mardi 11 septembre 2012

Appel citoyen pour une gouvernance inclusive et porteuse de cohésion sociale

- A son excellence Monsieur le Président de la République ; - A Monsieur le Premier Ministre et aux membres du Gouvernement ; - A nos parlementaires et élus locaux ; - A tous les partis politiques et mouvements associatifs ; Le jeudi 30 août 2012, la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) de Mauritanie procédait à un vaste mouvement d’affectation parmi le personnel supérieur de la police. A la publication de ces mesures individuelles, des voix ont exprimé ici et là, notamment sur les médias électroniques, surprise et émotion face au caractère mono ethnique de ces nominations, aussi stratégiques pour la sécurité des personnes et des biens, dans un Etat dont la Constitution consacre la pluralité humaine. Après maints recoupements, aux fins de vérifier l’effectivité des faits allégués, le trouble ressenti par certains de nos compatriotes s’est mué en inquiétude. Inquiétude du reste légitimée par le constat d’une succession d’actes qui -certes à des degrés divers- se sont inscrits ces dernières années dans la même perspective, notamment au sein de l’appareil judiciaire, la diplomatie, l’administration territoriale, et jusque dans l’octroi des bourses d’études, aussi bien à l’étranger que dans nos établissements publics d’enseignement. Au fil des décisions, ainsi prises et plus ou moins suivies de protestations qui s’estompent et finissent par se diluer dans la lassitude et l’oubli, notre communauté de destin subit des dégâts qu’il est urgent de circonscrire. Elle s’érode de plus en plus, par une série d’actes qui fragilise les équilibres vitaux du pays dont la Constitution porte l’empreinte initiale : du principe d’égalité des citoyens devant la loi, procède l’éthique de l’intérêt général. La règle dicte alors de manier avec lucidité et prescience aigüe du risque, les paramètres qui structurent notre appareil d’Etat et son fonctionnement, à commencer par les critères de choix de son personnel dirigeant, afin de veiller à ménager durablement le sentiment collectif d’implication et de coresponsabilité. L’héritage douloureux et encore récent de deux décennies de pouvoir autoritaire peut rattraper la Mauritanie à tout moment, et s’imposer à son devenir, comme une fatalité. Tous les périls à l’œuvre avant le coup d’Etat du 3 août 2005, peuvent se dresser à nouveau, et de l’intérieur, en travers du chantier de régénération d’une identité nationale. La Mauritanie, terre de brassages et de passages, pays de peuplements divers et maintes fois recomposés, ne saurait s’offrir le luxe d’ignorer l’adversité globale, au point de se croire à l’abri des logiques de déstructuration, très actives alentour. La frustration tue, sans égard aux frontières. Nous n’y résisterions qu’en nous adossant à l’équité ; notre antidote souverain reste l’application, concrète, sans ambiguïté ni orgueil, des normes qui régissent la vie en République. L’équivalence de traitement des citoyens, à elle seule, cimente et raffermit la solidarité, donc détermine l’intensité de l’engagement pour les autres. Les distinctions, les sélections, les prérogatives et privilèges, ne se justifient que selon le critère absolu de l’utilité sociale, en somme le mérite. En deçà de ce minimum fondateur de toute civilisation, la déception et le désarroi font le lit de l’acrimonie, et le ressentiment accouche de la révolte. C’est ainsi, sous nos yeux, qu’en Afrique et ailleurs, des associations de territoires et de peuples, encore plus homogènes et solides que la Mauritanie, ont disparu, dans un bain de sang, et peinent à se reconstruire. Ici comme ailleurs, l’histoire comme l’actualité récente nous rappelle à chaque instant qu’aucun Etat, aucune nation n’est à l’abri des déchirures les plus extrêmes, si le vivre ensemble n’est pas bâti sur les fondamentaux que sont la justice sociale, l’équité et l’égalité des chances entre tous les citoyens. Aussi, lançons-nous un appel citoyen à nos plus hautes autorités civiles et militaires, à nos parlementaires et élus locaux, à nos partis politiques et mouvements associatifs, ceux de la majorité comme ceux de l’opposition, à nos intellectuels, à tous les autres acteurs de notre vie politique nationale, pour qu’ensemble, nous prenions toute la mesure de l’urgence et de la nécessité d’une gouvernance plus inclusive et plus participative de toutes les composantes de notre peuple, seul gage de parachèvement de notre chantier de nation et de son idéal républicain. Le présent appel, émanant du Collectif des Cadres Mauritaniens Expatriés, se veut citoyen, hors des joutes politiciennes, pour un sursaut collectif et une invitation à agir ensemble pour l’édification d’un Etat qui fédère toutes ses composantes, qui rassure et sécurise tous ses citoyens, à contresens du népotisme, de l’exclusion et de l’impunité. Dans des circonstances comparables, ce qui arrive aux autres peut nous arriver, et nous arrivera si nous continuons sur le chemin des discriminations et de la complaisance. La Mauritanie, pour durer et prospérer, devra s’approprier, dans la constance, l’exigence universelle de justice. Signé le 10 Septembre 2012, Le Collectif des Cadres Mauritaniens Expatriés

30 commentaires:

maatala a dit…

Oui mon Général, la Mauritanie est blanche !!

La haute administration sécuritaire du pays est quasiment toute blanche, parce que la Mauritanie est blanche. C’est dans une étude récente d’un regroupement d’ONG du pays.



Une révélation pourtant évidente. Le dernier mouvement des responsables de la police n’a pu malheureusement pas démentir cette recherche fouillée et chiffrée.



Ce mouvement était si chauvin et si honteux qu’il ne pouvait passer inaperçu. Et cela a déclenché un tollé de protestations, n’en déplaise au cercle obtus de mesquins qui veulent que ce pays soit ainsi. Ces obtus se moquent de notre histoire, de notre vécu réel et des rigueurs de notre quotidien.

Cette multitude des communautés qui composent notre nation, pour un destin et un pays commun, cette Mauritanie plurielle n’est pas de leur goût. Alors, tous les moyens sont bons pour exclure l’autre. Pour frustrer l’autre. Pour écraser l’autre. Et tout ça pour une entreprise incontestablement vouée à l’échec : la Mauritanie ne peut être ethnique, ni communautaire. Elle est un ensemble historique d’une évidence sociétale connue.

Le système sectaro-chauvin et raciste de ces dernières décennies, qui continue à être pérennisé à notre époque, va échouer et doit échouer pour le bien de la Mauritanie. Cette Mauritanie à plusieurs couleurs, juste et égalitaire entre ses fils.

Mon Général (patron de la DGSN), vous avez surpris plus d’un. Dans le mauvais sens. On vous savait du système mais on vous reconnaissait surtout des qualités rares dans une Mauritanie où beaucoup de vos collègues brillent plutôt par le courroux qu’ils déclenchent chez les citoyens tant ils inspirent méfiance au petit peuple.

On vous savait intègre, pieux, franc, « propre » et juste, par-dessus le marché. C’est dire combien la déception est grande parmi tous ceux qui vous connaissaient et qui, aujourd’hui, ne cachent plus leur déception.

Mon Général, que vous est-il donc arrivée ? Comment avez-vous pu cautionner ce mouvement ethno-tribalo et régionaliste au détriment de la compétence et de l’égalité de chances entre les citoyens de ce pays ?

Non mon Général, la Mauritanie ne peut-être exclusivement blanche. Elle ne peut non plus continuer de souffrir l’irrédentisme ethnique et tribalo-régionaliste.

On a trop souffert et chacun de nous a sa petite histoire à conter sur la façon de faire de ce système qui a tiré vers le bas nos valeurs. Les tenants de l’exclusion ont pourri ce pays en répandant le faux au point de faire passer la Mauritanie, à l’extérieur, comme étant totalement blanche. Je ne voudrais multiplier les exemples tirés de mon expérience personnelle mais l’occasion me permet d’en conter trois :

maatala a dit…

En 1995, alors journaliste à l’hebdomadaire l’Eveil-Hebdo, j’avais couvert une conférence de presse des militants des droits de l’homme de retour de la session africaine des droits de l’homme et des peuples, tenue à Alger. Les Mauritaniens ayant assisté à cette rencontre avaient été surpris d’apprendre auprès de leurs frères arabes, comment la Mauritanie officielle avait expliqué les événements de 1989. Une Algérienne (l’Algérie est notre voisine du Nord pourtant) s’était approchée de nous après la prière de Dhohr, pour nous dire qu’elle était étonnée de voir des Mauritaniens noirs et musulmans. « Nous en Algérie et dans beaucoup d’autres pays arabes nous avons appris que la Mauritanie est blanche et que les événements de 89 était une bagarre de religion. Car des animistes noirs ont voulu envahir le Sud du pays ; et pour stopper cette occupation par le refoulement de ces populations vers chez eux, cela a généré un conflit entre les communautés ».


En 2007, aux USA (Washington), un citoyen du Congo (RDC) s’était étonné de mon appartenance à la Mauritanie, mon pays. Il s’interrogeait : « Mais, il y a des noirs en Mauritanie ?! Je n’ai jamais vu et jamais entendu qu’il y a des noirs en Mauritanie. Dans des rencontres et forums internationaux, je n’ai rencontré que des blancs ».


En 2012, au Cameroun (Yaoundé), au cours d’une discussion, le même étonnement était perceptible sur le visage de mes vis-à-vis dès qu’ils apprennent que je suis Mauritanien. Dans leur esprit, il n’y avait pas de Mauritanien noir !


Très curieux, tout ça ! Mais bon sang, qui ne veut pas de cette Mauritanie noire ?! Cette Mauritanie plurielle arabe et noire. Cette Mauritanie tout court qui tire ses fondements de son histoire authentique.

Allah soit loué ! Cette version voulue par le système qui a foulé au pied nos valeurs est vouée à l’échec. Et la Mauritanie plurielle gagnera. Inch’ALLAH.

Seydi Moussa Camara

Source : La Nouvelle Expression

Source : www.kassataya.com

Anonyme a dit…

VADHMA!

pas de cohésion, pas de mauritanie plurielle il n'y a qu’une seule et unique mauritanie, la mauritanie arabes est blanch c'est ca la vérité le reste c la poudre au yeux.

ps: tu peux tjrs rêver cafard terroriste

Anonyme a dit…

salam

Couly

Yo man, what's up

- Les maliens qui tuent nos prédicateurs

- Un israelo-amerloc certainement soutenu et financé par tes amis du Tea-party font un film sur notre prophète.

Couly

Tu es malino-mauritano-américain, tu es dans la merda dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Couly

Je déplore la mort de tes compatriotes américains, mais je ne comprends pas pourquoi certains " mother fucker" au nom de la liberté d'expression insultent ce qui y a de plus sacré chez un milliard de musulman.

Le réalisateur de cette infamie ne dormira plus tous les soirs dans le même lit. Il a choisit de son plein gré la vie de fugitif.

Le prophète mohamed (Paix sur lui)est l'unificateur des musulmans.

Alors que Dieu est le dieu de tout le monde dit le fou

maatala

Bebe BA a dit…

Est ce quelqu'un a compris quelque chose à ce communiqué?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le ministre de l'intérieur exempte les étrangers de la taxe de séjour pendant un mois

Le ministre de l'intérieur et de la décentralisation, M. Mohamed Ould Boilil a annoncé dimanche l'exemption pendant un mois de la taxe de séjour pour les étrangers résidant en Mauritanie.
Le ministre de l'intérieur a informé de la mesure les représentants des colonies étrangères établies dans le pays au cours d'une réunion tenue dimanche dans les locaux de la wilaya de Nouakchott.
Le gouvernement, leur dit-il, a décidé d'exempter les étrangers résidant sur le territoire mauritanien de payer la taxe de résidence d'ici le 15 octobre prochain, soulignant que la mesure s'inscrit dans le cadre des relations d'amitié et de coopération existant entre la Mauritanie et leur pays respectif.
Il a réaffirmé, dans le même cadre, que ceux qui s'abstiennent de s'enrôler au cours de cette période seront considérés comme contrevenant à la loi.
La réunion s'est déroulée en présence du secrétaire général du ministère de l'intérieur et de la décentralisation; du wali de Nouakchott et du directeur régional de la sûreté de la région de Nouakchott.


Bebe BA a dit…

USA : l'attaque de Benghazi en Libye était planifiée

Washington - L'attaque du consulat américain à Benghazi en Libye, au cours de laquelle l'ambassadeur américain a été tué, résulte d'un assaut planifié plutôt que de débordements d'une foule en colère, a affirmé mercredi à l'AFP un responsable américain.

C'est l'hypothèse de travail en ce moment, a déclaré cette personne sous couvert d'anonymat. Selon cette source, les extrémistes se sont servis de manifestants qui protestaient contre un film anti-islam comme d'un prétexte pour s'en prendre au consulat américain avec des armes de petit calibre mais aussi des lance-roquettes.

C'était une attaque complexe. Ils semblent s'être servis de cette manifestation (contre le film) comme prétexte, a ajouté ce responsable américain. Le président républicain de la commission du renseignement au Congrès américain, Mike Rogers a quant à lui clairement pointé du doigt Al-Qaïda.

Il y a des détails encore assez flous, mais clairement on a la signature d'Al-Qaïda, a déclaré M. Rogers sur la chaîne CNN.

Depuis des mois on a vu Al-Qaïda chercher des cibles occidentales, partout en Afrique du nord. Nous avons observé certaines activités qui nous permettent de penser aujourd'hui qu'il s'agit d'un groupe affilié à Al-Qaïda, a-t-il ajouté.

Lors de l'attaque du consulat américain perpétrée à Benghazi, dans l'est de la Libye, l'ambassadeur en Libye Chris Stevens et trois autres Américains ont été tués, et plusieurs autres blessés.

Les autorités libyennes ont présenté leurs excuses aux Etats-Unis et accusé à la fois les partisans du régime déchu de Mouammar Kadhafi et Al-Qaïda après cette attaque survenue mardi soir, jour du 11e anniversaire des attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis commis par le réseau islamiste.



Anonyme a dit…

BebeBa le machin de Benghazi a ete planifie de A a Z. par qui?that is abig question. Ne jamais croire aux coincidences dans ces affaires.On trouvera.

Bebe BA a dit…

Ano,

Bien sur que c'est planifié!! c'est tout temps comme ça lors des élections américaines!! par qui? on ne sait encore mais il faut juste voir a qui le crime profite!!

Bebe BA a dit…

Alors qui profite le crime? En tout cas Mister Mitt Romney est presque disqualifié mais faut pas tirer de conclusions hatives!! n'est ce pas?
----------------------------------------------------------------------------------------------------------

SANAA/LE CAIRE (Reuters) - Deux jours après l'attaque du consulat de Benghazi, que Washington soupçonne d'avoir été planifiée et organisée en amont, des ambassades américaines ont à nouveau été jeudi la cible de manifestations de colère déclenchées par la diffusion sur internet d'un film islamophobe réalisé aux Etats-Unis.

Plusieurs centaines de jeunes manifestants ont pris d'assaut l'ambassade des Etats-Unis à Sanaa, la capitale du Yémen. L'attaque a fait un mort et 15 blessés selon des sources médicales. Le personnel de la mission est sain et sauf, a dit un porte-parole de l'ambassade joint par téléphone.

En Egypte, où des premiers incidents avaient éclaté mardi soir, des manifestants ont jeté des pierres contre les forces de police leur barrant l'accès à l'ambassade américaine, qui est restée fermée. Le ministère de la Santé a fait état de 70 blessés.

Des rassemblements de protestation ont également eu lieu à Tunis mercredi soir, puis en Iran et au Bangladesh jeudi. Une milice chiite irakienne a menacé de s'en prendre aux intérêts américains et les autorités afghanes ont fermé indéfiniment le site internet YouTube afin de minimiser les risques de violence.

De nouvelles manifestations sont attendues à travers le monde arabo-musulman à l'occasion des prières hebdomadaires du vendredi, notamment en Egypte à l'appel des Frères musulmans ou au Nigeria, où la police est "en alerte rouge".

Le président égyptien, Mohamed Morsi, et d'autres gouvernements ont lancé des appels au calme, soucieux d'éviter une répétition des violences qui avaient accompagné en 2006 la publication de caricatures de Mahomed dans un journal danois, faisant une cinquantaine de morts.

Le président Barack Obama a donné l'ordre à son administration de mettre en oeuvre tous les moyens possibles pour assurer la protection et la sécurité des ressortissants américains à l'étranger.

De leur côté, les autorités libyennes ont annoncé que plusieurs personnes avaient été arrêtées dans le cadre l'enquête sur l'attaque menée à Benghazi, mardi soir.

Bebe BA a dit…

SANAA/LE CAIRE (Reuters) - Deux jours après l'attaque du consulat de Benghazi, que Washington soupçonne d'avoir été planifiée et organisée en amont, des ambassades américaines ont à nouveau été jeudi la cible de manifestations de colère déclenchées par la diffusion sur internet d'un film islamophobe réalisé aux Etats-Unis.

Plusieurs centaines de jeunes manifestants ont pris d'assaut l'ambassade des Etats-Unis à Sanaa, la capitale du Yémen. L'attaque a fait un mort et 15 blessés selon des sources médicales. Le personnel de la mission est sain et sauf, a dit un porte-parole de l'ambassade joint par téléphone.

En Egypte, où des premiers incidents avaient éclaté mardi soir, des manifestants ont jeté des pierres contre les forces de police leur barrant l'accès à l'ambassade américaine, qui est restée fermée. Le ministère de la Santé a fait état de 70 blessés.

Des rassemblements de protestation ont également eu lieu à Tunis mercredi soir, puis en Iran et au Bangladesh jeudi. Une milice chiite irakienne a menacé de s'en prendre aux intérêts américains et les autorités afghanes ont fermé indéfiniment le site internet YouTube afin de minimiser les risques de violence.

De nouvelles manifestations sont attendues à travers le monde arabo-musulman à l'occasion des prières hebdomadaires du vendredi, notamment en Egypte à l'appel des Frères musulmans ou au Nigeria, où la police est "en alerte rouge".

Le président égyptien, Mohamed Morsi, et d'autres gouvernements ont lancé des appels au calme, soucieux d'éviter une répétition des violences qui avaient accompagné en 2006 la publication de caricatures de Mahomed dans un journal danois, faisant une cinquantaine de morts.

Le président Barack Obama a donné l'ordre à son administration de mettre en oeuvre tous les moyens possibles pour assurer la protection et la sécurité des ressortissants américains à l'étranger.

De leur côté, les autorités libyennes ont annoncé que plusieurs personnes avaient été arrêtées dans le cadre l'enquête sur l'attaque menée à Benghazi, mardi soir.

Anonyme a dit…

Maata, je vous remercie d'avoir pense' a' moi en ces moments difficiles. C'est tout le CHARG qui est dans la merde avec cette crise malienne Inchallah, les relations multidimensionnelles et millenaires qui existent entre les peuples mauritaniens et maliens, aideront nos parents maliens a' s'en sortir. NOUS NE POUVONS PAS LES LAISSER TOMBER!!! JE SUIS TRES ENCOURAGE' PAR LA SAGESSE DU PRESIDENT MOHAMED OULD ABDEL AZIZ DANS CETTE AFFAIRE!

Les incidents regrettables arrivent mais il faut savoir les gerer.

En ce qui concerne l'attaque barbare contre le consulat americain a' Benghazi qui a coute' la vie a' 4 de mes compatriotes americains dont notre ambassadeur en Libye, je dis tout simplement que rien au monde ne peut justifier un tel crime.
Le cioyen americain a la liberte' d'expression. Ce que le realisateur et/ou le producteur de ce film de mauvais gout, a fait, n'engage ni de pres ni de loin le gouvernement americain. L'ambassadeur et les trois diplomates qui ont ete' victimes de cette attaque sauvage n'ont absolument rien a' voir avec le film.

Pour le moment, nous ne savons pas l'identite' exacte de la personne qui est derriere le film mais on parle d'un copte...EGYPTIEN.

Soyons prudents et sages! En ce qui concerne la religion, soyons tolerants!!!!

Bebe BA a dit…

Tres bon débat!!

http://www.youtube.com/watch?hl=fr&v=Mt95T1NAh0E

Anonyme a dit…

"LE FILM"
Leurs lois, prétendument démocratiques, leur permettent de dire ce qu’ils veulent.
Les nôtres nous permettent de défendre notre Religion, notre Prophète, nos Valeurs, notre Oumma…
Quant à la liberté d’expression, osez dire que les victimes juives de Hitler sont au nombre de 5.999.999 et non de 6.000.000, et vous saurez que l’Occident n’est rien de plus qu’une ville entité barbare tenue en laisse, tel un chien, par les juifs.

Anonyme a dit…

Lèche-bottes a dit ci-haut:

« Ce que le realisateur et/ou le producteur de ce film … a fait, n'engage ni de pres ni de loin le gouvernement americain. L'ambassadeur et les trois diplomates qui ont ete' victimes de cette attaque sauvage n'ont absolument rien a' voir avec le film. »


Qu’il dise aussi que les millions de musulmans massacrés chez eux par les USA en Iraq, en Afghanistan, au Yémen et partout dans le monde n’engagent ni de près ni de loin le gouvernement américain. Quand on vend son âme à satan et à ses adeptes occidentaux, ont peut être capable de tout (le bien excepté).

Raki BA a dit…


Film anti-islam: chers croyants, ignorez les vidéos d'abrutis sur Internet!
Il y aura toujours des vidéos sur Internet pour insulter votre religion, que vous soyez chrétien, juif ou musulman.

http://www.slate.fr/story/61849/film-anti-islam-video-internet-religion

Anonyme a dit…

salam

Bien loin de l'azizanie, une balade inoubliable : je n’oublierai jamais ce jour…

Pour inaugurer mon périple en Europe, d’abord Paris. J’étais perdu dans une charmante banlieue sympathique où il fait bon vivre au milieu des parcs, jusqu’au moment où je suis sorti rue de la Boétie, à 400 mètres des Champs-Élysées.

Là, je me suis senti chez moi, c’était mon quartier ; c’est de là que j’étais parti. 3 jours à marcher dans les beaux quartiers à faire du mini shopping ici et là, puis l’essentiel vint par hasard : une balade de rêve alors que je cherchais un outil indispensable à mon existence : un dictionnaire.

J’avais un vieux dictionnaire auquel je tiens plus que tout. Pas un dictionnaire sévère comme le petit Robert, mais un bon vieux petit Larousse illustré de 1989 date des sanglants événements qui nous firent quitter le Sénégal comme des centaines de milliers de mauritaniens.

Un bon petit Larousse avec tout plein d’illustrations, des photos de tout jusqu’aux personnages historiques. Un dictionnaire qui m’a suivi partout jusqu’à perdre des morceaux ici et là. Pour immortaliser mon retour à Paris, il m’en fallait un de 2012 ; c’est ainsi que le hasard me mena à faire une balade inoubliable.

Dans les rayons des librairies, impossible de trouver un 2012, les 2013 sont déjà là. Bilan je suis allé au bon vieux Gilbert Jeune ; c’est là que tout a commencé comme si la balade déjà programmée par le destin m’attendait. Même là, on m’expliqua que le petit Larousse 2012 même d’occasion était introuvable car une association est passée par là, emportant tous les exemplaires. C’était triste mais fidèle à mon sixième sens, j’attendais un signe quelque part en ces lieux.

Impossible de prendre un petit Robert ni même un Larousse 2013, il me fallait un Larousse 2012. Dieu, j’aurais bien emporté ces dictionnaires en mille volumes en cuir que j’ai vu délaissés en haut des rayons mais comment les emporter ? J’ai regardé partout quand soudain dans un coin comme s’il m’attentait là : non pas un petit Larousse illustré 2012 que de toute façon je ne pouvais pas emporter car j’avais déjà trop de kilos et pas assez de place dans mes valises pour le retour, mais là j’avais sous les yeux ce qu’il fallait pour voyager : un exemplaire unique du petit Larousse de poche 2012. C’était le seul de la boutique !

Je l’ai pris et me voilà parti pour une balade incroyable à l’improvisade où le destin allait tout mettre en œuvre pour la rendre immortelle dans mon imaginaire. Seul dans Paris en parfait touriste sans le complexe des parisiens de souche qui se moquent des touristes, seul dans Paris après 12 ans, me voilà un dictionnaire et une bouteille d’eau à la main devant notre Dame. C’est de là que la balade surnaturelle a commencé.

Désorienté, sans plan, avançant à l’aveuglette, flânant ici et là, je demande à des parisiens comment aller jusqu’à la tour Eiffel devant laquelle je n’ai jamais été même si j’ai déjà vécu des mois dans le coin. On me conseille de prendre le métro ! Quelle folie ! Me voilà parti à pied en longeant la seine, le long des quais.

Il devait être 18h, je marchais tranquillement par une fin de journée exceptionnelle. Un ciel clair, un vent frais, le soleil de travers qui commence à se coucher, quasiment personne sur le chemin, pas même un touriste. J’étais quasiment seul comme groggy par tant de sereine beauté. J’ai du mal à raconter ce que j’ai vu et ressenti car j’ai comme envie de tout garder pour moi ; c’est la raison pour laquelle je n’ai pas apporté d’appareil photo afin de regarder en sachant que je n’aurai pour souvenir de ces moments que mon imagination.

Anonyme a dit…

J’avançais à petits pas pour ne rien perdre de chaque mètre du paysage de carte postale car jusque-là je croyais que c’était juste une expression.

Fallait voir la lumière, les reflets sur la seine, les petits bateaux, les amoureux assis sur les quais, les joggeurs pénards, les bruissements des feuilles dans les allées et tous ces monuments de part et d’autre du parcours jusqu’à la tour Eiffel. Je n’avais aucun plan, je divaguais tranquillement le long des quais m’arrêtant ici et là au milieu des bouquinistes où j’ai regretté de n’avoir pas sur moi 100 euros pour prendre cet exemplaire miraculeux des « liaisons dangereuses » en quatre volumes.

Qui pouvait imaginer que j’allais un jour entrer dans une boutique de souvenirs pour acheter un porteclé avec la tour Eiffel ? Jadis je trouvais cela ridicule mais ce jour-là c’était l’unique souvenir palpable de ce que je ressentais là, quelque chose de féérique comme si j’étais envoûté.

Si j’avais fait un autre parcours à une autre heure, un autre jour, c’eût été différent mais là c’était le bon jour, la bonne heure et le bon segment de paris. Arrivé sur un pont en bois tout plein de cadenas selon cette mode italienne des amoureux, j’étais quasiment seul sur le pont avec deux autres romantiques dont l’un assis face au coucher de soleil sirotait seul une bouteille de rouge en coupant du sauciflard avec un regard à réclamer la paix.

Je me suis couché sur un banc en bois au milieu du pont : là j’ai respiré doucement mais pleinement et je suis resté là pendant 20 minutes comme dans un rêve éveillé et me voilà reparti pour voir la fameuse tour Eiffel.

De là où j’étais, on pouvait en voir le sommet, juste la tête derrière les pierres du boulevard. Pendant ce temps, le soleil nous avait quittés en douce, les lumières s’étaient allumées partout, les petits bateaux passaient au milieu d’un sillage bleu. Il était déjà tard car je marchais très lentement de peur d’arriver à la fin du parcours. Me voilà qui laisse la direction de la tour pour aller voir l’Obélisque.

Là dans un coin je regardais la chose à distance admirable avec à mes côtés une japonaise et je pensais à l’histoire de la chose et ce qu’il fallût faire pour l’amener jusque-là. Puis me voilà reparti vers la tour Eiffel qui venait de s’allumer. Soudain me voilà longeant une verrière noire à cette heure. C’est quoi ce bâtiment ? Ah ! Dieu voilà donc le musée du quai Branly.

A peine ai-je eu le temps de réaliser où j’étais que voilà la tour Eiffel tout entière au milieu du jardin du musée. Comment est-ce possible car deux mètres plus loin, elle disparaît ? En fait dans l’axe où j’étais entre la tour Eiffel et le musée, il y a une rue dont on ne voit rien de nuit, on a donc l’impression qu’une tour Eiffel allumée est posée dans le jardin du musée. C’est incroyable !

En avançant toujours plongé entre les arbres le long de la seine, tout d’un coup me voilà au pied de la tour posée sur un jardin au milieu des arbres avec aucun touriste ! Ils étaient tous de l’autre côté. C’est inimaginable. J’étais là avec la tour que je cherchais allumée à mes pieds avec personne autour.

J’appelle alors mon frère et une charmante amie qui venait de visiter Paris pour leur raconter et partager ce moment avec quelqu’un histoire de m’assurer que je ne rêvais pas, quand soudain , cerise sur le gâteau, elle se mit à clignoter dans un timing surnaturel car j’aurais pu tout rater en étant trop loin ou en arrivant de jour ou trop tard car ensuite les scintillements cessent.

Je n’oublierai jamais cette balade entre notre Dame et la tour, je reviendrai inchallah pour revoir tout Paris tranquillement. J’ai longtemps hésité à dire ce que j’ai vu car je craignais de perdre mes souvenirs en les exprimant et aujourd’hui encore, on le sent en lisant ceci, j’ai beau essayé le résultat est plat car je n’arrive pas à décrire sérieusement mes souvenirs de peur de les perdre.

Ciao ciao

Vlane.a.o.s.a

Anonyme a dit…

Affaire Cheikh Yérim Seck : Pour ces toutes petites minutes de plaisir…

C’est une histoire qui désole tous les sénégalais, mettant en même temps à nu le vrai visage de la société dans laquelle nous sommes. Aujourd’hui, il faut reconnaître que ce qu’a fait Cheikh Yérim Seck est ce que font la plupart des célébrités du monde. Pister une belle fille, la draguer, la séduire, l’amener dans un lieu sûr et secret pour enfin assouvir ses désirs charnels par une relation « haram », interdite pour tout bon musulman et bon chrétien. Cependant, les gens se foutent de ce que disent les règles les plus élémentaires de la morale. Combien de cas de cette nature sont dévoilés au Sénégal chaque année ?

Cheikh aussi bien que Aïssatou ont tous fauté dans cette affaire. Avec deux épouses et quatre enfants plus une notoriété de journaliste, pourquoi doit-on s’aventurer à s’impliquer dans des bassesses si malheureuses ? Il dira certainement comme beaucoup d’autres sénégalais que « nattou la », et c’est certes un évènement vraiment fâcheux pour le journaliste. De l’autre côté, en tant que fille issue d’une bonne famille, bien éduquée, sérieuse et intelligente, que doit-on pouvoir faire avec un homme marié de deux épouses ? Comment peut-on se rendre dans un lieu si discret destiné aux personnes désirant régler des choses à la cachette sauf si l’on sait bel et bien ce que l’on veut. Elle était donc consciente et consentante de l’intimé qui allait régner dans la chambre 9 de cette auberge avec son « petit ami ». C’était un rendez-vous d’amoureux où tout pourrait se produire. Cheikh le savait et Aïssatou aussi. La différence c’est que CYS a plus d’expérience et peut gérer avec ses deux épouses et ses enfants s’il lui arrive quelque chose, alors que Aïssatou en était probablement à sa toute première. Le manque d’expérience de la fille crée à Cheikh Yérim Seck des dégâts qu’il a du mal à gérer et qui risquent d’impacter sur sa vie pour toujours.

Qu’est-ce que le journaliste pourrait trouver chez la fille qu’il n’a déjà chez lui avec deux épouses. En tant que croyant et responsable, son acte ne l’honore pas aujourd’hui. Et pour ces toutes petites minutes de plaisir, lui-même, sa famille, sa cote de popularité vont souffrir pour toujours d’une manière malencontreuse ; la prison n’est pas à exclure pour lui.

Toutefois, la leçon est servie à tous les hommes et à toutes les filles/femmes. Nul n’est à l’abri, car l’imperfection est le propre de l’humain.

Modou Waly

Anonyme a dit…

salam

Mali: Oui à un déploiement de la Cédéao à Bamako, mais avec "discrétion"

Le ministre malien de la Défense a assuré samedi que le déploiement de forces ouest-africaines à Bamako, dans le cadre de la reconquête du Nord-Mali occupé par les islamistes, était possible, à condition qu'il se déroule avec "discrétion" pour ne pas choquer la population.

Le ministre malien de la Défense, Yamoussa Camara, a rencontré samedi soir à Abidjan le président Alassane Ouattara, président en exercice de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), à qui il a remis un message du président malien par intérim, Dioncounda Traoré.

Bamako a demandé son aide à la Cédéao pour la reconquête du Nord-Mali, occupé depuis plus de cinq mois par des groupes islamistes armés, alliés avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ce qui passe par l'intervention d'une force armée ouest-africaine.

"Il s'agissait de voir quel est le meilleur cadre pour que ces forces soient déployées sans trop heurter la susceptibilité et la sensibilité des populations qui restent très attentives au déploiement de toute force étrangère sur notre territoire", a expliqué à la presse Yamoussa Camara, à l'issue de cet entretien.

"Il y a eu une certaine presse qui a fait courir les rumeurs selon lesquelles les Maliens ne souhaitaient pas que soit déployée à Bamako une base logistique et un PC de la Cédéao, toutes choses qui sont indispensables pour la suite des opérations. Ca n'a jamais été le cas, on ne peut pas vouloir une chose et son contraire, nous sommes d'accord pour que la Cédéao déploie des forces au Mali (...) avec toutes les structures qui vont avec", a assuré le ministre malien.

"Cependant, dans l'intérêt même des opérations, il faudrait que cela se fasse avec un minimum de discrétion pour garantir l'efficacité indispensable à la conduite des opérations", a-t-il souligné. La Cédéao avait demandé à Bamako de revoir sa copie pour remplir les conditions d'une intervention armée ouest-africaine. Le président malien s'était notamment montré opposé au déploiement de "forces militaires combattantes" à Bamako même, conformément au voeu de l'ex-junte militaire qui a renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré.

Mercredi, le président du Burkina Faso Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne, avait estimé que les "conditions" de Bamako "font qu'il est impossible pour la Cédéao aujourd'hui d'être de façon efficace sur le terrain".Pour sa part, le Conseil de sécurité de l'ONU s'est dit prêt vendredi à "examiner une proposition réaliste" pour le déploiement d'une force panafricaine au Mali.

Le Mali a célébré samedi le 52e anniversaire de son indépendance dans le désarroi et sans grand espoir de voir la crise se résoudre rapidement. Vendredi soir, Dioncounda Traoré, a proposé "le dialogue" et "la négociation" aux groupes armés islamistes, tout en appelant les Maliens à "l'union sacrée" autour de leur armée" pour faire la guerre s'il n'y avait "plus d'autre choix". Une conférence internationale sur le Sahel, présidée par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, est prévue le 26 septembre à New York.

AFP

Bebe BA a dit…



Chbih Ould Cheikh Melainine brule son passeport en guise de protestation de la politique ...

...de deux poids deux mesures de l’Occident.

Le leader du Front Populaire Chbih Ould Cheikh Melainine a mis feu à son passeport européen dans un hôtel de la capitale Nouakchott, en guise de protestation de la politique européenne et occidentale de deux poids deux mesures à l’endroit des arabes, particulièrement contre la Syrie.

Le président du FP estime que ces politiques sont inacceptables et totalement rejetées, agissant ainsi pour exprimer sa révolte contre l’acharnement incompréhensible de l’occident contre les arabes et les musulmans alors qu’il observe une indifférence coupable face à d’excès commis par les non arabes.

Rappelons que le Front Populaire avait reçu en janvier 2003 le passeport de "liberté" que la FIDH et l’Union Européenne avaient décidé de délivrer à son président Mohamed Lemine Chbih Ould Cheikh Melaïnine, à Bruxelles, en présence de son épouse et de l’avocat Brahim Ould Ebetty.


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

Anonyme a dit…

Salam

Chére bébé

Chbih Ould Cheikh Melainine combien de division dit le fou.

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Chbih a dit: sa révolte contre l’acharnement incompréhensible de l’occident contre les arabes et les musulmans alors qu’il observe une indifférence coupable face à d’excès commis par les non arabes.

-----------------------------

L'indifférence des arabes face aux saccages de mosolé au Mali, il en pense quoi le cbih.....

Selon Chih bachar assad qui massacre son peuple n'est pas un arabe dit le fou

maatala


Anonyme a dit…

Salam


Islam en Mauritanie : La nouvelle bataille des idéologies

Longtemps terre d’un islam sunnite, largement d’esprit soufi, et d’inspiration malékite, la Mauritanie a débuté une mue inquiétante depuis l’avènement du wahhabisme littéraliste saoudien il y a un peu plus de vingt ans, et encore plus aujourd’hui, avec l’infiltration de différentes tendances, comme les salafistes ou les chiites.

L’affaire de l’incinération des livres de rite malékite en mai dernier par le leader de l’initiative pour la résurgence abolitionniste, Birame Ould Abeid, a eu le mérite de faire porter un regard critique sur certaines interprétations tendancieuses du malékisme par rapport au respect de la personne humaine. Il y eut un tollé aveugle, généralisé, avant que, grâce à la voix de Cheikh El Mehdi (voir vidéo ci-dessous), les esprits ne se posent et prennent une distance critique sur ce qui s’était passé.

Depuis, le débat est lancé. Les mauritaniens, de rite malékite pour la plupart, (re)découvrent d’une certaine manière la notion d’interprétation, dans le sens où l’esprit critique que suppose l’Islam avait disparu, particulièrement depuis l’implantation du wahhabisme il y a un peu moins d’une trentaine d’années.

Littéraliste, interprétant au pied de la lettre, le wahhabisme a déjà modifié les pratiques cultuelles et donné naissance à des courants littéralistes violents. «Le défi du moment est bien le désordre induit par l’implantation effective et durable de celui-ci. Le djihadisme est le résultat logique du wahhabisme en pays pauvre. Les gamins d’AQMI en sont le fruit non édulcoré par la luxure de l’argent du pétrole» estime un éditorialiste de la place.

Les wahhabites, après avoir déstabilisé et profondément perturbé l’islam malékite mauritaniens voudraient sanctuariser celui-ci à leur profit. Il est vrai que la critique du wahhabisme faite par le chiisme se fonde sur une proximité géographique et historique peu disponible en Mauritanie et donne des éclairages redoutés sur l’intimité du wahhabisme.

Anonyme a dit…

L’avènement du salafisme

Tout récemment, il est apparu dans le pays, un courant islamiste dit salafiste (au sens religieux et non politique du terme) inspiré de la mouvance wahabite (de Mohamed Abdel Wahab régnante en Arabie saoudite.

Les adeptes de ce courant rejettent le soufisme, y compris les confréries, et réclament l’attachement strict aux comportements du Prophète (PSL) et de ses compagnons. Ils demeurent fort minoritaires mais très actifs.

C’est de ce courant que découlent les idéologies islamistes, qui ont participé à la destruction des mausolées à Tombouctou par exemple, par les islamistes d’Ansar Eddine. Et c’est de ce courant que se sont forgés les assassins des quatre français en 2008, dans le sud mauritanien.

La percée chiite

Depuis deux ans, des oulémas s’inquiètent de la percée du chiisme en Mauritanie ; à tel point qu’au début du mois de juillet, ils ont demandé la création d’un observatoire national pour la résistance contre l'expansion chiite en Afrique en général et en Mauritanie en particulier.

Pour eux, les institutions culturelles et cultuelles à «jouer leur rôle pour prémunir la société dans sa foi et ses croyances contre les mystifications et les facéties que propagent les disciples de ces courants qui s’en prennent sans réserve aux symboles les plus sacrées de la religion islamique».

Pourtant autant d’oulémas ne sont pas si alarmistes, et rappellent que si les chiites sont appelés péjorativement «râfidhites» (les sectaires) par les sunnites, ils ont une «spiritualité profonde et féconde».

«La spiritualité et la pensée chiite, ne peuvent qu’être les bienvenus en Mauritanie. D’abord parce qu’elle participe à une connaissance plus globale de l’islam par des musulmans sahéliens trop longtemps resté en tête à tête avec le sunnisme malékite et aujourd’hui sous l’emprise du littéralisme wahhabite. Pour suffisant qu’il soit à une spiritualité cohérente, le malékisme ne rend pas inutile l’enrichissement et les éclairages par d’autres spiritualités» estime cet imam d’une des mosquées de Tevragh Zeina à Nouakchott.

«Ensuite, parce que si l’islam malékite pense avoir quelque chose à redouter du chiisme, l’époque fait qu’une religion ne peut plus défendre ses valeurs par des barrières de fortification tels l’interdit et les lois».

Mamoudou Lamine Kane

Noor Info

Anonyme a dit…


Communiqué de l'IRA : "Suspendre la campagne de nettoyage en attendant..."


Depuis quelques jours, les autorités mauritaniennes se sont lancées dans une campagne d’une rare férocité visant les petits vendeurs et marchands ambulants opérant au sein des marchés de la Capitale. Cette campagne semble cibler plus particulièrement les membres des communautés les plus démunies et notamment les « Hratine ».

Si l’objectif était de maintenir la salubrité des lieux, les autorités semblent en oublier l’impératif de survie des citoyens et négliger les risques auxquels nous expose leur entêtement à poursuivre une telle campagne.

Pour toutes ces raisons, nous, à l’Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA), tout en affirmant notre soutien à tous les opprimés et notamment aux petits détaillants, appelons les autorités compétentes :

- A suspendre cette campagne en attendant de trouver une solution de rechange pour les vendeurs qui leur garantisse un moyen de gagner dignement leur pain quotidien ;

- A tenir compte du fait que ces petits vendeurs nourrissent des familles entières qui n’ont pas d’autres alternatives que cette activité ;

- A réserver des locaux et lieux commerciaux à prix abordables aux ressortissants des couches les plus fragiles dans le cadre d’une politique de discrimination positive assumée dont le but serait d’atténuer les inégalités.



Noor Info

Anonyme a dit…

salam

Défense: Aziz reçoit à Nouakchott le commandant de L'Africom


NOUAKCHOTT (Alakhbar) - Le Président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a reçu en audience mercredi le général Carter Ham, haut commandant du Commandement des forces armées américaines pour Afrique (AFRICOM).

La rencontre a eu lieu en présence du Général Mohamed Ould Gazwani, chef d'Etat-major de l'Armée mauritanienne.

Cette rencontre intervient au moment où le Mali et la CEDEAO sont tombés d'accord sur les modalités d'une éventuelle intervention militaire pour reconquérir le nord du pays occupé par des groupes islamistes

-------------------------------

Merci Couly

Car enfin nos GOBI, nos troufions ont vus un vrai général.

Il a du se marrer lorsque l'ambassadrice lui a dit que Kim jong AZ n'avait pas son bac et qu'il serait sûrement recaler chez ford ou Général motors pour visser les boulons.

Il confirmera à Hussein OBAMA qu'au vu nos apprenti supplétifs , la prochaine cible des fascistes vert ce sera nous.

Si gazouani va au STATES, il ne serait même pas reçu par les gardes forestiers.

Thank you man, nos supplétifs n'ont certainement pas lavées leur mains depuis cette rencontre.

Ce n'est pas tous les jours que l'on rencontre un général, un vrai...........................

Man c'est un grand jour...........

Tous nos généraux réunis n'ont pas la moitié du QI de vrai soldat.

Ils ont dus vivre des moments intenses à coté de la bete de guerre dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

salam

Tunisie : Elle porte plainte pour viol contre deux policiers et se voit inculpée "d'atteinte à la pudeur"

Si les femmes tunisiennes bénéficient d'une protection légale sans équivalent dans le monde arabe, la réalité est souvent bien difficile. Pour preuve, ce nouveau scandale qui défraie la chronique : une jeune-femme violée par plusieurs policiers a été inculpée jeudi 26 septembre "d'atteinte à la pudeur et de voies de fait". Explications.


L’affaire fait grand bruit dans le monde des défenseurs des droits et des libertés en Tunisie. Mercredi 26 septembre, plusieurs ONG, dont l'Association tunisienne des femmes démocrates et la Ligue tunisienne des droits de l'homme, ont dénoncé dans un communiqué les poursuites engagées par un juge d’instruction contre une jeune-femme, inculpée d'atteinte à la pudeur et de voies de fait.

Plus tôt dans la journée, celle-ci avait été convoquée par le juge avec son fiancée, pour être confrontée à deux policiers contre lesquels elle avait porté plainte pour viol et qui ont été incarcérés. Mais elle s’est retrouvée également en position d’accusée.

Les ONG dénoncent « une procédure qui transforme la victime en accusée, qui vise à la terroriser et à l'obliger, elle et son fiancé, à renoncer à leurs droits ». Et de mettre en cause « le sérieux de l'engagement du gouvernement à appliquer le plan national de lutte contre la violence faite aux femmes ».

De son côté, le gouvernement dément une quelconque intervention de sa part dans l’affaire. « Nous nous sommes comportés comme il fallait. Ce qui devait être fait a été fait, les trois agents ont été arrêtés tout de suite », a réagi le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Khaled Tarrouche. Retour sur les faits.

Scandale

Selon la jeune femme victime du viol, elle était dans une voiture avec son fiancé lorsque trois policiers les ont abordés. Deux d'entre eux auraient violé la jeune femme pendant que le troisième tenait en respect son ami. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur avait alors déclaré que le couple avait été retrouvé par les policiers dans une position immorale. S’il avait précisé que cela ne justifiait pas le viol, ses déclarations avaient fait scandale.

Selon les défenseurs des droits, l’affaire serait symptomatique d’un climat de harcèlement des policiers à l’égard des femmes, au motif de leurs tenues vestimentaires trop dénudées ou de leurs sorties nocturnes sans un homme de leur famille. Le gouvernement rejette cependant ces accusations. « Ce sont des actes isolés, il ne faut pas y voir quelque chose d'organisé ou de généralisé. Les policiers sont aussi des citoyens avant tout et lorsqu'ils commettent des fautes, on applique la loi sans équivoque », a assuré Khaled Tarrouche.

-------------------------------

Quel crédit peut-on donner à la parole d'un policier violeur.

Une excellente illustration du règne des islamistes. Ces frustrés ont dénoncés un régime policier et maintenant , il l'utilisent et le défendent.

Un islamistes par essence, c'est toujours un frustré retords qui est persuadé que la femme est créature démoniaque dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam

le viol de la soeur par les policiers et la plainte du ministére tunisien de la justice contre la victime.

En somme, les islamistes ne pensent qu'au cul.

Pour eux un homme ne peut être qu'un Mâle qui réfléchit avec sa bite.


Quand ils regardent une femme, ils ne pensent qu'à la mettre à l'horizontal.

Les islamistes c'est un tas de frustrés qui ont comme slogan:

Cacher ce corps, cacher ses cheveux, couvrer tout , tel est leur seul programme politique.

Rappeler vous , lorsque Naha mint Mouknass fut nommée ministre des affaires étrangères, les frustrators ont criés au scandale, car selon eux c'est une "espèce dit connasse" qui ne peut être en tète en tête avec son homologue homme.


Avant qu'elle se marie, c'était certainement l'homme qui risquait de se sentir en danger face à Naha.

Dixit les confessions de son amant lybien dit le fou

Anonyme a dit…

salam

Le viol de la tunisienne par la police


1° / La première faute, et grave, du pouvoir, est d’avoir poursuivi la jeune femme et d’avoir déclaré officiellement qu’elle était avec son ami dans une position immorale comme si cela pouvait justifier d’une manière quelconque le viol par deux policiers dans l’exercice de leurs fonction.
La faute du gouvernement par cette déclaration est gravissime.

2° / Et grave aussi le fait de poursuivre cette femme.

3°/ Le gouvernement a ensuite prétendu que cette affaire relève de la justice, qui est indépendante.
C’est faux et les juristes le savent bien.
La justice ne se met pas en route toute seule : il faut qu’elle soit mise en mouvement par le Procureur de la République qui est sous les ordres directs du Ministre de la Justice.
Ce qui est une faute évidente et grave du ministre de la justice.

4°/ Quand à Ennahdha et à sa tête Ghannouchi et au gouvernement, leur responsabilité est grave pour avoir crée toutes les conditions pour que de telles dérivent se produisent !
Faut-il rappeler l’utilisation des salafistes pour instaurer la terreur parmi les tunisiens et pour inciter les femmes à porter le voile…. leur impunité et les discours « excusant » leurs exactions. Ce qui les incitait à d’avantage d’exactions !

Enfin il faut être singulièrement naïf pour penser que toutes les menaces contre les filles non voilée et les discours sur l’habillement des filles ne sont pas des incitations pour des esprits faibles, comme c’est le cas de toute évidence pour ces jeunes policiers, à agir de la sorte contre des femmes qui ne seraient pas « dignes » de respect parce que non voilées.

A semer le vent on récolte la tempête.
Alors évidement c’est facile de rejeter ces faits graves sur des policiers que dans un premier temps leur ministre de tutelle a tenté de les « protéger » maladroitement…
Le pouvoir doit tenir sa police : ce ministre de l’intérieur a failli à sa tâche et sa responsabilité et celle du gouvernement reste entière.

Je salue la société civile, toujours vigilante, et sans laquelle cette victime aurait été sacrifiée pour protéger la police et pour « marquer » les esprits des femmes qui continuent à résister courageusement aux pressions de toutes sortes pour les inciter à porter le voile !