samedi 21 janvier 2012

2012 : Année de toutes les menaces en Mauritanie


Que nous réserve l’année qui vient de pointer à l’horizon ? Difficile de répondre avec exactitude à cette interrogation mais des indicateurs laissent croire que 2012 ne sera pas une année de calme plat pour la Mauritanie. Plusieurs défis pointent à l’horizon.

Il y a d’abord le contexte mondial difficile marqué notamment par la crise financière internationale, la flambée des prix des denrées alimentaires, la hausse des prix des produits énergétiques (gasoil, essence, gaz butane). Un contexte défavorable qui risque de limiter les effets des politiques initiées par le gouvernement en vue d’améliorer les conditions des populations.

Il y a également le grand défi dû au déficit pluviométrique préoccupant enregistré cette année dans notre pays. Avec ce manque de pluie, le risque de famine est bien réel. Notre pays est cité dans un rapport publié en janvier dernier par l´Organisation des Nations Unies, par les Etats les plus menacés par une crise alimentaire.

Déjà, le monde rural commence à donner des signes de frénésie et les populations fon montre de grise mine. Certes les pouvoirs publics ont concocté un plan d’urgence dit Espoir 2012, pour atténuer les effets pervers de ce manque d’eau mais bien d’acteurs politiques et d’observateurs se montrent sceptiques quant à son efficacité. De fait, il nous faut beaucoup plus que la distribution, même gratuite de quelques kilogrammes de blé, de dattes ou de litres d’huile.

Le troisième grand défi auquel fait face la Mauritanie en cette année 2012, c’est la menace sécuritaire. Certes le pays est confrontée depuis quelques années aux mêmes menaces sécuritaires que ses voisins mais depuis peu son territoire est devenu à la fois le lieu de recrutement et la cible de Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

En effet comme l’explique la consultante en sécurité internationale et défense, madame Laurence Aïda Ammour, « trente à quarante Mauritaniens seraient passés par les camps d’AQMI en Algérie et dans le nord du Mali.

Le pays a également subi de nombreuses pertes depuis 2005 : sur quinze attaques menées dans le Sahara-Sahel, neuf ont eu lieu sur son sol. Ce pays et son armée sont particulièrement visés par les katiba de deux émirs algériens : Mokhtar Belmokhtar et l’intransigeant Abdelhamid Abou Zeid ». Cette menace a pris un nouveau tournant depuis que les terroristes ont kidnappé le jeune gendarme mauritanien en poste à Adel Bagrou.

Le pays est désormais en guerre permanente avec ces terroristes qui guettent la moindre inattention pour frapper fort cette armée mauritanienne qui lui a fait subir ces derniers temps de cuisants revers. Cette vigilance en permanence a un coût financier énorme et difficilement soutenable pour le pays.

Autre risque qui guette la Mauritanie, c’est l’atmosphère particulièrement tendue du paysage politique. En effet, rien ne va plus entre le pouvoir et l’opposition radicale. Présentement en tournée dans les régions orientales du pays (Assaba et les deux Hodhs), les chefs de file de cette opposition vouent aux gémonies le régime accusé d’être à l’origine de tous les maux dont souffre le pays.

Ces mêmes leaders ne cachent guère leur intention de déboulonner le président Mohamed Ould Abdel Aziz, quitte à faire recours à la violence. D’ailleurs, certains d’entre eux n’hésitent pas à se dire prêt à soutenir toute tentative de prise de pouvoir par la force. Autant dire qu’ils encouragent un énième coup d’état.

Ces tirs croisés ne viennent pas seulement que des politiques, d’autres forces également notamment de la société civile à l’image du mouvement IRA ou encore TPMN (Touche pas à ma nationalité) se joignent à ce mouvement de contestation sans compter les jeunes du 25 février qui promettent de déloger le régime en place.

A l’avant-garde de cette guerre contre le pouvoir, se place les Islamistes du parti Tewassoul qui ne ratent plus une occasion pour tirer à boulet rouge sur le pouvoir en place. La récente fatwa du Cheikh Mohamed El Hassen Ould Deddew appelant à la désobéissance civile qui vient après la sortie de l’un des idéologues du courant islamiste en l’occurrence Mohamed El Moctar Chiguitty, n’est pas fortuite.

Face à tant de dangers et de menaces, l’espoir né au lendemain de la signature entre les partis politiques participationnistes au dialogue de l’accord politique risque de fondre comme boule de neige au soleil… !

La Rédaction

Source : Le Véridique (Mauritanie

8 commentaires:

Anonyme a dit…

l'année 2012 sera une année de bénédiction divine inchalla e de prospérité pour le pays.

2012 sera aussi l'année de la délivrance du péril négr maudit venu de l'afrique noirs (flam ira tpmn ) pour l'eternite .

enfin pour que on reste entre nous arabe les vrais mauritanien en mauritanie arabe.

l'année 2012

Anonyme a dit…

Ano du 22 janvier 2012 00:32,

Ce n' est pas une question du KKK local, la mierda dans laquelle nous sommes. C'est azzizzo qui essaie de faire plus qu' il ne peut mâcher. A ce rythme, tu vas bientôt te retrouver sans les autres kwars qui demanderont un pays séparé.

Là tu seras tranquille dans ta tente et tu n'emmerdera plus personne. Tu es un parfait idiot. Regardes ce qui se passe au Mali avec le mouvement séparatiste touareg. C' est ce que tu veux? Tu l' auras si tu continues sur cette lancée. On sent que tu as grandi avec ta mère, de père inconnu ..

Anonyme a dit…

Certain que c' est Boko Haram. Chez eux? Difficile de croire.
==

Nigeria : lourd bilan de la série d’attaques à Kano


Plusieurs attaques dans la ville nigérienne de Kano ont fait plus de 100 morts, le 20 janvier 2012.
REUTERS/Stringer
Par RFI
Le bilan s’alourdit au Nigeria au lendemain d’une série d’attaques qui a touché la ville de Kano dans le nord du pays. Pas moins de 20 déflagrations ont été entendues en l'espace de quelques minutes. Il y aurait selon une source hospitalière au moins 162 victimes. Des actions revendiquées par la secte Boko Haram très présente dans la région et qui a déjà mené des opérations similaires dans le pays.

Depuis l’instauration d’un couvre-feu vendredi soir à Kano, dans le nord du Nigeria, le calme est revenu dans la ville ce samedi. Les rues sont désertes et l’heure est au bilan. « C’était horrible. L’attaque était très violente et il y a sans doute beaucoup de victimes. On ne sait pas », a déclaré un agent de l’immigration joint en fin de matinée, encore sous le choc.

Les attaques coordonnées se sont déroulées vendredi en fin d’après-midi. Au moins une vingtaine de déflagrations ont retenti dans différents quartiers de la mégalopole du Nord-Nigeria.

Selon la police, huit sites ont été visés : des commissariats de police, le quartier général des services secrets et les bureaux de l’immigration. Suite aux déflagrations, des échanges de tirs se sont déroulés entre assaillants et policiers pendant près de trois heures. Ces violences ont été revendiquées ce samedi matin par la secte islamiste Boko Haram sur qui pesait déjà tous les soupçons en raison du mode opératoire.

Ces derniers mois, le groupe fondamentaliste a multiplié les attentats, utilisant des moyens de plus en plus sophistiqués. Une campagne de terreur qui va crescendo et vise tour à tour les forces de l'ordre, les institutions, la communauté internationale et les chrétiens. Jusque-là, la ville de Kano qui compte quelque 15 millions d'habitants, majoritairement musulmans, était épargnée par les violences. Elle a été touchée de plein fouet ce vendredi par des attentats qui sont les plus meurtriers jamais perpétrés par Boko Haram.

TAGS: NIGERIA - TERRORISME

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

Tout tourne autour du pétrole, du gaz et de l' uranium. AQMI fabriqué et touaregs soutenus. Les pouvoirs n' en parlent pas de peur d' être victimes de coups d' état. Les chefs ne cherchent qu' a grailler comme dit Maatala. Pauvres Mali, Mauritanie et Niger.

A-

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=625229

Anonyme a dit…

le lache a dit:
A ce rythme, tu vas bientôt te retrouver sans les autres kwars qui demanderont un pays séparé.
---------------
les cafard rêve de ca!! mais ça n’arrivera jamais nous les arabes de mauritanie nous laisseront personne touche a un grain de sable de la mauritanie arabe.

les cafard ne font pas le poids.
ns exterminons tous les négr juska le dernier cafard e ce fini.

ordure tu a autre chose?

Anonyme a dit…

Ano du 22 janvier 2012 15:27,

Non, je n' ai rien d' autre à ajouter. A part de savoir comment tu as été élevé et à travers quelles misères le monde t' a rendu ainsi.

Anonyme a dit…

ordure A- alias maata,

une enfance dorée, dieu soit loue.
au contrer de toi qui a grandi dans la misère totale, ta haine contre nous les arabes de mauritanie, suffit de résume ton enfance misérable comme tous les autre cafard(flam ira tpmn),

crève de ta haine.
la mauritanie e un pays arabe e elle le restera.

likwar comme ta dit toi!

arane inhanouhoum,
-----------------------------
Ano du 22 janvier 2012 15:27,

Non, je n' ai rien d' autre à ajouter. A part de savoir comment tu as été élevé et à travers quelles misères le monde t' a rendu ainsi.

Anonyme a dit…

Salam

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE(IRA-Mauritanie)

A Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation

Objet : Mise au point à propos du dossier d’enregistrement du mouvement IRA-Mauritanie auprès du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation.


Excellence,
Nous sommes surpris par votre déclaration du mercredi 11 janvier dernier devant les députés, selon la quelle notre mouvement a présenté à vos services un dossier incomplet de demande d’enregistrement ; ce qui serait, selon vous, la raison pour la quelle votre département a refusé de délivrer à IRA-Mauritanie un récépissé d’enregistrement. Par ailleurs, le 05 août, répondant à la question d’un journaliste sur les ondes de la télévision nationale, le Général Mohamed Ould ABDEL AZIZ a affirmé que IRA – Mauritanie n’a jamais présenté, aux services du Ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, de dossier de demande d’enregistrement.
Espérant que votre mauvaise appréciation de la situation de notre dossier de demande d’enregistrement, ainsi que celle du Général Mohamed Ould ABDEL AZIZ, relève de l’ignorance plutôt que de la mauvaise fois, nous vous présentons, ici, la situation de notre dossier.
En effet, à l’issue de notre assemblée générale constitutive du 21 mai 2010, nous avons adressé le 24 mai 2010 une lettre, par le biais du Hakem d’El Mina, à monsieur le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, demandant l’enregistrement de notre association au registre du Ministère. Au terme d’une enquête de moralité menée par le Commissariat d’El Mina 1 qui conclu à la bonne moralité des membres de la direction du mouvement, monsieur le Hakem transmis au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation à travers la Wilaya de Nouakchott, notre dossier de demande d’enregistrement par la lettre N° : 32 en date du 27 mai 2010.
Ainsi, le dossier a été enregistré au secrétariat central du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation le 15 juin 2010 sous le numéro 2325 puis le 17 juin sous le numéro 2740 au niveau de la Direction des Affaires Politiques et des Libertés Publiques (DAPLP). A ce niveau, le Directeur refuse de faire enregistrer notre mouvement ; un refus qu’il ne veut matérialiser par un écrit.
Monsieur le Ministre, nous estimons vous avoir suffisamment instruit sur la situation de notre dossier et toute poursuite de la violation flagrante de notre droit de citoyens à la liberté d’association que nous garantit la Constitution de la République Islamique de Mauritanie ne relèverait, désormais, que votre seule responsabilité
Nous vous prions, monsieur le Ministre, de croire à notre très haute considération.
Le Secrétaire aux Relations Extérieures
Balla TOURE