Le chef de file de l’opposition démocratique mauritanienne Ahmed Ould Daddah n’a déclaré que la pire hypothèse de la fin de la crise politique en Mauritanie est le retour au pouvoir d’Ely Ould Mohamed Vall.

Selon Ahmed Ould Daddah : « les mains d'Ely Ould Mohamed Vall sont entachées du sang des Mauritaniens Négro Africains dans les années 80, comme il participe profondément dans le trafic de drogue et, est certainement l’un des plus grands symboles de la gabegie ».

Le leader de l’opposition a déclaré dans une rencontre avec le chargé d’affaires de l’ambassade des USA le 14 octobre 2008 qu’il ne s’oppose pas à l’idée de Messoud Ould Boulkhair concernant l’accession provisoire de Bâ Mbaré au pouvoir malgré sa divergence avec lui sur le retour de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi à son bureau avant la démission.



Mais Ahmed Ould Daddah s’est ressaisi en déclarant qu’il voit l’idée différemment de la façon dont la voit Messoud Ould Boulkhair, car Bâ Mbaré est proche d’Aziz et traîne des affaires de gabegie. Ahmed Ould Daddah a mis en garde contre toute solution qui ne constitutionalise pas l’institution militaire.

Selon lui, les Mauritaniens ont besoin plus qu’à n’importe quel autre moment de leur histoire que l’armée quitte la politique. Cette institution doit en contrepartie être convenablement équipée et soutenue pour répondre aux besoins sécuritaires du pays


maatala

maatala a dit…

Salam

Ils ont sauvé le dialogue.


De loin, j’apprends que les parties prenantes dans le dialogue national engagé il y a plus de trois semaines, que ces parties sont arrivées à un accord. Grâce notamment aux concessions faites par le Président de la République sur certaines questions qui, si elles n’avaient pas été entérinées, aurait donné au dialogue un air de carnaval, une perte de temps de plus.

Ainsi donc sera créée une agence chargée de gérer – préparer, organiser, surveiller, sanctionner – les élections. On croit avoir garanti l’indépendance de cette nouvelle institution en insistant sur le choix, par chaque partie, de sept personnalités «consensuelles».

On l’espère parce que la garantie de l’indépendance d’un tel organe est essentielle dans le recouvrement de la confiance, mais cela dépendra fortement de la capacité de proposition des parties. Attendre et voir donc.



La date des élections sera fixée par l’Agence après concertations avec le Conseil constitutionnel, les présidents des deux Chambres du Parlement. Une révision de la Constitution a été décidée. Elle devra insister, en préambule, sur la diversité culturelle du pays et sur sa vocation de creuset multiracial.

Un article sera ajouté pour fonder la criminalisation de l’esclavage et des pratiques assimilées. Les prérogatives du Premier ministre seront élargies aussi pour lui permettre de devenir un véritable chef de gouvernement. Criminalisation des coups d’Etat et création d’un corps dédié spécialement à la protection des Institutions républicaines (Présidence, Parlement, Premier ministère…).

Sur les découpages, de nouvelles mesures seront prises dont un député tous les 30.000 habitants. Pour le suivi et l’application de l’accord qui sera annoncé jeudi, une commission doit être désignée. Elle sera dirigée par Boydiel Ould Hoummoid et Ahmed Ould Bahiya. C’est ainsi donc que le Président Ould Abdel Aziz vient de sauver le processus de dialogue qui va nécessairement ouvrir pour le pays une nouvelle ère de convergence.

Félicitations anticipées à toutes les parties, particulièrement aux trois hommes qui y ont cru et qui ont pesé de tout leurs poids pour faire aboutir la démarche : Mohamed Ould Abdel Aziz, Messaoud Ould Boulkheir et Boydiel Ould Hoummoid.

Mohamed Fall Oumeir

maatala a dit…

Salam

Il a dit:

"Un article sera ajouté pour fonder la criminalisation de l’esclavage et des pratiques assimilées.

Le probléme se ne sont pas les lois , mais leurs applications.

Il faut créer une section spéciale avec des juges d'instructions non avariés.

--------------------------------

Les prérogatives du Premier ministre seront élargies aussi pour lui permettre de devenir un véritable chef de gouvernement.

-------------

La blague, car Lagdaf dit Domenec avec ou sans prérogatives, c'est toujours notre indolore et incolore PM.

---------------------------------

Criminalisation des coups d’Etat et création d’un corps dédié spécialement à la protection des Institutions républicaines (Présidence, Parlement, Premier ministère…).

-----------------------

En d'autres termes le Basep new look aura un oeil sur toutes les institutions du bled.

Du genre confier la brebis au loup dit le fou.

maatala

maatala a dit…

Salam


Daddah la dernière victime de wélouleaks…

Mercredi 12 Octobre 2011 - 18:53

Décidément c’est l’hécatombe. Toute proportion gardée, aussi terrible que la révélation selon laquelle maître Sylla aurait été prêt à contacter Israël et faire prendre les armes à ses fils pour en finir avec Aziz mort ou vif, voici le petit meurtre entre amis, sinon parents par alliance, où maître Daddah aurait dit aux américains que maître Ely serait l’homme le plus corrompu de Mauritanie, mêlé au trafic de drogue et ayant du sang négro-mauritanien sur les mains.

Le démenti de maître Daddah comme celui de maître Sylla fait mal au cœur car on a mal pour eux. C’est très dur après les événements d’entendre pareilles confidences passées au micro-ondes. Quand on pense que madame Ely est de chez maître Daddah, ce n’est pas rien. Quand on pense que c’est Ely qui a créé pour maître Daddah ce statut de chef de l’opposition avec la cagnotte que l’on sait, ce n’est pas rien. Quand on sait surtout qu’en Mauritanie dire les choses en face ce n’est pas la coutume, car la coutume c’est le poignard dans le dos, ce n’est pas rien. Tout cela, ce n’est pas rien.

Pourtant, maître Sylla pouvait dire haut et fort « oui, pour protéger la constitution j’étais prêt à aller jusqu’au bout avec les armes contre des gens qui font fi du choix du peuple avec les armes » ; de même maître Daddah pouvait dire haut et fort « Ely a été pendant 20 ans maître de la sûreté ce qui ne pouvait pas le laisser innocent face aux sanglants événements, Ely dit-on aurait une fortune colossale qui ne peut provenir de son salaire et Ely a été au sommet d’un système de la gabegie ce qui ne peut en faire un pauvre etc. ».

Mais la politique chez nous, l’hypocrisie culturelle, l’art des poignards de salon, la connivence, les petits cadeaux statutaires qu’on ne refuse pas et qui vous obligent au démenti... Tout cela montre nos hommes politiques comme ils sont : ils ne semblent parler le langage de la vérité que sous le parapluie d’un puissant étranger comme si finalement la force de la vérité et le courage de la dire ne sont pas dignes du mauritanien. On dirait que le mauritanien au fond et en surface méprise le mauritanien ; le mauritanien en particulier pense qu’il vaut mieux que le mauritanien en général. Que faire alors quand le mépris est si violent ? Comment se battre un pour tous et tous pour un quand l’un méprise tous et tous écrasent l’un ?

maatala a dit…

C’est peut-être l’une des plus grandes réussites des militaires que d’avoir trop joué avec nos anciens politiques ; les montrant finalement très intéressés comme les militaires sauf qu’ils n’ont pas le pouvoir. Nos hommes politiques comme la société civile semblent désintéressés par défaut ! On dirait que les grandes valeurs de la démocratie que les uns et les autres ont reçu par une greffe universitaire étrangère ne prennent pas à vie et ne souffrent pas longtemps la tentation…

C’est la force des gênes, la force de la culture de l’exploitation, de la loi du plus fort et du plus rusé, la loi de l’hypocrisie où tous les coups sont permis tant qu’il n’y a pas de preuve publique ! Et même si la preuve se trouve, l’omerta la couvre, l’étouffe et l’enterre ; restent les belles mines des notables chacun étant persuadé qu’il est le plus fin, le plus cultivé et que les autres ne se rendent pas compte de sa ruse et de son mépris. Tel titulaire d’une maigre licence des années 60 ou d’une laborieuse maîtrise datant du même siècle devient un héros familial, de grande famille bien entendu ; tel ayant un doctorat lambda comme des centaines de milliers d’anonymes dans le monde, devient tout d’un coup la fierté d’une tribu, un oracle infaillible ayant un avis sur tout.

De là de pauvres médecins gonflés, arrogants et ignorants, dépassés depuis 20 ans par la médecine, de là un psychiatre qui pique au hasard car il est militaire donc plus apte que les médecins talentueux, de là des pédiatres qui signent les mêmes ordonnances toute la journée quel que soit le mal, de là des professeurs qui enseignent la sottise, des avocats qui ignorent le droit, etc. partout soit des ânes qui se prennent pour des chevaux soit des lumières qui à force d’éclairer dans le vide se prennent pour des soleils tellement elles créent leurs propres sources comme autant de vérités scientifiques !

Ah ! Dieu ! Quel pays !

On vous le laisse !

Pourtant au cœur de tant de fanges, d’imposteurs, de voleurs, de crétins, de salauds, de minables, on trouve comme dans tout pays, les génies de la nation qui se battent et avancent avec sur le dos le pouvoir d’une culture parfaitement adaptée à la pauvreté, l’hypocrisie, la jalousie, l’exploitation et la médisance…

La preuve !

Aziz n’est pas Ely car malgré ses défauts, chacun vous dira que même s’il ne vous donne rien, Ely vous recevra toujours avec considération, Ely n’est pas un ingrat, et s’il peut vous rendre un service, il le fera au nom de la famille, des liens des uns et des autres ; Aziz dit-on est sec, la gratitude n’est pas ce qui l’étouffe mais n’est-ce pas la meilleure recette pour gouverner une élite pareille ?




Au fond, on aime bien Aziz car il fait ramper les opposants mais il ne donne rien non plus à ses partisans… Il sait que ce pays est devenu pourri, il s’en éloigne, s’enferme en se privant de rien mais refuse de jouer le jeu de la mauritanité ancestrale celle d’un Ely avec lequel certainement la crise serait moins dure même si cela ne serait qu’une fuite en avant vers le dépôt de bilan… Mais pour le bon mauritanien, demain est un autre jour, seul compte le présent dans tous les sens des termes…

Vlane.a.o.s.a

maatala a dit…

Salam


Exclusif: Sahara média publie les principaux points de l'Accord convenu entre la majorité et...

...l'opposition à l'issue du dialogue.



Sahara média publie, en exclusivité, les principaux points de l’accord entre la Majorité présidentielle et certains partis de l’opposition à l’issue d’un dialogue qui a débuté, au Palais des Congrès, il y a plus de deux semaines. Il est convenu que cet accord soit signé, au cours d’une cérémonie officielle, demain jeudi.

L’accord comporte un package de « résolutions », dont l’élargissement des prérogatives du Premier ministre, qui devient de ce fait chef du gouvernement et engage sa responsabilité devant le parlement. L’accord lui donne aussi le privilège de nommer aux hautes fonctions civiles et militaires, après accord du président de la République.

Les deux parties ont également convenu de faire passer le nombre des députés de 95 élus à 150, avec la création d’une liste spéciale pour les femmes. Voici donc les principaux points de l’accord auquel la majorité et l’opposition participant au dialogue sont parvenus :



- Le préambule de l’Accord comporte la reconnaissance de la diversité culturelle, le droit à la différence et le refus de l’esclavage.

Le Premier ministre devient chef du Gouvernement qui est responsable devant le Parlement. A ce dernier le droit de lui accorder ou de lui refuser sa confiance ;

- Le Premier ministre nomme aux hautes fonctions civiles et militaires après accord du président de la République ;

- Les 9 membres du Conseil constitutionnel sont nommés, à égalité, par le président de la République et les deux présidents de l’Assemblée et du Sénat ;

L’avis de la HAPA est requis pour la désignation par le gouvernement des directeurs des médias publics ;

- L’Institution de l’Opposition reste sans changement ;

- Mise en place d’un instrument adéquat qui permet à l’opposition d’accéder aux informations à caractère financier, économique ou social ;

- création d’une agence générale permanente chargée de l’organisation des élections du début à la fin. Cette agence comporte deux chambres, l’une technique et l’autre juridique ;

- Le maire d’une commune sera obligatoirement la tête de la liste ayant obtenu la majorité des suffrages ;

- Le quota réservé aux femmes reste tel quel ;

Les élections législatives :

- Relèvement de la liste nationale à 20 sièges ;

- Création d’une liste nationale spécifique aux femmes de 20 sièges ;

- Relèvement de la liste de Nouakchott à 20 sièges ;

maatala a dit…

- Relèvement du nombre des élus de l’Assemblée nationale de 95 députés à 150 selon le découpage suivant :

- Moins de 31.000 habitants = 1 député ;

- De 31.000 habitants à 90.000 habitants = 2 députés ;

- De 90.000 habitants à 120.000 habitants : 3 députés ;

- Plus de 120.000 habitants = 4 députés ;

- Interdiction des candidatures indépendantes ;

- Interdiction du nomadisme politique : Le député perd de facto son siège quand il quitte son parti ; il est remplacé par son suppléant ;

- La possibilité pour le député de revenir à son siège s’il est nommé au gouvernement ou à un poste avec rang de ministre ;

- La session parlementaire est ouverte toute l’année à l’exception de 3 mois de vacances ;

- Chaque député ou sénateur a droit à un assistance titulaire d’un bac + 3 et membre de son parti ;

- Retrait du récépissé d’un parti ayant pas obtenu moins de 1% aux élections municipales et législatives ;

- Participation de l’Etat au financement des campagnes électorales des partis politiques ;

- L’Etat rembourse à tout candidat à l’élection présidentielle les frais de sa campagne s’il obtient 5% ou plus des suffrages ;

- Criminalisation de la corruption électorale et le recours au financement extérieur par les partis ou les candidats ;

Place de l’armée et alternance politique sur le pouvoir

- La Constitution doit criminaliser les changements anticonstitutionnels, leurs exécuteurs ainsi que les personnalités et partis politiques qui les soutiennent ;

- Adoption d’une loi organique interdisant aux militaires et responsables des services de sécurité de mener une activité à caractère politique ;

- Interdiction à l’armée d’assurer la sécurité des autorités ou des services publics. Cette mission doit revenir aux services chargés de la sécurité intérieure (police, garde, gendarmerie) ou à un corps spécial constitué à cet effet (Garde présidentielle) ;

Les deux parties ont convenu de mener une campagne de sensibilisation, au niveau de Nouakchott et des capitales régionales, durant les mois d’octobre et de novembre 2011, pour expliquer les points d’accord du dialogue. Parallèlement à cela, il faut commencer la préparation des amendements constitutionnels proposés et l’élaboration des projets de loi issus du dialogue. Durant la même période, le comité exécutif de l’Agence indépendante des élections doit être constitué. De même, la date des élections doit être fixée.

Enfin, un comité de suivi de l’application de l’accord, présidé par les deux chefs des négociateurs (le ministre d’Etat Ahmed Ould Bahiya et Boidiel Ould Houmeid) et comprenant 4 représentants de chaque pool, doit être mis en place.

Source :

SaharaMedias (Mauritanie

maatala a dit…

Salam


Wikileaks : Le parti Tawassoul, une mode passagère selon Hamden Ould Tah








Le secrétaire général de la ligue des ulémas de Mauritanie a exprimé son rejet du parti Tawassoul qui est selon lui une mode passagère chez des « jeunes sans expérience qui ont une idéologie étrangère à l’instar du parti communiste d’il y a quelques années ».

Dans un document de l’Ambassade des USA révélé par Wikileaks, le savant mauritanien a précisé que le parti Tawassoul dispose d’un agenda politique qui prévoit l’arrivée pouvoir en force de l’Islam.

Dans un sondage que l’Ambassade des Etats-Unis a effectué auprès des Ulémas, il est ressorti une position assez sévère concernant le parti islamiste. Selon Mohamed El Hafdh Ould Nahwi, président du regroupement Culturel Islamique, Tawassoul ne peut être seul représentant de l’Islam et sa participation au gouvernement devrait être accompagnée de celle de représentant d’obédience soufie.



Toujours selon Wikileaks, l’imam de la mosquée Ibn Abass, Hademine Ould Saleck a soutenu qu' il y a des divergences profondes entre plusieurs écoles de la pensée islamique et les principes du parti Tawassoul.

L’Imam a même ajouté, selon Wikileaks, que le parti Tawassoul est une politisation de l’Islam sur demande du pouvoir en place d’alors.

lane a dit:

"l’hypocrisie culturelle, l’art des poignards de salon, la connivence"

En voila une parfaite illustration:




Wikileaks : Le parti Tawassoul, une mode passagère selon Hamden Ould Tah








Le secrétaire général de la ligue des ulémas de Mauritanie a exprimé son rejet du parti Tawassoul qui est selon lui une mode passagère chez des « jeunes sans expérience qui ont une idéologie étrangère à l’instar du parti communiste d’il y a quelques années ».

Dans un document de l’Ambassade des USA révélé par Wikileaks, le savant mauritanien a précisé que le parti Tawassoul dispose d’un agenda politique qui prévoit l’arrivée pouvoir en force de l’Islam.

Dans un sondage que l’Ambassade des Etats-Unis a effectué auprès des Ulémas, il est ressorti une position assez sévère concernant le parti islamiste. Selon Mohamed El Hafdh Ould Nahwi, président du regroupement Culturel Islamique, Tawassoul ne peut être seul représentant de l’Islam et sa participation au gouvernement devrait être accompagnée de celle de représentant d’obédience soufie.



Toujours selon Wikileaks, l’imam de la mosquée Ibn Abass, Hademine Ould Saleck a soutenu qu' il y a des divergences profondes entre plusieurs écoles de la pensée islamique et les principes du parti Tawassoul.

L’Imam a même ajouté, selon Wikileaks, que le parti Tawassoul est une politisation de l’Islam sur demande du pouvoir en place d’alors.

maatala a dit…

Salam

Lu pour Couly

Mauritanie: La lacheté collective ou le silence coupable!


" Les mains de Ely Ould Mohamed Vall sont entachées du sang des Mauritaniens Négro-Africains dans les années 80, comme il participe profondément dans le trafic de drogue et est, certainement,l'un des plus grands symboles de la gabegie." La deuxième partie de la phrase, bien que navrante, n'est pas la raison pour laquelle j'écris ces lignes.

Mais ces propos prêtés à Ahmed Ould Daddah et diffusés par Wikeleaks doivent interpeller chacun d'entre nous, nous sortir de notre silence complice et nous faire entrevoir la justice comme seul horizon.

Ce qu'a dit Ould Daddah est ce que tout le monde- chacun avec sa sensibilité- soupçonnait. Le crime de masse de 1989 a ses auteurs et ils sont parmi nous et bien vivants. Le cas de Ely Ould Mohamed Vall est singulier.



Il ne servait pas le pays, il servait un homme: Ould Taya. Celui qui l'a fait tout puissant et incontournable. Il ne se passait rien sans qu'il fût au courant. N'était-il pas les oreilles et les yeux de son maître? Il y a gagné prestige, privilège et richesse. Mais sa richesse, c'est notre argent! Sur ce point il n'est pas seul et je le concède aisément! Il y a longtemps que l'heure a sonné pour nous de faire la lumière sur ces meurtres qui continuent à déchirer la nation.

Nous avons beau faire semblant de ne pas entendre la sonnerie, elle ira de son rappel quotidien, hebdomadaire, mensuel et annuel. Nous ne pouvons nous laisser bercer par l'illusion de l'oubli. Car le crime ne s'oublie pas. Que ceux qui savent des choses parlent, il en va de notre avenir. Que Ely Ould Mohamed Vall, qui a été le plus proche collaborateur de Ould Taya, s'exprime.

Nous voulons savoir et nous avons le droit de savoir. Son nom est tu dans l'amertume des vies cabossées et cité sous les toits. Nous ne sommes pas naïfs au point de croire que l'on reste vierge après une vingtaine d'années à la tête de la Sûreté Nationale. Ceux qui ont applaudi ce héros qui n'en était pas un sont les mêmes qui ne cherchent que des occasions pour applaudir. Et peu leur importe la nature de l'événement. S'agit-il d'un événement heureux ou malheureux? Peu leur chaut!

Tout le monde est plus ou moins convaincu qu'un jour ou l'autre Ould Taya aura à répondre des crimes commis sous son règne. Je ne dis pas pas sous sa présidence puisque la Mauritanie lui appartenait; la seule volonté qui était prise en compte et exaucée avec zèle était la sienne. Mais il est clair depuis les temps immémoriaux qu'on ne peut juger le roi en minorant le rôle de son entourage.

Lorsqu'il lui apprend son renversement, la première réaction de Ould Taya est de s'étonner "des auteurs du coup d'état, des hommes en qui il avait toute confiance." Il avait confiance en eux parce qu'il a fait d'eux ce qu'ils sont qu'ils devenus. Dans son entendement, il s'est senti trahi par ses créatures. C'est le roman d'épouvante où le docteur Frankenstein voit sa créature lui échapper et gagner en automie.

maatala a dit…

Peut-être que n'était-il pas assez imprégné de culture Négro- mauritanienne pour méditer ce proverbe Soninké qui dit que " si tu soignes les dents de la souris, il faut t'attendre à ce qu'elle teste leur guérison par tes arachides." Le nom de Ely Oud Mohamed Vall-et bien d'autres- est régulièrement cité comme un des maîtres d'oeuvre du génocide de 1989.

Et durant toute la période de la transition, il a refusé d'évoquer le passif humanitaire, il en était agacé sous le fallacieux prétexte qu'il ne fallait pas rouvrir les blessures du passé. Je ne décrète pas sa culpabilité, c'est à la justice nationale ou internationale de déterminer son degré de responsabilité, de le condamner ou de l'acquitter, mais, impérativement et humainement, s'impose à nous un devoir de clarté. Les proches des victimes ont droit à toute la lumière, les Mauritaniens, et tous les Mauritaniens, doivent, au nom de la justice, réclamer la vérité sur ces événements qui ne passent pas.

Ils ne passent pas parce qu'ils sont à l'origine de la cassure- je ne dis pas irrémédiable mais profonde- de notre société naguère fraternelle et solidaire, soudée par une même religion. Or en 1989 la religion a souffert du crime et de la spoliation. Et c'est parce qu'ils ne passent pas que les Négro-mauritaniens ont eu le réflexe de manifester contre le recensement en cours qui, à leurs yeux, est un remake édulcoré de leur exclusion.

Il serait périlleux pour la nation de ne pas se pencher sur ce passé récent qui empoisonnent nos relations. Je disais plus haut que le crime ne s'oublie pas. De tout temps le vainqueur veille sur les acquis de sa victoire et le vaincu cherche à se laver des souillures de la défaite. Certains aiment à répéter que ces événements appartiennent à l'histoire.

Mais l'histoire c'est, avant tout, le musée des horreurs, le magasin où l'on range les rancunes rances en attendant l'occasion de les sortir. Les génocidaires rwandais, de par le vaste monde, souffrent d' insomnies, hantés par les fantômes de leurs victimes et traqués par la justice. Il n'y a aucune raison que ceux de Mauritanie dorment d'un sommeil immérité!

Les victimes ne sont pas seulement les morts, ceux sont aussi ces femmes et ces hommes qu'on a renvoyés au Sénégal mais qui, une fois revenus chez eux, se sentent étrangers. Je ne dis pas qu'un effort national n'a pas été fait en leur direction. Mais il est insuffisant. La nation a le devoir de leur rendre justice.

Pas seulement en désignant Ould Taya comme unique auteur des actes criminels commis à l'encontre du pays de Mokhtar Ould Daddah,de Sidi El Mokhtar N'Diaye, de Soumaré Diérémouna, de Abdel Aziz Sall et de tous ceux qui, tombeaux écroulés sous l'injure du temps, ont cru et oeuvré pour une Mauritanie indivisible! Si Ould Taya doit comparaître un jour devant un tribunal, la décence voudrait qu'il soit bien entouré de ses anciens protégés. Quel tableau!

Ahmed Ould Daddah s'est empressé de démentir les propos qui lui sont attribués par Wikeleaks. A dire vrai, cela ne me surprend guère. C'est un opposant qui ne s'oppose pas du tout, qui a souvent manqué ses rendez-vous avec l'histoire. Enfant du Trarza, cette région où toutes les communautés se côtoient et où chaque Mauritanien est multiple, il est à même de porter le message de justice auquel nous aspirons. Il a manqué de courage politique. Peut-être qu'a t-il oublié qu'un patronyme, fut-il le plus prestigieux, n'est ni un programme politique ni un projet de société?

Mamadou Sakho
( Mamadou Boubou Sakho)

Tidinit a dit…

Maatala,

Laisse tomber les restrictions. -A- a disparu et il se rend compte qu'il n' est pas intelligent. Tu bloques beaucoup de gens qui veulent bien contribuer, surtout que la période n' est pas bonne.

maatala a dit…

Salam

Cher Tidinit

Why not, pourquoi pas........

Fraternellement dit le fou

maatala

Tidinit a dit…

Déjà être un islamiste politique, ça pose problème. Les islamistes politiques, c' est connu: des menteurs et des manipulateurs hors pair. Si Ould Haiba n' a pas rencontré le Général Ould Meguett, il a certainement rencontré un autre général quelque part.

Ces islamistes ne cherchent qu' une chose: établir un khalifat et cela n' aura jamais lieu. L' azzizzo et ses généraux sont encore gentils avec nos compatriotes qui reviennent de la Libye et s' associent avec les touareg qui ne sont pas notre problème. Tout le monde a élu l' azzzizzo pour une mandat, collez-lui la paix jusqu' en 2014. Il faut se concentrer sur ses fautes quotidiennes et l' influencer pour n' en pas faire de plus ou d' abandonner celles qui sont mauvaises. Nous avons les militaires pour 25 ans au moins et bravo Maatala.

====

Démenti : Le directeur d'ALAKHBAR dénonce une manipulation

Le site Cridem a publié un articlé intitulé «Le Directeur de publication d'Alakhbar hôte du général Ould Meguett» dont la source est un blog peu connu. Regrettant ce geste, que je juge peu professionnel et peu fraternel, de la part de CRIDEM, j’aimerai apporter quelques précisions.

La rumeur concernant ma prétendu rencontre avec le Général Ould Meguet est fausse et sans fondement. Je n’ai jamais rencontré cet homme. Plus loin, je n'ai jamais rencontré aucun Général, qu’il soit mauritanien ou non.

Malgré tout, je ne suis pas surpris par la campagne de dénigrement contre Alakhbar. Certes, nos enquêtes, nos reportages et nos couvertures des événements gênent beaucoup. Nous nous sommes, d'ailleurs, habitués à ces manières peu orthodoxes de pression, visant l’intimidation des journalistes.

Toutefois, notre ligne de rédaction ne changera, ni d’un iota. Alakhbar continuera à dévoiler la corruption, la torture et toutes les sortes d’injustice.

Pour mes confrères de Cridem, je reconnais, par contre, ma surprise : C'est la première fois qu'ils reprennent un article de ce blog. Cependant, le blog en question n'a pas publié, jusqu'à présent, aucune traduction en français de son article. Qui a traduit donc l'article? S'agit-il de Cridem? Et sur demande de qui?

Je m'étonne particulièrement quand un organe de presse publie ces allégations à l'encontre d'une personne ou une institution, sans même prendre la peine de contacter la partie concernée pour avoir sa réaction. Les ABC du métier exigent, pourtant, une telle vérification. Toutes ces "malformations", du point de vue technique, prouvent, il faut le dire, une tentative malintentionnée de toucher, en vain, notre crédibilité. Les manipulateurs aboient, Alakhbar passe…

El Haïba Ould Cheikh Sidati
Directeur Exécutif - ALAKHBAR





Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Tidinit a dit…

vlane,

Ce qui est écrit par les cables Wikileaks est la réalité. Moi j' attends ce que le CNT libyen va sortir contre nous. Ils ont saccagé notre Ambassade à Tripoli et c' est un bon ou mauvais signe, selon où on se situe. Dans tous les cas de figure, je respecte Naha avec ce qu' elle a dit dans Wikileaks.

Mestour enteu mneine? On laisse Selene Fishing et les mensonges de Cheyakh Ould Ely (un gros nullard comme ceux qui ont rédigé la saloprise pour l' enrôlement et merci vlane ) de côté et on se concentre sur le projet de l' aéroport à 20 km de Nouakchott. La famille sahraoui fait de bonnes choses snas aller dans le vol de deniers publics et assel essaha,

Bilkiss: tu as divorcé le barbu? Les barbus, c' est sale, méchant et menteurs. Twa et Couli are missed here!

Tidinit a dit…

Les loups solitaires? Y en a pas. Azzizo: c' est une nouvelle forme de terrorisme des manipulateurs. Qui leur donne le sac? Quelqu' un leur donne le sac et leur explique comment pousser un bouton à côté de la fermeture du sac. C' est probablement ce qui s' est passé avec l' attentat de l' Ambassade de France à Nouakchott. Le gars a été certainement déposé à côté de l' ambassade de France dans une voiture pour se faire exploser. Il n' a certainement pas dormi des jours et des nuits avec sa maman, son père, soeurs et frères avec un sac bourré d' explosifs!

Comme l' a toujours dit Maatala, il ne faut pas mourir idiot. De jeunes bacheliers arabisants, probablement, mais pas le reste. Les islamistes politiques sont le danger de e bled.

Fils du bled: enteu mneine?

Maatala: enlève les restrictions sur l' accès à canalh. Dont worry: on va faire avec les -A- et les bithani facho. En fait on a besoin d' eux pour savoir ce que pensent les nationalistes des 2 côtés: Tawassoul et FLAM.

N.B: KBG semble être pourchassé par des tueurs et il en a informé tout le monde, y compris toutes les ambassades de ce monde. Il a oublié de prendre les médicaments. Il va mourir quand pour que l' on puisse avoir la paix?

KBG: you are a real mother fucker. No one respect you anymore. You should stop this nonsense .




http://www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/fr/features/awi/reportage/2011/10/14/reportage-01

Bebe BA a dit…

maatala, sois sympa et bebloques le blog!!!laisses les anonymes s'exprimer!!!

maatala a dit…

Salam

Les amis

Da Da...Tavarichs

Je débloque et après, je fais le ménage.

Maatala

Anonyme a dit…

Ce message n'a pu être envoyé dépuis deux semaines pour cause des nouvelles restrictions imposées par le patron du blog,mr matalla.
---------------------------------
Mr Oumar diagne:27.09.11-19:50.ne.
Là vous exagérez en vous attaquant à vos compatriotes maures et à avancer des opinions gratuites qui n'engagent que vous du genre:
"En ce qui concerne, les Arabo- berbères, nous croyons qu’il y a un consensus, au moins inconscient, qui vise à réduire le Noir à moins que rien..."
De quelles preuves,statistiques ou autres à l'appui disposez vous pour dire de telles contrevérités?
Les maures n'ont rien contre les noirs(j'ai horreur d'utiliser ces mots!) pas plus que les noirs n'ont rien contre leurs frères maures.
Ce sont d'honnêtes gens qui cohabitent depuis des siècles et ont tissé des liens solides (culturels et de sang) et en célà ils sont beaucoup moins racistes que les autres arabes et noirs du monde contrairement aux idées reçues.
Je ne parle évidemment pas des quelques individus ici et là de toutes les ethnies se comptant sur les doigts de la main et qui s’ autoproclamant portes- parole de leurs ethnies respectives font dire aux maures et noirs ce qu’ils n’ont jamais dit et pensé...
Une autre opinion gratuite de votre part:
"Aujourd’hui, nous avons la preuve de l'inexistence d’une conscience trans-ethnique, du mépris du Maure à l’égard du Noir, de la lâcheté des lettrés mauritaniens,...".
Si le recensement constitue pour vous une preuve suffisante pour dire ce que vous dites r vous allez trop vite en besogne monsieur Oumar car sur cette question de recensement le moins que l'on puisse dire est qu'il n'existe pas de consensus pour que le soutien de tel ou tel camp soit une évidence.
Tiens !moi par exemple je n'ai pas encore trouvé quelqu'un pour me convaincre que cet enrôlement exclut une communauté plus qu'une autre.
Je vous dis ça pour m'être déplacé moi-même en vue d’être enrôlé et vous assure que je n'ai rien vu de tel.
C'est vrai que j'ai dû repartir deux fois sans pouvoir me recenser pour apporter des papiers manquants qui m'étaient réclamés.
J'ai rouspété comme tout bon mauritanien connu pour son impatience légendaire mais avec le recul je trouve toutes ces précautions normales et utiles si elles vont permettre d'avoir un recensement fiable,gage de tout développement économique, de distribution de revenus et d’instauration de démocratie (élections,etc).
Plusieurs mauritaniens comme Med yehdhih ould moctar elhacen (ancien ministre) pour ne citer que celui là n'ont pu être enrôles pour causes de lieu de naissance ailleurs qu'en Mauritanie de leur mère ou de leur père ou pour d’autres motifs et leur cas « sera traité ultérieurement » leur avait-on dit !.

Anonyme a dit…

Je suis d’accord avec tous ceux qui disent que la méthodologie adoptée par cet enrôlement n’est peut-être pas la meilleure car elle devrait prévoir une solution pour chaque cas et chaque candidat au recensement devrait être recensé s’il arrive à remplir les conditions ou rejeté pour de bon s’il n’y arrive pas ;c’est ce qui se fait partout dans le monde et aucun pays qui se respecte ne badine et ne doit badiner avec le recensement et la nationalité et il n y a aucune raison pour que la Mauritanie fasse autrement.
Alors arrêtons de caricaturer,de mentir et de monter nos communautés les unes contre les autres !.
Manifestons utile,comme par exemple contre les hausses des prix,la gabégie,la corruption,la mediocrité,les coups d’état,l’injustice,etc,etc…
Manifester contre la fiabilisation de notre état civil,en mettant en avant le racisme ou autres pretextes mensongers n’est pas à mon avis utile pour notre pays qui a tant besoin de tous ses fils pour sortir du sous développement chronique dans lequel l’ont laissé les régimes militaires successifs depuis 31 ans...
Cependant j’attends avec impatience toutes les preuves objectives que cet enrôlement est raciste et si elles existent je serai le premier à le dénoncer et à marcher contre lui…

SANS RANCUNE
A+

Bebe BA a dit…

Coup de fil anonyme d'AOD à Ely après les événements...

-Allouu !
-Salamaleck douctor !
-Aleikoum salam… c’est qui ?
- Yac lebass ?
-Machallah… c’est qui ?
- J’espère que la famille va bien…
- Machallah… mais c’est qui ?
- Et la santé et le repos, j’espère que ça va
-Tout va bien hamdoulillah, oui mais c’est qui ?
- Ah ! c’est vrai ! j’ai une petite grippe qui me change la voix
- Peut-être mais pourquoi un appel masqué ?
- Ah ! bon ? ajib ! ça doit être madame qui a appelé mauritel…
- Ah ! décidément c’est l’hécatombe, nous avons tous des problèmes avec internet…
- Hag ba ! d’ailleurs es-tu en ville actuellement ?
- Pourquoi cette question ?
- Rien, je voulais juste savoir si tu as une connexion…
- Salamaleikoum, ou tu me dis à qui j’ai l’honneur de parler ou je serais obligé de raccrocher
- La bichor ! la bichor ! y a birgitte qui te salue !
-Teyrac Ahmed c’est toi ?
- La hac…
- Comment oses-tu m’appeler !
- Et pourquoi pas ya khouya ?
-Chov, late jeuneune rassac, ton démenti ne fait pas le poids et je préfère qu’on en reste là !
-Salameikoum khouya, tu es bien placé pour savoir qu’en matière de renseignements, ces américains sont capables de tout ! après les armes de destructions massives voilà qu’ils inventent des armes de hchouma massives lol
- Ça ne me fait pas rire du tout !
- Ya Ely, smae, tu me connais, tu sais ce que je pense de toi et ce que je dois à ton soutien dans ma carrière de chef de l’opposition sans parler de nos liens amicaux et familiaux et tu sais que si je pensais de toi des choses pareilles non seulement j’allais te les dire mais encore je ne te fréquenterais pas !
- C’est ça !
- Parfaitement !
- Tu vas me dire peut-être que les américains n’ont que ça à faire de mentir dans leurs rapports expédiés au pays ? Que vaut ton démenti face à wikileaks ?
- Il vaut tout ! Parole d’honneur ! écoute mon frère, je me suis renseigné chez nos amis saoudiens dont les services, comme tu sais, ont des liens consanguins avec la CIA…
- On le dit, et alors ?
- Eh bien, on parle d’un vaste complot comme celui du 11 septembre visant à intoxiquer le monde par des fuites contrôlées de wikileaks ! Les dommages collatéraux sont faibles par rapport aux ravages que font ces câbles truqués !
-Tu parles ! mais c’est possible ! bientôt on dira de moi que je prends des cours de yiddish…
- Entre nous, on le dit déjà !
- A part ça …
- A part ça donc, tout porte à croire que les agents américains ont reçu des ordres strictes visant à dire et écrire n’importe quoi afin de déstabiliser tout le monde arabe et le tiers-monde pour remodeler le tout car ailleurs wikileaks fit moins de dégâts !
-Ah oui ! ainsi tu vas me faire croire que le hankins ne faisait que calomnier suivant un plan machiavélique dont tu fis les frais par un effet collatéral !
- Parfaitement ! Ces américains sont capables de tout ! leur connivence avec le général n’est plus à démontrer, d’ailleurs il est le seul à échapper à wikileaks pour l’instant…
- N’a-t-on pas dit de lui qu’il est sénégalais ou marocain !
- La belle affaire ! un feu de diversion ! qu’est-ce que cela à voir avec un Sylla ou un Daddah qui dirait du mal de son ami, de son bienfaiteur, de son parent…
- J’ai le soutien d’Israël, c’est impossible qu’ils me laissent griller de la sorte !
- Ils ont bien laissé griller Taya qui les fit venir… Yehoud la yehoud….
- Bon, écoute je veux bien te croire mais il me faudra du temps pour encaisser car le coup m’a terrassé
- Ce n’est rien mon frère, repose-toi bien, dis bonjour à mint khalti et on se voit en famille bientôt dès que tout cela se tassera mais le plus tôt sera le mieux pour faire taire les dernières langues..
-Oui oui on verra ça, à bientôt, wodaetac lallah
- Mae salam

Bebe BA a dit…

Pendant ce temps les deux premières dames écoutaient leurs maris respectifs :

-Ewa mon poussin comment a-t-il pris cela ?
-Tu connais Ely, il joue le grand seigneur mais dès qu’il pourra me faire la peau, il n’hésitera pas, mais il ne m’a pas trop accablé…
- Le pauvre, ça dut être dur
-Oui oui mais enfin, ai-je vraiment menti ?
- Arrête ! qu’avez-vous tous les mauritaniens à aller parler jusqu’à fatiguer avec des seconds couteaux comme s’ils avaient d’autre pouvoir que celui de prendre note !
- Bon bon n’en rajoute pas


De l’autre côté chez Ely :


- Tu parlais avec qui ?
- Blavaïda !
- Blavaïda meunhou ?
- Monsieur birgitte !
- Meeer ! il t’a appelé ?
- Apparemment
- Houwa ma yeuhcheum ?
- Yeuhcheum ba !
- Hagala ?

Vlane

Anonyme a dit…

matalla
tirez la chasse,il y a un commentaire de merde!

Anonyme a dit…

TIDINIT a dit:
-----------------------------
Maatala: enlève les restrictions sur l' accès à canalh. Dont worry: on va faire avec les -A- et les bithani facho. En fait on a besoin d' eux pour savoir ce que pensent les nationalistes des 2 côtés: Tawassoul et FLAM.

------------------------------
TU VOULAIS DIRE PEUT ETRE BAATH AU LIEU DE TAWASSOUL CAR CE DERNIER PARTI ISLAMISTE N'EST PAS RACISTE,DU MOINS A MA CONNAISSANCE...

Maatalla:les femmes de ménage sont elles en vacances ou quoi???

A-,Couli et les autres où etes vous?C'est l'état du pays qui vous décourage?

A+

KOWRI a dit…

Pour que Bakary Bathily retrouve l’usage de la parole
Nous demandons à toutes les bonnes volontés de faire un geste en faveur de notre camarade Bakary Bathiy lâchement enlevé en pleines négociations avec les autorités régionales et sauvagement torturé par la police de Kaédi jusqu’à en perdre l’usage de la parole. Notre camarade végète encore au Centre Hospitalier National en attendant une hypothétique rémission. Aidons-le dans ses soins pour qu’il puisse avec l’aide de Dieu retrouver au moins l’usage de la parole.
Une collecte sera organisée en marge du meeting de « Touche pas à ma nationalité » ce samedi 15 octobre 2011 à partir de 17 heures à l’espace sis entre la Nouvelle Maison des Jeunes et le CFPP. Pour vos dons, adressez-vous à Youssouf Sylla au 46.92.62.95 et/ou à Papis N’Diaye au 33.28.91.21.

KOWRI

Anonyme a dit…

A+,

Merhbeu kbireu. En effet c'est l'état du bled qui déprime. Oui, je parlais bien de Taswassoul. Je suis entrain de lire le dernier livre d'Alain Chouet et c'est un régal: les frères dont le parti est Tawassoul sont dangereux.

A-

Anonyme a dit…

Merci Maatala d'avoitr lâché la bride, à la vanne de canalh.


Tu est enquiquiné par -A- et bithani? On s'en occupe. On ne peux même pas s'en passer, le petit connard.Ils amusent la galérie.

Azzizzo: tu est constipé walla? Laisse tomber cet enrôlement. Le ministre des AE britannique t'a dit de ne pas t'approcher de Kadafi? C'est en tout cas ce qu'il a lui-même dit. Pas qu'il t'aide à lutter contre les barbus qu'ils tripatouillent certainnement.

A-

Anonyme a dit…

Cpt NDB, copiarpegar, Général Vlad, Mestour, fils du bled, bilkisss, bl, fille du ksar, couli, znagui qu' est-ce qui se passe? Vous avez une telle peur de l' azzizzo? Bravo à Bebe Ba qui est fidele.

KBG: ça va? encore vivant? canalh t' aime toujours, mais arrête les conneries. On a lu le message que tu as envoyé à tout le monde, y compris les ambassades. You are making yourself a laughfing stock. Arrête le déconne. Respect you.

Anonyme a dit…

Felicitations à tous les democrates du monde à l'occasion de la capture ou mort(?) du dictateur Kaddafi qui vient d'être annoncée.
Ce voyou a fait du mal à tout le monde et à nous en particulier en sabotant,en tant que président de l'UA notre democratie par l'impostion des putschistes...
Qu'il crève et crame dans l'enfer,Amin!!!.

A+

Anonyme a dit…

Ce n'est pas un bon nègre qui dit ça. Même si bithani facho est à condamner, ce petit nègre imbécile est aussi à condamner, plus fort. Les extrémistes, il faut leur loger une balle dans le trou. Etfou. A-

===
j veu te dire le régne des beydan en mauritanie prandra fin comme kaddafi.
par nous les "négre".

Anonyme a dit…

A+,

Un vrai bouffon, ce Kadafou. Les dictateurs sont tous lâches. Comme Saddam, ils lui ont foutu une bombe, l'OTAN, quand il se terrait dans un petit trou.

azzizzo: éloigne-toi des ahmedinejad et les Bachar. C'est ce qui va leur arriver, ce qui est arrivé à Kadafou. Il me semble que personne ne t'a donné l'autorisation de les approcher. Ton recensement, c'est de la merde. Laisse mouton pisser. 10% d'étrangers qui se glissent, ce n'est pas un problème. Il y a à manger et à boire pour tout le monde. Yakhouya qu'est ce qui ne va pas? Te laisser berner par ces incompétents qui t'entourent, ça se reflète mal sur toi.

Anonyme a dit…

ken
Prenez garde un 'nègre' peut être fasciste & raciste et aussi dangereux pour ses 'frères' de race. Et collez lui un s pour le pluriel svp.

esprit peulh a dit…

Ce n'est pas un bon nègre qui dit ça. Même si bithani facho est à condamner, ce petit nègre imbécile est aussi à condamner, plus fort. Les extrémistes, il faut leur loger une balle dans le trou. Etfou. A-
=====

A- pour moi, tu n'est q'un ptite maure raciste et hypocrite(wijhak imtine)sans courage!le fait de rapelle la verite historique, tu me traite de petit négre!!
pour moi la, ont connais ton vrais visage un lache raciste c'est ca A-.
au moin bithani facho, il e plus courageux que toi!il dit qil deteste les noires, cache...

Anonyme a dit…

Petit connard,

Tu ne réalises pas ce que tu es entrain de dire en disant que tu fais la guerre aux bithanes. Tu n' écoutes pas. Pour toi c' est noir ou blanc. Tu ne dois pas pêter trop haut: chômeur, un étudiant qui ne parviens pas à passer la première année, probablement très inculte ou probablement sans père.Tu es entrain de faire le lit d' un autre 89.Tu dois avoir pris un verre de trop. Tout le monde essaie de faire pression sur l'azzizzo pour abandonner l' enrôlement et toi tu donnes des cartouches à son entourage pour le convaincre d' aller de l' avant pour dénigrifier le bled. Tu es un vrai idiot. A- de retour.


A- pour moi, tu n'est q'un ptite maure raciste et hypocrite(wijhak imtine)sans courage!le fait de rapelle la verite historique, tu me traite de petit négre!!
pour moi la, ont connais ton vrais visage un lache raciste c'est ca A-.
au moin bithani facho, il e plus courageux que toi!il dit qil deteste les noires, cache...

Anonyme a dit…

Ella bichor esprit peul. Tu ne represente pas les wolofs et les sarakolles. Tu es entrain de gater les choses. On ne te laissera pas faire. A-

==
Esprit peul a dit:



les maures tremble de peur! e il ont raison de trembler, car la fin de leur règne maudit approche a grand pas. likwar arrive pour vous devoré cru bands de battard.

20 octobre 2011 20:46

Anonyme a dit…

Les zamis, ça c' est inacceptable.

===
Selon la Confédération Générale des Travailleurs de Mauritanie, les laborantins de Tasiast-Mauritanie présentent, désormais, de troubles graves (saturnisme, Encéphalopathie aiguë, Tremblement intentionnel, Ataxie cérébelleuse, Stomatite, Coliques et diarrhées, Néphrite azotémique) dus au plomb et au mercure.

A en croire le syndicat des travailleurs, les tests médicaux effectuées, par la société aurifère, le 27 juin dernier, ont montré que l’ensemble des salariés examinés (plus d’une trentaine) dépassent largement la quantité maximale tolérée qui est de 90 µg de plomb par litre de sang et 5 µg/g pour le mercure.

Ci-après le communiqué de la CGTM :
Déclaration de la CGTM
Les employés mauritaniens travaillant au laboratoire de la société Tasiast Mauritanie Ltd, présentent, depuis quelques mois, les symptômes de maladies provoquées par le plomb et le mercure (saturnisme, Encéphalopathie aiguë, Tremblement intentionnel, Ataxie cérébelleuse, Stomatite, Coliques et diarrhées, Néphrite azotémique .etc).
Les analyses médicales effectuées, à la demande de l’employeur, le 27/06/2011 et dont les résultats, révélés récemment, ont montré que l’ensemble des salariés examinés (plus de 30 travailleurs) dépassent largement la quantité maximale tolérée qui est de 90 µg de plomb par litre de sang et 5 µg/g pour le mercure.
Plus grave encore, la société n’applique aucune mesure d’hygiène et de sécurité sur le lieu du travail, exposant ainsi les employés à ces éléments dangereux : le plomb qui est un élément toxique classé comme potentiellement cancérigène et le mercure, lui aussi, toxique sous toutes ses formes et dont l’utilisation est réglementée voire interdite dans certains pays.
Aussi, la société ne respecte pas les normes environnementales avec des dépôts de déchets toxiques exposant les populations et les travailleurs à de très graves risques et leur privent d’un cadre de vie normal et sain.
Face à cette grave situation, la Confédération Générale des Travailleurs de Mauritanie (CGTM) :
Dénonce cette situation qui dénote d’un mépris manifeste de la part de cette multinationale pour la santé de la population en général et celle des travailleurs en particulier
Invite la direction de la société à entreprendre immédiatement les mesures nécessaires afin de palier à tous les risques provoqués par l’usage de ces éléments chimiques dangereux dans le labo de l’entreprise et à prendre efficacement en charge les travailleurs déjà atteints
Appelle le Ministère en charge du travail à assumer toutes ses responsabilités pour faire respecter par cette multinationale les conventions internationales ainsi que les dispositions législatives et réglementaires en la matière en vigueur dans notre pays.
Invite les travailleurs de la société TASIAST Mauritanie Ltd et ceux des entreprises sous traitantes à se mobiliser pour exiger le respect des normes d’hygiène, de sécurité et de santé au travail conformément aux conventions internationales et à la législation nationale en la matière.
Appelle tous les travailleurs à apporter leur soutien aux travailleurs de ce secteur victime d’arbitraire et menacés de mort.
Nouakchott, le 19/10/2011
Le Secrétariat Général

Anonyme a dit…

Ils attendent quoi pour protester, les parents du ministre de la république, bastonné? Quelle société! A-

====
Parlement:Les parents de l'ex conseiller de l'ambassade mauritanienne en Tunisie protestent
Alakhbar(Nouakchott)-Les parents de l'ex-conseiller de l'ambassade mauritanienne en Tunisie, Abdel Kader Ould Mohamed Yahya , ont organisé une manifestation de protestation , devant le parlement ,cet aprés-midi,pour réclamer sa libération immédiate.

Les manifestants ont scandé des slogans qui dénoncent l'arrestation et la révocation de Ould Mohamed Yahya de son poste.

Ould Mohamed Yahya, a été arrêté puis transféré à la prison ,après son arrivée au pays. Les autorités mauritaniennes l'accusent d'agresser son ministre de tutelle , à savoir , le ministre des affaires étrangères.

Anonyme a dit…

Ce n'est pas comme ça qu'on recuille les points de vue. Il faut une enquête et un échantillonnage fait scientifiquement.

===
Les rues de Nouakchott, quelques heures après la mort de Khadafi

Quelques heures après l'annonce de la mort du Guide libyen par les chaines de télévision internationales,le reporter d'Alakhbar est sorti recueillir les points de vue des Nouakchottois.

La tristesse régnait dans la rue et se dessinait sur le visage d'Ahmed un mauriatnien qui a fait plus de deux décennies à Tripolie " L'Afrique et le Monde Arabe ont perdu un grand homme" affirme celui-ci, avant de marteler que " la Libye va devenir comme l'Irak parce que Khadafi a subi le même sort que Sadam". A ses côtés, sa jeune soeur Rahma nous dira " je considère la mort de Mouamar comme une grande perte pour le monde; c'est un homme qui a construit son pays et il a aidé son peuple".

Non loin, Cheikhna" la mort de Khadafi n'est pas la bonne solution pour régler la crise libyenne, mais c'est le destin et je pense que après Khadafi, la libye ne sera jamais en paix". Même son de cloche chez cette dame qui a préféré garder l'anonymat.

Et un politicien dont nous taisons le nom de dire que "la disparution du Roi des rois est une leçon pour le reste des dirigeants et dictateurs arabes et africains qui refusent d'instaurer la paix dans leur pays". Et un autre d'ajouter que " l'homme ne voulait pas quitter et il fallait que les choses se passent ainsi".

Pour conclure ce libyen lance "Khadafi a passé 42 ans de régne sans partage et il a instauré une guerre qui a duré 8 mois", il mérite ce qui lui est arrivé ce jeudi. " Désormais, le peuple libyen fêtera chaque 20 Octobre la mort de Khadafi" raconte ce libyen en souriant








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Alakhbar (Mauritanie

Anonyme a dit…

Et si AQMI faisait la même chose? A-
===

ETA annonce l'arrêt de la lutte armée
Par La rédaction de Mediapart

Dans un communiqué diffusé via le journal nationaliste Gara, ETA, le mouvement autonomiste basque, annonce sa décision de renoncer aux attentats et aux assassinats. Le communiqué a été diffusé en espagnol, en basque, en français et même en anglais.

Le groupe terroriste a même diffusé une vidéo.

Le premier attentat mortel d'ETA a eu lieu en 1968. Depuis, 800 personnes ont trouvé la mort dans ses actions.

Anonyme a dit…

Je ne sais pas ce que l'armée malienne fait toute la journée. A-

==
http://www.maliweb.net/nord-mali.php

Anonyme a dit…

Prévisible. Les Moudir Ould Bouna lui font gober du n' importe quoi, notre azzizzo. Aller guerre contre un voisin pour cette histoire. Comment être membre du CS de sécurité de l' ONU quand on fornique avec la Libye, l' Iran et la Syrie? Et puis cet enrôlement est une connerie. Aziz n' écoute pas.
==
Pakistan, Maroc, Guatemala et Togo au Conseil de sécurité

Le Pakistan, le Maroc, le Guatemala et le Togo ont été élus vendredi membres du Conseil de sécurité pour une durée de deux ans à compter du 1er janvier, lors d'un scrutin organisé à l'Assemblée générale des Nations unies.

Le Pakistan a obtenu 129 voix, soit tout juste la majorité des deux tiers requise, le Maroc 151 voix et le Guatemala 191 voix.

Le Togo, pour la région Afrique, a quant à lui été élu lors d'un troisième tour de scrutin qui n'a pas permis de départager les deux pays encore en concurrence pour l'Europe de l'Est: la Slovénie et l'Azerbaidjan.

Les cinq autres membres non permanents dont la mandat s'achève à la fin de 2012 sont la Colombie, l'Allemagne, l'Inde, le Portugal et l'Afrique du Sud.

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité sont les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Russie et la Chine.




Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : Associated Press via Cyberpresse

Anonyme a dit…

Un bouffon. Sans regrets. Nous restons avec notre honte.


http://www.cridem.org/C_Info.php?article=61346

maatala a dit…

Salam

22/08/2011 à 13h27

Kadhafi, de colonel rebelle à vieux despote sans pitié

Pierre Haski
Rue89


C'est difficile à croire quand on regarde le Kadhafi de ces dernières années, celui qui a rendu visite à la France il y a trois ans, ou celui qui fait tirer sur son peuple aujourd'hui. Mais le leader libyen a eu son heure de gloire, de popularité, et même de charisme, avec une image de Che Guevara arabe auprès d'une partie de la jeunesse arabe et africaine.

Cette époque romantique et rebelle remonte loin, aux premiers temps de la Révolution blanche qui a porté au pouvoir en 1969 ce jeune officier de 27 ans, capitaine vite promu colonel. Ces officiers qui avaient renversé le roi Idris Ier et la monarchie semblaient progressistes, modernistes, capables de transformer cette ancienne colonie italienne bénie par d'importantes réserves pétrolières en un paradis méditerranéen. Ils en firent un cauchemar pour leur peuple, et pendant longtemps, au-delà.

Très vite, Kadhafi fixa sur sa personnalité une curiosité phénoménale, comme dans ce reportage tourné à Tripoli peu après le coup d'Etat de 1969.

La Libye sous Kadhafi a connu plusieurs phases. Il y a eu l'époque du socialisme arabe, à la Nasser, puis, dans les années 70, la transformation de la Libye en Jamahiriya arabe et socialiste, une sorte de dépassement de l'Etat version Kadhafi, dans laquelle le pouvoir était censé être transféré entre les mains de comités révolutionnaires, une « démocratie directe » qui était fièrement présentée aux visiteurs étrangers.

C'est l'époque où la France du président Giscard d'Estaing et du Premier ministre Jacques Chirac ne rechignaient pas à vendre des armes à ce jeune officier aux poches pleines, des armes qui se retourneront quelques années plus tard contre la France et ses alliés, notamment au Tchad.

On verra aussi des intellectuels, diplomates, journalistes succomber sous le charme du leader de la Jamahiriya. Un ambassadeur de France envoyait même sa femme prendre le thé chez Kadhafi chaque semaine sous sa tente, et vantait ensuite ses mérites auprès de Paris. Le sympathique colonel se donne même des allures de féministe avec ses « amazones », des gardes du corps féminines qui l'accompagnent à l'étranger.

Le « Livre vert »

Kadhafi, à l'instar de Mao et de son « Petit Livre rouge » de la révolution culturelle, produisit son « Livre vert », contenant la « solution au problème de la démocratie : l'autorité du peuple », la « solution au problème économique : le socialisme », et la « troisième théorie universelle » qui devait offrir une alternative aux mondes occidentaux et soviétique.

Je retrouve chez moi un souvenir de voyage en Libye à cette époque : une « explication du Livre vert, tome I », en français, avec cette perle : page 181, une liste de « slogans réactionnaires », dont le premier est d'actualité brûlante :


« Un peuple furieux est en droit de chasser ses dirigeants. »

Ce slogan, explique-t-il est le « fruit de la révolution américaine », et ajoutait :


« Mais autant cette assertion pouvait paraître révolutionnaire à cette époque, autant elle s'avère réactionnaire maintenant à l'ère des masses en ce sens qu'elle reconnaît, dès le départ, l'existence de gouvernants exerçant leur pouvoir sur le peuple [...].

maatala a dit…

A l'ère des masses, le peuple détient lui-même le pouvoir et les gouvernants disparaissent à jamais. »

Attentats et compensation

Fort de cette doctrine, et de ses milliards de pétrodollars, Kadhafi devint progressivement mégalo et ambitieux, et commença à se présenter en chef d'une nouvelle révolution mondiale. En recourant au financement du terrorisme, au Proche-Orient, en Afrique, en Europe.

Dès 1973, Kadhafi envoie ses troupes occuper la bande d'Aozou, dans le nord du Tchad, première étape d'une longue implication dans les conflits africains. Des milliers de jeunes Africains de la bande sahélienne se sont ainsi retrouvés dans des camps d'entraînement en Libye, pour former une véritable légion internationale devant « libérer » le continent.

En 1982, c'est à bord d'un vieux coucou libyen que je me suis rendu de Libye à Faya Largeau, l'oasis du nord du Tchad, reprise par les rebelles tchadiens de Goukouni Weddeye avec le soutien logistique libyen. Avant d'en être délogés par les forces tchadiennes d'Hissène Habré soutenues par la France. De retour dans la zone avec les forces gouvernementales tchadiennes, je me trouvais dans un convoi bombardé – sans dégâts – par un jet libyen.

Cet engagement tous azimuts conduisit Kadhafi trop loin. En 1986, les Américains bombardent Tripoli en représailles à des attentats commis avec le soutien libyen, tuant en particulier une fille adoptive de Kadhafi.

Kadhafi continue à provoquer. Mais avec l'attentat de Lockerbie contre un Boeing 747 de la Pan Am (270 morts) en 1988, et l'attentat contre le DC-10 français d'UTA (170 morts) l'année suivante, il se retrouve finalement le dos au mur, et doit transiger.

D'interminables négociations aboutissent à la remise par la Libye de deux de ses agents impliqués dans l'attentat de Lockerbie, et au paiement de compensations aux familles des victimes des deux attentats contre les avions.

Redevenir fréquentable

Kadhafi réintègre progressivement la « communauté internationale » en promettant de se désengager de tout soutien au terrorisme, et, globalement, semble avoir tenu parole. Il signe également le Traité de non prolifération nucléaire (TNP), ce qui lui ouvre de nouveau la porte du business international, appuyé par les compagnies pétrolières, en particulier américaines, qui ont toujours souhaité cette amélioration.

Mais le colonel vieillissant ne faiblit pas. Il se retrouve dans une nouvelle affaire tordue, celle des infirmières bulgares et de leur médecin palestinien, accusés à tort d'avoir inoculé le virus du sida à des enfants. Ils seront torturés, jugés et condamnés de manière inique, jusqu'à leur libération hypermédiatisée par... Cécilia (alors) Sarkozy au cours de l'été 2007.

Toute cette histoire aurait dû faire de Kadhafi un pestiféré, infréquentable. Mais le pétrole aidant, le colonel, jamais promu, toujours plus à l'aise dans sa tente que dans un bureau, en burnous qu'en costume cravate, retrouva vite le chemin des grandes capitales. On le voit embrasser Berlusconi, à tu et à toi avec Tony Blair, et trouver en Nicolas Sarkozy un interlocuteur compréhensif.

maatala a dit…

Car Kadhafi s'est trouvé un nouvel argument de vente : le contrôle de l'immigration clandestine vers l'Europe. La Libye est en effet une des routes privilégiées de cette immigration, non seulement sub-saharienne, mais aussi du Moyen-Orient et au-delà.

En visite en Libye en 2005, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, ne se cache pas de l'atout libyen pour contrôler ces flux migratoires.

Le temps des contrats

Kadhafi semble alors indéboulonnable, après près de quarante ans au pouvoir, un système policier inflexible, une population faible – moins de cinq millions d'habitants –, des richesses pétrolières considérables, des projets d'infrastructures pharaoniques, et un régime qui fait rempart à l'islamisme radical.

C'est ainsi qu'il se retrouve à Paris pour ce fameux voyage de décembre 2007, au cours duquel il plante sa tente dans la capitale française, donnant des états d'âme à Rama Yade, alors secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, qui apprendra vite qu'un ministre ça la boucle ou ça démissionne.

Nicolas Sarkozy assume, dans l'espoir, sans grands lendemains, de signer de mirifiques contrats, nucléaires ou d'armements, avec la riche Libye. (Voir la vidéo)

Le fils marginalisé par les proches du père

Quatre décennies durant, Kadhafi a intrigué, séduit, effrayé ou repoussé. Quatre décennies au cours desquelles les Libyens n'ont jamais été considérés comme un acteur de leur propre histoire, jamais pris en compte autrement que comme chair à canon de l'expérimentation sociale ou des projets guerriers du colonel qui les dirigeait. Jamais pris en compte, non plus, par le monde extérieur, pour qui la Libye se résumait à un homme, et à sa famille, avec la montée en puissance de ses fils.

Certains ont pu concevoir quelque espoir de voir la Libye s'ouvrir et évoluer sous l'influence de ces fils plus modernes, en particulier Seif el-Islam, considéré par les analystes étrangers comme plus ouvert sur l'Occident. Pour Luis Martinez, directeur de recherches au Ceri de Sciences-Po :


« De 2003 à 2009, Seif el-Islam a essayé de réformer le régime, il s'est confronté aux “ staliniens ” et a finalement été marginalisé par les proches de Khadafi, les vieux. »

Mais dimanche soir, alors que les combats faisaient rage dans le pays, c'est Seif el-Islam qui est apparu à la télévision pour promettre des « rivières de sang » aux ennemis de son père.

Après quatre décennies, le temps des Kadhafi semble condamné à mal se terminer, à en juger par l'insurrection qui monte dans le pays. Une histoire rocambolesque et tragique, conduite par un homme qui s'est pris pour Che Guevara, pour terminer en vieux despote vérolé déconnecté de la réalité de son peuple et de son temps.

Article initialement publié le 21/02/2011.

Anonyme a dit…

Notre Kadafou serait d' origine corse. Où est le problème?

===
http://www.bakchich.info/article2660.html

Anonyme a dit…

Me demande pourquoi tout le monde veut savoir comment Kadafou est mort. Pourquoi on ne demande pas comme beaucoup de libyens sont morts sous son régime? Kadafou n' est pas mon héro comme Saddam n' était pas le héro de Massaoud. Pour nous les mauritaniens, il faut surveiller le CNT qui pourrait bien financer AQMI ....

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=61355

Anonyme a dit…

Salam

Mes condoléances à HANANA et autres couillons qui ont fait allégences à Kaddaffou pour lui piquer de l'oseillle

Vendus dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maatala,

Kadafou doit avoir beaucoup d' argent chez nous au bled. Aussi tous ceux de l' opposition à l' ami de Couli MOST sont passées à Trablous pour recevoir un petit cheque. Comme Blaise, les Chavi'i, etc..

Le gars a corrompu tout le monde et il a fini mal. Au 31 décembre, il sera oublié.

Anonyme a dit…

Enfin Sarko s' éloigne des valises. Me demande le duo Bouamatou-Bourgi lui ont donné combien?


http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/10/22/paris-denonce-de-nombreuses-irregularites-dans-les-elections-au-cameroun_1592507_3212.html

esprit peulh a dit…

La seule véritable solution pour la suite de notre combat c'est la stratégie de l'INDIGNATION qui consiste à occuper de manière permanente, définitive et sans violence une grande place de l'espace public à NKTT. Cette stratégie de l'indignation définitive serra suivi au niveau de la plupart des villes de l'intérieur. Souvenez-vous l'occupation de la place Tahrir en Égypte ou les gens se relayaient à tour de rôle, ceux qui bossent vont au boulot le matin et le soir ils viennent dormir sur la place pour remplacer ceux qui étaient là le matin et ainsi de suite. Donc les gens mangent et dorment sur place, par la suite la majorité de la population rejoindra le mouvement avec apport de vivre sur place. Notre indignation serra bien entendu suivi par une grande majorité de la population à savoir les chômeurs dont la majorité sont des jeunes diplômés, les ouvriers opprimés et tous les mécontents du système et Dieu sait qu'ils sont des milliers. Alors à nous d'amplifier le mouvement TPMN et de lui donner une nouvelle dimension. C'est mon humble avis !
et si ca marche pas! nous prenons les armes.
les beydan seront foutu.

esprit peulh

Anonyme a dit…

Ould Haiba,

Colle la paix au peuple libyen. Ils ont décidé de liquider leur bouffon et c' est leur problème et non le tien.


==
Editorial : Pourquoi Kadhafi et Mouattassim ont été tués et non traduits en justice ?

C’est avec sang froid que l’ancien guide libyen Mouammar Kadhafi a été assassiné alors qu’il a été capturé vivant. Contrairement à la première version communiquée par certains responsables du Conseil National de Transition qui ont déclaré que l’ancien dirigeant libyen est mort suite à un échange de tirs entre ses supporters et les combattants du CNT.

Ce qui se révéla par la suite complètement faux, comme l’ont attesté plusieurs vidéos amateurs prises sur le vif. Ces images montrent l’ex-dictateur, blessé, traîné vers un véhicule par la foule surexcitée. Il apparaît le visage à moitié couvert de sang, entouré d’hommes qui le bousculent, le tirent par les cheveux.

Il est giflé et frappé à l’épaule par une foule surexcitée. Le même sort a été réservé à son fils Mouatassim, capturé lui aussi vivant et liquidé froidement par des combattants en furie. Ce traitement inhumain a choqué tous ceux qui sont épris de justice et qui croient que tout être humain a droit à un procès équitable.

Certes Kadhafi est un despote qui a tenu d’une main de fer ses compatriotes pendant plus de quatre décennies mais il reste un être humain. En conséquence, il doit être traduit devant une justice indépendante et non pas livré à la vendetta populaire.

Car l’homme a subi les tirs de plusieurs balles au ventre et à la tête, ensuite lynché et trainé par les pieds dans la boue comme un chien avant d’être remis dans une ambulance avant de succomber à ses blessures dans un hôpital où il est arrivé alors qu’il était dans ses derniers souffles.

L’homme et son fils, quelques soient les graves fautes qu’ils ont commises, devraient être considérés comme des prisonniers de guerre et subir le traitement réservé à cette catégorie de personnes conformément aux lois en vigueur, surtout si l’on sait que les responsables du CNT ont toujours soutenu qu’ils accordent à la primauté au droit.

De fait, les circonstances de la mort de l’ancien guide libyen ne sont pas encore complètement élucidées et l’Organisation des Nations Unies a eu raison de demander l’ouverture d’une enquête pour faire toute la lumière sur cette tragique affaire.

En réalité, la liquidation de Kadhafi n’est pas fortuite. Il s’agit d’une conspiration orchestrée par des forces étrangères en connivence avec des milieux libyens qui s’emploient à étouffer la voix de l’ancien dirigeant de crainte qu’il ne délivre certains secrets qui gênent les occidentaux en particulier les régimes français et britannique qui entretiennent de relations floues avec certains membres du CNT.

Mohamed Salem Ould Haiba



Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : Le Véridique (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Sacré esprit peul! Espère que c' est de bithani facho, ça!

===
La seule véritable solution pour la suite de notre combat c'est la stratégie de l'INDIGNATION qui consiste à occuper de manière permanente, définitive et sans violence une grande place de l'espace public à NKTT. Cette stratégie de l'indignation définitive serra suivi au niveau de la plupart des villes de l'intérieur. Souvenez-vous l'occupation de la place Tahrir en Égypte ou les gens se relayaient à tour de rôle, ceux qui bossent vont au boulot le matin et le soir ils viennent dormir sur la place pour remplacer ceux qui étaient là le matin et ainsi de suite. Donc les gens mangent et dorment sur place, par la suite la majorité de la population rejoindra le mouvement avec apport de vivre sur place. Notre indignation serra bien entendu suivi par une grande majorité de la population à savoir les chômeurs dont la majorité sont des jeunes diplômés, les ouvriers opprimés et tous les mécontents du système et Dieu sait qu'ils sont des milliers. Alors à nous d'amplifier le mouvement TPMN et de lui donner une nouvelle dimension. C'est mon humble avis !
et si ca marche pas! nous prenons les armes.
les beydan seront foutu.

esprit peulh

23 octobre 2011 16:11

Anonyme a dit…

Qui pourrait croire à une fable pareille comme dirait Sarko: des humanitaires espagnols, en plein territoire algérien, dans un campement Polisario, enlevés en plein jour! Et le Polisario accusé de traficoter avec AQMI qui emmerde toute la région sahara-sahel. Soyons sérieux!
===
Enlèvement en Algérie : les Espagnols et l'Italien enlevés seraient retenus par Aqmi



NOUAKCHOTT — Les deux coopérants espagnols et l'Italien enlevés dimanche matin dans l'ouest de l'Algérie auraient été pris en otage par une branche algérienne d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a-t-on appris de source sécuritaire mauritanienne.


"Les deux Espagnols et l'Italien enlevés auraient été pris en otage par des éléments d'Aqmi relevant de l'autorité de Moktar Belewar", chef algérien d'une branche d'Aqmi, a indiqué à l'AFP la source, sans préciser les circonstances de cet enlèvement.
Le camp de réfugiés de Rabuni où se sont produits les enlèvements est situé près de Tindouf, ville algérienne proche du Sahara occidental qui abrite des camps sahraouis, et où travaillent de nombreux coopérants espagnols.
La ministre espagnole des Affaires étrangères, Trinidad Jimenez, a assuré que son gouvernement "travaillait avec les gouvernements de la région" mais agissait "avec une grande prudence", afin que "les coopérants soient libérés dès que possible".
Selon les médias espagnols, les coopérants enlevés sont Ainhoa Fernandez de Rincon, originaire d'Extrémadure, dans le sud-ouest de l'Espagne et membre de l'Association des Amis du Peuple sahraoui d'Extrémadure, et Enric Gonyalons, originaire de Majorque aux Baléares, membre de l'association Mundabat.
"Plusieurs coups de feu ont été entendus, il y a eu deux blessés et trois personnes ont été emmenées, Ainhoa, notre représentante là-bas, une Italienne et aussi un garçon qui a été blessé", a déclaré à la radio Cadena Ser un représentant de l'association de coopérants d'Extrémadure, Antonio Rios.
L'ambassadeur sahraoui et représentant du Polisario à Alger Brahim Ghali a accusé dimanche Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) d'être derrière l'enlèvement dans la nuit de samedi à dimanche de deux Espagnols et d'un Italien dans un camp sahraoui, près de Tindouf, dans l'ouest de l'Algérie.
"J'accuse directement Al-Qaïda au Maghreb d'être derrière l'enlèvement de ces trois étrangers", a déclaré à l'AFP l'amabassadeur de la République arabe sahraouie et démocratique (RASD, autoproclamée par le Front Polisario)
Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental a été annexé en 1975 par le Maroc.
Le Front Polisario, soutenu par l'Algérie, réclame l'indépendance du territoire via un référendum d'autodétermination tandis que le Maroc offre une autonomie sous sa souveraineté, refusant toute indépendance.
Source :AFP

Anonyme a dit…

J' ai des doutes que Ennhada puisse gagner en Tunisie. Qui veut parier? A-

http://www.elwatan.com/international/tunisie-apres-les-intimidations-du-parti-ennahda-tolle-dans-la-classe-politique-22-10-2011-144375_112.php

Bebe BA a dit…

Et dire qu'on nous a enseigner au CM2 que c'était Mister Sidi Ould Moulaye Zeine qui l'avait, lol

-----------------------------------------------
Samory Ould Beye : « C’est mon oncle Khaina Ould Beye qui a tué Coppolani ».

« Beaucoup parmi les habitants de Tidjikja savent que celui qui est entré chez Xavier Cappolani et l’a tué est un hartani et ce Hartani est mon oncle Khaina Ould Beye. »

C’est en ces termes que le syndicaliste Samory Ould Beye a renversé la version officielle selon laquelle le gouverneur français fut tué en 1905 par un certain Sidi Ould Moulaye Zeine, présenté comme un héros de la résistance mauritanienne contre le colon.

Le leader de la CLTM qui intervenait dans un long entretien accordé au quotidien Essirage, a proposé qu’une enquête soit menée pour rétablir la vérité sur cette histoire et sur beaucoup d’autres sujets.

D’un autre point de vue Samory Ould Beye qui était entré en dissidence contre le président de l’Alliance Populaire Progressiste, a déclaré que Messaoud Ould Boulkheir appartenir désormais au passé et qu’il n’est plus le dirigeant du mouvement El Horr ni de l’ »APP. Selon Ould Beye, en cas d’élections au sein du parti, les hratine préfèreront à Messaoud Ould Boulkheir, Mohamed El Hafedh Ould Ismael ou Ladji Traoré. Car, affirme-t-il, le premier a franchi les lignes rouges dans son traitement du cas des hratines et dans la gestion du parti.


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Anonyme a dit…

Salut Bebe Ba. Il faut être fou pour se féliciter d'avoir tué quelqu'un. Si j'ai bien lu Frèrejean, C'est bien Ould Moulaye Zeine qui a tué Coppolani. Il en tire quoi, Ould Beye, d'une vieille légende? A-

Anonyme a dit…

L'armée a attaqué qui donc? Des memteurs ces AQMI. Est-ce un message pour dire que Belawar est de retour? A tout lire avec précaution, dans tous les cas. A-

===
Le beau frére de Bellawar serait mort en même temps que l’activiste d’AQMI Ould Sidi Ali

Selon une source informée du nord malien, l’élément, jeudi dernier dans un accident de voiture, en même temps que l’activiste d’Al-Qaïda Teyeb Ould Sidi Ali au nord de Kidal, est le beau frère et l’homme de confiance de Moctar Belmoctar, alias Bellawar chef de la katiba des «Moulathamin ».

Cette même source a affirmé qu’il s’agit de Idoumou Ould Oumar Ould Hamma , frére de la femme de Khaled Abou El Abbass et que son père Oumar Ould Hamma « le twareg »est un activiste d’AQMI.

Auparavant, un porte-parole d’AQMI a affirmé que Selon ce porte-parole, Teyeb Ould Sidi Ali est mort, jeudi dernier, aux environs d’01 Heure GMT dans un accident de voiture survenu non loin du puits dit « Bir Agharghart » dans le nord malien , au moment où il se trouvait dans une colonne de trois voiture de la « Katiba des Moulathamin » dirigée par Khaled Abou EL Abbass.

Teyeb Ould Sidi Ali deuxième homme fort de cette katiba était mort sur le coup , en même temps qu’un autre activiste originaire de l’Azawad malien dont l’identité n’a pas été dévoilée par l’organisation/

Cette même source a indiqué que Teyeb Ould Sidi Ali ne se trouvait pas dans la zone de Wagadou au moment de l’attaque mauritanienne et qu’il se trouvait avec le chef de la katiba dans l’extrême nord malien et que sa famille a été contacté pour un faire part décès, avant que l’armée mauritanienne ne dévoile sa mort.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : ANI (Mauritanie) | Education, Culture, Littérature, Musique| Lus : 57Haut de page
Cliquez ici pour imprimer l'article : Ajouter un commentaire
Adding an entry to the guestbookMessage * Liste des commentairesIl n'y a aucun commentaire pour cet article.


Poster un commentaire
Pour poster un commentaire il faut être membre .



Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .



Vous n'êtes pas membre .
Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .




En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .





Cliquez ICI pour poster un commentaire .

Anonyme a dit…

Une folie minière et pétrolière au Mali, justifiant tout le jeu de déstabilisation dans la zone sahara-sahel. Lire le lien intéressant.

2 choses que j' ai noté:

- s' il ya découverte de pétrole dans Taoudeni, cela passera par les terminaux algériens pour l'Europe. De quoi amadouer les généraux à Alger. On ne pourra pas faire autrement, sinon changement de pouvoir. Qu' on le veuille ou non.

- création d' une école des mines pour la région. Elle sera certainement établie à Bamako, tans que notre école des mines de Mauritanie (EMIM) sera localisée à Akjoujt et il sera difficile de convaincre des enseignant compétent d' y résider. Mohamed Baba enteu veum? El khelta ma yesem' ou. Tant pis.

A-

http://www.jmpmali.com/html/documents/JMPbrochure2011.pdf

Anonyme a dit…

Les tunisiens prennent au sérieux cette election. Pas de candidats sur le capot d' une voiture de l' armée. Les islamstes d' Enahda semblent ne pas jour le jeu de la démocratie, selon cet article: c' est à ça qu'il faut s' attendre une fois au pouvoir. Bravo Tunisie.

==
A Tunis, on compte trois fois les bulletins, avec sérieux et pause café

24/10/2011 à 05h:47 | AFP
A Tunis, on compte trois fois les bulletins, avec sérieux et pause café © AFP
Le chef du bureau de vote Jaouadi Boumnijel est le dernier à glisser son bulletin dans l'urne. La boîte en plastique transparent est fermée avec cinq scellés dont les numéros sont scrupuleusement consignés dans un PV. Puis c'est la pause café.
Le bureau numéro 4 attend le président du centre de vote, qui supervise les quatre bureaux de cette école primaire d'Ibn Khaldoun, cité populaire de l'ouest de Tunis. "Il n'est pas là", constatent, sérieux et fatigués, les agents de la commission électorale (Isie).
Les cinq agents, deux hommes et trois femmes dont une voilée, prennent une pause café et s'organisent pour le dépouillement.
Un représentant de la coalition du Pôle démocrate moderniste (PDM, qui regroupe cinq partis de gauche) et un observateur tunisien du centre Chahed (témoin) les regardent, sans faire de commentaire.
Un formulaire de PV manque, les membres du bureau discutent. Une des agents, Olfa, exige d'appeler l'Isie avant de commencer le dépouillement sans le précieux formulaire. Nouveau débat.
Le décompte commence enfin vers 20H15. Les bulletins, des posters au format A3 sur lesquels figurent les numéros, noms et logos des 80 listes qui se présentaient dans cette circonscription de Tunis, sont dépliés.
Ils comptent une fois, deux fois, trois fois: 762 votants sur les 898 inscrits sur les listes électorales dont disposait le bureau. Puis nouveau décompte, cette fois pour calculer le nombre de bulletins non utilisés, sur les mille remis au bureau de vote avant l'ouverture du scrutin.
"Les illettrés ont été manipulés", lance Me Ryadh Ouslati, l'obervateur. "Des femmes âgées voulaient entrer dans l'isoloir avec une étiquette dissimulée portant le numéro et logo d'Ennahda", le parti islamiste favori du scrutin, affirme Olfa, exhibant des bouts de papier confisqués.
Dans la cour de l'école, le responsable du PDM dit avoir entendu des hommes crier "Hamama! Hamama! 54!" (colombe! 54!), logo symbole et numéro de la liste d'Ennahda, alors qu'ils auraient dû quitter le centre juste après le vote.
Le chef du bureau de vote finit par avoir l'Isie au téléphone et réclame le "le formulaire manquant".
L'urne était encore scellée à 21H00. Le dépouillement attendra encore un peu.
"Nous sommes fatigués, mais les choses doivent être faites convenablement", assène Olfa.
Pourtant ils croyaient avoir vu le bout de cette longue journée, quand peu après 19H00, un officier d'une cinquantaine d'année a poussé un "ouf" de soulagement: deux jeunes militaires venaient de fermer les grilles de l'école.
Quelques dizaines d'électeurs, essentiellement des femmes de ménage venues après leur journée de travail, arrivés avant l'heure officielle de clôture ont pu voter. Puis les grilles se refermées pour de bon.
"Nous sommes sur le pied de guerre en non stop depuis vendredi pour sécuriser l'acheminement du matériel et surveiller le déroulement du vote", explique l'officier, qui n'a noté "aucun incident" malgré l'affluence, massive dès l'ouverture du bureau.


Lire l'article sur Jeuneafrique.com : A Tunis, on compte trois fois les bulletins, avec sérieux et pause café | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

Anonyme a dit…

Apostrophes, le nouveau blog du jeune Ducros.

http://mducros.over-blog.com/

bidhani facho a dit…

Samory Ould Beye : « C’est mon oncle Khaina Ould Beye qui a tué Coppolani ».
========
aucun hartani na fait partie du comando de sidi-ould-moulay-zeiyn,
l'ocle du primate samory, kaina tout dabord c un 3abd pour (ideychili)apres bcp de mefaits, ils ont chasse il est parti rejoindre les(awlad gheilan) qui l'ont chasse a leur tour.
apres il a rejoind les (awlad 3amani)il a été envoiye a tijidja pour assasiné l'ocle de l'emir de l'adrar qui a rejoind, son maitre le minable coppolani a tigidja.

ps: kaina ete accompagnee de son fils.
ete il e mort tué par l'ordure frerejean.
pour moi c un kaina a servie son pays e ses maitres en fait nouvaux maitres(awlad 3amani) en esseyant de tué l'ocle de l'emir.

en aucun cas kiana na participe de pré ou loing dan le comando de l'adrar qui a tue copppolani.

bidhani facho a dit…

Samory Ould Beye : « C’est mon oncle Khaina Ould Beye qui a tué Coppolani ».
========
aucun hartani na fait partie du comando de sidi-ould-moulay-zeiyn,
l'ocle du primate samory, kaina tout dabord c un 3abd pour (ideychili)apres bcp de mefaits, ils ont chasse il est parti rejoindre les(awlad gheilan) qui l'ont chasse a leur tour.
apres il a rejoind les (awlad 3amani)il a été envoiye a tijidja pour assasiné l'ocle de l'emir de l'adrar qui a rejoind, son maitre le minable coppolani a tigidja.

ps: kaina ete accompagnee de son fils.
ete il e mort tué par l'ordure frerejean.
pour moi c un kaina a servie son pays e ses maitres en fait nouvaux maitres(awlad 3amani) en esseyant de tué l'ocle de l'emir.

en aucun cas kiana na participe de pré ou loing dan le comando de l'adrar qui a tue copppolani.

Anonyme a dit…

Bithani facho,

Tu es encore vivant, yaatik ennar. Mets beaucoup d' eau dans ton whisky. Tu es la honte de la Mauritanie. Tu as un père? A-

maatala a dit…

Salam

Couly qui a dit:

" Vient un temps ou le silence est trahison"


Maatala

bidhani facho a dit…

Bithani facho,

Tu es encore vivant, yaatik ennar. Mets beaucoup d' eau dans ton whisky. Tu es la honte de la Mauritanie. Tu as un père? A-
=========
dieu soit loué, toi tu es la honte de maures, lache e minable.
j voulez juste rapelle la vérite de khayne wil biye!aprés le message de bebe ba, ou elle ete contente de cette 'hisoire mansongere de samory ould beye.

khayne était envoiye a Tidjikja pour assassiner, loncle de l'emir de l'adrar, qui c réfugié auprés de l'ordur coppolani.

Anonyme a dit…

Ça commence. La Charia n' a rien à avoir avec le Coran. Le Abeljeil parti avant un an. Un petit connard comme Kadafi.

Charia en Libye: l'UE appelle au respect des droits de l'Homme.

Bruxelles - L'Union européenne a appelé les nouvelles autorités libyennes à respecter les droits de l'Homme et les principes démocratiques, en réaction à l'annonce de la réintroduction de la charia après 42 ans de règne de Mouammar Kadhafi.

Nous attendons de la nouvelle Libye qu'elle soit fondée sur le respect des droits de l'Homme et des principes démocratiques, a déclaré à l'AFP la porte-parole de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, Maja Kocijancic.

Elle était interrogée sur la décision des nouvelles autorités de réintroduire la polygamie et l'interdiction du divorce, annoncée dimanche à la faveur de la proclamation de la libération de la Libye lors d'une cérémonie à Benghazi (est).

Le président du CNT, Moustapha Abdeljalil, avait réaffirmé lors de cette cérémonie que la législation serait fondée sur la charia, la loi islamique. En tant que pays islamique, nous avons adopté la charia comme loi essentielle et toute loi qui violerait la charia est légalement nulle et non avenue, a-t-il souligné.

Il a cité en exemple la loi sur le divorce et le mariage qui, sous le régime de Mouammar Kadhafi, interdisait la polygamie et autorisait le divorce, et qui ne serait désormais plus en vigueur. Il a également annoncé l'ouverture de banques islamiques.

Maja Kocijancic a toutefois décliné tout commentaire sur la polémique à propos de l'exposition à Misrata du corps Mouammar Kadhafi, tué jeudi après avoir été capturé vivant près de Syrte. La tradition islamique exigerait qu'il soit inhumé dans les 24 heures suivant sa mort.

A Misrata, où les corps de M. Kadhafi et de son fils Mouatassim, lui aussi tué jeudi à Syrte, ont été transportés et placés dans une chambre froide, des milliers de Libyens ont défilé depuis vendredi pour s'assurer de la mort de leur ennemi.

La veuve de M. Kadhafi et plusieurs organisations internationales, dont l'ONU, appuyée par les Etats-Unis, ont réclamé une enquête sur les circonstances de sa mort. M. Abdeljalil a assuré samedi qu'une investigation était en cours.

AFP

LE FRONT NATIONAL DES ARABES DE MAURITANIE a dit…

j vous annonce la création, du mouvement
beydans. LE FRONT NATIONAL DES ARABES DE MAURITANIE;

qui va oeuvrer activement, pour une mauritanie beydan, sans noirs! et pour que la rive sud fleuve sanhaja soit la frontier eternele, entre la mauritanie arabe et les négro d'afrique.

Anonyme a dit…

Salam

Le Nazillon nous annonce la naissance du :

"LE FRONT NATIONAL DES ARABES DE MAURITANIE"

Personnellement je leur pisse dessus.

-------------------------------

Le problème avec toi, c'est que tu es inculte et surtout un falsificateur de l'histoire.

La "rive sud fleuve sanhaja" n'existe que dans ton esprit débile et sectaire.

Lorsque que tes ailleuls se servaient des poils de leurs chameaux pour se torcher le cul, le royaume du TEKROUR était florissant et tes ancêtres des brigands esclavagistes.


Que tu le veilles ou pas , les premiers habitants de la mauritanie sont des nègres.

je te mets au défi de nous citer un historien démontrant le contraire.

Retourne à l'école faire tes classes dit le fou

maatala

Bebe BA a dit…

LE FRONT NATIONAL DES ARABES DE MAURITANIE,

où se trouve la rive gauche du fleuve Sanhaja?
c'est pour que je puisse faire du gazra, avant que cela ne soit debordé!!
Sinon, on fera comme les sans papiers en europe, on organisera des sitting, des gréves de la faim ou des grèves tout court, on mettra du sucre dans les pots d'échapement des voitures, etc!!!
Alors!!!!!!!!

Anonyme a dit…

Matalla a dit:
-----------------------------
Lorsque que tes ailleuls se servaient des poils de leurs chameaux pour se torcher le cul, le royaume du TEKROUR était florissant et tes ancêtres des brigands esclavagistes.

--------------------------------
Matalla en repondant à un raciste et un inculte en insultant toute une communauté qui ne t'a rien fait de mal,tu es comparable à lui.
Tu aurais pu mieux faire en ignorant ce con,supprimant son message ou en lui repondant sans insulter tes compatriotes!!!

A+

Anonyme a dit…

Salam

A+

Tu as parfaitement raison.

Insulter les ailleuls d'un minable ce n'est pas insulter la communauté, dont je fais parti.

Chez les négros-africains, il n'y a pas du Telji, ni du choumad, ni du chekroud: mes oncles.

J'ai au moins un droit inaliénable, celui de m'insulter dit le fou

Maatala

BIDHANI FACHO a dit…

MAATA , TU E UN PAUVRE TYPE POUR KOI TU SUPRIME MES ECRIT? TU E LACHE..


PS: TU N'EST PAS UN BEYDAN, CAR TU ES UN LACHE.

Anonyme a dit…

francophone Duperie profonde

Les pseudo-intellectuels francophones en Mauritanie en manque d’arguments et d’assisses cherchent par tous les moyens à semer le doute sur l’arabité culturelle et linguistique des mauritaniens en évoquant des banalités telles la couleur et la position géographique du pays en versant dans le mensonge et l’hypocrisie. Ainsi, les gens bercés par un dialecte totalement arabe par conséquent des arabe doivent les prouver et chercher des certificats d'arabité délivrés par ses adversaires ou certains pays arabes, alors qu’eux jouissent paisiblement de leurs aspirations acculturantes et infondées. Quel secret derrière cette configuration où l'arabité ou l’arabe seraient-elles source de susceptible ou allergie excessive.

Au moins, l'arabe ne suscite pas l'indifférence, la francophonie a l'air de façonner pour être très arabophobe. Cette duperie évidente de la francophonie réduit l’horizon à cette France en déclin avancé pour interdire à jamais l’accès à l’universalité et crée un malaise insoutenable , ce n’est pas pour cela que l'arabe va perdre son prestige au contraire.
L’arabe en elle-même n’a jamais servi comme support à un esclavage institutionnalisé et idéologisé voire raciale avec des tentatives scientistes ridicules de le justifier, contrairement à d’autres langues que ces francophones semblent respecter et idéaliser.
La haine du pauvre maure stigmatisé, piétiné et haï à cause de la proximité, de la parenté, du contexte traditionnel de la société, du voisinage et de la ressemblance ne doit pas conduire à cette aversion haineuse et ridicule de l’arabe, la prestigieuse langue internationale, avec ou sans les maures et les autres.
L’arabe, socle de l’identité mauritanienne, serait une langue étrangère au même titre que le français et le lingala, quelle mauvaise foi de ces présumés mauritaniens quand il s’agit de dénigrer ou revendiquer des droits chimériques indus absent par ingratitude ou doute d’allégeance, il n’y aurait de national que les langues dites nationales pulaar, wolof, souniké ? Ses dialectes nigéro-congolais dont la présence présumée en Mauritanie n’est que le supposé prolongement marginal de leur aire principal. Par contre 95% du pays parle le hassaniya un dialecte arabe .Seule la mystification de cette prestigieuse langue essence et mémoire du pays permet cette qualification

mouhamed

Anonyme a dit…

Pourtant, je n’ai absolument rien contre la France comme pays ou sa culture au contraire. J’admire ce pays et sa culture. De même je n’ai rien contre le français comme langue en tant que telle, ce que je dénonce c’est son utilisation par l’état mauritanien et une certaine Elite pour inhiber les capacités culturelles et linguistes intrinsèques voire extirper toutes perspectives de développement endogènes.. Ce conditionnement par la langue française interdit l’accès autonome à l’universalisme en réduisant l’univers à sa juste transformation par le prisme de cette langue qui est loin d’être neutre ou un simple outil de communication. Cette langue n’est pas le fruit d’un choix conscient ou rationnel résultant d’une volonté délibérée mais la cristallisation d’un sombre épisode.
Au lieu de dire la communauté noire ou négro-africaine, les francophones doivent dire pour être plus précis et cohérent la communauté nigéro-congolaise en référence à leur langues par opposition à la communauté arabo-berbère pour rester logique. Les deux ensembles sont des communautés linguistiques et culturels.

Mais cette fixation sur le banal, l'épiderme au lieu d'explorer l'univers inhibe inévitablement la lumière de l'âme et produit un corps hostile à son essence enfermé dans une lutte destructive qui l'isole davantage . le racisme se nourrit spirituellement de cette attitude inconsciente de mépris de soi qui conduit aux malheurs, à l'adversité et puis la violence pour aboutir à cette constante haine des autres par envie, jalousie en espérant extirper cette insoutenable souffrance auto entretenue.




mouhamed

Anonyme a dit…

La fraternité, la justice et la citoyenneté ne se conçoivent pas dans l'adversité, être intellectuel, penseur ou militant de droit de l'homme exigent une conception de l'homme qui dépasse l'engagement partial pour une caractéristique humaine donnée chargée négativement par des résidus importés de certains cultures matérialistes totalement étrangères à la notre et antinomique avec l’essence de notre vraie sainte religion.

Ainsi, une centaine de militants des droits de l’homme et autres pseudo intellectuels sans poids ni encrage social et dont la valeur morale avoisine le zero appelle au communautarisme et au repli. quel sens humaniste peut porter ces petites succursales de la vision égoïste, personnelle, villageoise et communautaire sauf la méfiance intercommunautaire.

Mais la méfiance et la confiance s'exclut mutuellement, alors dites plutôt droit de la communauté nigéro-congolaise, village voire "race" ou taisez-vous ?
Pour résumer, Le choix malveillant peu nationale et loin de toute rationalité ou responsabilité d'imposer de facto la langue française à un peuple raffiné pour mépriser sa culture et son identité et son ancrage civilisation a semé le désordre et la mésentente et mis en échec toute tentative de se libérer de cette culture coloniale dominante devenue désuète et nuisible. Cette situation a conduit à une confusion pour produire une génération des déracinés, malaisés, violents et stupides qui patauge dans les complexes et la pauvreté spirituelle. Cette génération perdue et déboussolée prétend que la promotion de la culture française en lieu et en place de sa propre culture lui garantirait une ouverture sur l’extérieur alors qu’elle l’enferme dans un horizon réduit à la France et son petit pré-carrée insignifiant . Ils veulent imposer cet petit horizon en régression à une population libre et authentique possédant un patrimoine culturel et civilisationnel suffisamment riche pour fonder un modèle influent au niveau international. Ainsi le choix stratégique permettant de maintenir l'identité du pays et de la culture est la langue de l'arabe et l'anglais comme un choix rationnel permettant de tirer le maximum dans les échanges avec le reste du monde, sans autre considération et en application du libre choix et du principe de la rationalité.
Quelle banalité et quelle superficialité avec lesquelles ces francophones réagissent pour défendre l’imposition du français au peuple mauritanien pour réduire son horizon à ce pays et pour maintenir sa dépendance à un seul pays au lieu d’intégrer pleinement toute l’humanité . On n’a pas besoin d’être chauvin ou nationaliste pour mesurer la légèreté et l’insignifiance des arguments avancés contre l’arabe. Mais l’arabe est une langue riche qui a du passé et un avenir certain et radieux. Elle dépasse déjà le français sur internet. Cette aversion stupide renvoie automatiquement au démagogique combat des langues dite nationales qui est semble épisodique peu sérieux, il n’est en fait qu’un combat de substitution qui profite par dépit et manque de maturité et de clairvoyance à la langue française Par le jeux d’une inconsciente allégeance. Ce faux combat est perdu d’avance et tant mieux car il ne repose que sur la haine et la rancune et le poids d’un épisode douloureux méprisant et réducteur.

AUCUNE CRAINTE POUR L’ARABE AU CONTRAIRE ELLE FINIRA PAR TRIOMPHE ICI CAR LES ALTERNATIFS SONT PEU SERIEUX ET LA DUPERIE TRES LOCALE SERA BALAYEE INEVITABLE


mouhamed

Anonyme a dit…

Mouhamed/Tiris1,

D'abord tu te trompes énormément. Secundo ne fait pas du couper/coller de quelque chose que tu as déjà dite ailleurs.

J'ai coupé/collé ce que tu dis en bas dans le moteur de Bingo et je suis renvoyé à tes commentaires sur canalh. Tu divagues!

"Ce conditionnement par la langue française interdit l’accès autonome à l’universalisme en réduisant l’univers à sa juste transformation par le prisme de cette langue qui est loin d’être neutre ou un simple outil de communication".

Anonyme a dit…

Plutôt les commentaires de Mouhamed/Tiris1 sur CRIDEM.

esprit peulh a dit…

mon ami bidhani facho: avec vous En Mauritanie, c'est toujours la meme histoire, la meme condescendance lorsque les noirs ont quelque chose a dire. Des efforts collosaux sont fait pour attribuer chacun de nos gestes ou revendications a une quelconque influence du Senegal. Une maniere indirecte de donner plus de legitimite a la notion du noir plus senegalais que Mauritanien.
n entend jamais un Mauritanien-Africain dire aux maures qu'ils sont plus Sahraouis ou Algerien que Mauritaniens. On entend encore moins un Soninke (le groupe autochtone par excellence en Mauritanie) dire a un Maure de "retourner" chez lui, au Yemen, au Sahara ou en Arabie Seoudite.

Sous l'Apartheid l'Afrique du Sud blanche faisait la meme chose pour contrecarrer alors le "swaart Gewahr", (le peril noir). La meme Afrique du Sud deploya des efforts monumentaux pour regrouper les population autochtones noires dans des Bantoustans "independents" et ainsi declarer le pays "a majorite blanche". A quand un bantoustan en Mauritanie?

Une franche, malheuresement importante, de la population maure en Mauritanie a ce meme desir de contenir la population autochtone noire du pays. Et l'auteur de cet article ne fait que rehacher les memes argumentaires sordides de complot etranger, de "majorite arabophone" et de "extremisme flamiste".

esprit peulh

Anonyme a dit…

ALAKHBAR (Nouakchott) - Le président des FLAM, Samba Thiam, accompagné d'Ibrahima Mifo Sow, Vice-président des FLAM, se sont entretenus, samedi 22 octobre, avec Biram Dah Abeid, président de l'IRA à Washington.

Selon une note d'information des FLAM, transmise à Alakhbar, "l’échange entre les deux parties, empreint de cordialité, a été franc et productif".

La note précise "une large identité de vue s’est dégagée sur leur analyse de la situation politique et sociale de notre pays. Les deux responsables se sont promis de maintenir le contact".

Anonyme a dit…

Lu sur Mille et un je :
Sahwa, honneur et codes....
Chez les Maures ( et aussi chez les Halpulaars, les Soninkés, les Wolofs, sous des formes un peu différentes) il existe tout un code de conduite qui a valeur de loi ; et qui, comme toute loi, codifie des frontières, des deadline à ne pas dépasser, des mépris pour ceux ou celles qui les transgresseraient, des "punitions", des rejets... Ou, à l'inverse, des récompenses morales. Cet ensemble de règles instituées par la société s'appelle la Sahwa, la pudeur. Elle stratifie les comportements. Elle codifie. Elle cisèle les relations entre tous les membres d'un groupe, d'une fratrie, d'une famille, d'une tribu et, par delà, entre habitants du même espace socio culturel. Elle est Force et pression. Elle est culpabilité et bienséance. Elle est le centre de tout et les frontières des autres. Dès la petite enfance elle nous est enseignée comme un mantra, afin de nous préparer à la vie en société ou, plutôt, aux multiples vies en société. Tout y est bien codifié : que peut on faire devant tel ou tel membre de la famille, à qui peut on parler, qui peut on regarder dans les yeux, comment se comporter, comment dire, comment effectuer les mille et une gestuelles quotidiennes, etc... Elle enseigne aux hommes de s'effacer, physiquement, devant leur beau père. Elle enseigne aux femmes les retenues que l'on suppose inhérentes à nos conditions d'inférieures : ne pas allaiter devant nos frères aînés, ne pas appeler notre mari par son prénom... Gare à celle qui nommerait l'homme qui partage et son lit et sa vie! Ce conjoint là ne peut être que "IL", gommé jusque dans son identité. De même, il faut à chaque femme, avoir un comportement digne, comme, par exemple, le jour de ses noces. Il est alors interdit de sourire, d'exprimer une quelconque forme de joie : la nouvelle épousée se doit d'être triste et de le montrer. Pendant que la fête, SA fête, bat son plein, que les amies dansent en honneur des nouveau mariés, que la musique fait chavirer la salle, la mariée est cachée derrière un voile, juste esquissée dans son voile de mariée. Sous ce voile elle a les yeux baissés, la mine compassée : aucune vague sur son visage. Pas de sentiments.

Anonyme a dit…

( mille et un je , suite...)
Surtout ne pas montrer son sentiment amoureux au risque de passer pour une fille de peu, mal éduquée et ne faisant pas honneur à sa famille et à son groupe.Surtout ne pas se réjouir, ne pas montrer, ne pas extérioriser. Lors de sa nuit de noce, surtout ne pas se laisser aller. Etre pudique, rougissante. Ne pas dire les désirs. Ne pas trop exprimer pour ne pas passer pour une fille de "mauvaise vie". La génération de nos grands mères allait encore plus loin : lors de l'acte sexuel, elles se couvraient le visage de leur voile. Honte des choses sexuelles. Honte du corps. N'être qu'un ventre, un utérus... N'être pas femme et subir.
N'être rien pour que le groupe soit tout...
Toute sa vie de femme mariée, de mère potentielle et de femme, elle sera porteuse de la bienséance, porteuse du code : humilité, timidité, abnégation, fidélité, compassion, pieuse, peu encline aux démons de la chair, asexuée et repliée dans les tabous comportementaux. Centre de la société et étendards involontaire des preuves de la moralité d'une famille.
Cette femme est la Sahwa, même si cette pudeur s'applique aussi aux hommes. Elle est ce code, plus que les hommes, car c'est par le comportement féminin que nos groupes sociaux se définissent : le sang / honneur de la virginité, la pseudo noblesse de tel ou tel comportement, la prétendue incapacité féminine à ne pas, dans la liberté, incarner autre chose que le haram, la luxure, le mal.... Le péché et l'envie.
Les femmes, centre de tout et de tous, comme frontières et barrières sociologiques par lesquelles la survie d'un groupe donné passe.
La négation comme objet de survie culturelle... Dans nos sociétés masculines qui ont tenté d'effacer les survivances du matriarcat de nos ancêtres berbères, les femmes sont et la vitrine et la face cachée, l'honneur et le déshonneur, l'amour et l'interdit, l'éducation et la désunion, l'être et le néant...
La Sahwa comme instrument de servitude...
Salomé

http://milleetunje.blogspot.com/

Rafraîchissant n'est ce pas?

M mint D a dit…

Bébé,
je te suis ! Moi aussi je veux pouvoir "gazrer" un coin de ce nouveau fleuve!!! J'aime bien l'idée de mettre du sucre dans le pot d'échappement!
Alors, quitte ton boulot et direction le fleuve "sanhaji".
Gazrés du monde entier unissons nous!
lol
M mint D

maatala a dit…

Salam

Elle a dit

"Toute sa vie de femme mariée, de mère potentielle et de femme, elle sera porteuse de la bienséance, porteuse du code : humilité, timidité, abnégation, fidélité, compassion, pieuse, peu encline aux démons de la chair, asexuée et repliée dans les tabous comportementaux".

-----------------------

J'ai rencontré une Mauritanienne qui fumait une cigarette dans une rue de paname(paris), je l'ai salué en Hassaniya, elle a failli avoir une attaque.

A cause de la Sahwa dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

On en a parlé ici depuis 2008 après Lemgheity et tout était évident: c' était bien le Polisario qui avait donné un coup de main. Belaouar n' était pas impliqué du tout, mais ça c' est une autre théorie du complot.

Que d' insultes que j' ai eues! Moussa/ano fauté entouma mneine?

Quand on tient un filon, on ne le lâche pas. Surtout ne jamais avoir peur de qui que ce soit, quand on s' attaque à ta chair.

Mon principe a toujours été: ne touche pas à mon pays, quelle que soit la merde dans laquelle nous sommes. C' est notre probème. C' est aussi simple que ça.

Gardons canalh vivant et soyons honnêtes avec nous mêmes et avec les autres. Merci LM et Maatala.

A-

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=61537

Anonyme a dit…

Maatala,

Le billet de Salomé est vraiment cool. Certain que la soeur qui fumait dans la rue t' a dit merhbeu, ech halak et presque simah. Ça c' est notre société et elle est entrain de foutre le camp ...

A-

esprit peulh a dit…

Épris de justice, vous êtes invités à la marche du 29 pour dénoncer les méthodes racistes du Gouvernement beydan raciste de Mohamed Ould Abdoul Aziz à travers le recensement raciste en cours. Ce sera également l'occasion de dénoncer l'impunité des auteurs du crime du martyr Lamine Mangane qui continuent de circuler comme si rien n’était.

POINT DE DÉPART : CENTRE DE RECENSEMENT DE TEVRAGH-ZEINA SITUÉ A L...A MEDINA 3.

DESTINATION : SÉNAT

HEURE : 10 H

LA LUTTE CONTINUE, IL FERA BIENTÔT JOUR EN MAURITANIE.

esprit peulh

esprit peulh a dit…

injustise,ségrégation, racisme en plein jour. et personne ne dit rien!!!!
honte au monde entier.

======
ALAKHBAR(Nouakchott)- "L'histoire de Abdallah AL Hassan Maïga est triste et désolante". "En se présentant devant les recenseurs pour se faire enrôler, ces derniers auraient fait fi de tous ses documents pour le cribler de questions, arguant que la famille Maïga n'est pas mauritanienne".

l'information est révélée par L'Authentique quotidien qui ajout...e que Maiga "disposerait néanmoins de toutes ses pièces d'état-civil mauritaniennes".

Le journal précise même que "Abdallah Al Hassen, comme ses grands parents, serait né à Nema où il a fait ses études coraniques, ses enfants aussi. La famille serait présente dans la région du Hodh Charghi bien avant que cette partie orientale du pays ne fut rattaché à la Mauritanie".

Maiga lui s'adressant à la commission a répondu: "Tous les agents recenseurs qui sont en face de lui ne sont pas mauritaniens mais viendraient de pays de l'Afrique du Nord. Il est par la suite, "arrêté puis expédié au commissariat et ensuite déferré au parquet de la République pour falsification de documents nationaux". Et sera"Entendu par le Procureur de la République et envoyé en prison", ajoute le journal.

Et L'Authentique d'alerter: "A présent, il est à craindre que beaucoup de personnes naturalisées mauritaniennes n'aient peur de se rendre dans les bureaux pour se faire recenser de peur d'être traîné devant la justice pour falsification, alors que certains étrangers vivant depuis plusieurs décennies en Mauritanie sont parvenus à obtenir par les voies légales la naturalisation".

Pourtant rappelle le journal, "il existe beaucoup de mauritaniens d'origine naturalisés ailleurs dans le monde".
esprit peulh

Anonyme a dit…

Ce n'est pas mwa qui ait écrit ça, ni balancé l'article sur le Qatar. Je suis pour tout ce qui a touché Kadafi, donc ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Laisser A- pour une personne et il y a plein d'alphabets et des centaines de millions de combinations. A bon entendeur salut.

A-

===
la vérité sur la chute du colonel kadafi,commence a émerger!A-

Anonyme a dit…

Pourquoi tuer un assassin pose problème?

==
Libye: le nouveau pouvoir déterminé à juger les meurtriers de Kadhafi.

Benghazi (Libye) - Les autorités libyennes se sont dit jeudi déterminées à poursuivre en justice les meurtriers de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi mort dans des circonstances floues après avoir été capturé vivant, soulevant un tollé et des appels internationaux à ouvrir une enquête.

Concernant Kadhafi, nous n'attendons pas qu'on nous le dise, a déclaré le vice-président du Conseil national de transition (CNT), Abdel Hafiz Ghoga. Nous avons déjà ouvert une enquête. Nous avons émis un code d'éthique concernant le traitement des prisonniers de guerre. Je suis sûr que c'était un acte individuel et non pas un acte des révolutionnaires ou de l'armée nationale, a-t-il poursuivi.

Le responsable de cela (le meurtre de Kadhafi), quel qu'il soit, sera jugé et bénéficiera d'un procès équitable, a assuré M. Ghoga.

Les circonstances de la mort de Mouammar Kadhafi restent obscures, le nouveau pouvoir libyen martelant depuis le début la thèse d'un décès intervenu dans un échange de tirs, tandis que de nombreuses sources évoquent une exécution sommaire. Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a critiqué jeudi les images dégoûtantes de la mort de Mouammar Kadhafi diffusées par les médias internationaux, ont rapporté des agences russes.

Toute la famille de Kadhafi a été tuée, son cadavre a été montré sur toutes les chaînes internationales: il est impossible de regarder ça sans être dégoûté. C'est quoi tout ça?!, a-t-il dit.

Il est tout ensanglanté, blessé, encore vivant, puis achevé (...) et on exhibe tout ça sur les écrans, a poursuivi M. Poutine. Des millions de gens regardent ces images y compris des enfants, ce ne sont pas des dessins animés (...) Cela n'apporte rien de bon, a-t-il ajouté.

AFP



Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : AFP via Romandie News (Suisse)

Anonyme a dit…

Opportunisme pûr et simple.A-

=====
l'emir du Trarza claque la porte au RFD.

Pour un coup dur, c’en est vraiment un pour le parti d’opposition RFD et pour son président monsieur Ahmed Ould Daddah. Non seulement en raison de la carrure politique de l’Emir Ahmed Salem Ould Hbib mais aussi parce que cette défection aux lourdes conséquences politiques, intervient même au sein de la wilaya du Trarza, fief présumé du chef de file du RFD.

En plus de sa défection du RFD, l’Emir du trarza par ailleurs sénateur a annoncé son soutien inconditionnel au président de la République monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz et aux bonnes politiques qu’il a initiées aux profit des Mauritaniens et de la Mauritanie.

Dans la même déclaration faite lors d’une soirée politique et artistique organisée hier par l’Initiative pour le soutien et la consolidation des acquis nationaux que dirige El Koureichi Mohamed Mahmoud Ould Moctar Salem, l’Emir Ahmed Salem a annoncé son ralliement avec armes et bagages au parti au pouvoir l’Union Pour la République.

Anonyme a dit…

maata c koi cette histoire, du royaum tekrour?

Anonyme a dit…

Encore ce n'est pas moi qui ai signé sur le clacquage de la porte du RFD par le gars du trarza. Tant que tu n'insultes personne, tu peux t'amuser à singer ma signature. Mais pas de conneries.

Réconfortant d'être si celebre qu'un singe ou une guénon singe ta signature. Merci canalh de m'avoir aidé à atteindre une telle notoriété.

couli: where are you? Missing you, man. Au moins toi tu ne signes jamais et on connaît ta main.Le cheikh bambara s'est enrôlé?

Le vrai A-

Anonyme a dit…

Bizarre cet ATT. On fera comment? Ni la Mali, ni l' Algérie ne bougent le cu pour lutter contre AQMI. Temps peut-être de tripatouiller quelques touaregs pour rendre ATT plus sérieux. Le gars va à Alger, reçoit des instructions et il chante comme un perroquet. Que faire avec ce Monsieur?

===
Mali - Lutte conte le terrorisme: le Mali refuse toute présence militaire étrangère (président malien)
28/10/2011

AFP - La Mali refuse toute présence militaire étrangère dans son pays, même pour lutter contre le terrorisme, a déclaré le président malien Amadou Toumani Touré dans un entretien avec la télévision algérienne diffusé jeudi.

Le chef de l'Etat malien a quitté jeudi Alger à l'issue d'une visite officielle de quatre jours en Algérie.

"Le Mali, tout comme l'Algérie, très jaloux de son indépendance et de sa sécurité, n'acceptera en aucune manière qu'une force militaire étrangère s'installe dans son pays même si cette force venait pour aider dans la lutte antiterroriste", a indiqué le président malien à la télévision algérienne cité par l'agence de presse APS.

Depuis 2010, les quatre pays dits du "champ" du Sahel (Algérie, Mali, Mauritanie, Niger) ont une coopération militaire par le biais du Comité des états-majors opérationnels conjoints (Cemoc), installé à Tamanrasset, dans l'extrême sud algérien, au Sahara. Ils ont depuis accru leur coopération en matière de renseignement.

Pour M. Touré, il faut éviter d'"impliquer des forces extérieures" aux pays du champ car "internationaliser une situation qu'ensemble nous pouvons sans doute maîtriser, est exactement la solution qu'il faut éviter".

Le chef d'Etat malien a indiqué que les questions liées à la crise libyenne et à la prolifération des armes avaient été au centre de ses discussions avec son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika pendant cette visite de quatre jours.

"Aujourd'hui, ce sont des armées entières qui quittent la Libye lourdement armées et qui reviennent vers leurs pays d'origine, et le Mali en fait partie", a-t-il souligné.

Il a considéré que la coopération était la réponse la mieux adaptée pour lutter efficacement contre le terrorisme et que les deux pays avaient "une vision commune qui nous permet de nous mettre ensemble pour lutter contre le terrorisme et ses connexions".

La visite du président malien est intervenue après l'enlèvement dans la nuit de samedi à dimanche de deux coopérants espagnols et d'une Italienne à Hassi Rabuni, qui abrite le siège du gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), près de Tindouf, dans le sud-ouest de l'Algérie, dans une attaque attribuée par le Front Polisario à la branche maghrébine d'Al-Qaïda, Aqmi.

Le Front Polisario a affirmé que les ravisseurs s'étaient infiltrés à partir du Mali, ce qu'à réfuté lundi à l'AFP un ministre malien sous le couvert de l'anonymat.

© Agence France-Presse - 27 octobre 2011

maatala a dit…

Salam


Ambassade de Turquie: Sawab






Le Parti panarabiste Sawab a exprimé, dans une lettre adressée à l'ambassade de la Turquie, son indignation contre une lettre invitation, pour le 88 ème anniversaire de l'indépendance de la Turquie, rédigée en français.

Le parti souligne qu'il était surpris d'avoir reçu une invitation en français de l'ambassade turque. Ce comportement ne reflète pas, selon le parti, ce qui est qui attendu de la représentation diplomatique d'un pays "qui possède la langue d'un peuple, avec lui nous entretenons des liens très forts".

Sawab signale aussi que l'ambassade "a oublié qu'elle est dans un pays qui a décidé de faire de l'arabe une langue officielle".

-------------------------

Quand on fait allégeance à Kadaffou, il est préférable de raser les murs.

Ils auraient du lui envoyer une invitation rédigée en turc.

Bienfait pour ce parti de traîtres dit le fou.

maatala

maatala a dit…

Salam

Vlane a dit:

"Aziz est ce qu’il est, c’est un arabo-berbère versé, comme chacun, dans le tribalisme, les fantasmes de l’arabité comme on en trouve chez tous les peuples reculés ou en exil qui se souviennent des racines éloignées ou des terres perdues".

-------------------------------

les fantasmes de l’arabité les fantasmes de l'arabité ont massacrés notre éducation nationale dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Ils sont fous, ces sawab! Ils veulent maintenant arabiser les turcs? Savais pas qu' ilsavaient preté allégeance à feu kadafi. Quel bled: du n' importe quoi.

A-

Anonyme a dit…

Lu pour ano fauté


http://www.maliweb.net/category.php?NID=82510&intr=

Anonyme a dit…

Si un parti comme Sawab ou les islamistes arrivent au pouvoir, il pourront faire ce qu'a fait Kadafi. Solutions faciles.

==
http://www.washingtonpost.com/world/middle-east/with-gadhafi-gone-many-libyans-want-confiscated-property-back-some-at-gunpoint/2011/10/28/gIQAqQ0tPM_story.html?wprss=rss_middle-east

Anonyme a dit…

Cette vidéo est à regarder. Nos braves soldats font face au danger, à la faim pour lutter contre AQMI. La stratégie marche. En attendant que l' OTAN de Tamanrasset devienne raisonnable et bouge le petit doigt. Pas d' autre solution. A-


http://www.cridem.org/C_Info.php?article=61606

Anonyme a dit…

آ الناقص

الله يوضعك يخي.. تكرر كالببغاء ترهات معطله وتستنكر احتجاج حزب وطني على رسالة وجهت إليه بلغة أجنبية

مر إلين تبك وراك.. أيها الساذج الكاره لذاته

آن أللي بي فيك ألا سطحيتك لكنت قاع عندك عمق معطله تعود القضية ألا نص مصيبة يغير أنت مانك دال اعل شي

Anonyme a dit…

آ الناقص

الله يوضعك يخي.. تكرر كالببغاء ترهات معطله وتستنكر احتجاج حزب وطني على رسالة وجهت إليه بلغة أجنبية

مر إلين تبك وراك.. أيها الساذج الكاره لذاته

آن أللي بي فيك ألا سطحيتك لكنت قاع عندك عمق معطله تعود القضية ألا نص مصيبة يغير أنت مانك دال اعل شي
=====

pure vérite! sur c perroquet, de A-

Anonyme a dit…

Choukran, saheb tawassoul. Je n'ai pas un clavier en arabe pour te remercier encore plus. A-

Anonyme a dit…

L'ami arabisant au clavier,

Les blog c'est fait pour quoi yaatik hdir el bougeu ?. Ton nom d'oiseau (perroquet) à A- ne tient pas la route.

Anonyme a dit…

Mehdour el boujeu,

Tu as lu ça? Mieux que de faire le zouave ici.


http://kassataya.com/international/affaires-africaines-lentretien-qui-accuse-sarkozy

Anonyme a dit…

Salam

Mme Cissé mint Cheikh Ould Boida, ministre de la culture, de la jeunesse et des sports a affirmé vendredi à Paris que la Mauritanie oeuvre avec sérieux et persévérance pour la propagation de la culture du dialogue,

de la paix, de la justice et de l'équité et pour la consécration de la concorde sociale.


La ministre qui pononçait un discours vendredi soir devant la 36eme assemblée générale de l'organisation des Nations Unies pour l'Education, la Culture et les Sciences (UNESCO) a indiqué aue la Mauritanie à qui ont été donnés par les explorateurs et les penseurs différents noms qui honorent comme " Terre des hommes" représentait un lieu où ont passé des civilisations pour la propagation de la fraternité et de la culture de la paix et de la tolérance entre les peuples.

La ministre a précisé que la Mauritanie oeuvre pour le renforcement de son rôle dans l'espace auquel elle appartient à savoir le monde arabe, l'Afrique, le Monde musulman et la communauté internationale, partant du devoir de soutenir les causes justes en tant que meilleur moyen de résoudre les conflits, de traiter les crises et de se ranger constamment du côté de la paix, de la stabilité et de la modération.

Elle a enfin affirmé que le développement de l'Education, de la Culture et des Sciences et la protection des droits de l'homme constituent des règles constantes dans la politique mauritanienne et que le respect et la valorisation de ces règles resteront toujours un choix stratégique en tant que piliers pour le développement et une garantie des droits des peuples à une vie digne.

Source: ANI
--------------------------------

Qui a dit que les langues nationales ( poular, wolof et soninké) sont une entrave à l'expanssion de l'arabe"

Mint boyde dit le fou.

maatala

esprit peulh a dit…

Justice t’es pas faite pour nous seulement(noirs), et les autres ils sont au dessus de nous? Quand on ouvre des enquêtes sur les autres ces enquêtes n’aboutissent jamais, mais quand on ouvre des enquêtes sur nos frères ils seront au taule mais justice réveille toi sinon on va porter plainte contre toi justice, nos martyrs ont besoin de toi réveille toi justice. Quand les autres sont en taule, ils reviennent les sortir de là et s’ils sont mort on dit qu’ils sont des martyrs.

esprit peulh

Anonyme a dit…

Il faut le reconnaître: la militarisation entraîne des problèmes sans solutions quand on laisse s' installer une guerre. Si les pays du champs (Algérie, Mauritanie, Mali et Niger) travaillent réellement ensemble, nous pourrons éviter l' Afghanistation ou la waziristanisation du Sahara-Sahel. Autrement, c' est la descente aux enfers. Guaranteed.

A-

===

Attentat suicide meurtrier à Kaboul

29 OCTOBRE 2011 | PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART

Au moins 21 personnes, dont 13 militaires américains de la force de l'Otan (Isaf), ont été tuées samedi dans un attentat suicide contre un convoi de l'Otan à Kaboul.

L'attaque suicide a été par la suite revendiquée par les talibans dans un SMS envoyé à plusieurs organes de presse, qui ont précisé avoir utilisé un véhicule 4×4 transportant 700 kg d'explosifs, lequel a percuté un car. Dans un communiqué, le Pentagone a annoncé que les treize victimes étaient américaines. Le New York Times rapporte, de son côté, la mort de huit civils, dont trois policiers afghans et deux enfants. Huit blessés afghans ont été hospitalisés.

L'attaque s'est produite dans l'ouest de la ville, non loin du musée national et de l'ancien palais royal, aujourd'hui en ruines. Le secteur visé abrite aussi plusieurs ministères ainsi que des camps militaires étrangers et de l'armée afghane (Ana). A trois ans du départ de l'ensemble des troupes de combat de la coalition, ce nouvel attentat à Kaboul, censée être placée sous haute sécurité, est un revers supplémentaire pour le gouvernement afghan et ses alliés de l'Otan.

A ce bilan meurtrier viennent s'ajouter les décès de trois militaires australiens de l'Isaf et d'un interprète afghan, abattus samedi par un soldat afghan pour des motifs inconnus dans la province méridionale afghane d'Oruzgan.

maatala a dit…

Salam


Faits divers de 'L'Authentique'.

Interdits de fréquentation.

Salma, nouvellement mariée a été envoyée en France où elle devra retrouver son mari. La décision qui avait été prise de la renvoyer dans sa famille est intervenue après que son affaire soit portée à l’attention du Parquet.

En fait, il y a quelques jours, la famille de cette femme avait porté plainte contre un de ses soupirants qui ne serait autre qu’un homme qu’elle avait connu à Sélibaby (Guidimagha) dans sa tendre jeunesse. Il s’agissait de Sékhou. Depuis que les deux anciens tourtereaux s’étaient rencontrés à Nouakchott, ils se fréquentaient… pour se raconter leurs histoires anciennes.

Ce qui n’était guère du goût de parents de Salma qui ont sommé Sékou de laisser leur fille tranquille. En vain. C’est pourquoi l’affaire a été portée à l’attention du Parquet.

Et c’est le juge du 5ème cabinet qui devait trancher. Malgré l’absence de preuve formelle de "mauvaises attitudes", ce dernier intima toutefois l’ordre à Sékhou de mettre fin à ses fréquentations. Un ordre similaire fut aussi adressé à Salma qui voyait interdite de revoir Sékhou. Les deux parties devaient ensuite quitter le parquet. Quelques jours plus tard, et pour parer à toute mauvaise surprise, les parents de Salma décidaient de la renvoyer rejoindre son mari en France.

---------------------------------

J'ai une connaissance qui a épousé une femme tout en sachant pertinemment qu'elle en aimait un autre.

Un jour, elle lui demanda le divorce, pour qu'elle puisse épouser son amoureux, qu'elle avait racontrer par pur hasard chez Tati et qui lui annonça qu'il l'attendait pour l'épouser.

Bonjour la sahwa..........

Mon pote divorça pour éviter de casser les lampadaires du coin à cause des cornes qu'il sentaient pousser dans sa tète.

J'en connais un autre qui avait fait jouer toutes les pressions familiales pour épouser une cousine. Il reçu son trophée en grande pompe, mais ce que ce couillon ne savait pas c'est qu'elle était arrivée à bon port enceinte de 3 mois de son amoureux resté à NKTT.

Ce qu'il ne digère toujours pas c'est qu'elle lui fit croire qu'elle était vierge de chez vierge durant sa nuit de noce.

Sahwa enti vem



Le fait qu'elle Salma n'aime pas pas son mari ne dérange personne......

Slama n'est pour ses parents ni plus ni moins qu'un objet......une femelle, une pondeuse.

Putain de bled ou ce sont les autres qui décrète votre bonheur à votre place dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu sur Kassataya

Sidi Mohamed Ould Ethmane Sid’Ahmed Yessa Ould Soued’Ahmed, a démissionné du RFD, principal parti d’opposition en Mauritanie.


Membre du Bureau Exécutif de ce parti, Ould Yessa promet d’expliquer les raisons de son départ, incessamment.


Ci-après le texte de sa déclaration :


Après deux décennies de militantisme politique dans les rangs de l’Union des Forces Démocratiques (UFD) puis au sein du Rassemblement des Forces Démocratiques (FRD), j’ai mûris et pris la décision de démissionner du bureau exécutif, des commissions et des rangs de ce dernier.


Les raisons de cette démission feront l’objet d’une interview qui sera incessamment publiée.


Nouakchott, le 30 octobre 2011


Sidi Mohamed El Yessa Soueid’Ahmed

------------------------------

Après l'émir du trarza, c'est l'intello qui se carapate......

Ils ne croient plus au chance du looser Daddah dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

le nazillon

A chaque fois que je supprime un de tes commentaires, j'ai l'impression de te pisser dessus.

Le problème c'est que tu sembles aimer mes urines et tu en redemandes.

La prochaine fois ce sera les grosses commissions dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Lu pour tiris dit mouhamed


Au nom du dieu clément et miséricordieux

De la part de l'émir de l'adrar, sidi ahmed ben ahmed ben aida, parlant au nom de tous les habitants de l'adrar et du savant Zaoui Abdel kader ben mohamed Saloum, au colonel représentant du gouvernement français en pays maures.

Cette lettre est adressée pour qu'il soit à votre connaissance que nous assurons le gouvernement de notre dévouement entier et de notre fidélité pour les Français, toujours bien-aimé dans tous les pays des croyants, dont ils sont les amis.

Par cette lettre nous venons vous dire combien nous sommes heureux de "vivre sous votre domination", dont le bienfait atteint notre pays désormais protégé.
Soyez persuadé que tous les habitants de l'Adrar marchent de coeur avec les français, et prennent part à tous ce que ces derniers font.

Nous ne sommes pas des hommes qui se laissent trompés par des mensonges ou des calomnies que des gens poussés par satan répandent.

Nous connaissons mieux notre intérêt, et savons ou ils se trouvent.
Ce que nous regardons chez les gens ce sont les actes, sans nous faire des illusions. Nous nous rendons compte du bien qui nous est fait et saurons en rendre pareil.

Je signe au en mettant mon cachet et parlant au nom des gens du pays.

Sidi Ahmed III ould Aida, émir du l'adrar est représentant officiel de la dynastie héréditaire des Ould Aida, famille princière de la grosse tribu des Oulad yahya ben Othman.

-------

Il a écrit:

"vivre sous votre domination"

ça te la coupe

N'oublies jamais à qui tu dois de ne pas etre aujourd'hui un sujet du Roi dit le fou

maatala

Ps: j'ai une photocopie de sa lettre écrite en arabe à ta disposition

maatala a dit…

Salam

Tiris

J'ai aussi des photocopies des lettres de:

-Ahmed Saloum émir des trarza
- Cheikh Sidiya
- Cheikh saadbouh
- Etc

Toutes allant dans le même sens.

L'histoire est le récit des événements du passé disait un de mes profs.

Leurs écrits aussi dit le fou

maatala

Tous ces documents authentiques sont à la BNF.

Anonyme a dit…

en aucun cas,maata le gordigeunne,ne peut citer une seul lettre, de soumission de RGEIBATES ou de CHEIKH MALAYNIN et ces tlamides de toutes les tribu maures qui ont refuse toute forme de soumission e il ont meme asassine le représentant de la france a marrakech en essayant un coup d'eta!! au maroc pour instoré le royaum arabes de mauritanie

Anonyme a dit…

Bithani facho

Si la mère de Maatala a fait un tel fils, la tienne doit t' avoir fait avec une âne. Allah yihachmak. Tu rédige très mal et tu fais la honte du pays. Morr ya levreikh.

Anonyme a dit…

On connait le nazillon. A-

Anonyme a dit…

KBG,

C' est toi MAURINFO? On ne parviens pas à nous connecter à ce site où est parti l, affaire Naha avec les libyens. Sois honnête. Ici c' est la vérité.
==

Les avoirs de Kadhafi en Mauritanie.

Des stations-service, des entreprises de pêches, des complexe frigorifiques ; si Kadhafi a acquis le plus grand complexe frigorifique du Port artisanal à Nouadhibou Esymex sarl, on sait peu de choses de nombre de ses investissements, aussi discrets qu'étendus.

Si certains Etat ont annoncé avoir gelé des avoirs du régime de Tripoli, dans le cadre des sanctions décidées par les Nations unies, beaucoup pensent que des centaines de millions de dollars pourraient passer entre les mailles du filet et se volatiliser dans le chaos de la révolution libyenne, Il y en a pour des milliards et des milliards, qui sait combien?

Certains employés d’Esymex sarl, se disent très inquiets pour leur avenir, malgré les garanties du représentant Mauritanien, à Nouadhibou plusieurs employés d’Esymex sarl ont été licenciés sans droit et malgré cela le gouvernement n’a pas gelé les parts libyennes de la dite entreprise.

En plus, et ce n'est pas un secret, il y a de comptes bancaires et sous de noms, avec des fonds qui pourraient se révéler impossible à récupérer en provenance de Libyan Investment Bank, Libyan African Bank ; le gouvernement Mauritanien doit dresser la liste des avoirs libyens, pour éviter que ces biens n’arrivent dans les poches de son clan en Mauritanie. Ces biens appartiennent au peuple libyen et non à kadhafi ou sa famille.


"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.





Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : MAURINFO(FRANCE)

maatala a dit…

Salam

Le nazillon

Cheikh saad bouh a ecrit:

"Les fils de Ma El-Ainin s'étant mis en guerre avec les français auxquels il avait fait venir du maroc un descendant de Moulaye Ismail, reconnaissant bien leur incapacité de lutter et sachant que leurs efforts qu'ils faisaient contre cette nation étaient vains, furent obligés de traiter et de chercher l'amitié des français.

Les AHEL Ma El-Ainin , encore moins heureux et divisés par des dissentiments, prirent la route de l'exil, avouant ainsi leur faiblesse et leur impuissance de continuer la guerre.

Il y a même certains membres de cette famille qui se sont trouver dans la nécessite de demander mon intervention pour leur obtenir l'aman, ce dont je vais m'occuper s'il plaît à Dieu et si les français y consentent.

-------------------------

Le Nazillon

Ton probléme c'est que tu es inculte dit le fou

maatala

Afrique occidental

Revue du monde musulman à la BNF

Anonyme a dit…

vlane,

D' où est-ce que tu as pris MAURINFO? On ne peut accepter d' être manipulés
==
http://chezvlane.blogspot.com/2011/04/laffaire-nouri-el-mismari-et-le.html

Anonyme a dit…

Salam


Collectif des avocats de M’Barka Mint Essatim esclave d’Ehel Bouh : Déclaration.


Le 06 Mars 2011, Initiative de Résurgence pour le Mouvement Abolitionniste a révélé un cas d’esclavage pratiqué par la famille d’Ehel Bouh sur deux mineures et leur mère. Estée et soutenue par le mouvement, l’esclave, M’Barka Mint Essatim s’est présentée devant les autorités administratives de Toujounine.

Ces dernières ont alors dépêché la police sur les lieux pour faire le constat, arrêter les présumés esclavagistes, récupérer les victimes et engager les procédures de transmission du dossier à la brigade chargée des mineurs en conflit avec la loi.

Devant la brigade spécialisée, M’Barka Mint Essatim a porté plainte contre ses maîtres, en l’occurrence, la famille d’Ehel Bouh. Il s’agit essentiellement de :

1- Brahim Salem Ould Bouh
2- Khoueïta Mint Bouh,
3- Fatma El Ghaya Mint LehreyItani (mère de Brahim Salem et Khoueïta)
4- Fadila Mint Brahim Salem Ould Bouh.

La police avait délibérément évité de convoquer et poursuivre les principaux accusés lesquels ont échappé à l’enquête préliminaire. Ainsi l’instruction s’est limitée à l’audition des victimes en plus de Fadila Mint Brahim Salem et Neyta Mint Limam, sachant que la dernière n’est pas concernée par la plainte.

Pire encore, et dans une manœuvre délibérée visant à couvrir les contrevenants et leur garantir l’impunité, le procureur s’est abstenu de donner des instructions drastiques devant permettre l’interpellation des présumés esclavagistes. Ceci a certainement eu l’effet de vider le dossier de sa substance. La conséquence fut alors la transmission d’un dossier vide (PV N°45/2011 en date de 9/3/2011) à l’insu des victimes, de leurs avocats tout comme les organisations des droits humains.

Nous signalons, à cet effet, que les victimes se sont, plusieurs fois, rendus à la brigade en vue de connaitre le sort réservé à leur affaire ; hélas en vain. Vu cela, Monsieur Biram Dah Abeïd président de l’initiative a saisi par écrit le procureur, en date du 21/3/2011, pour lui demander de donner suite à cette affaire. Or cette sollicitation est restée lettre morte.

En date du 24/10/2011, la victime (M’Braka Mint Essatim) s’est, une nouvelle fois, présentée aux côtés du collectif des avocats de sa défense devant la brigade des mineurs pour se renseigner sur son dossier. Ironie du sort, il s’est avéré que le dossier a été préparé et envoyé au ministère public le 9/3/2011 sans que les principaux accusés ne soient interpellés ; dans une manœuvre claire, nue et habituelle qui dénote la volonté des autorités judiciaires de protéger les maîtres contre les sanctions prévues par les lois !

Cette attitude d’autant plus confuse de la justice ayant marqué les péripéties de cette affaire, constitue en elle-même un précédent grave qui met en exergue l’injustice à chaque fois qu’il est question d’un cas esclavage, fût-il, sur mineur ou un adulte. Ceci est également une preuve indéniable sur la négligence et le mépris avec lesquelles les autorités s’adonnent avec ces forfaitures inhumaines.

Ainsi, tout en éclairant l’opinion publique nationale sur les derniers rebondissements de cette affaire, le collectif des avocats de la défense de l’esclave (M’Barka Mint Essatine) et ses deux filles :

1. Demande la correction des procédures suivis dans cette affaire par la convocation des quatre principaux accusés précités et leur comparution devant la justice conformément aux dispositions de la loi, loin de toute pratique obscurantiste et dilatoire qui ne servent ni la justice ni l’équité ;

2. Rend le ministère public seul responsable des conséquences pouvant advenir de la confusion et la transgression de la juridiction nationale ayant jusqu’ici marqué la gestion odieuse de cette affaire ; attitude qui contribue, du reste, à consacrer l’impunité et l’inégalité des citoyens devant la justice loin du respect de la loi qui garantie les droits individuels.

Nouakchott, le 29 Octobre, 2011

Pour le collectif des avocats

Anonyme a dit…

Salam


« Le meilleur moyen de perdre sa liberté de penser et d’être, c’est d’avoir une image à défendre coute que coute, une image qu’on a chargée d’être notre identité »


A première lecture on pensera que cette citation d’Alain Amselek nous est destinée. Nous qui sommes embarqués depuis quelques temps, malgré nous, dans une entreprise de redéfinition des frontières identitaires. Il y a de ces citations comme celle d’Amselek qui s’applique comme une loi mathématique à toute société et à toute époque. Inutile de la commenter, elle parle d’elle-même. Elle interpelle nos pseudo-défenseurs-d’identités, elle les pointe du doigt en leur disant : vous êtes en train de perdre ce que vous avez toujours cherché à défendre ou à conquérir.

Nous ne pouvons qu’être touchés par cette résurgence brusque des identités qui rappelle à mes ainés de très mauvais souvenirs que je n’ai heureusement pas vécu mais dont les séquelles me sont parvenus et continuent de peser sur nos têtes telle une chape de plomb. On ne le dira jamais assez, le mauritanien est amnésique. Toutes les horribles secousses sociales, économiques, politiques, culturelles …, par lesquelles il est passé ne lui ont pas servi de leçon. C’est l’amer constat qu’on peut dresser aujourd’hui, un constat qui donne froid au dos. Nul besoin de dire que c’est inquiétant. On aura sacrifié des années de suspicion, d’affrontement et de rejet identitaire pour ne retenir qu’une seule leçon encrée de perfidie : profiter de la fragilité du tissu social pour se faire des adeptes et bâtir une ‘Fraternité’ au sens mafiosique du terme.

Nul doute que la crise sociale doublée de la quête de repères morale que nous vivons actuellement est un terreau fertile pour les démagogues qui ont un message à faire passer, une fibre identitaire sur laquelle jouer. A tous d’être vigilants. Au pouvoir de savoir se remettre en question et de rester loin des machinations identitaires, la Mauritanie n’est pas seulement arabe, elle est aussi africaine et francophone, n’en déplaise à notre premier ministre. A certains partis politiques et acteurs de la société civile de prêcher autre chose que la discorde. Le débat sur les langues est dépassé, sa ré-exploitation ne fera que réveiller les vieux démons qui n’attendent qu’un signe pour recommencer à hanter le sommeil de ceux et celles qui ont perdu une partie de leur personnalité en 89, qui ont subi une amputation de leur vécu collectif et qui, à faute de cohésion sociale, trouvent du réconfort dans des termes comme identité arabo-berbère, négro-mauritanienne et autres réverbérations désuètes… mais tenaces et rancunières.

mducros.over-blog.com

Anonyme a dit…

Salam

La Mauritanie Leasing sommée de payer plus de deux milliards d’Ouguiya aux Impôts



Mauritanie leasing, groupe financier de Limam Ould Ebnou, spécialisé dans les opérations de crédit bail, affacturage et location, a été sommé par la Direction Générale des Impôts (DGI), suite à un redressement fiscal, à payer plus de deux milliards d’Ouguiya. Créé depuis mai 1998, Mauritanie leasing doit mettre la main aujourd’hui au porte-monnaie après avoir reçu la mise en demeure pour paiement de la DGI. L’année dernière, plusieurs banques primaires opérant en Mauritanie ont reçu de la DGI des mises en demeure similaires à titre de redressements fiscaux. Un responsable de la DGI, qui a requis l’anonymat, avait justifié, dans un entretien avec « Mauritanie 24 », ces redressements fiscaux qui ont concerné plusieurs banques primaires, par « les fraudes commises par les gérants de ces banques en faisant toujours des déclarations fiscales fausses. Ces banques ont fait l'objet de contrôles fiscaux, au même titre que d'autres entreprises, suivant avis de vérification remis à leur siège. Le contrôle fiscal a concerné, pour le moment, uniquement l’exercice 2009. A partir de cette semaine, on verra pour l’exercice 2010. D’autres arriérés fiscaux et pénalités pourront suivre étant entendu que les banques primaires en Mauritanie ont toujours bénéficié de faveurs contraires à la règlementation fiscale ». Le responsable à la DGI, a, en outre, fustigé les Mauritaniens pour leur indifférence face à la fraude qui se déroule sous leur nez depuis plus de dix-huit ans.

Contacté par « Mauritanie 24 », Isselmou Ould Didi Ould Tajedine (notre photo), président directeur général de la Banque pour le Commerce et l’Industrie (BCI) et président sortant de l’Association des Banques Mauritaniennes (ABM), s’est refusé à tout commentaire.

Mauritanie 24
-------------------------------

Encore une preuve de l'instrumentalisation de la justice.

Tous les fraudeurs doivent être poursuivis et traiter équitablement.

C'est un règlement de compte politique, car ce monsieur soutient le RFD.

maatala

Anonyme a dit…

Quand tout ça va cesser? De TSA.

===

L'enlèvement de trois coopérants dimanche en Algérie, attribué par certaines sources à Al‑Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), fait suite à de nombreuses prises d'otages de l'ex‑Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), dont voici un rappel :

- 2003
- fév-mar : 32 touristes européens enlevés par le GSPC dans le sud algérien. Les derniers otages sont libérés en août depuis le Mali où ils ont été transférés.

- 2008
- 22 fév : deux touristes autrichiens sont enlevés en Tunisie puis transférés dans le nord du Mali. Aqmi les libère en octobre.
- 14 déc : Rapt de deux diplomates canadiens au Niger, revendiqué par Aqmi. Libérés en avril 2009.

- 2009
- 22 jan : quatre touristes européens (deux Suisses, un Allemand et un Britannique) capturés dans la zone frontalière Mali/Niger. En juin, Aqmi annonce avoir tué le Britannique Edwin Dyer. Les autres libérés en avril et juillet.
- 26 nov : enlèvement d'un Français, Pierre Camatte, dans le nord‑est du Mali. Relâché en février 2010 par Aqmi après la libération au Mali de quatre islamistes que l'organisation réclamait.
- 29 nov : enlèvement de trois Espagnols dans le nord‑ouest de la Mauritanie, revendiqué par Aqmi. Une femme est libérée en mars 2010, les deux autres en août.
- 18 déc : enlèvement d'un couple d'Italiens dans le sud‑est de la Mauritanie, revendiqué par Aqmi. Libérés en avril 2010.

- 2010
- 25 juil 2010 : Aqmi revendique l'exécution d'un Français, Michel Germaneau, enlevé au Niger en avril et transféré au Mali. Un raid franco‑mauritanien mené le 22 juillet pour le libérer avait échoué.
- 16 sept : sept personnes (cinq Français, un Togolais et un Malgache), essentiellement des collaborateurs des groupes français Areva et Satom, sont enlevées à Arlit (site d'extraction d'uranium) dans le nord du Niger. Revendiqué le 21 par Aqmi. Une Française, le Togolais et le Malgache sont libérés en février 2011.

- 2011
- 7 jan 2011 : deux Français, Antoine De Léocour et Vincent Delory, sont enlevés à Niamey. Ils sont tués le lendemain lors d'une opération de sauvetage franco‑nigérienne au Mali. Aqmi revendique l'enlèvement le 13.
- 2 fév : une touriste italienne enlevée dans le sud algérien. Le 18, elle indique être aux mains d'Aqmi dans un enregistrement audio.
- 23 oct : trois coopérants, deux Espagnols et un Italien, sont enlevés dans le camp de réfugiés de Rabuni près de Tindouf, ville algérienne proche du Sahara occidental. Selon une source sécuritaire mauritanienne et le Polisario, ils auraient été pris en otage par Aqmi.

Anonyme a dit…

Maatala,

A ce rythme (ex. le cas de Mauritanie Leasing), les banques et autres institutions financières doivent fermer la porte. Le monde est en pleine crise et il faut faire attention avec les institutions financières que l' État ne pourra remplacer.
A-

Anonyme a dit…

Il faut sceller les frontières et ne pas laisser une mouche traverser. La situation se complique au nord du Mali avec des mouvements pour l' autonomie des territoires au Mali et ensuite au Niger. Et probablement ensuite en Libye et en Algérie. Ls touareg, ce n' est pas notre problème, mais AQMI qui ne peut gagner contre une armée régulière et continuera à tuer des innocents.

Je vois déjà un problème en Libye si les salafistes s' installent au pouvoir. Les occidentaux ne vont pas les laisser tranquille et alors ils vont appuyer AQMI. Kadafi le faisait déjà ...

A quand un monde stable et meilleur? A-
==
Après le rapt de Tindouf, les services de sécurité mauritaniens en alerte.

Après le rapt des humanitaires occidentaux à Tindouf, au courant de la semaine dernière , les services de sécurité mauritaniens ont décidé de fermer tous les points de passage dès la tombée de la nuit au niveau de la Wilaya du Hodh Chargui, rapporte notre correspondant de de source sécuritaire.

Les auteurs de l'opération d'élèvement, "supposés appartenant à AQMI", auraient "traversé une grande partie du territoire mauritanien pour se fondre dans le désert malien", ajoute la source.






Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : Alakhbar (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Commentaire tiré de TAQADOUMY et qui contient beaucoup de verités utile à se rappeler.....
------------------------------
L'appel pour des états généraux d'El Hor par un militant de ce mouvement, Brahim ould Bilal, est particulièrement opportun en ces temps où l'heure est plutot aux tiraillements et aux divisions. Un débat le plus large possible où aucun sujet ne devra etre occulté doit etre mené avec sagesse, sérénité et ouverture d'esprit.
A propos des sujets à débattre, il en existe un, fondamental, qui n'a jamais été totalement tranché malgré les nombreuses discussions et débats. Je veux parler de l'identité des Haratin. Sont-ils arabes, sont-ils négro africains, constituent-t-ils une nationalité indépendante? quels sont les critères de définition de la nationalité? est-ce l'origine et la couleur de la peau, est-ce la classe sociale et la condition économique, ou est-ce la culture dont la langue, les aspirations communres?... Autant de question qu'il faudra mettre sur le tapis pour en tirer une conclusion consensuelle et définitive et sortir une fois pour toutes de ce flou si préjudiciable à l'action et au positionnement sur l'échiquier politique et social.
Chacun doit apporter sa contribution au débat et, pour ma part, je vous livre, si vous le voulez bien, un point de vue qui, évidemment, n'engage que moi mais qui n'a d'autre but que de faire avancer la reflexion.
Je trouve les critères d'origine, c-à-d de race et de couleur de la peau totalement hors de considération, du fait de leur évidente contradiction avec la logique et la raison. De plus, le racisme dont ils sont l'expression est le vice le plus aborrhé, surtout en ces temps de maturité de l'espèce humaine.
Le critère de classe sociale pour définir l'identité d'un groupe n'est pas plus opérant du fait de l'universalité des classes et dans le meme temps de leur diversité cuturelle, historique etc...
Une nationalité indépendante pour les haratin? encore qu'il faille leur trouver une langue, une culture en général qui diffère de la culture ambiante, en particulier de la culture arabe qu'ils partagent en fait avec les bidhan. Les deux groupes partagent en plus bien d'autres valeurs, comme le sentiment d'appartenance communautaire, les aspirations, les coutumes, la psychologie, etc... Bien sur, il existe des différences de situations objectives chez les deux composantes de la communauté bidhan, sur le plan de la situation sociale et économique, plus marquées et plus douloureuses chez les haratin; il y a surtout le "contentieux" historique de l'odieux esclavage. Mais cela justifie-t-il le divorce entre ces composantes d'un meme ensemble? évidemment que non. Ce n'est pas une raison, bien sur, d'occulter le caractère préjudiciable et dégradant de la situation historique, sociale et économique déjà évoquée. La réparation de cette situation doit etre l'objet d'un combat permanent et obstiné, mais dans un cadre unitaire, familial si on peut dire, celui de la communauté arabe bidhan en tant que telle, mais aussi du peuple mauritanien tout entier et ses autres composantes nationales, soninké, poular...
La faute à ne pas commettre dans cette tourmente où se trouve le peuple mauritanien dans son ensemble, ce sont les alliances sur des bases raciales, de couleur de la peau exclusivement comme l'entier alignement du frère Biram ould Abeidi sur des mouvements racistes notoires comme les FLAM contre la majorité arabe... impliquant par là meme une ccomposante essentielle de cette majorité, la couche haratine dans un combat contre soi-meme.
Aucune crainte, cependant que cet épiphénomène, n'emporte l'adhésion des masses de Maures noirs, et surtout pas ses élites sur lesquelles sont fondés les plus grands espoirs, surtout à travers la tenue devenue nécessaire de conclaves ou d'états généraux ou n'importe quelle autre forme de rassemblement

Anonyme a dit…

Merci aux états épris de justice et d’humanisme qui ont refuser de suivre l’ignominie en manifestant cette honorable solidarité pour honorer la cause palestinienne et la mémoire de ses martyrs, martyrs de la liberté.

L’état d’Israël sous l’emprise du sionisme impose un ignoble blocus aux populations civiles de cette exiguë bande transformée en grand prison pour exercer librement sa barbarie avec un silence indigne et même complice de toute la communauté internationale et son gadget le CPI.

Pourtant, la cause palestinienne symbolise la vertu de la dignité humaine face aux dérives racistes de la thèse sioniste du prétendu peuple élu. Le triomphe de cette obscure nébuleuse réduirait l’humanité à un sombre dessein mise à la merci d’une prétendue élite divine chargée de réaliser une étrange et sacrée mission.

L’achèvement de cette mission permettrait au malheur et la stupidité inhumaine d’anéantir simplement toute posture menant à l’égalité et la justice. Merci pour le dernier rempart contre cette calamité au service du mépris qui fait encore la lutte, la lutte du peuple palestinien symbole de la conscience et la liberté humaine.
---
De notre Tiris1/Mouhamed, notre denegrificateur en chef sur le retrait des US de l' UNESCO.

Anonyme a dit…

Bithani facho,

inte ihchimte?

Anonyme a dit…

discours de la directrice Générale de l' UNESCO à l' issue de l' acceptation de la Palestine comme membre de cette organisation. A-

http://www.youtube.com/watch?v=ms58YVsFSdQ&feature=player_embedded

Anonyme a dit…

Le chien ma yihchim. Une catastrophe.
==

Il a dit:
Bithani facho,

inte ihchimte?

31 octobre 2011 21:37

Anonyme a dit…

Ils pomperont sans problème off-shore pendant que l' on se fait tuer on-shore.

copiergar, fils du bled et général vlad: quel est votre problème?

A-

==
Quatre compagnies s’associent sur le pétrole mauritanien.

Deux compagnies britanniques, Tullow Oil et Premier Oil, une malaisienne, Petronas, et une koweïtienne, Kufpek ont formé un consortium pour développer l’exploration et la production pétrolière en Mauritanie.

Selon Taleb Ould Abdy Wall, ministre du Pétrole, de l'Energie et des Mines, ce contrat pétrolier est le premier signé en Mauritanie depuis l'adoption de la nouvelle loi sur les hydrocarbures bruts.

Il porte sur une zone de l'offshore du bassin côtier.






Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : Agence EcoFin (Sénégal

Anonyme a dit…

azzizzo même si ce n' est pas vrai cette histoire, pourquoi t' emmerder avec les iraniens? Coupe tout avec eux et les syriens. Tu as du boulot chez toi, surtout ces maliens et ces algériens qui te plomberont la vie. A-
==
Complot iranien : Téhéran demande des excuses par courrier à Washington
LEMONDE.FR avec AFP | 01.11.11 | 11h21 • Mis à jour le 01.11.11 | 12h35

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, à Téhéran, le 31 octobre 2011.REUTERS/CAREN FIROUZ
Dans une lettre envoyée "aux dirigeants américains", l'Iran a demandé aux Etats-Unis des excuses pour l'avoir accusé d'avoir planifié l'assassinat de l'ambassadeur d'Arabie saoudite à Washington.

Dans cette missive, l'Iran "proteste contre le scénario fabriqué par les Américains et demande des excuses officielles des Etats-Unis car ces accusations sont totalement fausses", a déclaré le porte-parole du ministère des affaires étrangères, cité par l'agence officielle IRNA.

L'IRAN REJETTE EN BLOC

La lettre "répond à une lettre envoyée par les Etats-Unis", a ajouté le porte-parole, sans donner plus de précisions sur ces deux courriers. Washington a inculpé, en octobre, deux Iraniens accusés d'avoir planifié l'assassinat de l'ambassadeur saoudien. L'Union européenne avait, quant à elle, décidé, vendredi 21 octobre, d'imposer des sanctions à l'encontre des cinq personnes ayant un lien présumé avec la tentative déjouée d'assassinat.

Les dirigeants iraniens ont rejeté en bloc les accusations américaines en affirmant que Washington avait monté de "toutes pièces" cette affaire pour créer des divisions entre les pays de la région et faire oublier les problèmes internes aux Etats-Unis et leurs difficultés au Moyen-Orient.

Anonyme a dit…

Les zamis,

Les choses se gâtent au Mali. Je ne savais pas que l' Azawad faisait plus de 50% du territoire malien. Une autonomie des régions touareg se prépare. Cela risque de s'étendre en Libye, Algérie et le Niger. Il suffit de regarder la carte et le "territoire" touareg englobe le sud et nord de ces pays, c' est selon.

Quelle implication pour la tentative de prise de pouvoir chez nous par les islamistes, modérés ou extrémistes? Seul Allah probablement sait.

A-


http://www.maliweb.net/category.php?NID=82846

Anonyme a dit…

Ce sont deux diplomates de carrières et fonmctionnaire du MAE. Me demande pourquoi les gens cherchent des poux partout. Moi aussi j'étais un fonctionnaire, travaillant sous un ministe, qui travaillait sous Ould Taya. Doit-on m'enlever mon boulot de chauffeur pour ça? A-
==
Réhabilitation de l’ancien Ambassadeur de Mauritanie en Israel
mardi 1er novembre 2011/ 11:46

Le Président Ould Abdel Aziz a nommé, lundi, Ahmed Ould Teguedi, ancien Ambassadeur de Mauritanie à Tel Aviv, ambassadeur aux Nations Unies (New York).

L’ancien ministre mauritanien des affaires étrangères, Ahmed Ould Sid’Ahmed, signataire en 2000 de la normalisation des relations diplomatiques entre Nouakchott et Tel Aviv, vient d’être choisi par le gouvernement comme Observateur de l’Union Africaine aux élections législatives tunisiennes.

canalrim.info

Anonyme a dit…

Pour moi en tant que citoyen lambda du bled, c'est parfait l'aide de la France pour barrer la route aux barbus. Extémistes ou modérés. A-

==
Terrorisme : La France craint d’être supplantée par les américains au sahel


Le Combat, 02/11/2011

La France et les Etats-Unis se livrent ces derniers temps, une véritable bataille sournoise pour le contrôle de la vaste étendue du Sahel qui comprend le Niger, le Mali, la Mauritanie et le sud algérien. Les services français de sécurité et de renseignement, craignent de voir la région sahélo-saharienne qui est traditionnellement une zone d’influence française, échapper à leur contrôle.


Les Français font tout pour éviter d’être supplantés par leurs rivaux américains. Les deux pays prennent officiellement pour prétexte la lutte contre la franchise du réseau terroriste Al Qaïda pour intervenir au Sahel. Mais, les experts en la matière pensent plutôt que c’est l’intérêt géostratégique, que représente la région et ses richesses naturelles (uranium et pétrole) qui ravivent les rivalités entre les deux puissances. Pour barrer le chemin aux GI’S américains et autres agents du CIA et du FBI, les Français n’ont pas trouvé autre bon moyen que de s’impliquer directement sur le terrain aux côtés des forces militaires autochtones. Pour le moment les Français se focalisent sur la Mauritanie qui a fait montre, à maintes reprises, de sa volonté de coopérer surtout dans le cas des enlèvements d’otages françaises par les bandes d’Aqmi (Al Qaïda au Maghreb Islamique). Les dernières attaques perpétrées successivement à Wagadou (Mali) et à Bassiknou (Est de la Mauritanie), laissent entrevoir une mobilisation tous azimuts, des forces armées mauritaniennes qui sont encouragées par l’armée française à améliorer leurs capacités de frappes aériennes. Ainsi, des instructeurs français mais également espagnols, assurent depuis peu, la formation de jeunes officiers et sous-officiers mauritaniens au pilotage d’avions AT-27. Certains pilotes mauritaniens ont même été envoyés en 2010, faire des stages de formations à Mérignac (Marseille) et à l’Académie générale de l’Air de San Javier de Murcia (Espagne). Avec l’aide de la France, l’armée mauritanienne compte aussi acquérir prochainement, des avions de combat brésiliens de type Embraer EMB-314 Super Tucano, une version améliorée du Tucano, un turbopropulseur, spécialement conçu pour les attaques au sol. Les AT-27 devraient remplacer les vieux aéronefs de combats mauritaniens qui sont cloués au sol. Fin 2010, la France avait déjà livré à l’armée mauritanienne quatre Tucano, modifié et retapés à neuf, pour des stages d’entraînement. L’aide française à Nouakchott ne se limité pas au seul volet militaire, mais l’Elysée pèse de tout son poids sur l’Union européenne pour obtenir plus d’aides financière et matérielle au profit de la Mauritanie. Ce qui constitue un petit geste en guise de reconnaissance à sa collaboration dans la lutte anti-terroriste et contre les autres fléaux comme le narcotrafic, le trafic d’armes ou l’immigration clandestine qui nuisent directement aux intérêts vitaux du vieux continent.




Paul N’guessan

maatala a dit…

Salam


Faits divers de 'L'Authentique'.






Le viol, un délit mineur...

S’il y a un délit où les victimes et leurs parents trouvent rarement satisfaction, c’est le viol. Dans le meilleur des cas, les auteurs sont condamnés au maximum à 2 ans de prison et dans le pire des cas, la victime purge la même peine. C’est pourquoi les cas de récidive font légion dans ce genre de crime contre l’honneur et les centres de prise en charge des cas de viol, débordés de filles à psychanalyser et à insérer.

La Brigade des mineurs vient pour la énième fois de connaître d’un cas de viol sur une fillette de 14 ans, dans le quartier périphérique de Kandahar à Arafat. L’auteur principal est un habitué de la famille, un multirécidiviste qui est parvenu à lier amitié avec le grande-frère de sa victime.

Ce dernier ne connaissait pas son passé criminel. Ils s’étaient connus comme tous les enfants du quartier au cours des soirées mondaines et des rencontres nocturnes.

Sidina Ousmane, 24 ans, est le présumé coupable du viol et le principal accusé. Il fréquentait assidûment la famille de la petite, partageant leur repas et leur thé. Une nuit, la fille est envoyée à la boutique acheter du lait. C’est le moment choisi par Sidina et un autre jeune du nom de Souleymane Diallo pour sauter sur elle alors qu’elle repartait chez elle, un paquet de lait en main. La rue était déserte et plongée dans l’obscurité la plus totale.

Prise en sandwich par deux solides gaillards, la bouche obstruée, elle ne pouvait que se débattre avant de se retrouver en quelques secondes dans une maison abandonnée. Inquiète de ne pas la voir revenir de la boutique après de longues minutes, la famille partit à la nouvelle. La fille sera retrouvée plus tard, traînant la jambe et en sanglot. Elle raconta ce qui s’était passé.

Une plainte est aussitôt déposée au commissariat d’Arafat et la victime conduite à l’hôpital. Le certificat médical attestait d’une rupture fraîche de l’hymen. Sidina et son ami Souleyma avaient disparu. Planqués chez d’autres proches dans ce vaste Nouakchott.

Pendant deux mois ils restèrent introuvables avant d’être épinglés. La fille convoquée par la police n’eut aucune peine à reconnaître ses bourreaux, mélangés avec d’autres personnes. La famille médusée découvrit que l’auteur de ce crime contre leur fils n’est rien d’autre qu’un jeune qu’elle avait presque adopté. Sidina et son ami nièrent les faits, mais la fille insista.

Puis la famille lui demanda pourquoi a-t-il alors disparu comme par hasard la nuit du crime, restant deux mois alors qu’il fréquentait la maison chaque jour. Il ne put répondre.. Ils furent remis à la Brigade des Mineurs. Le père de Souleymane tenta de chercher un arrangement avec la famille de la victime. En vain.

La maman éplorée était fermée à toute négociation et ne réclamait que justice. Sidina et son présumé complice furent déferrés au Parquet de la République, en compagnie de la fille et de sa famille. Entendus par le procureur de la République et le juge d’instruction du 7ème cabinet, ils ont été déferrés en prison. Pour de nombreux habitués du Palais de justice présents lors de leur déferrement, l’Etat doit appliquer la Chari’a contre les violeurs ou les condamner à la peine la plus lourde. Jeudi 27 octobre dernier, la fille était devant le juge pour plus d’amples détails.

--------------------------------

Le père de Souleymane tenta de chercher un arrangement avec la famille de la victime. En vain.

no comment dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam


Tunisie, les éditocrates repartent en guerre / A. Gresh


C’est la première élection libre tenue dans le monde arabe depuis plus de cinquante ans – à l’exception, particulière, de la Palestine où le scrutin s’était tenu sous occupation.


Alain Gresh est un journaliste français né en 1948 en Egypte. Il est directeur adjoint du mensuel "le Monde Diplomatique".

La campagne a été animée, la participation massive malgré tous les Cassandre qui prétendaient le peuple déçu par l’absence de changements, comme si le peuple ne s’intéressait qu’aux questions de subsistance et pas à la liberté et à la démocratie. Bien sûr, les élections n’ont pas été parfaites. Certains ont évoqué le poids de l’argent, notamment avec cet homme d’affaires basé à Londres qui a réussi à obtenir un grand nombre de députés (sans doute en amalgamant les rescapés de l’ancien régime). Mais peu de démocraties ont réussi à régler le problème des rapports entre la politique et l’argent – que l’on songe aux Etats-Unis ou à la France. Les Tunisiens ne s’y sont pas trompés et tous les observateurs ont noté non seulement la forte participation, mais aussi l’émotion et la joie de personnes qui faisaient la queue pendant des heures pour glisser un bulletin dans l’urne.


Mais voilà : certains n’acceptent la démocratie que lorsque les électeurs votent comme ils le souhaitent. Que le peuple palestinien sous occupation vote pour le Hamas, et l’Occident organise le blocus du nouveau gouvernement et sa chute. Que les Tunisiens votent pour Ennahda, et voilà nombre de nos éditorialistes, ceux-là même qui affirmaient que le printemps arabe avait vu la disparition des islamistes, s’interroger gravement et reprendre une vieille antienne : les Arabes ne sont pas mûrs pour la démocratie ou, comme ils l’écrivaient avant, mieux vaut Ben Ali que les islamistes.


Heureusement, tous ne sont pas sur la même longueur d’ondes, mais le titre « Après le régime de Ben Ali, celui du Coran » du journal de 7 heures de France-Inter le 25 octobre résume la position de toutes les chaînes de Radio France, mobilisée sur un anti-islamisme primaire.


".

maatala a dit…

Dans L’Express, Christophe Barbier, celui-là même qui qualifiait la guerre israélienne contre Gaza de « guerre juste », écrit (« Après le printemps arabe, l’hiver islamiste ? », 25 octobre) :


« C’est une peur qui chemine alors que les armes se taisent et que s’élève le brouhaha des urnes. Une peur un peu honteuse, tant l’irénisme est de rigueur, et tenace aussi, le remords d’avoir si longtemps soutenu des dictateurs, avec, pour seule raison, cynique mais valable, d’être en sécurité sur nos rives. Une peur nourrie par les cris des coptes massacrés en Egypte, les premières élections en Tunisie et l’engagement du Conseil national de transition libyen à faire de la charia la “source première de la loi”. Cette peur, c’est celle de l’islamisme, celle d’un pouvoir barbu et liberticide, dont les imams psychopathes remplaceraient les militaires d’opérette et les despotes débauchés d’hier. »


« Valable » ? Valable de soutenir Ben Ali et Moubarak, le roi du Maroc et les généraux algériens ? S’agissant des coptes égyptiens, faut-il rappeler qu’ils ont été (aux côtés de musulmans qui manifestaient avec eux) massacrés par l’armée, présentée comme une garante face aux islamistes ? Quant à la dénonciation des « imams psychopathes », on reste sans voix...


« Jamais cette crainte n’a abandonné les esprits occidentaux, même si le vacarme de la fête droits-de-l’hommiste l’a reléguée depuis janvier dans l’arrière-boutique de la foire-fouille sondagière. Elle ressort aujourd’hui parce que nous sommes dans un marécage idéologique, un entre-deux politique où les potentats sont déchus, mais les démocraties, pas encore installées. Balbutiantes et vacillantes, elles sont comme un enfant effrayé par ses premiers pas dans un monde vertigineux. Arabes et Occidentaux, tous épris de paix et de liberté, nous sentons que quelque chose a gagné, qui était juste, mais qu’autre chose aujourd’hui menace, qui est terrible. Et si rebelles et révoltés avaient œuvré, à leur insu, pour préparer le règne des imams ? Et si nous avions fourni, enfants béats de Danton et de Rousseau, le moteur démocratique au véhicule islamiste ? S’imposer par une révolution ou une guerre civile n’est rien à côté d’élections gagnées : l’islamisme pourrait bien, demain, affirmer être légitime selon les critères mêmes de l’Occident. Que répondrons-nous ? »


Eh bien, nous répondrons que c’est le jeu de la démocratie. C’est ce que font les partis de la gauche tunisienne, dont certains s’apprêtent à gouverner avec les islamistes. Car, nous le savons tous, des élections libres donneront dans tout le monde arabe un poids important aux islamistes (dans ses différentes déclinaisons, et Ennahda en Tunisie n’est pas les Frères musulmans en Egypte ou au Maroc) et le choix est clair : soit le retour aux dictatures que l’Occident a soutenues sans états d’âme ; soit la confiance dans la démocratie, dans les peuples, qui, même musulmans, aspirent à la liberté et non à une dictature de type taliban.
Autre éditorialiste, Jean Daniel, toujours mal à l’aise quand il s’agit de l’islam et qui a mis si longtemps à dénoncer la dictature de Ben Ali. Son texte publié le 26 octobre, « Tunisie. Victoire programmée pour les islamistes » (Nouvelobs.com) est un mélange d’erreurs factuelles – que signalent d’ailleurs ses lecteurs sur le forum – et des préjugés qui animent une bonne partie de la gauche française.

maatala a dit…

« Le plus triste, c’est que cette victoire altère les couleurs du Printemps arabe, décourage les insurrections modernistes, et galvanise les insurgés religieux. La Tunisie était un exemple à suivre pour tous les nouveaux combattants arabes de la démocratie. Elle est devenue un modèle pour les mouvements religieux. Dieu vient de dérober au peuple sa victoire. »


Insurgés modernistes ? insurgés religieux ? Sur la place Tahrir tant célébrée, tous les vendredis, des milliers de manifestants faisaient la prière. A quel courant appartenaient-ils ? moderniste ? religieux ?


« Une bonne partie des opinions publiques, tant en Occident que dans les pays arabo-musulmans, s’étaient détournées des compétitions sportives ou de la crise financière mondiale pour s’intéresser à ce qu’il se passait dans un petit pays méditerranéen de 12 millions d’habitants. » (...)


Avaient-elles tort ?


« Les Tunisiens se sont donné le droit de vote. Encore fallait-il que les élections fussent libres. Elles l’ont été pour la première fois et chacun s’est incliné devant le civisme allègre des citoyens qui, par leur vote à près de 90%, étaient supposé charger les 217 constituants d’établir une forme d’Etat de droit en respect avec les principes essentiels qui font une démocratie. Le combat reste ouvert mais il est compromis. On va voir si les Tunisiens savent se reprendre et organiser une coalition qui empêche les 70 nouveaux constituants d’imposer leurs lois. »

Les Tunisiens doivent « se reprendre » ? Quelle condescendance à l’égard de ces ex-colonisés qui ont le front de ne pas voter comme les intellectuels parisiens le souhaitent.

maatala a dit…

Et Jean Daniel dresse un étrange parallèle avec l’Algérie : « Si une vigilance, parfois ombrageuse, s’est imposée aux familiers de l’histoire du Maghreb dès qu’il a été question d’élections libres en Tunisie, c’est parce qu’ils gardaient à l’esprit ce qui s’était passé, en Algérie, entre le 5 octobre 1988 et le 14 janvier 1992. Bilan : environ 150 000 morts. » Que signifie ce charabia ? Entre octobre 1988 et les élections de janvier 1992, il n’y a pas eu 150 000 morts. Les morts sont venus après que l’armée a arrêté le processus démocratique. Ce coup d’Etat fut, selon Jean Daniel, « populaire aux yeux de l’opinion démocratique » et « a sans doute protégé l’Algérie d’une victoire des ennemis islamistes de la démocratie ».


Populaire aux yeux de l’« opinion démocratique » ? Faut-il rappeler que de nombreux partis non confessionnels, comme le Front des forces socialistes (FFS) ou même le Front de libération nationale (FLN), ont pris position contre le coup d’Etat ? Et qui peut prétendre que ce coup a protégé la démocratie ? S’il existe un pouvoir autoritaire et corrompu aujourd’hui dans le monde arabe, c’est bien celui des généraux algériens.


« Pour nombre de laïcs ou simplement de républicains, fussent-ils les plus musulmans, l’expression “islam modéré” est un oxymore : il y a contradiction absolue entre les deux mots. Pour d’autres, la capacité de résoudre les problèmes considérables que la construction et le développement de la Tunisie vont poser est assez faible sans l’appui des forces qui se disent encore islamistes mais qui ne sont souvent que conservatrices. Elles répondent au besoin d’ordre et d’autorité qui, dans l’histoire, est toujours apparu après le chaos provoqué par des journées insurrectionnelles. »


Nombre de laïcs, de républicains contestent l’expression islam modéré ? Jean Daniel confond les musulmans qui s’expriment abondamment dans les médias occidentaux avec l’opinion dans le monde arabe. Les deux plus importantes forces de gauche en Tunisie ont accepté le principe d’une collaboration avec Ennahda, preuve qu’elles croient qu’il existe non pas un « islam modéré », mais des organisations islamistes qui acceptent les règles de la démocratie.


Plus largement, les clivages qui divisent la Tunisie ne se résument à celui entre laïcs et islamistes. D’autres questions se posent à la société, aussi bien sociales que politiques, des choix du développement comme celui de la politique internationale et régionale. Rien ne serait plus dangereux que de faire des combats dans le monde arabe des combats entre deux blocs homogènes, laïcs et islamistes. Non seulement parce que la victoire de ces derniers serait certaine, mais aussi parce que ce n’est pas le principal clivage de la société.

Oui, Ennahda est une organisation conservatrice, notamment sur le plan des mœurs et de la place des femmes ; elle est libérale en matière économique ; son fonctionnement a longtemps été vertical (comme tous les partis de la région), même s’il est désormais contesté par les nouvelles générations et les nouvelles formes de communication. Il ne s’agit donc pas de donner une image idéalisée du mouvement, mais de reconnaître que, comme le Hamas en Palestine, il est une partie de la société, et que son exclusion signifie l’instauration d’une dictature militaire.


D’autres éditoriaux reprennent cette même ligne islamophobe. On pourra lire bien d’autres contributions sur le thème, que ce soit Alain-Gérard Slama dans Le Figaro du 26 octobre (« Elections en Tunisie : sous le jasmin, les cactus », heureusement ce texte n’est pas en accès libre sur le site du journal) ; ou encore Martine Gozlan, ou l’inénarrable Caroline Fourest, qui écrit notamment sur son blog : « Dire qu’Ennahdha est “modéré” parce qu’il existe des salafistes très excités, c’est un peu comme expliquer que Le Front national de Marine Le Pen est de “gauche” parce qu’il existe des skinheads. »

maatala a dit…

Mais ne tombons pas dans la paranoïa : fort heureusement, d’autres textes font la part des choses.


On notera la tribune de Bernard Guetta dans Libération du 26 octobre,« L’impardonnable faute des laïcs tunisiens » – encore que l’idée d’un nécessaire front des laïcs me semble contestable.


Et aussi l’éditorial du Monde (27 octobre), « Et si, en Tunisie, la démocratie passait par l’islam ? » :


« L’annonce concomitante du retour de la charia en Libye, avant la poussée électorale attendue d’autres forces islamistes en Egypte, risque ainsi d’alimenter l’incompréhension face à des révolutions menées pour les droits de l’homme qui ne se traduisent pas instantanément par l’adoption des valeurs que les Occidentaux revendiquent. C’est singulièrement vrai sur la question des droits qui doivent être reconnus aux femmes. Ce serait cependant faire injure aux Tunisiennes et aux Tunisiens que de décréter, toutes affaires cessantes et sans qu’il soit nécessaire de voir les vainqueurs à l’ouvrage, que le succès d’Ennahda sonne le glas de leur “printemps”. En l’occurrence, si une loi mérite l’attention, dans les pays qui vont voter pour la première fois autrement que sous la matraque et pour un parti unique, c’est sans doute moins la loi islamique qu’un code autrement plus prosaïque : la loi électorale. »


« La réussite des transitions arabes passe nécessairement par l’adhésion du plus grand nombre à un projet commun, et donc par le compromis et la négociation. A cet égard, le système proportionnel retenu en Tunisie qui écrête les raz de marée électoraux au lieu de les amplifier et contraint le vainqueur à trouver des alliés est judicieux ; il permet d’éviter une situation à l’algérienne, lorsque le Front islamique du salut retourna à son profit en 1991 un système conçu pour favoriser le FLN. »


« La volonté exprimée par des opposants historiques tels que Moncef Marzouki et Mustapha Ben Jaafar, dont les partis ont obtenu des résultats encourageants, de trouver des terrains d’entente avec Ennahda dessine un tout autre chemin, celui d’un apprentissage de la démocratie qui passe moins par l’anathème que par le dialogue. Sans faire preuve d’un angélisme excessif, il est permis de le juger prometteur. »


Et les élections tunisiennes seront à marquer d’une pierre blanche sur la longue voie des peuples arabes vers la démocratie

Alain Gresh est un journaliste français né en 1948 en Egypte. Il est directeur adjoint du mensuel "le Monde Diplomatique

Bebe BA a dit…

Dialogue National : Extraits des meilleures interventions


Boïdiel Ould Houmeyd, président d’EL WIAM :

« Trouvez-vous normal , en démocratie, que l’Inspecteur Général de l’Etat soit le secrétaire exécutif du parti au pouvoir chargé des femmes (NDLR : M’Barka Vall Mint Vergès), que le président de la Commission Centrale des Marchés soit le secrétaire exécutif du même parti au pouvoir chargé de l’orientation politique (NDLR : Mohamed Mahmoud Ould Jaafar), que des représentants de l’administration au Conseil de l'Autorité de Régulation des Marchés Publics soient des membres du directoire du même parti au pouvoir (NDLR : Diallo Abou Moussa, membre du conseil national de l’UPR et Khira Mint Cheikhany, secrétaire exécutive à l’UPR)…Si vraiment, on veut de la bonne gouvernance, l ’urgence impose de mettre de l’ordre et de la méthode dans ces structures et ne pas en faire des officines du parti au pouvoir ».


Ladji Traoré, secrétaire général de l’Alliance Populaire Progressiste (APP) :

« Nous voulons un recensement des populations mauritaniennes sur la base duquel nous pouvons faire tous les documents sécurisés, une identification définitive mais sur la base d’abord d’un recensement général, complet, objectif et transparent. Nous avons surtout besoin d’un recensement de toutes les populations des adwabas. Nous n’avons pas jusqu’à ce jour un chiffre exact de cette frange de notre population qui a trop souffert des injustices et des humiliations de toutes sortes ».


Mohamed Ould El Kory, membre de la Commission Politique de l’UPR et directeur de la communication à l’ANAIR :

« Selon nos sources, au cours de la dernière réunion de la COD, chacun des dirigeants de ces partis refusait d’aller aux ambassades des Etats-Unis d’Amérique ou des pays européens à Nouakchott pour expliquer leur boycott. Y compris le président en exercice de la COD(...) C’est vrai que depuis les fuites de WikiLeaks, l’opinion publique mauritanienne a eu accès au secret des conciliabules des chancelleries où nos opposants ont pris la fâcheuse habitude d’insulter le présent et l’avenir de la Mauritanie. Aujourd’hui, c’est bien pour ce présent et ce futur de notre chère nation que notre volonté de dialoguer reste inébranlable. Il en va de la stabilité et de la paix dans ce pays. Aujourd’hui, nous nous félicitons de l’entrée au Dialogue des participants du parti du sursaut de la jeunesse pour la nation. Ils apporteront certainement de la qualité aux délibérations collectives. Mais les portes du Dialogue National restent ouvertes pour toutes les formations politiques du pays. Toute la communauté nationale entière doit répondre aux exigences du temps présent ».


Mohamed Yahya Ould Horma, chargé de mission à la Présidence de la République, premier-vice président de l’UPR :


« Le régime présidentiel est meilleur pour nous que le régime parlementaire. Il n’est donc pas question, dans le contexte actuel, de toucher aux attributions constitutionnelles du président de la République même si il y a nécessité à rationaliser les institutions constitutionnelles pour s’assurer de leur efficacité".

Mauritanie 24

Anonyme a dit…

Monsieur Le ministre de l’éducation, L’état actuel de l’éducation est très déplorable car sa conception ne repose plus sur des critères objectifs. En effet, le cout du maintien du français est extrêmement élevé et nuisible pour le pays et à son intégration dans l’économie mondiale. Il n’est jamais trop tard de se ressaisir pour rattraper le temps perdu en ouvrant les yeux sur le monde et en ayant le courage de prendre les mesures rationnelles qui s’imposent pour abandonner rapidement et en urgence cette duperie évidente. Ces mesures sont évidentes car les mauritaniens n’ont pas à payer ce prix terrible d’acculturation et d’isolement pour maintenir une langue devenue un handicap sans valeur au niveau international. Elle n’est maintenue que par les biais de la mainmise des certains élites corrompues , sans vision et acquis à la duperie francophone. Cette perte de temps et des opportunités auraient pu être fructifiés dans la langue officielle du pays , les autres langues nationales et une langue étrangère permettant un accès plus évident et réel aux marchés financiers internationaux, aux sciences et technologies, aux medias internationaux etc. Cette langue internationale est certes étrangère mais apporte quelques choses de réel , l’accès à la mondialisation contrairement au français qui confine dans un isolement stricte et lamentable sans contrepartie sauf un vulgaire assujettissement inconscient, l’isolement au niveau international et l’acculturation fortuite et bête .
mouhamed

Anonyme a dit…

Un problème avec MAURINFO auquel on ne peut pas acceder. C' est quoi ce machin? A-

==

La cocaïne réexpédiée vers la Corée et la Thaïlande.

Aujourd’hui ; les cartels de drogue latino-américains n’acheminent pratiquement plus leurs cargaisons directement vers les grands centres européens maintenant que l’étau s’est resserré sur le transport maritime près des côtes de l’Amérique du Sud. En conséquence, c’est sur l’Afrique de l’Ouest qu’ils ont mis le cap, là où la répression est plus légère, les États étant moins outillés pour faire face au problème.

En Mauritanie la cocaïne serait réemballée pour être mélangée aux produits locaux destinés à l’exportation, telles que la farine de poisson ou les mulets congelées, sacs des farines de poissons débarqués des navires au Port autonome de Nouadhibou (PAN) puis réexpédiée vers l'Europe et l’Asie notamment la Corée et la Thaïlande. Plus du quart de la cocaïne saisie en Europe transiterait par la Mauritanie.

En Mauritanie les navires sont peu surveillés au cours de leurs transbordements (sacs des farines des poissons, caisses des poissons congelés).

Voilà donc un véritable paradis pour les trafiquants de drogue ; la présence de consignataires et Directeurs des agences des consignations impliqués dans le trafic de drogue sont d’ailleurs palpables, de somptueuses propriétés, qui ont poussé ces dernières années, témoignant de l’apparition d’une nouvelle classe de riches propriétaires. Malheureusement, La marine nationale demeure victime d’un sous-financement chronique et travaille dans des conditions primitives lors des transbordements.



"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.








Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : MAURINFO(FRANCE)

Anonyme a dit…

Bravo Bebe Ba. Sans twa, on aurait pas lu Mauritanie 24 sur le dialogue. A-

Anonyme a dit…

MouhamedTiris 1: colle-nous la paix. L' Ambassade des US n' a plus d' argent pour tes sornettes et ils n' apprécient pas. Ils ont eu le coup du sénateur de M'bout et ils font attention maintenant.

===

Il a dit:

Cette perte de temps et des opportunités auraient pu être fructifiés dans la langue officielle du pays , les autres langues nationales et une langue étrangère permettant un accès plus évident et réel aux marchés financiers internationaux, aux sciences et technologies, aux medias internationaux etc. Cette langue internationale est certes étrangère mais apporte quelques choses de réel , l’accès à la mondialisation contrairement au français qui confine dans un isolement stricte et lamentable sans contrepartie sauf un vulgaire assujettissement inconscient, l’isolement au niveau international et l’acculturation fortuite et bête .

Anonyme a dit…

Salam

Bodiel aurait dit:

« Trouvez-vous normal , en démocratie, que l’Inspecteur Général de l’Etat soit le secrétaire exécutif du parti au pouvoir chargé des femmes (NDLR : M’Barka Vall Mint Vergès), que le président de la Commission Centrale des Marchés soit le secrétaire exécutif du même parti au pouvoir chargé de l’orientation politique (NDLR : Mohamed Mahmoud Ould Jaafar), que des représentants de l’administration au Conseil de l'Autorité de Régulation des Marchés Publics soient des membres du directoire du même parti au pouvoir (NDLR : Diallo Abou Moussa, membre du conseil national de l’UPR et Khira Mint Cheikhany, secrétaire exécutive à l’UPR)…Si vraiment, on veut de la bonne gouvernance, l ’urgence impose de mettre de l’ordre et de la méthode dans ces structures et ne pas en faire des officines du parti au pouvoir ».

----------------------------------

Bodiel a dit ce que Daddah n'aura jamais eu le courage de dire à cause de la Sahwa.

Plutôt à cause de l'hypocrisie congénitale dit le fou

maatala

esprit peulh a dit…

Ce que le negro vie aujourd'hui en Mauritanie est grave et profond si nous n’arrêtons pas cette course effrénée qui nous mène vers une épuration ethnique, alors nous aurons trahi les sacrifices de nos martyrs ( SY BA SARR ET LES AUTRES).
Si on veut être à la hauteur de notre mission et de nos ambitions demeurerons armes de volonté et déterminations pour le changement, et resterons solidairement unis pour la dignité de nos enfants, pour ce faire, nous devons cultive l'engagement volontariste, l'excellence et réhabiliter les valeurs de notre société;
je suis prêt à consentir les sacrifices nécessaires pour ma société car je reconnais ma part de responsabilité.

esprit peulh

Anonyme a dit…

21 PRESIDENTS AFRICAINS, ONT ETE ASSASSINES DEPUIS 1963


Depuis 1963 : Voici la liste des 21 présidents Africains, alors au pouvoir, ont été assassinés :
- en 1963 : Sylvanus Olympio, président de la rép. du Togo
- en 1966 : John-Aguiyi Ironsi, président de la rép. du Nigeria
- en 1969 : Abdirachid-Ali Shermake, président de la rép. de Somalie
- en 1972 : Abeid-Amani Karumé, président de la rép. de Zanzibar
- en 1975 : Richard Ratsimandrava, président de la rép. de Madagascar
- en 1975 : François-Ngarta Tombalbaye, président de la rép. du Tchad
- en 1976 : Murtala-Ramat Mohammed, président de la rép. du Nigeria
- en 1977 : Marien Ngouabi, président de la rép. du Congo-Brazzaville
- en 1977 : Teferi Bante, président de la rép. d'Ethiopie
- en 1981 : Anouar el-Sadate, président de la rép. d'Egypte
- en 1981 : William-Richard Tolbert, président de la rép. de Liberia
- en 1987 : Thomas Sankara, président de la rép. de Burkina-Faso
- en 1989 : Ahmed Abdallah, président de la rép. des Comores
- en 1989 : Samuel-Kanyon Doe, président de la rép. de Liberia
- en 1992 : Mohammed Boudiaf, président de la rép. d'Algérie
- en 1993 : Melchior Ndadayé, président de la rép. du Burundi
- en 1994 : Cyprien Ntaryamira, président de la rép. du Burundi
- en 1994 : Juvénal Habyarimana, président de la rép. du Rwanda
- en 1999 : Ibrahim Barré-Maïnassara, président de la rép. du Niger
- en 2001 : Laurent-Désiré Kabila, président de la rép.
du Congo-Kinshasa
-en 2011 : Mouammar khadafi, président de la rep du Libye, assassiné par le CNT de la France

Anonyme a dit…

LA FRANCE QUI TUE, LA FRANCE QUI PILLE EN AFRIQUE

Depuis 1900, plus de 21 présidents Africains, alors au pouvoir, ont été assassinés : beaucoup d’entre eux, gênent les puissances coloniales en place et surtout la France dans notre continent d’Afrique .Bien sur, vous connaissez le SDECE, la DGSE et la DST? Eh bien, ce sont trois services de renseignements français qui ont la réputation de faire des coups d’Etat en Afrique.

Depuis de Gaulle, les autorités françaises dénigrent les Africains de cette façon? Comptons le nombre des coups d’État et que la France a préparés, dirigés et soudoyés en Afrique, cela mérite une plainte à la cour pénale internationale contre l’état français. Pourtant les crimes français sont bien connus et les documentaires inondent les télévisions françaises et africaines pour bien se rendre compte qu’effectivement la France tue, empoisonne et pille en Afrique.Le Service de documentation extérieure et de Contre- espionnage (SDECE) a la charge de la «désinformation». Il prépare lui aussi, réussit ou manque des coups. Son territoire privilégié est l’Afrique. La DGSE est le principal service secret vers l’étranger, qui a en charge le contrôle des «gouverneurs à la peau noire». Il y a un autre la DST (Direction de la sécurité du territoire) qui s’occupe de l’intérieur et de l’extérieur de la France pour diverses raisons. D’abord parce qu’il s’agit de protéger la France des dangers de l’immigration. Ensuite, la DST, qui est une police politique, fait la coopération avec l’ensemble des polices politiques de toutes les dictatures du monde. Après la DGSE, la DST et le SDECE, il y a la Direction du renseignement militaire, le poisson- pilote de l’armée qui fait la propagande de la France lors des conflits en Afrique.

Anonyme a dit…

SUITE:

DE DE GAULLE A SARKOZY : TEL PERE, TEL FILS

De Gaulle a sacrifié les indépendances africaines au profit de celle de la France. Pour quatre (4) raisons : - la première, c’est le rang de la France à l’ONU avec un cortège d’Etat clients qui votent à sa suite ; - la deuxième, c’est l’accès aux matières premières stratégiques (pétrole, uranium) ou encore (l’or, le bois, le cacao…) ; - la troisième, c’est le financement de la vie politique française, à travers des prélèvements sur l’aide publique au développement ou la vente des matières premières ; - et la quatrième raison, c’est le rôle de la France comme sous-traitant des Etats-Unis auprès des pays d’Afrique. Donc, pour ces quatre raisons, la France a mis en place un système qui nie les indépendances. Et, c’est pour ces quatre raisons que le sang coulé sur le continent.Au Cameroun : L’UPC, luttait pour obtenir l’indépendance. Nyobé a été écrasé entre 1957 et 1970 dans un bain de sang qui a fait entre 100.000 et 400.000 morts.Togo Plus d’un quart de siècle de dictature avec la complicité de la France. Trois ans à peine après l’indépendance de la jeune République togolaise, ce fut l’irruption brutale de l’armée dans la vie politique. Le 13 janvier 1963, Sylvanus Olympio, le premier président démocratiquement élu est assassiné par le sergent Etienne Eyadema à la tête d’une clique d’anciens soldats, après la guerre du Vietnam. Ils ont fait un coup d’Etat avec l’appui de l’officier français qui était soi-disant chargé de la sécurité d’Olympio : ils ont assassiné ce président le 13 janvier 1963. Eyadema Etienne a passé plus de quarante ans au pouvoir. Il a fait un règne digne de Ceausescu et laissa un pays qui a sombré dans le chao et dans la pauvreté. Décédé en 2005, son fils Faure Eyadema le remplace et cela aussi n’a été possible qu’avec l’appui de la France. Centrafrique Il y avait un homme d’Etat prometteur, Barthélemy Boganda mort dans un accident d’avion extrêmement curieux. Il ne connaitra pas l’indépendance, la vraie qu’il réclame pour son pays. Barthélemy trouve la mort le 29 mars 1959, dans une catastrophe aérienne entre Berberati et Bangui, alors qu’il était en campagne à l’intérieur de son pays. Abel Goumba, médecin diplômé d’outre- mer, ministre d’Eta et président du Conseil de gouvernement, est chargé de l’intérim. David Dacko, jeune instituteur et héritier spirituel de Barthélemy Boganda et, avec l’appui des milieux français de Bangui, réussit à écarter Abel Goumba de la succession. En juillet 1959, l’Assemblée lui refuse les pleins pouvoirs. Il fait démissionner Abel Goumba resté au gouvernement. Celui-ci fonde alors un parti d’opposition le MEDAC (Mouvement d’évolution démocratique de l’Afrique centrale). Le MEDAC n’aura qu’une courte durée. David Dacko dissout le parti et emprisonne ses dirigeants. La République centrafricaine de David Dacko en proie à de graves crises financières (détournements de deniers publics) au lieu de réagir et d’agir vite décide de remettre le pouvoir au chef d’Etat major le colonel Jean Bedel Bokassa le 1er janvier 1966. La France érige le pays en Empire et pille les ressources centrafricaines. La suite ? Bokassa tombe et meurt dans la misère. Les Comores Deux chefs d’Etat assassinés et deux autres déposés par le mercenaire Bob Denard. Niger Le jour où le Nigérien Hamani Diori a voulu vendre son uranium à un autre pays, il a été déposé par un coup d’Etat militaire au cours duquel il perdit la vie.

Anonyme a dit…

ASSASSINES, PARCE QU’ILS ONT REFUSES D’ETRE DES «MARIONNETTES» DE LA FRANCE


Gabon Léon M’ba meurt d’un cancer à Paris à l’hôpital Claude Bernard le 26 novembre 1967. Germain M’ba parent très éloigné de Léon M’ba, Inspecteur des douanes, licencié en droit et diplômé de sciences politiques,il finit ses études à la fin des années 50, au moment où son pays obtient l’indépendance. Nationaliste comme tous les Africains qui ont usé leurs fonds de pantalons sur les bancs de l’université, il ne supporte pas l’idée que ce soit des «marionnettes» de la France qui dirigent le Gabon. M’ba entre dès 1960 dans la vie politique active et devient aussitôt «dangereux agitateur» pour les agents et politiciens français qui assurent sur place l’ordre et la sécurité. Eloigné de Libreville par une importante nomination : secrétaire général adjoint à l’Union africaine et Malgache, il fait partie au début des années 60 du petit club des Africains francophones dont la voix compte sur la scène internationale. Le 19 Février 1964 les parachutistes français rétablissent Léon M’ba à la présidence. Le président démissionne de son poste pour marquer sa réprobation. L’affaire fait beaucoup de bruit et amplifie la campagne de presse contre l’attitude néo-colonialiste de Paris. Germain M’ba apparaît depuis cette affaire comme l’empêcheur de tourner en rond. Rejeté par Paris et par Libreville, il entame alors son errance de paria de la communauté officielle franco- africaine. Il se réfugie d’abord à Brazzaville d’où il est expulsé peu après par les hommes dépendant des services de Jacques Foccart. Il s’installe à Kinshasa, où il est emprisonné pendant un mois. Rejeté d’Afrique, Germain M’ba revient finalement en Europe et collabore au journal Jeune Afrique dont il devient en 1965 le rédacteur en chef adjoint. Affaire Germain M’ba à Libreville 18 Septembre 1971, un diplomate gabonais est abattu. Sa femme et sa fille blessées. Le cadavre disparaît. Tels sont les éléments d’une affaire ténébreuse qui soulève une vive émotion dans la capitale gabonaise. Dans la nuit de jeudi à vendredi, M. Germain M’ba ancien ambassadeur à Bonn nommé à Tokyo, rentre du cinéma en voiture, accompagné de sa femme et de sa fillette. Mme M’ba et sa fillette descendent de la voiture et entrent dans la maison. Au moment où M’ba ferme sa portière, un homme surgit de l’ombre et tire deux coups de pistolet sur lui. Germain M’ba s’effondre en poussant un cri. Et depuis, rien sur cette ténébreuse affaire à Libreville qui interpelle le défunt président Albert Bernard Bongo. Rappelons que c’est sur injonction du vieux Houphouët Boigny que le président gabonais a réintégré Germain M’ba dans le jeu politique. A-

Anonyme a dit…

Il m'a semblé qu'il avait recruté 2 des pilotes qui sont allés sur les tours. Maintenant que les USA ne l'ont pas chargé, c'est une autre histoire. En effet, il a été torturé.

Miami : Détention arbitraire Dadde Sillahi livré par son pays, rôle Al Jaziraa.

De Miami aux États Unis d'Amérique où je prends pas au congrès de l'Union Internationale des Avocats en ma qualité de membre de cette organisation créée en 1927 et qui regroupe tous les avocats du monde à titre collectif et à titre individuel, je vous informe que lors des séances la commission Défense de la Défense de ce jour, j'ai évoqué deux cas typiques à la Mauritanie en raison de leur gravité.

Il s'agit de la détention arbitraire que le pays a connue en 2009 et 2010 et qu'il connaît depuis le 27/9/2011 par le maintien de Mohamed Lemine Ould Dadde en prison sans le moindre mandat judiciaire en violation de la législation mauritanienne et les conventions internationales ratifiées par la Mauritanie, ce cas a été bien suivi parce que l'année dernière à la même période en Turquie, j'avais exposé 3 cas de détention arbitraire que j'avais défendus et que le pays a connus en 2009 et 2010.

- le cas Mouhamedou Ould Sillahi qui avait été arrêté en décembre 2001 par son propre pays (la Mauritanie) et livré comme une marchandise commandée à l'administration américaine pour subir toutes formes de tortures en Jordanie et en Afghanistan pour être conduit et déposé à Guantanamoo bay où il est séquestré depuis août 2002 sans inculpation.

Ce cas a été aussi bien suivi pour deux raisons essentielles à savoir d'une part la gravité du cas qui résulte du fait qu'il est le seul détenu de Guantanamoo livré par son pays et détenu depuis 10 ans sans inculpation et d'autre part par le fait que le cas avait été exposé lors des congrès de Génève 2004, Paris 2007, Séville 2009 et Istanbul 2010. Plusieurs Bâtonniers se sont proposés à l'initiative du Bâtonnier de Nouméa en Nouvelle Calédonie de constituer un comité de soutien pour dénoncer l'extradition irrégulière par son propre pays et la détention depuis 10 ans sans inculpation.

En outre et lors du débat sur le rôle des médias dans les révolutions arabes, j'ai tenu à expliqué aux participants entre autre facteurs le rôle qu'a joué la chaine arabe Al Jazeera et je me suis rendu compte que les participants ne possédaient pas cette donne et ce fut un moment d'appréciation du rôle de cette chaine dans de telles circonstances, rôle alimenté par les images prises et envoyées par différentes sources grâce aux téléphones portables.

J'ai bien compris que les participants pour la plupart non arabes ne pouvaient accéder à de telles informations pour défaut d'accès à la chaîne elle même. voilà les éléments d'informations que je vous demande de diffuser sous forme de dépêche

Me Brahim Ould Ebety
Miami - USA
Congrès de l'Union Internationale des Avocats

ESPRIT PEULH a dit…

ON PARLE SOUVENT DES EVENEMENTS 89 SANS TROP RENTRER DS LES DETAILS
J'APPELLE TOUS CEUX QUI ONT VECU EN DIRECT SES MOMENTS DE DOULEURS D'EN TEMOIGNER NON PAS POUR REVEILLER LES DEMONS MAIS PAR DEVOIR DE MEMOIRE AFIN QUE LES GENERATIONS ACTUELLES ET FUTURE SACHENT LA VRAIE VERITÈ QUI, SEMBLE MANIFESTEMANT ET PAR INSULTE ETRE UN DETAIL POUR LE CLAN AU POUVOIR
POURQUOI PAS UN PROJET DE LIVRE SUR LES ATROCITÈS PENDANT LES SCENES DE DEROULEMENT DES DEPORTATIONS?
JE ME SOUVIENS DES HORDES DE HARATINES ARMES DE BATONS TELS DES VAMPIRES SORTIS DES MOIS DE JEÛN DEAMBULANT DS LES RUELLES DE NKTT AU CRI DE SINIGHALI, LIKWAR
JE ME SOUVIENS EGALEMENT VERS 3H DU MATIN AU CRIE DE PLEURS QUE DES POLICIERS MAURES SONT ENTRÈ DS UNE MAISON D'UN VOISIN POUR Y ARRACHER LA MERE DE FAMILLE TELLE UNE CRIMINELLE DONT LE SEUL TORT ETAIT D'ETRE NÈE À TAMBA
BIEN D'AUTRES RECITS DOULOUREUX MAIS VRAIS CE SONT BIEN PASSÈ NON PAS EN ALLEMAGNE NAZI MAIS CHEZ NOUS, PENDANT LE MOIS DU RAMADAN PAR DES DISANT MUSULMANS SUR DES MUSULMANS.
ESPRIT PEULH

kowri a dit…

A mon avis, aucune reproche ne doit etre faite aux Béydanes qui n'ont fait que s'unir contre des personnes qu'ils ont toujours considéré comme leurs ennemis, les Négros mauritaniens. Ceux qui meritent la pendaison , ce sont ces négres qui ont vendus leurs freres de sang et continuent de les vendre pour leurs propres interets, ce sont eux qu'ils faut bruler. LLC

kowri a dit…

Dans la seule nuit du 27 au 28 novembre comme si dans le 28 novembre fête de l´indépendance, il fallait faire offrandre à l´Etat raciste et chauvin de cadavres de Négro-mauritaniens, 28 militaires sont pendus. Ils étaient marins, soldats. Des citoyens qui n´avaient commis aucun crime, pas même le moindre délit. Ils étaient Négro-africains et c´était suffisant, comme crime aux yeux du Colonel Taya et de ses acolytes. Arrêtés à Nouadhibou et ailleurs et conduits à Inal. On en pendit 28 ni plus ni moins. Et quand le dernier pendu cessa à gigoter au bout de sa corde, on reconduisit les autres dans leurs cellules. Vingt huit pendus, c´était le bon chiffre à la gloire de la divinité indépendance et pour rassasier les démons de l´intolérance et de la haine. Signez la pétition si vous des hommes et femmes justes, faites-le pour nos martyrs! La lutte continue!

Anonyme a dit…

El Kowri,

Il y aura bientôt une conférence verité et reconcialitation et les coupables vont demander pardon. Aussi l' enrôlement va redemarrer à partir de zero sur des bases plus saines. Nous allons tout oublier et allez de l' avant inchallah.

J' espere que je ne reve pas. Id moubarak à toi et aux canalheurs. Et Simah tout le monde. A-

Anonyme a dit…

Tazoubett ATT. Ils ont bien payé la rançon. A-
==
Les marins algériens détenus par des pirates somaliens libérés

Rafik Tadjer


Actualisé à 14 h 40, avec interrogations sur le paiement d’une rançon

Après onze mois de captivité, les marins algériens détenus par des pirates somaliens on été libérés, a annoncé, ce jeudi 3 novembre, le ministère des Affaires étrangères. « C’est avec une grande joie et un profond soulagement que nous annonçons la libération, ce matin, des 25 marins de l’équipage du navire M/V Blida qui étaient otages des pirates somaliens depuis le 1er janvier 2011 », a indiqué Amar Belani, porte‑parole du ministère des Affaires étrangères dans une déclaration.

« Le navire, qui se dirige actuellement vers la haute mer, sera sécurisé par les forces navales internationales, qui opèrent dans la région sous mandat des Nations Unies, et il mettra environ trois jours pour rejoindre le port de Mombasa », a‑t‑il ajouté. « Toutes les dispositions ont été prises par l’État algérien pour procéder, dans les meilleures conditions possibles, au rapatriement de nos ressortissants dont l’état de santé n’inspire pas d’inquiétude », a‑t‑il précisé.


Une rançon de 3,5 millions de dollars ?

Selon le journal en ligne Somalia Report, les marins ont été libérés en échange d’une rançon de 3,5 millions de dollars, payée par l’armateur du MV Blida. Le magazine, qui cite un pirate somalien, affirme que les preneurs d’otages avaient initialement exigé le paiement d’une rançon de 7 millions de dollars avant d’accepter de diviser cette somme par deux. La somme en cash a été livrée mercredi soir et les otages ont été libérés jeudi matin, après le comptage et le partage de l’argent. Deux autres pirates et un responsable local ont confirmé cette version, selon Somalia Report.

La libération des otages est intervenue après plusieurs mois de négociations difficiles, marquées par des changements de négociateurs, des menaces de tuer l’équipage et des négociations sur le montant de la rançon, ajoute le magazine. Les demandes de rançon sont allées de 4 à 7 millions de dollars, selon la même source. L’équipage du navire était composé de 17 Algériens, six Ukrainiens, deux Philippins, une Jordanienne et une Indonésienne. Mais deux membres de l’équipage, un Algérien et un Ukrainien, avaient été libérés en octobre pour des raisons médicales.

Mais l’Alger dément avoir payé une rançon pour obtenir la libération de ses marins. « L’Algérie a une position doctrinale immuable et connue y compris au sein du système des Nations unies. Cette position constante, nous l’avons réaffirmée à de nombreuses reprises : l’Algérie ne verse pas de rançons et elle condamne fermement cette pratique, qu’elle soit le fait des États ou d’organismes parapublics ou privés. D’ailleurs, après l’adoption de la résolution 1904 du conseil de sécurité, nous poursuivons nos efforts avec certains de nos partenaires pour criminaliser effectivement le paiement des rançons qui constitue une des sources principales du financement du terrorisme et du crime organisé », a précisé M. Belani. Alger ne dément pas toutefois clairement que l’armateur ait pu payer une rançon.

Anonyme a dit…

Merci vlane. la RIM ne pourra jamais être conforme à l' ITIE. La preuve: regarde les sociétés attributaires de permis de recherche de métaux précieux lors du dernier conseil des ministres. Aucun de ces sociétés n' existe. Pour preuve, prenez au hasard 5 parmi elles et cherchez sur le net: aucune n' est listée. Toutes des compagnies-écrans. Comme Salene Fishing Co. de Hassena Ould Ely. C' était du pipo avant et c' est du pipo maintenant.

Mestour el haal et Bebe Ba entouma veum? Nous prennent pour des idiots. L' azzizzo s' entoure des gabegistes du PRDS, crime pour lequel Sidioca a été viré. Il n' écoute pas, twil le'emer azzizzo.

Couli: tu es où maintenant. Caché parceque le bambara n' est plus une langue nationale? T' en fais pas, c' est un oubli.

Maatala: fais attention au mouton. C' est cher et c' est pas bon pour la santé. Alik be la salade le dimanche.

Général vlad: temps de faire revivre la brigade anti-salafiste de canalh. Il v a y avoir du sport d' ici la fin d' année.

Moussa: ça va? Eyweu, tu vois le mouvement touareg qui se restructure et veut tout l' azawad qui fait à peu près 50% du territoire du Mali? Ils vont s' associer avec AQMI et nous plomber la vie. On en avait parlé, mais tu ne m' avais pas écouté. Les diplomés de kebbet lekhnazir state university (couli enteu veum?), il faut les écouter.

Id moubarak à toutes et à tous et simah.


http://chezvlane.blogspot.com/2011/11/adhesion-litie-formidable-intox-sur.html

Anonyme a dit…

Salam

A-

Merci pour le conseil

je ne graille que de l'ageau à cause de la patronne qui est atteinte d'agnonite (lol).

Mon mouton de l'Aid est égorgé au bled, car ma baignoire n,'est pas assez grande.

Bon aid à tous dit le fou.

Maatala

Anonyme a dit…

Salam

Conseil des nuls

Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération

Cabinet du Ministre

- Chargé de Mission : Sid’Ahmed Ould Hdhana, inspecteur des Postes.

A quand les bouchers de Nktt nommés chirurgiens dans nos hôpitaux dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Tunisie - Ces femmes qui défient Ennahda

En Tunisie, le succès du parti islamiste Ennahda fait naître des inquiétudes au sein de certaines couches de la population. Ces craintes sont renforcées par des actes d'intolérance que d'aucuns lient à la percée des islamistes. Ainsi, Tuniscope révèle que le 2 novembre, 200 femmes ont manifesté dans le centre de Tunis.

Mise en place grâce aux réseaux sociaux, la manifestation a rassemblé des groupes de femmes issus de milieux très divers. Par cet acte, elles revendiquent la consolidation des droits de la femme, le respect de ses acquis et la préservation de son statut libre et moderne en Tunisie.

Le quotidien algérien El Watan nous apprend que cet évènement est le fruit «d'une initiative citoyenne et non partisane, qui a vu le jour grâce au bouche-à-oreille, à des messages SMS ou sur Facebook». En Tunisie la victoire d’Ennahda est crainte par bon nombre de femmes. Ces dernières craignent de voir régresser leur condition avec l’arrivée au pouvoir de ces islamistes.

Durant deux heures, elles ont manifesté près du palais du gouvernement. Leur action était accompagnée par des chants et des slogans. On pouvait notamment les entendre scander «dehors les rétrogrades». Plusieurs femmes ont tenu à s’exprimer sur leurs motivations. C’est le cas d’Hosnia Eloujoud, 38 ans.


«Les acquis de la femme remontent à longtemps et personne ne pourra les confisquer.»

Une dépêche de l’agence Associated Press nous livre également des témoignages très variés. Hinda Jelassi, 44 ans, nous explique les raisons de son engagement:


«Moi j'ai choisi le voile, laissez ma soeur faire son choix.[…] Je suis ici pour défendre la liberté dans l'absolu, parce que la liberté est indivisible.»

«Je me bats pour mes petits-enfants. J'ai milité pendant 50 ans et je ne veux pas que nos droits soient perdus.»

Agée de 47 ans, Ilham Barrouta a le discours le plus politique:


«La femme tunisienne qui a investi tous les domaines de la vie publique, a été de tous les combats et au premier plan dans la révolution (qui a fait chuter le régime de Ben Ali), a atteint un point de non retour.»

Selon la journaliste Sana Fahrat, cette manifestation a été organisée en réaction à des «agressions physiques et verbales» subies par trois enseignantes non voilées. Ces dernières ont été prises à parti par des «étudiants salafistes» sur le campus universitaire de Mannouba, près de Tunis et à l’institut de théologie de la capitale du pays.

Lu sur Tuniscope, El Watan, Nouvel Observateur

Anonyme a dit…

Bonne chose que le departement de la justice US est impliqué dans cette reunion securitaire.D'ou la necessité d'utiliser les lois US existantes pour epingler quelques gros bonnets de la drogue cachés dans les services gouvernementaux de la region, à un assez haut niveau. Tout le monde les connaît plus ou moins.

Un fois que la departement de la justice US transforme quelques haut responsables en Noriegas, tout va stopper. Il faut essayer, Obama.

A-
==

Rencontres sécuritaires entre responsables des pays du Sahel et leurs homologues américains.

Les pays du Sahel (Mauritanie, Mali, Algérie, Niger) vont tenir, lundi et mardi prochains, une série de rencontres avec des responsables américains de haut niveau pour discuter de la situation sécuritaire dans la zone.

Ces rencontres, qui vont se dérouler aux USA, vont permettre aux responsables des pays sahéliens de débattre des questions de sécurité dans la zone avec des responsables américains des départements de la Justice, des Affaires étrangères, de la Défense, de l’intérieur ainsi que du Conseil national de la Sécurité.

Et selon ce qui a été rendu public, les discussions entre les deux parties seront surtout centrées sur les questions de lutte contre le terrorisme, le crime organisé transfrontalier ainsi que le lien évident entre sécurité et développement.

Il est également prévu que se tienne à Bruxelles une rencontre similaire entre les responsables sécuritaires des pays du Sahel et leurs homologues européens.







Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org



Source : Sahara Medias (Mauritanie)

Anonyme a dit…

Les zamis,

Je viens de visiter le blog du frère Dr. Ely Moustapha. Il y a à boire et à manger dedans (derniers posts) pendant la fiesta de demain. A-


http://haut-et-fort.blogspot.com/

Anonyme a dit…

Bonne fete a' tout le monde!
MOI C'EST DIRE KARDIDY C'EST LE PAPA DE MOI. SWEYSSA C'EST LA TANTE DE MOI. GENERAL MISGHAROU C'EST LE COUSIN DE LE MOI. TOI C'EST LAISSE' LE BAMBARA TRANQUILE DE TRANQUILEMENT ET EN PAIX! MOI C'EST BIENTOT 50 ANS. MOI 'CEST VIEILLARD MAINTENANT ET C'EST FATIGUE' TROP PASQUE MOI CE FAIRE BOCOU! ID MOUBARAK, LES AMIS!

Anonyme a dit…

Salam

Ils ont ouvert le ZOO pour l'AID

Vla Couly qui vient d'avoir une perm de son centre de désintoxication mentale.

Bon aid fréro d'amérique dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Maatala,

Ce n' est pas moi qui ai signé la réaction à l'article de Moustapha Touré. Pour la première fois de ma vie, j' ai lu son billet 2 ou 4 fois. Je remercie celui qui a signé pour moi.

On est fatigué par cette histoire de cohabitation et l' accusation de tout l' ensemble maure qui est accusé de racisme. Que dire des FLAM? Plus raciste, tu meurs. En effet, ce Moustapha Touré ne connaît même pas le nom correct du mauritanien qui a forcé l'accord tripartite Mauritanie- Sénégal-UNCHR en dépit de la résistance des génocidaires chez nous. C' est Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi et non Mohamed Ould Sidi Cheikh Abdallahi: ce qui prouve que c' est une plume sénégalaise comme pour le cas de ce funeste Tandian, aussi de Kaedi, contre notre ex-première dame Khattou Mint El Boukari. Il faut la respecter et je suis d' accord avec vlad.

Regarde ce que ce connard de moustapha Touré a écrit et ma mère est une Touré (Allah yarhamhaeu). Ce Touré n' est pas de Kaedi du tout. Un kaedien saitparfaitement les noms chez nous. Seulement les sénégalais de pure souche se trompent sur tout.

Merci de lire sa connerie:

" Le problème qui se pose en Mauritanie est celui qui concerne la cohabitation entre ses différentes composantes nationales, d’un côté les négro-mauritaniens et de l’autre les arabo-berbères que l’on appelle communément les maures. Ce problème se traduit par la volonté de la minorité hégémonique maure d’imposer sa domination sur les négro-mauritaniens et qui a conduit aux tragiques événements de 1989-90"

Pas d' accord du tout. Merci l' ano qui a signé pour mwa.

A- le vrai