dimanche 18 août 2013

Droit de réponse

KBG a dit depuis son asile psychiatrique  allemand :

Le regain d,interet de Canalh pour la cause des negro-mauritaniens est suspect.Je crois que ce faisant Maata voudrait s,assurer du silence des officines negromauritaniennes.

KBG

Les officines n'existent que dans ta tête, celle qui ne tourne plus rond selon tes propres aveux.

Revenons aux faits:

-Entre jeudi et vendredi, sur eu 84 nominations de fonctionnaires, il n'y a que deux négro-africains dont aucun dans les forces de police.

- 19 banques privés dont aucune n'appartient à un négro-africain.

- Aucune licence de prospection minière n'a été attribué à un négro-africain.

- Sur dix licences de radio et de télévision, aucune n'a était attribué à un négro-africain, pourtant le dossier de kassataya de l'avis de tous était le plus solide et sérieux, pire on a interdit à Abdoulaye diagana de risquer son fric.

- Sur 49 ambassadeurs uniquement 3 sont  dirigées par des négro-africain etc...........idem pour le reste de l'administration.

- La mise en place de l'enrôlement dé-négrification............

Nous sommes  vraiment loin le trait d'union.

Les négro pensent que leur pays se bâtit à leur détriment, pourquoi les palestiniens auraient le droit de le dire et pas eux.

Personnellement, je suis contre ces soi disant officines, que tu cites pour la simple et bonne raison qu'elles ne tirent pas la seule conséquence évidente des faits cités plus haut, à savoir.

" qu'il faut avoir le courage de faire le deuil de faire partie d’un ensemble qui ne veut pas de la construction d’une citoyenneté nationale commune".

Pour moi  séparation de la Mauritanie en deux état s'impose dit le fou.


4 commentaires:

Anonyme a dit…

KBG est connu: il sort du n' importe quoi. Croyais qu' il avait mûri. A-

Anonyme a dit…


Cher ano,

Les sud-africains se sont libérés, mais le pays est resté entier. Pour le sud-soudan, ce sont les emmerdes de l' arabité et de l' islamité a deux sous qui a brisé ce pays en deux. Les sud-soudanais sont des animistes, catholique et chrétiens. Mbaye Tidiane Diagana a bien pensé pout twa et mwa. Il vaut mieux la relire dans la sérénité. Impossible de déconstruire son éducation qu'elle a bien menée.

A-

====
Un ano a dit (probablement usurpé l' identité de Maatala)


Salam

A-

Tu dis:

Bravo !baye Tidiane Diagana. Bien dit et bien pensé. A-

---------------------------------

Le raisonnement de cette jeune fille est facile à déconstruire.

Si je l'ai bien compris, les sud-africains et les sud-soudanais auraient du rester des esclaves de leurs bourreaux.

Je vais me faire un plaisir de là ramener refaire sa scolarité depuis la maternelle dit le fou

maatala

Anonyme a dit…

Bebe Ba,

Chère amie, passé un excellent Idd, machallah.

Concernant l' Egypte, s' attendre au bannissement du parti des islamistes. C' est la guerre a mort pour détrôner les islamistes de ce monde de tout pouvoir. A part la tuerie que e condamne, e suis d' accord avec le reste. Les islamistes politiques sont incompétents, méchants et n' ont aucun respect pour les droits de l' homme.

A-

Anonyme a dit…

Lu pour Bebe Ba. Ces histoires de Touaregs pas terminées. Va déborder encore sur le nord Mali. !tant qu' on ne donne rien aux Touaregs, cela va continuer a barder. Ils savent que leurs territoires en Algérie, Libye, Mali, Niger et Burkina décèle des ressources minières. e ne sais pas si cette histoire a Bordge Mokhtar est manipule. Le citoyen algérien lambda dit oui.

Mwa

=====

Bordj Badji Mokhtar (Adrar) : Les affrontements font 8 nouvelles victimes

Deux personnes sont mortes ce lundi dans de nouveaux affrontements à Bordj Badji Mokhtar (Adrar) entre les membres de la tribu des Idnan et Barabiche, selon des sources hospitalières.


Un homme a foncé sur un groupe d’habitants de la ville avec son véhicule 4X4. Par ailleurs, les combats ont fait 6 nouvelles victimes dimanche soir. Les forces de sécurité, dont les 1500 hommes des forces spéciales, peinent à maintenir le calme dans la ville où les affrontements qui durent depuis une semaine ont fait au total 23 victimes.

Dès que la gendarmerie quitte un quartier de la ville, les violences reprennent, malgré l'accord signé vendredi soir entre les responsables des deux communautés à l'initiative de l'APC de Bordj Badji Mojhtar. Les affrontements sont encore «si violents» que le «personnel militaire sort escorté par la gendarmerie», affirme un témoin.