jeudi 3 mai 2012

L' Editorial de La Nouvelle Expression : A mon ami Biram.

Autodafé. C’est ce dont on t’accuse. On t’accuse d’autodafé sur des écrits d’un jurisconsulte musulman, Mukhtasar khalil. Des écrits qui légitiment l’esclavage dans l’islam alors qu’Allah (SWT) dit : «Point de distinction de race ou de rang en Islam ». Une vérité coranique bottée en touche en Mauritanie, notre pays. Dans notre religion, l’Islam, c'est Dieu, de toute évidence, Qui est l'Absolu ; et l'homme est le relatif. Mon ami, par ton acte, Aziz se voit revigoré ; si bien qu’il demande l’application de la Charia. Par ton geste contre l’opinion de ce jurisconsulte, tu es livré à la vindicte populaire. Des foules sont instrumentalisées, avec, parfois, désinformation, mensonge. Les auteurs de ces mensonges disent vouloir défendre l’Islam. Selon eux, notre religion (le monothéisme pur) vient de subir un coup par ton fait. Oublient-ils que le Prophète (PSL) a dit, s’adressant aux musulmans : « Le menteur n’est pas de nous » ? Mon ami, à voir l’indignation de certains (contrairement à celle, de bonne foi d’autres), ce n’est pas pour l’autodafé qu’ils demandent qu’on te règle les comptes, mais pour ta qualité de militant des droits de l’homme qui dérange. Beaucoup de ces indignés (je ne parle pas de ceux qui le sont réellement, et qu’on comprend), ne sont pas plus pieux que toi. Il ne serait pas exagéré de dire qu’ils ne sont musulmans que de nom. Biram, ceux qui se réclament comme étant le peuple demandant ta tête aujourd’hui sont ce même « peuple » qui n’a pas bronché, quand sur les « ondes nationales », un mufti saoudien a lancé un appel à ses compatriotes à qui il a demandé, pour expier leurs pêchés, de venir racheter des esclaves en Mauritanie. Mon ami, ce « peuple » et ses ulémas, qui marchent contre toi, n’est-ce pas les mêmes qui, jamais, n’ont marché pour la misère, la barbarie et les injustices contre leurs propres compatriotes musulmans tués, torturés, chassés ? Mon ami, ce « peuple », ses ulémas, son élite et ses pouvoirs publics qui veulent te bannir sont ceux-là même qui n’ont jamais levé le petit doigt quand des enquêtes sérieuses de notre journal avaient révélé l’existence, sur notre territoire, d’une secte protestante qui évangélisait des citoyens mauritaniens et avait profané le Coran (notre livre saint), d’après le ministère l’Intérieur, au bord de la mer. Pire. A l’époque, ce même ministère de l’Intérieur avait demandé à notre journal de surseoir à la publication de nos investigations, pour besoin d’enquête (disait-il). Ce ministère disait que notre journal avait rendu un grand service au pays ; que l’heure était grave ; que la balle était désormais dans le camp des autorités. Des mois s’étaient pourtant écoulés sans que le ministère n’ait pris la moindre décision faisant croire qu’il voulait mettre un terme aux méfaits de cette secte, poussant ainsi notre journal à reprendre ses publications sur le sujet, autant pour mettre en garde nos compatriotes contre les agissements de ceux qui, sous le manteau de l’aide, voulaient en sourdine acculturer notre peuple et détourner ses fils de leur religion et des valeurs qui la fondent. Nous n’avions fait que notre devoir et par amour pour notre sainte religion et celui de notre pays. Nous l’avions fait malgré les intimidations, et même des tracasseries venues du plus haut niveau de l’Etat. Curieusement, seul un imam était venu à notre rescousse, exception faite, récemment, d’un homme de presse qui a financé des cassettes audio sous forme de campagne contre cette agression culturelle et cultuelle inacceptable. Mon ami Biram, quel crédit donner à certains de « ces gens » qui nous parlent, ici, de l’Islam et de sa protection alors que tout indique que, dans leur comportement de tous les jours, ils sont hypocrites, qu’ils sont malhonnêtes? Qui croient-ils tromper ? Les humains ? Dieu, certainement pas. Comme l’a dit, à juste titre, un savant musulman : «Avec DIEU, on se permet tout mais IL sait se défendre», DIEU étant Le Meilleur juge. Mais, où étaient donc certains de ces défenseurs de l’Islam, notre religion, quand un religieux, donnant un livre de Coran comme cadeau à Ould Taya, avait déclaré « Excellence, veuillez accepter ce modeste cadeau !! » ? Ils étaient où quand on tuait d’autres musulmans en plein Ramadan sur cette terre de Mauritanie ? Ils étaient où ces marcheurs, défenseurs de l’Islam, quand on saccageait les mosquées dans ce pays, la patrie marcheurs contre l’autodafé des écrits du savant égyptien ? Ils étaient où quand un ministre chargé du culte avait menacé de transformer les mosquées – qu’il trouvait nombreuses (le comble !) – en boulangeries ? Tout ceci s’est passé pourtant ici sans que certains, à l’indignation bien sélective, ne bronchent ou n’aient eu à redire ! Mon ami, cet Etat qui dit défendre l’Islam par l’introduction de la Charia, n’est-il pas le même qui expropriait et déportait ses citoyens, dilapidait les biens publics, accentuait la disparité entre ses administrés, entretenait le régionalisme, le chauvinisme, favorisait l’incivisme et cultivait l’hypocrisie ? Cet Etat là peut-il vraiment être le défenseur de l’Islam ? Un Etat qui excelle dans le reniement, le dédit, le déni… Un Etat qui exclut et frustre sa population ne peut prétendre défendre l’Islam. L’Islam, notre religion, a suffisamment de défenseurs pour que l’Etat vienne y mettre sa patte (pâte) ; et le jour des comptes chacun sera rétribué selon ses mérites. Dieu Est Juste. Dans cette rétribution, les hypocrites ne seront pas oubliés. Mon ami Biram, ce que tu as fait est une occasion rêvée pour tes contradicteurs. Ils se sont jetés là-dessus comme des mouches sur une viande pourrie et, depuis, chacun d’eux y va de sa salve et de sa littérature. Alors pour cela, pour tant d’admirateurs, pour l’indignation que ton geste pouvait susciter chez les musulmans honnêtes, tu aurais du ne pas le faire… Malgré tout, ceux qui connaissent ton combat contre l’esclavage, ta lutte contre l’impunité, ton engagement pour les victimes de la barbarie sur cette terre, ta prière de l’absent à Inal (village de l’horreur), ceux-là n’oublient pas ; car ils furent à la fois victimes de la cruauté de leurs assassins et le silence coupable de la plupart des individus qui, aujourd’hui, se parent à moindres frais des oripeaux de défenseurs de l’Islam alors que nul ne les a vus, ni entendus quand il s’est agi de dénoncer les horreurs de Sorimalé, de J’reida, d’Azlat, d’Inal… (hauts lieux, chez nous, de la barbarie d’hommes sanguinaires dont beaucoup sont encore là ; certains rasant les murs, d’autres affichant la morgue et la suffisance de brigands patentés). Mon ami Biram, puis-je me permettre, à ton nom, de présenter mes excuses à ceux qui, honnêtement blessés dans leurs convictions, ont condamné ton acte ? Je pense que oui. Quant à ceux qui battent le macadam et vocifèrent des imprécations, sans la moindre conviction, nul besoin de leur accorder un quelconque égard : ceux qui marchent pour le ventre s’indignent toujours faux. Il s’agit de souteneurs qui ont là, hélas, une possibilité de se faire voir ; comme ils se faisaient voir hier à des accueils présidentiels ou à des séminaires de partis ; ces gens se préoccupent peu de l’Islam; ces gens sont connus pour leur goût du lucre et leur déficit moral. Courage, mon ami, et à très bientôt. Seydi Moussa Camara

36 commentaires:

Anonyme a dit…

Birame sera libéré bientôt. Il n' arien fait de réprehensible. Les barbus ont encore piegé notre Kim Jung AZ.

Anonyme a dit…

Avant de sécréter des propos absurdes et infondés, tu dois réfléchir à ce qui t'adviendra quand tu sera enrobé dans une pièce de tissu et enterré; là, ni Birame, ni les européens vont venir en aide.

Anonyme a dit…

Ano,

Je ne pense pas à la mort. La vie est belle et j' irai au paradis comme je n' ai esclavagé ni volé personne. Birame a raison.

Anonyme a dit…

Lu pour Biram

"Evite toute chose qui peut t’occasionner une accusation dans ta vie ou dans ta religion"

Citation de l’Imam Mâlik

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Lu pour Kim jong AZ

L'imam Malik dit:

"Renoue avec celui qui a rompu avec toi, pardonne à celui qui t’a causé du tord et donne à celui qui t’a privé : car on m’a rapporté du Prophète (paix et salut sur lui) : que ces vertus (que je cite là) sont les meilleurs dans cette vie et dans l’au-delà".

Calmos dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

d'apres des sources bien informé,le cafard biram pleur matin midi soire, e demande sans cesse le pardon du peuple mauritanien e du monde musulment,


le cafard apparemment n’arrête pas de répété( ela sim7ouli wellah matleyte nitkelem)

notons que l’interrogatoire sont menez par le brigadier chef didi ould mbarek connu sous le nom de (didi limssarin) e son equipe

a suivre...

Anonyme a dit…

Mali : les effectifs d'Aqmi se renforcent

Par Europe1.fr avec AFP
Publié le 6 mai 2012 à 20h34
Mis à jour le 6 mai 2012 à 20h34
Une centaine de combattants magrébins ont renforcé en moins d'un mois les rangs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans le nord du Mali où il occupe désormais une position dominante, après son alliance avec le groupe islamiste Ansar Dine, a-t-on appris dimanche de sources sécuritaires. "D'après nos chiffres, une centaine de combattants maghrébins, essentiellement des Algériens, des Tunisiens et des Libyens, ont rallié les rangs d'Aqmi dans le nord du Mali", a déclaré un responsable du ministère malien de la Défense.

"Actuellement, Aqmi cherche également à recruter en masse des Marocains et des Egyptiens, mais n'y est pas parvenu", a ajouté cette source. Une autre source sécuritaire malienne dans le nord a confirmé l'information. D'après des témoins contactés dans la région de Tombouctou, des Algériens, Tunisiens et Libyens ont été récemment aperçu dans les rangs d'Aqmi, mais pas des Marocains.

Anonyme a dit…

Pendant que l' Azawad au nord fiche le camps, au sud on s' amuse. L partition du Maliest consommée. A-
---

Une semaine après les combats : Le fils et l’ancien garde de corps du président Alpha arrêtés

7 mai 2012

Malgré les appels au calme des chefs religieux et de la communauté internationale, la chasse à l’homme continue à Bamako, une semaine après les affrontements entre les bérets rouges et les bérets verts. Durant le week-end dernier, les interpellations de hauts gradés de l’armée se sont poursuivies avec la mise aux arrêtes de l’ancien garde de corps et du fils de l’ancien président Alpha Oumar Konaré ainsi que l’ex-directeur général de la Sécurité d’Etat, Hamidou Sissoko dit Man. Et d’autres sont annoncées dans les prochaines heures.


Des soldats maliens au camp de Kati, le 3 avril 2012 près de Bamako © AFP
Bamako est loin de connaître l’accalmie souhaitée par la communauté internationale et les confessions religieuses une semaine après l’affrontement sanglant entre les bérets rouges et les bérets verts dont les victimes se compteraient par dizaine. Ainsi, le week-end dernier, de hauts gradés de l’armée ont été interpellés. Ainsi, l’ancien directeur de la Sécurité de l’Etat et chef d’état-major particulier du président Amadou Toumani Touré avant son renversement, le général de brigade de gendarmerie Hamidou Sissoko dit « Man » a été arrêté.

Il a été annoncé aussi l’arrestation de l’ancien aide de camp du président Alpha Oumar Konaré, et récemment commandant de la zone militaire de Sikasso, le colonel Abdoulaye Cissé qui a été arrêté par ses hommes pour être conduit à Bamako. Tout comme finalement son fils, le commandant Malamine Konaré, pilote militaire, affecté aux services anti-terroristes, qui avait été limogé la semaine. A tous ceux-ci il serait reproché des intentions de renverser l’ex-junte.

Ces hauts gradés ainsi que plusieurs autres officiers arrêtés depuis plusieurs jours seraient détenus au secret. Ils seront sans nul doute rejoints par d’autres, car de sources proches de la junte des arrestations sont annoncées dans les heures à venir. Alors que la chasse aux bérets rouges, elle, continue de plus bel.

Markatié Daou

L'Indicateur du Renouveau du 7 mai 2012. Article visité 1048 fois

Anonyme a dit…

Si le problème malien n' est pas réglé, nous allons en pâtir. Quand ATT était là, il laissait AQMI s'installer, avec une complicité tacite de lui-même et/ou de son entourage: trafic de drogue, partage des rançons. Le Mali d' ATT était-il seul complice?

Depuis son départ, AQMI s' est installé encore plus fortement avec la complicité de Ançardine de Ag Iyali qui a participé à toutes les négociations pour la libération d' otages avec rançons à la clé.

Donc AQMI est voulu. Et c' est le pétrole, le gaz et l'uranium qui sont les enjeux. Avec cette carte du Monde dont le lien est ci-dessous, on remarque quand même une présence militaire étrangère. Pourquoi au fait?



http://www.lemonde.fr/afrique/infographie/2012/03/28/le-mali-une-zone-difficilement-controlable_1676868_3212.html

Anonyme a dit…

Affrontements entre étudiants et forces de l’ordre.

Des affrontements ont opposé, lundi, des étudiants de l’université de Nouakchott aux unités de police antiémeute, suite à un sit-in organisé par les étudiants en solidarité avec leurs camarades exclus.

Les étudiants ont également décidé de boycotter, pendants trois jours, les cours dans les différentes facultés de l’université de Nouakchott pour exiger le retour de leurs camarades.

Auparavant, onze étudiants avaient fait l’objet de mesure d’exclusion de l’université de Nouakchott, suite à une décision du conseil de discipline de cette institution.






Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Anonyme a dit…

Salam

Lu pour Kim Jong AZ


La Cour de répression l’enrichissement illicite, juridiction spécialisée, a été mise en place. Le président de la République, Macky Sall, a signé un décret pour nommer les personnes qui la composent. Retour sur la compétence, le mode de fonctionnement et les peines prévues de ladite Cour.

La Cour de répression de l’enrichissement illicite est prévue par la loi 81-54 du 10 juillet 1981. Loi qui a été publiée dans le journal officiel de la République du Sénégal du 24 juillet 1981.

COMPOSITION – La cour est composée d’un président et de trois assesseurs, tous des magistrats des cours et tribunaux nommés par décret (sur proposition du ministre de la Justice). Ils peuvent cumuler leurs fonctions à la Cour avec celles qui leur sont déjà dévolues. Les fonctions de ministère public sont assurées par un procureur spécial et un substitut nommés par décret. Le greffe de la Cour est tenu par un greffier nommé par arrêté du ministère de la Justice. Une commission d’instruction est prévue. Elle est composée d’un président et de trois juges nommés par décret.

COMPETENCE – La Cour de répression de l’enrichissement illicite a compétence pour juger les fonctionnaires accusés d’avoir commis des détournements de deniers publics. On entend par fonctionnaire, «tout titulaire d’un mandat public électif ou d’une fonction gouvernementale, de tout magistrat, agent civil ou militaire de l’Etat, ou d’une collectivité publique, d’une personne revêtue d’un mandat public, d’un dépositaire public ou d’un officier public ou ministériel, d’un dirigeant ou d’un agent de toute nature des établissements publics, des sociétés nationales, des sociétés d’économie mixte soumises de plein droit au contrôle de l’Etat, des personnes morales de droit privé bénéficiant du concours financier de la puissance publique, des ordres professionnels, des organismes privés chargés de l’exécution d’un service public, des associations ou fondations reconnues d’utilité publique».

PEINES PREVUES – Suivant la loi N° 81-53 du 10 juillet 1981, reprise par l’article 163 bis du Code pénal, l’enrichissement illicite est puni d’un emprisonnement de cinq à dix ans et d’une amende au moins égale au montant de l’enrichissement et pouvant être portée au double de ce montant.
Le délit d’enrichissement illicite est constitué lorsque, sur simple mise en demeure, une des personnes désignées ci-dessus se trouve dans l’impossibilité de justifier de l’origine licite des ressources qui lui permettent d’être en possession d’un patrimoine ou de mener un train de vie sans rapport avec ses revenus légaux.
L’origine licite des éléments du patrimoine peut être prouvée par tout moyen. Toutefois, la seule preuve d’une libéralité ne suffit pas à justifier de cette origine licite. Dans le cas où l’enrichissement illicite est réalisé par l’intermédiaire d’un tiers ou d’une personne physique dirigeant la personne morale seront poursuivis comme complices de l’auteur principal.
Les arrêts (décisions) de la Cour sont prononcés en audience publique. Ils sont susceptibles de pourvoi en Cassation.
Toutefois, de 1981 à 1983, la Cour de répression de l’enrichissement illicite n’a connu que deux affaires, dont une a abouti à une condamnation. Elle a été mise en veilleuse depuis 1983.

Daouda MINE
Source L'Observateur

Anonyme a dit…

Ah , elles doivent être belles les discussions au sein de la COD :

1. Le PLEJ, plus vieux parti de la RIM dirigé sans partage depuis sa création il y a plus de 20 ans par un flamiste Ba Mamadou Alassane. Un homme qui a fait du passif humanitaire et des négros mauritaniens déportés son cheval de bataille si heureux de poser, marcher, et jubiler avec …Elycom. Lui a-t-il demandé son rôle dans les arrestations arbitraires, déportations, les fosses communes des massacres de noirs mauritaniens ? Et surtout lui qui réclame un procès public pour les bourreaux , a-t-il évoqué avec Ely le bras armé de la répression sur qui sera jugé et ou non ? Lui a-t-il demandé pourquoi il avait déclaré qu’il n’y avait pas de déportés, que ce sont des aventuriers et tarzans dont il n’a que mépris !!!

2. Le RFD fils et petits fils de l’UFD ère nouvelle de Ahmed Ould Daddah qui le dirige si démocratiquement et sans partage depuis plus de 20 ans …. AOD a-t-il parlé avec Ely de toutes les fois où il l’a fait arrêter pour de bonnes ou mauvaises raisons, de la répression qu’il a éxercé sur ses partisans ? Des fraudes électorales qu’il lui a attribué la paternité et de toutes les accusations notamment de trafic de drogue entre autres choses … (confère Télégramme de Wikileaks publié sur Cridem ) ? Ou bien le pacte qu’ils ont scéllé en 2005 et supervisé par de grandes figures de la gauche française est au dessus de tout ?

3. Le Tawasoul de Jemil Ould Mansour, parti des islamistes dits modérés, ont-ils évoqué avec Ely toutes les répressions à leur encontre, les arrestations musclées etc… On peut citer Avril 2005 lors de la visite d’un officiel israélien en RIM (Sylvan Shalom). Tawassoul avait mobilisé ses troupes de l’ISERI (université islamique) pour faire la « guerre au représentant sioniste ».

4. Le Hatem de Salah ould Hanena, nassériste notoire depuis sa jeunesse. Pour rappel ce sont les baathiistes, et nasséristes, qui veulent exclusivement arabiser la RIM qui sont les principaux responsables des années de braises 1989-1991. Lors de leur putsch manqué du 08 juin 2003, dont il était le chef, après avoir assassiné le Chef d’Etat Major Ould Ndiayane (qui a donné l’order à un blindé de tir un obus dans le bureau ? ), n’ont t ils pas envoyé des commandos chez certains officiers afin de les liquider ? Dont un certain Ely qui non seulement ne combattait pas mais transférait des malles entières bourrées semble t il d’argent liquide (quelle provenance ?) A-t-il évoqué avec Ely cette folle nuit là en lui disant , « je voulais pas te faire de mal, mais juste te tuer un tout petit peu »… ?

5. L’UFP parti des kadihines, hypocrites, opportunistes, manipulateurs, ont-ils évoqué avec leurs collègues de la COD leur rapprochement d’antan avec Taya via Ely ? Au point que AOD et ses autres les ont traités de taupes du régime et de traitres…

Anonyme a dit…

6. La CDN de Ely, dirigé en interface par Makhfoud Ould Bettah, qui fut jadis soi disant au passage de gauche, est à la tête du parti allié au Likoud de Netanyaou… Sans commentaires.

7. Dans le dernier lot on y mettra les baathiistes, et tous les partis cartables qui n’existent que sur le nom …

Maintenant je veux qu’on m’explique tous ces individus à part la haine envers AZIZ, qu’est ce qui peut les réunir, pire les unir ?

Ceux qui avaient dénoncé les relations diplomatiques avec Israel vont-ils s’aligner sur la ligne de Ely et rétablir ses liens ?

Ceux qui réclament le jugement des assassins et bourreaux du passif humanitaire vont-ils mettre Ely principal suspect en tête des personnalités incriminées? Alors qu’il est devenu leur porte – drapeau et caution morale (ex –chef de l’ Etat) ? N’est ce pas d’ailleurs qui ont contribué à rendre Elycom fréquentable en le « blanchissant » en contrepartie d’autre chose purement matériel et financier… que nous aurons l’occasion d’évoquer. Et puis vous lui avez demandé l’origine de sa fortune, la recette pour devenir un des hommes les plus riches d’Afrique de l’Ouest ( près de 20 pays ) avec un simple salaire en ouguiya (1€ = 400 UM )

Les Baathiistes et nasséristes vont-ils s’allier avec les néo –flamistes du PLEJ ou de l’ AJD/MR (qui n’ jamais une position politique claire) pour une arabisation totale du pays ou pour la sécession comme au Soudan ? Vont-ils demander les uns et les autres le rattachement d’une partie du pays à des voisins ? Où est l’unité nationale dans ce cas là ? Eux pour la plupart ayant fait allégeance à des puissances étrangères, derrière qui en tant que vassaux vont-ils s’aligner ?

Qui parmi eux est vraiment prêt pour le grand déballage sur tous les sujets :

• Les BR sur les partisans, dissidents et opposants annotés et validés par Ely et transmis à Taya

• Les détails du deal fait pour blanchir Ely en occident en contrepartie d’un soutien à AOD et ses amis de la CFCD en 2006-2007 (Une sénatrice française était venue en Novembre 2006 juste avant les législatives superviser et un Député plus tard se faire confirmer le marché )

• De vos différentes citoyennetés que vous cachez, et surtout des conditions dans lesquelles vous les avez obtenues,dans des pays où mêmes les autochtones ont parfois du mal à obtenir ne serait ce un passeport…

• Tous ceux recrutés civils et militaires pour servir des intérêts de lobbys, groupes maffieux…

• Toutes les commissions sur les marchés et rétro-commissions ayant servi à leurs protecteurs et maitres.

• Les rapports et supports d’écoutes, d’interceptions diverses sur les complots allant jusqu’à l’élimination physique.

• Les liens plus que troubles avec les trafiquants du sahel proches d’AQMI à qui on commande un attentat et rapts pour mettre en porte à faux le régime vis-à-vis de l’occident et contester les mesures sécuritaires.

• Mais surtout sur tout ce que notre « invité » Abdallahi Al Senoussi est en train de livrer sur les réseaux lybiens en RIM , les circuits de financements , et les complots et qui empêche beaucoup de membres de la COD de dormir…

Au final, nous avons une bande d’individus, guidés par l’opportunisme, hypocrites, qui ne pensent qu’à leurs intérêts personnels et non à la Mauritanie qu’ils sont prêts à brûler pour se couvrir , à vendre pour s’enrichir et à trahir à la moindre occasion….

Délirez, délirez, seuls les occidentaux naïfs et ceux qui connaissent mal la RIM ou vos « informateurs corrompus » vous écoutent en rêvassant nous verrons bien , Crier n’est pas chanter …

Comme on dit en Mauritanie : « Les Chiens aboient et la Cravane Passe ».Wait and See.

gerénimo

Anonyme a dit…

Salam


Affaire Senoussi : Qui a peur des révélations ?


Cette histoire d’Abdallah Essenoussi commence à sentir la manipulation à mille lieues. On a voulu d’abord faire de son extradition vers son pays, la France ou la CPI (Cour pénale internationale) une affaire de souveraineté et de haute diplomatie, capable de faire jouer la Mauritanie dans la cour des grands. Ensuite, les manipulateurs se sont rendus compte, subitement, du « profit » que le pouvoir peut tirer d’un supposé interrogatoire de l’ancien chef des renseignements libyen, non pas pour expliquer le pourquoi et le comment de sa présence en Mauritanie, au moment où on ne l’y attendait pas, mais quels étaient les partis et les personnalités politiques qui « s’abreuvaient » dans les eaux troubles de la Jamahiriya ?
Dans ce cadre, la manipulation a déjà fait des victimes, essentiellement dans le camp de l’opposition : des partis politiques et des personnalités sont cités sur le net comme ayant profité, dans le passé, des largesses du défunt « Guide » ! Une manière, comme une autre, de dire du mal d’une opposition qui donne du fil à retordre au pouvoir du président Mohamed Ould Abdel Aziz. Mais, bizarrement, ceux qui ont choisi cette voie ne semblent plus se rappeler de la rocambolesque histoire du 6/6 et des « liaisons dangereuses » que le général Aziz entretenait avec le colonel Kadhafi ! N’est-ce pas le défunt « Guide » qui avait jouait la meilleure de ses partitions pour convaincre l’Union africaine et une bonne partie de la communauté internationale de la nécessité de chercher une solution à la crise mauritanienne qui ne met pas à la touche l’auteur du coup d’Etat du 06 août 2008 ?
Le rangement de Kadhafi aux côtés du président du Haut Conseil d’Etat (HCE) d’alors était si évident que l’opposition (dont le président de l’Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheir) avait quitté la salle où Kadhafi avait ôté ses vêtements de « conciliateur » pour revêtir ceux de mentor.
C’est pour dire que, si réellement Abdalla Essenoussi dérange aujourd’hui ça ne peut être que le pouvoir actuel dont il a certainement des secrets qui ne doivent pas sortir au grand jour. Non pas que le pouvoir à des craintes sur son soutien, jusqu’au dernier moment, au régime de Kadhafi, mais sur la manière dont le « Guide » avait orchestré son « fabuleux » séjour en Mauritanie, avec la prière qu’il avait dirigée au Stade Olympique et, probablement, des largesses qui ont permis au pouvoir de la « Rectification » de faire face à la série de mesures prises par la communauté internationale pour l’obliger à quitter le pouvoir.
C’est également les mêmes craintes qui doivent prévaloir aujourd’hui côté français, quand on sait que du vivant de Kadhafi, le président Nicolas Sarkozy avait été accusé par Saïf-el-Islam d’avoir reçu de l’argent libyen pour sa campagne présidentielle de 2007 !
Toutes ces suppositions peuvent être tirées au clair aujourd’hui par un Abdallah Es-senoussi qui n’a plus rien à perdre, étant donné que son extradition vers la Libye ou la France (ou même son envoi à la CPI) le soumette à une condamnation à perpète. Ou à une condamnation à mort, ce qui peut bien le pousser à « lâcher dans la nature » quelques-uns de ces secrets politiquement mortels.

Sneiba

Anonyme a dit…

A niker, cet ISESCO,

Pas lu après le premier paragraphe.

==

L’ISESCO dénonce la destruction de livres malikites en Mauritanie

L’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO) a exhorté les autorités mauritaniennes à traduire devant la justice les auteurs de la destruction par le feu d’ouvrages de référence réputés du rite malikite, a appris l’APS, vendredi à Dakar.

Dans un communiqué, l’organisation, qui ‘’a fermement condamné la destruction par le feu d’ouvrages qui constituent des références réputées du rite malékite perpétrée par des extrémistes mauritaniens’’, a invité les services compétents en Mauritanie à sévir contre les coupables.

‘’L’ISESCO a exhorté les autorités compétentes mauritaniennes à traduire les auteurs de cet acte devant la justice’’, selon le texte. ‘’Cet acte constitue à tous les égards, un acte incriminé par la loi et les valeurs morales et qui porte atteinte à l’image de l’islam et des musulmans.’’

Le rite malikite tire son essence des enseignements de la plus ancienne école d’exégèse coranique, mais aussi la plus répandue en Afrique Subsaharienne. Malik Ibn Anas, imam de Médine (711-795), fut le fondateur de cette école juridique de l’Islam, une des quatre qui suivent une tradition sunnite.

L’imâm Mâlik fut un disciple direct des successeurs des compagnons du Prophète Muhammad (PSL), notamment Ja’far as-Sâdiq et connut Abû Hanifah.

Selon l’ISESCO, ‘’la Oumma islamique a besoin de faire preuve de solidarité et d’unité dans cette phase critique en vue de faire face aux ennemis de l’islam lesquels œuvrent pour semer la division, les conflits et les divergences entre les musulmans’’.

A Tombouctou, au Mali voisin, des extrémistes sont accusés de ‘’vandalisme’’ et d’‘’agissements inacceptables et en violation des valeurs de tolérance professées par l’Islam’’, pour la profanation du mausolée d’un vénéré, inscrit avec 15 autres sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ces islamistes d’AQMI et d’Ansar Dine ont profané, vendredi dernier, le mausolée de Cheikh Sidi Mahmoud ben Amar, un des grands érudits de la ville de Tombouctou, baptisée la ‘’Cité des 333 saints’’.

‘’Le Mali est signataire de plusieurs instruments internationaux culturels dont la convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, la convention concernant la protection du patrimoine culturel immatériel, la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.’’

SAB





Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Anonyme a dit…

Salam

Lu pour KIm Jong AZ


L’Etat du Sénégal ne compte pas laisser passer le pillage des ressources publiques. Il est à la recherche de ses milliards égarés. Le Premier ministre note qu’il est impératif de traquer les milliards planqués par les anciens gouvernants et les ministères enclenchent des procédures pour auditer leurs départements.



« Pillage des ressources publiques, l’Etat à la recherche de ses milliards égarés », titre « L’Observateur ».

Selon « L’Observateur », « le régime du Président Macky Sall est plus que jamais déterminé à faire la lumière sur le pactole de 430 milliards de Fcfa qui, selon le Forum Civil, seraient planqués dans des paradis fiscaux des pays du Golfe par le pouvoir sortant de Me Abdoulaye Wade ».

Toujours dans « L’Observateur », « le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Oumar Guèye, a annoncé hier, en marge du point de presse tenu au domicile du khalife général des layènes, l’audit et éventuellement des poursuites judiciaires contre toutes les structures impliquées dans le projet d’assainissement de Cambérène jamais réalisé et qui s’élevait à 14 milliards ».

« EnQuête » parle de la Cour de répression de l’enrichissement illicite pour dire que c’est un « pari risqué de Macky ».

« En remettant sur pied la Cour de répression contre l’enrichissement illicite, l’Etat vient de poser un acte fort dans la lutte contre la ma gouvernance. Mais, surtout, le gouvernement de Macky Sall entame la traque de l’argent public frauduleusement soustrait des caisses de l’Etat et planqué dans des banques disséminées un peu partout à travers le monde », écrit « EnQuête ».

« EnQuête » donne la parole à Mouhamadou Mbodji, coordonnateur du Forum Civil qui explique que « cette Cour a une fonction dissuasive ».

Toutefois, note « EnQuête » parlant de la Cour de répression de l’enrichissement illicite, « le choix de Mandiogou Ndiaye fait grincer des dents ».

« Walf Grand-Place » paraphrase les avocats de l’Apr et soutient que « les audits ne suffisent pas pour atteindre tous les délinquants ».

« Le Populaire » informe que « Cambérène (a été) débarrassée de sa bombe écologique » car « l’émissaire en mer va être délocalisée de la cité religieuse ».

Ce qui fait dire au journal « Le Quotidien » que « l’Etat capitule devant les layènes ».

« Le Populaire »explique « comment les obsèques de Jules François Bocandé vont se dérouler » et informe que la dépouille de l’ancien capitaine des « Lions » sera exposée mardi au stade Demba Diop.

« L’As » donne la parole à Souleymane Ndéné Ndiaye qui raconte Bocandé. « Son seul regret, (c’est) le fait que le fisc français l’ait pourchassé », explique l’ancien Premier ministre dans les colonnes de « L’As ».


Mouhamed Diaw

Anonyme a dit…

Pas lu. Une officine du Pentagone.

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=629371

Anonyme a dit…

Il a oublié 3 autres mécréances, çui-là:

- posséder un être humain
- violer son esclave hors mariage
- défendre la pratique de l' esclavage

A-

==
L'apostat

C'est la personne qui était musulmane et qui est tombée dans une des sortes de mécréance. Allah ta3ala dit : [sourat At-Tawbah / 65-66] ce qui signifie : « Dis : Est-ce de Allah, de Ses signes et de Son messager que vous vous moquiez ? Ne vous cherchez pas d'excuses, vous êtes devenus mécréants après avoir été croyants ».

L'apostasie (riddah), c'est la sortie de l'Islam, et c'est une odieuse mécréance. C'est pour cela qu'il est un devoir pour chaque musulman de conserver son Islam et de le garder de cette apostasie qui le corrompt, l'annule et le rompt, que Allah ta3ala nous en protège.

Les sortes de l'apostasie : l'apostasie est de trois sortes comme l'ont classée An-Nawawî et d'autres savants parmi les Châfi3ites et les Hanafites, ainsi que d'autres encore:

1- La mécréance par la croyance : comme par exemple nier l'existence de Allah ta3ala, croire que Allah est impuissant ou ignorant, ou croire que Allah est un corps, une lumière ou une âme. C'est par Allah ta3ala que l'on recherche la protection. C'est aussi par exemple croire que consommer de l'alcool est licite ou que le vol est licite. Ou également croire que Allah n'a pas rendu obligatoire les cinq prières, le jeûne du mois de Ramadan, la zakat ou le pèlerinage.

2 - La mécréance par les actes : comme par exemple jeter le livre du Qour'an (Al-Mous-haf) ou des feuilles comportant de la science de la religion délibérément dans les ordures ; ou se prosterner pour une idole, le soleil ou bien pour toute autre créature si c'est en vue de l'adorer, ou encore par exemple écrire des 'ayah du Qour'an avec de l'urine.

3 - La mécréance par la parole : par exemple insulter Allah ta3ala ou insulter un des prophètes ou un des anges, insulter l'Islam, le Qour'an ou se moquer de la prière ou du jeûne.

Anonyme a dit…

suite


Le Messager de Allah a dit :

[rapporté par At-Tirmidhiyy] ce qui signifie : « Certes, il arrive que l'esclave [de Allah] prononce un mot dans lequel il ne voit pas de mal, mais à cause duquel il chutera en enfer [pendant] soixante-dix automnes », c'est-à-dire une distance parcourue en soixante-dix ans de chute, et cela correspond au temps nécessaire pour atteindre le fond de la géhenne qui est réservé aux mécréants. Ce hadith est une preuve que la chute dans la mécréance ne requiert pas comme condition d'avoir eu connaissance de la loi correspondante, de se satisfaire de l'acte et de croire en la signification du terme prononcé.

Le Messager de Allah a dit :

[rapporté par At-Tabaraniyy] ce qui signifie : « La plupart des péchés du fils de 'Adam provient de sa langue ».

La règle : c'est que toute croyance, tout acte ou toute parole qui signifie une moquerie ou un dédain à l'égard de Allah, de Ses Livres, de Ses messagers, de Ses anges, de Ses rites, des signes de Sa religion, de Ses lois, de Sa promesse ou de Sa menace est de la mécréance. Alors, que l'homme prenne garde à cela, de toutes ses forces dans n'importe quelle situation.

Conséquences de la Riddah (apostasie) :

Il incombe à la personne qui a commis une riddah (mourtadd) de revenir immédiatement à l'Islam, en prononçant les deux témoignages et en renonçant à la cause de cette mécréance. Elle doit regretter ce qu'elle a commis et avoir la ferme intention de ne pas récidiver. Si elle ne revient pas à l'Islam en prononçant les deux témoignages, c'est un devoir de requérir d'elle le repentir, c'est-à-dire le retour à l'Islam, tandis qu'aucune autre mesure ne sera acceptée.







"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion




Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : stranger19

Anonyme a dit…

Dans le dernier Conseil des Ministres, il y'a eu une nomination avec un faux CV...en effet , la nouvelle DG de l’Institut mauritanien de recherches scientifiques est une professeur de sciences naturelles dans les collèges et lycées...et non une prof d'enseignement supérieur.....dommage. Voici le communiqué:
''Directrice Générale, Bnetta Bamba El Khaless, Professeur Enseignement Supérieur Ministère Délégué auprès du Ministre d'Etat à l'Education Nationale chargé de l'Enseignement Fondamental'

Bebe BA a dit…

Toccccccc Tocccccc

Anonyme a dit…

Quand sa femme le trompe, il faut 4 témoins hommes pour s' assurer qu' un fil de 2 millimètres peut passer entre le bangala du gars qui est entrain de pomper sa femme et son ventre. Ce bled va à la merde.

==

Isselmou Ould Sidi El Moustapha, conseiller aux affaires religieuses du Premier Ministre : "La femme n'a pas le droit d'accéder à la Magistrature suprême"
16/05/2012

Isselmou Ould Sidi El Moustapha, conseiller aux affaires religieuses du Premier Ministre mauritanien, a déclaré dans une émission à la radio du Coran, que la femme n'as pas le droit d'occuper la fonction de président de la République dans un pays comme le nôtre.

Il a également signalé que la femme ne doit pas se présenter aux postes qui peuvent éventuellement la conduire à la Magistrature suprême, comme la présidence du sénat.

Pour rappel : Ould Sidi El Moustapha,était le ministre chargé des affaires islamiques sous le règne de Ould Taya. Il a tenu à l'époque des propos qui ont soulevé une grande polémique, en menaçant de transformer certaines mosquées en boulangeries.

Anonyme a dit…

Cette fois-ci, Ould Haiba a beaucoup parlé. Canalh n,est inféodé à aucun parti à ce que je saches. Ici c' est la liberté d' expression et de conscience sans tabou et j' espère qu' il ne s' adresse pas à nous.

Je lui fait amende honorable quand il reconnaît que AQMI est tripatouillé, mais pas dans les détails qu' il donne. Je crois avoir croisé le fer avec lui ici pendant plusieurs mois sur ce cas et il est maintenant convaincu. Pas à ma satisfaction, mais ça peut aller.

Les canalheurs sont tous morts? Bebe Ba, enti veum?

A- toujours vivant


http://www.cridem.org/C_Info.php?article=629626

Anonyme a dit…

06:01

Ahmed Ould Daddah rattrapé par son passé

Ahmed ould Daddah, ancien Gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie devrait être sous les verrous, dans le cadre du détournement des fonds irakien en 1973.

En effet, le demi-frère, du président défunt Moktar Ould Daddah qui a fait la pluie et le beau temps sous la première République, doit répondre des accusations portées contre lui, portant sur le détournement d’un fonds estimé à quelques millions de dollars américains qui avait été affectés à la Mauritanie par l’Irak dans le cadre de sa coopération avec notre pays.

Cet argent n’aurait pas été utilisé à bon escient, dit-on. D’ailleurs, il aurait pris une autre destination. Des révélations, ont incriminé Ahmed ould Daddah au temps où il était encore tout puissant, pour ne pas dire au sommet de sa gloire, Gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie en 1973, puis Ministre des finances quelques mois avant le coup d'Etat du 10 juillet 1978, qui a balayé du pouvoir son demi-frère, Moktar Ould Daddah.

Ahmed ould daddah était parmi le cercle restreint des décideurs de la première République et en faiseur de roi, il pouvait faire nommer qui il voulait au poste de ministre. C’est dire que cet intouchable n’avait rien à craindre sous l’ère du président défunt Moktar Ould Daddah. Même si vers la fin du régime, il avait été évincé de ses fonctions de gouverneur de la banque centrale pour avoir falsifié des documents financiers et comptables de cette institution .

Mais, ce limogeage ne lui avait pas pour autant fermer les portes du palais. Car ahmed ould Daddah est le demi-frère de Moktar ould daddah et leur proximité lui aurait permis de bien profiter de ses fonctions de Ministre des Finances.

Aujourd’hui de nombreux mauritaniens pensent que l’ancien Gouverneur de la BCM a été trahi par son train de vie qui n’avait rien à envier à un fortuné de la fameuse French Riviera. Vivant dans une villa cossue, Ahmed ne se privait pas des plaisirs, il collectionnait les costumes, les cravates comme une star hollywoodienne.

Tout ça peut susciter des rancœurs dans un pays où le gros de la population vivait à l’époque avec moins de 1 dollar USD par jour. Ahmed ould Daddah est, tout simplement, rattrapé par son passé peu glorieux, il saura que la vie réserve parfois des surprises qui peuvent être désagréables.

MAURITANIE SOIR

Anonyme a dit…

LE MARABOUT LACHE A-, INTE HAYE? ALLAH YEKITLAK ORDURE

Anonyme a dit…

ano,

tu n'a rien d'autre à faire? Va à la mosquée.

Anonyme a dit…

A l'intention de Seydi Moussa Camara, cet avocat du plus odieux des crapules:
Quand tu appelles ce petit tas de ... "mon ami birama", tu dévoiles la réalité d'une créature, la tienne, que l'on ne peut qualifier autrement que par ces mots et tous leurs synonymes: tavih, rezil... Cherche les équivalents dans ton dialecte et tu seras profondément outré, si âme tu possèdes, ce dont je doute fort.

Il n'y a rien à retenir de ces obscénités se voulant un article, à part cette dégradante vérité: "mon ami birama"
Oui: il est plus que ton ami, vous n'êtes les deux qu'un seul, une chose exécrable, minable, affreuse...

Avec cependant une légère différence: lui, à cause de son immondité, il a eu la folie (et non le courage) de perpétrer un acte, jamais perpétré en terre d'Islam par un prétendu musulman; toi, tu brûles d'envie de faire autant, mais tu n'en as pas encore la folie (pas le courage).

Que penses-tu et que pense birama? Que les choses vont rester à ce point? Tu (pour vous les deux, puisque vous n'êtes qu'un) te trompes gravement. Et sache, toi la moitié de cet un, que la défense du crime équivaut au crime.

Sache aussi que la communauté musulmane ne compte pas sur le pouvoir en place pour châtier les auteurs de blasphème. L’Etat islamique n’existant pas, ce châtiment est un devoir individuel.

Conseil aux sympathisants de ces diables : n’allongez pas la liste birama, Seydi Moussa Camara…

A vils entendeurs point de salut.

Anonyme a dit…

Ano du 21 mai 2012 10:20,

C'est menace de mort et c'est passible d'une peine de prison. Tu sais ça?

Anonyme a dit…

bebe ba

Anonyme a dit…

Bonjour Bebe Ba!

KHALOU ANKOUM tonton Ahmed Ould Dadah!

Abdel Aziz, il faut aider LIKWAR avec le probleme du nord au Mali! Travaillons pour l'autonomie mais rien ne doit remettre en cause l'integrite' territoriale du Mali! RAWALAK ANNEU BAMBARI!!! TOUT CE QUI DERANGE LE MALI ME DERANGE!!!!

Anonyme a dit…

Tawalet. Elle est où la liste?
==
L’observatoire mauritanien des droits de l’homme va dévoiler une liste des acteurs de la répression.

L’Observatoire mauritanien des droits de l’homme (OMDH) va dévoiler les noms de personnes auteurs d’actes de répression, dont il prépare actuellement la liste pour la rendre publique.

L’Observatoire estime que ces personnes « responsables d’actes criminels dont elles doivent répondre devant la justice ». L’OMDH a dans un communiqué, affirmé que les autorités mauritaniennes ont arrêté plus de 90 personnes dans différentes manifestations.

Le communiqué de l’observatoire fait un bilan exhaustif des arrestations operées depuis le début du mois de mai 2012, notamment au cours des activités de protestation estudiantines et autres manifestations de l’IRA et des mouvements de jeunes.






Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : ANI (Mauritanie

Anonyme a dit…

Tawalet. Elle est où la liste?
==
L’observatoire mauritanien des droits de l’homme va dévoiler une liste des acteurs de la répression.

L’Observatoire mauritanien des droits de l’homme (OMDH) va dévoiler les noms de personnes auteurs d’actes de répression, dont il prépare actuellement la liste pour la rendre publique.

L’Observatoire estime que ces personnes « responsables d’actes criminels dont elles doivent répondre devant la justice ». L’OMDH a dans un communiqué, affirmé que les autorités mauritaniennes ont arrêté plus de 90 personnes dans différentes manifestations.

Le communiqué de l’observatoire fait un bilan exhaustif des arrestations operées depuis le début du mois de mai 2012, notamment au cours des activités de protestation estudiantines et autres manifestations de l’IRA et des mouvements de jeunes.






Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Source : ANI (Mauritanie

Anonyme a dit…

Pourquoi ça?
====
LE MARABOUT LACHE A-, INTE HAYE? ALLAH YEKITLAK ORDURE

20 mai 2012 11:41

Anonyme a dit…

Ça va Bebe Ba? Tu es une vraie battante. Tout le monde a disparu. On ne va pas laisser canalh mourir comme ça. Maatala: les vacances ça doit finir. A-
==

Mali: le chef d’Aqmi appelle à imposer la charia graduellement au nord

24 mai 2012 Rubrique: Insécurité,Nord-Mali
21 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer
Partager
14
DAKAR – Le chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a donné une série de conseils à ses combattants contrôlant en partie le nord du Mali pour y réussir la création d’un Etat islamique, les appelant en particulier à y imposer graduellement la charia, selon le site spécialisé américain SITE.
Dans un enregistrement sonore de 12 minutes posté mercredi sur le site Sahara Media basé en Mauritanie, Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussaab Abdelouadoud, félicite ses combattants pour la victoire historique remportée dans le nord du Mali, qu’Aqmi contrôle avec d’autres groupes armés depuis fin mars.

Il les exhorte cependant à ne pas rater l’occasion de créer un Etat islamique dans cette région, leur donnant huit conseils afin d’y parvenir.

Parmi ceux-ci, ne pas faire preuve de vanité et appliquer la charia (loi islamique) graduellement. L’imposition de la charia ne doit pas seulement être limitée à la juste punition des gens, c’est beaucoup plus large que cela, dit-il, ajoutant: Sachez que c’est une erreur d’imposer toutes les règles de l’islam d’un seul coup.

Droukdel, un Algérien, estime en revanche que fermer les lieux de drogues, d’alcool et d’immoralité peut être fait sans délai.

Il conseille en outre à ses frères d’apporter la sécurité aux populations des villes contrôlées (Tombouctou, Gao et Kidal) et de leur fournir les services essentiels que sont la santé, la nourriture, l’eau, l’électricité, le gaz et le carburant.

A l’égard de la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), mouvement laïc également présent dans le Nord, il préconise d’éviter les provocations, invite Aqmi à coopérer pour établir des règles communes, rejeter les conflits qui ne sont dans l’intérêt de personne.

A l’égard du mouvement islamiste Ansar Dine (Défenseurs de l’islam, en arabe), prépondérant dans la région grâce au soutien d’Aqmi, il conseille à ses militants de le laisser appliquer le projet d’imposition de la charia dans la région de l’Azawad, le nord du Mali, et de s’occuper de leurs propres activités de jihad (guerre sainte) global sur la terre du Maghreb islamique.

Aqmi, qui a ses racines en Algérie, possède des bases dans le nord du Mali, d’où elle opère dans d’autres pays de la bande sahélo-saharienne, en particulier le Niger et la Mauritanie.

(©AFP / 24 mai 2012 12h49)

AFP du 24 mai 2012.

Anonyme a dit…

C' est du hot air (pêt chaud). Les algériens ne vont jamais bouger le petit doigt. Ils disent que leur constitution les empêchent d' agir militairement en dehors du territoire national. On laisse s' installer les islamistes au nord et dans 2 ans on agit pour les écraser et mettre en place des bases militaires étrangères. Et on décide qui sera président ou non.

===

BAMAKO – Les deux hauts gradés qui dirigeaient l`armée malienne dans le nord du pays avant la prise de la région par des groupes armés ont été reçus cette semaine par les autorités algériennes pour évoquer la situation sécuritaire dans la zone, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.


« Les colonels-majors Alaji Ag Gamou et Abderahmane Ould Meydou ont été reçus par les autorités algériennes pour parler des problèmes de sécurité dans le nord du Mali », a affirmé à l`AFP une source sécuritaire malienne.
Alaji Ag Gamou, de la communauté touareg, qui avait pris la fuite en avril devant les rebelles touareg, et Ould Meydou, un Arabe, étaient les piliers du dispositif de l`armée régulière malienne dans le Nord, contrôlé depuis près de deux mois par des rebelles et surtout des islamistes, notamment Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
« Ils ont été reçus cette semaine par les autorités algériennes » et ont parlé de ce qu`il faut « faire pour que la paix revienne dans le nord du Mali », a déclaré le lieutenant Ali Ag Inane, proche de Alaji Ag Gamou et réfugié actuellement au Niger. L`entourage d`Ould Meydou a confirmé ce déplacement à Alger.
Selon des observateurs, l`Algérie, puissance militaire régionale, s`intéresse de plus en plus à la situation dans le nord du Mali voisin.
« En recevant Gamou et Ould Meydou, qui ne sont pas des enfants de choeur, les Algériens lancent un message clair: +S`il faut faire parler les armes pour que la paix revienne dans le nord du Mali, nous le ferons avec des alliés+ », estime le journaliste malien Tiégoum Boubèye Maïga. « Les Algériens s`impliquent plus que jamais », a-t-il assuré.
Depuis le début de la crise malienne, l`Algérie a adopté une ligne de non-ingérence chez son voisin, tout en martelant son attachement à l`intégrité territoriale de ce pays.



Publié le jeudi 24 mai 2012 | AFP

Anonyme a dit…

Swite. A-
==
Interrogé sur le nouveau mouvement armé créé par l’ancien colonel-major Elhadj Ag Gamou qui appelle à une autonomie politique de l’Azawad, sous la direction du Mali et déclare la guerre à Al Qaîda, Mohamed Ag Najiim affirme : «Il était l’un des héros du gouvernement du Mali qui, pendant 52 ans, n’a rien fait pour l’Azawad. S’il pouvait faire quelque chose, il n’aurait pas fui la région. Pourquoi n’a-t-il pas combattu Al Qaîda lorsqu’il dirigeait l’armée malienne au Nord, avant la libération de l’Azawad ? Je ne pense pas qu’il puisse faire quoi que ce soit.»

Le responsable évite de s’étaler sur la sortie du colonel-major Ag Gamou préférant «laisser la question au temps». Interrogé sur le sort des sept otages algériens détenus par Al Qaîda, depuis près de 40 jours, notre interlocuteur soutient mw: «Nous n’avons pas et nous ne voulons pas avoir de contacts directs ou indirects avec ces organisations. Nous ne savons rien au sujet de ces otages. Mais nous pensons qu’ils ne peuvent être indéfiniment en captivité. Leur libération doit être une question de temps.»

Le chef d’état-major militaire conclut : «Nous sommes très optimistes quant à l’avenir de notre région, même si sur le terrain, nous faisons face à beaucoup de défis. Les islamistes sont pour nous comme tous les partis islamistes qui exercent dans les pays musulmans, à commencer par l’Algérie. Nos défis sont ailleurs que dans la nature du régime qui va être adopté.»
Force est de constater que face à la montée des forces intégristes dans le nord du Mali, le MNLA sera totalement dépassé. Et rien n’exclut une rébellion de la population contre le diktat de ces groupes, et de ce fait, contre le principe de l’indépendance du Mali.

Yattara Ibrahim

L'Informateur du 23 mai 2012.