dimanche 31 mars 2013

Penda Sogué Violée et Tuée

Elle quittait de chez sa grand sœur au 1er vers 19h pour se rendre chez elle au 6ieme Robinet 4. Elle à prit un taxi devant sa sœur pour se rendre au carrefour Madrid, pour reprendre un autre taxi pour aller au 6ieme Robinet 4. Une heure après, sa grande sœur n’a pas reçu de coup de fil qui confirme que penda est bien arrivée, alors la grande sœur inquiète appelle sur le numéro de Penda mais c’est la boite vocale, elle appelle leur mère pas de signe de penda. Les parents s’inquiètent font le tour des commissariats aucun signe de Penda. Alors que la police recherche une voiture qui a été signalée la veille par une autre fille qui a pu s'échapper des violeurs qui font le taxi pendant les nuits. La police intercepte cette voiture le Jeudi dans la nuit avec à bord trois jeunes avec des mains souillées de sang. Après une fouille la police retrouve la carte d'identité de penda et sa pochette dans la malle arrière, aussitôt ils sont conduits au commissariat central. Le vendredi matin un homme dans le quartier Tarhill, voit des traces de mains et du sang par terre. Il décide de suivre les traces puis il tombe sur une chambre en plein air. Il retrouve le corps de Penda, aussitôt il appelle la police. Penda est retrouvée assassinée, violée, les yeux arrachés, le coup cassé, un couteau enfoncée dans la tête jusqu'à sortir par la nuque. Une Marche est prévue pour demander à la justice de condamner ces criminels à perpétuité. Ce crime doit servir de leçon aux autorités mauritaniennes, car l’enregistrement des Taxis doit être une obligation. Le taxi qui doit être un moyen de sécurité est devenu un moyen de crime odieux. Dans tous les pays du monde les taxis sont enregistrés et ont une couleur unique alors qu’en Mauritanie chacun peut faire le taxi comme il le veut ce qui fait que les délinquants en font un moyen de vol, viol et assassinat. NB: Penda Sogué était mariée et mère d'un enfant de 3 ans

31 commentaires:

Anonyme a dit…

Allah yarham Penda Sogué. Pas safe de circuler à Nouakchott. Dans les années 70-80, on dormait dans la cour sans seroual et ni jupe. Au plus un voleur sautait le mur et amenait avec lui le plat de cous-cous laissé pour un des fils de la famille. Il n y avait rien d'autre comme tout le monde était pauvre, mais heureux.

Sur un autre sujet: cette histoire du Ghana. J'ai eu des difficultés à comprendre qui était le Daddy. Et même situer les dates. Il me semblait que cela allait de l'ère CMJDienne à l'ère Sidioca. Je vais relire et merci d'avoir attiré mon attention. Tu sais dans ma famille, l'ADN n'est pas de première qualité et il me faut donc du temps pour comprendre tout ce charabia. Donc Kim Jung AZ faisait comme ATT, comme Veira et comme tout le reste de la keykleu. Si on peut croire Chavi. Il va y avoir du sport. Voyons qui gagnera entre l'équipe ElyCom-Bouamatou-Chavi et l'équipe Aziz. Bizarre quand même qu'on entend pas un pet de l'UPR dans cette affaire.

A-

===
Maatala a dit:

Salam

A-

Les Mauritaniens vont suivre un feuilleton qui va rabaisser notre pays :

"Ali baba et les 40 voleurs" avec comme metteur en scène : CHAVI.

L'homme qui incarne notre pays impliqué dans un trafic de faut billets au profit de couilles molles dit "Dady" SIDIOCA.

La HCHOUMA dit le fou.

maatala

30 mars 2013 23:54


Anonyme a dit…

Merci ma soeur Beba Ba pour la clarification. Mais Bâ Coumba a un sérieux problème: elle doit porter une plainte contre Hamed le malien ou bien son histoire de samsara en faut (comme dit maatala) billets US dollars est un crime contre les US et un hchouma. Elle est devenue après ce coup secrétaire d'état aux affaires africaines? Pas difficile de comprendre maintenant que Naha n'en voulait pas. Les affaires libyennes et ghanaennes ne se melangeaint pas.A reflechir un peu plus, on dirait que alawi le libyen passait l'info sur cette affaire à Tripoli, qui le passait à quelqu'un. Quelqu'un qui faisait partie du cercle de Venn dans cette histoire.

===
Bebe Ba a dit:


Maatala, ce n'est pas à Ba Coumba qu'on volé de l'argent mais à Yaya BA!! Je croyais que tu étais au courant

Anonyme a dit…

Oumar Ould Hamaha était une pédale !
==

http://www.noorinfo.com/Guerre-au-Mali-Fin-de-partie-pour-Omar-Ould-Hamaha-dit-barbe-rouge_a8459.html

Anonyme a dit…

Salam

Chère bébé Ba

Ba comba a bel et bien été victime d'un important vol. Yahya ba aussi.

Yahay a porté plainte, il est même allé au Sénégal pour être confronté à son voleur qui son chauffeur.

Comba n'a jamais porté plainte, elle aurait du justifiée l'origine de l'oseille.

Comment justifier que des millions d'UM DORMENT PAISIBLEMENT CHEZ VOUS.

maatala

maatala a dit…

salam


Omar Ould Hamaha, alias barbe rouge, chef de la qatiba "Ançar el Charia", l’homme qui déclarait attendre fermement les forces françaises, aurait été tué le 23 mars par des Arabes kountas lors d’affrontements qui se seraient déroulés dans la région de Gao. Fin de partie pour celui qui prétendait combattre pour le djihad pour mieux garnir son compte en banque grâce au trafic de cocaïne.

Guerre au Mali : Fin de partie pour Omar Ould Hamaha, dit "barbe-rouge" ?

Arabe bérabiche malien, il avait donné sa soeur à Mokhtar Bel Mokhtar pour bénéficier, à la fois de sa protection et de ses réseaux mafieux, ceci confortant l’idée que ceux qui avaient pris le contrôle du nord Mali depuis avril 2012 étaient plus motivé l’argent que par la lecture exégétique du Saint Coran. Mégalomane comme tous les chefs djihadistes, il avait créé sa katibat « Ansar Al charia » avec des combattants issus de la mouvance du MUJAO et de la katibat « Al Moulathamine » de son beau-frère borgne.

Lire également : Vidéo d'Ould Hamaha (Ansar Eddine) : "Si on nous appelle au Burkina ou au Sénégal, on viendra !"

Vite dépassé par les événements lors de l’offensive des forces alliés lancée au mois de janvier, il s’était rapidement réfugié dans la zone de Gao pensant pouvoir continuer le combat en proposant aux jeunes désoeuvrés de la région de l’argent pour aller faire le coup de feu contre les forces internationales. L’argent venait bien évidemment du trafic de drogue contrôlé par ses amis dont le fameux Baba Ould Cheikh, l’homme qui faisait poser au nord Mali des boeings lourdement chargés en provenance des cartels sud-américains, à l’origine du scandale « Air Cocaine ». Il faisait également partie de la triste équipe qui avait pris en otage des occidentaux à Tindouf en 2011, action qui avait été revendiquée à l’époque par le Mouvement pour l’Unité et le Djihad en Afrique de l’Ouest dont c’était une des premières actions, avec déjà pour objectif premier de récupérer de l’argent sous prétexte de lutte pour l’Islam.

On se souviendra, sans grande nostalgie, de ses parades en 4x4, à Gao ou Tombouctou, ou il aimait faire peur aux femmes et aux enfants, en vociférant contre l’Occident et la France en particulier. Au déclenchement de la guerre, il fût beaucoup plus furtif et timoré quand il fût question d’affronter cette fois de vrais soldats. Il préféra laisser les plus jeunes se faire tuer pour, disait-il, aller chercher des renforts, des armes et du ravitaillement, qui ne vinrent bien sûr jamais.

Il préférait probablement plutôt aller teindre sa barbe, qu’il voulait impressionnante, au hénné.

L’usage de la teinture au henné d’ordinaire réservée aux femmes traduisait certainement une sexualité confuse chez celui qui aimait être entouré de jeunes hommes. Ce détail n’avait pas échappé à son beau-frère Mokhtar Bel Mokhtar qui avait pris depuis quelques semaines ses distances. Les amitiés « viriles » au sein des katibats devaient être discrètes pour être tolérées, alors qu’Omar Ould Hamaha avait la réputation d’être très « tactile ».

La mort d’Omar Ould Hamaha quelques jours après celle d’Abu Zeid marque bien la fin du narco-djihadisme au Sahel. Une nouvelle ère s’ouvre désormais pour la jeunesse du nord mali, qui espérons le, saura trouver le chemin de la paix.

Source : alterinfo.net



Noorinfo

Anonyme a dit…

Tous les pervers peuvent venir faire la chasse à NKTT, toute voiture peut faire taxi, il est temps de réglementer cette profession: les taxis doivent être identifiables, il y va de la sécurité publique, nos soeurs, filles et mamans sont à la merci de violeurs et pervers....
Tfou pays de merde tfouuuu

Anonyme a dit…

Ano d'en haut,
Le taxi collectif à bannir. Mais comment? That is the big question. La demande de taxis la nuit va subir un coup à cause de cette affaire. Perte de revenus sèche pour le secteur taxi. La seule solution est que les taximen s'organisent et font la chasse aux faux taxis, avec la mort au bout. Seuls les taximen peuvent nettoyer Nouakchott de cette vermine. Condoleances à la famille de Penda. Morte si belle à la fleur de l'âge. Aziz occupé avec ses propres problème et le PM inodore, ne se permet même pas une déclaration. Shame. A-

Bebe BA a dit…

Maatala, c'est vrai que Ba Coumba a été victime d'un vol!! Mais s'il s'agit du montant de sa commission, eh bien elle se contente vraiment de peu!!!

Bebe BA a dit…

Léger remaniement ministériel au gouvernement


La Présidence de la République a rendu public dimanche soir le décret suivant portant nomination de deux membres du gouvernement:

"La Présidence de la République communique:

Par décret en date de ce jour et sur proposition du Premier ministre, sont nommés: ministre de la communication et des relations avec le parlement:

- Monsieur Mohamed Yahya Ould Horma;

ministre des affaires sociales, de l'enfance et de la famille:

- Mme Aicha Vall Mint Michel Vergès"

Anonyme a dit…

Kad
Tous les crimes sont ignobles & revoltants ,mais celui la depasse largement la moyenne J'y serai devant l'Assemblée Incha Allah

boocandy2008@gmail.com

maatala a dit…

salam

Il a dit:

Le système ne veut pas de sa partie africaine, qu’il crée les conditions de son appartenance définitive au monde qui l’intéresse et la partie, victime de la négation, entreprendre d’en finir avec cette cohabitation inhumaine, cruelle et médiocre. Il faut avoir le courage de faire le deuil de faire partie d’un ensemble qui ne veut pas de la construction d’une citoyenneté nationale commune. La seule réponse à cette situation est d’envisager de mettre fin à cette appartenance qui confisque le destin d’un ensemble humain qui a de l’avenir partout dans le monde. Il faut mettre fin à des décennies de souffrances, de mépris, d’humiliation, de larmes, de sang et de mort. Il faut envisager de faire le deuil de la Mauritanie, cette patrie de l’injustice, de la médiocrité, du racisme, de l’esclavage et de la magouille.
-----------------------

Je peux vous assurer que vu d'ici l'idée de séparation fait son chemin.

La coupe est pleine dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

les amis

J ai fait parvenir à un ami Djiboutien l'article de Hamdou Rabbi sy.......

je partage avec vous sa réaction :

"j'ai lu l'article en prenant tout mon temps. Effectivement l'article constitue un brillant réquisitoire contre la confiscation de la citoyenneté des populations noires de la Mauritanie mais je ne partage pas sa conclusion.

Les Afars de Djibouti ont connu les mêmes déboires. "La majorité idéologique est devenue la majorité chiffrée" en ayant recours à la politique d'immigration favorable aux Issas.

Les Afars avaient pris les armes et ont rompu toute relation avec le régime. Mais depuis février 2013, c'est la communauté issa qui conteste la légitimité du pouvoir en réalisant le favoritisme ethnique ne résout pas des problèmes créés par la corruption et la pauvreté.

Que propose notre philosophe pour lutter contre une injustice qui s'habille d'un semblant de rationalité pour spolier une partie de Mauritaniens de leurs droits ?

La réponse est claire : il faut lutter pour renverser ce pouvoir et arrêter son projet diabolique.

--------------------------------

Qu'en pensez-vous

maatala

maatala a dit…

salam


Il a dit notre frére djiboutien


"La majorité idéologique est devenue la majorité chiffrée"

--------------------------------

Enrôler les Sahraouis, les Touaregs va dans ce sens.

On peut refuser aux négros la nationalité, mais cela ne les empêchera de savoir ou sont leurs terres.

Pas de quoi d'être fière d'appartenir à un pays ou le racisme d'état, l'esclavagisme et l'impunité sont érigés en culture dominante dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

les amis

Ce putain de pays court à sa perte

Le pouvoir se "bunkérise" et se radicalise, Kim jong az a finit par se Tayiser, suite à son accident et surtout, il a choper le super melon en voyant tous NKTT venir l'accueillir après sa convalescence.

Il se prend pour KIM-NASSER.......

Les mauritaniens ne croient plus à rien, la rue est livrée à l'insécurité, nos sœurs se font enlevées et massacrées tous les jours, la chasse aux vrai-faux mauritaniens , négros comme par hasard est ouverte, les esclavagistes sont libérés par une justice au main de chauvins.

L'opposition pense aux accords de Dakar. Tawassoul au printemps arabe dit l'hiver féminin.

La pression monte dit le fou

matala

Anonyme a dit…

Mes condoleances a' la famille de la defunte!

Anonyme a dit…

Aicha Vall Mint Michel Verges, je vous souhaite une tres bonne chance dans votre nouvelle mission!!!!!
Vous chercherez ma soeur Rakia Fofana de Kiffa ou' qu'elle se trouve pour lui donner ma part! (rire)!!!!
J'AIME BIEN LE MONDE DE KIFFA! LES HABITANTS DE CETTE VILLE SONT TRES AIMABLES ET TRES BIEN!!!

maatala a dit…

salam

Tiens voila l'espion Coulycon

T'inquiètes mon coco cirer les pompes ne les empêchera pas de t'enlever ta nationalité mauritanienne.

Tout celui qui prend une autre nationalité perd de facto la mauritanienne.

J 'aimerai bien voir ta tète de con faire la grimace, lorsque qu'on te demandera à l'ambassade de fournir ta green card pour te faire enrôler.

Putain de grand moment dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Coulycon

Rien que pour le Fun , tu leurs dira d'aller se torcher avec leur CNI, passeport et pays de Merde.

Good bless América and Fuck them alls dit le fou

maatala

maatala a dit…

salam

Lu pour A-

Le RFD exige une enquête internationale indépendante sur les accusations contre Aziz

Le RFD exige une enquête internationale indépendante sur les accusations contre Aziz
Le Rassemblement des Forces Démocratiques, principal parti d’Opposition en Mauritanie, a exigé, lundi dans un communiquée parvenu à mauriweb.info, la mise en place d’une commission d’enquête internationale indépendante, relative aux graves accusations d’implication du président Aziz dans des affaires «douteuses».

Le RFD qui s’est insurgé contre ce qu’il a considéré être une opération éventuelle de blanchiment d’argent, a condamné de telles « pratiques préjudiciables à la sécurité du pays et à son aura dans le monde» précisant que personne n’est prémunie des poursuites judiciaires dans une affaire de criminalité transnationale.

Le RFD dit enfin constaté avec regret et tristesse la « déperdition morale du président» accusé de tremper «dans des affaires mafieuses ».

Dans des enregistrements sonores, rappelle-t-on, le site Essiraj a révélé jeudi dernier, des échanges téléphoniques attribués au président Aziz, avec un certain irakien, autour d’une affaire opaque de marchandage qui remonterait à 2007.
---------------------------------

J'attends la déclaration de Daddy couilles molles dit le fou

maatala

maatala a dit…

Salam

Le rodéo à commencer

Des policiers à la tête d’un vaste réseau de falsification de pièces d’état-civil

Des policiers à la tête d’un vaste réseau de falsification de pièces d’état-civil
Les autorités sécuritaires ont dévoilé l’existence en Mauritanie d’un vaste réseau de falsification des pièces d’état-civil dirigé par des policiers travaillant dans les centres où ce scandale a été découvert.

Et selon les sources particulières d’El Hourriya, le commissariat de la police judiciaire a transféré, jeudi dernier, un groupe de policiers dont un travaillant dans un centre d’état civil à Dar Naim et accusé d’avoir falsifié un certificat de recensement au profit d’un citoyen algérien qui a ainsi pu obtenir un passeport mauritanien. Tous les membres du groupe ont été envoyés à la prison civile de Nouakchott jeudi dernier.

Au même moment, le commissariat de police n°1 de Teyarett poursuit les investigations avec un autre groupe dirigé par un brigadier chef qui était membre d’un bureau d’enrôlement dans la moughataa du Ksar. Ceux-ci sont accusés d’avoir falsifié des papiers pour des ressortissants sénégalais et maliens.

Les investigations en cours pourraient dévoiler un vaste réseau qui a des ramifications dans d’autres centres d’enrôlement.

Source elhouriya

--------------------------------
pyranha01/04/2013 18:42X


Si vous commencez à arrêter le Mr qui est, selon ce qui se dit, né à Louga et qui aurait falsifié sa date et son lieu de naissance en se targant bizarrement d'être né à Akjoujt, on vous prendrait au sérieux, cessez de nous envoyer de la poussière... merci. Ici tout le monde falsifie... diplômes, date et lieu de naissance, état civil, c'est le pays de made in "tous les vices"

--------------------------------


hamaboubou01/04/2013 18:41X








Rien d'étonnant, car en nommant un boutiquier à la tête de l'établissement public de l'état-civil un boutiquier comme PDG, comment voulez-vous qu'il le gère plus qu'une boutique.

Les policiers ne font que perpétuer la tradition corrompue de l'administration du haut vers le bas.
---------------------------
Zreiga01/04/2013 18:06X

Si seulement nos malheurs se limitaient à ça !!! Qu'Allah nous vienne en aide il est notre seul sauveur .
--------------------------

Le Pacificateur01/04/2013 17:19X
Hélas, cela ne surprend personne !
Falsifier des pièces d'état-civil est un sport favori des Mauritaniens (du moins pour les corrompus) !!!

maatala a dit…

salam

La femme mauritanienne est en danger (III)

La femme mauritanienne est en danger (III)
Pas un seul jour que Dieu fait ne passe sans qu’il porte son lot de mauvaises nouvelles. Et même dans ce registre-ci, force est de reconnaitre que nous évoluons exponentiellement. Je pense même que l’on a atteint carrément l‘abjection. Viol, viol, viol! On s’est tellement habitués au mot que la dernière bassesse a sonné telle une fausse délivrance, tellement elle sort de l‘ordinaire.

Et pour cause, cette fois-ci, le crime fut particulièrement abominable. Kidnapping, viol collectif, meurtre et pour couronner le tout les yeux de la victime furent arrachés et le coup enfoncé et tailladé aux couteaux.

Cette jeune femme qui, fut martyrisée dans des telles circonstances, n’est pas la première et, malheureusement, elle ne sera pas la dernière. Elle est simplement une femme mauritanienne comme tant d’autres.

Comme, en effet, les 400 victimes qui les furent l‘année dernière seulement, ou comme les centaines de milliers qui ont peur de l’être à leur tour cette année. Et pour dire les choses clairement, la femme mauritanienne a peur. Elle est même terrorisée depuis quelque temps. Car dans cette détestable discipline, nos performances commencent de dépasser de loin celles de certains pays en guerre.

Pourtant, nous sommes bien en paix, même si, je puis dire, cette paix-là n’englobe pas encore les femmes de notre pays. Alors, on le dira jamais assez, en sociologie, la femme est le cortex du tissu social. Autrement dit, s’attaquer à elle signifie que toute la société est atteinte. En fait, elle est le degré le plus alarmant sur la déchéance d’une société humaine.

C’est dire combien la notre est malade. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir alerté sur cette calamité qui, tel un cancer, grossit de jour en jour et ronge notre société dans l’indifférence générale. En vérité, penser que la Mauritanie est incapable de protéger ses femmes est quelque chose de particulièrement navrant. Et la force publique se doit de prendre maintenant les mesures adéquates.

Certes, la tache est hardie et nécessite le concours de tous. Le législateur, d’abord, qui doit fournir les projets de lois nécessaires rendant toute violence faite aux femmes plus grave que les autres. De l’insulte, aux coups et blessures en passant pas les harcèlements jusqu’aux viols et meurtres, toutes les actions belliqueuses visant spécifiquement les femmes doivent-être fortement punies rendant tous sursis ou clémences impossibles.

En suite, le renforcement de la sécurité publique par la création des unités de la Police ou même de la Garde nationale spécialisées dans les violences faites aux femmes. Ce qui aura pour effet de faciliter le contacte avec les victimes, car on sait bien que bon nombre d’entres elles rechignent à venir aux commissariats pour porter plainte eut égard du pesanteur morale de la société et de la religion.

Quoi qu’elles soient ces mesures décidées, elles doivent venir maintenant et de toute urgence. Un jour de retard, et le feuilleton macabre se poursuivra. En espérant que ce n’est pas déjà trop tard.

Cide

maatala a dit…

salam

kangourou01/04/2013 19:23X






Le plus révoltant c'est l'absence de réaction des autorités. Aucun mot de soutien du ministre de l'intérieur, ni visite à la famille. Mais cela n'est pas étonnant, la police est dans les quartiers populaires pour embarquer de simples citoyens sortis de chez eux pour acheter du pain ou faire un petite promenade, ou rendre visite à un parent.

maatala a dit…

echweina01/04/2013 12:08X






Merci Diarra pour ce plaidoyer
Salam

pour la sécurisation de Nouakchott. Nous sommes responsables, quelque part, de ce déficit d'insécurité que vit notre digne capitale. Nous devons nous tous être conscients de ces nouveaux dangers, de notre rôle et de la nécessité d'être solidaire face à ces nouvelles bandes inspirées des horreurs déversées par les films qu'apportent le vent de la mondialisation et des satellites de toutes sortes.

Aujourd'hui même si vous criez, personne n'ose se porter à votre secours. Alors qu'avant au moindre cri, tout le monde sortait pour voir mais aussi porter secours. Comment peut on refuser d'ouvrir à une femme en cris, tard dans la nuit?

L'exemple de la fille fauchée et tuée par ses agresseurs à qui elle avait échappé et que tout un quartier avait refusé d'accueillir me rend encore malade. On dirait un patelin genevois (suisse).

Et puis tant que ces fils de "colonel", de "SG", de "Magistrat" ne sont pas jugés comme tous les autres, LE BANDITISME IRA EN GRANDISSANT ET NOUS DEVIENDRONS PIRES QUE JOHANNESBOURG OU MEXICO et ce sera irréversible.

Cherif a dit…

j'ai moi même mis le récit du drame de PENDA, et fais de mon mieux pour véhiculer les messages de soutien sur le net et ailleurs, j'apprécie d'autan plus ce que vous faites que j'ai depuis hier 16h30 appris qu'elle était une parente à moi lointaine certes mais parente

Anonyme a dit…

salam

Le président Aziz impliqué dans une opération d’accaparement de terrains [Fac similés]

Le président Aziz impliqué dans une opération d’accaparement de terrains [Fac similés]
Au lendemain du coup d’Etat qui l’a porté au pouvoir, le président Mohamed Ould Abdel Aziz avait fait de l’accès des pauvres à la propriété foncière un cheval de bataille.

Plus tard lors des élections ce thème reviendra comme un leitmotiv et le président candidat visitera à plusieurs reprises les Kebbas en fustigeant au passage les pouvoirs passés qui étaient caractérisés selon lui par des distributions de terrains clientélistes dont ne profitaient que les barons de ces régimes.

Ce discours très populiste eut un écho favorable dans les milieux pauvre et contribuera grandement à faire coller au candidat, l’étiquette de candidat des pauvres. Seulement car il ya un seulement, au vu des documents auxquels nous avons eu accès, le colonel Mohamed Ould Abdel Aziz s’était lui aussi généreusement servi alors qu’il n’était encore que l’homme fort du CMJD qui avait pris le pouvoir en chassant Ould Taya en 2005.

En effet avant de remettre le pouvoir au président élu, les trois hommes forts du CMJD que sont Ely Ould Mohamed Vall, Mohamed Ould Abdel Aziz et Mohamed Ould Ghazwani s’étaient attribués chacun dix lots parmi la centaine que distribua en catimini le Ministre des Finances de l’époque Abdallahi Ould Souleymane Ould Cheikh Sidiya.

L’actuel chef de l’Etat se fit attribuer les lots 66 NOT EXT Module M EXT au nom de Ahmedou Ould Abdel Aziz, celui là même qui, selon certaines rumeurs, s’apprêtait à déposer plainte contre certains medias en disant qu’il n’a jamais tiré aucun profit de la présence de son père au pouvoir.

Ensuite le lot 67 au nom de Leyla mint Mohamed, le lot 68 (600m2) au nom de l’épouse du chef de l’Etat Tekber mint Ahmed, le lot 69 au nom de Ahmedou Ould Eleya, le lot 70 au nom de Hamza Ould Abdel Aziz, le lot 71 au nom de Abdel Aziz Ould Eleya, le lot 72 au nom Bedredine Ould Abdel Aziz, le lot 73 au nom de Asma Mint Mohamed, le lot 74 au nom de Keva Mint Abdel Vettah et le lot 75 de (100m2) au nom de Khadi Mint El Ghoutb.

Donc au moment ou le président et ses thuriféraires se gargarisent de la distribution de lots allant de 120m2 à 180m2 situés à plusieurs kilomètres du centre ville et n’ayant aucune valeur marchande réelle, il obtient pour ses proches des terrains situés juste derrière le lotissement ATOIT, pas loin de la zone que le président avait visité ordonné l’assèchement à coup de centaines de bennes de tout venant.

Anonyme a dit…

Signalons au passage que selon différentes sources, ces bennes aurait été louées par l’administration auprès de Foyl Ould Lahah proche cousin du président.

Pour sa part Ghazwani s’octroya les lots de 1 à 10 alors que Ely Ould Mohamed Vall se fit octroyer les lots de 55 à 65. Bien entendu c’était assez courant que les dirigeants se servent lors des distributions de terrains très convoités.

Mais quand on arrive au pouvoir et qu’on veut la rédemption, on peut bien rendre ces terrains à la collectivité car ils ont été obtenus illégalement et en toute opacité. N’oublions pas que l’une des justifications avancées pour le coup d’Etat contre Sidi Ould Cheikh Abdallahi est que la première dame de l’époque s’octroyait des terrains même si ce n’était que des concessions provisoires.

Bien entendu aucun critère ne prévaut pour ce type d’attribution sinon l’interventionnisme et le favoritisme. Elles s’effectuent dans l’opacité totale et au gré du bon vouloir des tenants du pouvoir.

Signalons qu’en 2007 l’ex-inspecteur d’Etat Mohamed Ould Horma avait diligenté une enquête au sujet de la réalité des distributions des terrains intervenues mais seulement depuis le 1er mai 2007 et seulement par la Wilaya, il ne s’intéressa guère à celle du ministère des Finances. Cette enquête avait pour but de déterminer la nature de ces distributions, la régularité des procédures suivies et les bénéficiaires de ces attributions.

Ces investigations avaient permis de constater qu’un lotissement avait été établi par le Ministère de l’Equipement, seulement deux jours avant le deuxième tour des élections présidentielles et ne répondait à aucun besoin urbanistique immédiat car situé très loin dans une zone inhabitée, derrière la route reliant le Port de l’Amitié et la commune de Riyad. Pourtant ce lotissement situé lui en plein centre de Tevragh Zeina semble encore plus irrégulier et plus clientéliste.

Mais ce qui serait encore plus grave serait de constater que les moyens publics avaient été utilisés pour valoriser des parcelles qui sont désormais dans le domaine privé du président et de ses proches.

Entamé depuis 2010, le projet de restructuration des quartiers précaires ou « Gazras » de Nouakchott et qui devrait à terme parvenir à la disparition totale des bidonvilles est la clé de voute du programme du président Mohamed Ould Abdel Aziz mais force est de constater qu’on est jamais mieux servi que par soi même.

B.C. (Le Quotidien de Nouakchott)

Anonyme a dit…

salam


La police mauritanienne a arrêté au cours des derniers jours un grand nombre de personnes travaillant dans les centres d’enrôlement des populations et ce suite à l’enregistrement frauduleux de quelque 300 étrangers.
Et selon les informations en possession de Sahara médias, parmi les personnes arrêtées figurent des ingénieurs et d’autres employés dont certains travaillent dans des centres de l’intérieur ;
La police mauritanienne mène, depuis quelques jours, une enquête suite à la découverte d’un vaste réseau permettant à des étrangers d’obtenir des documents d’état civil mauritaniens.
Et selon les résultats de l’enquête, cinq wilayas sont concernées par cette fraude : Brakna, Trarza, Assaba, Tiris Zemmour et Gorgol.



saidechinguity a dit…

Allah yarham Penda Sogué

saidechinguity a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

salam


L’apparition de la Burka est un phénomène nouveau en Mauritanie, comme ces courants salafistes « Takfirit » et radicaux qui ont apporté dans cette terre de tolérance et de modération que fut la République Islamique de Mauritanie des idées d’un Islam tout nouveau.

C’est ainsi que la multiplication des Burkas, véritables uniformes de l’invisibilité sont devenus pour les repris de justice et les bandits en puissance de véritables refuges pour échapper au contrôle et commettre des forfaits. C’est pourquoi, l’hôpital militaire interdit tout accès à ces locaux aux voilées, même si cette mesure sécuritaire semble avoir soulevé le tollé des groupes salafistes. Car, personne ne peut savoir ce qui se cache derrière ces accoutrements, d’honorables femmes ou de dangereux poilus. Un des Salafistes jihadistes, auteur du crime contre les Français près d’Aleg n’a-t-il pas été appréhendé alors qu’il marchait habillé d’une burka ? C’est sa démarche masculine qui avait attiré l’attention du taximan qui l’avait transporté. C’est en cherchant à découvrir l’identité de ce porteur de Burka qu’il provoquera la bagarre qui permettra à la police, venue à la rescousse, de tomber sur l’homme qui était le plus recherché dans le pays.

L’autre jour, c’est une jeune fille qui a échappé in extremis à un enlèvement planifié par un homme qui portait la burka, un accoutrement pourtant réservé seulement aux femmes. La jeune fille qui habite à Arafat raconte avoir été surprise de se voir attaquer par une personne portant le Hijab, dans une tentative pour la droguer. Dans la lutte qui s’en suivit, le masque de l’assaillant tomba. C’était un homme. Comme la fille criait pour ameuter le voisinage, le type a sauté dans un taxi où l’attendait un complice et ils disparurent derrière un rideau de poussière. La Mauritanie est un pays malékite qui n’oblige pas aux femmes de se voiler le visage. L’Etat doit interdire le port du Hijab dans les lieux publics, car avec les faux taxis et les faux taximan, les faux burkas ne feront que renforcer l’insécurité déjà alarmante dans le pays.

MOMS

Source : L'Authentique le 03/04/2013

Anonyme a dit…

Matalla.
-
Je te prie de mettre ce texte du pr Lo Gourmo en message principal.
-----------------------

Lo Gourmo : Touche pas a mon pays, ma Mauritanie

Chaque « communauté » croit que tous les problèmes du monde sont sur sa tête. Et cela entretient la théorie du complot des « autres » contre soi. La vérité est que aussi bien chez les maures que les les noirs de ce pays s’accumulent les problèmes du fait de la nature de cet accumulateur de problèmes qu’est notre Etat.

La souffrance des Négro-africains est réelle du fait de l’accélération des processus de discrimination. Ne parlons pas des graves problèmes que connaît la composante hrattine.

Mais la masse de la composante maure Bidhane est loin de vivre le paradis que certains imaginent même si le système tente de faire croire le contraire en se fondant sur une partie de l’élite maure. Tout ça c’est notre peuple!

Nous devons apprendre à marcher ensemble tout en cherchant à résoudre les problèmes qui se posent aux uns et aux autres et faire la différence entre ceux qui sont responsables (une infime minorité toutes ethnies confondues) et l’immense majorité de notre peuple multinational, qui souffre et se bat à son rythme…

Source : Lo Gourmo sur page FB : « Touche pas a mon pays: Ma Mauritanie »