dimanche 14 juillet 2013

Bon Ramadan

Ramadan Moubarak

 Chères lectrices, chers lecteurs, permettez-nous  de vous présenter mes meilleurs vœux de bonheur et de spiritualité. Le mois de ramadan est tel un invité de haute importance, qui nous honore de sa visite une fois par an seulement. C’est pourquoi nous devons nous montrer dignes de sa venue en cherchant à comprendre sa symbolique et ses règles afin de mieux le recevoir.

- Le sens du ramadan Le mot ramadan en arabe signifie la chaleur intense, on l’appelle ainsi car c'est le neuvième mois lunaire qui jadis coïncidait avec les périodes de grande chaleur. Quant au mot al syam, c'est-à -dire le jeûne, il désigne littéralement l'abstinence. Jeûner durant le mois de ramadan revient donc, en quelques sortes, à pratiquer un exercice d'abstinence par rapport à tout ce qui peut nuire à notre foi directement ou indirectement. Au-delà de la consommation de nourriture et de boisson, qui certes ne nuisent pas directement à la foi mais qui peuvent asservir l'âme en la condamnant à assouvir ses envies à tous prix. Il s’agit plus globalement d’une abstinence de chacun des membres de son corps contre l'excès qui conduit aux péchés. Le croyant est donc celui qui tire profit du ramadan en rétablissant un équilibre entre ses émotions et sa raison, entre l'âme et son corps, entre le matériel et le spirituel enfin entre le temporel et l'éternel.

 - L'Histoire dans le ramadan Pour nous, musulmans, le mois de ramadan ne se résume pas à un mois d'adoration. Il nous évoque aussi des faits historiques marquants, fondamentaux et indissociables de l'islam. Citons par exemple la descente du coran, la bataille de Badr, la trêve de Houdaybya ou encore l'ouverture de la Mecque à l'islam. Dans un registre pédagogique, on peut mentionner la prescription des prières, des invocations, l'aumône, la solidarité, autant de vertus édictées durant le ramadan. C'est avec grand plaisir, chères lectrices et chers lecteurs, que nous partagerons ces rappels durant toutes les nuits de ramadan à venir afin, nous l'espérons, que chacun puisse saisir la portée de ce mois exceptionnel.
Rappel historique
Les différentes formes de jeûne Prescrit l’an 2 de l’hégire, le jeune du mois de ramadan le fut à la suite de la révélation de ce verset : « Ô les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété » (2 :183). Cependant les communautés antérieures à l’islam avaient d’autres manières ou formes de jeûner. Ce mot, jeûner, désigne en arabe le fait de s’abstenir, de se priver. En se basant sur le coran et la tradition prophétique on remarque quatre formes de jeûne ont existé. La première consiste, à celui qui jeûne, de s’isoler du monde en s’adonnant à une forme de retraite spirituelle. La seconde repose sur le fait de s’abstenir de dormir la nuit lorsque l’on jeûne. Aussi, se retenir de parler était de rigueur à une époque lorsque l’on était en état de jeûne. Relatant la parole de Saydatuna Mariam, Allah dit : “Assurément, j'ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd'hui à aucun être humain". (19 :26) En y ajoutant la privation de nourriture, nous retrouvons ces quatre formes de jeunes, certes plus souples, dans notre mois de ramadan ; limiter notre parole à ce qui est convenable, prier une partie de la nuit, s’abstenir de nourriture et la retraite spirituelle durant les derniers jours.
  
Les règles du jeûne

En cette deuxième nuit du mois de ramadan, nous allons par la Grâce de notre Seigneur aborder certaines règles d'ordre juridique relatives au jeûne du mois de ramadan. Évidemment la connaissance des règles, qui régissent le jeûne, est primordiale sans quoi nous ne pourrons pas prétendre à la récompense du jeûne. En revanche, soulignons un point important, l’existence de règles n’induit pas forcément la contrainte. De même la stricte observation de ces règles ne représente pas la seule et unique finalité du jeûne. Les règles servent à encadrer l’acte mais ne le rende pas pour autant plus contraignant.

- La durée du jeûne.

Le jeûne, en lui-même, consiste à s'abstenir de tous rapports sexuels, consommation de nourriture et de boisson. Cette abstinence débute dès l'heure de la prière de l'aube jusqu'au coucher effectif du soleil. Par contre, durant la nuit toutes ces interdictions sont levées. Effectivement Allah dit : «Il vous a été rendu licite lors des nuits de jeûne d'avoir des rapports avec vos épouses, elles sont tels des habits pour vous et vous tels des habits pour elles [...]. Et mangez et buvez jusqu'à ce qu'il vous soit clair la blancheur de la noirceur du matin puis complétez votre jeûne jusqu'à la nuit».s.2, v.187

- Ce qui n'annule pas le jeûne.

Beaucoup de personnes se posent des questions sur la nullité ou non du jeûne face à certaines pratiques. Pourtant les pratiques en question n'annulent point le jeûne ni dans sa validité ni dans sa récompense. On peut citer les exemples suivants : une visite chez le gynécologue pour pratiquer un frotti vaginal, le don de sang, les vaccinations, les perfusions, embrasser son épouse (sans pour autant aller trop loin), avoir une érection ou une éjaculation à condition qu'elles n'aient pas été provoquées, se mettre du parfum, se brosser les dents, mettre du gel…Tout ceci n'annule en rien le jeûne contrairement aux idées reçues.

- Ce qui annule la récompense.


Néanmoins si certaines pratiques n'annulent pas le jeûne elles privent le concerné de toutes récompenses. En voici quelques exemples : faire la bise à une femme étrangère pour un homme et inversement pour une femme à un homme étranger, commettre de la médisance, calomnier, être grossier, ne pas faire ses prières… En bref, tous actes considérés comme illicite. Comme le dit le Prophète :«Celui qui ne s'abstient pas des grossièretés dans ses paroles et actes, qu'il sache qu'Allah n'a pas besoin de son abstinence face à la nourriture et à la boisson» (Bukhari).


Rappel historique
L’incendie de la mosquée du prophète

Nous allons aborder aujourd’hui l’incendie qui a touché la mosquée du Prophète, paix et salut sur lui, malheureusement tragique ayant laissé beaucoup de morts. Ce fut exactement en l’an 654 de l’hégire du Prophète. Deuxième lieu saint de l’islam, la mosquée du Prophète suscite beaucoup d’intérêt de la part des musulmans et énormément de respect. Plusieurs fois, elle a été agrandie, reconstruite, embellit, mise aux normes. Cependant, en 654 de l’hégire, et plus particulièrement la nuit du vendredi 2 du mois de Ramadan, après la prière de tarawih, les bougies qui étaient utilisées pour illuminer la mosquée ont accidentellement causé un incendie qui a ravagé la totalité de la mosquée. La seule partie de la mosquée qui fut épargnée ce jour-là, fut la tombe du Prophète, paix et salut sur lui. Il est rapporté que beaucoup se sont retranchés dans la Raouda al Charifa et invoqués Allah en criant « Mohamada, wa Mohamada, wa Mohamada », jusqu’à ce que l’incendie par la grâce d’Allah fût maitrisé. Par la suite, le calife Al Mu’tassim ordonna la reconstruction complète de la mosquée et ordonna aussi une meilleure sécurité pour préserver la mosquée et les milliers de fidèles qui depuis toujours ne cessent d’affluer par amour pour le Prophète et par respect pour leur engagement dans la voie de l’Islam.
  
RAPPEL DU SOIR N°4: LE DÉBUT ET LA CLÔTURE

Lors du mois de ramadan, les croyants sont invités à respecter certaines règles relatives à la manière de débuter et de clôturer les journées de jeûne. Nous allons donc au cours de ce rappel aborder quelques enseignements à ce sujet.

Le petit-déjeuner de l'aube (souhour)

Le Prophète insistait auprès de ses compagnons afin qu’ils se restaurent le matin avant de débuter le jeûne, il disait à ce sujet : «Mangez à l'aube car il y’a en ce repas une bénédiction divine» (Bukhari). D’autant plus que c'est un bon moyen pour fortifier le jeûneur afin qu'il débute sa journée de la meilleure manière. Par contre, ne faites pas l'erreur de vous lever de bonne heure pour déjeuner sans prendre la peine de faire vos prières N’oubliez pas, comme ce fut précisé lors des articles précédents, qu’un tel comportement annulerait la récompense du jeûne.
D'autre part, ce petit-déjeuner n'est pas un exercice de gavage ! Tous excès sont prohibés en islam même en matière de nourriture. Gare à vous de ne pas être comme ceux dont Allah à dit: «Ils mangent et jouissent tels des animaux» s.47, v.12.

L'heure de ce repas de l'aube

Comme il est rapporté dans plusieurs ahadiths, il est souhaitable de finir de manger une trentaine de minute avant l'appel à la prière de fadjr. Cette attitude nous permet de prendre le temps de digérer et de se préparer à la prière en toute sérénité. Néanmoins, sachez à titre informatif, qu’il est permis de continuer à manger et boire jusqu'à l'heure de l'appel à la prière.

N.B. : Dans le cas où on est en train de manger et qu'on entend l'appel à la prière, le Prophète nous recommande de finir ce qui se trouve devant nous. Il est donc inutile de se précipiter (comme le font certains) pour tout recracher. Précisons, toutefois qu’il ne faut pas abuser de cette facilité, car en réalité on ne dispose que de très peu de minutes pour finir de manger.

La rupture du jeune

En ce qui concerne la rupture du jeûne, elle doit avoir lieu dès qu'il est l'heure de l'appel à la prière du crépuscule. Il est fortement déconseillé de la retarder, comme font certains, en signe de bravoure alors que ce n’est absolument pas le cas. Quant au muezzin, il se doit de rompre son jeûne avant d'appeler à la prière.

Il est aussi recommandé de rompre le jeûne avec des dattes ou par défaut de l'eau. Puis vient l’heure de l’accomplissement de la prière du crépuscule avant de s'adonner aux délices de la nourriture, tout en ayant à l’esprit la belle parole de notre bien-aimé, le Prophète: « Le fils ne peut remplir un récipient pire que son ventre, quelques bouchées doivent lui suffire afin de se fortifier et s'il est obligé de manger, qu'il consacre alors un tiers à la nourriture, un tiers à la boisson et un tiers à sa respiration » (Tirmidhi).

Rappel historique

La prescription de la Zakat

Liée directement au mois de Ramadan, la prescription de la zakat fait partie des cinq piliers de l’islam. Cette prescription religieuse a été rendue obligatoire pour la première fois, dans sa forme actuelle, lors du mois de Ramadan de la première année de l’hégire du prophète. D’ailleurs, la zakat fut prescrite en même temps que le jeune du mois de Ramadan. Cette relation étroite entre ces deux adorations met en avant la générosité dont doit faire preuve le musulman durant ce mois béni. En ce sens, Seydatuna Aicha rapporte : « le prophète était l’être le plus généreux, beaucoup plus généreux que le vent porteur de miséricorde ». Elle disait aussi : « sa générosité se voyait beaucoup plus lorsque le mois de ramadan arrivait ». En islam, il existe deux formes de zakat. Il y a zakat al Fitr qui consiste, le mois de Ramadan, à sortir une somme d’argent pour les pauvres. Quant à zakat al mal, plus générale, consiste pour ceux qui auront gardé une somme bien déterminée durant un temps fixé, de sortir un pourcentage de cette somme pour la remettre aux nécessiteux. Tout ceci met en avant le côté humaniste de l’islam qui a mis tous les moyens à la disposition des musulmans pour combattre contre l’avarice et l’égoïsme.
  
RAPPEL DU SOIR N°5: LA FACILITÉ DU JEÛNE

Beaucoup de personnes s'interrogent sur le jeûne et parviennent à la conclusion selon laquelle l'islam aurait commis une entrave à son principe de «non contrainte envers l'humanité» pourtant récurrent dans le Coran.
   
Effectivement, on dénombre à de nombreuses reprises ce types de versets : «Allah veut certes pour vous la facilité et non pas la difficulté» s.2, v.185«point de contrainte dans la religion» s.2, v.257, ou encore «il n'a pas mis pour vous de gêne dans la religion» s.22, v.78, cependant en analysant de plus près le verset à l’origine de la prescription du jeûne, nous nous rendons compte du caractère infondé de cette accusation.
    
En effet, Allah dit : «O vous qui avez cru, il vous a été prescrit (le jeûne) comme il a été prescrit à ceux qui vous ont précédés afin que vous soyez pieux. Des jours limités. Ceux parmi vous qui sont malades ou en voyage, ils le rattraperont en d'autres jours, quant à ceux qui ont du mal, ils peuvent à la place donner de la nourriture aux pauvres» s.2, v.183/184. L’étude de ce verset laisse apparaître sept moyens de facilités et de flexibilités détaillés ci-dessous :
«O vous qui avez cru…» Cette formule démontre que le musulman ne peut être celui qui éprouve des difficultés dans l’accomplissement du jeûne. Sa foi lui permet d’être armé contre toutes défaillances.

«[...] A ceux qui vous ont précédés»

Allah dit : «Le jeûne vous a été prescrit comme il l’a été pour ceux qui vous ont précédés», autrement dit il n'y a rien d'extraordinaire puisque les autres communautés ont-elles-même pratiqué le jeûne. L'islam n’est donc pas une exception en la matière.

«Afin que vous soyez pieux»

Cette conclusion révèle le but. Chacun sait que l’efficacité d'un médicament ne peut être jugée selon l'amertume de son goût. En comparaison, la pénibilité du jeûne ne fait pas le poids face au but suprême : la piété.

«Des jours limités»

Rappelons que le jeûne n’a lieu que trente jours sur trois cent soixante-cinq que compte l’année. En outre, il s’agit uniquement de la journée et non pas de la nuit. On ne peut donc pas parler réellement de contrainte.

«Les malades et les voyageurs»

Les malades, atteints d'une maladie qui empêche le jeûne ou ceux qui sont soumis à un traitement médicamenteux, ils en sont exemptés. De même en ce qui concerne les voyageurs ayant parcouru une distance de plus de quatre-vingt-trois kilomètres, ils en sont exemptés également et ont la possibilité de reporter les jours manqués.

« Ceux qui le supportent difficilement »

Ici, il s'agit de ceux atteints d’une maladie incurable, des femmes enceintes, de celles qui allaitent ou encore des personnes âgées, ils sont également exemptés du jeûne et peuvent tout simplement à la place nourrir un pauvre tous les soirs ou lui donner l'équivalent de dix euros en moyenne. Quant aux enfants impubères, le jeûne ne leur est pas obligatoire.

Précisons que certains savants considèrent que les femmes enceintes ou qui allaitent sont tenues de rattraper le jeûne ultérieurement au lieu de verser une aumône.

Rappel historique

Le pacte de fraternité

Une fois arrivé à Médine, le prophète, paix et salut sur lui, et ses compagnons avaient laissé derrière eux commerces et richesses qu’ils avaient perdu et se retrouvèrent ainsi sans maison ni argent. Après avoir construit la mosquée de Médine, le prophète décida lors du mois de Ramadan d’instaurer alors ce qui sera appelé « la fraternité entre les exilés et les Ansars », c’est-à-dire les habitants autochtones de la ville de Médine. Cette alliance permettait aux exilés de partager les biens des Ansars. Chaque Muhajir, donc éxilé, était lié à un Ansar. Grace à ce pacte, ils avaient même la possibilité de s’hériter mutuellement si un d’eux rendait l’âme. Parmi ces tandems on peut citer : les compagnons Abdurhaman ibn ‘Auf avec Saad ibn Al Rabi’, Abu ‘Ubayd ibn Jarah avec Sa’d ibn Mu’adh ou encore Talha avec Ka’b ibn Malik. Cette association entre les deux parties permit aux musulmans de renforcer leurs liens d’amour et de fraternité. Ceci nous rappelle le verset du coran : «La récompense appartient aussi à ceux qui, avant eux, se sont installés dans le pays et dans la foi, qui aiment ceux qui émigrent vers eux, et ne ressentent dans leurs coeurs aucune envie pour ce que [ces immigrés] ont reçu, et qui les préfèrent à eux-mêmes, même s'il y a pénurie chez eux.» (59 : 9)
RAPPEL DU SOIR N°6: LES DÉGÂTS DE LA LANGUE

Chères lectrices, chers lecteurs, en cette sixième nuit du mois béni de ramadan c'est avec plaisir que nous vous retrouvons une nouvelle fois pour partager avec vous ces rappels, qui nous l'espérons vous ouvrirons un peu plus les portes de la compréhension de notre belle religion. Le rappel de ce soir par la Grâce d'Allah repose sur un hadith dans lequel le Prophète s'adresse aux adeptes de la foi en leur disant: «Celui parmi vous qui croit en Allah et au jour dernier alors qu'il dise du bien ou qu'il se taise» (Bukhari)

Ce hadith est bien entendu très important au quotidien mais il revêt un sens particulier en ce mois béni car comme le répétait souvent notre maître, le Prophète : «Celui qui ne s'abstient pas des grossièretés dans ses paroles et actes qu'il sache qu'Allah n’a point besoin de son abstinence dans la nourriture et la boisson» (Bukhari).
Dans l'éducation morale qu'il dispensait à ses compagnons le Prophète mettait l'accent sur les dégâts de la langue. En effet, comme Il le disait régulièrement: «l'Homme peut dire une petite parole à laquelle il n'accorde aucune considération alors que celle-ci le rapproche de l'enfer de soixante dix coudées».
Les excès de la langue se résument en ces quelques points suivants :

Le mensonge

Le Prophète dit à ce propos: «abstenez-vous des mensonges car les mensonges mènent droit vers la perversion et la perversion mène droit vers la fournaise et l'Homme ne cessera de mentir jusqu'à ce qu'il soit considéré auprès d'Allah comme menteur» (Muslim). Dans le coran on peut également lire : «Que la malédiction d'Allah soit sur les menteurs» S.3- v.61.

La médisance et la calomnie

Le Prophète définit la médisance comme étant le fait de dire les manquements de quelqu’un en son absence. Un jour alors qu'il interdisait la médisance à un homme celui-ci lui dit : «Ô messager de Dieu je n'ai fait que dire la vérité sur lui». Le prophète lui dit : «C'est cela la médisance et si ce que tu as dit sur lui n'était pas la vérité alors ça aurait été de la calomnie» (Muslim).
Le coran nous enseigne aussi : «Et que les uns ne médisent pas sur les autres, l'un d'entre vous aimerait-il manger la chair de son frère mort? Vous le détesteriez» S.49-v.12.

Chères lectrices, chers lecteurs, le croyant comme le dit le Prophète est : «celui qui ne nuit pas aux autres ni par sa langue ni par sa main» (Bukhari). Les dégâts des mots sont parfois là où on ne les imagine pas, le Prophète dit : «Il suffit pour être considéré comme un menteur de répéter tout ce qu'on entend» (Muslim). Profitons alors de ce mois béni afin d'éduquer nos langues pour faire partie de ceux dont Allah a vanté les mérites en disant : «Ils ont été guidés vers la pureté dans les paroles et ont été guidés vers un chemin droit» S.22-v.24.

Rappel historique

Seydatuna Mariam

Aujourd’hui nous avons l’honneur de parler d’une femme qui a marqué l’histoire de l’humanité, Seydatuna Mariam, qu’Allah l’agrée. Sa vie a été relatée dans les moindres détails dans le coran. Sa naissance et son enfance furent narrés dans la sourate Ali Imran. Allah raconte même l’état d’esprit qu’eut la mère de Seydatuna Mariam au moment où elle tomba enceinte de sa fille et au moment de l’accouchement, elle dit : «Seigneur, je T'ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C'est Toi certes l'Audient et l'Omniscient. Puis, lorsqu'elle en eut accouché, elle dit : "Seigneur, voilà que j'ai accouché d'une fille"; or Allah savait mieux ce dont elle avait accouché! Le garçon n'est pas comme la fille. "Je l'ai nommée Mariam, et je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Diable, le banni"» (3 :36/37) La naissance de cette femme qui deviendra la mère d’un des plus grands prophètes, Seyidna Issa, eut lieu un jour de mois de Ramadan. Allah a des paroles élogieuses à son égard dans le coran : «Rappelle-toi quand les Anges dirent : « O Mariam, certes Allah t'a élue et purifiée ; et Il t'a élue au-dessus des femmes des mondes.» (3 :42)

8 commentaires:

Anonyme a dit…

dimanche 14 juillet 2013
La France en Afrique: quand la Mort est perçue comme Le Sauveur.
Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur Facebook
Cette image fait rire-pleurer. Elle traduit la naïveté, la mort, la mort cérébrale, l'esprit de facilité, l'incohérence, l'enfance, la conscience manipulée et orientée vers l'autodestruction. Cette image révèle aussi un état de religion, d'adoration dont la France est l'objet de la part de beaucoup d'africains complètement paralysés par les douleurs de l'histoire africaine. Soumis sans discontinuité à la propagande coloniale, nombreux sont ces africains qui succombent à l'idée que la France est en Afrique pour sauver les africains. Pour un sauveur, comme l'a écrit ce compatriote du Mali sur son corps tatoué du drapeau français, il faut dire que François Hollande aurait dû commencer par son propre pays, la France. Car, ce pays va plus que mal sur tous les plans et François Hollande y est décrié et dépeint comme un incapable majeur face aux difficultés locales.

la suite:http://lajuda.blogspot.ch/

Anonyme a dit…

qui est l'auteur de l'article Ramadan Moubarak
posté par matalla?

maatala a dit…

Salam

Le texte est de:

Sheikh Ahmad Mustapha Mbaye et Sheikh Hadi Majdoub.

Bon ramadan

Anonyme a dit…

Bonjour, cher Matala et tous mes frères et sœurs canalheurs, Ramadan karim. Vous me manquez! Même si je ne suis pas présente sur canalh depuis quelque temps, vous êtes toujours là dans mon cœur et dans mon esprit et je ne pourrai jamais oublier des moments de débat fructueux que nous avions vécu sur cet espace libre pendant une période cruciale et sensible dans l'histoire de notre pays 2008-2009, et comme nous vivons cette nuit-ci un moment historique, la victoire de notre équipe nationale de football et son passage pour la première fois pour la coupe africaine, je vous partage ces instants de joie et de bonheur et je souhaite que ce genre d'occasions se multiplie.
Citoyenne .

Anonyme a dit…

Salam


Salut sister


Lu pour toi sur cridem

Les Mauritaniens ont fait….

Les Mauritaniens ont fait….
C’est la victoire de tout un peuple, c’est la victoire de toute une nation et c’est l’honneur du président de la république, de son gouvernement, de l’encadrement technique national, du grand public du stade olympique de Nouakchott et de tous les Joueurs de l’équipe nationale Mauritanienne (notre photo).

Les jeunes ont mis fin à un complexe qui ne s’expliquait pas, les jeunes ont bien mis fin à une négligence qui ne disait pas son nom, les jeunes ont attiré l’attention depuis Monrovia, les jeunes attirent désormais une attention sur le football Mauritanien.

Depuis leur victoire contre le Liberia en aller et en retour, on savait que le ‘’Onze National’’ allait un jour nous mettre sur une tablette en Or.

Aujourd’hui, les jeunes non seulement ont contribué au renforcement de la cohésion sociale et de la cohabitation en Mauritanie, mais aussi, ils l’ont fait et ils iront au pays de Nelson Mandela avec le drapeau d’un pays qui a toujours rêver d’être au grand rendez vous des champions de notre continent.

La présence du président de la république son excellence Monsieur Mohamed Ould Abdoul Aziz et de son gouvernement ont donné aux jeunes Mauritaniens, un courage, un engagement ferme et de la volonté pour prouver que tout en peuple peut bien compter sur eux et sur une équipe nationale de valeur qui a fait la fierté nationale pour tous les Mauritaniens. Aussi, en nous permettant nous Mauritaniens de surmonter nos soucis à travers une qualification en Or en Afrique du Sud 2014.

Moussa N’Diaye
Journaliste TV
E-mail : moudiaye8@gmail.com
Nouakchott - Mauritanie

--------------------------------

Ce journaleux a été formé en Corée du nord ou à Cuba dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

salam


24-07-2013 09:39 - 'A l’heure de la rupture' dans l’Orphelinat de Marième Diallo à Ilot L [PhotoReportage]

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=645723

Un gros naze a écrit:

Bougadoum25/07/2013 11:18X

Un orphelinat,c'est une très bonne chose, cependant, il y a des stratégies à adopter pour l'épanouissement des enfants. Je vois qu'il est immoral de prendre une fille mauresque et usurper sa culture en l'habillant comme une pular. Ou bien s'agit-il d'un orphelinat pular ?

Par ailleurs, j'aimerai bien demander au journaliste Babacar Baye Ndiaye pourquoi il partage le repas avec certaines familles et toutes... ? C'est là un manque de professionnalisme criant !

----------------------

Monsieur Bouagadoum,

Stratégie ? Immoral ? La stratégie est simple, on la met en place lorsque l'on en a les moyens !!! Pour votre information, ces petites filles sont habillées avec des vêtements qui ont été offert par de bonnes âmes, et à priori, vous n'en faites pas partie, sinon peut-être porteraient-elles des vêtements se rapportant à leur culture...

Quant à partager le repas de certaines familles et d'autres non, la réponse est très simple. Lorsque l'on me convie avec une certaine insistance à le partager, je le fais, et lorsqu'il n'y a par exemple que 9 dattes à se partager pour une famille de 9 personnes, j'éprouverais bien de la gêne à priver l'une de ces 9 personnes de la seule datte qu'elle peut manger. Agir autrement exprimerait un manque évident de coeur !!!

Ce que je peux vous suggérer pour remédier à vos remarques et critiques, c'est d'aller vite porter quelques vêtements pour habiller ces petites filles maures selon la culture mauresque. Pour conclure, je note que vous ne faites par non plus partie de ces quelques gens qui ont mis la main à la poche pour venir en aide à ces familles ou à l'orphelinat, bien que nous soyons actuellement dans le mois du Ramadan... .

La critique est facile Monsieur Bougadoum, mais aider son prochain afin de ne pas le voir dans cette situation est surement bien plus difficile pour vous qui semblez avoir des hérissons dans les poches

Babacar Baye N'Diaye





Anonyme a dit…

salam

Elections mali

Les procéduriers, nous disaient, qu'il était impossible de faire des élections à cause de 11 000 à 15 ooo trous du cul qui crèchent à Kidal.

15 000 trou duc sur 17 millions de maliens.

Mauvaise foi quand tu nous tiens dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

salam

Kidal toujours pas libérée »

Certains candidats ont même réclamé le report du scrutin. C’est le cas de l’ancien chef de la diplomatie malienne Tiébilé Dramé qui a retiré sa candidature, estimant que les conditions ne sont pas réunies pour la tenue d’un scrutin. Il pointe notamment du doigt la crise à Kidal, fief des Touaregs, où l’insécurité demeure toujours. Au moins quatre personnes ont péri dans des affrontements entre Noirs et Touaregs. Les accords de Ouagadougou ont permis à l’armée de pénétrer dans la localité contrôlée jadis par le Mouvement national de la libération de l’Azawad (MNLA).