dimanche 3 mars 2013

Mohamed Ould Bouamatou contre-attaque : "Ceci est une déclaration de résistance

L’opinion en est régulièrement informée par les médias privés nationaux : une entreprise, menée par Monsieur le Gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), est en cours pour détruire la Générale de Banque de Mauritanie (GBM). La Banque Centrale de Mauritanie qui est aujourd’hui réduite à un instrument aux mains du pouvoir pour régler leurs comptes aux banques et aux opérateurs qui refusent de se plier à l’arbitraire et à l’injustice, poursuit son entreprise de déstabilisation du Groupe BOUAMATOU sous des prétextes toujours aussi mensongers. Nous subissons le harcèlement incessant des inspecteurs de la BCM qui infligent à notre personnel toutes sortes d’humiliations tandis que ceux qui ont détourné des milliards d’ouguiyas à la Banque Centrale et ceux qui, contrairement à la GBM, n’ont pas libéré le capital de leur banque ni d’ailleurs procédé réellement aux augmentations de capital exigées par les nouvelles lois, se pavanent dans ses couloirs. Depuis quelques semaines, en effet, la BCM a décidé, en contradiction avec ses propres textes, de priver la GBM de l’accès aux devises, des dépôts des entreprises publiques et parapubliques, d’une participation normale au jeu de la compensation, de la gestion de ses propres comptes, etc. Au moment où Monsieur le Gouverneur de la BCM et certains membres du Gouvernement ont donné instruction aux entreprises, publiques et privées, tant mauritaniennes qu’étrangères, de retirer leurs dépôts de la GBM, les comptes courants de cette dernière à la Banque Centrale étaient créditeurs de 12.904.650.492,65 ouguiyas (auxquels s’ajoutent 765 000 000 ouguiyas de Bons du Trésor), de 9.478.087,96 dollars US (auxquels s’ajoutent 2 197 000 dollars US de comptes de projets) et de 1.603.452,88 euros, soit un total général de 18 milliards 123 millions d’ouguiyas1(voir relevés de compte en annexes 1 & 2). Ces comptes ont été virtuellement séquestrés par Monsieur le Gouverneur de la BCM (depuis août 2012 pour les dollars US !). Il s’agit, pour le pouvoir, de briser la dynamique du Groupe Bouamatou (BSA) et de faire main basse sur le patrimoine de la banque au profit d’intérêts privés clairement identifiés, au détriment de ma personne, certes, mais aussi et surtout au détriment de l’Economie Nationale et des clients de la banque. A noter que la GBM a tenu informé le Représentant Résident du FMI en Mauritanie à chaque étape des agissements des autorités à l’encontre de la banque. Devant cette nouvelle conception de l’exercice du pouvoir par les gouvernants actuels, tout récemment dénoncée aux plus hautes instances internationales, je me dois d’anticiper une possible dégradation de la situation. On se souviendra en effet que durant les évènements en Côte d’Ivoire, des attaques avaient été menées contre les caisses des agences locales de la BNP Paribas et de la Société Générale ce qui les avait poussées à prendre des mesures pour sécuriser les avoirs de leurs clients. Je fais mien le problème de la dilapidation de mes biens et de ceux de ma banque par Monsieur le Gouverneur de la Banque Centrale. Je laisse au Gouvernement la responsabilité de la déstabilisation de notre Economie et de la destruction de centaines d’emplois qualifiés. Je ne saurais cependant être indifférent au sort de mes clients: ils me sont tous importants, quel que soit le volume des affaires qu’ils nous ont confiées. C’est la raison pour laquelle, j’ai pris, personnellement : - Toutes les mesures propres à permettre la remise aux particuliers, aux ONG, aux Organisations Internationales, aux Missions Diplomatiques, au FMI et à la Banque Mondiale ainsi qu’à leurs représentants, de même qu’aux entreprises commerciales, des avoirs qu’ils ont confiés à la GBM ; - L’initiative et la responsabilité de mettre à l’abri toutes les données informatiques de la GBM pour empêcher la poursuite de cette œuvre de destruction orchestrée par Monsieur le Gouverneur de la Banque Centrale. Par conséquent, je conseille à ceux envers qui j’ai des engagements inférieurs à 10 millions d’ouguiyas2 et aux Organisations Internationales clientes de la banque ainsi qu’au Représentant du FMI à Nouakchott de s’adresser à notre avocat, Maître Yezid3 pour en disposer. Quant aux déposants qui possèdent des avoirs supérieurs à 10 millions d’ouguiyas2, leur identité sera communiquée à la BCM dès que celle-ci nous aura fourni les justifications des manipulations qu’elle a opérées sans notre autorisation sur les comptes de la GBM dans ses livres. Je demande aux clients de la GBM dont les comptes sont débiteurs ou qui ont bénéficié de prêts ou de facilités et dont l’identité sera communiquée à la BCM de payer leurs échéances sur le compte numéro 3001290 de la GBM auprès de la Banque Centrale. Cette demande s’adresse aussi aux groupes d’entreprises d’Etat qui ont omis de rembourser leurs dettes envers la GBM lorsqu’elles en ont retiré leurs dépôts, notamment la SNIM pour les engagements d’ATTM. Nos avocats prendront contact avec tous nos correspondants afin que nos échéances soient honorées. Les sociétés du Groupe Bouamatou (BSA) laisseront leurs avoirs dans la GBM de même que les membres de la famille Bouamatou et moi-même, le personnel de la banque et les membres de leur famille. Il ne fait aucun doute qu’une solution sera trouvée pour que la GBM continue ses activités. Un jour, certainement, cette affaire provoquée sur ordre du pouvoir par Monsieur le Gouverneur de la BCM sera considérée comme la plus stupide, la plus folle et la plus injuste de notre histoire économique. Aujourd’hui, je voudrais partager quelques réflexions et sentiments que ces évènements m’inspirent. Tout d’abord, je souhaite remercier les amis qui m’ont aidé, ceux qui me soutiennent, ceux qui essaient de le faire, ceux qui souffrent en silence et même ceux qui s’interrogent. Je voudrais rendre un hommage particulier à tous mes collaborateurs pour leur loyauté, pour leur sens des responsabilités et leur courage. Ensuite, je voudrais que les opportunistes dirigeants de la Somelec et de Star Oil qui n’ont que fait semblant de demander par courrier à la BCM de céder à la GBM les devises nécessaires à la couverture de leurs crédits documentaires sachent qu’ils seront tenus comptables des conséquences de leur complicité, de leur attitude ingrate, incorrecte et de leur duplicité à l’égard de la banque, ses actionnaires, ses clients et les membres du personnel. D’ailleurs, ils devraient savoir qu’ils ne doivent attendre ni gratitude ni répit de la part du pouvoir. La GBM a soutenu seule la Somelec à une époque où celle-ci était en difficulté. A-t-elle oublié que c’est la GBM qui l’a sortie des graves difficultés de la centrale de Nouadhibou (son Directeur Général a même adressé à la GBM une lettre de remerciement « confidentielle » (voir annexe 3)), la GBM qui a permis le financement de la centrale de 36MW (Empower) grâce à une facilité de 48 millions de dollars US, la GBM qui lui a financé les importations de pétrole pour un montant global de l’ordre de 150 millions de dollars US au cours des trois dernières années? Le Gouverneur actuel de la Banque Centrale a personnellement signé l’engagement irrévocable de la BCM de couvrir la GBM pour les devises nécessaires au règlement des importations de Somelec (voir annexe 4). Cet engagement n’a pas été tenu à ce jour malgré de nombreux rappels. Quant à Star Oil, la GBM lui a ouvert des crédits documentaires pour près de 127 millions de dollars US au cours de la même période 2010 à 2012. Enfin, il est de mon devoir de mettre en garde nos correspondants internationaux, notre partenaire de longue date, la SFI mais aussi tous les bailleurs de fonds de la Mauritanie où que leur siège soit localisé: ce qui arrive à la GBM peut arriver à toutes les banques car ce n’est que le symptôme du mal profond qui ronge la Mauritanie. Personne n’est à l’abri et l’Association Professionnelle des Banques de Mauritanie (APBM) dont le silence est assourdissant, serait bien avisée de s’interroger sur le sens qu’elle donne à sa mission. Au lieu de se consacrer à résoudre les problèmes réels des populations que constituent l’éducation, la santé et la fourniture de l’eau et de l’électricité, ceux qui nous gouvernent aujourd’hui préfèrent assouvir leur haine instinctive en pillant les entreprises et en démolissant le tissu économique du pays. L’arbitraire et l’acharnement dont moi et ma fondation sommes victimes actuellement n’honorent ni la justice, ni l’administration, et encore moins la Banque Centrale. Je suis déterminé à ce que le droit, le courage et l’abnégation prévalent sur la lâcheté et la cupidité. Pour qui en douterait, je suis tenace et je ne renonce jamais. Ceci est une déclaration de résistance. A bientôt. Mohamed Bouamatou. Le 3 mars 2013

16 commentaires:

maatala a dit…


Pourquoi nous empêche-t-on nous, femmes voilées de travailler ?


Samedi 23 Février 2013


Tout d'abord, je voudrais que vous sachiez que j'écris cette lettre en vue de dénoncer la discrimination et l'injustice dont nous femmes voilées, sommes victimes.












La première fois ou j'avais été exclue d'une institution financière, je ne m'étais pas trop emportée. En effet celle-ci exigeait à ses employés une tenue particulière que l'on appelle communément le dressing code qui consiste à s'habiller de tenues aux couleurs sobres. C'est pourquoi, à peine l'entretien avait-il débuté, que l'on me demanda si je pouvais remplacer le voile par un foulard me couvrant juste la tête, bien sur je l'avais refusé. En tant que musulmane, j'essaie de suivre les préceptes de Dieu SAW. En effet, Il a ordonné les femmes musulmanes de se voiler Sourate Al Ahzab verset 59"O Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes croyantes de ramener sur elles leurs grands voiles, elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées, Allah est Pardonneur et Miséricordieux".

J'arrive maintenant à ce qui motive ma lettre. Deux jours après cet incident, une autre institution financière m'accorda un stage de six mois. Au cours du quatrième mois,l'on me fit faire un texte de recrutement au poste de commerciale. J'ai une licence en marketing et relations internationales. L'entretien s'étant très bien déroulé, la dame chargée de cette mission me remercia et me dit que les résultats me seraient communiqués par téléphone. Au terme du stage, je quittais l'établissement financier et j'attendais le coup téléphonique en vain!!!
Un mois plus tard après mure réflexion, je décidais d'y retourner pour m'enquérir des résultats. On me fit savoir que des candidats plus expérimentés avaient été recrutés. Je trouvais cela évidemment normal. Je m'en allais tout en espérant trouver un emploi ailleurs.

Quelques mois encore s'étant écoulés, au cours d'une discussion avec une amie travaillant dans cette même structure m'apprit le vrai motif de mon non recrutement: le port du voile. J'étais au comble de l'indignement. On m'aurait notifié au début l'interdiction du voile, je n'aurais pas été outrée! Quelle fourberie! Malheureusement beaucoup de femmes voilées sont victime de cette discrimination dans la plupart des entreprises privées. En quoi le port du voile peut-il être une gêne à l'exercice du métier de banquier? Ce métier ne doit-il pas être exercé que par des gens qualifiés, propres, vertueux et qui ont le profil à l'emploi? Pourquoi nous empêche-t-on de travailler avec nos voiles? Sommes-nous au Sénégal un pays laïque? Nous ne sommes ni des furies, ni des harpies. Nous sommes des jeunes Sénégalaises qui voulons travailler conformément à nos convictions religieuses et ainsi contribuer au développement de notre Nation. J'interpelle le Président de la République M;Macky Sall ainsi qu'à la Première Dame, pour leur dire que c'est inadmissible que de dignes filles du Sénégal sont exclues tous les jours de leur travail à cause du port du voile. Si enlever le voile est une condition pour trouver du travail, je n'en aurai jamais.

maatala a dit…


5.Posté par Luc DAVIN le 24/02/2013 14:43 | Alerter


Je viens de lire avec grande attention votre expérience. Je veux avant toute chose vous témoigner de ma profonde empathie et de ma très sincère solidarité.

L'exclusion dont vous êtes victime est particulièrement injuste, elle témoigne de notre incapacité croissante de nous accueillir et de nous respecter tels que nous sommes, elle témoigne en outre de notre peur de nous-mêmes, de nos incertitudes face à nos propres valeurs, et ces incertitudes sont tellement grandes qu'elles nous conduisent à rejeter les valeurs que nous ne partageons pas. Ce rejet constitue selon moi une forme de fanatisme, une forme d'intégrisme, et tout autant que l'intégrisme religieux, l'intégrisme laïc, dont vous être clairement victime, doit être dénoncé et combattu

Peur, incertitudes, rejet, exclusions ... Ces mots nous guident, au-delà des mers, des océans et des continents, dans la construction de nos sociétés respectives, ces sociétés qui constituent notre monde ... Mais quel monde nous préparons-nous à léguer, demain, à nos enfants ? Moi, dont le handicap physique dont je suis porteur depuis la naissance me force à être différent de la majorité, ce monde d'intégrismes et de fanatismes divers me fait très peur.

6.Posté par liliane Tremblay le 24/02/2013 17:14 | Alerter

Vous demandez une question , voilà la réponse. Parce que vous vivez en 2013 ma pauvre perdue. Si vous vouliez vraiment travailler, vous cessiez cet endoctrinement digne d'une secte qui cause des même des morts pour celles qui refusent de le porter. Alors, déménagez en Arabie Saoudite et là vous jouirez pleinement de vos ``droits`` de vivre dans le passé , sans aucune personnalité. A l'arrière.

7.Posté par hugo le 24/02/2013 19:08 | Alerter


Qui serait engagoulé derrière ce voile que vous portez ? le diable ?
De quel droit vous arrosez-vous de regarder et de voir les autres in extenso et vous, vous masturber impuniment dans un voile noir de deuil.
Comme vous avez choisi de paraître comme tel,laissez la liberté aux autres de vous percevoir comme un ancêtre du 7ème siècle ou comme Satan..

8.Posté par schwarzeraal le 24/02/2013 20:12 | Alerter


c´est votre liberté de porter le voile mais aussi celle de l´employeur de refuser ou accepter une persone voilée. oú est ce le privilege d´une seule persone pour oter votre voile? j´ái peur vous nous regardez sans que l´on vous voit.
9.Posté par WAKH DEU REK le 25/02/2013 00:16 | Alerter

ne nous cassez pas les pieds avec vos voiles hypocrites la femmes africaines musulmanes ou pas à le grand boubou plus le mousor quand elle veut être bien vue pas besoin de cette tenue tenue diabolique ou ninja pour etre une bonne musulmanes en Afrique

maatala a dit…

Salam

Kim/bo a matou

Je ne comprends pas comment ce dernier peut demander le soutient des mauritaniens après avoir violé les lois de la république.

Tous ce que l'état lui reproche est une réalité:

- Mauritanie Airways
- Frauder le fisc
- Se goinfrer sur le dot des entreprises publiques.

L'état lui a rembourser 8 milliard pour un prêt de 1.6 milliards à la SOMELEC.

Un taux d'intérêt de 30%.

Vivement Dedew pour reconcilier les cousins dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

runkfghoq www.louisvuittonluggageonline.com pghbxtcpk [url=http://www.louisvuittonluggageonline.com]louis vuitton handbag[/url] sytgzevvr
xhvderoeb www.newdiscountlouisvuittonhandbag.com cduonqoea [url=http://www.newdiscountlouisvuittonhandbag.com]louis vuitton totes[/url] fotarztsd
usswtvuhd www.louisvuittononsaleshoes.com bckcpsaau [url=http://www.louisvuittononsaleshoes.com]louis vuitton bags[/url] mcxdcplzs
tvbllymah www.louisvuittononlineshoes.com xlmwbweqa [url=http://www.louisvuittononlineshoes.com]louis vuitton wallet[/url] kqsucmgbk
btixcchqw www.louisvuittonhandbagson-sale.com qrgmrnfsf [url=http://www.louisvuittonhandbagson-sale.com]louis vuitton bags[/url] iapuzluqd

Anonyme a dit…

Maatala,

Tu t'es trompe d'un zero. Le taux d'interet dans ce cas est de 300% et non de 30%. Tu ne seras jamais bankier. Le McDo c'est bon pour twa et au moins tu gagnes honnetement ta vie.

A-

maatala a dit…

salam

Ould Abdel Aziz, a affirmé lundi 4 mars à Nouakchott que son pays était désormais prêt à intervenir militairement au Malidans le cadre du déploiement d’une force de l’ONU dans ce pays.




« Si la situation change, rien n’empêchera la Mauritanie, en tant que membre de l’ONU, d’engager des forces dans le nord (du Mali), sur la frontière ou dans les régions ouest du pays pour la stabilité et la sécurité » de ces régions, a affirmé M.Ould Abdel Aziz lors d’une conférence de presse avec son homologue nigérien,Mahamadou Issoufou. « Ce rôle, nous l’assumerons dès que possible », a-t-il promis.

Si la Mauritanie n’a pas encore participé à la guerre au Mali, c’est parce qu’elle« n’était pas prête », en raison du caractère non programmé de l’intervention française et africaine, déclenchée le 11 janvier pour prévenir une progression des groupes islamistes armés, qui occupaient le nord du Mali depuis neuf mois, vers le sud et la capitale, Bamako, a-t-il dit.


« Il s’est agi d’une réaction à une situation catastrophique que vivait le Mali, qui n’était pas programmée, une réaction pour sauver un pays qui allait être totalement occupé par les terroristes », a affirmé le chef de l’État mauritanien. Le Conseil de sécurité de l’ONU a demandé au secrétaire général Ban Ki-moon de présenter un rapport avant fin mars sur la faisabilité d’une opération de maintien de la paix au Mali.

Le président Aziz a tenu à mettre en exergue « le rôle très important » de son pays dans la lutte contre les islamistes armés du Mali, grâce une surveillance accrue de ses frontières avec ce pays voisin. Cela a permis, a-t-il dit, de « canaliser les terroristes vers le nord, les empêchant de se réfugier dans notre pays et depermettre aux unités engagées de les détruire dans leurs sanctuaires ».

Le président nigérien, dont le pays est, lui, engagé militairement au Mali, a pour sa part estimé que la priorité du moment était de « gagner la guerre, non de gagner la paix », en réponse à une question concernant la possible mue de la force africaine au Mali (Misma) en une force de paix de l’ONU. M. Issoufou a tenu à saluer « le courage des forces françaises et tchadiennes qui se trouvent sur les premières lignes » pour combattre le terrorisme et le crime organisé au Mali.

Le Monde.fr | 04.03.2013 à 18h22


SOURCE: Autre Presse du 4 mar 2013.

Bebe BA a dit…

maatala,
Il y'aura pas de réconciliation car cette guéguerre entre cousins, c'est du cinéma!!!
Quant à notre kheneral national, il devient pire que AOD: Qu'est qui a changé entre le début de l'intervention au Mali et Maintenant? il ne voulait pas y aller pour des questions sécuritaires,ce n'est plus le cas??

A-,
Les français refusent de croire la mort de Mr Belmoktar et d'Abou Zaid!! faut dire Mr deby n'a pas été très convaincant, lol

Anonyme a dit…

Hmm is аnyone else exρeriencing problеms with the іmages оn thiѕ
blog loadіng? I'm trying to figure out if its a problem on my end or if it's the blog.
Anу responsеs woulԁ be greatly aρpreciated.


Visit mу page - www.prweb.com
Also see my website: http://www.socialtek.info/blogs/user/MGNBelle

Anonyme a dit…

Bebe Ba ma cherie,

D'abord, Deby n'est pas credible et il ne le sera jamais. Deuxio, les US, les algeriens et les burkinabes + le connard d'ATT + of course Sarko le guignard - ont tellement manipule ce septentrion malien, que le socialiste Hollande ne croit qu' aux resultants d'une analyse ADN faite a Paris. Tous ces enlevements, il sait que c'est fabrique.Ni Abou Zeid, ni Belaouar sont morts: ils one ete exfiltres la nuit avant l'' intervention de la France. Pourquoi la France refuse d'' accepter cette info? Il y a anguille sous roche.

Anonyme a dit…

salam

Quels amis, à l’heure des comptes ?


L’enquête, minutieuse et bien fouillée, publiée en deux temps, la semaine dernière, par le site Afrik.com, sur le pillage organisé de la Mauritanie par une poignée d’individus, a jeté une ombre sur le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz.

Parangon auto-déclaré de vertu, champion détribalisé de la lutte contre la gabegie, celui qui se prétendait président des pauvres n’a, apparemment, excellé qu’en une seule chose : l’enrichissement ; mais seulement le sien – «charité bien ordonnée…» – et celui d’une parentèle. Qui, en quatre ans, a fait pire que tous les anciens pouvoirs réunis.

Le BTP, les mines, les hydrocarbures, les assurances, les services, rien n’échappe à la boulimie de ce groupe de prévaricateurs new look, si l’on en croit le site en question. Même la SNIM, jadis fleuron de notre industrie minière et qui est toujours restée plus ou moins éloignée de la médiocrité ambiante, est mise à contribution.

Le beau-fils du président y a été recruté séance tenante, sans concours, sans stage, sans essai et envoyé, illico presto, en France, pour une mission de cinquante jours. Jamais, depuis la fondation de cette société, on aura vu autant d’empressement dans le recrutement d’un employé. Ni aussi peu de finesse.

Que représentent 13 500 euros (le montant des frais de mission du beau-fils chanceux), comparés aux retombées négatives que pourrait avoir un tel geste, sur la réputation de l’entreprise et sur l’œuvre du beau-père ? A moins de nous prendre pour des idiots, Ould Abdel Aziz ne pourra plus nous parler d’égalité des chances, d’enrichissement illicite ou de népotisme.

Quelques mois avant son arrivée au pouvoir, Macky Sall disait que le Sénégal avait atteint un tel degré de pourriture que le futur président sera dans l’obligation de faire un état des lieux et de demander des comptes. Une chose à laquelle il s’évertue, depuis qu’il a pris les rênes de ce pays. Les barons du régime de Wade tombent, comme des mouches, et tous ceux qui on profité de leur situation vont répondre de leurs actes devant la justice.

Que dire de nous ? Le Sénégal n’a eu de fâcheux que l’épisode Wade, alors que notre pays est soumis, sans interruption depuis 1978, à des pillards sans vergogne. Les plus naïfs ont cru qu’Ould Abdel Aziz pourrait ouvrir une éclaircie, dans ce ciel sombre mais ils n’ont pas tardé à revenir sur terre.

La lutte contre la gabegie ne fut qu’un slogan galvaudé et le naturel n’a pas tardé à revenir au galop, sinon plus vite encore. Et on est allé à la soupe, une nouvelle fois. Mais pas tous, loin s’en faut. Une dizaine de veinards entrés (pour combien de temps ?) dans les bonnes grâces du prince.

Un bon conseil : profitez-en «bien» et assurez vos arrières, avant qu’il ne soit trop tard. Notre Poutine national a la mémoire courte et la reconnaissance n’est pas sa vertu cardinale. Mais, surtout, n’oubliez pas qu’un jour ou l’autre, il va falloir rendre des comptes. Pas bons, ils ne vous feront pas de bons amis…

A O C

Bebe BA a dit…

Ndeyssane Hugo Chavez

Piqué pour vous sur le figaro:
___________________________________________________________________________

Hugo Chavez, le fin d'un provocateur

Hugo Chavez aimait cultiver son image de dirigeant incontrôlable, fantasque, imprévisible comme s'il était entré en 1999 au palais présidentiel de Miraflores par hasard et sans préparation. La réalité est toute différente. Il a très tôt dans sa vie conçu le projet de diriger le Venezuela et n'a jamais perdu cet objectif qu'il a fini par atteindre en 1999. Il venait de se faire réélire à la tête du Venezuela le 7 octobre 2012.

Un cancer dans la région pelvienne détecté à Cuba en juin 2011 a eu raison du leader bolivarien, après quatre opérations chirurgicales infructueuses. «Nous avons reçu l'information la plus éprouvante et la plus tragique que nous puissions annoncer à notre peuple. À 16H25 aujourd'hui 5 mars, est mort notre commandant président Hugo Chavez Frias», a déclaré à la télévision publique le vice-président vénézuelien Nicolas Maduro.

Son ami d'enfance, Federico Ruiz, raconte cette anecdote : «En 1983, nous sommes partis nous promener tous les deux dans un Dodge Dart qui lui appartenait, avec une bouteille de rhum. Il m'a dit : “Sais-tu une chose ? Un jour, je serai président de la République.”» Federico poursuit: «Alors tu me nommeras ministre de je-ne-sais-quoi, ai-je plaisanté… Mais je me suis rendu compte qu'il parlait sérieusement…»

http://www.lefigaro.fr/international/2013/03/05/01003-20130305ARTFIG00675-hugo-chavez-la-fin-d-un-provocateur.php

Anonyme a dit…

Salam

Le fondateur du mouvement ‘’Al Jamahiriya Islamia’’ (communauté musulmane), Chérif Al Waly Aidara, organise à partir mercredi et ce jusqu’au samedi à Nouakchott (Mauritanie) une conférence-débat sur le thème : ‘’L’Islam face à la menace salafiste au Sahel’’, indique un communiqué parvenu mardi à l’APS.
-------------------------------

es hypocrites évite toujours le sujet qui fache

"LA PRATIQUE DE L ESCLAVAGISME EN TERRE DISLAM"

Rien que desq couilles molles dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Salam

Lu chez mon frangin Vlane

Pour finir, un dernier mot aux partisans de monsieur B qui diffament Aziz à propos de la drogue en Mauritanie : c’est en effet curieux que tous ceux qui ont été pris la main dans la poudre par bus ou avion entier aient été libérés très vite. Est-ce Aziz le coupable ? Mon intime conviction est qu’Aziz ne trempe pas dans ces affaires, c’est une conviction personnelle car il est arrivé au cœur du pouvoir alors que la Mauritanie était déjà une plaque tournante de la chose selon des experts autres qu’un vert habitué à rapporter des bruits où se mêlent le vrai et le faux sans que ses auditeurs ne sachent jamais où commence l’un et où termine l’autre.




C’est impossible que des hauts gradés mauritaniens n’aient pas trempé dans ce trafic présumé. Aziz les protège-t-il ? Mon intime conviction est qu’il sait très bien qui a fait quoi comme il sait très bien lesquels ont du sang sur les mains mais si Aziz peut les mettre discrètement hors d’état de nuire, il ne peut pas les livrer. L’immunité militaire est la seule ligne qu’Aziz n’a jamais voulu franchir c’est bien la raison pour laquelle on entend certains anciens hauts gradés dire tout et n’importe quoi à propos d’Aziz pour le provoquer comme s’ils savaient que livrer les militaires aux civils c’est signer sa mort pour le chef suprême des armées qu’il soit civil ou militaire ; Sidioca en sait quelque chose car personne n’a bougé dans l’armée après ses fameux décrets.

---------------------------------
Vlane

Les cocus que nous sommes ne te diront jamais assez merci dit le fou

Anonyme a dit…

Maatala,

Le seul probleme qui vient troubler ce que dit le frangin vlane est la liberation de Amegan et ses amis.l'a t-il fait pour proteger encore la gente securitaire qui aurait pu etre impliquee dans ce trafic - ce n'est pas le propre de la RIM et on sait que ceux du Maroc, l'Algerie, le Mali, la gambie, le Senegal, la Guinee, le Ghana et bien sur la Guinee Bissau - y trempent leur nombril. Lire le rapport de l'UNODC sur les crimes transfrontaliers en Afrique de l'
Ouest publie ce fevrier 2013. Aziz doit lui-meme faire une enquete sur pourqquoi Amegan et compagnie ont ete relaches et personne ne croit aux sornettes des magistrats qui l'ont fait.Ils ont recu des instructions de la-haut, mais de qui? Qu'est-ce qu'il avait a foutre a rencontrer le trafiquant notoire Injai? Probablement ceux qui ont fait pression sur lui pour les faire relacher lui tombent dessus aujourd'hui. Il ne faut jamais jouer avec les trafiquants de drogue. tiens: Sidioca a fait liberer tout ou presque les trafiquants complice du fils Heidallah. A t-il fait une erreur? Il faut qu'il repare. l'erreur est humaine.

Dernier constat: nous avons besoin de aziz pour tenir tete a ce qui se manigance encore au nord mali.

Bonne journee.

Anonyme a dit…

Nord-Mali : les groupes terroristes subissent une hémorragie dans leurs rangs
le 08.03.13 | 10h00 Réagissez

| © D. R. Un élément du Mujao.
Un élément du Mujao.

Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager Des rapports des services de sécurité algériens soulignent la baisse des effectifs d’AQMI, du Mujao et d’Ançar Eddine depuis le 12 janvier dernier, atteignant le chiffre d’un peu moins de 2000 éléments prêts à poursuivre le combat.

Les facteurs importants de cette diminution des effectifs sont la pression des frappes militaires, la rareté de l’eau, des vivres et du carburant, l’isolement de ces groupes dans des régions montagneuses et désertiques, mais aussi à cause des dizaines de cas de sécession opérés par des éléments d’Ançar Eddine, l’une des organisations les plus influentes dans le Nord-Mali avant le lancement des opérations militaires. Les premières vagues de sécession ont été opérées à la faveur de la dissidence de certains chefs de l’organisation de Iyad Ag Ghali qui ont créé le Mouvement islamique de l’Azawad (MIA), fin janvier.

Après, d’autres éléments, de la tribu Imnan qui s’était alliée à la tribu des Ifoghas, dont fait partie Ag Ghali, ont décidé de revenir à leur organisation d’origine, le MNLA. Ainsi, les services algériens estiment que les effectifs d’Ançar Eddine ne dépasseraient pas les 1000 hommes, alors qu’ils étaient environ 2000 avant janvier. Des statistiques des services de sécurité avaient estimé – avant le début des opérations militaires – qu’entre 3000 et 4500 djihadistes, dont 2000 d’Ançar Eddine, et entre 1000 et 1500 d’AQMI et du Mujao.

Tests ADN

Par ailleurs, des experts de l’identité judiciaire algériens, français et américains sont mobilisés pour finaliser les examens ADN concernant des dizaines de terroristes tués au Nord-Mali dans le cadre de l’opération Serval, et dont certains seraient des dirigeants d’AQMI ou du Mujao. Et selon un responsable sécuritaire algérien, quatre pays (l’Algérie, la France, les USA et la Mauritanie) sont directement concernés par l’identification des éléments neutralisés. Les Mauritaniens sont particulièrement intéressés par l’authentification de l’élimination de quatre émirs d’AQMI, dont celui de la katibat Youcef Ben Tachfin ainsi que deux dirigeants du Mujao, Tlemssi et Kheïrri.

D’ailleurs, les services mauritaniens ont récupéré des échantillons ADN des proches des terroristes présumés tués pour aider à l’identification. Et c’est l’Algérie qui a sa part la plus importante des dirigeants terroristes. Selon nos sources, Paris et Bamako veulent évaluer la situation militaire au Nord-Mali à travers l’identification des pertes dans les rangs d’AQMI et de ses alliés. L’identification se déroule aussi au niveau de prisons gérées conjointement par les Maliens et les Français où des dépouilles sont montrés aux éléments faits prisonniers lors de l’opération Serval.

Hier, selon l’AFP, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a déclaré : «Nous savons qu’il n’y a pas mal de chefs parmi les plusieurs centaines de terroristes qui ont été tués» au cours des derniers jours lors des combats dans le massif montagneux des Ifoghas, à la frontière algérienne. «Pour les précisions sur les identités, il faut faire des vérifications très précises avec l’ADN, c’est ce que les services de l’armée sont en train de faire», a-t-il dit.


Aziza L.

Anonyme a dit…

D'accord avec l'ano du 10 mars 2013 05:40. Mais le frère vlane chavire. A-