samedi 2 février 2013

LA LIBERATION DU MALI N’EST PAS UNE CROISADE, C’EST LA GUERRE DES JUSTES CONTRE LE NEO- IMPERIALISME SALAFISTE

Appel à la solidarité des mauritaniens avec les peuples du Mali Vendredi 11 janvier 2013, alors que les groupes salafistes rompaient la trêve entretenue depuis le début de l’année 2012, débutait l’intervention française au Mali, par un engagement aérien, prélude à une intervention de troupes au sol, pour recouvrer l’intégrité territoriale du pays. Très vite, l’avancée de l’envahisseur est stoppée ; les populations du Sud respirent et celles du Nord et du Centre entrevoient l’espoir d’une libération prochaine. La communauté internationale a salué le geste salutaire de la France et requis le déploiement rapide d’une coalition mondiale, avec, en première ligne, des troupes de soldats du Continent, notamment celles de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et du Tchad. Bien davantage qu’une guerre d’éradication du terrorisme, la bataille du Mali constitue l’acte de résistance fondateur des populations noires devant la tentative de changer leur mode de vie, par la force brute. Derrière le projet salafiste en Afrique subsaharienne, se profile une vision du monde et de l’Islam, rigoriste, puritaine et réductrice de toute différenciation ; il s’agit d’uniformiser la vie, d’y tuer toute capacité de réflexion et d’innovation ; ici, il n’y a pas de place pour l’égalité de sexes, l’art, la joie de vivre et l’esprit critique. La cité idéale que promeuvent les combattants du néo-wahhabisme ne prospérerait que sur la ruine, totale, des traditions et de la culture africaine, par un processus d’arabisation insidieuse que caractérisent la terreur de masse et le déracinement ; des conséquences pratiques du dessein de dépersonnalisation en cours d’exécution, découlent l’infantilisation de la femme et son exclusion de l’espace public, le recours quasi systématique à l’usage de la peine de mort et la banalisation des amputations. Bien au-delà du Mali, le devenir de cette représentation de l’existence humaine sur terre, aboutirait, à l’instauration d’un totalitarisme sans précédent dans l’histoire de l’Islam et, en touts points, contraire à la longue marche du Prophète Mohamed (Psl). Pour l’intégrité des musulmans et la paix universelle, il n’y pas, encore à ce jour, de menace plus substantielle et crédible. Il en découle le devoir de la combattre, sans hésitation ni faiblesse. A l'intérieur même de la Mauritanie, l'extrémisme religieux s'est infiltré à tous les niveaux de la société d'où la visibilité accrue du voile intégral, un vêtement jusqu'ici exotique; la profusion, dans la rue, des femmes couvertes de noir, se conjugue à leur activisme prosélyte auprès de leurs compatriotes, lors d'assemblées séparées qui se tiennent au grand jour. Les autorités, notamment les services de sécurité, ont laissé entrer les activistes de la haine, en connaissance de cause, impunément; la connivence n'épargne plus aucune structure de l'Etat, pas même la télévision nationale; en quelques années, la propagande islamiste, a fini de soumettre les esprits, par le matraquage et la culpabilité. L’affaire de l’incération, en 2012, des livres de jurisconsultes musulmans qui légitimaient l’esclavage, a démontré la puissance, la cohésion et l’influence de ces milieux. Leurs véritables visées, apparues alors, dévoilaient une idéologie d’essence discriminatoire, en somme vouées à la conservation d’une féodalité de type ethno-théocratique. Le salafisme - qu’il soit sunnite malékite ou sunnite wahhabite - s’avère l’ultime avatar d’une volonté d’hégémonie qui avance, masquée, sous couvert de la foi. Le péril est au seuil de nos demeures! Ainsi, nous organisations signataires : - Dénonçons, avec vigueur, les prêches de certaines mosquées de Mauritanie où l’apologie du terrorisme salafiste s’est exprimée, y compris sur des média officiels ; - Nous indignons du racisme tacite qui suinte des déclarations d’hommes politiques et de prétendues Fatwas de leaders religieux, osant appeler les croyants, à soutenir les groupes armées, contre la « croisade française» ; - Appelons le gouvernement mauritanien à apporter, aux troupes de la coalition internationale, assistance et pleine coopération, dans la conduite de l’expédition militaire, en vue de réaliser l’unité du Mali et de préserver ses institutions démocratiques et laïques ; - Mettons en garde contre les exactions et violences de représailles, sur les populations Arabe et Touarègue, à la faveur de la reconquête. - Incitons, vivement, les mauritaniens, à constituer, dès à présent, dans les quartiers, les villages et les campements, des groupes d’auto-défense, pour endiguer, voire prévenir l’infiltration wahhabite, à la fois liberticide et source d’appauvrissement intellectuel. - Invitons les mauritaniens, à se réapproprier les outils de l’authenticité culturelle – poésie, chants, danses, folklore, habilement traditionnel - comme contre-culture de la libération, en réponse à la dissémination du cimetière salafiste sur la surface de la terre. Nouakchott, le 27 janvier 2013 Signataires : IRA-Mauritanie : Biram Ould Dah Ould Abeïd, Président SOS-Esclaves : Boubacar Messaoud, Président AMDH : Me Fatimata M'Baye, Présidente AFCF : Aminetou Mint Ely, Présidente Conscience et Résistance : Hacen Ould Lebatt, porte-parole LMDH : Me Mine Ould Abdallah, Président CSVVDH : Lala Aïcha Ouédrago SY, Présidente FONADH : Mamadou Moctar Sarr, Secrétaire Exécutif

44 commentaires:

maatala a dit…

Salam

A mon fréro Vlane et aux autres Canalheurs dépressifs asthmatiques


http://www.youtube.com/watch?v=SoVUUMJ5XSY

Un son interdit aux salafistes dit le fou

maatala



Anonyme a dit…

Salam

L’éditorial de La Nouvelle Expression : A mon ami Ould Bouamatou.


Entre Ould Bouamatou, l’homme le plus riche du pays, et Ould Abdel Aziz, le Président des Pauvres mais tout nouveau et tout beau riche parmi les nouveaux riches du pays, le feuilleton à multiples rebondissements et trames aux contours flous, continue d’occuper les Mauritaniens depuis quelque temps.

C’est que l’attaque, en-dessous de la ceinture, du protégé d’hier contre son protecteur ne manque pas de soulever chez certains une réelle indignation et chez d’autres une incompréhension plus que légitime, tant le procédé déroute et les moyens utilisés redoutables.

Pour noyer son chien, ici, on l’accuse non seulement de rage mais pour abréger ses souffrances, on le charge comme un baudet. Le self-made man Ould Bouamatou, transformé en un « Wanted » par les sheriffs du nouvel Ouest qu’est devenue la Mauritanie, est un homme à abattre. A petit feu.

Et pour ce faire, rien de plus que les impôts pour le mettre sur la paille, comme on le dit si bien dans le langage que maîtrisent si bien les cow-boys. Il faut croire que le client Bouamatou, un dur à cuire qui n’est pas né de la dernière pluie, ne trouve plus grâce aux yeux de ceux qu’il avait contribué à propulser dans le fauteuil bien moelleux de la Présidence de la République.

Autres temps, autres mœurs ! Sans que l’on sache vraiment quel grain de sable a du enrayer la bonne entente entre Ould Abdel Aziz et son soutien de première heure, un spectacle peu digne est offert aux Mauritaniens que le pouvoir veut prendre à témoin que l’argentier et ami d’hier du Raïs ne paie pas les impôts. Et hue !!

On fouette les canassons, on crie haro sur le baudet ; on appelle à la rescousse quelques chevaux blanchis – déjà – sous le harnais d’anciens cavaliers… « Débats », interventions audio ou télévisées : à doses homéopathiques, on veut convaincre l’opinion du bien fondé des énormes charges qu’on fait porter au bouc-émissaire. Et le procureur – d’aucuns diront le bourreau – est tout trouvé : le Directeur Général des Impôts dont la sortie, au cours de laquelle il a laminé des journalistes quelque peu mal préparés pour conduire le débat, est entrée dans les annales de l’histoire.

L’histoire retiendra surtout que ces journalistes, pour on ne sait quelle raison, avaient préféré jouer aux équilibristes, en défendant le patron des patrons. En le faisant, ces journalistes n’ont ni éclairé la lanterne de l’opinion, ni édifié « la cour » pour mieux fonder sa religion. Or, l’objectif premier aurait du être d’expliquer – et de convaincre - que le pouvoir ne se livre ni au règlement de compte, ni même au « deux poids, deux mesures » dans cette fameuse opération d’impôt et de retrait de dépôts des entreprises d’Etat des caisses de la GBM.

Anonyme a dit…

Que la Direction Générale des Impôts somme les hommes d’affaires de s’acquitter de leurs impôts est une action à saluer, mais que cette sommation soit un coup bas pour régler des comptes à certains n’honore ni l’exécutant ni le donneur d’ordre, si tant il est vrai qu’en bas se cache des motivations inavouables car un pays civilisé et policé ne peut s’accommoder d’une gestion aussi incongrue des hommes et des biens de ceux-ci.

A moins que l’Etat ne fournisse au peuple des arguments beaucoup plus convaincants que les rhétoriques et les rengaines déjà entendues, le constat de tous est qu’il s’acharne sur les intérêts d’un citoyen, de surcroît un fils du pays qui fait travailler des milliers de personnes, nourrit – grâce à Dieu – des milliers de foyers et dont la fondation soigne des milliers de nécessiteux.

L’Etat, en agissant de la sorte, ne ferait que multiplier ses adversaires car, en poussant à la ruine cet homme de bien, il s’attaque à un symbole, à un édifice, à un support qui, s’il cède – qu’à Dieu ne Plaise – entraînerait malheur et désespoir pour des milliers de citoyens. ..

Quoiqu’il en soit, et au rythme où vont les choses, tout indique que, quelque part, il existe une volonté de casser du Bouamatou, d’autant plus que le vice-président de la GBM a été convoqué par la police économique et son passeport aurait été saisi.

Veut-on dévêtir Pierre pour habiller Paul ? Est-ce une manière de niveler certaines richesses par le bas ? Le Président des pauvres devant l’éternel, viserait-il, par la force des choses, le statut de « Président de la pauvreté » ? C’est vrai que le système d’hier tout comme celui d’aujourd’hui, pour se pérenniser, crée des nouveaux riches ; mais est-ce une raison pour (dé)plumer ceux qui l’étaient déjà ? Si tel est le cas, on serait descendu au fond de la poubelle pour noyer un adversaire ; par pure haine que l’on sait pourtant mauvais guide. Ne dit-on pas, d’ailleurs, que la haine, c’est comme le charbon « Si elle ne vous brûle pas, elle vous noircit » ?…

A propos de ces deux hommes (Bouamatou et Abdel Aziz), un vieil homme, en Juillet 2009, m’avait prédit l’avenir de leurs relations. « Elles seraient tumultueuses », m’avait-il indiqué. C’était le jour où Ould Bouamatou était apparu à côté d’Abdel Aziz lors de son plus grand meeting de campagne, celui d’Arafat. « Mon petit, ce couple ne fera pas long feu. Sa fin inéluctable se terminera comme l’histoire du serpent et du marabout ».

L’histoire du serpent et du marabout : « Un serpent, après avoir mordu mortellement le fils de son propriétaire, s’était enfui pour se sauver, des poursuivants voulant en finir avec lui en l’écrasant tout bonnement à l’aide de solides gourdins. Le serpent fuyard trouva sur son chemin un marabout assis sur son tapis de prière. Il sollicita sa protection. Le marabout l’autorisa de prendre place sous son tapis de prière mais le serpent estima que l’endroit n’était pas sûr, ses poursuivants pouvant le repérer facilement en suivant ses traces.

Il proposa au marabout de l’avaler, car le ventre de ce dernier étant un endroit beaucoup plus sûr. Après avoir hésité, le marabout accéda à la demande de ce serpent dont la vie était menacée... Arrivèrent les poursuivants marchant sur les traces du serpent ; ils fouillèrent partout, jusque sous le tapis du marabout, sans rien trouver.

Anonyme a dit…

En désespoir de cause, ils s’en allèrent. Mais quelle ne fut la surprise de l’homme de Dieu quand il invita son hôte (le serpent) à sortir, puisqu’il était désormais hors de danger. Mais contre toute attente, le serpent, estimant avoir trouvé un gite et un couvert aussi garantis, refusa d’obtempérer, usant même de menace contre son bienfaiteur… Mais Allah, Qui répand ses bienfaits sur ses fidèles, sauva le pauvre marabout, alors que le serpent fut « rétribué » douloureusement pour son comportement ingrat ». « Garde bien en tête cette histoire et, si Dieu nous Prête vie, on en reparlera… », avait conclu le vieil homme.

Aujourd’hui, plus de 3 ans après, cette histoire me revient. Et je me dis que Bouamatou, comme beaucoup de personnes qui avaient cru en Mohamed Ould Abdel Aziz qu’ils pensaient pouvoir écrire une nouvelle page de l’histoire de la Mauritanie, n’a été qu’une victime de plus.

Lui qui, des mois durant, avait accompagné, soutenu et financé le candidat Aziz, n’en revient sûrement pas. Lui qui a mis en place L’hôpital ophtalmologique rendant la vue gratuitement aux populations ; lui, l’homme des branchements sociaux de l’eau à Kiffa, mérite-t-il d’être vilipendé et appauvri aujourd’hui pour le grand bien de nouveaux hommes d’affaires que l’on rattache – à tort ou à raison ; mais plus à raison qu’à tort – au Président des pauvres ?

Cher ami Bouamatou, vous êtes étonné de la récompense de votre cousin, votre (désormais) ex-ami ? Avez-vous vu comment il a aliéné le sens de l’Etat, lui qui se comporte maintenant comme César, sans peur de voir surgir un quelconque Brutus ? Il est devenu omnipotent ; tout s’identifie à lui ; tout tourne autour de lui, grand astre (que dis-je, grand axe), soleil de ce pays… Hélas, l’espoir du peuple est trahi.

La farce de la prière de Kaédi est désormais déconstruite. L’homme, très populaire en 2009, n’est aujourd’hui que l’ombre de lui-même, ses véritables soutiens ayant été écartés – ou s’étant écartés d’eux-mêmes pour ne pas cautionner ce qui, jour après jour, fait apparaître plus d’une forfaiture. Mon ami, pour ta dignité, accepte ; accepte, non pas par résignation, mais accepte le sort que ce régime te réserve, sans même y mettre la forme, rien que pour nuire à tes intérêts.

Mon ami, ne regrette pas un seul moment de t’être trompé sur la personne que tu avais soutenue et sous le règne de qui, aujourd’hui, le pauvre citoyen est écrasé, le riche humilié, sans égard pour hier et sans crainte du lendemain. Accepte, mon ami, que comme le marabout et « son » serpent, tu pensais bien faire en soutenant Abdel Aziz en 2009.

Mon ami, accepte, comme tant d’autres, que la Mauritanie est devenue un Parquet (un parc ?) où l’on reconnaît à peine la présomption d’innocence, et où l’accusateur, le Procureur, le juge et le régisseur travaillent la main dans la main. Par Dieu ! Nous sommes, hélas, tous en sursis. Alors prions. Prions fortement pour la Mauritanie.

Camara Seidi Moussa

Anonyme a dit…


Un bollahi qui s'attaque au frerot vlane. Vas-y doucement vlane, ne revele pas beaucoup de secrets dans ta reponse.


http://www.cridem.org/C_Info.php?article=639360

Anonyme a dit…


Un bollahi qui s'attaque au frerot vlane. Vas-y doucement vlane, ne revele pas beaucoup de secrets dans ta reponse.


http://www.cridem.org/C_Info.php?article=639360

Anonyme a dit…

salam

Lu sur cridem

Mohamed Abdallahi Mohamed Salem Dit Bollahi Politologue a dit:


Quant à votre question, oui, Mohamed El Bouamatou est le seul Mauritanien d’origine. Qui est ce qui donne réellement droit à la citoyenneté ? C’est quand on est patriote, prêt à mourir pour sa patrie et défendre son intégrité et son unité.
-----------------------------

Patriote, pret à mourir pour son pays........SKIIIIII

Les négos-africains qui ont fait la guerre du sahara ont étés déportés par le caporal Taya.

"WATANI" est réservé à que ceux qui achètent des parcs en Espagne, investissent l'argent du pays, au sénegal, au maroc et en espagne (bouamattou, nouéguid.....).

Rien que de l'enfumage aurait dit Vlane

maatala

Anonyme a dit…

Vendre des cigarettes marlboro a Belaouar est aussi un acte citoyen, n'est-ce pas bollahi. Creer aussi une crise des transports avec le Mali pour interdire aux maliens et mauritaniens de votager par la route et remplir ses avions (source: wikileaks). c'est patriote aussi. Aziz n'' est pas un sain, ni aussi Bouamatou. Bollahi enteu veum?

Anonyme a dit…

Salam

Lu pour Dedew

Un Saoudien qui a violé, torturé et tué sa fille libéré après avoir payé le «prix du sang»

Fayhan al-Ghamdi, un prédicateur saoudien célèbre en Arabie saoudite pour ses interventions télévisées avait été emprisonné pour le viol et le meurtre en octobre 2012 de sa fillette de 5 ans, Lama. Il vient d'être libéré après avoir payé le «prix du sang», une compensation financière à la mère de l'enfant, rapporte the Independent.

Fayhan al-Ghamdi et son ex-femme se partageaient la garde de Lama, leur fille. Alors qu'il hébergeait Lama, il l'a violée à plusieurs reprises avant de la torturer. L'enfant, qui souffrait de multiples fractures, d'ecchymoses et de brûlures, est décédée peu de temps après son hospitalisation en urgence.

Le prédicateur saoudien a reconnu avoir utilisé des câbles et une canne pour battre la fillette, explique the Independent. Il doutait de la virginité de Lama, qu'il avait fait examiner par un médecin, note the Daily Mail.

Après trois mois d'emprisonnement, le juge en charge de l'affaire a estimé que Fayhan al-Ghamdi pouvait payer «le prix du sang» pour être libéré: 200.000 riyals (soit un peu moins de 40.000 euros) versés à la mère de Lama comme compensation financière pour la perte de sa fille. Si Lama avait été un garçon, la somme aurait été doublée.

En Arabie saoudite, où la charia régit le droit, la peine de mort est en vigueur, rappelle the Independent. Mais un homme ne peut être exécuté pour le meurtre de son épouse ou de ses enfants, qui sont considérés comme sa propriété.

L'année dernière, le prédicateur islamiste Abdullah Daoud avait déclaré à la télévision saoudienne que le voile intégral devrait être obligatoire pour tous les nouveaux nés de sexe féminin, note the Telegraph. Une telle mesure empêcherait les agressions sexuelles et les viols sur les bébés.

La libération de Fayhan al-Ghamdi a provoqué la colère des Saoudiens et des activistes du Women to Drive, un groupe saoudien qui lutte pour les droits des femmes, qui, entre autres, doivent être voilées et ne sont pas autorisées à conduire. Le hashtag #AnaLama («je suis Lama») a émergé sur Twitter en hommage à la fillette et les autorités locales ont mis en place une permanence téléphonique pour lutter contre la maltraitance infantile.
--------------------------------

Couly

T'VELA sera préte quand pour Dedew dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

salam

L'année dernière, le prédicateur islamiste Abdullah Daoud avait déclaré à la télévision saoudienne que le voile intégral devrait être obligatoire pour tous les nouveaux nés de sexe féminin, note the Telegraph. Une telle mesure empêcherait les agressions sexuelles et les viols sur les bébés.

---------------------------------

Les frustrés de wahabistes sont ceux qui ont formés Dedew dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

salam

Nouvelles du cousin de Couly: le capitaine Sonogo

Cédéao et les ex-putschistes installés à Kati pour trouver une « éventuelle sortie honorable aux auteurs du coup d’Etat du 21 mars 2012 », certains n’ont pas caché leur déception. Pour ces jeunes soldats à l’origine de la mutinerie, il s’agit ni plus ni moins qu’une trahison car les promesses faites à eux par le chef de l’ex-junte, Amadou Haya Sanogo, tenues comme leur promotion à des grades supérieures, l’augmentation de leurs salaires et l’amélioration de leurs conditions par l’octroi des logements sociaux et bien d’autres belles promises par le capitaine dans l’euphorie de la prise de pouvoir, sont restées lettre morte. Ils sont d’autant en colère qu’ils disent détenir les preuves d’enrichissement de plusieurs officiers qui n’ont rien risqué. Les plus virulents veulent leurs camarades à la révolte alors que des organisations des droits de l’homme s’apprêteront à demander une enquête de la Cour pénale internationale sur la disparition de dizaines de personnes dont des bérets rouges. Le précurseur de « Tolérance zéro » est dans une situation de « repos zéro ».

Youssouf Coulibaly


SOURCE: L'Indicateur du Renouveau du 7 fév 2013.

Anonyme a dit…

Maatala,

Le sexe, le sexe et le sexe. C'est tout a ce que pensent ces singes de djihadistes. Le sexe a travers les viols ici bas et le sexe dans l'au-dela quand ils se suicident a la marsa.Cet Abdalah Daoud doit avoir viole son bebee. De la lie, ces djihadistes. Incapables aussi de faire jouir une femme, d'ou la concentration sur les bebes.Etfou.


===
L'année dernière, le prédicateur islamiste Abdullah Daoud avait déclaré à la télévision saoudienne que le voile intégral devrait être obligatoire pour tous les nouveaux nés de sexe féminin, note the Telegraph. Une telle mesure empêcherait les agressions sexuelles et les viols sur les bébés.

Anonyme a dit…

Maata, dites a' CRIDEM de laisser Cheikh Ahmed Ould Zahaf en paix! Je connais l'Ambassadeur depuis le lycee d'Aioun. C'est un homme de gauche. IL N'EST ABSOLUMENT NI RACISTE NI ETHNOCENTRISTE!
Il est de Ain Farba!!!! Il va sans dire qu'un CHERGAWI A TOUJOURS QUELQUES PROBLEMES MENTAUX. (rire)!!!

maatala a dit…

Salam

Couly

Give me a breack, I will be ashamed to call this guy a friend while negros in this country are no longer considered as citizen.
A statment from a former slave to a colleague with a hint to his foreign ascendant is only a racsit one. As a Haratin, Zahaf, forget to mention that his name a borrowed one from his master and he might be himelf of a foreign ascendant.
With regard to Traore/ZAHAF and a hooligan like you that are basically TAYIE's children killing each others that make happy.... said the crazy.

Maatala

Anonyme a dit…

Maata, je parle de quelqu'un que je connais depuis notre temps au lyce'e. (Je suis entrain de rire parce qu'en parlant ainsi, ce sont mes soeurs Soueilka Ba et Aicha Vall qui ne viennent a' l'esprit. YOWGUI HATEU BI LAAYOUN ET SES JOLIES FILLES DES ANNE'ES 1980!!!!)Nous sommes politiquement oppose's MAIS CROYEZ-MOI LORSQUE JE VOUS DIS QU'IL N'EST ABSOLUMENT PAS RACISTE!!!
J'ai une tres bonne ide'e de Traore' qui est l'epoux de la fille d'un General malien a' la retraite. Je n'ai rien contre lui. Je considere son epouse comme une petite soeur!!!
LES PROBLEMES ARRIVENT. IL FAUT SAVOIR LES SURMONTER!!!

Anonyme a dit…

Salam

Lu pôur Dedew et les frustrés qui occupaient le nord mali

CAN 2013 : Les prostituées nigérianes ont tenu promesse avec l’appui des agresseurs

Au coup de sifflet final qui consacrait la victoire du Nigéria sur le Burkina à la CAN, l’alcool et le sexe étaient au rendez-vous hier et jusqu’au petit matin au Nigeria comme initialement promis et prévu.


es prostituées se sont données aux « lanpins »sans exiger le moindre naira… « En 90 mn, le temps d’un match, j’ai donné gratuitement du plaisir à 11 supporteurs, l’équivalent du nombre des joeurs sur le terrain. Je prends 15 mn de mis temps et je recommence » peste Martins Ekilé, une prostituée du quartier Ikoyi. A Ijora Badia, les murs des maisons, des lieux publics, les balcons et les rues sont transformés en « lit»… Estelia Ekechukwu, elle, jure de se « donner gratuitement à 100 hommes pour fêter cette grande victoire ». Nous allons respecter ce contrat moral et cet engagement au nom de la République et de l’équipe nationale souligne la Secrétaire Générale de l’Association Nationale des Prostituées. A Lagos, Ibadan, Onitcha, Zaria, Enugu, Abeokuta, Owerri, Bauchi, Jos Port Harcourt et d’autres grandes villes du Nigeria, le spectacle est le même jusqu’au petit matin…Certains camerounais, nigériens et tchadiens qui sont non loin des frontières nigérianes auraient effectués le voyage pour profiter de l’occasion sans frais… Les touristes en ont profité pour économiser de l’argent destiné « aux fesses » et prolongé leur séjour. A Calabar (une autre ville), les prostituées ont organisé dans une boite de nuit, un défilé de mode où les candidates toutes nues s’exhibaient devant le public…. L’entrée était gratuite, le spectacle aussi.

Certains bars, auberges, hôtels ont baissé le prix de l’alcool et des chambres toute la nuit… Dans un rire qui traduit sa joie et sa satisfaction, Karimu, devant sa bière, déclare « j’ai b…3 femmes gratuitement avant de venir ici pour recharger les batteries et repartir. Des jours comme ça, il en faut plusieurs surtout pour nous les pauvres. Même la police laisse faire, c’est notre jour. Merci aux supers eagles ».

Dans un communiqué largement diffusé, les agresseurs et voleurs ont déclaré « 5 jours sans agressions et sans vols » afin de compléter la « récompense » des prostituées à l’équipe nationale de Football. Le Nigeria, vraiment un autre pays!

grat.over-blog.com

YENSHA'H LEKEDAR DIT le fou

maatala


Anonyme a dit…

Je conseillerais qu'on evite la fuite en avant dans l'affaire Bouamatou! Je n'ai aucune preuve pour parler des impots de Bouamatou mais je conseillerais vivement de faire attention pour ne pas decourager les investisseurs etrangers.

Anonyme a dit…

Coulibaly Oumar dit Papa, je vous souhaite une tres bonne chance dans votre mission! Mes felicitations!

Anonyme a dit…

les jours du bandit Bouamatou sont compte avant d’aller en prison,

plus de place pour les escroc payez payez payez

Anonyme a dit…

Je conseille la prudence dans le dossier Bouamatou! S'il y a des preuves tangibles, on les avance et on passe a' la justice. S'il n'y a pas de preuve credible, le dossier doit etre classe'!
Notre economie est fragile et elle n'a pas besoin de certaines crises qui peuvent etre evite'es!
Mes amis, il serait preferable de voir comment ce probleme peut etre regle' sans porter atteinte a' aucun des interets en jeu!
Il y a de cela pres de 30 ans, j'ai ecrit un article intitule': "PAYER SES IMPOTS EST UN DEVOIR PATRIOTIQUE"! Le phenomene dont parle le gouvernement a toujours existe' dans notre pays. QUELLE EST LA SOLUTION?
ALLAH YAALEM!!!

Anonyme a dit…

Salam

ouly

Tu es supposé être une Mauritanien tant que la commission d'enrôlement ne débarque pas aux STATES.

Lorsqu'il te demanderont ta cate de séjour américaine, tu retournera dans ta niche et tu te torcheras avec la passeport mauritanien.

C'est que s'apprête à faire un grand nombre de mauritanien vivant en France.

Ton Bout-à-matou, c'est le plus grand cocu de Kim -trabelsi- azziz dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

salam

Le conservateur du musée de Touezekt Mr El Khalil Ould N’Tahah n’en revient pas de son dernier séjour a Tichitt lors de la 3eme édition du festival des villes anciennes. Il a vu et entendu en effet, tant de choses a propos des civilisations anciennes, et premiers peuplements de la Mauritanie au travers des conférences, visite de sites archéologiques, contes populaires et modes de vie local que plusieurs interrogations germent en lui.

Quel rapport par exemple entre le nom Zigh du mont et puits situés a 45km de Tichitt et le nom Zingh attribué a l’empire Zingh cité dans les écrits d’historiens :

« Les premiers empires et civilisations noires étaient l’empire préhistorique de ZINGH qui existait il y a plus de 15.000 avant J.C, et qui était situé depuis le territoire actuel de la Mauritanie jusqu’au KMT (Egypte Antique) et Nubie-Koush » ?

Mr le conservateur du musée de Touezkt se dit être impressionné par la similitude de l’architecture de construction des maisons et mosquées de Tichitt avec celle de Ouadane et Oualata… Les mêmes maçons a si grande distance séparant ces cités ?

-----------------------------

Il est ou le ZIG qui disait que la mauritanie est un pays presqu'arabe dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Vеry gooԁ blog! Do you haѵe any suggestiοns foг aѕpіring writегs?
I'm hoping to start my own website soon but I'm a littlе lost οn evеrything.
Would yοu suggeѕt staгting with a frеe ρlаtform lіke Woгdpress оr go for a
paid optiοn? Theгe are so mаnу
choіceѕ out therе that I'm completely confused .. Any ideas? Many thanks!

my site :: click the up coming webpage
My webpage > Click Through The Up Coming Document

Anonyme a dit…

salam

Lu pour Tawassoul


Un document signé du chef d’Aqmi, Abdel Malek Droukdel a été retrouvé à Tombouctou dans les décombres d’un local occupé par les islamistes par des journalistes de médias anglophones. Dans ce document dactylographié en arabe et authentifié par des islamologues, on découvre, noir sur blanc, les grandes lignes de la stratégie d’Aqmi au Mali. Sous forme de correspondance avec les chefs locaux d’Aqmi, Abdel Malek Droukdel recommande à ses lieutenants une application plus souple de la charia, en s’appuyant sur les groupes locaux.



Photo non datée du chef d’al-Qaïda au Maghreb islamique, Abdelmalek Droukdel, en présence de ses hommes, au nord du Mali. AFP

Le document est daté du mois de mars 2012, juste avant la prise des trois principales villes du Nord par Aqmi, al-Qaïda au Maghreb islamique, et ses alliés Ansar Dine et le Mujao, Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest. Un document sous forme de recommandations :


Droukdel reproche à ses lieutenants de ne pas prendre suffisamment de précautions : « Nous devons prendre en compte l’environnement local qui rejette un islam trop rigoureux », explique le chef d’Aqmi qui cite deux applications problématiques de la charia : la destruction des mausolées de Tombouctou et la lapidation en cas d’adultère. Il dénonce une application trop radicale de la charia par le Mujao à Gao.

Le chef algérien d’Aqmi appelle ses hommes à privilégier les alliances avec les groupes locaux. Il estime que la décision d’Ansar Dine d’entrer en guerre contre le MNLA, Mouvement national de libération de l’Azawad, est une erreur majeure. Pour lui, Aqmi ne doit pas monopoliser la scène politique et militaire locale et doit se faire discret.

« Mieux vaut apparaître, dit il, comme un mouvement local avec ses propres causes et ses préoccupations. Nous n’avons aucune raison de mettre en avant notre projet jihadiste et expansionniste ». « ll nous faut, dit Droukdel, planter juste quelques graines dans un sol fertile qui, grâce à des engrais, deviendront un arbre stable et vigoureux ». Une doctrine de la patience bien loin de son application sur le terrain au nord du Mali

-----------------------------

Jemil ente vem dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam
Les islamistes et leur incapacité à gouverner

La crise que connaissent les partis islamistes au pouvoir depuis le printemps arabe révèle tout bonnement leur incapacité à exercer le pouvoir.

En Tunisie comme en Egypte, l'horizon s'assombrit pour les islamistes, confrontés à une montée de la contestation et desservis par leur manque d'expérience gouvernementale, deux ans après avoir profité du printemps arabe pour se faire élire aux commandes, estiment des experts.

En Tunisie, l'assassinat de l'opposant de gauche Chokri Belaïd, pour lequel les islamistes d'Ennahda sont pointés du doigt, a embrasé la rue déjà échaudée par la lenteur des progrès économiques et sociaux, alors que chômage et misère avaient été à l'origine du soulèvement révolutionnaire.

En Egypte, les Frères musulmans et l'opposition s'affrontent par manifestations interposées, et ces rassemblements dégénèrent régulièrement en violences parfois meurtrières, deux ans après la chute de Hosni Moubarak.

Pour l'expert tunisien Slah Jourchi, familier des mouvements islamistes, ces partis souffrent de leur manque d'expérience dans l'exercice du pouvoir.


«Les mouvements islamistes étaient de type purement contestataire et ils ont été surpris de se trouver aux affaires du fait d'un vide créé par la crise des oppositions laïques», explique-t-il.

«Ces mouvements doivent s'éloigner de l'exercice du pouvoir pour un moment et procéder à des révisions doctrinales pour adapter leur idéologie aux temps modernes», estime encore Slah Jourchi.

D'autant qu'en Egypte, les Frères musulmans ont eu tendance à chercher à gouverner en passant en force, ce qui a mobilisé leurs détracteurs.


Anonyme a dit…

«En Egypte, plus qu'en Tunisie, les islamistes du président Mohamed Morsi ne s'attendaient pas à autant de résistance de la part de la société», souligne Stéphane Lacroix, professeur à Sciences po.

«Seuls face à tout le monde»

Il relève un «déficit de la culture de la gestion politique» du parti des Frères musulmans, qui apparaissent comme des «novices manquant d'expérience dans la conduite des affaires publiques». Résultat, le pouvoir islamiste en Egypte n'arrive pas à «contrôler les institutions».


«Il peut donner des instructions, mais la police égyptienne a sa propre manière de faire (...) et du coup, vous avez un président qui n'a pas de prise sur la police, sur la justice et sur l'armée», poursuit Stéphane Lacroix.

«C'est un moment très difficile pour le président égyptien car les Frères musulmans sont seuls face à tout le monde, et même les salafistes se positionnent contre le gouvernement Morsi», souligne le politologue.

En Tunisie, si l'assassinat de M. Belaïd a choqué la société, il a par ricochet plongé le parti islamiste dans une crise profonde et révélé la ligne de fracture en son sein.

«Ennahda est en crise», note l'universitaire Iqbal al-Gharbi, anthropologue et détentrice d'une chaire d'études islamiques à l'université Ezzeitouna de Tunis.

Selon elle, le parti qui a remporté les élections d'octobre 2011 doit désormais choisir: suivre l'exemple turc du Parti de la justice et du développement (AKP), à «l'islamisme apaisé et réconcilié avec les valeurs universelles des droits de l'Homme, ou la tentation d'un islam rigoriste».

Les retombées de l'assassinat de Belaïd ont montré que les deux tendances existaient au sein d'Ennahda, relève-t-elle.

En effet, le Premier ministre Hamadi Jebali, numéro 2 d'Ennahda perçu comme un modéré, veut former, contre l'avis de son parti, un gouvernement de technocrates, provoquant l'ire des durs qui refusent de céder les ministères régaliens de l'Intérieur, des Affaires étrangères et de la Justice.

Parallèlement, Ennahda maintient un «double discours entre son engagement à respecter le jeu démocratique et son refus de dissoudre la Ligue de protection de la révolution», largement considérée comme une milice brutale dont le but est d'intimider les opposants, s'inquiète Iqbal al-Gharbi.

AFP

Anonyme a dit…

Hi there! This is my 1st comment here so I
just wanted to give a quick shout out and say I truly enjoy reading
your posts. Can you suggest any other blogs/websites/forums that go over the same subjects?
Thanks for your time!

Here is my homepage: instagram follwers
Also see my site: buy followers for instagram

Anonyme a dit…

salam

-Mauritanie : fin de parcours pour Mohamed Ould Abdel Aziz ?

mvswd6917/02/2013 16:19

Trop de ragots et de commérages qui commencent à nous donner le vertige. Les accusations du député français sont très graves et portent préjudice, non seulement à l'image du pays, mais aussi et surtout, à l'image de marque et à la réputation de notre président et tout son régime.

Certainement le député aurait eu vent de certaines infos relatives à ces histoires de trafic de drogue et de blanchiment d'argent dont notre pays en est devenue, malheureusement, une plaque tournante mais ça doit s'arrêter juste à ce niveau là. Des hommes véreux sans scrupules dans tous les rouages de l'État aurait été complices et peut-être des éléments moteurs dans ces activités illicites, mais, aller jusqu'au pointer du doigt un chef d'État dans ces mystérieuses affaires de transit de drogue me paraît, quand même, trop exagérée de la part du député.

Si ce député dispose de preuves et d'actes réels incriminants le président il n'a qu'à nous les montrer et nous convaincre de la véracité de ces faits reprochés au président, auquel cas, le président perdrait toute légitimité à diriger le pays.

Dans l'autre cas, si le député continue à raconter des calomnies sans fondement et à se rager sur Aziz il risque sérieusement d'être poursuivi en justice.

Les accusations sont d'une telle ampleur qu'on ne peut pas permettre leur continuité, car leur nocivité dépasse toute imagination. Je pense qu'il faut faire halte et demander aux accusateurs de porter leurs preuves avant de s'acharner sur un président dont le régime commence à vaciller sous les coups de boutoir du député français Noël Mamère.

Bebe BA a dit…


Mise au point au sujet d’Ould Jeilani, ancien IGE et chroniqueur de KASSATAYA

La frénésie qui s’est emparée du microcosme politico-économico-médiatique s’enrichit de méthodes peu scrupuleuses mais vieilles comme le monde. C’est ainsi que des individus naturellement bien intentionnés et désintéressés exhument les ossements d’un vieux texte écrit dans un contexte et sur un ton particuliers et s’en emparent pour régler des comptes. Que des organes auxquels on peut prêter a priori du crédit et de la rigueur aient pu s’associer à ce genre de manœuvres donnent une idée du chemin que la profession a encore à parcourir. La rédaction de KASSATAYA apporte les éclaircissements suivants :

- Avant d’être nommé IGE, M. Mohamed Abba Ould Sidi Ould Jeilani était déjà cadre à l’ASECNA

- Les affectations au sein de cette institution relèvent de la seule prérogative de son directeur et n’obéissent en aucun cas aux vicissitudes de la vie politique des pays qui la constituent. Les Etats membres ne nomment directement que leur représentant au conseil d’administration. Il n’est pas interdit de se renseigner avant de s’empresser de « trouver la cause de ce n’est point » (lire à ce sujet notre enquête sur les changements dans l’administration de l’ASECNA)

- Dire que M. Mohamed Abba Ould Sidi Ould Jeilani a varié dans ses positions relève de la pure imagination et du procès d’intention. S’assoir sur ses principes et ses convictions pour un poste de chargé du contrôle qualité et sécurité après avoir démissionné de son poste d’IGE pour ne pas cautionner une rupture de l’ordre constitutionnel serait une régression morale que le tempérament de M. Mohamed Abba Ould Sidi Ould Jeilany ne saurait autoriser. Maintenir cette suspicion et cet amalgame n’est point rassurant sur le devenir du débat libre en Mauritanie, aussi bien avec ceux qui nous gouvernent actuellement qu’avec ceux qui prétendent les remplacer tout en usant des mêmes méthodes d’inquisition

- KASSATAYA s’honore d’avoir M. Mohamed Abba Ould Sidi Ould Jeilani dans ses effectifs comme chroniqueur bénévole qui apporte chaque semaine son expertise technique et son éclairage pour une meilleure compréhension des événements vécus par la Mauritanie et la région Sahel-Sahara.

- « Déverser sa bile » n’est pas à proprement parler la mission que nous nous assignons, ni notre compréhension du rôle d’un média libre et indépendant. Que ceux qui occupent la présidence et ceux qui souhaitent les remplacer le comprennent.

Anonyme a dit…

LIBÉRATION de Rahme Mint Legreïvy

grâce au générale ould meghette qui a exige que soit libéré immédiatement, après avoir traité le juge de minable

Anonyme a dit…

Maatala,

Le document de Droudkel est un faux plante. A-

Anonyme a dit…

I constantly spent my half an hour to read this webpage's articles or reviews all the time along with a mug of coffee.

Here is my web site - option fair

Anonyme a dit…

I'd like to thank you for the efforts you have put in penning this website. I'm
hoping to see the same high-grade content from you
in the future as well. In truth, your creative writing abilities
has encouraged me to get my very own site now
;)

Here is my blog - how to grow twitter followers

Bebe BA a dit…

Piqué sur cridem:

Demande de coup d’état au cours de la maladie du Président.

L’ancien ministre de la santé Cheikh Ould Horma a déclaré dans une interview à Sahara Média que des acteurs politiques qu’il n’a pas cités ont demandé à l’armée de procéder à un coup d’état militaire lors de la maladie du Président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Selon Ould Horma: «L’armée a refusé cette demande puisque les coups d’état n’existent plus. Ce qui est une preuve de la légalité du Président. Et qui veut changer le Président n’a qu’à le faire à travers les urnes».

L’ancien ministre de la santé ajoute que: «L’opposition n’a pas réussi à faire tomber le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz, malgré l’usage de tous les moyens légaux et illégaux. Sa demande au départ du Président n’a fait que démontrer que le peuple tient à son Président autour duquel il est complètement soudé».

Sur une question relative à son passage au ministère de la santé, Ould Horma a déclaré: «Il y a au sein du ministère des groupes qui ont des intérêts qu’ils n’acceptent pas qu’on y touche. Tout celui qui essaie de faire face à ça sera naturellement dans leur ligne de mire à travers toutes sortes de tracasseries qui ne finiront pas le faire partir».

Anonyme a dit…

Cette guerre aurait pu être évitée si les maliens noirs avaient un minimum de sagesse. S'ils avaient réalisé que parmi les composantes de la population malienne il existe des franges arabes, berbères et d'autres ethnies qui ont des droits de citoyenneté au même titre que les négro-africains(peules, sononké, bambaré...). Au contraire,ils ne s’intéressaient qu'à la soumission et écrasement des bédouins arabes et touarègues. Maintenant ils vont regretté beaucoup. La terre malienne est devenue pleine d'étrangers qui viennent tous les coins du monde et serait encore et attrayante des jihadites qui cherche que devenir des martyrs c-à-d mourir en guerre contre les européens et leurs alliés. La différence entre vous et eux est très simple à déchiffrer, vous cherchez vivre et ils cherchent mourir. Donc les maliens assoiffés de voir la mali uniquement pour les habitants du sud vont voir comment il serait difficile pour eux de dormir tranquillement car la guerre serait très longue et personne ne se sentirait en paix au mali.

Anonyme a dit…

Salam

Il a dit

"les maliens noirs avaient un minimum de sagesse. S'ils avaient réalisé que parmi les composantes de la population malienne il existe des franges arabes, berbères et d'autres ethnies qui ont des droits de citoyenneté au même titre que les négro-africains(peules, sononké, bambaré...). Au contraire,ils ne s’intéressaient qu'à la soumission et écrasement des bédouins arabes et touarègues"

---------------------------

Man

Les négro-africains de mauritanie vivent une relégation pire que celle des Touareg.

Avant de donner des leçons aux autres, il faut balayer chez soi avant dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

salam

Il a quitté Dakar ce dimanche : Cheikh Béthio Thioune est accompagné par sa 7e épouse

----------------------------

Pourquoi les Guide religieux du sénégal ne s'est insurgé du fait que ce mécréant ait sept épouses.

Les jouisseurs ne condamnent jamais un des leurs dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam

dans la série : je suis un lahlah

IL y a deux semaines environ, en surfant sur le net, je tombais sur un communiqué de la Coordination Démocratique de l’Opposition ou COD. En le lisant qu’elle ne fut ma surprise de découvrir qu’il traite d une accusation insolite et «gravissime » d’un député français à l’égard du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Après le premier moment de stupéfaction et un bon temps de méditation, mon esprit était tellement imbu de colère contre le député français en question et ma déception encore plus grande par rapport à la COD. Voila ma réaction sans fard et sans ambages.

Aussi, commencerais-je, mon oraison par une appréciation de la déclaration de la COD à travers son communiqué écrit, pour exprimer ensuite ce que je pense de l’accusation du député Mamère contre le Président.

La version en langue française du communiqué de la Coalition Démocratique de l’opposition, est très bien écrite. Sur le plan de la lettre ou de la forme, le texte est impeccable, limpide, cohérent. Sur le fond et l’intention, je ne peux en dire de même. Au contraire, j’y décèle une forme d ambigüité ou de duplicité, en d’autres termes, il me parait que cette déclaration est à la fois hypocrite et tendancieuse.

Hypocrite la déclaration de la COD ? Surement. Car comment comprendre, qu’une opposition qui na jamais pris le président Ould Abdel Aziz au sérieux, depuis son élection a la présidence de la république, et dont l’unique credo, depuis un certain temps, est le fameux« Errahil EL Aziz » qui sonne encore comme un tocsin ; comment une telle opposition peut elle interpeller le président par un communiqué solennel, en lui disant, en quelque sorte: défends toi contre l’accusation « gravissime « de Mammaire, sauves la « dignité de la Mauritanie », c’est a dire ta légitimité de président. Comme si elle prétendait s’adresser a lui en ces termes : prouves que tu es innocent de ce dont t’accuse le député écolo, laves ce déshonneur et nous t’approuverons comme le président légal de la république.

Hypocrite opposition démocratique, dont le vœu, le plus manifeste, c’est un secret de polichinelle, était et reste que le chef de l’Etat Ould Abd el Aziz, « dégage », c’est adire qu’il prenne sa retraite du pouvoir sans délai et sans conditions. Et la voila, notre chère COD, qui fait semblant de se prendre pour la garde prétorienne de son excellence, se souciant, tout d’un coup, avec beaucoup de jalousie et de sens du devoir patriotique, c’est du moins ce que semble révéler une lecture attentive et critique du communiqué, de l honneur du président sous couvert de la sauvegarde de la « dignité de la Mauritanie ».

La déclaration du communiqué de la COD, est aussi tendancieuse, c'est-à-dire qu’elle cache une arrière pensée, une intention inavouée. En réalité, ce qui intéresse la COD, ce n’est pas de sauver la dignité soi-disant bafouée de la Mauritanie, mais c’est un nouvel alibi pour renforcer la demande expresse du départ de Ould Abdel Aziz du pouvoir, unique cheval de bataille de l’opposition radicale. N’est ce pas la raison pour laquelle, elle adopte volontairement la langue de bois dans son communiqué et se pare du manteau du « politiquement correct » ?

Car enfin, que veut encore et toujours, la COD, sinon le départ précipité de Ould Abdel Aziz. Apres cela, qu’advienne le déluge…

Voila pour la véritable motivation de la COD, mais qu’en est-il de celle du député vert et de la valeur de ses allégations ?

Anonyme a dit…

Récapitulons d’abord les faits : un député écolo français, un certain Noel Mamère, peu connu sous nos latitudes, a accusé le président Ould Abdel Aziz, en janvier dernier, d’être « le parrain de la drogue dans la région » (ce sont ses termes). Et surtout, il a réitéré son accusation récemment lors d une interview sur la chaine franco-allemande ARTE, en ajoutant que cette affaire est un « secret de polichinelle ».

Dans ce scenario, on se meut dans des mots rien que des mots, de la phraséologie vide, ou peut-être seulement du radotage sénile. Au mieux, ces propos accusateurs ne seraient que pur symbolisme, une sorte de gymnastique verbal ? Le formalisme langagier pourrait être devenu le nouveau crédo écolo? Car, enfin dans cet imbroglio verbal, nul mention de preuves matérielles, tangibles, pas de témoins a la barre... Alors autant en emporte le vent…

Et puis, ce Vert de député français pour qui se prend-t-il? De quelle légitimité, se targue-t-il pour tenir des propos pour le moins aussi scandaleux que graves contre le chef d’un Etat souverain? Ce député français n’est tout de même pas un tribunal international, ni Interpol. Mais enfin qui est Noel Mamère ? Pour nous mauritaniens, c’est seulement, un parlementaire français donc un étranger. Il n’est peut être, qu’un « parlementeur » écolo. Que cherche Noel Mamère en chargeant gratuitement le président dune accusation grossière et infondée ? On pourrait facilement croire, que ce député écolo français, par ces propos diffamatoires contre le chef de l’Etat, avait l’intention à peine voilée de donner un coup de pouce à notre acharnée COD nationale, l’intention tacite de lui fourguer un nouveau prétexte, après l’usure et l’échec de la mascotte du printemps arabe.

Pourtant la vacuité de son accusation fantaisiste contre le président Aziz, est manifeste, évidente et incontestable, au regard simplement de la légèreté même avec laquelle elle est proférée et reprise. Cette accusation n’a aucun poids, aucune assise, aucune crédibilité. Jusqu’à preuve du contraire, elle reste un artefact, un mensonge, même pas une farce de mauvais goût ou un poisson d’avril anticipé. Superficielle, artificielle, insensée et sans valeur, l’accusation capricieuse et tendancieuse du député français Mamère à l’encontre du président Ould Abdel Aziz, ne peut se justifier que par une volonté malsaine de nuire non seulement au chef de l’état mais au peuple mauritanien.

Le président de la République et son gouvernement ont eu raison de ne pas réagir à ce type de provocations malsaines. Le chef de l’Etat surtout, a pris la sage décision de minimiser ce genre d’allégations mal intentionnées et de ne pas le prendre au sérieux.

Aussi, le député de l’ancienne métropole coloniale, monsieur Noel Mamère, pourra-t-il, tel un bateau ivre, continuer son vagabondage verbal au gré de ses humeurs versatiles sur les stations radios et les chaînes de télévisions du monde et même ouvrir un Blog pour l’occasion. Comme, on dit, « le chien aboie, la caravane passe».

La COD, quant a elle, il y a fort à le parier, a encore commis une erreur de stratégie politique, en croyant une fois de plus pouvoir exploiter la naïveté des citoyens, faisant écho au propos gauches, malsains et stériles d’un député de la gauche française. Même le citoyen lambda, le plus crédule, n’est plus dupe et soupçonne déjà que la position de la COD par rapport à cette vraie fausse affaire, accusant le président Ould Abdel Aziz de parrainage de trafic régional de la drogue, n’est pas dénuée de tout machiavélisme, si elle ne sent pas l’odeur infecte de la politique politicienne.

SidAhmed Ould Mounnatt, professeur de philosophie

--------------------------------

Pauv'con

Explique pourquoi pourquoi toutes les personnes qui ont étés arrêtées pour trafic de drogue furent libérées sans jugement.

Certaines ont fait l'objet de grâce présidentielle dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

My partner and I stumbled over here coming from a different website and thought I should check things out.
I like what I see so i am just following you. Look forward to finding out about your web page
for a second time.

My web site: zulutrade

Bebe BA a dit…

ils ne manquent d'imagination!!mais malheureusement, cela ne servira à rien!! faut dire que face à cette bande d'hypocrite qui se dit Islamistes, la fin justifie les moyeens!
------------
Le 'Harlem Shake' d'élèves tunisiens, qui provoque la fureur d'un ministre - [Vidéo].

Il n'a pas apprécié de les voir se dandiner et mimer des poses salaces. Le ministre tunisien de l'Education est rentré dans un vif courroux après avoir vu des lycéens de Tunis danser au son du buzz planétaire "Harlem Shake".

Vous avez sans doute déjà vu cette danse ridicule dans laquelle les acteurs se déguisent et imitent des actes sexuels. Le son a fait le tour du monde sur Internet avec des dizaines de versions différentes cumulant des dizaines de millions de vues.

Samedi, des lycéens du quartier Menzah ont décidé de faire leur propre Harlem Shake. Ils se sont filmés dans la cour de leur école.

Dans cette vidéo visible en bas de cet article, certains dansent en caleçons et d'autres, portant des fausses barbes et les tuniques des tenants de la mouvance salafiste radicale.

En Egypte aussi

Il n'en fallait pas plus pour déclencher la fureur du ministre Abdellatif Abid. Dimanche, il a tout de go ordonné une enquête contre ces élèves. Il a aussi évoqué une éventuelle "expulsions" d'élèves ou le "licenciement" du personnel éducatif. Un enseignant lui a demandé de calmer le jeu et de laisser le conseil de discipline faire son travail.

La réaction du ministre a fait boule de neige et provoqué les foudres de la blogosphère. Ainsi le site du ministère de l'Education a été piraté lundi soir. A la place de la page officielle, s'affichait "HACKED BY Z & S" et "GreeTz to : Pére Blanc" (salutations à Père blanc) et la morceau Harlem Shake y jouait en boucle. Parallèlement, un mouvement de soutien à ces lycéens s'est organisé sur Facebook, plus de 4.600 personnes promettant de participer le 1er mars à un "Harlem Shake" de contestation devant le ministère de l'Education.

De nombreux jeunes relèvent sur ces pages que le ministère n'a jamais diligenté d'enquêtes lorsque des groupes de salafistes ont investi des universités ou des lycées, drapeaux noirs à la main, pour faire du prosélytisme. Ces lycéens tunisiens ne sont pas les seuls à être inquiétés par les autorités dans le monde arabe.

La police égyptienne a annoncé samedi avoir arrêté quatre étudiants qui se sont filmés dansant en sous-vêtements en public sur cette chanson électro-dance. L'opposition laïque tunisienne accuse régulièrement le parti islamiste Ennahda, qui dirige le gouvernement, d'organiser une islamisation rampante de la société. Le ministre de l'Education est cependant issu d'Ettakatol, parti séculier de centre-gauche allié à Ennahda.

Anonyme a dit…

Salam


Azziz n'a que du mépris pour les mauritaniens, car c'est le seul qui a eu le courage avec la con de Hannana de dégager Taya.

Il fait élire couilles molles qui tentent de le dégager.

Son cousin Ely a voulu truquer le système avec son vote blanc à la con.

Kim Trabesi az a décidé de saisir le bâton pour donner à toute ses raclure de merde, une bonne branlé.

Azziz sait que les cons style Bouamattou ose tout.

Au fait qui est bouamattou :

Un narcotrafiquant notoire dixit Nouéguid qui a dit "qu'il ne vend pas la poudre qu'on met dans le nez".

Comme tout les autres prédateurs,Le bout à matou a bâti sa fortune sur de la rapine: le mensonge, le vol des deniers publics etc...........

Comme tous ces salopards, il va à la Mecque pour se faire pardonner ses crimes.

Azziz Trabeslsi:

Cette crème des cancres sait comment diriger les hommes, comment les manipulés.

Wa salam dit le fou



محمدن a dit…

السلام عليكم عثرت على مدونتكم بعد بعث متعب عن مدونةxouley وبعد الإطلاع على المحتوى تحيرت ف التعليق بالعربية وبعد تتبع التعليقات وجدت فيها الإنكليزية و العربية أسهل فهما على المورتانيين رأيي في المدونة أنها جيدة و محتواها مقبول إلا أنها مليئة بالتكرار وأقترح أن تكون متعددة اللغات شكرا جزيلا

Anonyme a dit…


really beautiful pictures! muscle and fitness - business finance - paintball equipment
I love checking your internet site. Thanks a ton!